Les Vosges dans la Grande Région

Les Vosges dans la Grande Région
v sges
L e m a g a z i n e d e l a C C I d e s Vo s g e s
Vosges Économiques - N°35 - Décembre 2013
éco
dossier
Les Vosges dans
la Grande Région
coup de projecteur
Des outils financiers
pour favoriser
le développement des PME
Vosgiennes
événemenT
Le Pacte Lorraine :
une opportunité pour votre entreprise ?
www.vosges.cci.fr
Un crédit vous engage et doit être remboursé.
Vérifiez vos capacités de remboursement avant
de vous engager.
2
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
Banque Populaire Lorraine Champagne, société anonyme coopérative à capital variable – 3 rue François de Curel - 57000 Metz - 356 801 571 RCS Metz - ORIAS n°07 005 127. Création : Lotus Bleu
prêt AUtO - MOtO
pilOtez
VOS éMOtiOnS
édito
L
es Vosges comptent !
Vue des Vosges, la Grande Région
semble lointaine. J’ai souhaité
vous la faire mieux connaître.
Souvent perçue comme un projet
de territoires frontaliers, éloignés,
cette communauté se définit
pourtant elle-même comme la
réunion de 5 régions : la Wallonie,
le Luxembourg, la RhénaniePalatinat, la Sarre et… la Lorraine.
Les Vosges font bel et bien partie
de la Lorraine ! Ne l’oublions pas.
Nous sommes prompts à regretter
que les décisions prises, les crédits
affectés, les projets structurants
fassent la part belle au nord de
notre région. Mais si nous sommes souvent moins bien lotis
- quand nous nous ne sommes pas purement et simplement
oubliés - c’est peut-être parce que nous ne sommes pas assez
engagés, pas assez visibles, pas assez audibles.
Impliquons-nous ! Soyons positifs. Les Vosges comptent !
Elles ont des atouts à faire valoir. Donnons de la visibilité à
notre département et à ses entreprises. Elles apportent déjà
énormément à la Lorraine et à la Grande Région, comme le
montre le dossier de ce magazine. Et elles reçoivent aussi
beaucoup, même si ce n’est jamais assez. Le Pacte Lorraine
signé récemment à Matignon est doté de 300 millions d’euros.
C’est une opportunité pour nos entreprises d’accélérer leur
développement. La CCI est à leur côté pour les aider à monter
et présenter rapidement des dossiers. Soyons acteurs, il n’y a
pas de temps à perdre !
Gérard Claudel
Président de la CCI des Vosges
sommaire
Coup de projecteur
4 - Des outils financiers pour favoriser le
développement des pme vosgiennes
FLASH INFO
6 - L’actualité de votre CCI
innovation
13 - RDI : un réseau de développement pour l’innovation
Les vosges dans la GRANDE RÉGION
16 - La grande région
18 - Un atout pour les Vosges
20 - Quand les Vosges font la différence !
22 - Les conditions d’un développement
harmonieux
24 - Le Pacte Lorraine
Rencontres
29 - Philippe Virtel, pour un transport combiné rail-route
30 - Nicolas Claudel, la Grande région : une clientèle naturelle
31 - Yves Bailly, mutualiser et innover
32 - Karl Gedda, le poids des liens industriels
ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES
35 - Ces salons qu’il ne fallait pas manquer
36 - Biennale européenne de la montagne
38 - Une équipe commerciale au plus près des entreprises
VIE DES CLUBS
40 - L’association EGEE recrute
41 - Club de l’économie numérique : intégrer
les réseaux sociaux dans ses démarches commerciales
agenda
42 - La CCI vous donne rendez-vous
VOSGES ÉCONOMIQUES - Publication de la Chambre de Commerce et d’Industrie des Vosges
CCI des Vosges : 10 rue Claude Gelée - 88026 Épinal Cedex
- Fax : 03 29 64 01 88
E-mail : cci@vosges.cci.fr - Site Internet : www.vosges.cci.fr
Directeur de la publication : Sylvain Jacobée
Rédacteur en chef : Cyrille Thiéry
Comité de rédaction : Irina Canton, David Cherrière, Patrick Coignus, Sandra Cramaro,
Françoise Ducotey, Laurent Duvic, Julie Genest, Lynda Lassal, Nadine Lauperrin,
Élisabeth Lombard, Murielle Nourdin, Karla Perrin, Guillaume Rebière, Fabienne Rochet,
Catherine Schneider, Michel Szternberg, Cyrille Thiéry, Sylvain Zygmaniak.
Crédits photos et illustrations : CCI des Vosges, Fotolia, Brice Challamel, Pascal Bodez
Dépot légal : 1636-080X
www.vosges.cci.fr
Conception graphique et régie publicitaire : Vega communication - 03 29 82 09 61
Impression : Groupe Socosprint
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
3
coup de projecteur
Des outils financiers pour
favoriser le développement
des PME Vosgiennes
d’exploitation). En un an, 36 prêts ont été accordés
par la CCI pour un montant total de 631 Ke qui
ont permis à nos entreprises vosgiennes de réaliser
environ 5,6 Me d’investissements. Au vu de ces
résultats encourageants, le fonds a été doublé pour
atteindre 2 Me.
AliZé® : un dispositif original
Un an après avoir lancé Coup de pouce
TPE-PME, la CCI des Vosges renforce
ce fonds avec 1M€ supplémentaire.
Dans le même temps, elle s’implique
dans la mise en œuvre d’AliZé® Vosges,
un dispositif de soutien financier doublé
d’un apport en compétences.
L
Informations et contact :
Élisabeth LOMBARD
Tél. 03 29 33 88 88
elombard@vosges.cci.fr
4
’accès au crédit est un obstacle à l’investissement pour de nombreuses entreprises. Les
PME ont de plus en plus de mal à financer
leur développement. C’est pourquoi la CCI des
Vosges a lancé il y a un an Coup de pouce PMETPE. Ce prêt à taux zéro, d’un montant compris
entre 15ke et 25Ke, est destiné à jouer un effet de
levier auprès des banques dans le financement d’un
projet de développement. Pour y prétendre, l’entreprise doit avoir un réel projet de développement
et répondre aux critères financiers exigés par la
CCI (fonds propres positifs, résultat net du dernier
exercice positif et au moins un résultat positif sur
les deux précédentes années, idem pour le résultat
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
En plus d’une aide financière, AliZé® c’est aussi
la mise à disposition gratuite des compétences
d’entreprises et d’organismes locaux en faveur des
PME du département pour les accompagner dans
leur projet de développement et favoriser la création d’emplois.
L’aide financière prend la forme d’un prêt à taux
zéro de l’ordre de 12Ke à 20Ke et d’une durée
de 3 ans maximum. À l’instar de Coup de pouce
TPE-PME, l’effet de levier est obligatoire. L’objectif est de faciliter et compléter un financement
bancaire (obligatoire). La mise à disposition de
compétences est de 3 à 4 jours/homme par projet
en moyenne mais étalés sur 18 mois. L’intervention est possible dans tous les domaines de la vie
de l’entreprise selon ses besoins (organisation,
gestion de la production, développement commercial, démarche environnementale, ingénierie
des ressources humaines, gestion financière etc.)
De nombreux partenaires sont impliqués dans cet
accompagnement : la BPLC, la CDC, le Comité
local des Banques, EDF, Faurecia, le FNADT, Garett, Goldis, l’INPI, Lactalis, le Nappage, l’Ordre
des Experts comptables, le Réseau entreprendre,
O.R.P. (Alliance Healthcare).
Là encore, pour bénéficier du dispositif, l’entreprise doit respecter un certain nombre de critères :
PME/PMI indépendante, du secteur de l’industrie ou des services aux entreprises avec un
effectif inférieur à 250 salariés et un chiffre
d’affaires de 50Me maximum,
inscrite au Registre du commerce et des sociétés
des Vosges (RCS) depuis 3 ans ou plus,
Présentant un projet de développement
construit et créateur d’emplois (minimum 3
dans les 3 ans),
n’ayant pas de financement en cours par une
PFIL ou tout autre dispositif financé par la
Caisse des dépôts et consignation.
coup de projecteur
Rencontre avec Didier Destouches, Président de la SAS Le Nappage à Granges-sur-Vologne.
Le Nappage (s’) investit
Depuis sa reprise en 1993, la société s’est considérablement développée. Passée
de 40 salariés à 105 aujourd’hui, elle fait partie des 8 premières sociétés en Europe
dans la décoration de la table en article à usage unique (nappes et serviettes en
papier, assiettes en carton etc).
Comment êtes-vous entré dans le dispositif AliZé ?
J’ai eu écho de ce dispositif par la CCI des Vosges lors
d’un de nos projets d’investissements. J’ai été rapidement séduit car il s’inscrit complètement dans notre
logique.
®
Pour quelles raisons avez-vous décidé que Le Nappage consacre gracieusement du temps à d’autres
dirigeants sous la forme de journées en compétences ?
L’économie de demain n’est pas uniquement l’apanage
des grands groupes nationaux ou internationaux. Elle
se fera grâce à une multitude de petites sociétés dans
les services ou l’industrie, profondément ancrées dans
le tissu économique local, et qui peuvent travailler en
réseau. Nous avons accumulé une expérience et des
compétences que nous souhaitons faire partager, par le
biais d’AliZé®, à des entrepreneurs qui veulent investir.
En tant que président du comité d’agrément AliZé®
Vosges, quelles sont vos attentes ?
Le dispositif doit disposer de journées en compétences
et d’apports financiers suffisants pour aider les entreprises sur le long terme. J’espère que, dans quelques
années, AliZé® s’intègrera dans le paysage vosgien,
non pas uniquement à partir de conventions de revitalisation, mais aussi par sa réussite dans le développement d’un contexte économique favorable à la création
d’emplois.
“
Dans quelques
années, AliZé®
s’intégrera dans le
paysage vosgien
“
Quels ont été vos principaux axes stratégiques pour
aboutir à une telle croissance?
Nous avons quitté le domaine de la sous-traitance pour
vendre directement nos marques. Nous avons mis près
de vingt ans pour complètement nous transformer. Cela
s’est traduit par des investissements continus et conséquents : 15 M€ entre 2007 et 2013. Notre stratégie est
d’investir chaque année dans notre usine de Granges et
de nous développer aussi par croissance externe.
Rencontre avec Thierry Janes,
gérant avec son frère de la scierie Janes Bois et de Janes Timber.
De la grume aux produits finis
Quel projet de développement avez-vous pour Janes
Timber ?
L’ouverture d’un magasin d’usine pour la présentation
et la mise en avant des produits conçus par l’entreprise ; nous souhaitons développer le tourisme industriel grâce à la présence sur un même site à la fois d’une
scierie mais aussi d’une menuiserie : de la grume au
produit fini.
Que pensez-vous des dispositifs d’accompagnement
à l’investissement tels que Coup de pouce TPEPME ?
Ils sont indispensables car l’accès au crédit bancaire
est de plus en plus difficile. C’est un magnifique effet
de levier. Utiliser les fonds disponibles et les réinjecter
dans les entreprises, c’est une excellente idée !
Les banques refusaient-elles de vous financer ?
Non, il n’y avait pas de refus caractérisé mais un accès
difficile avec des taux très élevés au départ. Ce dispositif nous a permis d’obtenir un allégement de nos
échéances tout en évitant d’engager une caution supplémentaire.
A-t-il été facile d’obtenir ce soutien de la CCI des
Vosges ?
Oui, ça a été facile. L’accès au dossier et les explications ont été bien plus simples que pour d’autres dossiers dont la complexité est parfois un frein. Et l’accord
nous a été donné rapidement. C’est appréciable.
“
Utiliser les fonds
disponibles et les
réinjecter dans les
entreprises, c’est
une excellente idée !
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
“
Au côté de la scierie Janes Bois, Janes Timber se concentre sur la seconde
transformation à destination des particuliers pour des produits sur mesure que les
grandes surfaces de bricolage ne proposent pas forcément. L’entreprise propose
également des produits techniques pour les professionnels de la menuiserie et haut
de gamme pour les aménagements extérieurs (bardage, lames de terrasses) ainsi
que les produits “Cavinwood” en bois massif pour le stockage de bouteilles.
5
flash info
international
Wilkommen, bienvenue, welcome
Le guide Les Vosges Mode d’emploi est un outil de séduction, réalisé pour
donner envie de s’installer dans notre beau département. Il s’adresse aux
candidats en cours de recrutement dans les Vosges, comme à tous ceux qui,
venant d’ailleurs, souhaitent s’y investir, créer une activité ou reprendre une
entreprise. Lancé en décembre 2012 par le Conseil Général et la Chambre
de Commerce et d’Industrie des Vosges, ce guide est un véritable portrait
économique, culturel, et géographique du département. Il est rédigé de
manière à séduire toute la famille.
Il vise désormais l’international et est disponible en versions allemande et
anglaise.
LIVRET_VD-CCI_LesVosges_Allemand.indd 2
formation
CQP vendeur-conseil
en négoce des matériaux
de construction
Ce Certificat de Qualification Professionnelle est conçu par et pour
les professionnels du négoce de matériaux de construction. Il est
décerné par la Fédération Nationale des Matériaux de Construction.
La CCI des Vosges propose cette formation qualifiante aux jeunes
en contrat de professionnalisation et aux salariés bénéficiant d’une
période de professionnalisation.
Elle est ouverte à toutes les entreprises du négoce appliquant la
convention collective n°3154 (quel que soit le n° de leur code APE).
© Fotolia
DEPARTMENT OF VOSGES USER MANUAL
© Fotolia
Contact : Cyrille THIÉRY
Tél. 03 29 33 88 88 - cthiery@vosges.cci.fr
DIE VOGESEN - EIN LEITFADEN EMPLOI
07/10/13 12:27
LIVRET_VD-CCI_LesVosges_Anglais.indd 2
formation
Des formations
langues à la carte
Cours collectifs, individuels, en entreprise ou par téléphone, la CCI
a la solution qui vous permet de vous former, vous perfectionner
en anglais, allemand, espagnol, italien et français langue étrangère.
Après un test d’évaluation de votre niveau, la formation est organisée
en fonction de vos exigences et de vos contraintes professionnelles.
Le contenu est adapté à vos objectifs : acquérir les compétences
nécessaires pour orienter des appels téléphoniques, accueillir des
transporteurs étrangers, assurer le premier accueil pour des services
d’urgences médicales, faire un exposé technique, présenter des
chiffres, des statistiques, etc.
La durée, le rythme, le calendrier et les contenus sont adaptés au
stagiaire et lui garantissent une progression rapide.
Quel que soit votre niveau, quels que soient vos objectifs, nous
étudions votre demande pour vous apporter une réponse sur mesure.
Le Centre d’Études de Langues de la CCI des Vosges forme les
chefs d’entreprises vosgiens depuis plus de 30 ans. Le réseau
des CEL regroupe plus de 100 centres de langues dans toute la
France et constitue le plus gros opérateur de formation en langues
étrangères pour adultes. Cette expérience unique est confortée
par l’agrément pour les sessions publiques du TOIEC (Test of
English for International Communication) obtenu en 2012.
De fin janvier à fin novembre 2014
• 497 heures réparties sur 10 mois par module de 35 heures en centre.
• Possibilité de 28 heures supplémentaires pour l’obtention des CACES 3-5.
• Lieu de formation : CCI des Vosges à Épinal
• Financement : possibilité de prise en charge par le biais de votre OPCA.
Contact : Murielle Nourdin
Tél. 03 29 33 88 88 - mnourdin@vosges.cci.fr
6
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
05/09/13 16:29
Contact : Karla Perrin
Tél. 03 29 33 88 88 - kperrin@vosges.cci.fr
NOUVELLE BMW X5.
NOUVELLE BMW X5.
La Nouvelle BMW X5 révolutionne une fois encore les standards de l’automobile.
Au-delà de son design aux courbes inimitables, découvrez son intérieur luxueux, ses 7 places et
profitez d’une habilité incomparable.
Nouvelle
BMW X5sont
révolutionne
encore les
standards
de l’automobile.
ALa
bord,
vos voyages
toujours une
plusfois
agréables
grâce
à ses technologies
intelligentes dont la
Au-delà
de
son
design
aux
courbes
inimitables,
découvrez
son
intérieur luxueux, ses 7 places et
fonction Park Assist vous permettant de réussir tous vos
profitez d’une
habilité
incomparable.
créneaux
de manière
entièrement
automatisée.
Et avec des émissions de seulement 149g de CO²/km, votre plaisir de conduire ne peut qu’être
A bord, vos voyages sont toujours plus agréables grâce à ses technologies intelligentes dont la
absolu.
fonction Park Assist vous permettant de réussir tous vos
créneaux de manière entièrement automatisée.
Et avec des émissions de seulement 149g de CO²/km, votre plaisir de conduire ne peut qu’être
absolu.
THE BOSS IS BACK.
THE BOSS IS BACK.
BMW PRÉ DROUÉ
rue Nicolas Barry 88150 CHAVELOT - Tél. 03 29 31 35 34 - Fax. 03 29 31 03 76
www.predroue.bmw.fr
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
7
flash info
BUDGET
Maîtriser vos dépenses
énergétiques
Vos factures de chauffage, d’électricité, d’eau sont des postes
importants mais nécessaires à la vie de votre entreprise. Ne peuventelles pas être revues à la baisse en adoptant des gestes simples ou en
engageant quelques menus travaux d’amélioration ?
La CCI des Vosges vous propose de réaliser gratuitement un
pré-diagnostic énergétique de vos locaux pour cibler les postes
d’économies potentielles par :
une visite de votre établissement
un contrôle par caméra thermographique
un bilan énergétique
Contact : Sylvain Zygmaniak
Tél. 03 29 33 88 88 - szygmaniak@vosges.cci.fr
écologie
Diagnostic
développement durable
pour les commerces
Le développement durable est une préoccupation majeure des chefs
d’entreprises. Pour les commerces, la CCI des Vosges propose des
diagnostics développement durable simplifiés.
Un premier rendez-vous permet de réaliser un état des lieux de la
situation actuelle, au regard des enjeux du développement durable.
La CCI des Vosges vous accompagne ensuite dans la mise en œuvre
de votre démarche. Elle établit un dossier avec des informations et
des préconisations d’actions à mettre en place.
Pour le commerçant membre de la charte qualité, cette action sera
valorisée sur le site www.vosges-qualite.fr mettant en avant son
investissement dans le domaine du développement durable.
Il bénéficiera également d’une vitrophanie précisant sa spécificité :
commerçant labélisé charte Qualité “sensible au développement
durable”.
Contact : David Cherrière
Tél. 03 29 33 88 88 - dcherriere@vosges.cci.fr
économie
Fonds Lorrain de
Consolidation
Géré par l’Institut lorrain de consolidation (ILP), le Fonds Lorrain
de Consolidation (FLC) est un Fonds d’investissement public/
privé destiné à renforcer les fonds propres des PME régionales
ayant de bons fondamentaux mais fragilisées par des difficultés
conjoncturelles. Il peut également, au cas par cas, intervenir pour
accompagner au terme d’un dépôt de bilan, la reprise en plan
de cession par une entreprise reconnue du secteur d’activité (en
majoritaire).
En moins de 3 ans, le FLC a d’ores et déjà accompagné 13
entreprises et contribué à pérenniser près de 750 emplois en
Lorraine.
Dans les Vosges, le FLC compte en particulier comme actionnaire
la Chambre de commerce et d’industrie des Vosges, qui constitue
une porte d’entrée naturelle pour le solliciter.
Contact : ILP / FLC
Tél. 03 87 75 93 50
APPELS D’OFFRES
Les marchés publics
de la CCI
Consultez les appels d’offres publiés par la CCI des Vosges en accédant gratuitement
à la Place de marché interministérielle. Consultez rapidement nos dossiers et
transmettez votre offre par Internet sur www.vosges.cci.fr, rubrique Accès directs
et services en ligne.
Contact : Catherine Schneider
Tél. 03 29 33 88 88 - cschneider@vosges.cci.fr
8
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
flash info
business
Location de bureaux au Centre d’affaires d’Épinal
Un rendez-vous d’affaires avec vos clients ou vos fournisseurs ?
Une réunion avec des collègues venus de Paris ? Vous cherchez un
espace professionnel tout équipé et proche des services dont vous
avez besoin ?
À Épinal, dans son Centre d’affaires, la CCI des Vosges vous propose
des bureaux avec tous les avantages d’un bureau fixe pour profiter au
moment où vous en avez besoin d’un environnement de travail équipé
et connecté, directement accessible depuis les quais de la gare.
Les salles équipées du Centre d’affaires vous offrent les conditions
optimales pour organiser une réunion confortable.
Bureaux
½ journée de location
Journée de location
1 semaine de location
1 mois de location
33.00 € TTC
50.00 € TTC
198.00 € TTC
660.00 € TTC
Salle
Surface
Nb. de places
1/2 journée
Journée
Contact : Sylviane Colonna
Tél. 03 29 33 88 88 - scolonna@vosges.cci.fr
1
2
3
4
25m2
45m2
74m2
150m2
18 à 30
32 à 56
44 à 130
80 à 200
66 € TTC
88 € TTC
132 € TTC
264 € TTC
110 € TTC
132 € TTC
220 € TTC
440 € TTC
internet
actualité
Achetez malin, achetez
local sur
www.achat-vosges.com
Décollage immédiat
d’Épinal-Mirecourt pour
Dacia !
L’e-commerce est un domaine très porteur et la CCI des Vosges l’a bien
compris en lançant en 2010 le portail achat-vosges.
Achat-vosges.com vous permet de bénéficier d’un site web à partir
de 15e HT par mois et d’un un site e-commerce à compter de 35€
HT par mois. Cette année, pour anticiper la période d’achats de Noël,
les adhérents ont proposé à leurs clients de nombreux bons plans,
réductions et codes promotionnels.
Pour valoriser cette action, une large campagne de communication a été
lancée. Pendant un mois les couleurs d’achat-vosges se sont affichées
dans tout le département : 4/3 à Saint-Dié et Remiremont, affichage
dans les gares, distribution de flyers dans les points de vente, parution
presse, et présence sur les réseaux sociaux. Cette communication
gratuite pour les adhérents leur a permis de générer du trafic sur leurs
sites Internet et dans leurs points de vente.
Contact : Sandra Cramaro, Lynda Lassal
Tél. 03 29 33 88 88 - scramaro@vosges.cci.fr - llassal@vosges.cci.fr
C’est à Juvaincourt, sur l’aéroport international d’Épinal-Mirecourt,
que Renault a présenté à la presse son nouveau véhicule Dacia
Duster 2 le 15 novembre dernier. Le constructeur français a profité de
l’occasion pour annoncer aux médias l’arrivée du nouveau directeur
régional, Vincent Gorce, appelé à succéder à Charles Clausse, qui a
pris récemment prend la direction générale de Renault au Mexique.
Emmenés par l’attaché de presse vosgienne Martine Cornevaux, les
journalistes ont pu essayer le nouveau Duster en tout terrain, sur route
et sur circuit, l’aéroport étant situé à proximité immédiate du Free
Kart 88, circuit homologué et agréé par la Fédération Française du
Sport Automobile (FFSA). Les essais routiers se sont effectués sur
une boucle découverte passant par Mirecourt, capitale mondiale de
la lutherie, et Ville sur Illon et sa brasserie traditionnelle. Souhaitons
que cette présentation à la presse permette au nouvel SUV de Renault
de connaître la même destinée que son prédécesseur. Le Dacia Duster
est en effet un succès commercial sur tous les continents. Au premier
semestre 2013, il était le modèle le plus vendu au monde par le groupe.
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
9
flash info
investisseurs
Seed4Start : le capital
risque à l’échelle
de la Grande Région
Seed4Start est devenu le rendez-vous incontournable du capital
risque dans la Grande Région (Lorraine, Wallonie, Luxembourg,
Sarre, Rhénanie-Palatinat). Organisée une fois par an, cette plateforme permet aux entrepreneurs de tout poil (mais à potentiel de
croissance) de rencontrer dans des conditions optimales un grand
nombre d’investisseurs en capital. Originalité, ces investisseurs sont
majoritairement des particuliers de la Grande Région, souvent entrepreneurs eux-mêmes (ce que l’on appelle des “business angels”),
intéressés à venir s’associer à de nouveaux projets. En effet, qui de
mieux qu’un entrepreneur pour en accompagner un autre ? Par ailleurs, les investisseurs agissant souvent à plusieurs, les sommes individuelles sont plus accessibles.
La 1re édition, qui avait retenu 20 entreprises parmi la centaine de
candidatures, a d’ores et déjà accompagné le financement de 2 pro-
innovation
Xilopix lève 1M€
pour accélérer son
développement
commercial
jets vosgiens ! Au total, 6 des 11 projets lorrains ont été financés, pour
plus de 3 M€. Et la nouvelle sélection en cours s’avère prometteuse ...
pour une présentation les 12 et 13 décembre prochains.
Informations Patrick Coignus
Tél. 03 29 33 88 88 - www.seed4start.org - pcoignus@vosges.cci.fr
VEILLE
Ouverture du fonds
documentaire de la CCI
Le Centre de ressources et de documentation économique (CRDE)
de la CCI des Vosges ouvre son fonds documentaire en consultation
via le site Internet http://kentika.vosges.cci.fr:90/
Chaque entreprise inscrite au Registre du commerce et des sociétés
des Vosges pourra ainsi :
Accéder, en consultation, au fonds documentaire, constitué
d’articles de presse, d’ouvrages et autres documents sur
différentes thématiques : sectorielles, géographiques, actualités…
Constituer ses propres dossiers documentaires
Créer une veille sur les sujets qui l’intéresse.
À terme, l’ensemble du fonds documentaire sera accessible :
dossiers, articles de périodiques, de presse, ouvrages,…
Cette jeune société basée à Épinal a développé une solution innovante
dans l’analyse sémantique et la recherche d’objets multimédia. Son
projet séduit les investisseurs. Pour preuve, Xilopix annonce une
levée de fonds de 1M€ auprès de ses investisseurs historiques et
de nouveaux tels qu’Alsace Business Angels et le fonds régional
d’investissement Lorrain ILP SADEPAR.
Soutenue également par la BPI (Banque Public d’investissement),
Xilopix pourra, grâce à cette opération, accélérer la commercialisation
de Xilopix Media Manager, sa solution de Digital Asset Management
(DAM) intelligente, intégrant le premier moteur de recherche
multimédia nativement conçu pour la révolution tactile. La société
spinalienne a été primée lors des Prix de l’innovation vosgienne
2012 organisés par la CCI pour ce nouveau moteur de recherche
particulièrement adaptée aux PC tout-en-un, tablettes et smartphones.
10
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
Contact : Françoise Ducotey, Julie Genest
Tél. 03 29 33 88 88 - fducotey@vosges.cci.fr - jgenest@vosges.cci.fr
Depuis 30 ans
Tous types et tous montants
de créances sur tout l’hexagone
Résultats rapides honoraires
sur encaissements
AUDIOVISUEL
& EVENEMENTIEL
congrès - séminaires - salons
conférences - inaugurations
assemblées générales...
Ne laissez plus votre
argent s’envoler !
de tous vos collaborateurs,
nous sommes les seuls à venir
vous apporter de l’argent
tous les 30 jours.
SARL OVATION
ZA Le Pré Droué - 6 rue de la Sofam - 88150 CHAVELOT
Tél : 03 29 67 65 91 - Fax : 09 70 62 78 24
pinal
Le Centre des Congrès d’E
ueille ant à vos besoins !
vous acc
ns une salle correspond
Photos © JF Hamard
Mail : contact@ovation-evenements.fr
www.ovation-evenements.fr
s avo
Que vous soyez 20 ou 2000, nou
Pour vos congrès, séminaires, conférences,
formations ou simples réunions de travail :
• 3 salles modulables de 1 000 à 5 000m²
• 1 salle de conférence de 200 places
• 4 salles de commission
• Gestion de vos réservations hôtelières
et prestations de restauration
• Organisation d’activités ludiques,
sportives et culturelles
Centre des Congrès d’Epinal
7 avenue de Saint-Dié 88000 EPINAL
Tél. 03 29 34 18 19 | Fax. 03 29 34 37 79
centrecongres@epinal.fr | www.congres-epinal.com
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
11
12
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
innovation
Un réseau de
développement pour
l’innovation
Nouveau : un RDI, Réseau de Développement de l’Innovation pour aider les
TPE et PME vosgiennes dans leurs projets d’innovation
O
n entend régulièrement dire que les entreprises
lorraines n’innovent pas suffisamment : la
complexité de l’écosystème de l’innovation,
des démarches, des outils de financement, est
régulièrement invoquée et représente souvent un frein
pour les entreprises.
Le RDI est un outil issu de la stratégie régionale
de l’innovation définie en 2010. Il vise à créer un
environnement propice aux démarches d’innovation
dans les petites et moyennes entreprises. Il devrait
faciliter la démarche d’innovation des Tpe-Pme et
l’émergence de nouveaux projets.
Le dispositif est né de la volonté de la Région
Lorraine, des Chambres de commerce et d’industrie
et des Chambres de métiers et de l’artisanat, de
coopérer en matière de développement économique et
d’innovation. La structuration du RDI a été confiée
au Centre de ressources régional, structure unique
(regroupement de Adielor, 3i Lorraine et Lorraine
Internationale).
Le RDI a en charge la promotion et le développement
de l’innovation en Lorraine. Cœur de cible du réseau :
les Tpe-Pme ainsi que les entreprises artisanales
qui souhaitent initier une première démarche
d’innovation, faire évoluer leurs produits, services ou
modes d’organisation et qui ont besoin d’un apport de
compétences extérieures pour mener à bien leur projet.
Son rôle est de détecter ces projets en s’appuyant
sur les chambres consulaires. Il aide ensuite les
entreprises à trouver les compétences scientifiques
ou techniques qui leur manquent et leur permettront
d’initier une première démarche d’innovation.
Comment fonctionne le RDI ?
Un comité de coordination est présent dans chaque département lorrain. Il se réunit de façon
régulière pour traiter les projets d’innovation détectés dans les entreprises vosgiennes. Dans les
Vosges, se trouvent autour de la table l’ensemble des acteurs de l’innovation : Région Lorraine,
Direccte, département des Vosges, BPI Lorraine, Chambre de commerce et d’industrie,
Chambre de métiers et de l’artisanat, Université Lorraine, CRITT, pôle de compétitivité. Leur
rôle est d’examiner les projets, en toute confidentialité, reformuler quand cela est nécessaire le
besoin exprimé par l’entreprise et orienter le projet vers l’acteur possédant les compétences et
capacités techniques. Un contact est ensuite pris avec le dirigeant de l’entreprise pour définir
très précisément le besoin en compétences et fixer un échéancier de travail.
Pour quels projets ?
Développer une machine spécifique, un outillage, une fonctionnalité nouvelle, automatiser
un poste de travail, introduire de l’électronique dans un produit, réaliser des tests (usure,
vieillissement), valoriser des sous- produits, réaliser une étude de faisabilité, …tels sont les
types de besoins détectés et traités dans le cadre du RDI lorrain.
À qui s’adresser ?
Patrick Coignus
Tél. 03 29 33 88 88
pcoignus@vosges.cci.fr
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
13
L’isolation thermique
par l’extérieur
Ma maison,
c'est la plus belle !
Nous y gagnons
toute l'année.
15, rue du Vélodrome - 88200 St-Etienne-les-Remiremont
bove@knauf.fr - www.bove.fr
14
Au cœur de vos projets
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
DOSSIER
Les Vosges
dans la Grande Région
L
a Grande Région s’avère un
espace d’échanges majeurs
pour le nord de la Lorraine.
Les Vosges, partie intégrante de la
Lorraine, région constitutive de cette
Grande Région avec la Wallonie, le
Luxembourg, la Sarre et la Rhénanie
Palatinat, devraient sans doute davantage en tirer profit. Des liens avec les
populations wallonnes, luxembourgeoises, allemandes existent déjà, via
le tourisme notamment. Des déficits,
c’est sûr, demeurent. Pourtant si la
Grande Région peut sans conteste se
révéler porteuse de partenariats bénéfiques pour les Vosges, l’économie
vosgienne dispose d’atouts susceptibles de séduire ses acteurs économiques, chercheurs, universitaires et
autres investisseurs. Le point dans ce
dossier.
SOMMAIRE
P. 16 : La Grande Région
P. 18 : Un atout pour les Vosges
P. 20 : Quand les Vosges font la différence
P. 25 : Les conditions d’un développement harmonieux
P. 26 : Le Pacte Lorraine
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
15
dossier
Les vosges dans la grande région
La Grande Région
P
lus de 11,4 millions d’habitants, deux y participent. Ils sont en effet chaque jour
espaces culturels, l’un latin, l’autre 100 000 travailleurs transfrontaliers lorrains
germanique, trois langues, quatre à passer les frontières, dont 75 000 vers le seul
pays ( l’Allemagne, la Belgique, la France, Luxembourg et 20 000 vers l’Allemagne. Une
le Luxembourg), cinq régions (Lorraine, histoire commune – lointaine, mais aussi celle
Luxembourg, Rhénanie-Palatinat, Sarre et de la reconversion de ces régions minières
Wallonie) : ainsi est la Grande Région, un et industrielles – a généré une communauté
territoire, pluriel donc, composite, pourrait-on d’intérêts. Des projets communs en sont
dire, de 66 250 km2. “Héritière
nés, tel le Pôle Européen de
Chaque jour
de l’entité SarLorLux (1971)”,
Développement. D’autres se sont
100 000 travailleurs
et née en 1995, avec la
développés. L’université Grande
Région y a sa part, via la recherche
mise en place d’un sommet
lorrains passent
permanent permettant des
et l’innovation, “en lien avec des
les frontières.
échanges
réguliers
entre
clusters tels que l’automobile et
les différents chefs des exécutifs, elle se veut l’aéronautique”. L’atout majeur de cet espace
“de fait l’expression et l’illustration d’une tient en fait dans son positionnement à proximité
Europe sans frontières, riche de coopérations de grands centres urbains, aux très fortes densités
et de partages divers”. Les flux permanents de d’hommes et de flux. Ne représente-t-il pas, à lui
travailleurs et de consommateurs transfrontaliers seul, 3% du PIB européen !
Répartition démographique
de la grande région
Sarre - Rhénanie/Palatinat
Wallonie
Lorraine
Luxembourg
Communauté francophone
La Lorraine
43,6%
30,5%
20,5%
4,6%
0,7%
Superficie des régions
Avec 2,36 millions d’habitants (2012), la Lorraine
renoue avec la croissance démographique.
L’industrie y occupe toujours une place
importante – 16% des salariés en 2010 - en
dépit d’une industrie lourde en souffrance et de
restructurations successives (textile, sidérurgie,
mines). Près de 100 000 Lorrains traversent
quotidiennement les frontières dont les trois
quarts au Luxembourg. La région n’en dispose
pas moins d’atouts certains : une position
géographique privilégiée, le Sillon lorrain, un
réseau qui regroupe les agglomérations de Metz,
Nancy, Thionville et Épinal (1 200 249 habitants
et 310 000 actifs). L’accès en est facile : TGV
Est, autoroutes, infrastructures aéroportuaires.
L’activité touristique y est riche et diversifiée.
L’Université de Lorraine regroupe 55 000 étudiants
et 80 laboratoires de recherche, la Région abritant
également trois pôles de compétitivité : Matéralia,
Pôle Fibres et Pôle de l’eau, ainsi que plusieurs
clusters, parmi lesquels Aériades, le Pôle Lorrain
de l’Ameublement Bois, Soluplast, l’Ecopôle
Lorraine…
Lorraine - 23 547 km2
Luxembourg - 2 586 km2
Sarre - Rhénanie/Palatinat - 22 419 km2
Wallonie - 16 844 km2
Communautés francophones - 854 km2
16
Le Luxembourg
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
État indépendant depuis le Traité de Londres de
1839, le Grand-Duché de Luxembourg couvre
2 586 km2 et abrite une population de 530 000
habitants dont près de 45%, pour la plupart
ressortissants d’États membres de l’Union
européenne, ne possèdent pas de passeport
luxembourgeois. Près de 70% de la main
d’œuvre est en effet composée de travailleurs
immigrés ou frontaliers. Outre cette main d’œuvre
internationale souvent hautement qualifiée et
multilingue, le Luxembourg dispose d’atouts
favorables au plan économique. Doté d’excellentes
infrastructures – zones d’activité, NTIC… - il
propose un système fiscal compétitif et un cadre
réglementaire favorable aux entreprises. Il jouit
enfin d’une grande stabilité politique et sociale et
s’impose comme un centre financier international
et une destination d’affaires reconnue. Avec 80%
d’exportation des biens et services produits dans
le pays, en quasi totalité sur le marché européen, le
commerce extérieur y est le principal vecteur de la
croissance économique.
dossier
les vosges dans la grande région
Les communautés francophones
et germanophones de Belgique
Wallonie
Luxembourg
La grande région :
RhénaniePalatinat
4 pays
5 régions
11,4 M d’habitants
66 250 km2
Sarre
Lorraine
La Sarre et la
Rhénanie-Palatinat
Le Land de Rhénanie-Palatinat, capitale Mayence,
est l’un des seize états fédérés composant
l’Allemagne. Créé le 30 août 1946, il est riche
d’une population de plus de 4 millions d’habitants
et couvre 19 849 km2, soit une densité de
204 habitants/km2. Disposant de bonnes
infrastructures routières, ferroviaires et navigables,
la Rhénanie-Palatinat est l’une des régions les
plus dynamiques d’Allemagne. Son économie
y est diversifiée. Outre la viticulture, produisant
les deux tiers des vins allemands, la production
de bois y est active, comme le secteur de la
chimie, avec notamment BASF à Ludwigshafen.
L‘industrie des pierres précieuses, la céramique
et la verrerie constituent un autre pan de l’activité
économique du Land. Le groupe Daimler Chrysler
y est aussi installé.
Créée en 1919 à la suite du traité de Versailles,
la Sarre, capitale Sarrebrück, est réintégrée
politiquement à l’Allemagne en 1957 et en devient
le 10e Land. Ce dernier s’étend sur 2 570 km2 pour
une population d’environ un million d’habitants.
Les industries sidérurgique – aciérie de Dillingen
- et automobile – environ 40 000 emplois –
constituent des secteurs clés de l’économie
sarroise.
La Wallonie
S’étendant sur 16 903 km2, au sud de la
Belgique, la Wallonie, capitale Namur,
constitue, avec 3,5 millions d’habitants
(32,3% de la population belge), l’une
des trois régions du pays. Jouissant
d’une grande autonomie, la Wallonie est
notamment compétente dans les secteurs
du commerce, l’économie, l’emploi, les
zones industrielles… La quasi totalité des
70 000 entreprises établies sur son territoire
(80% des salariés), situé au centre des réseaux
routier et ferré européens, sont des PME.
Les principaux secteurs d’exportation sont
les machines et équipements mécaniques,
électriques et électroniques, les instruments
d’optique et de précision, les produits
minéraux, l’industrie chimique. On peut
aussi noter que la métallurgie y reste active,
tandis que des sociétés renommées telles que
Google et Microsoft ont choisi de s’implanter
sur le territoire wallon.
Les communautés
francophones et
germanophones de
Belgique
La Grande Région, c’est aussi la Fédération
Wallonie-Bruxelles - et la communauté germanophone de Belgique. Chacune dispose
de ses propres institutions et exerce pleinement ses compétences, la première en
région de langue française et dans la région
bilingue Bruxelles-capitale pour les seuls
Bruxellois francophones ; la seconde se
situe à l’est de la Belgique, en région wallonne, plus particulièrement en province de
Liège, dans l’arrondissement de Verviers et
sur les cantons d’Eupen et de Saint-Vith.
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
17
dossier
Les vosges dans la grande région
La Grande Région,
un atout pour les Vosges !
En quoi la Grande Région peut-elle être porteuse de richesses pour les Vosges ?
Les opportunités d’échanges ne manquent pas, qui plus est à l’heure des clusters.
Encore faut-il vaincre un certain a priori. Celui du relatif éloignement par exemple.
“
O
n en revient toujours à cette vallée
européenne des matériaux et de l’énergie.
Le bois est en cela très important. Sur
ce créneau, il y a des entreprises allemandes. Plus
on fera de passerelles avec les Vosges, plus cela va
se développer”. Roger Cayzelle, le président du
Conseil Économique Social et Environnemental
de Lorraine y croit dur comme fer. “Les Vosges
ont toute leur place dans le champ économique
d’échanges” que constitue la Grande Région.
“Toute cette construction économique à travers des
clusters est importante”, poursuit-il. Un exemple,
l’actuelle dynamique de l’automobile, en Sarre,
peut là encore ouvrir des horizons d’échanges.
Cette relation risque-t-elle de pécher par manque
de proximité ? “Détrompez-vous, les Mosellans ne
sont pas beaucoup plus forts en la matière. C’est une
vision faussée”. Les Vosges, avec leurs centres de
recherche, tels le CIRTES, ou encore le Pôle Fibres,
peuvent donc tirer parti d’une Grande Région qui,
dotée, elle aussi, de laboratoires de recherche et
d’universités, ne demande qu’à échanger.
Une demande
en logistique
L
e bois donc comme vecteur d’affaires potentielles, les énergies renouvelables également, mais aussi
d’autres champs d’interaction, de coopération. Ainsi “le Luxembourg est très
demandeur en matière de logistique”.
Mais attention “pour faire cela, il faut se
rencontrer, être dans le jeu, on ne peut pas
gagner un match sans être sur le terrain”.
La Grande Région, on l’a compris, peut
donc apporter à l’économie vosgienne, en
tant qu’ “espace de contacts, d’échanges,
de réseaux divers”, l’idée étant bien
de “se mettre dans une mécanique de
construction transrégionale, sans surévaluer le rôle de la Moselle en la matière, de
sortir en somme d’une sorte de timidité”,
résume Roger Cayzelle.
18
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
dossier
les vosges dans la grande région
Un marché de 11,5 millions d’habitants
E
Parmi les autres atouts de la Grande Région
susceptibles de bénéficier aux Vosges et à ses
acteurs économiques, on n’omettra pas la dimension
financière. La place financière d’importance
qu’est le Luxembourg - plus de 140 banques pour
26 pays, 3 840 fonds d’investissement vendus
dans 70 pays, plus de 700 investisseurs de
600 pays différents, enfin 66 banques dépositaires,
250 sociétés de réassurance… (sources : commission
de surveillance du secteur financier Luxembourg
et gouvernement) est à cet égard éloquente.
Au-delà des affaires qui ont pu défrayer en son
temps la chronique, le pays se situe “à la croisée
des chemins des pointures de la finance et de la
diplomatie du monde entier”, comme le souligne
le web business magazine, Luxembourg.PRO.
De quoi faciliter “le contact plus ou moins direct
avec les marchés des quatre coins de la planète”.
Un atout majeur pour faire avec une économie
mondialisée, et ce, dans un pays où le pragmatisme
prévaut en matière d’affaires et où le rapport à
l’argent est visiblement décomplexé.
Enfin, une fois oubliés les embouteillages marquant,
aux heures de pointe, l’approche de Luxembourg
Ville, ce pays, comme les autres régions et länder
de la Grande Région, offre des infrastructures
de choix tournées vers le Nord de l’Europe. De
nouveaux territoires à conquérir.
“
Le tourisme
constitue un attrait
majeur susceptible
de capter en
toutes saisons
ces importantes
populations.
“
space de contacts, la Grande Région peut
dans le même temps se révéler “un marché
de relative proximité très vaste”. C’est
l’autre atout majeur d’un resserrement des liens.
11,5 millions d’habitants, ce n’est pas rien. Plus
de la moitié de cette population vit en RhénaniePalatinat et en Wallonie. Si, depuis longtemps,
les Belges savent apprécier les Vosges et les
atouts touristiques locaux, il reste à coup sûr des
cibles à conquérir. Le tourisme constitue en effet
un attrait majeur susceptible de capter, en toutes
saisons, ces importantes populations urbaines. Un
petit tour d’horizon en dit long sur ce potentiel
démographique. De nombreuses agglomérations
urbaines s’y concentrent : Bonn, Mayence,
Koblence, Ludwigshafen en Rhénanie-Palatinat ;
Mannheim, Charleroi, Namur, Liège, en Wallonie,
Sarrebruck en Sarre… Autant de clients que
pourrait tenter la montagne vosgienne, entre autres
stations thermales et richesses patrimoniales,
musées, voire évènements culturels ou festifs du
département. Pour renforcer ces liens, nul doute
qu’en “contre partie, un petit tour des Vosgiens
dans la vallée de la Moselle et la découverte de ses
vins notamment favorisera cette interaction”, glisse
Roger Cayzelle qui cite combien les Allemands
notamment “adorent ce patrimoine vert”. Il reste
à profiter de ce marché captif, et donc à y porter la
bonne nouvelle.
D’abord un état d’esprit
Coopération, synergie, réseaux… Ces mots sont indiscutablement liés au vocable “Grande Région”.
Le territoire inscrit sur la carte de l’Europe sa diversité linguistique, culturelle, institutionnelle,
économique. Les liens n’en sont pas moins forts, nourris par “une réalité historique qui remonte à
l’époque gauloise et romaine”.
Coopération, synergie, réseaux… Les mots en disent long sur une caractéristique majeure de la
Grande Région : sa capacité à se mettre en mouvement, à engendrer des dynamiques dans des
domaines aussi variés que la recherche, le développement durable, la performance des PME,
l’emploi, le tourisme, la ruralité, voire les parcs naturels régionaux...
Il y a forcément du grain à moudre à travers ces échanges transrégionaux, des idées à glaner, des
projets à mener. Ces derniers s’expriment à travers l’université, fut-elle virtuelle, de la Grande Région,
des plates-formes scientifiques ou technologiques, des programmes communautaires… Il suffit de
jeter un œil sur la liste des sites Internet liés à la Grande Région pour mesurer le potentiel en marche
sur ce territoire.
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
19
dossier
Les vosges dans la grande région
Quand les Vosges
font la différence !
“
Le département des Vosges fait la différence. Les hommes y contribuent bien
sûr, en développant des savoir-faire reconnus et en ayant tissé un dense réseau
de PME dynamiques. La nature y est généreuse en ressources. De quoi attirer
touristes et investisseurs étrangers.
P
La main d’oeuvre
vosgienne est
fiable et sérieuse
lace aux femmes et aux hommes d’abord. La
majorité des investisseurs étrangers, présents
dans les Vosges, reprennent volontiers à leur
compte les propos d’Yves Bailly, le président de
Norske Skog Golbey : “la main d’œuvre vosgienne
est fiable et sérieuse”. Question de tempérament sans
doute, mais fruit, c’est certain, d’une accoutumance
tout ce qu’il y a de plus positive aux process
industriels. Les femmes et les hommes, ce sont bien
sûr aussi les patrons qui, au voisinage de grands
groupes industriels, parfois venus d’ailleurs, ont su,
au fil du temps, mettre en place et renforcer un tissu de
PME industrielles, aussi dynamiques qu’innovantes.
Il n’est pas rare en effet de voir une petite entreprise,
située au cœur d’une vallée, partir à la conquête de
l’Europe, de la Chine ou des États-Unis (Cf. encadré
ci-contre), via un brevet ou un produit novateur. De
Buyer, ici, TSA Inox là, entre autres Henriot et Cie
ou Garnier-Thiébaut, pour ne citer qu’elles. Place aux
femmes et aux hommes donc, attachés au territoire,
ouverts au monde, mais aussi la nature dont les
Vosgiens ont su et savent habilement et efficacement
tirer parti.
Si l’industrie a toujours occupé une place importante
dans l’économie départementale, avec plus de
3 900 établissements et 37 500 salariés aujourd’hui,
dont une majorité de PME à la forte réactivité, le
département dispose d’autres atouts majeurs qui
lui sont propres et sont tout autant susceptibles de
séduire. Le tourisme en fait partie.
“
Une nature généreuse
C
ôté massif, depuis les années soixante
et l’engagement de pionniers, une offre
hivernale s’est développée, particulièrement
attractive pour une clientèle habitant dans un rayon de
400 kilomètres et friande de courts séjours. Belges,
Allemands, Luxembourgeois, “les skieurs à la journée
viennent donc naturellement à nous”, confirme Nicolas
Claudel, directeur du site de La Bresse-Hohneck. Ce
qui vaut l’hiver vaut l’été, les activités plurisaisonnières
s’étant développées et ouvrant de nouveaux champs
de séduction pour des séjours touristiques bénéficiant
d’un cadre de qualité.
La Plaine n’est pas en reste, avec une offre thermale,
cette fois, en plein renouveau, comme en témoignent
les investissements réalisés ces dernières années ou en
cours à Vittel et Contrexéville, voire dans la Vôge, à
Plombières-les-Bains et Bains-les-Bains.
Source de plaisirs, qui ont permis la réussite de belles
aventures entrepreneuriales, comme en témoigne le
groupe Labellemontagne de La Bresse, parti avec
succès à la conquête des Alpes françaises et italiennes,
la nature est tout aussi riche de ressources naturelles
et abondantes, donc de matières premières. L’eau qui
a d’ailleurs permis aux origines le développement
d’activités – scieries, papeteries, métallurgie…
- s’impose là comme un atout de poids avec une
offre thermale ouverte, les lacs et rivières propices
au tourisme et, pour ces dernières, à la production
électrique, sans oublier l’embouteillage des eaux
20
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
minérales… et Hydréos, un pôle de l’eau prometteur.
Depuis toujours facteur de développement local,
le bois est, quant à lui, susceptible d’engendrer
d’importantes nouvelles activités, au regard des
attentes économiques et sociétales d’aujourd’hui
et sans doute de demain, via le développement des
énergies renouvelables (biomasse…), comme de l’écoconstruction. Cette matière première abondante – la
forêt recouvre 280 000 hectares, soit 49% du territoire
– est également source de recherche et développement
et donc facteur d’innovation, dans le cadre notamment
de la dynamique engagée par le Pôle Fibres Grand Est
localisé à Épinal.
L’ensemble de ces atouts humains et “naturels” ont
attiré l’attention d’investisseurs étrangers, désormais
partie intégrante de l’économie vosgienne et capables
de développer des partenariats avec d’autres entreprises,
comme en témoigne à Golbey l’engagement du groupe
papetier norvégien Norske Skog dans la Green Valley.
Le nombre significatif d’entreprises industrielles
à capitaux étrangers – près de 70 dans des secteurs
de pointe, comme la fabrication de turbos pour
l’automobile, les climatiseurs, la fabrication de papiers
à forte valeur ajoutée, les eaux minérales, les agrafes,
les petits pots pour bébés, la sous-traitance automobile,
les vêtements professionnels, les boyaux cellulosiques,
les bouteilles en verre, les capsules de bouteilles
plastiques… confirme la confiance placée dans les
capacités locales à s’adapter, produire et se développer.
dossier
les vosges dans la grande région
Un tissu de PME dynamique
90% des établissements vosgiens, toutes
activités réunies, emploient moins de
10 salariés et 2% emploient 50 salariés et
plus, soit 44% des effectifs salariés totaux, les
seuls établissements de 100 salariés et plus
comptabilisant un tiers d’entre eux.
Si dans l’industrie, les établissements de
plus de 100 salariés occupent près de la
moitié (48%) des effectifs salariés, le tissu
des PME vosgiennes est aussi dense et
diversifié que dynamique. Elles contribuent
fortement à la balance favorable du commerce
extérieur, avec un taux de couverture
des importations par les exportations
de 125 contre 114 en Lorraine (chiffres
2011), les principaux produits exportés étant
les équipements mécaniques, matériels
électriques, électroniques et informatiques,
ainsi que le bois, papier et carton, bien avant
les produits des industries agroalimentaires,
et ce pour le tiercé de tête.
D’après le dernier baromètre de conjoncture
de l’Observatoire des Entreprises des Vosges
(1er semestre 2013), “près de 80 % des
entreprises exportatrices emploient moins
de 100 salariés et 75 % sont présentes
dans l’industrie”. Exportatrices, les PME
vosgiennes sont également innovantes.
Chaque année le prix de l’innovation organisé
par la CCI des Vosges illustre la diversité des
champs d’intervention où s’exprime cette
imagination créatrice d’activités et d’emplois.
Des points forts
Dans le cadre d’un développement des échanges avec la Grande Région, les
Vosges disposent de quelques atouts non négligeables. Petit tour d’horizon.
d’entreprise. Si, dans le contexte de crise, les créations
marquent le pas – 2 358 en 2012 – le département
résiste mieux que la moyenne régionale, confirmant
l’allant vosgien en la matière, voulant qu’au cours de
la dernière décennie, les créations aient souvent été
plus nombreuses que les radiations.
Une autre piste de développement prometteuse,
nourrie d’ailleurs de l’expérience, peut tirer profit
d’une nature préservée, permettant l’installation
d’établissements de soins liés à la qualité de l’air, à
un environnement naturel attractif. De quoi enrichir
davantage encore la palette de l’offre
touristique et thermale actuelle
et séduire les consommateurs
TEXTILE
des centres urbains de la
Grande Région.
FORTE
DIVERSITÉ
DES ACTIVITÉS
PIER-CARTON
PA
BOIS
R
emomeix, en Déodatie, Damblain dans la
Plaine, pour ne citer qu’elles : ces zones
d’activités sont autant d’espaces disponibles
pour qui entend investir et développer une activité.
Cerise sur le gâteau, les prix y sont plus qu’abordables,
et ce, dans un cadre de vie de qualité. C’est l’un des
atouts du département : une offre foncière souvent née
de la désindustrialisation, en tout cas des mutations
industrielles libérant des terrains et de l’immobilier.
La mise en place par la CCI des Vosges d’une bourse
des locaux et du foncier d’entreprise illustre l’attention
portée à cette dimension.
L’autre atout performant de l’économie vosgienne,
susceptible de séduire, tient à la diversité des activités
qui s’y développent, donc à ses savoir-faire : la transformation des métaux, une filière notamment impliquée dans le pôle de compétitivité Matéralia ; le papier-carton, avec une gamme très étendue de produits
et certaines productions de renommée internationale ;
la filière bois-ameublement, véritable filière intégrée,
avec en prime la présence d’un pôle de compétitivité
Fibres Grand Est, qui regroupe la recherche et favorise
les synergies dans les domaines du papier, du bois et
du textile et d’une école d’ingénieurs, l’ENSTIB, au
sein de laquelle ces trois activités sont enseignées ; le
textile, bien sûr, avec des entreprises faisant le choix
du haut de gamme et de la technicité ; enfin les industries agro-alimentaires qui regroupent 33 % des effectifs salariés lorrains du secteur plus particulièrement
dans l’activité laitière et fromagère, la préparation et
la congélation de produits frais et les eaux minérales.
L’éventail industriel, on le voit, est des plus ouverts. Il
faut aussi intégrer la présence d’une sous-traitance de
qualité dans des domaines, eux aussi, très divers que
sont l’automobile, au sein de laquelle la plasturgie,
concentrée dans les bassins d’emploi de Saint-Diédes-Vosges et de Remiremont, tient une place particulière, la mécanique et le travail du bois.
L’économie y est en outre exportatrice, tandis que
la dynamique reste forte en matière de création
M É TA U X
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
21
dossier
Les vosges dans la grande région
Les conditions
d’un développement
harmonieux
Il reste des améliorations à apporter en matière d’infrastructures de communication pour optimiser les atouts vosgiens et favoriser le développement économique du département via les échanges avec d’autres territoires.
P
our tirer au mieux le bénéfice des atouts humains,
économiques et naturels qui sont les siens, et
mieux encore les partager de façon productive
avec la Lorraine, la Grande Région, et les territoires
du sud, l’économie vosgienne attend beaucoup
de la poursuite du désenclavement. Des dossiers,
toujours sensibles, restent à concrétiser, en matière
d’infrastructures de communication notamment. Il en va
du développement économique futur du département.
C’est aussi vrai pour la route qu’en matière ferroviaire,
où des points sensibles, pour ne pas dire noirs,
demeurent et où des handicaps pourraient être levés.
On sait l’importance des efforts entrepris, côté vosgien,
au niveau routier. Sur la RN 66, on attend la déviation
des communes de Ferdrupt, Ramonchamp, Fressesur-Moselle et du Thillot. Elle semble en bonne voie.
Le ministère des Infrastructures et des Transports a
annoncé récemment que l’enquête d’utilité publique,
qui s’est déroulée du 7 décembre 2012 au 11 janvier
2013, a obtenu un «avis favorable sans réserve».
Londres
Vers Amsterdam
Cologne
Royaume-Uni
Bruxelles
Lille
Belgique
Luxembourg
Allemagne
Vers Francfort
Metz
Paris
Vandières
Strasbourg
Nancy
Vers Munich
Epinal
Vers Bordeaux
LuxeuilLure
Belfort
Mulhouse
Bâle
Réseau TGV
Réseau TGV en projet
Ligne Epinal-Belfort
Réseau classique
Belfort Monbéliard TGV
Dijon
Besançon
Delle
Suisse
Principales agglomérations
concernées par le projet
Gare TGV d’interconnexion
avec possibilité de raccordement
Lyon
22
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
Italie
Milan
La question du délai de mise en œuvre reste posée.
Et on espère un prolongement côté alsacien. Même
espoir au niveau de la RN 57, sa transformation en
2x2 voies en juillet dernier au-delà de Plombières
invite à une poursuite de ces aménagements en HauteSaône. Dans les deux cas, un effort des départements
voisins renforcerait la cohérence de cette circulation
routière restant également à améliorer sur l’axe Épinal /
Rambervillers / Saint-Dié-des-Vosges.
L’économie vosgienne attend
beaucoup de la poursuite du
désenclavement
Pour ce qui est des liaisons ferroviaires, le compte n’y
est pas davantage, en dépit de l’oxygénation apportée en
la matière depuis l’arrivée en 2007 du TGV entre Paris
et les Vosges. On sait l’importance d’une ouverture vers
le sud pour les acteurs économiques vosgiens. Elle passe
inévitablement par la modernisation et l’électrification
de la Ligne 16 Épinal/Belfort et la création d’un barreau
de raccordement de Lure à la Ligne Grande Vitesse
Rhin-Rhône au droit de Villersexel. L’enjeu est double,
puisqu’en dépendent l’amélioration des liaisons avec
le sillon rhodanien et le sud de la France, manquant
aujourd’hui – c’est un euphémisme – de performance,
ainsi que le renforcement des liens économiques et
touristiques avec des pays comme la Suisse et l’Italie.
Bloqué depuis 2002, un autre dossier lié aux
infrastructures ferroviaires, s’avère essentiel : le sort de
la très espérée gare d’interconnexion TGV de Vandières
entre les différents réseaux de TGV en relation avec
l’Europe comme entre le réseau TER. Seule la réalisation
de cet équipement permettra au TGV de “jouer
pleinement son rôle d’aménagement et de développement
du territoire vosgien”.
En matière aérienne, le développement en cours de
l’aéroport d’Épinal/Mirecourt permet de réduire le
handicap lié à “une distance/temps trop longue avec
les grands aéroports internationaux” que sont par
exemple Roissy, Zürich, Francfort, Bâle/Mulhouse, voire
Luxembourg.
Enfin l’actuel développement des technologies de
l’information et de la communication, via la politique
conduite par le Conseil Général des Vosges en matière de
haut débit et de téléphonie mobile, réduit certes la fracture
numérique, mais certains territoires vosgiens restent
toujours soumis à des zones d’ombre incompatibles avec
les exigences de l’économie moderne.
dossier
les vosges dans la grande région
Gare de Vandières : c’est reparti
La très espérée gare de Vandières d’interconnexion entre les LGV, fait à nouveau parler d’elle.
Traînant depuis de longues années (2002), montré du doigt en février dernier par la Cour des
comptes qui invitait à suspendre ce projet “jusqu’au moment où l’évolution du trafic en assurera
la rentabilité socio-économique”, ce dernier est relancé. Ce qui ne peut que réjouir les acteurs
économiques vosgiens. Jean-Pierre Masseret, le président du Conseil Régional de Lorraine,
a plaidé en septembre le dossier à Bercy au côté des trois présidents des Conseils généraux
de Meurthe-et-Moselle, Vosges et Meuse, auprès de Pierre Moscovici, ministre de l’Économie,
avant une rencontre dans le bureau de Bernard Cazeneuve, ministre du Budget, pour boucler
le tour de table financier avant fin 2013. Il faudra encore finaliser les études, pour un potentiel
démarrage des travaux en 2015.
S’ouvrir aussi au Sud
Porte de la Lorraine vers le sud, les Vosges sont excellemment positionnées
pour ouvrir des horizons de business et d’échanges vers des régions attractives.
Là encore des pistes d’action sont possibles, et même souhaitables.
U
ne récente étude de l’INSEE menée en partenariat avec le Conseil Économique Social
et Environnemental de Lorraine démontre en
effet le déficit de relations de la Lorraine avec le Sud.
Les Vosges, comme la région, ont tout à gagner à les
développer. “Au Nord, les relations transfrontalières
avec le Luxembourg, l’Allemagne et la Belgique atténuent les effets des restructurations industrielles et
de la crise économique. Le sud de la région ne bénéficie pas d’une telle dynamique”, note cette étude
de l’INSEE (n°318 d’Économie Lorraine) intitulée
“Ouverture de la Lorraine vers le Sud : des relations
à amplifier”.
Premier constat : “la Lorraine présente un fort déficit
migratoire avec les régions du sud plus éloignées”.
Il en appelle d’autres : la modestie du flux domicile/travail avec les territoires du Sud, ainsi que “les
moindres relations de la région avec son sud en matière de transport de marchandises”. Pour développer des relations avec le Sud, les atouts ne manquent
pas : “une Université attractive, des laboratoires de
recherche, la médecine…”, sans oublier les réseaux
des pôles de compétitivité : Hydréos pour l’eau et le
Pôle Fibres Grand Est, avec, à l’esprit, une coopération réelle sur l’agroalimentaire et le bois.
Une autre piste majeure concerne le tourisme, et
principalement le thermalisme vosgien dont les stations sont aujourd’hui peu fréquentées par les gens
du Sud. “Plus on sera ouvert vers le Sud, plus les
Vosges en bénéficieront”, résume Roger Cayzelle, le
président du CESE de Lorraine, qui invite à le “faire
de manière cohérente”, sans abandonner notamment
l’idée de l’électrification et de la modernisation de la
Ligne 16 Épinal/Belfort, “un enjeu important”.
Vers une vallée européenne des matériaux et de l’énergie
“Passer d’une économie identitaire –
mines, sidérurgie, textile - à une économie
compétitive décarbonée”, pour reprendre
les propos de Jean-Pierre Masseret, ne
veut pas dire abandonner l’industrie. Tel
est en tout cas l’enjeu du Pacte Lorraine,
récemment scellé entre la Lorraine et
l’État et reconnaissant une ambition partagée par le président du Conseil Régional de Lorraine, et Roger Cayzelle, le
président du Conseil Économique Social
et Environnemental de Lorraine : faire de
la région “un écosystème régional identitaire” - l’équivalent de l’aéronautique à
Toulouse - sous le nom de “vallée européenne des matériaux et de l’énergie”, un
label en fait “porteur de valeur ajoutée et
d’emplois”. Ils en avaient fait part à Matignon dans un courrier commun en avril
dernier. L’idée ? Avec des atouts importants, mais souvent trop méconnus parmi
lesquels son Université, ses grandes
écoles d’ingénieurs, ses plates-formes
industrielles, ses laboratoires et centres
de recherche, ses instituts de transfert
de technologie, ses savoir-faire et son
potentiel énergétique, gaz, eau, bois…,
la Lorraine est en capacité de “se positionner dans le champ des matériaux et
de la transition énergétique”, deux enjeux
majeurs, on le sait, de l’économie de
demain, pour ne pas dire d’aujourd’hui.
Encore faut-il mettre ces outils au service
de toute une économie, notamment des
PME/PMI parfois frileuses en la matière,
par manque de temps, de moyens aussi
pour financer leur propre outil de recherche et développement.
Dans cette optique, la Vallée européenne
des matériaux et de l’énergie associe les
organismes lorrains dédiés, qu’ils soient
publics ou privés, en partenariat avec
ces PME/PMI et s’organise en fait en
plusieurs réseaux : celui des entreprises,
cela va de soi, des financeurs, des ressources technologiques, via notamment
l’implantation du CEA Tech et son potentiel existant (CNRS…), enfin ses pôles de
compétitivité Matéralia et Fibres “engagés sur l’allégement des matériaux et
l’émergence des matériaux complexes”.
À titre d’exemples dans les Vosges, des
entreprises ou organismes tels que
l’ENSTIB, le Critt-Bois, Lermab, Trane,
le pôle de compétitivité Fibres, Norske
Skog, Pavatex, GIP INSIC, Muses, ou
encore INORI, porté par le CIRTES…
sont en capacité de se mobiliser. Autant
de sites de formation, de recherche, de
production innovante capables d’apporter
leur pierre à l’édifice de la Lorraine et de
la Grande Région.
(Voir aussi pages 24 à 26)
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
23
dossier
Les vosges dans la grande région
Pacte Lorraine :
une opportunité pour
les entreprises vosgiennes
Et si le Pacte Lorraine était une opportunité pour votre entreprise ? Ce contrat, signé entre
l’État et la Région Lorraine, est doté de 300 M€ sur trois ans, apportés à parts égales
par chacune des parties. L’ensemble des projets retenus représente des investissements
de l’ordre de 1,6 milliard d’euros. Selon la Région “ce Pacte Lorraine est une véritable
feuille de route pour les années à venir. Il affiche de grandes ambitions”. Parmi les
16 actions retenues, financées et mises en œuvre de 2014 à 2016, nous vous présentons
celles étant les plus susceptibles d’intéresser les entreprises vosgiennes. Revue de détails.
Signature du pacte Lorraine à l’Hôtel de Matignon, le 17 septembre 2013 par le premier ministre Jean-Marc Ayrault et le président du conseil
régional de Lorraine, Jean-Pierre Masseret.
Le pacte Lorraine
vise
3 objectifs
Pour l’ensemble des
actions de ce Pacte, l’État
et le Conseil Régional
de Lorraine s’engagent
à hauteur de 300 Me.
Au total 16 initiatives
ont été retenues. Seules
sont présentées ci-après,
celles ayant une incidence
directe ou indirecte sur les
entreprises vosgiennes.
24
1 2 3
er
objectif
Faire de la Lorraine la
Vallée européenne des
matériaux et de l’énergie.
L’idée est de mettre en
œuvre une “Technopole
lorraine” rassemblant les
industriels, les plates-formes
technologiques, le champ
universitaire, les partenaires
institutionnels, dans les
domaines des matériaux et
de l’énergie. (Voir page 22)
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
e
objectif
Dynamiser les filières
d’excellence et d’avenir.
Outre la santé, cet axe
concerne aussi le soutien aux
filières de :
la forêt et du bois,
l’agriculture et de
l’agroalimentaire,
l’automobile
l’aéronautique.
e
objectif
Promouvoir les démarches
innovantes d’attractivité
et d’aménagement des
territoires.
Il concerne :
la réalisation d’une
couverture égale du territoire
par le très Haut Débit,
des services de santé
modernes (maisons de santé)
l’entrepreunariat dans les
territoires.
la maîtrise de l’énergie,
l’amélioration du logement et
de l’habitat,
la mobilité respectueuse de
l’environnement.
dossier
les vosges dans la grande région
Objectif n°1 : Faire de la Lorraine la Vallée
européenne des matériaux et de l’énergie
Action 2 :
Implantation sur le Technopôle
à Metz d’une plate-forme régionale de transfert de
technologie “CEA Tech”, destinée à accroître la
compétence technologique des entreprises lorraines
par des contrats de recherche partenariale.
Les équipes du CEA accompagneront les startup intéressées et favoriseront des filières d’avenir.
Action 4 : Implantation de l’Institut de
Recherche Technologique, sur le Technopôle de
Metz. Spécialisé dans les matériaux, la métallurgie,
les composites et les assemblages multi matériaux, il
contribuera au développement de projets de recherche
pour les procédés et matériaux avancés.
Action 7 : Mutualiser et conforter les moyens
de recherche et de transfert pour les matériaux
renouvelables, le bois et l’écoconstruction, afin de :
favoriser la création de valeur ajoutée et d’emplois,
contribuer à la réduction du déficit commercial de
la filière au niveau national, la plate-forme technologique dédiée à la forêt et au bois se décline en 3 axes :
- Éco-construction, autour du CRITT Bois et du Pôle
Fibres,
- Bois Énergie, autour des laboratoires de l’ENSTIB
et d’EDF,
- Optimisation de la ressource avec l’ONF et les
exploitants forestiers, dans le cadre du label “Hêtre
lorrain”.
Objectif n°2 : Dynamiser les filières
d’excellence et d’avenir
Vous avez
un projet
susceptible de
s’inscrire
dans le Pacte
Lorraine?
La CCI vous
accompagne sur le
montage de votre
dosier :
03 29 33 88 88
Action 10 : préparer et accompagner les entreprises de la filière
automobile pour anticiper les mutations et renforcer l’excellence.
10-1 Définir une approche stratégique pour la diversification commerciale et l’animation de la filière.
10-2 Implanter une école du Lean, lequel vise à
supprimer les gaspillages pour se concentrer sur la
valeur ajoutée d’un produit. Ses principes sont aujourd’hui appliqués à tous les niveaux de l’entreprise
et à tous les secteurs.
10-3 Transférer aux sous-traitants les procédés et
outils du futur. Les procédés de fabrication des véhicules des années à venir seront considérablement
modifiés. Leur anticipation doit être menée entre les
laboratoires et les industriels.
Action 12 : Accroître la compétitivité de la filière forêt-bois.
La filière forêt-bois emploie en Lorraine
23 000 personnes et 5 000 entreprises, dont une part
significative est implantée dans les Vosges. Sa structuration d’amont en aval et son animation sont indispensables à la valorisation du bois. La capacité à mobiliser,
connaître et suivre la ressource en bois, à développer
de nouvelles technologies en rénovation, construction
et écoconstruction bois est nécessaire pour assurer une
meilleure gestion de cette ressource et identifier des valorisations traditionnelles et innovantes du bois.
12-1 structurer la filière bois lorraine par des actions
transverses d’animation et de formation :
La filière forêt-bois a besoin de développer la création de
valeur ajoutée et d’emplois. Son renforcement passe par la
modernisation des installations et le développement de
projets collaboratifs et d’actions de mutualisation.
12-2 Suivre et optimiser la ressource forestière :
Améliorer la mobilisation des bois et la relation producteurs-transformateurs (scieries) est une nécessité pour
un bon fonctionnement de la filière bois, il convient
d’améliorer la desserte forestière pour résorber le déficit
de mobilisation du bois et de conforter les entreprises de
travaux forestiers afin d’assurer aux industriels un approvisionnement régulier et compétitif.
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
25
dossier
Les vosges dans la grande région
12-3 Développer les bonnes pratiques et les nouvelles technologies dans la rénovation et la construction bois ainsi que l’écoconstruction bois.
Le marché de la construction bois et de l’écoconstruction est en croissance en Lorraine, tout
comme le nombre d’acteurs présents sur le marché
régional.
Les principaux freins restent aujourd’hui le manque :
- d’informations quant aux produits concurrents,
- de structuration de la filière
- de produits industriels élaborés localement.
12-4 Construire en Lorraine un projet
haut de gamme dans l’ameublement et
l’équipement des lieux de vie. Le Pôle
Lorrain Ameublement Bois (PLAB)
se verra conforté dans son expertise de
porteur de projet d’actions collectives et
se positionnera sur le développement en
Lorraine de ce projet.
12-5 Innover et rationaliser dans le
secteur bois-énergie. Pour faire de la
Lorraine le Centre européen d’étude et
de développement du bois-énergie, il est
envisagé de développer une plate-forme
technologique bois énergie en soutien
aux entreprises du secteur.
Action 13 : Rendre la Lorraine
agricole et agro-alimentaire plus
compétitive, innovante et diversifiée.
L’ensemble des projets contenus dans cette action
touche indirectement les entreprises agro-alimentaires vosgiennes.
Parmi les mesures concrètes qui touchent les Vosges,
sont envisagées :
- la mise en place d’un cluster lait, qui ferait de la
Lorraine un centre de référence de la recherche et de
l’enseignement du lait,
- la construction d’un espace de documentation
à l’Établissement d’enseignement et de formation
professionnelle agricole de Mirecourt.
Objectif n°3 : Promouvoir les démarches
innovantes d’attractivité et d’aménagement
des territoires
Projets concernant les Vosges
Développement du Pôle de l’Image à Épinal,
avec les créations :
- d’un incubateur de nouvelles activités par l’aménagement d’un bâtiment mitoyen de la Maison Romaine
et d’un data center spécialisé dans les plates-formes
numériques,
- d’un centre d’archivage et de valorisation de la
mémoire industrielle lorraine,
- d’une plate-forme unique pour le soutien aux
télévisions locales,
- d’un quartier numérique éventuellement autour du
Pôle Image.
Modernisation des villes thermales
de Plombières-les-Bains (coût 3 Me), Vittel et
Contrexéville,
Massif des Vosges, où il est envisagé la
rénovation des stations, leur accessibilité ainsi que la
diversification des activités proposées,
26
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
Développement touristique à Ventron, dont :
- création de chalets,
- remplacement de 3 téléskis et du télésiège,
- création d’un télésiège supplémentaire,
- extension du domaine skiable de 22 ha à 35 ha.
Réaménagement du col de la Schlucht
Construction d’un centre aqualudique
à Saint-Dié-des-Vosges,
Développement de véloroutes,
Rénovation du Canal des Vosges et amélioration
des canaux à petits gabarits (intérêt logistique de
transport pour les entreprises comme SAGRAM dans
les Vosges),
Développement du numérique.
Le Conseil Général des Vosges fera réaliser les
infrastructures nécessaires (haute qualité de
services numériques) sur 4 zones d’activité d’intérêt
départemental.
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
27
CREATIVE TECHNOLOGIE
SEUIL DE CHARGEMENT ABAISSÉ
SEUIL DE CHARGEMENT ABAISSÉ
PORTE LATÉRALE COULISSANTE
CABINET EXTENSO 3 PLACES
SEUIL DE CHARGEMENT ABAISSÉ
SUSPENSIONS OPTIMISÉES
CABINE APPROFONDIE 6 PERSONNES
AIDE AU FREINAGE D’URGENCE
DOUBLES PORTES LATÉRALES
ESP
RÉGULATEUR DE VITESSE
* Voir conditions en concession
BUREAU MOBILE
CITROEN BERLINGO VU HDI
CITROEN JUMPY VU
CITROEN JUMPER VU
À PARTIR DE
À PARTIR DE
À PARTIR DE
9 490 € HT*
12 690 € HT*
13 890 € HT*
C. AUTOMOBILES - 1 ALLEE DES RAPAILLES - ZAC DE LA ROCHE - 88000 EPINAL - 03 29 31 15 15
28
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
RENCONTRES
Philippe Virtel Président de MGE
“Pour un transport
combiné rail-route”
Président de MGE Transports et Auxiliaires, élu “Transporteur de l’année 2013” par
l’Officiel des Transporteurs - une reconnaissance nationale - Philippe Virtel plaide pour
une alternative à l’usage exclusif de la route.
“
L
a grande région ? Pour nous, c’est 200 kms
autour d’Épinal. Nous raisonnons par rapport
à notre centre d’exploitation”. Implanté à
Chavelot, MGE Transports et Auxiliaires y réalise 40%
de son chiffre d’affaires. Fatalement, la Grande Région
“institutionnelle” intègre ce territoire. “On ne fait que
suivre nos clients, sans avoir le sentiment de faire du
transport international”, précise Philippe Virtel, son
président. “Ce n’est pas un phénomène récent. Dès que
les frontières physiques – la douane-zoll – ont sauté,
c’est devenu une évidence, on a pu circuler sans perdre de
temps. Cette suppression a rapproché intellectuellement
les gens et cela les invite à faire du business”. Certaines
régions sont plus concernées que d’autres : l’Allemagne
rhénane par exemple, ou le Luxembourg et le Sud-Est
de la Belgique, même si la crise économique wallonne
limite les affaires. Il faut cependant y adjoindre la
Lorraine, l’Alsace, la Franche-Comté, la ChampagneArdenne (Troyes) et la partie alémanique de la Suisse
autour de Bâle.
Des obstacles n’en demeurent pas moins. “Travailler
sur le Luxembourg reste complexe”, note Philippe Virtel.
“Les axes routiers et autoroutiers ne sont pas tous
adaptés à l’importance des trafics. Les améliorations
des infrastructures ont cessé de se produire il y a une
dizaine d’années, et cela coince quelques heures par
jour sur l’A31, à la fois voie périurbaine et axe de
grand transit. Pas simple”. D’autres verrous subsistent,
au Sud cette fois : “le verrou routier à faire sauter”, à
en bout”, sur les plans technique, économique et
savoir la RN 66, et le verrou économique qu’est le péage
environnemental. “Elle combine les avantages du train,
exorbitant du tunnel de Sainte-Marie-aux-Mines. Voilà
du fait de sa massification – l’équivalent de 48 camions - ,
pour le constat qui n’est pas dénué de propositions.
atténue l’impact CO2, se
L’une tient particulièrement à
révèle un gain en vitesse, tout
cœur au patron de MGE qui
Les axes routiers
en conservant la souplesse du
en fait même “un axe de
et autoroutiers
camion qui ne désorganise pas
développement depuis deux
les flux industriels”.
ans et demi” : le transport
ne sont pas tous adaptés
Prêt à “soutenir tous les projets
combiné rail-route. Différente
à l’importance du trafic.
structurants allant dans ce
de celle du “ferroutage qui
sens” - il n’est pas seul en
consiste à mettre un camion
Lorraine - Philippe Virtel ne peut que constater l’absence
sur un train et du transport terrestre de conteneurs
à ce jour d’un maillon essentiel de la chaîne dans la
maritimes”, cette technique fait appel à des UTI
région : celle d’un terminal public de transport combiné
(unités de transport intermodal), les “caisses mobiles
opérationnel. “Un outil sans lequel un opérateur de
rail-route”, et concerne le transport “continental” de
transport combiné, offrant des services ferroviaires entre
marchandises fabriquées et consommées sur le territoire
deux terminaux, et en cela partenaire indispensable du
européen. transporteur routier, ne peut mettre en œuvre un service
entre deux régions industrielles”. Et de conclure : “les
Pour Philippe Virtel, l’intérêt de cette “diversification
industriels Lorrains ne disposent donc aujourd’hui
technique et organisationnelle” est de présenter une
quasiment pas d’une offre alternative au “tout route”.
alternative éprouvée au “transport routier de bout
Philippe Virtel
MGE SA
1 ZAC de la Corbeille
88150 CHAVELOT
Tél : 03 29 68 10 10
www.mge.fr
Création : 13/07/1882
Capital : 3 780 000 EUR
Chiffre d’affaires : 57M€
Effectif : 480 salariés
Parc : 355 tracteurs
+ 630 semi-remorques et unités rail-route
135 000 livraisons par an
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
29
RENCONTRES
Nicolas Claudel station de La Bresse/Hohneck
“La grande région :
une clientèle naturelle”
La station La Bresse-Hohneck bénéficie naturellement de la clientèle de la Grande Région.
Le groupe Labellemontagne continue à y investir, confortant le rôle de laboratoire de cette
station pour l’entreprise familiale qui mise autant sur l’innovation et la réponse aux attentes de
la clientèle que sur le développement local.
Claudel qui scelle cependant un partenariat avec une
société de communication située à Mannheim (BadeWurtemberg), organisatrice depuis plusieurs années de
sorties sur le domaine skiable en après-midi, et en nocturne les samedis. La Belgique, avec 15% de la clientèle, apporte le plus gros contingent de skieurs.
Nous sommes
le premier massif montagneux
sur la route du Sud.
Naturellement, les skieurs
à la journée viennent
chez nous.
Nicolas Claudel
La Bresse-Hohneck
Labellemontagne
92 route de Vologne
88250 LA BRESSE
Tél : 03 29 25 68 58
www.labellemontagne.com
Capital : 428 500 €
Effectif : 20 salariés (jusqu’à 150 en hiver).
30
S
tation phare du massif des Vosges, La Bresse/
Hohneck rayonne bien au-delà des limites vosgiennes. Sur les 416 000 journées/skieur de la
dernière saison hivernale, environ 20% étaient originaires de la Grande Région. “Nous sommes le premier
massif montagneux sur la route du Sud. De plus sur les
26 stations, nous sommes la plus importante. Naturellement, les skieurs à la journée viennent donc chez nous.
Contrairement aux Alpes, où on note une multiplicité
de stations, nous sommes un peu esseulés au milieu
de ce bassin, d’où cet apport de clientèle”, commente
Nicolas Claudel, le directeur du site (150 salariés en
hiver, soit 50 ETP pour un groupe, Labellemontagne,
qui emploie 1 200 personnes).
Concentrant sa promotion sur la Lorraine, l’Alsace et
l’est de la Franche-Comté, la station bressaude n’a pas
encore engagé de campagne sur ce territoire. “Ils vont
chercher des choses différentes dans la montagne, les
Allemands la nature, les Belges le côté festif, convivial.
Quant aux Luxembourgeois, je ne les connais pas”.
Bref “c’est difficile de communiquer”, résume Nicolas
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
La localisation favorable de la station vosgienne n’explique pas tout. D’autres atouts séduisent : son fonctionnement “aurore” - dès 6 heures du matin - et nocturne – jusqu’à 21h45 – tous les vendredi, samedi et
dimanche et durant les vacances scolaires, des pistes
ludiques “qui conviennent à tous”, l’intégration totale
des services, la neige de culture, un front de neige à plat
desservi notamment par deux télésièges débrayables,
jouent aussi en sa faveur, comme le développement
quatre saisons. “La station est depuis quatre ans un
véritable laboratoire du groupe, explique Nicolas
Claudel, on a un véritable outil, une nouvelle station.
Tout y est complet”. Autant d’arguments qui expliquent
le fait que le groupe Labellemontagne, pourtant riche
de nombreuses stations dans les Alpes, en France et en
Italie, continue à investir ici.
Témoins, les programmes à venir intégrant l’aménagement d’un nouveau parking de 600 places, le renouvellement des équipements de neige de culture vieillissants, ou encore l’offre de nouveaux équipements
quatre saisons. “Parmi nos objectifs stratégiques, nous
entendons assurer le développement économique et social de nos vallées, permettant l’ancrage du personnel.
Nous essayons de pérenniser et de développer les activités par l’innovation. C’est écrit chez nous, il y va de la
Responsabilité Sociétale de l’Entreprise, et ce en dépit
des difficultés liées à la moyenne montagne”. Une certitude “bonne vitrine du groupe dans l’Est de la France”,
la station La Bresse-Hohneck entend bien continuer à
attirer à elle des skieurs d’un bassin de population dans
un rayon de 400 kilomètres plus que jamais prometteur.
RENCONTRES
Yves Bailly PDG de Norske Skog Golbey
“Mutualiser et innover”
Norske Skog Golbey a tissé des liens privilégiés avec la Grande Région, qui abrite ses
clients “fleurons”. La papeterie mise plus que jamais sur cette ouverture vers le monde
extérieur, en misant aussi sur l’innovation et la mutualisation des moyens.
N
orske Skog Golbey réalise 90 % de son chiffre
d’affaires à l’export, majoritairement en Europe.
La papeterie vosgienne du groupe norvégien entretient logiquement des relations d’affaires avec la Grande
Région. “C’est hyper conséquent pour nous”, résume Yves
Bailly, le président de cette business unit. “Les clients de
ce territoire appartiennent à nos fleurons” (lire encadré).
Cette Europe que symbolise le territoire transrégional a en
fait dicté le choix du groupe Norske Skog de s’implanter à
Golbey, voici 21 ans. “Dans un rayon de 7 à 800 kms, on
touche les plus grandes métropoles européennes. Or qui
dit centres de consommation, dit collectes facilitées de papiers récupérés”. D’autres critères ont pesé : la proximité
d’un important bassin de matière première forestière, ainsi
qu’ “une énergie pas chère, une main d’œuvre fiable et sérieuse, enfin des politiques qui ont mouillé leur chemise”.
Cette situation privilégiée, cette relation de confiance avec
le territoire comptent toujours dans les choix stratégiques
de l’entreprise qui continue à investir. “Nous travaillons
à maintenir le site à un haut niveau de performance technique et de qualité”, explique Yves Bailly. Parallèlement,
Norske Skog a “rejoint naturellement Green Valley”, la
grappe d’entreprises positionnées sur l’éco-construction
et les éco-matériaux. “Cela consolide et amplifie la démarche innovante d’Épinal”. L’engagement à hauteur de
30% dans le capital d’amorçage d’Ecodev, la SEM porteuse de ce cluster, y participe. Si faire du papier est son “cœur de métier”, Norske Skog joue ainsi les cartes de “la
mutualisation de moyens, de l’innovation, du meilleur parti à tirer de ses produits et co-produits”. Plasticendres, “un
brevet de plus en plus proche de la commercialisation”, le
confirme. L’idée, travaillée avec le Pôle Fibres : “recycler
les 60 000 tonnes de cendres produites par an sur le site,
et remplacer les éléments minéraux des plastiques par des
cendres”.
D’autres partenariats se font jour. Norske Skog collabore
ainsi au projet Le Bois Santé porté par la start-up Harmonic Pharma, visant à extraire du bois des molécules
d’intérêt thérapeutique. De quoi, là encore, valoriser les
coproduits. Nouvelle illustration, parmi d’autres, de “la
volonté de nous ouvrir vers le monde extérieur”, confie
Yves Bailly. Et ce, en relation étroite avec les acteurs de
l’économie locale, à l’instar de Valorail, ou le transport alternatif en vrac sur rail-route de papiers récupérés, offrant
“une offre différente aux collectivités” sensibles à l’impact
sur l’environnement et conduite “main dans la main” avec
MGE, l’entreprise de transports et de logistique vosgienne.
Yves Bailly
Norske Skog et la Grande Région
“50 000 tonnes de vente au total” : la Grande Région compte dans l’activité de Norske Skog Golbey.
“Partenaire historique” de la papeterie, le groupe de presse EBRA, plus qu’influent dans le Grand-Est,
est l’un de ses fleurons. NSG lui fournit 20% des 80 000 tonnes de papier qu’il consomme chaque année.
En Belgique, il approvisionne 30% des besoins du groupe Rossel, un éditeur majeur de la Wallonie
(Le Soir). Quant à l’Allemagne, NSG livre “sur l’ensemble du territoire”, avec un objectif, en cours de
réalisation, de doubler, voire tripler ses ventes. “Nous avons notamment accru notre position auprès
d’imprimeurs commerciaux de Rhénanie-Palatinat qui pèsent deux millions de tonnes de new sprint”,
précise Yves Bailly, rappelant que la majorité de l’exportation a pour cadre “les pays limitrophes, tels que
Benelux, Allemagne, Suisse, Italie, Espagne…”
Norske Skog Golbey
Route Jean-Charles Pellerin
88190 GOLBEY
Tél : 03 29 68 68 68 http://www.norskeskog.com/golbey
Création : 09/08/1989
Capital : 137 387 965€€
Chiffre d’affaires : 278 M€
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
31
RENCONTRES
Karl Gedda délégué général du Pôle Fibres
“Le poids des liens
industriels”
Karl Gedda, le délégué général du Pôle de compétitivité Fibres grand Est, évoque les
liens tissés avec la Grande Région et l’ouverture de relations avec le Sud.
Karl Gedda
Pôle Fibres
27, rue du Philippe Séguin
BP 104 - 88051 Epinal Cedex 9
Tél. : 03 29 29 61 89
contact@polefibres.fr
www.polefibres.fr
Création : 2005
Budget de fonctionnement : 1 013 268E€
Effectif : 10 équivalents temps pleins
250 adhérents
116 entreprises
82 centres de recherche
18 établissements d’enseignement supérieur
27 partenaires d’animation
3 organismes financiers
177 projets de recherche et développement
ont été labellisés depuis la création du Pôle
et jusqu’au 31 décembre
pour un budget global de 370 M€
32
Flamands avec qui nous travaillons davantage”. Voilà
pour le constat brut qui n’élude pas la menée d’autres
projets, autour des matériaux composites “dépassant
le cadre de programmes européens plus larges” et rassemblant les régions Champagne-Ardenne, Lorraine, les
Flandres encore, où le Pôle intervient en tant qu’observateur et expert, la CCIR Lorraine y assurant le rôle de
correspondant régional.
Qui dit Nord - Grande Région donc - dit bien sûr les
autres points cardinaux, pour un Pôle de compétitivité
qui ne néglige aucun partenariat, ni aucune direction.
Côté alsacien, les relations sont nombreuses, du fait des
liens de toujours existant entre industriels, l’Alsace représentant aujourd’hui 45% des adhérents du Pôle contre
8% pour les autres régions limitrophes : Franche-Comté,
Champagne-Ardenne et Bourgogne.
“Dans le domaine du développement économique, il faudrait réussir à intégrer l’Alsace, davantage tournée vers
le Rhin Supérieur (Bâle, Bade, Karlsruhe…), et n’ayant
pas de relations naturelles avec les acteurs de ces régions”. À preuve, la SATT Grand Est (Société d’Accélération de Transfert de Technologie), interface entre
les laboratoires de recherche et les industriels, regroupant Franche-Comté, Bourgogne, Lorraine et région de
Troyes, s’est faite sans une Alsace qui a porté son propre
projet.
“Vers le Sud, l’ouverture a débuté il y a trois ans”,
confie Karl Gedda, évoquant les relations avec le nord de
la Bourgogne et les acteurs du développement, telle que
la société de valorisation Welience qui a intégré le Pôle
a Grande région, c’est une étoile de mer à
en 2012. Les actions sur les fibres naturelles sont menées
trois branches avec le Luxembourg au centre.
avec le réseau consulaire et la grappe d’entreprises Agro
La Lorraine est sur un des bras”. L’image est
Composites Entreprises, branchées agromatériaux.
de Karl Gedda, le délégué général du Pôle de compétitiLa région Rhône-Alpes n’est pas en reste, via les Pôles
vité Fibres Grand Est. Or ce cœur de la Grande Région,
de compétitivité Axelera (chimie et environnement)
c’est bien connu, est déjà réputé pour être apporteur de
et Techtera (textiles techniques). Les ambitions, on le
financements. “Il n’y a jamais eu de relations complèvoit, sont là et se concrétisent, mais “ce qui manque
tement naturelles au plan industriel”. En prise directe
c’est la facilité d’accès”, remarque Karl Gedda. “Le
et active avec la filière fibres et éco-matériaux, le Pôle
territoire lorrain, notamment dans les Vosges, reste un
Fibres basé à Épinal n’en a
profil de vallée. Il faut en sorpas moins tissé des liens avec
tir. Il est plus facile d’aller
La grande région,
Luxinnovation, l’agence nac’est une étoile de mer à trois vers la grande Région qu’en
tionale pour la promotion de
Bourgogne, tant au plan ferbranches(...). La Lorraine
l’innovation et de la recherche
roviaire qu’autoroutier. Cela
luxembourgeoise, pour ce qui
complique les relations. Il faut
est sur un des bras.
est de la construction et des
prendre la journée pour faire
matériaux de construction. “En Rhénanie, plus éloignée,
quelque chose”. Trop long en somme. Et le délégué
nous devons travailler autour du bois, dans le cadre de
général du Pôle Fibres d’évoquer aussi, pour conclure,
relations informelles avec l’Université ; en Sarre, avec le
la nécessité de “mettre en place une autre organisation,
Centre technique sur les contrôles non destructifs ; quant
le sillon lorrain s’arrêtant aujourd’hui à Epinal”. Trop
à la Wallonie, frappée par des crises, elle cède le pas aux
court cette fois, au regard des opportunités à développer.
“
L
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
>> VOS ATTESTATIONS
DE SALAIRES EN LIGNE
Avec l’attestation
de salaires en
ligne, optez pour
un versement
des indemnités
journalières
plus rapide !
NOUVE
Un service >
AU
Consulte
z vos
bordere
aux
d’indemn
ités
journaliè
res sur
net-entre
prises.fr
grâce au
service
Gratuit et sécurisé >
Rien de plus simple >
Pensez-y >
BPIJ.
E X P E R T I S E - C O M P TA B L E
CONSEIL ET MANAGEMENT
Votre meilleur atout pour réussir
www.cabinet-bex.fr
contact@cabinet-bex.fr
BEX Epinal : Z.A. de la Roche - BP 61064 88051 EPINAL Cedex 9 - Tél. 03.29.82.63.63
BEX Saint Dié : 33 rue Dauphine - BP 73092 - 88103 Saint Dié cedex - Tél. 03 29 56 87 88
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
33
Tous les mATérIAux pour
l’AménAgemenT eT lA décorATIon
IsolATIon
FermeTure exTérIeure
communication - Epinal - 03 29 35 71 34 - www.vegacommunication.fr
BoIs
AgencemenT InTérIeur
Agence
Avec la laine
minérale, économisez
argent et énergie !
et nous vous
offrons la
location
de la machine
à souffler !
*
* voir conditions en magasin
La laine minérale à souffler,
le matériau isolant chaud / froid
par excellence !
Isolez votre maison
avec de la laine minérale
www.svbthaon.com
34
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
1 rue des Anciens combattants d’AFN
88150 THAON LES VOSGES - Tél. 03 29 39 27 85
accompagnement des entreprises
Ces salons qu’il ne fallait
pas manquer
En septembre dernier, la Chambre de commerce et d’industrie des Vosges a
accompagné une quarantaine de personnes sur des salons tendances, Decorex
et e-commerce.
O
rganisé à la demande des ressortissants, la
visite collective du Salon Decorex à Londres,
en septembre dernier a rencontré un véritable
succès. Ils étaient 33 a participé à ce voyage professionnel. L’occasion pour cette délégation de découvrir une culture marketing différente, mais aussi les
dernières tendances, de nouer des contacts avec de
nouveaux fournisseurs et de développer leurs réseaux
à l’international, dans une ambiance conviviale et
agréable.
Dans le même temps, une autre délégation se rendait à
Paris, pour la visite collective du salon du e-commerce,
le rendez-vous idéal pour découvrir les solutions pour
un e-commerce efficace et réussir le cross–canal. Les
participants ont apprécié les différents espaces dans
lesquels ils ont démasqué les nouvelles tendances en
matière de technologie, marketing numérique, expérience client et logistique.
Les visites collectives de salons organisées par la
Chambre de commerce et d’industrie des Vosges, c’est
l’assurance :
d’un coût réduit grâce au soutien financier apporté
par la CCI des Vosges
d’une préparation de toute la logistique (transports,
hébergement, repas)
d’une organisation clé en main pour une visite sans
stress.
Comment avez-vous entendu parler de cette sortie ?
J’ai été informée par un courrier de la CCI des Vosges
Aviez-vous déjà participé à des salons professionnels ?
Oui, le salon Maison et Objet à Paris en janvier dernier, je m’y suis rendue par
le biais de la CCI. Ce fut une très bonne expérience que j’ai souhaité renouveler
avec mes associés. Des fournisseurs nous avaient parlé de Decorex mais nous
appréhendions un peu l’organisation. Les échanges avec la CCI nous ont rassurés
et nous n’avions plus qu’à nous laisser guider…
Aurélie Mougel de
Illico perso (société
de marquage textile,
de vente d’objets)
à La Bresse, a
participé à la visite
collective du salon
Decorex
Quels sont les apports de cette visite ?
Nous savions avant de partir que nous n’allions pas trouver autant de fournisseurs
qu’à Paris. Mais le salon propose des ambiances, des mises en scène de
décoration différentes de celles que l’on trouve en France. Nous avons pu
diversifier et compléter nos collections, avec des fournisseurs proposant des
produits originaux et des univers particuliers.
Contact : Irina Canton
Tél : 03 29 33 88 88
icanton@vosges.cci.fr
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
35
accompagnement des entreprises
5e Biennale de la
montagne
L’attractivité ne s’improvise pas
À La Bresse, les 17 et 18 octobre derniers, la 5e Biennale de la montagne a
mis l’accent sur une donne forte du développement futur des montagnes : leur
pouvoir d’attractivité. Ne s’improvisant pas, il reste à construire, à améliorer
dans le cadre d’une société en mouvement. Tout l’attrait du rendez-vous !
“
“
Si le beau attire
l’économie, il faut
donc le protéger et
le faire savoir
L
’attractivité des massifs” : c’est sur ce
thème porteur qu’ont travaillé les participants de la 5e Biennale européenne de la
montagne, organisée par la CCI des Vosges, à la
station La Bresse/Hohneck/Labellemontagne les
17 et 18 octobre derniers. Jean Viard, sociologue,
directeur de recherches au CNRS et auteur notamment du Sacre du temps libre, en situe d’entrée
l’enjeu. Dans “une société de mobilité, de discontinuité, de changement et de liberté, jamais l’homme
n’a autant fait de choses dans le temps libre”. Le
chercheur, reconnu pour ses travaux sur les identités territoriales, poursuit “dans une société où l’art
de vivre a pris le pas sur l’art de produire, où le
soft attire le hard, en fait où la beauté attire l’économie, où l’économie se déplace de plus en plus
dans les territoires de qualité de vie, où le tourisme
construit le désir des territoires”, la montagne,
“monde d’énergie” ne peut que jouer gagnante.
Encore convient-il de “construire cette attractivité”, “la communication n’étant pas une fin en soi”,
rappelle dans son discours d’accueil Gérard Claudel, le président de la CCI des Vosges. Et pour cela
“développer des outils pour rendre nos territoires
plus attractifs”, qu’il s’agisse “d’infrastructures,
comme les TIC, de services aux entreprises et aux
populations, de produits, de supports de communi-
“
Jean Viard " le tourisme est un levier formidable pour développer l'attractivité des territoires de montagne".
36
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
cation ou encore de modes d’organisation”.
Les tables rondes et ateliers favorisant les échanges
durant deux jours ont sans conteste ouvert des
pistes en la matière pour l’avenir. On ne rassemble
pas impunément des acteurs, riches d’expériences
novatrices, en France, en Europe et dans le Maghreb.
Premier principe : si le beau attire l’économie,
il faut donc le protéger et le faire savoir, car “il
n’existe que si quelqu’un (d’autre) le dit”. Deuxièmement: “privilégier davantage le flux que
le stock”, chercher à savoir “comment valoriser
l’identité des lieux et la mobilité des hommes”.
Des exemples ? “L’économie de la retraite s’avère
capable de re-territorialiser” ; “l’attention portée
aux individus attire, elle aussi, dans un territoire”,
à la condition d’une qualité de l’offre de services,
ou encore une réponse aux actuelles attentes de
changement, de diversité, via “l’élargissement du
réseau d’activités”, résume Vincent Vlès, un chercheur. Il est tout autant question de lever certains
malentendus “entre l’imaginaire, la représentation
de la montagne et sa réalité”, juge Philippe Bourdeau, chercheur lui aussi. Urbanisation et rêve de
nature sauvage ne font pas toujours bon ménage.
D’où certains enjeux forts : la place de la nature
dans les équipements, comme l’y invite la thèse
400 personnes ont participé à la 5e Biennale Européenne de la Montagne
accompagnement des entreprises
œuvre “pour un développement plus harmonieux,
plus soucieux de l’environnement et du bien-être
des populations locales”. “Seul on va plus vite,
ensemble on va plus loin” : telle pourrait être d’ailleurs l’une des phrases clé d’un rendez-vous qui a,
on l’a compris, mis en avant les vertus du partenariat. Témoin, le cluster montagne créé fin 2011
à l’initiative de Région Rhône Alpes, rassemblant
82 entreprises, 16 institutions et 4 établissements
d’enseignement, recherche et formation en développant trois pôles : l’un de veille / information /
promotion, un d’innovation et développement
chargé de “développer la culture d’innovation
et de performance auprès des entreprises de la
filière”, un troisième centré sur le développement
international. Car c’est une certitude, à La Bresse
les montagnes se sont bien inscrites comme “territoires d’avenir”, leurs acteurs économiques étant
conscients que l’attractivité ne s’improvise pas.
Des engagements pour demain
U
ne biennale européenne de la montagne
se conclut toujours par des engagements.
La 5e édition ne faillit pas à la règle. Premier principe, tout laboratoire d’idées n’est utile
qu’à la condition de les partager. C’est le premier
des engagements confirmés par Gérard Claudel, le
président de la CCI des Vosges, à l’issue des travaux. Leur synthèse sera donc largement diffusée
(5 000 exemplaires imprimés + email + site Internet
de la Biennale). De quoi “alimenter nos actions et
celles de nos partenaires”. Deuxième engagement,
une thèse de dimension nationale de Coralie Achin
sur “l’adaptation des stations de moyenne montagne
au tourisme toutes saisons” sera publiée en 2015,
avec pour objectifs d’ “établir une grille de lecture
des différents types de stations, de leur fonctionnement, de leurs liens avec les acteurs locaux…”.
Elle “identifiera aussi les différents types de gouvernances, notamment ceux qui favorisent l’adaptation…”
L’énergie et les matériaux du futur, pièce maîtresse
du récent Pacte Lorraine, avec les filières d’excellence et d’avenir et les démarches innovantes
d’attractivité et d’aménagement des territoires, ne
sont pas oubliés. “Le travail de développement
de la filière bois, qui est une filière historique et
emblématique du massif, sera poursuivi”, comme
l’accompagnement des entreprises au sein des
autres filières du massif concernées par la question
des matériaux, en partenariat avec les centres de recherche : Cirtes, ENSTIB, Pôle Materalia... La CCI
des Vosges “développera enfin son rôle moteur en
matière de formation, notamment dans la plasturgie
grâce au CFA Plasturgie”. Le dernier volet majeur
de ces engagements concerne l’accompagnement
des entreprises sur le domaine du numérique, via la
création de l’Espace Numérique Entreprise.
“
Seul on avance
vite, ensemble on
va plus loin
“
d’Émeline Hatt, prix thésard 2013, portant sur “la
requalification des stations touristiques contemporaines”, la question foncière et immobilière, la
prise en compte du développement durable – une
initiative en cours en Scandinavie est à cet égard
séduisante, ne serait que par la conduite collaborative du projet – ou encore le choix majeur de
la qualification de l’offre. Une approche que font
par exemple le commissariat d’aménagement du
massif des Vosges et ses acteurs dans la stratégie
déployée pour conquérir de nouveaux publics.
Il s’agit enfin de faire en sorte que cette capacité à
attirer des hommes, des activités, des compétences
sur un territoire s’exprime grâce à ses ressources,
ses valeurs, ses savoir-faire, mais sans les dilapider
et sans négliger la qualité de vie des populations.
C’est tout l’attrait de l’outil EcoRSE (CCI de
Grenoble) présenté à La Bresse par le Club Euro
Alpin. Destiné à mesurer les impacts d’un projet de
développement, il favorise les prises de décision et
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
37
accompagnement des entreprises
Une équipe commerciale
au plus près
des entreprises
La CCI des Vosges offre une palette de services large et variée. Elle s’efforce de
donner accès au plus grand nombre d’entreprises à ses prestations. Son centre
de relations clients assure un premier accueil et répond à 80% des demandes
d’information. Sur le terrain, une équipe commerciale structurée rencontre
chaque année près de 2 000 dirigeants dans leur établissement.
“
C
hambre de commerce et d’industrie
bonjour !» Cette voix chantante qui vous
accueille lorsque vous téléphonez à la
CCI des Vosges n’est pas celle d’une standardiste.
C’est celle d’une chargée de relations clients.
Nuance. Elle est spécialement formée à répondre à
la majeure partie des questions régulièrement posée
à la CCI. Création, transmission, reprise d’entreprise,
formalités administratives, export, formation, etc. :
elle vous informe dans le détail et vous envoie des
documents dans l’instant par courriel si nécessaire.
Les chargées de relations clients poursuivent un
double objectif : répondre rapidement et précisément
aux chefs d’entreprise tout en libérant les chargés
de mission de la CCI de ce travail récurrent
d’information. Ceux-ci sont alors plus disponibles
pour aller à la rencontre des entreprises. Ils disposent
de plus de temps pour étudier et traiter des dossiers
spécifiques avec les dirigeants ou leurs collaborateurs.
24 collaborateurs sur le terrain
L’équipe commerciale de la CCI des Vosges
compte 24 collaborateurs, quotidiennement
sur le terrain.
De gauche à droite : Frédéric Bourguignon,
Sylvain Jacobée (Directeur Général),
Lynda Lassal, Irina Canton, Nicola Velter,
Elisabeth Lombard, François Bouvard,
David Cherrière, Sandra Cramaro,
Karine Scheffer, Christophe Beurné,
Gérard Claudel (Président),
Sylvain Zygmaniak, Liliane Paris,
Céline Poirot, Philippe Lacour, Pascal Garnier,
Murielle Nourdin, Laurent Duvic.
(manquent sur la photo, Patrick Coignus,
Francis Claude , Marie-line Jeandel,
Dorothée Lemaire, Christophe Luttenbacher,
Jean-Luc Perrin et Rémy Perrouin).
C’est ainsi que 24 collaborateurs de la CCI des Vosges,
vont chaque jour au-devant des entreprises de notre
département. Ils interviennent sur des problématiques
propres à leur spécialité mais ils sont également chargés
d’assurer la promotion des autres services que peut
apporter la Chambre de commerce à leur interlocuteur.
Que ce soient des conseils en règlementation
environnementale, de l’accompagnement dans des
démarches qualité ou à l’export, ou encore de l’ingénierie
au financement de projets, cette équipe commerciale mène
une action client proactive chaque jour de l’année.
Elle est managée en interne par le directeur de l’appui aux
entreprises qui coordonne les actions des uns et des autres
et rend compte régulièrement aux élus du travail réalisé.
Cet outil de management totalement transverse au sein de
38
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
la CCI des Vosges regroupe l’ensemble des collaborateurs
en prise directe avec le terrain que ce soient les services
études, formation ou appui aux entreprises.
Chaque trimestre, un état d’avancement des visites est
donné avec définition des objectifs pour le trimestre suivant
et présentation de l’offre produits par les collaborateurs
eux-mêmes à leurs collègues. Chaque collaborateur,
spécialiste dans son domaine, a ainsi une vision large
de l’ensemble des produits et services à disposition des
entreprises vosgiennes.
En 2012, pas moins de 1 854 chefs d’entreprises ont été
visités par les équipes de la CCI et accompagnés dans leurs
démarches professionnelles.
Votre style est unique, nos stores le sont aussi !
Vorsprung durch Technik
Engagement #3 :
Chaque conseil a sa valeur.
Audi Fleet Solutions s’engage à optimiser les coûts de votre flotte automobile. Son approche TCO
(Total Cost of Ownership - coût global de détention) vous permet de maîtriser la gestion de votre parc.
Retrouvez l’ensemble de nos engagements sur Audi.fr/fleet
Audi A6 Berline Business line 2.0 TDI 136 ch BVM,
à partir de 691 € TTC/mois*
Efficience
Equipement
Système de récupération
d’énergie
129 gr de CO2/km en cycle
mixte
Economie
4,9 L/100 km cycle mixte
Audi Fleet Solutions. We delight your business.**
**Faire avancer votre entreprise.
Perte Financière incluse***
Contrat de Maintenance obligatoire avec Véhicule de Remplacement****
LLD sur 36 mois et 90 000 km avec perte financière, contrat de maintenance aux professionnels et véhicule de remplacement inclus. Offre valable du 01/09/2013 au 31/12/2013.
*Offre de Location Longue Durée sur 36 mois et 90 000 km pour une A6 Business line 2.0 TDI 136 ch, 36 loyers de 691 € TTC. Réservée à la clientèle professionnelle, chez tous les Distributeurs Audi participant à l’opération de financement, sous réserve
d’acceptation du dossier par Audi Bank division de Volkswagen Bank GmbH – SARL de droit allemand – Capital social : 318 279 200 € Succursale France : Paris Nord 2 - 22 avenue des Nations 93 420 Villepinte - RCS Bobigny 451 618 904 – ORIAS : 08 040 267
(www.orias.fr). ***Perte Financière obligatoire incluse dans les loyers, souscrite auprès de COVEA FLEET SA - RCS Le Mans B 342 815 339. Entreprise régie par le code des assurances soumise à l’Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP) - 61 rue Taitbout 75 009 PARIS.
****Contrat de Maintenance lié aux financements réservé aux Professionnels souscrit auprès de Volkswagen Bank GmbH – SARL de droit allemand – Capital social : 318 279 200 € - Succursale France : Paris Nord 2 - 22 avenue des Nations 93 420 Villepinte - RCS Bobigny
451 618 904 – ORIAS : 08 040 267 (www.orias.fr) ; Garantie Véhicule de Remplacement obligatoire incluse dans les loyers, souscrite auprès d’Europ Assistance France SA – RCS Nanterre 451 366 405 : Entreprises régies par le Code des assurances et soumises à l’Autorité de
Contrôle Prudentiel (ACP) - 61 rue Taitbout 75 009 PARIS. Volkswagen Group France S.A. – RC Soissons B 602 025 538. Audi recommande Castrol Edge Professional. Vorsprung durch Technik = L’avance par la technologie.
Modèle présenté : Audi A6 Berline Business line 2.0 TDI 177 ch BVM6 avec options Peinture argent glacier métallisé (1 100 € TTC), Jantes en aluminium coulé 5 branches en V, 8J x 18” (1 950 € TTC) et Phares Xénon plus (1 420 € TTC), tarif au 01/08/2013.
Loyer du modèle présenté : 784 € TTC/mois.
Cycle mixte (l/100 km) : 4,9. Rejets de CO2 mixte (g/km) : 129.
PASSION AUTOMOBILES SA
ZI de la Voivre - 40, avenue du Rose Poirier - EPINAL - Tél. 03 29 38 22 00
contact.epinal@passionautomobiles.fr - www.audi-epinal.fr
Fleet_A6_3_210x150_V2.indd 1
06.11.2013 17:20:25
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
39
vie des clubs
L’association EGEE recrute
Ils sont retraités pour la plupart mais n’entendent pas rester les bras croisés.
Engagés au sein de l’association EGEE (pour Entente entre les générations,
l’emploi et l’entreprise) ils pratiquent un bénévolat de compétences très actif.
A
“
Nous souhaitons
participer
activement au
redressement
économique de
notre pays
nciens cadres ou dirigeants d’entreprise,
ils n’hésitent pas à donner de leur temps.
“Nous souhaitons participer activement au
redressement économique de notre pays” explique
Jean-Claude Bigorne, responsable de la délégation des
Vosges de l’association qui compte 2 000 membres en
France, dont 70 en Lorraine et une quinzaine dans notre
département.
Un chantier de plus pour l’équipe dynamique qu’il
anime dans la convivialité avec son inséparable adjoint,
Jean Slipecki, autour de nombreuses missions :
Au niveau national, EGEE jouit d’une reconnaissance
institutionnelle au plus haut niveau. Il y un an
l’association était citée en exemple dans le Rapport
réalisé par Louis Gallois – Commissaire général à
l’investissement – sur le “Pacte pour la compétitivité de
l’industrie française”.
Elle a été récemment reconnue d’utilité publique par le
Ministère de l’Intérieur sur avis favorable du Conseil
d’État. Elle bénéficie également de la reconnaissance
d’intérêt général par l’administration fiscale qui
l’autorise, depuis décembre 2012, à délivrer des reçus
permettant à ses donateurs – notamment des personnes
morales – la déduction fiscale des sommes qui lui sont
versées.
accompagnement des demandeurs d’emploi dans
la rédaction de leur CV et simulation d’entretien
d’embauche,
“
Le Ministère de l’Éducation nationale a accordé à EGEE
l’agrément des associations éducatives complémentaires
de l’enseignement public lui permettant d’intervenir plus
facilement dans les établissements scolaires.
Au niveau de la Lorraine et du grand Est, EGEE vient de
signer une convention avec le Ministère de la défense pour
aider les militaires dans leurs démarches de reconversion.
40
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
assistance et parrainage des porteurs de projets de
création d’entreprise,
permanence dans les locaux de Pôle Emploi et des
Missions locales,
aide à l’élaboration du document unique (DU)
d’évaluation des risques professionnels,
information des étudiants sur le monde de l’entreprise
et préparation de leur intégration au monde
professionnel,
information sur la prévention des difficultés des
entreprises.
“Il y vraiment de quoi faire !” se réjouit Jean-Claude
Bigorne. “Nous accueillons les hommes et les femmes
de bonne volonté qui se sentent concernés par les
problèmes que la Lorraine doit surmonter. Les anciens
cadres ou dirigeants d’entreprises qui souhaitent mettre
leurs compétences et leur expérience au service des
entreprises vosgiennes sont les bienvenus” explique
le responsable départemental qui souhaite étoffer son
équipe. Effectivement, on ne s’ennuie pas chez EGEE !
vie des clubs
Club de l’économie
numérique
Intégrer les réseaux sociaux
dans ses démarches commerciales
La troisième conférence du club de l’économie numérique s’est déroulée le
23 septembre dernier, au centre d’affaires de la CCI des Vosges. Elle avait pour
thème les réseaux sociaux et démarches commerciales.
E
n à peine quelques années, des sites comme Facebook ou Twitter sont devenus des médias à part
entière avec des audiences qui rivalisent avec les
médias classiques. D’autres services comme YouTube
ou Wikipedia ont profondément bouleversé les habitudes de consommation de l’information. Plus généralement les médias sociaux ont modifié durablement nos
façons d’interagir et de consommer en ligne.
Cette tendance combinée à la crise mondiale que nous
vivons pousse les consommateurs à être plus vigilants
et à se renseigner davantage avant chaque achat. Ces
nouveaux comportements touchent tous les secteurs de
l’économie y compris les commerçants, les Tpe/Pme.
À partir de ce constat, les décideurs ne peuvent plus
ignorer l’impact de ces nouveaux outils sur leurs relations avec leurs clients et pratiquer la politique de
l’autruche.
Mais comment appréhender et intégrer ces nouveaux
territoires d’expression, qui sont en constante évolution, et qui nécessitent un nouveau langage et une nouvelle attitude de la part des décideurs et des marques ?
Pour apporter des réponses concrètes à ces questions,
la CCI avait invité Salah-Eddine Benzakour, gérant de
l’agence Puissance-E, organisme de formation en webmarketing et innovation. Il forme les professionnels qui
souhaitent réussir leur communication numérique en
adoptant des technologies innovantes. Son intervention
a montré tout l’intérêt d’utiliser les réseaux pour son
entreprise, et comment augmenter sa visibilité.
Plus de 80 personnes ont assisté à sa conférence qui
poursuivait trois objectifs :
Expliquer ce que sont les réseaux sociaux et comment
ils impactent les différentes fonctions de l’entreprise.
Expliquer pourquoi une entreprise ou une marque
doit développer sa présence sur les médias sociaux.
Se familiariser avec les principaux réseaux sociaux
et montrer les utilisations que peuvent en faire les
entrepri
Le club de l’économie numérique a pour but de vulgariser les
connaissances et les solutions en matière de nouvelles technologies
de l’information. Il organise trois événement en 2014 :
lundi 24 février : le Numérique comme levier de croissance
lundi 2 juin à 8h30 : Les réseaux sociaux
lundi 15 septembre : Le Commerce connecté.
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
41
AGENDA
Clubs d’entreprises
Certification par étape (123 environnement)
et dispositif Envol
 11 décembre 2013 à 18h
au Centre d’affaires à Épinal
Réunion du Club Environnement et développement durable
Contact : Christophe Beurné : cbeurne@vosges.cci.fr
Plus d’informations sur www.vosges.cci.fr,
Développement de votre entreprise
Conférences
Loi sur l’accessibilité dans les TPE
 9 décembre de 15h à 17h au Centre d’affaires à Épinal
Nouvelle Loi de finances 2014 et Loi de finance rectificative 2013
Cette conférence annuelle aborde les thèmes suivants :
- Les nouvelles mesures au niveau de la fiscalité des personnes
- La fiscalité des entreprises
- Les perspectives de la fiscalité française
 Le 27 janvier 2014 à 17h30
à Épinal au Centre d’affaires (1 place du Général de Gaulle).
 Le 28 janvier 2014 à 17h30
à Saint-Dié-des-Vosges à la CCI des Vosges (44 rue de 3 villes)
Manifestations
Les prix de l’innovation vosgienne
 2 décembre à 17 heures
au Centre d’affaires de la CCI des Vosges
Voir loin, penser large et avancer vite
grâce à l’innovation participative
Animation interactive par Brice Challamel, auteur et enseignant en
management de l’innovation à HEC.
Diplômé d’HEC, Brice Challamel a développé son expertise au sein
du Groupe l’Oréal en Corée du Sud, aux États-Unis et en France
avant de rejoindre le Boston Consulting Group. Il y a conduit des
projets d’innovation appliquée à la stratégie et l’organisation des
entreprises dans une dizaine de secteurs industriels et pour plus de
20 entreprises. Il dirige depuis 2003 la société de conseil en management de l’innovation Act One, matière qu’il enseigne à HEC et à
Sciences-Po Paris. Il est l’auteur des livres Multipliez vos Idées et
Le Matin du 8°Jour : du créateur individuel à l’innovation collective
publiés aux éditions Dunod.
www.vosges.cci.fr/Les-prix-de-l-innovation
Le numérique comme levier de croissance
 24 février 2014 à 18h30, au Centre d’affaires à Épinal
Création, transmission, reprise d’entreprise
Vous avez un projet de création, de reprise ou de cession,
et souhaitez le concrétiser. La CCI est à votre service et vous
propose plusieurs rendez-vous dans ses locaux d’Épinal ou
de Saint-Dié-des-Vosges
• CCI des Vosges à Saint-Dié-des-Vosges : 44 rue des trois villes
• CCI des Vosges à Épinal : 10 rue Claude Gelée
Les mardis de la création
 Les 3 et 17 décembre
À Saint-Dié-des-Vosges de 9h à 12h,
À Épinal, de 14h à 16h,
5 jours pour entreprendre (inscription obligatoire)
 Du 2 au 6 décembre à Épinal
Ateliers thématiques pour les créateurs
 Mardi 17 décembre de 14h à 16h à la CCI des Vosges à Épinal
(sur inscription) : La comptabilité prévisionnelle
Créer son entreprise, pourquoi pas
Permanences sociales
À Épinal, Remiremont, Neufchâteau et Saint-Dié des Vosges, avec
ou sans rendez-vous, la CCI des Vosges se tient à la disposition des
commerçants, prestataires de services ou créateurs d’entreprises pour
répondre à toutes leurs questions relatives aux aspects sociaux de leur
statut (calcul des charges, difficultés financières, préparation de cession
d’activité, retraite, etc.)
 Épinal :
Centre d’affaires - 1 place du Général de Gaulle
sans rendez-vous les mercredis 4 décembre, 8 janvier et 5 février 2014.
 Le 19 décembre
Animé par le Pôle Emploi, de 9 h à 11 heures à la CCI des Vosges
à Épinal
Renseignements sur vosges.cci.fr
Espace numérique
Inauguration de l’espace numérique entreprise
 24 février 2014 à 17h30
au Centre d’affaires à Épinal (1 place du Générale de Gaulle)
Contact : Sandra Cramaro : scramaro@vosges.cci.fr
 Remiremont :
Mairie - 1 place de l’abbaye - de 9h à 11h30
sans rendez-vous les jeudis 12 décembre, 16 janvier et 13 février 2014.
 Saint-Dié-des-Vosges :
CCI des Vosges - 44 rue des trois villes, sans rendez-vous
 Neufchâteau :
Maison du CCAS - 5 square des anciens d’Indochine
uniquement sur rendez-vous (à fixer au plus tard la veille)
les mardis 17 décembre, 28 janvier et 25 février 2014.
Contact : Liliane Loric : lloric@vosges.cci.fr
Votre adresse pour la création
d’entreprises :
Le Centre d’affaires à Épinal
Créateurs d’entreprises,
Vous êtes accueillis au Centre d’affaires
du lundi au vendredi
de 8h30 à 11h30 et de 14h00 à 16h30
Pour toutes vos formalités de création, cession ou reprise d’entreprise,
le Centre de Formalités des entreprises de la CCI des Vosges vous reçoit
sur rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 11h et de 14 à 16h
 à Épinal, au Centre d’affaires,1 place du Général de Gaulle
 à Saint-Dié-des-Vosges, 44 rue des Trois villes
42
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
(1)
nOUVELLE nissan LEaF. 100% ÉLECTRiQUE.
R
EJOIGNEZ UN NOUVEAU COURANT.
à partir de
169 €/mois
(2)
Location Longue Durée sur 37 mois
avec un premier loyer de 3 079 € (bonus écologique de 7 000 € déduit)
3 € le plein Système de navigation CARwINGS(3) avec connexion depuis un smartphone
Câble de recharge prise de 220 V de série Garantie de la capacité de la batterie
Pour vos voyages, Nissan vous offre plus de 4 semaines de location(4) chez
Pour plus d’informations, rendez-vous sur nissan.fr
Découvrez l’actualité de la Nissan LEAF sur facebook.com/nissanLEAFfrance
Innover autrement. *Garantie limitée à 100 000 km. (1) Zéro émission de CO2 à l’utilisation, hors pièces d’usure. (2) Exemple pour une nouvelle Nissan LEAF Visia y compris sa batterie en Location Longue Durée sur 37 mois pour un kilométrage maximum de 37 500 km. Restitution du véhicule chez votre concessionnaire en
fin de contrat avec paiement des frais de remise à l’état standard du véhicule électrique et des km supplémentaires. - pour une nouvelle Nissan LEAF Visia, un premier loyer de 10 079 € (dont 7 000 € de bonus écologique) et 36 loyers de 169 € par mois (36 loyers de 90 € par mois sous réserve d’acceptation par DIAC, SA au capital
de 61 000 000 € - 14, avenue du Pavé Neuf 93160 Noisy-le-Grand - SIREN 702 002 221 RCS Bobigny - et pour sa batterie 36 loyers de 79 € par mois, location de la batterie par DIAC LOCATION, SA au capital de 29 240 988 € - 14, avenue du Pavé Neuf - 93160 Noisy-le-Grand SIREN 329 892 368 RCS Bobigny). Offre réservée aux
particuliers, non cumulable avec d’autres offres, valable pour la Location Longue Durée d’une nouvelle Nissan LEAF Visia neuve du 01/06/2013 au 31/12/2013 chez les Concessionnaires NISSAN participants. Modèle présenté : nouvelle Nissan LEAF Tekna avec option peinture métallisée en Location Longue Durée avec un premier
loyer de 10 079 € et 36 loyers de 253 €. (3) Selon version. (4) Carte Horizons HERTZ offerte créditée de 12 000 points Gold Plus Rewards utilisables toute l’année selon les conditions du programme HERTZ Gold Plus Rewards au moment de l’utilisation des points. La durée de location dépend du modèle de véhicule
et de la période choisis. NISSAN WEST EUROPE SAS au capital de 5 610 475 €, RCS de Versailles B 699 809 174 - Z.A du Parc de Pissaloup - 8, avenue Jean d’Alembert - 78194 Trappes Cedex.
Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35 •
43
En étant plus
proche,
on est plus efficace.
Pour bien vous conseiller, c’est mieux d’être à vos côtés. Nos conseillers
et nos experts se rapprochent de vous et sont tous présents dans votre
région. Leur métier : vous accompagner dans les moments clés de votre
activité et identifier des pistes d’économies d’énergie concrètes et utiles
à votre compétitivité.
EDF Entreprises s’engage pour votre compétitivité
Plus d’histoires d’entrepreneurs sur edfentreprises.fr
44
L’énergie est notre avenir, économisons-la !
• Vosges économiqueS - novembre 2013 - N°35
EDF SA au capital de 924 433 331 € – 552 081 317 RCS Paris – Siège social : 22-30, avenue de Wagram – 75382 Paris Cedex 08 – © Cruschiform –
Histoires d’entrepreneurs
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising