Texte intégral PDF (1 Mo)

Texte intégral PDF (1 Mo)
Compte rendu
« Littérature étrangère »
[s.a.]
Nuit blanche, magazine littéraire, n° 50, 1992-1993, p. 31-35.
Pour citer ce compte rendu, utiliser l'adresse suivante :
http://id.erudit.org/iderudit/21596ac
Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir.
Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique
d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/
Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents
scientifiques depuis 1998.
Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : info@erudit.org
Document téléchargé le 16 novembre 2015 08:35
-LIHÉRAYtlRE
E T R
A
pèce de détachement qui fait les
rêveurs profonds et les dormeurs
médiocres.
Que dire d'un roman qui fait
sourire, amuse? Qu'il est de lecture agréable et qu'il parvient
sans peine à nous rendre sympathique un personnage d'une légèreté, ma foi, très soutenable...
G È R E
MADAME SATAN
Serge Bramly
Grasset, 1992, 265 p.; 34,95$
Vingt ans et rien ne va plus déjà !
On vivra désormais l'imprévu
de la vie, on se survivra au delà
de la quarantaine, avec un torticolis à l'âme. Regards si fréquemment tournés vers l'arrière,
de la femme de Loth à Modiano,
à Bramly. Cécilia s'est accouplée à un autre, Mayotte, après
avoir valsé de Joseph à Joseph,
retenant un moment, p(o)ulpeuse, l'auteur, le temps d'étoffer
un personnage et de le greffer à
son ombre. Et tout tournait,
tournait, autour de Madame Satan, la vie travestie (comme il se
doit), ses herbes et ses
poudres... et son ambiguïté. Bohême de 68. Certains, les Joseph, sombrent. Ils avaient
pourtant pris une erre d'avance
sur la grande mare des sentiments océaniques. Aussi merveilleux et fragiles que le Titanic ! Pour souvenirs : ce qui fut
et ce qui aurait pu être. Omniprésence de l'ogresse came qui
gomme les profils à peine esquissés. On se prend de tout par
le nez, par les yeux, à la saignée
du coude pour, désemparé,
constater qu'on a été pris, overdose de curiosités. Et la vie continue, rébus indéchiffrable. On
se charge d'alibis. L'auteur devient un auteur, certains quémandent un ultime ticket pour
un paradis désertifié et Cécilia
reçoit en tenue précieuse à laquelle manque un bouton. Une
histoire de possédés!
Serge Bramly s'aventure,
comme lors d'Un poisson muet
surgi de la mer (Flammarion,
1985), dans la réminiscence.
Oeuvre intime comme s'il s'agissait d'un journal a posteriori,
du traitement d'une question
lancinante, d'une affliction que
rien ne guérira. La vie le laisse
dans l'hébétude. Mais écoutez
cette musique, ce blues chanté à
haute-contre! S'il y avait quelque Goncourt qui vaille, sûrement il couronnerait ce Bramlylà, cette note bleue (note
d'apothéose) à propos de Rubicons qui nous charrièrent
comme des Styx.
Jean Lefebvre
Pierre Carpentier
MICHÈLE ROZENFARB
TENDRE
JULIE
TENDRE JULIE
Michèle Rozenfarb
Minuit, 1992, 158 p.; 21,95$
«Elle sait d'instinct qu'un livre
s'aime ou se déteste dès la dernière phrase.» Elle, c'est MarieJulie Anasthasie, rejeton singulier d'une famille pour le moins
plurielle (quinze enfants!), que
l'auteure nous amène à découvrir au fil de soixante et un
courts chapitres. Un roman qui
relate sur un ton primesautier et
avec une bonne humeur qui ne
se dément pas, les aventures
d'une jeune femme à la candeur
désinvolte, qu'une disponibilité
de corps et d'esprit amène à
vivre une enfilade de péripéties
truculentes. Pourtant, rien de
bien extravagant dans l'existence de l'héroïne, si ce n'est
qu'elle est résolument amoureuse d'un certain Boris, accessoirement auteur de J e voudrais
pas crever et de L'écume des
jours et dont elle ignore manifestement la mort. Et qu'elle est
aimée passionnément d'un narrateur qui n'en peut plus de la
neutralité à laquelle les règles du
genre le confinent. Quoi qu'il en
soit, une nature indolente dotée
d'un appareil cardio-vasculaire
réglé comme un mécanisme
d'horlogerie la mettent à l'abri
des transports trop violents.
