mutant_ao

mutant_ao
Université Aix 1
Juin 2006
Master : Théorie et Pratique de l’Art
Spécialité : Sciences de l’Art
Mémoire : Master 2
Dessine moi un
mutant…
Le devenir-surhumain à l’aune de l’art contemporain
TOME 1
Auteur :
P. Krajewski
Directeur de recherche :
Michel Guérin,
Directeur du Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Ce document est la version initiale du Mémoire de Master 2 Recherche mené au cours
de l’année scolaire 2005-2006 au sein du Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts de l’Université
d’Aix-Marseille 1.
Il s’agit de la version qui a été rendue au jury en Juin 2006. Aucune correction ni erratum
n’y a été apporté.
CE TEXTE EST SOUS LICENCE creative commons CC-BY-NC
THIS TEXT IS UNDER LICENCE creative commons CC-BY-NC
Page 1 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Résumé :
Le mutant, figure scientifique et mythique de notre société du XXIè siècle, est investi
depuis des années par les arts. Symbole de puissance, de pouvoirs, de discontinuités, de rupture –
le mutant est l’une des clés pour interroger le devenir-posthumain de l’humanité. Cette dernière a
conquis les capacités démiurgiques de retoucher la Nature, de créer de nouveaux êtres, de se
parfaire et de se designer à son désir. De tels changements, fertiles en promesses, ébranlent les
bases des sociétés humaines : c’est tout le cadre normatif, éthique, idéologique, philosophique qui
doit être repensé afin d’intégrer cette nouvelle entité dans le périmètre de sa réflexion.
Dieu mort, l’Homme en ballottage – le mutant, fruit d’un processus de mutation, fait fi
des commandements de l’Evolution, invente ses propres règles, se construit à tâtons, explore un
terrain vierge en quête de sa propre identité.
Mots clés :
Barney, Esperet, Kac, Mori, Orlan, Piccinini, Stelarc
Mutant, cyborg, clone, chimère, monstre, hybride
Posthumain, surhomme, surhumain, devenir, mutation, métamorphose, corps
Art, biotechnologique, virtuel, technologie, prothèse
***
Abstract :
The mutant is both a scientific and a mythical Figure, born during the 20th century,
questioned by artists since years. Symbol of Power, skills, rupture, discontinuities – the mutant is
one of the key to ponder over the posthumanity. Humanity is now able to play god, to redesign
Nature, to create new creatures, to enhance itself as it will. Such shifts, full of promises, are a
genuine turmoil for the human society: the whole philosophical, ethical, ideological framework
must be rethought – in order to integrate this new entity within the field of its Ratio.
God is dead, and Man is dying – the mutant, stemming from a mutation’s process, does
not care about what the Evolution command. He invents his own rules, build his-self step by
step, explore a virgin area, looking for his own identity.
Keywords :
Barney, Esperet, Kac, Mori, Orlan, Piccinini, Stelarc
Mutant, cyborg, clone, chimera, monster, hybrid
Posthuman, transhuman, superman, becoming, mutation, metamorphose, body
Art, bio-technology, virtual, technology, protease
Page 2 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
« Je veux dire que j’ai trouvé le moyen d’en finir une fois pour toutes avec ce saint, et
que si personne ne croit plus en Dieu, tout le monde croit de plus en plus dans
l’homme.
Or c’est l’homme qu’il faut maintenant se décider à émasculer.
(…)
En le faisant passer une fois de plus, mais la dernière, sur la table d’autopsie pour lui
refaire son anatomie.
L’homme est malade parce qu’il est mal construit. Il faut se décider à le mettre à nu
pour lui gratter cette animalcule qui le démange mortellement : Dieu. Et avec Dieu,
ses organes, oui ses organes, car (…) il n’y a rien de plus inutile que les organes.
Lorsque vous lui aurez fait un corps sans organe, alors vous l’aurez délivré de tous les
automatismes et rendu à sa véritable et immortelle liberté.
Alors, vous lui ré-apprendrez à danser à l’envers, comme dans le délire des bals
musettes, et cet envers sera son véritable endroit. »
Pour en finir avec le jugement de Dieu – Artaud
Page 3 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Sommaire
INTRODUCTION : AU-DELA DU CORPS ........................................................................................ 6
POURQUOI LE MUTANT ?................................................................................................................. 8
L’ADOUBEMENT PAR L’ART : L’AVENEMENT D’UNE ‘FIGURE’ ............................................................ 10
Art et techno-société ...................................................................................................................... 10
L’art mutant................................................................................................................................... 11
ESQUISSES ARTISTIQUES DU MUTANT ................................................................................................. 14
Les racines artistiques du mutant.................................................................................................. 14
Le mutant dans les arts aujourd’hui.............................................................................................. 17
LE DEVENIR-MUTANT DE L’HUMAIN.......................................................................................... 19
LE MUTANT A VENIR ........................................................................................................................... 19
L’humanité comme amélioration de l’humain .............................................................................. 22
L’humanité augmentée.................................................................................................................. 25
LE MUTANT HIC ET NUNC..................................................................................................................... 27
Ils sont parmi nous ! ...................................................................................................................... 28
Phénoménologie d’une communauté qui vient .............................................................................. 30
QU’EST-CE QUE ‘MUTER’ ?............................................................................................................ 33
CE QUE MUTER VEUT DIRE : THEORIES DE LA MUTATION .................................................................... 33
La mutation : entre continuité et discontinuité.............................................................................. 34
De la mutantité ............................................................................................................................. 37
CE QU’UN MUTANT PEUT FAIRE : NEXUS DES ‘POSSIBLES’................................................................... 39
Lieu d’un possum .......................................................................................................................... 40
Figure de l’Ouvert......................................................................................................................... 42
LES PROCESSUS DE LA MUTATION : LE TEMPS DU MUTANT............................................ 45
LA RYTHMIQUE DE LA FIGURE ............................................................................................................. 45
L’histoire sans fin .......................................................................................................................... 46
L’histoire sans finalité ? ................................................................................................................ 47
L’ESTHÉSIQUE DE LA FIGURE .............................................................................................................. 49
What is like to become a mutant ? ................................................................................................. 50
What is like to be a mutant ? ......................................................................................................... 52
LA FIGURE DE LA FIGURE : PROTEE ..................................................................................................... 54
Séquence et multiplicité du ‘je’ ..................................................................................................... 55
Osmose et dilution du ‘je’.............................................................................................................. 57
Mosaïque et éparpillement du ‘je’................................................................................................. 58
ROMPRE AVEC L’HUMAIN............................................................................................................. 61
RUPTURE ONTOGENETIQUE ................................................................................................................. 62
Rompre avec soi même .................................................................................................................. 62
Rompre avec sa lignée................................................................................................................... 63
RUPTURE PHYLOGENETIQUE ............................................................................................................... 66
Rompre avec la communauté des hommes : figure de l’altérité .................................................... 67
Rompre avec l’espèce humaine : figure de l’Autre........................................................................ 69
LE DEVENIR-DIEU DU MUTANT.................................................................................................... 73
PARADISE REGAINED ............................................................................................................................ 74
Pan est mort ?................................................................................................................................ 74
La fin de Satan ?............................................................................................................................ 76
VERS UNE MUTO-DICEE ...................................................................................................................... 78
Dieu est mort ................................................................................................................................. 79
La fin de l’Homme......................................................................................................................... 81
CONCLUSION : PAR DELA LE CORPS ......................................................................................... 84
INDEX RAISONNES ........................................................................................................................... 87
BIBLIOGRAPHIE................................................................................................................................ 88
Page 4 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Page 5 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Introduction : Au-delà du corps
Le ‘corps-mutant’ est l’un des thèmes récurrents dans l’art de ces vingt dernières années.
Les études décortiquant les nouveaux rapports au corps, creusant dans l’herméneutique d’artistes
issus du body art ou des nouvelles technologies – font florès et ont déjà parfaitement mis au jour
ses caractéristiques principales. Pour autant, elles se sont, en quelque sorte, arrêtées sur le seuil.
Trop enferrées dans la tradition du corps, elles ont délaissé – derrière le corps, au-delà du corps –
la figure phénoménale majeure : le Mutant. Le corps-mutant n’est qu’un moyen. Le mutant est la
fin… Le but de cette étude est de porter le regard sur cette nouvelle monade, apparition majeure,
devenue omni-présente. Tenter l’analyse de ce qui pourrait ressembler à l’épiphanie des anciennes
chimères où le surnaturel disparaît au profit d’une science-dieu : une hiérophanie positive.
Dépasser les études sur le corps-mutant donc, mais sans en renier les leçons. Le présent projet
revendique tous ses enseignements ; simplement il essayera de porter l’éclairage sur l’ensemble, et
non plus sur les parties, en résistant aux sirènes du ‘corps’. Voilà croquée Charybde.
Le mutant est une figure éminemment contemporaine, post-moderne, ancrée dans les
enjeux d’aujourd’hui. Il pourrait très bien servir de clé pour une archéologie de nos sociétés
modernes. Et ce à double titre. Par définition, d’abord. Le mutant est le siège de la mutation,
c’est-à-dire du changement, de la rupture, de la métamorphose, du surgissement, du
bourgeonnement, du pli, etc. Tous ces thèmes qui sont à l’œuvre aujourd’hui dans toutes les
sphères de la société. Ensuite, en tant qu’il ouvre sur de nouveaux espaces, qu’il bruite la réalité
en la déconstruisant, en proposant d’autres modèles, d’autres normes ; il est l’une des figures du
flou, du brouillage, d’une dé-définition de la contingence. L’un des acteurs de la Transparence
contemporaine dans une société volontiers analysée de nos jours comme nihiliste, posthistorique. Par conséquent, tous ces discours philosophiques inhérents à notre temps pourraient
être convoqués et simplement apposés sur notre figure, en corrigeant à la marge, en rognant ici
ou là. Telle émerge Scylla : éviter une logorrhée, disons, néo-nietzschéenne1 ; ne pas sombrer
dans les canons du discours sur le vague, le mouvant, l’informe, le labile. Encore une fois, nous
ne nous inscrivons pas en faux avec ces paradigmes, simplement, dans leurs lignages, nous
essayerons de forer dans ce qui fait les spécificités de la figure du mutant, en tant qu’elle pousse
sur leurs terreaux. Tentons d’étudier la fleur sans parler trop de la terre. Telles sont les deux
ambitions qui ont gouverné à l’élaboration de ce travail. Ambition affichée qui n’invalide en rien
la modestie de l’impétrant ; car bien sûr : « Dire ce que j'ai tenté, n'est pas dire ce que j'ai fait »2.
Or donc, ce mutant qu’en est-il ? Qu’est-ce que c’est, exactement ?… Comment le
devient-on ? Par accident ou par un acte volontaire ?… Quel intérêt ? Les pouvoirs acquis sont1
2
C’est-à-dire dans une tradition qui pourrait ressembler à : Nietzsche, Bergson, Deleuze.
pour paraphraser Chateaubriand dans sa préface à la première édition d'Atala.
Page 6 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
ils constants ou à déclenchement ?… Un mutant : est-ce que ça se voit, ça se reconnaît ? Est-ce
que ça peut se détecter ?… Le corps est-il nécessairement différent, érigeant sa singularité ?… La
mutation est-elle irréversible ?… Est-elle une bénédiction ? Est-elle un mieux ? Est-elle
contagieuse ?… Est-ce que ça s’attrape, la mutantite aiguë ?… Le mutant est-il une nouvelle
branche de l’homme, son descendant, ou son assassin ?
Nous essayerons d’analyser et d’entériner cette figure du mutant telle que les arts
contemporains l’ont peu à peu façonnée. Le rapport du mutant à la démiurgie (au delà de la
création) ne pouvait qu’aguicher les artistes. Ils nous en proposent de nombreux avatars, en phase
avec les sciences et les autres domaines culturels. Ainsi ces dernières années, se sont succédées les
déclinaisons autour du post-humain : clone, cyborg, chimère, hybride… Autant de termes qui
disent, dans leur langue propre, une réalité commune et qu’il conviendra d’essayer de mieux
cerner pour, en creux, identifier les propriétés ontologiques de notre figure. Moins un exercice
typologique qu’un travail d’articulation de ces notions. Les mutants sont parmi nous. Que nous
disent-ils de notre société actuelle ? Que nous prédisent-ils sur celle de demain ?
Pour plagier Stelarc : le corps-mutant est obsolète – la figure du mutant (hier
embryonnaire et non-assurée, aujourd’hui fœtale et incontournable, demain majeure et
inconnaissable) s’impose.
Nous nous attacherons, dans un premier temps, à identifier le périmètre de notre étude, à
définir ce que nous appelons cette ‘figure du mutant’, à traquer ses origines dans l’art, et ainsi à
légitimer notre interrogation autour d’une entité vaste et éthique car ré-humanisée. (Pourquoi le
Mutant ?)
Car le mutant n’est finalement qu’une forme de l’humanité, il est même inscrit dans
l’humanité. Dans cette mesure, les hommes ont déjà appris, concrètement ou fantasmatiquement,
à vivre avec, à faire avec, parce que, dans une certaine mesure, ils aspirent à cet état. (Le devenirmutant de l’humain)
Mais quel est-il cet état, exactement ? Il ne s’agit pas seulement de s’améliorer, de
progresser, mais de muter : de frapper son historicité au coin de la rupture, de la discontinuité
totale, pour accéder à un nouvel ‘être’ prometteur. (Qu’est-ce que ‘muter’ ?)
Comment atteindre cet être ? Il n’y a de mutant sans mutation : quelle forme prend ce
processus de la mutation ? Comment se décline t-il ? La mutation n’est pas seulement une
volonté télique en acte, elle est aussi une opération, une erlebnis. (Le processus de la mutation)
Et le mutant naquit. Il eut appartenu à la communauté des hommes mais n’est déjà plus
qu’un ex-humain. Le divorce est-il irrévocable entre le troupeau domestiqué des juste-humains et
les happy few du post-humain ? (Rompre avec l’humain)
Créature de la démiurgie humaine, le mutant se fait aussi acte auto-démiurgique. Figure
centrale d’un hybris technologique, il taquine la sphère des dieux, mêlant irrévérence et hyperthymie et réinvente son statut hiérarchique. (Le devenir-dieu du mutant)
Page 7 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Pourquoi le mutant ?
Où l’auteur délimitera mieux les contours de son objet d’étude : non pas le mutant
scientifiquement défini mais la figure artistique dans un imaginaire collectif socioculturellement déterminé.
Les mutants sont partout. Partant, ils ne sont plus nulle part…
Le mythe du mutant est une création du XXème siècle, donc récente. Elle connut ses
heures de gloire au sortir de la seconde guerre mondiale, qui plongea le monde dans l’ère de la Big
Science, c’est-à-dire celle de l’après Hiroshima, de l’après ‘pluie noire’. Les mangas en attestent : le
phénomène ‘mutant’ y prend une nouvelle ampleur. En fait l’après guerre a quelque peu modifié
le mythe initial, forgé autour des thèses eugéniques qui polluèrent tout le monde civilisé des
années 1920-1930 (les nazis n’en sont que l’écume médiatique). Chez Huxley, le mutant est le
produit d’une amélioration de la race1 ; après guerre, que ce soit dans les romans de Science
Fiction, dans les mangas, ou les Comics, le mutant se mue en un individu frappé par un destin
(malédiction, bénédiction ?) et devant faire face à sa nouvelle condition dans un monde où rien
n’est prévu pour lui, où il se fera plus souvent gibier que chasseur… Le nouveau mythe du
‘mutant’ dévoile ses caractéristiques et ses particularités vis-à-vis de ses anciens ancêtres ou des
autres univers fantastiques. Ni un demi-dieu, ni un elfe, ni un magicien, ni un hero (asiatique), ni
une espèce autre (comme les grandes utopies les ont traités, jusqu'à Bulwer Lytton, fin XIXe) ; il
construit son propre univers où prime, reine, la science. En effet, le mutant est le fruit de la
science, d’une science à l’origine de laquelle se trouve toujours l’Homme. Et plus précisément,
c’est la technologie qui est à la source de la mutation ; cette technologie prométhéenne qui frappe
les apprentis sorciers, qui place l’homme dans des situations nouvelles et des environnements
bizarres, d’où surgit – automaton ou tyche – la mutation. De fait, l’imaginaire social procède des
sciences. L’histoire des monstres fantastiques en témoigne : les automates de Vaucanson
accouchent de l’Hoffman du début du XIXe siècle ; l’arrivée de la fée électricité autorisera L’ève
future puis les robots de Capek ; le nucléaire déclencha l’avènement du mutant ; de nos jours, les
réseaux ont débouché sur tous les univers cyber-punks2. Les nouvelles sciences, dans leurs primes
années, drainent toute une nouvelle mythologie. Les créateurs contemporains s’en emparent et
leur taillent un imaginaire fantasmatique sur mesure. Puis cette science grandit, acquièrt toute sa
légitimité et son inscription dans la société normative est actée. Alors perd-elle sa charge
1 C’est à cette époque que les théories de Darwin puis de Mendel reçoivent leurs confirmations et que se bâtissent les différentes
sciences de l’évolution, autour des découvertes des processus de phylogenèse.
2 On constatera par la même un effet de ce que d’aucuns appelerait « l’accélération accélérante » de la société : il y a plus de 50 ans
entre les canards du Français et L’Homme au sable ; 15 ans (de l’aveu de l’auteur) entre Edison et l’Andréïde ; tandis que le
‘cyberespace’, néologisme de Gibson, est quasiment contemporain de l’invention du Net elle-même.
Page 8 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
révolutionnaire, novatrice, faustienne. Et, devenue ready made, les créateurs de la délaisser pour se
tourner vers d’autres horizons.
La nouvelle place du ‘phénomène mutant’ dans la société est directement le fruit des
avancées scientifiques. L’époque est aux biotechnologies, se déclinant d’abondance sous des sigles
nombreux : NBIC (Nanotechnologies, Biotechnologies, technologies de l’Information, sciences
Cognitives) ; GNR (Génétique, Nanotechnologies et Robotique) ; MEMS (Micro-ElectroMechanical Systems). La médecine n’a jamais fait tant de promesses et peut-être n’en a t-elle
jamais tenues autant. Du double-fond de la boîte de Pandore (décidément cousine de la corne
d’abondance – jamais vidée totalement), les lapins n’en finissent pas de sortir : décodage du
génome en quelques années1 ; amélioration des prothèses ; développement des thérapies
géniques ; évanouissement progressive des gestations ovipares ; apparition des toutes-puissantes
cellules souches ! ! N’en jetez plus : les médecins, ces nouveaux ingénieurs du vivant nous
esquissent des horizons inespérés. Oui, parce que parallèlement à cela, le culte du corps ne s’est
jamais porté aussi bien. L’occidental passe son temps à retoucher son corps, pour le rendre
parfois meilleur, souvent simplement plus beau, plus en adéquation avec les canons de son
époque (ces canons, qu’une artiste comme Orlan s’ingéniera à prendre à contre pied). De fait :
« le culte du corps a été remplacé par la mise en culture du corps, une culture qui créé ses valeurs
corporelles dans la matière même du sujet »2. Bref : la science peut tout, et, ça tombe bien, parce
que la société est très demandeuse !… Enfin, peut-être pas : de tout… Peut-être y a t-il des
bornes au delà desquelles il n’y a plus de limites – des frontières jusqu’où ne pas aller trop loin…
Les biotechnologies actuelles sont la science du vivant, qui manipulent le vivant, qui
n’hésitent pas à le bricoler (pour reprendre l’expression phare de Jacob). Quatre figures –
résurgences (d’un « ultérieur démon immémorial » ?) ou inventions brutes – ont su s’ériger, eu égard
aux échelles de cette bio-manipulation. Selon que vous aurez été manipulé au niveau : de votre
ADN, de vos cellules, de vos organes ou de votre organisme entier (corps) – les jugements de
cour vous rendront : mutant, clone, cyborg ou chimère… Bien sûr, la réalité scientifique ne
correspond pas à ce découpage. Nous ne sommes pas sans savoir que pour créer une chimère, il
faut : ou bien procéder à une xéno-greffe ; ou bien agir au niveau cellulaire dans les premières
phases de l’embryogenèse – comme pour le clone. Mais, de même que notre but dans les pages
suivantes, N’est PAS d’étudier ce qu’est un mutant scientifiquement, ni ce qu’est biologiquement une
mutation (les sciences classiques s’y appliquent efficacement) – nous évoquons dans cette
taxinomie en quatre types, un imaginaire social et anthropologique. Le mutant renvoie
directement au nucléaire, aux chromosomes et aux gènes ; le clone est un bout de nous-mêmes,
reconstruit à partir d’une cellule vivante (l’effet Jurassik Park) ; le cyborg est l’être prothéticotechnologique par excellence (l’homme bionique avec un bras, un œil, ou autre organe –
remplacé, boosté) ; la chimère est cet animal fabuleux mi-X mi-Y, formé de deux corps-organismes
fusionnés (que cela ait été rendu possible grâce à une intervention cellulaire au stade
embryonnaire – n’a pas d’intérêt).
La question posée n’est donc pas « Qu’est-ce qu’un mutant ? ». Les publications
scientifiques y répondent très bien3. Elle n’est pas non plus : « Qu’est-ce que le ‘phénomène’
mutant ? ». La sociologie et l’anthropologie y pourvoiraient, en décortiquant les mœurs et les
imaginaires sociaux de ces cinquante dernières années4. La question est : « Qu’est-ce que la
1 Autour du projet HUGO : Human Genome Project, achevé en 2000 ; bien que le génome se soit révélé -à cette occasionqu’une toute petite brique dans la construction individuelle (loin de la panacée attendue).
2 cf : Nouvelle philosophie du corps / B. Andrieu. p.16.
3 Pour une description de quelques expériences de mutations génétiques et leurs impacts dans la genèse de l’embryon, on pourra
par exemple se reporter au très peu grand public : Des chimères, des clones et des gènes : Partie 2, comment se construit un embryon ? : Chapitre
3, les gènes architectes / N. Le Douarin. Ainsi qu’à sa Partie 4, du laboratoire à la clinique. Où l’on appréciera notamment la difficulté de
préciser les frontières entre ‘mutant’ et ‘chimère’.
4 Les mutants prolifèrent dans la culture pop’ : Littérature (SF, Ballard) ; BDs (Comics, Manga, Druuna) ; Cinéma (Cronenberg,
Jeunet, vague des super-héros) ; Musique (Bowie, Björk (photographiée par N Knight), Marilyn Manson (magnifié par CM
Page 9 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
‘figure’ du mutant ? ». Celle que les arts ont mise en place depuis une quinzaine d’années. Ils se
sont emparés d’un objet de mauvaise littérature, l’ont plongé dans le bain de la société civile, l’ont
reconstruit par un dialogue incessant avec les sciences de pointe, et finissent par l’exhiber
fièrement dans ses langes éthiques et philosophiques. Car cette figure du mutant est la figure d’un
déjà-là latent, du nouveau défi de l’humanité.
L’adoubement par l’art : l’avènement d’une ‘figure’
Art et techno-société
Jacques Ellul, dans L’empire du non-sens, appelait de ses vœux une critique de la
technologie1. Il semblerait que, dans une certaine mesure, l’art ait relevé le gant. Les partenariats
entre des artistes et des cohortes d’ingénieurs ou de scientifiques foisonnent (par exemple, Wave
UFO de M Mori à Venise en 2005), les artistes ont envahi les laboratoires (SymbioticA en
Australie), les festivals se font High Tech (Ars Electronica en Autriche ; mais aussi à Adelaïde en
Australie). Il ne s’agit pas seulement pour l’artiste de se donner une caution, un vernis, un passedroit ; il est aussi question pour lui de pénétrer les sphères créatives de la Raison Instrumentale,
pour voir ce qu’on y fait… Comment on le fait, et ce qu’on pourrait y faire d’autre. La science
actuelle est avant tout pragmatique. On ne fabriquera sans doute jamais de robots humanoïdes
pour la simple raison que cela ne sert à rien. Du moins, il faudra d’abord que le marché révèle ou
suscite un besoin. Derrière les délires des utopistes, la science répond « Pourquoi faire ? ». Un
robot tout terrain missionnaire sur Mars est bien plus utile. L’artiste passe outre. Au « à quoi
bon ? », il répond « pourquoi pas ? », embarquant la science dans des aventures qu’elle n’aurait
pas tentées seule.2
Double objectif de l’artiste face à la science donc : aller voir ce qui s’y passe ; et être force
propositionnelle pour défricher de nouvelles voies. Dès lors, il prend une posture éminemment
civique. Se faisant le héraut de la société civile, deux missions lui incombent : faire entendre la
voix de la société civile dans les sphères des experts ; transmettre le savoir scientifique au plus
grand nombre sous la forme de création originale, donc d’une science sexy, glamour, accessible.
Fort de son approche positiviste, l’artiste a la liberté d’adopter deux types de démarche : illustrer
des fantasmes (encore impossibles, on oscille là du côté de la Science Fiction) ; ou se contenter de
mettre en scène la science (comme TCA ou Kac). Un mix des deux est bien sûr envisageable. Dans
tous les cas, l’artiste enfile son rôle de passeur, de prescripteur, de vulgarisateur : au savoir ésotérique
des savants se substitue le prêche exotérique des artistes.
L’artiste, gentil délégué de la société civile ?… Ce serait étonnant… Loin s’en faut même.
Il est bien plutôt l’empêcheur de tourner en rond, celui qui coupe les têtes des autruches pour les
forcer à cesser leur politique éponyme. Ce qu’il fait, ce n’est déjà plus de l’art : c’est gratter là où
ça interroge3. C’est dire : « Et vous : que feriez-vous ? »4. C’est aller là où la société ne s’est pas
encore autorisée à aller. Il investit les fantasmes du peuple. Il agit dans les béances légales et
institutionnelles. Il creuse dans l’abîme d’une déontologie et d’une bio-éthique prises au
dépourvu, incapables de rattraper leur retard. Il comble un fossé et met la société devant, si ce ne
sont ses responsabilités, du moins sa réalité, occultée ou déniée. Sa position devient celle de
Ward)) ; Séries Télé (Buffy) ; Clips (M Gondry, C Cunningham) ; Modes (body modifications, Van Beirendonck, J Scott) ; Jeux
(vidéos, de rôle) ; etc, etc.
1 Lu dans Arts de Chair. p.90.
2 cf : Cloaca de Wim Delvoye.
3 E. Kac et son lapin mutant « Alba » [Pl. 10].
4 A. Esperet propose le projet en ligne « Transgenic Species Lab » [Pl. 6] : Où l’on peut acheter, sur photo, pour 20 kEur, une
créature mutante, créée dans des laboratoires. Au moment de commander, on découvre la supercherie : seules les photos, œuvres
de l’artiste, sont à vendre.
Page 10 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
l’histrion, ô combien plus dangereuse : chahuté de toute part, pestiféré pour toutes les parties en
présence, mordant Pierre pour uriner sur Jacques. Parce qu’il met la société en face de ses apories,
il se met lui-même en danger. Il devient un terroriste. « Tant que l’on en reste à la métaphore ou à
la mise en scène de la science, tout est en effet permis, ou presque, au nom des droits de la fiction
et de la liberté de l’art. Dès que l’on touche aux démarches effectives, les choses changent – et
l’on risque d’être emportés par le cours du monde rattrapé par son ordre »1. Peu en chaut à
l’artiste. Show must go on, et le nouveau ‘montreur de monstres’ (la monstruosité, comme l’a pointé
Sloterdijk, est un caractère constitutif de nos sociétés modernes) opposera le spectacle de foire au
jargon des académies2. Dont acte. « Trois voies se présentent à lui : 1/ l’activité scientifique entre
dans le monde du spectacle ; 2/ l’artiste ‘bon démiurge’ met en place un cabinet de curiosités ; 3/
l’artiste, démiurge, cette fois luciférien, se lance pour de bon dans des programmes transgressifs à
la charge esthétique dangereuse aussi bien dans leurs conséquences réelles que dans leur arrière
plan philosophique et idéologique. » L’artiste biotech’ introduit l’éthique dans l’agora, violente
l’art et les gens pour mieux soigner le corps social, pénètre par effraction dans les débats des
comités de bio-éthique et les traîne jusque dans le forum, version moderne : avec tous les
projecteurs braqués, les micros ouverts et la musique d’intro…
« La bio-esthétique a besoin d’être excessive, autant que critique. Elle doit être
dispendieuse, extravagante, et non-utilitaire (…) Elle doit essayer d’imaginer l’inimaginable, de
poser les questions qui ne sont pas censées être posées, et de transgresser les limites de la
compréhension positiviste. La bio-esthétique sera convulsive ou ne sera pas »3.
Parmi les principaux thèmes traités par cette frange d’artistes : l’ADN, les gènes, les
mutations, les technologies du réseau, etc – ont la cote. Toutes ces déclinaisons se retrouvent
autour d’un enjeu commun : ce que l’humain va devenir. Toutes ces interrogations portent sur le
devenir de l’homme, les changements qui s’annoncent, en un mot : les mutations à prévoir, à
anticiper. Le mot est lâché. Il est pourtant polysémique : la mutation de l’espèce, celle de
l’individu ? La mutation comme résultat final ou comme processus ? La mutation perpétuelle :
pléonasme ou oxymoron ?
Parlons d’après l’auteur de Qu’est-ce que la philosophie ? : pour interroger ce concept, il est de
bon ton de s’armer d’un personnage idoine. Et Mutator factum est ! Aujourd’hui, l’artiste, avec ce
personnage du mutant, parle de la société, pour la société. Plus que jamais, sous les masques de la
mutation, l’artiste se fait défricheur, et en cela s’auto-investit d’une mission sociétale à caractère
humain, profondément humain.
L’art mutant
L’art (et la philosophie) s’emparant de cette figure : elle se légitime. Quelle fut l’action de
l’art à cet égard exactement ?… L’art est allé au carrefour des sciences et des cultures pop’, pécher
l’embryon d’un phénomène mutant pour lui donner une consistance, révéler à la face du monde
sa réalité et ses enjeux. Véritable élu de la société civile, pénétrant les laboratoires4, l’artiste analyse
ce qu’il est possible de faire aujourd’hui, ce qu’il en sera demain, et ce que cela implique. Triple effet
bénéfique de l’art sur la figure : il la fait exister ; il lui ébauche sa première forme ; il évoque ses
horizons.
Parce que cela touche au corps, parce que cela touche au vivant, parce que cela touche le
‘principe humanité’ – la problématique du mutant, inscrite plus largement dans celle de l’art biotechnologique, est avant tout sociétale. La stratégie des artistes se fera donc médiatique (au sens
Yves Michaud dans : L’art biotech’ / P. Solini. p.84 ; puis citation suivante : p.85.
C’est toute la démarche du cyber-feminisme d’une SubRosa ou des prises de position du Critical Art Ensemble, par exemple.
3 Nous traduisons les propos de Steven Shaviro dans : Art Forum de Janvier 2004 : « genetic disorder » p.42 : « Bioaesthetics must be
excessive, as well as critical. It must be wasteful, extravagant, and non-utilitarian (…) It must try to imagine the un-imaginable, to ask questions that
are not supposed to be asked, and to transgress the limits of positivist understanding. Bioaesthetics will be convulsive or not at all ».
4 Le Wet Art.
1
2
Page 11 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
large : il s’agit d’exister en débordant le petit monde de l’art en utilisant tous les outils
disponibles : journaux, internet, télévision, cinéma, etc). Orlan voulait que son corps
transformiste devienne le « lieu d’un débat public »1. De même, toute l’œuvre de Kac autour du
projet GFP Bunny [Pl. 9-10] est exemplaire. L’artiste prônant un ‘art transgénique’, a incorporé un
gène de méduse dans un lapin. Résultat : Alba, la lapine fluorescente. Mais ne nous y trompons
pas. L’artiste n’est pas tout puissant : il doit composer avec l’état de la science de son époque.
Ainsi, alors que Kac voulait trafiquer l’ADN d’un chien, les scientifiques n’ont pu que lui offrir
un substitut lapinoïde. De même, le gène qui a été inoculé est l’un des rares que l’on maîtrise
suffisamment pour réussir pareille opération. Où est donc l’œuvre de l’artiste dès lors ? Elle reste
à deux niveaux. Premièrement, elle pousse les scientifiques à emprunter des chemins qu’ils
n’auraient sans doute pas suivis d’eux-mêmes. L’artiste mutant fait sienne la devise d’un AntiBartleby : « I would prefer not… not to ». En tant que ‘force propositionnelle’, la part de l’artiste
est primordiale même si, pour se concrétiser, le projet initial de l’artiste-maître-d’ouvrage peut
pâtir de certaines restrictions imposées par la science-maître-d’œuvre. Dans un second temps, la
véritable œuvre d’art n’est pas à chercher dans la créature ainsi générée (il n’y a pas forcément
d’engendrement…) mais dans son exploitation, sa mise en scène, sa (re)présentation. Créer un
mutant, c’est bien joli, mais après, on en fait quoi ? So What ? L’œuvre de Kac tient dans la
médiatisation qu’il a orchestrée sous le prétexte d’une lapine mutante. Médiatisation qui a très
largement dépassé la sphère de l’art2. Tel est bien le but de ces artistes : ouvrir un débat ; monter
l’agora sur des sujets confinés au laboratoire, au jargon scientifique hermétique et à un imaginaire
refoulé. Ce que ces artistes nous apprennent, c’est que la figure du mutant est, par essence,
médiatique (d’où post moderne) car elle ne se conçoit que comme interrogation et comme miroir
du corps social – qui doit donc être partie prenante (d’où les dispositifs de média déjà évoqués
mais aussi de mode ou de marketing3). Il n’existe pas de mutant per se. Une telle entreprise serait
vaine. Là encore, l’exemple de Kac est éclairant : en 2000, lors du Festival ‘Avignon numérique’,
où Alba, annoncée, n’a pas pu être montrée (car séquestrée par le laboratoire de l’INSERM qui l’a
‘développée’4) Kac a recouvert la ville d’affiches le représentant en bon père de famille tenant
dans ses bras son œuvre domestique fluorescente [Pl. 9]. On pouvait lire un mot en lettres grasses
sur chacune de ces affiches. Six séries ont été tirées de sorte qu’une même photo illustrait 6
slogans tenant en un mot : Famille ; Religion ; Science ; Art ; Médias ; Ethique. Sobriété qui n’est
qu’une forme d’efficacité : tous les champs que le mutant interroge sont bel et bien invoqués dans
l’arène pour statuer sur ces/ses enjeux. Dès lors personne ne peut s’avouer indifférent puisque
tout le monde est concerné par au moins l’un de ces aspects. Dans les organisations idoines de
bio-éthique, des savants et des philosophes traitent de ces questions, mais quid de la société
civile ? Ne doit-elle pas se débarrasser de ses œillères pour s’emparer de ce thème, c’est-à-dire
s’intéresser à son avenir ? A ceux qui disent : « tout cela n’est que de la Science Fiction », Kac
exhibe sa preuve mutante indiscutable. L’art mutant n’est plus un art pur. Peut-être n’est-il plus
vraiment un art, ou seulement à la marge, comme une facilité médiatique, comme la carte de
visite d’un homme au parcours complexe. L’art mutant est bien plutôt au carrefour de cette
multiplicité décrite par Kac, à la frontière de l’art, de la science, de la philosophie, des médias et
de la société civile, qu’il cherche à haranguer.
Nous appellerons art mutant, cet art qui interroge cette figure. Nous appellerons artistes
mutants, les artistes qui mènent cette réflexion, opèrent dans ce champ de l’art. L’art mutant n’est
Propos de l’artiste cités dans Arts de chair. p.14.
Les réactions médiatiques (débat) « à GFP Bunny constituent en soi un matériau extrêmement riche. Pendant cette période,
l’histoire de GFP Bunny a été adaptée et personnalisée par les organes de presse dans le monde entier, souvent en créant de
nouvelles histoires ». Propos de l’artiste cités dans : L’art biotech’ / P. Solini. p.34.
3 Mariko Mori est une ancienne mannequin ; la démarche de Barney, ex-athlète et mari de sa femme, est aussi un peu biaisée ; les
faux sites commerciaux (Anne Esperet et Juan Le Parc) autour de la mutation sont un autre aspect ; etc.
4 A noter que l’on pourrait arriver à douter de sa véritable existence dans la mesure où finalement, personne ne l’a vue… Quand
bien même s’agirait il d’un canular, ses présupposés n’étant en rien fantaisistes, tout le poids du débat et de l’interrogation qu’elle
suscite resterait des plus lourds.
1
2
Page 12 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
donc pas un ‘art en mutation’, et le terme d’‘artiste mutant’ ne signifie en rien que l’artiste devient
lui-même un mutant (bien que Stelarc ou Orlan s’y emploient, tous n’ont pas choisi cette stratégie).
La figure du mutant est protéïforme justement parce que chaque artiste adopte une démarche
toute personnelle, s’attaquant à telle ou telle paroi d’un phénomène non pas artistique mais
sociétal. Partant, comment parler de l’image que nous exposent les arts mutants ? Au delà de
l’image exposée, comment parler du concept-affect-percept qui se tient dans ses plis ? De quoi
parle t-on exactement lorsqu’on convoque : ‘la figure du mutant’ ?
Avant tout, la ‘figure’ est ici prise pour un objet esthétique à résonance sociale : quelque
chose qui plongerait ses racines dans le mythème (une entité mythico-sociétale faisant sens dans un
cadre donné) et la figure deleuzienne1 (ie une façon d’extirper du figuratif une forme esthétique
vraie, le surgissement d’une forme-vraie hors du figuratif, forme-corps). Elle s’élabore donc à
travers le discours artistique, mais pas seulement. Prenons le cas d’Orlan. Au cours de l’une de ses
nombreuses opérations chirurgicales, elle choisit de se greffer deux implants de silicone sur le
front (tes deux cornes, renvoyant aux statues de Moïse). Or, cette épiphanie d’un nouvelle Orlan
revêt une triple dimension dans l’espace social : elle rappelle cet humain-orlan, d’avant la chute,
qu’elle est encore et qu’elle n’est déjà plus ; elle exhibe un orlan-mutant, cornu, nouvel être en quête
d’une nouvelle identité, un peu en dehors de l’humanité déjà ; elle évoque un mutant-orlan, fruit
des fantasmes qui peuvent se rattacher autour d’un tel symbole, qui serait un vrai mutant, autre,
puissant. Ce dernier n’existe certes pas dans les faits, mais c’est de cela qu’Orlan parle : derrière la
proposition forcément limitée qu’elle a concrètement choisie de suivre, elle pointe vers ce qu’elle
aurait pu être si la science avait été plus avancée, et ce qu’elle est peut-être si ses cornes lui ont
donné des pouvoirs psychiques à la manière des Slans de Van Vogt2. Ainsi circonscrite, comment
prendre toute la mesure de cette figure ? Comme on l’a vu dans le cas de Kac, il est aussi
important de se référer au projet initial de l’artiste qu’à sa concrétisation. La figure du mutant telle
que l’art l’élabore est ainsi forgée dans un athanor mêlant trois matériaux : le discours de l’artiste
‘mutant-disant’ (c’est-à-dire la vision de l’artiste sur son travail et sur ce thème, les présupposés
scientifiques, ce qu’il a voulu faire, et ce qu’il fit) ; le personnage artistique (et médiatique) du
mutant (c’est-à-dire la forme concrète, manifeste, que prend la création ou créature de l’artiste :
Alba pour Kac, le cyborg multiforme pour Stelarc, une famille animalisée chez Piccinini, etc) ;
enfin, les fantasmes programmatiques latents (ce que cela évoque, ce dont cela parle, ce que cela
dessine pour le futur)3. La figure du mutant telle qu’elle sera étudiée est la concrétion de ses trois
lieux : en tant qu’elle est pensée, qu’elle se construit dans et par le discours de l’artiste ; en tant
qu’elle s’incarne dans une proposition/création ; en tant qu’elle se transcende dans un fantasme
que l’avenir aura tâche d’actualiser et qu’elle en témoigne. Le vocabulaire de cette figure du
mutant ressortit bien plus au registre de l’anticipation (prolepse) que de la science fiction (utopie).
L’art mutant n’évoque pas un demain utopique mais un demain potentiel présent dans la société
actuelle sous forme de fantasme inconscient que la science aura souci de mettre à jour.
La ‘figure’ du mutant telle que nous l’entendons ici est triple. Elle vise à épuiser la notion
du mutant : celle qui est in-voquée dans le discours ; celle qui est con-voquée par la création ; et celle
qui pro-voque l’imaginaire fantasmatique (sur le triple mode du : spéculatif, de la prospection et de
la représentation du futur).
1 Nous tenons dans ce paragraphe tant à expliciter comment les artistes construisent cette ‘figure’ qu’à éviter toute confusion avec
les concepts chers à Lyotard (que nous n’avons pas lu) ou à Guérin (que nous n’avons que trop partiellement survolé en vain).
2 cf : A la poursuite des Slans / A.E. Van Vogt.
3 Ce point a déjà été traité pour Orlan ; mais l’on pourrait aussi bien évoquer Stelarc et ses travaux technophiles. Une œuvre
comme Ping Body (les membres de l’artiste sont reliés à Internet. Des impulsions électriques d’intensité proportionnelle au débit de
certains sites activent aléatoirement les muscles de l’artiste. Le corps humain devient un pantin, une interface avec la machineréseau qui veut communiquer avec nous) dit bien plus que son mode d’emploi le laisse subodorer : elle ne traite pas seulement de
l’expérience de l’artiste comme telle (telle qu’il l’a vécue, ainsi que rapidement explicitée ici) mais elle renvoie à un fantasme du
réseau, à une histoire de noosphère, à une aventure digne de Ghost in the shell. De l’expérience passionnante mais somme toute
étriquée et pauvre (à ce stade) de l’artiste, on ne retiendra que : « un homme vient de se plugger sur le réseau ».
Page 13 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
La figure du mutant est le versant artistique du phénomène du mutant. Quels chemins
prennent les différentes propositions artistiques qui l’assiègent ? Le devenir-mutant se décline à
profusion selon les artistes : devenir-machine, devenir-animal, devenir-monstre, devenir-alter (ie autre sexe
ou autrui). Les approches sont multiples et diversifiées. Les rapports entre l’artiste et le mutant
sont variables. Concernant l’objet de la mutation, il peut s’agir de choisir : son propre corps
(Gligorov ou Marcel Li Antunez Roca), le corps humain (Daniel Lee, Aziz&Cucher ou
Lawick&Müller), le biologique animal (Kac, Menezes), le biologique végétal (Gessert), le
biologique générique (via les expériences sur des tissus ou l’ADN de SymbioticA, TCA et
consorts). De même le degré de la mutation peut différer, ce qui s’accompagne d’un éloignement
plus ou moins important vers le futur. En effet, l’état d’avancement limité de la science actuelle
restreint les projets artistiques. Les artistes ne peuvent que proposer des versions appauvries de
leurs idées s’ils tiennent à se conformer aux possibilités contemporaines. D’où les trois attitudes
qui se développent au sein de la communauté des arts mutants : une approche purement réaliste,
technophile, qui demande à la science ici et maintenant ce qu’elle est capable de faire et qui part
de ce constat pour réaliser ses propres œuvres1 – une approche que nous qualifierons de
fantastique, qui laisse transparaître une certaine figure du mutant au sein d’une réalité quotidienne2
– enfin, une démarche relevant plus de la science fiction traitant d’une humanité future où les
mutants s’inscrivent au sein d’un milieu High Tech3. Ce sont avant tout les deux premières
approches qui retiendront ici notre attention. Les enjeux du mutant étant des enjeux sociétaux, il
va de soi que les artistes qui, dès l’abord, disent : « je vais vous parler d’un monde qui n’existe
pas » – sont moins en prise avec la quotidienneté et ses aspirations/craintes actuelles. Les artistes
d’obédience ‘fantastique’ se révéleront plus à même de traiter les questions de ce début de
millénaire. Parce que justement ils évoquent la possibilité d’un mutant hic et nunc, en dépassant les
limitations toutes conjoncturelles de la science, en prévoyant (avec seulement un pas d’avance)
non pas un futur hypothétique mais une uchronie vraisemblable – ils mettent, avec toute la
violence possible, le public en face d’une réalité à portée de main. C’est cette figure du mutant
(avant tout ancrée dans le présent, bande annonce d’un futur sur le seuil, déjà en laboratoire) qui
fait sens dans le paysage artistico-médiatique de la société actuelle et qui retiendra donc tout notre
intérêt. Quant aux média élus par ces artistes, ils sont légions : sculptures, sites web, images
virtuelles, performances, photos retouchées, art vidéo, etc.
Esquisses artistiques du mutant
Les racines artistiques du mutant
Cette figure du mutant que nous essayerons d’épuiser n’est pas une création ex nihilo. Au
contraire, elle s’inscrit dans une histoire du monstrueux, de l’inouï, du ‘hors-norme’ que les arts
n’ont eu de cesse d’imaginer. Il nous semble retrouver les traces d’un proto-mutant dans trois
champs distincts, ayant jusque-là vécu leur histoire propre, et confluant aujourd’hui dans ce
nouveau delta. Notons que l’on n’assiste pas à un prolongement de ces histoires, ni à leur
résurrection ; il s’agit bien plus d’une revisitation de ces figures artistiques, véritables racines du
mutant.
Le mutant est-il un monstre ? Nous pointons ici les monstres naturels : fou, paria,
aberration en tout genre. De ceux qui foisonnent chez Rabelais, Brueghel, St Hilaire, Géricault,
Aldrovandi, etc. Des figures de bouc-émissaire, de l’abject, du diabolique. De ceux qui effraient,
cf : Stelarc ou l’exposition à Nantes : L’art biotech’ (Kac, Davis, Menezes, Gessert, TCA,…).
Ex : Orlan : « La femme qui rit » – 1996 [Pl. 18] ; Esperet : « Biofictions » – 2003 [Pl. 8].
3 Ex : YONILAB, Ward, Beb Deum et tout ce qui relève des mondes virtuels (Ann Lee de Huyghe, Eva Wolghemuth, Tina La
Porta, etc), autant d’exemples très proches d’une esthétique cyberpunk ou à la Blade Runner.
1
2
Page 14 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
par nature, mais que l’on s’amuse à torturer avec délectation, parce que plus faibles (« Et, puisqu’il
est si laid, faisons-lui bien du mal ! »1). Non pas des miracles divins mais des erreurs naturelles à
annihiler. Depuis le XVIIIe siècle de Régnault, les monstres sont déclarés des ‘écarts’ de la nature.
Non pas ‘par rapport’ à la nature, mais ‘de’ la nature : ce n’est pas seulement un individu
différent, c’est une biffure, témoignant que parfois, la nature s’égare. Tel n’est pas le mutant : lui
est un écart certes, mais reste l’enfant de la nature, a son aval, a été engendré avec son
consentement. La nature peut se tromper : elle crée des monstres. Mais la nature peut aussi
expérimenter : elle crée alors des mutants. En l’occurrence, les humains sont son bras armé dans
cette mise-bas. Dès lors, le regard des hommes face à ces deux formes distinctes de monstruosité
diffère lui aussi.
La terreur inspirée par les anciens monstres est remplacée par une fascination positive
devant ces nouveaux êtres. Ils tiennent un rôle social, notamment celui hier dévolu aux Freaks. La
science a tué les freaks (avortement lorsqu’on repère un trisomique ; fin des malformations
congénitales… Dans la société actuelle, le handicapé se raréfie et se cache). Non seulement la
tératologie disparaît (« faute de combattants »), mais le monde est orphelin de ses freaks. Ce qui
n’est pas anodin. Les anthropologues s’accordent à reconnaître une forte valeur de cohésion
sociale à ces figures de paria. Lorsqu’un épileptique ou mongolien était brûlé pour sorcellerie au
Moyen Age, toute la communauté se retrouvait autour de l’événement. Elle se ressoudait par le
biais de cette catharsis mystique. Ils avaient donc une fonction sociale de première importance.
Aujourd’hui, non seulement les freaks ne sont plus, mais les ‘inadaptés’ de tout poil sont
simplement mis de coté, écartés (en HP, dans des lieux ad hoc et confinés, etc), n’ont plus aucune
utilité sociale. Comme pour s’amender, la science accouche des mutants. Nouvelle figure de prou
où se cristalliseront fantasmes et frustrations de la population. Et de même que l’art avait
magnifié les freaks2 et les monstres (en mêlant fascination et détestation), l’art aujourd’hui
transfigurera le ‘règne naturel’ en ‘territoire pour le mutant’.
Le mutant est-il l’une de ces anciennes créatures mythologiques d’antan ? L’art, en quelque
sorte renouerait-il avec sa prime jeunesse ? L’histoire de l’art est grosse de ces figures grecques
(chimères, sphinx, demi-dieux), chrétiennes (Légende dorée de Voragine, tentation de Saint
Antoine), des folklores occidental (Ossian, Nibelung) ou autre (le Nagual du Popol Vuh, l’Avatar
du Mahabarata). Mais elles ont eu tendance à perdre du terrain ces derniers temps, avec l’invasion
progressive mais finalement total de la Science. Ces figures mortes ou ravalées au statut du kitch
et du détournement post-moderne, est-ce à dire que les mutants les remplacent ? Et de fait, qu’a
donc à faire une société positiviste avec ces totems ressortissant à l’occulte ? Dès lors, si le
mutant est une résurgence nouvelle de ces êtres fabuleux, une nachleben telle que Warburg avait pu
en avoir l’intuition – comment s’inscrit-il dans cette généalogie du monstrueux, du fantastique ?
Le XXè siècle a peu à peu inventé cette créature pour la construire autour de deux spécificités et
différences notables. Premièrement, la science a remplacé le merveilleux ; toute trace de sacré a
déserté la logique mutante au profit d’un apport exclusif de la Science. Deuxièmement, ces
nouvelles figures du monstre sont des humains (ou ex-humains), et non plus des ‘héros’, des
demi-dieux, ou des monstres fantastiques. Mais l’ombilic trans-épochal entre ces êtres ne fait pas
de doute. Lee Bul, artiste coréen, n’en est pas dupe : « Le posthumain a toujours côtoyé l’humain
comme une sorte de sosie. Il n’y a là rien de nouveau. Toutefois, nous vivons dans un monde
censé être technologique, rationnel. Ainsi, notre bestiaire est il constitué de fantasmes et de
cauchemars d’accouplements bio-mécaniques et de fusion entre la chair et les polymères »3. Les
dieux et le recours à l’occulte (au magique, au sacré) ont simplement disparu de cette nouvelle
cf : La légende des siècles : LIII : Le Crapaud / Hugo, Victor.
cf : Freaks / T. Browning ou encore Elephant Man / D. Lynch. Mais rappelons aussi : la figure des ‘grotesques’ chez Hugo ou
Ruskin ; la Nouvelle iconographie de la Salpetrière, etc.
3 cf : Art Press n°279. p.19.
1
2
Page 15 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
mythologie en gestation autour d’une figure polymorphe. Parce que la charge mythographique de la
figure du mutant, elle, reste considérable…
Warburg avait étudié la puissance mythopoïétique de l’image, démontrant comment les images
ancestrales sont créatrices de mythes et donc de cohésion sociale1. Son discours portait sur toutes
ces images mythologiques que nous voyons ressurgir au travers du mutant. Dans notre cas, la
puissance mythopoïétique ainsi charriée, en sera bien plus prégnante, patente, effective. Et ce
pour deux raisons. D’abord parce que l’image qui est ici présentée à la société, est l’image d’un
homme (et non plus d’un être fabuleux, quelqu’humaine que puisse être sa forme – proposition
typique des sociétés traditionnelles). Le mutant ici représenté dit à ses regardeurs : « ce que je
déroule sous vos yeux, le mythe qu’ici je construis – est le fait d’un homme ». C’est donc « à
portée de main », en quelque sorte. Ensuite, parce que l’image ainsi exhibée n’est pas celle d’un
homme a-historique, générique – de l’incarnation d’une entité, d’un représentant anonyme de la
communauté des Homo Sapiens. L’homme universel, en cherchant à être tout le monde, ne touche
plus personne, n’est finalement plus personne, guère plus qu’une idée, qu’un concept. Au
contraire, l’art mutant nous conte des histoires individuelles. Derrière chaque figure du mutant
créée, se cachent un nom, une histoire, un état civil. L’artiste ne se contente pas d’étaler la
représentation mythique d’un mutant cristallisant peurs et surtout aspirations de la population – il
l’incarne, il est la propre mise en scène de sa représentation. En écrivant sa mythologie
personnelle, l’artiste mutant écrit une mythologie collective d’autant plus forte qu’elle ne
s’exprime plus via des représentations symboliques mais bel et bien via des projets concrets,
factuels. L’artiste-mutant fonctionne sur ces ressorts : il se tient derrière une image sans invention
(ie vérace, un témoignage) d’un nouvel homme mythique appartenant à une lignée non divine. La
réalité incarnée supplante l’imaginaire et de facto produit un espace pour une nouvelle mythologie
sociale. D’où la fascination exercée par les mutants sur les hommes.
Le mutant est-il tout simplement le fils dégénéré du Body Art ? Il ne fait pas de doute que
ce dernier ne soit la matrice de son avènement. Les parcours de Stelarc, Orlan, Barney sont
exemplaires : fer de lance d’un art corporel ou charnel de premier plan, interrogeant le corps
comme matériau, travaillant la chair jusqu’à ses dernières résistances ; ils ont opté par la suite
pour le ‘post-humain’. Le mutant ne serait-il dès lors qu’une branche du body art ? Sa version
technophile, l’écume créée dans le sillage d’un body art de plus en plus technicisé ? Nous ne le
croyons pas. Le body art place le corps au centre de son questionnement, en fait son instrument,
cherche à le pousser jusqu’à ses derniers retranchements que ce soit par des performances
d’endurance (Abramovic, etc) ou de surenchère (Pane, Burden, etc). L’artiste-mutant, lui, dans
une certaine mesure n’a que faire du corps. Il ne cherche pas à aller jusqu'à ses dernières limites.
Le questionnement sur ces limites ne l’intéresse pas : il se pose, dès le départ dans une quête du
hors-limite. Il ne se demande pas ce qu’on peut faire avec un corps humain ; il s’intéresse à ce que
l’on peut obtenir en mariant la science avec le corps dans une symbiose sur-humaine. Il cherche à
vaincre sa condition d’infirme. Le corps, déclaré caduc, est aussi has been, ringard ; il n’est pas
interrogé pour lui-même : il n’est qu’une enveloppe chétive et débile qu’il convient de ‘booster’
(comme dirait la littérature cyberpunk2 et les photos de Nick Knight [Pl. 51] l’attestent) ou
d’abandonner (au profit d’un corps virtuel intégré à une « matrix »).
Cette notion d’enveloppe est symptomatique de cette évolution. Le body art n’a toujours
modifié qu’à la marge la silhouette de l’artiste, son enveloppe (le Fakir Musafar et les modern
primitiv ayant sans doute été le plus loin). L’artiste mutant n’a plus de limites et au contraire
cherche à faire exploser son enveloppe humaine3. Réfléchir sur son corps, c’est adopter une
attitude délibérément limitée, avouer sa petitesse, son manque d’ambition, plier l’échine sous le
joug de la facticité, croire qu’on arrive à la surmonter en se contentant de la chahuter. Les
cf : L'image survivante : histoire de l'art et temps des fantomes selon Aby Warburg / G. Didi-Huberman.
Retenons : Neuromancien / W. Gibson – 1984. Cablé / WJ. Williams – 1986.
3 cf : Stelarc et ses exosquelettes [Pl. 29] ou ses connexions au réseau [Pl. 28].
1
2
Page 16 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
prétentions de l’artiste-mutant débordent très largement ce cadre étriqué : il refuse de s’intéresser
à l’enveloppe pour fouiller plus profondément, porter son regard sur la Lune et ne plus voir le
doigt. Il ne s’intéresse à sa dépouille corporelle qu’en tant qu’elle est un portail et un seuil : a gate.
En termes kantiens, on pourrait postuler que cette ‘enveloppe’ a simplement changé de sens, de
destination : de limite (schranke), elle s’est mue en seuil, en borne (grenze). L’enveloppe du corps du
mutant est toute entière tournée vers l’extérieur, là où celle du Body Artiste était prisonnier de sa
chair, de sa silhouette. Le body art se tient dans un mouvement de repli sur soi, d’invagination,
d’implosion ; là où l’art-mutant ouvre sur le monde extérieur, explose car excède. Le body art se
résignait à la systole ; l’art-mutant se fait diastole…
Le mutant dans les arts aujourd’hui
1992, Lausanne. L’exposition « Post-Human » marque cet avènement. Si le corpus
présenté alors ne correspond en fait que fort peu à ce que nous tentons d’analyser ici, le terme,
lui, est lancé. Il restera. A ce jour, sa vitalité n’a connu aucune baisse de régime, loin s’en faut.
Cette thématique a envahi peu ou prou toutes les propositions artistiques. Nous en voulons pour
preuve : Mutation X (Béjart) ; Nus en Mutation (H Newton-1990’s) ; Junkyard Levitation (Viola1976) ; Le mutant (McCarthy-1994) ; To reverse one’s eyes (Penone-1977) ; Levitation (Fox-1970) ; le
projet BodyWithoutOrgans… Autant d’épiphénomènes fort éloignés de notre préoccupation
actuelle, mais qui marquent allégeance à cette réalité émergente. L’emprunt de leur vocabulaire au
dictionnaire de la mutation en témoigne.
De même que la science se concentre aujourd’hui autour de deux grands axes de
développement (disons pour faire simple : la biologie et l’informatique), il nous semble retrouver
ces deux tendances dans les arts-mutants : d’un côté, un surinvestissement du corps vers un ‘surhumain’ ; de l’autre, une virtualisation du corps dans un ‘monde virtuel’. La première reste dans
les sillons du body art, tandis que la seconde explore de nouveaux espaces de jeu ; de sorte que
l’on peut se demander si la première n’est pas l’ultime flamboyance, les derniers vestiges d’un
temps qui va mourir, étouffé par celui de la seconde.
La première tendance, celle d’un sur-investissement du corps, est toujours la plus visible, parce
que ses racines sont plus profondes. Le mutant présente néanmoins une nouveauté puisqu’il ne
s’agit plus seulement de ‘sur-signifier’ le corps1, de le considérer comme un costume changeant –
mais bel et bien d’acquérir de nouveaux pouvoirs, d’accéder à un état de sur-humain. On pourrait
y voir une forme nouvelle du sur-homme nietzschéen, dans la mesure où le mutant n’est déjà plus
tout à fait un homme. Il nous semble d’ailleurs assister à une réhabilitation du corps dans l’art.
L’artiste se penche à nouveau sur son corps en l’interrogeant suivant de nouvelles dynamiques, ce
qui dénierait les thèses du ‘transhumanisme’ de Bainbridge et des NBIC (vide infra). En fait, le
temps de la focalisation sur le corps (mutant) est révolu au profit d’un réinvestissement du corps
par l’esprit dans un double mouvement : 1/ un mouvement de feedback sur le modèle systémique
ou cybernétique (l’esprit façonne le corps, qui en retour modifie l’esprit, qui à nouveau… selon
une linéarité séquentielle2) ; 2/ une opération de fusion, véritable réconciliation entre le corps et
l’esprit vers une nouvelle entité : le mutant3.
La seconde tendance est celle de la virtualisation du corps. Non pas un ‘corps sans organe’ à
la Deleuze, mais une authentique disparition du corps, un déni intégral. Le corps, pauvre guêtre,
est relégué à la poubelle de l’Histoire. Aux USA, M. Bainbridge, intellectuel officiant dans des
think tanks reconnus, se fait le chantre de cette thèse. S’appuyant sur les avancées et les promesses
des NBIC, il déclare le corps ‘coquille vide’ et prêche pour un branchement direct du cerveau sur
Selon les termes habituels de Le Breton, à lire par exemple dans l’article en ligne « Obsolescence contemporaine du corps »
(http://www.body-art.net/v5.0/Kortext/DLBtxt3fr.html).
2 Le parcours d’Orlan est très exemplaire.
3 C’est tout le discours de la transsexualité.
1
Page 17 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
la Machine en réseau1. La SF a pignon sur rue, donc n’en est plus vraiment. Les enjeux soulevés
sont par trop profus pour être ne serait-ce qu’évoqués ici. En nous restreignant à l’art, nous
distinguons deux types d’appropriation du médium informatique. Le premier se concentre sur les
capacités des logiciels (infographie permettant toute forme d’hybridation esthétique ou
construction de corps via des programmes idoines2). Le second s’intéresse au réseau et au monde
virtuel en tant que communauté de ‘virtuonautes’3. Ann Lee, créature virtuelle créée par R Huyghe
puis offerte en partage à la communauté artistique en serait l’emblème parfait. Mais
l’informatique comme noosphère hyper-technique est un terrain de prédilection pour créer des
environnements nouveaux, voire des mondes nouveaux, que l’on peut ensuite peupler de
créatures, qui seraient nos représentations, nos avatars. Les artistes de tout bord explorent
largement ce terrain.
Tels nous semblent être les deux sphères où s’ébauchent les premiers germes de la future
image de l’homme, voire du prochain ‘principe humanité’. Vaste corpus donc, que dans le cadre
de ce travail nous avons dû restreindre, afin de nous concentrer sur la première tendance du posthumain : celle d’un corps non virtualisé. Ce corps réel, concret bien plus ‘monstrueux’ qu’une
image sur un écran, quand bien même vous pourriez être vous-même ‘dans’ l’écran (cf : Tron). Notre
enquête dans le milieu artistique nous a conduits à réaliser trois cercles d’artistes répondant à
notre cahier des charges, à cette esthétique mutante : ceux dont l’ensemble du travail y est dévolu
(qui sont au sens vrai les ‘artistes mutants’) ; ceux qui ont pu, au cours de leurs carrières, apporter
une contribution importante à ce domaine sans traiter spécifiquement ou exclusivement du
Mutant ; enfin ceux dont les problématiques sont connexes (liées au bio-art, aux sciences, ou à un
certain futurisme) et peuvent éclairer notre propre questionnement4.
Pour la première catégorie, nous avons retenu : Matthew Barney ; Anne Esperet ;
Eduardo Kac ; Mariko Mori ; Orlan ; Patricia Piccinini ; Stelarc5.
Dans la deuxième catégorie, nous avons sélectionné : Marcel Li Antunez Roca ;
Aziz&Cucher ; Keith Cottingham ; Robert Gligorov ; Catherine Ikam ; Lavick&Müller ; Juan Le
Parc ; Daniel Lee ; Lukas Zpira.
Enfin, la troisième catégorie comprend : Art Orienté Objet ; Stéphan Barron ; Beb
Deum ; Lee Bul ; Nancy Burson ; Gérald Bybee ; Critical Art Ensemble ; Dalia Chauveau ; Jane
Alexander ; Cornelia Hesse-Honegger ; Nick Knight ; Tina La Porta ; Xavier Lambert ; Marta de
Menezes ; Yann Minh ; Motohiko Odani ; SubRosa ; SymbioticA ; TCA ; Bill Vorn ; Chad
Michael Ward ; George Gessert ; Eva Wohlgemuth ; YoniLab.
Nous ne prétendons nullement dresser eo ipso un panorama exhausif du domaine. Certains
noms ont pu nous échapper ; d’autres, que nous avons décidé de ne pas retenir, auraient pu l’être
pour de bonnes raisons. Nous tenons simplement à établir clairement ce sur quoi notre réflexion
a porté, ce que nous avons jugement pertinent de faire mander au cours d’une glose sur :
‘la figure du mutant’
1 A noter aussi l’extraordinaire politisation de ces thèses. G Bush Jr, conseillé par le remplaçant de Bainbridge, s’élève très fort
contre la philosophie posthumaniste.
2 La danse (par ex Life form de M. Cunningham) en est friande. Voir aussi : « Prosthetic Head » de Stelarc [Pl. 31].
3 Généralisons par ce vocable, ce que l’on appelle aujourd’hui l’Internaute, formant une communauté fermée.
4 Le tome 2 de ce travail présente toutes les illustrations afférentes.
5 Le site officiel de l’artiste occulte certaines dates relatives à d’anciennes œuvres ; d’où notre imprécision par moment…
Page 18 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Le devenir-mutant de l’humain
Où l’on s’efforcera de dresser un panorama entre l’Homme et le Mutant. Peut-on proposer
des frontières évidentes ? Sont-elles poreuses ? Tout Humain n’est-il pas déjà : un mutant ?
Le mutant à venir
La question de l’humanité est la question de son positionnement. Dans la mesure où elle
s’inscrit dans un milieu. Les sciences, les religions et les philosophies n’ont eu de cesse de tenter
d’y apporter des réponses. Ne retenons que les étapes évoquées par Freud dans son Malaise dans
la civilisation : Copernic, Darwin et Freud. Tous ont cherché à répondre à cette interrogation :
« Où l’humanité se situe t-elle ? » Non plus au centre du monde, mais circonscrite dans les limbes
de la périphérie, nous apprend le premier ; non plus ‘être exceptionnel’, béni de Dieu, mais
métazoaire s’inscrivant dans une longue lignée animale, affirme le second ; non plus responsable
de ses actes et libre, mais fruit d’un continent obscur, termine le dernier1. Et sans doute tous les
grands systèmes de pensée pourraient être convoqués à l’appui de cette thèse : que l’humanité, en
voulant se définir, cherche à se situer dans son environnement (tout positionnement est toujours :
relatif).
Des réponses furent apportées. Chacune d’elles étant une nouvelle vexation à la
souveraineté – posée a priori – de l’humain2. Les leçons tirées, il appert que le contexte dans lequel
s’ente cette humanité est double : l’environnement extérieur objectal ; la communauté des autres.
L’humanité prend pied en un lieu donné qui a fortement évolué au cours du XXeme siècle.
Jusque-là, ce ‘cadre’ d’existence se limitait à la physis, la Nature : l’homme est un être devant vivre
en bonne intelligence avec son cadre naturel (par opposition à : artificiel) en essayant bien
souvent de s’en affranchir. Au siècle dernier – Heidegger l’a bien montré et rien n’est venu le
démentir – la technologie (en tant que technique, sciences et technosciences) a tout arraisonné,
est devenue totalitaire, de sorte que l’homme moderne, l’homme des villes et des réseaux, est bien
plus confronté à cette technosphère omniprésente qu’à une Nature cachée, reléguée dans des no
man’s land ou des réserves, réduits comme des peaux de chagrin. D’un autre côté, l’homme n’est
pas la seule entité sentante de la planète, mais il prend corps au sein d’un écosystème. Son mode
d’existence dépend donc aussi de ses rapports avec les autres règnes naturels : animal et végétal,
que l’on appellera le ‘Vivant’. Précisons la distinction entre la Nature et le Vivant. Le Vivant
inclut la faune et la flore. Cette dernière n’est pas la Nature. Il y a la même différence entre
Nature et Flore qu’entre la biosphère et l’écosystème, entre le végétal et la plante : la première est
Lecture que l’on retrouvera dans : L’apparition de l’Homme / Teilhard de Chardin, Pierre – Paris : Seuil, 1956. p.367.
Sur une analyse de la dimension vexatoire des théories scientifiques à l’encontre du « bouclier narcissique de l’individu », on
pourra se reporter à : L’heure du crime… : la vexation par les machines / P. Sloterdijk.
1
2
Page 19 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
un tissu, indéfini, un décor ; la seconde est une monade quantifiable, le personnage qui prend vie
dans ce cadre1. Le dernier acteur avec lequel il interagit est une entité anthropoïsée, un principe
supérieur fait homme : dieu2.
Ainsi, l’humanité, tiraillée, a t-elle peu à peu appris à se positionner, en s’articulant autour
des sphères d’existence des autres réalités connexes : l’environnement (en tant que Nature et
Technologie) et les autres (êtres vivants ou supérieurs). C’est ce positionnement qui n’a cessé de
bouger au cours des découvertes et des vexations, de sorte que, boule de billard bringuebalée,
l’humanité n’a que depuis peu opté pour un ancrage plus au moins stable. Une fois actée la place
occupée par l’homme sur l’échiquier du monde, pourquoi ne pas la modifier ? Pourquoi ne pas
déplacer le curseur ?3
C’est sans doute l’enjeu de toutes les thèses idéologiques qui font florès outre atlantique
sur le post-humain, préparé par les trans-humanistes. Ce n’est pas le lieu ici d’analyser la faisabilité
ou la moralité d’une telle posture ; reconnaissons simplement qu’il s’agit là d’un désir enfin
avouable parce que réalisable d’une sur-humanité.
Conformément à l’approche pour laquelle nous venons d’opter, cela revient donc à dire
que cette Humanité cherche un nouveau positionnement sur le plan d’existence de ces différentes
sphères. L’intérêt de notre époque est justement que la technologie apporte les solutions viables
pour rendre cette quête possible et autoriser des incursions dans ces différentes sphères
d’influence. Déplacer le curseur selon le premier axe revient à renouer avec la nature, rechercher
un espace pré-adamique, vierge et pur (revenir aux fondamentaux ; ex : l’écologie). Ce qui
pourrait apparaître antithétique mais vient plutôt en parallèle à ce premier mouvement, est le
déplacement vers – ou plutôt : dans – le champ de la technologie, à la recherche d’une symbiose
plus étroite (une façon de valider l’idée qu’il n’y a plus d’humanité que technologique). Le règne
animal étant conquis et utilisé à des fins purement anthropocentriques, l’humanité est en passe
d’annexer des états de conscience autres et jusque-là inaccessibles en même temps que de
découvrir de nouveaux territoires (le devenir-animal de Deleuze est une façon de fuir le trop
humain en même temps qu’annexer un territoire). Enfin, déplacer le curseur selon l’axe divin
consiste à partir à la conquête de la puissance, dépasser les limites physiques mais contingentes de
l’homme, faire fi de la facticité de l’état de nature humaine (pour le dire autrement : les humains
ne sont souvent que des sous-dieux rachitiques et handicapés là où les divinités sont des
humanoïdes supérieurs, tout puissants).
Ces quatre sphères d’influence ne sont pas monolithiques, mais polysémiques. Dans son
histoire, l’humanité a déjà imaginé les moyens de les investir partiellement. L’époque actuelle en
est un nouveau chapitre où l’auteur se serait donné les moyens de réussir. La Nature englobe la
biosphère, le minéral, la pureté et le naturel. Les mythes originels, le bon sauvage ou les
mirmidons témoignent d’une communion plus intime entre la nature et l’humanité. La
Technologie comprend aussi bien les machines que la symbionomie4, ou la virtualisation.
L’avatar, l’automate, l’homme bionique en sont autant de figures clés. Le Vivant porte sur la
faune, la flore et les animaux fabuleux. Les animaux-totems ou les différents mythes
métamorphiques ovidiens en sont autant d’illustrations. Enfin, ce que nous avons dénommé Dieu
regrouperait aujourd’hui autant Dieu, que les dieux, que les Extra-Terrestres, que les animaux
1 Les très belles photos d’une Lehna Lenhdorff, nue et peinturlurée de sorte qu’elle se fonde avec le paysage, ou celle de Gligorov
végétalisé – ressortissent plus à un devenir-végétal, donc à un devenir-nature ; alors que les récits de Gunnm (Kishiro) ou du Cycle
d'Ender, tome 2 : La Voix des morts (O. Scott Card) où les protagonistes se muent en une fleur ou un arbre évoquent un devenir-plante,
ie d’un devenir-Vivant.
2 Nous avons ici tenté de sérier des principes actifs et patents pour l’homme du XXIè siècle, en délaissant le champ du fantaisiste,
de l’irrationnel (les animaux fabuleux ou les extra-terrestres, par exemple), puisqu’ils n’ont pas véritablement d’impact dans la
société actuelle. Vouloir les y incorporer nécessiterait peut-être l’apparition d’un nouvelle ‘sphère d’influence’. Si l’on était amené à
les rencontrer dans la suite de cette étude, nous les rattacherions à la sphère du divin ou de l’animalité selon qu’ils seraient
intelligibles ou non.
3 « Effectivement, pourquoi ne pas prendre le pouvoir ? » (cf : La fin de l’homme / F. Fukuyama. p.228).
4 On pourra se reporter à : L’homme symbiotique / J. de Rosnay.
Page 20 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
fabuleux intelligibles ou même que les astres. Il s’agit d’un principe supérieur, une volonté de
puissance supra-humaine, un devenir-astre dirait Blanchot. Nemrod, Phaeton, Thésée en sont
autant d’évocations. Aujourd’hui, les quatre grandes figures que nous avons déjà évoquées, qui
viennent hanter cette étude sur la post-humanité, parce qu’elles s’instaurent sous les auspices de la
faisabilité technique et non plus de la fable – ces quatre figures qui se retrouvent dans l’art
contemporain, prennent place au sein de ces volontés de conquête, en en précisant (et limitant)
les contours.
Le Post-humain est donc aux confins de diverses velléités. C’est une construction
empirique et bouillonnante élevée autour de quatre axes principaux : un devenir-bio (retour à une
Nature propre, pérenne, tel que le clone1 l’évoque) ; un devenir-machine (symbiose avec la
Technologie, dont le symbole est le cyborg) ; un devenir-animal (représenté par les chimères) ; et un
devenir-surhumain (dépassant le stade de l’humain, pour taquiner la sphère des dieux, tel que le
mutant l’illustre). Aujourd’hui, le devenir-autre de l’humanité (et non de l’individu), cette quête du
Post-humain, est aux confluents de ces quatre devenirs.
Dieu
Technologie
CYBORG
MUTANT
Devenirmachine
Devenirsurhumain
POSTHUMANITE
Devenirautre
CHIMERE
Devenir-animal
Vivant
CLONE
Devenir-bio
Nature
Bien sûr, le flou s’installe parce que ces axes ne sont pas parcourus un à un, de façon pure
et exhaustive. Bien plus souvent, les chemins se croisent et se répondent. Les progressions sur
l’un ne peuvent se faire qu’en parallèle, qu’en résonance avec la déambulation le long d’un autre
axe. Quitte à cloner, autant transmettre quelques gènes mutants plus résistants, voire chimériques
1 En effet, le clone revêt deux aspects distincts : le clonage reproductif et le clonage thérapeutique. Le premier est celui qui est le plus
ancré dans l’imaginaire collectif. Créer des copies de soi-même, à l’identique, revient à : revendiquer une certaine forme
d’immortalité, renvoie à la copie biologique la plus basique (la mitose des cellules), et évoque un double humain, nu, pur, inaltéré.
Le second type est une aventure scientifique prometteuse déjà en marche : elle permet d’avoir à disposition une banque d’organes
disponibles pour soigner toutes les maladies ou les accidents survenus au cours de la vie : c’est la possibilité pour l’homme de
s’exempter de tous virus, cancers, vieillissements organiques, cicatrices, taches. A chaque souillure, à chaque péché, une réponse
serait envisageable par le remplacement du corps du délit. Une immortalité toute propre, pure de toutes les vicissitudes du temps.
Le but du clonage, sous ces deux aspects, est donc bel et bien de s’ancrer un maximum dans la sphère d’une Physis originelle sans
tache, rousseauiste, par opposition à l’artificiel. Ce devenir-pur est donc bien un devenir-bio.
Page 21 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
dans le cas de l’art trans-génique de Kac. Quitte à créer un mutant, autant le rendre plus fort
encore en lui donnant des armes cybernétiques et prothétiques. De même, le devenir-animal peut
tout aussi bien se retrouver par le biais de différentes formes de mutation (cf : « Manimals » de
Daniel Lee [Pl. 42]) que par le jeu du montage de la chimérisation, etc.
Les concepts de l’hybride et de l’hybridation n’apparaissent pas dans cette perspective. En
effet, l’hybride n’est pas vraiment un axe de développement du plus-qu’humain, mais plutôt un
degré de parcours de l’axe d’évolution. Passées une certaine avancée, pénétration de l’humain dans
une sphère connexe, on pourra parler d’hybridation. L’hybridation est le juste milieu entre la
sphère de l’humanité et les autres sphères que la trans-humanité cherche à investir. En-deçà, on
reconnaît encore trop les oripeaux de l’homme ; au-delà une part primordiale de l’humanité est
perdue. L’hybride est ce point central où l’on reconnaît à égalité, ou plutôt : pour égales, les parts
apportées par chaque sphère.
Le monstre est un égaré sur ces chemins qui mènent quelque part. Parce qu’il n’a pas suivi
le tracé axial ; parce qu’il a été trop loin ; parce qu’il s’est perdu dans les méandres de l’informe ;
parce qu’il ne s’est pas aventuré assez loin, de sorte qu’il n’a pu acquérir les attributs de son
nouvel être, tout en ayant déjà aboli les caractères primordiaux de son humanité – le monstre –
contrairement à l’hybride qui vit la fusion des diverses sphères autour de lui dans une symbiose
parfaite – exhibe sa monstruosité comme une greffe inepte, une bouture incompréhensible,
innommable. Le monstre est la figure de l’indéfini. Il est quelque chose qui ne devrait pas être.
Le mutant, comme figure de prou du devenir-surhumain, est aussi une figure englobante. En
effet, dans chacune de ces quatre propositions qui déclinent le devenir-autre de l’humain, il s’agit en
général de trouver, par le devenir-X, un horizon insoupçonné à l’ancienne humanité, un continent
jusque-là interdit, donc, dans tous les cas, et suivant des modalités distinctes : d’échapper à
l’humaine nature. Le ‘trop humain’ délaisse sa condition et ses limitations afférentes, pour partir
en quête d’un plus, d’un mieux, d’un au-delà, d’un sur-humain. Tout devenir-X est une
conjugaison du devenir-surhumain.
Le post-humanisme est un pari. Le pari dans une humanité ‘nouvelle formule’ qui ne
serait pas seulement différente mais plus apte (fitter1) à accomplir des actions dans son
environnement donné. Ce pari porte un nom : le devenir-autre. L’enjeu de ce pari en porte un
autre : le devenir-surhumain, dont le mutant est le paradigme. Le Mutant, comme figure englobante,
comme symbole générique, réalise cet enjeu. Le mutant, limité à sa dimension idiosyncrasique, en
illustre l’une des facettes2. Le Mutant subsume ; le mutant hypostasie.
L’humanité comme amélioration de l’humain
Parmi les qualités éminentes de l’être humain, se trouve sa capacité de ré-inventer sans
cesse la façon qu’il a d’être humain en fonction des réalisations de son génie propre. Pic de la
Mirandole désignait cette qualité comme la ‘dignité humaine’ – ce qui fait sa valeur propre3. Trois
cent ans plus tard, Rousseau, père de l’anthropologie, de sur-enchérir : « la notion de perfectibilité
nous permet d’envisager une métamorphose indéfinie de l’humain »4. Dernièrement, Fukuyama
ne peut se départir de sa réflexion sur la Fin de l’Homme sans réfléchir à « la qualité humaine
essentielle qui mérite un certain respect ». Il l’appellera : le ‘Facteur X’5. Reprenons le fil : si nous
cf : la formule de Herbert Spencer (1820-1903) concernant l’évolution des espèces : the survival of the fittest.
Et un lecteur derridien de Psyché de conclure que le mutant est au Post-humain ce que la métaphore est à la philosophie.
3 cf : Humain, post humain… / D. Lecourt. p.48.
4 cf : Figures de l’art n°6 : « de Blade Runner à AI : une machine plus humaine que l’homme » / B. Lafargue. p.464.
5 Nous ne pouvons nous laisser de nous étonner de cette dénomination. Pourquoi ne pas l’appeler le « facteur H », pour
‘Humain’ ? Le X est déjà extrèmement employé par le post-humain justement : les X-Men, L’arme X (=Serval) et même : X-factor
(aka Facteur X en français) ! ! Ce terme qu’emploie l’américain pour signifier ce qui fait la nature de l’homme dans son humanité
nue, simple – a déjà été déposé par un groupe de mutants de chez Marvel ! !
1
2
Page 22 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
n’avions à retenir qu’une chose de l’espèce humaine, ce qui fait son ‘propre’, ce qui valide ipso facto
sa dignité (en tant que quoi ?), serait sa vélléité insatiable de perfectionnement. De ne pas subir une
destinée transcendante mais de se faire actrice de sa propre histoire et de chercher à devenir
meilleure. Et donc notamment à améliorer ses capacités (physiques et variées). La perfectibilité
est une valeur humaine ; on pourra parler d’une véritable « éthique du perfectionnement », en tant
qu’elle s’accompagne d’une intentionnalité première, d’une quête volontariste. Le propre de
l’homme est dans un perfectionnement dont il aurait la maîtrise, dont il se ferait l’unique ‘cause’
(dans le déploiement de toutes ses acceptions). Seule limite à sa quête : son imaginaire. Mais
Bacon en atteste : pour le moment, l’homme n’est pas en reste dans ce domaine. L’auteur de la
Nouvelle Atlantide s’est fendu d’une liste de merveilles à traiter dont le degré de vaticination
effective est étonnant. Dans ses Magnalia naturae, praecipue quoad usus humanos1 (« Merveilles
naturelles, surtout celles qui sont destinées à l’usage humain »), certaines sont attendues, d’autres
ont été réalisées, d’autres ressortissent encore à la sphère de l’utopie. Enfin, certaines résonnent
étrangement proches de notre civilisation du XXIe siècle… Nous en voulons pour preuve :
« Transformer la stature.
Fabriquer de nouvelles espèces.
Transplanter une espèce dans une autre.
Transformer les traits.
Augmenter et élever le cérébral.
Métamorphose d’un corps dans un autre.
Puissance de l’imagination sur le corps, ou sur le corps d’un autre.
Augmenter la force et l’activité. »
Un vrai festival ! L’humanité se fait déjà : une « évolution autoplastique luxuriante », selon
l’expression de Sloterdijk2.
Ce ‘principe humanité’ s’est concrétisé dans un autre principe agissant : la technique. Pour
mener à bien sa volonté de perfectibilité, l’Homme a construit des artefacts et son histoire
spécifique s’est doublée d’une histoire des techniques, l’enveloppant, l’accompagnant, et dans une
certaine mesure : s’y confondant. Nous ferons nôtres les leçons de Leroi-Gourhan et de Stiegler
sur l’histoire de la Technique : dans les processus d’hominisation, « la technique invente l’homme
et non l’inverse »3. La technique prolonge tous les organes (dont le cerveau), selon différentes
modalités. Ainsi historiquement, si nous suivons Gehlen (cf : L’homme à l’âge de la technologie), les
outils sont devenus des substituts ou des machines à remplacer les organes via des techniques de :
renforcement (téléphone, lunettes), facilitation (brouette, poulie), remplacement (‘au-delà’ :
scaphandre, scanner)4. Et cette histoire se poursuit. Aujourd’hui, la quête est devenue tout
azimuth, mettant en exergue les figures du clone et surtout du cyborg – les trois grands pôles
étant : l’amélioration (enhancement), la régénération et l’immortalité (c’est tout le discours des posthumanistes). Mais essayons de préciser : que signifie : ‘perfectionner’ l’homme ? ‘Améliorer’
l’humain : qu’est-ce à dire ?
Qu’est-ce que l’homme ? Derrière la candeur d’une telle question, précisons d’entrée de
jeu que nous n’y répondrons pas ! Que nous ne le tenterons même pas. Force est de reconnaître,
nonobstant, que l’interrogation sur le mutant (qui est l’objet de ce travail) dessine, en creux,
comme son complémentaire fantomatique, le questionnement sur l’homme… Il serait
inconséquent de le fuir, malgré l’immensité de la tâche. Contentons-nous d’une approche
fonctionnelle. Or donc : qu’est ce qu’un Homme ? (abandonnons l’article défini) C’est une entité
possèdant un certain nombre de qualités (que l’on peut décliner en : attributs, compétences,
cf : La nouvelle Atlantide / F. Bacon. p.133.
cf : Règles pour le parc humain… / P. Sloterdijk. p.89.
3 cf : French Theory : Foucault, Derrida, Deleuze & Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux Etats-Unis / Cusset, François – Paris : La
découverte, 2003. p.263.
4 cf : Humain, inhumain, trop humain… / Y. Michaud. p.43.
1
2
Page 23 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
caractéristiques, talents, etc) oscillant entre des valeurs extrêmales. Exemplaire de cette définition,
la biométrie : la taille de l’homme de l’an 2000 est une grandeur comprise entre un mètre et deux
mètres vingt, valant un mètre soixante quinze en moyenne (chiffres non contractuels).
L’ensemble des qualités ({Q}) de l’espèce humaine, rapporté aux valeurs prises individuellement
(ces valeurs appartenant à un intervalle continu dépendant de la qualité considérée : {IQ}) –
particularise l’espèce humaine comme ensemble d’invidus : H = {Q} ∩ {IQ}. Ainsi se définit
l’homme, et ajoutons : l’homme normal, en tant que la normalité et l’humanité vont de pair.
N’en déplaisent aux séïdes de la psychologie ou de la psychanalyse, pour qui chaque
individu est unique et pour qui, il n’y a pas de personnes ou de réactions normales ; le concept de
‘normalité’ est un outil puissant, doublé d’une évidence concrète. Tentons d’ébaucher les
principales caratéristiques d’une théorie de la normalité, c’est-à-dire de la normale (et non pas de la
norme). A la suite des behavioristes, il appert que dans des situations données, la majorité des
personnes agissent d’une certaine façon ; selon certaines grandeurs considérées, il s’avère que,
statistiquement, la race humaine s’organise autour de certaines valeurs moyennes, qui définissent
la ‘normale’. Bien sûr, personne n’est constamment normal, mais l’on peut toujours définir des
comportements normaux ou des valeurs normales (autour d’une valeur moyenne ou de certaines
valeurs discrètes (couleur des yeux)). Certains individus sont, comme aurait pu dire Coluche,
« plus normaux que les autres ». A contrario, les artistes ou les dandys sont « moins normaux » que
les autres. Plaider pour une unicité de chaque individu et une égalité des personnes devant la nonnormalité – est inepte1. La figure de la normalité est la gaussienne, la courbe en cloche. En
mesurant une donnée ou une variable, cette figure apparait. De là, peut se déduire une définition
de la normale – arbitraire soit, mais comme le sont toutes les normes et toutes les barres (Quel
taux de rayons gamma est acceptable par l’homme ?) : la normale est la valeur moyenne (ie le
sommet de notre gaussienne) plus ou moins vingt pourcent ; ou bien la valeur médiane et
l’intervalle mis au jour en considérant plus ou moins 30% de la population ; ou bien l’intervalle
où viennent se loger les 50% de la population composant la partie haute de notre cloche, etc.
Bref, tout ça pour quoi ? Tout ça pour dire que ce que l’on considère trop vite comme les
anormaux, les déviants sont déjà pris en compte dans cette théorie de la normalité. La gaussienne
ne laisse échapper de son tamis aucun être anormal. Le handicapé, le nain, le sociopathe, ne sont
pas des monstres ou des êtres anormaux : ils sont parfaitement intégrés à l’espèce humaine, à sa
normalité : ils occupent les extrèmes de la gaussienne. Il n’existe pas d’humain anormal. Il existe
des invidus dys-normaux (qu’ils soient hypo- ou hyper-normaux) ; mais leur existence n’invalide
pas le paradigme, ne remet pas en cause la théorie. Au besoin, le modèle est capable de s’adapter
à un nouvel élément déviant. Mais derechef : il n’existe pas d’humain a-normal.2
Dans la même perspective, on pourra remarquer le quasi-universalisme de la loi de Pareto dans bon nombre de circonstances : le
fameux 80-20.
2 Cette approche laisse sciemment et volontairement de côté le phénomène du monstre qui est du domaine de l’an-omalie. Nous
renvoyons à : Le normal et le pathologique : 2ème partie, Y’a t-il des sciences du normal et du pathologique ? : II. Examen critique de quelques
concepts / G. Canguilhem. L’anomalie provient du grec an-omalia avec ‘omalos’ signifiant lisse, égal, uni (p.81). Notre pari étant
d’inférer la mort positive du monstre comme anomalie (nous réïtérons : la tératologie n’est plus). L’anomalie humaine des sociétés
avancées est scientifquement détectée et abolie avant l’accouchement (les freaks n’existent plus grâce à la technique médicale).
Seules subsisteront des anomalies créées par des sciences faustiennes (cf : la galerie des monstres dans Alien IV, précédant le
clonage de l’héroïne) qui seront sans doute détruites elles aussi. Notre propos est de tenter une comparaison (si elles existent et si
elle s’avère efficiente) entre l’espèce mutante et l’espèce humaine en dehors des cas hétéroclytes. Dans une étude comparative
entre la vache et le chien, il serait oiseux de tenir compte des vaches à 5 pattes et des chiens sans queue… (Nous admettons que
dans le cadre d’une étude comparée mutant/homme, cette analogie est quelque peu forcée…)
1
Page 24 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Pop
Pop
Pop
PMax
PMax
2
IQ
IQ
VMoy
2
VMoy
3*VMoy
2
IQ
b
a
b
∫ f(x)dx = 12 ∫ f(x)dx
a
IQ
Illus : trois exemples de construction de la normalité
Là apparaissent les mutants. Ils ne sont pas là pour toucher à la gaussienne (la faire
fluctuer), ils sont tout entier dans l’a-normalité, en dehors de la gaussienne. Un homme peut
soulever entre 10 et 200 kg, mettons. Faire muter l’espèce pour que nous soyons tous capables de
soulever les 200 kg – reviendrait simplement à déplacer notre courbe en cloche, et n’aurait pas
d’intérêt. Trop étriquée, comme ambition. Le but du mutant est bel et bien de dépasser
l’intervalle contingent fixé par je-ne-sais-quelle facticité, aller taquiner des valeurs qui sont en
dehors de cet intervalle IQ. Et même cela ne laisse transparaitre qu’un horizon frileux. Améliorer
ses possibillités n’apporte qu’un changement minime : sauter un mètre ou sauter cinq mètres, ce
n’est toujours que sauter… Le but du mutant est surtout d’aller chercher de nouvelles qualités
encore inconnues de l’espèce. Là réside sans doute sa véritable raison d’être, ce en quoi, il
cristallise une authentique fascination… Parce qu’il sera capable de prendre des valeurs en dehors
de la gaussienne (non prises en compte par la théorie de la normalité humaine), et parce qu’il
créera ex nihilo de nouvelles gaussiennes propres (n’appartenant pas à la nature humaine) – le
mutant est le véritable parangon de l’a-normalité. Le seul non imaginaire.1
Quelle forme prend cette quête du qualitatif et du quantitatif dans le hors-norme ?
L’humanité augmentée
Pallier la débilité d’un organe, suppléer à une déficience fonctionnelle, améliorer son
emprise corporelle sur le monde : tels seraient les premiers pas vers un humain augmenté,
s’instanciant dans un ‘corps amplifié’2. Cela est déjà chose faite avec l’être-prothétique de l’homme.
Nous rejoignons tout à fait Stiegler qui décrit l’Histoire de la technique comme une histoire de la
prothèse3. Partant, l’histoire de l’Homme se confond avec le déploiement de son être-de-plus-enplus-prothétique. « La pro-thèse n’est pas un simple prolongement du corps humain, elle est la
constitution de ce corps en tant qu’ ‘humain’ »4. L’histoire des techniques, sous sa tonalité de
l’histoire de la prothèse (ce que McLuhan appellerait les médias), est le bras armé de l’amélioration
1 Refermons notre parenthèse mathématisante, en tentant de décrire les relations humain-mutant via une écriture pas tout à fait
rigoureuse mais presque :
{Q} ⊂ {QM}
avec dim({Q}) < dim({QM}) [M pour Mutant, bien sûr]
∀ Q , IQ ⊂ I Qm
avec
||IQ|| < ||I Qm|| [ ||…|| = Fonction ‘longueur’ standard]
cf : Stelarc : « Amplified body » - ? ? [Pl. 27]
3 Nous ne distinguons pas prothèse (appareil artificiel qui remplace un organe ou une fonction organique) et orthèse (qui vient
renforcer un organe ou une fonction lésée). Cf : Anthropologie du corps… / D. Le Breton. p.260.
4 cf : La technique et le temps 1… / B. Stiegler. p.162.
2
Page 25 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
de l’homme en réalisant l’amélioration de son corps. C’est l’émergence de l’entité la plus en vue
ces derniers temps : l’homo silicium de Le Breton : le cyborg.
Dans les arts, Stelarc est sans doute le fer de lance de cette ‘cyborgisation’ de l’homme.
Contrairement aux simples implants, prônés par le milieu des Body Modifications ; dépassant le
stade de la prothèse palliative ; Stelarc propose véritablement une image d’une humanité
augmentée telle que nous l’avons définie ci-dessus. Autour de propositions aux titres plus
qu’évocateurs (« Virtual Arm » - ? ? ; « Third Hand » - ? ? [Pl. 27]), l’artiste australien se place
résolument dans une démarche plus qu’humaine : se pluggant un troisième bras robotique,
expérimentant des mariages symbiotiques avec la machine – il est bel et bien à l’affût d’un
dépassement des domaines de connaissance et d’intelligibilité de l’humain. Quel effet cela fait
d’être pingé par le réseau comme nos serveurs Web le sont en permanence ? Les muscles
abdominaux pourraient-ils être affectés à d’autres tâches, comme au contrôle d’une troisième
main ? Les cyborgs thérapeutiques ont envahi notre quotidien (pacemaker, pompe d’insuline1).
On ne les voit pas ou on ne les voit plus. Miracles de la technologie dont tout le monde ne peut
que se louer, ils nous renvoient une image peu fantasmatique dans la mesure où ils rappellent par
trop l’essence médicale, les racines prophylactiques du cyborg : un tel cyborg est avant tout un
handicapé. Déficit d’image donc à l’origine de notre entité : la double nature du cyborg (hommemachine) nous remémore à tout instant la nature d’invalide de l’homme qu’il vient soutenir.
L’œuvre « Erectro » d’Odani [Pl. 52] nous le présente merveilleusement. Là réside la première
aporie du cyborg : en même temps qu’il nous augmente, il clame notre débilité. Puis vint la
deuxième génération, celle du cyborg fonctionnel, celle de Warwick2, celle qui explore un meilleur
mariage avec les ordinateurs et le réseau, ayant pour but, non de suppléer à un manque mais
d’offrir à l’homme de nouvelles fonctionnalités, de lui faciliter la vie, de la lui rendre plus
ergonomique, plus transparente. Enfin, troisième temps, les artistes (Stelarc grand manitou, mais
aussi Marcel Li Antunez Roca [Pl. 32-33]) nous invitent à modifier notre rapport au monde en
profondeur. Les discours métaphoriques de Deleuze & Guattari se concrétisent dans les faits : la
symbiose cyborgale est cette greffe d’un ‘organe-machine’ sur une ‘machine-énergie’. Et on le
voit, cela dépasse très largement la définition qu’en donne Sloterdijk (« la nature de la prothétique
veut qu’elle substitue à des organes imparfaits des machines plus performantes »3). Cela va en
effet bien plus loin que le remplacement d’organes. Même : cela n’a rien à voir avec le
remplacement d’organes… Alors quoi ? Le cyborg réaliserait-il cette quête infinie de
perfectibilité, propre de l’homme ? Cette figure devenue hégémonique dans les arts, la culture
pop’ et les milieux intellectuels de la dernière décennie, serait-elle le parangon de ce que nous
avons analysé comme le devenir-surhumain de l’homme ? Pourquoi le mutant, si le cyborg est la
panacée ?… S’il est vrai que la prothèse et l’orthèse réalisent cette amélioration de l’homme – s’il
est vrai que l’homme prothétique, sous sa forme la plus récente, le cyborg, est déjà un homme
augmenté – constatons qu’un voile pudique est continuellement jeté sur une réalité ô combien
moins favorable : la dépendance du cyborg.
cf : par exemple l’article de Janet Lafler : « I am a cyborg and i love it » (www.salon.com du 22/1/2001).
cf : Wired Vol 8, No 2 : « Cyborg 1.0 » – Février 2000.
3 cf : L’heure du crime… / P. Sloterdijk. p.73. Nous rejoignons bien plus Stiegler affirmant : « La ‘prothèse’ ne vient pas suppléer à
quelque chose, ne vient rien remplacer qui aurait été là avant elle et se serait perdu : elle s’ajoute. » (La technique et le temps 1. p.162).
1
2
Page 26 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Illus : 60 ans après : « dessine moi un mouton cyborg » (d'après Dick)
Rappel : l’histoire de l’homme est l’histoire de ses techniques, donc l’histoire de son êtreprothétique (et non pas de son devenir-prothétique dans la mesure où le premier acte technologique fut
la création de la première prothèse). Par conséquent, la malédiction transparaît en filigrane :
l’homme s’éloigne de plus en plus de son état premier et ipso facto perd son autosuffisance. Sans la
machine, sans le cadre qu’il s’est progressivement forgé, c’est un animal plus que nu : mort.
Combien de temps un homme survivrait-il, seul, dans une jungle, de nos jours ? Combien de
temps aurait-il tenu il y a cinq cent ans ? Combien de temps y tiendra t-il demain ? Oui, l’homme
devient tous les jours plus fort, mais eo ipso, il devient plus dépendant. Ce qui nous rend plus forts
nous rend plus faibles. Telle est la seconde impasse du cyborg1. Ce en quoi, il est surpassé par le
mutant. Car le mutant consiste justement à lutter contre cette tendance néfaste et à renouer avec
un état plus solide, parce que plus apte à faire face à son environnement en toute autonomie. Audelà du cortège des pouvoirs accessibles, c’est l’autosuffisance du mutant qui est véritablement
novatrice. Si vous voulez courir plus vite, mieux vaut devenir un mutant qu’un cyborg, parce que
vous n’aurez pas besoin de recharger vos accus ! Daniel Lee, dans sa campagne publicitaire pour
Microsoft [Pl. 45-46], a finement dépoussiéré la vieille doctrine de Coubertin : altius-fortius-citius.
Ses manimaux nous délivrent une représentation de ces futurs mutants dont le souci réside pour
une part à : acquérir des pouvoirs. Nous n’entrerons pas dans un exercice de taxinomisation des
divers pouvoirs qui hantent les imaginaires des créateurs mais remarquons que la science ellemême confesse certaines avancées dans le devenir-invisible, le devenir-télépathe, etc2. Comme le
précisait José Delgado : la question n’est plus « Qu’est-ce que l’homme ? » mais « Quel genre
d’homme devons-nous fabriquer ? »3. Le slogan olympique devient finalement bien ringard,
devant le champ des potentialités à moissonner…
Le mutant hic et nunc
Il n’existe pas d’allèle sauvage4. Version scientifique de : « le mutant est la norme ». Suivons la
voie d’une réductionnisme génétique. Le génome est constitué de gènes. Le fantasme voudrait
que chaque gène (par exemple celui de la couleur des yeux) soit présent sous une forme unique.
C’est-à-dire qu’il se code via une séquence unique d’acides aminés. Il y aurait un isomorphisme
évident entre le caractère, le gène, et la séquence codante. Or, il n’en est rien. Tous les gènes sont
présents sous une forme variable, appelée ‘allèle’. Partant, il n’y aurait pas un gène témoin,
normal, dont la plus petite perturbation ferait chavirer à l’état de ‘gène mutant’ ; mais bel et bien
1 On peut très bien prévoir des solutions où le cyborg devient indépendant des ressources (energétiques ou informationelles)
externes, mais la partie humaine du cyborg restera toujours dépendante de sa prothèse, de l’objet symbiotique, fragile. Même
abîmé, blessé, un mutant reste un mutant. Un cyborg écorné est moins qu’un homme.
2 cf : Science et Vie No 1042 : « Les super héros sont les enfants de la science ». p.141 sq.
3 cf : Le monde diplomatique No 557 : « Pokemon » / I. Ramonet. p.1.
4 cf : Les avatars du gène…. p.104.
Page 27 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
une déclinaison de chaque gène sous la forme d’allèles… Le polymorphisme génétique est le
fonctionnement standard du vivant. D’où : soit il n’existe pas de mutants génétiques, soit tout le
monde est un mutant. En tout cas, pas de bijection entre le gène et la séquence codante, donc.
Deuxième niveau de complexité et source d’erreurs : le phénotype mutant. Ou : comment
reconnaît-on un mutant ?… En s’intéressant aux gènes ou bien aux caractères exprimés par
l’individu porteur ?… Là encore, les évidences s’avèrent non-opérantes. Une mutation génétique
ne provoque pas de facto une mutation phénotypique. Parce que les allèles peuvent être récessifs
(depuis Mendel (1822-1884) – 1866, oublié jusqu’en 1900) ; parce qu’un caractère peut être codé
par le jeu et la combinaison de plusieurs gènes ; parce que certains gènes ne sont que des
amplificateurs qui ne trouveront à s’exprimer que dans certaines circonstances
environnementales ; parce que l’on n’a pas évoqué ici le rôle des gènes régulateurs, de l’ARN, des
protéines, des cellules mitochondriales, etc etc – un test génétique pourra laisser filtrer des
mutants (ne pas les détecter). D’un autre côté, il pourra tout aussi bien en détecter qui ne sont
qu’en puissance, non actualisés… Devant cet aveu d’impuissance, retournons l’instrument de
mesure : le mutant se reconnaîtrait à son aspect, à son phénotype ? Là encore, ce critère se
révélera bien trop insatisfaisant. D’abord, l’identité mutante, profondément mutante, peut se
terrer dans les abîmes du génotype et s’exprimer par des biais non phénotypiques (comment
savoir que l’on dîne avec un télépathe ?). Ensuite, beaucoup d’humains peuvent jouer la carte de
la mutantité et se créer de toute pièce une peau de mutant qui ne serait qu’un ersatz, qu’un leurre,
qu’un artifice, ne les débarrassant pas du tout de leur nature de juste-humain. Là encore : pas de
bijection entre les caractères et les gènes, bien que ces derniers se révéleront le niveau (qu’il nous
faudra ré-étudier) d’apparition de la mutation.
Les biologistes concluent donc à la « variabilité intra-spécifique », au fait que l’homme,
sous sa forme naturelle, est déjà un être mutant et varié. La question ne serait alors plus : « le
mutant est-il un homme ? » ; mais « l’homme est-il un mutant ? ». Là où les scientifiques
expliquent : « à l’échelle de la population (…), la mutation n’est nullement un phénomène
d’exception : c’est la règle »1 – les artistes de surenchérir : « avant de décréter que tous les êtres
transgéniques sont ‘monstrueux’, les humains devraient se regarder et assumer leur propre
‘monstruosité’, c'est-à-dire leur propre condition d’êtres transgéniques »2.
Bien sûr, il y a mutant et mutant… Evoquer cette figure, c’est donc tenter de conjurer
notre propre part de monstruosité, de plonger dans des abysses avant tout humaines…
Ils sont parmi nous !
Le mutant, c’est d’abord l’autre, c’est-à-dire une forme de l’altérité s’incarnant dans autrui
(un tiers). « Je ne suis pas un mutant » : réaction quasi-épidermique de l’humain, attaché, engoncé
dans sa nature humaine. Donc si les mutants existent, ce sont les autres, forcément. D’ailleurs,
ceux qui s’exhibent tels – sont des êtres monstrueux. Au sens premier, que l’on retrouve dans le
ungeheure de Sloterdijk : le monstrueux comme l’étonnant, l’inouï, le condamnable, dépravé ou
sublime3. Il ne viendrait à l’idée de personne d’imaginer des mutants non monstrueux, voire
indiscernables… Il faut qu’ils s’incarnent dans des figures sur lesquelles projeter nos fantasmes
qui ne sont qu’une métaphore de nos rapports au réel.
Dans leur série respective « La femme qui rit » de 1996 [Pl. 18], ou « Biofictions » de 2003
[Pl. 8], Orlan et Esperet inscrivent une image du mutant dans le monde réel. Les mutants sont
déjà parmi nous, et ils sont parfaitement adaptés à la vie de tous les jours. En montrant le mutant
en action dans le quotidien, elles se font rassurantes. L’artiste-mutant officie dans l’unheimlichkeit
du réel. Il est à la fois un être angoissant et un être rassurant. Avec lui, l’inquiétante étrangeté est
cf : Le hasard et la nécessité : essai sur la philosophie naturelle de la biologie moderne / Monod, Jacques – Paris : Le Seuil, 1970. p.137.
cf : Propos de Kac in : L’art biotech’ / P. Solini. p.41.
3 cf : L’heure du crime… / P. Sloterdijk. p.9.
1
2
Page 28 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
doublement apprivoisée. En effet : l’artiste-mutant est celui qui s’auto-désigne pour faire face à
l’inquiétante étrangeté du monde en mutation. Il est un véritable go-between entre la population
apeurée et les menaces du dehors, les signes néfastes d’une ‘couleur tombée du ciel’. D’autre part,
en tant que mutant, ses créations/créatures représentent elles-mêmes des exemples de cette
étrangeté1. C’est en tant qu’humain, dès lors qu’il rassure : « Après tout, cette chose mutante,
redoutable, affreuse, terrorisante : ce n’est qu’un homme ». Partant, l’artiste-mutant, doublement
sécurisant face à l’unheimlickeit d’un monde technicisé à outrance (tellement que les débouchés
possibles débordent les réalisations proposées), entre dans un rapport apaisé avec la communauté
des hommes : complice, protecteur, respectable. Il se fera l’accoucheur de l’humanité vers son
futur état de mutant. Il l’aidera autant que faire se peut ; à l’humanité de faire face…
Le rapport de l’homme à sa progéniture mutante est alors double, schizophrène où peur
et fascination s’entremêlent. Le mutant, janus, concrétise les espoirs en même temps que les
craintes, ressortit au fascinosus, autant qu’au tremendus, est un autre soi-même, rappelle cette figure
de l’elpis tant évoquée dans l’histoire des avancées techniques. Le mutant fascine dans la mesure
où il surpasse l’homme, évoque son devenir, son avenir, lui promet des lendemains différents et
glorieux. Dans le même temps, il fait peur à double titre : il rappelle par trop la fable d’Epiméthée
(en tant qu’il ouvre à nouveau une boîte de Pandore, il déclenchera le déferlement de nouveaux
maux) ; et surtout, il cache autant qu’il montre (phénomène de l’iceberg). Faire face à un mutant,
c’est un peu comme parler amicalement avec un psychiatre : certes il vous a annoncé la couleur,
mais vous ignorez tout de ce que cela cache, subodore, implique. Une fois que mon interlocuteur
s’est décrété ‘mutant’ avec tel pouvoir, quelle assurance ai-je qu’il ne détient pas d’autres
pouvoirs ? Les rapports humains-mutants sont d’entrée de jeu biaisés. La seule possibilité est de
tenter de se familiariser avec cet autre.
« De la compassion pour les monstres ». Dans notre cas, n’essayons pas d’élucider qui
sont les monstres… Reste qu’entre homme et mutant les rapports sont à chercher du côté de
l’empathie, de la sympathie, de la compréhension, de la pitié. Aujourd’hui, ce serait sans doute de
la pitié envers le mutant, parce que minoritaire et plus faible, parce que caché, parce que montré
du doigt, parce que larvaire. En 1994, dans le cadre de son « Mutant Genome Project » [Pl. 21],
Patricia Piccinini propose un travail intitulé : « Love Me, Love My Lump ». En 1998, Anne
Esperet pose à Google une question pas si éloignée et édite les réponses sous forme d’un
défilement d’images dans une œuvre titrée : « Human love mutant » [Pl. 7]. Deux avocats pour
tenter un plaidoyer en défense du mutant : cet être qu’il nous faudrait aimer. Pourquoi ?
Simplement parce qu’il est aimable… C’est la réponse que semblent apporter ces deux artistes.
En 2003, à Venise, autour de l’exposition « We are Family » [Pl. 23-25], Piccinini décline
d’abondance ce thème d’une réconciliation des altérités : l’homme et le mutant sont capables de
vivre ensemble ; le monstre est un être comme vous et moi, a droit à votre estime et à votre
bienveillance, voire votre amour… Non seulement, les créatures swiftiennes de l’artiste
australienne sont étrangement aimables, sym-pathiques ; mais en outre l’artiste propose la mise en
scène d’une pastorale conviviale, bon enfant, entre l’humain (cf : les mannequins d’enfant intégrés
à l’environnement des êtres fantastiques de Still life with stem cells et de Leather landscape) et le
monstrueux. De l’art d’un ‘vivre ensemble’… Les êtres hybrides créés par Esperet en 1999 et
20022, sont mis en vente sur le site marchand de « Transgenic Species Lab » [Pl. 6]. La page
d’accueil arbore la photo d’une heureuse cliente ayant adopté l’un de ces êtres transgéniques, le
tenant dans ses bras ; puis le catalogue d’êtres génétiquement modifiés nous propose une galerie
de monstres avec diverses caractéristiques. Tous ont pour eux un ‘comportement’ qui est
indéfectiblement : doux, calme, affectueux, et caetera. Le mutant est le petit nouveau sur le marché
1 Le Concept de ‘Heimliche’ de Freud (traduit en français par : ‘Inquiétante étrangeté’) se traduit en anglais par : ‘Uncanny’. On
retrouve ce dernier terme pour qualifier la plus fameuse équipe de superhéros de Marvel : « The Uncanny X-Men »…
2 cf : « Organismes Première et Deuxième génération » [Pl. 4-5].
Page 29 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
de l’évolution : il lui faut des défenseurs ? En tout cas, ces deux artistes semblent répondre par la
positive et prôner un futur ‘rapprochement’ des races…
Comment l’humain doit-il se comporter face au mutant ? Le tolérer ? Soit… S’apitoyer ?
D’accord… L’aimer ? Dans la mesure du possible… Le comprendre ? Là, le bât blesse…
Comment le comprendre ? Le mutant parle d’une réalité totalement étrangère ; il dit : « Vous ne
pouvez pas comprendre ; vous ne pouvez même pas imaginer »… Pourtant le handicapé et
l’amputé nous disent la même chose avec la même légitimité ; en quoi nos rapports diffèrent-ils ?
Dans la mesure où l’homme meurtri (au sens large) est dans la soustraction (c’est moi, moins un
organe, une fonction, un être cher) ; tandis que le mutant est dans l’addition (c’est moi plus un
organe, une fonction totalement inconnus) ; l’empathie n’est possible que dans le premier cas.
Des deux tortures infligées par Procuste, une seule est ‘imaginable’ : tant qu’il s’agit de passer par
un lit réducteur, l’em-pathie est possible ; lorsqu’on évoque l’élongation, l’imagination avoue son
impuissance. Le rapport au mutant est donc celui où la sym-pathie (sym=avec) est peut-être
envisageable mais où toute em-pathie (em=dans) est simplement impossible. Un voyant ne peut
pas comprendre ce que ressent un aveugle de naissance ; mais : il (croit pouvoir) peut l’imaginer
et il éprouve une sym-pathie primale parce qu’il (est conscient qu’il) aurait pu être cet aveugle. A
contrario, cet aveugle ne peut aucunement se mettre dans la peau de l’humain... Et ainsi : l’humain
est à l’aveugle ce que le mutant est à l’humain… ? En creux, sous l’émergence de la figure du
mutant, se dessine la nature limitée de l’humain. Avec l’advènement du mutant, c’est une requalification de l’humain en juste-humain qui s’ourdit. Tous les humains sont des mutants (leçon de
la génétique), et pourtant ils se cantonnent farouchement à leur nature rabougrie de juste-humain.
Le juste-humain est un mutant rachitique, débile, qui s’ignore. Projeté devant cet état de fait,
l’humain doit repenser son statut et sa nature, se repositionner au sein de son éthique d’espèce…
Dans son rapport à son être corporel, nous pouvons relever divers stades de l’éthique
humaine (en laissant de côté le pathologique). Premièrement, tendre vers l’homme-corps idéal : idéal
de beauté afin d’optimiser, de maximiser les potentialités de chacun, d’atteindre à un maximum de
beauté singulière. Cela implique notamment de pallier les handicaps structurels subsistants dans
chaque individu (l’orthodontie en est un bon exemple). Ensuite, tendre vers l’idéal de l’homme-corps :
non plus seulement épuiser les potentialités de chacun, mais donner à tous les canons du summum.
L’étape en germe aujourd’hui est celle consistant à outrepasser la nature humaine, celle que Dieu
( ?) a inscrite dans les gènes de l’humanité : tendre vers le sur-homme. L’homme est,
biologiquement, un mutant. Sa mutation intra-spécifique ne lui apporte rien de décisif. Il
rencontre le mutant de deuxième génération, celui qui renvoie à un devenir-surhumain. Dès lors,
il se découvre ‘juste-humain’, avec le potentiel pour devenir un mutant. L’homme est un mutant
en puissance. Le mutant est un homme dont le ‘principe de puissance’ est plus grand. L’humanité
découvre les affres de la ‘mutation anthropique’, se demandant si elle va endosser sa nouvelle
puissance faustienne, étant la « première espèce animale de l’univers connu a organisé elle-même
les conditions de son propre remplacement »1.
Phénoménologie d’une communauté qui vient
Le mutant est-il un homme ? L’homme est-il un mutant ? Les mutants sont-ils déjà là ou
encore à venir ? Les réponses ne tranchent pas… Ici et là, sont repérées des traces d’une
puissance active, bourgeonnante qui craque la chrysalide de toute part, tout en restant
sourdement enfouie. Les primo-mutants sont des êtres singuliers, uniques – des anomalies –
indéfinissables. Sont-ce des humains quelque peu étranges ou bien tout autre chose ? Si tout autre
chose, qu’est-ce qui les retient forclos de la communauté des humains ?
1
cf : Les particules élémentaires / Houellebecq, Michel – Paris : Flammarion, 1998. p.393.
Page 30 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Le mutant est à la fois un ob-jet et un pro-jet : ce qui est jeté ou que l’on jette devant. En
l’occurrence, il est jeté dans un paradigme vierge, dont il est : l’explorateur – la lampe qui éclaire –
et l’horizon. Il en est la source entropique, l’origine et la direction isotrope (donc le refus de toute
direction privilégiée). En ce sens, il est un tout et il est unique. Tout mutant est unique dans la
mesure où sa mutantité est unique. Les mutants aujourd’hui, peut-être parce que ce ne sont que les
primo-mutants, sont par nature : ‘in-subsumables’. En ce sens, le terme ‘mutant’ lui-même se
révèle inepte : il n’est ni une catégorie, ni un genre ; il reste indéfinissable car les exemples qu’il
tente de circonvenir sont par trop protéïformes ; il se contente d’être un raccourci de langage, une
facilité sémantique. Demain, un fordisme génétique à la Huxley se fera peut-être menaçant, mais
aujourd’hui, chaque cas trace son propre sillon.
Du fait de son unicité et de son auto-référencement (son caractère tautologique), le
mutant érige son da-sein en essence. En ce sens, il est quasiment le parangon, voire la preuve de la
thèse existentielle : il est avant tout ‘existence’, jeté dans le monde. Il se fait fort ensuite (et
seulement ensuite) de construire son essence, si ce mot a encore un sens pour lui. De fait,
produire/créer des existences uniques est une façon de nier le concept suranné « d’essence »,
d’Idée platonicienne. Les mutants, de par leur unicité fondamentale, leur isolement existentiel,
sont rétifs à toute synthèse, toute généralisation. Le mutant interroge le concept de l’essence,
parce que le mutant est un da-sein correspondant à sa propre essence. A quoi nous sert donc
l’arrière monde des Idées s’il n’offre que le reflet exact de la réalité. Derrière le mutant, il n’y a pas
d’idée transcendante, englobante, synthétisante. Le mutant existe et c’est cette existence qui le
définit dans son unicité.
En tant que synthèse de ses aspects afférents au corps-mutant, le mutant façonne un nouvel
objet, une nouvelle entité, à l’image de son désir. Là réside sa véritable supériorité sur l’humain.
Avec les mots d’Agamben, disons que l’homme se tient entre contingence et nécessité, dans un
univers de l’Irréparable, un monde tel quel, non seulement qui est mais qui est-ainsi-plutôt-quautrement1. Il se tient sur un pic entre ce qui aurait pu ne pas être et ce qui n’aurait pas pu ne pas
être : il est, par définition une ‘singularité quelconque’29. Pas de quoi pavoiser : unique certes mais
posé là par un jeu externe, devant juste assumé la forme que son unicité a arboré. Le mutant est
celui qui refuse ce constat, tout constat2. Il ne dit pas : « je suis comme-ça-plutôt-qu-autrement et
amen ». Il dit : « Je suis ce que je suis, et si ça ne me plaît pas, je n’aurais qu’à changer. Je serai
exactement ce que je veux être ». Le mutant est une ‘singularité non quelconque’, il est une
singularité élue. Les tenants du posthumain ne s’y sont pas trompés, se ralliant à l’unisson sous cette
bannière de la ‘singularité’. Cet étendard autrefois dévolu aux baraques foraines des scripteurs de
Science Fiction (que l’on pense à son introducteur : Vernor Vinde) ; aujourd’hui, cri de ralliement
pour tous ceux qui s’interrogent sur « le totalement alien que nous deviendrons quand nous
serons de l’autre coté de la singularité »3.
Le mutant est-il un homme ? Après Kant, si l’on suit Heidegger dans sa définition de l’étant
(réduit au Dasein humain), on peut inférer l’importance cruciale du Mit-Sein (ce dernier renvoyant
au Bei-Sein) dans cette recherche programmatique. En termes plus prosaïques, telle serait la thèse :
les humains existent parce qu’ils sont avec d’autres hommes. Et il en est ainsi parce qu’ils se
référent à un pool d’objets identiques. Bref, notre vision du monde, la réalité nous englobant, étant
commune pour chacun de nous, nous nous sentons/savons exister en tant qu’hommes
(contrairement aux objets ou aux outils et on pourrait rajouter ici aux animaux). Une
communauté d’objets serait nécessaire pour statuer sur l’appartenance (ou non) de deux individus
à l’humanité. En poussant Heidegger, les chiens ou les abeilles ne sont pas des étants comme les
hommes parce que notre préhension, notre appréhension, et notre compréhension du monde ne
cf : La communauté qui vient / G. Agamben.
du latin ‘stare’ : se tenir droit, immobile.
3 cf : Les utopies posthumaines… / R. Sussan. p.131.
1
2
Page 31 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
sont pas les mêmes. Parce que notre réalité diffère d’avec la leur. La vue des abeilles ou l’odorat
des chiens, en même temps qu’elle fait leur spécificité, fait leur incompatibilité avec l’étant
‘homme’. La question « le mutant est-il un homme ? », ne renvoie donc plus à une histoire
d’‘enveloppe’ (Quelle tête auront demain un mutant et un humain ?), de race (ie de compatibilité
biologique), d’Histoire, ou d’éthique ; mais revient à la question : « Placés dans les mêmes
conditions, les objets qui entourent l’homme et le mutant sont-ils les mêmes ? ». Il ne s’agit pas
bien sûr d’un problème de Weltanschauung ou d’habitus sociétal, mais bien plus d’umwelt. Uexküll
(1864-1944), biologiste dont Heidegger s’inspira, distingue bien : « l’umgebung, l’espace objectif où
nous voyons se mouvoir un être vivant – de l’umwelt, le monde environnant, qui est constitué
d’une série plus ou moins large d’éléments qu’il appelle ‘porteurs de signification’ (bedeutungsträger)
ou de ‘marques’ (merkmalträger) qui sont les seuls qui intéressent l’animal »1. L’umwelt est la
réduction du monde à chaque étant, sa version appauvrie, personnelle, sa vision propre, son
système symbolique, sa grille de lecture sémiotique, la seule qui fasse sens pour l’individu. Plaçons
un humain et un mutant dans une même pièce et demandons-leur de nous la décrire. Si demain,
ils ne la décrivent pas de la même manière (non pour les raisons habituelles : poétiques,
esthétiques, politiques, idéologiques ; mais pour des raisons ‘fonctionnelles’), alors le mutant ne
sera plus un homme. Plus exactement, c’est leur incompréhension réciproque qui en sera le plus
parfait révélateur. Et cela dépasse très largement la problématique des « régimes de signes ». En
faisant lire à l’un la description de l’autre, aujourd’hui, au delà des clivages politiques ou
socioculturels, les deux partis comprennent ce que l’autre a vu, et dans une certaine mesure, s’y
retrouvent. Mais comment décrire à un humain la sensation de se faire ‘parasiter’ par le Net pour
reprendre l’installation de Stelarc : « Parasite » – 1997 [Pl. 28] ? Comment l’héroïne de Ghost in the
shell peut bien faire appréhender le réseau à un ‘juste humain’ ? Parce qu’ils ont des umwelt
distincts, incommunicables l’un à l’autre, ils ne partagent plus leur être-à-côté, et donc leur êtreavec ; ils appartiennent à deux catégories ontologiques distinctes…
Le penseur allemand définit le dasein par ses caractères de contingence et de limitation2. Or,
nous l’avons vu (pour une part ; et le verrons pour l’autre), le mutant s’axe lui-même dans des
dynamiques de ‘singularité choisie’ et de ‘possibilité irréductible’ (cf infra) ; d’où l’impossibilité de
cantonner le mutant dans un rôle de simple dasein, de ‘juste-humain’. Il est bien plus. « Le boulot
ne dépasse jamais la ligne de son possible. Le peuple des abeilles habite dans son possible. La
volonté seule, de tout côté s’installant dans la technique, secoue la terre et l’engage dans de
grandes fatigues, dans l’usure et les variations de l’artificiel. Elle force la terre à sortir du cercle de
son possible, tel qu’il s’est developpé autour d’elle et elle la pousse dans ce qui n’est plus le
possible et qui est donc l’impossible »3. Le mutant réalise les vélléités d’impossible de l’homme.
Dès lors, quid d’une nouvelle conception de l’humain ? Ses frontières vont-elles devenir
floues, poreuses, mobiles, plus que mobiles : dynamiques et finalement interactives – pour
prendre en compte cette réalité du mutant ? Ou bien vont-elles rester stables, ou dans une
dynamique traditionnelle ; la figure du mutant venant ériger sa propre définition ex abrupto, à côté,
à partir de celle de l’homme mais disjointe ? Si le mutant n’est plus tout à fait un homme, peut-il
être un ‘mode’ de l’humain ? (au sens où le repos est un ‘mode’ du mouvement’)4.
cf : L’ouvert… / G. Agamben. p.64.
cf : Leçons d’introduction à la pensée de Heidegger… : Leçon 16 / J. Wahl.
3 cf : Essais et conférences : dépassement de la métaphysique / Heidegger, Martin – Paris : Gallimard, 1958. p.94.
4 Un peu à la façon d’Ernst. Bloch, au sujet des utopies : l’anticipation, le ‘pré-apparaître’ a le statut d’un mode spécifique de
l’étant, où la conscience utopique révèle la « gamme des possibilités » du ‘non-encore-devenu’.
1
2
Page 32 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Qu’est-ce que ‘muter’ ?
Où nous tenterons d’adapter les connaissances acquises sur l’individuation, la mutation et
l’évolution – avec ce qui se trame dans notre figure de ‘primo-mutant’. Quel est son horizon
de déploiement ?
Ce que muter veut dire : théories de la mutation
L’homme du XXIe siècle fait face à quatre types de mutations dans son quotidien. Les
deux premières sont naturelles, traditionnelles. Sa puissance technologique a accouché des deux
dernières.
La première approche, historiquement, de la mutation a sans doute été zoologique, sous la
forme de la découverte de la mue. Celle des serpents, de laquelle on pourrait rapprocher toutes les
transformations du règne animal (chrysalide, cocon, et sans doute beaucoup de phénomènes
étonnants). Cette métamorphose est inscrite dans les gènes de l’espèce considérée ; le processus
de croissance de l’individu, son ontogenèse, ne peut se penser, s’élaborer sans ce processus. Ce
dernier est une véritable deuxième naissance : l’organisme alpha, mutant, meurt, pour donner vie à sa
version bêta, plus forte, plus adaptée à son milieu, plus à même de mener sa nouvelle mission
génétiquement programmée.
Il fallut attendre Lamarck (1744-1829) et Darwin (1809-1882) pour que l’hypothèse
évolutionniste (aujourd’hui assez largement acceptée) s’impose, offrant le paysage d’un deuxième
type de mutation naturelle, transgénérationnelle. A un moment donné de l’histoire d’une espèce,
apparaît sur un gène une recombinaison, une erreur, une modification qui vient perturber
l’expression phénotypique de l’individu. Le vivant se serait ainsi diversifié par bonds, par sauts –
un caractère apparaissant aléatoirement dans une espèce – la sélection naturelle venant
sanctionner l’intérêt de la nouveauté (le milieu valide ou non une transformation. Tout système
moins adapté ne survivra pas) – la migration et la dérive génétique expliquant la dissémination du
nouveau génotype au sein de l’espèce. Ainsi explique t-on les fossiles, mais aussi l’éventail du
vivant qui n’est pas un déploiement continu comme l’imaginaient nos aïeux, mais une suite de
réponses adaptées à un environnement changeant où seuls les plus aptes survivent1. Naîssent de
nouveaux individus, des mutants, qui possèdent une nouveauté s’avérant : néfaste (donc létale : ils
disparaîtront), neutre (d’où un polymorphisme intra-spécifique) ou positive (qui aura tendance à
s’imposer, enfantant une nouvelle espèce). Goldschmidt (1878-1958), généticien, évoquait cet
1 Ainsi, comme l’a bien montré Foucault dans Les mots et les choses : chapitre VIII, Travail, vie, langage : III, Cuvier, l’ensemble des
possibilités du vivant n’est pas parcouru intégralement, comme une combinatoire organique (on pourrait imaginer des
mammifères à une, deux, trois pattes ; pour assurer un maximum de diversité, parcourir tout le champ des possibles…).
Page 33 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
individu sous les traits du ‘monstre prometteur’. D’après le biologiste, « il y a deux types
d’événements génétiques susceptibles d’avoir un rôle évolutif : les macromutations (ayant un effet
important sur le phénotype), et les mutations systémiques (remaniement profond du génotype).
Dans les deux cas, des phénotypes nouveaux apparaissent, tellement différents, qu’ils sont
qualifiables de ‘monstrueux’. Une lignée nouvelle est ainsi créable. Bien que très rare, l’hypothèse
est fascinante et débouche sur le mythe du ‘mutant’ »1.
En 1927, Muller (1890-1967) découvre la mutation par irradiation. Ce n’est pas là une
nouvelle forme de mutation (des mutations évolutionnistes sont aussi dûes à des irradiations) ;
mais disons que cette découverte fait basculer l’état d’esprit des hommes face aux mutations, qui
deviennent des phénomènes explicables, répétables, configurables. L’homme découvre qu’il est
capable, de lui-même, de créer les conditions de la mutation et s’aperçoit qu’il évolue dans un
environnement de plus en plus mutagène du fait de sa propre action. Des mesures d’hygiène et
sécurité viennent contrecarrer ces risques nouveaux, ceux d’une mutation lente, subie, passive, qui
est la marque faustienne de la science humaine (c’est le syndrome Tchernobyl, généralisable à un
milieu de plus en plus pollué et mutagène2). L’homme vient de rentrer dans la grande famille des
dieux muta-phores3 même s’il ne contrôle pas encore son pouvoir…
Enfin, progrès de la génomique aidant, le chapitre le plus récent de la mutation est celui
d’une action positive, contrôlée, voulue, choisie de l’homme sur son environnement. C’est toute
l’histoire des OGM. L’homme découvre ses capacités de porter atteinte aux autres espèces en
touchant directement à leur code génétique (et non plus seulement en croisant des races comme
l’antiquité d’Appius l’avait déjà cautionné), en jouant au mécano. James Shapiro l’énonce fort
bien : « à l’ingénierie génétique naturelle, vient se greffer celle de l’homme »4. Les solutions sont
légions : mutations réversibles ou non ; touchant le gène ou le chromosome ; au stade adulte ou
dès la lignée germinale ; héréditaire ou non ; à déclenchement programmable selon force
critères… Un nouvel horizon en perspective.
Le mutant que nous tentons de cerner dans ce travail est le fruit de cette dernière
bouture : celle d’une mutation comme un processus élu, en appelant au libre arbitre où l’OGM
considéré serait l’homme lui-même. Néanmoins, si pareille entreprise est faisable, envisageable ;
alors s’annoncent, en parallèle, les germes d’une mutation d’espèce, relevant d’une approche
évolutionniste (2ème cas). Est-on en train de vivre, en direct, l’émergence d’une nouvelle race5, la
création d’un embranchement, le bourgeonnement d’une clade6 ?
La mutation : entre continuité et discontinuité
La mutation n’est pas le changement. Le changement c’est la continuité du Même dans la
variation infinitésimale ; là où la mutation est dans le saut, la griffure du continuum pour laisser
pénétrer la perturbation (éruption ou irruption ?). La mutation dit le viol du tissu lisse, intègre –
l’implosion du vivant comme ensemble fermé. C’est l’infraction par excellence, le bousculement
des habitudes ossifiées, la catastrophe de l’événement, puissance sourde tapie dans les méandres
1 Ce paragraphe simplifie outrageusement les explications passionnantes données par : Les avatars du gène… : Génétique des populations
et génétique écologique. Sur Goldschmidt, voir p.84.
2 Quelque soit le vecteur physico-chimique de la pollution, donc de la mutation. Cf : Jean Rostand et son ‘étang de crapauds
monstrueux’, foire aux atrocités dues à une infection microbienne.
3 Les philologues auraient sans doute préféré ‘muta-fère’, mais… c’est moins joli, et moins propice aux jeux de mots !
4 cf : Possible et biotechnologies / C. Debru. p.128.
5 Nous ne rentrerons pas dans les détails onomastiques des évolutionnistes, distinguant : espèce, taxon, catégorie, clade, etc. Nous
retiendrons trois niveaux : le genre (méta-catégorie, ex : les mammifères) composé d’espèces (regroupant des individus capables de
se reproduire entre eux, ex : les chats), elles-mêmes formées de différentes races (au phénotype commun héréditaire, ex : les
angoras). Ce dernier vocable nous semble le seul rigoureux et sera conservé, qu’il soit – ou non – en odeur de sainteté.
6 Une clade : « groupement de plusieurs embranchements de plantes ou d’animaux ayant une même organisation et une évolution
phylétique commune » (Le Petit Robert de la Langue Française, 2006).
Page 34 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
d’une biologie inconsciente. C’est l’éternelle rappel de la méta-stabilité intrinsèque de la vie,
faisant sempiternellement fluctuer les frontières, chuter dans une nouvelle instabilité. Aucun
repos, un perpétuel devenir de l’ensemble via une continuelle apparition de ‘saillances’, de
‘singularités’ à la surface d’un espace qui se croyait borné, fermé1. Le jeu de l’évolution vient
ensuite étêter cette prolifération de protubérances, graciant les plus-values, exterminant les
sursauts aléatoires oiseux. La mutation est une chance nouvelle et inespérée que la contingence se
donne à elle-même. Les possibles, une fois avalisés, deviennent nécessaires ; mais il s’agit d’une
lecture a posteriori. Dans l’originel élan vital de la mutation, c’est une tentative de la contingence
pour s’ouvrir de nouvelles voies sans illusion sur ses réussites potentielles. Une nouvelle espèce
ainsi créée par mutation devient nécessaire, l’évolution étant venue sanctionner les propositions
de la contingence – le jeu des possibles étant in-voqué par l’éphémère, le propositionnel, avant de
s’actualiser dans un « pourquoi pas ? ». Plus exactement, la mutation est une double déchirure : du
chaos ouvert, illimité et infini des possibles d’un côté ; du continuum de ses actualisations
antérieures de l’autre. Un point de rencontre, une zèbrure qui traverse ces deux univers séparés :
celui de la nécéssité (c’est-à-dire du réel) et celui des possibles (renvoyant au virtuel). La mutation
est une épiphanie. C’est à ce moment de l’apparition, à cette seconde d’apocalypse que se tient
l’instanaéïté de la contingence, de la proposition en suspens, qui attendent d’être approuvées (ou
non), dans les limbes d’une époché. La mutation est cet éclair faisant le lien entre l’écoulement
nécessaire du réel dans son lit du continu – et les ciels tempétueux de l’ensemble amorphe,
chaotique des compossibles. Un éclair de contingence, puis la nuit de l’actualisation : fugitive beauté
dont le regard m’a fait… Ainsi, de l’apparition d’un nouvel organe dans le vivant : c’est parce que la
puissance lentement accumulée par l’exceptionnel, soudain se déploie – dirait Nietzsche. « Une
mutation est un phénomène catastrophique à l’intérieur de la continuité essentielle qui, comme
combinaison, la rend possible »2. Si l’on considère une espèce dans ses déploiements diachronique
et cladique, les mutations qui la touchent, relèvent de la discontinuité. Non pas du point
d’inflexion, ou de la rupture de pente, mais bel et bien d’un saut, d’une coupure de la courbe,
d’un abîme se creusant entre l’ancienne race/espèce et la nouvelle proposition, fille naturelle et
indigne, à peine reconnaissable, héritière et déjà reniant sa filiation.
Au début du XXe siècle, De Vries3 l’expliquait bien : les mutations sont des phénomènes
discontinus. De fait, considérons l’aspect microscopique des choses : un gène muté est un gène
qui vient de subir une modification profonde de sa séquence de nucléotides. Elle ressemblait à
AAB. Elle vient de se changer en ABB. On est dont bien dans le saut, dans le quantum, au sens
premier de Planck, où pour passer d’un état à un autre, il faut franchir un seuil, un minimum :
tout n’est pas possible, toute tentative de changement n’aboutit pas à une modification effective,
à une mutation. Considérant l’échelle zoologique, le même constat s’offre à nous : les espèces et
les races sont autant de pics de singularités entre elles, occupant leur espace d’existence sur un
fond continu, qui est très inégalement scarifié. Ce sont des îlots, plus ou moins rapprochés les
uns des autres mais que l’on ne peut parcourir sans faire un saut dans le vide. Ainsi, des deux
côtés de la chaîne, étudiant les deux causalités extrémales, le règne de la discontinuité semble
éclairer parfaitement l’apparition de la mutation. Et pourtant, quel lien y a t-il avec notre figure du
mutant aujourd’hui en devenir ? N’est-ce pas là une vision qui marque allégeance à l’héritage
d’une science de l’évolution, qui se situe dans le bilan, dans l’a posteriori ? Ne sommes-nous pas ici,
nous, dans le vécu, dans le live – régimes pour lesquels ces analyses sont peu probantes ?… Nous
nous plaçons aujourd’hui entre ces deux maillons de l’Histoire, dans cet entre-deux où seules les
limites sont illuminées par la discontinuité. Le mutant d’aujourd’hui, s’il a créé la brèche, n’a pas
1 Malgré la puissante et indéniable séduction exercée par la « Théorie des catastrophes » de René Thom, notre emprunt au
mathématicien s’arrêtera à ces quelques termes. En effet, sauf à plaquer sa modélisation à tous les domaines de la pensée, et dans
notre cas à aller interroger sa figure catastrophique de la ‘Fronce’ (image de la faille, illustrant une dynamique du devenir ;
prolongement de la figure du ‘Pli’), son emploi dans notre cadre ne nous paraît pas nécessaire. D’où : superfétatoire. Barney, dans
son projet Cremasterien, pourrait nous faire mentir…
2 cf : La technique et le temps 1… / B. Stiegler. p.76.
3 Hugo de Vries (1848-1935), biologiste, théoricien génétique, introducteur de la notion de mutation.
Page 35 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
encore déployé ses ailes. Il n’est encore qu’un individu se promenant sur le spectre des
compossibles… La mutation est une discontinuité, et pourtant le mutant que nous croisons au
quotidien ressortit bien plus au domaine du continu… Nous n’échapperons pas à une rapide
étude des tensions entre discontinu et continu, afin de mieux positionner la figure du mutant sur
le jeu de ces cartes.
« Le discontinu se manifeste comme discontinu (si désordre) ou comme continu (si
ordre)1 ». La problématique est ainsi introduite. En fait, nous tenterons une approche des
rapports entre continu et discontinu, en commencant par distinguer : le discontinu comme
discontinu (quantum énergétique) ; le continu comme continu (son) ; le continu comme
discontinu (les couleurs) ; le discontinu comme continu (si le saut est faible)2. C’est cette dernière
proposition qui éclaire notre problématique du mutant : oui le mutant est de l’ordre du discontinu
mais l’homme aussi ! Les primo-mutants qui se font jour aujourd’hui ne peuvent être
appréhendés que par une ‘théorie différentielle de la continuité’. Le phénomène, bien que
discontinu sera considéré comme continu, dans la mesure où les écarts entre homme et mutant
restent dans des plages ‘tolérables’, ie inférieurs à certains écarts-types intra-spécifiques (soit :
|Gm – Gh|<|Gh – Gh’|). Avant d’être un principe d’évolution, la mutation est un principe
d’individuation ; la mutation est la première étape de la différentiation, qui elle, ne peut
s’appréhender que comme discontinuité. Dans cette genèse d’une nouvelle race, on ne peut
encore que rejoindre Simondon distinguant deux types de frontières entre les règnes du vivant et
autre : « 1/ une transition continue entre les deux domaines séparés par un choix assez arbitraire
de grandeur moyenne ; 2/ des seuils manifestant non une distinction entre deux espèces, mais
simplement une condition quantique de production d’un effet déterminé ». En clair : des effets de
seuil viennent sanctionner des transitions continues (dans le sens que nous lui avons donné) le
long d’un continuum. Les espèces apparaissent une fois ces seuils, ces points critiques, franchis.
L’histoire des primo-mutants est l’histoire d’une lente divergence d’avec l’humain qui ne se
validera que certaines frontières traversées. Reprenons l’exemple de Simondon sur les
phénomènes électromagnétiques. La lumière est un phénomène ondulatoire électromagnétique –
caractérisée par une certaine gamme de fréquences. En augmentant les fréquences du rayon
lumineux, vous parcourez tout le spectre, allant du rouge au violet. Si vous continuez
d’augmenter ces fréquences, vous atteindrez le domaine des Ultraviolets, puis des Rayons X.
Trois domaines considérés comme sans lien initialement, aux propriétés totalement disjointes,
sans rapport, faisant montre d’une totale discontinuité. Il fallut attendre Maxwell pour qu’une
théorie unifiante de l’électromagnétisme vienne invalider cette séparation qui n’est qu’une
construction3 théorique et intellectuelle. Le fait est que chacun de ces domaines, si séparés et
inconciliables qu’ils soient, sont tous exactement le même phénomène, seule change une grandeur
quantitative, aboutissant à une différence qualitative prégnante (ce que Hegel avait déjà parfaitement
vu4). Un principe unifiant a été trouvé en deçà de la variété des phénomènes ; mieux : le passage
d’une discontinuité à une autre se réalise au moyen d’une variation quantitative continue… « La
limite n’est plus alors douée de propriétés singulières et mystérieuses ; elle est quantifiable et
constitue seulement un point critique, dont la détermination reste parfaitement immanente au
phénomène étudié, au groupe d’êtres analysés. » La contiguïté sur un domaine continu accouche
de la discontinuité des espèces (considérées comme champ de transductivité)…
Nous voyons là la meilleure approche pour toucher les phénomènes de création de races,
de divergence cladique. Répondons d’ores et déjà à trois critiques. 1/ Nous comparons les
rapports Mutant/Homme aux liens Ultraviolet/Infrarouge : pourquoi ne pas les comparer aux
différences Vert/Rouge ?… Parce qu’il n’y a scientifiquement aucune différence entre le vert et le
1 cf : L’individu et sa genèse… / G. Simondon. p.94. Le paragraphe suivant lui doit beaucoup, surtout les pages 1ère partie : Individuation
physique ; Chapitre 3 : Forme et Substance ; II : Particule et énergie.
2 Pour brouiller encore les pistes, notons le passage du continu au discontinu (cf : l’analogique au numérique), et vice versa.
3 Comme les couleurs ne sont que des constructions physiologiques d’un phénomène parfaitement continu.
4 Comme nous le rappelle G. Canguilhem in : Le normal et le pathologique. p.66.
Page 36 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
rouge. Ce ne sont que des constructions humaines, mais les propriétés, les phénomènes créés par
ces deux types de rayon sont fondamentalement les mêmes. A contrario, les rayons Gamma sont
certes électromagnétiques mais sont des phénomènes totalement différents, autres, étrangers à la
lumière visible ou aux fréquences radio. 2/ Dans ce cas, pourquoi ne pas comparer le couple
Mutant/Homme au duo Son/Lumière ?… On tomberait, ce nous semble, dans l’excès inverse.
Justement parce qu’il n’y a aucune couche infra-structurelle entre ces deux types de phénomènes.
L’un ressortit aux processus de pression (donc molaires), l’autre aux ondes électromagnétiques
(pas de son dans l’espace, contrairement aux rayonnements qui s’y déplacent parfaitement). Les
deux mondes sont totalement imperméables, dépendent d’une science différente. Nous croyons
voir, dans l’apparition du mutant, un phénomène discontinu naître d’une transition continue. Le
passage son-lumière, quant à lui, relève d’un changement de paradigme. 3/ Nous avions proposé
en amont de définir le mutant comme un surhumain possédant toutes les qualités de l’homme et
plus. Aujourd’hui, notre analogie1 nous amène au contraire à les traiter comme deux domaines,
certes connexes mais disjoints, ayant des propriétés distinctes, sans aucun recouvrement possible.
L’argument porte. Nous supposerons qu’une fois les espèces définies avalisées par l’évolution, un
procès de spécialisation, d’occupation de niches, de re-définition des frontières – entre en jeu et
crée ces phénomènes de discontinuités non poreuses, aux qualités et propriétés disjointes, sans
intersection ou si peu.
Une question très stimulante surgit de cette analogie. Initialement, les domaines des
rayons X, de la lumière, des ondes radio, etc – étaient étudiés séparément par autant de sciences
distinctes. Puis vint l’heure de la grande réconciliation lorsque l’on put théoriser non chaque
principe particulier mais une théorie générale de l’électromagnétisme. Dans notre cas, cela
reviendrait à dire qu’il existe un principe commun sous-jacent au mutant et à l’homme… L’étude
du principe de la mutation ou de celui de l’humanité – devrait laisser sa place à la science d’une
arché-humanité, embrassant toutes les possibilités à venir de l’humain et du post-humain2.
De la mutantité
Comment identifier la mutation ? Comment la distinguer du simple changement, ou de la
métamorphose ? Qu’est-ce qui sépare un mutant d’un cyborg, autre figure du post-humain et du
surhumain ? Quels sont les traits fondamentaux du mutant de sorte qu’en les sériant, l’on
pourrait, sans coup férir, reconnaître la vraie forme du succédané ?
Le premier critère pour reconnaître la mutation réside dans son caractère irréversible. La
mutation est un pari qui ne regarde pas en arrière. Elle est de l’ordre de l’irrévocable, du divorce
consommé, de l’impardonnable. Elle agit comme un couperet, interdisant tout retour en arrière,
et même : tout repentir. Le repentir de l’artiste, c’est-à-dire la retouche, le fait de « cent fois sur le
métier, remettre son ouvrage », revenir et revenir encore sur la même création pour la peaufiner,
la corriger, voire l’annihiler, la refaire si elle déplaît de trop. Le mutant ne peut être retouché, il se
situe dans l’élan vital, le grand saut. Le retoucher, cela reviendrait à créer un autre mutant, à être
dans l’escalade sans fin et non dans le ciselage. Créer un mutant, c’est le sculpter, non le peindre.
Le sculpteur n’a pas le droit à l’erreur. Corriger une erreur consiste à abandonner la forme
initialement recherchée au profit d’une autre, palliative. Ensuite : le repentir du pêcheur, se
doublant d’une volonté d’expiation, de corriger sa faute. Créer un mutant, c’est assumer sa
puissance démiurgique, accepter de se prendre pour Dieu, sans craindre d’affronter les
conséquences. Tout repentir serait une repentance sonnant comme la faillite d’une Volonté de
1 Rappelons ici la définition qu’en donne le Père de Solages : « l’analogie, c’est l’identité des rapports, et non le rapport des
identités ». Cf : L’individu et sa genèse… / G. Simondon. p.106.
2 On voit bien à quel point une telle science fait défaut de nos jours, vus les débats houleux entre les tenants d’un conservatisme
précautionneux et les aficionados fougueux de la post-humanité.
Page 37 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Puissance, une incurie, l’aveu d’une omnipotence supérieure devant laquelle on a péché, donc on
courbe l’échine1. Enfin le repentir du quidam, c’est-à-dire, non pas le regret (la mutation a bien eu
lieu), mais le remords, implacable, long ver qui s’acharne toujours sur nos morts les plus chers. La créature
peut éprouver du ressentiment, le créateur du remords (selon le modèle du Frankenstein de
Shelley) ; mais il ne leur servira de rien de se complaire dans ces affects, car de correcteur
possible : il n’y a point. Le mutant n’est plus un homme, c’est un ex-humain et la plaie restera
béante. Le retour du Même (ie au stade d’humain) est simplement impossible parce que le mutant
est celui qui a connu l’incommunicable.
En second lieu vient le caractère héréditaire de la mutation. Elle peut être atavique, mais le
fait est que, contrairement aux clones, chimères ou cyborgs, elle se transmet de génération en
génération, pouvant rester larvée, latente, potentielle, mais toujours susceptible de surgir au
détour d’une naissance (cf : gènes récessif et dominant). La mutation n’est pas contagieuse, elle
est filiale. Le mutant n’est pas seulement celui qui décide, en son âme et conscience de faire un
pas de côté dans l’histoire de l’évolution ; il est aussi celui qui prend sur lui de créer une famille
autre, maudite. Il y a un côté Dracula revisité par Hans Jonas : Vlad Tepes, premier vampire,
premier mutant qui a choisi de renier en sachant qu’il se damnait lui-même, mais aussi toute sa
descendance à venir. Choisir sa mutation signifie revêtir son ‘principe responsabilité’ sur les
générations suivantes. Scientifiquement, un certain nombre de mutations peuvent toucher un
organisme (son soma) sans impacter sur son potentiel transmissible (tant que la lignée germinale
– ensemble de cellules limitées et parfaitement localisées – n’est pas atteinte). Mais le primomutant que nous évoquons, celui qui concentre toutes les facettes de la mutation est bien celui
capable de se reproduire, et en se reproduisant : de transmettre le caractère propre de sa
mutation.
Enfin, retenons comme troisième propriété primordiale le caractère pérenne du
changement. Le mutant est un mutant 365 jours par an et 24 heures sur 24. Une fois endossée, la
mutation se révèle une seconde peau ne pouvant plus s’enlever et non un costume remisable et
modifiable sur commande. Stelarc n’est pas un mutant – non pas parce que son univers relève du
technologique, du prothétique, du High Tech – non pas parce que son devenir-surhumain
s’instancie dans un exosquelette2, et que celui-ci ne siérait pas à l’imaginaire de la mutation (il n’y a
aucune figure a priori impossible, incompatible avec le schéma de la mutation) – non, Stelarc (et
les cyborgs en général) n’est pas un mutant parce qu’il peut se dévêtir de son exosquelette. Ou
plus exactement : parce qu’il ne peut pas ne pas s’en dévêtir. Un mutant peut-il prendre l’avion ? S’il
sonne au portique : il ne pourra pas, il ne pourra pas abandonner devant le porche ce qui fait
tinter l’appareil, ce qui fait aussi sa mutantité, qui est inséparable de son moi, de son être. Un
cyborg pourrait : il lui suffit de se démonter… Avec le mutant, le CDD ou la double vie est
simplement impossible. On ne peut choisir de ne plus l’être ; il faut vivre avec. Ad vitam aeternam.
Terminons par quelques aspects qui ont déjà été évoqués. Le mutant, dans son devenirsurhumain, est aussi en quête d’un devenir-plus-autonome, de se faire auto-suffisant, indépendant de
son milieu, non pas en le niant mais au contraire en en épousant plus (et mieux) les contours.
Plus en prise avec son environnement extérieur, il doit être plus à même de se débrouiller seul
face à lui ; trouver en lui-seul les ressources nécessaires à sa propre survie. La mutation est une
évolution qui se fait en symbiose avec les conditions extérieures ; le mutant est l’être ‘plus idoine’,
plus fort parce que plus seul (« L’homme le plus fort, c’est l’homme le plus seul » – Ibsen).
Ensuite, rappelons la place fondamentale de l’homme comme source, origine, cause première de la
mutation. Dans le cadre que nous essayons d’ériger, tout en le reliant aux théories biologiques,
nous tentons de circonvenir le mutant qui est le devenir de l’homme, sa volonté d’amélioration.
1
2
« Il n’y a pas de fatalité, il n’y a que la lâcheté des hommes » – P. Raynaud.
cf : « Exoskeleton » – 1998 [Pl. 29].
Page 38 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Dès lors la mutation est un acte intentionnel qui peut tout aussi bien être gratuit (les propositions de
Kac le sont dans une certaine mesure), qui se doit de composer, etc. Mais toujours, à la base du
projet, dans les premières lignes de l’histoire de l’individu-mutant (sa ‘légende personnelle’, pour
reprendre Coelho de façon inattendue), apparaît, souverain, l’homme…
Enfin tordons définitivement le cou à un mythe qu’il nous semble avoir suffisamment
chahuté jusqu’ici : la mutation renvoie au génotype et non au phénotype. La mutation n’a rien à
voir avec le phénotype ; ou, pour le dire autrement : le mutant n’a rien à voir avec le corps, encore
moins avec sa partie visible.
Illus : A la recherche du mutant perdu (d’après Magritte)
Ce qu’un mutant peut faire : Nexus des ‘possibles’
Le Mutant est donc l’instrument de l’exploration de l’ensemble des compossibles – pour
reprendre Leibniz – c’est-à-dire des possibles attenants, tels qu’aucune impossibilité n’est
entraînée dans l’être modifié ; un ensemble des possibles ‘viables’, qu’aucun décret de mort de
l’Etre ne viendra crucifier. Premier Hybris de l’homme faustien : ne pas subir passivement la
contingence des compossibles, mais aller la parcourir et l’engrosser lui-même… Une fois actée,
pareille impudence n’a pas de raison de s’arrêter ici. Au-delà des compossibles, c’est l’ensemble
des ‘possibles’ qui peut être ainsi décortiqué. La viabilité de l’entité ainsi créée ? L’humanité se
fera fort d’en assumer les conditions favorables, nécessaires à la survie. La sphère des possibles se
change à volonté en sphère des com-possibles : il suffira de modifier l’environnement d’accueil.
La mutation devient le point d’accès à l’ensemble des possibles que le jeu de la contingence nous
aurait refusé, cet ensemble n’étant plus considéré que comme une combinatoire équiprobable. La
mutation apparaissant comme la porte ouverte sur toutes les combinaisons possibles d’existence.
A la source de pareille entreprise, un désir, une volonté de puissance sans faille, secondée
par l’emploi d’une puissance active, une macht, au sens wéberien : « une puissance décisive, celle
qui peut renverser montagne et pouvoirs établis »1. Le mutant dit ‘je peux’. Comme son
inventeur… On le voit, les frontières sont floues entre la créature et le créateur… La première
actualise la volonté de puissance de la seconde ; traduit son souhait en actes. Par l’esprit et de
droit, si ce n’est dans les faits, Pygmalion muta-phore est déjà un mutant : son œuvre ne fait que
manifester son principe originel : une puissance qui ne tolère pas de ne pas se réaliser. Et même
qui ne tolère pas de se voir endiguée par quelque arbitraire non choisi : une toute-puissance.
Dans son vécu quotidien, le mutant est le siège d’une puissance supérieure, agissante,
clamant son originalité. En tant que ‘fin’, le mutant réalise un de ces pas de biais, honnis, sur la
sphère interdite des compossibles. Mais il est tout aussi bien un ‘moyen’ dans une exploration
sans terme. Le flou entre créature et créateur se double d’une confusion des genres lorsque ces
deux figures se confondent, fusionnent en une seule entité. Le mutant se faisant sa propre
1
cf : L’image corps / P. Ardenne. p.312.
Page 39 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
créature afin d’évoluer vers toujours plus d’ouverture sur l’Etre. La créature auto-créative, étant sa
propre volonté télique, cherchant à se sculpter sachant que chacune de ses nouvelles formes est
un nouvel objet (et pas seulement une nouvelle forme ou une nouvelle identité). L’épigenèse
s’accompagne d’une ontogenèse continuelle.
Lieu d’un possum
Cette figure auto-démiurgique du mutant nous invite à une relecture d’Aristote (La
métaphysique : Livre Θ). Dans la parade des mouvements et des actions que le grec nous propose,
les étapes s’articulent globalement ainsi : toute action réalisée, s’explique par l’actualisation d’une
puissance originellement placée dans l’individu. Pour le dire avec ses mots : L’être-en-entéléchie ne
peut advenir sans l’être-en-puissance (dynamis), qui se meut via un être-en-acte (energeia). Est-ce
que la figure du mutant trouve sa place dans cette ronde ? Vient-elle bousculer ces concepts, les
déborder – ou s’inscrit-elle dans ce schéma directeur ?
Trois sens sont donnés à la dynamis (Livre ∆, §12). Elle est : 1/ le principe du mouvement
ou du changement dans un autre être ou dans le même être en tant qu’autre ; 2/ Le pouvoir pour
un patient de recevoir une modification quelconque ; 3/ la faculté de mener quelque chose à bien.
En bref : le pouvoir effectif de changer ou d’être changé. Plus loin (Livre Θ, §1), deux types de dynamis
sont distingués. La première se rapporte à la Potentia latine : la transitivité de l’action, ie la
puissance de A de produire un changement dans non-A. La seconde renvoie à la Possibilitas : la
possibilité pour une chose A de passer dans un nouvel état. Ainsi s’opposent en quelque sorte, la
« puissance comme devenir » (principe actif) à la « puissance comme être » (principe passif). Dans
la mesure où la figure du mutant se fait auto-démiurgique, il nous semble qu’elle réconcilie ces
différents aspects de la dynamis aristotélicienne ; et qu’elle les débordera parce que contraire à
l’affirmation suivante : « c’est pourquoi dans la mesure où un être est une unité organique, il ne
peut éprouver aucune modification venant de lui-même, car il est un, et non pas autre que lui
même »…
L’energeia définit initialement le mouvement puis prend un sens étendu (Livre Θ, § 3 et 6) :
toute chose mue ou motrice est un être-en-acte. On peut donc être-en-puissance sans ‘être’ en
acte (car on n’est pas en entéléchie, précise l’auteur). Pour Aristote, l’être-en-puissance n’est pas.
Sans energeia, la dynamis vivote au niveau de la latence, attendant une volonté extérieure (télique,
‘entéléchique’) pour prendre corps en energeia. Si l’être-en-acte est antérieur à l’être-en-puissance
(c’est en forgeant qu’on devient forgeron), la dynamis ne trouve à s’exprimer que dans l’energeia.
Aristote distingue deux sortes d’activités : l’acte proprement dit (action immanente) et le
mouvement pur, l’action fabricatrice (transitive). La première est une action sans fin, la seconde
implique l’existence d’un point d’arrêt, qui vient achever l’action – une fois considérée comme
réalisée, close. Nous reviendrons sur cette dichotomie, mais constatons, là encore, que l’automutation s’inscrit dans l’ensemble de ces acceptions, sans en préférer certains pourtours.
L’entéléchie est le terme réalisé par l’action, ne renfermant plus aucun devenir (Livre Γ, §4).
L’entéléchie s’oppose à la dynamis. Celle-ci est le principe source ; celle-là le principe final. L’une
ouvre sur le champ des possibles, de la puissance sans borne tant que potentielle ; l’autre clos le
discours, lui donne sa forme parfaite et donc finale, est le couperet qui sacre la figure en
abolissant la puissance en action, en mouvement. L’entéléchie est à la fois le phare de la dynamis,
ce qui lui donne sa raison d’être et son principe négateur, qui marque la fin du voyage. Toute
réussite acte une disparition de la motivation. Arrivée à destination, on coupe le moteur… Mais le
mutant conserve en principe actif la potentialité d’un nouveau devenir. C’est un système autoentretenu, qui certes réalise sa dynamis initiale en atteignant une entéléchie, mais sans l’épuiser. A
destination, son principe actif est toujours saillant, prêt à s’exprimer à nouveau. Contrairement à
la graine dont l’entéléchie est l’arbre ; le mutant n’a pas de raison de borner son devenir en une
Page 40 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
entéléchie unique. Dans notre cas, nous rejoignons Simondon : « il existe plusieurs entéléchies par
être »1.
Nous évoquons ici le mutant comme créature-créateur, telle une Galatée qui prendrait le
burin pour se sculpter elle-même comme bon lui semblerait – quitte à changer de sexe, de race,
ou d’espèce. Cette figure auto-démiurgique nous semble avoir deux spécificités par rapport au
cadre générique dressé ci-dessus. Premièrement, c’est une puissance qui s’actualise au sein même
de son siège. Au § 7 du Livre Θ, Aristote rappelait qu’il existe des êtres qui sont en eux-mêmes le
principe de leur actualisation (comme la semence qui fait l’homme). Hormis le fait que cette
actualisation nécessite un environnement externe pour se réaliser (la matrice de la femme) – c’est
bien dans cette direction que transparaît notre figure. Elle se suffit à elle-même ; elle se crée ellemême, s’explique elle-même, s’engendre elle-même par le biais d’outils au service d’une dynamis
personnelle. Le mutant, dans son principe actif d’auto-mutation sans fin, est un être qui dit ‘je’, et
qui ne dit que ‘je’. Il mérite une théorisation aristotélicienne spécifique. Sa dynamis propre ne
cherche pas à s’imposer sur son milieu environnant, à créer ou à modifier quelque chose qui lui
serait extérieur. Elle est tout entière auto-centrée. Le ‘Je’ est sa source, sa fin et son moyen. Il est
tout son être, tout son horizon. Deuxièmement, nous l’avons déjà ébauché, sa puissance n’est
jamais la puissance-de-quelque-chose. Au contraire, elle est un pari et un défi sur l’infini des
possibles à explorer. Préciser son objet serait limiter son principe même. En tant qu’hybris-enacte, il ne lui sert de rien de limiter son ambition en la nommant. Elle relève non de la puissance,
mais de la ‘toute puissance’, ne se précisant en rien, et surtout pas… Parce que le mutant est cet
être faustien qui dit ‘je peux’ et qui refusera de préciser l’objet de sa volonté-puissance – il
déborde, en les fusionnant, toutes les catégories aristotéliciennes.
Le mutant est le siège d’une Puissance nouvelle, la figure dionysiaque par excellence. Il est
un possible, au delà du potentiel. Il est de l’ordre du manifeste et non plus de la latence. Et comme
dans une certaine mesure, nous (ou nos enfants) sommes tous des mutants virtuels, ce ‘possible’
nous fascine. Tout entier le mutant dit ‘je peux’. Là où l’humain sartrien était empêtré dans sa
facticité, le mutant retrouve Descartes : il me suffit de vouloir pour pouvoir. Le cycle de Cremaster
en est un bon exemple. M. Barney n’en finit pas de rester entre deux eaux, dans l’indétermination
sexuelle. Son héros, son discours, reste dans l’indécision pendant des heures. Mais pas
l’indifférence asinienne de Buridan qui sait qu’il doit choisir, que tant qu’aucun choix n’a été fait,
il n’y a pas d’histoire, il y a suspension, époché, que son monde attend après cette décision et reste
en stand by. M. Barney, lui, nous raconte l’histoire de ce mutant, celui d’avant toute distinction
sexuelle. L’objet de son propos est cet être d’avant le couperet, un être dans tous ses possibles. Le
mutant est le siège d’une potentialité jamais réduite, et au contraire, affirmant sa volonté
d’expansion. Il se déploie dans un ‘possum’ conjugué de façon intransitive2. Il est une « utopie faite
homme » en acte, au delà de la dynamis aristotélicienne. Cette dernière, en effet n’est qu’un « êtreen-possibilité », un potentiel, avec toute la connotation de virtualité qui l’accompagne. Le mutant
est déjà dans la réalisation, dans le hic et nunc, dans l’eccéïte de cette dynamis : il est cet ‘être-enpossibilité’ mis au monde, un ‘être-en-possibilité-déjà-là’3.
Figure de l’Ouvert
Le mutant est le dépassement de l’homme. Un hors-limite projeté sur de nouveaux
chemins, une métaphore de la découverte, du ‘oui’, de l’ouverture sur l’Autre (=ce qui n’est pas
cf : L’individu et sa genèse… / G. Simondon. p.230.
Nous découvrons sur le tard que Nicolas de Cuse appelait Dieu un « possest »...
3 Est-ce là une figure de l’indéfini tel que Deleuze l’évoque comme : ne manquant de rien, car « il est la détermination du devenir,
sa puissance propre, la puissance d’un impersonnel qui n’est pas une généralité, mais une singularité au plus haut point » (Critique
et clinique – Paris : Minuit, 1993. p.86) ?
1
2
Page 41 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
lui). Figure de l’Ouvert donc, mais qu’est-ce que l’Ouvert ? Concept flou et polysémique que
nous préférons tenter de délimiter, quitte à nous fourvoyer1.
L’Ouvert est une compréhension du monde et de l’Etre comme des globalités infinies,
multiples, accueillantes, pouvant tout accepter, tout digérer, tout produire, tout permettre. Le
contraire de la forclusion. Le lieu de toutes les virtualités, et de toutes les possibilités. Une totalité
pour le réel et le virtuel.
Une figure de l’Ouvert sera une figure sur l’Ouvert : apte à se brancher sur cet espace, une
façon de s’établir une connexion directe sur l’Etre, dans tous ses possibles. Une capacité à
explorer l’Etre dans sa non-finitude.
L’humain a été cantonné à sa nature finie et limitée, inapte à échapper à sa chape de
plomb. L’homme côtoyait l’Ouvert sans pouvoir y goûter, s’extirper de sa clairière
phénoménologique. Tout ‘formateur de monde’ (weltbildend) qu’il soit, son rapport à l’Ouvert est
moins que ténu ; contrairement au règne animal, si ‘pauvre en monde’ (weltarmut) soit-il. La
nouvelle « humanité n’a plus la forme de l’ouverture au non-dévoilé de l’animal, mais cherche
plutôt en tout domaine à ouvrir et à maîtriser le non-ouvert, et avec cela, se ferme à son
ouverture même »2. Son incapacité de décentration (pour le dire après Piaget) l’empêche de vivre
toute véritable ouverture.
A contrario, notre figure du mutant est une perturbation de l’espace-temps, un viol de
l’ouvert, une irruption dans un champ nouveau. Par conséquent, par rétro-action, il permet de
regarder l’étant ‘homme’ de l’extérieur. L’homme ne pouvait se connaître que par morceaux (en
auscultant son corps directement) ou par le médium du miroir, lui renvoyant une image non
seulement partielle mais qui se savait vue, étudiée. On renouait avec le problème traditionnel (en
biologie et en mécanique quantique) de la mesure qui trouble le mesuré. En échappant à sa
condition de juste-humain, le mutant offre un regard neuf, une vision, une re-définition de
l’humain dans sa finitude, sa limitation, de l’extérieur. Vue de l’ISS3, la Terre n’est plus un monde –
elle n’est qu’un globe. Le mutant n’invente pas un nouvel homme. Ce n’est pas son problème ; ce
n’est pas ainsi que les choses se posent. Il invente un nouvel espace, un nouvel environnement,
un nouveau monde – non seulement un nouvel umwelt, mais même un nouveau système normatif
voire un nouvel umgebung.
L’homme était la mesure de toute chose. Partant, il créait son propre système de
références, de nomos. Nouvel acteur sur le marché, comment le mutant vient-il troubler la donne ?
S’il crée un autre système de références, avec un jeu de nomos autre, au-delà – est-il la mesure
d’autre chose ? Figure de l’Ouvert, le mutant décline et instancie son ouverture selon deux plans :
l’espace et le temps.
Le mutant est un ‘monstre prometteur’, un ‘monstre prophétique’, ouvrant des accès vers
des ‘hétéro-lieux’. Dans la mesure où le rapport au milieu diffère, c’est tout le rapport à l’espace
qui est chamboulé. Notre corps (pour le dire sans doute après Merleau-Ponty) est notre seul
moyen d’appréhender notre espace environnant. Il est très exactement notre expérience
subjective de l’espace. Le mutant, redéfinissant d’une part son corps hôte ; d’autre part son
espace de vie – modifie de fond en comble ses rapports au monde. Chez les métazoaires (dont
l’homme), l’individu et le milieu sont complémentaires4. Le premier, enferré dans son corps aux
dimensions fixes et figées, évolue dans le second qui le tolère, lui pourvoit des espaces de survie.
Le mutant cherche à perforer ce complémentaire. Plus qu’une perturbation, c’est une agression de
Nous ne proposons nullement une définition de l’Ouvert, nous précisons ce dont nous, nous parlons.
cf : L’ouvert… / G. Agamben. p.117.
3 ISS = Station Spatiale Internationale.
4 Au sens mathématique du terme : A et Ā
[ tels que :
A∪Ā=Ω
ET
A∩Ā=∅]
1
2
Page 42 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
l’Espace-Temps, le lieu d’un combat entre le corps et le milieu. Le rapport à l’espace s’en trouve
changé : l’espace n’est plus ce qui se définit en creux (ie le complémentaire du corps) ; mais le lieu
à envahir, à perforer, par un corps qui diffuse, qui s’y noie, un « corps sans bords »1. Le mutant est
une extensio brownienne, dynamique au sein d’un spatium bousculé (pour le dire avec les mots de
Leibniz, après Deleuze). C’est-à-dire un point de vue d’intensités au sein d’un espace continu. Dans
les faits : s’agit-il d’une re-qualification de l’un par rapport à l’autre ? De créations de nouveaux
spatia ?… Stelarc est sans doute l’artiste qui a le plus questionné notre rapport nouveau au monde
et à l’espace. Dans des œuvres telles « Ping Body » ou « Parasite » [Pl. 28], le corps se réduit à une
interface, une marionnette dont les fils sont tirés par le milieu, son nouvel umwelt. On est très loin
du corps humain, souverain chez lui. Pour Stelarc, le corps est une dépouille vide, un
branchement sur une réalité nouvelle qui ne demande qu’à s’exprimer. L’homme fusionne avec
son environnement, le milieu transpire, suinte dans ce qui était jusqu’alors son complémentaire
inaccessible ; les frontières ne se contentent pas de se brouiller, elles se délitent. Une nouvelle
humanité s’esquisse. « Le corps est obsolète parce qu’il ne peut plus faire l’expérience de
l’information qui y est accumulée… La technologie envahissante signale la fin de l’évolution
darwinienne comme nous la connaissons, elle est le commencement de l’hybridation du
biologique et de l’artificiel »2. Orlan avait choisi la carte de l’ubiquité. Dans son travail
« Omnipresence » [Pl. 17], elle relaye son opération chirurgicale aux quatre coins du monde,
propulsant le médium vidéo et le réseau sur l’avant-scène de la nouvelle humanité. Les distances
s’abolissent, elles n’existent plus. Il ne sert plus à rien de penser à elles, elles n’ont plus de réalité
tangible : il n’y a plus que les corps qui se médient les uns avec les autres sans disjonction spatiale.
Stelarc propose de faire disparaître toute extensio dans la mer d’un spatium requalifié ; Orlan détruit
le spatium en le pliant, créant des raccourcis rhizomatiques entre toutes les extensiones… Enfin, à
nouvelle race animale, nouveau territoire, ie nouvel umwelt. Le titre d’une œuvre de Piccinini est
très éclairant : « Leather Landscape » [Pl. 24]. Il s’agit donc avant tout d’un paysage, d’un territoire,
d’un lieu. Il s’avère que ce lieu est le fief d’une meute d’animaux mutants. Toute nouvelle niche
dans l’écosystème, revendique un territoire immaculé : quoi de plus normal ? L’art de Piccinini
consiste à nous forcer la main, à nous obliger à penser notre rapport à ces nouvelles entités – en
plaçant des mannequins franchement humains dans ces environnements. Alors oui bien sûr, ce
paysage de cuir est avant tout le territoire de ces mutants, mais c’est aussi un nouvel espace pour
la prochaine génération d’humains (ses mannequins sont toujours des enfants), qui a déjà
commencé à s’y habituer, qui n’en est pas effrayée, qui est déjà accoutumée à vivre avec ces
nouvelles frontières. Le mutant est créateur de lieux donc d’espace, de ces espaces autres que
Foucault qualifie d’hétérotopiques, « lieux où la vie peut se rejouer ».
Le mutant est un ‘monstre prometteur’, un ‘monstre prophétique’, ouvrant des accès vers
des ‘hétéro-temps’. Nous retrouvons la figure de la prolepse, l’ouverture sur l’avenir, en tant
qu’elle le convoque et non qu’elle le suppose ou qu’elle le suppute. Il est un moyen que s’est
donné l’homme pour aller se projeter dans l’avenir, aller interroger le futur. En effet, le mutant,
en parlant la langue de la science la plus avancée3, parle la langue du futur pour l’ensemble de la
population. Il est à la fois là en chiromancien, en devin, en prophète ; mais aussi en académicien
chargé des néologismes. D’où cette double axiologie mutante, consistant à : ‘présentifier’ le futur ;
mais aussi à donner un langage, ou plutôt un vocabulaire aux potentialités du présent.
Connaissant les faisabilités scientifiques et techniques, l’artiste mutant devient le médiateur entre
science et peuple ; en même temps qu’il expérimente des applications de la science fondamentale.
cf : Manifeste pour un corps sans bords / Lambert, Xavier – 2005 – http://www.robertredeker.net/accueil_textesd_amis_xavierlambert,lecorps.htm
Propos de l’artiste in : Electric Body… p.17.
3 Enfin pas vraiment. Distinguons la science grand public, de celle des chercheurs de pointe. Celle utilisée par les arts-mutants est
entre les deux, d’où son double caractère : ‘high tech’ pour le grand public et ‘opérationnel’ pour l’industrie scientifique.
1
2
Page 43 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Il est avant tout pro-actif, le caillou et la fronde qui le jette au loin, entraînant la société vers des
voies improbables.
A l’échelle de l’évolution, la mutation est la grande fraudeuse, faisant fi des règles et des
coutumes. Elle explore en un clic des strates millénaires… Cela mérite le plus ample
développement de la dernière partie.
Cette ouverture sur le futur est aussi une ouverture sur le temps, en tant que vécu
subjectif. Le rapport de l’homme au temps et à la durée est sa manière de s’ancrer dans sa vie, en
tant qu’elle a une fin, que la vieillesse vient lui rappeler l’inéluctable de la Mort. S’extirper de cette
malédiction, de cet enfermement dans un cycle temporel peut se faire par différents moyens :
figer le temps, muter pour invoquer un espace-temps photographique, parousique (c’est ce
qu’évoque « Esoteric Cosmos » [Pl. 14] de Mariko Mori) – se jouer de la flèche du temps, la
parcourir à son gré, dans un sens comme dans l’autre, faire de soi-même une ‘machine à remonter
le temps’ (d’une certaine manière, c’est ce que proposent les « Hybridations » d’Orlan [Pl. 19-20])
– enfin, façonner la durée à son bon plaisir, faire du temps subjectif, le temps objectif ; le
raccourcir ici, l’allonger là ; traiter la durée en matériau sculptable ; user de la sacro-sainte flèche
du temps comme d’un accordéon (pas d’exemple…). Last but not least, les pistes les plus suivies,
cristallisant le plus de passion parce que s’ancrant dans l’histoire de l’humanité et des techniques –
celles qui sont l’un des piliers des théories trans- et post-humanistes – sont le négatif de ces
approches : il ne s’agit plus de nier ou de plier le temps – mais de se faire temps, de se confondre
avec la durée. Non plus hominiser (ou humaniser) le temps ; mais temporaliser l’homme. Ne
pouvant toucher au temps, à son écoulement inexorable et inaltérable (aveu de faiblesse de
l’humanité : on peut s’attaquer au Fatum, mais pas à la Moïra) – l’humanité se fera durée, aussi
longue que le temps lui-même : l’immortalité. Hygiène, médecine, clonage, cryogénisation : autant
de solutions pour crocheter le sceau maléfique de Chronos pesant sur la course d’un nouvelle
humanité.
Page 44 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Les processus de la mutation : le temps du mutant
Où l’on tentera de décrire les diverses modalités de la mutation qui touche le ‘patient-actant’,
le futur mutant. Le mutant est-il le fruit d’un processus ou le processus lui-même ? Est-ce un
état stable ou un éternel devenir ? Comment s’articulent ces diverses temporalités ? Temps de
l’évolution, temps de la mutation et temps de la métamorphose…
La grammaire nous révèle le « Temps » du mutant. « Mut-ant ». Son temps tient dans sa
désinence : c’est le gérondif, dans tous les acceptions idiomatiques du latin, français, anglais, etc.
Pas seulement le participe présent mais la faculté de marquer : la simultanéité, le moyen, la
manière, la cause. Le « en train de » modulé à différentes échelles, mouvant selon les
circonstances.
Restreignons-nous ici à l’échelle de l’individu, de l’impétrant, du futur mutant. Au sein
même de ce cadre, trois niveaux temporels font entendre leur voix.
La mutation à l’échelle d’une vie, où le mutant sera une parenthèse, une strate d’existence,
elle-même formée de plusieurs actes de mutation qui s’enchaînent, banals. « Ma première dent,
ma communion, ma 1ère mutation, mon mariage, ma 2ème mutation, etc ». Le mutant se comprend
comme mutatis.
La mutation à l’échelle d’une journée, l’acte de création de la figure – la mutation comme
opération chirurgicale, morphogenèse, processus de transformation d’un devenir-mutant en un
être-mutant. Le mutant s’analyse comme mutans.
La mutation à l’échelle d’une minute. La mutation comme métamorphose, le mutant
protéïforme étant le caméléon ultime. Ce mutant n’existe qu’en tant qu’il possède ce pouvoir de
changer de formes, et qu’il l’exprime. Son être est dans l’expression de son pouvoir, n’a de sens que
lors de ses transmutations. Le mutant s’appréhende comme mutandis.
La rythmique de la figure
Le mutant n’est nullement une fin. Il n’est qu’un moyen, ou plus exactement : qu’une
étape. Parce qu’il est l’incarnation (la réalisation) d’une mutation, celle-là n’étant qu’une des
formes que prend la Volonté de Puissance d’une humanité ravie d’avoir enfin les moyens de sa
politique… Il y a derrière cette figure de la mutation une soif inassouvissable de se designer soimême, de se parfaire, de se sevrer de toute puissance supérieure. Anders, dans L’obsolescence de
l’homme, voit les choses ainsi : « L’homme refuse d’être quelque chose qui n’a pas été fabriqué…
N’ayant pas été fabriqué, il est de fait, inférieur à ses produits (…) [Il ressent] une honte
Page 45 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
prométhéenne devant l’humiliante qualité des choses qu’il a lui même fabriquées1 ». La mutation
serait un acte dicté par un esprit de revanche pour surmonter l’humiliation de ne pas être sa
propre créature ? Pas seulement. Nous y voyons surtout un acte de puissance pure, de celle qui
est insatiable. La métaphore de la mutation, c’est le mouvement perpétuel. Une fois le mécanisme
lancé, il n’a aucune raison de s’arrêter. Non pas que la machine s’emballe (comme le content
Goethe et Dukas) ; simplement chaque étape, succès ou échec, est à la fois un état stable et viable
en même temps qu’une invitation à poursuivre la route. Le temps du mutant ; ce n’est pas le
scénario one shot, c’est la campagne.
La rythmique de la figure est un tempo qui se joue sur une partition sans barre de fin. Le
mutant ici considéré est cette entité finie : résultat et invitation. En arrière plan gronde la force
incessante de la mutation ; de temps à autre, elle émerge, s’instancie dans une réalisation qui la
sacre, la rappelle à notre bon souvenir, et la prouve. La mutation est le havre de l’événement, qui
est « pure ‘réserve’, immatériel, interminable, qui ne cesse ni ne commence, mouvement infini,
l’éternel immanent [se distinguant de son ‘actualisation’]2 ». Le mutant est cette chose qui a déjà
muté : le mutant comme mutatis.
L’histoire sans fin
L’une des caractéristiques de la figure mythologique du mutant est qu’elle s’accompagne
généralement d’une histoire, d’un background. Une des questions les plus pertinentes qui se posent,
est : « comment est-ce arrivé ? ». Il n’est pas question de magie ou de malédiction ; mais de causes
scientifiques, d’actes et d’opérations. Le mutant a une histoire (contrairement aux récits de Kafka
ou de Beckett) qui donne la clé. Il s’agit d’un récit mythique qui l’explique ; la mythologie de sa
naissance (qu’il peut se forger lui-même) – n’importe quoi qui permette de conjurer l’horreur de la
figure. Le recours à l’explication (faussement ou non) scientifique est l’écôt qu’il faut payer à la
Raison pour conserver la figure dans la sphère du familier. Fontcuberta avec ses monstres
géologiques ou Piccinini avec l’œuvre « SO2 » présentant l’animal Exallocephala Parthenopa – ont eu
à cœur de travailler les étymologies de leurs créatures, de même que leurs circonstances
génésiques et leurs conditions de vie. Un mutant a une histoire, ou une mythologie ; il a aussi une
‘raison’, une explication scientifique ; sinon, c’est un monstre.
Et puis surtout, le mutant est le dépositaire d’une histoire qui s’écrit. Parce qu’un mutant
n’est toujours qu’un devenir-mutant, qu’une étape pour une nouvelle mutation. La vie d’un
mutant ne s’écrit pas dans une nouvelle, il lui faut une saga. Tout mutant est un Méta-mutant, qui
verra sa vie labourée de mutations nouvelles. Le mutant n’est qu’un instantané de la vie du métamutant. Parcourons son album de photos au soir de sa vie : « Alors là, c’est moi en homme
invisible ; là, c’est moi, deux ans après, en Tree-Boy… ». Le mutant n’est qu’un chapitre dans un
roman qui s’écrit, parcouru par les lignes de force de la transitivité. Chaque chapitre une fois
terminé, propose un nouveau sommaire : au lecteur de choisir l’histoire qu’il veut (voir)
continuer. Le but étant d’épuiser toutes les suites possibles. La digression est une valeur ;
Tristram est le patriarche. En puissance, le mutant réalise une figure continuelle de l’inchoatif,
éternelle source pour un renouveau. Il donnerait presque toute sa légitimité aux deux lois de
Gabor : « Tout ce qui est possible sera nécessairement réalisé » ET « Toutes les combinaisons
possibles seront exhaustivement tentées3 ». Sa ‘mutantité’ n’est pas figée, son phénotype mutant
est une variable d’ajustement indexée sur les desiderata, voire les caprices de son hôte. En ce sens,
le mutant n’est pas une monade. Il en est même la négation. Il est une réalité changeante, variable,
en perpétuel devenir, si ce n’est concrètement, du moins potentiellement. L’artiste-mutant
Lu dans : Anthropologie du corps… / D. Le Breton. p.271.
cf : Qu’est-ce que la philosophie ? / Deleuze, Gilles – Paris : Minuit, 1991. p.148.
3 cf : Humain post humain… / D. Lecourt. p.81.
1
2
Page 46 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
cherche frénétiquement à épuiser les potentialités de la science dans un quasi mot d’ordre qui
serait : « si on peut le faire, faisons-le ». Just do it ! (voir aussi le mot d’ordre, repris par Zpira,
d’une figure phare de la contre-culture, Jerry Rubin : Do It).
Alors la rythmique de la figure ? C’est celle de la musique du XXè siècle –
amphibologique, stochastique – dont on pourrait retenir deux grandes modalités. Le
dodécaphonisme, généralisé à la musique sérielle : l’œuvre parcourt toutes les notes, tous les tons,
tous les rythmes – afin d’épuiser méthodiquement tous les possibles. La mutation entrant dans un
plan d’ensemble avec ses règles de construction dont le but avoué est de ne rien laisser échapper.
Ou bien, l’anarchie pure, le Free Jazz ou la musique minimaliste : celle qui part en live, qui s’arrête
quand le musicien s’écroule (cf : les nuits de concert de La MonteYoung et consorts) ; dont
personne ne peut dire comment elle évoluera. Un cadre, lâche, est plus ou moins fixé au début
puis l’improvisation se fait inspirée, c’est-à-dire : désinhibée. Improvisation sans structure, sans
cahier des charges, sans clé (musicale). La mutation est une aventure imprévisible, l’étape n+1
n’apparaît qu’à la toute fin de l’étape n, et encore…
Chaque stade est lui-même une nouvelle déclinaison sur ce thème de l’épuisement des
possibles. Le chapitre correspondant à la vie d’un mutant (qui n’est qu’un état stable dans le
devenir du méta-mutant) se doit de parcourir toutes les arcanes de sa mutantité du moment.
Ulysse n’émerge pas seulement à l’échelle du méta-mutant : chaque mutant est déjà, en soi, une
entreprise joycienne. L’artiste-mutant ira chercher une mutation nouvelle quand il aura fait le tour
de la question avec l’étape en cours. Le cas de Kac est exemplaire : le projet Alba n’en finit pas de
courir et de resurgir depuis 2000. Les ‘œuvres’ associées sont multiples, conjuguant selon les
circonstances la matière contenue dans sa figure mutante initiale. L’art mutant ne prend toute son
ampleur et sa valeur qu’à l’échelle de la vie de l’artiste-mutant. Il aura pour tâche de créer les
propositions, les pressurer jusqu’à ce que tout le suc ait été expurgé, et rebondir vers une
nouvelle approche, dictée -ou non- par une vision générale ou simplement l’escale antérieure.
Cremaster a mis dix ans à faire son propre tour, qui ne se conçoit qu’en lien avec les épisodes de
Drawing Restraint. Une fois créés ses organismes de 2ème génération, il fallait bien les vendre…
Le mutant est un roman sans terme : le ‘Livre’, le ‘livre à venir’, l’ ‘œuvre ouverte’. Mais
qui en est l’auteur ? Est-ce qu’il sait où il va, cet auteur ? Si l’on n’est certes pas du côté du
‘Cadavre Exquis’ (qui s’écrit – et c’est rédhibitoire – à plusieurs mains), rôde t-on dans les abords
de l’écriture automatique ou de la Babel balzacienne ? Le démiurge mutagène est-il cousin d’un
Soupault magnétique ou d’un Proust gravide couchant sa Recherche qu’après l’avoir
intégralement écrite ?
L’histoire sans finalité ?
Le mutant peut. Peut quoi ?… Il peut. Point. Même répondre « il peut tout » – serait
réduire son horizon. Son créateur veut. Plus exactement, il est ‘pure volonté’. Il veut quoi ? Ou
plutôt : elle veut quoi ?
Elle veut exister. Démarche quasi-juvénile, de l’infans qui dit « Na ! ». Dire ‘je veux’ et s’y
tenir, c’est s’imposer comme une entité nécessaire, incontournable, indispensable. Dès lors, l’acte
gratuit, parce que vain, est le meilleur moyen d’exprimer sa singularité. La mutation est une
potentielle mutation gratuite (comme chez Kac et sa lapine) qui est de l’ordre de l’expérience,
mais aussi de la simple affirmation de soi (‘soi’ étant la volonté humaine comme entité pensante,
cherchant à affirmer sa souveraineté). La mutation gratuite permet un déni du « What for ? », de
prendre à contre pied l’hégémonique morale utilitariste. Mieux : en reniant le « what for ? », en
Page 47 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
dé-légitimant complètement cette interrogation, la déclarant inepte et oiseuse – c’est toute la
logique évolutionniste qui est reléguée. Cette dernière se bâtit sur la question du « what for ? » :
seules les espèces capables d’apporter une réponse convaincante sont tolérées ; les autres se font
impitoyablement délester dans la course vitale. Alors ne parlons pas de celles qui refusent d’y
répondre…
Elle veut s’opposer à la Nature, échapper à son joug. La volonté mutante se fait antitéléomatique. Les processus téléomatiques sont caractéristiques des procès physico-chimiques qui
conduisent à un point d’arrivée comme conséquence d’une loi naturelle (eg : gravité)1. On
pourrait affirmer que toute l’histoire des sciences et des techniques – en tant que tentative
d’affranchissement de sa condition animale, donc des lois de la nature – ne s’est construite que
sur la puissance anti-téléomatique de l’Homme. La mutation n’en est qu’un nouveau bourgeon.
Elle veut contrôler la Nature. La volonté mutante est anti-téléonomique. Il s’agit de
processus qui doivent leur direction à l’opération d’un programme, au sens d’une information
codée ou pré-ordonnée, contrôlant un phénomène ou un comportement (eg : les cellules se
reproduisent à l’identique dans l’observance d’un projet général). Le téléonomique rappelle une
finalité non intentionnelle (eg : ADN et la vie) ; il suppose l’idée subjective d’un projet. Mais ce
dernier est immanent à la matière. Il s’agit pour le mutant d’interférer avec lui : substituer à un
hypothétique programme enfoui, le fruit de sa propre volonté.
Elle veut perfectionner la Nature. Mayr observait que la troisième catégorie de processus
‘dirigés’ (ie les systèmes adaptés et fonctionnels, fruits du procès de la sélection naturelle), n’ont
pas toujours la perfection que d’aucuns ont pu alléguer. Il existe des organismes improbables,
pourtant procédant des Puissances de la Nature. Ce que la Nature fait, l’homme peut le créer.
Selon trois modalités : il peut faire plus, mieux, et autre.
Elle veut dé-finaliser la Nature. L’évolution tendrait à faire croire qu’il existerait une
certaine finalité du monde. Au nom d’un ‘principe anthropique’, certains voient l’homme régner
au zénith de cette finalité. Considérer la Nature comme un processus orienté, écrivant les lignes
d’un Livre déjà conçu – est un acte de foi ou une brillante trouvaille intellectuelle pour bâtir des
paradigmes scientifiques. Cette ‘orientation’ relevant de l’immanence ou de la transcendance. Le
mutant, par sa simple existence, sera le contre-exemple déconstruisant cette gageure théorique.
Orlan ne dit pas autre chose : « mon travail est en lutte contre l’inné, l’inexorable, le
programmé, la nature, l’ADN et Dieu2 ». Le créateur veut être le maître de l’accouplement du
finalisme et de l’intentionnalité : les deux maillons de la chaîne des actions humaines : le projet
comme anfang et comme telos.
L’artiste-mutant est l’une des incarnations de ce créateur. Deux attitudes peuvent être
prises devant la créature-mutante comme acte de création. Plus exactement deux approches
distinctes : soit une vision télique ; soit pas de vision mais une volonté, juste une volonté d’un
mouvement pérenne. La première est de l’ordre du stratégique. Orlan pourrait l’illustrer. La
seconde est de celui du tactique, d’une tactique toujours renouvelée, tel que Stelarc ou Kac nous
semblent l’incarner.
Dans le télique, le stratégique, la mutation est éternelle. Ce qui importe : c’est le projet qui
sous-tend tous les actes de mutation, réduits à une contingence anecdotique. Les formes dans
lesquelles s’incarne la mutation (= le mutant) sont des étapes et des échelons – qui ne sont dus
qu’à des contingences technologiques ou historiques. Il n’y a pas de point d’arrêt per se. Les arrêts
ne sont que des leurres. On se situe dans ce qu’Aristote nommait l’acte immanent où la fin est le
moyen, la fin n’est autre que l’usage et l’exercice même (eg : la vue, la vision). Seul importe le
vouloir-muter, considéré comme un état stable, sans fin3.
Mayr (1904-2005), biologiste allemand, distingue dans la Nature, quatre catégories de processus réellement ou apparemment
dirigés : les processus téléomatiques ; les processus téléonomiques ; l’organisme comme fruit d’une sélection ; l’évolution comme
progression. Nos quatre paragraphes reprendront ce découpage. Cf : Les avatars du gène… p.300.
2 Orlan : Manifeste de l’Art Charnel. Voir aussi : Arts de chair. p.41.
3 cf : La Métaphysique : Livre Θ : §6 / Aristote.
1
Page 48 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Dans le tactique, chaque étape est recherchée pour elle-même. La mutation se poursuit de
proche en proche, sans plan général pré-établi. La mutation est une série, une succession de
résultats finis. Il existe des points d’arrêt, vécus comme tels : la mutation ressemble ici plus à l’acte
transitif (fabricateur) d’Aristote, ie une sorte de poïesis. L’action se réalise dans une œuvre
extérieure à l’artiste. Il existe une fin qui fait cesser l’action. Il s’agit d’une activité imparfaite ; d’un
mouvement avec un point d’arrêt1.
Ainsi commencerait la fable : « Il était une fois un explorateur : l’artiste-mutant… A cette
époque, l’espèce humaine est une population citadine inscrite dans une ville bornée, bordée à
l’Est par une mer turquoise. La ville croît de façon organique : soit verticalement (il ne s’agit que de
faire face à un accroissement démographique), soit, à la marge, horizontalement (la ville mange
progressivement du territoire jusque-là inconnu afin de faire face à une modification marginale de
l’espèce (due à : des mutations ou simplement un mode de vie, une hygiène meilleure. Ex : taille,
espérance de vie)). Dans tous les cas, elle reste cantonnée à ses frontières, refusant même de
regarder ce qui se passe à l’extérieur. L’artiste mutant fait partie de ces quelques vigies qui savent
qu’il y a une terra incognita dehors. Premièrement, ils ont cette conscience ; deuxièmement, ils
veulent l’aller visiter, explorer. Dès lors : deux attitudes. Le courageux (tacticien) : il connaît les
points d’eau et les chemins à emprunter. Il prévoit des petits voyages pour se poser autour de tel
ou tel endroit. Une fois sur place, il y reste jusqu’à s’être lassé ou avoir obtenu suffisamment
d’informations pour faire un autre saut de puce vers un nouvel horizon. Il explore ainsi, de
proche en proche, sans vision d’ensemble. Quant au téméraire (stratège) ? Sa marotte est soit : « je
vais à l’autre bout, chercher la mer (Thalassa, Thalassa !) » (cf : C. Colomb) ; soit : « toujours plus à
l’Ouest » (cf : l’histoire des Etats Unis). Son parcours peut être le même que celui du courageux
mais son désir diffère.
Enfin le créateur peut s’incarner dans sa créature. Nous l’avons vu : le mutant n’est
qu’une instance du Méta-mutant. Une fois son humanité virginale déflorée, une fois le mutant fait
chair – toutes les mutations qui suivront seront de son fait. La première fois, c’est l’homme qui
mute ; les fois suivantes, c’est le mutant qui mute. Le mutant, principe de puissance cherchant à
épuiser ses possibilités d’actualisation, est volonté auto-télique : causa sui.
Le premier temps du Mutant fut celui de l’évolution, à l’échelle d’une vie, sur le long terme.
Son deuxième temps est celui de l’opération chirurgicale. A T0, vous étiez un humain ; à TM, vous
êtes devenu un mutant. Que s’est-il passé dans ce court terme, ce temps de la mutation pure, vécue
comme procès ?
L’esthésique de la figure
Le temps du mutant, au-delà du gérondif, est le « en train de ». Avec une double
extension : ‘en train de’ muter (ie : en train de devenir un mutant) et ‘en train de’ vivre (en tant
que mutant ; dans cette nouvelle peau). L’individu vit là une expérience unique, nouvelle, sans
antécédent, qui le coupe de l’espèce humaine. Il ne se bornera pas seulement à lui rétorquer :
« vous ne pouvez pas comprendre » ; mais encore : « vous ne pouvez même pas imaginer ! ».
L’astronaute subissant 5G au décollage du Shuttle ou nageant en apesanteur2 – dit la même chose.
Mais il ne s’agit que d’une expérience, limitée dans le temps ; une erlebnis, comme toutes celles
qu’une vie trop courte nous empêchera de mener (idem de la chute libre ou des spécialités
Ne nous restreignait la crainte de nous faire ‘sokaliser’, nous dirions que l’approche stratégique est d’obédience ‘intégrale’
(lagrangienne) là où la démarche tactique est d’inspiration ‘différentielle’ (newtonienne). Voir notamment : Sciences et Avenir HS
n°124 : « Le principe de moindre action ». p.50 sq.
2 Voir aussi Marcel.Li Antunez Roca : « Transpermia » [Pl. 33].
1
Page 49 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
culinaires de Quito). Le mutant change de sphère. Son être tout entier parle dans une langue alien,
à propos d’objets inconnus – qui sont toute sa réalité, qui définissent son être même. Il est « une
forme de vie essentiellement étrangère », pourrait dire Nagel. Ce dernier, dans son essai : Quel effet
cela fait, d’être une chauve-souris ?, s’interroge sur les contours de la conscience, comment elle est
spécifique, incommunicable, jouant un rôle primordial dans les linéaments entre le corps et
l’esprit. Et il ne s’agit pas seulement de la tension entre l’objectif et le subjectif (se prolongeant
dans l’en-soi et le pour-soi). La recette est finalement avouée : pour réussir à comprendre une
chauve-souris, il faut… adopter son point de vue !… Et comment fait-on, Monsieur N., pour
‘adopter’ son point de vue ?… Hasardons une réponse : il suffit de s’imaginer avec ses organes –
recevant le monde comme une série de stimuli qui font sens pour elle – et se greffer un batcerveau en guise de décodeur…
Le vécu du mutant est un vécu fondamentalement : intransmissible. Peut-être est-ce là un
critère pour reconnaître des espèces : appartiennent à la même espèce, ou plutôt à un même ordre,
des individus capables, non pas forcément de communiquer entre eux, mais de se comprendre
télépathiquement. On pourrait imaginer une conversation entre un chien et un chat (à propos des
humains ou des croquettes) ; entre un lion et un guépard (à propos de la chasse ou des femelles
(c’est-à-dire des ovules)) ; mais entre une amibe et un cachalot ? Entre un serpent et un aigle ?
Entre un mutant et un homme ?… Au-delà de la bonne volonté des deux derniers protagonistes,
quand on en arrivera au cœur du problème, à ce qui fait sens dans cette conversation improbable,
à ce qu’il convient de nommer pour créer une passerelle entre ces deux ordres (ce qui fait la
dissemblance, et non plus la similitude) – la faillite du langage éclatera dans toute son obscure
clarté. C’est la mutantité qu’il faudrait pouvoir transmettre, enseigner pour se faire accepter,
comprendre – et c’est justement ce seul point qui pêchera. Il y a une impossibilité essentielle de
l’homme à intégrer les données du mutant. Cette impossibilité se décline en deux temps :
l’impossibilité pour l’homme-mutant d’apprivoiser le phénomène en acte ; puis, une fois la
mutation atteinte, parachevée, l’impossibilité pour le nouvel actant de communiquer cet état.
Le mutant comme mutans, est la figure de l’innommable et de l’intransmissible.
What is like to become a mutant ?
La mutation n’est pas qu’un franchissement d’étapes, elle est aussi un vécu, une
expérience à la temporalité subjective lente, au cours de laquelle l’individu initial se voit, peu à
peu, et comme spectateur, en patient, en victime – changer d’aspect. Une fois la décision prise, le
‘candidat à la mutation’1, acteur du déclenchement, devient patient d’une opération qui doit se
mener à bien jusqu’à son terme. Il n’y pas de contrôle sur la mutation comme procès, pas plus
que de bouton ‘arrêt’ sur le pupitre. Peu importe l’étape finale, celle qui consacrera la mutation en
exhibant le mutant-nouveau-né – ce qui nous intéressera ici est la mutation comme processus ; où
la figure du mutant elle-même est hors d’atteinte, secondaire.
Face à ce processus, deux attitudes se conçoivent : une attitude scientifique, consistant à
chercher à apprivoiser la mutation qui se déroule (comme un tapis, mais aussi comme un film) en
soi ; lister les micro-étapes, chaque changement ; tenter d’en analyser les nouveautés objectives et
subjectives, etc – et une attitude hédoniste ou épicurienne (toute mutation n’est pas jouissive…)
consistant simplement à se laisser porter, à vivre le changement comme il vient, à explorer
naïvement, de façon infantile, le territoire qui n’a de cesse de sortir de ses ténèbres ; sans souci
d’intellectualisation, en toute insouciance.
La Mouche de Cronenberg (laissez tomber la version initiale !2) nous offre l’exemple de la
première démarche. Son héros, à la suite d’une expérience de téléportation, voit son matériel
génétique se recombiner avec celui d’une mouche. Le processus de la mutation (plusieurs jours1
2
cf : Matthew Barney [Pl. 1,3] : ‘The Laughton candidate’ in : Cremaster 4 – ‘The Entered apprentice’ in : Cremaster 3.
cf : La mouche noire / Neumann, Kurt – 1958.
Page 50 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
semaines) est présenté de son point de vue, patient intrigué qui cherche à mettre des mots sur ce
qui lui arrive. Son attitude est très révélatrice : d’abord prendre en compte des impressions, des
micro-changements, des indices (au sens de Peirce) – ensuite se tester, tenter de quantifier les
modifications advenues – puis lister et analyser sa métamorphose en tenant compte des faits
(constats objectifs) et de ses impressions personnelles (traduction subjective) – parallèlement à
cela : élaborer une théorie scientifique. Cette dernière se révélera d’abord fausse parce que les
postulats sont erronés. Il lui manque des informations clés ; mais on voit bien ce qui est jeu à
travers ce souci de théorisation : apprivoiser son changement comme un processus finalisé. Utiliser des
concepts émanant du système de pensée originel (l’epistémé humaine) et les appliquer à son
expérience. Le but de toute théorie étant bien sûr de prévoir l’avenir. Il ne s’agit donc pas
seulement de mettre des mots sur ce qu’il vient de vivre, et ce qu’il est en train de vivre – mais
tenter de prévoir « ce qui arrive ». Le héros est perdu face à une réalité qui se craquelle et cherche
à se rattacher, à toutes forces, à ses anciens schèmes devenus caducs. En surface, on a
l’impression qu’il y réussit. Une fois compris qu’il devient un ‘Brundle-Fly’, il n’aura de cesse de
laisser témoignage de son ‘altérification’. De transmettre ses changements, comment il se nourrit à
présent, ce qu’il est capable de faire, etc. Mais la vidéo qu’il propose ainsi aux futurs écoliers n’est
pas plus qu’un documentaire animalier comme on en fait tant. « Alors, Brundle-Fly se nourrit
trois fois par jour, de 80% de sucre, en aspergeant ses aliments solides de bile avant de les
absorber par succion… ». Mais ça ne nous dit pas « quel effet cela fait » de régurgiter cette bile
qui pour tous est un dangereux acide ? « Quel effet cela fait » de sucer la nourriture ainsi
liquéfiée ? Certes on le voit schizoïde, pris de tics, autant de symptômes d’une montée de son êtremouche à la surface de son corps, de son cerveau et donc de sa conscience ; mais ce ne sont pour
nous que des traces que ‘quelque chose se passe’, sans savoir ce qu’il se passe exactement et
comment cela se passe. Déceler l’innommable, le voir poindre et s’amplifier – n’est pas savoir ce
que c’est que de vivre avec l’innommable que de vivre son devenir-innommable. Parce que par
définition de l’innommable, il ne peut se transmettre, puisqu’il ne peut se dire… Les premiers
moments de la mutation du héros sont ceux de la tentative de la transmission. Double
transmission de fait. A soi-même d’abord, afin de tenter d’y mettre des mots et de la pensée (si
rassurante) ; de faire passer ces quelques symptômes de la sphère de l’unheimlich à celle du heimlich ;
d’apprivoiser ‘ce qui vient’ ; d’arraisonner ce futur inconnu et imperceptible. Au monde ensuite,
par le biais de la vidéo, se voulant pédagogique, scientifique ; un moyen de fabriquer du savoir, de
ne pas se contenter de subir mais de transformer une défaite en semblant de victoire ; tirer de
toute chose une leçon. Mais très vite les mots s’épuisent, s’exténuent et surtout : ils restent sur le
bord, appartenant à un champ de pensée qui les emprisonne. Il faudrait créer des mots, mais
seuls les mutants pourraient les comprendre… Un jargon alors ? De ceux qui ne sont compris
que par leurs utilisateurs. Mais un jargon qui renvoie à des concepts et des réalités tout autres,
incapables d’être appréhendés au moyen de la langue du vulgaire, c’est-à-dire celle de l’homme.
Barney dans son cycle « Cremasterien » [Pl. 1-3], évoque plutôt le deuxième profil : celui
qui vit la mutation dans tout son déploiement, en tentant de l’épuiser, sans perdre son temps à
chercher à l’apprivoiser. Tout « le jeu consistant à inachever la mutation, à rester dans le
transmutant »1. Les sept heures de film narrent (enfin, c’est le discours de l’artiste, rien ne le laisse
penser dans les films mêmes) un état, celui de l’embryon, dans les phases précédant toute
distinction sexuelle2. Pendant ses films, Barney explore cet instant infiniment dilaté, siège de tous
les possibles, une époché dans laquelle on peut creuser (et non pas attendre), un « instant d’infini
faisant un bruit d’abeille » où vivre des centaines de vies (et non pas patienter). D’ailleurs le cycle
ne clôt pas le débat et n’apporte pas de réponse (« Alors, c’est un garçon ? »). La fonction ‘pause’
cf : Figures de l’art n°6 : « mobilités virtuelles du corps vivant » / Andrieu, Bernard. p. 240.
En fait, le zygote quitte son état de paquet de cellules, pour devenir un futur petit-d’homme via un certain nombre de
mécanismes. Ainsi, avant que l’embryon n’ait un sexe défini, s’écoule un certain temps. Le sexe se forme à un moment donné par
le simple glissement de cellules ‘vers le haut’ ou ‘vers le bas’, brouillon d’un futur vagin ou pénis. Barney s’est résolument intéressé
à ce moment juste avant la formation définitive du sexe, quand l’organisme est encore, en puissance : homme ou/et femme.
1
2
Page 51 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
n’est pas la source d’une frustration patiente mais un hymne à une liberté débridée. Figure égoïste
s’il en est, le mutant est un pur jouisseur, auto-centré. La communication ne sert à rien, parce
qu’il n’y a personne avec qui communiquer. Ni soi ni les autres : laissez-moi vivre mon trip.
Michaux sous mescaline nous a donné des pages mémorables ; le Festin nu de Burroughs est une
‘campagne hallucinée’ de premier plan1. En même temps, on le voit bien par ces deux exemples :
ce qu’ils nous offrent est bien peu au regard de ce que les auteurs ont vécu – de l’intérieur – et ils
rappellent plus la démarche scientifisante de Cronenberg. Pour Barney, il y a, d’entrée de jeu, une
faillite ou un refus du langage (c’est peut-être pour cela aussi que ces films n’évoquent
absolument pas cette trame affirmée telle que nous l’avons reprise ; pour cela aussi qu’ils sont si
cryptiques). On ne dérange pas un mutant qui mute.
A ce stade, la communication n’est pas impossible, ni abolie ; simplement elle est
pernicieuse parce qu’elle s’exhibe alors qu’elle ne dit rien. Des données, des stimuli, voire des
informations sont transmises entre le mutant et l’homme, mais elles sont oiseuses. Ce n’est pas
un problème de langue ou de codage. Ce qui est dit est bien dit ; simplement cela n’a aucun
intérêt. Parce que ce qui aurait de l’intérêt ne peut justement pas être dit. La communication passe
mais laisse échapper ce qui la motive, ce qui la justifie – elle n’arrive pas à apprivoiser la mutation
en actes. Et pourquoi donc ? Parce que toute transmission implique une médiation ; et que
justement, pour savoir ce « que cela fait » de devenir un mutant, il faudrait être branché
directement sur le patient, abolissant tous les truchements. Le cas Cronenberg est diaphane : il
cherche à transmettre la mutation via : une pensée humaine, canalisée dans la parole, dans une
vidéo, dans un film : pour chaque nouveau degré médiatique de la matriochka, un nouveau filtre
s’appose, occultant inéluctablement la forme même.
What is like to be a mutant ?
Nous l’avons assez dit : muter, c’est acquérir des pouvoirs supplémentaires. Mais nous
n’avons pas évoqué le côté obscur de la force : muter, c’est aussi perdre l’essence de l’humanité.
On ne peut pas gagner sur tous les tableaux ; utiliser son beurre pour jouir de la crémière. Vous
devenez un mutant : vous abandonnez les humains ; vous gagnez une mutantité, vous perdez
votre humanité. Le mutant est l’anti-golem. Celui-ci perdait vie quand on effaçait l’un de ses traits
vitaux. Le mutant lui, prend vie quand on lui retire ses traits d’humain.
En 1994, Aziz&Cucher présentent « Dystopia » [Pl. 35] : une série de portraits où les
principaux traits des visages ont été gommés – à se demander s’ils ont jamais existé. Les visages
ont perdu tous leurs orifices : yeux, canal auditif, narines, bouche. Tout ce qui reliait les
profondeurs de l’organisme à l’extérieur – a été effacé. Ne subsiste qu’une peau qui est plus
qu’une surface : une véritable barrière. On retrouve une parfaite illustration du Corps sans
Organe2. Certes, mais encore ?… Les orifices étaient des ouvertures sur l’intérieur du corps donc
du moi. En les bouchant, c’est tout le corps qui disparaît. Le corps n’a plus de profondeur, n’a
plus d’intérieur. La peau dit tout, tout le sujet se concentre dans son ‘moi-peau’ (Anzieu).
Comment peuvent-ils même survivre (comment respirer ?) ? La seule explication possible est que
d’autres organes ont muté – ailleurs – cachés – dans les limbes. Cet effacement d’orifices n’est
pas la mutation mais la conséquence d’une mutation corporelle, d’une amélioration de
l’organisme en d’autres endroits. Les orifices du visage étant devenus inutiles. Plus besoin de
respirer, de manger, de voir, d’entendre, de parler. Si une telle espèce est viable, c’est qu’elle a
trouvé les moyens de se passer de toutes ces fonctions en en développant de plus performantes.
Autant de fonctions qui font l’âme de l’humanité. Tous les sens ont disparu : ne reste (et encore,
ce n’est pas sûr) que celui du ‘toucher’. Qu’ils aient atteint un stade plus avancé de l’espèce, sans
1
2
Les approches de Baudelaire, Gauthier ou De Quincey sont différentes, de dandy, décadentistes avant l’heure.
Relire les 1ères pages de : Capitalisme et schizophrénie : Mille plateaux : Comment se faire un Corps sans Organes ? / Deleuze & Guattari.
Page 52 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
doute : mais ils ont du coup totalement rompu avec l’humanité puisque toute communication
avec elle est devenue strictement impossible (difficile de tenir une conversation juste en caressant
une peau). Impossibilité de communiquer qui se double d’une impossibilité d’étudier le corps en
le pénétrant. Le mutant s’est totalement fermé à tout échange avec son milieu extérieur : je ne
vous parle pas, je ne vous écoute pas, et je me coupe de toute intrusion de mon environnement.
Le mutant se dessine en s’effaçant ; il prend corps en se délestant de ses vieux oripeaux humains
qui étaient autant de boulets empêchant la transformation. Le visage est un texte qui se décode,
pourrait dire Ricoeur ou Levinas. Chaque trait se lit comme un chapitre de l’humanité. Là, le
démiurge biffe et supprime, et le golem, loin de s’effondrer, prend vie. Plus il grandira, plus il sera
amené à vivre en autarcie, dans sa bulle, ou uniquement parmi les siens, les seuls aptes à
communiquer avec lui. Non seulement les hommes ne pourraient pas le comprendre ; mais de
toute façon, tous les moyens de communication ont disparu. L’un étant peut-être tout
simplement la conséquence de l’autre…
Nous retrouvons cette élaboration d’une barrière infranchissable chez Orlan [Pl. 16]. Sur
ses deux affiches de film, la première la montre sans bouche1 (comme elle était déjà apparue sur
l’une de ses hybridations africaines [Pl. 20]) ; la seconde, avec un visage réduit à une bouche. On
retrouve ici en quelque sorte, deux étapes parallèles antérieures à celle décrite par Aziz&Cucher.
Elle n’a pas encore perdu tous ses organes, mais le divorce irrémédiable s’est déjà traduit par deux
mutations complémentaires, naviguant de conserve vers un couronnement de l’échec de l’intermonde. « Hylésine » exhibe l’empreinte du mutisme. La femme-serpent revisitée en femmemutante est une femme condamnée à ne plus pouvoir parler au reste de l’humanité. A contrario,
« la Bouche » réduit tout le visage à cet unique organe. La communication n’est possible que dans
un sens, l’autre sens : du mutant vers l’homme ; l’autre canal étant intégralement détruit. C’est
tout le visage qui est ici rapiécé, aplani sur une parodie de carte-corps. Il en a été de son visage
comme du globe de Mercator, projeté sur un plan. Tous les reliefs ont disparu ; les organes ont
disparu, et même la peau a disparu, parce que la carte n’est pas le territoire2. Seule a subsisté la
bouche, et encore : seulement les lèvres, rougies par l’artifice, qui rappellent bien plus ces lèvres
de pin up ou de papier glacé que l’on embrasse dans les bas-fonds des toilettes publics. La chair a
disparu, le moi-peau s’est perdu dans le pastiche froid d’un visage contraint d’être un instrument
purement érotique.
Chez Orlan et surtout chez Aziz&Cucher, la mutation porte sa tour d’ivoire en
bandoulière. Une forteresse s’ébauche dans la mise en place d’un moi-peau, emblème du mutisme
et de l’incommunicabilité. La profondeur est perdue, ou plutôt déniée, interdite ; tout est terré,
dans des profondeurs, littéralement insondables. Gligorov [Pl. 37] exhibe une mutantité qui tient
toute dans la métamorphose dermique : peaux végétale, fruitière, animale. L’intégralité du corps
en est recouverte. Ce qui implique qu’il ne s’agit pas d’une seconde peau, recouvrant la première
mais un authentique remplacement. Pourquoi ? Parce que la peau respire. Une des fonctions
essentielles à la vie humaine, la respiration, se fait en partie par les pores de la peau. Un humain
recouvert d’une seconde peau ne serait simplement pas viable, étoufferait. La créature de
Gligorov est donc une créature mutée qui a développé tout un système interne pour pouvoir
survivre à sa nouvelle peau : une véritable révolution interne de l’organisme. Dès lors, c’est
l’ensemble des stimuli extérieurs qui diffère – cette peau étant la ligne de front du contact avec
l’extérieur. Le primo-contact, celui qu’on ne peut pas empêcher, passe par la peau (on peut
Le titre Hylésine mériterait sans doute une exégèse. Confessons que nous n’avons pas le quart de la moitié du commencement
d’une information. Nous pouvons alléguer deux pistes possibles : Hyle-sine : d’inspiration latine : ‘sans’ ‘matière’ ; ou bien HyLésine, d’inspiration médiévale (Mélusine = femme serpent, venant de Mé-Lusine = mère de Lusigne). Proposons un mix des
deux : Hylésine : femme-mutante, condamnée à la suite d’une faute, à perdre, chaque samedi soir, son organe buccal. Sinon,
l’hylésine des pins, existe : insecte, mangeur d’arbres.
2 cf : Histoire universelle de l’infamie : De la rigueur de la science / Borgès, Jorge Luis. Pastiches et postiches : De l’impossibilité d’établir une carte
de l’empire à l’échelle de 1/1 / Eco, Umberto.
1
Page 53 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
‘boucher’ les autres organes des autres sens, et ainsi se couper du monde extérieur, refuser le
contact ; mais avec le toucher : rien de cela n’est possible). Elle est rebelle à toute décision du
cerveau. En touchant à sa peau, Gligorov érige un filtre nouveau entre lui et le monde extérieur.
Tous les stimuli sont revisités, traduits par un nouveau biais, dans une nouvelle langue, afin de
pouvoir passer la barrière (de potentiel) de ce nouveau moi-peau. C’est encore une ‘barrière de
contact’ (kontaktsschrank, si chère à Freud) qui se dresse, imprenable. Du point de vue du toucher,
rien de ce qui provient de l’extérieur n’est plus pareil : le mutant évolue dans un autre monde,
totalement isolé du reste de l’humanité. Son moi-profond est pareillement inaccessible, non pas
parce que tous les points d’accès ont été gommés, supprimés (comme chez Aziz&Cucher) ; mais
parce qu’ils ont été tellement reconfigurés, qu’ils fonctionnent comme des indices d’un
bouleversement interne total… Le chirurgien, face à ce corps alien, serait bien en peine de risquer
telle incision ou telle supposition sur les organes qui se terrent sous une peau reformatée : aux
vues des parties émergées, on ne peut que soupçonner une réalité organique toute lovecraftienne.
« Ce qu’il y a de plus profond dans l’homme, c’est la peau – en tant qu’il se connaît. Mais ce qu’il y a
de vraiment profond dans l’homme, en tant qu’il s’ignore… c’est le foie… et choses semblables1 ».
Alors : quel effet cela fait, d’être ou de devenir un mutant ?… Impossible de savoir. Non
pas : personne n’a pu – à ce jour – l’expliquer ; mais : il est constitutivement impossible de
transmettre cette ‘chose’2. Devenir un mutant, c’est édifier une bulle unique, autarcique, alien,
isolante, qui coupe irrémédiablement toute communication intéressante avec une communauté
humaine avide d’informations. On touche l’intransmissible puisque l’intériorité de l’individumutant est inatteignable. Intériorité du corps comme nous l’avons vue ici, mais qui fonctionne
comme une métaphore à l’intériorité de la conscience.
La figure de la figure : Protée
La mutation est l’acquisition d’un pouvoir quelconque. Il en est un qui ne peut que retenir
plus particulièrement notre attention. Celui de muter. La mutation qui apporte la possibilité de
métamorphose, qui, d’une certaine manière, s’engendre elle-même, ou plutôt : engendre une fille
digne d’elle. Protée en est le parangon traditionnel. Le pouvoir de se changer en ce que vous
voulez… Une vraie bénédiction ?
Est-ce si simple en effet ? Se changer : à volonté ? en ce que je veux ? quand bon me
semble ?… Voire… Et dès lors : qui suis-je ?… Il n’y a de médaille sans revers. Celle de Protée
s’accompagne aussi de ses malédictions inhérentes.
Le succès de cette figure de Protée ne s’est jamais démenti. De nos jours, le Caméleon est
une série télé à succès ; le mutant ‘Mystic’ a retenu toute la bienveillante attention de Singer3 ; les
logiciels de morphing ont envahi la vie quotidienne ; et les arts ne sont pas en reste. Entre 1992 et
1996, Lawick&Müller présentent « La vie à deux : métaportraits » [Pl. 39]. Ce travail nous servira
de Sésame.
Lawick&Müller ont invité des duos d’artistes à poser pour des portraits. A partir de ces
deux points de départ, ils proposent des tableaux formés de 4*4 photos d’identité retouchées qui
font progressivement passer d’un individu à l’autre. La lecture se fait, tacitement selon les codes
occidentaux en vigueur, de gauche à droite, de haut en bas, comme on lit un texte. On voit alors
se déployer la séquence d’une mutation, l’histoire de la métamorphose d’un individu vers un
cf : L’idée fixe… / P. Valéry. p.217.
En 1931, Gödel démontre qu’il existe en mathématiques, des énoncés indémontrables…
3 Réalisateur du premier épisode des X-Men au cinéma.
1
2
Page 54 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
autre. De nombreux duos d’artistes ont ainsi été la matière d’une œuvre déclinant toutes les
possibilités : femme/femme, homme/femme, homme/homme, vieux/jeune, etc.
Cette pièce – lue au travers du prisme du ‘mutant’ – multiplie les questions : qui est le
mutant ? L’individu de départ ou celui d’arrivée ? Est-ce une seule et même personne ? Les étapes
intermédiaires en sont-elles vraiment ? Ne seraient-ce pas plutôt des états stables, au contraire ?
Qu’en est-il du reste du corps que le cadrage nous cache ? Dans les limbes du hors champ, y’a t-il
un corps ? Celui-ci suit-il les changements amorcés par le portrait ? Si ces photos pouvaient dire
‘je’, qui parlerait ? Qui se tiendrait dans le « ça » de la parole ? Formellement, « la vie à deux »
nous fournira encore le fil de notre analyse : selon que la toile se décode comme : une séquence
d’images, une gestalt topographique, ou une mosaïque.
Protée est la figure de la figure. Un mutant qui, pour prouver son état de mutant, doit
muter. Sa reconnaissance, et donc son existence, se tiennent dans la métamorphose. Le mutant
comme mutandis.
Séquence et multiplicité du ‘je’
Protée est le polymorphe, le mutant qui peut prendre plusieurs identités. Un nombre infini ?
Peut-il se changer en quelque chose qu’il ne connaît pas ? Peut-il conserver sa nouvelle identité ad
vitam aeternam ? Dans ce cas, acquiert-il une nouvelle définition de lui-même ? Au bout de 10 ans ?
Il doit demander la nationalité ? Droit de la forme ou droit de l’histoire ?
La métamorphose est le « changement de forme, de nature ou de structure si considérable
que l’être ou la chose qui en est l’objet n’est plus reconnaissable »1. D’une forme à l’autre, on ne
reconnaît plus ses petits. Si l’on a eu le malheur de regarder ailleurs à ce moment-là, on n’ignore
que c’est la même entité qui nous fait face. Résolument, L&M nous donnent à voir cette
transformation, tiennent à témoigner de son histoire. Il ne s’agit pas de mettre côte à côte deux
portraits ; mais bien de dérouler le pont qui semble les séparer (spatialement) mais qui, de fait, les
rapproche, et même les identifie (ontologiquement). En les éloignant et en creusant dans leur
entre-deux, ils exhument ce qui se terre dans les limbes de l’in-between, du gutter de la BD anglosaxonne2 : leur identité profonde. Emerge ainsi la figure d’un être polymorphe, apte à passer
d’identité en identité. Son régime est celui de la multiplicité. Dantec parlerait d’un Homo
Variabilis : ses mutants sont des ‘schizoïdes’ (le renvoi à Deleuze est revendiqué par l’auteur),
contenant dans un même corps une multitude de personnalités, d’êtres avec chacun leurs
capacités, leurs devenirs. Le corps lui-même étant un organisme sentant et pensant, un
interlocuteur, qui, une fois amadoué, est la source de pouvoirs plus grands3. Chez L&M, il s’agit
au contraire de traiter la multiplicité des formes, sans trancher sur la multiplicité des personnes.
Quoique… Les titres évoquent bien cette hybridation : il s’agit toujours du passage d’une
personne à une autre ; et derrière le changement de formes, c’est bel et bien un changement de
personnes qui se produit. Nancy Burson, dans son œuvre : « There is no gene for race » [Pl. 49]
emploie aussi la structure de la séquence. Six portraits se suivent : l’artiste s’est elle-même
hybridée à des personnes correspondant aux standards physiques des autres ‘races’. Ici, il s’agit
donc plutôt d’une seule et même personne arborant plusieurs formes interchangeables. « Elle
n’était plus une mais une multitude »4. C’est bien une infinité de possibilités qui se tient à l’affût
dans ces 6 photos de l’artiste hybridée, 6 photos contingentes, filles d’une hybridation (qui aurait
pu être plus, ou moins, poussée) avec une autre femme (qui aurait aussi bien pu être une autre).
Derrière cette séquence de 6 photos, il y a l’ensemble de l’humanité, et même l’ensemble des
Le Petit Robert de la Langue Française, 2006.
ou de l’espace inter-iconique pour suivre Pierre Fresnault-Deruelle.
On pourra se reporter à : L'art invisible : comprendre la bande dessinée [BD] / Mc Cloud, Scott – Vertige Graphic, 1999 (p.66 sq).
3 Ce qui n’est pas sans rappeler le septième circuit, dit ‘neurogénétique’, de la gnose New Age de Timothy Leary.
4 cf : Babylon Babies / MG. Dantec. p.284.
1
2
Page 55 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
formes envisageables de l’humain. L’artiste en mutante est le héraut d’une Humanité dans tous
ses possibles. Une seule, pour une infinités de formes. Chez L&M, a contrario, le changement de
formes s’accompagne d’un changement d’êtres. L’individu d’arrivée n’est pas l’individu de départ.
Cependant, le choix d’artistes brouille les pistes. L&M n’ont pas recruté deux inconnus et fait leur
séquence de morphing. Ils ont préféré s’intéresser à des duos d’artistes, habitués à travailler
ensemble, à se rendre la pareille, alter ego les uns des autres. L’artiste d’arrivée est donc bien l’autre
de l’artiste de départ ; ie la forme d’arrivée accueille la forme de départ dans une certaine
communauté d’esprit, d’être. Derrière la polymorphie du mutant, en embuscade de la multiplicité
des formes, s’ourdit la menace de la schizophrénie… Même leurs noms, qui devraient nous aider
à l’identification, nous laissent dans le trouble des hétéronymes : sigles, noms, prénoms… ?
Aucune rigueur et homogénéité entre les différentes toiles. Quoi de mieux pour illustrer un
ouvrage de Pessoa ? Le mutant polymorphe a non seulement le pouvoir de prendre les formes
qui l’agréent mais encore leur identité. Il illustre le pouvoir du « et… et » dans une dynamique
diachronique. Le ‘et’ ayant ici valeur additive et successive (« je serai X et/puis Y, puis Z, etc Ad
libitum, ad nauseam »).
Le pouvoir de métamorphose est la forme de la mutation qui possède une qualité
supérieure : celle de la réversibilité. Comme on l’a vu, la mutation est un processus grandement
irréversible. La métamorphose, quant à elle, autorise le changement d’un corps A en un corps B
et inversement. Chez Burson, la séquence des photos, son ordre, n’apparaît pas nécessaire. De
même que les visages arborés sont comme des instantanés (hasardeux) pris dans un long
processus de métamorphose passant par tous les stades1, les photos ainsi prises sont
interchangeables. Passer de ‘There’ à ‘is’ est identique à passer de ‘is’ à ‘There’. Il n’y a pas dans
l’ordre des portraits de flèche, de dynamique qui induirait une irréversibilité (en dehors de toute
référence au texte). Chez L&M, par contre, une temporalisation semble aller de soi. On passe du
portrait 1 au portrait 16 dans l’ordre qu’ont choisi les artistes, au risque de ne rien ‘comprendre au
film’. Dans la structure donnée (imaginons une grille vide de 16 cases), il n’y a qu’une seule façon
de ranger ces 16 images. Ou plutôt il y en a deux : celle qui va de A à B et celle qui va de B à A.
Parce que, tout aussi bien, la séquence de mutation pourrait être relue à l’envers… Notre
définition de la réversibilité se précise donc. Elle devient quasi thermodynamique. En
thermodynamique, le second principe atteste que l’entropie d’un système fermé ne peut que
croître. Ce qui a pour conséquence notamment l’irréversibilité de la plupart des processus. Un
phénomène réversible est un phénomène que vous pouvez filmer et dont vous pouvez passer la
bande dans les deux sens. Même théoriques, ils sont rares2. La métamorphose en est un. Elle fait
passée d’une forme à d’autres dans un régime de gradient d’entropie nul.
Qu’en est-il des damnations ci-devant évoquées. La damnation s’engendre dans le
comble, l’emballement de la machine, l’absence de contrôle, l’obédience passive à une puissance
supérieure. Telle cette nouvelle de Science Fiction traitant de télépathes, devenant fous, parce que
la télépathie, ce n’est pas le pouvoir de lire les pensées de votre interlocuteur, c’est l’impossibilité
de ne pas subir les assauts constants de toutes les pensées de toute la population. La première des
damnations de Protée est la mutation sempiternelle, fruit d’un pouvoir sans déclencheur. Protée serait le
mutant qui se métamorphose en permanence, passant d’une forme A à une forme A’, sans
contrôle. L’anti-monade par excellence, la mutation dynamique comme état. Les œuvres récentes
d’Anne Esperet en donnent une bonne illustration. Dans « Human Love Mutant »3 [Pl. 7], les
1 On pourra ici penser à Daniel Lee et sa vidéo « Origin » [Pl. 43] où un poisson devient un homme après avoir passé par
différents stades.
2 On pourra se reporter à : Sciences et avenir HS n°124 : « Le sens de la vie ».
3 « Trois carrés de 50/50 cm sont projetés contre un mur. Chacun est composé d'une suite rapide de 150 images tournant en
boucle. Toutes proviennent de moteurs de recherche par images sur internet. Le thème de la recherche correspondant
Page 56 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
images défilent à toute allure. Il n’y a pas de pièce unique, juste une foultitude d’états toujours
mouvants. De même, son travail actuel (en gestation. Titre provisoire : « E-Ghost »), sur un
principe analogue, vise à former un individu mutant dont les membres seraient des images tirées
du Net, en perpétuel défilement. L’homme-mutant, chimérique, polymorphe ainsi formé serait
condamné à n’avoir pas de forme pour en avoir de trop…
Osmose et dilution du ‘je’
Protée est le métamorphe, celui qui mue. Il ne saute pas d’un état à un autre dans un nuage
de soufre. Son changement lui prend du temps. Entre deux états, il est l’informe, le siège réel de
toute virtualité, ou pour le dire après Deleuze : de l’événement. Et si juste avant d’obtenir sa
nouvelle forme, il décide de passer à autre chose ? Et ainsi de suite ? L’informe devient sa forme
pérenne ? Comment savoir que la forme obtenue est la forme achevée ? Comment s’assurer que
la métamorphose est définitivement aboutie ? Aucune squame ne vient valider que la forme
antérieure est irrévocablement abolie et donc que la nouvelle est atteinte…
La jouissance de la multiplicité du gleich se ternit dans le risque de la disparition du selbst.
Chaque forme obtenue est une nouvelle facette qui construit – et par la même déconstruit –
l’identité de l’être. Ce qui sur-détermine, indétermine – dirait Hegel. La présence figurale du ‘je’ a
disparu même si l’on croit la voir dans chaque agrégat figuratif – comme le ‘e’ chez Perec. Mais
qu’en est-il lors de l’inter-stase ? Lors du process de la transformation ?
La proposition de L&M nous invite à étudier cette inter-stase comme une stabilité, et non
plus comme un régime transitoire. Considérons une de leurs toiles (de 16 photos) dans son
ensemble. En haut à gauche, un premier portrait originel. En bas à droite, son alter-égo, son
partenaire dans la métamorphose, son exact double, la deuxième source. Délaissons la mutation
comme processus télique et voyons la comme un échange entre deux puits originels, Yin et Yang.
Que se passe t-il entre ces deux-là ? Soit un grand bac dans lequel je place d’un coté une solution
acide et de l’autre une solution basique, et intéressons nous à la façon dont elles diffusent, se
mêleront. C’est un peu à ce modèle de l’osmose1 que nous renvoie aussi le travail des deux
artistes. « Tout se passe comme si » L&M avaient posé à des coins diamétralement opposés les 2
photos originelles, sources, et simplement attendu de constater l’extension des portraits, leur
dilution. Ce qui compte se tenant dans cet entre-deux, dans cette dilution des formes. D’ailleurs, à
bien suivre la diagonale allant de A à B, on a comme un résumé (un accéléré) de la métamorphose
totale. Une métamorphose qui n’est plus temporelle, séquentielle, mais spatiale, osmotique. Tout
se joue dans le temps de l’indécision, ie de l’informe comme état (et non plus seulement comme
transition). C’est véritablement la figure de l’hybride qui est à convoquer ici : cette phase où l’être
n’est plus ce qu’il était et n’est pas encore ce qu’il sera. Bien sûr, la métamorphose est la
« métaphore de la complexité (je est je et je est un autre) »2, mais où commence et où finit ce ‘je’ ?
(Nous ne revenons pas sur la non-identité de ce ‘je’) Pourquoi la figure transitoire ne serait-elle
pas ce ‘je’ ou cet ‘autre’ ?
A considérer l’interstase comme statique et stable, ainsi que L&M nous y autorisent, la
figure de Protée devient d’autant plus complexe et insaisissable. Non pas seulement comme un
démon polymorphe, mais comme une nuée métamorphe (à tort considérée comme a-morphe).
Léda a vu le cygne, Io n’a pas vu l’éther, mais sous le pinceau du Corrège, l’étreinte n’en est pas
moins fébrile. L’hybride est le lieu où naissent les rapports in praesentia : le « et… et » se fait
respectivement aux 3 mots : "human, "love" et "mutant". Les trois "fenêtres" sont alignées à hauteur des yeux. Chacun des 3 trois
mots se trouve sous chacune des 3 animations » (cf : http://anne.esperet.free.fr/HLM-intro.htm).
1 « phénomène de diffusion qui se produit lorsque deux liquides ou deux solutions de concentrations moléculaires différentes se
trouvent séparés par une membrane semi-perméable laissant passer le solvant mais non la substance dissoute » (Le Petit Robert2006).
2 cf : Figures de l’art n°6 : « Lawickmuller, du morphing à la figure métaphorique » / Ardenne, Paul. p.340.
Page 57 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
synchronique. Dès lors, les limites ne sont que conjoncturelles : pourquoi ne pas imaginer les
‘metaportraits’ des artistes avec 4 sources, une dans chaque coin du carré. Considérée comme un
processus osmotique, la mutation se place sous le joug (diktat) de l’hybridation : elle manifeste,
dans un état stable et donné, une infinité de sources équi-réparties. Il n’y a plus ni ancienne
identité, ni nouvelle. L’entre-deux – et généralisons à ‘l’entre-n’ – est son identité. La question de
la forme originelle devient caduque. Comme les imitateurs avec leur voix, les métamorphes sont
considérés comme des êtres capables de muter à partir d’une forme d’origine, une forme témoin
en quelque sorte, la forme de leur être, une ur-forme. C’est celle qu’ils retrouvent quand tout est
calme, quand ils dorment et quand ils mourront. Mais rien ne permet de tenir de telles allégations.
La polymorphie est la figure de la multiplicité (des formes, des identités et des êtres) ; elle est
aussi la figure du brouillage intégral, de la perte totale d’ecceïté, sans la compensation d’un gain
autre que l’indétermination absolue.
La deuxième damnation de Protée est l’entre-deux comme identité. Un pouvoir sans achèvement.
L’impossibilité pour un ‘je’ de se fixer dans une forme, quand bien même serait-elle celle d’un
autre, à la manière des doppel-ganger. D’une certaine manière, il s’agit de la négation de son principe
ontique. Si la métamorphose est l’aptitude à la multiplicité, la réalisation d’un « et… et » dia- et
syn-chronique ; sa malédiction est dans son dévoiement : dans le « ni… ni ». Il y a deux façons de
voir l’androgyne : le bi-sexisme en est la forme totipotente, positive, féconde ; l’a-sexisme en est la
déchéance stérile, morbide.
Mosaïque et éparpillement du ‘je’
Protée est l’anamorphe. Le mutant dont toutes les parties du corps se changent. Qu’elles se
changent dans un grand mouvement général, englobant, quasi-intentionnel – n’est qu’une
convention. Et si chacune de ses parties avait son identité propre, son devenir idiosynchrasique ?
La métamorphose serait un processus d’exfoliation. Chaque membre de l’organisme, mutant en
quelque chose de particulier sans vision d’ensemble ? Chaque grain de peau ? Chaque atome ?
Quid de la gestalt ? Peut-on parler d’un ‘je’ ?
Les toiles de L&M évoquent cette figure de la mosaïque, du corps comme mosaïque. Le
corps ne devant plus être analysé comme indivis mais avec sa topographie propre. « L’organisme
humain est une foire aux atrocités à laquelle il assiste en spectateur, malgré lui », disait Ballard1. Le
corps mutant est un paysage qui s’aménage (comme on parle de « l’aménagement du territoire » et
de la DATAR) de lui-même. La morphologie se fait ici une topographie. Chaque partie a son devenir
propre inclus dans un projet d’ensemble ou non. Anne Esperet, sur son site
« TransgenicSpeciesLab » invite le chaland à acheter l’un de ses animaux de compagnie mutants
[Pl. 6]. Si vous ne trouvez pas satisfaction dans l’ensemble de la production ici proposée, loisir
vous est encore donné (ou plutôt vendu, car les prix quadruplent !) d’élaborer vous-mêmes les
proportions de l’animal transgénique désiré. Les self made pets qu’elle se propose ainsi de vous
confectionner seront des hybrides formés à partir de dix archétypes animaux (dont l’homme),
dont vous devez choisir les proportions. Ensuite, les experts de TSL vous fabriqueront votre
animal transgénique sans garantie sur l’agencement de ces diverses ‘souches d’origine’. Si l’hybride
était le parangon du Protée-osmotique, la chimère est celui du Protée-mosaïque. Les risques
identitaires sont tout aussi prégnants : quelle déception si vous attendiez un chat avec une tête de
poulet et qu’on vous livre un poulet avec une tête de chat ! Mais bien plus grave : est-ce que cette
chimère ne va pas avoir des tendances auto-phages ? Car qui pilote la chimère ? Quel ‘je’ contrôle
un organisme anamorphosé, éparpillé ? Les dosages du corps se retrouvent-ils dans ceux de
l’esprit ? Quand bien même : qu’est-ce que ça veut dire : 50% de l’esprit d’un chat et 50% de celui
1
cf : La foire aux atrocités / JG. Ballard. p.16.
Page 58 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
d’un poulet ? S’agit-il d’une nouvelle forme d’hybridation spirituelle qui conduit à la
schizophrénie (encore) ou à la frustration (en tant que mes instincts s’opposent) ? Ou bien
assistera t-on à une organisation temporelle (un coup c’est moi, un coup c’est toi ; comme les
requins ont deux cerveaux, ce qui leur permet de ne jamais dormir et de switcher de l’un à l’autre) ?
Ou bien encore une répartition pragmatique et fonctionnaliste : chacun ses compétences (la nuit,
le chat gouverne ; dans les airs, le poulet prime) ? Ou un découpage sectoriel, géographique
(comme mes pattes arrières sont celles du poulet, c’est l’esprit-poulet qui en est responsable) ?
Quelle durée de vie aurait un tel avion sans pilote ?
Approche similaire dans l’« Agence de clonage » de Dalia Chauveau [Pl. 50]. Vous pouvez
vous confectionner votre clone, à partir d’un certain nombre de paramètres et d’un ADN
d’origine contrôlée. Liberté vous est octroyée notamment de gérer son aspect extérieur et donc
de construire son corps comme un mécano. Ainsi, un clone peut être élaboré à partir de bouts
d’humain sélectionnés ou bien d’espèces animales. Il n’est alors plus question de dosage, mais bel
et bien de puzzle : tel organe, ou telle partie du corps étant issu de telle personnalité (Greta
Garbo ; Hitler) ou de tel animal. Le clone ainsi designé est votre alter-ego mosaïque qui a une
fonction sociale (il est fait pour vous aider à telle ou telle enseigne). Certes toutes les garanties
semblent être apportées à la bonne réalisation de ce « corps en morceaux », « éparpillé ». Même :
une certaine personnalité peut lui être associée, rattachée. Mais les pensées véritables de cet « homo
fractus »1 : quelles seront-elles ? Les fragments de corps que nous exhibe à l’envie Catherine Ikam
[Pl. 38], ont-ils une connexion quelconque ?
C’est étonnant comme le vocabulaire de l’ingénierie et de l’entreprise est venu nourrir,
phagocyter, contaminer (pour persévérer dans une isotopie du ‘physiologique’) ce discours sur le
corps-mosaïque… Le corps anamorphosé se conçoit comme une micro-organisation, comme un
écosystème à part entière, comme un biotope regroupant diverses espèces, un véritable ensemble
de réseaux trophiques. Le ‘je’ le contrôlant est alors indéfini. Il se construit, il ‘émerge’ selon
l’exacte définition que nous en donnent les théories du chaos et des systèmes complexes. Les
automates cellulaires en offrent une illustration visuelle : dans un ensemble formé d’entités
autonomes, douées de capacités limitées et ciblées – des figures organisationnelles stables et
intelligentes émergent2. Protée n’est pas la somme (Σ) des esprits attachés à chaque parcelle de son
corps ; il en est la synthèse intégrale (∫), il est autre chose, un ‘moi’ véritablement transcendantal (au
sens des théories complexes)…
Et de renouer avec cette dialectique nietzschéenne entre l’identité du même (gleich) et
l’ipséité du soi-même (selbst). L’assimilation ne peut pas être que la réduction à l’identique, au gleich.
Le processus d’appropriation (aneignung) est aussi un processus de transformation, de
métamorphose. L’identité du même n’est pas ; s’y substitue une identité du soi-même qui est un
perpétuel work in progress, à conquérir par l’auto-adaptation, la selbstgestaltung. Protée, sous ses trois
formes (poly-, meta-, ana-morphe) est l’archétype de cet organisme non stable, en recherche de
son identité propre, via des luttes interne – définie comme auto-régulation – et externe – définie
comme assimilation, forme réduite de la Volonté de Puissance3. Le mutant-mosaïque est la
manifestation d’une puissance endogène ; le mutant-osmotique, le théâtre d’un agon de puissances
exogènes.
cf : L’image corps / P. Ardenne. p.181.
Les exemples standards des systèmes complexes sont ceux des sociétés de fourmis ou d’abeilles. Soit une colonie de fourmis
placée dans un biotope donné. Chaque fourmi ayant des missions simples et limitées. Elle cherche des ‘unités’ de nourriture. Une
fois trouvée, cette unité est transportée aléatoirement vers la prochaine unité de nourriture (histoire de faire des monticules) etc. Il
s’avère qu’avec de tels algorithmes simplissimes, émerge une forme : un grenier apparaît. Confucius disait déjà : « apportez chaque
jour une corbeille de terre, et vous ferez une montagne ».
3 Des éclairages sur ce paragraphe pourront être trouvés dans : Nietzsche et la Biologie / B. Stiegler. p.30-51.
1
2
Page 59 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
La troisième damnation de Protée est l’éclatement du corps, dû à un pouvoir sans contrôle. Une
chimérisation fractale où chaque parcelle de l’entité vit sa mutation propre. Le métamorphe
délaisse son costume de polymorphe pour enfiler les guêtres de l’informe, d’une forme sans
identification possible, toujours ‘autre’ à quelques degrés de zoom que l’on se place. Pas même
une mosaïque : un impressionnisme revisité par Mandelbrot1.
1
Une œuvre de Stelarc de ? ? s’intitule – à juste titre – Fractal Flesh.
Page 60 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Rompre avec l’humain
Où l’on se demandera quel portrait de l’humain dessine, élabore – en creux, en négatif, en
rétro-action – le mutant tel qu’ébauché. Quelles sont les idiosynchrasies de notre figure ? Son
irrévocable divorce d’avec l’humain ?
La mutation promulguait la ‘discontinuité’ comme principe actif. Le saut d’une espèce dans
une autre. Point de vue purement biologique, accompagné d’un aspect zoologique : la rupture
d’avec l’espèce d’origine (vue comme communauté d’individus). A cet égard, le mot ‘mutant’ n’a
pas de sens. Il est bancal, il claudique, il lui faut une béquille sur laquelle prendre appui. « Le
mutant » : ça ne veut rien dire. ‘Mutant’ ne peut avoir qu’un sens adjectival. Le fait que nous
ayons pu nous en passer jusqu’alors – n’est qu’une preuve de notre anthropo-logo-centrisme.
C’est un adjectif devant se rattacher à une copule, c’est-à-dire à un groupe témoin. Il n’y a de mutant
que ‘par rapport’ à un groupe témoin censé représenter l’état d’origine. Il y a des hommesmutants, des animaux-mutants, des tulipes-mutantes, mais pas de mutant sui generis. Jusqu’alors,
nous avons tâché d’entreprendre une étude de l’ontologie du mutant comme principe. Il convient
à présent de le recadrer dans le milieu où il s’exprime. Dans notre cas : au sein de l’espèce
humaine, groupe témoin auquel il se rattache, position-norme de laquelle il s’écarte, communauté
avec laquelle il rompt.
Au delà de l’individu et de la famille, un risque de rupture phylogénétique point. Il est
relayé par les avancées scientifiques qui viennent perturber les immémoriales définitions et
cellules de la société : biologiquement et anthropologiquement parlant, la survie de l’espèce passe
traditionnellement par la reproduction d’un couple ‘hétérosexuel’ élevant ‘leur’ enfant, porté par la femelle,
au sein d’une famille. Chacun de ces prédicats, hier une évidence, est aujourd’hui lézardé par les
révolutions biologiques. On retrouve Stelarc : « Il faut prendre conscience de l’obsolescence du
corps pour organiser des stratégies post-évolutionnistes… Il n’est plus question maintenant de
perpétuer l’espèce par la reproduction, mais de renforcer l’individu en le remodelant. Il faut
aujourd’hui implanter la technologie miniaturisée et bio-compatible dans le corps ». Ce que Virilio
prolongerait comme suit : « après la mort du créateur [=Dieu], advient la mort du procréateur ».
L’apparition du mutant redéfinit en creux l’espèce ‘juste-humaine’ d’avec laquelle il
divorce. Quelle implication cette rupture a t-elle pour le mutant considéré comme un individu,
une communauté ou une race ?
Page 61 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Rupture ontogénétique
Les organismes mutants exhibés par la science sont de deux types : ceux qui ont subit
l’action de substances mutagènes ; ceux qui sont nés comme ça. Les mutations ciblent les cellules
somatiques d’un organisme adulte, ou bien les cellules germinales, amenées à se transmettre par le
biais de la reproduction. Le fantasme du mutant traite avant tout de la première méthode ; les
difficultés techniques nous apprennent que la deuxième est la seule véritablement réalisable. Que
les mutations frappent le soma ou le germen ; elles accouchent d’un individu nouveau, qui n’a plus
rien à voir avec : son état antérieur ou sa parentèle. Bien sûr, les frontières ne sont pas si
tranchées : une mutation somatique se conçoit comme héréditaire et donc aussi germinale ; il
existe des organismes où le soma égale le germen1. Bien que ses manipulations du vivant ne puissent
pas à proprement parler être considérées comme des mutations, les travaux sur les papillons de
Marta de Menezes sensibilisent aisément à ce distinguo : elle agit sur les motifs des ailes de
papillon au cours de leur développement individuel. Ces changements ne concerneront que
l’individu ‘retouché’, ne se transmettront pas, puisqu’elle n’influe que sur le soma de l’insecte.
Dans tous les cas, à l’origine de l’acte de la mutation, il y a une volonté de crise, de
rupture avec soi-même, en tant que monade, ou en tant que maillon dans une histoire familiale.
Toute nouvelle identité arborée s’accompagne du meurtre symbolique du père ; le père étant : soimême ou son véritable géniteur.
Rompre avec soi-même
De nos jours, on naît rarement ‘mutant’ : on le devient. La quête de la mutation est l’une
des nouvelles formes de la quête identitaire traditionnelle. Moyens nous sont donnés de devenir
totalement autres. Cette mutation est une rupture qui est une re-construction d’un autre, sur les
ruines du souvenir d’un ancien Moi. La mutation s’appréhende dans la proposition de l’épigenèse : la naissance ‘sur’, ‘à partir de’ ; comme le développement de l’embryon, qui se construit à
partir de quelques cellules se reproduisant, puis se différenciant. La croissance de l’organisme
n’est possible qu’adossée à ces étapes antérieures. C’est ce que propose Juan Le Parc et Reed013
avec leur site commercial en ligne : « ArtClone » [Pl. 41] : ils offrent d’ « évoluer avec ArtClone ».
Au catalogue de leurs nombreuses suggestions d’upgrade : des échanges transdermiques, des
implants fonctionnels, des clonages d’organes, etc. Votre ancien corps ne vous plaît plus, ne vous
convient plus parce qu’il ne vous reflète plus : qu’à cela ne tienne : mutez ! La mutation autorise un
remodelage total du corps comme l’une de ces nombreuses ré-écritures de soi2, c’est-à-dire une
reconstruction corporelle volontaire afin de se sculpter un corps idoine. Idoine à quoi ? Idoine à
ses fantasmes ou à ses caprices, ou à son Moi profond : choisissez ! Finalement la mutation est le
bras armé de toute la médecine psy : elle devrait être remboursée par la Sécurité Sociale ! L’idée
étant de rompre avec un moi-même qui ne me seyait plus, qui ne me convenait plus, et donc de
renouer avec une adéquation plus forte entre mon corps et mon Moi. Le prototype biologique
d’une telle mutation est la mue. La mutation est une nouvelle mise au monde de l’individu que
vous aurez choisi d’être. Une star chez Mori (cf : « Birth of a Star » [Pl. 12]), une autre femme
chez Orlan qui fait du « transsexualisme de femme à femme3 ». Pourquoi se contenter de
l’identité du même, du toujours-pareil (Gleich), quand s’ouvre la possibilité d’accéder à celle, non
substituable, du soi-même (Selbst) dans tout son déploiement et son bourgeonnement diachroniques. Cette dernière identité, « parce qu’elle compose toujours avec l’altérité, n’est jamais
donnée au présent mais reste toujours à conquérir, ie d’abord à venir4 ». Parce qu’au delà de la
morphogenèse, la quête identitaire sourd, saillante. A cet égard, l’exemple paradigmatique est sans
Les théories avérées de la « continuité du plasma germinal » remontent à 1885 avec Weismann (1834-1914).
cf : L’image corps / P. Ardenne. p.396.
3 cf : Arts de Chair. p.15.
4 cf : Nietzsche et la biologie / B. Stiegler. p.43.
1
2
Page 62 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
doute celui d’Orlan. Chacune de ses opérations l’a progressivement transformée. Elle n’est plus
celle qu’elle était hier. Elle n’appartient plus à l’histoire de cet humain-Orlan, mais est résolument
jetée dans la construction d’une nouvelle entité : le mutant-Orlan. Le fait de vouloir changer de
patronyme (une fois toutes ces métamorphoses accomplies) en est l’emblème. Le mutant est un
nouveau né, amnésique, sans histoire, qui doit se construire son propre système normatif, sa
propre histoire (qui ne peut être que prospective), et une identité idiotique, donc un nom
nouveau. Il s’agit bel et bien d’une rupture au sens de Bachelard, parce qu’il est ainsi jeté dans un
paradigme vierge. Chaque acte de mutation est un acte de création qui porte en lui la réponse
personnelle à la question : « Comment construire ma nouvelle identité ? ». Cette identité qui, en
suivant Derrida1, « n’est jamais donnée, reçue ou atteinte » ; il s’agirait plutôt d’une « identification
comme process », le process d’une machine désirante pourraient compléter les auteurs de Mille
plateaux. Une identité mouvante, meuble, on the edge, se construisant toujours en s’écartant de la
norme, dans la béance entre norme et possibles… Rompre avec soi-même, c’est se lancer, à corps
perdu (littéralement), dans une épi-genèse contrôlée. C’est-à-dire une morpho-genèse, doublée
d’une égo-genèse. Le mutant ainsi créé est un nouvel individu. Est-ce là bien tout ?…
La mutation n’est pas seulement une re-configuration de mon Moi, elle est aussi une redéfinition de mon être. Rompre avec soi-même n’est pas seulement se jeter dans une épi-genèse
neuve, c’est aussi profiter de la chance d’une onto-genèse recommencée. La création d’un être. Les
ruines même sont balayées : l’éternel retour du Différent. Le nouveau bâtiment se construit certes
sur les ruines de l’ancien mais sa destination (=ce à quoi il servira) est totalement chamboulée : ce
n’est ni un lifting, ni un ravalement, ni une extension, ni même un recyclage de murs abandonnés.
C’est une proposition tout autre, où rien de l’ancien ne se retrouve dans le nouveau. Le problème
auquel se confronte la mutation est celui de l’être du futur mutant. En tant que mutant, je n’est pas
un autre ; je est tout autre. Le prototype biologique d’une telle mutation n’est plus à chercher dans
la mue mais dans la métamorphose (dont le symbole est la chrysalide) ! Quoi de commun entre la
chétive larve rampante et la princière phalène virevoltante ? Là encore, le passage s’est fait au
cours d’une crise : l’accouchement est une forme de meurtre, sans retour possible. Où l’on ne
devient pas un ‘autre soi-même’, mais un ‘autre’ tout court. Dans sa série « He / She » [Pl. 49] de
1997, Nancy Burson mêle photographiquement des hommes et des femmes. L’être ainsi créé est
un hybride, sans sexe ou bi-sexué. La femme n’y a pas seulement perdu son identité propre – elle
a sacrifié son être-femme pour fusionner (et partant : disparaître) dans cette nouvelle entité. La
problématique du transsexualisme est déjà au cœur des plus profondes interrogations du mutant2.
Pas seulement changer de corps, pas uniquement changer de nom ou d’état civil ; mais devenir
autre : se débarrasser de son être-moi-pathologique pour donner vie à ses désirs de devenir-autre
en les accomplissant dans un être-moi-épanoui, un être-nouveau.
« Muta-genèse = épi- + égo- + onto-genèse »
Rompre avec sa lignée
Devenir mutant est le grand sevrage. Le candidat à la mutation était inscrit dans une
Histoire familiale, dans le devenir d’une lignée, d’un nom. Une fois muté, il largue ses amarres et
ses anciennes attaches avec son ex-communauté familiale – n’ayant justement plus avec elle de
patrimoine commun. La seule façon de donner une happy end aux Mouches – pour Oreste ou Electre
de s’en sortir – eut été qu’ils mutassent, afin de s’extirper de la malédiction poursuivant les
Atrides. Par ailleurs, la mutation occasionnant ses retombées sur les cellules germinales du
porteur, le mutant ne peut être décorrélé de sa capacité d’engendrement. Le mutant n’est pas
seulement un surhomme, inconnaissable ; il est aussi, potentiellement, le père de tous les mutants
1
2
cf : Le monolinguisme de l’autre / Derrida, Jacques – Paris : Galilée, 1996. p.53.
L’hermaphrodisme est déjà une forme de chimérisation naturelle : ce sont des individus ‘chimères’ ou ‘mosaïques’.
Page 63 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
à venir, un nœud dans le réseau trophique. Il porte en lui le devenir de la mutation héritée, avec
tout son aspect aléatoire et inquiétant (Comment une mutation se transmet-elle à la
descendance ? Dans ce cadre particulier, un chien peut-il faire un chat ?). L’un des problèmes que
les mutants posent à l’humanité, ce n’est pas qu’ils existent : c’est qu’ils se reproduisent ! C’est que
la poignée actuelle ne se transforme en marée mutante sous peu… Il y a donc deux composantes
à la mutation comme rupture filiale : d’un côté s’extraire de l’ancien carcan familial ; et de l’autre
côté de la chaîne : ouvrir l’espace sur, pour, d’une nouvelle lignée.
La rupture filiale se fait en trois temps.
Sortir de son phylum : rompre avec son ex-famille. Se positionner en dehors, ôter toutes
ses photographies de l’album de famille, se radier des fiches d’état civil : faire le vide. Tabula rasa.
« Your time starts now » [Pl. 21] titre Piccinini. Avant même que de savoir ce que l’on va mettre
dedans, acter de l’événement comme point de départ. Ce dernier n’est que le versant suivant
immédiatement l’événement comme point critique. La mutation est métastable, déchirant avec un
coup d’aile ivre ; elle est un ‘point critique’ sacrant : l’achèvement d’une histoire révolue (le bel), la
suspension infinitésimale comme ‘possum’ (le vivace), le nouveau départ comme volonté finalisée (le
vierge).
S’intégrer à un phylum : se choisir une nouvelle famille d’adoption et s’y enter. C’est la
proposition que semble défendre Orlan avec ses séries d’ « Hybridations » [Pl. 19-20]. Dans un
premier temps, l’artiste s’est, en se ‘refigurant’, hybridée à des archétypes civilisationnels, dans une
imagerie relevant des univers totémiques, quasi-religieux. Elle a décidé de sacrifier son ancrage
occidental en optant pour l’adoption par (qui est aussi une adoption de) la culture d’Amérique du
Sud. Plus tard, elle s’hybride avec des types africains, délaissant les canons de sa société
maternelle, pour ceux d’un autre genre. En prenant leur forme, elle s’inscrit dans leur histoire.
Bien sûr, elle revendique une double appartenance (par définition même de l’hybridation, les
titres en attestent), mais la dynamique propre est celle d’une rupture parce que d’un abandon
partiel. Sur l’ancienne Orlan, la société occidentale régnait en maîtresse absolue. Avec ses
hybridations, elle a du abandonner 50% (au moins !) de ses parts de marché, qui ont été investis
sur des secteurs émergents, pour se rapprocher d’une autre société, d’une nouvelle famille.
Enfanter son propre phylum : être la source d’une nouvelle famille. Donnez-nous votre
œuf et votre sperme, et nous vous créerons un petit mutant, proclame Piccinini dans « The
Mutant Genome Project » [Pl. 21]. L’artiste australienne ne conçoit pas ses mutants comme des
individualités, mais comme des groupes sociaux et des familles. La fibre de la maternité est très
approfondie dans son travail (cf : « Young Family » [Pl. 23]). Avant que de parler de création de
race, de genre ou d’espèce, focalisons-nous sur la première cellule sociale nécessaire à toute
survie : la famille – semble t-elle nous dire. En 2003, à Venise, P. Piccinini exhibe sa famille de
gentils animaux mutants (galerie de monstres ?) : We are family. Famille certes, mais sans géniteur,
sortie ex nihilo et ex abrupto de gouffres artistiques : « créée, non pas engendrée ; de nature
différente que la Mère ; et par Elle, tout a été fait… ». Et en effet, si à l’origine de la mutation, il y
a une volonté de puissance individualiste se cherchant elle-même ; l’un des buts et la finalité de la
mutation sont de s’inscrire dans une histoire familiale, une que l’on aurait créée de pied en cap.
On retrouve les motivations d’engendrement de l’humanité, qui se doublent d’un désir d’une
mythographie originelle : le mutant devient l’individu fondateur. Il atteint à une dimension
mythique censément inabordable par la communauté des hommes. Le primo-mutant, pouvant à
titre personnel s’épuiser dans une déclinaison de sa méta-mutantité, est aussi, en puissance, le
géniteur d’une nouvelle famille, voire d’une nouvelle espèce. Pas seulement Romulus ou Enée,
mais Adam ou Noé. Le roman personnel se fait récit collectif ; la mutation est une auto-biographie in progress, avons-nous dit. Elle est aussi à présent une mythographie. Transmettre, dans
ses enfants, un bout de son patrimoine génétique et voir en eux des autoportraits.
Page 64 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Il est un autre avatar qui répond (et répondrait mieux) à cette velléité d’engendrement
propre aux espèces vivantes, quasi élan vital, empreinte biologique. Nous voulons mentionner le
clone, dans sa dimension fantasmée, c’est-à-dire celle du clonage reproductif, où la créature est une
copie conforme de l’original, reproductible à satiété, indéfiniment1. Les « Fictitious portraits »
[Pl. 36] de Cottingham en donnent une illustration sobre. Qu’est-ce qu’un clone ?… C’est vous et
c’est un autre. Plus exactement : c’est vous dans un autre. C’est le sérum d’immortalité par
procuration. Pour échapper au fatum du Temps, il y avait le bain de jouvence ou la vie éternelle.
La reproduction à l’identique du clonage propose un mélange corrompu, abâtardi des deux.
Quand vous serez bien vieille, Miss Gray, au soir à la chandelle, cessez de dévider : faites-vous
cloner ! Vous existerez dans deux corps. Vous mourrez dans le vieux et survivrez dans l’émoulu.
Et ainsi de suite, ad vitam aeternam, littéralement. Ne pas vieillir fut un thème fertile. Le clone n’est
pas une revisitation de ce thème, il est un accomplissement du portrait de Wilde… La deuxième
composante du clone est sa reproductibilité technique. Jusque là, seul St Marc avait pu écrire :
« Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs2 ». Le clonage en est la démocratisation. Les
doubles de Cottingham ne sont pas un, mais trois (Sainte Trinité ?). Vous pouvez ainsi non
seulement lever une armée de doubles mais fractionner votre vie en autant de sous-vies. A l’ère
de l’hyper-vitesse, il nous faudrait plusieurs vies pour en profiter pleinement. Qu’à cela ne tienne !
Le clonage est la solution. Voire !… En morcelant chaque vie, ne créons-nous pas plutôt des vies
distinctes allant en divergeant ? Le clone n’acquiert-il pas ipso facto une autonomie et une singularité
dont il devait être la négation ? Une seule solution pour pallier ce problème : passer sur une
architecture ‘client-serveur’. Chaque clone est autonome relié à l’entité source qui vit par
procuration leurs existences distinctes. Une symbionomisation, une cyborgisation sont donc
nécessaires… Si l’on se contente du clonage simple, le vrai avantage serait donc surtout dans
l’immortalité visible (mais non réelle puisque pervertie par la notion de truchement) qu’il procure.
Mais il y a une limitation de taille à cette qualité : il ne s’agit toujours que de la reproduction du
Même, ce qui engendre un Fixisme de l’être, de la famille et de l’espèce. Là réside la plus-value
mutante qui est au contraire, le parangon d’un Evolutionnisme aigu. Le choix du mutant l’autorise à
transmettre sa spécificité à sa descendance dans une dynamique pérennisée et non démentie du
devenir sans fixisme.
1 Nous jetterons un voile pudique sur l’irréalité du fantasme : les clones ne sont que génétiquement identiques, et non pas
phénotypiquement identiques ; ce qui donne des résultats de clonage étonnants.
2 cf : Evangile selon St Marc : Chapitre 5, verset 9.
Page 65 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Illus : Famille de clones (d'après Chouchou)
Rupture phylogénétique
A l’échelle des temps géologiques, l’évolution de l’espèce peut s’expliquer par deux
phénomènes distincts : des changements doux (non génétiques, nous dirons ‘hygiéniques’ ; de
ceux qui expliquent l’allongement de la durée de vie ou de la taille des individus) ou des
mutations. Celles-ci sont de deux types : 1/ une qui creuse la race, l’amplifie, en modifie le
pourtour, tout en s’en déclarant la continuation ; 2/ une qui crée un nouveau sentier, une
divergence cladique, une race neuve. Le mutant est dès lors appréhendé soit comme un
prolongement, soit comme une bifurcation. Les premiers sont les enfants des hommes ; les
seconds leurs remplaçants, et donc leurs bourreaux. La première voie implique certes une
disparition de l’homo sapiens, mais via une transmutation d’espèce généralisée. A Homo Sapiens,
succède Homo Sapiens Sapiens. La seconde, elle, s’accompagne de l’apparition d’une nouvelle
branche qui doit vivre en parallèle avec l’ancienne espèce. Homo Sapiens n’est pas remplacé
(comme Word 7 vient remplacer, en l’améliorant –théoriquement- Word 6), mais concurrencé
par l’arrivée d’un petit nouveau (Linux face à Windows). A côté d’Homo Sapiens, Homo Superior est
en (con)quête de son LebensRaum. Cette séparation cladique se concrétisera par un vivre-ensemble
lorgnant vers le terrain de la symbiose pacifique et productive, ou de la concurrence guerrière.
L’évolution ne se conçoit pas sans mutation. Les mutations naturelles sont celles qui sont
sanctionnées (dans le sens d’entériner), commandées par la Nature ; qui se font en parallèle avec
elle et ses changements. Les mutants que nous traitons, sont des actes de rébellion face à la
Nature, décorrélés, s’en affranchissant. Par conséquent, leur viabilité est peut-être, elle aussi, dénaturée ? Oui-da ! mais cela n’implique pas que leur survie soit assurée pour autant. Le juge-arbitre
n’a pas disparu, il a simplement changé de nom. Un mutant, que la Nature jugerait non-viable ne
pourra survivre que si et seulement si les conditions de sa survie sont réalisées par une action
démiurgique. A ce jour, ce pouvoir est entre les mains des juste-humains. Plus adapté, le mutant
Page 66 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
pourra survivre ; moins adapté, il devra mendier sa grâce à l’équipe dirigeante, savoir (sans doute)
les humains. Le couperet n’a pas été détruit : il a été confisqué des mains aveugles de la Nature
pour se retrouver dans celles, sales, des hommes. La sanction de la mutation reste dans la sélection.
La question est donc de savoir si, dans leur environnement, les mutants qui se dressent vont
réussir à plaider efficacement leur cause auprès du nouveau jury autoproclamé ?
Rompre avec la communauté des hommes : figure de l’altérité
L’histoire des mutants est l’histoire de la construction d’une communauté. Histoire certes
à venir mais déjà entamée. La propension au regroupement apparaissant dès que l’unité est
dépassée. Le devenir-groupe se manifeste dès le chiffre ‘deux’, lui est consubstantiel. Nos primomutants nous invitent donc à une ethnologie prospective et hypothétique sur le groupe
d’individus en émergence. Quels types de regroupement sont à l’œuvre ? Au-delà de l’étude intraethnique, quels nouveaux rapports s’envisagent entre les hommes et les mutants – en tant que les
ressortissants de groupes sociaux distincts ?
L’élaboration d’une communauté mutante passe par des stades habituels : les quelques
entités s’agglomèrent. Les premières cellules sociales sont celles de la famille. Puis s’érigent des
clubs ou des communautés. Là, les avis divergent : sera-ce la Gemeinschaft de Tönnies, fondée sur
un réseau de solidarité organique, ou bien une nouvelle forme d’élitisme ? Le mutant est encore
lui-même déchiré entre ses deux facettes : « je suis un homme mais j’appartiens aussi à la caste des
mutants ». Les premiers auteurs de Science-Fiction ont penché pour ce premier modèle de
communauté : se regrouper pour être plus forts. Les premiers comics (Fantasticks Four) ou le très
beau cas de Gestalt, façon Sturgeon dans Les plus qu’humains – en sont de très bons exemples.
Chez ce dernier, la logique est plus poussée encore : les mutants y ont des pouvoirs
complémentaires de sorte que seuls, ce sont des débiles non-viables ; mais regroupés, ils forment
une nouvelle entité multi-polaire toute puissante, une gestalt. Autre proposition : celle de Daniel
Lee : « NightLife » [Pl. 44] : un bar interlope et ses clients. A première vue, une scène habituelle.
Un peu d’attention révèle que la clientèle se compose de ‘manimaux’, de mutants ; qu’on est donc
dans un repaire d’êtres différents, à moins que toute la société n’ait muté et ne soit sur ce
modèle… Le trouble vient du fait que les personnes ne sont pas d’entrée de jeu identifiées
comme ‘autres’. On retrouve le malaise fantastique de l’esprit gothique-vampirique : une
communauté d’êtres anormaux mêlés à la société, qui passent inaperçus au quotidien, qui ne se
dévoilent qu’en se rassemblant – car alors, et seulement alors, le petit détail qui dénaturait la figure,
sur lequel l’on ne parvenait pas à fixer de mots, éclate dans toute son horreur – en s’assemblant
avec ses semblables. Ici, il n’y a que dans la communauté, que l’on reconnaît le mutant ; c’est dans
le regroupement phénotypique, le catalogage des ‘bizarreries ordinaires’ – que le jour se fait, que
l’aletheia nous arrache un eureka d’effroi. Et tout est remis en cause : les mutants au quotidien sont
indiscernables, noyés dans le ressac du rythme de la société humaine. On retrouve la malédiction
du « David Vincent les a vus ». Ce qui nous force à revisiter tout notre quotidien d’un œil neuf,
scrutateur, inquisiteur, exempt de toute candeur virginale. Ainsi chez Piccinini [Pl. 24-26] : nous
parlions d’un groupe d’animaux mutants observés par un représentant de la race humaine : mais
finalement en sommes-nous bien sûrs ? Où sont les mutants ? Les humains en cire sont-ils
normaux ? N’ont-ils pas été contaminés ? Un mutant se reconnaît donc aussi s’il a sa ‘carte du
parti’… Du moins à terme, car aujourd’hui, il nous semble que le modèle aristocratique est plus
représenté (dans les arts, mangas, cinéma…). Nos mutants sont des primo-mutants, donc des
défricheurs, donc une élite. La mutation aujourd’hui n’est pas démocratique, elle est un privilège.
Et le groupe des happy few est un club très fermé… Quoi qu’il en soit, sous la forme d’une
aristocratie, d’une Gestalt, ou d’une Gemeinschaft (nous réservons le terme Gesellschaft à la société
des hommes pour des questions de taille critique) ; les mutants, comme groupe, doivent
construire leur légitimité existentiale à partir, contre, ou avec la société humaine. Car dans tous les
Page 67 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
cas, cette communauté s’élabore dans un environnement non vierge : celui des hommes. On ne
peut plaquer de modèles théoriques sur cette naissance progressive, sans tenir compte de l’aspect
concurrentiel de cette émergence : il faudrait bien plus raisonner en termes de parts de marché, de
territoires à conquérir comme au Go, ou de niches écologiques. Obligation de replacer ce
bourgeonnement dans son milieu – donc…
Il ne nous paraîtrait pas du tout inepte d’aller interroger l’histoire des tribus indiennes ou
de la colonisation espagnole pour éclairer ces rapports à venir. Soit un groupe d’individus altérés
apparaissant ex abrupto au sein d’une société donnée : hormis des problèmes d’ordre écologique
(partage des richesses, des femelles, etc), des problèmes sémiotiques s’engendrent (guerre de
pouvoirs dans une sémiosphère). Le nouveau groupe peut s’isoler, ou être parqué (on retrouve les
réserves indiennes pour les quelques survivants), ou réussir à s’intégrer pacifiquement. Dans
notre cas, les rapports de tension sont d’autant plus forts que les nouveaux arrivants sont des
ingrats mal éduqués : ils crachent à la gueule de la société humaine son infirmité, son
affaiblissement, son aliénation à son être-prothétique chétif. Même les séries populaires mûrissent
et s’en font l’écho : « X-men n’est pas une série sur des super héros mais sur le conflit qu’engendre le processus
d’évolution entre le bien/le nouveau et le mal/l’ancien1 ». Piccinini a choisi de nous en composer la
version bonne enfant, lisse. Depuis quelques années, elle illustre le credo d’une vie possible entre
hommes et animaux étranges. « Proteïn Lattice » [Pl. 22] pourrait être sous-titré : la Belle et les
Bêtes. Tout récemment, son nouveau travail « Nature’s Little Helpers » [Pl. 26] passe un cap. Ses
êtres, toujours animalisés, gagnent une dignité humanoïsante. Ils s’arrachent à leur condition de
simples animaux pour se hisser à la hauteur de : partenaires pour l’humanité. Eu égard à cette
figure de l’altérité, doit donc se construire, non plus un vivre-avec, mais un véritable vivre-ensemble.
Tel est l’enjeu de ces circonlocutions sur la rupture communautaire. Piccinini décline son thème
dans des travailler-ensemble, grandir-ensemble, pousser-ensemble… Proposition étonnante de
l’artiste, dans sa proximité avec une pub Benetton. A une nuance près : la composante réaliste des
œuvres australiennes. La photo de Toscano, léchée, impose la pause, le hors-milieu, le hiératisme,
l’outrance d’une composition exhibée justement parce qu’elle est improbable (une situation
théoriquement possible, mais en pratique rarissime). On ne retient que l’esthétique d’une
proposition outrageuse, que le choc de la réception face à une aberration magnifiée. A l’opposé,
les mannequins de Piccinini, croqués dans le feu de l’action, en acte, semblent avoir été comme
extraits de leur milieu quotidien pour aboutir devant nos yeux, comme des pièces de musée, des
témoignages ethnographiques d’une civilisation ouverte. Ils sont des instantanés d’une réalité, et
non des constructions artistiques. L’espèce humaine a t-elle atteint à la sagesse de vivre en bonne
intelligence avec l’altérité ? A priori, l’on aimerait pouvoir dire ‘oui’. C’est la question que pose ici
l’australienne en précisant bien le nœud de l’affaire, ce qui fait que cette question n’est pas neutre
(elle va bientôt se poser) ni simple (donc mérite réflexion) : nous parlons de la « vie en bonne
intelligence avec une autre intelligence ». Cas unique où aucune comparaison historique ne pourra
être appelée à la barre pour expertiser. Et c’est peut-être l’une des racines de la peur de la
civilisation humaine, cette question sans réponse qui est un nœud gordien que l’on ne pourra
trancher que le moment opportun, ie lorsqu’il sera trop tard… Piccinini propose une solution
résolument pacifiée, apaisée où l’importance réside surtout dans l’apprendre à ce vivre-ensemble,
entonné comme un acte de foi.
Le modèle de Piccinini est celui du ‘mutualisme’ : l’association de deux espèces retirant
des bénéfices réciproques de leur union, sans vivre aux dépens l’un de l’autre. Mais ce n’est pas,
loin s’en faut, le seul modèle biologique de vie symbiotique : le ‘commensalisme’ ne profite qu’à
l’un des protagonistes, sans influer sur la vie de l’autre ; le ‘parasitisme’, lui, profite à l’un et nuit à
l’hôte… Le ‘parasite’ se distinguant du ‘prédateur’ dans la mesure où il garde en vie sa proie. Et
1
cf : New X-Men Vol. 1… : Manifeste Morrison : §4 / G. Morrison.
Page 68 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
de proche en proche, de parcourir la gamme… Quid du mutant comme virus, en lutte avec les
autres cellules du corps social (organisme) ? Difficile de se départir d’une tendance à raisonner en
termes de concurrence et de niches (écologiques ou commerciales) ; dans la mesure où le
phénomène est bel et bien celui de l’éruption d’une nouvelle tribu au sein d’un écosystème
donné, initialement équilibré, stabilisé, conçu comme fermé.
La question est celle de l’adaptabilité du ‘système’. L’enjeu consistera à trouver les ficelles
permettant la bonne articulation entre les différents acteurs. Les mutants doivent y trouver leur
place, se mouler tout en jouant des coudes entre les différentes sphères d’existence et niches
écologiques ou sémiotiques. L’interrogation porte sur la possibilité pour le ‘système’ d’intégrer
une perturbation, de ne pas diverger dans l’instabilité face à un input non prévu : en un mot : sa
robustesse. Quand le système s’appelle la Terre (comme construction technique et symbolique de la
race humaine) – les paramètres du système sont une foultitude… Par exemple, nul doute qu’une
telle perturbation aura un impact sur les cadres légaux, juridiques et institutionnels des états et
donc des sociétés. « 4 Juillet 2024, le New York Times rapporte : un avocat de Dallas vient de
demander un changement dans la Constitution Américaine afin d’y introduire une 4ème liberté
fondamentale : celle de muter. Il y a cinq ans, ce même avocat, soutenu par 123 pays, avait
finalement obtenu un siège à l’ONU, en tant que représentant de la communauté mutante… ».
Voilà ce qui fermente, ce qui se trame, sous l’innocente demande de droit à l’existence des
mutants comme groupe. C’est en filigrane, toutes les bases des sociétés modernes qui se fissurent
et risquent d’être jetées à bas. Nul étonnement donc à ce que les humains soient frileux et se
réfugient dans un conservatisme a priori, précédant toute réflexion approfondie sur le sujet.
Rompre avec l’espèce humaine : figure de l’Autre
Il n’existe pas d’allèle sauvage – avons-nous rapporté ci-avant, traduisant cela par : les
mutants sont la norme. Oui et non. Nous aimerions pouvoir dire : « s’il n’existe pas d’allèles
sauvages ; il existe quand même des allèles mutants ». En fait, il existe des pools d’allèles sauvages.
Savoir : à une période donnée, dans un milieu géographique, dans un cadre socioculturel donné,
les gènes ne sont certes pas uniques mais n’existent que sous un nombre limité d’allèles distincts.
Ainsi pouvons-nous définir notre ‘gène mutant’ : celui qui ne fait pas partie de cet ensemble
d’allèles recensés, connus, canoniques. Un gène mutant est donc un gène qui vient juste de muter,
‘s’incarnant’ dans une proposition allèlique non standard1. En d’autres mots : s’il n’existe pas
d’allèles sauvages, il existe tout de même des allèles barbares ! Dans la mesure où tout gène mutant
est un barbarisme. Et quel destin ont les barbarismes, Monsieur Orsenna ? Ils sont tout d’abord
regardés soupçonneusement, pendant un certain nombre d’années, mis en quarantaine. Puis, soit
ils ont eu le temps de mourir, desséchés ; soit ils ont survécu. Auquel cas, ils peuvent être
candidats à une reconnaissance officielle. S’ils sont adoubés, ils se muent en néologismes : ils
rejoignent le dictionnaire académique, en changent le périmètre, s’y noient en le faisant grandir.
Ils deviennent des mots normaux, délestés de leur charge révolutionnaire symbolique. Le gène
mutant rejoint le pool des allèles sauvages. Sinon, les barbarismes s’organisent et forment un
collectif. Le nombre aidant, snobés par les officiels, ils érigent leur singularité en jargon. Que ce
soit sous la forme d’un sabir argotique venant en concurrence et en remplacement des
dictionnaires en vigueur – ou d’un thésaurus spécialisé de termes techniques qui vient en parallèle,
en rajout des vocables usités au quotidien – les barbarismes matures se posent à côté, en plus, en
rupture avec la normalité.
Le dernier degré de rupture est celui de la coupure phylogénétique, celle qui sectionne le
fil ténu reliant le mutant à l’homme en tant qu’espèce. La biologie statuera : le mutant et l’homme
1 Il serait sans doute scientifiquement plus juste de raisonner sur les chromosomes que sur les gènes. En effet, ces derniers mutent
peu. Les chromosomes mutent plus souvent : leur mutation consistant en une permutation de gènes.
Page 69 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
sont-ils capables de se reproduire entre eux ? Si oui, l’on assistera à l’apparition d’une nouvelle
‘race’, un « nouvel adam », une « race à venir »1. Des artistes comme Burson [Pl. 49] ou Ikam
[Pl. 38], ont interrogé ce concept de ‘race’ en utilisant une iconographie que l’on pourrait rapatrier
dans le giron de notre étude. Leur propos était sans doute celui d’un discours droit-del’hommiste, et anti-raciste. La réflexion sur la ‘race’ est polluée par toute inféodation à la notion
de hiérarchie. Coupons court : la race est biologiquement une subdivision de l’espèce, consituée par
des individus réunissant des caractères communs héréditaires. On ne pourra donc parler de ‘race’
mutante que si leur patrimoine génétique mutant est capable de se transmettre à la descendance.
Mais les frontières vont très vite devenir floues : le fils d’un mutant et d’un homme sera… ?
sera… ? Tout dépendra de son phénotype ?… de son génotype ?… Si son père avait ‘2n’ gènes
mutants et qu’il n’en a plus que ‘n’ ? A priori, il reste un mutant… Mais si, du coup, son
phénotype mutant a disparu ? Si, de générations en générations, toutes les sous-catégories, à force
de profusion, viennent à perdre leur sens ? Sans compter que la mutantité peut sauter plusieurs
générations avant de se ré-exprimer… Si tous les individus sont des demi- ou des quarts-demutant, est-ce que cela veut dire qu’il n’y a plus d’humains ? Sera t-on amené à créer une
hiérarchie intra-raciale, fondée sur le nombre de gènes mutants ? Deux demi-mutants, sans
mutantité, peuvent accoucher d’un mutant pure race. N’est-ce pas là le retour du monstrueux, du
fantasme de l’engendrement de l’Autre, de l’immonde ? Emergence d’une race : sans doute, mais
pas plus que les autres, ne pourra t-elle garder longtemps ses spécificités…
Dès lors, la vraie rupture serait dans la création d’une nouvelle ‘espèce’. De sorte qu’elle
ne puisse se reproduire avec les juste-humains. En 1992, Aziz&Cucher propose : « Faith, Honor
& Beauty » [Pl. 34], à l’esthétique à la fois sirupeuse et fasciste, évocation de lendemains ouverts,
corps en gloire. Les artistes ont gommé, de la surface des corps nus, les organes sexuels. On se
retrouve devant une panoplie de corps proches de l’univers enfantin des bonshommes plastifiés
de chez ‘Mattel’. Des ‘GI-Joes’ et des ‘Barbies’ – pour de vrai. Nous passerons sur leurs
accessoires (et donc le discours politique des artistes), pour régler la focale sur deux points :
d’abord ce ne sont pas les organes sexuels qui ont été abolis, ni même les ‘zones’ sexuelles (ou
érogènes). Ce n’est donc pas un acte de pudibonderie (« cachez ce sexe, que je ne saurais voir »).
Les femmes n’ont pas été privées de leurs seins, mais de leurs aréoles. Eros d’accord ; mais
surtout elles ont perdu leurs tétons. Ce n’est pas seulement la femme-maîtresse qui se
déconstruit ; c’est la mère-nourricière qui a été détroussée de ses attributs. Ce qui nous conduit à
constater que le nombril n’est plus… Les artistes ne parlent donc pas de sexe, mais de reproduction,
et en l’occurrence exhibent des corps non identifiés parce que non-reproductibles naturellement.
Un enfant en bas âge nous force à mesurer l’ampleur du désastre ou du changement : il ne
s’agissait pas de faire une galerie de monstres, en présentant une poignée d’aberrations ; ces
‘gens’, hors-nature, se reproduisent quand même ! Ce ne sont pas des phénomènes inexpliqués,
des accidentés de la vie : un tout jeune garçon-fille (ces mots ont-il un sens ?) témoigne de la
viabilité du groupe. Naguère, on eut pu dire que sa ‘mère’ se tient derrière lui, mais aujourd’hui…
O Tempora, O mores !… On fait donc face à un groupe de personnes, à la fois inaptes à la
reproduction naturelle, et qui pourtant, perpétuent l’espèce (la leur). Comment ?… On se
contentera de la réponse d’Huxley ; pour rajouter une dernière remarque. On est là sans doute
devant l’illustration la plus terrible du mutant. Parce que les artistes postulent péremptoirement
une réponse à la problématique. Jusque-là, notre figure du mutant se révélait assez insaisissable ;
sans possibilité pour pouvoir trancher sur sa nature vraie. Elle pouvait être physiquement très
distincte de l’homme, cela ne renseignait pas sur le ‘degré’ de la rupture. Là, les artistes nous
soumettent au contraire des individus physiquement ‘human-friendly’ : mettons-leur un veston et un
tailleur et ils passeront totalement inaperçus dans la société humaine. Même, ils pourraient
représenter des modèles que l’espèce humaine se donne à elle-même. Et pourtant ce sont ceux
dont on est certains que toute reproductibilité naturelle avec l’homme est impossible. A la fois le
1
Respectivement romans d’anticipation de R. Noelle (1924) et de Bulwer-Lytton (1873).
Page 70 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
plus proche, et le plus Autre ; le moins loin, et le plus irrattrapable. Frères mutants qui après nous
vivez, n’ayez les cœurs contre nous endurcis…
Le flou refait surface avec le mélange des espèces. Daniel Lee et ses « Manimals » [Pl. 42]
s’amusent à créer des hybrides virtuels, à partir de spécimens dûment choisis de l’espèce
humaine… Il ne s’agit pas d’un simple morphing mais une façon d’aller déloger le devenir-animal de
l’homme, et de le faire remonter à la surface des corps. On renoue avec les discours des
astrologues (notamment chinois, auxquels l’artiste se réfère explicitement). Chacun d’entre nous
possède, enfoui, un animal, un esprit-totem qui sommeille et qui peut se réveiller à tout moment,
un peu comme la Nature dans la Nausée de Sartre. Lee est le chirurgien et le chaman qui les
déterre, qui les débusque. L’emblème de ces mélanges d’espèces est sans doute la chimère. Il y a les
chimères comme ‘genre’, constitué de plusieurs espèces : centaures, sphinges, griffons, etc. Et
puis il y a les chimères modernes, celles que la science nous crée au quotidien. Le bricolage est de
rigueur, les possibilités infinies, le jeu de légo palpable. Comme le cyborg et le clone, la chimère est
l’une des figures les plus extra-ordinaires de la post-humanité. Mais comme elles, elle souffre d’un
déficit par rapport à celle du mutant : elle n’est pas héréditaire1 (contrairement aux animaux
fabuleux ci-dessus distingués). Le petit d’un cyborg, n’est pas un cyborg, pas plus pour celui d’un
clone, ou celui d’une chimère.
1 Sauf à toucher aux cellules de la lignée germinale – mais on rôde alors sur les terres du mutant. Précisons : un type de
chimérisation pourrait venir nous contredire. Nous listons trois processus pour créer une chimère : une ‘xénogreffe’ sur l’adulte
(ex : Stelarc et son « Extra-Ear » [Pl. 30]) ; le rapprochement aux premiers stades de l’embryogenèse de cellules provenant de
diverses espèces ou de différents tissus (c’est le cas standard) ; enfin le remplacement dans le zygote de l’Espèce E, d’un gène G
par un autre gène G’ issu d’une autre espèce (c’est le 2ème cas standard, et c’est exactement l’exemple d’Alba, la lapine fluo de Kac).
Ce dernier cas, celui des chimères transgéniques, nous paraît relever plus judicieusement de la sphère du mutant.
Page 71 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Illus : Couple de chimères et sa descendance (d'après Zeuxis)
Le mutant est un ‘pas à coté’ d’une lignée phylogénétique. Un saut ou simplement un
changement de cap. Mais il n’est que le premier pas, les premières années d’une nouvelle lignée ou
espèce. Par la suite, les espèces en présence devront apprendre à cohabiter ou bien l’une
dominera l’autre. Mais ce sera alors un choc d’espèces formées, adultes. Le mutant inaugure
l’espèce. Il est la transition d’espèces. Le mutant n’est donc pas stricto sensu la race à venir. Il est la
‘transition vers’ la nouvelle race. Le mutant est le transhuman plutôt que le post-human. Le mutant
est beaucoup moins l’Homo Superior de demain que la forme temporaire du brouillage des
frontières. La mutation est un bourgeonnement épars et anarchique, une pétillance – des bulles,
l’écume d’un changement profond qui n’apparaîtra que plus tard, mais qui est déjà en germe dans
cette mousse. D’un coup, le plan d’immanence vibre et commence à se fracturer, laissant
échapper de l’éphémère pur, qui fait sens mais qui ne doit pas être pris pour la sève qui est en train
de monter. C’est l’éphémère de la mutation qui est l’indice d’un futur, et non son icône. Le mode de
la mutation est celui du fouillis, du brouillon, du chaotique, du ‘en-germe’, du transitoire.
Le mutant, c’est le barbarisme ; pas le néologisme ; pas le jargon.
Page 72 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Le devenir-dieu du mutant
Où l’on réfléchira sur le ‘moi cosmique’ contenu dans la Figure du mutant. En tant qu’elle
s’inscrit dans une société toujours imprégnée de mysticisme ; ou bien se projette dans un cadre
athée, à l’éthique humaine.
Ubiquité ; instantanéité ; immédiateté. Etre partout, occuper tout l’espace ; règne de
l’éphémère, abolition de la durée comme nécessité ; symbiose, disparition des intermédiaires.
Trois concepts que Virilio analyse comme les trois caractéristiques de Dieu… Ajoutant que
l’Homme n’a de cesse de faire sienne chacune de ces qualités… Le mutant, en tant que poste
avancé, premières lignes, a déjà un pied dans la place ! Et même, remontons au Tractatus de
intellectus emendatione de Spinoza pour rapatrier sa définition : Dieu est « cause de soi ». N’est-ce pas
aussi le cas du mutant ?… Il y a dans le mutant une fibre qui dépasse la simple dynamique du
toujours-plus, pour se gonfler d’une puissance du débordement, de l’outre-passement. Non pas
se contenter de jouir de ses nouveaux jouets, mais prendre conscience du nouvel enjeu qui s’y
greffe, à savoir : quitter, dépasser sa condition humaine, pour rejoindre la caste supérieure.
Changer de division, passer d’Intouchable à Brahmane. C’est cela que nous appelons le devenirdieu. Non pas un devenir-Dieu ou un devenir-dieux ; mais bien plutôt un devenir-magique, un
devenir-sacré, un devenir-astre.
Ce devenir est une volonté et une construction. Elles prennent deux dimensions
distinctes selon que Dieu existe ou non. Premièrement, l’édification d’un devenir-dieu suppose
une figure divine, en creux, à laquelle se référer. Dieu peut être mort ou en vacances (bien
méritées), sa figure veille. Il s’agit alors de : conquérir la place de Dieu (via une co-habitation ou
carrément en le boutant hors des murs), ou simplement d’occuper un emplacement vidé. Devenir
calife à la place du calife : cela implique que le titre de ‘calife’ existe, même si aucune personne
physique ne l’incarne. Le trône est là, qu’il soit ou non occupé : le devenir-dieu consiste à le
convoiter. Et puis, il y a sa version athée, post-nietzschéenne, sans aucune référence à quelques
divinités que ce soit. La seule référence : c’est l’homme, dans toute sa solitude métaphysique, et sa
contingence biologique. Le devenir-dieu du mutant est alors un fanatisme de l’attentat : faire
exploser tous les carcans de la condition humaine, s’en affranchir – porté par la croyance que le
monde à venir est meilleur. Mais cela consiste à convoquer une Nuit des Temps barjavelienne
sans s’enquérir de l’avis de la majorité (= « l’expression de l’incompétence », disait René
Guénon…). Le mutant, promesse d’outre-avenir est aussi la menace avérée d’une destruction
massive. Qu’il comparaisse…
Page 73 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Paradise regained
Le premier devenir-dieu est celui d’une construction relative. Il existe une figure, par
rapport à laquelle, il faut : s’ériger-contre, aller-contre, se-modeler-contre. Les arts-mutants ne
sont pas exempts d’une telle iconographie. On retrouve souvent explicitement des références à
des divinités plus ou moins mythologiques ; sinon, une certaine dose de sacré, de chamanisme
semble baigner l’atmosphère générale, en renvoyant vers des puissances telluriques. L’artistemutant est le chaman, renouant les liens disparus entre l’humanité et les forces cosmiques. Il
exhorte pour un renouveau du mythologique, une réconciliation avec Gaïa1… Et même en
l’absence de toute allusion au sacré, le mutant, dans son projet même, n’est-il pas un acte d’hybris,
d’une impudence sans borne ? Le devenir-dieu du mutant n’est pas que celui des mythologues,
c’est aussi celui des religieux, un avatar luciférien : l’orgueil de se prendre pour Dieu (au delà des
dieux). La composante religieuse de ces propositions est souvent patente et ne peut s’occulter
dans nos civilisations où l’athéisme est l’exception.
Deux attitudes que l’on retrouve dans la construction de la personne humaine : le premier
temps est celui d’un émerveillement se résumant à un « Talis pater, qualis filius » ; le second prend
de plein fouet la crise d’adolescence du jeune rebelle.
Pan est mort ?
Nous avons déjà vu la double facette du mutant : à la fois lointain et proche – élément
familier et protecteur, en même temps qu’absolument inaccessible – sentiment de crainte mêlé
d’admiration – mysterium tremendum aussi bien que mysterium fascinosum. Les exacts mots avec
lesquels Cassirer définit le ‘sacré’2. Sacer désignant en même temps le sacré et le maudit, l’interdit.
Le mutant est la forme avouée ou déplacée de la Part maudite de la nature humaine. Un véritable
phénomène de ‘déplacement’ freudien a eu lieu pour donner une forme présentable à cette
nature. Le mutant devient l’être magique, devant lequel on s’incline, parce qu’il est en rapport
avec des puissances supérieures, en lien direct avec une autre réalité.
Cette puissance qui, débordant le cadre du sacré, rappelle le mana3, et son corollaire, le
tabou. Dans la pensée mythique, « le royaume est rempli de menaces constantes et de dangers
inconnus qui épient l’homme de tous les côtés4 ». Un intermédiaire, protecteur et décodeur, est
nécessaire pour apprivoiser les puissances occultes. Le mutant renvoie aux origines premières, au
monde magique des pré-socratiques, ou des sociétés traditionnelles. ‘Corps sans organe’, il est en
connexion directe avec les choses, la vie, Gaïa. Gligorov [Pl. 37], dans ses transmutations révèle
bien son branchement sur des forces telluriques, sur la dimension chtonienne reléguée dans les
1 Le techno-chamanisme est l’une des branches principales de toute la culture pop’ underground du post-humain. Zpira précise bien que
son nouveau body-art est éminemment techniciste (ce qu’il appelle BodyHacking, par opposition aux Modern primitivs), et relève
pour une part d’un second mariage avec une dimension magique. Cf : Site Web : La Spirale.
2 cf : La philosophie des formes symboliques 2 : la pensée mythique / E. Cassirer. p.105.
3 Nous n’avons pas trouvé de meilleures définitions du mana et de la magie que celles de Mauss dans : Sociologie et anthropologie :
Esquisse d’une théorie générale de la magie. p.110-111. Nous les reproduisons ici.
« Nous sommes donc en droit de conclure que partout a existé une notion qui enveloppe celle de pouvoir magique. C’est celle d’une efficacité pure, qui est
cependant une substance matérielle et localisable, en même temps que spirituelle, qui agit à distance, et pourtant par connexion directe, sinon par contact,
mobile et mouvante sans se mouvoir, impersonnelle et revêtant des formes personnelles, divisible et continue. Nos idées vagues de chance et de quintessence
sont de pales survivances de cette notion beaucoup plus riche. C’est aussi, comme nous l’avons vu, en même temps qu’une force, un milieu, un monde
séparé, et cependant, ajouté à l’autre. On pourrait dire encore, pour mieux exprimer comment le monde de la magie se superpose à l’autre sans s’en
détacher, que tout s’y passe comme s’il était construit sur une quatrième dimension de l’Espace, dont une notion comme celle de mana exprimerait, pour
ainsi dire, l’existence occulte. L’image s’applique même si bien à la magie que les magiciens modernes, dès que fut découverte la géométrie à plus de trois
dimensions, se sont emparés de ses spéculations pour légitimer leurs rites et leurs idées.
Cette notion rend bien compte de ce qui se passe dans la magie. Elle fonde cette idée nécessaire d’une sphère superposée à la réalité, où se passent les rites,
où le magicien pénètre, qu’animent les effluves magiques. D’autre part, elle légitime le pouvoir du magicien, elle justifie la nécessité des actes formels, la
vertu créatrice des mots, les connexions sympathiques, les transferts de qualités et d’influences. elle explique enfin la présence des esprits et leurs
interventions puisqu’elle fait concevoir toute force magique comme spirituelle. Enfin, elle motive la croyance générale qui s’attache à la magie quand on la
dépouille de ses enveloppes et elle alimente cette même croyance, puisque c’est elle qui anime toutes les formes dont la magie se revêt ».
4 cf : La philosophie des formes symboliques 2 : la pensée mythique / E. Cassirer. p.104 ; plus bas : p.70 ; en fin de paragraphe : p.104.
Page 74 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
limbes d’une société du logos. Il nous réoriente vers notre être immémorial, « d’avant les mots ».
Son travail est un travail de ‘découverture de l’étant’, véritable Apocalypse devant conduire à la
Vérité. Ici, une vérité primaire, primale. Orlan, dans ses « Self Hybridations » [Pl. 19], renoue avec
son être-tribal. Ses photos, sur-colorisées, très froides, sans ombre, sans décor, nous exhibent des
objets où l’humanité a presque disparu. Une forme de mutation mais le résultat évoque plus ces
grands poteaux totémiques que l’image de sur-humains Ce n’est plus le bois, comme représentant
de la Nature à apprivoiser, que l’on cherche à sculpter, à marquer de son empreinte, à dompter –
c’est le corps humain qui se change en poteau de bois et en (potentiel) objet de culte… Rentrer
dans les bonnes grâces de Gaïa, s’attirer son affection en la convoquant à sa table, d’un côté – de
l’autre, l’envahir, pénétrer sa sphère en endossant ses mœurs, en se faisant à son image. Ne plus
se contenter de recevoir son émissaire dans nos murs ; mais lui envoyer nos propres
ambassadeurs, apprendre sa langue, amadouer sa puissance en en proposant un contre-modèle.
Ce n’est plus de mana, apanage de Gaïa, dont on parle ; c’est de ‘Puissance’, qui se traduit par
‘Mana’ pour la Nature, et par ‘Techno-démiurgie’ pour l’Homme. Celui-ci joue à armes égales, là
où jadis il mendiait sa pitance magique. Parce que, dans la pensée moderne, comme « dans la
pensée mythique, le monde s’explique par la ‘métamorphose’ ». En renouant avec sa part honnie
de théurgie par le biais d’une figure du mutant-thaumaturge, l’homme ré-écrit ses mythes, dans la
mesure où « la formule du mana-tabou est le fondement du mythe et de la religion ».
Ce retour du refoulé mythologique nous semble prendre deux formes. La première
consiste à revisiter la tradition mythique. Les exemples foisonnent : les « Manimals » de Daniel Lee
[Pl. 42] illustrent l’horoscope comme son autre projet « Judgement » (2002) renvoyait au cercle de
réincarnations chinois en représentant les différents juges des enfers ; à la suite de ses opérations
chirurgicales (dont les cornes évoquent évidemment le personnage du satyre), Orlan mêle son
image à celle des déesses de la beauté dans « Omnipresence » [Pl. 17] ; « Kumano » de Mori
[Pl. 15] paraît tout droit sorti d’une nouvelle ‘histoire de fantômes chinois’. Résurgence de formes
ancestrales, moyen de conjurer le sentiment d’abandon du sacré. Dieu est mort, les hommes sont
orphelins : ils élisent de nouveaux pères, de nouvelles figures en remplacement des cadavres
divins. D’autres formes pour des fonctions analogues. L’artiste-mutant intègre le panthéon des
dieux. L’esthétique de M. Mori, faite d’images de synthèse où l’artiste sur-humaine prend position
dans un monde onirique et mystique telle un nouveau boddhisatva ayant atteint le Nirvana1
[Pl. 13-14] – est symptomatique de cette collusion ‘mutant’/‘divinité’. L’artiste siège au centre des
puissances mystiques. Non seulement un retour aux mythes mais une ré-écriture de sa culture
locale2. Lawick&Muller, dans leur série « PerfectlySuperNatural » [Pl. 40] nous éclairent sur la
différence fondamentale de ces ré-écritures mythologiques. Le duo a en effet choisi de
portraiturer des jeunes gens de leur temps en regard des grandes représentations artistiques des
dieux grecs. Un être hybride naît sous leur retouche numérique : mélange d’humains ordinaires et
de modélisations du divin. Il s’agit d’une part de revisiter les anciens maîtres, dans une démarche
auto-référente habituelle à l’art ; mais aussi de re-positionner l’homme face aux divinités.
L’histoire de l’art n’a pas cessé de représenter les dieux. C’était toujours : ‘portrait du dieu X’.
Pour ce faire, le peintre ou le sculpteur se choisissait un modèle anonyme. Hormis chez Rubens
(et peut-être quelques autres), pas un d’entre eux n’a laissé son nom, c’est-à-dire de traces. La
représentation mythologique était le portrait d’un dieu dans un idéal d’homme. Avec L&M, c’est
1 Nous ne rentrerons pas dans un débat religieux pour savoir si le Bouddhisme est une des grandes religions ou une mythologie.
Nous pointons ici le traitement qu’en fait Mori, et qui nous semble ressortir à un traitement mythologique, c’est-à-dire du
merveilleux. Nous aurions analysé de même une chrétienté qui se serait concentrée sur les histoires et les mythes de l’Ancien
Testament. Le Livre des Rois, ou l’imagerie de Samson (par exemple) est mythologique. La réflexion eschatologique ou
sotériologique est, elle, un fait religieux. Ce n’est donc pas le bouddhisme que nous qualifions de ‘mythologique’ mais le traitement
visuel qu’a choisi d’en donner Mori.
2 L’esthétique de Mori, pourrait passer pour kitsch à des yeux occidentaux. En fait, elle est extrêmement imprégnée d’une culture
japonaise que l’on retrouve par exemple dans les mangas ou le Kyogen.
Page 75 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
tout le contraire. Leurs tableaux pourraient s’intituler : « portrait du jeune homme en dieu » (et
non plus : « portrait du dieu en jeune homme »). D’ailleurs chacun d’entre eux est nommément
identifié. Anciennement, les dieux étaient hominisés, pour être intelligibles ; ici, c’est l’homme qui
est divinisé. Dieu se faisait à l’image de l’homme ; aujourd'hui, les hommes se font à l’image de
dieu ; et contrairement aux leçons des temps bibliques, ce n’est plus Dieu – mais l’homme lui
même – qui fait « l’homme à l’image de Dieu ».
La deuxième forme de cette résurgence est celle qui, déclinant l’hommage, réinvente une
mythologie. Le mutant est un mythographe. Nous assistons à l’apparition de la future
mythologie : elle sera évhémériste. Les mutants d’aujourd’hui sont des heilbringer, des héros
sauveurs doublés de pères fondateurs (après les dieux). Nous sommes revenus aux temps des
créations des mythes. Interpréter nos anciens mythes n’est pas tâche aisée : l’épopée de
Gilgamesh traduit-elle les combats entre Babylone et les villes sumériennes ? Le parricide de Zeus
répond-il à l’imposition d’une religion sur une autre, suite à une guerre historique des villes
grecques sur leurs voisines ?… Nous ne trancherons pas ici. Par contre, sur la future mythologie
qui se dessine, celle qui sera, demain, le berceau fondateur d’une société post-humaine, l’on peut
répondre : leurs pères fondateurs, nos primo-mutants, ont une réalité historique. Ils ébauchent
aujourd’hui les bases de la société de demain en étant à la conquête d’une utopie concrète (telle que
Bloch la distingue de l’utopie générique non réalisable), en même temps qu’à l’écoute d’un futur en
langes. Double dynamique, donc. Celle de Prométhée : conquérante, ascensionnelle, pro-active ;
figure de l’hybris, de l’escalade, qui va taquiner les dieux célestes. Celle des lares : figure passive,
humble, totémique, réceptacle, se préparant comme on apprête sa maison un jour de réception. Il
se met à l’écoute de l’Etre. En ce sens, il incarne la communion, ré-union, nouvelle alliance (ie
nouvel évangile) avec les manas, les énergies, le(s) dieu(x). Les mutants sont finalement moins des
hérauts que des archétypes (« ouverts à l’utopie »1), puisqu’ils délaissent la race humaine à sa
chétive condition, pour pouvoir, avec les leurs, fonder un nouvel empire…
La fin de Satan ?
La dimension cosmique, mystique de ces nouveaux êtres est évidente. Comme tous les
créateurs, ils s’érigent en démiurges mais leur matériau est leur propre ‘étant’. Ce-dernier ne peut
donc plus être regardé comme un cadeau intangible (inaliénable et imprescriptible) de quelques
divinités. Le mutant ne se suffit plus de ce qu’on lui donne. Il veut plus, et il ne demande pas : il
prend. Aujourd’hui, il s’attaque à l’étant ‘humain’, et donc écorne l’Etre. Le mutant est un
‘homme révolté’ qui se donne les moyens de réussir. Il se place résolument dans la dynamique de
la révolte métaphysique des fils de Caïn : l’homme, « la seule créature qui refuse d’être ce qu’elle
est2 » trouve son champion dans le mutant. Volonté de puissance, démiurgie, hybris – avons-nous
proférer pour enrober le mutant. Mais ne sommes-nous pas en train de prendre l’hybris de
l’homme pour celle du mutant ? Cette volonté farouche de ‘dépasser sa condition’ est celui de
l’homme. Qu’en reste t-il dans la figure du mutant ? Il y a déjà dans l’homme un devenir-dieu : le
mutant n’en est-il qu’une ‘reprise’ (Gjentagelsen) ?
Le devenir-dieu du mutant est une simple jouissance joyeuse de sa condition de surhumain. Il n’est finalement qu’un être-dieu. Le mutant vient d’acquérir des pouvoirs cosmiques
phénoménaux, et ça lui prend déjà tout son temps d’en profiter et de se rendre compte de toutes
les possibilités qui s’offrent à lui. Dans un premier temps, son remariage avec les puissances
magiques, avec le mana – épuise tout son devenir-dieu, le décharge de tout hybris. Cette notion n’a
que fort peu intéressé les philosophes antiques, contrairement à son antonyme : la sophrosuné.
Cette dernière définit : « le respect des lois divines et humaines déterminant notre place dans le
monde ; la soumission au destin ; le sens de ce qui revient à chacun ; la belle ordonnance de la
1
2
cf : Le principe espérance T.1 / E. Bloch. p.198.
cf : L’homme révolté / A. Camus.
Page 76 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
vie1 ». L’hybris est la démesure, mise en scène par les littérateurs (dans la tragédie classique et
surtout chez Hésiode, dont la Théogonie flagelle l’hybris qui explique la chute de chacun des âges).
L’hybris est l’orgueil de se prendre pour dieu ; elle est une attitude, plus qu’une réalisation. On
sanctionnera la posture du rebelle (quelques soient les résultats ou le but recherché), plus que des
actes innocents. Où est donc l’insoumission ? Chez le mutant ou chez l’homme ? Le mutant,
engoncé dans ses nouveaux talents, n’est-il qu’un ex-insoumis, un vendu, un nouveau riche ? Y’a
t-il de l’hybris dans son devenir-dieu ? Qu’en est-il pour l’Homme ?
Le devenir-dieu de l’homme porte un nom unique : l’hybris. Faisons-en une rapide
généalogie. Premier temps : l’histoire des techniques, qui est l’histoire d’une dé-naturation limitée.
L’homme s’affranchit de la Nature et voit toujours plus grand. Il répète après Balzac : « nous
sommes nés pour tendre au ciel2 ». C’est une créature hyper-thymique, qui ‘voudrait bien mais qui
ne peut point’ ; alors elle fait ce qu’elle peut. Deuxième temps : l’homme crée des choses qui
n’appartiennent pas à l’ordre des choses. C’est l’histoire ancestrale des hybridations, où la créature
mise au jour aurait très bien pu être, n’est pas incompatible avec une photo instantanée de la
Nature telle qu’elle est. Au troisième temps : l’homme crée des choses qui n’appartiennent pas à
l’ordre des possibles. C’est la récente histoire des biotechnologies. Le projet de Kac, « The eighth
day » [Pl. 11], l’introduit dans les arts. L’artiste a créé un micro-écosystème à base d’animaux
transgéniques vivant ensemble. L’hybris est prégnant, rappelé dans le titre : Dieu créa la Terre en
six jours. Au septième jour, lessivé, il se reposa. Au huitième, l’homme prit le relais… Le devenirdieu de l’homme ne peut se concrétiser que dans la démiurgie ; et la figure du mutant est
l’expression, non d’un devenir-dieu intrinsèque, mais de celui, extrinsèque, de son créateur :
l’homme. Le devenir-dieu de l’homme, c’est l’hybris, lui-même reposant sur deux piliers : l’hyperthymie et la démiurgie. Prométhée peut rêver de voler le feu aux dieux tout son saoul ; tant qu’il
n’a pas les moyens de sa politique, il ne deviendra pas ce héros tragique (aux accents d’un
romantisme luciférien) digne d’Eschyle. Au quatrième et dernier temps, l’homme crée des choses
qui le dépassent lui-même. Il s’agit du mythe des robots, de l’IA et bien sûr des mutants. Créateur
dépassé par sa créature, d’où les fantasmes catastrophistes. La natura naturata se fait natura
naturans, ie Dieu. La confusion s’instaure entre création et procréation, comme le démontre le
clonage. Le recours aux divinités ne sert plus de rien, puisqu’elles ont été dépassées par leurs
créatures. Haraway enfonce le clou : « je préfère être un cyborg qu’une déesse3 ». A présent que
nous avons délimité le devenir-dieu de l’homme, son hybris – reposons la question : le devenirdieu du mutant est-il dénué d’hybris ? Oui selon Shelley, Non pour Maturin…
Le cas Kac traité ci-dessus est exemplaire de ce brouillage des frontières et du risque
d’écueils. On croit parler du mutant lorsque l’on se penche sur l’homme. Ce que veut le créateur
n’est pas ce qui motive sa créature. Orlan nous permettra de faire le lien, puisqu’elle est cet êtrehybride : créateur/créature, humain/mutant. Quand elle parle, qui parle ?… Un peu des deux.
Reprenons son art charnel : « mon travail est en lutte contre l’inné, l’inexorable, le programmé, la
nature, l’ADN et dieu ». Nous avions alors omis de compléter : « On peut donc dire qu’il est
blasphématoire4 ». La première étape de l’hybris est la concrétisation du devenir-dieu de l’homme :
le franchissement volontaire d’un interdit ; Adam gourmand. La seconde forme de l’hybris est le
véritable devenir-dieu du mutant : le blasphème, le bâtir-contre, l’exister-contre, l’échafauder-desplans-contre ; revendiquer sa malédiction pour la transmuter en bénédiction ; Caïn levant le poing
cf : Les notions philosophiques : dictionnaire. 2. Philosophie occidentale : M-Z , pensées asiatiques, conceptualisation des sociétés traditionnelles ; tables
analytiques / dir. par Sylvain Auroux – Paris : PUF, 1990. Cf aussi : Charmide / Platon.
2 cf : Séraphita / H. de Balzac. p.738.
3 Conservons la formule, mais oublions l’auteur. Dans son célèbrissime Cyborg Manifesto (manifeste féministe avant tout), Donna
Haraway se livre à une relecture archétypalement postmoderne (d’inspiration foucaldienne) de la société, à l’aune d’une théorie de
la cybernétique. Fort peu à voir donc avec notre notion du cyborg à la Terminator… D’une façon générale, la ‘pensée posthumaine’ –
américaine de fait sinon de droit – est non seulement faible mais totalement annexée par le discours multi-culturaliste des
communautés (appartenant aux cultural studies) dans lequel nous ne nous retrouvons pas du tout (du moins ce que nous en avons
vu)… On ne parle simplement pas de la même chose.
4 Orlan : Manifeste de l’Art Charnel. Voir aussi : Arts de chair. p.41.
1
Page 77 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
contre l’œil le poursuivant jusque dans la tombe ; Nemrod, dardant le regard après les flèches,
tandis que ses aigles montaient. L’hybris de l’homme est celui de Lucifer ; l’hybris du mutant est celui
de Satan, Shaïtan, l’adversaire. Plus d'espoir de paix, car qui songerait à la soumission ? Guerre donc ! guerre,
ouverte ou cachée, doit être résolue1. Le premier Melmoth meurt damné ; Balzac le ‘réconcilie’ en
l’autorisant à transmettre sa malédiction ; le mutant la revendique. Quelle forme cela prend-il
exactement ?
Le mutant est tout entier volonté auto-démiurgique, Puissance. Il n’a besoin de personne
pour se mettre au monde et se dessiner tel qu’il se désire… Il parle à Dieu et annonce de
nouveaux mondes. Le mutant est le nouveau prophète d’une nouvelle Apocalypse (au sens
premier de ‘Révélation’). Mais non comme un psycho-pompe, un Virgile guidant l’humanité
dantesque vers une parousie de façade ; il convoque bien plutôt la parousie à se manifester ici et
maintenant2. On l’a vu, à la suite d’Agamben : l’Humanité est prisonnière de l’Irréparable.
« L’Irréparable ronge avec sa dent maudite // Notre âme, piteux monument ». Baudelaire3 en fait une
malédiction, un ‘Signe de la Bête’ : le statut de l’humain – et non du mutant – est la damnation.
« Adorable sorcière aimes-tu les damnés ? // Dis, connais-tu l’irrémissible ? ». ‘Irrémissible’ : la malédiction
s’explique par le péché originel, non celui d’Adam, mais celui qui est constitutif à la Nature
humaine : son « impossible innocence »4. L’homme, par nature est pêcheur, et ne connaîtra pas de
salut. Son péché : c’est la condition humaine. La faute d’Adam fut, en créant cette condition
humaine, d’éloigner l’homme de Dieu. Si l’homme existe c’est parce qu’il a chuté de sa condition
édénique. Son péché originel (le peccatum originale de St Augustin) est tous les jours rappelé de par
son existence même. Le mutant se place dans un déni de cette rhétorique. Il n’y a pas de
damnation. Il dépasse sa condition d’homme dans son rapport au sacré. Son hybris, c’est de croire
qu’il va retrouver le paradis perdu. Que s’il n’en reste qu’un, il sera celui-là. Qu’il sera celui qui
concrétisera, qui vivra le rêve éveillé de l’homme ; qui transformera son non-encore-advenu,
voire son non-encore-conscient en un enfin-réalisé (pour le dire avec les mots de Bloch). Son
hybris, c’est de donner corps à celui de l’homme, à son « rêve théologique, un rêve millénariste qui
promettait à l’homme un retour à l’état paradisiaque d’avant la Chute, grâce à la technologie.
Laquelle pourrait être dite, d’origine, techno-théo-logie5 ».
Vers une Muto-dicée
« L’homme n’est pas un but mais seulement un chemin, un épisode, un pont, une
promesse6 ». Et de poursuivre : « ce n’est pas l’humanité, c’est le Surhumain qui est le but !7 ».
Heidegger va plus loin : « der Mensch ist das Weg !8 ». L’homme est le chemin, certes, mais c’est
aussi l’entité à foutre dehors, à vider, manu militari, au besoin. Apparaît un nouvel être, cristallisant
toutes les angoisses compréhensibles de l’homme. L’homme mis à la porte, la pièce est vide, tout
y est à construire : de nouvelles normes, mais aussi un nouveau destin d’espèce ; une axiologie,
aussi bien qu’une téléogie nouvelles. La première prend acte du fait que l’existence même du
mutant implique un pied de nez historique aux manes de Dieu ; la seconde fait face à ses
responsabilités : construire un continent vierge, suite à l’abandon de l’humain.
Peut-être à raison se méfie t-on des conséquences de la post-humanité. Mais avant que de
juger, il faudrait écouter… Dans un monde athée, le devenir-dieu est un devenir-post qui signifie un
devenir-majeur. Post-historique, post-humain, post-religieux, post-éthique : la démiurgie
cf : 1er chapitre de : Paradis perdu / Milton, John ; trad. Chateaubriand (disponible en ligne sur le site de Gallica-BNF).
D’aucuns voient les mondes virtuels comme tels ; les avatars figurant des corps en gloire.
3 L’irréparable in : Les fleurs du Mal / Baudelaire, Charles.
4 cf : L’homme révolté / A. Camus.
5 cf : Humain, post humain… / D. Lecourt. p.44.
6 cf : Généalogie de la morale : II : § 16 / F. Nietzsche.
7 cf : La volonté de puissance : Livre IV, Midi et éternité : §476 / F. Nietzsche.
8 cf : Beiträge zur Philosphie. Vom ereignis / Heidegger, Martin.
1
2
Page 78 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
intégrale : non pas des artefacts, mais des valeurs, du Sens. Que tout ce qui soit – n’ait d’autre
origine que la nouvelle humanité.
Dieu est mort
Dieu est mort et son ‘ombre’ (« l’arrière-goût moral ») est détruite. Sur leurs ruines,
l’homme de midi prophétisait la venue du surhomme. Un siècle plus tard, les miracles de la
biotechnologie semblent apporter une réponse concrète à ses oracles. Parmi eux, le spectre du
mutant a pris corps et plane. Le Mutant est un homme-mutant ; c’est-à-dire un être mi-homme,
mi-mutant ; un organisme où, dans la lutte physiologique, la partie mutante a gagné. La partie
‘homme’ jette l’éponge. Le mutant est l’être qui a su augmenter son degré d’adaptation à
l’environnement. Plus puissant que l’homme, il impose sa Vérité (comme interprétation plus
puissante qu’une autre) : il n’interprète plus le monde, il le change. Est-ce à dire que le mutant
réalise le surhomme1 ?
Tout Nietzsche pourrait être convoqué à juste titre autour de notre sujet, qui est très
exactement la problématique du surhomme. Sans sombrer outre mesure dans le catalogue et les
affres d’une anthologie de citations toutes plus pertinentes les unes que les autres2 ; tentons de réinterroger le propos nietzschéen à l’aune de cette nouvelle entité. En d’autres termes : comment
le mutant actualise t-il la Volonté de Puissance ? Quelles sont les caractéristiques du surhomme ?
Sont-elles celles du mutant ? Du moins compatibles ?
On a longtemps insisté (notamment pour le dé-nazifier) sur le fait que Nietzsche parlait
d’un surhomme moral, d’un espèce de super-philosophe, dont les valeurs seraient des valeurs
supérieures, promoteur d’un système normatif débarrassé de la gangue de la morale des faibles,
appelant à dépasser la civilisation humaine décadente. Pour ce faire, il doit aller défricher des
terrains non seulement vierges mais interdits : « ce qui est supérieur, c’est ce qui est contre
nature » (VP, II, §556). Le surhomme est l’homme capable d’écouter ses propres instincts, sa
selbstüberwindung, parce que « le but n’est pas le bonheur, c’est la sensation de puissance. Il y a dans
l’homme et dans l’humanité une force immense qui veut se dépenser, créer ; c’est une chaîne
d’explosions continues qui n’ont nullement le bonheur pour but » (VP, II, §48). Le surhomme est
l’homme apte à comprendre cette vérité, à la faire sienne, et à entrer dans un processus pour bâtir
ce nouveau cadre éthique. Les jugements moraux de l’époque sont une plaie pour l’espèce, qu’il
convient de mettre à terre (les jugements, pas l’espèce ! !… Quoique…). Le surhomme aura cette
mission, ainsi que celle d’instaurer un nouvel ordre. Cela passera notamment par un changement
drastique dans les conditions de vie naturelles. « Nos jugements de valeur sont en relation avec ce
qui nous apparaît comme les conditions de notre existence ; si ces conditions changent, nos
jugements de valeur se modifient » (VP, III, §622). Voilà la mission qui, d’après les
« hyberboréens » (VP, III, §408), incombera au surhomme. Le mutant y répond-il ?
Le mutant, figure de l’anomalie et de l’anormal, invente ses propres règles d’existence.
« L’anomalie ou la mutation ne sont pas elles-mêmes pathologiques. Elles expriment d’autres
normes de vie possibles. Si ces normes sont inférieures, quant à la stabilité de la vie, aux normes
spécifiques antérieures, elles seront dites pathologiques. Si ces normes se révèlent, éventuellement
dans le même milieu, équivalentes, ou dans un autre milieu supérieures, elles seront dites
normales. Leur normalité leur viendra de leur normativité. Le pathologique, ce n’est pas l’absence
de normes biologiques, c’est une autre norme mais comparativement repoussée par la vie3 ».
Canguilhem évoque ici des normes biologiques, sans relent moral. « S’il existe des normes
Tel que dessiné par Nietzsche, notamment dans : La volonté de puissance : Livre IV, Midi et éternité : §477.
Toutes les citations de Nietzsche suivantes viennent de : La volonté de puissance : Livre II, Morphologie et évolution de la volonté de
puissance (noté : « VP, II ») ; Livre III, Le nihilisme vaincu par lui-même (noté : « VP, III ») ; Livre IV, Midi et éternité (noté : « VP, IV »).
3 cf : Le normal et le pathologique / G. Canguilhem. p.91 ; plus loin : p.155 ; puis p.185.
1
2
Page 79 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
biologiques, c’est parce que la vie étant (…) institution de son milieu propre, pose par la même,
des valeurs non seulement dans le milieu mais aussi dans l’organisme même. C’est ce que nous
appelons la normativité biologique ». La mutation est normative : elle crée de nouvelles normes, elle
autorise une meilleure adaptation à l’environnement. Mais notre mutant est aussi un hommemutant, un animal politique, un être qui naît dans un système normatif inadapté, parce que
strictement humain. Son a-normalité se double d’une a-nomalité. Le système de règles et de
régulations sociales implose par son existence même. Il crée ses propres règles, en dehors, à coté,
au-delà de celles des hommes. De facto, par feedback immédiat, il craquelle les normes humaines
puisque « les normes sont relatives les unes aux autres dans un système, au moins en puissance.
Leur co-relativité dans un système social tend à faire de ce système une organisation, c’est-à-dire
une unité en soi, sinon par soi, et pour soi ». Conflit de structures : un nouvel être naît, drainant
un territoire autre, avec une normativité nouvelle, imposant de nouvelles règles pour lui, et par
voie de conséquence pour toute la société. On le voit bien ces « a- » ne sont pas véritablement
privatifs : ils marquent le divorce. Ils ne sont privatifs que dans la mesure où l’on suppose que le
terme qui suit possède un sens essentiellement humain. Dans la mesure où ‘nomos’ et ‘normal’
signifient ‘nomos humain’ et ‘normal humain’, le mutant est bien dans le « a- » privatif. Mais c’est
aussi un « a- » inchoatif qui dit qu’il faut raisonner de façon a-homocentrique, pour pouvoir
penser un nomos et un normal non humains. Ce « a- » privatif se double d’un « ad- » créatif d’un
Logos nouveau. D’un point de vue strictement moral, le mutant réalise l’objectif du surhomme
nietzschéen…
Nous irons plus loin. Certes Nietzsche prônait l’avènement d’un surhomme au sens extramoral. Mais gageons qu’il n’aurait pas renier de le voir redoubler par un surhomme au sens
physique. Nous supposons qu’il ne l’a pas évoqué, simplement parce qu’il n’a pas osé en rêver ;
parce qu’une telle possibilité technique était hors de son horizon intellectuel ; mais qu’à l’ère des
biotechnologies, il se serait rué sur ce domaine et fait le chantre des utopies post-humaines. Nous
en trouvons déjà des traces, rares certes, dans ses écrits. « L’utilité dernière de la connaissance et
de la science est (…) de créer des espèces toujours nouvelles : car la science nous fait connaître
les moyens de conservation nécessaires à des individus nouveaux » (VP, II, §155). Il est lui-même
le grand prêtre du rapatriement du corps dans le Logos, dans la mesure où ‘le corps gouverne
l’esprit’. « Pour nous résumer, il s’agit peut-être uniquement du corps dans tout le développement
de l’esprit : ce développement consiste à nous rendre sensible la formation d’un corps supérieur.
L’organique peut encore s’élever à des degrés supérieurs. Notre avidité de connaître la nature est
un moyen pour le corps de se perfectionner. Ou plutôt, on fait des expériences, par centaines de
milliers, pour modifier l’alimentation, l’habitation, le genre de vie du corps ; la conscience et les
jugements de valeur qu’il porte en lui, toutes les variétés du plaisir et de la douleur sont des indices
de ces changements et de ces expériences. En dernière analyse, ce n’est nullement l’homme qui est en cause ; il est
ce qui doit être dépassé » (VP, II, §261). Son surhomme n’est que moral parce qu’il ne croyait pas à la
possibilité d’un sur-homme biologique. Avec le niveau scientifique de son époque, il en appelait à
un « perfectionnement du corps entier » (VP, II, §328) afin de « sélectionner une race nouvelle »
(VP, IV, §11). Car mieux vaut « agir directement sur l’organisme, au lieu d’user du dressage moral
indirect ! Un autre physique saura bien se créer une autre âme, d’autres mœurs. Donc demitour ! » (VP, IV, §202). Contre la décadence des mœurs, il en appelle à une extra-morale, quitte à
passer par une modification corporelle. Le mutant va dans l’autre sens : il change le corps, et
découvre par la même, qu’il échafaude, ipso facto, un nouveau cadre moral. Le mutant sanctionne
la décadence de la super-civilisation humaine : il délaisse le bateau ivre qui n’arrive plus à avancer.
Il fait partie de ces « êtres qui jouent avec les astres » (VP, II, §50), les futurs « seigneurs de la
Terre ».
Il nous semble que le mutant est nietzschéen : parce qu’il réalise son changement de
valeurs morales et le dépasse dans un changement d’espèce (race). Ce que l’histoire ne dit pas,
Page 80 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
c’est si le nouveau ‘cadre moral’ mutant est à l’image de ce que rêvait Nietzsche. Est-il supérieur ?
Est-il meilleur ? Quelque soit le sens que l’on donne à ces mots. Est-il nietzschéen, c’est-à-dire :
fondamentalement fort, non-modeste, hiérarchique, noble, sélectif, élitiste ? Qu’une nouvelle
éthique accompagne cette mutation biologique, nous n’en doutons pas ; qu’elle ne corresponde
pas aux attentes de l’Allemand, c’est aussi fort probable… Mais c’est peut-être aussi obligatoire :
penser le cadre moral d’un surhomme biologiquement humain ne peut pas déboucher sur les
mêmes conclusions qu’une pensée arraisonnant un monde où la mutation d’espèce est en
germes… Et même si ce n’est que possible, c’est déjà avéré. Les post-humains s’en font les gorges
chaudes. A les en croire, on pourrait écrire que : la mutation n’est pas une période de la vie, elle est un état
d’esprit, un effet de la volonté, une intensité émotive, une victoire du courage sur la timidité, du goût de l’aventure
sur l’amour du confort… Si un jour votre cœur allait être mordu par le conservatisme et rongé par le principe de
précaution, puisse Dieu (R.I.P. ?) avoir pitié de votre âme d’humain…
La fin de l’Homme
« Dieu est mort : le monde supra sensible est sans pouvoir efficient », continuait
Nietzsche. L’homme se croyait fini, il se découvre simplement limité. S’il s’accroche à sa dépouille
humaine, il restera ancré à sa nature de ‘singularité quelconque’. Il prend aujourd’hui conscience
que les limitations qu’il tenait pour inviolables, ne sont qu’arbitraires. Et qu’il possède les clés
pour crocheter le coffre. Qu’il ne tient qu’à lui de franchir le pas, avec tous les abandons
corrélatifs. « Le processus naturel de la sélection humaine, par exemple, qui s’est accompli jusqu’à
présent avec une lenteur et une maladresse infinies, les hommes pourraient le prendre en main1 ».
S’il l’accepte, il endosse la responsabilité de la divergence. Race, espèce, variété : l’approche
biologique stricto sensu n’a pas permis de trancher. Revenons aux philosophes : appréhendons
l’humanité comme Gattung (que nous ne traduirons pas par ‘genre’, puisque les postulats
biologiques qui ont permis l’élaboration de ce travail en donnent un sens différent : un ‘genre’
comprend des ‘espèces’, elles-mêmes constituées de ‘races’). Le gattung est ce qui tient uni, ce qui
con-tient et ce qui se con-tient ; ce qui rattache l’homme dans une lignée, renvoie à un homme
générique, à un universel2. Le mutant que nous voyons poindre ne peut se rattacher à ce gattung. Il
en génère forcément un autre. Si l’humanité décide d’y tendre, elle devra abandonner sa nature,
pour upgrader, passer à une nouvelle étape. C’est l’enjeu enfin compris et distinguable de son
devenir : « Le devenir est résolution perpétuée et renouvelée, résolution incorporante,
amplifiante, procédant par crises et tel que son sens est en chacune de ses phases, non à son origine, ou
en sa fin seulement3 ». Et cet avenir sera empirique. Il déborde déjà. Elbert Hubbard disait « les
choses vont si vite de nos jours qu’on a à peine le temps de dire : ‘c’est impossible’… C’est
fait ! ». Le mutant est fondamentalement pragmatique. Il ne relève pas d’un idéal. ‘Idéal’ :
étonnamment ce mot n’est jamais sorti tel dans cette étude. Parce que le mutant s’emploie à bâtir
une utopie concrète sans idéaux, puisqu’il n’est pas question d’espoir mais de conquête. Dans son
cas, les idéaux, les normes, l’éthique sourdent dans le ‘faire’, le ‘muter’. Ils en sont co-substantiels,
pure immanence. Fais ce que dois, et advienne que pourra. Qu’importe les dommages collatéraux.
La mort de l’Homme elle-même, n’est que la conséquence de la mort de l’Evolution…
L’Evolution est biologiquement ce qui remplit la flèche du temps, la matière de
l’écoulement. Le temps, succession d’instants fugaces, durée fatale : le temps-durée. Le temps,
c’est le volumen, même pas : c’est le mouvement du volumen lorsqu’on le déploie pour écrire. Le
temps, c’est la dynamique, propre, interne d’un écoulement qui réglemente, régit l’ordre des choses.
L’Evolution c’est ce qui s’écrit, c’est le matériau et la narration qui se déposent sur le parchemin
cf : La volonté de puissance : Livre IV, Midi et éternité : §180 / F. Nietzsche.
cf : L’homme sans contenu / G. Agamben. p.130sq. Le philosophe retrace la généalogie du Gattungswesen de Marx (que l’on retrouve
d’ailleurs dans le dernier Habermas), en le rattachant à Aristote et Hegel.
3 cf : L'individu et sa genèse… / G. Simondon. p.234.
1
2
Page 81 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
enroulé qui est le monde. Cette vitesse d’écriture sur le parchemin-monde, c’est le temps-durée.
L’histoire qui s’écrit, et que l’on peut lire, c’est l’Evolution. Elle s’inscrit donc ‘à son rythme’,
c’est-à-dire à celui du Temps. La vitesse de défilement du vélin, comme celle de celui de la plume,
est extérieure à l’Evolution. On ne peut aller ‘plus vite que la musique’… Qui manie le calame ?
Dieu, sous différentes appellations, a longtemps été la seule réponse. Aujourd’hui, l’humanité a
dérobé l’instrument d’écriture. La sanction de l’évolution avait un nom aussi : la sélection. Le
calame – et sa gomme. Le volumen peut se faire palimpseste ; les fossiles renvoient à ces ratures.
Aujourd’hui, la sélection n’est plus naturelle : la gomme, elle aussi, a changé de mains. L’adaptation,
cette ontogenèse permanente, est un concept démodé. La mutation est décorrélée de tous ces
aspects extrinsèques, immanents, liés à l’Evolution ou à la nature. En contrôlant la mutation, on
contrôle l’Evolution. En contrôlant l’Evolution, on contrôle le temps de son déploiement. Des
espèces devaient apparaître dans cent mille ans ; l’homme peut les créer dès demain. Des espèces
n’auraient jamais du apparaître : qu’à cela ne tienne ! Et d’abord : qui le décrète ? Peu lui en chaut,
à l’homme omnipotent. Entre les lignes de l’histoire de l’Evolution, se déroulait une histoire de
successions, de temporalités, d’époques. Toutes peuvent être convoquées, hic et nunc. La mutation
séquestre l’évolution, pour lui extirper tout son suc, pour qu’elle ‘crache le morceau’, in extenso.
Pourquoi attendre que le Temps impavide déroule son rythme, quand on peut bondir trois pages
plus loin sans différer, sans même que l’Histoire n’ait eu le temps de s’écrier. En abolissant
l’Evolution, c’est le temps que l’on dresse, que l’on mate. Le mutant ratatine le futur, le convoque
céans ; instrumentalise le Temps. Ce dernier était une arche-structure inamovible, il devient un
produit motile ; il était un paramètre intouchable, fixé, il se change en variable. L’homme, s’il veut se
projeter dans mille ou cent mille ans n’a qu’à régler sa machine. Le nouveau temps qu’engendre la
mutation n’est plus l’orgue de barbarie : c’est l’accordéon, manipulable à volonté, que l’on tord, que
l’on plie. Plus rien dans le fatum de l’Evolution ne peut être déclaré ‘nécessaire’ ou ‘contingent’ ;
tout y est à la ‘mesure de l’homme’, nouveau maître des lieux, en attendant que le nouveau
gattungswesen qu’il décidera de voir lui succéder – soit choisi. « Hasard et nécessité », titrait Monod.
Concernant l’Evolution, ce bouquin est caduc : à pilonner. Quelques bibliothécaires à la fibre
patrimoniale exacerbée, le garderont à titre historique et muséal. Pour l’avenir, l’imagerie futuriste
de Yonilab dans « Evolution » [Pl. 53] serait plus adaptée. Ce pouvoir sur le futur est un pouvoir
sur le temps : la mutation est un bond en avant autant qu’une anamnèse, parce que le fantôme de
l’éternel retour n’en finit de planer. L’univers de Jane Alexander [Pl. 48] révèle cette
amphibologie : revisitant l’histoire de l’hominisation (ses titres évoquent l’apparition de l’homme),
elle nous plonge dans un monde post-apocalyptique peuplé d’êtres mutés, inqualifiables.
« L’avenir ne peut s’anticiper que dans la forme du danger absolu. Il est ce qui rompt
absolument avec la normalité constituée et ne peut s’amorcer, se présenter que sous l’espèce de la
monstruosité1 ». Le Mutant est à la fois l’étape suivante, qui viendra donner le coup de grâce à
l’humanité ; et la réponse eschatologique de l’humanisme à un homme en menace d’évanescence.
Parce que l’homme disparaît, il se réfugie dans cette figure du mutant ; et : c’est en cherchant à
devenir un mutant, que l’homme précipite sa disparition, son ‘abolition’ (titrait C.S. Lewis). Le
mutant prône la fin de l’homme, et par voie de conséquence la fin de l’Histoire. Mais aussi : la
mutation, contrôle de l’Evolution, est une fin de l’Histoire et par suite, débouche sur la fin de
l’homme. La nouvelle histoire est celle d’une parousie. Le mutant invente une nouvelle Histoire
qui n’est plus rétrospective mais purement prospective. L’Histoire n’est pas une relecture du
passé, mais l’écriture d’un devenir. Parce que le mutant n’a pas de passé, mais seulement un
destin, à se construire. Dans son cortège, on distingue la création d’un nouveau télos pour une
humanité post-historique et/car/donc agonisante.
1
cf : De la grammatologie / Derrida, Jacques. Paris : Minuit, 1967. p.14.
Page 82 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Conclusion : Par delà le corps
« It’s time to explain myself – let us stand up.
What is known I strip away,
I launch all men and women forward with me into the Unknown. »
Walt Whitman : Leaves of grass
La parole est à l’accusation :
– « Nous avons bien écouté notre collègue tout le long de son exposé. Dire que nous
avons tout compris serait orgueilleux, mais du moins avons nous essayé de le suivre dans ses
circonlocutions…. Nous avons pris des notes. Et au moment de clore ce débat, je me tourne vers
elles pour retrouver ce que nous avons cru bon de retenir. Alors : qu’avons-nous retenu ?
Un mutant : ça ne se reconnaît pas (cf : « le mutant n’a rien à voir avec le corps » IN :
Qu’est-ce que muter ? : Ce que muter veut dire : De la mutantité – page 40).
Un mutant : ça ne se comprend pas (cf : « le mutant dit : ‘vous ne pouvez pas
comprendre ; vous ne pouvez même pas imaginer’ » IN : Le devenir-mutant de l’humain : Le mutant
hic et nunc : Ils sont parmi nous ! – page 31).
Un mutant : ça ne se connaît pas (cf : « le vécu du mutant est fondamentalement
intransmissible » IN : Les processus de la mutation, le temps du mutant : L’esthésique de la figure – page
50).
Un mutant : ça ne veut rien dire (cf : « le terme ‘mutant’ n’est qu’un raccourci de langage »
IN : Le devenir-mutant de l’humain : Le mutant hic et nunc : Phénoménologie d’une communauté qui vient
– page 32).
Un mutant : ça n’a pas de sens (cf : « ‘Le mutant’ : ça ne veut rien dire » IN : Rompre avec
l’humain – page 62).
Un mutant : ça n’existe pas (cf : « Il n’existe pas d’allèle sauvage » IN : Le devenir-mutant
de l’humain : Le mutant hic et nunc – page 28).
…
Alors là, les bras nous en tombent ! Tout ça pour ça ! ? Est-ce bien sérieux ? Est-ce que ça
méritait vraiment de consacrer autant de temps et d’énergie – tant dans le brillant déploiement
des arguments que dans l’effort constant de la réception ?… Le jury appréciera… Quant à nous,
permettons-nous trois questions ingénues :
Page 83 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Pourquoi le mutant ? Pourquoi nous avoir délabyrinthé fastidieusement une ‘chose’
qui finalement n’existe pas ? La vacuité du projet n’apparaît-elle pas dans toute sa
cruauté ?
En corollaire : expliquez-nous : de quoi donc nous avez-vous parlé ?
Enfin : quelles sont vos propres conclusions, une fois toutes ces ratiocinations
dissipées ?
Nous ne doutons pas que vous aurez à cœur d’éclairer cette noble assemblée qui a fait
l’effort de vous suivre jusqu’ici et qui mérite donc une conclusion transparente et agréable. »
– « …1
Eh bien, Maître, cher collègue, Mesdames et Messieurs les jurés : d’abord merci de
continuer à m’écouter à l’heure avancée du dîner. Nous répondrons à l’accusation point par
point.
D’abord, la qualité du discours de notre homologue ne peut nous faire ignorer sa
mauvaise foi patente. Nous ne mettons pas du tout son intégrité intellectuelle en doute (aussi,
plaçons-nous ses conclusions erronées sur le dos de la fatigue). Néanmoins, son compte-rendu –
à force de raccourcis et surtout du désordre qu’il instille dans notre propos – perd toute force
démonstrative pour muter (c’est le cas de le dire) en un sophisme éhonté. En effet, notre
mouvement a bel et bien été de circuler entre chacune de ces impasses ; en creusant la notion, nous
avons certes rencontré ces apories, mais elles nous ont forcé à bifurquer, à re-travailler les
contours, les préciser ; chaque constat d’échec a été une balise pour nous relancer dans une
direction attenante, et ainsi, de ‘cul de sac’ en ‘sens interdit’, avons-nous, pensons-nous, couvert
le territoire et fait le relevé topographique. Pointer ainsi ces constats négatifs, c’est pointer notre
cheminement et les bornes de la notion. Par exemple, nous ne renions pas avoir affirmé : « un
mutant, ça n’existe pas ». Mais cela n’a pas été, comme voudrait le faire croire mon collègue, une
conclusion à notre travail ; mais, au contraire, parmi les premiers défrichages, sur lesquels, loin de
nous échouer, nous avons rebondi.
Ensuite… Et bien, il y a quand même du vrai. Notre intuition initiale était d’affirmer que
cette figure faisait sens pour notre société ; et loin de se mieux saisir, elle n’a eu de cesse de nous
glisser des doigts. C’est avec les écailles qu’elle a pu nous abandonner au cours de la lutte, que
nous en avons proposé la reconstruction taxidermique. Mais les zones d’ombre ne sont pas
forcément sorties de leur pénombre. Peut-être n’avons nous que déplacer l’axe des projecteurs…
Il nous paraît toujours judicieux et légitime d’analyser cette figure, mais peut-être comme une
brique intégrée au sein du mur de la post-humanité. Nous n’avons qu’une idée très générale et
donc floue de la taille et de la forme de ce mur ; mais nous pouvons d’ores et déjà dénoncer les
deux briques concomitantes à celle du mutant. Elles ont avec notre figure des arrêtes ou des faces
communes qui forment des zones frontières et les acoquinent. La première est celle de la
biotechnologie dans l’art. La figure du mutant n’est qu’une proposition parmi les expériences variées
et débridées (donc bien plus faustiennes, puisque libérées des vétos et des moratoires interdisant
l’accès à l’humain) de la grande famille de l’art biotech’. Nous avons rencontré certains de ses
personnages au cours de notre exposé. Les problématiques s’ajoutent à celles de notre notion et
viennent complexifier le paysage. La seconde est celle que nous avons évoquée dès les premières
minutes de notre discours : le corps, en l’occurrence, la branche qui le fait disparaître. Le corps
post-humain est double : un corps boosté (ce fut tout notre projet) ou inutile (en gros : l’avatar
virtuel). Le réseau et l’informatique offrent les hétéro-lieux aptes à accueillir toutes les utopies
d’un corps, non plus dé-territorialisé, mais a-territorialisé, sans existence autre que numérique. Le
1
Silence prolongé.
Page 84 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
monde virtuel, dans ses promesses, mériterait de longs développements… Et peut-être notre
figure ne prendra t-elle toute sa dimension, ne retrouvera t-elle (à vos yeux) toute sa pertinence –
que comme pièce de ce puzzle qui la dépasse.
Enfin, nous persistons et signons. Au moment où le jury va s’isoler pour délibérer, notre
intuition se double d’un pari. Celui de la post-humanité. Et nous ne pensons pas prendre
beaucoup de risques en le tenant… Il est de dire que l’espèce humaine, armée de tels pouvoirs
cosmiques phénoménaux, ne tiendra pas longtemps, avant que de s’en servir ! A moins d’un
cataclysme historique (Auschwitz a tué, ipso facto, les lois eugéniques des années trente et
l’antisémitisme bon teint), nous pensons irrévocable l’advènement d’une post-humanité.
Pourquoi ? Et bien parce que c’est la traditionnelle querelle des Anciens et des Modernes ; parce
que la morale n’est qu’un cadre socio-culturel historique ; parce que les levées de bouclier
éthiques ne sont que la survivance d’un conservatisme d’époque1. Dans vingt ans, le
renouvellement des élites et des générations de décideurs, ouvrira sur une attitude toute
différente. Peu à peu, les anciennes conceptions s’éroderont, se verront grignoter par le flux
continu de micro-avancées. Les penseurs actuels, thuriféraires d’un bio-catastrophisme
d’épouvante, seront chassés par la nouvelle garde, nourrie aux séries télé et au lait des promesses
bio-technicistes, zélotes techno-prophètes irresponsables. Nous ne pensons pas qu’une vague
‘Morale’ a-temporelle puisse dresser de quelconques commandements ou interdictions qui
seraient suivis pendant des décennies, surtout dans nos sociétés à « l’accélération accélérante ».
Pas dans ce domaine. Montrer des jouets à un enfant derrière une vitrine, et il aura tôt fait de la
briser pour s’en emparer. Quitte à se faire gronder après et à se faire passer un savon. Mais s’il s’y
prend bien, le jouet aura intégré son monde et ne lui sera pas confisqué.
Il n’y a aucun positionnement personnel là dedans. Nous n’appelons pas de nos vœux le
remplacement ou le perfectionnement de l’espèce. Ce sujet nous dépasse2. Les enjeux peuvent
être tout juste dépeints à grands traits ; les tenants et aboutissants nous restent hermétiques. Nous
croyons que l’orgasme est la meilleure réponse aux prosélytes de la disparition des corps ; mais
nous ne miserons pas cent euros sur cette créance. Nous sommes dans le constat. Aux accents de
Cassandre, soit.
Nous payons pour voir. »
Et le jury se retira. Pour délibérer.
C’est un peu ce que pointe Habermas dans L’avenir de la nature humaine… : Chapitre III : Post-scriptum à l’ « Eugénisme libéral ».
Laissons plutôt la parole à G. Canguilhem : « Tout est-il possible, tout possible est-il souhaitable, tout souhaitable est-il permis ?
Permis pour qui et pour quoi ? » (Journées annuelles d’éthique, Rapport 1984. p.243).
1
2
Page 85 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Index raisonnés
Artistes
Barney...............................12, 16, 18, 35, 41, 50, 51
Esperet ........................10, 12, 14, 18, 28, 29, 57, 58
Kac ......10, 12, 13, 14, 18, 22, 28, 39, 47, 48, 71, 77
Mori ........................................10, 12, 18, 44, 62, 75
Orlan……… ....9, 12, 13, 14, 16, 17, 18, 28, 43, 44,
48, 53, 62, 64, 75, 77
Piccinini ......................13, 18, 29, 43, 46, 64, 67, 68
Stelarc…….. ....7, 13, 14, 16, 17, 18, 25, 26, 32, 38,
43, 48, 60, 61, 71
Penseurs
Agamben ...................................... 31, 32, 42, 78, 81
Aristote......................................... 40, 41, 48, 49, 81
Canguilhem ........................................ 24, 36, 80, 85
Deleuze……… 6, 11, 13, 17, 20, 26, 41, 43, 46, 52,
55, 57, 63
Foucault ................................................... 33, 43, 77
Heidegger ........................................... 19, 31, 32, 78
Kant................................................................ 17, 31
Leibniz ........................................................... 39, 43
Nagel.................................................................... 50
Nietzsche.......................6, 17, 35, 59, 73, 79, 80, 81
Simondon ............................................36, 37, 41, 81
Sloterdijk.......................................11, 19, 23, 26, 28
Stiegler ................................................23, 25, 26, 35
Virilio............................................................. 61, 73
Planches en annexes
Pl. 1 ................................ 50, 51
Pl. 2 ...................................... 51
Pl. 3 ................................ 50, 51
Pl. 4 ...................................... 29
Pl. 5 ...................................... 29
Pl. 6 .......................... 10, 29, 58
Pl. 7 ................................ 29, 57
Pl. 8 ................................ 14, 28
Pl. 9 ...................................... 12
Pl. 10 .............................. 10, 12
Pl. 11 .................................... 77
Pl. 12 .................................... 62
Pl. 13 .................................... 75
Pl. 14 .............................. 44, 75
Pl. 15 .................................... 75
Pl. 16 .................................... 53
Pl. 17 .............................. 43, 75
Pl. 18 .............................. 14, 28
Pl. 19 ........................ 44, 64, 75
Pl. 20 ........................ 44, 53, 64
Pl. 21 .............................. 29, 64
Pl. 22 .................................... 68
Pl. 23 .............................. 29, 64
Pl. 24 ........................ 29, 43, 67
Pl. 25 .............................. 29, 67
Pl. 26 .............................. 67, 68
Pl. 27 .............................. 25, 26
Pl. 28 ........................ 17, 32, 43
Pl. 29 .............................. 17, 38
Pl. 30 .................................... 71
Pl. 31 .................................... 18
Pl. 32 .................................... 26
Pl. 33 .............................. 26, 49
Pl. 34 .................................... 70
Pl. 35 .................................... 52
Pl. 36 .................................... 65
Pl. 37...............................53, 74
Pl. 38...............................59, 70
Pl. 39.....................................54
Pl. 40.....................................75
Pl. 41.....................................62
Pl. 42.........................22, 71, 75
Pl. 43.....................................56
Pl. 44.....................................67
Pl. 45.....................................27
Pl. 46.....................................27
Pl. 48.....................................82
Pl. 49.........................55, 63, 70
Pl. 50.....................................59
Pl. 51.....................................16
Pl. 52.....................................26
Pl. 53.....................................82
Page 86 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Bibliographie1
Figures artistiques convoquées
Artistes Mutants
MATTHEW BARNEY
BARNEY, Matthew / Cremaster – http://www.cremaster.net
BARNEY, Matthew / Matthew Barney : the cremaster cycle – New York : Guggenheim Museum, 2002
GUGGENHEIM MUSEUM / Guggenheim Museum : Matthew Barney, the cremaster cycle –
http://www.guggenheim.org/exhibitions/past_exhibitions/barney/index.html
ANNE ESPERET
ESPERET, Anne / esperet.com – http://www.esperet.com
EDUARDO KAC
KAC, Eduardo / Eduardo Kac – http://www.ekac.org/
MARIKO MORI
BARRON, Stéphane / Mariko Mori – http://stephan.barron.free.fr/2/ballesta_mori/
DREAM MISTRESS / The dream experience – http://www.thedreamexperience.homestead.com/
GALERIE PERROTIN / Galerie Emmanuel Perrotin –
http://www.galerieperrotin.com/artiste_.php?id_=26&&nom_=Mariko+Mori&&dossier=Mariko_Mori
... / Mariko Mori : Exposition itinérante aux Etats-Unis et à Londres, entre mai 1998 et février 1999 – Chicago : Museum of
Contemporary Art, 1998
ORLAN
ORIACH, Stephan / Orlan , carnal art [D.V.D.] – Paris : CNC Images de la culture, 2005
ORLAN / Orlan – http://www.orlan.net/
... / Orlan : Carnal Art – http://www.film-orlan-carnal-art.com/
... / Orlan [Cédérom] : monographie multimedia – Paris : Jériko, 2000
... / Orlan – Paris : Flammarion, 2004
PATRICIA PICCININI
PICCININI, Patricia / Patricia Piccinini – http://www.patriciapiccinini.net
STELARC
STELARC / STELARC – http://www.stelarc.va.com.au/
Artistes évoqués
ANTUNEZ ROCA, Marcel Li / Marcel.Li Antunez Roca – http://www.marceliantunez.com/tikiwiki/tikiread_article.php?articleId=7
AZIZ&CUCHER / Aziz + Cucher – http://www.azizcucher.net/index_flash.html
COTTINGHAM, Keith / Keith Cottingham – http://www.kcott.com/index.html
AEROPLASTICS CONTEMPORARY / Robert Gligorov – http://www.aeroplastics.net/gligorov_updated/040906.html
IKAM, Catherine / Ubikam | Catherine Ikam, Louis Fléri – http://www.ubikam.fr/home.htm
LAWICK&MULLER / LawickMüller – http://www.lawickmueller.de/english/seiten/start.htm
LE PARC, Juan / Human Projet – www.multimania.com/juanleparc
1
Légende :
‘*’ : nous recommandons très fort
‘o’ : nous n’avons pas lu
Page 87 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
LEE, Daniel / Daniel Lee : manimals – http://www.daniellee.com
ZPIRA, Lukas / B0D e-ART : Body hacking & Mutations – http://www.body-art.net/
Artistes connexes
ART ORIENTE OBJET / AOo – http://artorienteobjet.free.fr/index2.html
BARRON, Stéphane / Technoromantisme – http://www.technoromanticism.com/
BEB DEUM / beb-deum – www.beb-deum.com/
BUL, Lee / Lee Bul – http://www.leebul.com/
BURSON, Nancy / Nancy Burson – http://www.nancyburson.com/index.html
BYBEE, Gérald / Bybee Studios – http://www.bybee.com/
CRITICAL ART ENSEMBLE / Critical Art ensemble – http://www.critical-art.net/
CHAUVEAU, Dalia / Agence de clonage – http://www.agencedeclonage.com/
DAIMLER CHRYSLER COLLECTION / Jane Alexander : Sculpture, collages –
http://www.collection.daimlerchrysler.com/contemporary/02_07_alexandergrosz/alexander_werkindex_e.htm
HESSE-HONEGGER, Cornelia / Cornelia Hesse-Honegger – http://www.wissenskunst.ch/index-en.php
KNIGHT, Nick / SHOWstudio – http://www.showstudio.com/
LA PORTA, Tina / Tina LaPorta : Net.works+avatars – http://www.heelstone.com/meridian/templates/laporta/
LAMBERT, Xavier / Xavier Lambert : l'art contemporain au risque du clônage – http://cerap.univparis1.fr/cerap/LIGNES/CONTE/clonage/artistes/lambert/xavierlambert.html
MENEZES, Marta de / Marta de Menezes – http://www.martademenezes.com/
MINH, Yann / YANN MINH : offical website – http://www.yannminh.com
PHOTOGRAPHY-NOW.COM / Motohiko Odani – http://fr.photographynow.com/artists/K16793.html?PHPSESSID=6d5c974cf68f5bcf2c931b33f235d91e
SUBROSA / CyberFeminism – http://www.cyberfeminism.net
SYMBIOTICA / Symbiotica : The art and science collaborative research laboratory – http://www.symbiotica.uwa.edu.au
TCA / The Tissue Culture & Art Project – http://www.tca.uwa.edu.au
VORN, Bill / Bill Vorn : Robotic Art – http://billvorn.concordia.ca/menuall.html
WARD, Chad Michael / Digital apocalypse Studios :The work of Chad MichaelWard – http://www.digitalapocalypse.com/
WIKIPEDIA / George Gessert [article wikipedia] – http://fr.wikipedia.org/wiki/George_Gessert
WOHLGEMUTH, Eva / Eva Wohlgemuth – http://evawohlgemuth.com/
YONILAB / YONI Lab – http://www.yonilab.org/
Expositions Clés
LAUSANNE (1992)
DEITCH, Jeffrey / Post Human – Lausanne : Musée d'Art contemporain, 1992
CENTRE POMPIDOU (1994)
... / Hors limites : l'art et la vie, 1952-1994... : exposition présentée du 9 novembre 1994 au 23 janvier 1995 – Paris : Centre
georges Pompidou, 1994
3E BIENNALE DE LYON (1995)
... / 3e Biennale d'art contemporain de Lyon : installation, cinéma, vidéo, informatique – Paris : RMN Lyon, 1995
WHITNEY MUSEUM (1995)
o ... / Foreign Body : corps étrangers – 1995
FESTIVAL ARS ELECTRONICA (1999)
ARS ELECTRONICA / Life Science – 1999 – http://www.aec.at/lifescience/
FRAC PACA (1999)
... / Mutations singulières – 1999
GALERIE NAVARRA (2000)
* RANC, Jacques / Le corps mutant – Paris : Galerie Enrico Navarra, 2000
EXPOSITION MAISON EUROPEENNE DE LA PHOTOGRAPHIE - PARIS (2002)
... / Festival @rtoutisders 2002 : "Bio-art, vie artificielle, Planète numérique, univers virtuel" – 2002 – http://www.artoutsiders.com/archives2/tekniart/root_all.htm
SYMPOSIUM SYMBIOTICA (2002)
SYMBIOTICA / The aesthetics of care ? – 2002 –
http://www.tca.uwa.edu.au/publication/THE_AESTHETICS_OF_CARE.pdf
EXPOSITION NANTES : LIEU UNIQUE (2003)
SOLINI, Patricia / L'art biotech' – Nantes : Filigranes éd., 2003
COLLOQUE MONTREAL (2004)
MONTREAL / Art et Biotech' : Colloque du 5 au 8 octobre 2004 – 2004 – http://www.colloquebioart.org/
FESTIVAL ARS ELECTRONICA (2005)
ARS ELECTRONICA / Hybrid – 2005 – http://www.aec.at/en/festival2005/
Page 88 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
Monographies
Le Corps-Mutant dans l’art
ARDENNE, Paul / L’image corps : figures de l’humain dans l’art du XXème siècle – Paris : Ed. du Regard, 2001
BAQUE, Dominique / Mauvais genre(s) : érotisme, pornographie, art contemporain – Paris : L’Harmattan, 2003
BUCI-GLUCKSMANN, Christine / L'art à l'époque du virtuel – Paris : Ed. du Regard, 2002,
CLAIR, Jean / L'âme au corps : arts et sciences, 1793-1993 – Paris : RMN, 1993
CONTE, Richard / L'art contemporain au risque du clonage – Paris : Publication de la Sorbonne, 2002
FONTCUBERTA, Joan / Volte face : à l'envers de la science, les leçons de l'histoire – Marseille : Images en manoeuvres,
2000
HEUZE, Dominique / Changer le corps? – Paris : La Musardine, 2000
LASCAULT, Gilles / Le monstre dans l'art occidental : un problème esthétique – Paris : Klincksieck, 2004
MEREDIEU, Florence de / Arts et nouvelles technologies : art vidéo, art numérique – Paris : Larousse, 2005
MIGLIETTI, Francesca Alfana / Extreme bodies : the use and abuse of the body in art – Milan (Italie) : Skira, 2003
MOURA, Leonel / Man + robots : symbiotic art – Villeurbanne : IAC, 2004
PANTELLINI ET STOHLER, Claudia et Peter / Body extensions : art, photography, film, comic, fashion – Stuttgard :
Arnoldsche, 2004
* PEARL, Lydie / Corps, art et société : chimères et utopies – Paris : L’Harmattan, 1998
PEARL, Lydie / Corps, sexe et art : dimension symbolique – Paris : L'Harmattan, 2001
* POISSANT / Art et biotechnologies – Saint-Étienne : Presses de l'Université de Saint-Étienne, 2005
... / Arts de chair – Bruxelles : La lettre volée, 1998
... / Becoming Animal : contemporary art in the animal kingdom – Massachusetts (USA) : MASS MoCA, 2005
... / Chimères – Arles : Actes Sud, 2003
... / Electric Body : le corps en scène – Paris : Cité de la Musique, 2002
... / Laboratoires : pour une expérience du corps : Damien Hirst, Fabrice Hybert, Kiki Smith, Patrick Van Caeckenbergh –
Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 1995
... / L'art au corps : le corps exposé de Man Ray à nos jours – Marseille : RMN, 1996
... / Le clonage d'Adam – Bruxelles : La lettre volée, 2001
o ... / Prométhée et le Golem – Bruxelles : La lettre volée, 2000
Littérature
ARTAUD, Antonin / Le théatre et son double – Paris : Gallimard, 1985
ARTAUD, Antonin / Pour en finir avec le Jugement de Dieu : émission radiophonique enregistrée le 28 novembre 1947 – Paris :
K éd., 1948
BACON, Francis / Nouvelle Atlantide [cir. 1627] – Paris : Flammarion, 1995
BALLARD, James Graham / La foire aux atrocités – Paris : Ed. Champ libre, 1976
BALZAC, Honoré de / Séraphîta [1835] IN : La comédie humaine : études philosophiques T. 11 – Paris : Gallimard, 1980
BECKETT, Samuel / L'innommable – Paris : Minuit, 2004
BULWER LYTTON, Edward George / La race à venir [1871] – Paris : Néo, 1987
CAPEK, Karel / R.U.R. [1921] – La Tour-d'Aigues : Ed. de l'aube, 1997
DANTEC, Maurice G. / Babylon Babies – Paris : Gallimard, 1999
DICK, Philip Kindred / Blade Runner – Paris : J'ai lu, 1985
ENGELIBERT, Jean-Paul / L'homme fabriqué : récits de la création de l'homme par l'homme – Paris : Garnier, 2000
FORD, Jeffrey / Physiognomony – Paris : J'ai lu, 2000
GIBSON, William / Neuromancien – Paris : La découverte, 1985
HOFFMANN, Ernst Theodor Amadeus / L'homme au sable [cir. 1816] – Paris : Flammarion, 2005
HOUELLEBECQ, Michel / La tentation d'une ile – Paris : Dilettante, 2003
HUGO, Victor / L'homme qui rit [1869] – Paris : Gallimard, 1987
* HUXLEY, Aldous / Le meilleur des mondes [1931] – Paris : Pocket, 1999
HUXLEY, Aldous / L'île [1962] – Paris : Pocket, 1999
IONESCO, Eugene / Rhinocéros – Paris : Gallimard, 1999
KAFKA, Franz / La métamorphose [1915] – Paris : Nathan, 1991
LOVECRAFT, Howard Philips / La couleur tombée du ciel [1927] – Paris : Gallimard, 2000
MACHINE, Philippe / Les post-humains – Paris : Ed. Baleine, 1998
MORRISON, Grant / New X-Men Vol. 1 : E comme extinction [BD] – ?? : Marvel France, 2005
OTOMO, Katsuhiro / Akira [BD] – Grenoble : Glénat, 1999
Page 89 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
ROUSSEL, Raymond / Locus Solus – Paris : Gallimard, 1963
SHELLEY, Mary Wollstonecraft / Frankenstein [1818] – Paris : Gallimard, 1992
SHIROW, Masamune / Ghost in the shell [BD] – Paris : Glénat, 1996
STERLING, Bruce / Schismatrice – Paris : Denoël, 1986
* STURGEON, Theodore / Les plus qu'humains [1953] – Paris : J'ai lu, 1983
VALERY, Paul / L'idée fixe : ou deux hommes à la mer IN : Œuvres complètes T.2 – Paris : Gallimard, 1960
VALERY, Paul / Notre destin et les lettres IN : Œuvres complètes T.2 – Paris : Gallimard, 1960
VAN VOGT, Alfred Elton / A la poursuite des Slans [1940] – Paris : J'ai lu, 1979
VILLIERS DE L'ISLE ADAM, Auguste de / L'Eve future [1883] – Paris : Gallimard, 2000
WELLS, Herbert Georges / L'ile du docteur Moreau [1896] – Paris : Gallimard, 1996
WILLIAMS, Walter Jon / Cablé – Paris : Denoël, 1987
Philosophie
* AGAMBEN, Giorgio / La communauté qui vient : théorie de la singularité quelconque – Paris : Ed. du Seuil, 1990
AGAMBEN, Giorgio / L'homme sans contenu – ??? : Circé, 1996
AGAMBEN, Giorgio / L'ouvert : de l'homme et de l'animal – Paris : Ed. Payot & Rivages, 2002
* ARISTOTE / La Métaphysique : Livre THETA – Paris : J. Vrin, 1970
BATAILLE, Georges / L'érotisme – Paris : Minuit, 1979
BAUDRILLARD, Jean / Simulacres et simulation – Paris : Galilée, 1981
BLOCH, Ernst / Le Principe Espérance : Tomes 1 et 2 – Paris : Gallimard, 1976
CAMUS, Albert / L'homme révolté – Paris : Gallimard, 1985
CANGUILHEM, Georges / Le normal et le pathologique – Paris : PUF, 1994
DELEUZE ET GUATTARI, Gilles et Félix / Capitalisme et schizophrénie : Mille Plateaux – Paris : Minuit, 1980
DIDI-HUBERMAN, Georges / L'image survivante : histoire de l'art et temps des fantomes selon Aby Warburg – Paris :
Minuit, 2002
FOUCAULT, Michel / Les mots et les choses – Paris : Gallimard, 1966
FUKUYAMA, Francis / La fin de l'homme : les conséquences de la révolution biotechnique – Paris : Table Ronde, 2002
HABERMAS, Jürgen / L’avenir de la nature humaine : vers un eugénisme libéral ? – Paris : Gallimard, 2002
LECOURT, Dominique / Humain post humain : la technique et la vie – Paris : PUF, 2003
LYOTARD, Jean-François / La condition post-moderne : rapport sur le savoir – Paris : Minuit, 2002
MICHAUD, Yves / Humain, inhumain, trop humain : réflexions sur les biotechnologies, la vie et la conservation de soi à partir de
l'oeuvre de Peter Sloterdijk – Castelnau-le-Lez : Climats, 2002
MULLER-LAUTER, Wolfgang / Nietzsche : Physiologie de la Volonté de Puissance – Paris : ed. Allia, 1998
NAGEL, Thomas / Quel effet cela fait, d'être une chauve-souris ? IN : Questions mortelles – Paris : PUF, 1983
NIETZSCHE, Friedrich / Ainsi parlait Zarathoustra : un livre qui est pour tous et qui n'est pour personne – Paris :
Gallimard, 1985
NIETZSCHE, Friedrich / Vérité et mensonge au sens extra-moral – Arles : Actes Sud, 1997
NIETZSCHE, Friedrich / Volonté de puissance [2 Tomes] – Paris : Gallimard, 1995
ONFRAY, Michel / Fééries anatomiques : généalogie du corps faustien – Paris : Grasset, 2003
SIMONDON, Gilbert / L'individu et sa genèse physico-biologique – Grenoble : Million, 1995
SLOTERDIJK, Peter / L'heure du crime et le temps de l'œuvre d'art – Paris : Calmann Lévy, 2000
SLOTERDIJK, Peter / Règles pour le parc humain : une lettre en réponse à la Lettre sur l'humanisme de Heidegger – Paris :
Mille et une nuits, 2000
STIEGLER, Bernard / La technique et le temps 1 : la faute d'Epiméthée – Paris : Galilée, 1994
STIEGLER, Barbara / Nietzsche et la biologie – Paris : PUF, 2001
VIRILIO, Paul / Ce qui arrive – [Arles] : Actes Sud, 2002
o VIRILIO, Paul / Crepuscular dawn – Los Angeles : Semiotext(e), 2002
VIRILIO, Paul / La procédure silence – Paris : Galilée, 2000
VIRILIO ET BAJ, Paul et Enrico / Discours sur l'horreur de l'art – Lyon : Ateliers de création libertaire, 2003
WAHL, Jean / Leçons d'introduction à la pensée de Heidegger : cours donné en Sorbonne de Janvier à Juin 1946 – Paris :
Librairie Générale française, 1998
... / Matrix : Machine philosophique – Paris : Ellipses, 2003
Anthropologie & sociologie
ANDRIEU, Bernard / Nouvelle philosophie du corps – Ramonville st agne : Ed. Erès, 2002
AUGE, Marc / Non-lieux : introduction à une anthropologie de la sur-modernité. – Paris : Seuil, 1992
BAUDIN, Henri / Le monstre 3 : les monstres dans la Science Fiction – Paris : Ed. Lettres Modernes, 1976
BAUDRY, Patrick / Le corps extrême : approche sociologique des conduites à risque – Paris : L’Harmattan, 1991
CASSIRER, Ernst / La philosophie des formes symboliques 2 : la pensée mythique – Paris : Minuit, 1972
Page 90 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
IBELINGS, Hans / Supermodernisme : l'architecture à l'ère de la globalisation – Paris : F. Hazan, 2003
KELMAN, Nic / Jeux vidéo : l'art du XXIe siècle – Paris : Assouline, 2005
o KLOCK, Geoff / How to read superhero comics and why ? – New York : Continuum, 2002
LE BRETON, David / Anthropologie du corps et modernité – Paris : PUF, 2005
* LE BRETON, David / L'adieu au corps – Paris : Métailié, 1999
MAUSS, Marcel / Les techniques du corps IN : Sociologie et anthropologie – Paris : PUF, 1950
o SAGAZAN, Olivier de / Le fantôme dans la machine – Angers : Presses Universitaires d'Angers, 2005
SERRES, Michel / Hominescence – Ed. Le Pommier, 2001
SUSSAN, Remi / Les utopies posthumaines : contre-culture, cyberculture, culture du chaos – Sophia Antipolis : Omniscience,
2005
Vulgarisation scientifique
DEBRE, Bernard / La grande transgression : l'homme génétiquement modifié – Neuilly : M. Lafon, 2000
DEBRU, Claude / Possible et biotechnologies – Paris : PUF, 2003
JACOB, François / La logique du vivant : une histoire de l'hérédité – Paris : Gallimard, 1981
KAHN ET PAPILLON, Axel et Fabrice / Le secret de la salamandre : la médecine en quête d'immortalité – Paris : NiL éd.,
2005
LE DOUARIN, Nicole / Des chimères, des clones et des gènes – Paris : O. Jacob, 2000
MENZEL ET D'ALUISIO, Peter et Faith / Une espèce en voie d'apparition : Robo sapiens – Paris : Ed. Autrement, 2001
PRACONTAL, Michel de / L'homme artificiel : golems, robots, clones, cyborgs – Paris : Denoël, 2002
ROSNAY, Joël de / L'homme symbiotique : regards sur le troisième millénaire – Paris : Seuil, 2000
* ... / Les avatars du gène : la théorie néo-darwinienne de l'évolution – Paris : Ed. Belin, 1997
Revues et Littérature grise
Articles en ligne
ARTE / Vibration : Art Mutant – 04/07/2003 – http://www.arte-tv.com/fr/artmusique/tracks/Emission_20du_2004_20juillet_202003/Vibration_20-_20Art_20Mutant/392204.html
ARTE / Vibration : Art Biotech – 30/10/2003 – http://www.arte-tv.com/fr/artmusique/tracks/De_20A_20_C3_A0_20Z/392382.html
BROWAEYS, Dorothée Benoit / Observatoire de la génétique No 10 : l'art biotechnologique ou quand l'art se fait chair –
mars-avril, 2003 – http://www.ircm.qc.ca/bioethique/obsgenetique/zoom/zoom_03/z_no10_03/zi_no10_03_1.html
COMMISSION EUROPEENNE / RDT Info, numéro spécial : Art biotechnologique : Les arcanes d'un art mutant – mars04 – http://europa.eu.int/comm/research/rtdinfo/special_as/article_814_fr.html
DASILVA, Edgar / Electronic Journal of Biotechnology, Vol. 7, No. 2 : "Art, biotechnology and the culture of peace" – aout
2004
GESSERT, George / Art and Genetics Bibliography – janv-05 – http://mitpress2.mit.edu/ejournals/Leonardo/isast/spec.projects/art+biobiblio.html
KLOCK, Geoff / Reconstruction, Vol 4, No 3 : "X-Men, Emerson, Gnosticism" – été 2004 –
http://www.reconstruction.ws/043/Klock/Klock.html
LAFLER, Janet / I'm a cyborg and I love it – 22/01/2001 –
http://www.salon.com/tech/feature/2001/01/22/cyborg/index.html
LAMBERT, Xavier / Manifeste pour un corps sans bords –
http://www.robertredeker.net/accueil_textesd_amis_xavierlambert,lecorps.htm
LE BRETON, David / Obsolescence contemporaine du corps – http://www.body-art.net/v5.0/Kortext/DLBtxt3fr.html
WARWICK, Kevin / Wired Vol 8, No 2 : "Cyborg 1.0 " – Fev 2000 – http://wiredvig.wired.com/wired/archive/8.02/warwick.html?pg=1&topic=&topic_set=
Mémoires
o MERCIER, Philippe / Influences de la révolution biotechnologique dans l'art contemporain – Paris : Université Paris 8, 2003
ROURE, Cyril / Le devenir humain à l'ère des biotechnologies – Aix en Provence : Université Aix 1, Dpt Arts Plastiques,
2004
Revues
SHAVIRO, Steven / Art Forum, Vol 42, No 5 : "Genetic disorder" (p.42) – Bielefeld : Kerber Verl., janv-04
LOUPPE, Laurence / Art Press No 209 :"Danse : corps hybrides" (p.54 sq) – Paris : Art Press, janv-96
Page 91 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
BOULBES, Carole / Art Press No 240 :"De l'incongruité du portrait cyberréaliste" (p.31 sq) – Paris : Art Press, nov-98
HEARTNEY, Eleanor / Art Press No 256 :"Mariko Mori : à la recherche du Paradis perdu" (p.36sq) – Paris : Art Press,
avr-00
CIRET, Yann / Art Press No 270 :"Body sample ou les mutations du corps" (p.27 sq) – Paris : Art Press, juil-01
... / Art Press No 276 : Art bio(techno)logique (p. 37 sq) – Paris : Art Press, Fev 2002
KIM, Seung-Duk / Art Press No 279 :"Lee Bul : les deux corps de l'artiste" (p.18sq) – Paris : Art Press, mai-02
... / Bloc-Notes No 14 – Paris : Jan-Fev 1997
... / Dits No 1 : L'hybride – Hornu : le Grand Hornu musée d'art contemporain, sept-02
... / Figures de l'art No 6 : Anges et chimères du virtuel – Pau : Pub. de l'université de Pau, 2001/2002
HAUSER, Jens / Figures de l'art No 8 : "Derrière l'Animal l'Homme? Altérité et parenté dans l'art biotech' " – Pau : Pub. de
l'université de Pau, 2003/2004
LAFARGUE, Bernard / Figures de l'art No 8 : "Dans l'œil de la bête" (p.13 sq) – Pau : Pub. de l'université de Pau,
2003/2004
* ... / Kunstforum No 157 : Transgene Kunst, Klone und Mutanten : Teil I – Ruppichteroth : Kunstforum, nov-01
* ... / Kunstforum No 158 : Transgene Kunst, Klone und Mutanten : Teil II – Ruppichteroth : Kunstforum, janv-02
RAMONET, Ignacio / Le monde diplomatique No 557 : "Pokemon" (p.1) – Paris : Le Monde diplomatique, août-00
... / Le nouvel observateur : Hors-série No 59 : Les utopies d'aujourd'hui – Paris : Le nouvel observateur, Juil-Aout 2005
FAVEREAU, Eric / Libération : [Rencontre avec Henri Atlan] : L'utérus artificiel, un pas de plus vers la séparation totale entre
sexualité et procréation – Paris : Libération, 02/04/2005 –
http://www.protestants.org/textes/bioethique/ectogenese.htm
DAUBNER, Ernestine / Parachute No 105 : "Manipulating genetic identities : the creation of chimeras, cyborgs, and (cyber)golems"
(p.84 sq) – Montréal : Ed. Parachute Publications, 1er trimestre 2002
... / Pour la science HS : L'évolution – Paris : Société pour la science, janv-97
DRAYNA, Denis / Pour la science No 337 : "Les mutations fondatrices" (p.35 sq) – Paris : Société pour la science, nov-05
... / Quasimodo No 5 : art à contre-corps – Montpellier : Association Osiris, printemps 1998 – http://www.revuequasimodo.org/
LIOTARD, Philippe / Quasimodo No 6 : "Fiction de l'étranger : le corps soupçonné" (p. 61 sq) – Montpellier : Association
Osiris, Printemps 2000 – http://www.revue-quasimodo.org/
... / Quasimodo No 7 : Modifications corporelles – Montpellier : Association Osiris – http://www.revue-quasimodo.org/
... / Reconstruction, Vol 4, No 3 : Post Humanous – ete 2004 – http://reconstruction.eserver.org/043/TOC.htm
COURNOT, Alice / Revue d'esthétique No 40 : "le 'devenir-animal' chez Gilles Deleuze" (p.89 sq) – Paris : Ed. Jean-Michel
Place, 2001
... / Sciences et avenir No 709 : la nouvelle histoire de l'homme – Paris : Sciences et avenir, mars-06
... / Sciences et avenir HS No 124 : La finalité dans les sciences : le sens de la vie – Paris : Sciences et avenir, Oct-Nov 2000
??? / Science et Vie No 1042 : "Les super héros sont les enfants de la science" (p.141 sq) – Paris : Excelsior Pub., juil-04
Sites Web
Arts et Technologies
AEC / Festival Ars Electronica – http://www.aec.at/en/
ASCI / Art and Science collaborations, Inc : service tot the art-sci community since 1988 – http://www.asci.org
AUSTRALIA COUNCIL FOR THE ARTS / Adelaide Festival of Art – http://www.adelaidebiennial.com/
GENOMIC ART / Paradise now : picturing the genetic revolution – http://www.genomicart.org/pn-home.htm
OLATS / Observatoire Leonardo des arts et des technociences – http://www.olats.org/
UNIVERSITE DU QUEBEC / Corps + machine : crisement d'art de technlogie et de pédagogie : référents culturels –
http://www.corps.machine.uqam.ca/frameset/mediagraphie.html
WEST, Ruth / Genetics and Culture: From Molecular Music to Transgenic Art – http://www.viewingspace.com/geneticsculture.htm
YLEM / Artists using science and technology – http://www.ylem.org/
... / Transfert.net, société de l'information : l'art biotech – 2003 – http://www.transfert.net/d52
... / Digital Organik 3 – http://www.digital-organik.com/
... / Transhumanist Arts – http://www.transhumanist.biz/
Manifestes
CYBORG
HARAWAY, Donna / A Cyborg Manifesto: Science, Technology, and Socialist-Feminism in the Late Twentieth Century – 1991
– http://www.stanford.edu/dept/HPS/Haraway/CyborgManifesto.html
ART SYMBIOTIQUE
Page 92 sur 94
Master 2 : Dessine moi un mutant… / P. Krajewski – Aix, 2006
MOURA, Leonel / Symbiotic Art Manifesto – 2004 – http://www.lxxl.pt/artsbot/
EXTROPIC ART
VITA MORE, Natasha / Extropic Art Manifesto of Transhumanist Arts – 2002 –
http://www.transhumanist.biz/extropic.htm
TRANSHUMANISM ART
VITA MORE, Natasha / TRANSHUMANIST ARTS STATEMENT – 2003 –
http://www.transhumanist.biz/transhumanistartsmanifesto.htm
TRANSHUMANISM
WORLD TRANSHUMANIST ASSOCIATION / La Déclaration transhumaniste – 2003 –
http://www.transhumanism.org/index.php/WTA/more/148/
WORLD TRANSHUMANIST ASSOCIATION / The Transhumanist Declaration (english version) – 2002 –
http://www.transhumanism.org/index.php/WTA/declaration/
MUTANT
... / Manifeste des mutants – ?? – http://lesmutants.site.voila.fr/manifeste.htm
... / Mutant manifesto (english version) – ?? – http://lesmutants.site.voila.fr/mutationenglish.htm
Penseurs
BOSTROM, Nick / Nick Bostrom's home page – http://www.nickbostrom.com/
MORAVEC, Hans / Hans Moravec : Mobile robots since 1963 – http://www.frc.ri.cmu.edu/~hpm/
MORE, Max / Max More.com : strategic philosopher – http://www.maxmore.com/
NATIONAL SCIENCE FOUNDATION / Converging technologies for improving human performance : Nanotechnology,
biotechnology, information technology and cognitive sciences (aka : Rapport NBIC) – juin-02 –
http://www.2100.org/Nanos/NSF.pdf
SLOTERDIJK, Peter / Sloterdijk_net – http://www.petersloterdijk.net/index.html
VITA MORE, Natasha / Natasha Vita-More – http://www.natasha.cc/
WIKIPEDIA / Donna Haraway [article wikipedia] – http://en.wikipedia.org/wiki/Donna_Haraway
Trans-humanisme
BROCKMAN, John / Edge – http://www.edge.org/
CENTER FOR GENETICS AND SOCIETY / human genetic in the public interest : art and popular culture –
http://www.genetics-and-society.org/analysis/popular.html
IEET / Institute for ethics and emerging technologies – http://ieet.org/
IRCM / L'observatoire de la génétique – http://www.ircm.qc.ca/bioethique/obsgenetique/
JETPRESS / Journal of evolution and technology – http://www.jetpress.org/
* LA SPIRALE / La spirale.org : digital mutant e-zine – http://www.laspirale.org/
SUSSAN, Remi / Les Utopies posthumaines – http://www.utopies-posthumaines.com
WIKIPEDIA / posthumanism [article wikipedia] – http://en.wikipedia.org/wiki/Posthumanism
WIKIPEDIA / transhumanism [article wikipedia] – http://en.wikipedia.org/wiki/Transhumanism
WORLD TRANSHUMANIST ASSOCIATION / Transhumanist Artists and Writers –
http://transhumanism.org/index.php/WTA/arts/
WORLD TRANSHUMANIST ASSOCIATION / World Transhumanist Association : for the ethical use of technology to
extend human capabilities – http://www.transhumanism.org/index.php/WTA/index/
... / Better Humans – http://www.betterhumans.com/
... / CRN : Center for responsible nanotechnology – http://www.crnano.org/
... / Cyborg Democracy – http://cyborgdemocracy.net/
... / EXI : Extropy Institute – http://www.extropy.org/
... / Foresight Nanotech Institute : advancing beneficial nanotechnology – http://foresight.org/nanodot/
... / P2H : perspectives post humaines – http://www.post-humain.org/
... / Singularity Institute for artificial intelligence – http://www.singinst.org/
Page 93 sur 94
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising