La réhabilitation urbaine. Dossier documentaire

La réhabilitation urbaine. Dossier documentaire
LA
REHABILITATION
URBAINE
dossier documentaire
DIRECTION GENERALE
DE L'URBANISME, DE L’HABITAT ET DE LA CONSTRUCTION
CENTRE DE DOCUMENTATION DE L'URBANISME
Arche de La Défense - 92055 Paris La Défense cedex
tél. +33 (0)1 40 81 11 78 - fax +33 (0)1 40 81 15 99
[email protected]
http://www.urbanisme.equipement.gouv.fr/cdu
1
Ce dossier documentaire sur « La réhabilitation urbaine »
a été réalisé par
le Centre de documentation de l’urbanisme (CDU) :
Catherine FORET, sociologue
et Françoise PORCHET, CDU
2
préface
Le titre de ce dossier est à la mesure du défi qu’a constitué sa réalisation. Il ne s’agit pas, en
effet, en abordant le thème de la « réhabilitation », de réduire l’approche bibliographique à la
seule question de l’amélioration de l’habitat. Beaucoup plus largement, la ville et ses
transformations sont en jeu dans ce dossier. En cinquante ans d’histoire, la réhabilitation des
quartiers existants est en effet devenue, en France comme dans d’autres pays, un élément
fondamental des politiques urbaines, en même temps qu’un champ notable d’innovation
institutionnelle.
Dès lors, on ne peut éviter de soulever les nombreux enjeux que recouvre ce thème. Enjeux
techniques et méthodologiques bien sûr ; mais aussi enjeux économiques (la
réhabilitation constitue désormais un véritable marché pour les entreprises du bâtiment, qui
réalisent en France dans ce secteur 57 % de leur chiffre d’affaires) ; enjeux sociaux et
politiques enfin, puisque loin de se limiter à l’amélioration du confort des logements, les
opérations de réhabilitation sont souvent l’occasion de restructurer de pans entiers de la ville.
Ces opérations soulèvent des questions d’ordre urbanistique, social, culturel…, des
problèmes de transports, de gestion urbaine, voire de démocratie locale.
Le sujet est donc vaste, et offre de multiples portes d’entrée. Plutôt que de partir des
procédures (ce qui aurait conduit à distinguer des catégories d’habitat : quartiers anciens,
ensembles HLM, copropriétés privées…), le choix a été fait d’entrer par les savoir-faire de la
réhabilitation. Le dossier s’organise donc en fonction des thématiques qui, pendant toutes
ces années, ont focalisé l’attention des professionnels, des élus locaux et des services de
l’Etat engagés dans ces opérations : l’approche globale des problèmes, la place des
habitants dans l’élaboration des projets, l’organisation de la maîtrise d’ouvrage, le partenariat
privé/public…
Cette manière de traiter le sujet donne à voir ce qui ne serait peut-être pas apparu si l’on
avait procédé d’une autre façon : une certaine continuité dans la réflexion, basée sur la
transmission des savoirs d’une période à l’autre. Non pas que rien n’ait changé, pendant
toutes ces années, dans la manière d’approcher la question de la réhabilitation. Entre la loi
Malraux, en 1962, qui marque pour la première fois le souci de la puissance publique de
préserver l’habitat des cœurs de villes, et la récente loi Solidarité et renouvellement urbains
(SRU), qui envisage le renouvellement des quartiers en difficulté à l’échelle du « périmètre de
solidarité » que doit constituer l’agglomération, bien des débats ont eu lieu, et bien des
transformations sont intervenues. Mais comme l’atteste l’ensemble des documents ici
rassemblés, les évolutions ont été progressives, sans véritable rupture. Les problématiques
comme les méthodes d’intervention se sont constamment élargies et enrichies en fonction
de l’expérience concrète accumulée par les acteurs de terrain.
C’est ainsi que certains des principes mis au point dans les années 70 à l’occasion des
premières Opérations Programmées d’Amélioration de l’Habitat ont bénéficié par la suite aux
3
opérations de Développement Social des Quartiers lancées dans les banlieues. Le fait de
mener de front actions d’amélioration des logements, traitement des espaces publics et
animation sociale des opérations en est un exemple ; l’idée de constituer des équipes
pluridisciplinaires capables de conduire un projet à long terme avec tous les partenaires
d’un quartier en est un autre. Ces principes sont aujourd’hui appliqués à la réhabilitation des
copropriétés privées en difficulté.
Sur un plan plus technique, la conduite de chantier en milieu occupé suscite le même
genre d’observations : là aussi, les choses ont évolué très progressivement, en fonction des
enseignements issus de la pratique, vers une réduction des nuisances pour les habitants, de
meilleures conditions de travail pour les entreprises et une plus grande maîtrise des coûts
des opérations de réhabilitation.
Ce constat d’accumulation des savoirs et de lente constitution d’une politique publique est
sans doute ce qui frappe le plus à la lecture des très nombreuses références ci-jointes. Il met
en évidence le rôle déterminant qu’ont joué en France les principes d’expérimentation et
d’évaluation. Le soutien accordé par l’Etat aux opérations expérimentales engagées par
certains maîtres d’ouvrage, comme le suivi régulier des démarches engagées, ont en effet
permis de constituer un stock de connaissances partagées, de repérer les limites des
méthodes mises en œuvre et d’améliorer progressivement les conditions d’intervention.
Au bout du compte, bien sûr, tout n’est pas parfait. Le constat actuel « d’inadaptation » de
certains ensembles périphériques à la vie urbaine, voire la nécessité de démolir des
immeubles réhabilités il y a seulement quelques années, soulignent les insuffisances de ce
processus de capitalisation des connaissances. Mais ce que met en évidence ce dossier,
c’est le caractère permanent, et donc porteur d’espoir, de ce processus en France. La
réhabilitation urbaine y apparaît comme un éternel chantier, comme un sujet sans fin, à la
hauteur de son ambition : transformer la ville avec ses habitants, offrir à chacun de meilleures
conditions de logement tout en préservant l’âme des quartiers et la mémoire des lieux.
À côté des opérations de construction neuve, qui participent à l’extension continue de nos
villes, la réhabilitation demeure et demeurera longtemps encore une pratique incontournable.
Parce qu’elle permet de «recoudre » l’espace et le temps, de recomposer l’habitat en
fonction des usages et du vécu collectif, elle est un moyen précieux à la disposition des
pouvoirs publics pour maintenir une cohérence sociale et identitaire à l’échelle des
agglomérations. Parce qu’elle est l’occasion de tisser des liens entre habitants et institutions,
là où ceux-ci ont été fragilisés par la crise économique ou par une croissance trop rapide, elle
est à la clef de villes plus humaines, plus unies, plus solidaires.
François DELARUE
Directeur général
de l’urbanisme, de l’habitat
et de la construction
4
sommaire
LA REHABILITATION URBAINE - Note de synthèse
1. LES ETAPES D'UNE POLITIQUE PUBLIQUE
1.1. L’après-guerre : démolition-reconstruction
1.2. De la loi Malraux au rapport Nora : prise de conscience
1.3. 1977, une politique pour l’habitat ancien
1.4. Moderniser les HLM
1.5. Du quartier a la ville
2. REHABILITER, UNE STRATEGIE GLOBALE
2.1. Volonté politique
2.2. Pourquoi et pour qui réhabiliter ?
2.3. L’obligation de partenariat
3. ETAT/VILLES : DES CONTRATS POUR PILOTER
LES OPERATIONS COMPLEXES
3.1. Un nouveau mode de coopération institutionnelle
3.2. Un instrument de décloisonnement sectoriel
3.3. Fonction d’agencement et programmation pluriannuelle
3.4. Dispositif de pilotage et d’évaluation
4. LE PROJET : UNE DEMARCHE PARTAGEE
4.1. Approche pluridisciplinaire
4.2. Comprendre le territoire
4.3. Formuler le projet et susciter le débat
5. LES HABITANTS, ACTEURS DE LA REHABILITATION
5.1. Les conditions du dialogue
5.2. De « l’accompagnement social » à la médiation :
quelles missions pour les professionnels ?
6. REUSSIR LE CHANTIER
6.1. Le maître d’œuvre, chef d’orchestre du chantier
6.2. La matière grise, clef de l’innovation
6.3. Qualité de l’habitat et maîtrise des coûts
7. PUBLIC/PRIVE : RETROUVER L'EQUILIBRE
7.1. L’investissement public, catalyseur de l’initiative privée
7.2. Le cas des copropriétés récentes en difficulté
8. GESTION DE PROXIMITE ET SERVICES URBAINS :
VERS UNE ADAPTATION CONTINUE DU PATRIMOINE
8.1. La gestion, un critère de qualité
5
8.2. Le rôle des collectivités locales
8.3. Dépasser une réhabilitation standard
LA REHABILITATION URBAINE - Bibliographie
1. LES ETA PES D’UNE POLITIQUE PUBLIQUE
1.1. Rénovation urbaine, lutte contre l’insalubrité et secteurs sauvegardés
1.2. Les OPAH et l’amélioration de l’habitat ancien
1.3. Réhabilitation de l’habitat social et politique de la ville
2. REHABILITER, UNE STRATEGIE GLOBALE
2.1. Enjeux sociaux et urbains des opérations de réhabilitation
2.2. Partenariat, jeux d’acteurs et gouvernance urbaine
3. DES CONTRATS POUR PILOTER LES OPERATIONS COMPLEXES
3.1. Contractualisation et territorialisation de l’action publique
3.2. Organisation de la maîtrise d’ouvrage
et évaluation des politiques contractuelles
4. LE PROJET, UNE DEMARCHE PARTAGEE
4.1. Connaissance des territoires et analyse des besoins
4.2. Méthodes d’élaboration et de conduite de projet
4.3. Nouvelles professionnalités
5. LES HABITANTS, ACTEURS DE LA REHABILITATION
5.1. Concertation, participation, citoyenneté
5.2. Accompagnement social, médiation, régies de quartier
6. REUSSIR LE CHANTIER
6.1. Organisation et réalisation des chantiers en milieu occupé
6.2. Qualité des travaux et maîtrise des coûts
7. PUBLIC/PRIVE, RETROUVER L’EQUILIBRE
7.1. L’investissement public, catalyseur de l’initiative privée
7.2. Commerces, entreprises et emploi dans les quartiers
7.3. La question des copropriétés récentes en difficulté
8. VERS UNE ADAPTATION CONTINUE DU PATRIMOINE
8.1. Gestion de proximité, maintenance, changements d’usage
8.2. Services publics urbains, qualité de vie et développement durable
8.3. De la réhabilitation au renouvellement urbain
Localisation des documents
Repéré sur internet
6
LA REHABILITATION URBAINE
Note de synthèse
7
1. LES ETAPES D'UNE POLITIQUE PUBLIQUE
Si la France dispose aujourd’hui d’un riche patrimoine urbain, c’est en grande partie au
mouvement associatif qu’elle le doit. L'idée qu'il faut « faire la ville sur la ville », autrement dit
améliorer l'habitat existant plutôt que rebâtir sur les ruines du passé, n'a pas toujours en effet
fait consensus dans le pays. C'est dans les années 70 qu'un courant d'opinion s'est amorcé
en faveur de la réhabilitation, en réaction à la démolition des quartiers insalubres des centresvilles. Sans être initiateur en la matière, l'Etat a cependant, par la suite, joué un rôle
déterminant dans ce mouvement, en mobilisant les moyens réglementaires et financiers au
service de ce qui est devenu une véritable politique publique. Depuis le début des années 80,
la réhabilitation constitue en effet un élément fondamental de la politique du logement en
France, avec des effets importants en termes urbanistiques, économiques et sociaux.
1.1. L’APRES-GUERRE : DEMOLITION-RECONSTRUCTION
Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l'habitat en France est très dégradé : les
immeubles sont vétustes à 80 % et leur moyenne d'âge supérieure à 100 ans. Faute de
moyens, le pays construit peu dans l'immédiat après-guerre. Mais, sous la double pression
de l'accroissement démographique et de l'exode rural, les besoins en logements deviennent
considérables dans les villes, où la population ouvrière est particulièrement mal logée. On
ignore alors la notion de réhabilitation. La pensée dominante prône la démolition de l'habitat
insalubre, selon l'idéal hygiéniste poursuivi depuis la Révolution Française, et accentué au
XIXème siècle. L'économie de l'espace urbain suppose d’assainir et de densifier la ville : on
construira donc des immeubles neufs et de haute densité, en lieu et place des vieux quartiers
centraux. C'est ainsi qu'en 1957, l'Etat fixe à 450 000 le nombre de taudis à faire disparaître
en 10 ans 1.
En 1958, les pouvoirs publics adoptent la stratégie de la "table rase", inspirée de la pensée
des urbanistes du Mouvement Moderne et entérinée par la procédure de Rénovation Urbaine.
Le principe juridique est simple : expropriation par la puissance publique, démolition,
reconstruction et revente. Environ 300 opérations de Rénovation Urbaine seront engagées
dans les années qui suivent, entraînant la disparition de 120 000 logements et la construction
de 190 000 autres. Dans un contexte de forte croissance économique, les familles les plus
modestes quittent le cœur des villes, tandis que se multiplient les opérations de construction
sociale en périphérie. Tout en accédant à un meilleur confort dans ces logements neufs, les
populations déplacées perdent un environnement qui assurait depuis des générations la
mixité du tissu social et économique des centres urbains.
1
Une ambition qui ne sera cependant pas tenue. Sur ces aspects historiques, ainsi que sur le contexte institutionnel de la
réhabilitation de l’habitat ancien en France, voir notamment : « La réhabilitation en France, les cadres de travail », Nancy
Bouché, Ministère de l’Equipement, des Transports et du Logement / ANAH, 2000
8
1.2. DE LA LOI MALRAUX AU RAPPORT NORA : PRISE DE CONSCIENCE
La loi Malraux, en 1962, marque un virage important dans cette évolution. En créant les
Secteurs Sauvegardés et les Périmètres de Restauration Immobilière, outils alternatifs à la
Rénovation Urbaine, la loi reconnaît pour la première fois la valeur architecturale et urbaine
des quartiers anciens. Elle va permettre de sauver le patrimoine de certains centres-villes
historiques, grâce notamment aux Opérations Groupées de Restauration Immobilière, dans
lesquelles des propriétaires regroupés en associations syndicales bénéficient de subventions
publiques pour l’engagement de travaux de restauration de leurs immeubles. Mais ces
opérations de grande ampleur sont coûteuses et peu nombreuses. Dans tous les cas, ce
sont des opérations d’urbanisme, liées à une déclaration d’utilité publique qui entraîne la
modification de la structure de la propriété. Le mode d'action prédominant reste celui de
l'expropriation : après travaux, les immeubles restaurés sont revendus par l'intermédiaire de
sociétés d'économie mixte concessionnaires. En 1970, la loi sur la Résorption de l'Habitat
Insalubre (RHI), réformant la loi précédente sur les "bidonvilles", relève toujours du même
esprit : elle sera utilisée comme succédané de la Rénovation Urbaine, avec, pour l’essentiel,
les mêmes aspects hygiénistes et des problèmes sociaux semblables.
C'est seulement après 1970 qu'un réel changement d'orientation est opéré en faveur de
l'habitat ancien. La création de l’ANAH (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat), en
1971, marque la volonté des pouvoirs publics de s’engager dans cette nouvelle voie, en
aidant les propriétaires privés à réhabiliter leur patrimoine. Il faut dire qu’à l’époque, les
démolitions et les expulsions font l'objet de critiques de plus en plus vives. Sous la pression
de militants regroupés dans le mouvement PACT (Propagande et Action contre les Taudis),
des associations de défense des quartiers anciens voient le jour dans différentes villes du
pays. Elles informent et mobilisent les habitants, sensibilisent les élus locaux et dénoncent
les traumatismes provoqués par les nouvelles constructions, en rupture totale avec le
contexte dans lequel elles s'insèrent. La procédure de Rénovation Urbaine fait l’objet d’une
triple critique, économique, sociale et culturelle. Ses détracteurs soulignent le coût
considérable des opérations, les difficultés de maîtrise du foncier, ainsi que les problèmes
induits par le relogement massif des populations en banlieue (problèmes de transports,
d'équipements, de cohésion urbaine et sociale…). Par ailleurs, la destruction du tissu urbain
aux abords des Monuments Historiques provoque des réactions négatives de la part des
défenseurs du patrimoine. C’est ainsi qu’un mouvement d'opinion se dessine, qui aboutira,
suite à la publication du rapport Nora en 1975, à un ensemble de textes de lois favorables à
la réhabilitation de l'habitat existant.
1.3. 1977, UNE POLITIQUE POUR L'HABITAT ANCIEN
La création des Opérations Programmées d'Amélioration de l'Habitat (OPAH) concrétise
cette nouvelle politique, qui se veut plus attentive à la dimension humaine, et plus incitative
qu'autoritaire. Par rapport à la période précédente, le tournant pris est très important. La
Rénovation Urbaine est stoppée, l'Etat cède le pas aux villes dans le pilotage des opérations,
et la prise en compte des attentes des habitants devient un enjeu majeur de l'intervention
9
publique. Il ne s'agit plus d'imposer et d'exproprier, mais de favoriser les actions
d'amélioration à l'initiative des propriétaires privés, qui deviennent les moteurs de la nouvelle
politique. Grâce à tout un ensemble de moyens humains et financiers, l'OPAH vise à
promouvoir une démarche globale à l'échelle d'un quartier : on insiste sur l'importance des
études préalables, sur le projet plus que sur les procédures, ainsi que sur le suivianimation des opérations. La Fédération Nationale des Centres PACT, qui a joué un rôle
déterminant dans cette évolution et a donné naissance en 1967 aux ARIM2, va mettre ses
équipes à l’œuvre sur ces nouvelles missions. Introduisant la notion et le statut de « tiers
améliorant », les professionnels du PACT-ARIM préfigureront les chefs de projet
d’aujourd’hui, assurant une triple fonction de conseil aux élus locaux, de soutien des acteurs
privés de la réhabilitation (aide aux propriétaires, commerçants, acteurs économiques des
quartiers, pour les démarches administratives et techniques…) et enfin d’accompagnement
social des habitants.
Le Fonds d'Aménagement Urbain (FAU), créé à cette époque, encourage cette dynamique,
en autorisant la prise en compte simultanée des aspects fonciers, sociaux et urbains de la
réhabilitation. Grâce à plusieurs lignes budgétaires spécifiques, l'Etat aide les villes à prendre
en charge les actions extérieures aux logements (aménagement d'espaces publics,
construction d'équipements...), ainsi que les missions de suivi-animation. La réforme du
financement du logement, en 1977, va également contribuer à encourager le
développement du «marché » de la réhabilitation. En combinant deux types d'incitations
financières - les "aides à la pierre" (prêts et subventions pour les propriétaires qui
construisent ou réhabilitent) et les "aides à la personne" (aides octroyées aux locataires à
faibles ressources) -, elle prend en effet en compte de manière claire l’une des particularités
de l'habitat en France, à savoir l'existence d'un important patrimoine locatif privé. Les aides
à l'amélioration de l'habitat s'adressent désormais aussi bien aux propriétaires occupants
qu’aux propriétaires bailleurs. Les premiers, s'ils sont de condition modeste, se voient
accorder une prime de l'Etat pouvant aller jusqu'à 50 % du montant des travaux réalisés. Et
les seconds peuvent bénéficier d'une subvention de l'ANAH, en échange du maintien de la
fonction locative de leur bien pendant dix ans. Cette subvention est majorée dans le cas où le
propriétaire signe une convention avec l'Etat, garantissant le respect d'un niveau de loyer
maximal : c'est le système dit du « conventionnement », qui permet de développer dans les
villes une offre locative à prix modérés. Toujours en vigueur aujourd’hui, ce système a depuis
été complété par un mécanisme financier destiné à favoriser l'accession sociale à la
propriété dans l'habitat ancien (prêt à taux zéro).
Les collectivités locales, en France, se sont appuyées de manière déterminante sur ce
système d'aides au logement et sur la démarche d'OPAH pour encourager la réhabilitation du
patrimoine privé. En vingt ans (1977 /1997), plus de 3000 OPAH ont été créées dans le pays,
dont près de 700 sont encore vivantes aujourd'hui3. Autant d'opérations qui, par leur
importance (plus de 600 000 logements concernés), ont changé le visage des centres des
villes françaises.
2
Associations de Restauration Immobilière, créées dans les différentes villes concernées par des opérations expérimentales
pour « favoriser une large confrontation entre toutes les parties prenantes à l’acte de réhabilitation ».
3
Sur le bilan des OPAH, voir entre autres : « Les OPAH fêtent leurs 20 ans », Les Cahiers de l’ANAH, hors série juin 1997.
10
1.4. MODERNISER LES HLM
L'approche mise en œuvre sur les quartiers anciens a rapidement été étendue au parc
immobilier d'après-guerre, notamment aux grands ensembles d'habitat social édifiés dans les
années 1960/70. Construits massivement et dans l'urgence, sous forme de tours et de
barres de plusieurs centaines de logements, souvent à la périphérie des villes, ces « grands
ensembles » concentrent aujourd'hui une bonne part de l'offre locative publique, sous la
forme de logements HLM (Habitations à Loyer Modéré). Au nombre d'un millier en France, les
organismes HLM4 sont au cœur de la politique publique du logement : ils gèrent 50 % des
logements locatifs du pays et logent près de 13 millions de personnes.
La réforme de 1977 a permis d'engager une vaste politique de modernisation de leur
patrimoine, selon une démarche proche de celle expérimentée sur l'habitat ancien. En
échange du conventionnement de son bien, l'organisme propriétaire bénéficie d'une Prime à
l'Amélioration des Logements à Usage Locatif et à Occupation Sociale (PALULOS). Celle-ci
ouvre droit pour les locataires à l'Aide Personnalisée au Logement (APL), qui compense
l'augmentation des loyers après travaux. Cette formule, dite de « solvabilisation des
locataires », permet le maintien dans les logements réhabilités des familles aux revenus
modestes.
Dans un premier temps, les travaux d'amélioration des logements HLM ont surtout concerné
l'isolation thermique et le chauffage (plus de 50 % du montant total des interventions). La
crise de l'énergie en 1973 et l'augmentation du coût du pétrole avaient en effet mis en
évidence la vulnérabilité du patrimoine HLM sur ce point. En 1974, les dépenses de chauffage
étaient presque équivalentes au montant des loyers (60 % des logements étaient chauffés au
fuel). Depuis, grâce aux travaux et aux actions de sensibilisation des locataires, la
consommation a diminué de 30 % sur l'ensemble du patrimoine (la plupart des logements
sont désormais chauffé au gaz naturel ou à l'électricité)5.
Moteurs de la réhabilitation, les travaux de maîtrise de l'énergie ont été l'occasion d'agir sur
les autres signes de vieillissement de l'habitat social : mise aux normes des équipements
électriques, étanchéité des façades et des toitures, réfection des parties communes
(entrées, cages d'escaliers, ascenseurs...). Au total, depuis 20 ans, ce sont environ 200 000
logements locatifs sociaux qui ont fait l'objet d'une réhabilitation chaque année, les diverses
aides de l'Etat étant évaluées à 65 % de l'investissement réalisé.
L'engagement public massif dans ce secteur s'est traduit par une amélioration continue du
confort et de la forme architecturale du logement social, mais aussi par une activité
économique croissante. La réhabilitation est ainsi devenue le premier poste du BTP en
France. Les entreprises réalisent dans l'amélioration et l'entretien des logements un chiffre
d'affaires supérieur à celui de la construction neuve, avec un impact réel en termes
4
Réunis au sein de l’UNFOHLM (Union Nationale des Fédérations d’Organismes HLM), ces organismes comprennent deux
grandes familles : les établissements publics, créés à l’initiative des collectivités locales, et les sociétés HLM, de droit privé.
5
Source : UNFOHLM.
11
d'emplois : le secteur de la réhabilitation, qui repose essentiellement sur les petites
entreprises, fait vivre un tissu artisanal diversifié et réparti sur l’ensemble du territoire national.
1.5. DU QUARTIER A LA VILLE
Parallèlement à ces travaux sur les logements, des actions de Développement Social
Urbain ont été mises en œuvre dès le début des années 80 pour faire face à la « crise des
banlieues ». En France comme d'autres pays européens, la dégradation des conditions de
vie dans les quartiers d'habitat social s'est en effet accrue avec la montée du chômage. Le
désœuvrement des jeunes, les difficultés de voisinage entre familles rassemblées en grand
nombre dans des zones mal desservies ou mal équipées se sont ajoutés aux faiblesses de
la forme urbaine des « grands ensembles » pour provoquer une spirale de dévalorisation de
cet habitat. Les familles les plus aisées ont commencé à fuir certains quartiers, provoquant la
vacance de nombreux logements.
L'Etat et les collectivités locales ont alors engagé une démarche ambitieuse de traitement
des quartiers en difficulté, intégrant les dimensions sociale et urbaine des problèmes.
Préfigurée par les opérations Habitat et Vie Sociale dès la fin des années 70, cette
démarche a d’abord été conduite de manière expérimentale sur 148 sites, sous l’égide de la
CNDSQ (Commission Nationale pour le Développement Social de Quartier), créée en 1981.
À la même période, la mission Banlieues 89 témoigne de la mobilisation des architectes
autour de ce nouvel enjeu et manifeste la volonté de l’Etat de garantir la qualité urbanistique
des opérations de réhabilitation des quartiers dégradés : en 1983, 250 projets pour « la
réorganisation et l’embellissement des villes de banlieue » sont présentés conjointement par
des maires et des architectes dans le cadre d’un appel d’offres national (116 réalisations
seront financées et achevées en 1989). Des « ateliers de la réhabilitation » rassemblant
autour des préfets tous les acteurs concernés se mettent également en place dans les
régions afin de favoriser la réflexion et le débat sur les opérations engagées.
Peu à peu, la démarche de Développement Social Urbain va s’élargir, aussi bien en termes
de territoires que de problématiques, jusqu’à donner naissance à ce qu’il est convenu
d’appeler en France la Politique de la Ville. Officialisée en 1990 avec la nomination au
gouvernement d'un Ministre de la Ville, cette politique s'applique aujourd’hui à plus de 1300
quartiers, dans le cadre de différents contrats passés entre l'Etat et les collectivités locales
(Contrats de Ville et Grands Projets de Ville). Elle concerne environ 6 millions d'habitants,
dans 300 villes ou agglomérations, représentant 750 communes signataires 6.
L'objectif de ces opérations est de lutter contre l'exclusion de certaines populations dans la
ville : c'est en effet au nom de la solidarité nationale et du refus de la ségrégation urbaine
que la puissance publique intervient dans ces secteurs. Tous les aspects contribuant à la
qualité de la vie sont abordés dans les Contrats de Ville : gestion et entretien des immeubles,
aménagement des espaces publics, amélioration de l'équipement commercial, accès à
l'emploi, prévention de la délinquance, lutte contre l’échec scolaire...
6
Pour davantage d’informations sur les différentes étapes de la Politique de la Ville en France, on pourra consulter le site
Internet de la DIV, qui propose un résumé très complet en la matière (http://www.ville.gouv.fr).
12
La notion de "réhabilitation" s'est ainsi notablement élargie, en France, au cours des
dernières décennies, pour inclure bien d'autres éléments que la seule amélioration du confort
des logements. En conjuguant un travail urbanistique et des actions de développement
social, économique et culturel, les opérations actuelles mettent l'accent sur l'insertion
urbaine des quartiers en difficulté et sur la mixité sociale dans l’habitat. Une approche qui
peut aboutir à démolir des logements sociaux obsolètes ou mal situés : c'est le cas dans
certaines banlieues, où des destructions ponctuelles sont désormais pratiquées dans le
cadre de projets globaux dits de « renouvellement urbain » 7.
7
Sur ce point, voir la récente loi SRU (Solidarité et renouvellement urbains), votée en décembre 2000. Voir également les
publications citées dans le dernier chapitre de ce dossier.
13
LA REHABILITATION URBAINE EN FRANCE. POINTS DE REPERE
1945 : Fin de la Seconde Guerre Mondiale.
1948 : Loi réglementant les loyers dans l'habitat ancien.
1951 : Création du mouvement Propagande et Action contre les Taudis (PACT).
1958 : Lancement des opérations de Rénovation Urbaine : au total 120 000 logements seront détruits et
190 000 reconstruits dans le cadre de cette procédure, qui concernera 300 sites en France.
1962 : La Loi Malraux institue les Secteurs Sauvegardés dans les quartiers à forte valeur historique
(20 secteurs concernés).
1967 : Loi sur l'amélioration de l'habitat : elle définit des normes minimales d'habitabilité et précise les
rapports entre propriétaires et locataires à ce sujet.
1970 : Loi sur la Résorption de l'Habitat Insalubre (RHI), réformant la loi précédente sur les "bidonvilles". Elle
sera utilisée comme succédané de la Rénovation Urbaine, avec les mêmes aspects hygiénistes et des
problèmes sociaux semblables.
1971 : Création de l'Agence Nationale d'Amélioration de l'Habitat (ANAH) : subventions aux propriétaires
bailleurs qui installent le confort dans leurs logements.
1974 : Premier choc pétrolier.
1976 : Rapport Nora. Ce rapport critique l'action menée jusqu'alors par les pouvoirs publics. Il propose de
donner à l'habitat ancien toute sa place dans la politique du logement et encourage des actions de
réhabilitation plus légères. Trois objectifs : préserver le patrimoine, sauver les cœurs de ville, aider les plus
défavorisés. La même année, la Rénovation Urbaine est stoppée et le Fonds d'Aménagement Urbain (FAU)
est institué.
1977 : Réforme du financement du logement. La loi du 3 janvier institue l'Aide Personnalisée au Logement
(APL) et le conventionnement. La même année : lancement des Opérations Programmées d'Amélioration de
l'Habitat (OPAH). Premières opérations Habitat et Vie Sociale (HVS).
1981-83 : Lois de décentralisation, qui renforcent e
l pouvoir décisionnel et les moyens financiers des
collectivités locales en matière d'urbanisme. Ne restent compétences d'Etat que le patrimoine historique, le
logement et les aspects les plus sociaux des interventions.
1981 : Création de la Commission Nationale de Développement Social des Quartiers (CNDSQ). Signature des
premières conventions DSQ entre l'Etat, les villes et les régions (148 quartiers).
1983 : Création de la mission Banlieues 89 (116 projets financés et achevés en 1989)
1984 : Création du Fonds Social Urbain (FSU) qui remplace le FAU.
1988 : Passage de la réhabilitation des quartiers à une approche plus globale de réhabilitation urbaine, sous
l'appellation Politique de la Ville. Création des trois organes de pilotage de cette politique au n iveau national :
le Conseil National des Villes (CNV), instance consultative composée d'élus et de personnalités qualifiées,
présidée par le Premier Ministre ; le Comité Interministériel des Villes (CIV), instance délibérative chargée de
définir et de coordonner les actions de l'Etat ; la Délégation Interministérielle à la Ville (DIV), instance
technique chargée de mettre en œuvre les actions d'évaluation, de communication et de formation.
1989 : Lancement de 13 Contrats de Ville expérimentaux.
1990 : Nomination d'un Ministre d'Etat chargé de la Politique de la Ville.
1991 : Loi d'Orientation pour la Ville (LOV). Objectifs : mettre en œuvre le "droit à la ville" en assurant à tous les
habitants des conditions de vie équitables ; faire disparaître les phénomènes de ségrégation en favorisant la
diversité de l'habitat. La même année, désignation de 14 Grands Projets Urbains (GPU) : effort exceptionnel de
l'Etat pour la requalification de secteurs particulièrement défavorisés.
1994 : Signature de 214 Contrats de Ville entre l'Etat et les collectivités locales.
1996 : Pacte de Relance pour la Ville, plan d'urgence pour les banlieues, qui met l'accent sur le
développement économique et l'emploi.
2000 : Loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbains). Objectifs : renouveler la politique urbaine en alliant les
questions d’urbanisme, d’habitat et de déplacements, à l’échelle de l’agglomération. Garantir un meilleur
respect de la mixité sociale et engager le renouvellement urbain des quartiers qui en ont besoin, au service
d’un développement durable et solidaire des territoires.
2000-2006 : Dans le cadre du XIIème Plan, nouvelle génération des Contrats de Ville (1300 quartiers) et
Grands Projets de Ville (50 sites).
14
2. REHABILITER, UNE STRATEGIE GLOBALE
Depuis 1990, des dispositifs d'évaluation de la réhabilitation ont été mis en place, en France,
pour mesurer l'impact des opérations engagées sur les quartiers existants. Ils ont montré que
les interventions d'ordre technique ne pouvaient constituer que l'un des volets d'une politique
de réhabilitation. Dès lors qu'il s'agit d'intervenir en site habité, une stratégie globale est
nécessaire, qui passe à la fois par une volonté politique affirmée, par la reconnaissance des
habitants comme acteurs-clefs de la transformation des quartiers et par de nouvelles
pratiques de travail en partenariat.
2.1. VOLONTE POLITIQUE
L’ensemble des recherches et évaluations menées à l’occasion d’opérations de réhabilitation,
dans les quartiers anciens comme dans les grands ensembles, ont bien mis en évidence
l’interdépendance des aspects techniques, sociaux et politiques de la dévalorisation des
territoires urbains. Le plus souvent, le mauvais état des immeubles dans certains quartiers
ne constitue qu'un symptôme de problèmes beaucoup plus complexes. La dégradation du
patrimoine bâti est en effet le résultat d'une histoire : c'est la combinaison en un même lieu de
différentes erreurs de conception ou de gestion urbaine (déficit de qualité architecturale, mais
aussi enclavement du quartier, insuffisance en équipements et services publics, absence
d'entretien régulier des immeubles, politiques d’attribution des logements incohérentes...), et
de l’évolution sociale de la population (appauvrissement, précarisation des familles,
chômage, perte de repères culturels…), qui explique la dévalorisation de ces territoires. Lutter
contre une telle dégradation implique de s'attaquer aux causes du phénomène, c'est-à-dire
aux problème sociaux, économiques et urbains qui génèrent les dysfonctionnements.
Comme l'ont souligné les évaluations, le véritable enjeu de la réhabilitation, au-delà de la
remise en état des logements, consiste à inverser la perception négative attachée à certains
quartiers, à « rendre l'estime, la considération d'autrui » aux populations qui s'y trouvent
rassemblées 8.
Or, l'expérience montre qu'un tel objectif ne peut être atteint qu'au prix d'un travail de longue
haleine. La réhabilitation urbaine demande du temps (il n'est pas rare que les interventions
s'étalent sur une dizaine d'années). Elle exige donc une volonté politique forte maintenue
dans la durée. D'où le rôle crucial dévolu à la maîtrise d’ouvrage : qu'elle soit publique ou
privée, la maîtrise d'ouvrage doit être organisée pour faire face à cette exigence de durée.
Elle doit aussi se donner les moyens d'une approche globale des quartiers en difficulté. Faute
de quoi la réhabilitation risque de n'aboutir qu'à déplacer les problèmes dans la ville. Les
échecs rencontrés par nombre de maîtres d'ouvrage en témoignent. Des opérations de
réhabilitation conduites de manière trop technique ou trop isolée, en dehors d'un projet urbain
8
Voir notamment Jean-François Latger et Anne-Marie Fribourg, « Réhabilitation : les étapes », in : Les Cahiers de l’Habitat n°
22, novembre 1993.
15
cohérent, se sont soldées par des effets contraires à ceux espérés (mise en concurrence
des patrimoines, fuite d'une partie des habitants, dégradation rapide des investissements
réalisés...).
Pour prévenir de telles conséquences, les acteurs de la réhabilitation mettent aujourd’hui
l’accent sur la nécessité d’une bonne connaissance du marché local de l’habitat. Avant
d'engager l'opération, le maître d'ouvrage cherche à bien évaluer la place de son patrimoine
par rapport à l'offre générale de logements (privée et publique), ainsi que les besoins de
diversification de cette offre à moyen terme. Les diagnostics en la matière, la mise en place
des PLH (Programmes Locaux de l’Habitat) et les divers outils de suivi de l’occupation du
patrimoine HLM devraient permettre à l’avenir de mieux orienter les projets de réhabilitation et
d’éviter d’investir à perte dans des opérations ou sur des sites voués à l’échec.
2.2. POURQUOI ET POUR QUI REHABILITER ?
C'est faute de s'être posé ce genre de questions que certains maîtres d'ouvrage ont eu à
gérer des situations difficiles après les travaux. Avec le recul, il est en effet apparu que la
réhabilitation soulevait des enjeux très différents selon les contextes. Parfois, les enjeux sont
d'ordre démographique et social : il s'agit d'offrir de bonnes conditions d'habitat à une
population attachée à son quartier, et dont le déplacement risquerait de fragiliser l'équilibre
social de la ville. Inversement, d'autres opérations visent à renouveler le peuplement de
certains secteurs en attirant de nouvelles catégories d'occupants (étudiants, jeunes
ménages, personnes âgées...). La mobilité résidentielle est alors recherchée, dans un
objectif de mixité sociale et de régulation du marché du logement. Ailleurs, la réhabilitation
soulève des enjeux forts de restructuration urbaine (créer un centre, détourner un axe de
circulation...).
La mise à jour de ces enjeux est aujourd'hui considérée comme un travail préalable
indispensable à l'engagement de financements publics. De plus en plus, l’Etat soumet sa
participation aux opérations de réhabilitation à la réalisation, par les maîtres d’ouvrage,
d’études préalables approfondies et à la conduite de phases de concertation et de débat
public. Les différentes intentions du projet appellent en effet différents types de réponses (en
termes de conception architecturale, de niveau des loyers, d'offres de services publics...).
Elles conditionnent aussi l'ampleur du partenariat à constituer : plus les enjeux sont larges,
plus celui-ci doit être ouvert, afin que soient envisagées en amont toutes les répercussions
de la réhabilitation. Pour parvenir à une définition négociée des objectifs, la concertation
est nécessaire entre tous les acteurs concernés par l'opération (propriétaires privés et
publics, élus locaux, représentants des habitants, services de l'Etat, travailleurs sociaux,
commerçants, artisans…). Dans tous les cas, le dialogue avec la population est au cœur
de cette démarche. Qu'ils soient locataires ou propriétaires, les habitants peuvent en effet,
par leur collaboration ou leur résistance au projet, influer de manière déterminante sur le
déroulement du chantier, et donc sur le coût final de l'opération.
2.3. L’OBLIGATION DE PARTENARIAT
16
Ainsi conçue, la réhabilitation est bien plus qu'un programme de modernisation du patrimoine
bâti. Elle est l'expression d'une stratégie développée par les collectivités locales et leurs
partenaires face à l'évolution spontanée du tissu urbain. Elle est l’occasion d’une mise en
cohérence des politiques sectorielles qui s’appliquent encore trop souvent à l’espace urbain
et à ses habitants. Enfin, elle est un temps privilégié pour réorganiser les systèmes de
relations autour de l’habitat, un « processus politique »9 qui permet de retisser le lien
logeur/logés, comme les rapports entre les différents acteurs, privés et publics, qui font la
ville.
La diffusion progressive de cette conception (globale) de la réhabilitation a eu des effets
déterminants en termes de jeux d’acteurs. On peut ainsi affirmer, sans exagérer, que la
réhabilitation a bouleversé, en France, les pratiques habituelles des acteurs de l’habitat. Avec
la multiplication des interventions en quartiers existants, l’exigence de « territorialisation »
portée à ses débuts par la Politique de la Ville, et d’une manière générale l’attention
croissante aux spécificités de chaque contexte local, les rôles respectifs des villes, de l'Etat
et des organismes bailleurs de logements ont notablement évolué au cours des 20 dernières
années. La mise en place de dispositifs communs de gestion des quartiers ou d’attribution
des logements, associant sur un même secteur plusieurs organismes HLM et différents
services municipaux, en est un exemple. Le passage d’un Etat donneur d’ordre à un Etat
« animateur » et garant du partenariat, est un autre signe de cette évolution, qui, pour
imparfaite qu’elle puisse paraître à certains, n’en est pas moins significative10.
Les Directions Départementales de l'Equipement (DDE), relais locaux du Ministère de
l'Equipement et du Logement, ont été au cœur de cette transformation des pratiques.
Auparavant cantonnées dans la distribution et le contrôle des crédits publics, elles se sont
progressivement dotées de compétences nouvelles en matière d'analyse urbaine,
d'élaboration de projet et de conseil aux collectivités locales. Elles ont également développé
leurs capacités de dialogue, avec les maîtres d'ouvrage comme avec les habitants : par leur
présence dans les partenariats locaux, elles jouent aujourd’hui un rôle modérateur essentiel
entre les multiples acteurs de la réhabilitation urbaine. D’importantes évolutions sont aussi à
noter du côté des collectivités locales : l’impact des méthodes d’intervention prônées dans
les OPAH, puis dans les opérations DSQ, et enfin dans les Contrats de Ville, se fait sentir sur
l’organisation des services techniques municipaux et sur la conduite des politiques urbaines,
du moins dans les agglomérations qui ont été soumises à ces dispositifs. La présence sur le
terrain de chefs de projet formés à l’approche globale des quartiers « contamine » en effet
peu à peu le fonctionnement interne des villes, avec des effets aussi bien sur le rôle des élus
que sur celui des techniciens.
9
Cf. « La réhabilitation, un processus politique », in : « Du bruit à la parole. La scène politique des cités », Michel Anselme,
Editions de l’Aube, 2000.
10
Sur ce point, voir Jacques Donzelot et Philippe Estèbe, « Evaluation de la politique de la ville. Vol. I : L’Etat de solidarité »,
CDC, Plan urbain, DIV, 1993.
17
3. ETAT/VILLES : DES CONTRATS
POUR PILOTER LES OPERATIONS COMPLEXES
Depuis les premières lois de décentralisation de 1982, la recomposition des rapports entre
l'Etat et les collectivités locales a donné naissance en France à un système varié de
coopération contractuelle pour la mise en œuvre de l'action publique. La réhabilitation urbaine
a été l'un des domaines privilégiés de cette innovation institutionnelle : on peut dire que c'est
au travers des premières opérations en quartiers existants (OPAH, HVS, DSQ…) que le
modèle du contrat s'est affirmé comme instrument d'élaboration et de pilotage des projets
urbains complexes.
3.1. UN NOUVEAU MODE DE COOPERATION INSTITUTIONNELLE
La contractualisation, qui participe de la transformation du modèle français de politiques
publiques, est d’abord un moyen de régulation promu par l'Etat pour répondre aux enjeux de
territorialisation, de complexité et de continuité de l'action publique sur les espaces les
plus fragiles. Forme d'engagement réciproque à moyen terme sur un projet d'initiative locale,
le contrat permet en effet de concilier ce qui apparaît prioritaire à la fois pour l’Etat, garant de
l’intérêt général, et pour les collectivités locales, par définition plus proches des citoyens et de
leurs problèmes quotidiens. L'Etat, qui intervient en principe de manière normative sur
l’ensemble du territoire national, se donne ainsi les moyens de mieux prendre en compte la
diversité des réalités locales.
Appliquées aujourd'hui dans de nombreux domaines (aménagement rural, action sociale,
sécurité...) les procédures contractuelles se sont révélées particulièrement adaptées à la
réhabilitation urbaine. Les conventions relatives aux OPAH ont préfiguré ce mode
d'intervention, dans les années 70. La démarche s'est poursuivie sur les quartiers récents
avec les Conventions de Développement Social des Quartiers (DSQ), procédures
auxquelles se sont substitués en 1994 les Contrats de Ville. De nature globale, signés entre
l'Etat et une ou plusieurs communes, et s’inscrivant eux-mêmes dans les Contrats de Plan,
signés tous les 5 ans entre l’Etat et les régions, les Contrats de Ville visent à intégrer le
traitement des quartiers en difficulté dans une véritable stratégie de développement
urbain, à une échelle adaptée à la complexité des enjeux à traiter.
3.2. UN INSTRUMENT DE DECLOISONNEMENT SECTORIEL
On le sait désormais : les problèmes dont souffrent les quartiers en difficulté ne peuvent être
résolus isolément. Ils nécessitent la prise en compte de données générales sur l'évolution de
la ville et la mise en œuvre simultanée d'actions techniques, sociales et urbanistiques. Ils
mobilisent donc de très nombreux acteurs, sous la responsabilité de diverses autorités
18
publiques : l'Etat, représenté par ses différents services déconcentrés, la ville (qui peut être
constituée de plusieurs entités communales) et parfois la région ou le département. Le
contrat permet d'ordonner les interventions de tous ces acteurs. Il favorise
l'intercommunalité, en incitant les communes d'une même agglomération urbaine à se
regrouper. Il règle les rapports entre les autorités publiques respectivement compétentes en
matière d'habitat, d'équipement, d'action sociale ou scolaire... Au-delà, il définit le contenu
des mesures qu'elles doivent prendre avec leurs partenaires privés pour assurer le
renouveau des quartiers en difficulté.
Quelle que soit son échelle d'application, le contrat est d'abord un instrument de
décloisonnement sectoriel. Par sa souplesse, il favorise la combinaison de différentes
politiques, l’articulation des multiples interventions et acteurs nécessaires à la réhabilitation11.
L'élaboration des Contrats de Ville prend ainsi en considération les divers instruments de la
politique de l'habitat - Programmes Locaux de l'Habitat (PLH), Plans Départementaux pour le
Logement des plus Démunis... - mais aussi toutes les procédures relevant des différents
ministères qui participent à la Politique de la Ville - Contrats Locaux de Sécurité (CLS), Plans
Locaux d'Insertion par l'Economique (PLIE), etc. Selon les cas, la coopération contractuelle
peut porter sur la réalisation d'opérations conjointes - création d'un équipement -, sur
l'organisation d'un service public - transports urbains, écoles... -, ou encore sur les règles de
répartition des crédits en matière d'études, de réalisation ou d'animation des opérations de
réhabilitation.
Si les conventions sont le plus souvent signées entre l'Etat et une commune ou un
regroupement de communes, elles peuvent l'être également entre des collectivités locales pour la délégation de compétences d'une collectivité à l'autre : par exemple entre un
département et une région, entre une commune et un Etablissement Public de Coopération
Intercommunale -, voire entre une personne publique et une personne privée (par exemple
entre une commune et une association ou une entreprise). Elles peuvent être multilatérales :
des organismes HLM, des institutions à vocation sociale (Fonds d'Action Sociale, Caisses
d'Allocations Familiales) ou des investisseurs (Caisse des Dépôts et Consignations) sont
ainsi signataires de nombreux Contrats de Ville. En outre il arrive fréquemment que des
collectivités ou des institutions qui n'ont pas signé le Contrat de Ville participent ensuite à son
exécution : elles contribuent par des contrats particuliers au financement de certaines
opérations.
Autant de cas qui témoignent que le contrat n'intéresse pas seulement les parties signataires
: il vise à produire un accord large sur des objectifs d'action publique. Plus ceux-ci sont
complexes, plus l'accord se dilate en s'ouvrant à d'autres intervenants, soit comme parties
au contrat lui-même, soit dans le cadre d'une consultation ou d'un accord partiel.
3.3. FONCTION D'AGENCEMENT ET PROGRAMMATION PLURIANNUELLE
11
Sur tous ces aspects, on pourra consulter le très riche recueil de textes intitulé « La coopération contractuelle et le
gouvernement des villes », Editions l’Harmattan, coll. Logiques juridiques, 1997.
19
D'une certaine manière, la formule du contrat est une réponse à la fragmentation du système
de décision qui s'applique aux villes françaises. Il favorise l'organisation de maîtrises
d'ouvrage plurielles, autrement dit de dispositifs de décision collégiaux aptes à piloter des
opérations longues et complexes. Il s'agit là d'un enjeu déterminant en matière de
réhabilitation : la qualité de la maîtrise d'ouvrage, sa capacité à élaborer un projet cohérent et
à le porter fermement dans le temps constituent l'un des critères essentiels de réussite des
opérations, comme l'ont montré les différentes évaluations conduites depuis dix ans.
C'est le mode d'élaboration du contrat qui autorise cette collégialité : en effet, à la différence
d'autres procédures, le contrat repose sur la négociation12. Son élaboration passe par la
définition d'orientations communes, entre des partenaires qui s'engagent ensemble sur un
programme d'action à moyen terme (5 ans). Matérialisé par un document écrit, il comprend
en premier lieu des objectifs stratégiques : c'est l'exposé d'une politique. Il définit ensuite
des axes prioritaires d'intervention (ou « actions thématiques »). Enfin, il désigne les
territoires concernés par ces actions et précise les modalités financières de leur exécution.
Il assure ainsi une fonction d'agencement des objectifs et des moyens des différents
partenaires, au service de l'intérêt général.
La contractualisation permet aussi de répondre au besoin de durée de l'action publique sur
les quartiers en difficulté. En substituant à la logique du financement au coup par coup,
l'attribution de subventions globales sur projet, elle pousse les signataires à programmer
leurs interventions et à les hiérarchiser, autrement dit à définir un ordre des priorités
collectivement assumé. Dans le Contrat de Ville, les actions jugées prioritaires sont ainsi
intégrées dans un programme pluriannuel, qui assure la cohérence d'ensemble du projet. Les
engagements financiers correspondant à chaque action sont envisagés dès la signature du
contrat et la participation de l'Etat est précisée pour toute la période couverte. Les communes
s'engagent pour leur part à présenter chaque année des programmes d'intervention, qu'elles
financeront en général à même hauteur que l'Etat. Autant de dispositions qui visent à mieux
affecter les crédits publics aux dépenses essentielles et à mieux organiser dans le temps la
gestion de ces crédits.
3.4. DISPOSITIF DE PILOTAGE ET D’EVALUATION
La force des procédures contractuelles réside moins dans leur nature juridique (encore
soumise à débat en France) que dans leur capacité à formaliser des relations d'ordre
politique et institutionnel qui reposaient auparavant sur des processus informels. Parce que
l'élaboration du contrat repose sur la négociation et son exécution sur la coopération,
l'établissement de relations stables entre les signataires est en effet nécessaire. Cette
formalisation des rapports entre partenaires remplit plusieurs fonctions : elle permet
d'élaborer des règles communes de fonctionnement, de prévenir ou de régler les différends
qui ne peuvent manquer de surgir au fil du temps, et enfin de partager la responsabilité du
suivi des actions, au travers de modalités précises d'évaluation.
12
Cf. « La négociation des politiques contractuelles », textes réunis par Jean-Pierre Gaudin, Editions l’Harmattan, coll.
Logiques politiques, 1996.
20
C’est au travers d’un dispositif de pilotage que s’exprime cette formalisation des relations
partenariales. Dans les Contrats de Ville, le dispositif préconisé par la Délégation
Interministérielle à la Ville (DIV) comprend deux instances complémentaires, mises en place
dès la signature et pour toute la durée du contrat :
- une instance politique ou « comité de pilotage », qui réunit les décideurs (le Préfet et les
directeurs des services déconcentrés de l’Etat, les maires des communes concernées, des
représentants de la Région et du Département…) ;
- une instance technique, composée de fonctionnaires de l’Etat et des collectivités locales,
chargés de préparer les dossiers et de prévoir les modalités de financement.
Ce dispositif décisionnel est complété par une instance opérationnelle, équipe de
professionnels mandatée par les signataires pour mettre en œuvre les actions programmées
à l’échelle du ou des quartier(s) à réhabiliter.
21
4. LE PROJET, UNE DEMARCHE PARTAGEE
La conduite de projet est devenue en France l'un des outils essentiels de la réhabilitation
urbaine. Dès lors que la décision politique d'intervenir sur un quartier est prise, une mission
est confiée à une équipe pluridisciplinaire, qui va conduire une série d'investigations sur le site
en vue de faire émerger des scénarios d'intervention. De plus en plus, le travail du projet est
conçu comme un processus interactif : la coupure entre diagnostic et propositions s'efface
au profit d'une démarche continue articulant des temps d'enquête, des temps de débat public
et des phases de validation par la maîtrise d'ouvrage.
4.1. APPROCHE PLURIDISCIPLINAIRE
La démarche de projet est née d'une critique de l'urbanisme réglementaire, qui avait tendance
à trop sérier les temps et les domaines de l'intervention en milieu urbain (architecture d'un
côté, traitement des espaces publics de l'autre, action sociale par ailleurs...). Ce qui pouvait
être adapté à la construction neuve s'est en effet avéré contre-productif en quartier ancien, où
la présence des habitants, l'existence d'activités économiques, l'accumulation de problèmes
sociaux... s'opposent à une approche sectorielle. En réhabilitation, il faut tout traiter de front.
Des phases de démolition partielles peuvent être nécessaires, avec à la clef le relogement
provisoire d'habitants ou de commerces ; la maîtrise du foncier doit être organisée
suffisamment tôt pour pouvoir aménager à temps les nouvelles voiries ou les espaces
publics ; les habitants doivent être associés très en amont pour éviter des incompréhensions
ou des mouvements d'opposition nuisibles au bon déroulement du chantier.
D'où l'importance de la phase amont de l'opération, consacrée à l'élaboration du projet. Afin
de prendre en compte la multiplicité des enjeux soulevés par la réhabilitation, un temps
conséquent est dévolu à l'analyse de l'existant. Des professionnels (architectes,
sociologues, paysagistes, économistes...) regroupés en équipes pluridisciplinaires sous la
responsabilité d'un chef de projet, mènent pendant plusieurs mois des enquêtes de terrain,
en vue de parvenir à un agencement cohérent de propositions spatiales et sociales. Le travail
de ces équipes est déterminant : elles assurent en effet, pendant toute la phase préparatoire
à l'opération, une triple fonction d'étude et de conception urbaine, d'aide à la décision
(assistance à la maîtrise d'ouvrage) et d'animation du partenariat local.
4.2. COMPRENDRE LE TERRITOIRE
Même si les méthodes de conduite des projets de réhabilitation diffèrent d’un site et d’une
équipe à l’autre, on peut considérer qu’elles s’inscrivent aujourd’hui dans une conception
dominante, fruit de l’expérience de ces vingt dernières années et des résultats d’évaluation
qui ont été largement diffusés dans les différents milieux professionnels concernés. C’est
ainsi que la première phase du travail de l’équipe en charge du projet consiste en général à
22
identifier « l'intelligence du territoire » à réhabiliter, autrement dit ce qui fait sa spécificité
dans l'ensemble urbain auquel il appartient. Qu'est-ce qui lui confère une certaine richesse,
sociale ou patrimoniale ? De quels problèmes souffre-t-il ? Sur quelles ressources fonder sa
valeur future, son attractivité aux yeux de nouveaux occupants ou de nouveaux
investisseurs ?
Ce travail passe par une série d'investigations fines et croisées, qui portent non seulement
sur les aspects techniques (état du bâti, organisation du foncier et du parcellaire...), mais
aussi sur tous les éléments qui confèrent au lieu une certaine « valeur d'usage » :
l'attachement des habitants à leur logement et à leur quartier, la présence de réseaux
familiaux, la mémoire collective... L'écoute des habitants et l'observation du site sont
essentiels pour saisir ces aspects « sensibles » du territoire. C'est pourquoi la réhabilitation
commence en général par une enquête sociale menée à domicile, auprès de chaque
famille. Cette enquête vise à recueillir des données précises sur le logement et sur ses
conditions d'occupation, sur les revenus des ménages et sur leurs souhaits éventuels de
relogement. Mais elle est aussi l'occasion d'accumuler des connaissances sur l'histoire du
peuplement du quartier, sur les systèmes de voisinage et de solidarité, sur le fonctionnement
des équipements culturels et sociaux, sur les usages de la voirie et des espaces publics, sur
les activités économiques formelles et informelles existant sur le site...
L'ensemble de ces données sont ensuite croisées avec une réflexion globale sur le bassin
d'habitat, la situation économique de l'agglomération, les politiques sociales mise en œuvre
dans la ville... Ceci afin d'éviter l'isolement de l'opération, qui pourrait être source d’erreurs
graves de positionnement et de conception du projet.
4.3. FORMULER LE PROJET ET SUSCITER LE DEBAT
Sur la base de cette connaissance fine du territoire, le chef de projet et son équipe formulent
des hypothèses spatiales et sociales, plus que des propositions figées. Il s'agit en effet de
provoquer et de nourrir le débat public sur l'avenir du quartier, avant de passer à la décision.
Différents scénarios peuvent être proposés. A travers ces ébauches, il s'agit de poser les
questions fondamentales qui vont éclairer les choix du maître d'ouvrage pour la réhabilitation.
Quelle proportion d'habitat social, collectif, individuel ? Quelle densité du bâti par rapport aux
espaces libres ? Quelles conditions d'accueil pour des activités économiques dans cette
partie de la ville ? Quelle place pour les enfants, pour les jeunes, les personnes âgées ? etc.
Cette phase préparatoire est l'occasion de confronter les points de vue parfois contradictoires
des différents acteurs de la réhabilitation (propriétaires privés et publics, habitants,
commerçants, élus locaux...), l'objectif étant d'aboutir progressivement à une représentation
commune des enjeux et de la manière de les traiter. Le projet de quartier se construit ainsi
dans la durée, grâce à une multitude d'acteurs : des allers-retours fréquents sont organisés
avec la maîtrise d'ouvrage et la population, et des étapes de validation permettent d'acter
l'avancement de la réflexion collective.
23
Au bout du compte, le projet ne se résume ni à un dessin d'architecture ni à un plan-masse :
il se présente comme une « idée de ville », un cadre de références dans lequel la
collectivité se reconnaît. Conjuguant des perspectives générales d'urbanisme, des
recommandations en matière d'architecture, d'environnement paysager, de gestion sociale,
de développement économique..., il doit être capable d'accueillir des programmes évolutifs et
d'assurer la cohérence de toutes les actions engagées au fil du temps sur le quartier.
24
5. LES HABITANTS,
ACTEURS DE LA REHABILITATION
L'intervention en quartiers existants ne peut se passer d'un dialogue avec la population.
L'absence de concertation avant et pendant les travaux peut en effet générer des difficultés
considérables, très coûteuses à long terme pour la collectivité. C'est pourquoi l'Etat, en
France, a fait de la participation des habitants une condition pour l'attribution de crédits à la
réhabilitation. Mais la démarche participative demeure difficile à mettre en œuvre. Parce
qu'elle remet en cause les modes traditionnels de décision et de conduite des opérations, elle
est souvent battue en brèche, dans la réalité, par une approche qui, sous couvert de
« concertation », vise en fait à minimiser les conflits et à «faire avaler la pilule » de la
réhabilitation par des habitants peu organisés et mal informés. L'intervention, de plus en plus
fréquente, de médiateurs chargés d'assurer l'interface entre habitants, techniciens et
décideurs ne suffit pas toujours à pallier ce problème : faute de définition précise de leur rôle
ou de manque de réflexion éthique sur leur fonction, ces intermédiaires occupent parfois des
positions critiquables - « d’écran » ou de « porte-parole » -, qui ne favorisent pas le face-àface direct entre les intéressés.
5.1. LES CONDITIONS DU DIALOGUE
En France, les projets d'aménagement et d'urbanisme sont soumis à une obligation de
débat public. Les procédures d'enquête publique et d'étude d'impact permettent l'information
des citoyens et le recueil de leur avis sur les projets qui affectent leur cadre de vie. De même,
les opérations de réhabilitation de l'habitat social font l'objet d'une concertation publique, avant
toute décision de financement des travaux par l'Etat13. Mais ce dispositif formel, inscrit dans
la loi, ne suffit pas toujours à instaurer le dialogue entre les pouvoirs publics et la population.
S'il favorise l'information des habitants, il ouvre rarement à une réelle participation à
l'élaboration des projets. Par ailleurs, l'expérience prouve que ce sont surtout les classes
moyennes et supérieures qui saisissent ces outils pour exprimer leur point de vue : les
habitants les plus pauvres restent en général à l'écart de ces procédures.
L’abondante littérature qui a fleuri sur le sujet depuis 20 ans, dans le monde entier, en
témoigne : en dépit de l’ensemble des connaissances dont on dispose désormais sur les
conditions d’un réel dialogue démocratique citoyens / décideurs, en dépit des discours de
bonne volonté systématiquement servis par les pouvoirs publics lors du lancement des
opérations de réhabilitation urbaine, la participation des habitants à ces opérations est
toujours problématique, et presque toujours victime de contraintes « supérieures » (d’ordre
technique, politique ou financier…). Et l’expérience le montre : c’est en général sous la
pression, lorsqu’un rapport de forces s’est instauré entre un groupe d’habitants et tel ou tel
13
Cf. la circulaire du 18 décembre 1992 relative à la consultation des locataires sur les projets de réhabilitation d’immeubles à
l’aide de financements PALULOS.
25
acteur du projet, que les maîtres d’ouvrage, les élus et les professionnels acceptent d’entrer
en discussion et de débattre réellement des enjeux et des modalités de l’opération.
L’analyse de ces processus conflictuels, comme celle des rares expériences innovantes
engagées par des maîtres d'ouvrage soucieux de faire des habitants des acteurs à part
entière de la réhabilitation, sont pourtant riches d’enseignements. Par-delà la diversité des
contextes et des méthodes employées, l’instauration d’un dialogue avec la population repose
toujours sur une grande régularité des échanges entre habitants et institutions. Pour
s'avérer productif, ce dialogue doit de fait être :
- instauré dès l’amont de l’opération et pour toute sa durée ;
- ouvert à tous les habitants (individus et groupes constitués, locataires et propriétaires...),
- construit à partir des problèmes soulevés par les habitants (et non pas des questions
imposées "d'en haut" par les techniciens ou par les décideurs),
- organisé avec les représentants réels du pouvoir local (et pas seulement avec des agents
dépourvus de capacité de décision),
- structuré par des règles claires et acceptées par tous (définition préalable de ce qui est
négociable et de ce qui ne l'est pas),
- géré et animé par des professionnels (équilibre et publicité des débats, production de
comptes rendus systématiques…),
- relié à une procédure globale d'évaluation de la réhabilitation (une « charte de la
concertation » permettant d'éventuels recours de la part des différents acteurs).
Le bon déroulement du dialogue dépend beaucoup de l'attitude initiale du maître d'ouvrage :
celui-ci doit affirmer très tôt sa volonté de négociation avec la population, ce qui suppose
d'abord de rassurer les occupants quant au principe de leur relogement. La confiance
mutuelle est en effet la première condition du dialogue. Très difficile à instaurer dans le
contexte de la réhabilitation, cette confiance doit être consolidée tout au long de l'opération
par des preuves effectives de respect de la parole donnée de part et d'autre.
5.2. DE « L’ACCOMPAGNEMENT SOCIAL » A LA MEDIATION :
QUELLES MISSIONS POUR LES PROFESSIONNELS ?
Parce que la réhabilitation est considérée comme un moment fort de reprise des relations
entre institutions et habitants dans les quartiers dégradés, la plupart des maîtres d'ouvrage
font désormais appel à des équipes spécialisées pour assurer cet échange. Présentes sur le
site pendant plusieurs années, composées de professionnels du développement social, ces
équipes jouent un rôle d'interface entre les habitants, les décideurs et les techniciens. Elles
assurent le « suivi-animation » de la réhabilitation, un aspect qui est aujourd'hui considéré
comme l'un des facteurs majeurs de réussite des opérations en site habité14.
Ces équipes travaillent en étroite relation avec le maître d'œuvre, architecte chargé de la
conception et de la conduite des travaux. Dans certains cas, l'architecte et les agents de
14
Cf. « Evaluation nationale des OPAH récentes. 1987-1994 », Ministère de l’Equipement des Transports et du Logement /
ANAH, mai 1997.
26
développement social sont même rassemblés en une seule équipe (appelée alors Maîtrise
d'Œuvre Urbaine et Sociale), ceci afin d'assurer la meilleure articulation possible entre les
aspects techniques et sociaux de la réhabilitation. Dans l’idéal, les équipes de suivi-animation
remplissent plusieurs fonctions :
- connaissance de la population : lors des enquêtes sociales menées en amont du projet,
elles prennent les premiers contacts avec les habitants et enregistrent les situations et les
demandes de toutes les familles ;
- information et accompagnement des habitants : il s'agit à la fois d'expliquer ce qui va
changer et d'aider les occupants à se projeter dans l'avenir. Par exemple : prévoir la
décohabitation des jeunes ménages ; imaginer les solutions de relogement les plus adaptées
à chaque famille, en fonction de ses possibilités financières et de ses souhaits de mobilité ;
assister les propriétaires et les locataires dans les domaines administratif, financier et
technique (montage de dossiers pour le financement de travaux ou l'obtention d'aides
sociales, apprentissages divers pour l'entretien du futur logement ou la tenue d'un budget...) ;
- médiation : la réhabilitation d'un quartier soulève toutes sortes de problèmes, qu'il importe
de traiter publiquement, au fur et à mesure de l'avancée de l'opération. Afin d'éviter les
arrangements personnels, l'équipe d'animation instaure des espaces de parole ouverts à
tous ; elle veille à l'affichage des projets et des décisions, ainsi qu'au respect des
engagements pris par les uns et les autres ;
- montage et suivi d'actions collectives : pour favoriser l'appropriation des changements
par la population, l'équipe encourage la participation concrète des habitants à la réhabilitation :
recrutement de chômeurs par les entreprises qui interviennent sur le chantier ; aide à la
création d'entreprises d'insertion ou de « régies de quartier » associant les habitants à
l'entretien des espaces collectifs ; soutien aux projets d'entraide et de développement local
(action sociale et familiale, aide scolaire...).
La mission des équipes de suivi-animation ne se résume donc pas à de l'information ou à de
l'assistance sociale aux familles. Parce que la culture du dialogue est rarement partagée par
tous, leur travail consiste tout autant à faire évoluer les institutions qui interviennent sur le
territoire, qu'à favoriser l'expression des habitants 15.
15
Sur ce point, cf. notamment Michel Anselme, op.cité.
27
6. REUSSIR LE CHANTIER
La réalisation de travaux en site occupé représente un véritable défi, pour les professionnels
du bâtiment comme pour les habitants, qui doivent faire face aux nombreuses contraintes
des chantiers de réhabilitation. Afin d'améliorer la qualité des prestations et de réduire les
nuisances subies par les occupants, des opérations expérimentales ont été menées dans
différentes régions, sous l'égide du Ministère de l'Equipement et du Logement. Elles ont
permis de dégager les principaux facteurs de progrès en ce domaine.
6.1. LE MAITRE D’ŒUVRE, « CHEF D’ORCHESTRE » DU CHANTIER
L'expérience prouve qu'un chantier en site habité est grandement facilité par la présence sur
place d'un « chef d'orchestre », pivot entre tous les intervenants de la réhabilitation. C’est
généralement l'architecte de l'opération qui joue ce rôle de maître d'œuvre. Mandaté par le
maître d'ouvrage, il est responsable de la conception des travaux, du choix des entreprises et
de l'organisation du chantier. Ce dernier point est particulièrement important. Les
opérations de réhabilitation mobilisent en effet de nombreux métiers, et la présence des
habitants nécessite de bien coordonner l'intervention des différentes entreprises. Il faut éviter
les pertes de temps et réduire autant que possible les nuisances (bruit, poussière, coupures
d'eau ou d'électricité...) ; tout manque de coopération pouvant conduire à des blocages qui se
répercuteront in fine sur le coût de l'opération.
Pour répondre à ces difficultés, les maîtres d'œuvre utilisent depuis quelques années un
mode opératoire nouveau : l’organisation séquentielle, qui consiste à regrouper les tâches
d'un chantier non plus en lots correspondant aux différents métiers (maçonnerie, menuiserie,
électricité, plomberie...), mais en séquences portant chacune sur la réalisation d'un sousensemble autonome de l'opération16. La pratique a permis de distinguer quatre séquences
d'intervention :
- le logement (équipements électriques et sanitaires, amélioration acoustique, revêtements
de sol...),
- les parties communes (entrées, escaliers, ascenseurs, gaines techniques, caves...),
- « l'enveloppe » des bâtiments (toiture, façades, fenêtres...),
- les espaces extérieurs (voirie et réseaux divers, parkings, espaces verts...).
De ce partage des tâches découlent de nouvelles modalités de passation des marchés et de
réalisation des travaux. Chaque séquence est en effet réalisée par une entreprise - ou un
groupement cohérent d'entreprises - qui n'intervient qu'une seule fois en un lieu donné et ne
le quitte que lorsque les travaux sont totalement achevés, nettoyage compris.
16
Voir : « La réhabilitation séquentielle en milieu occupé. Une nouvelle approche », Ministère de l’Equipement, des Transports
et du Logement, DGUHC, décembre 1998.
28
Une telle démarche présente de nombreux avantages. Elle réduit l'atomisation des tâches et
les temps morts entre les interventions, contribuant ainsi à l'abaissement de la durée totale
du chantier. Elle diminue les nuisances subies par les occupants, en limitant le nombre
d'ouvriers à l'intérieur des logements. Elle favorise la rationalisation des coûts (grâce à des
achats groupés, à la limitation des intermédiaires, à une meilleure gestion du stockage des
matériaux...). Enfin, elle améliore la sécurité et la propreté du chantier et contribue à diminuer
la pénibilité du travail des ouvriers : des donnée essentielles, qui influent directement sur la
perception du chantier par les habitants 17.
6.2. LA MATIERE GRISE, CLEF DE L'INNOVATION
D'abord expérimentée dans la construction neuve, l'organisation séquentielle s'est révélée
particulièrement adaptée aux chantiers de réhabilitation. Mais elle nécessite des méthodes
rigoureuses de planification et de coordination des travaux : liste des tâches, micro-planning
jour par jour, identification des points critiques, prise en compte des travaux déjà réalisés par
les occupants, logistique appropriée. La circulation des informations entre tous les
intervenants ainsi que la communication permanente avec les habitants sont également
indispensables. Du côté des entreprises, l'efficacité repose sur la stabilité des équipes et sur
la compétence des ouvriers.
Ainsi, et contrairement à certaines idées reçues, les évaluations récentes ont montré que ce
ne sont pas les innovations techniques qui ont été au cœur de l'évolution des savoir-faire sur
les chantiers de réhabilitation. C'est essentiellement grâce à l'investissement en « matière
grise » (méthodologie de chantier, ingénierie financière, programmation, gestion des
ressources humaines, formation professionnelle...), que des progrès ont été réalisés. On
pourrait citer sur ce point les expériences de réhabilitation « à la carte » conduites ici ou là,
qui reposent bien plus, de l’avis même de leurs promoteurs, sur une organisation
extrêmement minutieuse des chantiers, sur l’attention nouvelle portée aux locataires-clients
et sur la qualité des relations humaines au sein des entreprises engagées, que sur les
prouesses techniques de tel ou tel prestataire.
6.3. QUALITE DE L'HABITAT ET MAITRISE DES COUTS
L'organisation et la bonne conduite du chantier influent de manière directe sur la qualité et le
coût des travaux, deux facteurs déterminants de l'après-réhabilitation. En France, l'exigence
de qualité de l'habitat n'a cessé de s'accroître au cours des dernières décennies. Dans
l'ancien comme dans le neuf, la demande de confort recouvre désormais des attentes en
termes de surface du logement, de sécurité, de qualité architecturale et environnementale.
Cette recherche de qualité ne peut cependant s'affranchir du souci de la maîtrise des coûts.
Pour l'Etat (qui finance en partie la réhabilitation), comme pour les propriétaires et les
17
Cf : « Réhabiliter l’habitat social. Réussir la ville avec les habitants », Synthèse de l’Action pilote de réhabilitation, Ministère
de l’Equipement, mars 1991.
29
locataires, le coût des travaux est de première importance. Parce qu'il conditionne le niveau
des loyers après réhabilitation, il a un impact direct sur les effets sociaux de l'opération : le
maintien sur place des habitants dépend d'abord de la maîtrise des paramètres économiques
de la réhabilitation.
Divers outils ont été mis au point pour favoriser cette maîtrise : outre la démarche
séquentielle, les maîtres d'ouvrage ont développé des observatoires des coûts, ainsi que
des méthodes d'estimation des loyers futurs et des « taux d'effort » des locataires (pour
évaluer la part des ressources que ceux-ci consacreront à leur logement après travaux). Des
logiciels de gestion prévisionnelle sont également utilisés, afin de programmer les
recettes et les dépenses de l'après-réhabilitation (frais d'entretien et de grosses réparations).
Grâce à ces outils, et avec le recul de 20 années d'expérience française, on sait mieux
évaluer aujourd'hui la pertinence de certains travaux. Ainsi, la réhabilitation peut parfois se
révéler trop coûteuse, eu égard à l'état des immeubles, à leur localisation, ou aux possibilités
financières des occupants. On le voit dans le cas extrême de grands ensembles d'habitat
social particulièrement dévalorisés. La démolition apparaît alors comme une solution plus
intéressante : c'est la voie du « renouvellement urbain »18, dans laquelle s'engagent
aujourd'hui certains organismes HLM, qui préfèrent proposer à leurs locataires un relogement
dans des immeubles neufs de taille réduite et bien situés dans la ville, plutôt qu’une
réhabilitation lourde sur des sites victimes d’une forme urbaine ou d’une histoire récente par
trop stigmatisante.
18
Pour une bibliographie complète sur ce thème, voir le dossier documentaire « Vive la ville. Les enjeux du renouvellement
urbain », Centre de Documentation de l’Urbanisme, Ministère de l’Equipement, des Transports et du Logement / Fédération
Nationale des Agences d’Urbanisme, novembre 1999.
30
7. PUBLIC/PRIVE, RETROUVER L'EQUILIBRE
Si la réhabilitation urbaine dépend beaucoup, en France, de la puissance publique, elle
repose également sur la participation d'acteurs privés. Loin de se limiter à des mesures
administratives contraignantes, l'intervention publique dans les quartiers dégradés est surtout
incitative. L'Etat et les collectivités locales, porteurs d'un projet d'aménagement d'ensemble
du territoire, cherchent par divers moyens à stimuler l'initiative privée là où celle-ci fait défaut
dans la ville. Cet aspect, déjà présent dans les premières OPAH, est devenu prégnant depuis
le début des années 1990, avec l’accent mis sur le développement de l’emploi et des activités
dans les quartiers en crise et la multiplication des interventions publiques sur les copropriétés
privées en difficulté.
7.1. L'INVESTISSEMENT PUBLIC, CATALYSEUR DE L'INITIATIVE PRIVEE
La légitimité de l'intervention publique en réhabilitation se fonde sur un objectif principal : lutter
contre la ségrégation urbaine. C'est pour éviter la marginalisation de certains quartiers et
maintenir un habitat social de qualité dans tous les secteurs de la ville que l'Etat et les
collectivités locales encouragent le retour de l'investissement privé dans ces quartiers.
Toute une série de mesures incitatives, graduées en fonction de la gravité des contextes,
sont mises en œuvre pour atteindre cet objectif.
Dans certains cas, lorsque l'environnement urbain du quartier est favorable (situation
centrale, bon niveau d'équipement...) l'octroi aux propriétaires d'aides à l'amélioration des
logements peut suffire à relancer une dynamique immobilière. Mais le plus souvent, c'est
insuffisant. La puissance publique va alors plus loin, jusqu'à se substituer parfois à un
secteur privé en quasi faillite. Les incitations financières à la réhabilitation concernent ainsi
trois grands domaines, en sus des travaux d'amélioration des logements :
- l'aménagement urbain : par des interventions sur le foncier, la voirie ou les espaces
publics, l'Etat et les collectivités locales agissent sur l'environnement urbain des quartiers en
difficulté, de manière à les rendre plus attractifs ;
- la gestion immobilière : par leur action de conseil auprès des petits propriétaires, les
pouvoirs publics contribuent à l'amélioration de la gestion du patrimoine privé (entretien
courant, programmation de travaux...) ;
- les services liés à l'habitat : le renforcement des services publics (justice, police, santé...)
et le soutien à la vie associative sont aujourd'hui reconnus comme des moyens privilégiés
pour lutter contre les dysfonctionnements sociaux qui nuisent à la réputation de certains
quartiers ;
31
- l'activité économique : les collectivités locales et les organismes HLM interviennent dans
ce domaine en favorisant le « changement d'usage » (transformation de logements en
bureaux…) ; en mettant des locaux à disposition de commerçants ou d'artisans ; en
encourageant, grâce à des dérogations fiscales, l'implantation d'activités-phares sur les sites
en difficulté (principe des Zones Franches Urbaines, lancées en 1996 à l’occasion du Pacte
de Relance pour la Ville). Le partenariat avec de grandes entreprises privées est également
recherché, à travers des fondations ou des actions de mécénat.
Dans tous les cas, l'objectif visé est le retour à un équilibre des formes d'habitat et
d'activités dans l'espace urbain. En affirmant la présence publique dans les quartiers
dégradés et en encourageant simultanément l'investissement privé, l'Etat et les collectivités
locales marquent leur engagement sur ces territoires, aux côtés des acteurs économiques et
des populations qui font la ville.
7.2. LE CAS DES COPROPRIETES RECENTES EN DIFFICULTE
En France, une grande partie de l'habitat à vocation sociale est de droit privé. C'est le cas
dans les quartiers anciens, mais aussi dans certaines zones de la périphérie des villes, où se
sont développées après la seconde guerre mondiale des constructions de médiocre qualité.
On estime ainsi qu'un logement sur trois construit entre 1949 et 1975 l'a été par des
propriétaires privés dans des immeubles collectifs, ce qui représente un patrimoine plus
important que l'ensemble des logements HLM du pays. À l'origine voués à l'accession à la
propriété des classes moyennes, une partie de ces logements (60 %) est aujourd'hui à
fonction locative. Faute d'entretien, ou en raison de processus de dévalorisation complexes,
certains immeubles ont mal vieilli : ils abritent une population très modeste, qui ne trouve pas
à se loger ailleurs.
La réhabilitation de ce patrimoine constitue un véritable défi pour la puissance publique.
L'engagement de travaux sur ces immeubles est en effet rendu difficile par le morcelleme nt
de la propriété (81 % des logements relèvent de la copropriété, contre 19 % en
monopropriété). Le nombre des propriétaires et la diversité de leur situation, la complexité
des modes de gestion liés au système juridique français de la copropriété (toute décision est
soumise à la majorité des voix des copropriétaires) s'opposent la plupart du temps à toute
initiative commune. Dans ce cas, l'intervention publique est à la fois nécessaire et très
délicate.
Pour répondre à ces difficultés, des dispositifs spécifiques ont été mis en place depuis 1990
(extension à ce patrimoine des procédures qui s'appliquaient auparavant aux quartiers
anciens). Mais les avancées ont surtout été réalisées au gré d’opérations expérimentales,
conduites avec le soutien conjoint des villes concernées, du Ministère de l’Equipement, de
chercheurs et d’opérateurs spécialisés comme les PACT-ARIM19. Dans les cas les plus
graves, de longs processus de négociation et des prises de participation des collectivités
19
Parmi les nombreuses publications sur le sujet, voir notamment les travaux du GETUR à Grenoble, ou encore le n°14 des
Cahiers du CR-DSU intitulé « Copropriétés en chantier. Requalification des copropriétés : méthodes, moyens et limites », mars
1997.
32
locales dans les copropriétés ont permis de réorganiser les systèmes de décision et
d’expérimenter des dispositifs innovants de gestion du patrimoine : au travers de l'acquisition
de logements par des organismes HLM, la puissance publique devient membre de la
copropriété et peut ainsi peser en faveur de l’engagement de travaux de réhabilitation.
Loin d’être réglée, la question de la réhabilitation des copropriétés privées en difficulté pose
encore de très nombreux problèmes. Elle préfigure aussi, d’une certaine manière, le futur
« chantier » de la réhabilitation de l’habitat pavillonnaire bas de gamme, dont on parle peu,
alors qu’il risque pourtant bien de s’imposer comme un défi majeur des décennies à venir.
33
8. GESTION DE PROXIMITE
ET SERVICES URBAINS :
VERS UNE ADAPTATION CONTINUE
DU PATRIMOINE
Aujourd'hui, la plupart des logements en France bénéficient des éléments de confort de base,
et un très grand nombre ont fait l'objet d'une réhabilitation. Les besoins ne sont plus d'ordre
quantitatif, mais qualitatif : mieux logés qu'auparavant, les ménages deviennent plus
exigeants quant à la qualité de l'habitat qui leur est proposé. Pour répondre à cette évolution
des besoins, les maîtres d'ouvrage privilégient désormais « l'adaptation continue du
patrimoine »20, notion qui recouvre toute une gamme d'interventions, depuis l'entretien
régulier du bâti jusqu'à la démolition, en passant par le renforcement des services liés au
logement.
8.1. LA GESTION, UN CRITERE DE QUALITE
La satisfaction par rapport à l'habitat, on le sait aujourd’hui, ne dépend pas que des
paramètres techniques de confort des logements. Dès lors que le marché immobilier se
détend et offre des possibilités de mobilité, la qualité des services rendus aux habitants
(propreté, sécurité...) et la nature de l'environnement urbain deviennent des critères de
choix essentiels, qui font la différence entre les quartiers.
Dès le début des années 80, lors des premières opérations de réhabilitation du parc social
public, certains organismes HLM avaient fait le choix d'accompagner leurs programmes de
travaux par un renforcement de leur personnel de gestion. L'expérience a été probante : elle a
montré combien, dans les ensembles de logements collectifs, la présence de gardiens et
d'équipes d'entretien contribuait à prévenir les dégradations et à améliorer le climat social
entre voisins. L'attention portée au vécu quotidien des familles est en effet le meilleur moyen
de repérer les problèmes sur un quartier et d'y répondre rapidement. Cette fonction de
« veille » sociale et technique permet d'éviter certaines dérives (suroccupation des
logements, endettement des ménages...) et d'anticiper sur les besoins de réparation du bâti.
L'Union Nationale des Fédérations des Offices HLM a beaucoup investi dans ce domaine, en
encourageant a
l diffusion des pratiques innovantes auprès de ses membres. Cela s'est
traduit par la multiplication des antennes de gestion décentralisée dans les quartiers ; par
l'inversion de la pyramide des emplois dans les organismes en faveur des postes « de
terrain » ; par l'apparition de nouveaux métiers spécialisés dans la relation au locataire
(fonctions d'accueil, de traitement des réclamations, de prévention des impayés...), et
20
« Vers une adaptation continue du patrimoine », GIE Villes et Quartiers, juin 1999.
34
finalement par de véritables politiques patrimoniales, qui accordent presque plus de place
aux actions de « gestion de proximité » qu’aux travaux de réhabilitation eux-mêmes 21.
Mieux connaître les habitants et leurs attentes, améliorer le service qui leur est rendu par une
disponibilité et une écoute renforcée de la part de l'institution : tels sont les objectifs de cette
nouvelle approche. Les avancées réalisées par nombre d'organismes HLM dans ce domaine
ont contribué à faire évoluer l'image du logement social, tout en garantissant une plus grande
pérennité des travaux de réhabilitation. L'effort se poursuit actuellement, avec des actions
dans trois domaines privilégiés :
- la formation et le management du personnel de proximité,
- le développement de relations de travail régulières avec les représentants des habitants,
- la mise en place de véritables politiques commerciales de la part des organismes HLM.
8.2. LE ROLE DES COLLECTIVITES LOCALES
Les expériences conduites au fil des ans ont montré que les villes ont aussi leur rôle à jouer
dans l'amélioration du patrimoine des quartiers. La qualité de l'habitat ne dépend pas en effet
que des propriétaires de logements. Elle repose en partie sur l'action des collectivités locales,
qui, par l'intermédiaire de leurs services techniques et sociaux, assurent l'entretien des
espaces publics et le fonctionnement des équipements scolaires, sportifs et culturels.
C'est ainsi que des stratégies convergentes se sont peu à peu développées entre les villes
et les organismes HLM, en matière de gestion de proximité. Les maires, qui sont en général
soucieux de la tranquillité et de l'image de leur ville, ont progressivement adhéré à cette
approche «qualitative » de la réhabilitation. Sous leur impulsion, les services municipaux
renforcent peu à peu leur présence dans les quartiers sensibles, au travers de multiples
actions destinées à améliorer la vie quotidienne des habitants : création de mairies-annexes,
amélioration du ramassage des ordures ménagères, présence accrue de la police
municipale, mise en place d'équipes de médiateurs ou « d’agents d’ambiance », soutien aux
« régies de quartier »...
8.3. DEPASSER UNE REHABILITATION STANDARD
L'ensemble de ces initiatives devraient permettre d'éviter à l'avenir certaines des erreurs qui
ont marqué le début de la réhabilitation en France. Un système de financement trop rigide, qui
faisait la part belle à l'investissement plutôt qu'au fonctionnement, et qui privilégiait
l'amélioration technique par rapport à la qualité architecturale et urbaine des sites, a en effet
conduit à une relative standardisation des travaux, en particulier dans l'habitat social.
Ainsi, la banalité formelle et la pauvreté architecturale des grands ensembles des années
1960/70 n'ont-elles pas toujours été corrigées par la réhabilitation. Certaines interventions ont
21
Voir par exemple « Nouvelles méthodes d’amélioration du patrimoine », GIE Villes et Quartiers, mai 1999.
35
même parfois aggravé la stigmatisation des quartiers, au lieu de contribuer au changement
d'image attendu.
En mettant l'habitant au centre des préoccupations, la gestion de proximité fait évoluer ce
système. Par une attention accrue à la demande, les maîtres d'ouvrage se donnent les
moyens de mieux adapter l'offre de logements à la diversité des contextes locaux. Ils
encouragent l'innovation architecturale en lien avec l'histoire et la spécificité culturelle de
chaque région (par l'emploi de matériaux diversifiés, par la recherche de traditions locales
oubliées, ou au contraire par une créativité esthétique radicale). Plus généralement, ils se
dotent des connaissances nécessaires pour développer une vision prospective des
marchés immobiliers. Vision indispensable pour effectuer certains choix à long terme, pour
éviter des erreurs coûteuses, pour mener, en somme, une politique de réhabilitation
intelligente, parce que proche des réalités sociales.
Catherine FORET
Sociologue indépendante, Catherine FORET a mené de nombreuses recherches sur la ville et la
réhabilitation urbaine. Elle a participé dans les années 80, en tant que conseil auprès des maîtres
d’ouvrage, à plusieurs opérations de requalification de quartiers en difficulté, dans l’agglomération
lyonnaise, à Marseille, Saint-Etienne, Limoges… Membre du CERFISE de 1990 à 1994, elle a conçu
avec Michel ANSELME un dispositif expérimental d’évaluation de la Politique de la Ville à l’île de La
Réunion, avant d’animer dans ce département d’Outre-Mer un programme de formation des acteurs de la
ville. Elle a également créé à La Réunion la revue Akoz / espace public, trimestriel de débat sur la ville
et le développement local. Depuis 1997, elle se consacre à des travaux d’édition et de valorisation de la
recherche, au travers de missions de rédaction, synthèse, animation de séminaires, comptes rendus de
colloques et de débats…
Saint-Clair. 69510. Yzeron. France ³ Tel/Fax : (33) 04.78.81.01.78
e.mail : [email protected] ³ n° siret : 408 332 294 00011 ³ code APE : 732 Z
36
LA REHABILITATION URBAINE
Bibliographie
37
1. LES ETAPES D’UNE POLITIQUE PUBLIQUE
1.1. RENOVATION URBAINE, LUTTE CONTRE L’INSALUBRITE
ET SECTEURS SAUVEGARDES
POISSONNIER André
La rénovation urbaine
Paris : Berger-Levrault,1965.- 242 p., bibliogr. (coll. L'Administration nouvelle)
IA 1238; CDU 117; DRE 5498; EPC NY0913
COING H.
Rénovation urbaine et changement social
Paris : Ed. Ouvrières, 1966.- 295 p. (coll. L’Evolution de la vie sociale)
CDU 18
BOURY Paul
La rénovation urbaine dans l'aménagement du territoire. Ses origines, ses objectifs, sa
technique, ses résultats, ses perspectives
Paris : Europrint, 1970.- 263 p., tabl., bibliogr.
IA 5271; CDU 4016; IAB B307
Rénovation urbaine et secteurs sauvegardés
ADMINISTRATION. (FRA). n° 72, juin 1971.- 225 p., fig., phot.
CDU 4147; CDU
FRANCE. SENAT
Rapport d'information sur la rénovation urbaine en France
Paris : Sénat, 1972.- 132 p., tabl., ann.
IA T.3193
SOUCY C.
CENTRE DE SOCIOLOGIE URBAINE. PARIS
Les secteurs sauvegardés : élément pour une réforme
Paris : CSU, 1972.- 154 p., 98 vues, 2 microfiches
CDU 7546
BOURDIN J.-P.
ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES. PARIS
Où en est la rénovation urbaine en France ?
Paris : ENPC, 1973.- 131 p. multigr., bibliogr.
La rénovation urbaine nécessite de la part des services publics une analyse poussée portant à la fois sur
le choix du cadre juridique et administratif d'évolution, et sur celui des acteurs qui auront à intervenir.
Conçue, à l'origine, pour assurer la double mission de résorber les îlots insalubres et moderniser la
structure urbaine, la rénovation a sensiblement dévié et paraît être commandée davantage par ce second
objectif qui donne aux opérations une ampleur nettement supérieure.
EPC NY2245
JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE. PARIS
Lutte contre l'habitat insalubre
Paris : JO, 1973.- II-116 p. (n° 1380. Ed. mise à jour au 15/07/1973)
CDU 5928
38
DUSSAUD Marie-José ; LAMBERT Jacques
DOCUMENTATION AMENAGEMENT NORD. LILLE
La rénovation urbaine. Bibliographie
DOCAMENOR. (FRA). avril 1974.- 67 p.
CDU 7234
JEANTET A. ; BALLAIN R. ; MAGLIONE J.
GROUPE D'ETUDES URBAINES. GRENOBLE
Production et transformation de l'habitat insalubre. I. La production de l'obsolescence sociale
de certaines unités urbaines. II. La construction de la population algérienne et sa distribution
dans l'espace. III. Suivi critique du processus opérationnel. Analyse des interactions habitantsacteurs dans le début du processus opérationnel
Grenoble : GETUR, 1974.- 216 p. + 204 p.+ 112 p. + ann., tabl., cartes, bibliogr. (Etude réalisée pour le
compte du Groupe intermin. pour la résorption de l'habitat insalubre et le SAEI)
IA 7698 ; CDU 6898 ; EPC NY2399
AGENCE D'URBANISME DE L'AGGLOMERATION GRENOBLOISE. GRENOBLE
Les différents types d'intervention sur l'habitat ancien ; résorption de l'habitat insalubre, arrêté
de péril, restauration, rénovation, curetage
Grenoble : AURG, mars 1975.- non pag., tabl., photocopies
CDU 7525
BLACHE J.-F ; LAGASNERIE B. de ; REINERT J.-M.
SOCIETE CENTRALE POUR L'EQUIPEMENT DU TERRITOIRE. PARIS
Les interventions en tissu urbain ancien
Paris : SCET, 1975.- 60 p.
On peut distinguer trois types d'opérations d'intervention en tissu urbain ancien, qui peuvent se
conjuguer, mais dont chacune relève de l'une d'entre elles : la rénovation urbaine, la résorption de
l'habitat insalubre, la restauration immobilière. Cette dernière est légère quand elle se limite à une
réhabilitation des immeubles bâtis (sans intervention sur le domaine public) et lourde quand la
réhabilitation s'accompagne d'une restructuration (modification du domaine public et des emprises
bâties).
CDU 8065
LOINGER Guy ; TOUBON Jean-Claude ; MOISSINAC Christine
INSTITUT D'AMENAGEMENT ET D'URBANISME DE LA REGION D'ILE-DE-FRANCE. PARIS
Essai de recherche bibliographique sur la politique de rénovation urbaine
Paris : IAURP, avril 1976.- 6 fasc.
Présentation de la recherche. Définition et orientation de la politique de rénovation urbaine comparée à
ses résultats. Rénovation urbaine et processus de désindustrialisation. Rénovation urbaine et
changement du cadre physique. Rénovation urbaine ; processus d'acquisition du sol et conséquences.
Les effets sociaux de la politique de rénovation urbaine. Ce rapport est le résultat de la lecture critique
d’un sélection d'ouvrages, de textes, d'articles, relatifs à la rénovation urbaine ; la synthèse porte
essentiellement sur les implications socio-économiques de la politique suivie en la matière.
IA 8509 (2)
ROMERA Anne-Marie ; LOINGER Guy
INSTITUT D'AMENAGEMENT ET D'URBANISME DE LA REGION D'ILE-DE-FRANCE. PARIS ;
PARISIENNE (REGION). EQUIPEMENT (SERVICE REGIONAL). PARIS
La résorption de l'habitat insalubre
Paris : IAURP, mai 1976.-129 p., tabl., bibliogr, 2 microfiches 98 vues (étude réalisée pour le compte du
SRERP)
Les études menées sur le sujet présentent généralement la faiblesse des revenus des occupants
comme cause première de la dégradation des immeubles ; ceci explique que l'on trouve de nombreux
immeubles insalubres dans les centres de communes de première couronne qui, après avoir accueilli
durant des décennies les ruraux attirés par l'industrialisation, abritent maintenant les travailleurs
immigrés. Les opérations de rénovation et de RHI, menées dans ces centres, ont permis d'améliorer le
logement d'une partie des occupants de ces immeubles ; mais il semble qu'elles aient contribué à
39
diffuser l'insalubrité, car les ménages n'ayant pas de revenus suffisants, ou ne pouvant s'adapter aux
solutions proposées - essentiellement des isolés qui refusent d'aller en foyer, ou de grandes familles qui
ont des difficultés à s'intégrer en HLM -, occupent d'autres immeubles en voie d'insalubrisation en dehors
des périmètres de rénovation. La dissémination de l'habitat insalubre explique sans doute la diminution
des opérations de RHI qui portaient sur 287 îlots et 13 bidonvilles ou taudis en 1976, contre 410 îlots et
27 bidonvilles en 1973. Mais ce ralentissement est également dû aux difficultés d'application de la
procédure ; celle-ci, perçue comme brutale et expéditive, et de ce fait évitée par certaines municipalités,
s'avère en réalité beaucoup plus longue et onéreuse que ne le supposent les textes.
IA 8864; DRE 5516
FERRAGU C. ; ALLAMAN M.
Amélioration de l'habitat. Insalubrisation, résorption et réhabilitation de l'habitat insalubre.
Analyse de processus et descriptions d'expériences
BULLDOC. (FRA). n° 56, avr. 1978.- 195 p., bibliogr.
Ce numéro présente des études sur la résorption de l'habitat insalubre et sur les conditions de logement
des travailleurs immigrés qui nous permettent de saisir les enjeux de la politique du logement à travers
laquelle s'exprime le pouvoir d'Etat. Certaines couches sociales - pas obligatoirement des plus
défavorisées - bénéficient de l'amélioration des logements anciens, des HLM et l'accès au relogement.
La réforme du logement risque de maintenir l'existence de marginaux du système social.
CDU
HUTTER Roger
CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL. PARIS
Les enseignements à tirer des expériences de villes nouvelles, de création de quartiers et de
rénovation urbaine
JO. AVIS ET RAPPORTS DU CES. (FRA). n° 13, 5 juill. 1978.- pp. 684-730, tabl.
Les éléments du système urbain et l'urbanisation de la France sous l'angle historique à partit de
l'immédiat après-guerre : les règles de base de l'urbanisme, la restauration, la rénovation, la
restructuration, la création de quartiers nouveaux et des villes nouvelles. Des propositions d'urbanisme
pour améliorer le cadre de vie des populations.
CDU 9575 ; MV 1526/11VN
LARNICOL Catherine
INSTITUT D'AMENAGEMENT ET D'URBANISME DE LA REGION D'ILE-DE-FRANCE. PARIS ;
FRANCE. ENVIRONNEMENT (MIN.) ; FRANCE. EQUIPEMENT ET LOGEMENT (MIN.). DIRECTION DE
LA CONSTRUCTION. PARIS
Bilan des procédures d'intervention de l'Etat dans la résorption de l'habitat insalubre
Paris : IAURIF, 1978.- 56 p. + ann., tabl., 1 microfiche 98 vues (Etude réalisée pour le compte de la
Direction de la construction du Min. de l'Environnement et du Cadre de vie)
IA 11970; CDU 18828
LOINGER Guy ; TOUBON Jean-Claude ; BOUCHER Frédérique
ECOLE SPECIALE D'ARCHITECTURE. PARIS ; FRANCE. ENVIRONNEMENT ET CADRE DE VIE
(MIN.). URBANISME ET PAYSAGE (DIRECTION). MISSION DE LA RECHERCHE URBAINE
Etude sur l'effet, l'impact, la portée sociale des politiques de transformation des tissus urbains
anciens, de la rénovation urbaine à la réhabilitation
Paris : UDRA-ESA, 1978.- 79 p., tabl., graph.
Examen de ''thèses'' dont l'analyse conditionne la suite de la recherche sur les opérations de
réhabilitation et de rénovation, en cours ou en projet, à Paris-ville. Analyse de l'évolution de la politique
urbaine étatique en France et de sa signification, en particulier en matière de rénovation puis de
restauration immobilière groupée (depuis la fin 1960-1970).
CDU 15981; PU 995
La réhabilitation de l'habitat ancien dans le cadre des secteurs sauvegardés : l'exemple de
Bordeaux. Problèmes et documents
Bordeaux : Université de Bordeaux I, 1978.- 124 p., tabl., 13 ann.
40
Points étudiés : le cadre juridique de la réhabilitation, les instruments nécessaires au processus de
restauration immobilière ; les intervenants multiples des secteurs public ou privé ; les différents modes
de financement, y compris les modifications intervenues avec la création du Fonds d'aménagement
urbain et les différents décrets publiés en 1977. L’exemple bordelais : bilan des opérations déjà
effectuées ou en cours ; la répartition de leurs initiateurs ; les modifications sociales qui en résultent
(pourcentage des logements restants soumis à la loi de 1948, de logements dits sociaux ou de
standing). Les différentes mesures prises pour éviter la ségrégation sociale par l'habitat ; leur
compatibilité avec les objectifs de la restauration immobilière en secteur sauvegardé.
CDU 17652
BOURY Paul
Collectivités locales : la rénovation urbaine, procédure, pratique ou mythe ?
URBANISME. (FRA). n° 184-185, 1981.- pp. 68-70, phot.
Obsertation du phénomène de la rénovation urbaine, depuis la phase du développement, en passant par
celle du relais de la restauration, jusqu’à la reprise de cette action avec des procédures et des
techniques nouvelles.
CDU
CENTRE DE REALISATIONS ET D'ETUDES POUR LA PLANIFICATION ET L'AMELIORATION DE
L'HABITAT. PARIS; ECONOMIE ET HUMANISME. LYON ; FRANCE. URBANISME ET LOGEMENT
(MIN.)
Bilan social des opérations de résorption de l'habitat insalubre. 1. Présentation de dix
monographies d'opérations. 2. Synthèse et conclusions
Villeurbanne : CREPAH, 1985.- 2 vol., 124 + 52 p.
Ce rapport constitue la première partie du bilan social des dix opérations de résorption de l'habitat
insalubre (RHI). Il fait un état des lieux de la procédure, intégrant l'impact social aux divers échelons.
L'aspect social repose sur une analyse synthétique, tant au niveau des enjeux de la procédure que du
déroulement de la procédure. Les monographies suivent une trame commune, selon trois axes :
l'identification des données de base (positionnement de l'îlot insalubre dans la ville, analyse socioéconomique et morphologique du quartier), l'analyse des enjeux et des motivations de la commune,
l'établissement d'un état des lieux du déroulement de la procédure tant au niveau technique que social.
CDU 17027(1-2); IAB 415
DENIAU Monique ; CHERON Hélène
AGENCE D'URBANISME DE L'AGGLOMERATION MARSEILLAISE. MARSEILLE ; COMITE
INTERMINISTERIEL POUR LES VILLES
Etude sur les plans de relogement dans les opérations de RHI
Marseille : AGAM, 1989.- 51 p. (étude réalisée pour le CIV)
Cette étude s'appuie sur l'analyse de deux opérations : l'une en centre-ville (habitat ancien avec
relogement de 454 ménages et 1068 travailleurs isolés), l'autre en périphérie (résorption de bidonvilles
avec relogement de 325 familles). Les conditions de relogement sur ces sites ont été reconstituées à
partir d'une recherche documentaire (documents administratifs, études préalables, enquêtes sociodémographiques...), mais aussi sur la base d'interviews, tant de responsables aménageurs et/ou
relogeurs que des relogés eux-mêmes.
AGM 10059-RES2; CDU 24455
FRANCE. SERVICE TECHNIQUE DE L'URBANISME. PARIS
Forum des villes à secteur sauvegardé, Nîmes, 1er-3 décembre 1988
Paris : STU, 1989.- 77 p., bibliogr. (ss la dir. de C. Barcon) ; cf. dossier CDU 20525, IA 26853
Synthèse des communications, reproduction des trois ateliers, bilan et reproduction de la loi Malraux de
1962.
CDU 21602; DCN 25-889; DRE T.1553; CTA 9523; EPC NS16305; EPC NY2783; TU ST01 2262
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE MEDITERRANEE. LES MILLES ;
DIRECTION DE LA CONSTRUCTION
Evaluation de la procédure RHI ; études monographiques et propositions
41
Aix-en-Provence : CETE Méditerranée, 1990.- 158 p.
La finalité de la présente étude est de contribuer à une réflexion sur la procédure RHI destinée à favoriser
l'adéquation de ce type de procédure aux problèmes d'habitat ancien insalubre ou vétuste. Les objectifs
de l'étude consistent à analyser la procédure RHI au travers de sites significatifs, à dégager les
problèmes posés, à fournir des propositions d'amélioration (éléments d'aide à la décision, simplification
ou modulation des aspects financiers et juridiques, etc.). Exemples de la ville de Marseille (îlot de
Velten), de la ville de Toulon (îlot de La Visitation), de la ville de Beaucaire (îlot Temple).
CTA 10071
BRUNET Geneviève ; TREGOMAIN Roger de
FRANCE. CENTRE DE DOCUMENTATION SUR L'URBANISME
Les secteurs sauvegardés. Orientation bibliographique
Paris : STU, 1992.- 65 p.
Bibliographie sur les secteurs sauvegardés comprenant : des références relatives à la France,
l'Allemagne, la Belgique, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas et les pays du Maghreb ; des textes offciels.
CDU 27044; DCN 25-991
MASSON Dominique
Les trente ans de la loi Malraux
TELEX DAU. (FRA). n° 35-36, sept. 1992.- pp. 24-26
Un bilan rapide de 30 ans de pratique de la loi Malraux introduit cet article sur le plan de sauvegarde,
perçu davantage comme un document d'urbanisme que comme une servitude de protection. L'élaboration
d'un plan de sauvegarde fédère l'ensemble des politiques sociales et économiques autour d’objectifs de
qualité urbaine. Les secteurs sauvegardés correspondent à une vraie demande sociale. L'Etat assure la
continuité et la cohérence d'une politique fondée sur le long terme.
CDU
SCHAAK Laurence ; MATHA Ginette de ; PORRUNCINI Marie-Hélène
Comment la loi Malraux a changé la ville
URBANISME. (FRA). n° 258, nov. 1992.- pp.10-15, phot., carte
La loi Malraux sur la sauvegarde et la mise en valeur des centres anciens a 30 ans. Après une période
de latence, elle a reconquis sa place au coeur du débat sur la sauvegarde du patrimoine et ses enjeux
urbains. Les exemples de Toulon et de Sarlat illustrent l'importance de la loi.
IA P.414; CDU
DIRECTION DE L’ARCHITECTURE ET DE L’URBANISME
Un patrimoine urbain à découvrir : les secteurs sauvegardés
Paris-La Défense : METT, 1993.- dépl., phot. coul.
Ce dépliant présente brièvement 32 villes ayant fait l'objet d’une création de secteur sauvegardé, en
vue de préserver leur patrimoine, d'entreprendre une restauration progressive et d'envisager leur
évolution en conservant leur singularité architecturale.
CDU 29283
Secteurs sauvegardés
DIAGONAL. (FRA). n° 99, fév. 1993.- 32-42, phot.
Article sur le colloque organisé par la Direction de l'architecture et de l'urbanisme (DAU) en novembre
1992 à Dijon, à l'occasion des trente ans des secteurs sauvegardés. Bilan des plans de sauvegarde et
de mise en valeur, au niveau local, des zones de protection du patrimoine architectural et urbain
(ZPPAU). Interview de Catherine Grange, architecte dans une SEM, sur le rôle des organismes HLM
dans la réhabilitation du patrimoine ancien en centre ville, notamment au cours des procédures
d'opération programmée pour l'amélioration de l'habitat (OPAH).
CDU
AUSSEUR-DOLLEANS Chantal
FRANCE. ARCHITECTURE ET URBANISME (DIR.)
Les secteurs sauvegardés ont trente ans. Actualité de la loi Malraux pour les centres urbains.
Actes du colloque de Dijon, 23/24 novembre 1992
42
Paris-La Défense : Ed. du STU, 1994.- 194 p. (colloque organisé avec la collab. de la ville de Dijon et
l'ICOMOS)
Actes du colloque organise à l'occasion des 30 ans de la loi Malraux instituant les secteurs
sauvegardés : l'évolution de la loi ; le contenu du plan de sauvegarde et de mise en valeur ; la maîtrise
d'une politique locale dans un secteur sauvegardé ; les outils opérationnels adaptés. Expériences
locales en France, mais aussi en Wallonie et sur Tunis.
CDU 29209
RENAUD Jean-Claude (dir.) ; CANRY Nicolas
FRANCE. ARCHITECTURE ET URBANISME (DIR.)
Les secteurs sauvegardés en chiffres. Situation au travers du recensement de la population de
1990
Paris-La Défense : DAU, 1995.- 87 p., ann., tabl., diagr. (étude réalisée par la Division observation)
Cette étude analyse l'importance des secteurs sauvegardés en France : la population (structure par
âge, chômage, catégories socio-professionnelles) ; la taille, l’âge et le confort des logements. Essai
de typologie (analyse et composantes principales des écarts entre communes et secteurs
sauvegardés). En annexe : une liste des secteurs sauvegardés.
CDU 31822
DIRECTION DE L'HABITAT ET DE LA CONSTRUCTION; FRANCE. OUTRE-MER (MIN.)
La résorption de l'habitat insalubre Outre-Mer. 2. Dossier technique. 3. Dossier administratif. 4.
Textes juridiques
Paris : CDC, 1997.- 4 fasc., 98 + 38 + 43 + 93 p. (avec la participation de la SCET)
Guide en quatre volumes. 1. Les démarches concourant à la résorption de l'habitat insalubre selon trois
axes : l'aide à la décision (études préalables, mise en évidence de l'insalubrité, enquêtes
préopérationnelles, définition d'un projet global, montage administratif, juridique et financier) ; les étapes
de la réalisation et le rôle des différents acteurs ; les actions transversales (information, concertation,
évaluation). 2. Dossier technique : types d'enquêtes pré-opérationnelles ; postes du bilan ; l'information
et la communication. 3. Dossier administratif : la convention d'action globale d'aménagement.4. Textes
juridiques.
CDU 35214(1-4); CA C9899(1-4)
Le quartier du Marais : déclin, renaissance, avenir
C. DU CREPIF. (FRA). n° 59, juin 1997.- 157 p., phot., tabl., bibliogr.
Le quartier du Marais à Paris : ses dimensions géographique et historique jusqu'à la fin du XIXe siècle.
La conservation du quartier et ses conséquences ; les transformations entraînées par ce choix et les
développements futurs du quartier. Au sommaire : Le Marais, il y a bien longtemps espace agricole ;
L’urbanisation du Marais ; Le Marais néo-classique (1760-1790) ; Désaffection et dégradation du Marais
aux XVIIIe et XIXe siècles ; Quelques hôtes illustres et la vie culturelle du Marais ; De l’Ilot insalubre n° 6
au plan de secteur sauvegardé : un siècle pour sauver le Marais ; L’évolution récente des activités du
Marais ; Rénovation, restauration et réhabilitation du Marais.
IA 39092; CDU
FIJALKOW Yankel
La construction des îlots insalubres. Paris 1850-1945. Préface de Marcel Roncayolo
Paris : L'Harmattan, 1998.- 273 p., ann., cartes, tabl., bibliogr. (coll. Habitat et sociétés)
La recherche sur la construction d'îlots insalubres, de 1870 à 1920, permet à l'auteur de désigner la
dynamique historique et le processus social qui conduisent à la territorialisation du risque sanitaire.
L'objectif est de contribuer à la réflexion sur l'intervention publique dans les quartiers difficiles
d'aujourd'hui. L'auteur retrace l'histoire de la politique urbaine des tissus anciens en racontant :
l'émergence des catégories d'insalubrité urbaine et l'évolution de cette notion ; les liens entre la politique
urbaine et les innovations statistiques décrivant l'habitat ; la traduction de la statistique dans la
représentation des réflexions d'aménagement. Ces trois domaines s'articulent autour d'un plan
chronologique qui débute aux alentours des années 1850-1880 lorsque les techniques de description de
l'insalubrité évoluent vers la prise en compte des variables sociales et d'outils quantitatifs.
CDU 38771; IA 40584; DRE 8500
43
LEVY-VROELANT Claire
Le diagnostic d'insalubrité et ses conséquences sur la ville : Paris 1894-1960
POPULATION. (FRA). 54e année, n° 4-5, juill.-oct. 1999.- pp. 707-743, carte, graph., bibliogr.
Les plaintes reçues par la Commission des logements insalubres de 1851 à 1965, et les suites qui leur
sont données, montrent l'assez faible portée de la bataille pour contraindre les propriétaires à agir sur les
logements insalubres jusqu'après la seconde guerre mondiale. Avec la délimitation des îlots insalubres,
à partir de la statistique de la mortalité tuberculeuse, des opérations sont menées dans certains îlots,
entraînant la diminution de la population résidante. L'analyse des bulletins de visite établis dans les
années 1939 et 1940 montre que l'insalubrité ne touche, en moyenne, qu'une maison sur deux et
rarement tous les logements d'une même maison. Les opérations de rénovation urbaine constituent donc
une réponse inappropriée.
IA P.315; CDU
AUSSEUR-DOLLEANS Chantal
FRANCE. MINISTERE DE L'EQUIPEMENT. DIRECTION GENERALE DE L'URBANISME, DE L'HABITAT
ET DE LA CONSTRUCTION; FRANCE. CULTURE (MIN.)
Les secteurs sauvegardés. 2ème éd.
Paris : DGUHC, 2000.- 67 p., plans, phot.
Illustré de nombreuses photographies, reproductions de gravures d'époque et de plans ou cartes, ce
petit guide aborde brièvement, mais de façon assez complète, les divers aspects des secteurs
sauvegardés dans les villes de France. Il décrit tout d'abord la politique des secteurs sauvegardés en
proposant la définition de ces secteurs et rappelant leurs origines, présente les acteurs de cette
politique (l'Etat, la Commission nationale, les acteurs et partenaires locaux), décrit l'élaboration du
plan de sauvegarde et de mise en valeur (création et délimitation du secteur, étude du plan de
sauvegarde et de mise en valeur (PSMV), transcription, instruction et approbation de ce plan),
évoque les effets juridiques du PSMV et la mise en valeur du secteur sauvegardé, puis décrit la
procédure de révision et modification du plan. Une bibliographie des textes officiels est proposée.
CDU 51616
FOURCAUT Annie
La banlieue en morceaux. La crise des lotissements défectueux en France dans l'entre-deuxguerres
Grâne : Ed. Créaphis, 2000.- 339 p., cartes, ill., index, phot., bibliogr.
Les mal-lotis, petits propriétaires malheureux, désireux d'accéder à l'urbanité, sont des figures majeures
de l'entre-deux-guerres qui ont été oubliés par l'histoire sociale contemporaine. A travers ce livre, A.
Fourcaut, spécialiste de la formation des banlieues, traite des mutations du rapport des classes
populaires à la ville et montre les capacités de la société civile à créer son propre espace urbain, avec ou
sans aide de l'Etat. Elle retrace ainsi l'historique de ce type d'habitat, puis des différentes politiques qui y
ont été associées. Enfin, elle présente les mal-lotis en leur quartier à travers trois exemples. Pionniers
de l'accession pavillonnaire, ces apprentis propriétaires ont été capables d'imposer leur modèle
résidentiel individuel aux politiques qui n'en voulaient pas.
CDU 52112; IA 41992
1.2. LES OPAH ET L’AMELIORATION DE L’HABITAT ANCIEN
NORA SIMON ; EVENO Bertrand
Rapport sur l'amélioration de l'habitat ancien
Paris : La Documentation française,1975.- 2 vol., 200 p. + pag.div., fig., tabl., graph., cartes
Propositions pour une nouvelle politique en matière de logement ancien : pourquoi une politique de
l'habitat ancien ? quand faut-il préférer la réhabilitation à la construction neuve ? comment aider la
réhabilitation ? quels sont les coûts et les ressources de diverses politiques de l'habitat ancien ?
IA 8633(1-2); MV B1119/08LO; CA B365; DCN 43-332; CDU 7656; EPC NY1417; DRE 1676
44
BALLAIN René ; JACQUIER Claude
GROUPE D'ETUDES URBAINES. PARIS
Les conséquences sociales de la restauration
Grenoble : GETUR, 1977.- 22 p. + 196 p. (étude réalisée pour le compte du Plan construction)
Les problèmes sociaux de réadaptation posés par les opérations de réhabilitation en milieu urbain ;
observation de deux expériences à Grenoble et à Chambéry.
IA 10228; CDU 9656; IUG B941; PCA A77
PARISIENNE (REGION). EQUIPEMENT (SERVICE REGIONAL). URBANISME OPERATIONNEL ET
LOGEMENT (DIVISION). PARIS
Documents synthétiques sur les financements des opérations de la restauration
Paris : SRERP, 1977.- pag.div., tabl.
Sources de financement mobilisables pour les opérations de restauration (tableaux synthétiques); les
opérations programmées de l'ANAH; modification de la législation sur la restauration des immeubles
anciens introduites par la loi de finances pour 1977.
DRE 5704; IA 34889
Quartiers anciens : la renaissance ? Les opérations programmées d'amélioration de l'habitat
HABITAT ET VIE SOCIALE. (FRA). n° 21, nov.-déc. 1977.- 70 p., phot., tabl., graph.
Au sommaire : 1. L'heure du bilan : trente ans de tâtonnements. Une ville sans pauvres, une ville sans
vieux. Demi-succès, demi-échec, les opérations groupées de réhabilitation de l'habitat le réveil des belles
endormies, des pays qui ne veulent pas mourir. 2. Un tournant : la remontée du temps, une typologie de
l'habitat ancien. Comment refaire du neuf avec du vieux. Une procédure nouvelle, les opérations
programmées d'amélioration de l'habitat. 3. Expérimentations : participation, animation, réhabilitation,
trois clefs des opérations programmées en milieu rural. A Bayonne, priorité au centre. Lettre ouverte aux
aménageurs.
IA
COLOOS B. ; PHILIPSON B.
La réhabilitation dans les centres urbains : une étape sans moyens ? Séminaire d'économie et
politique urbaines
Villeneuve d'Ascq : UER de sciences économiques et sociales, juin 1978.- 132 p., tabl., bibliogr.
(mémoire de DEA, séminaire d'économie et politique urbaines)
En 1975, avec la parution du rapport NORA, on assiste à un revirement de la politique urbaine. En effet,
le tissu ancien céssite une amélioration. Pour les pouvoirs publics, cette priorité est induite par l’état de
dégradation des logements anciens dont il convient de se préoccuper dès lors que les besoins
quantitatifs en logement sont presque satisfaits. La réhabilitation de l'habitat ancien devient partie
intégrante de la politique du logement : l'objectif est d'assurer un logement décent tout en conservant au
logement son caractère social. La tâche est immense ; néanmoins l’action l'Etat sur les tissus urbains
existants doit être menée de façon cohérente et en concertation avec les collectivités locales.
CDU 10482
LOINGER Guy ; LALLEMAND Marie-Alice
Le tournant de la politique de rénovation urbaine à celle de la réhabilitation de l'habitat
METROPOLIS. (FRA). vol. 4, n° 33-34, 1978.- pp.13-20, phot., tabl.
Près des deux-tiers des opérations de réhabilitation restent à dominante de rénovation malgré les
directives. En Région d'Ile-de-France, la majorité des opérations nouvelles sont des opérations de
réhabilitation dans le cadre d'opérations programmées.
CDU
MELISSINOS A.
COMITE DE LA RECHERCHE ET DU DEVELOPPEMENT EN ARCHITECTURE. PARIS
Influence du cadre bâti et des équipements sur la fonction résidentielle dans les quartiers
anciens. Centres anciens : évolution de la fonction résidentielle. Synthèse
Paris : CORDA, 1978.- 48 p., fig., cartes
45
Evaluation du mouvement de délaissement des centres anciens. Leur centralité pèse sur leur fonction
résidentielle, ce qui conduit à leur dépérissement. Les facteurs d'environnement urbain, la politique du
logement social, la rente de situation, que représentent les centres pour les services et les commerces,
ont déterminé l'évolution récente et le dépeuplement de façon plus forte que les caractéristiques du
logement lui-même.
CDU 24968
MELISSINOS A. ; ROUSIER C. ; GENOIST A.
FRANCE. EQUIPEMENT (MIN.). AMENAGEMENT FONCIER ET URBANISME (DIRECTION). SERVICE
TECHNIQUE DE L'URBANISME
Réhabilitation de la structure urbaine
Paris : STU, 1979.- 127 p., plans, ill.
Essai de classification des îlots urbains ; genèse des processus qui ont déterminé leur configuration,
avec des références historiques, en vue d'orienter le ''regard'' sur la ville. Exemples d'études ou de
réalisations relatives à la mise en valeur des coeurs d'îlots : dans certains cas, il ne s'agit pas seulement
de curetage, mais de restructuration des constructions, de densification.
CDU 14788
PINGEOT F.
CENTRE DE REALISATIONS ET D'ETUDES POUR LA PLANIFICATION ET L'AMELIORATION DE
L'HABITAT. PARIS ; FRANCE. EQUIPEMENT (MIN.). CONSTRUCTION (DIR.). PLAN CONSTRUCTION.
PARIS
La réhabilitation de l'habitat, la formation des prix et les opérations d'initiative publique ;
document de synthèse
Paris : CREPAH, 1979.- 90 p., tabl. (financé par le Plan construction)
CDU 11069
FOUCAULT Jean-Pierre
Fonds d'aménagement urbain ; habitat et vie sociale ; opérations programmées d'amélioration
de l'habitat : bilan en Région d'Ile-de-France
B. REHABILITATION. (FRA). n° 1, mars 1980.- pp. 7-11, tabl.
DRE T.1933; CDU 28418
La réhabilitation des quartiers existants : règlements, procédures, acteurs
CORRESPONDANCE MUNICIPALE. (FRA). n° 205, fév. 1980.- pp. 3-42, tabl.
Aspects juridiques et institutionnels de la réhabilitation des quartiers existants. 1. plans et règlements
divers ; 2. procédures de restauration, de rénovation urbaine et de résorption de l'habitat insalubre ; 3. les
organismes réalisateurs et l’analyse de leurs missions.
CDU
MELISSINOS Alexandre
La dimension urbaine de la réhabilitation
URBANISME. (FRA). n° 186-187, nov. 1981.- pp. 96-99, fig., tabl., phot.
A Albi, Figeac et Poitiers, les interventions de réhabilitation concernent presque la moitié du parc des
logements. C'est donc un problème de politique urbaine. Les solutions doivent s'appuyer sur l'analyse
des données : renseignements chiffrés sur la population (image sociale et économique), l'état du bâti, le
coût des opérations.
CDU
PINGEOT F. ; POILLOT J.-R.
CENTRE DE REALISATIONS ET D'ETUDES POUR LA PLANIFICATION ET L'AMELIORATION DE
L'HABITAT. PARIS ; FRANCE. EQUIPEMENT ET LOGEMENT (MIN.). DIRECTION DE LA
CONSTRUCTION. PARIS
L’organisation des OPAH ; analyse par thème. Conditions d'intervention. L'organisation de
l'opération
Paris : MECV - Direction de la construction, 1981.- non pag., tabl.
Deuxième volet de l'étude sur le fonctionnement et les effets des OPAH, demandé en 1979 par la
Direction de la construction au CREPAH. Il s'agit d'une analyse sur le terrain de neuf cas représentatifs
46
des différentes méthodes d'intervention et des différentes familles d'opérateurs. Les enquêtes ont été
menées du 22/10 au 22/11 1980, sur la base d'un questionnaire détaillé envoyé aux opérateurs, élus et
DDE, et qui a servi de base à l'entretien.
CDU 13381
BAUDIS Pascale
FRANCE. EQUIPEMENT (MIN.). AMENAGEMENT FONCIER ET URBANISME (DIRECTION). SERVICE
TECHNIQUE DE L'URBANISME
La réhabilitation de l'habitat ancien. Synthèse documentaire
Paris : STU, 1982.- 221 p., bibliogr.
Après avoir rapidement défini les politiques suivies depuis la fin des années 50 en matière de
réhabilitation de l'habitat ancien, puis la réglementation concernant l'aménagement urbain et rural, le
financement des opérations, ce rapport tente de réunir de nombreuses données dispersées. Ainsi, les
résumés d'études ont l'ambition de rendre compte : des principaux intérêts, problèmes, réflexions qu'a
suscité la réhabilitation depuis la réforme de 1977 et ce qui en a découlé (loi n° 77-1 portant réforme de
l'aide au logement). La sélection bibliographique révèle un déficit d’études relatives aux aspects fonciers
et architecturaux, à la réutilisation des bâtiments, aux statistiques, au monde rural.
CDU 14427; IA 17908; DRE 4246; DCN 43-570
FRANCE. ENVIRONNEMENT ET CADRE DE VIE (MIN.) DIRECTION DE LA CONSTRUCTION; CAISSE
NATIONALE DES ALLOCATIONS FAMILIALES. PARIS
Pour un plan d'action contre la paupérisation dans l'habitat ancien. Journées européennes,
Paris, 14-15 octobre 1982
Paris : Comité national d'organisation des journées, 1982.- 70 p. (cf. Habiter, n° 175, 4ème trim. 1982.pp. 49-55)
Orientations et propositions en faveur d’un projet global de développement relatif à : la réhabilitation
de l'habitat ancien, la lutte contre l'habitat insalubre et contre l'abandon du patrimoine ancien, le
développement d'un parc social au coeur des villes et dans les villages. Un tel projet implique de
s'appuyer sur la notion de territoire (le pays, le quartier ou la microrégion) ; il doit être doté d'une
instance de décisions, lieu d'arbitrage capable d'engager des dépenses. Le territoire, mode
opératoire d'action globale, implique un instrument - l'observatoire social -, mais aussi la mobilisation
directe des habitants dans les projets afin qu'ils puissent devenir acteurs de leur propre
développement.
CDU 16614
FRANCE. EQUIPEMENT ET LOGEMENT (MIN.). DIRECTION DE LA CONSTRUCTION. PARIS;
TRANSPORTS (MIN.). SERVICE DES AFFAIRES ECONOMIQUES INTERNATIONALES. PARIS
La politique française de traitement des quartiers anciens
Paris : Min. Urbanisme et Logement, 1982.- 44 p., bibliogr., tabl.
Evolution des textes juridiques traduisant la politique française du financement de la restauration
immobilière, en insistant plus particulièrement sur le FAU et la procédure des OPAH.
CDU 19061
ROY Bernard
CENTRE D'ASSISTANCE TECHNIQUE ET DE DOCUMENTATION. PARIS
Réglementation de la réhabilitation des bâtiments d'habitation
Paris: CATED, 1982.- 65 p., tabl., phot., carte, ann. (coll. Mémento CATED)
Pour régir les travaux d'amélioration de l'habitat, il existe certains articles du code de l'urbanisme, la loi
du 4 janvier 1978 sur l'assurance construction, des règlements sanitaires et départementaux, quelques
textes visant les économies d'énergie et les problèmes de sécurité. Par ailleurs l'amélioration de l'habitat
fait l'objet d'un dispositif de financement. Après l'analyse de tous ces points, le mémento décrit les
normes de confort à atteindre pour louer en loyer libre un logement soumis à la loi de 1948.
IA 16846; DRE 3349; CTA 6612
Patrimoine protégé et réhabilitation
C. DE L'ANAH. (FRA). n° 23, déc. 1982.- pp.2-28, tabl., phot.
47
Ce dossier rappelle les idées maîtresses de la législation actuelle sur le patrimoine et ses effets sur la
réhabilitation de l'habitat existant.
CDU
MESNARD Hubert
Les choix municipaux d'urbanisme dans les quartiers anciens. Rénovation ou réhabilitation ?
CORRESPONDANCE MUNICIPALE. (FRA). no 235, fév. 1983.- pp.15-25
CDU
BAILLEUL Marie ; DUMAS Marie-Pierre ; GAUCHER Jean-Luc ; GAUDIN Claude; MIRIBEL Jean-Paul;
PAPACRISTOFOROU Andreas ; PUISSANT Sylvie
Bilan socio-économique des opérations programmées d'amélioration d'habitat
Noisy-le-Grand : ENPC, 1985.- 221 p., plans, phot., bibliogr., gloss., 3 ann. (projet de fin d'études)
Rappel de quelques définitions touchant à l'habitat ancien, classification par objectifs des politiques
d'intervention sur ce type d'habitat ; la problématique de la notion de quartiers anciens, les procédures
institutionnelles mises successivement en place pour transformer les quartiers anciens posant problème
à l'autorité politique ; la procédure OPAH.
EPC NY-TE/85/04
Spécial OPAH
C. DE L'ANAH. (FRA). n° 32, août 1985.- 32 p., phot., plans
Entretien avec le Directeur de la construction sur la situation des OPAH ; six exemples de réhabilitation
de vieux quartiers, pris dans six villes ; les relations entre réhabilitation et politique urbaine.
CDU
AGENCE NATIONALE POUR L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS ; DELEGATION A LA
RECHERCHE ET A L'INNOVATION
Les aspects sociaux de l'amélioration de l'habitat ancien : les opérations programmées,
politique, bilan et expériences
Paris : ANAH, 1986.- 23 p.
Bilan d'évaluation des opérations programmées d'amélioration de l'habitat (OPAH), instituées en 1977.
Rappel des caractéristiques, du montage et du financement de ces opérations ; évaluation en fonction du
contexte (attitude et stratégies des acteurs locaux), puis du déroulement des opérations. L’impact des
OPAH est analysé sous quatre angles : la revalorisation économique des quartiers, l'attitude des
propriétaires-bailleurs et des propriétaires-occupants, l'intervention des organismes sociaux. Le bilan
social des OPAH éclaire quatre points : la faible superficie des logements, le renouvellement des
populations, l'absence de maîtrise sociale des opérations, les insuffisances de la réglementation, la
logique du marché immobilier.
DRI 44
AGENCE NATIONALE POUR L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS; FRANCE. ENVIRONNEMENT
ET CADRE DE VIE (MIN.). DIRECTION DE LA CONSTRUCTION
Elaboration d'un dossier de synthèse sur les politiques d'amélioration des centres-villes (OPAH
urbaines). Séminaire du 28 et 29 avril 1986
Paris : Dir. de la construction, 1986.- 106 p.
Séminaire de réflexion visant à faire le point à partir du bilan de quelques OPAH et, de façon plus large, à
partir de l'étude de l'évolution du parc ancien et des trajectoires résidentielles des ménages. Les deux
travaux de recherche, en introduction, visent à cadrer l'évolution du parc existant des agglomérations et
les indicateurs utilisables pour saisir cette évolution. La présentation des bilans d'OPAH, issues de
contextes différents, induit une réflexion quant à l'adaptation de la procédure aux divers marchés
immobiliers. Le travail en ateliers a abordé trois thèmes : méthodes d'évaluation des OPAH, évolution
des prix de l'immobilier en Région parisienne, comportement des ménages dans des quartiers anciens
de Lyon.
CDU 20437
LEVOUX Anne
48
La réhabilitation de l'habitat ancien
R. ECONOMIQUE DU SUD-OUEST. (FRA). 35e année, n° 1, 1986.- pp.57-66, graph., tabl.
Parmi les intervenants en matière de réhabilitation, l'Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat
(ANAH) a constitué un instrument essentiel de l'amélioration du parc locatif privé antérieur à 1948,
et cela depuis l'émergence de la politique de réhabilitation. Ses orientations, compatibles avec la
réforme de 1977, ont évolué vers la recherche d'une meilleure efficacité sociale, urbanistique et
économique. Enfin, la réhabilitation est perçue de plus en plus comme un secteur pilote du bâtiment
qui, de simple stimulateur de l'activité de ce secteur pourrait en devenir un créneau porteur.
IA
Les OPAH urbaines
C. DE L'ANAH. (FRA). n° 37, juin 1986.- pp. 2-24, phot.
L'objectif du séminaire de réflexion est de faire le point sur le bilan et les perspectives de la procédure
OPAH, à partir du bilan de quelques opérations programmées de l'habitat et, de façon plus large, à partir
de l'étude de l'évolution du parc ancien et des trajectoires résidentielles des ménages.
CDU
FEDERATION NATIONALE DES CENTRES PACT. PARIS
Quartiers anciens : les OPAH, bilan et perspectives. Journées du mouvement PACT-ARIM, La
Rochelle, 1er-2 octobre 1987
Paris : FN PACT-ARIM, 1987.- dossier, bibliogr.
Thèmes traités dans les différents éléments de ce dossier : commission n° 1 « Les OPAH, outil du
développement local » ; commission n° 2 «OPAH et politiques urbaines » ; commission n° 3 « Les
OPAH dans les politiques locales de l'habitat » ; bilan de la pratique des PACT-ARIM dans les OPAH ;
commission n° 4 « La dimension sociale des OPAH » ; monographies d'OPAH ; monographie de projet
par l'ANAH, pour le compte de la Délégation à la recherche et à l'innovation.
CDU 18896
LEVY Jean-Paul
Centres-villes en mutation ; préface de Bernard Kayser
Paris : Ed. du CNRS, 1987.- 257 p., 12 fig., tabl., bibliogr. (Centre régional CNRS de publ. de Toulouse,
sciences sociales)
Ces réflexions d'un géographe, nourries par l'observation d'exemples pris en France, en Europe et en
Amérique du nord, esquissent le bilan d'une trentaine d'années de politiques d'aménagement et
d'interventions dans les centres villes et les quartiers anciens. Le centre est un construit historique et un
construit social qui ne transcende pas la société.
CDU 19631; IA 24829
Procédures et aides à la réhabilitation. in L'avenir de l'habitat ancien en Europe. Toulouse, 3 et
4 mars 1988
Paris : ANAH, 1988.- 11 p. + ann., tabl.
L'actuel système des aides de l'Etat résulte d'une réforme mise en place en 1977, comportant de
nombreuses incitations financières à la réhabilitation. Les efforts de modernisation des logements et des
immeubles peuvent revêtir différentes formes : l'immeuble est racheté par un bailleur social et il s'agit
alors d'acquisition-amélioration (dans ce cas les mécanismes financiers sont analogues à ceux de la
construction neuve) ; les logements sont améliorés par leurs propriétaires sous mutation et les aides
dépendent du statut des propriétaires. Tableaux : le dispositif des aides en place ; les textes de portée
générale relatifs à l'amélioration de l'habitat depuis 1945.
IA 25347 ; CDU 19681
DELAMOTTE C. ; BOUVELOT G. ; SMADJA Nicole
DIRECTION DE LA CONSTRUCTION; DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE ; FRANCE.
COMMISSARIAT GENERAL DU PLAN D'EQUIPEMENT ET DE LA PRODUCTIVITE. PARIS
Quartiers d'habitat privé et OPAH : bilan d'évolution, propositions
Paris : Dir. de la construction, 1989.- 2 vol. (86 + 31 p.), tabl., 8 ann. (Groupe de travail « Portée des
interventions publiques dans les quartiers anciens » présidé par François Lévy)
49
L’intérêt portés par les collectivités locales aux OPAH ; résultats obtenus en matière d'amélioration de
l'habitat, d'incitation à des politiques urbaines ou de développement local ; l'insuffisance de l'aspect
social dans les opérations.
CDU 21133 (1-2)
DUPORT Jean-Pierre (dir.); MAISONNEUVE Patrick de ; LAFORE Robert
FRANCE. AFFAIRES ECONOMIQUES ET INTERNATIONALES (DIRECTION); FEDERATION
NATIONALE DES CENTRES PACT. PARIS
Quarante ans de réhabilitation de l'habitat en France
Paris : Economica, 1989.- XIV - 406 p., ill., gloss., tabl., bibliogr.
Bilan de la politique mise en place depuis les années 50 pour l'amélioration de l'habitat ancien, politique
accompagnée d'une véritable ingénierie économique, sociale, financière, architecturale et technique,
largement décentralisée.
CDU 21939; IA 27049; IAB B522
GOUJON Martine
GROUPE D'ETUDES URBAINES. GRENOBLE
Les opérations programmées d'amélioration de l'habitat. Note de synthèse et dossier
documentaire
Grenoble : GETUR, 1989.- 11 p., bibliogr. + ann.
Cette courte note rappelle l'évolution de la procédure des OPAH, leur montage et leur financement et en
dresse un bilan avec les acquis et les limites. Elle est suivie d'une bibliographie et de textes officiels
concernant les OPAH.
IUG D3645; CDU 28994
CHAUVIN Danièle
Réflexions sur 13 années d'histoire des OPAH
Grenoble : IUG, 1990.- 81 p., tabl., graph., bibliog. + ann. (mémoire de DESS urbanismeaménagement, ss la dir. de S. Martin, R. Ballain)
IUG B1953
COLOOS Bernard ; LA MORVONNAIS Patrick de ; MOUILLART Michel
AGENCE NATIONALE POUR L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS
Le tableau de bord de la réhabilitation
Paris : ANAH, 1990.- 140 p., ann., tabl., fig. (ss la dir. de José Conen)
Recueil de données statistiques sur l'action de l'ANAH et des services administratifs responsables des
actions entretien-amélioration de l'habitat en France. Point secteur par secteur des actions engagées
(prime à l'amélioration de l'habitat, PALULOS, prêts locatifs aidés, prêts en accession à la propriété,
etc.). L’évolution des dépenses d'entretien courant des ménages ; les entreprises ; l'engagement dans le
secteur entretien-amélioration des personnes morales publiques. Comparaison internationale du
secteur ; état récapitulatif en France, région par région.
CDU 27873
SAURAT Henri
Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat (ANAH)
Paris : Masson, 1990.- 94 p., bibliogr., index (coll. Pratique de l'immobilier)
La structure de l'ANAH, son fonctionnement, les règles d'attribution des subventions aux propriétairesbailleurs de logements construits avant 1976, et le régime fiscal de celles-ci. Une réponse aux questions
les plus fréquemment posées. La demande de subvention ; les textes.
CDU 22779
STAERCK Isabelle
L’évolution des politiques d'intervention sur l'habitat ancien
Grenoble : IUG, 1990.- 25 p., bibliogr. (note documentaire et de synthèse, ss la dir. de R. Ballain, C.
Jacquier)
Les différentes lois d'intervention sur l'habitat ancien ; la place qu'elles occupent au sein des politiques
d'intervention urbaine. La prise en compte des quartiers anciens dans les textes juridiques.
IUG D3724
50
UNIVERSITE DE TOULOUSE-LE MIRAIL. CENTRE INTERDISCIPLINAIRE D'ETUDES URBAINES
La réhabilitation des quartiers anciens et de l'habitat existant
VILLES ET TERRITOIRES. (FRA). n° 3, 1990.- 173 p., bibliogr., graph.
Etude de cas : les quartiers anciens à St-Etienne ; un aspect de la politique de reconversion, la
réhabilitation à Decazeville ; projets urbains et formes urbaines, les changements dans la réhabilitation
des vieux quartiers de Grenoble ; les mutations de l'espace péricentral, le cas du secteur St-Michel à
Toulouse. Les politiques d'amélioration : OPAH et diversité des marchés immobiliers ; bilan et
perspective des secteurs sauvegardés. Les acteurs : les marchands de biens, des acteurs de la filière
réhabilitation ; réhabilitation urbaine et finances locales. Les perspectives : quartiers anciens ou centresvilles, quatre scénarios pour l'avenir.
D31 1043; EPC NY3058; CDU 31302; DCN 25-1056
VIDARD Bruno ; GENTY Michel ; MOLLET Albert ; AUBRIOT Christine
Vers une meilleure connaissance du parc privé
NOUVELLES DE L'OBSERVATOIRE. (FRA). n° 29, sept. 1990.- 12 p., bibliogr. (suppl. au n° 85 de
Diagonal)
Le rôle du patrimoine existant privé dans le fonctionnement global du marché immobilier. Les
impacts sociaux des OPAH difficiles à maîtriser. A Bordeaux, le rôle des associations foncières
urbaines libres (AFUL) dans la réhabilitation du secteur sauvegardé. Le rôle de l'observatoire des
loyers. Le système d'analyse du parc immobilier privé à Poitiers, à partir de l'exploitation d’actes
notariés.
CDU
CREPA-HABITAT
Utilisation d'outils et procédures en quartiers anciens dans 4 villes de Provence-Alpes-Côte
d'Azur
Marseille : CREPA-Habitat, 1991.- pag.mult., cartes., tabl.
Objectifs, stratégie et mise en place d'un programme de réhabilitation des quartiers anciens à Marseille,
Toulon, Avignon et Nice. Définition des outils et des procédures utilisées sur chaque site et analyse de
leur efficacité. Aspects de la gestion urbaine d'un quartier ancien et importance de la participation des
habitants. Les procédures, les outils et les aides étudiées concernent : le prêt locatif aidé (PLA) ; la
résorption d'habitation insalubre (RHI) ; le périmètre de restauration immobilière (PRI) ; les associations
foncières urbaines ; l'Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat (ANAH) ; le bail à réhabilitation ; le
programme d'aménagement de logement à usage locatif et à occupation social (PALULOS) ; l'action
copropriétés ; le programme social thématique (PST) ; les déductions fiscales.
CDU 37675
DIRECTION DE LA CONSTRUCTION
Guide du bail à réhabilitation
Paris : Dir. de la construction, 1991.- 40 p., 5 ann., index (réalisé avec le concours de la SCET)
Le bail à réhabilitation est un moyen de mobiliser le parc privé, comme un élément d'une politique
sociale ; en même temps, c’est un outil supplémentaire pour loger les plus défavorisés. Ce guide
présente la démarche et la mise en oeuvre du bail à réhabilitation aux opérateurs.
CDU 24185; IA 36687
GRAVEJAT Ambroise
Sur les opérations programmées d'amélioration de l'habitat à Lyon : 1975-85
R. DE GEOGRAPHIE DE LYON. (FRA). vol. 66, n° 2, 1991.- pp. 115-121, tabl., plan, bibliogr.
L'étude de la réhabilitation de quartiers anciens de Lyon par des OPAH démontre une bonne adéquation
entre la politique locale et les objectifs des directives nationales de 1977, avec des préférences qui
favorisent les quartiers les plus riches et un calendrier qui tient compte de la construction du métro.
Cette volonté gouvernementale de remise en confort fait sortir ces logements de la loi de 1948 qui
bloquait la hausse des loyers ; elle tend à remettre tout ce secteur dans la logique du marché libre avec
quelques attentions pour les couches sociales modestes.
CDU
51
BARNIER Laurence
Les montages financiers des PACT-ARIM
PARTICULIER IMMOBILIER. (FRA). n° 63, fév. 1992.- pp. 82-88, tabl., phot.
Le mouvement PACT-ARIM contribue à l'amélioration de plus de 80.000 logements par an et réalise près
de 60% des opérations d'urbanisme des quartiers anciens. A Paris, le PACTE (protection, amélioration,
conservation, transformation, entretien) est capable de fournir une assistance administrative et financière,
sollicitant tous les organismes susceptibles d'intervenir sous forme de prêts ou de subventions.
IA P.301; CDU
BRAULT Yolande
Des toits et des hommes. 50 ans de la vie du mouvement PACT-ARIM
Paris : L'Inédite, 1992.- 139 p., ann.
Histoire du mouvement PACT-ARIM, des premiers militants des années 40 aux équipes de
professionnels actuelles. Genèse d'un mouvement social unique, d'un réseau associatif national dont la
vocation première est l'amélioration de la qualité de vie dans les quartiers, l'insertion des populations
défavorisées, le maintien à domicile des personnes âgées.
CDU 26485; IA 31528; CP 4368
NHARI Naziha
MOUVEMENT PACT-ARIM POUR L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS; PROGRAMME
SOLIDARITE HABITAT. PARIS
Les expériences des PACT-ARIM à l'étranger : place de la réhabilitation urbaine dans le cadre
d'une politique de coopération internationale
Paris : 1992.- 67 p., bibliogr.
Fondé en France au lendemain de la seconde guerre mondiale pour répondre à des besoins sociaux en
matière d'habitat, le mouvement PACT-ARIM (PACT : protection, amélioration, conservation,
transformation de l'habitat ; ARIM : association de restructuration immobilière) a contribué à la
réhabilitation et à l'amélioration du logement. Jouant un rôle à la fois de partenaire et d'opérateur, il a aidé
à faire de ces activités un enjeu économique et culturel en même temps qu'un instrument de gestion
urbaine. Dans les années 1960, sa volonté de lutte contre l'insalubrité de l'habitat s'étend au monde
entier, mais il faut attendre 1987 pour voir se réaliser les premières expériences de coopération dans ce
domaine. Aujourd'hui, ce sont 17 projets achevés ou en cours de réalisation qui font l'objet de ce rapport.
Ils couvrent un vaste champ géographique, surtout dans les pays du sud, et démontrent combien la
diversité des situations rend la coopération difficile. Le PACT propose le savoir-faire français tant au
niveau de la réflexion que des techniques. (IBISCUS-RITIMO).
RIMO
GREMION Catherine
CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. PARIS ; DIRECTION DE L'HABITAT ET DE
LA CONSTRUCTION
La politique de réhabilitation en France. Les avatars d'une logique
Paris : CNRS, 1993.- 138 p., ann.
Historique de la politique de réhabilitation française depuis les années 70. Elle débouche en 1977 sur la
réforme du financement du logement. La première étape considérée est celle qui a vu la mise en place
du dispositif de réforme : marquée par les successions politiques, elle est également une période où se
constitue une structure administrative centrale, le GRECOH de la Direction de la construction ; puis elle
est impulsée par le Commissariat au plan, et voit l'émergence d'une nouvelle préoccupation dans l'habitat
social, la réhabilitation d'immeubles issus du parc ancien. Durant la seconde phase (1974-1975), les
professionnels s'expriment sur l'évolution de la politique de l'habitation, mettant l'accent sur la
réhabilitation ou, tels l'Union nationale des HLM, proposant de nouvelles solutions pour l'habitat. De
même, deux missions, la mission Barre et la mission NORA-EVENO donnent ensuite une impulsion
politique à la réforme orientée vers des aides à la personne ou à la pierre, le décloisonnement du marché
financier, le retour du logement dans une logique de marché, une réorientation des HLM et des
techniques du bâtiment. Les rapports des deux missions, publiés fin 1975-début 1976, servent de base à
l'élaboration du projet de loi de réforme qui, après de nombreux débats, sera voté en 1977. A partir de
1981 et de l'arrivée de la gauche au pouvoir, une politique active de réhabilitation du patrimoine social est
engagée, exprimant deux priorités : relance de l'activité du bâtiment et diminution de la consommation
énergétique.
52
DC E93-33; CDU 51027
Réhabilitation du parc social
C. DE L'HABITAT. (FRA). n° 22, nov. 1993.- pp. 15-61, phot.
Cette partie analyse les études, recherches et expérimentations sur la réhabilitation des logements
sociaux ainsi que l'évaluation d'une politique publique. Elle donne également, sur des cas concrets, le
point de vue des maîtres d'ouvrage et des architectes.
CDU
DIRECTION DE L'HABITAT ET DE LA CONSTRUCTION
Etude bilan des baux à réhabilitation
Paris : Min. du Logement, 1994.- 2 fasc. (103 p. + pag.mult.), bibliogr. (7 fiches de cas)
Définition du bail à réhabilitation. Bilan des opérations de bail à réhabilitation menées entre 1991 et
1993 : nombre de baux réalisés, répartition, nature des preneurs. Fiches de cas : caractéristiques de
l'échantillon, objectifs des opérations, rôle des acteurs, caractéristiques techniques et coût des
opérations, financement, participation financière des propriétaires, loyers, bail à réhabilitation ou bail
emphytéotique, bilan des opérations. Synthèse des documents parus sur le sujet. En annexe : huit
fiches de cas.
CDU 30462 ; DC L1197
ASSOCIATION DE RESTAURATION IMMOBILIERE NORD-PAS-DE-CALAIS. LILLE ; OBSERVATOIRE
REGIONAL DE L'HABITAT ET DE L'AMENAGEMENT. LILLE; NORD-PAS-DE-CALAIS. CONSEIL
REGIONAL. LILLE; NORD. EQUIPEMENT (DIRECTION REGIONALE). LILLE
Bilan des OPAH du Nord-Pas-de-Calais. 1. Rapport d'étape. 2. Deux décennies d'OPAH dans la
région. 3. La connaissance des quartiers anciens. 4. Rapport final. 5. Note de synthèse
Lille : ARIM, 1994-95.- 24 p.+ 43 p.+ 30 p.+ 40 p.+ 6 p., tabl.
Le document «Deux décennies d'OPAH dans la région » dresse le bilan de la mise en oeuvre des
opérations programmées d'amélioration de l'habitat (OPAH) dans le Nord-Pas-de-Calais : il situe la place
prise par la région dans l'ensemble des 2.300 opérations nationales, caractérise les types de
programmes qui y sont lancés entre 1977 et 1993, examine leur répartition territoriale et en récapitule les
principales motivations. Il fait suite au rapport intermédiaire de décembre 1994, consacré à la
présentation du contexte, national et régional, dans lequel se sont inscrites les OPAH du Nord-Pas-deCalais, et à une description du phénomène d'amélioration de l'habitat au cours des années 1970-80. Il
est suivi de trois dossiers : 1. une contribution à la connaissance des quartiers anciens des villes du
Nord-Pas-de-Calais à partir des informations collectées dans le cadre des études de réalisation, 2. une
analyse de l'activité réhabilitation au travers des bilans de fin d'OPAH préparés par les opérateurs, 3. une
évaluation des besoins en amélioration de l'habitat qui restent à satisfaire, et des propositions pour
améliorer l'efficacité des dispositifs qui y concourent.
DCN 19-720
BOULE Eric ; GUIBERT Lionel
Le bail à réhabilitation
Paris : Masson, 1995.- 167 p., tabl., index (coll. Pratique de l'immobilier, avec le concours de J.-C.
Ponsart)
Cet ouvrage explique les mécanismes du bail à réhabilitation créé par la loi Besson de mai 1990. L'objet
est de mettre au normes de confort moderne des immeubles vétustes du parc locatif privé pour
développer une offre locative sociale. Aspects juridiques et fiscaux du bail à réhabilitation et des contrats
annexes qui lui sont nécessaires. Des exemples de formules d'actes.
CDU 30586; DRE 7900
VERVAEKE Monique ; LEFEBVRE Bénédicte
OBSERVATOIRE REGIONAL DE L'HABITAT ET DE L'AMENAGEMENT. LILLE; INSTITUT FEDERATIF
DE RECHERCHE SUR LES ECONOMIES ET LES SOCIETES INDUSTRIELLES. LILLE; CENTRE
LILLOIS D'ETUDES ET DE RECHERCHES SOCIOLOGIQUES ET ECONOMIQUES. LILLE
Patrimoine ancien et politique publique. Vol. 1. Bilan social et économique de la procédure
d'OPAH dans la Région Nord-Pas-de-Calais, 1995. Vol. 2. Bilan social et économique de la
procédure d'OPAH dans la Région Nord-Pas-de-Calais, 1995 ; note de synthèse
Lille : ORHA, 1995.- 117 p.+ 7 p., tabl.
53
Les effets sociaux et économiques de procédure d'opération programmée d'amélioration de l'habitat
(OPAH) dans le Nord-Pas-de-Calais, pendant la phase de mise en œuvre et quelques années après la fin
des opérations. Le premier rapport est divisé en plusieurs phases : 1. diverses approches pour cerner les
logiques d'acteurs, 2. les collectivités locales et l'amélioration de l'habitat, 3. l'observation des sites et le
bilan de l'amélioration de l'habitat, 4. la structure et l'évolution du patrimoine immobilier, 5. le peuplement
résidentiel et les caractéristiques des logements, 6. le marché immobilier, les logiques patrimoniales et
les rapports locatifs.
DCN 19-697
DIRECTION DE L'HABITAT ET DE LA CONSTRUCTION; FRANCE. ARCHITECTURE ET URBANISME
(DIR.); AGENCE NATIONALE POUR L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS
Les OPAH fêtent leurs 20 ans
Paris : ANAH, 1997.- 35 p., ill. (Cahiers de L'ANAH, hors série, juin 1997)
Numéro spécial publié à l'occasion des 20 ans d'existence des opérations programmées d'amélioration
de l'habitat (OPAH). Dans une série d'interviews, des responsables d'institutions et d'organismes
dressent un bilan de l'action des OPAH, définissent les objectifs à atteindre et tracent des perspectives
d'avenir. Par ailleurs, deux articles sont respectivement consacrés à l'histoire des OPAH et à un compte
rendu de l'évaluation nationale des OPAH récentes. Enfin, ces bilans et témoignages sont illustrés par
des reportages sur les actions menées à Brest, dans le Gard (en collaboration avec la Chambre des
métiers), à Reims et à St-Eloy-les-Mines (Puy-de-Dôme).
CDU 35817
FLANDIN Loris
Les OPAH : de l'évaluation aux propositions pour une autre réhabilitation
Grenoble : IUG, 1997.- 67 p., bibliogr., cartes, graph., phot., tabl. (rapport de stage réalisé à l'Agence
d'urbanisme de la région stéphanoise, ss la dir. de F. Mégevand)
Quelles conséquences ont eues les opérations de réhabilitation en OPAH sur les quartiers concernés,
en termes de repeuplement, de résorption de la vacance et d'évolution de la composante sociale ?
Depuis les années 80, la région stéphanoise a été le cadre de nombreuses OPAH : aucune analyse
globale n'a été réalisée en terme d'effets de ces procédures sur les quartiers et les habitants, pouvant
déboucher sur des questionnements concernant leur pertinence actuelle et future. C'est ce qui été
tenté avec ce rapport de stage.
IUG B 2941
GROUPE D'ETUDES ET DE RECHERCHES ARCHITECTURE ET URBANISME. LYON ; FRANCE.
EQUIPEMENT ET LOGEMENT (MIN.). AMENAGEMENT FONCIER ET URBANISME (DIRECTION).
PARIS; AGENCE NATIONALE POUR L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS; DIRECTION DE
L'HABITAT ET DE LA CONSTRUCTION
Evaluation nationale des OPAH récentes 1987-1994. Synthèse mai 1997
Paris-La Défense : MELT - ANAH, 1997.- 39 p.
La procédure d'OPAH constitue un outil d'intervention fréquemment utilisé pour la mise en œuvre
des projets de requalification de territoires, tant urbains que ruraux. L'OPAH semble en effet
privilégier le financement des actions sur le parc de logement privé au détriment du logement social.
L'évaluation dont la procédure a fait l'objet, de 1987 à 1994, a pour but d'en examiner le
fonctionnement. Pour apprécier la manière dont l'OPAH contribue à transformer les territoires,
question déterminante pour juger de ses impacts, l'analyse porte sur les différents types de facteurs
déterminants, externes ou intrinsèques à la procédure, pour son déroulement et son efficacité. Il est
ainsi question des relations entre l'OPAH et du contexte dans lequel elle intervient, des fonctions de
l'OPAH, de sa place dans les dispositifs d'intervention publique et du sens qu'elle présente
aujourd'hui au vu des mutations récentes et évolutions constatées dans les pratiques d'acteurs. La
seconde partie s'attache au fonctionnement propre de l'OPAH et à ce qui en conditionne la qualité et
la capacité dynamique.
CDU 51736
54
LAGANDRE Eric ; TRIPIER Alain
AGENCE NATIONALE POUR L’AMELIORATION DE L’HABITAT
Le marché de l’amélioration de l’habitat et les attentes des propriétaires. 1. Le marché de
l’amélioration de l’habitat : segmentation, données de conjoncture. 2. Les attitudes et
comportements des propriétaires-bailleurs vis-à-vis des travaux de réhabilitation
Paris : ANAH, 1997.- 2 vol. (15 + 9 p.), tabl., (coll. Rendez-vous de l’ANAH)
L’amélioration de l’habitat : le volume des marchés ; la demande ; organisation et perception de l’offre.
Les travaux d’amélioration représentent 30% de l’activité totale du bâtiment et beaucoup de petites
entreprises et d’artisans du côté de l’offre. Les sociétés (HLM ou sociétés privées) ne représentent que
15% des montants des travaux d’amélioration.
ANAH
AGENCE NATIONALE POUR L’AMELIORATION DE L’HABITAT
Opérations programmées d’amélioration de l’habitat à volet patrimonial
Paris : ANAH, 1998.- 8 p.
Les particularités de ce type d’OPAH. Un témoignage : le volet patrimoine d’une OPAH parisienne.
CDU 52521
BOUCHE Nancy
FRANCE. CONSEIL GENERAL DES PONTS ET CHAUSSEES. PARIS
Expertise concernant les édifices menaçant ruine et les immeubles et îlots insalubres
Paris-La Défense : MELT-CGPC, 1998.- 144 p.
Ce rapport tente de faire un état des lieux du parc de « sous-logements », étudiant l'offre et la demande
et la question des normes minimales d'habitabilité. Il rappelle les mécanismes juridiques, opérationnels
et financiers, à la disposition des collectivités publiques, contre la ruine et l'insalubrité, et en effectue une
analyse critique. Il rappelle le régime administratif particulier de la ville de Paris. Il termine par des
propositions de travail sur les plans juridiques, opérationnel et financier, qui implique une mobilisation
des services de l'Etat concernés, et des modes organisés de travail en commun. En annexe, l'auteur a
regroupé différents documents, dont des exemples d'interventions et de financement, l'exemple de la ville
de Bayonne, des notes de jurisprudence concernant des immeubles menaçant ruine, des textes
juridiques.
CDU 39805
CHAVELET Catherine
OPAH : refaire la ville sur elle-même
DIAGONAL. (FRA). n° 129, fév. 1998.- pp. 38-40, phot.
L'article présente l'historique des opérations programmées d'amélioration de l'habitat (OPAH) et dresse le
bilan de leur action, depuis leur création en 1977. Il relate également le rôle de l'Agence nationale pour
l'amélioration de l'habitat (ANAH) et celui des PACT-ARIM en matière de résorption des taudis et de
restauration immobilière. Enfin, il présente les projets de réforme des OPAH engagés par le Ministère de
l'Equipement.
CDU
MARINE Valérie
La mise en oeuvre des opérations programmées de l'habitat
G. DES COMMUNES. (FRA). n° 1453, 11 mai 1998.- pp. 30-32
Les objectifs assignés par le législateur aux opérations programmées d'amélioration de l'habitat (OPAH),
les modalités des OPAH et la protection des occupants. Les OPAH sont devenues un des outils
privilégiés mis à la disposition des communes qui leur permet d'intervenir de manière globale sur un
quartier.
IA P.188; CDU
Quartiers anciens, approches nouvelles
PARIS-PROJET. (FRA). n° 32-33, juillet 1998.- 189 p., phot., plans, fig.
Les nouvelles orientations de la politique d'urbanisme de la ville de Paris, initiées au début des années
1990, et présentées par le Maire dans sa communication au Conseil de Paris en avril 1996, se traduisent
par des démarches d'adaptation du POS et par le réexamen de nombreuses opérations publiques,
55
encore en gestation ou engagées sur le terrain. Ces nouvelles approches sont présentées à travers une
série d'exemples : les modifications du POS du quartier Mouffetard et du Faubourg St-Antoine, six
dossiers d'opérations publiques d'aménagement. La première partie élargit la réflexion pour tenter une
mise en perspective de cette démarche dans l'histoire récente de l'urbanisme de Paris, ainsi qu'une
réflexion sur les notions de quartier et de protection du patrimoine.
CDU; IA P.300
BERTHIER Isabelle
Vertu du bail à réhabilitation
DIAGONAL. (FRA). n° 140, nov.-déc. 1999.- pp. 10-13, phot.
Initialement destiné à rénover les logements vétustes en vue de les louer aux personnes démunies, le
bail à réhabilitation s'est avéré doublement utile dans la vallée de la Sambre. En effet, la perte de
compacité du tissu urbain, engendrée par les démolitions massives, a démontré aux pouvoirs publics
que pour enrayer la dévalorisation immobilière, il était plus judicieux de rénover les vieux immeubles.
Malgré les efforts consentis par les propriétaires et les subventions des organismes publics, l'application
du projet est entravée par le coût des travaux associé à celui des frais annexes tels que la taxe foncière,
l'assurance et les frais notariaux, particulièrement lourds dans la procédure du bail. Néanmoins, le
rythme des réhabilitations devrait croître dans les prochaines années, puisqu'un nouvel organisme BAT'INNOV - vient d'obtenir un agrément préfectoral pour se lancer dans l'aventure.
CDU
JEAN-MARIE Audry ; ESPONDA Marc
ATELIER PARISIEN D'URBANISME. PARIS
Le parc locatif privé et l'action de l'ANAH à Paris, 1992-1998. 1. Rapport d'étude. 2. Résumé
Paris : APUR, mai 1999.- 96 + 33 p., tabl., graph., cartes coul.
La délégation locale de l'ANAH souhaitait réunir des éléments de diagnostic et d'analyse pour orienter
son action. Dans le cadre du contrat d'objectifs entre l'Etat et l'APUR pour 1998, une étude a été confiée
à l'Atelier avec un triple objectif : mieux connaître le parc locatif privé de Paris ; évaluer l'impact des
subventions de l'ANAH ; évaluer plus spécialement l'impact des OPAH. Ces thèmes sont liés : ils
renvoient à la question d'une meilleure adaptation des aides de l'ANAH au parc locatif parisien, dont les
particularités sont importantes. L'objet de l'étude est de fournir des résultats statistiques qui nourrissent
cette réflexion et de proposer des pistes de travail.
AP BROAPU104; AP BROAPU104(1-2); AP BROAPU104bis; AP BROAPU104(1-2)bis
PASTRE Delphine
Les politiques de redynamisation des centres-villes. Le cas de Béziers
Bordeaux : IATU, 1999.- 97 p. + ann., bibliogr., cartes, plans, phot.
Depuis plusieurs années, les centres des villes européennes connaissent un délaissement généralisé.
Béziers n'échappe pas à ce processus et donne la priorité à son parc de logements anciens,
particulièrement déprimé, par le biais d’une cinquième opération programmée d'amélioration de
l'habitat. Les résultats mitigés obtenus ont incité à la recherche d'éventuels dysfonctionnements dans
les domaines relatifs à la fiscalité foncière, la budgétisation des interventions et les moyens techniques
utilisés. Tous mettent en évidence un système, certes performant, mais aux procédures inchangées
depuis 30 ans. Des modifications paraissent inévitables et rendent nécessaire la recherche de
nouveaux outils à l'échelle intercommunale.
IAB DES149
Mesurer et comprendre les marchés de l’amélioration de l’habitat
Paris : ANAH, 1999.- 4 p. (coll. Le point sur..., n° 5, août 1999)
A partir de l’étude SEREHO sur les données de l’Enquête nationale sur le logement réalisée par l’INSEE
en 1996 : analyse du marché de la rénovation des résidences principales nationale sur le logement
(caractéristiques du marché ; analyse des ressorts du marché ; enseignements par segment de marché
et par type de travaux).
CDU ; ANAH ; http://www.anah.fr/page-tech-etud-outi.htm
AGENCE NATIONALE POUR L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS
56
Panorama des OPAH de 1992 à 1998
C. DE L'ANAH. (FRA). n° spécial 2000.- 15 p., tabl., graph., carte
Entre 1992 et 1998, environ 1.350 OPAH ont été menées : elles entrent à hauteur de 30% dans les
subventions distribuées par l'ANAH. La répartition géographique des OPAH est très contrastée : RhôneAlpes, Lorraine et Ile-de-France étant les régions les plus actives. Depuis 1986, les OPAH
intercommunales sont majoritaires. Thèmes traités : les types d’OPAH ; leur répartition géographique ;
les OPAH rurales et urbaines ; le paramètre de l’intercommunalité ; les animateurs ; les coûts
d’animation ; des statistiques.
IA P.114; CDU
BOUCHE Nancy
INTERNATIONAL COUNCIL ON MONUMENTS AND SITES ; AGENCE NATIONALE POUR
l’AMELIORATION DE L’HABITAT
La réhabilitation en France. Les procédures, les outils
Paris : ANAH, 2000.- 2 fasc., fiches n.p. (le Centre de documentation de l’urbanisme de la DGUHC a
produit une version CD-ROM de ce document, enrichie d’illustrations et d’une traduction en portugais,
anglais et espagnol ; réalisation Olivier Philip Production SA)
Présentation des principaux cadres de travail de la réhabilitation de l’habitat et de la revalorisation des
quartiers anciens en France : repères administratifs ; outils opérationnels ; législations et financements
dans le domaine de l’habitat, de l’urbanisme et du patrimoine. Au sommaire : les procédures (La France
institutionnelle ; rappel historique ; la protection des sites et du patrimoine architectural et urbain) ; les
outils (les plans d’urbanisme ; la question du logement ; actions foncières et procédures
opérationnelles ; index).
CDU 52863
INSTITUT PLUS CONSULTANTS ; AGENCE NATIONALE POUR l’AMELIORATION DE L’HABITAT ;
CLUB DE L’AMELIORATION DE L’HABITAT ; DIRECTION DES AFFAIRES ECONOMIQUES ET
INTERNATIONALES
Baromètre de l’entretien rénovation des bâtiments
Paris : ANAH, 2000.- créé en 1993, avec des résultats trimestriels depuis 6 ans
Evolution du marché de la rénovation. Indicateurs trimestriels d’activité pour le résidentiel et le non
résidentiel, par régions, par taille d’entreprise et par type d’activité (gros-œuvre et second-œuvre) publiés
dans le Moniteur du BTP (voir notamment le n° 5464 du 15/12/2000 : « Indicateurs. Lancement de
l’observatoire de l’habitat existant », pp.14-15)
ANAH ; http://www.anah.fr/page-tech-etud-outi.htm
MAHY Christophe
Le bail à réhabilitation : réhabiliter, loger, revaloriser
Paris : Litec, 2000.- 178 p.
A la fin des années 1980, les différentes politiques menées en matière de logement social montrent leurs
limites. L’impossibilité de satisfaire aux besoins de logements sociaux, l’insuffisance du parc locatif
d’habitations à loyer modéré et l’existance d’un parc privé de logements anciens, bien souvent dégradés,
vacants, ou en voie de disparition, conduisent le législateur et les gouvernements successifs à s’orienter
vers une politique contractuelle du logement social, associant les collectivités locales, les organismes
ou associations spécialisées et les personnes privées. Plusieurs solutions sont envisagées dont, aux
termes de l’article 11 de la loi n° 90-449 du 31 mai 1990, l’institution du « bail à réhabilitation » qui
permet aux propriétaires, incapables du moindre effort financier, de faire réhabiliter gratuitement leur bien
moyennant le logement de personnes défavorisées pendant une durée minimale de 12 ans. Critiquée à
l’origine pour sa fiscalité peu attractive, cette nouvelle convention a fait, depuis, l’objet d’incitations
fiscales, et constitue aujourd’hui un outil remarquable qui, en contribuant au logement des personnes de
faibles ressources, se présente comme un moyen de gestion patrimoniale à long terme, intéressant les
particuliers et les entreprises. Cet ouvrage est donc destiné à une grande diversité de personnes
physiques ou morales, publiques ou privées, professionnels ou non de l’immobiler.
CDU 52621
57
1.3. REHABILITATION DE L’HABITAT SOCIAL
ET POLITIQUE DE LA VILLE
FRANCE. AMENAGEMENT DU TERRITOIRE EQUIPEMENT LOGEMENT ET TOURISME (MIN.).
PARIS
Habitat et vie sociale. Colloque de Dourdan. Février 1973. Rapport de synthèse
Paris : FORS, 1973.- 79 p.
IA 19558
AGENCE NATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT DE L'EDUCATION PERMANENTE;
ASSOCIATION POUR LA DEMOCRATIE L'EDUCATION LOCALE ET SOCIALE. PARIS
Opérations « habitat et vie sociale ». Premier rapport d'évaluation
Paris : ADEP - ADELS, 1977.- 325 p., tabl., bibliogr.
IA 24927
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
Un processus exemplaire d'amélioration des HLM : les opérations « habitat et vie sociale »
Paris : UNFOHLM, 1978.- 124 p., fig., phot., tabl., bibliogr.
IA 18637; CDU 9649
ASSOCIATION DE RECHERCHES ET D'ETUDES SUR L'ENVIRONNEMENT. PARIS; GROUPE
BIFFURES. PARIS ; FRANCE. ENVIRONNEMENT ET CADRE DE VIE (MIN.) ; DIRECTION DE LA
CONSTRUCTION
L’effet HVS. Colloque national sur les enjeux et l'impact social des opérations « habitat et vie
sociale »
Paris: AREE, 1980.- 91 p.
Actes d'un colloque qui visait à répondre à la question : ce qu'on appelle l'effet HVS est-ce un effet
conjoncturel, marginal, lié à la particularité d’acteurs spécifiques, ou est-il durable, généralisable, lié à
l'essence d'une fonction qui ne serait pas spécifique ? Les commissions constituées à cette occasion
ont constaté la diversité des opérations HVS ; leurs conclusions tournaient autour de trois points : la
concertation entre partenaires, la participation des usagers, le contenu et la signification des opérations.
CDU 16217
TOUBON Jean-Claude ; TANTER Annick
INSTITUT D'AMENAGEMENT ET D'URBANISME DE LA REGION D'ILE-DE-FRANCE. PARIS
Opérations « habitat et vie sociale » en Région d'Ile-de-France. Une tentative d'évaluation, mars
1980
Paris : IAURIF, 1980.- 96 p., tabl. (étude réalisée pour le compte du Groupe interministériel « habitat et
vie sociale »)
IA 14109; EPC NY0266; CDU 14634
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
Vivre ensemble dans la cité ; assises du 28 octobre 1981
Paris : UNFOHLM, 1981.- dossier, 7 fasc., tabl., plans, fig. (premières assises pour l'avenir des cités
d'habitat social)
Au sommaire : «habitat et vie sociale », une procédure utile mais qu'il faut aujourd'hui dépasser ;
pauvreté et précarité : le logement social dans le contexte d'une crise durable ; trois villes (Grenoble,
Marseille et Rennes) s'interrogent et proposent des pistes nouvelles ; adapter et renouveler le patrimoine
; l'indispensable participation des habitants ; au plus près des jeunes ; plan intérimaire : les programmes
de développement social des quartiers dégradés.
CDU 12946; IUG D2373; IA 16536; DRE 4301
MAGNE Josiane
HVS. Habitat et vie sociale. Espoirs et limites de la procédure. Etude de cas : Aulnay-sous-Bois
Paris : 1982.- 49 p., ann. (mémoire Inst. d'urbanisme - Paris XII, ss la dir. de R. Prud'homme)
58
En prenant pour exemple le cas concret de la cité de 3.132 logements, « La Rose des Vents » à
Aulnay-sous-Bois, l'auteur de ce mémoire fait une analyse critique de la procédure HVS, dont les
principaux objectifs sont d'améliorer la qualité du bâti, le confort des logements, et de développer la
vie sociale du quartier par des aménagements d'espaces extérieurs, des implantations d'équipements
collectifs et des moyens d'animation divers.
IUP ML68
DUBEDOUT Hubert
Ensemble refaire la ville. Rapport au Premier ministre du Président de la Commission
nationale pour le développement social des quartiers
Paris : La Documentation française, 1983.- 122 p., ann. (coll. Les Rapports officiels)
Il y a les immigrés, mais aussi les français les plus pauvres, les jeunes sans emploi, les femmes
isolées. Ils vivent dans les quartiers vétustes enclavés dans la ville ou dans les grands ensembles
banlieusards rejetés des cités. Réussir leur intégration sociale est « le défi » qui dominera les quinze
prochaines années. Ce rapport a été remis un an après la mise en place de la commission : pas de
changements profonds donc depuis un an, encore que d’intéressantes expériences soient déjà
engagées et qu'un espoir ait pris forme. Ce rapport préconise des orientations et des modalités de
politique nationale.
IA 17947; DRE 4229; MV B3574; CDU 14319; CTA 6779; EPC NY 0482
FEVRIER P.
Le Fonds social urbain
R. ADMINISTRATIVE. (FRA). n° 222, déc. 1984.- pp. 606-607
Présentation des objectifs du FSU, de ses actions et de son fonctionnement, ainsi que des actions
financées par le CIV.
CDU
FRANCE. URBANISME ET LOGEMENT (MIN.)
Comité interministériel pour les villes
Paris : Min. Urbanisme et Logement, 1984.- non pag. (II p.)
Relevé des tâches assignées au Comité interministériel pour les villes (CIV), après sa réunion du 18 juin
1984, pour définir, animer et coordonner des actions pour les villes, destinées à favoriser la solidarité
sociale en ville, à lutter contre l'insalubrité et à développer l'innovation pour améliorer le cadre de vie.
CDU 15391; DRE CIV
GUINET Jean-François ; ARNAUD Christian
ECOLE NATIONALE DES TRAVAUX PUBLICS DE L'ETAT. VAULX-EN-VELIN
La dynamique « Banlieues 89 »
Paris : ENTPE, juin 1984.- 119 p., ann.
Ce rapport de fin d'étude s'intéresse plus spécialement à l'originalité de la démarche « Banlieue 89 ». Il
retrace brièvement l'histoire des politiques sur la banlieue (politiques de construction puis de
réhabilitation), puis analyse quelques projets présentés à l'exposition « Banlieue 89 » (Rezé, Alfortville,
Vaulx-en-Velin) ainsi que le rôle de la presse dans cette démarche.
CDU 25517
PESCE Rodolphe
Développement social des quartiers. Bilans et perspectives 1981-1984 : rapport au Premier
ministre du Président de la Commission nationale pour le développement social des quartiers
Paris : La Documentation française, 1984.- 120 p., ann., bibliogr. (coll. Les Rapports officiels)
A partir des propositions du rapport «Ensemble, refaire la ville », la commission a développé une
nouvelle méthode de gestion des quartiers les plus en difficulté. Ce document constitue un premier
constat sur la validité et l'efficacité des mesures proposées pour quatre grands thèmes : le rôle des
collectivités locales, l’espace et le cadre de vie, la dynamique du développement social, pour un quartier
riche de ses différences.
IA 20377; CDU 16122; DRE 6235; DCN 43-699; EPC NY1583
59
Un Comité interministériel pour les villes
DIAGONAL. (FRA). n° 50, oct. 1984.- p.13
Le Comité interministériel pour les villes (CIV) est mis en place depuis juin 1984 pour coordonner les
interventions de la mission « Banlieues 1989 », du Conseil national de prévention de la délinquance et de
la Commission nationale pour le développement social des quartiers. Les missions du CIV s'articulent
autour de quatre thèmes décrits dans cet article. Le Fonds social urbain (FSU) géré par le CIV disposera
en 1984 d’environ 600 millions de francs.
CDU
Comité interministériel pour les villes. Fonds social urbain (modalités d'intervention de l'Etat)
Paris : Dir. des Journaux officiels, 1984.- 63 p.
Reproduction du décret portant création du Comité interministériel pour les villes (CIV), et de trois
circulaires : celle définissant l'action à mener par le CIV, destinée à favoriser la solidarité sociale en ville,
à lutter contre l'insalubrité et à développer l'innovation pour améliorer le cadre de vie ; celles relatives au
projet de quartier et aux contrats famille.
EPC NY3674; DCN 1-526
BIANCHETTI Cristina ; GABELLINI Patrizia
Les politiques urbaines de « Banlieues 89 » et des projets de quartier
URBANISTICA. (ITA). n° 79, mai 1985.- pp. 50-79
Comparaison des nouvelles procédures et des politiques urbaines françaises entre elles (« Banlieues
89 », projets de quartiers). L'article donne la parole à Jean-Patrick Fortin, membre de la Commission
« Banlieues 89 », qui retrace la genèse de l'opération, son déroulement, le mode de financement, les
objectifs sous-jacents. Lanfranco Virgili replace le « projet de quartier » dans le contexte des nouvelles
pratiques induites par la politique de décentralisation. Confrontation des opinions de Jean-Pierre Lefebvre
(directeur de la SODEDAT 93), de Jean-Pierre Lecoin (IAURIF) et de Pierre-Yves Ligen (ex-directeur de
l'APUR).
CDU
BUREAU D'ETUDE ET DE RECHERCHE SOCIOLOGIQUES. BORDEAUX ; FRANCE. URBANISME
LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Evaluation des politiques urbaines. Projets de quartiers, développement social des quartiers,
« Banlieues 89 »
Bordeaux : BERS, 1985.- 142 p. multigr., tabl., cartes
Fiches d'opérations : objectifs de l'opération, son contexte, sa mise en oeuvre, bilan des réalisations.
CDU 17258; PU 1392
GONTCHAROFF Georges
Le Comité interministériel des villes
CORRESPONDANCE MUNICIPALE. (FRA). n° 261, oct. 1985.- pp. 30-41, tabl.
La structure, le rôle et mission du CIV crée par la circulaire du 18 juin 1984.
CDU
MISSION BANLIEUES 89
Banlieues 89. Les assises 5, 6, 7 décembre 1985
Paris : Mission Banlieues 89, 1985.- non pag. (fiches) + 21 p.
Trois journées de débat autour des projets « Banlieues 89 » ; les lignes de force du « grand pari », une
réflexion sur le rôle de la Mission « Banlieues 89 » dans le cadre d'une politique au service de l'urbanité
moderne.
CDU 19189; IA 21627; IAB 281
TEN. PARIS
Ces quartiers où s'invente la ville
Paris : Commission nationale pour le développement social des quartiers, 1985.- 28 p., ill.
Présentation des objectifs de la commission Pesce. En annexe, des tableaux sur le dispositif
institutionnel national pour les villes, l'organigramme général, l'organisation régionale et locale, la
commission locale, les modalités de financement. Bibliographie.
CDU 16370; D59 AA960; IA 23609; DRE T.1229
60
Dossier : « Banlieues 89 »
URBANISME. (FRA). n° 205, déc. 1984 - janv. 1985.- pp. 62-135, ill., plans, phot.
Historique du projet « Banlieues 89 ». Rappel de l'importance des villes de banlieue qui rassemblent près
de 80% de la population urbaine. Analyse de six actions transversales concernant la peinture et la BD,
la littérature, l'université, la gare, la route, les fêtes. Regard sur divers projets dans les agglomérations
parisienne, lyonnaise, bordelaise, lilloise, lorraines.
CDU
BACHMANN Christian ; EMERY Maryse ; SEGAUD Marion ; HODDE Rainier
MOUVEMENT POUR L'ARCHITECTURE ET L'INTERVENTION LOCALE. PARIS ;
URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Etude de quelques aspects de l'action de « Banlieues 89 »
Paris : Plan urbain, 1986.- 205 p. multigr., cartes, graph., bibliogr., 6 ann.
Typologie raisonnée des 200 premiers projets issus de la démarche « Banlieues 89 ».
CDU 17840; PU 1247; IAB 795; EPC NY4855
FRANCE.
BUATHIER Nicole
ILE-DE-FRANCE (REGION). EQUIPEMENT (DIRECTION REGIONALE). URBANISME OPERATIONNEL
ET LOGEMENT (DIVISION). PARIS
Réhabilitation du parc locatif social en Ile-de-France (1978-1985) : recensement et
caractéristiques des logements réhabilités
Paris : DREIF, 1986.- 62 p., tabl., graph.
Cette étude dresse le bilan physique des opérations subventionnées par le dispositif PALULOS mis en
place depuis 1978 ou par le Fonds spécial des grands travaux. La méthode, pour dénombrer sans
doubles comptes, les logements subventionnés, est précisée ; les résultats obtenus à différents niveaux
(région, département, commune) sont présentés sous forme de tableaux, cartes et graphiques. L'analyse
des résultats met en évidence les caractéristiques du parc réhabilité, l'efficacité du système PALULOSFSGT liée à l'évolution de la réglementation initiale, l'importance de la réhabilitation dans le parc locatif
social, les types de logements réhabilités.
DRE 4890; IA 24429
DONZELOT Jacques
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Décentralisation, projets de quartiers et développement local
Bédoin : Centre d'études des politiques sociales, 1986.- 19 p.
Synthèse de quatre études relatives aux politiques urbaines, traitant de la lutte contre la dégradation
simultanée du tissu urbain et du tissu social. Les enseignements de ces recherches sont rassemblés en
trois rubriques : la pertinence des nouvelles politiques urbaines ; le degré d'implication des différents
partenaires ; la viabilité du processus engagé et les chances de sa pérennisation.
PU 1255
GUGLIELMO Raymond ; MOULIN Brigitte ; RONAI Simon
Les grands ensembles et la politique. La crise des grands ensembles et les nouvelles politiques
municipales
HERODOTE. (FRA). n° 43, oct.-déc. 1986.- pp. 39-89
Analyse géopolitique de la construction des grands ensembles de banlieue : produit de plusieurs
logiques, principalement convergentes, parfois même confondues, mais aussi contradictoires - celles
des producteurs (industrialisation du bâtiment), des promoteurs, de l'Etat (débarrasser la capitale des
éléments « indésirables » de sa population) et des collectivités locales (renforcer autour de Paris une
« ceinture rouge », d'où la submersion brutale de communes d'accueil) - ; remaniement de la géographie
des banlieues par les interventions successives de la puissance publique contre la paupérisation des
grands ensembles (opérations HVS, commission CNDSQ). Analyse du processus complexe qui conduit
les municipalités de gauche à s'interroger sur les résultats de leur politique du logement et à modifier
radicalement leur programme de construction de logements sociaux.
IA 23217; CDU
PESCE Rodolphe
61
Rencontres nationales : ensemble, refaire la ville. Texte d'appel ; les commissions ; les tables
rondes. 24 et 25 janvier 1987, Valence
Valence : Mairie de Valence, 1987.- 1 doss., 3 fasc.
MV 4797; DCN 25-819
Comité interministériel pour les villes : modalités d'intervention de l'Etat. Ed. mise à jour 1988
Paris : Journal officiel, 1988.- II-72 p. (coll. Brochures du JO, n° 1576)
Cette brochure regroupe : le décret n° 84-531 du 16 juin 1984, portant création du Comité interministériel
pour les villes (CIV) ; l'arrêté du 19/09/84, portant création d'un comité de gestion du CIV ; les circulaires
relatives au CIV ; la circulaire n° 84-51 du 27/07/84, relative au projet de quartier ; la circulaire n° 84-13
du 04/07/84, relative aux « contrats familles » ; la circulaire n° 85-31 du 07/05/85, relative au
développement des programmes locaux de l'habitat ; les tableaux résumés des actions du CIV.
DRE O.BR; IA 20449(1988); D65-472; D59 B577; CDU 15621
La fongibilité des PLA et des PALULOS
MONITEUR DES TPB. (FRA). n° 88/8, 19 fév. 1988.- pp. 53
La réforme des prêts locatifs aidés (PLA) et de la prime à l'amélioration des logements à usage locatif et
à occupation sociale (PALULOS).
CDU
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE; MISSION BANLIEUES 89
Vers une civilisation urbaine ; assises de Nanterre, 20 et 21 mai 1989
Paris : DIV, 1989.- 215 p., 6 ann.
Réflexions et débats autour de cinq thèmes : le nouveau pouvoir des maires depuis 1983, les projets
pour la ville, vers une civilisation urbaine, les conditions politiques pour l'égalité urbaine, le Grand Paris.
CDU 24194; IA 27507; DRE 6465
HARBURGER Sylvie
HLM dégradées : le social au secours de l'économique
OBSERVATEUR DE L'IMMOBILIER. (FRA). n° 12-13, hiver 88 - printemps 89.- pp. 88-93, phot., tabl.
De 1984 à 1988, à travers les contrats de plan Etat-région, 18 régions se sont engagées à réhabiliter 148
quartiers d'habitat social en situation difficile, représentant 350.000 logements. En cinq ans, près de
50% de ces logements auront été réhabilités. L'évolution du désinvestissement dans ces quartiers, le
renversement de la tendance, les perspectives du réinvestissement social sont appréhendées.
CDU
Banlieues 89 : 116 réalisations. Manière de dire, manières de faire
Paris : Mission Banlieue 89, 1989.- 174 p., phot. coul.
Classement des projets Banlieues 89 depuis 1984, décrivant ainsi un savoir-faire : créer un centre ;
relier-désenclaver ; nouveaux espaces pour le commerce ; retrouver la géographie ; faire la ville avec le
transport ; réconcilier la route et la ville ; réparer-modifier ; les PLA-prêts locatifs aidés ; la ville qui
travaille ; la culture, les loisirs dans la ville ; inventer des projets intercommunaux.
CDU 22252; CP 3726; DRE 6968; IA 35705
Spécial réhabilitation : la France recompose ses villes
MONITEUR DES TPB. (FRA). n° 89/HS, sept. 1989.- 166 p., phot.
Un énorme effort de requalification et d'amélioration du bâti reste durablement nécessaire. Mesures
prises et à venir.
CDU
CONSEIL D'ARCHITECTURE D'URBANISME ET D'ENVIRONNEMENT DE LA SEINE-ST-DENIS.
BOBIGNY
La réhabilitation du logement social en France : « diables d'HLM »
Paris : MELTM, 1990.- 87 p., phot. coul. et noir/blanc (exposition réalisée par le CAUE de Seine-StDenis)
CDU 23696; IA 37491
62
FRANCE. ARCHITECTURE ET URBANISME (DIR.); DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE;
MISSION BANLIEUES 89
Pour en finir avec les grands ensembles. 12 grands ensembles en question. Assises Banlieues
89, Bron, 4 et 5 décembre 1990
Paris : DIV, 1990.- 63 p. + 191 p., phot.
Entre le discours d'ouverture du Président de la République et le discours de clôture du Premier ministre
les communications sont regroupées dans trois tables rondes. La première fait un bilan de l'action dans
les grands ensembles et analyse les perspectives ou le manque de perspective qu'on trouve dans les
douze communes examinées. La seconde fait référence à la ville républicaine, à la citoyenneté et la
troisième présente et discute la déclaration du droit à l'urbanité.
IA 29734; DRE 6783; CDU 25272
PIRON Olivier
DIRECTION DE LA CONSTRUCTION; FRANCE. ARCHITECTURE ET URBANISME (DIR.)
Urbanisme et politique de l'habitat. Rapport pour le Ministre délégué, chargé du Logement
Paris-La Défense : MELTE, 1990.- 74 p., bibliogr.
Fonder la civilisation urbaine en s'appuyant sur les droits des personnes est, depuis le début des années
90, l'objectif majeur pour les politiques d'urbanisme et d'habitat. Ce rapport, réalisé en avril 1990, pose le
problème des grands ensembles qu'il considère comme un des facteurs de déshumanisation de l'habitat.
Dans une première partie, il explicite les projets destinés à enrayer ce phénomène, et rappelle les
actions déjà mises en oeuvre. La deuxième partie porte sur les implications urbaines du droit au
logement. Elle étudie la dichotomie entre urbanisme et habitat, et propose une ligne politique de
rapprochement des deux domaines tout en faisant des propositions concrètes de mises en oeuvre de ce
rapprochement.
CDU 25595
SARDAIS Claude
FRANCE. ECONOMIE ET FINANCES (MIN.). INSPECTION GENERALE DES FINANCES. PARIS
Rapport sur la mise en oeuvre de la politique de la ville
Paris : Inspection générale des finances, 1990.- 126 p.
Rapport de mission sur les incidents de Chanteloup-les-Vignes et de Vaux-en-Velin réalisée dans le
cadre de l'étude sur la politique de la ville. Ces deux incidents ont mis en question la politique de la ville.
La politique de la ville s'est imposée, mais son système de mise en oeuvre limite son efficacité.
Observation de l'évolution des structures rassemblées par la réforme de 1988 par rapport aux objectifs de
cette dernière.
CDU 38323
La course à la réhabilitation
PARLEMENTS. (FRA). n° 17, 1990.- pp. 4-15, phot.
L'intérêt pour les actions de réhabilitation est caractéristique des années 90 : objectif d'un million de
HLM réhabilités dans les 5 ans ; investissement architectural ; opérations du GAN, de l'EDF et de la
SOGEA.
IA
Quartiers fragiles et développement urbain
POUR. (FRA). n° 125/126, déc. 1990.- 191 p., phot.
Numéro en trois parties : 1. les politiques de développement urbain impulsée par les ministères
concernés, relayée par des acteurs institutionnels (l'exemple de la Caisse des dépôts est présenté) ; 2.
série d'articles sur des quartiers ou des villes de France et d'Europe qui, à bien des titres, sont
symptomatiques d'un malaise général ; 3. interviews de responsables politiques, administratifs ou
associatifs locaux qui présentent les solutions qu'ils ont mis en place à leur niveau.
IAB B598; CDU
BRUSTON André
FRANCE. JUSTICE (MIN.)
Politique de la ville ou villes-cent politiques ? in Enjeux et apories des nouvelles politiques
publiques, vol.1
63
Vaucresson : CRIV, 1991.- pp. 55-72 (séminaire organisé dans le cadre du programme « Politiques
publiques, systèmes de valeurs et médiations sociales »)
En 1977, en matière d'aménagement de l'espace, on passe d'un modèle de planification urbaine à une
réflexion sur les situations du logement et de l'habitat, avec le rapport Guichard et les actions habitat et
vie sociale (HVS), annonciatrices de la politique des quartiers, des opérations DSQ et de Banlieues 89.
Après la décentralisation, le dispositif initial visait 125 quartiers puis, qui passent à 400 à la fin 1988 avec
la DIV. Enfin, le projet de Ministère de la Ville aboutit en 1990. Après la réhabilitation d'hier, l'insertion
occupe une grande place dans la politique de la ville alors que l'emploi s'avère une politique non traitable
à l'échelle des quartiers. L'idéologie de la globalisation et la confusion entre citadinité et citoyenneté sont
abordées. Le débat fait apparaître la nécessité de bien distinguer politiques publiques et programmes
d'action administrative. La question de la place et du rôle des grands corps et de la constitution de
nouveaux groupements professionnels en matière de politique de la ville est abordée.
CDU 38540(1)
DANIEL René
Loi d'orientation sur la ville : les règles du jeu
MONITEUR DES TPB. (FRA). n° 91/29, 19 juil. 1991.- pp. 12-15
La loi d'orientation sur la ville (LOV), plus connue sous le nom de loi Delebarre, constitue l'un des textes
les plus importants de la dernière session parlementaire. Inventaire des dispositions essentielles et des
moyens, pour les villes, de s'y conformer.
CDU
DE RUDDER Véronique ; GARIN-FERRAZ Ghislaine ; HAQUIN Bénédicte
PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Loi d'orientation pour la ville : séminaire chercheurs-décideurs
Paris : PCA, mai 1991.- 160 p. (coll. Recherches n° 20 ; programme Socio-économie de l'habitat)
La préparation du projet de loi d'orientation pour la ville (LOV) a conduit des services du Ministère de
l'Equipement (Direction de la construction, Direction de l'architecture, Plan urbain) à engager un effort
particulier autour de ce projet et des débats qui accompagnent sa discussion au Parlement. Une
quinzaine de chercheurs de différentes disciplines a été sollicitée pour participer à un séminaire avec les
« rédacteurs » du projet de loi et des représentants des services du Ministère de l'Equipement. Il leur
était demandé de réagir aux mesures envisagées et d'anticiper leurs effets. Ce document auquel est
annexé le texte de la loi, rend compte des quatre séances de ce séminaire.
PCA CS114BIS; CDU 27110; CP 4487; DCN 25-983
DELARUE Jean-Marie
Banlieues en difficulté : la relégation ; rapport au Ministre d'Etat, Ministre de la Ville et de
l'Aménagement du territoire
Paris : Syros/Alternatives, 1991.- 224 p.
Suite à une enquête de plusieurs mois auprès de 300 acteurs, élus, militants d'associations, chefs de
projet, travailleurs sociaux, l'auteur analyse avec finesse les causes de la dégradation des banlieues et
apporte des pistes pour de nouvelles pratiques. Cet ouvrage permet à la fois de poser les problèmes
politiques généraux, comme la définition d'une nouvelle citoyenneté, et de comprendre les réformes de
fonctionnement nécessaires des administrations concernées - Etat et collectivités locales -, pour qu'il
soit mis fin à la relégation dont souffrent aujourd'hui les habitants de ces quartiers en difficulté.
CDU 25257; IA 29724(2); CTM 10845
FABERON Jean-Yves
Les principes de la loi d'orientation pour la ville. Législation et jurisprudence
R. ADMINISTRATIVE. (FRA). n° 264, nov.-déc. 1991.- pp. 510-519
A quoi répond la loi d'orientation pour la ville (LOV), quelles mesures fixe-t-elle, quels en sont les
principes généraux, les bases de la politique de la ville ? La cohésion sociale dans la ville, la cohésion
entre la ville et le reste du territoire, la réalisation de logements sociaux, les actions spécifiques aux
quartiers anciens et aux quartiers récents dégradés et la concertation sont les thèmes principaux
abordés par cette loi.
CDU
FRANCE. ARCHITECTURE ET URBANISME (DIR.)
64
La loi d'orientation pour la ville. Documents de présentation
Paris : DAU, 1991.- 21 fiches
CDU 25182
TOUBON Jean-Claude ; TANTER Annick
Les grands ensembles et l'évolution de l'intervention publique
HOMMES ET MIGRATIONS. DOCUMENTS. (FRA). n° 1147, oct. 1991.- pp.6-18, phot.
Pour comprendre les phénomènes sociaux actuels et les objectifs poursuivis par les politiques
publiques, il est nécessaire de replacer ces éléments dans une perspective historique.
CDU
Cartes postales pour un bilan. Régions, état des lieux
URBANISMES ET ARCHITECTURE. (FRA). n° 251, oct. 1991.- pp. 54-65, phot., cartes
Etat des réalisations, de la situation et des urgences dans les 18 régions concernés par les 148
quartiers ayant fait l'objet d'opérations DSQ, dans le cadre de contrats de plan Etat-région entre 1984 et
1988.
CDU
La décennie gâchée des grands ensembles, dix ans après Dubedout
URBANISMES ET ARCHITECTURE. (FRA). n° 251, oct. 1991.- pp. 34-85, phot., cartes
Bilan de la politique urbaine suivie depuis dix ans. Bilan de l'application des propositions Dubedout de
1982. Analyse du rapport Delarue. Esquisse de typologie urbaine des 148 quartiers concernés par des
contrats DSQ. Bilan des réalisations dans ces quartiers. Exemples de La Rochelle-Mireuil et des
Bosquets à Montfermeil.
CDU
COMBY Joseph ; GUILBERT Lionel
La loi d'orientation pour la ville
OBSERVATEUR DE L'IMMOBILIER. (FRA). n° 21, 1992.- pp. 37-45, tabl., phot.
La responsabilité des politiques urbaines : la décentralisation a confié les pouvoirs d'urbanisme à la
commune, cadre trop étroit pour résoudre les problèmes des grandes agglomérations ; elle montre la
difficulté d'instaurer une véritable politique sociale du logement au-delà de la politique classique du
logement social locatif. Le « cadre de cohérence » crée par la LOV pour corriger les effets ségrégatifs du
développement économique et leur amplification par le jeu des finances des collectivités locales.
IA P.290; CDU
DONZELOT Jacques ; ESTEBE Philippe
COMITE INTERMINISTERIEL POUR LES VILLES
Le développement social urbain : constitution d'une politique, 1982-1992
Paris : CIV, nov. 1992.- 118 p. (Comité d'évaluation de la politique de la ville)
Premier volume d'une série de quatre rapports proposant une évaluation de la politique de la ville
(stratégie et méthode d'action, insertion par l'économique, réhabilitation et désenclavement,
requalification du service public, programmes école et prévention). La première partie de ce rapport
examine la politique de développement social urbain (DSU) : elle en dresse un bilan, évaluant si le DSU
est un assemblage occasionnel de palliatifs politiques classiques ou la mise en oeuvre d'une démarche
réellement novatrice. La seconde partie examine dans quelle mesure cette démarche a réussi à sortir du
domaine expérimental en analysant son entrée « en politique ».
CDU 27315; IA 32475; EPC FC1710; IAB 2920
LANGUMIER J.-F.
CONFEDERATION FRANCAISE POUR L'HABITATION L'URBANISME ET L'AMENAGEMENT DU
TERRITOIRE
La politique de l'habitat en France, partagée entre les prescriptions de solidarité nationale et
les régulations locales dans le cadre de la décentralisation. 5ème conférence internationale de
recherche sur l'habitat. Montréal 7-10 juillet 1992
Paris : COFHUAT, 1992.- non pag., bibliogr. (Cahier n° 3/92)
Analyse critique de la politique de la ville et des quartiers à travers l'examen des modalités de mise en
oeuvre souvent contradictoires de la loi d'orientation pour la ville (LOV) et de la loi du 6 février 1992 sur
65
l'administration territoriale de la République. Exposé des problèmes majeurs visés par la politique de la
ville (violence, ségrégation, etc.), des objectifs sociaux et d'insertion, de la mise en place des dispositifs
publics d'intervention et du rôle des collectivités territoriales au regard de la politique de l'habitat.
CDU 27280
SEMBENE Mamadou
GROUPE DE RECHERCHE ET D'ECHANGES TECHNOLOGIQUES. PARIS
Le système de développement social urbain en France. Tome 1- Synthèse. Tome 2- Annexes,
bibliographie
Paris : GRET, 1992.- 2 vol. (55 + 31 p.), cartes, graph., ann., bibliogr.
Ce document est consacré au système de développement social urbain (DSU) en France. La première
partie est consacrée à son historique depuis les décennies d'après-guerre à la nouvelle politique définie
en 1988. La seconde partie reprend les données de cadrage et les moyens de mise en oeuvre des
politiques de DSU. Elle présente également les dispositifs et les structures d'insertion avec la convention
ville habitat (CVH), le contrat de ville et le pacte urbain de l'arc nord-est au niveau de la ville, la
convention de quartiers, les missions locales des jeunes et le PAIO, et les centres communaux de
prévention de la délinquance (CCPD) au niveau du quartier. Enfin, il existe des structures d'insertion par
l'économique : les entreprises d'insertion, les associations intermédiaires, les régies de quartier, les
chantiers-écoles et l'insertion par l'économique dans les organismes HLM. La troisième partie est
composée de constats et d'éléments de réflexion, notamment sur l'espace local et le jeu des acteurs, la
participation et la démocratie locale, le droit à l'existence des quartiers populaires, la relégation et les
prémisses de « ghettorisation ».
CDU 39567(1-2)
GEINDRE François ; LA GORCE Gilles de
FRANCE. COMMISSARIAT GENERAL AU PLAN
Villes, démocratie, solidarité : le pari d'une politique
Paris : Le Moniteur - La Documentation française, 1993.- 238 p., tabl. (coll. Préparation du XIe Plan)
Le groupe « Villes » présente un diagnostic des problèmes sociaux urbains et un bilan des actions
entreprises dans le cadre de la politique de la ville. Il souhaite une poursuite de cette politique et son
orientation autour des objectifs de lutte contre l'exclusion, de démocratie locale et de conciliation des
interventions sociales, économiques et urbaines.
IA 32500(2); MV B7136; CP 4554; CDU 27806; DCN 25-977; EPC NY4402
LOIRE-ATLANTIQUE. EQUIPEMENT (DIRECTION DEPARTEMENTALE). NANTES
La nouvelle politique de la ville. Les thèmes, les textes, les financements
Nantes : DDE, 1993.- non pag., ann., phot. (étude réalisée par le Service de l'habitat et du logement)
Ce document présente en détail l'ensemble du dispositif mis en place par l'Etat en matière de politique
de la ville et de développement social urbain. Exposé et commentaires des textes de loi ; présentation
des sources de financement de chacune des actions. Il est question : du Conseil national des villes, du
Comité interministériel pour les villes ; du Fonds social urbain, du projet de quartier, des contrats de ville,
des conventions ville-habitat, des conventions DSQ, des conventions de quartier habitat et vie sociale
(HVS), des opérations programmées d'amélioration de l'habitat (OPAH), etc.
CDU 28382
SAUVAGE A. ; ROGINSKI A.
UNIVERSITE DE HAUTE-BRETAGNE. LABORATOIRE DE RECHERCHES ECONOMIQUES ET
SOCIALES. RENNES ; DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE; PLAN CONSTRUCTION ET
ARCHITECTURE
Programme national d'évaluation de la politique de la ville ; approche territoriale - Maurepas,
Le Blosne à Rennes
Rennes : LARES, 1993.- 153 p., graph.
L'évaluation entreprise sur Rennes concerne deux quartiers situés en opération DSQ : Maurepas, Le
Blosne. Ces deux lieux représentent des situations urbaines intéressantes. Ne permettraient-elles pas,
dans des lieux déjà soumis à des actions publiques anciennes, de faire apparaître, par différence, ce
qu'apportent les opérations DSQ. Deux grands volets ont été retenus pour réaliser l'examen de la
conduite de la politique publique. Le premier porte sur la mémoire : la politique DSQ prend le « train de
l'histoire » en marche. Il s'est agit de rappeler l'importance du secteur, le contexte de son édification, les
66
modes d'appropriation engagés par les habitants, les modes d'organisation auxquels ils sont arrivés, les
types de politiques sociales dont ils ont pu être le théâtre. Le second volet vise à rendre compte des
conditions dans lesquelles la politique dite « DSQ » s'est développée sur les deux quartiers, les résultats
et les effets qui semblent acquis en cours de procédure.
PCA B659; CDU 29471
Habitat et planification urbaine : loi d'orientation pour la ville
C. DE L'HABITAT. (FRA). n° 20, fév. 1993.- 83 p., phot., plans, cartes
Eléments d'information et repères méthodologiques pour les acteurs locaux responsables de l'urbanisme
et de l'habitat, suite à la publication des principaux textes d'application de la loi d'orientation pour la ville
(LOV). Thèmes abordés : les programmes locaux de l'habitat, le marché du logement ; l'habitat dans la
planification urbaine ; la LOV et le foncier, l'aménagement des quartiers existants (quartiers anciens et
grands ensembles).
CDU
Politique de la ville : comment gérer l'après DSQ ?
URBAPRESS INFORMATIONS. (FRA). HS n° 6, 1993.- 42 p. (coll. hors-série Prospectives n° 6)
Etat des lieux de la politique de la ville : quel poids a-t-elle sur le développement du chômage et sur le
rôle de l'Etat ? Portraits de quatre professionnels qui ont lutté contre l'exclusion urbaine. Quatre profils
de villes témoignent de la réalité des quartiers difficiles, à la fois mouvante et différenciée.
DCN 25-986; CDU 32518
ASSOCIATION PPOUR LA RECHERCHE SUR L'ARCHITECTURE ET LA VILLE ; PLAN
CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
La réhabilitation des grands ensembles ; anthologie 1974 - 1994
Sl. : ARAV, 1994.- n.p., plans, schémas, phot., ill., bibliogr.
Dans les années 70, les critiques à l'encontre des grands ensembles se multiplient : manque
d'équipements, dégradations, monotonie de l'architecture et impact sociologique négatif. Ces critiques,
qui gagnent les milieux politiques, sont à l'origine d'une politique de réhabilitation dont la première phase
est marquée par l'action du Comité habitat et vie sociale (HVS). En 1977, PAN 9 (programme
architecture nouvelle) amorce une réflexion sur une amélioration globale susceptible d’amener un
changement réel des conditions de vie dans les quartiers en cause. Le constat selon lequel
l'amélioration du bâti reste sans effet réel sur les problèmes sociaux, mène en 1981 à une nouvelle forme
de réhabilitation - le développement social des quartiers (DSQ) - qui prend progressivement une
dimension urbaine : c'est l'intégration des ensembles à la ville qui s'annonce, parallèlement aux projets
« Banlieue 89 » de R. Castro et de M. Cantal-Dupart, dont l'ambition est de sortir des limites du quartier
pour penser la périphérie comme un tout. La notion de projet urbain, utilisée pour la première fois en
1984, aborde le problème des grands ensembles à l'échelle de la ville et de l'agglomération. Aujourd'hui,
la tendance n'est plus à la négation de l'architecture des grands ensembles, mais à l'identification
patrimoniale de ces derniers.
PCA C338
CASTRO Roland
Civilisation urbaine ou barbarie
Paris : Plon, 1994.- 187 p.
Essai sur l'évolution de l'architecture, de l'urbanisme, de la politique urbaine, en France, depuis les
années 30 jusqu'à aujourd'hui.
IA 35428; CDU 30566; DRE 7583
DELARUE Jean-Marie ; MAYET Pierre ; HARBURGER Sylvie ; CARRERE Gilbert
Les politiques de la ville
R. FRANC. D'ADMINISTRATION PUBLIQUE. (FRA). n° 71, juill.-sept. 1994.- 558 p., bibliogr., tabl.
Les nombreux articles réunis dans ce numéro s'interrogent sur l'adaptation de l'administration publique à
la question urbaine née aux débuts des années 80. Ils traitent ainsi de nombreux aspects de l'exclusion,
des « banlieues difficiles », et risquent des comparaisons avec des villes européennes et américaines.
Au travers des témoignages d'élus et de responsables locaux, la politique de la ville est analysée en
détail.
CDU 31897
67
HOUBART Madeleine ; BADIE Catherine ; BERTHIER Isabelle ; ALLAMAN Martine
Politique de la ville : les grands projets urbains
DIAGONAL. (FRA). n° 110, déc. 1994.- pp. 10-33, phot.
L'Etat affiche, avec les grands projets urbains (GPU), une louable ambition : sortir de l'ornière douze
quartiers en crise en y investissant sur le long terme en capital et en intelligence. Ce dossier présente
les actions menées dans ce cadre sur Gennevilliers, Montfermeil, Aulnay-sous-Bois, Roubaix, Grigny,
Vaulx-en-Velin, etc.
CDU
MARIEU Jean
INSTITUT D'AMENAGEMENT. BORDEAUX ; DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Dix ans de politique de développement social des quartiers en Aquitaine (1984-1993). Un essai
d'évaluation
Bordeaux : Institut d'aménagement, 1994.- 137 p., fig., tabl., plans, bibliogr. (réalisé avec le
cofinancement du SGAR et du Fonds d'action sociale)
Les objectifs, les méthodes et les terrains de la politique de DSQ en Aquitaine sur une dizaine d'années.
Les stratégies utilisées, comme les projets de quartier sans développement du type Saint-Michel à
Bordeaux, l'Ousse-des-Bois à Pau et Montanou à Agen, ainsi que les projets de développement du type
Le Peyrouat à Mont-de-Marsan, Les Hauts-de-Garonne et Sainte-Croix à Bayonne. Le logement et
l'habitat, le développement social urbain et l'exercice des compétences.
IAB 3730
PARKINSON Michael ; LE GALES Patrick
Politiques de la ville en France et en Grande-Bretagne : étude comparative
Paris : Conseil franco-britannique, 1994.- 63 p., tabl.
Etude comparative des politiques urbaines de la France et de la Grande-Bretagne. Bilan des résultats
obtenus et des carences constatées du système décentralisé français et du système centralisé
britannique. Analyse des priorités affichées dans les deux pays : la réhabilitation des centres urbains, la
conversion des friches industrielles, la lutte contre les nuisances urbaines pour les britanniques ;
l'emploi, le développement économique, l'intégration et la lutte contre la ségrégation urbaine en France.
CDU 29893; IA 35846; EPC NY5042
VEYRINAS Françoise de
Rapport à Monsieur le Premier ministre portant sur trois domaines prioritaires de la politique
de la ville : l'emploi des jeunes des quartiers, l'insertion des jeunes, le rôle de la famille et des
femmes
Paris : Conseil national des villes, 1994.- 47 p., tabl.
Neuf propositions sont présentées afin de lutter contre le sentiment de désespérance qui touche un
nombre croissant de jeunes ; elles reprennent des initiatives concrètes mises en oeuvre dans les
quartiers.
IA 35646; CDU 30702
Grand projet urbain et politique de la ville
ENSEMBLES. LES CAHIERS. (FRA). n° 3, mai 1994.- 7 p.
Ce document présente les objectifs, les actions et la mise en oeuvre des grands projets urbains (GPU)
conduits par l'Etat, en association avec les collectivités locales, sur les quartiers en grandes difficultés.
IA T.6172(3); CDU
BERSANI Catherine ; DIEBOLD Marie-Claude ; BADIE Catherine ; ALLAMAN Martine
Politique de la ville
DIAGONAL. (FRA). n° 111, fév. 1995.- pp. 45-53, phot.
Ce dossier sur la politique de la ville montre comment et pourquoi l'intervention dans les quartiers doit
s'appuyer sur une démarche de projet volontariste et soutenue par l'Etat. Présentation des expériences
de développement social et urbain du Mantois et de la ville de Toulouse.
CDU
CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE
68
Le développement social urbain, une politique nationale, des politiques locales. Colloque
national, Lille Marcq-en-Baroeul, 9 et 10 février 1995
Paris : Editions du CNFPT, 1995.- 113 p.
La rencontre nationale a pour objectif de favoriser l'échange d'expériences locales, de dresser un bilan de
l'organisation technique et politique des villes face à la nécessité de territorialiser et de coordonner
l'action des services, de cerner la place et le rôle des chefs de projet dans ce nouveau contexte,
d'analyser les modalités de mise en oeuvre des contrats de ville.
IA 36404; CDU 31415
FONDATION NATIONALE DES SCIENCES POLITIQUES. PARIS
La ville : objet politique, objet de politiques
R. FRANC. DE SCIENCE POLITIQUE. (FRA). Vol. 45, n° 1, fév. 1995.- pp. 3-130, bibliogr.
La légitimité des réseaux de politiques publiques, le passage du gouvernement des villes à la
gouvernance urbaine, la théorie des choix rationnels en relation avec la politique, l'institutionnalisation de
la politique de la ville.
IA 36651; CDU 32018
MINISTERIO DE OBRAS PUBLICAS, TRANSPORTES Y MEDIO AMBIENTE
Rehabilitación urbana. Análisis comparado de algunos países de la Unión europea (Alemania,
Bélgica, Dinamarca, Francia, Italia y Portugal)
Madrid : Min. Obras públicas, Transportes y Medio ambiente, 1995.- 236 p., ill.
Contexte général de la réhabilitation : structures politico-administratives et niveaux de compétences
dans les différents pays ; origine et évolution de la notion de protection et instruments législatifs ; la
législation urbaine et les outils de planification ; méthodes de conception et d’aide à la réhabilitation. Des
exemples dans six pays de la Communauté européenne.
CDU 53205
STEBE Jean-Marc
La réhabilitation de l'habitat social en France
Paris : PUF, 1995.- 127 p., tabl., bibliogr. (coll. Que sais-je ?, n° 2987)
Après avoir montré que la politique de réhabilitation des cités HLM s'inscrivait dans la longue histoire du
logement social, l'étude présente les grandes étapes de cette politique et s'interroge sur les objectifs, les
moyens, les acteurs et les paradigmes de la réhabilitation.
IA 36665; CDU 31967
Bilan d'une année d'actions : emploi / éducation et service public / prévention de la
délinquance / habitat
ENSEMBLES. LA LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 11, mars 1995.- pp. 3-6
Bilan des mesures adoptées cette année par le Comité interministériel à la ville dans le cadre de la
politique de la ville. Ces mesures concernent: l'emploi dans les quartiers, l'éducation, la qualité et la
présence des services publics, la lutte contre la délinquance, la réhabilitation des logements, la diversité
de l'habitat et les contrats de ville.
CDU
Les grands projets urbains
ENSEMBLES. LA LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 12, avr. 1995.- pp. 3-6, phot.
Le programme des grands projets urbains vise, sur douze sites, à entreprendre une restructuration en
profondeur des formes urbaines pour insérer ces quartiers au sein de la ville.
IA P.177; CDU
La politique de la ville et du développement social urbain
ENSEMBLES. LES CAHIERS. (FRA). n° 5, juin 1995.- 16 p.
Ce document présente l'organisation de la politique de la ville et du développement social urbain. Il traite
des modes d'intervention de l'Etat (contrats de ville, grands projets urbains et autres procédures
contractuelles), du programme d'action pour l'habitat, l'emploi, les services publics et la prévention de la
délinquance. La dernière partie présente les dispositifs institutionnels et les moyens financiers
consacrés à la politique de la ville.
CDU; IA T6172(5)
69
BELMESSOUS Hacène
Regards sur Vaulx-en-Velin
URBANISME. (FRA). n° 287, mars-avr. 1996.- pp. 28-33, phot.
Au milieu des années 80, Vaulx-en-Velin participe à l'expérience DSQ après l'opération habitat et vie
sociale (HVS) en 1978. Puis, elle intègre le contrat de ville en 1994 et entre dans le grand projet urbain
(GPU) en 1994. La ville est pressentie pour être une des 30 zones franches du pacte de relance pour la
ville (PRPV). Les objectifs du GPU et du PRPV sont analysés.
IA P.414; CDU
BRILLAUD Eliane
FRANCE. CENTRE DE DOCUMENTATION SUR L'URBANISME ; FEDERATION NATIONALE DES
AGENCES D'URBANISME
L’habitat social au coeur de l'urbanisme. Modèles, réalisations, réhabilitations. Bilans et
prospective. Orientation bibliographique
Paris-La Défense : Ed. Villes et territoires, 1996.- 95 p.
Bibliographie et résumés d'ouvrages traitant de la naissance et de l'évolution des problématiques sur
l'urbanisme, l'habitat et le logement social en Europe. La première partie est consacrée à l'histoire de
l'urbanisme jusqu'en 1975 et à une approche thématique de la recherche depuis 1975 (aménagement du
territoire, politique et droit de l'urbanisme, urbanisme municipal, prospective urbaine...). La seconde
partie traite de l'histoire du logement social jusqu'en 1975, puis propose une approche thématique depuis
1975 (politiques de réhabilitation urbaine, développement social urbain, politique du logement, droit au
logement...).
CDU 33349; IA 37963; CTM 14259; DRE D.CDU.14
BLANC-COQUAND Carole (dir.); HEUDRON Christelle (dir.); LE GAD René (dir.)
INSTITUT DE GEOARCHITECTURE
A la recherche de la ville perdue. Actes du colloque des 13 et 14 octobre 1994, Brest
Paris : L'Harmattan, 1996.- 207 p., ill., bibliogr.
Réflexion rétrospective et évaluation des politiques de la ville sur les quartiers en difficultés. Les
réflexions et expériences proposées s'ordonnent autour des thèmes suivants : historique des politiques
urbaines en France depuis l'après-guerre ; analyse des causes du développement des grands ensembles
et de l'habitat pavillonnaire ; comparaison de la situation française avec celle d'autres pays européens
(Grande-Bretagne, Danemark) ; bilan de la politique de la ville et des expériences de développement
social urbain ; définition des nouveaux enjeux, notamment l'émergence possible d'une politique
européenne. Deux exemples locaux font l'objet d'analyses spécifiques : Toulouse-Le Mirail (« Réflexions
sur les réalités du fonctionnement urbain et social ») et Brest (« Situation et évolution de l'habitat privé
d'après-guerre »).
CDU 33669
FARGEOT Bernard
PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
La réhabilitation 1977-1994 ; fait ou mode de production urbaine ?
Paris : PCA, 1996.- 227 p., graph., bibliogr.
La réhabilitation est un protocole particulier et autonome. A parcourir les sites de la réhabilitation, une
démultiplication des cas de figure apparaît : il serait plus à propos d'utiliser le pluriel et d'étudier les
réhabilitations et non la réhabilitation. Celle-ci désigne en fait trois à quatre mille sites regroupant près de
trois millions de logements. L'étude explore les réhabilitations comme opérations et la réhabilitation
comme protocole. La réhabilitation est-elle synonyme, élément, partenaire d'un champ plus général qui
serait le développement social urbain ? le singulier s'applique-t-il aux opérations ? le pluriel représente-t-il
l'unicité d'un protocole ? La réhabilitation est un protocole d'opérations de réhabilitation. A ce titre, son
histoire est autonome, mais liée aux évolutions de contextes urbains. La ville conjugue en permanence
deux phénomènes d'évolution : extension, mais aussi concrétion. Tous éléments circonstanciels mis de
côtés, la réhabilitation ne serait-elle pas devenue une large part du monde contemporain de production
de la ville ?
PCA C391; CDU 33603
IDRAC Francis
70
Le pacte de relance pour la ville
REGARDS SUR L'ACTUALITE. (FRA). n° 222, juin 1996.- pp. 19-34, cartes
Délégué interministériel à la ville et au développement social urbain, Francis Idrac décrit les axes
majeurs du pacte de relance pour la ville, présenté le 18 janvier 1996 par Alain Juppé. Il les restitue dans
la continuité de la politique de la ville et fait le point sur les moyens nouveaux accordés à cette politique.
CDU
LARCHER Gérard
FRANCE. SENAT
Rapport adopté par l'Assemblée nationale, après déclaration d'urgence, relatif à la mise en
oeuvre du pacte de relance pour la ville : tomes I et II
Paris : Sénat, 1996.- 367 + 116 p.
Tout en approuvant les grandes lignes du projet de loi et l'approche globale proposées par le
gouvernement, la commission spéciale présidée par Jean-Pierre Fourcade a considéré que la réussite du
pacte de relance pour la ville serait conditionnée par la possibilité, pour les pouvoirs publics, de relever
trois défis majeurs : la sécurité, la cohérence des actions de l'Etat, la cohésion sociale au plan local.
Tirant les conséquences de l'expérience des zones franches à l'étranger et de celle des zones
d'entreprises en France, la commission propose d'apporter au projet de loi des modifications : des
modalités de compensation financière pour les collectivités territoriales et un dispositif plus lisible et plus
incitatif, un élargissement du régime d'exonérations sociales pour favoriser l'emploi, un renforcement des
instruments de la politique du logement, des procédures déconcentrées pour l'Etablissement public
national pour l'aménagement et la restructuration des espaces commerciaux et artisanaux, la prise en
compte des associations dans la politique de la ville, l'adaptation aux spécificités de l'Outre-Mer.
IA 37827(1-2)
LECOMTE Philippe
Mesures de compensation pour quartiers défavorisés
MONITEUR DES TPB. (FRA). n° 4853, 29 nov. 1996.- pp. 54-56, ill.
Le pacte de relance pour la ville a été traduit dans une loi publiée au Journal officiel du 15 novembre
1996. Le dispositif repose sur une distinction géographique très subtile entre zones urbaines sensibles,
zones de redynamisation et zones franches urbaines.
CDU
MENARD François
Logement et habitat
INFORMATIONS SOCIALES. (FRA). n° 53, 1996.- pp. 81-95
A travers les articles d' « Informations sociales », l'auteur entreprend la reconstitution d'une histoire
sociale du logement et de l'habitat, marquée par des événements de référence : la question des grands
ensembles, résultat d'une rencontre entre la reconstruction et l'influence des tenants de la Charte
d'Athènes (1964) ; l'amélioration du logement existant (1967) dans le cadre de la campagne soutenue
par les PACT (propagande et action contre le taudis) ; en 1970, une étude sur les grands ensembles met
en avant l'exigence de la qualité de l'environnement contre les logiques techniciennes ; le rôle de
l'animation en milieu urbain (1973) ; l'APL est instituée en 1977 et les premiers DSQ datent de 1982. Cet
inventaire laisse entrevoir un passage de la question du logement, envisagée en tant que problème
social, à une pratique concrète de l'intervention sociale.
CDU
Commentaire de la loi relative à la mise en oeuvre du pacte de relance pour la ville
ENSEMBLES. LES CAHIERS. (FRA). n° 7, déc. 1996.- 12 p., tabl.
La loi relative à la mise en oeuvre du pacte de relance pour la ville est présentée, article par article. Les
principes généraux, puis les dispositions relatives aux thèmes suivants, sont commentés : maintien et
création d'activités et d'emplois dans certaines zones urbaines (régime fiscal et exonérations) ;
aménagement urbain, aménagement des espaces commerciaux et artisanaux ; habitat, copropriétés et
ensembles d'habitat prive en difficulté ; vie associative.
CDU; IA T.6172(7)
Le Conseil national des villes et le pacte de relance pour la ville
VILLE ET QUARTIERS. (FRA). n° 2, mars 1996.- pp. 23-25
71
Lors de l'élaboration du pacte de relance pour la ville, arrêté en janvier 1996, le Conseil national des
villes, créé en 1994, a joué un important rôle de consultant sur les points suivants : mise en place des
zones franches, politique d'insertion professionnelle des jeunes dans les quartiers défavorisés, création
et mode de financement des emplois de ville, évaluation de la politique de la ville. Il insiste, d'autre part,
sur les principes suivants : nécessité d'une réflexion et d'une action concertée entre les partenaires
(l'Etat et les communes), importance de la communication, nécessité du lien entre la politique de la ville
et la politique de lutte contre l'exclusion.
CDU
Mise en oeuvre du pacte de relance pour la ville : protocole du 6 juin 1996 entre les ministères
de l'Economie, de l'Aménagement du territoire, de la Ville, du Logement et l'UNFOHLM
MONITEUR DES TPB. (FRA). n° 4829, 14 juin 1996.- p.354
IA P.272; CDU
Le pacte de relance pour la ville
ENSEMBLES. LES CAHIERS. (FRA). n° 6, juillet 1996.- 12 p.
Le pacte de la relance pour la ville, présenté le 18 janvier 1996, contient un ensemble de mesures
organisées autour de trois objectifs principaux : retour de l'activité et de l'emploi dans les quartiers
défavorisés (exonération de charges accordées aux entreprises, restructuration des équipements
commerciaux, création d'emplois de ville) ; renforcement de la paix publique (prévention et répression) ;
amélioration des conditions de vie quotidienne dans les quartiers (mixité sociale, restructuration urbaine,
amélioration des services publics). Après avoir précisé la géographie d'application de ces dispositifs, ce
supplément détaille les principales mesures et les présente sous forme de tableaux.
CDU; IA T.6172(6)
Politique de l'emploi et politique de la ville : les mesures emploi et les quartiers en difficulté
HORIZONS ILE-DE-FRANCE. (FRA). n° 32, oct. 1996.- 40 p., ann.
La manière dont les diverses mesures emploi sont mises en oeuvre dans les quartiers faisant l'objet de
la politique de la ville est évaluée par une enquête statistique nationale de la DARES et par une enquête
qualitative réalisée dans huit régions dont l'Ile-de-France. D'une commune à l'autre, d'un département à
l'autre, l'attitude à l'égard des quartiers défavorisés varie. Des lieux-ressources se créent au coeur des
quartiers sous des formes diverses ; deux exemples à Grigny-La Grande Borne et dans les quartiers
nord d'Aulnay-sous-Bois sont présentés. Les conditions d'utilisation des mesures pour les jeunes et des
mesures pour les adultes sont exposées.
IA P.195
La politique de la ville : adapter les dispositifs à la gravité de la situation
ENSEMBLES. LA LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 21, fév. 1996.- pp. 2-6
Le pacte de relance pour la ville, présenté le 18 janvier 1996 par Alain Juppé, Premier ministre, s'articule
autour des zones franches, des zones de redynamisation urbaine et des zones urbaines sensibles, dans
l'objectif de créer de l'activité et des emplois, rétablir la paix publique, rénover les logements et renforcer
la présence des services publics.
CDU
Réinsérer les grands ensembles
PROJET URBAIN. (FRA). n° 9, oct. 1996.- 23 p., ill.
L'action urbaine sur les grands ensembles est à nouveau à l'ordre du jour de l'Atelier projet urbain. La
reconquête des grands ensembles des années soixante est soumise à deux alternatives : les éradiquer
par démolition et substitution, selon l'expérience britannique de Hulme à Manchester, ou les réinsérer
pleinement au point de ne plus les distinguer des autres quartiers de la ville, à l'instar du quai de Rohan
à Lorient et du quartier Braque et de l'Orme à La Courneuve. Le débat reste ouvert et la confrontation
avec l'expérience européenne est enrichissante. Outre les exemples de Manchester, Lorient (où la
réussite du projet repose sur l'idée de partenariat et d'implication des habitants) et La Courneuve,
d'autres thèmes sont évoqués : réinsertion urbaine rime avec réinsertion sociale ; analyse et évolution
des grands projets urbains ; patrimonialisation des grands ensembles réhabilités ; projet urbain intégré à
l'histoire, à la culture, à la vie des habitants et à la spécificité du site ; le parcours d'architecte de Roland
Castro ; l'influence de Le Corbusier sur le mouvement moderne et certaines de ses conséquences.
72
CDU
CHALINE Claude
Les politiques de la ville
Paris : PUF, 1997.- 127 p., bibliogr. (coll. Que sais-je ?, n° 3232)
Après avoir cerné le malaise social urbain, montré les faits générateurs des précarités urbaines et traité
de l'insécurité urbaine, l'étude examine les caractéristiques de la politique française de la ville. Les
objectifs d'amélioration du cadre et des conditions de vie et les objectifs de régénération par
l'économique sont développés.
IA 38237; CDU 34197
DAMON Julien
La politique de la ville
PROBLEMES POLITIQUES ET SOCIAUX. (FRA). n° 784, 9 mai 1997.- 82 p., bibliogr.
Née il y a une vingtaine d'années de la nécessité de réhabiliter les grands ensembles, la politique de la
ville est devenue une priorité pour les responsables publics. Cet ouvrage s'efforce de répondre aux
principales questions qu'on se pose à son sujet : quels sont les éléments du diagnostic qui fondent cette
politique ? quels sont ses champs d'intervention, ses procédures, ses acteurs ? doit-elle privilégier
l'urbain ou le social, le développement économique ou la solidarité ? jusqu'où doit être poussée sa
logique de discrimination positive vis-à-vis des quartiers défavorisés?
DRE 8232; DCN 25-1077; CDU 35274; CP 6069
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE ; FRANCE. AMENAGEMENT DU TERRITOIRE VILLE
ET INTEGRATION (MIN.)
Pacte de relance pour la ville. Etat d'avancement, un an après sa présentation par le Premier
ministre à Marseille le 16 janvier 1996
St-Denis-La Plaine : DIV, 1997.- 96 p.
Etat d'avancement, à l'issue d'un an, du programme défini dans le pacte de relance pour la ville en janvier
1996. Cinq aspects du programme sont examinés : création d'emplois et d'activités, lutte contre
l'insécurité, égalité des chances scolaires, mixité sociale dans l'habitat, renforcement du partenariat,
actualisation de la géographie des quartiers en difficulté (zones franches...), renforcement des services
publics.
CDU 34904; IA 38566
GINET Pierre
Analyse géopolitique de 14 ans de politique de la ville dans la Communauté urbaine de Lille
HOMMES ET TERRES DU NORD. (FRA). n° 1997/1, mars 1997.- pp. 38-46, bibliogr.
La politique de la ville dans la CUDL : en 1982 avec le DSQ puis en 1989-93 avec les contrats de ville et
d'agglomération. La phase actuelle, 1994-98, voit la politique de la ville s'essouffler. A la politique des
débuts, dans une métropole pilote, succède la gestion de procédures complexes et lourdes. Le concept
de « ville renouvelée » laisse espérer une sortie de crise. Il suppose que soient réglées plusieurs
questions : l'intercommunalité, l'investissement du secteur privé, la maîtrise d'oeuvre urbaine et la
gestion de la citoyenneté.
CDU
JEGOUZO Yves
GROUPEMENT DE RECHERCHE SUR LES INSTITUTIONS ET LE DROIT DE L'AMENAGEMENT
La loi du 14 novembre 1996 relative à la mise en oeuvre du pacte de relance pour la ville et la
globalisation des politiques urbaines. in Annuaire français du droit de l'urbanisme et de
l'habitat, année 1996
Paris : Dalloz, 1997.- pp. 5-28 (aide à l'édition du Plan urbain)
Commentaire de la loi du 14/11/1996 relative à la mise en oeuvre du pacte de relance pour la ville. Cette
loi, qui apparaît comme un instrument de « globalisation des politiques urbaines », possède un triple
impact. Le premier concerne le développement économique et social, qui passe par la définition d'un
nouveau zonage urbain et la création de régimes dérogatoires applicables aux différentes zones urbaines
sensibles. Le second consiste en une réorientation de l'aménagement urbain, fondée sur le renforcement
des procédures foncières de restructuration des quartiers en difficulté (modification du régime des
associations foncières urbaines et du droit d'exproprier), ainsi que sur la définition de nouveaux outils
73
institutionnels de l'aménagement urbain. Enfin, le dernier a trait à la politique de l'habitat, à la fois
renforcée dans ses instruments actuels et complétée par la création des plans de sauvegarde.
CDU 35659; PU 2296; IA 39140(1996); MV B8925
LELEVRIER Christine
Politique de la ville : 20 ans de procédures et de débats
HABITAT. (FRA). suppl. n° 17, avr. 1997.- pp. 2-16, phot., tabl., bibliogr.
Le terme de « politique de la ville » s'impose à la fin des années 80. Il désigne alors un ensemble de
dispositifs de lutte contre l'exclusion urbaine et sociale. L'action en faveur des quartiers dits tour à tour
sensibles, dégradés ou en difficulté en constitue le socle. Jamais, une politique n'a suscité autant de
controverses et rassemble paradoxalement un tel consensus politique. Remise en cause par certains
pour son inefficacité, elle est considérée par d'autres comme un mode d'intervention publique innovant en
réponse à la nouvelle question sociale. Réinventée à chaque changement politique ou vague d'incidents
dans les banlieues, la politique de la ville existe pourtant depuis vingt ans. Après ces vingt années
d'expérience, les principes et les objectifs de cette politique restent flous et parfois contradictoires. Ils
continuent de poser des questions qui dépassent le cadre de cette politique et renvoient à celles de
l'intégration et de l'insertion.
IA P.117BIS; CDU
BELMESSOUS Hacène
Les dix ans de la DIV
URBANISME. (FRA). n° 302, sept.-oct. 1998.- pp. 31-35, phot.
La Délégation interministérielle à la ville (DIV) est une structure administrative sans réel pouvoir, qui a été
créée par le Premier ministre en octobre 1988. Le parcours de la DIV, son désenchantement, la création
du Ministère de la Ville, les relations de la DIV avec les différents ministres et son rôle dans la politique
de la ville à travers les contrats de ville et le pacte de relance pour la ville, sont abordés.
IA P.414
CHAVELET Catherine
Heurs et malheurs de la LOV
DIAGONAL. (FRA). n° 132, juill.-août 1998.- pp. 22-23, phot.
A partir d'une enquête auprès des DDE, la DGUHC vient de publier un rapide bilan de la loi d'orientation
pour la ville (LOV), conçue à l'origine pour garantir « les équilibres fondamentaux de la ville » par la mixité
socio-spatiale et la lutte contre la ségrégation. Selon le rapport, ce texte fondateur du droit à la ville
semble s'être réduit à l'obligation, pour les communes, de construire des quotas de logements sociaux
dans le cadre des programmes locaux de l'habitat (PLH). L'article commente ce rapport et fait le bilan
des apports et des échecs de la LOV.
CDU
CHAVELET Catherine
Une politique remise en question
DIAGONAL. (FRA). n° 132, juill.-août 1998.- pp. 20-21, phot.
En proposant une vaste réforme des politiques urbaines, le rapport de Jean-Pierre Sueur « Demain la
ville » plaide pour la disparition de la politique de la ville, assortie d'une large réorganisation des
systèmes de décision et d'un effort budgétaire important. Selon lui, la nécessité d'une vision plus globale
de la ville rend caduque la « discrimination positive territoriale » sur laquelle se fonde la politique de la
ville. Mais, parmi les nombreux obstacles qui hypothèquent la mise en oeuvre des propositions Sueur, la
question du découpage territorial des quartiers sensibles semble difficile à évacuer.
CDU
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Les grands projets urbains dans la politique de la ville ; bilan-évaluation, janvier 1998
St-Denis-La Plaine : DIV, 1998.- 23 p.
Le grand projet urbain comme projet de développement social. Vers un système d’action pour un projet
global. Quelle cohérence entre financements et globalité des projets ? A quel horizon juger
l’opérationnalité des GPU ?
CDU
74
FABBRO Flavia ; SCICOLONE Maria
AGENCE NATIONALE POUR L’AMELIORATION DE L’HABITAT
Inventaire des ouvrages en langue française traitant de la réhabilitation urbaine et
architecturale et publiés depuis 1998
Paris : ANAH, 1998.- n.p.
Recueil de fiches de lecture, assorties d’une grille d’analyse permettant un classement ou une recherche
par thème ou par mot clé.
CDU 53228
Comité interministériel des villes du 30 juin 1998
ENSEMBLES. LA LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 39, juill.-août 1998.- pp. 4-11
Le Comité interministériel des villes du 30 juin 1998 a défini le nouveau cadre de la politique de la
ville. Ce dossier présente les orientations politiques et les principales dispositions définies à cette
occasion (pacte républicain, cohésion sociale, mobilisation des acteurs, participation des habitants),
ainsi que les programmes prioritaires (emploi, sécurité, éducation, habitat, services publics,
participation, formation des agents publics). Il évoque également la nouvelle génération des contrats
de ville, qui préfigureront les prochains contrats de plan Etat-régions pour la période 2000-2006.
CDU
EDOU Emmanuel
Les HLM
Paris : Economica, 1998.- 112 p., index, bibliogr. (coll. Société poche)
Historique et état des lieux du logement HLM en France. Les caractéristiques du parc de logements
HLM ; les divers organismes d'HLM, leurs moyens de contrôle et le cas des sociétés anonymes de
crédit immobilier (SACI) ; la vocation sociale des HLM (plafonds de ressources, système
d'attribution et taux des loyers) ; le financement des HLM (systèmes d'aides et de prêts, rôle de la
Caisse des dépôts et équilibre financier). La place des HLM dans la cité ; les zones urbaines en
difficulté ; la mixité sociale ; le marché local du logement et l'accession sociale à la propriété.
CDU 36393
FRANCE. MINISTERE DE L'EQUIPEMENT. DIRECTION GENERALE DE L'URBANISME, DE L'HABITAT
ET DE LA CONSTRUCTION
Loi d'orientation sur la ville. Présentation et bilan
La Défense : MELT - Secrétariat d'Etat au Logement, 1998.- 17 p., tabl.
Présentation et bilan de la loi d'orientation sur la ville (LOV). La première partie rappelle les grandes
orientations et les dispositions initiales de la loi (lutte contre la ségrégation, équilibre de l'habitat,
réalisation de logements sociaux, politique foncière, concertation), puis précise les modifications
apportées par la loi Carrez du 21/01/1995. La seconde partie dresse un bilan qualitatif, donne des
éclairages sur quelques points particuliers (droit à la ville, établissements publics fonciers, PLH,
question des attributions...), rappelle les principales dispositions et modifications, puis présente les
chiffres essentiels du bilan des dispositions particulières aux agglomérations de plus de 200.000
habitants.
CDU 36808
SUEUR Jean-Pierre
Demain, la ville. Rapport présenté à Martine Aubry, ministre de l'Emploi et de la Solidarité
Paris : Min. Emploi et Solidarité, 1998.- 2 tomes (402 + 457 p.) ; publié également par La Documentation
française : 2 tomes (230 + 391 p.)
Ce rapport en deux tomes propose de nouveaux objectifs pour la politique de la ville. Il s'est appuyé sur
une commission d'universitaires, de responsables institutionnels et d'acteurs de terrain. Le tome 1
présente, dans la première partie, un bilan de la politique de la ville qui souligne les moyens limités et
les résultats insuffisants. Dans la deuxième partie, les principales problématiques soulevées par ce bilan
sont analysées : elles concernent l'objet et le cadre de la politique de la ville, son niveau territorial de
pilotage, la place et la forme de la contractualisation, la place des habitants. Des pistes de réflexions,
apportées par des expériences étrangères, sont également examinées. Cette analyse débouche enfin
75
sur l'énoncé de «50 propositions pour l'avenir des villes ». Le tome 2 est divisé en deux parties. La
première présente des entretiens avec des élus, des anciens ministres de la ville, des associations
d'élus et divers professionnels ou responsables de la politique de la ville. La seconde regroupe une série
de contributions des membres de la commission, sur diverses questions ayant trait aux politiques
urbaines.
CDU 36360(1-2); IA 39276(1-2); EPC NS22330; DRE 8352(1-2)
SUEUR Jean-Pierre
Demain, la ville. Rapport présenté à Martine Aubry, ministre de l'Emploi et de la Solidarité.
Dossier de presse. Bibliographie sur la politique de la ville
Sl. : 1998. - 22 p., bibliogr.
Présentation de l'évolution de la politique de la ville depuis vingt ans : moyens institutionnels et
financiers ; résultats des différents modes d'interventions. Cinquante propositions sont formulées : loi de
programmation de dix ans pour la politique de la ville, élection d'une assemblée d'agglomération au
suffrage universel, mise en oeuvre de réseaux de villes, loi pour les entrées de villes, notamment.
IA 39276(3) IA 39306; DRE T.2508
BEHAR Daniel
Controverse : en finir avec la politique de la ville ?
ESPRIT, n° 258, nov. 1999.- pp. 209-218 (Repères)
Entre traitement de l’urgence et transformation de l’action publique. Entre question urbaine et question
sociale. De la politique de la ville aux politiques territoriales. Réflexions à partir de multiples évaluations
de la politique de la ville, tant au niveau région (Ile-de-France, Haute et Basse Normandie, Pays de la
Loire, Aquitaine, Lorraine…) que local (Brest, Rennes, Mulhouse, Strasbourg, Vierzon…).
CDU 51339
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Les politiques de la ville depuis 1977
St-Denis : DIV, déc. 1999.- 19 p.
Chronologie des dispositifs de la politique de la ville. Les intentions, les réalisations.
DIV ; http://i-ville.gouv.fr (thèmes)
LACOSTE Gérard
Les grands projets urbains : de l'idée à la réalisation... Un long chemin. in Regards sur la
politique de la ville
C. DE L'IAURIF. (FRA). n° 123, 2ème trim. 1999.- pp. 85-102, carte, tabl., phot., bibliogr.
L'idée de grand projet urbain (GPU) prend corps pendant les années 1980. Elle est déjà au coeur des
travaux de la Mission « Banlieues 89 » de Roland Castro et Michel Cantal-Dupart, créée en 1983, qui
propose de répondre aux difficultés rencontrées dans les sites de la politique de la ville par la
transformation du cadre urbain. Puis en 1989, Yves Dauge, Délégué interministériel à la Ville, s'inspirant
de l'expérience du quartier Démocratie à Vénissieux, institutionnalise les GPU. La démarche vise à
transformer radicalement la physionomie urbaine, économique et sociale d'un nombre restreint de
quartiers, en y concentrant des moyens importants. Il s'agit de rompre avec la logique de simple
réhabilitation qui sous-tendait de nombreux programmes de développement social des quartiers (DSQ) et
de réintégrer le quartier dans la ville. Les groupes de travail se succèdent et les sites expérimentaux se
multiplient. Lors de Comités interministériels des villes successifs, une douzaine de secteurs sont
retenus pour bénéficier de cette nouvelle procédure. L'Etat et les régions concernées s'accordent pour
retenir ces opérations dans les contrats de plan signés en 1994. Plusieurs centaines de millions de
francs sont promis pour permettre la transformation en profondeur de ces espaces, mais il reste à
concevoir les projets susceptibles de métamorphoser ces secteurs, à les faire valider par les nombreux
partenaires concernés et à les mettre en oeuvre.
IA P.117; CDU
SUEUR Jean-Pierre
Changer la ville. Pour une nouvelle urbanité
Paris : Odile Jacob, 1999.- 215 p.
Ouvrage inspiré du rapport du même auteur, « Demain, la ville », et présentant une version condensée
(en grossissant parfois le trait pour certains aspects) de ce volumineux rapport. L'auteur se livre à la fois
76
à un constat et à un exposé de suggestions ou de recommandations. Le constat est celui de la crise
urbaine, particulièrement forte pour environ mille quartiers, celui de la ville devenant lieu de concentration
des difficultés de la société, celui de la progression de la ségrégation, du développement des ghettos et
des inégalités, malgré les politiques de la ville mises en oeuvre. Les suggestions et recommandations
vont dans le sens d'une approche globale pour la recomposition des espaces urbains : repenser la
géographie de l'habitat, les transitions, les paysages, les voiries, la mobilité...
CDU 39670; CP 6652
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
Des chiffres et des faits : 1999
Paris : UNFOHLM, 1999.- 14 p., phot.
Plaquette de présentation : les organismes HLM, l'UNFOHLM, les missions des HLM (loger mieux au
moindre coût, réhabilitation, construction neuve, insertion par la mixité), les habitants des HLM, le parc
HLM (qui s'avère plus récent que l'ensemble du parc français), les possibilités d'accession sociale
sécurisée, des données sur l'investissement et l'emploi (en soulignant les objectifs d'insertion de jeunes),
la coopération internationale.
CDU 39845
Comité interministériel des villes. Rénovation urbaine et solidarité. Un programme
gouvernemental ambitieux
LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 52, déc. 1999.- pp. 1-3
Faisant suite à l'annonce du Premier ministre, le Comité interministériel des villes (CIV) a entériné le
programme gouvernemental de rénovation urbaine et de solidarité auquel 5 milliards de Francs seront
consacrés. Ce programme comprend deux types d'intervention : d'une part 50 grands projets de ville pour
les sites dont la requalification constitue un enjeu stratégique pour l'agglomération et qui nécessitent une
transformation lourde, et d'autre part des opérations de renouvellement urbain pour d'autres sites
(ensembles HLM, quartiers anciens dégradés). Quelques précisions sont données sur des mesures en
faveur des copropriétés dégradées, ainsi que celles visant à favoriser la revitalisation économique, l'accès
à l'emploi et l'intégration sociale, et à renforcer le rôle des services publics. Les financements de ces
mesures sont précisés.
CDU
Les grands projets de ville
St-Denis-La Plaine : Ed. de la DIV, 1999.- 12 p., phot., ill.
L'expérience accumulée ces dernières années par les grands projets urbains (GPU) est irremplaçable
dans la perspective de la création de 50 grands projets de ville (GPV). Les enseignements des GPU et
des actions de renouvellement urbain réalisées dans le cadre des contrats de ville témoignent de
l'importance d'une approche globale des problèmes et de la nécessité d'un partenariat étendu. L'accès à
l'emploi pour les quartiers les plus défavorisés est l'une des premières priorités du gouvernement et
malgré les difficultés, les initiatives ne manquent pas. L'ambition des GPV est de prendre en compte
tous les aspects de la vie quotidienne des habitants. Les actions menées dans ce cadre sont aussi bien
de l'ordre du renouvellement urbain que de l'accès à l'emploi ou du domaine social. Présentation
d’exemples : réhabilitation de centre commercial, modification de la physionomie d'un quartier,
revalorisation de la ville, redéfinition des espaces d'un quartier, réhabilitation, planification
intercommunale, problème des copropriétés dégradées, développement de l'emploi à l'échelle d'une
agglomération, lutte contre la discrimination à l'embauche, accès à l'emploi favorisé par un programme
d'initiative communautaire, actions de relogement ou de santé publique, actions de prévention contre la
délinquance... Points de vue de responsables politiques locaux sur les conditions de financement et les
objectifs des GPV. Tableau sur les financements et leur répartition dans le cadre de la politique de la
ville au titre du XIe Plan : contrats de ville, origine des financements, habitat et urbanisme, emploi,
éducation, prévention et sécurité...
CDU 51467 ; IA T.6654
Regards sur la politique de la ville
C. DE L'IAURIF. (FRA). n° 123, 2e trim. 1999.- 256 p., cartes, phot., tabl., graph., bibliogr.
Les étapes de vingt ans de politique de la ville. Les analyses menées en Ile-de-France tentent de rendre
compte de la réalité urbaine de plus en plus complexe de ces espaces. Pour beaucoup de personnes,
les problèmes des banlieues sont symbolisés par la situation de quelques quartiers emblématiques. Ces
77
sites majeurs de la politique de la ville sont identifiés depuis longtemps et ils figurent régulièrement parmi
les territoires qui méritent un effort public exemplaire dans le cadre de diverses procédures (GPU, ZFU,
PIC Urbain). En Ile-de-France, plusieurs sites ont été retenus depuis 1991, et tous les travaux de
restructuration urbaine constituent de véritables projets de territoires. Toutes les grandes métropoles
sont confrontées aux mêmes problèmes de fragmentation de la ville et aux mécanismes de ségrégation,
mais cette réalité s'y traduit différemment et les réponses méritent d'être comparées. Plusieurs
exemples de régénération urbaine (Berlin, Londres, Lyon) sont examinés, mettant l'accent sur
l'importance d'une prise en compte de la dimension sociale. Quand la ville devient le théâtre de
manifestations de violence, les tentatives de traitement par les dispositifs locaux élaborés dans le cadre
de la politique de la ville sont multiples.
IA P.117; CDU
ANDERSON Antoine ; VIEILLARD-BARON Hervé
La politique de la ville. Histoire et organisation
Paris : Editions ASH, 2000.- 159 p., cartes, bibliogr.
Face aux événements violents qui ont placé sur le devant de la scène les problèmes des quartiers
périphériques, les initiatives de l’Etat et des collectivités locales se sont développées. Aujourd’hui,
l’ambition des plans et des dispositifs regroupés sous l’appellation « politique de la ville » est
considérable : il s’agit de corriger les inégalités afin d’éviter la fracture sociale. Pour lutter contre
l’exclusion et la marginalisation des quartiers, cette politique publique s’appuie sur une méthode
originale née de plusieurs années de pratique : le développement social urbain. Les auteurs font ici
bénéficier le lecteur de leur expérience du terrain afin d’aider les intervenants sociaux et étudiants en
travail social à comprendre les grandes règles et les mécanismes de la politique de la ville. Après un
rappel historique, l’ouvrage fait un point complet sur les acteurs et les professionnels qui participent à la
politique de la ville, les structures et la politique contractuelle qui fondent son action ainsi que ses
principes de financement.
CDU 52506
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Le programme national de renouvellement urbain
LETTRE DE LA DIV, hors série, n° 2, juin 2000.- pp.4-5
Lutter contre la fracture territoriale. Assurer une vie normale aux habitants des quartiers. Améliorer la
gestion urbaine de proximité.
CDU
MINISTERE DE L'EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT
Solidarité et renouvellement urbain
Paris-La Défense : MELT, 2000.- 11 p., phot., graph.
La rénovation de la politique urbaine est au centre de nombreux débats. Cette plaquette fait le point
sur la situation : besoin de cohérence du projet urbain, nécessité de faire du logement un droit et de
la diversité de l'habitat une exigence ; les adaptations à apporter aux outils juridiques et financiers
publics pour réussir le renouvellement urbain.
CDU 50967; MV 9621; CP
NAKIC Laura
Le projet de loi « solidarité et renouvellement urbains (SRU) ». Systémique ou « fourre-tout » ?
POUVOIRS LOCAUX. C. DE LA DECENTRALISATION. (FRA). n° 44, mars 2000.- pp. 5-7
Le gouvernement aborde la question du renouvellement urbain de manière transversale, et entend
établir des connexions aussi logiques que nécessaires entre l'urbanisme, les déplacements et l'habitat
social. Autrement dit, le gouvernement veut rendre opérante une démarche qui, dans la loi
d'orientation pour les villes (LOV) de 1991, n'était encore qu'émergente.
EPC P 1345; CDU
Claude Bartolone et la SRU
URBANISME, n° 312, mai-juin 2000.- pp.54-58
78
Pour C. Bartolone, la loi SRU vise à simplifier les procédures d’urbanisme et de construction, à impliquer
davantage tous les « acteurs » de la ville (dont les citoyens) et à responsabiliser les élus. En choisissant
les termes « solidarité » et « renouvellement urbain », le gouvernement affirme que, face aux inégalités
sociales, aux diverses formes d’exclusion, au mal-être de certains habitants de certains quartiers en
difficulté, une politique de la ville digne de ce nom ne peut se contenter d’améliorer le cadre bâti, mais
doit aussi et surtout impulser une autre politique sociale et économique. La solidarité passe alors par
une nouvelle répartition territoriale des logements sociaux. Le « renouvellement urbain » vient
accompagner et soutenir cette détermination soldaire. Il vise à apporter davantage de cohérence à un
territoire en voie de transformation. «Solidarité et renouvellement urbain » sous-entend une nouvelle
pratique de l’urbanisme, plus adaptée au cas par cas, moins soumise à l’idéologie architectuerale
dominante. Cela exige également une pensée urbaine en phase avec les mutations que le « monde des
villes » connaît depuis une quinzaine d’années. La SRU peut espérer de réels effets politiques si ses
ambitions d’instaurer une civilisation urbaine se concrétisent. La balle est dans le camp des
professionnels et des citadins.
CDU
Une politique pour la ville
LETTRE DE LA DIV. (FRA). hors série n° 2, juin 2000.- 12 p., phot.
Ce numéro hors-série est consacré aux divers aspects de la politique de la ville avec pour chacun,
outre des articles descriptifs, une présentation de données budgétaires et de diverses mesures prises.
Ces aspects sont : le développement des contrats de ville (indication de la répartition du financement
des contrats de ville) ; le programme de renouvellement urbain (projets de restructuration,
amélioration de la gestion urbaine, aides aux propriétés dégradées, renforcement de la présence des
services publics...) ; le programme de revitalisation économique (aides fiscales et sociales pour les
artisans, entreprises, commerçants, etc.) ; le développement de l'emploi et du lien social
(augmentation du personnel, plans locaux pour l'insertion et l'emploi, mesures d'amélioration de la
prévention de la délinquance...) ; le développement de nouvelles solidarités dans les quartiers
(soutien des associations, actions dans le domaine de l'éducation...).
CDU
Solidarité et renouvellement urbain : la loi au Sénat
LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 56, avr. 2000.- pp. 1-2, phot.
Cet article présente quelques éléments du projet de développement de la solidarité entre les
communes en matière d'habitat qui instaure l'obligation d'accueillir 20% de logements sociaux pour
les villes de plus de 3.500 habitants (1.500 en Ile-de-France) situées dans une agglomération de plus
de 50.000 habitants. La définition du logement social a été élargie en incluant diverses catégories de
logements locatifs, foyers et résidences sociales. Les communes déficitaires par rapport à cette
obligation devront verser une contribution. Le cas des copropriétés dégradées est abordé dans le
projet de loi : pour mieux protéger les acquéreurs de logements anciens ; par la spécification
d'exigences de qualité (notion de « logement décent »). D'autres mesures concernent la gestion des
copropriétés.
CDU
La ville en question
REGARDS SUR L'ACTUALITE. (FRA). n° sp 260, avr. 2000.- pp. 3-79, tabl., bibliogr.
Dans ce numéro consacré à la ville, Jacques Lévy s'interroge sur la spécificité des villes européennes,
leur distribution spatiale, leur crise d'orientation depuis cinquante ans et leur renouveau récent ; Philippe
Choffel décrit les transformations des espaces urbains dans les années 1990 ; Marie-Christine Jaillet
retrace vingt-cinq ans de politique de la ville en France ; Jean-Pierre Sueur évoque la révolution tranquille
de l'intercommunalité en France et s'interroge sur les moyens de donner une légitimité aux nouvelles
structures intercommunales ; David Desbons décrit les principaux modèles de pensée et d'action qui
sous-tendent l'intervention des architectes, des urbanistes et aménageurs sur la ville ; Francis Beaucire
retrace l'histoire qui mène de l'urbanisme de «salubrité » du XVIIIe siècle au développement urbain
79
durable d'aujourd'hui ; enfin, Francis Godard invite à réfléchir aux rapports du politique avec les nouveaux
territoires de la cité.
CDU
ALTHAPE Louis
Solidarité et renouvellement urbains, nouvelle lecture. Tome I : Rapport ; Tome II. Tableau
comparatif
Paris : Sénat, 2001.- 2 vol. (Rapport n° 17)
CDU 53196(1-2)
80
2. REHABILITER, UNE STRATEGIE GLOBALE
2.1. ENJEUX SOCIAUX ET URBAINS
DES OPERATIONS DE REHABILITATION
ABALLEA François
L’habitat ancien : un nouvel enjeu
RECHERCHE SOCIALE. (FRA). n° 99, juill.-sept. 1986.- pp.91-98
La concentration des travaux d'entretien sur des immeubles de certains quartiers, que le mouvement
soit spontané ou encadré par des OPAH, affecte fondamentalement l'image du quartier, sa
physionomie, ses fonctions, son peuplement et la place qu'il joue dans le marché immobilier local.
CDU
AGENCE NATIONALE POUR L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS; FRANCE. SERVICE
TECHNIQUE DE L'URBANISME. PARIS; VILLE DE MONTELIMAR
Parier sur la réhabilitation. Rencontre diagonale, Montélimar, 7 mai 1986
Paris : STU, 1986.- 158 p., bibliogr.
La réhabilitation est un outil de revitalisation économique, mais aussi sociale et culturelle pour les
villes moyennes et les pays. C'est aussi un marché dans la production de l'habitat, à situer par
rapport à la construction neuve. Les deux termes du pari sur la réhabilitation sont économique et
social.
CDU 17527
ABALLEA François
FONDATION POUR LA RECHERCHE SOCIALE. PARIS ; FRANCE. EQUIPEMENT LOGEMENT
AMENAGEMENT DU TERRITOIRE TRANSPORTS (MIN.)
La réhabilitation de l'habitat ancien. Bilan économique et social
RECHERCHE SOCIALE. (FRA). n° 102, avr.-juin 1987.- 79 p., bibliogr. (étude réalisée pour le compte
de la Direction de la construction)
Le bilan économique et social de la réhabilitation de l'habitat ancien a été entrepris à partir d'une
analyse bibliographique et documentaire. Les effets de la réhabilitation sur la transformation de
l'usage des logements et des quartiers, sur les modifications du système de logement local, sur les
changements de l'image du logement ancien et du centre-ville, sur la population, sur la mobilité
résidentielle, sur la dynamique sociale des quartiers, sur la valeur marchande du logement, sont
étudiés.
CDU
COMMISSION NATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIAL DES QUARTIERS
La démolition, élément d'un projet pour le quartier
Lille : NORDCR, 1987.- 39 p. (actes de la journée d'études Développement social des quartiers (DSQ),
24/11/1987 à Lille)
Le développement de la vacance dans les logements HLM amène à la désaffectation ou à la
démolition d'immeubles. Il est donc nécessaire d'insérer la démolition dans un projet global de
requalification de quartier. Trois questions ont été posées lors de la journée d'étude : dans quelles
situations faut-il recourir à la démolition ? à quelles conditions ? avec quel niveau d'engagement de
chacun des partenaires?
81
DCN 43-592
FORET Catherine
DELEGATION A LA RECHERCHE ET A L'INNOVATION
Peuplement et composition sociale. Logique des quartiers et logique urbaine. Journée du 10
avril 1987 à Lyon
Lyon : Atelier cultures urbaines, 1987.- 54 p., bibliogr.
L'Atelier cultures urbaines, association loi 1901, a rassemblé une trentaine de chercheurs (sociologues,
géographes...) et d'opérationnels (responsables de services de gestion d'organismes HLM, de services
municipaux, architectes...) impliqués depuis plusieurs années dans des expérimentations ou des
recherches sur des sites urbains sensibles (quartiers de l'est lyonnais, quartiers centraux anciens) en
cours de réhabilitation ou soumis à des phénomènes importants de recomposition sociale. Ces
chercheurs ont présenté leurs travaux concernant le peuplement des quartiers, la cohabitation interethnique et les politiques d'attribution des logements sociaux. L'objectif est de mettre en rapport les
politiques de peuplement et l'évolution urbaine. Les quartiers de La Courneuve sont étudiés avec des
logiques différentes, mais qui peuvent être informatives sur les quartiers d'urbanisation récente.
DRI 40 (1)
INSTITUT D'ETUDES POLITIQUES. PARIS ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS
(MIN.). PLAN URBAIN
La ville et la maîtrise d'ouvrage sociale
Paris : Institut d'études politiques, 1987.- 43 p., bibliogr.
Résultat d'un séminaire sur le logement social et la ville, l'étude analyse les problèmes du parc HLM
ancien et étudie les diverses possibilités d'intervention et d'amélioration. L'introduction des
technologies nouvelles s'inscrit dans un contexte de recherche de qualité. L'élaboration des politiques
locales de l'habitat constitue une démarche prospective tandis que les projets de quartier
appartiennent à une stratégie plus urbaine. La seconde partie propose un aperçu des travaux réalisés
par les étudiants dans le cadre de ce séminaire.
PU 1405; IAB 1802
MASSON Gérard
Réhabilitation : vers une nouvelle image du logement social
RECHERCHE SOCIALE. (FRA). n° 104, oct.-déc. 1987.- pp. 104-111
Quelques préoccupations et réactions de locataires confrontés à une opération de réhabilitation. Le
succès de la réhabilitation tient à sa capacité de s'adapter à la clientèle du logement social.
CDU
CENTRE. EQUIPEMENT (SERVICE REGIONAL). ORLEANS
Habitat : expériences régionales et perspectives
Orléans : DRE, 1988.- disc. (réalisé par le Groupe régional d'aménag. et d'urbanisme, n° 15, Vierzon)
Expériences à : Blois avec l'étude d’un programme local de l'habitat pour résorber la vacance sur la ZUP
et une OPAH ; Tours qui s'efforce de connaître le marché du logement sur son territoire ; Vierzon qui a
réaménagé son centre avec une ZAC et effectué une OPAH sur le centre ancien. Développement d’une
banque de données statistiques régionale.
CDU 21775
DINI Laurence ; LANDRIEU Josée ; LEMONIER P. ; LORENS P.-J. ; MIOSSEC Alain
Villes en crises... Lieux de renouveau ?
NOUVELLES DE L'OBSERVATOIRE. (FRA). n° 16, avr. 1988.- 12 p. (suppl. au n° 71 de Diagonal)
Le déclin de certaines villes ou de certains de leurs quartiers est à l'évidence lié aux évolutions
économiques. Ces villes en crise seront-elles demain des lieux de repli ou de récession ou des
espaces de renouveau et de redéploiement ? Quelles sont aujourd'hui les potentialités ? Quels sont
les leviers possibles de l'action ? Le 1er article commente la typologie des départements à forte
proportion de population urbaine, distingués selon les tendances de renouveau ou de repli, élaborée
82
par la DATAR en 1987. Le 2d constate que la vacance dans les HLM est bien le révélateur d'une
crise profonde des quartiers d'habitat social. Le 3e montre que la péri-urbanisation, le dépeuplement
des centres traditionnels des agglomérations et la vacance des logements collectifs marquent par leur
ampleur et leurs conséquences la transformation des villes du Nord-Pas-de-Calais. Le 4e analyse les
conséquences des mutations de la mono-industrie de l'automobile sur la gestion du parc social dans
le district de Montbéliard. Le 5e utilise l'analyse discriminante outil permettant de prévenir la
dévalorisation des quartiers.
CDU
INSTITUT DE RECHERCHE ET D'INFORMATION SOCIO-ECONOMIQUE
Action sociale et politiques de l'habitat. Actes du 4ème colloque de Montrouge
Montrouge : SED, 1988.- 125 p. (Colloque de Montrouge 16, 17 et 18 nov. 1988)
Actes du colloque « action sociale et politique de l'habitat » de nov. 1988 : l'évolution de l'aide à la pierre,
l'espace urbain et les modes de vie, le pouvoir des habitants, la cohabitation et la solidarité, les impayés
de loyer, les politiques d'attribution et les stratégies de peuplement, le logement des plus démunis ; la
réhabilitation, les grands ensembles et le développement social ; la participation des habitants, les
lotissements, les banlieues pavillonnaires et l'habitat rural.
CDU 26113
MARGHIERI Isabelle
Regard international sur les processus de réhabilitation dans les quartiers en crise. Séminaire
international sur la revalorisation des quartiers en crise ; Paris, 19-20 mars 1987
ACTUALITES INTERNATIONALES DU LABORATOIRE-LOGEMENT. (FRA). n° 2, 2e trim. 1988.- pp.
57-74, phot.
L'élargissement de la notion de logement à celle d'habitat, la transformation souhaitée du statut des
habitants mènent à une autre définition de la réhabilitation. Celle-ci est considérée comme un
programme d'actions visant à une transformation des situations habitantes. Malgré l'accord de tous
les intervenants sur les idées générales, la mise en oeuvre des processus de réhabilitation varie selon
les contextes.
CDU
ANSELME Michel ; BENSASSON Suzanne ; METATLA Dominique
CENTRE D'ETUDES DE RECHERCHES ET DE FORMATION INSTITUTIONNELLES DU SUD-EST. AIXEN-PROVENCE ; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Entre logeurs et logés. Tome III - Le lien sécuritaire. Enquête sur le sentiment d'insécurité dans
l'habitat social
Aix-en-Provence : CERFISE, 1989.- 148 p., bibliogr., ann.
Le sentiment d'insécurité et le discours qu'il génère ne s'embarrasse pas d'une quelconque vérification
des faits qu'il met en scène ni ne constitue un récit stable. Il est à la fois général et abstrait. Mieux, il se
déploie selon des modes imaginaires qui semblent totalement déliés du réel. La recherche présentée ici
s'attache, à travers l'analyse d'un dispositif expérimental mis en place dans un quartier HLM et centré
sur les problèmes d'insécurité, à comprendre quels liens se nouent entre « victimes » et « agresseurs ».
A partir de l'observation d'interactions ayant pour objet l'accès à l'espace public ou des délits mineurs, et
de la description des modes de régulation apparue dans l'expérience, on s'interroge sur le hiatus existant
entre les discours alarmistes de certains habitants et les pratiques auxquelles ils donnent sens
quotidiennement. Retisser le lien entre habitants et institutions, requalifier l'espace public apparaît alors
la seule voie pour qu'ait lieu ce travail d'élaboration entre ce qui est supportable et ce qui ne l'est pas,
entre ce qui renforce le contrat social et ce qui le détruit. Travail littéralement sans fin, seul susceptible
de garantir la vie en société.
PCA A275BIS; CDU 22853; CTM 9761
BOUMAZA Nadir
INSTITUT DE GEOGRAPHIE ALPINE. GRENOBLE ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET
TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
La variable ethnique et les processus de valorisation/dévalorisation de l'espace
83
Grenoble : IGA, sept. 1989.- 78 p.
Vérification de la pertinence de la variable ethnique dans les processus de valorisation/dévalorisation des
quartiers à forte composante immigrée. Bilan des politiques urbaines quant à leur impact sur
l'immigration ; analyse des rapports entre immigration, classe ouvrière et ethnies ; axes de recherche sur
les relations inter-ethniques, les modes de structuration intra-communautaire et les stratégies
résidentielles spécifiques aux micro-groupes socio-ethniques.
PU 1544
LEMONIER Marc ; MAROT Florence
Réhabilitation : marier éthique et esthétique. Les chantiers font école. Expertise internationale :
pour un oeil neuf
DIAGONAL. (FRA). n° 78, juill. 1989.- pp. 35-37
Contenu de la charte précisant le programme des actions à venir en matière de réhabilitation d'HLM,
des échanges entre écoles de réhabilitation française et allemande, de l'expertise menée par une
équipe pluridisciplinaire d'urbanistes de haut niveau sur le problème « un centre pour demain » à
Vaulx-en-Velin.
CDU
Les nouveaux enjeux de la réhabilitation
HLM AUJOURD'HUI. (FRA). n° 15, 3e trim. 1989.- pp 88-93, phot.
Un million de logements construits avant 1975 restent à réhabiliter. Achever cette action d'ici à 1995
constitue un des objectifs fixés par l'accord-cadre signé entre l'Etat et les HLM lors d'un congrès
récent. Ces opérations doivent s'inscrire dans une démarche innovante visant l'amélioration de la vie
quotidienne des habitants et une meilleure insertion de l'immeuble dans la ville. Plusieurs opérations
pilotes ont été menées dans ce sens : fondées sur le partenariat, les opérations de réhabilitation ont
reposé sur des études de faisabilité économique et ont permis d'apporter des réponses adaptées et
diversifiées aux attentes des habitants. Les réalisations faites à la Duchère à Lyon et à la ZUP nord à
Amiens sont présentées.
CDU
BLANC Maurice
Du logement insalubre à l'habitat social dévalorisé ; les minorités ethniques en Allemagne,
France et Grande-Bretagne
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 49, déc. 1990.- pp.37-47 (Immigrés et autres)
En Allemagne, en Grande-Bretagne et en France, le traitement des immigrés diffère. Seule la
Grande-Bretagne mène une action en faveur des minorités ethniques, alors que la France et
l'Allemagne insistent plutôt sur le logement des pauvres. Dans les trois pays, le parc ancien tend à
être rénové au détriment des étrangers.
CDU
BORIE Marie-Hélène ; TOURASSE Corinne
ILE-DE-FRANCE (REGION). EQUIPEMENT (DIRECTION REGIONALE). ETUDES ET PROGRAMMES
(DIVISION). PARIS
Désenclaver les grands ensembles : un enjeu de cohésion sociale
Paris : ENPC, 1990.- 70 p., cartes, ann., bibliogr. (projet de fin d'études, mastère MPMT, préparé à la
DREIF, mission villes)
Le désenclavement des grands ensembles représente un enjeu majeur pour le développement urbain
de l'Ile-de-France. Cette étude examine les actions à mener à l'échelle du quartier et de la commune,
puis de l'agglomération. Elle analyse ensuite le rôle de l'Etat (Equipement). Elle propose enfin
quelques objectifs à court et à long terme.
DRE 6799; CDU 24094; IA 29151; EPC NY2725
DIXNEUF Bruno
84
UNIVERSITE D'AIX-MARSEILLE. INSTITUT D'AMENAGEMENT REGIONAL
Habitat et pouvoirs urbains ; quartiers d'habitat existant : Marseille et Montréal
Aix-en-Provence : IAR, 1990.- 412 p., ann., plans, cartes (thèse pour le doctorat de 3ème cycle en
urbanisme)
Appréhension du lien espace-pouvoir et de ses modalités dans la réalité locale. Choix de deux
grandes villes à vocation économique internationale en appui sur le portuaire, l'une et l'autre
confrontées au déclin de ce rôle et au dépérissement de leurs quartiers centraux. Cette recherche
décrit les deux quartiers anciens, et s'attache à établir une approche des concepts de pouvoir et
d'espace. Par ailleurs, elle met à jour un conflit de vocation des vieux quartiers (industrialisation ou
tertiaire), et fait apparaître la montée des enjeux d'accès à la ville (critique de la réhabilitation). La
conclusion met en évidence que la politique urbaine du pouvoir est enracinée dans la territorialisation
des enjeux et s'appuie sur la typologie des groupes d'acteurs locaux.
CTA 11156
FAYMANN Sonia ; ROSSI-COTTIN Yvonne ; THIOLLIER Emmanuelle
ACT CONSULTANTS. PARIS
Les populations non relogées sur place dans les opérations PALULOS ; rapport de première
phase
Paris : ACT, 1990.- 58 p., tabl.
Six sites d’Ile-de-France choisis pour effectuer un repérage quantitatif, non exhaustif, des
mouvements de population avant et après réhabilitation, de populations non relogées sur place dans
les opérations PALULOS. Les résultats du repérage quantitatif sont donnés site par site, avec une
brève analyse de chaque situation. Les principales questions qui se dégagent de cette approche sont
ensuite évoquées.
DC E90.29
LELEVRIER Christine
Réhabiliter pour changer l'image
C. DE L'IAURIF. (FRA). n° 94, sept. 1990.- pp. 53-64, phot., tabl.
L'analyse de trois quartiers dégradés et réhabilités prouve les difficultés à leur redonner une meilleure
image sociale. Au départ, les trois municipalités étudiées, bien qu'avec des stratégies différentes,
avaient le même objectif : diversifier l'occupation sociale. Cependant, les conditions étaient telles que
le rééquilibrage social s'est avéré difficile. Malgré tout, les évolutions engagées plaident en faveur
d'une poursuite des efforts et de solutions à trouver à l'échelle de la ville.
CDU
PIRON Olivier
DIRECTION DE LA CONSTRUCTION
Les grands ensembles : bientôt des quartiers... comme les autres
Paris : Dir. de la construction, 1990.- 50 p., bibliogr.
Le rapport considère les grands ensembles comme un problème urbain spécifique devant faire l'objet
d'une politique d'aménagement adaptée. Il examine les origines de la situation des grands ensembles,
ce qui les rend extérieurs à la ville et la portée urbaine de la procédure de réhabilitation et celle de
DSQ. Il propose de recréer les bases d'une politique urbaine, de diversifier les statuts d'occupation,
d'intégrer les grands ensembles dans l'économie urbaine, de lier les politiques locales de l'habitat et
les responsabilités urbaines des communes. Pour atteindre ces objectifs, il faut mettre en place les
bases juridiques d'évolution des grands ensembles, clarifier les responsabilités, faciliter l'action et
insuffler une dynamique urbaine dans chaque grand ensemble.
IA 28504; CDU 31187
85
TRONCHON Jean-Fr. ; COMMERCON Nicole ; GRAVEJAT Antoine ; BAILLY Antoine ; PAELINCK H.P.
; BAH Hassan ; VENNIN Bruno
UNIVERSITE DE ST-ETIENNE. CENTRE DE RECHERCHES ECONOMIQUES
Requalification des espaces urbains et péri-urbains. in Mondialisation de l'économie et
développement des territoires. Colloque annuel de l'ASRDLF, St-Etienne, 3-5 sept. 1990
St-Etienne : CREUSET, 1990.- pp. 142-196 (atelier h : mutations économiques et dynamiques
urbaines)
Réflexions sur les rapports entre mutations socio-techniques et espace urbain, sur la réévaluation des
concepts et de la pratique de l'espace économique, sur le renouveau des politiques publiques dans
ce domaine avec de nouveaux acteurs. Une étude à Lyon sur la réhabilitation de logements anciens,
les types de produits qu'elle met sur le marché, la part financée par les pouvoirs publics.
Fréquentation des restaurants à travers l'analyse des représentations des clients potentiels. Les
quartiers d'habitat dit clandestin au Maroc, intéressants au niveau de la production du bâti et de
l'organisation socio-économique.
PU 1644(II.1)
VACHER Martine
Bilan des opérations DSQ
Grenoble : IUG, 1990.- non pag., bibliogr, ann. (note de synthèse ss la dir. de C. Ballain et R. Jacquier)
Bilan des méthodes de travail de la politique de DSQ : partenariat, globalité, territorialité, dispositif
municipal. Bilan des opérations de DSQ : habitat, vie associative, culture, communication,
enseignement, développement économique. Opérations dans la Région Rhône-Alpes et plus
particulièrement celle du quartier Montchovet à St-Etienne.
IUG D3730
Opérations innovantes dans les OPAH
C. DE L'ANAH. (FRA). n° 52, mars 1990.- 26 p., phot.
Les études mettent en relief la richesse des solutions locales apportées aux questions difficiles de
revalorisation de patrimoine combinée au maintien dans les lieux de populations, notamment
défavorisées, et à un travail spécifique sur l'image de ces quartiers dans la ville.
CDU
FRANCE. ARCHITECTURE ET URBANISME (DIR.)
Projet urbain dans les grands ensembles. 1. Introduction aux séminaires, situation générale des
problèmes. Diagnostic et interrogations. 2. Diversification des fonctions et développement
économique. Séminaire Lyon-La Duchère 21-22 mars 1991
Paris : MELTE, n° 1, sept. 1991.- 26 p.+ 34 p, plans, bibliogr.
Compte rendus des séminaires de réflexion sur le projet urbain. 1. Première session : problématique
retenue, facteurs dominants et aggravants de la situation urbaine ; objectif et limites du projet urbain,
son contenu et ses outils ; choix politiques, concepts de l'aménagement de l'espace, statut des sols, la
qualité des réalisations, la requalification et la transformation de l'image, moyens réglementaires et
financiers. 2. Premier séminaire : problématique et méthode retenues ; expériences en cours ; l'aspect
économique dans les grands ensembles ; la disponibilité foncière, les prix, l'image, l'attitude des
habitants ; les stratégies possibles ; 4 fiches de cas.
CDU 26018(1-2); DRE T. 1820(1-2); MV 7163(1-2); CP 4440; EPC NY4442; IA 33476(1-2); DRE 7235(1-2)
GOMEZ Rosita ; CAUQUIL Guy ; GRESSIN Dominique
PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
L’habitat, vecteur d'insertion ; innovations étrangères et propositions pour la France
Paris : CIRESE, juil. 1991.- 2 vol., 71 p. + 112 p. (étude réalisée dans le cadre du programme Citéprojets)
86
Le logement est un enjeu décisif pour l'insertion sociale et économique des populations défavorisées.
Jusqu'ici les politiques françaises d'insertion par le logement se sont appliquées à faire accéder les
classes moyennes même modestes à la propriété. Les opérations HVS puis DSQ ont mis l'accent sur
la revalorisation du cadre bâti et sur la revitalisation de l'environnement social et urbain. Mais en
l'absence de débouchés professionnels et économiques durables, les résultats sont limités. A quelles
conditions des expériences innovantes pourraient-elles être tentées pour dépasser la problématique
de l'insertion sociale et inscrire l'habitat dans une stratégie du développement intégré (économique,
culturel, social et technologique) ? Tel est l'objet de l'étude à partir d'une analyse synthétique
d'expérimentations étrangères et d'interviews d'acteurs privés et publics.
PCA A336(1-2); CDU 26206(1-2)
JOLIOT Claude
Communication politique des villes : réhabilitation des centres anciens (dans les villes petites
et moyennes). in Technopoles, axes, ports, tourisme urbain
Paris : Ed. du CTHS, 1991.- pp.143-149
L'étude a pour objet de situer le rôle, les enjeux et les difficultés que posent les quartiers anciens
dans la problématique urbaine où, perçus comme patrimoine, ils ont vocation à participer à l'image
de la ville, à lui donner une identité.
IA 30174; CDU 25434
TURBATTE-POTIER Béatrice ; HAUSWALD Roland
Le logement, outil de réinsertion
TERRITOIRES. (FRA). n° 314, janv., 1991.- pp. 6-7
L'accès à l'habitat décent est une condition indispensable de réinsertion des plus démunis. Les
différents partenaires doivent coordonner leur action par une politique globale d'insertion sociale par
l'habitat. En plus de la maîtrise technique, il faut une maîtrise d'oeuvre sociale.
CDU
Mutations économiques et requalifications territoriales
R. DE GEOGRAPHIE DE LYON. (FRA). vol. 66, n° 2, 1991.- pp. 90-135, tabl., cartes, bibliogr.
Un ensemble de travaux concernant la requalification territoriale, tantôt par le jeu du processus de
péri-urbanisation, tantôt par celui de recomposition d'espaces industriels et d'espaces sociorésidentiels. Ces travaux sont issus d'une recherche collective conduite dans le cadre du programme
pluri-annuel en sciences humaines Rhône-Alpes.
CDU 26176
ACADIE. PARIS
Du chantier au déménagement ; les effets de mobilité résidentielle suite à des opérations de
réhabilitation dans le secteur HLM
Paris : ACADIE, 1992.- 59 p., ann. non pag., tabl., graph.
Selon les discours les plus souvent tenus, les augmentations de loyers et le conventionnement APL,
liés aux opérations de réhabilitation auraient pour conséquences simultanées de faire fuir les ménages
aux ressources les moins modestes et d'attirer une population précarisée, fortement solvabilisée par
l'APL. A partir de l'étude de quatre sites, deux à Mantes-la-Jolie, un à St-Denis, un autre à
Nanterre, les auteurs de ce rapport se sont interrogés sur la généralité de ce constat et ont examiné
dans quelle mesure des positionnements diversifiés des différents acteurs impliqués (Etat, ville,
organisme, HLM) étaient susceptibles d'amenuiser ou de renforcer ces effets.
DC E92.4; CDU 31592; IA 38750
ASSOCIATION NATIONALE POUR L'INFORMATION SUR LE LOGEMENT
Une approche de la réhabilitation du logement social
87
Paris : ANIL, 1992.- 18 p., ann., tabl. (étude réalisée avec l'ADIL de Saône-et-Loire, l’Office municipal
d'HLM de Mâcon, la CAF de Saône-et-Loire)
Afin d'évaluer l'efficacité sociale de la procédure PALULOS, et par là-même celle des politiques
publiques, ce rapport s'est intéressé à différents critères en prenant pour terrain d'étude la ville de
Mâcon, et plus particulièrement la deuxième tranche de la réhabilitation de la cité des Saugeraies. Ainsi,
après une étude statistique et sociale préalable, ce rapport s'intéresse aux objectifs de la réhabilitation
des Saugeraies et à l'évolution du loyer et des charges. Ensuite, à travers les itinéraires des locataires et
leurs revenus, ce rapport retrace l'évolution du peuplement de la cité. Ses conclusions portent sur les
effets de la réhabilitation et la possibilité de reproduire cette étude sur d'autres cités.
CDU 51130
BRUNET Serge ; FOUREST Alain ; REVERT Jean-François ; RICORDAY Joël
FRANCE. ARCHITECTURE ET URBANISME (DIR.)
Projet urbain dans les grands ensembles. 3. L'intégration du quartier dans la ville. Séminaire
de Strasbourg, 10 et 11 juillet 1991
Paris : DAU, 1992.- 26 p., plans
Eléments-clés de l'intégration du quartier dans la ville. Enjeux des projets de décloisonnement et
d'intégration des quartiers dans les villes. Conditions de mise en oeuvre des projets urbains. Fiches
de cas : Strasbourg-Neuhof, Dreux-Chamard, Béthune-Mont Liébaut.
CDU 26018/3; DCN 25-987; EPC NY4442; IA 33476(3); DRE 7235(3)
BUE Isabelle ; COLMANN Patrick ; DORCHIES Annie ; LACOSTE Olivier ; MACQUET Philippe ; RAULT
Christian ; RONFARD Isabelle ; ROYAL Anne-Marie
NORD PAS-DE-CALAIS. PREFECTURE DE REGION; NORD-PAS-DE-CALAIS. CONSEIL REGIONAL.
LILLE
Développement social des quartiers : la santé aussi. Actions santé, du quartier à
l'agglomération, décembre 1993- janvier 1994
Lille : Conseil régional Nord-Pas-de-Calais, 1992.- 16 p, ann., phot., bibliogr.
Cette plaquette « Développement social des quartiers : la santé aussi » représente une synthèse de
l'approche de la santé dans les DSQ au cours du Xe Plan et du savoir-faire acquis durant cette
période et la précédente. Des actions menées dans dix sites ont été choisies pour leurs diversités.
Dix fiches techniques constituent des outils pédagogiques pouvant alimenter la réflexion, les savoirfaire de groupes de travail.
DCN 46-82
DUBET François ; LAPEYRONNIE Didier
Les quartiers d'exil
Paris : Ed. du Seuil, 1992.- 245 p., bibliogr. (coll. L'Epreuve des faits)
Dix ans d'enquêtes sur le terrain permettent de dessiner une image cohérente de la décomposition de
l'ancienne question sociale, de la formation des problèmes sociaux et des difficultés de définition et
de mise en oeuvre de nouvelles politiques sociales.
IA 35119; CDU 26749; EPC NY4781
FONDACI Céline ; VIGNOLO Joëlle
Rénovation urbaine et changement social. Exemple : le quartier de l'Ile de Martigues
Aix-en-Provence : UER de sociologie, 1992.- 88 p., bibliogr. + ann. (mémoire de maîtrise de sociologie
urbaine, ss la dir. de D. Bleitrach)
Analyse des transformations de la population d'un quartier du fait d'une politique urbaine de
rénovation. Celle-ci avait cependant pour objectif le maintien sur place des couches de population
initiales. Elle voulait également faire échec à la multiplication des marchands de sommeil, créer les
éléments d'un dynamique de développement de pôles d'animation sociaux et commerciaux, mettre en
valeur le patrimoine architectural et culturel.
IUG D4082(1-2)
88
JAZOULI Adil
Les années banlieues
Paris : Seuil, avr. 1992.- 201 p. (coll. L'Histoire immédiate)
Analyse sociologique de violences et d’émeutes dans les quartiers d'habitat social. Il est question :
des jeunes des banlieues, des violences, de la mobilisation et des actions collectives ; des enjeux
politiques et des politiques publiques dans les quartiers défavorisés ; analyse historique et sociale des
10 dernières années et de l'évolution des conflits. En annexe : l'intégration des femmes,
particulièrement dans les familles maghrébines.
CDU 26284; IA 31042
LEFEVRE Alain ; ROGER Virginie
La restructuration des banlieues. La concentration humaine à ses problèmes
TPE. (FRA). n° 112, sept. 1992.- pp. 22-27
Rôle de l'Agence française et technique de la Région parisienne (AFTRP) dans les secteurs difficiles
de banlieues, et perception dans le quartier des Francs-Moisins de la réhabilitation en cours et de la
procédure DSQ.
EPC NY4294; CDU
MAILLARD Cécile
L’Alma-Gare à Roubaix : le mirage des années 70
URBANISME. (FRA). n° 256, sept. 1992.- pp.49-52, phot.
L'avenir de l'Alma-Gare, quartier symbole des luttes urbaines des années 70, passe par une politique
de peuplement et une amélioration de son image. En 1992, le quartier n'est toujours pas achevé, la
population a changé, les problèmes sociaux sont importants, toutefois la vie associative fonctionne.
IA P.414; CDU
MOSELLE. EQUIPEMENT (DIRECTION DEPARTEMENTALE). METZ
Quartier et réflexion stratégique
Metz : DDE, 1992.- 16 p., schémas
Ce document présente quelques éléments de réflexion stratégique pour les opérations de DSQ. Il
contient : une brève présentation de l'opération de DSQ et des actions menées (lieu non précisé) ;
une synthèse des interrogations sur le contenu et l'élaboration de l'opération ; une série de schémas
présentant quelques éléments relatifs à la réflexion stratégique dans une entreprise (aspect temporel,
principes, méthodologie, plans opérationnels et fonctionnels...) ; une synthèse des différences entre le
système du quartier et celui de l'entreprise ; un schéma présentant une « mini-exploration causeseffets » à partir d'un fait divers ; une synthèse des objectifs du projet de quartier ; une énumération
des correspondances entre la réflexion stratégique et les enjeux du quartier.
CDU 38075
REBOIS Didier
PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
La ville re-qualifiée. Actes du forum européen de Madrid, 13 et 14 décembre 1991
Paris : PCA, 1992.- 24 p., pl. h.t.
EUROPAN a pour but de favoriser l’expression d'idées innovantes et créatrices des jeunes
architectes européens, à partir d'un thème commun dans le domaine de l'architecture et de
l'urbanisme. Le thème de la seconde session des concours « Habiter la ville, re-qualification de sites
urbains » aborde la question de la place de l'habitat dans des opérations urbaines stratégiques de
transformation de sites dont l’ancienne fonction est devenue obsolète. EUROPAN forum, réuni à
Madrid en décembre 1991, est la première rencontre européenne après la désignation des équipes
primées de la seconde session. Exposer les projets devant des confrères, comparer les approches
de la question du logement dans des contextes différents, confronter les points de vue sur l'avenir des
89
villes, telle a été la fonction essentielle de ce forum, unique en son genre. Mais, EUROPAN forum
est aussi l'amorce d'un débat avec les villes et les maîtres d'ouvrage pour envisager la réalisation des
idées.
PCA CS125; CDU 27094
REY Jacques
Vaulx-en-Velin. Histoire passionnante et chaotique d'une politique urbaine périphérique
TEMPS MODERNES. (FRA). n° 545-546, déc. 1991-janv. 1992.- pp. 77-91 (n° spécial Banlieues
relégation ou citoyenneté)
Genèse économique et urbaine d'un quartier d'habitat social : l'histoire de l'urbanisation de Vaulx-laGrande-Ile ; la conception économiste de l'habitat de cette cité ; les relations entre la ZUP et le
quartier pavillonnaire, le projet « Banlieues 89 »-Vernay est ; plaidoyer pour un renouveau de la
réflexion urbaine.
CDU 26025; IA 31674
La ville dans les quartiers
HLM AUJOURD'HUI. (FRA). n° 25, 1er trim. 1992.- pp.31-63, phot.
Au-delà de la réhabilitation des bâtiments et de l'amélioration des espaces extérieurs, il faut faire
évoluer la structure urbaine, intégrer le quartier à la ville. L'Etat doit bâtir de véritables projets de
développement pour les quartiers et améliorer les services publics. Enfin, l'emploi et la vie
économique doivent trouver leur place dans les quartiers. Des exemples de projets ou de réalisations
illustrent la politique de la ville.
IA P.193; CDU
ABALLEA François ; FORET Catherine ; VANONI Didier
La requalification urbaine
RECHERCHE SOCIALE. (FRA). n° 128, oct.-déc. 1993.- 79 p.
Analyse de la crise urbaine ; réflexion sur le métier d'architecte ; étude de la qualité urbaine dans les
quartiers d'habitat social en France. Le caractère instrumental de la notion d'urbanité, lorsque celle-ci
exprime le but ultime d'une intervention sur l'espace urbain ; en quoi et dans quelle mesure les
architectes apparaissent comme les opérateurs de cette urbanité à instaurer ou restaurer.
IA P.336; CDU
ALTHABE Gérard ; LEGE Bernard ; SELIM Monique
Urbanisme et réhabilitation symbolique : Ivry, Boulogne, Amiens
Paris : L'Harmattan, 1993.- 297 p., notes
L'îlot San Leonardo à Bologne, le quartier Sevrin à Amiens, et le centre-ville d'Ivry ont été la cible
de projets d'urbanisme s'inscrivant à contre-courant des tendances habituelles qui refoulent les
couches populaires à la périphérie des villes. Ici, les trois municipalités se prononcent pour le
maintien des habitants dans leur logement réhabilité ou rénové. Les auteurs ont cherché à
comprendre les transformations sociales que ces opérations engendraient.
CDU 28213; IA 19882(2)
AUSSEUR DOLLEANS Chantal
FRANCE. ARCHITECTURE ET URBANISME (DIR.); FEDERATION NATIONALE DES CENTRES PACT.
PARIS
Le programme de référence en quartier ancien. Enjeux-stratégie. Projet
Paris : MELT-DAU, 1993.- 50 p., ann.
Ce document présente les objectifs (requalification et diversité urbaine) des programmes de
référence en quartier ancien. Quelles stratégies mettre en oeuvre pour maintenir l'habitat à vocation
sociale et améliorer la qualité architecturale et urbaine ? 1ère partie : la situation des quartiers anciens
90
par rapport aux objectifs fixés par la loi d'orientation pour la ville (LOV) ; l'insuffisance des pratiques
d'aménagement actuelles (OPAH, ZAC, RHI, restauration) ; axes d'intervention. 2ème partie : la
conduite du projet de programme de référence ; la décision d'élaboration, la concertation (Etat,
acteurs locaux, habitants), le périmètre du programme, le diagnostic, le contenu et la stratégie, le suivi
du programme.
CDU 27908
AUTHIER Jean-Yves
La vie des lieux. Un quartier du vieux Lyon au fil du temps
Lyon : PUL, 1993.- 268 p., ann., bibliogr. (coll. Transversales)
Analyse détaillée des multiples processus qui ont façonné le quartier Saint-Georges dans le vieux
Lyon au cours des dernières décennies. Histoire de la vie de ce lieu et de ses habitants à travers les
multiples transformations de ce quartier populaire où les décisions d'aménagement (OPAH,
réhabilitation) induisent un véritable bouleversement social.
CDU 28942
BAGUE DE BARY Marie-Pierre
DIRECTION REGIONALE DE L'EQUIPEMENT D'ILE-DE-FRANCE. PARIS ; ILE-DE-FRANCE
(PREFECTURE). MISSION VILLE. PARIS
Désenclavement et lutte contre les nuisances : les quartiers en contrats de ville au XIe Plan.
Synthèse régionale
Paris : DREIF, 1993.- 107 p., plans, tabl.
Etat d'enclavement et d'exposition aux nuisances des quartiers prioritaires, nature des actions à
mener, chiffrage des travaux prioritaires.
DRE 8372
BOUVEAU Patrick ; TILLY Jean-Pierre ; GUENIF-SOUILAMAS Nacira
UNIVERSITE DE PARIS VIII ; ILE-DE-FRANCE (REGION). EQUIPEMENT (DIRECTION REGIONALE).
URBANISME OPERATIONNEL ET LOGEMENT (DIVISION). PARIS; ILE-DE-FRANCE (PREFECTURE).
MISSION VILLE. PARIS
Articulation des politiques ZEP et DSQ en Ile-de-France. Rapport de synthèse ; études de cas
Paris : ANALISE, 1993.- 184 p., tabl., bibliogr. (rapport commandé par la Mission ville de la Préfecture
de la Région Ile-de-France)
Ecole et quartier dans les banlieues : pour quelles questions ; petite histoire des ZEP (zones
d'éducation prioritaires) ; les ZEP en Ile-de-France ; ZEP et DSQ en Ile-de-France : l'état d'un
contrat pluri-annuel ; l'émergence d'une politique éducative localisée : mythes et réalités. Etude de six
ZEP en DSQ en Ile-de-France : les Mureaux (78), Villiers-le-Bel (95), Bonneuil (94), Corbeil (91),
Epinay-sur-Seine (93), Meaux (77).
DRE 7464
CONFEDERATION FRANCAISE POUR L'HABITATION L'URBANISME ET L'AMENAGEMENT DU
TERRITOIRE
La réhabilitation des quartiers dégradés, leçons de l'expérience internationale : la Déclaration
de Caracas, novembre 1991
C. COFHUAT. (FRA). n° 1, 1993.- non pag.
Présentation de la Déclaration de Caracas où des responsables administratifs et politiques de tous
pays définissent les enjeux d'une politique de réhabilitation en faveur des quartiers dégradés les plus
pauvres. Six points sont retenus : le renforcement des dynamiques économiques, sociales et
culturelles, la consolidation des situations foncières des habitants, la lutte contre la pauvreté, la mise
en place d'outils d'intervention efficaces, la coordination des interventions et la mise en place de
financements adéquats.
CDU 28312
91
DIRECTION DE L'HABITAT ET DE LA CONSTRUCTION
Evaluation de la politique de réhabilitation du logement locatif social
Paris : DHC, 1993.- 83 p., tabl., graph.
Le but de cette évaluation de la politique de réhabilitation du logement social est de déterminer
l'adéquation des critères d'octroi des subventions et des modalités locales de définition des
programmes aux finalités de la politique de réhabilitation. Réalisée à partir de l'analyse de 80
opérations de réhabilitation ayant eu lieu de 1986 à1989, elle aborde les thèmes suivants : la prise en
compte des attentes des locataires, l'impact social de la politique de réhabilitation, la répartition des
coûts et avantages financiers entre les différents intervenants, les rapports entre la politique de
réhabilitation et les politiques d'entretien menées par les organismes, et l'impact architectural et urbain
des opérations de réhabilitation. Après une présentation du cadre général de l'étude, ce rapport en
analyse les résultats : le dispositif mis en place et les pratiques d'acteurs semblent mal adaptés aux
opérations dont l'enjeu n'est pas seulement de nature technique mais également social, économique,
architectural et urbain ; la nécessité d'une transformation des pratiques se fait jour : il faut mettre les
habitants au coeur du processus de réhabilitation, envisagé dès lors au niveau social plus que
technique. Des propositions concernant un aménagement du dispositif réglementaire financier et
l'évolution des pratiques publiques concluent le rapport.
DC E93.13 ; CDU 37937
DIRECTION REGIONALE DE L’EQUIPEMENT DE PROVENCE-ALPES-COTE D’AZUR
Atelier régional rencontres réhabilitation (ARRR). Recueil des actes : 12 ateliers en ProvenceAlpes-Côte d’Azur, 1990-1993
Marseille : DRE PACA, 1993.- pag.mult.
Sommaire : un nouvel enjeu pour les villes, la réhabilitation des quartiers anciens ; le statut des
habitants dans la réhabilitation ; développement social et réhabilitation ; requalification des quartiers,
désenclavement, espaces extérieurs ; collectivités locales et réhabilitation ; évaluation et réhabilitation ;
réhabilitation en quartiers anciens et évolutions sociales.
CDU 52735
DONZELOT Jacques ; ESTEBE Philippe ; JAILLET Marie-Christine ; ROMAN Joël ; BEHAR Daniel
CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS; PARIS. FRANCE URBANISME LOGEMENT ET
TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN; DELEGATION INTERMINISTÉRIELLE À LA VILLE
Evaluation de la politique de la ville. Vol.I. L'Etat de solidarité. Vol.II. Les enjeux de l'action
Paris : DIV, 1993.- 196 p.+ 159 p.
Recherche sur l'identification et l'analyse des objectifs politiques spécifiques de la politique de la ville, de
ses enjeux et de son action. Pour les auteurs, la politique de la ville fait apparaître trois concepts
fondamentaux susceptibles de lui donner un contenu propre : l'insertion par l'économique, la
requalification du service public, le désenclavement des quartiers d'habitat social.
CDU 29670 ; CDU 30439
FRANCE. COMMISSARIAT GENERAL AU PLAN
La réhabilitation de l'habitat social : rapport de l'instance d'évaluation
Paris : La Documentation française, 1993.- 425 p., bibliogr.
Evaluation de la politique publique de réhabilitation du logement locatif social. Constats : amélioration
technique du parc mais résultats fragiles là où les problèmes sociaux dominent ; système de
financement dominé par l'aide de l'Etat et contraint par la réglementation ; mauvaise connaissance de
l'impact social et faible concertation avec les habitants ; transformation des pratiques des acteurs
locaux. Quelques recommandations : réaffirmer plus clairement les objectifs poursuivis, aménager le
dispositif réglementaire et financier, conforter et accompagner l'évolution des pratiques.
IA 33105; DCN 43-761; CDU 28592; CP 4707; DRE 8351
GEINDRE François ; LANCO Patrice
92
FRANCE. COMMISSARIAT GENERAL AU PLAN
Le logement, une priorité pour le XIe Plan : rapport au Premier ministre. « Le logement :
donner l'envie d'y rester et la possibilité d'en changer »
Paris : La Documentation française, 1993.- 167 p., tabl., graph. (coll. Préparation du XIe Plan)
Quel est l'équilibre souhaitable entre la location et l'accession à la propriété ? Comment financer
l'effort d'investissement prioritaire sur le parc locatif social ? Comment préserver un secteur locatif
privé ? L'évolution des aides publiques au logement donne-t-elle des marges de manœuvre ? Le
rapport apporte des éléments de réponse à ces questions et plaide pour des politiques sociales de
l'habitat, négociées et contractualisées.
IA 32500(14); CP 4603; CDU 28814; MV B7374
JULHIET Agathe
CENTRE D'ETUDES DES TRANSPORTS URBAINS. BAGNEUX
Les transporteurs face au désenclavement des quartiers
Bagneux : CETUR, 1993.- 54 p., cartes
Face à l'isolement géographique des quartiers en difficulté, comme à l'exclusion sociale de leur
population, les transporteurs ont un rôle à jouer en tant qu'acteur urbain. En contact permanent avec
cette population, ils peuvent devenir un vecteur d'intégration. Intégration spatiale par le renforcement
des liaisons entre le quartier et la ville et l'offre des dessertes adaptées aux besoins des habitants,
mais aussi recomposition du tissu social grâce à une demande d'engagement dans la vie des
quartiers, d'investissements d'efforts et de moyens nouveaux. L'enquête, réalisée auprès des réseaux
des agglomérations françaises de plus de 200.000 habitants comportant des DSQ, avait pour objet
de recenser les expériences menées par les transporteurs en réaction aux difficultés rencontrées sur
ces quartiers. Ce rapport présente de manière plus détaillée trois expériences innovantes au Havre,
Lille et Marseille.
DCN 58-B-406; MV 7431; DRE T.2220; IA 34842; CDU 30001
MARTIN André
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
Le sens de l'intérêt public
Paris : FNHOLM, 1993.- 134 p., phot.
Le rapport annuel d'activité et d'orientation des offices publics d'HLM traduit leurs réflexions :
améliorer l'offre, favoriser les équilibres sociaux, requalifier les quartiers dégradés, associer les
habitants. Tout cela procède de la volonté d'inscrire leur activité dans le sens de l'intérêt public.
IA 32842
MASBOUNGI Ariella
Réhabilitation/rénovation : un outil de renouvellement de la pensée urbaine. Faire la ville avec
les grands ensembles
ARCHITECTURE INTERIEURE. CREE. (FRA). n° 256, oct. 1993.- pp. 58-60
Article consacré au projet urbain dans les grands ensembles. Au travers des travaux de la Direction
de l’architecture et de l’urbanisme (DAU), l'auteur montre qu'une stratégie pensée et dessinée de la
ville peut être conçue comme un cadre d'actions inscrit dans la durée. Elle permet des opérations
d'urbanisme qui sont comme autant de jalons pour la mise en oeuvre progressive d'un projet urbain
global.
CDU
MORA Béatrix ; WINTER Frédéric ; LELEVRIER Christine
CENTRE DE REALISATIONS ET D'ETUDES POUR LA PLANIFICATION ET L'AMELIORATION DE
L'HABITAT. PARIS; INSTITUT D'AMENAGEMENT ET D'URBANISME DE LA REGION D'ILE-DEFRANCE. PARIS ; REGION D'ILE-DE-FRANCE
93
Les obstacles aux mutations urbaines des grands ensembles : analyse de six opérations en Ilede-France.Paris : IAURIF, 1993.- 99 p., tabl., cartes (étude réalisée pour le compte de la Région d’Ile-de-France,
ss la dir. de G. Lacoste ; voir aussi Habitat, n° 5, juin 1993, suppl. aux Cahiers de l'IAURIF)
Dans le cadre de la réflexion sur la diversification et la restructuration des grands ensembles, six
quartiers choisis parmi les sites DSQ/DSU d'Ile-de-France ont fait l'objet d'une expertise
approfondie, afin d'identifier les obstacles juridiques et fonciers à leur évolution. Il sera ainsi possible
de réfléchir à l'éventualité de modifier certains textes proposés dans la loi d'orientation pour la ville.
IA 32797; DRE 7242; CP 5114
PIRON Olivier
Politique du logement. La nouvelle donne. Analyse et propositions
Paris : 1993.- 19 p.
Afin de déterminer des objectifs en matière de politique du logement, la première partie de l'article
dresse le bilan de la nouvelle conjoncture engendrée par la crise du logement. Celle-ci se caractérise
par la constitution d'un stock de logements globalement satisfaisant, la rupture de la cohésion sociale
et la montée de la pauvreté et, enfin, l'importance des questions d'intégration des quartiers en
difficulté dans la vie urbaine. A partir de ce bilan, la seconde partie propose de nouvelles orientations
politiques, en ce qui concerne la gestion patrimoniale, l'évolution du parc global, la gestion urbaine et
la gestion sociale du logement. Ces objectifs consistent notamment à assurer une dynamique
d'évolution pour le secteur déjà bâti, à organiser et orienter l'effort de construction neuve et à définir
des politiques d'habitat fondées sur le partage des compétences.
CDU 33616
ROMAN Joël (dir.)
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Ville, exclusion et citoyenneté. Entretiens de la ville II
Paris : Ed. Esprit, 1993.- 275 p. (Série société)
Ce livre reprend les « Entretiens de la ville » qui se sont déroulés en 1992, sous l'égide de la Délégation
interministérielle à la ville (DIV). Il propose d'analyser le rapport entre l'exclusion urbaine et d'autres
formes d'exclusion, qu'elle touche les immigrés, les jeunes ou, plus traditionnellement les catégories
populaires. Il s'efforce d'éclairer la situation française, en la mettant en perspective avec celle des EtatsUnis d'une part, et d'autres exemples européens d'autre part. Enfin, différentes contributions tentent de
dégager ce que pourraient être les grandes lignes d'une politique de lutte contre l'exclusion et la
ségrégation, qui ouvre la voie d'une citoyenneté active.
CDU 30521; EPC NY3882(6)
VANONI Didier
FONDATION POUR LA RECHERCHE SOCIALE. PARIS ; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Architecture de réhabilitation ; le paradoxe de l'urbanité
Paris : FORS, 1993.- 88 p., bibliogr.
La crise urbaine semble toute entière assimilée au travers de la critique de l'urbanisation moderne à la
crise des banlieues. La nature profonde de cette crise est souvent peu explicitée : c'est le logement
social qui est désigné comme responsable de la situation actuelle. Cette étude veut montrer qu'audelà du problème des banlieues, c'est davantage en termes de représentations, d'images, de
perceptions que s'exprime la problématique de la crise de l'urbain. Cette recherche fait de la
procédure de réhabilitation, et de sa concrétisation sociale et spatiale dans les quartiers sensibles, le
champ d'observation de l'urbanité, sinon en voie de disparition du moins en phase de recomposition.
PCA A393; CDU 29459
WENDEN Wihtol de ; DAOUD Zakya
94
FONDS D'ACTION SOCIALE POUR LES TRAVAILLEURS IMMIGRES ET LEURS FAMILLES. PARIS;
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE; CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS.
PARIS
Intégration ou explosion ? Banlieues
PANORAMIQUES. (FRA). n° 12, 4ème trim. 1993.- 216 p., ill., bibliogr.
Ouvrage collectif sur les problèmes des banlieues et des grands ensembles qui conjuguent chômage,
immigrés et jeunes dans un urbanisme souvent déprimant. Etat des lieux des problèmes de violence,
d'intégration, de délinquance, d'emploi, etc. La politique de la ville dans différents quartiers d'habitat
social : Mantes-La Jolie, Vénissieux, Vaulx-en-Velin, Argenteuil, etc.
CDU 29356
La politique de la ville. 1. Les enjeux. 2. Acteurs et outils
APRES-DEMAIN. (FRA). n° 358, nov. 1993.- 2 vol., 38 + 43 p.
Le terme « politique de la ville » recouvre un champ d'intervention élargi parallèlement à une
perception accrue de l'acuité des problèmes dans les périphéries urbaines. Les caractéristiques des
quartiers difficiles, les actions d'intégration, l'action sociale, la politique de sécurité, les services
publics dans la ville, sont évoqués.
IA T.6159(1-2); CDU 30165(1-2)
Politique de la ville et lutte contre l'exclusion
REGARDS SUR L'ACTUALITE. (FRA). n° 196, déc. 1993.- pp. 3-49, tabl., bibliogr.
La politique de la ville, dont il est question dans ce dossier, concerne les quartiers en difficulté et,
dans ces quartiers, englobe un faisceau de politiques sectorielles concernant l'économie, l'urbanisme,
la sécurité, l'éducation, destinées à lutter contre les phénomènes d'exclusion constatés dans les
populations résidant sur ces territoires. Ce dossier balaie quelques-uns des problèmes soulevés par
ce nouvel aspect de l'intervention publique.
CDU
La réhabilitation
C. DE L'HABITAT. (FRA). n° 22, nov. 1993.- 87 p., phot.
La politique publique de réhabilitation du parc social, la sociologie de la réhabilitation, le point de vue
des maîtres d'ouvrage, le point de vue des habitants, la maîtrise des effets sociaux, le point de vue
des architectes, le rôle de l'ANAH, la réhabilitation des copropriétés récentes dégradées, la
réhabilitation du parc ancien rural, font l'objet de ce numéro.
IA P.115; CDU
CARLANDER Ingrid
Luttes urbaines contre le relégation sociale
MONDE DIPLOMATIQUE. (FRA). n° 483, juin 1994.- pp. 8-9, phot.
En Europe occidentale, les bouleversements sociaux, provoqués par la crise économique, ont fragmenté
les villes, isolant des quartiers en difficulté, toujours plus nombreux. Des responsables ont entrepris des
politiques urbaines originales et engagé des actions volontaristes, affrontant tous les problèmes :
logement, formation, sécurité, emploi, santé... En particulier aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en
France ou, au-delà de différences bien typées, les politiques de la ville se développent dans un partage
des rôles entre Etat et collectivités locales. Ces modèles isolés ont-ils des chances de réduire les
risques de désintégration et d'exclusion sociale ?
CA RC34(94:483)
COMBRISSON Jean-Baptiste ; PELISSIER Alain
La réhabilitation, détour obligé
ARCHITECTURE INTERIEURE. CREE. (FRA). n° 260, août-sept. 1994.- pp. 40-43, phot., plan
(Rénovation/réhabilitation III)
95
Transcription d'un entretien avec Jean-Baptiste Combrisson et Alain Pelissier, deux architectesenseignants de Paris-Tolbiac, sur l'intérêt d'intégrer la réhabilitation dans le programme
d'enseignement. Ils présentent une expérience menée avec leurs étudiants sur un groupe HBM des
années 30 à Gentilly. Ils indiquent leur méthodologie, la prise de conscience par les étudiants des
contraintes techniques mais aussi économiques, sociales et culturelles. Quelques propositions de
transformations sont présentées.
CDU
GAUDIN Jean-Pierre
La ségrégation et la recherche urbaine. Chassés-croisés entre chercheurs et décideurs
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 64, sept. 1994.- pp. 29-33 (Parcours et positions)
Entre les deux guerres, les spécialistes de la ville étaient peu préoccupés par la ségrégation sociospatiale. Depuis la seconde guerre mondiale, la ségrégation a pris rang dans la recherche urbaine,
notamment avec la crise de l'Etat providence. D'abord dénoncée par les sociologues des années
1970 comme l'effet de l'inégale distribution des richesses, la ségrégation urbaine est devenue par la
suite un thème politique que les chercheurs ont relativisé au cours des années 1980.
CDU
LEFRANÇOIS Dominique
INSTITUT FRANCAIS D'ARCHITECTURE. PARIS
Le patrimoine français des grands ensembles. Etude des valeurs architecturales, urbaines et
patrimoniales des grands ensembles et de leurs représentations par les acteurs de la
réhabilitation
Paris : IFA, 1994.- 49 p.
Une typologie, susceptible de traduire les courants de pensée qui conduisent les réhabilitations à
reconnaître une quelconque valeur patrimoniale à l'architecture issue des Trente glorieuses, a été
dégagée de nombreux articles figurant dans un corpus de revues couvrant la période 1985-1994.
Thèmes abordés : les opérations, respectueuses des ensembles modernes et de la façon dont les
architectes avaient de bâtir la ville autrement ; les interventions s'attachant au constat d'une fracture
sociale et urbaine qu'il faudrait combler ; le temps des grands ensembles vécu par ses habitants.
CDU 38568
MAGLIONE Jean ; DREYFUS Jean
Cris et écrits de Jean Maglione : quartiers et cultures populaires face à la modernité et aux
aménageurs
Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 1994.- 502 p., bibliogr., index
Au-delà de la critique sociale et de la critique de l'urbanisme, cet ensemble de textes suggère les
voies d'une autre politique, qui permettrait aux couches populaires de retrouver une place dans la
société et en ferait le ferment d'une culture nouvelle.
IA 35129; IUG A4743; DRE 7530; CDU 30294; CP 5108
MOUVEMENT PACT-ARIM POUR L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS
Recueil d'expériences du mouvement PACT-ARIM
Paris : Fédération nationale des centres PACT-ARIM, 1994.- 121 p., ill.
Présentation d’une centaine d'opérations réalisées par les PACT-ARIM. Les interventions sont
réparties selon les thèmes suivants : l'aide aux personnes et familles, la mobilisation de l'offre de
logements, la gestion des marchés du logement, la participation des habitants, la technique et qualité,
la politique des quartiers et de la ville, le développement local et le patrimoine, les copropriétés et la
96
gestion urbaine. Chaque opération fait l'objet d'une fiche descriptive indiquant les coordonnées du
charge d'opération.
CDU 32180
RUDLOFF Nicole
Pour une ville solidaire : le projet urbain de Chanteloup-les-Vignes
HLM AUJOURD'HUI. (FRA). n° 36, 4e trim. 1994.- pp. 64-67, phot.
Le contrat de ville, signé en avril 1994, a pour objectifs de recomposer la ville, de développer
l'emploi, de soutenir le secteur associatif.
IA P.193; CDU
Crise des banlieues ou crise de société ?
Dijon : Alternatives économiques, 1994.- 47 p. (Alternatives économiques, hors série n° 19)
Ensemble de reportages, de témoignages et d'analyses sur le thème de la crise des banlieues. Après
un aperçu historique retraçant 150 ans d'expansion urbaine, la première partie dresse l'état les lieux
de la situation des banlieues françaises : présentation générale ; le cas particulier de Neuilly-sur-Seine
; quelques initiatives en matière d'action sociale à Lille, Vaulx-en-Velin et Toulouse ; point de vue de
deux sociologues, qui replacent les problèmes urbains dans le contexte des transformations sociales
globales. La deuxième partie est consacrée à la politique de la ville et à ses obstacles : un bilan mitigé
; l'inégalité financière entre les communes ; les zones d'éducation prioritaire. La troisième partie réunit
quelques témoignages : entretien avec l'écrivain Didier Daeninckx, installé à Aubervilliers ;
témoignage d'un habitant des « 4000 » à La Courneuve ; la banlieue sud de Paris vue par des
lycéens. Enfin, des cas étrangers sont présentés dans le dernière partie : bref état des lieux des
stratégies menées par d'autres pays européens ; témoignage d'une sociologue-urbaniste qui, après
avoir travaillé à Rio de Janeiro, dirige un projet de DSQ à Draveil ; la ségrégation urbaine aux EtatsUnis.
CDU 29554
Crise urbaine ou crise du discours sur la ville : comment penser différemment les politiques
urbaines ?
RECHERCHE SOCIALE. (FRA). n° 131, juill.-sept. 1994.- 63 p. (colloque organisé par la FORS le 1er
février 1994)
François Aballéa pose la problématique générale du colloque, puis Alain Vulbeau s'interroge sur le
mot d'ordre : en finir avec les grands ensembles. Henri-Pierre Jeudy évoque les enjeux éthiques et
politiques d'une écologie urbaine ; Didier Vanoni examine les opérations de requalification urbaine ;
Adil Jazouli traite les territoires, les fractures et les médiations ; Jean Rémy s'interroge sur la ville et
son discours ; Jean-Michel Belorgey réfléchit sur les politiques urbaines.
IA P.336; CDU; CTM 1385
Habiter un quartier dans la ville
ENSEMBLES. LA LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 4, juill. 1994.- pp. 2-6, phot., bibliogr.
Rapide bilan de la politique volontariste de réhabilitation et d'intégration sociale dans les grands
ensembles. Le quartier des Chamards à Dreux et le quartier du Quai de Rohan à Lorient.
CDU
Les politiques locales de l'habitat d'une crise à l'autre
TERRITOIRES. (FRA). n° 347, avr. 1994.- pp. 17-53
De 1954 à 1994, la crise du logement a changé de visage. D'une pénurie, nous sommes passés à un
blocage socio-économique généralisé. Et les réponses sont moins simples : il ne s'agit plus de
construire à tout va, il faut requalifier, rénover, réadapter l'offre à la demande. Chaque échelon - qu'il
soit au niveau du quartier, de la courée, de la copropriété, de la collectivité ou au niveau national, là
97
où se jouent les solidarités - doit assumer son rôle pour assurer un véritable droit au logement. Ce
droit, affirmé par tous, n'est pas respecté dans la réalité. C'est seulement avec un travail proche des
gens, avec un partenariat réunissant bailleurs sociaux, collectivités locales et associations dans un
cadre de solidarité défini par l'Etat, que cette notion pourra trouver une réponse.
CDU
Vivre ensemble dans les grands ensembles
HOMMES ET MIGRATIONS. (FRA). n° 1181, nov. 1994.- pp. 3-44, phot.
Une mixité sociale relative, des commerces de proximité, des infrastructures de loisirs, la présence
de nombreuses écoles et de services publics, ont permis à Sarcelles d'éviter la dégradation
généralisée des immeubles, la déshérence sociale et l'abandon, l'exclusion sur une grande échelle.
L'organisation de la vie locale, en partie déléguée à des communautés de toutes origines et
confessions, permet une certaine régulation sociale, mais dans les quartiers les plus fragiles, toute
dérive traditionnaliste ou intégriste n'est pas exclue.
IA P.196; CDU
ALLAMAN Martine
Grands projets urbains : pour une dynamique de projet. Interview de Jean Frébault
DIAGONAL. (FRA). n° 113, juin 1995.- pp. 42-43, phot.
Interview de Jean Frébault, chargé d'une mission ministérielle de suivi expérimental des grands
projets urbains en région lyonnaise. Il constate le manque d'ambition pour la reconquête des grands
ensembles et propose de refonder la démarche urbanistique en l'articulant davantage avec le projet
social et économique.
CDU
ALLAMAN Martine
Montreynaud : le dernier match de Saint-Etienne
DIAGONAL. (FRA). n° 116, déc. 1995.- pp. 36-39, phot.
Présentation du projet urbain qui a pour objectif de requalifier la ZUP de Montreynaud, à SaintEtienne. La concertation entre les bailleurs sociaux ; l'apport du contrat de ville ; l'équilibre du
peuplement par la requalification de l'habitat et une politique d'attribution des logements favorisant la
mixité ; la reprise de la vie associative. Mais la spirale descendante n'est pas facile à arrêter.
CDU
ALLAMAN Martine
Retour à Saint-Saëns
DIAGONAL, n° 115, oct. 1995.- pp.40-42, phot., plan
En 1979, la municipalité de St-Etienne amorce une réflexion sur la requalification de la ZUP de
Montreynaud. La seule opération menée à terme fut le quartier St-Saëns qui devait préfigurer les
propositions d’ensemble : densification, mixité, reprise des espaces publics. Quinze ans après, les
urbanistes redécouvrent cette expérience-test.
CDU
AUTHIER Jean-Yves
UNIVERSITE DE LYON II. GROUPE DE RECHERCHE SUR LES SOCIETES ; PLAN CONSTRUCTION
ET ARCHITECTURE
L’embourgeoisement des quartiers anciens centraux réhabilités ; l'exemple du quartier SaintGeorges à Lyon
Lyon : GRS, 1995.- 190 p., ann., tabl., bibliogr. (coll. Recherches n° 79)
A partir de l'étude du quartier Saint-Georges à Lyon, il s'agit d'étudier les formes de ségrégation
observables au sein même des quartiers anciens centraux réhabilités et embourgeoisés, en
considérant la ségrégation non seulement sous l'angle de la répartition spatiale des groupes sociaux
98
mais aussi sous l'angle de leurs relations sociales. Puis de saisir, au-delà des formes de la division
sociale de l'espace, les processus microségrégateurs qui se nouent dans le temps à l'intérieur de ces
quartiers, en étudiant notamment les mobilités et les stabilités des groupes et des personnes impliqués
dans ces processus. Ceci permettra de comprendre l'évolution des formes de différenciation sociale
nées de la réhabilitation du quartier Saint-Georges et d'analyser dans le temps le jeu des proximités
et des distances entre les populations mises en présence à l'occasion de la réhabilitation de ce
quartier.
PCA A491; CDU 33178
AUTHIER Jean-Yves
Formes et processus de ségrégation dans les quartiers anciens centraux réhabilités. L'exemple
du quartier Saint-Georges à Lyon
SOCIETES CONTEMPORAINES. (FRA). n° 22-23, juin-sept. 1995.- pp. 107-126, ann., tabl., schémas,
bibliogr. (Ségrégations urbaines)
Les fondements et les questionnements d'une recherche qui se propose d'étudier les formes de
ségrégation, observables au sein même des quartiers anciens centraux réhabilités, et de saisir les
processus micro-ségrégateurs qui se nouent dans le temps à l'intérieur de ces quartiers. Il évoque
également le dispositif d'enquête mis en oeuvre dans cette recherche et présente une première série
de résultats et d'analyses.
CDU
BACHMANN Christian ; LEGUENNEC Nicole
Violences urbaines : ascension et chute des classes moyennes à travers cinquante ans de
politique de la ville
Paris : Albin Michel, 1995.- 557 p., tabl., bibliogr.
Les combats de ces cinquante dernières années sont retracés, des squatters de 1946 aux luttes
contre la rénovation des centres-villes et le Mai 68 urbain, en passant par les Castors de 1950,
l'Abbé Pierre et l'hiver 1954, les combats actuels pour l'environnement et les émeutes des banlieues.
IA 37140; CDU 32992
BARTHELEMY André
Un avenir pour la ville face à la crise urbaine
Paris : Ed. Esprit, 1995.- 174 p. (coll. Ville et société)
Constat sans complaisance, de la crise urbaine et bilan de plus de 15 ans de politique de la ville, cet
ouvrage propose des pistes pour retrouver une organisation urbaine apte à intégrer plus qu'à exclure.
Il s'agit d'une remise en cause des modes d'intervention de l'Etat, des collectivités locales et des
organismes publics dans la politique sociale et urbaine actuelle.
CDU 31994; IA 36818
BOURJAILLAT Vincent
Réurbaniser les grands ensembles
ETUDES FONCIERES. (FRA). n° 67, juin 1995.- pp. 21-27, plans, phot.
Il est urgent de repenser les méthodes d'intervention sur les grands ensembles en réintégrant ces
quartiers dans la ville sur le triple plan du fonctionnement urbain, social et économique. Il faut donc
envisager de profondes modifications physiques des grands ensembles pour améliorer le cadre de vie
et atténuer leur image négative.
IA P.68; CDU
DELARUE Jean-Marie
Politiques de la ville et « consensus »
ECONOMIE ET HUMANISME. (FRA). n° 333, juin-juill. 1995.- pp. 78-82
99
Les gouvernements affirment que la politique de la ville fait consensus. Cette présentation, bénéfique
à court terme, ne peut dissimuler le fait que des intérêts sociaux très forts sont en jeu dans la question
des cités.
IA P.167; CDU
FONDATION POUR LE PROGRES DE L'HOMME. PARIS
Cent cinquante fiches pour des dynamiques et des idées en matière de logement en milieu
urbain. La Charte européenne pour le droit à habiter et la lutte contre l'exclusion
Paris : FPH, 1995.- 277 p., fig., ann. (Documents de travail de la FPH n° 57)
Présentant plusieurs cas concrets de lutte contre l'exclusion par l'habitat, ce document sur la politique
du logement urbain s'articule autour de cinq grands thèmes : la production de l'habitat, les dynamiques
urbaines, le rôle des pouvoirs publics, le financement du logement et la mobilisation des acteurs. Par
ailleurs, il comprend en annexes la présentation des partenaires de la Charte européenne pour le droit à
habiter et à lutter contre l'exclusion, les textes fondateurs pour le droit à habiter et la lutte contre
l'exclusion.
CA C8717; CDU 32479
FOUREST Alain
Chronique de la ville ordinaire
La Tour d'Aigues : Ed. de l'Aube, 1995.- 186 p. (coll. Monde en cours, Le Temps des lieux)
A travers trente ans d'actions quotidiennes, notamment dans les grands ensembles et les quartiers
difficiles, l'auteur tente de faire partager son parti pris pour la ville.
IA 35969(1); CDU 31048
GOFFOZ Anne
La politique des ZEP : une politique de la ville ? Nature de la relation ZEP/DSQ
Grenoble : IUG, 1995.- 112 p., bibliogr., ann. (mémoire de DEA urbanisme, environnement urbain,
politiques des villes, ss la dir. de J. Barou)
Ce travail vise à apporter des éléments de réflexion sur la pertinence et l'impact de la décision
étatique de relier une politique localisée scolaire ZEP et une politique globale DSQ ; sur le rôle de
l'école dans les quartiers défavorisés et dans la lutte contre les inégalités : la politique ZEP est-elle un
volet de la politique DSQ, la coordination entre les deux politiques se faisant autour d'un projet
commun qui serait le projet de DSQ ? Ou n'est elle qu'une politique « aménagée » de la politique de
l'Education nationale, coexistant avec la politique DSQ de manière plus ou moins isolée, chacune
gardant sa propre logique ? Après une étude historique de ces politiques, l'auteur étudie les jeux des
acteurs locaux.
IUG D4935
De l'OPAH au projet de ville : colloque du 17-19 oct. 1995, ENPC, Paris
Paris : ENPC, 1995.- mult., 8 fasc.
En s'appuyant sur l'analyse d'études de cas (OPAH et projets de ville réalisés ou en cours), les
interventions permettent d'appréhender les différentes étapes d'une OPAH et d'en connaître les enjeux,
d'identifier les différents outils propres à prolonger et accompagner la réhabilitation privée, d'intégrer à un
projet urbain global et cohérent l'ensemble des diagnostics en cours.
IA 37284
L’évaluation de la politique de la ville. Actes du colloque, Marseille, 24 janvier 1995
Marseille : Villes et territoires méditerranéens, 1995.- 139 p., ann., bibliogr. (à l'initiative de la DIV et de
la Préfecture de Région Provence-Alpes-Côte d'Azur)
Actes d'un colloque interrégional regroupant un ensemble de travaux commandés par le Conseil
national des villes (CNV). Différentes tables rondes ont permis à plusieurs protagonistes de réfléchir
aux thèmes suivants : école et politique de la ville, évaluation de la politique de réhabilitation du
logement social, emploi et insertion économique, justice et citoyenneté.
100
CDU 39974
Intégration et politique de la ville
ENSEMBLES. LA LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 10, fév. 1995.- pp. 3-6, phot.
Les auteurs insistent tout particulièrement sur le rôle du Fonds d'action sociale (FAS) dans les
quartiers, qui permet l'intégration des publics en difficulté issus de l'immigration et le désenclavement
des foyers de travailleurs migrants. Ce dossier s'appuie sur des exemples permettant de mesurer
l'importance de cet organisme, et son rôle auprès des populations de ces quartiers.
CDU
Interventions publiques et chaîne du logement. Quelles continuités ?
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 9, déc. 1995.- pp. 3-42, phot., tabl., bibliogr.
La notion de chaîne du logement (trajectoire résidentielle menant du parc locatif privé inconfortable à
l'accession à la propriété en secteur libre) est remise en cause (selon l'enquête logement de l'INSEE
de 1992) : l'offre locative se rétracte, la mobilité résidentielle fléchit, l'accession sociale se réduit ainsi
que la sortie du parc HLM vers l'accession alors que les tendances socio-démographiques font
apparaître des besoins de mobilité de plus en plus forts. La montée de la précarité accentue les
blocages et les ruptures à tous les niveaux de la chaîne du logement. La loi d'orientation pour la ville
a mis à disposition des acteurs locaux des outils et des procédures tendant à favoriser l'accueil des
plus démunis et à lutter contre la ségrégation, mais elles ne peuvent être efficaces qu'avec la volonté
politique des élus. La mise en oeuvre de l'intercommunalité pour une politique locale de l'habitat reste
difficile.
CDU
Méthodes et enjeux spatiaux
ESPACES ET SOCIETES. (FRA). n° 78, 1995.- pp. 15-134, bibliogr.
Des approches qui font le lien entre des concepts, des dynamiques sociales, des notions et des
phénomènes le plus souvent séparés lorsqu'ils sont appliqués à l'espace : patrimoine et territoire ;
désintégration économique et lutte contre l'exclusion et la pauvreté ; dimensions nationales de
catastrophes écologiques ; enjeux des procédures de réhabilitation. Réflexion sur des approches
méthodologiques multidisciplinaires ou anthropologiques à propos de l'espace du logement, ou sur des
dispositifs opérationnels originaux comme dans la communication publicitaire des villes.
IA P.184; CDU
Quelle politique pour quelle ville ?
URBANISME. (FRA). n° 280, janv.-fév. 1995.- pp. 47-85
La France découvre l'ampleur du défi urbain, la politique de la ville concerne tout le territoire et donne à la
France son paysage pour des années. Le projet urbain connaît toutes les échelles : les contrats de ville,
les prêts projets urbains, les expériences de Clichy-sous-Bois et Montfermeil, de Gennevilliers, Vaulxen-Velin, St-Herblain, Laval, des Mureaux ou de la Grande Synthe. L'action des associations et des
habitants pour refuser le ghetto et oeuvrer pour ouvrir le quartier sur la ville est évoquée.
IA P.414; CDU
BARON Dorothé
UNIVERSITE D'AIX-MARSEILLE. INSTITUT D'AMENAGEMENT REGIONAL
Evaluons l'enjeu d'une politique de réhabilitation en quartiers anciens. Le cas du vieux Nice
Aix-en-Provence : IAR, 1996.- 118 p. bibliogr., ann. (mémoire de maîtrise)
Pourquoi mesurer les effets d'une politique de réhabilitation ? Par quel moyen peut s'effectuer cette
appréciation ? L'auteur analyse l'importance et les interrelations d'une réhabilitation en présentant la
situation de cette intervention dans le contexte niçois. Puis, il aborde la possibilité d'élaborer un outil
d'observation afin de contrecarrer les effets éventuellement négatifs ou divergents d'une réhabilitation
pour mieux cadrer aux enjeux d'une telle politique.
CTA 11878
101
BOITREAUD Didier
De la réhabilitation « éclatée » à une revalorisation urbaine et durable
C. DE L'ANAH. (FRA). n° 79, déc. 1996.- pp. 23-27, phot.
Les actions de réhabilitation, engagées parfois de longue date par certaines villes, ne conduisent pas
toujours à une véritable revalorisation urbaine.
IA P.114; CDU
CAVALLIER Georges
De la ville à l'urbain
URBANISME. (FRA). n° 288, mai-juin 1996.- pp. 65-80
Travaux préparatoires à la contribution française à Habitat II. Comprendre pour agir, agir pour
davantage de solidarité et de démocratie sont les principes résumant cette contribution. Nécessité de
l'intervention publique, un logement convenable pour tous, rééquilibrer l'armature urbaine, la mise en
oeuvre d'une politique globale d'agglomération, développement social urbain, protection du
patrimoine bâti, gestion des risques majeurs, coopération internationale, sont les principaux thèmes
qui ressortent de la contribution.
IA P.414; CDU; CA C9422
CHARLOT Bernard (dir.)
L’école en banlieue
BANLIEUE VILLE LIEN SOCIAL. (FRA). n° 9-10, mars-juin 1996.- 220 p., notes, bibliogr.
Les problèmes de l'école en banlieue : la violence à l'école (3 articles) ; la transformation d'un lycée
professionnel en lycée polyvalent (St-Denis) ; le rapport au savoir des nouvelles populations
lycéennes et des femmes immigrées ; les enfants de la rue au Brésil ; les problèmes de
communication famille/école et le rôle des médiateurs; l'ethnopsychiatrie en milieu scolaire ; les
dysfonctionnements de la relation éducative ; l'action culturelle « poètes dans la classe » ; l'inscription
du développement éducatif local dans une démarche globale (Calais, Evry) ; la situation de la ZEP
du Clos-St-Lazare (Stains) ; l'évolution du système éducatif dans ses relations avec le
développement social et l'emploi ; les dynamiques collectives et les pratiques professionnelles des
enseignants en ZEP ; les instituteurs dans les quartiers sensibles ; la professionnalisation des
accompagnateurs scolaires.
CDU 33796
FORSTER W. ; GRUBER H. ; HANSEN K.E. ; HAURI E.
INTER. COMMUNAUTE ECONOMIQUE EUROPEENNE. BRUXELLES
Stratégies pour la mise en oeuvre des politiques de rénovation urbaine et de modernisation de
l'habitation
Genève : Nations Unies, 1996.- 41 p., bibliogr.
Ce rapport a pour but de rassembler les idées les plus récentes sur les stratégies de rénovation
urbaine et d'amélioration de l'habitat en Europe, et plus particulièrement en Europe centrale et
orientale. La première partie présente les conditions générales de la rénovation urbaine (organisation
administrative et politique du logement). La deuxième partie est consacrée aux politiques de
rénovation urbaine. Elle décrit les caractéristiques des zones où se posent des problèmes de
dégradation, puis précise l'historique et les objectifs des politiques de rénovation urbaine et
immobilière. Enfin, la troisième partie définit les stratégies de rénovation urbaine, en précisant les
instruments et les mécanismes, les moyens de financement, les acteurs et leurs tâches, et en
mentionnant les activités de rénovation.
CDU 34322
HENRY Guy ; HOUNKPATIN Ida
102
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN; PLAN CONSTRUCTION
ET ARCHITECTURE
Projets et stratégies urbaines en France
Sl. : 1996.- 180 p., cartes, plans
Le renouvellement de la production urbanistique contemporaine est étudié à travers l'analyse de sept
grands projets : Atlanpole à Nantes, Démocratie à Vénissieux, Euralille, Neptune à Dunkerque,
Nîmes, La Plaine-St-Denis, Strasbourg. La première partie de l'étude décrit les différents éléments
des projets considérés : conception d'une ville du futur (technopole de Nantes), échec de l'alternative
urbaine aux Minguettes, à Vénissieux, nouvelle dynamique pour Lille avec le TGV (projet Euralille),
doublement de la superficie du centre-ville par la reconversion d'une friche industrielle (projet
Neptune à Dunkerque), gestion de la ville comme une entreprise (Nîmes), fabriquer de la ville en
banlieue (La Plaine-St-Denis), le tramway considéré comme outil d'aménagement urbain
(Strasbourg). Une deuxième partie met en évidence, à la lecture de ces exemples, les réponses à
apporter pour permettre un renouvellement de la planification urbaine, les mutations de la maîtrise
d'oeuvre et de la maîtrise d'ouvrage, et propose des réflexions sur la revalorisation du projet
d'urbanisme.
PCA C404; CDU 34223
INTER. ORGANISATION DE COOPERATION ET DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUES. PARIS
Stratégies pour le logement et l'intégration sociale dans les villes
Paris : OCDE, 1996.- 346 p., tabl., bibliogr.
Après avoir montré comment se sont développées les politiques de régénération urbaine, le rapport
examine le processus du changement urbain, propose une politique stratégique de la ville, analyse
plus particulièrement les politiques de revitalisation sociale et de logement et examine le rôle des
données dans les politiques. Des approches multisectorielles réussies sont présentées.
IA 37711; CDU 33329
LACOSTE Gérard
Villes et inégalités économiques
C. DE L'IAURIF. (FRA). n° 113, fév. 1996.- pp. 59-64, phot., carte
La croissance urbaine de l'après guerre s'est traduite dans la plupart des grandes villes françaises par
la construction d'un parc d'habitat social concentré sur quelques sites. Parmi ces grands ensembles,
certains sont devenus le symbole des difficultés sociales actuelles. Plus que d'actions spectaculaires,
c'est d'une action durable et cohérente dont ces quartiers ont besoin.
IA P.117; CDU
LAGATHU André
D'une réhabilitation à l'autre
C. DE L'ANAH. (FRA). n° 78, oct. 1996.- pp. 16-23, plans
Les nouveaux enjeux de la réhabilitation et les stratégies mises en oeuvre, le phénomène de
copropriété et les nouveaux rapports entre puissance publique et secteur privé, la nécessaire
adaptation des savoir-faire, ont été abordés lors d'un colloque qui s'est tenu à Brest en juillet 1996.
IA P.114; CDU
NOVAT Monique
Optimisation de l'articulation entre les politiques des zones d'éducation prioritaires et le
développement social urbain (DSU)
Paris : ENPC, 1996.- 41 + 6 p., bibliogr. (thèse professionnelle, ss la dir. de C. Quin et C. Mouhanna)
Etude sur les relations école/quartier et plus précisément, sur la coordination entre zones d'éducation
prioritaires (ZEP) et DSU dans la lutte contre l'échec scolaire.
EPC MPMT96008
103
REY Henri
La peur des banlieues
Paris : Presses FNSP, 1996.- 157 p. (coll. La Bibliothèque du citoyen)
Un regard rétrospectif vers le siècle dernier souligne la permanence des fantasmes de peur nourris
par les marges urbaines. Délinquance, violence, drogue, intégrisme religieux sont aujourd'hui les
menaces communément associées à l'évocation de banlieues globalement assimilées à des territoires
de l'exclusion et comparées avec les manifestations américaines de la crise urbaine. Les trois
premiers chapitres sont consacrés à un examen critique de cet ensemble d'appréciations. Les trois
suivants analysent les rapports entre banlieue et politique, en envisageant successivement les limites
de la politique de la ville, la faible implantation des forces politiques traditionnelles en banlieue et
l'essor du Front national.
CDU 33975
Dynamiques de solidarité et projet de ville : synthèse d'une rencontre thématique, 01/12/1995,
La Rochelle
Poitiers : AIRE 198, 1996.- 63 p.
Les maires d'Angoulême, La Rochelle, Niort et Poitiers, réunis dans l'association AIRE 198, ont
joint leurs efforts pour que chacune de leur agglomération bénéficie d'un contrat de ville. Cette
rencontre a permis de présenter les quatre projets de ville et de faire le point sur l'évolution des
pratiques relatives aux questions d'exclusion et de dynamiques de solidarité dans les quatre villes.
IA 37186; CDU 33197
La ville : agrégation et ségrégation sociales
Paris : L'Harmattan, 1996.- 219 p., tabl., plans (coll. Habitat et sociétés)
Les incidences du religieux dans l'organisation communautaire et la pratique des espaces urbains, les
phénomènes de concentration spatiale des maghrébins, les comités de défense dans les beaux
quartiers, la ségrégation géographique en Grande-Bretagne, les stratégies identitaires des
commerçants asiatiques et maghrébins à Paris, la stigmatisation et les stratégies identitaires, les
fragmentations sociales et spatiales dans la grande bourgeoisie parisienne, les élites et l'espace urbain
à Lyon, les classes sociales et la rénovation urbaine à Amiens, les mobilités résidentielles et les effets
de composition dans les processus de réhabilitation des quartiers centraux, la mobilité spatiale et la
ségrégation, les itinéraires résidentiels en région parisienne.
IA 38048; CDU 34617; DRE 8087; EPC NS20641
AGENCE D'URBANISME BORDEAUX METROPOLE AQUITAINE
Contrat de développement social et urbain 1997. Projet de solidarité urbaine : commune de
Bassens
Bordeaux : AURBA, 1997.- 92 p.+ ann., cartes
La mise en oeuvre du projet de solidarité urbaine de la commune de Bassens, en partenariat avec
l'Etat, la Région, le Conseil général, les organismes sociaux et la CUB, se poursuit en 1997, avec
comme autres partenaires, l'Union européenne et la CDC. Trois objectifs : le rééquilibrage de l'offre
locative, la régulation des disparités sociales, l'amélioration du cadre de vie.
AUB SOC4796
BOURDET Jean-Luc
PREF49; VILLE DE SAUMUR; FAIRES; MAINE-ET-LOIRE. EQUIPEMENT (DIRECTION
DEPARTEMENTALE). ANGERS
Lien social et habiter
Angers : DDE 49, sept. 1997.- (étude réalisée avec le BE FAIRES (Formation appui initiative recherche
économique sociale, Saumur))
104
La politique de la ville est une priorité du gouvernement. Le pacte de relance pour la ville (janvier 1996) a
pour objectif de mieux assurer l'intégration sociale des quartiers en difficultés : créer de l'activité et des
emplois, rétablir la paix publique et l'égalité des chances scolaires, favoriser la mixité dans l'habitat,
améliorer la présence des services publics. En ce sens, le partenariat entre les services de l'Etat et les
collectivités locales doit être renforcé pour la création et le suivi de projets locaux. Après une analyse
théorique du lien social et de l'habitat, ce dossier présente une mise en application de cette réflexion au
travers d'une expérience locale : le quartier Croix Verte de Saumur, particulièrement défavorisé.
D49 2129; CDU 50576
DA SILVA José
Sur les chemins de l'uni-cité(s) ? Les effets des transports en commun en site propre sur le
désenclavement des quartiers de grands ensembles périphériques
Talence : 1997.- 147 p., phot., cartes, bibliogr., ann. (mémoire de MST aménagement, Institut
d'aménagement, Université de Bordeaux III)
Aujourd'hui, la question de la relation entre les transports en commun en site propre (TCSP) et quartiers
dégradés est devenue centrale dans la politique de la ville. Est-il possible de dégager certains effets
d'induction de nouvelles techniques sur un ancien modèle de ville ? Comment appréhender un nouvel
instrument qui se veut à la fois vecteur d'urbanité et agent de la rénovation des centre-villes ? A Nantes,
les effets induits par le tramway sont largement orientés vers les transformations sociales. Il se présente
comme un équipement de quartier au service de la ville. A l'inverse, le Val a induit à Toulouse des
impacts spatiaux notamment en terme de développement économique local. Ce dernier remplit au mieux
une fonction d'instrument d'agglomération. Si par le tramway, l'agglomération bordelaise cherche à
mettre en réseau les pôles, pour les Hauts-de-Garonne, le TCSP aura pour mission d'être « le maître
d'ouvrage de leur renouveau urbain ».
IAB 1997DA
DELBOSQ Stéphanie
Réhabilitation des quartiers anciens ; politiques publiques et sauvegarde sociale
Talence : 1997.- 112 p. + ann., tabl., phot., cartes (mémoire de MST aménagement, Institut
d'aménagement, Universite de Bordeaux III)
L'étude des bilans sociaux de trois OPAH (La Krutenau à Strasbourg, Saint-Pierre à Bordeaux et
les pentes de la Croix-Rousse à Lyon) montre l'absence ou l'échec des dispositifs mis en place lors
d'opérations de réhabilitation pour garantir la sauvegarde sociale des quartiers anciens. Ces cas
concrets révèlent les raisons de la difficulté du maintien des populations : la contradiction entre enjeux
économiques et sociaux, le respect de la liberté, la limite des dispositifs publics... Ainsi, aucune
« réhabilitation sociale » ne peut exister sans une volonté publique affichée de l'Etat et des
collectivités locales et l'encouragement à la réalisation de logements sociaux. Cette question-clé sur le
rôle des pouvoirs publics conduit à dégager des orientations pour une politique publique de
réhabilitation à vocation sociale : une requalification de l'action de l'Etat, des acteurs pleinement
investis dans leur mission sociale, une redéfinition de la procédure d'OPAH et un engagement des
collectivités locales dans des initiatives locales.
IAB 1997DE
DONZELOT Jacques ; JAILLET Marie-Christine
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Séminaire sur les zones urbaines défavorisées en Europe et en Amérique du nord. 1995-1996.
Esquisse de synthèse pour introduire à une seconde phase de la recherche
Paris : Plan urbain, 1997.- 95 p. (séminaire international organisé par le Plan urbain et le CDSM / OTAN)
Réflexion théorique sur les zones urbaines défavorisées et comparaison des politiques européenne et
américaine. Dans un premier temps, l'évolution de la relation entre la question sociale et la question
urbaine est analysée. A l'époque de la société industrielle, le processus d'industrialisation pouvait être
considéré comme la cause des problèmes urbains. Dans la société post-industrielle, le rapport s'inverse
: la décomposition de la ville est aujourd'hui la cause de la désolidarisation de la société. Dans un
second temps, un tour d'horizon des politiques de développement social urbain, menées dans les pays
105
développés, est présenté. La comparaison permet de mettre en évidence deux modèles opposés : celui
des Etats-Unis, fonde sur la liberté individuelle, et celui de l'Europe continentale, axe sur l'égalité.
PU 2157(6); CDU 32400(6); DCN 25-A-426(6)
DUFOUR Anne-Hélène (coord.)
VILLES ET TERRITOIRES MEDITERRANEENS
Ville et patrimoine. Actes du séminaire des 27-28 novembre 1996, à Marseille
Marseille : Villes et territoires méditerranéens, 1997.- 121 p. (avec le soutien de : DATAR, Préfecture
PACA, Conseil régional PACA, Institut culturel italien, MELT)
Séminaire sur la protection et la mise en valeur du patrimoine urbain et architectural dans les pays
méditerranéens. La première séance propose plusieurs approches de la définition du concept de
patrimoine, en examinant notamment le transfert de cette notion dans le monde arabo-islamique au
XIXe siècle, les problèmes sociaux liés à la réhabilitation urbaine, l'espace urbain du « Cours », le
grand projet urbain de Marseille et le cas du port de Sète. La deuxième séance dresse un inventaire
théorique et critique de la protection du patrimoine urbain méditerranéen. Elle en aborde les aspects
politiques, juridiques, institutionnels et architecturaux, d'un point de vue général et dans divers pays
(Maroc, Turquie, Algérie, France, Italie). La partie suivante présente diverses questions pratiques
(problèmes liés à la sauvegarde des médinas, les échanges de savoir-faire...) ainsi que des exemples
de réhabilitation urbaine (Le Caire, Lisbonne), de conservation du patrimoine (Istanbul, Tunis) ou
d'autres initiatives (Malte, Côte adriatique, Toscane). Enfin, la dernière séance aborde les cas des
médinas de Tunis et Saïda.
CDU 36686
FORTIN Jean-Patrick
PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Les raisons spatiales des grands ensembles
Paris : PCA, 1997.- 119 p., ann., cartes, plans, phot., bibliogr.
La réhabilitation des grands ensembles concerne non seulement l'amélioration de l'habitat, mais se
présente aussi comme un projet social qui restitue les capacités d'usage aux bâtiments. Les
transformations urbaines sont sujettes au réformisme et à l'empirisme. Le grand ensemble possède
une forme originale : conditions politiques du logement lors de la construction, industrialisation,
planification, autonomie, rapport d'équilibre (ensemble, édifice, cellule). Le grand ensemble est un
espace de représentation, il est formé d'unités détachées, mais non isolées. C'est une forme
pertinente, permanente et disponible. Les tendances de la réhabilitation sont illustrées par plusieurs
cas : Les Mureaux, Tremblay, Clamart, Rouen, Firminy.
PCA C438; CDU 36577
MADORE François
Politique de la ville, structure sociale et habitat : l'exemple de Nantes
ANNALES DE GEOGRAPHIE. (FRA). n° 597, sept.-oct. 1997.- pp. 502-521, graph., tabl., cartes,
bibliogr.
En affirmant le principe de l'équilibre de l'habitat au sein de la ville, grâce à la diversité du logement
garant de la mixité sociale, la loi d'orientation pour la ville (LOV) de 1991 est une étape décisive
dans l'évolution de la politique de la ville en France. Elle repose sur le constat, valide dans
l'agglomération de Nantes, que les segmentations résidentielles et la structure socio-spatiale des villes
sont en partie le reflet de la géographie de l'habitat. Cependant, peu de municipalités de cette
agglomération se conforment aux objectifs affichés par la LOV et sont réellement prêtes à favoriser
une meilleure répartition du logement HLM, le plus concentré dans l'espace urbain, par crainte dans
la plupart des cas d'une modification des équilibres électoraux ou du marquage social de la
commune.
IA P.69; CDU
106
MOINE Jean-François
CENTRE DE RECHERCHES SUR L'ESPACE HUMAIN ET URBAIN ; FRANCE. URBANISME
LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Du DSQ de Palente-Orchamps au contrat de ville de Besançon. in Citoyenneté et communauté
Besançon : Univers. Franche-Comté, 1997.- pp. 203-206 (Annales littéraires de l'Université de FrancheComté, n° 655, série Cahiers du CREHU n° 7. Soutien du programme « Initiative régionale » du Plan
urbain)
Témoignage d'un acteur local sur l'opération de DSQ mise en place en 1988 sur le quartier de
Palente-Orchamps, à Besançon. L'auteur relate notamment l'échec du projet d'installation d'un
système de chauffage collectif écologique au sein du quartier, en déplorant l'abandon d'une
dynamique de développement social novatrice au profit d'une logique d'aide sociale et de
« réparation ». Il en tire certains enseignements pour une meilleure gestion du contrat de ville qui
succède à la procédure DSQ.
CDU 36353; PU 2316
MORA Béatrice ; CORNAIRE Jean-Marie ; WINTER FREDERIC (collab.)
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
Sociétés anonymes d'HLM. Intégrer les quartiers dans la ville
Paris : UNFOHLM, 1997.- 280 p., phot., plans, index
Bilan des opérations de développement social urbain menées à travers la France. Plusieurs centaines
d'exemples locaux font chacun l'objet d'une présentation synthétique et illustrée. Ces exemples sont
groupés en quatre thèmes : dynamique de réintégration urbaine ; requalification de quartiers
paupérisés ; renouvellement du parc ou désinvestissement planifié (opérations de démolition) ;
traitement préventif.
CDU 34515
MOULIN Brigitte
UNIVERSITE DE PARIS VIII ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN
URBAIN
Multiplication des frontières symboliques. Fragmentation de la ville et des groupes sociaux
Paris : Institut Maghreb-Europe, 1997.- 269 p., bibliogr.
Cette recherche articule la notion de frontière avec les thèmes de l'immigration et de l'ethnicisation des
rapports sociaux dans l'espace urbain. La première partie présente quelques définitions des différents
types de frontières (géographiques, politiques, administratives, symboliques), tandis que la deuxième
analyse l'articulation des ces divers niveaux au sein de la ville, avant d'étudier le cas des frontières
générationnelles. La troisième et principale partie de l'étude est consacrée au problème des frontières
induites par l'ethnicisation des rapports sociaux. Le processus d'instrumentalisation de ce problème est
mis en relation avec trois phénomènes : la constitution d'une frontière entre les pays de l'Union
européenne et les autres pays, la dérégulation du marché mondial, le sentiment d'insécurité. Cette
analyse est complétée par des enquêtes et des réflexions locales sur les thèmes de l'éclatement urbain,
du développement de la violence et de la gestion ethnique des problèmes sociaux. Enfin, la quatrième
partie examine le rôle des associations dans la lutte contre les frontières urbaines.
PU 2298; CDU 36003; DCN 25-A-517
PROFESSION BANLIEUE. ST-DENIS
Autour du pacte de relance : des écoles innovantes pour réussir
St-Denis : Profession banlieue, 1997.- 41 p., bibliogr.
Les politiques et les pratiques des zones d'éducation prioritaires ; les différents dispositifs
d'accompagnement scolaire et les liens de ces dispositifs avec les familles ; l'aménagement des
rythmes scolaires.
IA 38774; CDU 35747
PROFESSION BANLIEUE. ST-DENIS
107
Autour du pacte de relance : favoriser la mixité sociale dans l'habitat
St-Denis : Profession banlieue, 1997.- 42 p., bibliogr.
L'historique de la politique de développement social des quartiers ; le concept de mixité sociale et le rôle
du logement dans la cohésion sociale.
IA 38643
Congrès des HLM : à la recherche d'un réancrage social
MONITEUR DES TPB. (FRA). n° 4881, 13 juin 1997.- pp. 57-77, phot.
Un dossier complet qui tente de faire comprendre les enjeux du 58ème congrès des HLM : le
mouvement cherche à concilier logement des démunis et mixité, et s'interroge sur la problématique
construction-rénovation-démolition pour éviter la dérive vers la « ghettoïsation ». Assurer la dualité
mixité/démunis quand les nouveaux locataires sont plus pauvres et que les habitants en place sont
touchés par la précarisation, et assurer la sécurité face à la montée de la violence sont deux grands
problèmes de la gestion locative. Les organismes HLM voient ressurgir des poches de vacance dans les
quartiers en difficulté dans lesquels les ménages ne veulent plus vivre. La construction d'HLM stagne et
le mouvement HLM s'interroge sur sa production. Les deux tiers du parc ont été construits avant 1974 et
600.000 logements restent à réhabiliter. La démolition n'est plus un sujet tabou car, parfois, seule la
démolition permettra de changer l'image du quartier. Le coût du logement social demeure un problème
pour les organismes d'HLM.
IA P.272; CDU
Stratégies urbaines et grands ensembles
PROJET URBAIN. (FRA). n° 10, mars 1997.- 23 p., plans, phot.
Trois expériences servent de support à l'approche stratégique de la régénération urbaine des grands
ensembles. Saint-Nazaire inscrit son action sur les grands ensembles en harmonie avec l'identité
spatiale de la ville, en continuité et en relation avec sa nouvelle centralité. Orly conduit une action
d'achèvement des espaces publics, de greffe avec le centre, le RER reliant ville historique et ville
moderne. Vaulx-en-Velin crée un fil conducteur entre deux quartiers pour faire renaître un centre
plus à l'échelle des attentes des habitants. Le Grand Lyon, dont Vaulx-en-Velin est partie prenante,
projette de régénérer ses 23 quartiers périphériques. Ces trois cas permettent d'appréhender la
nature des projets urbains, la stratégie dans laquelle ils s'inscrivent et les méthodes qu'ils utilisent.
CDU
ASCHER François
La République contre la ville. Essai sur l'avenir de la France urbaine
La Tour d'Aigues : Ed. de l'Aube, 1998.- 200 p., bibliogr. (coll. Monde en cours)
Ce livre poursuit quatre objectifs. Le premier est de contribuer à ce que les projets politiques en
France tirent les conséquences des changements de la société contemporaine : importance des
grandes agglomérations, développement des mobilités urbaine, transformation des modes de vie,
nécessité de renouveler les modes de régulation collective. Le deuxième est de participer au débat
politique en soutenant que les objectifs du développement durable passent d'abord par la lutte contre
les inégalités sociales, le développement de l'économie et le renouvellement de la démocratie, et en
mettant au premier plan la question du droit à la mobilité urbaine. Le troisième est de participer aux
réflexions qui tentent d'orienter l'avenir des villes européennes vers une voie qui ne serait ni celle de la
soumission aux logiques économiques, ni celle du rejet de la modernité. Enfin, le quatrième objectif
est de contribuer à renforcer les liens entre des réflexions scientifiques sur l'évolution de la société et
de propositions d'action.
CDU 36733; IA 39834; CP 6523
ASSOCIATION INTERNATIONALE DES VILLES NOUVELLES; INTERNATIONAL NEW TOWNS
ASSOCIATION. LA-HAYE
108
Regeneration : post-war neighbourhood renewal./ Régénération urbaine : la rénovation des
grands ensembles urbains construits entre 1945 et 1975. European Seminar, 1-2 April 1998, The
Hague, The Netherlands
Le Havre : INTA, 1998.- mult.
La politique de régénération urbaine des grands ensembles d'habitation de l'après-guerre est un
problème commun à plusieurs pays européens. Des études de cas, présentées lors de ce séminaire,
ont permis d'analyser les stratégies mises en place, qui ne se limitent pas à la seule réhabilitation de
logements, mais englobent une approche socio-économique plus large.
MV 9143
BODY-GENDROT Sophie ; DE RUDDER Véronique
Les relations interculturelles dans la ville : entre fictions et mutations
R. EUROPEENNE DES MIGRATIONS INTERNATIONALES. (FRA). vol. 14, n° 1, 1998.- pp.7-23,
bibliogr.
En France, comme aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, selon une rhétorique déjà ancienne,
l'amalgame entre « quartiers en crise » et « pathologies sociales » s'exprime dans des discours
stéréotypés qui renforcent la stigmatisation conjointe des espaces de régulation résidentielle et de
leurs habitants. Les effets de la crise économique et de la globalisation produisent cependant des
effets contradictoires sur la formation des identités. Les politiques publiques concernant ces secteurs
urbains varient en fonction des traditions nationales et des orientations gouvernementales. Elles ont
cependant en commun, dans les trois pays considérés, d'utiliser des outils mineurs parfois inadéquats
et souvent contradictoires pour traiter de situations de dégradation économiques et sociales majeures
tout en n'offrant guère de solution permettant une véritable revalorisation du statut de ces territoires ni
une véritable intégration sociale et politique des populations considérées.
CDU
DESCHAMPS Emmanuelle
Le droit public et la ségrégation urbaine (1943-1997)
Paris : LGDJ, 1998.- 529 p., ann., index, bibliogr.
Les relations entre le droit public et la ségrégation urbaine, en France. Le droit de l'urbanisme et celui
de l'attribution des logements sociaux : de 1940 à 1980, la législation a eu une certaine responsabilité
dans la production de la ségrégation urbaine ; avec les années 1990, on s'oriente vers la recherche
d'une mixité sociale. L’analyse critique du droit des espaces ségrégués fait émerger deux problèmes :
d'une part la sur-assistance administrative, qui découle de la discrimination positive dont ces espaces
font l'objet (selon l'auteur, cette discrimination est à l'oeuvre dans les dispositifs financiers, fiscaux et
sociaux, ainsi que dans les services publics et la fonction publique) ; d'autre part le déficit de
citoyenneté locale, qui caractérise ces mêmes espaces et qui se manifeste à la fois dans les
démarches contractuelles et au sein des institutions locales.
CDU 37406; CP 6355
HAUMONT Nicole (dir.) ; LEVY Jean-Pierre (dir.)
La ville éclatée : quartiers et peuplement. Préface de Jacques Brun
Paris : L'Harmattan, 1998.- 261 p., tabl., bibliogr. (coll. Habitat et sociétés. Composé à la suite d'un
colloque sur « Les pratiques de la ville : transformations sociales et évolutions spatiales »)
Série d'articles sur les évolutions de la société urbaine, les processus de ségrégation résidentielle, les
politiques urbaines et les dynamiques d'action collective. La première partie, « Evolution et
transformation des quartiers », porte sur l'évolution des quartiers, la ségrégation urbaine et les
changements résidentiels qui résultent des initiatives des ménages ou des contraintes qui leur sont
imposées (exemples de Cholet, la Roche-sur-Yon, Lyon-Croix-Rousse, Le Caire, Londres-Brixton). La
deuxième partie, « Peuplement, normes et politiques », traite des politiques de logement et de
peuplement à diverses époques, de leurs contradictions en matière de prise en compte des populations
précarisées (exemples de Paris, Versailles, Québec, Montreuil, Saint-Denis, Chanteloup-les-Vignes).
109
Enfin, dans la troisième partie, « Face au politique : l'action collective », les auteurs montrent comment
les habitants luttent contre les politiques locales pour ne pas disparaître ou pour accéder à la citadinité
(exemples de Paris-Belleville, Bristol, Toulouse, Florence, Buenos Aires et du Brésil).
CDU 36707; IA 39396
JAILLET Marie-Christine
A propos de la mixité
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 21, déc. 1998.- pp. 38-43
La thématique de la mixité est réactivée par l'Etat pour éviter le risque de constitution de ghettos,
cette injonction à la mixité étant très présente dans le texte de la LOV qui fait le pari que l'on peut
atteindre l'objectif de mixité sociale par l'urbain en fabriquant autrement la ville. La mixité sociale est
un idéal qui nie la réalité des modes de structuration et lorsqu'elle est imposée, la proximité entre des
groupes sociaux différents provoque des frictions ou un repli sur soi. L'injonction à la mixité sociale
s'est appuyée sur le constat de l'homogénéité sociale des quartiers d'habitat social qui est jugée
néfaste. Mais il apparaît que les quartiers en difficulté qui font l'objet de cette injonction à la mixité
sont bien plus mixtes que d'autres espaces urbains. Si ces quartiers font l'objet de cette injonction,
c'est parce qu'ils dérangent et qu'ils font peur. Les bailleurs sociaux ont eu peu ou pas de succès à
faire revenir les classes moyennes dans ces quartiers. Au lieu de lutter contre la pauvreté par la mixité
dans le logement, il faudrait plutôt que les espaces publics soient partageables, en veillant à ce que
les habitants des quartiers pauvres aient accès à ces espaces. Aujourd'hui, l'injonction à la mixité
porte plus sur l'agglomération que sur les quartiers, les politiques d'agglomération visant à répartir la
localisation des logements sociaux en tenant compte de l'accessibilité des équipements et services
urbains. La mixité de l'offre immobilière progresse grâce aux PLH, mais dans beaucoup d'entre eux
cette mixité est recherchée par les communes qui sont marquées par le poids du secteur HLM ou
par les communes qui ont un parc de logements trop uniforme.
CDU
MAISON DES SCIENCES DE LA VILLE ET DE LA PROSPECTIVE URBAINE. GRENOBLE ; FRANCE.
URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Colloque international sur l'habitat social en Europe (1920-1940). Réhabilitation et culture
Lyon : Communauté urbaine, 1998.- 96 p.
La réhabilitation du logement est devenue depuis une bonne décennie, l'action majeure
d'investissement dans le secteur social. La réhabilitation signifie « redonner à une structure sa
destination d'origine, en l'adaptant aux conditions de sécurité du moment ». Plusieurs fonctions se
trouvent regroupées en ce terme : l'entretien et l'embellissement du patrimoine bâti, la meilleure
intégration de la fonction sociale au travers du logement, l'intégration urbaine qui définit la réussite du
projet. C'est autour de ces thèmes, intégrant à la fois le logement social comme support, son histoire
dense et riche et sa réhabilitation en qualité d'objectif clé associé à la notion culturelle, que le
colloque sur l'habitat social a été organisé regroupant la majeure partie des partenaires d'Europe
centrale et d'Europe orientale.
CDU 39655; PU 2389
MAY Nicole (dir.) ; VELTZ Pierre (dir.) ; LANDRIEU Josée (dir.) ; SPECTOR Thérèse (dir.)
FRANCE. EQUIPEMENT (MIN.). RECHERCHE ET AFFAIRES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES
(DIR.); FRANCE. AFFAIRES ECONOMIQUES ET INTERNATIONALES (DIRECTION)
La ville éclatée ?
La Tour d'Aigues : Ed. de l'Aube, 1998.- 350 p., tabl., notes, bibliogr. (coll. Monde en cours ; série
Société. Ouvrage collectif issu des travaux du séminaire « La ville éclatée : enjeux, logiques et
modalités d'une régulation économique, sociale et territoriale », 1995-1996)
110
Cet ouvrage analyse les changements sociaux, économiques et spatiaux qui touchent les villes
contemporaines et tente de redéfinir les cadres de référence de l'action publique. La première partie
présente quelques repères pour mieux cerner les notions de « ville éclatée » et de ségrégation
urbaine. Les cinq autres sont consacrées aux problématiques suivantes : les modes de régulation
institutionnels face aux mutations socio-spatiales de la ville contemporaine ; les conséquences des
évolutions sociales, politiques et économiques actuelles sur la régulation des services collectifs
urbains ; les transformations du marché de l'emploi, l'éclatement des cadres traditionnels du travail et
leurs enjeux du point de vue des politiques locales ; les deux modèles théoriques d'intégration sociale
(républicain ou multiculturaliste) et leur traduction dans les pratiques ; les nouvelles formes de l'action
publique ; leur approche en termes de « gouvernance » et de partenariat, et leurs limites.
CDU 36604; IA 39567; MV B9165; DRE 8733
MELISSINOS Alexandre
L’enjeu des centres-villes
C. DE L'ANAH. (FRA). n° 84, mars 1998.- pp. 26-30, graph., phot.
Depuis l'après-guerre, les centres-villes se sont dépeuplés et leur équilibre social a été bouleversé.
Parfois, une population étudiante nombreuse ou un afflux de commerces et d'équipements aggravent
les difficultés des centres-villes au lieu d'y remédier. Pour revitaliser les centres anciens, il faut les
mettre à parité avec la périphérie, en privilégiant la réutilisation du parc ancien.
IA P.114
PENVEN Alain
Territoires rebelles. Intégration et ségrégation dans l'agglomération rennaise
Paris : Anthropos, 1998.- 257 p., fig., bibliogr. (coll. Villes)
Analyse des phénomènes de pauvreté et de marginalité dans l'agglomération rennaise et évaluation
de leur traitement dans le cadre des politiques de la ville et du développement social urbain (DSU).
La première partie étudie la distribution spatiale des populations et la structure résidentielle de
l'agglomération, en utilisant l'analyse comparative et l'analyse multivariée. La deuxième examine les
politiques de DSU menées localement au cours des années 1980, afin de caractériser l'intervention
des acteurs impliqués dans la création, la réhabilitation et la gestion du logement social. Enfin, à partir
de l'étude des itinéraires socio-résidentiels d'individus et de familles en situation précaire, la troisième
partie met en évidence la diversité et l'évolution des situations de ces personnes et l'effet aléatoire des
politiques d'intégration.
CDU 36408
VAINER Carlos B.
Pour un urbanisme de tolérance : critique de la planification stratégique
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 80-81, déc. 1998.- pp. 197-203, phot.
(Gouvernances)
Depuis l'Antiquité, la légende urbaine célèbre le miracle de la coexistence pacifique de groupes
hétérogènes en un même lieu. La modernité a porté cette faculté d'intégration du divers jusqu'à
l'intérieur de la conscience individuelle du citadin, figure divisée par excellence. Le discours
unanimiste et utilitaire de la planification stratégique, qu'énoncent les urbanistes aujourd'hui, nie les
antagonismes à l'oeuvre dans la ville mosaïque. A l'inverse, construire la ville comme un lieu
d'affrontement entre cultures, jamais totalement réductibles, renoue avec la tradition de tolérance
urbaine.
CDU
VILLES ET TERRITOIRES MEDITERRANEENS
111
La ville entre deux millénaires. Deuxièmes assises régionales de la ville. Colloque des 5 et 6
mai 1997 à Marseille ; actes
Marseille : Villes et territoires méditerranéens, 1998.- 146 p.
Le colloque s'est articulé autour de quatre problématiques. La première partie, « Histoire et devenir
de la ville », évoque tour à tour la civilisation urbaine, la poésie de la ville et ses dynamiques, et
propose des solutions pour l'intégration urbaine des quartiers de relégation sociale. La deuxième
partie, « Communication des hommes et des idées », souligne la difficulté de conjuguer participation
des habitants et interventionnisme des pouvoirs publics, ainsi que les paradoxes de la médiation. Est
également exploré le thème de la ville-monde, espace où peuvent se façonner la citoyenneté et la
démocratie. La partie intitulée « Ville mirage, ville partage » traite ensuite des micro-entreprises
créatrices d'emploi, de l'auto-production, des conclusions d' « Habitat II » sur le développement
durable, de l'articulation entre économie moderne et économie parallèle, du problème de la
protection sociale et du projet d'allocation universelle. Enfin, avec la table ronde sur « L'Europe des
villes », le colloque se penche sur la ville dans la construction européenne et sur l'élaboration de
politiques urbaines communautaires, notamment en matière de sécurité.
CDU 36690
VILLES ET TERRITOIRES MEDITERRANEENS
Les rencontres régionales de la ville. Deuxièmes assises régionales de la ville. La Seyne-surMer, 20 mars 1997 ; Nice, 27 mars 1997 ; Avignon, 4 avril 1997
Marseille : Villes et territoires méditerranéens, 1998.- pp. 149-172
Synthèse des colloques de la Seyne-sur-Mer, Nice et Avignon, consacrés à l'intégration urbaine des
quartiers visés par la politique de la ville. Cette question y a été abordée selon trois approches :
l'intégration culturelle, impliquant la lutte contre les frontières symboliques et le processus de
ghettoïsation ; l'intégration économique, fondée sur une démarche de développement local
permettant de concilier les traitements social et économique du chômage ; l'intégration sociopolitique, qui suppose le développement de la citoyenneté et de la participation des habitants.
CDU 36690
Démolir, construire, gérer : quelles stratégies pour les quartiers ?
URBAPRESS INFORMATIONS. (FRA). hors-série, n° 26, juill. 1998.- 36 p.
La reconstruction-démolition de logements sociaux dans le cadre de la politique de la ville. Les
stratégies des organismes HLM et des collectivités locales à Vaulx-en-Velin, Aulnay-sous-Bois,
Rive-de-Gier, Marseille, Toulouse... Le problème des zones franches urbaines pour faire cohabiter
pôle d'activités et immeubles dégradés, comme à Strasbourg ; le développement communautaire aux
Etats-Unis ; le point de vue de l'architecte Jean-Patrick Fortin.
IA T.6551; MV 9768
AMRANI Fadila
Regards de chefs de projet. Cinq ans de politique de la ville
POUVOIRS LOCAUX. C. DE LA DECENTRALISATION. (FRA). n° 40, mars 1999.- pp. 116-123, phot.
La perception des chefs de projet relative aux objectifs de leur contrat de ville ou de leur zone
franche urbaine (ZFU), aux difficultés rencontrées, aux réajustements nécessaires, aux relations de
partenariat, aux objectifs à renégocier, permet d'appréhender la réalité de la politique de la ville.
Malgré une uniformité apparente, les contrats de ville induisent l'émergence d'enjeux spécifiques au
territoire et les situations apparaissent relativement contrastées. Une typologie des différents modes
d'appropriation de la politique de la ville par les collectivités territoriales est esquissée. Le cas de
Colombes est un peu différent car, à l'origine, la ville menait sa politique et elle a utilisé le contrat de
ville pour la conforter. L'étude de trois ZFU montre combien un même dispositif peut se traduire
différemment au niveau local. On constate que la propension à poser la politique de la ville comme
112
axe stratégique de développement urbain est liée à l'existence d'une volonté politique et d'un véritable
projet de ville ce qui n'est pas le cas partout. Le rôle d'animateur de la politique de la ville dévolu aux
sous-préfets à la ville a été un échec. En même temps, persistent l'hétérogénéité et la précarité des
MOUS. Les chefs de projet sont convaincus de la nécessité d'un contrôle a posteriori de l'affectation
des crédits et de la réalisation des opérations subventionnées, mais ils sont plus sceptiques quant à
une évaluation plus générale du contrat de ville.
IA P.321; CDU ; EPC P1345
BELMESSOUS Hacène
Visite après travaux
URBANISME. (FRA). n° 307, juill.-août 1999.- pp. 28-34, phot.
Une enquête a été menée dans trois quartiers de Calais, St-Etienne et Nancy qui ont subi une
opération DSQ entre 1984 et 1988 : elle évalue les résultats de l'opération, ses effets et son utilité. Il
apparaît que les résultats sont désastreux au regard des moyens employés. A Calais, le DSQ est
inadapté aux besoins du quartier de Fort Nieulay. A Saint-Etienne, les travaux de réhabilitation du
quartier Montchovet ont été victimes de l'alternance politique. Enfin à Nancy, le DSQ n'a pas eu les
effets escomptés, même si le quartier du Haut-du-Lièvre est un quartier qui tient debout.
IA P.414; CDU
EME Bernard ; LEGUILLON Séverine
VILLES ET QUARTIERS
Développement économique et cohésion sociale. Expérimentations locales et logiques
territoriales de projet
Paris : GIE Villes et quartiers, 1999.- 57 p., glossaire (coll. Les Guides villes et quartiers, n° 1)
Les logiques d'innovation mises en œuvre par des sites locaux à partir d'objectifs généraux définis
par le groupement d'intérêt économique (GIE) « Villes et quartiers ». Après une brève analyse du
programme « Développement économique et cohésion sociale », comme du système social qui a
permis sa mise en place, ce premier tome détaille les formes spécifiques d'articulation du social et de
l'économique développées dans les territoires urbains des villes sélectionnées. Le GIE a permis
certaines formes de régulation au sein de ces territoires entre acteurs politiques, techniques,
associatifs et du service public. Les projets, ancrés dans la vie institutionnelle locale, inscrivent leurs
innovations dans le contexte local en prenant en compte la spécificité de chaque site. A noter : les
expériences n'ont pas le même succès partout. Dans un second tome, l'étude amorce une réflexion
transversale sur le développement territorial et les méthodologies de sa mise en œuvre dans une
perspective de cohérence entre les divers aspects de la vie locale.
CDU 51699
EME Bernard ; LEGUILLON Séverine
CENTRE DE RECHERCHE ET D’INFORMATION SUR LA DEMOCRATIE ET L’AUTONOMIE ;
LABORATOIRE DE SOCIOLOGIE DU CHANGEMENT DES INSTITITUTIONS ; VILLES ET QUARTIERS
Une organisation qualifiante des territoires. A la lumière des expérimentations du programme
« Développement économique et cohésion sociale »
Paris : GIE Villes et quartiers, 1999.- 43 p.
Réflexion autour des notions de « projet » et d’ « appropriation ». Si certains points n’apparaissent qu’en
filigrane ou de manière inachevée dans les expérimentations locales, l’étude de celles-ci oblige à les
mentionner et à les développer dans une perspective de consolidation des méthodologies de
développement territorial articulant les dimensions économique et sociale. Au sommaire : De la
démarche de projet à l’appropriation ; Appropriation et stratégies ; Un changement culturel progressif.
CDU
GEFFROTIN Sophie
113
Changer la ville, changer l'image : l'île Saint-Germain (Issy-les-Moulineaux, 92). Les modalités
de l'intervention municipale pour la requalification d'un secteur urbain résidentiel dégradé
Champs-sur-Marne : Institut français d'urbanisme, 1999.- 119 p., cartes et phot.coul., dépl. h.t. bibliogr.
(mémoire de maîtrise, magistère aménagement, ss la dir. de J.-C. Boyer)
La présence d'une image fortement valorisée n'a pas nécessairement pour corollaire un espace
requalifié : c'est un constat que l'on peut faire à propos du site de l'île Saint-Germain à Issy-lesMoulineaux. Ce mémoire s'interroge sur l'impact d'une revalorisation de cette image pour le
territoire. Le blocage d'une évolution urbaine spontanée conduit la municipalité à susciter la
requalification par une intervention publique, la RHI (procédure de résorption de l'habitat insalubre).
Quelle part prend alors l'image dans la définition de cette intervention ?
IUS M1506
GENESTIER Philippe
Le sortilège du quartier : quand le lieu est censé faire lien ; cadre cognitif et catégorie d'action
politique
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 82, mars 1999.- pp. 142-154 (Les échelles de la
ville)
L'individualisme et le pragmatisme fondent le discours actuel sur le malaise des banlieues et les
moyens d'y remédier, comme hier le holisme et le marxisme expliquaient et dénonçaient la division
sociale de l'espace. En ce nouveau cours des idées, le quartier constitue l'opérateur principal des
politiques sociales, en permettant de situer les interactions porteuses d'une vision idéale du collectif.
Grâce à lui, l'habitant des cités n'est plus prisonnier des appartenances communautaires, ni dupe
d'une citoyenneté abstraite, atome de l'ordre libéral. La thématique de la force des liens faibles,
associée à celle des mécanismes de l'interaction sociale, oriente l'action publique dans le sens d'une
intersubjectivité pacificatrice.
CDU
HERROU Michel
Du grand ensemble à la ZUS, en passant par les ZUP, les cités et les quartiers
VILLES EN PARALLELE. (FRA). n° 28-29, 1999.- pp. 272-283, bibliogr. (Ville et environnement : aspect
psychosociologique)
La question de la définition de l'urbain contemporain passe par une réflexion sur la genèse des
millions de logements, construits au cours des trente dernières années, qui sont devenus la
géographie prioritaire de la politique de la ville, qui sont les lieux de la fracture sociale, de la
relégation, de violences urbaines, de l'exclusion, des lieux qu'on dit dégradés et que l'on cherche à
réhabiliter. Une relecture des textes fondateurs des grands ensembles et de leurs aménagements
ultérieurs interroge les manières de réaliser la ville.
IA P.431; CDU
KIRSZBAUM Thomas
Les immigrés dans les politiques locales de l'habitat : variations locales sur le thème de la
diversité
SOCIETES CONTEMPORAINES. (FRA). n° 33-34, janv.-avr. 1999.- pp. 87-110, bibliogr. (Immigration et
politiques de l'habitat)
L'article rend compte d'une enquête réalisée auprès des acteurs en charge des politiques de l'habitat
sur trois sites : Evry dans l'Essonne, Mantes-la-Jolie dans les Yvelines et Sainte-Eulalie en Gironde.
Il montre que les immigrés constituent un enjeu central des politiques locales de l'habitat. Pourtant,
les acteurs ne parviennent pas à définir des critères objectifs pour appréhender cette question. La
territorialisation des politiques de l'habitat a conduit l'Etat à entrer dans une logique de coproduction
avec d'autres partenaires (gestionnaires du parc HLM et municipalités), mais il évite d'entrer en
conflit avec eux. Un classement des discours tenus localement permet de positionner les différents
114
types d'acteurs selon leur niveau d'adhésion au modèle national de la « diversité ». Aucune institution
ne se trouve pleinement en phase avec les préceptes nationaux, ceci quel que soit le site étudié. Les
représentants locaux de l'Etat, en particulier, se démarquent des tendances les plus radicales du
modèle français d'assimilation.
CDU
LELEVRIER Christine ; ROUGIER Isabelle
CONSEIL REGIONAL D'ILE-DE-FRANCE; ILE-DE-FRANCE (REGION). PREFECTURE
Dossier thématique : désenclavement et aménagements urbains
Paris : Préf. d'Ile-de-France - CRIF, 1999.- 57 p., tabl. (rapport de synthèse du Groupe de travail
« Désenclavement et aménagement urbain » de l'Instance d'évaluation de la politique de la ville en Ilede-France)
L'évaluation des actions de désenclavement et d'aménagement urbain en Ile-de-France a porté
sur trois principaux impacts : l'impact des stratégies locales de restructuration urbaine, d'intégration
des quartiers dans la ville sur la mobilité des habitants et leur accès à la ville, l'impact de la politique
de la ville, dans le cadre du contrat de plan, sur la prise en compte des territoires défavorisés dans
les politiques d'aménagement et l'impact de la politique de la ville sur les stratégies des acteurs
régionaux intervenant en matière de transport et d'aménagement.
IA 40380(3); IA 40382; CDU 50128(3)
LEVY Albert
La ville : un espace public partagé, un urbanisme et une politique au service du citoyen
SAUVEGARDE DE L'ENFANCE. (FRA). n° 2,1999.- pp. 81-85 (Les trois défis de l'éducatif)
La ville occidentale moderne, la ville de l'âge démocratique, a des spécificités bien précises et parmi
celles-ci, notamment, un système résidentiel particulier et un espace public caractéristique, c'est-àdire un espace de citoyenneté qui lui est propre. Quel projet social global poursuit la politique de la
ville apparue en France vers la fin des années 70 ? - politique qui a dû être raccrochée à l'action
urbanistique courante en raison de sa dérive technocratique -. Reconstituer les liens sociaux à
l'intérieur des quartiers en difficulté suffit-il ? Qu'en est-il des relations avec les autres parties de la
ville ? N'y a-t-il pas danger d'enfermement d'une politique de la ville à l'intérieur des quartiers en
difficulté en risquant d'accentuer l'effet de relégation ?
EPC NS23667
NEMARQ Christine ; STROESSER Emmanuelle
Les nouveaux territoires du logement social
MAIRES DE FRANCE. (FRA). n° 76, déc. 1999.- pp. 68-72, phot.
Malgré vingt années de politique de la ville, la plupart des quartiers d'habitat social connaissent des
difficultés économiques et sociales. Après la loi Chevènement qui a fixé l'équilibre social de l'habitat
au niveau de l'agglomération, la future loi urbanisme-habitat-déplacements devrait bientôt renforcer
l'objectif de mixité urbaine dans les quartiers mais aussi plus généralement dans la ville. L'objectif du
gouvernement est de relancer de 30% la construction du logement locatif social.
IA P.156
SOTO Ana Maria
Mobilité et exclusion sociale. Les quartiers en contrat de ville dans le Val-de-Marne
Champs-sur-Marne : ENPC ; Compiègne : UTC, 1999.- 96 p., cartes coul. dépl., bibliogr. (thèse
professionnelle pour le mastère Génie urbain, réalisée à la mission SDRIF de la DDE 94, ss la dir. de V.
Hache et de J.-P. Coindet)
Comparaison des disparités de l'offre de transports collectifs entre villes-centre et périphéries, et plus
spécifiquement entre villes-centre et quartiers sensibles. Origine des inégalités : étalement des villes,
spécialisation fonctionnelle et sociale des espaces urbains, contraintes socio-économiques. Analyse
115
des inégalités au regard de la mobilité entre les quartiers sensibles et les autres quartiers : l'exemple
des quartiers en contrat de ville du Val-de-Marne. La mobilité de ces quartiers par rapport au reste
du département et par rapport à Paris. Les systèmes de transport pour limiter l'impact des inégalités
et comme outil d'équité sociale.
EPC GU/99/008
TANTER Annick ; TOUBON Jean-Claude
Mixité sociale et politiques de peuplement : genèse de l'ethnicisation des opérations de
réhabilitation
SOCIETES CONTEMPORAINES. (FRA). n° 33-34, janv.-avr. 1999.- pp. 59-86, bibliogr. (Immigration et
politiques de l'habitat)
L'invocation constante de la mixité sociale comme valeur dans le domaine du logement social et de la
politique de la ville se trouve mise en discussion, non seulement par les acquis de la recherche
sociologique, mais aussi par les représentations et pratiques discriminatoires des acteurs. Par un
processus d'euphémisation en cascade, elle sert souvent à légitimer la fermeture du parc de logement
publics aux populations immigrées. En prenant en considération la procédure expérimentale
« Habitat et vie sociale » (1977-80) qui fut la matrice de la politique de la ville actuelle et introduisit
la notion d’ « équilibre social » dans le peuplement des grands ensembles, les auteurs mettent en
évidence le déplacement très vite opéré du social à l'ethnique au travers des stratégies d'intervention
négociées entre les collectivités locales et l'Etat. Trois exemples d'Ile-de-France - Stains, La
Courneuve et Aulnay - illustrent différentes modalités techniques et gestionnaires d'une même
ambition de reconquête et plus largement la génèse des « politiques de peuplement ».
Paradoxalement, celles-ci n'ont-elles pas renforcé la spécialisation ethnique qu'elles étaient
supposées combattre ?
CDU
Dossier : l'éducation dans la ville
ENSEMBLES. LA LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 44, janv.-fév. 1999.- pp. 3-6, phot. + 7 p.
L'éducation est un des services publics qui contribue à la mise en oeuvre de la politique de la ville par sa
présence sur tout le territoire et, donc dans les quartiers difficiles, et est un facteur d'intégration et de
lutte contre l'exclusion. La prévention de la violence, l'apprentissage de la citoyenneté, le soutien aux
acteurs, en particulier les parents, l'ouverture des écoles et des établissements sur la ville sont les
priorités de la relance des zones d'éducation prioritaire, de la mise en place des contrats éducatifs
locaux et des classes de ville. Au travers du contrat éducatif local, l'Etat entend donner la possibilité aux
enfants les plus en difficulté d'accéder aux différentes formes de culture grâce à une organisation du
temps plus adaptée. Les classes de ville, expérimentées initialement dans l'Académie de Créteil,
devraient se multiplier en France.
CDU
Habiter, se déplacer... Vivre la ville
ESPACES. LETTRE D'INF. DE LA DGUHC. (FRA). n° 5, mai 1999.- pp. 1-2
Cet article s'intéresse au débat national « Habiter, se déplacer... Vivre la ville », lancé en mars 1999
par Jean-Claude Gayssot (Ministre de l'Equipement, des Transports et du Logement) et Louis
Besson (secrétaire d'Etat du Logement). Un groupe d'appui, présidé par Georges Mercadal, a été
créé autour d'experts, mobilisant une grande partie de la Direction générale de l'urbanisme, de
l'habitat et de la construction (DGUHC). L'auteur présente les deux projets de loi et une relance de
la politique de la ville opérée par le gouvernement. Il donne ensuite l'origine du débat, venu du
constat des limites des politiques publiques et la nécessité de les refonder en cohérence, mais
également la volonté de les globaliser. Une consultation directe auprès des habitants de six
agglomérations (Orléans, Perpignan, Nîmes, Lille, Dijon, Lyon) a été réalisée, ainsi que des ateliers.
Les orientations étaient diverses : une nouvelle étape pour le développement des transports collectifs,
116
une redéfinition du rôle et de la place du logement social et la volonté de reconstruire la ville sur la
ville. Il précise qu'un forum a été ouvert sur le site Internet du ministère pour cette occasion.
CDU
Quand la ville se défait
ESPRIT. (FRA). n° 258, nov. 1999.- pp. 83-189
Les défenseurs de la notion de « sécession urbaine » (Jacques Donzelot et Marie-Christine Jaillet)
qui mettent l'accent sur les risques de désolidarisation qui accompagnent l'étirement de la ville
s'opposent à ceux qui critiquent cette perspective (François Ascher et Francis Godard) et prônent
une « troisième solidarité » autour de nouveaux types de liens sociaux. Le débat est illustré par de
cas de villes des Etats-Unis et d'Amérique latine.
IA 41082; CDU 51339
Refonder les politiques de prévention
ENSEMBLES. LA LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 46, avril 1999.- pp. 1-4 (Politique de la ville et santé)
Cet article reprend l'avis du Conseil national ville (CNV) relatif aux domaines de la prévention, de la
sécurité et de la politique de la ville. Issu d'une journée-débat organisée par le CNV, le constat fait
ressortir la complexité des faits urbains, qui nécessitent des réponses et des actions doivant être
complémentaires et cohérentes entre elles. Suivent les propositions, tant théoriques que pratiques, du
CNV pour renforcer la prévention de la délinquance, améliorer la sécurité dans les zones urbaines.
CDU
BEHAR Daniel ; BOURGUIGNON Pierre ; RENARD Vincent ; BESSON Louis ; DELEBARRE Michel ;
MAURY Yann ; DRIANT Jean-Claude ; DE ROBIEN Gilles ; PIRON Olivier ; GENESTIER Philippe ;
BALLIGAND Jean-Pierre
Dossier : logement, la ville solidaire
POUVOIRS LOCAUX, n° 45, juin 2000.- pp. 40-108
« Paradoxe ? Les plus pauvre, aujourd’hui, n’ont plus accès au logement social ! Alors que les attentes
et les besoins évoluent, les politiques de l’habitat s’enlisent dans la complexité des mécanismes et
l’impuissance des acteurs à gérer une demande de plus en plus qualitative. Mais la contrainte, au risque
de la recentralisation, peut-elle assurer la réalité du « droit au logement » et de la mixité sociale ? Tout
en faisant le choix de l’agglomération, la loi SRU en fait le pari. Irréaliste ? »
CDU
BOUCHE Nancy (dir.)
FRANCE. CULTURE (MIN.); AGENCE NATIONALE POUR L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS;
MINISTERE DE L'EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT
Intervenir en quartiers anciens : enjeux, démarches, outils
Paris : Ed. du Moniteur, 2000.- 542 p., bibliogr. (coll. Guides)
Les quartiers anciens présentent une extrême diversité de situations et sont le lieu d'enjeux multiples
et souvent antagonistes. Du fait de la multiplicité de la propriété, de la mixité, de l'imbrication et de
l'évolution des usages et des fonctions urbaines, toute intervention dans ces sites est extrêmement
complexe et nécessite une bonne appréhension des problèmes et une connaissance préalable des
outils utilisables. C'est donc à tout acteur de la ville (décideur, services des collectivités locales ou de
l'Etat, urbanistes, architectes, aménageurs, opérateurs) qu'est destiné ce guide très détaillé qui définit
d'abord les enjeux et les démarches (ce que sont les quartiers anciens dans le fonctionnement urbain,
proposition d'une démarche comportant étapes de diagnostic, d'élaboration de projet, de montage
des procédures et de mise en oeuvre), puis propose une présentation des outils d'intervention et des
principales réglementations (dispositifs de planification et de programmation et outils opérationnels à
vocation générale ou spécifiques aux quartiers anciens), des autres réglementations (servitudes du
patrimoine et des sites, réglementation en matière de construction, règles liées à l'affectation et à
117
l'utilisation des immeubles, action sociale et rapports locatifs, information du public), et décrit les
outils financiers à finalité économique ou sociale (subventions, prêts aidés ou réglementés, autres
financements, logement des personnes défavorisées).
CDU 51061; IA 41256 ; MV B9775
FEDERATION NATIONALE DES AGENCES D’URBANISME
Vers une approche renouvelée du développement territorial pour les agglomérations
françaises. Les apports du nouveau contexte législatif
Paris : FNAU, sept. 2000.- 80 p., ann. cartes, tabl.
Sommaire : Un nouveau cadre législatif ; Le partenariat, la négociation, fondements des nouvelles
politiques de développement territorial ; Le contenu et la méthode d’analyse typologique ; Les équilibres
démographiques et territoriaux ; Thématique de la pénurie d’espace et des capacités physiques
d’extension ; Thématique du développement économique et de la répartition de la richesse ; Thématique
des transports et déplacements ; Thématique de la mixité sociale.
CDU 52533
FRANCE. MINISTERE DE L'EQUIPEMENT. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE
La nouvelle question urbaine
Paris-La Défense : MELT-PUCA, 2000.- 4 vol., 38 + 123 + 50 + 74 p., bibliogr. (séminaire animé par
Jacques Donzelot et Marie-Christine Jaillet)
Quatre volumes rapportent les interventions du séminaire consacré à la nouvelle question urbaine,
organisé en 1999 par le Plan urbanisme construction architecture (PUCA) du Ministère de l'Equipement,
des Transports et du Logement. Evoluant hors du cadre classique de la ville, l'espace urbain actuel
nécessite une analyse renouvelée. La nouvelle question urbaine aborde ainsi la ville, moins sous l'angle
de l'habitat et de la morphologie urbaine que sous l'angle social. Les interventions présentent et
analysent la montée de l'insécurité et de l'incivilité à laquelle sont confrontées les sociétés urbaines,
ainsi que les réponses comparées apportées par les Etats-Unis et la France.
CDU 50918(1-4); PU 2417(1-4)
LE LANN Eric ; PIVION Philippe
Après les HLM...
Paris : L'Harmattan, 2000.- 111 p., tabl., bibliogr.
La mise en place de mesures nationales durables dans le secteur du logement dans les années 50
permet de faciliter l'accession à la propriété. Mais aujourd'hui, le logement social est en crise, en
dépit de l'institution du prêt locatif à usage social (PLUS) très avantageux. Les familles concernées
par cette mesure lorgnent vers l'accession à la propriété ; en conséquence, la vacance augmente dans
le parc HLM. Il n'y a plus qu'auprès des « personnes défavorisées » que le logement social reste
populaire. Les auteurs, praticiens du logement, réfléchissent à de nouveaux outils d'une politique du
logement qui permettraient d'améliorer la situation des plus pauvres sans verser dans la ségrégation,
mais en parant l'urgence. Ils mènent une réflexion de société plus large, se demandant ce qui légitime
une politique nouvelle de l'habitat.
CDU 51817; IA 41453
2.2. PARTENARIAT, JEUX D’ACTEURS
ET GOUVERNANCE URBAINE
GAUDIN Jean-Pierre
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Enquête : politiques municipales et problèmes de gestion urbaine
Paris : Plan urbain, 1984.- 93 p.
118
Une enquête, menée en France par huit centres de recherche ou bureaux spécialisés dans les études
urbaines auprès d'élus communaux, montre un renouvellement des pratiques gestionnaires des
collectivités locales, notamment dans leur approche de plus en plus globale des problèmes urbains.
Les mesures, pour faire face aux préoccupations d'ordre économique et financier, sont présentées
comme actions prioritaires dans près de la moitié des communes de l'échantillon. Les préoccupations
et les efforts engagés en matière de politique d'aménagement se concentrent principalement sur
quatre secteurs : les transports urbains, le logement, la réhabilitation des quartiers anciens et des
centres-villes et la recherche d'une plus grande cohérence dans la programmation de l'aménagement
urbain. Les avis des maires concernant les instruments et les moyens à développer pour la maîtrise
d'ouvrage urbaine, notamment les contraintes de procédures, de réglementation administrative et de
fonctionnement des collectivités territoriales, et les demandes des élus en matière de recherche et de
développement d'outils de connaissance et d'analyse, sont examinés.
PU 1654
DONZELOT Jacques
CENTRE D'ETUDES POLITIQUES SOCIALES. GRENOBLE
Pour refaire la ville : encore un effort...
Grenoble : CEPS, 1986.- 22 p., multigr.
Les apports de quatre études commandées par le Plan urbain. Trois rubriques : la pertinence des
nouvelles politiques urbaines (réceptivité des communes), le degré d'implication des différents acteurs
concernés par ces procédures (aux niveaux région, département et commune), la viabilité du
processus engagé. Par politiques urbaines, on entend les politiques reliées au Comité interministériel
des villes (CIV) : développement social des quartiers (DSQ), projets de quartiers, Banlieues 89.
CDU 17449
GRAVEJAT Amboise
ECOLE D'ARCHITECTURE DE LYON ; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Systèmes d'agents et réhabilitation
Lyon : Ecole d'architecture de Lyon, 1987.- 256 p., tabl., phot., graph., fig.
L'étude tente de cerner les agents (décideurs, financiers, concepteurs, personnel de chantier)
intervenant dans la réhabilitation des immeubles anciens : leurs motivations et les techniques utilisées,
en analysant différentes opérations réalisées à Lyon. Après avoir situé la réhabilitation dans
l'évolution globale de la branche bâtiment et travaux publics de 1945 à 1984, elle analyse le rôle de
l'Etat au travers les principaux textes de lois, et examine l'ensemble des contraintes économiques,
politiques et locales justifiant la structuration des systèmes d'agents. Enfin, la réhabilitation en
logement social et la réhabilitation libre sont comparées.
PCA B269; CDU 19817
COMMISSION NATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIAL DES QUARTIERS; DELEGATION
INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Précis d'action concertée : le partenariat dans les opérations de développement social des
quartiers
Paris : CNDSQ, 1989.- 64 p., index
Analyse d'une quinzaine d'opérations « réussies » de partenariat, thème récurrent des opérations
DSQ.
CDU 21996; CTA 9693
FOUGEA Denis
Les solutions partenariales
C. DE L'HABITAT. (FRA). n° 6, fév. 1989.- pp. 33-52
119
Le 1er article évoque le plan départemental pour le logement des défavorisés dans les Côtes-duNord, et le rôle qu'y joue la DDE. Le 2d analyse l'attitude des bailleurs vis-à-vis du Fonds d'aide au
relogement et de garantie (FARG). Le 3e est une interview de Sylvie Harburger sur la démarche
DSQ.
CDU
BONETTI Michel ; CONAN Michel ; ALLEN Barbara
Développement social urbain : stratégies et méthodes ; préface de Pierre Saragoussi, illustr. de
Jean-Jacques Vayssières
Paris : L’Harmattan, 1991.- 271 p., ill., ann. (coll. Objectifs ville)
L'évaluation des stratégies de développement social des quartiers a révelé une grande richesse de
savoir-faire, qu'il convenait de capitaliser. A partir de 30 expériences menées dans 10 villes de
France, cet ouvrage analyse les conditions indispensables pour faire de l'amélioration du cadre bâti
ou de la résolution des difficultés sociales de véritables occasions de développement des capacités
d'expression, d'initiative et d'organisation des habitants de ces quartiers. Il insiste sur deux aspects
trop souvent négligés : la coopération entre organismes et leur nécessaire adaptation.
CDU 25420; DCN 45-293; MV B6586; CP 4199; EPC NY4259; IAB B545
CREPA-HABITAT
Réhabiliter l'habitat social : réussir la ville avec les habitants. CNIT, Paris-La Défense, 26 mars
1991
Paris : Dir. de la construction, 1991.- 2 vol., classeur + notes d'expériences locales
La réhabilitation des logements sociaux est en train de changer de nature. Dans un contexte social
toujours plus complexe, les professionnels expérimentent aujourd'hui une grande variété de solutions,
améliorent leur savoir-faire, initient des démarches partenariales avec les élus, consultent les
habitants. Ce qui apparaît dans les opérations réalisées depuis 1987 au sein de l'action pilote
réhabilitation.
CDU 24136(1-2)
FAVROT-LAURENS Geneviève
DIRECTION DE LA CONSTRUCTION
Point de vue des usagers et procédures partenariales dans le domaine du logement et de
l'habitat
Paris : CGPC, 1991.- 30 p.
La recherche cherche à mettre en évidence les représentations des usagers de l'habitat et la
conception de leur rôle sous-jacentes aux pratiques de la DDE, la place de l'usager dans sa stratégie
au sein du partenariat et les modes d'actions qu'elle privilégie pour amener ses partenaires
institutionnels à prendre en compte son point de vue. Les départements retenus sont la HauteGaronne, le Tarn et Le Lot-et-Garonne. Pour chaque site, une action de développement social des
quartiers a été étudiée.
D31 1479
MALTERRE Philippe
Réhabilitation dans les banlieues : quoi de neuf dans l'ancien ?
VOTRE LOGEMENT. J. DU UN-POUR-CENT. (FRA). n° 57, nov.-déc. 1991.- pp.4-12, phot.
La réussite d'une réhabilitation nécessite la coordination des acteurs sociaux : propriétaire, financiers,
municipalité, entreprises et habitants. L'action de l'Association pour les équipements sociaux est
exposée.
CDU
MONTANT Henri
Changer la ville pour changer la vie
120
EQUIPEMENT MAGAZINE. (FRA). n° 39, sept. 1991.- pp. 25-30 (dossier)
Suite aux incidents de Vaulx-en-Velin ou Sartrouville, les DDE ont mis au rang de leurs priorités les
politiques de développement social urbain et certaines n'ont pas hésité à réorganiser leurs services
pour être plus efficaces (conséquences de la loi Besson de mai 1990).
CDU
PERALDI Michel
CENTRE D'ETUDES DE RECHERCHES ET DE FORMATION INSTITUTIONNELLES DU SUD-EST. AIXEN-PROVENCE ; FRANCE. EQUIPEMENT (MIN.). RECHERCHE ET AFFAIRES SCIENTIFIQUES ET
TECHNIQUES (DIR.)
La mise en oeuvre des politiques de l'habitat dans les DDE : le cas de la Côte d'Or
Paris : DRAST, nov. 1991.- 82 p., bibliogr.
Les modalités de mise en oeuvre des politiques de l'habitat dans les DDE à partir d’une enquête
dans le département de la Côte d'Or. Description des activités quotidiennes des agents, leurs
réseaux relationnels, leurs champs de compétences et d'intervention. Mise en évidence des faiblesses
des DDE en matière d'action sociale partenariale lors de l'application sur le terrain de politiques de
solidarité envers les plus démunis (volet logement du revenu minimum d'insertion), opérations DSQ,
contrats de ville, contrat cadres HLM, etc.
CDU 27729; DRI 159
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
Développement social des quartiers : un enjeu pour les HLM
Paris : UNFOHLM, 1991.- 40 p., phot., ann.
Les principales caractéristiques des opérations de développement social des quartiers. Exemples du
rôle des organismes HLM dans ce type de démarche.
MV B6587; CDU 37757
Des gens et des villes. A la recherche de nouveaux modes d'habitat
ESPACES ET FAMILLES. (FRA). n° 13/14, janv. 1991.- 165 p., bibliogr., ann.
Synthèse de plusieurs rapports de recherche conduisant à une analyse des processus qui se nouent
entre les acteurs concernés par le problème du logement : travailleurs sociaux et associations,
populations (familles défavorisées). La dynamique à l'oeuvre dans quatre opérations : une expérience
d'autoconstruction, un relogement social en cité HLM, l'auto-réhabilitation d'un immeuble ancien et
l'exemple d'un quartier en pleine restructuration urbaine.
CDU 24441; MV B6718
COULAUD Nathalie
INSTITUT D'ETUDES POLITIQUES. BORDEAUX
La réhabilitation des grands ensembles périphériques d'habitat social en France. Les acteurs et
leur évolution
Paris : IEP de Bordeaux, mai 1992.- 180 p., ann., bibliogr. (mémoire réalisé ss la dir. de J. Dumas)
Etude des politiques publiques mises en oeuvre dans quelques 400 grands ensembles périphériques des
villes les plus importantes : jeu des acteurs, procédures publiques et cadre juridique. Des enquêtes sur
le terrain dans la Région Centre alimentent la recherche. La 1ère partie est une analyse historique de la
production des grands ensembles d'habitat social de 1958 à 1981. La 2ème étudie la nouvelle donnée de
la décentralisation de 1981 à 1988. La 3ème traite du rôle de l'Etat de 1988 à 1991 lorsque l'Etat devient
un partenaire des politiques de développement social urbain. La dernière partie 1991-1992 étudie le
« retour d'Etat » où l'Etat impose leurs rôles aux autres acteurs et où se dessine une nouvelle politique
de la ville.
CDU 27270; EPC NY4137
FACRE Catherine ; GUILLOUX Ketty ; RIBAULT Véra
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE;
D'EXPERIMENTATION SANTE. TOULOUSE
121
GROUPE
DE
RECHERCHE
ET
Santé et développement social urbain. Outils et méthodes
Paris : DIV, 1992.- 31 p. (avec la collab. de Santé et communication)
Guide pour l'élaboration des politiques locales de santé publique sur les quartiers défavorisés
concernés par une procédure de DSQ. A travers l'analyse de différentes actions menées au niveau
microlocal sont abordés les questions de : 1. la pertinence et la spécificité des programmes de santé
dans le cadre d'un DSQ ; 2. les conditions d'émergence d'une action de santé DSQ et la mise en
oeuvre du partenariat, notamment avec la population ; 3. les méthodes d'intervention, tant dans le
diagnostic des besoins que dans la réalisation des actions ; 4. la continuité des actions sur le quartier
et leurs retombées hors de ce périmètre.
CDU 27495; IA 33304
LELEVRIER Christine ; PLICHON Antoine
DSQ : de l'action globale à l'action dispersée
HABITAT. (FRA). n° 3, nov. 1992.- pp. 14-18, fig., phot. (suppl. aux Cahiers de l'IAURIF, n° 102)
Le développement social des quartiers a dix ans. Intervenir sur tous les facteurs d'exclusion,
décloisonner les services administratifs, faire travailler ensemble sur un même territoire des
partenaires très divers, sont ses ambitions. Mais après les événements de Vaulx-en-Velin et ceux qui
ont suivi en Ile-de-France, la procédure est en question ; une réorganisation des compétences et des
interventions serait bienvenue.
IA P. 117BIS
Réhabilitation de l'habitat : HLM et communes réunies dans l'action
MONITEUR DES VILLES. (FRA). n° 16, juin 1992.- pp.50-56, phot.
La réhabilitation sociale est une occasion que doit saisir la collectivité locale pour traiter les
problèmes dans un véritable projet de quartier : amélioration du cadre de vie, insertion sociale.
IA P.273
ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE. PARIS
Villes : quels défis, quels acteurs ? Actes du colloque de Valence, 10-11 décembre 1992
Paris : AMF, 1993.- 124 p.
Le colloque permet de recenser et d'examiner les défis nouveaux, de définir les moyens juridiques et
financiers nécessaires pour y répondre ainsi que le partenariat, les moyens de solidarité innovants, à
mettre en place avec tous les acteurs concernés pour conserver aux villes leur rôle dans le
développement équilibré de la France.
IA 34061; CDU 29825
ATELIERS DES CELESTINS. PARIS ; DIRECTION DE L'HABITAT ET DE LA CONSTRUCTION
Evaluation de la politique de réhabilitation du logement locatif social (PALULOS). Synthèse des
opérations : Yvelines, Calvados
Paris : DHC, 1992.- 27 p., tabl., graph., ill.
La synthèse de l'évaluation de la politique de réhabilitation porte sur seize opérations situées dans deux
départements. L'étude passe tout d'abord en revue les objectifs de la maîtrise d'ouvrage, les programmes
de réhabilitation (travaux, montages financiers, loyers pratiques), le jeu des acteurs (relations entre le
maître d'ouvrage et les locataires, la DDE, les communes). Une synthèse présente ensuite les avis des
maîtres d'ouvrages sur les aspects techniques et de gestion, sur la qualité architecturale des opérations
et leurs conséquences sociales. Il apparaît que la méthode d'évaluation laisse de côté un certain nombre
de paramètres, en particulier la prise en compte des habitants, du marché, de l'impact financier, et que
la procédure PALULOS porte en elle-même ses contradictions.
DC E92-29; CDU 38248
BOURGEOIS Catherine
FONDATION NATIONALE DES SCIENCES POLITIQUES. PARIS
Le logement social : un enjeu local. Les mécanismes de gestion des organismes HLM
122
Paris : FNSP, 1993.- 422 p., ann., bibliogr. (thèse de doctorat IEP Paris, ss la dir. de C. Grémion)
L'intérêt du logement social en France se joue aussi bien au niveau national que local. Ce rapport de
1993 se propose de comprendre ce qui, dans le fonctionnement du système, a abouti à la dénonciation
des conséquences sociales des politiques de logement. Ainsi, à partir d'une étude organisationnelle et
comparative de différents types d'organismes HLM (privés et publics) et de leur rapport à l'environnement,
il analyse plus particulièrement les mécanismes de la gestion locale du logement social au début des
années 90. Il étudie également les pratiques de gestion des organismes HLM et leurs évolutions au sein
du cadre juridique en vigueur, afin de mettre en évidence les critères qui sont à l'origine des décisions et
les stratégies des acteurs en présence. Il analyse enfin les caractéristiques du système d'action local en
soulignant les effets conjugués de ses différents acteurs, ce qui permet de pointer les problèmes et les
dysfonctionnements de la politique publique du logement social.
CDU 51108
GREMION Catherine ; MOUHANNA Christian ; DELLA GIUSTINA Laure
CENTRE DE SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS. PARIS ; PROGRAMME INTERDISCIPLINAIRE DE
RECHERCHES SUR LES VILLES. PARIS
Les sous-préfets chargés de mission pour la politique de la ville
Paris : CSO, 1993.- 91 p. + ann., phot., bibliogr.
Résultats de l'enquête menée dans trois départements concernés par la crise urbaine : le Nord,
Yvelines et le Rhône. Ils montrent comment cette nouvelle fonction administrative tente de résoudre
la crise du service public local, et met en oeuvre des politiques intégrées vis-à-vis des quartiers en
difficulté et des groupes menacés de marginalisation.
PIR 36; CDU 37966
LORREYTE Bernard
INSTITUT DES MANAGERS DU DEVELOPPEMENT LOCAL
Mise en oeuvre du partenariat municipalité-associations pour le développement local à Cergy.
1. Présentation générale du projet. 2. Annexes
Cergy : IMDL, 1993.- 2 fasc., 15
L'objectif du projet est de développer et optimiser le partenariat municipalité-associations pour le
développement local à Cergy. Après un état des lieux du milieu associatif local et de sa coopération
avec la municipalité, des méthodes de constitution d'un partenariat plus efficient sont définies, à travers
la politique de développement social urbain et les systèmes de subventionnement. Des outils et
procédures de mise en oeuvre sont proposés : observation, conventionnement, suivi -évaluation,
sensibilisation-mobilisation du partenariat. En annexe sont présentés des critères d'évaluation et des
modèles de documents comptables.
CDU 32313(1-2)
PEYON J.-P. ; LAPLANCHE A.
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE L'OUEST. NANTES; UNIVERSITE DE
NANTES ; DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE; PLAN CONSTRUCTION ET
ARCHITECTURE
Evaluation de la politique de développement social des quartiers : Nantes nord
Nantes : Université IGARUN-URA 915, févr. 1993.- 124 p., bibliogr., tabl., fig., graph., ann.
Evaluation territoriale destinée à préciser l'histoire de la mise en place des conventions DSQ dans le
nord de Nantes et à évaluer l'action des différents partenaires. Les relations entre les différents
niveaux décisionnels de l'Etat et des collectivités locales ont été approfondies ainsi que les tentatives
d'associer les habitants du quartier. L'évaluation des effets sociaux a porté sur deux thèmes : la
politique de peuplement, grâce à l'analyse fine des demandes de mutation ; le désenclavement interne
et externe, favorisé par l'arrivée prochaine du tramway. Le jugement des habitants sur leur logement
a également été traité. L'utilisation de graphiques et de cartes thématiques permet d'identifier le
rapport entre spatial et social au sein d'un quartier composite.
PCA A362; CDU 28472
L’habitat social
123
DEPARTEMENTS ET COMMUNES. (FRA). 41e année, n° 94, mars 1993.- pp.31-37, phot., bibliogr.
Concevoir un habitat social c'est penser en termes d'aménagement urbain, et les communes disposent
pour cela de plusieurs outils comme le programme local de l'habitat (PLH) qui supposent souvent
d'adopter une démarche intercommunale et une négociation avec différents partenaires. Nombreuses
sont les villes où la réhabilitation de l'habitat social est devenue une priorité.
IA P.156; CDU
La préfet, le maire, le directeur... et le locataire. Les politiques de peuplement dans le parc
locatif public
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 1, déc. 1993.- 48 p., phot.
Les politiques d'attribution des logements locatifs sociaux. Historique des politiques de peuplement
dans les grands ensembles. Répartition des compétences entre préfet, maire et organisme d'HLM
pour l'attribution de logement. Expériences de politiques d'habitat social négocié à Grenoble, Lyon,
St-Etienne et Chambéry. La réglementation.
CDU
ARASSE Luc
CONSEIL ET EVALUATION DE POLITIQUES PUBLIQUES. PARIS ; SEINE-ET-MARNE. EQUIPEMENT
(DIRECTION DEPARTEMENTALE). MELUN
Eléments pour un bilan de l'intervention publique au titre du développement social urbain sur
le quartier de La Pierre Collinet (Meaux)
Paris : CEPP, 1994.- 118 p., tabl. (étude réalisée pour le compte de la DDE 77)
Cette étude vise un triple objectif : dresser le tableau historique de l'intervention publique sur le
quartier depuis 1977 ; veiller, par un examen des actions conduites au titre du Xe Plan, à ce que les
axes d'intervention choisis pour le XIe Plan sur l'ensemble de l'ancienne ZUP ne compromettent pas
la cohérence de l'intervention sur la Pierre Collinet ; suggérer des voies permettant d'optimiser
l'investissement public, en soulignant autant que possible celles qui seraient susceptibles de renforcer
le partenariat local.
DRE 7716
DELARUE Jean-Marie ; DJERDOUBI Mokhtar ; VINOLAS Didier
Politique de la ville et mouvement associatif
R. FRANC. D'ADMINISTRATION PUBLIQUE. (FRA). n° 71, juill.-sept. 1994.- pp. 455-466, bibliogr.
Cet article constitué la transcription d'un entretien entre le sous-préfet chargé de la politique de la ville en
Seine-et-Marne, un représentant de l'association « Culture et liberté » et Jean-Marie Delarue. Ils abordent
le soutien aux associations comme composante essentielle de la politique de la ville, la notion de
citoyenneté républicaine, le partenariat entre associations, collectivités locales et Etat. Ils commentent
la notion d’ « Etat de proximité ».
CDU
DONZELOT Jacques ; ESTEBE Philippe
L’Etat animateur ; essai sur la politique de la ville
Paris : Esprit, 1994.- 238 p. (coll. Ville et société. Publié avec le concours du Plan urbain)
Les auteurs, tous deux membres du Comité d'évaluation de la politique de la ville, proposent une
analyse qualitative de cette politique. Pour eux, la politique de la ville crée les bases d'une nouvelle
conception de l'Etat dans ses rapports avec les citoyens, en se substituant progressivement au
système de protection sociale incapable d'assurer l'intégration de tous.
CDU 29542; IA 34754; PU 2247; DCN 39-394
HATZFELD Hélène ; HATZFELD Marc ; RINGART Nadja
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Recomposition du système d'acteurs à travers la recherche de légitimité des régies de quartier
Paris : IDACTE, 1994.- 28 p.
124
Recherche sur le rôle des régies de quartier dans les processus de changement et de recomposition
des systèmes d'acteurs. A travers l'étude de la légitimité de l'action (étatique, populaire, économique)
fondée sur un principe de valeur collective, quatre sites présentant des configurations d'acteurs
contrastées sont examinés : à Massy, à Cergy, et deux régies à Orléans.
PU 2003; CDU 29913; DCN 25-A-347
SIMBILLE Jocelyne
La politique de la ville : fruit et ferment du renouveau du service public
SCIENCES DE LA SOCIETE. C. DU LERASS. (FRA). n° 31, fév. 1994.- pp. 139-153 (La ville en
questions, n° 2)
La politique de la ville est le terrain privilégié de la mise en place d'administrations d'un type nouveau.
Le DSU correspond : d'une part, à un changement de logique de fonctionnement des administrations,
de leurs rapports avec la société civile, de leur mode de régulation ; d'autre part, par la mobilisation
de compétences et de partenaires divers, par la prise en compte des projets des citoyens et des
habitants, il manifeste l'affirmation d'un droit nouveau à la ville, rejoignant le thème de l'urbanité et de
la citoyenneté. La politique de la ville est, à la fois, l'application locale de la politique de
modernisation de l'administration et de rénovation du service public, et le levier d'une métamorphose
de l'administration grâce aux dispositifs sociaux qui remettent en question le rapport prestatairebénéficiaire du service public.
IA 33634(2); EPC NY4730; CDU
BOUINOT Jean ; BERMILS Bernard
La gestion stratégique des villes. Entre compétition et coopération
Paris : Armand Colin, 1995.- 207 p., graph., fig., tabl., bibliogr.
L'audit stratégique d'une ville, c'est-à-dire les analyses de compétitivité économique et l'évaluation
des capacités financières, montre que la qualité de gestion conditionne largement la promotion de
l'équité. Les caractéristiques de la démarche projet d'entreprise, et sa transposition à la gestion
urbaine, sont examinées ; une méthode destinée à éclairer la faisabilité financière d'un projet de ville
est proposée. Les différents partenariats, auxquels une ville peut faire appel pour mettre en oeuvre
son projet, sont analysés, la coopération intercommunale étant étudiée comme une voie privilégiée de
la solidarité entre communes unies dans un même destin géographique. Enfin, l'ensemble des actions
de communication et d'animation destinées à assurer l'adhésion au projet de ville est exposé.
CDU 31966; MV B8524
BRACHET Philippe
Problématique du partenariat de service public
POLITIQUES ET MANAGEMENT PUBLIC. (FRA). vol. 13, n° 1, mars 1995.- pp. 87-105, fig.
Parmi la typologie des relations possibles entre organismes publics et usagers, le partenariat est défini
comme partage organisé d'une partie de la décision publique. La nécessité du partenariat avec les
associations d'usagers est développée ainsi que ses difficultés. Les cinq études de cas sont
rapportées à cette typologie. Elles permettent de préciser la dynamique conflictuelle du partenariat
de service public, ses conditions d'existence ainsi que son rôle dans le management public.
IA P.474; CDU
INSTITUT DE FORMATION A LA MAITRISE D'OUVRAGE. PARIS
Politique de la ville : les exemples de l'étranger
Paris : IFMO, 1995.- 3 vol., 130 + 87 + 136 p. (en collaboration avec l'UNFOHLM)
Cette compilation de textes (articles de revues, de quotidiens, extraits de livres, de rapports) permet
d'appréhender, en général, la réalité des quartiers fragiles en Europe, la revitalisation de ces
quartiers, les dispositifs d'intervention et de partenariat, l'inscription des professionnels dans les
125
projets, l'engagement des habitants dans les programmes et les approches intégrées de
développement urbain en Europe. La politique de l'Union européenne vis-à-vis de ses quartiers
sensibles, à travers le programme « Urban » et le guide des actions novatrices financées par le
FEDER du développement régional pour la période 1995-1999 sont présentés. La crise urbaine aux
Etats-Unis, le racisme et la violence, le mythe des ghettos en France, la participation des citoyens, les
comparaisons France-Etats-Unis, la politique de la ville menée dans quatre pays partenaires de la
France dans l'Union européenne et l'émergence des approches intégrées de développement urbain
dans ces pays sont abordés.
CDU 33422(1-3)
LE GALES Patrick
Du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine
R. FRANC. DE SCIENCE POLITIQUE. (FRA). vol. 45, n° 1, fév. 1995.- pp. 57-95, bibliogr.
En France et en Grande-Bretagne, les gouvernements ont modifié les politiques locales depuis les
années 80. La fragmentation, le retrait de l'Etat et l'accroissement du rôle du secteur privé ont
entraîné des nouveaux schémas de politique des villes. A partir des ces observations, l'auteur
introduit le concept de gouvernance urbaine et sa relation par rapport au gouvernement ; il montre
comment les changements de politique en France et Grande-Bretagne entrent dans la problématique
de la gouvernance et, enfin, confronte les modèles de gouvernance américains aux villes françaises et
anglaises.
CDU
Ateliers publics d'urbanisme et d'architecture
TERRITOIRES. (FRA). n° 358, mai, 1995.- pp. 3-57, phot., schémas, tabl., plan
L'appellation « Atelier public d'urbanisme » est chargée d'histoire : selon la commune où il est
implanté, l'atelier est soit un outil purement technique de la municipalité, soit l'association d'habitants
érigée en contre-pouvoir des urbanistes et des politiques locaux. Les ateliers les plus actifs, sont ceux
qui ont été créés par des municipalités souhaitant se doter d'un outil d'études, de réflexion et de
prospection ; ils s'adressent à différents acteurs locaux, qu'ils soient services techniques et de
communication de la ville, agence d'urbanisme, partenaires institutionnels, entreprises ou associations
de quartier... Le partenariat s'instaure à des degrés divers ; mais chaque atelier est un espace de
débat, un lieu de médiation, une plate-forme d'où émergent des idées, une formulation de ce que
pourrait être la ville de demain. Ce numéro de « Territoires », réalisé en collaboration avec plusieurs
ateliers d'urbanisme et d'architecture, présente leur rôle auprès des élus et auprès de la population, et
tente de comprendre pourquoi les communes ne sont pas plus nombreuses à s'être dotées d'un
atelier.
CDU
Ville et habitat : un nouveau contrat social ?
HLM AUJOURD'HUI. (FRA). n° 37, 1er trim. 1995.- pp. 22-55, phot.
L'état des lieux des interventions des collectivités territoriales dans l'habitat, les points de vue de
représentants de l'Etat, d'associations de maires et d'élus locaux, les actions concrètes des
communes engagées au côté des HLM, sont présentés.
IA P.193; CDU
La ville : habiter, gouverner
SOCIOLOGIE DU TRAVAIL. (FRA). vol. XXXVII, n° 2, avr.-juin 1995.- pp. 121-326, bibliogr.
126
Les différentes contributions abordent trois grands secteurs : description de plusieurs facettes du
monde urbain, les problèmes de société, l'urbanité, la ville comme grand système technique ;
recomposition des formes de l'action publique ; le travail des sciences sociales.
IA P.374; CDU
ASSOCIATION DES ORGANISMES D'HLM DE LA REGION D'ILE-DE-FRANCE. PARIS
Politique de la ville et politique du logement : quels partenariats entre les collectivités
territoriales, l'Etat et les organismes d'HLM ?
Paris : AORIF, 1996.- 36 p. (actes de la journée-débat du 24/09/1996)
DRE 8070
BOURDON Daniel
Les bailleurs sociaux dans le projet urbain
URBANISME. (FRA). n° 289, juill.-août 1996.- pp. 41-44, tabl., phot.
Les bailleurs sociaux s'intéressent aux projets urbains parce qu’ils font l'hypothèse qu'un projet urbain
est susceptible de résoudre une partie des problèmes rencontrés dans la gestion du logement, ou bien,
parce qu’ils occupent une place dans le paysage local et qu'ils se doivent de participer à la politique de
la ville et au projet urbain.
IA P.414; CDU
LABORIE Jean-Paul
UNIVERSITE DE TOULOUSE-LE MIRAIL. CENTRE INTERDISCIPLINAIRE D'ETUDES URBAINES ;
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Puissance publique et production urbaine. Analyse de l'agglomération de Toulouse
Toulouse : CIEU, 1996.- 102 p., cartes, graph., tabl.
La démarche inductive proposée permet d'éclairer les spécificités locales et de les relativiser pour
proposer des schémas explicatifs généraux ; elle a été utilisée pour quatre thèmes : la production de
l'espace productif, l'urbanisme opérationnel, la planification urbaine et la constitution des politiques
locales de l'habitat. L'analyse de la production d'espaces pour les entreprises, avec suivi du marché et
observation du changement du contenu des zones, montre l'affaiblissement important des modalités de
régulation. L'intensité de la croissance urbaine mène à la nécessité de redonner des orientations et des
règles nouvelles à la métropole régionale au travers d'un projet d'agglomération - le schéma directeur,
l'élaboration de programmes locaux de l'habitat et la publication d'un projet de ville - par la municipalité
toulousaine. La comparaison de deux types de ZAC montre l'adaptabilité de l'outil et l'impact de
l'environnement urbain sur le degré de liberté de décision dans les choix des politiques d'urbanisation.
Les questions, soulevées par les réactions des associations aux ZAC dérogatoires de Toulouse,
illustrent les dérives de l'urbanisme opérationnel. Les politiques locales de l'habitat ont glissé
progressivement vers des logiques de marché, puis vers la mise en oeuvre de politiques de régulation.
Aujourd'hui, la politique de l'habitat est devenue un instrument de la politique sociale dans le cadre de la
politique de la ville.
PU 2203; CDU 33157; DCN 25-A-451
LEON Hervé ; DARRIS Gérard
ASSOCIATION EN URBANISME RECHERCHE ET ETUDES EN SCIENCES SOCIALES. NANTES;
CENTRE D'ETUDES ET DE RECHERCHES URBAINES ET RURALES. RENNES ; FRANCE.
URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Entre ambition et solidarité : l'incertaine maîtrise de la puissance publique sur la production
urbaine. L'exemple de Nantes
Nantes : AURES, 1996.- 204 p., cartes, phot.
L'évolution des niveaux d'interférence entre objets de production urbaine et configuration d'acteurs,
médiatisés par des intentions publiques et des modes opératoires, est mise en évidence.
L'observation de la production urbaine à Nantes est limitée à trois objets d'intervention, révélateurs
des changements des modes d'intervention et des rapports entre acteurs de la puissance publique ; ils
sont principalement situés dans la ville-centre qui a connu une alternance politique locale marquée
par des intentions municipales différenciées depuis 1977 : il s’agit des infrastructures, de l'urbanisme
127
opérationnel et de l'habitat dans les quartiers d'habitat social. Le contexte nantais paraît marqué par :
une alliance forte district-ville centre sur le thème des transports et des déplacements ; un savoir-faire
de la ville de Nantes sur l'urbanisme opérationnel et l'aménagement des espaces publics ; une
certaine faiblesse de l'Etat local sur la politique de l'habitat, la politique de la ville et la politique des
déplacements. Les modes opératoires illustrent de nouvelles articulations entre planification et
opération ainsi que de nouvelles formes de négociation et de régulation avec les interlocuteurs privés
notamment.
PU 2202; CDU 33156
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
Des pôles emploi-formation créés au coeur des quartiers d'habitat social
Paris : UNFOHLM, 1996.- 67 p., ann., tabl.
Ce dossier thématique sur les « pôles emploi-formation » expose la politique d'insertion sociale par
l'économique commencée en 1991. Les acteurs sociaux avaient pour objectif d'expérimenter toutes
les solutions pouvant permettre de ralentir les processus de dégradations sociales et économiques
constatés sur les quartiers d'habitat social en réduisant les handicaps des populations (origine, niveau
de qualification, comportement, âge...) pour permettre leur accès à l'emploi. Ils se sont ensuite
investis dans la mise en oeuvre de pôle emploi-formation, restant résolument dans une logique de
maîtrise d'ouvrage et faisant appel au partenariat. Ce rapport s'articule en cinq points : le rôle et le
positionnement des organismes HLM, l'accueil et l'évaluation des populations, la formation-emploi,
l'insertion-emploi et enfin, l'analyse du partenariat avec les quartiers des Tarterêts (Corbeil-Essonne),
de la Rose-des-Vents (Aulnay-sous-Bois), des Indes (Sartrouville), du Bois de l'Etang (La
Verrière), des Côteaux (Mulhouse), du quartier Nord (Amiens), de La Gauthière (ClermontFerrand).
CDU 39969; IA 41452
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
SA d'HLM et associations. Agir contre l'exclusion sociale et urbaine. 1. Bilan et orientation
générales. 2. Coopération en actions
Paris : Fédération nationale sociétés anonymes et fondations HLM, 1996.- 2 fasc., 20 + 119 p.
Dans le premier volume, une enquête dresse le bilan du partenariat entre les SA d'HLM et les
associations qui participent à la mise en oeuvre de la politique du logement en faveur des personnes
défavorisées et au développement de la vie sociale dans les quartiers. Cette enquête a permis :
d'identifier les liens institutionnels qui témoignent de l'implication des SA d'HLM dans la vie
associative ;de souligner la contribution des SA d'HLM au développement de la vie associative dans
les quartiers ; de montrer que le partenariat est opérationnel sur les nouveaux enjeux sociaux du
métier de bailleur. Quelques pistes d'actions communes sont envisagées pour renforcer le partenariat.
Dans un second volume, quatre-vingt quinze expériences de partenariat entre SA d'HLM et
associations, regroupées dans cinq grandes parties (accueil et maintien de populations défavorisées
dans le logement existant, production d'offre pour les populations défavorisées, production d'offre
pour les populations spécifiques, l'animation socio-éducative et le développement social, l'insertion
par l'économique) sont présentées.
CDU 37958(1-2)
VILLE DE NANTES; COMITE 21. PARIS
Troisièmes rencontres Nantes Ecopolis. L'innovation urbaine : construire des partenariats
public-privé-citoyens. Nantes, 24-25 janvier 1996
Paris : Comité 21, 1996.- div. fasc.(sous le haut patronage des Nations Unies, avec l'appui des
ministères concourant à la préparation des contributions françaises au Sommet mondial des villes)
128
Les nouveaux modes de gouvernement urbain sont de plus en plus caractérisés par le
développement des partenariats. Ces partenariats, en particulier ceux qui concourent à l'innovation
urbaine méritent d'être mieux identifiés, et les responsables des villes gagneront à se nourrir des
échanges d'expériences réussies ou simplement engagées. L'objet de cette rencontre de NantesEcopolis est précisément d'y tendre par une contribution à la mise en place, à l'échelle planétaire, de
bons réseaux d'échanges d'expériences locales, thématiques ou régionaux, cela dans la perspective
d'Habitat II à Istanbul.
CA C8929; CDU 34089
WARIN Philippe
Réguler n'est pas diriger : la politique de la ville sans conduite locale ? in Négociations
Montpellier : Ed. Climats, 1996.- pp. 33-44, bibliogr. (revue Pôle sud, n° 4, mai 1996)
Pour l'auteur, si la politique de la ville possède un certain effet de régulation, elle n'est pas pour autant
totalement conduite au plan local. Il passe en revue les effets observables du partenariat sur l'activité
de gouverner. Il observe les efforts accomplis par les élus locaux et leur administration pour réguler
ces effets, avant d'expliquer ce qui semble être un déficit de direction politique de la politique de la
ville.
CDU 36062
Associations en ville
ENSEMBLES. LA LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 20, janv. 1996.- pp. 3-6, phot.
Les associations peuvent agir mieux que l'Etat ou les collectivités locales sur la cohésion sociale.
Examen des modalités d’obtention subventions dans le cadre de la politique de la ville. Actions
d'associations : auprès des femmes à Rouen ; auprès des jeunes, grâce au sport, à Argenteuil ;
niveau national.
IA P.177BIS
Projets urbains en DSU : maîtrise d'ouvrage et partenariat
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 13, déc. 1996.- pp. 34-43, phot.
L'organisation de la décision du projet urbain de développement social et urbain met en scène un jeu
d'acteurs institutionnels et montre le poids des financements publics. La volonté d'insérer les projets
urbains en site DSU est une spécificité lyonnaise dont on apprécie les résultats actuels. L'avenue des
Etats-Généraux, le tramway et les équipements sont les trois principales opportunités du projet
urbain d'Echirolles à La Villeneuve. Les objectifs communs en matière de stratégie d'intervention et
en matière de conduite de projet et de conception de maîtrise d'ouvrage de la ville de Nantes, la
place de l'OPAC du Rhône dans la conduite des projets urbains, et le rôle de l'Etat dans la maîtrise
d'ouvrage partenariale sont évoqués.
CDU
CALAME Pierre ; TALMANT André
L’Etat au coeur : le méccano de la gouvernance
Paris : Desclée de Brouwer, 1997.- 209 p. (coll. Gouvernances démocratiques)
Après avoir montré qu'il faut repenser la gouvernance de l'Etat, la portée et les effets pervers des
formes normatives d'action de l'administration sont analysés à partir de l'expérience des auteurs dans
la région de Valenciennes. La bonne gouvernance consiste à poser efficacement les problèmes
rencontrés et à instaurer un dialogue exigeant et un partenariat.
IA 39076; CDU 36713
FRANCE. COMMISSARIAT GENERAL AU PLAN
Cohésion sociale et territoires
129
Paris : La Documentation française, 1997.- 218 p. (rapport du Groupe de réflexion Prospective, présidé
par J.-P. Delevoye)
La nécessité d'une refonte de l'action publique face aux enjeux actuels et futurs de la cohésion sociale
et du développement des territoires est soulignée. La finalité d'une telle refonte est qu'elle permette la
nécessaire production de références collectives et de valeurs partagées en s'appuyant sur
l'expérience de la communauté des acteurs de la société. Seule une rénovation en profondeur des
relations entre l'Etat et la société, entre l'échelon national et l'espace local, peut permettre de
retrouver la capacité collective à conduire les transformations de la société au lieu de les subir.
IA 39031; DRE 8255; CDU 37931
LOINGER Guy (dir.) ; NEMERY Jean-Claude (dir.)
Construire la dynamique des territoires. Acteurs, institutions, citoyenneté active
Paris : L'Harmattan, 1997.- 287 p. (coll. Administration et aménagement du territoire)
Recueil de textes sur les aspects socio-économiques et politiques du développement territorial. La
première partie aborde la problématique de l'articulation des politiques publiques nationale et
européenne au niveau local et régional, ainsi que celle du devenir du couple déconcentrationdécentralisation. Il y est également question des pays, de l'intercommunalité, des contrats de plan
Etat-régions, de l'influence de l'Union européenne sur les régions, ainsi que des politiques urbaines,
de l'emploi et de la ville. La deuxième partie aborde le rôle de la citoyenneté active de la démocratie
participative dans la construction des dynamiques territoriales, à travers les thèmes suivants : le
développement local global et la participation des acteurs économiques et sociaux aux actions
politiques ; la démocratie locale ; les conditions d'un véritable droit du partenariat dans le
développement social des territoires ; les diverses pratiques de citoyenneté ; le rôle des associations
dans le développement socio-spatial et leurs rapports avec le système politique.
CDU 36309; IA 39052
MAURY Yann ; DULONG Renaud ; ROBIEN Gilles de
L’Etat face à la politique de la ville. La politique de communication d'Amiens
POUVOIRS LOCAUX. C. DE LA DECENTRALISATION. (FRA). n° 33, juin 1997.- pp. 62-75
La politique de la ville a-t-elle encore un avenir ? Est-elle encore porteuse d'une théorie du
changement social ? Une étude sociologique suggère à quel point la réputation de sécurité influe sur
toutes les décisions publiques et privées. Enfin le maire d'Amiens retrace les principales étapes des
stratégies de communication de la ville qui reposent sur un changement d'image vérifié et vérifiable
sur place.
EPC P1345; CDU
Aménagement, urbanisme, habitat : le positionnement des DDE
EQUIPEMENT MAGAZINE. (FRA). n° 88, juin 1997.- pp. 9-10, phot.
Une enquête a été menée par le Conseil général des ponts et chaussées (CGPC) dans les DDE des
onze départements français les plus urbanisés (Ile-de-France, Bouches-du-Rhône, Rhône, Nord).
Les résultats et les recommandations, formulés dans cette étude, donnent lieu à un bilan où sont
brièvement définis les enjeux actuels de l'action des DDE dans le cadre des politiques de la ville et de
l'habitat.
CDU
Politique de la ville, paroles d'acteurs
TERRITOIRES. (FRA). suppl. au n° 380, sept. 1997.- pp.3-40, bibliogr., phot.
Dans le cadre de la politique de la ville, « Territoires » propose une rencontre avec les acteurs de la ville
et de l'agglomération grenobloise pour comprendre les enjeux, les doutes et les projets de quartier.
Dossier témoignage, ce numéro permet d'appréhender les débats : les habitants et leurs groupements ;
130
le rôle des élus locaux dans la mise en oeuvre des partenariats ; la lisibilité et la cohérence de l'action
de l'Etat ; l’engagement dans la durée...
CDU
CAVALLIER Georges
FONDATION EUROPEENNE POUR L'AMELIORATION DES CONDITIONS DE VIE ET DE TRAVAIL.
DUBLIN
Défis pour la gouvernance urbaine dans l'Union européenne
Luxembourg : OPOCE, 1998.- 76 p., bibliogr.
Après que la ville européenne ait été replacée dans le cadre de la modernité et située dans le
contexte de la fin du XXe siècle, en tant que théâtre et école de citoyenneté, les leçons qu'on peut
tirer du sommet d'Istanbul (Habitat II, juin 1996) sont présentées. Habitat II a permis de prendre
conscience de l'ampleur du mouvement mondial d'urbanisation, de l'importance des enjeux liés à
l'avenir des villes et de la nécessité d'une meilleure maîtrise collective du développement urbain.
Certains défis prennent une importance particulière pour les villes : l'adaptation aux mutations du
système productif, la maîtrise de l'étalement périphérique, la reconquête de l'urbanité et la prise en
compte des exigences du développement durable. L'impact de la mondialisation des échanges, la
complexité grandissante de la société urbaine, la crise du politique et l'avenir incertain constituent le
contexte dans lequel doit s'exercer l'action publique. Les décideurs publics doivent faire preuve, dans
ce contexte difficile, d'une véritable efficacité dans le gouvernement des villes afin de mieux piloter le
développement des villes en matière d'organisation territoriale et de gestion urbaine. L'évolution
inéluctable, c'est le passage du gouvernement des villes à la gouvernance urbaine. Dix grandes lignes
d'action pour une bonne gouvernance urbaine sont exposées.
CDU 38357; IA 40237
FRANCE. EQUIPEMENT (MIN.). RECHERCHE ET AFFAIRES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES
(DIR.); FRANCE. AFFAIRES ECONOMIQUES ET INTERNATIONALES (DIRECTION)
Gouvernance et partenariats : les nouvelles formes de l'action publique et leurs limites. in La
ville éclatée
La Tour d'Aigues : Ed. de l'Aube, 1998.- pp. 278-330, bibliogr. (coll. Monde en cours ; série Société.
Ouvrage collectif issu des travaux du séminaire « La ville éclatée : enjeux, logiques et modalités d'une
régulation économique, sociale et territoriale », 1995-1996)
Analyse des transformations de l'action publique, plus particulièrement des notions de partenariat et
de gouvernance. Les difficultés de la mise en oeuvre de gouvernements à l'échelle métropolitaine, en
France et dans les pays développés, en raison de la multiplication des partenariats et des conflits
entre communes. Les difficultés posées par le partenariat public/privé, mis en oeuvre pour la
revalorisation des quartiers en difficulté dans le cadre de la politique de la ville ; le sens de l’évolution
de l'action publique. L’impact des nouvelles logiques d'aménagement urbain, en termes de
transformation des temporalités de l'action publique. Le rôle du gouvernement urbain ne saurait se
réduire à une fonction de coordination, mais suppose la mise en place d'institutions politiques.
CDU 36604; IA 39567
GODARD Francis
Gouverner la ville
SCIENCES HUMAINES. (FRA). n° 79, janv. 1998.- pp. 38-41, bibliogr.
Les transformations de l'espace urbain, les problèmes sociaux et les mutations économiques
modifient les rôles des collectivités locales et de leurs élus. Dans ce contexte, une nouvelle approche
des politiques urbaines, fondée sur le long terme et non sur des opérations de marketing urbain,
paraît nécessaire. Selon l'auteur, les solutions résident dans une approche du gouvernement local
fondée sur le concept de « gouvernance », sur la nécessité de créer des structures intercommunales
131
d'agglomération et sur un renouveau des services de proximité. Dans le cadre de ces évolutions, une
définition claire du rôle des élus locaux s’impose.
CDU; IA P. 634
MARTIN Daniel
CONSEIL REGIONAL DE BRETAGNE; DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE; CAISSE
DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS; MINISTERE DE L'EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS ET DU
LOGEMENT; CENTRE D'ETUDES SUR LES RESEAUX LES TRANSPORTS L'URBANISME ET LES
CONSTRUCTIONS PUBLIQUES. LYON
Dix ans de politique de la ville en Bretagne : 1988-1997
Lyon : CERTU, 1998.- 154 p., fig., tabl. (coll. Débats, n° 19)
Les dispositifs et outils mis en place depuis 10 ans, dans le cadre de la politique de la ville, pour
lutter contre les dysfonctionnements constatés dans les quartiers des villes les plus urbanisés ; les
financements correspondants et leur évolution : DSQ, contrats de ville, pacte de relance, prévention
de la délinquance, emplois de ville, emplois jeunes. Cette politique interpartenariale nécessite la
participation de nombreux acteurs : Etat, région, collectivités, offices HLM, associations, etc. La
politique de la ville en Bretagne, intégrée au contrat de plan Etat-région : acteurs, actions
significatives, évaluations, etc. Les thématiques traitées sont aisément transposables à d'autres
régions ; les chiffres nationaux ont été insérés autant que possible dans ce document.
TU CEDB 19
REIGNER Hélène
L’Etat et les grands projets urbains de la politique de la ville. Etudes de cas : le Mantois et
Argenteuil
POLITIQUES ET MANAGEMENT PUBLIC. (FRA). vol. 16, n° 1, mars 1998.- pp. 83-106 (Gouvernance
urbaine)
Alors que les grands projets urbains (GPU) semblaient marquer un certain retour de l'Etat dans la
politique de la ville, l'article insiste sur les difficultés rencontrées par les acteurs étatiques (Equipement
et corps préfectoral) dans la mise en oeuvre de cette politique. Avec les maires concernés, porteurs
d'un projet sur leurs territoires, les agents de l'Etat doivent travailler en partenariat (comme à
Argenteuil). Mais cette dimension partenariale peut masquer la subordination ou l'instrumentalisation
de l'Etat local (comme à Mantes-la-Jolie). A travers la mise en oeuvre des GPU, l'objectif est de
montrer que l'Etat ne peut plus mener seul des politiques, de façon volontariste. Il est contraint par
des régulations locales auxquelles ses agents tentent de s'adapter.
CDU
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS; CAISSE DES DEPOTS ET
CONSIGNATIONS. PARIS
Villes et quartiers : bilan et perspectives 1995-1997
Paris : Villes et quartiers, 1998.- 23 p., graph.
Le GIE Villes et quartiers formalise une collaboration entre la Caisse des dépôts et l'UNFOHLM,
tournée vers l'invention de réponses nouvelles aux enjeux sociaux, économiques et urbains des
quartiers d'habitat social.
DCN 43-891
Acteurs, modes d'engagement
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 18, mars 1998.- pp. 17-28, phot., bibliogr. (Revisiter les enjeux du DSU)
Analyse de diverses questions relatives au partenariat et à la participation des habitants, dans le
cadre du développement social urbain. Les compétences du chef de projet de développement ;
l'intérêt et les difficultés du partenariat ; la transformation des modes de participation des habitants ;
132
la participation des habitants à la gestion du budget participatif de la ville de Porto Alegre (Brésil) ;
une méthodologie de travail social basée sur le projet et l'action collective.
CDU
Les bailleurs sociaux et la politique de la ville
ENSEMBLES. LA LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 40, sept. 1998.- 8 p., phot.
Ce dossier fait le point sur le rôle des organismes HLM dans les politiques de réhabilitation des
quartiers en difficulté. Il précise les orientations du comité interministériel des villes du 30/06/1998. Il
donne un point de vue sur le partenariat entre les organismes HLM, l'Etat et les collectivités locales
(entretien avec G. Mercadal, délégué général de l'UNFOHLM). Il décrit enfin le poste d'agent de
sécurité crée par la SA HLM Est, dans le quartier des provinces, à Laxou (Lorraine).
CDU
Les nouvelles échelles de la gouvernance urbaine
POUVOIRS LOCAUX. C. DE LA DECENTRALISATION. (FRA). n° 37, juin 1998.- pp. 18-37
Les bilans pour le moins médiocres des politiques publiques en faveur de la ville devraient inciter les
pouvoirs publics à repenser en profondeur les frontières géographiques de leurs interventions. A travers
l'expérience des relations entre Etat et Région Nord-Pas-de-Calais depuis 1986, l'article suivant identifie
les obstacles au développement de ce partenariat fondé sur la « subsidiarité active » tout en soulignant,
au-delà des difficultés et des résistances, l'émergence d'une nouvelle culture de la subsidiarité en même
temps que d'une nouvelle «fonction de proximité ». Le troisième article analyse un corpus d'études
réalisées sur les charges de centralité depuis 1980, à la demande de l'Association des maires des
grandes villes de France (AMGVF), donc sur la grande ville-centre. Le quatrième répond à un précédent
article sur la nouvelle nomenclature en « aires urbaines » et sur la prétendue indépendance de l'INSEE
dans l'élaboration de ce nouveau concept.
EPC P1345; CDU
BERTHIER Laetitia
Les collectivités locales face au problème du logement
HABITAT. (FRA). hors série, juin 1999.- pp. 76-94, tabl., phot., bibliogr.
En raison de l'évolution des besoins, des prix et des marchés, les collectivités territoriales sont
amenées à participer au financement du logement, particulièrement dans le secteur social. En Ile-deFrance, la région, les départements et les communes ont développé des actions dans ce domaine,
mais la diversité des situations et des volontés politiques a conduit à un ensemble d'interventions très
varié. Les départements interviennent pour soutenir la production HLM, pour aider à la réhabilitation
du parc HLM ancien, pour aider les particuliers modestes à rénover leurs logements anciens, et pour
aider les opérateurs. La ville de Paris mène une politique volontariste en faveur de l'accession sociale
à la propriété. D'autres interventions concernent l'aide à la rénovation du parc privé communal dans
les communes rurales, l'aide aux copropriétés récentes, l'aide aux ménages défavorisés en
complément de l'intervention de l'Etat. La plupart des actions départementales restent très
dépendantes de l'Etat. Un tableau récapitule, par département, les domaines d'intervention et la
nature des aides départementales.
IA P.117bis; CDU
BLAISE Michel ; HEURGON Edith
La RATP, partenaire de la politique de la ville. in Regards sur la politique de la ville
C. DE L'IAURIF. (FRA). n° 123, 2e trim. 1999.- pp. 215-224, phot.
Entreprise de transport public, la RATP remplit une fonction d'intégration et d'insertion en rendant la
ville accessible à tous. Entreprise de service public, elle est sensible au risque de dégradation des
conditions de l'exercice de sa mission, lié à la montée du chômage et des exclusions. Partenaire des
pouvoirs publics et des collectivités locales, acteur de la vie urbaine, la RATP souhaite apporter sa
133
contribution à la création de nouveaux emplois pour les jeunes et au développement durable des
territoires urbains.
IA P.117; CDU
BRUNET Serge
TETRA ; VILLES ET QUARTIERS
Nouvelles méthodes d’amélioration du patrimoine. Synthèse transversale ; rapports
monographiques
Paris : GIE Villes et quartiers, 1999.- 88 p.
Lecture d’une approche renouvelée de la réhabilitation, plus globale, plus stratégique et plus soucieuse
des habitants. Cependant, ce processus de requalification des quartiers et de revalorisation de la vie des
habitants n’implique pas que la réhabilitation en soit la traduction. Quant aux « nouvelles » méthodes, il
ne s’agit pas d’innovation mais de rénovation de savoir-faire. Le processus d’amélioration du patrimoine
témoigne d’une approche stratégique, concertée et participative, d’une vision dynamique de la
reconquête.
CDU
FEDERATION NATIONALE DES SOCIETES ANONYMES ET FONDATIONS D'HLM
Quartiers en devenir
Paris : FNSAHLM, 1999.- 93 p., phot. (réflexions et propositions de la Fédération nationale des SA et
Fondations d'HLM pour une stratégie opérationnelle de requalification urbaine et sociale)
En France, de nombreux quartiers sont marqués par une dérive à la fois sociale et urbaine. Les
expériences et les réussites locales indiquent les efforts effectués dans ce domaine. Cependant, les
sociétés anonymes d'HLM, qui s'inquiètent de la tendance lourde à la spécialisation de ces quartiers,
souhaitent développer d'autres perspectives pour ces territoires et appellent au partenariat entre
sociétés d'HLM et pouvoirs publics. Cet ouvrage présente le rapport d'orientation de l'assemblée
générale de la Fédération des sociétés anonymes et fondations d'HLM de mai 1999 où se mêlent les
principales interventions de la table ronde organisée à l'occasion de cette manifestation.
CDU 51538
OFFNER Jean-Marc
AGENCE D'URBANISME DE L'AGGLOMERATION BORDELAISE. BORDEAUX
La gouvernance urbaine. in Les débats sur la ville 2
Bordeaux : Ed. Confluences - Agence d'urbanisme, 1999.- pp. 229-243
La notion de gouvernance est destinée à mieux comprendre les mutations de l'action publique locale
en France. L'auteur offre dans une première partie des indications pour comprendre ce qu'est la
gouvernance, avant d'en commenter une définition. Il s'intéresse ensuite à des exemples de
procédures comme le partenariat entre le public et le privé, et l'évaluation a posteriori des suivis et
exemples de politiques axées sur la notion de gouvernance : la politique de la ville et celle des
réseaux de villes. Cette retranscription de l'intervention de l'auteur pendant le colloque est suivie de
questions-réponses entre l'auteur et l'auditoire.
CDU 50692
VOLDMAN Danièle
Sur les « crises » urbaines. in Villes en crise ?
Paris : Presses de sciences po, 1999.- pp. 5-10, notes (XXe siècle. Revue d'histoire, n° 64, oct.-déc.
1999)
Constatant que le terme de « crise » appliqué à la ville ou à l'urbain est un terme récurrent depuis le
début du siècle, l'auteur, dans cet article d'introduction générale à l'ensemble des articles de la revue,
s'interroge sur cette notion pour observer qu'elle désigne forcément des phénomènes différents liés à
l'évolution des villes : crise de la croissance des villes mal aménagées dans les années 1910-20, crise
des logements défectueux, crise due à la guerre et à ses destructions, crise du logement lors de la
134
reconstruction et de l'expansion, crise liée au choc pétrolier, révolte des usagers, crise des banlieues
et des grands ensembles. Si le mot « crise » dans son utilisation témoigne de la variété des
problèmes, l'observation de ceux qui l'utilisent montre l'évolution des acteurs : monde politique,
techniciens de l'urbain (urbanistes, hygiénistes, architectes, fonctionnaires municipaux), travailleurs
sociaux, associations d'usagers ou de mal-logés, et enfin l'opinion publique. Outre l'émergence de
ces acteurs, il est également possible d'observer les évolutions des interventions publiques et des
politiques urbaines.
CDU 51369
Congrès HLM de Nantes du 16 au 19 juin 1999 : « Construisons ensemble l'avenir du logement
social »
ACTUALITES HLM. (FRA). n° 662, 15 juill. 1999.- pp. 3-57, phot.
Les enjeux de la politique de la ville ; la place et le rôle des associations dans le logement social ; les
partenaires sociaux et le logement social dans la société française ; les partenaires économiques et
financiers du logement social.
IA P.62; CDU
AMZERT Malika (dir.)
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Du cadre de vie à l'espace public. Les paradoxes des jeux de l'échange entre associations
d'habitants et élus locaux. CIL/UCIL dans l'agglomération lyonnaise
Paris-La Défense : MELT, 2000.- 2 vol., 338 p., + pag. mult., fig., bibliogr.
Ce rapport est le fruit d'un travail de recherche dont l'objectif était d'analyser la mesure de
l'implication de la société lyonnaise dans la définition et la réalisation des politiques urbaines destinées
à améliorer la qualité du cadre de vie des habitants. Les chercheurs ont choisi de centrer leurs
recherches sur les comités d'intérêt locaux (CIL). Ces associations d'habitants sont fondées sur la
base d'un sentiment d'appartenance à un même territoire, dont les préoccupations sont fortement
liées à l'amélioration du cadre de vie. Après une présentation du système associatif et de son ancrage
territorial, le rapport s'intéresse à la dynamique du système en tant qu'interlocuteur dans le processus
de définition des politiques urbaines. Enfin, les modes d'action du système associatif font l'objet d'une
troisième partie. Le second volume est un volume d'annexes composé de quatre monographies.
CDU 51692(1-2); PU 2426(1-2)
CHADOIN Olivier ; GODIER Patrice ; TAPIE Guy
Du politique à l’œuvre : Bilbao, Bordeaux, Bercy, San Sebastiàn. Systèmes et acteurs des
grands projets urbains et architecturaux
La Tour d’Aigues : Ed. de l’Aube, 2000.- 237 p., bibliogr.
De nombreuses villes européennes ont entrepris de transformer leurs territoires, et leurs images, par
d’ambitieux projets urbains et architecturaux : musées, bibliothèques, rénovations de quartier,
développement d’infrastructures (métro, tramway) sont conçus comme des investissements
stratégiques et des signes d’une vitalité retrouvée. Si la médiatisation de tels projets (expositions,
débats, presse grand public et professionnelle) informe usagers et citoyens, on méconnaît
fréquemment la manière dont ils ont pu être pensés, conçus, fabriqués. Décisions politiques,
signatures prestigieuses d’architectes, sophistication des procédures de travail et de contrôle,
mobilisation successive de nombreux acteurs politiques et techniques, négociations et polémiques
oeuvrent ensemble pour réaliser les futurs emblèmes des villes. Qui sont les acteurs qui participent à
l’élaboration de ces grands projets ? Comment coopèrent-ils dans le temps et gèrent-ils leurs
divergences de vues ? Quelles convergences y a-t-il entre des pays aux traditions différentes
(Espagne, France) dans ces manières de concevoir le renouveau des villes ? Autant de questions
auxquelles répondent les enquêtes et analyses présentées dans ce livre à travers quatre études de
135
cas : le projet urbain de Bilbao et l’aménagement de Paris-Bercy ; la construction du centre culturel à
Kursaal à San Sebastiàn et du tribunal de grande instance de Bordeaux.
CDU 52186
GINER Catherine
Comment une entreprise du BTP se dote d'un service « politique de la ville ». in Tout n'est pas
économique. Des entreprises qui construisent leur performance
La Tour d'Aigues : Ed. de l'aube, 2000.- pp. 89-99 (coll. Société et territoire, série Prospective du
présent)
SAE est une entreprise du secteur du bâtiment et des travaux publics qui fonctionne comme une
fédération de PME locales. Son objectif est d'être au plus près du terrain afin d'entretenir et de
développer son réseau relationnel local. Cet article étudie les raisons qui l'ont amené à développer
une démarche sociale et urbaine spécifique autour de laquelle elle construit des marchés. Il étudie
également l'élargissement de l'offre de services à partir de cette démarche sociale et la collaboration
avec des acteurs locaux qui lui sont supérieurs. Il montre enfin comment le développement d'une
« politique de la ville » dans une entreprise, en l'occurrence centrée sur l'insertion, est considéré
comme une production d'un service à forte valeur ajoutée.
CDU 51172; IA 41355
MOUTERDE CONSULTANTS ; BERNARD BRUNHES CONSULTANTS ; ASSEMBLEE
DES DEPARTEMENTS DE FRANCE ; CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS
Etude sur l’implication des Conseils généraux dans le fait urbain. Rapport de synthèse
Paris : ADF, 2000.- 113 p.
Sommaire : Etat des lieux (données de cadrage et clarifications préalables ; implication des Conseils
généraux dans le fait urbain à travers leurs principales compétences sectorielles, à travers des
dispositifs spécifiques ; la perception de l’action des Conseils généraux par les acteurs urbains) ;
Analyse (approche stratégique, approche opérationnelle, approche budgétaire du fait urbain par les
Conseils généraux ; essai de typologie des modes d’implication des Conseils généraux dans le fait
urbain) ; Synthèse : diversité et convergence (grande diversité des départements français au regard du
fait urbain, mais de fortes convergences apparaissent) ; Recommandations (conception, mise en œuvre,
suivi et évaluation de la politique urbaine du Conseil général).
CDU 52967
Habitants / bailleurs : côte à côte ou face à face ?
HABITAT ET SOCIETE. (FRA). n° 17, mars 2000.- pp. 32-71, phot.
Les différents articles font le point des réflexions en cours, sur les relations entre les gestionnaires
sociaux et les habitants, avant le débat sur le projet de loi relatif à la solidarité et au renouvellement
urbain qui comporte des dispositions importantes sur les modalités de la concertation dans le parc
locatif social. Les cinq organisations nationales de locataires donnent leur point de vue sur l'évolution
de leur rôle et de leur place aux côtés des organismes HLM. Les pratiques de terrain associant
bailleurs et locataires montrent de réelles avancées dans la prise en compte respective des intérêts de
chacun.
IA P.193
136
3. DES CONTRATS
POUR PILOTER LES OPERATIONS COMPLEXES
3.1. CONTRACTUALISATION ET TERRITORIALISATION
DE L’ACTION PUBLIQUE
FONDATION POUR LA RECHERCHE SOCIALE. PARIS ; DIRECTION DE LA CONSTRUCTION;
DIRECTION DE LA CONSTRUCTION
Les contrats-familles. Première évaluation
Paris : FORS, 1986.- 137 p. (réalisée conjointement avec ACADIE)
Les contrats-familles sont une expérimentation originale qui se greffe généralement sur des procédures
préexistantes (OPAH, HVS, RHI). Ils engagent les collectivités locales à mener un certain nombre
d'actions dans les domaines de l'urbanisme et de l'action sociale en vue de favoriser l'accueil et
l'amélioration des conditions de vie des familles, tout en encourageant une forte participation des
habitants à l'élaboration et à la mise en place des propositions. Quatre ans après la mise en place des
premiers contrats, ce rapport réalise une première évaluation et analyse les éléments essentiels qui
caractérisent cette démarche. Il dégage les points positifs et cerne les principaux obstacles qui peuvent
freiner son développement.
DC E86-58; CDU 17566
DONZELOT Jacques ; MEVEL Catherine ; OBLET Thierry
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
La dimension contractuelle des nouvelles politiques urbaines. Le cas des opérations de
développement social des quartiers en PACA et Midi-Pyrénées
Bédoin : Centre d'études des politiques sociales, 1988.- 131 p.
Ce rapport présente des éléments pour une évaluation de la procédure DSQ sur les régions PACA et
Midi-Pyrénées. Il met en avant le poids des conditions géographiques et politiques dans la mise en
oeuvre de la procédure. Les auteurs analysent également le rôle de décideur du Conseil régional entre
l'Etat et les villes, les effets de l'alternance et les risques de désengagement, le jeu politique local pour le
devenir des opérations.
PU 1563
LEVY François ; LENOIR Noëlle ; GUIGNARD-HAMON Claire ; SMADJA Nicole
FRANCE. COMMISSARIAT GENERAL DU PLAN D'EQUIPEMENT ET DE LA PRODUCTIVITE. PARIS
Bilan/perspectives des contrats de plan de développement social des quartiers
Paris : La Documentation française, 1989.- 275 p., tabl.
Bilan de la politique de DSQ ; souhait de la voir prendre place dans les contrats de plan de la deuxième
génération ; propositions précises pour améliorer le dispositif.
CDU 21055; CTA. 9423
La ville, mode d'emploi
ACTUALITES HLM. (FRA). n° spécial, suppl. au n° 426, sept. 1989.- 32 p., phot., tabl.
On énumère dans ce numéro les différentes procédures mises en place par le Comité interministériel des
villes dans le cadre du développement social urbain : convention de développement social des quartiers,
élaboration des programmes, financement des opérations auxquelles peuvent participer les organismes
HLM.
CDU
CAIN Pierre ; MALLARD Jacques ; PIERRET Christian ; BERTHIER Marie-Pierre
137
Vivre et aménager la ville
POUVOIRS LOCAUX. C. DE LA DECENTRALISATION. (FRA). n° 6, oct.1990.- pp. 66-86
Communications sur : l'analyse des conditions d'une relance des « moyens » de l'aménagement ; analyse
des plans d'aménagement d'ensemble (PAE), procédure originale et encore méconnue ; les objectifs des
contrats de ville initiés par l'Etat, une approche nouvelle du développement local.
CDU
L’accord-cadre dans les faits. Accords Etat/office d'HLM de la communauté urbaine de Lille :
pour mieux vivre la ville
ACTUALITES HLM. (FRA). n° 437, 28 fév. 1990.- pp. 10-13, phot.
L'accord-cadre Etat-HLM de juin 1989 a permis d'entamer des procédures de réhabilitation des
logements, de suivi des familles en difficulté et de programmation de construction neuve au niveau local.
Présentation de la démarche suivie par l'Office HLM de Lille, premier accord local conclu dans le cadre
national.
CDU
Constat et éléments de diagnostic sur le logement dans l'agglomération toulousaine
Toulouse : Préfecture, 1990.- 32 p., graph. (Groupe de travail n° 1 Politique sociale du logement)
Cette synthèse des informations disponibles sur la situation du logement dans
l'agglomération toulousaine doit permettre de dresser un diagnostic commun entre les
partenaires (DDE, AUAT, ARIM, Pact-ARIM, CIEU...) et d'ouvrir la discussion sur les objectifs
prioritaires que l'Etat et les collectivités locales assignent au contrat de ville dans ce domaine.
D31 1026
DISTRICT URBAIN DU PAYS DE MONTBELIARD
Projet de développement social et urbain du pays de Montbéliard. Convention ville-habitat
Montbéliard : District urbain du pays de Montbéliard, 1991.- 68 p.
Présentation de la convention ville-habitat pour le développement social et urbain du pays de
Montbéliard. La première partie est un diagnostic : il est fait état des conséquences sociales de la
structure et de l'évolution du marché de l'emploi, puis des conséquences de l'évolution démographique et
de l'évolution urbaine sur la ségrégation sociale et spatiale. La deuxième partie fixe les objectifs de la
convention : le développement urbain, une politique de formation, une politique de l'habitat et des
programmes d'actions (OPAH), acquisition-amélioration, projet de développement social urbain (DSU) et
une politique d'intégration. La troisième partie liste les partenaires signataires de la convention.
CDU 26204
BLANC Maurice (éd.)
Pour une sociologie de la transaction sociale
Paris : L'Harmattan, 1992.- 291 p., bibliogr. (coll. Logiques sociales. Actes du colloque de l'Assoc. inter.
de sociologues de langue française (AISLF) et du LASTES de l'Univ. de Nancy II. 23-24 nov. 1989)
Essai sur la transaction sociale, la négociation et le compromis. Il s'agit aussi d'un bilan critique des
problématiques et des théories de la sociologie française actuelle. Après analyse du concept de
transaction dans les sciences sociales, il est traité des fondements de la transaction sociale puis des
domaines d'application du concept tels que la réhabilitation, les politiques culturelles et la reconversion
industrielle.
CDU 25849
JEANNERET Josée ; JEANNOT Gilles
AMENAGEMENT SOCIETES TERRITOIRES. LYON; CENTRE D'ETUDE ET DE RECHERCHE DE
L'INSTITUT D'ETUDES POLITIQUES DE LYON. LYON ; DELEGATION A LA RECHERCHE ET A
L'INNOVATION; FRANCE. EQUIPEMENT LOGEMENT AMENAGEMENT DU TERRITOIRE
TRANSPORTS (MIN.)
Les passages obligés de la médiation. Les acteurs techniques territorialisés dans l'oeil du
politique
Paris : juin 1992.- 164 p., bibliogr.
138
A partir d'enquêtes sur les départements du Rhône, Doubs, Haute-Saône, Haut-Rhin et Bas-Rhin,
auprès de responsables techniques de villes, de politiques (maires, conseillers généraux) et
d'administratifs (DDE), les auteurs analysent le sens que ces acteurs donnent à leur pratique
professionnelle, la façon dont les acteurs techniques instrumentent leurs systèmes de relation et leurs
milieux d'action. Les thèmes d'enquête : le territoire de compétence, la mission de service public, le
service à la population, le métier et des qualifications, le savoir-faire, les finalités et la légitimité de
l'action.
CDU 27472; DRI 182
MEJEAN Philippe
Des politiques publiques contractuelles
INFORMATIONS SOCIALES. (FRA). n° 19, avr. 1992.- pp. 36-43 (Dossier : Les contrats aujourd'hui)
Analyse du foisonnement des politiques contractuelles locales depuis 1970. Trois périodes sont étudiées
: 1. le VIe Plan avec les programmes de modernisation et d'équipement ; 2. la décentralisation avec les
contrats de développement social urbain, les DSQ, les contrats d'agglomération, contrat famille, contrat
action prévention, etc. 3. le Xe Plan et la politique de la ville avec les contrats territoriaux, les
conventions de quartier et les conventions ville-habitat.
CDU
PERALDI Michel
CENTRE D'ETUDES DE RECHERCHES ET DE FORMATION INSTITUTIONNELLES DU SUD-EST. AIXEN-PROVENCE ; DELEGATION A LA RECHERCHE ET A L'INNOVATION
Territoires urbains et action administrative. Rapport d'activité 1991-1992
Marseille : CERFISE, mai 1992.- 119 p., bibliogr.
Rapport en deux parties : 1. des textes sur la question du « gouvernement urbain » et de l'action
administrative (confrontation politiques urbaines et politiques sociales) ; 2. deux textes sur le thème
« familles et habitat », les modes de peuplement des cités HLM (en collaboration avec la CNAF et
l'INED).
CDU 26629; DRI 166
Trente ans d'administration de la ville, 3 ans de politique de la ville
C. DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE L'ADMINISTRATION. (FRA). n° 103, juin 1992.- pp. 4-11, tabl.
Dossier sur la politique de la ville et sur l'organisation administrative de la gestion des quartiers
d'habitat social. Les efforts faits pour améliorer les actions de développement social urbain et les
institutions qui ont en charge cette politique (ministère, conseil national, Comité interministériel de la
ville, etc.). Les accords entre l'Etat et les collectivités locales : DSQ, convention de quartier, contrat de
ville, convention ville-habitat, etc. Les moyens financiers expliqués et décrits dans un tableau
récapitulatif. Une interview de M. Delarue, Délégué interministériel à la ville ; les mesures proposées par
M. Tapie pour les quartiers défavorisés.
CDU
BEHAR Daniel ; ESTEBE Philippe ; BEGAG Azouz
Le contrat de ville : concepts et méthodes
Paris : ENPC, 1993.- 7 notes dactylogr. (stage de formation continue, 3-4 nov. 1993)
Communications sur : du DSU au contrat de ville, enjeux et méthode ; les villes entre compétition et
fragmentation ; la révolte des lascars contre l'oubli à Vaulx-en-Velin ; le monde caché de la mobilité des
populations urbaines ; les « taxi-fraudes » ; réapprendre à flâner ; droit et citoyenneté ; réhabilitation et
peuplement.
EPC FC1802
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Le contrat de ville. Extrait du Comité interministériel sur la ville du 29 juillet 1993
La Plaine-St-Denis : DIV, 1993.- 4 fasc.
Dossier consacré au contrat de ville. Rappel des objectifs du partenariat Etat-collectivités locales pour le
traitement des quartiers en difficultés ; mémento pour la réalisation du volet déplacement (diagnostic,
139
solutions, moyens) dans un contrat de ville. Numéro de la revue « Ensembles » relatif aux opérations
menées dans ces quartiers dans le cadre de la politique de la ville.
CDU 31790
DIRECTION DE LA CONSTRUCTION
Guide de la programmation des aides au logement : les enjeux, la démarche
Paris : Min. Logement, 1990-93.- 289 p., tabl., graph. + 108 p., tabl. (l'exemplaire de la DRE est
complété par « La programmation du logement des étudiants. Guide pour l'analyse locale »)
Guide sur la programmation des aides au logement, acte essentiel par lequel l'Etat met en oeuvre sa
politique de l'habitat au niveau local. Etat des pratiques ; références et outils. Trois thèmes : l'exercice
de la programmation, une méthode d'analyse qualitative des projets d'habitat neuf aidé, une aide au
montage des opérations de réhabilitation d'habitat social à l'usage des DDE.
CDU 28837; DRE 7550
ILE-DE-FRANCE (PREFECTURE). MISSION VILLE. PARIS ; ILE-DE-FRANCE (REGION).
EQUIPEMENT (DIRECTION REGIONALE). URBANISME OPERATIONNEL ET LOGEMENT (DIVISION).
PARIS
Liste des sites contrats de ville
Paris : Mission Ville, 1993.- non pag., tabl.
Cette liste, qui tient compte des décisions prises au Comité interministériel des villes du 29 juillet 1993,
présente les sites contrats de ville par département avec indication, pour chacun, des communes
concernées. Les quartiers ayant fait l'objet d'une procédure « politique de la ville » au Xe Plan sont cités
(DSQ ou DSU selon le type de convention). Figurent aussi d'autres quartiers répertoriés comme « en
difficulté » ou signalés par les sous-préfets de ville.
DRE T.1989
JOBERT Bruno ; DAMAMME Dominique
CENTRE COMPARATIF D'ETUDES DES POLITIQUES PUBLIQUES ET DES ESPACES LOCAUX.
MONTPELLIER
Les administrations centrales face à la politique de la ville
Montpellier : Faculté de droit, 1993.- 70 p. (réalisé pour le Comité d'évaluation de la politique de la ville)
Ce rapport traite de la coordination interministérielle entre les administrations centrales, dans le cadre
de la politique de la ville. A partir d'entretiens menés auprès des directions ministérielles et au sein de la
DIV, il tente d'interpréter la façon dont cette coordination est perçue par les différents acteurs. Après un
rappel de la genèse de la politique de la ville, le rapport analyse les évaluations globales portées sur la
pratique interministérielle. Il examine ensuite les diverses réponses de l'Etat central à cette politique, en
prenant en considération les différents secteurs ou blocs administratifs.
CDU 37286
LE CAROUR Sandrine
La contractualisation et l'avenir de l'habitat social : l'exemple du DSQ du quai de Rohan à
Lorient
Reims : IATEUR, 1993.- 170 p., bibliogr., ann. (mémoire de DESS urbanisme aménagement
environnement, ss la dir. de F. Toublan)
Le droit au logement, à l'habitat, plus récemment à la ville, reste en France comme ailleurs à conquérir.
Pourtant, nul doute que dans une société devenue majoritairement urbaine, l'avenir de l'habitat social se
révèle l'enjeu politique essentiel de notre devenir. Les multiples interventions des différents
gouvernements depuis plus de 15 ans en témoignent. Cependant l'arsenal procédural institué au fil des
ans ayant montré certaines limites, il a été décidé pour le XIe contrat de plan Etat-région d'y substituer
un outil unique : le contrat de ville version 1994. Mais cette refonte du mode contractuel, établie par le
nouveau contrat de ville, permettra-t-elle d'opérer les nécessaires changements dans les manières d'agir
et de penser, pour mettre fin aux incohérences actuelles, au déséquilibre territorial et au déficit
démocratique d'ensemble ?
ITR 4172IA
MAKOWSKI Gérard ; ADALPHE Laurence ; TAIEB Guy
ATELIER D'ETUDES SUR L'ENVIRONNEMENT. PARIS; RESEAUX REFLEX
140
Le programme local de l'habitat. Guide à l'intention des Directions départementales de
l'Equipement
Paris : Dir. de la construction, 1993.- 120 p., bibliogr., graph. (réalisé ss la dir. de F. Delarue et C.
Domecq)
Guide méthodologique sur les programmes locaux de l'habitat (PLH) tels qu'ils sont définis dans la loi
d'orientation pour la ville (LOV). Ils doivent permettre l'émergence de véritables politiques locales de
l'habitat articulées avec la planification urbaine, et contribuer à la mise en oeuvre du droit à la ville. Le
PLH est présenté dans ce qu'il a de nouveau par rapport à ses définitions et pratiques antérieures. Les
trois temps de la mise en oeuvre du PLH par les services extérieurs de l'Etat sont décrits : 1. l'expertise et
la définition des priorités stratégiques ; 2. le porter à connaissance et l'affirmation des objectifs de l'Etat ;
3. le partenariat et la contractualisation des engagements de l'Etat. La seconde partie de l'ouvrage se
compose d'une « boite à outils » qui propose des éléments de méthodologie.
CDU 27631; DCN 43-779
Les contrats de ville du XIe Plan
ENSEMBLES. (FRA). suppl. n° 1, fév. 1993.- 6 p., tabl., graph.
Le cahier rend compte de l'évolution de la contractualisation en matière urbaine, abordant les relations
avec les précédents contrats, les objectifs des nouveaux contrats, leur géographie, les dispositifs et les
étapes de leur mise en place.
IA T.6172(1); CDU
FERRE Antoine ; HLUSZKO Catherine
FEDERATION NATIONALE DES ASSOCIATIONS REGIONALES D'ORGANISMES HLM. PARIS
Politiques locales de l'habitat, organismes HLM et collectivités territoriales. Colloque du 8
novembre 1994, Paris ; actes
Paris : Fédération nationale des associations régionales d'organismes HLM, 1994.- 60 p.
Actes du colloque du 8 novembre 1994 sur les politiques locales de l'habitat. Le premier atelier est
consacré à la contractualisation locale, et en particulier aux accords contractuels qui peuvent unir
organismes HLM et collectivités locales. Le deuxième atelier concerne cinq expériences menées dans
différentes villes de France : elles montrent le décloisonnement qui s'opère entre organismes et
institutions, les logiques territoriales faisant place aux logiques de gestion sociale. Le troisième atelier,
sur le thème logement et insertion des personnes défavorisées, a été l'occasion de présenter des
expériences concernant ce sujet.
CDU 31273
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE L'OUEST. NANTES ; DELEGATION
INTERMINISTERIELLE A LA VILLE; PAYS DE LA LOIRE (PREFECTURE). SECRETARIAT GENERAL
POUR LES AFFAIRES REGIONALES. NANTES
Les services publics de l'emploi et les quartiers prioritaires des sept contrats de ville de la
Région des Pays-de-la-Loire
Nantes : CETE de l'Ouest, 1995.- 83 p., ill., tabl.
A partir d'une série d'entretiens semi-directifs, cette synthèse vise à montrer les différentes démarches
des services publics de l'emploi dans les quartiers prioritaires des sept contrats de ville de la région.
L'accès de ces services est également étudié, ainsi que leur mode d'organisation territoriale et de
fonctionnement, les actions d'insertion menées en direction des quartiers et le partenariat mis en place
autour des équipes DSU et PLIE.
CTN U3; CTN 6224; CDU 34330
DUARTE Paulette ; NOVARINA Gilles
La contractualisation dans la politique de la ville. Réagencement des pouvoirs et confrontation
des modes d'action publique. Deux études de cas : Chambéry et Valence
Grenoble : CRESSON, 1995.- 70 p., ann., bibliogr. (rapport de recherche pour le PIR-Villes ; programme
de recherche « Gouvernement urbain »)
L'histoire des politiques urbaines de 1945 à nos jours de deux villes moyennes de la Région RhôneAlpes : Chambéry et Valence. Comparaison des différentes politiques contractuelles menées dans le
domaine de l'urbanisme et de l'aménagement urbain : mise en perspective des politiques du cadre de vie
des années 70 (contrat « ville moyenne » et OPAH notamment) et des politiques de DSU développées
141
depuis le début des années 80 avec les conventions de DSQ puis les contrats de ville. Comparaisons :
pour chaque ville entre les différentes politiques contractuelles, puis entre les villes afin de dégager
ressemblances et divergences.
IUG B 2718
FEVRE Isabelle
Le contrat de ville du XIe Plan. Les tâtonnements de la mise en place : l'exemple de
l'agglomération bordelaise
Bordeaux : 1995.- 80 p. + ann., bibliogr. (mémoire de DESS urbanisme opérationnel. Institut
d'aménagement, Univ. Bordeaux III, ss la dir. de J. Marieu)
Avec les contrats de ville du XIe Plan, lancés en 1993 par la Délégation interministérielle à la ville (DIV)
et le Ministère de la Ville, il s’agissait de regrouper en une seule toutes les procédures contractuelles
existantes. Mener une analyse critique sur le contrat de ville relève d'un triple intérêt : 1. Faire le point
sur la politique de la ville ; 2. revenir sur le caractère « territorialisé » et sur la nature même de l'outil mis
en place ; 3. s'intéresser à la capacité de la politique de la ville à s'interroger sur le fonctionnement de
l'action publique. Afin de répondre à ces questions, la réflexion s'organise autour de trois axes : qu'est-ce
que le contrat de ville ? ; le contrat de ville à l'épreuve du terrain (l'exemple de l'agglomération
bordelaise) ; enfin les recadrages de la politique de la ville, ou comment Etat et acteurs locaux s'adaptent
aux difficultés rencontrées, se positionnent au sein de cette politique nationale territorialisée et cherchent
à en optimiser le fonctionnement.
IAB DES72
MAURY Yann
La négociation des contrats de ville. Le cas du Languedoc-Roussillon (XIe Plan)
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 68-69, déc. 1995.- pp. 43-57 (Politiques de la
ville. Recherche de terrains)
En Languedoc-Roussillon, la discrimination positive en faveur des exclus se heurtent aux politiques
d'image des municipalités qui cherchent à attirer des entreprises. Les services de l'Etat poussent, de leur
côté, à la technicisation des politiques sociales. Les associations, trop instables, se trouvent à l'écart des
processus de décision, le contrat de ville demeure cependant un instrument privilégié de négociation
entre les protagonistes.
CDU
Contrats de plan Etat-régions 1994-1998
Paris : Ed. du Moniteur, 1995.- 114 p., tabl.
Les opérations ayant un impact sur l'aménagement du cadre de vie et devant être engagées avant la fin
de l'année 1998 sont décrites, ligne par ligne, région par région. Les points forts sont les transports, la
politique de la ville, l'enseignement supérieur et le développement économique.
IA 36065; DRE 7734
La politique de la ville et du développement social urbain
ENSEMBLES. LES CAHIERS. (FRA). n° 5, juin 1995.- 16 p.
Ce document présente l'organisation de la politique de la ville et du développement social urbain. Il traite
des modes d'intervention de l'Etat (contrats de ville, grands projets urbains et autres procédures
contractuelles), du programme d'action pour l'habitat, l'emploi, les services publics et la prévention de la
délinquance. Il présente les dispositifs institutionnels et les moyens financiers consacrés à la politique
de la ville.
CDU; IA T6172(5)
BACHELET Frank ; RANGEON François
La politique de la ville ou les difficultés de l'interministérialité locale
POLITIQUES ET MANAGEMENT PUBLIC. (FRA). vol. 14, n° 3, sept. 1996.- pp. 1-9
Située au carrefour des différents dispositifs de lutte contre l'exclusion, la politique de la ville constitue un
excellent révélateur de mutations de l'administration déconcentrée. Elle permet de tester la réalité de
l'interministérialité locale, mais on peut se demander si cette dernière ne favorise pas une progressive
recomposition des services de l'Etat.
EPC P1294; CDU
142
CENTRE COMPARATIF D'ETUDES DES POLITIQUES PUBLIQUES ET DES ESPACES LOCAUX.
MONTPELLIER
La négociation des politiques contractuelles. Textes réunis et présentés par Jean-Pierre Gaudin
Paris : L'Harmattan, 1996.- 227 p., bibliogr. (coll. Logiques politiques)
Les deux premiers articles sont respectivement consacrés à une évaluation de l'état actuel de la
négociation des politiques contractuelles en France, et à un commentaire des diverses approches
théoriques de la négociation dans le domaine politique. Les autres textes sont consacrés à des thèmes
particuliers : la négociation des contrats de ville, à travers l'exemple du Languedoc-Roussillon pour le XIe
Plan ; la constitution progressive des politiques publiques d'environnement, du militantisme à la notion
d'écologie urbaine ; l'entrée de l'enseignement supérieur dans les contrats de plan Etat-régions et ses
conséquences en matière de mise en réseau de la décision universitaire ; l'émergence de la
contractualisation dans les politiques publiques de télécommunication en Europe du sud (France,
Espagne et Italie).
CDU 33657
ESTEBE Philippe ; KIRSZBAUM T.
ACADIE. PARIS ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
L’intercommunalité entre optimum territorial et pouvoir local. Lecture de la littérature récente
Paris : ACADIE, 1996.- 60 p.
Les évolutions locales et nationales des conceptions et des jugements sur l'état actuel et les
perspectives de l'intercommunalité en milieu urbain sont abordées au travers d'une analyse
bibliographique. Le débat sur l'intercommunalité englobe trois registres : celui du territoire lui-même, la
question de l'intercommunalité étant tiraillée entre la permanence du découpage politique des communes
et la recherche de territoires pertinents ; le registre institutionnel : la question de l'intercommunalité est
prise dans une opposition entre des structures supracommunales et une volonté de concurrence au sein
des grandes villes ; un registre opérationnel : pour certains, la décentralisation a confirmé la suprématie
du député-maire de grande ville, pour d'autres, des systèmes de gouvernance apparaissent sans que tel
acteur public ou privé n'exerce une position dominante. La pratique observée dans les quatre
agglomérations étudiées et certains travaux récents permettent de nuancer ce régime d'oppositions : les
échelles varient considérablement selon les problèmes posés, il faut donc développer des capacités
d'alliance entre collectivités de différents niveaux afin d'ajuster l'intervention publique aux échelles
décrites par les phénomènes ; il n'y a pas nécessairement d'opposition dans la durée entre le
morcellement communal et l'existence d'un pouvoir global d'agglomération ; l'opposition entre
gouvernance et gouvernement peut se résoudre par l'apparition de formes de gouvernance politique dans
lesquelles les élus et les représentants de l'Etat jouent un rôle central.
PU 2234; CDU 34072; IAB 4097
Contrats et pratiques contractuelles : approches pluridisciplinaires
SOCIOLOGIE DU TRAVAIL. (FRA). tome XXXVIII, n° 4, oct.-déc. 1996.- pp. 433-620, bibliogr.
Les études sont structurées autour de trois thèmes au sein desquels sont déclinées différentes approches
disciplinaires : la diversité des contrats ; contrat et confiance ; le contrat, instrument d'action publique.
Deux notes critiques traitent de l'approche conventionnaliste.
IA P.374; CDU
BILLET Jean
Le suivi et la réalisation des contrat de plan dans le cadre de la planification
JO. AVIS ET RAPPORTS DU CES. (FRA). n° 10, 9 juin 1997.- 162 p., tabl., bibliogr., ann.
L'analyse des modalités d'organisation de la planification régionale et des contrats de plan Etat-région
permet de mettre en évidence des problèmes qui tiennent à la répartition des compétences, au respect des
engagements contractés et au manque de concertation préalable à la définition des objectifs et des
programmations, d'une part, au défaut de cohérence entre des procédures qui ont évolué
indépendamment les unes des autres et qui se sont multipliées, d'autre part. Ces problèmes tiennent
aussi à une efficacité difficile à apprécier dans le contexte économique et social évolutif de notre époque.
Le Conseil économique et social propose de clarifier la définition de la contractualisation par rapport à
la planification, d'aménager le processus de contractualisation, de définir le rôle de chacun des
143
partenaires de la contractualisation, de clarifier les compétences et d'intégrer la contractualisation dans
une dynamique prospective de la politique économique et de l'organisation des territoires.
IA P.219
MARCOU Gérard (dir.) ; RANGEON François (dir.) ; THIEBAULT Jean-Louis (dir.)
PROGRAMME INTERDISCIPLINAIRE DE RECHERCHES SUR LES VILLES. PARIS
La coopération contractuelle et le gouvernement des villes
Paris : L'Harmattan, 1997.- 428 p., bibliogr. (coll. Logiques juridiques. Contributions issues du projet de
recherche « Négociations et obligations dans le gouvernement des villes »)
Après une analyse des aspects juridiques de la coopération contractuelle, l'ouvrage décrit les
implications de ce nouveau mode d'administration publique en matière de gouvernement des villes et au
niveau des relations entre acteurs locaux. Les thèmes suivants sont abordés : le rôle et les limites de la
contractualisation dans l'élaboration des politiques publiques ; l'exemple des contrats de ville en
Picardie ; les paradoxes des procédures et des mécanismes administratifs de la contractualisation ; la
négociation dans la politique de la ville ; l'approche de l'action locale et de la politique de la ville en
termes de « réseaux » ; l'impact de la contractualisation en matière de démocratie locale. Enfin, une
dernière partie décrit en détail la contractualisation dans quatre pays européens : la Belgique, l'Italie, les
Pays-Bas et le Royaume-Uni.
CDU 36445
Etat récapitulatif de l'effort financier consacré à la politique des villes et au développement
social urbain. Application de l'article 115 de la loi de finances pour 1990
Paris : Imprimerie nationale, 1997.- 99 p., tabl., cartes
Rapport destiné au Parlement, « relatif au montant et à l'utilisation de l'ensemble des crédits consacrés
à la politique des villes et du développement social urbain ». Le premier chapitre récapitule les différentes
composantes de l'effort financier consenti en 1995, en 1996 et prévu en 1997 à l'appui de cette politique,
par l'Etat et ses principaux partenaires. Le deuxième présente les autres concours financiers
pluriannuels mobilisés par les régions, les départements, les communes, le fonds d'action sociale, la
Caisse des dépôts et les fonds européens. Le troisième chapitre porte sur le cadre contractuel de la
politique de la ville : contrats de ville, programmes d'aménagement concerté du territoire, conventions de
sortie des opérations de quartier du Xe Plan, grands projets urbains. Enfin, le dernier chapitre présente
brièvement les instances nationales, déconcentrées et locales, chargées de la politique de la ville.
CDU 34907
ANDERSON Antoine
Politiques de la ville : de la zone au territoire
Paris : Syros, 1998.- 258 p., bibliogr., index
Après avoir retracé les étapes constitutives de la politique de la ville, la politique de la ville est située
parmi les autres politiques sociales et la manière dont elle agit est spécifiée. Le cheminement de la
politique de la ville s'est caractérisé par une approche centrée sur le bâti et son environnement immédiat
(1977-1981) puis elle s'est focalisée sur le quartier (1982-1993) et aujourd'hui elle se positionne au niveau
de la ville puis à l'échelle de l'agglomération (1994-1998). La comparaison entre la Grande-Bretagne et la
France permet d'aider au questionnement sur la politique de la ville qui est menée en France depuis le
début des années 1980 et notamment d'analyser deux aspects : les zones de revitalisation urbaine et la
procédure des appels à projets. Une refonte complète des politiques de la ville est proposée : les
pouvoirs publics doivent repenser leur action, penser la ville globalement et non plus quartier par quartier,
passer des contrats avec les associations et les habitants, renforcer les dispositifs de pilotage.
IA 39946; CDU 38932; CP 6651
BEHAR Daniel
Du terrain au territoire : la politique de la ville
INFORMATIONS SOCIALES. (FRA). n° 72, oct.-déc. 1998.- pp. 26-34, bibliogr.
Jusqu'au début des années 90, la politique de la ville, dans ses principes d'intervention, affirme le rôle
fondateur du quartier avec la figure emblématique du chef de projet. Il semble aujourd'hui que ce rapport
évolue. Une approche plus institutionnelle lui succède, dont la référence est le territoire. L'ambition pour
la politique de la ville consiste moins à la rapprocher du terrain qu'à concevoir et mettre en oeuvre une
144
véritable gestion des territoires, c'est-à-dire une capacité à maîtriser des processus qui font de la
dévalorisation, de la mise à l'écart des uns, la condition de valorisation des autres.
CDU
BEHAR Daniel
Question urbaine et question sociale : quel lien pour quelle politique publique ?
PROBLEMES ECONOMIQUES. (FRA). n° 2574, 24 juin 1998.- pp. 1-5, bibliogr. (article paru dans
Quaderni, n° 34, hiver 1997-98.- pp.81-92 : Territoire et nouvelle question sociale : incertitude des
politiques publiques)
Depuis quinze ans, la lutte contre l'exclusion a fait l'objet d'une approche territoriale de la part
des pouvoirs publics. Les analyses des relations entre la question urbaine et la question
sociale sont pourtant controversées ; elles ont des répercussions sur les stratégies des
politiques publiques.
IA P.323; CDU
BELMESSOUS Hacène
Pour une véritable « politique » de la ville
URBANISME. (FRA). n° 299, mars-avr. 1998.- pp. 50-54, phot.
Les différents gouvernements, de droite et de gauche, ne sont pas venus à bout de la crise urbaine. Le
bilan des vingt années écoulées depuis « habitat et vie sociale » jusqu'aux récents contrats de ville est
décevant. Plutôt que de s'acharner à traiter socialement un problème politique, Jean-Pierre Sueur propose
de redéfinir les niveaux d'intervention urbaine, notamment en organisant un pouvoir à l'échelle de
l'agglomération. Les contrats de ville ont été très utiles car ils ont marqué l'envol de la politique de la
ville mais aujourd'hui il faut signer des contrats avec les agglomérations qui correspondent souvent à
l'espace urbain le plus pertinent.
IA P.414
BROUANT Jean-Philippe ; JEGOUZO Yves
GROUPEMENT DE RECHERCHE SUR LES INSTITUTIONS ET LE DROIT DE L'AMENAGEMENT
La territorialisation des politiques et du droit de l'habitat social
Paris : GRIDAUH, 1998.- 142 p. (coll. Les Cahiers du GRIDAUH, n° 2, série Droit de l'habitat)
Cet ouvrage analyse dans quelle mesure la réglementation en vigueur - dont la loi du 29 juillet 1998 offre des perspectives de territorialisation des politiques de l'habitat social. La recherche a été conduite à
la fois sur l'analyse de la réglementation existante, les pratiques développées à travers les expériences
sur sites et les documents locaux recueillis. Après une analyse de l'évolution des cadres juridique et
institutionnel, de la réglementation en matière de logement social, des propositions sont formulées pour
la constitution d'un niveau territorial de décision en matière de logement social. La déconcentration
serait accrue. Le dispositif global repose sur l'établissement d'un instrument de planification à long
terme qui associe l'ensemble des acteurs : le PLH.
CDU 38420; IA 40785
CASCALES Michèle
Le contrat de plan Etat-région est-il un outil de programmation pluriannuelle ?
R. POLITIQUE ET PARLEMENTAIRE. (FRA). n° 995, juill.-août 1998.- pp.93-102
Le contrat de plan Etat-région (CPER) est un instrument de développement commun à l'Etat et aux
collectivités : il est nécessaire de mieux cadrer les engagements contractuels à la fois de l'Etat et des
conseils régionaux ; une programmation pluriannuelle, concertée et arrêtée en commun doit être mise en
place. L'échéance d'une quatrième génération de contrats de plan, leurs objectifs et les acteurs de la
contractualisation sont abordés.
IA P.366
CHERAIN Anne ; LAMBERT Rémy ; ROMANO Gérard
AGENCE D'URBANISME DE L'AGGLOMERATION MARSEILLAISE. MARSEILLE
Contrat de ville. La géographie prioritaire. Propositions pour de nouveaux territoires
d'intervention
Marseille : AGAM, 1998.- 88 p., cartes
145
Cette étude s'inscrit dans le cadre de la préparation du contrat de ville 2000-2006 de Marseille afin
d'aider la ville à préparer son intervention dans les futurs dispositifs à mettre en oeuvre en faveur des
territoires et des populations les plus en difficulté à proximité des sites DSU actuels. Elle comprend deux
volets : la géographie prioritaire et la programmation des investissements, indexés l'un et l'autre sur les
finalités initiales exprimées par la ville de Marseille.
AGM 14089-ESP3
CHEREQUE Jacques
La prochaine génération de contrats de projets Etat-régions (2000-2007) : plus de région et
moins d'Etat
Paris : Min. Aménagement du territoire et Environnement, 1998.- 79 p, ann.
Les contrats Etat-régions sont perçus comme un outil reconnu, utile et positif qui a suscité des attentes
et des frustrations mais qui demande à être poursuivi après quinze ans de décentralisation.
L'architecture des prochains contrats devrait être scindée en deux volets : le premier au niveau régional,
voire interrégional consacré principalement aux politiques de grande envergure territoriale, le second
s'attachant à une dimension infrarégionale portant sur les agglomérations et les pays. Les prochains
contrats devront respecter certaines conditions comme une plus grande convergence avec les fonds
structurels européens, un renforcement de leur suivi et de leur exécution ou une contractualisation
réaliste et chiffrée.
IA 39584(1); DRE 8383(1-2); CTM 15662
CLAUDE Jean-Michel ; DASSONNEVILLE Olivier
DAY CONSULTANT. NANTES ; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Organisation du partenariat local dans le processus de planification du logement social
Nantes : DAY consultant, 1998.- 27 p., cartes
Des analyses sur l'organisation du partenariat local sont effectuées à Toulouse, Brest et Le Havre. Pour
chaque site, une mise à plat des « périmètres d'intervention » permet d'appréhender la structuration de
chaque territoire, d'identifier les principaux acteurs et les enjeux locaux, d'analyser la situation du PLH
et le système partenarial. Des pistes de réflexion pour une évolution de l'organisation et l'animation du
partenariat local sont lancées : modification de la LOV, stratégie de communication entre acteurs grâce à
l'outil PLH, autorité organisatrice de la politique de l'habitat et contractualisation avec l'Etat.
PCA A532; CDU 36575
DREYFUS Monique
Un territoire, un projet, un contrat
DIAGONAL. (FRA). n° 132, juill.-août 1998.- pp. 24-25, carte
Synthèse du rapport « Réforme des zonages et aménagement du territoire », remis au Premier ministre
par Jean Auroux, maire de Roanne et président de la Fédération des maires des villes moyennes. Ce
rapport dresse un bilan critique de la complexité des institutions françaises et formule une quarantaine
de propositions, centrées sur le principe des « territoires de projets contractualisés ». Ceci suppose
notamment l'harmonisation des découpages administratifs avec les territoires vécus, la simplification
des zonages, la participation de la population à la définition des projets et la réorganisation des circuits
financiers.
CDU
FONDS D'ACTION SOCIALE POUR LES TRAVAILLEURS IMMIGRES ET LEURS FAMILLES. PARIS
Bilan FAS des contrats de ville, 1993-1998. Document présenté au conseil d'administration du
FAS du 24 avril 1998
Sl. : FAS, 1998.- 39 p. + ann., tabl.
Avec l’objectif de mener une réflexion sur ses orientations nationales, le Fonds d'action sociales (FAS) a
procédé à un bilan des contrats de villes du XIe Plan, abordant divers point d'analyse parmi lesquels :
l'évolution des financements et leur ventilation entre 1994 et 1997 ; le positionnement institutionnel du
FAS dans les contrats de ville ; la logique de programmation des contrats de ville ; l'opportunité de
poursuivre les actions sur les mêmes sites pour le XIIe Plan. Ce rapport dresse également une liste de
propositions destinées à définir une stratégie générale d'intervention du FAS dans les contrats de ville.
CDU 50846
146
GOZE Maurice
La métropolisation comme référence de l'évolution des politiques urbaines
R. D'ECONOMIE REGIONALE ET URBAINE. (FRA). n° 4, 1998.- pp. 565-583, bibliogr.
L'identification du processus de métropolisation et de ses effets a fait évoluer les politiques urbaines
conjointement à la décentralisation et au triomphe des valeurs libérales. Cette référence s'exprime à
travers les grandes politiques nationales de solidarité. Elle se retrouve dans l'émergence de la ville
comme échelle globale de gouvernement urbain entre institution et contrats.
IA P.355; CDU
JOURDAIN Franck ; NEMARQ Christine
Les programmes locaux d'habitat : mode d'emploi
MAIRES DE FRANCE. (FRA). n° 54, déc. 1998.- pp. 72-74, phot.
Les programmes locaux d'habitat (PLH) ont pour principal objectif de répondre aux besoins locaux de
logements sociaux et d'en assurer une répartition équilibrée sur le territoire communal ou
intercommunal. Ils ont été rendus obligatoires dans certains cas par la loi d'orientation sur la ville, puis
par la loi pacte de relance pour la ville, mais des communes, non contraintes par la loi, ont opté pour ce
dispositif, le plus souvent hors Ile-de-France et notamment dans le cas de l'intercommunalité. Des
exemples de PLH au Perreux-sur-Marne, dans la communauté urbaine de Dunkerque et dans le sudFinistère sont présentés.
IA P.156
KIRSZBAUM Thomas
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Fonction de coordination des services de l'Etat et contractualisation dans la politique de la
ville. Essai de synthèse des évaluations produites dans le cadre du XIe Plan
Paris : CEDOV, 1998.- 71 p., bibliogr.
Bilan critique de la coordination des services de l'Etat et de l'efficacité des contrats de ville dans le cadre
du XIe Plan. La promotion nationale de la politique de la ville s'est traduite par une mobilisation assez
générale des administrations déconcentrées de l'Etat. Cependant, la fonction de sous-préfet chargé de
mission à la ville s'est réduite à une coordination très partielle et souvent formelle des services. Du coup,
l'ambition stratégique de la politique de la ville s'est trouvée réduite à proportion du manque de clarté
des objectif assignés. Les contrats de villes ont manqué leur objectif pour deux raisons : d'une part,
l'émergence d'une scène publique locale est restée embryonnaire en raison de la fragmentation des
acteurs et d'un enchevêtrement des dispositifs ; d'autre part, l'interpellation mutuelle des acteurs (Etat et
collectivités locales) s'est trouvée inhibée par la préséance des questions techniques sur les enjeux
politiques de l'exclusion sociale. Largement municipalisé, le DSU n'a finalement produit qu'un faible
impact en terme de recomposition du système politico-administratif local.
PU 2334; CDU 36839; IAB 4325
LEROY Marc
Légitimité de référence et régulation financière de l'action publique conventionnelle : le cas du
contrat de plan Etat-région
R. FRANC. D'ADMINISTRATION PUBLIQUE. (FRA). n° 85, janv.-mars 1998.- pp. 105-118, notes
Résultats d'une recherche portant sur le contrat de plan Etat-région. La problématique développée dans
cet article est centrée sur la régulation de la négociation, c'est-à-dire sur les logiques de mise en
cohérence des enjeux et des priorités contractualisées. Deux types de régulation de l'action publique sont
étudiées : la régulation «référentielle » (selon une approche cognitiviste) ; la régulation financière.
L'article est constitué de trois parties : analyse du référentiel du contrat de plan et de sa légitimité comme
représentation de référence ; analyse du rôle de l'Etat et des règles concrètes de négociation
contractuelles ; présentation d'un modèle des deux types de régulation de l'action publique.
CDU
LOUBIERE Antoine ; CONSTANS Jean-Marie ; ROBISCHON Christian ; POUSSIER Jean-Luc
Régions, pays, agglomérations, villes : le temps des contrats
STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT LOCAL. (FRA). n° 2, nov.-déc. 1998.- pp. 22-27, phot.
147
Le Délégué à l'Aménagement du territoire présente son analyse de la recomposition des territoires,
notamment de l'organisation de la France autour de six grands espaces régionaux. Il confirme le rôle
décisif des maires pour la cohésion entre les citoyens. Les contrats de terroirs en Midi-Pyrénées, mis en
oeuvre des 1995 dans les espaces ruraux, ont entraîné un développement important de
l'intercommunalité, mais ont rendu difficile la perception des grandes priorités de la région en matière
de développement des zones rurales. La Lorraine organise une consultation selon deux axes en amont
du contrat de plan sans attendre la publication des propositions de l'Etat. Les 25 villes bretonnes de plus
de 10.000 habitants se sont mises d'accord sur quatre priorités en matière d'aménagement du territoire.
Alors que quinze sites pilotes de contrats de ville visant notamment à favoriser l'intercommunalité ont
été choisis, la procédure des contrats de ville devrait être repensée, notamment en ce qui concerne leur
articulation avec les contrats d'agglomérations.
CDU
PONTIER Jean-Marie
Les contrats de plan entre l'Etat et les régions
Paris : PUF, 1998.- 127 p., bibliogr. (coll. Que sais-je ?, n° 3281)
Les contrats de plan sont une expression administrative, juridique et financière de la volonté des
autorités publiques de maîtriser, à moyen terme, le développement du pays. Ils constituent un cadre
finalisé des relations entre l'Etat et les collectivités régionales et recouvrent des domaines très diversifiés.
Les contrats de plan sont des documents qui engagent les deux parties, Etat et régions, pour une période
de cinq ans. Précisant les droits et les obligations de chacun, ils obéissent à une procédure dont les
lignes principales sont fixées par la loi. L'effectivité de ces contrats est largement conditionnée par les
moyens financiers mis en oeuvre, le financement des contrats de plan étant très discuté.
IA 39211; CDU 36412
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS ; PLAN CONSTRUCTION ET
ARCHITECTURE
La décentralisation, les enjeux urbains et la politique de la ville
Paris : UNFOHLM, 1998.- 91 p., bibliogr.
Ce rapport regroupe des extraits d'ouvrages et des articles de presse sur la décentralisation et ses
relations avec la politique de la ville. La première partie rappelle les fondements et dresse le bilan
critique de la décentralisation. La seconde partie aborde la politique de la ville selon une double
approche : l'arbitrage entre décentralisation et (ré)engagement de l'Etat ; la participation des citoyens. Le
rapport se termine par des propositions pour transformer les relations Etat/collectivités
territoriales/société civile, suivies d'une bibliographie et d'éléments de débat.
PCA A555; CDU 38012
Comité interministériel des villes du 2 décembre 1998. Contrats de ville 2000-2006 : une
nouvelle ambition pour les villes
ENSEMBLES. LA LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 43, déc. 1998.- pp. 3-5, phot.
Le Comité interministériel des villes (CIV) du 2 décembre 1998 a donné le coup d'envoi de la nouvelle
génération des contrats de ville. Ils seront signés avant la fin de l'année 1999 pour une durée de sept
ans. Les objectifs sont de donner le temps aux acteurs locaux d'élaborer de véritables projets de
territoire à l'échelle des quartiers, des villes et des agglomérations. L'amélioration des outils financiers et
la simplification des procédures, demandées depuis longtemps par les acteurs de terrain, forment l'autre
axe de ce CIV.
CDU
Guide pratique pour les contrats locaux de sécurité
Paris : La Documentation française, 1998.- 345 p., tabl., ann., bibliogr.
Les 72 fiches pratiques de ce guide ont pour objectif d'aider les collectivités locales à élaborer un contrat
local de sécurité (CLS). La première partie porte sur les politiques locales de prévention et de sécurité, les
demandes sociales de sécurité et la prise en compte des populations, l'éducation et la citoyenneté, les
partenariats en matière de CLS, la police et la justice de proximité, les emplois-jeunes, les insécurités et
les incivilités. La seconde partie, méthodologique, expose la réalisation d'un CLS, les méthodes pour
148
recenser, mesurer, analyser, les outils pour mesurer les demandes sociales de sécurité, les indicateurs
d'activité, de résultat et les données quantitatives fournies par les institutions publiques dans le cadre
du CLS, la prévision et la gestion des crises. La troisième partie présente différents exemples d'actions
menées pour renforcer l'éducation à la citoyenneté, d'actions pour réduire la délinquance et les
incivilités, des exemples de dispositifs d'information et de conseil au public, des exemples de formations
et de types de postes dans le cadre des emplois-jeunes.
IA 40092; CDU 39898; MV B9587
La politique de la ville entre exception et droit commun
St-Denis : Profession banlieue, 1998.- 56 p. (coll. Cahiers de profession banlieue)
Le troisième cycle de qualification du programme « Déclinaisons urbaines autour de la politique de la
ville » tente d'analyser les effets des politiques d'exception et leur échelle d'intervention. Comment
instaurer en France une politique de rattrapage territorialisée à l'instar de la « discrimination positive »
inventée aux Etats-Unis, pays où les pouvoirs publics interviennent faiblement. Si la discrimination
positive est un mode de traitement de la question sociale, le territoire peut-il être une catégorie pertinente
de l'action ? La notion de territoire peut s'appréhender et se matérialiser à travers la mise en oeuvre de
projets. La conduite de l'action publique implique de s'interroger sur l'échelle territoriale pertinente et
sur l'articulation entre les différents échelons territoriaux. Les contributions s'ordonnent autour de trois
séances portant sur la discrimination positive, sur les territoires de l'intervention et sur la
contractualisation et la politique de la ville.
IA T.6572
Projets de territoires et contrats locaux : principales conclusions des premiers entretiens de
Rambouillet (29-01-1998)
COURRIER. TERRITOIRES ET ESPACES RURAUX (FRA). n° 98, 3e trim. 1998.- pp. 12-25
Les entretiens ont pour objectif de réfléchir à l'articulation entre les démarches de développement qui se
sont multipliées sur le terrain et les conditions de mise en place d'une contractualisation locale. L'essor
des dynamiques locales, la multiplicité des interventions, l'association des territoires à la préparation
des contrats de plan, la proposition de mener une évaluation des besoins des territoires en
développement, la prise en compte des besoins immatériels, l'aide aux territoires pour élaborer un projet,
la définition d'un projet de territoire, les contrats de territoire, les dangers d'une contractualisation
hâtive, l'articulation avec les approches sectorielles, la question de la taille des territoires, ont été
abordés.
IA P.215
BLANC Gérard ; ROSSINOT André ; DELEBARRE Michel ; COHEN Pierre ; LARCHER Gérard ;
BOURGUIGNON Pierre ; BARRE Raymond
Les enjeux urbains du XIIe Plan
AGENCE DES VILLES. LA LETTRE. (FRA). n° 2, juill. 1999.- pp. 13-24
Après un article introductif, ce dossier est constitué d'entretiens ou de textes signés de personnalités
politiques (maires, sénateur, président de région, de l'Agence des villes ou de l'Association des maires)
qui ont été invités à donner leur point de vue sur les résultats obtenus par le XIe Plan et les nouveaux
contrats de plan en période de préparation du XIIe Plan. Le contrat de plan Etat-Région se présente
désormais en quatre dimensions (l'agglomération, la région, l'Etat et l'Europe), ce qui constitue une
évolution institutionnelle majeure pouvant avoir des conséquences importantes sur le développement
(en favorisant notamment des réponses en réseau des villes à l'enjeu de la métropolisation) et la qualité
de ce développement qualifié de durable ou soutenable (qualité de la nature des emplois créés,
conséquences sur l'environnement). Ces aspects sont abordés principalement sous l'angle de
l'organisation publique et de façon plus ou moins approfondie par les intervenants, les conséquences de
cette évolution institutionnelle n'étant pas encore bien cernées.
CDU
BREVAN Claude ; GUERINI Jean-Noël ; CARLON Bruno ; DUPORT Jean-Pierre
Les contrats de ville entrent dans une phase décisive
LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 49, 1999.- pp. 1-2, tabl., supp. pp. 1-4
149
Tour d'horizon des dispositions arrêtées par le Conseil interministériel des villes quant à la mise en
oeuvre des contrats de ville (élaboration du financement des contrats, définition du champ
d'intervention de la politique de la ville hors des contrats, dispositions spécifiques à l'Outre-Mer) ;
présentation d'un tableau indiquant la répartition de la première enveloppe des crédits contractualisés
entre les régions ; point de vue de plusieurs personnalités sur les contrats de ville 2000-2006 : la
Déléguée interministérielle à la ville et au développement social urbain (elle fait le point sur la
préparation des contrats, le rôle du partenariat avec les conseils généraux, le rôle de de l'Etat), un
animateur du club des sites pilotes (le bilan de cette opération est jugé positif), le président du Conseil
général des Bouches-du-Rhône (il souligne l'importance de l'implication des collectivités locales dans la
politique de la ville, en particulier dans le domaine social), et le préfet de la Région d’Ile-de-France (il
commente le contenu du rapport d'évaluation de la politique de la ville en Ile-de-France publié sous la
direction de Jacques Bravo).
DIV
CASCALES Michèle
Comment s'élaborent les contrats de plan 2000-2006...
POUVOIRS LOCAUX. C. DE LA DECENTRALISATION. (FRA). n° 40, mars 1999.- pp. 111-115
C'est entre deux lois en discussion et une série de circulaires que se préparent, dans la
confusion, les contrats de plan Etat-régions (CPER) du XXIe siècle. Toutes les dispositions
convergent pour faire en sorte que les prochains CPER contribuent à la fois à la mise en
oeuvre de la politique régionale communautaire, des schémas régionaux d'aménagement et
de développement du territoire (SRADT) et des schémas de services collectifs et qu'ils
constituent le bon niveau d'articulation de ces politiques à l'aube du XXIe siècle. Les SRADT
motivent aussi peu les pouvoirs publics que les anciens plans régionaux et l'adoption des
schémas de services collectifs avant la fin 1999 est un pari imprudent. La grande nouveauté
des futurs CPER réside dans la partition du contrat en deux volets, l'un régional, l'autre
territorial. Le cadre juridique retenu pour les pays ne permettra pas d'en faire un véritable
interlocuteur de la politique contractuelle et de même les agglomérations ne pourront pas
peser sur les négociations avant de nombreuses années. C'est entre consultations,
concertations et négociations que seront élaborés les prochains contrats de plan Etatrégions.
IA P.321; CDU
CAVALLIER Georges ; MEJEAN Philippe
Nouvelles recommandations pour la négociation des contrats de ville de la nouvelle génération
(2000-2006)
Paris-La Défense : CGPC, 1999.- 31 p., ann. (rapport réalisé par le Groupe de travail interministériel et
interpartenaires sur la définition des contrats de ville du XIIe Plan)
Rapport final présenté au ministre Délégué à la Ville par Georges Cavallier, président du Groupe de
travail interministériel et interpartenaires sur la définition des contrats de ville du XIIe Plan. Le rapport
précise la structure et l'économie générale du contrat de ville, et étudie le pilotage et la mise en oeuvre
des contrats de ville. Il présente ensuite trois thématiques au coeur du contrat de ville visant à
promouvoir la mixité sociale et urbaine. Enfin, il énumère les modalités liées à la spécificité de
l'agglomération parisienne et des DOM-TOM, et au lancement. Le rapport est suivi d’un rapport d'étape
en date du 28 octobre 1998 qui constitue un premier ensemble de propositions pour l'élaboration des
contrats de ville de la nouvelle génération. En première partie, il présente les principaux éléments de
bilan des contrats de ville du XIIe Plan. Puis il étudie les enjeux de la nouvelle étape contractuelle puis
les énoncés de cadrage des contrats de villes du XIIIe Plan. Enfin il relève les autres propositions pour la
mise en chantier des contrats de ville du XIIIe Plan.
CDU 50286
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Les contrats de ville 2000-2006 ; rencontre nationale avec les élus. Une nouvelle ambition pour
les villes. jeudi 6 mai 1999
St-Denis-La Plaine : DIV, 1999.- pag. div., bibliogr.
150
Dossier de la conférence organisée sur les contrats de ville 2000-2006, ce document contient sous forme
de fiches ou d'articles la présentation des données ou des éléments d'information sur les principaux
thèmes abordés : objectifs et ambitions des contrats de ville, moyens mis en oeuvre (indications de
quelques chiffres-clés de la politique de la ville : sur les contrats de ville, les territoires concernés, les
autres dispositifs, les financements, l'emploi, la prévention et la sécurité, l'éducation), principes de la
mise en oeuvre (illustration par l'exemple de 16 sites pilotes), missions et compétences (conduite de
projet, évaluation des contrats de ville, formation des acteurs). D'autres aspects importants de la mise en
oeuvre des contrats de ville sont abordés comme la participation des habitants, la construction d'une
politique urbaine d'intégration, l'adaptation et la modernisation des services publics). Certains objectifs
sont considérés comme prioritaires comme l'emploi, le développement économique, l'éducation, le rôle
de la famille, la gestion urbaine de proximité, la politique de santé publique, le projet culturel. Le dossier
contient de plus quelques informations sur la politique de la ville et la réforme des fonds structurels
européens, ainsi que des indications sur les centres de ressources et d'information, et enfin quelques
repères bibliographiques.
CDU 39615
ESTEBE Philippe ; BÉHAR Daniel
L’Etat peut-il avoir un projet pour le territoire ?
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 82, mars 1999.- pp. 80-91 (Les échelles de la
ville)
Le projet politique gaullien a fait du territoire national l'objet et le cadre privilégié de son intervention
modernisatrice. Avec la décentralisation et l'européanisation des institutions, de nouvelles échelles de
gestion s'imposent : le territoire se fragmente, les coopérations transnationales se développent, les
métropoles animent la compétition internationale. Ni animateur central ni maître principal des
délégations, l'Etat a cependant un rôle à jouer pour réguler des territoires plus que jamais au coeur de la
tension entre développement économique et solidarité sociale.
CDU
FRANCE. MINISTERE DE L'EQUIPEMENT. DIRECTION GENERALE DE L'URBANISME, DE L'HABITAT
ET DE LA CONSTRUCTION
Territorialisation des politiques de l'habitat et de l'aménagement. Textes récents (1998-1999)
Paris-La Défense : MELT, 1999.- pag. mult., ann., tabl.
Afin de proposer une vue d'ensemble des évolutions en cours, ce dossier regroupe des textes parus (ou
en instance de parution) concernant les modalités de la territorialisation des politiques publiques en
liaison avec diverses lois récentes : loi exclusion, loi pour l'aménagement du territoire et le
développement durable, loi pour le renforcement et la simplification de la coopération intercommunale.
Ces textes concernent la préparation des contrats de plan Etat-région, l'élaboration des diagnostics
d'agglomération, les contrats de ville et leur préparation, les prêts reconstruction-démolition,
l'attribution des logements sociaux, la définition des bassins d'habitat et la mise en oeuvre des
conférences intercommunales du logement, la contractualisation et le développement durable,
l'élaboration de projets territoriaux, la préparation des propositions de zonage, les priorités et modalités
de contractualisation, la modernisation de l'ingénierie publique.
CDU 50703
GAUDIN Jean-Pierre
Gouverner par contrat. L'action publique en question
Paris : Presses FNSP, 1999.- 233 p., bibliogr.
Contrat, négociation, partenariat et médiation sont des mots étroitement associés par les acteurs d'un
nombre croissant de politiques publiques. Ce livre traite d'un «objet politique non identifié » : la
contractualisation. Les politiques publiques contractuelles touchent tous les domaines : social,
urbanisme, formation, enseignement, mais aussi la police ou la justice. Qui participe véritablement au
débat public, à quelles conditions et avec quelles ressources classiques ou nouvelles ? Les objectifs
poursuivis veulent à la fois faire place à l'efficacité gestionnaire et à l'approfondissement du débat. Aux
yeux de nombreux observateurs, la multiplication des partenariats risque d'opacifier le processus
décisionnel, de mettre les règles en défaut et, donc, de mener au désordre. Peut-on concilier démocratie et
151
performance par la seule vertu de la négociation ? Cet ouvrage propose une synthèse critique de ces
analyses. Il s'interroge sur le développement futur des procédures de négociation publique, sur la
dimension européenne du contrat, et enfin sur la légitimité des décisions négociées.
CDU 51814
LERIQUE Florence
Recherche sur les aspects juridiques de la politique de la ville
Lille : Université de Lille III, 1999.La ville pose des problèmes nouveaux pour lesquels l’arsenal des moyens juridiques apparaît peu
adapté. La faiblesse des progrès réalisés incite à s’interroger sur la capacité du droit à résoudre la
question urbaine : il ne reconnaît pas la ville comme l’un de ses concepts ; il est réservé à la commune
ou aux différents organismes de coopération intercommunale. La ville n’est donc, pour le droit, ni un
territoire ni une institution, paradoxe d’une réalité qui, dans le même temps, fait d’elle le cadre de
multiples interventions publiques. Les législations s’intéressent plus à l’accueil, au logement, à
l’appropriation et à la planification de l’espace, qu’à « l’habiter », cette notion qui lie l’urbanisme, la vie
sociale et la qualité de la vie. Le droit social urbain, en se donnant pour vocation de constituer
l’intersection de domaines juridiques distincts pour réguler les différentes fonctions de la ville, devrait
pourtant être la première pierre d’un droit plus global et plus transversal. La lecture de cette thèse répond
aux nombreuses questions que soulève la formation en gestation d’un droit social urbain. Elle fait
comprendre combien une politique publique, innovante et expérimentale, peut modifier en profondeur le
droit, pour donner aux acteurs locaux la capacité de transformer les réalités sociales sur lesquelles elles
agissent.
DIV
MONEDIAIRE Gérard ; DELEBARRE Michel ; MARCOU Gérard ; DESTANDAU Jean-Louis
Contractualisation : clarifier les régles du jeu
POUVOIRS LOCAUX. C. DE LA DECENTRALISATION. (FRA). n° 41, juin 1999.- pp. 18-40
Tous les acteurs territoriaux dénoncent aujourd'hui les dysfonctionnements d'une contractualisation
proliférante où l'Etat ne joue pas le jeu : mise aux enchères des dépenses par l'Etat, incertitudes
juridiques des contrats, faiblesses de la concertation, absence d'évaluation, flou des responsabilités...
Alors que les prochains contrats de plan 2000-2006 auront un impact considérable sur le développement
des territoires, avec le choc de l'euro, comment renforcer la sécurité juridique des contrats,
responsabiliser les parties, créer des conditions de définition d'une ambition partagée par l'ensemble des
co-contractants, organiser et démocratiser la prospective régionale et l'évaluation ?
EPC P1345; CDU
MOQUAY Patrick
Avec la montée de l'intercommunalité, une gouvernance territoriale à inventer
TERRITOIRES. (FRA). n° 400-401, nov. 1999.- pp. 65-66
Avec l'émergence des pays et des nouvelles structures intercommunales, un nouveau type de contrat
entre acteurs privés et publics d'un territoire peut être élaboré : ce sont les chartes territoriales qui
permettent une gouvernance territoriale démocratique.
CDU
MOURAREAU Olivier
L’opération « sites témoins » pour les contrats d'agglomération
ESPACES. LETTRE D'INF. DE LA DGUHC. (FRA). n° 7, déc. 1999.- pp. 11-12
Afin de préparer les contrats d'agglomération prévus par la loi d'orientation sur l'aménagement et le
développement durable du territoire, la DATAR a pris l'initiative d'engager une opération de
préfiguration. Cet article décrit cette opération «sites témoins » qui doit permettre d'observer, en
situation réelle, la mise en oeuvre du processus de contractualisation avec les agglomérations. Dans les
agglomérations concernées, cette opération représente sans doute une opportunité pour les services
extérieurs de l'Equipement d'échanger avec les autres services de l'Etat et les collectivités locales sur des
enjeux repérés au travers des diagnostics d'agglomération. Les sites témoins sont au nombre de
quatorze : il s'agit de communautés urbaines, de districts, de communautés de communes ou de
152
métropoles autour de Brest, Rennes, Caen, Lille, Dunkerque, Grenoble, Lyon, Montbéliard, Nantes-SaintNazaire, Orléans, Perpignan, Marseille, Bordeaux et Poitiers.
CDU
NANGERONI Cécile ; MARIN Pierre ; GOASGUEN Richard ; LOMAZZI Marc
L’an I des contrats locaux de sécurité
VIE DU RAIL ET DES TRANSPORTS. EDITION PROFESSIONNELLE. (FRA). n° 102, 20 oct. 1999.pp. 14-20, phot.
Les contrats locaux de sécurité (CLS), outil essentiel d'une politique sécuritaire dans les villes, ont été
mis en place en octobre 1997. En octobre 1999, 292 contrats associant élus, police, justice et d'autres
acteurs institutionnels ont été signés et 720 sont en cours d'élaboration. Neuf contrats sur dix comptent
un volet transport comme le montrent ceux de Lille, de Noisy-le-Grand, de Bobigny, de Rouen et celui de
l'Essonne. Le bilan de ces CLS est globalement positif malgré les reproches portant sur les moyens mis en
oeuvre par l'Etat et sur les diagnostics. Les stratégies américaines de sûreté peuvent inspirer les réseaux
de transport français.
IA P.426BIS
POQUET Guy ; VAN DE WALLE Isabelle
CENTRE DE RECHERCHE POUR L'ETUDE ET L'OBSERVATION DES CONDITIONS DE VIE. PARIS
La politique de la ville à la recherche de son échelle géographique : du zonage des quartiers
aux territoires de projet
Paris : CREDOC, 1999.- 56 p., cartes, tabl., bibliogr. (coll. Cahier de recherche, 141)
Après avoir défini les modalités de la démarche de zonage par quartier, rappelé le positionnement des
acteurs vis-à-vis de cette approche et les effets qu'elle induit, les alternatives possibles à cette démarche
pour améliorer la pertinence de la territorialisation de la politique de la ville sont analysées. Les axes
méthodologiques à privilégier pour élaborer un projet de territoire qui mobilise l'ensemble des acteurs
concernés et participe du développement local sont esquissés.
IA 41752
THURIOT Fabrice
Culture et territoires. Les voies de la coopération
Paris : L'Harmattan, 1999.- 334 p., bibliogr. (coll. Administration et aménagement du territoire)
Les liens de plus en plus nombreux entre aménagement du territoire et actions culturelles. Ces liens sont
à double sens : l'aménagement du territoire peut avoir pour but de développer ces actions, alors que la
culture vient appuyer de nombreuses initiatives de développement local, économiques ou sociales. Au
travers de nombreux exemples, pris la plupart en Champagne-Ardenne mais aussi dans toute la France,
l'auteur analyse les missions publiques en liaison étroite avec les nécessités croisées de l'aménagement
du territoire et du secteur culturel, s'intéresse aux différents types de coopération mis en place (contrats
de plan, conventions de développement culturel ou autres accord partenariaux entre collectivités locales,
politique de la ville) ou restant à développer (statuts juridiques partenariaux, intercommunalité, contrats
multipartites). Ce travail prolonge les travaux de chercheurs juristes ou spécialistes des politiques
culturelles.
CDU 39545
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
HLM et contrats de ville 2000-2006
CAHIERS D’ACTUALITES HLM, n° 56, août 1999.- (Ville)
CDU
HLM et contrats de ville
HABITAT ET SOCIETE. (FRA). n° 16, déc. 1999.- pp. 36-73, phot.
Depuis plus de 20 ans, le mouvement HLM poursuit l'objectif d'intégrer les quartiers d'habitat social à la
ville et d'assurer la cohésion sociale et la solidarité territoriale. L'emboîtement des politiques territoriales,
le mode d'emploi des contrats de ville, l'enjeu des contrats de ville pour les HLM sont abordés. Des
exemples de contrats de ville, de leurs objectifs et de leurs impacts ainsi que du rôle de
l'intercommunalité dans ces contrats sont présentés.
153
IA P.193; MV 9774
L’intercommunalité dans les contrats de ville : Grenoble-Alpes-Métropole définit ses priorités
LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 48, juillet-août 1999.- pp. 4-5
Cet article présente le site pilote de préfiguration des futurs contrats de ville. Grenoble et sa métropole
mettent en place une intercommunalité de projet, ayant pour objectif une plus grande solidarité entre les
communes. Ce projet d'intercommunalité pour les contrats de ville est appuyé par une interview de
Dominique Lacroix, sous-préfet à la ville de l'Isère.
DIV
NORD-PAS-DE-CALAIS. CONSEIL REGIONAL. LILLE; INSTITUT DE LA DECENTRALISATION
Décentralisation et contractualisation : clarifier les « règles du jeu ». Contributions à la journée
d'études, Lille, 13 septembre 1999
Lille : Conseil régional Nord-Pas-de-Calais, sept. 1999.- 150 p., bibliogr.
Au sommaire : la notion de contrat Etat-région et les responsabilités encourues par les parties ;
décentralisation et contractualisation : Région du Limousin, Région Picardie ; contrats et accords entre
les régions et les collectivités locales dans l'expérience italienne ; la contractualisation des politiques
publiques, étude et bibliographie.
DCN 40-213
AMRANI Fadila
Etat et projet de territoire
DIAGONAL. (FRA). n° 143, mai-juin 2000.- pp. 30-33, phot.
Réflexion d'une lectrice docteur ès sciences politiques, cet article interroge les capacités actuelles de
l'Etat à accompagner le développement territorial. Dans quelle mesure les services déconcentrés de
l'Etat sont-ils des concurrents à la hauteur de l'administration territoriale ? Celle-ci jouit, grâce à la
décentralisation, de compétences accrues en matière de développement économique et
d'aménagement du territoire ainsi que d'une relation de proximité avec la population indispensable
aux diagnostics locaux. Le défi, pour l'Etat, est de légitimer son action au niveau local en développant
une action concertée de ses services permettant d'impulser une politique globale cohérente
répondant aux enjeux sociaux et territoriaux locaux.
CDU
DANIEL Jean-Claude
FRANCE. ASSEMBLEE NATIONALE
Rapport d'information sur le volet territorial des contrats de plan Etat-région
Paris : Assemblée nationale, 2000.- 285 p., tabl., cartes, ann. (coll. Rapport d'information, n°
2416 : « Volet territorial et contrats de plan Etat-régions : le pari des territoires »)
Le rapport tente de faire le point sur les défis à relever pour que la territorialisation réussisse.
La mise en oeuvre des territoires est inédite par son ampleur et les démarches adoptées
dans chaque région sont différentes. Les défis à relever sont : la définition du projet, la
délimitation d'un périmètre, la juxtaposition des contrats de pays, d'agglomération, de ville,
des contrats de plan Etat-région, l'évolution des acteurs, la question des crédits. Ces défis
sont approfondis à travers trois exemples concrets (l'agglomération et le pays de Rennes, le
pays de Langres, le pays du Val de Lorraine) et une analyse des spécificités de l'Ile-deFrance. Dix recommandations sont formulées parmi lesquelles la création d'un observatoire
de la territorialisation, la mise à disposition des préfets de crédits non affectés pour les microprojets, l'établissement d'un suivi annuel des contrats de plan.
IA 41698 ;CDU 52440
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Textes législatifs et réglementaires depuis 1998
St-Denis-La Plaine : DIV, 2000.- 17 p.
Tableau historique des textes législatifs, réglementaires et des circulaires par thème, ministère et date.
DIV ; http://www.ville.gouv.fr/ie/index.html (ressources en ligne)
154
ECOLE NATIONALE D'ADMINISTRATION. PARIS
Promotion 1998-2000 Averroès. Séminaire de questions sociales « Territoires et sécurité ».
Groupe n° 6 : « Gouvernance locale, sécurité et contrats de ville »
Paris : ENA, 2000.- 98 p., graph., tabl., bibliogr., ann.
Le rapprochement des politiques publiques de prévention de la délinquance et de lutte contre l'insécurité
constitue aujourd'hui une priorité de l'ensemble des acteurs institutionnels. L'implication de multiples
acteurs a contribué à l'acquisition d'une expérience partagée, mais l'enchevêtrement des outils et des
procédures, la résistance des institutions nuisent à l'efficacité des dispositifs locaux. La mise en place
d'une gouvernance locale en matière de sécurité appelle une rénovation du cadre et des pratiques
partenariales.
IA 42024(6)
JACQUOT Henri
Recentralisation, décentralisation et intercommunalité
ETUDES FONCIERES. (FRA). n° 86, printemps 2000.- pp. 15-17, phot.
L'examen des dispositifs du projet de loi relatif à la solidarité et au renouvellement urbain conduit à y
voir un renforcement de l'encadrement normatif ainsi qu'un allègement de l'encadrement procédural. Le
projet de loi conduit surtout à renforcer la gestion intercommunale, visant à faire en sorte que les
politiques d'aménagement des aires urbaines se décident au niveau des agglomérations. Cependant,
dans le domaine de la mixité sociale de l'habitat et au nom de la solidarité, le retour de l'Etat est
manifeste.
IA P.68; CDU
REY Marie
Contrats de ville s'ancrent dans l'agglomération
LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 58, juin 2000.- pp. 1-2, phot.
Analyse du contenu des premiers contrats de ville signés dans le cadre du XIIe Plan. L’intercommunalité
y est remarquable dans 80% des cas. Des éléments comme l'éducation, la revitalisation économique,
l'emploi, la lutte contre les discriminations apparaissent comme des priorités. Les moyens mis en oeuvre
sont renforcés avec augmentation de la participation des conseils régionaux. Les dispositifs entourant le
programme national de renouvellement urbain devraient également bénéficier à ces contrats.
CDU
Contrat de ville de Marseille 2000-2006
Marseille : Ville de Marseille, 2000.- 236 p. + 5 ann.
Le contrat de ville de Marseille fonde l'engagement de l'Etat, de la ville de Marseille et de tous ses
partenaires publics, institutionnels et associatifs, à se mobiliser autour d'un projet collectif destiné à
lutter contre les ségrégations urbaine et sociale en menant avec succès une politique territorialisée de
développement solidaire et de renouvellement urbain. L'une des composantes essentielles de ce contrat
de ville est le grand projet de ville (GPV) Marseille-Nord. C'est le plus important contrat de ville
communal en France. Il concerne 400.000 habitants et mobilise le doublement des montants qui lui
étaient consacrés au XIe Plan. Dans le XIIe Plan, la démarche d'élaboration du contrat de ville 2000-2006
a veillé à mobiliser l'ensemble des acteurs, y compris les acteurs de terrain : dix commissions de travail,
cinq groupes de travail territoriaux, 230 participants pendant cinq mois ainsi que cinq forums locaux de
concertation. Marseille connaît des difficultés économiques et sociales, facteurs d'exclusion
historiquement concentrés dans les trois arrondissements du centre et quatre du nord. Pour y répondre,
Marseille peut s'appuyer sur de réels atouts; à titre d'exemples : une ville sans banlieue qui s'est
développée en conservant la trame des anciens quartiers, des espaces naturels protégés qui contribuent à
une qualité de vie recherchée par les Marseillais, un carrefour économique important qui connaît
actuellement une certaine reprise, des capacités d'assimilation et d'intégration sociale, un tissu associatif
très vivant... Neuf programmes d'action thématique ont été élaborés, couvrant l'ensemble de la ville et de
nombreuses conventions d'action territoriale se déclinent sur cinq secteurs de la ville.
AGM 14426-ESP3
Dossier : HLM et territoire
155
HABITAT ET SOCIETE. (FRA). n° 18, avril-juin 2000.- pp. 38-73, phot.
La montée de l'agglomération constitue le fait marquant des vingt dernières années ; un phénomène
qui s'est accéléré avec la loi de Chevènement et qui en fait un niveau désormais incontournable de
l'action publique en matière d'urbanisme, d'habitat et de mixité sociale. Beaucoup reste à faire pour
assurer la mixité urbaine et sociale ainsi qu'une solidarité territoriale, et contractualiser les crédits de
droit commun. Pour les HLM, les conséquences en termes d'activité et de compétences juridiques
sont multiples sur différents points et, en premier lieu, sur le droit au logement. Illustrations à travers
quelques témoignages d'élus de communautés urbaines et de communautés d'agglomération.
IA P.193
Premiers enseignements de l'opération «Sites témoins pour les contrats d'agglomération ».
Premières rencontres nationales des agglomérations, Clermont-Ferrand, 30 mars 2000
Paris : DATAR - AMGVF, 2000.- 42 p.
Les contrats d'agglomération prévus par la loi Voynet sont consécutifs à l'adoption d'un projet
d'agglomération. Afin de préparer ce nouveau processus de contractualisation, quatorze sites témoins
ont été sélectionnés en septembre 1999. Le contexte et le parti pris de l'opération, les thèmes de travail
retenus, le dispositif d'animation et les huit groupes de travail (correspondant aux thèmes de travail) et
leurs objectifs sont présentés. Les coordonnées des contacts complètent le document.
IA 41420
La ville : regards croisés et réponses collectives. Colloque du 27 avril 2000
Paris : Assemblée des départements de France, 2000.- 25 p., tabl.
Le contexte et les enjeux de l'implication des départements dans le fait urbain, leur souhait
d'être associés à la procédure d'élaboration des contrats de ville, leur mobilisation,
notamment dans le volet territorial des contrats de plan, ont été abordés lors de ce colloque.
Des exemples illustrent cette implication. Le président de l'Association des départements de
France évoque la démarche des départements concernant la ville et leur engagement dans la
nouvelle étape de la décentralisation.
IA 41584
3.2. ORGANISATION DE LA MAITRISE D’OUVRAGE
ET EVALUATION DES POLITIQUES CONTRACTUELLES
FRADIN Colette ; DRIANT J.-C.
PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Synthèse sur l'organisation de la maîtrise d'ouvrage publique, sociale et privée du logement en
Europe (neuf pays). Conditions générales de la production du logement et son financement
Paris : 1989.- 148 p., tabl., ann.
Les marchés du logement demeurent un important support pour les régulations d'ordre macroéconomique, social et urbanistique à l'oeuvre en Europe. L'étude analyse pour neuf pays européens
(Autriche, Belgique, Espagne, France, Grèce, Italie, Pays-Bas, République fédérale d'Allemagne et la
Suisse) le contexte économique et financier et l'organisation de la maîtrise d'ouvrage publique, sociale et
privée, afin de mettre en évidence les similitudes et les différences.
PCA B349
INSTITUT FRANCAIS D'URBANISME. PARIS; ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES.
PARIS; AGENCE DE REHABILITATION ET DE RENOVATION URBAINE. TUNIS
La maîtrise d'ouvrage urbaine. Actes du séminaire international de Tunis, 15-17 novembre 1988
Tunis : Agence de réhabilitation et de rénovation urbaine, 1990.- 207 p., réf. bibliogr. (publié avec le
concours du min. Recherche et Technologie et du Programme international Habitat et urbanisme)
Les communications reprises dans ces actes, s'articulent autour de quatre thèmes majeurs : la
décentralisation, la place de la maîtrise d'ouvrage dans le cycle du projet, les relations avec les maîtres
156
d'oeuvre et les opérateurs, et enfin, le financement des projets urbains. Cinq pays étaient représentés
lors du colloque : la Tunisie, le Togo, le Burkina-Faso, le Maroc et la France.
CA B1761; EPC NY3033; CDU 20882
ROSENBERG Suzanne ; BEHAR Daniel
Evaluation, expérimentation et conduite des politiques contractuelles
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 47, juin-juill. 1990.- pp. 11-16 (Evaluation et
recherche)
Depuis la décentralisation de certaines compétences, l'Etat cherche à inciter les collectivités
locales à conduire le changement social. L'évaluation est devenue le passage obligé de la
généralisation des expériences locales (logement, régies de quartier, développement social
urbain).
CDU
COMOLET Gilbert ; PERINET-MARQUET Hugues ; GRENADE François
La réhabilitation des immeubles anciens. Dossier
DROIT ET VILLE. (FRA). n° 32, 1991.- pp. 7-42 (5ème assises « Justice construction » du 29/11/1990)
G. Comolet traite des relations contractuelles entre le maître d'ouvrage et l'acquéreur, et des
différents statuts des sociétés : SCI, SNC, SA, SARL au regard des garanties données à
l'acheteur et à la garantie du dommage. H. Périnet-Marquet se demande dans quelle mesure
une opération de réhabilitation est soumise au permis de construire et quelles responsabilités
sont applicables en matière de réhabilitation. F. Grenade examine pour sa part les aspects
historiques, techniques et juridiques du référé préventif.
CDU
BEHAR Daniel ; BAVOUX Pascal
GROUPE ACADIE. JOINVILLE-LE-PONT ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS
(MIN.). PLAN URBAIN
Suivi-observation des évaluations régionales de la politique de la ville
Paris : ACADIE, fév. 1993.- 50 p.
Démarche en vue d’analyser, à travers l'observation des évaluations engagées à l'initiative des
préfectures de région, l'évolution des positionnement de l'Etat régional dans la conduite de la politique de
la ville. Etude des dispositifs d'évaluation dans les régions Pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte d'Azur,
Rhône-Alpes et Nord-Pas-de-Calais. Les thèmes généraux abordés lors de ces évaluations concernent
l'habitat, l'éducation, l'emploi, la sécurité et la démographie.
PU 1869; CDU 27584; DCN 25-A-204
BELORGEY Jean-Michel
CONSEIL NATIONAL DES VILLES. PARIS
Evaluer les politiques de la ville
Paris : Comité d'évaluation de la politique de la ville, 1993.- 72 p. + ann., tabl.
Synthèse des travaux du Comité d'évaluation de la politique de la ville. Présentation et critique
des différentes méthodes d'évaluation à travers le commentaire des rapports Delarue,
Geindre, Levy, Sardais et Larcher. Recommandations pour la politique de la ville et le
développement social urbain.
CDU 28793
RIGAUD Daniel ; SIBILLE Hugues
TEN
Evaluation des contrats de ville 1989-1992. 1. Rapport ; 2. annexes, présentation des sites des contrats
de ville
Paris-La Défense : Plan urbain, 1993.- 2 vol. (107 + 53 p.)
Au sommaire : La genèse d’une politique (principes fondateurs ; principes effectifs) ; politique
de la ville, politique des villes : ambiguïté et hésitations de l’Etat (l’absence de textes
fondateurs et de cahier des charges ; l’ambiguïté de l’Etat entre politique de la ville et politique
des villes ; les hésitations dans la mise en œuvre et l’animation de cette politique) Du double
157
changement d’échelle, à la gestion différenciée des échelles (la diffusion d’une culture de la
globalité ; la prégnance de l’approche urbaine ; la quartier perdu de vue ; émergence et
difficultés de l’agglomération ; du double changement à la gestion différenciée des échelles :
quartier, ville, agglomération) ; Le contrat de ville comme méthode d’implication et
d’interpellation (le contrat comme procédure, comme interpellation réciproque, comme
processus dynamique) ; Les contrats de ville laboratoires de management territorial (un
problème de pilotage local du contrat ; la nécessaire gestion en continu des phases du
contrat ; la clarification du « qui fait quoi ? » ; quelques problèmes propres à chaque phase) ;
propositions.
PU 1881(1-2) ; CDU 27994
MERCIER Jean-Pierre
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE L'OUEST. NANTES ; BRETAGNE.
EQUIPEMENT (DIRECTION REGIONALE). RENNES
Evaluation de la politique de développement social des quartiers en Bretagne ; l'opinion des
administrations régionales
Nantes : CETE de l'Ouest, 1994.- 12 p.
Les administrations régionales ont été des partenaires de la politique du développement social des
quartiers (DSQ). Ce document présente la synthèse des opinions de plusieurs administrations
régionales sur la mise en oeuvre de la politique DSQ en Bretagne pendant le Xe Plan. Le partenariat
régional inter-institutionnel ne satisfait pas tous les acteurs, d'autant plus qu'ils n'ont pas tous les
mêmes attentes ni la même implication. Mais la quasi-totalité des institutions s'est engagée dans une
démarche partenariale pour élaborer un dispositif d'évaluation des effets des contrats de ville.
CTN 6389
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
L’évaluation des contrats de ville
Paris : DIV, 1995.- 69 p., tabl.
L'étude rappelle les principes d'évaluation d'une politique publique et leurs implications à
propos des contrats de ville, clarifie les enjeux et les attentes vis-à-vis de l'évaluation, selon le
niveau concerné, local, régional ou national, identifie les intentions et les hypothèses
communes à même de constituer le référentiel local et régional de l'évaluation, précise les
étapes de mise en oeuvre de la démarche d'évaluation.
IA 36860; CDU 32085
FREBAULT Jean
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE; FRANCE. EQUIPEMENT LOGEMENT
AMENAGEMENT DU TERRITOIRE TRANSPORTS (MIN.)
Les grands projets urbains : Vénissieux-Minguettes et Vaulx-en-Velin. Réflexions sur les
ambitions du projet, les outils et les méthodes d'une maîtrise d'ouvrage partenariale
Lyon : Préfecture, 1995.- 37 p. + ann., plans
Après une définition des enjeux d'une démarche de projet urbain pour les grands ensembles
et des ingrédients d'une stratégie urbaine à moyen long terme, ce rapport développe des
objectifs et des pistes de travail pour un dispositif partenarial plus efficace, en terme d'outils
et de méthodes. En conclusion, il propose une meilleure implication des services de l'Etat
dans les grands projets urbains.
CDU 31355; MV 8132; IUG B2495
L’évaluation de la politique de la ville
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 8, sept. 1995.- 41 p., bibliogr.
Numéro sur les méthodes d'évaluation de la politique de la ville. Présentation du dispositif
national d'évaluation, des démarches et des acquis du Xe Plan. La position des élus,
techniciens et consultants ; les méthodes et perspectives. L'évaluation des contrats de ville,
du développement local et de l'insertion par l'économique, des démarches scientifiques de
l'évaluation.
IA P.567
158
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE L'OUEST. NANTES ; DELEGATION
INTERMINISTERIELLE A LA VILLE; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.).
PLAN URBAIN
Les CETE et l'évaluation des contrats de ville
Nantes : CETE de l'Ouest, 1996.- 83 p.
L'évaluation des contrats de villes et le rôle des Centres d'études techniques de l'équipement
(CETE) dans ce domaine. La première partie de l’ouvrage donne une définition de l'évaluation
et en cerne l'intérêt, l'usage et les difficultés. La deuxième décrit l'évaluation d'un point de vue
méthodologique. Dans la troisième partie, l'évolution des contrats de ville entre le Xe et le XIe
Plan est retracée, puis les divers types d'évaluation sont décrits. L'exemple de l'évaluation du
contrat d'agglomération de Dunkerque est présenté dans la quatrième partie. Enfin, la
dernière partie met en évidence le rôle des CETE dans l'évaluation des contrats de ville,
d'abord d'un point de vue général, puis à travers trois exemples régionaux : Pays de la Loire,
Provence-Alpes-Côte d'Azur, Alsace.
PU 2198; CDU 33152; DCN 25-A-425; CTN 6396; IAB 4053
CHAUDONNERET Jean
FRANCE. EQUIPEMENT ET LOGEMENT (MIN.). AMENAGEMENT FONCIER ET URBANISME
(DIRECTION). PARIS
Les acteurs de la maîtrise d'ouvrage urbaine en France
Paris-La Défense : MELT, 1996.- 27 p.
Les caractéristiques du système français de répartition et d'articulation des compétences
entre les différents pouvoirs publics. La reconstruction urbaine en France (1944-1954),
l'industrialisation et l'exode rural (1954-1967), la planification de l'aménagement (1967-1982),
la décentralisation, la politique des quartiers et la politique de l'habitat social (1982-1995). Les
différents aspects de la répartition des compétences dans la gestion urbaine en France ; les
moyens organisationnels et financiers pour exercer ces compétences ; la place du citoyen ;
le partenariat et la contractualisation.
CDU 38921
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D’ORGANISMES HLM
Le guide de la maîtrise d’ouvrage
Paris : UNFOLHM, 1996.- (coll. d’Actualités HLM)
Sommaire : Synoptique des tâches du maître d’ouvrage ; les études préalables ; le programme ;
l’élaboration du projet ; le bilan d’opération ; des indicateurs pour la maîtrise d’ouvrage.
CDU 52895
Rennes après la croissance. Une maîtrise d'ouvrage urbaine face à la crise
TECHNIQUES ET ARCHITECTURE. (FRA). n° 427, août-sept. 1996, pp.56-61, phot.
Rennes n'a ni ghetto, ni quartier dangereux ni banlieue. Rôle de la maîtrise d'ouvrage publique
de la ville et ses objectifs.
CDU
CHAVELET Catherine
La conduite du développement social urbain
DIAGONAL. (FRA). n° 126, août 1997.- p. 48, phot.
Une méthode innovantes pour la conduite des projets de développement social urbain est
présentée, à partir de la lecture d'un rapport du GIE Villes et quartiers. Ce dernier propose un
nouveau dispositif d'implication des acteurs, fondé sur une relation triangulaire entre un
« comité stratégique » de décision et d'évaluation, un pôle composé de « maîtres
d'ouvrages » et de « maîtres d'actions » et, enfin, un « pôle de concertation et d'initiative »
impliquant les acteurs de terrain.
CDU
DUNOYER DE SEGONZAC Patrice
159
CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS. PARIS; UNION NATIONALE DES FEDERATIONS
D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
La conduite du développement social urbain. Une réflexion sur le rôle et l'organisation des
acteurs
Paris : UNFOHLM, 1997.- 77 p., schémas (programme « 50 quartiers »)
La politique de la ville est nécessaire et elle contribue à réduire les effets destructeurs des
évolutions économiques et sociales, mais il existe des dysfonctionnements dont
l'amélioration est possible et contribuerait à renforcer l'efficacité de la politique de la ville dans
les quartiers. Six écueils fréquents dans la conduite du projet sont recensés. Quatre
propositions sont formulées pour rendre plus efficace la conduite des opérations de
redéveloppement des quartiers : renforcer la fonction de conduite générale de l'opération,
identifier et responsabiliser la maîtrise d'ouvrage traditionnelle, impliquer la population dans le
projet et renforcer les outils de mise en oeuvre et de coordination des actions.
CDU 34985
MERCIER Jean-Pierre
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE L'OUEST. NANTES ; FRANCE.
URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Pratiques et enjeux de l'évaluation de la politique de la ville par les DDE
Nantes : CETE de l'Ouest, 1997.- 90 p., ann., bibliogr.
Un premier chapitre décrit l'action des DDE de la Sarthe et du Finistère, ainsi que la politique
de la ville dans ces deux départements. Le second est consacré à une analyse des
principaux enjeux de l'évaluation de la politique de la ville, pour les DDE impliquées dans
l'évaluation des contrats de ville. La question du partenariat DDE / collectivités locales et celle
de la diminution du pouvoir des premières au profit des secondes (suite à la politique de
décentralisation) sont notamment abordées.
PU 2307; CDU 36187
TOULEMONDE Jacques ; FONTAINE C. ; LAUDREN Emile ; VINCKE Philippe
CENTRE EUROPÉEN D'EXPERTISE EN ÉVALUATION ; CONSEIL REGIONAL DE POITOUCHARENTES; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Evaluation régionale de la politique de la ville en Poitou-Charentes. Améliorer la qualité des
évaluations en partenariat : propositions pratiques
Lyon : C3E, 1997.- 47 p., ann.
Cet article montre quelles sont les spécificité de l'évolution en partenariat et propose une
méthode adaptée à ces spécificités. L'équipe d'évaluation démontre les difficultés et propose
des solutions techniques partielles avec la reconstruction d'un modèle logique de programme
et une application de la technique de la carte conceptuelle. Elle donne une solution pour
construire des instruments de mesure adaptés avec l'utilisation de la notation de la Banque
Mondiale, une solution pour réaliser une observation empirique avec une application de la
technique des études de cas en parallèle et une solution pour respecter le point de vue de
chaque partenaire avec une application de la technique d'analyse multicritère-multijuge. Elle
présente ensuite l'évaluation de la politique de la ville dans la Région Poitou-Charentes,
notamment son système de notation, les études de cas parallèles, le potentiel de la méthode.
Elle s'intéresse enfin à la question de la synthèse finale d'une évaluation en partenariat.
CDU 39494(2); PU 2387(2)
ATELIER D'ETUDES SUR L'ENVIRONNEMENT. PARIS ; CONSEIL REGIONAL D'ILE-DE-FRANCE;
DIRECTION REGIONALE DE L'EQUIPEMENT D'ILE-DE-FRANCE. PARIS; ILE-DE-FRANCE (REGION).
PREFECTURE
L’influence de la politique de la ville sur les stratégies et les pratiques des grands bailleurs
interdépartementaux
Paris : DREIF, 1998.- 103 p., tabl., ann.
Le rapport expose la démarche adoptée pour réaliser une étude d'évaluation de l'impact de la
politique de la ville sur les grands bailleurs sociaux, les difficultés rencontrées et les résultats
d'analyse après le recueil d'informations auprès de cinq grands organismes d'HLM et d'autres
160
intervenants concernés par cinq sites franciliens présélectionnés. Après avoir montré les
limites du principe de la géographie prioritaire appliqué à l'habitat, le rapport aborde
l'affirmation dans les discours d'une indépendance entre stratégie patrimoniale et géographie
prioritaire et évalue les incidences de la géographie prioritaire sur les stratégies patrimoniales
dans les faits. L'incidence de la politique de la ville sur les pratiques de gestion et notamment,
sur les politiques d'attribution face à l'objectif de mixité sociale affiché par la LOV, est
examinée. Enfin, il apparaît que des collaborations émergent dans la quotidienneté entre
intervenants et que la contractualisation se met lentement en place.
DRE 8543; CDU 50124
BALLAIN René (coord.)
FRANCE. MINISTERE DE L'EQUIPEMENT. DIRECTION GENERALE DE L'URBANISME, DE L'HABITAT
ET DE LA CONSTRUCTION
Promouvoir le droit au logement. Contribution à l'évaluation de la loi du 31 mai 1990
Paris : La Documentation française, 1998.- 458 p., ann., graph., tabl., bibliogr. (ouvrage collectif)
Cet ouvrage collectif rend compte d'une démarche d'évaluation nationale de la politique du
logement des personnes défavorisées, mise en oeuvre depuis la promulgation de la loi sur le
droit au logement (loi du 31/05/1990). La première partie présente une synthèse générale des
réflexions issues de l'évaluation ; elle fixe également des orientations pour l'action publique et
suggère des propositions aux responsables politiques. Les quatre parties suivantes
reprennent les apports des équipes de recherche en charge des quatre thèmes spécifiques
de l'évaluation : 1. la définition des publics prioritaires ; 2. la création d'une offre
supplémentaire de logement ; 3. l'intervention des fonds de solidarité logement (FSL) ; 4. les
enjeux du partenariat et de la territorialisation de l'action publique. Enfin, l'ouvrage se clôt par
une bibliographie thématique, suivie des textes législatifs et réglementaires qui ont structuré
la politique du logement des personnes défavorisées depuis 1990.
CDU 37715; IA 39959; DRE 8425; CTM 15725
GROUPE D'ETUDES ET DE RECHERCHES ARCHITECTURE ET URBANISME. LYON ; CONSEIL
REGIONAL D'ILE-DE-FRANCE; DIRECTION REGIONALE DE L'EQUIPEMENT D'ILE-DE-FRANCE.
PARIS; ILE-DE-FRANCE (REGION). PREFECTURE
En quoi la politique de la ville modifie-t-elle les politiques de l'habitat à travers les outils et les
procédures ? 1. Synthèse. 2. Conclusions de l'étude
Paris : DREIF, 1998.- 2 vol., 78 + 15 p., cartes, tabl., ann. (étude pilotée par la Division habitat-ville)
Le rapport montre que la programmation des crédits logement est un indicateur insuffisant
pour mesurer l'impact de la politique de la ville en matière d'habitat. Il évalue les apports
spécifiques de la politique de la ville dans l'évolution de l'action publique.
DRE 8554(1-2); CDU 50125(1-2)
LEBARD Sophie
L’évaluation de la politique de la ville, un outil efficace au service des pouvoirs publics ?
L'exemple d'Echirolles et de Villeurbanne
Grenoble : IUG, 1998.- 109 p. + ann., bibliogr. (mémoire de DESS urbanisme et aménagement, ss la
dir. de F. Mégevand)
L'évaluation de la politique de la ville s'avère être un exercice périlleux. L'utilité de la démarche
se vérifie dans la capacité de cette dernière à faire naître de la connaissance afin d'aider à la
décision. L’historique de la politique de la ville et ses caractéristiques. Le besoin d'évaluer,
étranger à la culture du service public français, lié l’effort conjugué de tous les acteurs. Une
analyse de terrain avec deux exemples d'évaluation : l'un dans le cadre d'une opération de
DSQ à Echirolles ; l'autre dans le cadre du contrat de ville de Villeurbanne.
IUG B 2952
POINSOT Marie
Contrats de ville. in Les mesures et indicateurs d'intégration
Strasbourg : Conseil de l'Europe, 1998.- pp. 129-139, réf. (Relations intercommunautaires)
161
Depuis 1977, l'Agence pour le développement des relations interculturelles (ADRI) a pour
mission de favoriser, par tous les moyens appropriés, l'intégration des populations immigrées
en France et le développement harmonieux des relations entre les communautés françaises
et étrangères. La réussite de la politique de la ville passe par l'intégration des immigrés. Les
actions qui concourent à cette intégration doivent constituer un aspect important de a
l
négociation des contrats de ville. L'évaluation des actions d'intégration en France est difficile.
La définition de l'intégration est elle-même sujette à discussion. Cette évaluation donne lieu à
deux types d'approches : approche sectorielle (logement, santé), approche transversale en
termes de systèmes locaux, régionaux ou nationaux d'intervention. L'évaluation est jusqu'ici
envisagée dans sa dimension de production de connaissances qui apporte un regard
qualitatif sur les actions d'intégration en cours. La mise en place de méthodologies doit
amener une dimension de prospective. L'évaluation devient, alors, productrice de
changement de l'action publique.
CDU 38685
SUEUR Jean-Pierre ; DONZELOT Jacques ; ESTEBE Philippe
Politique de la ville, ville politique
POUVOIRS LOCAUX. C. DE LA DECENTRALISATION. (FRA). n° 37, juin 1998.- pp. 45-60
Bilan de la politique de la ville établi par le rapport de Jean-Pierre Sueur, bilan particulièrement
sombre qui pourrait être inversé par un nouveau souffle donné à la décentralisation. Au terme
du premier exercice de cette politique contractuelle, on peut se demander comment elle a
fonctionné, en retenant trois niveaux : celui de la mobilisation des moyens de l'Etat, celui de la
nature du partenariat local et celui du plan des inrterventions (quelle définition du quartier ?). Il
convient donc de « réévaluer » cette politique à un triple sens : celui de la montée en régime
du niveau de diagnostic, celui de la clarification de son partenariat local et avec lui, des règles
du jeu contractuel.
EPC P1345; CDU
Procédures d'urbanisme
DIAGONAL. (FRA). n° 134, nov.-déc. 1998.- pp. 11-22, phot., plan
Résultats de l'enquête à Paris, Lyon et Clichy-Montfermeil sur les procédures utilisées pour
l'aménagement des quartiers existants. Ces procédures ont été, pour la plupart, développées
il y a trente ans dans un autre contexte urbain. A Paris, la morphologie très spécifique du
quartier Château-Rouge a nécessité de concevoir un dispositif d'aménagement conjugant
opérations programmées d'amélioration de l'habitat (OPAH), maîtrise d'ouvrage urbaine et
sociale (MOUS) et programme d'équipements. A Clichy-Montfermeil, une société d'économie
mixte est au coeur de la restructuration urbaine instaurée par le pacte de relance de la ville. A
Lyon, un futur plan d'occupation des sols communautaire associé à un nouveau projet
d'agglomération, un mixage des outils et des procédures composent l'approche de
l'urbanisme de la ville. Illustration de cet approche avec la mise en place de la mission CroixRousse.
CDU
BATHELLIER Virginie
CONSEIL REGIONAL D'ILE-DE-FRANCE; ILE-DE-FRANCE (REGION). PREFECTURE
Dossier thématique : politique de la ville et politique de l'habitat
Paris : Préf. d'Ile-de-France - CRIF, 1999.- 35 p. (rapport de synthèse du Groupe de travail « Habitat »
de l'Instance d'évaluation de la politique de la ville en Ile-de-France)
La géographie prioritaire s'appuie sur une lecture incomplète et/ou incohérente des territoires
et il existe une tendance générale au renforcement des processus de ségrégation sociospatiale. Dans le domaine de la transformation de l'action publique, une dynamique est
engagée, mais le bilan est partagé. Enfin, les contrats de ville sont limités par des objectifs
flous et une échelle peu adaptée, et l'impact de la politique de la ville sur la mise en oeuvre
des dispositifs globaux de négociation demeure insuffisant.
IA 40380(2) IA 40381; CDU 50128(2)
162
CONSEIL REGIONAL D'ILE-DE-FRANCE; ILE-DE-FRANCE (REGION). PREFECTURE
Rapport final, complété par les cinq dossiers thématiques, disponibles auprès de l'Instance
d'évaluation de la politique de la ville en Ile-de-France
Paris : IFPREF - CRIF, 1999.- 94 p., cartes
Après avoir exposé les enjeux de la démarche d'évaluation de la politique de la ville en Ile-deFrance, les limites de cette politique en Ile-de-France sont montrées : la géographie
d'intervention apparaît inadaptée au contexte francilien, les contractualisations ne sont ni
globales ni redistributives, la portée de la transformation de l'action publique dans les
territoires en difficulté est limitée. Les investigations conduites dans cinq domaines
thématiques renforcent ce constat que, dans son application actuelle, la politique de la ville
est inadaptée à l'Ile-de-France : les services publics évoluent, mais la politique de la ville ne
transforme pas le coeur des pratiques institutionnelles, les politiques de l'habitat sont
soumises aux logiques patrimoniales des bailleurs, les politiques de désenclavement et de
développement sont le plus souvent dissociées de la politique de la ville, les politiques de
l'emploi et de la ville s'articulent difficilement et la politique de la ville ne prend pas assez en
compte les exigences du commerce moderne. Une méthodologie et des orientations sont
proposées pour une action plus efficace des instances régionales en matière de politique de
la ville.
IA 40380(6); CDU 50128(6)
COMMISSION EUROPEENNE ; DIRECTION GENERALE XVI « POLITIQUE REGIONALE ET
COHESION »
Nouvelle période de programmation 2000-2006 : documents de travail méthodologiques.
Document de travail n° 3 - Indicateurs pour le suivi et l'évaluation : une méthodologie
indicative
St-Denis-La Plaine : DIV, 2000.- 59 p., tab., bibliogr.
Pour les autorités nationales et régionales chargées de la gestion des fonds structurels de l’Union
européenne, le suivi et l’évaluation des programmes ne sont pas des activités nouvelles. Au cours des
dernières années, les comités de suivi ont acquis une expérience en matière de quantification des
objectifs des programmes et de la réalisation d’évaluations à mi-parcours, expérience qui va permettre
d’orienter et d’améliorer le suivi et l’évaluation des futures aides structurelles. La question des indicateurs
revêt une importance particulière et soulève les problèmes de cohérence des définitions et de
quantification des objectifs des programmes.
DIV ; http://www.ville.gouv.fr/ie/index.html (ressources en ligne)
Grands projets de ville : derniers préparatifs
LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 60, sept.-oct. 2000.- pp. 1-2
Cet article présente brièvement les principes des actions relatives aux grands projets de ville
(GPV), projets entrant dans le cadre du programme national de renouvellement urbain et
devant être mis en oeuvre à partir du début 2001 (50 GPV prévus). Ces actions nécessiteront
une complémentarité des services publics, de s'assurer de la cohérence des politiques de
l'habitat, la mise en place de groupements d'intérêt public pour assurer un pilotage
transparent et stable, et la participation des habitants. Des procédures sont en cours pour le
recrutement des directeurs de projet en charge de ces GPV.
CDU
163
4. LE PROJET,
UNE DEMARCHE PARTAGEE
4.1. CONNAISSANCE DES TERRITOIRES
ET ANALYSE DES BESOINS
DUPUY Sabine
Modes d'appropriation et relations sociales face au programme de réhabilitation du logement
social en France
Paris : 1983.- 252 p., phot., bibliogr. (thèse doctorat 3ème cycle, IUP - Paris XII, 1983)
Etude des modes d'appropriation observées dans les ensembles d'habitation promis à la réhabilitation ;
analyse des mécanismes et des facteurs qui en sont à l'origine. Il s’agit de préciser les hypothèses à la
lumière desquelles devrait s'organiser l'intervention sur le terrain, et de dégager les facteurs favorables au
développement des pratiques d'appropriation, lorsque celles-ci accompagnent des processus
d'adaptation, d'intégration à la vie dans ces ensembles de logements HLM. Le travail d'enquête
s'organise autour de la présentation de quatre cas, avec l'analyse des résultats obtenus : Nîmes, Le
Mas de Mingue ; Douai, les blocs « Million », la ZUP de Chenove ; Nancy, La Chiennerie.
IUP TH481; CDU 24096
CHAZALETTE Andrée
CENTRE DE REALISATIONS ET D'ETUDES POUR LA PLANIFICATION ET L'AMELIORATION DE
L'HABITAT. PARIS
Les habitants des quartiers dits d'habitat social
Paris : CREPAH, 1984.- 85 p.
Effectuée à la suite de diverses enquêtes relatives aux opérations HVS ou aux ZUP et grands ensembles
de la région lyonnaise, cette étude porte sur la constitution et les caractéristiques démographiques
particulières de ces quartiers, la diversité des situations, des réactions et des analyses, les familles
algériennes et les familles dites lourdes. Elle propose des orientations pour une nouvelle politique du
peuplement, un jeu institutionnel et des conditions de reprise des quartiers en difficulté.
CDU 15580
BELBAHRI A. ; FORET C. ; HEALY M. ; JOSEPH I.
ASSOCIATION DE RECHERCHES D'INTERVENTIONS ET D'ETUDES SOCIOLOGIQUES ET
ETHNOLOGIQUES. BRON ; FRANCE. EQUIPEMENT (MIN.). CONSTRUCTION (DIR.). PLAN
CONSTRUCTION. PARIS
L’affaire Armstrong. Mobilité résidentielle et redéfinition des situations
Paris : Plan construction, 1985.- 237 p., tabl., graph. (coll. Recherches)
Dossier sur le quartier Armstrong de la ZUP des Minguettes (Vénissieux). Le premier des trois rapports
de ce dossier fournit une vision « micro-sociale » de ce quartier. Le second présente l'étude de
l'intégration sociale selon l'école de Chicago, mais avec les exemples de l'Alma-Gare à Roubaix et les
modalités de recrutement des femmes immigrées du quartier Armstrong en vue d'un stage « animatrices
résidentes » organisé par le groupement des maîtres d'ouvrage de la région lyonnaise. Le troisième
redéfinit la situation des Minguettes en 1983, réfléchit à l'ambiguïté du rôle social d'une association,
créée aux Minguettes en vue de la mobilisation de réseaux sociaux existants, afin de promouvoir un
« développement social ». Trois annexes concernent le stage et l'association « La Passerelle ».
CDU 16177; IUG B1367; IA 26826
BLANC Jean-Noël
ARCHISTEPH ; ASSOCIATION DE RECHERCHE ET DE PRATIQUE DE L'UP DE ST-ETIENNE ; PLAN
CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
164
Obsolescence de l'habitat social et stratégies familiales. Etude sociologique
St-Etienne : Ecole d'architecture, 1985.- 151 p., ill. (programme « De l'usager aux habitants » ; étude
réalisée pour le compte du Plan construction)
Le logement social confronté à l'évolution des besoins et des modes de vie. Regard sur les stratégies
d’habitat et de vie des familles : elles échappent en partie aux déterminations classiques de
l'appartenance sociale et cela nécessite une certaine plasticité du logement.
IA 26797(1); PCA A205(1); CDU 20261(1)
CENTRE DE REALISATIONS ET D'ETUDES POUR LA PLANIFICATION ET L'AMELIORATION DE
L'HABITAT. PARIS
Les études préopérationnelles
Paris : CREPAH, 1986.- pag. multp.
Présentation des différentes phases d'une étude préopérationnelle dans le domaine de la construction
neuve, de la réhabilitation du patrimoine et de la réhabilitation de l'ancien. Les études
préopérationnelles sont destinées à élaborer le programme et la conception des opérations à partir d'une
réflexion approfondie sur la demande sociale, sur les conditions économiques locales et sur la
réalisation d'un habitat adapté.
CDU 38085
ANSELME Michel ; PERALDI Michel ; MAURY Hervé
CENTRE D'ETUDES DE RECHERCHES ET DE FORMATION INSTITUTIONNELLES DU SUD-EST. AIXEN-PROVENCE ; DIRECTION DE LA CONSTRUCTION
Entre logeurs et logés. 1. Les figures de la dégradation
Marseille : CERFISE, 1987.- 109 p.
Cet ouvrage s'appuie sur une double expérience de recherche et d'intervention dans deux cités des
quartiers nord de Marseille. Il traite du phénomène de dégradation des grands ensembles HLM, de son
processus, mais également des discours qui l'accompagnent.
CDU 22853(1)
MASSON Gérard ; ABALLEA François
DIRECTION DE LA CONSTRUCTION
Besoins des usagers et réhabilitation du logement social. Petit guide sociologique de la
réhabilitation
Paris : MELATT, 1987.- 25 p. multigr.
Etude sur que la satisfaction des locataires dans les réhabilitations « ordinaires » de logements sociaux.
A partir des observations accumulées sur quatre ensembles réhabilités en Ile-de-France, il est possible de
formuler quelques recommandations pour la prise en compte des dimensions sociologiques d'une
réhabilitation.
CDU 21420
BIAU Véronique
Quand la fonction suit la forme : formes urbaines et pratiques urbanistiques en « r »
VILLES EN PARALLELE. (FRA). n° 12-13, nov. 1988.- pp. 216-223
Avec la redécouverte des traces urbaines et l'intention d'agir en douceur sur la ville se développent les
pratiques urbanistiques en « r » : réhabilitation, reconversion, restauration. Mais, avec ces pratiques qui
permettent de faire de la ville sans création de formes en se glissant dans les cadres bâtis existants,
l'auteur se demande si on n'élude pas les questions cruciales d'une composition urbaine en perte de
savoir-faire.
CDU 21104; CP 3356
TABARD Nicole ; ALDEGHI Isa
CENTRE DE RECHERCHE ET DE DOCUMENTATION SUR LA CONSOMMATION. PARIS ; FRANCE.
COMMISSARIAT GENERAL AU PLAN
Développement social des quartiers : les sites concernés et leurs caractéristiques socioéconomiques par rapport aux autres communes françaises ou aux autres quartiers de l'Ile-deFrance
165
Paris : CREDOC, 1988.- 88 p., tabl., graph., ann. (étude réalisée pour le compte du Commissariat
général du Plan)
L'étude sélectionne les caractéristiques des communes françaises ou des quartiers de l'Ile-de-France qui
différencient significativement les zones défavorisées. Cette différenciation demeure, même lorsqu'on
compare les communes à développement social des quartiers (DSQ) ou les îlots sensibles avec celles
appartenant au même type « socioprofessionnel » : par exemple, lorsqu'on compare les communes à
DSQ appartenant à des types « ouvriers » aux autres communes non DSQ de ce type.
IA 25994; CDU 23411; PU 1618
TSIOMIS Yannis
Un tissu de mensonges. La forme urbaine ou la réhabilitation est-elle une pratique particulière
?
VILLES EN PARALLELE. (FRA). n° 12-13, nov. 1988.- pp. 234-243
La forme urbaine représente plus que le tracé urbanistique : elle est vécue en simultanéité du spatial et
du social. La réhabilitation des quartiers dégradés et surtout des grands ensembles exige d'avoir
l'ambition de reconstituer une authentique forme urbaine. Pour atteindre un tel but, le projet ne peut ni
ne doit se censurer ; il est alors véritablement politique.
CDU 21104; CP 3356
PERALDI M. ; ANSELME Michel ; BENSASSON Suzanne ; LEMAIRE Madeleine
CENTRE D'ETUDES DE RECHERCHES ET DE FORMATION INSTITUTIONNELLES DU SUD-EST. AIXEN-PROVENCE ; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Entre logeurs et logés. 2. L'épreuve territoriale
Aix-en-Provence : CERFISE, 1989.- 223 p., tabl., bibliogr.
A l'occasion de la réhabilitation de la cité HLM des Flamants à Marseille, une étude sociologique a été
effectuée afin de déterminer les caractéristiques des relations sociales dans un territoire donné. Cette
étude analyse l'épreuve territoriale, les réseaux familiaux dans le parc HLM, l'accès au logement social,
le rôle des habitants dans la réhabilitation, la situation socio-démographique des Flamants, institutions,
associations d'habitants et espace public - la représentativité introuvable-.
PCA A275; CDU 22853/2; EPC NY3070(1-2)
POTTIER Guy ; RICHARD Pierre ; SERIEYS Brigitte
GROUPE D'ETUDES ET DE REALISATIONS POUR L'AMELIORATION DES CONDITIONS DE
TRAVAIL. TOULOUSE ; DIRECTION DE LA CONSTRUCTION
Intégration de l'ergonomie dans les démarches d'amélioration de la qualité d'usage de l'habitat
Toulouse : GERACT, 1989.- 26 p., graph.
Les démarches de réhabilitation sont en général de deux types : les démarches techniques, les démarches
à contenu social. L'ergonomie permet de donner les moyens de prendre en compte les activités réelles,
ménagères, ludiques, sociales ou même professionnelles, et non pas celles qui sont prévues ; de repérer
les diversités de construction de ces activités en fonction de facteurs divers : composition de la famille,
culture, projet, âge, handicap, etc. ; de proposer des pistes articulant les nécessités de souplesse et de
flexibilité permettant des ajustements. L'ergonomie, associée dès l'origine du projet, dans la phase
importante d'élaboration du cahier des charges, peut aider les décideurs à anticiper sur les techniques et
les usages en favorisant, par des aides particulières, des démarches audacieuses au service des usagers.
DC E89.47
SIVADIER A.
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE MEDITERRANEE. LES-MILLES; CENTRE
SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT. PARIS ; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Evaluation du programme conception et usage de l'habitat. Contribution de l'étude de la
réhabilitation de 120 logements HLM locatifs à Lunel, Hérault
Aix-en-Provence : CETE Méditerranée, 1989.La démarche de réhabilitation de 120 logements HLM locatifs à Lunel.
CTA 9579; PCA A380
166
FEDERATION NATIONALE DES AGENCES D'URBANISME ; PLAN CONSTRUCTION ET
ARCHITECTURE
Bilan des observatoires de l'habitat. Inventaire des sources d'informations utilisées ; fiches
descriptives
Paris : FNAU, 1990.- 79 p., tabl.
Avec le développement des programmes locaux de l'habitat et l'implication croissante des agences
d'urbanisme dans les procédures opérationnelles (OPAH, HVS, DSQ, projets de quartier...), apparaît la
nécessité d’intensifier les échanges entre les différentes équipes sur les problèmes de logement et
d'habitat et sur les modalités d’analyse. De ce constat naît en 1986 le Club habitat, groupe de travail
fonctionnant à l'intérieur du réseau des agences d'urbanisme, en association avec le Laboratoirelogement de Nancy, et dont la vocation est d'échanger des expériences, des savoir-faire ou des
méthodologies sur les problèmes liés à l'habitat. Depuis sa création, ce groupe de travail a eu l'occasion
d'aborder différents thèmes d'étude tels que le financement du logement, le marché locatif et les
investisseurs institutionnels, la réforme des aides à la pierre et à la personne, et le marché foncier. La
présente analyse constitue pour le réseau la première expérience de travail sur un thème unique, à savoir
les observatoires de l'habitat et les outils de connaissance du marché immobilier qu'utilisent les agences.
PCA B453(bis); CDU 24677(2); DCN 43-765; IA 35100
REY Henri
CENTRE D'ETUDE DE LA VIE POLITIQUE FRANCAISE CONTEMPORAINE. PARIS ; FRANCE.
URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Les évolutions du comportement électoral dans les quartiers de grands ensembles , 1988-1989
Paris : CEVIPOF, 1990.- 130 p.
Suite à une étude sur les évolutions électorales dans les quartiers sensibles en 1986, ce document
propose une comparaison des comportements électoraux des habitants de 37 quartiers bénéficiant d'une
procédure de type développement social des quartiers (DSQ) et de huit quartiers n'en bénéficiant pas.
Toutes les consultations électorales des années 1988-1989 sont prises en compte (législatives,
cantonales, référendum et municipales). L'évolution des écarts entre les quartiers et leurs villes
d'appartenance est analysée en vue d’appréhender les taux de participation et les niveaux de vote
d'extrême droite.
PU 1380(2); DCN 25-A-205
TREUTTEL Jean-Jacques ; GARCIAS Jean-Claude ; TREUTTEL Jérôme ; DENES Michel ; ROCHETTE
Bernard
PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Gagny II. Rénovation d'une cité des années 50
Paris : Plan construction et architecture, 1990.- 45 p., plans, phot. (coll. Expérimentation ; étude réalisée
dans le cadre du programme « Conception et usage de l'habitat »)
Quel avenir pour une cité de 500 logements des années 50 ? Réhabiliter ou reconstruire ? Le maître
d'ouvrage s'interroge. L'enjeu c'est le devenir de tout un quartier et la vie quotidienne de 2.000
personnes. La concertation s'installe entre les élus, les habitants, les associations et le maître d'ouvrage.
La dynamique engagée intéresse le Plan construction et architecture. Une équipe de projet est créé avec
des architectes lauréats du PAN XI (programme architecture nouvelle) et des sociologues, pour analyser
et approfondir les attentes de chacun. Tel est le contexte de l'opération de Gagny II dont le processus de
conception est présenté dans cet ouvrage.
PCA C111; CP 3871; CDU 24018
BEHAR Daniel
ACADIE. PARIS ; FEDERATION NATIONALE DES AGENCES D'URBANISME
Les territoires de l'exclusion. Synthèse des monographies produites par les agences
d'urbanisme
Paris : ACADIE, 1991.- 20 p.
Ce document propose un point de vue sur l'exclusion, à la fois spatialisé et prospectif, à travers l'examen
de monographies produites par les agences d'urbanisme. Autour du thème central de l'exclusion et des
dynamiques territoriales, plusieurs questions sont posées : comment se manifeste l'exclusion sociale et
urbaine ? quels en sont les facteurs ? quelles sont les interactions entre les territoires de la ville et les
167
imbrications entre les échelles de l'urbain ? La conclusion insiste sur le rôle de la planification urbaine
dans la lutte contre l'exclusion par une réflexion prospective.
CDU 33543
CENTRE DE RENCONTRES ET D'INITIATIVES POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL. PARIS
Méthode de diagnostic d'un territoire : projet pilote réalisé pour la CEE
Paris : CRIDEL, 1991.- pag.div.
Le Centre de rencontres et d'initiatives pour le développement local (CRIDEL) est chargé pour le compte
de la Commission des communautés européennes, de réaliser des diagnostics d'actions de
développement économique local. Ce projet à un double objectif. Un premier objectif cognitif : caractériser
un ensemble de démarches locales de développement économique et en apprécier les résultats par
rapport aux objectifs initiaux, en particulier dans les domaines de la création d'emplois et d'activités. Un
deuxième objectif méthodologique : au vu des travaux réalisés sur les différents sites retenus et de ses
propres travaux, le CRIDEL est chargé d'établir des recommandations méthodologiques relatives à
l'analyse des actions de développement économique local.
CDU 32388
FEDERATION NATIONALE DES AGENCES D'URBANISME
Les territoires de l'exclusion
Paris : FNAU, 1991.- pag. mult., cartes, plans
Le document présente le travail réalisé par le Club « développement social urbain » de la Fédération
nationale des agences d'urbanisme (FNAU) dans le cadre d'un protocole d'accord FNAU-DIV-DSU,
conclu en 1989. 22 agences d'urbanisme ont réalisé une monographie des « territoires de l'exclusion » en
respectant une trame commune : la connaissance des territoires de l'exclusion dans les agglomérations ;
le diagnostic des situations d'exclusion ; les projets de requalification et les réponses locales ; le suiviévaluation des actions entreprises ; les territoires de l'exclusion et la planification urbaine.
IA 30297
FRANCE. ENVIRONNEMENT ET CADRE DE VIE (MIN.). DIRECTION DE L'ARCHITECTURE.
SECRETARIAT DE LA RECHERCHE ARCHITECTURALE. PARIS
Avis de recherches. Connaître la ville, comprendre le projet, identifier les usages, interroger la
recherche
Paris : Maison de l'architecture, 1991.- 35 p. (Forum de la recherche architecturale, 4-5 juin 1991)
Point très complet de l'état de la recherche en architecture et urbanisme : ses difficultés et ses résultats,
les répercussions dans l'enseignement de l'architecture, dans la pratique du projet et dans la
compréhension des usages (relation avec la recherche en sciences humaines).
CDU 25521
FRANCE. SERVICE TECHNIQUE DE L'URBANISME. PARIS
Observer pour agir. Guide des partenaires du développement
Paris : STU, 1991.- 140 p.
Etre partenaire du développement local, c'est avant tout prendre conscience de notre manière d’observer
et d’agir. La première partie de cet ouvrage fournit des définitions et éclairages conceptuels ; la seconde
est conçue pour l'action. Un guide pour l'élaboration d'un diagnostic de positionnement conclut ce
document.
CDU 23778; CTM 10436; IA 28982; DCN 27-317; IAB B547; EPC NY3011; EPC NS16326; CP 4552; TU
ST12 2445
MONTAUFFIER Hervé
Réhabilitation et projet urbain ; rapport du 4 décembre 1991
Paris : DHC, 1991.- 45 p., bibliogr.
Treize millions de logements ont été construits depuis la guerre, pour une large part dans les quartiers
périphériques dont les insuffisances urbaines sont aujourd'hui dénoncées. L'enjeu de la réhabilitation
est alors posé ; certains tissus s'adaptent, d'autres ont besoin d'être « secourus », d'autres enfin ne
pourront jamais s'adapter. Cette approche du patrimoine social est menée à partir d'une analyse
typologique des ensembles bâtis dans leurs incidences sur la gestion ; elle constitue un complément aux
168
approches plus habituelles, menées à partir d'analyses sociales et fonctionnelles des quartiers d'habitat
social.
DC E91.14; CDU 33538
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS ; PLAN CONSTRUCTION ET
ARCHITECTURE
Expérimentation habitat services personnes âgées ; étude pôle de services gérontologiques de
quartier
Paris : UNFOHLM, 1991.- 39 p.(étude réalisée dans le cadre du programme Cité-services)
Un organisme HLM, qui s'engage dans une politique de réhabilitation de son patrimoine, doit intégrer
très tôt une problématique «personnes âgées » dans son plan d'amélioration et d'évolution de ce
patrimoine, par ce qu'il estime que le nombre de personnes âgées, qu'il loge, est important et augmente, et
qu'un habitat adapté est nécessaire pour accueillir ces populations en perte d'autonomie. L'organisation
d'une offre nouvelle de services au sein du patrimoine locatif devrait éviter, et leur éviter, d'être
transférées vers des structures médicalisées beaucoup plus onéreuses et en nombre insuffisant. Pour
parvenir à cet objectif, il est proposé aux maîtres d'ouvrage de suivre une démarche coordonnée et
partenariale sur l'habitat et les services selon une méthodologie à trois entrées : l'enquête « services »,
l'état des lieux (évaluer les potentialités du bâti et de l'espace des logements sur un patrimoine donné),
l'enquête « publics » pour connaître les caractéristiques de la population concernée, de ses attentes, la
segmentation des besoins.
PCA EX52; CDU 26066
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
Habitants en mouvement : une interrogation sur le métier de bailleur rapport du Club des
expérimentateurs
Paris : UNFOHLM, 1991.- 63 p., ill. (coll. Cahier d'actualités HLM, n° 10)
Il s’agit d’une réflexion collective, engagée par le ministère de la Solidarité et des Affaires sociales et le
ministère de l'Equipement, du Logement et des Transports, et co-financée par ces ministères et
l'UNFOHLM. Se fondant sur des recherches récentes, qui ont mis en évidence l'importance des
rapprochements familiaux dans l'habitat social, la complexification des structures familiales et de
nouvelles formes de mobilité, l'étude a pour objectif d'engager une réflexion sur ces phénomènes avec les
organismes HLM autour de deux questions : quelle marge de manoeuvre ont les organismes dans le
traitement de ces évolutions ? comment trouver une articulation adéquate entre aspirations, stratégie des
familles et gestion de la mobilité par les organismes ?
IA 29551; DCN 43-668; CDU 25320
WERNER Klaus ; SENIGOUT Danielle
Observer pour agir. Rencontre au CNIT ; dossier constitué à partir des actes de la rencontre du
17 avril 1991
Paris-La Défense : STU, 1991.- 26 p.
Après la publication de l'ouvrage « Observer pour agir », débat sur : l'évolution des systèmes
d'observation, les enjeux auxquels ils correspondent, les acteurs qui s'y investissent et confrontent
ainsi leurs logiques au travers de ce puissant levier de développement qu'est l'information.
CDU 25068
BERTONCELLO Brigitte ; LA TAULADE Bénédicte de
Effet pervers des financements de projet
TERRITOIRES. (FRA). n° 333, déc., 1992.- pp. 6-8
Face à la profusion des dispositifs financiers en cours sur les quartiers, il est urgent de s'interroger sur la
pertinence de la notion de projet comme outil du développement. En quoi permet-il d'affirmer la
citoyenneté des habitants des îlots dits « sensibles » ?
CDU
FORET Catherine
169
TRAJECTOIRES. LYON ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN
URBAIN
Valorisation et dévalorisation dans la ville : le Musée urbain Tony Garnier ou la ré-invention
d'une cité HLM
Lyon : Trajectoires, 1992.- 185 p., bibliogr.
Le Musée urbain, en tant que projet de « remise en valeur » d’un quartier populaire, condense une
grande partie des questions sur les processus de valorisation/dévalorisation dans la ville. Ce rapport
aborde les conditions d’émergence de ce projet, qui voit le jour en 1988 suites aux questionnements qui
se posent à propos du quartier des « Etats-Unis » à Lyon, ainsi que l’attitude de ses habitants qui se sont
mobilisés pour la « remise en valeur » de leur quartier. Il expose les raisons, éclaire les décalages de
perception qui ont été à l’origine du projet de « revaloristion » de ce quartier. Au sommaire : de l’espace
au territoire, les fondements de l’identité locale ; du monument au grand ensemble, les étapes de la
dévalorisation ; le processus de revalorisation, stratégies d’acteurs et objets de médiation.
PU 1879; CDU 28457; DCN 25-A-294
FRANCE. SERVICE TECHNIQUE DE L'URBANISME. PARIS
Groupe national des observatoires locaux de l'habitat : réunion du 24 mars 1992 ; réhabilitation
du parc public et privé
Paris : STU, 1992.- n.p., 7 documents
Compte rendu de la réunion sur la réhabilitation du parc public et privé. Rapport d'activité du comité de
pilotage sur l'évaluation de la politique de réhabilitation du logement social public. La place de la
réhabilitation dans la vie locale : une démarche participative d'évaluation en région Nord-Pas-de-Calais.
La constitution de l'information et ses enjeux pour la réalisation des OPAH. La mise en oeuvre de la loi
Besson.
CDU 25889
GARONNE (HAUTE-). EQUIPEMENT (DIRECTION DEPARTEMENTALE). TOULOUSE
Enquête de satisfaction, réhabilitation quartier Reynerie
Toulouse : DDE, 1992.- 38 p., ann. (collaboration DESS aménagement habitat, Univ. Toulouse-Le Mirail)
L'objectif de l'enquête conduite auprès des habitants du quartier Reynerie, en collaboration avec les
organismes bailleurs HLM et la mission de développement social, était de réaliser un bilan d'étape à miparcours de la réhabilitation engagée sur le quartier. Depuis 1989, 1.400 logements HLM, construits
dans les années 1970, ont connu une amélioration sur le fonctionnement des logements (ascenseurs,
coursives, interphones, ordures ménagères). Certaines modifications seront prises en compte dans le
programme de travaux ultérieurs, afin de mieux répondre aux besoins des habitants (aménagements
pour les enfants, sécurité des logements).
D31 E64
LAROUR Marie-Noëlle
UNIVERSITE PARIS-VAL-DE-MARNE. INSTITUT D'URBANISME DE PARIS. CRETEIL
Les modes d'habiter dans deux cités d'habitat social ; réflexion sur l'habitat adapté
Paris : DHC, 1992.- 140 p., pl. h.t., tabl., cartes, ann., bibliogr.
Les différences ethniques doivent-elles produire des formes d'habitat spécifiques ? Etude de deux cas
d'habitat social en grands ensembles, plus particulièrement l’aspect des modes d'habiter. Chacune des
deux cités comporte entre 500 et 600 logements. Les entretiens sont menés selon la grille suivante : la
conception et les usages de l'espace logement ; le rapport à l'immeuble et aux espaces intermédiaires ; le
rapport à la cité, au quartier ; l'arrivée à la cité et les projets en terme d'habitat ; le projet de réhabilitation ;
la notion d'habitat adapté.
DC E92.1; CDU 33046
MOLEY Christian
Réhabiliter à partir des qualités d'espace
NOTES DE L'OBSERVATOIRE DE L'HABITAT ANCIEN. (FRA). n° 9, janv. 1992.- 21 p.
Une approche de la réhabilitation axée sur l'exploitation du potentiel des qualités d'usage que recèlent
les espaces de l'habitat ancien. Les plans représentatifs de l'habitat ancien, entrant dans le champ
courant de la réhabilitation, ont été sélectionnés, en s'attachant aux immeubles a priori concernés par
170
l'action de l'ANAH : d'où le choix de l'immeuble de rapport, au tournant du siècle, à partir de documents
sur Paris et sa région.
EPC NY4099
VANHOUTTE Jean-Marc
INSTITUT D'ETUDES ET DE RECHERCHES ARCHITECTURALES ET URBAINES. PARIS ; DIRECTION
DE L'HABITAT ET DE LA CONSTRUCTION
Réhabilitation de grands ensembles et condition du travailleur
Paris : IERAU, 1992.- 110 p., bibliogr.
Bilan des études ayant eu pour objet les réhabilitations des logements sociaux de grands ensembles
depuis le début des années 80. Il vise à une meilleure connaissance de l'interférence entre des logiques
d'acteurs (services administratifs, gestionnaires et opérateurs) et des logiques sociales (habitants,
locataires, médiateurs). La mobilisation de multiples acteurs dans les programmes de réhabilitation se
réalise à travers le remodelage d'emplois et la définition de nouvelles configurations d'usages du travail.
L'analyse de différentes études (et parmi elles, le rapport Delarue de 1991) dégage les nouvelles
approches de recherche privilégiées en sociologie urbaine comme en sociologie du travail. Puis les
méthodes sociologiques utilisées et destinées à rendre compte de l'habitat social et du phénomène de la
réhabilitation sont décrites, basées sur l'analyse des trajectoires professionnelles d'habitants, d'usages
de travail, de la relation salariale ou sur un exemple concret (la démolition de la Cité Olivier de Serres à
Villeurbanne). La technique des entretiens biographiques est ensuite explicitée, et les évolutions des
métiers liés à la réhabilitation des grands ensembles sont précisées. Il apparaît que la vie actuelle dans
un quartier d'habitat social, avec son absence conjoncturelle d'emploi, constitue une nouvelle donnée des
relations salariales.
CDU 31585 ; DC E92-32
VIEILLARD-BARON Hervé
Deux ZAC de banlieue en situation extrême. Du grand ensemble stigmatisé de Chanteloup au
village de Chevry
ANNALES DE GEOGRAPHIE. (FRA). n° 564, avr. 1992.- pp. 188-213, cartes, graph., bibliogr.
La comparaison entre la ZAC la plus pauvre - La Noë à Chanteloup - et la ZAC la plus riche - Chevry II à
Gif – permet, dans la construction des ségrégations, de mesurer : le rôle de l'environnement
géographique et historique, l'influence des premières politiques de peuplement et, surtout, le poids des
promoteurs et des capitaux engagés.
IA P. 69; CDU
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN; FRANCE.
AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET ACTION REGIONALE (DELEGATION). PARIS
Mutations économiques et urbanisation. Cinq ans de recherche et d'expérimentation
Paris : La Documentation française, 1993.- 470 p., ann., bibliogr.
Cet ouvrage rappelle les objectifs et le déroulement du programme de recherche et d'expérimentation
« Mutations économiques et urbanisation ». Ces travaux ont contribué à une relance de la recherche
interdisciplinaire sur la ville et à un renouvellement des connaissances sur les relations entre
dynamiques économiques et dynamiques spatiales et urbaines. Ce bilan présente les principaux apports
autour de cinq thèmes : métropolisation, contenus, formes et enjeux ; morphologies sociales et
recompositions urbaines ; temps des villes ; politiques urbaines, dynamiques économiques et régulation
sociale. Il se veut aussi une contribution au débat chercheurs-décideurs au moment où se pose la
question de l'efficacité des politiques pour l'aménagement du territoire.
PU 1950; CDU 29162; IA 31852; DRE 7320; MV B7432; DCN 25-A-289
LAVAREC Gwennaelle
La cité Chalet-Solférino à Reims : de la réhabilitation d'un environnement bâti à la conquête
nécessaire d'une identité sociale
Reims : IATEUR, 1993.- 2 vol. 112 p. + 63 p., bibliogr., ann., tabl., cartes (mémoire de DESS
urbanisme aménagement environnement, ss la dir. de F. Toublan)
Avant d'entreprendre la réhabilitation de la cité, il s’agit de mettre en place une concertation avec les
locataires et de réaliser une analyse financière relative aux travaux engagés : l'impact sur les locataires
doit être évalué, compte tenu du bilan socio-économique et de l'occasion manquée d'une réhabilitation
171
réellement concertée. Pour donner à cette cité les moyens de ralentir le processus de dégradation, les
solutions envisageables doivent reposer sur des outils permettant d'assurer aux résidents une vie
collective acceptable.
ITR 4171IA
LELEVRIER Christine ; CORBILLE Christine
Quelles évolutions pour les quartiers sensibles, 1982-1990
HABITAT. (FRA). n° 4, fév. 1993.- pp.12-19, tabl., cartes (suppl. au Cahiers de l'IAURIF, n° 103)
Pour mesurer l'évolution des quartiers sensibles, l'IAURIF a utilisé les données des derniers
recensements de l'INSEE sur 145 quartiers franciliens. Les grandes tendances sont : une diminution et
un vieillissement de la population, la population étrangère augmente très légèrement, le chômage
augmente, le profil des quartiers DSQ se stabilise. Les évolutions globales recouvrent de fortes disparités
d'un quartier à l'autre, la Seine-St-Denis connaissant une forte aggravation du chômage.
IA P.117BIS
MASBOUNGI Ariella (dir.)
FRANCE. ARCHITECTURE ET URBANISME (DIR.)
Comprendre, penser, construire la ville
Paris : Min. Equipement, Transports et Tourisme, 1993.- 82 p., phot., plan, ill.
Compte rendu des débats du colloque Projet urbain 92 « De l'intention à la réalisation » (29-30 sept.
1992), enrichi d'entretiens avec différents acteurs du développement urbain. Définition du projet urbain :
le sens politique, l'identité et le dessin de la ville. Exemples, illustrés de photographies et de plans. Les
projets urbains de Glasgow, Dunkerque, Nîmes, Urbino, Strasbourg, Hambourg, etc.
CDU 28503; IA 33679; DRE 7277; MV 7368; CP 4765; EPC NY4733; DCN 25-967
NORD PAS-DE-CALAIS. PREFECTURE DE REGION; NORD-PAS-DE-CALAIS. CONSEIL REGIONAL.
LILLE
Paroles d'acteurs : synthèse régionale des bilans-diagnostics développement social des
quartiers, 1989-1993
Lille : Préfecture de région, 1993.- 32 p., ann. (partenaires : Groupe d'appui aux projets (GAP) ; Vedrin
(Belgique) ; Institut lillois d'éducation permanente (ILEP))
Lancée en juin 1993, à l'initiative de la Préfecture de région et du Conseil régional Nord-Pas-de-Calais,
une opération de bilan-diagnostic des politiques locales de développement social des quartiers (DSQ),
conduites dans le cadre du Xe Plan, a été mise en place. Elle aboutit à la réalisation par le GAP et l'ILEP
d'une double synthèse : la première compilant et organisant l'ensemble des informations recueillies lors
de la phase diagnostic dans 39 quartiers (les douze sites de Roubaix font l'objet d'une synthèse séparée) ;
la seconde en proposant les lignes forces. Cette synthèse est organisée en trois chapitres : 1. diagnostic, 2.
prospectives, 3. propositions.
DCN 19-689
BEHAR Daniel ; ESTEBE Philippe
Recherche urbaine et politique de la ville. Entre énonciation et dénonciation
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 64, sept. 1994.- pp. 34-39 (Parcours et positions)
Oscillant entre énonciation et dénonciation, la recherche sur la politique de la ville n'a pas construit
l'objet scientifique. La recherche-action dans les quartiers à problème du début des années 1980 a laissé
place à un niveau national, dix ans plus tard, à des recherches classiques et fragmentaires sur la
violence, la misère ou la communauté. Mais la politique de la ville invite à renouveler les catégories de
pensée sur l'action de l'Etat.
CDU
CHANTELAT Pascal ; FODIMBI Michel ; CAMY Jean
UNIVERSITE CLAUDE BERNARD LYON I ; FRANCE. MISSION INTERMINISTERIELLE RECHERCHEEXPERIMENTATION
Sociabilités sportives et formes de citoyenneté des jeunes dans les zones DSU. Le cas de deux
quartiers DSU dans l'agglomération lyonnaise
Lyon : Université Claude Bernard, 1994.- 118 p., tabl., bibliogr. (appel d'offre « Développement social
urbain et citoyenneté »)
172
A partir d'enquêtes menées dans deux zones DSU de l'agglomération lyonnaise (Vaulx-en-Velin et
Croix-Rousse), les formes de sociabilité et de citoyenneté juvéniles liées à la pratique sportive dans les
espaces urbains défavorisés sont étudiées. L'identification de ces formes permet d'analyser le sens que
donnent les jeunes à leurs pratiques sportives dans leurs relations avec le pouvoir politique.
PU 2123; CDU 38646
HODDE Rainier
Réhabilitation : usages et esthétiques
ARCHITECTURE INTERIEURE. CREE. (FRA). n° 260, août-sept. 1994.- pp. 37-39, phot. (Rénovation /
réhabilitation III)
L'auteur traite de la réhabilitation des logements sociaux. Il insiste notamment sur la prise en compte des
usages des habitants, du confort au quotidien, de leur sens de l'esthétique. Son argumentation plaide en
faveur d'une réhabilitation qui dépasse la simple « mise aux normes ».
CDU
LA MORVONNAIS Patrick de ; BOSVIEUX Jean ; COLOOS Bernard ; HUNTZINGER Hervé
BUREAU D'INFORMATIONS ET DE PREVISIONS ECONOMIQUES. ISSY-LES-MOULINEAUX ; PLAN
CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Besoins et qualité des logements
Paris : PCA, 1994.- 107 p., graph., tabl.
Grâce aux efforts engagés depuis les années 50, les besoins quantitatifs en logements ont pu être
satisfaits en grande partie. La réforme en 1977 atteste de ce renversement de tendance : la notion de
besoin ne joue plus un rôle essentiel dans la planification. Les préoccupations de qualité l'emportent sur
les seuls aspects quantitatifs. Or, ces évolutions ne sont pas traduites dans les outils statistiques et les
méthodes d'évaluation des besoins. La valorisation des recherches entreprises sur l'appréciation de
l'évolution de la qualité des logements et l'évaluation des besoins reste problématique : le présent
document, à travers l'expérience de la Suède, du Canada, des Pays-Bas, des Etats-Unis, de la Suisse
et du Royaume-Uni démontre les difficultés que rencontrent les chercheurs pour répondre aux
préoccupations des décideurs, pour disposer d'indicateurs fiables d'évaluation des besoins et de critères
permettant d'apprécier l'évolution de la qualité des logements. Sont analysés ici deux concepts,
« qualité » et « besoin » : 1. la qualité intrinsèque (sécurité, salubrité, commodité, confort...) est fonction
d'une part des caractéristiques du logement, comme les matériaux constitutifs, la présence
d'équipements,... d'autre part de l'état du logement et des équipements. La qualité du logement dans son
environnement a trait aux conditions écologiques et socio-économiques du voisinage ; 2. la notion de
« besoin » est controversée pour les raisons liées à la difficulté d'évaluation à l'usage de ce mot.
PCA A407; CDU 30388; CP 5268
PEDRAZZINI Yves ; ROSSEL Pierre ; BASSAND Michel
FONDATION POUR LE PROGRES DE L’HOMME. PARIS ; ASSOCIATION DE RECHERCHE
COOPERATIVE INTERNATIONALE
La chance des quartiers. Changement social et dynamique culturelle en milieu urbain.
Mémoire de la rencontre de St-Aubin, Lausanne, 10-12 mars 1993. Récits et témoignages des
acteurs
Lausanne : IREC, 1994.- 158 p., ann., bibliogr. (édité en 1996 par la FPH)
Dix « récits-témoignages » sur l’histoire des mouvements de quartier, les innovations sociales,
l’animation urbaine dans les villes de différents pays de l’Union européenne (Roubaix, Genève, Turin,
Draveil...), pour aider à lier dynamique culturelle et changement social dans la réflexion et l’action sur la
lutte contre l’exclusion par le logement.
CDU 31284
WERNER Klaus ; THOMAS Jean-Noël ; ROSSIGNOL Jean
FRANCE. SERVICE TECHNIQUE DE L'URBANISME. PARIS ; FRANCE. ARCHITECTURE ET
URBANISME (DIR.)
Territoires à construire. Observer et agir pour le développement local
Paris-La Défense : Ed. Villes et territoires, 1994.- 219 p., ann., fig., schémas, bibliogr.
Cet ouvrage propose aux partenaires locaux, institutionnels et professionnels, un cadre conceptuel,
méthodologique et prospectif pour leur démarches de développement, en réservant une place importante
173
à la fonction de l'information. Le 1er chapitre est consacré au bilan que l'on peut tirer des expériences et
des savoir-faire. Le 2ème chapitre porte sur l'analyse des facteurs-clé de succès d'une stratégie de
développement territorial (notions de projet, d'information territoriale, de prérogative publique). Le 3ème
chapitre s'attache à décrire une démarche opérationnelle du développement local qui intègre ces
différentes notions. Le 4ème chapitre traite de deux études de cas qui démontrent l'intérêt et la faisabilité
des méthodes proposées : écoute des territoires, instauration d'espaces de concertation, constitution de
groupes de travail entre les institutions.
CDU 29243; IA 34941; EPC NY4716; DRE 7394; DCN 25-990; TU VT01 2689
Habiter
ENSEMBLES. (FRA). n° 44, nov. 1994.- 43 p., phot.
Constitué de plusieurs articles ou entretiens, ce numéro aborde les divers aspects liés à la question de
l'habitat (le fait d'habiter) : politique de la ville, relations sociales dans un quartier, relations de
voisinage, politiques de rénovation ou de réhabilitation, problème des grands ensembles, traitement de
l'espace, questions de droit social, modes de vie, rôle des HLM, intervention des habitants, rôle du Fonds
d'action sociale (FAS), contrats de ville, droit au logement. Ainsi, après un exposé de l'articulation entre
la politique de la ville et celle de l'habitat, une première série d'articles traite du vécu des habitants et du
point de vue d'élus. La seconde série aborde le rôle de l'habitat et de la forme urbaine dans l'évolution
des modes de vie. La troisième s'intéresse aux nouvelles stratégies des acteurs et aux conditions
d'émergence de nouveaux partenaires. La quatrième analyse comment l'habitat peut contribuer à la
remise en activité des habitants, examine l'évolution des conditions d'accès au logement social et la
notion de droit au logement (principalement en France avec la loi Besson, les contrats de ville, etc., mais
aussi au niveau international). Une dernière partie traite de la dimension affective, voire passionnelle,
qui lie l'habitant à son habitation.
CDU
AGENCE NATIONALE POUR L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS
Les études préalables aux OPAH dans les quartiers anciens
Paris : ANAH, 1995.- 54 p., fig., tabl.
Ce guide précise comment intégrer les connaissances du marché du logement, lors des différentes étapes
de mise en oeuvre d'une OPAH. Dans le cadre des différents dispositifs, quels éléments correspondent à
quelle démarche, selon quels contextes et enjeux locaux et quelles caractéristiques de quartiers à traiter.
IA 36623; DCN 43-814; CDU 38329
ARTHUS Karine ; ROBIN Céline
Eléments de compréhension de l'évolution des quartiers anciens à travers les processus de
valorisation et de dévalorisation. Cas du quartier Saint-Michel
Bordeaux : 1995.- 60 p. + ann., plans, bibliogr. (Mémoire de maîtrise des sciences et techniques
d'aménagement. Institut d'aménagement, Université de Bordeaux III, dir. M. Goze)
En 1995, dix ans après le début de la réhabilitation du centre ancien de Bordeaux, le quartier St-Michel,
malgré la revalorisation d'une large partie de son bâti et de ses espaces publics, semble avoir réussi à
garder sa population « bigarrée » et continue à jouer un rôle de quartier d'accueil pour les populations
défavorisées. Ce phénomène est apparu suffisamment exceptionnel en secteur sauvegardé pour que les
auteurs aient envie d’en tenter une analyse permettant d'apprécier la pérennité de ce phénomène.
IAB 1995AR
AUGOYARD Jean-François
ECOLE D'ARCHITECTURE DE GRENOBLE. CENTRE DE RECHERCHE SUR L'ESPACE SONORE ET
L'ENVIRONNEMENT URBAIN ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN
URBAIN
Exploration de l'état de la recherche pluridisciplinaire internationale sur l'environnement
sensible en milieu urbain
Grenoble : Ecole d'architecture, 1995.- 26 p.
Ce document propose un repérage des travaux de recherche sur l'environnement sensible en milieu
urbain et tente de reconnaître les sites où le travail sur les sens et l'espace pourrait connaître un
174
développement. Après une exploration bibliographique, le rôle des phénomènes sonores dans
l'anthropologie du lieu est étudié.
PU 2149; CDU 32061; DCN 25-A-411; IAB 3997
BOUMAZA Nadir
INSTITUT DE GEOGRAPHIE ALPINE. GRENOBLE ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET
TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
La citoyenneté dans ses quartiers : totalité, mouvement social et communauté
Grenoble : IGA, 1995.- 154 p., ann., graph., tabl., bibliogr.
Recherche sur les relations entre les habitants et l'espace des quartiers. Les quartiers d'habitat social sont
pris comme champs de l'intervention publique et comme phénomène socio-spatial. Il s'agit d'une
approche qualitative portant sur les pratiques, les perceptions et les représentations des habitants du
quartier de La Villeneuve à Grenoble. Une analyse quantitative de données INSEE portant sur 64
quartiers en DSU en 1990 permet d'établir une typologie socio-démographique et des comparaisons.
PU 2146; CDU 32058; DCN 25-A-409
GAUDIN Jean-Pierre
Mobilisation de la recherche et politiques urbaines
POLITIQUES ET MANAGEMENT PUBLIC. (FRA). vol. 13, n° 1, mars 1995.- pp. 55-68
Ouvrage ressemblant diverses positions de chercheurs - qui vont de l'expertise directement liée à l'action,
à l'élaboration de références intellectuelles plus générales -, à propos de l'accroissement pressenti des
différenciations sociales dans l'habitat urbain et de l'urgence à combattre les processus de ségrégation :
ceci à travers quelques points de repère historiques, mais surtout dans le cas de la récente loi
d'orientation pour la ville en France. L'article prend également pour point de référence les travaux
préparatoires du plan régional de New-York en 1925 et les échanges chercheurs-décideurs qu'ils ont
provoqués à propos des mêmes préoccupations.
EPC P1294; CDU; IA P.474
MONGIN Pierre
Territoires et réseaux d'informations. Partenaires, projets, représentations et applications
Paris : CNFPT, 1995.- 208 p. + disquettes, tabl., fig.
Chaque organisation intervenant au niveau d'un territoire développe en priorité un système
d'informations vertical alors que la réussite des politiques publiques nécessite des échanges
transversaux. Un réseau d'informations du territoire transversal permet donc d'assurer une certaine
transparence entre les acteurs et les institutions. Le logiciel SITE est un outil d'observation et d'action qui
doit permettre d'atteindre une série d'objectifs comme : aider à la définition et au pilotage des projets,
mesurer les impacts, partager des données statistiques et qualitatives, réaliser des cartes, dégager des
potentiels, anticiper et conserver la mémoire d'un territoire.
CDU 33213
MOREL Bruno
Projet urbain et grands ensembles. Des grandes infrastructures de coupure aux nouveaux
espaces de suture
Grenoble : IUG, 1995.- 103 p. + ann., bibliogr., cartes, phot. (mémoire de DESS urbanismeaménagement, ss la dir. de G. Novarina)
Le projet urbain est aujourd'hui l'un des piliers de la politique de la ville en faveur des quartiers
défavorisés. Issue d'une longue évolution de la politique de développement social urbain, la prise en
compte de l'urbanisme comme forme d'intervention est un facteur dominant de ce type de processus
« projecturel ». L'espace public en devient l'un des enjeux majeurs. A travers une série de projets qui
placent l'espace public de voirie comme lieu d'intervention, ce mémoire montre en quoi le « passage »
des effets de coupure aux conditions de suture sur ces voies, peut être une juste illustration de ces projets
urbains pour les grands ensembles.
IUG D4898
QUERRIEN Anne (dir.) ; LASSAVE Pierre (dir.)
Politiques de la ville. Recherches de terrains
175
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 68-69, déc. 1995.- pp. 2-210
Depuis 1982 une nouvelle politique urbaine, nommée depuis 1989 politique de la ville, essaie de faire en
sorte qu'il n'existe plus de banlieues déshéritées. De nombreux chercheurs ont participé à la conception
des tactiques à mettre en oeuvre ou à l'évaluation de leurs résultats. Ces efforts s'inscrivent dans une
perspective plus vaste de traitement des problèmes sociaux par des mesures spatiales, à l'efficacité
souvent discutable. Loin de crier misère, les chercheurs et acteurs de terrain s'entêtent à analyser, à
déplacer leurs regards, à chercher. Au sommaire : Banlieues ghettos, quartiers populaires ou ville éclatée
(D. Béhar) ; L’enjeu de la question urbaine (M. Bonetti) ; La politique de la ville contre la ségrégation (P.
Simon) ; Réhabilitation et désenclavement symbolique (B. Légé) ; La négociation des contrats de ville (Y.
Maury) ; Le Centre de ressources de Frais Vallon (C. Deckmyn) ; Le cycle du fusible (M. Péraldi) ;
Itinéraire d’un chef de projet dans son quartier (E. Pasquier, J.-Y. Petiteau) ; Faut-il réinventer la poudre
ou bien creuser le sillon ? (S. Rosenberg) ; Politique de la ville et démocratie locale (M. Blanc) ; Ville,
image et dynamiques sociales (B. de Lataulade) ; La politique de la ville… et les habitants ? (S. Fayman) ;
L’Université du citoyen à Marseille (F. Lorcerie) ; Projets urbains et projets de ville (F. Thomas) ; La
Plaine-St-Denis avant le Grand Stade, entre projet et solidarité (A. Bertho) ; Le Havre entre ville et port :
insertion, développement et reconversion (D. Bourdon, Y. Rossi-Cottin) ; L’exclusion en question et les
transports (A. Guédez) ; Aux marges du Palais (P.-A. Vidal-Naquet) ; De l’inscription de l’islam dans
l’espace urbain (C. de Galembert) ; Générations immigrées et modes d’habiter (D. Pinson) ; Les espaces
de la diaspora antillaise au Royaume–Uni (C. Chivallon).
CDU
Création dans l'ancien
TECHNIQUES ET ARCHITECTURE. (FRA). n° 418, mars 1995, pp. 25-85, phot., plan, coupe
La confrontation des architectures anciennes et contemporaines reste l'une des situations les plus
constantes de la conception architecturale. La production architecturale permet d'inscrire de façon
permanente l'empreinte des différentes étapes de l'évolution de notre société. Il faut envisager un
processus de développement urbain non pas à la suite de destructions massives, mais de
transformations progressives, donnant place à des architectures singulières que leur relation à l'urbain
rend solidaire des architectures pré-existantes. Entretien avec Bernard Reichen, sur la réappropriation
des cités de l'après-guerre.
CDU
ARNOLD Françoise
Le logement collectif
Paris : Ed. du Moniteur, 1996.- 343 p., index, phot.coul., bibliogr., ann. (coll. Techniques de conception)
21 exemples de réalisations de logements collectifs sont présentés et commentés, avec de nombreux
plans et illustrations photographiques. Les diverses problématiques liées au logement collectif sont
analysées : enjeux économiques et sociaux (évolution de la demande des habitants, coûts du logement)
; conception de l'espace architectural (implantation sur le terrain, organisation des logements dans le
bâtiment, aménagement des parties communes et de l'intérieur du logement) ; réhabilitation des grands
ensembles ; incidences de la construction sur la conception ; aspects réglementaires.
CDU 34724; DCN 43-853; EPC NS20805; CP 6097; MV 8887
CHAMPION Jean-Bernard ; MARPSAT Maryse
La diversité des quartiers prioritaires : un défi pour la politique de la ville
ECONOMIE ET STATISTIQUE. (FRA). n° 294-295, 1996.- pp. 47-65, tabl., graph., bibliogr.
132 quartiers en convention sont examinés : ils cumulent souvent plusieurs types de difficultés, mais ils
recouvrent une grande diversité de situations, ce qui constitue un défi pour la politique de la ville.
IA P.169; CDU
CHAVELET Catherine
Statistiques. La ville... c'est à dire ?
DIAGONAL. (FRA). n° 120-121, août-oct. 1996.- pp. 48-58, ill.
L'analyse urbaine souffre d'une dispersion de ses sources d'information et de certaines difficultés
conceptuelles : trois axes méthodologiques sont proposés. 1. Le programme interdisciplinaire du CNRS
sur la ville (PIR-Villes) a rassemblé, dans l'ouvrage «Données urbaines », une trentaine d'études
176
synthétiques sur l'ensemble du phénomène urbain (financement, qualité de la vie, structures sociospatiales, activité économique, trame urbaine, imagerie satellitale). Denise Pumain commente ce travail,
qu'elle a dirigé en collaboration avec Francis Godard. 2. Le concept de zone de peuplement industriel et
urbain (ZPIU) étant devenu trop extensif pour mesurer l'aire d'influence des villes et le phénomène de
péri-urbanisation, l'INSEE a mis au point un système de zonage en aires urbaines : synthèse et entretien
avec Thomas Le Jeannic, de l'INSEE. 3. Les critères de définition du concept d'agglomération différent
d'un pays à l'autre et rendent difficiles les études comparatives, comme on peut le constater en Europe.
L'équipe de recherche Paris s'est attachée à développer des outils de comparaison transnationaux, au
niveau européen.
CDU
LACAZE Jean-Paul
Le logement au péril du territoire
La Tour d'Aigues : Ed. de l'Aube, 1996.- 89 p. (coll. Monde en cours)
Le logement protège les habitants, leur permet de se situer dans la société et doit s'adapter aux
différentes étapes de leur vie. Les politiques publiques passent souvent à coté de l'essentiel, lorsqu'elles
s'intéressent en priorité à la construction neuve, alors que le marché des logements existants joue un
rôle central. Une politique alternative est nécessaire pour gérer autrement la fonction habitat et passer de
la dimension de l'habitat à celle de l'aménagement du territoire.
IA 37865; CDU 34615; DRE 8264
LEMONIER Marc
La ville en ses maisons : pôles d'initiative régionaux et maisons des sciences de la ville
DIAGONAL. (FRA). n° 122, déc. 1996.- pp. 44-45, ill.
Les pôles d'initiatives régionaux, soutenus par le Plan urbain, sont un lieu de rencontre et de débat sur
les problèmes de l'urbanisme, réunissant des chercheurs (des universités et des laboratoires associés
au CNRS), des praticiens (des agences d'urbanisme locales ou des milieux libéraux) et des
« décideurs » (l'administration de l'Equipement). Les premières créations spontanées ont été l'INUDEL
en Rhône-Alpes et la CPAU en Aquitaine. Leur but est d'assurer la mise en relation de la recherche
urbaine, des lieux de formation et des milieux des praticiens de l'urbanisme. Le produit type issu de ces
rencontres - l'annuaire - est le premier document à établir au sein d'une région la liste des institutions et
des acteurs dans le domaine de l'urbanisme et de l'aménagement. Aujourd'hui, plus d'une dizaine de
pôles se sont constitués en France, au nombre desquels la Maison des sciences de la ville et de la
prospective urbaine de Grenoble et la Maison des sciences de la ville de Tours. Les deux ont en
commun le souci de valorisation de recherche sous forme de centre de ressources et de publications. La
MSV grenobloise sera l'un des principaux éléments réunissant pour la première fois les fonds
documentaires sur la ville jusqu'alors dispersés. Celle de Tours vient de lancer, sous l'égide de
l'Université François Rabelais, une première série de publications.
CDU
MICHEL Gérard
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE L'EST. METZ ; ALSACE. EQUIPEMENT
(DIRECTION REGIONALE). STRASBOURG
Enquête sur la réhabilitation du parc locatif social en Alsace
Metz : CETE de l'Est, 1996.- 18 p.+ ann. non pag., tabl. (étude réalisée par le Département « habitat et
aménagement urbain »)
La Direction de l'habitat et de la construction (DHC) a lancé une enquête auprès des DRE afin de
connaître les besoins en réhabilitation des logements locatifs sociaux pour la période 1994-1998. La
réponse à l'enquête - pour l’Alsace - constitue le premier objectif de cette étude. Elle a permis
l'estimation des besoins financiers nécessaires à l'achèvement du programme de réhabilitation pour la
période 1995-1998. En second lieu, l'étude permet d'analyser les besoins en réhabilitation selon le type
d'intervention, les organismes et la localisation dans les bassins d'habitat. Elle offre l'occasion de faire le
bilan de ce qui a été réhabilité : bilan quantitatif, localisation des opérations, coût et modalités de
financement. Enfin, l'étude propose des pistes de réflexion pour l'élaboration d'une méthode de
programmation de ce type d'intervention.
CTM 14768
177
NICOLINO Eliane
ECOLE D'ARCHITECTURE DE PARIS-BELLEVILLE. INSTITUT PARISIEN DE RECHERCHE
ARCHITECTURE URBANISME SOCIETE ; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Evaluation documentaire des études et recherches existantes sur les critères d'usage du
logement
Paris : IPRAUS, 1996.- 52 p.
Résultats d'une recherche documentaire sur quatre thèmes concernant les critères d'usage du logement :
habitat et relations familiales ; les relations sociales autour du logement ; ségrégations, exclusions,
solitudes urbaines ; la prise en compte des usages dans des opérations expérimentales sur l'architecture
du logement social. Ces thèmes sont présentés sous la forme d'une bibliographie qui est constituée de
recherches récentes commanditées par le plan construction ou le Plan urbain, et de plus anciennes ou
réalisées dans d'autres cadres (livres, thèses, mémoires, articles de revues).
PCA B926; CDU 35940
VOISIN Bruno
AGENCE D’URBANISME DE LYON
Evaluer les projets urbains : usages et appropriation des espaces par les habitants
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 13, déc. 1996.- pp. 28-29
Evaluer, c’est d’abord prendre en compte le vécu et la parole des habitants à propos des actions qui les
concernent.
CDU
ACADIE. PARIS
Ville d'Osny : projet de contrat de développement urbain, quartier du Moulinard. 1. Diagnostic
social. 2. Pratique des espaces extérieurs. 3. Entretiens habitants. 4. Entretiens avec les
acteurs. 5. Synthèse
Paris : ACADIE, 1997.- 5 fasc., non pag., fig., tabl., plans
Le cahier n° 1 regroupe des données relatives aux caractéristiques sociodémographiques des habitants,
au parc de logements et à son occupation, aux groupes scolaires. Le cahier n° 2 présente un diagnostic
des usages et du fonctionnement des différents espaces du quartier (centre commercial, aires de jeux,
voirie, parkings...). Le cahier n° 3 rend compte d'entretiens avec les habitants, concernant les usages et
les perceptions du quartier, la mobilité et les relations avec l'extérieur, les relations de la population avec
la maison de quartier. Le cahier n° 4 est consacré au point de vue des différents acteurs (travailleurs
sociaux, directeurs d'établissements scolaires, commerçants) concernant la perception de la cité et les
actions sur la cité. Enfin, le cahier n° 5 présente une synthèse du diagnostic social ainsi que des
propositions.
CDU 36076(1-5); CP 6076; MV B9022
AGENCE DE DEVELOPPEMENT ET D'URBANISME DE L'AGGLOMERATION NANCEIENNE
Observatoire des grands quartiers d'habitat social
Nancy : ADUAN, 1997.- 60 p.
L'observatoire des 10 grands quartiers HLM de l'agglomération constitue un outil de suivi des principaux
quartiers d'habitat social de l'agglomération qui s'appuie sur un certain nombre d'indicateurs jugés les
plus significatifs. Ce tableau de bord annuel permet de dresser un état des lieux et de mesurer les
évolutions dans un certain nombre de domaines : pauvreté, précarité, peuplement des quartiers,
scolarité, délinquance, activité économique... Il constitue également un outil d'évaluation de la politique
de la ville. Sur chacun des champs d'observation retenu, la démarche a consisté à construire, avec les
services de l'Etat concernés et les organismes détenteurs de l'information, les indicateurs pertinents et à
étudier les conditions de leur restitution.
AGN 696
BIDOU-ZACHARIASEN Catherine
La prise en compte de « l'effet de territoire » dans l'analyse des quartiers urbains
R. FRANC. DE SOCIOLOGIE. (FRA). vol. 38, n° 1, mars 1997.- pp. 97-117, bibliogr.
Selon l'analyse dominante, la crise de la ville correspond avant tout au déplacement de la « question
sociale », ce qui dénie tout caractère explicatif aux dimensions territoriales de la « question urbaine »,
telle qu'elle émerge dans la France contemporaine. On partira de l'hypothèse selon laquelle les
178
dysfonctionnements de certains quartiers de périphéries urbaines (ceux qui font l'objet des dispositifs de
la « politique de la ville ») expriment avant tout la crise d'un certain type de territoire, celui de l' « espace
résidentiel fordiste ». Proposant une lecture de l'histoire et du fonctionnement de cette forme urbaine à la
lumière du paradigme de l'économie de la régulation, on montrera combien elle est déphasée par rapport
à la période actuelle. Si les phénomènes sociaux qui marquent la crise urbaine sont à rapporter à des
effets globaux (mutations du système productif), ils sont aussi à interpréter à travers des effets locaux
territorialement constitués, propos que l'on illustrera par les données d'une enquête de terrain. A partir
d'une approche de type anthropologie urbaine classique, de deux quartiers socio-économiquement
proches mais correspondant à des espaces urbains très différents (l'un de ZUP périphérique, l'autre de
centre ancien rénové), on verra comment des trajectoires individuelles ou familiales peuvent avoir
tendance à s'organiser différemment en fonction des territoires dans lesquels elles s'inscrivent.
CDU
CARAIRE Denis ; LEURET François-Xavier
PREFECTURE D'AQUITAINE; FEDERATION DES ASSOCIATIONS DE SOLIDARITE AVEC LES
TRAVAILLEURS IMMIGRES
Les taudis aujourd'hui : savoir, comprendre, agir
Paris : L'Inédite, 1997.- 200 p., tabl., index, bibliogr.
L'étude du programme local de l'habitat de la région agenaise, mené dans 26 communes en 1994, a été
l'occasion d'un travail de recensement et d'enquête des taudis locatifs. Les constats de la situation, les
réglementations, les législations et les approches sanitaire, technique, sociale, juridique et politique sont
explorés grâce à l'expérience Lot-et-Garonnaise et à celle de l'Union régionale des associations PACT
d'Aquitaine. Des propositions, portant essentiellement sur des principes d'organisation, sont avancées
en matière de lutte contre les taudis.
IA 38345; CDU 34889; EPC NS22087
CHALAS Yves ; COUIC Marie-Christine ; DUARTE Paulette ; TORGUE Henri
ECOLE D'ARCHITECTURE DE GRENOBLE. CENTRE DE RECHERCHE SUR L'ESPACE SONORE ET
L'ENVIRONNEMENT URBAIN ; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Urbanité et périphérie. Connaissance et reconnaissance des territoires contemporains. La ville
émergente
Paris-La Défense : PCA, 1997.- 194 p., ann., bibliogr. (coll. Recherches, n° 78)
L'objectif de la recherche était de contribuer à une connaissance approfondie et renouvelée des
transformations qui affectent les territoires de la périphérie urbaine, évolutions qui nécessitent ensuite de
repenser ces territoires. L'étude a porté sur la période 1980-1995. Elle fournit un état des lieux des
résultats de recherches accumulées sur les périphéries urbaines au travers de quatre plans d'observation
différents : des entretiens auprès de personnes concernées par l'évolution des espaces de la périphérie,
la recension et le dépouillement d'appels d'offres et de programmes de recherche sur ce sujet, la
recension et le dépouillement d'articles des « Annales de la recherche urbaine » sur les périphéries, et la
recension et le dépouillement de rapports d'évaluation remis au Conseil économique et social, aux
ministères concernés ou au cabinet du Premier ministre. A la lecture de toutes ces informations, il
apparaît que la périphérie n'est jamais évoquée en tant que telle mais très souvent assimilée à la
banlieue, et majoritairement à la banlieue qui pose problème.
PCA C390BIS; CDU 33604
DUARTE Paulette
La ville défaite. Les représentations sociales de la dévalorisation urbaine
Grenoble : IUG, 1997.- 347 p., ann., bibliogr., cartes (thèse de doctorat urbanisme et aménagement, ss
la dir. de G. Novarina)
Cette thèse cherche à répondre aux questions suivantes : quels sont les référents, les valeurs, les schémas
interprétatifs, de pensées, de connaissance de la dévalorisation urbaine actuelle ? y a-t-il plusieurs
représentations de cette dévalorisation ? sont-elles ou non contradictoires ? comment sont-elles
appropriées, traduites par les acteurs qui s'occupent de la dévalorisation urbaine (élus, professionnels,
habitants) ? y a-til des appropriations sociales et locales de ces représentations ? ces représentations
sociales ne renvoient-elles pas à la fois aux représentations du « mauvais quartier », de la « mauvaise
179
ville », voire de la « mauvaise société » et aux représentations du « bon quartier », de la « bonne ville »,
voire de la « bonne société » ? comment évoluent-elles dans le temps ?
IUG C 256
QUERRIEN Anne
PROGRAMME INTERDISCIPLINAIRE DE RECHERCHES SUR LES VILLES. PARIS; FRANCE.
URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN; CAISSE NATIONALE DES
ALLOCATIONS FAMILIALES. PARIS
En marge de la ville, au coeur de la société : ces quartiers dont on parle
La Tour d'Aigues : Ed. de l'Aube, 1997.- 350 p., notes, bibliogr. (avec le concours de l'INSEE)
Compte rendu d'un programme de recherche mené sur sept sites en procédure DSQ ou en convention de
quartier du Xe Plan, et fondé sur deux types d'approches : d'une part, l'analyse de données objectives sur
les conditions de vie (approche statistique des quartiers de la politique de la ville) ; d'autre part, l'étude
des représentations collectives et des perceptions individuelles. Après une présentation générale, sept
sites sont analysés : les périmètre du grand projet urbain (GPU) à Marseille ; le Grand-Mirail à Toulouse ;
les Hauts-de-Garonne à Cenon, Floirac et Lormont (banlieue de Bordeaux) ; le Val-d'Argent à Argenteuil
; le quartier de Lille-Sud ; les « 4000 » à La Courneuve ; la Grande Résidence et les quartiers DSQ de Lens
et Liévin. Un dernier article évalue l'influence de l'appartenance à un quartier en difficulté sur le
chômage des jeunes.
CDU 36007; PU 2302; IA 39793
UNIVERSITE DE TOURS
Développement social urbain
Paris : L'Harmattan, 1997.- 101 p. (Cahiers d'ingénierie sociale, n° 6)
Le développement social urbain est abordé d'un double point de vue théorique et opérationnel, à travers
quatre articles : modélisation des systèmes socio-culturels, selon une approche systémique fondée sur les
notions de « social global » et de « culturel global » ; analyse des besoins des habitants dans le cadre
d'un développement social de quartier (DSQ), à partir de l'expérience d'un groupe de réflexion d'une
dizaine d'habitants, à Orléans (quartier de l'Argonne) ; analyse de la presse locale à propos de quartiers
en DSQ, à Maubeuge et à Châteauroux ; présentation d'une méthode d'auto-évaluation des opérations de
DSQ, expérimentée à Châteauroux en 1991-92.
CDU 35892
VIEILLARD-BARON Hervé
Les banlieues. Un exposé pour comprendre, un essai pour réfléchir
Paris : Flammarion, 1997.- 127 p., ann., ill., index, bibliogr. (coll. Dominos)
La première partie, «Un exposé pour comprendre », présente la banlieue sous trois aspects : les
multiples définitions de la banlieue et leurs ambiguïtés ; l'histoire de la banlieue ; l'image de la banlieue
dans la littérature. Dans la seconde partie, « Un essai pour réfléchir », l'auteur commence par développer
trois thèses qui s'opposent aux lieux communs sur la banlieue (il démontre en effet que la banlieue n'est
pas une masse homogène, que les quartiers sensibles n'appartiennent pas tous à la banlieue et que les
quartiers défavorisés ne sont pas des « ghettos ethniques »), puis il évalue les divers moyens mis en
place ou envisageables afin de traiter les problèmes de la banlieue.
CDU 35401
Regards sur les quartiers
HABITAT ET SOCIETE. (FRA). n° 5, mars 1997.- pp. 20-69, phot.
Si chacun des sociologues, politologues, élus, enseignants, écrivains, cinéastes, journalistes et architectes
qui s'expriment a son idée sur les quartiers et les banlieues, la plupart convergent pour dire qu'il ne
s'agit pas d'un monde à part, mais plutôt un lieux où s'exacerbent les problèmes de la société : le
chômage et la fracture sociale.
IA P.193
ASCHER François ; BEHAR Daniel ; ETCHEGOYEN Alain ; FRAISSE Robert
Ville et développement. Le territoire en quête de sens
Paris : L'Harmattan, 1998.- 95 p. (édité à l'initiative du CODEV)
180
Ouvrage collectif consacré au développement local, issu d'une rencontre organisée par le Comité de
développement du Val-de-Marne (CODEV), et regroupant des contributions de chercheurs. Thèmes
abordés : la cohésion des acteurs locaux, condition du développement d'un territoire ; les
transformations de l'identité territoriale du Val-de-Marne ; la nécessité de penser les nouveaux lieux et
les nouvelles pratiques urbaines, autrement que comme des signes d'une « fin des villes » ; la nécessité
d'articuler le développement économique et la qualité de la vie (exemple des transports) ; l'adaptation de
l'action publique aux mutations des territoires et aux évolution sociales ; la nécessité d'une meilleure
adaptation du système éducatif au marché de l'emploi.
CDU 36775; IA T. 6537; MV B9059; CP 6390
JEANNOT Gilles ; MARGAIL Fabienne
Le porter à connaissance stratégique : « dire » de l'Etat et coordination de l'action publique
dans l'aire métropolitaine marseillaise
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 80-81, déc. 1998.- pp. 155-162, phot., cartes
(Gouvernances)
La procédure de « porter à la connaissance » illustre la nouvelle posture de l'Etat dans l'urbanisme
d'après la décentralisation. Dans l'agglomération marseillaise, les services de l'Equipement livrent des
informations objectives sur l'évolution économique et sociale de l'aire métropolitaine et sur les risques de
dysfonctionnements urbains afin de favoriser l'organisation institutionnelle du territoire métropolitain
et la mettre en débat sur la place publique.
CDU
MEHIRI Soraya ; XELOT Frédérique
Les zones urbaines sensibles en chiffres
HABITAT ET SOCIETE. (FRA). n° 10, juin 1998.- pp. 14-19, tabl., phot.
Même anciens (recensement de 1990), les chiffres de l'INSEE, concernant les zones urbaines sensibles
(ZUS), montrent l'écart croissant entre les quartiers prioritaires et le reste de la France : dans les ZUS,
les taux sont supérieurs de dix points pour des indicateurs tels que chômage, jeunes, personnes sans
diplômes. Cependant, pour les jeunes des ZUS qui se sont insérés, la famille et l'école ont constitué des
pôles de socialisation au travail.
IA P.193
NAUDIN Franck
La revalorisation de la cité Tony Garnier. Vers une nouvelle approche du logement social et de
ses habitants
Grenoble : IUG, 1998.- 143 p., ann., bibliogr., ill., phot., tabl. (mémoire de DESS urbanisme et
aménagement, ss la dir. de G. Novarina)
La cité Tony Garnier, composée de logements sociaux, s'individualise par rapport aux autres cités HLM
du point de vue historique, architectural et social. Ce dernier point est essentiel, la cité faisant figure de
« village », jouissant d'une vie interne des plus riches. Ce travail cherche à en expliquer les raisons et
mène, dans un premier temps, vers un retour historique. Puis, il analyse le processus de revalorisation,
revendiqué par les habitants eux-mêmes. Une politique de la ville adaptée en découle, dans une logique
interpartenariale. La requalification se solde alors par une réhabilitation lourde de la cité. En 1998, le
processus de revalorisation étant achevé, on peu en tirer un premier bilan, d'abord très positif, la cité
étant requalifiée et les habitants réhabilités dans leur dignité. Mais, les tendances lourdes du logement
social menacent à nouveau l'équilibre social de la cité. Aussi une nouvelle politique de la ville est mise
en place, appuyée par le rôle déterminant de l'OPAC.
IUG B 2903
VIEILLARD-BARON Hervé
Territoires de relégation : des lieux en marge
INFORMATIONS SOCIALES. (FRA). n° 68, 1998.- pp. 36-46, notes (Vivre à la marge)
La priorité accordée à la lecture topologique des phénomènes sociaux laisse croire que la crise sociale
trouve son origine dans les relations que les populations entretiennent à l'espace. Ainsi, les politiques
sociales ont pris pour cible les lieux en marge, à travers des terminologies qui jouent sur l'ambivalence
des relations entre l'espace et la société. L'article émet un jugement critique sur ce phénomène de
181
« confusion du social et du spatial ». Il passe en revue les divers termes employés, leur signification
originelle et leurs usages récents, avant d'interroger les échelles spatiales dans l'approche des quartiers
et les politiques de discrimination territoriale.
CDU
Le logement dans tous ses états
HABITAT ET SOCIETE. (FRA). n° 12, déc. 1998.- pp. 22-45, phot.
Dix années de recherche, d'études et de pratiques sur l'habitat passées en revue par le Plan construction
et architecture autour de quatre thèmes : les relations entre l'architecte, le sociologue et l'habitant ; la
ségrégation et les exclusions ; les relations familiales ; les relations sociales autour du logement. Il ressort
que le fosse persiste entre l'architecte préoccupé d'esthétique et le maître d'ouvrage soucieux de gestion et
du respect des normes. Un état des lieux de l'habité, sur une cinquantaine de programmes de logements
sociaux, déplore principalement le manque de surface. La manière de donner la parole aux habitants, et
de mieux les associer en amont des projets, et les techniques et matériaux de l'avenir sont aussi abordés.
IA P.193
AREPA ; AGENCE NATIONALE POUR l’AMELIORATION DE L’HABITAT
Vitalité ou dépérissement des centres anciens : un indice synthétique
Paris : ANAH, 1999.Méthodologie de diagnostic et mise au point d’un indicateur permettant d’évaluer les risques de
dépérissement des centres-villes. Testé au Havre en 1996 par la Direction générale de l’habitat et de la
construction (DGUHC), la méthode a été généralisée, grâce à l’ANAH, sur quatre autres centres-villes :
Rouen, Belfort, Toulouse et Poitiers, en 1997 et 1998.
ANAH ; http://www.anah.fr/page-tech-etud-outi.htm
DUHAYON Jean-Jacques
CENTRE D'ETUDES SUR LES RESEAUX LES TRANSPORTS L'URBANISME ET LES
CONSTRUCTIONS PUBLIQUES. LYON
Diagnostic de territoire, action qualifiante sur le thème jeu des acteurs
Lyon : CERTU, 1999.- 6 p.
Une politique urbaine n'est compréhensible que si l'on met en évidence les relations entre les différents
acteurs locaux. En ce sens, ce compte rendu, élaboré par le Centre d'études sur les réseaux, les transports,
l'urbanisme et les constructions publiques (CERTU) montre l'importance du jeu de ces acteurs sur
l'élaboration d'un diagnostic de territoire. Il expose les différents éléments à prendre en compte dans une
phase préalable de cadrage, puis la méthode à employer lorsque l'on veut l'élaborer : connaître le
contexte local et son évolution, analyser le système d'acteurs locaux.
CDU 52344
FERNANDEZ-RECATALA Denis
Six désirs de ville
Paris : L'Archipel, 1999.- 163 p.
Lors des rencontres publiques, organisées grâce au concours des élus et des services de l'Etat dans six
villes de France - Dijon, Lille, Lyon, Nimes, Orléans et Perpignan - les habitants ont pu exprimer leurs
attentes sur le devenir de leur ville. Au-delà des réflexions qui se sont dégagées au cours des débats, et
qui ont conduit au projet de loi « Solidarité et renouvellement urbains » (SRU), un romancier, Denis
Fernàndez-Recatala, a écouté et observé les échanges, les non-dits et relaté l'essentiel : la quête d'une
communauté perdue. Cet essai propose une lecture décapante et décalée sur les pouvoirs et les savoirs
pesant sur la ville.
DCN 25-1217
GARNIER Elodie
Patrimoine, identité, modernité. L'exemple des centres-bourgs de l'agglomération lyonnaise
Grenoble : IUG, 1999.- 112 p., bibliogr., cartes, phot. (mémoire de DESS urbanisme et aménagement,
ss la dir. de J. Jeanneret)
Ce document tente d'offrir un état des lieux des réflexions menées sur les notions de patrimoine,
d'identité, de mémoire, d'histoire, de modernité. En dépassant la seule vision architecturale, il analyse ce
182
qu'il y a de patrimonial dans le tissu urbain des centres-bourgs, dans le parcellaire - les places et jardins
- les paysages ordinaires qui composent leur trames, et qui perpétuent encore plus fortement leur histoire
que les monuments prestigieux. La recherche de l'identité d'un site, de la mémoire d'un lieu, de son
histoire amène à se pencher sur les créations futures, pour le développement de ces bourgs qui ne
doivent plus se construire ni contre le passé, ni contre le futur.
IUG B 3040
LELEVRIER Christine
Un panorama des territoires défavorisés d'Ile-de-France... Connaissances et méconnaissances.
in Regards sur la politique de la ville
C. DE L'IAURIF. (FRA). n° 123, 2ème trim. 1999.- pp.45-52, carte, tabl., phot.
Les analyses menées en Ile-de-France sur les territoires de la politique de la ville tentent de rendre
compte de la réalité urbaine de plus en plus complexe de ces espaces. La notion de quartier en difficulté
évolue et tous les découpages opérés ne permettent pas de dégager des ensembles sociologiquement
homogènes. Jusqu'à la fin des années 1980, c'est la figure de la ZUP des années 1960 qui illustre le
quartier en difficulté visé par les politiques publiques. A l'exception de la Goutte d'Or à Paris, les 28 îlots
sensibles d'Ile-de-France en 1984 sont des cités HLM : 12 d'entre eux sont des grands ensembles de plus
de 2.000 logements comme à La Courneuve, Orly, Mantes-la-Jolie... En France, la statistique ne rend pas
aisément compte de la situation d'espaces infracommunaux et ceci a souvent posé problème pour fonder
une politique de la ville qui existe depuis plus de 20 ans et pour en évaluer les effets.
IA P.117; CDU
MADORÉ François
Acquisition de logements anciens en milieu urbain et mobilité résidentielle
ESPACE POPULATIONS SOCIETES. (FRA). n° 2, 1999.- pp. 233-244, tabl., fig., bibliogr. (Les
mobilités)
La mobilité résidentielle des Français passe de plus en plus fréquemment par l'achat d'un logement
ancien, grâce à la détente des marchés immobiliers, à l'évolution du système de financement du
logement, à l'affirmation d'une dimension patrimoniale au sein de la société. Toutefois, il est difficile de
saisir, à l'échelle locale, cette composante désormais primordiale de la dynamique urbaine, étant donné
l'inadaptation de l'appareil statistique à mesurer ce phénomène. Quelques sources existent, mais leur
accès ou leur utilisation ne sont pas toujours aisés. L'étude de cette mobilité résidentielle est pourtant un
indicateur clé de l'évolution des configurations socio-spatiales en milieu urbain et elle confirme la
difficulté de cerner le rôle de la localisation dans la stratégie résidentielle des ménages.
CDU
MOUILLART Michel
AEREL ; AGENCE NATIONALE POUR L'AMÉLIORATION DE L'HABITAT
Bilan et état des lieux des sources statistiques concernant le parc existant et son entretien
Paris : ANAH, 1999.Mise en place d’un observatoire de l’habitat existant. Détermination des chiffres macro-économiques
décrivant le marché ; sélection des sources d’informations ; moyens de suivre leur évolution ; choix de
leur périodicité ; présentation méthodologique de mise en cohérence de l’ensemble des sources
disponibles.
ANAH ; http://www.anah.fr/page-tech-etud-outi.htm
MOZERE Liane ; PERALDI Michel ; REY Henri
Intelligence des banlieues
La Tour d'Aigues : Ed. de l'Aube, 1999.- 171 p., bibliogr. (coll. L'Aube territoire ; publié avec le concours
du Plan urbain, du FAS et de la DIV)
Contributions et compte-rendus résumés de travaux de recherche menés à la suite d'un appel d'offres du
Plan Urbain en 1992 (intitulé « Développement social urbain et citoyenneté ») destiné à analyser les
pratiques habitantes en se démarquant des approches habituelles qui mettent en avant les conflits, les
dysfonctionnements, etc., dans les quartiers dits « sensibles » ou « difficiles », mais plutôt en
s'intéressant aux aspects plus positifs, plus dynamiques, actifs. Les nouvelles contributions sont
développées à partir des travaux de recherche et portent sur la notion de territoire (espace relationnel,
183
problème d'enclavement, relations entre le dedans et le dehors...), la vie publique des cités (profusion des
associations, base sociale de ces activités collectives), la citoyenneté (participation aux votes,
participation des habitants...). Quant aux recherches dont des résumés sont présentés, elles ont porté sur
de nombreux thèmes et sur des lieux géographiques divers : relations administrés-administration, étude
ethnosociologique d'une famille originaire des Aurès, comportement électoral, services de proximité et
développement urbain, histoire sociale, rôle d'associations sportives...
CDU 39654; PU 2394; IA 40392; MV B3586
SANSON Hubert ; DOUDET Marie-Claude ; SIMONETTI Gérard
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE NORMANDIE-CENTRE. LE-GRANDQUEVILLY; CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE LYON. BRON ; FRANCE.
CONSEIL GENERAL DES PONTS ET CHAUSSEES. PARIS
Tableau de bord de l'activité des organismes HLM
L'Isle d'Abeau : CETE de Lyon, 1999.- 48 p. + ann., tabl.
Ce rapport est une présentation détaillée d'un outil destiné à faciliter l'évaluation de l'activité des
organismes HLM. Ce tableau de bord a été conçu pour réaffirmer les enjeux actuellement portés par l'Etat
dans la mise enoeuvre de la politique du logement et parvenir à une réelle connaissance des pratiques
des organismes en matière de politique sociale. Il doit donc permettre d'évaluer la santé financière des
organismes, de mieux cerner l'occupation du parc et de connaître la typologie du patrimoine de
l'organisme. Plus précisément, le tableau (qui peut être rempli en utilisant le logiciel Excel) contient des
informations sur la santé financière de l'organisme, l'accès au logement social, l'occupation du parc
social, l'accueil des défavorisés, le maintien dans les lieux, la politique des loyers, la politique
patrimoniale. Le rapport explique et justifie les informations sur ces différents sujets. L'utilisation du
tableau de bord est illustrée par des exemples d'organismes de Savoie et Haute-Savoie. Une annexe
décrit le mode d'emploi et présente les différentes grilles à remplir.
CDU 39829
TOUSSAINT Jean-Yves ; ZIMMERMANN Monique
INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES. VILLEURBANNE ; FRANCE. MINISTERE DE
L'EQUIPEMENT. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE
Des maîtres d’ouvrage et des architectes dans le cadre d'opérations de réhabilitation de
logements sociaux, ou comment traiter avec la demande en logements
Lyon : INSA, 1999.- 200 p., ann., bibliogr.
Après avoir décrit les représentations du marché de la réhabilitation (généralités et tendances,
orientations) par les différents maîtres d'ouvrage interrogés, le rapport présente les attentes adressées
aux maîtres d'oeuvre qui apparaissent comme autant de compétences, d'expertises attribuées à la
maîtrise d'oeuvre et recherchées auprès d'elle. Des hypothèses de travail sont dégagées concernant les
nouvelles orientations du marché de la réhabilitation et la reconnaissance du locataire.
PCA C465 ; CDU 39748
Amiens, une ambition réaliste. L'élan et la mesure
PROJET URBAIN. (FRA). n° 16, avril 1999.- 31 p., phot., fig. cartes
Publication consacrée à divers aspects du projet urbain sur la ville d'Amiens : aspects politiques
(développement de l'identité de la ville et situation de capitale régionale), organisationnels (maîtrise de
l'expansion urbaine), administratifs (relations entre la DDE et la DRE), humains (perception de la ville par
ses habitants)... Plusieurs articles sont consacrés à des zones ou à des projets plus précis : centreville, projet d'agglomération, prise en compte de monuments (intervention de Bernard Huet autour de la
cathédrale), Université d'Amiens (entretien avec Henri Gaudin), aménagements paysagers,
aménagement autour de la gare, interventions dans les quartiers nord par François Grether et Jacqueline
Osty, travail sur le POS...
CDU
Quartiers en quête d'identité
FONDATIONS. (FRA). n° 10, oct. 1999.- 191 p., tabl., graph., phot.
Après une introduction de Jean-Pierre Sueur qui revient sur son rapport sur la ville, des travaux de
chercheurs portant sur les liens entre délinquance, chômage et pauvreté dans une ville moyenne, sur le
184
tissu associatif dans les quartiers et sur les modes d'habiter dans les quartiers d'habitat social sont
présentés. Des témoignages de personnes exerçant une responsabilité professionnelle ou civile traitent
de la cohésion sociale et de la solidarité territoriale, de l'insécurité, de la culture, des micro-activités et de
l'ambition des contrats de ville dans les quartiers d'habitat social. Des initiatives qui font découvrir l'art
dans les quartiers, qui font la promotion de la solidarité entre le Nord et le Sud, qui traitent de la
formation réciproque, de la paix sociale, de culture, d'intégration des immigrés.
IA 41264; CDU 51319
GIRAUD Michel
Les grands ensembles. Histoire de milieux, milieu d'histoires. La construction du sens de
l'espace ; la relation densité-nature en banlieue lyonnaise
Paris : L'Harmattan, 2000.- 413 p., ann., graph., phot., bibliogr. (coll. Villes et entreprises ; publié avec
le soutien du PUCA)
Réalisé avec le soutien du Plan urbanisme construction architecture (PUCA) et le CNRS, dans le cadre
d'un programme sur l'écologie urbaine, cet ouvrage s'intéresse à l'histoire des grands ensembles
immobiliers, c'est à dire des cités. Il se compose à la fois d'une réflexion sur l'histoire et les atouts d'un
type d'habitat en déclin et d'une étude sociologique sur ses résidents. La population interrogée est issue
de la banlieue lyonnaise : la ZUP des Minguettes et Bron-Parilly. Elle présente une forte diversité
d'origines et d'histoires. L'auteur les interroge sur leur rapport à l'espace physique et social. Il se base
également sur des données statistiques relatives à ces quartiers. Cela lui permet d'établir une théorie de
la construction du sens de l'espace et de la relation densité-nature. L'ouvrage contient également le
questionnaire auquel ont répondu les résidents.
CDU 51941; IA 41672
GUIGOU Brigitte ; MELCHIOR Gérard ; DEVALIERE Isolde
CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT
Réhabilitation : les diagnostics socio-techniques des bureaux d’études
CAHIERS DU CSTB, n° 409, mai 2000.- 24 p., bibliogr. (cahier 3218)
Sommaire : la conduite du diagnostic socio-technique et ses enjeux ; identification et analyse des
méthodes, des outils et des savoir-faire mobilisés pour le diagnostic technique ; analyse du diagnostic
architectural et urbain ; analyse des diagnostics sociaux ; le contenu et les enjeux du diagnostic ;
rapports maîtrise d’ouvrage-BET, le partage d’une culture commune. Annexes : guide d’entretien ;
exemple de formulaire utilisé pour une enquête sociale.
CDU
PACQUOT Thierry (dir.); LUSSAULT Michel (dir.); BODY-GENDROT Sophie (dir.)
La ville et l’urbain : l’état des savoirs
Paris : La Découverte, nov. 2000.- 444 p. (coll. Textes à l’appui ; publié avec le concours de la DIV et de
la MSH)
Cet état des lieux offre un panorama de la « pensée française » sur la ville et l’urbain. Six parties : 1.
Connaître la vi lle et l’urbain. Les apports spécifiques de chaque discipline : histoire d’un thème, débats
et controverses, influences étrangères, réflexions épistémologiques, situation actuelle. 2. Les espaces,
les territoires et les réseaux. Qu’est-ce qu’un territoire urbanisé ? Comment se constitue-t-il et évolue-t-il
sous les pressions démographiques, économiques et les tracés des nombreux réseaux ? 3. Sociétés et
cultures urbaines. Comment les populations des villes vivent-elles ou non ensemble ? A quels rythmes,
selon quels codes, pour quelles finalités ? 4. Les « acteurs de la ville ». La ville et l’urbain résultent de
nombreuses interventions de professionnels, qui se complètent ou s’opposent. A partir de cas concrets,
les auteurs présentent les interactions, les tensions, les partenariats, etc., que ces opérations
entraînent. 5. Les politiques de la ville. Le jeu des institutions, l’émergence d’une contre-culture urbaine,
les heurts et malheurs de la politique de la ville, le rôle des habitants, la redéfinition du cadre juridique à
l’heure de la décentralisation et de l’Europe, etc. 6. Enjeux, débats et perspectives. L’urbanisation est un
processus mondial, aussi convient-il de sortir des frontières françaises afin de mieux en comprendre les
ressorts et en mesurer les enjeux. Un article final démontre l’inachèvement qui préside à la recherche
urbaine et recense quelques thèmes « oubliés »...
IA 42307 ;CDU
TOUBON Jean-Claude
185
Modes d'habiter : évolution des rapports sociaux
HABITAT ET SOCIETE. (FRA). n° 17, mars 2000.- pp. 26-31, phot.
A partir de constats des professionnels ou de quelques études, il est possible d'appréhender les modes
de sociabilité et les conflits dans les HLM. L'inconvénient est que ces observations portent le plus
souvent sur les « quartiers en difficultés ». Les principaux modes de régulation des conflits et les pistes
d'action pour prévenir les dysfonctionnements sont abordés.
IA P.193
Les faubourgs, laboratoires de ville
PROJET URBAIN. (FRA). n° 19, mars 2000.- 27 p., phot., fig., cartes
Après un premier article analysant l'évolution du regard porté sur les faubourgs par les planificateurs,
aménageurs et architectes depuis environ un siècle, les articles de la revue présentent divers projets
d'aménagement ou des analyses de ces quartiers, choisis à Bordeaux (un cas de reconversion avec
l'aménagement du vieux quartier des Chartrons), à Saintes (aménagement d'un quartier avec des
venelles pour faire référence au centre historique) et à Paris où les articles abordent l'aspect patrimonial
et la complexité du tissu urbain (faubourg Saint-Antoine), des opérations d'aménagement et de
transformation (Le Hainaut dans le XIXe), l'aménagement de ZAC (Château des Rentiers) dans le XIIIe).
CDU
La ville vécue, la ville rêvée
ARCHITECTURE INTERIEURE CREE, n° 292, mars 2000.- pp. 66-73
La ville est le lieu de toutes les collusions. Sur le terrain, le siècle clôt les grands gestes d’un
aménagement du territoire venu d’en haut, agissant par logiques fonctionnelles. Les élus, propulsés au
rôle de maîtres d’ouvrage, ont à inventer les nouvelles modalités de production de la ville et à imaginer
localement les conditions comme les contenus du dialogue avec des usagers décidés à maîtriser leur
cadre de vie. De son côté, la recherche met en évidence l’irruption des femmes dans le monde du travail
et leur présence dans l’espace public. Données qui ne sont pas si nouvelles, mais qui induisent pourtant
des pratiques de l’espace public dont les architectes, urbanistes et designers n’ont pas encore exploré
toutes les potentialités. Le plus frappant est évidemment le décalage entre ces aspirations du quotidien,
ces réalités de l’usage et les images projetées du monde virtuel, qui n’est plus seulement celui de
demain... Comment aménager la rencontre ?
CDU
4.2. METHODES D’ELABORATION ET DE CONDUITE DE PROJET
BONNIN P. ; KALOUGUINE V. ; BLONDEL A.
UNITE PEDAGOGIQUE N° 6. PARIS ; FRANCE. ENVIRONNEMENT ET CADRE DE VIE (MIN.).
DIRECTION DE L'ARCHITECTURE. SECRETARIAT DE LA RECHERCHE ARCHITECTURALE. PARIS
Rôle de l'architecte dans un processus de maîtrise d'ouvrage et de maîtrise d'oeuvre
collectives
Paris : UP 6, 1985.- 75 p., fig., phot. (ss la dir. de P. Lefèvre)
Plusieurs expériences d'habitat autogéré, en ville nouvelle, dans des quartiers nouveaux ou dans des
opérations de réhabilitation, et de participation des habitants, des collectivités locales et des
promoteurs à des opérations de maîtrise d'ouvrage et de maîtrise d'oeuvre illustrent cette recherche.
Dans ce troisième volet du programme de recherche, on s'intéresse plus particulièrement au rôle de
l'architecte dans une stratégie participative. Il ne s'agit pas ici d'élaborer des solutions applicables en
toute circonstance, mais de contribuer à sensibiliser les décideurs à l'importance que peut avoir
l'association des partenaires concernés par une même réalisation aux processus de programmation.
CP 2508; CDU 32764; BRA 334
DEVEDJIAN Jocelyne
Projet de quartier : l'esprit d'une loi
186
DIAGONAL. (FRA). n° 53, avril 1985.- pp. 9-17 (Dossier)
La démarche « projet de quartier » s'inscrit dans le cadre de la loi sur le renouveau de
l'aménagement. L'article évoque des expériences locales : le projet de quartier élaboré par le maire
d'Artenay à 25 km d'Orléans ; l'association des habitants de Bourgogne – Franche-Comté à la
réflexion et à la définition de leur cadre de vie ; une procédure « habitat et vie sociale » dans un
quartier de Delle ; l'accent mis par Pierre Sansot sur la globalité de la ville et l'imbrication des
espaces et des lieux.
CDU
BONETTI Michel ; MARGHIERI Isabelle ; HUMBLOT Philippe
CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT. PARIS ; DIRECTION DE LA
CONSTRUCTION; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Méthode de conduite des opérations de réhabilitation ; la programmation générative
Paris : Plan construction, 1988.- 149 p. (coll. Recherches ; étude réalisée dans le cadre du programme
Conception et usage de l'habitat)
Cet ouvrage vise à définir des orientations pour concevoir la programmation et la réalisation des
opérations ; à fournir des instruments opératoires pour conduire les actions de réhabilitation. Ces
éléments s'appuient sur l'analyse d'une vingtaine d'opérations remarquables et de discussions avec des
maîtres d'ouvrage, des architectes et des équipes de maîtrise d'oeuvre sociale qui y ont participé. Les
enseignements, tirés de l'analyse de ces expériences, ont amené les auteurs à proposer une méthode
de programmation générative dans laquelle le programme n'est pas défini a priori par le maître d'ouvrage,
mais généré progressivement dans un processus de négociation avec les différents acteurs par la
réalisation de l'opération. L'élaboration du programme s'appuie également sur la mise en perspective des
diagnostics techniques, de l'analyse des modes de vie et des demandes des habitants, en vue
d’identifier les problèmes à traiter mais aussi les potentialités de transformation du quartier. La
réhabilitation n'est pas conçue comme la réalisation d'un programme de travaux mais comme le support
d'une transformation de la dynamique sociale.
CDU 24773 ; DC E88-100; PCA B325BIS
HODDE Rainier
PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Les aventuriers de la démarche perdue : quelques repères sur l'action « processus de
conception et méthodes de projet » (1986-1988)
Paris : 1988.- 52 p., fig., phot., bibliogr., ann.
Le dispositif de l'action « processus de conception et méthode de projet » repose à la fois sur le
dialogue entre un architecte-praticien et un partenaire extérieur au champ de la pratique
architecturale, et sur une relation suivie entre les différentes équipes de recherche. Le rapport
présente la mise en oeuvre du dispositif et son suivi, et l'analyse des résultats collectifs atteints.
PCA B298; CDU 27716
SECHET Patrice
CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT. PARIS ; PLAN CONSTRUCTION ET
ARCHITECTURE
La conduite des processus de conception de l'habitat
Paris : CSTB, 1988.- 129 p., ann. (étude réalisée dans le cadre du programme Conception et usage de
l'habitat)
Manuel de propositions et de recommandations aux maîtres d'ouvrage pour préparer, orienter et
évaluer la conception d'opérations de qualité, en construction neuve et en réhabilitation. Il comprend
trois parties : la première partie est une réflexion de synthèse sur les grands problèmes qui se posent
actuellement aux maîtres d'ouvrage dans l'abord de la conception de l'habitat. La visée est
compréhensive. La deuxième partie est une présentation de l'expérimentation. A partir d'un cas
concret, on essaye de préciser les questions que soulève l'expérimentation et de proposer une
méthode simple permettant d'en exporter l'esprit dans de multiples contextes. La troisième partie, qui
187
reprend des thèmes de la première, s'efforce de présenter de façon plus opérationnelle quelques
grands dossiers susceptibles de nourrir une démarche expérimentale.
PCA B310; CDU 24063
Pour une nouvelle politique de réhabilitation
C. DE L'HABITAT. (FRA). nov. 1988.- pp.15-32, ill., phot.
En complément de son rôle d'animation et de coordination de l'action pilote « réhabilitation du
patrimoine social », la Direction de la construction a décidé de constituer cinq groupes de réflexion
sur les thèmes correspondant aux préoccupations dominantes des maîtres d'ouvrage apparues dans
les enquêtes régionales : connaissance du marché local, gestion des relations avec les locataires,
élaboration du programme et conception du projet, maîtrise des coûts, modes de dévolution de
travaux.
CDU
BINETRUY Christian ; PETITPERRIN Michel ; BOUVIER Brigitte
PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Espaces de vie et cohabitation : Belfort-la Méchelle, réhabilitation de la cité Einstein
Paris : Plan construction et architecture, 1990.- 48 p., tabl., plans., phot. (coll. Expérimentation ; étude
réalisée dans le cadre du programme Conception et usage de l'habitat)
Transformation d'un projet architectural en projet social à l'occasion de la remise aux normes de 70
logements des années 50 dans la banlieue de Belfort. Afin d'enrayer un phénomène de désertification
et de détérioration de deux immeubles, les architectes ont pris en compte le quartier dans son
ensemble et ont situé la réhabilitation dans une politique de peuplement. Dans cette opération,
l'appartement est devenu indissociable de l'espace public. Ils ont cherché à intégrer une population
variée, tout en maintenant un taux d'effort supplémentaire acceptable pour les anciens locataires.
Pour arriver à ce résultat, l'équipe d'architectes/chercheurs s'est souvent trouvée en situation d'animer
le projet au niveau local, elle est devenue la courroie de transmission entre le maître d'ouvrage, la
municipalité, les intervenants et les habitants. Seule une concertation très forte entre les différents
intervenants a permis la réalisation d'un tel projet. L'enjeu était de taille, c'était la place de l'habitat
social locatif dans une civilisation urbaine.
PCA C107; CDU 24022
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE NORD-PICARDIE. LILLE ; ASSOCIATION
REGIONALE HLM NORD-PAS-DE-CALAIS; NORD. EQUIPEMENT (DIRECTION REGIONALE). LILLE
Ré-habiter nos logements sociaux. Un enjeu... une démarche... une méthode
Lille : DRE, 1990.- 32 p., fig., plans, phot. (action pilote « réhabilitation du patrimoine social » ; 2ème
éd.)
Dans le cadre de la réhabilitation du parc social HLM du Nord-Pas-de-Calais, cette plaquette
rassemble quelques éléments méthodologiques afin de répondre aux préoccupations des maîtres
d'ouvrage ; elle a été réalisé à la demande de la DRE, des deux DDE et de l'association régionale
HLM. A travers ces fiches, sept recommandations : 1. connaître le marché local ; 2. faire le
diagnostic général ; 3. formaliser un programme ; 4. concevoir le projet ; 5. désigner les entreprises ;
6. organiser le chantier ; 7. organiser les relations avec les locataires avant, pendant et après la
réhabilitation.
DCN 19-766 ; CDU 23684; DRE T.1637
CONAN M. ; BONETTI M. ; ALLEN B.
CENTRE
SCIENTIFIQUE
ET
TECHNIQUE
DU
BATIMENT.
INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Méthodes de conduite des actions de développement social
Paris : CSTB, 1990.- 267 p.
188
PARIS ;
DELEGATION
Cette étude a été réalisée dans le cadre de l'évaluation des stratégies de DSQ conduites dans dix
villes. Son objectif consiste à fournir « des éléments de réflexion dont chacun peut s'inspirer
librement ». Huit problématiques sont abordées : 1. l'élaboration des diagnostics, l'évolution des
points de vue des acteurs et la conception des actions ; 2. l'élaboration et la transformation des
projets de développement ; 3. favoriser l'émergence et l'expression de la demande des habitants ; 4.
le développement d'une culture collective et de réseaux de coopération entre les acteurs ; 5.
favoriser l'émergence de projets collectifs et le développement d'actions intersectorielles ; 6. les
modalités de négociation et de gestion des conflits institutionnels ou sociaux ; 7. modifier les
processus de décision et le fonctionnement des organisations ; 8. développer les capacités d'initiative
et d'organisation des habitants.
CDU 37964
ELEB-HARLE Nicole ; FERMAND Catherine
PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Evaluation de dix opérations expérimentales de réhabilitation. Pratique architecturale et
méthode de conception
Paris : Plan construction et architecture, 1990.- 166 p., plans, phot., tabl. (coll. Expérimentations ; étude
réalisée dans le cadre du programme Conception et usage de l'habitat)
Concevoir un projet de réhabilitation est bien souvent en effectuer aussi la programmation.
L'expérimentation réside alors à élaborer méthodes et moyens pratiques pour affronter la complexité
d'une situation de projets caractérisée par la diversité des contraintes techniques et le grand nombre
d'acteurs. L'architecte « sous haute surveillance » passe de la planche a dessin à la table de réunion ;
il doit savoir écouter ses interlocuteurs, arbitrer et négocier, jouer le temps... mais savoir ce à quoi il
tient. C'est souvent ce « projet » qui est le véritable enjeu de l'expérimentation. A travers les récits
de l'expérience de Christian Binetruy, Dominique Druenne, Patrick Magendie et d'autres encore,
cette étude aborde la question de la spécificité du travail de conception de l'architecture de la
réhabilitation. Qu'en est-il de la relation qui se crée entre des bâtiments et l'auteur de leur réécriture.
PCA C103; CDU 24026
ROSSI Yvonne ; CHOAY Pierre
ACT CONSULTANTS. PARIS ; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Interaction des programmes et des projets : Versailles, réhabilitation de la cité Moser (Pierre
Choay, Patrice de Lamotte)
Paris : UNFOHLM - PCA, 1990.- 79 p., pl. h.t. (coll. Expérimentations)
A Versailles la cité Moser aligne ses 750 logements en huit bâtiments. Construite en 1956, cette cité
méritait d'être réhabilitée. Cette monographie raconte l'aventure collective vécue par les concepteurs
au côté du maître d'ouvrage responsable de l'opération ; elle est donc la mémoire d'une longue
collaboration, l'histoire cachée des méthodes de travail, de l'interaction et l'itération des documents et
des discours, des blocages et des attentes à chaque étape de cette réalisation expérimentale.
PCA C218; CDU 28535
MISSION BANLIEUES 89
Ateliers permanents de la réhabilitation. Comptes rendus des séances de janvier et février 1991
Paris-La Défense : DAG/CRI 2, 1991.- 27 p. (Pour une architecture de la rehabilitation)
Présentation détaillée de deux opérations de réhabilitation de cités / quartiers d'habitat social (à
Montreuil (93) et à Verdun) ; comptes rendus de séances de travail thématiques.
CDU 24556; DRE T. 1721; IA 29705; CP 4534
Réhabilitation de l'habitat social : des actions à suivre
CONSTRUCTION CONTACT. (FRA). n° 31, oct.-nov., 1991.- pp. 2-4, 13-14, bibliogr.
189
Actions menées dans le cadre de la réhabilitation de l'habitat social : le colloque du 26 mars 1991
« Réhabiliter l'habitat social, réussir la ville avec les habitants ». La poursuite du travail s'effectuera
selon deux axes : l'évaluation de la politique de réhabilitation du logement social ; l'action « Pour une
architecture de réhabilitation » et la réflexion sur le projet urbain.
CDU
ENVIRONNEMENT ET DEVELOPPEMENT DU TIERS MONDE; PROGRAMME SOLIDARITE HABITAT.
PARIS; PROGRAMME JEUNES VILLE EMPLOI. PARIS
Développement social des quartiers et des villes. Lutte contre les exclusions : l'espace nord/sud
comme champ d'action et de réflexion. Actes du séminaire, Paris, 2 et 3 novembre 1993
Paris : ENDA, PSH, JVE, 1993.- 58 p., ann.
Ce séminaire avait pour double objectif : engager une réflexion collective sur les apports de la
coopération nord-sud à la conduite des projets et des politiques de développement local urbain ; évaluer
les conditions de mobilisation en coopération des acteurs français du développement social urbain (DSU)
souhaitant développer des actions internationales. Les ateliers ont notamment pris appui sur la
présentation et l'analyse de trois expériences de coopération décentralisée ; Meaux/Campina-Grande
(Brésil), le projet SACASE (structure d'appui à la création d'activités socio-économiques) à Ziguinchor
(Sénégal) et le programme d'échanges d'animateurs de quartiers Sénégal/France.
CA C8731
GOYET Georges
UNIVERSITE DES SCIENCES SOCIALES DE GRENOBLE ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET
TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Conduite de projet territorial : vers une éco-production de la ville ? St-Egrève et son projet
d'urbanisme de centre-ville
Grenoble : 1993.- 7 fasc.
Recherche sur la conduite de projets territoriaux. L'aménagement du centre-ville de St-Egrève (commune
de la banlieue de Grenoble) permet de dégager une méthode de conduite du projet urbain.
L'aménagement y est pensé et réalisé en terme d'écologie urbaine, dans une perspective d'écodéveloppement. Il s'agit d'une approche géostratégique et écosystémique qui autorise le passage d'un
urbanisme dominé par les approches fonctionnelles, à un urbanisme beaucoup plus complexe qui relève
de l'écologie urbaine. Cette démarche d'éco-production de la ville intègre les sphères de l'écologie
environnementale, de l'écologie sociale et de l'écologie mentale.
PU 1883; CDU 27995
LOPEZ Rémi
Spécial logement social
D'ARCHITECTURES. (FRA). n° 36, juin 1993.- pp. 16-48, phot., fig., plans
Dossier consacré au logement social : historique du mouvement HLM ; analyse critique du financement
de la maîtrise d'ouvrage sociale. Présentation d’opérations innovantes : la ZAC des Hautes-Bruyères à
Villejuif, le projet de 86 logements REX à Nancy par Andreas Christo-Foroux, les immeubles-villas à
Orcy de Jean et Maria Deroche, la réhabilitation de la barre du Haut-du-Lièvre à Nancy par Alain Sarfati,
etc.
CDU
MASBOUNGI Ariella
Réhabilitation/rénovation : un outil de renouvellement de la pensée urbaine, faire la ville avec
les grands ensembles
ARCHITECTURE INTERIEURE. CREE. (FRA). n° 256, oct. 1993.- pp. 58-60
Article consacré au projet urbain dans les grands ensembles. Au travers des travaux de la DAU,
l'auteur montre qu'une stratégie pensée et dessinée de la ville peut être conçue comme un cadre
d'actions inscrit dans la durée. Elle permet des opérations d'urbanisme qui sont comme autant de
jalons pour la mise en oeuvre progressive d'un projet urbain global.
CDU
190
TECHNIQUES ETUDES RECHERCHES EN AMENAGEMENT. PARIS ; PLAN CONSTRUCTION ET
ARCHITECTURE
Le projet urbain dans les grands ensembles ; séminaire de Strasbourg, Marseille,
Gennevilliers, St-Herblain
Paris : TETRA, janvier 1993.- n.p.
Compte rendu d'un cycle de rencontres sur le projet urbain dans les grands ensembles, organisées à
Strasbourg, Marseille, Genevilliers et St-Herblain. Parmi les thèmes abordés : les éléments-clefs de
l'intégration du quartier dans la ville ; le vocabulaire d'un projet urbain de reconquête, quelques enjeux
d'intégration des quartiers dans la ville, les conditions de mise en oeuvre des projets urbains, le
processus d'élaboration du projet urbain et les concepts qui fondent son approche... D'une façon
générale ce document résume les approches, analyses et débats des experts et praticiens engagés
dans cette réflexion.
PCA CS143; CDU 28001; MV 7269
Réhabilitation de l'habitat social : conduite et projet, partenariat et concertation
Paris : ENPC, 1993.- 38 + 50 p. + 1 dossier de fiches (stage de formation continue, 20-21 oct. 1993)
Dossier contenant quatre numéros de « Une architecture de la réhabilitation » (n° 7, 15 mai 1990 ;
n° 11, 15 oct. 1990 ; n° 17, 15 janvier 1991 ; n° 19, 15 fév. 1991) et le livret de la réhabilition
produit par la SCIC, accompagné d'un dossier de presse sur la réhabilitation d'un grand ensemble
des Mureaux.
EPC NY1795
FRANCE. ARCHITECTURE ET URBANISME (DIR.); MOUVEMENT PACT-ARIM POUR
L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS
Quartiers anciens. Démarche de projet et intervention publique
Paris-La Défense : Ed. Villes et territoires, 1994.- 95 p. (réalisé par le Bureau des politiques urbaines)
En s'appuyant sur l'analyse de cinq situations locales (Arras, Nantes, Draguignan, Toulouse, StDenis), cet ouvrage présente des stratégies d'intervention publique en quartiers anciens basées sur
des démarches de projet. Trois axes sont développés : une approche partenariale, un diagnostic qui
mette en exergue les potentiels existants, une cohérence des outils et des procédures.
CDU 30346; IA 35854; DRE 7770; CP 5472; IAB 4846
HURET MARC
CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS. PARIS; UNION NATIONALE DES FEDERATIONS
D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
Etude des modalités de mise en oeuvre de la restructuration des quartiers d'habitat social
Paris : AMAVI, 1994.- 72 p., plans (programme « 50 quartiers »)
Cinq monographies détaillées de restructurations de quartiers d'habitat social reconnues comme
réussies. Propositions méthodologiques : les problématiques constantes, les objectifs à long terme et
l'action à moyen terme, les moyens pour tenir les objectifs d'un projet de long terme, la mise en place
des dispositifs opérationnels efficaces pour le court et le moyen terme.
CDU 30467
Réhabilitation : avant-après
ARCHITECTURE INTERIEURE. CREE. (FRA). n° 26, août-sept. 1994.- pp. 50-51 (Rénovation /
réhabilitation III)
Transcription d'un entretien avec Alain Gaonac'h, directeur général adjoint d'EFIDIS, organisme
HLM gérant un parc de 30.000 logements. Il fait part de son analyse de maître d'ouvrage sur la
conduite des opérations de réhabilitation. Il traite du rôle des architectes, de la politique d'insertion
des jeunes menée à l'occasion des chantiers, du financement des travaux ou encore de la
concertation avec les locataires.
CDU
BERSANI Catherine ; MASBOUNGI Ariella ; PORTZAMPARC Christian de
191
La ville hors la ville
PROJET URBAIN. (FRA). n° 3, mars 1995.- 23 p., plan, phot., fig.
Numéro consacré aux méthodes du projet urbain. Les expériences présentées sont nombreuses et
variées : une restructuration de grand ensemble à Nîmes, l'aménagement d'un terrain naturel à
Tremblay-en-France, le projet de développement universitaire du plateau de Saclay, la
recomposition de la ville nouvelle de Cergy-Pontoise, etc.
CDU
BOURDON Daniel ; CLAUDE Jean-Michel ; FAYMAN Sonya
ACT CONSULTANTS
Rapport d’évaluation du programme « 50 quartiers »
Paris : ACT, 1995.- 72 p.
Résultats des enquêtes auprès des acteurs locaux : attentes initiales des milieux locaux ; apports du
programme ; attentes vis-à-vis du programme. Evaluation du programme : le programme 50 quartiers au
sein de la politique de la ville ; repositionnement des bailleurs ; coopération bailleurs-villes ; pédagogie du
projet ; impact du programme dans les institutions partenaires. Conclusions, questions,
recommandations.
CDU 39190
CHITTY Laurent
Comment réussir une OPAH ?
Voiron : La Lettre du cadre territorial, sept. 1995.- 102 p. + 3 ann., bibliogr., fig., graph., phot., tabl. (coll.
Dossier d'experts)
Aujourd'hui, l'opération programmée d'amélioration de l'habitat (OPAH) reste, pour les collectivités
locales, un outil opérationnel indispensable et efficace dans la gestion d'une politique urbaine à long
terme et un des éléments stratégiques d'une politique d'aménagement du territoire qui reste à l'ordre du
jour. Cette étude a pour objectif de décliner, à travers ses principales caractéristiques et les étapes
importantes de son déroulement, les moyens et les actions possibles à mettre en oeuvre afin d'atteindre
les objectifs annoncés et optimiser ses chances de réussite. Connu comme un guide méthodologique
pratique à l'attention des collectivités locales et des opérateurs, il a pour autre objectif d'appréhender les
effets indirects de l'OPAH (retombées économiques pour les entreprises locales, réhabilitation de
logements sociaux publics, impact au niveau de la fiscalité locale...) et prévoir, au-delà de la durée de vie
de l'opération, les moyens disponibles à mettre en oeuvre pour continuer et valoriser une véritable
politique locale de l'habitat.
DCN 25-1065; CDU 33786
GAULEJAC Vincent de ; BONNETTI Michel ; FRAISSE Jean
L’ingénierie sociale
Paris : Syros, déc. 1995.- 214 p., bibliogr.
Face à l'augmentation du chômage, à la paupérisation de nombreux groupes sociaux, à la
dégradation de zones urbaines, de nouvelles méthodes d'intervention sont nécessaires pour lutter
contre l'exclusion et favoriser le développement de la vie sociale. L'ingénierie sociale propose des
méthodes visant à conduire autrement des projets de développement dans des champs aussi divers
que l'habitat social, la création d'emploi, l'éducation, l'insertion des jeunes, mais aussi l'activité sociale
et culturelle. Les caractéristiques de l'ingénierie sociale : une méthodologie fondée sur l'analyse de
situations complexes ; l'élaboration de projets collectifs et la mise en oeuvre de stratégies du
développement ; une transformation des modes d'interventions institutionnels qui favorisent le
développement de l'action concertée et les capacités de mobilisations des auteurs sociaux, des
usagers et des citoyens ; une évaluation dynamique des programmes et des projets basée sur
l'implication des acteurs concernés et l'intégration permanente de la réflexion et de l'action.
DK 191043
PICHERAL Jean-Blaise
AGENCE D'URBANISME ET DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION FLANDRE-DUNKERQUE
192
Grande-Synthe : une élaboration conjointe du projet urbain ou l'expérience de l'atelier de
travail urbain
Dunkerque : AGUR, avril 1995.- non pag., cartes
Cet atelier constitue un dispositif expérimental susceptible d'être étendu sur de nouveaux sites. Mis
en place en avril 1994, l'ATU de Grande-Synthe constitue le prolongement de plusieurs démarches
mises en oeuvre en 1993 (étude AER et arpenteurs, évaluation procédure DSQ, Grande-Synthe
2020).
DK 221052
TOMAS François
Projets urbains et projet de ville. La nouvelle culture urbaine à vingt ans
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 68-69, déc. 1995.- pp. 135-143 (Politiques de la
ville. Recherches de terrains)
Le projet urbain est né dans les années 1970 comme notion alternative à l'urbanisme fonctionnaliste
des années de croissance. Il s'est voulu l'expression d'une démocratie respectueuse de l'histoire
locale. La montée en puissance des politiques d'image au cours des années 1980 restaure le discours
et le geste architectural à l'échelle de la ville et fait passer au second plan l'urbanisme de participation
dans les quartiers.
CDU
TOUCHEFEU Jacques
DIRECTION DE L'HABITAT ET DE LA CONSTRUCTION
Vers une ingénierie de projet pour l'aménagement territorial
Paris : DC, 1995.- pag. mult., ann.
Les enjeux de l'aménagement territorial se transforment : le renouvellement de la ville sur elle-même
remplace la réalisation de nouveaux territoires de ville. Ainsi, le poids du réaménagement de
l'urbanisation existante devient-il prépondérant sur celui des extensions urbaines. La recherche, dont
les résultats sont présentés dans ce rapport, est basée sur l'observation des pratiques d'aménagement
mises en oeuvre sur des sites en redéveloppement urbain d'Ile-de-France. Les difficultés et blocages
auxquels l'aménagement est aujourd'hui confronté font l'objet d'une première partie. Les différentes
pratiques mises en oeuvre au travers des modèles de ville proposés, sont ensuite décrites. Puis, les
voies de transformation de l'action opérationnelle d'aménagement sont analysées : nécessité d'un
modèle de production de la ville lié à sa dimension sociale, et de nouvelles méthodes de conduite de
projet, qui débouchent sur une ingénierie de projet. Celle-ci pourra être installée grâce à un
programme national de développement dont les contours sont définis.
DC E95-31
Tisser la ville
PROJET URBAIN. (FRA). n° 2, janv. 1995.- pp. 4-23, plan, ill., phot. (compte rendu des Ateliers
« Projets urbains »)
Consacré à la fabrication du tissu urbain, ce numéro traite des méthodes, concepts et partenariats
nécessaires à la transformation de la ville, dans le respect de son histoire et de ses spécificités. De
nombreux exemples sont pris sur Paris : Bercy, Reuilly et Chevaleret.
CDU
CHAVELET Catherine
Vers une ingénierie de projet pour l'aménagement territorial. Interview de Jacques Touchefeu,
chef de projet du GPU Lille-Roubaix-Tourcoing
DIAGONAL. (FRA). n° 120-121, août-oct. 1996.- pp. 45-47, ill.
Dans un rapport écrit à la demande de la Direction de l'habitat et de la construction (DHC) et de la
Direction de l'aménagement et de l'urbanisme (DAU), Jacques Touchefeu a observé diverses
193
démarches d'aménagement opérationnel qui vont dans le sens de la conduite de projet ; il en a
capitalisé les enseignements pratiques. Ses propositions visent à renouveler les méthodes du projet
d'aménagement, en insistant notamment sur la nécessité d'un travail à long terme et en coopération, et
en élargissant le champ de l'aménagement à la notion plus vaste de développement urbain.
CDU
LE DRIAN Jean-Yves ; CASTRO Roland ; BRUNET Serge
Lorient : aventure urbaine, aventure humaine
PROJET URBAIN. (FRA). n° 9, 1996.- pp. 18-20, pl., ill.
La réussite du projet de restructuration de l'ensemble du quai de Rohan, à Lorient, a été possible
essentiellement grâce à l'implication et à la participation de ses habitants qui ont pu l'investir d'un sens
renouvelé, autant architectural que social. Fondée à l'origine sur l'idée d'un partenariat réunissant le
maire, le chef de projet, l'architecte, le directeur de l'office HLM et l'entreprise, la réalisation du
projet urbain de Lorient témoigne du rôle décisif de l'architecte, de son talent et de ses limites.
« Tout changer sauf les gens », l'injonction du maire de Lorient a guidé tous les intervenants du
projet dans leurs échanges avec les habitants.
CDU
LEGER Denys ; RAFFESTIN Yves ; DREIDEMIE Frank
Réhabiliter en site occupé. Concertation avec les locataires. Diagnostic social et enquêtes
techniques. Conduite du projet de réhabilitation
Paris : Ed. du Moniteur, 1996.- 191 p., ill., tabl., bibliogr., ann. (coll. Méthodes)
Méthodologie de concertation et de mise en oeuvre d'une réhabilitation de logements sociaux avec
les locataires, cet ouvrage de permet de suivre la chronologie d'une opération.
CP 6068
THIBAUT Laurent ; BARRE Bernard ; ISRAEL Laurent ; GOLDSTEIN lipa
La Courneuve : « 4000 », la ville à portée de main
PROJET URBAIN. (FRA). n° 9, 1996.- pp. 14-17, pl., ill.
A travers sa structure urbaine, La Courneuve témoigne d'une époque de développement
économique qui a généré autant de pauvreté et d'exclusion que de richesse. Le combat contre un
mode architectural devient un combat contre un mode social, afin de faire revivre le modèle
d'intégration républicaine. Au centre du débat se situe le projet urbain pour la restructuration des
quartiers ouest du grand ensemble de La Courneuve. La commune a du mal à terminer ce projet
engagé depuis dix ans. L'ouverture du quartier Braque sur la ville a été permise grâce à la
construction des « fenêtres urbaines », réalisées par l'architecte Laurent Israël. A côté du
réordonnancement, d'autres pratiques remédiant aux dysfonctionnements des grands ensembles sont
à prendre en compte au sein du projet urbain : l'analyse des usages, la qualité du dessin et la mise en
oeuvre de matériaux assez divers.
CDU
VOISIN Bruno ; MAHEY Pierre ; COURBIERE Stéphanie
Projets urbains en DSU. Dialogue, interactions
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 13, déc. 1996.- pp. 28-33
Une démarche d'évaluation des projets urbains dans l'agglomération lyonnaise montre l'impact
favorable de la qualité des réalisations auprès des habitants et l'importance du traitement des espaces
extérieurs. Elle souligne aussi le décalage entre la vocation donnée à un espace par le concepteur et
l'appropriation qu'en font les habitants. L'Atelier de travail urbain de Grande-Synthe présente les
outils du projet urbain. Les enseignements de la concertation avec les habitants et les écueils à
194
prendre en compte dans les projets DSU du Grand Lyon sont évoqués. Enfin, le maire de Givors
intervient sur l'évolution des contenus des démarches de développement social et urbain.
CDU
ALLAMAN Martine
Le projet urbain d’Auch : lucidité et pragmatisme
DIAGONAL, n° 125, juin 1997.- pp.31-33, phot.
Qu’une ville de 25.000 habitants se dote d’un projet urbain ambitieux mais réaliste, prospectif et
cohérent, n’est pas chose courante. Qu’elle fasse appel à des consultants extérieurs pour une
assistance à maître d’ouvrage est encore plus rare. A l’origine de cette démarche pour repenser le
fonctionnement global de la ville, l’ouverture prochaine d’une rocade de contournement d’Auch. Et
l’expérience d’une opération DSQ particulièrement réussie.
CDU
FREIBERG Jens
PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE
Les commandes de restructuration des quartiers d’habitat social en France et en Allemagne. in
L’élaboration des projets architecturaux et urbains en Europe. Vol.2. Les commandes
architecturales et urbaines
Paris-La Défense : PUCA - CSTB, 1997.- pp. 113-120 (séminaire ss la responsabilité de M. Bonnet)
En Allemagne, à l’inverse de la France, les quartiers d’habitat social sont moins marqués par la
dégradation que par le vieillissement du bâti et son inadéquation aux nouveaux usages. Les
opérations de réhabilitation/restructuration portent donc sur l’amélioration technique des logements
(avec un souci écologique très fort) et leur adaptation aux exigences des habitants au travers d’un
processus de participation particulièrement développé. Les conditions liées à la réalisation y sont plus
contraignantes qu’en France. Par exemple, le projet est figé à la phase du permis de construire et
doit, à ce stade, intégrer toutes le normes et tous les règlements en vigueur. Par souci d’économie et
d’efficacité, les maîtres d’ouvrage élaborent des chartes pour l’amélioration et la restructuration de
leur patrimoine qui orientent les propositions des maîtres d’œuvre. Ceux-ci sont choisis selon trois
modalités : « concours », « workshops » ou « commissions de conseil ». Les workshops réunissent
plusieurs équipes de maîtres d’œuvre autour du maître d’ouvrage et d’experts, et élaborent en
commun le contenu de la programmation. Les concours ne sont lancés par les maîtres d’ouvrage que
lorsque ceux-ci ont une idée précise du programme de travaux à entreprendre. Enfin, les
commissions de conseil sont des structures consultatives qui participent à la définition du programme
et veillent au respect de l’équilibre entre positions d’experts et attentes des habitants.
CDU 36260
DAVOINE Gilles
La réhabilitation des logements des années 60
MONITEUR ARCHITECTURE. (FRA). n° 80, mai 1997.- pp. 55-77, fig., plans, phot.
La réhabilitation des logements des années 1960 centrée, ici, essentiellement sur les interventions
possibles en façades, montre qu'une démarche de projet intéressante est possible. Cette démarche
est extraordinairement conséquente dans la mesure où elle conduit à modifier non seulement le
quotidien d'une population souvent défavorisée mais aussi la représentation qu'elle se fait de son lieu
de vie. L'intervention de Massimilano Fuksas à Montreuil est faite dans ce registre, alors que
Bernard Paurd et Claude Tautel à La Courneuve modifient peu l'image que les habitants ont de leur
lieu de vie. Quels que soient l'ambition du maître d'ouvrage et les problèmes auxquels il est
confronté, des études techniques et sociologiques préalables sont nécessaires, ainsi à Aubervilliers
(François Deslaugiers) et à Massy (Cuno Brullmann).
IA P.86; CDU
195
HURET Marc
Le management financier de la restructuration des grands ensembles
Paris : CDC, 1997.- 76 p. (coll. Cahiers de politique urbaine, 1)
Guide méthodologique de management financier, à l'usage des praticiens de projets de
restructuration urbaine dans les grands ensembles HLM. La première partie examine les difficultés et
les spécificités des projets de restructuration, du point de vue de leur nature intrinsèque et de leur
dimension stratégique. La seconde partie traite du management financier dans ses deux échelles
temporelles : l'action à moyen terme et les orientations stratégiques à long terme. Enfin, la troisième
partie aborde la question des moyens du management financier : les opérateurs et leur intéressement
au projet, les compétences à mobiliser et la conduite du projet, les processus opérationnels.
CDU 36870
MAZEL Olivier ; VAZARD Pascal ; WERNER Klaus
FRANCE. ARCHITECTURE ET URBANISME (DIR.); FRANCE. AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET
ACTION REGIONALE (DELEGATION). PARIS; COMITE DE LIAISON DES BASSINS D'EMPLOI
Construire un projet de territoire. Du diagnostic aux stratégies
Paris-La Défense : Ed. Villes et territoires, 1997.- 73 p.
Orienté selon une approche globale incluant l'aménagement, l'économie et le lien social, ce guide a
pour ambition de susciter une démarche d'animation participative du territoire. Il accompagne le
diagnostic jusqu'à l'élaboration du projet de développement territorial, en proposant une méthode
pour chacune des six phases du processus. Celles-ci consistent respectivement à : initier la démarche
; identifier les acteurs à consulter et à impliquer ; consulter les acteurs pour repérer les enjeux et les
projets fédérateurs ; hiérarchiser ces enjeux et ces projets ; produire un diagnostic sur les enjeux et
les projets ; confronter les acteurs aux conclusions du diagnostic. Un glossaire, des sources
statistiques et des références bibliographiques sont donnés en annexe.
CDU 35625; EPC NS20785; IA 38859; DCN 17-359; DRE T.2505; CTM 14884; MV 9084
MOREAU DE SAINT-MARTIN Louis
Les indicateurs dans la conduite des projets de politique de la ville
Champs-sur-Marne : ENPC, 1997.- 27 p.+ann., bibliogr. (projet de fin d'études, ss la dir. de F. de
Coninck ; rapport de stage à la DIV)
Proposition de démarches pertinentes pour l'utilisation d'indicateurs dans les différentes phases de la
conduite de projet (diagnostic, conduite des actions et évaluation) sur les sites de la politique de la
ville. Ce travail est fondé sur le constat suivant : la politique de la ville s'attache à améliorer la qualité
de vie des habitants de certains sites, mais comme il est difficile de mesurer cette qualité ; les acteurs
sont souvent amenés à travailler sur d'autres critères qui sont parfois du domaine de l'implicite. Or la
pertinence de ces indicateurs et leur lien avec la qualité de vie ne sont pas établis, ou pour le moins
pas construits. L'auteur utilise comme moyen d'analyse principal le modèle social dit des « quatre
sphères » mis en place par la Sous-direction « qualité de l'habitat » de la Direction de la construction
et de l'habitat (DHC) ; sa logique est fondamentalement liée à un travail sur les perceptions et
représentations des différents acteurs et des habitants.
EPC TE/97/052
ALLAMAN Martine
Port-de-Bouc : cure de jouvence pour Les Aigues Douces
DIAGONAL. (FRA). n° 129, fév. 1998.- pp. 46-48, phot.
Présentation du quartier des Aigues Douces à Port-de-Bouc et de l'opération de réhabilitation dont il
a fait l'objet. Celle-ci s'est caractérisée par d'importants travaux sur les bâtiments (réhabilitation,
écrêtement, percements, démolition...), par la restructuration des espaces extérieurs et par
196
l'aménagement d'une plage. Par ailleurs, le relogement et l'accompagnement social des résidants a été
mené en concertation avec ces derniers.
CDU
AUDOUIN Jean ; BOSSAVIT Jean-Luc
La concertation avec les habitants dans la conduite des projets de requalification urbaine
Paris : Groupe Innovapresse & communication SA, 1998.- 31 p.
Plaquette de présentation de la démarche de concertation et de communication mise en oeuvre par la
société Innovapresse & communication, dans le cadre de ses activités de conseil et
d'accompagnement des projets urbains. Points exposés : la définition précise de l'objet sur lequel
doit porter la concertation, les relations entre les partenaires du projet, la prise en compte des
démandes des habitants et leur participation active, l'organisation de la concertation, la stratégie de
communication et les enjeux qui doivent être pris en compte au niveau du message, les outils de
communication.
CDU 36833 ; IA T.6533; MV B8979
CHALAS Yves
L’urbanisme comme pensée pratique : pensée faible et débat public
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 80-81, déc. 1998.- pp. 205-214, phot.
(Gouvernances)
L'urbanisme qui souhaite repolitiser la ville par le bas, à l'écart des grands projets, résiste à l'emprise
des experts sur la vie quotidienne. La notion de quartier sert de prétexte pour susciter le dialogue
entre les élus, experts et habitants. Cet urbanisme pragmatique rejette le spatialisme, le dirigisme et le
technicisme. Mais sa sensibilité aux fluctuations du contexte rend aussi ses finalités incertaines.
CDU
MEZZIOUANE Abdellah ; RABOT Benoît
La conduite et l'évaluation des projets de développement
Voiron : La Lettre du cadre territorial, 1998.- 77 p., bibliogr. (coll. Dossiers d'experts)
Par l'intermédiaire d'exemples concrets, le guide permet de décrire les différentes étapes de la
réalisation d'un projet depuis sa conception. Le texte présente les techniques pour faire naître des
idées, pour élaborer une stratégie, pour valider les actions et pour mettre en oeuvre un type
d'organisation. Discussion sur la méthode d'évaluation des projets mis en place.
CDU 38003; EPC NS22609
NOVARINA Gilles
La construction des demandes sociales par le projet d'urbanisme
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 80-81, déc. 1998.- pp. 173-179, phot.
(Gouvernances)
La notion anglo-saxonne de gouvernance fait peu de cas des antagonismes sociaux qui sous-tendent
les décisions d'urbanisme. Elle vise surtout les processus socio-techniques d'élaboration des grands
projets urbains et laisse dans l'ombre la gestion municipale quotidienne ou les difficultés locales
d'expression des habitants défavorisés. Mais parler de gouvernance ou de régimes urbains renouvelle
l'interrogation sur les formes de démocratie locale et sur la construction conflictuelle de l'intérêt
général.
CDU
TOUSSAINT Jean-Yves ; ZIMMERMANN Monique (dir.)
Projet urbain. Ménager les gens, aménager la ville
Liège : Pierre Mardaga Editeur, 1998.- 201 p., glossaire, bibliogr. (coll. Architecture + recherches)
Le débat autour du projet urbain à partir de contributions croisant les points de vue d'acteurs issus
de milieux différents (politiques, praticiens, enseignants-chercheurs de différentes disciplines
197
scientifiques). Après un avant-propos sur le sens et la signification de l'expression « projet urbain »,
puis une introduction des deux principaux auteurs, les articles sont regroupés par thèmes : L'invention
du projet urbain (vers une nouvelle culture de l'aménagement des villes, une nouvelle manière de faire
la ville) ; Le concepteur et le politique, deux points de vue et deux expériences du projet urbain (le
grand projet urbain de Grigny vu par le concepteur, l'exemple de Vaulx-en-Velin comme projet
politique et projet urbain) ; Le management du territoire (réseaux et mobilités urbaines, réseaux
d'aujourd'hui dans la ville de tout à l'heure, le marketing dans la démarche de projet urbain) ; La
mobilisation des acteurs (acteurs, relations contractuelles et légitimité ; fragments d'un discours
technique, l'ingénieur face aux usagers et réciproquement ; le projet urbain et l'urbaniste) ; Projet
urbain et modalité d'action (enseignement de la complexité, la médiation comme ouverture au projet
urbain) ; Points de vue croisés (le projet urbain en discussion).
CDU 38951; IA 40390
BOURDON Daniel
CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATIONS. PARIS
Evaluer les projets urbains
Paris : CDC, 1999.- 110 p., ann., bibliogr. (coll. Cahiers de politique urbaine, n° 3)
Ce guide a été conçu à l’intention des non-spécialistes, c’est-à-dire tous ceux qui passent commande
d’une évaluation, ou participent au travail d’évaluation, ou en utilisent les résultats, afin d’améliorer la
conception et la conduite d’un projet et d’y adapter leurs pratiques. Son ambition consiste : à
montrer que l’évaluation est un exercice utile et relativement aisé à conduire, à rendre intelligible une
démarche qui passe pour intellectuelle et compliquée. Au sommaire : approches (notion et
caractéristiques du projet urbain ; définition, contenu et typologie de l’évaluation) ; l’organisation de
l’évaluation (commanditaires et destinataires, instance de pilotage, l’évaluateur, le cahier des
charges) ; l’étape préalable de l’évaluation (attentes, finalités, enjeux et suivi du projet) ; évaluer les
résultats du projet urbain (analyse des résultats, de la conception et du dispositif de gestion du
projet) ; évaluer l’impact du projet urbain (changements physiques, impact, avis des bénéficiaires) ;
évaluer les effets du projet urbain (sur les acteurs du projet et sur les démarches de politique
urbaine).
CDU 50317; CA C10594
GARCIAS Jean-Claude
Paris XXe. Rénovation douce d’un pan de faubourg
MONITEUR DU BTP, n° 5013, 24 déc. 1999.- pp.44-47, phot., plan
Dans le secteur sud-est de la ZAC des Amandiers, la Ville de Paris expérimente avec succès une
méthode de rénovation urbaine fondée sur le respect de l’existant et la concertation avec les habitants.
CDU
MONTIL Pierre-Philippe
Intégrer les espaces publics pour réhabiliter un centre-ville. Méthodologie pour la concertation
et la coordination d'opération. Application au coeur d'une ville moyenne, Aurillac
Champs-sur-Marne : ENPC ; Compiègne : UTC, 1999.- 97 p. + 11 ann., tabl., cartes coul., bibliogr.,
gloss. (thèse profess. pour le mastère génie urbain, ss la dir. de Y. Bec, M. Cabrit et J.-C. Deutsch)
Tentative de réponse apportée à la ville d'Aurillac sur la question de l'intégration de ses espaces
publics centraux pour réhabiliter et redynamiser son centre-ville. Le 1er chapitre présente le projet
d'Aurillac dans son contexte urbain et historique. Le 2d est consacré aux conditions de réalisation
initiales de cette opération projetée. Le 3ème aborde plus généralement les méthodes et outils de
concertation potentiels à partir d'études de cas et de l'identification des acteurs et de leurs logiques.
Le 4ème et dernier chapitre propose une application de cette méthodologie au cas d'Aurillac dans
198
l'idée de dégager des atouts, des synergies et des priorités pour le lancement d'un processus de
concertation et de coordination.
EPC GU/99/006
TREUTTEL Jean-Jacques
FRANCE. MINISTERE DE L'EQUIPEMENT. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE
Constitution d'un savoir spécifique à la réhabilitation de logements sociaux et plus
particulièrement des grands ensembles ; audit des groupes Arcane, PMCR, Deroche Ingénierie
Paris : 1999.- 79 p.
Rapport d'une étude-audit sur les pratiques de la réhabilitation de logements sociaux réalisés dans
l'après-guerre. L'objectif de l'étude est d'analyser comment les agences ont développé, organisé et
capitalisé une stratégie de réhabilitation. Le rapport est basé sur l'analyse des entretiens, réalisés en
1998, auprès des Agences Arcane (Guy Saint-Macary), PMCR (Jean Boidot) et Deroche
Ingénierie (Jean Deroche). Les entretiens ont suivi le même déroulement et les points abordés ont été
l'organisation des agences, la commande, les rapports avec le maître d'ouvrage, l'évolution de la
conception, l'interprétation du bâti, la pratique du chantier et les rapports avec les habitants.
L'analyse a montré que les interventions ne se limitent pas aux améliorations du confort, mais
s'étendent souvent aux aménagements des espaces extérieurs.
PCA C471; CDU 50921
L’art de vivre en banlieue
ARCHITECTURE INTERIEURE. CREE. (FRA). n° 287, 1er trim. 1999.- pp. 58-77, fig., phot.
Les diverses façons d'aborder la réhabilitation des grands ensembles sont évoquées au travers de
réalisations à Arcueil, à Reims et à La Courneuve, d'interventions menées dans le centre-ville de
Grand-Quévilly, d'une opération de revalorisation du quartier du Luth à Gennevilliers, d'une
réalisation de logements étudiants et d'appartements au bord de l'autoroute A6 à Evry, et de
logements en accession à Gagny.
IA P.76; CDU
Saint-Nazaire : assumer sa modernité
PROJET URBAIN. (FRA). n° 17, juill.1999.- 31 p.,phot., fig.
La ville de Saint-Nazaire veut transformer ses handicaps en atout, en valorisant l'originalité de son site.
Dans la première partie du dossier, Joël Batteux, le maire, Jean-François Guitton, délégué au
développement urbain, Laurent Théry, l'ancien délégué et sécrétaire général, Stéphanie Labat, directrice
du projet urbain, et Gérard Pénot, urbaniste de l'Atelier Ruelle maître d'oeuvre de nombreux espaces
public, s'intéressent au projet urbain analysant successivement son histoire, la structure orginale mise
en place, la délégation au développement, une organisation des services qui privilégie la transversalité,
une logique financière plutôt que budgétaire, une équipe rompue au jeu des procédures, le tout sous la
houlette constante du politique. Enfin, Joël Batteux montre sa volonté de redonner une bonne image de
la ville. La deuxième partie est consacrée au projet de ville-port dans la base sous-marine, inventant une
centralité nouvelle à partir d'éléments qui se trouvent habituellement en périphérie. L'architecte Manuel de
Solà, le maire et le chef de projet à la délégation, présentent l'aventure, son contexte, ses fondements
intellectuels et prennent l'exemple de l'Escale Atlantique.
CDU
ATGER Catherine ; GALLETY Jean-Claude ; ROUSSET Michel
CENTRE D'ETUDES SUR LES RESEAUX LES TRANSPORTS L'URBANISME ET LES
CONSTRUCTIONS PUBLIQUES. LYON
La concertation en aménagement : éléments méthodologiques
Lyon : CERTU, 2000.- 168 p., bibliogr. (coll. Dossiers du CERTU, n° 104)
La « concertation » est aujourd’hui une pièce essentielle du montage de projet. Cet art d’associer les
acteurs concernés par un projet à son élaboration pose, quel que soit le contexte, des questions qui
reviennent de façon récurrente. Qui associer ? Les participants au processus sont-ils représentatifs ?
199
Comment entendre ceux qui ne s’expriment pas ? Quelle part accorder à la négociation ? Quelle règle
du jeu adopter pour que les décideurs, les techniciens et les personnes associées à la démarche
puissent jouer chacun leur rôle ? Comment présenter le projet ? à partir de diagnostics ?sur des
variantes élaborées ? ou choisir « d’avancer en marchant » ? Quel calendrier choisir pour permettre une
maturation du projet tout en maintenant une dynamique positive ? Cet ouvrage rédigé à partir de l’analyse
de différentes expériences approche ces différentes problématiques et cherche à donner des outils
d’analyse qui permettront au lecteur de trouver la méthode de travail appropriée au contexte particulier de
son projet.
TU CEDO 104; CDU 52355; DRE 8844; IA 41892
CHAPUIS Jean-Yves
Du projet urbain à la maîtrise d’ouvrage urbaine : l’action politique revendiquée. in
L’élaboration des projets architecturaux et urbains en Europe. Vol.4. Les maîtrises
d’ouvrage en Europe : évolutions et tendances
Paris-La Défense : METL - PUCA - CSTB, 2000.- pp. 121-129
Qu’un élu soit maire d’une grande ville ou d’une commune périurbaine, d’une commune rurale, qu’il
soit au sein d’un district ou d’une communauté de commune, il a besoin d’avoir une vision globale de
sa stratégie de développement. Celle-ci passe par la maîtrise de trois paramètres indissociables : 1.
les élus doivent avoir un projet urbain qui définisse une stratégie de développement de cohérence et
d’identité ; 2. l’urbanisme opérationnel doit permettre la péréquation de charges foncières, un
urbanisme volontaire, la qualité urbaine à travers des procédures telle que la ZAC ; 3. l’urbanisme
doit être négocié, dialogué avec les citoyens à travers des structures telles que les « conseils de
quartiers » pour expliquer, se concerter et participer à l’aménagement de la ville.
CDU
HAYOT Alain (dir.) ; SAUVAGE André (dir.)
Le projet urbain. Enjeux, expérimentations et professions. Actes du colloque de Marseille
Paris : Ed. de la Villette, 2000.- 401 p. (coll. Etudes et recherches ; réalisé avec le concours de la
Direction de l'architecture et du patrimoine du ministère de la Culture et de la Communication)
Les deux dernières décennies ont vu se substituer les termes « projet urbain » à celui d’ « urbanisme ».
Au-delà d'une simple affaire de mots, ce glissement révèle un dépassement historique, politique et
technique de l'urbanisme comme discipline. Cette substitution est symptomatique des bouleversements
qui affectent les pratiques des acteurs de la ville tout comme les attentes des citoyens. Notion encore
floue, l'idée de projet urbain englobe en effet de nouvelles exigences, que cet ouvrage s'emploie à clarifier
: ainsi, la prise en compte des différentes temporalités de la ville (temps longs de l'histoire de la ville,
temps plus courts de la décision politique ou de la spéculation, temps de l'opération urbaine). Autre
exigence nouvelle, celle qui consiste à refonder l'espace commun et à réactiver la citoyenneté locale. Le
projet urbain ne se limite donc pas à une stricte action sur l'espace; il lui incombe également une
mission de gestion sociale et communale. Relevant, en définitive, plus d'un processus transactionnel que
d'un résultat, la notion de projet urbain suppose l'action conjuguée d'acteurs multiples. Les temps du
projet ne sont plus déterminés par les différentes échelles d'intervention, mais sont contraints à épouser
les figures plus complexes des hypothèses successives, de la concertation et de la négociation. Les
auteurs interrogent les pratiques professionnelles, les rôles modifiés du maître d'oeuvre et du maître
d'ouvrage dans le contexte contemporain de la planification urbaine et territoriale. Cet essai propose enfin
une réflexion critique sur l'intervention des sciences sociales dans le projet urbain.
CDU 51320; MV B9780
MORA Béatrix (coord.) ; CORNAIRE (Jean-Marie (coord.)
FEDERATION NATIONALE DES SOCIETES ANONYMES ET FONDATIONS D'HLM
Concevoir l'urbain dans sa diversité : des opérations en 7 dimensions. Tome 1
Paris : FNSAHLM, 2000.- 128 p., phot. (SA en actions)
Toute opération urbaine doit être abordée globalement, dans ses différents aspects. Cet ouvrage
présente les sept dimensions de ces opérations à travers leur application à des réalisations
200
existantes : le contexte, l'intégration urbaine, la qualité architecturale, la finalité sociale, l'économie du
projet, les métiers et les partenariats, le bilan et l'évaluation de l'opération menée à son terme.
CDU 51537
4.3. NOUVELLES PROFESSIONNALITES
ESCOLIN Bertrand
Chefs de projet DSQ : vers une intégration
G. DES COMMUNES. (FRA). n° 1092-23, 12 nov. 1990.- pp. 19-22, phot.
Comment la ville élabore-t-elle une opération DSQ et quels sont les profils des chefs de projet
retenus ? Face au problème de recrutement des chefs de projets, la ville doit avoir une politique
globale. Il devient en effet nécessaire de coordonner les actions administratives et sociales des
municipalités et de l'Etat.
CDU
ECOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSEES. PARIS
Journées d'études « Quels savoirs et quelles compétences pour la ville de demain ? », Paris,
16-17 novembre 1992
Paris : ENPC, 1992.- dossier de 14 notes (semaine européenne de l’ENPC)
Série de notes sur : la nécessité pour l'architecture de montrer sa capacité à fabriquer les espaces
publics de la démocratie, les enjeux contenus dans la planification de la croissance urbaine du grand
Berlin ; le secteur IV de Marne-la-Vallée et évaluation des acquis, des défis et des risques que constitue
l'opération d'Eurodisneyland ; questions sur le passage de la logique «équipement » à la logique
« service » dans le domaine des services urbains ; évolution des métiers de l'ingénieur par rapport à la
ville ; un appel à la prise en compte de l'urbanité dans l'aménagement ; objectifs de la fédération
d'associations nationales dite «rue de l'avenir » ; développement social et initiatives des habitants ;
contenu de la notion de citoyenneté urbaine dans les villes européennes ; la politique de la ville de la DIV
; les structures et méthodes de la concertation ; les procédures de conduite des projets telles que les
concertations publiques.
EPC NY4245
GROUPE ACADIE. JOINVILLE-LE-PONT ; DELEGATION A LA RECHERCHE ET A L'INNOVATION
Le chef de projet de développement social et urbain, 1982-1992. Construction et diffusion d'une
figure professionnelle
Paris : oct. 1992.- 45 p.
Cette recherche porte sur l'évolution de la fonction de chef de projet social et urbain de 1982 à 1992 (IXe
et Xe Plan) : le recrutement, le niveau de formation et sa spécificité, le rapport aux collectivités locales et à
l'Etat, le rapport aux habitants du quartier, les tâches des chefs de projet, les relations aux organismes
bailleurs, les stages de formation ; les grilles d'entretien des chefs de projet et des responsables
municipaux rencontrés.
CDU 26922; DRI 171
GUENTCH Bruno
Politique de la ville : qui sont les chefs de projet urbain ?
G. DES COMMUNES. (FRA). n° 1227, 6 sept. 1993.- pp.16-20, phot., tabl.
L'enquête apporte quelques indications sur une profession plutôt jeune : des hommes et des femmes
diplômés possédant une solide expérience professionnelle dans des secteurs variés et qui sont très
motivés.
IA P.188; CDU
SABBAH Catherine
Le big-bang des chefs de projet
201
URBANISME. (FRA). n° 267-268, oct.-nov. 1993.- pp.72-74, ill.
Courroie de transmission entre tous les acteurs urbains, les chefs de projet vont, avec le XIe Plan, passer
du quartier à la ville. La formation, le profil et l'avenir des chefs de projet sont évoqués.
IA P.414; CDU
SABBAH Catherine ; COUMAU Cécile
Enquête : Les nouveaux acteurs de la ville
URBANISME, n° 269, déc. 1993.- pp. 10-17, phot.
En une quinzaine d’années, la politique de la ville a donné naissance à des métiers originaux ;
l’émergence d’une préoccupation urbaine a demandé des compétences de coordinateur, de développeur,
de porteur de projet. On explique qui sont ces nouveaux acteurs de la ville et quelle place ils tiennent
aujourd’hui dans la cité.
CDU ; IA P.414
Du chef de projet et de son équipe dans la mise en oeuvre du contrat de ville ; première
rencontre Profession banlieue, 25 novembre 1993
Saint-Denis : Profession banlieue, 1993.- non pag.
Dans le cadre du développement social des quartiers, le chef de projet de quartier était l'agent de la
cohérence globale sur un secteur géographique. Les contrats de ville devront prendre en compte
l'ensemble de la ville, alors qu’ils étaient destinés au traitement prioritaire des quartiers les plus en
difficulté. Face à ce changement d'échelle, l'enjeu de cette rencontre est de redéfinir la place, le rôle et le
statut des chefs de projets et de leurs équipes.
IA 36394; CDU 31798
BEAUTIER Elisabeth ; CHARLOT Bernard
UNIVERSITE DE PARIS VIII ; FRANCE. EDUCATION NATIONALE (MIN.)
Les professionnels et la professionnalisation en banlieue
Paris : 1994.- 392 p. (programme « Université et ville ; pratiques sociales »)
Cette étude pose la question de la spécificité du travail en banlieue et appréhende une pratique
professionnelle : le travail en réseau. Elle analyse les évolutions vécues par des professionnels de
professions « anciennes » telles que l'enseignement, la médecine ou le travail social, et de professions
« récentes » comme celles de chef de projet ou de coordonnateur de zone d'éducation prioritaire. Puis,
elle décrit et analyse les modalités de création du centre de ressources Profession-banlieue et le rôle de
l'Université de Paris VII dans cette création.
PU 1949; CDU 29159; DCN 25-A-224
CHEVALLIER Philippe
Qui sont les professionnels du développement ?
TERRITOIRES. (FRA). n° 361, oct. 1995.- pp. 9-12, fig.
Les professionnels du développement interviennent surtout au niveau intercommunal, ce sont surtout
des hommes, plutôt jeunes, avec un niveau de formation élevé. Ils interviennent dans trois domaines : les
services aux entreprises, le montage et l'accompagnement de projets non liés aux entreprises, la
coordination, l'animation, le suivi des affaires courantes.
IA P.415; CDU
PASQUIER Elisabeth ; PETITEAU Jean-Yves
Itinéraire d'un chef de projet dans son quartier. Une méthode d'enquête sociologique appliquée
à une nouvelle profession
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 68-69, déc. 1995.- pp. 80-92 (Politiques de la
ville. Recherches de terrains)
Récit nostalgique d'un chef de projet qui quitte son quartier d'intervention. En parcourant une dernière fois
les lieux, la médiatrice locale de la politique de la ville évoque les satisfactions de son métier et les
contradictions de sa fonction, où le tissage de relations sociales et l'engagement de petites opérations
concrètes compensent une reconnaissance institutionnelle problématique.
CDU
Les professionnels du DSU : les médiateurs de la ville
202
TERRITOIRES. (FRA). n° 360, sept., 1995.- pp. 19-72
Pour la première fois, les professionnels du développement social urbain se sont réunis afin de réfléchir
ensemble à l'évolution de leur profession et à leur position au coeur des grands enjeux sociaux de la
ville. Ce dossier montre la place de ces professionnels dans la structuration de l'intervention municipale,
dans la transformation de l'organisation locale qui s'instaure avec la politique de la ville et l'expérience
des communes. Ces professionnels soulignent l'urgence d'une réflexion profonde sur les objectifs de cette
politique, sur les moyens concrets de sa mise en œuvre ; et plus largement, sur la clarification de la place
des différents acteurs institutionnels sur le terrain.
CDU
BEHAR Daniel ; ESTEBE Philippe
ACADIE
Le chef de projet et le sous-préfet à la ville : entre norme et projet
ESPACES ET SOCIETES, n° 84-85, 1996.- pp. 37-53, bibliogr. (Villes, sciences sociales, professions)
Les métiers de l’action publique, avec les bouleversements politiques et institutionnels qui ont débuté
avec les années 80, ont vécu les incertitudes et les interrogations liées aux transformations qui ont affecté
l’organisation des pouvoirs et les inquiétudes quant à l’efficacité du système d’intégration. Deux figures
professionnelles apparaissent singulièrement emblématiques des hésitations et des lignes de
transformation affectant les métiers de l’action publique : le chef de projet de développement social des
quartiers et le sous-préfet chargé de mission à la ville. Le chef de projet naît en 1982, au cours de la
période dite « expérimentale » de la politique de la ville. Le sous-préfet à la ville surgit à la fin des années
80 – officiellement en 1991 – lors d’une période caractérisée par l’extension de l’intervention publique
dans les banlieues et par une présence plus affirmée de l’Etat dans cette politique.
CDU
MOUTON Philippe ; FAVRIN Michel
La politique de la ville et l'introduction de l'innovation et du changement dans les collectivités
locales
C. DU CNFPT. (FRA). n° 48, août 1996.- pp. 172-180, schémas
Les grandes lignes de la politique contractuelle de DSQ et de DSU ; les fonctions du chef de projet de
développement social. Analyse et modélisation des positions des acteurs institutionnels ; les tendances
d'évolution des quatre familles de métiers : opérateurs de services, développeurs, gestionnaires,
dirigeants. Les dysfonctionnements du système ; la démarche de qualification collective élaborée par
l'observatoire de la fonction publique territoriale et la DIV.
CDU
DUGUE Elisabeth ; MOUTON Philippe
CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS. PARIS; CENTRE NATIONAL DE LA
RECHERCHE SCIENTIFIQUE. PARIS
Le développement social urbain : des qualifications en émergence
Paris : CNFPT, CNRS, 1997.- 166 p., ann. (« Urbanités politique de la ville » ; étude réalisée par
l'Observatoire de la fonction publique territoriale)
Panorama des enjeux touchant un champ d'activité professionnelle émergent : le développement social
urbain (DSU). La première partie décrit l'environnement professionnel du DSU : tendances d'évolution ;
configuration municipale et fonction ; organisation et division du travail. Après une délimitation du
contexte pesant sur le devenir des professionnels, la deuxième partie se consacre à l'étude des
trajectoires et des stratégies professionnelles, puis examine les statuts, les représentations et les
positions militantes liées à l'exercice du métier. Enfin, la troisième partie présente l'état de l'offre en
matière de formation dans le domaine du développement, analyse les conditions du succès des actions
de formation destinées aux agents des collectivités territoriales, puis précise les objectifs des formations
à la politique de la ville et en décrit quelques exemples.
CDU 35077; IA 38896; CP 6095
HAMMOUCHE Abdelhafid
CENTRE DE RECHERCHES SUR L'ESPACE HUMAIN ET URBAIN ; FRANCE. URBANISME
LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
La politique de la ville et l'évolution des métiers. in Citoyenneté et communauté
203
Besancon : Université de Franche-Comté, 1997.- pp. 175-202 (Annales littéraires de l'Université de
Franche-Comté, n° 655, série Cahiers du CREHU, n° 7 ; soutien du programme « Initiative régionale »)
Analyse des difficultés actuelles en matière de politique de la ville et d'action sociale. Dans un premier
temps, l'auteur analyse le processus de concertation et les modes d'action de la puissance publique dans
le cadre des contrats de ville. Il examine ensuite le déploiement des moyens (les équipes MOUS : maîtrise
d'oeuvre urbaine et sociale) et le rôle des agents chargés de conduire la procédure du contrat de ville, en
établissant notamment un parallèle avec les évolutions perceptibles dans le secteur du logement social.
Enfin, il conclut en mettant en évidence des mutations qui débordent largement le cadre de la politique
de ville.
CDU 36353; PU 2316
Acteurs du développement, compétences et qualification, systèmes de coopération
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 15, juin 1997.- 47 p., phot.
La question des compétences des acteurs du développement est abordée, en posant comme principe que
le développement n'est pas une simple affaire de techniciens mais repose sur un partage de compétences
qui demande à être développé. Dans cette perspective, de nombreuses réflexions ou témoignages de
professionnels, de chercheurs, d'élus... sont rassemblés. Leurs contributions s'orientent autour de divers
axes : les systèmes de coopération et les interactions entre les acteurs, les nouveaux métiers, la formation
et la qualification des acteurs, l'adaptation des institutions.
CDU
Les formations à la ville
ENSEMBLES. LA LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 35-36, juin 1997.- 8 p., phot.
Trois types d'actions en faveur de la formation professionnelle des acteurs de la politique de la ville sont
présentées : la collaboration entre la Délégation interministérielle à la ville (DIV) et le Centre national de
la fonction publique territoriale (CNFPT) ; le centre de ressources Profession banlieue, en Seine-SaintDenis ; l'action de l'Etat dans la Région Midi-Pyrénées. Un dernier article présente une synthèse des
actions de l'Etat, de la DIV et du CNFPT.
CDU
La réhabilitation passe aussi par la formation des architectes
C. DE L'ANAH. (FRA). n° 80, mars 1997.- pp. 4-7, phot.
L'Ecole d'architecture de Versailles propose aux élèves de 5e année un certificat optionnel sur la
réhabilitation ainsi qu'une formation professionnelle plus poussée aux architectes qui le souhaitent.
Cette démarche pédagogique vise à enrichir le bagage technique des élèves en leur offrant de nouvelles
perspectives professionnelles.
IA P.114; CDU
LALLEMAND Dominique
Professionnels du DSU cherchent statut et carrière
G. DES COMMUNES. (FRA). n° 1436, 12 janv. 1998.- pp. 16-21, phot.
Depuis plus de quinze ans, ceux qui oeuvrent pour le développement social urbain le font dans le flou,
voire la précarité. Or leurs missions, souvent conçues au départ comme une intervention d'urgence, ont
tendance à se pérenniser. Leur pleine intégration dans les services des collectivités ne pourrait
qu'accélérer la prise de conscience de la nécessaire transversalité de leur mission. Des exemples à Reims,
Marseille et Mâcon illustrent la situation des agents DSU.
IA P.188; CDU
CHAMPY Florent
Vers la déprofessionalisation des architectes. L'évolution des compétences des architectes
depuis 1980
C. DE LA RECHERCHE ARCHITECTURALE ET URBAINE. (FRA). n° 2-3, nov. 1999.- pp. 27-38
(Dossier : Métiers)
Dépossédés par les bureaux d'études techniques de compétences techniques et par les maîtres
d'ouvrage de missions de programmation, les architectes français semblent placés dans un processus
de déprofessionalisation de leur métier. Depuis 1980, la commande publique a beaucoup évolué : pour
204
favoriser l'innovation, elle fait appel à une nouvelle génération d'architectes et a plus souvent eu recours à
la procédure du concours. L'architecture publique est ainsi devenue le support de politiques de
communication. Les savoir-faire nouvellement acquis par la maîtrise d'ouvrage et les changements dans
l'organisation de sa coopération ont fortement contribué aux évolutions des compétences des
architectes. Le fait que celles-ci aillent dans le sens d'un affaiblissement des compétences les plus
techniques permet de conclure à une amorce de déprofessionalisation de ce métier. Une conclusion
d'ordre méthodologique s'impose aussi : la profession d'architecte ne peut pas être étudiée
indépendamment d'une analyse de l'évolution de la commande.
CDU
HEURGON Édith (coord.) ; STATHOPOULOS Nikolas (coord.)
Les métiers de la ville. Les nouveaux territoires de l'action collective. Actes du colloque de
Cerisy, 19-23 septembre 1998 : « Villes de demain ; nouveaux services, nouveaux métiers »
La Tour d'Aigues : Ed. de l'Aube, 1999.- 400 p., notes, bibliogr.
Cet ouvrage reprend les conférences qui ont eu lieu lors du colloque de Cerisy, organisé par la RATP
avec le soutien de la Commission européenne. Les métiers de la ville, celui des ingénieurs et
techniciens et celui des collectivités étaient représentés. Ces débats ont mis en évidence l'émergence
de nouveaux emplois tournant autour des principales et traditionnelles activités de la ville, mais
également autour des nouvelles technologies, car la ville se retrouve bouleversée par la mondialisation et
ceci nécessite de nouveaux services et métiers.
CDU 39785; IA 40446; MV B9583:EPC NS23446
Entre procédure et politique... Les chefs de projet en Seine-Saint-Denis
St-Denis : Profession banlieue, 1999.- 83 p.
A partir d'un travail d'analyse sur les techniques et les stratégies utilisées par les chefs de projet dans
leur pratique quotidienne, le groupe de travail des chefs de projet de Seine-St-Denis propose une
typologie de leur action et des pistes de réflexion, voire des orientations pour l'organisation des maîtrises
d'oeuvre urbaines et sociales du prochain contrat de plan autour des nouvelles échelles de territoires et
des structures de coopération. Après une contribution de Jacques Magny, et des éléments du débat qui
s'est déroulé lors de la présentation de ce rapport aux responsables de la politique de la ville en Seine-StDenis en juin 1999, Philippe Genestier présente les référentiels et les objectifs de la politique de la ville au
regard de l'ethnologie urbaine.
IA 40826; CDU 50532
BREVAN Claude ; PICARD Paul
Une nouvelle ambition pour les villes ; de nouvelles frontières pour les métiers. Rapport à
Monsieur Claude Bartolone, ministre Délégué à la ville
St-Denis : DIV, 2000.- 2 vol. (177 p. + pag.mult. ann.)
Sommaire : Développer et consolider les métiers de la politique de la ville ; De nouvelles fonctions et de
nouveaux métiers pour enrichir le service public ; Travail social et politique de la ville : un rendez-vous
renouvelé à ne pas manquer.
CDU 52463
COURTIAU Jean-Pierre
FRANCE. MINISTERE DE LA CULTURE. DIRECTION DE L'ARCHITECTURE ET DU PATRIMOINE
La formation continue des architectes, 2000. Une diversification nécessaire de la profession
Paris : Ministère de la Culture, 2000.- 159 p.
Depuis le milieu des années 80, les évolutions ont été rapides et la crise économique a eu des effets
dommageables dans le secteur de l'architecture. Toutefois, face à la restructuration économique et
sociale, aux défis à relever en matière d'innovation technologique, et à l'élargissement du champ
d'intervention, la formation continue est stratégique. Elle permet de conquérir des champs nouveaux et
de s'intégrer dans un dispositif d'anticipation de pratiques nouvelles. Cet ouvrage s'adresse à un public
d'architectes et autres spécialistes du cadre de vie. Elle est le fruit d'un travail de réflexion de la
profession, en collaboration avec des partenaires publics et privés, sur la pédagogie et les programmes
de formation adaptés. Les domaines de formations prioritaires sont les suivants : démarche qualité,
certification, management de projet, maîtrise des nouvelles technologies de l'information et de la
communication, haute qualité environnementale et développement durable. Ce guide, réalisé par le
205
ministère de la Culture et de la Communication et la Direction de l'architecture et du patrimoine, met à la
disposition des intéressés les adresses des organismes et institutions dispensant des stages de
formation.
CDU 51672
GUENTCH Bruno ; FERRERO Claude ; POLLET Karine
Politique de la ville : quels statuts pour les chefs de projet ?
G. DES COMMUNES. (FRA). n° 1547, 24 avr. 2000.- pp. 18-23, phot.
Les chefs de projet qui interviennent aujourd'hui à l'échelle de la ville, sans abandonner le quartier, auront
demain pour champ d'intervention l'agglomération. Même si la plupart des chefs de projet continuent de
revendiquer une certaine forme d'autonomie, ils demandent aussi que les pouvoirs publics mettent fin à la
précarité de leur profession.
IA P.188; CDU
MASSEY Jacques
Le rapport Brévan-Picard sur les métiers de la ville
COMMUNES DEPARTEMENTS ET REGIONS DE FRANCE. (FRA). n° 396, oct. 2000.- p. 30, phot.
Cet article propose un bref commentaire critique de quelques aspects du rapport Brévan-Picard sur
l'évolution des métiers du développement social urbain : hésitation entre une analyse de l'Etat des forces
et des préconisations, manque de netteté sur la question d'identification des autorités de tutelle, question
de la possibilité d'accès aux concours pour les personnels actuellement employés, manque d'un état des
lieux de la population exerçant dans le cadre de la politique de la ville (ce dernier point est reconnu par
les auteurs du rapport).
CDU
QUERRIEN Anne (dir.) ; LASSAVE Pierre (dir.)
Des métiers qui font la ville
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE, n° 88, déc. 2000.- 167 p., phot.
S’interroger aujourd’hui sur les métiers de la ville, c’est se demander ce que deviennent, dans ce
nouveau contexte, ceux qui en dressent les plans, qui la construisent, qui l’entretiennent, mais aussi tous
les métiers, petits ou grands, dont l’exercice en milieu urbain invite leurs desservants à se poser la
question de l’unité de la ville, de l’équilibre entre ses quartiers. En France, la politique de la ville a
inventé de nouveaux métiers pour sauvegarder ou recréer l’image solidaire et libératrice de la ville,
disparue dans les violences exprimées ou refoulées de la relégation sociale. La recomposition de l’action
publique, à laquelle se sont attelés les chefs de projets et leurs collaborateurs, tarde à se faire sentir.
Urbanistes, architectes, et autres spécialistes en « génie urbain », attendent qu’elle se manifeste dans le
« cadre de vie » qui reste pour eux le meilleur analyseur de l’état local du contrat social.
CDU
ROY Olivier du
DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE ; CAISSE DES DEPOTS ET CONSIGNATION
Grands projets de ville. Mission, profil et compétences des directeurs de projets
St-Denis-La Plaine : DIV, 2000.- 6 p.
La mission : positionnement ; mission en fonction des acteurs avec lesquels il coopère. Le profil :
homme/femme d’action, de conception et de synthèse, de médiation et d’animation d’un travail collectif,
de développement plus que de programmation, bénéficiant d’une autorité de compétence reconnue,
permettant de traiter avec les partenaires (Ville, Etat, Département, Région...) au plus haut niveau. Les
compétences.
DIV ; http://www.ville.gouv.fr/ie/index.html (ressources en ligne)
SIPP Jean-François ; BLANC Maurice
CENTRE UNIVERSITAIRE DE COOPERATION ECONOMIQUE ET SOCIALE ; UNIVERSITES DE
NANCY (I ET II) ; DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Les métiers de la ville et du développement social urbain
St-Denis-La Plaine : DIV, mars 2000.- 34 p., ann., bibliogr.
206
Sommaire : l’origine des métiers de la ville ; métiers de la ville et professionnalisation ; le statut des
métiers de la ville ; une approche de l’activité.
CDU 53099 ; DIV ; http://www.ville.gouv.fr/ie/index.html (ressources en ligne)
207
5. LES HABITANTS,
ACTEURS DE LA REHABILITATION
5.1. CONCERTATION, PARTICIPATION, CITOYENNETE
CHANROND-LUNVEN M.-T. de
La concertation avec les habitants dans la procédure HVS. Concertation et légitimité. La
réhabilitation des Ronceray-Glonnières au Mans
Nanterre : Université de Paris X, 1981.- 93 p., bibliogr. (mémoire de maîtrise d'urbanisme, dir. H.
Raymond)
La concertation comme prise de parole par les habitants dans le concert des différents intervenants
administratifs, gestionnaires et sociaux de la procédure HVS. Dans les opérations de réhabilitation, cette
procédure a t-elle permis une réelle prise de parole des habitants? Comment et dans quel sens va jouer
la volonté de « transparence » affichée par l'administration des 1981, dans les cités du Ronceray et des
Glonnières (municipalité du Mans) où prévaut le modèle du parti communiste français ? Présentation
générale du quartier et de la mise en place de la procédure HVS par les décideurs. La concertation
proprement dite, à travers les interviews des architectes qui en sont les supports, et le vécu des
habitants.
CDU 16282
FRANCE. EQUIPEMENT (MIN.). CONSTRUCTION (DIR.). PLAN CONSTRUCTION. PARIS
Quand les habitants prennent la parole ; ouvrage collectif sous la dir. d’Albert Mollet, préface
de François Bloch-Lainé
Paris : Plan construction, 1981.- 273 p., phot., plans, ill.,ann. (coll. Bilan thématique)
Ouvrage en deux parties : 1. Réflexions sur les expériences de participation destinée à montrer
comment pourraient être mis en oeuvre des processus de programmation et de conception intégrant, à
partir des orientations de la politique municipale, les attentes et les désirs des habitants concernés. 2.
Un ensemble de textes qui présentent des tentatives concrètes où les habitants ont été acteurs
essentiels de leur habitat et de son évolution, évoquant ainsi des exemples de démarches pour concevoir
non plus des abris fonctionnels mais des lieux de vie, appropriables et maîtrisés.
CDU 13228; MV B3098; IA 16122; DRE 3226; CTA 6352; DCN 25-836; EPC NY1523
MOLLET Albert
Habitat et participation. Comment associer les habitants à la conception de nouveaux
logements ou à l'amélioration de l'habitat existant
MONITEUR DES TPB. (FRA). n° 31, 3 août, 1981.- pp. 19-22, phot.
CDU
MOLLET Albert ; COIT Katharine
Habitat et participation des usagers. La participation des habitants à la conception et à la
gestion du cadre bâti. Participation ou luttes urbaines ?
ECONOMIE ET HUMANISME. (FRA). n° 260, juill.-août, 1981.- pp. 59-73
La participation des usagers à l'urbanisme reste en France une expérience peu développée et mal
connue. A. Mollet en esquisse le panorama ; K. Coit expose ses réactions face à la participation « à la
française ».
CDU
ATELIER POPULAIRE D'URBANISME. ROUBAIX
Participation des habitants à la conception d'un CES adapté à leur quartier
Roubaix : Atelier populaire d'urbanisme, 1983.- 84 p. + ann., tabl., plans
208
L'historique de la lutte des habitants et leur réaction à une décision administrative de
construire un CES sans tenir compte des réalités du quartier. L'apport des expériences du
quartier, en matière d'équipement, pour la pratique de concertation ; le rôle et l'action des
différents intervenants. Le résultat de la participation des habitants sur le contenu du
programme ; la participation de l'atelier populaire d'urbanisme au jury du concours. Point sur
l'état d'avancement du dossier.
CDU 14807
INSTITUT D'ETUDES POLITIQUES. PARIS
La participation des habitants dans le logement social. L'exemple de Joinville-le-Pont (94)
Paris : IEP, 1983.- 193 p. multigr., bibliogr., ann.
Travail d'analyse et de critiques d'un groupe d'étudiants sur la participation des habitants, dans la
conception ou la réhabilitation de leur logement, dans trois cités HLM de Joinville.
CDU 24379
ASSOCIATION LE CIEL AU DESSOUS DU TOIT. PARIS
Bilan de l'intervention de l'association «Le ciel au-dessous du toit » sur La Grande Borne,
Grigny (91), juin-novembre 1983. Peintures murales avec la participation des habitants
Paris : 1984.- 29 p. + fiches, ann., ill.
Bilan de l'expérience de participation des habitants de La Grande Borne à la réalisation de peintures
murales extérieures, avec au départ un groupe de dix adolescents.
CDU 15385
LEFEVRE Pierre ; BLONDEL Alain ; BONNIN Philippe ; KALOUGUINE Vladimir
ECOLE D'ARCHITECTURE DE PARIS-LA VILLETTE ; FRANCE. ENVIRONNEMENT ET CADRE DE VIE
(MIN.). DIRECTION DE L'ARCHITECTURE. SECRETARIAT DE LA RECHERCHE ARCHITECTURALE.
PARIS
La maîtrise d'ouvrage collective. Architecture participassion
Paris : UP6, 1984.- 149 p., ill.
Ouvrage en deux partie, dont la première rapporte quatre expériences menées par l'équipe de recherche :
deux expériences de réhabilitation, avec participation des habitants (le maître d'ouvrage, un office
d'HLM, a décidé de déléguer une partie de la décision aux usagers) ; deux opérations de construction
neuve avec les futurs habitants (l'une avec l'incitation d'une collectivité locale dans le cadre d'une ZAC ;
l'autre à partir d'une initiative privée dans le cadre territorial d'une ville nouvelle). La seconde partie de
l’ouvrage inventorie les difficultés et les points de blocage ainsi que les méthodes spécifiques pour mener
à bien ce type de pratique.
CDU 15916; BRA 253
Les habitants acteurs du changement, mythe ou réalité ?
H R. DE L'HABITAT SOCIAL. (FRA). n° 101, nov, 1984.- pp. 75-82, phot., tabl.
Les habitants, acteurs du changement : si l'idée est aujourd'hui admise, son application provoque bien
des désillusions de toutes parts. Quelles formes d'intervention des habitants ? Rôle des associations de
locataires ? La participation des habitants à quoi ? Comment les villes et les professionnels prennent-ils
en compte la vie quotidienne des gens ?
CDU
ANSELME Michel
CENTRE D'ETUDES DE RECHERCHES ET DE FORMATION INSTITUTIONNELLES DU SUD-EST. AIXEN-PROVENCE
La réhabilitation du Petit Séminaire : une opération expérimentale menée avec la participation
active des habitants
Marseille : CERFISE, 1985.- 18 p. + ann.
IUG D2912-2
CHARRE Jean-Pierre
La participation des habitants à l'élaboration et à la gestion des projets de revalorisation du
bâti ancien : le cas du vieux quartier de Saint-Laurent rive droite à Grenoble
209
R. DE GEOGRAPHIE DE LYON. (FRA). vol. 60, n° 3, 1985.- pp.217-243, tabl., plan
Le vieux quartier St-Laurent, qui s'étire sur la rive droite de l'Isère à Grenoble, a fait l'objet au cours du
dernier quart de siècle de quatre projets successifs de revalorisation : la rénovation, la mise en valeur
des vieilles pierres et la réanimation commerciale, l'autorestauration, la réhabilitation à but social.
L'analyse porte sur la nature des projets et sur ceux qui les ont conçus et/ou mis en oeuvre. Elle fait
ressortir le décalage entre la teneur des projets et les évolutions du quartier, la part prépondérante des
intervenants extérieurs, elle aboutit à établir une relation entre la participation des habitants à
l'élaboration et à la gestion des projets de revalorisation du bâti ancien, et l'aptitude de ceux-ci à se
réaliser.
CDU
COMMISSION NATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIAL DES QUARTIERS
Agir dans le quartier. Forum de St-Fons, 4-5 octobre 1985. Contributions
Paris : Premier ministre, 1985.- 194 p., bibliogr. (avec la participation du min. Affaires sociales et
Solidarité nationale)
Evaluation à partir des expériences menées sur les quartiers, auxquels s'intéresse la Commission
Geindre. Il s'agit de définir ce qui est facteur de développement et d'amélioration pour le quartier et la vie
de ses habitants, les principaux obstacles rencontrés dans la pratique, les perspectives qui s'en dégagent
; de s'interroger sur les formes d'action des habitants et les conditions à réunir pour qu'ils soient
effectivement présents ; enfin de se demander si les habitants auront un certain poids dans le cadre de la
décentralisation. Chercheurs ou élus, militants ou travailleurs sociaux, associations et confédérations
d'associations d'habitants apportent le fruit de réflexions que l'annonce du colloque leur à inspiré.
CDU 16692
Le rôle des habitants : un choix politique
ENSEMBLES. (FRA). n° 7, juin 1985.- pp. 6-19, phot.
Les efforts des municipalités pour associer les habitants à la vie de leur commune et de leur quartier
(amicales de locataires, associations...).
CDU
ASSOCIATION EUROPEENNE DES COLLECTIVITES LOCALES ET REGIONALES. PARIS
Etude comparative des différents modes de participation des citoyens à la rénovation urbaine
par l'analyse d'opérations réalisées dans plusieurs villes européennes
Paris : Conseil des communes et régions d'Europe, 1986.- 59 p.
Etude comparative des procédures de rénovation urbaine et de la participation des citoyens dans
quatorze villes européennes. Ce rapport se propose d'analyser : les opérations entreprises, en les
replaçant dans un contexte socio-historique large ; les expériences de participation (nouveaux processus
de décision). Il dresse une évaluation des effets de la participation ainsi définie et des enseignements qui
peuvent en être tirés.
CDU 21456
GEINDRE François ; BONNEMAISON Gilbert
Civisme et vie de quartier. Civisme et délinquance
APRES-DEMAIN. (FRA). n° 289, déc. 1986.- pp. 19-22 (Civisme et démocratie)
La question de la démocratie locale à travers l'intervention des citoyens dans la vie urbaine, qui est au
coeur de la démarche du développement social.
CDU
MARTIN Nicole
COMMISSION NATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIAL DES QUARTIERS
Agir dans le quartier. Forum de St-Fons, 4-5 octobre 1985. Expériences et synthèses
Paris : Premier ministre, 1986.- 120 p., phot., bibliogr.
Ce forum s'est déroulé autour de trois thèmes : les institutions du quartier au service des habitants ;
présence et action des habitants ; le quartier, un lieu de démocratie ?
CDU 18427; IA 23575; DRE 6317; IAB 3761
MOLLET A.
210
Droit de cité ; à la rencontre des habitants des banlieues délaissées
Paris : L'Harmattan, 1986.- 156 p.
Expériences menées dans le domaine de l'habitat à Saint-Herblain (Loire-Atlantique), Dreux (Eure-etLoir) et Marseille : en réhabilitation ou en construction neuve. L'originalité de ces expériences tient au
fait que les habitants ont été associés à la définition des programmes. Au-delà de la concertation très
poussée entre responsables locaux, organismes HLM et habitants, et de l'amélioration des conditions de
logement qui en est résultée, la transformation majeure est la reconstitution du lien social et la
réinsertion dans la société locale de familles victimes jusque-là de rejet et d'exclusion.
CDU 20020; IA 23170; EPC NY0038
Comment financer la « présence » des habitants
ENSEMBLES. (FRA). n° 10, mars 1986.- pp. 9-15, phot.
Dès sa création, la Commission des quartiers a mis au premier rang de ses priorités la présence active
des habitants, leur rôle primordial dans le développement local. Elle a multiplié les efforts pour dégager
les moyens de financement appropriés réclamés par les organisations d'habitants (payer une fête avec
les enfants d'une cité, organiser un stage de formation, rémunérer un permanent). De nombreuses
réponses sont apportées par les décideurs. Ce dossier fait le point.
CDU
DEMONGEOT Michel
Réhabilitation des quartiers : quelle « présence active » des habitants ? La problématique de la
participation des habitants dans la rénovation des cités d'habitat social et ses modalités
d'application dans les opérations du Neuhof (Strasbourg), de la cité Erstein (Schiltigheim et
Bischheim) et du quartier Monmousseau aux Minguettes (Vénissieux)
Sl. : 1987.- 175 + 28 p. multigr., phot., bibliogr., ann. (mémoire pour le Diplôme supérieur en travail
social / DSTS)
Résultat d'entretiens portant sur la participation des habitants à la réhabilitation de leur quartier. Il
s'agissait de vérifier la réalité du phénomène, d'en évaluer l'importance, d'en saisir les circonstances.
CDU 23804
DONZELOT JACQUES ; OBLET T.
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
La citoyenneté et les mutations récentes de l'urbain
Bédoin : Centre d'étude des politiques sociales, 1988.- 43 p.
Rapport sur la nouvelle notion de citoyenneté. Le thème du «désengagement de l'Etat », ou de la
rénovation de l'action publique, à travers l’étude des effets de la décentralisation sur l'action sociale. Le
glissement « d'une sécurité passive à une solidarité active », du progrès social à la solidarité. Le
passage de l'encadrement collectif à la formation du jugement public en matière de politique culturelle.
PU 1512
DUPUY Sabine ; GIACOBBE Nora
ASSOCIATION DE REFLEXION SUR L'AMENAGEMENT URBAIN. PARIS ; DIRECTION DE LA
CONSTRUCTION
L’Alma-Gare à la croisée du temps
Paris : Min. de l'Equipement, 1989.- 284 p. multigr., cartes, phot.
Les répercussions concrètes d'une lutte urbaine remarquable et spectaculaire. Evaluation « sociale » de
la rénovation du quartier de l'Alma-Gare à Roubaix.
CDU 21433
ALMERAS Marc ; ADER Jean
Actions et réalisations
LETTRE DU CODEJ. (FRA). n° 4, 1990.- pp. 8-15
La réhabilitation des espaces extérieurs d'ensembles immobiliers par un paysagiste ; la participation
d'enfants d'une unité de voisinage à La Rochelle à l'aménagement de leurs espaces de jeu.
CDU
ANSELME Michel ; BEHAR Daniel
211
ACADIE. PARIS; CENTRE D'ETUDES DE RECHERCHES ET DE FORMATION INSTITUTIONNELLES
DU SUD-EST. AIX-EN-PROVENCE ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.).
PLAN URBAIN
Gérer le quartier : un avant-goût de démocratie ?
Paris : ACADIE ; Marseille : CERFISE, 1990.- 63 p.
Les processus de participation des habitants à travers trois exemples étrangers, et à partir de
l'expérience française des régies de quartier. Dans la première partie, l'implication des habitants dans la
gestion urbaine est analysée et replacée dans le contexte et la culture politique locale, à Amsterdam,
Naples et Barcelone. Aucune expérience similaire aux régies de quartier n'a été rencontrée dans ces
trois villes. La seconde partie s'attache à saisir les conditions d'émergence et les significations politiques
des expériences d'implication d'habitants dans la gestion urbaine. Les phénomènes de consensus ou de
dissensus sur le constat du dysfonctionnement du service, l'apparition de nouveaux acteurs, la question
de la reconnaissance politique et la fonction démocratique du quartier sont analysés.
PU 1658
MEHIRI Soraya
A la « Californie » on s'refait un avenir !
HLM AUJOURD'HUI. (FRA). n° 20, 4e trim. 1990.- pp. 60-65, phot.
En 1988 il y avait 450 logements vacants dans les HLM du quartier de Cali à Jarville, en 1990 tout est
reloué : ceci est le fruit d'une large concertation entreprise à l'initiative de l'OPAC et l'ARIM en direction
des habitants. A l'issue des interviews individuelles des locataires, des décisions techniques ont été
prises concernant : l'isolation technique et acoustique, le traitement des façades et enfin la réfection et la
personnalisation des entrées.
CDU
MILET Hélène
OBSERVATOIRE DES MIGRATIONS INTERNATIONALES DANS LA REGION NORD-PAS-DE-CALAIS.
LILLE ; DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Les modalités d'implication des habitants dans les politiques urbaines. L'évolution de la
problématique de la participation
Paris : DIV, 1990.- 140 p., ann., notes, bibliogr.
Evaluation des modalités de participation et d'implication des habitants dans les politiques urbaines.
Série de recommandations pour la mise en oeuvre du développement et de l'action sociale. Axes
complémentaires : l'analyse du travail d'équipes de terrain, une analyse bibliographique des travaux sur
les politiques urbaines, des interviews de personnes-ressources.
CDU 29318
Municipalités et associations. Démocratie de délégation, démocratie de participation
TERRITOIRES. (FRA). n° 311, oct. 1990.- pp. 16-58
Associations-municipalités : un dialogue difficile entre des partenaires inégaux. Ce dossier prend la
température des relations municipalités-associations et découvre que les mécanismes de participation
sont en crise. Parmi les articles au sommaire de ce dossier : les risques et chances de la décentralisation
pour les associations, les habitants acteurs des quartiers, le théâtre de l'opprimé dans les quartiers DSQ,
l'opération HVS de Woippy-Saint-Eloi.
CDU
Le rôle des habitants
ENSEMBLES. (FRA). n° 28, mai 1990.- pp. 9-27, phot.
Le rôle et la participation des habitants et de leurs associations dans l'élaboration des contrats de ville,
dans les politiques d'agglomération. Sommaire : du discours à la réalité ; développement des services ou
développement social ? ; observatoire des villes, sondage de la SOFRES ; associations d'habitants ;
journaux de quartier ; effervescence démocratique à Saint-Dié ; diversité des régies de quartier ; la plusvalue apportée par les habitants ; quartiers en Europe coopération entre voisins ; la concertation, un
premier pas.
CDU
BALAZS Gabrielle ; BOURDIEU Pierre
212
La réhabilitation. Entretien avec un locataire de HLM. Une mission impossible
ACTES DE LA RECHERCHE EN SCIENCES SOCIALES. (FRA). n° 90, déc. 1991.- pp. 77-94
Entretien avec l'un des plus anciens locataires de la cité de Vaulx-en-Velin qui mène une entreprise
volontariste de rééducation des habitants de la cité. Révélation des difficultés de l'action sociale :
résignation d'individus démoralisés et mobilisés par une longue série d'échecs et de déceptions, et
l'inertie d'une administration atomisée et atomisante.
CDU
FLOCH Jacques
CONSEIL NATIONAL DES VILLES. PARIS
Participation des habitants à la ville
Paris : CNVDSU, 1991.- 98 p.
Le rapport de synthèse final du Groupe de travail « Participation des habitants à la ville », préfacé par
Jacques Floch, maire de Rezé et membre du bureau du Conseil national des villes. Après un triple
constat - combattre les exclusions, accepter la parole des habitants et qui représente les habitants ?-, il
présente le point de vue des associations et quelques éléments d'expertise sur cinq sites : Roubaix, Les
Ulis, St-Denis, Sarrebruck et St-Dié, avec des remarques théoriques et stratégiques sur la question de la
participation, de la nouvelle citoyenneté engagée au travers de la politique de la ville et notamment dans
le cadre du développement social urbain.
CDU 25819; IA 30947; IAB 2703
JACQUET Jean-François
PEUPLE ET CULTURE
La participation des habitants dans les quartiers urbains
Grenoble : Peuple et culture, 1991.- 37 p. + ann. (document de synthèse du cycle Voyage d'études en
DSQ Rhône-Alpes)
Ce travail de synthèse, élaboré à partir d'entretiens avec différents acteurs de la procédure DSQ, aborde
successivement les discours sur la participation, les formes qu'elle revêt, les structures qui la supportent,
les outils et relais à son service, les facteurs favorables et les freins à sa mise en oeuvre.
IUG B2103
Renouvelons la citoyenneté
TERRITOIRES. (FRA). n° 321, oct., 1991.- pp. 7-74, phot.
Plus les citoyens désertent les bureaux de vote, expriment brutalement leur mal de vivre, développent des
réactions de rejet du politique ou suivent des idéologies de rejet, plus les procédures, les textes de loi et
les discours font référence aux habitants. Est-ce suffisant ? C'est l'échange d'expériences, la réflexion sur
le terrain, la recherche d'une mobilisation des acteurs, la découverte de nouveaux instruments, la
compréhension des réalités de la vie quotidienne dans les quartiers qui ont poussé élus locaux,
représentants associatifs et administratifs locaux à venir débattre ensemble aux premières rencontres de
la démocratie locale (le 13 juin 1991).
CDU; IAB 3404
BERTHET Claire
Des habitants face à leur quartier. Mouvements de revendication dans un groupe HLM de Lyon
(1933-1991)
Montréal : Conférence internationale de recherche sur l'habitat, 1992.- (exposé pour l'atelier n° 5 :
« Enjeux politiques du logement, mouvements de revendication »)
Ce document regroupe cinq contributions issues de la Conférence internationale de recherche sur
l'habitat, organisée à Montréal en 1992. Ces textes abordent différentes questions sociales et politiques,
relatives au logement social en France : 1. les associations de revendication et de défense du cadre de
vie créées par les habitants du quartier des Etats-Unis, à Lyon ; 2. les notions d’ « ordre symbolique » et
de « lien civil » comme cadre conceptuel pour les opérations de requalification des quartiers d'habitat
social fondées sur la « qualité urbaine » ; 3. la qualité de service comme stratégie de croissance pour le
service public ou la construction d'une hypothèse appliquée au cas des organismes de logement social ;
4. « cohabiter dans la confusion » ou les relations sociales dans le grand ensemble des « 3000 », à
Aulnay-sous-Bois (93) ; 5. « espace urbain et citoyenneté locale » ou la nécessité d'élaborer de
nouvelles règles du jeu entre l'Etat et les gouvernements locaux dans le domaine du logement social.
213
CDU 38076
FERRAND-BECHMANN Dan (dir.)
Entraide, participation et solidarités dans l'habitat. Le cas de 7 pays : France, Canada, RFA,
Brésil, Israël, Espagne, USA. Préface de F. Bloch-Lainé, introd. de J.-P. Sueur
Paris : L'Harmattan, 1992.- 246 p. (coll. Logiques sociales)
Recueil de textes relatifs à l'entraide et à la participation dans différents pays : les coopératives
d'habitation au Canada, la gestion de l'auto-construction par l'Etat au Brésil, l'étude d'un système de
voisinage à Meylan, la sociabilité dans un quartier populaire ancien à Lille, le cas d'un projet de
rénovation en Israël, etc.
CDU 26585; CA C9637
SAUVAGE André
Les habitants, de nouveaux acteurs sociaux
Paris : L'Harmattan, 1992.- 200 p., fig., bibliogr. (coll. Villes et entreprises)
Recherche de la « véritable nature » des habitants de la ville. Dans la 1ère partie, l’auteur analyse sur
quels principes s'est faite l'exclusion de l'habitat des domaines du logement et de l'environnement. Il
consacre la 2ème partie au temps, au lieu et au milieu social, paramètres permettant de décrire des
ambiances urbaines contrastées. Dans la 3ème partie, en suivant une trajectoire anthropologique, il
élabore un « modèle » de l'habitant.
CDU 28098; IA 33263; EPC NY4410
SCHLESINGER Anthony
Local key to estate regeneration
TOWN AND COUNTRY PLANNING. (GBR). vol. 61, n° 5, mai 1992.- pp.149-151, phot., bibliogr.
Le processus de régénération des ensembles résidentiels est important et vital, parce qu'il est basé sur la
participation des habitants, ici dans les zones périphériques. Le succès des quelques expériences montre
le besoin de la participation des habitants, notamment pour les ensembles de logements sociaux.
IA P.396; CDU
Banlieues : relégation ou citoyenneté
TEMPS MODERNES. (FRA). n° 545-546, déc. 1991 - janv. 1992.- pp. 2-235 (coll. Revue les temps
modernes, n° 545-546)
Un dossier documentaire sur des points de vue et des réflexions exprimés et développés par les acteurs
des villes de l'est lyonnais, notamment ceux qui vivent à Vaulx-en-Velin, ou la gèrent.
IA 31674
Dossier : habitants-citoyens
ENSEMBLES. (FRA). n° 36, juin 1992.- pp. 9-27, phot.
Expériences d'intégration et de participation active des habitants à la vie locale et aux projets de
développement social de leur quartier : le quartier des Trois-Bassins à La Réunion ; Arles et Beauvais
avec la présence constante des habitants et des associations dans les projets d'action sociale ; Rouen où
les habitants dressent le projet eux-mêmes ; Marseille avec la première Université du citoyen et la Charte
de participation des locataires aux opérations de réhabilitation de l'habitat. Les échanges européens
entre habitants concernés par des opérations de développement social des quartiers.
CDU ; IA P.177
Pour des quartiers citoyens
ECONOMIE ET HUMANISME. (FRA). n° 322, juill.-sept. 1992.- pp.3-85, graph., tabl., cartes, bibliogr.
Le dossier présente et analyse des expériences de prise en charge de la vie quotidienne, met en relief les
régies de quartier et réfléchit à l'élargissement de la citoyenneté dans les sociétés démocratiques, tout en
s'interrogeant sur les politiques françaises de la ville.
IA P.167; CDU
ARTHAUD Delphine
214
Portées et limites de la participation des habitants aux décisions d'aménagement de leur cadre
de vie. L'exemple de la cité-jardin « Viscose »
Grenoble : UFR de sociologie, 1993.- 103 p., bibliogr. + ann. (mémoire de maîtrise de sociologie, ss la
dir. de Y. Chalas)
A partir de l'analyse historique du processus de participation des habitants, l'auteur étudie la cité-jardin
« Viscose » à Echirolles, pour montrer l'évolution d'un projet de réhabilitation d'un quartier encore
imprégné d'un lourd passé historique et porteur des valeurs sociales caractéristiques de la cité-jardin. Il
propose une définition du concept de participation et s'attarde ensuite sur le rôle fondamental de
l'action de quartier, pour finalement s'interroger sur l'évolution du concept de participation. Enfin, il
analyse les limites et les obstacles à une participation active et efficace des usagers.
IUG B2525
STEBE Jean-Marc
L’opération HVS de Woippy-Saint-Eloy dans l'agglomération de Metz
ESPACES ET SOCIETES. (FRA). n° 72, 1993.- pp. 49-63, bibliogr.
L'étude s'appuie sur une expérience de réhabilitation d'un quartier d'habitat social, Saint-Eloi à Woippy
(Moselle), de 1978 à 1991. Celle-ci a été qualifiée d'exemplaire quant à la concertation et à la
participation des habitants dans le bilan des opérations HVS. Elle montre comment une démocratie de
concertation a pu se mettre en place, de quelle façon elle s'est structurée, quelles ont été les
caractéristiques essentielles, à partir de quels éléments contextuels elle s'est organisée et quels en ont été
les effets dans l'espace-temps.
IA P.184; CDU
Les habitants ont la parole
VILLES DIRECT. (FRA). n° 49, fév. 1993.- pp. 6-9
Expériences de Villeurbanne et de Nantes pour la mise en place d'une maison du citoyen dont le rôle
principal est de renforcer et de développer les liens entre les habitants du quartier. La « Charte de la
maison du citoyen » telle qu'elle a été définie par le programme gouvernemental pour la ville de mai-juin
1992. La maisons du citoyen est un lieu de rencontres et d'échanges, un lieu de ressources et
d'informations, un lieu de médiation.
CDU
DIRICQ Nicole
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS ; CAISSE DES DEPOTS ET
CONSIGNATIONS. PARIS
Vivent les quartiers : les offices et l'expression de la vie associative dans l'habitat social
Paris : FNOPHLM, 1994.- 135 p., phot., index
Les 200 initiatives d'associations et d'offices présentées reflètent la diversité, la richesse et l'originalité
des actions au service des habitants des HLM en France. Elles sont regroupées selon trois thèmes :
l'amélioration de l'habitat ; les actions d'animation ; les actions de solidarité.
IA 34684; CDU 29891
LEVEQUE L.
Développement social des quartiers : appréciation des habitants et participation
Reims : IATEUR, 1994.- 215 p., ann., phot., bibliogr. (mémoire de DESS urbanisme aménagement
environnement, ss la dir. de M. Blanc)
Parce que les habitants ont toujours été placés au coeur des opérations de DSQ, l'étude menée sur le DSQ
de Bar-sur-Aube s'articule autour des notions d'appréciation et de participation des habitants. Côté
appréciation, il ressort une nette satisfaction des habitants à l'égard du DSQ ; sauf en ce qui concerne les
travaux dans les logements, où la façon dont les travaux ont été menés a beaucoup déplu, et les actions
d'accompagnement social qui n'ont pas retenu leur attention. Côté participation, les résultats obtenus
pourraient expliquer pourquoi la participation apparaît souvent comme un échec. Tout d'abord, il
semble exister un décalage entre ce que les promoteurs de tels projets attendent des habitants, quand ils
sollicitent leur participation, et ce que les habitants eux-mêmes entendent par participation. Par ailleurs,
beaucoup se montrent réticents à l'idée de s'impliquer réellement, alors que la majorité des personnes
interrogées a manifesté une attitude plus que favorable à l'égard de la participation.
215
ITR 4385IA
MOZERE Liane
Bricolage du politique et politique du bricolage
INFORMATIONS SOCIALES, n° 40, 4e tr. 1994.- pp. 40-51, bibliogr.
L’action politique au quotidien, développée par un couple de militants catholiques - Marie-Agnès et Roger
Leman - dans le quartier de l’Alma-Gare à Roubaix.
CDU
PERCQ Pascal
Les habitants aménageurs
La Tour d’Aigues : Ed. de l’Aube / Fond. Charles Léopold Mayer, 1994.- 94 p.
L’idée même que les habitants des quartiers populaires puissent avoir leur mot à dire et être considérés
comme des acteurs reste incongrue dans la caste des décideurs. Pourtant, les habitants sont des
aménageurs parce que ce sont eux qui inventent la ville au quotidien. Les conclusions de la confrontation
de diverses expériences internationales de réhabilitation des quartiers anciens.
CDU 30429
Jeunes associations : une nouvelle citoyenneté
TERRITOIRES. (FRA). n° 350, sept. 1994.- pp. 19-57
La diversité des objets, la vitalité des regroupements, la permanence et la pertinence des questions que se
posent les jeunes associations. Question de légitimié, de place dans l’environnement local, de perennité,
de mise en réseau et de délégation… autant de thèmes abordés dans ce numéro de « Territoires », issu du
forum « Associations et citoyenneté », qui s’est déroulé le 09/04/1994 à St-Martin-le-Vinoux. Ce numéro
est une étape dans le débat sur les relations entre institutions et nouvelles associations, un repérage
d’expériences et de réflexions en vue d’aider de nombreuses collectivités locales et associations qui se
posent ce type de question sur leurs relations.
CDU
ARTHAUD Delphine
Ville et coexistence. Participation habitante à la définition d'un projet d'aménagement urbain :
l'exemple de la réhabilitation de la place de la convention (DSQ de la commune d'Echirolles)
Grenoble : IUG, 1995.- 2 fasc., 134 p., tabl., phot. + ann. (mémoire de DEA urbanisme, environnement
urbain et politiques des villes, ss la dir. de Y. Chalas)
L’histoire de la participation : une anthropologie, de la révolution française à nos jours ; mise en
évidence de la continuité historique de la participation. L’avènement d'un nouveau métier de
l'urbanisme, celui de l'ingénieur social, mandaté par les aménageurs ou les habitants, lorsque le
dialogue ne peut aboutir à une entente. La participation révèle un déficit de la notion d'intérêt général :
les porteurs d'un projet d'aménagement sont confrontés à des interlocuteurs qui ne sont les
représentants ni d'une collectivité locale ni d'un groupe, mais ne sont les représentants que d'eux-mêmes
et de leurs intérêts particuliers.
IUG B2522(1-2)
BAVOUX Pascal ; BERTHET Jean-Marc
TRAJECTOIRES. LYON ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN
URBAIN
Citoyenneté et DSU ou les incertitudes du territoire : deux exemples lyonnais, les quartiers
Place du Pont et Mermoz
Lyon : Trajectoires, 1995.- 104 p., bibliogr.
Cette recherche examine la politique de la ville sous l'angle de son efficacité à reconstituer les liens
sociaux et politiques et à mettre en forme au niveau local de véritables processus de participation des
habitants. La recherche est menée sur deux quartiers faisant l'objet de procédures de développement
social urbain (DSU) : les quartiers Place du Pont et Mermoz à Lyon. Pour l'auteur, la politique de la ville,
loin de créer une nouvelle citoyenneté, met en avant une logique technicienne où le chef de projet devient
un médiateur institutionnel pour la mise en place du contrat de ville.
PU 2147; CDU 32059; DCN 25-A-423
216
BLANC Maurice
Politique de la ville et démocratie locale. La participation : une transaction le plus souvent
différée
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 68-69, déc. 1995.- pp. 99-106, bibliogr.
(Politiques de la ville. Recherches de terrains)
Précédent son énonciation, la politique de la ville est née en France de l'enclavement des grands
ensembles, après la rupture économique des années 1970. La démocratie participative, qu'appelle cette
politique, se heurte à la démocratie représentative qui reste dominante. Dans le jeu à trois, entre les élus,
les gestionnaires de logements ou d'entreprises et les associations d'habitants, les sciences sociales
servent souvent les transactions locales.
CDU
BROSSAUD Claire ; LANZARINI Corinne ; MURARD Numa
TRAVAUX DE RECHERCHE SUR LE SOCIAL ET LA SOCIABILITE. PARIS ; FONDS D'ACTION
SOCIALE POUR LES TRAVAILLEURS IMMIGRES ET LEURS FAMILLES. PARIS
Pauvres et citoyens ? Faites vos preuves !
Paris : TRASS, 1995.- 225 p., bibliogr. (voir aussi dans MIGRATIONS ETUDES, n° 65, mai 1996)
Cinq textes réalisés à partir d'enquêtes de terrain. « Quand les habitants restent en plan » présente
l'observation des relations entre habitants et responsables au cours d'une réhabilitation. « Citoyens de
proches en loin » étudie les relations entre élus, centre social et associations d'habitants. « Du resto troc à
la citoyenneté » analyse le fonctionnement d'un restaurant social. « La citoyenneté entre assistance et
communauté » relate les difficultés d'une entreprise d'insertion. « Militer en famille » analyse
l'engagement politique à travers l'action d'un jeune homme et d'une mère de famille. La dernière partie
vise à fonder théoriquement les liens entre citoyenneté, civisme et civilité.
PU 2124; CDU 31801 ; IA P.269
DELJARRIE Bernard
Evolution de la participation
TERRITOIRES. (FRA). n° 361, oct., 1995.- pp. 4-8
Dans les textes et sur le terrain, la participation et l'intervention des habitants dans les affaires
communales avancent. Cet article traite de la construction du cadre du droit à l'information des
habitants à la vie locale depuis 1970. Il décrit ainsi trois types d'associations locales existantes : celles
créées par le pouvoir local pour contourner le statut de la fonction publique et se passer des règles
contraignantes de la comptabilité publique ; celles régies par la loi de 1901 ; les mouvements d'opinion,
comités d'actions, groupes de pression exprimant bien l'esprit de la loi de 1901. Une réflexion est aussi
menée sur la démocratisation du fonctionnement du pouvoir local : dans le cadre des scrutins ; dans le
cadre de l'intercommunalité ; dans le cadre de la coexistante de ceux qui votent, ceux qui n'en ont pas le
droit ; dans le cadre d'un régime local autocratique, où le pouvoir est tout acquis au maire, ce qui est un
peu le cas en France.
CDU
FAYMAN Sonia ; RACHMUHL Virginie
ACT CONSULTANTS. PARIS ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN
URBAIN
Evaluation de la participation des habitants à l'élaboration du schéma directeur pour
l'aménagement du centre-ville de Saint-Michel-sur-Orge
Paris : ACT, 1995.- 44 p.
Evaluation de la participation des habitants de Saint-Michel-sur-Orge à l'élaboration du schéma directeur
des trois G (quartiers Gambetta, de la Gare et des Grouettes). Il s'agit de se prononcer sur la façon dont
les habitants de cette commune ont été associés à la démarche d'élaboration du schéma directeur des
quartiers concernés. Les résultats de cette participation sont présentés en quatre chapitres : le contexte
dans lequel a été créé l'atelier public d'urbanisme ; les outils de la concertation ; les méthodes
employées pour développer la participation des habitants ; la place de cette expérience dans le
développement local. Des entretiens ont été réalisés avec treize habitants, quatre élus et cinq
techniciens de l'APU.
PU 2176; CDU 32620; IA 34515
217
FAYMAN Sonia
La politique de la ville... et les habitants ? Jeunes et femmes, passerelles entre leur milieu et
l'action politique
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 68-69, déc. 1995.- pp. 115-122 (Politiques de la
ville. Recherches de terrains)
Dans les années 1980 en France, le mouvement anti-raciste venu des jeunes habitants des banlieues s'est
transformé en diverses associations locales à vocation sportive ou culturelle. Certaines associations de
femmes immigrées assurent de leur côté un rôle de médiation entre la population locale et les services
publics. Mais ces fragiles regroupement demeurent d'un faible poids dans les dispositifs de la politique
de la ville.
CDU
GROC Isabelle ; DOUMENC Ivan
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Entre habitants et institutions, les associations des quartiers en difficulté à la recherche de leur
identité : Roubaix, l'Alma-Gare, New York, le south Bronx
Paris : Experalliance, 1995.- 257 p., bibliogr.
La participation des habitants, bien que considérée comme un ingrédient important de la réussite des
politiques de réhabilitation des quartiers, n'a jamais revêtu en France le même caractère vital qu'aux
Etats-Unis. L'Etat français ne s'est jamais complètement retiré des banlieues. Ainsi de nombreux
habitants sont conscients du rôle important qu'ils peuvent jouer dans les actions locales de
réhabilitation, mais peu d'entre eux sont vraiment convaincus que leur mobilisation représente une
question de vie ou de mort pour leur quartier. Parmi les modèles de participation qui ont pourtant fait
date, il y a l'expérience de l'Atelier populaire d'urbanisme (APU) dans le quartier de l'Alma-Gare à
Roubaix. L'objectif de cette étude est de retracer l'histoire de ce mouvement d'habitants et d'en faire le
bilan, presque vingt ans après.
PU 2155; CDU 32398
HUET Armel ; GAULTIER Gilbert
UNIVERSITE DE HAUTE-BRETAGNE. LABORATOIRE DE RECHERCHES ECONOMIQUES ET
SOCIALES. RENNES ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Territoire urbain lien social et citoyenneté
Rennes : LARES, 1995.- 262 p.
Les auteurs se sont intéressés à un quartier (Villejean à Rennes) qui présente l'image classique du grand
ensemble urbain réunissant les conditions des problèmes habituels afférents à ce genre de quartier et qui
pourtant n'explose pas. Leurs interrogations sont fixées autour d'une question centrale définie
conjointement, d'une part, par l'inquiétude ambiante sur la fragilisation du lien social et la difficulté de
l'exercice de la citoyenneté dans les grands ensembles urbains, d'autre part, par ce que met en relief
l'histoire rennaise des quartiers, et diverses expériences et actions qui y ont été conduites. En définitive,
cette recherche étudie comment dans le passage progressif du grand ensemble au quartier se constitue
un espace public de quartier par la rencontre des habitants et le traitement singulier que ceux-ci font de
l'environnement social et culturel que les politiques leur aménagent.
PU 2154; CDU 32397; IAB 3914
JACQUIER Claude ; ALBERTO-PEREZ Jaime
Le développement urbain en Europe
INFORMATIONS SOCIALES. (FRA). n° 43, 1995.- pp. 88-96 (Participer : le concept)
Ponctué de plusieurs exemples européens, ce texte aborde la réalité de la représentativité des habitants et
donc de leur légitimité. Il décrit de façon précise les dispositifs de l'implication des habitants et leur
processus de mise en oeuvre. Exclusion, délinquance des jeunes, naissance d'une nouvelle citoyenneté
font partie des thèmes traités.
CDU
LAPLANCHE Alain
218
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE L'OUEST. NANTES ; CENTRE D'ETUDES
SUR LES RESEAUX LES TRANSPORTS L'URBANISME ET LES CONSTRUCTIONS PUBLIQUES.
LYON
Consultation, concertation, participation des habitants dans le domaine de l'urbanisme en
Belgique
Nantes : CETE de l'Ouest, 1995.- 39 p.
Afin de développer les savoir-faire en matière de concertation, le CERTU envisage d'éditer un
dossier sur ce thème. Connaître les pratiques à l'étranger semble un bon moyen pour élargir la
réflexion dans ce domaine, et permet aussi d'avoir un autre regard sur nos propres pratiques. Le
choix s'est porté sur la Belgique qui offre une panoplie complète d'expériences : consultation,
concertation et participation des habitants. L'étude est réalisée à partir d'interviews de techniciens de
l'urbanisme.
CTN 6196; CDU 38105
LORCERIE Françoise
De la citoyenneté comme mode d'innovation dans la politique de la ville. L'expérience de
l'Université du citoyen à Marseille
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 68-69, déc. 1995.- pp. 123-134 (Politiques de la
ville. Recherches de terrains)
Les habitants de certains quartiers de logements sociaux à Marseille ont été invités à s'informer et à
dialoguer avec des enseignants ou des spécialistes sur des sujets de société. Les investissements
symboliques, que ces rencontres suscitent de part et d'autre, construisent une sorte d'espace public où
chacun découvre les contraintes et les possibilités d'actions à conduire en commun. Cette expérience
révèle l'engagement personnel qu'exige une citoyenneté qui dépasse l'assujettissement ordinaire aux
institutions.
CDU
MEGEVAND Francie ; PEREZ Jaime-Alberto
PEUPLE ET CULTURE ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Nouvelles dynamiques habitantes et enjeu de citoyenneté. Etude de trois quartiers contrastés
de l'agglomération grenobloise
Grenoble : Peuple et culture, 1995.- 164 p., ann., tabl., bibliogr.
Comprendre comment et en quoi les dynamiques habitantes au niveau d’un quartier peuvent
être des éléments qui contribuent à assurer un meilleur accès et un réel exercice de la
citoyenneté. Les formes d’action et de réactions des habitants aux enjeux qui se posent à leur
quartier, leur possibilités d’intervention est étudiée à partir de l’observation et de l’analyse des
dynamiques dans trois quartiers à composition sociale différente : le premier est un quartier
ancien, proche du cœur de la ville ; les deux autres ont été construits entre 1968 et 1974, à
dominante résidentielle et produits d’une période d’urbanisation rapide et massive, ils sont
bordés de zones d’activités économiques sans lien avec les zones d’habitat. Au sommaire :
Présentation des trois quartiers étudiés (des histoires et des caractéristiques contrastées ;
enjeux actuels et configurations locales) ; Les dynamiques habitantes, une préoccupation de
citoyenneté concrète (une certaine remobilisation associative ; raisons d’être et composantes
de ces dynamiques : la volonté d’agir ; dans les associations récentes, des pratiques en
recomposition) ; Effets et limites des dynamiques habitantes, la citoyenneté au milieu du gué
(des effets sociaux certains : civilité et sensibilisation collective ; des limites : fragmentation et
reconnaissance limitée ; les difficiles rapports au politique) ; Citoyenneté et démocratie locale.
PU 2107; CDU 31040; IAB 3764
MERCKE Pierre ; GARIN-FERRAZ Guilaine ; COIT Katharine ; OLIVE Fabienne
ASSOCIATION INTERNATIONALE DE TECHNICIENS EXPERTS ET CHERCHEURS. PARIS
De la participation des habitants : participation et citoyenneté
ARCHIMEDE & LEONARD. LES CARNETS DE L’AITEC. (FRA). hors série n° 12, été 1995.- 123 p.,
ann., bibliogr. (publié avec le soutien de la Communauté économique européenne)
219
Depuis vingt ans, la problématique de la participation des habitants a évolué dans le contexte social
européen, où la pauvreté augmente en même temps que la richesse, le logement joue un rôle
fondamental et peut être utilisé comme levier dans le processus de réinsertion des exclus. La
participation, c'est donc se donner des moyens de combattre la crise du logement et de la ville qui aient
aussi l'ambition de combats plus vastes : contre l'exclusion, pour de nouvelles formes de citoyenneté.
Pourtant, les expériences faites dans les pays européens ou en voie de développement montre que la
participation est difficile, qu'une partie de la population ne participe pas d'emblée, d'où un questionnaire
nécessaire sur les méthodes, les «savoir-faire de la participation » possible à partir d'une analyse
d'expériences.
CA C8770 ;CA RB270(12)
WARIN Philippe
Les HLM : impossible participation des habitants
SOCIOLOGIE DU TRAVAIL, n° 2, juin 1995.- pp.151-176
A partir de nombreuses enquêtes sur les organismes de logements sociaux, cet article s’interroge sur la
place et le sens de la participation des usagers locataires aux politiques de logement social - travaux
neufs, réhabilitation, attribution des logements. Facteur secondaire dans les années de croissance,
l’idée prend de l’importance lorsque l’Etat et les collectivités locales veulent mettre en place des
politiques plus globales dans les années 80 ; mais elle reste une pratique réduite au niveau des offices.
P. Warin examine les facteurs de cette non-participation : faible motivation des habitants, résistance des
personnels, écart avec les principes internes d’organisation des offices. Au mieux, à l’occasion des
programmes-qualité, les habitants pourraient être impliqués comme clients dans une approche
marketing ; les principes d’efficacité s’imposent et on se trouve loin des idées participatives des
premières expériences.
CDU
Citoyenneté sociale, citoyenneté locale
TERRITOIRES. (FRA). n° 354, janv., 1995.- pp. 17-56
Trois cents personnes étaient réunies pour les troisièmes rencontres de la démocratie locale, sur le thème
de la citoyenneté sociale et de la citoyenneté locale, à Strasbourg les 18 et 19 novembre 1994. Ces
rencontres ont permis d'aborder des questions touchant les fondements de la citoyenneté et d'analyser
les liens et les croisements nécessaires, incontournables entre citoyennetés politique, sociale, locale et
mondiale. Ce numéro de « Territoires » retrace la variété des idées et le dynamisme des échanges, ainsi
que la multitude des initiatives et des réseaux qui se développent aujourd'hui en matière de citoyenneté
et de lutte contre l'exclusion.
CDU
Concertation, initiatives, réseaux, territoires... Les habitants acteurs du développement
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 6, mars 1995.- 42 p., phot., bibliogr.
Numéro sur la participation et le rôle des habitants dans le développement social des quartiers. Le but
de ce document est de faire connaître les pratiques et points de vue des acteurs Rhône-alpins dans leur
diversité de forme et d'origine (associations et groupes, professionnels, experts et chercheurs...), à partir
d'une pluralité d'expériences qui font apparaître des lignes de force : le rapport à la décision, la place des
habitants dans les instances de décision ; l'acquisition de savoir et de savoir-faire ; les fonctions
d'interface, de médiateurs, d'habitants-relais ; la prise en compte des ressources individuelles et
collectives, la reconnaissance des potentialités qui sont des préalables au travail de développement.
CDU
Développement social urbain et citoyenneté ; résumé des recherches. Colloque des 21-22
novembre 1995, Paris
Paris : Plan urbain, 1995.- 100 p., bibliogr.
Les recherches concernent les relations usagers/administration, une famille immigrée des « 4000 » de La
Courneuve, le comportement électoral des habitants de grands ensembles, le développement social
urbain, la citoyenneté dans les quartiers d'habitat social, la sociabilité sportive, la politique de la ville.
IA 37067; DRE 7319(2); CDU 32700; PU 2164
Participer : le concept
220
INFORMATIONS SOCIALES. (FRA). n° 43, 1995.- 118 p.
Ce numéro explore le concept de participation, son histoire, ses applications en France et dans d'autres
pays. Les auteurs analysent : les interactions entre les domaines du politique, du social et du culturel ; le
traitement de l'exclusion sociale, de la mise en oeuvre de la politique de la ville et notamment des
banlieues. La citoyenneté, la médiation, le développement urbain sont ici des thèmes centraux.
CDU
Pour une ville solidaire, éducatrice et citoyenne
TERRITOIRES. (FRA). n° 357 bis, avr. 1995.- pp. 2-34
De multiples groupes travaillent aujourd'hui sur le fil qui relie les habitants aux élus, la vie quotidienne
à la réflexion politique. La démarche de la Fédération nationale Léo Lagrange entre de plain-pied dans
cette nécessité : interpeller les élus ou futurs élus et leur montrer qu'il y a de toute part des citoyens qui
s'impliquent dans la vie locale pour une ville solidaire, éducatrice et citoyenne. Ce numéro hors-série,
autour de « La Lettre aux maires de France » de Léo Lagrange interviewe des acteurs locaux et des élus,
présente des expériences innovantes et exprime des demandes de citoyens.
CDU
BELMESSOUS Hacène
Politique des quartiers
ETUDES. (FRA). tome 384, n° 6, juin 1996.- pp. 757-764
Quinze ans de politique des quartiers ont montré les limites des actions entreprises. Il semble que
l'avenir des quartiers devra se conjuguer avec le passage des habitants au politique.
IA P.366
BERTHO Alain
La crise de la politique. Du désarroi militant à la politique de la ville
Paris : L'Harmattan, 1996.- 298 p., tabl., bibliogr. (coll. Logiques sociales)
Le débat sur la crise de la politique a comme point de départ une enquête sur le quartier de La Plaine à
Saint-Denis. L'analyse de cette crise met en évidence comment la politique de la ville, en substituant
l'Etat à la politique, entretient le processus de crise. Analyse des dysfonctionnements entre l'activité
politique municipale, l'activité syndicale d'entreprise et la population, peu concernée par la
transformation du quartier, dans une ville où s'identifiaient auparavant travail, population et réalisation
urbaine.
CDU 33083
CENTRE DES NATIONS UNIES POUR LES ETABLISSEMENTS HUMAINS (HABITAT). NAIROBI;
HABITAT INTERNATIONAL COUNCIL. LA HAYE; FONDATION POUR LE PROGRES DE L'HOMME.
PARIS
Vers des quartiers plus humains : action publique et initiatives des habitants. Les six principes
de la déclaration de Salvador et quelques illustrations concrètes de mise en oeuvre
Paris : Librairie Fondation pour le progrès de l'homme, 1996.- 96 p. (série Dossiers pour un débat, n° 55)
Texte de la Déclaration de Salvador, illustré par une série de fiches d'expériences, formulant comme une
exigence absolue la reconnaissance du rôle essentiel des habitants comme premier moteur du
développement de leur quartier. La confrontation d'expériences venant des quatre continents nous fait
toucher du doigt à quel point il n'y a d'évolution positive de nos villes, et notamment des quartiers les
plus en difficultés, que fondée sur l'investissement des habitants, leur inventivité. # Salvador statement
on public action and inhabitants participation on urban development.
CA P169/2; CDU 35958; IA 39012
FORET Catherine ; MOLLET Albert
CENTRE D'ETUDES DE RECHERCHES ET DE FORMATION INSTITUTIONNELLES DU SUD-EST. AIXEN-PROVENCE ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Mouvements associatifs nationaux d'habitants et d'usagers et aménagement urbain. Rapport
d'enquête exploratoire
Marseille : CERFISE, 1996.- 44 p., bibliogr.
221
Enquête relative aux associations nationales s'intéressant à l'aménagement urbain (à l'exclusion de
celles qui s'occupent du logement), menée par entretiens auprès des responsables nationaux et par
dépouillement de documents divers. Les résultats sont organisés en fonction de cinq problématiques : la
négligence de l'urbain au niveau des revendications collectives ; la reconnaissance ambiguë des
associations nationales par les pouvoirs publics ; les relations entre associations nationales et
associations locales ; la mise en oeuvre d'un véritable partenariat entre associations et pouvoir
communal ; la participation des habitants.
PU 2223; CDU 33951; DCN 25-A-429; IAB 4104
GONTCHAROFF Georges
Raconte-moi l'histoire de la participation
TERRITOIRES. (FRA). n° 370, sept. 1996.- pp. 4-8
Cet article décrit le concept de participation, surtout au niveau de la commune : la participation est un
moyen fusionnel dans un groupe d'habitants ayant des intérêts communs. Elle peut être l'occasion de la
construction d'une action collective, de gestion, d'autogestion, de cogestion ou de lutte contre le pouvoir
en place. L'histoire de la participation, d’octroyée à conquise, en passant par la concertation et la
négociation : à la recherche d'un concept complexe.
CDU
GUERIN Aline
Instances participatives de quartier : 45 villes s'engagent
TERRITOIRES. (FRA). n° 373, déc. 1996.- pp. 1-49, carte
Dans les 45 fiches de ce dossier, la création de la plupart des instances de quartier est descendante, c’està-dire d'initiative municipale ; pour d'autres, l'initiative vient de la population ; pour d’autres encore, un
savant mélange entre histoire, revendications et gestion municipale en est la base. Très structurés ou
flous, leur fonctionnement est surtout leur composition révèlent aussi le sens politique donné à ces
instances.. Enjeu de pouvoir, renouvellement de la démocratie locale, questions sur la réorganisation des
services municipaux et les fondements du service public : derrière la lecture des fiches se dégage peu à
peu une réflexion sur « une nouvelle manière de faire de la politique », ou comment permettre au citoyen
de prendre sa place à toutes les phases de la construction de la décision, sans remettre en cause la
légitimité des élus.
CDU
LANCRENON Dominique
Quel urbanisme pour demain ?
Montreuil-sous-Bois : Papyrus, 1996.- 66 p., fig. (coll. Les guides Actelus)
La commune, qui est le premier lieu d'expression de la citoyenneté, doit être le point de
départ et d'aboutissement de toute décision d'aménagement du territoire, et permettre à ses
habitants d'y contribuer ou de l'infléchir. Reconstruire la ville sur elle-même, dans un maillage
renforcé du territoire, faire du « management vert » une règle de gestion de l'environnement,
rechercher constamment à aménager un cadre de vie de qualité, et construire les projets
dans une dynamique participative et citoyenne sont quatre thèmes de réflexion pour repenser
l'urbanisme.
IA 38366; CDU 35777
LAPLANCHE Alain
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE L'OUEST. NANTES ; FRANCE.
ARCHITECTURE ET URBANISME (DIR.)
Concertation-participation des habitants dans le domaine de l'urbanisme et du développement
social urbain. Actes du séminaire du 26 mars 1996
Nantes : Pôle de recherche urbaine des Pays de la Loire / CETE de l'Ouest, 1996.- non pag.
Une approche rétrospective des concepts de concertation et de participation des habitants à travers les
articles de la revue « Territoires », suivie de deux exemples locaux. Les trois premières communications
sont consacrées la ville de la Roche-sur-Yon : la gestion d'une enveloppe financière avec les habitants
des quartiers ; la démarche de développement social urbain (DSU) mise en oeuvre dans le quartier de
Généraudière ; la concertation sur le réaménagement des halles de la ville. Les trois contributions
222
suivantes concernent le secteur en DSU de Nantes est : l'évolution de la participation des habitants dans
les différentes phases de la réhabilitation d'un projet ; l'utilisation d'un projet de réhabilitation dans un
objectif de redynamisation de la vie sociale d'un quartier d'habitat social ; le point de vue des habitants.
CDU 33640 ; CTN 6399
PICHERAL Jean-Blaise ; TOULOTTE Martine ; HAGEGE Camille ; MAHEY Pierre
FRANCE. ARCHITECTURE ET URBANISME (DIR.); DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE;
AGENCE D'URBANISME ET DE DEVELOPPEMENT DE LA REGION FLANDRE- DUNKERQUE;
FEDERATION NATIONALE DES AGENCES D'URBANISME; AGENCE D'URBANISME DE
L'AGGLOMERATION MARSEILLAISE. MARSEILLE; AGENCE D'URBANISME DE LA REGION
GRENOBLOISE
Sept points clés et plusieurs questions essentielles pour la construction d'un réseau sur la
participation au projet urbain associant élus, habitants et techniciens. Document provisoire
soumis à la discussion des élus, habitants, et techniciens
Paris : DAU - DIV, sept. 1996.- 69 p.
Ce document est issu d'un processus de recherche conduit par les agences d'urbanisme et le bureau
d'étude s « Arpenteurs », en lien avec les élus, habitants, techniciens de Grande-Synthe, Echirolles,
Marseille, Mantes-la-Jolie. Financé par la DAU et la DIV, il devait dégager les principes fondateurs de la
participation à l'élaboration des projets urbains, particulièrement dans les quartiers fragiles et en établir
un recueil à diffuser dans les villes confrontées à ce problème. Ce document est soumis à la discussion
des acteurs de la recherche pour déterminer un document final, mais ce document final devra rester
ouvert dans le temps. Cet outil ne doit pas être considéré comme des « tables de la loi », mais comme
un instrument de travail, d'échanges, de confrontations, de débat utile pour agrandir un réseau
d'échanges d'expériences. S'il se révèle adéquat, il restera provisoire et sa remise en chantier régulière
sera toujours nécessaire.
DK 96-43
PICHERAL Jean-Blaise ; TOULOTTE Martine ; HAGEGE Camille ; MAHEY Pierre
FEDERATION NATIONALE DES AGENCES D'URBANISME; AGENCE D'URBANISME ET DE
DEVELOPPEMENT DE LA REGION FLANDRE-DUNKERQUE; AGENCE D'URBANISME DE
L'AGGLOMERATION MARSEILLAISE. MARSEILLE; AGENCE D'URBANISME DE LA REGION
GRENOBLOISE;
FRANCE.
ARCHITECTURE
ET
URBANISME
(DIR.);
DELEGATION
INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Place des habitants et leur participation aux processus d'élaboration des projets urbains.
Recherche-action, rapport final
Paris : FNAU, sept. 1996.- 78 p.
Le rapport ne constitue qu'un des éléments du travail final de la recherche-action engagé début 1995 : le
document « Sept points clés et plusieurs questions essentielles » en est le complément actif et évolutif.
Ce rapport présente quelques conclusions, sous forme de quatre contributions plutôt que sous la forme
d'un rapport clos et univoque : en effet plusieurs questionnements et hypothèses, dégagés au cours du
processus de recherche, n'ont pas encore suffisamment fait l'objet de tests, vérifications et
interpellations par les acteurs de la recherche, élus, habitants, techniciens pour tirer des conclusions.
DK 96-46; IA 38259
RUEZ Daniel
Du bon usage de l'enquête publique
TERRITOIRES. (FRA). n° 370, sept. 1996.- pp. 10-13
Oui, l'enquête publique peut être une base pour la participation des habitants. Non, sa mise en oeuvre
actuelle ne permet pas toujours la prise en compte de l'avis des citoyens. Plaidoyer pour une véritable
liberté de manoeuvre du commissaire enquêteur.
CDU
VERFAILLIE Bertrand
Roubaix : chants de briques, paroles d'hommes
Paris : Desclée de Brouwer, 1996.- (coll. Culture de paix ; avec le concours de la Fondation de France)
Le milieu associatif de Roubaix, ville durement touchée par la crise, est présenté sous un angle humain.
A travers une enquête journalistique, l'auteur nous invite à partager l'engagement de militants récents ou
223
de longue date, et à connaître ainsi les préoccupations et les actions de la population (notamment les
jeunes) et des élus locaux. Une attention particulière est portée au rôle des comités de quartier et au
rapport des habitants aux élections. Le principal quartier étudié est celui de l'Alma-Gare.
CDU 35378
Communication associative : la rue à la « une »
TERRITOIRES. (FRA). n° 372, nov. 96.- 49 p., phot., bibliogr.
L'information dans la ville est le vecteur de la démocratie locale. Information de la collectivité locale vers
les habitants, information de proximité, dans le cadre du développement social urbain ou autour de
structures et procédures de concertation (chartes de villes, plans locaux, conseils de quartiers...),
information émise par des associations de quartier, de jeunes. Dans cette optique, les collectivités
locales ont un rôle important à jouer par la constitution de comités de rédaction élargis aux habitants ou
par le développement de la concertation sur des projets urbains. Parallèlement, les associations se
situent dans le débat public local par l'édition de journaux ou par des relations continues avec les
médias.
IA P.415; CDU
De la question urbaine à la décision citoyenne : espace urbain, espace citoyens ?
TERRITOIRES. (FRA). n° 370, sept. 1996.- pp. 1-48
La relation entre habitants et urbanisme s'intègre dans un champ politique qui a fortement évolué depuis
l'émergence des premiers projets de démocratie locale. Aujourd'hui, la question de la participation des
habitants est liée à des questions plus vastes que l'urbanisme stricto-sensus, elle est indissociable de la
recomposition de la notion de gouvernement urbain et d'une appréciation de plus en plus complexe de la
ville. Il est temps de faire un état des lieux de la participation des habitants aux procédures d'urbanisme,
de voir le chemin parcouru et ce qu'il reste à parcourir. Il est temps aussi de mettre en avant des
expériences qui ne s'inscrivent pas dans les cadres institutionnels et qui préfigurent ce que sera demain.
Il s'agit de réfléchir aux nouveaux enjeux et aux nouvelles formes de la participation des habitants, et à
leur place dans une société urbaine qui se recompose. La réorganisation du jeu politique local ne se fera
pas sans les citoyens, la gestion d'une ville complexe ne se fera pas sans les habitants.
CDU
Développement social urbain et citoyenneté
VILLE ET QUARTIERS. (FRA). n° 2, mars 1996.- pp. 11-12
Compte rendu d'un colloque qui a permis d'évaluer l'action d'associations dans différentes villes de
France et de cerner les raisons de leurs échecs en matière d'expression de la citoyenneté (rapports entre
l'espace public et les intérêts privés, place des populations étrangères, apparition et légitimation d'une
nouvelle forme d’ « élite » sur les quartiers).
CDU
BEAUJOLIN Celine
GROUPE D'ETUDES SOCIALES TECHNIQUES ET ECONOMIQUES. MEUDON ; FRANCE.
URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
La participation des habitants et des associations à la définition des projets d'urbanisme et de
leur cadre de vie. L'exemple du Québec à travers une étude de cas montréalaise
Paris : GESTE, 1997.- 101 p., bibliogr.
La participation des habitants à Montréal est analysée. Le contexte politique, économique et spatial
montréalais ; les quartiers et populations en difficulté à Montréal ; les deux principaux intervenants
locaux et leurs actions : la ville et sa politique de développement des quartiers ; les associations
d'habitants, dits « groupes communautaires ». La situation particulière d'un groupe communautaire du
quartier Hochelaga-Maisonneuve, réputé pour être un des quartiers les plus dégradés de Montréal et, en
même temps, un quartier où la dynamique communautaire est très forte.
PU 2285; CDU 35349
COMMAILLE Jacques
Les nouveaux enjeux de la question sociale
Paris : Hachette, 1997.- 161 p., notes, bibliogr. (coll. Questions de politique)
224
Du fait de la crise économique, la question sociale qui semblait ne plus être un problème depuis les
années 70 resurgit, devenant la « nouvelle » question sociale. Elle tire son origine des incertitudes de la
révolution industrielle au XIXe siècle. Elle concerne aujourd'hui le problème du lien social, de la
cohésion sociale ou encore celui des valeurs ou des principes structurant une société avec des espaces
où on les intègre (famille, école, lieu de travail, etc.). La « crise » que connaissent ces espaces entraîne le
développement d'une «désertion civique », d'une « citoyenneté négative », la constitution d'espaces
urbains problématiques, l'extension de formes de violence, de délinquance et rend la question sociale
insaisissable. Cette incertitude laisse la place à un large débat intellectuel entre acteurs du domaine. La
question sociale qui implique également l'économique et le culturel se dissout dans le politique. Sa
résolution passe par une restauration du politique, d'une politique à nouveau en mesure de tracer des
perspectives et de proposer des choix, ce qui devrait permettre une amélioration du rapport des citoyens
au politique. Face à l'enjeu que représente la question sociale, l'auteur s'affiche en faveur d'un débat
politique.
CDU 35381
FEDERATION NATIONALE DES AGENCES D'URBANISME
Participation des habitants aux projets urbains : quelques points clefs
Paris : FNAU, 1997.- 39 p.
Ouvrage collectif faisant la synthèse de deux ans de visites, échanges et ateliers de travail réalisés par
des habitants, des techniciens et des élus d'Echirolles, de Grande-Synthe et de Marseille sur le thème de
la participation des habitants aux projets urbains.
DCN 25-1106; IA 40976
GUINCHARD C. ; STORTZ F. ; VINCENT N.
AGENCE D'URBANISME DU TERRITOIRE DE BELFORT. BELFORT ; FRANCE. URBANISME
LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Les capacités politiques des habitants des quartiers en développement social urbain : jalons
pour une anthropologie politique
Belfort : AUTB, 1997.- 92 p.
L'objectif de la recherche était d'évaluer les capacités politiques des habitants des quartiers, dans le
cadre des dispositifs de développement social urbain. Dans ce but, des interviews ont été réalisés et des
réunions publiques ont été observées, de façon à dégager les types de discours ou les logiques d'action
qui expriment la citoyenneté. La participation à la vie associative, les relations sociales, les modes de
représentation du quartier... sont des indices de cette citoyenneté qui apparaissent dans les récits des
habitants et qui permettent d'évaluer leurs capacités de mobilisation (ou de démobilisation) politique.
Des propos d'intervenants institutionnels sont également analysés.
PU 2272; CDU 34938
LOINGER Guy (dir.) ; NEMERY Jean-Claude (dir.)
Construire la dynamique des territoires. Acteurs, institutions, citoyenneté active
Paris : L'Harmattan, 1997.- 287 p. (coll. Administration et aménagement du territoire)
Recueil de textes sur les aspects socio-économiques et politiques du développement territorial. La
première partie aborde la problématique de l'articulation des politiques publiques nationale et européenne
au niveau local et régional, ainsi que celle du devenir du couple déconcentration - décentralisation. Il y
est également question des pays, de l'intercommunalité, des contrats de plan Etat-régions, de l'influence
de l'Union européenne sur les régions, ainsi que des politiques urbaines, de l'emploi et de la ville. La
deuxième partie aborde le rôle de la citoyenneté active de la démocratie participative dans la
construction des dynamiques territoriales, à travers les thèmes suivants : le développement local global
et la participation des acteurs économiques et sociaux aux actions politiques ; la démocratie locale ; les
conditions d'un véritable droit du partenariat dans le développement social des territoires ; les diverses
pratiques de citoyenneté ; le rôle des associations dans le développement socio-spatial et leurs rapports
avec le système politique.
CDU 36309; IA 39052
MARTEAU Christophe
Faire participer les habitants au devenir de leur quartier
225
Grenoble : IUG, 1997.- 99 p. + ann., bibliogr. (mémoire de DESS urbanisme et aménagement, ss la dir.
de F. Mégevand)
Ce travail présente une approche historique de la notion de participation, basée essentiellement sur
l'évolution législative, complétée d'une analyse des concepts à l'oeuvre. Il témoigne des pratiques en
matière de participation au travers de quelques exemples issus de projets d'aménagement de sites en
développement social urbain (DSU) du Grand Lyon. Plus particulièrement, la participation des habitants
du quartier du Prainet (Décines), à travers le dispositif des habitants-relais, fait l'objet d'une étude
approfondie. Une évaluation des pratiques de l'agglomération lyonnaise et du dispositif décinois amène à
considérer les travaux de recherche récents pour dégager quelques pistes de réflexion sur la mise en
oeuvre des démarches participatives.
IUG B 2764
PROFESSION BANLIEUE. ST-DENIS
Autour du pacte de relance : la participation des habitants
St-Denis : Profession banlieue, 1997.- 40 p.
Origine et évolution de la politique de participation des habitants à Moissy ; difficultés et limites de la
démarche. Modes de participation mis en oeuvre à Rouen et à Grande-Synthe. La politique participative
depuis 25 ans. L'évolution récente de la participation américaine est présentée.
IA 39094; CDU 36249
Concertation. Entre devoir et pouvoir
DIAGONAL. (FRA). n° 123, févr. 1997.- pp. 10-37
La notion de concertation, issue d'une logique de partage du pouvoir dans les années 1970, s'inscrit,
vingt ans plus tard, dans un contexte de crise des institutions. Etat des lieux : les imperfections du droit
français en matière de participation et d'information des habitants ; l'atelier d'urbanisme de Perpignan,
expérience de collaboration entre architectes et associations ; la concertation, au niveau des ZAC, à
Rennes ; le projet modifié ; l'atelier de travail urbain de Grande-Synthe, qui réunit habitants, élus et
techniciens ; les dangers du référendum communal, à travers l'exemple du tramway de Caen ; Internet
utilisé comme instrument de consultation de la population, à Bologne ; la reconnaissance de
l'association parisienne « La Bellevilleuse » ; les limites de l'enquête publique ; la concertation au niveau
de l'Etat ; la concertation et les infrastructures routières.
CDU
Instances participatives de quartier : débats, analyses, points de vue
TERRITOIRES. (FRA). n° 374-375, janv.-fév. 1997.- pp. 3-40
Quels préalables à la participation des habitants d'une commune ? De quels pouvoirs sont investies les
instances participatives de quartier ? Quels pouvoirs les élus municipaux sont-ils prêts à partager avec
les citoyens ? Tentatives de réponses.
CDU
Quartiers d'initiative
VILLE ET QUARTIERS. (FRA). n° 5, déc. 1996-janv. 1997.- pp. 5-10
Le promotion de la démocratie locale, qui est l'un des objectifs majeurs de la politique de la ville, a abouti
au développement des conseils et des comités de quartier, dont le rôle et le fonctionnement sont décrits.
Par ailleurs, les travaux de recherches et les forums se multiplient, parallèlement aux expériences
concrètes. Enfin, trois exemples locaux illustrent le thème de la participation des habitants : vue
d'ensemble de l'organisation de la démocratie locale à Amiens ; réhabilitation du quartier Prainet, à
Décines-Charpieu ; mise en place de cours d'éducation canine, dans un quartier où les chiens posaient
problème, à La Rochelle.
CDU
Quartiers d'initiative : reconstruire avec les habitants. Un baromètre pour la ville en Alsace.
« Les Crames » : CTO, très haut. L'école des ambassadeurs
VILLE ET QUARTIERS. (FRA). n° 6, mars-avril 1997.- pp. 5-10, phot.
Présentation de quatre exemples d'action sociale ou éducative. Une expérience de réhabilitation de
quartiers dégradés et d'insertion sociale, à Vaulx-en-Velin et Vénissieux, basée sur la participation des
habitants et sur la coopération entre les divers échelons institutionnels territoriaux. Les missions d'un
226
centre d'information et de documentation sur l'immigration, l'intégration et la politique de la ville en Alsace
: l'Observatoire régional de l'intégration et de la ville (ORIV), situé à Strasbourg. Une expérience de
« théâtre-forum » (« Les Crames »), donnant la parole aux habitants des quartiers, et faisant participer
un public composé de travailleurs sociaux et de responsables associatifs ou institutionnels. Uune
expérience pédagogique sur le thème de l'eau, à l'école primaire Jules Vallès de Saint-Denis.
CDU
ATKINSON Rob
Les aléas de la participation des habitants à la gouvernance urbaine en Europe
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 80-81, déc. 1998.- pp. 75-83, phot., bibliogr.
(Gouvernances)
La gouvernance urbaine se définit par un régime plus ou moins informel de coordination entre acteurs
d'origines diverses, publics et privés, intervenant sur un territoire socialement fragmenté et à géographie
variable. Dans l'Europe saisie par la précarité sociale, le terme s'est imposé pour rendre compte des liens
noués entre les protagonistes des politiques de solidarité ou du développement social urbain. La
participation effective des habitants concernés reste cependant l'angle mort de ce nouveau cours.
CDU
CROZEL Bernard
Urbanité et citoyenneté. Attention, démocratie urbaine. Préface de Jacques Voisard
Paris : L'Harmattan, 1998.- 230 p., bibliogr.
L’auteur lance une mise en garde et plaide en faveur des valeurs républicaines. Il souligne les principaux
dysfonctionnements de la vie locale : les villes, qui produisent des « sous-citoyens au chômage » et des
« non-citoyens d'origine étrangère » ; la démocratie avec « la caste de ceux qui sont nés pour être élus »
; la complexité et les contraditions de la démocratie urbaine. Il montre l'existence d'une vraie démocratie
locale dans la France rurale et met l'accent sur le point commun entre la lutte contre l'exclusion, la lutte
contre la délinquance juvénile et l'intégration des populations d'origine étrangère : le besoin d'un cadre
institutionnel local réel, la commune urbaine de base.
CDU 38924; IA 40143
FAYMAN Sonia
ACT CONSULTANTS. PARIS ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN
URBAIN
Faire la ville avec les associations d'habitants ? 1. Rapport de recherche. 2. Monographies de
recherche. 3. Annexes
Paris : ACT consultants, 1998.- 3 vol. 81 p. + 173 p. + 54 p., ann., graph.
Définition d’axes de recherche sur les relations entre la ville et les associations d'habitants, à partir de de
l'analyse de plusieurs situations parisiennes remplacées dans une perspective socio-historique : celle de
l'apparition et des actions d'associations d'habitants dans différents quartiers de Paris depuis les années
70, au fur et à mesure de transformations du tissu urbain parisien par des opérations d'urbanisme
portées par les pouvoirs publics. Huit sites ont été choisis, autour des associations suivantes : La
Moskowa (VIIIe), Paris-Goutte d'Or (VIIIe), La Chapelle (VIIIe), La Bellevilleuse (XXe), Idée Réunion (XXe),
Aderasa (XIVe), Monts (XIVe) et Echanges à St-Ouen (XVIIIe).
PU 2361 (1-3); CDU 38250 (1-3)
UNIVERSITE DES SCIENCES DES SCIENCES HUMAINES DE STRASBOURG ; PLAN
CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
La participation des habitants dans le processus de réhabilitation du patrimoine de Mulhouse.
Habitat dans le quartier des Côteaux à Mulhouse. Pour une participation active des habitants à
la définition des programmes de réhabilitation
Mulhouse : OPAC Mulhouse habitat, 1998.- 65 p., ann., tabl. (rapport réalisé par Laurent Bonnord du
GRUES, Université des sciences humaines de Strasbourg pour l'OPAC Mulhouse habitat)
Après un rappel des principes qui régissent, depuis une trentaine d'années, les formes traditionnelles de
concertation avec les usagers dans le cadre des programmes d'amélioration du cadre de vie, les
différentes phases et méthodes de concertation engagées lors de la réhabilitation de 941 logements à
Mulhouse sont décrites. Le programme « Charte partenaires pour la ville » a été le catalyseur de cette
démarche expérimentale. Associant les gestionnaires, les techniciens, les élus, les habitants et les
représentants des associations de locataires, cette forme de participation vise à répondre à la
227
multiplicité des attentes des locataires et à susciter une dynamique d'appropriation permettant aux
habitants de prendre part à l'opération.
PCA A533; CDU 36851
BLANC Maurice
Participation des habitants et politique de la ville. in La démocratie locale : représentation,
participation et espace public
Paris : PUF, 1999.- pp. 177-196, bibliogr., ISBN 213049028X
Au début des années 80, l’auteur commence cette étude de la participation des habitants à la
réhabilitation de leur quartier dans l’opération « habitat et vie sociale » de la ZUP de Vandoeuvre-lèsNancy et dans les premières opérations de développement social des quartiers, le Haut-du-Lièvre à
Nancy. Un peu plus tard, il compare la participation des habitants, en particulier celle des résidents
étrangers, dans la réhabilitation de leur quartier en Allemagne, en France et en Grande-Bretagne. Il
propose aujourd’hui une conceptualisation sociologique de la participation des habitants et de la
démocratie locale en termes de transaction sociale. Dans cet article, il pose la question de l’utilité de la
sociologie et des sciences sociales dans le développement de la démocratie locale : peuvent-elles aider
les habitants à devenir citoyens ? La démocratie est pour une part affaire d’organisation et de création
institutionnelle, c’est pourquoi il y a place pour une contribution spécifique des sciences sociales et
notamment de la sociologie, du droit et des sciences politiques.
CDU
BOUCHERY Frank
La participation des habitants : le cas de l'agglomération lyonnaise
Champs-sur-Marne : IFU, 1999.- 93 p. + 14 ann., cartes, bibliogr. (mémoire de DESS, ss la dir. de Mme
Bacque)
Ce mémoire tente de mieux saisir la participation des habitants en s'interrogeant sur ses traductions
concrètes. Afin d'apporter des éléments de réponse, deux fils conducteurs sont suivis. A partir d'une
étude locale dans un site DSU, il s'agit d'une part d’ « évaluer » cette participation sous ses différents
aspects, d'autre part il convient d'apporter une vision critique sur le dispositif du contrat de ville qui est
justement censé la favoriser. La première phase permet de mieux saisir cette notion de participation des
habitants, en apportant des repères historiques et politiques, en expliquant ses diverses composantes, en
l'étayant enfin par une enquête effectuée sur les sites de la politique de la ville de l'agglomération
lyonnaise. La seconde partie est consacrée à une analyse des démarches participatives sur le quartier
des Minguettes à Vénissieux, étudié dans le cadre de son inscription dans une procédure de contrat de
ville. La conclusion porte sur les perspectives de la participation des habitants.
IUS DSU1227
CHAMBE Pauline
Politique de la ville et participation des habitants, entre démocratie locale et démocratie
procédurale. L'exemple d'un quartier grenoblois : Teisseire
Grenoble : IUG, 1999.- 87 p. +ann., bibliogr. (mémoire de DESS urbanisme et aménagement, ss la dir.
de F. Mégevand)
A partir de l'histoire grenobloise en matière de démocratie locale et devant l'attention accrue des
pouvoirs publics à la participation des habitants, ce mémoire se propose de considérer dans quelle
mesure la démocratie locale se transforme aujourd'hui en démocratie procédurale. A travers l'étude des
différentes offres institutionnelles de participation émanant de la ville de Grenoble et celle des différentes
dynamiques associatives qui animent un quartier populaire grenoblois – Teisseire - il s'agit de voir si ces
dernières correspondent effectivement aux démarches institutionnelles ou si elles ne se développent pas
davantage en dehors de celles-ci. Compte tenu des rapports qu'entretiennent offre institutionnelle de
participation et mobilisations sociales, il s'agit dans un dernier temps d'ébaucher des propositions pour
restaurer les conditions d'une démocratie locale effective par le rétablissement d'espaces publics de
débat participant de la modernité de la question sociale.
IUG B3053
CHARPENTIER Laure
Quelle participation dans l'élaboration des projets urbains ?
228
Grenoble : IUG, 1999.- 43 p. + bibliogr. (note documentaire et de synthèse, ss la dir. de N. Seigneuret)
Le besoin de concertation est un phénomène de société ; il constitue un enrichissement de la
démocratie preprésentative par une démocratie plus participative. Cette note présente la participation des
habitants à la fabrication de la ville, à l'articulation des territoires, des temporalités et des champs de la
sociologie urbaine. Il n'évoque pas les acteurs (institutions, associations..) mais plutôt les modalités et
les outils des opérations de concertation.
IUG D 5830
DELEGATION INTERMINISTÉRIELLE À LA VILLE
Bibliographie : participation des habitants et démocratie locale
Saint-Denis-La Plaine : DIV, 1999.- 9 p.
Bibliographie sélective.
DIV ; http://www.ville.gouv.fr/ie/index.html (ressources en ligne)
DELEGATION INTERMINISTÉRIELLE À LA VILLE
Extrait de textes réglementaires sur la participation des habitants...
Saint-Denis-La Plaine : DIV, 1999.- 18 p.
DIV ; http://www.ville.gouv.fr/ie/index.html (ressources en ligne)
DELEGATION INTERMINISTÉRIELLE À LA VILLE
La participation des habitants : compte rendu du séminaire des sous-préfets ville
Saint-Denis-La Plaine : DIV, 1999.- 4 p.
DIV ; http://www.ville.gouv.fr/ie/index.html (ressources en ligne)
DELEGATION INTERMINISTÉRIELLE À LA VILLE
Sites pilotes contrat de ville : éléments de synthèse sur la participation des habitants
Saint-Denis-La Plaine : DIV, 1999.- 9 p.
DIV ; http://www.ville.gouv.fr/ie/index.html (ressources en ligne)
KAMOUN Patrick dir.
Histoires d'habitants
Paris : Commission mixte nationale HLM et habitants, 1999.- 56 p., ill., phot.
Regard sur l'origine et l'évolution du mouvement des locataires et des associations qui, depuis 1974,
sont devenus des partenaires du mouvement HLM au sein de la Commission mixte HLM et habitants.
IA 41100; CDU 51885
MADELIN Bénédicte
Le citoyen dans la politique de la ville : recherche participants
TERRITOIRES. (FRA). n° 400-401, nov. 1999.- pp. 33-35, phot.
Depuis de nombreuses années, surtout avec ce qu'on appelle la politique de la ville, les habitants sont
enjoints de participer à l'élaboration de projets, si ce n'est aux décisions publiques. Mais le politique
n'est pas toujours à l'écoute des nouvelles formes de vie sociale ; d'où un certain décalage.
CDU
VIDAL Jean-Claude ; WIEVIORKA Michel
Démocratie locale et vie associative : la ville de Saint-Denis. Saint-Denis, citoyenneté et
transformation du service public communal
REPERES PROSPECTIFS. (FRA). n° 69-70, juin-juill. 1999.- pp. 25-38 (série « Société » ; « Villes de
demain ; démocratie locale et construction de l'Europe. Extr. de « Violence en France », Ed. Du Seuil,
fév. 1999 et de « Les métiers de la ville », Ed. de l'Aube, 1999)
A Saint-Denis, les ambitions politiques des élus et la configuration de la démarche de quartier sont
sensiblement différentes de celles du XXe arrondissement de Paris, tout comme leur bilan. La démarchequartier ne peut se comprendre que replacée dans le projet politique global de la municipalité, qui doit
faire face à de nouveaux enjeux sociaux, à de véritables « ruptures de société », à des risques de repli
identitaire. Cette démarche se veut une démarche de concertation qui ouvre sur quelques initiatives et
surtout permet une approche plus juste des réalités des quartiers. Mais elle a suscité des déceptions
229
militantes et un grand désarroi : elle débouche sur une mise en cause du fonctionnement des institutions
et du système politique local, système institutionnel qui s'est avéré fragile.
EPC P1372
Politique de participation et participation au politique : les habitants dans la décision locale ;
dossier
TERRITOIRES. (FRA). n° 399 bis, sept.-oct. 1999.- pp. 1-80
Le thème de la participation des habitants est une constante dans la définition des politiques publiques.
Depuis quelques années, tous les acteurs locaux l'emploient couramment avec, il est vrai, des acceptions
assez diverses. Le croisement avec les thèmes plus actuels «d'exercice de la citoyenneté » ou de
« développement de la démocratie participative » est souvent à l'oeuvre, quelle que soit la couleur
politique du pouvoir qui l'emploie. Mais quelles questions politiques pose l'exercice de cette
participation ? Sur quelles références, avec quelle culture professionnelle les acteurs de la ville
définissent-ils leurs actions de participation ? Eléments de réponse...
CDU
ANSELME Michel
Du bruit à la parole : la scène politique des cités
La Tour d'Aigues : Ed. de l'aube, 2000.- 277 p., notes, phot. (coll. Monde en cours)
Les écrits d'un sociologue, un des pionniers de la politique de la ville, témoignent de son expérience sur
le Petit Séminaire à Marseille, sur les quartiers nord de Marseille, sur les opérations de DSQ des quartiers
dans les DOM-TOM, notamment à La Réunion.
IA 41357
BOSSAVIT Jean-Luc
La place des habitants dans les opérations de renouvellement urbain
STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT LOCAL. (FRA). n° 11, juin-juill. 2000.- pp. 22-23
Les réflexions présentées résultent des travaux d'un groupe HLM-Ville animé par « Innovapresse &
communication » et le CREPAH, à la demande de GIE Villes et quartiers. La participation des habitants
s’inscrit dans une histoire et un cadre légal ; elle induit un travail sur les représentations sociales des
habitants et amène à considérer que la ville est un bien commun, comprenant diverses échelles
territoriales (îlot, quartier, ville) sur lesquelles peut s’organiser la concertation.
CDU
FORET Catherine dir.
De la « participation des habitants » au débat public. Refonder la démocratie
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 26, mars 2000.- pp.3-42, phot., bibliogr
Les questions de développement social et de politique de la ville sont au centre des débats en France au
seuil de l'an 2000. Chefs de projet, travailleurs sociaux et médiateurs en tout genre sont sur le terrain
pour favoriser la « participation des habitants », la concertation sur les projets ou l'association des
usagers à la modernisation des services publics. Au moment où les emplois-jeunes viennent renforcer ce
secteur, nombreux sont les d’acteurs de cette médiation entre Etat et individus qui s'interrogent. Cet
ouvrage présente leurs actions, les bilans de celles-ci, leurs interrogations sur l'éthique de leur métier ou
encore leur engagement dans cette politique.
CDU
Les associations dans la politique de la ville : petits projets, grandes solidarités ; le dossier
TERRITOIRES. (FRA). n° 404, janv. 2000.- pp. 1-39, phot.
En France, les associations sont nombreuses et variées : certaines sont petites et ont des moyens très
limités, d'autres sont très institutionnalisées et ont des budgets importants. On constate l'émergence
d'associations très territorialisées, ne visant plus la participation des habitants, mais la recréation d'un
liant social entre les individus et les groupes à travers des espaces publics de proximité. Or, la mise en
oeuvre de la politique de la ville est principalement assurée par les associations, pour : 1. favoriser la
participation des habitants et la restauration du lien social par la création de dynamiques associatives ;
2. être efficace en ayant recours à des acteurs associatifs proches du terrain ; 3. produire de l'emploi et de
l'activité dans les quartiers. Ce dossier décrit initiatives, expériences, partenariats, questions et débats
230
pour que vivent les quartiers en difficulté. Avec, en toile de fond, quelques questions en vrac : comment
dépasser la difficulté d'intégrer des jeunes dans des projets ? les quartiers se transformeront-ils en
laboratoires sociaux pour une mise en place de la citoyenneté du futur, comme le rêvent certains ? N'estil pas incongru d'exiger des innovations sociales précisément des populations les plus en difficulté ? En
tout cas, les initiatives présentées dans ce dossier montrent bien que l'association est un moyen d'action
et non une fin en soi.
CDU
Des dispositifs de débat nombreux, divers...
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 26, mars 2000.- pp. 17-28
Dans le cadre de l'implication des habitants à la vie et aux décisions politiques de leurs villes, cette série
d'articles s'intéresse aux outils mis à leur disposition pour réussir cette collaboration. Parmi les grandes
idées développées dans ce dossier : que les revendications et les attentes des individus deviennent
celles de l'Etat. Les réussites des conseils de quartier et des salles de conseil ouvertes aux citoyens où
les jurys de citoyens sont également évoquées. Le dernier article donne le point de vue d'un élu sur cette
démarche de démocratie participative.
CDU
Participation des habitants ou capacitation ?
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 26, mars 2000.- pp. 7-16
Les politiques de développement social et les politiques de la ville font actuellement partie des priorités
du gouvernement français. Regards sur l'implication des individus dans le débat public et les formes
qu'elle peut prendre : au contact des médiateurs, l'individu réapprendrait-il à exercer sa citoyenneté, son
droit de parole et d'idées ? notions regroupées sous le terme de « capacitation ». Cette participation à la
politique de l'Etat serait ainsi une des manifestations de la démocratie contemporaine.
CDU
Productivité du débat public : conditions et méthodes
C. DU CR. DSU. (FRA). n° 26, mars 2000.- pp. 29-42
A travers des exemples concrets de démocratie participative, comme le conseil consultatif des étrangers
de Strasbourg ou le budget participatif de Porto Alegre, ce dossier tente de disséquer les conditions de
réussite et les méthodes adaptées ainsi que leurs limites à l'implication des individus dans la vie
politique collective. Il pointe ainsi succès et échecs, tout en proposant des actions à envisager pour
cristalliser les effets de cette double direction habitants / dirigeants sur les politiques de la ville et les
politiques sociales.
CDU
5.2. ACCOMPAGNEMENT SOCIAL,
MEDIATION, REGIES DE QUARTIER
FRANCE. EQUIPEMENT (MIN.). CONSTRUCTION (DIR.). PLAN CONSTRUCTION. PARIS
Régie technique Alma-Gare
Paris : Plan construction et habitat, 1985.- 17 p. + ann. (programme Conception et usage de l'habitat opérations de gestion expérimentale)
Document sur la régie technique du quartier Alma-Gare à Roubaix : sa création en 1980, les
raisons de la constitution de cet outil de gestion original, son organisation, les missions qui lui
sont imparties et son mode de fonctionnement, bilan et réflexion après quatre ans de
fonctionnement.
CDU 16565; PCA EX62
ION Jacques ; MICOUD André
Les porte-parole des quartiers « dégradés »
231
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 26, avr. 1985.- pp. 10-15 (Développement social
des quartiers)
Que signifie, dans le contexte de décentralisation, l'aide massive de l'Etat à la réhabilitation d'une
vingtaine de « quartiers dégradés » ? Ne s'agit-il pas d'un renforcement du pouvoir de ceux qui se sont
institués peu à peu en intermédiaires de l'Etat et des populations marginales : les travailleurs sociaux ?
La désignation d'un quartier, comme devant être développé de l'extérieur, invalide les processus de
représentation existants et invite à les recomposer, à faire émerger de nouvelles figures intermédiaires.
Porte-parole dans la généalogie et le devenir des quartiers d'habitat social.
CDU
BEHAR Daniel
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Les régies de quartier
Joinville-le-Pont : ACADIE, 1986.- 44 p.
Ce document propose à la fois une évaluation des résultats d'opérations déterminées, un suivi des régies
de quartier de Roubaix, Meaux, Marseille et Besancon et une « recherche » qui s'appuie sur une analyse
des opérations et tente de dégager une problématique. On observe deux types de finalité pour les régies
de quartier : l'optimisation des services rendus via une recomposition territoriale de ces services ; un outil
territorialisé de développement social. Les régies communautaires sont étudiées dans la seconde partie
par leur territoire, leur logique économique, leur fonctionnement, les emplois et les niveaux de
qualification qu'elles génèrent, et par leurs structures et leurs relations aux institutions. Elles sont
replacées dans le champ des services urbains. La régie de quartier intéresse les quartiers en situation
de marginalité relative qui connaissent des dysfonctionnements institutionnels et techniques importants.
PU 1241(2)
HUGER Bernadette
COMMISSION NATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIAL DES QUARTIERS; FRANCE.
URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN; FRANCE. URBANISME
LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.)
Rencontre des régies de quartier. Marseille le 4 décembre 1986
Paris : ALFA, 1986.- 32 p.
Les contributions des participants à la journée de travail du 04/12/1986. La première repère
trois pôles pour caractériser les régies de quartier : l'outil de gestion territorialisée
interinstitutionnelle, l'entreprise de quartier, l'outil communautaire. La seconde propose une
approche des formes juridiques de régies de quartier (la forme associative, la SARL, la
société coopérative ouvrière de production). La dernière appréhende la logique économique,
la logique d'entreprise et la dimension territoriale. La conclusion donne le point de vue de la
ville de Marseille sur la gestion des quartiers et les problèmes de société.
PU 1241(4)
MICOUD André ; ION Jacques ; NIZEY Jean ; PERONI Michel
CENTRE DE RECHERCHES ET D'ETUDES SOCIOLOGIQUES APPLIQUEES DE LA LOIRE. SAINTETIENNE ; FRANCE. EQUIPEMENT (MIN.). CONSTRUCTION (DIR.). PLAN CONSTRUCTION. PARIS
Une opération de développement social des quartiers : l'ainsi -nommé Montchovet. La question
de la représentation
St-Etienne : CRESAL, 1986.- 203 p., 5 ann., bibliogr.
Comment un « quartier » comme celui de Montchovet a-t-il pu être retenu par la Commission nationale
pour le développement social des quartiers (CNDSQ) ? S'y ajoute une question théorique : le rôle des
médiateurs sociaux, porte-parole et intermédiaires dans la production sociale du sens. La réponse à ces
questions se traduit par trois sections : dans la première, fondée sur les résultats d'une analyse de la
presse locale, on explique comment ce « quartier » a pu devenir cas exemplaire d'une catégorie. La
seconde partie, la plus importante, retrace ce que l'on pourrait appeler l'histoire événementielle de
Montchovet. La troisième, en forme de conclusion, s'efforce de faire le point sur la question centrale qui
semble traverser toutes les opérations expérimentales de réhabilitation telles que Montchovet : quel
malaise dans la représentation s'y manifeste en regard de l'injonction à la participation qui les
caractérise ?
232
CDU 18002
VAN HOUTTE Jean-Marc ; DUHEM Bernard
Restaurants et bistrots dans les quartiers d'habitat social. Ingénieur de quartier à
Grenoble. Régies de quartier et habitants
ANNALES DE LA RECHERCHE URBAINE. (FRA). n° 31, juill. 1986.- pp. 100-105 et 115-123 (Services
urbains)
Le 1er article présente des projets de restaurants et de cafés par des groupes de jeunes,
informels ou réunis en association, projets qui valorisent leurs compétences inemployées,
notamment à travers des actions d'animation. Le 2d montre une autre manière de travailler
dans les services techniques municipaux, en relation directe avec les habitants d'un quartier
de Grenoble : ses limites tenaient à l'occultation du rôle des élus, que la nouvelle municipalité
a redéfini. Le 3e définit une nouvelle forme d'exercice de la citoyenneté, les régies de quartier
qui emploient les habitants du quartier (selon des modalités appropriées) pour en effectuer
l'entretien, sous le contrôle d'une association à laquelle participent d'autres habitants : ainsi
sont effectués le nettoyage et l'entretien, le partage du travail et l'insertion des jeunes, la
définition des orientations de la régie.
CDU
WARIN Philippe
Essai de modélisation des médiations sociales entre services professionnels et habitants
Grenoble : IUG, 1986.- 128-VIII p., ann. (mémoire de DEA urbanisme et aménagement, ss la dir. d'A.
Ferrand)
Cette étude décrit, d'explique et interprète les médiations sociales, c'est-à-dire les rapports entre
institutions urbaines et habitants, et leurs transformations. L'idée maîtresse consiste à définir les
processus de transformation de ces rapports comme des processus de production des conditions de vie
ou des modes de vie urbaine.
IUG B1485; CDU 23968
Enquête : régies techniques
ENSEMBLES. (FRA). n° 11, juin 1986.- pp. 14-19, phot.
Premiers bilans et perspectives ; l'inéluctable évolution de la régie (Roubaix, Alma-Gare) ; au
carrefour de deux logiques (Meaux) ; la régie des Flamants (Marseille). La réhabilitation d'un
quartier ne peut avoir d'effets durables sans l'amélioration de l'entretien et de la gestion
quotidienne. Les régies techniques doivent résoudre la contradiction entre le nécessaire
équilibre financier de l'entreprise et le rôle social qu'elle joue dans le développement du
quartier.
CDU
ANSELME Michel ; BEHAR Daniel
Les régies de quartier
CORRESPONDANCE MUNICIPALE. (FRA). n° 279, juin, 1987.- pp. 35-49
Les régies de quartier : dispositif et exemples à Roubaix (Alma-Gare), Marseille et Meaux.
CDU
BEHAR Daniel
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN; COMMISSION
NATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIAL DES QUARTIERS
Les régies de quartier : suivi, évaluation
Paris : Plan urbain, 1987.- 2 fasc. 35 + 44 p., 2 microfiches
Les régies de quartier sont au carrefour de deux objectifs : la gestion territorialisée des
services et équipements urbains, le développement social et économique des quartiers.
Cette brochure évoque leur développement récent, en particulier celui des régies dites
communautaires.
CDU 19041; PU 1241(3); DCN 25-A-2; IA 26319
233
FRANCE. EQUIPEMENT LOGEMENT AMENAGEMENT DU TERRITOIRE TRANSPORTS (MIN.)
Les sciences sociales et l'art de la médiation : le cas du logement
Paris : Délégation à la recherche et à l'innovation - MELATT, 1987.- pp.5-87 (coll. Dossiers des
séminaires techniques territoires sociétés, n° 3)
Quatre études sur les rapports entre habitants et gestionnaires du logement.
IA 24728; DRE PER(D); CDU 19801; DRI 34
SAIDI Nachida ; FORET Catherine
DELEGATION A LA RECHERCHE ET A L'INNOVATION
L’accompagnement social dans les opérations de réhabilitation des quartiers de
l'agglomération lyonnaise
Lyon : Atelier de cultures urbaines, 1987.- 93 p.
De nouveaux modes d'intervention ont été expérimentés devant les difficultés croissantes rencontrées
par les organismes HLM pour la gestion de leur patrimoine et le traitement des dysfonctionnements
propres à certains quartiers. De nouvelles « équipes projets » ou équipes de « maîtrise d'oeuvre sociale »
se mettent en place sur l'agglomération lyonnaise pour conduire des opérations programmées d'habitat
social. Ces expériences locales doivent concourir à une restructuration urbaine et une amélioration de la
vie quotidienne dans les quartiers où se posent des problèmes de dégradation du bâti, de
l'environnement ou de la vie sociale. Ces équipes analysent le dispositif d'intervention mis en place dans
le cadre de chaque opération, la problématique d'action propre à l'intervention sur chaque quartier, la
démarche opérationnelle, les outils méthodologiques des équipes mises en place et les aspects novateurs
des différentes opérations. L'objectif est de tirer profit des acquis accumulés localement, pour enrichir les
perspectives d'action des équipes futures. Pour ces expériences, une dizaine opérations de réhabilitation
ont été choisies.
DRI 40 (6)
SCIBERRAS Jean-Christophe
FRANCE. DELEGATION INTERMINISTERIELLE A L'INSERTION PROFESSIONNELLE ET SOCIALE
DES JEUNES EN DIFFICULTE ; COMMISSION NATIONALE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIAL
DES QUARTIERS
Régies de quartier et droit du travail
Paris : CNDSQ, 1987.- 24 p., ann., bibliogr.
Cette étude a pour objet de souligner les points essentiels du cadre juridique à mettre en place pour
répondre aux besoins des régies de quartiers. Elle se fonde sur des entretiens avec des responsables et
des salariés des régies de Meaux (La Pierre Collinet), de Marseille (Les Flamants) et de Roubaix (AlmaGare). Sont successivement abordés : les formes d'emploi possibles, le statut individuel des salariés et
le statut collectif des salariés.
PU 1645
RAFFIN Thierry
UNIVERSITE DE HAUTE-BRETAGNE. LABORATOIRE DE RECHERCHES ECONOMIQUES ET
SOCIALES. RENNES ; CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES D'ILLE-ET-VILAINE; VILLE DE
RENNES
Les acquis sociaux de la réhabilitation
Rennes : LARES, 1988.- 181 p.
Les acquis sociaux de la réhabilitation, c'est tout à la fois les avantages retirés par les habitants au
niveau de l'aménagement de leur espace de vie, et les bénéfices enregistrés au niveau de la sociabilité
de voisinage, celle des quartiers Francisco Ferrer et Cleunay. C'est toute la spécificité de la mobilisation
sociale dans le registre de l'habiter qui est analysée à travers la construction hésitante de la notion
d'accompagnement social. Il faut aux organismes gestionnaires d'HLM apprendre à gérer aussi le
patrimoine humain fait d'une multitude de trajectoires familiales et sociales.
CDU 21118
Les régies de quartiers
ACTUALITES HLM. (FRA). n° spécial, suppl. au n° 400, 30 août 1988.- 21 p., phot., bibliogr.
Des dispositifs de participation des habitants au nettoyage et à l'entretien des bâtiments ont
été mis en place avec l'accord des offices HLM et le soutien de la commission pour le
234
développement social des quartiers, à titre expérimental, dans les quartiers les plus
défavorisés de certaines villes. Plusieurs régies de quartier sont décrites dans ce supplément
: Marseille, Créteil, Dreux, Besançon, Meaux ont été les premières villes à utiliser ce
dispositif. D'autres expériences sont en cours.
CDU
CHAVIGNY Dominique ; CONAN Michel ; CASTRO Roland
Les habitants acteurs de la qualité
C. DE L'HABITAT. (FRA). n° 9, déc. 1989.- pp-46-62 (Acteurs de la qualité)
Le premier article fait le bilan de la régie de quartier « Collinet services » à Meaux. Le second
évalue la transformation des rapports entre locataires et gestionnaires du logement public en
Suède. Le troisième reproduit une interview de R. Castro sur sa conception de la qualité.
CDU
FEDERATION NATIONALE DES ECOLES DES PARENTS ET DES EDUCATEURS. PARIS
La vie de quartier. Animation, réseau, médiation
Paris : FNEPE, 1989.- 98 p., bibliogr. (Le groupe familial, n° 124)
Etude du quartier comme unité socio-démographique d'expression des besoins et des souhaits des
citoyens et comme lieu d'objet des politiques mise en place en vue de répondre à leurs préoccupations
immédiates. Parole est donnée à des chercheurs, praticiens, acteurs, simples témoins, dans les quartiers
anciens comme dans les villes nouvelles, et dans le cadre de procédures d'aménagement concerte, de
régie de quartier ou de développement social.
CDU 21901
Les régies de quartier. Agir sur la cité
ACTUALITES HLM. (FRA). n° 6, 1989.- 60 p., tabl., phot.
Quatre fiches de cas sur les activités des régies de quartier : deux sont situées à Marseille,
une à Besançon et une à Meaux. La régie est une association de quartier qui a pour but de
regrouper les intervenants institutionnels et les habitants qui prennent en charge des tâches
d'amélioration de la vie quotidienne. Chaque fiche est constituée d'une présentation du site, et
explique l'origine et le fonctionnement de la régie.
CDU 25663; CDU
ANSELME Michel
CENTRE D'ETUDES DE RECHERCHES ET DE FORMATION INSTITUTIONNELLES DU SUD-EST. AIXEN-PROVENCE ; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Entre logeurs et logés. Tome 5. La médiation ambiguë
Marseille : CERFISE, sept. 1990.- 71 p., bibliogr.
Cet ouvrage décrit les moyens opérationnels mis en place depuis 1980 pour la réhabilitation du parc de
logements sociaux, tels que la maîtrise d'oeuvre sociale (MOS). Il étudie la façon de travailler de ces
équipes, les problèmes traités, leurs lieux d'intervention.
CDU 22853(5)
BEHAR Daniel ; ESTEBE Philippe
RESEAU SITE ; DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
Guide méthodologique des régies de quartier
Paris : DIV, 1990.- 71 p., 3 ann.
Clarification d'un certain nombre de principes qui apparaissent à la fois conditions et objectifs
de la réussite d'une régie de quartier : un territoire délimité, une volonté d'insertion, un
nouveau type de relations entre habitants et institutions.
CDU 23156; PU 1662
ESTEBE Philippe
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS; FRANCE. URBANISME
LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN; DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA
VILLE
235
Rencontres européennes des régies de quartier, CCI-Centre Georges Pompidou, 29 mars 1989.
Les modalités d'implication des habitants dans la gestion urbaine : compte rendu des débats
Paris : DIV, 1990.- 39 p.
CDU 23155; PU 1604; IAB 2349
GILLE Laurent
DELEGATION A LA RECHERCHE ET A L'INNOVATION
Médiation et espace urbain
Paris : Sirius, 1990.- 100 p., bibliogr.
Etude sur la relation qui existe entre les mécanismes d'échange et la formation des sociétés, relation dont
l'étude devrait permettre de concevoir autrement le rapport des sociétés à l'espace. Elle cherche à
formuler quelques hypothèses sur le rôle de la ville comme opérateur social. Sur l'existence d'autres
opérateurs du même ordre, et sur la dialectique qui existe entre ce registre d'opérateurs et les mécanismes
de formation sociale.
CDU 23063; DRI 114
HAMET Christian
FEDERATION DES CENTRES SOCIAUX POUR L'ILE-DE-FRANCE
La participation des habitants, l'expérience des centres sociaux dans le développement social
des quartiers. Les actes de la rencontre du 15 décembre 1989 au Conseil régional d'Ile-deFrance
Paris : Féd. des centres sociaux pour l'IDF, 1990.- 112 p. (publié avec le concours de la Délégation à la
ville, du Crédit coopératif et de l'Association pour les équipements sociaux)
La confrontation des approches a permis de situer la démarche et le projet « centre social » dans les
dispositifs du quartier et de la ville, d'échanger et de s'informer sur les réalisations des différents acteurs
locaux, de repérer, de montrer les expériences et actions des centres sociaux, de réfléchir à l'élaboration
d'outils ou d'instances de participation facilitant la présence active des habitants dans la politique de la
ville et du développement social des quartiers.
IA 27973; CDU 23102; DRE 7613
ION Jacques
Le travail social à l'épreuve du territoire
Toulouse : Privat, 1990.- 174 p., bibliogr.
Réflexions sur les conditions de mise en oeuvre d'une politique d'action sociale au niveau local à travers
un bilan du fonctionnement des dispositifs de développement social des quartiers (DSQ), des comités de
prévention de la délinquance, des opérations anti-été-chaud-etc. Etabli à partir d'enquêtes sur le terrain,
cet ouvrage décrit les modalités d'intervention et de coopération des acteurs locaux travaillant à la
recomposition du tissu social. Thèmes traités : 1. les nouveaux dispositifs et procédures d'intervention
sur le social ; 2. la mobilisation incertaine des travailleurs sociaux ; 3. les pratiques et les logiques
professionnelles à l'épreuve du terrain ; 4. les compétences et le pouvoir, ou les rapports entre technique
et politique ; 5. la politique étatique en quête d'administration.
CDU 26473
Pour améliorer la vie quotidienne : les régies de quartier
TERRITOIRES. (FRA). n° 312, nov. 1990.- pp. 57-60
Outils d'insertion, d'intégration et facteur de développement, les régies de quartier ont un
mode d'intervention qui s'attache à la vie quotidienne avec une démarche économique réelle.
Fonctionnement et différents partenaires des régies de quartier.
CDU
Les régies de quartier : un dispositif, un réseau
Meaux : Comité national de liaison des régies de quartier, 1990.- 14 p., ann.
Les règles de quartier se mettent en place là ou tous les acteurs de la vie urbaine s'accordent pour
oeuvrer ensemble à une amélioration des conditions de la vie quotidienne. Elles apparaissent ainsi
comme un mode d'intervention tout à fait d’actualité. Une série de fiches présentent l'objectif des régies
de quartier et la démarche d'expertise pour le montage d'une telle initiative. Ensuite, la vie du réseau est
précisée, ainsi que ses prestations et sa représentation auprès des pouvoirs publics et des partenaires
236
nationaux (Plan urbain, CRIDEL, UNFOHLM...). Enfin, une charte nationale est proposée. Des fiches
techniques explicitent leurs rapports avec les choix fiscaux et les marchés publics.
CDU 32551
FELONNEAU Marie-Line
Les régies de quartier et leurs fonctions sociales
ESPACES ET SOCIETES. (FRA). n° 59, 1991.- pp. 73-98 (Formes actuelles de la relocalistion)
Il devient urgent de redéfinir les relations entre les institutions gestionnaires des espaces et
les habitants des quartiers d'habitat social. Est-il concrètement possible de constituer un
espace de médiation entre habitants et décideurs susceptible de favoriser l'adéquation entre :
d'une part, le «vécu » résidentiel des acteurs individuels ; et d'autre part, les instances
politico-administratives qui représentent « l'institué » ?
CDU
FONDATION POUR LA RECHERCHE SOCIALE. PARIS ; DIRECTION DE L'HABITAT ET DE LA
CONSTRUCTION
La réhabilitation du logement social. Ecouter, informer les locataires, se concerter
Paris : FORS, 1991.- 89 p.+ 18 p., ann.
Synthèse des rapports d'évaluations concernant les actions pilotes « relations avec les locataires »,
dans les réhabilitations de logements HLM. Trois chapitres : le premier présente les caractéristiques
des projets de réhabilitation (objectifs généraux d'une réhabilitation, principaux problèmes
rencontrés, nature et modes d'organisation des travaux) ; les objectifs et les moyens des relations
avec les locataires font l'objet du second chapitre : les locataires peuvent être impliqués dans la
préparation du projet de réhabilitation, dans la réalisation des travaux, et cette implication peut
déboucher sur des changements dans leurs relations avec le maître d'ouvrage après la réhabilitation ;
une typologie des actions-pilotes est proposée en troisième lieu, trois types de réhabilitations étant
distingués : celle où aucune participation collective n'a eu lieu, celle où le locataire est invité à donner
son avis, et celle où une participation importante des locataires a eu lieu. L'évolution des relations
avec les locataires, dont les actions-pilotes font état, apparaît comme le signe de la transformation du
management des HLM, vers la responsabilité du « vivre ensemble » de plusieurs catégories, les
maîtres d'ouvrage étant un des supports de ce « vivre ensemble ».
CDU 31590; IA 38748 ; DC E91-54
LEROUX Séverine ; DROT Christophe
FRANCE. AFFAIRES SOCIALES ET EMPLOI (MIN.); FRANCE. AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET
ACTION REGIONALE (DELEGATION). PARIS
Régies de quartier : inventaire
Paris : Comité national de liaison des régies de quartier, juin 1991.- 35 p., graph., tabl. (coll. Régies de
quartier, les cahiers, n° 2)
L'analyse porte sur 36 régies de quartier sur les cinquante qui existent : analyse sociale,
économique et spatiale des quartiers ; activités et financement des régies de quartier,
l'emploi et l'insertion.
IA 30277
TOUSSAINT Sophie
La régie de quartier comme outil de requalification des quartiers stigmatisés ? Analyse
critique, suite à la mise en place de la régie du Vert-Bois à St-Dizier
Reims : IATEUR, 1992.- 119 p., cartes, ann., bibliogr.
Méconnue du grand public, la régie de quartier tente de s'imposer comme un outil dans le processus
global de requalification urbaine des quartiers stigmatisés. Forte d'une expérience de dix ans, la
procédure «régie de quartier » affiche ses objectifs à travers une action fédératrice : sensibiliser les
habitants d'un secteur dégradé à la gestion technique de leur quartier, en leur déléguant travaux de
maintenance et responsabilités du devenir de leur lieu de vie. Liée à cette volonté du développement
économique local, elle doit, à partir de la mise en place des services de proximité, être un outil de
237
médiation et de la vie sociale, être un interlocuteur pour favoriser la territorialisation des services urbains.
Les principes apparaissent novateurs, mais les enjeux sont ambitieux, surtout dans le contexte des
grands ensembles où des politiques et des opérations de requalification ont subi l'échec.
ITR 4022IA
DELCROIX Catherine
AGENCE DE DEVELOPPEMENT DES RELATIONS INTERCULTURELLES. PARIS; CENTRE
D'ANALYSE ET D'INTERVENTION SOCIOLOGIQUE. PARIS ; PROGRAMME INTERDISCIPLINAIRE DE
RECHERCHES SUR LES VILLES. PARIS
Répertoire des formations aux métiers de la ville
Paris : ADRI, 1993.- 243 p.
Ce répertoire constitue un instrument de travail très utile, tant pour les chercheurs qui désirent disposer
d'un matériau de base pour comprendre le redéploiement des métiers de la ville, que pour ceux qui ont
besoin d'information plus concrètes sur ces formations. Par métiers de la ville, il faut essentiellement
entendre les métiers qui réalisent les médiations entre institutions et publics urbains. La présentation de
ces formations est organisée en plusieurs champs : police et justice ; loisirs, culture, animation ;
cohabitation interculturelle ; logement ; développement économique ; éducation ; santé ; travail social.
Chacune des fiches décrit les formations du point de vue institutionnel et du point de vue des objectifs,
des programmes et des publics concernés.
PIR 37; CDU 37967
INTERVENTIONS ET POLITIQUES SOCIALES SA. PARIS ; DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA
VILLE; FONDS D'ACTION SOCIALE POUR LES TRAVAILLEURS IMMIGRES ET LEURS FAMILLES.
PARIS
Médiations dans la ville. Questions de méthode
Paris : DIV, 1993.- 64 p., bibliogr. (réalisé avec la collab. de ERLES études et développement)
Ce document analyse les politiques publiques dans les domaines de la politique de la ville et de
l'insertion sociale. Il examine les méthodes existantes en matière de médiations ou de régulations
sociales. Il traite ainsi de crise et de conflit, du rôle du médiateur, de la demande sociale et de la position
des différents intervenants.
CDU 29315
TERRIER Louis
SOCIETE POUR L'OPTIMISATION DU POTENTIEL HUMAIN ; CONSEIL REGIONAL D'ILE-DE-FRANCE
Impact des actions menées en faveur du développement social des quartiers (DSQ). Etude
menée sur trois sites DSQ à Meaux (77), Sartrouville (78), Valenton (94)
Paris : SOPHTE développement, 1993.- 126 p., ann. non pag., tabl.
Le rapport est une illustration du « vécu » des habitants des trois quartiers considérés et des agents de
développement économique et social qui sont leurs partenaires habituels face à la réhabilitation de leur
logement, leur immeuble, leur quartier.
IA 33143
BAVOUX Pascal ; BERTHET Jean-Marc
TRAJECTOIRES. LYON ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN
URBAIN
De l'expérimental à l'exemplaire ou la question de la normalisation
Lyon : Trajectoires, 1994.- 82 p., bibliogr.
Recherche sur l'évolution du rôle social des régies de quartier à partir : d'une enquête auprès des
promoteurs de régies à l'échelle nationale, et d'initiateurs de régies au niveau local. Les régies étudiées
sont celles du quartier Part-Dieu, Guillotière et des Etats-Unis à Lyon, du quartier Drouot à Mulhouse et
enfin de la régie d'Auch. Le rapport montre comment les régies de quartier ont évolué d'une
problématique de lutte urbaine vers une problématique de lutte contre l'exclusion économique et sociale.
PU 2001; CDU 29911; DCN 25-A-283; IAB 3470
DIEPPEDALLE Dominique ; PAQUIET Pierre
ECONOMIE ET HUMANISME. LYON ; DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA VILLE
238
Régie-patron, régie-services, régie-association : quelle dynamique pour les habitants du
quartier ?
Lyon : Economie et humanisme, 1994.- 41 p.
Recherche évaluative sur les processus de mobilisation des salariés dans le cadre de trois régies de
quartier. Analyse : des processus d'intégration des habitants dans le dispositif des régies ; des processus
d'intégration dans l'activité salariale, dans les structures d'animation au sein des conseils
d'administration et dans l'ensemble des activités mises en oeuvre.
PU 2042; CDU 31587
EME Bernard
CENTRE DE RECHERCHE SUR L'INFORMATION SUR LA DEMOCRATIE ET L'AUTONOMIE. PARIS ;
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Les régies de quartier entre économie et territoire : le travail, creuset de lien civil
Paris : CRIDA, 1994.- 75 p. (voir aussi 2001 PLUS. (FRA). n° 34, mars 1995.- 31 p. ; CDU 31089)
Recherche sur les régies de quartier comme organisation économique, facteur d'insertion socioprofessionnelle pour les habitants des grands ensembles. L'inscription territoriale des régies, et leur
fonction de relais sur l'espace quotidien, est étudiée à travers une analyse des types d'activité et de
distribution des emplois. Des exemples sont pris sur les quartiers nord de Marseille, à Meaux et
Besançon.
PU 2010; CDU 29919; DCN 25-A-244
FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Les régies de quartier : expérience et développements. Regards de chercheurs
Paris : La Documentation française, 1994.- 287 p.
Cet ouvrage réunit les contributions de sept équipes de recherche : il s'agit d'un travail de suiviévaluation réalisé avec les acteurs de terrain. Il met en évidence les conditions et les raisons du
succès des régies de quartiers, ainsi que de leurs effets sur les services municipaux et les organismes
bailleurs. Il se termine par un compte rendu d'une journée de travail organisée en mars 1994.
CDU 30409; PU 2053; DCN 25-A-361; IA 37196; CTA 11690
GIRAUD Hélène
La voie étroite des régies de quartier
URBANISME. (FRA). n° 272-273, mars-avr. 1994.- pp. 62-65, phot.
Lorsque des habitants prennent en charge l'amélioration de leur cadre de vie, lorsqu'ils
deviennent acteurs de leur cité HLM, cela s'appelle une régie de quartier. Aujourd'hui,
confrontées à une concurrence accrue et à l'augmentation du chômage, les régies
diversifient leur activité.
IA P.414; CDU
MENARD François ; MASSON Gérard
FONDATION POUR LA RECHERCHE SOCIALE. PARIS ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET
TRANSPORTS (MIN.). PLAN URBAIN
Les régies de quartier : représentations, mobilisation et médiation
Paris : FORS, 1994.- 69 p., tabl.
Recherche sur les régies de quartier à travers les processus de changement dans les relations sociales
qu'elles sont susceptibles de révéler. Exploration du rapport triangulaire entre décideurs, professionnels
et habitants-citoyens, mais aussi des représentations, des formes de mobilisation et de la nature de la
médiation mis en oeuvre par les régies de quartier entre les différents acteurs et les diverses composantes
de la population.
PU 2000; CDU 29910; DCN 25-A-270
ZOIA Geneviève ; MIGNARD Jean-François
MISSION DU PATRIMOINE ETHNOLOGIQUE ; FRANCE. CULTURE (MIN.)
Légitimité des médiations. Deux modèles associatifs et deux territoires toulousains de
développement social des quartiers
Paris : Min. Culture, 1994.- 123 p., bibliogr. (programme « Lien social dans les périphéries urbaines)
239
Enquête ethnologique menée dans deux quartiers périphériques de Toulouse (Le Mirail et les quartiers
nord) auprès des diverses associations socio-culturelles qui y travaillent. Mêlant travail de terrain et
réflexion théorique, ce rapport de recherche analyse la structure, le fonctionnement, l'histoire et
l'idéologie de ces associations et des individus qui les constituent, et s'interroge sur le rôle de ces mêmes
associations, en termes d'intégration, de représentation des populations, de promotion de l'identité
culturelle et d'action dans le cadre global d'une politique de la ville.
CDU 32996
L’Université du citoyen à Marseille. Regards sur une expérience
Marseille : ADEUS, 1994.- 142 p., bibliogr. (Cahiers n° 2, mai 1994)
Les travaux de la deuxième Université du citoyen à Marseille. Etude des liens entre sciences sociales et
travail social : le droit, l'économie et la sociologie du travail social.
CDU 30011
CAVET Evelyne ; ZOIA Geneviève ; LEFEBVRE Alain
UNIVERSITE DE TOULOUSE-LE MIRAIL ; FRANCE. URBANISME LOGEMENT ET TRANSPORTS
(MIN.). PLAN URBAIN
Médiation culturelle et développement social urbain : deux expériences toulousaines
Toulouse : GRESOC, 1995.- 90 p., ann., schémas, bibliogr.
La problématique de l'action culturelle comme moyen de lutte contre l'exclusion sociale et la relégation
urbaine a le vent en poupe. Cette recherche porte sur les initiatives culturelles qui se mettent en place
dans les quartiers de développement social urbain. Il s'agit de l'analyse des formes et des contenus de
ces initiatives dont les auteurs font l'hypothèse qu'elles interrogent, déstabilisent et transforment les
pratiques de médiation à divers échelons. Ils tentent de montrer que c'est peut-être bien au niveau des
interactions construites entre les acteurs des politiques territoriales et les acteurs associatifs de quartier
que résiderait une spécificité d'agir et même une capacité à donner naissance en ces lieux à de nouvelles
pratiques de médiation culturelle.
PU 2168; CDU 32514; IAB 4005
ESCOLIN Bertrand ; SANSELME Nathalie
Logement social. Comment accompagner les réhabilitations
G. DES COMMUNES. (FRA). n° 1327, 2 oct. 1995.- pp. 16-20, phot.
Les procédures de réhabilitation des logements HLM prennent autant en compte l'aspect social que le
bâti comme en témoignent les exemples de Nancy, Marseille et Vendôme.
IA P.188; CDU
MIGUET Laurent
Les conseillers sociaux d’HLM en quête de légitimité
G. DES COMMUNES. (FRA). n° 1307/17, 24 avril 1995.- pp.22
Née il y a 15 ans, la profession de conseiller social d’organismes HLM représente un maillon clé dans la
chaîne d’accompagnement social. Malgré les problèmes non résolus, les conseillers sociaux tirent un
bilan positif des dernières années en ce qui concerne la reconnaissance de leur travail
CDU
Citoyens et acteurs pour un développement solidaire
ECONOMIE ET HUMANISME. (FRA). n° 334, oct. 1995.- pp. 5-89
Le rôle des régies de quartier dans le développement solidaire, les politiques d'insertion, une
réflexion sur les causes de la crise actuelle, le rôle des entreprises de gestion de quartier
pour l'insertion socio-économique aux Pays-Bas, le mouvement d'auto-promotion dans les
villages et les quartiers d'Afrique de l'ouest, les relations entre quatre municipalités et les
régies de quartiers, une analyse de la dislocation de la société salariale, la démarche de
qualification totale des initiatives économiques d'insertion sociale, le partenariat à mettre en
place entre entreprises et secteur social, la réflexion des syndicats à propos des initiatives
pour l'insertion, l'activité des missions locales rurales, le concept d'économie plurielle et la
promotion de cette économie.
IA P.167; CDU
240
Maîtrise d'oeuvre urbaine et sociale
ENSEMBLES. LA LETTRE DE LA DIV. (FRA). n° 17, oct. 1995.- 8 p., phot.
Ce dossier regroupant des articles sur le thème de la maîtrise d'œuvre urbaine et sociale est divisé en
quatre articles. Le premier traite des contrats de ville et de l'implication des maires et autres
représentants de l'Etat. Les deux suivants tracent les portraits de chefs de projet, mettant l'accent d'une
part sur le rôle majeur qu'ils jouent dans la prise d'initiatives, et d'autre part sur leurs facultés
d'adaptation. Enfin le dernier s'articule autour de la gestion de l'intercommunalité par le biais des
contrats de ville.
CDU
Régie de quartier : une entreprise de citoyenneté
TERRITOIRES. (FRA). n° 361, oct. 1995.- pp. 13-67, tabl., phot.
Ce dossier porte sur les régies de quartiers, associations de 1901 regroupant en partenariat des
représentants des collectivités locales, des logeurs et des habitants. Elles ont pour objectifs de recréer des
liens sociaux sur un territoire d'exclusion, en offrant du travail rémunéré aux habitants, afin d'améliorer
le cadre de vie du quartier en leur permettant une participation individuelle et une responsabilité
collective (réflexion, décision, mise en oeuvre, évaluation) de leurs actions. Ces régies sont des
laboratoires de démocratie locale qui ouvrent des fenêtres sur une autre vision des quartiers et des
habitants.
CDU
AUGUSTIN Jean-Pierre (dir.) ; GILLET Jean-Claude (dir.)
Quartiers fragiles, développement urbain et animation
Talence : Presses universitaires de Bordeaux, 1996.- 190 p., bibliogr. (coll. Le territoire et ses acteurs)
Contributions d'universitaires et de responsables institutionnels sur le thème de l'animation et du
développement social des quartiers. La première partie dresse l'état des lieux des problèmes urbains et
des procédures mises en oeuvre : panorama de la crise de la ville ; acquis et dérives de la politique de la
ville ; les conditions politico-économiques du « logement social de fait » (logement de mauvaise qualité
dans le parc locatif privé) ; le traitement des quartiers dégradés. Dans la deuxième partie, divers
exemples illustrant les dynamiques et les pesanteurs du développement urbain sont présentés : portraits
de jeunes en difficulté d'insertion en banlieue parisienne ; la dérive de la cité de l'Ourse des Bois, à Pau ;
« L’Astrolabe », structure socio-culturelle dans le quartier de Mireuil, à La Rochelle ; les conditions de
l'action collective dans les quartiers de villes moyennes. Enfin, la dernière partie donne quelques
exemples d'animation culturelle : médiation culturelle et DSQ dans les quartiers nord de Toulouse et
dans le quartier du Mirail ; le théâtre d'intervention ; actions culturelles de la DRAC en Aquitaine.
CDU 33346
HATZFELD Hélène
Régies de quartier : un carrefour original de légitimités
R. FRANC. DES AFFAIRES SOCIALES. (FRA). n° 3, juill.-sept. 1996.- pp. 153-166, bibliogr.
Les régies de quartier occupent une place privilégiée au sein des systèmes d'acteurs locaux parce qu'elles
sont liées à un territoire - le quartier -, et qu'elles reposent sur un « triangle fondateur » : élus, organismes
logeurs, habitants. Cette position leur permet de redéfinir les légitimités des acteurs concernés.
L'existence d'une régie de quartier favorise la production de projets autour desquels se forment des
consensus porteurs de dynamique, ce qui n'exclut pas les conflits, car satisfaire aux épreuves de
légitimité de chacun est impossible voire contradictoire.
IA P.362
SAVOURDIN Hélène
ILE-DE-FRANCE (REGION). EQUIPEMENT (DIRECTION REGIONALE). URBANISME OPERATIONNEL
ET LOGEMENT (DIVISION). PARIS
Bilan de la maîtrise d'oeuvre urbaine et sociale pour l'accès au logement des personnes
défavorisées en Ile-de-France
Paris : DREIF, 1996.- 92 p., tabl., ann., bibliogr. (mémoire de maîtrise d’urbanisme, magistère
aménagement Paris I et Paris VII, ss la dir. de P. Merlin, A. Massot et P. Tardivon)
241
Evaluation du dispositif maîtrise d'oeuvre urbaine et sociale (MOUS) en Ile-de-France, sept ans après
son institution par une circulaire de 1989 : genèse des MOUS ; fonctionnement ; orientations susceptibles
d'améliorer le dispositif.
DRE 8229; IA 39134; CP 6130
VIEILLARD-BARON Hervé
Le travail social dans les quartiers « sensibles » : crise et mutations récentes
ESPACES ET SOCIETES. (FRA). n° 84-85, 1996.- pp. 177-200, bibliogr.
Si la politique de la ville a développé de nouveaux métiers plus qualifiés et mieux adaptés aux
évolutions récentes, elle a marginalisé une fraction des anciens travailleurs sociaux. Un retour sur le
passé montre que les jeunes professionnels issus des quartiers ne constituent pas une alternative solide
quand ils sont replacés dans leur milieu d'origine. Il semble préférable d'utiliser les compétences
reconnues et de travailler au désenclavement social des quartiers.
IA P.184; CDU
La coproduction des services à l'habitat : l'exemple des régies de quartier
RECHERCHE SOCIALE. (FRA). n° 137, janv.-mars 1996.- pp. 5-46, bibliogr.
Les pratiques en matière de services sont analysées en fonction du système de contraintes
et de représentations propres à leur environnement et commun à l'ensemble du mouvement
auquel elles se rattachent. La pratique de la coproduction des services dans les régies de
quartier est saisie à travers l'analyse des représentations du service et la mise en jeu du
sens. Les enjeux pratiques et théoriques sont détaillés.
IA P.336; CDU
Villes, sciences sociales, professions
ESPACES ET SOCIETES. (FRA). n° 84-85, 1996.- 325 p., tabl., bibliogr.
Les études explorent comment le champ des professions de la ville se décompose et se recompose pour
répondre dans l'urgence à la crise des banlieues, sous-produit de la crise économique et du chômage.
Elles sont regroupées en quatre thèmes : la banalisation des nouveaux métiers de la ville, continuités et
ruptures des professions de l'aménagement ; médiation et travail social ; expertise et démocratie.
IA P.184; CDU
ASSOCIATION VILLES ET TERRITOIRES MEDITERRANEENS
Les associations et la politique de la ville : dossier documentaire. 2ème journée d'échanges,
Centre régional de ressources d'Aix-en-Provence, 18 décembre 1997
Paris : Ass. Villes et territoires méditerranéens, 1997.- 34 p. (avec le soutien de la Préfecture de région
PACA)
Les commissions thématiques ont dressé l'état des lieux des associations qui participent à la vie du
contrat de ville de Marseille. Le milieu associatif se révèle être dual : un pôle proche des institutions
publiques, l'autre relevant davantage de la « société civile ». Si ces deux pôles ne sont pas étanches, il est
important de définir précisément les fonctions et objectifs visés par chacun pour ajuster le programme,
financier notamment, du contrat de ville à leurs besoins et à leur rôle. Une introduction bibliographique
et une note de synthèse présentent les relations associations/institutions dans le cadre de la politique de
la ville ; une liste de textes officiels en faveur de la contractualisation vient en complément. Les thèmes
abordés : la solidarité en tant que production sociale ; la politique de la ville et les associations dans
leurs relations réciproques ; la médiation entre populations des quartiers et pouvoirs publics.
CDU 36692
CHAMBRON Nicole ; MARCUS Michel ; TASCON MENNETRIER Clotilde
FORUM EUROPEEN POUR LA SECURITE URBAINE
Nouveaux métiers, contrats locaux de sécurité
Paris : Forum européen pour la sécurité urbaine, 1997.- 114 p. (coll. Sécurité et démocratie)
Les contrats locaux de sécurité visent à formaliser une stratégie coopérative au service d'une politique
locale de sécurité. Des manières nouvelles d'assurer les fonctions essentielles de sécurité urbaine voient
le jour à travers différents métiers, dont les préoccupations s’orientent selon cinq axes : faciliter
l'application de la loi dans la vie quotidienne et auprès des populations fragilisées ; coordonner
242
coalitions locales de sécurité et politiques sectorielles ; assurer la médiation des conflits ; sécuriser les
personnes ; sécuriser les espaces. Quatre conceptions de la médiation sont présentés.
IA 41641
DARAN Michelle ; BOUQUIN Nadège
GROUPE D'ETUDE ET DE FORMATION SUR LE SANITAIRE ET LE SOCIAL. GRENOBLE
La médiation sociale dans les quartiers. Vers un renouveau des modes d'action publique
St-Martin d'Hères : GREFOSS, 1997.- 200 p., bibliogr. (réalisé dans le cadre du programme de
recherche partagé sur la ville, financé par l'Etat et la Région Rhône-Alpes)
Etude de la transition du fait associatif vers la médiation sociale, comme support de l'articulation du
social institué au social en émergence. La recherche de terrain s'est déroulée pendant deux ans sur le
quartier Mistral, quartier d'habitat social ancien de la ville de Grenoble. Ce quartier est doté de diverses
associations. L'évolution du social est analysée au cours des 30 dernières années. Un point est effectué
sur la question de la médiation : processus d'intégration, acteurs, professionnalisation, utilité de la
médiation sociale. Deux expériences de médiation sociale sur le terrain sont décrites : écrivain public,
femmes relais.
CDU 38462
FEDERATION DES MAIRES DES VILLES MOYENNES ; DELEGATION INTERMINISTERIELLE A LA
VILLE
Villes moyennes. Des expériences dans les quartiers. Enquête
Paris : FMVM, 1997.- 27 p. (Politique de la ville)
Présentation de 80 actions menées dans des villes moyennes françaises, pour la plupart signataires d'un
contrat de ville, dans les domaines suivants : amélioration du cadre de vie et de l'habitat ; amélioration de
la communication avec les habitants (information, médiation, concertation) ; insertion professionnelle et
accompagnement social ; animation culturelle et sportive ; lutte contre les toxicomanies.
CDU 36072
HAMMOUCHE Abdelhafid (coord.) ; VERBUNT Gilles (coord.)
Médiations en tout genre
HOMMES ET MIGRATIONS, n° 1208, juill. 1997.- pp.1-56
Les lois successives sur l’immigration ont montré du doigt l’étranger, elles ont généré l’anxiété plus
qu’elles n’ont répondu aux grandes questions qui se posent à la société française : exclusions,
chômage, intégration, montée de la xénophobie et du racisme… Au sommaire : la culture du
compromis ; la négociation interculturelle, phase essentielle de l’intégration des migrants ; un réseau
d’associations de femmes africaines ; collège des médiateurs, éléments pour un bilan ; le médiateur et
ses limites ; médiations sociales en Rhône-Alpes ; régulation des conflits et puissance publique.
CDU
NAVEZ-BOUCHANINE Françoise (coord.) ; HAYOT Alain (coord.)
VILLES ET TERRITOIRES MEDITERRANEENS
Citoyenneté urbaine et intermédiation sociale. Actes du séminaire des 17, 18 et 19 avril 1996 à
Rabat
Marseille : Villes et territoires méditerranéens, 1997.- 135 p. (avec l'institut d'aménagement et
d'urbanisme du Maroc et l'AERAU-Maroc)
Ce séminaire, axé sur les pays du pourtour méditerranéen, analyse les relations entre d'une part, l'accès
à la citoyenneté urbaine sous ses aspects matériels (biens et services) ou immatériels (lien sociaux,
identités, droits...) et, d'autre part, les processus d'intermédiation sociale qui regroupent l'ensemble des
formes d'action sociale ou de médiation institutionnelles ou associatives. Les deux parties du document,
respectivement consacrées aux objets et aux modalités de l'intermédiation sociale, présentent des
analyses de chercheurs et de praticiens, puis des témoignages d'acteurs associatifs et institutionnels. Les
principaux thèmes abordés sont ceux de la participation des habitants et des politiques de
développement économique et social en milieu urbain ; mais diverses autres questions (telles que le rôle
de l'islam ou les mouvements de femmes) sont également évoquées.
CDU 36688; CA C10542
UNION NATIONALE DES FEDERATIONS D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
243
Accompagnement social lié au logement et fonctions sociales des organismes HLM
CAHIERS D’ACTUALITES HLM, n° 46, août 1997.- (Social)
CDU
Incivilités et médiation urbaine
VILLE ET QUARTIERS. (FRA). n° 5, déc. 1996-janv. 1997.- pp. 13-17 (rencontres de la DIV
« Prévention, jeunes et urbanité », 1996-97)
La médiation urbaine est à la fois une technique de résolution des conflits et un moyen de reconstitution
du lien social. Elle est analysée à travers trois expériences locales : la collaboration des services publics
à Maubeuge, dans le contexte de la prévention de la délinquance en milieu scolaire ; le déroulement des
procédures de médiation pénale dans le cadre d'infractions commises par des mineurs, à Pessac ; le
rôle des maisons de justice et du droit (MJD), vu à travers l'exemple de la région lyonnaise.
CDU
Professionnaliser la médiation sociale : pour un statut des femmes-relais
St-Denis : Profession banlieue, 1997.- 153 p., bibliogr.
L'inscription du travail des femmes-relais dans le travail social, avec notamment la réalisation d'un
référentiel-métier, et le point de vue des institutions bénéficiaires ou commanditaires sur les femmesrelais sont les deux grands thèmes abordés au cours de ce séminaire.
IA 39069; CDU 36192
HATZFELD Marc
Topo-guide des régies de quartier. Tisser le lien social
Paris : Desclée de Brouwer, 1998.- 182 p., bibliogr., index (avec le soutien de la DIISES, la DIV, la
DGEFP, le FSE)
Guide sur les régies de quartier. 1. Le cadre d'action des régies de quartiers (économie solidaire, insertion
sociale, citoyenneté, gestion urbaine). 2. Le lancement d'une régie de quartier (rôles respectifs du groupe
local, de l'expert, du parrain ; conditions politiques et financières ; définition du territoire, du projet
social et du statut). 3. La nature de l'engagement des partenaires locaux (municipalité, bailleurs,
copropriété, travailleurs sociaux, associations, services de l'Etat) et les modes de passation de marchés.
4. Les prestations matérielles et les spécificités de l'insertion et du lien social en tant que « prestations
immatérielles ». 5. Le pilotage interne (rôles de la direction et de l'encadrement, salaires, qualification,
gestion, droit du travail, accord collectif, projet de régie, logiques fiscales et financières). 6. La
participation à la démocratie locale (médiation, bénévolat associatif, développement solidaire). 7.
L'insertion au sein des différents réseaux.
CDU 36704
ION Jacques
Le travail social au singulier
Paris : Dunod, 1998.- 152 p., bibliogr. (coll. Action sociale)
Ouvrage consacré à l'évolution actuelle du travail social, après une période faste lors des années de
croissance et en des temps d'incertitude et de pauvreté de masse. Cette mutation concerne les conditions
de pratique ainsi que la composition des effectifs. L'auteur analyse : la mosaïque des emplois sociaux
(développements de nouveaux postes, multiplication des petits boulots du social...) ; les liens entre
bénévolat et travail social ; l'univers disparate des travailleurs sociaux ; l'apparition grandissante des
intervenants sociaux et de nouveaux usagers ; la situation des intervenants ; et dresse un tableau des
perspectives possibles.
CDU 38962
MACE Eric
La médiation : paradigmes et référentiels des politiques publiques de sécurité. in Dossier : les
partages de la sécurité
C. DE LA SECURITE INTERIEURE. (FRA). n° 33, 3ème trim. 1998.- pp. 7-20, bibliogr.
Les dispositifs de médiation dans le champ de la sécurité publique sont à la fois des actions concrètes de
régulation locale de l'insécurité et la projection d'un conflit d'interprétation selon que l'on pense
l'insécurité en termes d'ordre, de risque ou de conflit. On observe ainsi souvent dans les dispositifs de
244
médiation une tension entre une logique délibératrice et une logique conformatrice. Deux exemples
illustrent cette tension : les grands frères de la RATP et la police municipale du Havre.
CDU
Femmes-relais : quelle place dans l'intervention sociale ? Actes de la journée du 16 novembre
1999
St-Denis : Profession banlieue, 2000.- 89-60 p. tabl., ann. (journée organisée par Profession banlieue
avec l'IRTS de Paris et l'ARIFA)
Compte-rendu des actions finalisées entre 1997 et 1999 : la recherche-action de responsables
institutionnels et financiers auprès des habitants bénéficiaires de l'action des femmes-relais. La place et
le rôle des femmes-relais, nouveaux acteurs sociaux de proximité. L'évolution des métiers du travail
social.
IA 41688
245
6. REUSSIR LE CHANTIER
6.1. ORGANISATION ET REALISATION DES CHANTIERS
EN MILIEU OCCUPE
FROGER Jacqueline ; WEILLER Danièle
CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT. PARIS; PLAN CONSTRUCTION ET
ARCHITECTURE
Les nouveaux artisans et la réhabilitation
Paris : PCA, 1988.- 133 p., graph., tabl., bibliogr. (coll. Recherches)
La réhabilitation : un marché en pleine évolution qui fait de plus en plus souvent appel à des
techniques et des démarches innovantes. Les « nouveaux artisans » dans ce cadre utilisent les
techniques de gestion, l'informatique, les relations actives avec d'autres partenaires qui leur
permettent d'offrir des produits, voir des services « complets » et de s'ajuster au plus près de la
demande. Aucune voie n'est ignorée : soumission aux marchés publics, association avec d'autres
artisans... Seul, le sens aigu de l'indépendance semble freiner son essor, notamment quand il s'agit de
la taille de l'entreprise, souvent volontairement limitée. Une question se pose : cette fraction de
l'artisanat va-t-elle jouer un rôle phare et entraîner la fraction la plus traditionnelle à suivre son
exemple. Une scission va-t-elle se produire ?
PCA D219; IA 26805; CDU 20251
LEVY J.-P. ; SAINT-RAYMOND O. ; PILLEMONT J. ; WEISZ R. ; DARRIS G. ; BERTRAND L.
CENTRE D'ETUDES DE RECHERCHES ET DE FORMATION INSTITUTIONNELLES DU SUD-EST. AIXEN-PROVENCE; CENTRE D'ETUDES ET DE RECHERCHES URBAINES ET RURALES. RENNES ;
PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Les artisans du bâtiment face à la réhabilitation en OPAH
Marseille : CERFISE-CERUR, 1988.- 132P., tabl., phot., graph., bibliogr., ann. (coll. Recherches ; étude
réalisée dans le cadre du programme Emploi et valorisation des métiers du batiment)
Depuis leur lancement en 1977, les opérations programmées d'amélioration de l'habitat (OPAH) ont
représenté une part non négligeable du développement des travaux d'entretien et d'amélioration des
logements. Comment les entreprises artisanales ont-elles bénéficie de ce marché ? Les artisans locaux
n'ont-ils vu là que des opportunités de marché sans lendemain, ou bien ont-ils trouvé l'occasion d'établir
de nouvelles relations avec leur environnement, de réviser leurs pratiques techniques, leurs modes ou
leurs domaines d'intervention ? Trois équipes de recherche ont tenté de répondre à ces questions en
établissant des monographies d'OPAH en ville moyenne (Pontivy, Albi et Carpentras) et en milieu rural
(Vitré-rural, Montréjeau, le pays d'Aigues). Cette étude des « effets des OPAH sur l'artisanat » ébranle la
croyance en une modernisation collective du secteur et laisse pressentir le renforcement d'une
segmentation entre des entreprises qui mettent à profit l'apparition de nouveaux marchés et celles qui
subissent ces évolutions parce qu'elle n'arrivent pas à concilier des impératifs de progrès et le maintien
de leurs valeurs traditionnelles.
PCA A257; CDU 23294
De la cité HLM... à la résidence ; deux grands axes pour cette réhabilitation lourde :
restructurer la distribution intérieure des bâtiments et construire des espaces extérieurs
C. TECHNIQUES DU BATIMENT. (FRA). n° 88/96, fév. 1988.- pp. 49-50
CDU
Des constats, des expériences et des pistes en matière de mode de dévolution des marchés
adaptés à la réhabilitation
246
MARCHES PUBLICS. (FRA). n° 236, août-sept. 1988.- pp. 29-31, phot.
La Direction de la construction du Ministère de l'Equipement et du Logement a lancé dans le secteur
du logement une action « réhabilitation du patrimoine social » dont un des thèmes concerne le mode
de dévolution des marchés de travaux. Le groupe de travail constitué à cet effet a procédé à
l'examen et à l'analyse des démarches utilisées par les maîtres d'ouvrages du secteur logement, des
extraits du rapport du groupe de travail sur ces opérations particulières sont présentés dans cet
article.
CDU
AGENCE NATIONALE POUR L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS
Réhabiliter et entretenir un immeuble ancien point par point. Carnet d'entretien d'immeuble
Paris : Ed. du Moniteur, 1989.- 167 p., phot. noir/blanc, fig., gloss., index
Eléments pour réussir le mariage entre bâti ancien et techniques contemporaines, pour entreprendredans les meilleures conditions d'efficacité et de sécurité la réhabilitation d'un immeuble ancien.
CDU 22240 (1-2)
SALAGNAC Jean-Luc ; CORMON Pierre
BATIMAT. LEVALLOIS; CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT. PARIS ; PLAN
CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Quels matériels pour les chantiers de réhabilitation ? Rétrospective
Paris : CSTB, 1990.- 24 p., tabl., graph., bibliogr., ann. (étude réalisée dans la cadre du programme
Inprobat)
Au moment où l'importance des opérations de réhabilitation/maintenance de bâtiments est égalé en
volume aux opérations de construction de logements neufs, il importe de se poser e
l problème de
l'adéquation du matériel de chantier à ce type de travaux caractérisés par de nombreuses tâches
inexistantes en neuf. Le projet initial comportait deux aspects : 1. prospectif : déterminer, à l'aide
d'enquêtes les besoins en matériel ; 2. rétrospectif : analyser les actions passées sur le thème du
matériel pour les chantiers de réhabilitation. L’étude se limite à l'aspect rétrospectif et comporte trois
phases : analyser les freins rencontrés par les différents opérateurs lors du déroulement des études et
de la diffusion des solutions proposées ; réaliser, parallèlement, une synthèse de ces études ; proposer,
à la suite des deux phases précédentes, des actions favorisant le développement de nouvelles solutions,
tant en terme d'adaptation au marché, qu'en terme de communication à adopter.
PCA D312; CDU 26231
CENTRE FRANCAIS DU COMMERCE EXTERIEUR. PARIS
Le savoir-faire français en réhabilitation des bâtiments./ French know-how in building
renovation./ Das französische know-how in der Albausanierung
Paris : CFCE, 1991.- 73 p., phot., schémas., tabl.
Catalogue présentant, par secteur d'activité, le savoir-faire et les techniques utilisés par les
entreprises qui interviennent à des niveaux différents de la réhabilitation des bâtiments. Données sur
le marché de la réhabilitation des bâtiments en France, sur les caractéristiques des maîtres d'ouvrage
et sur l'organisation des opérations de réhabilitation. Importance du professionnalisme des
intervenants et du choix des produits sur la qualité d'une opération de réhabilitation. Le document
comprend la liste alphabétique des sociétés françaises du secteur et une liste décrivant les activités de
chaque entreprise.
CDU 37733
BOUCHER Lionel
Réhabilitation en milieu occupé : quatre entreprises pour un seul lot : de petites entreprises ont
mené à bien, en Région parisienne, une opération expérimentale basée sur une solidarité
minutieusement organisée
MONITEUR DES TPB. (FRA). n° 92/4, 24 janv. 1992.- pp. 54-55
247
Mieux intégrer les petites entreprises aux marchés publics et minimiser la gêne occasionnée par les
travaux aux occupants : tels étaient les objectifs de cette opération expérimentale de réhabilitation
d'un ensemble de 178 logements, gérés par la société d'HLM immobilière 3F.
CDU
LAMARRE François
Diaboliques réhab'
D'ARCHITECTURES. (FRA). n° 24, avr. 1992.- pp. 38-39, phot.
Cet article présente plusieurs types d'approches de la réhabilitation des immeubles de logements : à
partir de l'intérieur du logement, de la façade, des abords ou même d'un maillage du territoire. Trois
exemples précis sont décrits, la cité de Labourdette à Orly, La Fouilleuse à Rueil-Malmaison et
Balzac à La Courneuve.
CDU
AGENCE NATIONALE POUR L'AMELIORATION DE L'HABITAT. PARIS
Sécurité et responsabilité en réhabilitation. Le cadre administratif de l'habitat existant.
Dispositions contractuelles. La sécurité dans les cas réels de réhabilitation. Principaux textes
relatifs à l'habitat existant
Paris : Ed. du Moniteur, 1994.- 210 p., tabl., index
Ouvrage en quatre parties : la première est un rappel du contexte réglementaire et des
recommandations des pouvoirs publics en matière de sécurité ; la seconde précise les dispositions
contractuelles, les contrats d'entretien et d'exploitation, les responsabilités des intervenants ; la
troisième est consacrée à la sécurité dans les logements existants, et plus particulièrement
auxrecommandations en matière de sécurité incendie et aux projets d'aménagements de combles ; la
dernière partie reproduit les principaux textes législatifs et réglementaires relatifs aux logements
existants.
CDU 29212
MICHEL Claude ; JACQUET Guy
CENTRE D'ETUDES TECHNIQUES DE L'EQUIPEMENT DE MEDITERRANEE.
PROVENCE-COTE-D'AZUR. EQUIPEMENT (DIRECTION REGIONALE). MARSEILLE
Eléments pour la réhabilitation du bâti ancien en zone sismique
Aix-en-Provence : CETE Méditerranée, avr. 1995.- 23 p.
LES-MILLES;
Les recommandations de ce guide concernent la réhabilitation de l'habitat ancien construit en pierre
et situé en zone sismique. Elles ont pour but de sensibiliser au risque sismique les acteurs de la
réhabilitation et principalement les metteurs en œuvre : artisans, maçons et entrepreneurs. Les
principes explicités visent essentiellement à parer à la vulnérabilité des constructions existantes.
CTA 12272
Le métier de l'année : le coordonnateur, chef d'orchestre de la prévention
MONITEUR DES TPB. (FRA). n° 4806, 5 janv. 1996, pp. 30-34, ill.
Définition d'un nouveau métier. Sur tout chantier de BTP où sont appelés à intervenir au moins deux
entreprises ou travailleurs indépendants, le maître d'ouvrage doit designer un coordonnateur. Il doit
le faire dès la phase de conception de l'ouvrage.
CDU
KALCK Paul
ASSOCIATION DE RECHERCHES EN SCIENCES SOCIALES SUR LA LORRAINE INDUSTRIELLE.
NANCY ; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Mieux réhabiliter en sites occupés. Quelles solutions organisationnelles ? Rex Toul
Nancy : ARESSLI, 1997.- 37 p., phot., bibliogr. (coll. Expérimentation)
La réhabilitation de 346 logements occupés à Toul a servi d'opération support à un projet visant une
meilleure maîtrise de la variabilité des travaux et des relations avec les locataires sur un chantier
248
important. L'introduction de l'outil informatique a permis la création d'une base de données pour : assurer
la collecte et la diffusion des informations nécessaires à la réalisation des travaux ; établir des fiches de
travaux par entreprise et par logement, qui ont servi de programme de travail et de bilan ; classer les
événements mentionnés par les ouvriers, pour en effectuer collectivement l'analyse dans un objectif
d'amélioration de l'exécution. Les objectifs de cette expérimentation étaient : de constituer un
groupement d'entreprises travaillant sur le même chantier ; de former et qualifier le personnel ; de mieux
gérer l'exécution des travaux, tout en tenant compte de la présence des locataires.
PCA EX248; CDU 37050
PILLEMONT Jacques
CENTRE D'ETUDES DE RECHERCHES ET DE FORMATION INSTITUTIONNELLES DU SUD-EST. AIXEN-PROVENCE ; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
La coordination et l'efficacité globale du chantier face à la spécialisation des entreprises
Marseille : CERFISE, 1997.- 116 p., graph., plans, tabl., bibliogr.
Rapport de recherche qui évalue les moyens de parvenir à une efficacité globale sur un chantier. En
effet, celui-ci est aujourd'hui le cadre d'organisations plus complexes du fait de la démultiplication des
acteurs, qui résultent de la spécialisation poussée des entreprises de bâtiment. Ces nouvelles formes
d'organisation et cette nouvelle division du travail peuvent être source de contraintes et difficultés de
coordination. En outre, la régulation des rapports entre acteurs, plus nombreux et indépendants, peut
rendre délicate la maîtrise de l'efficacité et de la qualité globale du chantier. La problématique de
recherche a, en conséquence, inclus trois axes de questionnement : la multiplication des acteurs, la
complexité des formes d'organisation et l'efficacité ; elle s'est basée sur deux principaux terrains
d'investigation : un chantier de réhabilitation lourde à Paris et un chantier de construction de
logements neufs à Marseille. La première partie du rapport est centrée sur l'évolution de la
problématique en fonction des observations de terrain et des documents réunis au cours de la
recherche ; la seconde décrit les chantiers enquêtes à partir de leurs caractéristiques et des questions
de coordination qu'ils soumettent aux protagonistes. Le processus de spécialisation des entreprises
est évalué en troisième lieu dans une réflexion globale sur l'évolution du système de production et sa
rationalisation.
PCA B975; CDU 36432
Dossier : réhabilitation
CAHIERS TECHNIQUES DU BATIMENT, n° 178, mars 1997.- pp. 53-73
Ce marché de 261,5 miliards de francs concerne non seulement la majorité des professionnels, mais
aussi les industriels. Pourtant, rares sont les produits présentés comme des nouveautés qui ont été mis
au point pour le secteur de la réhabilitation. Présentation d’un panel de techniques et de produits
spécifiques.
CDU
Dossier réhabilitation
MONITEUR DES TPB. (FRA). n° 4867, 7 mars 1997, pp. 47-67, ill., phot.
Dossier sur la réhabilitation : le marché, les nouvelles techniques (avec des exemples) et les méthodes
(la démarche séquentielle par J.-J. Viala, Direction de l’habitat et de la construction).
CDU
AUXIAL CONSTRUCTION ; PLAN CONSTRUCTION ET ARCHITECTURE
Chantier vert : recyclage des déchets de second-oeuvre sur les chantiers de réhabilitation ;
réhabilitation de 574 logements HLM à « La Paillade », Montpellier
Montpellier : AUXIAL, 1998.- 20 p., ann., tabl.
Chantier vert de La Paillade. Mise en place expérimentale du tri sélectif sur chantier, à la source, du
recyclage des déchets : chaque produit est envoyé vers une filière de revalorisation directement à la
sortie du chantier (l'objectif recherché est de réduire les mises en décharge). Prise en compte de sept
types de matériaux : métal, verre, bois, gravats, emballages, déchets spéciaux, déchets industriels
249
banals. Bilan financier définitif de l'opération et comparaison avec d'autres solutions envisageables
sur ce type d'opération de réhabilitation, réglementaires ou non. Etablissement du surcoût réel de la
démarche utilisée et définition d'une solution intermédiaire respectant la réglementation en vigueur et
économiquement viable.
PCA D465; CDU 37625
BRAHIM Mohamed
Le facteur humain dans les projets de réhabilitation
Champs-sur-Marne : ENPC, 1998.- 60 p. + ann., plans, cartes, phot. coul. (stage à l'Agence GTMRéhabilitation, ss la dir. de A. Karam et M. Chatry)
Présentation du projet de réhabilitation de 112 logements à Clichy-sous-Bois par l'entreprise
générale GTM, puis diagnostic détaillé sur l'environnement social, choix des prestations prévues dans
le cadre du projet, enfin les points essentiels de la méthodologie de réhabilitation en milieu occupé.
EPC TE/98/002
MALVERTI Xavier
ECOLE D'ARCHITECTURE DE PARIS-LA-SEINE ; FRANCE. MINISTERE DE L'EQUIPEMENT. PLAN
URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE
La place de la maîtrise d'oeuvre dans l'amélioration de l'habitat. Le rôle particulier de
l'architecte
Paris : Ecole d'architecture de Paris-La Seine, 1998.- 50 p., ann., bibliogr.
Depuis 1982, la production du bâtiment dans le secteur entretien-amélioration connaît une croissance
annuelle constante que la récession n'a pas émoussée. Les architectes sont peu présents sur ce
marché en raison de l'inadaptation de l'offre de service à la demande, de l'assujettissement de la
profession au neuf, de la représentation du métier d'architecte en décalage par rapport aux enjeux, car la
formation des maîtres d'oeuvre pour construire sur le construit est insuffisante. Cinq thèmes de
recherche se dégagent de l'interrogation sur les conditions de l'existence de freins à l'apparition d'une
offre de prestations de qualité dans le champ de la maîtrise d'oeuvre en amélioration-entretien.
PCA C475; CDU 50926
MARTIN Patrick ; DEGORGE Fabienne ; VIALA Jean-Jacques (coord.)
FRANCE. MINISTÈRE DE L'ÉQUIPEMENT. SECRÉTARIAT D'ÉTAT AU LOGEMENT
La réhabilitation séquentielle en milieu occupé. Une nouvelle approche
Paris-la Défense : METL-DGUHC, 1998.- 37 p., plans, bibliogr.
Ce document est destiné à l'ensemble des acteurs de la construction au premier rang desquels figurent
les maîtres d'ouvrage. Il constitue la synthèse des apports d'un groupe de travail national mis en place
par la Direction générale de l'urbanisme, de l'habitat et de la construction (DGUHC), sur le thème de
l'organisation séquentielle des opérations de réhabilitation de logements sociaux occupés. Ces travaux
d'entretien et de réhabilitation occupent une place essentielle dans l'activité du bâtiment puisqu'ils
représentent un peu plus de la moitié du chiffre d'affaires du secteur de la construction en 1995. Des
outils pratiques, s'articulant particulièrement bien avec l'approche séquentielle, ainsi que des démarches
qui la prolongent, font l'objet d'une courte présentation. Enfin, un tableau récapitulatif des opérations
support est joint en annexe.
CDU 39318
SALAGNAC Jean-Luc
CENTRE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE DU BATIMENT. PARIS ; PLAN CONSTRUCTION ET
ARCHITECTURE
REX « La Grande Prairie » à Chelles (77). Produits industriels : qualité, mise en oeuvre,
évolution (réhabilitation de logements). Rapport de suivi/évaluation
Paris : CSTB, 1998.- 17 p., ann., phot., tabl. (coll. Cahiers expérimentation - Chantier 2000 ; Cahiers du
CSTB, n° 405, déc. 1999)
Dans le quartier de « La Grande Prairie » à Chelles, une expérimentation de concertation entre
industriels et entreprises de BTP, de la fabrication à la livraison du second œuvre, a été menée lors
de la réhabilitation de logements. Il semble que même si les tensions économiques sont un frein à la
250
généralisation de ces démarches, l'expérience menée est positive quant à l'amélioration des
conditions de travail et de la qualité des ouvrages terminés.
PCA EX256; CDU 51346
ARMAND Jacques ; HAXAIRE Pierre
Coordonner une opération de travaux. Mission de l'OPC. Documents et contrats types
Paris : Ed. du Moniteur, 1999.- 242 p.
Guide à l’intention des acteurs de la construction ou de la réhabilitation. Les nouvelles
réglementations, la recherche de la qualité, le choix des solutions imposent aux professionnels de
prévoir et de gérer en permanence les interfaces entre divers éléments d’intervenants pour mener à
bien une opération de travaux. Le contenu des missions d'ordonnancement, de pilotage et de
coordination des travaux de bâtiment sont détaillées dans ce guide.
MV B9558
BIZE-MOUACI Brigitte
Mieux réhabiliter en milieu occupé. A l'épreuve du terrain : la REX de Toul
CSTB MAGAZINE. (FRA). n° 122, mars-avr. 1999.- 25-29
Malgré l'expérience grandissante des entreprises, les chantiers de réhabilitation en site occupé
demeurent sources de nuisances tant pour les entreprises que pour les habitants. Une opération de
réhabilitation ne se réduit jamais à une technique, elle transforme la relation bailleurs/locataires et
comporte des volets techniques, sociaux et organisationnels. Cette complexité est amplifiée lorsque
les opérations concernent des logements sociaux occupés. Ainsi les démarches centrées sur
l'organisation séquentielle des projets et des chantiers, initiées par la Direction générale pour
l'urbanisme, habitat et construction (DGUHC) du Ministère de l'Equipement depuis Habitat 88,
offrent un cadre de maîtrise de cette complexité qui a été exposé lors d'une réunion d'information
DGUHC début décembre 1998. Ainsi une réalisation expérimentale (REX) à Toul devait mettre en
place une organisation plus souple, mieux adaptée à la réhabilitation en sites occupés et renforcer la
communication et le contrôle pendant les travaux : le changement, contre toute attente, est intervenu
avec l'application de mesures peu ambitieuses.
EPC P936; CDU
VIALA Jean-Jacques
Le séquentiel en réhabilitation. Un autre mode de faire
ACTUALITES HLM, n° 655, 30 mars 1999.- pp.14-15
Parmi les modes opératoires destinés à optimiser les chantiers en réhabilitation en milieu occupé et
permettre un rapprochement des exigences du client, figure la démarche séquentielle qui s’appuie sur
l’organistion du chantier en séquences autonomes, dénommées « ateliers », et non plus en
découpage par corps d’état traditionnel.
CDU
6.2. QUALITE DES TRAVAUX ET MAITRISE DES COUTS
ABALLEA François ; AUCLAIR Elisabeth ; BENJAMIN Isabelle ; LEPAGE JACQUES ; MASSON Gérard
FONDATION POUR LA RECHERCHE SOCIALE. PARIS ; FRANCE. URBANISME ET LOGEMENT
(MIN.)
Les attitudes des locataires face à la réhabilitation de leur logement
Paris : FORS, 1986.- 108 p., tabl., 5 ann.
251
Analyse des « raisons objectives et des raisons subjectives » de l'appréciation que portent les
locataires sur les travaux de réhabilitation effectués sur leur quartier, leur immeuble, leur logement.
Etudie des dossiers des primes PALULOS accordées en 1983 en Ile-de-France : les ensembles
HLM retenus pour cette étude sont situés dans les communes d'Epinay-sur-Seine, La-GarenneColombes, St-Germain-en-Laye et Suresnes. Les deux premiers chapitres précisent la situation et
l'itinéraire social des personnes interrogées et de leur famille, leur perception du logement et du
quartier, compte tenu de leur habitat passé et de leur éventuel projet d'avenir ; les trois suivants
présentent leur jugement sur le coût, l'information et le choix, la nature et la qualité des travaux.
CDU 18559
COIGNET Jean
CONSEIL REGIONAL DE PROVENCE-ALPES-COTE-D'AZUR; FRANCE. EQUIPEMENT (MIN.).
CONSTRUCTION (DIR.). PLAN CONSTRUCTION. PARIS; UNION NATIONALE DES FEDERATIONS
D'ORGANISMES D'HLM. PARIS
Arts de bâtir traditionnels : connaissance et techniques de la réhabilitation
Aix-en-Provence : EDISUD, 1987.- 130 p. graph., bibliogr.
Basé sur une connaissance des techniques traditionnelles de construction en Provence, cet ouvrage
montre qu'il est possible de réaliser des travaux de réhabilitation de qualité en maîtrisant les coûts. C'est
aussi un manuel pratique qui passe en revue les principaux obstacles techniques et propose des
solutions.
CTA 8404; CDU 18981; IA 24540
DRZEWIECKI V.
Réhabilitation du logement social locatif : maîtrise des coûts
Bobigny : DDE, 1987.- 70 p. multigr., graph., tabl., phot., bibliogr., 5 ann. (rapport de stage. DESS
économie de l'aménagement, Université Paris I)
Rapport de stage à la DDE visant à faire le point sur l'état d'avancement des études entreprises en
matière de maîtrise des coûts de la réhabilitation. Il s'attache plutôt à décrire l'enjeu du sujet tant du
point de vue économique que de la qualité des logements, ainsi que les méthodes de travail
envisageables dans le cadre de la DDE.
CDU 22378
BUATHIER Nicole
ILE-DE-FRANCE (REGION). EQUIPEMENT (DIRECTION REGIONALE). PAR