La présence du narrateur
amoureux se fait d'une insis-
(_•.. _/_7_*w __ Hnur
tance telle qu'elle autorise l'auteure à se jouer gentiment de
certaines conventions. Ce qui
pourrait donner à penser que le
narrateur — il y en a même un
de secours — et l'auteure se disputent la place que Marie-Julie
Anasthasie pourrait laisser vacante, tellement elle semble
vivre avec détachement une
existence pourtant toute en rebondissements. Rebondissements sur un mode mineur,
entendons-nous. Mais c'est là
un procédé amusant qui contribue à faire de ce premier roman,
à l'écriture alerte, une surprise
qui vaut le détour. On ne s'étonnera pas d'apprendre que Michèle Rozenfarb est médecin.
Les références au corps pris
comme objet d'examen et d'observation sont nombreuses et le
plaisir éprouvé à y jeter un regard froid à la limite du clinique,
évident. Sorte d'Agrippine, façon Claire Bretécher, MarieJulie-Anasthasie semble effleurer les choses et les êtres de
façon méthodique, avec cette es-
AU NOM DU PÈRE
ET DE LA FILLE
Françoise Dorin
Flammarion, 1992,
353 p.; 19,95$
Dans le dernier roman de Françoise Dorin, le père, Georges
Vais, découvre à son grand
étonnement que sa fille a posé
nue pour une affiche de film.
Des péripéties en découlent et
les réactions de l'entourage, loin
d'être négatives, comme le père
fort embarrassé s'y attend, traduisent plutôt l'envie générale.
L'humour de Françoise Dorin est connu et ne se dément pas
ici. Les situations, souvent théâtrales, en font un livre drôle, fertile en rebondissements, où les
événements tragiques sont vite
escamotés. L'auteure les accompagne d'une réflexion sur le cinéma, la télévision, les médias
en général. Chacun y repense
son «look», les conseillers en
communication jouant les nouveaux dieux de cette civilisation
audiovisuelle dans laquelle l'on
est intéressant dans la mesure où
l'on est médiatisable. C'est la civilisation du paraître, ce que
Françoise Dorin appelle la «paraîtromania»; même l'écriture
est dévalorisée au profit de l'audiovisuel. Comme l'auteure le
fait dire à l'un de ses personnages : «On est à l'époque de la
communication. Alors, on en a
rien à cirer d'un joli brin de
plume. Vaut mieux avoir la
langue bien pendue et une
gueule qui accroche». Inutile de
dire que Georges Vais, sexagénaire, est déboussolé, lui qui vit
selon d'autres principes. Mais
vieillir n'est-il pas «la facture
obligatoire du plaisir de vivre»?
L'abondance de personnages
mis en scène, leurs relations
inextricables, aboutissent à un
enchevêtrement familial qui
n'est pas de tout repos (l'expetite-nièce, les petits-fils de
l'ex-beau-frère!). Mais là encore, le livre ne faillit pas à la mission de faire sourire et présente
une image humoristique de nos
rapports sociaux.
Louise Vachon
NUIT BLANCHE 31
mmzïïB
tions pour autant qu'il semble.
L'édition de 1966 était préfacée
par André Maurois; celle d'aujourd'hui l'est par Diane de
Margerie. La présentation d'une
œuvre est toujours une affaire
d'époque; elle n'entame heureusement en rien l'intégralité de
l'œuvre lumineuse qui est donnée ici. Katherine Mansfield est
morte de la tuberculose au début
de la trentaine. Faut-il dire
qu'elle a laissé une œuvre tout
à fait remarquable pour une si
brève carrière ou spéculer sur ce
dont l'anéantissement précoce
d'un aussi immense talent a privé les lecteurs? C'est une question d'atmosphère...
E T R A N G E R E
_\ovts_
Propre.
KAl rihRlN t
FIELD
L'ANGE AVEUGLE
Tahar Ben Jelloun
Seuil, 1992, 202 p.; 19,95$
«Ces quatorze récits sont
comme les quatorze chapitres
d'un roman dont le personnage
principal serait la mafia», précise Tahar Ben Jelloun dans un
texte qu'il a placé en exergue.
Ainsi, chacune de ces nouvelles
raconte, de ce strict point de
vue, le sud de l'Italie où l'écrivain a été invité à voyager par le
«directeur d'Il Mattino, principal quotidien de Naples».
Malgré l'âpreté des lieux et
les tragédies qui s'y vivent, Tahar Ben Jelloun parvient à nous
rendre cette terre sicilienne tout
aussi familière et attachante que
son Maroc natal où se déroulent
ses romans précédents. Il en va
de même de ses nombreux personnages auxquels nous accordons d'emblée notre sympathie.
Poète et conteur, Tahar Ben
Jelloun perce le secret des êtres
et des paysages et en restitue la
magie. Empreint de générosité,
le regard qu'il pose sur les gens
et la vie lui permet de déceler la
bonté et la beauté là où d'autres
ne verraient que grisaille et misère. Loin de trahir la réalité, ce
parti qu'a choisi l'écrivain de
nous présenter la Sicile de l'intérieur nous amène à mieux cerner l'emprise qu'exerce la mafia. Il y est aussi question
d'amour, de désir et de passion.
À l'instar de ceux et celles
qui, dans ses nouvelles, aspirent
à la justice et à la vérité, c'est à
une quête d'authenticité que se
livre Tahar Ben Jelloun. Humblement, l'écrivain fait œuvre de
résistant en brisant la loi du silence. Comme il le fait si bien
dire à un instituteur qui «parlait
tout seul: — 'Notre arme, c'est
la poésie. Notre arme, c'est la
beauté. Même si les assassins
n'entendent rien à la poésie, il
faut continuer à leur opposer la
charge magnifique des mots'».
Claire Côté
32 NUIT BLANCHE
Denise Pelletier
DIAM M MARGERIE
* _ _
KATHERINE MANSFIELD
Katherine Mansfield
Stock, 1992, 680 p.; 69,95$
Sous un titre qui reprend le nom
de l'auteure, on trouve réunies
dans une très élégante édition les
principales nouvelles de Katherine Mansfield. Il s'agit en effet
des bien connues Félicité, Le
Garden Party, Le nid de colombes, Quelque chose d'enfantin et Pension allemande. Si
vous n'avez pas encore eu le
bonheur de les lire, il est plus
que temps de goûter à ces petits
chefs-d'œuvre. La subtilité et
l'efficacité de cette plume, aussi
légère que concise et acérée, est
stupéfiante. Tout comme Virginia Woolf, qui a d'ailleurs été la
première à la publier avec Leonard Woolf, Katherine Mansfield a l'art de rendre les atmosphères palpables. Mais il ne
faudrait pas croire qu'elle se limite aux atmosphères : ses nouvelles sont toujours solidement
ancrées dans le réel. Et il y aurait
long à dire sur sa modernité.
Mode d'emploi suggéré:
lisez une nouvelle de Katherine
Mansfield, savourez-la bien, regardez autour de vous, respirez
profondément et... recommencez avec la suivante. Ces nouvelles délicates se lisent comme
on déguste une boîte de chocolats de luxe : elles sont toutes ex-
cellentes, avec des saveurs différentes! Mais attention, le
temps d'arrêt entre deux lectures
est capital pour profiter pleinement du goût !
La présente édition a le mérite d'être moins volumineuse
que celle de 1966, chez Stock
également, parue sous le titre
Oeuvre romanesque. Elle regroupe cependant les mêmes
textes, dans les mêmes traduc-
SUBLIME
Jean-Pierre Giraudoux
Gallimard, 1992,
170 p.; 26,95$
Malheur au fils engagé dans la
même vocation que son père ! Il
doit décupler ses efforts s'il ne
veut souffrir le scepticisme général du milieu. C'est ce qui
semble être le lot de Jean-Pierre
Giraudoux, fils de Jean: son
nom ne paraît dans aucun dic-
tionnaire consacré à la littérature
et seul un examen à la loupe des
revues littéraires pourrait témoigner de l'œuvre, pourtant non
négligeable, de cet homme
maintenant d'âge mûr qui a surtout écrit pour le théâtre.
Il faut dire que le dernier roman de Jean-Pierre Giraudoux,
Sublime, risque aussi de passer
inaperçu, malgré des qualités
appréciables: une simplicité,
une absence de prétention littéraire, une douce ironie (à l'égard
des intellectuels) qui incitent à
une lecture oisive. Le sujet du
roman est curieux : un jeune étudiant, Ro, alias Sublime, très
peu au fait des choses de l'amour, hérite du trône de Géraud
Ambremeuse, un maquereau désabusé qui entretient des relations avec sept femmes à la sensibilité et au tempérament fort
différents. Incapable d'assumer
les charges de son héritage, Ro
préfère mettre fin à ses jours,
non sans avoir auparavant fait
vive impression à SaintGermain-des-Prés. Bien sûr le
ton est épicé, avec un assaisonnement si subtil toutefois que le
pouvoir de suggestion n'en devient que plus provocant.
Pied de nez d'un écrivain qui
en a marre d'être qualifié de fils
à papa par ses détracteurs? Ou
drame d'amour comme il en
existe tant? Quoi qu'il en soit,
si vous rencontrez Jean-Pierre
Giraudoux, ne lui demandez pas
s'il est le fils de l'autre. Lisez-le
tout simplement.
Philip Wickham
CORRUPTION
Pramœdya Ananta Toer
Trad. de l'indonésien
par Denys Lombard
Philippe Piquier, 1992,
154 p.; 26,95$
Comment un fonctionnaire indonésien, probe et sans histoire,
bon mari, bon père et bon patron, peut-il en arriver, presque
du jour au lendemain, à se laisser corrompre? Il est tentant de
répondre par une autre question :
comment un fonctionnaire peutil espérer demeurer sans tache
après vingt ans de service dans
le gouvernement corrompu de
l'Indonésie dans les années 50?
Car le narrateur de Corruption mène depuis trop longtemps
une existence étriquée, tassée
sur elle-même. Quatre enfants
se sont succédé, grugeant un salaire qui n'est pas proportionnel
à l'honnêteté de l'employé.
Celui-ci a vu des subordonnés
moins pointilleux accéder à des
DICnONNAIRE
DES
_EVIMES CÉLÈBRES
Dictionnaire des femmes célèbres
Lucienne Mazenod/ Ghislaine Schoeller
Un cortège desfigureshistoriques et légendaires qui ont
permis aux hommes d'être ce qu'ils sont.
postes élevés, au luxe des voitures américaines, des chemises
importées et des beaux quartiers. Au fil des années se sont
éteints les espoirs de rouler autrement qu'à bicyclette dans les
rues bondées de Djakarta, et l'on
a progressivement abandonné le
projet de racheter le salon et la
façade de la maison, cédés pour
quelques milliers de roupies à un
épicier chinois.
Déjà vieux à quarante ans,
affolé à l'idée de mourir sans
avoir connu autre chose qu'une
existence misérable, le narrateur
commet un premier larcin: il
vole à son bureau des feuilles et
du papier carbone pour s'acheter
une cravate. Il est dès lors perdu
pour les siens, et son destin devient en quelques semaines celui
d'un déraciné, condamné à passer sans cesse «d'une illusion à
l'autre». Il se résigne à mener
une vie sans courage et, sans jamais se leurrer sur son propre
compte, se découvre soumis au
«dérèglements de ses désirs» tel
un «faisceau d'impulsions».
Dans cette fable très morale,
Ananta Toer a occulté tout le
plaisir tiré du fruit défendu en ne
montrant que la tentation et la
chute, aussi aliénantes et douloureuses l'une que l'autre. On
croit retrouver, dans le caractère
implacable du secrétaire Sirad,
véritable ange exterminateur, le
regard aiguisé et sans pardon de
l'écrivain sur une société corrompue qui n'a «même pas eu le
courage de se supprimer». Emprisonné plus de quinze ans et
interdit de publication depuis sa
libération, en 1979, Ananta Toer
a lui-même combattu la corruption sordide et la corruption séculaire, quasi mythique et formidablement contagieuse, dont
on n'osera plus, après ce roman,
se croire à l'abri.
Catherine Lachaussée
SS VOIX DU SACRE
. I''.'1:S:_:IÏ .ittiarït
Jig ;||:||
Les voix du sacré
présenté par Gérard Chaliand
Cette anthologie poétique du sacré restitue des pans
d'architectures spirituelles aujourd'hui ruinées.
fàt$ k'fe
ilmmmm.
Les plus belles lettres manuscrites
de la langue française
Les hésitations de la plume, les teintes du papier et les
marques du temps introduisent à l'intimité de l'auteur.
NUIT BLANCHE 33
• niM.niTH
E T RA
G
ER
ŒUVRES POÉTIQUES
COMPLÈTES
Paul Verlaine
Robert Laffont, 1992,
736 p.; 32,95$
Devons-nous répéter, à la suite
d'André Breton, que Paul Verlaine «est tout juste bon à émouvoir des jeunes filles de province»? Ce n'était pas la
première fois que les surréalistes
manquaient de discernement.
Bien que l'éphémère et la fadeur
dominent dans un certain nombre des poèmes de Verlaine,
nous y dénotons, en revanche,
une extrême diversité et une très
grande maîtrise de Varspœtica.
Même si son travail d'édition ne
saurait rivaliser avec celui de la
«Pléiade», la collection «Bouquins» a le mérite de publier
l'œuvre intégral de Verlaine. En
plus du Verlaine fugace et léger
auquel on nous a habitués, nous
y retrouvons des facettes tout à
fait inconnues du poète : son esprit de synthèse, ses descriptions
frappantes, bref autant de voies
à explorer qui auraient pu être
fermées à jamais par ceux qui
n'ont pas hésité à couronner un
mauvais prosateur du titre de
«suprême poète», à l'appui
d'une simple métaphore. Que
penser de ces vers: «Ô mes
amants / Simples natures / Mais
quels tempéraments! / Consolez-moi de ces mésaventures
/ Reposez-moi de ces littératures, / Toi, gosse pantinois,
branlons-nous en argot» ; ou encore: «Un peu de merde et de
fromage / Ne sont pas pour effaroucher / Mon nez, ma bouche
et mon courage».
Lorsqu'un poète, au XIXe
siècle, a compris qu'il est le
maître du langage et non un censeur pour oreilles délicates,
lorsque toutes les ressources de
la langue, y compris les onomatopées, sont sciemment mises en
vers, n'avons-nous pas devant
nous un véritable poète? Si nous
n'avons lu que Romances sans
paroles et Poèmes saturniens,
nous n'avons pas lu Verlaine. Il
est encore temps d'y remédier.
Ivan Bielinski
34 NUIT BLANCHE
Iomero Aridjis
1492
Mémoires
. du
Nouveau
Monde
1492
MÉMOIRES
DU NOUVEAU MONDE
Homero Aridjis
Trad. de l'espagnol
par Irma Sayol
Seuil, 1992, 482 p.; 34, 9 5 $
«Juan Cabezon partit comme
gabier à bord de la Santa Maria
le troisième jour du mois d'août
de l'an de grâce 1492.» Ainsi
débute 1492, Mémoires du
Nouveau Monde de Homero
Aridjis. Ce deuxième volet de la
grande épopée «cabezonnienne» reprend le flambeau là où
1492, Les aventures de Juan
Cabezôn de Castille (Seuil,
1990) le laissait.
Sous le règne des rois catholiques Ferdinand et Isabelle, les
juifs ont fui la persécution de
l'Inquisition. Parmi eux, Juan
Cabezon qui s'embarque à l'aventure avec un certain sieur Colomb.
1492, Mémoires du Nouveau Monde, c'est la grande
quête de l'Amérique, de la terre
promise, du nouvel éden, de la
fabuleuse route vers l'Inde.
C'est aussi le choc de deux civilisations: européenne et aztèque. Rencontre d'ailleurs fatidique pour cette dernière :
l'empire aztèque sera totalement
ravagé, ses dieux déchus et son
peuple massacré. Juan Cabezon
de Vladimir, inspirées de Pascal, les raisonnements terre à
terre d'Estragon, les pensées allusives de Pozzo et même le monologue obsessionnel de Lucky,
ont toujours touché chez moi des
cordes sensibles. C'est donc
avec joie que j'ai enfin pu entendre, grâce à l'enregistrement
sonore réalisé par la maison grenobloise «La voix de son livre»,
les tirades des personnages imaginés par Beckett. J'ai ressenti,
à l'écoute des deux cassettes qui
composent le coffret, le même
malaise qu'à la lecture de la
pièce, bien que ce malaise soit
encore amplifié, il me semble,
par la voix du lecteur qui en récite fidèlement, sur un ton
neutre, toutes les didascalies, et
qui en fait ressortir l'aspect très
écrit, très littéraire, ce qui n'apparaît pas toujours à une première lecture. Ce lecteur devient
en quelque sorte le deus ex machina de la pièce: au fait, ne
s'agirait-il pas de ce fameux Godot que les personnages attendent inlassablement et qui ne
vient jamais?
Jean Morency
JEAN LE PEREGRIN
Mika Waltari
Trad. du finnois
par Jean-Luc Moreau
Phébus, 1992, 507 p.; 27,95$
assiste à ce rendez-vous de
l'Histoire et ne peut en toute
conscience se ranger du côté des
Espagnols avides de richesses.
Homero Aridjis, qui fut jadis
ambassadeur en Europe, présente une remarquable reconstitution tant historique que culturelle de la conquête du Mexique
par les Espagnols. Et en cet an
de grâce 1992 marquant le 500e
anniversaire de la découverte de
VAmerica, Aridjis laisse la parole au peuple qui a habité le
Mexique bien avant que le sieur
Colomb le découvre.
Ericka Tabellione
EN ATTENDANT GODOT
Samuel Beckett
La voix de son livre, 1992,
2 K 7, 2 h 30; 30,95 $
Je dois avouer, à ma grande
honte, n'avoir jamais assisté à
une représentation de la pièce la
plus célèbre de Samuel Beckett,
En attendant Godot, dont je
suis pourtant un lecteur passionné. Les angoisses existentielles
Dans ce qu'il est convenu d'appeler le «roman historique», il
faut voir à bien mettre à part
l'œuvre du Finlandais Mika
Waltari, et ce, pour au moins
deux raisons: Waltari n'est pas
un auteur de romans historiques,
mais un romancier — et un des
grands de ce siècle — qui utilise
l'histoire au présent pour bien
montrer l'absurdité de l'aventure humaine et pour qui les ambuiguïtés du passé n'ont d'égales que celles du monde
moderne; chez lui, l'Histoire et
l'amour sont le lieu des mêmes
atermoiements, des mêmes contradictions et donc des mêmes
affrontements.
Jean le pérégrin forme un
diptyque avec l'œuvre la plus
accomplie de Waltari, Les
amants de Byzance. Il en constitue la première partie, mais curieusement, une première partie
posthume et inachevée. Si l'action des Amants de Byzance se
déroulait en 1453 durant les
mois qui ont vu le siège et la
chute de Constantinople, celle
de Jean le pérégrin couvre les
quelque vingt années qui les ont
précédés. Une bonne partie du
Celui dont traite le livre permit
l'avancée de l'Islam et provoquera la division de l'Europe en
Est et Ouest.
Roman sur les grands bouleversements de l'Histoire, Jean
le pérégrin parle également de
la lutte de l'esprit et de la chair
et de la quête initiatique du savoir, comme l'illustre cette
scène suave, inoubliable: «J'avais faim, mais... j'étais avide
de ce livre qu'une femme nue et
dodue lisait... je n'avais d'yeux
que pour lui, j'oubliais tout le
reste».
Maurice Pouliot
roman nous fait assister à ces interminables discussions et à ces
innombrables tractations qui ont
marqué le XVIIe concile œcuménique, qui tenta de réaliser
l'union entre les Eglises
d'Orient et d'Occident. Mais il
aurait fallu plus qu'une fragile
union fondée sur des motifs politiques et tactiques. Et quand on
sait que la principale pierre d'achoppement était le fameux filioque du texte latin du Credo,
on se met à penser que c'est à
cause de telles légèretés que
l'Histoire n'est qu'une succession de rendez-vous manques.
LE CONTRE TEMPS
Boris Khazanov
Trad. du russe
par Elena Rolland-Maiski
Verdier, 1992, 270 p.; 34,95$
Le dépaysement doit être à peu
près le même, que l'on mette les
pieds pour la première fois dans
les rues de Moscou ou que l'on
parcoure des yeux les premières
pages de ce roman moscovite!
Se fiant à sa mémoire plus
qu'aux événements, le narrateur
retrace ce que fut sa jeunesse,
depuis l'âge de treize ans jusqu'à sa première arrestation
alors qu'il est encore étudiant en
lettres à l'Université de Moscou.
Les chapitres I à IV paraissent
énigmatiques à la première lecture, peu évident, le lien entre la
description des rêves éveillés du
narrateur, et l'expression des intentions de l'écrivain, ou du malaise du personnage principal, se
reconnaissant sur une photo placée à côté des cendres d'une
femme au nom inconnu. Après
tout, narrateur et écrivain ne
sont sans doute qu'une seule et
même personne!
C'est dans une atmosphère
empreinte d'incertitude et de
méfiance, dans le désœuvrement
général et la pauvreté des conditions de vie à Moscou, que se
déroule la lente initiation d'un
adolescent à la sexualité et à l'amour, qui s'accompagne de la
fréquentation ambiguë d'un professeur qui prétend lire dans l'avenir. Au cours d'une nuit fiévreuse, le père de Lionia lui
raconte sa vie, sacrifiée à une
idée fausse, dont il a tiré son interprétation de l'Histoire: «La
Révolution répondait à l'attente
et aux souhaits du peuple russe
[...]. Non pas parce que la Révolution le libéra de l'esclavage,
bien qu'au début ce fut le cas.
Mais parce que le nouveau régime permit de sauvegarder
l'empire». Les juifs ont bien servi la Russie, mais ce pays n'est
pas leur patrie. Leur patrie est là
où vécurent leurs ancêtres, dont
ils se souviennent, car tous connaissent Le Livre qui a toujours
appartenu au peuple. Le père révèle alors à son fils son appartenance au peuple juif et espère le
convaincre de devenir un
homme libre en quittant avec lui
un pays sans avenir.
Paru dans son édition originale en 1985, ce livre est bien
plus qu'un roman. N'est-il pas
avant tout écrit pour sauvegarder
la mémoire? Un premier texte
fut «emprunté» par des agents
de la «Haute Institution» qui ne
l'ont jamais remis à son auteur;
exilé de Russie quelques années
plus tard, Boris Khazanov a dû
tout réécrire, ce qu'il précise
d'ailleurs dans la préface: «Ce
récit contient un souvenir
double: le souvenir de son
propre souvenir». Au prix d'un
immense effort, car celui qui est
frappé d'amnésie perd «le pouvoir sur les choses et le contact
avec les gens».
Monique Grégoire
••
M
U
PATRICK BESSON \W~~~~
roman lo plus accompli car le plus trouble.
Jean-François Josselin / Le Nouvel Observateur
/
j
On ne peut quitter ce roman. L'histoire vous
/
____^^^M______I____[
Besson connaît l'art cl la manière de nouer une
intrigue, tic manier les ressorts, de ménager le
l.runo île Ces.oie / Le Lixaro Littéraire
Patrick Besson a remarquablement rendu toute
l'ambiguïté des rapports entre ses deux principau\ personnages, et su
un véritable
suspense, tout en brossant en toile de fond, avec
un grand souci de précision historique, l'épopée
du communisme américain.
l.ernaril le San. L'Événement ilti Jeudi
ALBIN MICHEL
m
•
m
1
?'*..<•
__^*
M
|f,
/
/
/
Bt
/
_________H_R_fe___fp
H|____HHP1I
-iVTOlW_l
'^_fc'
_________•
________________
B
_B
1
/
__•
/
fS^-^Hi^ï'IPyB*Sïi''
H
"
•
/
l______fcflf§-î!;' -3.^a_____________
w
fJI*^
U________
ïftM •: 77}-' K 3 |
B
i
mê • ".". ;C;
1 t
K________ Julius et Isaac
• 3m
S . " ' *• ' !*'*'H W___B
\Jg^^&tm
Patrick Besson
•
•
H
NUIT BLANCHE 35
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising