LA TRADUCTION DU VOCABULAIRE TECHNIQUE

LA TRADUCTION DU VOCABULAIRE TECHNIQUE
 LA TRADUCTION DU VOCABULAIRE TECHNIQUE DE L’AUTOMOBILE Une étude sur cinq dictionnaires bilingues Mémoire de master Tiina Masar Romaanisen filologian maisterintutkielma Tiina Masar Jyväskylän yliopisto Toukokuu 2011 JYVÄSKYLÄN YLIOPISTO
Tiedekunta – Faculty
Humanistinen tiedekunta
Laitos – Department
Kielten laitos
Tekijä – Author
Tiina Masar
Työn nimi – Title
La traduction du vocabulaire technique de l’automobile : Une étude sur cinq dictionnaires bilingues
Oppiaine – Subject
Romaaninen filologia
Työn laji – Level
Maisterintutkielma
Aika – Month and year
Toukokuu 2011
Sivumäärä – Number of pages
71 + liitteet
Tiivistelmä – Abstract
Tutkin työssäni kaksikielisten sanakirjojen soveltuvuutta ja käyttöä teknisten tekstien kääntämisessä. Aineistoni koostuu kolmesta suomi-ranska-suomi-sanakirjasta ja kahdesta ranska-suomi-sanakirjasta, jotka eroavat
toisistaan mm. hakusanojen ja erikoissanaston määrän, käyttötarkoitusten ja käyttäjäryhmien osalta. Sanakirjoja tarkastellaan kääntäjän näkökulmasta kielisuunnassa ranska-suomi. Toteutan tutkimukseni Renaul
Méganen vuonna 2010 ilmestyneestä käyttöohjekirjasta keräämäni teknisen autosanaston avulla. Työssäni
tarkastelen, missä määrin sanakirjat sisältävät teknisiä autoalan termejä ja miten termit on esitetty. Lisäksi
pohdin, mikä vaikutus näillä piirteillä ja sanakirjojen rakenteella on kääntäjän työhön. Tutkimukseni perustan
muodostaa siis kvantitatiivinen analyysi, josta saatuja tuloksia tarkastelen kvalitatiivisesti.
Tutkimuksestani selviää, että sanakirjojen välillä on runsaasti eroja. Siten ne vastaavat vaihtelevasti teknisen
kääntämisen tarpeisiin. Ensinnäkin, sanakirjojen rakenne ja tapa esittää tietoa eroaa toisistaan siten, että osaa
sanakirjoista on helppo ja selkeä käyttää, kun taas joidenkin sanakirjojen rakenne tekee niiden käytöstä työlästä ja hidasta. Sanakirjojen käyttöä vaikeuttaa etenkin sanojen korvaaminen erilaisilla symboleilla. Lisäksi
sanakirjoissa ilmeni puutteita hakusanojen ja niitä kuvaavien tunnusten esitysmuodossa. Toiseksi, sanakirjojen tekninen taso vaihtelee sen osalta, kuinka paljon ne sisältävät teknisiä termejä ja kuinka laajasti tekninen
sanasto on esitetty sanakirja-artikkeleissa. Eroja on myös siinä, löytyvätkö termit sanakirjasta ja millä tavalla,
millä on suuri vaikutus kääntäjän työhön.
Tutkimistani sanakirjoista ranska-suomi-suursanakirja osoittautui hyödyllisimmäksi kääntäjälle, koska se
sisältää paljon teknistä sanastoa ja sanakirjan rakenne on selkeä. Toinen ranska-suomi-sanakirja on sen sijaan
monimutkainen käyttää, koska osa sanoista ja sanojen vartaloista on korvattu symboleilla. Lisäksi monissa
hakusanoissa ja niiden käännösvastineissa sanaa kuvaavaa tunnusta ei ole erotettu itse sanasta. Tutkimistani
perustason sanakirjoista toinen suomi-ranska-suomi-sanakirja osoittautui oletukseni mukaisesti liian suppeaksi. Toinen suomi-ranska-suomi-sanakirja on sen sijaan määrällisesti ja laadullisesti laadukkaampi, mutta sitäkään ei voi ensisijaisesti suositella käytettäväksi teknisessä kääntämisessä. Yllättävän tuloksen tarjosi tutkimukseni ainoa erikoiskielen sanakirja, suomi-ranska-suomi: tekniikan ja kaupan sanakirja. Oletukseni vastaisesti se ei sovellu parhaiten teknisen tekstin kääntämiseen. Osa sanakirjan sanastosta on vanhentunutta, eikä
kyseessä ole erityisen laaja teos. Lisäksi erikoiskielen sanakirjan käyttöön liittyy etuja, mutta myös monia
rajoituksia yleiskielen sanakirjaan verrattuna.
Sanakirjojen välisistä eroista johtuen kääntäjän on tärkeä tuntea erilaisten sanakirjatyyppien vahvuudet ja
heikkoudet sekä käyttämiensä sanakirjojen rakenne ja sisältö, jotta niitä on mahdollista hyödyntää parhaalla
mahdollisella tavalla.
Asiasanat – Keywords
Säilytyspaikka – Depository
kääntäminen, tekninen dokumentaatio, terminologia, sanakirjat, ranskan kieli
Kielten laitos
Muita tietoja – Additional information
Table des matières 0. 1. Introduction ....................................................................................................................................... 3 Les caractéristiques de la langue, des textes et de la traduction technique .......... 5 1.1. La langue technique ............................................................................................................... 5 1.1.1. La langue spécialisée ..................................................................................................... 7 1.1.2. La langue technique de l’automobile ..................................................................... 8 1.1.3. La standardisation ......................................................................................................... 9 1.2. La traduction technique .................................................................................................... 10 1.2.1. L’importance de la traduction technique .......................................................... 11 1.2.2. Une bonne traduction technique .......................................................................... 11 1.2.3. Problèmes dans la traduction technique .......................................................... 15 1.2.4. Les qualités d’un traducteur technique ............................................................. 18 1.3. Les dictionnaires bilingues et la traduction technique ........................................ 19 1.3.1. Les dictionnaires bilingues ..................................................................................... 20 1.3.2. Les utilisateurs et les fonctions ............................................................................. 22 1.3.3. La consultation d’un dictionnaire ........................................................................ 23 1.3.4. Les informations supplémentaires ...................................................................... 23 1.3.5. L’équivalence ................................................................................................................. 26 1.3.6. La fiabilité des dictionnaires .................................................................................. 28 1.4. Méthode de recherche ........................................................................................................ 29 1.4.1. Les dictionnaires étudiés ......................................................................................... 29 1.4.2. Le vocabulaire étudié ................................................................................................ 33 1.4.3. Les critères d’évaluation des dictionnaires ..................................................... 34 2. Analyse quantitative et qualitative des dictionnaires bilingues .............................. 36 2.1. Présence des termes ........................................................................................................... 40 2.1.1. Terme présent .............................................................................................................. 41 2.1.2. La variation .................................................................................................................... 46 2.2. Absence de termes ............................................................................................................... 50 2.2.1. Sens erronés .................................................................................................................. 50 2.2.2. Construction du terme .............................................................................................. 53 2.2.3. Terme absent ................................................................................................................. 55 2.3. Les marques de domaine .................................................................................................. 58 2.4. Synthèse des dictionnaires étudiés .............................................................................. 61 3. Conclusion ....................................................................................................................................... 66 Bibliographie ............................................................................................................................................ 69 Annexe ........................................................................................................................................................ 73 1 2 0. Introduction
Selon certaines estimations, jusqu’à 90 pour cent des textes qui sont traduits dans le monde chaque année sont des textes techniques1, par exemple des modes d’emploi, des instructions d’installation ou des brochures diverses. Ce pourcentage considérable s’explique par un fort besoin de documentation tech‐
nique en plusieurs langues : un texte doit souvent être disponible dans la langue maternelle du lecteur parce que les législations nationales l’exigent, mais on en a besoin surtout pour les besoins de la coopération internationale croissante. Quelle que soit la raison, un texte technique est toujours écrit ou traduit pour satisfaire à une demande réelle et concrète. C’est pourquoi il est important que les textes techniques répondent aux exigences de la communication efficace : il faut que le texte technique soit facilement compréhensible et exact. Or, les tra‐
ducteurs professionnels, qui traduisent des textes techniques écrits par des ex‐
perts ou des communicateurs techniques, ne sont pas forcément familiers avec les sujets techniques ni avec la terminologie technique dans leur langue mater‐
nelle. Malgré cela, le traducteur doit être capable de produire une traduction de bonne qualité en n’oubliant pas les besoins de lecteurs. Dans ce travail, le traducteur est amené à utiliser notamment des dictionnaires bilingues. Ces dictionnaires dif‐
fèrent cependant de l’un à l’autre, par exemple, en ce qui concerne leur volume, leurs fonctions et leur contenu. C’est pourquoi, pour qu’ils puissent être utilisés efficacement dans la traduction de textes techniques, il faut que soient claire‐
ment précisées les fonctions de différents dictionnaires bilingues et le public au‐
quel ils sont destinés. La question qu’on peut donc poser est la suivante : quel est le contenu et l’étendue des dictionnaires bilingues en matière de vocabulaire technique ? Autrement dit, est‐ce que les dictionnaires bilingues peuvent être utilisés dans la traduction de textes techniques ? Pour répondre à ces questions, nous étudierons cinq dictionnaires bilingues français‐finnois en nous demandant si les dictionnaires bilingues peuvent satis‐
faire aux exigences des textes techniques et de la traduction technique, comment ils le font et s’il y a des différences entre les différents types de dictionnaires. Notre objectif est de savoir si les dictionnaires bilingues conviennent pour la traduction technique. Pour délimiter le sujet, nous nous intéresserons à la tra‐
duction du vocabulaire technique et plus spécifiquement à la traduction du vo­
cabulaire technique de l’automobile, car il représente un vocabulaire technique avec lequel le grand public est familier mais qui contient aussi des termes et des expressions plus techniques et moins connus. Avec un vocabulaire, dont le ni‐
1 Kingscott cité par Byrne J., 2006. Usability strategies for translating technical documentation. Dordrecht, Springer : 2 3 veau technique varie, il sera possible de découvrir les différences entre les dic‐
tionnaires étudiés. Dans une première partie, nous présenterons les caractéristiques de la langue technique, des textes techniques et de la traduction technique ainsi que les ca‐
ractéristiques des dictionnaires bilingues et de leur utilisation. Cette partie défi‐
nira ainsi les critères, sur la base desquelles les résultats de l’analyse des dic‐
tionnaires seront évalués. La deuxième partie de cette étude comprendra la ca‐
tégorisation du corpus et l’analyse quantitative et qualitative des cinq diction‐
naires bilingues dans la traduction du vocabulaire technique de l’automobile. L’analyse des dictionnaires consistera en deux parties : le point de départ de l’étude sera formé par une analyse quantitative sur la présence et l’absence de termes techniques de l’automobile dans cinq dictionnaires bilingues, dont les résultats seront analysés de plus près d’une manière qualitative. En plus de nous demander quels sont et comment sont les termes techniques de l’automobile présents et absents dans les dictionnaires, nous étudierons aussi la manière dont les dictionnaires décrivent et catégorisent ces termes. Ce type d’informations supplémentaires, qu’on appelle les marques de domaine, aident le traducteur à faire la différence entre plusieurs possibilités de traduction. 4 1. Les caractéristiques de la langue, des textes et de
la traduction technique
Étant donné que nous voulons savoir si les dictionnaires bilingues peuvent satis‐
faire aux exigences de textes techniques et de la traduction technique, il faut d’abord présenter les caractéristiques de la langue technique, des textes tech‐
niques, de la traduction technique et des dictionnaires bilingues. Nous nous inté‐
ressons surtout à la question de savoir quelles sont les exigences concernant les textes techniques et leur traduction. Avant l’analyse quantitative et qualitative, nous présenterons encore les dictionnaires étudiés et la méthode de recherche. 1.1. La langue technique
Il n’existe pas une définition unique de la langue technique. La langue technique peut d’abord caractériser le contenu de la communication, donc si on parle d’un appareil ou d’un sujet technique. Selon d’autres points de vue, tout discours dans un environnement technique ou industriel peut être de la langue technique, quelles que soient la forme du texte ou ses caractéristiques rhétoriques. De plus, le fait que la langue technique et la langue commerciale se mélangent complique partiellement la définition du terme.2 Même s’il y a plusieurs définitions, la langue technique a des traits caractéristiques en comparaison avec la langue gé­
nérale3 de laquelle elle diffère surtout par son vocabulaire, mais aussi au niveau de la grammaire4. En effet, au niveau syntactique, la langue technique est souvent le contraire de la langue littéraire : son style est traditionnellement impersonnel, ne vise pas à l’esthétique et même assez plat. Les phrases sont concises, elles se composent le plus souvent de deux parties, et la proposition la plus utilisée est la proposition déclarative.5 Surtout en anglais, mais aussi dans la langue technique en général, l’utilisation de la voix passive et présente ainsi que des constructions infinitives et impératives est courante6. Une autre caractéristique de la langue technique en comparaison avec la langue générale est le grand nombre de mots lexicaux en comparaison avec les mots de fonction. Par mot lexical, on entend un mot qui a un sens propre et dont le rôle principal est de produire de l’information, comme les noms, verbes et adjectifs. Par contre, les mots de fonction sont des mots qui sont nécessaires pour la struc‐
2 Yli‐Jokipii H., 2004. « Tekniikan kieli tutkimuksen ja kääntämisen näkökulmasta », in Tommola J. éd., Kieli, teksti ja kääntäminen. Language text and translation. Turku, Turun yliopisto : 82‐83 3 Voir la partie suivante 4 Pinchuck I., 1977. Scientific and technical translation. London, The Language library : 161 5 Pinchuck 1977 : 171 6 Yli‐Jokipii 2004 : 84 5 ture et la grammaire de la langue, comme les articles ou les auxiliaires en fran‐
çais. Le grand nombre de mots lexicaux, et surtout de noms, est visible dans les textes techniques de la manière suivante7 :  La nominalisation, donc le fait d’utiliser un nom ou une phrase nominale à la place d’un verbe conjugué8, est un procédé fréquent. Par exemple en anglais, on peut décrire un lecteur de CD‐ROM qui a de la mémoire et qui est bon marché en utilisant une phrase nominale ou en utilisant des mots de fonction : a low‐cost storage capacity CD‐ROM drive a CD‐ROM drive that has storage capacity and does not cost very much.9 

La langue technique est traditionnellement condensée. La condensation est obtenue par exemple en allemand par des mesures morphologiques, comme dans le cas de Endbearbeitungskosten, où les mots forment un terme long, tandis que par exemple en anglais les structures sont plus lé‐
gères, comme dans le cas de finishing cost, où les deux mots formant le terme se trouvent séparément. Le rôle du verbe est souvent réduit en comparaison avec la langue géné‐
rale : les verbes utilisés ont souvent un sens plus général que spécifique. C’est pourquoi ils sont plus utilisés pour combiner des mots que pour produire de l’information. Des verbes de ce genre sont par exemple for­
mer, présenter, servir de et se composer de.10 L’utilisation des mots lexicaux et surtout des noms et des phrases nominales est fréquente dans les textes techniques car le but de la langue technique est d’être la plus économique et précise possible : grâce à une grande cohérence lexicale, le texte technique peut contenir beaucoup d’information. Cette caractéristique est encore soulignée par la condensation. De plus, comme les nominalisations sont plus abstraites que les constructions verbales, l’individu disparaît derrière le texte, ce qui fait ressortir l’importance de l’information. Il est aussi plus facile d’écrire en utilisant des constructions nominales car on peut éviter le choix entre les plusieurs façons de s’exprimer en utilisant des constructions ver‐
bales.11 Par exemple, la même chose peut être dite en utilisant des constructions verbales diverses, mais si le traducteur ne veut par exemple pas exprimer l’agent (si celui‐ci n’est pas explicite dans le texte de départ) ou le degré de l’ordre, il 7 Yli‐Jokipii 2004 : 84 8Kosunen R. – Väisänen S., 2001. Kääntämisen opetussanasto. Turun yliopisto. http://vanha.hum.utu.fi/centra/pedaterm/ (consulté le 25.3.2011) : substantivointi, sv. 9 Yli‐Jokipii 2004 : 84‐85 10 Pinchuck 1977 : 171 11 Pinchuck 1977 : 171‐173 6 peut choisir la dernière possibilité dans la liste, si le contexte le permet, où ces traits ne sont pas visibles : Après que vous avez réparé un pneu, ne dépassez pas 80km/h Après avoir réparé un pneu, ne dépassez pas 80km/h Après la réparation d’un pneu, il ne faut pas dépasser 80km/h Après la réparation d’un pneu, ne pas dépasser 80km/h. Toutefois, quand on compare les textes de la langue générale avec les textes techniques, c’est essentiellement le vocabulaire qui fait une distinction entre ceux‐ci. Dans la langue technique, il existe un grand nombre de mots qui ne sont guère utilisés dans la langue générale, et des mots dont le sens est différent. Par exemple, le mot souris désigne un animal dans la langue générale tandis que dans la langue de l’électronique il s’agit d’un appareil technique.12 Si un texte technique contient, par exemple, un grand nombre de verbes abstraits, des termes complexes ou longs, ou de termes dont le lecteur ne connaît tout sim‐
plement pas le sens, le texte devient naturellement difficile et lent à lire, même s’il s’agit de la langue maternelle du lecteur.13 1.1.1. La langue spécialisée
Même s’il existe plusieurs définitions de la langue technique, les linguistes sont d’accord sur le fait que la langue technique fait partie des langues spécialisées.14 La langue spécialisée est le contraire de la langue générale par laquelle nous fai‐
sons référence à une variété de la langue aussi bien écrite que parlée qui ne con‐
tient pas de vocabulaire ou de traits de la langue spécialisée, ni des dialectes, et qui se conforme à la norme d’usage. Cette variété est la langue commune de communication utilisée par tous les membres d’une certaine communauté lin‐
guistique.15 En comparaison avec la langue générale, la langue spécialisée est une langue uti‐
lisée dans une certaine branche par un certain groupe de gens, qui ont leurs propres conventions de communication. Il peut s’agir par exemple d’un groupe de gens ayant la même profession. Ceux qui ne font pas partie du groupe ne comprennent probablement pas de quoi qu’on parle.16 Les caractéristiques d’une langue spécialisée sont une terminologie spécialisée et les locutions et les expressions spécialisées qui diffèrent de la langue générale dans leur vocabu‐
laire, dans certains procédés syntaxiques et dans leur morphologie. 17 Par 12 Yli‐Jokipii 2004 : 85 13 Pinchuck 1977 : 171 14 Yli‐Jokipii 2004 : 82‐83 15 Auberle A. éd., 2003. Duden, Deutsches Universalwörterbuch. Mannheim, Leipzig, Wien, Zürich ; Dudenverlag : Gemeinsprache, sv. et Kotimaisten kielten tutkimuskeskus – Kielikone Oy, 2008. Kielitoimiston sanakirja 2.0. Kotimaisten kielten tutkimuskeskuksen julkaisuja 149, Helsinki : yleiskieli, sv. 16 Yli‐Jokipii 2004 : 83 17 Kääntämisen opetussanasto : langue spécialisée, sv. 7 exemple, la langue de biologie, de lamédecine, du sport et la langue technique de l’automobile sont des langues spécialisées. Aussi n’existe‐t‐il pas une seule langue spécialisée, mais il y en a de nombreuses, qui peuvent encore être divi‐
sées en catégories. Cependant, cette catégorisation est toujours relative et elle dépend de la branche et de celui qui la fait18.19 Même s’il existe un accord presque unanime sur la définition de la langue géné‐
rale et la langue spécialisée20, les linguistes ne s’accordent pas sur la liaison entre celles‐ci : si la langue spécialisée fait partie de la langue générale, si la langue générale fait partie de la langue spécialisée, ou si les deux sont deux phé‐
nomènes distincts parce qu’elles sont utilisées dans des situations communica‐
tionnelles très différentes. De plus, il y a des linguistes dont l’avis est que toutes les variétés de la langue sont en fait des langues spécialisées parce que tous les usages de la langue s’inscrivent toujours dans une situation donnée.21 1.1.2. La langue technique de l’automobile
La langue technique de l’automobile est une sous‐catégorie de la langue tech‐
nique et elle fait donc partie des langues spécialisées. La construction de l’automobile trouve ses origines dans l’industrie de la construction mécanique. Aujourd’hui, l’industrie est néanmoins très différente, notamment à cause des systèmes électroniques complexes, de la robotique sophistiquée et des proces‐
sus métallurgiques et chimiques, ce qui a bien sûr eu un effet sur le vocabulaire technique de l’automobile : le vocabulaire a changé et change encore avec le temps et avec les innovations. Cependant, en fonction du développement techno‐
logique, certains domaines du vocabulaire de l’automobile changent constam‐
ment, tandis que d’autres sont plus stables. Même si le développement du voca‐
bulaire avec les innovations est une caractéristique de la langue technique, en comparaison avec un grand nombre d’autres branches techniques, presque tout le monde est assez familier avec une partie au moins du vocabulaire technique de l’automobile.22 Par exemple, la plupart des gens ne connaissent probablement pas pour les avoir vues une bougie de préchauffage ou une culasse (hehkutulppa, sylinterin kansi), mais tout le monde est familier avec la boîte de vitesses, le péda­
lier et le volant. Comme presque tout le monde a une voiture, le vocabulaire technique de l’automobile est donc utilisé aussi dans la langue générale. Les genres techniques avec lesquels le grand public est familier et qu’on a besoin de traduire sont par exemple les modes d’emploi, les manuels, les instructions 18 Bergenholz H. – Tarp S. éds., 1995. Manual of specialised lexicography : the preparation of specialised dictionaries. Amsterdam, John Benjamins : 19 19 Yli‐Jokipii 2004 : 83 20 Yli‐Jokipii 2004 : 83 21 Bergenholz – Tarp 1995 : 16‐18 22 Hann M., 2004. Basis for scientific and engineering translation : English­German­English. Philadelphia, John Benjamins Publishing Company : 63, 65, 69 8 d’installation, les brochures et les catalogues.23 La fonction d’un mode d’emploi, peut‐être le genre le plus connu, est de familiariser le lecteur avec un appareil technique et avec l’emploi, le fonctionnement, la maintenance et la réparation de celui‐ci. Ils font partie des textes informatifs24 et leur fonction textuelle est direc­
tive, c’est‐à‐dire que le but des modes d’emploi est de faire agir le lecteur d’une certaine manière. De plus, la communication est interpersonnelle, ce qui veut dire qu’il existe, au moins implicitement, quelqu’un qui donne les instructions et quelqu’un qui les suit.25 Comme l’utilisateur suit les instructions traduites par le traducteur, le rôle de ce dernier et du texte traduit deviennent très importants parce que par exemple une erreur de traduction peut avoir des conséquences graves26 : dans le pire des cas, elle peut avoir pour conséquence que l’utilisateur ne sait pas utiliser un appareil technique ou l’utilise incorrectement et se blesse. Un problème supplémentaire est posé par le fait qu’un seul et même concept peut être désigné par plusieurs noms. On appelle ce phénomène polynomie. La polynomie est un phénomène courant qui se trouve dans les textes techniques de l’automobile entre différents pays ainsi qu’entre les textes dans un seul pays. Par exemple, les industries de l’automobile en Angleterre et aux États‐Unis se sont développées séparément, et c’est pourquoi il existe aussi des différences dans l’utilisation de la terminologie anglaise. Des tentatives ont été faites pour l’uniformiser, mais comme plusieurs concepts, comme indicator et turn signal (français : clignotant), sont utilisés aussi dans la langue courante, les tentatives ont échoués. De plus, une autre raison pour la polynomie est le fait que les cons‐
tructeurs automobiles, même dans un seul pays, n’utilisent pas la même termi‐
nologie, pour des raisons de politique interne des entreprises ou à cause de lé‐
gères différences techniques entre les voitures.27 1.1.3. La standardisation
La standardisation n’est pas uniquement une caractéristique ou un besoin de la langue technique. La langue générale est aussi continuellement dans un proces‐
sus de changement et d’innovation. De plus, la langue est un système arbitraire où un mot peut avoir n’importe quel sens, que la société choisit. D’un côté, la standardisation est donc une mesure nécessaire, parce que s’il n’y a pas de stabi‐
lité entre les unités de la langue et les sens des termes, la communication de‐
vient difficile entre les gens. D’un autre côté, s’il y a trop de standardisation, la langue perd sa souplesse et devient difficile et inefficace. Par exemple, dans le cas d’une innovation, il est possible et naturel que la chose en question soit dési‐
gnée au début par plusieurs termes différents. Cependant, au bout d’un certain 23 Yli‐Jokipii 2004 : 89 24 Schmitt P. A., 2003. « Anleitungen / Benutzerhinweise », in Snell‐Hornby M. – Hönig H. G. – Kuβmaul P. – Schmitt P. A. éds., Handbuch Translation. Tübingen, Stauffenburg : 209 25 Yli‐Jokipii 2004 : 87 2626 Byrne 2006 : 20 27 Hann 2004 : 64‐65 9 temps, il est nécessaire de choisir une seule expression parmi les différentes possibilités, car l’existence de plusieurs noms pour un même référent n’est pas efficace (elle peut provoquer des confusions), ni nécessaire. La langue comme système est donc un compromis entre le besoin pour la standardisation et la tendance au changement et à l’innovation.28 La standardisation de la terminologie technique est une mesure vitale, car l’objectif de la langue technique, comme nous verrons plus tard dans les parties suivantes, est d’être la plus précise et la plus efficace possible en ce qui concerne la communication et l’utilisation de mots. À cause de la quantité immense aussi bien d’innovations techniques que de vocabulaire, il y a un fort besoin de stan‐
dardiser la terminologie technique. En outre, en ce qui concerne la qualité, en comparaison avec la langue générale où la langue peut rester plus souple, l’utilisation d’expressions vagues ou ambiguës n’est pas un trait favorable dans la langue technique. La standardisation de la terminologie est donc une mesure nécessaire aussi bien dans les branches techniques d’existence déjà ancienne, où le vocabulaire est devenu très vaste, que dans les branches plus jeunes, où de nouveaux mots naissent constamment.29 1.2. La traduction technique
Après avoir examiné les caractéristiques de la langue technique et de la langue technique de l’automobile, nous passons maintenant à la traduction technique, terme qui fait référence à la traduction de textes techniques ou technologiques. D’abord, il est nécessaire de définir quelques concepts de base de la traduction. Dans la traduction, les termes texte de départ et langue de départ renvoient au texte qu’on traduit et à la langue à partir de laquelle on traduit. Inversement, le texte d’arrivé est le produit de la traduction et la langue d’arrivée est la langue vers laquelle on traduit. Des termes semblables sont en usage également en ce qui concerne les cultures, la culture de départ étant celle de l’auteur, tandis que la culture cible est celle du récepteur. Lorsque le traducteur passe du texte de départ au texte d’arrivé, de la langue de départ à la langue d’arrivée et de la cul‐
ture de départ à la culture cible, on peut dire que l’activité de traduction est ca‐
ractérisée par deux paramètres, la stratégie de traduction et le procédé de tra­
duction. La stratégie de traduction désigne le plan d’action du traducteur con‐
cernant le texte de départ dans son ensemble. En revanche, le procédé de tra‐
duction fait référence aux décisions prises par le traducteur cas par cas. Autre‐
ment dit, ce sont les solutions qu’il a trouvées pour chaque unité de traduction. 28 Pinchuck 1977 : 174 29 Pinchuck 1977 : 174‐175 10 Ainsi, c’est en fonction de la stratégie de traduction que le traducteur choisit les différents procédés.30 1.2.1. L’importance de la traduction technique
Avant de nous demander ce qui fait une bonne traduction technique, question importante que nous examinerons ci‐dessous, il est nécessaire de savoir pour‐
quoi la traduction technique est une activité importante. On peut dire que la traduction technique joue un rôle important parce que, selon des estimations, jusqu’à 90 pour cent des textes qui sont traduits dans le monde chaque année sont des textes de type technique31. Ce pourcentage considérable s’explique par un fort besoin de documentation technique qui doit être dispo‐
nible en même temps dans plusieurs langues : aujourd’hui, il y a de plus en plus d’entreprises internationales et aussi une coopération internationale croissante par exemple dans les différentes branches de la science, de la technologie et de l’industrie. De plus, les législations, aussi bien la législation de l’UE que les légi‐
slations nationales de différents pays, exigent qu’une documentation technique compréhensible, exacte et efficace soit disponible dans la langue maternelle des utilisateurs.32 Malgré le fort besoin de traductions techniques et leur rôle important dans le monde, la traduction technique n’a jamais été estimée à sa juste valeur comme domaine de traduction spécifique, et souvent on pense que pour traduire un texte technique il suffit de connaître la terminologie et le sujet. La traduction technique a aussi été négligée dans les ouvrages étudiant la théorie de la traduc‐
tion, aussi bien quantitativement que qualitativement : en général, les études sur la traduction ne portent pas sur la traduction technique, et les études réalisées traitent le plus souvent uniquement des sujets de la terminologie et de la techno‐
logie de traduction, par exemple des mémoires de traduction ou de la traduction automatique.33 1.2.2. Une bonne traduction technique
La traduction technique est donc un domaine vaste de la traduction et il y a un fort besoin de traductions techniques. Mais comment peut‐on définir une bonne traduction technique ? Il est aussi important de se poser cette question pour pouvoir évaluer les connaissances nécessaires d’un traducteur professionnel lorsqu’il traduit des textes techniques. De plus, pour savoir comment les diction‐
naires bilingues peuvent satisfaire à ces besoins, à ce stade il est nécessaire de se 30 Kääntämisen opetussanasto : passim, sv. 31 Kingscott cité par Byrne 2006 : 2 32 Byrne 2006 : 2 33 Byrne 2006 : 1 11 demander quels sont les exigences typiques des textes techniques pour le tra‐
ducteur. a) La traduction et les textes similaires de la culture cible Au cours du processus de traduction, la langue et les mots ne sont pas les seuls qui changent depuis la langue de départ jusqu’à la langue d’arrivée, les destina‐
taires du texte de départ et du texte d’arrivé sont différents eux aussi.34 De plus, il est possible que l’auteur et les destinataires ne fassent pas partie du même groupe sociolinguistique de gens avec des croyances et des conventions sociales et linguistiques mutuelles, ce qu’on appelle univers de discours, dans lequel les gens produisent du discours se conformant à leurs propres règles35.36 Le traduc‐
teur a besoin de prendre ces caractéristiques en compte car il est important, par exemple, que les lecteurs soient à l’aise avec le texte, surtout quand il s’agit des modes d’emploi avec l’aide desquels ils ont besoin de pouvoir agir dans une cer‐
taine manière. Un lecteur peut se sentir à l’aise avec une traduction si la traduction suit les con‐
ventions du genre en question, si elle ressemble aux textes similaires de la cul‐
ture cible et si elle satisfait donc les attentes et les habitudes des lecteurs du texte d’arrivée.37 En d’autres termes, les traductions devraient être des « co‐
pies » des textes que les communicateurs techniques écrivent dans leur langue maternelle dans la langue vers laquelle le traducteur traduit38. Comme ce n’est normalement pas le texte de départ mais la traduction qui doit être adaptée aux nouveaux lecteurs et à la culture cible, le traducteur joue un rôle important39 : s’il n’arrive pas à suivre les conventions du texte d’arrivé, cela peut susciter des doutes sur le texte, son rédacteur et l’information présentée.40 L’évaluation du produit final, donc de la traduction, devrait donc toujours consister en une com‐
paraison entre le texte de départ et la traduction, comme d’habitude, mais aussi d’une comparaison entre la traduction et les textes similaires de la culture cible41. Il n’est cependant pas toujours possible de prendre en compte les nouveaux lec‐
teurs, car c’est toujours le commanditaire qui décide si la traduction sera adap‐
34 Nord C., 2003. « Textlinguistik », in Snell‐Hornby M. – Hönig H. G. – Kuβmaul P. – Schmitt P. A. éds., Handbuch Translation. Tübingen, Stauffenburg : 60 35 Kääntämisen opetussanasto : univers du discours, sv. 36 Nord 2003 : 60 37 Nord 2003 : 60 38 Fishbach cité par Byrne 2006 : 4 39 Horn‐Helf B., 1997. « Der fachsprachliche Ausgangstext – ein „heiliges Original“? Anmerkungen zu einem Trugbild », in Fleischmann E. – Kutz W. – Schmitt P. A. éds., Translationsdidaktik: Grundfragen der Überetzungswissenschaft. Tübingen, Narr : 469 40 Byrne 2006 : 4 41 Nord 2003 : 60 12 tée à la culture cible. Souvent, c’est une question financière, car l’adaptation de‐
mande du temps et des ressources. De plus, si le commanditaire veut par exemple mettre en avant l’identité de l’entreprise, comme c’est souvent le cas, toutes les traductions doivent se ressembler les unes aux autres en ce qui con‐
cerne par exemple la mise en page, quelles que soient les conventions en vigueur sur tel ou tel marché. Le commanditaire peut aussi donner des instructions sur les traits textuels de la traduction, par exemple en définissant la stratégie de tra‐
duction ou en fournissant au traducteur le vocabulaire à utiliser.42 Il est aussi possible que les traducteurs n’aient tout simplement pas les ressources néces‐
saires pour passer beaucoup de temps avec la traduction, parce que leur rythme de travail est intensif. b) Le style et la communication technique efficace Comme il est souvent souhaitable que la traduction technique ressemble aux textes similaires de la culture cible, les exigences portant sur les textes tech‐
niques et la définition d’un bon texte technique sont donc les mêmes, même s’il s’agit d’un texte écrit dans la langue maternelle du rédacteur ou d’une traduction. Une des autres caractéristiques d’une bonne traduction technique est l’efficacité de la communication. Malgré cela, et en plus de cela, il faudrait cependant aussi prendre en compte le style. Même s’il existe différents types de communication technique, les caractéris‐
tiques de la communication technique efficace sont fondamentalement les mêmes : la communication technique efficace est analytique, en d’autres termes son rôle est d’analyser la situation et de transmettre l’information technique au lecteur. L’objectif d’un communicateur technique est donc d’analyser une infor‐
mation complexe et d’expliquer la technologie à une audience d’une manière compréhensible en prenant en compte les besoins des lecteurs en question. De cette façon, un texte technique complexe et bien écrit est divisé en sections faci‐
lement identifiables pour que le lecteur puisse assimiler les informations phase par phase le plus facilement possible. Les informations et les idées sont présen‐
tées le plus tôt possible et les conclusions sont simples pour que le lecteur ne soit pas perdu ou dérouté et pour qu’il ne perde pas patience.43 La communica‐
tion technique efficace n’est donc jamais obscure ou ambiguë. Au contraire, elle utilise des structures claires et économiques.44 En ce qui concerne la liaison entre un bon style, la conservation du contenu in‐
formatif et la communication technique efficace, le style et le contenu informatif 42 Schmitt 2003 : 209‐211 43 Elliot N. – Estrin H., 1990. Technical writing in the corporate world. Boston, Course Technology Crisp : 8, 69 44 Elliot – Estrin 1990 : 70 13 sont souvent vus comme des objectifs opposés qui ne peuvent pas être atteints dans le même texte. D’un côté, une sorte de priorité est donnée au contenu in‐
formatif. Par exemple, Pinchuck constate que le but de la langue technique n’est pas d’être belle mais de transmettre le plus précisément possible le message de l’auteur du texte de départ. Pour cela, un « mauvais » style peut en fait être un « bon » style et tout à fait acceptable si le texte convient à la situation où il va être utilisé.45 De plus, selon Horn‐Helf, la recherche du bon style doit prendre fin si le lecteur se perd. C’est pourquoi l’utilisation par exemple de synonymes pour varier le style, ce qui est normalement une caractéristique d’un « bon » style, n’est pas nécessairement un trait favorable dans la communication technique, si la co‐existence de plusieurs appellations pour le même concept sème la confu‐
sion dans l’esprit du lecteur.46 D’un autre côté, on donne en quelque sorte la priorité au style même si on re‐
connaît que le statut de l’information est important aussi. Par exemple, si on dé‐
finit le style comme la manière dont les textes sont écrits et dont sont choisis les mots pour atteindre un objectif concret, par exemple pour apprendre au lecteur à utiliser un appareil technique, le style joue un rôle important dans la traduc‐
tion de textes techniques aussi, car le but de la langue n’est pas uniquement d’être amusante ou agréable comme souvent dans la traduction littéraire. De plus, Byrne dit que la langue technique n’est pas toujours, contrairement à ce que les gens croient souvent, impersonnelle ou ordinaire, même si elle est utili‐
sée pour atteindre des objectifs concrets. Par exemple, souvent la longueur du texte dans les modes d’emploi est limitée ou le vocabulaire n’est pas encore dis‐
ponible s’il s’agit par exemple d’une innovation. C’est pourquoi l’auteur ou le traducteur d’un texte technique a très souvent besoin de trouver aussi des solu‐
tions linguistiques créatives pour assurer une communication technique effi‐
cace.47 c) Les termes Les termes sont une des caractéristiques les plus visibles dans les textes tech‐
niques et dans la traduction technique, c’est pourquoi ils jouent un rôle impor‐
tant en ce qui concerne la qualité d’une traduction technique. Par terme, nous entendons le nom ou l’expression linguistique désignant un seul concept d’une certaine branche qui se compose d’un mot ou de plusieurs mots48. Avec les termes, c’est‐à‐dire avec la terminologie, donc tous les termes d’une certaine branche49, il est possible de transmettre l’information avec efficacité. Dans la 45 Pinchuck 1977 : 171 46 Horn‐Helf 1997 : 470 47 Byrne 2006 : 4‐5 48 Kääntämisen opetussanasto : terme, sv. 49 Kääntämisen opetussanasto : terminologie (1), sv. 14 langue générale, il est plus facile de communiquer dans la vie quotidienne en uti‐
lisant une terminologie imprécise, mais dans la communication technique, en revanche, des termes détaillés et précis sont une nécessité fondamentale50. Même si les termes jouent un rôle important dans les langues spécialisées, ils ne sont pas la seule caractéristique linguistique ni la seule chose qu’il faut prendre en compte dans le processus de traduction de textes techniques, comme nous l’avons vu dans les parties précédentes.51 Dans plusieurs branches, par exemple dans la langue de la technologie informa‐
tique, la terminologie est restée assez uniforme d’une langue à l’autre, ce qui ré‐
duit le rôle des dictionnaires spécialisés au cours du processus de traduction.52 Cependant, cela n’est pas entièrement le cas avec le vocabulaire technique de l’automobile, comme nous l’avons vu dans la partie 1.1.2. Normalement, la varia‐
tion, par exemple l’utilisation de synonymes pour éviter la répétition, est une caractéristique d’un bon style. Cependant, dans le cas de textes techniques, il peut parfois être plus opportun de donner la préférence à l’information qu’au style pour ne pas induire le lecteur en erreur. C’est pourquoi le même concept devrait toujours être appelé par le même nom.53 C’est le cas surtout quand il s’agit de modes d’emploi qu’on ne lit pas dans l’ordre du début à la fin : on y cherche des renseignements si on en a besoin, à l’aide de la table des matières ou de l’index. C’est pourquoi il est important qu’on utilise un vocabulaire standardi‐
sé et qu’on utilise systématiquement le même vocabulaire partout dans le ma‐
nuel pour faciliter l’utilisation du produit.54 De plus, si les lecteurs sont des pro‐
fanes et non pas des experts, il est nécessaire d’utiliser des termes qui ne soient pas trop techniques.55 1.2.3. Problèmes dans la traduction technique
Les problèmes caractéristiques de la traduction technique ne diffèrent pas vrai‐
ment des problèmes de la traduction de n’importe quel genre.56 Au cours du processus de traduction, le traducteur peut rencontrer des problèmes à trois ni‐
veaux :  à la réception du texte de départ  à la transmission du texte de la langue de départ à la langue d’arrivée et 50 Arntz R., 2003. « Terminologie der Terminologie », in Snell‐Hornby M. – Hönig H. G. – Kuβmaul P. – Schmitt P. A. éds., Handbuch Translation. Tübingen, Stauffenburg : 79 51 Byrne 2006 : 3 52 Byrne 2006 : 3 53 Horn‐Helf 1997 : 470 54 Arntz 2003 : 79 et Schmitt 2003 : 210 55 Yli‐Jokipii 2004 : 87 56 Hervey – Higgins 1992 : 165 15 
à la production du texte d’arrivé, donc de la traduction.57 Cependant, en comparaison avec les textes de la langue générale, les textes tech‐
niques sont rarement écrits pour des gens qui n’ont aucune connaissance sur le sujet. Il en résulte que le texte de départ n’est pas nécessairement facilement ac‐
cessible à tout le monde, même à ceux qui parlent la langue comme langue ma‐
ternelle, le traducteur profane inclus. Le fait que les traducteurs ne soient pas familiers à priori avec les sujets techniques complique donc le processus de tra‐
duction. Il y a donc des raisons lexicales ainsi que des raisons conceptuelles pour le fait que les textes techniques peuvent être difficiles à traduire.58 Le traducteur peut rencontrer plusieurs problèmes lexicaux au cours du proces‐
sus de la traduction technique. Premièrement, comme les textes techniques con‐
tiennent des termes qui ne se trouvent pas dans la langue générale, le traducteur n’est pas forcément familier de ceux‐ci. C’est pourquoi le traducteur ne peut pas traduire le terme sans consulter des sources supplémentaires. Deuxièmement, le traducteur peut rencontrer des termes dont il connaît le sens dans la langue gé‐
nérale mais qui ont un autre sens dans la langue technique, qu’il ne connaît pas. Le traducteur a donc besoin de consulter des sources supplémentaires pour pouvoir traduire le terme.59 C’est le cas par exemple dans les phrases suivantes, où il est clair qu’il ne s’agit pas de saignement ou des parties du corps, mais de l’aération des freins : If air enters the system you have to repeat the whole bleeding process (= processus de l’aération) Attach the bleeding tube to the nipple as firmly as possible (= tube d’aération, vis d’aération).60 Troisièmement, un terme peut avoir différents sens dans la langue générale et dans la langue technique, comme dans le point précédent. Cependant, si le tra‐
ducteur n’arrive pas à connaître cette différence et que la variante de la langue générale semble être tout a fait correcte dans le contexte technique, ce qui n’était pas le cas dans le point précedent, le traducteur peut traduire le terme technique par le terme de la langue générale, ce qui peut constituer une erreur de traduction grave.61 57 Tarp S., 2008. Lexicography in the borderland between knowledge and non‐knowledge : general lexicographical theory with particular focus on learner’s lexicography. Tübingen, Max Niemayer Verlag : 154 58 Hervey – Higgins 1992 : 165 59 Hervey – Higgins 1992 : 166‐167 60 Hann 2004 : 68 61 Hervey – Higgins 1992 : 166‐167 16 Le plus souvent, c’est la sélection des termes dans la langue d’arrivée, et non pas les concepts complexes, qui peut poser des problèmes pour le traducteur.62 Le traducteur peut cependant rencontrer aussi des problèmes conceptuels qui peu‐
vent être causés par exemple par le fait que, en tant que profane, il n’a pas les mêmes connaissances qu’un expert. Ainsi, toutes les informations nécessaires ne sont pas nécessairement explicites dans le texte. C’est pourquoi les non‐
spécialistes ne les comprennent pas et le texte est difficile à traduire.63 C’est par exemple le cas de la phrase allemande suivante : Stromverbrauch: 0,3 A bei Empfang im Bereitschaftsbetrieb, max. 1,5 A beim Senden mit 4 W. Cette phrase peut être difficile à traduire en finnois : il n’est pas possible de remplacer la préposition mit par une préposition, car une préposition de ce genre n’existe pas en finnois. Le traducteur a donc besoin d’utiliser une autre construction pour dire que la consommation de courant de l’appareil est au maximum de 1,5 ampère à l’émission avec quatre watts de puissance. Cependant, si le traducteur n’a pas les mêmes connaissances qu’un expert, il ne sait pas utili‐
ser automatiquement par exemple le mot puissance (par exemple 4 watin teholla, lähetystehon ollessa 4 W). Le traducteur peut aussi rencontrer des problèmes conceptuels quand il s’agit d’innovations. Dans ce cas‐là, même une connaissance de base n’aide pas néces‐
sairement à éviter des erreurs de traduction. S’il s’agit par exemple d’un appareil technique dont le mode d’emploi, la brochure ou autre type de documentation est traduit pour la première fois, le traducteur peut avoir besoin d’inventer des termes pour désigner la nouveauté en question. De plus, s’il rencontre des pro‐
blèmes, il est possible qu’il ne trouve pas encore d’information supplémentaire sur le sujet. La seule alternative peut donc être de consulter un expert ou le ré‐
dacteur du texte de départ pour pouvoir traduire le texte avec compétence.64 Un autre type de problème peut être suscité par le fait que souvent les projets de traduction sont tellement vastes (par exemple un manuel du domaine de l’automobile compte normalement 100‐250 pages) que, pour gagner du temps, ils sont partagés entre plusieurs traducteurs. Le danger est alors que le vocabu‐
laire utilisé varie trop d’un traducteur à l’autre.65 Un moyen de garder la termi‐
nologie et les expressions cohérentes est d’utiliser des logiciels de traduction assistée par ordinateur, et de fournir aux traducteurs une base de données ou un dictionnaire avec les termes à utiliser. Même si l’utilisation de la traduction as‐
sistée par ordinateur est courante dans la traduction de textes techniques où la 62 Hann 2004 : 63 63 Hervey – Higgins 1992 : 167‐168 64 Hervey – Higgins 1992 : 167‐168 65 Schmitt 2003 : 212 17 terminologie est assez uniforme et répétitive, il faut se rappeler qu’il y a toujours un être vivant derrière le processus de traduction et que c’est naturellement le traducteur qui fait le choix final entre plusieurs solutions. De plus, il ne faut pas oublier que les programmes de traduction ont de toute façon été élaborés par des personnes vivantes, et elles ne peuvent en aucun cas fournir au traducteur des solutions toutes prêtes.66 Il faut se rappeler les termes techniques ne sont pas les seuls qui peuvent susci‐
ter des problèmes au cours du processus de traduction : les traducteurs ont par‐
fois aussi besoin de consulter un dictionnaire ou un autre outil pour trouver la bonne traduction pour un mot ou pour une expression de la langue générale.67 1.2.4. Les qualités d’un traducteur technique
La question de savoir combien de problèmes le traducteur rencontre en fin de compte au cours du processus de traduction dépend de trois facteurs :  de ses connaissances de la langue étrangère  de son expérience dans la traduction et  du degré de difficulté du texte de départ. Le premier facteur est la qualité la plus importante, car si le traducteur a de bonnes connaissances dans la langue étrangère, il a moins besoin de consulter un dictionnaire ou une autre source. En ce qui concerne les deux autres qualités, elles n’empêchent pas le processus de traduction mais peuvent le ralentir.68 Comme tous les traducteurs professionnels, un traducteur technique fonctionne lui aussi comme intermédiaire entre des langues et des cultures69. Dans la tra‐
duction de textes techniques, il existe cependant des exigences spécifiques con‐
cernant les traducteurs et leurs connaissances en comparaison avec d’autres genres de traduction. Le grand nombre d’exigences et les connaissances limitées d’un traducteur font que les outils mentionnés ci‐dessous, les dictionnaires bi‐
lingues inclus, sont indispensables dans le processus de traduction70. Pour qu’un traducteur puisse produire une traduction convaincante, il a besoin de maîtriser surtout trois compétences :  la connaissance de la structure du texte dans les deux langues  la connaissance de la langue spécialisée en question 66 Neubert A., 2003. « Pragmatik », in Snell‐Hornby M. – Hönig H. G. – Kuβmaul P. – Schmitt P. A. éds., Handbuch Translation. Tübingen, Stauffenburg : 56 67 Tarp 2008 : 155 68 Tarp 2008: 158 69 Göhring H., 2003. « Interkulturelle Kommunikation », in Snell‐Hornby M. – Hönig H. G. – Kuβmaul P. – Schmitt P. A. éds., Handbuch Translation. Tübingen, Stauffenburg : 112 70 Hervey – Higgins 1992 : 167 18 
la connaissance du sujet en question.71 Autrement dit, le traducteur doit donc maîtriser aussi bien le contexte textuel que le contexte technique, donc avoir aussi bien des connaissances linguistiques que des connaissances encyclopédiques.72 Il a aussi besoin d’être capable d’écrire avec la même autorité que le rédacteur du texte de départ, mais comme les deux ne font pas nécessairement partie de la même communauté discursive, le traducteur doit aussi savoir chercher des informations supplémentaires.73 La connaissance des termes et la capacité de chercher des informations sur les termes sont parmi les qualités les plus importantes d’un traducteur qui traduit un texte technique.74 Les autres connaissances et qualités que le traducteur doit posséder sont les mêmes que pour les communicateurs techniques, qui produisent des textes tech‐
niques dans leur langue maternelle. Un communicateur technique prend tou‐
jours le lecteur en compte et comprendre que celui‐ci doit absorber une quantité énorme de données dans notre société de l’information. Il comprend aussi com‐
ment un lecteur apprend et utilise l’information75. S’il n’existe aucune possibilité qu’une partie de l’information soit perdue ou mal comprise, un bon communica‐
teur technique fait de son mieux pour transmettre cette information aux lecteurs. Les communicateurs techniques ont pour objectif de contrôler l’information et de ne pas être contrôlés par elle, et ils essaient toujours de clarifier et non pas de rendre l’information plus obscure. C’est pourquoi l’information présentée de‐
vrait toujours être écrite de telle manière que le lecteur puisse la comprendre sans contexte, et indépendamment de l’époque et des circonstances.76 1.3. Les dictionnaires bilingues et la traduction technique
Dans cette étude, nous étudierons l’utilisation et le contenu de dictionnaires bi‐
lingues parce qu’ils constituent un cas intéressant : les dictionnaires bilingues et leur utilisation peuvent poser un grand nombre de problèmes, car le terme re‐
cherché peut être absent, l’équivalence entre les deux termes n’est pas nécessai‐
rement parfaite, ou le dictionnaire consulté contient des erreurs ; mais malgré ces risques, les dictionnaires bilingues sont utilisés par les traducteurs77. Ce ne sont cependant pas le seul outil que les traducteurs utilisent dans leur travail, quoi qu’on imagine.78 Selon certaines études, il y a par exemple des traducteurs 71 Byrne 2006 : 4 72 Hervey – Higgins 1992 : 165‐167 73 Byrne 2006 : 6 74 Yli‐Jokipii 2004 : 85 75 Byrne 2006 : 7 76 Elliot – Estrin 1990 : 69‐70 77 Voir 1.3.5. et 1.3.6. plus bas 78 Snell‐Hornby 2003 : 181 19 qui préfèrent consulter des experts quand ils cherchent des termes appropriés.79 Les autres outils que les traducteurs utilisent dans leur travail, surtout dans la traduction de textes techniques, sont par exemple les systèmes de gestion ter‐
minologiques, les textes multilingues disponibles sur Internet et les bases de données terminologiques, toutes ressources que nous négligerons dans cette étude.80 1.3.1. Les dictionnaires bilingues
Il existe un grand nombre de types de dictionnaires, qui diffèrent par exemple selon leur volume, leur structure ainsi que selon leurs fonctions. En outre, ces dictionnaires peuvent être monolingues, bilingues ou multilingues, donc conte‐
nir une, deux ou même plusieurs langues. En ce qui concerne la structure d’un dictionnaire, on distingue habituellement deux niveaux : la macrostructure, qui décrit l’assortissement et l’arrangement des mots‐vedettes dans la liste de mots, et la microstructure, qui décrit le conte‐
nu et l’arrangement de l’information dans les articles.81 Les dictionnaires bi­
lingues ont la même macrostructure que les dictionnaires monolingues : les mots­vedettes, donc le lieu où on trouve l’article souhaité82 dans le dictionnaire, se trouvent, par ordre alphabétique, au début de chaque article. Un mot‐vedette se compose normalement d’un seul mot, mais l’article peut être subdivisé pour couvrir les différents sens et variantes de celui‐ci83. Un dictionnaire bilingue peut être soit monodirectionnel, par exemple un dictionnaire français‐finnois, soit bidirectionnel, par exemple un dictionnaire finnois‐français‐finnois84.85 En ce qui concerne la microstructure, après le mot‐vedette l’utilisateur trouve des informations par exemple sur la prononciation du mot et sur la nature grammaticale. Après cela, là où dans un dictionnaire monolingue il y a des défini­
tions, viennent les équivalents, autrement dit les traductions du mot‐vedette en question qui combinent les vocabulaires des deux langues. À la fin, on donne normalement aussi des informations supplémentaires, comme des exemples ou des collocations. Les collocations sont des rapprochements fréquents d’au moins deux mots qui sont plus fixés que les combinaisons arbitraires de mots mais 79 Yli‐Jokipii 2004 : 88 80 Sandrini P., 1997. « Terminologieausbildung im Curriculum für Sprachmittler », in Fleisch‐
mann E. – Kutz W. – Schmitt P. A. éds., Translationsdidaktik: Grundfragen der Übersetzungswis­
senschaft. Tübingen, Narr : 502 81 Snell‐Hornby M., 2003. « Wörterbücher », in Snell‐Hornby M. – Hönig H. G. – Kuβmaul P. – Schmitt P. A. éds., Handbuch Translation. Tübingen, Stauffenburg : 181‐182 82 Hartmann R. R. – James G., 1998. Dictionary of lexicography. London, Routledge : lemma, sv. 83 Pearson J., 1998. Terms in context. Philadelphia, John Benjamins Publishing Company : 70 84 Dictionary of lexicography : bidirectional dictionary, sv. 85 Snell‐Hornby 2003 : 181‐182 et Dictionary of lexicography : bilingual dictionary, sv. 20 moins fixés que les idiomes, par exemple violente et diatribe (une violente dia­
tribe).86 Nous reviendrons sur les collocations au point 1.3.4 (p. 23). Il existe des dictionnaires bilingues de langue générale aussi bien que de langue spécialisée. Un dictionnaire général est un dictionnaire de langue générale dont l’objectif est de décrire toute la langue en se concentrant surtout sur le vocabu‐
laire. Il a été conçu pour des fonctions générales, car il offre des informations par exemple sur le sens, sur l’utilisation idiomatique et sur l’orthographe des mots. Comme le dictionnaire de langue générale couvre plusieurs fonctions, il peut sa‐
tisfaire à un grand nombre de besoins d’un grand nombre de différents types d’utilisateurs.87 Un dictionnaire bilingue peut aussi être un dictionnaire spécialisé qui contient des informations plus limitées qu’un dictionnaire général. Autrement dit, un dic‐
tionnaire spécialisé se concentre par exemple sur un certain type d’informations, comme sur les idiomes ou le vocabulaire technique de l’automobile, ou sur une certaine langue, comme la langue technique, juridique ou médicale.88 Un grand nombre de dictionnaires spécialisés sont des dictionnaires techniques. Un dic‐
tionnaire technique décrit la langue technique, et son niveau technique dépend des connaissances de ses utilisateurs.89 Il en existe une grande variété avec diffé‐
rents sujets et différents types d’information linguistique et encyclopédique, et ils peuvent couvrir plusieurs ou une seule branche, ou des catégories d’une branche.90 À cause de raisons financières, surtout quand il s’agit de langues de faible diffu‐
sion, et pour être sûr que le dictionnaire sera publié un jour, il peut être néces‐
saire qu’un dictionnaire bilingue inclue une combinaison de fonctions pour s’adresser à un groupe d’utilisateurs plus vaste.91 C’est souvent le cas quand il s’agit de dictionnaires techniques, parce que leur vocabulaire n’est pas norma‐
lement lié à la culture, en comparaison par exemple avec la langue juridique.92 Cependant, s’il s’agit par exemple d’un dictionnaire spécialisé qui couvre plu‐
sieurs branches, il peut arriver qu’il ne contienne pas assez de mots‐vedettes de chaque branche ou que les informations ne soient pas assez approfondies. Il ne reste pas non plus beaucoup de place pour les informations encyclopédiques : soit il n’y en a pas du tout, soit il y en a en nombre très limité.93 En comparaison avec les dictionnaires bilingues de la langue générale, les dictionnaires spéciali‐
86 Snell‐Hornby 2003 : 181‐182 et Dictionary of lexicography : bilingual dictionary, sv. 87 Dictionary of lexicography : general dictionary, sv. 88 Dictionary of lexicography : specialized dictionary, sv. 89 Dictionary of lexicography : technical dictionary, sv. 90 Bergenholz – Tarp 1995 : 70 91 Bergenholz – Tarp 1995 : 20, 51 92 Bergenholz – Tarp 1995 : 70‐72 93 Bergenholz – Tarp 1995 : 60 21 sés proposent rarement des définitions ou des informations encyclopédiques, comme des marques de domaine, car on suppose que l’utilisateur connaît et comprend déjà le terme dans sa langue maternelle. Cependant, les informations peuvent être vitales pour trouver le bon équivalent de traduction.94 1.3.2. Les utilisateurs et les fonctions
Un dictionnaire est, ou devrait toujours être, rédigé 1) pour un certain type d’utilisateur et 2) pour une certaine situation d’utilisation, qui ont un effet sur 3) le type d’information inclus dans les articles qui peut être linguistique ou ency­
clopédique. Avant la rédaction d’un dictionnaire, les rédacteurs devraient donc choisir un utilisateur pour le dictionnaire, les situations où on devrait pouvoir en tirer profit, autrement dit les fonctions d’un dictionnaire, et les informations qui peuvent répondre aux exigences des utilisateurs et des situations d’utilisation.95 Selon une catégorisation possible, il y a quatre types d’utilisateur principaux : 1) Les experts qui ont de bonnes connaissances encyclopédiques et de bonnes connaissances linguistiques (+/+) 2) Les experts qui ont de bonnes connaissance encyclopédiques mais de mauvaises connaissances linguistiques (+/‐) 3) Les profanes qui ont de mauvaises connaissances encyclopédiques mais de bonnes connaissances linguistiques (‐/+) 4) Les profanes qui ont de mauvaises connaissances encyclopédiques et de mauvaises connaissances linguistiques (‐/‐).96 Généralement, le traducteur, qui est le type d’utilisateur étudié dans ce mémoire, fait normalement partie du groupe 3) : il a de mauvaises connaissances encyclo‐
pédiques mais de bonnes connaissances linguistiques en comparaison avec un expert. S’il est difficile de définir les différents types d’utilisateur, le choix de l’utilisateur est aussi une tâche difficile pour les rédacteurs, car un dictionnaire doit souvent être écrit pour un groupe d’utilisateurs très varié. L’utilisateur pré‐
vu peut donc être un expert, un semi‐expert (par exemple un étudiant) ou un profane. Cela a pour effet qu’il existe plusieurs cas de figure en ce qui concerne la quantité et la nature des informations linguistiques et des informations encyclo‐
pédiques qui peuvent être incluses dans un dictionnaire bilingue.97 En ce qui concerne les fonctions d’un dictionnaire, les différentes fonctions pos‐
sibles sont la compréhension de la langue étrangère, la compréhension de la langue maternelle, la production dans la langue étrangère, la production dans la 94 Pearson 1998 : 71 et Bergenholz – Tarp 1995 : 71 95 Bergenholz – Tarp 1995 : 20 96 Bergenholz – Tarp 1995 : 21 97 Bergenholz – Tarp 1995 : 21, 25 22 langue maternelle, la traduction vers la langue maternelle et la traduction vers la langue étrangère.98 La fonction étudiée dans ce travail est la traduction à partir de la langue étrangère vers la langue maternelle du traducteur qui est donc une combinaison de deux fonctions : la compréhension de la langue étrangère et la production dans la langue maternelle. 1.3.3. La consultation d’un dictionnaire
Il existe plusieurs modèles concernant la consultation d’un dictionnaire. Un de ces modèles est celui de Bogaards. Lorsque l’utilisateur rencontre un problème et a donc besoin de consulter un dictionnaire, il a besoin de  déterminer la nature du problème : s’il s’agit par exemple d’un problème conceptuel, linguistique, lexical ou syntactique ;  décider de consulter un dictionnaire et le type de dictionnaire ou décider de ne pas consulter un dictionnaire ;  déterminer le mot qui constitue le problème ;  trouver le mot‐vedette dans le dictionnaire ;  choisir éventuellement entre plusieurs mots‐vedettes qui se trouvent sous un mot vedette principal ;  trouver l’information nécessaire et appropriée ; le plus souvent il est né‐
cessaire de modifier la forme grammaticale et d’adapter les informations au contexte ;  si l’utilisateur est satisfait du résultat final, la consultation du dictionnaire se termine ; s’il ne l’est pas, il peut toujours revenir au début ou à un autre niveau.99 1.3.4. Les informations supplémentaires
La compréhension d’un texte spécialisé écrit dans une langue étrangère ne suffit pas pour pouvoir le traduire.100 Pour être capable de bien traduire, le traducteur a besoin de deux types d’information concernant 1) la compréhension de la langue étrangère et 2) la production dans la langue maternelle. La quantité d’informations dont le traducteur a besoin au bout du compte pour traduire dé‐
pend naturellement de son niveau d’expertise,101 mais aussi du type de pro‐
blème qu’il a rencontré au cours du processus de traduction102. En tout état de cause, plus l’utilisateur se voit proposer d’informations sur les équivalents, donc 98 Bergenholz – Tarp 1995 : 24 99 Bogaards P., 2003. « Uses and users of dictionaries », in Sterkenburg P. van, éd., A practical guide to lexicography. Philadelphia, John Benjamins Publishing Company : 28‐31 100 Tarp 2008 : 157 101 Bergenholz – Tarp 1995 : 24 102 Hannay M., 2003. « Types of bilingual dictionaries », in Sterkenburg P. van, éd., A practical guide to lexicography. Philadelphia, John Benjamins Publishing Company : 145 23 sur leur utilisation et sur les différences entre leurs différents sens, plus le dic‐
tionnaire est utile.103 Dans le cas de la compréhension de la langue étrangère, le traducteur a besoin d’informations qui l’aident à trouver le bon mot‐vedette, le bon équivalent et à connaître le degré d’équivalence entre la langue de départ et la langue d’arrivée. Les informations nécessaires sur la langue étrangère sont par exemple la nature grammaticale, le genre, les collocations, les irrégularités et les notes encyclopé‐
diques. Dans le cas de la production dans la langue maternelle, le traducteur a besoin d’informations pour produire un texte correct dans sa langue maternelle. Les informations nécessaires sur la langue maternelle du traducteur sont par exemple l’orthographe, le genre, les irrégularités, les collocations et les informa‐
tions sur l’usage du mot‐vedette.104 Les collocations sont un phénomène complexe qui demande au lexicographe une bonne connaissance du vocabulaire et des liens entre les mots. Si, Comme on l’a vu plus haut, une collocation est un groupe d’au moins deux mots qui se trou‐
vent fréquemment ensemble, tous les types de combinaisons de mots ne sont cependant pas des collocations. Il faut que la combinaison soit typique et carac‐
téristique du sujet en question. Par exemple, acheter un dictionnaire peut être classé comme une combinaison arbitraire ou ouverte tandis que dans le cas de consulter un dictionnaire il s’agit d’une combinaison de mots typique qui con‐
cerne les dictionnaires et leur utilisation. Les objets (au sens grammatical) pos‐
sibles du verbe consulter sont en nombre limité (dictionnaire, avocat, médecin, etc.), ils forment donc avec ce verbe des collocations. Le travail des lexico‐
graphes n’est pas facile, parce qu’il n’existe pas de définition unique de la collo‐
cation ni de consensus sur la manière dont elles devraient être présentées dans un dictionnaire, autrement dit, quel terme de la collocation est le plus important, et, donc, sous lequel des deux la collocation devrait se trouver. Dans le cas de consulter un dictionnaire, les deux possibilités sont les mots‐vedettes consulter et dictionnaire. De plus, pour des raisons de place, il n’est évidemment pas possible d’inclure toutes les collocations existantes dans un dictionnaire et c’est pourquoi il faut toujours faire une sélection.105 Normalement, c’est dans la traduction que le besoin des collocations est le plus grand. Quelles que soient les connaissances linguistiques ou encyclopédiques du traducteur, présentées dans la partie 1.3.2., les collocations sont toujours utiles car, même si le traducteur comprend le sens du texte de départ, le sens spéci‐
fique des termes peut poser des difficultés.106 Au cours du processus de traduc‐
103 Snell‐Hornby 2003 : 181‐182 104 Bergenholz – Tarp 1995 : 24 105 Bergenholz – Tarp 1995 : 117‐118 106 Bergenholz – Tarp 1995 : 122, 124 24 tion, le traducteur a aussi besoin d’informations sur les équivalents de traduc‐
tion, le degré d’équivalence entre les deux langues, ainsi que des exemples, la forme standard et aussi de ce qu’on appelle des marques de domaine.107 Les marques de domaine, dont nous analyserons certaines de plus près dans cette étude, sont des informations supplémentaires sur les mots‐vedettes. Des marques de domaine sont par exemple : (atk) : informatique (au), (aut) : automobile (fys) : physique (ilm) : aviation (kem): chimie (krjp) : imprimerie (lääk) : médecine (maatal) : agriculture (pol) : politique (psyk) : psychologie (sähk) : électrotechnique (tekn) : technique (yf) : physique nucléaire.108 Une marque de domaine signale à l’utilisateur qu’un terme relève plus spécifi‐
quement de telle ou telle branche professionnelle, où il a un sens particulier en comparaison, d’une part, avec d’autres branches spécialisées et, d’autre part, avec la langue générale. Autrement dit, un seul terme peut avoir plusieurs réfé‐
rents et traductions qui dépendent de la branche ou du contexte où il est utili‐
sé.109 Les termes qui changent de référent en fonction du domaine sont nom‐
breux, comme rétrograder et sculpture, où les marques de domaine se trouvent entre paranthèses : rétrograder v I 1 kulkea taaksepäin, perääntyä, taantua 2 taantua 3 (aut) vaihtaa pienemmälle vaihteelle 4 (täht) liikkua vastapäivään II 1 (sot, hall) alentaa arvossa, siirtää alemmaksi 2 (urh) pudottaa alempaan sarjaan ; être rétrogradé en première division pudota 1. divisioonaan. sculpture f 1 kuvanveistotaide, kuvanveisto 2 veistos, kuvapatsas ; sculpture sur bois puunveisto, puunleikkaus 3 (auton, pyörän renkaan) kulutuspinnan kuviointi.110 Il y a cependant une certaine variation dans la manière et dans l’étendue avec lesquelles les dictionnaires attachent des marques de domaine aux termes, sur‐
tout en ce qui concerne la langue technique111. Par exemple, le terme technique 107 Bergenholz – Tarp 1995 : 24 108 Voir la partie 2.3. 109 Verkuyl H. – Janssen M. – Jansen F., 2003. « The codification of usage by labels », in Sterken‐
burg P. van, éd., A practical guide to lexicography. Philadelphia, John Benjamins Publishing Company : 301‐302 110 Kalmbach J‐M. – Sundelin S., 2008. Ranska­suomi­suursanakirja. Helsinki. WSOY : rétrograder, sculpture, sv. (les indications pour la prononciation n’ont pas été incluses dans les exemples) 111 Dictionary of lexicography : subject label, sv. 25 de l’automobile rétroviseur intérieur (sisätaustapeili) pourrait être marqué dans quelques dictionnaires par (tekn) (technique) tandis que dans quelques autres par exemple par (aut) (automobile). Les deux solutions sont correctes, mais la marque de domaine d’automobile est plus spécifique. De plus, une autre difficulté en ce qui concerne les informations supplémen‐
taires est le fait que les deux types d’information, donc les informations linguis‐
tiques et encyclopédiques, se trouvent rarement dans le même dictionnaire même si le traducteur a souvent besoin des deux. Par exemple, les définitions sont une caractéristique des dictionnaires monolingues, les traductions de mots‐
vedettes se trouvent dans les dictionnaires bilingues et multilingues, et tous les dictionnaires ne contiennent par exemple pas de marques de domaine. Souvent, le traducteur a donc besoin de consulter plusieurs sources pour trouver des in‐
formations supplémentaires sur un mot‐vedette, qui peuvent l’aider par exemple à comprendre le texte de départ et, de cette façon, à choisir le bon réfé‐
rent et la bonne possibilité de traduction.112 1.3.5. L’équivalence
La traduction d’un mot‐vedette, qu’on trouve par exemple dans des diction‐
naires bilingues, s’appelle un équivalent. Il y a différents types d’équivalence ; l’équivalence complète, partielle et zéro, qui sont utilisées pour décrire la rela‐
tion entre un mot‐vedette et sa traduction dans la langue d’arrivée.113 Comme les mots‐vedettes et leurs traductions sont une caractéristique des dictionnaires bilingues, les profanes pensent facilement qu’un dictionnaire bilingue est en premier lieu un dictionnaire de traduction. De plus, ils pensent souvent qu’un dictionnaire de ce type peut fournir à l’utilisateur des équivalents prêts à ser‐
vir.114 Ce sont cependant des conceptions dangereuses parce que le plus souvent l’équivalence entre deux mots est plutôt partielle que complète115. De plus, selon certains linguistes, il n’existe jamais d’équivalence complète entre deux langues à cause de différences entre les cultures. Cela veut dire que même si un mot‐vedette semble avoir un « équivalent » dans une autre langue, l’équivalence n’est jamais complète parce que les deux termes font référence à deux choses différentes dans le monde, qui font partie de deux cultures diffé‐
rentes, comme les termes désignant les différents systèmes de justice. C’est pourquoi, même si les dictionnaires bilingues ont pour mission d’aider les utili‐
sateurs à trouver le bon équivalent, cela n’est pas toujours possible. Comme la 112 Bergenholz – Tarp 1995 : 26‐27 113 Bergenholz – Tarp 1995 : 15 114 Snell‐Hornby 2003 : 181 115 Dictionary of lexicography : equivalence, sv. 26 langue technique n’est pas très liée à la culture, ces problèmes ne sont heureu‐
sement pas courants.116 Malgré la possibilité qu’il n’existe jamais ou pas très souvent une équivalence complète entre deux langues, le traducteur essaie toujours de trouver un terme ou une locution qui soient le plus proches possible de l’expression de la langue de départ, parce qu’il est bien obligé de faire un choix. Si le terme consulté est monosémique et a un seul sens dans la langue d’arrivée, comme le mot anglais dog, le traducteur a des chances de trouver la bonne traduction, car les diction‐
naires bilingues devraient s’accorder sur le fait que le mot se traduit par chien. Par contre, si le mot est polysémique et a donc plusieurs sens, la tâche du traduc‐
teur devient plus difficile car les dictionnaires bilingues donnent (ou devraient donner) plusieurs équivalents pour le mot‐vedette. De plus, comme il s’agit de sens différents, tous les équivalents ne sont pas interchangeables. 117 Par exemple, le mot finnois venttiili peut désigner diverses choses, comme une prise d’air ou une valve, qui ne peuvent pas être utilisés dans le même contexte car ces termes n’ont pas le même référent dans le monde. Un bon dictionnaire bilingue offre donc le plus possible d’informations sur le sens et l’utilisation de différents équivalents pour aider le traducteur dans la prise de décision.118 Des informations sur les différents équivalents sont par exemple les marques de domaine ou les exemples. Un dictionnaire bilingue ne peut cependant pas résoudre tous les problèmes en ce qui concerne ce choix : très souvent, l’ordre des différents équivalents est arbitraire s’ils ne sont pas présentés par exemple dans l’ordre de leur fréquence d’emploi. De plus, la caté‐
gorisation du vocabulaire dans différentes techniques et branches, par exemple, est toujours relative : le même terme technique de l’automobile peut par exemple être marqué par (auto) et (techn) dans différents dictionnaires. Toutes les deux solutions peuvent être tout à fait correctes la seule différence étant que la dernière marque de domaine est plus spécifique. C’est donc très souvent au traducteur de faire le choix entre les différentes possibilités de traduction.119 C’est pourquoi il faut accepter le fait qu’un dictionnaire bilingue peut aider l’utilisateur à trouver la meilleure solution parmi plusieurs possibles en donnant des renseignements supplémentaires sur les mots, mais très rarement il peut fournir au traducteur des solutions prêtes à l’emploi.120 116 Bergenholz – Tarp 1995 : 62 117 Maillot J., 1981. La traduction scientifique et technique. Paris, Technique et Documentation : 150‐151 118 Snell‐Hornby 2003 : 182 119 Maillot 1981 : 151 120 Snell‐Hornby 2003 : 181 27 1.3.6. La fiabilité des dictionnaires
Les dictionnaires sont des outils indispensables pour les traducteurs mais ils ne peuvent pas garantir un processus de traduction impeccable.121 Aussi bien le contenu du dictionnaire que sa consultation peuvent poser plusieurs problèmes. Comme nous l’avons déjà constaté, on ne peut pas compter sur le fait qu’il existe une équivalence complète entre deux langues. De plus, dans les langues comp‐
tant relativement peu de locuteurs, comme c’est le cas avec le finnois, il n’y a pas beaucoup de choix entre les dictionnaires. Soit les projets lexicographiques sont encore au début, soit ils ne sont jamais terminés à cause de questions financières. De plus, très souvent, même si un dictionnaire est nouveau, il contient déjà du vocabulaire et des équivalents vieillis car les dictionnaires sont souvent des ver‐
sions révisées et le travail sur le dictionnaire commence déjà bien avant sa pu‐
blication.122 Quand il s’agit d’un dictionnaire technique bilingue, surtout, on ne peut pas partir du principe qu’un seul et même rédacteur connaisse tous les domaines de la technique. Le fait que l’auteur du dictionnaire doive consulter des ouvrages spé‐
cialisés ou se servir d’autres dictionnaires pour combler ses lacunes, diction‐
naires qui peuvent contenir eux‐mêmes des erreurs ou des défauts, ne fait qu’augmenter les problèmes. Parfois, le volume des dictionnaires techniques est aussi « gonflé » par l’insertion de termes qui ne sont pas techniques. Par consé‐
quent, l’utilisateur peut être abusé par le nombre élevé de mots‐vedettes, si son intention a été de consulter le dictionnaire le plus complet possible. Les diction‐
naires techniques peuvent de cette façon poser des problèmes pour les auteurs aussi bien que pour leurs utilisateurs.123 Avec la mondialisation et la coopération internationale qui augmente, le nombre et le volume de textes techniques augmente aussi. De plus, comme les textes techniques sont souvent produits pour les besoins d’innovations et pour le déve‐
loppement de produits, la langue technique doit être innovante et, partant, le ni‐
veau de spécialisation des textes augmente124. Une autre caractéristique de la technique est le fait qu’elle se développe très rapidement125. À cause de ces ten‐
dances, les dictionnaires ne peuvent pas suivre le développement, ni qualitati‐
vement ni quantitativement. Cependant, la traduction de textes techniques est possible uniquement dans le cas où des instances diverses (éditeurs, groupes de travail terminologique, organismes de standardisation, etc.) veillent à l’évolution du vocabulaire spécialisé et ne le laissent pas se développer de façon anarchique. 121 Hervey – Higgins 1992 : 167 122 Snell‐Hornby 2003 : 182‐183 123 Maillot 1981 : 152 124 Hervey – Higgins 1992 : 167 125 Björklund L. – Lindberg J‐C., 1991. Översättning av kärlek till svenskan. Helsingfors, Svenska Finlands folkting : 30 28 C’est pourquoi il est important que le vocabulaire soit standardisé et qu’il soit facilement disponible.126 Le dictionnaire bilingue est approprié et nécessaire dans la traduction du voca‐
bulaire spécialisé. Le problème est que tous les termes ne peuvent pas être in‐
clus dans une œuvre imprimée. Heureusement, on trouve aujourd’hui beaucoup de glossaires et de collections sous forme électronique où le manque de place n’est pas une restriction. De plus, il est possible de trouver des termes même dans des branches très limitées.127 Bref, la qualité des dictionnaires varie énor‐
mément et il y a un grand nombre de problèmes susceptibles de surgir. Cepen‐
dant, même les dictionnaires les plus médiocres peuvent aider le traducteur dans son travail et à éviter certaines erreurs, mais ils doivent être utilisés avec discernement.128 1.4. Méthode de recherche
Dans cette partie, nous présenterons d’abord les dictionnaires analysés et le vo‐
cabulaire utilisé dans leur étude. De plus, nous définirons les critères sur la base desquels les résultats de l’analyse et les dictionnaires seront évalués dans la suite de notre étude. 1.4.1. Les dictionnaires étudiés
Nous étudierons au total cinq dictionnaires bilingues. Trois de ces dictionnaires sont des dictionnaires finnois‐français‐finnois, dont uniquement la partie fran‐
çais‐finnois sera analysée, et deux dictionnaires sont des dictionnaires français‐
finnois. Trois de ces dictionnaires sont des dictionnaires bilingues de langue gé‐
nérale, parmi lesquels se trouvent un grand dictionnaire bilingue et un diction‐
naire spécialisé. Même s’il n’existe pas un grand nombre de dictionnaires fran‐
çais en Finlande, nous avons néanmoins réussi à trouver des dictionnaires qui différent en ce qui concerne leur volume, le public auquel ils sont destinés, ainsi que leurs fonctions. Après les avoir analysés, nous espérons pouvoir répondre la question de savoir quel type de dictionnaire convient le mieux à la traduction du vocabulaire technique de l’automobile et pourquoi. Les cinq dictionnaires sont les suivants : Ranska­suomi­suursanakirja (FR‐FI‐08)129  Ce dictionnaire est un grand dictionnaire français‐finnois. Il contient 170 000 mots et expressions, et c’est le dictionnaire le plus vaste dans notre étude. Il est censé contenir du vocabulaire de domaines spécialisés, comme du vocabulaire technique, et il a été rédigé surtout pour les be‐
126 Arntz 2003 : 77 127 Snell‐Hornby 2003 : 182 128 Maillot 1981 : 149 129 Tout tiré de FR‐FI‐08 : passim 29 soins des traducteurs. Ce dictionnaire est, en comparaison avec les autres dictionnaires analysés, rapide, clair et facile à utiliser. C’est dû au fait que les mots sont, même s’ils partagent le même radical (par exemple ral­
longe n., rallongement n., rallonger v.130), présentés comme mots‐vedettes séparés, alors que d’autres dictionnaires regroupent certains mots de même radical au sein d’un même bloc typographique. C’est valable aussi pour les groupes de mots qui forment un mot composé non marqué par un trait d’union.  S’il y a des exemples, toute la phrase a été traduite, et non pas unique‐
ment la partie en question ou toutes les autres parties avec le terme en question remplacé par un symbole. Ce que nous considérons en effet comme une bonne chose à noter en plus, c’est que, même si cela prend plus de place, le mot‐vedette n’a pas été remplacé par un signe (par exemple un tilde ~) dans les exemples, comme c’est souvent le cas dans les dictionnaires bilingues, finlandais : les rédacteurs ont utilisé des ex‐
pressions complètes dans les exemples en finnois aussi. Suomi­ranska­suomi­sanakirja (FI‐FR‐FI‐07)131  Ce dictionnaire est un dictionnaire finnois‐français‐finnois qui contient au total 123 000 mots‐vedettes dont 70 000 en finnois et 53 000 en fran‐
çais. Il s’agit d’un dictionnaire de langue générale qui a été conçu pour des utilisateurs exigeants pour être utilisé dans le cadre des études, du travail ou des loisirs. Selon la 4e page de couverture, le dictionnaire con‐
tient un vocabulaire actualisé, des phrases d’exemple ainsi que des locu‐
tions typiques, et c’est un ouvrage de référence concis et détaillé. De plus, il est dit qu’il contient des néologismes et du vocabulaire spécialisé si les termes et les locutions se sont déjà entrés dans la langue générale. Même si cet ouvrage est facile et agréable à utiliser, le fait que le mot‐vedette ait parfois été remplacé par un tilde (~) peut parfois en compliquer la con‐
sultation quand les articles sont très longs. Suomi­ranska­suomi ­sanakirja (FI‐FR‐FI‐06)132  Ce dictionnaire finnois‐français‐finnois contient 70 000 mots et expres‐
sions, et c’est le dictionnaire le plus limité en termes de volume parmi les dictionnaires analysés. C’est aussi le dictionnaire le plus général. C’est pourquoi il sera particulièrement intéressant de voir si on peut y trouver des termes et des expressions du vocabulaire technique de l’automobile car ce type de vocabulaire se trouve souvent aussi dans la langue géné‐
rale. Le dictionnaire a été fait pour les besoins d’un apprenant de français 130 FR‐FI‐08 : 1273 131 Tout tiré de Kalmbach J‐M. – Sundelin S., 2007. Suomi­ranska­suomi­sanakirja. Helsinki. WSOY : passim 132 Tout tiré de Lattunen H. – Viljanen K., 2006. Suomi­ranska­suomi ­sanakirja. Helsinki, Gumme‐
rus : passim 30 ayant des connaissances intermédiaires sur la langue. Il contient du vo‐
cabulaire de base, de la langue quotidienne et du vocabulaire de do‐
maines spécialisés d’aujourd’hui, par exemple du vocabulaire technique, si un utilisateur de la langue générale en a besoin. Il dit contenir aussi des exemples ainsi que des marques de style et des marques de domaine. Uusi ranskalais­suomalainen sanakirja (FR‐FI‐06)133  Ce dictionnaire est l’autre dictionnaire unidirectionnel français‐finnois que nous analyserons dans ce mémoire. Il contient 90 000 mots‐vedettes et expressions de la langue générale d’aujourd’hui. Quand on feuillète le dictionnaire, on remarque assez vite, comme dans le cas de l’autre dic‐
tionnaire français‐finnois, qu’il s’agit probablement d’un bon dictionnaire bilingue aussi bien quantitativement que qualitativement. Cependant, ce dictionnaire est le seul parmi les dictionnaires étudiés qui ne définit pas les situations où il peut être utilisé ni les utilisateurs pour les besoins desquels il a été conçu (à part le fait de dire qu’il convient le mieux aux finnophones).  En comparaison avec le grand dictionnaire, celui‐ci est beaucoup plus dif‐
ficile à utiliser : au lieu d’utiliser des phrases complètes dans les articles du dictionnaire, le mot‐vedette est toujours remplacé par le signe ~. De plus, le radical du mot‐vedette se trouve toujours au début de chaque ar‐
ticle et les dérivés, dont on donne uniquement les terminaisons avec le signe ~, sont listés après celui‐ci. C’est pourquoi les articles deviennent parfois longs, laborieux à lire et difficiles à interpréter, comme dans le cas d’accélérateur : 
accélér||at|eur, ~rice I a kiihdyttävä, lisäävä II m 1 aut kaasupoljin 2 kem katalysaattori 3 ydfys kiihdytin ~ation f 1 kiihtyvä nopeus, kiihty‐
vyys, kiihdyttäminen, nopeuttaminen 2 aut pédale d’~ kaasupoljin; voie d’~ kiihdytyskaista ~é,­e I a nopeutettu ; cours ~ pikakurssi II m elok en ~ nopeutettuna ~er I tr (5a) kiihdyttää, nopeuttaa ; aut kaasuttaa II rfl kiihtyä, nopeutua ~omètre m tekn kiihtyvyysmittari.134 Une chose positive est que le dictionnaire donne beaucoup d’exemples. Cependant, les phrases d’exemple ne sont pas entièrement, voire parfois pas du tout traduites, comme dans le cas d’appuyer sur qc ou gonflage des pneus où les traductions devraient être painaa nappia et renkaiden täyt­
täminen : appuyer II itr ~ sur qc painaa ; ~ sur le bouton myös soittaa gonfl|age ~ des pneus täyttäminen, myös ilmanpaine.135 133 Tout tiré de Pesonen P. – Pesonen P., 2006. Uusi ranskalais­suomalainen sanakirja. Helsinki. Finn lectura : passim 134 FR‐FI‐06 : accélérateur, sv (les indications pour la prononciation n’ont pas été incluses dans les exemples) 135 FR‐FI‐06 : appuyer, gonflage des pneus, sv. 31 Cela fait naturellement gagner de la place mais rend la consultation du dictionnaire lente et parfois difficile. De plus, parfois les signes sont ex‐
trêmement difficiles à interpréter, comme c’est le cas de vaunun­, auton­
kori, ­teollisuus ou dieselmoottori, ­auto136 (on ne sait pas si ­auto veut dire dieselauto ou dieselmoottoriauto). Nous verrons encore dans la syn‐
thèse ce que l’on peut penser de ce genre de choix lexicographique. Suomi­ranska­suomi : tekniikan ja kaupan sanakirja (FI‐FR‐FI‐96)137  Ce dictionnaire est le seul dictionnaire spécialisé analysé dans cette étude et il couvre les domaines de la technique et du commerce. Le dictionnaire contient plus de 55 000 mots‐vedettes et 80 000 équivalents dans les deux sens. Il a été fait pour être utilisé dans l’enseignement, dans la tra‐
duction et dans la recherche. Ce dictionnaire définit son lecteur comme un professionnel qui connaît bien la langue française générale. Le lecteur a cependant besoin de consulter un dictionnaire général, car ce diction‐
naire spécialisé essaye d’éviter les redondances avec la langue générale et il se concentre, en ce qui concerne le vocabulaire technique, sur les sens spécialisés de mots.  En comparaison avec d’autres dictionnaires analysés, ce dictionnaire donne toujours le genre du mot, mais pas la prononciation. Il ne donne pas non plus d’exemples, ce qui peut rendre difficile la bonne traduction d’un terme technique même si le dictionnaire contient des marques de domaine. Comme les mots composés sont présentés sous forme de mots‐
vedettes, la structure ressemble à celle du grand dictionnaire FR‐FI‐08. Diction‐
naire FR‐FI‐08 FI‐FR‐FI‐07 FI‐FR‐FI‐06 FR‐FI‐06 FI‐FR‐FI‐96 Tableau 1 – Caractéristiques des dictionnaires étudiés Mots‐
Vocabulaire
Utilisateurs
vedettes Langue générale, 170 000 domaines de spécia‐
Traducteurs fr‐fi lité Langue générale Utilisateurs exi‐
53 000 vocabulaire actuali‐
geants fr‐fi sé Étudiants avec con‐
70 000 Langue quotidienne, naissances intermé‐
fi‐fr‐fi vocabulaire de base diaires 90 000 Langue générale Finnophones fr‐fi d’aujourd’hui Langue du com‐
Professionnels avec 55 000 merce et de la tech‐
bonnes connais‐
fr‐fi nique sances linguistiques Situations
Traduction Études, travail, loisirs Études (138) Enseignement, traduction, recherche 136 FR‐FI‐06 : carrosserie, diesel, sv. 137 Tout tiré de Talvitie J. – Hytönen A., 1996. Suomi­ranska­suomi: tekniikan ja kaupan sanakirja. Porvoo, Helsinki, Juva. WSOY : passim 138 Non indiqué dans le dictionnaire. 32 1.4.2. Le vocabulaire étudié
Pour pouvoir examiner la manière dont les dictionnaires bilingues de langue française disponibles et utilisés en Finlande conviennent à la traduction de textes techniques, nous avons choisi comme source de corpus en français une notice d’utilisation d’une Renault Mégane de 2010139. Cette notice d’utilisation, qui ressemble à un mode d’emploi, est disponible en ligne et est un document authentique. Même si la Renault Mégane n’est pas parmi les voitures les plus achetées en Finlande, le modèle Mégane représente plus que 50 pour cent des véhicules de marque Renault immatriculés en Finlande en 2010140. Le vocabu‐
laire choisi est le vocabulaire technique de l’automobile car il représente un cas extrêmement intéressant : d’un côté, il y a un grand nombre de termes tech‐
niques avec lesquels le grand public est familier, mais d’un autre côté, il y a aussi des termes et des expressions plus techniques et moins connus. Avec un vocabu‐
laire dont le niveau technique varie, il sera possible de découvrir les différences entre les dictionnaires étudiés. Pour analyser les dictionnaires, nous avons sélectionné 216 termes techniques dans la notice d’utilisation. Les termes choisis sont essentiellement des noms ou des nominalisations qui sont typiques de la langue technique, mais il y a aussi quelques verbes. Les termes comportent le plus souvent un seul mot, comme cric ou rétrograder, qui n’ont pas posé de difficultés de sélection, ou deux mots comme essieu arrière, et nous avons aussi trouvé quelques termes techniques plus complexes comme essence sans plomb et système antiblocage des freins. Le choix de termes complexes était extrêmement difficile parce qu’il n’était pas fa‐
cile d’estimer quels termes et locutions techniques se sont fixés, raison pour la‐
quelle ils devraient être présents dans le dictionnaire, et lesquels ne le sont pas. En ce qui concerne le niveau technique des termes et des locutions choisis, les locutions étant un groupe de mots incluant un verbe et désignant un concept141, il y en a de deux types différents : des mots et des locutions faisant essentielle‐
ment partie de la langue technique de l’automobile, comme coussin gonflable et lève­vitre, ainsi que des mots et des locutions qui font partie de la langue tech‐
nique de l’automobile mais aussi de la langue technique générale, comme perte de pression et liquide de freins. Nous aurions tout aussi bien pu choisir seulement des termes faisant partie du vocabulaire technique de l’automobile, mais de cette façon il sera possible d’évaluer le niveau technique et le degré de spéciali‐
139 Renault, 2010. Mégane. Notice d’utilisation. http://www.e‐
guide.renault.com/837_7_FRA_K95/ ressources/Download/NU837‐7_FRA.pdf (consulté le 9.5.2011). 140 Liikenteen turvallisuusvirasto Trafi, 2010. Ensirekisteröinnit henkilöauton merkin ja mallin mukaan vuosi 2010. Helsinki. http://www.ake.fi/AKE/Tilastot/ Ensirekis‐
ter%C3%B6innit/Henkil% C3%B6autot+merkin+ja+mallin+mukaan/Vuosi+2010/Vuosi+2010.htm (consulté le 9.5.2011). 141 Arntz 2003 : 81 33 sation des dictionnaires. Comme il s’agit d’une notice d’utilisation destinée au grand public, la plupart des termes analysés ne sont pas trop techniques, leur sens est connu de tout le monde, comme ceinture de sécurité ou frein à main. Nous avons aussi décidé d’inclure des termes qui sont plus techniques et proba‐
blement moins connus, comme sculptures, recyclage de l’air ou calandre. 1.4.3. Les critères d’évaluation des dictionnaires
Dans les parties 1.1. et 1.2., nous avons traité les caractéristiques de la langue technique ainsi que les problèmes qu’on peut rencontrer au cours du processus de la traduction technique. De plus, nous avons présenté un modèle sur la con‐
sultation d’un dictionnaire dans la partie 1.3.3. Sur la base de ces caractéris‐
tiques et de ces informations, il nous sera possible d’établir les critères pour l’analyse des dictionnaires bilingues. Ces critères sont les exigences que les dic‐
tionnaires bilingues doivent remplir pour être utiles dans la traduction du voca‐
bulaire technique de l’automobile. Comme il est facile de s’imaginer, il ne suffit pas qu’un dictionnaire bilingue contienne uniquement des traductions d’une langue vers une autre, mais il existe aussi d’autres exigences sur les diction‐
naires. Les critères pour évaluer les dictionnaires bilingues sont donc : La présence du terme  En comparaison avec plusieurs autres branches techniques, tout le monde est assez familier avec un nombre relativement élevé de mots du vocabulaire technique de l’automobile, parce que ces mots sont en usage dans la langue de tous les jours, comme c’est le cas d’accélérateur, essuie­
vitre, siège enfant, stationnement et volant. C’est pourquoi, il n’est pas né‐
cessaire de les inclure seulement dans des dictionnaires techniques mais aussi dans des dictionnaires de la langue générale.  La langue technique évolue tout le temps par des innovations et par la création de nouveaux mots. Un dictionnaire bilingue devrait être capable de suivre cette évolution, donc de maintenir son vocabulaire à jour.  La polynomie est un phénomène courant qui se trouve dans les textes techniques de l’automobile. C’est pourquoi, il sera particulièrement inté‐
ressant de voir comment les dictionnaires bilingues représentent le vo‐
cabulaire technique de l’automobile. Le bon sens et la bonne traduction :  Dans la traduction technique, on donne souvent la priorité au contenu in‐
formatif et à la communication efficace. Les modes d’emploi, surtout, qui font partie de textes informatifs et dont la fonction textuelle est directive, sont traduits pour les utilisateurs d’un appareil technique. Pour que le lecteur comprenne les instructions et pour qu’il puisse les suivre, il faut que le traducteur soit capable de produire une traduction compréhen‐
sible et exacte, éventuellement avec l’aide d’un dictionnaire bilingue, car 34 les erreurs de traduction ou les ambiguïtés peuvent mettre en question le texte, son rédacteur et l’information présentée. C’est pourquoi il est im‐
portant que les dictionnaires puissent offrir le bon sens du terme et des traductions exactes. Les informations supplémentaires  La sélection du bon terme dans la langue d’arrivée est souvent difficile dans la traduction technique, car les termes techniques ne sont pas du tout utilisés dans la langue générale ou ils ont un autre sens. De plus, les traducteurs n’ont pas à priori les mêmes connaissances encyclopédiques que les experts. C’est pourquoi, le dictionnaire bilingue devrait contenir par exemple des marques de domaine, des exemples ou des informations encyclopédiques pour que le traducteur puisse trouver le bon équivalent et connaître le degré d’équivalence entre la langue de départ et la langue d’arrivée. 35 2. Analyse quantitative et qualitative des dictionnaires bilingues
Nous avons analysé au total 216 termes techniques dans les cinq dictionnaires bilingues142. Sur la base de la présence ou de l’absence d’un mot dans un dic‐
tionnaire, nous avons regroupé les résultats en cinq catégories : Catégorie 1  Le terme est présent dans le dictionnaire soit comme mot‐vedette, soit comme mot‐vedette sous un mot‐vedette principal. Le terme est iden‐
tique au mot‐vedette et il s’agit du sens adéquat du terme. Un bon exemple d’un cas faisant partie de la catégorie 1 est allume­cigares : (pl allume­cigares) savukkeensytytin (autossa) 143 . Cette catégorie devrait permettre de représenter le volume et l’actualité des dictionnaires et leur utilité dans la traduction technique.  Dans certains cas, un terme a été mis dans cette catégorie si on le trouve uniquement comme faisant partie d’un exemple, comme dans l’occurrence d’option dont la traduction souhaitée est lisävaruste. Un des dictionnaires donne la solution suivante: voiture avec plusieurs options : monin eri vaihtoehdoin et en option : lisävarusteena144. Même si le traduc‐
teur doit modifier la forme de la traduction, ces cas représentent des constructions tellement simples que le traducteur peut être sûr qu’il s’agit du terme et du sens recherché. Catégorie 2  Cette catégorie représente un cas particulièrement intéressant. Il s’agit de termes dont le sens et la traduction sont corrects mais dont la forme dans les dictionnaires diffère de la forme utilisée dans la notice d’utilisation de la Renault Mégane. Cette catégorie peut donner une image des différences entre les termes utilisés par Renault et les termes figurant dans les dic‐
tionnaires bilingues, et de cette façon décrire le niveau de standardisation du vocabulaire technique de l’automobile.  Des termes faisant partie de cette catégorie sont par exemple capot mo­
teur qu’on trouve sous forme de capot dans quatre dictionnaires sur cinq, comme capot : (auton) konepelti, (tekn) suojus, vaippa145 ou coussin gon­
142 Voir l’annexe pour la liste des termes, les numéros de page dans la notice d’utilisation et les traductions en finnois 143 FI‐FR‐FI‐07 : allume‐cigares, sv. 144 FR‐FI‐06 : option, sv. 145 FR‐FI‐08 : capot, sv. 36 flable146, qui se trouve dans un dictionnaire sous la forme de coussin gon­
flable de sécurité : (aut) turvatyyny147. Catégorie 3  Cette catégorie, qui peut donner une image de la profondeur des diction‐
naires, représente des cas où le terme est présent dans le dictionnaire, mais dont le sens souhaité ne se trouve pas parmi les solutions de traduc‐
tion. Tantôt, les traductions du terme ne conviennent pas au contexte de la notice d’utilisation, tantôt il pourrait s’agir du bon sens, mais par exemple une marque de domaine ou une autre spécification implique qu’il s’agit de quelque chose d’autre.  Un exemple du premier cas est par exemple culasse, dont le sens et la tra‐
duction recherchés serait sylinterin kansi, mais pour lequel le dictionnaire donne uniquement la traduction lukko148. Pédalier149 représente un bon exemple du deuxième cas où le bon sens et la bonne traduction polkimet est présente dans le dictionnaire. Cependant, avant la traduction, on donne la spécification (polkupyörän) 150(d’un vélo), ce qui pourrait inciter le traducteur à ne pas accepter cette alternative dans le cas d’une voiture ou au moins à la mettre en doute. Catégorie 4  Les termes faisant partie de cette catégorie ne sont pas présents dans le dictionnaire mais il peut être possible de reconstruire leur sens et leur traduction en utilisant des parties du terme qui sont présentes séparé‐
ment dans le dictionnaire. Cependant, comme la difficulté dans la traduc‐
tion des termes techniques est souvent de trouver la bonne expression dans la langue maternelle du traducteur, la construction de la traduction peut être une mission impossible. De plus, il est difficile de dire plus spé‐
cifiquement si la construction des parties serait possible ou non car les cas varient énormément de l’un à l’autre.  Parfois, la construction du terme d’arrivée peut être assez simple si le sens du terme est tiré directement du sens de ses parties, comme dans l’occurrence d’essieu arrière (taka­akseli). Les deux parties du terme et leurs traductions se trouvent séparément et le traducteur peut les com‐
biner et arriver au bon sens et à la bonne traduction151. Parfois, la solu‐
tion n’est cependant pas aussi simple si le sens du terme n’est pas direc‐
tement le sens de ses parties. De plus, la construction du terme n’aide pas le traducteur s’il n’a aucune idée du nom de la chose dans sa langue ma‐
146 Renault Mégane : 234 147 FR‐FI‐06 : coussin gonflable de sécurité, sv 148 FI‐FR‐FI‐06 : culasse, sv. 149Renault Mégane : 23 150 FI‐FR‐FI‐07 : pédalier, sv. 151 FR‐FI‐06 : essieu, arrière, sv. 37 ternelle, comme dans l’occurrence de recyclage de l’air152. Il ne s’agit pas d’ilman kierrätys : la traduction devrait plutôt être ilman sisäkierto153. Ce sont des cas dangereux car il est possible que le traducteur fasse une er‐
reur de traduction sans le remarquer lui‐même. Catégorie 5  Le terme n’est pas présent dans le dictionnaire. S’il s’agit d’un terme con‐
sistant de deux ou plusieurs parties, une ou plusieurs des ces parties ne se trouvent pas dans le dictionnaire. C’est pourquoi le dictionnaire ne peut pas aider le traducteur à trouver le bon sens ni la bonne traduction du terme technique de l’automobile. Les tableaux 1 et 2 résument le nombre et les pourcentages des termes trouvés dans les cinq dictionnaires bilingues qui sont regroupés d’après les cinq catégo‐
ries présentées ci‐dessus : Tableau 2 – Nombre des termes par dictionnaire et catégorie Dictionnaire Catégorie 1
Catégorie 2
Catégorie 3
Catégorie 4
Catégorie 5 FR‐FI‐08 122 30 11 51 2 FI‐FR‐FI‐07 92 21 10 82 11 FI‐FR‐FI‐06 85 10 19 90 12 FR‐FI‐06 97 25 8 80 6 FI‐FR‐FI‐96 97 12 18 67 22 Tableau 3 – Pourcentages des termes par dictionnaire et catégorie Dictionnaire Catégorie 1
Catégorie 2
Catégorie 3
Catégorie 4
Catégorie 5 FR‐FI‐08 56 % 14 % 5 % 24 % 1 % FI‐FR‐FI‐07 43 % 10 % 5 % 38 % 5 % FI‐FR‐FI‐06 39 % 5 % 9 % 42 % 6 % FR‐FI‐06 45 % 12 % 4 % 37 % 3 % FI‐FR‐FI‐96 45 % 6 % 8 % 31 % 10 % Le tableau 4 ci‐dessous présente les mêmes résultats d’une manière plus géné‐
rale. La première catégorie contient les cas où le terme et le sens recherchés sont présents (catégories 1 et 2), donc les cas où le dictionnaire est utile lorsque le traducteur le consulte. La seconde catégorie représente les cas où le terme est absent : soit le terme est présent mais le sens souhaité est absent, soit le terme peut‐être trouvé en partie mais le traducteur doit en construire le sens et la tra‐
duction finnoise lui‐même, soit le terme est absent dans le dictionnaire (catégo‐
152 Renault Mégane : 126 153 Vänttinen, A. éd., 2006. Autotekniikan ammattisanasto. Helsinki, Autoalan Koulutuskeskus : commutateur de recyclage d’air, sv. 38 ries 3, 4 et 5). Dans ces cas, le dictionnaire ne peut pas aider le traducteur comme il l’a espéré. Tableau 4 – Termes en deux catégories Dictionnaire Terme présent et sens présent
Terme absent et/ou sens absent Catégories 1 et 2 Catégories 3, 4 et 5 FR‐FI‐08 152 70 % 64 30 % FI‐FR‐FI‐07 113 52 % 103 48 % FI‐FR‐FI‐06 95 44 % 121 56 % FR‐FI‐06 122 56 % 94 44 % FI‐FR‐FI‐96 109 50 % 107 50 % Ces résultats quantitatifs offrent un bon point de départ pour notre analyse, car ils montrent qu’il y a des différences entre les dictionnaires. Même si notre ob‐
jectif est d’analyser toutes les cinq catégories, la catégorisation plus générale fonctionne comme point de départ de l’analyse parce que les caractéristiques des dictionnaires et les différences entre celles‐ci deviennent plus visibles. Une analyse quantitative n’est pas cependant suffisante pour analyser l’utilité des dictionnaires dans la traduction technique, parce que les chiffres ne disent rien du contenu des dictionnaires : si un terme est présent ou absent, il est aussi im‐
portant de savoir comment le terme est présent ou absent, c’est‐à‐dire que comment il est présenté dans le dictionnaire. C’est pourquoi, pour analyser les dictionnaires de façon plus approfondie, donc leur contenu, il est nécessaire d’étudier les résultats obtenus aussi d’un point de vue qualitatif. Dans les parties suivantes, nous étudierons les résultats sur la base de la catégo‐
risation plus générale ayant donc pour point de départ la présence et l’absence de termes. Un terme peut être présent ou absent dans plusieurs manières, et c’est pourquoi nous étudierons plus spécifiquement les catégories de 1 à 5 en donnant des exemples. Premièrement, nous nous demanderons quels sont les termes qui sont présents (catégories 1 et 2) et quel est leur niveau technique. Nous analyserons aussi plus précisément la catégorie 2, donc les cas où il semble exister deux termes pour le même concept pour savoir s’il existe une varia‐
tion entre le vocabulaire utilisé dans la notice d’utilisation et le vocabulaire pré‐
sent dans les dictionnaires. Deuxièmement, nous étudierons l’absence de termes. Nous nous intéressons surtout à la question de savoir quels sont les termes ab‐
sents, comment ils sont absents et quelles sont les raisons pour leur absence. Et troisièmement, pour finir, nous étudierons encore un type d’informations sup‐
plémentaires, à savoir les marques de domaine, qui décrivent les termes tech‐
niques dans les dictionnaires bilingues. 39 2.1. Présence des termes
Nous commençons par une analyse quantitative de la catégorie où le terme est présent dans le dictionnaire. En l’occurrence, soit les deux termes, donc le terme de la notice d’utilisation et celui du dictionnaire, sont identiques (catégorie 1), soit il y a une différence de forme entre les deux termes même s’il s’agit du même concept (catégorie 2). Comme l’indiquent les chiffres dans le tableau 5, il y a des différences entre les cinq dictionnaires en ce qui concerne la présence du vocabulaire technique de l’automobile. La catégorisation plus générale, qui dé‐
crit bien l’utilité des dictionnaires, montre que dans 70 pour cent des cas le tra‐
ducteur peut trouver le terme recherché s’il consulte le grand dictionnaire FR‐
FI‐08. S’il consulte l’autre dictionnaire français‐finnois FR‐FI‐06, la probabilité de trouver le terme est d’environ 56 pour cent. La présence de termes la plus basse, 44 pour cent, se trouve dans le dictionnaire de langue générale FI‐FR‐FI‐
06. Entre les deux dictionnaires qui restent, donc le dictionnaire de la langue gé‐
nérale FI‐FR‐FI‐07 et le dictionnaire technique FI‐FR‐FI‐96, il n’y a pas de grande différence, les pourcentages étant 50 et 52. Tableau 5 – Présence de termes (catégories 1 et 2) FR‐FI‐08 FI‐FR‐FI‐07
FI‐FR‐FI‐06
FR‐FI‐06
FI‐FR‐FI‐96 152 113 95 122 109 70 % 52 % 44 % 56 % 50 % Si on observe les résultats en chiffres bruts, les différences deviennent plus con‐
crètes. La différence entre FR‐FI‐08 et FI‐FR‐FI‐06 est de 57 termes au total, ce qui constitue une différence claire, mais prévisible : le grand dictionnaire est un dictionnaire vaste contenant 170 000 mots et expressions qui a été conçu sur‐
tout pour les besoins de la traduction en finnois. De plus, il dit contenir du voca‐
bulaire spécialisé et fonctionne uniquement dans un seul sens, donc du français vers le finnois. Le dictionnaire FI‐FR‐FI‐06, par contre, est un dictionnaire bidi‐
rectionnel de la langue générale qui ne contient que 70 000 mots et expressions dans les deux sens. Une simple analyse quantitative montre donc déjà qu’un dic‐
tionnaire de base de la langue générale n’est pas très utile dans la traduction du vocabulaire spécialisé, ce qui ne fait pas par exemple du dictionnaire précédent un ouvrage mauvais. Par contre, les deux dictionnaires suivent les fonctions qui ont été prévues pour eux. Par exemple, le dictionnaire de la langue générale n’essaye pas d’atteindre un niveau technique trop haut ce qui aurait un effet sur la présence du vocabulaire de la langue générale. En ce qui concerne les trois autres dictionnaires, il n’y a pas énormément de dif‐
férences : les pourcentages se situent entre 50 et 56 pour cent, la différence en chiffres entre les deux extrêmes étant de 13. Ce résultat est surprenant, parce qu’il s’agit de trois dictionnaires très différents : FI‐FR‐FI‐07 est un dictionnaire 40 bidirectionnel de langue générale, FR‐FI‐06 est un dictionnaire monodirection‐
nel mais pas aussi vaste que le grand dictionnaire traité ci‐dessus, et FI‐FR‐FI‐96 est un dictionnaire qui fonctionne dans les deux sens mais qui est un diction‐
naire spécialisé de la langue de commerce et technique. Si on regarde les résultats en prenant en compte le nombre de mots‐vedettes, le type du dictionnaire et ses fonctions, on peut constater que le dictionnaire FI‐
FR‐FI‐07 présente d’excellents résultats : on pourrait penser qu’il n’y avait pas assez de place pour le vocabulaire technique et surtout pour le vocabulaire technique de l’automobile parce qu’il s’agit d’un dictionnaire bidirectionnel qui contient 53 000 mots‐vedettes du français vers le finnois. Ce dictionnaire est donc une surprise positive, tandis qu’il est inquiétant que FI‐FR‐FI‐96 ne con‐
tienne pas une quantité de termes plus élevée, même il s’agit d’un dictionnaire technique qui contient environ le même nombre de mots‐vedettes (55 000 fr‐fi). Cela peut être dû à sa bidirectionnalité et à son âge : le dictionnaire a été publié il y a quinze ans, mais bien sûr le travail sur le vocabulaire a commencé déjà beau‐
coup plus tôt. Il est aussi surprenant que la présence de termes ne soit pas plus élevée dans FR‐FI‐06, qui contient presque le double des mots‐vedettes en com‐
paraison des deux autres dictionnaires. Il est possible de tirer des conclusions déjà sur la base d’une analyse quantitative, mais pour pouvoir étudier la présence de termes dans les cinq dictionnaires d’une manière approfondie, il est nécessaire d’étudier les catégories 1 et 2 et les termes faisant partie de ces catégories plus précisément. 2.1.1. Terme présent
Dans cette partie, nous étudierons le niveau technique des termes présents. Les catégories 1 et 2 seront traitées ensemble, et la catégorie 2 sera étudiée plus précisément dans la partie suivante. Notre but est de savoir si les dictionnaires contiennent du vocabulaire très technique ou plutôt du vocabulaire technique qui s’est fixé aussi dans la langue générale. Une autre question intéressante que nous voulons poser est celle de savoir si les dictionnaires contiennent du voca‐
bulaire technique qui est très typique de l’automobile ou plutôt du vocabulaire technique général. Avant d’évaluer le niveau technique du vocabulaire diction‐
naire par dictionnaire, il est possible d’envisager le niveau technique des termes présents dans chaque dictionnaire sur la base des résultats de l’analyse quanti‐
tative et du type de dictionnaire :  FR‐FI‐08 est un grand dictionnaire conçu surtout pour les besoins de la traduction et il contient le plus grand nombre de termes présents. C’est pourquoi ce dictionnaire devrait contenir des termes techniques faisant partie de la langue générale ainsi que des termes techniques à propre‐
ment parler. 41 
L’autre dictionnaire dont le vocabulaire devrait être assez technique est le dictionnaire technique FI‐FR‐FI‐96. On sait déjà à l’avance qu’on a be‐
soin d’utiliser un dictionnaire de la langue générale à côté de cet ouvrage, étant donné qu’il s’agit d’un dictionnaire spécialisé. Le nombre de termes présents assez bas peut aussi être expliqué par le fait que le dictionnaire contient du vocabulaire technique assez spécialisé et non pas des termes techniques qui font aussi partie de la langue générale. Notre hypothèse est que les trois autres dictionnaires ne contiennent pas du vo‐
cabulaire très technique :  FI‐FR‐FI‐07 est un dictionnaire général qui à été fait pour des utilisateurs exigeants. Comme il dit contenir aussi du vocabulaire technique si celui‐ci s’est déjà fixé dans la langue générale, on peut supposer que les termes dans ce dictionnaire représentent un niveau technique intermédiaire.  Le vocabulaire dans FI‐FR‐FI‐06, le dictionnaire avec le nombre de termes présents le plus bas, ne peut pas être très technique, puisqu’il s’agit d’un dictionnaire général qui a été fait pour des utilisateurs ayant des connaissances intermédiaires sur la langue.  Quant à l’autre dictionnaire français‐finnois, FR‐FI‐06 dit contenir du vo‐
cabulaire de la langue générale. C’est pourquoi le niveau technique du vo‐
cabulaire sera probablement intermédiaire même si le pourcentage des termes présents est assez élevé. Comme il n’est pas possible d’analyser tous les dictionnaires et leur niveau tech‐
nique d’une manière exhaustive, nous présentons les caractéristiques des dic‐
tionnaires en donnant des exemples. Il y a des différences claires entre trois dic‐
tionnaires, donc le grand dictionnaire FR‐FI‐08 avec la présence de termes la plus haute, FI‐FR‐FI‐06 avec la présence de termes la plus basse et le seul dic‐
tionnaire spécialisé, donc le dictionnaire technique FI‐FR‐FI‐96, tandis que deux dictionnaires, FI‐FR‐FI‐07 et FR‐FI‐06, ne représentent pas de résultats particu‐
liers. FR‐FI‐08  Contient des termes qui ne sont pas du tout ou rarement présents dans les autres dictionnaires. Le plus souvent, il s’agit de termes assez tech‐
niques où très spécifiques de l’automobile, comme antipatinage / dispositif antipatinage : luistonesto bougie de préchauffage : hehkutulppa feux de détresse : varoitusvilkut fluide frigorigène : jäähdytysneste ordinateur de bord : ajotietokone radar de recul : peruutustutka planche de bord : mittaritaulu, kojetaulu. 42 
Contient des termes de tous les niveaux : des termes avec lesquelles le grand public est familier, comme coffre : matkatavaratila, des termes qui sont peut‐être moins connus, par exemple pot catalytique : katalyyttipuh­
distin, des locutions techniques comme mettre le contact : käynnistää moottori ainsi que des constructions plus complexes comme boucler la ceinture de sécurité : panna turvavyö kiinni.154 FI‐FR‐FI‐07  Contient beaucoup de termes spécifiques de l’automobile dont le niveau technique n’est pas très élevé : allume‐cigares : savukkeensytytin caisse : auton runko, kori changement de vitesses présent sous la forme de changement de vitesse : vaihteisto coussin gonflable : turvatyyny crevaison : puhkeaminen, rengasrikko radar de recul : peruutustutka plage arrière : hattuhylly rétrograder : kulkea taaksepäin, vaihtaa pienemmälle vaihteelle. 
Il y a aussi des termes plus techniques : enrouleur présent sous la forme de ceinture de sécurité à enrouleur : rul­
laturvavyö feux de position : seisontavalot indice d’octane : oktaaniluku prétensionneur de ceinture présent sous la forme de prétensionneur : (turvavyön) esikiristin pot catalytique : katalyyttipuhdistin sculptures présent sous la forme de sculpture : (auton t. pyörän) kulutus­
pinnan kuviointi.155 FI‐FR‐FI‐06  Même si la plupart des termes présents sont des termes techniques avec lesquels le grand public est familier et dont le niveau technique n’est pas très élevé, il existe un bon nombre de termes techniques spécifiques à l’automobile, par exemple : airbag : turvatyyny balai d’essuie‐vitres présent sous la forme de balai d'essuie‐glace : lasin­
pyyhkijän sulka boîte à gants : hansikaslokero capot moteur présent sous la forme de capot : konepelti ceinture de sécurité : turvavyö enjoliveur : pölykapseli feux de route : kaukovalot, pitkät (valot) 154 FR‐FI‐08 : passim, sv. 155 FI‐FR‐FI‐07 : passim, sv. 43 frein à main : käsijarru, seisontajarru pédale d’embrayage : kytkinpoljin pneu clouté : nastarengas roue de secours : varapyörä. 

Les termes techniques présents dans ce dictionnaire sont donc assez gé‐
néraux, et c’est le cas aussi de leurs traductions. On peut mentionner en exemple le cas de calandre : mankeli, säleikkö, ritilä, qui pourrait être tra‐
duit plus spécifiquement par jäähdyttimen säleikkö, ou d’accoudoir : noja, qui aurait pu être traduit par käsinoja ou kyynärnoja, comme les autres dictionnaires les traduisent. Il y a aussi des termes plus techniques, comme calandre : mankeli, säleikkö, ritilä catalyseur : katalysaattori cylindrée : iskutilavuus indice d’octane : oktaaniluku injection : (polttoaineen) ruiskutus motorisation présent sous la forme de motoriser : moottoroida, motorisoi­
da et motorisé : moottoroitu, jolla auto varustettu moyeu : (pyörän) napa passant : vyölenkki vidange : tyhjennys, öljynvaihto. 
En comparaison avec les autres dictionnaires, les termes présents se composent le plus souvent d’un seul mot. Les termes plus complexes ne sont normalement pas présents.156 FR‐FI‐06  Comme FI‐FR‐FI‐07, ce dictionnaire contient aussi bien des termes assez techniques que des termes moins techniques et ne présente pas de résul‐
tats surprenants. Les termes, dont le niveau technique est élevé, sont par exemple calandre : etulevy, jäähdyttimen maski, säleikkö culasse : sylinterin kansi disque du frein : jarrulevy jauge d'huile : öljy­, bensiinimittari, ­mittatikku. 
Des termes moins techniques sont par exemple mettre le contact : kytkeä virta, myös käynnistää auto, moottori plaque d’immatriculation : rekisterikilpi roue de secours : varapyörä survitesse : ylinopeus.157 156 Renault Mégane : passim et FI‐FR‐FI‐06 : passim, sv. 157 Renault Mégane : passim et FR‐FI‐06 : passim, sv. 44 FI‐FR‐FI‐96  Le niveau technique des termes est bon mais le problème est qu’il y a aussi un grand nombre de termes qui sont absents d’une manière ou d’une autre. Le dictionnaire contient des termes techniques et spécifiques à l’automobile, comme bougie de préchauffage : hehkutustulppa fluide frigorigène : jäähdytysneste générateur de gaz : kaasunkehitin perte de pression : painehäviö planche de bord : mittaritaulu. 
Il y a aussi des termes moins techniques, par exemple : cric : tunkki, nostoruuvi mise en route : käynnistys ralenti : tyhjäkäynti vide‐poche : käsinelokero. 

Comme il s’agit d’un dictionnaire technique qui n’a pas pour but de pré‐
senter de la langue générale, il est normal que les solutions de traduction que ce dictionnaire offre soient plus techniques que celles d’autres dic‐
tionnaires étudiés. C’est par exemple le cas de sculptures : pintakuviointi, kulutuspinnan kuviointi, kulutuspinnan profiili, ou de remorque : hinaus, hinausköysi, perävaunu, traileri, liitevaunu. Comme il ne s’agit pas de va‐
riantes de la langue générale que tout le monde connaît, le traducteur peut avoir des problèmes quand il doit choisir entre les sens techniques s’il n’est pas familier avec tous les termes. Il existe aussi du vocabulaire qui fait partie plutôt de la langue générale et qu’on aurait pu omettre pour laisser plus de place pour le vocabulaire technique proprement dit, comme dans les cas de basculer : kallistaa, kallistua, keikkua, keikuttaa option : valinta siège avant : etuistuin stationnement : pysäköinti témoin : todistaja, kairaussydän.158 Sur la base des résultats obtenus, il est possible de constater que l’analyse de trois dictionnaires donne des résultats particuliers : le grand dictionnaire FR‐FI‐
08 contient des termes très techniques, spécifiques de l’automobile ainsi que des termes moins techniques. Son niveau technique est donc bon et correspond au type de dictionnaire. Le dictionnaire technique FI‐FR‐FI‐96, par contre, n’a pas de bons résultats en comparaison avec le fait qu’il s’agit d’un dictionnaire tech‐
158 Renault Mégane : passim et FI‐FR‐FI‐96 : passim, sv. 45 nique, ce qui est surprenant. Il contient des termes dont le niveau technique est élevé, mais le nombre de termes absents est tout aussi élevé. C’est pourquoi le niveau technique du dictionnaire est bon qualitativement, mais les résultats quantitatifs ne le sont pas. De plus, il y a aussi des termes qui ne devraient peut‐
être pas être inclus dans un dictionnaire technique car ils ne sont pas assez techniques. Le troisième dictionnaire qui a des résultats intéressants est FI‐FR‐
FI‐06, dont le niveau technique est assez bas, ce qui est normal puisqu’il s’agit d’un dictionnaire de base bidirectionnel, dont le nombre de mots‐vedettes n’est pas élevé non plus. Deux dictionnaires, FI‐FR‐FI‐07 et FR‐FI‐06, ne présentent pas de résultats sur‐
prenants ou particuliers et ils se situent entre ces trois extrêmes. Ils contiennent aussi bien des termes techniques que des termes qui font aussi partie de la langue générale. Cela ne veut pas dire que les résultats soient mauvais, car il s’agit de deux dictionnaires de langue générale. En résumé, il est possible de dire que le dictionnaire dont le niveau technique peut aider un traducteur dans son travail est le grand dictionnaire FR‐FI‐08 à cause de son grand nombre de termes techniques de tous les niveaux. Autre‐
ment dit, il a de bonnes caractéristiques quantitatives aussi bien que qualitatives. Un autre dictionnaire utile est le dictionnaire technique FI‐FR‐FI‐96, car lorsque le traducteur le consulte, il peut être (ou devrait pouvoir être) sûr que les sens et les traductions sont des sens et des traductions techniques et qu’il ne s’agit pas de la langue générale. De cette façon, la consultation de ce dictionnaire peut être plus facile et rapide que la consultation d’un dictionnaire de langue générale. Cependant, il est probable qu’un grand nombre de termes consultés seront ab‐
sents. Les deux dictionnaires FI‐FR‐FI‐07 et FR‐FI‐06 de langue générale peuvent bien sûr aussi être utilisés au cours du processus de traduction d’un texte technique si un mot n’est pas présent dans le grand dictionnaire ou dans le dictionnaire technique, mais il n’est pas recommandable de les consulter en premier. Quant au dernier dictionnaire, FI‐FR‐FI‐06 ne convient pas à la traduction de textes techniques comme il n’offre rien que les autres dictionnaires ne puissent offrir en ce qui concerne leur niveau technique. Même si le traducteur a besoin de con‐
sulter un terme général, il peut le faire en utilisant le grand dictionnaire ou les deux autres dictionnaires de langue générale. 2.1.2. La variation
Nous étudions la catégorie 2 séparément, même si elle a déjà été traitée dans la partie précédente ensemble avec la catégorie 1, parce qu’elle décrit bien la varia‐
tion dans le vocabulaire technique de l’automobile, sujet que nous avons déjà abordé dans la partie 1.1.2. En ce qui concerne la catégorie 2, donc les cas où le 46 vocabulaire utilisée par Renault diffère du vocabulaire présent dans les diction‐
naires, les pourcentages les plus élevés se trouvent clairement dans les trois premiers dictionnaires du tableau 6 ci‐dessous. La variation la plus importante se trouve entre le grand dictionnaire FR‐FI‐08 et la notice d’utilisation de la Re‐
nault Mégane, soit un pourcentage de 14. Les deux autres dictionnaires qui re‐
présentent cette même tendance sont FI‐FR‐FI‐07 et FI‐FR‐06 avec 10 et 12 pour cent, donc dans 21 et 25 termes sur 216. Tableau 6 – La variation (catégorie 2) FR‐FI‐08 FI‐FR‐FI‐07
FI‐FR‐FI‐06
FR‐FI‐06
FI‐FR‐FI‐96 30 21 10 25 12 14 % 10 % 5 % 12 % 6 % Les termes faisant partie de la catégorie 2 peuvent poser des problèmes au tra‐
ducteur car c’est lui qui doit évaluer s’il s’agit du même concept lorsque la forme française du texte de départ diffère de celle figurant dans le dictionnaire consul‐
té. Il y a aussi des différences dans les termes entre les dictionnaires. Le tableau 7 présente des exemples pour illustrer les différents types de variation en ce qui concerne le vocabulaire utilisé par Renault et le vocabulaire présent dans les dic‐
tionnaires étudiés : Tableau 7 –Exemples des termes faisant partie de la catégorie 2 FI‐FR‐
Terme FR‐FI‐08 FI‐FR‐FI‐07 FR‐FI‐06 FI‐FR‐FI‐96 FI‐06 airbag airbag ® ‐
airbag
airbag
‐ phare anti‐
phare anti‐
phare anti‐
‐ ‐ antibrouillard brouillard brouillard brouillard allume‐
allume‐
allume‐cigares allume‐cigare ‐ allume‐cigare cigares cigares appuie‐tête, appui‐tête, appui‐
appui‐tête appui(e)‐tête appui‐tête appui‐tête appuie‐tête tête essuie‐vitre, essuie‐
essuie‐vitre essuie‐glace essuie‐glace essuie‐glace glace essuie‐glace galerie d’une galerie de toit galerie galerie galerie ‐ auto système système anti‐
système anti‐
antiblocage blocage des freins ABS ‐ ‐ blocage des freins freins (ABS) volant de di‐
volant (de volant de volant volant volant rection direction) direction Le plus souvent, un terme se trouve dans la catégorie 2 parce que le terme utilisé dans la notice d’utilisation diffère du terme dans le dictionnaire par une seule lettre. C’est par exemple le cas d’allume­cigares vs. allume­cigare et appui­tête vs. appuie­tête. Parfois, la différence est minimale, comme dans le cas d’airbag, où le symbole ® a été ajouté après le terme dans quelques dictionnaires. Ces diffé‐
rences peuvent provoquer la confusion chez le traducteur, mais le plus souvent il peut être sûr qu’il s’agit du bon terme. Les 216 termes que nous avons choisis 47 pour analyser les dictionnaires sont des termes qui ne sont pas trop techniques. Cependant, s’il s’agissait d’un terme difficile et inconnu, même une différence d’une seule lettre pourrait plonger le traducteur dans l’incertitude. Les cas sont nombreux où une partie du terme a été omise dans les dictionnaires, comme c’est le cas de galerie de toit vs. galerie et volant de direction vs. volant. Souvent dans la notice d’utilisation, on utilise la forme complète une fois et on continue par l’utilisation de la forme raccourcie pour réduire la répétition et pour simplifier le texte. Cette fois, ce sont cependant les dictionnaires qui con‐
tiennent uniquement la forme courte. Il y a aussi des cas où l’utilisateur se voit proposer une alternative mais les dictionnaires ne constatent pas laquelle de ces formes est la meilleure ni ne disent ils pourquoi il existe deux solutions. C’est par exemple le cas de volant (de direction)159. Si le traducteur à besoin de consulter volant ou volant de direction dans le dictionnaire en question, il peut être assez certain qu’il s’agit du même concept malgré les deux formes possibles en fran‐
çais. Cependant, si le terme était plus technique, s’il n’y avait pas de contexte ou si le traducteur n’était pas du tout familier avec le concept, cette alternative pourrait rendre le traducteur incertain et son travail plus lent. Encore beaucoup plus difficiles sont les cas où plusieurs parties ont été omises comme c’est le cas de système antiblocage des freins (ABS) qui se trouve dans trois dictionnaires sous les formes variées de freins ABS, système antiblocage et système antiblocage des freins. Comme il s’agit d’un système que tout le monde connaît, le traducteur peut être assez certain qu’il s’agit du même concept même s’il y a de la variation dans les formes françaises. Cependant, si le concept était plus compliqué ou moins connu, le traducteur devrait consulter d’autres sources avant d’utiliser la traduction finnoise. Et si déjà les formes en français sont diffé‐
rentes, le traducteur a besoin de vérifier que la traduction en finnois est la bonne. La variation dans la terminologie ne rend pas uniquement le travail du traduc‐
teur plus lent, mais elle peut avoir un effet sur la manière dont le traducteur ap‐
précie la qualité du texte de départ et des dictionnaires qu’il utilise. En comparaison avec les cas présentés ci‐dessus, où les termes présents dans les dictionnaires sont plus courts par rapport à ceux de la notice d’utilisation, nous avons aussi trouvé des cas où on a ajouté quelque chose au terme dans le dic‐
tionnaire. Des exemples de cela sont les termes antibrouillard et phare anti­
brouillard. Dans ces cas, le terme utilisé dans le dictionnaire est plus spécifique par rapport à la forme adjectivale utilisée dans la notice d’utilisation. C’est une chose positive, étant donné que le but dans la rédaction et dans la traduction de textes techniques est d’être le plus spécifique et et le compréhensible possible. Cependant, si le traducteur trouve uniquement le terme phare antibrouillard et 159 FR‐FI‐06 : volant (de direction), sv. 48 non pas antibrouillard, il peut hésiter à l’utiliser de peur de traduire trop spécifi‐
quement, donc de faire une surtraduction du terme160. Il y a aussi des termes dont une partie a été remplacée par une autre, comme c’est le cas d’essuie­vitre vs. essuie­glace. Quatre dictionnaires sur cinq donnent cette dernière version, tandis qu’un dictionnaire donne les deux. Ces cas peuvent être très problématiques pour un traducteur, étant donné que c’est à lui de déci‐
der s’il agit du même concept ou pas quand il traduit. Même si les mots vitre et glace sont synonymes, le traducteur peut trouver bizarre que la terminologie utilisée dans une notice d’utilisation de Renault diffère de celle utilisée dans des dictionnaires bilingues : c’est normal s’il pense qu’il y a une bonne raison pour l’utilisation d’une autre forme. Comme la notice d’utilisation de la Renault Mégane a été écrite en 2010, notre hypothèse a été que le pourcentage du dictionnaire le plus âgé, donc du diction‐
naire technique FI‐FR‐FI‐96, serait le plus élevée tandis que les dictionnaires les plus récents, donc les quatre autres, contiendraient des termes similaires aux termes dans la notice d’utilisation de la Mégane. Notre hypothèse et les résultats obtenus sont donc contradictoires. Si on compare les termes de la catégorie 2 de FR‐FI‐08 et FI‐FR‐FI‐96, on voit qu’une moitié des termes faisant partie de la ca‐
tégorie 2 dans FR‐FI‐08 sont absents dans le dictionnaire technique et que l’autre moitié se trouve dans la catégorie 1, leur forme étant donc identique à celle du terme dans la notice d’utilisation. Il y a aussi des cas ou le terme présent dans les deux dictionnaires se trouve dans la catégorie 2. Il est difficile de dire pourquoi il y a de la variation entre le vocabulaire de la no‐
tice d’utilisation et des cinq dictionnaires bilingues. Il est possible que Renault ait décidé d’utiliser une certaine terminologie même si elle ne représenterait pas la terminologie la plus répandue. Il est aussi possible que les dictionnaires bi‐
lingues se soient consultés les uns les autres au cours de leur rédaction ce qui peut très facilement susciter des problèmes croissants. Quelles que soient les raisons, nous pouvons constater qu’il y a de la variation dans le vocabulaire technique de l’automobile. Cela rend le travail du traducteur plus lent, puisqu’il a besoin de consulter des sources supplémentaires pour être sûr qu’il s’agit du bon terme et de la bonne traduction, et de ne pas surtraduire ou sous‐traduire. Cela rend aussi le travail du traducteur plus incertain parce qu’il peut être tenté de mettre en question le texte de départ et/ou les dictionnaires qu’il utilise dans son travail. 160 Kääntämisen opetussanasto : surtraduction, sv. 49 2.2. Absence de termes
Après l’étude de la présence des termes dans les cinq dictionnaires bilingues, il est temps maintenant d’analyser leur absence. Les catégories que nous analyse‐
rons dans cette partie sont la catégorie 3, où le terme est présent dans le dic‐
tionnaire mais dont le sens ne convient pas au contexte de la notice d’utilisation. La catégorie 4 contient les cas où le terme n’est pas présent mais dont le traduc‐
teur peut éventuellement reconstruire le sens et la traduction en finnois, car les parties du terme sont présents dans le dictionnaire séparément. Et la dernière catégorie est la catégorie 5, où les termes sont absents dans le dictionnaire et c’est pourquoi le traducteur n’apprend pas leur sens ni leur traduction en finnois. L’absence de termes présente des résultats intéressants d’un point de vue quali‐
tatif, mais les résultats quantitatifs sont bien sûr les résultats inverses de l’analyse sur la présence de termes. Nous allons cependant regarder les résultats quantitatifs brièvement. Comme nous l’avons déjà vu dans l’analyse sur la pré‐
sence de termes, il y a des différences entre les dictionnaires. Cela s’applique aussi sur leur absence. Le nombre et les pourcentages des termes absents sont les suivants : Tableau 8 – Absence de termes (catégories 3, 4 et 5) FR‐FI‐08 FI‐FR‐FI‐07
FI‐FR‐FI‐06
FR‐FI‐06
FI‐FR‐FI‐96 64 103 121 94 107 30 % 48 % 56 % 44 % 50 % Les résultats de la catégorisation plus générale montrent que les dictionnaires, où le terme et/ou le sens souhaité sont le plus souvent absents, sont FI‐FR‐FI‐06 (56 %) et FI‐FR‐FI‐96 (50 %). Les dictionnaires où moins que 50 pour cent des termes sont absents d’une manière ou d’une autre sont FI‐FR‐FI‐07 (48 %) et FR‐FI‐06 (44 %) les meilleurs résultats se trouvant dans le grand dictionnaire FR‐FI‐08 (30 %). La différence en chiffres entre les deux extrêmes est au total de 57 termes techniques de l’automobile, ce qui constitue une différence nette. Si on veut donc trouver un terme dans les dictionnaires, il vaut mieux consulter le grand dictionnaire FR‐FI‐08 ou l’autre dictionnaire français‐finnois FR‐FI‐06. 2.2.1. Sens erronés
Cette catégorie décrit très bien la présence du vocabulaire technique de l’automobile dans les dictionnaires en comparaison avec le vocabulaire de la langue générale et d’autres langues spécialisées. Dans FR‐FI‐08 et FI‐FR‐FI‐07, il y a 11 termes faisant partie de cette catégorie (5 %). Dans FR‐FI‐06, il y en a huit (4 %), et dans les deux derniers dictionnaires, FI‐FR‐FI‐06 et FI‐FR‐FI‐96, il y a respectivement 19 et 18 termes (9 % et 8 %) qui sont présents dans le diction‐
naire mais dont ni le sens ni la traduction ne conviennent au contexte de la no‐
50 tice d’utilisation. Le nombre des termes et les pourcentages sont visibles dans le tableau 9 : Tableau 9 – Catégorie 3 FR‐FI‐08 FI‐FR‐FI‐07
FI‐FR‐FI‐06
FR‐FI‐06
FI‐FR‐FI‐96 11 10 19 8 18 5 % 5 % 9 % 4 % 8 % Les termes de la notice de l’utilisation161 pour lesquels les dictionnaires ne don‐
nent pas le sens souhaité sont les suivants : FR‐FI‐08 : ancrage (ISOFIX), circuit de refroidissement, déploiement (de l’airbag), encliquetage (du pêne), engager (rapport/vitesse/levier), fais‐
ceaux, joint d'étanchéité, pédalier, remorque, soubassement, survitesse. FI‐FR‐FI‐07 : ancrage (ISOFIX), condamnation, déploiement (de l’airbag), engager (rapport/vitesse/levier), faisceaux, pédalier, pistolet, reculer, soubassement, tige (de l’appui‐tête). FI‐FR‐FI‐06 : basculer (le dossier), caisse, condamnation, culasse, dégi‐
vrage, engager (rapport/vitesse/levier), enrouleur, faisceaux, gicleur (de lave‐vitre), habitacle, mains libres (téléphone), option, pédalier, pistolet, plafonnier, rodage, soubassement, tableau de commande, témoin. FR‐FI‐06 : déploiement (de l’airbag), encliquetage (du pêne), indicateur de direction, manœuvre, pédalier, pistolet. FI‐FR‐FI‐96 : ancrage (ISOFIX), blocage (des roues), caisse, calage (mo‐
teur), calandre, circuit de freinage, engager (rapport/vitesse/levier), en‐
rouleur, faisceaux, habitacle, joint d'étanchéité, manœuvre, option, pisto‐
let, poste de conduite, reculer, soubassement, survitesse, témoin. Un des termes qui se trouvent dans plusieurs dictionnaires et qui font partie de la catégorie 3 est par exemple ancrage, qui est présent dans quatre dictionnaires, mais pour lequel uniquement un dictionnaire, FR‐FI‐06, donne le bon sens kiin­
nittäminen, ancrer dans : kiinnittää lujasti162, à partir desquels le traducteur peut construire la traduction kiinnitys. Les trois autres dictionnaires ne donnent que des traductions comme ankkuroituminen, ankkurointi, ankkuripaikka, ankkuri­
maksu, ou kiristyskiinnitys163. Un autre terme pour lequel les dictionnaires ne donnent que de faux sens est déploiement dont la traduction cherchée est lau­
keaminen ou täyttyminen quand il s’agit d’un airbag ou d’un coussin gonflable de sécurité. Le terme est présent dans trois dictionnaires164, qui donnent des tra‐
ductions comme levittäminen, leviäminen ou aukaiseminen. Encore un terme pour lequel il est difficile de trouver le bon sens est le verbe engager dans le sens 161 Si nécessaire, le contexte se trouve entre paranthèses. 162 FR‐FI‐06 : ancrage, sv. 163 FR‐FI‐08 – FI‐FR‐FI‐07 – FI‐FR‐FI‐96 : ancrage, sv. 164 FR‐FI‐08 – FI‐FR‐FI‐07 – FR‐FI‐06 : déploiement, sv. 51 d’« engager le rapport, une vitesse ou le levier », donc kytkeä en finnois. Un seul dictionnaire, FR‐FI‐06, donne le bon sens et la bonne traduction kytkeä avec la marque de domaine (tekn)165, tandis que les quatre autres dictionnaires offrent par exemple työntää, viedä, ajaa, kiinnittää, aloittaa, et ottaa töihin166 qu’on ne peut pas utiliser dans le contexte de la notice d’utilisation. Les exemples ci‐dessus décrivent les cas où le sens se trouve loin du sens cher‐
ché. Il y a aussi des cas où le sens se trouve très près du sens souhaité. C’est par exemple le cas de habitacle qui veut dire (auton) sisätilat en finnois. Trois dic‐
tionnaires167 donnent le bon sens et la bonne traduction, tandis que deux dic‐
tionnaires proposent le terme ohjaamo qui se réfère plutôt à l’habitacle d’un avion ou d’un camion. Cela s’applique aussi au terme pédalier, donc quand on parle des trois pédales (pédale d’accélérateur, pédale d’embrayage et pédale de frein) d’une voiture. Le terme est présent dans quatre dictionnaires dont trois donnent le sens et la traduction (polkupyörän) polkimet, tandis que FI‐FR‐FI‐06 donne pedaali et jalkio, qui se réfèrent plutôt au pédalier des orgues168. Dans les trois dictionnaires, la traduction est donc la bonne, mais la marque (polkupyörän) change le sens, et de cette façon, le traducteur ne peut pas être sûr qu’on puisse appeler aussi les trois pédales d’une voiture par le nom de polkimet. Comme nous l’avons vu, la présence ou l’absence de termes ne sont pas des cri‐
tères suffisants pour évaluer un dictionnaire, car un terme peut être présent sans être vraiment présent. Comme nous l’avons aussi vu, il y a énormément de variation dans cette catégorie parce que le sens et la traduction cherchés peu‐
vent être très éloignés ou très proches de ceux qui se trouvent dans le diction‐
naire. Nous pouvons cependant constater, en ce qui concerne les pourcentages élevés dans cette catégorie, qu’une raison pour cela peut être le fait qu’un dic‐
tionnaire n’est pas assez approfondi. C’est le cas du dictionnaire de la langue gé‐
nérale FI‐FR‐FI‐06 qui a été préparé pour les utilisateurs avec des connaissances de base. 19 termes sur 216 termes consultés font partie de la catégorie 3, ce qui est dû au fait que le dictionnaire ne donne pas beaucoup de sens différents pour un mot‐vedette mais il offre des sens les plus généraux et courants. Le score éle‐
vé du dictionnaire technique FI‐FR‐FI‐96 s’explique par le fait que même si le dictionnaire donne parfois un grand nombre d’alternatives de traduction, beau‐
coup de ces alternatives font partie d’un autre domaine spécialisé. Le fait qu’un terme fasse partie de la catégorie 3 a un effet sur le processus de traduction. S’il s’agit d’un dictionnaire de langue générale, comme c’est le cas des quatre premiers dictionnaires (le grand dictionnaire contient aussi un grand 165 FR‐FI‐06 : engager, sv. 166 FR‐FI‐08 – FI‐FR‐FI‐07 – FI‐FR‐FI‐06 – FI‐FR‐FI‐96 : engager, sv. 167 FR‐FI‐08 – FI‐FR‐FI‐07 – FR‐FI‐06 : habitacle, sv. 168 FR‐FI‐08 – FI‐FR‐FI‐07 – FR‐FI‐06 – FI‐FR‐FI‐06 : pédalier, sv. 52 nombre de vocabulaire spécialisé), le traducteur peut cependant avoir une idée du sens du terme car les alternatives ne se trouvent normalement pas trop loin du sens cherché. Le problème avec le dictionnaire technique FI‐FR‐FI‐96 est, par contre, qu’il contient des alternatives faisant partie d’autres domaines spéciali‐
sés. C’est pourquoi l’alternative fausse se trouve souvent très loin du sens et de la traduction recherchés. Il est donc plus facile pour le traducteur de continuer ses recherches sur la base des informations d’un dictionnaire de langue générale, en comparaison avec un dictionnaire de la langue spécialisée, si le traducteur consulte un terme qui est présent dans le dictionnaire mais dont ni le sens ni la traduction ne conviennent au contexte du texte de départ. La situation est bien sûr l’inverse dans les cas où le terme, le bon sens et la bonne traduction sont présents dans un dictionnaire spécialisé, car le dictionnaire peut probablement offrir des informations très spécifiques. 2.2.2. Construction du terme
La catégorie 4 représente les cas où le traducteur peut éventuellement trouver le bons sens et la bonne traduction d’un terme s’il combine les différentes parties d’un terme qui sont présentes dans le dictionnaire séparément. Les pourcentages pour la catégorie 4 se situent entre 24 et 42 pour cent. Comme d’habitude, c’est le grand dictionnaire FR‐FI‐08 qui présente les meilleurs résul‐
tats tandis que FI‐FR‐FI‐06 contient le plus grand nombre de cas où le traduc‐
teur doit essayer lui‐même de construire le sens du terme et sa traduction. Les pourcentages pour les trois autres dictionnaires sont de 38, 37 et 31 pour cent. Le pourcentage assez bas du dictionnaire technique s’explique par le pourcen‐
tage assez élevé de la catégorie 5 : le dictionnaire ne contient que du vocabulaire spécialisé et c’est pourquoi, si le terme n’est pas présent, il peut être difficile de trouver ses parties séparément s’il s’agit de mots de la langue générale comme avant ou centrale. Les nombres et les pourcentages de la catégorie 4 se trouvent dans le tableau 10 : Tableau 10 – Catégorie 4 FR‐FI‐08 FI‐FR‐FI‐07
FI‐FR‐FI‐06
FR‐FI‐06
FI‐FR‐FI‐96 51 82 90 80 67 24 % 38 % 42 % 37 % 31 % Les termes qui se trouvent dans plusieurs dictionnaires et dont la bonne traduc‐
tion, qui se trouve entre parenthèses, est impossible à construire sont par exemple : airbag rideau (kattoturvatyyny) circuit hydraulique (hydrauliikkajärjestelmä) contrôle dynamique de conduite (ajonvakautusjärjestelmä) feux de jour (huomiovalot, päiväajovalot) 53 limiteur d’effort (puristumissuoja) ordinateur de bord (ajotietokone) pare‐soleil (häikäisysuoja) perte de pression (painehäviö) point dur (vastekohta) position neutre (vapaalla, vapaa­asento) recyclage de l’air (ilman sisä­/paluukierto) sangle de thorax (olkavyö) tablette arrière (hattuhylly).169 Si on essaye de traduire les termes mot à mot, on arrive à des résultats bizarres comme verhoturvatyyny170, ajon dynaaminen hallinta, voiman rajoitin, paineen menetys, kova kohta, neutraali asento, ilman kierrätys, rintakehän vyö et takahylly. Le traducteur peut avoir une idée du sens, et la traduction fonctionne comme un bon point de départ lorsqu’il continue les recherches, mais la traduction ne peut pas être utilisée sous cette forme. Le problème par exemple avec airbag rideau, « un airbag équipant chaque côté supérieur de la voiture et qui se déploie le long des vitres latérales avant et arrière afin de protéger les occupants en cas de choc latéral violent »171, est que rideau et katto ne désignent pas le même concept. Circuit hydraulique172 est aussi un cas problématique, car les sens techniques pour circuit sont par exemple kierto, piiri et järjestelmä, qui ont l’air tout à fait corrects quand on les combine avec hydrauliikka. Le terme limiteur d’effort, le système qui arrête la fenêtre lorsque la vitre rencontre une résistance, par exemple les doigts de quelqu’un,173 est aussi un cas difficile à traduire. Le traduc‐
teur peut avoir envie de traduire voiman rajoitin, qui désigne très bien la fonc‐
tion du système, mais on utilise en fait le terme puristumissuoja174.
Il y a cependant des termes faisant partie de cette catégorie dont le sens et la traduction sont possibles à construire. S’il est possible de construire la bonne traduction, il s’agit le plus souvent d’un terme dont on a ajouté un mot qui le dé‐
termine, par exemple le mot automatique ou un mot décrivant la direction, par exemple avant ou central. D’autres cas où la construction est possible sont des cas où la combinaison de deux termes, par exemple avec la préposition de, ne change pas le sens. C’est malheureusement quelque chose que le traducteur ne peut pas savoir si le raison pour la consultation d’un dictionnaire est qu’il ne connaît pas le sens du terme technique français ou la traduction en finnois. Des termes de ce type sont par exemple : bouclier avant (etupuskuri) console centrale (keskikonsoli) 169 Renault Mégane : passim 170 Ce terme est aussi en usage (187 occurrences dans Google). Le terme kattoturvatyyny est ce‐
pendant plus courant (408 occurrences) et à cause de cela à préféer (consultés le 9.5.2011) 171 Renault Mégane : 36 172 Renault Mégane : 166 173 Renault Mégane : 135 174 227 occurrences dans Google (consulté le 9.5.2011) 54 essieu avant (etuakseli) liquide de refroidissement (jäähdytysneste) pression d’huile (öljynpaine) sangle de bassin (lantiovyö).175 Même s’il est parfois possible de construire le terme finnois en utilisant les par‐
ties trouvées séparément, leur construction est cependant une opération risquée car, comme on le sait, le sens d’un terme n’est pas toujours le sens de ses parties. Comme toute personne qui a essayé de traduire un texte technique ou un autre texte spécialisé le sait, il est extrêmement facile d’inventer de nouveaux mots qui ont l’air d’être corrects encore dans le contexte, mais qu’on n’utilise simplement pas. Cependant, il peut aussi être possible que le grand public ne remarque pas du tout la fausse traduction, étant donné qu’il n’a pas de connaissances sur la langue spécialisée d’un certain domaine. Les spécialistes, par contre, remarquent les erreurs facilement. Nos résultats montrent que le plus souvent, il s’agit malheureusement du pre‐
mier cas, où le sens et surtout la traduction en finnois restent obscurs si le tra‐
ducteur essaye de construire le terme en utilisant des parties qu’il a trouvées séparément. Cette tendance est soulignée surtout dans la traduction de textes techniques, où la difficulté, ce ne sont pas les concepts complexes ni les nuances stylistiques, mais le choix du bon terme dans la langue d’arrivée, même s’il s’agit de la langue maternelle du traducteur. Les termes bizarres, s’ils sont utilisés dans une traduction d’un texte technique, mettent en question la crédibilité du texte mais ils ont aussi un effet sur l’image de la compétence du traducteur. Si le traducteur veut essayer de trouver le bon sens et la bonne traduction lui‐même, ce qui est une situation courante, il a besoin au moins de consulter sa traduction en utilisant d’autres sources comme Internet. 2.2.3. Terme absent
Les termes faisant partie de la catégorie 5 sont des termes qui ne sont pas du tout présents dans le dictionnaire ou, si le terme est composé de plusieurs par‐
ties, une partie ou plusieurs de ces parties sont absents. C’est pourquoi le terme ne peut pas être consulté « en parties » comme dans la catégorie 4. Le dictionnaire dont l’absence de termes est la plus grande est le dictionnaire technique FI‐FR‐FI‐96, dans lequel dix pour cent des termes consultés ne sont pas présents. Ceci est une différence considérable en comparaison avec les résul‐
tats des autres dictionnaires, d’autant qu’il s’agit d’un dictionnaire technique et que les termes utilisés pour étudier les dictionnaires sont des termes techniques. Les pourcentages pour les quatre autres dictionnaires arient entre 1 et 6 pour cent, ce qui constitue certes une différence, mais pas une différence nette. Une 175 Renault Mégane : passim 55 chose positive qu’il faut signaler est qu’il y a uniquement deux termes qui sont absents dans le grand dictionnaire FR‐FI‐08. Cela veut dire que le grand diction‐
naire est capable d’aider le traducteur d’une manière ou d’une autre dans la plu‐
part de cas. Les résultats de l’absence de termes sont résumés dans le ta‐
bleau 11 : Tableau 11 – Absence du terme FR‐FI‐08 FI‐FR‐FI‐07
FI‐FR‐FI‐06
FR‐FI‐06
FI‐FR‐FI‐96 2 11 12 6 22 1 % 5 % 6 % 3 % 10 % Les termes absents sont les suivants176 : FR‐FI‐08 : supercondamnation, VIN. FI‐FR‐FI‐07 : airbag, airbag latéral, airbag rideau, antipatinage (ASR), cir‐
cuit de fluide frigorigène, encliquetage, fluide frigoriène, pneu thermo‐
gomme, supercondamnation, survitesse, VIN. FI‐FR‐FI‐06 : ancrage, avertisseur lumineux, avertisseur sonore, circuit de fluide frigorigène, déploiement, encliquetage, fluide frigorigène, pneu thermogomme, sculptures, supercondamnation, survitesse, VIN. FR‐FI‐06 : fluide frigorigène, pneu thermogomme, prétensionneur de sé‐
curité, supercondamnation, VIN, vis antivol. FI‐FR‐FI‐96 : aide au parking, airbag, airbag latéral, airbag rideau, con‐
damnation, crevaison, déploiement, désembuer, encliquetage, feux de stop, frise de désembuage, guide de sangle, mains libres, parking, passant, pédalier, pneu thermogomme, pot catalytique, radar de recul, se rembo‐
biner, supercondamnation. Nous avons voulu étudier la présence du vocabulaire technique de l’automobile qui représente un niveau technique varié. C’est pourquoi, il existe de temps en temps de la répétition parmi les termes, ce qui a un effet sur les résultats. Par exemple, le fait que FI‐FR‐FI‐07 et FI‐FR‐FI‐96 ne contiennent pas le terme air­
bag a pour conséquence qu’aussi les termes airbag latéral et airbag rideau font partie de la catégorie 5. Si on regarde les termes absents dictionnaire par dictionnaire en prenant en compte les fonctions et le groupe d’utilisateurs pour lequel le dictionnaire a été onçu, il est possible de donner des raisons pour l’absence de termes. Le grand dictionnaire FR‐FI‐08 contient deux termes absents, supercondamnation et VIN, qui ne sont pas présents dans les autres dictionnaires non plus. Le raison pour leur absence est probablement le fait qu’il s’agit de deux termes très spécialisés. De plus, VIN est un anglicisme, qui signifie vehicle identification number (auton 176 Pour les traductions en finnois, consulter l’annexe. 56 valmistenumero)177. Supercondamnation, une fonction ressemblant à la ferme‐
ture centralisée des portes d’une voiture, mais qui empêche l'ouverture depuis l'extérieur et depuis l'intérieur178, est le deuxième terme qui ne se trouve dans aucun des dictionnaires. Nous en avions d’abord conclu qu’il s’agissait d’un terme inventé par Renault, d’un terme rare ou d’un terme extrêmement tech‐
nique ou spécifique de l’automobile. Après l’avoir consulté le moteur de re‐
cherche Google où l’on trouve 213 000 occurrences de supercondamnation, il faut constater qu’il s’agit en fait d’un terme très répandu et qu’il est difficile de présenter des raisons pour l’absence du terme. Il est très surprenant que le dictionnaire FI‐FR‐FI‐07 ne contienne pas du tout les termes airbag, pneu thermogomme ou survitesse. Le terme airbag devrait sur‐
tout être inclus dans le dictionnaire car il est un des termes techniques de l’automobile que tout le monde connaît. Même s’il s’agit d’un anglicisme et que le terme est le même en finnois, il serait important de donner à l’utilisateur aussi la traduction turvatyyny et de signaler éventuellement que la variante coussin gon­
flable de sécurité est aussi en usage. Cependant, l’absence surtout de ces termes mais aussi d’autres termes dans tous les dictionnaires en général n’est pas né‐
cessairement un choix délibéré des lexicographes : il est aussi tout à fait possible que le terme ait été purement et simplement été (par mégarde, donc). De plus, comme il s’agit d’ouvrages imprimés, il n’est même pas possible d’inclure tous les termes désirés. Les autres termes absents dans FI‐FR‐FI‐07 sont, en revanche, des termes assez techniques dont un utilisateur avec les connaissances intermé‐
diaires n’a pas nécessairement besoin, comme fluide frigorigène. En ce qui concerne l’autre dictionnaire bidirectionnel de langue générale, les termes absents dans FI‐FR‐FI‐06 sont des termes dont un utilisateur avec des connaissances de base n’a pas nécessairement besoin, comme ancrage, enclique­
tage et déploiement. Les autres termes absents sont des termes techniques par exemple fluide frigorigène et sculptures. L’absence par exemple de survitesse ou pneu thermogomme ne sont pas cependant justifiés, puisqu’il s’agit du vocabu‐
laire que tout le monde connaît. Quant au dictionnaire FR‐FI‐06, qui contient un nombre de mots‐vedettes assez élevé, il n’est pas surprenant qu’il n’y ait que six termes absents sur les 216 termes consultés. Les termes absents représentent un niveau technique assez pointu, comme c’est le cas de fluide frigorigène et pré­
tensionneur de sécurité. Le terme pneu thermogomme devrait cependant être présent. Le dictionnaire technique FI‐FR‐FI‐96 contient le nombre de termes absents le plus important. Le fait que le dictionnaire technique ait été publié il y a 15 ans et que le travail sur le vocabulaire a sans doute commencé bien antérieurement est 177 Autotekniikan ammattisanasto : vehicle identification number, VIN, sv. 178 Renault Mégane : 14 57 naturellement la raison pour l’absence de termes comme airbag latéral, airbag rideau, aide au parking, mains libres, radar de recul et supercondamnation parce que ce sont des innovations plus récentes. Même si quelques innovations ont peut‐être déjà existé au moment de la rédaction du dictionnaire, les lexico‐
graphes n’ont pas pu savoir s’il s’agit d’une innovation qui va rester dans le monde et qui va se fixer dans la langue aussi. En ce qui concerne les autres termes, certains ne sont probablement pas assez techniques pour être inclus dans un dictionnaire technique comme c’est le cas de crevaison. Il est aussi pos‐
sible qu’un dictionnaire technique se concentre trop sur les noms techniques, ce qui pourrait expliquer l’absence des verbes et des nominalisations déploiement, condamnation, désembuer, encliquetage et se rembobiner. Dans la liste des termes absents, il existe cependant des cas qui devraient être inclus dans un diction‐
naire technique, comme feux de stop, guide de sangle, passant, pédalier, pneu thermogomme et pot catalytique. 2.3. Les marques de domaine
Après avoir étudié la présence et l’absence de termes et le niveau technique des dictionnaires, qui décrivent déjà bien l’utilité des dictionnaires dans la traduc‐
tion du vocabulaire technique, il nous faut encore analyser les informations sup‐
plémentaires et leur utilité pour le traducteur. Nous nous concentrons sur un type particulier d’informations supplémentaires et étudierons les marques de domaine qui jouent un rôle important lorsque le traducteur a besoin de faire la différence entre les termes  de la langue générale et de la langue spécialisée  de différents domaines spécialisés. Au début des cinq dictionnaires analysés, on trouve une liste avec les marques que les lexicographes ont utilisées pour décrire les termes dans les articles. Entre différents dictionnaires, il y a de la variation par exemple dans le nombre de différentes marques de domaine utilisées, dans leur forme, et bien sûr dans la manière dont les marques de domaine se réfèrent aux termes. Les marques de domaine qui sont utilisées dans les dictionnaires sont par exemple : (au), (aut), (auton), (autossa) : automobile (tekn) : technique (sähk) : électrotechnique (rekan) : poids lourd (traktorin) : tracteur179 179 Par exemple FR‐FI‐08 : passim 58 Il y a aussi d’autres marques de domaine, comme (ilm), (kem), (krjp), (tel), (yf) 180 que nous négligerons dans cette étude car elles ne concernent pas le vocabulaire technique ou le vocabulaire technique de l’automobile. Bien sûr, il faut se rappe‐
ler que les informations que les dictionnaires offrent et qui sont appropriées ne sont pas les seules informations utiles, mais les informations peu appropriées aident aussi le traducteur à exclure des alternatives et à décider entre plusieurs termes et traductions. Normalement, les marques de domaine se trouvent entre parenthèses : banquette arrière : (auton) takapenkki181 boîte à gants : hansikaslokero (au)182 calage : (moottorin) sammuminen, (laakerin) kiinnileikkautuminen183 décélération : (ajoneuvosta) hidastuminen, vauhdin väheneminen184. Il y a cependant aussi des cas où la marque de domaine se trouve dans la traduc‐
tion, comme dans les occurrences : coffre : auton tavaratila185 avertiseur : auton äänitorvi186 avertisseur, klaxon : autontorvi187 caisse : auton runko188. Le mot auto n’est nécessaire dans aucun de ces exemples, puisqu’il suffit de nommer ces concepts par tavaratila, äänitorvi et runko. Par contre, il faut abso‐
lument ajouter une marque de domaine entre parenthèses à la traduction car par exemple runko peut aussi faire référence à un arbre. Si la marque de do‐
maine ne se trouve pas entre parenthèses, le dictionnaire n’indique pas claire‐
ment quelles sont les parties faisant partie du terme et quelles sont les parties supplémentaires qui figurent là pour décrire le terme en question. Il y a aussi des cas où les rédacteurs ont ajouté le mot auto dans le mot‐vedette. Par exemple, lorsqu’on consulte le terme rodage dans les dictionnaires, dans quatre dictionnaires l’article se trouve sous le mot‐vedette rodage, tandis que 180 Par exemple FR‐FI‐08 : 1311 181 FR‐FI‐08 : banquette arrière, sv. 182 FI‐FR‐FI‐96 : boîte à gants, sv. 183 FR‐FI‐08 : calage, sv. 184 FI‐FR‐FI‐06 : décéleration, sv. 185 FI‐FR‐FI‐06 : coffre, sv. 186 FI‐FR‐FI‐07 : avertisseur, sv. 187 FI‐FR‐FI‐96 : avertisseur, klaxon, sv. 188 FI‐FR‐FI‐07 : caisse, sv. 59 dans un dictionnaire le mot vedette est rodage d'une auto (totutus­, sisäänajo)189. Quand on veut consulter le terme galerie, on le trouve sous cette forme dans quatre dictionnaires, mais dans un dictionnaire l’article se trouve sous le mot‐
vedette de galerie d'une auto (kattoteline)190. Un dernier exemple de ceci est le terme cric, qui est présent dans quatre dictionnaires sous cette forme, mais dont le mot‐vedette est cric d'automobile (tunkki) dans un dictionnaire191. Même s’il s’agit principalement du vocabulaire technique de l’automobile, il ne faut pas le signaler à l’utilisateur dans le mot vedette, car on n’appelle pas par exemple l’appareil pour monter la voiture un cric d’automobile, mais un cric. Dans ces trois cas, il s’agit toujours du même dictionnaire, à savoir FR‐FI‐06. Parfois, il y a énormément de variation entre les mots‐vedettes, les marques de domaine et les traductions. C’est pourquoi le traducteur peut avoir des difficul‐
tés à trouver des informations sur lesquelles il peut compter. Si on veut consul‐
ter par exemple le terme avertisseur sonore, on trouve les articles suivants : FR‐FI‐08 avertisseur : (auton) ääni‐
torvi Tableau 12 – Avertisseur sonore FI‐FR‐FI‐07
FI‐FR‐FI‐06
FR‐FI‐06
avertisseur : hä‐
‐
avertisseur so‐
lytyslaite, hälytin, nore d'automo‐
auton äänitorvi bile : auton ää‐
nitorvi FI‐FR‐FI‐96 avertisseur : autontorvi (au) Comme on le voit dans le tableau 12, le traducteur trouve deux types différents de mots‐vedettes : avertisseur et avertisseur sonore d’automobile. Il trouve trois traductions très similaires mais néanmoins différentes : äänitorvi, auton ääni­
torvi et autontorvi. De plus, en ce qui concerne les marques de domaine, dans deux dictionnaires, elles se trouvent entre parenthèses (auton) et (au), dans un dictionnaire, le mot auto fait partie de la traduction : auton äänitorvi, et dans un dictionnaire, le mot auto se trouve aussi bien dans le mot‐vedette que dans la traduction : avertisseur sonore d’automobile : auton äänitorvi. Même si les mots‐
vedettes, marques de domaine et les traductions se ressemblent, la variation rend le travail du traducteur beaucoup plus difficile, car le but dans la traduction technique est d’utiliser des termes exacts et précis qui rendent la communica‐
tion efficace. Parfois, la marque de domaine est absente dans certains dictionnaires alors même qu’elle serait nécessaire : si un terme fait partie uniquement ou principa‐
lement du vocabulaire technique de l’automobile, les dictionnaires devraient aussi le signaler. C’est par exemple le cas d’enjoliveur et radar de recul comme on le voit dans le tableau 14. 189 FR‐FI‐06 : rodage d’une auto, sv. 190 FR‐FI‐06 : galerie d’une auto, sv. 191 FR‐FI‐06 : cric d’automobile, sv. 60 FR‐FI‐08 (auton) pöly‐
kapseli (aut) peruu‐
tustutka Tableau 13 – Enjoliveur et radar de recul FI‐FR‐FI‐07
FI‐FR‐FI‐06
FR‐FI‐06
(auton) pölykap‐
pölykapseli
(aut) (vars) seli pölykapseli peruutustutka
‐
‐
FI‐FR‐FI‐96 pölykapseli (au) ‐ Par contre, il y a aussi des cas où la marque de domaine est présente, alors qu’elle ne devrait pas l’être. Par exemple, dans le cas de plaque d’immatriculation (rekisterikilpi), deux dictionnaires ne contiennent pas de marque de domaine tandis que trois dictionnaires signalent que le terme fait partie du vocabulaire de l’automobile. Cela n’est cependant pas justifié, car une plaque d’immatriculation se trouve aussi dans les motocycles. Les informations dictionnaire par diction‐
naire sont les suivantes : FR‐FI‐08 rekisterikilpi Tableau 14 – Plaque d’immatriculation FI‐FR‐FI‐07
FI‐FR‐FI‐06
FR‐FI‐06
(auton) rekisteri‐ rekisterikilpi (aut) rekisteri‐
kilpi kilpi FI‐FR‐FI‐96 rekisterikilpi (au) En plus des caractéristiques communes présentées ci‐dessus, le dictionnaire technique présente une caractéristique intéressante en comparaison des autres dictionnaires. Comme le dictionnaire n’a pas pour but de contenir du vocabu‐
laire de la langue générale et comme il n’y pas de nuances stylistiques entre les termes techniques, les traductions proposées sont des termes techniques faisant partie de différentes branches, comme le terme capteur : anturi, pick­up­laite, tuntoelin. Les propositions de traduction que les autres dictionnaires donnent sont des termes plus connus, anturi et sensori. D’un côté, le choix entre les tra‐
ductions est donc plus difficile qu’en consultant d’autres dictionnaires, car pour pouvoir choisir le bon terme, le traducteur a besoin de faire des recherches sup‐
plémentaires s’il ne connaît pas le terme pick­up­laite. D’un autre côté, le traduc‐
teur n’a pas besoin de faire la différence entre les traductions de la langue géné‐
rale et celles de la langue spécialisée. Autrement dit, si le volume du dictionnaire technique n’a pas été artificiellement augmenté par les termes de la langue gé‐
nérale, le traducteur peut être sûr que les propositions de traduction qu’il trouve font partie de la langue technique et non pas de la langue générale. 2.4. Synthèse des dictionnaires étudiés
Nous avons étudié la présentation du vocabulaire technique de l’automobile dans cinq dictionnaires bilingues. Pour réaliser notre étude, nous avons regrou‐
pé les termes consultés en cinq catégories : la présence des termes, la variation, les sens erronés, la construction de termes et l’absence de termes. Pour pouvoir montrer plus clairement les différences entre les différents types de diction‐
61 naires, on peut faire la synthèse dictionnaire par dictionnaire de la manière sui‐
vante :  Ranska­suomi­suursanakirja (FR‐FI‐08) Nos résultats montrent que le grand dictionnaire, le dictionnaire le plus vaste de notre étude, et qui a été rédigé surtout pour les besoins des traducteurs, pré‐
sente les meilleurs résultats aussi bien quantitativement que qualitativement parmi les dictionnaires étudiés. Il ne s’agit pas uniquement d’un dictionnaire monodirectionnel avec un grand nombre de mots‐vedettes, mais il est aussi fa‐
cile à utiliser. La clarté, surtout, est une des caractéristiques de cet ouvrage : tous les mots sont présentés comme mots‐vedettes séparés même s’ils ont le même radical, les lexicographes utilisent des expressions complètes, ce qui veut dire que par exemple le tilde ~ n’a pas être utilisé pour remplacer le mot‐vedette dans les articles, et dans le cas des exemples, c’est tout l’exemple qui est toujours traduit en finnois et non pas uniquement la partie en question. De plus, dans ce dictionnaire, les marques de domaine sont utilisées d’une manière systématique et logique : la marque de domaine se trouve toujours entre parenthèses et de cette façon séparément du mot‐vedette français et de sa traduction finnoise. De plus, si un terme technique est typique de la langue technique de l’automobile, ce dictionnaire le signale. En ce qui concerne la présence et l’absence du vocabulaire technique de l’automobile, le dictionnaire en question offre les meilleurs résultats comme c’était prévisible déjà sur la base du type du dictionnaire. Quantitativement, nos résultats montrent que le grand dictionnaire peut aider le traducteur dans la plupart des cas : 70 pour cent des termes consultés étaient présents (catégories 1 et 2). De plus, il faut noter qu’uniquement deux termes étaient absents (caté‐
gorie 5). En ce qui concerne la variation, l’analyse a montré que la variation la plus importante dans la terminologie se trouve entre le grand dictionnaire et la notice d’utilisation de la Renault Mégane, ce qui était un résultat contredisant notre hypothèse. Cependant, ce nombre s’explique par le fait que la plupart des termes en question sont absents d’une manière ou d’une autre dans les autres dictionnaires étudiés. De plus, comme le dictionnaire contient des termes tech‐
niques faisant partie de la langue générale ainsi que des termes techniques à proprement parler dont le niveau technique varie, le dictionnaire peut être utili‐
sé dans la traduction technique mais aussi par des utilisateurs avec des connais‐
sances intermédiaires.  Suomi­ranska­suomi­sanakirja (FI‐FR‐FI‐07) Cet ouvrage n’a pas montré de résultats particuliers ou surprenants : en ce qui concerne le nombre de mots‐vedettes, il ne s’agit pas d’un dictionnaire aussi 62 vaste que le grand dictionnaire FR‐FI‐08, l’autre dictionnaire monodirectionnel FR‐FI‐06 ou le dictionnaire technique FI‐FR‐FI‐96. De plus, en ce qui concerne la matière technique, la présence de termes est moins élevée que dans les deux premiers ouvrages mentionnés ci‐dessus (70 pour cent et 56 pour cent dans les catégories 1 et 2 en comparaison avec 52 pour cent). Nous pouvons cependant constater qu’il s’agit en fait d’un bon dictionnaire si on compare son nombre de mots‐vedettes avec le nombre de termes consultés qui étaient présents dans le dictionnaire : même s’il contient presque le même nombre de mots‐vedettes que le dictionnaire technique et seulement la moitié des mots‐vedettes du diction‐
naire FR‐FI‐06, la présence de termes est presque la même, voire meilleure. À l’exception de ces résultats, le dictionnaire FI‐FR‐FI‐07 se trouve dans une po‐
sition intermédiaire entre les quatre autres dictionnaires qui ont montré des ré‐
sultats plus caractéristiques et extrêmes. Comme le dictionnaire contient un bon nombre de termes spécifiques de l’automobile dont le niveau technique n’est pas très élevé, ainsi que des termes plus techniques, il peut être utilisé au cours du processus de traduction d’un texte technique si un mot n’est pas présent dans le grand dictionnaire ou dans le dictionnaire technique. Il n’est cependant pas re‐
commandable de le consulter en premier. De plus, le dictionnaire est agréable et facile à utiliser mais le fait que le mot‐vedette ait parfois été remplacé par un tilde (~) peut compliquer la consultation d’un mot si les articles deviennent très longs.  Suomi­ranska­suomi ­sanakirja (FI‐FR‐FI‐06) Le dictionnaire FI‐FR‐FI‐06 était le dictionnaire le plus limité en termes de vo‐
lume parmi les dictionnaires analysés. C’est aussi le dictionnaire le plus général car il a été rédigé pour les apprenants de français ayant des connaissances in‐
termédiaires sur la langue. En tenant compte de ces informations, il n’est pas surprenant que notre analyse ait montré une présence de termes peu élevée (44 pour cent). En ce qui concerne le niveau technique des termes présents, une chose positive est que le dictionnaire contient aussi des termes assez techniques : ces termes sont en usage aussi dans la langue générale et c’est pourquoi un utili‐
sateur avec des connaissances de base peut en avoir besoin. Il faut cependant remarquer que les traductions sont assez générales, c’est pourquoi elles ne con‐
viennent pas à une utilisation par un traducteur professionnel. Dans le dictionnaire en question, en plus d’un nombre important de termes ab‐
sents, le nombre de sens erronés est aussi le plus élevé parmi les dictionnaires étudiés (9 pour cent). Le plus souvent, cela s’explique par le fait que le diction‐
naire ne donne pas un grand nombre de sens différents pour un mot‐vedette. Par contre, il donne les sens les plus généraux et courants. Si on regarde les termes absents faisant partie de la catégorie 5, il est possible de constater en te‐
63 nant en compte du groupe d’utilisateurs pour lequel le dictionnaire a été conçu que presque tous les termes absents ont un caractère technique tellement spéci‐
fique qu’un utilisateur avec des connaissances de base n’en a pas nécessaire‐
ment besoin. Les résultats obtenus correspondent donc au type de dictionnaire, ce qui est une caractéristique importante en ce qui concerne les dictionnaires bilingues. Par contre, l’utilisation de marques de domaine, qui sont très utiles pour n’importe quel type d’utilisateur, pourraient être plus systématique.  Uusi ranskalais­suomalainen sanakirja (FR‐FI‐06) En comparaison avec le grand dictionnaire qui est facile et clair à utiliser, cet autre dictionnaire français‐finnois, qui est aussi assez vaste et monodirectionnel, ne l’est malheureusement pas. Dans son cas, on voit très bien quel rôle impor‐
tant joue la structure des mots vedettes et la présentation de l’information dans un dictionnaire. Premièrement, le fait que le radical du mot‐vedette se trouve au début de chaque article pour les dérivés duquel on donne uniquement les termi‐
naisons avec le signe ~ rend les articles longs, laborieux à lire et difficiles à in‐
terpréter. Deuxièmement, le mot‐vedette est toujours remplacé par le signe ~ au lieu d’utiliser des phrases complètes ce qui rend l’utilisation du dictionnaire dif‐
ficile. Troisièmement, les signes que les lexicographes ont utilisés, probablement pour gagner de la place, sont parfois extrêmement difficiles, voire impossibles à interpréter. Et quatrièmement, une lacune supplémentaire est le fait que les phrases d’exemples ne sont pas entièrement, voire parfois pas du tout traduites, ce qui n’est naturellement pas une bonne chose si on pense à l’utilisateur du dic‐
tionnaire. Ce sont des caractéristiques qui compliquent l’utilisation du diction‐
naire. De plus, le fait que cet ouvrage contienne typiquement des mots‐vedettes qui sont en fait un terme et une marque de domaine, comme rodage d'une auto (totutus­, sisäänajo), peut être vu comme un manque grave en ce qui concerne la structure des mots‐vedettes et susciter des erreurs. En ce qui concerne le niveau technique, on peut constater qu’il s’agit d’un bon dictionnaire quantitativement (56 pour cent des termes consultés font partie des catégories 1 et 2) mais aussi qualitativement : il contient des termes plus ou moins techniques. En comparaison avec les autres dictionnaires étudiés, le nombre de sens erronés est cependant faible : si le terme est présent dans ce dic‐
tionnaire, il est probable qu’on trouve aussi le bon sens et la bonne traduction. Cela indique que l’étendue des articles est complète. Quant aux termes absents, leur nombre est faible (six termes au total) et leur niveau technique est assez pointu. C’est pourquoi un utilisateur avec des connaissances de base ou inter‐
médiaires n’en a pas besoin très souvent. Ce qui reste un mystère, ce sont les uti‐
lisateurs pour lequel le dictionnaire a été conçu, car le dictionnaire dit unique‐
ment qu’il convient le mieux aux finnophones. C’est pourquoi il est impossible d’évaluer si le dictionnaire suit les fonctions qui ont été prévues pour lui. 64 
Suomi­ranska­suomi : tekniikan ja kaupan sanakirja (FI‐FR‐FI‐96) Le dictionnaire technique FI‐FR‐FI‐96 est le seul dictionnaire spécialisé parmi les dictionnaires analysés. Il est aussi le plus âgé de ceux‐ci, et pas très vaste. Comme les termes que nous avons utilisés pour étudier les dictionnaires bi‐
lingues représentent la langue spécialisée et plus spécifiquement la langue tech‐
nique de l’automobile, nous avons pris comme hypothèse que le dictionnaire technique serait particulièrement utile dans la traduction de ce type de vocabu‐
laire. Nos résultats montrent cependant que le dictionnaire en question ne se distingue pas d’une manière positive des autres dictionnaires. L’analyse des dictionnaires montre que le niveau technique du dictionnaire technique est bon qualitativement, mais que les résultats quantitatifs ne le sont pas : seuls la moitié des termes consultés sont présents (catégories 1 et 2), ce qui constitue un nombre important parmi les dictionnaires analysés. La présence de termes assez peu élevée peut s’expliquer par le fait que le dictionnaire a été pu‐
blié il y a 15 ans, mais que, bien sûr, le travail sur le vocabulaire a commencé dé‐
jà beaucoup plus tôt. C’est pourquoi il est possible que le vocabulaire soit vieilli en comparaison avec celui utilisé dans la notice d’utilisation de la Renault Mé‐
gane publiée en 2010. D’autres explications sur l’absence des mots peuvent être le fait que tous les termes consultés n’ont pas été assez techniques pour être in‐
clus dans un dictionnaire technique. De plus, il est possible qu’un dictionnaire technique se concentre trop sur les noms techniques, ce qui pourrait expliquer l’absence par exemple de certains verbes. Une caractéristique supplémentaire de ce type de dictionnaire est le fait qu’il ne contient pas (ou ne devrait pas contenir) du vocabulaire de la langue générale. L’utilisateur devrait donc pouvoir compter sur le fait que les traductions repré‐
sentent de la langue technique. C’est pourquoi l’utilisation du dictionnaire peut être plus facile et plus rapide que la consultation d’un dictionnaire de la langue générale. Cela peut cependant susciter aussi des problèmes, car si le traducteur n’est pas familier avec toutes les différentes possibilités de traduction, il peut avoir des difficultés à choisir la bonne entre celles‐ci. Autre caractéristique en‐
core : le grand nombre de cas où le terme consulté est présent dans le diction‐
naire mais pour lequel on ne trouve ni le sens ni la traduction souhaités. Comme le dictionnaire technique contient des possibilités de traduction faisant partie d’autres domaines spécialisés, celles‐ci se trouvent souvent très loin du sens et de la traduction recherchés. Si, par conséquent, le traducteur est obligé de conti‐
nuer ses recherches, ce serait probablement plus facile sur la base des informa‐
tions d’un dictionnaire de langue générale. 65 3. Conclusion
L’objectif de cette étude était d’analyser la présentation du vocabulaire tech‐
nique de l’automobile dans cinq dictionnaires bilingues pour voir si les diction‐
naires bilingues conviennent pour la traduction technique, et comment ils le font. Pour trouver une réponse, nous avons abordé la question en consultant 216 termes techniques, que nous avons choisis dans la notice d’utilisation d’une Re‐
nault Mégane de l’année 2010, dans les cinq dictionnaires bilingues. Après la consultation, nous avons regroupé les termes en cinq catégories selon le critère de leur présence ou absence. L’analyse des dictionnaires a consisté en une ana‐
lyse quantitative sur la base de laquelle nous avons étudié les résultats qualitati‐
vement. L’analyse quantitative et qualitative a bien montré qu’il y a des différences entre les dictionnaires bilingues. En général, nous avons découvert deux types de dif‐
férences. Premièrement, tous les dictionnaires ont leur propre manière de pré‐
senter l’information, chaque structure ayant ses avantages et ses inconvénients. Par exemple, dans le dictionnaire FR‐FI‐06, surtout, mais aussi dans FI‐FR‐FI‐07, l’utilisation d’un tilde (~) ou d’autres symboles au lieu d’expressions complètes peut faire gagner de la place mais rend souvent l’utilisation du dictionnaire labo‐
rieuse et les données difficiles à interpréter. De plus, un trait commun pour presque tous les dictionnaires, mais qui est caractéristique surtout de FR‐FI‐06, ce sont les formes de mots‐vedettes qui combinent en fait terme et marque de domaine. Ces formes erronées n’ont pas d’avantages pour l’utilisateur et elles peuvent susciter des erreurs. Deuxièmement, l’analyse nous a montré qu’il y a des différences entre les niveaux techniques des dictionnaires. Autrement dit, il y a des différences entre les dictionnaires en ce qui concerne la probabilité qu’un terme technique soit présent ou absent, la manière dont un terme est présent ou absent, mais aussi en ce qui concerne la profondeur des articles. Sur la base des résultats de l’analyse, nous pouvons constater que FR‐FI‐08 con‐
vient le mieux parmi les dictionnaires étudiés pour la traduction technique à cause de ses bonnes caractéristiques quantitatives et qualitatives en ce qui con‐
cerne la matière technique. De plus, le dictionnaire est facile à utiliser grâce à sa structure claire. Par contre, FI‐FR‐FI‐06 est un dictionnaire trop général pour les besoins de la traduction technique, et FR‐FI‐06, même s’il a de bonnes caracté‐
ristiques quantitatives en ce qui concerne la matière technique, présente une structure qui rend l’utilisation du dictionnaire difficile, voir impossible, même pour un professionnel de la langue, comme l’est un traducteur. Si le grand dic‐
tionnaire FR‐FI‐08 a été une surprise positive, le dictionnaire technique FI‐FR‐
FI‐96 ne l’est pas : comme il a été publié il y a 15 ans, il contient déjà du vocabu‐
laire vieilli. De plus, il ne s’agit pas d’un dictionnaire très vaste ni approfondi. En ce qui concerne le cinquième dictionnaire analysé, FI‐FR‐FI‐07, il n’a pas présen‐
66 té de résultats particuliers : le dictionnaire a de bonnes caractéristiques en com‐
paraison avec son nombre de mots‐vedettes (relativement) limité, mais si on le compare avec le grand dictionnaire, il n’a rien de particulier à offrir. Nous pou‐
vons donc constater que les dictionnaires utiles à consulter sont FR‐FI‐08 en premier, mais si le terme recherché est absent ou si on veut consulter un autre dictionnaire, FR‐FI‐06 et FI‐FR‐FI‐96 peuvent être consultés après celui‐ci. À cause des différences entre les dictionnaires bilingues et du fait qu’ils ne con‐
viennent pas de la même manière, voire pas du tout pour la traduction de textes techniques, il est extrêmement important que l’utilisateur connaisse bien le dic‐
tionnaire qu’il utilise, donc par exemple la structure, les fonctions et les autres caractéristiques de celui‐ci. De plus, on devrait toujours consulter plusieurs dic‐
tionnaires et/ou d’autres sources pour pouvoir être sûr de l’exactitude des don‐
nées. Sur la base de l’analyse, nous pouvons aussi noter que l’image qu’on a d’un dictionnaire bilingue ne correspond pas nécessairement à la réalité. Par exemple, un traducteur ou un autre type d’utilisateur pourrait très facilement choisir le dictionnaire à consulter selon le nombre de mots‐vedettes qu’il déclare contenir. Le nombre de mots‐vedettes ne dit cependant rien du tout de la structure d’un dictionnaire ni de ses caractéristiques qualitatives, par exemple de l’étendue des articles. On pourrait aussi penser que ce qui convient le mieux à la traduction d’un texte technique est un dictionnaire technique. Nos résultats montrent ce‐
pendant que le fait que la langue technique se développe rapidement et cons‐
tamment avec des innovations a ses effets sur l’utilité de n’importe quel type de dictionnaire. En ce qui concerne ces dictionnaires, mais aussi les dictionnaires bilingues en général, il reste donc des choses à améliorer. Bien sûr on ne peut pas corriger toutes les erreurs, car les dictionnaires sont rédigés par des êtres vivants et il s’agit de projets très vastes, mais il est toujours possible d’utiliser, par exemple, une structure claire et de garder séparés les mots‐vedettes et les marques de domaine. De plus, ce que la plupart des dictionnaires font déjà, un dictionnaire devrait toujours définir le types d’utilisateurs et et de situations d’utilisation pour lesquels il a été conçu, et aussi s’en tenir à cet objectif. Comme les diction‐
naires ne peuvent normalement pas offrir des solutions prêtes à l’emploi pour les traducteurs professionnels mais aussi pour les autres types d’utilisateurs, il est important qu’ils offrent la meilleure base de départ possible à partir de la‐
quelle l’utilisateur peut continuer ses recherches. Dans cette étude, nous avons étudié uniquement des dictionnaires bilingues pour savoir s’ils peuvent être utilisés dans la traduction technique et de quelle manière. En plus des dictionnaires bilingues, les traducteurs utilisent aussi d’autres sources et d’autres outils de traduction dans leur travail, tels des sys‐
tèmes de gestion terminologiques, des textes multilingues disponibles sur Inter‐
67 net, des dictionnaires électroniques, des dictionnaires monolingues, des textes parallèles et des bases de données terminologiques, pour nommer quelques uns. Ces sources et outils offriraient donc un sujet intéressant pour les futures re‐
cherches, car elles sont aujourd’hui, dans une grande mesure, un outil incon‐
tournable du travail des traducteurs techniques. 68 Bibliographie
Dictionnaires étudiés : FR­FI­08 = Kalmbach J‐M. – Sundelin S., 2008. Ranska­suomi­suursanakirja. Hel‐
sinki, WSOY. FI­FR­FI­07 = Kalmbach J‐M. – Sundelin S., 2007. Suomi­ranska­suomi­sanakirja. Helsinki, WSOY. FI­FR­FI­06 = Lattunen H. – Viljanen K., 2006. Suomi­ranska­suomi ­sanakirja. Helsinki, Gummerus. FR­FI­06 = Pesonen P. – Pesonen P., 2006. Uusi ranskalais­suomalainen sanakirja. Helsinki, Finn lectura. FI­FR­FI­96 = Talvitie J. – Hytönen A., 1996. Suomi­ranska­suomi: tekniikan ja kaupan sanakirja. Porvoo, Helsinki, Juva, WSOY. Vocabulaire étudié : Renault Mégane = Renault, 2010. Mégane. Notice d’utilisation. http://www.e‐
guide.renault.com/837_7_FRA_K95/ressources/Download/ NU837‐
7_FRA.pdf (consulté le 9.5.2011). Ouvrages consultés : Arntz R., 2003. « Terminologie der Terminologie », in Snell‐Hornby M. – Hönig H. G. – Kuβmaul P. – Schmitt P. A. éds., Handbuch Translation. Tübingen, Stauffenburg. Autotekniikan ammattisanasto = Vänttinen, A. éd., 2006. Autotekniikan ammat­
tisanasto. Helsinki, Autoalan Koulutuskeskus. Bergenholz H. – Tarp S. éds., 1995. Manual of specialised lexicography : the prep­
aration of specialised dictionaries. Amsterdam, John Benjamins. Björklund L. – Lindberg J‐C., 1991. Översättning av kärlek till svenskan. Helsing‐
fors, Svenska Finlands folkting. Bogaards P., 2003. « Uses and users of dictionaries », in Sterkenburg P. van, éd., A practical guide to lexicography. Philadelphia, John Benjamins Publishing Company. Byrne J., 2006. Usability strategies for translating technical documentation. Dor‐
drecht, Springer. Dictionary of lexicography = Hartmann R. R. – James G., 1998. Dictionary of lex­
icography. London, Routledge. Duden = Auberle A. éd., 2003. Duden, Deutsches Universalwörterbuch. Mannheim, Leipzig, Wien, Zürich ; Dudenverlag. 69 Elliot N. – Estrin H., 1990. Technical writing in the corporate world. Boston, Course Technology Crisp. Göhring H., 2003. « Interkulturelle Kommunikation », in Snell‐Hornby M. – Hönig H. G. – Kuβmaul P. – Schmitt P. A. éds., Handbuch Translation. Tübingen, Stauffenburg. Hann M., 2004. Basis for scientific and engineering translation : English­German­ English. Philadelphia, John Benjamins Publishing Company. Hannay M., 2003. « Types of bilingual dictionaries », in Sterkenburg P. van, éd., A practical guide to lexicography. Philadelphia, John Benjamins Publishing Company. Hervey S. – Higgins I., 1992. Thinking translation: a course in translation method, French­English. London, New York; Routledge. Horn‐Helf B., 1997. « Der fachsprachliche Ausgangstext – ein „heiliges Original“? Anmerkungen zu einem Trugbild », in Fleischmann E. – Kutz W. – Schmitt P. A. éds., Translationsdidaktik: Grundfragen der Überetzungswissenschaft. Tübingen, Narr. Kielitoimiston sanakirja = Kotimaisten kielten tutkimuskeskus – Kielikone Oy, 2008. Kielitoimiston sanakirja 2.0. Kotimaisten kielten tutkimuskeskuk‐
sen julkaisuja 149, Helsinki. Kääntämisen opetussanasto = Kosunen R. – Väisänen S., 2001. Kääntämisen ope­
tussanasto. Turun yliopisto. http://vanha.hum.utu.fi/centra/pedaterm/ (consulté le 25.3.2010). Liikenteen turvallisuusvirasto Trafi, 2010. Ensirekisteröinnit henkilöauton mer­
kin ja mallin mukaan vuosi 2010. Helsinki. http://www.ake.fi/AKE/Tilastot/Ensirekister%C3%B6innit/Henkil%C
3%B 6autot+merkin+ja+mallin+mukaan/Vuosi+2010/Vuosi+2010.htm (consulté le 9.5.2011). Maillot J., 1981. La traduction scientifique et technique. Paris, Technique et Do‐
cumentation. Neubert A., 2003. « Pragmatik », in Snell‐Hornby M. – Hönig H. G. – Kuβmaul P. – Schmitt P. A. éds., Handbuch Translation. Tübingen, Stauffenburg. Nord C., 2003. « Textlinguistik », in Snell‐Hornby M. – Hönig H. G. – Kuβmaul P. – Schmitt P. A. éds., Handbuch Translation. Tübingen, Stauffenburg. Pinchuck I., 1977. Scientific and technical translation. London, The Language li‐
brary. Pearson J., 1998. Terms in context. Philadelphia, John Benjamins Publishing Company. Sandrini P., 1997. « Terminologieausbildung im Curriculum für Sprachmittler », in Fleischmann E. – Kutz W. – Schmitt P. A. éds., Translationsdidaktik: Grundfragen der Übersetzungswissenschaft. Tübingen, Narr. Schmitt P. A., 2003. « Anleitungen / Benutzerhinweise », in Snell‐Hornby M. – Hönig H. G. – Kuβmaul P. – Schmitt P. A. éds., Handbuch Translation. Tü‐
bingen, Stauffenburg. 70 Snell‐Hornby M., 2003. « Wörterbücher », in Snell‐Hornby M. – Hönig H. G. – Kuβmaul P. – Schmitt P. A. éds., Handbuch Translation. Tübingen, Stauf‐
fenburg. Tarp S., 2008. Lexicography in the borderland between knowledge and non­ know­
ledge : general lexicographical theory with particular focus on learner’s lexicography. Tübingen, Max Niemayer Verlag. Verkuyl H. – Janssen M. – Jansen F., 2003. « The codification of usage by labels », in Sterkenburg P. van, éd., A practical guide to lexicography. Philadel‐
phia, John Benjamins Publishing Company. Yli‐Jokipii H., 2004. « Tekniikan kieli tutkimuksen ja kääntämisen näkökulmas‐
ta », in Tommola J. éd., Kieli, teksti ja kääntäminen. Language text and translation. Turku, Turun yliopisto. 71 Annexe
Tableau 15 – Liste des termes analysés Page192 Terme français Traduction finnoise193 27 accélération kiihdytys 140 accoudoir käsinoja, kyynärnoja 108 aide au démarrage en côte mäkilähtöavustin 116 aide au parking pysäköintiavustin, pysäköintitutka 36 airbag turvatyyny, airbag 35 airbag latéral sivuturvatyyny 35 airbag rideau kattoturvatyyny 143 allume‐cigares savukkeensytytin 38 ancrage (ISOFIX) (Isofix‐)kiinnitys 178 anneau de remorquage hinaussilmukka 186 antibrouillard sumuvalot 51 antipatinage, A.S.R. luistonesto(järjestelmä), ASR 21 appui‐tête pääntuki 119 appuyer (sur la pédale) painaa (poljinta) 76 avertisseur lumineux merkkivalo 76 avertisseur sonore äänitorvi 171 balai d’essuie‐vitres tuulilasinpyyhkimen sulka 59 banquette arrière takapenkki 136 barres de toit kattoteline 27 basculer (le dossier) kallistaa (selkänojaa) 105 blocage (des roues) (pyörien) lukkiutuminen 53 boîte à gants hansikaslokero 119 boîte de vitesses automatique automaattivaihteisto 72 boîte de vitesses mécanique käsivaihteisto 233 bouchon (de réservoir carburant) (tankin täyttöaukon) tulppa, korkki 29 boucler (la ceinture) kytkeä, kiinnittää (turvavyö) 116 bouclier arrière takapuskuri 116 bouclier avant etupuskuri 57 bougie de préchauffage hehkutulppa 149 cache‐bagages tavaratilan peite 170 caisse kori, runko 95 calage (du moteur) moottori pysähtyy, sammuu 160 calandre jäähdyttimen säleikkö 53 capot moteur konepelti, moottorin suojus 32 capteur anturi, tunnistin 192 Renvoie au numéro de page dans la notice d’utilisation de la Renault Mégane 193 Notre suggestion de traduction 8 carburant polttoaine, polttoneste 170 carrosserie kori 233 catalyseur katalysaattori 23 ceinture de sécurité turvavyö 174 chaînes à neige lumiketjut 120 changement de rapport vaihtaa vaihdetta 234 changement de vitesses vaihteisto 23 chauffage des sièges istuinlämmitus 133 circuit de fluide frigorigène kylmäainekierto 58 circuit de freinage jarrupiiri 165 circuit de refroidissement jäähdytysjärjestelmä 166 circuit hydraulique hydrauliikkajärjestelmä 178 clé de roue rengasavain 10 clignoter vilkkua 42 coffre tavaratila 148 coffre à bagages matkatavaratila 170 compartiment moteur moottoritila 60 compte‐tours kierroslukumittari 14 condamnation lukita (ulkopuolelta) 124 console centrale keskikonsoli 197 consommateur d’énergie virtakulutin 133 consommation de carburant polttonesteenkulutus 105 contrôle dynamique de conduite / E.S.P. ajonvakautusjärjestelmä, ESP 49 couper le contact kytkeä virta pois päältä 180 couple de serrage kiristysmomentti, kiristystiukkuus 207 court‐circuit oikosulku 234 coussin gonflable turvatyyny, airbag 22 cran lovi 174 crevaison rengasrikko 179 cric tunkki 207 culasse sylinterin kansi 218 cylindrée sylinteritilavuus 17 débranchement (de la batterie) katkaista virta (akusta) 106 décélération hidastuminen 75 dégivrage huurteenpoisto 182 dégonfler päästää ilmaa renkaasta 108 démarrage en côte mäkilähtö 15 démarrer (le moteur) käynnistää (moottori) 121 dépannage korjaus, vianetsintä 24 déploiement (de l’airbag) (turvatyynyn) laukeaminen 126 désembuer poistaa huuru 93 diesel diesel 73 direction assistée ohjaustehostin 166 disque du frein jarrulevy 29 encliquetage (du pêne) (lukkokielen) lukkiutuminen 119 engager (rapport/vitesse/levier) kytkeä 178 enjoliveur pölykapseli 30 enrouleur turvavyörulla 84 essence bensiini 92 essence plombée lyijypitoinen bensiini 85 essence sans plomb lyijytön bensiini 174 essieu arrière taka‐akseli 183 essieu avant etuakseli 81 essuie‐vitre tuulilasinpyyhin 80 faisceaux valot 53 feux avant etuvalot 76 feux clignotants vilkut 56 feux de brouillard sumuvalot 56 feux de croisement lähivalot 11 feux de détresse hätävilkut 77 feux de jour huomiovalot, päiväajovalot 56 feux de position pysäköintivalot, seisontavalot 56 feux de route ajovalot 235 feux de stop jarruvalo 155 filet de séparation turvaverkko 93 filtre à particules nokihiukkassuodatin 133 fluide frigorigène jäähdytysneste 94 frein à main pysäköintijarru, seisontajarru 53 frein de parking pysäköintijarru 27 freinage jarrutus 105 freinage d’urgence hätäjarrutus 120 freinage moteur moottorijarrutus 53 frise de désembuage huurteenpoistosuutin 235 fusible sulake 157 galerie de toit kattoteline 31 générateur de gaz kaasunkehitin 167 gicleur (de lave‐vitre) (lasinpesimen) suutin 102 gonflage des pneumatiques renkaantäyttö 144 guide de sangle turvavyönohjain 12 habitacle matkustamo 58 huile moteur moottoriöljy 23 incliner (un siège) kallistaa (istuinta) 53 indicateur de direction suuntavalo 61 indicateur de vitesse nopeusmittari 218 indice d’octane oktaaniluku 93 injection (polttonesteen) ruiskutus 99 jante vanne 161 jauge d’huile öljynmittatikku 136 joint d'étanchéité tiiviste 235 klaxon* äänitorvi 81 lave‐vitre tuulilasinpesin 17 lève‐vitre lasinnostin 97 levier de sélection vaihdevipu 53 levier de vitesses vaihdevipu 135 limiteur d’effort puristumissuoja 57 limiteur de vitesse nopeudenrajoitin 235 liquide de freins jarruneste 60 liquide de refroidissement jäähdytysneste 53 lunette arrière takalasi 158 (téléphone) mains libres handsfree(‐puhelin) 179 manivelle vipu (ikkunannostimen) 116 manoeuvre ohjausliike 94 marche arrière peruutus, peruutusvaihde 19 mettre le contact kytkeä virta päälle 138 miroir de courtoisie ehostuspeili 119 mise en route (du véhicule) moottorin käynnistäminen 213 motorisation moottorityyppi 180 moyeu (placage de la roue sur son moyeu) pyörännapa 219 option lisävaruste 53 ordinateur de bord ajotietokone 219 palier laakeri 24 pare‐brise tuulilasi 170 pare‐chocs puskuri 50 pare‐soleil häikäisysuoja 10 parking pysäköintialue 144 passant vyölenkki 106 pédale d’accélérateur kaasupoljin 28 pédale d’embrayage kytkinpoljin 119 pédale de frein jarrupoljin 23 pédalier polkimet 29 pêne lukkokieli, salpa 177 perte de pression painehäviö 85 pistolet polttoainepistooli 236 plafonnier sisävalo 236 plage arrière hattuhylly 131 planche de bord mittaritaulu 235 plaque d’immatriculation rekisterikilpi 183 pneu « neige » talvirengas 183 pneu clouté nastarengas 183 pneu thermogomme kitkarengas 110 point dur vastekohta 114 position neutre vapaa‐asento 52 poste de conduite kuljettajan paikka 92 pot catalytique pakokaasukatalysaattori 58 pression d’huile öljynpaine 62 pression des pneumatiques rengaspaine 31 prétensionneur de ceinture turvavyönkiristin 236 radar de recul peruutuskamera, peruutustutka 66 ralenti joutokäynti, tyhjäkäynti 108 reculer peruuttaa 126 recyclage de l’air ilman sisäkierto 57 régulateur de vitesse nopeudensäädin 66 remorque perävaunu 84 réservoir carburant polttonestesäiliö 119 rétrograder vaihtaa pienemmälle vaihteelle 75 rétroviseur extérieur ulkotaustapeili 75 rétroviseur intérieur sisätaustapeili 88 rodage sisäänajo, totutusajo 103 roue pyörä 102 roue de secours varapyörä 49 s'allumer (témoin) (merkkivalo) syttyy 28 sangle de bassin lantiovyö 28 sangle de thorax olkavyö 181 sculptures renkaan pintakuviointi 33 se gonfler (airbag) (turvatyyny) laukeaa, täyttyy 29 se rembobiner rullautua takaisin 56 serrage (du frein à main) (seisontajarrun) kiristäminen 43 siège arrière takaistuin 23 siège avant etuistuin 39 siège enfant lastenistuin 116 soubassement alusta 17 stationnement pysäköinti 14 supercondamnation kaksoislukitus 61 survitesse ylinopeus 105 système antiblocage des freins, ABS lukkiutumaton jarrujärjestelmä, ABS 53 tableau de bord kojelauta 124 tableau de commande kojetaulu 148 tablette arrière hattuhylly 166 tambour jarrurumpu 49 témoin merkkivalo 181 témoins d’usure kulumisen ilmaisin 182 tenue de route pito 21 tige (de l’appui‐tête) (pääntuen) varsi 14 toit ouvrant kattoluukku 66 traction (d’une remorque) (perävaunun) vetäminen 19 trappe à carburant polttonestesäiliön luukku 66 vidange öljynvaihto 139 vide‐poches käsinelokero 221 VIN VIN, ajoneuvon valmistenumero 178 vis antivol (dans l’enjoliveur) turvaruuvi 73 volant de direction ohjauspyörä 
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising