ROTEX E-SolarUnit : Centrale de chauffage avec

ROTEX E-SolarUnit : Centrale de chauffage avec
Instructions d’installation et de maintenance destinées à l’entreprise spécialisée.
ROTEX E-SolarUnit :
Centrale de chauffage avec
accumulateur solaire d’eau chaude.
Type
Charge thermique nominale
ROTEX ESU 9
3–9 kW
N° de fabrication
Client
DE/AT/CH
Contenu
Préface
L’appareil ROTEX E-SolarUnit (ESU) est un
accumulateur à stratification grand volume
avec réchauffeur électrique externe.
L’accumulateur de chaleur est conçu de sorte
à pouvoir recevoir une énergie solaire. Le
générateur de chaleur électrique sert de
source de chaleur pour le chauffage de la
maison et pour le réchauffage du ballon d’eau
chaude. Toutes les fonctions de chauffage et
d’eau sanitaire sont régulées entièrement
automatiquement par un microrégulateur de
série, en option est possible un circuit
mélangé ou de charge ballon. Pour améliorer
le confort, une station d’ambiance numérique
(ROTEX THETA RS, N° de réf. 15 70 18) et un
régulateur d’ambiance (THETA RFF, N° de réf.
15 40 70) sont disponibles en option.
Un autre circuit de mélangé et/ou circuit de
charge d’accumulateur peuvent être raccordés
en association avec le module d’extension du
circuit de chauffage (THETA HEM1, N° de réf.
15 60 61) disponible en tant qu’accessoire.
Tous les paramètres nécessaires à un
fonctionnement confortable sont préréglés en
usine. Les commandes de réglage (mode
d’emploi séparé faisant partie de la livraison),
toutes les recommandations d’installation et
les éléments d’utilisations nécessaires à son
bon fonctionnement, et à la mise en service,
sont décrits ci-après.
L’appareil ROTEX E-SolarUnit contient un
accumulateur solaire de haute qualité livré de
série. L’installation peut donc évoluer avec peu
de composants supplémentaires en une
installation eau sanitaire solaire et un système
d’appoint chauffage solaire.
Bien lire les présentes instructions avant
de procéder à l’installation ou à des
interventions dans l’appareil.
[2]
L’installation, le raccordement et la première
mise en service de la chaudière doivent être
effectués par du personnel qualifié dûment
autorisé. De ce fait, l’appareil doit être remis
aux utilisateurs par l’installateur. A cet effet,
l’utilisateur doit être informé sur la façon
d’utiliser et de contrôler son installation de
chauffage. Le formulaire de mise en service
est à remplir et à signer en présence de
l’installateur. La garantie est attestée par le
fait que le formulaire d’installation et
d’instruction ci-joint est conjointement rempli
et signé.
Chapitre 1 : Instructions de sécurité
et garantie
3
Instructions de sécurité
Conditions générales de garantie
Certificat de conformité
3
4
4
Chapitre 2 : Conception et
fonctionnement
2.1 Principe de fonctionnement
2.2 Description des composants
5
7
Chapitre 3 : Montage et installation
Le symbole
et d’autres symboles
d’avertissement mettent en évidence les
remarques importantes pour la sécurité.
Le symbole marque les points du texte
particulièrement importants pour une
utilisation optimale (réglage, contrôle, etc.).
3.1 Livraison
10
3.2 Montage
10
3.3 Raccordement du E-SolarUnit
11
Branchement Conduites de chauffage
et d’eau sanitaire
11
Sécurité de manque d’eau
11
Raccordement Trop-plein de sécurité 12
Raccordement liaisons électriques
12
Raccordement Sondes de température 13
Circulateurs, vanne d’inversion
à 3 voies
14
Possibilités de raccordement en option 14
Raccordement de circuit de mélange
Raccordement régulateur d’ambiance
Raccordement station d’ambiance
3.4 Remplissage
15
Echangeur de chaleur de
l’accumulateur d’eau sanitaire
Cuve d’accumulation sans pression
Circuit de chauffage et de charge
d’accumulateur
3.5 Réglage de la puissance de chauffage 15
3.6 Première mise en service
16
Liste de contrôle avant mise en service 17
Liste de contrôle après mise en service 17
C h a p i t re 1 : I n s t ru c t i o n s
d e s é c u ri t é e t g a ra n t i e
Chapitre 4 : Tableau de commande
de la chaudière
Sécurité
18
4.1 Brève description
4.2 Réglage manuel de la température
de la chaudière
4.3 Changement du système de régulation
4.4 Changement du tableau de commande
de la chaudière
4.5 Changement des câbles et des sondes
4.6 Changement des fusibles
4.7 Changement de la platine
4.8 Changement de la platine à relais
4.9 Disposition des composants –
Schéma de câblage
18
26
Chapitre 5 : Techniques
28
5.1 Générateur de chaleur électrique
Conception
Equilibre de charge des contacts
Déblocage des radiateurs tubulaires
après un arrêt de panne
Essai de fonctionnement du limiteur
de température de sécurité (LTS)
5.2 Cuve d’accumulateur
Hygiène de l’eau optimale
Corrosion et maintenance
Entartrage faible
Fonctionnement économique
Stratification dans l’accumulateur
5.3 Intégration hydraulique du système
28
28
28
20
20
21
23
25
26
26
28
29
29
30
30
30
30
30
31
Chapitre 6 : Contrôle et maintenance 35
6.1 Opérations de contrôle et
de maintenance
35
6.2 Arrêt provisoire
36
Vidange de l’installation
36
Vidange de la cuve d’accumulateur
36
Vidange de l’échangeur de chaleur
du circuit de chauffage et de l’échangeur
de chaleur de l’eau sanitaire
36
Chapitre 7 : Identification et élimination
des défauts
37
Identification et élimination des défauts
L’appareil ROTEX E-SolarUnit
(ESU) ne doit être utilisé que
pour chauffer des systèmes de
chauffage à eau chaude.
Toutes les opérations effectuées lors de
l’installation, du contrôle, de la maintenance et de l’entretien doivent être
réalisées conformément au présent mode
d’emploi. Il convient de respecter
rigoureusement toutes les instructions de
sécurité et toutes les dispositions de
référence. Le non-respect ou une fausse
manœuvre peuvent conduire à des
situations très dangereuses pour la santé,
des personnes, des appareils et des
bâtiments.
39
Procès-verbal de maintenance
44
L’E-SolarUnit ne doit pas fonctionner sans
isolation thermique et/ou capot de
couverture (Risque de brûlure). Avant de
raccorder l’appareil au secteur, comparer
la tension de réseau indiquée (3N~230 V,
50 Hz) à la tension du réseau
d’alimentation.
L’installation de chauffage doit être
montée selon les critères techniques de
sécurité imposés de la norme EN 12828
comme une installation ouverte ou
fermée.
Lors de toutes les interventions pratiquées
sur l’installation de chauffage, l’interrupteur principal doit être à l’arrêt et
bloqué contre toute mise en marche. Pour
toutes les interventions effectuées sur les
dispositifs électriques (par ex. : tableau de
commande, boîtiers de bornes, etc.),
l’installation doit être mise hors tension.
Toutes les opérations effectuées sur
l’installation de chauffage ne doivent être
assurées que par du personnel autorisé et
dûment formé (installateurs). Les dispositions relatives à la sécurité du travail et
à la protection contre les accidents
correspondantes doivent être respectées.
Les soupapes de sécurité doivent
correspondre à la DIN EN ISO 4126-1 et
leurs composants vérifiés. La pression
d’ouverture doit correspondre à la
puissance thermique nominale maximale
de l’appareil ROTEX E-SolarUnit.
Pour les installations fermées, on ne doit
utiliser que des soupapes de sécurité
portant le repère « H » dans le symbole de
contrôle du composant. Elles doivent être
incorporées dans le conduit d’expansion
de sécurité. Respecter la norme VDI 2035
lors du remplissage et lors de la mise en
service de l’installation de chauffage.
L’appareil ROTEX E-SolarUnit a été
contrôlé et agréé conformément à la
DIN EN 60335.
Le branchement électrique ne doit être
effectué que par du personnel spécialisé
autorisé (électriciens) en respectant les
directives VDE applicables. Dans les
autres cas, il convient de respecter les
dispositions de la compagnie de
distribution d’électricité compétente.
Respecter les règles de la DIN 1988 pour
le raccordement sanitaire. La pression de
raccordement ne doit pas se situer
au-dessus de 6 bars et en aucun cas
dépasser 10 bars.
Les plombages ne doivent pas être
enlevés ou endommagés.
Les distances minimales par rapport aux
murs et autres objets indiqués au Chapitre
3 doivent être absolument respectées.
Respecter rigoureusement les instructions
d’avertissement identifiées dans les
chapitres suivants par le symbole
ou d’autres symboles d’avertissement.
Lors du montage de l’appareil ROTEX
E-SolarUnit, il convient de s’assurer que le
sous-sol dispose d’une capacité de
portance minimale de 1050 kg/m2 et d’une
marge de sécurité suffisante.
Toute modification de construction de
l’appareil peut avoir des effets dangereux
pour la sécurité et n’est admise qu’avec
l’autorisation écrite de ROTEX.
37
Chapitre 8 : Caractéristiques
techniques
L’incorporation des sondes de température et du manomètre doit être effectuée
avant la première mise en service.
[3]
Conditions générales de garantie
ROTEX assure la garantie concernant les
défauts de matériel et de fabrication
conformément au présent engagement. Au
cours de la période de garantie, ROTEX
s’engage à faire réparer gratuitement
l’appareil par une personne chargée par
l’entreprise.
ROTEX se réserve le droit de mettre à
disposition en remplacement un appareil
d’échange. La garantie ne sera accordée que
si l’on peut démontrer que l’appareil a été
dûment installé par une société spécialisée.
Nous recommandons instamment à titre de
justification de remplir le formulaire
d’installation et d’instruction en annexe et
de le renvoyer à ROTEX.
Délais de garantie
Le délai de garantie commence le jour de
l’installation (date de facture de la société
d’installation), au plus tard 6 mois après la
date de fabrication (date de facture). Le délai
de garantie n’est pas prolongé par la reprise
de l’appareil à des fins de réparation ou
d’échange.
Garantie : 2 ans.
[4]
Annulation de la garantie
Toutes interventions non autorisées dans
l’appareil, toute installation non conforme ou
toutes modifications sur l’appareil conduisent
à l’annulation immédiate des droits de
garantie.
CERTIFICAT DE CONFORMITE
Concernant la centrale de chauffage ROTEX
E-SolarUnit
Les dommages se produisant pendant
l’expédition et le transport sont exclus de la
garantie.
Produit
ROTEX E-SolarUnit ESU 9
La garantie exclut expressément les frais
inhérents, en particulier les frais de montage
et de démontage de l’appareil.
Tous les autres frais, en particulier les droits à
indemnisation, sont exclus.
Les pièces d’usure (selon la définition du
fabricant), comme par ex. : les lampes, les
interrupteurs, les fusibles, ne sont pas
couvertes par la garantie.
Nous, Société ROTEX GmbH, certifions en
responsabilité unique que le produit :
N° de réf.
15 70 50
correspond dans sa version de série aux
Directives européennes suivantes :
89/336/EWG
Compatibilité
électromagnétique
73/23/EWG
Directive CE
Basse tension
Güglingen, le 1.8.2005
Dr.-Ing. Franz Grammling
C h a p i t re 2 : C o n c e p t i o n e t
fonctionnement
2.1 Principe de fonctionnement
L’ESU est divisé en 3 zones :
La Figure 2.1.1 représente schématiquement la
conception de construction de l’ESU. Les
légendes de ce schéma sont réunies dans le
Tableau 2.1.1.
Zone 1 (Zone supérieure) :
La chaudière ROTEX ESU est une centrale de
chauffage compacte destinée à l’alimentation
en eau chaude et au chauffage des locaux pour
les bâtiments jusqu’à un besoin de chauffage
de 9 kW. Le générateur de chaleur électrique
(A) est intégré dans un accumulateur d’eau
chaude de 500 litres (B). L’accumulateur d’eau
chaude est rempli d’eau d’accumulation sans
pression (C).
Dans l’accumulateur se trouve un échangeur
de chaleur à tube ondulé en acier spécial se
déployant en serpentin de haut en bas (Rep.
16). L’eau chaude est produite grâce à cet
échangeur.
L’ESU peut être également chauffé de façon
solaire lorsqu’il y a un rayonnement solaire
suffisant (Accessoire – ROTEX Solaris). Si la
force du soleil n’est pas suffisante, le
générateur de chaleur électrique réchauffe
l’eau d’accumulateur de haut en bas par
l’intermédiaire de l’échangeur de chaleur à
tube ondulé en acier spécial (Rep. 17).
Lors du chauffage de l’ESU avec le générateur
de chaleur électrique, seule la zone supérieure
de l’accumulateur est maintenue
intentionnellement à température. Avec le
chauffage solaire tout l’accumulateur peut être
chauffé en fonction de l’apport thermique
solaire, de sorte que la chaleur accumulée peut
être utilisée tant pour chauffer l’eau chaude
que pour apporter une assistance au chauffage.
Le générateur de chaleur électrique est monté
directement sur l’accumulateur de chaleur et
est intégré dans une enveloppe bien isolée
thermiquement, il n’y a pratiquement aucunes
pertes thermiques de surface et de
refroidissement extérieure. La chaleur est
complètement transmise à l’eau de
l’accumulateur et non à l’environnement.
Zone 2 (Zone inférieure) :
Zone 3 :
(section isolée
thermiquement
ouverte vers le bas,
à l’intérieur de la Zone 1)
Zone d’eau
sanitaire (D)
Zone solaire (E)
Zone
d’assistance
de chauffage (F)
L’ESU peut fournir à tout moment une eau
chaude confortable. L’énergie solaire pour le
traitement de l’eau chaude et l’assistance au
chauffage peut être simultanément
accumulée. La grande capacité d’accumulation
des 500 l d’eau morte et la forte isolation de
la cuve permettent de faire la transition entre
les journées sans soleil.
Grâce à la disposition dans l’accumulateur,
l’échangeur de chaleur crée dans l’appareil
une stratification importante de température.
Le rendement énergétique est de ce fait
augmenté.
La gestion de la régulation de l’ESU est prise
en charge par un système de régulation
numérique, entièrement électronique.
L’affichage multilingue en clair et le clavier
sont confortablement intégrés dans la partie
supérieure de l’ESU. Il est possible ici de
vérifier tous les paramètres de fonctionnement
et, si nécessaire, de les faire modifier par le
spécialiste. Le système de régulation intégré
offre ainsi des possibilités de commande
simples, nombreuses et confortables. Toute la
gestion de la sécurité de l’ESU est également
reliée au système de régulation. Ainsi, en cas
de manque d’eau ou d’autres états de
fonctionnement indéfinis, un arrêt de sécurité
est déclenché et un message de défaut
correspondant est affiché, permettant au
technicien d’obtenir tous les renseignements
nécessaires aux opérations de maintenance.
L’eau potable est chauffée indirectement par
l’eau d’accumulation sans pression dans un
échangeur de chaleur à tube ondulé en acier
spécial. Environ 24 litres d’eau chaude potable
sont ainsi accumulés au niveau de la zone
d’eau sanitaire. Si une plus grande quantité
d’eau chaude est tirée, cette eau est alors
chauffée selon le principe du chauffe-eau
instantané. Ce principe s’est affirmé comme
étant depuis plus de 20 ans la solution parfaite
dans l’accumulateur d’eau chaude ROTEX
Sanicube. Ce principe de chauffage est
caractérisé par une bonne résistance à la
corrosion, une faible tendance à l’entartrage et
surtout par une hygiène optimale de l’eau.
Une étude approfondie de l’Institut d’Hygiène
de l’Université de Tubingen a montré que ce
principe était bien supérieur à tous les types
d’accumulateurs sous pression traditionnels.
C’est surtout en association avec l’utilisation
de l’énergie solaire que ce principe d’hygiène
de l’eau excellent offre une sécurité
supplémentaire envers la formation de germes
bactériens.
Vous trouverez au chapitre 5 le descriptif
détaillé de la conception technique et des
éléments fonctionnels.
[5]
Rep./ Désignation
A
B
C
D
E
F
G
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
Figure 2.1.1 : Conception schématique de l’E-SolarUnit (ESU)
26
27
38
Générateur de chaleur électrique
Accumulateur d’eau chaude
Eau d’accumulateur sans pression
Zone d’eau sanitaire
Zone solaire
Zone d’assistance au chauffage
Unité de régulation et de pompage RPS
(Accessoire Solaris)
Raccord d’eau froide (1’’ AG) avec anti-thermo
siphon
Raccord d’eau chaude (1’’ AG) avec anti-thermo
siphon
Echangeur de charge d’eau chaude
Raccord d’alimentation
Echangeur de charge d’eau chaude
Raccord de retour
Chauffage Raccord d’alimentation (1“ IG)
Chauffage Raccord de retour (1’’IG)
avec anti-thermo siphon
Raccord d’alimentation Solaris (1“ ÜM)
Raccord de retour Solaris (Tr 32x3 AG)
avec embout de soupape
Raccord pour conduite d’équilibrage (Tr 32x3 AG)
avec embout de soupape
Raccord de remplissage supérieur (autre solution :
raccord de trop-plein de sécurité vers l’avant –
Tr 32x3 AG)
Manchon immergé pour sonde d’accumulateur
Manchon immergé pour sonde de température
de retour Solaris
Raccord de trop-plein de sécurité vers l’arrière
(Tr 32x3 AG) avec douille de raccord flexible
Flexible de décharge (incombant au montage)
Echangeur de chaleur du chauffage (générateur de
chaleur électrique avec limiteurs de températures
de sécurité intégrés dans l’enveloppe, v. Chapitre 5)
Echangeur de chaleur d’eau potable (TW-WT)
Echangeur de chaleur pour chargement
de l’accumulateur (SL-WT)
Echangeur de chaleur pour assistance solaire au
chauffage (HU-WT)
Gaine thermo-isolante pour échangeur de chaleur
pour assistance solaire au chauffage
Tube de stratification d’alimentation Solaris
Pompe de circulation de chauffage
Vanne d’inversion à 3 voies
Sonde de température de départ
Sonde de température de retour
Soupape de sécurité – Raccord pour conduit
de décharge (3/4“ IG)
Possibilité de raccordement pour vase d’expansion
à membrane (3/4“ AG)
Conduite de recirculation
Sonde de niveau électronique
Dispositifs de sécurité
Tableau 2.1.1 : Composants de l’ESU
[6]
2.2 Description des composants
Bild 2.2.1: Bestandteile der ESU
Rep. Désignation
1 Raccord d’eau froide (1’’ AG) avec anti-thermo siphon
2 Raccord d’eau chaude (1’’ AG) avec anti-thermo siphon
3 Echangeur de charge d’eau chaude
Raccord d’alimentation
4 Echangeur de charge d’eau chaude Raccord de retour
5 Chauffage Raccord d’alimentation (1’’IG)
6 Chauffage Raccord de retour (1’’IG)
avec anti-thermo siphon
7 Raccord d’alimentation Solaris (1’’ÜM)
8 Raccord de retour Solaris (Tr 32x3 AG) avec embout
de soupape
9 Raccord pour conduit d’équilibrage (Tr 32x3 AG)
avec embout de soupape
10 Raccord de remplissage supérieur (autre solution :
raccord de trop-plein de sécurité vers l’avant –
Tr 32x3 AG)
11 Manchon immergé pour sonde d’accumulateur
Tableau 2.2.1 : Composants de l’ESU
Rep. Désignation
12 Manchon immergé pour sonde de température de
retour Solaris
13 Raccord de trop-plein de sécurité vers l’arrière
(Tr 32x3 AG) avec douille de raccord flexible
15 Echangeur de chaleur du chauffage (générateur
de chaleur électrique avec limiteurs de températures
de sécurité intégrés dans l’enveloppe, v. Chapitre 5)
18 Echangeur de chaleur pour assistance solaire au
chauffage (HU-WT)
21 Pompe de recirculation de chauffage
22 Vanne d’inversion à 3 voies
23 Sonde de température de départ
24 Sonde de température de retour
25 Soupape de sécurité – Raccord pour conduit de
décharge (3/4’’ IG) !
26 Possibilité de raccordement pour vase
d’expansion à membrane (3/4’’ AG)
Rep. Désignation
27 Conduit de recirculation
28 Tableau de commande de la chaudière (v. Chapitre 4)
29 Régulation ROTEX THETA 23R (v. Mode d’emploi
séparé)
30 Manomètre de chauffage
31 Capot de couverture
32 Vis de fixation pour capot de couverture
33 Robinet KFE pour remplissage du chauffage (1/2’’ AG)
34 Purgeur automatique
35 Robinet d’arrêt à boisseau sphérique
36 Plaque signalétique
37 Boîtier de bornes pour branchement électrique
38 Sonde de niveau électronique
39 Câble de raccordement pour sonde de température
extérieure
Dispositifs de sécurité
[7]
Chaque composant correspondant à la
numérotation de la Figure 2.1.1 et de la Figure
2.2.1 est expliqué ci-après (les pièces
concernées par la sécurité sont identifiées par
un symbole
):
Rep. 1 : Alimentation en eau froide
Respecter les prescriptions de sécurité selon
la DIN 1988 lors du raccordement.
La pression de raccordement doit être au
maximum de 6 bars et ne doit en aucun cas
dépasser 10 bars. Un réducteur de pression
peut être installé le cas échéant. Si une conduite de bouclage eau chaude est nécessaire,
celle-ci doit être installé directement au-dessus du raccord d’eau froide (monter un clapet
de non-retour, v. Figure 5.3.1).
Rep. 2 : Ecoulement d’eau chaude
Installer obligatoirement une protection antibrûlure contre les températures supérieures à
60 °C du généralement à l’association d’un
ensemble solaire (par ex. : mitigeur d’eau
chaude thermostatique) (v. Figure 5.3.1).
Rep. 3 : 4 Echangeur de charge d’eau
chaude
L’échangeur de chaleur pour le chargement en
eau chaude de la chaudière (TW-WT – Rep.
17) est déjà raccordé en usine. Il est traversé
de haut en bas pour recevoir en contre-courant
le plus grand débit d’eau chaude possible.
Rep. 5, 6, 39 : Alimentation (5) et retour (6)
de chauffage avec robinets d’arrêt (35)
Les robinets d’arrêt (Rep. 35) doivent être
ouverts pendant le fonctionnement (position
du levier dans le sens du conduit). Les fermer
uniquement pour les interventions sur
l’installation (position en travers par rapport
au sens du conduit).
Rep. 7, 8 : Alimentation (7) et retour (8)
solaire
Ils servent au raccordement optimal d’une
installation ROTEX Solaris pour le chauffage
de l’eau sanitaire et l’assistance au chauffage.
Respecter le mode d’emploi « ROTEX Solaris ».
Rep. 9 : Conduit d’équilibrage
Il sert au raccord en option d’une installation
ROTEX Solaris avec extension de
l’accumulateur ou connexions en cascade.
Respecter le mode d’emploi « ROTEX Solaris ».
[8]
Rep. 10 : Raccord de remplissage latéral
supérieur
L’accumulateur sans pression peut être rempli
avec la douille flexible fournie à la livraison et
un flexible de remplissage raccordé. Par
ailleurs, le raccord de trop-plein de sécurité
(v. Rep. 13) peut être effectué vers l’avant, si
l’appareil doit être directement posé au mur.
Rep. 11 : Manchon immergé pour sonde
d’accumulateur
La sonde d’accumulateur du côté générateur
de chaleur est montée en usine dans le
manchon immergé (diamètre intérieur 16 mm).
Lors du raccordement d’une installation Solaris, la sonde d’accumulateur correspondante
doit être en plus intégrée ici. Faire attention à
la profondeur d’immersion. N’utiliser que des
sondes avec languette de pression ! Respecter
le mode d’emploi « ROTEX Solaris ».
Rep. 12 : Manchon immergé pour sonde
de température de retour Solaris
On mesure à cet endroit la température
d’accumulateur de la zone solaire dans le
secteur d’aspiration du circuit solaire.
Respecter le mode d’emploi « ROTEX Solaris ».
Rep. 13, 14 : Trop-plein (13) et écoulement
(14) de sécurité
Un flexible d’écoulement de préférence
transparent (non prévu dans la livraison) posé
avec une légère déclivité sur la canalisation
des eaux usées, doit être raccordé au tropplein de sécurité dirigé habituellement vers
l’arrière.
La cuve d’accumulateur (Rep. B) doit toujours
être remplie d’eau pendant le fonctionnement.
Rep. 15 : Générateur de chaleur
électrique
Le générateur de chaleur électrique dispose de
trois résistances d’une puissance calorifique
de 3 kW. Elles sont contenues dans une
enceinte thermo isolée. L’énergie électriquement acheminée est transmise à l’eau de
chauffage. Les résistances sont équipées de
limiteurs de température de sécurité.
Rep. 16 : Echangeur de chaleur d’eau
potable (TW-WT)
L’eau sanitaire est réchauffée à la température
utile dans l’échangeur de chaleur d’eau
potable selon le principe du chauffe-eau
instantané. L’eau froide affluant est d’abord
entièrement dirigée vers le bas de la cuve
d’accumulation afin de refroidir le plus
possible la zone solaire (Rep. E). Sur le
parcours hélicoïdal vers le haut, l’eau potable
récupère en continu la chaleur de l’eau
d’accumulation sans pression (Rep. C), une
stratification marquée de la température
s’établie de ce fait dans la cuve
d’accumulation.
Rep. 17 : Echangeur de chaleur pour
chargement de l’accumulateur (SL-WT)
Pour le chauffage de la zone d’eau sanitaire,
voir également les Rep. 3 et 4.
L’échangeur de chaleur pour la charge de
l’accumulateur se termine à environ 40 cm
au-dessus du fond de la cuve. Seule la zone
d’eau sanitaire se trouvant au-dessus est
chauffée par le générateur de chaleur. Le
volume de la cuve se trouvant en-dessous
n’est chauffé que par l’application solaire.
Rep. 18 : Echangeur de chaleur pour
assistance solaire au chauffage (HU-WT)
L’échangeur de chaleur pour assistance au
chauffage solaire est disposé au centre de la
cuve d’accumulateur à l’intérieur de la zone
d’eau sanitaire (Rep. D). Il est constamment
traversé par le retour de chauffage. Lorsque la
température dans la zone solaire (Rep. E) est
supérieure à celle du retour de chauffage,
cette dernière est alors relevée. Dans la zone
d’assistance au chauffage (Rep. F) il se crée un
courant par gravité qui permet la transmission
continue de chaleur.
Rep. 19 : Gaine thermo-isolante pour
échangeur de chaleur pour assistance
solaire au chauffage
Destinée à la séparation thermique de la zone
d’assistance au chauffage (Rep. F) et de la
zone d’eau sanitaire (Rep. D). Evite le
refroidissement de la zone d’eau sanitaire.
Rep. 20 : Tube de stratification
d’alimentation Solaris
Le tube de stratification permet d’introduire
l’eau sans pression chauffée dans les
panneaux avec de faibles vitesses dans la
cuve d’accumulateur. De ce fait, elle s’échappe
exactement au niveau adapté correspondant à
sa température dans la cuve d’accumulateur.
La stratification de température dans
l’accumulateur reste maintenue.
Rep. 21 : Pompe de recirculation de
chauffage
Pompe de circulation pour chauffage et charge
de l’accumulateur. Le bouchon fileté du purgeur automatique (Rep. 34) doit être ouvert.
Rep. 22 : Vanne d’inversion à 3 voies
La vanne d’inversion à 3 voies sert à faire la
permutation entre le fonctionnement
chauffage et la production Eau Chaude
Sanitaire. Lors d’un nouveau remplissage de
l’installation de chauffage, la vanne
d’inversion à 3 voies doit être enclenchée en
positon central soit la position manuelle.
Le câble de raccordement doit être retiré (état
de livraison) ou sera retiré (Figure 2.2.2). Il doit
être branché au moteur d’entraînement au plus
tôt une heure après la mise en service.
Remarque : Position centrale reste
manuel avec un moteur de vanne
non alimenté. La soupape se
déverrouille automatiquement lorsque la
tension est appliquée au moteur
d’entraînement lorsque le moteur
positionne la vanne en AB-A (Charge de
l’accumulateur).
Rep. 25 : Soupape de sécurité
L’ESU est équipé d’une soupape de sécurité
(3,0 bars). Il convient de raccorder ici,
conformément à la norme EN 12828, un
conduit de purge non obturable sans réduction
de section afin que la soupape de sécurité
puisse évacuer sans danger et de façon
satisfaisante (l’ouverture du conduit doit être
libre et pouvoir être inspectée).
Rep. 33 : Robinet KFE pour remplissage et
complément
Remplissage complémentaire de l’installation
de chauffage (en cas de pression trop faible de
l’installation) : Raccorder le flexible de
remplissage et compléter le niveau de
l’installation jusqu’à ce que le manomètre se
situe à l’extrémité supérieure de la zone verte
(en règle générale 2,0 à 2,5 bars).
Rep. 26 : Raccord de vase d’expansion
à membrane
Un vase d’expansion à membrane, conforme à
la EN 13831, doit être raccordé à cet emplacement ou à un autre point approprié de
l’installation de chauffage au moyen d’un
conduit non obturable selon la norme EN
12828.
Rep. 34 : Purgeur automatique
Le bouchon fileté doit être ouvert pour purger
l’ESU. Ce purgeur n’est en règle générale pas
suffisant pour purger toute l’installation de
chauffage.
Rep. 27 : Conduite de recirculation
Cette conduite permet de faire circuler une
faible quantité d’eau en permanence lorsque
la chaudière fonctionne lorsque les vannes de
circuit chauffage sont fermées. Sans cette
conduite les résistances risque de couper en
sécurité haute température.
Rep. 28 : Tableau de commande de la
chaudière
Tableau de commande central pour affichage
et réglage des paramètres de fonctionnement,
voir la description spéciale (Chapitre 4).
Ce tableau renferme l’électronique de
régulation et tous les branchements
électriques en dehors de l’alimentation
centrale.
1
2
3
4
5.1
5.2
5.3
Alimentation du générateur de chaleur
électrique
Alimentation chauffage
Alimentation Charge d’accumulateur
Vanne d’inversion à 3 voies
Moteur de vanne
Touche de démontage du moteur de vanne
(appuyer et tourner le moteur de 1/8 ème de tour)
Levier (enclenché en position de charge –
appuyer pour enclencher)
Figure 2.2.2 : Position de remplissage de la
vanne d’inversion à 3 voies
Rep. 23, 24 : Sondes de température
d’alimentation (23) et de retour (24)
Les sondes (Type PTC) sont directement
vissées dans les conduits de guidage d’eau du
générateur de chaleur électrique ou dans le
raccord de retour de chauffage. Les câbles de
sonde sont enfichables.
Rep. 29 : Système de régulation ROTEX
THETA 23R
L’utilisation et les fonctions du système de
régulation sont décrites de façon détaillée
dans un mode d’emploi séparé « Système de
Régulation ROTEX ».
Rep. 30 : Manomètre de chauffage
Manomètre destiné au contrôle de la pression
de l’installation. La pression doit se situer
dans la zone verte de l’affichage (en règle
générale entre 1,5 et 2,5 bars). Remettre de
l’eau en cas de pression trop faible de
l’installation (Description voir Rep. 33).
Rep. 31, 32 : Capot de couverture
Le capot doit toujours être monté pendant le
fonctionnement. Il est fixé avec deux vis (Rep.
32) à gauche et à droite sur le couvercle de la
cuve. Le nettoyage doit être effectué avec de
l’eau tiède, un nettoyant ménager sans solvant
et un linge doux.
Rep. 35 : Robinet d’arrêt à boisseau
sphérique
Les robinets d’arrêt doivent être ouverts
pendant le fonctionnement (position du levier
dans le sens du conduit).
Les fermer uniquement pour les interventions
sur l’installation (position en travers par
rapport au sens du conduit).
Rep. 36 : Plaque signalétique
Elle comporte les caractéristiques techniques
les plus importantes de l’ESU ainsi que le
numéro de fabrication de l’appareil qui doivent
être toujours rappelés en cas de consultation
éventuelle de ROTEX.
Rep. 37 : Boîtier de bornes pour
branchement du courant
L’alimentation en courant est raccordée à
celui-ci. Toutes les connexions électriques sont
déjà câblées en usine ou sont raccordées au
tableau de commande (Rep. 28).
Rep. 38 : Sonde de niveau de remplissage
électronique
Le niveau de la cuve d’accumulateur est
contrôlé électroniquement par les trois
électrodes de la sonde de niveau et est affiché
par les voyants du tableau de commande.
Rep. 39 : Câble de raccordement pour
sonde de température extérieure
La sonde de température extérieure doit être
branchée à l’ESU par l’intermédiaire du câble
marqué « Aussen Fühler » ou directement sur
les bornes prévus à cette effet sur la
chaudière.
[9]
C h a p i t re 3 : M o n t a g e e t i n s t a l l a t i o n
3.1 3.1 Livraison
Attention : Risque de
renversement
Le ROTEX E-SolarUnit est lourd dans sa
partie supérieure et peut basculer à la
livraison. Le renversement peut présenter
un danger pour les personnes et
endommager l’appareil. A transporter
avec soin.
Le ROTEX E-SolarUnit est livré sur palette.
Tous les chariots de manutention comme les
chariots élévateurs et gerbeurs conviennent au
transport de l’appareil. La pompe de
circulation intégrée, la vanne d’inversion à
3 voies et le groupe de sécurité font partie du
volume de livraison de l’ESU. Tous les raccords
et branchements sont faciles d’accès.
3.2 Montage
Attention : Une capacité de
portance insuffisante peut
conduire à des dommages du
sous-sol, de l’appareil et à la mise en
danger des personnes.
Veiller à ce que le sous-sol dispose d’une
capacité de portance d’au moins
1050 kg/m2 plus une marge de sécurité
suffisante.
Attention : Risque de
renversement
Le ROTEX E-SolarUnit est lourd
dans sa partie supérieure à l’état non
rempli. Un appareil se renversant peut
légèrement blesser des personnes et être
endommagé. Déplacer l’appareil
soigneusement avec un diable ou le porter
avec les poignées et stabiliser sa position
à cet effet. Bien fixer l’appareil en
particulier lors du transport sur des
marches.
Une fois l’emballage enlevé, le ROTEX E-SolarUnit peut être monté à l’emplacement prévu.
La surface de montage doit être ferme, plane
et horizontale. Installer le cas échéant un
socle. Tous les conduits de raccordement
doivent être placés de manière à pouvoir
retirer le capot de couverture (Figure 2.2.1
Rep. 31).
[ 10 ]
Figure 3.2.1 : Cotes de montage de l’ESU
En principe, aucune distance particulière par
rapport aux murs n’est à observer lors du
montage de l’ESU. Pour avoir suffisamment
d’espace pour les opérations de maintenance
et d’entretien, il est recommandé de laisser un
espace libre d’au moins 10 cm à l’arrière et
d’au moins 30 cm sur les côtés. Un flexible
d’écoulement de préférence transparent (non
prévu dans la livraison) posé avec une légère
déclivité sur la canalisation des eaux usées,
doit être raccordé au trop-plein de sécurité
dirigé habituellement vers l’arrière.
Si l’appareil doit être directement posé près du
mur, le trop-plein de sécurité peut être à cet
effet alors également raccordé vers l’avant
(Rep. 10 dans la Figure 2.2.1).
L’intervalle latéral peut être réduit si l’on
dispose d’un espace de travail suffisant vers
le haut.
Raccordement
de l’eau
3.3 Raccordement du E-SolarUnit
Branchement Conduites de chauffage
et d’eau sanitaire
Les conduites d’eau froide et d’eau chaude
ainsi que le conduit de raccordement
d’alimentation Solaris raccordable en option
de l’ESU sont placés sur le haut du capot de
couverture. Les raccords de chauffage sont
orientés horizontalement vers l’arrière. Le
raccord destiné au retour de l’installation
ROTEX Solaris raccordable en option se trouve
sous la face avant. Le circuit de chauffage et
la charge d’accumulateur possèdent une
alimentation et un retour communs. Le circuit
de chauffage destiné à la charge d’accumulateur est intégré en usine et ne doit pas être
branché séparément.
Important : Si l’ESU est installé sur
un système de chauffage déjà
existant avec tubulures ou
radiateurs en acier ou avec des canalisations de chauffage au sol à diffusion
étanche, il faut vidanger et rincer le
réseau de chauffage avant de raccorder
les conduites de chauffage.
Lors du raccordement à la conduite d’eau
froide, il faut veiller à ce que la pression de
raccord maximum soit de 6 bars. La pression
ne doit en aucun cas dépasser 10 bars. En cas
de pressions supérieures dans la conduite
d’eau potable, monter un réducteur de
pression. Respecter les dispositions de la DIN
1988 pour les opérations de raccordement.
Les raccords de chauffage possèdent un
filetage intérieur identique au filetage
extérieur pour l’eau sanitaire. Voir dans la
Figure 3.3.1 les repères et dimensions.
1
2
5
6
7
Eau froide
(Filetage gaz 1“ AG)
25 Conduit de purge de sécurité
Eau chaude
(Filetage gaz 1“ AG)
(Filetage gaz 3/4“ IG)
Chauffage alimentation (Filetage gaz 1“ IG) 26 Vase d’expansion à membrane
Chauffage retour (Filetage gaz 1“ IG)
(Filetage gaz 3/4“ AG)
Alimentation Solaris
33 Robinet d’arrêt à boisseau sphérique
(Filetage gaz plat étanche1“ ÜM)
(Filetage gaz 1/2“ AG)
Figure 3.3.1 : Cotes de raccordement pour le chauffage et l’eau sanitaire (Vue de dessus)
Attention : Risque de corrosion
En cas d’utilisation de
conduites d’acier dans le
réseau d’eau froide et de chauffage, il y a
en principe un risque que des copeaux
soient entraînés dans l’échangeur de
chaleur à tube ondulé en acier spécial et
y rester. Ce cas doit être absolument évité
en utilisant un filtre ou en vidangeant les
conduits et/ou le circuit de chauffage
avant remplissage de l’échangeur de
chaleur. Dans le cas contraire, il pourrait
se former des points de corrosion par
contact et un manque d’étanchéité de
l’échangeur de chaleur.
En ce qui concerne l’accumulateur d’eau
sanitaire, il faut faire en sorte de l’installer le
plus près possible des points de prélèvement.
On peut souvent également renoncer à une
conduite de circulation pour les autres points
de tirage éloignés.
Si une conduite de circulation est inévitable,
celle-ci peut être alors installée selon les
représentations schématiques du Chapitre 5.3.
Afin de minimiser les pertes de chaleur, toutes
les conduites d’eau chaude doivent être
soigneusement thermiquement isolées. Lors
du chauffage de l’eau, le tartre se déposant
éventuellement sera vidangé avec l’eau
chaude de l’échangeur de chaleur à tube
ondulé en acier spécial.
Attention : Pour une dureté de
l’eau importante (supérieure à
~ 10° dH), il est recommandé
d’incorporer un filtre dans la conduite
d’eau chaude. Dans le cas contraire, il est
possible que le tartre expulsé soit détruit
par des appareillage aux points de tirage.
Le raccord du conduit de purge à la soupape
de sécurité et le raccord du vase d’expansion
à membrane doivent être effectués selon la
EN 12828.
Attention : Risque de brûlure.
Compte tenu du
fonctionnement de l’ESU il peut
se produire des températures
d’accumulateur supérieures à 60° C
surtout en utilisant l’énergie solaire,
l’utilisateur doit installer une protection
antibrûlure (mitigeur d’eau chaude
thermostaté) !
Sécurité de manque d’eau
Le ROTEX E-SolarUnit a subi des contrôles
pour assurer que la protection de surchauffe
arrêtait et verrouillait les résistances même
en cas de manque d’eau. Il n’est donc pas
nécessaire de prévoir une sécurité de manque
d’eau au montage.
[ 11 ]
Raccord Trop-plein de sécurité/réseau
et sondes
Raccord Trop-plein de sécurité
La cuve d’accumulateur doit toujours être
remplie avant le fonctionnement, car dans le
cas contraire, il n’est pas possible de chauffer
l’eau sanitaire.
Un flexible d’écoulement de préférence
transparent (non prévu dans la livraison) posé
avec une légère déclivité sur la canalisation
des eaux usées, doit être raccordé au
trop-plein de sécurité (Figure 3.3.2). Le conduit
d’écoulement de sécurité doit être introduit
avec entrée libre dans le système d’évacuation
des eaux usées.
L’écoulement ne doit pas être obturable et doit
diriger en toute sécurité et visiblement l’eau
de remplissage en excédent (par ex. : flexible
ou raccord de flexible transparent à
l’écoulement au sol).
Aussi en cas d’endommagement de l’appareil
l’eau sera évacué vers l’extérieur (l’eau potable ou de chauffage).
Figure 3.3.2 : Trop-plein de sécurité
Raccordement des liaisons électriques
Avertissement : Un choc
électrique peut causer des
brûlures graves et des
blessures présentant un danger de mort.
Les modifications de l’installation
électrique sont dangereuses et doivent
donc être évitées. Le branchement du
courant ne doit être effectué que par du
personnel spécialisé autorisé en
respectant les directives VDE applicables,
la DIN 57 116 et les directives de la
compagnie compétente fournissant
l’énergie.
[ 12 ]
Le ROTEX E-SolarUnit est prévu pour être
raccordé à un réseau de courant triphasé de
400 V, 50 Hz. L’alimentation en courant pour le
générateur de chaleur électrique a lieu par
courant triphasé de 230 V / 50 Hz. L’ESU peut
également fonctionner sur un réseau monophasé de 230 V/ 50 Hz avec une protection par
fusibles et une puissance de ligne suffisantes.
Dans ce cas, il faut veiller à ce que les
pontages internes soit remplacé par des
dimensions suffisantes dans les boîtiers de
bornes car ceux en place sont dimensionné
jusqu’à 16 A.
Le branchement au secteur doit être effectué
dans le boîtier de bornes selon la Figure 3.3.3
(Rep. 37 dans la Figure 2.2).
S’assurer avant de brancher que la tension
d’alimentation du E-Solar Unit correspond bien
à la tension de secteur indiquée. Le boîtier de
bornes ne peut être ouvert que si l’isolation
thermique du conduit d’alimentation entre le
générateur de chaleur électrique et la vanne
d’inversion à trois voies est enlevée.
Le câble de raccordement au secteur doit être
passé dans le boîtier de bornes par la grande
connexion à vis de câble (A). Après connexion,
l’écrou d’accouplement de la connexion à vis
doit être serré afin de soulager la traction du
câble.
Attention : Tous les circuits de
courant doivent être
débranchés avant d’accéder
aux bornes de connexion. Faire particulièrement attention à la protection
correcte par fusibles des circuits de
courant du réseau. Le courant admis
maximum par borne de connexion est
limité à 16 A.
L’ESU est destiné à être branché en
permanence à des lignes fixes. Dans
l’installation fixe, monter un dispositif de
séparation avec au minimum une ouverture de contact de 3 mm selon les règles
de câblage applicables pour séparer du
réseau tous les pôles !
Avant la mise en service, vérifier que
toutes les connexions ont une intensité
maximale admissible et une résistance
mécanique suffisantes.
Risque d’incendie !
Figure 3.3.3 : Implantation des connexions
dans le boîtier de bornes
Si l’on dispose d’un signal pour Tarif bas, il est
fort recommandé de passer un câble de
connexion (conduit flexible d’au moins
2 x 0,5 mm2) par la deuxième connexion à vis
du câble (B) du boîtier de bornes.
Le contact de connexion doit être raccordé aux
bornes 4 et 5 dans le boîtier. Le contact de
connexion doit être conçu comme un contact
sans potentiel. Avec un contact ouvert, l’ESU
fonctionne avec les réglages destinés au Tarif
fort (TF), avec le contact fermé, il fonctionne
avec les réglages du Tarif bas (TB), voir
Chapitre 3.5.
Important : Le contact de
connexion TF/TB doit être
absolument conçu comme un
contact sans potentiel. N’appliquer en
aucun cas une tension de secteur, car
cela détruirait la platine de relais.
Pour éviter une confusion des branchements
de secteur et de sonde, ces derniers sont
codés en couleur et en forme sur la platine de
branchement du tableau de commande de la
chaudière (Figures 3.3.4 et 3.3.5).
L’installation électrique interne du ROTEX
E-SolarUnit a déjà été complètement réalisée
en usine. Un câble de sonde extérieure flexible
de trois mètres de long (Rep. 39 dans la Figure
2.2.1) est déjà branché à l’intérieur de l’appareil dans le tableau de commande sur la
platine de raccordement. Il doit être raccordé à
l‘installation de la maison par un boîtier de
distribution.
Seules les applications encore en option
(circuit de mélange, pompe de recirculation,
etc.) doivent être raccordées au tableau de
commande de la chaudière.
La sortie de câble doit toujours être dirigée
vers le bas afin d’éviter toute pénétration de
l’humidité.
Pour l’installation électrique, on recommande
un câble à deux conducteurs avec une section
minimum de 1 mm_. La résistance de la sonde
de température extérieure est de 2000 W à
25° C (résistance PTC).
Les sondes de température internes à
l’appareil sont déjà complètement branchées
en usine. Les sondes de température
d’alimentation et de retour sont branchées par
un connecteur commun au tableau de
commande. Elles peuvent être respectivement
directement connectées à une sonde
individuelle en cas d’échange.
Une sonde d’alimentation du circuit de
mélange (Accessoire TMKF, N° de réf. :
15 60 62) doit être branchée pour la régulation
du circuit de mélange.
Toutes les sondes de température utilisées
sont des résistances PTC.
Remarque : Faire attention à la
phase de branchement du réseau.
En cas de mauvaise polarité,
l’interrupteur de secteur reste allumé
même après arrêt.
Important : Les câbles de sonde
doivent être placés en principe
à l’extérieur de l’appareil. Une
pose parallèle des câbles de sondes et de
réseau à l’intérieur d’un conduit
d’installation n’est pas autorisée et peut
conduire à des dysfonctionnements
importants. Afin d’assurer un bon
fonctionnement de l’appareil et d’éviter
d’endommager le système de régulation,
il convient de n’utiliser que les sondes
ROTEX originales fournies à la livraison.
La sonde extérieure et toutes les sondes
de température internes font partie de la
livraison. Pour le fonctionnement éventuel
sans accumulateur d’eau chaude, la
sonde doit être enlevée du connecteur de
platine avant la mise en service de
l’appareil. La sonde de contact de circuit
de mélange TMKF (N° de réf. : 15 60 62)
est nécessaire au branchement d’un
groupe mélangeur AMK1 (N° de réf. :
15 60 44). Respecter le mode d’emploi «
Système de régulation ROTEX ».
Figure 3.3.4 : Position du connecteur
de platine
Raccord Sonde de température
L’ESU dispose d’une régulation en fonction de
l’extérieur pour le calcul de sa température de
départ. Pour cette fonction, le raccordement
d’une sonde de température extérieure est
nécessaire. La sonde de température d’eau
chaude nécessaire au fonctionnement de
l’accumulateur (Sonde d’accumulateur) est
intégrée et fixée en usine.
La sonde extérieure doit être fixée à environ
un tiers de la hauteur du bâtiment (intervalle
minimum du sol 2 m) sur le côté le plus froid
du bâtiment (nord ou nord-est). Ne pas monter
la sonde à proximité de sources de chaleurs
étrangères qui pourraient fausser le résultat
des mesures (cheminées, air chaud des
conduites d’air, rayonnement solaire, etc.).
Fig 3.3.5 : Platine de raccordement
[ 13 ]
Pompe, vanne d’inversion à 3 voies
Possibilités de raccord en option
Raccord régulateur d’ambiance
L’ESU est équipé en série d’une pompe de
circulation intégrée et d’une vanne d’inversion
à 3 voies. La pompe et la vanne d’inversion à
3 voies possèdent chacune un câble muni d’un
connecteur. Ces câbles sont entièrement
précâblés à la commande de vanne,
connectables tant au tableau de commande
qu’au circulateur.
La vanne est montée de sorte que le raccord B
soit du côté chauffage et le côté marqué d’un
A du côté de l’accumulateur (Figure 3.4.1).
Respecter les instructions de remplissage
complémentaire du Chapitre 3.4.
Raccord de circuit de mélange
L’ESU est équipé en série de manière à ce que
l’on puisse directement brancher un circuit de
mélange à l’appareil, régulé par la régulation
électronique de la chaudière. ROTEX propose à
cet effet un groupe mélangeur prêt à brancher
AMK1 (N° de réf. : 15 60 44), qui contient
une pompe de circulation intégrée dans
l’enceinte de l’isolation, une vanne de
mélange motorisée et des vannes d’arrêt avec
affichage de la température. Avec la sonde de
contact du circuit mélangeur TMKF (N° de réf.
15 60 62), le groupe mélangeur peut être
directement raccordé aux bornes de la platine
(connecteur de platine de série prémonté dans
le tableau de commande de chaudière de
l’ESU).
Pour chaque circuit de chauffage, il est possible de brancher un régulateur d’ambiance
THETA RFF (N° de réf. : 15 40 70) avec
lequel on peut modifier les modes de
fonctionnement et les valeurs théoriques de la
température ambiante (voir Chapitre 4) à partir
du local dans lequel l’appareil est monté
(télécommande). Par ailleurs, le régulateur
d’ambiance peut être réglé de manière à ce
que la température du circuit de chauffage soit
adaptée à la température ambiante désirée
(régulation compensée avec la température
ambiante).
A l’aide du module d’extension du circuit
de chauffage THETA HEM1 (N° de réf. :
15 6061), il est possible de réguler un autre
circuit mélangeur et/ou un circuit de charge
d’accumulateur. Le module d’extension du
circuit de chauffage THETA HEM1 communique par la ligne de bus de données avec l’unité
centrale dans l’ESU. L’installation peut être
étendue par montage en cascade du THETA
HEM1 jusqu’à cinq circuits mélangeurs et/ou
circuits de charge d’accumulateur. Les sondes
de température nécessaires en association
avec un module d’extension de circuit de
chauffage doivent être commandées
séparément (sondes de contact de circuit
mélangeur TMKF : N° de réf. : 15 60 62,
sondes de température d’accumulateurs TSF :
N° de réf. : 15 60 63).
[ 14 ]
Raccord station d’ambiance
Avec la station d’ambiance THETA RS (N°
de réf. : 15 70 18), toutes les valeurs de
température et modes de fonctionnement du
régulateur THETA 23 R (unité centrale) peuvent
être affichées et modifiées. En dehors du
fonctionnement manuel (voir Chapitre 4), tous
les autres éléments de commande (affichage,
touches, boutons rotatifs) sont également
identiques à ceux de l’unité centrale. Le THETA
RS peut être installé dans un endroit approprié
du bâtiment et être utilisé depuis cet endroit
comme télécommande du ROTEX E-SolarUnit.
Le raccordement et la communication ont lieu
au moyen du bus de données sur l’unité
centrale.
Remplissage de l’installation
3.4 Remplissage
Ne remplir l’installation de chauffage que si
toutes les opérations d’installation sont
terminées. Le ROTEX E-SolarUnit doit être
rempli dans l’ordre suivant :
1. Echangeur de chaleur de l’eau
sanitaire
(doit toujours d’abord être rempli)
débloquée par branchement au plus tôt une
heure après mise en service de l’installation
(Figure 3.4.1).
Remarque : Position centrale
uniquement stable avec la vanne
hors tension. La vanne se débloque
automatiquement, lorsque la tension est
appliquée au moteur d’entraînement pour
la position de soupape AB-A (Charge
d’accumulateur).
Pour remplir l’échangeur de chaleur à tube
ondulé en acier spécial, les robinets d’arrêt de
la conduite d’arrivée d’eau froide sont ouverts.
Pendant l’opération de remplissage, les
robinets de tirage d’eau chaude doivent être
ouverts afin de régler une quantité de tirage la
plus grande possible. Laisser l’eau de première
sortie s’écouler encore un court instant pour
que l’échangeur de chaleur soit complètement
purgé et que les impuretés ou résidus
éventuels dans les conduites d’eau chaude
soient évacués. Respecter l’avertissement du
Chapitre 3.3 paragraphe « Raccord des
conduites d’eau de chauffage et d’eau
sanitaire ».
2. Cuve d’accumulateur sans pression
Si un système Solaris est installé sur l’ESU, la
cuve d’accumulateur peut simplement être
remplie avec un flexible branché au robinet
d’arrêt à boisseau sphérique de la station de
régulation et de pompage (RPS).
Si (toutefois) aucun système Solaris n’est
installé sur l’ESU, la cuve d’accumulateur sera
alors remplie par un flexible monté sur le
raccord d’alimentation Solaris (Rep. 7 dans la
Figure 2.2.1) ou par un flexible monté sur le
raccord de cuve latéral supérieur avec la
douille immergée livrée avec. La cuve
d’accumulateur ne sera remplie complètement
que lorsque l’eau sortira du trop-plein de
sécurité.
3. Circuit de chauffage et de charge
d’accumulateur
Pour le remplissage, la vanne directionnelle à
3 voies doit être enclenchée en position
centrale (position centrale stable uniquement
possible avec la vanne hors tension – Etat de
livraison). Afin d’assurer une purge complète,
la vanne d’inversion à 3 voies devra être
1
2
3
4
5.1
5.2
5.3
Alimentation venant du générateur de
chaleur électrique
Alimentation du chauffage
Alimentation Charge d’accumulateur
Vanne d’inversion à trois voies
Commande de vanne
Touche de déblocage du blocage de
commande
Levier (enclenché en position de
remplissage – appuyer pour enclencher)
Figure 3.4.1 : Position de remplissage de la
vanne d’inversion à 3 voies
Le robinet de remplissage et de vidange
(robinet d’arrêt à boisseau sphérique) se
trouve sous la soupape de sécurité dans le
tronçon d’alimentation entre le générateur de
chaleur électrique et la vanne d’inversion à
trois voies sur l’ESU (Rep. 33 dans la Figure
2.2.1). Raccorder un flexible de 1/2’’ au
robinet. Ouvrir le robinet et commencer à
remplir l’installation avec de l’eau jusqu’à ce
que le manomètre affiche une surpression de
l’installation qui se situe au centre de la zone
verte du cadran du manomètre (Rep. 30 dans
la Figure 2.2.1). Le cadran du manomètre est
tourné préalablement de sorte que l’indication
de pression minimale corresponde à la hauteur
de l’installation plus 2 m (1 m CE correspond à
0,1 bar). Il faut veiller à cet effet qu’aucune
eau de chaudière ne revienne dans la conduite
d’eau potable. Le circuit de chauffage doit être
purgé après remplissage.
Remarque : Avant la première mise
en service, contrôler l’étanchéité
de tous les raccords. Respecter les
règles du VDI 2035 pour éviter les produits
de corrosion et des dépôts. Avec de l’eau
de remplissage et de complément d’un
degré de dureté élevé, prendre les
mesures nécessaires pour stabiliser la
dureté de l’eau ou l’adoucir. Pour les
régions présentant des duretés élevées, il
est recommandé d’utiliser le produit
anticorrosion et antitartre Fernox KSK
(N° de réf. 15 60 50) selon le mode
d’emploi de l’adoucissement d’eau.
Important : Pendant le
fonctionnement de
l’installation, contrôler la
pression d’eau sur le manomètre à
intervalles réguliers (zone verte) et régler
le cas échéant en complétant le
remplissage.
3.5 Réglage de la puissance de
chauffage
La puissance calorifique du générateur de
chaleur électrique peut être réglée de façon
différente en fonction du Tarif bas ou du Tarif
haut, ainsi qu’en fonction du chauffage et du
traitement de l’eau chaude dans le tableau de
commande de la chaudière. A cet effet, le
système électronique de régulation THETA 23R
doit être provisoirement retiré (v. Chapitre 4.3).
Il est possible de régler les puissances pour
chaque mode de fonctionnement au moyen
d’un interrupteur à positions multiples sur la
platine de relais du tableau de commande de
la chaudière (Figure 3.5.1). Pour chaque mode
de fonctionnement (chauffage, traitement
de l’eau chaude), il est possible selon le
Tableau 3.5.1 de programmer les puissances
en phases de 3 kW tant pour les périodes à
Tarif bas qu’à Tarif haut. A chaque paire
d’interrupteurs est attribué un mode de
fonctionnement dans une certaine période
tarifaire.
[ 15 ]
Figure 3.5.1 : Interrupteur à positions
multiples pour réglage de la puissance
calorifique
Exemple : Avec J3 et J4, on peut régler la
puissance dans le mode de fonctionnement
Traitement de l’eau chaude dans la période à
tarif élevé.
Remarque : L’interrupteur à
positions multiples est en position
«1 » lorsqu’il est appuyé vers le bas.
Dans l’exemple de la Figure 3.5.1 : Les
interrupteurs 2, 3, 7 et 8 sont en position « 1 ».
On a ainsi procédé aux réglages suivants :
a) Demande de chaleur de chauffage
Tarif haut : 6 kW (interrupteurs 1 et 2)
b) Demande en eau chaude
Tarif haut : 3 kW (interrupteurs 3 et 4)
c) Demande en chaleur de chauffage
Tarif bas : ARRÊT (interrupteurs 5 et 6 )
d) Demande en eau chaude Tarif bas : 9 kW
(interrupteurs 7 et 8).
Remarque : En réglant simultanément les deux interrupteurs d’une
paire d’interrupteurs à positions
multiples sur « 0 » (par ex. : interrupteurs
5 et 6 pour demande en chaleur de
chauffage Période de Tarif bas dans notre
exemple), le mode de fonctionnement
correspondant est désactivé ! Dans ces
cas, la fonction hors gel est également
hors service pour le mode de
fonctionnement concerné.
[ 16 ]
P [kW]
J1
J2
Demande de
chauffage
Tarif haut
ARRÊT
3
6
9
0
1
0
1
0
0
1
1
Demande en
eau sanitaire
Tarif haut
ARRÊT
3
6
9
Demande en
chauffage
Tarif bas
ARRÊT
3
6
9
Demande en
chauffage
Tarif bas
ARRÊT
3
6
9
J3
J4
0
1
0
1
0
0
1
1
J5
J6
0
1
0
1
0
0
1
1
J7
J8
0
1
0
1
0
0
1
1
Tableau 3.5.1 : Affectation du réglage des interrupteurs à positions multiples pour la puissance
calorifique
3.6 Première mise en service
Les normes et directives applicables doivent
être respectées en plus des règles générales
de la technique.
Une fois les opérations de branchement et de
raccordement terminées, le ROTEX E-SolarUnit
est prêt à fonctionner et peut être mis en service par le personnel spécialisé. Avant la
première mise en service, il convient de vérifier soigneusement la liste de contrôle jointe.
Lorsqu’à toutes les questions de cette liste de
contrôle il a été répondu « oui », l’installation
de chauffage peut être alors mise en service.
L’installation est mise en marche en actionnant
l’interrupteur de réseau (Rep. 1 dans la Figure
4.1.1). Après la phase de mise en marche, on
peut en appuyant longtemps (5 s) sur la touche
(Rep. 13 dans la Figure 4.1.1) et en ajustant la
température en mode manuel sur le bouton
rotatif (Rep. 6 dans la Figure 4.1.1), régler le «
mode de fonctionnement manuel » (voir
également la Figure 3.6.1). Les autres possibilités de réglage sont décrites dans le chapitre
4.1 et dans le mode d’emploi joint séparément
«Système de régulation ROTEX ».
Appuyer env. 5 secondes
Température théorique
Modification
Valeur théorique
Valeur réelle
Souhaitée (clignotant) actuelle
Retour au mode de fonctionnement
original, affichage de base, valeur
théorique réglée est mémorisée
Figure 3.6.1 : Mode manuel
Liste de contrôle avant mise en service
1. Le réseau correspond-il aux recommandations ?
oui
non
2. La tension de réseau est-elle de 3N~230 V, 50 Hz ?
oui
non
3. Les fusibles de l’appareil sont-ils corrects ?
oui
non
4. Le réseau de distribution de chaleur a-t-il été purgé (en cas de rénovation) ?
oui
non
5. Un vase d’expansion à membrane a-t-il été monté conformément et dans la taille nécessaire ?
oui
non
6. La soupape de sécurité est-elle reliée à un écoulement libre ?
oui
non
7. La pression d’eau du système est-elle dans la zone verte ?
oui
non
8. Le générateur de chaleur et l’installation de chauffage ont-ils été purgés ?
Pour la purge et avant la première mise en route, ouvrir entièrement toutes les vannes de réglage.
oui
non
9. La cuve d’accumulateur est-elle remplie ?
oui
non
oui
non
11. Lors de l’installation du mélangeur (option), la sonde du circuit de mélangeur, le moteur de mélangeur et la pompe
de circuit de mélangeur ont-ils été branchés aux bons endroits de connexion et les connecteurs correspondants bien
branchés à chaque point de connexion de la platine ?
oui
non
12. La station de régulation d’ambiance (option) est-elle bien fixée (A, B) et connectée ?
oui
non
A La pompe de recirculation fonctionne-t-elle – Le chauffage est-il chaud ?
oui
non
B Après mise en service, le connecteur de la vanne d’inversion à 3 voiesest-il branché ?
oui
non
10. Toutes les sondes sont-elles branchées et correctement placées ?
(sonde de température extérieure, sonde de température d’accumulateur)
L’installation ne doit être mise en marche que si l’on a répondu « oui » à toutes les questions
Liste de contrôle après mise en service
L’installation ne doit être remise à l’utilisateur que si l’on a répondu « oui » à toutes les questions.
Remplir en commun avec l’utilisateur le formulaire d’installation et d’instruction joint !
[ 17 ]
C h a p i t re 4 : Ta b l e a u d e c o m m a n d e
d e l a c h a u d i è re
Figure 4.1.1 : Tableau de commande de la chaudière
1 Interrupteur de réseau
2 Voyant de panne
3 Inscription d’identification du type
d’appareil
4 Manomètre
5 Régulation : Unité centrale THETA 23R
6 Bouton rotatif pour sélection et réglage
7 Touche pour température théorique
d’ambiance Jour
8 Touche pour température théorique
d’ambiance diminuée
9 Touche pour température théorique de
l’accumulateur d’eau chaude
10 Sélecteur de mode de fonctionnement
11 Touche de réglage du programme de
temps automatique
12 Touche d’informations sur l’installation
13 Touche manuelle pour fonctionnement
manuel et essai LTS (Limiteur de
température de sécurité)
14 Affichage (éclairé)
15 Compartiment pour mode d’emploi abrégé
16 Vis de fixation du système de régulation
17 Voyant de contrôle de niveau de
remplissage pour niveau suffisant
18 Voyant d’avertissement de niveau de
remplissage pour niveau trop bas
[ 18 ]
4.1 Brève description
Tous les éléments de commande importants et
branchements électriques de la centrale de
chauffage sont intégrés dans le tableau de
commande de la chaudière.
Le système électronique veille à un
fonctionnement impeccable de l’installation.
Tous les éléments d’affichage et de commande
sont munis de numéros de repère dans la
Figure 4.1.1 et sont décrits ci-après.
1 Interrupteur de réseau
L’interrupteur de réseau doit être actionné
pour mettre en marche/arrêter la chaudière.
L’interrupteur de réseau est allumé en vert
lorsque l’installation de chauffage fonctionne.
En fonctionnement normal sans défaut de
l’installation, le voyant de contrôle de niveau
de remplissage vert s’allume à côté (17). Tous
les autres voyants de contrôle sont éteints.
2 Voyant de panne
En fonctionnement normal, ce voyant est
éteint. Lorsqu’il est allumé, il indique une
panne (par ex. : interruption de sonde etc.).
Comportement en cas de panne :
Les défauts sont en général indiqués dans
l’affichage à l’aide d’un code de défauts. Le
Chapitre 7 décrit les instructions servant à
éliminer les pannes.
3 Inscription d’identification du type
d’appareil
A l’aide de cette indication de type on identifie
immédiatement le type d’appareil installé.
4 Manomètre
Il affiche la pression d’eau dans l’installation
de chauffage. Pendant le fonctionnement de
l’installation, il faut contrôler la pression d’eau
à intervalles réguliers. L’aiguille noire doit se
trouver dans la zone verte et à droite de
l’aiguille rouge (voir également le Chapitre
3.4). Lorsque la pression tombe en-dessous de
la pression minimale marquée par l’aiguille
rouge, elle doit être compensée par un remplissage complémentaire. En cas de perte de
pression continue, vérifier l’installation locale.
5 Régulation : Unité centrale THETA 23R
Le système de régulation numérique
électronique ROTEX THETA 23R peut piloter
2 circuits de chauffage (circuit de chauffage
direct et circuit de mélangeur) et un circuit de
charge d’accumulateur. Il contient une horloge
numérique avec trois programmes de temps
individuellement réglables pour chaque circuit
de chauffage. Une pompe de circulation peut
être pilotée en option.
Par ailleurs, le système de régulation permet
un réglage en cascade jusqu’à 5 ESU et une
extension du circuit de chauffage avec le
module d’extension du circuit de chauffage
HEM 1 jusqu’à quatre appareils. De plus, un
modem peut être raccordé au moyen du
téléphone pour modifier le mode de
fonctionnement et un contact d’arrêt de
brûleur (par ex. : par une chaudière à bois ou
une installation Solaris) peut être intégré.
Remarque : Toutes les indications
concernant le système de
régulation ROTEX THETA 23R
(réglage, programmation, paramètres,
etc.) se trouvent dans le « Mode d’emploi
pour chauffagiste – Système de régulation
ROTEX », faisant partie de la livraison de
l’ESU.
6 Bouton rotatif pour sélection et réglage
A l’aide de ce bouton, on peut sélectionner les
réglages de fonctionnement, modifier les
valeurs théoriques et mémoriser ensuite en
tapant sur les touches.
Vers la droite (+) :
Augmentation du réglage
Vers la gauche (-) :
Diminution du réglage
Taper sur les touches :
Prise en charge de la valeur
sélectionnée, mémorisation
Appui prolongé : entrée au
niveau programmation
(sélection du niveau)
période de demande du contact Tarif haut/Tarif
bas.
Avec le contact de commutation ouvert, on
chauffe avec la puissance calorifique réglée
pour le Tarif haut et avec le contact est fermé,
on chauffe avec la puissance calorifique pour
le Tarif Bas.
11 Touche de réglage du programme de
temps automatique
Elle sert à la sélection plus rapide d’un des
3 programmes de temps disponibles. Pour
régler les temps de commutation, voir le mode
d’emploi abrégé ou le mode d’emploi «
Système de régulation ROTEX ».
10 Sélecteur de mode de fonctionnement
Il permet de sélectionner les modes de fonctionnement suivants :
12 Touche d’informations sur l’installation
Après avoir appuyé sur la touche Info, on peut
appeler toutes les températures de
l’installation et les états de fonctionnement de
tous les composants de l’installation au moyen
du bouton rotatif (Rep. 6).
1. Modes de fonctionnement provisoires :
CONGÉ
ABSENCE
Interruption à court terme
du chauffage en cas
d’absence
RECEPTION Chauffage prolongé au
delà du temps de
chauffage régulier
2. Fonctionnement automatique :
AUTOMATIQUE Mode de chauffage
et mode réduit automatique selon le Programme
de commutation
ETE
7 Touche de température théorique
d’ambiance Jour
Sert à la sélection et au réglage de la
température d’ambiance de chauffage
théorique en « fonctionnement normal ».
Réglage : selon l’appréciation individuelle de
la température.
Arrêt hors gel du
chauffage et de l’eau
chaude pendant la période
des vacances
Fonctionnement eau
chaude exclusivement
selon le programme
de commutation, système
hors gel du chauffage
débranché
3. Modes de fonctionnement permanents
8 Touche pour température théorique
d’ambiance diminuée
Sert à la sélection et au réglage de la
température d’ambiance de chauffage
théorique en mode réduit (baisse de nuit).
Réglage : selon l’appréciation individuelle de
la température.
CHAUFFAGE Mode de chauffage
permanent sans limite
de temps
REDUIT
Mode de chauffage réduit
en permanence sans limite
de temps
9 Touche pour température théorique de
l’accumulateur d’eau chaude
Sert à la sélection et au réglage de la
température théorique de l’accumulateur d’eau
chaude.
Réglage : selon l’appréciation individuelle de
la température.
En appuyant sur la touche de façon prolongée,
on peut déclencher une charge d’accumulateur
hors programme (pendant les phases basses).
La puissance de charge dépend à cet effet du
réglage de puissance effectué selon le
Chapitre 3.5 pour la demande en eau sanitaire
et de la position d’interrupteur active pour la
EN VEILLE
Arrêt hors gel du
chauffage et de l’eau
chaude
13 Mesure des émanations - Fonctionnement manuel
• Réglage des émanations (Touches) : Cette
fonction sert au ramoneur à des fins de
contrôle pour les générateurs de chaleur avec
brûleur. Pour l’ESU également, le générateur
de chaleur électrique est mis en marche
pendant 20 minutes et réglé à la température
maximale préconisée. La vanne d’inversion à
3 voies reste sur la charge d’accumulateur tant
que la température d’accumulateur n’est pas
atteinte. Le chauffage est mis en marche par
la suite (voir également le Chapitre 5.1) en
appuyant une deuxième fois sur la touche
pendant le temps de fonctionnement de 20
minutes, ce réglage de mode peut être
interrompu de façon prématurée.
• Mode manuel (appuyer pendant 5 s) : Le
générateur de chaleur est réglé d’après la
valeur théorique réglée (température du
générateur de chaleur). La vanne d’inversion à
3 voies reste sur la charge d’accumulateur tant
que la température d’accumulateur n’est pas
atteinte. Le chauffage est mis en marche par
la suite.
14 Affichage (éclairé)
L’affichage standard en cours de
fonctionnement indique le jour de la semaine,
la date, l’heure et la température du
générateur de chaleur. Une barre d’affichage
identifie le mode de fonctionnement actif.
Pour les autres indications et affichages, voir
le « Mode d’emploi pour chauffagiste –
Système de régulation ROTEX ».
15 Mode d’emploi abrégé
16 Vis de fixation du système de
régulation
Application : Les modes de fonctionnement
peuvent être réglés avec le bouton rotatif
(Rep. 6) après avoir appuyé sur le sélecteur de
modes de fonctionnement (Rep. 10).
[ 19 ]
17 Voyant de contrôle de niveau de
remplissage pour niveau suffisant
Ce voyant de contrôle indique que la cuve
d’accumulateur est suffisamment remplie.
Il s’allume lorsque les trois électrodes de la
sonde de niveau de remplissage (Rep. 38 dans
la Figure 2.1.1 et dans la Figure 2.2.1) sont
dans l’eau et il reste allumé tant qu’au moins
deux électrodes se trouvent dans l’eau.
18 Voyant d’avertissement de niveau de
remplissage pour niveau trop bas
Ce voyant de contrôle indique que la cuve
d’accumulateur n’est pas assez remplie.
Il s’allume lorsque moins de deux électrodes
de la sonde de niveau de remplissage (Rep. 38
dans la Figure 2.1.1 et dans la Figure 2.2.1)
sont dans l’eau. Pour maintenir une
alimentation en eau chaude correcte et permettre un fonctionnement efficace du Solaris,
la zone sans pression de l’accumulateur doit
être remplie d’eau.
4.2 Réglage manuel de la température
de la chaudière
4.3 Changement du système de
régulation
En fonctionnement normal, le régulateur de
température de la chaudière est toujours dans
un mode de fonctionnement automatique ou
permanent. La température de la chaudière est
réglée en fonction des conditions
atmosphériques. Pour préchauffer
manuellement l’installation de chauffage ou
pour régler provisoirement manuellement la
température de la chaudière, la touche
manuelle (Rep. 13 dans la Figure 4.1.1) peut
être placée sur « Mode manuel » en appuyant
dessus pendant 5 secondes. La température
souhaitée est réglée à l’aide du bouton rotatif
(Rep. 6 dans la Figure 4.1.1). Gamme de
réglages : 5 – 80° C. En mode manuel (voir
également la Figure 4.2.1), la vanne
d’inversion à 3 voies (Rep. 25 dans la Figure
2.2.1) se trouve d’abord en position « Charge
d’accumulateur » (Figure 3.4.1 : Raccord A,
levier (Rep. 5.3) vers le corps de la vanne). Une
fois la température maximum de
l’accumulateur atteinte, la vanne d’inversion
directionnelle sera positionnée sur
« Chauffage » (Figure 3.4.1 : Raccord B, levier
(Rep. 5.3) éloigné du corps de la vanne).
Avertissement : Un choc
électrique peut causer de
graves brûlures et des
blessures présentant un danger de mort.
Avant de commencer les opérations de
maintenance, débrancher la tension de
réseau sur l’interrupteur principal du
chauffage et protéger contre une remise
en marche éventuelle. Déconnecter
l’installation (débrancher les fusibles).
Desserrer les deux vis de fixation du système
de régulation électronique (Rep. 16 dans la
Figure 4.3.1) en les tournant à gauche. Le
système ne peut se retirer que par l’avant
(Figures 4.3.1 et 4.3.2).
La Figure 4.3.1 représente également la vue
arrière du système de régulation ROTEX THETA
23R. Les broches de connexion sont glissées
sur les connecteurs montés fixes sur la platine
lors de la remise en place du système de
régulation dans le tableau de commande. Resserrer ensuite les vis de fixation en tournant à
droite.
Remarque : Pour préchauffer un
chauffage au sol, on dispose de
fonctions spéciales dans la chape
(voir « Mode d’emploi pour chauffagiste –
Système de régulation ROTEX »).
Appuyer env. 5 secondes
Température théorique
Modification
Valeur théorique
Valeur réelle
Souhaitée (clignotant) actuelle
Retour au mode de fonctionnement
original, affichage de base, valeur
théorique réglée est mémorisée
Figure 4.2.1 : Mode manuel
16
A
B
C
D
Vis de fixation
Vue de face
Vue de derrière
Desserrage des vis – à gauche
Serrage des vis – à droite
Figure 4.3.1 : Démontage et remontage de l’appareil
[ 20 ]
4.4 Changement du tableau de
commande de la chaudière
Figure 4.3.2 : Dépose du système de régulation
Avertissement : Un choc
électrique peut causer de graves
brûlures et des blessures présentant un danger de mort.
Avant de commencer les opérations de
maintenance, débrancher la tension de réseau
sur l’interrupteur principal du chauffage,
séparer toute l’installation du réseau
(déconnecter) et la protéger contre toute
remise en marche éventuelle.
Attention : Risque de brûlure !
Le tube capillaire du manomètre
est directement en contact avec
l’eau de chauffage sous pression. Avant de
démonter le manomètre, fermer les robinets
à boisseau sphérique sur l’alimentation et le
retour de chaudière et libérer la pression de
l’installation par le robinet d’arrêt à boisseau
sphérique.
Figure 4.4.1 : Dépose du purgeur automatique
et de l’isolation thermique
Pour changer le tableau de commande de
la chaudière, procéder comme suit :
(L’ordre des composants est décrit dans le
Chapitre 4.9)
1) Enlever les vis de fixation du capot de
couverture (Rep. 32 dans la Figure 2.2.1) et
ôter le capot (Rep. 31 dans la Figure 2.2.1).
2) Fermer les robinets d’arrêt (Rep. 35 dans la
Figure 2.2.1) de l’alimentation et du retour
de chauffage, raccorder le flexible au
robinet à boisseau sphérique (Rep. 33 dans
la Figure 2.2.1) et purger ensuite la pression
d’eau du générateur de chaleur.
Figure 4.4.2 : Dévissage du tube capillaire
(30), ouverture du boîtier de bornes (37)
3) Dévisser le purgeur automatique (Rep. 34
dans la Figure 2.2.1), retirer l’isolation
thermique de la conduite d’alimentation
entre le générateur de chaleur électrique et
la vanne d’inversion à trois voies (Figure
4.4.1).
4) Enlever le tube capillaire du manomètre
(Rep. 30 dans la Figure 4.4.2). Absorber la
faible quantité d’eau sortant lors du
dévissage avec un torchon de cuisine.
central THETA 23R
Figure 4.4.3 : Déconnexion des câbles du
tableau de commande, dévissage de la gaine
flexible de protection de câbles
[ 21 ]
5) Ouvrir le boîtier de bornes (Rep. 37 dans la
Figure 4.4.2) et vérifier sur le câble
d’arrivée si l’installation est déconnectée.
18) Monter l’isolation thermique sur le conduit
d’alimentation, visser le purgeur
automatique.
6) Desserrer les bornes L1, L2, L3 et 1 à 5 et
enlever la fixation à vis de la gaine flexible
de protection de câbles D (Figure 4.4.3).
19) Remettre de l’eau jusqu’au rétablissement
de la pression d’installation nécessaire.
7) Retirer le câble d’arrivée de charge du
tableau de commande.
8) Dévisser le couvercle de tableau de
commande (Figure 4.4.4).
20) Ouvrir à nouveau les robinets d’arrêt du
côté chauffage et purger encore une fois
l’installation.
21) Remettre et visser le capot de fermeture.
9) Retirer tous les connecteurs de la platine
(Figure 4.4.5). Pour éviter toute confusion
lors du rebranchement, tous les
connecteurs de platine sont codés.
Figure 4.4.6 : Dépose des câbles
10) Retirer les câbles de sonde et de
connexion des conduits de câbles avec les
chicanes de soulagement de traction du
tableau de commande (Figure 4.4.6).
11) Dévisser le bouchon de fermeture de la
sonde de niveau de remplissage
électronique et la sonde (Figure 4.4.7).
12) Dévisser le tableau de commande aux
fixations sur le couvercle de cuve (Figure
4.4.8), remplacer le tableau de commande.
13) Monter la sonde de niveau de remplissage
électronique, fixer le bouchon de
fermeture.
Figure 4.4.4 : Dévissage du couvercle de
tableau de commande
Figure 4.4.7 : Démontage de la sonde de
niveau
Figure 4.4.5 : Enlèvement des connecteurs
codés
Figure 4.4.8 : Dévissage des vis de fixation
du tableau de commande de la chaudière
14) Introduire à nouveau tous les câbles de
sonde et de connexion dans les conduits
de câbles prévus avec soulagement de
traction et connecter les connecteurs sur
la platine.
15) Remonter le couvercle de tableau de
commande.
16) Rebrancher le câble d’arrivée de charge
avec le boîtier de bornes.
17) Visser le tube capillaire du manomètre,
veiller à cet effet à ce que le joint
d’étanchéité soit bien positionné.
[ 22 ]
4.5 Changement des câbles et des
sondes
Avertissement : Un choc
électrique peut causer de
graves brûlures et des
blessures présentant un danger de mort.
Avant de commencer les opérations de
maintenance, débrancher la tension de
réseau sur l’interrupteur principal du
chauffage, séparer toute l’installation du
réseau (déconnecter) et la protéger
contre toute remise en marche éventuelle.
Si un câble de sonde ou de connexion présente
un défaut, il peut être changé séparément
dans la mesure où il n’est pas groupé avec
d’autres câbles dans le tableau de commande
par une connexion non desserrable. Les câbles
des composants internes à l’appareil sont
reliés à chaque connecteur de platine de façon
non démontable. Les câbles correspondants
sont toutefois connectables à chaque
composant de sorte qu’un simple échange du
composant ou du câble soit possible sans
changement de connexion important.
Les composants extérieurs (par ex. : sonde
extérieure) et les composants ne faisant pas
partie de la livraison (par ex. : mélangeur)
sont/seront raccordés aux connecteurs avec
des bornes à vis.
Pour changer les câbles, procéder comme suit :
(L’ordre des composants est décrit dans la
Chapitre 4.9)
1) Enlever les vis de fixation du capot de
couverture (Rep. 32 dans la Figure 2.2.1) et
ôter le capot (Rep. 31 dans la Figure 2.2.1).
2) Dévisser le couvercle de tableau de
commande (Figure 4.4.4).
3) Retirer les connecteurs du câble de sonde
ou de connexion concerné de la platine
(Figure 4.4.5). Pour éviter toute confusion
lors du rebranchement, tous les
connecteurs de platine sont codés.
4) Retirer le câble correspondant du conduit
de câble avec les chicanes de soulagement
de traction du tableau de commande (selon
la Figure 4.4.6).
5) Séparer l’autre extrémité de câble du
composant correspondant (desserrer ou
déconnecter la connexion).
Les sondes d’alimentation et de retour
sont directement fixées à la sonde. Pour
changer la sonde d’alimentation, ouvrir
l’enceinte du générateur de chaleur électrique
et enlever l’isolation thermique. Pour changer
la sonde de retour, enlever d’abord l’isolation
thermique du conduit d’alimentation entre le
générateur de chaleur électrique et la vanne
d’inversion à trois voies (Figure 4.4.1).
Après dépose du connecteur de sonde, la
sonde peut être dévissée de son siège et être
remplacée (Figures 4.5.1 et 4.5.2).
La sonde de température de
l’accumulateur est directement fixée aux
bornes de connexion 11/12 du connecteur de
capteur à 12 broches dans le tableau de
commande de la chaudière. Pour remplacer,
effectuer les opérations 1 à 4 décrites pour
l’échange des câbles. En introduisant la sonde
dans le manchon immergé, veiller à ce que la
languette de pression soit repliée de façon
efficace (Figure 4.5.3) et que la sonde soit
montée à la bonne profondeur (respecter le
repère).
6) Remplacer les câbles.
Le montage a lieu dans le sens inverse.
Les sondes internes peuvent être changées en
cas de défaut à l’exception de la sonde
d’accumulateur, sans ouvrir le tableau de
commande.
Attention : Risque de brûlure !
Les sondes d’alimentation et de
retour sont en contact direct
avec l’eau de chauffage sous pression.
Avant de démonter une sonde de ce type,
fermer les robinets à boisseau sphérique
sur l’alimentation et le retour de chaudière
et libérer la pression de l’installation par le
robinet d’arrêt à boisseau sphérique.
[ 23 ]
Figure 4.5.1 : Remplacement de la sonde du système d’alimentation
[ 24 ]
Changement des fusibles
Avertissement : Un choc
électrique peut causer de
graves brûlures graves et des
blessures présentant un danger de mort.
Avant de commencer les opérations de
maintenance, débrancher la tension de
réseau sur l’interrupteur principal du
chauffage, séparer toute l’installation du
réseau (déconnecter) et la protéger
contre toute remise en marche éventuelle.
Figure 4.5.2 : Remplacement de la sonde du
système de retour
Figure 4.5.3 Introduire la sonde
d’accumulateur avec la languette repliée
à 70 cm de profondeur dans le manchon de
sonde immergé
Si le voyant d’interrupteur vert (Rep. 1 dans la
Figure 4.1.1) ne s’allume pas lorsque l’interrupteur de réseau est mis en marche et qu’il
n’y a aucune indication sur l’affichage bien
que la chaudière soit électriquement branchée
et que l’interrupteur principal du chauffage
soit enclenché, les fusibles électriques sont
probablement défectueux.
Les fusibles se trouvent sur la platine du
tableau de commande. Enlever d’abord tous
les connecteurs de platine (voir la Figure 4.4.4
– procédure selon Chapitre 4.5 opérations
1 à 4). Les 4 vis de fermeture du boîtier du
système de régulation peuvent être alors
enlevées à l’aide d’un tournevis (Figure 4.6.1)
et la partie supérieure du boîtier enlevée
(Figure 4.6.2). Les fusibles peuvent être alors
changés, comme cela est montré dans la
Figure 4.6.3. Si les fusibles grillent
immédiatement après remise sous tension,
l’installation présente alors un court-circuit
que seul du personnel spécialisé est autorisé
à corriger.
Type de fusibles :
N’utiliser que des fusibles de type 250 V, 6,3
AT.
Figure 4.6.1 : Enlèvement des vis de fermeture
Figure 4.6.2 : Dépose de la partie supérieure
du boîtier
Remarque : Un fusible de rechange
est fixé à l’intérieur de la partie
supérieure du boîtier.
Figure 4.6.3 : Remplacement des fusibles
[ 25 ]
4.9 Disposition des composants –
Schéma de câblage
Tous les éléments d’affichage importants et
les branchements électriques sont réunis dans
le tableau de commande de la chaudière. La
disposition des composants et le schéma de
câblage sont représentés dans la Figure 4.9.1.
4.7 Changement de la platine
En cas de défaut persistant, on peut le
résoudre en changeant le système de
régulation ROTEX THETA 23R (Chapitre 4.3), en
changeant les sondes et les câbles du tableau
de commande de la chaudière (Chapitre 4.5),
il est possible que ce défaut provienne de la
platine de régulation.
Il convient alors à cet effet de démonter
d’abord le système de régulation ROTEX
THETA 23R selon le Chapitre 4.3. Retirer
ensuite tous les connecteurs de platine (voir
Figure 4.4.5 - procédure selon Chapitre 4.5
opérations 1 à 4), enlever les quatre vis de
fermeture sur le boîtier du tableau de
commande (Figure 4.6.1) et ôter la partie
supérieure du boîtier (Figure 4.6.2). La platine
de tableau de commande peut alors être
enlevée par le haut (Figure 4.7.1), le câble de
connexion peut être retiré de la platine à relais
ainsi que les connecteurs internes (Figure
4.7.2) et la platine peut être changée.
1
2
4
5
17
18
19
20
21
22
23
24
Figure 4.7.2 : Dépose des connecteurs de
platine internes
25
26
27
28
4.8 Changement de la platine à relais
29
En cas de défaut du côté puissance, la platine
de relais peut être changée. A cet effet, la
platine du tableau de commande doit d’abord
être démontée selon le Chapitre 4.7.
La platine de relais est fixée avec quatre vis
sur la partie inférieure du tableau de
commande (Figure 4.8.1).
Retirer les connecteurs de platine et
déconnecter les câbles de charge sur les
relais.
Après avoir enlevé les quatre vis, il est
possible de démonter la platine de relais et
de changer celle-ci.
30
31
32
33
34
35
36
37
Interrupteur de réseau
Voyant de panne
Manomètre à tube capillaire
Régulation : Unité centrale THETA 23R
Voyant de contrôle de niveau pour niveau suffisant
Voyant d’avertissement pour niveau trop bas
Platine du tableau de commande
Platine de relais (partie puissance)
Autocollant pour schéma des connexions
Connecteur de platine quadripolaire avec câble
d’interrupteur
Sonde de niveau avec connecteur de platine tripolaire
Connecteur de platine quadripolaire avec câble de
voyant de panne
Connecteur de platine à 5 pôles avec pont
Câble de liaison pour platine à relais
Câble de commande Tarif haut/Tarif bas avec
connecteur de platine quadripolaire
Câble de commande de charge entre la platine à
relais, le boîtier de bornes (respectivement
connectées – connexion de câble à vis D dans la
Figure 4.4.3) et le générateur de chaleur électrique
(branché sur les résistances de chauffage tubulaires
au moyen de douilles à fiches plates)
Câble de puissance entre le boîtier à bornes
(Connexion de câble à vis C dans la Figure 4.4.3) et le
générateur de chaleur électrique
Générateur de chaleur électrique avec trois
résistances de chauffage tubulaires de 3 kW, chaque
résistances sécurisées par LTS (Limiteur de
température de sécurité)
Boîtier à bornes pour connexion de l’alimentation en
courant et du contact Tarif haut/Tarif bas sans
potentiel
Câble de connexion pour contact Tarif haut/Tarif bas
sans potentiel (à fournir au montage)
Câble de connexion pour alimentation en courant –
triphasée, 230 V (à fournir au montage)
Connecteur de platine secteur quadripolaire avec
câble secteur serré et conducteur torsadé de terre,
sur le boîtier à bornes connexions de câble à vis E
dans la Figure 4.4.3.
Connecteur de platine tripolaire avec câble de pompe
Pompe de recirculation du chauffage
Connecteur de platine tripolaire pour branchement
d’une pompe de circulation
La pompe de circulation est affectée au
programme d’eau sanitaire III.
La programmation est décrite dans le « MODE
D’EMPLOI -Système de régulation ROTEX ».
Figure 4.7.1 : Démontage de la platine de
tableau de commande
Important : Veiller à ce que lors
du remontage le câble de
connexion sur la platine à relais
et les connecteurs de la platine à
l’intérieur du boîtier du tableau de
commande (voyant de défaut, interrupteur
principal, sonde de niveau et voyant de
contrôle de niveau) soient bien
reconnectés sur la platine (voir la Figure
4.9.1). La platine ne doit pas être
encrassée ou rayée.
[ 26 ]
Figure 4.8.1 : Changement de la platine
de relais
38 Vanne d’inversion à trois voies
39 Connecteur de platine quadripolaire avec câble
de vanne
40 Connecteur de platine à six pôles – boîtier vide
(branchement de platine disponible)
41 Connecteur de platine à 7 pôles pour connexion
d’un moteur de vanne de mélange et d’un
circulateur de circuit de mélange
42 Connecteur de platine tripolaire – boîtier vide
(branchement de platine disponible)
43 Connecteur de platine à 12 pôles pour
connexion de capteurs, de câbles de bus et de
commande
44 Sonde de température extérieure
45 Sonde de température d’accumulateur (eau
chaude)
46 Câble de platine à 8 pôles avec câble pour
sondes de température d’alimentation et de
retour
47 Sonde de température de retour
48 Sonde de température d’alimentation
Figure 4.9.1 : Schéma de câblage
[ 27 ]
C h a p i t re 5 : Te c h n i q u e
Les résistances sont pilotées par le régulateur
de chauffage. Le système électronique du
ROTEX THETA 23R surveille à cet effet la
température de l’alimentation et de
l’accumulateur selon les réglages de
l’utilisateur et transmet en cas de besoin un
signal de demande en chaleur à la platine à
relais. Les résistances seront alors branchées
en fonction du mode de fonctionnement, du
type de tarif et du réglage de puissance
correspondant.
5.1 Générateur de chaleur électrique
Equilibre de charge des contacts
Le système électronique de l’ESU prend en
considération la durée de fonctionnement des
contacts de relais internes. La durée de
fonctionnement de chaque contact est
mémorisée. Les demandes en fonctionnement
à charge réduite sont attribuées aux contacts
de connexion qui possèdent la durée de
fonctionnement plus faible.
Figure 5.1.1 : Vue de dessus de l’ESU avec couvercle de générateur de chaleur ouvert et isolation
thermique partiellement enlevée
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
Tube en acier spécial
Couvercle de fermeture
Tirant d’ancrage
Résistance tubulaire électrique 1 – 3 kW
Résistance tubulaire électrique 2 – 3 kW
Résistance tubulaire électrique 3 – 3 kW
Connexions plates pour résistances
Connexion de terre
Limiteur de température de sécurité (LTS)
Raccord de retour
Raccord d’alimentation
Sonde de température d’alimentation
Sonde de température de retour
Conception
Le générateur de chaleur électrique de l’ESU
est composé d’un tube en acier spécial (Rep. 1)
qui est entouré de trois résistances. Les
bouchons de fermeture d’étanchéité radiale
(Rep.2) sont montés aux extrémités du tube au
moyen du tirant d’ancrage (Rep. 3). Les
résistances tubulaires soudées chauffent l’eau
[ 28 ]
de chauffage coulant à travers le tube en acier
spécial avec une puissance calorifique
respective de 3 kW. Chaque résistance tubulaire est protégée contre la surchauffe par un
limiteur de température de sécurité (Rep. 9).
La sonde de température d’alimentation (Rep.
12) est vissée dans le bouchon de connexion
de l’alimentation directement dans
l’écoulement d’eau. La hausse de température
est de ce fait suffisamment rapidement saisie,
même lors d’une faible baisse de chaleur pour
débrancher les résistances avant que la limite
de température de sécurité intervienne.
Le générateur de chaleur est monté dans un
boîtier en plastique thermo-isolé derrière le
tableau de commande de la chaudière sur le
couvercle de l’accumulateur de chaleur.
La puissance calorifique peut être présélectionnée, divisée en trois phases de 3, 6 et
9 kW pour le mode eau chaude et chauffage,
selon la période tarifaire haute ou basse. Le
réglage de chaque puissance calorifique
disponible est décrit au chapitre 3.5.
Remarque : En mode de
fonctionnement à charge réduite,
il peut arriver que la même
puissance d’une opération de
commutation à l’autre soit demandé, alors
un autre enroulement de chauffage sera
branché. Il faut en tenir compte lors des
contrôles de l’appareil !
Déblocage des résistances tubulaires
après un arrêt de panne
Un arrêt de défaut a lieu si la température sur
d’une résistance dépasse 200 °C.
Cette situation peut se produire si
a) Le circulateur du circuit de chauffage
tombe en panne
b) l’installation de chauffage n’est pas
suffisamment remplie d’eau (manque
d’eau)
c) le conduit de trop-plein est bouché, ou
encrassé
d) La résistance est défectueuse.
Le LTS (Limiteur de température de sécurité)
(Rep. 9 dans la Figure 5.1.1) peut être déverrouillé après un refroidissement suffisant en
appuyant fermement vers le bas par exemple
avec un tournevis sur l’étiquette métallique
relevée entre les connexions à fiches plates
(Figure 5.1.3). A cet effet, il faut ouvrir le
boîtier du générateur de chaleur électrique
comme cela est décrit au chapitre 4.5
Changement de la sonde de température
d’alimentation (Figure 4.5.1).
Remarque : L’arrêt de défaut de
sécurité d’un ou de deux
résistances n’est pas forcément
affiché sur le tableau de commande. Un
affichage de défaut n’a lieu dans
l’affichage du régulateur que si aucune
hausse de température ne se produit
pendant longtemps après une demande
de chaleur.
En observant le compteur de courant, on
peut relativement facilement constater si
une résistance tubulaire fonctionne sans
devoir ouvrir l’appareil. Un résistance
tubulaire consomme 0,05 kWh.
Essai de fonctionnement du limiteur de
température de sécurité (LTS)
l’affichage (Rep. 14 dans la Figure 4.1).
Appuyer ensuite sur le bouton rotatif (Rep. 6
dans la Figure 4.1.1) jusqu’à que ce que les
LTS se déclenches. Le message « STB-Prüfung
» (Contrôle LTS) apparaît dans l’affichage (voir
Figure 5.1.2).
Remarque : Pour vérifier les LTS, la
puissance calorifique pour tous les
modes de fonctionnement doit être
réglée sur 9 kW selon le chapitre 3.5, tous
les interrupteurs à positions multiples
doivent être également abaissés.
Pour d’autres réglages, les trois
résistances tubulaires seront chauffées
en fonction de la période tarifaire et de
l’état de charge de l’accumulateur Le LTS d’une résistance non chauffée ne
peut pas être vérifié.
Une fois l’essai effectué et satisfaisant, les
LTS doivent être déverrouillés manuellement
après refroidissement du générateur de
chaleur (ouvrir à nouveau le robinet à boisseau
sphérique sur le raccord d’alimentation du
chauffage !) (voir la Figure 5.1.3). La puissance
calorifique doit ensuite être réglée à nouveau
sur les demandes du mode de fonctionnement
selon le chapitre 3.5.
En cas de besoin, on peut facilement vérifier la
capacité de fonctionnement des limiteurs de
température de sécurité.
Attention : Risque de brûlure !
Le corps de chaudière est très
chaud. Eviter tout contact avec
les parties métalliques du brûleur ou du
corps de chaudière.
Avant le début de l’essai, fermer le robinet à
boisseau sphérique sur le raccord d’alimentation de chauffage et enlever la commande
de la vanne d’inversion directionnelles. A cet
effet, appuyer sur la touche de déblocage de la
commande de vanne (Rep. 5.2 dans la Figure
3.4.1) et tourner le moteur d’un quart de tour
vers la gauche.
Pour contrôler le LTS, appuyer rapidement sur
la touche manuelle (Rep. 13 dans la Figure
4.1.1). Le mot « Emission » apparaît alors dans
Temps résiduel
à partir de
Température réelle
du générateur de
chaleur
Figure 5.1.3 : Déverrouillage des LTS
5.2 Cuve d’accumulateur
Le ROTEX E-SolarUnit est un accumulateur
d’eau chaude avec générateur de chaleur
intégré mis au point selon les connaissances
d’hygiène de l’eau les plus récentes (Figures
2.1.1 et 2.2.1). La cuve de l’accumulateur est
une construction entièrement en plastique en
deux coquilles. L’espace entre la cuve
intérieure et extérieure est rempli de mousse à
haute isolation thermique, d’où son isolation
thermique exceptionnelle et ses faibles pertes
de surface.
L’enveloppe résistante aux chocs d’une
épaisseur de 3 – 4 mm protège l’accumulateur
contre tout dommages. Lors de la première
mise en service, la cuve d’accumulateur sera
uniquement remplie d’eau. Cette eau est sans
pression et ne sera pas changée pendant le
fonctionnement.
L’eau d’accumulateur peut être chauffée de
différentes manières :
1) par le générateur de chaleur électrique
2) par une installation solaire raccordée en
supplément (système ROTEX Solaris)
Appuyer longtemps
Température réelle
du générateur de
chaleur
Fin prématurée de la mesure des
émissions
3) ou par une autre source de chaleur raccordé
directement au secteur sans pression (par
ex. : une pompe de chaleur pour l’eau
sanitaire)
Figure 5.1.2 : Contrôle du fonctionnement
des LTS
[ 29 ]
L’eau sanitaire est chauffée dans l’échangeur
de chaleur à tube ondulé en acier spécial qui
se trouve à l’intérieur de l’accumulateur et qui
est complètement entouré par l’eau
d’accumulateur sans pression. Les propriétés
hygiéniques de l’eau particulières de l’E-SolarUnit reposent sur la séparation de l’eau
d’accumulateur sans pression et de l’eau
chaude s’écoulant dans l’échangeur de chaleur
à tube ondulé.
La zone de l’eau sanitaire (Rep. D) est une
combinaison de l’accumulateur de chaleur et
du chauffe-eau rapide. L’eau froide refluant
lors du prélèvement d’eau chaude est d’abord
dirigée dans l’échangeur de chaleur (Rep. 16)
entièrement vers le bas dans la cuve
d’accumulateur pour refroidir autant que
possible la zone solaire (Rep. E). Sur son
parcours vers le haut, l’eau potable absorbe en
continu la chaleur de l’eau d’accumulateur
sans pression (Rep. C), une stratification des
températures très prononcée s’établissant
ainsi dans la cuve de l’accumulateur.
Avec l’échangeur de chaleur traversé de haut
en bas pour charger l’accumulateur la zone
d’eau sanitaire (Echangeur de chaleur de
charge d’accumulateur – Rep. 17), la zone
d’eau sanitaire est chauffée avec le générateur de chaleur (Rep. A).
Dans l’ESU, l’échangeur de chaleur de charge
d’accumulateur se termine à env. 40 cm
au-dessus du fond de la cuve. Seule la zone
d’eau sanitaire se trouvant au-dessus est
électriquement chauffée. Le volume de la cuve
se trouvant en-dessous ne sera chauffé que
par l’application solaire.
Dans cette conception, les avantages spéciaux
offerts par l’E-SolarUnit en matière d’eau
chaude sont bien fondés.
Hygiène de l’eau optimale
Les zones à faible écoulement ou non
réchauffées concernant l’eau sanitaire sont
entièrement exclues dans l’E-SolarUnit. Les
dépôts de boues, de rouille ou d’autres
sédiments, tels qu’ils se produisent dans les
cuves à grand volume, sont ici impossibles.
L’eau qui est d’abord introduite, est également
d’abord à nouveau prélevée (principe du
premier entré-premier sorti).
[ 30 ]
Corrosion et maintenance
La cuve d’accumulateur est fabriquée en
plastique et est absolument dépourvue de
corrosion. L’échangeur de chaleur d’eau sanitaire et l’échangeur de chaleur du chauffage
sont fabriqués en acier spécial de haute
qualité (1.4404). Il n’est pas nécessaire de
disposer d’une anode réactive ou de dispositifs
anticorrosion analogues. Il n’y a donc pas
d’opérations de maintenance, comme le
changement des anodes de protection ou le
nettoyage de l’accumulateur.
Le niveau doit être contrôlé à peu près tous les
six mois et complété le cas échéant (voir
chapitre 6.1).
Attention : Dans certaines
régions, les compagnies des
eaux fournissent une eau
potable agressive pouvant causer des
dommages dus à la corrosion même sur
des aciers spéciaux de haute qualité. Il
convient d’interroger la compagnie des
eaux locale si des problèmes de corrosion
ont été rencontrés lors de l’utilisation
dans la région d’accumulateur d’eau
chaude en acier spécial.
Pour des qualités d’eau fortement agressives,
nous proposons le Sanicube PEX absolument
sans corrosion (voir Tarif ROTEX ou la
documentation Sanicube) qui constitue en
combinaison avec une chaudière à condensation à fioul ou à gaz ROTEX A1, la solution
idéale en énergie et en économie de place
pour le traitement de l’eau chaude et le
chauffage avec une option solaire.
Entartrage faible
En ce qui concerne l’eau d’accumulateur, le
tartre dissous ne peut qu’exceptionnellement
se déposer dans l’eau introduite. Sur la surface lisse de l’échangeur de chaleur à tube
ondulée en acier spécial, il ne peut se produire
aucune incrustation de tartre qui dégrade en
continu la capacité de transmission de chaleur
dans d’autres conceptions d’accumulateur au
cours de la période de fonctionnement.
Les résidus de calcaire se dissolvent
éventuellement et sont évacués par
l’extension de la pression et la dilatation
thermique ainsi que les vitesses d’écoulement
élevées dans l’échangeur de chaleur de l’eau
potable. Dans l’échangeur de chaleur de l’eau
potable ainsi que dans les échangeurs de
chaleur de chauffage, il ne se dépose donc
presque pas de tartre.
Fonctionnement économique
L’isolation thermique sur toute la surface de la
cuve d’accumulateur permet de très faibles
pertes de chaleur pendant le fonctionnement
et de ce fait une utilisation économique de
l’énergie calorifique employée.
Stratification dans l’accumulateur
Grâce à la forme hélicoïdale de l’échangeur de
chaleur et au sens du débit selon le principe
du contre-courant, il se forme une stratification des températures très prononcée dans
l’accumulateur à chaque prélèvement de
chaleur ou recharge. Il est possible d’obtenir
un débit d’eau chaude important même
pendant des opérations de tirage d’une durée
relativement longue, compte tenu que dans la
partie supérieure de l’accumulateur, des
températures élevées peuvent être
maintenues très longtemps. La zone solaire de
l’ESU est refroidie dans la partie inférieure et
n’est pas réchauffée par le générateur de
chaleur électrique. Le degré d’efficacité et le
rendement de l’installation solaire sont de ce
fait augmentés.
5.3 Intégration hydraulique du système
Les désignations des schémas hydrauliques
suivants sont expliquées dans le tableau 5.3.1
à la page 34.
Attention : Risques de brûlures
L’utilisateur doit installer
absolument une protection
antibrûlure (par ex. : mélangeur d’eau
chaude) étant donné que pendant
l’utilisation de l’E-SolarUnit et surtout
pendant l’utilisation de l’énergie solaire,
on peut atteindre des températures
d’accumulateurs supérieures à 60° C !
figure 5.3.1 : Schéma de connexions standard ROTEX E-SolarUnit 1)
1)
Le schéma d’installation représenté ne revendique aucun droit quant à l’intégrité et ne remplace pas un projet précis d’installation.
[ 31 ]
* Séparation du raccordement
standard - L’UV1 et la pompe
de chauffage Pk doivent être
démontés de l’appareil et à
nouveau être raccordés en
dehors de l’appareil !
Figure 5.3.2 : Raccordement d’une chaudière à bois à l’ESU 1)
* L’unité de régulation Solaris et
l’unité de pompage RPS2 doivent
être modifiées : Démonter PS2.
PS2 peut être utilisée comme
pompe du circuit solaire. Elle sera
branchée électriquement en
parallèle au PS2.
Figure 5.3.3 : Raccordement possible du système solaire sous pression à l’ESU 1)
1)
Le schéma d’installation représenté ne revendique aucun droit quant à l’intégrité et ne remplace pas un projet précis d’installation.
[ 32 ]
Figure 5.3.4 : Raccordement hydraulique du système de l’ESU avec extension du circuit de chauffage 1)
Figure 5.3.5 Raccordement hydraulique du système de l’ESU à la partie d’énergie solaire augmentée 1)
1)
Le schéma d’installation représenté ne revendique aucun droit quant à l’intégrité et ne remplace pas un projet précis d’installation.
[ 33 ]
Désign. abrégée
ESU
1
2
3
4
PK
UV1
tWW
tV
tR
tAU
SV
Signification
E-SolarUnit
Eau froide
Eau chaude
Alimentation chauffage
Retour chauffage
Pompe du circuit de chaudière
Vanne d’inversion directionnelle
Sonde de température d’accumulateur
Sonde de température d’alimentation de chauffage
Sonde de température de retour de chauffage
Sonde de température extérieure
Soupape de surpression de sécurité
15 70 50
5
AMK1
PMI
Mi
tMI
Circuit de mélangeur
Groupe mélangeur
Circulation du circuit de mélange
Mélangeur trois voies avec moteur
Sonde de température d’alimentation – circuit de mélange
compris dans la livraison de l’ESU
compris dans la livraison de l’ESU
compris dans la livraison de l’ESU
compris dans la livraison de l’ESU
compris dans la livraison de l’ESU
compris dans la livraison de l’ESU
pour le circuit de chauffage,
compris dans la livraison de l’ESU
en option
accessoire
15 60 44
compris dans la livraison de l’AMK1
compris dans la livraison de l’AMK1
accessoire
15 60 62
HEM1
TSF
Module d’extension du circuit de chauffage
Sonde de température d’accumulateur
accessoire
accessoire
Circuit de circulation
Pompe de circulation
Clapet de non-retour, anti-reflux
en option
à prévoir au montage
à prévoir au montage
Circuit solaire
Collecteur plat haute puissance
Unité de régulation et de pompage Solaris
Pompe de service
Pompe d’augmentation de pression
Sonde de température de retour Solaris
Sonde de température d’accumulateur Solaris
Sonde de température d’alimentation Solaris
Sonde de température de collecteur Solaris
en option
accessoire
16 43 00
accessoire
16 41 05
compris dans la livraison de la RPS2
compris dans la livraison de la RPS2
compris dans la livraison de la RPS2
compris dans la livraison de la RPS2
compris dans la livraison de la RPS2
compris dans la livraison de l’ensemble de
raccord de collecteur Connect AB
compris dans la livraison de la RPS2
6
PZ
7
8
Solaris V26
RPS2
PS1
PS2
tS, R
tS
tS, V
tK
FLS
FLG
VS
ÜV
WE
PWE
tWE
UV2
SCS-TR
✂
SCS 38/0/0
PWT
SV2
PL
MV
9
Capteur de débit
Soupape de régulation FlowGuard
avec indication du débit 2 – 16 l/min
Protection antibrûlure
Soupape de trop-plein
Générateur de chaleur extérieur par ex. chaudière à bois
Pompe pour générateur de vapeur extérieur
Sonde de température pour générateur de chaleur extérieur
Vanne d’inversion à trois voies
Régulateur à thermostat
Séparation de la liaison standard – l’UV1 et la pompe de
chauffage PK doivent être démontés de l’appareil et à
nouveau raccordés en dehors de l’appareil
Sanicube Solaris INOX – accumulateur à stratification
solaire
Echangeur de chaleur à plaques
Soupape de surpression de sécurité
Pompe de charge (accumulateur, piscine)
Electrovanne à deux voies
Ensemble d’extension d’accumulateur Solaris
Tableau 5.3.1 : Désignations dans les plans hydrauliques
[ 34 ]
Remarques / N° de réf.
ESU 9
accessoire
15 60 61
15 60 63
16 41 02
à prévoir au montage
à prévoir au montage
à prévoir au montage
à prévoir au montage
compris dans la livraison du SCS-TR
accessoire
15 60 34
accessoire
16 41 30
à prévoir au montage
éventuel. accumulateur
16 45 15
de remplacement de la série Sanicube
à prévoir au montage
à prévoir au montage
à prévoir au montage
à prévoir au montage
accessoire
16 01 06
C h a p i t re 6 : C o n t r ô l e e t m a i n t e n a n c e
6.1 Opérations de contrôle et de
maintenance
Le contrôle et la maintenance du chauffage à
intervalles réguliers est la garantie d’une
longue durée de vie ainsi que d’un
fonctionnement impeccable de l’installation.
Le ROTEX E-SolarUnit est conçu pour durer
longtemps et de façon robuste. Il n’exige en
effet que de très faibles investissements en
maintenance. Il est néanmoins recommandé
de faire effectuer une fois tous les deux ans le
contrôle et la maintenance par un spécialiste
compétent. La maintenance doit si possible
avoir lieu avant la période de chauffage. Ce
qui permet d’exclure toute panne au cours de
cette période. Lors du contrôle tous les deux
ans, l’état réel général de l’installation de
chauffage doit être établi par des inspections,
des vérifications et des mesures. Le niveau de
la cuve d’accumulateur doit être vérifié à des
intervalles réguliers plus courts et si
nécessaire, rajouter de l’eau.
On entend par maintenance les activités à
effectuer pour maintenir l’état théorique en
fonction des besoins, comme par exemple le
remplacement des pièces d’usure.
Il est recommandé de conclure un contrat de
maintenance afin de garantir l’exécution
régulière de ces opérations.
1. Vérification du voyant de contrôle de
niveau de remplissage
Le voyant de contrôle vert (Rep. 17 dans la
Figure 4.1.1) doit être allumé lorsque
l’interrupteur principal est enclenché. Ceci
indique un niveau de remplissage suffisant
dans la cuve d’accumulateur. En cas de
raccordement d’une installation Solaris,
vérifier le niveau de remplissage si
l’installation Solaris est en fonctionnement.
A des températures extérieures supérieures
au point de congélation, il est possible
d’enclencher rapidement l’installation en mode
manuel, si elle ne fonctionne pas au moment
du contrôle. Si le voyant d’avertissement de
niveau de remplissage rouge (Rep. 18 dans la
Figure 4.1.1) est allumé, il faut effectuer un
remplissage d’eau complémentaire (voir le
chapitre 3.4). S’il est nécessaire de rajouter de
l’eau plus de deux fois par an, définir et
remédier à la raison de ce niveau de remplissage défectueux (par ex. : manque
d’étanchéité de l’installation Solaris).
Si aucun des deux voyants de niveau ne
s’allume, bien que l’appareil soit sous tension
et qu’il y a une indication sur l’affichage, cela
signifie qu’un voyant est défectueux ou que la
sonde de niveau de remplissage n’est pas
branchée sur la platine du tableau de
commande. Remédier au défaut (voir
chapitre 4) !
2. Dépose du capot de fermeture
Pour poursuivre le contrôle et la maintenance,
il est d’abord nécessaire d’enlever le capot de
fermeture de l’installation ROTEX E-SolarUnit.
Attention : Risque de brûlures
Les composants se trouvant
sous le capot d’insonorisation
peuvent être très chauds. Laisser se
refroidir suffisamment ou porter des gants
de protection.
Opération 1 Enlever les vis de fixation
Opération 2 Faire basculer le capot de
fermeture
Opération 3 Enlever le capot par l’avant
Figure 6.1.1 : Dépose du capot de fermeture
Le capot de fermeture se trouve en haut sur
la cuve d’accumulateur et peut être facilement
enlevé en desserrant les deux vis de fixation
et en le faisant basculer (Figure 6.1.1).
3. Contrôle des raccords, des
branchements et des circuits
Vérifier si tous les composants et raccords
véhiculant de l’eau sont bien étanches ou ne
sont pas endommagés et les réparer si
nécessaire. Vérifier si tous les composants,
les connexions et les circuits électroniques et
électriques ne sont pas endommagés et les
réparer si nécessaire.
En cas de défaut sur le système électrique,
confier l’intervention de la réparation à une
entreprise spécialisée autorisée et dûment
agréée par la compagnie de distribution
d’énergie compétente.
Avertissement : Un choc
électrique peut causer de
graves brûlures graves et des
blessures présentant un danger de mort.
Avant de soulever le capot de fermeture,
débrancher la tension d’alimentation,
isoler toute l’installation de l’alimentation
secteur (déconnecter) et la protéger
contre toute remise en marche éventuelle.
[ 35 ]
4. Contrôle du trop-plein de sécurité et du
flexible d’écoulement
Ouvrir le trop-plein de sécurité (raccord et
conduit d’écoulement) et vérifier
l’encrassement, nettoyer si nécessaire et
refermer (Figure 6.1.2).
En cas de raccordement d’une installation
Solaris, arrêter la régulation et attendre que
l’ensemble du système se vidange. En
dévissant le raccord de trop-plein, vérifier que
la cuve est complètement pleine. Si l’on ne
voit pas d’eau au bord de l’écoulement, remplir
la cuve d’eau. Vérifier que l’écoulement se fait
librement en remplissant la cuve.
5. Nettoyage de la cuve d’accumulateur et
du capot d’insonorisation
La cuve d’accumulateur et le capot de
fermeture sont en plastique d’entretien facile.
Ne nettoyer qu’avec des chiffons doux et une
solution de nettoyage douce d’eau et de
savon.
Les nettoyants agressifs avec solvants ne sont
pas appropriés. Ils peuvent endommager la
surface en plastique.
6.2 Arrêt provisoire
L’installation E-SolarUnit peut être mise
provisoirement à l’arrêt, si aucun chauffage et
aucune production en eau chaude ne sont
nécessaires pendant une période de temps
assez longue. Il est toutefois recommandé de
mettre l’ESU seulement en mode de veille et
de désactiver la demande en chauffage et
d’eau chaude (voir chapitre 4, paragraphe
Sélecteur de mode de fonctionnement).
Le mode hors gel est assuré avec l’installation
remplie, pour cela l’ESU devra rester
alimentée en courant pendant la période de
gel et l’interrupteur principal restera
enclenché.
Opération 1 Desserrer le bouchon de
fermeture à vis de
l’écoulement
Opération 2 Contrôler visuellement le
raccord et le niveau de
remplissage
Opération 3 Contrôler visuellement le
flexible d’écoulement
(propreté, inclinaison)
Opération 4 Contrôler le bon écoulement
Figure 6.1.2 : Contrôle du trop-plein
de sécurité
L’appareil doit être vidangé si l’alimentation en
courant n’est pas assurée pendant une période
à risque de gel prolongée. On peut renoncer à
la vidange de l’ESU en raison de sa très bonne
isolation thermique, si la période de risque de
gel est courte et si la température de
l’accumulateur ne descend pas au dessous
de 3 °C. Attention, pendant cette période il n’y
as pas de protection hors gel pour le système
de distribution de chaleur raccordé !
Vidange de l’installation
Si il est nécessaire de vidanger complètement
l’installation, il faut vider dans l’ordre
l’échangeur de chaleur du circuit de chauffage,
la cuve d’accumulateur et l’échangeur de
chaleur de l’eau sanitaire.
[ 36 ]
Vidange de la cuve d’accumulateur
Pour vidanger la cuve d’accumulateur,
raccorder le flexible au raccord de flexible
fourni (dans l’ensemble des accessoires) au
retour solaire (Rep. 8 dans la Figure 2.1.1) et
laisser la cuve se vider.
Remarque : N’utiliser que le raccord
de flexible livré avec l’installation,
car celui-ci ouvre automatiquement
le clapet de vidange placé directement
sur la sortie basse de la cuve.
Avec un système Solaris raccordé, la
cuve d’accumulateur peut être vidangée
par le robinet à boisseau sphérique se
trouvant sur le retour Solaris.
Vidange de l’échangeur de chaleur du
circuit de chauffage et de l’échangeur
de chaleur eau chaude sanitaire
Pour vidanger ces deux échangeurs de chaleur,
séparer le départ et le retour de chauffage
ainsi que l’arrivée d’eau froide et raccorder un
flexible qui doit être dirigé vers le bas de
manière à ce que l’ouverture du flexible se
trouve le plus près du sol possible. Laisser se
vider l’échangeur de chaleur selon le principe
du siphonage.
C h a p i t re 7 : I d e n t i f i c a t i o n e t
élimination des défauts
Identification et élimination des défauts
Le système de régulation de chaudière
incorporé ROTEX THETA 23R est doté de
programmes d’identification des défauts qui
simplifient considérablement la recherche des
pannes.
Un défaut identifié par cet appareil est indiqué
dans l’affichage de la régulation au moyen
d’un code de défauts. Certains défauts sont
également mémorisés par l’appareil de
manière à pouvoir encore déterminer
ultérieurement à quel moment ce défaut s’est
produit (voir Mode d’emploi « Système de
régulation ROTEX »). La signification des codes
de défauts possibles est mentionnée dans le
Tableau 7.1.
Pour des pannes de ce type, il faut absolument
identifier la cause et y remédier.
Remarque : Les sécurités haute
température LTS des résistances ne
sont pas identifiées comme une
panne de verrouillage et n’est pas
indiquée par le voyant de message de
panne.
Le défaut de sécurité d’une ou de deux
résistances n’a lieu que si aucune hausse
de température ne se produit après une
demande en chaleur. En observant le
compteur de courant on peut facilement
constater si une résistance fonctionne
sans avoir à ouvrir l’appareil. Une
résistance consomme env. 0,05 kW de
courant en une heure.
Les pannes temporaires sont affichées
lorsqu’elles sont présentes. Lorsque la raison
de la panne est éliminée, l’appareil continue à
fonctionner normalement. En fonction du
message de défaut, il convient de vérifier et de
changer, si nécessaire, les sondes et autres
composants ainsi que les câbles
correspondants.
Le Tableau 7.2 donne la liste d’autres pannes
possibles, leurs causes avec les instructions
destinées à y remédier.
Les défauts qui conduisent à une panne de
verrouillage sont affichés par le voyant de
panne sur le tableau de commande de la
chaudière (Rep. 2 dans la Figure 4.1.1) et sur
l’affichage du système de régulation. Ils
peuvent être réinitialisés au maximum cinq
fois par heure, en tapant sur la touche
manuelle (Rep. 13 dans la Figure 4.1 .1).
Code de défaut
10-0
10-1
11-0
11-1
12-0
Désignation
Sonde extérieure
Sonde extérieure
Sonde de température d’alimentation
Sonde de température d’alimentation
Sonde d’alimentation circuit de mélange
Type de défaut
Interruption
Court-circuit
Interruption
Court-circuit
Interruption
12-1
Sonde d’alimentation circuit de mélange
Court-circuit
13-0
13-1
14-7
15-7
17-0
17-1
30-2
30-3
70-0
70-1
71-0
71-1
Sonde (accumulateur) eau chaude
Sonde (accumulateur) eau chaude
Contact modem
Contact d’arrêt générateur de chaleur
Sonde (accumulateur) eau chaude
Sonde (accumulateur) eau chaude
Générateur de chaleur
Générateur de chaleur
Adresse
Activité
Mémoire EEPROM
Mémoire EEPROM défectueuse
Interruption
Court-circuit
Message de défaut
Message de défaut
Interruption
Court-circuit
Pas d’arrêt
Pas de mise en route
Collision d’adresse
Pas de signal T2B
Remarques
Arrêt pompe de circuit de mélange,
Moteur mélangeur sans courant
Arrêt pompe de circuit de mélange,
Moteur mélangeur sans courant
Tableau 7.1 : Liste des codes de défauts possibles
[ 37 ]
Remarque : En cas de questions
destinées au service après-vente ROTEX,
indiquer absolument le numéro de
fabrication de l’appareil figurant sur la plaque
signalétique (en dessous à droite sur la cuve
d’accumulateur).
Panne
L’installation de chauffage est hors
service
- pas d’affichage
Cause possible
Tension de secteur interrompue
Le chauffage n’est pas chaud
Circuit du chauffage central coupée
- mauvais réglage de régulateur
Pas de fonctionnement du chauffage
malgré des réglages corrects du
régulateur
La charge d’accumulateur fonctionne trop
longtemps
L’appareil se trouve en arrêt été
Le symbol parasol est apparent
Interrupteur à positions multiples pour le
fonctionnement du chauffage placé sur
ARRÊT dans la période tarifaire concernée
Commande de la vanne d’inversion hors
service – Position de commutation sur
charge d’accumulateur
Chauffage pas suffisamment chaud
Eau sanitaire pas chaude
Eau sanitaire pas assez chaude
Arrêt de la pompe de chauffage –
Les LTS se sont déclenchés
(surchauffe des résistances)
Courbe caractéristique de chauffage
trop faible
Puissance du générateur de chaleur
trop faible
Programme de charge de l’accumulateur
coupée
Température de charge d’accumulateur
trop faible
Vitesse de distribution trop élevée
Puissance du générateur de chaleur trop faible
Puissance du générateur de chaleur
trop faible
Mauvais réglage de l’interrupteur à positions
multiples
Puissance limitée par l’interrupteur à positions
multiples pour la période tarifaire haute
Un LTS au moins s’est déclenché
Cause : arrêt éventuel de pompe, manque
d’eau ou conduit de trop-plein bouché
Besoin en chaleur trop grand
Tableau 7.2 : Elimination des pannes
[ 38 ]
Remède possible
Réenclencher l’interrupteur principal de l’ESU
Vérifier/changer les fusibles du système de régulation
Vérifier/réenclencher les fusibles d’armoire de
distribution
Vérifier le réglage de mode de fonctionnement,
vérifier le programme horaire et les paramètres de
demande (voir le mode d’emploi « Système de
régulation ROTEX »)
Vérifier, si la charge d’accumulateur est active
(niveau info voir mode d’emploi « Système de
régulation ROTEX »).
A court terme, la charge de l’accumulateur peut être
interrompue en choisissant une valeur théorique basse
de l’eau chaude. Régler la courbe de chauffe en cas
de perte de confort permanente.
Corriger le réglage de la température d’arrêt été
ou le type de bâtiment.
Voir Panne : puissance du générateur de chaleur
trop faible. Les commutateurs situés derrière de
la régulation est a vérifier
Vérifier la commande de vanne/enfoncer
le connecteur, changer en cas de défaut.
La commande de vanne peut être enlevée à court
terme, par la suite toutefois, aucune charge
d’accumulateur possible
Déverrouiller les LTS (voir chapitre 5.1)
Vérifier la pompe/enfoncer le connecteur,
changer en cas de défaut
Augmenter la valeur de paramétrage (voir le mode
d’emploi « Système de régulation ROTEX »)
v. Panne : Puissance du générateur de chaleur
trop faible
Vérifier le réglage de mode de fonctionnement,
vérifier le programme de temps et les paramètres
de demande (voir le mode d’emploi « Système de
régulation ROTEX »)
Augmenter la température théorique de l’eau chaude
(voir mode d’emploi abrégé ou le mode d’emploi
« Système de régulation ROTEX »)
Réduire la vitesse de distribution
Limiter le débit
v. Panne : Puissance du générateur de chaleur trop
faible
Adapter le réglage de puissance (voir chapitre 3.5 –
respecter le programme de temps et la période
tarifaire
Pas de défaut : L’ESU peut demander une limitation
de la puissance dans les périodes à Tarif haut.
Faire contrôler le générateur de chaleur par un
installateur (voir chapitre 5.1)
Déterminer la cause du besoin en chaleur trop élevé
(par ex.: fenêtre ouverte en permanence, périodes de
charge d’accumulateur trop longues par des pertes de
circulation élevées, mauvais dimensionnement, etc.),
si possible couper.
C h a p i t re 8 : C a ra c t é ri s t i q u e s t e c h n i q u e s
Caractéristiques techniques E-SolarUnit
E-SolarUnit
Caractéristiques de base
Contenance totale de l’accumulateur
litres
Poids à vide
kg
Poids total plein
kg
Dimensions (L x l x h)
cm
Température max. admise de l’eau d’accumulateur
°C
Baisse de température horaire moyenne
K/h
Consommation calorifique disponible
kWh/24h
Pression maximum de service Chauffage/eau potable
bars
Matériaux de tous les échangeurs de chaleur
Chauffage de l’eau potable
Contenance en eau potable
litres
Surface échangeur de chaleur d’eau potable
m2
Puissance thermique spécifique moyenne
W/K
Chute de pression dans l’échangeur de chaleur d’eau
potable (pour un prélèvement de 15 l/min)
mbars
Echangeur de chaleur de charge d’accumulateur
Contenance en eau de l’échangeur de chaleur
litres
Surface Echangeur de chaleur de charge
m2
Puissance thermique spécifique moyenne
W/K
Chute de pression dans l’échangeur de chaleur 1
(pour un débit de 1000 l/h)
mbars
Assistance solaire du chauffage
Surface de l’échangeur de chaleur
m2
Puissance thermique spécifique moyenne
W/K
Chute de pression dans l’échangeur de chaleur 2
(pour un débit de 1000 l/h)
mbars
Caractéristiques techniques thermiques
Coefficient de performance NL selon DIN 47081)
Valeur D (débit d’eau spécial selon EN 6252)
l/min
Puissance selon DIN 4708 DIN 4708
kW
Vitesse de distribution max. pour une durée de 10 min
l/min
(TTK = 10 °C/TWW = 45 °C /TSP = 60 °C)
Quantité d’eau chaude sans réchauffage pour 15 l/min
Vitesse de distribution (TKW = 10 °C/TWW = 40 °C/TSP = 60 °C)
litres
Quantité d’eau chaude avec réchauffage à la puissance nom.
Vitesse de distrib. 15 l/min (TKW = 10 °C/TWW = 40 °C/TSP = 60 °C)
litres
Caractéristiques du générateur de chaleur
Puissance nominale 3)
kW
Tension de service
Type de protection
Raccords de conduits
Eau froide et eau chaude
Chauffage, alimentation et retour
N° de référence
1)
2)
3)
pouces
pouces
500
110
610
79 x 79 x 181
85
0,1
1,8
4/10
INOX
24,5
5,5
2 470
185
10,4
2,3
1040
96
0,43
200
18
1,8
22
9
19
220
270
3-9
triphasée
ou 230 V/50 Hz
IP 20
1” AG
1” AG
15 70 50
à une puissance calorifique de recharge de 9 kW, à une température de départ de 80° C, à une température d’accumulateur de
65° C, à une température d’eau chaude de 45° C et à une température d’eau froide de 10°.
Explication : Le débit d’eau spécifique selon EN 625 est le débit d’eau potable pour une hausse de température moyenne
de 30 K, que peut fournir l’E-SolarUnit lors de deux tirages successifs d’une durée de prélèvement de 10 minutes, en partant
d’une température de charge de 65° C. D’après la norme, on est parti à cet effet d’un temps d’attente de 20 minutes.
Réglable de façon séparée pour le chauffage et la charge d’accumulateur avec 3 étage de puissance de 3 kW pour les périodes
à Tarif haut et à Tarif bas.
[ 39 ]
Hauteur manométrique résiduelle en mbars
Vitesse 1
Vitesse 2
Débit du circuit de chauffage en litres / h
Figure 8.1 : Hauteur manométrique résiduelle de l’ESU 9 (côté chauffage)
DT 20 K
DT 15 K
Puissance calorifique en kW
DT 10 K
Débit en litres / h
Figure 8.2 : Débits nécessaires en fonction de la puissance calorifique et de l’extension de la température de conception
[ 40 ]
Vitesse 3
Chute de pression en mbars
Débit en litres / h
Débit en litres / min
Vitesse de distribution en l / min
Figure 8.3 : Chute de pression dans l’échangeur de chaleur de l’eau chaude en fonction de la vitesse de distribution
Quantité distribuée max. en litres
Figure 8.4 : Quantités de distribution disponibles en fonction de la vitesse de distribution 1)
1)
Température de l’accumulateur 60° C, température de distribution 40° C, température de l’eau froide 10° C, réchauffage à une puissance
calorifique de 9 kW
[ 41 ]
Résistance du capteur (PTC) en Ohms
Température de mesure en °C
Figure 8.5 : Caractéristiques de résistance de la sonde de température PTC
Température en °C
Résistance du capteur en Ohms selon indications du fabricant
Tableau 8.2 : Valeurs de résistance des sondes de température PTC
conduite
*
*
*
A
B
B1
C
Boîtier à bornes
Tableau de commande de la chaudière
Platine de relais de l’ESU
Générateur de chaleur électrique
Figure 8.6 : Plan de câblage Boîtier à bornes
[ 42 ]
R1-R3
S1-S3
HT/NT
Enroulement de chauffage (résistances)
Dispositif de commutation avec espace
de contact min. de 3 mm
Contact sans potentiel
* STB = sécurité surchauffe
Figure 8.7 : Schéma électrique
Mischer
Auf
Zu
Steckerleergehäuse
Vorlauf 2
Rücklauf 2
Abschluss
Speicherfühler
Aussenfühler
Mischerfühler
Speicher
Aussen
Mischer
Modem
BR-Sperre
Bus_A
Bus_B
Raumstation oder
weitere THETA-Regelung
Hauptschalter
Elektrodenrelais
A1-ESU KontaktierPlatine
ESU Relais-Platine
DIP Schalter
S1 Sammelstörung
S2 Pegel in Ordnung
S3 Pegel niedrig
ESU-Brücke
ESU-Leiterplatte
Netzanschlussleitung
1) Wert von Funktion
abhängig
Netzanschlusskasten
Heizung 1
Heizung 2
Heizung 3
Bauseits
vanne de mélange
ouvert
fermé
boîtier prises
sonde départ 2
sonde retour 2
sortie fumées
sonde ballon
sonde extérieure
sonde vanne de mélange
ballon
Extérieur
vanne de mélange
modem
Contact d’autorisation bruleur
bus A
bus B
station d’ambiance ou
autre régulation THETA
Interrupteur principal
relais d’électrodes
platine de contact A1 – ESU
platine relais d’ESU
boîtier de commande
voyant de défaut
voyant niveau eau normal
voyant niveau eau bas
pont ESU
ESU- circuit imprimé
Alimentation
1) Valeur dépendant
de la fonction
boîtier raccordement électrique
résistance 1
résistance 2
résistance 3
optionnel
P ro c è s - v e r b a l d e m a i n t e n a n c e
Cocher les opérations de maintenance et inscrire les valeurs de mesure.
Respecter absolument à cet effet les instructions des chapitres 6 et 5.1.
Première mise
en service
1ère maintenance
2ème maintenance
3ème maintenance
4ème maintenance
Date
Contrôle niveau plein/
remplir l’accumulateur d’eau
Contrôle d’étanchéité
Raccords des conduits de chauffage
Contrôle d’étanchéité
Raccords d’eau sanitaire
Contrôle de la bonne fixation
des connexions électriques
Nettoyage et contrôle du
fonctionnement du trop-plein
de sécurité
Nettoyage de la cuve d’accumulateur
et du capot de fermeture
Confirmation de la maintenance
(Cachet de la société, signature)
Modifications et paramètres de réglages de la régulation effectués/autres remarques concernant l’installation de chauffage
Date
Signature
Remarques
ROTEX Délégation Commerciale
2, rue de Bâle · F-68180 Horbourg-Wihr
Tel : +33 (3 89 ) 21 74 70 · Fax : +33 (3 89 ) 21 74 74
e-mail [email protected] · w w w. r o t e x . f r
008.1507933 · Sous réserve de modifications techniques · 12/2005 · En cas de doute, se référer à la notice originale n° : 008.1507949 · 09/2005
Opérations de contrôle et
de maintenance
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement