Lecture en débat et enjeux des différentes méthodes d apprentissage

Lecture en débat et enjeux des différentes méthodes d apprentissage
Lecture en débat et enjeux des
différentes méthodes d apprentissage
Sélection bibliographique commentée - 2006
LE POINT DE VUE DES ASSOCIATIONS MILITANTES DEVELOPPE DANS
LEURS REVUES
La circulaire de j anvier 2006 du minist re français de l Educat ion condamne la mét hode globale et impose le
ret our définit if et unilat éral à la mét hode syllabique pour l enseignement de la lect ure. Cet t e inj onct ion a
relancé le débat sur les mét hodes d enseignement de la lect ure, débat qui a pris une ampleur import ant e et
a secoué l ensemble du monde de l éducat ion.
En France, mais aussi en Belgique, ce fut l occasion de faire le point sur les différent es mét hodes
d apprent issage de la lect ure et sur les enj eux pédagogiques qu elles véhiculent . Les mouvement s
pédagogiques publient leurs posit ions dans leurs revues et y présent ent les mét hodes et prat iques qu ils
défendent. La décision du minist re français de l Educat ion const it ue pour eux une nouvelle opport unit é de
réaffirmer clairement les enj eux fondament aux de l accès pour t ous au monde de l écrit : enj eu
pédagogique, enjeu social et enjeu politique.
Nous avons sélect ionné ici les dossiers des revues des associat ions milit ant es pour une pédagogie
émancipatrice qui ont pris part au débat.
Il s agit , pour la France, des Act es de lect ure de l A.F.L. (Associat ion française pour la Lect ure), des Cahiers
pédagogiques du CRAP (Cercle de Recherche et d Act ion pédagogiques), du Nouvel éducat eur de l ICEM
(Inst it ut coopérat if de l Ecole moderne - Pédagogie Freinet ), de Dialogue du GFEN (Groupe français
d Educat ion nouvelle) et , pour la Belgique, de Caractères de l A.B.L.F. (Associat ion belge pour la Lect ure Section francophone).
On peut t rouver sur Int ernet une mult it udes de pages qui t émoignent du débat français aut our des mét hodes
de lect ure. Nous avons également sélect ionné ces ressources en ligne dans une webographie accessible à
partir du sit e de Lire et Ecrire Communaut aire à la page suivant e : http://publications.lire-etecrire.be/content/view/135/82/ Celle-ci const it ue une invit at ion à prolonger ou approfondir le débat en
question.
Lecture en débat et enjeux des méthodes d apprentissage
Page 2 sur 8
En France
LA REVUE DE L AFL : LES ACTES DE LECTURE
Lecture [dossier], n°94, juin 2006, pp. 27-66
Dans ce dossier, l'A.F.L. publie cinq t ext es qui sont soit des réact ions à la décision officielle soit des
précisions sur ce que l'A.F.L. ent end par approche idéovisuelle et apprent issage de l'écrit . La réédit ion d'un
art icle de José Luis lopez Rubio sur l'enseignement de la lect ure en Espagne fait office de réponse au
ministre...
A lire dans ce numéro des Actes de lecture :
BERCHADSKY Jacques, Est-ce bien sérieux ?
Ce t ext e apport e la confirmat ion que la lect ure comme le t ravail social sont des quest ions éminemment
polit iques. L'aut eur y développe les paradoxes des mét hodes et leur incapacit é à éclairer par elles-mêmes le
débat qu'elles engagent, s'arrête sur la profonde crise que traverse le système scolaire comme la société dans
son ensemble pour tenter d'éclaircir les problèmes de l'apprentissage de la lecture dans et hors de l'école.
BAJARD Elie, Vous avez dit devinette ?
Le t erme devinet t e est ut ilisé ici en référence à la circulaire du minist re Gilles de Robien qui accuse les
mét hodes globales de conduire l enfant à deviner et donc à ne pas lire à proprement parler. Pour lui,
l'apprent issage de la lect ure doit passer par le décodage et l ident ificat ion des mot s qui « n'a rien à voir avec
une devinette ». Elie Bajard démontre, dans son article, que la devinet t e n'est pas le fait que l'on croit
MONDEME Gilles, Ne pas se tromper d'ennemis
L aut eur resit ue le débat sur la lect ure comme suit : « Faut-il se sat isfaire d'une alphabét isat ion pour les
enfant s des classes dominées qui arriveront à se débrouiller avec un peu d'écrit dans un usage t rès
pragmat ique ou t out faire pour qu'ils puissent accéder à l'écrit (lect urisat ion) comme un out il de pensée
permettant de comprendre le monde ? ».
Il rappelle que les vérit ables enj eux ne sont pas les querelles de mét hodes ent re chercheurs mais bien la
résistance à une attaque idéologique contre l'école dont les discours ministériels se font les porte-parole.
FRACKOWIAK Pierre, La planète des alphas, piège à bêtas ?
L aut eur dénonce l opérat ion purement commerciale et l escroquerie int ellect uelle... auxquelles France 2
s est prêt ée pour défendre le ret our aux bonnes vieilles mét hodes . Face à cet t e prise de posit ion, il
rappelle que « le retour au b-a ba à l'école figure au programme du Front national ».
FOUCAMBERT Jean, Même quand il peut se dire, l'écrit est une langue qui ne se parle pas
Suit e à l offensive du Minist re de l éducat ion cont re la mét hode globale et pour le ret our à une mét hode
syllabique, Jean Foucambert t ent e de dégager quelques caract érist iques de l événement . Il analyse le
contexte politique de la décision ministérielle, les conditions qui ont permis le retour à la méthode syllabique
pour démont er ce qui n est pour lui qu un post ulat devenu dogme : l écrit est d abord un syst ème de
not at ion de l oral . Il s'int erroge ensuit e sur l apport à la pédagogie de disciplines qui lui sont ext érieures,
met en évidence la faiblesse de la plupart des recherches pédagogiques pour, in fine, s'ét onner de ce que les
Lecture en débat et enjeux des méthodes d apprentissage
Page 3 sur 8
résult at s de l'ét ude menée par l'A.F.L. à l'INRP concernant l'enseignement du principe alphabét ique comme
base de l'apprent issage de la lect urei ne soient j amais cit és par la communaut é universit aire et que les
résultats en soient dénaturés voire même tronqués.
LA REVUE DU CRAP : LES CAHIERS PEDAGOGIQUES
La lecture en questions [dossier complémentaire], n°442, avril 2006, pp.50-60
Imaginé bien avant que le minist re n'en fasse une quest ion d'act ualit é sensible, ce dossier complément aire
des Cahiers pédagogiques s arrêt e sur la quest ion de la lect ure pour cont ribuer à la réflexion de t ous, loin
d'un esprit polémique mais sans chercher à nier les oppositions.
Nous attirons votre attention sur les articles suivants :
BENTOLILA Alain, Apprendre à lire et apprendre à enseigner la lecture : une démarche intégrale
Réflexion sur l apprent issage de la lect ure : Alain Bent olila fait le point sur la guerre des mét hodes et
développe ses proposit ions pour la mét hode int égrale .
GOIGOUX Roland, Erratum
L aut eur t ent e ici de rect ifier quelques-unes des idées reçues véhiculées sur les mét hodes d'enseignement de
la lecture. Il analyse sept erreurs bien répandues au sujet de la lecture... et répond par la même occasion au
ministre.
ASTOLFI Jean-Pierre, La menace fantôme
L épisode minist ériel de j anvier 2006 sur la mét hode globale de lect ure est le dernier avat ar d une guerre qui
resurgit périodiquement comme une pulsion irrépressible et dont il convient de rechercher la significat ion
sociale. L'auteur intervient sur les idées fausses en pédagogie et leur étonnante persistance.
BESNAINOU Alex, Avec des non-lecteurs en Segpa
Comment prendre en charge les non-lect eurs en Segpa (Sect ion d'enseignement général et professionnel
adapté) ? Comment réussir après des années d échec ? En ret rouvant , par des proj et s et par l act ion de t out e
une équipe, le sens et le besoin de la lect ure chez des enfant s non-lect eurs pour qui, bien au-delà des
questions de méthodes, l'apprentissage de la lecture est noué à l'image de soi.
Apprendre à lire, quoi de neuf ? [dossier], n°422, mars 2004, pp.10-59
L échec en lect ure ne recule pas malgré beaucoup de recherches et de prat iques innovant es, beaucoup de
décisions officielles. La qualit é du débat dans le grand public ne progresse pas non plus : c est la faut e aux
parent s, aux milieux sociaux, aux enseignant s, à la mét hode globale... Ce dossier mont re la complexit é de la
question : apprendre à lire met en j eu des composant es diverses et liées (cult urelles, linguist iques,
st rat égiques, affect ives, et c.). On y t rouvera de nombreuses proposit ions prat iques qui mont rent bien que
l on apprend à lire en lisant et aussi en débat t ant , écrivant , agissant , et qu on le fait parce que des adult es
divers vous y aident, vous lisent des livres, vous en font lire, organisent vos apprentissages, rendent plus clair
Lecture en débat et enjeux des méthodes d apprentissage
Page 4 sur 8
ce que vous fait es en lisant . Ce dossier suscit e aussi le débat : évaluer pour quoi faire ?, faut -il parler de
prévent ion de l illet t risme ?, quels risques y a-t -il à médicaliser les difficult és d apprent issage ?
Dans ce dossier, nous attirons votre attention sur les articles suivants :
BONIFACE Claire, Prévention de l'illettrisme : un site ministériel, pourquoi, pour qui ?
Pour une fois, l'Éducat ion nat ionale sort de son quant -à-soi : www.bienlire.education.fr s'adresse aux
enseignant s et à leurs format eurs, mais aussi à t ous les part enaires du combat difficile de l'accès à l'écrit
pour tous : les animateurs, les bibliothécaires, les élus, voire les parents.
GOMBERT Jean-Emile, La place des apprentissages implicites
Ce que nous apprennent les recherches récent es : le t rait ement des analogies ent re mot s j oue un rôle en
début d'apprent issage. L aut eur t ire la conclusion de la nécessit é d une part d enseigner, pour que l élève
élabore les connaissances conscient es nécessaires à l applicat ion volont aire de procédures et st rat égies de
lect ure, et d aut re part d assurer les condit ions et l envie de la fréquent e manipulat ion de l écrit en lect ure
et en écrit ure, pour que les apprent issages puissent inst aller des aut omat ismes. Sans enseignement , l élève
rest era non-lecteur ; sans prat ique, il n inst allera pas les aut omat ismes et demeurera un décrypt eur de
l écrit , au pire il oubliera les procédures apprises et rejoindra la population des illettrés.
LA REVUE DE L ICEM : LE NOUVEL EDUCATEUR
Et pourtant ils lisent ! [dossier], n°178-179, avril-mai 2006, pp. 3-68
Ce numéro spécial fait écho à la circulaire du minist re Gilles de Robien et réaffirme par là-même
l'engagement de l'ICEM pour une pédagogie émancipatrice.
Il fait le point sur les différent es mét hodes de lect ure (syllabique, globale, mixt es, nat urelle) et sur les
enjeux politiques et idéologiques dont elles sont l'emblème.
Différent s act eurs pédagogiques, milit ant dans des mouvement s éducat ifs pour une même pédagogie
émancipatrice (AFL, GFEN), livrent leurs points de vue.
Dans ce numéro du Nouvel éducateur, nous avons lu pour vous :
FREINET Célestin, Pour une méthode naturelle de lecture-écriture
Pour nous remettre en mémoire la pédagogie de la lecture préconisée par Célestin Freinet : divers extraits de
ses Oeuvres pédagogiques (tome 2), éditions du Seuil, 1994.
CHABRUN Catherine, FOURNIER Jean-Yves, De la syllabique à la syllabique
Cet art icle nous livre un regard sur l'hist oire des mét hodes de lect ure en France : syllabique, globale,
méthodes mixtes, méthode naturelle de Freinet.
HANNEBIQUE Sylvain, LE MENAHEZE François, THOREL Marcel, THOREL Danielle, Redéf inissons mét hode
naturelle et tâtonnement expérimental
Lecture en débat et enjeux des méthodes d apprentissage
Page 5 sur 8
Apprendre à lire s'inscrit dans la complexit é, cont rairement à ce que préconise le minist re de l'Educat ion
nat ionale en imposant la mét hode syllabique. L art icle rappelle les axes principaux de la pédagogie Freinet
en ce qui concerne la méthode naturelle de lecture et le tâtonnement expérimental.
DE KEYZER Danielle, La méthode naturelle avec des adultes non lecteurs
Après 25 ans de t ravail en MNLE dans les classes de CP ou de CE1, Danielle De Keyzer s'est engagée dans la
lutte contre l'illettrisme. Pour elle, la philosophie de la Pédagogie Freinet lui semble s'imposer, mais elle doit
l'expériment er, ce qu'elle fait depuis 14 ans un peu part out en France et en Belgique. Elle nous livre ici un
résumé de sa pratique avec un public adulte analphabète.
OUZOULIAS André, Les six simplif icat ions des t enant s de la mét hode syllabique pure
André Ouzoulias est l'un des init iat eurs de l'appel Sauvons la lect ureii. Il rappelle ici la complexit é de
l'apprent issage de la lect ure. « La crise de l'école ne saurait se résoudre en f orce par la mét hode
syllabique ».
GOIGOUX Roland, Les méthodes intégratives : une alternative à la syllabique
Le 2 sept embre 2005, Roland Goigoux, avec l'art icle La guerre des mét hodes est f inie paru dans la rubrique
Rebonds du quot idien Libération, expliquait que les mét hodes globale, syllabique et mixt es n'ét aient pour
ainsi dire plus prat iquées. Il proposait de qualifier les mét hodes ut ilisées d'int égrat ives. Le t ext e présent é ici
est issu de cet article.
BERNARDIN Jacques, Lecture : le discours de la méthode...
« Persévérer dans cet t e mét hode alors qu'on en connaît la nocivit é est criminel, c'est un danger pour les
enfants. » « Il faut revenir à la syllabique. » Jacques Bernardin démont re ici que ce discours est plus du côt é
de l'anathème injonctif que du conseil avisé, scientifiquement étayé.
FOUCAMBERT Jean, Vive la complexité !
Sous le couvert d'égalit é pour t ous, le ret our à la syllabique renforce une école élit ist e qui alphabét isera
peut-êt re t ous les j eunes mais en laissera une grande part ie sur le bord de la rout e. Pour Jean Foucambert ,
réduire la lect ure au déchiffrage préconisé par le minist re de l'Educat ion nat ionale est une at t aque cont re la
démocratisation des outils de formation intellectuelle.
FOURNIER Jean-Yves, B-A BA, le retour... une explication psychologique
Devant cet t e offensive des t enant s de la mét hode syllabique qui rencont re auprès du public un écho t rès
favorable, Jean-Yves Fournier analyse ici la quest ion que l'on pourrait se poser : pourquoi t ant de gens, t ant
de parent s not amment , et ... quelques enseignant s sont -ils t ellement at t achés à la mét hode en quest ion ?
Comme une véritable nostalgie...
MULAT Michel, Lecture est pluriel
Comment peut-on parler de mét hode de lect ure alors que la lect ure n'exist e pas. Pour Michel Mulat , l'ét ude
de la lecture devrait être plus que tout autre réellement pluridisciplinaire.
Lecture en débat et enjeux des méthodes d apprentissage
Page 6 sur 8
La méthode naturelle de lecture-écriture dans la lutte contre l'illettrisme [dossier], n° 91, sept embre
1997, pp. 11-21
A lire les articles de :
DE KEYZER Danielle, La Méthode naturelle de lecture-écriture dans la lutte contre l'illettrisme
Dans le cadre du chantier Outils d'apprentissage de l'ICEM, un module de travail a réalisé des outils de lecture
pour adolescent s en difficult é et adult es en sit uat ion d'illet t risme. Ce module s'est const it ué aut our de
Danielle De Keyzer et les out ils sont présent és dans l art icle suivant .
DE KEYZER Danielle, Out ils, mode d'emploi : les f ichiers LIRE, in Le nouvel éducat eur, n° 92, oct obre 1997,
pp.17-24
L'obj ect if est de favoriser l'individualisat ion des apprent issages t out en favorisant la gest ion du groupe
d'apprenant s par le format eur. Il s'agit de met t re l'apprenant en posit ion de vérit able lect ure : chercher un
sens à ce qui est écrit . Et pour cela, développer des démarches d'observat ion, de mémorisat ion, de
comparaison, de déduction.
VALIN Anne, La maîtrise remarquable de l'écrit comme condition d'accès à la citoyenneté
Survivre dans not re sociét é sans l'écrit est sans dout e possible, mais peut -on alors exist er socialement , et de
manière citoyenne ?
LA REVUE DU GFEN : DIALOGUE
La lecture dans tous les sens [suite d'articles], n°115-116, février 2005, 92 p.
Un numéro complet qui rassemble des art icles dont l obj ect if est de fournir un éclairage sur la concept ion de
la lect ure du GFEN et de livrer des t émoignages de prat iques visant l ent rée de tous les enfant s dans la
culture écrite.
En Belgique
LA REVUE DE L ABLF : CARACTERES
Actes du Colloque de Namur I et II et III [suite d articles], n° 21, n° 22 et n° 23, mars, j uin et sept embre
2006, 48p., 40 p. et 48 p.
Les 3 et 4 novembre 2005, l ABLF organisait un colloque ayant pour t hème : apprendre ensemble à (mieux)
lire et écrire. Comme le t it re l indique, les int ervent ions se référaient à la conception socioconstructiviste de
l apprent issage : « ce n est pas parce que la lect ure et l écrit ure apparaissent le plus souvent comme des
expériences solit aires qu il f aut croire que l on s apprend t out seul à lire et à écrire ; c est au sein
d int eract ions avec leurs pairs et des lect eurs-script eurs expériment és que les apprenant s élaborent et
développent leurs compétences en littératie ».
Lecture en débat et enjeux des méthodes d apprentissage
Page 7 sur 8
Le n°21 reprend les communicat ions consacrées à l ent rée dans l écrit . Les int ervenant s mont rent t out es les
facet t es de l accès à l écrit qui sont t ellement plus riches et plus complexes que l apprent issage du code.
Ainsi les aspect s relat ionnels prennent une place import ant e dans l apprent issage : il s agit not amment de
met t re en place des prat iques pédagogiques basées sur les échanges ent re l adult e qui sait lire/ écrire et
l enfant qui apprend à lire/ à écrire. Ces act ivit és lui permet t ent d ent rer dans la cult ure écrit e sous une
forme relat ionnelle avant qu il ait acquis suffisamment d aut onomie pour se débrouiller seul avec l écrit . Les
propos des intervenants sont étayés par différentes recherches.
Le n°22 est , quant à lui, consacré à l apprent issage cont inué de la lect ure à l école primaire. Les
int ervent ions sont cent rées sur des obj ect ifs et disposit ifs complément aires. Il y a d une part l obj ect if de
faire acquérir aux enfant s une fluidit é de lect ure suffisant e afin que l appréhension des signes graphiques ne
const it ue pas un obst acle à la compréhension. Nous ret rouvons d aut re part l int érêt de met t re en place des
disposit ifs pédagogiques coopérat ifs. Et enfin, sont développés la nécessit é de const ruire des out ils
permet t ant aux enfant s d int erprét er les t ext es ainsi que l impérat if d apprendre aux enfant s à maît riser ces
outils.
Le n°23 port e sur l écriture au primaire.
L A.B.L.F. prévoit encore deux aut res numéros de Caractères pour la suit e de la publicat ion des Act es du
Colloque : dans le n° 25, paraît ra not amment un art icle de Véronique LECLERCQ int it ulé Les int ervent ions
socioculturelles en format ion d adult es : une voie promet t euse pour une meilleure maît rise de l écrit ?
Questions de méthodes. Eloge d'un éclectisme réfléchi [suite d articles], n°18, mars 2005, 52 p.
Ce numéro t rès riche et passionnant rassemble divers art icles qui cont recarrent la croyance qu'il exist e
quelque chose comme une bonne mét hode d'apprent issage de la lect ure. Des ét udes réalisées par des
chercheurs sur les différent es mét hodes de lect ure (cf. Bond et Dykst ra, 1967/ 1997) ont mont ré qu'il y avait
dans les résult at s comparés aut ant de différences ent re les enseignant s qui prat iquent la même mét hode
qu'entre les enseignants qui pratiquent des méthodes différentes... C'est pourquoi les chercheurs ont renoncé
aux ét udes comparat ives sur les mét hodes pour s'int éresser plut ôt à des recherches sur les prat iques des
enseignants, de manière à identifier celles qui sont les plus efficaces.
De ces recherches s'est dégagé un faisceau de prat iques qui favorisent la réussit e des élèves dans leur
apprentissage de la lecture dont la liste établie par Gambrell et al. (1999) nous est proposée ici en 10 points.
Les art icles qui suivent viennent illust rer le propos suivant : « les enseignant s ne peuvent cert ainement plus
se sat isf aire ni d'une seule mét hode t radit ionnelle , qu'elle soit synt hét ique ou analyt ique, ni de simples
manuels. L'apprent issage du lire-écrire doit désormais se placer sous le signe de la complexit é, de
l'éclectisme réfléchi, de l'intégration de pratiques diversifiées »iii.
DUFFY Gerald, HOFFMAN James, TERWAGNE Serge, A la poursuit e d'une illusion : la recherche chimérique
d'une méthode idéale
Cet art icle comport e une analyse approfondie, illust rée d'exemples précis, des dangers encourus lorsqu'on se
met à légiférer sur les mét hodes et manuels labellisables . « Les enseignant s ef f icaces sont des éclect iques
réfléchis, qui modifient les programmes afin de rencontrer les besoins des élèves. »
Lecture en débat et enjeux des méthodes d apprentissage
Page 8 sur 8
LAFONTAINE Annet t e, NYSSEN Marie-Claire, Comment les enseignant s de première année primaire abordent ils l'apprentissage de la lecture ? Premiers résultats d'une enquête menée en Communauté française
Les auteurs de cette étude se sont donné pour objectif de décrire les pratiques en matière d'apprentissage de
la lect ure au début de l'enseignement primaire en Communaut é française. L'enquêt e apport e des
informat ions précieuses sur les mét hodes d'apprent issage ut ilisées par les enseignant s de 1ère primaire et
apport e un éclairage obj ect if quant au débat sur le choix des mét hodes d'apprent issage de la lect ure
(code/ sens). Les premières conclusions révèlent que les enseignant s semblent faire preuve d'un cert ain
éclect isme t ant dans les mét hodes, les act ivit és mises en place que dans le mat ériel didact ique qu'ils
ut ilisent . L'examen des données recueillies amène les aut eurs à proposer des pist es de réflexion et / ou
d'act ion dont nous suggérons vivement la lect ure à ceux qui souhait ent nourrir leur réflexion et se
questionnent sur leurs pratiques.
PASA Laurence, RAGANO Serge, L'entrée dans la culture écrite. Apports de la recherche-action
Cet art icle présent e la démarche ECLEC (ECrit ure LECt ure), une recherche-act ion init iée en 1998 à la
demande d'un inspect eur de l'Educat ion nat ionale en France, sur l'ent rée dans le langage écrit que les
chercheurs rat t achent au courant pédagogique et didact ique du langage ent ier iv et où le recours aux
correspondances lettres-sons se fait de manière progressive. Les résultats présentés sur base d'une évaluation
ext erne, mont rent clairement que l'approche a « un ef f et posit if pour les élèves scolarisés dans ce cont ext e
et plus particulièrement sur les élèves de ZEP ».
TERWAGNE Serge, Abécédaires : le retour ?
Cet art icle crit ique s'int éresse au phénomène de La Planèt e des Alphas, un mat ériel pédagogique qui se veut
l'ant it hèse même de la complexit é. C'est à ce t it re en effet , qu'il recueille un cert ain succès, car à l'analyse,
on voit qu'on a surtout affaire à un bon vieil abécédaire du 19ème siècle, remis au goût du jour, façon sciencefiction et conscience phonémique.
i
Pour le compte-rendu de cette recherche, voir : CHENOUF Yvanne, FOUCAMBERT Jean, Principe alphabétique et
lecture, in Les actes de lecture, n°86, juin 2004, pp.20-34. Cet art icle est disponible en ligne sur le sit e de l AFL à la
page http://www.lecture.org/productions/revue/AL/AL86/page20.PDF. La question sous-jacente à cette recherche est
la suivante : « Y a-t -il avantage à prendre appui sur ou à se priver de la correspondance entre l'écrit et l'oral pour
l'enseignement de la lecture ? ».
ii
Pétition initiée par plusieurs personnalités et publiée dans le Monde du 11 janvier 2006 pour réagir à la décision du
minist re d int erdire la mét hode globale et d imposer la mét hode syllabique.
iii
Serge TERWAGNE dans l édit o de ce numéro de Caractères.
iv
La démarche didactique proposée avec ECLEC vise l'entrée dans la culture écrite en définissant l'apprentissage de la
lecture-écriture comme une pratique sociale où la langue est présente d'emblée dans toute sa complexité (langage
entier).
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising