Socles de compétences - UNESCO International Bureau of Education

Socles de compétences - UNESCO International Bureau of Education
Programme des études
E N S E I G N E M E N T
F O N D A M E N T A L
I
A VANT-PROPOS
A
vec les Socles de compétences, la Communauté française a défini pour l’enseignement fondamental bien davantage qu’un
cadre. Par la détermination d’un florilège de compétences diversifiées, intégrées les unes par rapport aux autres, adaptées à la
réalité de la société contemporaine, mais aussi rénovatrices et porteuses de changements, c’est une cohérence qui a été conférée
à l’action éducative.
Manquait encore, pour que le projet prenne véritablement corps dans les écoles organisées par la Communauté française, une
sorte de trait d’union, comme une courroie de transmission entre la référence et le quotidien de la classe.
Ce programme a pour ambition de remplir ce rôle, non à la manière d’un simple mode d’emploi, mais plutôt en tant que texte
fédérateur. Raison pour laquelle il est à la fois le fruit d’un travail d’équipes et de consultations des acteurs de terrain. Que soient
d’ailleurs remerciés ici toutes celles et tous ceux qui ont collaboré à sa réalisation.
Œuvre collective donc, le programme couvre tout le cursus de l’enseignement fondamental, en cohérence — un maître-mot
décidément — avec l’organisation en cycles. Et avec une attention, bien sûr, à la continuité entre le maternel et le primaire.
Pour les écoles de la Communauté française, il constitue un outil visant à leur permettre d’assurer au mieux leur mission d’écoles
publiques: amener tous les élèves à la maîtrise des fondements des compétences essentielles, afin qu’ils puissent, dans leur
devenir, se révéler pleinement acteurs de la société du XXI e siècle, avec ce que cela suppose d’efficience, de conscience, de sens
critique et d’autonomie.
Reste que le burin, seul, ne fait pas le sculpteur. Beaucoup n’ont pas attendu l’itinéraire pour se mettre en chemin et ont réalisé,
d’ores et déjà, des avancées considérables sur la piste des Socles de compétences. Je les en remercie, sûr que l’ensemble du
corps enseignant leur emboîtera le pas avec créativité et compétence.
Jean-Marc NOLLET
Ministre de l’Enfance, chargé de l’Enseignement fondamental,
de l’accueil et des missions confiées à l’ONE
III
A vertissement
L
e présent programme peut être appliqué, à partir du 1er septembre 2001, dans l’ensemble des années de l’enseignement
fondamental. Son application sera obligatoire le 1 er septembre 2002, dans l’ensemble des années de l’enseignement fondamental.
Il abroge et remplace les programmes suivants:
• 511/07 - Programme des activités de l’enseignement préscolaire - 1985
• 512/15 - Matières et programme de l’enseignement primaire - 1985
• 512/16 - Deuxième langue (français, néerlandais, allemand) - 1988
• 7/5502 - Deuxième langue (français, néerlandais, allemand) - 1992
• 519/04 - Mathématique - Compétences de base, fin du 1 er et du 2 e cycle - 1983
• 519/06 - Mathématique - Compétences de base, fin du 3 e cycle - 1984
• 7/5072 bis - Mathématique pour les trois cycles - 1981
• 512/06 A - Mathématique - Commentaires A - 1977
• 512/06 B - Mathématique - Commentaires B - 1977
• 512/06 C - Mathématique - Commentaires C - 1978
• 512/07 D - Mathématique - Commentaires D - 1980
• 512/04 - Langue maternelle - 1977
• 519/07 - Langue maternelle - Compétences de base - 1984
• 519/05 - Histoire et géographie - Compétences de base, fin 6 e primaire - 1984
• 512/10 - Plan d’éducation pour l’école fondamentale - 1982
• 512/08 - Exploration et conquête de l’environnement - 1981
• 512/07 - Activités manuelles et initiation esthétique - 1975
V
T ABLE DES MATIÈRES
I. ÉDUCATION PHYSIQUE
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
L’enfant et son corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
L’enfant et son corps - Le schéma corporel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Le corps, moyen d’expression . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
L’enfant et l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
L’enfant et le temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
Marcher et/ou courir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26
Grimper . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
Se suspendre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
Sauter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
Rouler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36
Glisser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
Prendre, tenir, transporter, attraper . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40
Propulser, lancer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
La natation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
L’enfant et son corps - Les qualités organiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
L’enfant gestionnaire de sa santé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
II. ÉVEIL
II.A. ÉVEIL SCIENTIFIQUE
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
Les êtres vivants métabolisent: ils se nourrissent, respirent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
1. L’homme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62
2. Les animaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
3. Les végétaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
L’homme se protège et se défend . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Les relations entre les êtres vivants et le milieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Les êtres vivants se déplacent, agissent, réagissent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74
Les êtres vivants se reproduisent . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
La classification des êtres vivants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
L’énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
1. Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
2. L’électricité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
3. La lumière et le son . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92
4. Les forces . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
5. La chaleur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98
Table des matières - 1
1
La matière
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . .
102
1. Propriétés et changements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
2. Corps purs et mélanges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
L’air, l’eau, le sol . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106
L’homme et l’environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
Histoire de la vie et des sciences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113
Fiches pédagogiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 115
II.B. ÉVEIL HISTORIQUE
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138
L’enfant structure le temps
.......................................................................................................................
140
Fiches pédagogiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 149
II.C. ÉVEIL GÉOGRAPHIQUE
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162
L’enfant construit l’espace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164
Fiches pédagogiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 177
III. LANGAGES FONDAMENTAUX
III.A. MATHÉMATIQUES
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190
III.A.1. Résolution de problèmes
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 192
Situations de vie réelle... fonctionnelles... ludiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 194
III.A.2. Nombres et opérations
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 196
Compter, dénombrer, classer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200
Organiser les nombres par familles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 210
Calculer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214
Table des matières - 2
2
III.A.3. Grandeurs
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 224
Comparer, mesurer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 226
Opérer, fractionner . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 238
III.A.4. Solides et figures planes
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240
Repérer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242
Reconnaître, comparer, construire, exprimer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 244
Dégager des régularités, des propriétés, argumenter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 252
Fiches pédagogiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255
III.B. LANGUE FRANÇAISE
Introduction
.........................................................................................................................................
290
III.B.1. Savoir-écouter, savoir-parler
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 292
Orienter sa parole et son écoute en fonction de la situation de communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294
Élaborer des significations en situation de communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 294
Assurer et dégager l’organisation et la cohérence d’un message . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 298
Utiliser et identifier les moyens non verbaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 300
III.B.2. Savoir-lire
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 302
Orienter sa lecture en fonction de la situation de communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 304
Élaborer des significations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 306
Dégager l’organisation d’un texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 310
Percevoir la cohérence entre phrases et groupes de phrases tout au long du texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318
Tenir compte des unités grammaticales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 318
Traiter les unités lexicales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 320
Percevoir les interactions entre les éléments verbaux et non verbaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 320
III.B.3. Savoir-écrire
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 322
Orienter son écrit en fonction de la situation de communication . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 324
Élaborer des contenus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 324
Assurer l’organisation et la cohérence du texte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 328
Utiliser les unités grammaticales et lexicales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 334
Assurer la présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 334
Table des matières - 3
3
III.B.4. Analyse grammaticale
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 336
Commentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 338
Matière nouvelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .338
Méthodologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .340
La matière à connaître . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .344
Les moyens de reconnaître . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .346
III.B.5. Orthographe
Introduction
.................................................................................................................................
350
III.B.6. Conjugaison
Introduction
.................................................................................................................................
358
III.B.7. Vocabulaire
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 368
Enrichir le vocabulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 370
Organiser - Structurer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 372
Fiches pédagogiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 377
IV. ÉDUCATION ARTISTIQUE
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 400
L’éducation plastique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 402
S’ouvrir au monde visuel pour percevoir, s’approprier des langages et s’exprimer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 402
Agir, exprimer, transférer, créer dans le domaine plastique - Les modes d’expression en 2 ou 3 dimensions . . . . . . 402
L’éducation musicale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 414
S’ouvrir au monde sonore: percevoir et différencier les sons, les bruits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 414
Agir, exprimer, transférer, créer dans les domaines vocal, verbal, rythmique, instrumental et corporel . . . . . . . . . . . 414
V. LANGUES MODERNES
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 424
Écouter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 428
Parler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 436
Lire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 444
Écrire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 450
Outils . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 452
Table des matières - 4
4
VI. ÉDUCATION PAR LA TECHNOLOGIE
Introduction
.........................................................................................................................................
462
Observer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 464
Émettre des hypothèses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 464
Réaliser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 464
Réguler . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 466
Structurer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 466
VII. ÉDUCATION AUX MÉDIAS
Introduction
.........................................................................................................................................
470
Activités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 472
TABLE DES CORRESPONDANCES NOTIONS/CYCLES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 481
Table des matières - 5
5
LISEZ-MOI!
Le programme et les couleurs
LA BARRE DE TITRE
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE
(de 2 ½ à 5 ans)
DEUXIÈME ÉTAPE
2 e CYCLE
(de 5 à 8 ans)
3e CYCLE
(de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE
(de 10 à 12 ans)
Les socles ont déterminé avec précision les différentes étapes du cursus scolaire de 2 ½ ans à 14 ans. Le fondamental est
concerné par les deux premières étapes, chacune d’entre elles se subdivisant en deux cycles. Tous ces éléments sont différenciés
par le jaune et le vert pour les étapes, par le gris et le blanc pour les cycles.
Pour différencier l’enseignement obligatoire de l’enseignement non obligatoire, le contenu de la colonne du premier cycle
n’est jamais grisé.
LES BRANCHES ET LEUR CODE DE COULEURS
I
ÉDUCATION PHYSIQUE
II.A. ÉVEIL SCIENTIFIQUE
II.B. ÉVEIL HISTORIQUE
III.C. ÉVEIL GÉOGRAPHIQUE
II
ÉVEIL
III
LANGAGES
FONDAMENTAUX
IV
ÉDUCATION ARTISTIQUE
V
LANGUES MODERNES
VI
ÉDUCATION PAR LA TECHNOLOGIE
VII
ÉDUCATION AUX MÉDIAS
III.A. MATHÉMATIQUES
III.B. LANGUE FRANÇAISE
LA PAGINATION
Pagination de bas de page:
Dans le coin inférieur gauche pour les versos
Dans le coin inférieur droit pour les rectos
La pagination est continue de 1 à 503
Pagination des bandeaux:
(couleur de la branche)
De 1 à ... pour chacune des branches
La pagination est continue dans une branche
Lisez-moi! - 1
6
LE CONTENU DES CASES
• En situation de communication élargie ou nouvelle, CASE GRISÉE — TEXTE BLEU
s’exprimer avec une prononciation, un volume, un débit et Compétences/activités reprises dans les socles et pouvant être
une intonation adaptés.
certifiées EN FIN D’ÉTAPE.
• En situation, s’exprimer en veillant à la prononciation, à CASE GRISÉE — TEXTE NOIR
l’attitude du corps et à l’intonation.
Compétences/activités reprises dans les socles mais pour
lesquelles il n’y a pas de certification.
• Distinguer interrogation totale et interrogation partielle.
324
CASE BLANCHE — TEXTE NOIR
Activités qui ne se trouvent pas explicitement dans les socles.
Il n’y a jamais de certification.
1225
Référence de case en noir (dans le coin inférieur droit).
Renvoi à une case en bleu (dans le coin inférieur gauche).
La numérotation continue facilite la navigation à travers tout le
programme.
La table des correspondances notions/cycles
Analyse grammaticale (l’)
ENTRÉES
Assemblages (les)
LES FICHES PÉDAGOGIQUES
Sans aucune prétention d’exhaustivité,
elles sont à prendre comme des flashs sur
des points intéressants. Elles pourront
faire l’objet de compléments à la demande
et/ou de travaux de groupes lors de
journées de formations. Leurs contenus
sont donnés à titre d’exemple. Des
adaptations sont parfois nécessaires.
Elles sont numérotées en continu de 1 à 92.
Coordination (la)
Juxtaposition (la)
Subordination (la)
CHAPITRES
(ordre alphabétique)
(ordre alphabétique)
1644 4
1644 4
1644 4
Fonctions (les)
Attribut du sujet (l’)
1621 3
Complément d’agent (le) 1622 4
.................
..... .....
DÉVELOPPEMENTS
DES ENTRÉES
(ordre alphabétique)
Formes de phrases (les)
LES RENVOIS
Ils mettent en évidence les relations à
faire entre des notions et/ou des compétences des différents chapitres.
Il est loisible à chacun d’en ajouter.
Phrase active (la)
Phrase neutre (la)
.................
Numéros de case
INT = dans
l’introduction
1638 4
1638 4
INT
À connaître dans le cycle.
Exemple: 4 = en fin du
4e cycle
Case noire: terme
réservé aux enseignants.
LES MOTS CLÉS
Si certains d’entre eux figurent dans les cases de texte par nécessité de formulation, d’autres apparaissent dans la table des
correspondances. On aura compris que le but est de guider les collègues dans leurs exigences.
Exemple: ÉVEIL. HISTOIRE. PÉRIODES CONVENTIONNELLES (LES).
Exemple: Moyen Âge (le): mots clés attachés: cathédrale, charte, croisades, découvertes, féodalité, fief, invasion, seigneur,
Exemple: serf, suzerain, vassal, tournoi, ville.
Lisez-moi! - 2
7
LE PROGRAMME ET LA NOUVELLE ORTHOGRAPHE
Les recommandations faisant l’objet d’une introduction planifiée dans le fondamental, il a paru logique de signaler les rectifications
que les enseignants sont invités à adopter progressivement.
Les mots concernés par la double orthographe en phase transitoire sont donnés dans l’ordre alphabétique. Il s’agit de:
1. La suppression de l’accent circonflexe sur le «i» et sur le «u»:
accroitre, apparaitre, boite, bruler, brulure, chaine, connaitre, coute(r), couteux, croitre, dinette, emboitement, embuches,
enchainement, enchainer, entrainement, entrainer, gout, maitre, maitriser, naitre, piqure, reconnaitre.
2. L’accent grave:
cèdera, évènement.
3. Le pluriel des noms composés:
les porte-paroles.
4. Le trait d’union dans les nombres:
sept-cent-six unités,...
Le lecteur voudra bien tenir compte de cette mise au point.
8
Éducation physique
I
Éducation physique
a. Définition
L’éducation physique couvre un ensemble de pratiques pédagogiques visant à l’éducation du corps et à l’éducation par le
corps.
b. Concept
Les compétences disciplinaires à charge de l’éducation physique sont:
• l’édification d’un organisme en bonne santé;
• l’apprentissage de la gestion de la santé: saines habitudes de vie;
• l’éveil, le développement et l’affinement des habiletés perceptivo-motrices, nécessaires à l’acquisition et à l’exercice
des compétences;
• l’éducation à la sécurité;
• l’apprentissage de l’utilisation du corps comme moyen d’expression;
• l’initiation aux pratiques en relation avec la culture corporelle.
Les compétences transversales à charge de l’éducation physique sont:
• le développement des structures opératoires de la pensée abstraite (image du corps, schéma corporel, organisation
dans l’espace et dans le temps, langage, grandeurs, nombres...). Le préalable de l’acte est indispensable au
développement de la pensée et à la capacité de réaliser des opérations mentales;
• la perception de la réalité, préalablement à la conceptualisation symbolique. L’école doit assurer une perception exacte
et précise de la réalité concrète AVANT d’en proposer le traitement par le symbole;
• l’illustration de faits et de lois: les situations d’éducation physique doivent être exploitées en tant que moyens d’illustrer
concrètement des notions théoriques figurant au programme des autres disciplines scolaires (exemples: course
d’orientation et géographie);
• les démarches mentales et les manières d’apprendre: les situations-problèmes et les situations-défis proposées au
cours d’éducation physique permettent de développer des attitudes mentales qui sont également d’application dans la
résolution des situations de même ordre présentées dans les autres disciplines. Une démarche interdisciplinaire aura
pour effet de faire émerger cette notion de transfert;
• les attitudes relationnelles: l’éducation socio-affective représente pour l’école un objectif parallèle à ceux d’instruction,
de formation et de culture. Exemples: perception objective de soi-même et de ses moyens propres, autodiscipline, goût
de l’effort, esprit créatif, tolérance et esprit de participation, recherche de la qualité du travail, etc.
Une coopération entre le professeur d’éducation physique et les titulaires des classes est un idéal à poursuivre, qui découle de cet
ensemble de compétences à développer dans le cadre des missions fondamentales de l’école, définies par décret.
Éducation physique - 1
10
c. Démarche
Conformément aux enseignements fournis par les neurosciences, relatifs au fonctionnement du cerveau et aux mécanismes de
l’apprentissage, les objectifs de l’éducation physique doivent être poursuivis dans une démarche en trois phases, soit:
• le stade sensori-moteur: ajustements ludiques et intuitifs des conduites motrices en fonction du but à atteindre (vécu),
• le stade perceptivo-moteur: ajustements des conduites motrices en fonction de la perception de soi-même
(conscientisé),
• le stade cognitif: réflexion sur les procédures de l’action (conceptualisé),
chacun de ces stades conditionnant la perspective de succès dans le passage au stade suivant.
Toutes les activités proposées dans un cycle doivent être entretenues, développées, complexifiées aux cycles ultérieurs.
En éducation, le choix des matières enseignées et la performance réalisée ne sont pas déterminants. C’est la compétence
à développer, définie comme une possibilité d’action dans une situation de vie, qui doit être évaluée.
Éducation physique - 2
11
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’ENFANT ET SON CORPS
Image du corps
2
• Montrer et nommer les différentes parties du corps (tête,
épaules, nuque, chevilles, bras):
- en répondant à une consigne;
- en interprétant une comptine.
• Prise de conscience intuitive de la symétrie du corps:
- sauter sur deux pieds, sur un pied et sur l’autre pied;
- attraper la balle à deux mains;
- passer une balle d’une main à l’autre;
- enfiler ses gants, ses chaussettes;
- faire les marionnettes.
• Imprégnation de la gauche et de la droite:
- peindre, dessiner, lancer et attraper un ballon en choisissant
sa main préférentielle;
- entamer une danse en levant le bras muni d’un ruban;
- tenir le cerceau de la main côté cour…, de la main gauche;
- utiliser simultanément le vocabulaire gauche/droite (intériorisation progressive de la latéralité);
- prise de conscience intuitive de la gauche et de la droite.
• Situer son corps dans l’espace:
- se placer au centre de, à côté de…, devant, derrière.
446
• Affiner les mouvements des mains, des bras, des pieds dans
des activités exigeant précision et dextérité: enfilage,
écriture, danse, rythmique, activités manuelles.
• Maîtriser et coordonner des mouvements fondamentaux
dans des situations simples.
• Affirmation de la latéralité:
- appliquer la persistance de la latéralité: la main gauche
reste la main gauche quelle que soit la situation dans
l’espace;
- affirmer sa prédominance dans des situations diverses
(manger, écrire, jouer au ballon);
- appliquer les notions de gauche et de droite à des
éléments extérieurs (exemple: Jacques est à ma droite);
- marcher en dispersion et donner la main droite aux
enfants que l’on rencontre;
- appliquer la notion de gauche et de droite quelle que soit
la situation de l’objet, de la personne.
• Se repérer dans l’espace en fonction de la latéralité.
3
4
Perception du corps
Percevoir de manière intuitive:
1
7
8
Prendre conscience:
9
• Les fonctions physiologiques essentielles des os, des • Des fonctions organiques et de leurs implications dans les
articulations, des muscles.
activités corporelles diverses: marche, course, station
debout, accroupi...
12
13
• Des indices de bien-être, de mal-être, adapter ses conduites • Des indices de bien-être, de mal-être, adapter ses conduites
aux perceptions ressenties, les exprimer, y remédier:
aux perceptions ressenties, les exprimer, y remédier:
- j’ai chaud, j’ai froid;
- j’ai chaud, j’ai froid;
- je me couvre, je me découvre;
- mon cœur bat très vite (je suis fatigué, je me repose);
- mon cœur bat très vite (je suis fatigué, je me repose);
- j’ai faim, j’ai soif (problèmes digestifs);
- j’ai faim, j’ai soif (problèmes digestifs);
Nommer l’endroit du malaise (tête, cœur, ventre, genou).
- j’ai peur, je suis rassuré.
Nommer l’endroit du malaise (tête, cœur, ventre, genou).
16
17
• La nécessité d’adapter ses conduites motrices en fonction • La nécessité d’adapter ses conduites motrices en fonction
des éléments extérieurs (neige, soleil, verglas, température).
des éléments extérieurs (neige, soleil, verglas, température).
20
21
• Percevoir la nécessité de la récupération après un effort.
• Exprimer son malaise, ses besoins physiologiques et pouvoir
y répondre en toute autonomie. 372
24
Éducation physique - 3
12
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’ENFANT ET SON CORPS
Image du corps
1
2
• Prendre conscience de son corps dans la pratique de • Dominer son corps dans différentes activités sportives.
différentes activités sportives.
• Maîtriser et coordonner des mouvements dans des situations
élaborées.
• Appliquer la notion de gauche et de droite au corps des • Investir la latéralité (occupation de l’espace, manipulation de
autres enfants: je passe à la gauche de Pierre, à la droite de
l’engin, relations avec les autres…) dans toutes les activités
Michel.
sportives et culturelles, ainsi que dans la circulation sur la
• Appliquer ces notions de gauche et de droite lors de
voie publique.
déplacements: marche, vélo, voiture…
• Course en slalom, passer à gauche, à droite des piquets.
• Renforcer l’habileté des segments non préférentiels (la main
gauche chez les droitiers par exemple).
5
6
Perception du corps
Prendre conscience:
7
10
Connaître et réfléchir sur:
11
• Des fonctions physiologiques essentielles des os, des • Les fonctions organiques et de leurs implications dans les
articulations, des muscles.
activités corporelles diverses: marche, course, station
debout, accroupi...
14
15
• Des indices de bien-être, de mal-être, adapter ses conduites • Des indices de bien-être, de mal-être, adapter ses conduites
aux perceptions ressenties, les exprimer, y remédier:
aux perceptions ressenties, les exprimer, y remédier:
- j’ai chaud, j’ai froid;
- j’ai chaud, j’ai froid;
- je me couvre, je me découvre;
- je me couvre, je me découvre;
- mon cœur bat très vite (je suis fatigué, je me repose);
- mon cœur bat très vite (je suis fatigué, je me repose);
- j’ai faim, j’ai soif (problèmes digestifs);
- j’ai faim, j’ai soif (problèmes digestifs);
- j’ai peur, je suis rassuré.
- j’ai peur, je suis rassuré.
Déterminer et nommer l’endroit du malaise (tête, cœur,
Déterminer et nommer l’endroit du malaise (tête, cœur,
ventre, genou).
18
ventre, genou).
19
• La nécessité d’adapter ses conduites motrices en fonction • La nécessité d’adapter ses conduites motrices en fonction
13
des milieux explorés (plage, mer, forêt, espace plus restreint,
des milieux explorés (plage, mer, forêt, espace plus restreint,
piscine…).
piscine…).
22
23
• Percevoir la nécessité de la récupération après un effort.
• Percevoir la nécessité de la récupération après un effort.
• Exprimer son malaise, ses besoins physiologiques et pouvoir • Exprimer son malaise, ses besoins physiologiques et pouvoir
y répondre en toute autonomie.
y répondre en toute autonomie.
25
26
Éducation physique - 4
13
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’ENFANT ET SON CORPS - LE SCHÉMA CORPOREL
27
Le schéma corporel correspond à l’ensemble des actions perceptivo-motrices que maîtrise l’enfant et qui sont
disponibles pour résoudre les problèmes posés par les situations concrètes.
28
• Imiter des attitudes et des mouvements proposés par un • Produire une action motrice sur consigne verbale (représenmodèle: jeu du miroir (maîtrise sensori-motrice de la position
tation mentale – expression).
des segments corporels dans l’espace).
• Répondre à des consignes relatives à l’image du corps:
«Tendez les bras, fléchissez le tronc…».
450
29
• Maîtriser l’équilibre:
- sur la pointe des pieds;
- sur un pied;
- sur un plan élevé;
- sur tout segment corporel;
- sur une surface réduite (trait au sol, banc…);
- sur une surface mouvante (tapis de mousse);
- en réaction à un choc (jeux d’opposition);
- en activités de glisse et de roulage;
- en course (différentes directions, arrêts);
- en réception de petits sauts;
- en relation avec un objet: balle, ballon, ruban, cerceau.
30
• Maîtriser l’équilibre dans des situations simples.
33
34
• Maîtriser des états de contraction musculaire:
• Marcher sans bruit.
- le gymnaste, la poupée de chiffon;
• Poser un objet sur le sol, fermer une porte… sans faire de
- la belle fleur, la fleur fanée;
bruit.
- écraser des fourmis, tenir une coccinelle (balle de tennis) • Lancer vers une cible.
sous le pied sans l’écraser;
• Initier aux techniques de la relaxation.
- etc.
• Ajuster ses actions dans une situation élémentaire.
37
38
• Coordonner ses mouvements:
• Se déplacer avec maniement d’engins: ballon, corde…
- marcher en battant des mains;
• Enchaîner des séquences de mouvements différents:
- sauter en écartant les jambes et les bras;
- courir, sauter, s’arrêter, s’équilibrer;
- enchaîner des séquences de mouvements identiques:
- courir et lancer sans interruption;
mouvements des bras, sautillements...
- marcher en faisant rebondir un ballon.
41
Éducation physique - 5
14
42
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’ENFANT ET SON CORPS - LE SCHÉMA CORPOREL
27
Le schéma corporel correspond à l’ensemble des actions perceptivo-motrices que maîtrise l’enfant et qui sont
disponibles pour résoudre les problèmes posés par les situations concrètes.
28
• Ajuster ses conduites en fonction de l’image du corps • Investir l’image du corps dans les activités spécifiques:
(perception des épaules en natation, du dos et du bassin en
- appuis sur les pieds;
danse, des pieds en escalade…).
- fouetté du poignet dans les tirs;
• Percevoir des attitudes et des mouvements: «sentir ce que
- position du bassin dans la danse;
l’on fait».
- retard du tronc dans le lancer du disque.
• Coordonner des mouvements dans des situations complexes.
31
32
• Capacité de se maintenir en position élevée.
• Apprendre des attitudes et des mouvements de gymnastique
et de danse.
• Gymnastique: poutre, sol, sauts (envol et réception).
• Skateboard, roller, échasses, vélo, patins, skis.
• Équilibration dans l’eau.
• Équilibration en partenariat: acrogym (pyramides).
• Équilibration dans les transports en commun.
• Investir dans les activités la connaissance des lois biomécaniques (poussée, traction, hydrodynamisme en natation).
• Gymnastique, gymnastique rythmique, danse.
• Sports de combat.
• Sports de ballon.
• Sports de glisse.
• Déplacement en deux-roues.
• Activités nautiques: natation, planche à voile…
• Appliquer des techniques d’équilibration dans des situations
complexes.
117
35
36
• Ajuster l’effort aux résistances à vaincre: son propre corps, • Initier aux techniques de la relaxation.
autrui, un objet.
• Ergonomie de l’effort: mouvements conduits, explosifs,
• Ajuster les lancers de précision.
balistiques: recherche de rendement.
• Conduire un ballon ou tout autre objet, avec le pied, avec un • Ajuster la puissance d’un lancer, d’une frappe: athlétisme,
outil (crosse et palet).
sports collectifs, sports de raquette.
• Ajuster le contrôle et la conduite d’un objet: sports collectifs
et avec outils.
• Ajuster ces actions dans des situations culturelles.
39
40
• Comme au 2 cycle, avec orientation vers des praxies • Investir dans l’activité globale les coordinations spécifiques
spécifiques aux différentes activités: lay up du basket, course
de celle-ci.
de haies, sauts en hauteur et en longueur, dribble et tir, élan
grand jeté, coordination des mouvements de jambes et de
bras dans les nages…
e
43
44
Éducation physique - 6
15
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Dissocier ou isoler des mouvements: rouler en tricycle en • Dissocier des actions exécutées simultanément:
libérant le regard, en utilisant le bras comme indicateur de
- marcher en manipulant une balle, une corde, un cerceau…;
direction.
- s’élever sur la pointe des pieds en faisant tourner les bras
• Mobiliser un segment corporel pair en fixant le segment
comme les ailes d’un moulin.
opposé.
45
46
• Maîtriser les modalités de l’action: tendre les genoux, la • S’autocontrôler par un miroir.
pointe des pieds.
• Première recherche de correction: gymnastique, danse.
• Effectuer des mouvements de grande amplitude.
• Première recherche de performance: saut en longueur sans
• Rechercher la précision.
élan, lancer d’une balle de tennis…
• Accroître la vélocité.
• Lancer avec recherche de précision: vers une cible, vers un
partenaire.
• Exprimer avec son corps.
• Émettre un jugement de qualité: «C’est beau, c’est bien
fait…».
• Adapter ses actions, exprimer, respecter des codes.
49
Éducation physique - 7
16
50
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Investir la dissociation du mouvement et les localisations • Investir la dissociation du mouvement et les localisations
musculaires dans les praxies:
musculaires dans les praxies:
- tonicité des muscles du bassin pour un élément de danse;
- tonicité des muscles du bassin pour un élément de danse;
- retard de la tête dans une pirouette;
- retard de la tête dans une pirouette;
- saut et propulsion du ballon dans un tir en suspension du
- saut et propulsion du ballon dans un tir en suspension du
basketball, dans un smash de volleyball;
basketball, dans un smash de volleyball;
- placement des épaules et du bassin en natation;
- placement des épaules et du bassin en natation;
- élimination des freins en natation;
- élimination des freins en natation;
- action propulsive en natation.
- action propulsive en natation.
• Adapter les actions aux techniques spécifiques.
47
48
• Assurer la perception proprioceptive dans les actions.
• Rechercher, dans la mesure des possibilités de chacun, le
• Rechercher la correction.
rendement, la qualité, la performance dans toutes les
• Rechercher la performance, dans le sens d’un dépassement
activités sportives et culturelles en relation avec le corps.
de soi-même.
• Rechercher l’amplitude.
• Rechercher l’expression, la communication d’une émotion
et/ou d’un message non verbal.
266
51
52
Éducation physique - 8
17
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
LE CORPS, MOYEN D’EXPRESSION
53
• Observer puis imiter un modèle: attitudes, mouvements, • Imiter en miroir, face à un modèle.
déplacements:
- avec le corps seul;
- avec un accessoire s’ouvrant sur le jeu symbolique
(masque, foulard, bâton, cerceau…).
54
55
• Mimer des scènes de la vie courante: s’habiller, se laver, • Mimer des sentiments: sourire, pleur, admiration, peur…:
s’alimenter, ranger ses jouets…
- avec le corps tout entier;
- par les mimiques du visage;
- avec un accessoire;
- seul et en partenariat.
• Se faire comprendre par le biais du langage corporel.
58
59
• Exprimer par le corps des idées inspirées par des jouets: • Exprimer par le corps (sentiments inspirés par la musique).
peluches, marionnettes, guignol…
• Initier au vocabulaire de la danse.
• Exprimer par le corps des idées inspirées par le son:
tambourin, phrases musicales…
• Application à des petites rondes, des comptines, des jeux
chantés…
62
Éducation physique - 9
18
63
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
LE CORPS, MOYEN D’EXPRESSION
53
• Aborder le domaine de l’expression corporelle et de la danse: • Élargir la palette des techniques pour pouvoir les investir
- dans des formes codifiées: figures simples de la danse
dans des compositions plus complexes et dans un engage(pas, sauts, équilibres, tours…):
ment plus personnel:
- petites structures chorégraphiques codifiées (rondes,
- en danse, sous toutes ses formes;
comptines, danses folkloriques…);
- en gymnastique artistique et en gymnastique rythmique;
- dans des formes libres s’ouvrant à la créativité des enfants;
- dans les techniques de cirque;
- seul et en partenariat;
- dans les arts de la représentation et du théâtre.
- sans et avec accessoires,
• S’exprimer par le langage corporel.
et toujours avec l’objectif de communiquer un message:
émotions, sentiments, actions…
56
• Élaborer et mener à terme des projets de spectacle.
57
• Élaborer et mener à terme des projets de spectacle.
60
61
Éducation physique - 10
19
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’ENFANT ET L’ESPACE
Perception globale de l’espace et de ses limites
64
65
• Jouer dans un espace défini par des limites concrètes (murs, • Jouer dans un espace défini par des limites concrètes (murs,
objets, obstacles…) puis par des limites figurées (lignes
objets, obstacles…) puis par des limites figurées (lignes
tracées au sol).
tracées au sol).
• Marcher et courir en dispersion: occuper tout l’espace, tenir • Marcher et courir en dispersion: occuper tout l’espace, tenir
compte des autres enfants qui y évoluent librement, eux compte des autres enfants qui y évoluent librement, eux
aussi, ainsi que d’éventuels objets épars dans le local
aussi, ainsi que d’éventuels objets épars dans le local
(structuration de l’espace et attention volontaire pour les
(structuration de l’espace et attention volontaire pour les
évolutions et les arrêts).
évolutions et les arrêts).
• Sécurité routière: le piéton accompagné, sur le trottoir et • Sécurité routière: le piéton accompagné, sur le trottoir et
dans les passages réservés.
dans les passages réservés.
• Percevoir et investir la notion d’espace.
762
66
67
Organisation de l’espace en fonction de repères fixes
• Situer les éléments par rapport à soi-même: devant, derrière,
à côté, en haut, en bas, au milieu, autour, à l’intérieur, à
l’extérieur, etc.
• Se situer: trouver sa place en fonction de repères fixes (mur,
fenêtre, espalier, etc.).
• Éducation à la sécurité routière: les premiers éléments
signifiants (le trottoir, le passage pour piétons, la bordure, les
marches de l’autobus, etc.).
70
• Idem + expression plus différenciée et plus variée: verbale et
non verbale (graphisme).
• Les compétences du piéton et de l’usager des services
publics, avec accompagnement d’une personne responsable
d’abord, en autonomie ensuite.
• Se situer par rapport à des limites matérielles (murs, traits au
sol…).
• Latéralité.
71
Organisation en fonction d’éléments mobiles. Notions de direction, de sens, d’angle, de vitesse...
72
75
• Éviter un élément mobile: un ballon qui roule ou qui vole, un • Comme au 1er cycle, dans des situations progressivement
«adversaire» dans un jeu, les autres occupants du local ou
plus complexes.
des escaliers, les autres enfants dans la pataugeoire, un
objet figurant un «véhicule», un coup, etc.
• S’approprier un élément mobile: un ballon qui roule ou qui
vole, un cerceau, un condisciple…:
- avec une partie du corps: main(s), pied(s);
- avec un «outil»: crosse, raquette…
• Moduler son déplacement en fonction d’un élément mobile:
suivre, marcher, courir côte à côte, dépasser:
- sur perception visuelle: un objet en déplacement (cerceau,
ballon…), une personne en déplacement;
- sur perception auditive (la clochette voyageuse).
76
77
Éducation physique - 11
20
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’ENFANT ET L’ESPACE
Perception globale de l’espace et de ses limites
64
65
• Percevoir les contraintes spatiales dans l’apprentissage des • Percevoir les contraintes spatiales dans l’apprentissage des
praxies de gymnastique, de danse, de sports collectifs, de
praxies de gymnastique, de danse, de sports collectifs, de
natation…
natation…
• Éducation à la sécurité routière: le piéton, le cycliste.
• Éducation à la sécurité routière: le piéton, le cycliste.
• À développer dans des situations progressivement plus • À développer dans des situations progressivement plus
complexes.
complexes.
• Maîtriser le concept d’espace dans ses applications
culturelles.
68
Organisation de l’espace en fonction de repères fixes
69
70
• Percevoir et agir en fonction de repères matériels dans les • Comme au 3e cycle, dans la pratique des activités sportives
praxies enseignées:
et culturelles.
- franchir une haie, un obstacle;
- ne pas «mordre la plasticine» dans le saut en longueur
(notion de «marques»);
- placer mains, pieds, dos… sur le plint, le tapis…;
- la cible à atteindre ;
- les limites dont il faut tenir compte: raquette de basketball,
zone de handball, ligne des trois mètres en volleyball, horsjeu en football, couloir en athlétisme et en natation…;
- la place du piéton, du cycliste, de l’usager des transports en
commun.
73
Organisation en fonction d’éléments mobiles. Notions de direction, de sens, d’angle, de vitesse...
74
75
• Prendre conscience du corps en action dans une situation • Investir la compétence d’organisation spatio-temporelle dans
comportant des éléments mobiles et organiser son espace la vie quotidienne, dans les activités sportives et culturelles,
en conséquence, dans toutes les activités enseignées.
dans la circulation routière.
78
79
Éducation physique - 12
21
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Conceptualisation et symbolique de l’espace
80
• Se déplacer en suivant des traits tracés au sol.
• Suivre un guide sur une ligne droite, courbe, brisée (slalom).
• Marcher et courir en avant, en arrière, latéralement, en
zigzag, d’un point à un autre bien définis.
• Distinguer l’avant-plan, l’arrière-plan, l’intérieur, l’extérieur,
l’endroit, l’envers.
• Monter et descendre.
• Évoluer en file (le petit train) et en cercle.
• Lire son prénom aux patères des vestiaires.
• Distinguer la tâche à effectuer et son rôle dans une structure
spatiale: «Je dois courir du plint vers le cerceau, je dois
propulser la balle dans ce but et empêcher mes “adversaires”
d’en faire autant dans cet autre but (notions d’attaque et de
défense).»
• Prendre conscience des plans: horizontal (sol), vertical
(espalier, mur, etc.), oblique (échelle, banc accroché à
l’espalier).
• Reconnaître les formes géométriques simples: cercle, carré,
triangle, rectangle, sphère…
• Situer des éléments entre eux: la massue est dressée au
centre du cerceau.
• Percevoir la place d’une lettre dans un mot, d’un mot dans
une phrase, d’un chiffre dans un nombre: avant, après,
devant, derrière… dans des activités motrices assurant une
perception multisensorielle.
• Prendre conscience de la mesure de l’espace et des
premiers étalons: le mètre, le centimètre.
• Représenter l’espace.
81
82
Éducation physique - 13
22
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Conceptualisation et symbolique de l’espace
80
• Percevoir une distance linéaire, une surface, une forme, un • Utiliser la symbolique de l’espace dans les activités sportives
volume. Les estimer en grandeur (plus près, moins grand,
et culturelles. Exemple: la carte géographique dans la course
carré ou rectangle, sphère [football] ou ovale [rugby]) et en
d’orientation.
unités (mètre, degré [angle], mètre carré, centimètre cube…). • Renforcer la compétence de conceptualisation et de
Mesurer, valider l’estimation.
symbolisation de l’espace par la pratique des activités
• Décoder les langages non verbaux relatifs à l’organisation de
codifiées. Exemple: utiliser des cartes progressivement plus
l’espace: les signaux émis par l’agent de la circulation, la
détaillées dans les activités d’orientation.
place des partenaires et des adversaires dans un jeu • Conceptualiser l’espace.
collectif…
• Formes géométriques et notions plus complexes: parallèle,
perpendiculaire, oblique, arc de cercle, médiane, diagonale,
cercle…
• Présenter correctement un message par le langage, par
l’écrit et par le graphisme (à l’échelle) en tenant compte des
supports (feuille, papier millimétré, tableau, carte géographique, techniques informatiques).
1052 - 1180
83
765
I.41
84
Éducation physique - 14
23
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’ENFANT ET LE TEMPS
• Intégrer la notion de durée: il a fallu autant de temps, plus de
temps, moins de temps pour…
• Adapter son action à une durée déterminée: aller du point A
au point B sur le temps d’une chanson ou d’une séquence
musicale connue des enfants.
• Le ballon rouge a roulé plus longtemps que le ballon bleu.
• Qui restera le plus longtemps en équilibre sur la pointe des
pieds, sur un pied?
• Notions d’antériorité, de simultanéité, de postériorité:
- hier, aujourd’hui, demain;
- le cerceau rouge est tombé avant le cerceau bleu, en même
temps, après.
• Exprimer ces notions par les temps verbaux: passé, présent,
futur.
1673
85
• Savoir gérer le temps en fonction de la tâche à accomplir:
manière ludique et intuitive.
• Exprimer verbalement des notions temporelles: longue
durée, courte durée, longtemps, bientôt…
• Je cours plus vite, je cours moins vite, plus lentement...
• Savoir distribuer dans le temps les éléments d’une séquence
gestuelle: «Je prends le ballon rouge, je cours vers le cône,
je le contourne, je reviens au départ en conduisant le ballon
du pied.»
• Exprimer verbalement la distribution temporelle.
86
87
• Notion de période: l’écoulement du temps et l’expression de
sa périodicité (jour, nuit, semaine, mois, année).
• Notion de fréquence.
• Notion de rythme, de tempo.
• Repérer une structure périodique.
• Notion de période: l’écoulement du temps et l’expression de
sa périodicité (jour, nuit, semaine, mois, année).
• Notion de fréquence.
• Notion de rythme, de tempo.
• Repérer une structure périodique.
91
90
• Conduite en fonction d’un rythme, d’un tempo.
• Rythme intrinsèque: celui que le sujet se choisit pour luimême:
- rythme du discours;
- rythme de l’écriture: binaire pour certains graphèmes (lettre M),
ternaire pour d’autres (lettre O), binaire et ternaire pour
d’autres (lettre A).
• Rythme extrinsèque: celui qu’une structure périodique
extérieure impose à l’exécutant:
- marche et course sur le rythme d’un tambourin;
- ensemble: battements des mains, des pieds;
- comptines, rondes, danses, chants;
- manipulations d’engins: ballon, ruban, corde…
• Utiliser la musique comme moyen pédagogique.
1842
• Conduite en fonction d’un rythme, d’un tempo.
• Rythme intrinsèque: celui que le sujet se choisit pour luimême:
- rythme du discours;
- rythme de l’écriture: binaire pour certains graphèmes (lettre M),
ternaire pour d’autres (lettre O), binaire et ternaire pour
d’autres (lettre A).
• Rythme extrinsèque: celui qu’une structure périodique
extérieure impose à l’exécutant:
- marche et course sur le rythme d’un tambourin;
- ensemble: battements des mains, des pieds;
- comptines, rondes, danses, chants;
- manipulations d’engins: ballon, ruban, corde…
• Utiliser la musique comme moyen pédagogique.
• Investir la perception du rythme dans les actions
motrices.
94
Éducation physique - 15
24
95
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’ENFANT ET LE TEMPS
• Utiliser les instruments de mesure du temps: chronomètre,
calendrier.
• Estimer une durée, la mesurer, la valider (séquence
musicale, feu de la circulation…).
• Comparer des durées entre elles.
• Exprimer la durée par le langage verbal et non verbal
(graphisme, nombre, grandeur, notation musicale…).
• Distribuer son effort en fonction de la perception du temps
imparti.
717 - 1061
85
• Gérer son action en fonction du temps imparti: courir 50 mètres
en 15 secondes.
• Savoir soutenir l’échange.
• Intégrer al notion de durée dans les sports enseignés: 3 et
30 secondes pour le basketball, 1 minute 30 secondes pour
la gymnastique…
• Adapter ses actions en fonction de l’espace et du temps.
• Adapter ses actions à la «durée» en tant que caractéristique
du temps.
88
89
• Pratiquer des séquences gestuelles: course de haies, • Pratiquer des séquences gestuelles: course de haies,
structuration des mouvements d’un enchaînement de
structuration des mouvements d’un enchaînement de
gymnastique, d’une forme de nage...
gymnastique, d’une forme de nage...
92
• Choisir son rythme, en prendre conscience, l’appliquer, le
modifier: marche, course, élan, succession de sauts.
• Frappes de balles et de ballons, etc.
• Structures régulières et irrégulières.
• Travail des structures rythmiques appliquées aux praxies des
activités sportives et culturelles (coordinations neuromusculaires).
• Associer rythme et expression corporelle.
• Seul et en partenariat, couple et groupe.
96
93
• Choisir le rythme en fonction de la perception de soi-même
et de la tâche à accomplir.
• Initiation aux rythmes de notre culture et des cultures
étrangères.
• Tout le domaine de la danse, de la gymnastique rythmique,
dans la gestuelle et dans l’expression.
• Seul et en partenariat, couple et groupe.
1872
97
Éducation physique - 16
25
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
MARCHER
ET/OU
COURIR
98
• Acquérir et développer les schèmes de marche et de course: • Investir les schèmes dans diverses activités:
équilibration, démarrage, arrêt, appuis:
- selon différentes directions bien définies: déplacements,
- selon différentes directions: en avant, en arrière, latéralerondes, comptines… (structuration de l’espace, du temps,
ment, en changeant de direction, en tournant;
des modalités du mouvement, de l’expression corporelle,
- selon différentes modalités: grands pas, petits pas, pas
coopération sociomotrice…);
légers, pas lourds;
- pas et tours de danse (idem);
- selon des relations avec l’espace: aire d’évolution,
- marches et courses en dispersion (tenir compte des autres,
obstacles fixes, obstacles mobiles;
occuper tout l’espace);
- selon des relations avec le temps: lent, rapide, courte
- jeux de course: poursuite simple, «Le roi et ses chiens»,
durée, longue durée;
jeux avec balles et ballons… (développement de
- relations avec la surface d’évolution: largeur, nature.
l’endurance, sociomotricité);
- évoluer sur une ligne, un banc, une poutre… (équilibration);
- évoluer en sites naturels (adaptation au terrain);
- éducation à la sécurité routière: le piéton sur le trottoir,
traversée de la chaussée sur le passage réservé avec
accompagnement de l’adulte.
• Maîtriser les schèmes fondamentaux de la locomotion.
99
Éducation physique - 17
26
100
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
MARCHER ET/OU COURIR
98
• Acquérir les techniques spécifiques:
• Investir les praxies dans des activités codifiées:
- prendre conscience du corps dans les techniques de
- les courses athlétiques (capacités anaérobie et aérobie);
marche et de course;
- les passages de témoin de relais (structuration spatio- gymnastique: poutre (équilibration);
temporelle et coopération sociomotrice);
- orientation (structuration de l’espace réel et de sa symbo- sports de crosse et de raquette (maniement de l’outil,
lique);
placement par rapport à la balle et aux autres joueurs);
- pas de danse (modalités et expression);
- sports collectifs (idem + défense, démarquage, contre- jeux de courses-relais (coopération sociomotrice, respect
attaque);
des consignes);
- circulation routière (parc, école, voie publique).
- courses de vitesse et d’endurance;
• Maîtriser les praxies fondamentales de la locomotion.
- élans de sauts;
- conduites du piéton dans la circulation routière: connaître
le code et les compétences sur la route.
101
102
Éducation physique - 18
27
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
GRIMPER
Marcher, monter, descendre, traverser des plans inclinés
103
104
• Bancs accrochés à l’espalier.
• Comme au 1 er cycle, en augmentant la déclivité.
• Sites naturels.
• Monter à un espalier, passer latéralement à un espalier
• Debout, seul et par deux, à quatre pattes, en rampant (équilivoisin, redescendre.
bration, tonicité musculaire).
• Maîtriser les schèmes fondamentaux du grimper.
• Piscine: changement de profondeur (accoutumance et
sécurité).
105
Passer d’un plan à un autre
106
109
• Franchir une rivière (structuration spatiale), maîtrise affective. • À des hauteurs différentes, en montant et en descendant
• Enjamber: d’un banc à un autre banc, d’un plint à un autre
(équilibration).
plint, par-dessus un fossé (site naturel).
• Avec un petit «vide» (maîtrise affective par la confiance née
des mesures de sécurité).
134
110
Changer de plan avec l’aide des mains
111
114
• Monter un escalier en se tenant à la rampe.
• Monter et descendre une échelle oblique et une échelle
• Monter et descendre à l’espalier.
verticale (maîtrise affective, coordination neuromotrice).
• Monter sur une chaise, sur un plint, dans la cage à poules, • S’établir en appui tendu sur une bomme, une barre; passer
sur un module de psychomotricité, sur des éléments modusuccessivement les deux jambes et redescendre de l’autre
lables, en site naturel (maîtrise affective, sécurité, tonification
côté (tonification et équilibration).
musculaire).
115
Changer de plan sans l’aide des mains
116
119
• Monter un escalier sans se tenir à la rampe.
En suspension et en appui
121
• Monter sur un banc suédois, un plint, à hauteurs progressivement plus élevées.
• Arriver sur un plan élevé en suspension par les mains:
• Monter sur la bordure du trottoir, sur les marches de la - suspension entre deux cordes ou deux anneaux;
pataugeoire.
- départ sur un plint et arrivée sur un autre plint.
• Entrer et sortir de l’autobus.
• Sur site naturel (sécurité, maîtrise affective, tonification
122
musculaire, équilibration).
• Effectuer des tâches en étant juché sur un plan élevé:
recevoir et lancer un ballon debout sur un banc, sur un plint…
NB: Veiller à assurer chez le petit enfant la capacité de
(équilibration, dissociation des actions musculaires).
redescendre d’où il est monté.
120
Éducation physique - 19
28
125
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
GRIMPER
Marcher, monter, descendre, traverser des plans inclinés
103
104
• Marcher et courir en côte, en descente: à pied, à vélo • Notion de jambe d’appui.
(techniques adéquates, capacité aérobie).
• Notion de carres internes et externes (sports de glisse).
• Marcher en avant, en arrière, latéralement, sur un banc • Maîtriser les praxies fondamentales du grimper.
élevé, soit face aux espaliers avec l’aide des mains, soit au
milieu du local (échafaudage).
107
108
Passer d’un plan à un autre
109
• Franchir le «vide» séparant deux surfaces d’appui.
• Application des techniques en site naturel.
• Franchir un obstacle en y posant un pied (technique du
steeple).
• Plans de consistances différentes.
112
113
Changer de plan avec l’aide des mains
114
• Grimper à l’espalier, à l’échelle, à la corde...
• Les éléments techniques de la gymnastique en appui tendu
sur un agrès.
• Initier aux techniques de l’escalade sur structure artificielle.
• Grimper sur cuisse(s), épaule(s) (en partenariat).
• Escalader une structure artificielle.
• Escalader un site naturel: la cordée.
• Utiliser de façon rationnelle les escabeaux et les échelles
(techniques de sécurité).
• Gymnastique aux agrès.
• Acrogym.
117
118
Changer de plan sans l’aide des mains
119
En suspension et en appui
121
• Se suspendre à une corde.
• Franchir une rivière en appui sur une perche.
• Sauter à la perche.
123 137
124
Éducation physique - 20
29
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
SE SUSPENDRE
126
Activités où l’adhérence du corps avec le ou les points d’appui est réduite et le poids du corps important.
La position en suspension peut être totale ou comporter un ou plusieurs points d’accrochage complémentaires avec ou
sans la ou les mains ou avec d’autres segments corporels.
Dans tous les cas, la tonicité corporelle doit être active. L’action s’effectue entièrement en suspension ou bien du
passage de la suspension à l’appui ou inversement.
Remarque: ces activités impliquent une technique minimale et la mise en place de moyens d’aide et de sécurité.
127
• Se suspendre par la ou les mains avec un ou deux genoux, • Se suspendre et se déplacer en changeant de main.
à une barre, à une corde ou entre deux cordes.
• Progresser latéralement (le singe) tête en avant ou pied en
• Se déplacer librement en suspension.
avant.
• Se balancer en suspension à une corde ou entre deux cordes
en partant d’un plan surélevé.
• Savoir différencier les suspensions passive et active.
• Travailler la tonicité musculaire en suspension (traction des
bras).
• Se suspendre par les genoux (cochon pendu).
• Suspension renversée, pieds à la barre (chauve-souris).
• Culbute avant au départ de l’appui tendu sur une barre.
• Maîtriser les schèmes fondamentaux de la suspension.
128
Éducation physique - 21
30
129
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
SE SUSPENDRE
126
Activités où l’adhérence du corps avec le ou les points d’appui est réduite et le poids du corps important.
La position en suspension peut être totale ou comporter un ou plusieurs points d’accrochage complémentaires avec ou
sans la ou les mains ou avec d’autres segments corporels.
Dans tous les cas, la tonicité corporelle doit être active. L’action s’effectue entièrement en suspension ou bien du
passage de la suspension à l’appui ou inversement.
Remarque: ces activités impliquent une technique minimale et la mise en place de moyens d’aide et de sécurité.
127
• Se balancer en suspension.
• Initier aux techniques de la gymnastique artistique:
• Proposer tous les jeux de suspension à une ou entre deux
- passage de la suspension à l’appui;
cordes qui se balancent, franchir des obstacles et se
- sortie filée;
retourner à la chute (cf. saut à la perche).
- tours d’appui.
• Varier les techniques de transport (jeu des ambulanciers).
• Maîtriser les praxies fondamentales de la suspension.
• Passer de la position assise sur une ou deux barres à la
suspension en dislocation, les pieds n’atteignant pas le sol,
se dégager en ramenant le corps entre les bras.
130
131
Éducation physique - 22
31
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
SAUTER
132
Activités où on développera les schèmes de la course (élan), des appuis (impulsion), du saut proprement dit et de
l’équilibration (réception) tout en améliorant la détente et la tonicité corporelle, en relation avec une maîtrise affective
(peur) afin de s’exprimer au travers de schèmes puis de techniques sportives diverses.
Remarque: ces activités impliquent souvent une technique minimale d’arrêt et la mise en place de moyens d’aide et de
sécurité jusqu’à la maîtrise parfaite de la réception du saut.
133
• Acquérir et développer les schèmes de la course, des • Investir les schèmes dans diverses activités.
appuis, des sauts et de l’équilibration.
• Maîtrise affective du saut.
110
134
135
Sauts libres avec des impulsions et des réceptions différentes sur les mains et sur les pieds
• Sauter à cloche-pied, pas sautés, pas d’allégresse.
• Courir et franchir un obstacle.
• Sauter dans l’eau à la piscine.
139
•
•
•
•
•
•
•
•
Courir le steeple: appui d’un pied sur un banc.
Foulées bondissantes.
Sauter à la corde.
Reproduire des schèmes de la danse.
Rechercher l’amplitude des sauts.
Sauts de la gymnastique rythmique.
Saut en longueur à pieds joints (jeu du gagne-terrain).
Sauts de lièvre.
138
140
Sauts libres avec impulsion sur des segments corporels autres que les mains et les pieds
143
Sauts libres avec organisation de l’espace et/ou du temps
146
• Sautiller sur un rythme intrinsèque.
• Sautiller sur un rythme intrinsèque ou extrinsèque.
• Sauter pour capter un objet qui se déplace en dehors de
l’espace corporel (balle, ballon, engin de gymnastique
rythmique).
147
Sauts libres avec recherche d’équilibration à l’arrivée
148
151
• Rechercher l’équilibre dans le redressement lors des sauts • Poursuivre l’enseignement antérieur en expliquant que la
en avant, en arrière, latéralement et en profondeur dans une
qualité de l’équilibration à la réception du saut est condisurface limitée (cerceau).
tionnée par:
• Idem sur un élément autre que le sol (tapis de mousse).
- l’amortissement par les membres inférieurs;
• Idem à la piscine.
- la participation des bras;
- la tonicité corporelle;
- l’adaptation des appuis en fonction du centre de gravité et
de la vitesse de déplacement du corps.
152
153
Éducation physique - 23
32
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
SAUTER
132
Activités où on développera les schèmes de la course (élan), des appuis (impulsion), du saut proprement dit et de
l’équilibration (réception) tout en améliorant la détente et la tonicité corporelle, en relation avec une maîtrise affective
(peur) afin de s’exprimer au travers de schèmes puis de techniques sportives diverses.
Remarque: ces activités impliquent souvent une technique minimale d’arrêt et la mise en place de moyens d’aide et de
sécurité jusqu’à la maîtrise parfaite de la réception du saut.
133
• Acquérir les techniques spécifiques vers les praxies.
• Prendre conscience du saut lors de sa réalisation.
• Investir les praxies dans les activités codifiées.
• Connaître la position du corps dans le saut et y réfléchir.
136
124
Sauts libres avec des impulsions et des réceptions différentes sur les mains et sur les pieds
137
138
• Rechercher l’amplitude, la tonicité et l’équilibre au travers • Affiner des techniques:
des activités.
- handball: tirs en foulée;
• Saut enjambé et grand jeté.
- basketball: tirs en suspension, lay-up;
• Sauts à la corde (gymnastique rythmique).
- volleyball: élan, smash;
• En athlétisme : - courses d’obstacles (haies);
- athlétisme: saut en hauteur, saut en longueur et triple saut,
- double pas du triple saut;
courses de haies.
- sauts en ciseaux.
• Sauts au plint.
141
142
Sauts libres avec impulsion sur des segments corporels autres que les mains et les pieds
143
• Sauts en sortie de la barre fixe, asymétrique ou de la poutre • Sauts en sortie de la barre fixe, asymétrique ou de la poutre
(genoux, abdomen, dos…).
(genoux, abdomen, dos…).
• Sauts de carpe ou de tête.
• Sauts de carpe ou de tête.
144
145
Sauts libres avec organisation de l’espace et/ou du temps
146
• Praxies de la danse, de la gymnastique rythmique et des • Affiner et intensifier les techniques.
sports où le saut doit répondre à un tempo correct.
Exemple: placer un saut dans un mini-enchaînement musical
en gymnastique.
149
Sauts libres avec recherche d’équilibration à l’arrivée
150
151
• Rechercher l’équilibration en gymnastique, en gymnastique • Rechercher l’équilibration en gymnastique, en gymnastique
rythmique, en danse, soit statique lorsque la réception
rythmique, en danse, soit statique lorsque la réception
constitue la fin d’une séquence, soit dynamique lors d’un
constitue la fin d’une séquence, soit dynamique lors d’un
enchaînement de sauts.
enchaînement de sauts.
• Rechercher l’équilibration en sports collectifs lors de l’arrêt • Rechercher l’équilibration en sports collectifs lors de l’arrêt
avant un choc, un tir en suspension, un rebond offensif ou
avant un choc, un tir en suspension, un rebond offensif ou
défensif, un autre mouvement.
défensif, un autre mouvement.
154
155
Éducation physique - 24
33
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Sauts en hauteur avec recherche d’amplitude
156
• Sauter à pieds joints par-dessus un obstacle.
• Sauter à pieds joints sur un plan surélevé.
• Sauter en hauteur de face.
• Courir avec impulsion sur un pied et s’établir sur une surface
d’un niveau différent.
157
158
Sauts en longueur avec recherche d’amplitude
163
• Sauter en longueur du type passage de rivière.
164
Sauts structurés entre eux
167
• Sautiller avec participation d’autres segments corporels.
• Pratiquer des multibonds.
• Pratiquer des sauts à la corde.
168
169
Sauts structurés avec d’autres tâches
172
• Courir et sauter.
• Sauter et attraper.
Sauter et manipuler.
Sauter et frapper.
173
Sauts avec utilisation d’une surface d’impulsion
176
• Rebondir sur une surface molle (tapis épais) sans perdre • Rebondir et rouler.
l’équilibre en effectuant divers déplacements.
• Rebondir sur place sur une surface élastique.
• Premiers éléments simples du grand trampoline.
177
178
Sauts aux engins
181
• Pratiquer des sauts roulés sur un tapis, sur un plint bas.
•
•
•
•
Pratiquer des sauts de lièvre (obtenir un temps de suspension).
Pratiquer le saute-mouton.
Prendre un élan et sauter accroupi sur plint.
Maîtriser les schèmes fondamentaux des sauts.
182
Éducation physique - 25
34
183
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Sauts en hauteur avec recherche d’amplitude
• Sauter en ciseaux.
156
159
• Sauter en fosbury.
160
• Pratiquer les:
• Pratiquer les:
- sauts élevés de la danse classique et de la gymnastique
- sauts élevés de la danse classique et de la gymnastique
rythmique: entrechats, sissonnes, cabrioles…;
rythmique: entrechats, sissonnes, cabrioles…;
- sauts élevés de la gymnastique et de l’acrogym;
- sauts élevés de la gymnastique et de l’acrogym;
- sauts d’interception, de rebond dans les sports collectifs;
- sauts d’interception, de rebond dans les sports collectifs;
- sauts en hauteur dans les sports collectifs (smash, bloc,
- sauts en hauteur dans les sports collectifs (smash, bloc,
lay-up, dunk…);
lay-up, dunk…);
- sauts des tremplins en natation.
sauts des tremplins en natation.
162
161
Sauts en longueur avec recherche d’amplitude
• Pratiquer les grands sauts en longueur de la danse classique et de
la gymnastique rythmique (grand jeté, saut de biche, de faon…).
• Pratiquer les sauts en longueur et triples sauts, courses de
haies, steeple en athlétisme.
• Tirer en suspension au handball.
• Plonger en natation.
165
163
• Pratiquer les grands sauts en longueur de la danse classique et de
la gymnastique rythmique (grand jeté, saut de biche, de faon…).
• Pratiquer les sauts en longueur et triples sauts, courses de
haies, steeple en athlétisme.
• Tirer en suspension au handball.
• Plonger en natation.
166
Sauts structurés entre eux
167
• Pratiquer une combinaison de sauts en danse classique, en • Pratiquer une combinaison de sauts en danse classique, en
gymnastique et en gymnastique rythmique.
gymnastique et en gymnastique rythmique.
• Pratiquer des multibonds avec utilisation de plans différents, • Pratiquer des multibonds avec utilisation de plans différents,
triples sauts.
triples sauts.
170
171
Sauts structurés avec d’autres tâches
172
• Rechercher l’amplitude et la vitesse d’exécution dans les • Rechercher l’amplitude et la vitesse d’exécution dans les
praxies spécifiques de la danse et des sports collectifs.
praxies spécifiques de la danse et des sports collectifs.
174
Sauts avec utilisation d’une surface d’impulsion
175
176
• Pratiquer toutes les praxies possibles au mini- ou grand • Pratiquer toutes les praxies possibles au mini- ou grand
trampoline.
trampoline.
• Pratiquer tous les sauts au reuther.
• Pratiquer tous les sauts au reuther.
• Tremplin à la piscine.
• Tremplin à la piscine.
179
Sauts aux engins
180
181
• Travailler le premier envol, l’attitude du corps dans la trajec- • Pratiquer les sauts et sorties codifiés de la gymnastique.
toire du saut, le second envol et l’équilibre à la réception • Maîtriser les praxies fondamentales des sauts.
dans des sauts codifiés.
184
185
Éducation physique - 26
35
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
ROULER
186
Amener les enfants à prendre des appuis sur des segments corporels autres que les membres inférieurs.
Les différentes praxies peuvent être introduites dans des mini-enchaînements.
187
Roulade latérale
188
• Exécuter une roulade latérale sur un plan incliné.
• Exécuter une roulade latérale sur un plan horizontal.
• Exécuter une roulade latérale tendue et une roulade latérale
groupée (en boule).
189
190
Roulade avant
191
• Partir accroupi ou debout, éventuellement sur un plan incliné: • Partir accroupi ou debout, roulade avant corps groupé et
roulade avant corps groupé pour arriver en position assise.
arriver en position assise jambes tendues (il a donc fallu
ouvrir l’angle jambes/tronc).
• Idem en revenant debout sur les pieds (il a donc fallu rester
en boule).
192
193
Roulade arrière
196
• Partir accroupi ou assis, roulade arrière pour arriver sur les • Partir accroupi ou assis, roulade arrière pour arriver sur les
genoux.
genoux ou accroupi (tolérer que les pieds et les genoux
• Couché dorsal, élever les jambes vers l’arrière jusqu’à ce
soient écartés).
que les pieds touchent le sol derrière la tête.
• Couché dorsal, élever les jambes vers l’arrière jusqu’à ce
que les pieds touchent le sol derrière la tête (tenir la position).
197
198
Roulades spécifiques
201
• Exécuter des roulades propres au judo.
• Exécuter des culbutes en natation.
• Saisir la goulotte, se retourner et se propulser en flèches
ventrale et dorsale.
• Maîtriser les schèmes fondamentaux de la roulade.
202
Éducation physique - 27
36
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
ROULER
186
Amener les enfants à prendre des appuis sur des segments corporels autres que les membres inférieurs.
Les différentes praxies peuvent être introduites dans des mini-enchaînements.
187
Roulade latérale
188
Roulade avant
191
• Exécuter une roulade avant groupée ou roulade avant • Exécuter:
jambes tendues en variant les positions de départ et
- une roulade avant sautée;
d’arrivée.
- une roulade avant sans mains (technique poutre);
• Enchaîner deux roulades avant groupées.
- une roulade avant avec franchissement d’obstacle (élastique);
- une roulade avec impulsion dans le minitrampoline.
194
Roulade arrière
195
196
• Exécuter une roulade arrière, départ accroupi, assis ou • Exécuter une roulade arrière tendue sur une épaule.
debout et arriver sur les deux pieds joints.
• Exécuter une chandelle dorsale hanches à 180 degrés et
• Exécuter une chandelle dorsale, coudes au sol, mains aux
bras tendus sur le sol.
lombes.
• Réaliser individuellement un mini-enchaînement comportant
• Exécuter un trépied groupé avec appui éventuel du dos
une structuration des différentes praxies connues.
contre une surface verticale ou avec aide (critères: schéma
corporel et surtout tonicité).
199
200
Roulades spécifiques
201
• Rester en équilibre sur le siège, jambes fléchies ou tendues, • Maîtriser les praxies de la danse et de la gymnastique
sans appui des mains.
rythmique comprenant un élément en équilibre statique ou
dynamique en appui sur le siège ou sur le(s) genou(x).
• Maîtriser les praxies spécifiques aux sports de combat.
• Maîtriser les praxies de la gymnastique artistique.
• Maîtriser les praxies spécifiques des sports de combat.
• Tomber à l’eau et sauter dans toutes les positions.
• Exécuter des roulades propres au volleyball.
• Saisir la goulotte, se retourner et se propulser en flèches • Sauter à l’eau et se placer dans des positions requises par
ventrale et dorsale.
les tâches proposées.
• Exécuter des virages en natation.
• Maîtriser les praxies fondamentales de la roulade.
203
204
Éducation physique - 28
37
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
GLISSER
205
Activités où l’adhérence du corps avec la surface d’appui est réduite.
Contact corps - surface d’appui: - direct (toboggan, glissoire);
- indirect via un engin: - à surface plane (skis, planche à voile, patins…);
- monté sur roues (cycle… draisienne);
- à surface plane montée sur roues (patins, trottinette,
skateboard...).
Activités qui font appel à deux aspects de la coordination: - le maintien de l’équilibre;
- la conduite vers un point de l’espace fixé comme
objectif.
Remarque: les activités de glisse impliquent une technique minimale d’arrêt et la mise en place de moyens d’aide, de
protection et de sécurité.
206
• Glisser sur un toboggan ou sur un banc incliné, assis, à • Comme au 1 er cycle, avec des situations plus complexes en
califourchon, couché sur le dos ou sur le ventre.
passant de l’évolution libre au parcours programmé.
• Glisser sur un skateboard en station assise ou agenouillée • Skateboard: glisser debout, arrêt et descente en sécurité
en se propulsant avec les mains.
(«réchappe»).
• Idem avec un partenaire qui tire ou pousse.
• Perfectionner l’apprentissage du vélo en site protégé: circuit
• Rouler en tricycle ou en draisienne sur surface plane.
imposé, notion de code de la route, déplacement sur plan
• Apprendre à rouler à vélo sur deux roues sur surface plane.
incliné, parcours d’obstacles, libérer une main.
• Évoluer librement sur des skis, des patins, des rollers.
• Maîtriser les schèmes fondamentaux de la glisse et du
roulage.
207
Éducation physique - 29
38
208
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
GLISSER
205
Activités où l’adhérence du corps avec la surface d’appui est réduite.
Contact corps - surface d’appui: - direct (toboggan, glissoire);
- indirect via un engin: - à surface plane (skis, planche à voile, patins…);
- monté sur roues (cycle… draisienne);
- à surface plane montée sur roues (patins, trottinette,
skateboard...).
Activités qui font appel à deux aspects de la coordination: - le maintien de l’équilibre;
- la conduite vers un point de l’espace fixé comme
objectif.
Remarque: les activités de glisse impliquent une technique minimale d’arrêt et la mise en place de moyens d’aide, de
protection et de sécurité.
206
• Apprendre des «figures» en skateboard.
• Perfectionner l’apprentissage du vélo: courses sur circuit
tout-terrain, sur circuit «code de la route» et sur site protégé.
• Perfectionner l’apprentissage du ski, du patin: pistes bleue,
rouge, tests (étoiles...).
• Exécuter des figures en rollers.
•
•
•
•
•
Perfectionner les figures en skateboard: libres, imposées.
Idem en rollers, et roller hockey.
Idem à skis, patins: pistes rouge, noire, tests...
Idem à vélo: code de la route en situation.
Maîtriser les praxies fondamentales de la glisse et du
roulage.
209
210
Éducation physique - 30
39
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
PRENDRE, TENIR, TRANSPORTER, ATTRAPER
211
La préhension fait partie des réflexes présents à la naissance. Le réflexe de préhension s’inverse dans le courant de la
seconde moitié de la première année de vie: c’est l’âge où l’enfant jette loin de lui tout objet qui lui tombe sous la main.
Le développement et l’affinement du schème de préhension sont essentiels:
- la main est l’outil premier des activités humaines;
- la main est la voie d’entrée privilégiée s’ouvrant à tous les processus de perception et d’action: «L’homme pense
parce qu’il a des mains.»
212
Manutention: prendre – porter – déplacer – déposer – ranger
213
• Des objets non dangereux: balles, ballons, caisses en carton, • Des objets: ballons de medicine ball, tapis, montants de saut,
blocs et tapis en mousse…
cordes, bancs, cases de plint…
• Seul.
• Des personnes (les condisciples).
• Par deux.
• Seul, par deux, en équipe.
• À développer dans les cycles ultérieurs, dans des situations
plus complexes, en veillant aux techniques appropriées et à
la sécurité.
214
Tenir un objet en isolant la main, les doigts
215
218
• La capacité de commande fine et différenciée des articula- • Exécuter de petites jongleries avec une balle, un bâtonnet…
tions du poignet, de la main, des doigts doit être sollicitée et • Manipuler des objets (ruban...).
développée dès le plus jeune âge en vue des praxies
ultérieures qui en dépendront et dont l’écriture constitue un
exemple majeur:
- manipuler une corde tenue dans une main:
. dans différentes directions;
. à l’arrêt, en mouvement;
. main gauche, main droite alternativement;
. en changeant de main en cours de manipulation;
- défaire un nœud.
219
220
Éducation physique - 31
40
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
PRENDRE, TENIR, TRANSPORTER, ATTRAPER
211
La préhension fait partie des réflexes présents à la naissance. Le réflexe de préhension s’inverse dans le courant de la
seconde moitié de la première année de vie: c’est l’âge où l’enfant jette loin de lui tout objet qui lui tombe sous la main.
Le développement et l’affinement du schème de préhension sont essentiels:
- la main est l’outil premier des activités humaines;
- la main est la voie d’entrée privilégiée s’ouvrant à tous les processus de perception et d’action: «L’homme pense
parce qu’il a des mains.»
212
Manutention: prendre – porter – déplacer – déposer – ranger
213
• Comme au 2e cycle, en précisant les techniques.
• Initier aux bonnes techniques du porter (colonne lombaire).
• Intégrer toutes les techniques de préhension et de manipulation dans des tâches fonctionnelles:
- déplacer et ranger le mobilier des locaux de classe et de
sport en appliquant les règles de sécurité;
- utiliser les techniques d’aide et d’assistance à un partenaire;
- pratiquer les porters de la danse classique, le dégagement
des prises et le remorquage dans les techniques de
sauvetage, les immobilisations et les porters en judo;
- aider et assister des partenaires en mouvement en
gymnastique, en acrogym.
216
217
Tenir un objet en isolant la main, les doigts
218
• Appliquer les techniques codifiées à toutes les praxies • Appliquer les techniques codifiées à toutes les activités
faisant appel au schème de préhension.
faisant appel aux praxies de préhension.
221
222
Éducation physique - 32
41
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Attraper un objet qui roule, qui vole, qui se déplace dans l’espace: à l’arrêt, en déplacement, à deux mains, à une main,
avec une autre partie du corps, avec un outil.
223
• Capter un ballon, une balle qui roule au sol venant de
différentes directions: à deux mains, à une main.
• Rattraper un ballon, une balle après rebond au sol: à deux
mains, à une main.
• Idem après lancer en l’air.
• Arrêter du pied, des pieds, une balle ou un ballon qui roule.
• Idem avec un outil (raquette, crosse…).
• Rattraper une balle, un ballon lancé contre un mur.
• Réceptionner la passe d’un partenaire directement, après
rebond, à l’arrêt, en mouvement.
• Rattraper deux balles ou ballons qui roulent au sol à la suite
l’un de l’autre.
• Jongler avec deux balles.
• Idem en se déplaçant.
• Maîtriser les schèmes fondamentaux du rattraper.
224
225
Les activités d’opposition
228
• Pratiquer des jeux d’opposition:
- traîner ou pousser un condisciple, des deux mains ou
par l’intermédiaire d’un objet (manche de brosse, témoin de
relais, corde…);
- faire des combats de coqs.
609
229
Éducation physique - 33
42
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Attraper un objet qui roule, qui vole, qui se déplace dans l’espace: à l’arrêt, en déplacement, à deux mains, à une main,
avec une autre partie du corps, avec un outil.
223
• Affiner les techniques spécifiques de réception en relation
avec les activités culturelles:
- rattraper le ballon à deux mains bras levés, bras tendus,
contre la poitrine, diversement…;
- rattraper à une main;
- contrôler et bloquer du pied un ballon qui roule, qui rebondit;
- idem en se déplaçant;
- rattraper des objets de formes diverses: ballon de rugby,
Frisbee, corde, massue, cerceau;
- idem en se déplaçant;
- contrôler à l’aide d’un outil (raquette, crosse de hockey…) une
balle qui roule, qui rebondit, un objet qui glisse sur le sol.
• Intégrer les réceptions dans les pratiques sportives.
• Réceptionner, manipuler, intercepter le ballon en sports
collectifs, de la main, des mains, du pied, du corps.
• Maîtriser les engins de gymnastique rythmique.
• Maîtriser les praxies fondamentales du rattraper.
226
Les activités d’opposition
227
228
• Aborder les techniques spécifiques du judo, dans une • Maîtriser des praxies spécifiques des sports de combat, dans
optique éducative.
une optique éducative.
230
231
Éducation physique - 34
43
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
PROPULSER, LANCER
232
La propulsion d’un objet dans l’espace, inversion du réflexe primitif de préhension, est un schème sur lequel repose
une quantité innombrable de praxies ultérieures. Le répertoire des activités faisant appel à ce schème est extrêmement
varié et étendu. Il importe d’en assurer l’éducation dès le plus jeune âge.
233
Faire rouler un mobile sur le sol, sur une partie du corps, sur un engin
• Faire rouler un ballon à deux mains, à une main:
- vers un partenaire;
- vers une cible matérielle.
• Faire rouler vers l’avant un cerceau sur le sol.
• Faire rouler un ballon sur un plan incliné (banc suédois…).
• Idem sur les jambes jointes.
235
• Faire rouler de la main un ballon, une balle, un cerceau vers
une cible mobile.
• Idem vers un partenaire qui se déplace dans différentes
directions.
• Faire rouler et suivre le mobile.
• Faire rouler un mobile en s’efforçant qu’il s’arrête dans une
zone délimitée.
• Faire rouler deux ballons successivement en faisant en sorte
que le deuxième mobile rattrape le premier avant d’atteindre
l’objectif.
• Faire rouler successivement plusieurs mobiles à des vitesses
différentes.
• Faire rouler avec recherche de distance (le plus loin
possible).
• Idem en se servant du pied.
• Gymnastique rythmique: roulé du ballon sur différentes
parties du corps.
• Faire rouler des objets en fonction de leurs caractéristiques
et des buts à atteindre.
236
Propulser un mobile en le frappant
239
• Faire rebondir un ballon sur le sol sans le reprendre dans les
mains (dribble):
- à deux mains;
- à une main.
• Pratiquer des jeux de frappe sur un ballon de baudruche
(maintenir le ballon en l’air, seul… par deux… en groupe…).
•
•
•
•
•
•
Dribbler des deux mains.
Idem avec une main alternativement.
Idem en se déplaçant.
Idem en changeant la position du corps.
Frapper le ballon du pied.
Maîtriser les schèmes fondamentaux.
240
Éducation physique - 35
44
234
241
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
PROPULSER, LANCER
232
La propulsion d’un objet dans l’espace, inversion du réflexe primitif de préhension, est un schème sur lequel repose
une quantité innombrable de praxies ultérieures. Le répertoire des activités faisant appel à ce schème est extrêmement
varié et étendu.
233
Faire rouler un mobile sur le sol, sur une partie du corps, sur un engin
234
• Reprendre les activités du deuxième cycle en privilégiant la • Conduire un ballon du pied avec débordement d’une
précision et en développant la complexité (parcours
défense, en contournant des obstacles…
d’obstacles, concours de vitesse…).
• Gymnastique rythmique:
- roulé du cerceau en cercle, en toupie, rétro;
- roulé du ballon, du cerceau sur le corps.
• Roulé avec cible: bowling, pétanque, curling…
• Maîtriser les praxies fondamentales de la propulsion dans
des situations culturelles.
237
238
Propulser un mobile en le frappant
239
• Dribble avec recherche de vitesse:
- avec souci de bilatéralité;
- avec souci de protection du ballon.
• Frapper le ballon de volleyball contre le mur.
• Idem par deux face à face.
• Exécuter des dribbles, shoots et passes de football avec
recherche de longueur et de précision.
• Perfectionner le dribble avec recherche de précision dans le
trajet.
• Idem avec décentration du regard.
• Idem structuré avec d’autres schèmes.
• Dribbler en situation en sports collectifs.
• Exécuter les frappes de volleyball en situation (service,
passe, manchette, bloc, smash).
• Gymnastique rythmique: rebond d’engins sur le sol ou sur le
corps.
• Au football, exécuter des passes, shoots, têtes et jongleries.
• Intégrer le dribble et le rebond dans les praxies sportives.
• Maîtriser les praxies fondamentales dans des situations
culturelles.
242
243
Éducation physique - 36
45
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Propulser un mobile dans l’espace
244
• Lancer un ballon au-dessus de la tête et le rattraper.
• Lancer en précision.
• Exercices de lancer de la balle, du ballon, sur cibles • Lancer en force.
(verticales, horizontales).
• Passes entre deux, plusieurs partenaires (à l’arrêt).
• Lancer avec recherche de distance.
• Idem en déplacement.
• Lancer sur une cible mobile.
• Reproduire les praxies de la gymnastique rythmique.
• Maîtriser les schèmes fondamentaux.
245
246
Propulsion avec un outil prolongeant la main
249
• Conduire une balle, un palet avec une crosse ou une
raquette dans un endroit déterminé.
• Frapper une balle en mousse, un ballon de baudruche avec
une raquette:
- vers le haut;
- vers une cible;
- après rebond au sol.
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Perfectionner les gestes pratiqués au 1 er cycle.
Se passer une balle entre partenaires avec raquette, crosse.
Idem au-dessus d’un obstacle.
Conduire une balle, un palet avec une crosse.
Idem en suivant un parcours.
Faire rebondir une balle sur une raquette.
Propulser une balle vers une cible mobile.
Idem en se déplaçant.
Sports de raquette:
- service;
- échanges.
• Maîtriser les schèmes fondamentaux.
250
Éducation physique - 37
46
251
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Propulser un mobile dans l’espace
244
• Aborder les techniques de lancer en sports collectifs et • Exécuter:
individuels.
- des tirs spécifiques aux sports de balle et de ballon;
• Exécuter des lancers de précision.
- des lancers en athlétisme;
• Idem avec recherche de distance.
- des lancers en gymnastique rythmique.
• Maîtriser les praxies fondamentales.
247
248
Propulsion avec un outil prolongeant la main
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
249
Tennis.
Tennis de table.
Badminton.
Minihockey.
Golf.
Approcher la technique et le jeu.
Baseball.
Indiaca.
Crosse canadienne.
...
Maîtriser les praxies fondamentales.
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Tennis.
Tennis de table.
Badminton.
Minihockey.
Golf.
Approcher la technique et le jeu.
Baseball.
Indiaca.
Crosse canadienne.
...
Maîtriser les praxies fondamentales.
247
252
253
Éducation physique - 38
47
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
LA NATATION
254
L’éducation psychomotrice à la piscine, en raison du milieu différent — l’eau — et l’aspect de la sécurité lié à celle-ci
exigent que l’éducateur construise chez le jeune enfant un ensemble de schèmes prérequis pour l’élaboration ultérieure
de praxies propres à la natation.
255
• Dans un esprit d’éducation globale, développer chez l’enfant
la maîtrise des requis, dans toutes les conditions de milieu et
dans toutes les formes gestuelles que celle-ci comporte.
• Il n’existe pas une accoutumance à l’eau, mais de nombreux
aspects de cette accoutumance (température, densité de
l’eau… bref, le milieu différencié).
• Le travail se fera au niveau des sept familles de requis
suivants:
- les accoutumances;
- l’immersion;
- l’équilibration;
- l’horizontalisation;
- la respiration;
- la vision, l’audition;
- la propulsion (aspect moteur et aspect de l’élimination des
résistances).
• C’est le moment d’évoluer, de l’approche de la natation vers
la pratique des nages.
• Coulées hydrodynamiques en équilibre.
• Différentes propulsions par les jambes.
• Différentes tractions par les bras.
• Flotter et se propulser.
Remarque:
L’éducateur doit savoir que l’enfant, lors de ces apprentissages,
n’a pas encore une perception proprioceptive consciente des
actions du corps.
256
257
• L’aspect ludique sera toujours privilégié lors de ces • À la fin de ce cycle, l’enfant devrait pouvoir nager 25 mètres
apprentissages.
dans une technique, sauter dans l’eau à la grande
profondeur de différentes manières et avoir une apnée de
10 secondes environ, obtenir des brevets élémentaires
(25 - 50 mètres).
260
Éducation physique - 39
48
261
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
LA NATATION
254
L’éducation psychomotrice à la piscine, en raison du milieu différent — l’eau — et l’aspect de la sécurité lié à celle-ci
exigent que l’éducateur construise chez le jeune enfant un ensemble de schèmes prérequis pour l’élaboration ultérieure
de praxies propres à la natation.
255
• L’apprentissage des praxies repose sur des séquences qui • L’enseignement dispensé aux enfants de cet âge sera
devront:
consacré:
- se trouver en référence constante avec la situation globale;
- au perfectionnement des acquis (nager mieux, plus vite,
- comporter l’ensemble des composantes des requis (les
plus longtemps, avec un rendement optimal);
sept familles de requis);
- à l’extension du bagage des praxies (orientation vers les
- permettre une évaluation objective suivie;
autres activités aquatiques);
- permettre la prise de conscience par l’enfant de son corps
- à l’utilisation pratique des acquis (passage des brevets);
dans l’eau et de sa motricité.
- à l’apprentissage des techniques de sécurité et de
sauvetage;
- à l’illustration de notions cognitives (connaître et réfléchir
sur…).
• Nager.
258
259
• À la fin de ce cycle, l’enfant devrait pouvoir nager 50 mètres • À la fin de ce cycle, l’enfant devrait pouvoir:
au minimum dans deux techniques différentes, être initié
- nager 4 ´ 25 mètres dans les quatre nages;
dans les deux autres, plonger et virer simplement, et
- obtenir des brevets de longue distance (400 - 800 effectuer une apnée de 15 secondes environ.
1500 mètres);
• Obtenir des brevets de base (50 - 100 - 200 mètres).
- obtenir le brevet élémentaire de sauvetage;
- plonger et virer dans les différentes nages;
- travailler dans un projet de nage synchronisée ou d’activités
nautiques.
262
263
Éducation physique - 40
49
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’ENFANT ET SON CORPS - LES QUALITÉS ORGANIQUES
Souplesse
264
265
• Inciter les enfants à rechercher l’amplitude dans les • Inciter les enfants à rechercher l’amplitude dans les
mouvements.
mouvements.
51
266
Vélocité
267
270
• Inciter les enfants à produire un maximum d’actions par unité • Inciter les enfants à produire un maximum d’actions par unité
de temps: piétiner, frapper des mains...
de temps: piétiner, frapper des mains...
271
Tonicité et force
272
275
• Disposer d’une force musculaire suffisante pour résister au • Disposer d’une force musculaire suffisante pour résister au
poids du corps et pour fixer les articulations qui doivent être
poids du corps et pour fixer les articulations qui doivent être
tonifiées pour réussir une tâche.
tonifiées pour réussir une tâche.
276
277
Capacité aérobie: effort modéré mais soutenu
280
• Être capable d’efforts de faible intensité et de longue durée: • Être capable d’efforts de faible intensité et de longue durée:
- jeux dans la salle d’éducation physique;
- jeux dans la salle d’éducation physique;
- randonnées en site naturel (développement des systèmes
- randonnées en site naturel (développement des systèmes
cardio-circulatoire et respiratoire).
cardio-circulatoire et respiratoire).
324 - 393
281
Puissance anaérobie: effort intense mais bref
282
285
• En construction non systématisée dans la pratique des jeux • En construction non systématisée dans la pratique des jeux
et des activités de course, de saut, de lancer, etc.
et des activités de course, de saut, de lancer, etc.
286
Éducation physique - 41
50
287
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’ENFANT ET SON CORPS - LES QUALITÉS ORGANIQUES
Souplesse
264
265
• Augmenter la piste d’amplitude aux différentes articulations. • Développer la souplesse requise dans la pratique des
• Apprentissage des techniques d’assouplissement, de
différentes activités enseignées.
stretching.
• Connaître les relations entre la souplesse et le risque de
blessure.
268
Vélocité
269
270
• Répéter des actions à des vitesses progressivement plus • Initier aux techniques et prendre conscience du corps en
élevées.
action (course de vitesse).
273
Tonicité et force
274
275
• Avec prudence et sans charge: accroissement de la force • Avec prudence et sans charge: accroissement de la force
musculaire.
musculaire.
278
Capacité aérobie: effort modéré mais soutenu
279
280
• Rechercher l’allure personnelle.
• Capacité d’endurance dans les différentes actions: course,
• Courir en augmentant progressivement la durée, la distance,
natation, sports collectifs…
la vitesse.
283
Puissance anaérobie: effort intense mais bref
284
285
• En construction non systématisée dans la pratique des jeux • Avec prudence: travail de la détente et de la résistance.
et des activités de course, de saut, de lancer, etc.
288
289
Éducation physique - 42
51
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’ENFANT GESTIONNAIRE DE SA SANTÉ
(à réaliser en coopération avec les parents, les centres PMS et l’ensemble de la communauté éducative)
290
HYGIÈNE
291
Corporelle
292
Réaliser l’importance:
Réaliser l’importance:
- des soins du corps (se laver, prendre une douche, spécia- des soins du corps (se laver, prendre une douche, spécialement après l’effort…);
lement après l’effort…);
- de la propreté des vêtements et des équipements spéci- de la propreté des vêtements et des équipements spécifiques (gymnastique, sport, natation…).
fiques (gymnastique, sport, natation…).
293
294
Alimentaire
297
Prendre conscience:
Prendre conscience:
- de la perception des sensations de faim et de soif;
- de la périodicité des repas;
- de la qualité des aliments: ce qui est bon et ce qui est
- de la variété de l’alimentation;
néfaste;
- des habitudes relatives aux mécanismes éliminatoires.
- des comportements à table (propreté, gaspillage…).
298
299
Rythme de vie
302
• Prendre conscience de l’alternance des temps de veille et de • Prendre conscience du réveil spontané ou provoqué:
sommeil.
informations aux parents.
303
304
PHYSIOLOGIE (susciter le dialogue avec les parents)
307
Croissance
308
• Être attentif au relevé trimestriel de la taille et du poids.
• Être attentif au graphique de l’évolution de la croissance et
du poids.
309
310
Thermorégulation
313
• Percevoir le chaud et le froid:
- en plein air;
- dans la classe;
- dans les locaux spécialisés: gymnase, piscine...
• Adapter sa tenue vestimentaire:
- aux conditions atmosphériques;
- en fonction de l’état de repos ou d’effort.
314
Éducation physique - 43
52
315
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’ENFANT GESTIONNAIRE DE SA SANTÉ
(à réaliser en coopération avec les parents, les centres PMS et l’ensemble de la communauté éducative)
290
HYGIÈNE
291
Corporelle
292
• Approcher les notions de pollution.
• Approcher les notions de pollution.
• Approcher les notions de qualité de l’air, de l’eau et de • Approcher les notions de qualité de l’air, de l’eau et de
l’ensoleillement.
l’ensoleillement.
668
295
296
Alimentaire
297
• Prendre conscience des besoins caloriques au repos et à Prendre conscience:
l’effort.
- du rôle des sucres, des graisses, des protéines;
• Prendre conscience de l’alimentation équilibrée en quantité
- des incidences sur la santé;
et en qualité.
- de l’équilibre pondéral;
- de l’anatomo-physiologie du tube digestif.
300
339
301
Rythme de vie
302
• Prendre conscience de l’importance des exercices physiques • Percevoir le manque ou l’excès d’exercices physiques.
pour l’entretien de la santé, pour l’entraînement sportif.
305
306
PHYSIOLOGIE (susciter le dialogue avec les parents)
307
Croissance
308
• Notion de normes.
• Biométrie segmentaire.
311
Thermorégulation
312
313
• Protéger l’organisme contre le froid, la chaleur, le vent, le • Connaître les mécanismes de la thermorégulation:
soleil.
- la température du corps au repos et à l’effort;
• Idem dans des environnements spécifiques (mer, montagne…).
- l’échauffement avant l’effort;
- la notion de fièvre.
316
317
Éducation physique - 44
53
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Respiration
318
• Apprendre à bien respirer:
- par le nez;
- par la bouche.
• Apprendre à se moucher.
384
• Apprendre à contrôler sa respiration (amplitude, apnée:
yoga, gym douce, natation...).
319
667
Circulation
323
• Situer le cœur en plaçant la main sur la poitrine.
• Réaliser que le cœur bat plus vite quand on vient de courir.
281 - 393
320
• Prendre les première mesures d’hygiène quand le sang
coule (peau écorchée).
324
325
LOCOMOTION
328
• Percevoir intuitivement le squelette, les articulations et les •
muscles.
• Explorer les mouvements des grandes articulations.
• Percevoir intuitivement la force de pesanteur.
•
Connaître le vocabulaire relatif:
- aux parties de l’appareil locomoteur;
- aux mouvements qu’elles permettent.
Pratiquer des jeux permettant une perception intuitive de la
force musculaire et de la capacité de l’enfant à l’utiliser en
fonction du résultat à atteindre.
• Prendre conscience de la tonicité et du maintien corporel.
329
330
ORGANES DES SENS
466
333
Éducation physique - 45
54
DEUXIÈME ÉTAPE
3 e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Respiration
318
• Apprendre à adapter sa respiration:
• Connaître l’appareil respiratoire.
- au repos;
• Développer sa capacité aérobie.
- à l’effort;
• Être attentif aux pathologies respiratoires:
- en phase de récupération.
- refroidissements;
• Appliquer les techniques de l’apnée: yoga, gym douce,
- allergies;
natation...
- asthme.
• Initier aux techniques élémentaires de réanimation.
• Prendre conscience des effets du tabac, de la drogue sur
l’organisme.
321
Circulation
322
323
• Connaître le fonctionnement du cœur et de la circulation du • Connaître l’anatomo-physiologie de l’appareil cardio-vasculaire.
sang.
• Établir des relations avec la respiration.
• Savoir mesurer la fréquence des pulsations au repos et à • Prendre conscience des normes en matière de fréquence
l’effort.
cardiaque.
326
327
LOCOMOTION
328
• Connaître l’importance des muscles, haubans de l’organisme. • Connaître l’anatomie du squelette, des articulations et des
Importance pour:
muscles.
- le maintien corporel;
• Initier à la pathologie: premières notions de secourisme:
- la santé en général.
- luxations;
• Veiller à la prévention des traumatismes:
- entorses;
- équipements adaptés;
- fractures.
- connaissance des techniques corporelles;
• Les actions musculaires:
- mesures de sécurité.
- résister à une force extérieure;
• Le muscle, source d’énergie.
- équilibrer une force extérieure;
- vaincre une force extérieure.
• Découvrir les notions d’action et de réaction: les appuis au
sol, dans l’eau…
• Découvrir comment un muscle agit (levier).
• Découvrir comment développer le muscle:
- en volume;
- en puissance.
331
332
ORGANES DES SENS
466
333
Éducation physique - 46
55
Éveil scientifique
II.A
Éveil scientifique
a. Définition
Les sciences regroupent un ensemble de connaissances relatives à certaines catégories de faits, d’objets, d’événements
obéissant à des lois.
Les sciences nous enseignent que tout ce qui existe (vivant et non vivant) est fait de la même matière, des mêmes particules
élémentaires.
b. Concept
L’apprentissage des sciences vise tant l’acquisition de connaissances que le développement de compétences. La construction,
par les élèves, de leurs savoirs et de leurs savoir-faire constitue l’élément fondateur de la démarche scientifique. Celle-ci est loin
d’être l’apanage des seuls scientifiques et son canevas de base est tout aussi utile pour réaliser un travail de recherche dans
d’autres disciplines. L’éveil scientifique présente cependant une spécificité certaine parce qu’il ouvre les élèves à leur
environnement naturel et les met en contact direct avec des objets, des phénomènes et des vivants, en développant notamment
l’observation, la manipulation et l’expérimentation.
c. Démarche
Première phase: une question se pose
Une observation, une expérience attrayante, la réflexion d’un élève… vont amener le groupe-classe à se poser des questions qui
peuvent aboutir à la formulation d’un problème à résoudre.
Deuxième phase: rechercher des indices et dégager des pistes
Le problème étant posé, les élèves explorent la situation et émettent toutes les idées qui leur viennent à l’esprit. Celles-ci se
présentent sous la forme de questions, de suppositions, d’affirmations, d’hypothèses…
Éveil - 1
58
Sciences
Troisième phase: • confronter toutes les pistes perçues
• sélectionner les pistes à suivre
Il s’agit d’une étape délicate car le nombre de pistes proposées par les élèves peut être variable en fonction du problème. S’il
s’avère nécessaire de sélectionner des pistes pour des raisons d’organisation, de temps, de matériel… il semble préférable de le
faire en fonction d’un critère objectif, négocié avec les élèves et reconnu par une majorité, plutôt que de les regrouper.
Quatrième phase: mener l’enquête et travailler sur chaque piste retenue
Pour chaque piste retenue, un groupe d’élèves imagine la démarche à mettre en œuvre dans l’espoir de récolter les informations
pouvant être utiles pour résoudre le problème. Dans cette recherche, les démarches privilégiées sont celles qui confrontent l’enfant
à la réalité: l’observation d’objets réels, de vivants, la pratique de la mesure, la manipulation, l’expérimentation. Si le contact avec
la réalité concrète n’est pas possible, les élèves ont alors recours à l’exploitation de documents visuels, à la recherche
documentaire, à l’interview de personnes ressources. L’approche par comparaison et la simulation sont également développées.
Éveil - 2
Sciences
59
Cinquième phase: se communiquer mutuellement les résultats
Chaque groupe communique ses recherches, quel qu’en soit le résultat. Une première difficulté est de l’ordre de la communication:
tous les groupes doivent pouvoir s’exprimer. La seconde difficulté, c’est qu’il faut leur faire percevoir le caractère provisoire et
nécessairement partiel des résultats de leur recherche.
Sixième phase et sixième phase bis: vérifier la réponse à la question
Après la mise en commun, l’ensemble de la classe retient et structure les informations qui semblent pertinentes, après les avoir
vérifiées, critiquées, complétées… La synthèse des résultats est mise en relation avec l’énigme de départ afin de vérifier si celleci est résolue. Il est indispensable de mener une réflexion critique quant à la solution proposée: est-elle reproductible? est-elle
fiable?… Cette étape de doute, de questionnement se retrouve également dans le cas où l’énigme n’est pas résolue.
Septième et huitième phases: valider la solution et conclure provisoirement
La réflexion critique est une attitude essentielle dans la démarche scientifique. La solution est-elle compatible avec les lois et
principes existants? Ce n’est qu’après cette réflexion que la solution est confirmée ou infirmée et la conclusion élaborée. Cette
étape permet de faire le point, de rassembler les acquis nouveaux, de clarifier les notions et les concepts rencontrés, d’intégrer
ceux-ci aux connaissances déjà acquises par les élèves. C’est un travail de mise en relation et de structuration progressive des
savoirs et des savoir-faire, sous-tendu par l’enrichissement du langage des élèves. La conclusion est toujours une conclusion
provisoire, une étape dans un processus continu de recherche et d’élaboration des savoirs. C’est un tremplin pour repartir dans
de nouvelles recherches.
Éveil - 3
60
Sciences
Éveil - 4
Sciences
61
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
LES ÊTRES VIVANTS MÉTABOLISENT: ILS SE NOURRISSENT, RESPIRENT
334
1. L’HOMME
335
L’enfant se sensibilise à la variété des aliments
336
• Être attentif à ses besoins alimentaires:
- faim, soif;
- périodicité, importance des repas.
• Être attentif à ses besoins alimentaires:
- faim, soif;
- périodicité, importance des repas.
337
338
• Par le biais de visites chez le fermier, le jardinier et le • Par le biais de visites chez le fermier, le jardinier et le
commerçant, distinguer ce qui se mange de ce qui ne se
commerçant, distinguer ce qui se mange de ce qui ne se
mange pas et découvrir l’origine des aliments.
mange pas et découvrir l’origine des aliments.
341
342
• Cultiver des légumes (potager ou caissettes) et les manger.
• Cultiver des légumes (potager ou caissettes) et les manger.
345
346
• Préparer en classe certains aliments dont la fabrication est • Préparer en classe certains aliments dont la fabrication est
mal connue: pain, beurre, fromage…
mal connue: pain, beurre, fromage…
350
349
L’enfant se sensibilise à la nécessité de l’équilibre alimentaire
353
• Comparer les collations, les menus de l’école et de la • Comparer les collations, les menus de l’école et de la
maison.
maison.
• Reconnaître une publicité pour les produits alimentaires.
• Reconnaître une publicité pour les produits alimentaires.
• ...
• ...
354
355
• Classer les aliments selon le goût (acide, salé, sucré, amer), • Classer les aliments selon le goût (acide, salé, sucré, amer),
l’origine (animale ou végétale), l’odeur (parfumé ou non),
l’origine (animale ou végétale), l’odeur (parfumé ou non),
l’état (cru ou cuit)...
l’état (cru ou cuit)...
358
Éveil - 5
62
359
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
LES ÊTRES VIVANTS MÉTABOLISENT: ILS SE NOURRISSENT, RESPIRENT
334
1. L’HOMME
335
L’enfant se sensibilise à la variété des aliments
336
• Découvrir l’importance de l’alimentation, notamment en tant • Découvrir l’importance de l’alimentation, notamment en tant
que matériau énergétique de construction, de réparation et
que matériau énergétique de construction, de réparation et
d’entretien.
d’entretien.
300
339
340
• Par le biais de visites chez le fermier, le jardinier et le • Par le biais de visites chez le fermier, le jardinier et le
commerçant, distinguer ce qui se mange de ce qui ne se
commerçant, distinguer ce qui se mange de ce qui ne se
mange pas et découvrir l’origine des aliments.
mange pas et découvrir l’origine des aliments.
343
344
• Cultiver des légumes (potager ou caissettes) et les manger.
• Cultiver des légumes (potager ou caissettes) et les manger.
347
348
• Préparer en classe certains aliments dont la fabrication est • Préparer en classe certains aliments dont la fabrication est
mal connue: pain, beurre, fromage…
mal connue: pain, beurre, fromage…
351
352
L’enfant se sensibilise à la nécessité de l’équilibre alimentaire
353
• Examiner et analyser les aliments du point de vue qualitatif. • Choisir ses aliments de manière à manger sainement et de
• Réaliser une publicité pour les aliments que l’on consomme
façon équilibrée (lire et comprendre les étiquettes,
habituellement.
rechercher la date de péremption…).
• ...
• Découvrir le vocabulaire spécifique utilisé dans la publicité et
prendre conscience de l’effet accrocheur du message.
• Se montrer attentif au graphisme, à la couleur, à la lisibilité
des caractères de l’emballage et de l’étiquette.
• Prendre conscience des déviances de la nutrition et de leurs
effets sur la santé:
- sous-alimentation;
- suralimentation;
- malnutrition et dopage (adjuvants à l’effort);
- ...
356
357
• Classer les aliments selon leur origine animale ou végétale. • Étudier les grands groupes alimentaires, leur importance et
leur(s) effet(s) sur le corps.
• Analyser les besoins quotidiens en énergie selon l’activité,
l’âge et le climat.
360
Éveil - 6
361
Sciences
63
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Expérimenter les différents états d’un même produit:
• Expérimenter les différents états d’un même produit:
- raisin / raisin sec - prune / pruneau - pomme / pomme séchée;
- raisin / raisin sec - prune / pruneau - pomme / pomme séchée;
- œuf frais / mollet / dur - légume cru / cuit;
- œuf frais / mollet / dur - légume cru / cuit;
- carotte / carotte râpée - fromage en bloc / râpé;
- carotte / carotte râpée - fromage en bloc / râpé;
- sucre en morceaux / fin - orange / jus d’orange…
- sucre en morceaux / fin - orange / jus d’orange…
362
363
L’enfant découvre la nutrition et la digestion
366
• Découvrir le rôle complémentaire des dents, de la langue et • Découvrir le rôle complémentaire des dents, de la langue et
de la salive lorsqu’on mâche les aliments. Les dents coupent,
de la salive lorsqu’on mâche les aliments. Les dents coupent,
déchirent et broient.
déchirent et broient.
367
368
• Prendre conscience de la nécessité de bien mastiquer et de • Prendre conscience de la nécessité de bien mastiquer et de
déféquer.
déféquer.
371
• Prendre conscience de la nécessité d’uriner.
372
• Prendre conscience de la nécessité d’uriner.
375
376
• Appliquer des règles d’hygiène: se laver les mains avant • Appliquer des règles d’hygiène: se laver les mains avant
et/ou après certaines tâches (exemples: à la piscine, aux
et/ou après certaines tâches (exemples: à la piscine, aux
toilettes), se brosser les dents au moins une fois par jour,
toilettes), se brosser les dents au moins une fois par jour,
consulter régulièrement le dentiste, utiliser un équipement
consulter régulièrement le dentiste, utiliser un équipement
sportif adapté et propre...
sportif adapté et propre...
379
Éveil - 7
64
380
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Découvrir les différents états d’un même produit en imaginant • Découvrir les différents états d’un même produit en imaginant
et en réalisant des expériences pour comprendre quelques
et en réalisant des expériences pour comprendre quelques
grands principes tels que:
grands principes tels que:
- la transformation des aliments: lait ® beurre / fromage;
- la transformation des aliments: lait ® beurre / fromage;
- la conservation des aliments: cuisson, surgélation…;
- la conservation des aliments: cuisson, surgélation…;
- l’altération des aliments: moisissures…
- l’altération des aliments: moisissures…
364
L’enfant découvre la nutrition et la digestion
365
366
• Identifier les dents: incisives, canines, molaires.
• Comparer les deux stades de la dentition:
- provisoire (dents «de lait»);
- définitive (complète).
• Tracer le croquis d’une dent de chaque espèce (incisive,
canine, molaire) en observant les empreintes laissées par les
dents dans la pâte à modeler.
• Analyser les dents du point de vue de leur structure et établir
un schéma (radiologie).
• Comprendre le rôle complémentaire des différents organes
de la bouche: dents, lèvres, langue, mâchoires, glandes
salivaires.
369
• Découvrir que les aliments doivent être transformés.
370
• Établir, sur un schéma, le trajet suivi par les aliments de la
bouche à l’anus (tube digestif).
• Constater les transformations subies par les aliments dans le
tube digestif: les aliments sont cassés, réduits en petits
morceaux. Une partie sera absorbée et l’autre sera évacuée.
373
374
• Découvrir l’élimination des déchets par le système urinaire • Découvrir l’élimination des déchets par le système urinaire
(excrétion) et par la peau (transpiration).
(excrétion) et par la peau (transpiration).
377
378
• Appliquer des règles d’hygiène: se laver les mains avant • Appliquer des règles d’hygiène: se laver les mains avant
et/ou après certaines tâches (exemples: à la piscine, aux
et/ou après certaines tâches (exemples: à la piscine, aux
toilettes), se brosser les dents au moins une fois par jour,
toilettes), se brosser les dents au moins une fois par jour,
consulter régulièrement le dentiste, utiliser un équipement
consulter régulièrement le dentiste, utiliser un équipement
sportif adapté et propre...
sportif adapté et propre...
381
Éveil - 8
382
Sciences
65
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’enfant prend conscience de sa respiration
383
• Apprendre à inspirer et à expirer (souffler sur de la peinture, • Expérimenter son appareil respiratoire (nez, bouche).
de l’ouate, du papier de soie, gonfler des ballons, bloquer sa
respiration…).
319
384
• Appliquer les règles d’hygiène: apprendre à se moucher.
388
L’enfant découvre la circulation du sang
385
• Ressentir la nécessité d’aérer la classe.
389
392
• Ressentir:
• Ressentir:
- les battements de son cœur;
- les battements de son cœur;
- les variations de son rythme cardiaque.
- les variations de son rythme cardiaque.
• Situer le cœur dans son corps.
• Situer le cœur dans son corps.
• Découvrir que du sang coule d’une écorchure, d’une • Découvrir que du sang coule d’une écorchure, d’une
blessure…
blessure…
281 - 324
393
L’enfant grandit, change, évolue…
394
397
• Prendre conscience de sa croissance:
• Prendre conscience de sa croissance:
- se mesurer (toise);
- se mesurer (toise);
- mesurer la longueur de la main, du pied…;
- mesurer la longueur de la main, du pied…;
- comparer ses propres mensurations à celles de ses
- comparer ses propres mensurations à celles de ses
condisciples;
condisciples;
- réaliser le contour des silhouettes et les comparer;
- réaliser le contour des silhouettes et les comparer;
- constater que les cheveux, les ongles grandissent;
- constater que les cheveux, les ongles grandissent;
-…
-…
398
Éveil - 9
66
399
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’enfant prend conscience de sa respiration
383
• Découvrir le rôle de la respiration.
• Établir le trajet de l’air (exemple: démonstration sur un
• Découvrir l’appareil respiratoire et prendre conscience des
appareil respiratoire de lapin).
mouvements respiratoires que sont l’inspiration et l’expira- • Schématiser l’appareil respiratoire de l’homme.
tion.
• Indiquer, à l’aide de flèches de couleurs différentes, le trajet
• Adapter sa respiration à ses activités physiques.
de l’air inspiré et celui de l’air expiré.
• Apprendre que l’air expiré est différent de l’air inspiré.
386
387
• Appliquer des règles d’hygiène: se moucher, aérer, s’aérer… • Appliquer des règles d’hygiène: se moucher, aérer, s’aérer…
• Découvrir les méfaits du tabac (publicité, lois antitabac).
• Découvrir les méfaits du tabac (publicité, lois antitabac).
390
L’enfant découvre la circulation du sang
391
392
• Découvrir que le sang est contenu dans des vaisseaux • Comprendre que le sang est contenu dans des vaisseaux
(angiographie ou photo) et qu’il y en a dans toutes les parties
(les veines et les artères), qu’il est mis en mouvement par le
du corps (toute blessure peut saigner).
cœur et qu’il circule dans tout le corps dans un sens bien
• Apprendre que le sang circule dans le corps grâce au cœur
défini et selon deux circuits.
(pompe).
• Établir le trajet du sang (schéma succinct de l’appareil
• Constater que le cœur s’adapte aux besoins de l’organisme
circulatoire).
(prendre son pouls avant, pendant, après des activités • Apprendre que le sang est un transporteur (oxygène,
physiques).
déchets, nutriments…).
395
L’enfant grandit, change, évolue…
397
• Construire un graphique des croissances et l’interpréter.
• Constater la croissance relative des différentes parties du
corps.
• Apprendre à surmonter ses inquiétudes vis-à-vis de son
développement physique.
• S’initier au calcul de l’indice de sa masse corporelle (rapport
taille/masse).
400
Éveil - 10
396
• Construire un graphique des croissances et l’interpréter.
• Constater la croissance relative des différentes parties du
corps.
• Apprendre à surmonter ses inquiétudes vis-à-vis de son
développement physique.
• S’initier au calcul de l’indice de sa masse corporelle (rapport
taille/masse).
401
Sciences
67
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
2. LES ANIMAUX
402
L’enfant découvre le monde animal
Par le biais de «l’invité du jour», de visites de fermes, d’animaux accueillis momentanément en classe et/ou la
découverte de différents documents (livres, cassettes…), l’enfant apprend à respecter les animaux, à connaître leurs
besoins et à prendre des initiatives concernant leur hygiène et leur alimentation.
403
• Avec l’aide de l’enseignant, dresser un tableau collectif de • Avec l’aide de l’enseignant, dresser un tableau collectif de
références concernant la vie des animaux observés.
références concernant la vie des animaux observés.
• En se basant sur celui-ci, établir des comparaisons avec
d’autres animaux connus.
Fiche pédagogique n° 3
Fiches pédagogiques n° 4, 5, 6
404
405
• Dans le cadre des charges journalières, s’occuper de • Dans le cadre des charges journalières, s’occuper de
l’alimentation (solide et liquide) des animaux, leur apporter
l’alimentation (solide et liquide) des animaux, leur apporter
les soins nécessaires et procéder à l’entretien de leur habitat.
les soins nécessaires et procéder à l’entretien de leur habitat.
• Prendre conscience de l’importance de l’eau, de l’air et de la • Prendre conscience de l’importance de l’eau, de l’air et de la
lumière dans la vie animale.
lumière dans la vie animale.
408
Éveil - 11
68
409
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
2. LES ANIMAUX
402
L’enfant découvre le monde animal
Par le biais de «l’invité du jour», de visites de fermes, d’animaux accueillis momentanément en classe et/ou la
découverte de différents documents (livres, cassettes…), l’enfant apprend à respecter les animaux, à connaître leurs
besoins et à prendre des initiatives concernant leur hygiène et leur alimentation.
403
• Répertorier les animaux observés et les classer en fonction • Rédiger ou compléter une «fiche d’identité» de l’animal en
de leur régime alimentaire (herbivores, carnivores,
ayant recours à des textes, des croquis, des photos, des
omnivores).
graphiques.
Fiches pédagogiques n° 7, 8
406
407
• Dans le cadre des charges journalières, s’occuper de • Dans le cadre des charges journalières, s’occuper de
l’alimentation (solide et liquide) des animaux, leur apporter
l’alimentation (solide et liquide) des animaux, leur apporter
les soins nécessaires et procéder à l’entretien de leur habitat.
les soins nécessaires et procéder à l’entretien de leur habitat.
• Prendre conscience de l’importance de l’eau, de l’air et de la • Prendre conscience de l’importance de l’eau, de l’air et de la
lumière dans la vie animale.
lumière dans la vie animale.
410
Éveil - 12
411
Sciences
69
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
3. LES VÉGÉTAUX
412
L’enfant découvre le monde végétal
Par le biais de semis, de plantations (dans un potager ou dans des caissettes), de visites chez le jardinier ou
l’horticulteur, de classes de promenade en forêt, de classes de dépaysement, l’enfant apprend à connaître son
environnement naturel et la vie des végétaux.
413
• Réaliser des semis en classe et à l’extérieur.
• Veiller aux besoins des plantes (eau, lumière…).
• Identifier, nommer les végétaux de son environnement
proche.
• Élaborer une ligne du temps illustrée par différentes phases
de développement de bulbes, de semis; réaliser des
plantations dans différentes conditions (pots, carafes,
cailloux, jardin…), rechercher les causes des échecs, des
réussites, faire varier les paramètres.
• Prendre en charge l’entretien des plantes de la classe ou de
l’environnement proche de l’école.
414
415
• Au fil des jours, des saisons, constater des changements • Au fil des jours, des saisons, constater des changements
dans la nature.
dans la nature.
418
419
• Avec l’aide de l’enseignant, dresser un tableau collectif de • Avec l’aide de l’enseignant, dresser un tableau collectif de
références concernant des végétaux.
références concernant des végétaux.
Fiche pédagogique n° 10
Fiches pédagogiques n° 11, 12, 15
424
Éveil - 13
70
425
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
3. LES VÉGÉTAUX
412
L’enfant découvre le monde végétal
Par le biais de semis, de plantations (dans un potager ou dans des caissettes), de visites chez le jardinier ou
l’horticulteur, de classes de promenade en forêt, de classes de dépaysement, l’enfant apprend à connaître son
environnement naturel et la vie des végétaux.
413
• Identifier, nommer les végétaux de son environnement • Identifier, nommer les végétaux de son environnement
proche.
proche.
• Élaborer une ligne du temps illustrée par différentes phases • Élaborer une ligne du temps illustrée par différentes phases
de développement de bulbes, de semis; réaliser des
de développement de bulbes, de semis; réaliser des
plantations dans différentes conditions (pots, carafes,
plantations dans différentes conditions (pots, carafes,
cailloux, jardin…), rechercher les causes des échecs, des
cailloux, jardin…), rechercher les causes des échecs, des
réussites, faire varier les paramètres.
réussites, faire varier les paramètres.
• Prendre en charge l’entretien des plantes de la classe ou de • Prendre en charge l’entretien des plantes de la classe ou de
l’environnement proche de l’école.
l’environnement proche de l’école.
416
417
• Découvrir le rythme biologique des arbres (montée de la • Comprendre le rôle de la sève (à comparer au rôle
sève, chute des feuilles).
transporteur du sang).
• Classer des illustrations ou photos représentant des
végétaux à différents stades de leur développement (rythme
journalier, saisonnier, ou sur plusieurs années).
420
421
• Prendre conscience qu’un végétal vert (végétal chloro- • Prendre conscience qu’un végétal vert (végétal chlorophyllien) a notamment besoin de lumière et d’eau pour vivre
phyllien) a notamment besoin de lumière et d’eau pour vivre
(expériences).
(expériences).
422
423
• Construire un herbier des différents végétaux observés et • Par le biais de recherches complémentaires (brochures
compléter leur identification par des photos prises par des
spécialisées, cédéroms, Internet…), élaborer la «carte
élèves, des croquis, des textes…
d’identité» des végétaux observés sur le terrain ou
• Apprendre progressivement à dessiner une fleur.
découverts dans des livres, des cassettes, à la télévision…
Fiches pédagogiques n° 13, 14
426
Éveil - 14
427
Sciences
71
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’HOMME SE PROTÈGE ET SE DÉFEND - ÉDUCATION À LA SANTÉ
L’enfant se protège des agressions
428
429
• Apprendre à se protéger:
• Apprendre à se protéger:
- des accidents domestiques (brûlures, chutes, morsures,
- des accidents domestiques (brûlures, chutes, morsures,
plantes et produits toxiques…);
plantes et produits toxiques…);
- contre les maladies (s’habiller en fonction du temps, se
- contre les maladies (s’habiller en fonction du temps, se
reposer…);
reposer…);
- contre les accidents de toute nature (noyade, outils, voie
- contre les accidents de toute nature (noyade, outils, voie
publique…).
publique…).
430
431
LES RELATIONS ENTRE LES ÊTRES VIVANTS ET LE MILIEU
Des relations lient les organismes vivants entre eux et avec le milieu
438
439
• Découvrir la relation «est mangé par…».
440
Éveil - 15
72
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’HOMME SE PROTÈGE ET SE DÉFEND - ÉDUCATION À LA SANTÉ
L’enfant se protège des agressions
428
429
• Par le biais de situations de vie, d’événements ponctuels, • Par le biais de situations de vie, d’événements ponctuels,
apprendre à se défendre contre ses «agresseurs» (asthme,
apprendre à se défendre contre ses «agresseurs» (asthme,
allergies, diabète, poux, tabagisme…).
allergies, diabète, poux, tabagisme…).
432
433
• Par le biais de contacts avec le monde médical, par • Par le biais de contacts avec le monde médical, par
l’observation de différents documents, de recherches, d’expél’observation de différents documents, de recherches, d’expériences personnelles…, se sensibiliser progressivement à la
riences personnelles…, se sensibiliser progressivement à la
présence de moyens de défense naturels (globules blancs) et
présence de moyens de défense naturels (globules blancs) et
à l’existence de moyens de défense artificiels (vaccins,
à l’existence de moyens de défense artificiels (vaccins,
médicaments…).
médicaments…).
434
435
• Progressivement, prendre conscience de l’interdépendance • Progressivement, prendre conscience de l’interdépendance
des fonctions physiologiques majeures (appareils cardiodes fonctions physiologiques majeures (appareils cardiocirculatoire, respiratoire, digestif, perceptivo-moteur;
circulatoire, respiratoire, digestif, perceptivo-moteur;
thermogenèse, appareil régulateur de la température du
thermogenèse, appareil régulateur de la température du
corps…).
corps…).
436
437
LES RELATIONS ENTRE LES ÊTRES VIVANTS ET LE MILIEU
Des relations lient les organismes vivants entre eux et avec le milieu
438
439
• Découvrir:
• En fonction de faits ponctuels, par le biais d’observations, de
- les différents types de milieu de vie (forêt, prairie, haie, mur,
recherches (brochures, cédéroms, Internet…), découvrir la
plage, rivière, mare…);
diversité des relations entre les êtres vivants:
- l’évolution de ces milieux de vie au rythme des saisons
- alimentaires (prédation et parasitisme: poux...);
dans notre pays au climat tempéré et l’adaptation des êtres
- coopération;
qui y vivent (migration, hibernation, sédentarité, chute des
- compétition.
feuilles…);
- la relation «est mangé par...».
441
Éveil - 16
442
Sciences
73
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
LES ÊTRES VIVANTS SE DÉPLACENT, AGISSENT, RÉAGISSENT
443
L’HOMME
444
L’enfant et son corps
445
• Découvrir globalement son corps.
3
• Contrôler son corps:
- activités d’adresse et de coordination générale, de vélocité;
- activités d’inhibition, d’attention, de concentration, d’équilibre;
- activités de préhension, d’adresse et de coordination
manuelle.
446
447
• Construire son schéma corporel et utiliser son corps comme • Construire son schéma corporel et utiliser son corps comme
moyen d’expression.
moyen d’expression.
29
Éveil - 17
74
450
451
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
LES ÊTRES VIVANTS SE DÉPLACENT, AGISSENT, RÉAGISSENT
443
L’HOMME
444
L’enfant et son corps
445
• Contrôler son corps:
• Contrôler son corps:
- activités d’adresse et de coordination générale, de vélocité;
- activités d’adresse et de coordination générale, de vélocité;
- activités d’inhibition, d’attention, de concentration, d’équili- activités d’inhibition, d’attention, de concentration, d’équilibre;
bre;
- activités de préhension, d’adresse et de coordination
- activités de préhension, d’adresse et de coordination
manuelle.
manuelle.
448
449
• Construire son schéma corporel et utiliser son corps comme • Construire son schéma corporel et utiliser son corps comme
moyen d’expression.
moyen d’expression.
452
Éveil - 18
453
Sciences
75
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Prendre conscience que les mouvements corporels sont • Prendre conscience que les mouvements corporels sont
possibles grâce à un «appareil de mouvement»: le squelette
possibles grâce à un «appareil de mouvement»: le squelette
et les muscles:
et les muscles:
- apprendre à reconnaître ses membres et leurs fonctions;
- par le biais de radiographies (fracture chez un enfant),
- se familiariser avec son schéma corporel.
visualiser la présence d’os dans le corps humain.
454
Éveil - 19
76
455
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Prendre conscience que les mouvements corporels sont • Prendre conscience que les mouvements corporels sont
possibles grâce à un «appareil de mouvement»: le squelette
possibles grâce à un «appareil de mouvement»: le squelette
et les muscles:
et les muscles:
- prendre conscience que les os sont des «baguettes»
- prendre conscience que les os sont des «baguettes»
rigides, que les membres sont divisés en segments
rigides, que les membres sont divisés en segments
(morceaux) articulés, que les mouvements sont possibles
(morceaux) articulés, que les mouvements sont possibles
grâce aux articulations.
grâce aux articulations.
• Constater:
- que le squelette est une charpente dont les pièces
osseuses sont reliées entre elles par des articulations,
qu’un liquide huileux (synovie) facilite le mouvement et que
les os vivent (ils grandissent, se réparent), qu’ils s’organisent en quatre grandes parties (tête, colonne vertébrale,
cage thoracique et membres);
- que certains os sont des organes protecteurs (la tête
protège le cerveau et les organes des sens, la colonne
vertébrale protège les centres nerveux, la cage thoracique
protège le cœur et les poumons);
- que les organes perceptifs et actifs du mouvement sont les
muscles.
Fiches pédagogiques n° 18, 19, 20
456
Éveil - 20
457
Sciences
77
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Prendre conscience que les os sont résistants mais qu’ils • Prendre conscience que les os sont résistants mais qu’ils
peuvent se casser.
peuvent se casser.
458
459
• Observation de fractures (radiographies) si des situations se • Observation de fractures (radiographies) si des situations se
présentent, identification des membres.
présentent, identification des membres.
462
Éveil - 21
78
463
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Prendre conscience que les os sont résistants mais qu’ils • Prendre conscience que les os sont résistants mais qu’ils
peuvent se casser.
peuvent se casser.
460
461
• Par le biais de radiographies apportées par les élèves ou de • Par le biais de radiographies apportées par les élèves ou de
documents sélectionnés:
documents sélectionnés:
- comprendre qu’un os fracturé se répare.
- découvrir et comprendre les soins reçus pour réduire une
fracture (en collaboration avec des organismes spécialisés).
464
465
Éveil - 22
Sciences
79
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’enfant découvre le rôle des organes des sens
466
• Utiliser ses sens pour connaître l’environnement:
• Utiliser ses sens pour connaître l’environnement:
- voir, entendre, sentir, palper, soupeser, goûter en situation;
- voir, entendre, sentir, palper, soupeser, goûter en situation;
- reconnaître les odeurs, habituelles ou non (senteurs);
- reconnaître les odeurs, habituelles ou non (senteurs);
- développer son goût (saveurs);
- développer son goût (saveurs);
- percevoir les éléments nuisibles à l’environnement;
- percevoir les éléments nuisibles à l’environnement;
- prendre conscience que les êtres vivants réagissent aux
- prendre conscience que les êtres vivants réagissent aux
stimuli extérieurs:
stimuli extérieurs:
. retirer sa main à la suite d’une piqûre d’épine;
. retirer sa main à la suite d’une piqûre d’épine;
. frissonner quand il fait froid;
. frissonner quand il fait froid;
. le tournesol se tourne vers le soleil;
. le tournesol se tourne vers le soleil;
- ...
- ...
467
468
• Par le truchement de jeux, d’exercices simples, découvrir les • À l’aide d’exercices simples, de jeux de plus en plus complexes,
fonctions sensorielles (ouïe, vue, toucher, odorat, goût,
découvrir:
proprioception).
- les organes des sens (diverses sensations);
- l’existence de variations dans le degré de sensibilité;
- la limite de la sensibilité de chacun;
- la possibilité de «remplacer» partiellement certains organes
des sens par d’autres (exemple: le toucher, l’ouïe pour les
aveugles).
471
472
• Prendre conscience que les organes des sens reçoivent de • Prendre conscience que les organes des sens reçoivent de
nombreuses informations:
nombreuses informations:
- mouvements de déplacement rendus difficiles en l’absence
- mouvements de déplacement rendus difficiles en l’absence
des informations fournies par les yeux et/ou les oreilles;
des informations fournies par les yeux et/ou les oreilles;
- identification d’un objet, les yeux fermés, grâce au toucher
- identification d’un objet, les yeux fermés, grâce au toucher
et/ou à l’odorat;
et/ou à l’odorat;
- reconnaissance d’une personne, les yeux fermés, grâce au
- reconnaissance d’une personne, les yeux fermés, grâce au
toucher, à l’ouïe;
toucher, à l’ouïe;
- reconnaissance de différents bruitages.
- reconnaissance de différents bruitages.
475
476
• L’enfant laisse des empreintes (impression des mains, des • L’enfant laisse des empreintes (impression des mains, des
pieds…).
pieds…).
479
Éveil - 23
80
480
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’enfant découvre le rôle des organes des sens
466
• Prendre conscience que les êtres vivants utilisent leurs sens • Prendre conscience que les êtres vivants utilisent leurs sens
pour réagir aux modifications de leur milieu:
pour réagir aux modifications de leur milieu:
- bousculé dans un autobus, on rétablit son équilibre;
- bousculé dans un autobus, on rétablit son équilibre;
- piqué par une puce, le chat se gratte;
- piqué par une puce, le chat se gratte;
- le chien de chasse suit la trace du gibier;
- le chien de chasse suit la trace du gibier;
- la tulipe se ferme au coucher du soleil;
- la tulipe se ferme au coucher du soleil;
- ...
- ...
469
470
• Prendre conscience qu’un organe précis correspond à • Établir la relation organe/perception (œil/vue…).
chaque sens.
• Savoir quel organe des sens s’apparente à un stimulus
• Établir un parallélisme entre ses organes des sens et ceux
(salé/langue…).
des autres êtres vivants.
473
474
• Prendre conscience que les organes des sens reçoivent416
de • Prendre conscience que les organes des sens reçoivent de
nombreuses informations:
nombreuses informations:
- mouvements de déplacement rendus difficiles en l’absence
- mouvements de déplacement rendus difficiles en l’absence
des informations fournies par les yeux et/ou les oreilles;
des informations fournies par les yeux et/ou les oreilles;
- identification d’un objet, les yeux fermés, grâce au toucher
- identification d’un objet, les yeux fermés, grâce au toucher
et/ou à l’odorat;
et/ou à l’odorat;
- reconnaissance d’une personne, les yeux fermés, grâce au
- reconnaissance d’une personne, les yeux fermés, grâce au
toucher, à l’ouïe;
toucher, à l’ouïe;
- reconnaissance de différents bruitages.
- reconnaissance de différents bruitages.
477
478
• Observer des empreintes digitales.
• Prendre conscience que:
418
- la peau donne des renseignements sur les objets proches;
- la peau est le récepteur sensoriel du toucher (chaud/froid,
légère/forte pression…);
- la peau nous avertit des dangers et des agressions qui
nous menacent et provoquent la douleur;
- la peau vit: elle respire, transpire, se régénère.
481
Éveil - 24
482
Sciences
81
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
LES ÊTRES VIVANTS SE REPRODUISENT
L’enfant prend conscience du concept de la vie
483
484
• Distinguer ce qui est vivant (capacité à réagir aux stimuli et à • Distinguer ce qui est vivant (capacité à réagir aux stimuli et à
se reproduire) de ce qui ne l’est pas.
se reproduire) de ce qui ne l’est pas.
485
L’enfant découvre le cycle de vie et sa diversité
486
489
• Par le biais de différentes observations (échographies, livres, • Par le biais de différentes observations (échographies, livres,
vidéos…) et d’expériences simples, construire le cycle de vie
vidéos…) et d’expériences simples, construire le cycle de vie
d’êtres vivants.
d’êtres vivants.
490
Éveil - 25
82
491
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
LES ÊTRES VIVANTS SE REPRODUISENT
L’enfant prend conscience du concept de la vie
483
484
• Distinguer ce qui est vivant (capacité à réagir aux stimuli et à • Distinguer ce qui est vivant (capacité à réagir aux stimuli et à
se reproduire) de ce qui ne l’est pas.
se reproduire) de ce qui ne l’est pas.
487
L’enfant découvre le cycle de vie et sa diversité
425
488
489
• Par le biais de différentes observations (échographies, livres, • Construire le cycle de vie d’êtres vivants: mammifères,
vidéos…) et d’expériences simples, construire le cycle de vie
poissons, oiseaux, plantes, fleurs...
d’êtres vivants.
• Distinguer les deux types de développement de ces cycles
de vie: le développement direct (fécondation, gestation,
germination, naissance, croissance) et le développement
indirect (fécondation, gestation, naissance, métamorphoses,
croissance).
492
Éveil - 26
493
Sciences
83
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
LA CLASSIFICATION DES ÊTRES VIVANTS
L’enfant classe les êtres vivants
494
495
• Progressivement, comprendre que tout ce qui est vivant se • Progressivement, comprendre que tout ce qui est vivant se
nourrit, réagit aux stimuli et se reproduit.
nourrit, réagit aux stimuli et se reproduit.
• Découvrir qu’un végétal est un être vivant même si cela est • Découvrir qu’un végétal est un être vivant même si cela est
moins visible.
moins visible.
496
Éveil - 27
84
497
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
LA CLASSIFICATION DES ÊTRES VIVANTS
L’enfant classe les êtres vivants
494
495
• Dans un milieu de vie, parmi les hommes, les animaux et les • Dans un milieu de vie, parmi les hommes, les animaux et les
végétaux, distinguer le vivant du non-vivant en appliquant les
végétaux, distinguer le vivant du non-vivant en appliquant les
deux critères suivants: les êtres vivants réagissent aux
deux critères suivants: les êtres vivants réagissent aux
stimuli et se reproduisent.
stimuli et se reproduisent.
• Prendre conscience que les êtres vivants (l’homme, les • Prendre conscience que les êtres vivants (l’homme, les
animaux et les végétaux) ont les mêmes critères de vie.
animaux et les végétaux) ont les mêmes critères de vie.
498
499
• En utilisant les fiches d’identification des animaux et des • En utilisant les fiches d’identification des animaux et des
végétaux:
végétaux:
- distinguer les animaux vertébrés des invertébrés;
- distinguer les animaux vertébrés des invertébrés;
- déterminer la classe des vertébrés à laquelle appartient
- déterminer la classe des vertébrés à laquelle appartient
l’animal observé (mammifères, poissons, oiseaux,
l’animal observé (mammifères, poissons, oiseaux,
amphibiens, reptiles);
amphibiens, reptiles);
- classer les végétaux.
- classer les végétaux.
Fiches pédagogiques n° 2, 9
1573
Éveil - 28
500
501
Sciences
85
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’ÉNERGIE
502
1. GÉNÉRALITÉS
503
L’enfant découvre l’énergie
504
• Constater le rôle joué par des sources d’énergie dans la vie • Constater le rôle joué par des sources d’énergie dans la vie
courante:
courante:
- grâce aux muscles, nous pouvons réagir;
- grâce aux muscles, nous pouvons réagir;
- grâce au mazout, la voiture avance;
- grâce au mazout, la voiture avance;
- grâce au mazout, la chaudière donne de la chaleur;
- grâce au mazout, la chaudière donne de la chaleur;
- grâce au gaz, l’eau sur la cuisinière chauffe;
- grâce au gaz, l’eau sur la cuisinière chauffe;
- grâce à la chute d’eau, la roue à aubes tourne;
- grâce à la chute d’eau, la roue à aubes tourne;
- grâce au soleil, notre corps se réchauffe;
- grâce au soleil, notre corps se réchauffe;
- grâce au vent, le moulin tourne.
- grâce au vent, le moulin tourne.
505
506
• En jouant dans les coins aménagés, explorer, agir, découvrir • En jouant dans les coins aménagés, explorer, agir, découvrir
le lien qui existe entre:
le lien qui existe entre:
- la chaleur et le mouvement (l’air chaud du radiateur anime
- la chaleur et le mouvement (l’air chaud du radiateur anime
un tourniquet);
un tourniquet);
- la lumière et la chaleur (l’ampoule électrique dégage de la
- la lumière et la chaleur (l’ampoule électrique dégage de la
chaleur);
chaleur);
- l’électricité et la lumière (on actionne l’interrupteur et la
- l’électricité et la lumière (on actionne l’interrupteur et la
lumière jaillit);
lumière jaillit);
- l’électricité et le son (on branche la fiche du lecteur de CD
- l’électricité et le son (on branche la fiche du lecteur de CD
et on entend la musique);
et on entend la musique);
- ...
- ...
509
510
• Apprendre à noter ses expériences: photos, dessins, écrits, • Apprendre à noter ses expériences: photos, dessins, écrits,
graphiques, schémas… dans un cahier de vie.
graphiques, schémas… dans un cahier de vie.
515
Éveil - 29
86
516
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’ÉNERGIE
502
1. GÉNÉRALITÉS
503
L’enfant découvre l’énergie
504
• Prendre conscience des différentes sources d’énergie • Prendre conscience des différentes sources d’énergie
utilisées couramment:
utilisées couramment:
- le pétrole, le mazout, le gaz, le charbon (combustibles
- le pétrole, le mazout, le gaz, le charbon (combustibles
fossiles);
fossiles);
- l’eau en mouvement (énergie hydraulique);
- l’eau en mouvement (énergie hydraulique);
- le vent (éolienne);
- le vent (éolienne);
- le soleil (énergie solaire);
- le soleil (énergie solaire);
- ...
- ...
507
508
• Organiser ses observations et prendre conscience que • En construisant et en démontant des jeux et des petits objets
l’énergie peut changer de forme: mouvement, lumière,
variés, en recherchant des applications domestiques et
chaleur, électricité, son.
industrielles, prendre conscience des dispositifs qui
permettent de transformer une forme d’énergie en une autre.
511
512
• Prendre conscience que l’énergie (chaleur, électricité, • Prendre conscience que l’énergie (chaleur, électricité,
énergie nucléaire) peut être stockée sous différentes formes
énergie nucléaire) peut être stockée sous différentes formes
(piles, accumulateurs…).
(piles, accumulateurs…).
513
514
• Apprendre à noter ses expériences: photos, dessins, écrits, • Apprendre à noter ses expériences: photos, dessins, écrits,
graphiques, schémas…
graphiques, schémas…
1531 - 1556
Éveil - 30
517
518
Sciences
87
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
2. L’ÉLECTRICITÉ
519
L’enfant découvre l’électricité
520
• Par le biais de situations de vie (crépitement d’un pull, des
cheveux, d’une clé dans la serrure de la voiture…), des
expériences ou de jeux, découvrir l’existence de l’électricité
statique et de la capacité qu’ont certains corps chargés
d’électricité statique de s’attirer ou de se repousser.
521
• Par des expériences ou des jeux, apprendre à produire de
l’électricité statique: les grenouilles sauteuses, les ballons en
folie...
524
• Prendre conscience que l’électricité fait fonctionner des
appareils qui donnent de la chaleur, du son, de la lumière, du
mouvement…
530
• L’enfant découvre que les appareils sont alimentés par pile • Découvrir que les appareils sont alimentés par pile et/ou par
et/ou par le secteur.
le secteur.
533
Éveil - 31
88
534
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
2. L’ÉLECTRICITÉ
519
L’enfant découvre l’électricité
520
• Par le biais de situations de vie (crépitement d’un pull, des • Par le biais de situations de vie (crépitement d’un pull, des
cheveux, d’une clé dans la serrure de la voiture…), des
cheveux, d’une clé dans la serrure de la voiture…), des
expériences ou de jeux, découvrir l’existence de l’électricité
expériences ou de jeux, découvrir l’existence de l’électricité
statique et de la capacité qu’ont certains corps chargés
statique et de la capacité qu’ont certains corps chargés
d’électricité statique de s’attirer ou de se repousser.
d’électricité statique de s’attirer ou de se repousser.
522
523
• Par des expériences ou des jeux, apprendre à produire de • Prendre conscience que l’électricité statique peut être
l’électricité statique: les grenouilles sauteuses, les ballons en
produite par frottement.
folie...
525
526
• Expliquer le phénomène de l’éclair.
527
• Prendre conscience que, par le biais de machines, une forme • Prendre conscience que, par le biais de machines, une forme
d’énergie peut être transformée en énergie électrique:
d’énergie peut être transformée en énergie électrique:
- le frottement produit de l’électricité statique;
- le frottement produit de l’électricité statique;
- l’énergie mécanique produit de l’électricité par l’intermé- l’énergie mécanique produit de l’électricité par l’intermédiaire d’un alternateur (dynamo):
diaire d’un alternateur (dynamo):
. le vent (éolienne),
. le vent (éolienne),
. un courant d’eau (chutes d’eau dans les centrales
. un courant d’eau (chutes d’eau dans les centrales
hydrauliques),
hydrauliques),
. la vapeur sous pression (centrales thermiques utilisant
. la vapeur sous pression (centrales thermiques utilisant
comme combustible le charbon, le pétrole, la fission
comme combustible le charbon, le pétrole, la fission
nucléaire...),
nucléaire...),
- la fusion nucléaire;
- la fusion nucléaire,
- l’énergie lumineuse (lumière) produit de l’énergie électrique
- l’énergie lumineuse (lumière) produit de l’énergie électrique
dans les photopiles (cellules photoélectriques).
dans les photopiles (cellules photoélectriques).
528
529
• Dans la vie quotidienne, découvrir des applications de la • Dans la vie quotidienne, découvrir des applications de la
transformation de l’énergie électrique en d’autres formes
transformation de l’énergie électrique en d’autres formes
d’énergie (appareils électroménagers, chauffage, lampe de
d’énergie (appareils électroménagers, chauffage, lampe de
poche…).
poche…).
531
• Découvrir la notion de courant électrique.
• Découvrir les notions des pôles positif et négatif, de
conducteur et d’isolant.
535
Éveil - 32
532
536
Sciences
89
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Construire des montages électriques simples alimentés
uniquement par des piles, comptant au moins une ampoule
et du fil électrique (type «Électro», jeu d’adresse, anneau,
enseigne clignotante, éclairage d’une maison de poupées,
guirlande de Noël…).
537
• Découvrir le fonctionnement d’une lampe de poche (s’allume,
ne s’allume pas, pourquoi?).
540
• Par le biais de petites expériences, découvrir que certains
matériaux conduisent l’électricité et d’autres pas.
543
• À partir de faits divers, apprendre à connaître les dangers de • À partir de faits divers, apprendre à connaître les dangers de
l’électricité: courant électrique, foudre...
l’électricité: courant électrique, foudre...
546
547
• Apprendre à reconnaître les signaux d’interdiction et
d’avertissement et à en tenir compte.
550
Éveil - 33
90
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Construire des montages électriques simples alimentés • Représenter un circuit électrique simple (schéma) en utilisant
uniquement par des piles, comptant au moins une ampoule
les symboles conventionnels élémentaires.
et du fil électrique (type «Électro», jeu d’adresse, anneau,
enseigne clignotante, éclairage d’une maison de poupées,
guirlande de Noël…).
Symboles conventionnels
Générateur de courant
ou
Ampoule:
- brille:
- ne brille pas:
Interrupteur «ouvert»
Interrupteur «fermé»
538
539
• Découvrir le fonctionnement d’une lampe de poche (s’allume, • Par la recherche documentaire, découvrir différents types de
ne s’allume pas, pourquoi?).
générateurs: piles alcalines, piles rechargeables, batteries
d’accumulateurs de voiture...
541
542
• Par le biais de petites expériences, découvrir que certains • Expérimenter différents matériaux pour les classer en
matériaux conduisent l’électricité et d’autres pas.
isolants et conducteurs (bons et mauvais).
544
545
• À partir de faits divers, apprendre à connaître les dangers de • À partir de faits divers, apprendre à connaître les dangers de
l’électricité: courant électrique, foudre...
l’électricité: courant électrique, foudre...
548
549
• Apprendre à reconnaître les signaux d’interdiction et • Apprendre à reconnaître les signaux d’interdiction et
d’avertissement et à en tenir compte.
d’avertissement et à en tenir compte.
551
Éveil - 34
552
Sciences
91
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
3. LA LUMIÈRE ET LE SON
553
L’enfant découvre l’immense richesse du monde de la lumière qui nous permet de percevoir les
couleurs
554
• Observer les effets de la lumière:
- dans la cour: zones d’ombre et de lumière;
- dans la classe: théâtre d’ombres joué par l’adulte.
• Découvrir les sources de lumière (soleil, étoiles, feu,
ampoules électriques…).
• S’exercer à des jeux d’ombres: jeux de mains, théâtre…
• Dessiner ou écrire sur la table «lumineuse» grâce à la
transparence.
• Dans la cour, dessiner des ombres portées d’un objet fixe à
différents moments de la journée et les comparer.
555
556
• Visionner des diapositives après les avoir observées et • À partir de phénomènes naturels ou provoqués (arc-en-ciel),
rangées dans le chariot du projecteur.
découvrir la décomposition de la lumière en différentes
couleurs.
559
560
• Comprendre que photographier signifie «écrire avec la
lumière».
563
• Découvrir la décoloration du papier exposé à la lumière
(photogramme naturel).
• Réaliser des photogrammes sur papier sensible.
566
• Être sensibilisé aux dangers que représentent les rayons
ultraviolets et apprendre à s’en protéger.
569
Éveil - 35
92
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
3. LA LUMIÈRE ET LE SON
553
L’enfant découvre l’immense richesse du monde de la lumière qui nous permet de percevoir les
couleurs
554
• Au départ de la réalité, de photographies prises au soleil, • Comprendre le fonctionnement du cadran solaire.
observer les ombres (étendue, orientation…).
• Réaliser des expériences avec des objets intercalés entre
• Observer les effets de deux sources lumineuses créant des
une source de lumière et un écran: théâtre d’ombres, essais
zones d’ombre et de pénombre.
avec des formes géométriques planes…
• Remarquer la différence entre corps lumineux et corps • Réaliser des mesures d’ombres portées, noter les résultats,
éclairé.
les analyser, les comparer.
• Distinguer corps lumineux et corps éclairé.
557
1058
558
• Fabriquer et jouer avec le disque dit de Newton pour • Par diverses expériences, décomposer la lumière «blanche»
«mélanger» les couleurs (toupie).
(verre d’eau, prisme…).
• Prendre conscience:
- de la relativité de la perception des couleurs en fonction de
la lumière ambiante, suivant la vue (daltonisme...);
- des différences de perception chez l’homme et chez les
animaux.
561
562
• Comprendre que photographier signifie «écrire avec la • Comprendre que photographier signifie «écrire avec la
lumière».
lumière».
564
565
• Découvrir la décoloration du papier exposé à la lumière • Construire un appareil photographique et en découvrir le
(photogramme naturel).
fonctionnement.
• Réaliser des photogrammes sur papier sensible.
567
1981
568
• Être sensibilisé aux dangers que représentent les rayons • Être sensibilisé aux dangers que représentent les rayons
ultraviolets et apprendre à s’en protéger.
ultraviolets et apprendre à s’en protéger.
• Découvrir l’utilité mais aussi le danger des rayons X.
570
Éveil - 36
571
Sciences
93
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’enfant découvre l’immense richesse du monde des sons
572
• Découvrir intuitivement que le son dépend:
- des conditions dans lesquelles il est obtenu (frottement,
percussion, pincement…);
- de la substance de l’objet produisant le son (métal, bois,
élastique…);
- de la forme (creux, massif), de la taille et de la masse de
l’objet produisant le son.
573
• Découvrir des sons en les vivant.
1805
• Produire des sons (les enregistrer) et faire varier leurs
caractéristiques: durée, intensité, hauteur, timbre…
576
1830 - 2072
577
• Découvrir que les sons se propagent par vibrations au
travers des gaz, des liquides, des solides.
580
• À partir d’expériences personnelles et de faits d’actualité, • À partir d’expériences personnelles et de faits d’actualité,
sensibiliser l’enfant à la pollution sonore.
sensibiliser l’enfant à la pollution sonore.
585
586
• Lors de l’observation de différents animaux et de la rédaction
du carnet de bord, l’enfant est sensibilisé:
- à la diversité de leur perception de la lumière;
- aux diverses capacités auditives des animaux et de
l’homme.
589
Éveil - 37
94
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’enfant découvre l’immense richesse du monde des sons
572
• Découvrir intuitivement que le son dépend:
• Découvrir intuitivement que le son dépend:
- des conditions dans lesquelles il est obtenu (frottement,
- des conditions dans lesquelles il est obtenu (frottement,
percussion, pincement…);
percussion, pincement…);
- de la substance de l’objet produisant le son (métal, bois,
- de la substance de l’objet produisant le son (métal, bois,
élastique…);
élastique…);
- de la forme (creux, massif), de la taille et de la masse de
- de la forme (creux, massif), de la taille et de la masse de
l’objet produisant le son.
l’objet produisant le son.
574
575
• Produire des sons (les enregistrer) et faire varier leurs • Produire des sons (les enregistrer) et faire varier leurs
caractéristiques: durée, intensité, hauteur, timbre…
caractéristiques: durée, intensité, hauteur, timbre…
578
579
• Découvrir que les sons se propagent par vibrations au • Découvrir que les sons se propagent par vibrations au
travers des gaz, des liquides, des solides.
travers des gaz, des liquides, des solides.
581
582
• À travers le phénomène de l’orage, découvrir la différence de • À travers le phénomène de l’orage, découvrir la différence de
vitesse de propagation de la lumière et du son.
vitesse de propagation de la lumière et du son.
583
584
• À partir d’expériences personnelles et de faits d’actualité, • À partir d’expériences personnelles et de faits d’actualité,
sensibiliser l’enfant à la pollution sonore.
sensibiliser l’enfant à la pollution sonore.
587
588
• Lors de l’observation des animaux, de la consultation de • Lors de l’observation des animaux, de la consultation de
documents et de la rédaction des fiches d’identité, prendre
documents et de la rédaction des fiches d’identité, prendre
conscience:
conscience:
- de la diversité de la perception de la lumière chez les animaux;
- de la diversité de la perception de la lumière chez les animaux;
- de la capacité auditive différente des animaux et de l’homme.
- de la capacité auditive différente des animaux et de l’homme.
590
Éveil - 38
Éveil
591
Sciences
95
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
4. LES FORCES
592
L’enfant découvre les forces qui agissent sur les objets
593
• Prendre conscience que:
• Découvrir les éléments naturels qui peuvent exercer une
- le vent agit avec plus ou moins d’intensité (il fait tourner les
force: le vent (tempête, tornade...), l’eau (courant, trombes
ailes du moulinet, fait claquer les drapeaux, flotter les
d’eau, inondations, vagues…), l’atmosphère (ventouse du
manches à air, avancer les planches à voile…);
vitrier…), la lune (marée), la terre (pesanteur).
- l’eau agit avec plus ou moins d’intensité (elle fait tourner les
roues à aubes, emporte les digues…).
594
595
• Prendre conscience de la pesanteur lorsque l’enfant laisse • Prendre conscience de la pesanteur lorsque l’enfant laisse
tomber des objets sur le sol, lorsqu’il saute d’un plint...
tomber des objets sur le sol, lorsqu’il saute d’un plint...
598
599
• Par des observations et des expériences, prendre conscience • Par des observations et des expériences, prendre conscience
que les êtres vivants peuvent exercer des forces.
que les êtres vivants peuvent exercer des forces.
Exemples: les actions sportives; tirer ou pousser une chaise,
Exemples: les actions sportives; tirer ou pousser une chaise,
une table, une corde; tordre un chiffon, une serpillière; mais
une table, une corde; tordre un chiffon, une serpillière; mais
encore: le hamster fait tourner sa roue, les racines de l’arbre
encore: le hamster fait tourner sa roue, les racines de l’arbre
soulèvent le dallage de la terrasse.
soulèvent le dallage de la terrasse.
602
Éveil - 39
96
603
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
4. LES FORCES
592
L’enfant découvre les forces qui agissent sur les objets
593
• Découvrir les éléments naturels qui peuvent exercer une • Découvrir les éléments naturels qui peuvent exercer une
force: le vent (tempête, tornade...), l’eau (courant, trombes
force: le vent (tempête, tornade...), l’eau (courant, trombes
d’eau, inondations, vagues…), l’atmosphère (ventouse du
d’eau, inondations, vagues…), l’atmosphère (ventouse du
vitrier…), la lune (marée), la terre (pesanteur).
vitrier…), la lune (marée), la terre (pesanteur).
596
597
• Prendre conscience qu’on ne voit pas une force mais qu’il est • Prendre conscience qu’on ne voit pas une force mais qu’il est
possible d’observer ses effets (changement dans la forme de
possible d’observer ses effets (changement dans la forme de
l’objet, dans le mouvement de l’objet: vitesse, direction).
l’objet, dans le mouvement de l’objet: vitesse, direction).
600
601
• Par des observations et des expériences, prendre conscience • Par des observations et des expériences, prendre conscience
que les êtres vivants peuvent exercer des forces.
que les êtres vivants peuvent exercer des forces.
604
605
• Découvrir que l’homme invente des machines, des outils qui • Découvrir que l’homme invente des machines, des outils qui
produisent des forces ou en modifient l’intensité.
produisent des forces ou en modifient l’intensité.
606
Éveil - 40
607
Sciences
97
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Prendre conscience que l’enfant peut exercer ou résister à une Prendre conscience que l’enfant peut exercer ou résister à une
force:
force:
- jeux de traction;
- jeux de traction;
- jeux de propulsion;
- jeux de propulsion;
- jeux d’opposition.
- jeux d’opposition.
608
5. LA CHALEUR
Éveil - 41
98
229
609
614
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Prendre conscience que, lors d’une interaction entre deux • Prendre conscience que, lors d’une interaction entre deux
objets, deux forces existent simultanément:
objets, deux forces existent simultanément:
- une force exercée par l’un des objets sur l’autre,
- une force exercée par l’un des objets sur l’autre,
- une force exercée par l’autre sur le précédent.
- une force exercée par l’autre sur le précédent.
Exemples:
Exemples:
- lorsque je fais un «plat» à la piscine, j’exerce une force sur l’eau
- lorsque je fais un «plat» à la piscine, j’exerce une force sur l’eau
(que je déplace) et l’eau exerce une force sur moi (elle me fait
(que je déplace) et l’eau exerce une force sur moi (elle me fait
mal);
mal);
- lorsque je saute sur un trampoline, j’exerce une force sur la
- lorsque je saute sur un trampoline, j’exerce une force sur la
toile (que je déforme) et la toile exerce une force sur moi
toile (que je déforme) et la toile exerce une force sur moi
(elle me fait bondir);
(elle me fait bondir);
- lorsque deux aimants sont à proximité l’un de l’autre,
- lorsque deux aimants sont à proximité l’un de l’autre,
chacun exerce une force sur l’autre (d’attraction ou de
chacun exerce une force sur l’autre (d’attraction ou de
répulsion).
répulsion).
610
611
• Par des expériences (marcher dans la neige sans/avec • Par des expériences (marcher dans la neige sans/avec
raquettes, enfoncer un clou…) prendre conscience des
raquettes, enfoncer un clou…) prendre conscience des
relations force/surface/pression.
relations force/surface/pression.
612
613
5. LA CHALEUR
614
L’enfant découvre les notions de dilatation et de contraction
615
• Par le biais d’expériences, découvrir que les corps solides, • Par le biais d’expériences, découvrir que les corps solides,
liquides et gazeux se dilatent lorsqu’ils sont chauffés et se
liquides et gazeux se dilatent lorsqu’ils sont chauffés et se
contractent lorsqu’ils sont refroidis.
contractent lorsqu’ils sont refroidis.
616
617
• Par le biais d’expériences, prendre conscience que le • Par le biais d’expériences, prendre conscience que le
thermomètre est une application de la dilatation des liquides
thermomètre est une application de la dilatation des liquides
(mercure, alcool) et qu’il est construit et gradué différemment
(mercure, alcool) et qu’il est construit et gradué différemment
selon l’usage auquel il est destiné.
selon l’usage auquel il est destiné.
618
619
• Savoir que, sans changement d’état:
- toute élévation de température entraîne la dilatation d’un
solide, d’un liquide ou d’un gaz;
- toute diminution de température entraîne sa contraction.
620
Éveil - 42
Sciences
99
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’enfant apprend à distinguer chaleur et température
621
• Apprendre à différencier le chaud et le froid, en utilisant le • Apprendre à différencier le chaud et le froid, en utilisant le
sens du toucher (jeux d’eau à différentes températures).
sens du toucher (jeux d’eau à différentes températures).
• Découvrir que le frottement des mains bien sèches l’une • Découvrir que le frottement des mains bien sèches l’une
contre l’autre dégage de la chaleur.
contre l’autre dégage de la chaleur.
• Découvrir que certains appareils, certains objets dégagent • Découvrir que certains appareils, certains objets dégagent
de la chaleur; appliquer les règles de sécurité.
de la chaleur; appliquer les règles de sécurité.
622
623
• Effectuer différents relevés de température à l’aide d’un
thermomètre.
626
L’enfant découvre que la chaleur est une forme d’énergie qui peut se déplacer d’un lieu à un autre
629
• Par le biais d’expériences de la vie courante, prendre
conscience que:
- l’air chaud se déplace en montant (des objets légers volent audessus des radiateurs chauds, des bulles de savon soufflées
au-dessus d’un groupe de bougies allumées s’élèvent
brusquement dans l’air comme des ballons, la montgolfière
s’élève grâce à l’air chaud qui gonfle sa toile…);
- la chaleur se déplace du lieu le plus chaud vers le lieu le
plus froid (la chaleur du radiateur se répartit dans la pièce).
630
L’enfant prend conscience des qualités d’un bon isolant thermique
633
• Par des observations ou des lectures, constater que:
• Par des observations ou des lectures, constater que:
- les vêtements protègent du froid;
- les vêtements protègent du froid;
- les animaux sont diversement protégés contre le froid
- les animaux sont diversement protégés contre le froid
(fourrure, graisse);
(fourrure, graisse);
- les casseroles sont faites en métal qui conduit la chaleur.
- les casseroles sont faites en métal qui conduit la chaleur.
634
Éveil - 43
100
635
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’enfant apprend à distinguer chaleur et température
621
• Constater que la température du corps humain est d’environ • Découvrir qu’il existe une relation entre chaleur et température:
37 °C, même si l’air ambiant est plus chaud ou plus froid
il faut fournir de la chaleur pour que la température augmente.
(exemple: à la piscine, il réagit à l’eau froide).
• Découvrir la relation entre travail musculaire et chaleur
(exemple: échauffement avant l’effort).
624
625
• Effectuer différents relevés de température à l’aide d’un • Effectuer différents relevés de température à l’aide d’un
thermomètre.
thermomètre.
627
628
L’enfant découvre que la chaleur est une forme d’énergie qui peut se déplacer d’un lieu à un autre
629
• Par le biais d’expériences de la vie courante, prendre • Par le biais d’expériences de la vie courante, prendre
conscience que:
conscience que:
- l’air chaud se déplace en montant (des objets légers volent
- l’air chaud se déplace en montant (des objets légers volent
au-dessus des radiateurs chauds, des bulles de savon
au-dessus des radiateurs chauds, des bulles de savon
soufflées au-dessus d’un groupe de bougies allumées
soufflées au-dessus d’un groupe de bougies allumées
s’élèvent brusquement dans l’air comme des ballons, la
s’élèvent brusquement dans l’air comme des ballons, la
montgolfière s’élève grâce à l’air chaud qui gonfle sa toile…);
montgolfière s’élève grâce à l’air chaud qui gonfle sa toile…);
- la chaleur se déplace du lieu le plus chaud vers le lieu le
- la chaleur se déplace du lieu le plus chaud vers le lieu le
plus froid (la chaleur du radiateur se répartit dans la pièce).
plus froid (la chaleur du radiateur se répartit dans la pièce).
631
L’enfant prend conscience des qualités d’un bon isolant thermique
632
633
• Découvrir que les vêtements empêchent la propagation vers • Au départ d’applications de la vie quotidienne et en expéril’extérieur de la chaleur de notre corps.
mentant différentes matières:
- apprendre à distinguer isolants et conducteurs de la chaleur;
- rechercher les isolants thermiques pour l’homme, les
animaux, la maison…;
- découvrir comment garder les liquides chauds ou froids
(bouteille isolante, gaine en laine…).
636
Éveil - 44
637
Sciences
101
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
LA MATIÈRE
638
1. PROPRIÉTÉS ET CHANGEMENTS D’ÉTAT
639
L’enfant découvre que la matière se présente sous trois états: solide - liquide - gazeux
640
• En situation fonctionnelle et par le biais d’expériences, • En situation fonctionnelle et par le biais d’expériences,
reconnaître les trois états de la matière.
reconnaître les trois états de la matière.
Exemple: casserole
ä
matière solide;
Exemple: casserole
ä
matière solide;
eau qui chauffe ä
matière liquide;
eau qui chauffe ä
matière liquide;
vapeur d’eau
ä
matière gazeuse.
vapeur d’eau
ä
matière gazeuse.
641
Éveil - 45
102
642
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
LA MATIÈRE
638
1. PROPRIÉTÉS ET CHANGEMENTS D’ÉTAT
639
L’enfant découvre que la matière se présente sous trois états: solide - liquide - gazeux
640
• Identifier et classer différentes matières suivant leur état.
• Reconnaître l’état physique d’une matière par ses différentes
propriétés et justifier le choix de classement.
• Être apte à énoncer les critères d’identification des états de
la matière:
- solide: forme et volume propres;
- liquide: volume propre et forme variable;
- gaz: ni forme ni volume propres.
643
644
• Par des expériences, découvrir d’autres propriétés des états
de la matière:
- compressibilité (grande pour les gaz, très faible pour les
liquides et les solides);
- dilatation thermique (pour une même élévation de
température, les solides se dilatent moins que les liquides
et les liquides moins que les gaz);
- isolation (les gaz sont généralement des isolants
thermiques);
- horizontalité (pour les liquides seulement; exemple: les
vases communicants).
NB
La surface libre de tout liquide au repos est plane et
horizontale. Lorsque deux vases communiquent, les surfaces
libres des liquides qu’ils contiennent sont dans un même plan
horizontal.
645
Éveil - 46
Sciences
103
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’enfant découvre que l’état de la matière peut être modifié par un changement de température
646
• Observer, comparer et constater que:
• Observer et constater que:
- la neige fond au soleil;
- un peu d’eau placée dans une assiette s’évapore;
- sortie du congélateur, la crème glacée fond progressive- une bouteille d’éther laissée ouverte se vide;
ment;
- le processus d’évaporation s’accélère si:
. on élève la température;
- le glaçon fond si on le chauffe;
. on augmente l’agitation de l’air (sèche-cheveux).
- la flamme de la bougie fait fondre la cire;
- l’eau, placée à l’extérieur un jour de grand froid, gèle;
- ...
• Remarquer que:
- le linge mouillé sèche dehors ou près d’une source de
chaleur;
- l’eau s’évapore lorsqu’on la chauffe (le liquide chante, fait
des bulles et se transforme en vapeur);
- le corps sèche au sortir de la piscine;
- ...
647
648
2. CORPS PURS ET MÉLANGES
655
• Par petites expériences, lors d’activités culinaires ou • Par petites expériences, lors d’activités culinaires ou
artistiques, observer que des matières différentes peuvent ou
artistiques, observer que des matières différentes peuvent ou
non se mélanger:
non se mélanger:
- sucre + farine;
- sucre + farine;
- farine + lait;
- farine + lait;
- eau + sucre;
- eau + sucre;
- eau + huile;
- eau + huile;
- eau + alcool;
- eau + alcool;
- eau + gaz;
- eau + gaz;
- ...
- ...
656
Éveil - 47
104
657
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’enfant découvre que l’état de la matière peut être modifié par un changement de température
• Observer et constater que:
- un peu d’eau placée dans une assiette s’évapore;
- une bouteille d’éther laissée ouverte se vide;
- le processus d’évaporation s’accélère si:
. on élève la température;
. on augmente l’agitation de l’air (sèche-cheveux).
646
• Apprendre que:
1. par réchauffement:
- un solide peut devenir liquide;
- un liquide peut devenir gaz;
- un solide peut devenir gaz ;
2. par refroidissement:
- un liquide peut devenir solide;
- un gaz peut devenir liquide;
- un gaz peut devenir solide.
649
650
• Par le biais d’expériences, s’initier progressivement aux • Par le biais d’expériences, s’initier progressivement aux
notions de masse, de volume, de masse volumique à partir
notions de masse, de volume, de masse volumique à partir
d’une matière particulière: l’eau (conservation, variabilité).
d’une matière particulière: l’eau (conservation, variabilité).
Énigmes:
Énigmes:
- Pourquoi le gel fait-il éclater la bouteille d’eau?
- Pourquoi le gel fait-il éclater la bouteille d’eau?
- À volume égal, pourquoi la neige fond-elle plus vite que la
- À volume égal, pourquoi la neige fond-elle plus vite que la
glace?
glace?
- Une certaine masse de neige donne-t-elle une même
- Une certaine masse de neige donne-t-elle une même
masse d’eau?
masse d’eau?
- ...
- ...
651
652
• À travers des observations, des manipulations, constater • À travers des observations, des manipulations, constater
l’existence de phénomènes:
l’existence de phénomènes:
- réversibles (eau « glace « eau);
- réversibles (eau « glace « eau);
- irréversibles (papier ® cendres).
- irréversibles (papier ® cendres).
653
654
2. CORPS PURS ET MÉLANGES
655
• Par petites expériences, lors d’activités culinaires ou • À travers des observations, des manipulations, découvrir
artistiques, observer que des matières différentes peuvent ou
différentes techniques de séparation des constituants d’un
non se mélanger:
mélange:
- sucre + farine;
- la décantation: les matières en suspension dans l’eau se
- farine + lait;
déposent;
- eau + sucre;
- la filtration: le filtre retient les particules solides en suspen- eau + huile;
sion dans l’eau;
- eau + alcool;
- la distillation (production d’un liquide pur);
- eau + gaz;
- l’évaporation (les marais salants).
- ...
658
Éveil - 48
659
Sciences
105
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’AIR, L’EAU, LE SOL
L’enfant prend conscience de l’existence de l’air
660
661
• Percevoir:
• Percevoir:
- l’existence de l’air par:
- l’existence de l’air par:
. l’action du vent (agitation des feuilles d’arbre);
. l’action du vent (agitation des feuilles d’arbre);
. les courants d’air dans la maison;
. les courants d’air dans la maison;
. la formation de bulles dans un liquide en soufflant à l’aide
. la formation de bulles dans un liquide en soufflant à l’aide
d’un chalumeau;
d’un chalumeau;
. la fabrication de bulles de savon;
. la fabrication de bulles de savon;
. la formation de bulles lorsqu’on expire sous l’eau;
. la formation de bulles lorsqu’on expire sous l’eau;
.…
.…
- le mouvement de l’air:
. en utilisant un ventilateur;
. en montrant que l’air chaud se déplace en montant (spirale
mobile au-dessus d’une source de chaleur);
. en soufflant;
. ...
662
- le mouvement de l’air:
. en utilisant un ventilateur;
. en montrant que l’air chaud se déplace en montant (spirale
mobile au-dessus d’une source de chaleur);
. en soufflant;
. ...
663
• En se bouchant le nez et la bouche, comprendre qu’on ne • En se bouchant le nez et la bouche, comprendre qu’on ne
peut pas rester longtemps sans respirer (exemple: apprenpeut pas rester longtemps sans respirer (exemple: apprentissage des techniques d’apnée dans l’air, dans l’eau).
tissage des techniques d’apnée dans l’air, dans l’eau).
666 320
Éveil - 49
106
667
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’AIR, L’EAU, LE SOL
L’enfant prend conscience de l’existence de l’air
660
661
• Comprendre que pour brûler un corps a besoin d’air:
• Par le biais d’expériences, comprendre que seulement une
- pour éteindre une bougie, on la recouvre pour empêcher
partie de l’air est utilisée dans la combustion.
l’arrivée d’air;
- pour éteindre un feu, on le prive d’air; au contraire, pour
animer un feu, on souffle de l’air dessus.
664
665
• Constater que l’air est indispensable à la vie:
• Constater que l’air est indispensable à la vie:
- la difficulté de respirer provoquée par une maladie (rhume,
- la difficulté de respirer provoquée par une maladie (rhume,
asthme…), la mauvaise qualité de l’air (air vicié, pollué) ont
asthme…), la mauvaise qualité de l’air (air vicié, pollué) ont
une influence négative sur la santé;
une influence négative sur la santé;
- un astronaute ou un plongeur doivent emporter une réserve
- un astronaute ou un plongeur doivent emporter une réserve
d’air pour respirer;
d’air pour respirer;
- ...
- ...
295
668
L’enfant découvre l’existence de la pression atmosphérique
669
670
• Par le biais d’expériences, découvrir que l’air exerce une • Par le biais d’expériences, découvrir que l’air exerce une
pression en tout point de la surface d’un corps:
pression en tout point de la surface d’un corps:
- tirer des fléchettes avec ventouse en direction des murs, du
- tirer des fléchettes avec ventouse en direction des murs, du
plafond, du sol;
plafond, du sol;
- recouvrir un verre rempli d’eau à l’aide d’un papier rigide et
- recouvrir un verre rempli d’eau à l’aide d’un papier rigide et
le retourner;
le retourner;
- aspirer l’eau dans un chalumeau jusqu’à mi-hauteur, couvrir
- aspirer l’eau dans un chalumeau jusqu’à mi-hauteur, couvrir
l’extrémité supérieure avec le doigt, le sortir de l’eau;
l’extrémité supérieure avec le doigt, le sortir de l’eau;
- ...
- ...
671
672
Éveil - 50
Sciences
107
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Dans la nature, l’enfant trouve l’eau sous ses trois états: solide, liquide, gazeux
• Constater que:
- l’eau tombe sous forme de pluie, de neige, de grêle;
- la neige, la grêle fondent et se transforment en liquide;
- l’eau s’évapore.
673
• Constater que:
- l’eau tombe sous forme de pluie, de neige, de grêle;
- la neige, la grêle fondent et se transforment en liquide;
- l’eau s’évapore.
674
675
• Découvrir que la surface d’une flaque d’eau rétrécit lorsque • Constater que:
le temps est sec.
- l’eau de la casserole bout et se transforme en vapeur (gaz);
- la buée (liquide) se dépose sur les vitres;
- le brouillard (liquide) mouille.
678
679
L’enfant découvre la nécessité de l’eau et son cycle
680
L’enfant lit et comprend le bulletin météorologique
683
• Observer le temps qu’il fait. Sur un tableau, noter les • Reconnaître et utiliser les symboles d’un bulletin météoroobservations sous forme de symboles et/ou de mots (soleil,
logique (quotidiens, TV).
nuage, pluie, neige…).
684
Éveil - 51
108
685
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Dans la nature, l’enfant trouve l’eau sous ses trois états: solide, liquide, gazeux
673
• Savoir que l’eau se présente sous trois états:
• Savoir que l’eau se présente sous trois états:
- gazeux: sous forme de vapeur d’eau invisible;
- gazeux: sous forme de vapeur d’eau invisible;
- liquide: sous forme d’eau qui coule ou de buée ou de brouillard;
- liquide: sous forme d’eau qui coule ou de buée ou de brouillard;
- solide: sous forme de glace (givre, neige).
- solide: sous forme de glace (givre, neige).
• Comprendre que le liquide se vaporise:
- par évaporation (la vitesse de celle-ci dépend de l’étendue
de la surface exposée à l’air, du vent, de la température);
- par ébullition (celle-ci demande un apport de chaleur).
• Savoir que:
- la vapeur d’eau passe de l’état gazeux à l’état liquide par
condensation;
- l’eau liquide se solidifie sous forme de glace quand elle se
refroidit (neige, verglas, givre);
- la glace se transforme en eau liquide quand elle est
réchauffée (fonte des neiges, des glaçons).
676
677
L’enfant découvre la nécessité de l’eau et son cycle
680
• Découvrir par phases: l’évaporation, la condensation, les • Réaliser le schéma du cycle de l’eau en y notant les
précipitations, le ruissellement, l’infiltration et l’arrivée de
changements d’état (évaporation, condensation).
l’eau dans la mer.
• Constater que l’eau est indispensable à la vie:
- le manque d’eau (déshydratation);
- l’apport d’eau (hydratation).
Voir fiche pédagogique n° 17
681
L’enfant lit et comprend le bulletin météorologique
682
683
• Décrypter la structure et la présentation d’un bulletin • Décrypter la structure et la présentation d’un bulletin
météorologique en fonction du support utilisé (presse écrite,
météorologique en fonction du support utilisé (presse écrite,
télévision, radio).
télévision, radio).
• Observer l’état du ciel (présence de nuages). Se servir des • Observer l’état du ciel (présence de nuages). Se servir des
données de la station météorologique pour établir un tableau
données de la station météorologique pour établir un tableau
journalier du temps. Repérer:
journalier du temps. Repérer:
- la température à l’aide du thermomètre;
- la température à l’aide du thermomètre;
- la direction du vent à l’aide de la girouette;
- la direction du vent à l’aide de la girouette;
- la vitesse du vent à l’aide de l’anémomètre;
- la vitesse du vent à l’aide de l’anémomètre;
- l’hygrométrie à l’aide de l’hygromètre;
- l’hygrométrie à l’aide de l’hygromètre;
- le volume d’eau recueilli dans le pluviomètre.
- le volume d’eau recueilli dans le pluviomètre.
• Analyser un bulletin météorologique:
- état du ciel (clair, nuageux);
- vent (présence, direction, vitesse…);
- précipitations;
- température au niveau du sol sous abri.
• Remarquer qu’un bulletin météorologique contient des
constatations et des prévisions.
819 - 2031
686
687
Éveil - 52
Sciences
109
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’enfant établit une distinction entre sol et sous-sol
688
• Pendant les promenades en forêt, remarquer:
• Pendant les promenades en forêt, remarquer:
- que chaque année, les feuilles tombent;
- que chaque année, les feuilles tombent;
- qu’en se décomposant, elles contribuent à la formation du
- qu’en se décomposant, elles contribuent à la formation du
sol.
sol.
689
690
• En classe-sortie, partir à la recherche de diverses
composantes du sol. Recueillir des échantillons (sable, terre,
cailloux, feuilles mortes…) dans des sacs en plastique
transparent.
• Avec l’aide de l’adulte, distinguer le vivant du non-vivant et
indiquer l’origine géographique de l’échantillon.
694
Éveil - 53
110
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’enfant établit une distinction entre sol et sous-sol
688
• Observer une coupe d’un sol et de son sous-sol (terrasse- • Observer une coupe d’un sol et de son sous-sol (terrassement, chemin creux…) et distinguer:
ment, chemin creux…) et distinguer:
- la présence ou l’absence d’éléments végétaux;
- la présence ou l’absence d’éléments végétaux;
- la présence ou l’absence de vie animale;
- la présence ou l’absence de vie animale;
- la fragmentation des roches.
- la fragmentation des roches.
• Établir une stratification verticale.
• Établir une stratification verticale.
• Récolter des échantillons (litière, sol, sous-sol).
• Récolter des échantillons (litière, sol, sous-sol).
691
692
• À partir d’échantillons prélevés dans le sol:
- comparer sol sablonneux et sol argileux au point de vue
de la perméabilité;
- évaluer la teneur en eau par pesées avant et après
déshydratation.
693
• Par observation, récoltes et cultures, répertorier les • Par observation, récoltes et cultures, répertorier les
différentes formes de vie animale (larves, insectes, vers,
différentes formes de vie animale (larves, insectes, vers,
taupes...) et vie végétale (mycéliums, racines…) dans le sol.
taupes...) et vie végétale (mycéliums, racines…) dans le sol.
695
696
• À partir d’observations locales (orage violent, tempête,
période de sécheresse…) ou du visionnage d’un film
documentaire, découvrir les effets du soleil, du vent, de l’eau
et de la glace: assèchement, érosion, déplacement
(exemple: dunes)...
• Procéder à des essais sur modèles réduits et simuler les
divers effets précités. Exemples: dans le bac de sable, après
avoir modelé un relief, faire agir:
- le soleil
«
lampe infrarouge;
- le vent
«
sèche-cheveux;
- l’eau
«
arrosoir…
et en constater les effets.
697
Éveil - 54
Sciences
111
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’HOMME ET L’ENVIRONNEMENT
698
• À partir de son vécu:
- réfléchir sur ses actions et sur sa façon de vivre;
- contribuer activement à l’amélioration de son cadre de vie.
699
Éveil - 55
112
Sciences
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’HOMME ET L’ENVIRONNEMENT
698
• À partir de son vécu, de campagnes de sensibilisation, de faits • À partir de son vécu, de campagnes de sensibilisation, de faits
d’actualité basés sur les interactions entre l’homme et son
d’actualité basés sur les interactions entre l’homme et son
milieu proche ou lointain (assèchement, irrigation, incendie,
milieu proche ou lointain (assèchement, irrigation, incendie,
déforestation, reboisement, marée noire…), apprendre à
déforestation, reboisement, marée noire…), apprendre à
mieux connaître et comprendre les différents éléments du
mieux connaître et comprendre les différents éléments du
milieu pour, dans le cadre de la gestion, de la conservation, de
milieu pour, dans le cadre de la gestion, de la conservation, de
la protection et de l’utilisation des ressources:
la protection et de l’utilisation des ressources:
- réfléchir sur ses actions et sur sa façon de vivre;
- réfléchir sur ses actions et sur sa façon de vivre;
- mesurer, évaluer les conséquences de ses actes sur
- mesurer, évaluer les conséquences de ses actes sur
l’environnement (épuisement, destruction, pollution);
l’environnement (épuisement, destruction, pollution);
- contribuer activement à l’amélioration de son cadre de vie.
- contribuer activement à l’amélioration de son cadre de vie.
Voir fiche pédagogique n° 16
700
701
HISTOIRE DE LA VIE ET DES SCIENCES
702
.• À partir d’observations d’échantillons (fossiles, moulages...),
de documents (BCD…), de visites (musées…), de films
(documentaires…), prendre conscience de l’évolution et de
l’extinction de certaines espèces d’êtres vivants et de
l’apparition de l’homme dans l’histoire de la vie.
• Apprendre à adopter une attitude critique vis-à-vis des
savoirs et de leur évolution. En effet, si le développement des
outils et de la technologie permet une investigation de plus
en plus poussée et fiable du réel, il entraîne inévitablement
un réajustement des connaissances et des manières de
penser qui se manifestent à travers l’histoire des sciences et
conduit parfois à des dérives inquiétantes:
- médecine nucléaire et bombe atomique;
- pesticides et pollution;
- vaporisateurs et disparition de la couche d’ozone;
-…
• Élaborer une ligne du temps: Grandes révolutions culturelles
dans la conception du monde et y placer des «grands noms»
tels, par exemple, Aristote, Galilée, Newton, Darwin, Pasteur,
Pierre et Marie Curie..., Conquête de l’espace...
• Initier à la terre dans le système solaire, dans l’univers.
.• À partir d’observations d’échantillons (fossiles, moulages...),
de documents (BCD…), de visites (musées…), de films
(documentaires…), prendre conscience de l’évolution et de
l’extinction de certaines espèces d’êtres vivants et de
l’apparition de l’homme dans l’histoire de la vie.
• Apprendre à adopter une attitude critique vis-à-vis des
savoirs et de leur évolution. En effet, si le développement des
outils et de la technologie permet une investigation de plus
en plus poussée et fiable du réel, il entraîne inévitablement
un réajustement des connaissances et des manières de
penser qui se manifestent à travers l’histoire des sciences et
conduit parfois à des dérives inquiétantes:
- médecine nucléaire et bombe atomique;
- pesticides et pollution;
- vaporisateurs et disparition de la couche d’ozone;
-…
• Élaborer une ligne du temps: Grandes révolutions culturelles
dans la conception du monde et y placer des «grands noms»
tels, par exemple, Aristote, Galilée, Newton, Darwin, Pasteur,
Pierre et Marie Curie..., Conquête de l’espace...
• Initier à la terre dans le système solaire, dans l’univers.
703
704
Éveil - 56
Sciences
113
FICHES
ICHES PÉDAGOGIQUES
ÉVEIL SCIENTIFIQUE
115
1
FICHE D’IDENTITÉ ÉVOLUTIVE
Pour optimaliser la découverte du monde animal, nous proposons l’utilisation d’une fiche d’identité évolutive
dénommée:
• «Tableau mural collectif» au premier cycle;
• «Carnet de bord collectif» au deuxième cycle;
• «Fiche d’identité» aux troisième et quatrième cycles.
Au cours de sa scolarité, avec l’aide de l’enseignant et dans le cadre d’observations directes, d’analyses de
documents (diapositives, films, photographies...), de lectures, de recherches en BCD, d’enquêtes..., l’élève pratiquera
la démarche scientifique pour compléter ces différents outils.
Le «tableau mural collectif» — qui pourrait être une feuille de bristol, un bout de nappe en papier... — se complétera
progressivement en positionnant les renseignements découverts sous les titres génériques. Il accompagnera les
élèves au deuxième cycle pour servir d’outil de référence.
Au deuxième cycle, le «tableau mural collectif» cédera la place au «carnet de bord collectif». Il sera lui aussi complété
au fur et à mesure des observations. Pour ce faire, élèves et enseignants utiliseront un répertoire de questions à (se)
poser («Je me pose des questions»). Le «carnet de bord collectif» pourrait trouver refuge dans un catalogue de
papiers peints, par exemple. Il accompagnera l’élève au troisième cycle ou prendra place dans la BCD pour devenir
un référentiel de l’école.
Dès le troisième cycle, la «fiche d’identité» fera son apparition. Individuelle, celle-ci réclamera rigueur scientifique de
la part de l’élève. Ce dernier pourra utilement se faire aider par la feuille «classification du monde animal» destinée
à recueillir les informations découlant des observations, enquêtes, discussions... De plus, pour aider l’enfant dans sa
démarche d’appropriation du monde animal, la «fiche d’identité» est conçue pour être manipulée et classée selon
différents critères tels que famille, protection, déplacement, nourriture, reproduction, milieu de vie...
Cette même démarche est d’application pour la «fiche d’identité» concernant les végétaux.
116
Classification du monde animal
2
de poils
sa peau
est
généralement
recouverte
Mammifère
de plumes
il a une colonne
vertébrale
et des os,
c’est un
vertébré
Oiseau
qui s’enlèvent
une à une
Poisson
d’écailles
qui sont
soudées les
unes aux autres
c’est un
animal
Reptile
sa peau
est nue
Amphibien
il n’a pas
de colonne
vertébrale,
c’est un
invertébré
Mollusque
Insecte
Crustacé
Arachnide
117
3
2 ½ - 5 ans
SON NOM
Il se protège
Il mange, il boit
Il se déplace
Il se reproduit
Mot +
dessin ou photo
d’un lapin
Morceau de
fourrure de lapin
Dessin ou photo de:
• carottes
• feuilles de pissenlit
• eau
Croquis que suggère
le déplacement:
• 4 pattes
Mot +
dessin ou photo
de lapereaux
Plumes
Dessin ou photo de:
• graines
• graisse
• insectes
Croquis que suggère
le déplacement:
• 2 pattes
• 2 ailes
Mot +
dessin ou photo
d’oisillons
Plumes
Dessin ou photo de:
• vers de vase
• pain
Croquis que suggère
le déplacement:
• 2 ailes
• 2 pattes
Mot +
dessin ou photo
de canetons
Mot +
dessin ou photo
d’une mésange
Mot +
dessin ou photo
d’un canard
118
L’animal, tableau mural collectif
4
Le carnet de bord collectif
5 - 8 ans
Nom de l’animal, de sa femelle et de ses petits
Espace réservé au collage
de documents
(photos, dessins,
fourrure, plumes...)
119
5
120
Je me pose des questions
5 - 8 ans
6
... a des besoins:
... se déplace:
... grandit et se transforme:
• il se nourrit
• comment?
• il fait des petits
• il dort
• où?
• il s’en occupe
• il se protège
• à quelle vitesse?
• il évolue et se métamorphose
• il se défend
• il respire
• il s’exprime
... habite:
... nous procure:
... perçoit le monde:
• il voit
• des bienfaits
• il sent
• il entend
• des ennuis
et encore...
121
Fiche d’identité d’un animal
8 - 12 ans
7
Ordre alphabétique
Nom
Vertébrés - Invertébrés
Photo
Mammifère - Oiseau Poisson - Reptile - Autres
Herbivore - Carnivore Omnivore
Reproduction
Habitat
Caractéristiques
Poids: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Taille: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Longévité: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Revêtement de peau: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Colonne vertébrale: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Habitat: . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
122
Vertébrés
Invertébrés
Mammifère
Oiseau
Poisson
Reptile
Amphibien
Mollusque
Insecte
Mode de vie
8
Locomotion
Mode
Vitesse
Adaptation
Alimentation
Régime alimentaire
Particularités morphologiques
Respiration
Sensibilité
Odorat
Vue
Ouïe
Reproduction
Mode
Fréquence
Gestation / Incubation
Nombre de petits / d’œufs
Soins aux petits
Développement
Comportement
Vie sociale
Relations avec les autres espèces
Moyens d’attaque
Moyens de défense
Rythme de vie (journalier / annuel)
Adaptation au milieu
Et encore...
123
Clé de détermination des végétaux
9
les branches
sont rigides
(formation
de bois)
qui peut fleurir
Arbres et arbustes
les tiges
restent souples
(pas de bois)
Plantes herbacées
... avec des
tiges et des
feuilles vertes
qui ne
fleurit jamais
la plante a des
tiges et
des racines
souterraines
la plante n’a pas
de tige
souterraine
et pas de racines
c’est une
plante
Fougères
Mousses
la plante n’a pas
de chlorophylle
Champignons
... sans tige et
sans feuilles;
elle ne fleurit
jamais
la plante a de la
chlorophylle,
parfois
masquée par
d’autres couleurs
elle vit dans
l’eau
(mer, mare)
Algues
elle est
terrestre
Lichens
124
Le végétal, tableau mural collectif
2 ½ - 5 ans
10
SON NOM
Où vit-il?
Comment sont
ses feuilles?
Comment sont
ses fleurs?
Mot +
dessin ou photo
d’un marronnier
Dessin ou photo
de l’endroit où
il a été
observé
Dessin ou photo
d’une feuille
Photo ou dessin
d’une fleur
Mot +
dessin ou photo
d’un lierre
Dessin ou photo
de l’endroit où
il a été
observé
Dessin ou photo
Mot +
dessin ou photo
d’un fraisier
Dessin ou photo
de l’endroit où
il pousse
Dessin ou photo
Comment
grandit-il?
Quel est son
fruit?
Il se dresse
Mot +
dessin ou photo
d’un marron
Il est grimpant
ou tombant
Photo ou dessin
Il rampe
Mot +
dessin ou photo
d’une fraise
125
11
126
Je me pose des questions
5 - 8 ans
5 - 8 ans
Son utilité:
12
• écorce
• feuille
Ses besoins:
Son aspect:
• écorce
• nourriture
• feuille
• eau
• fleur
• lumière
• fruit
• chaleur
• graine
• humidité de l’air
• racine
• protection
• fleur
• fruit
• graine
• racine
• bois
Particularités:
Son cycle de vie
• longévité
• vie au cours des saisons
• mode de reproduction
Son habitat
127
Fiche d’identité d’un végétal
8 - 12 ans
13
Nom
Photo
Ordre alphabétique
Silhouette
Arbre
Plante
herbacée
Autres
Habitat
Milieu d’observation
Milieu d’origine
Coller une feuille, une fleur, un fruit et un morceau d’écorce.
128
intérieur
parcs et jardins
...
continent
zone climatique
...
14
1. Caractéristiques
Écorce:
Type de feuille:
Fleur:
Fruit:
Bourgeon:
Racine:
2. Cycle de vie
Longévité:
Mode de reproduction:
3. Quels usages l’homme, les animaux en font-ils?
Bois:
Usage industriel
Écorce:
Usage médicinal
Sève:
Usage alimentaire
Fruit:
Racine:
4. Particularités: relations avec les autres êtres vivants
129
Le carnet de bord collectif
5 - 8 ans
15
Nom de l’arbre, de son fruit
Arbre
Silhouette
Feuille
Fleur
130
Fruit
L’enfant, citoyen responsable
16
Gestion du cadre de vie
Gestion de l’environnement
Éducation à la consommation...
Gestion de la sécurité
Éducation à la santé...
L’environnement
L’homme
par rapport à lui-même et aux autres
la nature (espèces animales, végétales),
les ressources naturelles (eau, air, sol),
le patrimoine (paysages, sites,
monuments)
L’enfant agit et réagit
aux problèmes que posent
l’exploitation et la transformation
du milieu par l’homme
Aspect technologique
Aspect biologique
Aspect physique
et chimique
ÉVEIL SCIENTIFIQUE
131
Le cycle de l’eau
17
132
Le corps
18
133
19
134
20
135
Éveil historique
II.B
Histoire
a. Définition
L’histoire n’est ni un récit ni le passé, mais bien une reconstitution de celui-ci élaborée par des historiens à partir de traces.
b. Concept
Le «paysage» historique est un document (un écrit, un objet, un monument, un témoignage…) qui permet à l’historien de
reconstruire le passé. À partir des hypothèses qu’il émet, il fait revivre une société, il en montre le fonctionnement, les
dysfonctionnements, les ruptures…
c. Démarche
À l’école, il ne s’agit plus d’apprendre uniquement l’histoire par cœur mais surtout de la comprendre. Pour atteindre cet objectif,
l’étude de l’histoire se donne des repères chronologiques et se fonde sur la démarche suivante: rechercher des traces du passé,
les interroger, les confronter, élaborer des hypothèses et les comparer aux recherches des historiens.
Aux deux premiers cycles, la préparation aux apprentissages ultérieurs d’histoire est essentiellement constituée d’activités sur
l’espace et le temps vécus par l’enfant dans des situations de vie quotidienne.
Aux cycles suivants, l’enfant s’entraîne à passer de l’espace et du temps vécus à l’espace et au temps perçus. Il le fait à partir de
son environnement et des événements de sa vie quotidienne qu’il compare à d’autres milieux de vie et à d’autres événements
choisis dans l’histoire de la société.
Concepts fondamentaux d’espace et de temps
Au cours d’activités diversifiées, l’enfant:
• se situe dans le temps proche (le temps présent, la journée, la semaine) et commence à repérer des déroulements
chronologiques différents;
• situe les événements de la vie quotidienne les uns par rapport aux autres, qu’ils se produisent soit dans un même temps
et dans des lieux différents, soit dans un même lieu et dans des temps différents;
• exprime le temps et l’espace (temps de la conjugaison, adverbes, vocabulaire approprié…).
Éveil - 57
138
Histoire
Éveil - 58
Histoire
139
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’ENFANT STRUCTURE LE TEMPS
705
L’enfant utilise des repères temporels, des représentations du temps pour se situer et situer des faits
dans le temps
706
• Par le biais des activités de la journée, d’activités sportives • Au travers de son propre vécu, du vécu de la classe, de celui
(relation espace/temps)..., affiner la perception du temps
de l’école, du quartier, de la commune…, affiner la perception
pour mieux en structurer l’écoulement et la durée.
du temps pour mieux en structurer l’écoulement et la durée.
707
708
• Apprendre à construire et à structurer le temps vécu.
• Apprendre à construire et à structurer un temps représenté.
• Prendre conscience:
• Utiliser comme représentation du temps:
- d’une chronologie dans une succession de deux ou trois
- le calendrier de la semaine;
moments ou actions (entrée en classe, entretien, collation,
- la ligne du temps:
. de la journée découpée en heures;
récréation, dîner, sieste…);
. de la semaine découpée en jours.
- de l’aspect cyclique du temps (jour/nuit, anniversaires,
matin/midi/soir, fêtes foraines, fêtes scolaires, cycles de • Se familiariser avec les représentations du mois, de l’année
vie…).
(différents modèles de calendrier, agenda…).
• Découper l’année en saisons, l’année scolaire en mois.
• Constater, lors d’événements vécus par lui-même ou par son
entourage, l’irréversibilité du temps (exemple: on ne
redevient jamais un bébé!).
711
1069 - 1073
712
• Affiner, par des activités diverses (sportives, ludiques), son • Affiner, par des activités diverses (sportives, ludiques), son
estimation de la durée. Au fil des activités, utiliser différents
estimation de la durée. Au fil des activités, utiliser différents
instruments pour préciser la notion de durée réelle (sablier,
instruments pour préciser la notion de durée réelle (sablier,
bougie qui brûle, grande aiguille de l’horloge, métronome,
bougie qui brûle, grande aiguille de l’horloge, métronome,
montre, chronomètre…).
montre, chronomètre…).
715
Éveil - 59
140
716
Histoire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’ENFANT STRUCTURE LE TEMPS
705
L’enfant utilise des repères temporels, des représentations du temps pour se situer et situer des faits
dans le temps
706
• À propos d’événements marquants vécus ou non par lui- • À propos d’événements marquants vécus ou non par luimême, par la classe, l’école, le quartier, la commune, le pays,
même, par la classe, l’école, le quartier, la commune, le pays,
le monde…, affiner la perception du temps pour mieux en
le monde…, affiner la perception du temps pour mieux en
structurer l’écoulement et la durée.
structurer l’écoulement et la durée.
Fiche pédagogique n° 21
709
710
• Apprendre à choisir, parmi les différents outils de la gestion • Utiliser:
- une grille horaire hebdomadaire;
du temps, celui qui convient le mieux à l’activité concernée
- un calendrier du mois, de l’année (scolaire et civile);
(calendrier, agenda, almanach, grille horaire, programme,
- une ligne du temps de l’année découpée en mois.
cahier de vie, journal de classe, ligne du temps…).
• À propos des traces du passé et des faits historiques, utiliser
une ligne du temps subdivisée en siècles et reprenant la
naissance de Jésus-Christ ainsi que les périodes conventionnelles: préhistoire, Antiquité, Moyen Âge, Temps modernes,
période contemporaine.
• Utiliser les repères historiques conventionnels suivants:
- préhistoire: les premières peintures rupestres;
- Antiquité: l’arrivée des Romains dans nos régions;
- Moyen Âge: l’arrivée des Francs, des Vikings dans nos
régions, les premiers châteaux forts, les croisades...;
- Temps modernes: l’invention de l’imprimerie, la découverte
des Amériques par les Européens, l’invention de la
machine à vapeur;
- période contemporaine: l’indépendance de la Belgique, la
guerre 1914-1918, la guerre 1940-1945, la signature du
traité de Rome, le premier homme dans l’espace.
Fiches pédagogiques n° 27, 28, 29, 30
713
714
• Affiner, par des activités diverses (sportives, ludiques), son • Affiner, par des activités diverses (sportives, ludiques), son
estimation de la durée. Au fil des activités, utiliser différents
estimation de la durée. Au fil des activités, utiliser différents
instruments pour préciser la notion de durée réelle (sablier,
instruments pour préciser la notion de durée réelle (sablier,
bougie qui brûle, grande aiguille de l’horloge, métronome,
bougie qui brûle, grande aiguille de l’horloge, métronome,
montre, chronomètre…).
montre, chronomètre…).
88 - 1061
Éveil - 60
717
718
Histoire
141
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Entraîner à utiliser des indicateurs de chronologie:
- dans le passé (avant, hier…);
- dans le futur (après, demain…);
- dans le présent (aujourd’hui, maintenant…).
719
• Utiliser un vocabulaire temporel de plus en plus affiné,
diversifié et précis.
• Employer en situation des expressions telles que:
- dans une heure (postériorité);
- il y a une heure (antériorité);
- en même temps que (simultanéité);
- durant une heure (durée);
- il est une heure (présent);
- toutes les heures (périodicité).
720
• Placer des événements vécus sur une ligne du temps • Employer le vocabulaire temporel de l’enfant (avant, après,
(exemple: liste des anniversaires).
pendant, plus tôt, plus tard, souvent, parfois, jamais…) et
situer des faits vécus par lui-même ou par des personnes
proches sur une ligne du temps.
723
724
L‘enfant lit des traces du passé
727
• Découvrir des traces du passé en recueillant des objets • Découvrir l’histoire de sa commune, de son lieu de séjour, de
(jouets, photos, vêtements…) de ses parents, grands-parents,
son lieu d’excursion… en examinant:
qui expliquent leur utilisation.
- des photos et des cartes anciennes;
- en recueillant des témoignages oraux;
- en parcourant les rues du quartier;
- en observant l’habitat et le paysage...
728
729
Exploiter des sources historiques
732
• Distinguer, à partir de la lecture d’images fixes ou animées,
les informations manipulées (publicité, films de fiction,
dessins animés…) de la réalité.
733
• Apprendre à distinguer la réalité de la fiction au travers de • Apprendre à distinguer la réalité de la fiction au travers de
récits fictifs, de bandes dessinées, de dessins animés, de
récits fictifs, de bandes dessinées, de dessins animés, de
publicités télévisées...
publicités télévisées...
736
Éveil - 61
142
1305 - 1405 - 2015
737
Histoire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Utiliser un vocabulaire temporel de plus en plus précis, • Utiliser un vocabulaire temporel de plus en plus précis,
diversifié.
diversifié.
• Élargir son horizon temporel en lui associant un vocabulaire • Élargir son horizon temporel en lui associant un vocabulaire
spécifique (repère, période historique conventionnelle,
spécifique (repère, période historique conventionnelle,
siècle, millénaire…).
siècle, millénaire…).
• Utiliser des films de fiction, des dessins animés pour • Utiliser des films de fiction, des dessins animés pour
découvrir l’agencement des séquences sur une ligne du
découvrir l’agencement des séquences sur une ligne du
temps (montage alterné, flash-back…).
temps (montage alterné, flash-back…).
722
721
• Utiliser les repères temporels en s’entraînant à situer des • Utiliser les repères temporels en situant des faits vécus par
faits vécus par l’enfant ou par d’autres personnes sur une
l’enfant ou par d’autres personnes sur une ligne du temps:
ligne du temps:
- en respectant la chronologie;
- en respectant la chronologie;
- en marquant la fréquence, la durée;
- en marquant la fréquence, la durée;
- en établissant des relations d’antériorité, de simultanéité,
- en établissant des relations d’antériorité, de simultanéité,
de postériorité.
de postériorité.
725
L‘enfant lit des traces du passé
726
727
• Confronté à des traces du passé, s’entraîner à:
• Confronté à des traces du passé, les identifier et les classer
- identifier celles-ci et à les classer en fonction de leur nature: en fonction de leur nature: vestige archéologique (objet,
vestige archéologique (objet, monument, élément du
monument, élément du paysage), document écrit, document
paysage), document écrit, document iconographique
iconographique (photographie, peinture, sculpture), graphi(photographie, peinture, sculpture), graphique, document
que, document audiovisuel.
audiovisuel;
• Déterminer l’origine de celles-ci et les rattacher à un mode de
- déterminer leur origine et les rattacher à un mode de vie
vie d’une époque déterminée.
d’une époque déterminée.
730
731
Exploiter des sources historiques
732
• Analyser de nombreux documents historiques ou autres et • Interpréter les sources historiques en distinguant ce qu’on voit
s’entraîner à les interpréter et à distinguer ce qu’on voit (ce
(exemple: dessin d’un tonneau) de ce qu’on déduit (exemple:
qui est certain) de ce qu’on déduit (hypothèse).
le tonneau contient de l’eau, du vin, de l’huile…).
• Émettre des hypothèses et les vérifier.
734
735
• Au cours de recherches, s’entraîner à distinguer:
• Au cours de recherches, s’entraîner à distinguer:
- un document original d’un document reconstitué (maquette,
- un document original d’un document reconstitué (maquette,
croquis, plan, copie grandeur nature, dessin…);
croquis, plan, copie grandeur nature, dessin…);
- un témoin relatant des faits qu’il a vécus d’un spécialiste
- un témoin relatant des faits qu’il a vécus d’un spécialiste
analysant des événements qu’il n’a pas vécus;
analysant des événements qu’il n’a pas vécus;
- un fait d’une opinion.
un fait d’une opinion.
738
739
Éveil - 62
Histoire
143
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Observer deux photos et prendre conscience que celles-ci • Observer deux objets, deux photos et prendre conscience
traitent du même sujet.
que ces deux documents traitent du même sujet:
- l’entrée de l’école à deux périodes différentes;
- la même forêt en hiver et en été;
- une cafetière et un percolateur;
- la photo de mariage des parents et des grands-parents;
- les équipements sportifs il y a vingt ans et maintenant...
740
741
• Par le biais de visites, découvrir des objets du passé et leurs • Par le biais de visites, découvrir des objets du passé et leurs
représentations.
représentations.
744
745
Découvrir le mode de vie des gens à une époque déterminée
748
• Prendre conscience que ses parents ou grands-parents, que
des témoins du passé, invités en classe, ont connu des
modes de vie différents.
749
Éveil - 63
144
Histoire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• S’entraîner à comparer deux documents de même nature • Comparer deux documents de même nature (deux
(deux documents iconographiques ou deux objets…) traitant
documents iconographiques ou deux objets) traitant d’un
d’un même sujet:
même sujet:
- fer à repasser (avant/maintenant);
- une photo, un plan de la commune à deux époques diffé- poêles et radiateurs;
rentes;
- notre école à deux époques différentes;
- un tonneau, une amphore;
- poupée (avant/maintenant);
- ...
- ...
742
743
• Lors de visites de musées, découvrir des documents de • S’entraîner à comparer deux documents de nature différente
nature différente traitant du même sujet.
traitant d’un même sujet.
Exemple: le monument (objet) et son histoire (écrit).
746
747
Découvrir le mode de vie des gens à une époque déterminée
748
• Par l’analyse de documents divers, découvrir les aspects • Par l’analyse de documents divers, découvrir les aspects
concrets du mode de vie des gens dans nos régions à concrets du mode de vie des gens dans nos régions à
différentes périodes de l’histoire.
différentes périodes de l’histoire.
• Établir peu à peu des fiches répondant aux questions suivantes: • Établir peu à peu des fiches répondant aux questions suivantes:
Mode de vie
- Comment se nourrissent-ils?
- Comment se logent-ils?
- Comment se déplacent-ils?
- Comment s’habillent-ils?
- Comment se soignent-ils?
- Qu’échangent-ils?
Mode de vie
- Comment se nourrissent-ils?
- Comment se logent-ils?
- Comment se déplacent-ils?
- Comment s’habillent-ils?
- Comment se soignent-ils?
- Qu’échangent-ils?
Activités économiques
- Que produisent-ils?
- Qu’échangent-ils?
Activités économiques
- Que produisent-ils?
- Qu’échangent-ils?
Activités culturelles
- Comment s’instruisent-ils?
- Comment s’expriment-ils?
- Comment se distraient-ils?
- Qu’échangent-ils?
Activités culturelles
- Comment s’instruisent-ils?
- Comment s’expriment-ils?
- Comment se distraient-ils?
- Qu’échangent-ils?
Rapports sociaux
- Comment organisent-ils la vie en communauté?
- Quelles sont les différences sociales qui en découlent?
- Quels sont les modes d’oppression ou d’exclusion?
- Quelles sont les luttes engagées pour les combattre?
Rapports sociaux
- Comment organisent-ils la vie en communauté?
- Quelles sont les différences sociales qui en découlent?
- Quels sont les modes d’oppression ou d’exclusion?
- Quelles sont les luttes engagées pour les combattre ?
Voir fiches pédagogiques n° 22, 23, 24, 25, 26
750
Éveil - 64
751
Histoire
145
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Grâce à l’accueil de témoins du passé (grands-parents...),
l’apprentissage de danses folkloriques, la préparation de
recettes culinaires, l’utilisation des moyens audiovisuels
(films de fiction ou documentaires, diapositives, dessins
animés…), prendre conscience de modes de vie qui ont été
différents du mode de vie actuel (multiculturalité).
752
Éveil - 65
146
753
Histoire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Par des visites, par la découverte de témoignages (oraux, • Par des visites, par la découverte de témoignages (oraux,
écrits, photographiques…), se montrer attentif aux indices
écrits, photographiques…), se montrer attentif aux indices
concernant la vie en communauté aujourd’hui et autrefois, ici
concernant la vie en communauté aujourd’hui et autrefois, ici
et ailleurs:
et ailleurs:
- organisation sociale;
- organisation sociale;
- différences sociales (riche/pauvre, maître/esclave, seigneur/
- différences sociales (riche/pauvre, maître/esclave, seigneur/
paysan, patron/ouvrier, maître/apprenti);
paysan, patron/ouvrier, maître/apprenti);
- modes d’oppression ou d’exclusion (esclavage, servage,
- modes d’oppression ou d’exclusion (esclavage, servage,
ouvriers clandestins, enfants au travail, centres pour
ouvriers clandestins, enfants au travail, centres pour
illégaux, pour réfugiés…); luttes engagées pour les comillégaux, pour réfugiés…); luttes engagées pour les combattre (révoltes paysannes, caisses d’entraide, syndicats,
battre (révoltes paysannes, caisses d’entraide, syndicats,
coopératives...);
coopératives...);
- ...
- ...
754
Éveil - 66
755
Histoire
147
148
FICHES
ICHES PÉDAGOGIQUES
ÉVEIL HISTORIQUE
149
21
SHERLOCK HOLMES junior...
En analysant des traces du passé,
en cherchant des informations dans des textes,
en visitant des musées…,
l’enfant répond à diverses questions.
Il caractérise ainsi, peu à peu, les civilisations.
Il relate ses découvertes dans un grand tableau mural
qui le suivra d’année en année, et qui comprend
des notes écrites, des illustrations, des photos…
Voici un exemple de tableau vierge (fiche n ° 22)
un zoom sur 3 cases où, progressivement,
une classe pourrait avoir jeté
quelques «semences» (fiche n ° 25).
150
22
Grandes questions
sur l’homme
A
C
T
I
V
I
T
É
S
É
C
O
N
O
M
I
Q
U
E
S
Que produit-il?
Quelles techniques utilise-t-il?
Fait-il du commerce?
Comment se déplace-t-il?
C
U
L
T
U
R
E
L
L
E
S
Comment
... s’instruit-il?
... se distrait-il?
... communique-t-il?
Quelles sont ses activités
artistiques?
Les chasseurs cueilleurs
(symbiose avec le milieu)
•
•
•
•
Les premiers agriculteurs
(un changement important,
la production de nourriture)
Chasse, pêche, cueillette.
Nomadisme: habitat non permanent (abri sous roche, cabane).
Vêtements: peaux de bêtes, parures (os, ivoire, pierre...).
...
151
MODE DE VIE DES GENS DE NOS RÉGIONS...
23
Grandes questions
sur l’homme
M
O
D
E
A
C
T
I
V
I
T
É
S
R
A
P
P
O
R
T
S
152
D
E
Comment
... se nourrit-il?
... se loge-t-il?
... s’habille-t-il?
... se soigne-t-il?
V
I
E
É
C
O
N
O
M
I
Q
U
E
S
Que produit-il?
Quelles techniques
utilise-t-il?
Fait-il du commerce?
Comment se déplace-t-il?
C
U
L
T
U
R
E
L
L
E
S
Comment
... s’instruit-il?
... se distrait-il?
... communique-t-il?
Quelles sont ses activités
artistiques?
S
O
C
I
A
U
X
Quelle est son organisation sociale?
Quels sont les modes
d’oppression et d’exclusion?
Quels sont les combats
sociaux?
A-t-il des activités philosophiques et religieuses?
Les chasseurs cueilleurs
(symbiose avec le milieu)
Les premiers agriculteurs
(un changement important,
la production de nourriture)
Les Celtes
(Ie r millénaire avant
Jésus-Christ)
... À TRAVERS LES CIVILISATIONS
24
Les Gallo-Romains
(Ie r au Ve siècle):
un métissage culturel
Le Moyen Âge au temps
des grandes migrations,
des invasions,
des grands domaines et du
développement des villes
Au temps des découvertes
Au temps des sociétés
techniques
industrielles
et géographiques
(du XVIIIe siècle à nos jours)
e
e
(du XV au XVIII siècle)
153
25
• Chasse, pêche, cueillette.
• Nomadisme: habitat non permanent (abri sous roche, cabane).
• Vêtements: peaux de bêtes, parures (os, ivoire, pierre...).
• ...
154
26
• Déclaration des droits de l’homme (1789).
• Les paysans s’embauchent dans les usines et les ateliers:
- travail pénible;
- longue journée de travail.
• Travail des enfants.
• En luttant, les ouvriers obtiennent peu à peu une vie meilleure.
• Limitation du travail des enfants, droit de grève.
• Liberté de la presse.
• ...
• Agriculture efficace (céréales, légumineuses).
• Élevage: grand et petit bétail.
• Commerce:
- exportation de tissus, salaisons, objets en métal...;
- importation d’ambre, sel, vin.
• Menuiserie: roues, chars...
• Sidérurgie: métallurgie pour les outils de travail.
• Premières routes et moyens de transport: char à banc, chariot.
• ...
155
27
156
28
157
Pour rendre possible une telle approche de l’histoire, il faut:
1. disposer d’un outil qui place tous les enfants sur un pied d’égalité quant à la disponibilité des
documents. C’est la raison d’être de la farde documentaire de classe;
29
2. entrer dans une perspective dynamique du rôle de l’éveil. C’est la raison d’être de la ligne du temps.
Collective pour la classe mais aussi individuelle, personnelle, pour chacun des enfants qui y placera
ses propres données. C’est l’occasion de mises en relation avec toutes les autres activités.
3. favoriser l’expression orale et l’expression écrite. C’est la raison d’être des résumés et synthèses
personnelles qui doivent enrichir la farde.
Ma ligne du temps personnelle
Un bande peut être réservée à un intérêt particulier de l’enfant: l’histoire de l’aviation, de l'automobile...
DONNÉES TECHNIQUES
1 cm = 10 ans (en 6e année). En 5e année, on travaille avec trois échelles de temps: 1 cm = 100 000 ans jusqu’à
– 100 000 ans; 1 cm = 10 000 ans de – 100 000 à l’an 1. Ensuite, on prend l’échelle 1 cm = 10 ans comme en
6e année. Chaque catégorie est représentée par une couleur (exemples: les écrivains en bleu, les savants en violet...).
Chaque personnage apparaît dans un rectangle qui comporte la durée de vie (traduite en millimètres) et le nom avec
la date de naissance et la date du décès.
158
30
159
Éveil géographique
II.C
Géographie
a. Définition
La géographie a pour objet l’étude des phénomènes physiques, biologiques et humains de notre terre.
b. Concept
La géographie répond à la curiosité fondamentale des élèves sur le monde qui les entoure. Qu’y a-t-il à la surface de la terre,
autour de nous? Comment vivent les hommes ailleurs? Quelles ressources tirent-ils de la surface de la planète? Comment ont-ils
aménagé leur territoire?…
La géographie apprend à l’élève à vivre les relations étroites et réciproques qui unissent les hommes aux milieux «naturels» ainsi
qu’aux espaces, dans l'esprit d'un développement durable.
c. Démarche
Aller de la maison vers l’école, le quartier, la commune, la région...
Lors de nombreuses activités diversifiées, l’enfant:
• se situe dans un espace donné;
• parcourt un itinéraire;
• se donne des repères et les code;
• analyse des documents qui lui permettent de découvrir d’autres espaces de vie:
q
chez moi
chez nous
q
chez eux
q
Éveil - 67
162
géographie physique
géographie humaine
Géographie
Éveil - 68
Géographie
163
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’ENFANT CONSTRUIT L’ESPACE:
DE L’ESPACE CONNU À L’ESPACE INCONNU
756
L’enfant se situe et s’oriente dans des environnements visités occasionnellement et dans d’autres,
plus lointains, vus au travers de documents
757
• S’approprier progressivement son espace de vie: sa • S’approprier progressivement son espace de vie: sa rue, son
chambre, sa maison, sa classe, son école...
quartier, son village...
758
759
• Apprendre à se situer dans un espace familier en se • Dans sa maison, l’école, le quartier, le village, choisir et
choisissant des repères:
utiliser des repères pour se situer, se déplacer, situer des
- retrouver sa place lors d’un jeu, dans un rang…;
faits dans l’espace.
- agir en suivant des consignes précises (se placer devant…,
à côté de…);
- ...
66
762
763
• Dans un espace auquel il a eu accès, choisir et utiliser des
repères spatiaux et/ou des représentations spatiales pour se
situer, localiser des faits dans l’espace, se déplacer...
766
Éveil - 69
164
Géographie
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’ENFANT CONSTRUIT L’ESPACE:
DE L’ESPACE CONNU À L’ESPACE INCONNU
756
L’enfant se situe et s’oriente dans des environnements visités occasionnellement et dans d’autres,
plus lointains, vus au travers de documents
757
• Par le biais de situations de vie, de faits d’actualité, de défis • Par le biais de situations de vie, de faits d’actualité, de défis
posés à la classe, découvrir progressivement des espaces:
posés à la classe, découvrir progressivement des espaces:
- observables occasionnellement (classe de…, piscine,
- observables occasionnellement (classe de…, piscine,
stade, plaine de jeux…);
stade, plaine de jeux…);
- observables par des représentations de plus en plus
- observables par des représentations de plus en plus
abstraites, conventionnelles (légende des plans, des
abstraites, conventionnelles (légende des plans, des
cartes).
cartes).
760
761
• Par l’intermédiaire de situations concrètes, découvrir • Par l’intermédiaire de situations concrètes, découvrir
progressivement:
progressivement:
- la variété des types de cartes (routières, géographiques…);
- la variété des types de cartes (routières, géographiques…);
- la diversité des informations quantitatives et qualitatives
- la diversité des informations quantitatives et qualitatives
fournies par les cartes (légendes, sigles, couleurs…);
fournies par les cartes (légendes, sigles, couleurs…);
- la difficulté de choisir le type de carte répondant le mieux à
- la difficulté de choisir le type de carte répondant le mieux à
un problème posé;
un problème posé;
la démarche à suivre pour accéder à la carte adéquate
- la démarche à suivre pour accéder à la carte adéquate
dans un atlas.
dans un atlas.
764 84
765
• Sur un plan de la commune, situer et localiser sa maison, son • Sur une carte de Belgique, grâce à l’utilisation de repères
spatiaux, localiser:
école, la piscine...
- sa commune;
• Sur une carte de Belgique, grâce à l’utilisation de repères
- les provinces et leur chef-lieu, les régions;
spatiaux, situer:
- la Meuse, la Sambre, l’Escaut et les cours d’eau proches de
- sa commune;
sa commune;
- les cours d’eau proches de sa commune;
les villes proches de sa commune ainsi que Namur, Liège,
- les villes proches de sa commune;
Charleroi, Bruxelles, Anvers, Gand...
- les provinces.
Voir fiches pédagogiques n° 39, 40
• Sur une carte d’Europe, grâce à l’utilisation de repères
spatiaux, localiser:
- la Belgique;
- des États de l’Union européenne.
Voir fiches pédagogiques n° 35, 36, 37, 38
767
Éveil - 70
• Sur le planisphère, grâce à l’utilisation de repères spatiaux,
localiser:
- les continents (Amériques, Afrique, Europe et Asie,
Antarctique, Australie ou Océanie);
- les océans (Pacifique, Atlantique).
768
Géographie
165
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’enfant parcourt un itinéraire simple
769
• Se déplacer:
- sur un pavage (damier);
- sur un jeu de marelle;
- selon des consignes orales;
-…
• Reproduire puis construire des pavages.
• Construire une représentation, en trois dimensions, de
l’espace vécu (bac à sable, maquette…).
• Réaliser un plan en transformant une maquette.
• Construire et utiliser un plan simple avec sa légende.
770
771
• Dans la classe, le gymnase, l’école, l’environnement proche, • Flécher un chemin.
sur un quadrillage, apprendre à effectuer un parcours:
• Déplacer un objet sur un quadrillage.
- librement;
• Suivre un itinéraire précisé par:
- en suivant un itinéraire simple précisé par un matériel
- des consignes orales;
concret (couleurs, formes, goûts, photos, ficelle…), des
- des croquis;
consignes (orales, écrites), des flèches, un tour du monde,
- des écrits;
des partenaires, des objets mobiles...
- des photos;
-…
• Parcourir un labyrinthe.
• Coder et décoder un parcours, un déplacement.
774
Éveil - 71
166
1143
775
Géographie
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’enfant parcourt un itinéraire en utilisant un plan, une carte
769
• Utiliser un pantographe, le zoom d’une caméra ou d’un • Construire la notion d’échelle spatiale en comparant des
ordinateur, le quadrillage, le microscope…
représentations territoriales à différentes échelles, des
• Découvrir progressivement la notion d’échelle spatiale en
distances réelles à des distances sur plan…
conservant les dimensions, en les réduisant ou en les • Dans des situations simples, évaluer la distance entre deux
agrandissant.
points sur une carte (échelle linéaire).
• Dans des situations simples, calculer des distances en • Dans des situations simples, calculer des distances en
utilisant l’échelle numérique.
utilisant l’échelle numérique.
772
773
• S’entraîner à utiliser:
• Utiliser la carte d’Europe avec délimitation des États de
- le plan, la carte de l’école pour/dans des activités physiques
l’Union européenne et/ou le planisphère pour tracer
d’orientation;
l’itinéraire vers son lieu de vacances, les endroits cités dans
- le plan de sa commune pour se rendre à la librairie, au
l’actualité (la presse écrite ou télévisuelle)...
grand magasin, à la piscine, chez un ami…;
- la carte de Belgique pour se rendre en excursion, en classe
de dépaysement, en visite chez les correspondants…
Voir fiche pédagogique n° 38
776
Éveil - 72
1347
777
Géographie
167
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Vivre un itinéraire, un circuit…
• Dans un espace délimité, de plus en plus grand (préau,
gymnase, cour de récréation, école…), construire un
itinéraire, un circuit en trois dimensions.
• Le construire d’abord librement puis le reproduire à
l’identique.
• Progressivement, apprendre à le représenter en deux
dimensions et inversement.
778
779
• Apprendre à utiliser le vocabulaire spatial en situation de vie: • Apprendre à utiliser le vocabulaire spatial en situation de vie
devant, derrière, à côté, sur, sous...
(exemple: guider un compagnon en lui indiquant le chemin: à
gauche, à droite, entre, devant, derrière…).
782
Lire un paysage, une image géographique
783
786
• Apprendre à lire, à identifier et à caractériser les compo- • Apprendre à lire, à identifier et à caractériser les composantes d’un paysage sur le terrain.
santes d’un paysage sur le terrain.
787
Éveil - 73
168
788
Géographie
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Apprendre à s’orienter en utilisant différents moyens (jeu de • S’orienter et/ou orienter un objet, localiser un lieu selon les
dames, jeu d’échecs grandeur nature…).
quatre directions cardinales (N, S, O, E).
• Utiliser la boussole pour indiquer sa position relative.
• Au cours de jeux, apprendre à se servir d’une boussole pour • Utiliser la convention cartographique (N vers le haut de la
s’orienter, pour placer des objets les uns par rapport aux
feuille) pour indiquer une position relative.
autres…
780
781
• Dans des situations de vie, utiliser le vocabulaire à bon • Dans des situations de vie, utiliser le vocabulaire à bon
escient:
escient:
- altitude, amont, aval, rive droite, rive gauche, cours d’eau,
- altitude, amont, aval, rive droite, rive gauche, cours d’eau,
plateau, plaine, vallée, méandre, confluent, affluent,
plateau, plaine, vallée, méandre, confluent, affluent,
alluvion, lit…;
alluvion, lit…;
- à l’extrémité de, à l’angle de, au croisement de...
- à l’extrémité de, à l’angle de, au croisement de...
784
Lire un paysage, une image géographique
785
786
• Apprendre à lire, à identifier et à caractériser les compo- • Apprendre à lire, à identifier et à caractériser les composantes d’un paysage sur le terrain et sur une image
santes d’un paysage sur le terrain et sur une image
géographique.
géographique.
Voir fiches pédagogiques n° 31, 32, 33, 34
800
Éveil - 74
789
790
Géographie
169
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Lors des classes de dépaysement, observer le paysage • Lors des classes de dépaysement, observer le paysage
environnant:
environnant:
- en se situant (où suis-je?…);
- en se situant (où suis-je?…);
- en délimitant l’espace:
- en délimitant l’espace:
. avec un cadre porté à bout de bras ou collé sur la vitre;
. avec un cadre porté à bout de bras ou collé sur la vitre;
. avec un appareil photographique;
. avec un appareil photographique;
. avec un tube en carton (longue-vue);
. avec un tube en carton (longue-vue);
.…
.…
791
792
• Lors de classes de dépaysement, observer le paysage, • Lors des classes de dépaysement, observer le paysage
repérer et nommer les éléments connus.
environnant et en rechercher les éléments dominants.
• Identifier au moins deux aspects concrets relatifs:
- à des éléments du paysage (relief, végétation, eau);
- à l’aménagement par l’homme (voies de communication,
habitat);
- aux activités de l’homme (culture, industrie, loisirs).
798
Éveil - 75
170
799
Géographie
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Par des exercices pratiques sur le terrain, puis en consultant • Par des exercices pratiques sur le terrain, puis en consultant
des images géographiques (photos, affiches, peintures,
des images géographiques (photos, affiches, peintures,
dessins…), apprendre à lire un paysage:
dessins…), apprendre à lire un paysage:
- en se situant (où suis-je?) ou en situant le lieu de l’image;
- en se situant (où suis-je?) ou en situant le lieu de l’image;
- en localisant (situer par rapport à...);
- en localisant (situer par rapport à...);
- en le délimitant (repères fixés individuellement ou par le
- en le délimitant (repères fixés individuellement ou par le
groupe);
groupe);
- en repérant la ligne d’horizon (présente ou non et à
- en repérant la ligne d’horizon (présente ou non et à
différencier de l’horizontalité mathématique);
différencier de l’horizontalité mathématique);
- en déterminant les différents plans (avant-plan, deuxième
- en déterminant les différents plans (avant-plan, deuxième
plan, arrière-plan).
plan, arrière-plan).
• Au départ de lectures d’images de mêmes éléments, identifier • Au départ de lectures d’images de mêmes éléments, identifier
et comparer les composantes du milieu: cadrage, angle de
et comparer les composantes du milieu: cadrage, angle de
vue…
vue…
Voir fiches pédagogiques n° 31, 32, 33, 34
793
2060
794
• Au départ d’une lecture d’images, sur un planisphère ou à
l’aide d’un globe terrestre, apprendre progressivement à
situer les milieux naturels et à les associer aux cinq zones
climatiques (deux zones polaires, deux zones tempérées et
une zone intertropicale).
• Au départ de documentaires et/ou de matériel pédagogique,
approcher le système solaire.
795
• Au départ de visites sur le terrain, dans le cadre des • Au départ d’une lecture d’image, dans le cadre des
composantes du milieu, identifier des atouts et des contraintes
composantes du milieu, identifier des atouts et des
du relief, de l’hydrographie, du climat, de la végétation.
contraintes:
- du relief;
- de l’hydrographie;
- du climat;
Voir fiche pédagogique n° 40
- de la végétation.
796
797
• En consultant des images géographiques:
• En consultant des images géographiques:
- identifier les éléments dominants du paysage:
- identifier les éléments dominants du paysage:
. relief (surface plane ou accidentée, vallée…);
. relief (surface plane ou accidentée, vallée…);
. cours d’eau;
. cours d’eau;
. végétation (champs, prairies, espaces boisés);
. végétation (champs, prairies, espaces boisés);
. voies de communication;
. voies de communication;
. bâtiments (habitat, usine…).
. bâtiments (habitat, usine…).
- caractériser les composantes du paysage en différenciant:
- caractériser les composantes du paysage en différenciant:
. éléments naturels (forêts, déserts, montagnes, mers, océans…);
. éléments naturels (forêts, déserts, montagnes, mers, océans…);
. marques de l’homme;
. marques de l’homme;
. paysages peu ou très humanisés (espace urbain, rural,
. paysages peu ou très humanisés (espace urbain, rural,
industriel, mixte).
industriel, mixte).
789
Éveil - 76
800
801
Géographie
171
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Apprendre à reconnaître des photos, des sites appartenant à • Apprendre à reconnaître des photos, des sites appartenant à
son environnement immédiat.
son environnement immédiat.
• Classer des photos de paysages (mer, montagne, ville...).
• Classer des photos de paysages (mer, montagne, ville...).
• Lors des classes de dépaysement, se sensibiliser aux • Lors des classes de dépaysement, se sensibiliser aux
couleurs dominantes d’un paysage et à leur évolution au
couleurs dominantes d’un paysage et à leur évolution au
cours des saisons.
cours des saisons.
804
805
• Apprendre à reconnaître, comparer puis classer des photos • S’exercer à prendre des photos:
de lui-même, puis d’un autre sujet, prises à des distances
- à des distances différentes (de près, de loin);
différentes.
- sous différents angles (du bas, du haut, en oblique).
• Comparer les prises de vue.
808
L’enfant identifie et caractérise des milieux naturels et l’organisation de l’espace
809
812
• En découvrant son environnement proche, en participant à • En découvrant son environnement proche, en participant à
des classes de mer, de forêt, identifier quelques caractédes classes de mer, de forêt, identifier quelques caractéristiques de ces milieux (nature du sol, relief, vie animale,
ristiques de ces milieux (nature du sol, relief, vie animale,
végétale…).
végétale…).
813
814
• Journellement, découvrir les conditions météorologiques • Journellement, hebdomadairement, au fil des saisons, établir
(exemple: habiller une poupée en fonction du temps qu’il
des comparaisons entre les données climatiques locales
fait).
vécues.
817
Éveil - 77
172
818
Géographie
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Progressivement, à partir de l’observation des différents • Progressivement, à partir de l’observation des différents
paysages, sur le terrain et/ou sur des images, établir des
paysages, sur le terrain et/ou sur des images, établir des
relations entre:
relations entre:
- quelques faits physiques (climat, végétation, hydrographie,
- quelques faits physiques (climat, végétation, hydrographie,
relief);
relief);
- quelques faits humains (espaces citadin ou rural, déplace- quelques faits humains (espaces citadin ou rural, déplacements, migrations…);
ments, migrations…);
- quelques faits physiques et faits humains (relief et
- quelques faits physiques et faits humains (relief et
communications, cours d’eau et implantation des villes…).
communications, cours d’eau et implantation des villes…).
802
803
• Par le biais de confrontations répétées à des images • Par le biais de confrontations répétées à des images
géographiques, apprendre:
géographiques, apprendre:
- à reconnaître la nature d’un document (photos, affiches,
- à reconnaître la nature d’un document (photos, affiches,
diapositives, peintures, dessins…);
diapositives, peintures, dessins…);
- à répondre à la question «Où?», mais aussi «Quand?»
- à répondre à la question «Où?», mais aussi «Quand?»
(histoire), «Quoi?» (technique/économie), «Qui?» (social);
(histoire), «Quoi?» (technique/économie), «Qui?» (social);
- à lire et comprendre le titre de l’image;
- à lire et comprendre le titre de l’image;
- à localiser l’endroit représenté sur la carte.
- à localiser l’endroit représenté sur la carte.
807
806
• Distinguer photo aérienne et photo au sol.
• Distinguer photo aérienne et photo au sol.
• Préciser l’angle de prise de vue:
• Préciser l’angle de prise de vue:
- vue horizontale;
- vue horizontale;
- vue oblique;
- vue oblique;
- plongée, contre-plongée… et les effets sur la représentation.
- plongée, contre-plongée… et les effets sur la représentation.
• Observer des photos prises par satellites.
810
L’enfant identifie et caractérise des milieux naturels et l’organisation de l’espace
811
812
• Grâce à la localisation et à la prise d’indices visuels, • Grâce à la localisation et à la prise d’indices visuels,
découvrir les traits caractéristiques et reconnaître le milieu
découvrir les traits caractéristiques et reconnaître le milieu
naturel dans lequel on évolue ou qui est présenté.
naturel dans lequel on évolue ou qui est présenté.
815
816
• Journellement, hebdomadairement, au fil des saisons, établir • Journellement, hebdomadairement, au fil des saisons, établir
des comparaisons entre les données climatiques de chez
des comparaisons entre les données climatiques de chez
nous et d’ailleurs, lues dans la presse écrite ou vues à la
nous et d’ailleurs, lues dans la presse écrite ou vues à la
télévision.
télévision.
686 - 2031
Éveil - 78
819
820
Géographie
173
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Peu à peu, par le biais de situations de vie, de campagnes • Peu à peu, par le biais de situations de vie, de campagnes
de sensibilisation, de recherches d’informations…, découvrir
de sensibilisation, de recherches d’informations…, découvrir
des aspects concrets de son mode de vie comparé à d’autres
des aspects concrets de son mode de vie comparé à d’autres
(scolarité, habitat, alimentation, déplacements…).
(scolarité, habitat, alimentation, déplacements…).
821
822
• Dans le milieu de vie (école, quartier), apprendre à structurer • Dans le milieu de vie (école, quartier), apprendre à structurer
l’espace:
l’espace:
- bâtiments du primaire et du maternel;
- bâtiments du primaire et du maternel;
- cours des grands et des petits;
- cours des grands et des petits;
- limites des pelouses, des endroits fréquentés;
- limites des pelouses, des endroits fréquentés;
- salle de sport, plaine de jeux, piscine;
- salle de sport, plaine de jeux, piscine;
- quartier.
- quartier.
825
826
• Par ses activités, ses déplacements, ses jeux, structurer et • Par ses activités, ses déplacements, ses jeux, structurer et
apprendre à caractériser son espace vital (espace pour jouer,
apprendre à caractériser son espace vital (espace pour jouer,
étudier, dormir, travailler…).
étudier, dormir, travailler…).
829
830
• Participer à l’aménagement de l’environnement proche • Participer à l’aménagement de l’environnement proche
(classe, école, jardin…).
(classe, école, jardin…).
• Apprendre à le respecter, le décorer, l’aménager…
• Apprendre à le respecter, le décorer, l’aménager…
833
Éveil - 79
174
834
Géographie
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Par le biais de situations de vie, de campagnes de • Par le biais de situations de vie, de campagnes de
sensibilisation, de recherches d’informations, de lectures
sensibilisation, de recherches d’informations, de lectures
d’images géographiques, de reportages audiovisuels,
d’images géographiques, de reportages audiovisuels,
identifier et caractériser, sans tirer de conclusions hâtives, les
identifier et caractériser, sans tirer de conclusions hâtives, les
interactions de l’homme avec l’espace, aux points de vue de:
interactions de l’homme avec l’espace, aux points de vue de:
- l’adaptation aux conditions naturelles (altitude, pente,
- l’adaptation aux conditions naturelles (altitude, pente,
proximité de la mer, végétation, eau, sécheresse);
proximité de la mer, végétation, eau, sécheresse);
- la gestion de l’air et de l’eau;
- la gestion de l’air et de l’eau;
- l’implantation des activités économiques (agriculture,
- l’implantation des activités économiques (agriculture,
industrie, commerce, services);
industrie, commerce, services);
- l’organisation sociale (écoles, communes, vie associative);
- l’organisation sociale (écoles, communes, vie associative);
- l’existence des phénomènes d’exploitation ou d’exclusion;
- l’existence des phénomènes d’exploitation ou d’exclusion;
- l’implication sur la vie sociale (alternance jour/nuit,
- l’implication sur la vie sociale (alternance jour/nuit,
succession des saisons).
succession des saisons).
823
824
• Sur des plans, des cartes appropriées:
• Sur des plans, des cartes appropriées:
- distinguer les surfaces (bâties, non bâties), les villes, les
- distinguer les surfaces (bâties, non bâties), les villes, les
villages…;
villages…;
- repérer les limites agricoles, les limites administratives et
- repérer les limites agricoles, les limites administratives et
politiques (régionales, nationales, de l’Union européenne…).
politiques (régionales, nationales, de l’Union européenne…).
827
828
• Découvrir l’action volontaire de l’homme sur son territoire et • Découvrir l’action volontaire de l’homme sur son territoire et
les différentes fonctions y afférentes:
les différentes fonctions y afférentes:
- fonction de résidence;
- fonction de résidence;
- fonction de production (agriculture, industrie, services);
- fonction de production (agriculture, industrie, services);
- fonction administrative;
- fonction administrative;
- fonction de consommation, d’échanges;
- fonction de consommation, d’échanges;
- fonction de loisirs, de culture.
- fonction de loisirs, de culture.
831
832
• Percevoir l’évolution permanente, dynamique de l’aména- • Percevoir l’évolution permanente, dynamique de l’aménagement et de l’utilisation des espaces (traces du passé,
gement et de l’utilisation des espaces (traces du passé,
dégradation et réhabilitation de quartiers, lotissements, parcs
dégradation et réhabilitation de quartiers, lotissements, parcs
industriels, commerciaux et de loisirs…).
industriels, commerciaux et de loisirs…).
835
836
• Au départ de photographies prises à des époques • Au départ de photographies prises à des époques
différentes, de documents historiques, de plans d’aménadifférentes, de documents historiques, de plans d’aménagement du territoire, constater les transformations et
gement du territoire, constater les transformations et
adaptations exercées par l’homme en fonction de ses
adaptations exercées par l’homme en fonction de ses
besoins, de ses aspirations (disparition d’usines, destruction
besoins, de ses aspirations (disparition d’usines, destruction
de quartiers au profit d’aménagement de voies de
de quartiers au profit d’aménagement de voies de
communication, de cités administratives).
communication, de cités administratives).
837
Éveil - 80
838
Géographie
175
176
FFICHES
ICHES PÉDAGOGIQUES
PÉDAGOGIQUES
ÉVEIL
VEIL GÉOGRAPHIQUE
GÉOGRAPHIQUE
177
31
POURQUOI LIRE UN PAYSAGE OU UNE IMAGE GÉOGRAPHIQUE?
1. Pour comprendre le milieu dans lequel on vit.
2. Pour découvrir les interactions homme/espace.
3. Pour rechercher les traces anciennes et récentes de la nature de
l’activité humaine.
4. Pour forger sa propre identité.
178
32
COMMENT LIRE UN PAYSAGE SUR LE TERRAIN?
A.
• Le délimiter: déterminer le champ d’observation en fixant des balises communes.
• Déterminer les différents plans: distinguer le proche de l’éloigné, en précisant l’avantplan, le deuxième plan, l’arrière-plan.
• Repérer la ligne d’horizon: la distinguer en la qualifiant (rectiligne, ondulée, brisée…).
• Rechercher les éléments dominants: répertorier, dans chaque plan, les éléments
marquants et les présenter sous forme de tableau à double entrée: relief, cours d’eau,
végétation, voies de communication, bâtiments.
• Identifier à quel type d’espace il appartient, préciser la dominante: rural, urbain,
industriel, mixte.
179
33
B.
1. L’enseignant choisit le paysage à observer en fonction de ses objectifs.
2. Sur le site, les élèves observent, expriment librement leurs remarques, leurs questions et ce
qu’ils connaissent (le déjà là).
3. Ils dessinent librement ce qu’ils voient.
4. L’enseignant guide le regard des enfants pour aboutir à une analyse plus fine du paysage:
phase de mise en commun de l’information (les cinq opérations).
5. Sur un schéma fourni par l’enseignant, l’enfant dessine les éléments dominants dans les trois
plans. Avant de rentrer en classe, prendre une photo (à l’aide d’un appareil numérique) du site.
6. En classe, les enfants comparent leurs productions:
• ils comparent la photo et le schéma;
• ils utilisent un transparent pour délimiter le contour de différentes zones et les colorient
avec les couleurs conventionnelles:
- vert: végétation spontanée et roches;
- jaune: zones agricoles;
- rouge: zones habitées;
- violet: zones industrielles;
- rose: constructions de services (écoles, hôpitaux, magasins…);
- bleu: plans d’eau;
- noir: routes, voies ferrées;
• ils rattachent le paysage à un espace.
3
2
1
1. Avant-plan
2. Deuxième plan
3. Arrière-plan
180
34
COMMENT LIRE UNE IMAGE GÉOGRAPHIQUE?
• Identifier la nature du document: dessin, photo, peinture, carte postale…
• Lire les informations (titre, date) concernant l’image géographique.
• Localiser l’endroit représenté sur l’image géographique en utilisant la carte qui
convient.
• Déterminer les différents plans: distinguer le proche de l’éloigné en précisant l’avantplan, le deuxième plan, l’arrière-plan.
• Repérer la ligne d’horizon: la distinguer en la qualifiant (rectiligne, ondulée, brisée…).
• Rechercher les éléments dominants: répertorier, dans chaque plan, les éléments
marquants: relief, cours d’eau, végétation, voies de communication, bâtiments.
181
LA TERRE
35
182
36
183
LE MONDE POLITIQUE AU 01 01 1998
37
184
L’EUROPE POLITIQUE AU 01 01 1998
38
185
LA BELGIQUE AU 01 01 2001
39
186
PROVINCES ET CHEFS-LIEUX
40
187
Mathématiques
III.A
MATHÉMATIQUES
a. Définition
Les mathématiques sont des langages conventionnels qui permettent à l’individu de parler du réel, de le décrire mais aussi de
pénétrer le monde des représentations abstraites. Les mathématiques se nourrissent de découvertes qui en font une science fort
mouvante.
b. Concept
Dans sa quête vers la vérité du «partout et toujours», le mathématicien voulant défier le temps peut rêver de régularité, de
permanence, d’accord universel. Sorte de philosophe humaniste, il essaie de comprendre et tente ensuite d’être compris. Pour ce
faire, il utilise divers langages qui ne font pas tous l’objet d’une étude à l’école fondamentale. Nous retiendrons quatre domaines
à explorer:
• la résolution de problèmes, qui fait appel à l’analyse et impose une démarche réfléchie;
• les nombres et les opérations, qui permettent de quantifier et de résoudre;
• les grandeurs, qui font le lien avec le réel;
• les solides et les figures planes, qui sont le réel.
Les solides existaient avant les mathématiques mais ils ont été conceptualisés grâce aux langages créés par l’homme.
c. Démarche
L’enfant a le privilège d’être prodigieusement curieux. Il peut s’intéresser à tout dans différents domaines. Sa curiosité n’est pas
forcément tournée vers ce qui est utile mais il a besoin de comprendre, de donner du sens aux choses... donc d’apprendre.
Les nombres et les figures l’attirent. Il est sensible à la beauté, à l’harmonie qu’il est à même de découvrir dans et entre les objets
mathématiques. Ces derniers seront sources d’observations, de recherches, de tâtonnements, d’analyses, de discussions.
À partir d’objets, de situations d’abord vécues puis imaginées, de projets, de questionnements, il conviendra d’amener
progressivement l’enfant à la conceptualisation des connaissances. Cette conceptualisation, riche d’enseignements, ouvrira les
portes d’un milieu mieux appréhendé parce que mieux connu.
Les situations authentiques sont bien sûr des moyens à privilégier pour atteindre le but recherché. Ici encore, la démarche
scientifique bien maîtrisée est le fil conducteur indispensable.
Mathématiques - 1
190
Introduction
Mathématiques - 2
Introduction
191
III.A.1
RÉSOLUTION DE PROBLÈMES
?
a. Définition
La littérature spécialisée propose de multiples définitions du problème. On trouve toutefois une double permanence d’idées: celle
d’insatisfaction d’un besoin et celle de situation momentanée, point de départ ou d’arrivée d’un apprentissage. Ce n’est donc pas
trop s’avancer que proposer une définition originale.
Un problème est une situation suffisamment déstabilisante pour amener un individu ou un groupe à s’engager
volontairement dans l’élaboration et l’application de démarches qui permettront d’atteindre à terme le but fixé.
b. Concept
Il couvre un éventail très large de situations. C’est ainsi qu’on rencontrera, tant en français qu’en éveil, quantité de situations
problématiques dont la résolution ne fait pas appel à la maîtrise des mathématiques. Le lecteur comprendra que ce chapitre tente
une organisation cohérente de la résolution de problèmes dans la partie mathématique du programme.
La pratique de la résolution de problèmes fait appel aux connaissances et aux compétences spécifiques acquises dans les
chapitres:
• Nombres et opérations
• Solides et figures
• Grandeurs
c. Démarche
Quatre grandes compétences interagissent dans le processus de résolution:
•
•
•
•
analyser et comprendre un message;
résoudre, raisonner et argumenter;
appliquer et généraliser;
structurer et synthétiser.
Cette démarche générale peut être schématisée comme suit:
Mathématiques - 3
192
Résolution de problèmes
Les différents types de problèmes seront sources d’apprentissages de nouvelles notions (structures, règles, formules) et
démarches, ainsi que de leur mise en œuvre.
L’enseignant veillera tout spécialement à pratiquer des variations sur les trois composantes que sont la situation de départ, la ou
les démarches à appliquer et le produit attendu.
Ainsi, certains éléments peuvent être CONNUS (en grisé) et d’autres NOUVEAUX (en blanc).
Les variations sont nombreuses!
Ces activités peuvent être réalisées en:
• problèmes fermés (une étape - une solution; c’est le cas des «opérations habillées» pratiquées habituellement aux
premiers cycles);
• problèmes semi-ouverts (une ou plusieurs étapes - une solution - des données complètes ou incomplètes);
• problèmes ouverts (données incomplètes et plusieurs solutions).
Mathématiques - 4
Résolution de problèmes
193
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
SITUATIONS DE VIE RÉELLE... FONCTIONNELLES... LUDIQUES...
PROJETS: PROBLÈMES MATHÉMATIQUES
839
• L’enfant de 2 ½ à 5 ans va enrichir ses expériences par L’enfant reste acteur de ses découvertes. Les
l’exploration active du monde et de ses représentations.
activités mathématiques lui permettent de
comparer, de choisir, de trier, de classer...
841
Ces conquêtes progressives feront appel à l’action sur le
• Découvrir les outils du type:
concret:
- diagramme de Venn;
- la manipulation;
- diagramme sagittal;
- l’observation;
- tableau à double entrée.
- la verbalisation;
Y prendre des informations.
- l’examen critique.
Y ajouter des informations.
1136
842
Le jeu mais aussi les questions que se pose l’enfant seront
• Simuler:
les deux leviers puissants pour découvrir:
- en situation de jeu (magasin…);
- l’espace;
- en situation écrite (référentiels, tarifs…);
- le temps;
- en situation orale (raconter ce que l’on a fait, ce que l’on
- l’objet;
pourrait faire ou acheter…).
961
- la matière;
845
- le vivant.
• Favoriser les problèmes dont la solution est immédiate ou à
court terme.
848
Faisant suite à l’émission d’hypothèses, trier, classer,
comparer, mesurer, choisir seront les manipulations • Résoudre des problèmes à une ou deux opérations
concrètes qui conduiront à une solution et à sa signification. (opérations habillées).
L’enseignant gardera à l’esprit que toutes ces activités 965
851
doivent respecter les possibilités de l’enfant.
• Exprimer une démarche de résolution.
854
L’objectif est de lui permettre:
- d’amorcer son autonomie par rapport aux personnes, aux • Dégager la structure mathématique d’une opération (+, –, ´).
La division sera abordée en 2e année.
objets;
857
- d’adapter son comportement;
- d’établir des relations avec l’autre (les autres) et de prendre
conscience du réel.
Fiches pédagogiques n° 41, 42, 43, 44
840
Mathématiques - 5
194
Résolution de problèmes
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
SITUATIONS DE VIE RÉELLE... FONCTIONNELLES... LUDIQUES...
PROJETS: PROBLÈMES MATHÉMATIQUES
839
L’enfant reste acteur de ses découvertes. Les activités mathématiques lui permettent de comparer,
de choisir, de trier, de classer...
841
• Découvrir, avec l’aide de l’enseignant, les outils du type:
- histogramme;
- graphe;
- diagramme.
Apprendre à les construire.
1346
• Organiser son travail, utiliser les outils de résolution de
manière autonome et en découvrir de nouveaux (exemple:
l’organigramme).
843
844
• Rencontrer des problèmes qui ne demandent pas une • Rencontrer des problèmes qui ne demandent pas une
solution numérique (exemple: décider de l’utilisation d’une
solution numérique (exemple: décider de l’utilisation d’une
somme disponible). Ces situations font appel à plusieurs
somme disponible). Ces situations font appel à plusieurs
compétences.
compétences.
846
847
• Favoriser les problèmes dont la ou les solutions sont immédiates, • Favoriser les problèmes dont la ou les solutions sont immédiates,
à court terme, à moyen terme et à long terme.
à court terme, à moyen terme et à long terme.
849
850
• Résoudre des problèmes à trois étapes et plus.
• Résoudre des problèmes à trois étapes et plus.
852
853
• Exprimer oralement les différentes démarches de résolution. • Exprimer oralement et par écrit les différentes démarches de
résolution.
855
856
• Exprimer oralement la ou les structure(s) mathématique(s) • Exprimer oralement et par écrit les structures mathématiques
nécessaire(s) à la résolution, avec l’aide de l’enseignant.
nécessaires à la résolution, sans l’aide de personne.
859
969
858
• Proposer les problèmes en parallèle avec les connaissances • Proposer les problèmes en parallèle avec les connaissances
acquises ou impliquer l’apprentissage d’une nouvelle notion
acquises ou impliquer l’apprentissage d’une nouvelle notion
(constantes, limites, variables). Les variations ne seront pas
(constantes, limites, variables). Les variations ne seront pas
négligées.
négligées.
860
861
• Rencontrer les notions de prix d’achat, prix de vente, • Rencontrer la notion de prix de revient.
bénéfice, perte.
862
863
• Pratiquer des calculs de pourcentages remarquables (5, 10, • Pratiquer des pourcentages, la TVA, d’autres taxes et l’intérêt
20, 25, 50). Remises et soldes.
864
simple.
865
• Calculer la moyenne arithmétique.
866
• Calculer la moyenne arithmétique.
867
868
• Pratiquer des représentations à l’échelle:
- deux dimensions;
- trois dimensions.
869
870
• Rencontrer des partages inégaux.
871
• Pratiquer des représentations à l’échelle: deux dimensions.
• Rencontrer des partages inégaux.
• Rencontrer les notions de charge utile - masse brute, nette - intervalle consommation de carburant/énergie - règle de trois - vitesse. 872
Mathématiques - 6
Résolution de problèmes
195
III.A.2
NOMBRES ET OPÉRATIONS
a. Définition du nombre
Le nombre est la propriété de collections qui comprennent la même quantité d’objets en ne tenant compte ni de leurs
caractéristiques physiques ni de leur disposition spatiale; il s’agit d’une abstraction.
Se demander «Quel est le nombre d’éléments d’un ensemble A?» veut dire «Dans quelle classe d’ensembles se trouve l’ensemble A?».
Un nombre est un élément d’un ensemble de nombres. Les naturels, les entiers, les décimaux, les rationnels et les réels
constituent les ensembles étudiés dans l’enseignement fondamental.
Nous ferons la distinction entre «nombres de…» qui sont des nombres suivis de ce qu’ils quantifient et les nombres étudiés pour
eux-mêmes dans toute leur abstraction.
b. Concept de nombre
L’aspect cardinal donne le point de vue quantitatif «Il y a huit marrons sur la table».
L’aspect ordinal affine la notion en apportant la spécificité «Je suis le troisième dans le rang».
De même, le nombre se conceptualisera à partir d’une construction progressive des connaissances physiques, logicomathématiques et sociales.
Les nombres peuvent correspondre à deux réalités:
• un état (nombre sans signe);
• une transformation et une relation (nombre doté d’un signe).
Mathématiques - 7
196
Nombres et opérations
Mathématiques - 8
Nombres et opérations
197
PRINCIPES À FAIRE DÉCOUVRIR:
• Il y a correspondance terme à terme entre les objets et les noms des nombres.
• La suite des nombres constitue une séquence fixe.
• L’hétérogénéité des éléments à dénombrer (taille, nature, organisation spatiale) n’a aucune influence sur le résultat.
• Le résultat est indépendant du point de départ du comptage.
• La suite des nombres est organisée selon des règles linguistiques et numériques.
c. Définition de l’opération
L’opération mathématique suppose une action sur deux ou plusieurs données. Le résultat de cette action est exprimé par un
terme (somme, différence, produit, quotient) et par un nombre.
d. Concept d’opération
L’opération peut être considérée sous un double aspect: celui d’une transformation d’un état initial et celui d’une action sur des
données, consécutive à une décision. Cette action aboutit forcément à un résultat. Il s’agira de bien différencier le résultat d’une
opération du résultat d’un calcul. Quatre opérations seront étudiées à l’école fondamentale. Si l’addition peut être considérée
comme la mère des trois autres, elle fait partie avec la multiplication des opérations dites directes. La soustraction dépendant de
l’addition et la division de la multiplication, ces deux opérations sont indirectes ou inverses.
PRINCIPES À FAIRE DÉCOUVRIR:
• On peut faire l’économie de procédures répétitives.
• Les opérations bénéficient de propriétés (commutativité, associativité, distributivité, compensation).
e. Démarche
S’il est important de faire varier non seulement les contextes dans lesquels on rencontre les opérations mais aussi les types de
situations (changement, combinaison, comparaison, égalisation), il est également indispensable de dépasser la conception
restrictive de la notion d’opération arithmétique (application de techniques et de procédures, voire de «trucs et ficelles») afin de
donner du sens à cette dernière.
Mathématiques - 9
198
Nombres et opérations
La compréhension de la situation, la découverte de la diversité des cheminements pour arriver à un résultat, l’estimation du résultat
du calcul et la vérification seront des compétences à privilégier. La découverte progressive et l’application des principes explicités
ci-après contribueront à aider l’enfant à stocker de plus en plus de résultats dans sa mémoire à long terme.
Enfin, ici aussi, l’erreur de l’enfant sera considérée comme une étape dans sa démarche d’apprenant et pas seulement comme
une mauvaise solution à sanctionner. L’analyse des erreurs permettra à l’enseignant de situer les enfants dans leur processus
d’apprentissage et d’adapter ses propres stratégies. Il utilisera des outils qui regrouperont les types de réponses par catégories.
Ces mêmes outils pourront fournir aux enfants des repères par rapport aux attentes de l’enseignant.
TABLEAU DE SYNTHÈSE
Opération
ADDITION
SOUSTRACTION
Données
Résultat de l’opération
Résultat du
calcul
12
(a)
terme
5
(b)
terme
SOMME
12 + 5
Structure algébrique
a+b=c
17
Commutativité
a+b=b+a
Associativité
(a + b) + n = a + (b + n)
Élément neutre: 0
Compensation croisée
a + b = (a + n) + (b – n)
12
(a)
terme
5
(b)
terme
DIFFÉRENCE
12 – 5
Structure algébrique
a–b=c
7
Élément neutre: 0
Compensation parallèle
a – b = (a + n) – (b + n)
12
(a)
facteur
5
(b)
facteur
PRODUIT
12 ´ 5
Structure algébrique
a´b=c
60
Commutativité
a´b=b ´a
Associativité
(a ´ b) ´ n = a ´ (b ´ n)
Élément neutre: 1
Élément absorbant: 0
Compensation croisée
(a ´ b) = (a ´ n) ´ (b : n)
Distributivité sur l’addition:
a ´ (b + n) = (a ´ b) + (a ´ n)
Distributivité sur la soustraction:
a ´ (b – n) = (a ´ b) – (a ´ n)
12
(a)
dividende
5
(b)
diviseur
QUOTIENT
12 : 5
Structure algébrique
a:b=c
2
reste 2
Élément neutre: 1
Compensation parallèle
a : b = (a ´ n) : (b ´ n)
MULTIPLICATION
DIVISION
Mathématiques - 10
Propriétés de l’opération
Nombres et opérations
199
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
COMPTER, DÉNOMBRER, CLASSER
873
Maîtriser la chaîne verbale des nombres
874
• Mémoriser la suite des nombres.
• Dire la suite des nombres jusqu’à 100:
• Dérouler la suite des nombres en pointant des objets et - à partir de 0;
associer les nombres à des quantités stables (correspon- à partir de n’importe quel nombre;
dance terme à terme).
- en ordre croissant;
• Compter:
- en ordre décroissant.
- les élèves de la classe;
- l’argent de la piscine;
- le nombre de repas, les boissons de la collation, les ballons,
les cerceaux...
• Se numéroter de 1 à …
• Exploiter les comptines enfantines.
875
876
Organiser les objets pour quantifier sans dénombrer, pour faciliter le dénombrement
879
• Utiliser les mots quantificateurs pour parler des quantités: • Compter selon la situation:
peu, quelques-uns, beaucoup, aucun, autant, moins, plus.
- par 2, par 5, par 10 jusqu’à 100;
• Reconnaître globalement (sans compter) une quantité non
- par 3 et par 6 jusqu’à 30, 60;
structurée d’objets (nombres intuitifs) de 2 à 4 objets.
- par 4 et par 8 jusqu’à 40.
Exemples: jeux de cartes (bataille…), dominos…
• Compter selon la situation:
• Dénombrer des collections par le comptage quantifiant.
- par 3, 6, 9 jusqu’à 30, 60, 90;
Exemple: au départ de comptines enfantines, l’enfant se sert
- par 4, 8, 7 jusqu’à 40, 80, 70.
de ses deux mains pour encadrer successivement les
collections considérées en énonçant leur cardinal.
• Utiliser cette correspondance terme à terme pour analyser
les quantités en utilisant les mots du vocabulaire quantificateur.
• Mettre en évidence l’invariance.
• Mettre en évidence l’invariance.
• Organiser des jeux de regroupement par 2, par 3...
880
881
Avec les nombres naturels dans leur symbolisation chiffrée, passer de l’expression langagière à
l’expression mathématique
884
• Reconnaître, lire, écrire les nombres de 1 à 6. Exemples: • Dire, lire des nombres écrits en chiffres comme 72, 95, 13...
magasin, horloge, calendrier, maison, numéro d’atelier.
• Écrire en chiffres des nombres dits ou lus comme:
- vingt-huit;
- quarante-sept;
- quatorze.
885
886
• Lier l’expression langagière des nombres naturels et leur
écriture en chiffres: 37 ® trente-sept.
889
Mathématiques - 11
200
Nombres et opérations
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
COMPTER, DÉNOMBRER, CLASSER
873
Maîtriser la chaîne verbale des nombres
874
• Dire une suite de nombres compris entre 0 et 10 000 • Dire une suite de nombres.
(ne dépasser 10 000 qu’occasionnellement).
877
878
Organiser les objets pour quantifier sans dénombrer, pour faciliter le dénombrement
879
• Compter selon la situation:
• Compter selon la situation:
- par 20, 25, 50, 100 jusqu’à 1 000;
- par 20, 25, 50, 100;
- par 125, 250, 500 jusqu’à 10 000 (ne dépasser 10 000
- par 125, 250, 500, 1 000 et 5 000.
qu’occasionnellement).
882
883
Avec les nombres naturels dans leur symbolisation chiffrée, passer de l’expression langagière à
l’expression mathématique
884
• Dire, lire des nombres en chiffres comme 720, 951, 1 346… • Dire, lire des nombres écrits en chiffres, structurés par
• Écrire en chiffres des nombres dits ou lus comme:
classes de trois chiffres: 258, 18 706, 10 783 056...
- cent-vingt-huit;
• Écrire en chiffres des nombres dits ou lus comme:
- mille-quarante-sept;
- trois millions cinquante-deux;
- mille-quatre-cent-seize.
- mille-sept-cent-trois.
887
888
• Lier l’expression langagière des nombres naturels et leur • Lier l’expression langagière des nombres naturels et leur
écriture en chiffres: 237 ® deux-cent-trente-sept.
écriture en chiffres: 5 000 052 ® cinq millions cinquante-deux.
890
Mathématiques - 12
891
Nombres et opérations
201
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Avancer, reculer d’une case.
Exemples: jeu de l’oie avec un dé, les jeux à règles.
• Comprendre les signes = < > en situation concrète.
• Comprendre les signes = < > en situation concrète.
892
893
Dans les nombres rationnels, comprendre et utiliser l’écriture décimale en référence au système de
numération de position décimale et au fonctionnement de l’abaque
896
Pratiquer des fractionnements en situation concrète et occasionnelle
899
• Partager un objet. Jeux:
• Partager un objet, une forme géométrique, une collection
- cubes que l’on sépare en deux parties égales et que l’on
d’objets en 2 ou 4 parts d’égale grandeur et exprimer qu’une
reconstruit;
part en vaut la moitié, le quart.
- au moment des recettes, des dégustations, on coupe la
tarte en 2, 4…;
- au coin dînette, jouer à ranger les assiettes en 2 piles égales…
- au moment de la collation, couper la pomme en 2 moitiés,
en 4 quarts…
900
901
Mathématiques - 13
202
Nombres et opérations
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Dans l’ensemble Z, faire découvrir:
• Dans l’ensemble Z, faire découvrir:
- la relation d’ordre strict (< , >) … – 2 < – 1 < 0 < 1 < 2 < 3 …
- la relation d’ordre strict (< , >) … – 2 < – 1 < 0 < 1 < 2 < 3 …
- la relation de symétrie «est l’opposé de».
- la relation de symétrie «est l’opposé de».
• Considérer zéro comme centre de symétrie:
• Considérer zéro comme centre de symétrie:
Exemples:
- jeux où l’on comptabilise gains et pertes;
- cahier de comptes avec recettes et dépenses;
- jeux de l’oie ou similaires.
894
Exemples:
- jeux où l’on comptabilise gains et pertes;
- cahier de comptes avec recettes et dépenses;
- jeux de l’oie ou similaires.
895
Dans les nombres rationnels, comprendre et utiliser l’écriture décimale en référence au système de
numération de position décimale et au fonctionnement de l’abaque
896
• Rencontrer les nombres décimaux usuels dans des • Associer les nombres décimaux au mesurage de gransituations vécues et les associer au mesurage de grandeurs:
deurs:
1 l 5 dl = 1,5 l.
1 m 75 cm = 1,75 m.
• Exprimer la valeur de chaque chiffre dans un nombre décimal
• Dire, lire des nombres décimaux présentés en chiffres:
et exprimer le rôle de la virgule:
7,32
32,722
327,22
sept unités trente-deux centièmes.
• Écrire en chiffres les nombres dits ou lus:
vingt-huit unités quatre-vingts centièmes Ö 28,80.
1088
… ? ... ?
897
…?
…?
• Dire, lire des nombres structurés par classes de 3 chiffres:
745 056,075.
• Dire, lire des nombres décimaux présentés en chiffres.
• Écrire en chiffres des nombres décimaux dits ou lus:
Sept-cent-six unités trois-cent-quarante-cinq millièmes Ö
706,345.
• Exprimer la décomposition d’un nombre:
- en l’écrivant dans l’abaque:
706,03
- en la verbalisant de plusieurs manières:
7,32 = 7 unités + 32 centièmes
= 7 unités + 3 dixièmes + 2 centièmes
= 73 dixièmes + 2 centièmes
= 732 centièmes
898
Pratiquer des fractionnements en situation concrète et occasionnelle
899
• Partager un objet, une forme géométrique, une collection • Partager un objet, une forme géométrique, une collection
d’objets en parts d’égale grandeur et exprimer qu’une part
d’objets en parts d’égale grandeur et exprimer qu’une part
vaut le … de …
vaut le … de …
902
Mathématiques - 14
903
Nombres et opérations
203
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Donner du sens à l’écriture de la fraction
904
Situer les nombres naturels (dans N)
909
• Classer par ordre croissant ou décroissant des images • Situer des nombres:
comportant un ou plusieurs éléments identiques.
- sur une droite orientée et graduée en unités simples,
Exemple: aller à la chasse aux œufs:
l’orientation est donnée par la flèche et un nombre;
- les compter;
- dans le tableau carré classant les nombres jusqu’à 100.
- les compter par ordre croissant: 1 vert, 2 jaunes, 3 bleus…
910
911
• Repérer, sur la droite orientée et graduée, les multiples de:
- 2, 4, 8, 16,
- 5, 10,
- 5, 15,
- 3, 6, 12,
- 3, 9,
- 7, 14,
dans la limite des comptages (100).
914
Mathématiques - 15
204
Nombres et opérations
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Donner du sens à l’écriture de la fraction
904
• Traduire le fait de prendre la fraction de quelque chose par la • Traduire le fait de prendre un pourcentage de quelque chose
succession de deux opérateurs:
par la succession de deux opérateurs.
• Constater sur des collections d’objets que l’on peut
c’est partager en 4 parts de même grandeur et en prendre 3.
commuter les opérateurs.
905
906
• Lire et écrire les fractions de dénominateur £ 10 en symboles • Lire et écrire les fractions de dénominateur £ 100 en symboles
mathématiques adéquats (demi, quart, tiers...).
mathématiques adéquats.
907
Situer les nombres naturels (dans N )
908
909
• Repérer et situer des nombres:
• Repérer et situer des nombres.
- sur une droite orientée et graduée en unités, munie ou non • Établir la graduation d’une droite pour y situer trois nombres
de deux repères, l’orientation étant donnée par une flèche
donnés.
ou deux nombres;
- dans le tableau carré, en classant les nombres jusqu’à
10 000.
912
913
• Repérer les multiples d’un nombre sur la droite orientée et • Repérer les multiples d’un nombre sur la droite orientée et
graduée, dans la limite des comptages.
graduée.
915
Mathématiques - 16
916
Nombres et opérations
205
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Reconnaître si un nombre donné est dans le comptage par:
- 2, 5, 10, 20, 25 jusqu’à 100;
- 3 et 6 jusqu’à 30;
- 4 et 8 jusqu’à 40;
avec le support de la droite orientée et graduée.
917
Situer les nombres rationnels (dans Q)
920
Comparer deux nombres naturels entiers dans (N):
- en référence à la numération de position
- en référence aux relations établies entre eux
925
• Jouer aux cartes (bataille).
• Exprimer qu’un nombre est plus grand ou plus petit qu’un
autre et utiliser correctement les signes > et <:
7 < 12
62 > 52
(ne pas dépasser 100).
• Classer des nombres naturels £ 100 dans un ordre croissant
ou décroissant.
926
Mathématiques - 17
206
927
Nombres et opérations
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Reconnaître si un nombre donné est dans le comptage par: • Reconnaître sans le support de la droite si un nombre donné
- 4 et 8 jusqu’à 80;
est dans le comptage par :
- 3, 6, 9 jusqu’à 90;
- 4 et 8 jusqu’à 80;
- 7 jusqu’à 70;
- 3, 6, 9 jusqu’à 90;
- 20, 25, 50, 100, 125, 200 jusqu’à 1 000;
- 7 jusqu’à 70;
- 100, 200, 250, 500, 1 000 jusqu’à 10 000;
- 20, 25, 50, 100 jusqu’à 1 000;
avec le support de la droite orientée et graduée.
avec le support de la droite orientée et graduée:
- 125 jusqu’à 1 000;
- 250, 500, 1 000 jusqu’à 10 000.
918
Situer les nombres rationnels (dans Q)
919
920
• Encadrer un nombre décimal ou une fraction par 2 naturels • Encadrer un nombre décimal ou une fraction quelconque
en manipulant des objets concrets:
sans manipulation:
742 < 742,75 < 743
1 dl < l < 2 l
o< <1
1<
<2
• Encadrer un nombre décimal ou une fraction par deux
naturels dans des contextes familiers:
1 kg < 1,2 kg < 2 kg
19 ¼ < 19,7 ¼ < 20 ¼
100 g <
kg < 500 g
921
922
• Repérer et situer des nombres décimaux ou des fractions sur • Repérer et situer des nombres décimaux ou des fractions sur
une droite graduée et orientée.
une droite graduée et orientée.
923
Comparer deux nombres naturels entiers dans (N):
- en référence à la numération de position
- en référence aux relations établies entre eux
924
925
• Exprimer qu’un nombre est plus grand ou plus petit qu’un • Exprimer qu’un nombre est plus grand ou plus petit qu’un
autre et utiliser correctement les signes > et <:
autre et utiliser correctement les signes > et <; le justifier par
570 < 680 762 > 525 394 < 8 901 5 002 > 3 974
leur écriture:
(ne pas dépasser 10 000).
7 394 > 7 349
5 001 < 5 010
• Classer des nombres naturels £ 10 000 dans un ordre • Classer des nombres naturels dans un ordre croissant ou
croissant ou décroissant.
décroissant.
928
Mathématiques - 18
929
Nombres et opérations
207
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Comparer des nombres rationnels (dans Q): deux nombres décimaux
930
Comparer des nombres rationnels: des fractions entre elles
933
• Un même objet étant fractionné de différentes manières,
montrer le quart, la moitié, les trois quarts de cet objet.
934
Comparer des nombres rationnels: des fractions avec l’unité
937
• Faire découvrir que les 2 demis, les 3 tiers, les 4 quarts
de ... reconstituent l’objet entier, le tout, l’unité.
938
Comparer des nombres rationnels: l’écriture de nombres sous forme décimale et fractionnaire
941
Mathématiques - 19
208
Nombres et opérations
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Comparer des nombres rationnels (dans Q): deux nombres décimaux
930
• Exprimer qu’un nombre décimal est plus petit ou plus grand • Exprimer qu’un nombre décimal est plus petit ou plus grand
qu’un autre en référence à la droite graduée:
qu’un autre, le justifier par leur écriture:
4,47 < 4,74
328,27 < 328,72
• Classer des nombres décimaux ³ 1/10 000 dans l’ordre
croissant ou décroissant.
931
932
Comparer des nombres rationnels: des fractions entre elles
933
• Par manipulation ou par dessin, exprimer l’équivalence des • Par manipulation ou par dessin, exprimer l’équivalence des
fractionnements différents (dénominateur £ 10):
fractionnements différents (dénominateur £ 20):
prendre
d’un objet revient à en prendre les
.
• Comparer des fractionnements différents d’une grandeur,
d’une collection d’objets, d’un nombre; les mettre en relation:
• Exprimer qu’une fraction est inférieure, supérieure ou égale
- la moitié de 80 par rapport au quart de 80;
à une autre fraction de la même famille en se référant à la
- le tiers de 60 par rapport au quart de 60;
droite graduée (dénominateur £ 10).
- la moitié de 30 par rapport à la moitié de 60.
• Comparer plusieurs fractions de même numérateur ou de
• Exprimer qu’une fraction est inférieure, supérieure ou égale
même dénominateur.
à une autre fraction de la même famille en se référant à la
droite graduée.
• Comparer des fractions de numérateurs et dénominateurs
différents.
935
936
Comparer des nombres rationnels: des fractions avec l’unité
937
• Exprimer des fractions qui constituent l’objet entier, le tout, • Exprimer que, dans un tout réparti en parts exprimées en
l’unité.
pourcentage, la somme des parts vaut 100 %, c’est-à-dire
l’unité.
• Exprimer que:
- lorsque numérateur est < dénominateur, le quotient est < 1;
- lorsque numérateur est = dénominateur, le quotient est = 1;
- lorsque numérateur est > dénominateur, le quotient est > 1.
939
940
Comparer des nombres rationnels: l’écriture de nombres sous forme décimale et fractionnaire
941
942
Mathématiques - 20
943
Nombres et opérations
209
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
ORGANISER LES NOMBRES PAR FAMILLES
944
Nombres naturels: décomposer, recomposer
945
• Décomposer et recomposer des nombres, de façon
symétrique ou asymétrique en fonction de l’opération à
résoudre, en sommes utiles à la résolution de l’opération:
- 25, 50, 75, 100;
- 20, 40, 60, 80, 100.
• Décomposer et recomposer les nombres «riches»: 10, 12,
15, 16, 18, 24, 32, 36, 48, 54, 56, 63, 72, 81, 96.
Fiches pédagogiques n° 45, 46, 47, 48, 49, 50
976
946
• Exprimer la décomposition d’un nombre en centaines,
dizaines et unités:
- en utilisant les matériels construits en classe;
- en la dessinant:
si l représente une unité, alors 23 peut être représenté
par:
l l l l l l l l l l
l l l l l l l l l l
l l l
ou bien par:
l l
l
l l
l l
l
l l
l l
l
l l
l l
l
l l
l l
l
l l
- en la verbalisant:
23 = 20 + 3
23 = 2 dizaines + 3 unités
Mathématiques - 21
210
949
Nombres et opérations
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
ORGANISER LES NOMBRES PAR FAMILLES
Nombres naturels: décomposer, recomposer
944
945
• Décomposer et recomposer des nombres (jusqu’à 10 000) • Décomposer et recomposer tout nombre en somme ou
de façon symétrique ou asymétrique, en fonction de
produit en fonction de l’opération à résoudre:
l’opération à résoudre.
- en référence au comptage:
125 est dans le comptage par 25
- en référence aux décompositions connues des nombres
< 100:
720 en référence à 72
- en référence à la numération de position:
743 = 500 + 243
12 526 = 12 000 + 500 + 26
15 ´ 23 = (10 ´ 23) + (5 ´ 23)
947
948
• Exprimer la décomposition d’un nombre en milliers, • Exprimer la décomposition d’un nombre:
centaines, dizaines et unités:
- en l’écrivant dans l’abaque;
- en utilisant le matériel habituel de la classe (le décimètre
cube démontable par exemple);
- en la symbolisant de façon opératoire:
63 742 = 60 000 + 3 000 + 700 + 40 + 2
= 6 dizaines de mille
+ 3 unités de mille
+ 7 centaines
+ 4 dizaines
+ 2 unités
- en l’écrivant dans un tableau;
- en la verbalisant:
4 325 = 4 unités de mille
+ 3 centaines
+ 2 dizaines
+ 5 unités
7 unités de mille + 7 unités = 7 007
40 000 + 50 + 3 = 40 053
732 = 73 dizaines + 2 unités
950
Mathématiques - 22
951
Nombres et opérations
211
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Trier, classer des nombres naturels
952
• Jouer à repérer tout ce qui va par deux: moufles, chaussettes… • En fonction de la situation:
• Retrouver des éléments identiques pour former des groupe- distinguer les nombres pairs et impairs, jusqu’à 100.
ments.
953
954
Nombres rationnels: décomposer, recomposer
Mathématiques - 23
212
Nombres et opérations
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Trier, classer des nombres naturels
952
• En fonction de la situation:
- distinguer les nombres pairs et impairs, jusqu’à 10 000;
- déterminer les diviseurs ou les multiples des nombres.
• En fonction de la situation:
- distinguer les nombres pairs et impairs;
- déterminer les diviseurs et les multiples de certains
nombres, par analogie aux familles étudiées;
- reconnaître les nombres premiers;
- décomposer en facteurs premiers.
• Trouver le plus petit commun multiple (PPCM) et le plus
grand commun diviseur (PGCD) de plusieurs nombres.
Caractères de divisibilité
2 - 10
5
4 - 25 - 50 - 100
8 - 125 - 250 - 500 - 1000
3-9
6
955
956
Nombres rationnels: décomposer, recomposer
• Décomposer et recomposer des nombres en sommes ou
produits utiles pour l’opération à résoudre:
- en référence aux décompositions des nombres naturels
£ 100:
7,2 en référence à 72
- en référence à la numération de position:
12,5 = 10 + 2 + 0,5
• Exprimer la décomposition d’un nombre décimal:
- en l’écrivant dans l’abaque,
- en la symbolisant de façon opératoire:
12,5 = 1 dizaine
+ 2 unités
+ 5 dixièmes
957
Mathématiques - 24
Nombres et opérations
213
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
CALCULER
958
Exprimer, reconnaître, à partir d’une situation vécue, représentée ou libellée en français, l’opération
ou les opérations numériques
959
• Identifier et effectuer des opérations dans des situations • Identifier et effectuer des opérations dans des situations
variées avec de petits nombres.
variées avec de petits nombres.
960
• Agir avec les opérations:
845
961
• Traduire des situations à 2 ou 3 données numériques au
maximum en utilisant correctement les signes + – ´ : =
- l’addition
comprendre et utiliser les termes:
ajouter, remettre…
- la soustraction
comprendre et utiliser les termes:
enlever, retirer, perdre…
- la multiplication
comprendre et utiliser les termes:
prendre 2 fois, frapper 3 fois…
Fiches pédagogiques n° 51, 52, 53, 54, 55
- la division
comprendre et utiliser les termes:
partager, couper en 2, en 4…
964
851
965
• Imaginer des situations concrètes et les raconter à partir
d’une opération exprimée par des nombres et des signes
opératoires.
968
Estimer, avant d’opérer, l’ordre de grandeur d’un résultat
971
• Estimer le résultat par approximation en tenant compte des
dizaines les plus proches.
972
Mathématiques - 25
214
Nombres et opérations
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
CALCULER
958
Exprimer, reconnaître, à partir d’une situation vécue, représentée ou libellée en français, l’opération
ou les opérations numériques
959
• Identifier et effectuer des opérations dans des situations • Identifier et effectuer des opérations dans des situations
variées avec des nombres naturels et des décimaux limités
variées avec des nombres naturels et des décimaux limités
au millième.
au dix-millième.
963
962
• Traduire des situations à plusieurs données numériques en • Traduire des situations à plusieurs données numériques
utilisant correctement les signes + – ´ : =
en utilisant correctement, selon la situation, les signes
+ – ´ : =
966
967
• Imaginer des situations concrètes, des énoncés, à partir • Imaginer des situations concrètes, des énoncés, à partir
d’une suite d’opérations (au maximum trois), d’un schéma,
d’une suite d’opérations (au maximum trois), d’un schéma,
d’un tableau, d’un graphe adaptés à l’âge de l’enfant.
d’un tableau, d’un graphe, d’un diagramme.
858
969
Estimer, avant d’opérer, l’ordre de grandeur d’un résultat
970
971
• Estimer le résultat par approximation en tenant compte des • Estimer le résultat par approximation en tenant compte de la
centaines les plus proches.
situation (nombres entiers et décimaux).
973
Mathématiques - 26
974
Nombres et opérations
215
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Connaître de mémoire des résultats d’opérations
975
• Connaître de mémoire:
- les doubles dont le résultat est £ 20;
- les moitiés des nombres pairs £ 20;
- les tables d’addition (sommes £ 20);
- les tables de soustraction (premier terme £ 20);
- les tables de multiplication par 5, 10, 2, 4 et 3;
- les tables de division (partages par 10 jusqu’à 100 et par 2
des nombres pairs jusqu’à 30);
- les décompositions de nombres «riches».
946
976
Face à tout calcul, être actif, chercher à simplifier et organiser les opérations en recourant notamment:
- aux propriétés des opérations
- à la procédure de compensation
- à la numération de position
- aux relations entre les nombres
979
• Commuter trois termes ou deux facteurs au maximum.
980
• Associer deux termes dans une addition qui en compte trois
ou plus.
983
• Décomposer pour faciliter les calculs:
- deux nombres au maximum dans l’addition.
986
Mathématiques - 27
216
Nombres et opérations
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Connaître de mémoire des résultats d’opérations
• Connaître de mémoire:
- les doubles dont le résultat est £ 100;
- les moitiés des nombres pairs £ 100;
- les tables d’addition (sommes £ 100);
- les tables de soustraction (premier terme £ 100);
- les tables de multiplication par 5, 10, 2, 4, 8 et 3, 6, 9, 7;
- les tables de division par 2, 4, 5, 10;
- les carrés des nombres 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10.
975
• Connaître de mémoire:
- les doubles dont le résultat est £ 1 000;
- les moitiés des nombres pairs £ 1 000;
- les tables d’addition (sommes £ 1 000);
- les tables de soustraction (premier terme £ 1 000);
- les tables de multiplication;
- les tables de division par 2, 4, 5, 10;
- les décompositions symétriques de nombres «riches» < 1 000;
- les carrés des nombres 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10 et les cubes
des nombres 2, 3, 5 et 10.
977
978
Face à tout calcul, être actif, chercher à simplifier et organiser les opérations en recourant notamment:
- aux propriétés des opérations
- à la procédure de compensation
- à la numération de position
- aux relations entre les nombres
979
• Commuter termes ou facteurs.
• Commuter termes ou facteurs.
981
982
• Associer deux termes ou deux facteurs dans une addition ou • Associer deux termes ou deux facteurs dans une addition ou
une multiplication qui en compte trois ou plus.
une multiplication qui en compte trois ou plus.
984
• Décomposer pour faciliter les calculs:
985
• Décomposer pour faciliter les calculs:
- les nombres dans une addition, dans une multiplication ou
remplacer un opérateur additif (+ ou –) par la composition
d’opérateurs adéquats:
24 + 99 = 24 + 100 – 1
640 + 270 = (600 + …) + (… + …)
640 + 270 = … + …
640 + 270 = ...
987
Mathématiques - 28
988
Nombres et opérations
217
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Décomposer pour faciliter les calculs:
et distribuer comme il convient.
989
• Compenser (deux termes ou deux facteurs au maximum)
pour l’addition et la multiplication.
995
Mathématiques - 29
218
Nombres et opérations
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Décomposer pour faciliter les calculs:
• Décomposer pour faciliter les calculs:
- les nombres dans une multiplication, dans une division et
distribuer comme il convient ou remplacer un opérateur
multiplicatif (´ ou :) par la composition d’opérateurs qui
conviennent.
990
•
•
•
•
´ 5, ´ 50, ´ 500, ´ 15, ´ 25, ´ 20.
´ 10, ´ 100, ´ 1 000.
´ 9, ´ 11, ´ 90, ´ 110, ´ 99, ´ 101.
: 10, : 100, : 1 000, : 5, : 50, : 500.
991
•
•
•
•
992
´ 5, ´ 50, ´ 500, ´ 15, ´ 25, ´ 20.
´ 10, ´ 100, ´ 1 000.
´ 9, ´ 11, ´ 90, ´ 110, ´ 99, ´ 101.
: 10, : 100, : 1 000, : 5, : 50, : 500.
993
• Mettre en évidence un facteur commun en rapport avec une
situation concrète qui lui donne du sens:
(3 ´ 17) + (7 ´ 17) = (3 + 7) ´ 17
(3 x 17) + (7 x 17) = 10 ´ 17
994
• Compenser (deux termes ou deux facteurs au maximum) • Compenser (deux termes ou deux facteurs au maximum)
pour l’addition, la soustraction, la multiplication et la division.
pour l’addition, la soustraction, la multiplication et la division.
996
997
• Découvrir:
• Découvrir:
- le rôle du 0 dans l’addition, la soustraction et la
- le rôle du 0 dans l’addition, la soustraction et la
multiplication;
multiplication;
- le rôle du 1 dans la multiplication et la division.
- le rôle du 1 dans la multiplication et la division.
998
Mathématiques - 30
999
Nombres et opérations
219
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Choisir et utiliser avec pertinence le calcul avec ou sans support (papier, tableau, calculatrice…)
1000
• Utiliser avec pertinence un support pour effectuer ou vérifier
des opérations.
1001
Utiliser, dans leur contexte, les termes usuels et les notations propres aux nombres et aux opérations
1007
Vérifier le résultat d’une opération
1010
• Vérifier une hypothèse.
• Comparer le résultat d’une opération et l’estimation de
• Estimer globalement puis vérifier la correspondance terme à
départ.
terme.
Exemple: «Ai-je assez de pommes dans mon sac pour que
chacun en reçoive une?»
1011
1012
Écrire des nombres sous une forme adaptée (entière, décimale ou fractionnaire) en vue de les
comparer, les organiser ou les utiliser
1015
Mathématiques - 31
220
Nombres et opérations
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Choisir et utiliser avec pertinence le calcul avec ou sans support (papier, tableau, calculatrice…)
1000
• Découvrir et pratiquer les quatre algorithmes pour les • Reconnaître, parmi les opérations à effectuer, celles pour
opérations fondamentales, en opérant uniquement sur des
lesquelles un support est indispensable.
nombres entiers.
1002
1003
• Maîtriser les quatre algorithmes pour les opérations fondamentales.
1004
• Effectuer, à l’aide d’une calculatrice, un calcul comportant • Effectuer, à l’aide d’une calculatrice, un calcul comportant
plusieurs opérations.
plusieurs opérations.
1005
1006
Utiliser, dans leur contexte, les termes usuels et les notations propres aux nombres et aux opérations
1007
• Utiliser, par imprégnation, le vocabulaire propre:
• Utiliser, par imprégnation, le vocabulaire propre:
- aux nombres: premier, décimal, pair, impair...;
- aux nombres: premier, décimal, pair, impair...;
- aux différentes opérations: terme, somme, différence,
- aux différentes opérations: terme, somme, différence,
multiplicande, multiplicateur, produit, dividende, diviseur,
multiplicande, multiplicateur, produit, dividende, diviseur,
quotient, reste.
quotient, reste.
1008
1009
Vérifier le résultat d’une opération
1010
• Comparer le résultat d’une opération et l’estimation de départ • Comparer le résultat d’une opération et l’estimation de départ
en faisant la preuve par l’opération inverse (addition,
en faisant la preuve par l’opération inverse.
soustraction, multiplication).
1013
1014
Écrire des nombres sous une forme adaptée (entière, décimale ou fractionnaire) en vue de les
comparer, les organiser ou les utiliser
1015
• En référence à des fractionnements concrets ou dessinés • En référence à des fractionnements concrets ou dessinés
portant sur des objets ou des grandeurs:
portant sur des objets ou des grandeurs:
- additionner ou soustraire des fractions simples de même
- additionner ou soustraire des fractions simples:
. de même dénominateur;
dénominateur;
. de dénominateurs multiples l’un de l’autre;
- faire découvrir, par des manipulations, que multiplier une
. de dénominateurs différents;
fraction par un nombre, c’est additionner des fractions
égales:
- faire découvrir, par des manipulations, que multiplier une
fraction par un nombre, c’est additionner des fractions égales;
- diviser une fraction par un nombre entier (cas simples).
1016
Mathématiques - 32
1017
Nombres et opérations
221
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
¼
Mathématiques - 33
222
Nombres et opérations
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• En référence à des situations de problèmes et à des • En référence à des situations de problèmes et à des
grandeurs:
grandeurs:
- additionner et soustraire des nombres décimaux usuels
- additionner et soustraire des nombres décimaux (limiter aux
(limiter aux centièmes).
centièmes);
- multiplier par des nombres décimaux en choisissant à bon
escient:
. les propriétés des opérations;
. l’équivalence et l’écriture des nombres décimaux, des
fractions et des pourcentages:
commuter: 17 ´ 0,5 = 0,5 ´ 17
1 ´ 17
commuter: 17 ´ 0,5 = 0,5
2
décomposer: 3,5 ´ 15 = 45 + 7,5
1018
1019
• Trouver le complément d’un nombre décimal pour arriver à • Trouver le complément d’un nombre décimal pour arriver à
l’unité supérieure:
l’unité, la dizaine, la centaine supérieure:
17,3 + … = 18
17,3 + … = 20
14,25 + … = 15
156,85 + … = 200
1020
1021
• Diviser par un nombre décimal comme 0,5… 0,1… en
référence à la division de contenance ou de comparaison:
12 : 0,5 = 24
12 ¼ par rapport à 0,5 ¼, c’est 24 fois plus…
1022
Mathématiques - 34
Nombres et opérations
223
III.A.3
GRANDEURS
a. Définition
La grandeur est considérée comme une propriété de l’objet mathématique ou comme la classe des objets qui lui sont équivalents.
b. Concept
Les quantités continues sont mesurables (30 cm), calculables (la capacité d’un aquarium), estimables (à peu près un
kilogramme). Les quantités discontinues quant à elles, présentent des unités données, un comptage suffit à les dénombrer
(exemple: 4 assiettes, 3 bananes, 7 rouleaux de papier peint).
La grandeur est entière mais divisible, découpable en réalité ou en pensée; pour la quantifier un mesurage s’impose. Choisir un
étalon constitue donc un acte indispensable. C’est également un mot utilisé en mathématiques avec un sens précis pour désigner
une certaine catégorie de notions que sont les longueurs, les aires, les volumes, les angles, les vitesses...
SOLIDES / FIGURES PLANES
GRANDEUR ASSOCIÉE
Segment de droite
longueur
Triangle
aire
Cube
volume
Secteur angulaire
angle
EXPRESSION
en unités de longueur
en carrés-unités construits sur les unités
de longueur
en cubes-unités construits sur les unités
de longueur
en degrés, grades ou radians
EN FRANÇAIS
MESURE
nombre
nombre
nombre
nombre
EN MATHÉMATIQUES
Cette voiture roule à 120 km/h.
La mesure en km/h de la vitesse de la voiture est 120.
David pèse 35 kilogrammes.
La mesure en kilogrammes de la masse de David est 35.
Cet article coûte 6,18 euros.
Le prix en euros de cet article est 6,18.
Cette nuit, il gèle à moins 2.
La température en degrés centigrades (ou Celsius) de cette nuit est – 2.
Pour les unités de mesure, le système international d’unités (SI) est en application (mètre/kilogramme/seconde). Les autres unités
sont données pour répondre à d’éventuels besoins lors des ateliers d’éveil scientifique.
Dans la pratique, on admettra diverses formes d’écriture:
Mathématiques - 35
224
1 cm2 ´ 4 ´ 3 = 12 cm2
4 cm ´ 3 cm = 12 cm2
Grandeurs
c. Démarche
L’enfant approche et découvre les grandeurs de manière qualitative, indépendante de toute mesure. Par l’action sur les objets et
leur mise en relation, il est amené à certains moments à ne retenir qu’une propriété bien spécifique: leur grandeur (par exemple,
la longueur). Cette notion est relative. En effet, un objet n’est pas coûteux en soi mais peut l’être par rapport à d’autres. La
découverte de cette relativité amène tout naturellement l’enfant à procéder à des comparaisons avec d’autres grandeurs de même
type par rapport à la première prise comme référence (par exemple: «Je suis plus grand que toi»).
Vécues, expérimentées, représentées, les relations d’ordre et d’équivalence débouchent sur les notions de mesure et de
conservation.
L’enfant utilise d’abord des étalons naturels et non conventionnels (son corps, son pas, un gobelet…) puis ressent peu à peu la
nécessité de valider les étalons choisis (la même tasse, les unités conventionnelles, les rapports entre unités de mesure).
Afin de démythifier la notion de mesure exacte, il s’habitue à la pratique des encadrements. De plus en plus perfectionnés, les
instruments lui permettent progressivement de vérifier ses estimations, d’affiner ses mesurages, de faire l’économie de démarches
approximatives ou insatisfaisantes et de comprendre l’intérêt des systèmes de mesures de grandeurs.
Les graphiques, tableaux, diagrammes sont des outils qui l’aident à conceptualiser, mettre en relation, comprendre et critiquer les
données fournies, issues de divers contextes. Ces mêmes outils privilégient la communication des relevés, mesurages,
observations, analyses qu’il réalise.
Mathématiques - 36
Grandeurs
225
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
COMPARER, MESURER
1023
Comparer des grandeurs de même nature et concevoir la grandeur comme une propriété de l’objet,
la reconnaître et la nommer
1024
• Initier à l’utilisation en situations concrètes, sur des objets, • Utiliser en situations concrètes, sur des objets, les vocables
des vocables «plus, moins, aussi... que». Exemples:
«plus, moins, aussi… que» associés aux adjectifs «long,
- atelier de musique:
étendu, lourd, gros, chaud, cher, bref…» ainsi qu’à leurs
. écoute (audition de deux sonneries ayant un son différent,
contraires.
déclenchées simultanément, et qui ne s’arrêtent pas au
même moment);
. hauteur: plus ou moins aigu;
. durée: plus ou moins long;
. distance: plus ou moins loin;
. souffle: plus ou moins puissant, plus ou moins longtemps;
- bac à sable: plus ou moins sec, lourd, fin, tamisé, coloré…;
- perles: plus ou moins grosses, brillantes...
1829
1025
1026
• Classer des objets familiers selon des critères de longueur, • Dans une collection d’objets familiers bien contrastés,
de surface, de volume (plus que..., aussi... que, moins... que)
reconnaître les objets:
(le classement implique l’utilisation d’un référentiel commun).
- longs… courts… ® longueur;
• Notion de sériation: ranger par ordre croissant, décroissant.
- étendus… peu étendus… ® surface;
- lourds… légers… ® masse;
- gros… petits… ® volume et capacité;
- chauds… froids… ® température;
- chers … bon marché… ® somme d’argent.
1029
1060
1030
• Élaborer des hypothèses sur la mesure du temps. Prendre • Dans une série d’événements familiers, percevoir:
conscience des notions de:
- ceux qui durent longtemps (longs);
- durée: utiliser le sablier, la minuterie, un réveil… pour
- ceux qui durent peu (brefs)… ® temps, durée.
mesurer la durée (temps de cuisson des œufs, temps
Exemples: grilles du projet, des activités de la semaine, de la
donné pour ranger son atelier…);
journée (matin, après-midi).
- simultanéité: pendant que je lave les gobelets, tu ranges le
coin des poupées…;
- antériorité et postériorité: exprimer un fait qui se passe
avant ou après une situation donnée…; situer une
séquence dans le déroulement d’une histoire…
1033
1034
• Dans une collection d’objets réels et familiers, reconnaître et • Dans une collection d’objets familiers bien contrastés,
verbaliser les différents critères qui caractérisent un objet:
reconnaître un objet ayant deux qualités:
forme, couleur, grandeur et épaisseur (par comparaison).
- rond et lourd, épais et grand…;
- gros mais léger.
1037
1038
Mathématiques - 37
226
Grandeurs
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
COMPARER, MESURER
1023
Comparer des grandeurs de même nature et concevoir la grandeur comme une propriété de l’objet,
la reconnaître et la nommer
1024
• Utiliser des mots comme fermé, ouvert, volumineux, épais, • Établir le parallélisme entre le vocabulaire mathématique et
profond, long… en situations concrètes, sur des objets.
le vocabulaire utilisé dans la vie courante:
- la profondeur de la piscine est une hauteur.
1027
1028
• Dans une collection d’objets familiers bien contrastés, • Utiliser les termes adéquats.
reconnaître les objets:
- longs… courts… ® longueur;
- étendus… peu étendus… ® surface;
- lourds… légers… ® masse;
- gros… petits… ® volume et capacité;
- chauds… froids… ® température;
- chers … bon marché… ® sommes d’argent.
1031
• Dans une série d’événements, percevoir:
- ceux qui durent longtemps (longs);
- ceux qui durent peu (brefs)… ® temps, durée.
1032
• Dans une série d’événements, percevoir:
- ceux qui durent longtemps (longs);
- ceux qui durent peu (brefs)… ® temps, durée, moyenne
de durées vécues.
1035
1036
• Dans une collection d’objets bien contrastés, reconnaître un • Énoncer des critères qui peuvent caractériser un objet.
objet ayant deux ou plus de deux qualités:
- gros, léger et bon marché…;
- petit, lourd et cher.
1039
1040
Mathématiques - 38
Grandeurs
227
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Organiser, selon un critère, des objets réels et familiers.
• Organiser selon un critère, des objets réels ou représentés.
Exemples: ranger les enfants selon la taille, des blocs selon
Exemples:
la forme, la couleur, la grandeur et l’épaisseur (par compa- dans un ensemble de récipients, trouver ceux qui contienraison).
nent plus d’un litre;
- dans un catalogue ou un document publicitaire, rechercher
un ou plusieurs objets dont le prix est inférieur ou égal à...
1041
1042
• Approcher l’invariance lors de manipulations (eau, sable, • Découvrir l’invariance lors de manipulations (eau, sable,
terre…):
terre…):
- en modifiant les formes, les positions des grandeurs;
- en modifiant les formes, les positions des grandeurs;
exemple: même objet placé à des endroits différents, à des
exemple: même objet placé à des endroits différents, des
hauteurs différentes;
hauteurs différentes;
- en reconstituant le tout à partir de l’ensemble des parties.
- en reconstituant le tout à partir de l’ensemble des parties.
• Approcher la permanence des longueurs, des capacités et • Découvrir la permanence des longueurs, des capacités et
des volumes, des aires (recouvrir des surfaces, tapisser…),
des volumes, des aires (recouvrir des surfaces, tapisser…),
des masses (recettes de cuisine ® jeux avec la balance).
des masses (recettes de cuisine ® jeux avec la balance).
• Exprimer ses découvertes dans un langage familier: «C’est la • Exprimer ses découvertes dans un langage familier: «C’est la
même chose que…», «C’est aussi… que...», «C’est autant…
même chose que…», «C’est aussi… que...», «C’est autant…
que...».
que...».
• Par manipulations, découvrir puis exprimer, en utilisant le • Progressivement, passer de la conservation des unités de
vocabulaire spécifique à la classe, la conservation des unités
mesure non conventionnelles aux unités de mesures
de mesure non conventionnelles.
conventionnelles.
1045
Estimer en utilisant des étalons familiers et conventionnels et exprimer le résultat
1046
1049
• Élaborer des hypothèses quant au choix de l’étalon:
• En utilisant:
- corporel: pouce, main, empan, pied;
- des étalons familiers puis conventionnels, estimer la
- non conventionnel: un gobelet, un bâtonnet, une louche,
longueur, la capacité, la masse de…, par approximation,
une ficelle, une cuillère bombée, rase, une pincée, une
par encadrement:
. «C’est presque 3 gobelets… presque 1 litre.»
tasse...
. «C’est moins que 4 enjambées mais plus que 3.»
pour mesurer la taille d’un enfant, le métrage des rideaux
. «C’est plus de 2 mètres mais moins de 3 mètres.»
pour la maison des poupées, la largeur entre deux lignes de
semis…
- des étalons conventionnels adéquats: la toise, le mètre
courant, la règle, la monnaie, le réveil, la minuterie...
1050
Mathématiques - 39
228
1051
Grandeurs
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Organiser selon un critère, des données issues de contextes • Organiser selon un critère, des données issues de contextes
divers.
divers.
Exemples:
Exemples:
- dans un ensemble de températures, retrouver celles qui
- dans un ensemble de températures, retrouver celles qui
sont négatives;
sont négatives;
- dans un ensemble de notes (/10, /20…), retrouver celles qui - dans un ensemble de notes (/10, /20…), retrouver celles qui
sont inférieures à la moyenne.
sont inférieures à la moyenne.
1043
1044
• Par manipulations, découvrir et exprimer, en utilisant le • Par manipulations, découvrir et exprimer, en utilisant le
vocabulaire spécifique, la conservation de grandeur des
vocabulaire spécifique, la conservation de grandeur des
unités de mesure conventionnelles:
unités de mesure conventionnelles:
1 l, 1 kg, 1 m, 1 dm 2, 1 m 2...
1 t, 1 ha, 1 m3, 1 dm 3, 1 cm3...
- «1 l, c’est la capacité de tel récipient mais aussi de tel ou
tel autre…»
- «1 kg, c’est la masse de telle marchandise mais aussi…»
- «1 m, c’est la longueur de telle règle plate, de tel ruban…»
- «1 dm 2, 1 cm 2, 1 m 2, c’est l’aire d’un carré de… mais aussi
celle d’un rectangle de…»
- «Une semaine, c’est de… à… mais aussi de… à…»
- «1 m 3, c’est le volume de tel récipient mais aussi de tel ou
tel autre…»
- «1 t, c’est la masse de telle marchandise mais aussi…»
- ...
1047
Estimer en utilisant des étalons familiers et conventionnels et exprimer le résultat
1048
1049
• En utilisant des unités conventionnelles, estimer la longueur, • En utilisant des unités conventionnelles, estimer des
la capacité, la masse, l’aire de surfaces diverses, le volume
longueurs, des capacités, des masses, des aires, des
de boîtes, la durée d’événements, l’amplitude d’angles:
volumes, des amplitudes par approximation, par encadre- «C’est plus que 6 dm 2 mais moins que 1 m 2.»
ment.
- «C’est plus que 1/4 heure mais moins que ½ heure.»
- «Cet angle est plus ouvert qu’un angle droit, cet autre vaut
presque un angle droit.»
83 - 1180
Mathématiques - 40
1052
1053
Grandeurs
229
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Effectuer le mesurage en utilisant des étalons familiers et conventionnels et en exprimer le résultat
1054
• Choisir un étalon adéquat, élaborer des hypothèses • Choisir, placer, déplacer, reporter correctement l’étalon
d’estimation:
adapté à la situation pour mesurer des longueurs, des
- sur des capacités et des volumes:
surfaces, des capacités.
. remplir d’eau l’aquarium, la casserole, le seau;
. constater des différences de capacité, indépendamment
du contenant: jus de fruit des collations à partager, jeux
dans le bac à eau avec des récipients de formes et de
contenus différents;
. soupeser et comparer la masse de deux objets au cours
du jeu, d’une expérience…
. découvrir et utiliser un vocabulaire qui correspond au
vécu:
plus lourd / moins lourd
plus léger / moins léger
plus long / moins long
. utiliser progressivement les contraires.
- sur des aires:
. réaliser des pavages, des recouvrements avec les mains,
des formes diverses…
1055
1056
• Utiliser correctement la mesure étalon choisie et la reporter • Utiliser correctement l’instrument adéquat pour mesurer des
plusieurs fois pour mesurer des longueurs, des capacités,
longueurs, des capacités, des masses, des durées (balance,
des durées (conserver une trace du nombre de fois que cet
chronomètre, règle plate, mètre règle, mètre ruban...).
étalon a été utilisé, des tables de conversion avec d’autres
étalons utilisés dans la même situation).
1059
1030
1060
• Lire puis prendre le nombre adéquat de pièces de monnaie • Choisir les pièces de monnaie nécessaires pour effectuer un
pour payer la marchandise achetée.
paiement.
1063
1064
Établir des relations dans un système pour donner du sens à la lecture et à l’écriture
1067
• Sur le calendrier, repérer la date.
• Sur le calendrier de la classe:
• Sur le tableau de la journée, se repérer dans le temps (cibler
- repérer une date;
la ou les activités du moment).
- déterminer une durée:
. en jours dans la semaine;
Exemple: «C’est avant les ateliers et après la natation».
. en mois dans l’année.
• Maîtriser la notion de matinée, d’après-midi.
• Dans la journée, prendre des indices d’écoulement du temps.
Exemple: «Nous sommes l’après-midi et cela s’est passé
pendant la récréation.»
1068
Mathématiques - 41
230
712 - 1073
1069
Grandeurs
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Effectuer le mesurage en utilisant des étalons familiers et conventionnels et en exprimer le résultat
1054
• Choisir, placer, déplacer, reporter correctement l’unité de • Choisir, placer, déplacer, reporter correctement l’unité de
mesure conventionnelle adaptée à la situation pour mesurer
mesure conventionnelle adaptée à la situation pour mesurer
des longueurs, des capacités, des masses, des surfaces.
des longueurs, des capacités, des masses, des surfaces,
des volumes, des amplitudes d’angles.
1057
558
1058
• Utiliser correctement l’instrument de mesure adapté à la • Utiliser correctement l’instrument de mesure adapté à la
situation (à l’exception du rapporteur) y compris pour les
situation (utilisation du gabarit pour vérifier).
températures (thermomètre) et les durées (utilisation du
gabarit pour vérifier).
88 - 717
1061
1062
• Choisir les pièces et les billets pour effectuer un paiement • Utiliser les pièces et les billets pour effectuer un paiement et
et/ou vérifier la monnaie rendue.
vérifier la monnaie rendue.
• Pratiquer des conversions de monnaies en situation.
1065
Établir des relations dans un système pour donner du sens à la lecture et à l’écriture
1066
1067
• Sur le calendrier:
• Sur le calendrier:
- repérer une date;
- repérer une date;
- déterminer une durée en jours dans le mois (à partir de
- déterminer une durée en jours dans le mois (à partir de
n’importe quel jour de la semaine) et dans l’année;
n’importe quel jour de la semaine) et dans l’année;
- déterminer une durée en mois dans l’année.
- déterminer une durée en jours, en mois dans l’année.
1070
Mathématiques - 42
1071
Grandeurs
231
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Élaborer un carnet de bord de la classe, repérer certaines • Sur la ligne du temps de la classe, repérer une date
dates.
(uniquement journée et semaine).
• Construire une ligne du temps vécu dans la classe
(y suspendre l’activité marquante de la semaine, par
exemple).
1072
712 - 1069
1073
• Sur l’horloge murale, repérer l’heure de la récréation, du
repas de midi, de la sortie des classes (après-midi).
• Repérer l’heure sur une montre (h,
15 min).
1076
• Repérer les prix affichés au magasin (jeux symboliques).
h ou 30 min,
h ou
1077
• Repérer un prix sur une étiquette, dans un journal publicitaire.
1080
1081
• Repérer une masse sur un emballage (kg, g, fraction du kg).
1084
• Repérer une contenance sur un récipient (l, fraction du l).
1087
• Repérer une longueur (m, cm).
1090
• Repérer une température sur un thermomètre.
1094
Utiliser des systèmes, établir des relations entre eux
1097
• En situation, approcher la suite des jours de la semaine; les • Connaître la suite des jours de la semaine, la suite des mois
notions de: hier, aujourd’hui, demain (à l’aide de supports
de l’année, des saisons.
visuels rappelant ou annonçant des activités marquantes).
• Utiliser en situation avant-hier, après-demain.
1098
Mathématiques - 43
232
1099
Grandeurs
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Sur la ligne du temps de la classe, repérer une date.
• Sur la ligne du temps de la classe:
- repérer une date;
- déterminer une durée en siècles, millénaires.
1074
• Repérer l’heure (h, min, s).
1075
• Repérer l’heure (h, min, s, 1/10e, 1/100 e…).
1078
1079
• Repérer un prix sur une étiquette, sur un compte imprimé • Repérer un prix sur une étiquette, sur un compte imprimé
(ticket de caisse, facture…), dans des journaux publicitaires.
(ticket de caisse, facture…), dans des journaux publicitaires…
1082
1083
• Repérer une masse (en situation de vie: t, kg, g) sur un objet, • Repérer une masse (en situation de vie: t, kg, g) sur un objet,
dans les journaux publicitaires, sur un ticket de caisse, sur
dans les journaux publicitaires, sur un ticket de caisse, sur
une graduation de balance…
une graduation de balance…
1085
1086
• Repérer une capacité (hl, l, dl, cl, ml) sur des récipients, dans • Repérer une capacité (1000 l, dm 3, m 3) dans des journaux
des journaux publicitaires, sur la graduation d’un récipient.
publicitaires, sur une facture d’eau, de mazout...
897
1088
1089
• Repérer une longueur (cm, mm) au moyen d’une règle • Repérer une longueur (cm, mm) avec d’autres instruments
graduée.
(pied à coulisse...).
1091
1092
• Repérer l’amplitude d’un angle.
1093
• Repérer des températures (°C) positives et négatives sur • Repérer des températures (°C) positives et négatives sur
des thermomètres de divers types.
des thermomètres de divers types.
1095
Utiliser des systèmes, établir des relations entre eux
1096
1097
• Donner du sens aux préfixes «déca, déci, hecto, centi, kilo, • Donner du sens aux préfixes «déca, déci, hecto, centi, kilo,
milli» (longueurs, capacités, masses, superficies).
milli» (longueurs, capacités, masses, superficies, volumes).
1100
Mathématiques - 44
1101
Grandeurs
233
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Découvrir des correspondances simples:
- par le biais d’activités culinaires:
2 bouteilles de l = 1 bouteille de 1 l
1 kg de farine = 1 kg de sucre
kg de beurre, ... œufs, kg de sucre,
• Connaître des correspondances simples:
1 m = 100 cm
1 h = 60 min
...
kg de farine
- par le biais de jeux de construction, découvrir le recouvrement:
- utilisation de lattes en bois pour trajets;
- au bac à eau: établir les relations entre les récipients
remplis.
1102
Mathématiques - 45
234
1103
Grandeurs
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Connaître des correspondances entre fractions de l’unité de • Connaître des correspondances entre fractions de l’unité de
base et nombres de sous-multiples de l’unité:
base et nombres de sous-multiples de l’unité:
1104
1105
• Connaître les rapports multiplicatifs entre les unités des • Connaître les rapports multiplicatifs entre les unités des
systèmes d’unités conventionnelles:
systèmes d’unités conventionnelles:
- unités de longueur:
m, dm
m, cm
m, dam
m, km
- rapports décimaux:
. unités de longueur
km, hm, dam, m, dm, cm, mm
. de capacité
l, dl, cl, ml
- unités de capacité:
l, dl
l, cl
l, ml
l, dal
- rapports centésimaux:
. unités d’aire:
km2, hectare, are, centiare
m 2, dm2, cm 2, mm 2
- unités d’aire:
m 2, dm2
dm2, cm2
- rapports millésimaux:
. unités de masse:
t, kg, g
. unités de volume:
m 3, dm3, cm 3
- unités de masse:
kg, g
- unités de volume:
m 3, dm3
dm3, cm3
- unités de durée:
h, min
min, s
Mathématiques - 46
- rapports non décimaux:
. unités de durée:
h, min, s
1106
1107
Grandeurs
235
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Construire et utiliser des démarches pour calculer des périmètres, des aires et des volumes
1112
• Recouvrir une surface délimitée:
• Mesurer la longueur de certaines lignes brisées, notamment
- réaliser des pavages, des frises décoratives, à l’aide de
le pourtour des polygones étudiés:
formes à base carrée, triangulaire, rectangulaire…, de
- par recouvrements et quadrillages, mesurer l’aire du
tampons réalisés dans des pommes de terre;
rectangle et du carré;
- empiler des cubes gigognes, les ranger par emboîtement.
- par remplissage et empilement, mesurer le volume ou la
• Ranger les blocs dans la boîte.
capacité de corps cubiques ou parallélépipédiques.
1730
Mathématiques - 47
236
1113
1114
Grandeurs
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Transformer des grandeurs dans des résolutions de
problèmes significatifs (grandeurs proportionnelles):
- en recourant à des relations opératoires ( l = 125 ml);
- en recourant à l’abaque.
1108
• Constater qu’une grandeur exprimée avec une unité de
mesure n fois plus petite est exprimée par un nombre n fois
plus grand. On peut intervenir sur le nombre ou sur la
mesure:
3,5 m ´ 100 = 350 m = 3,5 hm
1109
• Construire l’angle droit.
• Comparer à l’angle droit (<, >, =).
• Mesurer des angles avec différents rapporteurs.
1110
1111
Construire et utiliser des démarches pour calculer des périmètres, des aires et des volumes
1112
• À partir de manipulations concrètes, lier les formules de • À partir de manipulations concrètes, lier les formules de
calcul de périmètre et d’aire aux techniques de mesurage et
calcul de périmètre, d’aire et de volume, aux techniques de
donner du sens à chaque composante de la formule; justifier
mesurage et donner du sens à chaque composante de la
que:
formule; justifier que:
- pour calculer un périmètre, on additionne des mesures de
- pour calculer un périmètre, on additionne des mesures de
longueur;
longueur;
- pour calculer une surface, on multiplie deux mesures de
- pour calculer une surface, on multiplie deux mesures de
longueur.
longueur;
• Par remplissage et empilement, mesurer le volume ou la
- pour calculer un volume:
. on multiplie trois mesures de longueur;
capacité de corps cubiques ou parallélépipédiques.
ou
. on multiplie une mesure d’aire par une mesure de longueur.
1115
• Connaître la formule d’aire du rectangle, du carré.
1116
• Connaître la formule d’aire du rectangle, du carré et du
triangle.
Fiches pédagogiques n° 68, 69, 70, 71, 72, 73
1117
Mathématiques - 48
1118
Grandeurs
237
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
OPÉRER, FRACTIONNER
1123
• Additionner et soustraire des grandeurs exprimées dans la
même unité et uniquement des grandeurs issues de
situations vécues ou y conduisant.
1124
• Partager des grandeurs.
• Comparer des grandeurs.
1127
Mathématiques - 49
238
Grandeurs
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Utiliser l’aire du rectangle pour trouver l’aire du triangle.
• Utiliser l’aire du rectangle pour trouver l’aire d’autres
quadrilatères (parallélogramme, trapèze).
• Utiliser l’aire du triangle pour trouver l’aire d’autres polygones
(hexagone…).
• Construire et utiliser des démarches pour calculer des
périmètres.
1119
1120
• Construire et utiliser des démarches pour calculer des • Connaître les formules du parallélépipède rectangle et du
volumes.
cylindre.
• Utiliser le volume du parallélépipède rectangle et celui du
cylindre pour trouver le volume d’autres solides (pyramide,
cône…).
1121
1122
OPÉRER, FRACTIONNER
1123
• En situation, résoudre toute opération (addition, soustraction, • En situation, résoudre toute opération (addition, soustraction,
multiplication, division) sur les grandeurs (longueurs, capacités,
multiplication, division) sur les grandeurs.
aires, durées, sommes d’argent…).
1125
• Multiplier des grandeurs par des nombres naturels.
1126
• Multiplier des grandeurs par des nombres naturels.
1128
1129
• Découvrir des grandeurs directement proportionnelles et
indirectement proportionnelles.
• Découvrir la combinaison de deux unités (vitesse: m/s - km/h).
1130
Mathématiques - 50
Grandeurs
239
III.A.4
SOLIDES ET FIGURES PLANES
La géométrie
a. Définition
Définie pendant longtemps comme la «mesure de la terre» ou la «science des figures de l’espace», la géométrie est de nos jours
considérée d’une manière beaucoup plus complexe.
b. Concept
En effet, si la géométrie ne peut plus guère s’énoncer que suivie d’un adjectif qui dit de quelle géométrie il s’agit — géométrie
euclidienne, analytique, non euclidienne —, nous retiendrons prioritairement l’idée d’exploration de l’espace et nous dirons
qu’étudier la géométrie, c’est non seulement saisir l’espace dans lequel nous vivons et nous nous mouvons mais c’est aussi
transformer cet espace en le déplaçant, en le découpant, en l’étirant ou en le tassant, en le tournant, en le gonflant ou en le
réduisant. En bref, étudier la géométrie, c’est saisir et transformer l’espace.
c. Démarche
Manipuler, construire, découper, plier, superposer, faire glisser et tourner, représenter, dessiner avec des instruments... ce sont
des opérations fondamentales préalables qui permettront à l’enfant d’acquérir une solide expérience tactile, visuelle et manuelle.
Parallèlement, l’observation, l’analyse, la comparaison, la découverte de régularités, la classification, la déduction lui permettront
de dégager progressivement les différentes propriétés des solides et des figures planes et de relier ces propriétés à celles des
transformations. Il lui sera aussi indispensable de communiquer — par le geste, l’oral, l’écrit, le dessin — ce qu’il observe, construit,
découvre, déduit et, plus tard, démontre.
Les solides et les figures planes seront étudiés en relation avec leur construction et les opérations qu’on peut leur appliquer:
• d’un point de vue descriptif;
• d’un point de vue quantitatif qui est celui des grandeurs (dimensions, périmètres, aires, volumes, angles);
• d’un point de vue comparatif, c’est-à-dire par rapport à d’autres solides et figures qui peuvent s’apparenter de par leur
place, leur forme, leur grandeur.
On privilégiera l’exploration de familles de solides et de figures plutôt que celle d’éléments isolés les uns des autres. Par exemple:
•
•
•
•
les représentations planes des solides, inséparables de l’étude des solides;
les polyèdres;
les cercles et les sphères;
les aires et les volumes.
Mathématiques - 51
240
Solides et figures planes
POLYÈDRE (plusieurs faces): c’est un volume limité par un nombre fini de faces (plans) (au moins quatre faces).
Les droites suivant lesquelles se coupent ces plans s’appellent les arêtes.
Quand deux arêtes ont un point commun, ce point s’appelle un sommet.
POLYÈDRE RÉGULIER: c’est un polyèdre dont les faces sont des polygones réguliers. Il n’en existe que cinq.
Polyèdre
Faces
Sommets
Arêtes
Tétraèdre
4 - Triangles équilatéraux
24
36
Hexaèdre (cube)
6 - Carrés
28
12
Octaèdre
8 - Triangles équilatéraux
26
12
Dodécaèdre
12 - Pentagones
20
30
Icosaèdre
20 - Triangles équilatéraux
12
30
POLYGONE (plusieurs angles): figure plane fermée possédant au moins trois côtés.
Pour tous les côtés, le
Polygone concave polygone ne se trouve pas
dans la même région du plan.
Pour tous les côtés, le
Polygone convexe polygone se trouve dans la
même région du plan.
Polygone croisé
Polygone régulier
Deux côtés non consécutifs
ont un point commun.
Tous les côtés sont isométriques.
Mathématiques - 52
Polygones à 3 côtés
Triangles
Polygones à 4 côtés
Quadrilatères
Polygones à 5 côtés
Pentagones
Polygones à 6 côtés
Hexagones
Polygones à 7 côtés
Heptagones
Polygones à 8 côtés
Octogones
Polygones à 9 côtés
Ennéagones
Polygones à 10 côtés
Décagones
Polygones à 12 côtés
Dodécagones
Solides et figures planes
241
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
REPÉRER
1131
• Se situer, se déplacer et s’exprimer dans l’espace réel • Se situer, se déplacer et s’exprimer dans l’espace réel.
(marche en dispersion).
• Localiser un son, se diriger vers sa source (jeu de la boîte à • Utiliser le vocabulaire adéquat:
musique cachée).
- de proximité: à l’intérieur, à l’extérieur, au centre, près, loin,
• Localiser un objet par le jeu Il brûle … il gèle:
à côté, entre, en face...;
- distinguer: envers
Û endroit
- de latéralité: devant, derrière, à gauche, à droite, au-dessus,
en haut
Û en bas
en dessous...
dedans
Û dehors
devant
Û derrière
dos à dos Û face à face
1132
1133
• Utiliser un couple d’informations dans l’espace réel; par
exemple:
- combinaison de deux relations spatiales: «en haut et à
droite»…;
- combinaison de deux nombres ordinaux: «le 2 e banc de la
3 e rangée»...
842
Se déplacer dans la réalité ou dans un espace représenté
1136
1141
• Se situer, se déplacer par rapport à des objets:
• Exécuter des consignes orales explicites, en suivant des
- découvrir librement la classe, la salle de gymnastique, s’y
indications, en suivant un plan simple.
repérer;
- découvrir l’école, la disposition des locaux.
Exemples: porter un message, se repérer dans un espace
donné.
1142
775
1143
• Décrire un parcours effectué et le représenter dans un
système à deux dimensions.
• Donner des consignes pour effectuer un parcours dans un
système à deux dimensions.
1146
Mathématiques - 53
242
Solides et figures planes
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
REPÉRER
• Se situer, se déplacer et s’exprimer dans l’espace réel.
1131
• Se situer, se déplacer et s’exprimer dans l’espace réel.
• Utiliser le vocabulaire adéquat:
• Utiliser le vocabulaire adéquat:
- de proximité: à l’intérieur, à l’extérieur, au centre, près, loin,
- de proximité: à l’intérieur, à l’extérieur, au centre, près, loin,
à côté, entre, en face...;
à côté, entre, en face...;
- de latéralité: devant, derrière, à gauche, à droite, au-dessus,
- de latéralité: devant, derrière, à gauche, à droite, au-dessus,
en dessous...
en dessous...
1134
1135
• Utiliser un couple d’informations dans un système de • Utiliser un couple d’informations dans un système de
repérage sur papier.
repérage sur papier.
• Rôle dans les activités collectives:
- danse;
- sports collectifs: arrière droit, ailier gauche.
• Rôle dans les activités collectives:
- danse;
- sports collectifs: arrière droit, ailier gauche.
1137
1138
• Associer un point à ses coordonnées dans un repère • Associer un point à ses coordonnées dans un repère
(droites, repère cartésien) en utilisant des nombres, des
(droites, repère cartésien) en utilisant des nombres, des
lettres.
lettres.
1139
Se déplacer dans la réalité ou dans un espace représenté
1140
1141
• Exécuter des consignes orales ou écrites explicites, • Suivre des consignes orales ou écrites dans un système à
contenant au maximum trois relations spatiales:
deux ou à trois dimensions:
- chorégraphies;
- chorégraphies;
- jeux collectifs.
- sports collectifs.
1144
1145
• Décrire un parcours effectué et le représenter dans un • Décrire un parcours effectué et le représenter dans un
système à deux dimensions.
système à deux ou à trois dimensions.
• Donner des consignes pour effectuer un parcours dans un • Donner des consignes pour effectuer un parcours dans un tel
système à deux dimensions.
système.
1147
Mathématiques - 54
1148
Solides et figures planes
243
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Déplacer des objets les uns par rapport aux autres, dans l’espace ou dans le plan (transformations
du plan)
1149
• Situer et déplacer deux objets l’un par rapport à l’autre: • Utiliser la translation (faire glisser sur des rails), la rotation
découvrir et exprimer l’organisation des objets dans l’espace.
(faire pivoter), la symétrie (faire retourner) dans des activités
Exemples:
concrètes d’expression: éducation physique, dessin, pein- évoluer selon des parcours définis;
ture, pliage, pavage, découpage...
- faire évoluer des objets selon un parcours défini;
- imiter en «miroir».
1150
1151
• Occuper l’espace: «Je vais, je reviens, je tourne, je glisse, je • Déplacer des objets dans un espace limité (le ballon et le
saute, je roule.»
cerceau roulent, tournent en toupie, en rétro).
1154
1155
• Reconnaître des agrandissements ou des réductions de
figures (jeux d’ombres…).
1158
RECONNAÎTRE - COMPARER - CONSTRUIRE - EXPRIMER
1162
• Découvrir des solides réels, les manipuler, explorer, les • Reconnaître dans un ensemble d’objets familiers ceux qui
classer selon un seul critère (forme, caractéristique
ont la forme d’un cube, d’une sphère.
physique).
Exemples: ranger les boîtes du magasin, les objets du coin • Observer et classer des solides réels en deux catégories
cuisine, les outils, les engins (salle d’éducation physique).
selon un seul critère.
Exemples: ballon, balle, cube, cerceau, plint, tapis de
mousse.
1163
• Comparer et grouper.
Exemples: manipuler des objets, explorer leur forme:
les objets
- qui roulent: balle, ballon, cerceau;
- qui glissent: palet;
- qui rebondissent: balle, ballon.
• Observer et comparer des solides sur base de la perception
et de la comparaison avec un modèle.
1167
Mathématiques - 55
244
1164
1168
Solides et figures planes
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Déplacer des objets les uns par rapport aux autres, dans l’espace ou dans le plan (transformations
du plan)
1149
• Utiliser la translation (faire glisser sur des rails), la rotation • Déplacer des figures planes et distinguer:
(faire pivoter), la symétrie (faire retourner) dans des activités
- la translation;
concrètes d’expression: éducation physique, dessin, pein- la rotation - 3 plans (sagittal, latéral, longitudinal);
ture, pliage, pavage, découpage...
- la symétrie orthogonale («faire retourner» autour d’un axe);
- la symétrie centrale (autour d’un point).
1152
1153
• En observant les positions initiales et finales de deux figures • En observant les positions initiales et finales de deux figures
planes de même grandeur, exprimer le mouvement de l’une
planes de même grandeur, exprimer le mouvement de l’une
par rapport à l’autre:
par rapport à l’autre:
- glissement (sens de la translation);
- glissement (sens de la translation);
- pivotement (sens de la rotation) - 3 plans;
- pivotement (sens de la rotation) - 3 plans;
- retournement (symétrie orthogonale).
- retournement (symétrie orthogonale).
1156
• Agrandir et réduire une figure dans un quadrillage.
1157
• Agrandir et réduire une figure dans un quadrillage.
1159
1160
• Comprendre le principe des homothéties.
1161
RECONNAÎTRE - COMPARER - CONSTRUIRE - EXPRIMER
1162
• Reconnaître dans un ensemble d’objets familiers ceux qui • Reconnaître dans un ensemble d’objets familiers ceux qui
ont la forme d’un parallélépipède rectangle.
ont la forme d’un parallélépipède rectangle, d’un cylindre,
• Tapis de mousse.
d’une pyramide, d’un cône, d’une sphère.
• Observer et classer des solides réels en prenant comme • Observer et classer des solides réels ou représentés en
points de vue:
prenant comme points de vue:
- le nombre de faces, d’arêtes;
- le nombre de faces, d’arêtes, de sommets;
- la forme des faces;
- la forme des faces;
- les relations entre les faces et les arêtes.
- les relations entre les faces et les arêtes.
1165
1166
• Observer et comparer deux solides réels:
- le cube et le parallélépipède rectangle;
- le ballon de football et celui de rugby.
• Comparer des solides: prismes droits, pyramides, cylindres,
cônes, sphères.
• Utiliser le tableau à double entrée pour réaliser la synthèse.
1169
1170
• Associer un solide à sa représentation dans le plan:
- vue de face, de profil, de dessus;
- perspective cavalière.
1171
Mathématiques - 56
Solides et figures planes
245
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Dégager les figures planes à partir des empreintes laissées par les faces de solides
• Associer les objets à leurs traces.
Exemple: empreintes dans le sable.
• Construire: jeux d’encastrement, gabarits.
1172
• Associer des solides aux traces laissées par une de leurs faces
(uniquement rectangle, carré, triangle, disque) et inversement.
1173
1174
Observer des figures planes, les reconnaître, les nommer, les différencier, les caractériser, les classer,
les comparer
1177
• Reconnaître certaines formes: carré, triangle, rectangle, • Reconnaître dans les formes générales des objets familiers
disque.
celles du rectangle, du carré, du triangle (sans discriminer les
triangles particuliers), du disque.
• Jeu: par étapes successives (toucher, vue..), découvrir la
forme cachée sous un tapis.
• Établir des comparaisons dans un ensemble de figures
planes en papier ou de figures planes dessinées; repérer et
classer selon les critères:
- tous les côtés sont des segments de droite;
- elles ont au moins un angle droit;
- tous les côtés sont de même longueur (isométriques).
1178
• Comparer le rectangle et le carré (en termes de côtés et
d’angles).
• Découvrir leurs propriétés.
• Jeu: former des cercles, des carrés, des triangles.
1185
Mathématiques - 57
246
1179
1186
Solides et figures planes
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Dégager les figures planes à partir des empreintes laissées par les faces de solides
1172
• Associer des solides aux traces laissées par une de leurs • Associer des solides bien différenciés (cube, parallélépipède
faces (uniquement rectangle, carré, triangle, disque) et
rectangle, cylindre, pyramide, cône) à leur développement.
inversement.
1175
1176
Observer des figures planes, les reconnaître, les nommer, les différencier, les caractériser, les classer,
les comparer
1177
• Reconnaître dans les faces des objets familiers la forme du • Reconnaître dans les faces des objets familiers la forme de
parallélogramme, du rectangle, du carré, du losange, du
l’hexagone.
trapèze, de tous les triangles, du disque.
• Comparer et classer des figures planes en prenant comme • Comparer et classer des figures planes en prenant comme
critères:
critères:
- le nombre de côtés et d’angles;
- le nombre de côtés et d’angles;
- les relations entre les côtés (parallélisme, perpendicularité,
- les relations entre les côtés (parallélisme, perpendicularité,
isométrie);
isométrie);
- les types d’angles (aigu, obtus, droit, plat, plein).
- les relations entre les angles (isométrie);
Exemple: représentation mentale des déplacements (danses).
- la présence d’axes de symétrie.
83 - 1052
1180
• Reconnaître des polygones parmi d’autres figures planes.
1181
• Reconnaître des polygones parmi d’autres figures planes.
1182
1183
• Reconnaître le secteur du disque, l’arc de cercle.
1184
• Comparer le rectangle et le parallélogramme, le carré et le • Comparer les triangles, les différentes sortes de quadrilatères
losange (en termes de côtés et d’angles), différents trapèzes.
selon les côtés (isométrie, parallélisme, perpendicularité).
• Comparer et classer les triangles selon les côtés ou selon les • Faire apparaître la notion de condition nécessaire et
angles.
suffisante (exemple: pour qu’un parallélogramme soit un
rectangle, il faut qu’il possède un angle droit).
1187
1247 - 1248
1188
• Utiliser le dynamisme de position (exemple: un carré reste un • Utiliser le dynamisme de position (exemple: un carré reste un
carré quelle que soit sa position).
carré quelle que soit sa position).
• Utiliser le dynamisme de structuration (exemple: le carré est • Utiliser le dynamisme de structuration (exemple: le carré est
un moment du losange).
un moment du losange).
Voir fiches pédagogiques n° 56, 57, 58, 59, 60, 61, 62, 63, 64, 65, 66, 67
1189
Mathématiques - 58
1190
Solides et figures planes
247
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Distinguer solides, figures planes, lignes, points, angles
1191
• Identifier, dans un environnement, ce qui correspond à des
solides, à des figures planes.
• Différencier figures planes et non planes.
1192
Construire des solides
1195
• Assembler des boîtes, des cubes de même grandeur de
façon à former d’autres solides.
1196
Construire des figures planes
1203
• Construire un jeu de marelle.
• Colorier les mailles dans un quadrillage, de manière à faire
apparaître des carrés, des rectangles, des triangles.
1204
• Placer des élastiques sur une planche à clous (géoplan) de
manière à faire apparaître un carré, un rectangle, un triangle.
1207
Mathématiques - 59
248
Solides et figures planes
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Distinguer solides, figures planes, lignes, points, angles
1191
• Identifier, dans un environnement, ce qui correspond à des • Identifier, dans un environnement, ce qui correspond à des
lignes.
points et à des angles.
Exemples: terrain de sport, couloir de piscine.
Exemples: point de penalty, angles de zone de jeux.
1193
Construire des solides
1194
1195
• Assembler des boîtes, des cubes de même grandeur de • Assembler des cubes de même grandeur de façon à former:
façon à former d’autres solides et d’autres cubes.
- de plus grands cubes;
- des parallélépipèdes rectangles.
1197
1198
• Assembler des boîtes, des blocs parallélépipédiques de • Assembler des boîtes, des blocs parallélépipédiques de
même grandeur de façon à obtenir un cube.
même grandeur de façon à obtenir un cube.
• Assembler des chalumeaux choisis en nombre et en • Assembler des chalumeaux choisis en nombre et en
grandeur adéquats pour obtenir le «squelette» d’un cube,
grandeur adéquats pour obtenir le «squelette» d’un cube,
d’un polyèdre: cube, tétraèdre, parallélépipède rectangle.
d’un polyèdre: cube, tétraèdre, parallélépipède rectangle.
1199
1200
• Assembler des faces carrées choisies en grandeur et en • Assembler des faces carrées choisies en grandeur et en
nombre adéquats de façon à obtenir le développement d’un
nombre adéquats de façon à obtenir le développement d’un
cube.
cube.
• Assembler des faces rectangulaires choisies en grandeur • Assembler des faces rectangulaires choisies en grandeur
et en nombre adéquats pour obtenir un parallélépipède
et en nombre adéquats pour obtenir un parallélépipède
rectangle.
rectangle.
1201
Construire des figures planes
1202
1203
• Construire des parallélogrammes, des losanges, des • Construire des triangles particuliers sur papier ou sur écran
trapèzes sur papier ou sur écran avec l’aide d’un logiciel.
avec l’aide d’un logiciel.
1613 - 2078
1205
1206
• Transformer le rectangle pour qu’il devienne un carré, le • À l’aide du géoplan, faire apparaître les inclusions possibles
parallélogramme pour qu’il devienne un rectangle et le
à partir des polygones.
losange pour qu’il devienne un carré.
1208
Mathématiques - 60
1209
Solides et figures planes
249
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Assembler des triangles de façon à obtenir un carré, un
rectangle.
1210
• Assembler des carrés de même grandeur de façon à obtenir
des carrés plus grands, des rectangles.
1213
• Juxtaposer des allumettes, des chalumeaux, de façon à faire
apparaître le contour d’un carré, d’un rectangle, d’un triangle.
1216
• Plier une feuille rectangulaire de manière à faire apparaître
un carré.
• Plier une feuille quelconque de façon à faire apparaître, entre
les plis, un triangle, un rectangle.
1219
• Plier correctement des formes planes pour superposer
parfaitement deux parties.
• Découvrir par pliage:
- les médianes et les diagonales du carré;
- les médianes du rectangle.
1224
Construire des lignes, des angles
1227
• Découvrir les parallèles à partir des traces laissées par les
voitures et les trains.
• Obtenir un angle droit par pliage.
1228
Construire avec des instruments
1231
• Reproduire une composition donnée à l’aide de formes.
1232
Mathématiques - 61
250
• Reproduire sur quadrillage l’image d’une figure simple.
1233
Solides et figures planes
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Assembler des triangles de façon à obtenir un losange, un • Étendre au trapèze et autres polygones réguliers.
parallélogramme.
1211
1212
• Superposer deux bandes planes de façon à faire apparaître • Faire pivoter des bandes pour passer de la forme générale à
un rectangle, un carré, un parallélogramme.
la forme particulière.
1214
1215
• Plier une feuille quelconque pour faire apparaître le contour • Plier une feuille quelconque pour faire apparaître le contour
d’un parallélogramme, d’un losange.
d’un trapèze, d’autres polygones réguliers.
1217
1218
• Plier une feuille quelconque de façon à faire apparaître, entre • Étendre aux autres polygones.
les plis, un carré (trois plis en utilisant l’angle droit).
1221
1220
• Assembler des tiges ou tout autre matériel adéquat pour faire • Assembler des tiges ou tout autre matériel adéquat pour faire
apparaître tous les quadrilatères et les triangles.
apparaître tous les quadrilatères et les triangles.
1222
1223
• Déterminer, par pliage, les axes de symétrie de surfaces • Déterminer, par pliage, les axes de symétrie de surfaces
planes.
planes.
1225
1226
Construire des lignes, des angles
1227
• Construire des parallèles, des perpendiculaires et des angles • Plier une feuille de façon à faire apparaître:
(aigus et obtus) à partir de chalumeaux, d’allumettes,
- des plis parallèles;
d’éléments de Meccano.
- des plis sécants;
- des plis perpendiculaires.
• Construire des angles aigus et obtus.
1229
Construire avec des instruments
1231
• Reproduire sur quadrillage l’image d’une figure complexe.
1234
Mathématiques - 62
1230
• Reproduire sur quadrillage l’image d’une figure complexe.
1235
Solides et figures planes
251
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Tracer des surfaces planes sur papier quadrillé (carré,
rectangle, triangle), avec ou sans contrainte de grandeur, en
utilisant la règle plate graduée.
1236
• Tracer les médianes et les diagonales d’un carré et d’un
rectangle.
1239
Connaître les relations de parallélisme, de perpendicularité et d’isométrie
1244
• Rencontrer des droites parallèles et perpendiculaires dans
l’environnement.
Exemple: évoluer sur des droites parallèles et perpendiculaires.
1245
DÉGAGER DES RÉGULARITÉS, DES PROPRIÉTÉS, ARGUMENTER
1248
Mathématiques - 63
252
Solides et figures planes
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Tracer:
• Tracer:
- des droites parallèles, perpendiculaires;
- des droites parallèles, perpendiculaires;
- des angles droits, aigus, obtus.
- des angles droits, aigus, obtus.
• Tracer des surfaces planes sur papier quadrillé ou non • Tracer des surfaces planes sur papier quadrillé ou non
(carré, rectangle, triangle, losange, trapèze, disque,
(carré, rectangle, triangle, losange, trapèze, disque,
parallélogramme), avec ou sans contrainte de grandeur, en
parallélogramme), avec ou sans contrainte de grandeur, en
utilisant la règle plate graduée, l’équerre et le compas.
utilisant la règle plate graduée, l’équerre et le compas.
• Tracer des hexagones sur papier quadrillé et non quadrillé,
avec ou sans contrainte de grandeur, en utilisant la règle
plate graduée, l’équerre et le compas (utilisation du gabarit
pour vérifier).
1238
1237
• Tracer les médianes et les diagonales d’un carré et d’un •
rectangle + autres quadrilatères.
•
•
•
Tracer la médiatrice d’un segment à l’aide du compas.
Tracer les hauteurs d’un triangle.
Tracer la bissectrice d’un angle à l’aide du compas.
Tracer les axes de symétrie.
1240
1241
• Tracer des développements de solides (cube, parallélépipède • Tracer des développements de solides (cube, parallélépipède
rectangle) sur papier quadrillé ou non.
rectangle) sur papier quadrillé ou non.
• Tracer un parallélépipède rectangle en perspective cavalière • Tracer un parallélépipède rectangle en perspective cavalière
et repérer les éléments en vraie grandeur.
et repérer les éléments en vraie grandeur.
1242
1243
Connaître les relations de parallélisme, de perpendicularité et d’isométrie
1244
• Rechercher des figures géométriques ayant des côtés:
- parallèles;
- perpendiculaires;
- isométriques.
• Rechercher des figures géométriques ayant des côtés:
- parallèles;
- perpendiculaires;
- isométriques.
• Reconnaître, sur un solide, des faces ou des côtés:
- parallèles;
- perpendiculaires;
- isométriques.
• Reconnaître, sur un solide, des faces ou des côtés:
- parallèles;
- perpendiculaires;
- isométriques.
• Reconnaître les propriétés d’isométrie et de perpendicularité • Reconnaître les propriétés d’isométrie et de perpendicularité
des médianes et des diagonales des quadrilatères.
des médianes et des diagonales des quadrilatères.
1246
1247
DÉGAGER DES RÉGULARITÉS, DES PROPRIÉTÉS, ARGUMENTER
1188-1247
Mathématiques - 64
1248
Solides et figures planes
253
254
FICHES
ICHES PÉDAGOGIQUES
MATHÉMATIQUES
255
PROBLÈMES
41
Un projet ou une situation parmi d’autres:
23 élèves d’une classe ont décidé de participer à un tournoi sportif
organisé par un organisme régional.
Journée sportive du lundi 15 mai à Athléticville
Règlement
•
•
•
•
•
•
•
Les élèves de chaque classe participante se répartissent en équipes de trois à sept joueurs.
Chaque équipe se choisit un capitaine. Celui-ci est le garant de la sportivité de son équipe.
L’esprit d’équipe contribue à la réussite de la journée. Le fair-play est de rigueur.
Toutes les équipes sont obligées de faire le parcours d’orientation de 5 km.
En plus de ce parcours, elles choisissent cinq autres épreuves dans la liste proposée.
Chaque épreuve est cotée sur 10 points.
Chaque équipe dispose d’un joker. Les participants peuvent doubler leur score à une des cinq épreuves en utilisant
leur joker. Le capitaine présente ce dernier avant de commencer l’épreuve.
• Ne pourront participer à la finale que les classes qui ont obtenu au moins 80 % du total des points.
• La finale aura lieu le lundi 29 mai au même endroit.
• Chaque participant recevra une boisson gratuite à midi.
Programme
À partir de 9h:
de 10h à 12h:
de 12h à 13h:
de 13h à 14h30:
à 15h:
accueil des équipes
épreuves en ateliers
repas de midi
suite et fin des épreuves
remise des résultats
Épreuves (cinq au choix)
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
256
Lancer du poids d’un kilo
Unihoc
Saut en hauteur
Tennis
Slalom sur patins à roulettes
Gymnastique
Tirs au panier de basketball
Course de vitesse de 30 m
Handball
Football
Il est important de présenter des problèmes:
• dont le contexte est évocateur;
• qui posent un défi à l’enfant.
42
En général, les projets permettent de dresser un inventaire de questions auxquelles on devra (pourra)
trouver des réponses. Certaines réponses à trouver s’avéreront prioritaires par rapport à d’autres.
Exemple d’inventaire à réaliser:
Aider les enfants à réaliser leur projet:
quelles questions peuvent-ils se poser?
11
Comment allons-nous former les équipes?
12
Comment allons-nous nous rendre à Athléticville?
13
À quelle heure devons-nous partir?
14
Est-ce gratuit?
15
Qu’allons-nous manger?
16
Allons-nous pouvoir nous entraîner?
17
Comment allons-nous choisir le capitaine?
18
Quelles sont les autres écoles qui participent?
19
À quelle heure serons-nous de retour?
10
Comment les points seront-ils attribués?
11
Quel sera le total des points?
12
Comment devrons-nous être habillés?
13
Que recevrons-nous comme boisson?
14
Que gagne-t-on?
15
Quels cours avons-nous habituellement le lundi?
16
Pourquoi chaque épreuve est-elle cotée sur 10 points?
17
Pourquoi faut-il avoir 80 %?
18
Que fait-on s’il pleut?
Inutile
Utile
Ordre de
priorité
...
Ce tableau sera source de discussion et d’argumentation.
Certaines questions pourront être exploitées en situations mathématiques.
Exemples: la formation des équipes;
Exesmple: le calcul du pourcentage.
257
L’enfant peut tenter de résoudre un problème sans procéder à une analyse complète de la situation. Il doit
la comprendre, se la représenter.
L’élève-expert va consacrer le temps nécessaire à se représenter le problème:
• concrètement (en manipulant, en dessinant);
• mentalement (en imaginant des actions).
43
Exemple de problème (voir le point 1 de la fiche 42):
Les 23 enfants doivent se répartir en équipes de 3 à 7 élèves. Formez les équipes possibles.
• Les élèves peuvent rechercher les différentes manières de former les équipes en se regroupant.
• Ils peuvent aussi être invités à dessiner individuellement les équipes.
Fais un dessin ou un schéma qui t’aidera à mieux comprendre le problème.
Exemple de production d’un élève:
Autre exemple:
Résous le problème:
Une méthodologie possible
• L’enseignant envoie quelques élèves reproduire leur production au tableau.
• Il demande à chacun d’entre eux d’expliquer sa représentation.
• Discussion collective afin de dégager les représentations (dessins, schémas, opérations) les plus performantes et de
sensibiliser au fait qu’il n’y a pas nécessairement qu’une et une seule manière d’arriver à la solution.
On peut éventuellement demander aux élèves de refaire (seuls ou en groupes) un nouveau dessin sans copier ceux qui
sont au tableau. Ne pas non plus les laisser corriger et/ou compléter leur première production, afin de pouvoir repérer
l’évolution de la qualité des représentations.
258
L’enfant peut croire qu’il faut utiliser tous les nombres d’un problème pour le résoudre.
44
Exemple d’activité pour éviter cette erreur:
Les enfants doivent calculer le pourcentage obtenu par la classe.
Voir le point 17 de la fiche 42 et le règlement de la fiche 41.
Complète le tableau ci-dessous en traçant une croix dans les cases adéquates:
Données nécessaires pour calculer
Données inutiles pour calculer
le pourcentage obtenu par la classe le pourcentage obtenu par la classe
Il y a 23 élèves dans la classe.
Les élèves de la classe se sont répartis
en 5 équipes.
Il y a 5 élèves dans 4 équipes.
Le repas a lieu de 12h à 13h.
La distance à courir est de 30 mètres.
Le joker double le nombre de points
obtenus à l’épreuve choisie.
Le poids à lancer a une masse d’un
kilo.
Le total des points obtenus par
chacune des équipes.
Le nombre de classes participantes.
La mise en commun des réponses:
• sera souvent source de discussions intéressantes;
• apprendra à l’enfant à argumenter.
D’autres erreurs possibles (à éviter):
• la solution se trouve derrière le signe d’égalité (place de l’inconnue);
• un problème qui ne demande qu’une seule opération est facile à résoudre;
• il faut absolument trouver une réponse;
• il faut faire un calcul qui «colle» avec les nombres donnés;
• les mots-clés entraînent automatiquement certaines opérations;
• proposer des problèmes qui n’ont aucun lien avec la réalité;
• la réponse est toujours un nombre;
• ...
259
ÉTUDE D’UN NOMBRE
45
A. Rencontre de la quantité
Dès la maternelle, au départ de situations variées et nombreuses, l’enseignant multiplie les occasions pour les élèves de
rencontrer la quantité étudiée. La manipulation d’objets de tailles différentes, disposés différemment dans l’espace, et la
représentation des situations rencontrées permettront la constitution progressive d’une «banque» de collections. Celle-ci
s’enrichira des multiples découvertes de l’enfant et l’accompagnera jusqu’à la fin du 2 e cycle (8 ans).
Exemple de collection de représentations pour le nombre 6:
Carton de 6 œufs colorés
Panier contenant 6 bouteilles
Table dressée pour 6 couverts
B. Découverte de l’aspect cardinal
Par comparaison des ensembles et des représentations, les enfants dégagent une propriété commune: le cardinal «6».
260
46
C. Composition schématique
Association du cardinal à sa représentation semi-concrète et à ses schèmes.
Matériel structuré:
Quelques schèmes possibles à partir des nombres intuitifs:
D. Symbolisation du nombre par un ou plusieurs chiffres
Exemples:
Différence entre le chiffre et le nombre!
Un chiffre est un signe, un dessin, un caractère destiné à l’écriture des nombres, tout
comme les lettres sont des caractères destinés à l’écriture des mots. Il existe dix
chiffres qui permettent de représenter, d’écrire une infinité de nombres.
261
47
E. Comptages
• Les élèves comptent en toutes occasions: classements, rangements, situations de vie pratique, comptines, activités
ludiques, musicales...
Exemples: - comptages rythmés: reconnaître, ajuster, reproduire et inventer des rythmes;
- comptages à rebours;
- comptages spécifiques aux jeux (jeu de l’oie);
- ...
• Les élèves dénombrent des collections d’objets.
Exemples: - reconnaître, sans les voir, les collections qui ont pour cardinal le nombre «6»;
- réunir deux collections ou plus et chercher le cardinal obtenu;
- ...
F. Découverte de l’aspect ordinal du nombre
• Les élèves recherchent la chronologie d’une suite d’événements et reconstituent une histoire.
• Les élèves recherchent des exemples de numérotation dans leur environnement.
Exemples: - les pages d’un livre;
- les classes de l’école;
- les maisons de la rue;
- ...
• Les élèves organisent des droites orientées et y situent le nombre étudié.
L’aspect cardinal et l’aspect ordinal du nombre sont si intimement liés
que, pour déterminer l’un, il faut nécessairement faire appel à l’autre.
Exemple 1:
Il y a 6 éléments dans chacun de ces deux ensembles si le sixième élément dénombré est le dernier, quel que soit
l’élément considéré en premier lieu. Le dernier «mot nombre» prononcé désigne la quantité d’objets contenue dans une
collection.
262
48
Exemple 2:
Tel élément d’un ensemble est déterminé comme étant le 6e si et seulement si on en a dénombré 5 avant lui.
Exemple 3:
ou
Le nombre «6» se situe entre les nombres 5 et 7.
263
49
Composition additive du nombre
Exemple 1: réunir des collections.
4+2=6
2+4=6
6–2=4
6–4=2
Exemple 2: faire des paquets.
6=1+2+3
6=1+3+2
6=2+1+3
6=2+3+1
6=3+1+2
6=3+2+1
Exemple 3: compléter une collection.
5+ • =6
• +5=6
6– • =5
264
50
Composition multiplicative du nombre
Exemples:
2+2+2=6
3´2=6
6:3=2
3+3=6
2´3=6
6:2=3
• Décomposer et recomposer multiplicativement le nombre.
• Constituer la table des multiples et des diviseurs.
Applications et activités impliquant le nouveau nombre étudié
Utiliser et valider les acquis, rencontrer le nombre dans des contextes variés.
265
ÉTUDE DES OPÉRATIONS
51
Les techniques opératoires n’ont réellement de sens que lorsqu’elles sont au service de situations à mathématiser. Il faut
distinguer:
• les structures additives:
- additions;
- soustractions
• les structures multiplicatives:
- multiplications;
- divisions.
La démarche
La démarche, les types de situations et les procédures ont été envisagées pour les structures additives. Il va de soi qu’il
en est de même pour les structures multiplicatives.
Nombres et opérations:
• se représenter la situation et la comprendre;
• faire l’inventaire des cheminements possibles;
• voir quel est le changement, quelle est la combinaison, la comparaison ou l’égalisation à réaliser;
• estimer la réponse finale;
• poser l’opération;
• vérifier:
- en comparant le résultat à l’estimation;
- en exécutant l’opération inverse.
266
52
Types de situations
Afin d’éviter l’utilisation de stratégies inadéquates, il est important que l’enfant soit amené à résoudre des situations de
types différents.
Types de situations
Pierre a 6 autocollants.
Pol en a 5.
Représentations possibles
Calculs
6+5= •
Combien en ont-ils ensemble?
Pierre et Pol ont ensemble 11 petites
voitures.
Pierre en a 6.
11 – 6 = •
Combien Pol en a-t-il?
Pierre avait des bonbons.
Pol lui en donne 5.
Maintenant Pierre en a 11.
• + 5 = 11
Combien Pierre avait-il de bonbons?
Pierre avait 6 cartes.
Pol lui en donne 5.
6+5= •
Combien Pierre a-t-il de cartes?
267
Types de situations (suite)
53
Types de situations
Représentations possibles
Calculs
Pierre a 6 euros.
Pol en a 5.
Combien Pierre a-t-il d’euros de plus
que Pol ou combien Pol a-t-il d’euros
de moins que Pierre?
Pierre a 6 timbres.
Pol a 1 timbre de moins que lui ou
Pierre a 1 timbre de plus que Pol.
6=5+ •
6–1= •
Combien Pol a-t-il de timbres?
Pierre a 6 crayons.
Il a donné 1 crayon à Pol.
6–1= •
Combien Pierre a-t-il de crayons?
Pol avait 3 caramels.
Pierre lui en donne.
Maintenant, Pol en a 5.
3+ • =5
Combien de caramels Pierre a-t-il
donnés à Pol?
Pol avait 7 images.
Il en donne à Pierre.
Maintenant, Pol en a 5.
Combien Pol a-t-il donné d’images à
Pierre?
268
7– • =5
Types de situations (suite)
54
Types de situations
Pol avait des gaufrettes.
Il en donne à Pierre.
Maintenant, il en a 5.
Représentations possibles
Calculs
• – 2 = 5
Combien Pol avait-il de gaufrettes?
Pol a 5 sucettes.
Pierre en a 6.
Que doit faire Pol pour avoir autant de
sucettes que Pierre?
Pierre a 6 sucettes.
Pol en a 5.
Que doit faire Pierre pour avoir autant
de sucettes que Pol?
5
• =6
6
• =5
Pol a des jetons.
Hier, il a joué avec Pierre et a gagné
5 jetons.
Aujourd’hui, il en gagne encore 3.
Combien de jetons a-t-il eus en plus en
2 jours?
Pol a des jetons.
Hier, il a perdu 5 jetons.
Aujourd’hui, il en a perdu 3.
Combien de jetons a-t-il en moins
depuis 2 jours?
Pol a des billes.
Hier, il en a gagné 6.
Aujourd’hui, il en a perdu 7.
Combien de billes a-t-il en plus ou en
moins depuis 2 jours?
269
55
Procédures de résolution
Pour éviter l’imposition de modèles uniques de résolution, il est important de tenir compte des procédures de
résolution utilisées par les enfants et de les analyser:
•
•
•
•
•
•
tout compter par un après réunion des objets à partir d’un premier élément;
compter à partir d’un des deux ensembles ou termes;
séparer le plus petit du plus grand;
compter en arrière à partir du plus grand jusqu’au plus petit;
mettre en correspondance les éléments de deux ensembles et compter ceux qui restent;
fournir directement le résultat.
Les procédures sont nombreuses et diversifiées. Il semble pourtant qu’il y ait une certaine relation entre types de situations
et procédures. Pour les plus jeunes, un matériel manipulable les aide à améliorer leurs performances. Néanmoins, il faut
savoir que ce matériel provoque des changements dans les procédures choisies. Sans la présence d’objets, l’enfant doit
se représenter différemment la situation, privilégier certaines procédures. La résolution est forcément plus difficile.
D’autres variables interviennent:
•
•
•
•
•
•
taille des nombres;
emplacement de la question;
formulation de la situation;
chronologie des informations;
vocabulaire utilisé;
...
La principale question est de savoir quel impact peuvent avoir ces variables.
En fonction de la diversité et de la qualité de ses expériences antérieures, l’enfant pourra:
• activer sa mémoire;
• faire l’inventaire des cheminements possibles;
• choisir un schéma adéquat pour résoudre la situation.
270
DYNAMISME DE POSITION
«Un carré reste un carré, quelle que soit sa position dans le plan»
56
L’enseignant soucieux d’individualiser son enseignement peut être amené à proposer des fiches de travail à ses élèves. Il
est évident que celles-ci peuvent également être utilisées dans le cadre d’un travail collectif.
Exemples de fiches
1. Que se passe-t-il lorsqu’on fait glisser un carré entre deux parallèles?
Défi: place à ta créativité! Imagine des frises en faisant glisser des carrés entre deux parallèles.
Matériel: - différents types de papier de formats variés;
- du papier quadrillé, transparent, glacé...;
- gouaches, crayons...
- ciseaux, règle, équerre, translateur, colle...;
- gabarits de tailles différentes.
Suggestions: - changer l’orientation des parallèles;
- varier le sens du déplacement;
- adapter l’écartement des parallèles à la taille et à la position des carrés utilisés;
- ...
271
57
2. Quelle est l’image retournée d’un carré par rapport à un axe de symétrie donné?
Défi: tu es un fin stratège; imagine, sur le terrain de volleyball, différentes positions symétriques que les joueurs
peuvent occuper par rapport au filet.
Exemple:
Suggestions: - faire varier le nombre et la disposition des joueurs;
- appliquer des stratégies analogues pour d’autres sports;
- garantir la symétrie des marquages au sol;
- ...
272
58
3. Que se passe-t-il lorsqu’on fait pivoter un carré autour d’un point donné?
a. Point situé à l’un des sommets du carré:
b. Point situé au centre du carré:
c. Point situé au milieu d’un côté du carré:
273
59
d. Point situé à l’intersection des axes de coordonnées:
Pistes suggérées:
• utiliser règle, équerre et compas;
• utiliser des couleurs différentes;
• rechercher des dessins décoratifs;
• ...
274
Autres recherches
60
1. Combien de carrés puis-je trouver dans ces figures?
275
61
À dégager: l’idée qu’il y a une infinité de carrés possibles.
276
62
2. À partir d’une collection de gabarits, imaginer des pavements, des mosaïques, des bordures, des frises, des
patchworks...
À l’aide de tampons, pochoirs, formes évidées, plâtres ou linos gravés, imaginer des impressions répétitives de carrés.
277
DYNAMISME DE STRUCTURATION
«Le rectangle est un moment du parallélogramme»
«Le carré est un moment du losange»
63
Exercice n° 1
Fabriquer des parallélogrammes à partir de bandes.
a. Bandes de largeurs différentes:
B1 = 2,5 cm
B2 = 1 cm
b. Bandes de même largeur:
B1 = B2
278
64
Exercice n° 2
Fabriquer des parallélogrammes en reportant des segments isométriques sur deux parallèles.
Exercice n° 3
Fabriquer des parallélogrammes en faisant varier des tiges articulées.
a. Côtés parallèles isométriques:
b. Tous côtés isométriques:
279
Exercice n° 4
65
Fabriquer des losanges à partir de variations au géoplan avec élastiques.
a. Variations sur l’axe vertical:
b. Variations sur l’axe horizontal:
280
Exercice n° 5
66
Fabriquer des quadrilatères à partir de 2 tiges articulées:
• tiges isométriques ou non;
• point d’articulation au centre ou non des 2 tiges.
Possibilités de découvertes.
Quelles sont les caractéristiques des figures construites?
Figures particulières:
• diagonales du carré: - isométriques
- perpendiculaires
• diagonales du rectangle: - isométriques
281
Exercice n° 6
67
Fabriquer des quadrilatères à partir d’un angle donné.
Les côtés consécutifs sont isométriques ou non.
Figure particulière:
• les angles au centre sont droits;
• les côtés consécutifs sont isométriques.
282
CALCUL DE L’AIRE DE N’IMPORTE QUEL POLYGONE
À PARTIR DE L’AIRE DU RECTANGLE
68
Pour calculer l’aire des figures planes, amener les enfants à construire la formule (a ´ b) avec des variantes en fonction
de la figure choisie. La démarche évite de faire mémoriser mécaniquement des formules sans lien entre elles.
À propos de l’aire du rectangle
1. Activités préalables
• Les enfants ont manipulé des prismes droits. Les empreintes laissées par leurs faces ont permis d’enrichir une collection
de rectangles découverts dans l’environnement.
• Ils ont comparé par transformations et superpositions les aires de certains de ces rectangles sans recourir au mesurage.
Exemple:
Ils ont recherché comment calculer l’aire de rectangles par recouvrements et reports d’unités non conventionnelles.
Par la confrontation des expérimentations, ils ont ressenti la nécessité d’utiliser des étalons communs pour effectuer un
mesurage.
2. Vers une conceptualisation de plus en plus poussée
Exemple 1
Défi: que devient la mesure de l’aire du rectangle si je change l’étalon?
Aire à mesurer:
Les enfants disposent d’un matériel varié: règles, transparents avec des quadrillages différents, étalons...
Étalons choisis:
283
69
Mis en situation de défi, les enfants expérimentent à partir d’un matériel donné. Par confrontation de
leurs recherches et découvertes, ils vont découvrir des régularités, effectuer des variations, construire
des règles, les vérifier dans de nouvelles situations.
• Expérimentation individuelle et/ou en équipes; mise en commun des découvertes.
• Représentation possible:
284
• Construction d’un début de règle:
Si l’étalon double ou est réduit de moitié, la mesure de l’aire est divisée ou multipliée par 2.
70
• Vérification et généralisation progressive:
Que devient la règle si le rapport entre les étalons n’est plus 2, mais 3, 4, 10...?
Exemple 2
Défi: que devient la mesure de l’aire du rectangle si je multiplie la mesure des côtés par un nombre?
• À partir de la construction d’un rectangle avec des bois d’allumettes, expérimentations individuelles et/ou en
équipes, puis mise en commun.
285
71
• Représentation possible:
Figures
Mesure longueur
Mesure largeur
Mesure périmètre
Mesure aire
A
2
1
6
2
B
4
2
12
8
C
6
3
18
18
D
8
4
24
32
Après avoir complété le tableau, les enfants sont invités:
- à rechercher des régularités;
- à tracer des relations;
- à établir des comparaisons;
- ...
• Construction d’un début de loi:
Si côté x n, alors périmètre x n et aire x n 2.
• Vérification et généralisation progressive:
La loi trouvée est-elle applicable:
- au carré?
- au triangle équilatéral?
- au triangle rectangle?
- à l’hexagone?
- à ...?
- à tout polygone?
• Réinvestissement:
Que devient la loi dans le domaine des volumes:
- parallélépipède rectangle?
- cube?
- ...
Vers la conceptualisation
À partir de défis, il est utile de mettre les enfants dans des situations d’expérimentations diverses afin de les amener
progressivement vers une conceptualisation de plus en plus poussée tout en respectant leurs cheminements et rythmes
personnels. L’enseignant s’appuiera sur les stratégies des élèves pour aider ceux-ci à progresser. Chacun s’enrichira des
apports des autres grâce aux interactions provoquées par la mise en commun et l’émergence de règles et lois à
construire, à vérifier, à généraliser puis à réinvestir.
286
72
2. Transformation de figures tout en conservant l’aire
Défi: Je sais calculer l’aire d’un rectangle à partir de la formule L ´ l (a ´ b); puis-je calculer l’aire:
- d’un triangle?
- d’un parallélogramme?
- d’un losange?
- ...?
- de n’importe quel polygone?
- d’un disque?
Vérification de la règle par:
- découpage;
- assemblage;
- glissement;
- rotation;
- rabattement;
- retournement;
- comparaison;
- similitude.
Méthodologie:
- expérimentation;
- construction de règles à partir de la découverte de
régularités;
- conceptualisation, validation et généralisation de la
règle par variations.
Quelques exemples de découvertes possibles:
287
73
3. Autres recherches
Défi: À partir de triangles, rechercher le plus grand nombre possible de figures planes que l’on peut construire
en accolant 2, 3, 4 de ces triangles.
Rechercher les caractéristiques des figures formées.
Exemples de découvertes:
288
Langue française
III.B
LANGUE FRANÇAISE
a. Définition
Une langue est un ensemble de signes verbaux ou graphiques qui sont propres à une communauté. Ainsi, tous ceux qui parlent
et écrivent le français partagent le même moyen de communication malgré l’existence de nuances régionales.
La langue française est un mode de communication particulier qui fonctionne grâce à trois systèmes de base: les
grammaires textuelle, morphologique et syntaxique.
b. Concept
Avant de poursuivre la réflexion sur les différentes sciences qui interviennent dans l’étude de la langue française, il n’est pas inutile
de rappeler la différence entre langage et langue.
Pas mal d’êtres vivants possèdent une forme de langage (verbal ou non verbal) mais seul l’homme a la faculté de produire des
énoncés au départ d’un nombre restreint de sons et de réfléchir sur les énoncés qu’il produit. En ce sens, le langage est universel.
La langue, elle (il y en a plus de deux mille parlées et/ou écrites dans le monde), obéit à un ensemble de règles de fonctionnement
qui lui sont propres; la construction des phrases, le vocabulaire disponible, les sons mêmes diffèrent de l’une à l’autre.
De plus, chacune des langues a une histoire, une vie... C’est d’ailleurs l’appellation donnée à une langue pratiquée de nos jours:
langue vivante.
Dans l’enseignement fondamental, on pratique l’étude synchronique de la langue française, c’est-à-dire l’étude de la langue telle
qu’elle est parlée et écrite aujourd’hui dans notre communauté.
c. Démarche
On trouvera les lignes directrices d’une méthodologie adaptée dans chacun des chapitres mais, dans tous les cas, les situations
de communication seront la base des apprentissages.
La communication sous toutes ses formes, l’une renforçant l’autre, constitue le chemin à privilégier pour amener l’enfant à une
maîtrise suffisante de la langue.
Langue française - 1
290
Introduction
Langue française - 2
Introduction
291
III.B.1
SAVOIR-ÉCOUTER - SAVOIR-PARLER
a. Définition
Parler et écouter, c’est échanger des informations en adaptant tour à tour son statut d’émetteur et de récepteur.
b. Concept
Pour que la situation soit efficace, il faut développer des aptitudes à maîtriser ses émotions, à s’adapter aux divers interlocuteurs
pour délivrer un message organisé et cohérent.
La fréquentation de l’école est primordiale.
L’école est le premier cadre social extérieur à la famille que l’enfant fréquente et où il apprend une autre manière de s’exprimer.
L’école est un lieu privilégié pour bâtir les fondements d’un langage correct car elle est l’endroit où les données langagières se
trouvent modifiées chez tous les enfants quel que soit leur milieu d’origine.
À l’école, pour chacun, les vocabulaires actif et passif sont en expansion continue avec des occasions de tensions tantôt positives,
tantôt négatives. À l’école, les règles de respect mutuel s’érigent progressivement.
Langue française - 3
292
Savoir-écouter - Savoir-parler
Pour provoquer des situations de communication fructueuses, il faut qu’enseignants et élèves:
• privilégient une pédagogie active qui rencontre les besoins et les intérêts (projets: marionnettes, théâtre…);
• considèrent que chaque intervenant est une personne:
- qui a un message à communiquer,
- qui attend d’être écoutée;
• adoptent une attitude positive: pas de préjugés ® réactions positives;
• observent, suscitent, régulent les échanges à l’intérieur de groupes de travail;
• veillent à la clarté de l’expression;
• portent leur regard sur leur(s) interlocuteur(s);
• manifestent de l’égard au travers de gestes bienveillants.
Dans les situations classiques de communication, les deux intervenants sont présents; aussi le langage non verbal facilite-t-il
considérablement la compréhension. D’autres situations, par contre, privant les interlocuteurs du langage non verbal, nécessitent
une formulation des messages davantage complète et précise.
La diversité des situations permet:
•
•
•
•
de s’informer et d’informer;
de comprendre et de se faire comprendre;
de recevoir des consignes et d’en donner;
de prendre du plaisir et d’en procurer.
c. Démarche
Les situations vraies de langage et d’écoute sont à privilégier; elles rendront performantes les aptitudes à écouter et à prendre la
parole.
Langue française - 4
Savoir-écouter - Savoir-parler
293
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
ORIENTER SA PAROLE ET SON ÉCOUTE
EN FONCTION DE LA SITUATION DE COMMUNICATION
1249
• En tenant compte du projet de communication et des interlocuteurs, manifester l’intention de s’exprimer oralement sur un
sujet choisi pour:
- informer;
- s’informer;
- expliquer et comprendre une ou deux consignes;
- donner et prendre du plaisir.
1250
Pratiquer une écoute active en adoptant des attitudes relationnelles
1253
• Demander l’autorisation pour prendre la parole.
• Respecter les règles de politesse et de courtoisie.
1255
1254
• Demander l’autorisation pour prendre la parole.
• Respecter les règles de politesse et de courtoisie.
Tenir compte de ce que dit son interlocuteur pour poursuivre le dialogue
1260
• Questionner, interroger pour satisfaire sa curiosité immédiate. • Questionner, interroger pour satisfaire sa curiosité immédiate.
1261
1262
ÉLABORER DES SIGNIFICATIONS EN SITUATION DE COMMUNICATION
• S’exprimer:
•
- sur un sujet qui tient à cœur;
- sur un fait vécu;
- sur un personnage connu.
• Demander / proposer un matériel, un jeu, un service, une
aide.
• Dire ce qu’on fait.
•
•
S’exprimer sur un personnage ou un événement (réel ou de
fiction), à partir:
- d’une image;
- d’un document audiovisuel, d’une réalisation collective;
- d’un livre;
- d’une activité ludique vécue.
En situation de vécu, reformuler un contenu simple.
Commenter un document, une activité en cours de réalisation.
1266
1270
294
1267
• Énoncer des détails adéquats:
- pour décrire une personne, un objet, un lieu;
- pour mener à bien une activité physique;
- pour indiquer un chemin;
- pour lancer une invitation.
• Amplifier le message en se référant à son vécu.
Décrire une personne, un objet, une image, un jouet.
Langue française - 5
1265
1271
Savoir-écouter - Savoir-parler
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
ORIENTER SA PAROLE ET SON ÉCOUTE
EN FONCTION DE LA SITUATION DE COMMUNICATION
1249
• Dans un projet de communication spontanée ou différée, • Dans un projet de communication spontanée ou différée,
tenir compte du lieu et du temps de l’activité ainsi que du
tenir compte du lieu et du temps de l’activité ainsi que du
nombre et de l’âge des interlocuteurs pour:
nombre et de l’âge des interlocuteurs pour:
- écouter une explication;
- écouter une explication;
- donner une explication;
- donner une explication;
- écouter des consignes;
- écouter des consignes;
- donner un enchaînement de consignes.
- donner un enchaînement de consignes.
1252
1251
Pratiquer une écoute active en adoptant des attitudes relationnelles
1253
• Demander l’autorisation pour prendre la parole.
• Respecter les règles de politesse et de courtoisie.
1257
• Demander l’autorisation pour prendre la parole.
1256 • Respecter les règles de politesse et de courtoisie.
• Participer à des débats en attendant son tour de parole sans • Participer à des débats en attendant son tour de parole sans
interrompre les autres intervenants.
interrompre les autres intervenants.
1259
1258
Tenir compte de ce que dit son interlocuteur pour poursuivre le dialogue
• Demander des informations complémentaires.
• Demander des informations complémentaires.
1263
1264
ÉLABORER DES SIGNIFICATIONS EN SITUATION DE COMMUNICATION
• Émettre / écouter un avis.
• Rendre compte d’une activité:
- visite;
- exposition;
- découverte;
- observation;
- film;
- activité sportive vécue.
• Exposer ses idées et écouter celles des autres.
• Commenter une vidéo sur un sujet vécu.
1260
1265
• S’exprimer à propos:
- d’un fait d’actualité;
- d’un règlement;
- d’un comportement;
- d’une lecture.
• Reformuler un avis, argumenter.
• Compléter une information.
• Exposer une idée en s’aidant de différents outils:
- schémas;
- documents.
• Commenter un film documentaire sur un sujet connu.
1268 2033
1269
• Sélectionner les éléments importants pour faciliter la compré- • Sélectionner les éléments importants pour faciliter la compréhension de son message.
hension de son message.
• Repérer et retenir, dans un message entendu, les éléments • Repérer et retenir, dans un message entendu, les éléments
importants:
importants:
- date;
- date;
- heure;
- heure;
- lieu;
- lieu;
- succession des faits.
- succession des faits.
• Prendre des notes pour retenir l’essentiel:
• Prendre des notes pour retenir l’essentiel:
- d’un exposé d’élève;
- d’un exposé d’élève;
- d’une émission télévisée.
- d’une émission télévisée.
1272
1273
Langue française - 6
Savoir-écouter - Savoir-parler
295
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Se présenter en donnant son prénom, son nom, son âge et • Énoncer de vive voix ou au téléphone:
son adresse dans des situations de vie quotidienne.
- son adresse complète et son numéro de téléphone;
• Se présenter en répondant au téléphone.
- sa date de naissance.
• Parler de sa famille (ses parents, ses frères et sœurs), de
son animal, de son jeu préféré:
- à un autre enfant;
- à un groupe d’enfants;
- à l’adulte.
1274
1275
• En respectant la chronologie, raconter un fait vécu à la • Raconter spontanément un fait vécu, vu ou entendu:
maison ou à l’école:
- un match de football en respectant la chronologie;
- un anniversaire;
- une excursion;
- un achat;
- une dispute;
- une chute;
-…
- une activité physique (jeu, danse, piscine).
1278
1279
• Oser dire qu’on n’a pas compris.
• Oser dire:
• Donner son avis à ses pairs:
- j’aime / je n’aime pas;
- je suis d’accord / je ne suis pas d’accord.
- je voudrais / je ne veux pas.
• Oser demander:
- à boire;
- à quitter la classe;
- à changer d’atelier.
• Oser exprimer des sensations corporelles: froid, faim,
douleur, essoufflement, fatigue, besoin de mouvement...
1282
1283
• Écouter et exécuter une consigne simple pour réaliser une • Écouter / énoncer et exécuter deux consignes pour réaliser
tâche concrète.
une tâche concrète.
1286
• Écouter:
- une histoire;
- une chanson;
- une poésie;
- un spectacle de marionnettes.
• Inventer, transformer, continuer une histoire (avec / sans
support visuel).
1290
Langue française - 7
296
1287
1379 - 1524
1291
Savoir-écouter - Savoir-parler
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Présenter la composition de sa famille.
• Parler:
- de ses loisirs;
- des habitudes familiales.
1917
• Parler de ses proches.
• Parler de ses loisirs:
- club sportif;
- groupe(s) culturel(s);
- mouvement(s) de jeunesse;
- ...
1276
1277
• Décrire une situation, un événement vu ou entendu • Relater un fait lu avec de plus en plus de détails et de
(personne extérieure, radio, cassette…) en respectant la
précisions et en respectant la chronologie.
chronologie.
• Tendre vers l’objectivité.
1280
• Préciser ce qu’on n’a pas compris.
• Donner son opinion en argumentant.
• Oser exprimer ses sentiments.
1281
• Préciser ce qu’on n’a pas compris.
• Donner son opinion en argumentant.
• Oser exprimer ses sentiments.
1284
1285
• Écouter / énoncer et exécuter un enchaînement de • Écouter / énoncer et exécuter un enchaînement de
consignes pour réaliser une tâche concrète ou plus
consignes pour réaliser une tâche concrète ou plus
complexe.
complexe.
• Transmettre un enchaînement de consignes:
• Transmettre un enchaînement de consignes:
- pour réaliser un bricolage ou un jeu;
- pour réaliser un bricolage ou un jeu;
- pour utiliser un appareil;
- pour utiliser un appareil;
- pour préparer une visite;
- pour préparer une visite;
- pour trouver un renseignement;
- pour trouver un renseignement;
- pour rechercher un document dans la BCD;
- pour rechercher un document dans la BCD;
- pour élaborer un règlement;
- pour élaborer un règlement;
- pour prendre sa part dans un projet sportif, théâtral…
- pour prendre sa part dans un projet sportif, théâtral…
1288
1289
• Transformer, continuer une histoire lue ou entendue en • Transformer, continuer une histoire lue ou entendue en
tenant compte de plusieurs indices.
tenant compte de plusieurs indices.
• Dire un texte en modulant la voix pour rendre le récit plus • Dire un texte en modulant la voix pour rendre le récit plus
vivant, plus compréhensible.
vivant, plus compréhensible.
1822
Langue française - 8
1292
1293
Savoir-écouter - Savoir-parler
297
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Chanter, dire une comptine, une poésie.
1833
1294
• Imiter les bruits, les voix, les cris d’animaux...
1820
• Lire, dire un poème, énoncer une devinette, animer une
marionnette, jouer la comédie, diriger une équipe, un
partenaire, un groupe de travail.
1295
• Jouer avec les sons, les mots, les rimes.
1298
1299
• Dégager les informations explicites d’un contenu vécu
(le contenu étant clairement structuré et adapté au niveau).
1302
• Distinguer le vrai du faux, la réalité de la fiction.
737 - 1405 - 2015
1305
ASSURER ET DÉGAGER L’ORGANISATION
ET LA COHÉRENCE D’UN MESSAGE
1308
Pour assurer une bonne présentation phonique du message, il faut veiller à la prononciation, à l’attitude du corps;
il faut maîtriser le volume, le débit et l’intonation de la voix.
• En situation, s’exprimer de manière audible et compré- • En situation, s’exprimer de manière audible et compréhensible.
hensible.
1309
1310
• Reformuler les mots mal prononcés dans des situations • Identifier les structures narrative, descriptive, explicative,
semblables en s’aidant des modèles corrects apportés par
argumentative ou la structure dialoguée (saynètes, théâtre
l’adulte ou ses pairs.
de marionnettes, contes…).
1313
1314
• Adapter son langage et l’intensité de sa voix selon que
l’interlocuteur est familier ou inconnu.
• S’adresser à un interlocuteur proche ou éloigné, à un groupe
d’interlocuteurs.
• Parler en direct ou en différé (téléphone, enregistreur,
répondeur…).
• Distinguer, à l’écoute, les changements d’intervenants dans
un récit.
1317
• Découvrir et donner les éléments principaux d’une courte
histoire.
1320
Langue française - 9
298
Savoir-écouter - Savoir-parler
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Lire, dire un poème, énoncer une devinette, animer une • Lire, dire un poème, énoncer une devinette, animer une
marionnette, jouer la comédie, diriger une équipe, un
marionnette, jouer la comédie, diriger une équipe, un
partenaire, un groupe de travail.
partenaire, un groupe de travail.
1296
1297
• Interpréter un même message avec des intonations • Interpréter un même message avec des intonations
différentes.
différentes.
1301
1300
• Clarifier son propos, énoncer ce qu’on connaît d’un sujet.
• Dire ce qu’on a appris de nouveau.
•
•
•
•
•
Dégager les informations explicites.
Distinguer l’essentiel de l’accessoire.
Tirer une conclusion.
Expliquer sa démarche.
Argumenter pour justifier ou convaincre.
1303
• Distinguer le vrai du faux, la réalité de la fiction.
• Comprendre la partie implicite d’un message.
• Traduire en mots un message non verbal.
1304
• Distinguer le vrai du faux, la réalité de la fiction.
• Comprendre la partie implicite d’un message.
• Traduire en mots un message non verbal.
1306
1307
ASSURER ET DÉGAGER L’ORGANISATION
ET LA COHÉRENCE D’UN MESSAGE
1308
Pour assurer une bonne présentation phonique du message, il faut veiller à la prononciation, à l’attitude du corps;
il faut maîtriser le volume, le débit et l’intonation de la voix.
• En situation, s’exprimer en veillant à la prononciation, à • En situation de communication élargie ou nouvelle,
l’attitude du corps et à l’intonation.
s’exprimer avec une prononciation, un volume, un débit et
une intonation adaptés.
1826
1311
1312
• Identifier les structures narrative, descriptive, explicative, • Identifier les structures narrative, descriptive, explicative,
argumentative ou la structure dialoguée.
argumentative ou la structure dialoguée.
• Percevoir et exprimer un même message avec des • Percevoir et exprimer un même message avec des
intonations diverses (ordre, étonnement, doute, interrogation,
intonations diverses (ordre, étonnement, doute, interrogation,
surprise, conseil…).
surprise, conseil…).
1638
1315
1425 - 1429 - 1571
1316
• Adapter son langage et l’intensité de sa voix selon que
l’interlocuteur est familier ou inconnu.
• S’adresser à un interlocuteur proche ou éloigné, à un groupe
d’interlocuteurs.
• Parler en direct ou en différé (téléphone, enregistreur,
répondeur…).
• Distinguer, à l’écoute, les changements d’intervenants dans
un récit.
1711
1318
• Adapter son langage et l’intensité de sa voix selon que
l’interlocuteur est familier ou inconnu.
• S’adresser à un interlocuteur proche ou éloigné, à un groupe
d’interlocuteurs.
• Parler en direct ou en différé (téléphone, enregistreur,
répondeur…).
• Distinguer, à l’écoute, les changements d’intervenants dans
un récit.
1319
• Découvrir et donner les éléments principaux d’un message.
• Dans des messages adaptés, repérer les informations
principales et les informations secondaires.
1321
Langue française - 10
1322
Savoir-écouter - Savoir-parler
299
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Dire ce qu’on a retenu d’une brève communication orale de • Percevoir les idées contenues dans une communication ou
l’enseignant ou d’un condisciple (ce qui a frappé).
un récit court et bien structuré.
• Percevoir l’enchaînement des idées (deux ou trois idées
clairement exprimées dans le texte entendu ou lu).
1323
1324
UTILISER ET IDENTIFIER LES MOYENS NON VERBAUX
1327
En situation, la compréhension du message est soit facilitée ou, au contraire, diminuée par les paramètres du nonverbal.
À l’école fondamentale, c’est le stade de l’initiation qui prime. Il ne faut pourtant pas négliger les dispositions naturelles
de l’enfant dans ce domaine et beaucoup de situations motivantes permettent de travailler ces compétences sans
verser dans un dressage qui ne serait qu’une façade vite lézardée.
• Apprendre à regarder l’autre quand on parle.
• Apprendre à regarder l’autre quand on parle.
• Apprendre à poser le geste adéquat lors d’un récit ou lors de • Apprendre à poser le geste adéquat lors d’un récit ou lors de
la récitation d’un poème.
la récitation d’un poème.
• Surveiller sa posture.
1328
• Dire ce que l’on voit sur une illustration.
• Dire ce que l’on voit sur une illustration, dans un tableau,
dans un schéma.
• Décrire l’usage d’un objet qu’on utilise.
1332
Langue française - 11
300
1329
1333
Savoir-écouter - Savoir-parler
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Percevoir les idées contenues dans une communication ou • Au départ d’un texte choisi pour sa clarté de structure,
un récit court et bien structuré.
découvrir et exprimer la progression des idées (le conte se
• Percevoir l’enchaînement des idées (deux ou trois idées
prête bien à ce type d’activité).
clairement exprimées dans le texte entendu ou lu).
1325
1326
UTILISER ET IDENTIFIER LES MOYENS NON VERBAUX
1327
En situation, la compréhension du message est soit facilitée ou, au contraire, diminuée par les paramètres du nonverbal.
À l’école fondamentale, c’est le stade de l’initiation qui prime. Il ne faut pourtant pas négliger les dispositions naturelles
de l’enfant dans ce domaine et beaucoup de situations motivantes permettent de travailler ces compétences sans
verser dans un dressage qui ne serait qu’une façade vite lézardée.
• Apprendre à regarder l’autre quand on parle.
• Apprendre à poser le geste adéquat lors d’un récit, lors de la
• Apprendre à poser le geste adéquat lors d’un récit ou lors de
récitation d’un poème, lors d’un atelier de théâtre...
la récitation d’un poème.
• Adopter la posture et la mimique adéquates lors des diverses
• Surveiller sa posture.
communications orales faites en classe, dans d’autres
classes ou encore devant un public extérieur (fête des
grands-parents, théâtre à l’école…).
• Apprendre à poser le regard sur le public.
1330
1331
• Dire ce que l’on voit sur une illustration, dans un tableau, • Expliquer un schéma, un tableau à double entrée, une
dans un schéma.
illustration lors d’un exposé individuel ou en équipe.
• Utiliser une illustration, un objet à bon escient dans une • Utiliser les moyens disponibles pour augmenter l’efficacité de
élocution.
la communication.
1334
1335
Maîtriser la langue!
Langue française - 12
Savoir-écouter - Savoir-parler
301
III.B.2
SAVOIR-LIRE
a. Définition
Lire, c’est comprendre.
b. Concept
La lecture est un acte social intelligent qui consiste à traiter toutes formes d’informations écrites ou visuelles afin de communiquer,
de s’informer, d’apprendre, de comprendre le monde, de se faire une opinion, de rêver, d’imaginer, de réaliser quelque chose.
Langue française - 13
302
Savoir-lire
Toute situation motivante conduira à la maîtrise progressive du code. Toujours liée à des projets authentiques, la lecture, outil
permanent de communication, répond à des attentes diverses induites par des défis scientifiques, mathématiques, linguistiques
ou culturels.
Le savoir-lire et le savoir-écrire se nourrissent mutuellement. En effet, les activités d’écriture trouvent leurs «modèles» dans les
projets de lecture et inversement.
c. Démarche
C’est en lisant qu’on apprend à lire.
Apprendre à lire, c’est apprendre à comprendre.
Le plaisir de lire, c’est le plaisir d’avoir compris.
Langue française - 14
Savoir-lire
303
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
ORIENTER SA LECTURE
EN FONCTION DE LA SITUATION DE COMMUNICATION
1336
• Avec la collaboration de l’adulte, pour répondre à ses • Avec la collaboration de l’adulte, pour répondre à ses
attentes, rencontrer, découvrir et manipuler les types d’écrits
attentes, rencontrer, découvrir et manipuler les types d’écrits
les plus divers dans la vie journalière (à l’école, en dehors de
les plus divers dans la vie journalière (à l’école, en dehors de
l’école).
l’école).
1337
1338
• Reconnaître des écrits sociaux:
• Reconnaître des écrits sociaux:
- hebdomadaire (programme de télévision), mensuel, quoti- hebdomadaire (programme de télévision), mensuel, quotidien, document publicitaire;
dien, document publicitaire;
- courrier (carte postale, lettre), annuaire téléphonique,
- courrier (carte postale, lettre), annuaire téléphonique,
répertoire téléphonique;
répertoire téléphonique;
- calendrier, affiche, livre, chansonnier, conte, bande dessinée.
- calendrier, affiche, livre, chansonnier, conte, bande dessinée.
• Reconnaître des écrits scolaires:
• Reconnaître des écrits scolaires:
- tableau des activités, des charges, graphique...;
- tableau des activités, des charges, graphique...;
- cahier, classeur, journal de classe, référentiel (diction- cahier, classeur, journal de classe, référentiel (dictionnaire…).
naire…).
1341
1342
• Lire
- des plans simples:
. de la classe;
. de la cour;
. de l’espace de jeux, du gymnase, de la piscine, de la
plaine de jeux;
- des règlements de jeux simples;
- ...
1345
• Recourir à un coin lecture, fréquenter la BCD, la bibliothèque, • Recourir à un coin lecture, fréquenter la BCD, la bibliothèque,
un centre de documentation spécialisé (musée…), une
un centre de documentation spécialisé (musée…), une
médiathèque…
médiathèque…
1348
1349
• Trouver un livre dans le coin bibliothèque de la classe.
• Trouver un titre de livre dans la bibliothèque de classe ou de
l’école.
1352
1353
• Choisir un document en fonction du projet et du contexte de
l’activité (référentiels de la classe).
1356
• Anticiper le contenu d’un document en utilisant des indices:
- couverture d’un livre (illustration, titre);
- format;
- texture du papier;
- caractères spéciaux.
• Anticiper le contenu d’un document en utilisant des indices:
- couverture d’un livre (illustration, titre);
- format;
- texture du papier;
- caractères spéciaux.
1359
1360
Langue française - 15
304
Savoir-lire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
ORIENTER SA LECTURE
EN FONCTION DE LA SITUATION DE COMMUNICATION
1336
• De façon autonome, en interaction avec d’autres (enfants, • De façon autonome, en interaction avec d’autres (enfants,
adultes), rencontrer, découvrir et manipuler les types d’écrits les
adultes), rencontrer, découvrir et manipuler les types d’écrits
plus divers dans la vie journalière (à l’école, en dehors de l’école).
les plus divers dans la vie journalière (à l’école, en dehors de
l’école).
1340
1947
1339
• Utiliser les écrits sociaux reconnus précédemment pour:
- sélectionner une émission de télévision;
- identifier une rubrique particulière dans un document.
• Utiliser les écrits sociaux reconnus précédemment pour:
- sélectionner une émission de télévision;
- identifier une rubrique particulière dans un document.
1344
1343
• Lire:
• Lire:
- des itinéraires;
- des plans;
- des graphiques simples (schémas de jeux, construction de
- des cartes de géographie;
circuits…);
- des échelles;
- des schémas;
- des renvois de page;
- des signes conventionnels;
- des schémas de jeux.
- des abréviations universelles.
843
1346 777
1347
• Recourir à un coin lecture, fréquenter la BCD, la bibliothèque, • Recourir à un coin lecture, fréquenter la BCD, la bibliothèque,
un centre de documentation spécialisé (musée…), une
un centre de documentation spécialisé (musée…), une
médiathèque…
médiathèque…
1350
1351
• Trouver un titre de livre dans la bibliothèque de classe, de • Trouver un titre de livre dans la bibliothèque de classe, de
l’école, publique:
l’école, publique:
- dans les collections pour enfants;
- dans les collections pour enfants;
- dans les autres collections;
- dans les autres collections;
- dans d’autres documents (cassettes audio, vidéo, disques
- dans d’autres documents (cassettes audio, vidéo, disques
compacts);
compacts);
en fonction du classement CDU (version pour enfants).
en fonction du classement CDU (version pour enfants).
1354
1355
• Choisir un document dans les référentiels disponibles pour:
- obtenir une information souhaitée;
- finaliser un travail de recherche documentaire.
1357
• Choisir un document dans les référentiels disponibles pour:
- obtenir une information souhaitée;
- finaliser un travail de recherche documentaire.
1358
• Anticiper le contenu d’un document en utilisant des indices: • Anticiper le contenu d’un document en utilisant des indices:
- couverture d’un document (collection, première et
- couverture d’un document (collection, première et
quatrième de couverture, auteur, illustrateur);
quatrième de couverture, auteur, illustrateur);
- sommaire;
- sommaire;
- table des matières;
- table des matières;
- ...
- ...
1361
Langue française - 16
1362
Savoir-lire
305
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Saisir les intentions dominantes de l’auteur:
- informer;
- persuader.
• Donner des consignes.
1363
• Adapter sa stratégie de lecture en fonction du document, du
projet et du temps accordé:
- pratiquer une lecture intégrale, sélective, rapide, par
recherche d’éléments...
1366
Voir fiches pédagogiques n° 90, 91, 92, 93
• Adopter une vitesse de lecture favorisant le traitement de
l’information.
1369
ÉLABORER DES SIGNIFICATIONS
1372
• Dégager les informations explicites d’un écrit:
- les personnages principaux et leurs actions;
- les circonstances essentielles d’une histoire;
- les principaux éléments d’un décor;
- les informations essentielles;
- les achats à effectuer;
- le matériel à rassembler pour réaliser un bricolage.
1373
• Découvrir des informations implicites contenues:
- dans des attitudes (mimiques, gestes), dans l’action de
partenaires, d’adversaires;
- dans des slogans;
- dans des textes.
1376
• Proposer une suite logique à une histoire.
• Reconstituer la suite d’un récit de structure simple à l’aide de
supports (images, bruitages…).
1291 - 1524
Langue française - 17
306
1379
Savoir-lire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Saisir les intentions dominantes de l’auteur:
- informer;
- persuader.
• Donner des consignes.
• Saisir les intentions dominantes de l’auteur:
- informer;
- persuader.
• Donner des consignes.
1364
1365
• Adapter sa stratégie de lecture en fonction du document, du • Adapter sa stratégie de lecture en fonction du document, du
projet et du temps accordé:
projet et du temps accordé:
- pratiquer une lecture intégrale, sélective, rapide, par
- pratiquer une lecture intégrale, sélective, rapide, par
recherche d’éléments...
recherche d’éléments...
1367
1368
• Adopter une vitesse de lecture favorisant le traitement de • Adopter une vitesse de lecture favorisant le traitement de
l’information.
l’information.
1371
1370
ÉLABORER DES SIGNIFICATIONS
1372
• Dégager les informations explicites, principales et secondaires • Dégager les informations explicites, principales et secondaires
concernant:
concernant:
- les personnages principaux et secondaires;
- les personnages principaux et secondaires;
- les informations essentielles et secondaires;
- les informations essentielles et secondaires;
- les rapports de manière, de temps et de lieu.
- les rapports de manière, de temps et de lieu.
1374
1375
• Découvrir des informations implicites contenues:
• Dégager les informations implicites et construire une
- dans des attitudes (mimiques, gestes), dans l’action de
information précisant les personnages, le lieu et le temps (au
partenaires, d’adversaires;
départ de textes choisis).
- dans des slogans;
- dans des textes.
1377
• Proposer une suite logique à une nouvelle, à un conte.
1380
Langue française - 18
1378
• Proposer une suite logique à une nouvelle, à un conte.
1381
Savoir-lire
307
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Percevoir le sens global: raconter ce qu’on a lu en respectant
la succession des actions (choisir de courtes histoires et
éventuellement prévoir un support).
1382
• Lire et exécuter une consigne simple (une action).
• Reformuler la consigne lue.
Voir fiches pédagogiques n° 88, 89
• Repérer des informations dans son univers quotidien:
- son prénom;
- celui des autres;
- les jours de la semaine;
- les actions, les objets usités dans:
. le tableau des responsabilités;
. les ateliers: cuisine, bricolage, jardinage…;
. les règles de jeux;
. les parties du corps.
1385
• Repérer des informations dans un écrit (affiche, dépliant
publicitaire...):
- le lieu d’une manifestation;
- la date d’une exposition;
- le résultat d’un club sportif;
- ...
1388
1389
• Associer des mots à leur représentation idéographique: mots • Associer:
et images.
- phrases et images;
- paragraphes et images;
- phylactères et personnages de bande dessinée.
1392
• Découvrir des ressemblances entre:
- des graphies;
- des mots.
1393
• Découvrir des ressemblances entre des syllabes.
1396
1397
• Anticiper régulièrement, en cours de lecture, la suite des
événements, confronter son point de vue à celui de l’auteur
et, qu’il y ait ou non convergence, poursuivre sa lecture.
1400
Réagir en interaction avec d’autres lecteurs pour...
• distinguer le vrai du faux à partir d’un questionnement:
- qui porte sur des images;
- qui traite du tableau des responsabilités.
1403
• distinguer le vrai du faux à partir de:
- phrases courtes;
- textes courts.
1404
737 - 1305 - 2015
1405
• distinguer le réel de l’imaginaire à partir d’un questionnement • distinguer le réel de l’imaginaire, en partant de documents:
qui porte sur:
- image;
- des images;
- photo;
- des contes;
- diapositive;
- des films.
- peinture;
- reproduction graphique;
1408
- texte, conte, récit...
1409
Langue française - 19
308
Savoir-lire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Percevoir le sens global: au départ d’un conte ou d’un récit • Percevoir le sens global: au départ d’un conte ou d’un récit
bien structuré, restituer le contenu en respectant l’ordre
bien structuré, restituer le contenu en respectant l’ordre
chronologique.
chronologique.
1383
1384
• Lire et exécuter un enchaînement de consignes (plutôt des • Lire et exécuter un enchaînement de consignes (plutôt des
actions débouchant sur une réalisation).
actions débouchant sur une réalisation).
• Reformuler les consignes lues.
• Reformuler les consignes lues.
1386
1387
• Reformuler et/ou utiliser des informations lues dans des • Reformuler et/ou utiliser des informations lues dans des
textes plus longs mais toujours bien structurés:
textes plus longs mais toujours bien structurés:
- dans un article de la presse écrite (choisir dans la presse
- dans un article de la presse écrite;
pour enfants);
- dans un livre lu collectivement par la classe.
- dans un récit de quelques pages (chapitre d’un livre pour
enfants afin de susciter l’intérêt).
2031
1390
• Associer:
- phrases et images;
- paragraphes et images;
- phylactères et personnages de bande dessinée.
1394
• Découvrir des ressemblances entre des syllabes.
1391
• Associer:
- paragraphes et images;
- paragraphes et sous-titres;
- résumés et images;
- résumés et titres.
1395
• Découvrir des ressemblances entre des syllabes.
1398
1399
• Anticiper régulièrement, en cours de lecture, la suite des • Anticiper régulièrement, en cours de lecture, la suite des
événements, confronter son point de vue à celui de l’auteur
événements, confronter son point de vue à celui de l’auteur
et, qu’il y ait ou non convergence, poursuivre sa lecture.
et, qu’il y ait ou non convergence, poursuivre sa lecture.
1401
Réagir en interaction avec d’autres lecteurs pour ...
1402
1403
• distinguer le vrai du faux à partir de documents plus • distinguer le vrai du faux à partir de documents plus
complexes et plus variés.
complexes et plus variés.
1406
1407
• distinguer le réel de l’imaginaire, en partant de documents: • distinguer le réel de l’imaginaire en utilisant des indicateurs
- image;
clairs dans des textes choisis pour leur contenu adapté.
- photo;
- diapositive;
- peinture;
- reproduction graphique;
- texte, conte, récit...
1410
1411
Langue française - 20
Savoir-lire
309
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• La valeur du temps dans la réalité, dans la fiction à partir d’un • La valeur du temps dans la réalité, dans la fiction à partir de:
questionnement:
- phrases courtes;
- qui porte sur des images;
- textes courts;
- qui traite du tableau des responsabilités;
- ...
- qui traite d’une histoire en images;
- ...
1412
• Distinguer le réel du virtuel dans:
- des dessins animés;
- des films.
1413
• Distinguer le réel du virtuel dans:
- des journaux télévisés;
- des émissions sportives;
- des variétés;
- des jeux;
- des émissions documentaires.
• Distinguer le vraisemblable de l’invraisemblable.
1417
1416
Cette différenciation pose beaucoup de problèmes à l’enfant car ce qui est invraisemblable aujourd’hui peut être tout à
fait acceptable demain, tout au moins dans certains domaines. L’initiation se fera donc à propos de sujets les moins
susceptibles d’être controversés.
DÉGAGER L’ORGANISATION D’UN TEXTE
1420
Reconnaître les éléments qui interviennent dans la structure dominante d’un récit, d’un document...
à structure narrative
1421
• Repérer:
- les personnages principaux,
- le temps,
- le lieu,
- ...
dans une histoire en images.
• Reconnaître:
- les personnages principaux,
- le temps,
- le lieu,
-…
dans une histoire, un récit.
1422
1423
à structure descriptive
1426
• Repérer les éléments de description:
- d’un objet réel ou connu;
- d’une image, d’un visage, d’un personnage;
- ...
1427
Langue française - 21
310
Savoir-lire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• La valeur du temps dans la réalité, dans la fiction à partir de • La valeur du temps dans la réalité, dans la fiction à partir de
documents plus complexes et plus variés...
documents plus complexes et plus variés...
1414
• Distinguer le réel du virtuel dans:
- des journaux télévisés;
- des émissions sportives;
- des variétés;
- des jeux;
- des émissions documentaires.
• Distinguer le vraisemblable de l’invraisemblable.
1415
• Distinguer le réel du virtuel, notamment dans les représentations diverses des animaux, des objets mais aussi des
hommes, trouvées dans tous les types de documents
(diversifier le plus possible les documents de base).
• Distinguer le vraisemblable de l’invraisemblable.
1419
1418
Cette différenciation pose beaucoup de problèmes à l’enfant car ce qui est invraisemblable aujourd’hui peut être tout à
fait acceptable demain, tout au moins dans certains domaines. L’initiation se fera donc à propos de sujets les moins
susceptibles d’être controversés.
DÉGAGER L’ORGANISATION D’UN TEXTE
1420
Reconnaître les éléments qui interviennent dans la structure dominante d’un récit, d’un document...
à structure narrative
1421
• Repérer l’essentiel:
- d’une histoire,
- d’un récit,
- d’une séquence filmée,
- ...
en la présence ou non d’un document.
• Repérer l’essentiel:
- d’une histoire,
- d’un récit,
- d’une séquence filmée,
- ...
en la présence ou non d’un document.
1424
1316 - 1429 - 1571
à structure descriptive
1426
• Repérer les éléments de description:
- d’un objet réel ou connu;
- d’une image, d’un visage, d’un personnage;
- ...
• Repérer la manière dont les éléments sont décrits dans des
textes choisis pour la beauté de la description mais aussi
pour la richesse du vocabulaire.
1428
Langue française - 22
1425
1316 - 1425 - 1571
1429
Savoir-lire
311
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
à structure explicative
1430
• Repérer dans un écrit utilitaire les éléments importants qui • Repérer dans un écrit utilitaire les éléments importants qui
permettent de:
permettent de:
- cuisiner;
- construire une maquette de jeu;
- bricoler;
- réaliser une expérience;
- jouer;
- parcourir un itinéraire;
- décorer;
- ...
- ...
1431
1432
à structure argumentative
1435
• Découvrir des arguments dans différents types de documents:
affiches, brochures de vacances, dépliants publicitaires,
films…
1436
à structure dialoguée
1440
• Identifier le personnage qui parle.
•
•
•
•
1441
Associer les phylactères aux personnages.
Identifier le locuteur.
Repérer les marques du discours direct.
Repérer l’enchaînement des répliques des personnages.
1442
• Lire fréquemment, avec les enfants, des œuvres entières de
genres différents.
1445
Langue française - 23
312
Savoir-lire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
à structure explicative
1430
• Repérer dans un écrit utilitaire les éléments importants qui • Repérer dans un écrit utilitaire les éléments importants qui
permettent d’utiliser des appareils:
permettent d’utiliser des appareils:
- magnétoscope;
- magnétoscope;
- appareil photographique;
- appareil photographique;
- ordinateur;
- ordinateur;
- ...
- ...
1433
1434
à structure argumentative
1435
• Découvrir des arguments dans différents types de documents: • Découvrir des arguments dans différents types de documents:
affiches, lettres, textes, récits, livres, brochures de vacances,
affiches, lettres, textes, récits, livres, brochures de vacances,
dépliants publicitaires, articles de presse, films…
dépliants publicitaires, articles de presse, films…
• Reconnaître le rôle des conjonctions dans l’argumentation: • Reconnaître le rôle des conjonctions dans l’argumentation:
- donc;
- donc;
- car;
- car;
- ainsi;
- ainsi;
- par conséquent;
- par conséquent;
- parce que;
- parce que;
- ...
- ...
1437
1438
• Relever:
- des mécanismes de persuasion et de séduction utilisés par
des médias;
- les principales caractéristiques publicitaires:
. brièveté du message;
. rythme;
. musique accrocheuse;
. effets magiques;
. gens connus, sympathiques…;
. possibilité d’identification;
. ...
2022
à structure dialoguée
•
•
•
•
1439
1440
Reconnaître les incises.
Identifier les marques du discours direct.
Dégager l’enchaînement des répliques des personnages.
Réaliser l’importance:
- du tiret;
- des guillemets;
- ...
1443
•
•
•
•
Reconnaître les incises.
Identifier les marques du discours direct.
Dégager l’enchaînement des répliques des personnages.
Réaliser l’importance:
- du tiret;
- des guillemets;
- ...
1444
• Favoriser l’acquisition d’une culture littéraire contemporaine. • Favoriser l’acquisition d’une culture littéraire contemporaine.
Varier les genres (romans, nouvelles, contes…):
Varier les genres (romans, nouvelles, contes…); l’élève lira
- lire en commun, par année scolaire, deux ou trois œuvres
seul un minimum de six livres d’une centaine de pages par
séquencées par l’adulte;
année scolaire.
- éviter les œuvres simplistes.
1446
Langue française - 24
1447
Savoir-lire
313
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Repérer les marques de l’organisation générale d’un document
1448
Les paragraphes
1449
• Repérer des titres:
- taille;
- intensité des caractères;
-…
1450
• Repérer des symboles conventionnels:
- dessins;
- couleurs;
- majuscules.
• Repérer des titres et des intertitres:
- dans une recette:
. matériel,
. ingrédients,
. fabrication;
- dans du courrier:
. en-tête,
. objet,
. formule de politesse.
• Repérer les paragraphes:
- dans un récit;
- dans une poésie;
- dans une chanson.
1451
• Repérer d’autres conventions:
- numérotation;
- alignement des paragraphes (ensembles cohérents d’éléments).
Exemple: les éléments d’un règlement de jeu.
1454
• Repérer:
- des signes graphiques;
- des pointillés;
- des astérisques;
- des points (. / ? / !).
1455
• Repérer, comprendre, utiliser différents signes symboliques
(ponctuation et autres).
1458
La mise en pages
1459
1462
• Reconnaître les documents d’après leur mise en pages:
• Reconnaître les documents d’après leur mise en pages:
- lettre, affiche, invitation, menu, tableau de responsabilités,
- lettre, affiche, invitation, menu, tableau de responsabilités,
recette, publicité, magazine, revue;
recette, publicité, magazine, revue;
- adresse, conte, mode d’emploi, catalogue;
- adresse, conte, mode d’emploi, catalogue;
- carte d’identité, dépliant touristique;
- carte d’identité, dépliant touristique;
- annuaire téléphonique;
- annuaire téléphonique;
- ticket d’entrée, carte de téléphone;
- ticket d’entrée, carte de téléphone;
- ...
- ...
1463
Langue française - 25
314
1464
Savoir-lire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Repérer les marques de l’organisation générale d’un document
1448
Les paragraphes
1449
• Repérer les titres, les intertitres, les paragraphes, les • Repérer les titres, les intertitres, les paragraphes, les
chapitres… dans:
chapitres, les alinéas et/ou doubles interlignes dans:
- un récit court;
- des récits plus longs;
- une nouvelle;
- des écrits documentaires;
- un roman;
- des articles de presse;
- ...
- ...
1452
1453
• Repérer d’autres symboles et conventions:
• Repérer d’autres symboles et conventions:
- numérotation;
- numérotation;
- alignement des paragraphes (ensembles cohérents
- alignement des paragraphes (ensembles cohérents
d’éléments).
d’éléments).
1456
1457
• Repérer, comprendre, utiliser différents signes symboliques • Repérer, comprendre, utiliser différents signes symboliques
(ponctuation et autres, quelle que soit la discipline).
(ponctuation et autres, quelle que soit la discipline).
1460
La mise en pages
1461
1462
• Identifier les genres de textes d’après leur mise en pages et • Identifier les genres de textes d’après leur mise en pages et
leur contexte.
leur contexte.
1465
Langue française - 26
1466
Savoir-lire
315
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Identifier des organisateurs textuels (mots ou groupes de
mots qui enchaînent les idées):
- indicateurs temporels (durée, succession, périodicité):
. avant,
. après,
. alors,
. ensuite,
. pendant ce temps,
. trois jours plus tard;
- indicateurs spatiaux:
. à quelques kilomètres de là,
. au loin,
. là,
. dans la ville voisine;
- ...
1467
• Vivre les modes et les temps verbaux dans toutes les
situations d’apprentissage.
1663
Langue française - 27
316
1470
Savoir-lire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Identifier des organisateurs textuels (mots ou groupes de • Repérer et utiliser tous les organisateurs textuels rencontrés
mots qui enchaînent les idées):
précédemment.
- indicateurs temporels (durée, succession, périodicité);
• Étendre la reconnaissance des organisateurs textuels lors de
- indicateurs spatiaux.
lectures diverses.
• Repérer des organisateurs textuels logiques:
- toutefois;
- par contre;
- néanmoins;
- par conséquent.
• Repérer des mots de liaison dans la construction grammaticale.
1468
1589
1469
• Vivre les modes et les temps verbaux dans toutes les • Vivre les modes et les temps verbaux dans toutes les
situations d’apprentissage.
situations d’apprentissage.
• Repérer les modes et temps verbaux utilisés dans les • Repérer les modes et temps verbaux utilisés dans les
documents: narratif, descriptif.
documents: narratif, descriptif, argumentatif, explicatif, et les
dialogues.
1471
Langue française - 28
1687
1472
Savoir-lire
317
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
PERCEVOIR LA COHÉRENCE ENTRE PHRASES
ET GROUPES DE PHRASES TOUT AU LONG DU TEXTE
1473
• Être sensibilisé à la cohérence dans la chronologie:
- aujourd’hui;
- demain;
- hier.
1474
• Repérer les mots qui représentent le ou les personnages
principaux et ainsi découvrir le réseau des anaphores
(éléments linguistiques de reprise d’information):
- les pronoms personnels sujets (à vivre dans l’action
concrète).
1477
TENIR COMPTE DES UNITÉS GRAMMATICALES
1482
• Identifier les unités de sens d’un texte en s’appuyant sur le
découpage du texte en phrases:
- les majuscules;
- le point final, le point d’interrogation.
1483
• Sensibiliser aux marques de genre et de nombre.
1486
Langue française - 29
318
Savoir-lire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
PERCEVOIR LA COHÉRENCE ENTRE PHRASES
ET GROUPES DE PHRASES TOUT AU LONG DU TEXTE
• Être sensibilisé à la cohérence dans la chronologie:
- le lendemain;
- une heure plus tard;
- la veille;
- l’année suivante;
- le trimestre passé;
- ensuite, d’abord, enfin, pendant, entre-temps;
- désormais;
- naguère;
- dorénavant;
-…
1473
• Être sensibilisé à la cohérence dans la chronologie:
- le lendemain;
- une heure plus tard;
- la veille;
- l’année suivante;
- le trimestre passé;
- ensuite, d’abord, enfin, pendant, entre-temps;
- désormais;
- naguère;
- dorénavant;
-…
1475
1476
• Repérer les mots qui représentent le ou les personnages • Repérer les mots qui représentent le ou les personnages
principaux et ainsi découvrir le réseau des anaphores
principaux et ainsi découvrir le réseau des anaphores
(éléments linguistiques de reprise d’information):
(éléments linguistiques de reprise d’information):
- les synonymes;
- les synonymes;
- les substituts (pronoms personnels et autres).
- les substituts (pronoms personnels et autres).
Exemples: la guêpe, elle; l’insecte vrombissant, celui-ci.
Exemples: la guêpe, elle; l’insecte vrombissant, celui-ci.
1621
1478
1479
• Observer la manière dont l’information évolue, se complète • Observer la manière dont l’information évolue, se complète
et parfois se répète:
et parfois se répète:
- à propos d’un événement.
- à propos d’un personnage;
- à propos d’un lieu;
- à propos d’une époque;
- à propos d’une action concrète.
1480
1481
TENIR COMPTE DES UNITÉS GRAMMATICALES
1482
• Identifier les phrases de même structure.
• Identifier les phrases de même structure.
• Observer que la présence ou l’absence d’un signe de • Observer que la présence ou l’absence d’un signe de
ponctuation modifie le sens.
ponctuation modifie le sens.
1484
1626 - 1636
1485
• Établir des relations entre les mots: marques de genre et de • Établir des relations entre les mots: marques de genre et de
nombre.
nombre.
1646 - 1653 - 1659
Langue française - 30
1487
1488
Savoir-lire
319
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
TRAITER LES UNITÉS LEXICALES
1489
• Acquérir la démarche de recherche du vocabulaire par le
contexte (émission, confrontation des points de vue,
vérification des hypothèses).
1490
• Acquérir la démarche de recherche du vocabulaire à l’aide du
référentiel adapté à la classe (y compris dictionnaires,
glossaires et autres ressources).
1493
• Reconnaître certaines relations que les mots entretiennent
entre eux:
- synonymie;
- antonymie;
- famille de mots.
1710
1496
• Distinguer les éléments qui composent un mot:
- préfixe;
- radical;
- suffixe.
1499
PERCEVOIR LES INTERACTIONS
ENTRE LES ÉLÉMENTS VERBAUX ET NON VERBAUX
• Relier un mot, une phrase à une image:
- prénom + portrait;
- consigne + illustration;
- responsabilité + illustration;
- geste sportif + illustration;
- expériences diverses + illustrations.
• Relier une phrase, un paragraphe, un texte à une ou des
illustrations.
• Établir une relation entre la typographie (taille, police…) et le
type d’écrit:
- affiche;
- journal;
- ...
1503
Langue française - 31
320
1502
1504
Savoir-lire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
TRAITER LES UNITÉS LEXICALES
1489
• Comprendre le vocabulaire en s’appuyant sur le paragraphe, • Comprendre le vocabulaire en s’appuyant sur le paragraphe,
le texte, les exemples.
le texte, les exemples.
1491
1492
• Comprendre le vocabulaire à l’aide du référentiel adapté à la • Trouver le sens qui convient à un mot en cherchant dans un
classe (y compris dictionnaires, glossaires et autres
dictionnaire ou dans un référentiel adapté.
ressources).
1494
1495
• Reconnaître certaines relations que les mots entretiennent • Comprendre le sens des mots en les identifiant par leur
entre eux:
appartenance à une famille.
- synonymie;
- antonymie;
- famille de mots.
1497
• Distinguer les éléments qui composent un mot:
- préfixe;
- radical;
- suffixe.
1498
• Distinguer les éléments qui composent un mot:
- préfixe;
- radical;
- suffixe.
1500
PERCEVOIR LES INTERACTIONS
ENTRE LES ÉLÉMENTS VERBAUX ET NON VERBAUX
1501
1502
• Établir une relation entre un texte informatif, un écrit • Établir une relation entre un texte informatif, un écrit
documentaire, un article de presse, une affiche publicitaire,
documentaire, un article de presse, une affiche publicitaire,
des cartes géographiques, des phylactères… et des:
des cartes géographiques, des phylactères… et des:
- croquis;
- croquis;
- schémas;
- schémas;
- légendes;
- légendes;
- tableaux;
- tableaux;
- graphiques;
- graphiques;
- photos de presse;
- photos de presse;
- couleurs;
- couleurs;
- typographies;
- typographies;
- dessins de bande dessinée;
- dessins de bande dessinée;
-…
-…
1505
Langue française - 32
1506
Savoir-lire
321
III.B.3
SAVOIR-ÉCRIRE
a. Définition
Écrire, c’est pratiquer un acte social qui consiste à produire du sens en tant qu’émetteur d’un message.
b. Concept
Lorsque le savoir-lire et le savoir-écrire se nourrissent mutuellement à l’intérieur de situations de communication diversifiées et
authentiques, l’enfant éprouve très tôt le désir d’élaborer une pensée personnelle et de la communiquer.
La maîtrise de l’écriture apporte à l’enfant un atout indispensable dans ses démarches d’apprentissage, quel que soit le domaine.
Langue française - 33
322
Savoir-écrire
À tout moment, le développement psychomoteur de l’enfant sera pris en compte afin qu’il soit en mesure de rédiger des messages.
La production d’écrits s’ouvre aux différentes formes de langage: récit, poésie, dialogue, courrier, article de presse… Bien que l’oral
et l’écrit soient complémentaires, leur codification est spécifique. En effet, si l’oral s’accompagne d’interactions non verbales
(postures, mimiques, regards…), l’écrit en est dépouillé. Le scripteur doit donc tout mettre en œuvre pour assurer la
compréhension du message. Il doit anticiper les réactions du lecteur.
De la fréquence et de la diversité de ces activités dépendront la qualité et l’efficacité du message produit: soin et correction
apportés à la graphie, adéquation de la construction des phrases et du vocabulaire aux intentions poursuivies.
c. Démarche
C’est en écrivant que l’élève apprend à écrire. Le savoir-écrire résulte d’un apprentissage qui, loin d’être spontané, se construit au
fil du temps.
En liaison avec des situations fonctionnelles d’écriture, l’enfant pratiquera un apprentissage visant à l’acquisition d’un ensemble
de connaissances et de compétences indispensables.
Langue française - 34
Savoir-écrire
323
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Pour toutes les productions, quel que soit l’objet de son écrit, l’enfant sera soucieux de respecter les normes
orthographiques. Il consultera les outils élaborés au fil du temps et au fur et à mesure des besoins.
Tout ce qui suit se fera soit avec l’aide de l’adulte, soit en interaction avec d’autres, soit de façon autonome selon le
degré de complexité.
ORIENTER SON ÉCRIT
EN FONCTION DE LA SITUATION DE COMMUNICATION
• Reproduire son prénom en imprimé en utilisant le référentiel • Reproduire en cursive:
pour signer ses travaux.
- son nom;
- son prénom;
- son adresse.
1508
1507
1509
• Encourager chacun à écrire pour lui-même. Respecter
l’intimité de l’écrit tout en restant disponible.
Décider de tenir, par exemple:
- un journal intime;
- un agenda personnel.
• Installer en classe une boîte à suggestions.
1512
• Produire des écrits de types différents selon:
- l’objectif à atteindre:
. décrire (un événement pour le journal...),
. enjoindre (un règlement, une recette...),
. raconter une histoire...;
- le statut du scripteur:
. production individuelle ou collective;
- le destinataire:
. écrire un conte pour une autre classe,
. écrire une lettre destinée à un élève malade, à ses
parents, à des correspondants...;
- le projet de la classe:
. produire une affiche, des invitations, des remerciements...
pour le spectacle organisé par la classe, l’école.
1515
ÉLABORER DES CONTENUS
• Dicter une phrase à l’adulte pour illustrer un fait vécu.
• Dicter une phrase.
• Rédiger une phrase.
• Rédiger le journal de bord de la classe.
1519
Langue française - 35
324
1518
1520
Savoir-écrire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Pour toutes les productions, quel que soit l’objet de son écrit, l’enfant sera soucieux de respecter les normes
orthographiques. Il consultera les outils élaborés au fil du temps et au fur et à mesure des besoins.
Tout ce qui suit se fera soit avec l’aide de l’adulte, soit en interaction avec d’autres, soit de façon autonome selon le
degré de complexité.
ORIENTER SON ÉCRIT
EN FONCTION DE LA SITUATION DE COMMUNICATION
• Écrire de mémoire:
- son identité, son adresse;
- la composition de sa famille.
1507
• Écrire de mémoire:
- son identité, son adresse;
- la composition de sa famille.
1510
1511
• Encourager chacun à écrire pour lui-même. Respecter •
l’intimité de l’écrit tout en restant disponible.
Décider de tenir, par exemple:
- un journal intime;
- un agenda personnel.
• Installer en classe une boîte à suggestions.
•
Encourager chacun à écrire pour lui-même. Respecter
l’intimité de l’écrit tout en restant disponible.
Décider de tenir, par exemple:
- un journal intime;
- un agenda personnel.
Installer en classe une boîte à suggestions.
1513
1514
• Produire des écrits de types différents selon:
• Produire des écrits de types différents selon:
- l’objectif à atteindre:
- l’objectif à atteindre:
. décrire (un événement pour le journal...),
. décrire (un événement pour le journal...),
. enjoindre (un règlement, une recette...),
. enjoindre (un règlement, une recette...),
. raconter une histoire...;
. raconter une histoire...;
- le statut du scripteur:
- le statut du scripteur:
. production individuelle ou collective;
. production individuelle ou collective;
- le destinataire:
- le destinataire:
. écrire un conte pour une autre classe,
. écrire un conte pour une autre classe,
. écrire une lettre destinée à un élève malade, à ses
. écrire une lettre destinée à un élève malade, à ses
parents, à des correspondants...;
parents, à des correspondants...;
- le projet de la classe:
- le projet de la classe:
. produire une affiche, des invitations, des remerciements...
. produire une affiche, des invitations, des remerciements...
pour le spectacle organisé par la classe, l’école.
pour le spectacle organisé par la classe, l’école.
1958
1516
1517
ÉLABORER DES CONTENUS
• Rédiger le journal de bord de la classe.
• Rédiger un texte court.
• Prendre une part dans la rédaction d’un texte collectif.
• Rédiger le journal de bord de la classe.
• Rédiger un texte court.
• Prendre une part dans la rédaction d’un texte collectif.
1521
Langue française - 36
1518
1522
Savoir-écrire
325
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Inventer la fin d’une histoire (texte dicté à l’adulte).
• Inventer et rédiger la suite d’une histoire.
1523
1291 - 1379
1524
• Jouer avec les mots.
• Choisir une rime pour compléter un vers.
• Produire un écrit dont la rime est donnée sous forme de
phonème.
1527
• Rédiger le compte rendu d’une activité réalisée concrètement.
1530
• Copier son prénom en regard de la tâche planifiée.
1533
• Rédiger la planification d’un projet.
Dresser un relevé des tâches à effectuer à l’aide d’un référentiel.
1534
• Rédiger, à l’occasion de l’organisation d’un spectacle, une • Rédiger une invitation, des remerciements, une affiche, un
affiche, une invitation, des remerciements (texte dicté à programme pour un projet de spectacle par exemple.
l’adulte).
1537
1538
Voir fiches pédagogiques
n° 74, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 81
Langue française - 37
326
• Exprimer son point de vue au sujet d’un texte lu ou entendu,
d’un film...
• Le justifier à propos:
- d’un personnage;
- de la situation;
- de la forme langagière.
1541
Savoir-écrire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Rédiger le début ou la fin d’une histoire.
• Ajouter des acteurs et des péripéties.
• Rédiger le milieu d’une histoire dont le début et la fin sont
donnés.
• Imaginer une histoire au départ d’une structure narrative.
• Modifier:
- le cadre spatial;
- le cadre temporel.
1525
1526
• Jouer avec les mots:
• Jouer avec les mots:
- rédiger des poèmes;
- rédiger des poèmes;
- inventer des dialogues pour un spectacle de marionnettes;
- inventer des dialogues pour un spectacle de marionnettes;
- produire des acrostiches;
- produire des acrostiches;
- imiter le «portrait chinois» (exemple: «Si c’était un métier,
- imiter le «portrait chinois» (exemple: «Si c’était un métier,
ce serait …»;
ce serait …»;
- rédiger des «cadavres exquis»;
- rédiger des «cadavres exquis»;
- produire des anagrammes (exemple: chien, chine, niche).
- produire des anagrammes (exemple: chien, chine, niche).
1528
1529
• Rédiger le compte rendu d’une activité réalisée concrète- • Rédiger le compte rendu d’une activité réalisée concrètement.
ment.
517 - 1556
1531
1532
• Rédiger la planification d’un projet en élargissant ses sources • Rédiger la planification d’un projet en élargissant ses sources
d’information.
d’information.
1535
1536
• Rédiger une invitation, des remerciements, une affiche, un • Rédiger une invitation, des remerciements, une affiche, un
programme pour un projet de spectacle par exemple.
programme pour un projet de spectacle par exemple.
1539
1540
• Exprimer son point de vue au sujet d’un texte lu ou entendu, • Exprimer son point de vue au sujet d’un texte lu ou entendu,
d’un film...
d’un film...
• Le justifier à propos:
• Le justifier à propos:
- d’un personnage;
- d’un personnage;
- de la situation;
- de la situation;
- de la forme langagière.
- de la forme langagière.
1542
1543
Langue française - 38
Savoir-écrire
327
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
ASSURER L’ORGANISATION ET LA COHÉRENCE DU TEXTE
• Rédiger des écrits à dominante informative:
- j’ai aimé / je n’ai pas aimé;
- j’ai eu peur / je n’ai pas eu peur;
-…
en cochant (coloriant) l’illustration appropriée.
1544
• Rédiger des écrits à dominante informative, par exemple une
fiche de lecture, en relevant des indices tels que:
- écrire:
. J’ai aimé l’histoire,
. J’ai aimé les illustrations,
. J’ai aimé le héros;
- écrire le nom du héros;
- écrire le nom du personnage préféré.
1545
1546
• Rédiger des écrits à dominante explicative: dicter à l’adulte la • Rédiger des écrits à dominante explicative, par exemple la
légende d’une photo correspondant à une activité vécue dont
légende de photos, en utilisant les référentiels.
l’enfant est l’acteur.
1549
1550
• Rédiger des écrits destinés à agir ou à faire agir (dominante
injonctive):
- consignes;
- règlements;
- modes d’emploi;
- recettes;
- ...
1553
Langue française - 39
328
Savoir-écrire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
ASSURER L’ORGANISATION ET LA COHÉRENCE DU TEXTE
1544
• Rédiger des écrits à dominante informative:
• Rédiger des écrits à dominante informative:
- écrire:
- écrire:
. le nom de l’auteur,
. le nom de l’auteur,
. le titre du livre,
. le titre du livre,
. le nom de l’illustrateur,
. le nom de l’illustrateur,
. le lieu où l’action se passe,
. le lieu où l’action se passe,
. le moment où l’action se passe;
. le moment où l’action se passe;
- écrire le nom de personnages autres que le héros et
- écrire le nom de personnages autres que le héros et
mentionner leur rôle respectif;
mentionner leur rôle respectif;
- rédiger un résumé collectivement.
- rédiger un résumé collectivement;
- donner un trait de caractère des personnages;
- rédiger un résumé individuellement;
- écrire à l’auteur pour lui exprimer son avis;
- rédiger un roman de classe.
1547
1548
• Rédiger des écrits à dominante explicative, rédiger des • Rédiger des écrits à dominante explicative:
légendes qui correspondent à un reportage photographique.
- rédiger la légende:
. d’un schéma (scientifique, par exemple),
. d’un document historique (par exemple, la ligne du temps),
. ...
- rédiger:
. un itinéraire,
. ...
1551
1552
• Rédiger des écrits destinés à agir ou à faire agir (dominante • Rédiger des écrits destinés à agir ou à faire agir (dominante
injonctive):
injonctive):
- consignes;
- consignes;
- règlements;
- règlements;
- modes d’emploi;
- modes d’emploi;
- recettes;
- recettes;
- ...
- ...
1554
1555
• Prendre des notes pour aider la mémoire, au cours de la • Prendre des notes pour aider la mémoire, au cours de la
projection d’un document audiovisuel, d’une visite, d’un
projection d’un document audiovisuel, d’une visite, d’un
exposé... pour répondre à un questionnaire ou librement.
exposé... pour répondre à un questionnaire ou librement.
517 - 1531
1556
1557
• Rédiger des écrits destinés à mener une enquête:
- un questionnaire (interviews, sondages);
- des notes;
- ...
• Rédiger des écrits destinés à mener une enquête:
- un questionnaire (interviews, sondages);
- des notes;
- ...
1558
1559
• Rédiger des articles pour le journal scolaire.
2035
Langue française - 40
• Rédiger des articles pour le journal scolaire.
1560
1561
Savoir-écrire
329
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Rédiger une lettre avec l’aide de l’adulte secrétaire.
• Prendre en compte la signature.
• Rédiger l’en-tête et la formule de politesse en assurant la
mise en pages au départ de modèles.
• Rédiger l’adresse sur l’enveloppe.
• Rédiger du courrier personnel.
1562
1563
• Transformer un écrit (narratif, injonctif, informatif); par
exemple:
- passer d’une recette de cuisine rédigée de manière
narrative à la recette rédigée de manière injonctive ou
inversement;
- passer de l’histoire rédigée en un texte suivi à une histoire
dialoguée (du style indirect au style direct) ou inversement;
- passer de la petite annonce au texte descriptif;
- passer du télégramme à la lettre;
- passer de la démarche mathématique à la situationproblème (rédiger un énoncé);
- passer d’une bande dessinée à un texte narratif.
1566
• Rédiger un écrit (injonctif, narratif ou informatif) en le
structurant en paragraphes.
1569
• Rédiger une fiche informative dont la structure est fournie
(intertitres); par exemple:
- pour un animal:
. habitat,
. nourriture,
. reproduction,
.…
- pour un pays:
. drapeau,
. langue parlée,
. plat typique,
.…
- pour un jeu de société:
. contenu,
. descriptif.
1572
Langue française - 41
330
Savoir-écrire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Rédiger l’en-tête et la formule de politesse en assurant la • Rédiger l’en-tête et la formule de politesse en assurant la
mise en pages au départ de modèles.
mise en pages au départ de modèles.
• Rédiger l’adresse sur l’enveloppe.
• Rédiger l’adresse sur l’enveloppe.
• Rédiger du courrier personnel.
• Rédiger du courrier personnel.
1564
1565
• Transformer un écrit (narratif, injonctif, informatif); par • Transformer un écrit (narratif, injonctif, informatif); par
exemple:
exemple:
- passer d’une recette de cuisine rédigée de manière
- passer d’une recette de cuisine rédigée de manière
narrative à la recette rédigée de manière injonctive ou
narrative à la recette rédigée de manière injonctive ou
inversement;
inversement;
- passer de l’histoire rédigée en un texte suivi à une histoire
- passer de l’histoire rédigée en un texte suivi à une histoire
dialoguée (du style indirect au style direct) ou inversement;
dialoguée (du style indirect au style direct) ou inversement;
- passer de la petite annonce au texte descriptif;
- passer de la petite annonce au texte descriptif;
- passer du télégramme à la lettre;
- passer du télégramme à la lettre;
- passer de la démarche mathématique à la situation- passer de la démarche mathématique à la situationproblème (rédiger un énoncé);
problème (rédiger un énoncé);
- passer d’une bande dessinée à un texte narratif.
- passer d’une bande dessinée à un texte narratif.
1567
1568
• Rédiger un écrit (injonctif, narratif ou informatif) en le • Rédiger un écrit (injonctif, narratif ou informatif) en le
structurant en paragraphes.
structurant en paragraphes.
1570
1316 - 1425 - 1429
1571
• Rédiger une fiche informative dont la structure est fournie • Rédiger:
(intertitres); par exemple:
- des fiches scientifiques;
- pour un animal:
- des fiches mathématiques;
. habitat,
- des fiches de jeux;
. nourriture,
-…
. reproduction,
.…
- pour un pays:
. drapeau,
. langue parlée,
. plat typique,
.…
- pour un jeu de société:
. contenu,
. descriptif.
1573
Langue française - 42
1574
Savoir-écrire
331
PREMIÈRE ÉTAPE
1 er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Identifier et relier les rapports entre deux idées ou deux
paragraphes et, ainsi, utiliser les organisateurs textuels
usuels (pronoms relatifs, conjonctions de coordination, de
subordination, adverbes…).
Exemple:
- l’auteur décrit un marché bruyant;
- l’auteur décrit un personnage perdu dans la foule du marché.
® Comme le marché était particulièrement bruyant, dans la
foule, l’homme se sentait perdu.
1575
• Veiller à la cohérence temporelle (concordance des temps):
- dans la phrase:
Exemples:
. changement de mode en fonction du verbe de la
proposition principale:
«Mes parents savent que je suis attentif aux cours.»
«Mes parent s veulent
«Mes parents souhaitent
. relations temporelles entre propositions (simultanéité,
succession), relations logiques (cause, conséquence);
- dans le texte:
Exemple: changement de temps d’un paragraphe à l’autre.
1578
• Employer à bon escient des expressions ou mots usuels:
- contribuant à la cohérence interpropositionnelle: «mais...
car...», «alors»…;
- permettant l’enchaînement des idées dans le récit:
«soudain», «tout à coup», «depuis lors»...
1581
• Éviter les répétitions qui alourdissent:
- en utilisant les synonymes;
- en utilisant les substituts grammaticaux: pronoms personnels
sujets.
1584
• Employer des conjonctions, des adverbes marquant le
temps, le lieu, la cause, dans des textes à dominante
injonctive, narrative, informative;
exemples: pendant la nuit, lorsque, pendant que, toujours...
1587
• Veiller à ce que les informations s’enchaînent dans un ordre
logique.
1590
Langue française - 43
332
Savoir-écrire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Identifier et relier les rapports entre deux idées ou deux • Identifier et relier les rapports entre deux idées ou deux
paragraphes et, ainsi, utiliser les organisateurs textuels
paragraphes et, ainsi, utiliser les organisateurs textuels
usuels (pronoms relatifs, conjonctions de coordination, de
usuels (pronoms relatifs, conjonctions de coordination, de
subordination, adverbes…).
subordination, adverbes…).
1576
1577
• Veiller à la cohérence temporelle (concordance des temps): • Veiller à la cohérence temporelle (concordance des temps):
- dans la phrase:
- dans la phrase:
Exemples:
Exemples:
. changement de mode en fonction du verbe de la
. changement de mode en fonction du verbe de la
proposition principale:
proposition principale:
«Mes parents savent que je suis attentif aux cours.»
«Mes parents savent que je suis attentif aux cours.»
«Mes parent s veulent
«Mes parent s veulent
«Mes parents souhaitent
«Mes parents souhaitent
. relations temporelles entre propositions (simultanéité,
. relations temporelles entre propositions (simultanéité,
succession), relations logiques (cause, conséquence);
succession), relations logiques (cause, conséquence);
- dans le texte:
- dans le texte:
Exemple: changement de temps d’un paragraphe à l’autre.
Exemple: changement de temps d’un paragraphe à l’autre.
1580
1579
• Employer à bon escient des expressions ou mots usuels:
• Employer à bon escient des expressions ou mots usuels:
- contribuant à la cohérence interpropositionnelle: «mais...
- contribuant à la cohérence interpropositionnelle: «mais...
car...», «alors»…;
car...», «alors»…;
- permettant l’enchaînement des idées dans le récit:
- permettant l’enchaînement des idées dans le récit:
«soudain», «tout à coup», «depuis lors»...
«soudain», «tout à coup», «depuis lors»...
1583
1582
• Employer d’autres pronoms usuels:
- le pronom relatif: enchâssement;
- certains déterminants démonstratifs;
- certains déterminants possessifs.
• Employer les autres pronoms:
- le pronom relatif: enchâssement;
- les déterminants démonstratifs;
- les déterminants possessifs.
1585
1644
1586
• Employer des conjonctions, des adverbes marquant le • Employer des conjonctions, des adverbes marquant le
temps, le lieu, la cause, dans des textes à dominante
temps, le lieu, la cause, dans des textes à dominante
injonctive, narrative, informative: pendant la nuit, lorsque,
injonctive, narrative, informative: pendant la nuit, lorsque,
pendant que, toujours...
pendant que, toujours...
1588
1469
1589
• Veiller à ce que les informations s’enchaînent dans un ordre • Veiller à ce que les informations s’enchaînent dans un ordre
logique.
logique.
1591
Langue française - 44
1592
Savoir-écrire
333
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
UTILISER LES UNITÉS GRAMMATICALES ET LEXICALES
1593
• Construire une phrase découpée en groupes logiques avec
puis sans référentiel.
1594
• Utiliser les signes de ponctuation:
- le point en fin de phrase (les majuscules à bon escient);
- le point d’interrogation.
1597
• Utiliser le terme propre et adapté à la situation de communication.
1600
• Orthographier correctement ses productions personnelles en
ayant recours à des référentiels d’orthographe d’usage et
grammaticale: 50 % de formes correctes.
1645 - 1710
ASSURER LA PRÉSENTATION
• Jouer avec les traits, les formes pour passer de la trace non
significative à la trace significative en respectant le sens du
mouvement et la main préférentielle.
• Reproduire des traits, des formes:
- librement;
- avec consignes.
1607
1603
1606
• Reproduire correctement les lettres minuscules, les chiffres
et les majuscules fréquentes.
• Veiller à la lisibilité de son écriture.
• Copier en cursive un texte présenté en imprimé.
• Écrire des textes simples travaillés lors de l’élaboration des
contenus.
1608
• Utiliser de manière efficace les outils scripteurs adaptés au • Utiliser de manière efficace les outils scripteurs adaptés au
support (format, matière, couleur):
support (format, matière, couleur):
- craie: tableau;
- craie: tableau;
- crayon: cahier, papier classique;
- crayon: cahier, papier classique;
- marqueurs: affiche;
- marqueurs: affiche.
- carton d’invitation.
• Initier au traitement de texte notamment pour la production
• Utiliser les caractères d’imprimerie ou l’écriture en script.
d’articles pour le journal scolaire.
1611
1612
• Améliorer spontanément la présentation des travaux en y
insérant des croquis, des cartes, des graphiques, des
photos, des illustrations...
1615
Langue française - 45
334
Savoir-écrire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
UTILISER LES UNITÉS GRAMMATICALES ET LEXICALES
1593
• Ordonner des groupes de mots pour former une phrase.
• Ordonner des groupes de mots pour former une phrase.
• Amplifier une phrase suivant des consignes, par exemple en • Amplifier une phrase suivant des consignes, par exemple en
ajoutant une action, une circonstance.
ajoutant une action, une circonstance.
1595
1596
• Utiliser:
• Utiliser:
- le point d’interrogation, le point d’exclamation;
- le point d’interrogation, le point d’exclamation;
- les virgules dans les énumérations;
- les virgules dans les énumérations;
- les deux points qui précèdent une énumération;
- les deux points qui précèdent une énumération;
- les deux points suivis de guillemets dans le discours direct.
- le point-virgule;
- les deux points suivis de guillemets dans le discours direct.
1598
1599
• Utiliser le terme propre et adapté à la situation de • Utiliser le terme propre et adapté à la situation de
communication.
communication.
1601
1602
• Orthographier correctement ses productions personnelles en • Orthographier correctement ses productions personnelles en
ayant recours à des référentiels d’orthographe d’usage et
ayant recours à des référentiels d’orthographe d’usage et
grammaticale: 80 % de formes correctes.
grammaticale: 80 % de formes correctes.
1604
1605
ASSURER LA PRÉSENTATION
• Organiser un texte lors de la copie de celui-ci sur une feuille
ou dans le cahier.
• Écrire correctement toutes les majuscules.
• Veiller à la lisibilité et au caractère esthétique de son écriture.
• Écrire des textes travaillés lors de l’élaboration des contenus.
1609
1606
• Organiser un texte lors de la copie de celui-ci sur une feuille
ou dans le cahier.
• Écrire correctement toutes les majuscules.
• Veiller à la lisibilité et au caractère esthétique de son écriture.
• Écrire des textes travaillés lors de l’élaboration des contenus.
1610
• Utiliser de manière efficace les outils scripteurs adaptés au • Utiliser de manière efficace les outils scripteurs adaptés au
support (format, matière, couleur):
support (format, matière, couleur):
- craie: tableau;
- craie: tableau;
- crayon: cahier, papier classique;
- crayon: cahier, papier classique;
- marqueurs: affiche;
- marqueurs: affiche;
• Initier au traitement de texte notamment pour la production • Initier au traitement de texte notamment pour la production
d’articles pour le journal scolaire.
d’articles pour le journal scolaire.
2078
1613
1614
• Améliorer spontanément la présentation des travaux en y • Améliorer spontanément la présentation des travaux en y
insérant des croquis, des cartes, des graphiques.
insérant des croquis, des cartes, des graphiques, des
photos, des illustrations...
1616
Langue française - 46
1617
Savoir-écrire
335
III.B.4
ANALYSE GRAMMATICALE
a. Définition
Étude des relations entre les groupes logiques de la phrase.
b. Concept
Cette analyse structurale se déroule sur l’axe syntagmatique (l’axe horizontal).
La recherche de la fonction des groupes de mots et/ou des mots consiste à mieux saisir le sens de la phrase, à améliorer son
équilibre si on la transforme.
Le groupe nominal sujet (GNS) et le groupe verbal (GV) forment la structure de base de la phrase.
Le groupe des compléments circonstanciels (GCC) permet de préciser les conditions spatio-temporelles du couple GNS-GV.
c. Démarche
On n’analyse que des phrases déclaratives. Ces phrases sont soit des phrases d’auteurs exemplaires ou encore des productions
d’élèves bien construites ou devant être améliorées.
Langue française - 47
336
Analyse grammaticale
Langue française - 48
Analyse grammaticale
337
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
COMMENTAIRES
1618
• La lecture expressive constitue la meilleure préparation à un
découpage de la phrase en groupes fonctionnels.
• Si aucune étiquette n’est prévue à ce niveau, une sensibilisation à la mobilité / non-mobilité des groupes de mots est
non seulement possible mais souhaitable.
• En début de cycle, oralement, les questions de réflexion
aboutiront à la reconnaissance du groupe nominal sujet.
• En fin de cycle, le découpage de la phrase va s’organiser
autour de deux questions qui aboutiront à la découverte des
deux constituants: le groupe nominal sujet et «le reste de la
phrase».
MATIÈRE NOUVELLE
1619
• Reconnaissance du groupe • Reconnaître le nom (concret).
sujet.
• Reconnaître l’adjectif qualificatif.
• Reconnaître la fonction sujet,
les pronoms (y compris personnels).
• La fonction sujet (GNS).
1620
Langue française - 49
338
Analyse grammaticale
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
COMMENTAIRES
1618
• Les centres de groupes: en début de cycle, l’élève apprendra • Le quatrième cycle organise les conquêtes des deux
à reconnaître:
précédents. La maturité intellectuelle de l’enfant permet à
- le mot sujet à l’intérieur du GNS;
présent d’expliciter la réflexion sur la langue et de provoquer
- le verbe à l’intérieur du «reste de la phrase».
des associations plus complexes.
Il marquera cette relation bilatérale par une flèche. Les • Rencontrer les types de phrases et les structures de base.
moyens (critères) de reconnaissance du verbe et du sujet • La dernière année du fondamental est l’année des
seront progressivement employés.
synthèses. La matière nouvelle n’y sera pas abondante mais
Un «réflexe» de distinction verbe d’action / verbe être devra
il faudra rebrasser le tout pour assurer les relations entre les
s’installer.
éléments de la phrase. Les formes, les assemblages et la
• En fin de cycle, l’élève va prendre conscience de la structure
phrase complexe apparaissent.
du «reste de la phrase»: le verbe et les compléments du
verbe; c’est le groupe verbal.
MATIÈRE NOUVELLE
• Découvrir:
• Natures:
• Natures:
- le verbe de la phrase;
- l’adjectif numéral ordinal;
- déterminants:
. article élidé / contracté,
- le sujet de la phrase.
- les déterminants numéraux
. indéfini, interrogatif, excla• Associer:
cardinaux, les déterminants
- verbe et sujet;
démonstratifs;
matif;
- attribut (sans l’appeler par
- les pronoms possessifs;
- pronoms:
. indéfini,
son nom) et sujet.
- les pronoms démonstratifs;
. interrogatif,
• Reconnaître:
- les pronoms personnels
. relatif;
- les pronoms personnels
de conjugaison + les autres;
de conjugaison;
- nom abstrait.
- adverbe;
- les déterminants articles • Fonctions:
• Fonctions:
définis;
- compléments directs et
- compléments circonstan- les déterminants possesindirects de verbe;
ciels de cause et de but.
sifs.
- compléments circonstan- • Les structures:
ciels:
- les structures de base;
. de lieu,
- les types de phrases;
. de temps,
- les formes de phrases.
. de manière;
- attribut / épithète;
- complément du nom.
1478
Langue française - 50
1621
1619
• Natures:
- déterminant article partitif;
- préposition;
- conjonction de coordination et de subordination.
• Fonctions:
- le nom attribut;
- les compléments circonstanciels de moyen et de
mesure;
- le complément d’agent.
• Les assemblages.
Remarque
L’interjection est considérée
comme une phrase non verbale, un mot-phrase.
1622
Analyse grammaticale
339
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
MÉTHODOLOGIE
1623
• Travail oral:
Barbara achète une belle robe.
De qui parle-t-on? De Barbara.
Qui achète une belle robe?
C’est Barbara qui achète une belle robe.
• Les enfants mangent leur dessert.
Ce sont les enfants qui ...
• NB: il n’existe aucune interrogation parfaite. Toutes ont leurs
avantages et leurs inconvénients; celles que nous proposons
seront employées avec les renforcements «c’est ... qui ...»,
«ce sont ... qui ...» (la reconnaissance préalable du verbe
n’est pas nécessaire).
ou
«De qui dit-on quelque chose?»
• Nous aurons ainsi préparé la reconnaissance du groupe
sujet.
• Après l’école, Pascal joue dans le jardin.
Pascal joue dans le jardin après l’école.
La lecture de ces deux phrases et les questions de réflexion
(De qui parle-t-on?) vont aboutir à un constat: les deux
phrases ont le même sens mais un groupe de mots a changé
de place.
Langue française - 51
340
Analyse grammaticale
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
MÉTHODOLOGIE
• Présentation:
- phrase avec un verbe d’action
• L’attribut du sujet:
introduire les verbes assimilés au verbe ÊTRE: sembler,
devenir, paraître, rester.
• Le complément du verbe autre que les CD et CI:
il existe des compléments qui ne peuvent pas être séparés
de certains verbes comme: être, mesurer, peser, habiter,
coûter, valoir, durer, aller, venir...
La maman de Pierre a cuit de bonnes gaufres
- phrase avec un verbe être
La maman de Pierre est
1623
gentille
Ne confondons pas
Note
• Pour bien préparer le découpage de la fin de cycle, nous
installerons un réflexe:
La phrase a-t-elle un verbe d’action?
oui ® travail habituel;
La phrase a-t-elle le verbe être?
oui ® l’attribut (sans l’appeler par son nom) sera relié au
sujet.
Son appartenance est complexe:
- situé derrière le verbe, il qualifie pourtant le sujet;
- en fait, l’attribut «actualise» le sujet:
L’enfant tomba malade.
L’enfant fut
attribut
La maladie s’attache à une période.
Un enfant malade.
complément direct
(qualifie)
complément inséparable
du verbe
Les élèves ont mesuré la cour La cour mesure quarante
de récréation.
mètres.
Dans ce cas, la transformation Ici le sujet n’a pas réalisé
passive fonctionne bien.
l’action: il s’agit d’un constat.
La transformation passive ne
donne qu’une phrase dénuée
de sens.
Pratiquement: à notre niveau
d’école primaire, nous attirerons l’attention des élèves
sur le fait que certains verbes
sont accompagnés de compléments inséparables.
épithète
La période est indéterminée, on pourrait même supposer
qu’il s’agit d’un état permanent.
• Faire la relation sujet - attribut en passant par le verbe être.
1625
1624
• Rencontrer les structures de base.
• Constituer progressivement des références murales pour
illustrer l’association phrase - structure.
1485 - 1636
1626
• Reconnaître les types de phrases: l’exclamation peut être
contenue dans une déclarative, dans une interrogative ou
encore dans une impérative. Comme le ciel est bien bleu!
N’est-il pas beau? Ne touche pas cet animal!
• Reconnaître les formes de phrases: la négation fait l’objet
d’un tableau de synthèse.
1627
Langue française - 52
Analyse grammaticale
341
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Le découpage de la phrase va s’organiser autour des deux
questions que l’on se posait déjà en début de cycle.
• Découverte d’un des deux constituants: le groupe nominal
sujet.
Mon petit frère
mange une gaufre.
Le groupe du sujet sera isolé en répondant à la question:
De qui ...
De quoi ... parle-t-on dans la phrase?
et en employant la forme emphatique:
«C’est ... qui ...», «ce sont ... qui ...».
De qui parle-t-on? de mon petit frère:
«C’est mon petit frère qui ...
• Présentation:
La maman de Pierre
a cuit des gaufres pour son anniversaire.
le groupe du sujet
le reste de la phrase
• Remarque
Nous ne dirons pas «groupe verbal» à ce moment car «le
reste de la phrase» peut contenir des compléments circonstanciels ou être formé d’un attribut et du verbe copule; or ces
deux fonctions ne font pas partie du GV.
Langue française - 53
342
Analyse grammaticale
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Note pour la fin de cycle
GN + V + CD
• Prendre uniquement des phrases avec des compléments
circonstanciels de lieu, de temps, de manière comme
groupes mobiles.
Posons-nous la question: La phrase a-t-elle un verbe d’action?
Oui
- Cherchons les groupes
mobiles.
- Cherchons les groupes
facultatifs.
Ces groupes seront appelés
compléments circonstanciels.
Ils ne font pas partie du
groupe verbal.
On les entourera de vert.
Le grand champion remercie ses équipiers après la course
Note pour la fin de cycle
Non
Le verbe est «être».
• Le complément de phrase. Le code de terminologie gram- Relions l’attribut au sujet.
maticale emploie le terme de «complément circonstanciel de
- Cherchons les groupes
l’ensemble».
mobiles.
- ...
• Il nous a paru raisonnable de réserver la simple étiquette de
«complément circonstanciel» en signalant l’existence de
Dans ce cas, le groupe
compléments du verbe inséparables autres que les CD et les
verbal est tout simplement
CI du verbe.
le verbe être.
• Observons!
C’est le groupe verbal. On y trouvera le verbe et les
compléments du verbe.
• Présentation:
GNS
GV
CD
CCT
Le grand champion
remercie ses équipiers
après la course
Langue française - 54
Analyse grammaticale
343
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
LA MATIÈRE À CONNAÎTRE
1628
• Découper une phrase en deux segments:
- le GNS;
- le reste de la phrase.
• Choisir, pour le renseignement contenu dans le reste de la
phrase, entre l’action ou l’état;
• Réduire un groupe nominal à la structure de base;
• Compléter un GN, par référence à un texte, une histoire …
en ajoutant:
- un adjectif qualificatif;
- un complément du nom;
• Reconstruire un GN au départ d’éléments donnés dans le
désordre;
• Reconnaître les adjectifs qualificatifs et les noms dans des
phrases données par écrit;
• Compléter, par référence à un texte, une histoire… une
phrase par:
- le GNS qui convient;
- le reste de la phrase qui convient.
1629
Langue française - 55
344
Analyse grammaticale
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
LA MATIÈRE À CONNAÎTRE
•
•
•
•
Découvrir le mot sujet à l’intérieur du GNS.
Découvrir le verbe à l’intérieur du «reste de la phrase».
Étendre aux nouvelles natures.
Donner par écrit deux moyens de reconnaître une fonction
donnée.
• Employer des critères de reconnaissance des fonctions
prévues en quatrième année.
• Souligner une fonction donnée dans une phrase.
• Compléter une phrase avec une fonction donnée.
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
1630
Langue française - 56
1628
Associer une phrase à sa structure.
Associer un GN à sa structure.
Inventer une phrase d’une structure donnée.
Inventer un GN d’une structure donnée.
Donner par écrit le type d’une phrase.
Donner par écrit la forme d’une phrase.
Inventer une phrase d’un type donné.
Inventer une phrase d’une forme donnée.
Transformer une phrase en un type donné.
Transformer une phrase en une forme donnée.
Donner par écrit: la nature, le genre, le nombre et la fonction
d’un mot souligné dans une phrase.
Donner par écrit la forme d’une phrase.
Transformer une phrase d’une forme donnée en une autre.
Faire une seule phrase au départ de deux propositions
données.
Marquer un rapport de … par une conjonction adéquate.
1631
Analyse grammaticale
345
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
LES MOYENS DE RECONNAÎTRE
1632
• Le mot sujet sera identifié à l’intérieur du GNS en montrant: • Le complément d’agent:
- qu’on ne peut pas le supprimer;
- la phrase est toujours à la forme passive;
- qu’on peut le remplacer par un pronom;
- il est toujours introduit par une préposition (par, de);
- qu’en changeant le nombre de ce mot, le verbe aussi doit
- c’est le sujet de la forme active.
changer (choisir des variations audibles).
• Le verbe sera identifié en montrant:
- qu’on ne peut pas le supprimer;
Tableau de synthèse
- qu’en changeant le moment de l’histoire, ce mot doit 1626 - 1485
changer de terminaison;
• GNS + V
- la personne.
Pierre dort.
• GNS + V + CV DIR.
Jacques prend une pomme.
• GNS +V + CV INDIR.
Leila écrit à son cousin.
• GNS + V + CV DIR. + CV INDIR.
Maman donne un bonbon à ma sœur.
• GNS + V + CV lieu
Mon frère vient à Bruxelles.
• GNS + VÉ + CV lieu
Papa est au Maroc.
• GNS + V + CV
Mon chien pèse cinquante kilos.
• GNS + VÉ + ATTR.
Jérémy est mon ami - Ma petite sœur est malade.
• PRÉSENTATIF + …
Voilà la neige.
• PRONOM IMPERSONNEL + …
Il pleut partout.
1633
Pour la fin de cycle
Les types
1634
1636
Les formes
• Le complément circonstan- • Le complément du nom:
• La déclarative:
• Affirmative/négative:
iel:
- fait partie du groupe nomiPierre est mon ami.
J’écoute la radio.
- est mobile;
nal;
Je n’aime pas la viande.
Je n’écoute jamais la radio.
- est effaçable;
- peut être supprimé;
• L’interrogative:
• Neutre/emphatique:
- peut être remplacé par:
- est précédé d’un mot de
Est-ce que tu joues au
J’écoute la radio.
maintenant, hier, demain
liaison (à, de, en).
football dimanche?
C’est moi qui écoute la radio.
(temps); ainsi (manière);
• L’impérative:
• Active/passive:
ici (lieu).
Oublie ce que je t’ai dit.
Le chat poursuit la souris.
Prenez votre cahier de travail!
La souris est poursuivie par
• Le second exemple cumule
le chat.
le type de phrase impérative
et l’exclamation.
1637
Langue française - 57
346
1315
1638
Analyse grammaticale
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
LES MOYENS DE RECONNAÎTRE
1632
• Le complément du verbe:
Direct
L’interrogation
Indirect
Le CD du verbe nous
indique qui subit l’action si la
phrase est transposée à la
forme passive.
1640
La négation
• Point commun: on parlera d’interrogation ou de négation
totale quand l’ensemble de la phrase est concernée par
l’interrogation ou la négation. L’interrogation (ou la négation)
porte sur le verbe de la phrase.
- est indispensable dans la chaîne de l’action;
- n’est pas mobile dans la phrase analysée;
- on peut le remplacer par un pronom:
quelqu’un
quelque chose
Tableaux de synthèse
Jouez-vous au football?
Fatima n’aime pas les moules.
Les élèves de cinquième Vous ne riez jamais.
année vont-ils au bassin?
Est-ce que vous ne venez pas
demain?
à
de quelqu’un
quelque chose
• À l’oral:
• La négation encadre le
- l’intonation donnée à la
verbe conjugué à un temps
voix suffit pour faire d’une
simple:
déclarative une interrogaPierre ne veut pas saluer le
tive.
médecin.
1635
• La négation encadre l’auxi• L’attribut du sujet:
• L’adjectif épithète:
• À l’écrit:
liaire d’un verbe conjugué à
- suit souvent le verbe d’état;
- accompagne le nom;
- le point d‘interrogation est
un temps composé:
- on ne peut pas le suppri- peut être supprimé;
toujours indispensable:
Pierre n’a pas mangé tout le
mer;
- s’accorde avec le nom.
Vous jouerez avec nous?
gâteau.
- s’accorde avec le sujet.
® point d’interrogation ?
Le soleil ne s’est jamais
Jouerez-vous avec nous?
montré hier.
Parfois, un adverbe sépare
® inversion du sujet + ? • Nier n’impose pas la préle verbe d’état de l’attribut:
Est-ce que vous jouerez
sence d’une négation (nous
Ma sœur est toujours souavec nous?
sommes au niveau du sens);
riante.
® Est-ce que + déclaracela illustre les possibilités
tive + ?
d’expression offertes par la
langue:
Voilà les manières accepLa maison de grand-père
tées par le français pour
est neuve.
poser une question directe.
® Sa maison est vieille.
Ce tableau est beau.
® Il est affreux.
Ce livre me plaît beaucoup!
® Il me déplaît!
1639
Langue française - 58
Analyse grammaticale
347
DEUXIÈME ÉTAPE
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Forme passive et complément d’agent
Tableaux de synthèse
1641 • Une phrase doit être du type déclaratif, de la forme positive
et de la forme neutre pour être analysée.
L’interrogation
La négation
• Il sera parfois nécessaire de ramener la phrase à ces
caractéristiques avant de passer au découpage: le passage
• Partielle
• Partielle
de la forme passive à la forme active implique une réflexion
L’interrogation ne porte pas La négation ne porte pas sur
sur le complément d’agent.
sur l’ensemble de la phrase
l’ensemble de la phrase mais
•
La forme active présente l’action dans son déroulement.
mais sur un de ses éléments:
sur un de ses éléments (la
L’éclairage est braqué sur le sujet:
- sur le sujet:
forme emphatique vient
Les élèves de troisième année ont peint cette magnifique
Est-ce Pierre qui a cassé
encadrer l’élément nié):
fresque murale.
la vitre?
- sur le sujet:
•
La forme passive, elle, présente le résultat de l’action. C’est
- sur le complément de
Ce n’est pas Pierre qui a
le constat au niveau de l’objet de l’action qui est mis en relief:
verbe:
cassé la vitre mais Paul.
Cette magnifique fresque murale a été peinte par les élèves
Est-ce un ballon que
- sur le complément du
de troisième année.
Jacques a trouvé?
verbe:
Nous avons là deux points de vue différents et il faut éviter de
- sur le complément circonsCe n’est pas un ballon que
parler de pure équivalence.
tanciel:
Jacques a lancé mais une
• Le passage d’une forme à l’autre ne sera donc pas
Est-ce hier que le médecin
pierre.
systématisé pour la technique mais bien pour disposer d’un
est venu?
- sur le complément circonsmoyen d’expression approprié à une situation précise.
tanciel:
Ce n’est pas hier que
Carla est venue mais
avant-hier.
1642
L’emphase
Remarques: Les nuances de • Pour insister sur le sujet:
- on l’encadre de «c’est … qui ...», «ce sont … qui ...».
négation sont nombreuses. À
En fait, on utilise cette forme sans l’appeler par son nom
côté de «ne … pas», réfléchisdepuis la deuxième année.
sons sur: «ne ... rien»,
C’est le facteur qui a apporté ce colis.
«ne … plus», «ne … que»,
Ce sont les élèves de cinquième année qui ont gagné le
«ne … jamais»…
match.
Des négations qui se cachent:
- on répète le sujet par un pronom personnel:
ce devoir est illisible = ce
Le facteur, lui, a apporté ce colis.
devoir n’est pas lisible.
Les élèves de cinquième, eux, ont gagné le match.
Un préfixe peut valoir une
• Pour insister sur un complément ou sur un attribut:
négation!
- on l’encadre de «c’est … que ...», «ce sont ... que ...».
C’est l’oiseau blessé que Nadia a trouvé dans le jardin.
Ce sont les pommes que nous avons cueillies ce matin.
C’est ce matin que nous avons cueilli ces pommes.
1643
Langue française - 59
348
Analyse grammaticale
DEUXIÈME ÉTAPE
4 e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Les assemblages
• La coordination et la juxtaposition ne posent guère de
problèmes.
• La subordination est plus complexe; au-delà du rapport de
dépendance que la tradition grammaticale y attache, il faut
aussi la considérer comme un outil au service de
l’expression.
• Distinguons:
- les relatives: elles viennent s’enchâsser dans un groupe
nominal à l’aide d’un pronom relatif.
Le chien est vraiment affectueux.
J’ai trouvé le chien.
Le chien que j’ai trouvé est vraiment affectueux.
Le film passionne les élèves.
Je vous ai parlé du film.
Le film dont je vous ai parlé passionne les élèves.
- les complétives: elles remplacent un groupe nominal.
Je vous dis quelque chose.
Le temps est à la pluie.
Je vous dis que le temps est à la pluie.
Je souhaite quelque chose.
Le nouveau terrain de football est prêt.
Je souhaite que le nouveau terrain de football soit prêt.
Remarque: parfois le mode de la phrase enchâssée doit
changer!
- les circonstancielles: elles sont des compléments
circonstanciels. L’enchâssement se réalise en marquant un
rapport de temps, de cause… La conjonction doit être
choisie par le locuteur en fonction de son message:
Philippe va à la pêche.
L’oncle de Philippe revient.
Quand son oncle revient, Philippe va à la pêche.
Remarque:
À cause du mauvais temps, les élèves peuvent rester à
l’intérieur.
Les élèves peuvent rester à l’intérieur.
Le temps est très mauvais. Les élèves peuvent rester à
l’intérieur parce que le temps est très mauvais.
Un groupe nominal peut remplacer une proposition
subordonnée.
1586
Langue française - 60
1644
Analyse grammaticale
349
III.B.5
ORTHOGRAPHE
a. Définition
Plus qu’une simple graphie, l’orthographe apparaît comme un moyen de représenter la langue: c’est son habit.
b. Concept
Comme toutes les normes, l’orthographe trouve une large part de sa justification dans la nécessité de garantir une bonne
communication. De plus, elle fixe la langue et remplit même une fonction sociale en assurant l’accès à la culture en digne
compagnie de l’art d’écrire et de lire.
Nous distinguerons cinq courants:
• le courant phonologique: la langue française possède un nombre fini de phonèmes;
• le courant morphologique: c’est la permanence de la graphie;
• le courant étymologique: notamment les origines latines ou grecques;
• le courant logique: c’est le besoin de distinguer les homophones pour éviter les équivoques;
• le courant historique: l’évolution de la langue provoque des naissances (néologismes) mais aussi des disparitions.
Enfin, on rencontre, étalés dans le temps, des efforts de simplification.
c. Démarche
Ni l’accumulation de règles ou de mots hors contexte ni la mémorisation gratuite ne donnent les résultats escomptés.
L’orthographe s’acquiert essentiellement par analogies (c’est comme…) et par restructurations successives.
Ainsi, l’apprentissage progresse grâce à:
• la pratique régulière de lectures diverses et la pratique de travaux écrits, c’est l’aspect implicite;
• l’établissement de classements, de comparaisons, de séries…, c’est l’aspect systématique.
Au cours de la scolarité, la cohérence de l’attitude des enseignants vis-à-vis du statut de l’erreur et de la nécessaire continuité
dans la construction de l’édifice constitue un des facteurs les plus déterminants du succès.
Langue française - 61
350
Orthographe
L’orthographe et la langue
L’orthographe et l’apprentissage
Langue française - 62
Orthographe
351
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Créer dans la classe une banque de mots organisés:
- noms singulier / pluriel;
- noms et adjectifs singulier / pluriel.
• Observer, analyser et s’en tenir à des constats (souvent «s»
au pluriel, parfois «x»...) qui s’érigeront au cours des cycles
suivants en règles.
Voir fiches pédagogiques
n° 82, 83, 84, 85, 86, 87
1603 - 1710
Langue française - 63
352
1645
Orthographe
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Former le pluriel des noms et des adjectifs:
• Former le pluriel des noms et des adjectifs:
- la plupart des noms et des adjectifs prennent «s» au pluriel;
- les noms et les adjectifs terminés par «au», «eau», «eu»,
- les noms et les adjectifs terminés au singulier par «s», «x»
«œu» au singulier prennent «x» au pluriel sauf landau,
ou «z» gardent la même forme au pluriel;
sarrau, lieu (poisson), bleu;
- les noms terminés par «ou» prennent «s» au pluriel sauf
- les noms et les adjectifs terminés par «ail» prennent
bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou et pou;
«s» au pluriel sauf bail, corail, émail, fermail, travail,
- la plupart des noms et des adjectifs terminés par «au»,
vantail, vitrail;
«eau», «eu», «œu» au singulier prennent «x» au pluriel;
- les noms et les adjectifs terminés par «al» au singulier
- la plupart des noms terminés par «ail» au singulier prennent
forment leur pluriel en «aux» sauf bal, cal, carnaval,
«s» au pluriel;
chacal, festival, régal, bancal, fatal, natal, naval.
- la plupart des noms et des adjectifs terminés par «al» au
singulier forment leur pluriel en «aux»;
- la plupart des noms et des adjectifs empruntés à d’autres
langues prennent «s» au pluriel.
1487 - 1653 - 1659
1646
1647
• Former le pluriel des noms et des adjectifs composés:
- nom + nom: les deux varient le plus souvent;
- nom + adjectif: les deux varient;
- nom + préposition + nom: le premier seul varie;
- adjectif + adjectif: les deux varient;
- verbe ou mot invariable + nom: seul le nom prend la
marque du pluriel quand le nom composé est lui-même au
pluriel (un essuie-main / des essuie-mains).
1648
Langue française - 64
Orthographe
353
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Accorder le sujet et le verbe:
- créer dans la classe une banque de mots organisés: sujets
et verbes;
- observer, analyser et s’en tenir à des constats («s» avec
«tu»...) qui s’érigeront au cours des cycles suivants en
règles.
1649
• Former le féminin des noms et des adjectifs:
- à l’oral, lors d’entretiens familiers ou d’activités de
vocabulaire, privilégier les cas où l’accord est entendu,
faire des constats auditivement: percevoir la règle générale
ou des cas particuliers en jouant avec les noms de
métiers...;
- des classements de mots selon le son entendu peuvent
également amener des constats visuels.
Renvoi au vocabulaire.
1652
Langue française - 65
354
Orthographe
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Accorder le sujet et le verbe:
• Accorder le sujet et le verbe:
- aux temps simples, le verbe s’accorde toujours avec son
- si le groupe sujet est formé de plusieurs noms singuliers
sujet;
juxtaposés ou coordonnés, le verbe se met au pluriel;
- plusieurs verbes peuvent avoir le même sujet, ils s’accor- si le groupe sujet est formé d’un nom et d’un pronom (ou de
dent tous avec ce sujet.
plusieurs noms et pronoms), le verbe au pluriel est:
. à la première personne, si un des pronoms est à la
• Accorder le participe passé:
première personne;
. à la deuxième personne, si un des pronoms est à la
- le participe passé employé seul s’accorde avec le nom,
comme un adjectif, en genre et en nombre;
deuxième personne;
. à la troisième personne, si les pronoms sont uniquement
- le participe passé employé avec l’auxiliaire «être»
s’accorde en genre et en nombre avec le sujet.
à la troisième personne.
• Accorder le participe passé:
- le participe passé employé avec l’auxiliaire «avoir»
s’accorde en genre et en nombre avec le complément
direct du verbe si ce complément précède le participe.
1650
1651
• Former le féminin des noms et des adjectifs:
• Former le féminin des noms et des adjectifs:
- en général, le féminin des noms et des adjectifs se forme
- généralement, les noms et les adjectifs terminés par
en ajoutant «e» au masculin;
«an-in» ne doublent pas le «n» au féminin;
- la plupart des noms et des adjectifs terminés au masculin
- les noms et les adjectifs terminés par «on-en» redoublent
par «e» ne changent pas au féminin;
le «n» au féminin;
- les noms et les adjectifs terminés au masculin par «eau»
- les noms et les adjectifs terminés au masculin par «gu»
ont un féminin en «elle»;
ont un féminin en «guë»;
- les noms et les adjectifs terminés au masculin par «ou» ont
- si les noms ou les adjectifs se terminent au masculin par
un féminin en «olle»;
«et», le féminin se forme soit en ajoutant un accent grave
- si les noms et les adjectifs se terminent au masculin par
sur le «e», soit en redoublant le «t» devant «e»;
«el-eil», «ail», «euil», le féminin se forme en redoublant le
- pour la plupart des noms et des adjectifs se terminant par
«l» devant «e»;
«x» ou «f» au masculin, le féminin se forme en remplaçant
- si les noms et les adjectifs se terminent par «r» au
«x» par «se» (jaloux / jalouse) et «f» par «ve» (veuf / veuve)
masculin, le féminin se forme «er / ère», «eur / euse»,
mais doux / douce, vieux / vieille;
«teur / trice».
- certains noms terminés par «c» ont un féminin très
différent: sec / sèche, grec / grecque, public / publique.
1653
Langue française - 66
1654
Orthographe
355
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
Langue française - 67
356
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Orthographe
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Accorder les adjectifs de couleur:
• Accorder les adjectifs de couleur:
- les adjectifs de couleur suivent la règle générale: ils
- les noms employés comme adjectifs de couleur sont
s’accordent en genre et en nombre avec le nom.
invariables sauf rose, fauve, mauve, écarlate et pourpre qui
prennent «s» au pluriel;
- les adjectifs de couleur composés sont invariables.
1655
1656
• Accorder les déterminants numéraux:
• Accorder les déterminants numéraux:
- les déterminants numéraux composés sont unis par des
- millier, million, milliard sont des noms, ils ne sont ni
traits d’union y compris quand ils se composent d’un «et»
précédés ni suivis d’un trait d’union.
(vingt-et-un);
- les déterminants numéraux cardinaux sont invariables sauf
vingt et cent qui prennent «s» quand ils sont multipliés et
non suivis d’un autre déterminant numéral (trois-centquatre-vingts).
1657
1658
• Accorder les déterminants:
• Accorder les déterminants:
- les déterminants articles, possessifs, démonstratifs
- les déterminants indéfinis, interrogatifs, exclamatifs, relatifs
s’accordent en genre et en nombre avec le nom auquel ils
s’accordent en genre et en nombre avec le nom auquel ils
se rapportent.
se rapportent.
1659
1660
• Accorder le complément du nom:
- le complément du nom sans article est au singulier quand
il s’agit d’une matière, d’une quantité qu’on ne peut
compter, diviser (un sac de blé). Il est au pluriel quand il
s’agit d’objets, de parties qu’on peut compter (un sac de
billes).
1661
Langue française - 68
Orthographe
357
III.B.6
CONJUGAISON
a. Définition
La conjugaison, c’est l’ensemble des formes du verbe.
b. Concept
Conjuguer un verbe, c’est donc passer en revue l’ensemble des formes possibles. Ainsi, quand on examine une forme verbale
comme «jouais», la terminaison (ou la désinence) «ais» qui s’ajoute au radical «jou» permet une série de constats:
•
•
•
•
•
c’est l’indicatif (mode);
c’est l’imparfait (temps);
c’est moi qui parle (personne);
c’est une seule personne qui parle (nombre);
c’est la personne qui a agi (voix).
La conjugaison utilise plusieurs concepts qui la déterminent. Reprenons-les.
© Le mode permet d’exprimer le temps de manière distincte. La langue utilise des modes personnels (l’indicatif, le subjonctif et
l’impératif), ainsi que des modes impersonnels (l’infinitif, le participe et le gérondif).
© Le temps actualise le verbe. Il renvoie au présent, au passé, au futur.
Le français compte:
• des temps simples (un seul mot): «Je termine un excellent roman»;
• des temps composés (un auxiliaire + un participe passé): «J’ai terminé un excellent roman»;
• des temps surcomposés (un auxiliaire + un auxiliaire + un verbe): «J’aurais eu terminé mon roman si Pierre n’était pas
venu me chercher pour aller au cinéma».
Les temps supposent également la prise de conscience de l’accompli et du non-accompli. C’est ce que l’on appelle l’aspect.
L’aspect précise l’environnement de l’action, notamment:
•
•
•
•
•
l’immédiat: «Le joueur décoche un tir terrible»;
la durée: «Le satellite tourne inlassablement autour de la terre»;
la répétition: «Chaque année, nous allions à la montagne»;
le futur proche: «L’arbitre va siffler la fin de la partie dans quelques secondes»;
le passé récent: «Maman vient de sortir».
© La personne pose les conditions de la communication. Le «je» et le «tu» sont directement concernés par le dialogue. La
troisième personne est exclue du débat direct. On y fait allusion en dehors du schéma de base de la communication. Les trois
personnes acceptent l’opposition du nombre (singulier/pluriel).
© La voix indique la relation entre le sujet et le verbe, d’une part, et entre le verbe et son complément, d’autre part. Il faut insister
sur le choix à faire entre la voix active et la voix passive. Chaque situation fera appel tantôt à l’une tantôt à l’autre en fonction
de ce qui doit être mis en évidence. Si je parle d’un chien méchant, je dirai qu’il mord les passants. Si, par contre, je parle d’un
ami qui a été agressé, je dirai qu’il a été mordu par un chien.
Langue française - 69
358
Conjugaison
En ce qui concerne la situation dans le temps, la relation entre deux actions s’exprime par les notions de:
ANTÉRIORITÉ
SIMULTANÉITÉ
POSTÉRIORITÉ
Nous avions déjà perdu le
match quand Pierre est monté
sur le terrain.
Les deux enfants jouaient calmement sur la plage pendant que
les parents lisaient.
J’irai retrouver mes amis dès que
j’aurai dîné.
c. Démarche
L’apprentissage de la conjugaison est long et exigeant. C’est avant tout par l’exemple entendu ou lu que l’élève va prendre
progressivement conscience de la correction de la forme verbale. Comme elle est fortement dépendante de l’environnement, celleci n’a que peu de chances d’être fixée si on la considère de manière isolée. La conjugaison est une des composantes du discours
et doit donc être rencontrée dans le discours, qu’il soit oral ou écrit.
Cette ligne directrice posée, il convient d’aborder l’organisation de la matière, vaste et complexe.
En suivant une progression dans l’étude et la fixation des différents modes et temps, l’élève sera confronté à la conjugaison de
verbes choisis pour leur fréquence dans la langue mais agencés de manière à illustrer tous les cas intéressants.
Langue française - 70
Conjugaison
359
ORAL
3e CYCLE
4e CYCLE
A
A+B
A+B+C
ÉCRIT
D
Liste des 40 verbes à conjuguer
E
bouillir
briller
contenir
coûter
geler
cuire
neiger
pleuvoir
atteindre
s’efforcer
s’emparer
se plaire
(je me suis
bien plu)
se plaindre
1664
Langue française - 71
360
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
falloir 3 es pers.
finir
lire
manger
mettre
passer
partir
perdre
(re)prendre
pouvoir
rire
savoir
sentir
sortir
tenir
(re)trouver
vendre
(re)venir
voir
vouloir
acheter
admirer
aimer
allumer
arracher
bavarder
blesser
déchirer
dessiner
donner
(se) cacher
casser
chasser
chercher
commencer
(se) coucher
couper
crier
éclairer
entrer
étudier
1665 1472
Liste des 40 verbes à conjuguer
E
acheter
commencer
crier
travailler
+ 10 verbes à choisir dans la liste F
(accorder la priorité aux 5 verbes)
F
Liste des 60 verbes facultatifs
fermer
frapper
gagner
glisser
habiter
inviter
jeter
jouer
laver
(se) lever
marcher
monter
montrer
parler
planter
pleurer
emporter
rapporter
poser
pousser
préparer
1666
D
+
+ 10 verbes à choisir dans la liste E
(accorder la priorité aux 4 verbes)
les 3 es pers.
1470 1663
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
aller
arriver
avoir
(se) battre
boire
comprendre
(re)connaître
contenir (3e pers.)
courir
(re)couvrir
croire
descendre
devenir
devoir
dire
dormir
écrire
entendre
être
faire
s’en aller
s’appeler
(se) battre
coudre
envoyer
(s’) éveiller
éteindre
descendre
promettre
les 3 es pers.
du sing.
DEUXIÈME ÉTAPE
1662
2e CYCLE
arriver
attendre
avoir faim
avoir soif
avoir peur
avoir …
(se) blesser
boire
comprendre
connaître
croire
découvrir
devoir
dire
écrire
entendre
être calme
être mouillé
être …
faire
falloir
(se) laver
(se) lever
mettre
monter
ouvrir
pleurer
pouvoir
rendre
savoir
servir
tomber
travailler
trouver
venir
voir
PREMIÈRE ÉTAPE
(se) promener
raconter
ramasser
regarder
respirer
rester
rouler
sauter
sonner
tirer
tomber
(re)tourner
travailler
traverser
tuer
achever
appeler
attraper
avancer
briller (3e s pers.)
calculer
caresser
coller
coûter (3 es pers.)
cuire
désirer
deviner
dévorer
(se) disputer
écraser
(r)éveiller
fêter
gonfler
grelotter
lancer
mener
mordre
parfumer
peser
réciter
repasser
rêver
semer
tricoter
verser
geler
neiger
pleuvoir
les 3 es pers.
du sing.
1667
1668
Conjugaison
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
ÉCRIT
Liste des 40 verbes à conjuguer
D
1666
Liste des 40 verbes à conjuguer
D
Liste des 40 verbes à conjuguer
D
+
E
acheter
commencer
crier
travailler
+
E
acheter
commencer
crier
travailler
+
E
acheter
commencer
crier
travailler
+
F
appeler
cuire
lancer
mordre
peser
+
F
appeler
cuire
lancer
mordre
peser
+
F
appeler
cuire
lancer
mordre
peser
+
G
bouger
corriger
nager
+
G
bouger
corriger
nager
+
H
apparaître
s’asseoir
se baigner
s’ennuyer
essayer
éteindre
10 verbes à choisir dans la liste G
(en plus des verbes marqués)
G
attaquer
avancer
bouger
choisir
(se) coiffer
corriger
coudre
cueillir
grandir
grossir
(s’)habiller
loger
mélanger
mentir
nager
offrir
partager
payer
pendre
piquer
plonger
punir
ranger
répéter
réussir
salir
siffler
voyager
10 verbes à choisir dans la liste H
(en plus des verbes marqués)
H
achever
(s’) adresser
annoncer
apparaître
disparaître
(s’) asseoir
(se) baigner
compléter
décider
défendre
diriger
discuter
enlever
1669
Langue française - 72
(s’) ennuyer
essayer
éteindre
inventer
louer
luire (3 es pers.)
nettoyer
saigner
songer
surveiller
(se) tromper
visiter
10 verbes
au choix, puisés dans les listes
1670
1671
Conjugaison
361
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
LISTE A
• Pratiquer uniquement des L’indicatif présent
exercices oraux basés sur L’indicatif futur rapproché
des oppositions à l’oreille.
L’indicatif imparfait
Le passé composé
Pierre sait ...
Le futur simple
Mes parents savent …
Le conditionnel présent
Le subjonctif présent
Le passé composé
L’impératif présent
Le futur simple
L’infinitif présent
Le futur rapproché
Le futur antérieur
• Poursuivre et développer
Le plus-que-parfait
les exercices de langage.
ORAL
1672
86
Accord du participe passé
avec être.
1673
LISTE D
+ 10 verbes
de la liste E
Ce qui se passe
Ce qui s’est passé
Ce qui se passera
L’indicatif présent
Le passé composé
Le futur rapproché
L’infinitif présent
ÉCRIT
1676
Langue française - 73
362
1677
Conjugaison
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
LISTES A et B
LISTES A, B et C
• Revoir et approfondir la • Continuer la pratique des L’actif « le passif
• Prendre en compte tous les
matière du deuxième cycle.
exercices de langage.
Le conditionnel présent/passé
cas rencontrés dans les
(couples de verbes)
situations de communica• Accord entendu du participe • Accord du participe passé:
tion.
passé employé avec être.
tous les cas où l’accord est Impératif passé
entendu (avoir, être, verbe Passé antérieur
• Adapter le niveau de diffipronominal).
Subjonctif passé
culté.
Impératif passé
Passé simple
Participe présent
1674
LISTE D
+
LISTES E et F
+ 10 verbes de la liste F
et + 10 verbes de la liste G
Le présent
Le passé
Le futur
1675
LISTE D
+
LISTES E, F, G et H
+ 10 verbes de la liste H
et + 10 verbes au choix
Le conditionnel présent
Le participe passé
Le passé simple
Le futur antérieur
Le plus-que-parfait
Le passé simple (surtout pour
les 3 es p.)
e
• Revoir la matière du 2 cycle. • Revoir la matière des années Le subjonctif présent
antérieures.
Le participe présent
Le passé composé
Le futur simple
L’imparfait
L’impératif présent
1678
Langue française - 74
Le passé antérieur
Le conditionnel passé
Le subjonctif passé
L’impératif passé
L’infinitif passé
1679
Conjugaison
363
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
LES EXERCICES
À côté des activités visant une bonne fixation des
terminaisons, il faudra assurer la maîtrise de la
concordance et des emplois spécifiques des différents
modes et temps.
La règle d’or consistera à conjuguer en situation avec une
première phase orale.
L’ORAL
1680
• Utiliser l’entretien familier et les nombreuses situations
scolaires comme points de départ; ce sont des moments
propices pour la collecte des matériaux nécessaires à la
conduite des activités.
• Oraliser une série d’actions:
- Je prends mon livre et je l’ouvre à la page dix.
- Je me lève et je vais ouvrir la porte.
- ...
Ainsi l’enfant fait les actions en les disant (présent)
dit ce qu’il a fait (passé composé)
dit ce qu’il faisait (imparfait)
dit ce qu’il fera (futur)
Ne pas oublier les indicateurs (indispensables à ce niveau)
tels que: chaque jour, le jeudi, une fois par semaine, chaque
fois que. Exemple: pendant les vacances, je me levais
chaque jour à sept heures.
Ceux-ci doivent remplacer autant que possible les formules
habituelles (hier, aujourd’hui, demain) qui finissent par perdre
toute signification. Ici encore, on sent la nécessité de
conjuguer en situation ce qui permet de choisir le ou les
indicateurs précis.
Quelques moyens pour introduire les modes et les temps
souhaités:
• Introduire tout naturellement l’impératif grâce aux multiples
consignes de la vie scolaire:
- Porte immédiatement ce billet à Mme Dupont.
- Viens écrire ta phrase au tableau, Jean.
• Remplacer (le plus souvent possible) la relation maître-élève
par la relation élève-élève(s).
• Amener le subjonctif par des propositions du genre:
- Je voudrais bien que ...
• Amener le conditionnel soit par interpellation:
- Et toi Pierre, si tu allais à la mer, qu’aimerais-tu y faire? …
• Amener le conditionnel soit par appel à l’imagination poétique:
- Si j’étais un cheval, un jouet, un caneton...
{
1681
L’ÉCRIT
1684
• Choisir la forme qui convient au départ d’une série de sujets
(les formes sont données).
1685
Langue française - 75
364
Conjugaison
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
LES EXERCICES
À côté des activités visant une bonne fixation des terminaisons, il faudra assurer la maîtrise de la concordance et des
emplois spécifiques des différents modes et temps.
La règle d’or consistera à conjuguer en situation avec une première phase orale.
L’ORAL
1680
• Privilégier les cas où l’accord du participe passé est entendu, • Pratiquer les changements de point de vue (actif /passif):
d’abord avec être puis avec avoir et enfin avec les verbes
- Le chat poursuit la souris.
pronominaux:
- La souris est poursuivie par le chat.
- Ce document est bien écrit/Cette lettre est bien écrite.
• Pratiquer la concordance des temps:
- L’objet que l’archéologue a découvert…/La statue que
- Pierre travaillait au moment où je suis entré dans l’atelier.
l’archéologue a découverte...
- J’avais terminé mon devoir quand mon ami est venu me
- Les élèves: Ils se sont compris/Elles se sont comprises.
chercher.
- La bougie s’est éteinte.
- Je pourrai aller jouer quand j’aurai terminé mon devoir.
1682
1683
L’ÉCRIT
1684
• Pratiquer des mises en ordre chronologique:
• Après avoir insisté sur le temporel et le causal au troisième
- Le pain que j’avais déposé sur la fenêtre, l’oiseau l’a mangé.
cycle, introduire et travailler l’opposition: bien que, malgré que...:
- Bien que cela soit interdit, Jacques mâche du chewing-gum!
- Papa a scié la branche que le vent avait cassée.
- Jacques mâche du chewing-gum, or cela est interdit.
- Je regarde la télévision pendant que mon petit frère joue
- Depuis que je jouais une heure par jour, je faisais
avec son train électrique.
d’énormes progrès mais je dois cesser.
- La lampe s’est éteinte quand le poteau a été frappé par la
- S’il pleut, je ne pars pas.
foudre.
- S’il pleut, je ne partirai pas.
L’enfant numérote les actions dans l’ordre où elles se sont
- S’il pleuvait, je prendrais mon imperméable.
passées.
- S’il pleuvait, Pierre refuserait de sortir.
• Pratiquer des mises en ordre logique. Ce type d’exercice doit
- S’il avait plu, nous ne serions jamais sortis.
faire suite à une activité réelle ou préparer une activité:
•
Réfléchir sur des phrases précises. Les premières conclusions
- faire des crêpes:
au sujet de l’emploi des modes ne doivent pas dépasser le
. mélanger le tout,
cadre de ces phrases:
. casser les œufs,
- S’il pleuvait, Pierre refuserait de sortir = Chaque fois qu’il
. battre les blancs,
pleuvait…
. peser la farine,
. verser le lait,
Observation
. cuire les crêpes;
Dans cette phrase-ci, l'indicatif imparfait indique une action
- construire un objet:
qui s'est répétée:
. calculer les dimensions,
- Depuis que je jouais, je faisais d'énormes progrès …
. découper les parties,
appelle une suite: mais je dois cesser car je me fatigue trop.
. coller les parties,
Si la situation continue, on dira plutôt:
. dessiner la forme,
- Depuis que je joue une heure par jour, je fais des progrès
. peindre l’objet.
énormes.
• Mettre ces actions dans l’ordre logique du processus de
•
Vivre
la conjugaison (parlée, entendue) pour avoir une
fabrication: à l’indicatif présent ou à tout autre mode (ou
chance
de la fixer. La bonne forme est celle qui traduit le
temps) prévu dans les progressions.
mieux le message à transmettre (Si nous disons ceci ... que
vont-ils comprendre?)
1686
Langue française - 76
1472
1687
Conjugaison
365
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
Langue française - 77
366
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Conjugaison
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’ÉCRIT
1688
• Compléter la phrase par la forme manquante:
- Hier, j’…………………………… (être) absent.
- L’an dernier, nous………………………… (passer) quelques
jours de vacances en France.
• Toujours en situation, jouer plus souvent sur des phrases
avec deux formes verbales qui doivent se trouver en
concordance.
• Compléter la phrase par les formes manquantes:
- En ………………………….. (chercher) pendant plus d’une
heure, Jacques …………………….. (retrouver) le livre qu’il
avait égaré.
- Après une nouvelle explication, Louis …...............…………
(comprendre) comment il …………………. (devoir) faire son
devoir.
Plus que jamais le support d’un vécu est indispensable à la
bonne compréhension des relations qui unissent les deux
groupes verbaux.
• Employer des conjonctions porteuses de contraintes et
observer les conséquences dans l’environnement: si, que,
quand, lorsque, depuis que, pendant que, parce que, pour
que permettent déjà une bonne étude:
- Je sais que tu viendras.
- Je pense que …
- Quand tu venais, nous …
- Quand tu viendras, nous ...
• Les exercices structuraux, de courte durée (5 à 6 minutes),
fréquents, et conduits sur un rythme soutenu sont d’un bon
secours, mais c’est plus dans la fréquence de situations
plaçant l’enfant en position d’émetteur spontané qu’il faut
attendre les meilleurs résultats.
• Compléter des phrases par des actions données dans le
désordre: aller, recevoir, dire.
- Comme j’…… déjà ………. un magnifique vélo, papa
m’………………. que je n’…………. pas en colonie de
vacances.
1689
1690
Langue française - 78
•
Quand
je suis difficile
n’admettent pas
Parce que
j’ai été difficile
n’admettaient plus
Si
j’avais été difficile
mes parents
n’ont pas admis
Depuis que
que je regarde la télévision.
• Même exercice mais préciser le mode et le temps employés.
- J’étais tombé dans l’eau parce que je pêchais la truite.
- J’étais tombé dans l’eau parce que je m’étais penché trop fort.
- J’avançais avec prudence, les truites sont farouches.
- J’avançais avec prudence, l’eau était très profonde.
- Le coq chante quand le jour se lève.
- Le coq chante parce qu’il fait chaud.
- Le coq chante comme le jour pointe.
• Choisir les termes qui concordent.
Pour la clarté de l’exercice, l’enfant sera invité à recopier avec
grand soin les phrases qu’il construira.
• Trouver le second membre d’une phrase parmi plusieurs
possibilités.
• Pratiquer des variations:
- J’espère que le chauffage sera réparé quand les élèves
arriveront au chalet.
- Je souhaite que ...
avant que les élèves ...
- Il faut que ...
Ces exercices ne sont que des exemples, il existe bien d’autres
possibilités de rendre l’enseignement de la conjugaison plus
vivant.
Conjugaison
367
III.B.7
VOCABULAIRE
a. Définition
Le vocabulaire est l’ensemble des mots effectivement employés par un locuteur dans un acte de langage. La notion de
vocabulaire est attachée à l’individuel.
b. Concept
Pour mieux approcher le concept, on parlera du
vocabulaire passif qui est l’ensemble des mots
compris par un individu et du vocabulaire actif
qui est l’ensemble de tous les mots
effectivement employés par un individu au cours
de ses actes de langage.
Le vocabulaire ne constitue donc qu’une partie
des mots existant dans la langue; l’ensemble de
tous les mots d’une langue à un moment donné
de son histoire s’appelle le lexique. La notion
de lexique est attachée au collectif, à une
société qui pratique une langue commune.
c. Démarche
L’apprentissage du vocabulaire, car apprentissage systématique il y a, trouvera sa place dans une augmentation régulière du
vocabulaire passif grâce à la rencontre régulière de diverses situations de communication tant orales qu’écrites. Les mises en
situation permettront, graduellement, de réduire l’écart entre le vocabulaire passif et le vocabulaire actif, ces deux univers étant
en expansion continue. Comme le schéma suivant le montre, différents facteurs influencent la conquête de la maîtrise de la
langue dans des proportions très variables suivant les circonstances. Il appartient à l’école de mettre en lumière toute la richesse
de la langue. Elle ne pourra réussir ce pari qu’au prix d’une méthodologie prenant en compte au moins les trois paramètres de
base que sont:
• l’enrichissement;
• l’organisation;
• l’assimilation.
Le développement des progressions sera logiquement basé sur ces trois axes d’action pédagogique.
Langue française - 79
368
Vocabulaire
RAPPELS
• Champ lexical: ensemble de mots liés par des rapports.
Par exemple, les mots ayant un rapport avec le mot voiture:
• les différentes parties: moteur, carrosserie, aile, feux de route...;
• les utilisations: transports, courses...;
• les lieux de circulation: ville, campagne, routes secondaires, autoroutes...
Comme on peut le voir, la notion de champ lexical est très large et on pourra éprouver quelque difficulté à limiter l’activité.
• Champ sémantique: ensemble des acceptions d’un mot.
Par exemple, le mot adresse:
• Pierre a changé d’adresse (lieu du domicile);
• Le chevalier faisait preuve d’une extraordinaire adresse au tir à l’arc (habileté).
Le champ lexical ouvre la porte à une quantité de mots reliés par des rapports divers tandis que le champ sémantique
découvre les différents sens d’un même mot dans la langue.
• Axe paradigmatique: les substitutions possibles qui permettent de se prononcer sur la nature d’un mot ou d’une expression
(axe vertical).
• Pierre a très bien joué ce match.
• Mon ami a très bien joué ce match.
• Axe syntagmatique: les arrangements possibles des mots et/ou des groupes de mots dans une phrase (axe horizontal).
• Demain, nous irons en excursion.
• Nous irons en excursion demain.
Langue française - 80
Vocabulaire
369
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
ENRICHIR LE VOCABULAIRE
1691
Dans un climat toujours propice à la communication et dans des contextes naturellement observables, créer le besoin
d’apprendre de nouveaux mots (enrichir quantitativement) pour enrichir la communication.
• Comprendre et utiliser:
• Comprendre et utiliser:
- le vocabulaire spatial en rapport avec les activités;
- le vocabulaire spatial en rapport avec les activités;
- le vocabulaire temporel en rapport avec les activités
- le vocabulaire temporel en rapport avec les activités
réalisées;
réalisées;
- le vocabulaire spécifique en rapport avec les activités
- le vocabulaire spécifique en rapport avec les activités
d’éveil.
d’éveil.
Exemples: le nom des animaux du cirque, de la ferme, du
Exemples: le nom des animaux du cirque, de la ferme, du
zoo…, leur cri, le nom de leur petit..., les outils du jardinier,
zoo…, leur cri, le nom de leur petit..., les outils du jardinier,
les instruments du dentiste, leurs actions...
les instruments du dentiste, leurs actions...
1692
1693
• Percevoir, reconnaître puis utiliser différents niveaux de • Percevoir, reconnaître puis utiliser différents niveaux de
langage.
langage:
- Je suis fatigué(e).
- J’ai bien mangé.
1698
1699
• Comprendre le sens d’un message constitué de mots ou • Comprendre le sens d’un message constitué de mots ou
d’expressions utilisés dans leur acception propre et en
d’expressions utilisés dans leur acception propre et en
contexte.
contexte.
1702
Langue française - 81
370
1703
Vocabulaire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
ENRICHIR LE VOCABULAIRE
1691
Dans un climat toujours propice à la communication et dans des contextes naturellement observables, créer le besoin
d’apprendre de nouveaux mots (enrichir quantitativement) pour enrichir la communication.
• Accroître la précision, la richesse d’une description, narration • Accroître la précision, la richesse d’une description, narration
ou information, en recherchant:
ou information, en recherchant:
- des verbes de perception:
- des verbes de perception:
. l’odorat (sentir, renifler…);
. l’odorat (sentir, renifler…);
. l’ouïe (discerner, écouter, entendre, prêter l’oreille...);
. l’ouïe (discerner, écouter, entendre, prêter l’oreille...);
. la vue (apercevoir, contempler, lorgner…);
. la vue (apercevoir, contempler, lorgner…);
- des noms, des adjectifs, des verbes dans des «gammes».
- des noms, des adjectifs, des verbes dans des «gammes».
Exemples:
Exemples:
. De la plage, vous admirerez les barques et les voiliers qui
. De la plage, vous admirerez les barques et les voiliers qui
voguent sur le lac;
voguent sur le lac;
. De la berge, ... les chalands et les péniches qui remontent
. De la berge, ... les chalands et les péniches qui remontent
le fleuve;
le fleuve;
. Cartouchière, gibecière: tout est prêt pour l’ouverture de la
. Cartouchière, gibecière: tout est prêt pour l’ouverture de la
chasse.
chasse.
• Utiliser les synonymes, les antonymes, les homonymes.
• Utiliser les synonymes, les antonymes, les homonymes.
• Utiliser un vocabulaire exprimant des relations logiques • Utiliser un vocabulaire exprimant des relations logiques
(condition, cause, conséquence).
(condition, cause, conséquence).
1694
1695
• Percevoir, reconnaître puis utiliser les différentes significa- • Percevoir, reconnaître puis utiliser les différentes significations qu’un même mot ou une même expression peuvent
tions qu’un même mot ou une même expression peuvent
prendre, selon le contexte:
prendre, selon le contexte:
- le sujet est un être animé:
- le sujet est un être inanimé:
. Les enfants jouent dans la cour.
. La marionnette joue son rôle.
. Les chatons jouent dans la cour.
. Les maracas jouent de la musique.
1696
1697
• Percevoir, reconnaître puis utiliser différents niveaux de • Percevoir, reconnaître puis utiliser différents niveaux de
langage:
langage:
- Je suis épuisé(e).
- Je suis éreinté(e).
- Je suis repu(e).
- Je suis fourbu(e).
- Je suis allé(e) chez le docteur.
- Je suis allé(e) au magasin mais chez le boulanger, chez le
médecin…
1700
1701
• Opérer des substitutions et des manipulations pour amener à • Opérer des substitutions et des manipulations pour amener à
comprendre et à exploiter les ressources de la langue (sens
comprendre et à exploiter les ressources de la langue (sens
propre et figuré):
propre et figuré):
- sur le plan de la syntaxe (le mot dans son environnement).
- sur le plan de la syntaxe (le mot dans son environnement).
Exemple: feu . J’ai été réveillé par un coup de feu.
Exemple: feu . J’ai été réveillé par un coup de feu.
.
exemples: feu Le feu a détruit la forêt.
exemples: feu . Le feu a détruit la forêt.
exemples: feu . J’ai les joues en feu.
exemples: feu . J’ai les joues en feu.
- sur le plan de la sémantique (les différentes acceptions d’un - sur le plan de la sémantique (les différentes acceptions d’un
mot).
mot).
Exemple: passer . Le temps passe.
Exemple: passer . Le temps passe.
.
exemples: passer Le train passe.
exemples: passer . Le train passe.
exemples: passer . Le commerçant passe commande.
exemples: passer . Le commerçant passe commande.
exemples: passer . L’enseignant passe la main.
exemples: passer . L’enseignant passe la main.
1704
1705
Langue française - 82
Vocabulaire
371
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
ORGANISER - STRUCTURER
1706
Créer le besoin d’organiser les mots du champ lexical: éveiller à des démarches mentales d’organisation, de
classement, de sériation.
• Nuancer le lexique en classant, par exemple:
- les filles, les garçons;
- ce qui se mange;
- ce qui est utile.
1707
• Effectuer des classements ou des sériations selon des • Effectuer des sériations selon des critères établis.
• Découvrir des organisations en choisissant un ou plusieurs
critères établis:
critères:
- affectifs; par exemple:
- la première lettre (alphabet);
. j’aime - je n’aime pas,
- le thème: animaux, légumes, fruits, jeux, sports.
. c’est beau - c’est laid;
•
Utiliser des critères de plus en plus dématérialisés:
- sensoriels; par exemple:
- en jouant sur l’intensité d’un mot annoncé; par exemple:
. la couleur,
. du moins fort au plus fort:
. la grandeur: petit, moyen, grand,
chuchoter ® bavarder ® parler ® crier ® hurler
. la forme: rond , carré, triangulaire,
joli ® magnifique ® superbe ® splendide
. la nuance dans les couleurs: rouge clair,
. du plus petit au plus grand:
. la nuance dans les couleurs: rouge foncé,
hameau ® village ® ville
. la nuance dans les couleurs: bleu clair,
sentier ® chemin ® route...
. la nuance dans les couleurs: bleu marine.
1709
Langue française - 83
372
1496 - 1603 - 1645
1710
Vocabulaire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
ORGANISER - STRUCTURER
1706
Créer le besoin d’organiser les mots du champ lexical: éveiller à des démarches mentales d’organisation, de
classement, de sériation.
• Nuancer le lexique en classant, par exemple:
- différentes sortes de sports;
- différentes sortes d’états d’âme;
- différentes façons de manger.
1708
• Sensibiliser aux différents niveaux de langage liés à la • Sensibiliser aux différents niveaux de langage liés à la
situation; par exemple, comprendre qu’on ne parle pas de la
situation; par exemple, comprendre qu’on ne parle pas de la
même manière à un familier, à un supérieur hiérarchique, à
même manière à un familier, à un supérieur hiérarchique, à
un inconnu.
un inconnu.
• Établir des groupements morphologiques:
• Établir des groupements morphologiques:
- constituer des séries;
- constituer des séries;
- avec des contraires:
- avec des contraires:
. embarquer - débarquer;
. embarquer - débarquer;
. démonter - remonter;
. démonter - remonter;
. faire - défaire;
. faire - défaire;
- avec des répétitions:
. lire - relire;
- avec des répétitions:
. lire - relire;
. écrire - réécrire;
. faire - refaire;
. écrire - réécrire;
. prendre - reprendre;
. faire - refaire;
. prendre - reprendre;
- avec des objets - acteurs: boucherie - boucher;
- avec des actions - acteurs: dessiner - dessinateur.
- avec des objets - acteurs: boucherie - boucher;
• Jouer avec les mots; par exemple, les lettres qui changent:
- avec des actions - acteurs: dessiner - dessinateur;
- roue ® roux;
- avec des préfixes:
- roue ® boue.
. décamètre, hectomètre;
- avec des suffixes:
. gentil - gentillesse;
. maison - maisonnette;
. garçon - garçonnet;
• Utiliser le dictionnaire analogique.
1318
Langue française - 84
1711
1712
Vocabulaire
373
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Dans l’ensemble des mots proposés en vrac, découvrir des
catégories d’idées; par exemple:
- le mobilier;
- les êtres vivants;
- les objets utiles;
- ...
1713
• Veiller à ce que le vocabulaire actif prenne de l’importance
par rapport au vocabulaire passif dans le cadre de situations
fonctionnelles de langage:
- reproduire: utiliser le mot:
exemple: L’entraîneur a sélectionné quatre joueurs.
- reconnaître: découvrir et justifier:
exemple: Parce qu’ils avaient la taille appropriée, les
joueurs ont été sélectionnés.
1716
• Imiter au départ d’un cadre général fourni:
- Ton instituteur prépare les championnats, imagine une
situation dans laquelle «sélectionner» interviendra.
1719
Langue française - 85
374
Vocabulaire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Dans un ensemble de mots proposés en vrac, découvrir des • Comme au 3e cycle.
catégories d’idées.
• Découvrir soi-même des critères d’assemblages possibles
• Établir des groupements par voisinage (assemblages
au départ d’un mot donné.
pertinents sur l’axe horizontal):
exemples:
- scie: qui l’utilise? bricoleur - bûcheron…
- scie -pourquoi? couper - scier - fendre - réduire...
- scie où? à l’atelier - au jardin - dans le bois...
- scie *comment? avec prudence - avec énergie - avec
- scie attention - prudemment - énergiquement - attentivement...
- vendre: à qui? le marchand - le vendeur…
- vendre quoi? ses produits, sa marchandise...
- vendre où? sur le marché, à la foire, à la halle…
- vendre à qui? à l’acquéreur, au client, à l’amateur...
• Établir des groupements conceptuels (par emboîtement de
concepts):
exemples:
- tee-shirt - chemise - short - pantalon ® vêtements;
vêtements ® tee-shirt - chemise - short - pantalon.
1714
1715
• Veiller à ce que le vocabulaire actif prenne de l’importance • Veiller à ce que le vocabulaire actif prenne de l’importance
par rapport au vocabulaire passif dans le cadre de situations
par rapport au vocabulaire passif dans le cadre de situations
fonctionnelles de langage:
fonctionnelles de langage:
- reproduire: utiliser le mot:
- reproduire: utiliser le mot:
exemple: L’entraîneur a sélectionné quatre joueurs.
exemple: L’entraîneur a sélectionné quatre joueurs.
- reconnaître: découvrir et justifier:
- reconnaître: découvrir et justifier:
exemple: Parce qu’ils avaient la taille appropriée, les
exemple: Parce qu’ils avaient la taille appropriée, les
joueurs ont été sélectionnés.
joueurs ont été sélectionnés.
• Ajuster pour que la phrase soit correcte:
• Ajuster pour que la phrase soit correcte:
exemple: À cause de leur excellent comportement, les quatre
exemple: À cause de leur excellent comportement, les quatre
joueurs ont été sélectionnés.
joueurs ont été sélectionnés.
• Poursuivre une situation donnée:
exemple: L’entraîneur a sélectionné trois joueurs...
1717
1718
• Imiter au départ d’un cadre général fourni:
• Imiter au départ d’un cadre général fourni:
- Ton instituteur prépare les championnats, imagine une
- Ton instituteur prépare les championnats, imagine une
situation dans laquelle «sélectionner» interviendra.
situation dans laquelle «sélectionner» interviendra.
1720
1721
• Inventer:
- au départ d’un mot fourni, inventer une phrase cohérente.
1722
Langue française - 86
Vocabulaire
375
FICHES
ICHES PÉDAGOGIQUES
LANGUE FRANÇAISE
377
DÉMARCHE GLOBALE D’ENSEIGNEMENT
74
1
DE LA LANGUE
Lister toutes les compétences à atteindre.
2
Établir une taxonomie.
3
Rechercher les types d’écrits les mieux appropriés pour rencontrer les notions à structurer.
4
Imaginer des projets, des défis.
5
Enrichir l’environnement de documents authentiques.
6
Aller à la rencontre de ces écrits par le biais de projets de lecture.
Chaque année, la programmation est élaborée à l’échelle de l’école de sorte que la progression soit établie en
fonction des particularités d’une classe. En effet, seule la typologie des erreurs propres à une classe est garante
d’une pédagogie efficace.
Les outils accompagnent les enfants. Ils subissent des modifications en temps voulu mais, dans la phase transitoire,
ils restent présents dans la classe en leur état précédent, ceci afin de garantir à chaque enfant une période
d’adaptation.
378
LIRE POUR PRODUIRE
75
PRODUIRE POUR LIRE
á Le va-et-vient entre des projets d’écriture et des projets de lecture est incontournable.
á Pour produire des écrits de qualité, l’enfant recourt à des modèles textuels.
á Pour les utiliser à propos, l’enfant découvre les principales caractéristiques:
• textuelles: - comment le texte est-il construit?
- comment le texte fonctionne-t-il?
• physiques: - quels supports (papier, texture, format, couleurs)?
- quels outils scripteurs?
- quelle mise en pages?
À lui seul, le projet de rédiger en prévision d’une manifestation scolaire permet de rencontrer de multiples besoins, de
produire de nombreux écrits diversifiés et d’approcher les principales caractéristiques des types de textes.
379
76
380
LES PRÉALABLES À TOUTE PRODUCTION D’ÉCRITS
77
Alternance entre le travail collectif et le travail en ateliers.
Ateliers: équipes d’enfants en interaction pour résoudre un problème.
1
R
E
N
C
O
N
T
R
E
R
U
N
O
B
S
T
A
C
L
E
PARLER
Émergence de la situation-problème
ÉCOUTER
• L’enseignant face à la collectivité.
Toutes ces
séquences
placent
2
M
O
B
I
L
I
S
E
R
C
O
N
N
A
I
S
S
A
N
S C
E E
S S
3
A
N
A
L
Y
S
E
R
M
O
D
È
L
E
D S
E
S
Exprimer spontanément ses savoirs
Qu’évoque pour nous l’écrit à produire?
• Lister et valoriser toutes les représentations mentales énoncées par tous les
enfants (des souvenirs, des expériences vécues).
Consulter la documentation
• Identifier les écrits correspondant aux besoins de la situation.
• Fournir un complément de modèles de la vie courante identifiables par les
enfants.
Observer, analyser et comparer
Former des équipes: se répartir la tâche.
• Identifier des modèles repris dans la documentation existante.
• Se référer aux nouveaux modèles fournis par le maître.
Identifier des caractéristiques
•
•
•
•
Éléments de présentation.
Structures.
Tournures langagières spécifiques.
Statut des scripteur et lecteur.
l’enfant
en situation
authentique
de
communication
orale.
Il apprend à
devenir un
citoyen
tolérant à
l’écoute
des
autres.
381
78
4
É
L
A
B
O
R
E
R
PARLER
O
U
T
I
L
S
D
E
S
Élaborer en commun des grilles-outils et utiliser celles-ci pour vérifier le
travail
• Grilles de connaissances reprenant les critères propres à chaque type d’écrit à
produire et à enrichir au fur et à mesure (carte d’identité du texte).
• Grilles de savoir-faire au service de l’autocorrection.
ÉCOUTER
Toutes ces
séquences
placent
l’enfant
5
A
P
P
L
I
Q
U
E
R
Élargir le champ d’investigation
• Se documenter personnellement, interroger, glaner et apporter des modèles
conformes à ceux traités en classe; les puiser dans des environnements divers
extérieurs à la classe, à l’école.
en situation
authentique
de
communication
orale.
6
A
N
A
L
Y
S
E
R
T
O
U
S
D
O
C
U
M
E
N
T
S
A
P
P
O
R
L T
E É
S S
Comparer et valider
•
•
•
•
Dépouiller les apports.
Identifier les caractéristiques en les comparant aux modèles existants.
Valider en utilisant les grilles de connaissances.
Compléter celles-ci si l’occasion se présente.
Trier, utiliser et classer
• Retenir les écrits qui seront utiles à la production dans le cadre du projet défini.
• Classer, ranger (selon les classifications établies par la collectivité) les écrits
non utilisables pour ce projet mais utilisables ultérieurement.
Il apprend à
devenir un
citoyen
tolérant à
l’écoute
des
autres.
Fin de séquence: les enfants disposent des préalables indispensables à la production d’un premier jet.
Dans la classe, il existe une banque de textes au service des projets de lecture et d’écriture. En évolution permanente, à
la fois dans son contenu (quantité de documents et de particularités de plus en plus fines) et dans son organisation
(classement), cette banque de textes est constituée de documents aussi diversifiés que possible:
• documents vrais reçus et/ou envoyés, organisés en fichiers;
• écrits rencontrés dans le cadre de projets de lecture et d’écriture;
• affiches, invitations, programmes...;
• panneaux dans des références langagières:
exemples: - dans le courrier: les en-têtes, les formules de politesse;
exemples: - dans les écrits prescriptifs: les différents modes verbaux appropriés aux consignes...;
exemples: - dans les écrits argumentatifs: des expressions comme «J’ai bien aimé parce que...».
382
PRODUIRE UN ÉCRIT
79
La plupart du temps, l’enfant rédige avec des partenaires.
Le travail en ateliers est donc privilégié.
Ateliers: équipes d’enfants en interaction pour résoudre un problème.
Préalables
• Former des équipes de trois ou quatre enfants.
• Se munir du matériel.
• Attribuer des rôles et les (re)définir ou laisser les équipes • S’installer dans une disposition appropriée de l’espace.
s’organiser selon le degré d’autonomie:
• Annoncer la durée du travail.
- enfant «secrétaire»;
- enfants «concepteurs»;
- enfant(s) «qui consulte(nt) les outils».
1
M
O
B
I
L
I
S
E
R
C
O
N
N
A
I
S
S
A
N
S C
E E
S S
2
É
C
R
I
R R
E É
É
C
R
I
R R
E E
L
I
R
E
PARLER
(Re)cadrer les enjeux
ÉCOUTER
• Nous écrivons: - en tant que...;
- à...;
- pour...
• Aujourd’hui, nous écrivons par exemple du courrier, une lettre.
Toutes ces
séquences
placent
l’enfant
en situation
Rédiger un premier jet
•
•
•
•
Laisser travailler les équipes.
Rester à l’écoute (personne ressource).
Observer les stratégies utilisées: conseiller, suggérer.
Tirer profit des constats au moment de l’évaluation finale.
authentique
de
communication
orale.
Relire, utiliser les outils et les modèles, comparer
•
•
•
•
•
•
Solliciter la relecture au sein de chaque équipe.
Vérifier les contenus (idées).
Vérifier les mots (vocabulaire, tournure, énonciation).
Vérifier la concordance des temps.
Vérifier la cohérence.
Identifier les dysfonctionnements et les ajustements.
Rédiger un deuxième jet
• Réécrire totalement ou partiellement.
• Relire.
• Réécrire éventuellement (tenir compte de l’aspect orthographique).
Il apprend à
devenir un
citoyen
tolérant à
l’écoute
des
autres.
383
80
3
C
O
M
M
U
N
I
Q
U
E
R
Présenter les travaux
Chaque porte-parole devant la collectivité.
• Lire à haute voix le travail de son équipe.
• Récolter les avis justifiés.
• Effectuer les dernières modifications (fond, forme).
• Voter démocratiquement.
séquences
L’
O
R
T
H
O
G
R
A
P
H
E
placent
Vérifier
• Gérer tous les types d’erreurs.
6
É
V
A
L
U
E
R
en situation
de
communication
Mettre en pages selon le genre
orale.
• Adapter le support du texte définitif et l’outil scripteur (écriture manuscrite ou
traitement de texte selon la situation planifiée).
Il apprend à
Constater
•
•
•
•
Mettre en relation les résultats obtenus et les stratégies utilisées.
Tirer parti des observations faites lors de l’élaboration du premier jet.
Récolter les avis des enfants.
Dédramatiser l’erreur.
devenir un
citoyen
tolérant à
l’écoute
Classer et valoriser tous les travaux
À côté de la banque de textes reçus/lus, il est utile de tenir un répertoire
d’expériences vécues.
384
l’enfant
authentique
5
P
U
B
L
I
E
R
ÉCOUTER
Toutes ces
4
T
O
I
L
E
T
T
E
R
PARLER
des
autres.
81
* Il est tout à fait normal que le premier jet, production spontanée, ne corresponde pas aux attentes.
Le maître n’évalue donc pas ce travail.
Le(s) retour(s) à une grille d’évaluation et la lecture à haute voix, suivis d’une
discussion critique, permettent de prendre conscience des imprécisions.
Améliorer le texte, ce n’est pas seulement corriger l’orthographe.
385
Objectif 1
ORTHOGRAPHIER
Toiletter un écrit pour le publier
82
Préalables
• Le texte est le fruit d’un travail collectif.
• Il ne pose plus ni de problème de fond ni de problème de forme.
• Quelle que soit leur nature (usage, accords) et quel que soit le niveau de connaissance atteint par les
enfants, toutes les erreurs sont à prendre en considération (dans un délai bref annoncé aux enfants). Dès
lors, la substitution de l’enseignant aux enfants est un passage obligé.
• Le travail se fait en ateliers (ateliers: équipes d’enfants en interaction pour résoudre un problème).
FAIRE ACQUÉRIR DES SAVOIR-FAIRE ET DES SAVOIR-ÊTRE
Étape 1
Les équipes en toute autonomie:
• identifient et corrigent un maximum d’erreurs:
- spontanément (oubli, distraction...);
- grâce à l’intervention d’un pair;
- en consultant (outils, dictionnaires, fichiers, cahiers, textes modèles...).
• identifient des erreurs mais ne peuvent les corriger.
Étape 2
L’enseignant en interaction avec les équipes:
• assiste en fonction de problématiques spécifiques. Plusieurs cas de figure:
1. une référence existe (fiche); elle est consultée:
- la solution est fournie: les enfants corrigent;
- la solution n’apparaît pas, la fiche s’étoffe, les enfants corrigent;
2. aucune référence (la fiche n’existe pas):
- l’enseignant juge opportun d'enregistrer la notion:
. il crée la fiche en présence de l’équipe;
. le modèle est fourni, les enfants corrigent;
- l’erreur est un cas rare, peu fréquent:
. l’enseignant ne crée pas de référence (fiche);
. il apporte la solution, les enfants corrigent.
Étape 3
L’enseignant en interaction avec la collectivité:
• regroupe les informations enregistrées à l’étape 2:
- les porte-parole de chaque équipe communiquent à tous l’existence d’ajouts de
fiches, d’exemples...
. les classements s’opèrent suivant des critères déjà établis;
. ces classements sont revus, ajustés en fonction de nouveaux critères survenus.
Étape 4
L’enseignant seul:
• corrige toutes les erreurs orthographiques qui subsistent dans chaque production (la
contrainte du respect du délai annoncé l’impose).
OBJECTIF ATTEINT: L’ÉCRIT EST PUBLIABLE
Le but est de mettre en place une pratique quotidienne pour atteindre la spontanéité, c’est-à-dire arriver à ce que les
doutes orthographiques se manifestent naturellement chez les enfants. La cohérence dans la continuité de l’appropriation
des connaissances sera garantie à la seule condition que la constitution des outils (fichiers) soit une préoccupation
permanente de toute l’équipe.
386
Objectif 2
ORTHOGRAPHIER
Structurer des connaissances
83
Préalables
• Ce sont nécessairement les informations consignées dans les outils, élaborés
d’année en année pour répondre à des besoins fonctionnels, qui sont la base
de la structuration.
• Par opposition à la situation fonctionnelle (corriger pour pouvoir publier), ici une
seule notion orthographique est traitée.
• Dans certains cas, des recoupements avec d’autres connaissances acquises
sont judicieux, voire nécessaires.
• Le travail se fait en ateliers.
ÉMERGENCE DE LA SITUATION-PROBLÈME
Une proposition d’adulte
Une affirmation d’enfant
Exemple:
Avec «il», le verbe prend «t».
ou
Exemple:
J’aimerais que nous réfléchissions à la
terminaison du verbe à la 3 e personne
du singulier.
L’enseignant fixe et annonce la durée
de la séquence
Exemple:
Nous travaillerons durant ... minutes.
387
84
1
M
O
B
I
L
I
S
E
R
S
E
S
C
O
N
N
A
I
S
S
A
N
C
E
S
2
A
P
P
L
I
Q
U
E
R
388
Émettre des hypothèses oralement et collectivement
Toutes les propositions sont examinées:
Je crois qu’il faut «s».
J’ai déjà vu «t».
Je pense qu’on écrit «e».
Moi, je dis qu’il faut «e» parce que je me rappelle que dans mon texte sur la
tortue, j’avais écrit «e» au verbe mange dans la phrase: La tortue mange de
la laitue.
On pourrait regarder dans nos fichiers, nos textes personnels, notre banque
de textes...
Consulter divers outils
•
•
•
•
Définir les outils fiables de consultation.
Se répartir le travail (équipes).
Rechercher, trier.
Se préparer à rapporter le fruit des investigations (porte-parole).
Mettre en commun
• Récolter tous les résultats des investigations.
• Transcrire simultanément ces résultats sans les organiser.
• Fournir un outil collectif de consultation.
Valider les avis
• Se référer à des documents officiels:
- dictionnaires;
- livres scolaires;
- ouvrages de la BCD...
PARLER
ÉCOUTER
Avant chaque
phase
de travail
collectif et/ou
semi-collectif,
il est bon de
laisser l’enfant
réfléchir
quelques
instants seul
à la
problématique.
Cette remarque
Étendre les champs d’investigation
• Glaner individuellement des exemples dans des univers d’écrits nouveaux aussi
diversifiés que possible et donc extérieurs à la classe et à l’école.
Récolter les apports
• Les analyser.
• Les valider.
est valable
à tous
les niveaux
de la réflexion.
85
3
Confirmer
En l’état actuel de nos connaissances, nous pouvons dire que...
C
O
N
C
L
U
R
E
Énoncer une règle provisoire
• Celle-ci se modifie progressivement à la fois dans ses contenus et dans sa
formulation langagière pour passer d’un langage familier à un langage grammatical, universel.
PARLER
ÉCOUTER
Les premières formulations peuvent conduire, par exemple, à:
- ajuster: Nous pouvons dire que la dernière lettre peut être «e».
- confirmer: C’est vrai que je peux avoir «t».
Toutes ces
séquences
4
Investiguer les pistes retenues
Quand écrit-on «t »?
Fixer la durée de la recherche
Nous allons investiguer pendant 5 minutes
Mettre les équipes au travail:
A
N
A
L
Y
S
E
R
- librement;
- guidées par un support (tableau).
Confronter les avis
• Annoncer des conclusions.
• Les transcrire au tableau.
placent
l’enfant
en situation
authentique
de
communication
orale.
Sélectionner les avis
• Reprendre ponctuellement chaque avis transcrit et en vérifier l’exactitude.
Exemple: Faut-il toujours «e» aux verbes en «er» à la 3 e personne du singulier?
Réponse: Aujourd’hui, à ce moment précis, nous pouvons dire que
oui.
Cette opération sera gardée en mémoire et régulièrement remise en question.
Il apprend à
devenir un
citoyen
5
T
R
A
N
S
F
É
R
E
R
Réinvestir
• les connaissances orthographiques nouvellement acquises dans le cadre de
nouveaux projets d’écriture.
À l’occasion du premier jet, l’enseignant attendra des élèves qu’ils identifient et
corrigent les erreurs de cette nouvelle notion.
tolérant à
l’écoute
des
autres.
389
86
6
S
Y
S
T
É
M
A
T
I
S
E
R
7
É
V
A
L
U
E
R
S’entraîner de façon systématique, s’exercer
• au départ d’une consigne simple, à appliquer à des phrases simples mais non
artificielles.
Faire élaborer par chaque enfant
• une trace écrite personnelle de ce qu’il a appris de la notion.
Appliquer
• à des exercices portant sur:
- des phrases;
- la transformation d’un texte.
• Créer un texte court à contrainte(s).
PARLER
ÉCOUTER
Toutes ces
séquences
placent
l’enfant
en situation
authentique
de
communication
orale.
Prévoir un contrat pour évaluer la connaissance de la règle
• réévaluer à moyen terme;
• réévaluer à long terme.
Évaluer le degré d’intégration de la notion dans le cadre de nouveaux
projets d’écriture
• placer une orthographe spontanée;
• parvenir à ne plus consulter.
Il apprend à
devenir un
citoyen
tolérant à
l’écoute
des
autres.
Conclusion
Le but n’est jamais d’apprendre des règles prématurément et de façon mécanique, mais bien d’observer, d’analyser, de
constater des similitudes et des différences orthographiques dans le cadre de projets d’écriture et d’ériger progressivement ces constats en règles partielles et provisoires, revues à chaque nouvelle étape de la connaissance.
390
LA DICTÉE
87
Les indices orthographiques servent à construire du sens. L’orthographe ne sert donc pas
seulement à écrire, elle sert aussi à lire. La dictée au sens traditionnel présente une situation
fausse d’écriture puisque le problème consiste à savoir comment on écrit ce que l’on entend
et, subsidiairement, ce que l’on comprend. Ce type d’exercice n’est pas une activité
d’apprentissage de l’orthographe.
Par contre, les travaux (en ateliers) qui consistent à analyser grammaticalement un texte correctement orthographié
permettent d’observer et de comprendre les relations que les mots ou les groupes de mots entretiennent entre eux.
L’exercice de dictée dirigée présente dès lors un intérêt. Par ce travail, les enfants cherchent ensemble comment
s’orthographie un mot (avant de l’écrire*) dans la perspective de réussir l’exercice.
Par contre, la dictée de contrôle est intéressante dans le cas d’une évaluation sommative (pas plus d’une fois par mois) si
elle ne contient que des difficultés rencontrées, structurées de façon diversifiée.
Par contre, écrire un texte sur la base de consignes précises (exemple: le texte ne comptera pas plus de dix lignes et/ou sera
dialogué et/ou tous les verbes seront à la 2 e personne du singulier...) est un travail qui remplace efficacement la dictée.
Par contre, émettre des hypothèses sur l’orthographe possible d’un mot inconnu dont les premières lettres posent problème
puis effectuer une recherche au dictionnaire est un travail qui remplace efficacement la dictée. Cette pratique a pour effet
de créer le réflexe de vérification orthographique lié aux distorsions entre phonèmes et graphèmes.
Par contre, remplacer la dictée par la copie intelligente. Exemples:
• le journal de classe;
• l’écriture d’un texte court connu et apprécié pour le faire partager par d’autres.
Ce travail nécessite d’avoir lu (compris), d’avoir mémorisé les mots ou les groupes de mots et la ponctuation (je me dicte)
en respectant la mise en pages.
Conclusion
Quel que soit l’âge des lecteurs, il s’agit toujours de les amener à:
• choisir la stratégie la mieux adaptée pour mener à bien leur projet de lecture;
• exercer leur esprit critique;
• effectuer un retour constant:
- vers ce qu’ils cherchent et ce qu’ils s’attendent à découvrir;
- vers ce qu’ils voient et ce qu’ils peuvent interpréter.
* Être exigeant en orthographe, c’est armer les élèves pour qu’ils ne commettent pas d’erreurs.
391
LIRE: aller à la découverte des processus de compréhension
88
Préalables
• La lecture est avant tout un acte socioculturel.
• C’est à la faveur d’expériences diversifiées et multiples, agissant en interaction avec des partenaires, que
s’enrichiront les capacités du lecteur à traiter l’information.
• C’est pourquoi le travail en équipes est à privilégier tout au long de la scolarité (ateliers).
1
U
R N
E
N O
C B
O S
N T
T A
R C
E L
R E
2
Collectivement
• Rencontrer:
- un projet vrai à caractère ludique ou social;
- des attentes qui sont/ont été formulées;
- des questions qui sont/ont été posées;
- une liste qui est/a été dressée.
PARLER
ÉCOUTER
Toutes ces
séquences
Comprendre le texte avant de comprendre les mots
M
O
B
I
L
I
S
E
R
Individuellement
• Explorer visuellement, globalement et rapidement le document:
- nature du support;
- mise en pages;
- ponctuation;
- ordre des mots;
- reprise d’informations (redondance);
- relation phonèmes-graphèmes;
- typographie;
- illustration...
S
E
S
Mettre en relation: ce que l’on voit et ce que l’on sait;
Mettre en relation: les besoins et les attentes
C
O
N
N
A
I
S
S
A
N
C
E
S
392
Émergence de la situation-problème
En équipes, puis en grand groupe
• Identifier le type d’écrit:
Aujourd’hui, le projet de lecture se présente sous la forme d’une lettre.
• Prélever des indices:
J’ai vu une signature.
J’ai vu un cachet.
Nous allons lire du courrier
Évoquer des expériences
• Se souvenir collectivement de: - courriers envoyés ou reçus;
- formules langagières utilisées.
• Recourir à des références: panneau mural, fiche, banque de textes, classeur
personnel de documentation...
placent
l’enfant
en situation
authentique
de
communication
orale.
Il apprend à
devenir un
citoyen
tolérant à
l’écoute
des
autres.
89
3
Se poser des questions
• Interaction au sein des équipes:
Qui nous écrit aujourd’hui?
D’où et quand écrit-il?
Pourquoi écrit-il?
Attend-il quelque chose de nous?
R
A
I
S
O
N
N
E
R
Confronter les indices perçus avec le projet de lecture et simultanément
lister les hypothèses
Il se pourrait que ce soit...
Alors, il écrit de...
Il nous dit probablement...
Il nous propose sans doute...
Remarque: dans le cas où l’écrit soumis à un travail de lecture ne correspond à
aucune attente (on n’a écrit à personne, donc on n’attend pas de courrier), la
procédure reste la même.
PARLER
ÉCOUTER
Toutes ces
séquences
placent
l’enfant
en situation
authentique
de
communication
orale.
4
L
E
C
T
U
R
E
E
F
F
E
C
T
U L
E I
R N
U É
N A
E I
R
E
Vérifier les hypothèses
Individuellement, puis en équipes et, enfin, collectivement
• Lire personnellement et finement l’écrit.
• Comprendre les mots pour y chercher:
- réponse à son questionnement;
- confirmation ou information d’hypothèses émises.
Échanger son point de vue avec ses coéquipiers
• Rapporter les conclusions de l’équipe (porte-parole) au grand groupe.
• Vérifier la liste établie des hypothèses énoncées.
Il apprend à
devenir un
citoyen
tolérant à
l’écoute
des
autres.
393
90
5
Réorganiser les informations - Évaluer
Collectivement
• Construire les réponses aux questions.
• Reformuler avec ses propres mots.
R
É
A
L
I
S É
E V
R A
L
L U
E E
P R
R
O
J
E
T
Fin de la séquence d’apprentissage
Évaluer
• Proposer un questionnaire.
Chaque séquence de lecture ne débouche pas nécessairement sur un moment
d’évaluation individuelle. Si celle-ci a lieu, elle sera toujours destinée à vérifier
l’aptitude de l’élève à comprendre («A-t-il maîtrisé le sens et non le son?»)
Archiver
• L’écrit du jour est classé dans la banque de textes (documentation) et, au
besoin, complété d’outils comme:
- une grille des savoir-faire en production;
- des fiches ou panneaux d’expressions langagières.
Tirer parti des erreurs.
PARLER
ÉCOUTER
Toutes ces
séquences
placent
l’enfant
en situation
authentique
de
communication
orale.
Il apprend à
devenir un
citoyen
tolérant à
l’écoute
des
autres.
Conclusion
Quel que soit l’âge des lecteurs, il s’agit toujours de les amener à:
• choisir la stratégie la mieux adaptée pour mener à bien leur projet de lecture;
• exercer leur esprit critique;
• effectuer un retour constant:
- vers ce qu’ils cherchent et ce qu’ils s’attendent à découvrir;
- vers ce qu’ils voient et ce qu’ils peuvent interpréter.
Lecture et langage sont indissociables
Quel que soit l’âge des lecteurs, il s’agit toujours de les amener à pratiquer un acte intelligent qui consiste à saisir le sens
du texte et à le reformuler avec un langage personnel. Le balayage visuel prévaut donc toujours sur la lecture linéaire.
La capacité de voyager en amont et en aval renforce l’aptitude à établir des relations de cause à effet, indispensables
elles aussi à la saisie du sens. La différence majeure entre un lecteur débutant et un lecteur plus chevronné, réside, d’une
part, dans son degré de dépendance à l’adulte et, d’autre part, dans le complexité des textes qui lui sont soumis.
L’apprentissage consiste à conduire le lecteur vers une autonomie toujours plus grande.
394
LIRE: • pratiquer des techniques
• améliorer sa vitesse de lecture
91
Plus la lecture est rapide, mieux le texte est compris et retenu.
Structurer des connaissances
Utiliser des stratégies appropriées
• Passer d’une compréhension globale à une compréhension textuelle, littérale:
- entrer dans les mots:
. découvrir le code (lettres, sons, phonèmes,
graphèmes);
- entrer dans les phrases:
. unités de sens,
. début et fin de phrases,
. signes particuliers,
. symboles,
. ...
- étendre le champ lexical:
. sens des mots,
. synonymies,
. familles de mots,
. classements divers;
- améliorer la perception visuelle en travaillant sur:
. des mots,
. des groupes de mots,
. des phrases,
. des paragraphes,
. des illustrations;
- améliorer la perception visuelle en repérant des
mots:
. en contexte,
. hors contexte,
. dans de nouveaux contextes;
- jouer sur les graphies de mots:
. sur les tailles de caractères;
- jongler avec majuscules et minuscules;
- comparer des mots dont les graphies sont
proches;
- en identifier les similitudes et les différences;
- s’entraîner de façon ludique:
. loto, dominos, charades, mots croisés, mots
fléchés, devinettes, rébus...
- organiser des défis:
. challenge et championnats;
- organiser des classements:
. VOB, cahiers de mots et de sons...
• On n’aborde pas de la même manière:
- un conte,
- une poésie,
- une recette,
- un règlement,
- un mode d’emploi,
- un tableau,
- une affiche,
- un graphique,
- une bande dessinée,
- ...
• S’entraîner à:
- la lecture survol,
- la lecture sélective,
- la lecture sondage,
- la lecture écrémage,
- la lecture intégrale,
- la lecture à haute voix.
• Découvrir les normes sociales, c’est-à-dire:
- les règles:
. de syntaxe,
. de conjugaison,
. d’orthographe,
en travaillant par exemple sur des écrits publicitaires.
• Découvrir les codes spécifiques à chaque type de
texte (se constituer une banque de textes).
• Découvrir des codes fonctionnels (style de
l’auteur).
395
92
Un apprentissage efficace de la lecture ménage constamment un équilibre entre des mises en situation (projets, défis
fonctionnels) et la pratique simultanée quotidienne de techniques toujours appropriées aux types d’écrits, à l’âge des
lecteurs et à leur niveau spécifique de compétences maîtrisées et/ou à maîtriser.
La vitesse de lecture dépend essentiellement de trois facteurs:
• de la capacité de concentration intellectuelle, c’est-à-dire de l’aptitude à maîtriser à la fois son corps, ses
muscles et sa respiration:
. travailler de concert avec les partenaires appropriés (maîtres d’éducation physique, de chant...);
• de l’ampleur de l’empan visuel, c’est-à-dire du nombre d’indices (lettres, signes, mots...) que l’œil perçoit au
cours d’une seule fixation:
. travailler à élargir l’empan:
. mots en pyramide,
. lire des mots de plus en plus longs:
. en suivant une médiane,
. en posant son regard sur le début des mots...
• de la finesse de discrimination visuelle, c’est-à-dire de l’aptitude à percevoir des indices pertinents; généralement, ceux-ci sont minimes (une lettre, un signe de ponctuation, les marques de l’orthographe).
Travailler au départ de la presse: slogans publicitaires et titres de journaux.
Conclusion
Le but n’est jamais d’apprendre des règles prématurément et de façon mécanique mais bien d’observer, d’analyser, de
constater des similitudes et des différences orthographiques dans le cadre de projets d’écriture et d’ériger progressivement ces constats en règles partielles et provisoires, revues à chaque nouvelle étape de l’apprentissage. Conceptualiser
exige du temps...
396
LIRE À HAUTE VOIX
93
La confusion entre lecture à haute voix et lecture est fréquente.
Le lecteur qui lit à voix haute ne transmet pas que le contenu de l’écrit qu’il a sous les yeux, il transmet aussi les sentiments
qu’il éprouve à l’égard de cet écrit. L’acte de transmission du message à haute voix est nécessairement précédé d’un acte
intelligent de production de sens; même pour un adulte, il est difficile de comprendre et en même temps de transmettre sa
compréhension. Ces deux activités se déroulent bien successivement et non simultanément.
Le laps de temps qui s’écoule entre la saisie du sens et sa transmission orale diminue au fur et à mesure que progresse
l’aptitude à saisir l’information et cela pour autant que le registre langagier de l’écrit soit familier au lecteur.
Les préalables
• Il faut que l’acte en lui-même ait sa raison d’être:
- réponse à une demande, à un besoin exprimé par un
pair:
. non lecteur;
. qui n’a pas lu mais qui est intéressé.
• Il faut:
- disposer de conditions environnementales indispensables;
- être seul à posséder l’écrit;
- avoir un public, se trouver face à lui;
- avoir un interlocuteur (téléphone, répondeur).
• Il faut avoir lu, maîtrisé le sens: «J’ai lu (mentalement)
et j’ai compris».
• Il faut avoir analysé sa compréhension: «J’ai compris
et je sais ce que j’ai compris, je suis capable de le
reformuler autrement».
• Il faut s’être défini un projet de communication: «Je
désire émouvoir, ou amuser, ou choquer...».
• Il faut être capable de maîtriser la parole: «Je suis
capable d’utiliser les techniques appropriées pour
émouvoir, pour amuser, pour choquer...»:
- porter la voix,
- nuancer la voix,
- articuler,
- prononcer,
- tenir le rythme,
- respirer,
- souffler,
- avoir une attitude dégagée,
- se concentrer (pour cela, il faut nécessairement avoir
repéré des blocs d’informations),
- avoir à l’esprit la structure de l’écrit,
- s’être entraîné à vaincre son stress, sa timidité,
- anticiper la prise d’information visuelle.
Lire à haute voix est une activité complexe. Il faut s’y entraîner dès l’âge de 8 ans. Les tentatives avant cet âge se feront
avec prudence, toujours dans un climat de confiance. Lire à haute voix nécessite que les yeux anticipent largement la
prononciation, ce qui n’est pas le cas lorsque l’on déchiffre ou oralise les signes graphiques. Dans ce cas, la parole
accompagne très ponctuellement le mouvement des yeux, ce qui freine considérablement la compréhension.
Finalement, lire à haute voix c’est DIRE car il s’agit bien d’une discipline qui fait appel à la maîtrise de l’oral.
La maîtrise de l’oral s’exerce tout au long de l’école fondamentale et n’est certifiable qu’à la fin du premier degré de
l’enseignement secondaire.
On ne contrôle pas la compréhension par la lecture orale mais bien par un questionnement.
397
Éducation artistique
IV
ÉDUCATION ARTISTIQUE
a. Définition
L’éducation artistique vise à fonder l’éducation à l’environnement et à la culture sur des activités créatrices et sur la perception
esthétique.
b. Concept
L’éducation artistique consiste à donner aux enfants les possibilités matérielles et techniques leur permettant d’exprimer en toute
liberté leur personnalité et leurs émotions au travers de langages non conventionnels.
L’éducation artistique, c’est aussi faire de la culture une priorité pour initier l’enfant aux arts et enrichir son potentiel intellectuel,
culturel et son pouvoir créatif.
c. Démarche
© Aborder l’éducation artistique avec l’enfant, c’est:
• sensibiliser l’enfant aux beautés naturelles de son environnement, l’aider à apprécier un paysage, une musique, une
ambiance, un objet, une œuvre d’art... en éveillant les sens: vue, ouïe, toucher…;
• lui permettre d’entrer dans la matière par la manipulation (palper, modeler, creuser…);
• l’amener à comprendre que les réalités esthétiques qui façonnent notre environnement découlent d’une fusion entre ces
richesses naturelles et la créativité de l’homme. L’enfant est cet homme.
Éducation artistique - 1
400
© L’enfant naît artiste. À nous de l’aider à développer ses talents. Engager l’enfant sur ces sentiers, c’est l’aider à extérioriser ses
potentialités artistiques et à prendre conscience de ses possibilités. C’est aussi privilégier une éducation globale qui l’aidera à
s’épanouir et à s’affirmer.
© Faire de l’éducation artistique une priorité pour les enfants, c’est créer des situations d’expression:
• vivre dans un climat de confiance et de liberté;
• vivre dans un espace facilitant la créativité personnelle ou collective;
• vivre entouré d’un référentiel culturel constitué tant de productions d’enfants que d’œuvres artistiques de renom
(exposition permanente et vivante: livres, reproductions, disques compacts, partitions musicales, chansonniers…);
• vivre entouré d’une variété d’outils, d’instruments incitateurs d’actions;
• vivre au contact des richesses artistiques et artisanales de leur environnement: expositions, concerts, récitals…;
• aller à la rencontre des artistes (musiciens, peintres, artisans, acteurs…) et du monde qui les entoure (techniciens,
costumiers, metteurs en scène…).
Éducation artistique - 2
401
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’ÉDUCATION PLASTIQUE
S'ouvrir au monde visuel pour percevoir,
s’approprier des langages et s’exprimer
1723
• Rencontrer l’artiste (le peintre, le sculpteur, le tisserand, le • Rencontrer l’artiste (le peintre, le sculpteur, le tisserand, le
potier, le graveur), dans son atelier, l’inviter à l’école.
potier, le graveur), dans son atelier, l’inviter à l’école.
• Rencontrer des expressions artistiques multiples telles que • Rencontrer des expressions artistiques multiples telles que
peinture, modelage, dessin, sculpture, tissage, photo… pour
peinture, modelage, dessin, sculpture, tissage, photo… pour
motiver les enfants à expérimenter ces modes d’expression.
motiver les enfants à expérimenter ces modes d’expression.
1724
1725
Agir, exprimer, transférer, créer dans le domaine plastique
Les modes d’expression en deux ou trois dimensions
Les empreintes et les traces
1729
• En jouant, découvrir les empreintes et les traces.
• Les reproduire avec ou sans intention figurative, avec le corps
et ses segments (mains, pieds, doigts, nez, bouche…):
- dans des éléments naturels: sable, terre, neige…;
- dans des matériaux divers: peinture, terre à modeler.
• Répéter les empreintes dans un souci décoratif avec des
outils divers: corps, segments corporels, coton-tiges,
bouchon, tampon, impression à la pomme de terre…
1113
1728
• Produire des empreintes variées en partant d’éléments
divers (végétaux, objets, jeux, matières), les utiliser à des fins
décoratives.
• Partir d’une empreinte et l’enrichir d’éléments décoratifs.
• Relever des empreintes par frottage: napperons, pièces de
monnaie, objets structurés.
• Créer des tampons d’impression.
• Percevoir et différencier les formes simples et les formes
de la nature, les organiser dans une frise décorative (voir
mathématiques).
1730
Le dessin
1731
1734
• Véritable outil de la pensée, le dessin exprime le pouvoir créatif de l’individu.
• Là où le langage est absent, il nous fait découvrir les perceptions authentiques des réalités extérieures. Dans son expression
libre, il apporte confiance et liberté. Compagnon des jours de souffrance et de joie, le dessin est à lui seul un moyen
d’expression universel.
• La pratique régulière du dessin permet à l’enfant d’acquérir une habileté manuelle, une précision dans le mouvement du
poignet, des doigts et lui facilite l’apprentissage de l’écriture.
• L’exploitation du pouvoir créatif par le dessin, quel que soit l’âge, peut ouvrir les portes à d’autres formes d’expression, à des
perspectives professionnelles diverses où l’habileté et l’intelligence du geste se conjuguent.
Éducation artistique - 3
402
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’ÉDUCATION PLASTIQUE
S'ouvrir au monde visuel pour percevoir,
s’approprier des langages et s’exprimer
• Observer des œuvres et en dégager les formes d’expression
(éléments représentés, couleurs dominantes, formes,
technique, genre, situation de l’œuvre dans le temps…).
• Rencontrer des expressions artistiques multiples telles que
peinture, modelage, dessin, sculpture, tissage, photo… pour
motiver les enfants à expérimenter ces modes d’expression.
1723
• Aller à la rencontre de l’homme, de l’artiste, pour découvrir sa
sensibilité, son message, sa vie.
• Rencontrer des expressions artistiques multiples.
• Observer des œuvres et en dégager les formes d’expression.
• Tirer parti des rencontres esthétiques organisées.
1726
1727
Agir, exprimer, transférer, créer dans le domaine plastique
Les modes d’expression en deux ou trois dimensions
Les empreintes et les traces
1728
1729
• Produire des empreintes variées en partant d’éléments
divers (végétaux, objets, jeux, matières), les utiliser à des fins
décoratives.
• Partir d’une empreinte et l’enrichir d’éléments décoratifs.
• Créer des tampons d’impression, des pochoirs.
• Percevoir et différencier les formes géométriques ou non, les
imprimer sur différents supports : papier, tissu, soie, poterie,
en les agençant de manière abstraite ou figurative.
• Produire des empreintes variées en partant d’éléments
divers (végétaux, objets, jeux, matières), les utiliser à des fins
décoratives.
• Partir d’une empreinte et l’enrichir d’éléments décoratifs.
• Créer des tampons d’impression, des pochoirs.
• Percevoir et différencier les formes géométriques ou non, les
imprimer sur différents supports : papier, tissu, soie, poterie,
en les agençant de manière abstraite ou figurative.
1732
Le dessin
1733
1734
Éducation artistique - 4
403
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Produire un tracé avec intention figurative en enrichissant
ses productions en fonction de la connaissance du schéma
corporel (yeux, nez, cou, doigts…).
• Représenter des animaux, des personnages, des objets:
- dans les limites données par le cadre;
- en occupant l’espace donné.
• Illustrer par un dessin un fait vécu, une séquence d’un conte.
• Communiquer un message par le dessin. Proposer des
techniques en fonction des possibilités de l’enfant:
- les monotypes;
- la carbogravure.
• Enrichir les productions:
- en ajoutant des éléments significatifs;
- en situant les personnages dans un cadre structuré;
- en marquant dans leur représentation l'éloignement, la
proximité.
• Produire plusieurs dessins dans un ordre chronologique pour
raconter une histoire, un fait vécu.
• Reproduire un dessin à l’aide d’une trame.
1736
• Choisir ses outils en fonction des techniques d’exécution:
- dessin à la bougie, à l’effaceur;
- dessin sur carte à gratter, au pastel, à l’huile.
1737
1735
Les activités graphiques
1740
• Le développement de l’habileté graphique ne se fait pas sans l’éducation globale du corps, ni sans les jeux de doigts, de la
main, du poignet développés dans les activités d’éducation corporelle. Outre l’aspect artistique, la représentation graphique
traduit un problème mathématique ou scientifique, en facilite et en assure la compréhension.
• Les activités graphiques constituent une initiation culturelle non négligeable, par l’observation d’œuvres d’art actuelles,
l’appropriation de certaines techniques d’expression.
• Elles doivent toujours être pour l’enfant des activités de plaisir et d’entraînement tout à la fois.
• Elles préparent l’enfant à l’écriture en mettant l’acte graphique au service de la créativité.
Jouer avec des lignes, des points, des formes pour créer des
compositions
• figuratives:
- décorer des formes figuratives à l'aide de pois, de carrés,
de motifs répétitifs;
- remplir des espaces contigus avec des lignes, des croix,
des carrés.
• non figuratives:
- créer différentes formes et les disposer pour réaliser des
bandes décoratives.
• Réaliser des tracés variés sur des supports différents.
• Choisir les outils adaptés.
Réaliser des compositions
• non figuratives, avec consignes:
- tracer dans un espace donné des courbes continues;
- décorer les espaces fermés à l'aide de croix, de pois, de
triangles;
- colorier les surfaces couvertes de pois en jaune, de croix en
vert, de triangles en bleu…
- suivre un tracé délimité par pliure;
- décorer les différents espaces de graphismes divers.
• non figuratives, sans consignes:
- en reprenant différents traits: obliques, courbes, horizontaux, verticaux…;
- en associant graphisme et peinture.
1741
Éducation artistique - 5
404
1742
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Dessiner en approchant le respect des proportions et le rapport
entre les éléments pour atteindre une représentation réaliste.
• Aborder le dessin géométrique et approcher la représentation des volumes.
• Situer un objet dans un espace donné.
• Réaliser une suite de dessins pour construire une bande
dessinée.
• Découvrir des effets variés dans l’utilisation du crayon noir:
tracés épais ou fins, contours nets ou imprécis, effets de
brume, tonalité des différents gris.
• Reproduire des tracés sur des supports différents en utilisant
des outils adaptés aux techniques:
- linogravure;
- pyrogravure.
1738
• Dessiner en approchant le respect des proportions et le rapport
entre les éléments pour atteindre une représentation réaliste.
• Ébaucher des perspectives (solides, paysages).
• Dessiner un paysage à l’aide d’un cadre.
• Reproduire des tracés sur des supports différents en utilisant
des outils adaptés aux techniques:
- linogravure;
- pyrogravure.
1739
Les activités graphiques
1740
• Aborder le graphisme en imitant la technique de peintres
célèbres.
• Connaître, situer la vie des peintres dans le temps.
• Travailler le graphisme sur des matériaux divers (bois, pierre,
terre cuite…).
• Adapter les outils en fonction des matières, des supports et
des techniques.
• Aborder le graphisme en imitant les techniques de peintres
célèbres, les décrire et les comparer.
• Connaître, situer la vie des peintres dans le temps.
• Adapter les outils en fonction des matières, des supports et
des techniques.
• Utiliser des outils tels que compas, équerres...
1743
1744
• Réaliser des compositions à partir:
• Réaliser des compositions à partir de techniques diverses,
- des initiales de l’enfant: monogramme à imprimer sur
compositions à la plume et à l'encre de Chine.
«farde» et étiquette;
- des éléments naturels autour desquels on dessine pour
représenter une forme, un personnage, une scène
figurative.
1745
1746
Éducation artistique - 6
405
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Éducation artistique - 7
406
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
La peinture
1747
• L’activité créatrice ne se fonde pas seulement sur la perception des choses.
• Si le regard développe chez l’enfant sa pensée figurative, créatrice, c’est davantage par l’action, l’expérimentation que l’enfant
progresse dans sa capacité à créer.
• Plus que tout autre moyen d’expression, la peinture ouvre un champ d’exploitation multiple par les variables d’expression
qu’elle propose et par les expériences personnelles qu’elle autorise, privilégiant tantôt la matière, tantôt le geste.
Les matières
• Prendre conscience de l’utilité des matières dans l’acte créatif. Approcher ou manipuler les différentes matières pour les
transformer, les assembler et créer.
- Matières conventionnelles:
. les couleurs fluides, épaisses, visqueuses…;
. les types de peinture: gouache, aquarelle, peinture à l’huile, teinture pour tissus…
- Matières non conventionnelles:
. des produits divers pouvant être dilués, mélangés avec des produits colorants pour créer des effets inattendus.
Les supports
• Matières diverses: carton, papier, bois, tissu, plâtre, contreplaqué, mur, ardoise, faïence, verre…
• Supports travaillés: papier, carton peint, carton ondulé, humidifié, froissé, plié, travaillé en volume, tissu recouvert de plâtre,
d’enduit, tissu teinté…
• Supports en trois dimensions, trouvés dans l’environnement: boîtes, objets divers…
Les outils adaptés aux matières et aux supports
• Outils conventionnels:
- pinceaux à poils doux permettant souplesse et variation dans l’épaisseur du trait, pinceaux à poils durs, rouleaux de matières
et de tailles variables (mousse, caoutchouc, laine), couteaux et spatules pour enduire des matières diverses (peinture à
l’huile, plâtre…), matériel de pochage.
• Outils non conventionnels:
- brosses: coco, soie, nylon…;
- chiffon, éponge, bâtonnet, fourchette, peigne, coton-tige…
Les activités et techniques d’expression
• Réaliser des compositions originales et représenter un
fait vécu, une émotion.
• Réaliser une composition figurative ou non à l’aide de
formes, de lignes, de taches.
• Adapter la technique au sujet représenté ou au projet.
Éducation artistique - 8
407
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Reproduire des formes, des silhouettes par dessin, par • Reproduire des formes, des silhouettes par dessin, par
pochage:
pochage:
- sur le bord d’une frise;
- en répétant un sujet;
- autour d’un cadre;
- en alternant, en inversant;
- en jouant sur la diversité, sur l’alternance.
- en jouant sur les couleurs et les formes.
• Expérimenter le mélange des couleurs pour élargir la gamme
des tons utilisés.
1749
• Reconnaître, identifier des couleurs.
• Adapter sa production au format du support.
• Recouvrir un espace avec de la peinture.
1752
• Composer des couleurs à partir des couleurs primaires, les
identifier, les nommer.
• Percevoir les couleurs froides, les couleurs chaudes et les
tons neutres.
• Recouvrir uniformément un espace donné au pinceau, au
rouleau…
1755
1748
• Percevoir, découvrir des éléments clairs, sombres.
• Modifier une couleur pour la rendre plus claire, plus foncée.
1758
1759
• Découvrir, nommer les nuances de différentes couleurs (bleu • Classer les nuances selon leur degré de clarté (ordre
clair, bleu foncé).
croissant).
1763
• Découvrir, nommer les nuances de différentes couleurs par
association à l’environnement:
- bleu clair - bleu ciel;
- bleu foncé - bleu nuit;
- jaune citron;
et composer des harmonies monochromes.
1766
• Découvrir différentes techniques de peinture par l’approche
de différents artistes (visite de musées, analyse de
productions ou d’affiches).
• Expérimenter des techniques.
• Peindre «à la manière de...».
• Pénétrer la culture de l’autre au travers des productions
artistiques (peinture, artisanat) et expérimenter des
techniques venant d’ailleurs.
1762
Éducation artistique - 9
408
1769
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Créer des motifs à pocher (jouer sur le négatif et le positif). • Décorer:
• Pratiquer le pochage sur divers matériaux (papier, carton,
- un meuble;
bois).
- un local;
- des objets divers.
1750
• Adapter sa production au format en fonction du projet.
1751
• Adapter sa production au format en fonction du projet.
1753
1754
• Mélanger des couleurs pour réaliser les couleurs secondaires à partir des primaires.
• Identifier les couleurs primaires, secondaires et leurs
composantes.
• Composer une production en jouant sur les tonalités
chaudes, froides, claires, foncées.
• Préparer un support qui doit être peint, en tenant compte de
la technique choisie, et couvrir uniformément des surfaces.
• Réaliser des compositions à partir d’éléments naturels.
1756
• Mélanger des couleurs pour réaliser les couleurs secondaires à partir des primaires.
• Identifier les couleurs primaires, secondaires et leurs
composantes.
• Composer une production en jouant sur les tonalités
chaudes, froides, claires, foncées.
• Préparer un support qui doit être peint, en tenant compte de
la technique choisie, et couvrir uniformément des surfaces.
• Composer des harmonies monochromes et polychromes.
• Composer des harmonies monochromes, polychromes et
apprendre à les caractériser.
1757
1760
1761
• Composer une production en jouant sur les nuances (camaïeu). • Composer une production en jouant sur les nuances (camaïeu).
• Classer des productions d’après leur degré de clarté,
d’obscurité, par familles.
1764
1765
• Découvrir, nommer les nuances de différentes couleurs par • Découvrir, nommer les nuances de différentes couleurs par
leur nom précis: terre de Sienne, vermillon, magenta...
leur nom précis: terre de Sienne, vermillon, magenta...
1767
• Découvrir différentes techniques de peinture par l’approche
de différents artistes (visite de musées, analyse de
productions ou d’affiches).
• Expérimenter des techniques.
• Peindre «à la manière de...».
• Pénétrer la culture de l’autre au travers des productions
artistiques (peinture, artisanat) et expérimenter des
techniques venant d’ailleurs.
1768
• Découvrir différentes techniques de peinture par l’approche
de différents artistes (visite de musées, analyse de
productions ou d’affiches).
• Expérimenter des techniques.
• Peindre «à la manière de...».
• Pénétrer la culture de l’autre au travers des productions
artistiques (peinture, artisanat) et expérimenter des
techniques venant d’ailleurs.
• Situer une œuvre dans son contexte historique et culturel.
1770
1771
Éducation artistique - 10
409
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Travail de matières diverses
• Percevoir les aspects différents des matières: papier, carton,
tissu, laine, éléments naturels:
- papiers lisses, rugueux, cartonnés, imprimés, crépons,
glacés, transparents;
- cartons de grosseurs et couleurs variables, matériaux de
récupération, toile…;
- tissus épais, légers, transparents, lourds, lisses, colorés…;
- cellophane, aluminium...
• Mélanger différentes matières dans une même composition.
• Diversifier les actions sur les matières pour obtenir des effets
différents: froisser, déchirer, enrouler, couper, agrafer,
découper, tresser, tisser, crocheter, tricoter, enduire, recouvrir.
Travail de matières diverses
• Choisir ses outils en fonction d’une technique.
• Percevoir les aspects différents des matières: papier, carton,
tissu, laine, éléments naturels:
- papiers lisses, rugueux, cartonnés, imprimés, crépons,
glacés, transparents;
- cartons de grosseurs et couleurs variables, matériaux de
récupération, toile…;
- tissus épais, légers, transparents, lourds, lisses, colorés…;
- cellophane, aluminium...
• Les utiliser en fonction des évocations souhaitées.
• Choisir des outils, des modes d’assemblage en fonction des
matières et des techniques d’exécution (pinceaux, colles
diverses, agrafeuse, aiguilles, fils…).
• Mélanger différentes matières dans une même composition.
• Diversifier les actions sur les matières pour obtenir des effets
différents: froisser, déchirer, enrouler, couper, agrafer,
découper, tresser, tisser, crocheter, tricoter, enduire, recouvrir.
• Diversifier les moyens d’assemblage.
1773
1772
Pliage
1776
• Réaliser des pliages simples: serviettes, animaux en papier, • Augmenter les difficultés dans la réalisation de pliages
guirlandes.
(serviettes, animaux…).
1777
1778
Tissage
1781
• Exploiter des matières différentes pour tisser: laine, papier, • Réaliser des marionnettes en papier mâché.
tissu.
• Transformer des personnages, des objets, des paysages:
déformer, fragmenter pour adapter les personnages, le décor
au projet de marionnette.
1782
1783
Assemblage
1786
• Organiser, transformer, créer en combinant des formes, des • Organiser, transformer, créer en combinant des formes, des
couleurs, des matières, des modes d’expression, des technicouleurs, des matières, des modes d’expression, des techniques d’exécution pour réaliser des objets figuratifs ou non.
ques d’exécution pour réaliser des objets figuratifs ou non.
1788
1787
• Créer à partir de matériaux de récupération, de tissus, de • Identifier des modes d’expression.
papiers, d’éléments naturels.
• Associer des éléments pour créer des volumes.
• Réaliser des marionnettes par moulage (pâte à bois).
1791
• Créer des décors.
1792
• Créer, organiser un espace.
1795
Éducation artistique - 11
410
1796
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Travail de matières diverses
• Choisir ses outils en fonction d’une technique.
• Percevoir les aspects différents des matières: papier, carton,
tissu, laine, éléments naturels:
- papiers lisses, rugueux, cartonnés, imprimés, crépons,
glacés, transparents;
- cartons de grosseurs et couleurs variables, matériaux de
récupération, toile…;
- tissus épais, légers, transparents, lourds, lisses, colorés…;
- cellophane, aluminium...
• Choisir des outils, des modes d’assemblage en fonction des
matières et des techniques d’exécution (pinceaux, colles
diverses, agrafeuse, aiguilles, fils…).
• Diversifier les moyens d’assemblage.
Travail de matières diverses
• Choisir ses outils en fonction d’une technique.
• Percevoir les aspects différents des matières: papier, carton,
tissu, laine, éléments naturels.
Les utiliser en fonction des évocations souhaitées.
• Choisir des outils, des modes d’assemblage en fonction des
matières et des techniques d’exécution (pinceaux, colles
diverses, agrafeuse, aiguilles, fils…).
• Diversifier les actions sur les matières pour obtenir des effets
différents: froisser, déchirer, enrouler, couper, agrafer,
découper, tresser, tisser, crocheter, tricoter, enduire,
recouvrir.
• Diversifier les moyens d’assemblage.
1774
1775
Pliage
1776
• Réaliser des origamis.
• Construire des volumes, des cubes, des cylindres…
1779
Tissage
1780
1781
• Créer des volumes en associant différentes matières dans le • Créer des volumes en associant différentes matières dans le
tissage.
tissage.
• Construire son métier à tisser.
• Construire son métier à tisser.
• Simplifier, changer les proportions des décors, des
personnages, pour les adapter au projet.
1784
Assemblage
1785
1786
• Organiser, transformer, créer en combinant des formes, des • Organiser, transformer, créer en combinant des formes, des
couleurs, des matières, des modes d’expression, des technicouleurs, des matières, des modes d’expression, des techniques d’exécution pour réaliser des objets figuratifs ou non.
ques d’exécution pour réaliser des objets figuratifs ou non.
1789
1790
• Identifier des techniques d’exécution.
• Identifier des techniques d’exécution.
• Associer des éléments en fonction d’un thème ou d’un style. • Associer des éléments en fonction d’un thème ou d’un style.
• Construire des marionnettes (marionnettes à tige, à tringle, à
fils).
1793
1794
• Créer, organiser un espace en composant des éléments pour • Créer, organiser un espace en composant des éléments pour
traduire une ambiance.
traduire une ambiance.
1797
1798
Éducation artistique - 12
411
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Modelage - sculpture
1799
• Par son action sur la matière, l’homme a su exploiter l’union de la terre et de l’eau pour réaliser des objets usuels,
des œuvres artistiques.
• Par des actions telles que pétrir, enfoncer, creuser, écraser, ajouter, retirer, accrocher, il a exploité des matières
différentes pour créer des volumes, des sculptures à partir d’éléments divers (carton, plâtre, ficelle, tissu, bois, pierre,
béton cellulaire…).
• Ces activités basées sur les manipulations de matériaux divers, l’ajout, le retrait des matières, répondent aux besoins
gestuels sensoriels et créatifs.
• Modeler
• Représenter des personnages, des objets avec des détails
- à plat;
caractéristiques.
- en volume: représenter un «bonhomme» en fonction de la • Construire en volume à partir de:
connaissance du schéma corporel.
- colombins;
• Sculpter: assembler des objets divers.
- blocs.
• Modeler de petits objets décoratifs pour développer la
motricité fine.
1800
Éducation artistique - 13
412
1801
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Modelage - sculpture
1799
• Sculpter de petits bouts de bois en les polissant et en • Représenter:
peignant certaines zones pour en faire une représentation
- un corps,
réaliste.
- un buste,
• Associer des éléments de papier découpé (papier de soie de
- une tête,
couleur), de feutrine, de papier mâché, de plâtre.
en respectant les proportions.
• Choisir les outils en fonction d’une technique d’exécution,
d’un mode d’expression.
• Représenter des personnages, des objets avec des détails
caractéristiques.
1802
1803
Éducation artistique - 14
413
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’ÉDUCATION MUSICALE
S’ouvrir au monde sonore:
percevoir et différencier les sons, les bruits
1804
• Entendre, écouter les bruits environnants.
• Entendre, écouter les bruits environnants, se les approprier
• Approcher dans notre quotidien les chants, les musiques, les
pour en déceler les sons, les rythmes, les ambiances.
comptines qui bercent notre enfance, la vie au fil du temps. • Découvrir des sonorités nouvelles (rythmes, instruments,
• Découvrir des mondes sonores différents.
chants, danses).
• Réagir à différentes formes musicales.
• Réagir à différentes formes musicales selon sa sensibilité
• Rencontrer l’autre dans des interprétations collectives qui
personnelle.
rassemblent les êtres.
576
1805
1806
Agir, exprimer, transférer, créer dans les domaines vocal,
verbal, rythmique, instrumental et corporel
L’écoute
1809
1810
• Développer les capacités d’écoute et de production sonore. • Chercher, repérer, nommer quelques instruments de
• Identifier, discriminer, repérer:
percussion.
- les bruits de l’environnement familier (intérieur, extérieur); • Découvrir différents instruments de musique au travers de
- les voix parlées;
l’écoute de contes musicaux.
- les instruments de musique de la classe (maracas, grelots, • Découvrir des chants, des comptines, des musiques du
tambourins, triangles, claves);
terroir et d’horizons différents.
- les instruments fabriqués.
• Distinguer son et silence.
1811
1812
S’exprimer par la voix
1815
• Exprimer des sensations (la joie, la peur...).
• S’exprimer de manière différente en fonction des situations:
crier, parler, chuchoter, chanter fort, doucement.
1816
Éducation artistique - 15
414
1817
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’ÉDUCATION MUSICALE
S’ouvrir au monde sonore:
percevoir et différencier les sons, les bruits
1804
• Écouter les bruits pour en déceler les sons, les rythmes, les • Réagir à différentes formes musicales selon sa sensibilité
ambiances.
personnelle.
• Découvrir des mondes sonores différents du nôtre et goûter • Prendre du plaisir à écouter, s’exprimer, créer dans les
à la richesse des sonorités (rythmes, instruments, chants,
domaines vocal, verbal, rythmique, instrumental et corporel.
danses), palette instrumentale contemporaine et interculturelle.
1807
Agir, exprimer, transférer, créer dans les domaines vocal,
verbal, rythmique, instrumental et corporel
L’écoute
1808
1809
1810
• Repérer, nommer quelques instruments à vent, à cordes.
• Repérer, nommer quelques instruments à vent, à cordes.
• Participer à la création de spectacles illustrant différentes • Découvrir certaines œuvres musicales et situer les
formes musicales (contes musicaux, chorégraphie, chorale,
compositeurs sur la ligne du temps.
projets multiculturels…).
• Participer à la création de spectacles illustrant différentes
formes musicales.
• Assister à des spectacles musicaux selon les possibilités
locales, régionales.
1813
S’exprimer par la voix
1814
1815
• S’exprimer de manière différente en fonction des situations: • Prendre conscience de son appareil phonatoire et de ses
crier, parler, chuchoter, chanter fort, doucement.
possibilités vocales pour exprimer des sensations.
• S’engager dans la maîtrise de la voix parlée et chantée par
le contrôle du souffle, du débit, du rythme, de l’intensité, de
la hauteur des sons.
1818
1819
Éducation artistique - 16
415
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Imiter différents cris, bruits en utilisant la langue, les lèvres, • Jouer sur les expressions de la voix, du corps pour exprimer
la gorge, la voix.
l’étonnement, la colère, la joie, la tristesse en faisant varier
• Maîtriser le souffle: souffler fort, doucement, en dirigeant son
l’intensité, le rythme, la hauteur, la durée des sons émis.
souffle, en retenant son souffle.
• Apprendre à maîtriser la respiration lors de l’expression de
comptines, de chants.
1298
1820
• Écouter, reproduire des comptines.
1821
• Écouter, reproduire des comptines et des poèmes.
1824
1825
• Découvrir les rythmes exprimés au travers de comptines, de rondes et de jeux chantés.
• Jouer avec les sons et s’entraîner à percevoir:
- l’origine;
- l’intensité;
- la durée;
- la hauteur d’un son;
- le timbre de la voix.
• Discriminer, composer des sons.
1025
1828
• Percevoir, différencier, comparer:
- l’origine;
- l’intensité;
- la durée;
- la hauteur d’un son;
- le timbre d’un son.
• Reproduire des variations de hauteur, d’intensité, de durée.
• Formuler verbalement les caractéristiques des sons (grave,
aigu, médium, long, court…).
• Traduire graphiquement les sons vécus en créant des codes
d’exécution et en les appliquant.
1829
577 - 2072
1830
• Prendre conscience du silence.
• Jouer avec le langage pour traduire des émotions, des
• Jouer avec le langage, prendre conscience des phonèmes
humeurs.
par des jeux, des comptines:
• Imiter vocablement des ambiances sonores.
- jeu du corbillon;
• Traduire des ambiances par des sonorités vocales.
- jeu d’association.
1294
1833
1834
• Découvrir, interpréter les chants traditionnels de l’enfance en • Élargir le répertoire des chants.
respectant la tessiture des enfants.
• Interpréter des chants collectifs à l’unisson, en canon à deux
voix.
• Associer la voix et le mouvement (marcher en chantant,
frapper le rythme, la pulsation).
1837
Éducation artistique - 17
416
1838
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Identifier des voix parlées, des intentions traduites • Identifier des voix parlées, des intentions traduites
vocalement.
vocalement.
• Reproduire les respirations, les intonations lors de la lecture • Reproduire les respirations, les intonations lors de la lecture
d’un texte, de l’exécution d’un chant.
d’un texte, de l’exécution d’un chant.
1292
1822
1823
• Adapter ses intonations, ses déplacements, ses mouve- • Associer des bruitages vocaux.
ments à un spectacle théâtral ou musical.
• Créer une ambiance musicale pour accompagner des récits.
1311
1826
1827
• Prendre conscience d’un code musical universel pour • Prendre conscience d’un code musical universel pour
indiquer la hauteur des sons, la durée, le rythme et le tempo.
indiquer la hauteur des sons, la durée, le rythme et le tempo.
1832
1831
• Organiser des représentations artistiques en associant • Organiser des représentations artistiques en associant
différentes formes d’expression (théâtre, danse, ambiance
différentes formes d’expression (théâtre, danse, ambiance
musicale, création d’ambiance sonore, création de décors).
musicale, création d’ambiance sonore, création de décors).
• Associer les paramètres sonores pour produire un message
vocal, verbal, musical (imitations: un train, la tempête, des
sabots de chevaux…).
1835
• Élargir le répertoire de chants.
• Interpréter des chants, des canons à trois ou quatre voix.
1836
• Élargir le répertoire de chants.
• Interpréter des chants, des canons à trois ou quatre voix.
1839
1840
Éducation artistique - 18
417
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
S’exprimer par le rythme
1841
• Écouter des rythmes musicaux divers, les vivre, les • Écouter des rythmes musicaux divers, les vivre, les
reproduire par le corps, les mains et/ou les pieds.
reproduire par le corps, les mains et/ou les pieds.
94
1842
1843
1846
• Manipuler des instruments de percussion.
• Découvrir des sonorités sur un instrument en variant les
frappés (avec la paume, avec le bout des doigts, en grattant,
en frottant, en intensifiant la pression...).
1847
• Manipuler des instruments de percussion.
• Découvrir des sonorités sur un instrument.
• Apprendre à contrôler ses gestes, à développer son pouvoir d’attention, ses réactions, exercer sa mémoire pour...
• Reproduire un rythme simple entendu.
1850
• Reproduire des séquences rythmiques.
1852
• Produire, traduire une ambiance à l’aide d’instruments, de
matériaux divers pour illustrer un conte.
1855
1851
• Exécuter un court et simple plan de séquence musicale
(musicogramme).
1857
• Jouer comme les musiciens en lisant une suite de dessins • Agencer des dessins, des signes graphiques pour varier
(code) représentant les différents instruments.
l’interprétation par une alternance d’instruments, de tempos,
de rythmes, d’intensités (fort, faible).
• Lire, exécuter une suite de codes dans le respect de la
convention de classe.
1859
1860
S’exprimer corporellement
1863
• Créer, traduire en mouvements des séquences musicales.
1864
• Reconnaître le refrain d’une chanson pour adapter son • Reconnaître des phrasés musicaux pour reproduire,
expression corporelle.
mémoriser une chorégraphie.
• Coordonner ses mouvements à ceux des partenaires pour
danser et marcher.
1867
Éducation artistique - 19
418
1868
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
S’exprimer par le rythme
1841
• Écouter des rythmes musicaux divers, les vivre, les • Écouter des rythmes musicaux divers, les vivre, les
reproduire:
reproduire:
- à l’aide d’instruments fabriqués au moyen de matériaux
- à l’aide d’instruments fabriqués au moyen de matériaux
divers;
divers;
- à l’aide d’instruments divers.
à l’aide d’instruments divers.
1844
1845
• Manipuler des instruments de percussion fabriqués.
• Découvrir des sonorités nouvelles sur divers instruments.
• Explorer des matériaux divers pour en découvrir des
sonorités nouvelles.
• Découvrir des sonorités nouvelles sur divers instruments.
1848
1849
• Apprendre à contrôler ses gestes, à développer son pouvoir d’attention, ses réactions, exercer sa mémoire pour...
1850
• S’exercer à répéter en groupe des séquences rythmiques et • Répéter en groupe et de mémoire des séquences rythmiques
mélodiques, des chansons.
et mélodiques, des chansons.
1853
1854
• Produire, traduire une ambiance à l’aide d’instruments, de
matériaux divers pour illustrer un conte.
1856
• Écrire un court musicogramme.
1858
• Reproduire une courte partition rythmique.
• Organiser graphiquement une séquence entendue.
• Reproduire une courte partition rythmique.
• Organiser graphiquement une séquence entendue.
1861
1862
S’exprimer corporellement
1863
• Organiser ses rythmes dans le temps et dans l’espace pour • Organiser ses rythmes dans le temps et dans l’espace pour
exprimer corporellement son ressenti à l’audition de rythmes
exprimer corporellement son ressenti à l’audition de rythmes
divers: musiques traditionnelles, régionales, étrangères,
divers: musiques traditionnelles, régionales, étrangères,
classiques, de variétés, de jazz.
classiques, de variétés, de jazz.
1865
1866
• Reconnaître des phrasés musicaux pour reproduire, • Reconnaître des phrasés musicaux pour reproduire,
mémoriser une chorégraphie.
mémoriser une chorégraphie.
• Coordonner ses mouvements à ceux des partenaires au • Coordonner ses mouvements à ceux des partenaires au
cours de prestations collectives.
cours de prestations collectives.
1869
• Sur des musiques variées, créer de courtes chorégraphies.
1871
1870
• Exploiter les musiques étrangères pour approcher d’autres
sonorités, d’autres rythmes et connaître la culture de l’autre.
97
1872
Éducation artistique - 20
419
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
• Utiliser des rubans, des cordes, des ballons, des cerceaux
pour marquer les rythmes, amplifier les mouvements, délier
les articulations.
1873
Aborder la notion d’interprétation collective (orchestration, danse, chant choral)
1876
• Commencer, arrêter de jouer, de chanter, de danser en • Respecter les consignes du meneur.
suivant les consignes du meneur.
• Percevoir que l’on fait partie d’un groupe.
• Développer des comportements de tolérance, d’esprit
critique, de sociabilité par une pratique régulière d’activités
musicales collectives.
1877
1878
• Outre les aspects culturel et artistique abordés, les activités musicales contribuent au développement de:
- la capacité d’écoute, d’attention;
- la capacité à créer, inventer, expérimenter;
- l’intérêt pour les arts, la culture;
- l’intérêt pour les signes écrits et les différents systèmes de codage;
- l’assurance, la confiance en soi;
- l’expression;
- la capacité de s’intégrer à un travail de groupe.
1881
Éducation artistique - 21
420
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
• Utiliser des rubans, des cordes, des ballons, des cerceaux • Utiliser des rubans, des cordes, des ballons, des cerceaux
pour marquer les rythmes, amplifier les mouvements, délier
pour marquer les rythmes, amplifier les mouvements, délier
les articulations.
les articulations.
1874
1875
Aborder la notion d’interprétation collective (orchestration, danse, chant choral)
• Respecter les consignes du meneur.
• Comprendre la symbolique des gestes produits et s’y référer.
• Percevoir que l’on fait partie d’un groupe et que la qualité de
l’interprétation dépend de la cohérence de ce groupe.
• Développer des comportements de tolérance, d’esprit
critique, de sociabilité par une pratique régulière d’activités
musicales collectives.
1876
• Donner des consignes au groupe.
• Comprendre la symbolique des gestes produits et s’y référer.
• Percevoir que l’on fait partie d’un groupe et que la qualité de
l’interprétation dépend de la cohérence de ce groupe.
• Développer des comportements de tolérance, d’esprit
critique, de sociabilité par une pratique régulière d’activités
musicales collectives.
1879
1880
Éducation artistique - 22
421
Langues modernes
V
LANGUES MODERNES
a. Définition
Le cours de langues modernes vise à introduire l’enfant dans un système linguistique autre que le sien afin de lui permettre de
communiquer avec des personnes appartenant à d’autres communautés. Il lui permet ainsi de mieux prendre conscience de sa
propre culture tout en acquérant une meilleure compréhension de celle des autres et des éléments de socialisation qui y sont liés.
b. Concept
L’objectif particulier du cours de langues modernes est la communication; celle-ci s’articule autour des quatre compétences:
écouter, parler, lire et écrire. Elles interviennent bien souvent en interaction dans des situations de la vie courante.
Cela postule une conception globale de l’apprentissage, qui accorde la prépondérance au sens et où les éléments lexicaux, les
mécanismes linguistiques, les éléments phonétiques sont à considérer comme des outils.
Mais la bonne utilisation des outils n’est pas, à elle seule, suffisante pour communiquer.
Il y aura communication:
• si l’enseignant place l’enfant dans de bonnes conditions (écoute positive, encouragements, pas d’interruptions inutiles,
pas de corrections abusives);
• si l’enfant:
- éprouve l’envie, le besoin, le plaisir de communiquer;
- accepte l’autre avec ses différences culturelles et sociales;
- a le souci de s’exprimer de manière logique et cohérente.
Langues modernes - 1
424
Langues modernes - 2
425
c. Démarche
La motivation
La motivation est l’élément capital de tout apprentissage. Il convient donc de tout faire pour amener l’enfant à y prendre la part la
plus active. Au niveau de l’enseignement fondamental, le cours de langues modernes doit éveiller l’intérêt pour les langues et
susciter le plaisir de les aborder. Il faut que l’enfant sente tout de suite qu’en apprenant une langue, il peut vivre de nouvelles
expériences:
• communiquer oralement et par écrit avec celui ou celle dont c’est la langue;
• écouter et lire des informations, des histoires, des chansons, des comptines...
C’est pourquoi l’enseignant veillera à utiliser quasi exclusivement la langue enseignée. Il encouragera l’enfant à en faire autant.
Il utilisera une large variété de documents sonores afin de le familiariser avec des voix et des modèles différents (cassettes,
chansons, vidéos).
Les activités proposées doivent permettre toutes les formes possibles de travail, comme:
• le travail individuel;
• le travail avec un partenaire;
• le travail en groupe.
Le choix des activités doit être judicieux. L’enfant doit prendre plaisir à manipuler la nouvelle langue sous toutes ses formes.
Il s’agit donc d’organiser et d’animer des activités fonctionnelles et variées lui permettant d’utiliser ses acquis même lacunaires
ou imparfaits. Dans cette optique, il faut que l’enfant soit mis en confiance, qu’il ose s’exprimer et qu’il ait envie de prendre
connaissance d’un message en langue étrangère. Il faut donc l’encourager et valoriser ses attitudes positives tout en lui laissant
le droit à l’erreur.
Les approches
L’enseignant doit tout mettre en œuvre pour que l’enfant apprenne en utilisant tous ses sens. Plusieurs approches sont à
privilégier. Elles seront fonction de plusieurs facteurs, notamment:
•
•
•
•
•
•
du local;
de la disponibilité de matériel adéquat;
du nombre d’enfants;
de l’âge des enfants;
des habitudes des enfants;
du tempérament de l’enseignant.
Le jeu
•
•
•
•
Il répond aux besoins spécifiques des enfants: bouger, occuper l’espace, imiter, s’exprimer, se surpasser, découvrir…
Il donne un plaisir toujours renouvelé, favorise la socialisation et permet l’expression de l’affectivité.
Il facilite l’adéquation du geste à la parole.
Il est motivant et favorise la communication.
L’enseignant veillera à proposer aux enfants des jeux qui leur permettent d’utiliser naturellement la langue cible, tant comme
récepteur que comme émetteur.
Langues modernes - 3
426
L’approche narrative
Elle est particulièrement motivante. L’enfant aime les histoires. Le recours au narratif en combinaison avec des éléments extra- et
paralinguistiques (gestes, mimiques, illustrations, bruitages...) et les activités variées qui peuvent en découler (dramatisation, jeux,
chants, mise en scène...) amènent l’enfant à agir. De plus, les éléments linguistiques fournis dans un contexte intéressant pour
l’enfant seront fixés plus facilement.
L’enseignement par projets
S’inscrivant dans une pédagogie fonctionnelle, les projets permettent aux enfants de réaliser des apprentissages portant sur des
savoirs, savoir-faire et savoir-être. La réalisation d’un projet permet à tous les enfants de participer en fonction de leurs intérêts et
de leurs capacités. Voici quelques exemples de projets:
•
•
•
•
•
organiser une fête: anniversaire, Halloween, carnaval…;
préparer une excursion scolaire;
participer à la réalisation d’un journal scolaire;
mettre sur pied un petit spectacle;
engager une correspondance interscolaire (qui n’est pas nécessairement écrite: cassettes audio, vidéos, jeux,
chants...);
• entreprendre un échange;
• ...
Le cours de langues peut être à l’origine d’un projet ou s’inscrire dans un projet de classe ou d’école. Le succès d’un projet est
généralement tributaire de l’adhésion du titulaire de classe, de la direction, d’autres collègues, voire de toute l’équipe éducative.
La différenciation - L’autonomie
Comme les autres cours, le cours de langues modernes va aider l’enfant à prendre conscience du type d’apprenant qu’il est: visuel,
auditif, kinesthésique. Avec l’aide de l’enseignant, l’enfant pourra ainsi progressivement se prendre en charge pour devenir petit à
petit un apprenant autonome. En outre, l’enseignant différenciera les approches et les activités pour donner des chances égales
à chacun, quels que soient son type de perception, son rythme d’apprentissage, son environnement socioculturel...
Langues modernes - 4
427
V.1
ÉCOUTER
a. Définition
Écouter, c’est comprendre des messages oraux.
b. Concept
Comprendre à l’audition est la compétence fondamentale qui détermine bien souvent l’aptitude à s’exprimer oralement. Avant de
pouvoir s’exprimer, l’enfant doit pouvoir écouter et comprendre. Il faudra donc travailler à deux niveaux:
• la discrimination auditive;
• la compréhension à l’audition.
c. Démarche
Avant toute écoute, les enfants doivent se préparer à écouter. Pour cela il faut que:
• le silence soit complet;
• tout ce qui peut distraire les enfants soit éloigné;
• les enfants prennent une bonne position d’écoute: ils se redressent sur leur siège et tendent l’oreille vers l’émetteur.
La discrimination auditive
Même si cela a déjà été fait dans d’autres cours, il sera vraisemblablement nécessaire d’affiner la sensibilité auditive des enfants.
Il est essentiel qu’ils soient capables de discriminer des sons, des bruits, des rythmes, des timbres de voix...
Pour atteindre cet objectif, l’enseignant aura recours à des documents sonores adaptés: des bruitages, des documents divers
accompagnés de bruits de fond, des poèmes, comptines et chansons. Pour vérifier la qualité de l’écoute, l’enseignant peut
proposer des activités telles que:
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
identifier des voix d’homme, de femme, d’enfant...;
classer des images en fonction de l’ordre d’audition de bruits ou groupes de mots;
colorier, entourer, montrer le dessin correspondant à ce qu’on a entendu;
supprimer un élément intrus par rapport à ce qu’on a entendu;
faire passer un objet ou lancer une balle en respectant le rythme d’une chanson;
marcher en marquant le rythme par des mouvements corporels;
fredonner;
substituer aux syllabes d’un texte, une autre syllabe «la, pom...», tout en conservant les mêmes rythme et intonation;
repérer des mots et indiquer combien de fois ils ont été prononcés;
identifier des sentiments (peur, colère...).
Il importe d’aborder ces exercices dès les premières leçons.
Langues modernes - 5
428
Écouter
La compréhension à l’audition
Les enfants doivent comprendre des messages en face à face avec un interlocuteur. L’enseignant est leur interlocuteur privilégié.
Le recours à des cassettes est toutefois indispensable. Cela permet d’exposer les enfants à une grande variété de messages et
de voix.
L’apprentissage de la compréhension à l’audition doit se faire progressivement.
Première étape: comprendre des mots, puis des groupes de mots connus, présentés isolément.
Exemple: faire entendre une série de noms dans laquelle les enfants doivent reconnaître les noms d’animaux.
Deuxième étape: comprendre des mots, puis des groupes de mots connus, présentés dans un contexte.
Exemple: faire écouter une annonce de gare, dans laquelle les enfants doivent reconnaître un élément précis (heure,
destination...).
Troisième étape: comprendre globalement des messages plus complexes.
L’enseignant fait écouter un message que l’enfant peut comprendre globalement bien qu’il comporte quelques mots
inconnus. L’enfant donnera du sens au message au départ des éléments connus.
Exemple: faire écouter une recette qui contient suffisamment de mots connus pour que l’enfant puisse la réaliser.
Des exercices nombreux s’imposent si l’on veut que
l’enfant garde l’envie et le plaisir d’écouter.
Il ne sert à rien de brûler les étapes.
Il faut assurer l’acquisition de bons réflexes.
Cela exige du temps et un entraînement régulier.
Quels documents choisir?
• Les documents choisis doivent avoir été conçus pour l’audition; les documents destinés à la lecture et que l’on enregistre ensuite
de façon factice à des fins d’écoute sont à déconseiller.
• Le contenu des messages doit intéresser les enfants et être à leur portée. Si le message contient des mots inconnus, ceux-ci
seront peu nombreux, leur signification devra pouvoir se déduire du contexte et leur compréhension ne pourra en aucun cas être
indispensable à l’exécution de la tâche.
Langues modernes - 6
Écouter
429
La procédure d’écoute
Si, dans une situation réelle de la vie, il faut généralement être capable de comprendre un message dès la première écoute, il
convient tout au long de l’apprentissage de proposer plusieurs écoutes aux enfants pour ne pas les décourager. La procédure
suivante pourra être utilisée avec succès.
Préécoute
Il s’agit de la nécessaire phase de mise en situation précédant la découverte du document sonore. L’enseignant précise le type de
message, introduit le sujet, le raccroche au besoin à une situation antérieure. C’est aussi le moment de remettre aux enfants la
tâche à exécuter. Dans une situation réelle de vie, nous écoutons un message, avec l’intention:
• de le comprendre globalement;
• de le comprendre en détail;
• d’en saisir certains éléments précis.
En classe, c’est la tâche qui constituera l’intention, indispensable à une bonne écoute. Attention, les consignes doivent être claires,
précises, données éventuellement en langue maternelle pour éviter les erreurs d’interprétation. Cette phase permet aux enfants,
en fonction de leur expérience personnelle, de formuler des hypothèses et d’«entrer» dans le document.
Écoute
Première écoute: écoute globale.
Il est indispensable d’habituer les enfants à écouter un document entier, sans le scinder, car cela dénature l’activité de
compréhension.
Deuxième écoute: exécution de la tâche.
Cette écoute peut au besoin se faire en marquant des arrêts après certains passages, pour permettre aux enfants d’exécuter la
tâche.
Troisième écoute: finition de la tâche.
Comment vérifier la compréhension?
La compréhension sera vérifiée essentiellement par l’exécution d’une tâche. Celle-ci doit être attrayante. Elle ne doit jamais avoir
pour but de vérifier de la grammaire et/ou du vocabulaire. On évitera des vérifications qui impliquent une production linguistique.
En fonction du type de document, voici quelques idées d’activités à proposer:
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
montrer l’image correspondant au mot ou groupe de mots entendus;
colorier le dessin représentant le mot ou groupe de mots entendus;
classer des dessins représentant des mots ou groupes de mots dans l’ordre dans lequel ceux-ci ont été entendus;
repérer des mots ou groupes de mots insérés dans de nouvelles tournures ou glissés parmi des mots inconnus;
sélectionner, parmi une série d’images, celles correspondant au message entendu;
classer des images en fonction des séquences entendues;
sélectionner, dans un message simple, les éléments demandés;
compléter un dessin;
répondre à un «vrai-faux-pas précisé»;
réagir (exécuter une consigne);
traduire, en cas de doute.
Langues modernes - 7
430
Écouter
Correction: il conviendra de contrôler la compréhension de chaque enfant. En effet, pour pouvoir progresser, l’enfant doit être
conscient des raisons qui ont empêché une compréhension correcte. Seule une correction individuelle est utile.
Dès le début, l’enfant doit sentir qu’il est capable de comprendre beaucoup de choses. Cette approche positive est
indispensable pour que les activités d’écoute soient abordées sans aucune appréhension.
Langues modernes - 8
Écouter
431
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
2, 5 et 8h/semaine
ÉCOUTER
Domaines
Nom, prénom
1882
Comprendre quelqu’un qui...
• lui dit/demande comment il s’appelle.
1883
Âge
• lui dit/demande quel âge il a.
Adresse
• lui donne/demande son adresse.
Téléphone
• lui demande son numéro de téléphone;
• lui donne son numéro de téléphone chiffre par chiffre.
Famille proche
1885
1886
1888
• lui dit/demande la composition de sa famille proche.
1889
Vêtements
Animaux domestiques
•
•
•
•
lui dit qu’un vêtement lui appartient;
lui demande si un vêtement lui appartient;
lui donne l’ordre de mettre/enlever un vêtement;
lui spécifie/demande de spécifier la couleur d’un vêtement.
1891
• lui dit/demande quel animal (quels animaux) il a;
• lui dit/demande quel animal il aime/n’aime pas;
• lui décrit/demande de décrire un animal (critères simples: taille, âge, couleur).
1893
Classe
• consignes
• matériel scolaire
•
•
•
•
lui dit/demande où se trouvent un objet et le mobilier scolaire usuel;
lui dit/demande quel objet usuel il a/n’a pas;
lui donne une consigne simple (exemples: va, viens, prends, lis, écris, dessine...);
lui dit/demande dans quelle classe il se trouve.
1895
École
• lui dit/demande où/comment (moyen de transport) il va à l’école;
• lui dit/demande quelles sont ses matières scolaires principales (français, mathématiques...) et
quel jour elles ont lieu.
1897
Maison
• lui dit/demande quel type de logement il habite;
• lui cite/demande de citer les pièces de son habitation;
• lui dit/demande de citer ses principales activités de la journée et les moments où elles ont lieu.
1899
Langues modernes - 9
432
Écouter
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
2, 5 et 8h/semaine
ÉCOUTER
1882
Comprendre quelqu’un qui...
• lui dit/demande qui il est:
- par rapport aux membres de sa famille (fils de..., sœur de...);
- par rapport à d’autres personnes (ami de..., voisin de...).
• présente/demande de présenter un tiers en donnant/demandant des indications sur son aspect physique.
1884
• lui indique/demande le chemin.
1887
• lui donne/demande des précisions sur l’aspect physique des membres de sa famille proche (couleur des cheveux, taille...);
• lui donne/demande la profession des membres de sa famille proche.
1890
• lui dit/demande où se trouve un vêtement;
• lui donne l’ordre de ranger un vêtement;
• lui dit qu’il (n’) aime (pas) un vêtement/demande s’il (n’) aime (pas) un vêtement.
1892
• lui dit/demande de dire ce qu’il fait avec son animal.
1894
• lui donne des consignes formulées de manière plus complexe (exemples: veux-tu venir?, peux-tu ouvrir la fenêtre?...).
1896
• lui indique/demande d’indiquer un endroit familier dans l’école;
• lui dit/demande quand une activité se déroule;
• lui dit/demande de situer dans l’année scolaire des événements importants (fêtes, congés, excursion...);
1898
• lui décrit/demande de décrire l’équipement ou l’ameublement essentiel de sa maison;
• lui dit/demande où se trouve son habitation par rapport à d’autres endroits importants (gare, poste...).
1900
Langues modernes - 10
Écouter
433
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
Domaines
Salutations
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
2, 5 et 8h/semaine
Comprendre quelqu’un qui...
• lui dit bonjour/au revoir.
1901
Remerciements
• lui dit merci.
1903
Repas
• lui dit/demande à quelle heure se prend (se prennent) le repas (les repas);
• lui donne/demande les noms des principaux mets qui composent les repas (termes
génériques: viande, poisson, légumes...);
• lui dit/demande ce qu’il veut manger/boire;
• lui dit qu’il a faim/soif;
• lui demande s’il a faim/soif.
1905
Goûts
• lui demande ce qu’il aime/n’aime pas.
1907
D’autres domaines peuvent être abordés: le corps humain, le temps qu’il fait, les achats, les loisirs... Ces domaines ne sont
toutefois pas des socles de compétences à atteindre.
Langues modernes - 11
434
Écouter
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
2, 5 et 8h/semaine
Comprendre quelqu’un qui...
• lui adresse des salutations en fonction de moments précis de la journée (le matin, le midi...), lui dit: «à lundi, mardi...»,
«à plus tard», «à .... prochain(e)»;
• lui dit/demande comment il se porte.
1902
• répond à des remerciements;
• s’excuse;
• lui présente/donne quelque chose.
1904
• lui donne/demande des explications simples sur un menu: prix, qualité, sortes de viandes/légumes...;
• lui indique/demande où trouver à manger/boire;
• lui dit/demande le prix d’un repas, d’une boisson, d’une collation.
1906
• lui donne/demande son appréciation concernant la qualité, le prix, le goût d’un aliment ou d’une boisson.
1908
Langues modernes - 12
Écouter
435
V.2
PARLER
a. Définition
Parler, c’est produire un message oral compréhensible.
b. Concept
L’apprentissage de cette compétence est un travail de longue haleine qui doit commencer le plus tôt possible:
• dans les activités de classe;
• dans des interactions proches de situations de la vie réelle;
• en répondant à des questions.
Les enfants doivent produire des messages simples proches des modèles rencontrés lors des apprentissages.
c. Démarche
Connaître une langue étrangère, c’est avant tout pouvoir la parler. Cela passe par l’envie, le plaisir et le besoin d’utiliser cette
langue.
Voici quelques activités à proposer.
Les chants et les comptines
Ils constituent un tremplin vers l’expression orale et permettent aux enfants d’intégrer les éléments prosodiques de la langue cible
(rythme, intonation, accent tonique...). Les gestes, les mouvements, l’occupation de l’espace, les mimiques, bref toute la psychomotricité qui y est associée, favorisent également la spontanéité verbale.
Le jeu
Le jeu favorise la prise de parole. Au cours d’activités ludiques, les enfants réagissent spontanément. Le rôle de l’enseignant sera
de ne pas freiner cette spontanéité tout en exigeant que les interventions des enfants soient faites dans la langue cible avec une
correction formelle suffisante. L’enseignant peut, par exemple, accorder un bonus en fonction du degré de correction de la langue
produite. Pour que le jeu s’inscrive efficacement dans le processus d’apprentissage, il faut qu’il se déroule dans de bonnes
conditions. Cela implique que:
•
•
•
•
les règles soient simples et comprises par tous;
le matériel soit adéquat;
la disposition des joueurs se prête à la communication;
les conventions de la communication soient respectées:
- écouter l’autre;
- attendre que la parole ait été accordée;
- ne pas interrompre celui qui a la parole...
Langues modernes - 13
436
Parler
Les saynètes et les jeux de rôle
Ils sont l’occasion d’impliquer les enfants dans des situations interactives où ils s’amusent à jouer le rôle d’un personnage familier
(membre de la famille, garçon de café, vendeuse...) et à mettre en scène des situations de la vie courante. Pour donner un modèle
aux enfants, l’enseignant peut recourir à plusieurs techniques:
•
•
•
•
faire écouter une cassette avec un dialogue;
montrer une vidéo;
utiliser une marionnette (l’enseignant joue un rôle, la marionnette joue l’autre);
élaborer un script avec les enfants.
Les saynètes doivent se jouer de la façon la plus réaliste possible. La qualité de la langue utilisée est importante, certes (il faut
avant tout être attentif à la prononciation), mais il faut aussi veiller à ce que l’enfant joue son rôle avec les gestes, mimiques et
intonations qui s’imposent. Le plus souvent possible, les saynètes se joueront avec des accessoires, voire avec des déguisements.
Ceux-ci peuvent s’avérer d’une grande utilité: ils donnent aux enfants l’audace nécessaire, ils leur permettent de se dépersonnaliser et dès lors de s’exprimer plus librement, tout en dédramatisant l’erreur. Bref, ils aident les enfants à communiquer plus
aisément.
La communication en classe
L’enseignant doit:
• utiliser la langue cible le plus souvent possible;
• inciter les enfants à en faire autant.
La langue maternelle ne sera utilisée que:
• lorsqu’elle permet un gain de temps substantiel (exemple: consignes de jeu complexes);
• lorsque c’est la façon la plus efficace de s’assurer de la compréhension des enfants.
Il est important que les communications en classe se fassent dans la langue cible. Elles constituent en effet des moments où celleci s’utilise en situation «non simulée» (contrairement aux saynètes et jeux de rôle). Les consignes et les ordres seront au début
accompagnés de gestes et mimiques. Il est évident qu’en début d’apprentissage, l’enfant ne dispose pas du bagage linguistique
nécessaire pour s’exprimer. L’enseignant acceptera qu’il utilise sa langue maternelle mais, progressivement, il l’aidera à formuler
sa pensée dans la langue cible.
Les contacts avec des locuteurs natifs
Il faut profiter de toutes les possibilités offertes pour mettre l’enfant en contact avec des locuteurs natifs: c’est la meilleure façon
de les amener à une véritable communication en situation réelle. Les échanges scolaires offrent l’occasion de pratiquer la langue
cible tant comme récepteur que comme émetteur. Ils donnent du sens aux diverses activités pratiquées en classe. L’enfant
éprouvera en effet le besoin réel de se présenter, de présenter sa famille et son environnement, de dire ce qu’il aime... Outre le
fait de fonctionnaliser les acquis linguistiques, les échanges peuvent jouer un rôle essentiel dans:
•
•
•
•
la découverte et la «prise de conscience de l’autre» (et donc aussi de soi) ainsi que de tout ce qui l’entoure;
la faculté d’adaptation à tout élément nouveau, puis à l’inconnu;
l’approche et la compréhension des différences et des valeurs qui en découlent;
le comportement d’ouverture et d’accueil favorisant la relation avec autrui.
L’échange scolaire nécessite l’implication de tous les acteurs de l’équipe éducative et peut donc très bien s’intégrer dans une
pédagogie du projet et englober d’autres matières que les langues modernes.
Langues modernes - 14
Parler
437
Langues modernes - 15
438
Parler
Langues modernes - 16
Parler
439
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
2, 5 et 8h/semaine
PARLER
Domaines
Nom, prénom
1909
S’exprimer oralement pour:
• dire comment il s’appelle;
• demander à quelqu’un comment il s’appelle.
1910
Âge
Adresse
Téléphone
Famille proche
• dire quel âge il a.
• demander l’âge de quelqu’un.
• dire son adresse, donner le nom de sa ville;
• demander l’adresse de quelqu’un.
• demander à quelqu’un son numéro de téléphone;
• donner son numéro de téléphone chiffre par chiffre.
Animaux domestiques
1914
1916
• donner la composition de sa famille proche;
• demander à quelqu’un de lui donner la composition de sa famille proche.
1276
Vêtements
1912
• dire qu’un vêtement (ne) lui appartient (pas);
• demander à quelqu’un si un vêtement lui appartient;
• spécifier/demander à quelqu’un de spécifier la couleur d’un vêtement.
1917
1919
• dire/demander à quelqu’un quel animal (quels animaux) il a;
• dire/demander à quelqu’un quel animal (quels animaux) il (n’) aime (pas);
• décrire/demander à quelqu’un de décrire son animal (critères simples: taille, âge, couleur...).
1921
Classe
• consignes
• matériel scolaire
École
•
•
•
•
dire/demander où se trouvent un objet et le mobilier scolaire usuel;
dire/demander à quelqu’un quel objet usuel il a/n’a pas;
dire/demander à quelqu’un dans quelle classe il se trouve.
demander l’autorisation de lire, écrire, d’aller...
1923
• dire/demander à quelqu’un où il va à l’école;
• dire/demander à quelqu’un comment il va à l’école;
• dire/demander à quelqu’un quelles sont ses matières scolaires principales et quand elles ont lieu.
1925
Maison
• dire/demander à quelqu’un quel type de logement il habite;
• citer/demander de citer les pièces de son habitation;
• citer/demander les activités principales de la journée et les moments où elles ont lieu.
1927
Langues modernes - 17
440
Parler
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
2, 5 et 8h/semaine
PARLER
1909
S’exprimer oralement pour:
• dire/demander à quelqu’un qui il est:
- par rapport aux membres de sa famille (fils de..., sœur de...);
- par rapport à d’autres personnes (ami de..., voisin de...);
• présenter/demander de présenter un tiers en donnant/demandant des indications sur son aspect physique.
1911
• dire/demander à quelqu’un quand il est né.
1913
• indiquer/demander le chemin.
1915
• donner/demander à quelqu’un des précisions sur l’aspect physique des membres de sa famille proche (couleur des cheveux,
taille...);
• donner/demander à quelqu’un la profession des membres de sa famille proche.
1918
• dire/demander où se trouve un vêtement;
• dire qu’il (n’) aime (pas) un vêtement.
1920
• dire/demander à quelqu’un ce qu’il fait avec son animal.
1922
• dire/demander à quelqu’un ce qu’il aime/n’aime pas faire (matières, activités);
• donner des consignes simples dans un jeu de rôle;
1924
• dire/demander à quelqu’un où se trouvent des endroits familiers dans l’école;
• situer/demander de situer dans l’année scolaire des événements importants (fêtes, congés, excursion...).
1926
• décrire/demander à quelqu’un de décrire l’équipement ou l’ameublement essentiel de sa maison;
• dire/demander à quelqu’un où se trouve son habitation par rapport à d’autres endroits importants (gare, poste...).
1928
Langues modernes - 18
Parler
441
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
Domaines
Salutations
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
2, 5 et 8h/semaine
S’exprimer oralement pour:
• dire bonjour/au revoir à un(e) condisciple, un(e) ami(e);
• dire bonjour/au revoir à l’instituteur / l’institutrice.
1929
Remerciements
• dire merci.
1931
Repas
•
•
•
•
•
dire/demander à quelle heure se prend/prennent le(s) repas;
dire/demander de quoi est composé un repas (termes génériques: viande, poisson...);
dire/demander à quelqu’un ce qu’il veut manger/boire;
dire qu’il a faim/soif;
demander à quelqu’un s’il a faim/soif.
1933
Goûts
• dire/demander à quelqu’un ce qu’il aime/n’aime pas.
1935
D’autres domaines peuvent être abordés: le corps humain, le temps qu’il fait, les achats, les loisirs... Ces domaines ne sont
toutefois pas des socles de compétences à atteindre.
Langues modernes - 19
442
Parler
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
2, 5 et 8h/semaine
S’exprimer oralement pour:
• saluer en fonction de moments précis de la journée (le matin, le midi...), dire «à lundi, mardi...», «à plus tard»,
«à .... prochain(e)»;
• dire/demander à quelqu’un comment il se porte.
1930
• répondre à des remerciements;
• s’excuser.
1932
• donner/demander des explications sur un menu (sortes de viandes, de légumes...);
• indiquer/demander où trouver à manger/boire;
• dire/demander le prix d’un repas, d’une boisson, d’une collation.
1934
• donner/demander à quelqu’un son appréciation concernant la qualité, le goût d’un aliment/d’une boisson/d’une collation.
1936
Langues modernes - 20
Parler
443
V.3
LIRE
a. Définition
Lire, c’est comprendre un message écrit.
b. Concept
Si, à juste titre, les compétences orales sont à privilégier chez le jeune apprenant, il convient néanmoins d’accorder de l’importance
à la lecture, et cela dès le début de l’apprentissage. La lecture représente un moyen aisé d’enrichir sa connaissance du monde et
d’élargir, en dehors du cours, ses acquis linguistiques. Enfin, en multipliant les lectures, l’enfant se familiarise avec les structures
et les formes du texte écrit et les assimile peu à peu. Deux grands types de documents peuvent être proposés. Ils correspondent
aux deux types d’activités de lecture auxquels chacun se livre:
• lire pour s’informer;
• lire pour se distraire.
c. Démarche
La lecture informative a un but utilitaire: elle permet de découvrir, de comprendre puis d’utiliser une information dont on a
besoin.
En proposant à l’enfant des tâches pratiques et concrètes, cohérentes par rapport au type et au contenu du document proposé,
l’enseignant lui apprendra petit à petit à y trouver les éléments d’information qu’il peut déduire grâce à ses connaissances, aussi
réduites soient-elles, et à sa réflexion. Ces tâches seront proposées avant la remise du document car elles doivent orienter la
lecture. Les informations que l’enfant aura à rechercher concernent les domaines abordés (par exemple: rechercher des noms
d’objets familiers ainsi que leur prix et leurs caractéristiques, rechercher des âges, des activités, des heures...).
Quels documents choisir?
Pendant les premières années d’apprentissage, le document comprendra peu d’informations. Dès le début toutefois, les
documents seront de préférence authentiques (cela renforce l’intérêt pour la langue) et dans leur présentation originale, avec leurs
illustrations. L’enfant peut ainsi tirer profit de tous les éléments paralinguistiques qui faciliteront sa compréhension.
La procédure de lecture
Prélecture: il s’agit de la nécessaire phase de mise en situation précédant la découverte du document. L’enseignant introduit le
sujet, le raccroche au besoin à une situation antérieure. Il peut s’avérer utile de revoir, voire d’introduire les notions lexicales
nécessaires à la compréhension, au cours d’une activité d’expression orale, par exemple. La tâche sera remise à l’issue de cette
phase.
Lecture: il faut habituer l’enfant à découvrir le document dans sa totalité. Ensuite, il ira à la recherche des informations
demandées. Il gardera le document devant les yeux.
Langues modernes - 21
444
Lire
Comment vérifier la compréhension?
La compréhension peut être contrôlée facilement à l’aide de tâches précises, proches de situations que l’on connaît dans la vie
réelle. La manière la plus évidente sera bien sûr de vérifier la pertinence des informations trouvées.
Mais la compréhension peut aussi porter sur l’ensemble du document.
Voici quelques exemples d’activités:
en fonction du type de document, demander à l’enfant de:
• répondre à un «vrai-faux-pas précisé»;
• répondre à un questionnaire à choix multiple;
• répondre à des questions sur le texte.
On évitera des vérifications qui impliquent une production en langue cible.
Correction: il conviendra de contrôler la compréhension de chaque enfant. En effet, pour pouvoir progresser, l’enfant doit être
conscient des raisons qui ont empêché une compréhension correcte. Seule une correction individuelle est utile.
La lecture pour le plaisir, comme son nom l’indique, vise la joie de lire, le besoin d’évasion, le goût du merveilleux, du
dépaysement. En situation réelle, chaque lecteur choisit ses lectures en fonction de ses goûts, de sa personnalité. Cette lecture
doit donc se faire sans la pression d’un contrôle. Les traditionnelles questions destinées à vérifier si l’enfant a bien lu l’histoire
et avec quel degré d’attention sont à proscrire, si l’on veut éviter que le plaisir de lire ne soit atténué par l’appréhension de devoir
répondre à des questions.
À ce stade-ci de l’apprentissage, il faut se limiter à demander à l’enfant, par exemple:
• d’illustrer l’histoire;
• s’il a aimé l’histoire ou non.
L’enseignant veillera à utiliser des documents dont:
•
•
•
•
le contenu est familier, motivant et intéressant pour l’enfant;
les illustrations facilitent la compréhension;
le texte est bien structuré;
les phrases sont courtes.
Au début, l’enfant lira des textes ne contenant pas beaucoup de mots nouveaux. Progressivement, il abordera des textes plus
difficiles. Il importe donc:
• qu’il apprenne à déduire la signification des mots nouveaux à partir du contexte;
• qu’il parte des éléments connus pour construire le sens général du document.
Au cours de cette étape de l’apprentissage,
il importe que l’enfant ait de bons «contacts» avec le document écrit,
l’observe et réagisse de manière adéquate.
Il faut aussi qu’il développe des stratégies lui permettant de comprendre un texte
et de trouver des informations, malgré ses lacunes linguistiques.
Langues modernes - 22
Lire
445
Exemples d’activités permettant de développer les stratégies de lecture
© Mobiliser les connaissances sur le sujet:
• les enfants reçoivent une photo ou un dessin sur le sujet; ils regardent le document et mettent en commun tout ce qu’il
évoque pour eux;
• l’enseignant introduit le sujet: il raconte une histoire, montre une vidéo, fait écouter un document sonore.
© Demander à l’enfant:
•
•
•
•
•
•
d’identifier le type de document (catalogue, publicité, revue touristique, programme TV...);
de regarder les titres et les illustrations et d’imaginer ce qu’il va trouver dans le texte;
de faire la liste des informations qu’on veut ou s’attend à trouver dans le document;
de survoler le texte et de surligner tout ce qu’il comprend;
de survoler le texte et de surligner les noms propres, les noms de produits, les dates...;
d’essayer de percevoir le sens plus général du document à partir des éléments connus (surlignés).
© L’enseignant peut:
• enlever quelques mots d’un texte court et demander de les retrouver dans une liste donnée;
• remplacer quelques mots par des formes fantaisistes:
- hij smurft;
- she’s boogiewoogieing;
- sie kann schluffen.
• demander ensuite d’en déduire le sens par le contexte;
• découper les différents paragraphes d’un texte, les présenter dans le désordre et demander aux enfants de reconstituer
l’ordre logique.
Langues modernes - 23
446
Lire
Langues modernes - 24
Lire
447
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
2, 5 et 8h/semaine
LIRE
Domaines
1937
Comprendre, dans un courrier de correspondant, un formulaire, un dépliant
publicitaire, une carte postale, une invitation, un récit...
Nom, prénom, âge,
adresse, téléphone
• les éléments se référant aux nom et prénom, ainsi qu’à l’âge, l’adresse et qu’au téléphone.
Famille proche
• les éléments qui précisent des liens de parenté proche.
Vêtements
• les noms des vêtements portés par des enfants et leurs principales caractéristiques (taille,
couleur).
1942
Animaux domestiques
• les noms des animaux domestiques familiers et leurs principales caractéristiques (taille, âge,
couleur).
1944
Classe
• consignes
• matériel scolaire
• les noms des objets scolaires et du mobilier usuels, ainsi que:
- leurs caractéristiques (couleur, taille);
- les éléments indiquant leur situation, leur appartenance.
École
• un horaire journalier, les principales activités scolaires, les noms des lieux familiers, des
moyens de transport utilisés pour se rendre à l’école.
1339
1947
Maison
• la description et la situation d’une habitation;
• les principales activités de la journée et les moments où elles ont lieu.
1938
1940
1946
1948
Salutations
• les formules de salutation.
1950
Remerciements
• les formules de remerciement.
1952
Repas
• les noms des boissons et aliments courants dans une publicité, un menu;
• les mets principaux composant un repas;
• les moments où les repas ont lieu.
Goûts
• ce que quelqu’un aime/n’aime pas en matière de nourriture et de boisson.
1953
1955
D’autres domaines peuvent être abordés: le corps humain, le temps qu’il fait, les achats, les loisirs... Ces domaines ne sont
toutefois pas des socles de compétences à atteindre.
Langues modernes - 25
448
Lire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
LIRE
2, 5 et 8h/semaine
1937
Comprendre, dans un courrier de correspondant, un formulaire, un dépliant publicitaire, une carte
postale, une invitation, un récit...
• les éléments se référant à la date de naissance, la nationalité, la profession et l’occupation.
1939
• les éléments qui précisent des liens de parenté plus lointaine.
1941
• des noms de vêtements qui lui sont moins familiers.
1943
• les noms des principaux animaux de la ferme et des animaux sauvages, ainsi que leurs caractéristiques (taille, couleur).
1945
• la description de l’équipement ou l’ameublement d’une maison (nom, taille, couleur);
• la description des passe-temps, des loisirs, des sports.
• les formules par lesquelles on donne/demande des nouvelles.
1949
1951
• une recette simple illustrée.
1954
Langues modernes - 26
Lire
449
V.4
ÉCRIRE
À l’issue de la deuxième étape de l’enseignement obligatoire, la compétence écrite, c’est-à-dire l’expression écrite personnelle, ne
sera pas évaluée.
Très vite, toutefois l’enfant «écrira». En respectant les convenances de l’écrit (écriture lisible, mise en page, orthographe), des
mots connus pourront être transcrits:
• dans le cadre d’activités à caractère ludique;
• dans le prolongement et en soutien de l’oral.
L’enfant ayant bénéficié de plus d’années et d’heures de cours que celles prévues par le décret sur les missions de l’enseignement
fondamental pourra commencer à rédiger des messages courts: invitations, cartes postales, lettres, mais toujours à l’aide de
modèles.
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
ÉCRIRE
2, 5 et 8h/semaine
1956
Dans les différents domaines: • Dans le cadre d’activités à caractère ludique:
• caractéristiques personnelles
- de recomposer des mots dont les lettres sont mélangées;
• vie quotidienne
- de reconstituer des mots, des phrases dont les éléments sont donnés sous forme de puzzle;
• relations avec les autres
- de compléter des mots dont certaines lettres manquent;
• nourriture et boissons
- de retrouver des mots cachés et les retranscrire dans une grille donnée;
• autres
- d’écrire les noms d’objets, de compléter des mots croisés au départ de dessins;
• Dans le prolongement et en soutien de l’oral:
- de se constituer progressivement avec l’aide de l’enseignant un référentiel reprenant les
fonctions et notions abordées.
1957
Langues modernes - 27
450
Écrire
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
ÉCRIRE
2, 5 et 8h/semaine
1956
• Dans le cadre d’activités à caractère ludique:
- de créer une grille de mots cachés, de mots croisés;
• À l’aide d’un modèle:
- de recomposer une carte de voeux, une invitation;
- de rédiger une carte postale (vacances, excursion) à l’intention d’un correspondant;
- de rédiger une lettre à l’intention d’un correspondant;
- de rédiger un menu, un règlement de jeu pour le jour de rencontre avec les correspondants.
1516
Langues modernes - 28
1958
Écrire
451
V.5
OUTILS
a. Définition
Pour comprendre et s’exprimer, l’enfant devra reconnaître, connaître et utiliser des éléments linguistiques. Ils se répartissent en
trois catégories: les éléments grammaticaux, lexicaux et phonétiques. Ils constituent les outils.
b. Concept
Outils grammaticaux
La grammaire est essentielle pour articuler les mots et ainsi donner un sens aux énoncés. Il faut toutefois distinguer la grammaire
nécessaire pour comprendre (l’éventail des formes linguistiques auquel l’enfant est exposé dans un message est fort large) et la
grammaire nécessaire pour s’exprimer (l’enfant choisit, selon ses possibilités, les formes langagières qu’il utilise). De plus, la
communication orale, qui est privilégiée à l’école primaire, a une «grammaire» spécifique: parce qu’ils sont porteurs de sens, l’intonation,
les mimiques, le regard, la posture corporelle relèguent souvent au second plan la structuration morphologique et syntaxique.
Outils lexicaux
L’enfant devra pouvoir utiliser les mots et expressions repris dans le tableau «outils» pour exprimer les fonctions langagières reprises
dans le tableau «parler». Ils sont à considérer comme un repère. Il est probable que l’enfant sera capable d’en utiliser d’autres. Plus
il en connaîtra, plus son discours sera riche. Pour comprendre les fonctions langagières des tableaux «écouter» et «lire», il devra en
reconnaître, voire connaître plus. Il n’est pas possible de les répertorier tous. La liste se complétera, en fonction des documents sonores
et écrits rencontrés et des besoins d’expression des enfants.
Prononciation
Pour comprendre et s’exprimer, l’enfant doit connaître les mots avec leur prononciation et leur accent tonique. Pour s’exprimer,
une prononciation et une intonation correctes sont essentielles. Une erreur dans ce domaine entraîne presque automatiquement
l’incompréhension chez l’interlocuteur. Il ne suffit pas de prononcer chaque mot correctement. L’intonation générale, le rythme et
la mélodie de la phrase sont également importants. Ils doivent préciser à l’interlocuteur si l’on exprime une affirmation, une
question, un ordre et lui indiquer si l’on est fâché, gai ou inquiet.
c. Démarche
Quelle grammaire enseigner?
Il faut se limiter aux seules formes qui répondent aux besoins des enfants. Au début, beaucoup de phénomènes grammaticaux
peuvent être enseignés comme du vocabulaire. L’enfant ne sera d’ailleurs pas nécessairement conscient qu’il s’agit d’un
phénomène grammatical. On pourra bien souvent se contenter d’une grammaire implicite et ne l’enseigner que pour répondre à
une demande individuelle ou lorsqu’une mise au point s’avère nécessaire.
Langues modernes - 29
452
Outils
Comment enseigner la grammaire?
L’apprentissage de la grammaire doit:
• être expérientiel: l’enseignant fait de préférence découvrir le mécanisme par les enfants eux-mêmes;
• se faire en spirale, c’est-à-dire au fur et à mesure des phénomènes rencontrés avec des rappels réguliers et des
élargissements progressifs.
En observant et comparant, ils élaborent, par exemple, un tableau des différents types de phrases rencontrés (phrases
affirmatives, négatives avec geen ou niet, interrogatives avec ou sans mot interrogatif). Ils imaginent eux-mêmes un classement
dans le référentiel qu’ils se constituent sous la conduite de l’enseignant.
Quel vocabulaire enseigner?
L’enseignant mettra l’enfant en contact avec le plus grand nombre possible de mots et d’expressions. Dans cette optique, il variera
ses documents, tant oraux qu’écrits.
Comment expliquer le vocabulaire?
Expliquer le vocabulaire nouveau peut se faire en:
• associant un mot à une image visuelle ou sonore, à un dessin;
• mimant;
• utilisant des synonymes, des antonymes;
• traduisant, lorsque les autres moyens s’avèrent trop compliqués ou peu efficaces.
Lorsque l’enseignant aura utilisé un autre procédé que la traduction, il s’assurera que la compréhension est effective. Il le fera en
demandant, par exemple:
• de montrer l’objet, la couleur qu’il vient de citer;
• de mimer l’action qu’il vient d’énoncer;
• de traduire.
Comment faire retenir le vocabulaire?
Faire apprendre des listes de mots et d’expressions n’a aucun sens. La rétention du vocabulaire sera largement facilitée si celuici répond à un besoin de l’enfant ou s’il apparaît dans un contexte qui l’intéresse ou le touche. Avec l’aide de l’enseignant, l’enfant
peut constituer son propre référentiel, dans lequel il écrit son vocabulaire de la façon qui lui permettra, selon lui, de le retrouver et
le retenir le plus facilement: par thèmes, en l’illustrant, en créant des associogrammes (associer des mots à un mot central,
présenter des mots en cascade...). L’enseignant incitera aussi l’enfant à noter le vocabulaire qui répond à ses propres besoins.
Enfin, la pratique de la langue, que ce soit en compréhension ou en production, est le moyen le plus efficace de s’approprier le
vocabulaire et la grammaire. Les activités ludiques, tant orales qu’écrites, permettent d’entraîner et d’étendre le vocabulaire ainsi
que de maîtriser les mécanismes grammaticaux.
Langues modernes - 30
Outils
453
Langues modernes - 31
454
Outils
Langues modernes - 32
Outils
455
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
OUTILS
2, 5 et 8h/semaine
1959
Utiliser...
Les notions générales
1960
• grammaticales:
- la phrase affirmative, négative, interrogative;
- les temps du présent et les indicateurs temporels élémentaires pour pouvoir parler du présent;
- les pronoms personnels sujets;
- les mots interrogatifs: qui, que, quoi, où, quel, quelle, quels, quelles, à quelle heure, quel âge, quand, combien, à (de) qui,
comment;
- les déterminants: articles, adjectifs possessifs, adjectifs démonstratifs.
• lexicales:
- être, avoir, aller, venir, faire, donner, prendre, aimer, voir, parler, entendre, regarder, écouter, il y a, puis-je?;
- blanc, noir, rouge, bleu, vert, jaune, brun, grand, petit;
- les nombres:
. de 1 à 20;
. cent, mille;
. les ordinaux de 1 à 10;
- indicateurs de lieu: à/au, dans, sur, sous, chez, près de, devant, derrière, ici, là, à gauche/à droite, à l’intérieur/à l’extérieur;
- indicateurs de temps: en, à, jusqu’à, les noms des jours, des mois, le matin/midi/soir, la nuit, l’heure;
- indicateurs d‘appartenance: à, de;
- indicateur de moyen: avec.
Langues modernes - 33
456
Outils
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
2, 5 et 8h/semaine
OUTILS
1959
Utiliser...
Les notions générales
1960
• Grammaticales:
- la phrase affirmative, négative, interrogative;
- les temps du présent et les indicateurs temporels élémentaires pour pouvoir parler du présent;
- les pronoms personnels sujets;
- les mots interrogatifs: qui, que, quoi, où, quel(le)(s), à quelle heure, quel âge, quand, combien à(de) qui, comment;
- les déterminants: articles, adjectifs possessifs, adjectifs démonstratifs.
• Lexicales:
- acheter, vendre, payer, coûter, demander, répondre, comprendre, se trouver et autres verbes de position;
- rose, orange, violet, clair, foncé, vieux, jeune, gros, maigre;
- les nombres de 21 à 100, l’année en cours, son année de naissance;
- indicateurs de lieu: à côté de, en face de, entre, contre, au-dessus;
- indicateurs de temps: avant, après, pendant; le nom des saisons.
Langues modernes - 34
Outils
457
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Les notions spécifiques
Domaines
Nom, prénom
Âge
Adresse
Téléphone
Famille proche
Vêtements
Animaux
2, 5 et 8h/semaine
1961
Utiliser...
•
•
•
•
•
nom, prénom, je m’appelle, je suis, comment t’appelles-tu?, qui es-tu?;
j’ai ... ans, quel âge as-tu?;
j’habite à/en, où habites-tu?, le nom de sa ville;
mon numéro de téléphone est ..., quel est ton numéro de téléphone?;
famille, père (papa), mère (maman), beau-père, belle-mère, grand-père, grand-mère, frère,
sœur, enfant, bébé, garçon, fille, homme, femme;
• veste, anorak, pantalon, jupe, chemise, pull-over, t-shirt, sweater, chaussures, chaussettes,
baskets, chapeau, lunettes, quelle est la couleur de ...? à qui appartient ...?;
• animal, chien, chat, oiseau, poisson, lapin, hamster, cheval, vache.
1962
Classe
• consignes
• matériel scolaire
École
•
•
•
•
Maison
•
•
•
•
•
Salutations
Remerciements
classe, je suis en ..., dans quelle classe es-tu?;
banc, bureau, livre, cahier, tableau, stylo, crayon, marqueur, gomme, règle, cartable;
enseignant, élève;
puis-je ouvrir/aller/prendre, aller/venir à pied, à vélo, en voiture/train/tram/bus/métro,
comment vas/viens-tu à l’école?;
être à l’école, lire, écrire, calculer, dessiner, colorier, chanter, jouer, courir, les matières
principales à l’horaire des enfants (termes génériques: français, mathématiques);
maison, appartement, mur, porte, fenêtre, pièce, cuisine, chambre, salle de bains;
salle à manger, salon, living, hall, garage, jardin, arbre, fleur, table, chaise, armoire;
dormir, se lever, se laver, se coiffer, s’habiller, se déshabiller;
prendre un bain/une douche, regarder la télévision, aller au lit.
1964
• bonjour, bonjour monsieur/madame/mademoiselle;
• au revoir;
• merci.
1966
Repas
Goûts
•
•
•
•
à quelle heure mange-t-on?, que mange-t-on?;
j’ai faim/soif, as-tu faim/soif?, que veux-tu manger/boire?;
j’aime manger/boire ...;
manger, boire, pain, fromage, jambon, confiture, beurre, sucre, pommes de terre, frites,
spaghetti, riz, légume, salade, tomate, banane, pomme, poire, viande, poisson, œuf, poulet,
eau, bière, vin, café, thé, jus, verre, tasse, bouteille, assiette;
1968
Langues modernes - 35
458
Outils
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
3 et 5h/semaine
et 4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
2, 5 et 8h/semaine
Les notions spécifiques
1961
Utiliser...
•
•
•
•
•
•
•
•
•
ami(e), voisin(e), mari, femme (épouse);
anniversaire, mon anniversaire est le ..., je suis né(e) le ..., quand es-tu né(e)?;
prendre, quel est le chemin pour?, comment arrive-t-on à?, rue, avenue, place, coin, feux;
téléphoner;
comment est ...? blond, brun, gris, roux, barbe, moustache, que fait ton/ta ...?, les professions selon les besoins des enfants;
oncle, tante, petit-fils, petite-fille, cousin(e);
manteau, bottes, pantoufles, maillot de bain, bonnet;
large, étroit;
poule, mouton, cochon, lion, tigre, girafe, éléphant, ours, serpent, singe...
1963
•
•
•
•
•
•
plumier, taille-crayon, journal de classe, dictionnaire, ordinateur;
danser, fêter, travailler, étudier;
ouvre!, ferme!, va!, viens!, assieds-toi!, tais-toi!, donne!, prends!, dessine!, écris!;
bureau, réfectoire, salle de gymnastique, cour de récréation;
grenier, cave, toit, étage, villa, fauteuil, luminaire, tableau, rideau, tapis;
jouer au football/tennis/..., nager, se promener, faire du vélo, d’autres sports, selon les besoins des enfants.
1965
•
•
•
•
bonjour (salutation en fonction du moment de la journée: matin, midi, soir), à lundi, mardi..., à plus tard, à (au) ... prochain (e);
comment vas-tu?;
avec plaisir;
pardon, excusez-moi, voici.
1967
•
•
•
•
•
•
qu’y a-t-il au menu? steak, saucisse, côtelette, sauce;
légumes et fruits courants (carotte, chou, chicon, pois, prune, cerise...);
dessert, entrée;
combien cela coûte-t-il?, quel est le prix de?;
nom de denrées nécessaires à la réalisation de recettes;
bon, délicieux, mauvais, trop chaud/trop froid, salé, sucré.
1969
Langues modernes - 36
Outils
459
Éducation par la technologie
VI
ÉDUCATION PAR LA TECHNOLOGIE
a. Définition
C’est l’approche de techniques, de machines et d’outils employés dans les activités courantes de l’homme.
b. Concept
Dans l’enseignement fondamental, les activités dans le domaine technologique privilégient l’acquisition de démarches de
résolution de problèmes ayant comme support un objet technique et/ou un concept technique. Elles ne tombent ni dans un
encyclopédisme d’informations ni dans des bricolages, certes amusants mais étrangers à la démarche expérimentale: observer,
modifier, conclure.
Le technicien a sur l’objet un regard qui met en jeu la récolte et l’analyse d’informations, l’intervention, le raisonnement, la
déduction, la discussion avec d’autres, la communication, la généralisation et le réinvestissement. Il connaît des systèmes qui
relient entre eux les êtres et les choses.
L’objet technique devient le support d’une démarche de résolution de problèmes dans la mesure où se posent des questions liées
à sa conception, son utilisation, sa fabrication, sa réparation et son fonctionnement. Le meilleur objet technique est celui qui résulte
de l’équilibre entre différents points de vue:
• la finalité de l’outil, sa fonction utilitaire;
• son prix, ses coûts de fonctionnement et d’entretien;
• son aspect esthétique;
• son ergonomie, sa meilleure adaptation à l’homme;
• le(s) matériau(x) dont il est fabriqué.
Le concept technique, qui fait référence aux applications en physique, en chimie...
c. Démarche
Elle est largement explicitée dans le programme en résolution de problèmes et en éveil scientifique.
Éducation par la technologie - 1
462
L
E
S
LA BIOTECHNOLOGIE
Utilisation de systèmes vivants dans
des processus naturels visant la
production ou des processus au
bénéfice des êtres vivants
Chez nous,
qui l’utilise?
souvent?
...
D
O
M
E
S
T
I
Q
U
E
L’ÉLECTRONIQUE
Utilisation de systèmes électriques et
électroniques (circuits, contrôles, robotique...)
OBJET
TECHNIQUE
D
O
M
A
I
N
E
S
En ai-je
réellement
beoin?
P
E
R
S
O
N
N
E
L
L’ALIMENTAIRE
Utilisation de mesures sécuritaires
pour la production, le stockage et
l’emballage des aliments
L’INFORMATION
Utilisation de systèmes
de collecte,
de structuration,
de diffusion de l’information
?
SA CONCEPTION
SA FABRICATION
SON UTILISATION
LES MATÉRIAUX
Utilisation des différents types de
matériaux adaptés aux besoins
S
C
O
Quand
et pourquoi L
A
l’utilise-t-on? I
R
E
Sa place
dans
l’économie
S
O
C
I
É
T
A
L
L
E
S
C
O
N
T
E
X
T
E
S
Éducation par la technologie - 2
463
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
OBSERVER
1970
• Repérer un des éléments importants à prendre en compte
concernant l’objet observé.
• Prendre en compte deux éléments, les comparer.
• Exprimer ce que l’on voit.
(Comment un adulte utilise l’objet.)
• Dessiner l’objet.
1971
ÉMETTRE DES HYPOTHÈSES
1974
• Repérer, dans un document, une donnée importante pour
trouver une solution.
• Choisir une hypothèse de travail:
- à quoi peut servir cet objet?
- qui le fabrique?
1975
RÉALISER
•
•
•
•
1978
Dessiner le produit que l’on veut réaliser.
Manipuler des outils, des matériaux pour réaliser son projet.
Préparer son matériel.
Être conscient que l’usage de certains outils (ciseaux,
marteau...) peut être dangereux pour soi et/ou pour les
autres et suivre les conseils de prudence.
1979
Éducation par la technologie - 3
464
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
OBSERVER
• Trouver les éléments nécessaires pour décrire l’objet (ou le
processus) et son fonctionnement.
• Classer des éléments en fonction d’un critère donné.
• Reformuler la situation vécue.
• Représenter le fonctionnement de l’objet par un ou plusieurs
dessins.
• Trouver tous les éléments nécessaires pour trouver une
solution au problème vécu.
• Classer les éléments en fonction d’un critère donné ou choisi.
• Reformuler la situation vécue.
• Schématiser la situation.
1972
1973
ÉMETTRE DES HYPOTHÈSES
• Sélectionner, dans des documents, des données importantes
pour trouver une réponse aux questions que l’on se pose.
• Dans un inventaire d’hypothèses construit collectivement,
choisir celles qui peuvent être retenues:
- comment réparer ma lampe de poche?
- pourquoi une allumette s’enflamme-t-elle?
- pourquoi l’eau pétillante fait-elle des bulles?
- ...
1977
RÉALISER
1980
1974
• Sélectionner, dans des documents, des données importantes
pour trouver une solution au problème rencontré.
• Repérer les termes inconnus ou des notions nouvelles.
• Faire l’inventaire des hypothèses de résolution.
• Choisir celles qui peuvent être retenues en fonction de
critères donnés:
- pourquoi le fer rouille-t-il?
- peut-on faire du feu avec une loupe et de la paille?
1976
• Ordonner les étapes de résolution.
• Dessiner le produit que l’on veut réaliser.
• Manipuler outils, équipements, matériaux nécessaires pour
la réalisation finale.
• Organiser son espace de travail de manière à faciliter la
réalisation concrète de la tâche.
• Prendre en compte les risques éventuels et se protéger
(équipement adéquat).
• Construire (exemples):
- des mobiles (recherche de l’équilibre);
- une minicentrale hydraulique (la force de l’eau);
- un ascenseur (les poulies);
- un projecteur de diapositives (lentilles et ampoule);
- ...
1978
1978
• Ordonner les étapes de résolution (construire l’organigramme).
• Dessiner le produit que l’on veut réaliser sous des angles
différents.
• Choisir les outils et les matériaux adéquats.
• Organiser un espace de travail de manière à faciliter les
activités.
• Prendre en compte les risques éventuels et se protéger
(équipement adéquat).
• Construire (exemples):
- un périscope (miroirs);
- des circuits électriques;
- des filtres pour purifier l’eau;
- ...
• Démonter des appareils inutilisables pour en comprendre le
fonctionnement.
• Réutiliser des pièces pour créer un autre objet.
568
1981
Éducation par la technologie - 4
465
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
RÉGULER
1982
• Critiquer le résultat obtenu:
- a-t-on obtenu ce qu’on voulait?
- que faudrait-il faire pour ...?
- ...
1983
STRUCTURER
1986
• Essayer de formaliser la démarche oralement et/ou par le
dessin.
1987
Éducation par la technologie - 5
466
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
RÉGULER
• Vérifier le résultat obtenu:
- aspect;
- fonctionnement;
- ...
1982
• Analyser le résultat obtenu:
- estimation du temps nécessaire (raisonnable, trop long...);
- prix de revient (pourrait-on faire mieux?).
• Rectifier éventuellement:
- qui va reprendre le problème ? (tous, une équipe?)
1984
1985
STRUCTURER
• Formaliser la démarche en utilisant des termes adéquats.
• Formaliser la démarche par une série de dessins.
• Formaliser la démarche par un montage photographique.
1986
• Formaliser les opérations nécessaires pour aboutir à un
résultat satisfaisant.
• Formaliser la démarche par le dessin à main levée.
• Formaliser la démarche oralement en employant les termes
adéquats.
• Formaliser la démarche en créant un mode de fabrication
illustré (photographies...).
• Employer la même démarche dans une autre situationproblème.
1988
1989
Éducation par la technologie - 6
467
Éducation aux médias
VII
ÉDUCATION AUX MÉDIAS
a. Définition
L’éducation aux médias est un outil de communication au service des apprentissages tous domaines confondus.
b. Concept
L’éducation aux médias s’insère parfaitement dans le cadre d’un projet où s’intègrent la lecture et l’écriture sur tout support (lire
une image, écrire un article à la manière d’un journaliste...). Elle est ainsi le lieu de prédilection des savoirs, des savoir-faire, des
savoir-être.
Elle participe à la socialisation: chaque enfant a le droit de s’exprimer, de confronter ses idées nouvelles avec celles des autres,
de se faire une opinion sur le monde médiatisé dans lequel il vit.
Éduquer l’enfant aux médias, c’est lui permettre:
• d’avoir recours aux médias comme support d’apprentissage pour puiser l’information, pour communiquer, pour se
divertir;
• de découvrir que tout document est le résultat d’un processus de conception intellectuelle et matérielle;
• d’exprimer ses sentiments, ses émotions à partir d’un document;
• de s’initier progressivement au maniement des appareils et à la production de documents audiovisuels en fonction des
opportunités;
• de prendre conscience des finalités stratégiques des médias.
c. Démarche
Par:
• la découverte d’outils, de techniques,
• le partage d’expériences,
• la critique des idéologies transmises par les médias sur le plan social et sur le plan économique,
• le décodage des langages utilisés,
• la production de documents en utilisant des supports variés,
l’enfant va progressivement prendre conscience de la puissance de l’outil et de la nécessité de le maîtriser.
Éducation aux médias - 1
470
LE CONSOMMATEUR
LE CRITIQUE
LE PRODUCTEUR
L’
ÉCOUTE
REGARDE
DES
SUPPORTS
DU SON
LIT
E
N
F
A
N
T
ANALYSE
DES
CONTENUS
DÉCOUVRE
DES
TECHNIQUES
UTILISE
DES
SUPPORTS
DE L’IMAGE
DES
SUPPORTS
DE TEXTE
DES
APPAREILS
PRODUIT
DES
DOCUMENTS
GRÂCE À
• Bandes magnétiques
audio
• Cédéroms
• Disques
• Minidisques
• ...
• Bandes magnétiques
vidéo
• Cédéroms
• Disques
• Films
• ...
•
•
•
•
•
•
Livres
Journaux
Revues
Affiches
Publicités
...
•
•
•
•
•
•
•
•
Radiodiffuseurs
Téléviseurs
Lecteurs de CD
Lecteurs de DVD
Lecteur de minidisques
Enregistreurs
Projecteurs
Appareils photographiques
Ordinateurs
Imprimantes
Caméras
...
•
•
•
•
Éducation aux médias - 2
471
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Des images fixes
1990
• Regarder des photographies, des diapositives de situations • Regarder des photographies, des diapositives de situations
familières: anniversaires, sorties, familles, classes de
familières: anniversaires, sorties, familles, classes de
dépaysement…
dépaysement…
• Les inclure dans un document.
• Les inclure dans un document pour ajouter des informations.
• Citer les éléments d’une image: personnages, points de • Décrire les éléments d’une image: personnages, points de
repère (endroits familiers, dimensions connues).
repère...
• Utiliser des images fixes pour illustrer un conte.
1991
1992
Des images animées
1995
Des documentaires
1996
• Approcher une réalité, la beauté naturelle (vie des animaux, • Approcher une réalité, la beauté naturelle (vie des animaux,
environnement proche ou éloigné).
environnement proche ou éloigné).
1997
1998
• Rechercher une documentation sur un fait vécu, lu ou
entendu.
2001
Des films de fiction
2004
• Raconter un film dans ses grandes lignes.
• Donner une appréciation sur un film.
2006
2005
• Admettre des appréciations différentes.
Des dessins animés
2013
• Exprimer une émotion face à un document.
• Discerner le vrai du faux, le réel de l’imaginaire.
• Percevoir les ambiances différentes (violence, tristesse,
tendresse...).
• Exprimer une émotion face à un document.
2014
737 - 1305 - 1405
Éducation aux médias - 3
472
2010
2015
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Des images fixes
1990
• Analyser l’image et ses différents plans (gros plan, plan • Analyser l’image et ses différents plans (gros plan, plan
américain, plan d’ensemble).
américain, plan d’ensemble).
• Percevoir l’importance du cadrage.
• Percevoir l’importance du cadrage.
• Classer des images par sujet, par genre (documentaire, • Découvrir l’emplacement du photographe (même niveau,
presse, mode, publicité, souvenirs).
plus haut, plus bas qu’un élément photographique).
1993
1994
Des images animées
1995
Des documentaires
1996
• Accéder:
• Accéder:
- aux détails (gros plan, macro...) pour une meilleure
- aux détails (gros plan, macro...) pour une meilleure
représentation de l’échelle des grandeurs;
représentation de l’échelle des grandeurs;
- à des connaissances portant sur des réalités momentané- à des connaissances portant sur des réalités momentanément inaccessibles (connaissance d’un pays, de sites
ment inaccessibles (connaissance d’un pays, de sites
naturels...).
naturels...);
- à une réalité par l’image pour ajuster sa représentation
mentale à la réalité.
1999
2000
• Différencier, classer les documents par catégories (publicité, • Différencier, classer les documents par catégories (publicité,
documentaires, reportages...).
documentaires, reportages...).
2002
2003
Des films de fiction
2004
• Avec l’aide de l’adulte, découvrir le fond et la forme d’un film. • Avec l’aide de l’adulte, analyser un film, le situer dans un
• Comprendre la signalétique des émissions.
contexte social, économique, culturel et historique.
• Comprendre la signalétique des émissions.
2008
2007
• Repérer les images d’archives dans un film (les situer dans
leur contexte).
• Comprendre les trucages et les effets spéciaux.
2009
• Confronter son point de vue à celui d’autres récepteurs.
• Confronter son point de vue à celui d’autres récepteurs.
2011
2012
Des dessins animés
2013
• Percevoir les ambiances différentes (violence, tristesse, • Découvrir la technique de création d’un film d’animation.
tendresse...).
• Exprimer une émotion face à un document.
• Exprimer une émotion face à un document.
2016
2017
Éducation aux médias - 4
473
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Des documents publicitaires
2018
• Distinguer le vrai du faux pour développer l’exprit critique.
• Distinguer le réel de l’imaginaire.
• Réaliser une affiche publicitaire en associant différentes
images découpées.
• Ajouter un slogan.
2019
2020
L’actualité
2023
• Situer un document, un fait vécu dans un temps rapproché.
• S’intéresser à l’actualité locale.
• Situer une information:
- dans le temps (passé, futur proche);
- dans un lieu proche.
2024
2025
La presse (écrite, radiodiffusée, télévisée)
2028
• Découvrir que certaines publications apportent des informa- • Choisir dans un journal pour enfants les informations qui
tions.
nous intéressent (publications sportives, culturelles,
• S’aider de l’image pour anticiper le contenu de l’article.
pratiques, ludiques...).
• Créer un coin «images».
• Créer un mur d’images.
2030
2029
• Découvrir l’importance de l’image, des titres.
• Utiliser la presse écrite pour relater les événements vécus à
l’école (production d’articles).
2034
Éducation aux médias - 5
474
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Des documents publicitaires
2018
• Créer des affiches, des «spots» publicitaires pour la fête de • Analyser des «spots» publicitaires.
l’école, une opération de solidarité...
• Créer des «spots» publicitaires (campagne pour la santé, la
propreté, l’environnement).
2021
1439
L’actualité
2022
2023
• S’intéresser à l’actualité régionale, nationale.
• S’intéresser à l’actualité régionale, nationale et interna• Prendre conscience des contextes économiques, sociaux,
tionale.
culturels, sportifs par le biais des médias.
• Prendre conscience des contextes économiques, sociaux,
culturels, sportifs par le biais des médias.
• Situer des informations (temps, lieu).
2026
2027
La presse écrite
2028
• Choisir dans un journal, une revue, les informations qui nous
intéressent (publications sportives, culturelles, pratiques,
ludiques...).
• Créer un coin «actualité».
• Regarder / écouter des journaux destinés aux enfants.
• Regarder / écouter le bulletin météorologique national.
• Comparer les températures réelles et les prévisions.
686 - 819 - 1390
• Choisir parmi les différentes publications celles qui
renferment des informations qui nous intéressent.
• Vérifier par la lecture les hypothèses suggérées par l’image,
les gros titres accrocheurs..
• Créer un coin «actualité».
• Regarder le bulletin météorologique européen.
2031
2032
• Percevoir les divergences existant dans les informations
relatées dans les journaux parlés et télévisés, au travers de
différentes publications.
• Porter un jugement critique sur les diverses informations
reçues.
1269
2033
• Découvrir l’importance de l’image, des titres, de l’emplace- • Analyser la mise en pages d’un journal: le rôle de la une et
ment de l’article par rapport à la totalité de la revue, du
des différentes rubriques.
journal.
• Réinvestir ces connaissances dans la création d’articles pour
• Réinvestir ces connaissances dans la création d’articles pour
le journal scolaire.
le journal scolaire.
1560
2035
2036
• Prendre en charge la publication du journal scolaire.
2037
Éducation aux médias - 6
475
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
Acquérir des attitudes positives
• Écouter, regarder une courte émission.
• Respecter l’écoute des autres.
• Écouter, regarder puis donner son avis sur une courte
émission.
• Respecter l’écoute des autres.
2038
2039
Identifier, différencier des émissions, des documents
2042
• Reconnaître les indicatifs d’une émission par l’image, par le • Identifier différentes émissions (sportives, dessins animés,
son.
documentaires, variétés, culturelles, informations météoro• Reconnaître une voix caractéristique de la radio, de la
logiques...).
télévision.
• Reconnaître des bruits.
• Reconnaître des bruits naturels.
• Créer un coin «écoute».
• Créer un coin «écoute».
2043
2044
S’initier progressivement au maniement d’appareils
2047
Le récepteur radio, la chaîne haute-fidélité
2048
• Capter une émission.
• Capter une émission.
2049
2050
Le téléviseur, le magnétoscope
2053
• Utiliser le magnétoscope pour visionner une émission, une
cassette.
2054
Éducation aux médias - 7
476
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
Acquérir des attitudes positives
• S’efforcer de regarder, d’écouter une émission dans son • S’efforcer de regarder, d’écouter une émission dans son
intégralité.
intégralité.
• Garder une attitude sociale (éteindre la télévision ou • Commenter un document muet.
enregistrer, faire des concessions dans les programmes • Garder une attitude sociale (éteindre la télévision ou
choisis).
enregistrer, faire des concessions dans les programmes
choisis).
2040
2041
Identifier, différencier des émissions, des documents
2042
• Canaliser une recherche de documents en fonction d’un • Aboutir à un résultat satisfaisant dans une recherche
projet.
d’informations dans les médias.
• Sélectionner une émission répondant à des attentes définies • Choisir un moyen d’expression adapté au projet (choix du
en prenant en considération la notion du temps (début,
support).
durée, fin d’un document en fonction d’un contexte familial, • Sélectionner une émission répondant à des attentes définies
social).
en prenant en considération la notion du temps (début,
durée, fin d’un document en fonction d’un contexte familial,
social).
2045
2046
S’initier progressivement au maniement d’appareils
2047
Le récepteur radio, la chaîne haute-fidélité
2048
• Capter une émission.
• Participer à un projet de radio scolaire (émissions en circuit
interne).
2051
2052
Le téléviseur, le magnétoscope
2053
• Enregistrer une émission de télévision.
• Programmer l’enregistrement d’une émission.
2055
2056
Éducation aux médias - 8
477
PREMIÈRE ÉTAPE
1er CYCLE (de 2 ½ à 5 ans)
2 e CYCLE (de 5 à 8 ans)
L’appareil photographique
2057
• Utiliser un appareil photographique pour fixer un moment de
vie.
• Reconstituer une activité dans l’ordre chronologique grâce
aux photographies réalisées: un itinéraire, une recette...
2058
La caméra
2061
• Regarder des reportages réalisés avec une caméra.
2062
Le rétroprojecteur
2065
• Associer l’image reproduite sur le transparent au récit de • Illustrer une histoire simple sur des transparents.
l’enseignant.
• Se servir des transparents pour illustrer une poésie racontée.
2066
2067
Les lecteurs -enregistreurs de cassettes, de cédéroms, de minidisques, de bandes magnétiques
2070
• Écouter des productions musicales variées.
• Écouter des productions musicales variées.
• Écouter des disques comportant des bruits naturels ou • Écouter des disques comportant des bruits naturels ou
fabriqués et s’entraîner à les reconnaître.
fabriqués et s’entraîner à les reconnaître.
• Imiter des bruits naturels.
2071
577 - 1830
L’ordinateur
2072
2075
• Découvrir et utiliser des logiciels éducatifs.
• Découvrir et utiliser des logiciels éducatifs.
• Utiliser des logiciels de remédiation ou de dépassement.
2076
2077
Les moyens de transmission
2080
• Réceptionner des informations (courrier postal, fax, courriel).
2081
Éducation aux médias - 9
478
DEUXIÈME ÉTAPE
3e CYCLE (de 8 à 10 ans)
4e CYCLE (de 10 à 12 ans)
L’appareil photographique
2057
• Utiliser un appareil photographique pour fixer des séquences • Réaliser un documentaire, un reportage pour illustrer un
voyage, une visite.
de vie.
•
Réaliser un montage en respectant la chronologie des
• Cadrer une image.
événements.
• Respecter les critères pour réaliser de belles prises de vue
(cadrage, netteté, lumière).
• Préparer le support (exemple: mettre des diapositives sous
cache).
2059 794
2060
La caméra
2061
• Utiliser la caméra pour fixer des activités (excursions, visites, • Réaliser de courts reportages.
classes de dépaysement, recettes culinaires).
• Sensibiliser à l’utilisation d’un banc de montage (séquences
collées sans transition puis en utilisant quelques transitions
avec l’aide d’un adulte).
2063
2064
Le rétroprojecteur
2065
• Réaliser des transparents avec un dessin, un croquis, un • Réaliser des transparents avec un dessin, un croquis, un
schéma, un plan, un itinéraire.
schéma, un plan, un itinéraire.
• Utiliser une suite de transparents pour raconter.
• Utiliser une suite de transparents pour expliquer (par
exemple le fonctionnement d’une écluse).
2068
2069
Les lecteurs- enregistreurs de cassettes, de cédéroms, de minidisques, de bandes magnétiques
• Écouter / enregistrer des productions musicales variées.
• Écouter / enregistrer des disques comportant des bruits
naturels ou fabriqués et s’entraîner à les reconnaître.
• Imiter des bruits naturels et les enregistrer.
•
•
•
•
•
Écouter des productions musicales variées.
Imiter des bruits naturels et les enregistrer.
Utiliser l’appareil pour écouter / enregistrer.
Sonoriser un montage d’images fixes.
Composer la bande son d’une séquence filmée.
2073
2074
L’ordinateur
2075
• Découvrir et utiliser des logiciels éducatifs.
• Utiliser des logiciels de remédiation ou de dépassement.
• Rechercher des informations dans des logiciels.
1613
2070
2078
•
•
•
•
Découvrir et utiliser des logiciels éducatifs.
Utiliser des logiciels de remédiation ou de dépassement.
Rechercher des informations dans des logiciels.
Créer des documents grâce à des logiciels.
2079
Les moyens de transmission
2080
• Envoyer / réceptionner des informations (courrier postal, fax, • Envoyer / réceptionner des informations (courrier postal, fax,
courriel avec fichier attaché, cassette...).
courriel avec fichier attaché, cassette...).
• Lire des informations sur Internet.
• Rechercher des information sur Internet.
2082
2083
Éducation aux médias - 10
479
T ABLE
DES CORRESPONDANCES NOTIONS/CYCLES
481
I. ÉDUCATION PHYSIQUE
CORPS, MOYEN D'EXPRESSION (LE)
Attitudes (les)
Chorégraphiques (structures)
Comptines (les)
Exprimer
Imiter
54
56
62
62
54
1
1
1
1
Mimer
Sentiments (les)
Son (le)
Spectacles (les)
Symbolique (la)
58
59
62
60
54
1
2
1
3
ENFANT ET SON CORPS (L’)
IMAGE DU CORPS (L’)
Coordonner, coordination (la)
4
Latéralité, latéralisation (la)
3
Dextérité (la)
Droite (la)
Gauche (la)
4
3
3
Repérer (se)
Rythme (le), rythmique (la)
Symétrie (la), symétrique
4
4
3
2
2
Muscles (les)
Os (les)
Récupération (la)
12
12
24
1
1
2
3
3
PERCEPTION DU CORPS (LA)
Articulation (l’)
Cardiaque, cœur (le)
Fonctions organiques (les)
Fonctions physiologiques (les)
14
16
13
12
3
2
ENFANT ET L’ESPACE (L’)
Adversaire (l’)
81
1
Obstacle (l’)
67
2
Autonomie (l’)
Conceptualisation (l’)
Course d’orientation (la)
Dispersion (la)
Formes géométriques (les)
Mesurer l’espace
72
80
84
66
82
82
2
Plans (les différents)
Repères fixes (les)
Représenter l’espace
Spatio-temporelle (l’organisation)
Structuration de l’espace (la)
Symbolique de l’espace (la)
81
70
82
79
67
80
1
1
2
Mobiles (les éléments)
76
1
4
1
2
2
ENFANT GESTIONNAIRE DE SA SANTÉ (L’)
Circulation sanguine (la)
Croissance (la)
Équilibre pondéral (l’)
323
308
301
1
Hygiène alimentaire (l’)
Hygiène corporelle (l’)
297
292
1
1
Locomotion (la)
Maintien corporel (le)
Respiration (la)
328
330
318
Thermorégulation (la)
313
2
1
483
ENFANT ET ET LE TEMPS (L’)
Durée (la)
Extrinsèque (le rythme)
Fréquence (la)
Intrinsèque (le rythme)
89
94
90
94
4
1
Périodique (la structure)
Séquence (la)
Tempo (le)
90
92
94
3
1
208
207
2
1
118
105
4
117
110
105
3
GLISSER
Draisienne (la)
Califourchon (à)
«Réchappe» (la)
207
207
208
1
1
2
Roulage (le)
Toboggan (le)
GRIMPER
Acrogym (l’)
Changer de plan
118
114
Coordination neuromotrice (la)
Cordée (la)
Déclivité (la)
116
118
106
4
1
4
2
Échelles (les)
Équilibration (l’)
Partenariat (le)
Structuration spatiale (la)
Tonicité musculaire (la)
MARCHER ET/OU COURIR
Appuis (les)
Arrêt (l’)
Démarquage (le)
Démarrage (le)
Endurance (l’)
99
99
102
99
100
1
1
4
1
2
Modalité (la)
Praxies (les)
Schèmes (les)
Sociomotricité (la)
Spatio-temporel (le)
99
102
100
100
102
Évoluer sur ...
100
2
Dispersion (la)
100
2
Nages: brasse, crawl, dos, papillon (les)
Nage synchronisée (la)
Propulser (se)
Respiration (la)
Sauvetage (le)
257
263
257
256
263
2
4
2
1
4
Virer
Vision (la)
262
256
3
1
NATATION (LA)
Accoutumances (les)
Apnée (l’)
Audition (l’)
Équilibration (l’)
Flotter
256
261
256
256
257
Horizontalisation (l’)
Immersion (l’)
256
256
484
1
1
2
PRENDRE, TENIR, TRANSPORTER, ATTRAPER
Contrôler
Jongler
Manutention (la)
226
220
213
3
2
Opposition (les activités d’)
Préhension (la)
228
221
PROPULSER, LANCER
Bilatéralité (la)
Cible (la)
Dribbler
242
235
241
1
2
Frappe (la)
241
2
Jongler
Partenaire (le)
Précision (la)
243
235
247
4
1
3
Léger
Souplesse (la)
279
265
4
1
Tonicité (la)
Vélocité (la)
Vitesse (la)
275
270
274
4
Rendement (le)
Résister, résistance (la)
S’autocontrôler
52
39
50
4
3
2
187
188
1
1
2
1
1
1
QUALITÉS ORGANIQUES (LES)
Aérobie (la capacité)
Allure personnelle (l’)
280
283
Amplitude (l’)
266
285
279
284
282
275
279
Anaérobie (la puissance)
Cooper
Endurance (l’)
Eurofit
Force (la)
Gerbeaux
3
4
4
4
1
4
ROULER
Chandelle (la)
Culbute (la)
Judo (le)
199
202
202
3
2
2
Mini-enchaînement (le)
Roulade (la)
SAUTER
Amortissement (l’)
Amplitude (l’)
Appuis (les)
153
156
134
2
Équilibration (l’)
1
Foulée bondissante (la)
Impulsion (l’)
134
140
138
Centre de gravité (le)
Élan (la course d’)
153
134
2
1
Profondeur (la)
Réception (la)
133
138
485
SCHÉMA CORPOREL (LE)
Biomécaniques (les lois)
Collectifs (les sports)
Contraction musculaire (la)
Coordonner, coordination (la)
Correction (la)
Dissociation (la)
Dribbler, dribble (le)
Enchaîner
Équilibration (l’)
Ergonomie de l’effort (l’)
Fouetté (le)
Hydrodynamisme en piscine (l’)
Localisation musculaire (la)
Mentale (la représentation)
Opposé (le segment)
Outil (l’)
36
49
37
32
50
47
43
41
33
40
32
36
47
30
45
39
1
4
2
3
3
1
4
Perceptivo-moteur
Performance (la)
Placement (le)
Praxies (les)
Précision (la)
Proprioceptif
Propulsion (la)
Puissance (la)
Qualité (la)
Relaxation (la)
Rendement (le)
Résister, résistance (la)
S’autocontrôler
Tonicité (la)
Vélocité (la)
28
50
47
43
49
51
2
3
1
47
40
52
38
52
39
3
4
4
2
4
3
50
47
49
2
100
56
208
2
3
2
130
131
128
129
3
4
1
2
3
SÉCURITÉ ROUTIÈRE (LA)
Circulation routière (la)
Code (le), règles de circulation (les)
Coordonner des mouvements
Cycliste (le), piste cyclable (la)
6
101
32
68
4
3
4
3
Décoder des langages, feux de signalisation
marques au sol, signaux routiers
83
3
Éducation à la sécurité (l’)
Piéton (le), accotement, trottoir
Site protégé (le)
SUSPENDRE (SE)
Appui (les points d’)
Balancer en suspension (se)
Chute (la)
Culbute (la)
486
127
129
130
129
1
2
3
2
Dislocation (la)
Sortie filée (la)
Suspendre (se)
Traction (la)
II. ÉVEIL - A. ÉVEIL SCIENTIFIQUE
ÉNERGIE (L’)
Accumulateur (l’)
Centrale thermique (la)
Combustible fossile (le)
Dynamo (la)
529
529
529
529
529
529
4
4
4
4
4
4
Énergie mécanique (l’)
Énergie nucléaire (l’)
Éolienne (l’)
Fission de l’uranium (la)
614
616
618
Ampoule (l’)
Circuit fermé (le)
Circuit ouvert (le)
Circuit électrique (le)
Électricité statique (l’)
Énergie hydraulique (l’)
Photopile (la)
529
529
529
529
529
4
4
4
4
4
4
3
3
Isolant thermique (l’)
Température (la)
637
626
4
2
539
539
4
4
539
539
4
4
539
539
539
539
4
4
4
4
Interrupteur (l’)
Isolant (l’)
Pile (la)
Pôle négatif, positif (le)
539
539
539
4
4
4
CHALEUR (LA)
Chaleur (la)
Contraction (la)
Dilatation (la)
ÉLECTRICITÉ (L’)
Conducteur (le)
Générateur (le)
Source d’énergie (la)
ÊTRES VIVANTS (LES) - CLASSIFICATION
Amphibiens (les)
Arachnides (les)
500
500
3
3
Mammifères (les)
Mollusques (les)
500
500
3
3
Cétacés (les)
Crustacés (les)
Femelle (la)
Insectes (les)
Invertébrés (les)
Mâle (le)
500
500
498
500
500
498
3
3
3
3
3
3
Oiseaux (les)
Poissons (les)
Reptiles (les)
Sexe (le)
Vertébrés (les)
500
500
500
498
500
3
3
3
3
3
ÊTRES VIVANTS MÉTABOLISENT (LES)
HOMME (L’)
APPAREIL CIRCULATOIRE (L’)
Sang (le)
Artère (l’)
Cœur (le)
396
396
396
4
4
4
Nutriment (le)
Oxygène (l’)
Vaisseau (le)
396
396
396
4
4
4
Déchet (le)
Gaz carbonique (le)
396
396
4
4
Veine (la)
396
4
487
APPAREIL DIGESTIF (L’)
Aliment (l’)
Absorption (l’)
Anus (l’)
Appendice (l’)
Bouche (la)
Carnivore
Digestion (la)
Estomac (l’)
Foie (le)
Glande digestive (la)
Gros intestin (le)
374
374
374
374
374
4
4
4
4
4
374
374
374
374
374
374
4
4
4
4
4
4
387
387
387
387
387
Intestin grêle (l’)
Mastiquer
Nutriment (le)
Œsophage (l’)
374
374
374
374
374
4
4
4
4
4
Régime alimentaire (le)
Suc digestif (le)
Tube digestif (le)
Végétarien
374
374
374
374
374
374
4
4
4
4
4
4
4
4
4
4
4
Narine (la)
Nez (le)
Oxygène (l’)
Poumon (le)
Trachée (la)
387
387
387
387
387
4
4
4
4
4
370
370
4
4
Lèvres (les)
Mâchoires (les)
370
370
4
4
369
369
3
3
Molaire (la)
369
3
420
3
420
3
420
420
420
420
3
3
3
3
Graine (la)
Milieu de vie (le)
Plante (la)
420
420
420
420
3
3
3
3
442
442
442
441
4
4
4
3
Omnivore
Origine animale (l’)
Pancréas (le)
APPAREIL RESPIRATOIRE (L’)
Air (l’)
Bronche (la)
Expiration (l’)
Gaz carbonique (le)
Inspiration (l’)
BOUCHE (LA)
Glandes salivaires (les)
Langue (la)
DENTS (LES)
Canine (la)
Incisive (l’)
VÉGÉTAUX (LES)
Bourgeon (le)
Chlorophylle (la)
Fleur (la)
Fruit (le)
Germination (la)
Sève (la)
Végétal (le)
ÊTRES VIVANTS ET LE MILIEU (LES)
Compétition (la)
Coopération (la)
Hibernation (l’)
Migration (la)
488
441
442
441
441
3
4
3
3
Prédateur (le)
Prédation (la)
Proie (la)
Sédentarité (la)
ÊTRES VIVANTS SE DÉPLACENT (LES)
APPAREIL DE MOUVEMENT (L’)
Articulation (l’)
457
4
Membre (le)
Muscle (le)
Os (l’)
457
457
457
4
4
4
Bassin, clavicule, côte, cubitus, fémur,
humérus, omoplate, péroné, radius, rotule,
tibia, vertèbre
457
4
Cage thoracique (la)
Colonne vertébrale (la)
Déplacement (le)
457
457
457
4
4
4
Squelette (le)
Synovie (la)
457
457
4
4
Tête (la)
457
4
Ligament (le)
457
4
Cerveau (le)
Goût (le)
474
474
4
4
Ouïe (l’)
Stimulus (le)
474
474
4
4
Nerf (le)
Odorat (l’)
474
474
4
4
Toucher (le)
Vue (la)
474
474
4
4
ORGANES DES SENS (LES)
ÊTRES VIVANTS SE REPRODUISENT (LES)
ORGANES DES SENS (LES)
Accouplement (l’)
Couver
Croître
Éclore
493
493
493
493
4
4
4
4
Métamorphose (la)
Mourir
Naître
Œuf (l’)
493
493
493
493
4
4
4
4
Féconder
Germination (la)
493
493
493
493
493
4
4
4
4
4
Ovule (l’)
Pondre
493
493
493
493
493
4
4
4
4
4
Gestation (la)
Grandir
Larve (la)
Reproduction (la)
Spermatozoïde (le)
Vieillir
MATIÈRE (LA)
Anémomètre (l’)
686
3
Horizontalité (l’)
645
4
Condensation (la)
Débit (le)
Décantation (la)
677
644
659
681
645
659
4
4
4
3
4
4
Hydratation (l’)
Hygromètre (l’)
Infiltration (l’)
681
686
681
644
644
693
3
3
3
4
4
4
677
644
677
659
644
650
4
4
4
4
4
4
686
681
681
644
677
686
3
3
3
4
4
3
644
686
4
3
644
4
Déshydratation (la)
Dilatation thermique (la)
Distillation (la)
Ébullition (l’)
État (l’)
Évaporation (l’)
Filtration (la)
Forme (la)
Fusion (la)
Gaz (le)
Girouette (la)
Liquide (le)
Matière (la)
Perméable
Pluviomètre (le)
Précipitations (les)
Ruissellement (le)
Solide (le)
Solidification (la)
Thermomètre (le)
Volume (le)
489
II. ÉVEIL - B. ÉVEIL HISTORIQUE
MODE DE VIE (LE)
Différences sociales (les)
Luttes (les)
Modes d’exclusion (les)
754
754
754
3
3
3
Modes d’oppression (les)
754
3
Organisation sociale (l’) - Corporation,
gilde, nomadisme, sédentarité, troc
750
3
Antiquité (l’)
Pyramide, villa, aqueduc
714
714
4
4
Préhistoire (la) - Ère
714
4
Moyen Âge (le) - Cathédrale, charte,
croisades, découvertes, féodalité, fief,
invasions, seigneur, serf, suzerain, vassal,
tournoi, ville
714
4
Période contemporaine (la)
Temps modernes (les) - Inventions, révolutions
Millénaire (le)
Siècle (le)
714
714
721
721
4
4
3
3
720
726
720
2
4
2
Postériorité (la)
Simultanéité (la)
720
720
2
2
730
730
3
3
Document iconographique (le)
Vestige archéologique (le)
730
730
3
3
PÉRIODES CONVENTIONNELLES (LES)
STRUCTURATION DU TEMPS (LA)
Antériorité (l’)
Chronologie (la)
Périodicité (la)
TRACES DU PASSÉ (LES)
Document audiovisuel (le)
Document écrit (le)
II. ÉVEIL - C. ÉVEIL GÉOGRAPHIQUE
ACTIONS DE L’HOMME (LES)
Fonction administrative (la)
Fonction de consommation (la)
Fonction de culture (la)
Fonction de loisirs (la)
831
831
831
831
3
3
3
3
Fonction de production (la)
Fonction de résidence (la)
Fonction d’échanges (la)
831
831
831
3
3
3
Capitale (la)
767
3
Pays (les)
768
4
Chef-lieu (le)
Communes (les)
Continents (les)
768
767
768
781
768
773
4
3
4
4
4
Provinces (les)
Régions (les)
Relief (le)
768
768
797
4
4
4
Repères spatiaux (les) - Équateur, latitude,
longitude, méridien, parallèle, tropique
768
4
795
4
767
795
3
4
LECTURE DE CARTES, DE PLANS (LA)
Conventions cartographiques (les)
Échelle (l’)
Fleuves (les)
Légende (la)
Océans (les)
490
764
768
3
4
Système solaire (le) - Planète, satellite
Villes (les)
Zones climatiques (les)
LECTURE D’IMAGES, DE PAYSAGES (LA)
Angle de vue (l’)
Arrière-plan (l’)
Avant-plan (l’)
Contre-plongée (la)
Deuxième plan (le)
Élément naturel (l’)
Espace industriel (l’)
810
793
793
811
793
800
3
3
3
4
3
3
800
3
781
781
4
4
Espace mixte (l’)
Espace rural (l’)
Espace urbain (l’)
Ligne d’horizon (la)
Marques de l’homme (les)
Plongée (la)
Vocabulaire hydrographique (le)
800
800
800
793
800
811
3
3
3
3
3
4
784
3
783
2
1117
1120
1120
1119
1120
3
4
4
3
4
ORIENTATION (L’)
Boussole (la)
Point cardinal (le)
Vocabulaire spatial (le)
III.A. MATHÉMATIQUES
FIGURES ET SOLIDES (LES)
AIRE (L’) - EN RELATION AVEC LES GRANDEURS
Aire du carré (l’)
1117
3
Aire du disque (l’) (et du secteur)
Rayon - Diamètre - p
1120
4
Aire latérale d’un solide (l’)
Aire du losange (l’)
1120
1120
4
4
Aire du rectangle (l’)
Aire totale d’un solide (l’)
Aire du trapèze (l’)
Aire du triangle (l’)
Apothème (l’)
Aire du parallélogramme (l’)
Aire du polygone régulier (l’)
1120
1120
4
4
Base (la)
Hauteur (la)
1115
1115
3
3
1180
1228
1180
3
2
3
Angle plat (l’)
Angle plein (l’)
Bissectrice (la)
1180
1180
1241
3
3
4
1181
4
Axe de rotation (l’)
1152
4
Dynamisme de structuration (le)
1190
Développement du prisme (le)
Développement de la pyramide (le)
1176
1176
ANGLE (L’)
Angle aigu (l’)
Angle droit (l’)
Angle obtus (l’)
AXE (L’)
Axe de symétrie (l’)
DYNAMISME (LE)
Dynamisme de position (le)
1189
DÉVELOPPEMENT (LE)
Développement du cône (le)
Développement du cube (le)
Développement du cylindre (le)
1176
1176
1176
4
4
4
Développement du parallélépipède
rectangle (le)
1176
4
4
4
491
FIGURES PLANES (LES) - RECONNAÎTRE
Carré (le)
Décagone (le)
Disque (le)
1
Dodécagone (le)
Ennéagone (l’)
Heptagone (l’)
1178
INT
1178
INT
INT
INT
3
Pentagone (le)
Rectangle (le)
Trapèze (le)
1180
INT
1180
INT
1178
1180
Hexagone (l’)
1181
4
Triangle (le)
1178
1
Carré (le)
Diagonale (la)
Disque (le)
Isométrie (l’)
1186
1239
1181
1180
2
2
4
3
Médiatrice (la)
Parallélisme (le)
Parallélogramme (le)
Perpendicularité (la)
1241
1180
1181
1180
4
3
4
3
Largeur (la)
Longueur (la)
Losange (le)
Médiane (la)
1180
1180
1180
1239
3
3
3
2
Rectangle (le)
Trapèze (le)
Triangle (le) - Hypoténuse
Périmètre (le) - Cercle, arc
1186
1180
1241
1115
2
3
4
3
1193
1193
3
3
Ligne droite (la)
Segment de droite (le)
1193
1241
3
4
1193
3
INT
Polyèdre régulier (le)
INT
INT
INT
Polygone croisé (le)
Polygone régulier (le)
INT
1181
4
1
Losange (le)
Octogone (l’)
Parallélogramme (le)
3
1
3
FIGURES PLANES (LES) - PROPRIÉTÉS
LIGNE (LA)
Ligne brisée (la)
Ligne courbe (la)
POINT (LE)
Coordonnées d’un point (les)
POLYÈDRE (LE)
Polyèdre (le) - Arête - Face - Sommet
POLYGONE (LE)
Polygone concave (le)
Polygone convexe (le)
SOLIDES (LES) - RECONNAÎTRE
Cône (le)
Cube (le)
Cylindre (le)
Parallélépipède rectangle (le)
1166
1164
1166
1165
4
2
4
3
Prisme droit (le)
Pyramide (la)
Sphère (la)
1170
1166
1164
4
4
2
1170
1169
1170
1169
4
3
4
3
Prisme droit (le)
Pyramide (la)
Sphère (la)
1170
1170
1170
4
4
4
SOLIDES (LES) - PROPRIÉTÉS
Cône (le)
Cube (le)
Cylindre (le)
Parallélépipède rectangle (le)
492
TRANSFORMATIONS DU PLAN (LES)
Homothétie (l’)
Rotation (la)
Symétrie centrale (la)
1161
1151
1153
4
2
4
Symétrie orthogonale (la)
Translation (la)
1153
1151
4
2
VOLUME (LE) - EN RELATION AVEC LES GRANDEURS
Cône (le)
Cube (le)
Parallélépipède rectangle (le)
1122
4
Prisme droit (le)
1122
4
1122
1122
4
4
Pyramide (la)
Sphère (la)
1122
1122
4
4
GRANDEURS (LES)
INSTRUMENTS DE MESURE (LES)
Balance (la)
Chronomètre (le)
Compas (le)
Mètre règle (le)
Mètre ruban (le)
1060
1060
1058
1060
1060
2
2
4
2
2
Pied à coulisse (le)
Rapporteur (le)
1092
1111
4
4
Règle (la)
Thermomètre (le)
1060
1061
2
3
1051
1046
2
2
Mesures non conventionnelles (les)
1046
2
1040
1036
1046
4
4
2
Qualité (la)
Sériation (la)
1038
1030
2
2
Grandeurs discontinues (les)
Grandeurs indirectes proportionnelles (les)
INT
1130
4
4
MESURES (LES)
Étalon (l’)
Mesures conventionnelles (les)
NOTIONS (LES)
Critère (le)
Durée (la)
Invariance (l’)
TYPES DE GRANDEURS (LES)
Grandeurs continues (les)
Grandeurs directes proportionnelles (les)
INT
1130
4
Préfixes (les)
milli, centi, déci, déca, hecto
1100
3
Unités de capacité (les)
ml, dal, hl, kl
1058
Unités d’aire (les)
cm2, dm2, m2
1056
2
Unité de force (l’)
N (newton)
INT
Unités d’aire (les)
mm 2, dam 2, hm2, km 2 - ca, a, ha
1058
4
Unités de longueur (les)
mm, cm, km
1060
2
Unité d’amplitude d’angle (l’)
° (le degré)
1093
4
Unités de longueur (les)
dm, dam, hm
1058
4
Unités d’amplitude d’angle (les)
gr (le grade) - rad (le radian)
INT
Unité de masse (l’)
g
1057
3
Unités de capacité (les)
cl, dl, l
1056
Unités de masse (les)
mg, dg, dag, hg, t
1058
4
UNITÉS (LES)
2
493
TYPES DE GRANDEURS (LES) (suite)
Unités de monnaie (les)
¼ (euro), c (eurocentime)
1064
Unité de puissance (l’)
watt: W = J/s
INT
Unité de température (l’)
°C (degré Celsius)
1095
Unité de température (l’)
K (le kelvin): 0 K = – 273 °C
INT
2
3
Unités de de travail et d’énergie (les)
J (joule), cal (calorie)
INT
Unités de vitesse (les)
m/s, km/h
1130
4
Unités de volume (les)
cm3, dm3
1106
3
Unité de volume (l’)
m3
1107
4
1061
3
UNITÉS FONDAMENTALE (LES) (SYSTÈME INTERNATIONAL - SI)
Unité de longueur: le mètre (m)
Unité de masse: le kilogramme (kg)
1051
1046
2
2
Unité de temps: la seconde (s)
MATHÉMATIQUES (LES)
DOMAINES (LES)
Démarche générale (la)
Grandeurs (les)
Nombres et opérations (les)
INT
INT
INT
Résolution de problèmes (la)
Solides et figures (les)
Traitement des données (le)
INT
INT
INT
NOMBRES ET OPÉRATIONS (LES)
ASPECT DU NOMBRE (L’)
Aspect cardinal (l’)
INT
Aspect ordinal (l’)
INT
ENSEMBLES DE NOMBRES (LES)
Ensemble N (l’)
Ensemble Z (l’)
INT
INT
4
4
Ensemble Q (l’)
Ensemble R (l’)
INT
INT
4
4
Algorithme (l’)
1002
3
Droite graduée (la)
911
2
Caractères de divisibilité (les)
Complément (le)
Comptage (le)
Correspondance terme à terme (la)
Décomposition symétrique (la)
Décomposition asymétrique (la)
956
1020
881
880
946
946
4
3
2
Droite orientée (la)
Encadrement (l’)
Estimation (l’)
Fraction (la) - Dénominateur, numérateur
Multiples (les) - PPCM
Preuve (la)
911
921
972
907
956
1013
2
3
2
3
4
3
Diviseurs (les) - PGCD
956
4
INT
INT
4
4
Distributivité (la)
INT
4
NOTIONS (LES)
PROPRIÉTÉS DES OPÉRATIONS (LES)
Associativité (l’)
Commutativité (la)
494
TYPES D’OPÉRATIONS (LES)
Addition (l’)
termes, somme
INT
2
Multiplication (la)
facteurs, multiplicande, multiplicateur, produit
INT
2
Division (la)
dividence, diviseur, quotient
INT
2
Soustraction (la)
termes, différence
INT
2
RÉSOLUTION DE PROBLÈMES (LA)
NOTIONS (LES)
Bénéfice (le)
Charge utile (la)
Consommation d’énergie (la)
Constante (la)
862
872
872
861
3
4
4
4
Pourcentages (les)
Prix d’achat (le)
Prix de revient (le)
Prix de vente (le)
864
862
863
862
3
3
4
3
Intérêt simple (l’)
Intervalles (les)
865
872
861
872
866
870
4
4
4
4
4
3
Règle de trois (la)
Remise (la)
872
864
864
857
865
865
4
3
3
2
4
4
862
3
861
4
842
842
843
844
2
2
3
4
Représentation à l’échelle (la) - 2 D
Représentation à l’échelle (la) - 3 D
Tableau à double entrée (le)
868
869
842
3
4
2
Problèmes semi-ouverts (les)
Traitement des données (le)
INT
INT
Limite (la)
Masse (la)
Moyenne arithmétique (la)
Partages inégaux (les)
Perte (la)
Soldes (les)
Structure mathématique (la)
Taxe (la)
TVA (la)
Variable (la)
OUTILS DE REPRÉSENTATION (LES)
Diagramme sagittal (le)
Diagramme de Venn (le)
Histogramme (l’)
Organigramme (l’)
TYPES DE PROBLÈMES (LES)
Problèmes fermés (les)
Problèmes non numériques (les)
Problèmes ouverts (les)
INT
846
INT
3
III.B. LANGUE FRANÇAISE
ANALYSE GRAMMATICALE (L’)
ASSEMBLAGES (LES)
Coordination (la)
Juxtaposition (la)
1644
1644
4
4
Subordination (la)
1644
4
495
FONCTIONS (LES)
Attribut du sujet (l’) - Adjectif
Attribut du sujet (l’) - Nom
Complément d’agent (le)
Complément circonstanciel de but (le)
Complément circonstanciel de cause (le)
Complément circonstanciel de lieu (le)
1639
1622
1622
1622
1622
1621
3
4
4
4
4
3
Complément circonstanciel de moyen (le)
Complément circonstanciel de temps (le)
Complément du nom (le)
Complément direct du verbe (le)
Complément indirect du verbe (le)
Épithète du nom (l’)
1622
1621
1621
1621
1621
1621
4
3
3
3
3
3
Complément circonstanciel de manière (le)
Complément circonstanciel de mesure (le)
1621
1622
3
4
Sujet du verbe (le)
1620
2
1638
1638
4
4
Phrase positive/négative (la)
1638
4
1623
1623
1618
3
3
2
Groupes mobiles (les)
Groupe nominal sujet (le) - GNS
Groupe du verbe (le) - GV
1618
1620
1623
2
2
3
1641
4
Interrogation totale (l’)
1640
4
Adjectif numéral ordinal (l’)
Adjectif qualificatif (l’)
Adverbe (l’)
Conjonction de coordination (la)
1621
1620
1622
1622
3
2
4
4
Interjection (l’)
Nom commun (le)
Nom propre (le)
Nom abstrait (le)
1622
1620
1620
1621
4
2
2
3
Conjonction de subordination (la)
Déterminant article défini (le)
1622
1621
1622
1622
1622
1622
4
3
3
4
4
4
Nom concret (le)
Préposition (la)
1620
1622
1621
1622
1622
1621
2
4
3
4
4
3
1621
1622
1622
1622
1621
1621
3
4
4
4
3
3
Pronom relatif (le)
Verbe d’action (le)
Verbe d’état (le)
1621
1621
1622
1621
1625
3
3
4
3
3
1641
4
Négation totale (la)
1640
4
1622
1622
4
4
Phrase verbale (la)
1636
4
FORMES DE PHRASES VERBALES (LES)
Phrase active/passive (la)
Phrase neutre/emphatique (la)
GROUPES (LES)
Groupes facultatifs (les)
Groupe des compléments (le) - GC
Groupes logiques (les)
INTERROGATION (L’)
Interrogation partielle (l’)
NATURES (LES)
Déterminant article indéfini (le)
Déterminant article élidé (le)
Déterminant article contracté (le)
Déterminant article partitif (le)
Déterminant démonstratif (le)
Déterminant exclamatif (le)
Déterminant indéfini (le)
Déterminant interrogatif (le)
Déterminant numéral cardinal (le)
Déterminant possessif (le)
Pronom démonstratif (le)
Pronom indéfini (le)
Pronom interrogatif (le)
Pronom personnel de conjugaison (le)
Pronom personnel (le)
Pronom possessif (le)
NÉGATION (LA)
Négation partielle (la)
PHRASE (LA)
Phrase non verbale (la)
Interjection (l’)
496
STRUCTURES DE PHRASES (LES)
Structures de base (les)
1626
4
Phrase déclarative (la)
1627
4
Phrase impérative (la)
1627
4
TYPES DE PHRASES VERBALES (LES)
Phrase interrogative (la)
1627
4
Radical (le)
Simultanéité (la)
Temps (le)
Terminaison (la)
INT
INT
INT
INT
3
4
2
3
CONJUGAISON (LA)
NOTIONS (LES)
Antériorité (l’)
Aspect (l’)
Mode (le)
Personne (la)
INT
INT
INT
INT
4
Postériorité (la)
INT
4
Liste de base (D) 40 verbes
1666
2
Indicatif futur antérieur (l’)
1679
4
Liste conseillée (E) 60 verbes
Liste conseillée (F) 30 verbes
Liste conseillée (G) 28 verbes
Liste conseillée (H) 25 verbes
1667
1668
1669
1670
1679
1678
2
3
3
4
4
3
Indicatif futur rapproché (l’)
Indicatif futur simple (l’)
Indicatif passé antérieur (l’)
Indicatif passé composé (l’)
1677
1678
1679
1678
1678
1679
2
3
4
3
3
4
1679
1677
1678
1679
1678
4
2
3
4
3
Participe présent (le)
Subjonctif passé (le)
Subjectif présent (le)
1677
1678
1679
1679
1679
2
3
4
4
4
Liste de base (A) 34 verbes
Liste conseillée (B) 17 verbes
Liste conseillée (C) 7 verbes
1663
1664
1665
2
3
4
Indicatif futur rapproché (l’)
Indicatif futur simple (l’)
Indicatif passé antérieur (l’)
1673
1673
1675
2
2
4
Impératif passé (l’)
Impératif présent (l’)
1675
1673
1679
1673
1673
1675
4
2
4
2
2
4
Indicatif passé composé (l’)
Indicatif passé simple (l’)
1673
1674
1673
1673
1673
1674
2
3
2
2
2
3
1673
1673
2
2
1675
1673
4
2
3
2
PROGRESSIONS À L’ÉCRIT (LES)
Impératif passé (l’)
Impératif présent (l’)
Infinitif passé (l’)
Infinitif présent (l’)
Indicatif conditionnel présent (l’)
Indicatif conditionnel passé (l’)
Indicatif imparfait (l’)
Indicatif passé simple (l’)
Indicatif plus-que-parfait (l’)
Indicatif présent (l’)
Participe passé (le)
PROGRESSIONS À L’ORAL (LES)
Infinitif passé (l’)
Infinitif présent (l’)
Indicatif conditionnel présent (l’)
Indicatif conditionnel passé (l’)
Indicatif imparfait (l’)
Indicatif futur antérieur (l’)
Indicatif plus-que-parfait (l’)
Indicatif présent (l’)
Participe passé (le)
Participe présent (le)
Subjonctif passé (le)
Subjonctif présent (le)
497
LANGUE FRANÇAISE (LA)
Étude synchronique (l’)
Grammaire morphologique (la)
Grammaire syntaxique (la)
Grammaire textuelle (la)
INT
INT
INT
INT
Langage (le)
Langue (la)
Langue vivante (la)
Phonème (le)
INT
INT
INT
INT
2
2
Accord du participe passé (l’)
Accord sujet/verbe (l’)
Accord sujets/verbe (l’)
1650
1650
1651
3
3
4
INT
Aspect systématique (l’)
INT
Courant étymologique (le)
INT
Courant morphologique (le)
INT
Courant historique (le)
Courant logique (le)
INT
INT
Courant phonologique (le)
INT
ORTHOGRAPHE (L’)
ACCORDS (LES)
Accord adjectif/nom (l’)
Accord du complément du nom (l’)
Accord déterminant/nom (l’)
1655
1661
1659
3
4
3
Accord du déterminant numéral (l’)
1658
4
ASPECTS (LES)
Aspect implicite (l’)
COURANT (LES)
FÉMININ (LE)
Féminin des adjectifs (le)
Féminin des adjectifs de couleur (le)
1652
1653
2
3
Féminin des adjectifs composés (le)
Féminin des noms (le)
1654
1653
4
3
Pluriel des adjectifs (le)
Pluriel des adjectifs de couleur (le)
Pluriel des adjectifs composés (le)
1646
1656
1648
3
4
4
Pluriel des noms (le)
Pluriel des noms composés (le)
Pluriel des noms/adjectifs de couleur (le)
1646
1648
1656
3
4
4
Pluriel des adjectifs composés de couleur (le)
1656
4
Pluriel des noms d’origine étrangère (le)
1648
4
PLURIEL (LE)
SAVOIR-ÉCOUTER/PARLER (LE)
Affirmation (l’)
Exclamation (l’)
Injonction (l’)
1315
1315
1315
3
3
3
Structure descriptive (la)
Structure dialoguée (la)
Structure explicative (la)
1316
1316
1316
4
4
4
Interrogation (l’)
Structure argumentative (la)
1315
1316
3
4
Structure narrative (la)
1316
4
498
SAVOIR-ÉCRIRE (LE)
Concordance des temps (la)
1578
2
SAVOIR-LIRE (LE)
Analogie (l’)
INT
Anticipation (l’)
INT
CDU (classification décimale universelle) (la) 1354
Chronologie (la)
INT
Combinatoire (la)
INT
4
3
3
Lecture écrémage (la)
Lecture intégrale (la)
Lecture sondage (la)
Lecture survol (la)
INT
INT
INT
INT
4
4
4
4
VOCABULAIRE (LE)
NOTIONS (LES)
Antonyme (l’)
Axe paradigmatique (l’)
Axe syntagmatique (l’)
Champ lexical (le)
Champ sémantique (le)
Homonyme (l’)
Lexique (le)
1694
INT
3
4
Préfixe (le)
Sens figuré (le)
1712
1704
4
3
INT
INT
INT
1694
INT
4
4
3
3
3
Sens propre (le)
Suffixe (le)
Synonyme (le)
Vocabulaire actif (le)
Vocabulaire passif (le)
1704
1712
1694
INT
INT
3
4
3
3
3
IV. ÉDUCATION ARTISTIQUE
ÉDUCATION PLASTIQUE
ACTIVITÉS GRAPHIQUES (LES)
Empreintes et traces (les)
Figuratif (le)
Linogravure (la)
Non-figuratif (le)
1729
1741
1746
1741
1
1
4
1
Outils (les)
Pyrogravure (la)
Support (le)
Technique (la)
1742
1746
1742
1743
2
4
2
3
1787
1772
1
1
Modes d’expression (les)
Techniques (les)
1724
1724
1
1
ASSEMBLAGES (LES)
Couleurs (les)
Matières (les)
499
DESSIN (LE)
Carbogravure (la)
Dessin géométrique (le)
1735
1738
1
3
Proportions (les)
Techniques (les)
1738
1735
3
1
Monotype (le)
Perspective (la)
1735
1739
1
4
Tracé (le)
1735
1
1730
1730
1
1
Tampon (le)
Pochoir (le)
1731
1732
2
3
1730
1
Outils divers (les)
1730
1
1748
1752
1760
1
2
3
Nuances (les)
Techniques (les)
1762
1769
1
2
1779
1777
3
1
Volumes (les)
1780
4
Matières (les)
1782
1
Techniques (les)
1783
2
Métier à tisser (le)
1784
3
EMPREINTES ET TRACES (LES)
Corps (parties) (le)
Outils divers (les)
MODELAGE (LE)
Corps (le)
PEINTURE (LA)
Couleurs (les)
Format (le)
Harmonie (l’)
PLIAGES (LES)
Origamis (les)
Pliages simples (les)
TISSAGE (LE)
ÉDUCATION MUSICALE
ÉCOUTE (L’)
Bruits (les)
Chants (les)
Comptines (les)
Instruments (les)
1805
1805
1805
1811
1
1
1
1
Musiques (les)
Rythmes (les)
Voix (la)
1805
1806
1811
1
2
1
Appareil phonatoire (l’)
Chant (le)
Canon (le)
Comptine (la)
Cri (le)
1819
1837
1838
1824
1820
4
1
2
1
1
Représentation (la)
Respiration (la)
Rythme (le)
Silence (le)
Son (le)
1835
1821
1828
1833
1829
3
2
1
1
1
Émotions (les)
Intonations (les)
1816
1822
1
3
Souffle (le)
1820
1
EXPRESSION PAR LA VOIX (L’)
500
INTERPRÉTATION COLLECTIVE (L’)
Écoute (l’)
Expression par la voix (l’)
1810
1815
1
1
Expression par le rythme (l’)
Interprétation collective (l’)
1841
1876
1
1
V. LANGUES MODERNES
APPROCHES (LES)
Jeux (les)
Narration (la)
INT
INT
3
1
Projet (le)
INT
4
INT
INT
1
1
Relations avec les autres (les)
Vie quotidienne (la)
INT
INT
1
1
1883
1905
3-4
3-4
Relations avec les autres (les)
Vie quotidienne (la)
1901
1895
3-4
3-4
Caractéristiques personnelles (les)
1956
3-4
Nourriture (la) et boissons (les)
1956
3-4
Relations avec les autres (les)
Vie quotidienne (la)
1956
1956
3-4
3-4
Caractéristiques personnelles (les)
1938
3-4
Relations avec les autres (les)
1950
3-4
Nourriture (la) et boissons (les)
1953
3-4
Vie quotidienne (la)
1946
3-4
Caractéristiques personnelles (les)
1962
3-4
Relations avec les autres (les)
1966
3-4
Nourriture (la) et boissons (les)
1968
3-4
Vie quotidienne (la)
1964
3-4
1910
1933
3-4
3-4
Relations avec les autres (les)
Vie quotidienne (la)
1929
1923
3-4
3-4
DOMAINES (LES)
Caractéristiques personnelles (les)
Nourriture (la) et boissons (les)
ÉCOUTER
Caractéristiques personnelles (les)
Nourriture (la) et boissons (les)
ÉCRIRE
LIRE
OUTILS (LES)
PARLER
Caractéristiques personnelles (les)
Nourriture (la) et boissons (les)
501
VI. ÉDUCATION PAR LA TECHNOLOGIE
CONTEXTES (LES)
Domestique (le)
Personnel (le)
INT
INT
1
1
Scolaire (le)
Sociétal (le)
INT
INT
2
3
INT
INT
INT
1
2
3
Information (l’)
Matériaux (les)
INT
INT
1
2
Conception (la)
INT
3
Utilisation (l’)
INT
4
Fabrication (la)
INT
1
DOMAINES (LES)
Alimentaire (l’)
Biotechnologie (la)
Électronique (l’)
OBJET (L’)
VII. ÉDUCATION AUX MÉDIAS
DOCUMENT (LE) - PRODUCTION
Affiche publicitaire (l’)
Émission radiophonique (l’)
Enregistrement (l’)
Journal scolaire (le)
2020
2052
2055
2037
2
4
3
4
Montage de photos (le)
Montage de diapositives (le)
Montage de films (le)
2060
2060
2064
4
4
4
2013
1996
2028
1
1
1
Presse radiodiffusée (la)
Presse télévisée (la)
2028
2028
1
1
Actualité (l’)
Bulletin météorologique (le)
Fiction (la)
2023
2031
2004
1
3
1
Journal télévisé (le)
Publicité (la)
Signalétique (la)
2031
2018
2007
3
1
3
Journal parlé (le)
2031
3
2061
2054
2
2
Ordinateur (l’)
Télévision (la)
2075
2054
1
2
DOCUMENTS (LES) - TYPES
Dessin animé (le)
Documentaire (le)
Presse écrite (la)
DOCUMENTS (LES) - CONTENU
IMAGE ANIMÉE (L’) - APPAREILS
Caméra (la)
Magnétoscope (le)
502
IMAGE ANIMÉE (L’) - SUPPORTS
Cassette vidéo (la)
Cédérom (le)
INT
INT
1
1
DVD (le)
Film (le)
INT
INT
2
3
Appareil photographique (l’)
Appareil numérique (l’)
2057
2057
2
2
Projecteur de diapositives (le)
Rétroprojecteur (le)
2060
2065
4
1
Ordinateur (l’)
2075
1
2060
2058
4
2
Photographie numérique (la)
Transparent (le)
2058
2067
2
2
2009
2007
4
3
Forme (la)
Trucages (les)
2007
2009
3
4
2032
2033
4
4
Mise en pages (la)
Rubrique (la)
2036
2036
4
4
Lecteur de disques compacts (le)
2070
1
Magnétophone (le)
2070
1
Lecteur de cassettes (le)
2070
1
Radio (la)
2048
1
Bande magnétique (la)
2070
1
Cédérom (le)
2070
1
Cassette audio (la)
2070
1
Minidisque (le)
2070
1
Bruitage (le)
2074
4
Voix (la)
2074
4
Musique (la)
2074
4
IMAGE FIXE (L’) - APPAREILS
IMAGE FIXE (L’) - SUPPORTS
Diapositive (la)
Photographie (la)
FILM (LE) - ANALYSE
Effets spéciaux (les)
Fond (le)
PRESSE (LA) - ANALYSE
Informations (les)
Jugement critique (le)
SON (LE) - APPAREILS
SON (LE) - SUPPORTS
SON (LE) - TYPES
503
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
504
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
505
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
...........................................................................................................................................................................
506
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising