Télécharger la brochure au format pdf

Télécharger la brochure au format pdf
HANDIFFÉRENCE - Vivre autrement
Vivre autrement
Santé
HANDIFFÉRENCE
Handifférence
Vivre autrement
Direction du projet
Claude Janssens,
Directeur général de la Médiathèque
Équipe de réalisation
Alain Degehet, Christel Depierreux, Nathalie Hermelin, Bruno Hilgers
Crédits photos
Ben Deschamps
Une réalisation de la Médiathèque de la Communauté Française de Belgique, asbl,
avec le soutien de la Communauté française de Belgique, Service promotion de la Santé
www.lamediatheque.be
service.educatif@lamediatheque.be
Tous droits de reproduction, totale ou partielle, sous quelque forme que ce soit,
réservée pour tous pays, sauf autorisation écrite de l’éditeur.
La Médiathèque, février 2008
Éditeur responsable
Claude Janssens
Place de l’Amitié, 6 - 1160 Bruxelles
D/2008/3590/01 ISBN 2-87147-406-0
Table des matières
Introduction .................................................................................................................. 5
La fiche pédagogique . ............................................................................................. 8
Les médias
Au quotidien ........................................................................................................ 13
Comprendre la différence ............................................................................ 35
Intégration . ........................................................................................................... 75
Encadrement .................................................................................................... 117
Cinéma et réalités .......................................................................................... 139
Index des titres . ...................................................................................................... 147
La Médiathèque et le Service éducatif ..................................................... 153
Notre réseau de prêt............................................................................................. 157
Introduction
En vérité, le chemin importe peu, la volonté d’arriver suffit à tout.
Albert Camus (Le mythe de Sisyphe)
Parce que le handicap est un monde à part entière qu’il s’agit
d’appréhender toujours mieux.
Parce que le handicap et les personnes qui y sont confrontées,
elles-mêmes ou à travers leur entourage, ouvrent des portes en
repoussant chaque jour les limites du possible.
Parce que le handicap demande d’être réinterrogé sans cesse…
« Handifférence - Vivre autrement » est une réédition de la brochure « Handicap, la main au chapeau » . Demandée ponctuellement par des enseignants, des étudiants ou de jeunes parents
confrontés au handicap de leur enfant, l’actualisation de cette
brochure était une nécessité.
Nous profiterons de la quatrième édition du Salon « Autonomies »
(Handicap, dépendance, vieillesse) les 21, 22 et 23 février 2008 à
Liège pour lancer sa diffusion.
Éducation pour la Santé - Handifférence
5
Le principe de sélection des médias reste identique à ce point
près que nous y avons ajouté quelques films apportant une vision
singulière de cinéastes ô combien proche de réalités soupçonnées bien que fictives.
Vous trouverez ainsi une série de documents issus de la « Collection
Éducation pour la Santé » accompagnés de leur fiche pédagogique
et d’autres documentaires présentés plus succinctement provenant
de la collection documentaire générale de La Médiathèque.
À la fois, pour les professionnels de la santé, pour les familles et
les personnes handicapées, cette brochure s’envisage comme un
outil de sensibilisation, d’information et de prévention primaire
afin d’éviter que ne se sclérose le rejet et la solitude.
Christel Depierreux
Responsable de la Collection « Éducation pour la Santé »
christel.depierreux@lamediatheque.be
Tél. 02 737 19 29
La fiche pédagogique
La fiche pédagogique
Macroanalyse
Description technique du document sur
ses aspects formels.
Descriptif de contenu
Outre un résumé sont listés les
points principalement abordés dans le
documentaire ; les intervenants identifiés
à l’écran sont également mentionnés.
Tous les médias sont introduits
de la manière suivante :
Trisomie : les choix
Titre
65’ ; 1998 ; SAVOIR PLUS SANTÉ ; M. SALVADOR ; DIX-SEPT JUIN PRODUCTION - TN4661
Durée année émission/série réalisation production
Référence Médiathèque
8
Éducation pour la Santé - Handifférence
Avis du comité
Le comité d’experts (médecin,
pédagogue/éducateur, promoteur de la
santé) décidant de l’intégration du titre
au catalogue de la collection partage son
avis ; objectifs pédagogiques principaux
qu’on peut aborder à l’aide de ce média ;
appréciation sur le fond et la forme
du documentaire ; éventuellement
remarque(s) et/ou réserve(s) à son
emploi en promotion de la santé ; public
cible visé par cette production ; niveau
d’enseignement minimal requis pour
comprendre le contenu du média ;
conseil(s) d’utilisation pédagogique.
Éducation pour la Santé - Handifférence
9
Au quotidien
Face à soi-même et
aux proches, voilà la
première sphère de
vie où les handicaps
doivent se décliner.
Les multiples aspects
du quotidien exigent
des adaptations ou
des renoncements,
un repositionnement
en tous les cas.
Au quotidien
La couleur des mots
60’ ; 2007 ; Philippe Blasband ; Climax Films
TZ1441 - DVD
Fiction à vocation pédagogique racontant le quotidien d’une personne aphasique
Contenu
Marie est une jeune femme dysphasique. Elle ressent sa langue,
le français, comme une langue totalement étrangère. Alors, elle
reste en rade sur le bord des autoroutes de la communication.
Au fil de ses rencontres, nous comprenons combien ce langage
défectueux creuse entre elle et le monde un fossé difficilement
franchissable. Car au-delà de l’anormalité, blessure ressentie
depuis l’enfance, d’autres obstacles menacent de l’isoler encore
davantage : son propre enfant dont on la prive, le chômage, l’alcool dont elle abuse et, tapie derrière, l’agressivité, la fierté, le
refus de la pitié et une immense soif d’amour.
Bonus :
La douleur des mots : voyage en dysphasie (documentaire de
Christine Rabette - 69’)
Le petit garçon qui parlait dans les cocktails (récit de Philippe
Blasband - livret)
Éducation pour la Santé - Handifférence
13
Au quotidien
Avis du comité
Objectif
- Prendre connaissance de la dysphasie
- Mieux comprendre les problèmes rencontrés par une personne dysphasique et son vécu au quotidien
- Prendre connaissance de l’existence possible de troubles
associés (l’alcoolisme,…)
Appréciation
Même si les premières scènes du film sont assez confuses, cette
fiction parvient à nous faire partager différents moments de
la vie d’une personne atteinte de dysphasie. Les interventions
répétées d’une personne jouant le rôle d’une logopède installent le propos en rappelant les caractéristiques de la maladie. Le
jeu des acteurs est juste et nous permet de nous identifier à la
personne dysphasique. Dans les dialogues, le spectateur est luimême placé dans cette situation d’incompréhension, de malaise,
de décalage que vit la personne dysphasique au quotidien, ce qui
finit par la conduire à sombrer dans l’alcoolisme.
Public cible
Large
Niveau d’enseignement
Secondaire 3e cycle
Conseil(s) d’utilisation
Public de parents concernés
Professionnels du langage
Informations complémentaires
www.ameliore.org
Centre européen de troubles du langage chez les enfants
www.dysphasie.be
APEAD : Association de parents aphasiques ou dysphasiques
www.lacouleurdesmots.com
14
Éducation pour la Santé - Handifférence
Au quotidien
Accueillir un enfant handicapé ?
53’ ; 2006 ; Jean-Baptiste Martin ; Casadei
Productions ; TN0161- DVD
Document d’information générale sur
l’accueil d’un enfant handicapé. Témoignages de parents. Interviews de spécialistes. Commentaires en voix off.
Contenu
Accepter, adopter ou refuser un enfant handicapé : des parents
s’expriment dans ce documentaire. Cinq parcours très différents
qui aident à comprendre l’impact du handicap sur les familles.
L’ensemble est ponctué par la réflexion de deux professionnels.
Violaine fait partie d’une fratrie de six enfants, tous adoptés,
avec la particularité d’être trisomique. « Bébé numéro 5 », lui
aussi porteur d’une trisomie, n’est pas né vivant, ses parents
Cécile et Bruno n’étaient pas prêts à assumer un enfant différent
même s’ils doivent vivre aujourd’hui avec le poids de cet enfant
mort, parce que « c’est un choix totalement inhumain ». Anne
et Bertrand ont assumé, même si « ce n’était pas facile à encaisser ». « Bébé X » vit peut-être aujourd’hui dans une famille, s’il a
été adopté ; ses parents, anonymes, ont balancé durant un mois
entre acceptation et remise à l’adoption. Véronique et Bernard
ont adopté Jairaj, alors âgé de deux ans, que sa famille indienne,
pourtant d’un niveau social aisé, avait abandonné parce qu’il
avait un spina bifida.
Intervenants
Jean-Marie Delassus, pédopsychiatre et maternologue ; Christian Godin,
philosophe ; témoignages de cinq parents
Éducation pour la Santé - Handifférence
15
Au quotidien
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
· Entendre les témoignages de parents confrontés à l’accueil
d’un enfant handicapé dans leur famille
· Prendre connaissance des différents types de trisomies et du
besoin spécifique de ces enfants
· Réfléchir sur le concept de normalité/anormalité
· Apporter des données statistiques et des réflexions de spécialistes
Appréciation
Un sujet délicat mais d’actualité car le dépistage est devenu
systématique chez la future maman en France et en Belgique.
Allégé par des images apaisantes et une musique douce, le
documentaire montre différentes familles qui ont posé un choix
(interruption de grossesse, acceptation, mise en adoption à la
naissance, adoption) par rapport à l’accueil d’un enfant trisomique ou avec une malformation spina bifida. Il juxtapose respectueusement les expériences familiales spécifiques sans porter de
jugement. Le mérite de ce document est d’exposer les différences au niveau du vécu et du ressenti par rapport au handicap.
La mise à distance par une réflexion philosophique confirme à
quel point la réponse est à la fois culturelle et personnelle. Soulignons que les familles sont d’un niveau social et intellectuel
assez élevé. On peut regretter cependant « l’Ave Maria » final et
les dernières images qui connotent religieusement le film alors
que l’ensemble du document avait réussi à éviter tout parti pris
confessionnel jusque-là. La parole d’enfants devenus adultes
aurait peut-être apporté un plus.
Remarque : Naître sous X est légalement possible en France
mais pas en Belgique.
Public cible
Large
16
Éducation pour la Santé - Handifférence
Au quotidien
Niveau d’enseignement
Enseignement secondaire : 3e cycle
Conseil(s) d’utilisation
Sélectionner des extraits en fonction des thématiques abordées :
adoption, IVG, grossesse, handicap, exclusion :
· Dans le cadre de discussions organisées par des planning
familiaux, La Ligue des familles, des associations de parents
· Pour de futurs professionnels de la santé (médecins, psychologues, assistantes sociales)
· Dans le cadre d’un cours de morale ou de philosophie
Informations et /ou documentaires complémentaires
Trisomic Attitude ; TN8331 - DVD
Lettre à Lou ; TN4331 - DVD
Ensemble ; TT3001 - DVD
www.asbbf.be
Association spina bifida belge francophone
http ://www.apem-trisomie21.be
Association de parents d’enfants atteints de trisomie 21
Éducation pour la Santé - Handifférence
17
Au quotidien
Lettre à lou
80’ ; 2005 ; Luc Boland ; Fondation Lou, Stromboli
Pictures, C.B.A ; TN4331 - DVD
Documentaire d’information générale sur l’histoire d’un père dans son
apprentissage de l’univers de son fils
aveugle et handicapé mental. Voix
off du réalisateur. Son réel. Musique.
Photos de famille. Scènes du quotidien intérieures et extérieures. Images de vacances à la mer, en
montagne. Témoignages.
Contenu
Ce documentaire-témoignage retrace le parcours d’un père
cinéaste, de la naissance de Lou à son sixième anniversaire. Lou
est le 3e enfant de cette famille. Il est né aveugle et profondément différent dans sa tête (atteint du syndrome de dysplasie
septo-optique). C’est dire le bouleversement et la remise en
question qui ont suivi sa venue. Avoir un enfant aveugle, c’est
devoir embrasser la différence de l’autre, l’apprivoiser, appréhender son monde, établir une communication. Lou est donc
un défi dont on n’imagine pas toujours les incidences et implications au quotidien. Un combat contre le fatalisme et le découragement, contre le pessimisme des autres aussi. Avec Lou, il n’y
a ni bible, ni mode d’emploi.
Bonus
· Version longue du film : 80’ au lieu de 60’
· Au fil de Lou, une fin d’après-midi (26’)
Au fil de Lou, un matin (40’)
· Le regard de Mathilde (14’) Le regard de Eva (20’)
Le regard de la maman de Lou (19’)
· Un entretien entre Luc Boland et Hugues Dayez (33’)
18
Éducation pour la Santé - Handifférence
Au quotidien
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
· Montrer le parcours d’un père pour accepter le handicap de
son fils
· Permettre aux personnes handicapées de trouver leur place
dans la société
Appréciation
Ce documentaire est magnifique et remarquable tant dans ses
aspects psychopédagogiques que cinématographiques. Cinéaste
de profession, Luc Boland filme son fils Lou, enfant né différent. Sans faux-semblants ni sentiments tronqués, il nous livre
son histoire unique et débordante de vérité. On suit l’évolution
des parents, de l’entourage, depuis l’annonce du handicap jusqu’à
parvenir à une certaine acception. On ressent leurs découragements, leurs joies et leurs peurs communes. Cette mise à nu de
leur intimité n’est pas sans effet thérapeutique, qui pourrait gêner
certains, mais elle est sincère et le réalisateur ne s’en cache pas. Et
au-delà de leur histoire, il livre une vision du rôle de parent, ce
qui donne à ce documentaire une dimension universelle.
Public cible
Large
Niveau d’enseignement
Secondaire : 1er cycle
Conseil(s) d’utilisation
Groupes de parents ayant un enfant handicapé, planning familiaux, milieux paramédicaux
Informations complémentaires
www.a-lou.be
Site réalisé par Luc Boland
Trisomic attitude ; TN8331 - DVD
Éducation pour la Santé - Handifférence
19
Au quotidien
Trisomic attitude
90’ ; 2003, Bernard Martino ; Mano a Mano &
France Télévision ; TN8331- DVD
Documentaire d’information générale
donnant la parole à 4 jeunes adultes trisomiques qui s’expriment sur leurs émotions, leurs familles, la mort et la sexualité. Prises de vue réelles en situation de
vie. Commentaire en voix off. Interviews
en son direct. Images d’archives.
Contenu
Ce documentaire propose un autre regard sur ceux que l’on
appelait, il n’y a pas si longtemps, les mongoliens. Il place d’emblée la parole de ces quatre jeunes gens différents au cœur même
du film, quitte parfois, et cela peut gêner, à les pousser dans leurs
retranchements sur des sujets aussi sensibles que la mort ou la
sexualité. Ce film est aussi un hommage à ces parents qui, refusant la fatalité, ont sans relâche poussé leur enfant trisomique. Le
résultat obtenu force à changer le regard porté sur ce handicap.
Avis du comité
Objectifs
- Prendre connaissance du potentiel intellectuel et de la capacité
d’expression artistique de certaines personnes trisomiques
- Prendre conscience du rôle positif de la sur-stimulation éducative dans leur développement intellectuel, physique et affectif
- Être sensibilisé à leur plaisir de vivre, leur passion, leurs
souffrances et leurs peurs
20
Éducation pour la Santé - Handifférence
Au quotidien
Appréciation
Ce film, présenté sous la forme de témoignages de 4 jeunes adultes trisomiques et de parents, est remarquable dans son approche
d’ouverture, d’intelligence et de respect. Il laisse une place de choix
à l’expression des personnes trisomiques autour de leurs émotions,
de leurs perceptions d’eux-mêmes et de leur famille. Ils donnent
un point de vue lucide sur la société dans laquelle ils vivent et des
difficultés et bonheurs qu’ils y rencontrent. Il met également en
lumière les résultats obtenus dans les domaines littéraire, musical
ou théâtral à force de patience et de persévérance de la part de
leurs parents dès leur plus jeune âge. Il n’y a jamais de lassitude à
regarder ce document pourtant assez long car les situations de vie
sont très différentes les unes des autres et se complètent.
Réserves
Ce documentaire peut tout aussi bien encourager des parents
d’enfants trisomiques que le contraire, ceci est propre à chaque
personnalité.
Public cible
Large
Niveau d’enseignement
Secondaire : 2e cycle
Conseil(s) d’utilisation
Ce documentaire pourrait être utilisé dans un cadre plus large
que celui du handicap, par exemple pour introduire un cours de
philosophie sur la différence ou le racisme.
Difficilement séquençable.
Informations complémentaires
www.creahm.be : Le Créahm (créativité et handicap mental)
naît en 1979 de la conviction que la personne handicapée a la
possibilité et le droit d’accéder à la création artistique.
Éducation pour la Santé - Handifférence
21
Au quotidien
La mucoviscidose
57’ ; 2001 ; Pulsations ; Fabienne Picq ; R.T.B.F. ;
TN5352 - VHS
Documentaire d’information générale,
présentant la mucoviscidose. Prépondérance à l’écran de séquences de soins, hospitaliers ou non, de kinésithérapie, d’exercices. Un schéma. Son direct et bruits
d’ambiance. Interviews en son direct, à
l’écran. Commentaire en voix off.
Contenu
La mucoviscidose représente une méchante fatalité pour ceux
qui en sont atteints et leur entourage. Sans les moyens modernes
de la science et de la médecine, conjugués aux mécanismes de
solidarité de la sécurité sociale, ces malades n’auraient que très
peu de chances de survie. Malgré tous ces progrès, cette maladie
génétique reste très lourde au quotidien. Elle développe bien
des contraintes, parfois très importantes, que ce soit à l’enfance,
l’adolescence ou l’âge adulte. Des espoirs de nouvelles améliorations pointent, mais la mucoviscidose demeure incurable.
- Évocation de ce que représente la maladie au quotidien,
pour les enfants atteints, leurs parents.
- Description de la maladie et transmission génétique.
- Principaux symptômes, leurs implications, leur famille de
traitement.
- La mucoviscidose chez l’adulte : son évolution, les modifications intervenues dans les symptômes et leurs traitements ;
implications pour les jeunes adultes et les jeunes couples.
- Association belge contre la Mucoviscidose (A.B.L.M.).
- Encadrement pluridisciplinaire pour jeunes adultes souffrant d’insuffisance respiratoire sérieuse.
22
Éducation pour la Santé - Handifférence
Au quotidien
- La longue attente d’une greffe des poumons.
- Espoirs d’une meilleure qualité de vie adulte.
Intervenants
Léa, 5 ans, ses parents ; Kathleen, 11 ans, sa maman ; Céline, 21 ans ; Marc, 36
ans, et son épouse ; Jacques, 28 ans ; Wéronika, 21 ans ; Sylvie, 25 ans. Pr Patrick
Lebecque, Centre de Référence de la Mucoviscidose, U.C.L. ; Dr Philippe
Clapuyt, Service Echographie, St Luc ; Dr Olivia Baudraind, Gastro-entérologue,
St Luc ; Serge Baneton, Kinésithérapeute ; Dr Christine Knoop, Centre de
Référence de la Mucoviscidose, U.L.B. Erasme ; Claude Sterckx, Psychologue au
service famille, A.B.L.M. (Association belge contre la Mucoviscidose) ; Martine
Bosschaerts, Kinésithérapeute au Zeepreventorium.
Avis du comité
Objectifs
- S’informer de cette maladie ainsi que de ses multiples répercussions sur la santé et la vie quotidienne des personnes
affectées, tant sur le plan physique que psychique ou social.
- S’informer des problèmes sociaux liés à cette maladie.
- Prendre conscience des problèmes généraux et spécifiques
rencontrés par les patients.
Appréciation
Ce document permet à un public non professionnel de particulièrement bien se figurer l’ampleur de la mucoviscidose pour les
personnes atteintes, et ce notamment par une structure soignée :
pratique du rappel et de la répétition de l’information scientifique pertinente et nécessaire, alternance rigoureuse entre témoignages et informations, association judicieuse au montage de
la déclinaison des problématiques générées par la maladie pour
des personnes d’âges différents.
Il s’agit aussi, sous un autre angle, d’une sorte de tableau raisonné de la mucoviscidose, dont la description des implications
psychosociales n’est nullement exclue.
Éducation pour la Santé - Handifférence
23
Au quotidien
Public cible
Large
Conseil(s) d’utilisation
En plus du grand public auquel cette vidéo est bien sûr destinée,
il se prête plus spécifiquement à l’information des personnes
touchées.
Les kinésithérapeutes et infirmier(ère)s en formation y recevront en outre de l’information utile.
24
Éducation pour la Santé - Handifférence
Au quotidien
Les mots perdus
87’ ; 1993 ; Marcel Simard ; Cinéma Public Films,
Virage Production & Doriane Films ;
TN5281 - VHS et TN5282 - DVD
Film de fiction réaliste visant à faire mieux
connaître les problèmes vécus par les personnes aphasiques. Le film est divisé en
quatre parties d’environ 20 minutes chacune, tournées respectivement à Montréal, Paris, Genève et Bruxelles. Prises
de vues réelles. Son direct. Commentaires en voix hors champ.
Contenu
Une brève introduction rappelle que l’aphasie se traduit par une
perte totale ou partielle de la faculté de communiquer à la suite
d’un traumatisme crânien ou d’un accident vasculaire cérébral.
Quatre histoires jouées principalement par des personnes aphasiques mettent en scène des situations vécues.
Bonus
À propos de l’aphasie : témoignages et conséquences.
L’hiver (Montréal)
Suite à un coma dû à un spasme cardiaque, Nicole est aphasique. Elle déprime, considère qu’elle est comme morte. Ses rapports avec ses proches sont devenus difficiles. Elle tient de longs
conciliabules avec elle-même, ou plutôt l’autre, celle qu’elle était
avant l’accident, celle qui se destinait à l’enseignement.
Le printemps (Paris)
De sa fenêtre, Marie assiste à un accident de circulation. Un
voisin, qui est impliqué dans l’accident, voudrait obtenir son
témoignage, mais elle refuse de lui adresser la parole. Le jeune
homme est intrigué et se met à la suivre. Il finit par découvrir
qu’elle est aphasique.
Éducation pour la Santé - Handifférence
25
Au quotidien
L’été (Genève)
Catherine est une aphasique qui a relativement bien récupéré
la parole. Se rendant compte que d’autres ont moins de chance,
elle décide de fonder une association pour aphasiques.
L’automne (Bruxelles)
La séquence débute lorsqu’un enseignant aphasique réintègre sa
classe après une longue rééducation. En dépit de ses efforts, il
n’arrive pas à donner cours correctement. Il déprime et n’ose pas
avouer son échec à ses amis de l’association « Aphasia »…
Avis du comité
Objectifs
- Prendre connaissance des caractéristiques et des symptômes
de l’aphasie.
- Sensibiliser au vécu des personnes atteintes, à leurs difficultés de communication et de réintégration sociale et professionnelle.
- Prendre connaissance de l’existence de moyens ou de pistes
facilitant le réapprentissage des acquis perdus et la réintégration sociale (logopédie, groupes d’entraide).
- Faire naître une solidarité envers les personnes aphasiques
mais également entre personnes aphasiques.
Appréciation
Ce document au ton digne et respectueux apporte une vision subjective du vécu des personnes aphasiques. Les situations décrites
sont réalistes et diversifiées. La qualité de réalisation est correcte,
mais l’ensemble est long et le rythme généralement lent. Ce document ne comporte pas d’explications scientifiques sur l’aphasie.
Public cible
Grand public
26
Éducation pour la Santé - Handifférence
Au quotidien
Niveau d’enseignement
Secondaire inférieur
Conseil(s) d’utilisation
L’utilisation séquentielle est très facile (quatre parties).
En cas d’utilisation avec un groupe non informé, il convient de
prévoir une explication scientifique des causes de l’aphasie en
guise d’introduction.
Ce document peut servir de support illustratif dans l’enseignement paramédical et social. La vision de ce film par l’entourage d’une personne devenue aphasique peut contribuer à une
meilleure compréhension des problèmes vécus par celle-ci.
Éducation pour la Santé - Handifférence
27
Au quotidien
Le pays des sourds
95’ ; 1992 ; Nicolas Philibert ; Editions
Montparnasse, Les Films D’ici, La Sept ;
TN6011 - VHS et TN6012 - DVD
Documentaire d’information générale,
initiant à la vie quotidienne des sourds
et malentendants. Prépondérance à
l’écran de scènes de la vie quotidienne,
de leçons et d’apprentissage du langage des signes et du parlé. Son direct
et bruits d’ambiance. Interviews en son direct, à l’écran, toutes
en langage des signes, toutes sous-titrées. Aucun commentaire
ni accompagnement musical.
Contenu
La barrière du langage est un mur que le langage des signes
permet de démonter. Pas un aspect de la vie quotidienne qui
n’ait été le lieu d’un apprentissage courageux. Le monde bruyant
des sourds invite aux véritables rencontres. En fait, notre part
d’humanité serait-elle d’abord silencieuse ?
Le document est parsemé de neuf témoignages quant à la frustration, à la difficulté d’insertion, les relations avec la famille, la
position du malentendant dans la société, leur vécu.
· Apprentissage de la vocalisation.
· Enseignement du langage des signes à des entendants.
· Théâtre par et pour des sourds.
· Des atouts du langage des signes.
· Mariage et difficulté de la vie autonome.
28
Éducation pour la Santé - Handifférence
Au quotidien
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
· Permettre aux entendants de faire connaissance avec le
monde des sourds.
· Sensibiliser à plusieurs difficultés et spécificités de la communication rencontrées par les malentendants, ainsi qu’à
d’autres aspects de celle-ci, comme la relative universalité du
langage des signes.
· Interpeller en posant nombre de questions concernant les
possibilités concrètes d’intégration sociale des sourds.
· Prendre connaissance de l’évolution progressive récente de
l’attitude éducative et d’intégration en faveur des sourds.
Appréciation
Excellent document, au rythme posé, déroulant un panorama
général et très complet des difficultés posées par l’éducation des
personnes malentendantes et par leur intégration à plusieurs
moments de la vie courante. Ne donnant la parole qu’à des
sourds, initiant à leurs modes de vie, sans recourir à l’éclairage
d’experts, il expose avec sensibilité mais sans sensiblerie une
succession de points de vue pertinents.
Il s’agit également d’un plaidoyer pour l’apprentissage précoce
et généralisé du langage des signes.
Public cible
Large
Niveau d’enseignement
Enseignement supérieur spécialisé
Conseil(s) d’utilisation
Formation dans les domaines de la socio-pédagogie. Toute personne amenée à rencontrer et côtoyer des sourds.
Éducation pour la Santé - Handifférence
29
Au quotidien
Voir sans les yeux
89’ ; 2004 ; Marie Mandy ; Production Saga Film ; TJ8725 - DVD
Quelle perception du monde a-t-on quand on est aveugle ? Ce
documentaire propose une plongée sensorielle dans le monde
perceptif des non et malvoyants.
Pour rendre palpable la réalité de ceux qui ne voient pas ou voient
peu, Marie Mandy est allée à l’encontre des règles habituelles :
ses images sont floues, surexposées ou sous-exposées, le champ
visuel réduit comme si l’oeil de la caméra ne voyait pas. Elle a
également eu recours à la caméra thermique qui filme le monde
sans lumière, comme les aveugles le voient. Autre méthode inédite : elle a filmé John Hull en temps réel sur le campus de son
université, une caméra-crayon accrochée au bout de sa canne. Il
doit se concentrer à chaque pas sur ces indispensables yeux artificiels que sont sa canne et ses mains (« Tant que j’ai mes mains,
je vois »). Enfin, une attention particulière est accordée au son.
Son documentaire donne à ressentir plus qu’à comprendre. Il invite
également les voyants à remettre en question la dictature de
l’image. Car la réalité d’un aveugle n’est pas moins « réelle » que
celle d’un voyant. Elle est juste différente.
Note : le film a obtenu le Prix Henri Storck en novembre 2005,
après avoir reçu le Prix Europa du meilleur documentaire au
Festival de Berlin en 2004.
30
Éducation pour la Santé - Handifférence
Au quotidien
Parle avec moi
26’ ; 2004 ; Parole d’ados (série) - Didier Croos ; Luna Blue Film, Serge Kestemont
& Cinematheque C.F.B. ; TZ1304 - DVD
Le personnage central de cette histoire, c’est celui ou celle (David,
Marianne ou Manon) à qui le hasard a imposé une soeur ou
un frère andicapé. Alors, pour une fois, c’est de lui ou d’elle dont
nous allons surtout parler. Devenir frère ou soeur est déjà une
aventure. Avec cet « étrange étranger » qui nous tombe dessus,
l’affaire fraternelle se complique, l’équipée s’avère délicate.
Le regard des autres
30’ ; 2003 ; Parole d’ados (série) ; Marie Mandy ; Luna Blue Film, Serge Kestemont
& Cinématheque C.F.B. ; TJ7632 - DVD
« Quel est le comble d’une femme aveugle enceinte ? - D’accoucher de jumelles ! » Le ton est donné d’emblée pour ce documentaire dans lequel des adolescents aveugles et malvoyants
fréquentant l’Institut des jeunes aveugles et amblyopes « Arcen-ciel » situé à Marseille, parlent de leur quotidien, du regard
des autres et de la manière dont ils se sentent perçus par les
voyants.
La problématique du « regard des autres » est présente dans la
parole de ces jeunes, mais aussi d’autres thèmes moins consensuels
comme la difficulté à se dégager des surprotections familiales ou
les avantages de l’éducation en milieu spécialisé. Ce sont donc les
différentes facettes de la vie de ces jeunes qui sont données à voir
et à entendre au fil des séquences, sans filtre idéologique, dans leurs
diversités et leurs hésitations, entre rires et émotions, toujours à fleur
de peau, comme il convient à l’adolescence.
Éducation pour la Santé - Handifférence
31
Au quotidien
Le coma et après…
60’ ; 2001 ; Pulsations ; Pierre Badot, Véronique Fouya, Dominique Burge ;
R.T.B.F. ; TN1701 - VHS
Le coma et la vie après un coma. Des patients témoignent du
long chemin qu’ils ont dû parcourir, des soins intensifs juqu’au
retour à la maison en passant par le centre de rééducation. L’éveil
du coma peut prendre des semaines. Après, la personne doit tout
réapprendre : manger, parler, être propre, lire, écrire, calculer,…
Au bout de ce parcours, la victime d’un coma se retrouve parfois
avec des déficits physiques, cognitifs et comportementaux. Une
réalité difficile à accepter pour le patient et son entourage. Pour
celui qui s’en est sorti, la vie ne sera jamais plus comme avant.
L’amour à corps perdu
58’ ; Temps Présent ; Annen L., Nada L. ; T.S.R ; TN0451 - VHS
Une enquête menée avec sensibilité et sans a priori moral ou
philosophique, sur la vie sexuelle et affective des personnes
handicapées physiques suite à un accident ou à une maladie
dégénérative. Dans une société qui vante la performance et qui
accorde une place prépondérante à l’apparence, les handicapés
physiques ont bien du mal à aimer et à se faire aimer, surtout
quand ils sont placés en institution. Seuls ou en couple, ils témoignent que le désir, lui, n’est pas handicapé et ils parlent de la
sexualité à travers ses aspects psychologiques, relationnels, physiologiques et institutionnels, voire politiques.
32
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
Pour les personnes
valides, la
compréhension de
ce que représentent
les handicaps, de
leurs causes, de leurs
éventuels remèdes ou
atténuations s’avère
souvent lacunaire.
Or, il s’agit d’une clé
fondamentale.
Comprendre la différence
Le monde des sourds
26’ ; Collection C’est Pas Sorcier ; Riff Productions ;
TT6492 - VHS
Document d’information générale à
vocation pédagogique sur les problèmes de surdité. Traduction gestuelle et
verbale. Sous-titrage. Scènes de classe,
de rééducation.
Contenu
Les notions abordées sont :
· L’évolution de l’attitude dans nos sociétés par rapport aux
malentendants
· L’ouïe, les différentes formes de surdité et quelques remèdes
· La rééducation et les apprentissages précoces, également des
parents
· Les prothèses et implant cochléaire
· Le langage des signes
Intervenants
Plusieurs personnes sourd(e)s ; Docteur Noel-Petrof, O.R.L. ; Annette Gorouben,
Directrice du CEBES-EU ; Brigitte Philbert, éducatrice au CEBES-EU ; Agnès
Rusterholtz, orthophoniste, COD.A.L.I. ; Frédéric Girardin, professeur de L.S.F.
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
· Comprendre la surdité et les modes de communication associés (langage des signes, entre autres)
· Prendre connaissance des mécanismes de l’audition et de ses
dysfonctionnements
Éducation pour la Santé - Handifférence
35
Comprendre la différence
· S’informer sur les moyens visant à l’intégration, notamment
scolaire, des personnes atteintes de surdité
Appréciation
Ce document est une excellente introduction aux problèmes
de la surdité, aux possibilités de traitement et aux différentes
méthodes d’accession au langage pour les sourds de naissance.
Très complet dans sa concision, l’intervention des professionnels
de la santé à l’écran renforce les contenus. Toute l’émission est
traduite en langage des signes, il est donc accessible aux sourds.
Public cible
Large
Niveau d’enseignement
Primaire : 3e cycle
Conseil(s) d’utilisation
Enseignement supérieur, en formation des enseignants spécialisés (puériculture, assistant social, éducateur, etc.)
36
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
Un bruit qui court !
Le bruit et les nuisances sonores
26’ ; Collection C’est Pas Sorcier ; Riff Productions ;
TT6494 - VHS
Document d’information générale à
vocation pédagogique dont l’objet est
de faire le point sur le bruit qui nous
entoure. Vues animées au microscope
électronique. Animations infographiées. Séquences en studio et en situations. Son direct. Commentaires en voix off. Schémas, maquettes,
animations. Images d’archives.
Contenu
Sur terre, on ne peut échapper au bruit. Comment l’être humain
les distingue-t-il ? Quel est l’impact de la pollution sonore sur sa
vie ? Les notions abordées sont :
· Le bruit et sa transmission
· Les sons graves et aigus
· Les surdités
· Le langage des signes et l’intégration des malentendants
· Les décibels
· Le bruit, ses excès et leurs effets néfastes
· L’isolation acoustique
Intervenants
Dr Jean-François Buche, Oto-Rhino-Laryngologiste ;Véronique Geffroy, interprète L.S.F.
AVIS DU COMITÉ
Objectif
· Comprendre les phénomènes physiques du son et du bruit
Éducation pour la Santé - Handifférence
37
Comprendre la différence
· S’informer sur les mécanismes physiologiques de l’audition
et de ses pertes
· Prendre connaissance des sources de pollution sonore et de
leurs effets sur la santé ou le bien-être
· Prendre conscience des pistes de prévention contre les excès
de bruit
Appréciation générale du comité sur la série
Alternant la vulgarisation ludique mais rigoureuse à l’aide de
maquettes éducatives et d’évocation sur le terrain de situations
quotidiennes, de visites de locaux ou installations scientifiques
ou techniques ; en parsemant l’ensemble d’extraits d’interviews
de spécialistes et en saupoudrant le tout de commentaires complémentaires et d’images adaptées, cette série documentaire
généraliste, dynamique et joyeuse, au langage simple, se prête à
un grand nombre d’utilisations pédagogiques.
La promotion de la santé, notamment sous l’aspect de la prévention, n’est pas négligée. Elle est figurée par des cas exemplatifs basés sur l’analogie avec la vie quotidienne, par des témoins
concernés, tout en prenant soin de préciser les notions de base
propres à épauler des modifications de comportements, des attitudes. De plus, les notions principales sont reformulées dans
la même émission, sous différentes formes (la parole, l’image,
la maquette, l’exemple concret, etc.), en circonstances, par des
intervenants différents.
S’appuyant sur la connaissance des mécanismes physiologiques
pour devenir plus convaincante, cette production recourt habituellement au levier de l’appropriation du corps.
Autre levier de l’émission : la persuasion, teintant d’évidence les
modifications comportementales préconisées.
Niveau d’enseignement
Primaire : 2e cycle
38
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
Les aveugles :
écoute ce que je vois
26’ ; Collection C’est Pas Sorcier ; Riff Productions ;
TT6497 - VHS
Document d’information générale à
vocation pédagogique sur les problèmes de vision. Maquette. Commentaires off. Reportages. Chirurgie de la
vue. Examens oculaires.
Contenu
Les notions abordées sont :
· La mal-voyance
· Comment fonctionne l’oeil ?
· Quelques moyens pour compenser la mal-voyance ou la cécité
· Les principes de perturbations de la vue
· L’opacité du cristallin
· L’opération de la cataracte
· L’examen du fond de l’oeil
· Les photorécepteurs
· La macula
· Les recherches génétiques
· Le braille et l’apprentissage adapté aux malvoyants
· Déficience du nerf optique
· Le glaucome
Intervenants
Des mal- ou non-voyants ; Dr Legargasson, APHP Lariboisière, INSERM 483 ; Pr
José-Alain Sahel, professeur d’ophtalmologie ; Odile Gerfaud, kinésithérapeute ;
Julien Zelela, professeur de musique.
Éducation pour la Santé - Handifférence
39
Comprendre la différence
AVIS DU COMITÉ
Objectif
· Expliquer les parties constitutives de l’oeil et leurs fonctions
· Permettre de faire l’état des lieux de la mal-voyance
· Présenter différents apprentissages compensatoires mis en
oeuvre pour permettre une intégration la plus optimale possible des déficients visuels
· Faire vivre aux spectateurs les différents handicaps visuels
· Comprendre l’association entre les lésions et les déficiences
de perception
· Identifier les causes des différents handicaps visuels
· Evoquer les nouvelles thérapies dans ce domaine thérapeutique
Appréciation générale du comité sur la série
Alternant la vulgarisation ludique mais rigoureuse à l’aide de
maquettes éducatives et d’évocation sur le terrain de situations
quotidiennes, de visites de locaux ou installations scientifiques
ou techniques ; en parsemant l’ensemble d’extraits d’interviews
de spécialistes et en saupoudrant le tout de commentaires complémentaires et d’images adaptées, cette série documentaire
généraliste, dynamique et joyeuse, au langage simple, se prête à
un grand nombre d’utilisations pédagogiques.
La promotion de la santé, notamment sous l’aspect de la prévention, n’est pas négligée. Elle est figurée par des cas exemplatifs basés sur l’analogie avec la vie quotidienne, par des témoins
concernés, tout en prenant soin de préciser les notions de base
propres à épauler des modifications de comportements, des attitudes. De plus, les notions principales sont reformulées dans
la même émission, sous différentes formes (la parole, l’image,
la maquette, l’exemple concret, etc.), en circonstances, par des
intervenants différents.
S’appuyant sur la connaissance des mécanismes physiologiques
pour devenir plus convaincante, cette production recourt habituellement au levier de l’appropriation du corps.
40
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
Autre levier de l’émission : la persuasion, teintant d’évidence les
modifications comportementales préconisées.
Réserve
Les images d’opération de l’oeil peuvent impressionner certains
spectateurs
Niveau d’enseignement
Primaire : 3e cycle
Conseil(s) d’utilisation
Certaines notions exigent une vérification ou explication préalable (macula, inversion optique de l’image, …), notamment par
des actions ludiques offrant de prendre conscience des phénomènes optiques présidant à la vue.
Éducation pour la Santé - Handifférence
41
Comprendre la différence
Les maladies génétiques
26’ ; Collection C’est Pas Sorcier ; Riff Productions ;
TT6484 - VHS
Document d’information générale à
vocation pédagogique sur les maladies
génétiques. Imagerie médicale. Vues
microscopiques électroniques. Scènes
de la vie courante, de laboratoires.
Contenu
Les notions abordées sont :
· Chiffre de la France 6 à 8.000 maladies génétiques estimées,
un enfant sur 100 à la naissance
· Présentation du Généthon
· Gènes et chromosomes, leur fonction
· La mucoviscidose, ses implications
· La trisomie 21, son dépistage
· L’ADN, ses fonctions
· Qu’est-ce qu’une maladie génétique ?
· Des myopathies, leurs évolutions
· Transmission des maladies génétiques ?
· L’étude des gènes et de leurs mutations
· Les tests génétiques
· La thérapie génique
Intervenants
Plusieurs personnes atteintes de maladies différentes ; Dr Andoni Urtizberea,
A.F.M. Paris ; Pr. Marie-Louise Briard, directrice Allo-Gènes
42
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
AVIS DU COMITÉ
Objectif
· Comprendre la génétique, ses mécanismes, la reproduction
de la cellule
· Décrire l’évolution des symptômes, les mécanismes de base
de transmission des maladies génétiques
· Prendre connaissance du vécu des patients atteints de telles
maladies
Appréciation
La manière de présenter les thérapies géniques pourrait provoquer des espoirs prématurés. Les analogies sont particulièrement pertinentes vu la complexité des notions qu’il est nécessaire d’aborder. La qualité de la vulgarisation est ici plus réussie
que jamais.
Réserve
L’expérience française mentionnée dans le document a été
depuis arrêtée, en raison de complications malheureuses. Il
convient de souligner que les enfants filmés sont malades en
raison de la technique de thérapie génique employée car ils ont
développé une variante de la maladie véhiculée par le virus porteur du « bon » gène.
Niveau d’enseignement
Secondaire : 1er cycle
Éducation pour la Santé - Handifférence
43
Comprendre la différence
Médecine sous influence
76’ ; 2004 ; Lina B. Moreco ; Production O.N.F.C ;
TN4751 - DVD
Document d’information générale à
vocation documentaire sur le thème de
l’acharnement thérapeutique sur des
enfants prématurés. Interviews. Scènes
à domicile, en institution, à l’hôpital.
Son direct.
Contenu
Ils se prénomment Erwan, Caroline et Charlie-Anne. Ces
enfants ont tous été rescapés in extremis peu après leur naissance.
Depuis, ils sont affligés d’importantes séquelles neurologiques, de
divers handicaps. Le document lève le voile sur un sujet qui reste
tabou : les conséquences dramatiques de l’acharnement thérapeutique sur les enfants. Grâce aux témoignages de quelques médecins et thérapeutes, et à la prise de parole de parents dévoués, le
documentaire de Lina B. Moreco dénonce le manque de soutien
accordé à ces petits « miraculés » de la science, plus ou moins
abandonnés à leur sort par un système médical qui ne leur offre
pas les soins nécessaires à leur développement ou à l’amélioration
de leur qualité de vie. Servi par des témoignages très forts, ce film
troublant nous ouvre les yeux sur une situation intolérable, qui
affecte environ 2 000 nouveau-nés par année au Québec.
Les sujets abordés sont les suivants :
· Visite d’une école pour enfants handicapés et focus sur le cas
d’un enfant, grand prématuré, atteint d’un lourd handicap.
Réflexion de sa maman sur l’acharnement thérapeutique.
· Cas d’un enfant atteint d’une sérieuse maladie génétique
neurophysiologique et réflexion de sa mère et d’un médecin
sur la déshumanisation de la médecine.
44
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
· Témoignage de parent dont l’enfant est atteint d’un handicap grave (Encéphalopathie)
· Réunion du comité de bioéthique. (Le point de vue juridique, procédures et choix à poser)
· Le service de néonatalogie ne devient-il pas un laboratoire
expérimental légal ? Réflexion sur les pratiques médicales
utilisées pour les prématurés, comme l’utilisation des stéroïdes dans les années 80.
· Polémique autour d’un article du journal médical « The
Lancet » :Le traitement par caisson hyperbare (caisson à
oxygène, la quantité d’oxygène dans le sang est augmentée
par une pression plus forte, ce qui permet parfois de réanimer certaines cellules cérébrales et développer les capacités
cognitives et motrices).
· Réflexion sur l’utilisation des médicaments dans le cadre des
traitements de ces enfants : ils ne guérissent pas sont maintenus en vie ! Le système de santé favorise l’utilisation des
médicaments au détriment de la physiothérapie.
· L’importance d’intervenir dans les premières années, période
où le cerveau est capable de récupérer (plasticité cérébrale).
· Le manque de moyens alloués à la physiothérapie et à l’encadrement des ces enfants.
Intervenants
Pascale Remy, Professeur, infirmière et mère de Vincent ; Dr Claude Mercier,
neurochirurgien ; Me Jean-Pierre Ménard, avocat en droit de la santé ; Dr Pierre
Marois, psychiatre
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
· Prendre connaissance des conséquences de l’acharnement
thérapeutique à la naissance pour l’enfant, sa famille et la
société (coûts)
· Se rendre compte de la dualité entre les objectifs de la recherche médicale (défi) et ceux des parents (qualité de la vie)
Éducation pour la Santé - Handifférence
45
Comprendre la différence
· Susciter le débat éthique et la prise de position au sujet du
sens et des objectifs de l’acharnement thérapeutique en néonatologie
Appréciation
Construit sur la base de témoignages de parents et de soignants,
ce film est avant tout militant. Il a été réalisé à l’initiative de plusieurs parents et particulièrement d’une mère qui s’est complètement investie dans la lutte contre l’acharnement thérapeutique
des grands prématurés (24-25 semaines) au regard des handicaps multiples pouvant toucher ces enfants nés trop tôt. Il s’agit
donc d’un document dérangeant à plus d’un égard, qui met le
doigt sur des questions essentielles : les limites de la médecine,
la prise en charge de ces enfants par le système de soins (ici
québécois), le manque de soutien apportés aux parents et leur
sentiment d’avoir été manipulés, de ne pas avoir été associés à la
décision du maintien en vie de leur enfant. Il donne les éléments
pour amorcer un débat éthique malheureusement à charge seulement, sans contre point car il ne donne pas la possibilité à des
néonatologistes de s’exprimer. Le document est bien construit
mais pourrait être plus court.
Réserves
Les données sont québécoises.
Avertissement pour les personnes sensibles : le document est
très touchant
Public cible
Large
Niveau d’enseignement
Enseignement supérieur
Conseil(s) d’utilisation
En formation initiale ou continue pour de futurs médecins
46
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
Les bébés de l’alcool
50’ ; 2003 ; Laure Gratias ; Production Ex-Nihilo ;
TN0939 - DVD
Document d’information générale sur
le syndrome d’alcoolisation foetale
(SAF). Interviews. Commentaires en
voix off. Son direct. Scènes en France
et à l’Ile de La réunion. Séances de
groupes de paroles.
Contenu
L’alcool est un toxique très puissant pour le foetus, même en
petite quantité, et il peut provoquer de graves problèmes mentaux, physiques ou comportementaux. Pourtant, les futures mères
sont très peu informées et les médecins qui connaissent bien la
question sont très rares. Le reportage s’intéresse plus particulièrement à 2 enfants différemment touchés par leur alcoolisation
in utero : Steven, 10 ans, est assez fortement marqué physiquement et intellectuellement, alors que Louis, 5 ans souffre essentiellement de troubles comportementaux. On comprend ainsi à
quel point cette pathologie peut prendre des formes différentes,
plus ou moins visibles, mais toujours fortement handicapantes.
Les témoignages, très forts, des mères de ces enfants permettant de mieux comprendre leurs difficultés et leurs peines au
quotidien, sans voyeurisme ni sensiblerie. En parallèle, ce film
nous montre l’action de trois pédiatres qui ont mobilisé toutes
leurs ressources et leur imagination pour s’attaquer le plus efficacement possible à cette pathologie. En les suivant de Roubaix
à l’Ile de La Réunion, on comprend mieux la complexité de ce
grave problème de santé publique.
Éducation pour la Santé - Handifférence
47
Comprendre la différence
Intervenants
Philippe Dehaene, pédiatre, Roubaix ; Maurice Titran, pédiatre - directeur du
CAMSP(centre d’action médico-sociale précoce de Roubaix ; Denis Lamblin,
pédiatre - directeur du CAMPS de St Louis (la Réunion) ; Benoît Titran, avocat,
Lille ; Alexis Capitant, délégué général de l’association de producteurs d’alcool
« Entreprise et prévention »
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
· Prendre conscience des conséquences (d’un point de vue
cérébral) d’une consommation même modérée d’alcool sur
le développement du foetus en gestation
· Prendre connaissance des éléments du syndrome d’alcoolisation foetale (SAF)
· Prendre conscience de l’ampleur de ce problème de santé
publique en France et du manque d’informations préventives adaptées au grand public
· Prôner l’abstinence totale d’alcool durant la grossesse
· Militer en faveur de stratégies coordonnées de préventions
impliquant les pouvoirs publics, les producteurs d’alcool et
les différents professionnels concernés
Appréciation
Le document, très intéressant et bien charpenté aborde un problème mal connu et peu médiatisé au niveau du grand public
malgré son évidence. Il alterne interviews de professionnels,
de mamans et d’enfants victimes du SAF. La position des 3
pédiatres est claire et sans appel : abstinence totale durant la
grossesse car les conséquences sont « 100% irréversibles mais
100% évitables ». L’approche se veut préventive et condamne
toute démarche culpabilisante vis-à-vis des mamans mais les
contenus proposés ont une propension à créer l’effet inverse. Le
document illustre en effet abondamment les dégâts irréversibles
(allant du trouble léger au handicap lourd) que la consomma-
48
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
tion d’alcool durant la grossesse (sans précision de la quantité)
peut provoquer sur le foetus. Il illustre néanmoins l’intérêt d’une
approche communautaire de la question qui permet aux personnes concernées de devenir elles-mêmes soutien et relais de santé
au sein de la population locale. Paradoxalement, la place et le
rôle du père n’est pas prise en compte dans cette problématique
alors que la démarche préventive se veut globale.
Réserves
Contexte français, il importe de vérifier les données belges au
niveau du SAF.
Public cible
Large
Niveau d’enseignement
Secondaire : 3e cycle
Conseil(s) d’utilisation
Pour une information prénatale avec un animateur compétent
pour recadrer les informations.
Planning familial
Informations complémentaires
« Boissons alcoolisées et grossesse » - www.educationdupatient.be
Revue Education du patient & Enjeux de santé vol 23, n°3 - 2005
Albin Michel « À sa santé ! » Pour une prise de conscience des
dangers de l’alcool pendant la grossesse. Dr Maurice Titran et
Laure Gratias.
Le Dr Maurice Titran, pédiatre, dirige le Centre d’action
médico-sociale précoce de l’hôpital de Roubaix. Laure Gratias
est journaliste.
www.reunisaf.org
Réseau de prévention du syndrome d’alcoolisation foetale
Éducation pour la Santé - Handifférence
49
Comprendre la différence
Tombés du nid - Les séquelles
de la grande prématurité
52’ ; 2003 ;Pulsations du 18/11/03 ; Marc Dacosse
Production RTBF Télévision ;TN7385 - VHS
Documentaire d’information générale
traitant des conséquences de la grande
prématurité. Images de services de
néo-natalité, d’examens médicaux,
de rééducation, de la vie quotidienne
familiale de jeunes enfants. Extraits de
vidéos familiales. Son direct et bruit
d’ambiance. Commentaires en voix
off. Questions hors champ.
Contenu
Selon l’OMS, le seuil de viabilité de grands prématurés est de
24 semaines. Néanmoins, naître à 6 ou 7 mois de grossesse
demeure un début de vie lesté de beaucoup d’incertitudes, pour
des années. Le suivi et l’accompagnement de ces nouveauxnés doit être serré, constant au début, régulier ensuite jusqu’à
l’accomplissement de toutes les maturations, notamment neurologiques. Pour les enfants et leurs parents, il s’agit d’un cataclysme, d’un combat vital quotidien, d’une longue lutte à l’affût
de séquelles, bénignes ou graves, qu’on peut traiter ou non, alléger ou pas. Personne n’en sort indemne, même si la vie ensuite
peut ouvrir à nouveau le droit au bonheur.
Informations complémentaires
· Né à 30 semaines, Alexandre, 5 ans, ne sait toujours pas marcher seul : les séquelles psychomotrices sont les plus fréquentes
et apparentes des conséquences d’une naissance problématique.
· La proportion d’enfants ayant des séquelles de grandes préma-
50
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
·
·
·
·
·
·
·
·
turités est de plus en plus grande, notamment due à un meilleur
suivi précoce et statistique. Le bon déroulement du troisième trimestre de la grossesse s’avère à cet égard plus essentiel encore.
Schématisation des grandes risques fréquents : complications respiratoires, neurologiques ou d’origine infectieuse.
Benoît, un jumeau né à 30 semaines, présente des difficultés de coordination des membres inférieurs et un trouble de
la fine motricité. L’amélioration des techniques (diagnostic,
accompagnement ou soins) permet d’accoucher d’enfants
qu’on n’aurait pas pris en charge auparavant ou qu’on peut
prendre en charge beaucoup plus tôt.
Les parents de Robin, 7 ans, né à 25 semaines, avant le seuil de
viabilité généralement admis, peinent encore face à la situation
à affronter : l’établissement du lien maternel a tardé et bien que
l’enfant ait récupéré de tous les retards initiaux, son père reste
blessé du déficit visuel majeur d’un de ses trois enfants.
Née à 26 semaines, Harmonie a cumulé les complications
et plus tard des troubles du comportement. Sa maman a
transcendé le fruit de ces difficultés en créant un groupe de
parole de parents : les douleurs sont tellement profondes, les
repères soudain si bouleversés que sortir du huis clos intime
ou familial est salvateur.
Le personnel soignant se trouve en première ligne, aux côtés
des enfants qu’il soigne, mais souvent aussi pour accueillir,
écouter, accompagner les parents.
L’évolution d’une famille ayant accueilli en 1997 des triplés
très prématurés qui à présent vont tous très bien témoigne
de la nécessité du suivi de ces enfants.
À 16 ans, Frank constitue un exemple d’une amélioration spectaculaire due à l’opiniâtreté et au dévouement de ses parents.
La pratique médicale va-t-elle dans le bon sens ?
Intervenants
Des nouveaux-nés, des enfants, des parents.
Catherine Blomme, Infirmière ; Dr Christian Debauche, Néonatologie, Cliniques
Éducation pour la Santé - Handifférence
51
Comprendre la différence
universitaires St-Luc ; Dr Xavier Schlögel, neuro-Pédiatre, Cliniques universitaires
St-Luc ; Dr Anne Renders, Responsable Réadaptation pédiatrique ; Pr Pierre
Bernard, Gynécologue-Obstétricien ; Anne Bednarek, Fondatrice du CIPAP ;
Chantal Masuy, Infirmière-chef ; Marie Dooms, Infirmière pédiatrique.
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
· Informer des risques liés à la grande prématurité et des traitements nécessaires pour en limiter les séquelles neurologiques.
· Nourrir la réflexion concernant les limites des prouesses
technologiques médicales.
· Comprendre l’impact de la grande prématurité dans les relations intra et extra-familiales.
Appréciation
Abordant ce thème avec délicatesse et courage, ce document n’élude
pas non plus la dimension éthique. La présentation des « miracles »
de néonatalogie n’est par exemple ni triomphaliste ni dramatisante.
Moyennant un équilibre entre la parole des parents et celle des
professionnels, un nombre appréciable d’informations judicieuses sur la question sont présentées.
Remarque
Il importe de noter que les familles-témoins sont représentatives
de milieux sociaux moyens à aisés. Par ailleurs, certaines images
dans les services de néonatologie peuvent impressionner, même
si la caméra ne fait preuve d’aucune complaisance pour cela.
Public cible
Large
Niveau d’enseignement
Enseignement secondaire supérieur.
Conseil(s) d’utilisation
Formation futurs professionnels.
52
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
Maladies incomprises
60’ ; 1999 ; Pulsations ; Pierre Badot ? ; R.T.B.F. ;
TN4621 - VHS
Document d’information générale sur
trois maladies mal connues : l’algodystrophie, la fibromyalgie et le syndrome
de fatigue chronique. Prises de vues
réelles. Utilisation d’images de synthèse
(2%). Alternance à l’écran de reportages, comprenant de nombreux témoignages et interventions de médecins, et,
en studio, d’interviews d’un neuropsychiatre. Son direct. Interviews en son direct et en voix hors champ. Commentaire en voix
hors champ. Musique.
Contenu
Le document présente trois maladies chroniques :
- l’algodystrophie, complication disproportionnée d’un traumatisme bénin ;
- la fibromyalgie, douleur musculaire chronique ;
- le syndrome de fatigue chronique.
S’il permet de saisir la particularité de chacune de ces pathologies, il aide aussi, par les interventions des malades, à comprendre quelques-unes de leurs caractéristiques communes :
- les longs tâtonnements avant d’arriver au diagnostic ;
- le sentiment des malades d’être incompris, et le sentiment
d’abandon que cela peut provoquer ;
- la douleur extrême ;
- l’absence de traitement définitif.
Éducation pour la Santé - Handifférence
53
Comprendre la différence
Intervenants
Dr Benjamin Fischer, neuropsychiatre, Kul ; Dr Jean-Claude Devogel, Centre de la
douleur, CHU de Liège ; Dr Etienne Masquelier, Clinique de la douleur, UCL ; Jacques
Grisart, psychologue ; Pr Michel Lambert, médecine interne générale, St Luc.
Avis du comité
Objectifs
- Prendre connaissance de trois maladies peu connues, ayant
en commun le caractère de chronicité, le peu d’efficacité des
médications et l’absence d’évolution vers la mort.
- Comprendre la nécessité d’acquérir une bonne hygiène de
vie pour atténuer les effets des maladies développées et arriver à une récupération optimale.
- Favoriser une meilleure compréhension du problème et de
ses implications psychologiques.
Appréciation
Document intéressant et structuré proposant une approche
multidisciplinaire permettant un éclairage objectif et argumenté
de maladies souvent incomprises.
La gestion du problème et le soutien des patients dans cette
épreuve montre une ouverture du corps médical à sa reconnaissance et à sa prise en charge progressive.
Les exemples sont proches du vécu. Un accent particulier est
mis sur la réhabilitation et l’insertion professionnelle. Les interventions sont claires et positives.
Public cible
Large
Niveau d’enseignement
Supérieur
54
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
Les attaques cérébrales
60’ ; 1999 ; Savoir Plus Santé ; Amsellem J-J. ;
17 Juin Production ; TN7225 - VHS
Document d’information générale sur
les attaques cérébrales. Prises de vues
réelles. Utilisation d’imagerie médicale
(5%). Alternance à l’écran de discussions sur le plateau avec un neurologue, et de reportages comprenant des
interviews et des scènes de soin. Son
direct. Interviews en son direct et en voix hors champ. Commentaire en voix hors champ. Musique.
Contenu
Ce document présente l’une des principales causes de mortalité
dans les pays industrialisés : les attaques cérébrales.
Des explications médicales et des témoignages permettent d’en
comprendre divers aspects :
- La définition des types d’accidents, infarctus et hémorragies
- Les causes et les signes avant-coureurs
- Les premiers soins et leur importance
- Les traitements courants ou expérimentaux
- La rééducation
- Le rôle de la famille et de l’entourage
L’ensemble constitue aussi une sensibilisation à ce danger, qui
menace davantage les hommes que les femmes.
Intervenants professionnels
Pr Michel Amiel, radiologue Hôpital Louis Pradel, Lyon ; Pr Jean-Louis Mas, chef de
service neurologie Hôpital Ste Anne, Paris ; Pr Francis Turjman, neuroradiologue,
Hôpital neurologique, Lyon ; Pr Pierre Lasjaunias, chef de service neuroradiologie,
hôpital Kremlin-Bicêtre ; Nicolas Bruder, anesthésiste réanimateur, Alain Branchereau,
chirurgien vasculaire et Elsa Pradelles, kiné, Hôpital de la Timone, Marseille.
Éducation pour la Santé - Handifférence
55
Comprendre la différence
Avis du comité
Objectifs
- Expliquer la patho-physiologie et les causes des accidents
vasculaires cérébraux
- Expliquer les techniques de diagnostics, de traitements
médicaux et chirurgicaux et de prise en charge
- Prendre conscience de l’importance d’un diagnostic précoce
et de la nécessité de modifier ses habitudes de vie à titre
préventif et curatif
- Prendre connaissance des signaux d’alarme
Appréciation
Bon aperçu de l’évolution des techniques d’imagerie médicale
et de traitement.
Les informations et les commentaires scientifiques sont exacts,
complets et clairs. La présence de médecins inspire la confiance, le
sérieux. Les témoignages de patients et les séquences illustrées permettent au spectateur de mieux appréhender l’intérêt de consulter
aux premiers signes d’alarme et de diminuer les facteurs de risque.
Les « expériences » de l’animateur ont tendance à rendre simpliste
des actes médicaux fort bien illustrés préalablement.
Public cible
Grand public
Spécifique : professionnel de la santé et personnes à risque
Niveau d’enseignement
Secondaire supérieur
56
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
La résilience :
blessé mais pas vaincu
45’ ; 1999 ; Lacroix Daniel ; Anthéa ;
TN5959 - VHS et TN5981 - DVD
Document d’information générale
sur le phénomène psychologique de
la résilience. Prises de vues réelles.
Prédominance à l’écran d’interviews.
Interviews en son direct et en voix hors
champ.
Contenu
Aux confins des sciences humaines et du travail de terrain, la résilience, intuitivement connue depuis longtemps, a reçu un nom.
Un sociologue et un psychiatre (Boris Cyrulnik) se partagent la
mission d’en éclaircir la notion. Ayant subi une blessure morale
et/ou psychologique importante, on constate qu’une personne
conserve sa capacité à se développer, à se reconstruire. La tâche
du « tuteur de développement » sera de valoriser les mécanismes
de défense élaborés spontanément par la victime. Mais le terrain
est fragile et le traumatisme parfois considérable.
Avis du comité
Objectifs
- Définir ce que recouvre le terme « résilience ».
- Prendre conscience des possibilités de reconstruction mentale suite à un traumatisme important.
- Prendre conscience de l’impact du discours social en tant
qu’élément susceptible de renforcer le traumatisme ou, au
contraire, de participer à sa guérison.
Éducation pour la Santé - Handifférence
57
Comprendre la différence
Appréciation
Document très statique dans sa forme. Les intervenants s’expriment dans un discours clair et accessible. L’aspect statique
du programme ne favorise pas un usage collectif. Ce document
décrit les techniques utilisées habituellement dans l’accompagnement des personnes traumatisées et qui sont ici exposées
sous le vocable « résilience ».
Public cible
Grand public adulte
Niveau d’enseignement
Supérieur
58
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
Les rescapés du coma
53’ ; 1998 ; Temps Présent ; Barton E. - Schmidt S. ;
T.S.R. ; TN6891 - VHS
voix hors champ.
Document en trois reportages sur la
réadaptation de victimes d’accidents
cérébrocrâniens ayant connu un coma
de plusieurs mois. Prises de vues réelles. Utilisation de photographies (1%).
Prépondérance à l’écran de scènes de la
vie quotidienne et d’interviews. Interviews en son direct. Commentaires en
Contenu
Trois cas de personnes ayant subi un grave traumatisme crânien suivi d’un long coma sont présentés par des reportages. La
parole est donnée aux personnes elles-même et à leurs proches.
Les cas suivants sont présentés :
- Mathieu Contamesse, 22 ans, dans le coma durant 10 semaines suite à une chute en montagne. Il est encore en phase de
revalidation et ses troubles, moteurs notamment, sont très
importants.
- Philippe Christe, 32 ans, dans le coma durant 10 semaines
suite à une hémorragie cérébrale. Il se destinait à une carrière de pianiste professionnel mais souffre aujourd’hui de
troubles moteurs majeurs et de troubles de la personnalité.
- Laurence Guigard, 32 ans, a été renversée par un train il y
a 20 ans. À l’époque, les médecins pensaient qu’elle serait
condamnée à une vie végétative. Aujourd’hui, elle mène une
vie presque normale.
Dans les trois cas présentés, la victime a bénéficié d’un soutien
familial important. L’attention est attirée sur le fait que les per-
Éducation pour la Santé - Handifférence
59
Comprendre la différence
sonnes victimes de ce genre d’accident ne seront plus jamais
comme avant et qu’en outre aucun pronostic à long terme n’est
possible dans ce genre de pathologie. Le document se termine
par l’interview d’une femme médecin qui a elle-même connu
un coma de deux mois pendant ses études. Elle rappelle l’utilité
d’associations qui soutiennent les proches et organisent des rencontres ou des activités occupationnelles pour les traumatisés.
Avis du comité
Objectifs
- Prendre connaissance, au travers de l’expérience de malades,
des conséquences des lésions cérébrales sur les plans psychologiques et physiques, ainsi que des difficultés rencontrées
lors du long processus de rééducation.
- Approcher le vécu de cérébro-lésés bénéficiant d’un entourage parental actif.
- Prendre connaissance du caractère particulier de ces rééducations où tout pronostic est impossible.
- Prendre conscience de la nécessité d’accepter de nouvelles
limites physiques, psychologiques et professionnelles.
Appréciation
Document de qualité qui permet de se faire une idée du chemin
à parcourir par la personne victime d’un accident cérébral.
Les quatre témoignages présentés se caractérisent par un ton
juste et une profonde humanité.
Public cible
Grand public
Niveau d’enseignement
Secondaire
Conseil(s) d’utilisation
Convient particulièrement aux professions paramédicales et
aux groupes d’entraide aux familles de personnes sorties d’un
coma prolongé.
60
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
Les enfants sourds
59’ ; 1997 ; Pulsations ; Badot P. - Rondia K. ;
R.T.B.F. ; TN3101 - VHS
Document d’information générale
sur les enfants sourds. Prises de vues
réelles. Utilisation de maquettes et
d’images de synthèse. Prépondérance
à l’écran d’interviews alternant avec
des scènes en milieu scolaire, médical
ou familial. Interviews en son direct et
commentaire en voix hors champ.
Contenu
Le document expose le choix crucial qui se pose aux parents
lorsque la surdité a été détectée, car il y a en effet deux approches
divergentes : l’oralisme et la langue des signes. Les avantages et
les inconvénients respectifs des deux méthodes sont exposés en
insistant sur le fait que les personnes sourdes sont rarement à
l’aise dans les deux systèmes parce que la structure de ces langages est totalement différente.
Le bilinguisme est cependant soutenu par l’APEDAF (association de parents d’enfants déficients auditifs). La question de
l’enseignement réservé aux enfants sourds est développée assez
longuement. Les formules alternatives à l’enseignement spécial,
dont le niveau général est très bas, posent le problème de leur
coût, l’Inami n’intervenant qu’au cas par cas.
La pose éventuelle d’un implant cochléaire est évoquée
quoiqu’elle ne convienne que dans le cas d’une surdité survenue tardivement. Le document se termine par deux exemples de
fillettes qui semblent bien réussir à assumer leur surdité, et par
une courte séquence sur le CREE, association qui organise des
animations scolaires ou parascolaires et des camps de vacances.
Éducation pour la Santé - Handifférence
61
Comprendre la différence
Intervenants
Fabienne De Clerck, présidente APEDAF ; Viviane Leflere, psychologue ;
Pr Michel Gersdorff, ORL ; Thierry Renglet, audioprothésiste ; Lina Piérard,
logopède ; Brigitte Charlier, psychologue du langage ; Dr Olivier Perrier, Centre
Comprendre et Parler ; Christine Verhulst, logopède.
Avis du comité
Objectifs
- Informer le grand public sur la problématique de la surdité
chez les enfants.
- Mettre en évidence l’existence d’une culture propre au
monde des sourds.
- Faire comprendre l’importance de l’établissement d’un diagnostic et d’une prise en charge précoce.
- Analyser les avantages et les limites des différentes méthodes médicales et pédagogiques de rééducation.
Appréciation
Les nombreux témoignages d’enfants sourds, de leurs parents et
des spécialistes alternent avec un exposé assez systématique. Les
points de vue divergents sont présentés avec une volonté d’objectivité. Les images sont variées et pertinentes. Le document est
agréable et dénote une volonté d’élargissement hors du cadre strictement médical. Les aspects économiques ne sont pas abordés.
Public cible
Large
Niveau d’enseignement
Secondaire inférieur
Conseil(s) d’utilisation
Ce document convient bien à une présentation en milieu paramédical ou pédagogique ; il peut se prêter à une utilisation séquentielle.
62
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
Paraplégie, tétraplégie :
réapprendre à vivre
62’ ; 1996 ; Pulsations ; Badot P. - Rondia K. ;
R.T.B.F. ; TN5911 - VHS
Document d’information générale sur
les traitements chirurgicaux, de kinésithérapie, d’ergothérapie pouvant aider
les paralysés à regagner un maximum
d’autonomie. Prises de vues réelles.
Prépondérance à l’écran d’interviews et
de scènes d’hôpital. Utilisation d’images de synthèse. Son direct et commentaire en voix hors champ.
Contenu
Karin Rondia, dans le C.T.R. (centre de traumatologie et de
réadaptation) de l’hôpital Brugmann, interroge médecins et
personnel soignant ainsi que des tétraplégiques et paraplégiques
ayant perdu l’usage de leurs membres suite à une lésion, souvent accidentelle, de la mœlle épinière. Elle aborde une série
de questions concrètes (réapprendre l’autonomie), médicales
(les derniers progrès), ou psychologiques (l’intégration du handicap). Les témoignages plaident pour une amélioration maximale de la qualité de vie, la possible intégration sociale avec son
handicap, passant par une modification du regard que certains
posent sur la personne handicapée.
De nombreux sujets sont abordés :
- les lésions de la mœlle et la différence entre tétraplégie et
paraplégie ;
- le rôle de la kinésithérapie : le travail du fauteuil, la mobilisation des parties paralysées, la position verticale, l’aide électronique à la marche ;
Éducation pour la Santé - Handifférence
63
Comprendre la différence
- l’atelier de prothèses ;
- comment apprendre la vérité au patient ;
- la perte de sensibilité : au niveau du corps, de la vessie, de
l’appareil génital ;
- le travail de mobilisation pour éviter les escarres ;
- l’importance des premiers soins et de la cortisone dans la
diminution de la gravité des affections ;
- système nerveux périphérique et système nerveux central :
les recherches en cours ;
- le travail de l’ergothérapeute ;
- l’informatique et les systèmes de commandes d’environnement par infrarouges et ultrasons ;
- la chirurgie de réanimation des membres supérieurs ;
- les aspects financiers : le coût de l’appareillage médical, la
lenteur de la justice et l’inégalité des situations.
Avis du comité
Objectifs
- Prendre connaissance du parcours suivi par les personnes
tétraplégiques et paraplégiques depuis l’accident jusqu’à
l’éventuel retour à domicile et la recherche d’autonomie qui
y est associée.
- Expliquer les problèmes moteurs et sensitifs consécutifs à
une lésion de la mœlle épinière.
- Prendre conscience de ce qu’induit un handicap dans la relation humaine.
Appréciation
À l’aide de nombreux témoignages, ce document tend à l’exhaustivité et aborde des thèmes aussi variés que les nouvelles techniques de soins, la rééducation, les problèmes de santé associés, les
rappels physiologiques et anatomiques, la réinsertion sociale.
64
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
Réserves
La problématique du handicap chez l’enfant n’est pas traité et le rôle
essentiel de l’entourage familial est relativement peu développé.
De nombreux termes scientifiques non explicités peuvent rendre la
compréhension des informations difficile pour un public non initié.
Public cible
Grand public
Éducation pour la Santé - Handifférence
65
Comprendre la différence
La vérité aux malades
55’ ; 1997 ; Martine Salvador ; Savoir plus santé ;
Dix-Sept Juin Production ; TN7255 - VHS
Reportage sur les relations soignantsoigné. Prises de vues réelles. Prépondérance à l’écran de témoignages de
médecins et de patients, filmés en milieu
hospitalier. Interviews en son direct et
commentaires en voix hors champ.
Contenu
Les cas de plusieurs personnes paralysées suite à un accident ou
gravement malades illustrent ce document. Les interviews de ces
patients et celles de leur médecin ou du personnel médical posent
la question de la communication du diagnostic. Elles mettent en
évidence le fait que certains patients ne sont pas prêts à entendre,
ou ne veulent pas entendre, la vérité au sujet de l’irréversibilité de
leur handicap ou du caractère inéluctable de leur maladie. Deux
cas exemplaires illustrent le fait que le problème n’est pas très différent lorsqu’il s’agit de parler aux parents d’un enfant malade. Le
film montre que chacun, patient ou médecin, agit selon sa propre
personnalité et en fonction de son interlocuteur.
Une séquence est plus particulièrement consacrée à l’oncologie
génétique, c’est-à-dire au dépistage, voire au traitement, préventif du cancer chez des personnes à risque.
Intervenants
B. Marchal, kinésithérapeute ; Dr I. Laffont, chef de clinique, médecine physique et
réadaptation ; Pr O. Dizien, spécialiste médecine physique et réadaptation ; J. de
Boyer, infirmière ; T. Dumont, aide-soignant ; C. Bourrelis, ergothérapeute ; Dr H.
Sobol, chef service oncologie génétique ; Pr J.-M. Zucker, pédiatre ; Dr J. Michon,
pédiatre ; B. Pigeon et D. Cetcovik, auxiliaires puériculture ; Dr F. Doz, pédiatre.
66
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
- Prendre conscience de la difficulté de dire ou d’entendre la
vérité sur le pronostic d’handicaps ou de maladies graves.
- Prendre conscience du fait qu’il n’y a pas de réponse toute faite
en cette matière, chaque cas devant être envisagé séparément.
Appréciation
Document pertinent et de bonne qualité, tourné dans un grand
respect des personnes.
La construction est cohérente et l’accent est toujours mis sur le
caractère humain de la réflexion.
Les personnes interviewées sont crédibles et nuancées dans
leurs propos.
L’envie de vivre et l’optimisme des patients apportent de
manière inattendue une note positive à ce document qui traite
d’un sujet grave.
Public cible
Grand public
Niveau d’enseignement
Secondaire inférieur
Conseil(s) d’utilisation
Convient particulièrement à l’introduction d’une réflexion pour
les professions médicales et paramédicales
Éducation pour la Santé - Handifférence
67
Comprendre la différence
Un monde sans polio
52’ ; 2004 ; Jean-Marc DAUPHIN ; Production ZORN ;TN8483 - DVD
Nos sociétés sont confrontées à des problèmes de santé publique et cherchent des stratégies pour y répondre. Pour éclairer le
débat, le documentaire revient sur la chaîne de solidarité contre
la polio, cette maladie qui, à une époque, fit autant de ravage
que le sida aujourd’hui. En 1930, Franklin Roosevelt, lui-même
victime de la polio, décide d’initier le combat contre la maladie. Plus de septante ans après, cette maladie a très fortement
reculé. Au cours des quinze dernières années, plus de deux milliards d’enfants ont été vaccinés et plus de dix millions de bénévoles ont été mobilisés de par le monde. L’engagement d’organismes tel que l’O.M.S., l’U.N.I.C.E.F. et le Rotary ont permis la
mise en place d’une chaîne de solidarité à l’échelle mondiale…
Le film permet de découvrir l’histoire de la plus grande initiative de
santé publique jamais entreprise dans le monde.
La petite taille : au-delà des centimètres
Les troubles de la croissance
57’ ; 24/01/02 ; Pulsations ; D. Burge, A. François ; R.T.B.F. ; TN6055 - VHS
À travers les témoignages de personnes de petite taille, l’émission
aborde les difficultés psychologiques, les problèmes médicaux
et les différentes causes des troubles de la croissance comme
le nanisme (malformations des os et du cartilage) mais aussi
d’autres facteurs moins connus et plus répandus : la petite taille
familiale, le retard pubertaire, l’insuffisance en hormones de
croissance, le retard de croissance intra-utérin et les anomalies
génétiques. Le point est fait sur les traitements existants comme
l’hormone de croissance et la technique d’allongement des membres.
68
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
Tu enfanteras dans la douleur
60’ ; 22/03/00 ; Au Nom de la Loi ; Michel Hellas ; R.T.B.F. ; TI1864 - VHS
Le combat d’une famille contre une multinationale du secteur
pharmaceutique qui distribue la « Dolantine speziale ». Éprouvée par la naissance d’un enfant débile profond, cette famille
apprend des années plus tard que ce médicament, administré
lors d’un accouchement, peut provoquer des dépressions respiratoires chez le nouveau-né et des lésions cérébrales irréversibles.
Les accidents vasculaires cérébraux
55’ ; 3/12/98 ; Pulsations ; P. Badot, D. Burge, K. Rondia ; R.T.B.F. ; TN0151 - VHS
Les accidents vasculaires cérébraux (thromboses, embolies ou
hémorragies cérébrales) sont la troisième cause de mortalité dans
les pays occidentaux. Depuis vingt ans, la prévention a permis de
diminuer leur fréquence : traitements plus efficaces de l’hypertension artérielle, attention portée aux taux de cholestérol élevés et au
diabète… Aujourd’hui, la prise en charge des personnes victimes
d’A.V.C. est assurée par des unités de traitement très spécialisées.
Exemples avec la revalidation de personnes atteintes de troubles
moteurs (hémiplégie) et de troubles de la parole (aphasie).
Éducation pour la Santé - Handifférence
69
Comprendre la différence
La sclérose en plaques
59’ ; 5/11/98 ; Pulsations ; G. Misergue, K. Rondia ; R.T.B.F. ; TN7312 - VHS
Les causes de la sclérose en plaques sont encore assez floues,
mais des recherches ont déterminé qu’il s’agit d’une maladie
auto-immune : les défenses de l’individu se retournent contre
l’un des constituants de l’organisme, en l’occurrence la gaine des
nerfs. Cette découverte a permis de mettre au point des médicaments spécifiques qui espacent les poussées de la maladie
et en réduisent la gravité. Le point sur ces traitements et sur les
solutions qui permettent aux personnes gravement handicapées
par la maladie de garder un maximun d’autonomie.
Les enfants autistes
60’ ; 7/04/98 ; Puslations ; M. Van Bellinghen ; K. Rondia ; R.T.B.F. ; TN3031 - VHS
Entre handicap et psychose, l’autisme reste un mystère pour la
science. Absence de communication, retard ou absence de langage
et troubles du comportement sont les formes caractéristiques de
cette affection dont l’origine reste obscure. Jadis attribuée à un trouble de la relation mère-enfant (voir les travaux aujourd’hui contestés
de Bettelheim), elle serait actuellement attribuée à des lésions cérébrales pré- ou post-natales. Quelques portraits d’enfants et de jeunes
adultes, filmés avec patience et tendresse, illustrent le propos et permettent d’aborder la question de la prise en charge des autistes.
70
Éducation pour la Santé - Handifférence
Comprendre la différence
L’ enfant, ses douleurs et le médecin
1996 ; Collection Mots pour maux ; Daniel Lacroix ; Anthéa ; TN5312 - VHS
Un entretien entre Evelyne Pichard Léandri, médecin anesthésiste et
Jean-Claude Aulnette, médecin généraliste. Complètement méconnue
jusque dans les années ‘80, la douleur de l’enfant est maintenant
reconnue par les professionnels de la santé mais elle est encore sousestimée car difficile à cerner. Evelyne Pichard Léandri, qui travaille en
milieu hospitalier, décrit les différentes étapes du cheminement du
médecin et des soignants (qualité d’écoute, méthodes d’évaluation,
diagnostic, thérapies) qui permettent de répondre précisément aux
douleurs des enfants, quels que soient l’âge, le type de douleur, le développement psychomoteur, la présence ou non d’un handicap.
L’haptonomie
50’ ; Parole donnée ; D. Lacroix ; Anthéa, T.N.D.I., A.D.S.E.A., Ressources Enfance ;
TN5947 - VHS
Un entretien entre Catherine Dolto Tolitch, haptothérapeute, et Caroline Eliacheff, psychanalyste. « L’haptonomie, inventée en 1945 par
Frans Veldman, est une science humaine qui a pour objet l’affectivité
et le contact psychotactile. Elle constitue une approche globale de la
gestion humaine dans laquelle le geste et la parole s’unissent pour
restaurer ou instituer un état de sécurité de base qui fait cruellement
défaut dans notre époque régie par l’effectivité. Son application la plus
connue est l’accompagnement pré et post-natal dont la dimension
prophylactique est reconnue. Mais l’haptonomie, c’est aussi l’haptopsychothérapie et l’hapto-analyse, le travail avec les handicapés de
naissance, les sportifs de haut niveau, les musiciens, sans oublier l’accompagnement des mourants. » C. Dolto Tolitch
Éducation pour la Santé - Handifférence
71
Comprendre la différence
Témoins sourds, témoins silencieux
55’ ; Brigitte Lemaine, Stéphane Gatti ; Fotofilmecrit - TH8871 - VHS
Dès juillet 1933, Hitler instaurait une loi d’hygiène raciale décidant la stérilisation, les avortements forcés et les premières
exterminations d’handicapés et de sourds. Résultat d’une longue
enquête qui débuta en 1993, le document trace pour la première
fois l’histoire des sourds juifs sous le nazisme et montre comment
ils n’avaient pu témoigner auparavant, bâillonnés par leur défaut
de parole.
Des malentendants racontent leur stérilisation faite sous la pression
de leurs professeurs ou de membres de l’association des sourds nazis ;
leurs témoignages sont entrecoupés d’images des lieux. Des historiens
brisent le silence et dénoncent le rôle capital qu’ont joué les médecins
dans ce sinistre processus.
Lumières sur un massacre
10 Films contre 100 millions de mines…
Durée 66’ ; divers réalisateurs ; Handicap International, Little Bear - TD5491 - VHS
Dix cinéastes se mobilisent contre les mines antipersonnelles aux
côtés de Handicap International. Chacun met en scène l’un ou
l’autre aspect des ravages causés par ces armes terribles.
Une réalisation de Youssef Chahine (Égypte), Jaco Van Dormael
(Belgique), Pierre Jolivet (France), Mathieu Kassovitz (France), Pavel
Lounguine (Russie), Rithy Panh (Cambodge), Coline Serreau (France),
Volker Schlöndorff (Allemagne), Bertrand Tavernier (France) et Fernando Trueba (Espagne).
« Making of » : pendant leur tournage, quelques réalisateurs témoignent de leur engagement et du choix de leur scénario. « Chemins
croisés » : l’action de Handicap International dans plusieurs pays.
72
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
L’enseignement,
l’entreprise et
le monde du
travail, les loisirs
représentent des
environnements
particuliers, dont
l’adaptation peut
faciliter bien des
choses
Intégration
Danse des mains
68’ ; 1998 ; Dänzer P. - Hemmi P. ; SuissImage ;
TJ2625 - VHS
Document d’information et de promotion de la langue des signes utilisée
par les sourds. Prises de vues réelles.
Prépondérance à l’écran de reportages
entrecoupés d’extraits de spectacles ou
poèmes en langage des signes.
Le langage des signes et certains passages en allemand ou en suédois sont
traduit en français. Accompagnement musical.
Contenu
Filmé en France, en Suisse, en Allemagne et en Suède, ce document plaide pour une plus grande reconnaissance de la langue
des signes. La culture propre aux sourds est mise en évidence
tout au long du document dont les différentes séquences abordent les sujets suivants :
- l’expression artistique au moyen de poèmes signés et de
spectacles ;
- l’histoire de la langue des signes ;
- la structure de la langue des signes et ses variantes
géographiques ;
- l’enseignement de la langue des signes et l’enseignement
général aux sourds ;
- la création d’un dictionnaire visuel informatisé ;
- la langue des signes en pratique.
Le montage lent et l’atmosphère particulière du document s’expliquent, lors de la lecture du générique final, par le fait que le réalisateur est lui-même malentendant et que son assistant est sourd.
Éducation pour la Santé - Handifférence
75
Intégration
Intervenants
J. Liennel, chorégraphe ; Peter Schick, metteur en scène ; B. Truffaud, historien ;
C. E. Maye, directeur institut pour sourds, Montbrillant (Suisse) ; M. Leuzinger
Maye, Fédération Suisse des Sourds ; Dr P. Boyes Braem, linguiste ; M. Pillaud ;
A. Macaione ; Simon Kollien, psychologue ; L. Wallin, chercheur (Stockholm) ; K.
Olsonn, enseignante ; Pr. B. Bergman, directeur département pour sourds ; G.
Magnusson ; G. Bouchauveau, animateur scientifique Cité des Sciences (Paris) ;
C. Liennel, M. Lyski, E. Laborit, S. Attia, L. Valo, comédiens.
Avis du comité
Objectifs
- Prendre connaissance des bénéfices apportés par la langue
des signes sur le plan de la communication.
- Prendre connaissance de la spécificité culturelle des sourds.
- Prendre position par rapport au langage signé.
Appréciation
L’impression de longueur que pourra ressentir un public entendant s’explique par une volonté d’immerger le spectateur dans
le monde des sourds. La recherche esthétique dont le document
fait preuve témoigne de la même approche particulière. La
construction est assez confuse.
Il s’agit d’un document engagé qui se présente comme un véritable plaidoyer pour la langue des signes. On notera que les sourds
présentés ici évoluent presque exclusivement dans un monde de
sourds, presque sans contact avec les entendants.
Réserves
Ce document ne fait quasiment pas mention d’autres formations possibles pour les malentendants, notamment l’oralisme
et l’apprentissage de la lecture labiale.
Public cible
Grand public
76
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Niveau d’enseignement
Secondaire inférieur.
Conseil(s) d’utilisation
Ce document pourra servir de support (illustration) aux logopèdes
et enseignants dans le cadre d’une formation spécifique à la langue
des signes et d’une approche du monde des malentendants.
Éducation pour la Santé - Handifférence
77
Intégration
Sport et handicap
20’ ; 1995 ; Autant Savoir ; Misergue G. - Salesse
I. ; R.T.B.F. ; TN7741 - VHS
Document d’information générale sur
la pratique du sport par les handicapés.
Prises de vues réelles. Prépondérance
à l’écran d’interviews et de handicapés
sportifs. Son direct et commentaire
hors champ.
Contenu
Ce document démontre que la pratique d’un sport peut aider les
handicapés à s’épanouir ou à s’intégrer dans le tissu social. Des
handicapés physiques, suite à un accident grave, témoignent de
leurs motivations à reprendre la pratique d’entraînements sportifs de haut niveau et s’expriment sur leurs satisfactions et les
apports en terme de qualité de vie. Le secrétaire de l’APEM et
un représentant de la Fédération sportive belge pour Handicapés distinguent le sport pour handicapés physiques des pratiques sportives ou motrices pour handicapés mentaux.
On peut encore signaler :
- les jeux paralympiques, leur haut niveau de compétition et la
classification fonctionnelle des participants, basée sur leurs
potentialités ;
- le coût d’un matériel adapté et la nécessité de trouver des
financements pour s’équiper ;
- les jeux olympiques pour handicapés mentaux et leur fonction d’intégration dans le tissu social ;
- l’encadrement spécifique aux personnes handicapées physiques et handicapées mentales.
78
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Avis du comité
Objectifs
- Prendre conscience de l’intérêt que peut avoir la pratique d’un
sport pour la personne handicapée physique ou mentale.
- Amener les personnes valides à prendre connaissance du
niveau de performance atteint par ces sportifs.
Appréciation
Ce document intéressant est construit sur base de témoignages
sincères (mais uniquement masculins) de handicapés physiques
qui parlent de leur pratique sportive de haut niveau. On peut
toutefois regretter que l’importance accordée à la compétition
et aux handicaps physiques qui occulte d’autres aspects comme
la réinsertion sociale et le handicap mental.
Réserves
La vision de l’intégration affective des non valides et du regard que
portent souvent les valides non initiés est trop souvent idéalisée.
Public cible
Grand public
Niveau d’enseignement
Secondaire
Conseil(s) d’utilisation
Bien que ce document puisse être utilisé par un public large et
d’une manière non encadrée, la présence d’un animateur doit être
envisagée pour débattre de toutes les questions restées en suspens.
Les thèmes suivants pourraient ainsi être abordés : la nature
d’une pratique sportive pour le handicapé mental, la nécessité
de se cantonner dans un sport de compétition pour le handicapé physique, la pratique sportive chez la femme handicapée,
les autres moyens de réinsertion, etc.
Éducation pour la Santé - Handifférence
79
Intégration
Sans préjugés (série)
1996 ; Sans préjugés ; Petit L. ; A.W.I.P.H.
Contenu
« Sans préjugés » est une série de 10 documents d’information
générale ayant pour thème l’insertion socioprofessionnelle des
personnes handicapées. Chaque document se présente comme
une émission télévisée de plateau comprenant interviews et
débats alternant avec de courts reportages et se terminant par
une séquence info-pratique.
Prises de vues réelles. Sous-titrage français de l’ensemble des commentaires et interventions. Son direct et commentaires en voix hors
champ. Utilisation de titrages dans la séquence info-pratique.
Cette série est produite par l’A.W.I.P.H. (Agence Wallonne
pour l’Intégration des Personnes Handicapées) dont la création
fait suite au décret wallon du 6 avril 1995 relatif à l’intégration
des personnes handicapées et qui entend ici sensibiliser le public
tout en présentant son action.
Les documents sont présentés par Jean-Louis Godet qui mène
les interviews conjointement avec Christine Coppin, elle-même
handicapée.
Une personnalité connue est l’invitée vedette de chaque numéro.
Les deux présentateurs l’interviewent et lui demandent de réagir
à la présentation de courts reportages sur l’insertion socioprofessionnelle. Elle a également l’occasion de rencontrer des personnes handicapées sur le plateau. À la fin, on lui demande
d’inscrire un message d’espoir sur un tableau.
Une séquence info-pratique clôture chaque numéro, elle fait
le point sur les différentes formes d’aides relatives aux thèmes
abordés.
80
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Les dix personnalités invitées sont Annie Fratellini, Emmanuelle Laborit, Philippe Geluck, Gilbert Montagné, Julos
Beaucarne, Etienne Davignon, François Schuiten, Marie-Josée
Nat, Roland Magdane et Willy Taminiaux.
Avis du comité
Objectifs
- Appréhender la variété des difficultés rencontrées par les
personnes handicapées dans un environnement prévu pour
les personnes valides : inaccessibilité des infrastructures,
mais aussi difficultés d’accès au monde du travail, à l’enseignement et à la formation professionnelle.
- Informer des différentes formes de programmes d’insertion
socioprofessionnelle des personnes handicapées soutenues
par l’A.W.I.P.H. par la présentation d’un panel d’expériences réussies.
- Remettre en question les représentations que l’on a des
potentialités et du vécu des personnes handicapées.
- Comprendre que l’intégration des personnes handicapées
peut être bénéfique au monde des valides.
- Prendre conscience que la perception de son handicap par la
personne handicapée se construit aussi par le regard de l’autre.
- Comprendre l’importance de mettre en place des espaces de
rencontre entre personnes handicapées et non handicapées,
afin qu’elles se connaissent et se comprennent mieux.
Appréciation
La série se caractérise par une bonne rigueur de contenu. Elle
offre une grande richesse d’informations. Celles-ci sont développées avec une précision qui témoigne d’une excellente
connaissance du sujet.
Le document traduit une volonté constante de confronter le monde
des personnes handicapées avec celui des personnes valides.
Éducation pour la Santé - Handifférence
81
Intégration
Il traite du handicap avec énormément de dignité et de respect pour la personne handicapée. Les expériences d’insertion
socioprofessionnelle sont présentées avec réalisme et sur un ton
résolument positif. Les difficultés éventuelles sont tout à fait
absentes, ce qui peut entraîner un manque de crédibilité.
Les interviews de plateau témoignent d’un grand humanisme.
Le militantisme est évident mais totalement assumé.
La série laisse transparaître un réel souci pédagogique.
Les objectifs sont clairement présentés. Le thème de la tolérance s’inscrit comme un fil conducteur qui traverse les différentes émissions. Les informations sont claires et accessibles, les
témoignages nombreux, variés et proches du quotidien.
Les questions introduites par la co-présentatrice contribuent à
clarifier les témoignages.
La structure des émissions permet au spectateur d’appréhender
le thème à divers niveaux d’information selon la nature de son
questionnement.
D’un point de vue cinématographique, on relèvera des images de
bonne qualité, mais aussi certains montages trop perceptibles ou peu
attractifs. La construction générale de la série manque de rythme.
Le sous-titrage est de qualité très variable. La simplification du
langage écrit donne l’impression qu’il s’adresse à des personnes
intellectuellement plus limitées. Cela entraîne parfois un réel
appauvrissement, voire une transformation du message.
Pour permettre un usage séquentiel de la série, il aurait été utile
d’ajouter un sous-titre présentant le thème abordé de manière
spécifique pour chaque émission.
Réserves
Bien que la série envisage une très grande variété de handicaps,
peu de place est réservée au handicap mental.
Le parti pris de présenter les personnes handicapées comme des
gagneurs offre peu de possibilités de se situer en dehors de ces
modèles d’exception et peut décourager certains individus qui
ne bénéficient pas du même environnement.
82
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Public cible
Grand public.
Spécifique : décideurs, employeurs, syndicats, travailleurs sociaux.
Niveau d’enseignement
Secondaire.
Conseil(s) d’utilisation
Cette série d’émissions peut se suffire à elle-même.
Elle pourrait également être utilisée dans certaines écoles secondaires ou supérieures, en orientation psycho-médico-sociale ou
encore en entreprise, avec ou sans animateur.
Si un animateur est présent lors du visionnement, il pourra :
- préciser la nécessaire simplification du texte écrit ;
- expliciter certains sigles qui ne sont pas définis ni oralement
ni dans l’écrit ;
- apporter des précisions complémentaires sur les pages
pratiques ;
- relativiser l’image idyllique de l’intégration des personnes
handicapées ;
- susciter un débat.
Éducation pour la Santé - Handifférence
83
Intégration
Sans préjugés :
Annie Fratellini
26’ ; 1996 ; Sans préjugés ; Petit L. ; A.W.I.P.H. ;
TL7811 - VHS
Contenu
L’invitée vedette de ce premier numéro est Annie Fratellini,
clown et fondatrice de l’Ecole du Cirque (Paris). Ce document
est consacré tout d’abord à la présentation de l’A.W.I.P.H.
(Agence Wallonne pour l’Intégration des Personnes Handicapées) et à celle de Christine Coppin, co-présentatrice de l’émission et fondatrice de l’Association Francophone Belge pour
l’Ostéogenèse Imparfaite.
Deux reportages sont présentés :
- les « Flying Young Men », acrobates de cirque dont l’un est
handicapé ;
- l’entreprise « La Lorraine » qui emploie environ 180 personnes et dont le patron, Claude Berg, pratique la promotion
sociale des handicapés sans paternalisme.
Annie Fratellini explique que dans le milieu du cirque la tolérance vient du respect du travail de l’autre. Elle raconte l’histoire
d’une enfant défigurée venue se présenter à l’Ecole du Cirque et
enchaîne sur le fait que, pour elle, être un clown, c’est une façon
de faire accepter la différence. Sur le plateau, elle rencontre Gregory Jacobs, un des « Flying Young Men ».
84
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Annie Fratellini signe : « Le cirque c’est rond, le rond c’est la
liberté, il n’a ni commencement ni fin ».
Séquence info-pratique :
Présentation du décret du Parlement wallon du 6 avril 1995 et
des différents niveaux de compétences des institutions fédérales, communautaires, régionales et communales. Présentation
de la mission de l’A.W.I.P.H., organisme para-régional dont les
compétences s’étendent à l’accueil, l’hébergement, l’orientation
scolaire et professionnelle, la mise au travail et l’aide individuelle
à l’intégration des personnes handicapées.
Avis du comité
Objectifs
- Comprendre que l’« anormalité » est une notion relative qui
dépend du milieu de référence que l’on se donne.
- Comprendre que dans le monde du cirque, les problèmes liés
aux handicaps sont assumés collectivement par la communauté.
- Situer l’A.W.I.P.H. dans l’ensemble des différents niveaux
institutionnels de compétences : fédéral, communautaire,
régional (A.W.I.P.H.) et communal.
Appréciation
Cette première émission permet d’entrer dans la problématique de
manière intéressante et originale. Elle donne rapidement le ton de
la série : approche humaniste, positive, combative et informative.
La séquence info-pratique est claire et précise mais manque de
références (adresses, numéros de téléphone), le reste de la série
n’aborde plus ces aspects.
Réserves
Voir fiche d’appréciation générale de la série.
Public cible
Grand public
Éducation pour la Santé - Handifférence
85
Intégration
Niveau d’enseignement
Secondaire
Conseil(s) d’utilisation
Eventuellement, apporter le complément d’informations pratiques nécessaires.
86
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Sans préjugés :
Emmanuelle Laborit
26’ ; 1996 ; Sans préjugés ; Petit L. ; A.W.I.P.H. ;
TL7812 - VHS
Contenu
Emmanuelle Laborit, comédienne sourde-muette est l’invitée
de ce deuxième numéro qui débute par un petit clip à l’adresse
des employeurs et où l’on voit qu’un handicap peut parfois être
utile aux autres (savoir lire sur les lèvres en l’occurrence). Les
deux acteurs principaux du clip, dont une jeune femme sourde,
viendront ensuite la rejoindre sur le plateau.
Un extrait de l’émission « L’œil et la Main » (La Cinquième) à
laquelle Emmanuelle Laborit a participé lui donne l’occasion
de parler de la langue des signes. Elle commente la façon dont
la société perçoit les personnes handicapées et parle du plaisir
qu’elle a éprouvé lorsque son talent de comédienne fut consacré
par la remise du prix Molière en 1993. Selon elle, tous les handicaps peuvent être surmontés.
Un reportage sur l’entreprise de maroquinerie Delvaux nous
apprend que bon nombre de personnes handicapées y sont
employées. L’une d’entre elles travaille même à domicile. Jacques
Deneef, directeur du personnel chez Delvaux, insiste sur le fait que
les handicapés ont un contrat normal et font un travail normal.
Emmanuelle Laborit signe : « Battons-nous contre l’indifférence ! »
Séquence info-pratique consacrée aux aides accordées aux
employeurs et aux travailleurs.
Éducation pour la Santé - Handifférence
87
Intégration
Avis du comité
Objectifs
- Comprendre la particularité du handicap des personnes
malentendantes.
- Prendre conscience que le langage des signes permet de surmonter le handicap et d’avoir accès à une certaine culture.
- Prendre connaissance des différentes aides offertes par
l’A.W.I.P.H. à l’employeur et à la personne handicapée.
Appréciation
Le propos est illustré de manière très convaincante par le
combat personnel et militant d’Emmanuelle Laborit. Le montage est attrayant. Cette émission se distingue comme l’une des
plus agréables à suivre de la série.
Réserves
Voir fiche d’appréciation générale de la série.
Public cible
Grand public
Spécifique : décideurs, chefs d’entreprises, syndicats, travailleurs
sociaux
Niveau d’enseignement
Secondaire
Conseil(s) d’utilisation
Un animateur pourrait appuyer l’idée que chaque handicap peut
être compensé par d’autres habiletés qui sont plus ou moins
faciles à développer selon le handicap, mais aussi selon la personne handicapée.
Il devra, en outre, expliquer les sigles « AGFIP », « CAIRP »,
« IVT ».
88
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Sans préjugés :
Philippe Geluck
26’ ; 1996 ; Sans préjugés ; Petit L. ; A.W.I.P.H. ;
TL7820 - VHS
Contenu
Philippe Geluck, humoriste, est l’invité de ce numéro. D’entrée,
il souligne que l’humour n’aurait pas de fonction si tout allait
vraiment bien et aussi que se moquer d’une chose grave ne veut
pas dire qu’on s’en moque.
Un reportage présente Philippe Verheye, graphiste, photographe, journaliste, sourd et fondateur de la revue Méphisto, qui
vient rejoindre Philippe Geluck sur le plateau.
Un autre reportage est consacré à l’entreprise Bipp-Bipp dans
laquelle quatre handicapés mentaux participent à la fabrication
de stores vénitiens. Le rôle des agents d’intégration professionnelle de l’A.W.I.P.H. y est présenté.
Bernard Caudron de l’A.W.H.I.P. rejoint le plateau et parle
avec Philippe Geluck de la difficulté de créer des rapprochements entre les personnes handicapées et les personnes valides
alors que, très souvent, il suffit d’établir la communication pour
que tout problème relationnel disparaisse.
Philippe Geluck signe un dessin où l’on voit « Le Chat » dire :
« Je connais des sourds qui s’entendent très bien ».
Éducation pour la Santé - Handifférence
89
Intégration
Avis du comité
Objectifs
- Comprendre que le handicap n’est pas un sujet tabou et qu’il
est possible d’en rire.
- Comprendre les difficultés qu’éprouvent les valides dans
leurs relations avec les personnes handicapées.
- S’interroger sur l’utilisation des structures spécialisées.
- Prendre connaissance de la fonction d’agent d’insertion
sociale et professionnelle de l’A.W.I.P.H.
- Prendre connaissance d’un exemple concret de partenariat
entre une entreprise, un agent de l’A.W.I.P.H. et une personne handicapée employée.
Appréciation
Le ton de Philippe Geluck est sobre et sympathique. Son discours va « au cœur ».
Cette séquence a le mérite de situer la question des préjugés
dans le problème général de la tolérance. L’information est intéressante, pratique et bien traitée.
La conclusion du présentateur alourdit la séquence dans laquelle
l’humour pourrait, en outre, être plus présent. Certains montages sont trop perceptibles.
Réserves
Voir fiche d’appréciation générale de la série.
Public cible
Grand public
Spécifique : décideurs, chefs d’entreprises, syndicats, travailleurs
sociaux.
Niveau d’enseignement
Secondaire
90
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Sans préjugés :
Gilbert Montagné
26’ ; 1996 ; Sans préjugés ; Petit L. ; A.W.I.P.H. ;
TL7815 - VHS
Contenu
Gilbert Montagné, chanteur-compositeur aveugle, est l’invité
de ce numéro consacré notamment à l’adaptation des postes de
travail aux personnes handicapées.
Des extraits de deux courts métrages sont présentés :
- « Dialogue dans le noir » : rencontre dans l’obscurité entre
aveugles et voyants (infrarouges)
- « Les paysages croisés » : un aveugle guide un voyant dans
le noir et un voyant guide un aveugle en plein jour, celui qui
guide décrit à l’autre ce qu’il voit ou perçoit.
Gilbert Montagné parle de lui-même et de ses perceptions, il
dit notamment : « je n’ai jamais considéré le handicap comme
un désavantage… mes parents me disaient que j’apportais beaucoup de bonheur dans la maison…mes amis me font rire quand
il y a une panne d’électricité… ».
Un reportage sur la Semaine Européenne du Télétravail donne
à Noël Orain (asbl Différence) et à Michel Mercier (Facultés
Notre-Dame à Namur) l’occasion de s’exprimer. Tous deux évoquent l’importance potentielle du télétravail mais aussi la nécessité de changer les mentalités.
Gilbert Montagné signe : « Laissez la lumière, on est si bien
ensemble ».
Éducation pour la Santé - Handifférence
91
Intégration
Séquence info-pratique :
L’A.W.I.P.H. prend en charge l’intégralité des frais d’adaptation du poste de travail en échange d’une garantie d’emploi pour
la personne handicapée et de la réservation d’un poste de travail pour travailleur handicapé. En outre, elle rembourse au travailleur les vêtements de travail et les outils qu’il a dû acquérir.
Avis du comité
Objectifs
- Entrer dans le monde des non voyants.
- Aborder le problème de l’adaptation des postes de travail et
de l’environnement aux besoins des personnes handicapées.
- Analyser les avantages et les limites des aides technologiques.
- Comprendre l’importance d’une évolution conjointe des
technologies et des mentalités pour favoriser l’insertion des
personnes handicapées.
- Prendre connaissance des aides de l’A.W.I.P.H. en ce qui
concerne l’adaptation du poste de travail.
Appréciation
Les témoignages recueillis présentent une certaine morale positive.
L’intervention du professeur Mercier est assez pertinente. On relèvera également la diversité et la cohérence des interventions et des
reportages. Le spectateur appréciera, en outre, la joie de vivre qui
émane des invités. Le montage est cependant peu attractif.
Réserves
Voir fiche d’appréciation générale de la série.
Public cible
Grand public
Spécifique : décideurs, chefs d’entreprises, syndicats, travailleurs
sociaux.
92
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Niveau d’enseignement
Secondaire
Conseil(s) d’utilisation
La bande de lancement de cette émission est extraite d’un document disponible dans la Collection Education pour la santé de la
Médiathèque : « Les paysages croisés ». Nous renvoyons l’utilisateur à la fiche d’appréciation de ce document (Référence : TJ6971).
Éducation pour la Santé - Handifférence
93
Intégration
Sans préjugés :
Julos Beaucarne
26’ ; 1996 ; Sans préjugés ; Petit L. ; A.W.I.P.H. ;
TL7816 - VHS
Contenu
Julos Beaucarne, chanteur poète, est l’invité de ce numéro qui
débute par la lecture d’un poème avec deux jeunes aveugles.
Paul Gérard, professeur à l’IRSA (Institut Royal pour Sourds
et Aveugles, à Uccle), vient sur le plateau parler de spectacles
montés à l’institut et intitulés « Les aveugles en ont marre d’être
mal vus » et « Mon bel oranger ».
Julos Beaucarne confie avoir été frappé par la maturité des jeunes rencontrés à l’IRSA et par leur sens de la poésie. Il déclare notamment :
« Faire de la poésie, c’est marcher sur le chemin de la conscience ».
Deux reportages sont présentés :
- Maria, la standardiste aveugle qui apprend à travailler avec
une barrette Braille
- une entreprise de construction dans laquelle travaillent plusieurs handicapés.
Claudine Van Deuren et Luc Fohal, tous deux de l’A.W.I.P.H.,
rejoignent le plateau et insistent sur le fait que handicap ne signifie
pas incompétence. Ils parlent aussi de la nécessité de connaître les
envies, les projets et les compétences des personnes handicapées
pour pouvoir leur trouver un travail sur mesure. Julos Beaucarne
signe : « Mon métier, c’est de vous dire que tout est possible ».
94
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Séquence info-pratique consacrée aux 14 centres de formation
professionnelle pour personnes handicapées existant en Wallonie, ainsi qu’aux stages et contrats d’adaptation professionnelle.
Avis du comité
Objectifs
- Proposer une approche philosophique de la tolérance par le
biais de la poésie.
- Comprendre que certaines personnes handicapées développent des capacités sensorielles supérieures à celles des personnes valides.
- Prendre connaissance des possibilités de formations professionnelles spécifiques offertes par l’A.W.I.P.H.
Appréciation
Cette séquence élargit le thème du handicap à la notion de différence (nationalité, etc.) par des messages simples et répétés.
Les propos romantiques et philosophiques de Julos Beaucarne
donnent un ton personnel dans l’ensemble des messages militants et combatifs des autres séquences.
Réserves éventuelles
Voir fiche d’appréciation générale de la série.
Public cible
Grand public.
Spécifique : décideurs, chefs d’entreprises, syndicats, travailleurs
sociaux.
Niveau d’enseignement
Secondaire.
Conseil(s) d’utilisation
Des informations plus complètes sur les formations devraient
être données.
Éducation pour la Santé - Handifférence
95
Intégration
Sans préjugés :
Etienne Davignon
26’ ; 1996 ; Sans préjugés ; Petit L. ; A.W.I.P.H. ;
TL7813 - VHS
Contenu
Etienne Davignon, président de la Société Générale de Belgique, est l’invité de ce numéro. Cosignataire avec Jacques Delors
du « Manifeste des Entreprises contre l’Exclusion », il souligne
que les entreprises ont des devoirs de citoyenneté.
Un reportage présente Elisabeth Cathier, pédopsychiatre,
paraplégique suite à un accident. Grâce à l’intervention de
l’A.W.I.P.H., elle possède un véhicule adapté et peut se rendre
dans les centres où elle donne des consultations.
Un autre reportage montre qu’une personne handicapée mentale peut se rendre utile dans un bureau et même réussir à encoder des données sur ordinateur.
Etienne Davignon dit que l’Europe est en retard par rapport aux
USA quant à l’intégration des personnes handicapées. D’après
lui, l’informatique convient bien aux personnes handicapées,
elle leur permet un travail valorisant et brise leur solitude. On
lui présente un interview de Jean Gandois (CNPF) qui dit que
le handicap est une forme d’exclusion contre laquelle il faut
lutter. A la question de savoir s’il est favorable à l’instauration
d’un quota imposé aux entreprises comme en France, il répond
préférer une incitation, plus morale et moins réductrice.
Etienne Davignon signe : « Par définition, le handicap existe.
96
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Pour le surmonter, à nous de le vouloir ».
Séquence info-pratique consacrée aux interventions et primes
en faveur de l’employeur.
Avis du comité
Objectifs
- Montrer que certains chefs d’entreprises peuvent avoir des
attitudes positives à l’égard des personnes handicapées.
- Introduire un débat sur la place accordée aux personnes handicapées dans le monde du travail (obligation / incitation à
l’embauche).
- Évoquer les devoirs de citoyenneté du monde des entreprises
dans la lutte contre l’exclusion des personnes handicapées et
des moyens qui sont mis à leur disposition.
- Prendre connaissance des primes d’aide à l’emploi destinées
aux personnes handicapées et des aides à l’adaptation du
poste de travail.
Appréciation
La prise de position de personnalités importantes du monde des
entreprises donne du poids au débat.
L’information donnée en page pratique est assez complexe.
Réserves
Voir fiche d’appréciation générale de la série.
Public cible
Grand public
Spécifique : chefs d’entreprises, syndicats, décideurs, travailleurs
sociaux.
Niveau d’enseignement
Secondaire
Conseil(s) d’utilisation
L’animateur apportera les informations nécessaires à la compréhension de la page pratique.
Éducation pour la Santé - Handifférence
97
Intégration
Sans préjugés :
François Schuiten
26’ ; 1996 ; Sans préjugés ; Petit L. ; A.W.I.P.H. ;
TL7814 - VHS
Contenu
François Schuiten, auteur de bandes dessinées, est l’invité de
ce numéro. Dans un de ses récents ouvrages, on voit une fille,
Marie-la-Penchée, affligée d’un handicap purement poétique.
Cela ne l’empêche pas de connaître les mêmes problèmes relationnels que toutes les personnes handicapées, simplement
parce qu’elle est « différente ».
L’architecte Claude Alsteen vient le rejoindre sur le plateau.
C’est un fervent militant des immeubles accessibles aux personnes handicapées.
Un reportage présente le travail de l’a.s.b.l. CARAT qui prépare
les handicapés mentaux à leur insertion professionnelle et leur
apprend à vivre seuls. Selon Philippe Caspar, la personne handicapée est grandement valorisée lorsqu’on arrive à la convaincre
qu’elle peut devenir le centre décisionnel de sa propre vie.
Francois Schuiten dit qu’il faut éviter de classer les gens dans
des tiroirs et signe un dessin où l’on voit une personne handicapée s’envoler de sa chaise roulante.
Séquence info-pratique consacrée aux aides individuelles à
l’intégration.
98
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Avis du comité
Objectifs
- Prendre conscience des difficultés rencontrées par les personnes à mobilité réduite pour accéder aux espaces publics
et insister sur la nécessité de rendre la ville accessible et
accueillante aux personnes handicapées.
- Dénoncer le non-respect de la loi sur l’accessibilité des lieux
publics aux personnes handicapées.
- Comprendre l’importance de l’aide dégressive et multidimensionnelle dans la prise d’autonomie des personnes handicapées mentales.
- Prendre connaissance de la diversité des aides à l’accessibilité offertes par l’A.W.I.P.H., ainsi que les marches à suivre
pour les obtenir.
Appréciation
La mise en avant d’une histoire fantastique permet d’aborder le
handicap d’une manière différente. Le choix de l’invité paraît
pertinent par rapport au sujet abordé.
Les objectifs de l’accompagnement multidimensionnel sont bien
présentés. Les exemples sont éclairants et proches du vécu.
On peut cependant regretter la brièveté de la séquence filmée sur
les difficultés que rencontrent les personnes handicapées en ville.
Réserves
Voir fiche d’appréciation générale de la série.
Public cible
Grand public
Spécifique : responsables de l’aménagement des lieux publics.
Niveau d’enseignement
Secondaire
Éducation pour la Santé - Handifférence
99
Intégration
Sans préjugés :
Marie-Josée Nat
26’ ; 1996 ; Sans préjugés ; Petit L. ; A.W.I.P.H. ;
TL7817 - VHS
Contenu
Marie-Josée Nat, comédienne, est l’invitée de ce numéro qui
débute par un clip où l’on voit l’acteur Gérard Depardieu en
conversation avec un acteur handicapé mental. Selon elle, l’attitude de beaucoup de gens vis-à-vis des personnes handicapées
s’apparente au racisme.
Un reportage montre comment deux enfants handicapés ont pu
s’adapter à l’école grâce à un peu de bonne volonté de la part des
enseignants.
Sur le plateau, Vincent Fries, chercheur à l’UCL et handicapé
lui-même, vient témoigner des difficultés qu’il a rencontrées pour
réaliser ses études universitaires. Il habite lui-même à Louvain-laNeuve, ville qui est appréciée des personnes handicapées pour la
conception de ses accès et de sa circulation. Il raconte qu’aux USA,
on voit beaucoup plus de personnes handicapées dans les villes car,
dès l’école, on les intègre beaucoup plus qu’ici à la vie normale.
Un reportage présente Pierre Barré, réalisateur à la R.T.B.F.,
amputé d’une jambe et d’un avant-bras suite à un accident de
voiture. En plus de son métier, il est toujours passionné par le
sport automobile et fait des rallyes.
La conversation avec Marie-Josée Nat tourne autour du fait
que, même handicapé, si on ne peut plus tout faire, il reste
100
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
encore tellement de choses que l’on est capable de réaliser. Elle
souligne que les gens ayant survécu à un accident grave sont
en général des gens qui aiment la vie. Marie-Josée Nat signe :
« Il faut regarder, aimer l’autre, aimons-les, aimons-nous ».
Séquence info-pratique consacrée aux aides en faveur des
enfants handicapés.
Avis du comité
Objectifs
- Comprendre les avantages et les difficultés de l’insertion des
jeunes personnes handicapées en milieu scolaire traditionnel.
- Montrer les possibilités d’intégration harmonieuse d’enfants
handicapés dans le système scolaire traditionnel.
- Prendre connaissance des aides disponibles à l’A.W.I.P.H.
pour les enfants handicapés.
Appréciation
Cette émission, particulièrement accessible au jeune public, offre
de nombreux exemples, concrets et variés, d’intégration réussie. Le
choix des reportages est judicieux. Cette émission souligne l’importance de la qualité de l’entourage dans le processus d’insertion.
Le spectateur appréciera, en outre, la bande amorce d’une
grande qualité.
Réserves
Voir fiche d’appréciation générale de la série.
Public cible
Grand public
Niveau d’enseignement
6e primaire
Conseil(s) d’utilisation
Cette émission peut être utilisée en milieu scolaire quand le cas
de l’intégration d’un enfant handicapé se présente.
Éducation pour la Santé - Handifférence
101
Intégration
Sans préjugés :
Roland Magdane
26’ ; 1996 ; Sans préjugés ; Petit L. ; A.W.I.P.H. ;
TL7818 - VHS
Contenu
Roland Magdane, humoriste, est l’invité de ce numéro qui débute
par un sketch donné par la Troupe du Plantin ; il nous rapporte
qu’aux USA, il y a un handicapé moteur dans chaque classe d’école.
Deux reportages sont présentés :
- La Troupe du Plantin (Centre Reine Fabiola à Neufville) qui
est formée d’handicapés mentaux, sous la direction du metteur en scène Vincent Logeot. Ce sont des acteurs de cette
troupe qui ont travaillé avec Jaco Van Dormael, notamment
dans le film « Le 8e jour »
- Au Théâtre Royal de la Monnaie, ce sont des handicapés qui
confectionnent les chaussures des spectacles. Le Directeur
du TRM, Bernard Focroulle, confirme que pour lui, le handicap n’empêche pas la compétence.
Vincent Logeot et des acteurs de sa troupe rejoignent le plateau,
ainsi que Nicole Dupuis qui dirige également des spectacles à
l’IMP de Marcinelle.
Roland Magdane indique que lui-même a commencé à faire du
théâtre parce qu’il avait un défaut de prononciation.
102
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Sur le tableau qui lui est présenté, il signe : « En vérité, je vous
le dis, les gens ‘normaux’ ont aussi des limites dont ils ne parlent
pas et qui sont souvent bien plus graves que les vôtres ».
Séquence info-pratique consacrée aux aides à l’emploi dans les
secteurs ordinaires, en ce compris les formations.
Avis du comité
Objectifs
- Découvrir les possibilités d’insertion sociale qu’offre le
monde artistique aux personnes handicapées.
- Comprendre l’importance du contact social et de l’expression artistique dans le processus d’insertion des personnes
handicapées.
- Comprendre l’importance de favoriser dès le plus jeune âge
l’acceptation de la différence.
- Prendre connaissance des aides à l’emploi offertes par
l’A.W.I.P.H.
Appréciation
Le thème du handicap est traité avec humour et respect. Il présente des avis de haute valeur morale. La sélection d’exemples de
milieux artistiques tolérants est très intéressante. L’activité créative
est présentée de manière positive. Les exemples démontrent bien la
nécessité, pour la personne handicapée, de se dépasser pour être à la
hauteur des exigences sociales du monde des personnes valides.
Réserves
Voir fiche d’appréciation générale de la série.
Public cible
Grand public
Niveau d’enseignement
Secondaire
Éducation pour la Santé - Handifférence
103
Intégration
Sans préjugés :
Willy Taminiaux
26’ ; 1996 ; Sans préjugés ; Petit L. ; A.W.I.P.H. ;
TL7819 - VHS
Contenu
Willy Taminiaux, Ministre wallon de l’action sociale, du logement et de la santé, est l’invité du dernier numéro de cette série
consacrée à l’intégration socioprofessionnelle des personnes
handicapées. Il commente le décret du 6 avril 1995 et explique
que l’A.W.I.P.H résulte en fait de la fusion du Fonds de Soins
Médico-Socio-Pédagogiques avec le Fonds Communautaire pour
l’Insertion Socioprofessionnelle des Personnes Handicapées.
Il rappelle les trois priorités qui président à la politique qu’il
mène en cette matière :
- éviter aux personnes handicapées le placement en institution
- leur faciliter l’accès à tous les services
- impliquer la personne elle-même dans les décisions qui la
concerne
Un reportage présente Sébastien Bousman, échevin à Montignies-le-Tilleul et tétraplégique. Celui-ci incite les handicapés à
aller vers les gens et à faire tomber les barrières en leur montrant
qu’ils sont comme eux.
Un second reportage montre le cas de Jean-Marie Vidicq qui,
bien qu’hémiplégique, est agriculteur. Il a conçu sa ferme et ses
104
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
méthodes de travail en fonction de son handicap. Avec l’aide de
l’A.W.I.P.H, il a notamment pu faire équiper un tracteur d’une
boîte automatique.
Sébastien Bousman rejoint ensuite le plateau où se trouve également
Georges Rovillard, administrateur général de l’A.W.I.P.H. Celui-ci
confirme que son organisme prend en charge les coûts d’aménagements des postes de travail ainsi que les éventuels surcoûts salariaux.
Il parle de la présente campagne de promotion dont l’objectif est de
prouver que la personne handicapée est compétente.
Willy Taminiaux précise que le budget obtenu pour l’A.W.I.P.H
est de plus de 10 milliards de FB. Sur le tableau qui lui est présenté, il inscrit : « Et si c’était moi ? ».
Séquence info-pratique qui rappelle les dispositions du décret
du 6 avril 1995.
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
- Prendre connaissance du décret de la Région wallonne voté
le 6 avril 1995, de sa philosophie ainsi que du rôle moteur
des pouvoirs publics.
- Prendre conscience du fait que l’intégration de la personne
handicapée est un problème de mentalité qui relève de la
tolérance sociale en général.
- Prendre connaissance des missions de l’A.W.I.P.H.
Appréciation
L’émission a un caractère institutionnel bien marqué, tout en
étant riche en témoignages. Elle donne du sens aux documents
précédents en les situant dans un contexte légal. Les différentes
interventions synthétisent les lignes de force de la série et en
rappellent les objectifs.
Éducation pour la Santé - Handifférence
105
Intégration
La philosophie du décret est développée de manière claire et
rigoureuse. Cependant, la présentation des caractéristiques
régionales de l’application du décret (qui sont susceptibles
d’évoluer) restreint le champ de diffusion du document. La
politique d’intégration est décrite sous tous ses aspects budgétaires et organisationnels.
Le sous-titrage est d’une bonne qualité, tant au niveau de la
forme que du contenu.
Réserves
Voir fiche d’appréciation générale de la série.
Public cible
Spécifique : décideurs, chefs d’entreprises, syndicats, travailleurs
sociaux et grand public.
Niveau d’enseignement
Secondaire supérieur
106
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Quel est le bruit de l’arbre qui tombe dans la
forêt…­S’il n’y a personne pour l’entendre
25’ ; 2007 ; Clémence Hébert ; Prod. Divers & VIDEP asbl ; TT5111 – DVD
A travers ce film, vingt jeunes d’une école professionnelle spécialisée prennent la caméra pour se filmer les uns les autres et nous
dévoiler leur réalité. Des paroles qui peinent à se libérer et qui
en disent long…
Film réalisé collectivement au cours d’un atelier vidéo, basé sur
l’approche documentaire du portrait, à l’Ecole professionnelle
Edmond Peeters à Ixelles (Bruxelles), animé par Clémence
Hébert.
Cirque « Ma boule »
53’ ; 2006 ; Zlatina Rousseva ; Production Good & bad news & École de cirque de
Bruxelles ; TA1531 - DVD
Des acteurs handicapés mentaux ont choisi de développer un
art d’expression : le cirque. Un art riche en défis, un apprentissage technique difficile, une entrée en scène chargée de peur et
d’émotions, une sortie triomphante du chapiteau de l’Ecole de
cirque de Bruxelles. Gros plan sur la préparation et la présentation d’un spectacle, le travail des animatrices mais surtout aussi
l’immense travail fourni par les artistes, des membres du groupe
« Handicirque » - intégrant toutes personnes souffrant d’un handicap physique et/ou mental sans discrimination.
Note : ce DVD peut être utilisé pour sensibiliser jeunes
et moins jeunes aux talents et ressources des personnes
déficientes mentales.
Éducation pour la Santé - Handifférence
107
Intégration
L’ homme-machine
26’ ; 2004 ; Jean-Pierre MIROUZE ; Production C.N.R.S. ; TP4431 - DVD
De nombreuses personnes sont plus ou moins lourdement handicapées à la suite de traumatismes. La science s’efforce aujourd’hui
de mettre au point des solutions pour que ces hommes et ces
femmes retrouvent un maximum d’autonomie. Des logiciels de
reconnaissance vocale permettent de commander un ordinateur
par la parole. Et si la parole fait défaut, d’autres solutions existent.
Toutes ces possibilités de limiter les handicaps ne règlent pas
obligatoirement les problèmes psychologiques et humains. Parallèlement aux recherches, le film nous montre le travail quotidien
des médecins et des infirmiers au service de rééducation de l’Hôpital Henri Poincaré à Garches.
Mobilité réduite et accessibilité
20’ ; Autant Savoir du 22/05/03 ; RTBF Télévision ; TN5035 - VHS
Les éditions Lannoo et Touring ont publié un guide sur « l’accessibilité des sites touristiques en Belgique pour les personnes à
mobilité réduite ». Plusieurs centaines de sites, de villes ou d’attractions ont ainsi été testés par les moins valides et les journalistes qui ont rédigé le guide. Conclusion générale : il y a encore
beaucoup à faire pour rendre certains lieux accessibles. Enquête
avec l’aide de membres très actifs de la Fondation Cédric, créée
pour aider les personnes « en chaise »…
108
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Joseph Henrion, premier professeur sourd belge
29’ ; 2003 ; Claude Sreenhwerckx ; filmer et découvrir Cinémathèque C.F.B ;
TT3311 - DVD
Sourd de naissance, Joseph Henrion est né à Verviers en 1793
dans une famille de cinq enfants, modeste mais instruite. A l’âge
de onze ans, l’enfant part pour Paris où il suivra l’enseignement
de l’abbé Sicard, disciple et successeur de l’abbé de l’Epée, à l’Institut Impérial des Sourds-Muets de Paris. De retour en Belgique,
il deviendra ainsi le premier professeur sourd belge. Par la suite,
d’autres écoles ouvriront leurs portes aux quatre coins du pays
Claude Steenwerckx, réalisateur sourd, évoque le parcours de cet
homme et livre quelques traits de l’histoire de l’enseignement
pour sourds, dont la progression fut paralysée pendant près d’un
siècle par le « Congrès de Milan » qui imposa l’oralisme pur.
Le film, réalisé en langue des signes belge, ne comportait pas de
piste sonore. Il a fait l’objet d’une création musicale et sonore a
posteriori par Michel Berckmans (asbl EMOI) grâce au soutien
de la Cinémathèque.
Éducation pour la Santé - Handifférence
109
Intégration
Stephen Dwoskin (Coffret deux DVD)
105’ - 1968-2003 ; Stephen dwoskin ; Production Les films du renard ;
TW1751 (DVD1) et TW1752 (DVD 2)
DVD 1 (Six films - 105’) : « Take Me » (1968 - 28’) - « Dirty » (1971 12’) - « Girl » (1975 - 28’) - « Dad » (2003 - 14’) - « Granpère’Pear »
(2003 - 5’) - « Dear Frances » (2003 - 18’).
DVD 2 (Deux films - 120’) :« Pain is… » (1997 - 80’) - « Intoxicated
by My Illness » (2001 - 40’).
« Stephen Dwoskin est né à Brooklyn en 1939 et vit à Londres
depuis 1964. A l’âge de neuf ans, il fût frappé par la polio, et cloué
dans une chaise roulante. Le corps bloqué, c’est son regard qui se
balade, essentiellement sur les corps et ses rites érotiques.Tout chez
Dwoskin est échange de regards. Cet échange prend les allures
d’un rituel. Rituel qui frôle parfois le voyeurisme, nous isolant alors
de tout, et ne s’adressant plus qu’à notre propre solitude » (www.
ledoux.be).
Des mains pour le dire
31’ ; 22/03/02 ; L’Hebdo ; Marc Bouvier, John Paulet ; R.T.B.F. - TN2205 - VHS
La langue des signes est pratiquée par des dizaines de milliers
de personnes sourdes ou malentendantes en Belgique. À travers le
parcours scolaire des enfants sourds, de la maternelle à l’université,
l’émission tente d’appréhender une réalité parfois très difficile à
vivre, non seulement pour les personnes atteintes de ce handicap,
mais aussi pour leur entourage. Une manière de mieux comprendre
ce que représente réellement la surdité, notamment à travers la
communication entre le monde des sourds et celui des « entendants ».
110
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Bébé sourd bouquine
24’ ; 2000 ; John Paulet ; A.P.E.D.A.F., Fonds Houtman, Ministère de la
Communauté française de Belgique ; TT0811 - VHS
Un document destiné aux parents qui s’interrogent sur la manière
de raconter des histoires à leur enfant sourd ou malentendant.
Des conseils leur sont donnés pour découvrir la langue du récit et
de l’imaginaire à partir des livres pour enfants. Des animations de
lecture pour tout-petits dans une bibliothèque complètent l’information. Le reportage est suivi de trois histoires racontées en langue
des signes et sous-titrées : « Petit chat a des ennuis », « Lou » et
« Hop ».
Enseignement spécial
26’ ;2000 ; Marc Malcourant ; C.A.V. Liège ; TT2991 - VHS
Un document d’information sur l’enseignement spécial dont la
pédagogie a pour objectif de développer les potentialités d’enfants ou d’adolescents qui ne sont pas à même de fréquenter
efficacement l’enseignement ordinaire. Des enseignants, des
directeurs d’école et des agents de centres psycho-médicosociaux présentent les huit types de pédagogie différenciée et
leurs spécificités selon le handicap : physique, sensoriel, psychologique ou intellectuel.
Un film qui donne des pistes et suscite le questionnement et la
réflexion des parents confrontés à accepter les difficultés de leur
enfant. Pour les enseignants ou futurs enseignants, un regard sur
une pédagogie qui veut rendre confiance à l’enfant, le valoriser et
le conduire à un maximum d’autonomie.
Éducation pour la Santé - Handifférence
111
Intégration
Internet (histoires secrètes)
1999 ; Martin Meissonier ; Production Film Office ; TL5242 - DVD
Internet, un réseau mondial, une nouvelle frontière où s’affrontent
les plus gros groupes capitalistes mondiaux. Une toile tissée par les
firmes américaines Microsoft, AOL, Sun Microsystem… fers de lance
de la nouvelle expansion économique américaine… Une approche
économique d’internet à travers des débats, des reportages et de
nombreuses interviews.
Trois parties : La mondialisation - Les nouveaux chemins de l’internet - L’éducation.
La maison de Bordeaux
20’ ; 1998 ; Richard Copans ; Architectures n°10 ; Les Films d’Ici, La Sept/Arte TE1050 - VHS
À la demande d’un couple, Rem Koolhaas conçoit une maison
qui s’adapte aux déplacements du mari handicapé. La demeure
s’étend sur deux niveaux avec une vue panoramique sur la ville
de Bordeaux. Celui du bas ressemble à une grotte : une suite de
cavernes creusées dans le coteau pour la vie intime. Celui du
haut est divisé en une maison pour le couple et une autre pour
un espace de séjour entièrement vitré, mi-dehors, mi-dedans…
La « maison de Bordeaux » est devenue une référence architecturale et un modèle en son genre.
112
Éducation pour la Santé - Handifférence
Intégration
Une brève histoire du temps
78’ ;1991 ; Morris E. ; Anglia, Channel 4 International ; TP9151 - VHS
Ce long métrage documentaire traite de la vie et des théories bouleversantes du physicien de renommée mondiale Stephen Hawking, dont l’intellect est souvent comparé à ceux des plus grands
de l’Histoire, tels que Einstein et Newton. Basé sur le best-seller du
même nom, le film explore les origines du cosmos, le temps réel et
imaginaire, les trous noirs et le pourquoi de l’existence de l’univers.
Dans le film, les théories de Hawking alternent avec l’histoire de
sa vie - marquée par l’apparition d’un important handicap moteur
- racontée par ses amis, sa famille et ses pairs scientifiques. La
relation entre ses recherches et son histoire personnelle fait pour
les non-scientifiques toute la richesse de ce travail.
Ce film a reçu plusieurs prix internationaux.
Musique originale de Philip Glass.
Éducation pour la Santé - Handifférence
113
Intégration
Beethoven
52’ ; 1991 ; Les Maîtres du Classique n°1 ; Holloway G. ; Cromwell ;
TB4791 - VHS
La collection associe, pour chaque musicien, des extraits d’œuvres très connues interprétées par l’Orchestre symphonique de
Moscou, une biographie, des illustrations d’époque et des extraits
de films, parfois de fiction.
Les œuvres de Beethoven présentées sont :
- 1. Symphonie n°5 (1er mouvement abrégé)
- 2. Symphonie n°6 « La Pastorale » (1er mouvement abrégé)
- 3. Concerto pour piano n°5 « L’Empereur » (1er mouvement)
- 4. Egmont, ouverture
- 5. Sonate pour piano « Pathétique » (2e mouvement)
- 6. Symphonie n°6 « La Pastorale » (2e mouvement abrégé)
- 7. Sonate pour piano « Clair de Lune » (1er mouvement)
- 8. Symphonie n°9 (4e mouvement).
L’orchestre est dirigé par Constantine Krimets avec Anton Petrov
(piano, concerto « Empereur ») et Naim Starkmann (piano, sonates « Clair de Lune » et « Pathétique »).
114
Éducation pour la Santé - Handifférence
Encadrement
L’aide sociale et le
travail d’encadrement de
professionnels, ainsi que
la législation, participent
à l’intégration
réciproque.
Encadrement
Ensemble
45’ ; 2005 ; Daniel Lacroix ; Anthéa Production ;
TT3001 - DVD
Document d’information spécifique
sur l’intégration de l’enfant porteur de
handicap dans les structures d’accueil
ordinaires de la petite enfance. Son
direct. Scènes en intérieur (classe de
futures auxiliaires de puériculture, crèches). Scènes en extérieur.
Contenu
Le documentaire est constitué d’un exposé théorique reprenant
les résultats d’une enquête sur les freins à l’intégration d’enfants
porteurs de handicaps dans des milieux d’accueil ordinaires, d’un
reportage dans 4 structures françaises d’accueil et d’un apport
théorique de différents professionnels : pédopsychiatres, orthophonistes, psycho-physiologistes, kinésithérapeutes qui mettent
en évidence les avantages pour les milieux d’accueil d’intégrer
des enfants différents.
Les principales questions abordées dans le film et le livre :
· Les freins à l’intégration
· Le travail en réseau ; le travail en équipe ; le référent ; le partenariat, l’aménagement de l’espace, l’intervention des équipes de soin, langage ; motricité
· Les pratiques de terrain dans l’accompagnement de l’enfant
porteur de handicap
· Le travail avec les parents
Éducation pour la Santé - Handifférence
117
Encadrement
Intervenants
Edith Mazzola, puéricultrice, formatrice, directrice de crèche ; Martine Garin,
responsable de service de prévention et de soutien ; Christine Lambert, auxiliaire
de puériculture, Claudine Bouki, auxiliaire de puériculture ; Cécile Herron,
Directrice Maison Dagobert ; Isabelle Arcidiacano, auxiliaire de puériculture,
adjointe de direction Maison Dagobert, Christine Lampe, éducatrice Jeunes
enfants, Joëlle Lozien, éducatrice spécialisée et psychomotricienne, Nathalie
Barle, auxiliaire de puériculture La ritournelle, Brigitte Didillon, directrice La
souris verte ; Anne Danion-Grillat, pédopsychiatre CHU Strasbourg ; Nicole
Denni-Krichel, orthophoniste, Hubert Montagner, psycho-physiologiste et
directeur de recherche à l’INSERN ; Claude Renard-Fortunato, kinésithérapeute
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
· Prendre conscience des réticences des puéricultrices à l’intégration d’enfants porteurs de handicaps dans des crèches et
haltes garderies ordinaires
· Mesurer l’importance du diagnostic et de l’intervention précoce des enfants différents
· Prendre conscience de la nécessité d’un travail en équipe
pluridisciplinaire et en réseau
· Se rendre compte des bénéfices d’un tel accueil pour tous les
enfants
Appréciation
Ce documentaire est un bon outil de sensibilisation et de formation sur les modalités d’accueil et d’intégration d’enfants
porteurs de handicaps dans des milieux d’accueil ordinaires. On
note cependant un petit excès de didactisme qui n’enlève en rien
à la transmission des informations et au plaisir du visionnement.
Certains professionnels interviewés, sans doute impressionnés
par la caméra, s’expriment avec peu d’enthousiasme.
Public
Spécifique
118
Éducation pour la Santé - Handifférence
Encadrement
Niveau d’enseignement
Secondaire : 2e cycle
Conseil(s) d’utilisation
Futures puéricultrices, infirmières en pédiatrie.
Informations complémentaires
Livret de 94 pages accompagnant le programme dans lequel
sont annexées des fiches techniques sur le langage, la motricité,
l’attachement.
Éducation pour la Santé - Handifférence
119
Encadrement
Les sourires d’Olivia
Accompagnement du grand
handicap
52’ ; 2005 ; Collection un film pour en parler ;
Charlotte Quinette ; La Cathode ;
TN8460 - DVD
Document d’information générale à
vocation documentaire sur l’histoire
d’une jeune fille devenue Infirme
Moteur Cérébral (IMC). Prises de vues et son réels. Scènes de
vie quotidienne.
Contenu
Un accident de voiture a laissé Olivia dans un état de grande
dépendance avec une capacité de communication très restreinte.
Ses parents se battent pour lui assurer un cadre de vie qui lui
permette de rester dans son environnement social grâce à une
hospitalisation à domicile. Son lieu de vie, un appartement personnel, est le centre d’échanges et de rencontres pour les parents,
les proches et les soignants. Bien que facilité pas ces conditions
matérielles, le quotidien autour d’Olivia reste sans cesse à réinventer. Tous s’interrogent et cherchent les moyens de la comprendre pour établir une communication avec elle et maintenir
l’échange. La récompense, ce sont les sourires d’Olivia, accueillis
comme les signes précieux de son lien avec le monde extérieur.
Ils réconfortent tous ceux qui l’entourent et les encouragent à
aller de l’avant.
120
Éducation pour la Santé - Handifférence
Encadrement
Intervenants
Olivia et sa famille ; Maître Céccaldi, avocat
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
· Prendre connaissance de l’histoire d’une jeune fille devenue handicapée IMC à l’âge de 18 ans suite à un accident
de la route
· Découvrir la structure d’aide à domicile mise en place grâce
à sa famille et à des professionnels
· Prise de conscience des doutes et interrogations des parents
face à leur choix
Appréciation
Un documentaire plein d’humanité sur le vécu au quotidien
d’une jeune fille handicapée et de sa famille décrivant la prise
en charge organisée pour lui assurer une vie hors institution.
Le portrait d’Olivia est un exemple extrêmement positif, une
situation peut-être trop idéalisée tant la question des moyens
nécessaires mis en oeuvre est à peine esquissée. Ce qui laisse à
penser que cet exemple n’est pas accessible à toutes les couches
de la population. Néanmoins, malgré une certaine longueur, ce
film ouvre le champ des possibles sur les ressources à développer
dans des situations similaires. Il montre les différentes personnes (famille, auxiliaires de vie, infirmières, kiné) dans leurs interactions personnelles avec Olivia. La technique de la communication facilitée laisse cependant perplexe. Ce que l’on en voit
dans le document ne suffit pas pour convaincre.
Public
Large
Niveau d’enseignement
Secondaire 1er cycle
Éducation pour la Santé - Handifférence
121
Encadrement
Conseil(s) d’utilisation
Point de départ d’un débat sur les soins à domicile et/ou sur un
autre regard concernant la relation soigné-soignant.
Il est nécessaire de s’informer sur les données concernant les
soins à domicile en Belgique.
Informations complémentaires
Permanence des soins à domicile, asbl
www.psd.be
122
Éducation pour la Santé - Handifférence
Encadrement
Une grande bouffée d’amour !
Comprendre et accompagner
la maladie d’Alzheimer
52’ ; 2005 ; Catherine Harnois & Jacques
Meaudre ; Aigue Marine Cie ; TN8585 - DVD
Document d’information générale sur
les aspects psychosociaux de la maladie d’Alzheimer. Interviews face à face
en alternance avec des images de la vie
courante de l’institution. Voix off et en direct de Sylvain Siboni.
Images ralenties. Images d’archives. Images N/B coloriées.
Intertitres. Musique.
Contenu
Deux films pour comprendre et accompagner la maladie
d’Alzheimer : une formation pour les soignants ou la famille,
des conseils pour rétablir la communication avec les malades
qui ont un autre type de langage que les personnes saines et
une explication exhaustive du lexique de la maladie. Ils contiennent toutes les informations pour comprendre et accompagner
la maladie d’Alzheimer dans une perspective optimiste, laissant
place au bon sens qui dicte souvent la bonne solution. Il ne s’agit
pas de donner des recettes d’organisation ou de prise en charge
mais de rétablir la communication autant que faire ce peut par
des méthodologies adaptées, tenant compte de la considération
que l’on porte aux personnes atteintes de cette pathologie. Il n’y
a pas de « conduite à tenir face à… » mais seulement des « comment maintenir une communication » avec un être qui n’utilise
plus les mêmes canaux de communication que nous. Ces films
peuvent être regardés comme des outils de savoir-faire, mais leur
objectif est de susciter une réflexion sur le savoir-être.
Éducation pour la Santé - Handifférence
123
Encadrement
Intervenants
Sylvain Siboni, psychologue et responsable du Forum Jean Vignalou (France), les
membres et le personnel de l’association
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
· Définir les troubles qui caractérisent la maladie d’Alzheimer
· Expliquer l’utilité de travailler la communication avec des
personnes démentes
· Prendre connaissance du fonctionnement des ateliers du
« Forum Jean Vignalou » (France)
· Offrir un regard différent sur la maladie d’Alzheimer et le
travail des soignants
Appréciation
Passé le cap de l’étonnement face au titre, on découvre un premier film très didactique sur la maladie d’Alzheimer dans ses
aspects psycho-sociaux. Il clarifie les symptômes inhérents à la
maladie en donnant des définitions claires. La mémorisation
de l’information est facilitée par des intertitres et des exemples
concrets de la vie quotidienne. Le second film nous montre des
professionnels au travail et des patients dignes. Le forum « Jean
Vignalou » se veut un lieu de communication : on y soigne sans
que jamais il n’en soit question. On redonne au patient le sentiment d’être utile et de contribuer à un projet.
Public
Large
Niveau d’enseignement
Enseignement supérieur
124
Éducation pour la Santé - Handifférence
Encadrement
Conseil(s) d’utilisation
En formation d’intervenants psycho-sociaux.
Pour des groupes de discussion de proches de patients
Informations complémentaires
Un livret de 31 pages et un lexique accompagnent le programme.
Premier Prix dans la catégorie « information » du 2e festival
national Handica 2005.
« La mémoire retrouvée » - TN8456 - DVD
Éducation pour la Santé - Handifférence
125
Encadrement
Dans la force de l’âge
51’ ; 2004 ; Juliette Senik ; Kuiv Productions ;
TJ2595 - DVD
Document d’information générale sur
la formation en aide soignant dans
des institutions pour personnes âgées.
Scènes réelles en situation. Son direct.
Interviews.
Contenu
Dans le cadre de leur formation professionnelle, trois élèves de 17
ans aux tempéraments contrastés réalisent un stage de quelques
semaines auprès de personnes en fin de vie, en maison de retraite
médicalisée. Il y a Walid, d’origine marocaine, seul garçon de sa
classe, Sau-Phan l’ultra sensible et Norah, une survoltée au grand
coeur. La caméra capte leur désarroi, leurs angoisses et surtout leurs
sentiments dans cet environnement particulier. Au fur et à mesure
du film, des conversations se nouent et des gestes tendres s’échangent. Grâce aux liens imprévisibles qui se tissent, les stagiaires
dépassent le choc initial de leur rencontre avec ceux qu’ils croyaient
des « morts vivants ». S’ils ne trouvent pas la vocation, ils auront eu
une révélation. Avec dynamisme, le film balance entre l’horreur suggérée de la décrépitude, le comique de certaines situations et l’émotion constante. A l’heure où l’on parle de l’échec de l’intégration et
des jeunes issus de l’immigration, et où l’on commence à peine à
regarder en face les conséquences du vieillissement de la population
française, ce film aborde de front les deux sujets.
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
· Prendre connaissance des divers aspects du métier d’aide
soignant en milieu de placement de personnes très âgées
126
Éducation pour la Santé - Handifférence
Encadrement
· Prendre conscience de la multiplicité des problèmes vécus
par la personne âgée
· Se rendre compte des difficultés de communication existant
avec des personnes très âgées
· Etre sensibilisé au respect de la personne quelque soit son
état de sénilité
· Favoriser un choix professionnel en connaissance de cause
Appréciation
La vidéo nous plonge, tout comme les élèves filmés, dans la problématique des soins aux personnes très âgées. Nous suivons le
parcours de 3 stagiaires en institution partageant ainsi les différentes tâches qu’ils doivent assumer mais aussi leur rapport à leur
futur métier. Bien que l’ensemble du document mette l’accent
sur le respect de la personne, certains commentaires désobligeants sont exprimés devant certains pensionnaires. N’occultant
pas les difficultés du métier, il en montre néanmoins les aspects
positifs et les échanges réels qui peuvent se nouer.
Public
Large
Niveau d’enseignement
Secondaire 2e cycle
Conseil(s) d’utilisation
Certaines séquences peuvent servir de point de départ à une
formation de futurs aides-soignants pour les amener à réfléchir
sur leur orientation
Utilisées en cours de formation, les séquences peuvent amener
les élèves à prendre conscience de ce qu’ils vont vivre au cours de
leur stage en institution
Pour lancer un débat dans le cadre d’un cours de communication,
de déontologie ou de psychologie de la personne très âgée.
Éducation pour la Santé - Handifférence
127
Encadrement
Folie douce
26’ ; 1999 ; Sophie Maisel & Jean-Marie
Lequertier ; Envoyé Spécial ; France 2 ;
TN3122 - DVD
Document d’information générale
sur la folie et son traitement par l’intégration en famille d’accueil. Prises
de vues réelles. Alternance à l’écran
d’interviews et de moments de la vie
quotidienne des malades. Son direct.
Interviews en son direct en voix hors champ. Commentaires en
voix hors champ. Musique.
Contenu
Lierneux, petite bourgade de la province de Liège en Belgique.
Depuis plus d’un siècle, c’est l’hôpital psychiatrique qui fait
vivre la région. On y soigne notamment des cas très lourds de
psychoses : paranoïas, schizophrénies… Quand les patients sont
stabilisés et ne présentent plus de danger ni pour eux ni pour
leur entourage, ils partent vivre dans des familles d’accueil, où ils
retrouvent des repères et une dignité loin des murs de l’hôpital.
Le document suit 3 patients : Jean, Patricia et Philippe dans leur
vie de tous les jours. Témoin de petits bonheurs et parfois de
heurts, quand ils doivent retourner à l’Institut, le reportage présente cette expérience thérapeutique hors du commun en donnant la parole aux malades, à leur médecin, et aux personnes qui
font le choix de les accueillir dans leur maison.
Intervenants
Dr Christian Neys, psychiatre ; Nicole Liégeois, infirmière
128
Éducation pour la Santé - Handifférence
Encadrement
AVIS DU COMITÉ
Objectifs
· Prendre connaissance d’un projet d’accueil familial avec suivi
thérapeutique
· Prendre conscience du ressenti des patients et de leur besoin
d’autonomie
· Se rendre compte qu’une réinsertion partielle est possible
pour certains
Appréciation
L’alternance entre les témoignages et les scènes de la vie courante permet de se fondre dans le système de prise en charge,
vieux d’un siècle. Ce reportage émouvant est très réussi sur le
plan technique. L’équipe de réalisation a manifestement réussi à
s’intégrer parfaitement dans les familles d’accueil et auprès des
patients pour recueillir des témoignages spontanés. Le psychiatre fait preuve d’une grande humanité. On aurait apprécié avoir
plus d’informations sur la maladie mentale et ses traitements
mais le documentaire parvient néanmoins à susciter une interrogation sur nos conceptions concernant ce type de maladie.
Public
Large
Niveau d’enseignement
Enseignement secondaire : 2e cycle
Conseil(s) d’utilisation
Pour futurs infirmiers et/ou médecins pour passer en revue différents types de traitements, leurs réussites et échecs.
Informer sur des traitements en psychiatrie alternative.
Pour éveiller des vocations de travailleurs dans le milieu psychiatrique et de familles d’accueil.
Éducation pour la Santé - Handifférence
129
Encadrement
Pour aider à mieux cerner le ressenti de personnes vivant en
institution psychiatrique.
Informations complémentaires
D’autres titres disponibles dans la collection « Education pour
la santé » ou en collection générale donneront un éclairage
complémentaire :
- Pas si fou que ça -TN7257 - VHS
- La devinière - TJ2876 - VHS
130
Éducation pour la Santé - Handifférence
Encadrement
La mine de l’espoir
54’ ; 1994 ; Temps Présent ;
Philippe Grand‑Shauli C. ; T.S.R. ; TL5951 - VHS
Reportage sur la réhabilitation d’une
mine désaffectée par une association
de parents d’handicapés mentaux.
Prises de vues réelles tournées en 1992
et en 1994. Prépondérance à l’écran de
vues des handicapés au travail dans les
installations de la mine. Son direct et
commentaire en voix hors champ.
Contenu
Ce document retrace l’histoire exemplaire de la remise en
exploitation, par la volonté d’une association de parents d’enfants handicapés, d’une mine de bauxite à ciel ouvert, désaffectée, située dans le sud de la France.
C’est grâce à la clairvoyance d’un membre de cette association,
ancien employé de la mine, qu’une activité spécialisée a pu être
développée. Là où les impératifs économiques avaient forcé la
grande industrie à se retirer, cette association a réussi non seulement à donner une occupation valorisante aux personnes handicapées dont elle s’occupe, mais aussi à redonner du travail à
d’anciens mineurs au chômage.
Les résultats sont spectaculaires : en 1994, soit deux ans seulement après sa remise en activité, la mine est parfaitement rentable et emploie environ 40 personnes. Parmi les handicapés,
huit sont déjà sortis de l’assistanat, ils sont devenus salariés et
fiers de l’être. La mine est gérée par trois parents bénévoles qui
ne tiennent pas à en confier la gestion à des professionnels pour
éviter toute tentation productiviste qui risquerait d’écarter certains handicapés lourds.
Éducation pour la Santé - Handifférence
131
Encadrement
Avis du comité
Objectif
Prendre connaissance d’une expérience innovatrice d’insertion
socioprofessionnelle de personnes handicapées adultes (handicaps mental et physique) et de chômeurs. Cette expérience
française, menée et encadrée par des parents de personnes handicapées, est basée fondamentalement sur des critères de productivité qualitative.
Appréciation
Ce film est un bon outil de sensibilisation qui montre, sur une
période de quinze ans, la mise en place et l’évolution d’un projet
audacieux et volontaire d’un centre d’aide par le travail. Ce
projet a pu se développer par la volonté et le dynamisme d’une
association de parents de personnes handicapées.
L’analyse historique est complète et les difficultés rencontrées
ne sont pas occultées. Ce film pose un autre regard sur la productivité et la complémentarité professionnelle entre personnes
valides et moins valides.
Le ton est résolument dynamique et positif. La longueur du
document n’est pas un obstacle, elle est un bon reflet d’une perception différente des réalités et du temps.
Public cible
Grand public
Niveau d’enseignement
Secondaire supérieur
132
Éducation pour la Santé - Handifférence
Encadrement
Conseil(s) d’utilisation
Bon document d’introduction à une animation ou un débat sur
l’intégration sociale et professionnelle de la personne handicapée (thèmes de discussion possibles : le regard des autres, les
stéréotypes, le regard porté sur le handicap mental, les capacités
fonctionnelles, les attentes personnelles et individuelles des personnes handicapées, le travail, etc.).
Document très intéressant pour l’exemple présenté. Il peut permettre de motiver et susciter la création d’initiative du même type.
De manière plus générale, ce document peut aussi permettre
de s’interroger sur la valeur du travail par rapport au bien-être
individuel et collectif.
Éducation pour la Santé - Handifférence
133
Encadrement
Exit - Le droit de mourir
76’ ; 2005 ; Fernand Melgar ; Climage & TSR ; TJ3771 - DVD
Mettre fin à ses jours et s’épargner une lente agonie pour soi
comme pour ses proches ? La Suisse est le seul pays au monde
où des associations, telle qu’Exit, proposent, en toute légalité, une
assistance au suicide pour les personnes en fin de vie. Depuis
plus de vingt ans, des bénévoles accompagnent malades et handicapés vers une mort choisie qui leur semble plus digne.
Note : Le film a reçu le Prix du meilleur documentaire suisse
2006 et le Prix Golden Link de la meilleure coproduction européenne 2006.
Une éducation thérapeutique
20’ ; C’est La Vie du 3/05/04 ; RTBF Télévision ; TN8581 - VHS
Le Centre belge d’Education Thérapeutique pour handicapés
moteurs cérébraux (CIBNC) accueille une quarantaine d’enfants
dans ses murs. L’objectif est de proposer à chacun d’entre-eux
un programme d’éducation individualisé qui tient compte de
leur handicap. En concentrant au même endroit différents types
d’intervenants (personnel médical et éducatif, psychomotricité),
l’établissement parvient à faire réintégrer dans l’enseignement
traditionnel un enfant chaque année, c’est peu et beaucoup à
la fois…
134
Éducation pour la Santé - Handifférence
Encadrement
Les soins intensifs : jusqu’où va la vie ?
52’ ; 2003 ; Philippe Pilate ; Pulsations du 6/03/03 ; RTBF ; TN7562 - VHS
Les progrès de la médecine intensive repoussent sans cesse les
limites de la vie. Une avancée fabuleuse qui oblige cependant les
médecins et les équipes soignantes des services de réanimation à
se poser chaque jour la question de savoir quand s’arrête la saine
persévérance et où commence l’acharnement thérapeutique… Une
plongée au coeur de trois services belges de soins intensifs pour
comprendre comment ces questions sont évaluées, comment se vit
un séjour en soins intensifs et comment le moment du décès est
parfois décidé.
La devinière
90’ ; 2000 ; Benoît Dervaux ; Dérives, Films Du Fleuve ; LAPSUS & W.I.P. ;
TJ2876 - VHS
En février 1976, La Devinière, un lieu de psychothérapie institutionnelle, ouvrait ses portes à dix-neuf enfants réputés incurables,
refusés par tous. Ni le sens commun, ni la psychiatrie, ni la pédagogie ne pouvaient les admettre, les reconnaître. Ces enfants, exilés
en somme, la Devinière les a acceptés définitivement avec comme
principe fondateur de ne les rejeter sous aucun prétexte. Le mot
« asile » reprenait ici tout son sens : un espace sans grille ni chimie
où l’on donne le droit de « vivre avec sa folie ». Durant plus de vingt
ans, des liens de solidarité se sont noués entre ceux que rien ne
reliait.
Au fil des saisons, Benoît Dervaux - l’opérateur image des frères
Dardenne sur « Rosetta » - a filmé au plus près ce lieu qui a fait
rejaillir la vie, là où tout semblait condamné.
Note : Prix des Bibliothèques, Cinéma du réel 2000.
Éducation pour la Santé - Handifférence
135
Encadrement
Le temps d’une vie
19’ ; Autant Savoir ; 4/01/96 ; I. Salesse, G. Misergue ; R.T.B.F. - TJ8681 - VHS
L’espérance de vie des handicapés est de plus en plus longue.
Désormais, après la scolarité, il reste le temps d’une vie d’adulte.
Des centres de jour ont été créés pour « occuper » ce temps.
Mais le personnel qui y travaille ne se contente pas de remplir ce
cahier de charges. À « La Famille » à Bruxelles ou aux « Grillons »
à Vaux-sous-Chèvremont, on parle davantage de capacités que
de handicaps, de projets plus que de limites (sauf s’il s’agit de
les repousser) : leur souci est de permettre à chacun d’avoir une
véritable vie sociale, d’être reconnu au travers de ses activités en
tant qu’être humain.
136
Éducation pour la Santé - Handifférence
Cinéma et réalités
Cinéma et réalités
The room
82’ ; 2006 ; Giles Daoust ; Production Videodis, Belgique ; VR0105 - DVD
Alex est un jeune trisomique en chaise roulante, maltraité par une
mère égoïste et un père complètement fou. Sa soeur Melinda, qui
est la seule personne qui s’occupe de lui, est sur le point d’accoucher et de quitter la maison. La famille est en pleine crise lorsque,
au beau milieu d’un repas de famille, une porte mystérieuse apparaît au milieu de la maison. Et chaque personne qui franchit le seuil
de cette porte disparaît. Dans ce contexte surréaliste, les membres de la famille se rendent compte qu’ils sont enfermés dans la
maison et vont devoir faire face à leurs terribles secrets…
Giles Daoust ne cache pas ses ambitions. Dès les premières
images de son second long métrage (où il reprend la parodie de
« The Shining » en dessin animé qui a fait le tour du net), il affiche sa volonté de rendre hommage au chef-d’oeuvre de Stanley
Kubrick. « The Room » trouve néanmoins sa voie en déviant vers
un fantastique parfois très explicite et en dépeignant une famille
aux comportements délétères, comme même un scénariste de
télénovelas sous LSD n’aurait pu en imaginer. Pour le personnage d’Alex, Daoust attribue le rôle à Pascal Duquenne, 10 ans
après « Le 8e Jour ».
Les clefs de la maison
105’ ; 2004 ; Gianni Amelio ; Pathe ; Italie ; VC4640 - DVD
Paolo est un jeune garçon handicapé de quinze ans qui a été
élevé par son oncle et sa tante qui se sont dévoués sans compter
pour qu’il progresse. Sur le conseil du médecin, ils font appel à
Gianni, le père biologique de Paolo qui n’a jamais voulu le voir car
il le tient pour responsable de la mort en couches de sa femme,
en espérant que le contact se révélera positif. Ils font connais-
Éducation pour la Santé - Handifférence
139
Cinéma et réalités
sance dans le train qui les emmène à Berlin où Paolo suit une
cure annuelle. Le jeune garçon a des graves problèmes moteurs
et un retard intellectuel, mais n’est pas stupide pour autant…
Pudeur, délicatesse, pas de pathos, pas de complaisance, un bijou
d’humanité d’après le roman « Nés deux fois » de Giuseppe
Pontiggia.
It’s all gone Pete tong
90’ ; 2004 ; Michael Dowse ; Cineart ; Grande-Bretagne & Canada ; VI0039 - DVD
Frankie Wilde est le DJ le plus en vue d’Ibiza, la Mecque du clubbing international. Il vit comme une véritable rock star. Pourtant,
son mode de vie et son travail finissent par attaquer son bien le
plus précieux : ses oreilles. Frankie devient sourd. Incapable de
finir l’enregistrement de son album solo attendu depuis des mois,
abandonné par sa femme, son fils et ses amis parasites, Frankie
disparaît et tombe dans la déchéance. Une rencontre insolite
avec une mal-entendante va lui donner envie de renaître de ses
cendres…
Un petit bijou d’ironie, une symphonie visuelle délirante et un
regard intimement humain sur le handicap.
Making of - Scènes coupées - Entretiens.
Nationale 7
91’ ; 2000 ; Jean-Pierre Sinai ; Production Blaq Out ; France ; VN0527 - DVD
Julie, éducatrice spécialisée, prend ses fonctions dans un foyer
pour handicapés moteurs. Dernière venue, elle hérite de René,
un myopathe agressif et hargneux. À force de patience, Julie parvient à lui faire avouer le manque qui est la base de sa violence :
le manque de sexe. Il demande alors à l’éducatrice de lui procurer des prostituées. Mais ce n’est pas chose si simple. Un film qui
vaut surtout pour le sujet qu’il a le courage d’aborder.
140
Éducation pour la Santé - Handifférence
Cinéma et réalités
Interviews - O. Gourmet coaché par Daniel Bacon (12’)
Affiches - Bande-annonce. Version audiovision pour
aveugles et mal-voyants.
Sale Battars
Court métrage ; Delphine Gleize ; Boomerang Pictures ; France ; VC0931 - DVD
Une gamine dont le grand frère est handicapé mental et moteur
affronte sa famille à l’occasion du mariage de l’aînée.
César 2000 du meilleur court métrage.
Long métrage « Carnages » (D. Gleize) ; 130’, 2002,
Commentaire audio - Scènes coupées - Bestiaire commenté Filmographies
Dans l’ombre
20’ ; 1998, Olivier Masset-Depasse ; Chalet Pointu ; Belgique ; VP0420 - DVD
Petite collection de « Bref », le magazine du court métrage. À l’occasion de l’hommage consacré au court métrage belge par le Festival de Clermont-Ferrand en 2007, « Bref » lance sa collection de
DVD avec un « spécial courts belges francophones » qui contient
12 films.
Un homme danse dans la cour de sa maison. Une jeune fille le
rejoint sous le regard attentif de sa voisine qui observe la scène de
sa fenêtre. Celle-ci, Léone, est infirme et survit dans l’ombre d’une
maison ouvrière qu’elle a transformée en observatoire pour espionner Andréas, son voisin professeur de mathématiques, qu’elle désire.
La réalisation d’Olivier Masset-Depasse introduit le spectateur
dans l’univers mental de Léone et dans la stratégie de séduction
qu’elle élabore avec la même obstination qu’elle met à surmonter son handicap.
Éducation pour la Santé - Handifférence
141
Cinéma et réalités
La couleur du paradis
88’ ; 1998 ;Majid Majidi ; Iran ; VC7234 - DVD
Mohammad a huit ans, est aveugle et suit des cours dans une école
spéciale à Téhéran. Pendant les vacances, il rentre chez lui, dans son
village isolé au milieu de la montagne et retrouve sa famille, dont
son père avec qui il entretient des rapports très difficiles. Un film
émouvant et pudique qui fait sienne la morale de Saint-Exupéry : on
ne voit bien qu’avec le coeur.
Bande-annonce - Lien Internet - Making of - Interview du réalisteur - Biographie du réalisateur.
Les puissants
108’ ; 1997 ;Peter Chelsom Production Hollywood Pictures Home ; Etats-Unis ;
VP7315 - DVD
Kevin est un gamin intelligent et précoce atteint d’une maladie
rare et étrange : son corps s’est arrêté de grandir mais pas ses
organes. Kane, lui, est un gamin de quatorze ans pas très futé
qui a la taille d’un homme. Ces deux enfants sont dans la même
école et sont les cibles favorites des quolibets et autres vexations.
Et s’ils « fusionnaient »… ? Inspiré du roman largement primé de
Rodman Philbrick, une quête de l’honneur et du bien dans l’esprit
de celle du Roi Arthur et des Chevaliers de la Table ronde.
Dance me to my song
101 ; 1997 ; Rolf De Heer ; Boomerang Pictures ; Australie ; VD0724 - VHS
Julia est confinée dans une chaise roulante par une paralysie cérébrale
qui lui a ôté l’usage de la parole, des membres et par conséquent la
capacité à mener une vie indépendante. En dehors des visites occasionnelles de son amie Rix, son seul véritable contact est Madeleine,
142
Éducation pour la Santé - Handifférence
Cinéma et réalités
sa garde-malade, avec qui elle communique à l’aide d’un synthétiseur
vocal. Madeleine ne cache pas sa répulsion pour Julia et se venge de
chaque contrariété en lui supprimant le peu d’autonomie qu’elle a.
L’actrice qui interprète Julia, Heather Rose, qui est handicapée à la
ville comme à l’écran, est l’auteur du scénario. Il ne s’agit pas pour
autant d’une autobiographie, mais d’un film dérangeant sur une rivalité amoureuse, un film qui montre tout sans voyeurisme ni fausse
pudeur, un film voulu comme un manifeste sur le droit à une place
dans l’existence. Difficile et beau.
Les femmes du lac aux âmes parfumées
105’ ; 1993 ; Xie Fei ; Médiathèque des Trois Mondes ; Chine ; VF1434 - VHS
Dans les années nonante, un petit village entre Canton et Shangaï, au bord d’un lac. La propriétaire du moulin à huile de sésame,
madame Xiang, se voit proposer de développer sa production
par la directrice d’une société japonaise. Une chance pour cette
femme mariée à un alcoolique et mère d’un handicapé mental.
Son seul refuge est monsieur Ren, un transporteur. Un jour, elle
décide de se mettre en quête d’une épouse pour son fils.
À travers le destin insolite d’une femme, le portrait d’une Chine
partagée entre traditions et besoins économiques.
Le huitième jour
109’ ; 1995 ; Jaco Van Dormael ; Production Wild Side DVD ; France & Belgique ;
VH6831 - DVD
Un homme d’affaires plutôt futé rencontre par hasard un jeune
mongolien. Dans un premier temps, il tente de s’en débarrasser
mais finit par remarquer que cet être pas comme les autres peut
lui apprendre beaucoup de choses. L’histoire d’une amitié et d’une
découverte, un regard tendre sur la différence.
Éducation pour la Santé - Handifférence
143
Cinéma et réalités
Deuxième long métrage de Jaco Van Dormael.
Prix du meilleur acteur pour Daniel Auteuil et Pascal Duquenne
au festival de Cannes 1996.
Mon pied gauche
104’ ; 1988 ; Jim Sheridan ; Production Gaumont Columbia Tristar ; Irlande ;
VM1172 - DVD
L’histoire de Christy Brown, né en 1932 dans une famille nombreuse et très pauvre. Le cerveau gravement atteint, il s’exprime
en dessinant avec son pied gauche. Petit à petit, il arrivera à faire
part de ses émotions et démontrera que sa vie a un sens.
Superbe interprétation de Daniel Day Lewis récompensée par
l’Oscar du meilleur acteur.
Making of - Christy Brown, son histoire - Photos - Bandes-annonces - Filmographies - Liens Internet.
144
Éducation pour la Santé - Handifférence
Index des titres
Index des titres
A
Accidents vasculaires cérébraux (Les), 69
Accueillir un enfant handicapé, 15
Amour à corps perdu (L’), 32
Attaques cérébrales (Les), 55
Aveugles : écoute ce que je vois (Les), 39
B
Bébés de l’alcool (Les), 47
Bébé sourd bouquine, 111
Beethoven, 114
C
Cirque «Ma boule», 107
Clefs de la maison (Les), 139
Coma et après…. (Le), 32
Couleur des mots (La), 13
Couleur du paradis (La), 142
D
Dance me to my song, 142
Danse des mains, 75
Dans la force de l’âge, 126
Dans l’ombre, 141
Des mains pour le dire, 110
Devinière (La), 135
E
Enfants autistes (Les), 70
Enfant, ses douleurs et le médecin (L’), 71
Enfants sourds (Les), 61
Enseignement spécial, 111
Ensemble, 117
Exit - Le droit de mourir, 134
Éducation pour la Santé - Handifférence
147
Index des titres
F
Femmes du lac aux âmes parfumées (Les), 143
Folie douce, 128
H
Haptonomie (L’), 71
Homme-machine (L’), 108
Huitième jour (Le), 143
I
Internet (histoires secrètes), 112
It’s all gone Pete tong, 140
J
Joseph Henrion, premier professeur sourd belge, 109
L
Lettre à lou, 18
Lumières sur un massacre
10 Films contre 100 millions de mines, 72
M
Maison de Bordeaux (La), 112
Maladies génétiques (Les), 42
Maladies incomprises, 53
Médecine sous influence, 44
Mine de l’espoir (La), 131
Mobilité réduite et accessibilité, 108
Monde des sourds (Le), 35
Mon pied gauche, 144
Mots perdus (Les), 25
Mucoviscidose (La), 22
N
Nationale 7, 140
148
Éducation pour la Santé - Handifférence
Index des titres
P
Paraplégie, tétraplégie : réapprendre à vivre, 63
Parle avec moi, 31
Pays des sourds (Le), 28
Petite taille : au-delà des centimètres (La)
Les troubles de la croissance, 68
Puissants (Les), 142
Q
Quel est le bruit de l’arbre qui tombe dans la forêt…
S’il n’y a personne pour l’entendre, 107
R
Regard des autres (Le), 31
Rescapés du coma (Les), 59
Résilience : blessé mais pas vaincu (La), 57
Room (The), 139
S
Sale Battars, 141
Sans préjugés, 80
Sans préjugés : Annie Fratellini, 84
Sans préjugés : Emmanuelle Laborit, 87
Sans préjugés : Étienne Davignon, 96
Sans préjugés : François Schuiten, 98
Sans préjugés : Gilbert Montagné, 91
Sans préjugés : Julos Beaucarne, 94
Sans préjugés : Marie-Josée Nat, 100
Sans préjugés : Philippe Geluck, 88
Sans préjugés : Roland Magdane, 102
Sans préjugés : Willy Taminiaux, 104
Sclérose en plaques (La), 70
Soins intensifs : jusqu’où va la vie ? (Les), 135
Sourires d’Olivia - Accompagnement du grand handicap (Les), 120
Sport et handicap, 78
Stephen Dwoskin, 110
Éducation pour la Santé - Handifférence
149
Index des titres
T
Témoins sourds, témoins silencieux, 71
Temps d’une vie (Le), 136
Tombés du nid - Les séquelles de la grande prématurité, 50
Trisomic attitude, 19
Tu enfanteras dans la douleur, 69
U
Un bruit qui court ! Le bruit et les nuisances sonores, 37
Une brève histoire du temps, 113
Une éducation thérapeutique, 134
Une grande bouffée d’amour !
Comprendre et accompagner la maladie d’alzheimer, 123
Un monde sans polio, 68
V
Vérité aux malades (La), 66
Voir sans les yeux, 30
150
Éducation pour la Santé - Handifférence
La Médiathèque et le
Service éducatif
La Médiathèque
« C’est fou les talents qu’on vous prête ! »
La Médiathèque assure le prêt de médias (musique, documentaires, fictions, jeux) auprès du grand public.Via son réseau de
centres de prêt, elle est présente dans plus de 100 localités en
Communauté française de Belgique (Wallonie et Bruxelles).
www.lamediatheque.be
La Collection Éducation pour la Santé
La collection audiovisuelle « Éducation pour la Santé »,
initiée en 1983, comporte aujourd’hui plus de 400 titres
accompagnés d’une fiche pédagogique.
Son objectif est de promouvoir la santé par les supports
médiatiques (documents audiovisuels : vidéos, DVD et
cédéroms)
La collection est destinée aux enseignants, aux éducateurs, aux
acteurs de terrain, aux étudiants en sciences humaines et bien
sûr à toute personne intéressée par le domaine de la santé.
Les médias sont sélectionnés par un comité scientifique
suivant une grille d’analyse.
La collection « Éducation pour la Santé » se décline sous 11
thèmes :
- Alimentation
- Approche psychosociale de la santé
- Assuétude
- Handicap
- Hygiène de vie
- Petite enfance
- Problème de santé
- Sécurité
- Santé mentale
Éducation pour la Santé - Handifférence
153
- Techniques, organisation et approche psychosociale des
soins
- Vie sexuelle et affective
Le Service éducatif
Le Service éducatif coordonne toutes demandes à caractère
pédagogique émanant du monde de l’enseignement et du
réseau des centres de prêt. Il propose aussi des projets en
Éducation aux médias et des modules d’animation destinés
aux enseignants et aux élèves.
Il développe également des collections audiovisuelles
thématiques :
- Éducation pour la Santé
- Éducation à l’Environnement
- Éducation à la Nature
- Éducation aux Sciences & Technologies
- Éducation par le Sport
- Collection InterMondes (Relations Nord-Sud)
- Vidéothèque de Bruxelles
- Cent Auteurs à l’écran (Auteurs belges de langue
française)
La Médiathèque
Service éducatif
Collection Éducation pour la Santé
Place de l’Amitié, 6 - 1160 Bruxelles
Tél. 02 737 19 29 - Fax 02 737 18 88
service.educatif@lamediatheque.be
154
Éducation pour la Santé - Handifférence
Notre réseau de prêt
Notre réseau de prêt
Direction du réseau
Avenue du Parc d’Amée, 90 - 5100 Jambes
Tél. : 081 30 76 67 - Fax : 081 33 00 49
direction.reseau@lamediatheque.be
Bruxelles-Ville
Passage 44 - Boîte 14 - 1000 Bruxelles
Tél. : 02 218 25 99 - 02 218 26 35 - Fax : 02 223 76 90
passage44@lamediatheque.be
Uccle
Chaussée d’Alsemberg, 739 - 1180 Bruxelles
Tél. : 02 345 54 69
uccle@lamediatheque.be
U.L.B.
Av. Paul Heger - Bâtiment U
Tél. : 02 647 42 07 - Fax : 02 647 42 88
ulb@lamediatheque.be
adresse postale : CP 160/20
Avenue Franklin Roosevelt, 50 - 1050 Bruxelles
Woluwe-Saint-Pierre
Centre culturel
Avenue Charles Thielemans, 93 - 1150 Bruxelles
Tél. et Fax : 02 773 05 84
wsp@lamediatheque.be
Éducation pour la Santé - Handifférence
157
Notre réseau de prêt
Braine-l’Alleud
Rue des Mésanges Bleues, 55 - 1420 Braine-l’Alleud
Tél. et Fax : 02 385 08 49
braine@lamediatheque.be
Charleroi
Palais des Beaux-Arts
Avenue de l’Europe, 1 - 6000 Charleroi
Tél. : 071 31 27 30 - Fax : 071 30 94 99
charleroi@lamediatheque.be
La Louvière
Rue Albert Ier, 36 - 7100 La Louvière
Tél. : 064 22 62 93 - Fax : 064 28 44 46
lalouviere@lamediatheque.be
Liège
Place de la Cathédrale, 14 bte 22 - 4000 Liège
Tél. : 04 223 36 67 - Fax : 04 221 24 23
liege@lamediatheque.be
Louvain-la-Neuve
Place Galilée, 9a - 1348 Louvain-la-Neuve
Tél. : 010 45 13 91 - Fax : 010 47 28 59
louvain-la-neuve@lamediatheque.be
Mons
Ilot de la Grand-Place
Rue de la seuwe, 24 - 7000 Mons
Tél. : 065 31 13 49 - Fax : 065 31 26 03
mons@lamediatheque.be
Ce service comprend une salle où sont organisés des débats,
concerts, animations
158
Éducation pour la Santé - Handifférence
Notre réseau de prêt
Namur
Maison de la Culture
Avenue Golenvaux, 14 - 5000 Namur
Tél. : 081 22 55 66 - Fax : 081 22 13 48
namur@lamediatheque.be
Seraing
Nouveau Jardin Perdu
Rue de la Jeunesse, 2 - 4100 Seraing
Tél. : 04 337 37 40
seraing@lamediatheque.be
Verviers
Place du Marché, 7 - 4800 Verviers
Tél. et Fax : 087 33 00 88
verviers@lamediatheque.be
Stationnements des discobus
Amay, Andenne, Anderlecht, Antoing, Arlon, Ath, Athus,
Auvelais, Axa Belgium, Aywaille, Barvaux, Bastogne, Beauraing,
Bertrix, Blegny, Bouillon, Boussu, Braine-le-Château,
Braine‑le‑Comte,Chimay,Ciney,Colfontaine,Comines,Couvin,
Dinant, Dour, Ecaussinnes, Eghezée, Enghien, Erquelinnes,
Esneux, Etalle, Evere, Florennes, Florenville, Gembloux,
Gesves, Grez-Doiceau, Habay-la-Neuve, Hamoir, Hannut,
Havelange, Herve, Hotton, Houffalize, Huy, Izel, Jodoigne,
La Hulpe, La Roche, Lessines, Leuze, Libin, Libramont,
Lobbes, Malmedy, Marche‑en‑Famenne, Martelange,
Mouscron, Musson, Nassogne, Neder‑over‑Hembeek,
Neufchâteau, Nivelles, Perwez, Philippeville, Rebecq, Rixensart,
Rochefort, Saint-Ghislain, Saint-Hubert, Soignies, Spa,
Stavelot, Tubize, Vielsalm, Virton, Visé, Waremme, Waterloo,
Watermael‑Boitsfort, Wavre, Welkenraedt
Éducation pour la Santé - Handifférence
159
Notre réseau de prêt
Comptoir électronique
Schaerbeek
Bibliothèque communale de Helmet
Chaussée de Helmet, 272 - 1030 Bruxelles
Tél. : 02 242 68 68
Pour tous renseignements relatifs aux tarifs et horaires d’ouverture : www.lamediatheque.be
160
Éducation pour la Santé - Handifférence
Vivre autrement
Dans la même collection :
ÉDUCATION POUR LA SANTÉ - Le catalogue
Handicap- La main au chapeau
bien manger pour mieux vivre
Histoires sans clope…
Handifférence - Vivre autrement
© La Médiathèque, février 2008
www.lamediatheque.be
Édit resp. Claude Janssens - Place de l’Amitié 6 - 1160 Bruxelles
Tous droits de reproduction, totale ou partielle, sous quelque forme
que ce soit, réservés pour tous pays, sauf autorisation écrite de l’éditeur.
D/2008/3590/01 ISBN 2-87147-405-2
Disponible gratuitement
Avec le soutien de la Communauté française de Belgique
Service promotion de la Santé
Santé
HANDIFFÉRENCE
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising