11 - ARDDS

11 - ARDDS
Trimestriel | Octobre 2013 | 8€ |
N°ISSN : 2118-2310
11
■ La boucle à induction magnétique (BIM)
pour les nuls
■ Transformer son iPhone en appareil auditif
■ BAHA, cette audioprothèse méconnue…
Courrier des lecteurs
Nos lecteurs nous écrivent
2
3
Bonnes adresses
Confort à l’hôpital
Lors du récent congrès des audioprothésistes (…), je
vous avais promis de vous communiquer quelques
adresses (…).
Je suis moi-même presbyacousique depuis 20 ans. En
conséquence, j'ai dû renouveler régulièrement mes
prothèses tous les 4 ou 5 ans environ et « bénéficie »
donc d'une certaine expérience pour m'être adressé à
plusieurs professionnels du secteur (Amplifon, Audika,
LCA, Audio 2000…) avec des « fortunes » diverses.
Mes bonnes adresses Internet sont les suivantes (mais
il y en a peut-être d'autres aujourd'hui) :
• Unisson : www.laboratoires-unisson.com
• La Maison de l'Appareil Auditif :
www.maison-appareil-auditif.com
• Audition Contact : www.auditioncontact.fr
• Audiologys : www.audiologys.com
Je souhaite vous faire part d'une bonne expérience
que j'ai vécue lors de ma dernière intervention à
l'hôpital. J'ai subi une intervention chirurgicale.
Malentendante appareillée, et adhérente de ARDDS 15,
j'ai toujours mon badge dans mon sac, offert lors de
mon adhésion à l'association.
Comme je vous l'avais expliqué, si votre mutuelle
complémentaire santé est adhérente à l'organisme
Santéclair, le choix de « bonnes » adresses est
beaucoup plus important, notamment pour la
province, les prix étant identiques à ceux pratiqués par
les 4 adresses mentionnées plus haut. N'hésitez pas à
me demander d'autres précisions en cas de besoin.
■ Gérard François
Communiqué de presse à propos
du rapport de la cour des comptes
sur le marché des audioprothèses
Publié le 14 octobre 2013
Depuis de nombreuses années, le Bucodes SurdiFrance
souligne la nécessité d’apporter un certain nombre
d’améliorations dans les pratiques relatives au marché de
l’appareillage auditif en France. En mars dernier, il avait
été conforté par le constat effectué par le ministère des
Affaires Sociales et de la Santé à ce sujet. En septembre,
la Cour des comptes établissait, dans son rapport annuel
sur la Sécurité sociale, un diagnostic convergent sur
l’opacité et les prix pratiqués en audioprothèse.
Le Bucodes SurdiFrance aurait souhaité qu’elle aille
plus loin dans les mesures préconisées (...).
Lire la suite sur www.surdifrance.org
Publicité
6 millions de malentendants | Octobre 2013
■
Après avoir fait part de mon
handicap aux infirmières, j'ai
enlevé mes appareils, comme
il se doit. On m'a permis
d'accrocher mon badge sur
ma chemise avant de partir
au bloc.
JE N’ENTENDS PAS
Parlez en articulant
bien
et en me regardant
ou écrivez
Merci
J'ai eu la grande satisfaction de voir que l'on s'occupait de moi avec grand soin et que l'on me parlait
attentivement en me regardant.
Voilà une expérience enrichissante, qui devrait être
suivie par tous les malentendants qui n'osent pas
avouer leur handicap.
Cette expérience a été très bénéfique pour moi. C'est la
raison pour laquelle je m'empresse de la faire partager
au plus grand nombre. Alors n'hésitez pas, accrochez
votre badge à l'hôpital, dans les cabinets médicaux et
partout où vous souhaitez que l'on vous considère. Dans
le Cantal c'est TOP alors chez vous il en sera de même!
■ Danielle Arpaillanges,
Présidente de la Section ARDDS 15 (Cantal)
À vos agendas : le congrès
du Bucodes SurdiFrance
Il aura lieu le samedi 27 septembre 2014 à Paris.
Les conférences, les ateliers, l’hébergement et la
restauration seront dans le même lieu :
Résidence Internationale de Paris
44, rue Louis Lumière - 75020 Paris
Vous trouverez toutes les informations dans le
6 millions de malentendants de janvier 2014. ■
Éditorial
Bienvenue à l'automne
et ses palettes de couleurs !
Sommaire
Courrier des lecteurs
Éditorial
Vie associative
• La section Île-de-France de l'ARDDS
se met en mouvement
• Stage de Dax, la thérapie par le groupe !
• Pourquoi ARDDS 74 apprend la LSF ?
• Une année de conférences à Surdi13
• Papa = Maman ?
• L'accessibilité au cœur des débats à Angers
4
4
5
6
7
8
Dossier
• La boucle à induction magnétique (BIM) pour les nuls 9
Appareillage
• Un article sur les assistants d'écoute dans « Le Figaro » 15
• Transformer son iPhone en appareil auditif
16
• Fiction de l’été : achat d'aides auditives à la FNAC 18
Médecine
• Quoi de neuf, Docteur ?
• BAHA, cette audioprothèse méconnue…
19
20
Témoignage | Reportage
• Plus de bogues avec mon implant !
• Natalie ou l’adieu au silence
22
23
Pratique
• Avec Skype on entend mieux
• Télévision à la carte
24
26
Europe | Internationale
• Brèves internationales
27
Culture
• Journal de ma nouvelle oreille,
le Festival d'Avignon innove !
• Festival d'Avignon :
Quel enjeu pour l'accessibilité ?
• Un super héros-sourd
28
29
30
6 millions de malentendants
est une publication trimestrielle de l’ARDDS (réalisée
en commun par le Bucodes SurdiFrance et l’ARDDS)
Maison des associations du XXe (boîte n°82)
1-3, rue Frédérick Lemaître – 75020 Paris
Tél. : 09 54 44 13 57 – Fax : 09 59 44 13 57
Ce numéro a été tiré à 2 300 exemplaires
Directeur de la publication : Richard Darbéra
Rédactrice en chef : Maripaule Peysson Pelloux
Rédacteur en chef adjoint : Jacques Schlosser
Courrier des lecteurs : contact@surdi13.org / contact@ardds.org
Ont collaboré à ce numéro : Irène Aliouat, Sandra Bastien, Aisa
Cleyet-Marel, Richard Darbéra, Dominique Dufournet, Anne-Marie
Choupin, Jean-Pierre Fuchs, Brice Meyer-Heine, Emmanuelle Moal,
Maripaule Peysson-Pelloux, Jacques Schlosser.
Crédits photos et dessins : ARDDS, Bucodes SurdiFrance. Surdi13,
Dessins de DD.
Couverture : Régine Got
Mise en page • Impression : Ouaf ! Ouaf ! Le marchand de couleurs
16, passage de l’Industrie • 92130 Issy-les-Moulineaux
Tél. : 0140 930 302 • www.lmdc.net
Commission paritaire : 0616 G 84996 • ISSN : 2118-2310
Pour l’automne et ses soirées plus longues, ce numéro 11 de
6 millions de malentendants vous offrira, nous l’espérons,
un petit moment agréable de lecture. Cet été, je suis devenue
la dernière recrue de l’équipe de rédaction qui a bien voulu me
confier la rubrique Pratique. Merci de votre bon accueil et de
votre indulgence quant à mes contributions de débutante.
Depuis dix ans que je suis engagée dans la défense des
malentendants bordelais, j’ai souvent entendu dire que
l’installation de boucles à induction magnétique est très
simple et peu onéreuse. En effet, 80 % des boucles magnétiques existantes ont été installées sans une étude
préalable de faisabilité ce qui s’avère souvent être une
grave erreur. La présence de métal peut rendre une installation inutilisable à jamais par les malentendants en raison
des interférences insupportables. Il n’est pas rare que faire
l’économie d’une étude de faisabilité conduit inévitablement à une perte d’argent pour la collectivité qui met ainsi
en place une accessibilité inadéquate et inefficace.
Vous trouverez dans ce numéro un dossier complet sur la boucle
à induction magnétique en écho au colloque « Accessibilité
des personnes malentendantes en Établissement Recevant du
Public (ERP) » qui s’est tenu le 24 septembre 2013 à Angers
en présence de nombreux partenaires publics et privés et de
spécialistes de la boucle à induction magnétique.
Plusieurs récits vous évoqueront l’été grâce aux comptes
rendus du stage de lecture labiale à Dax dans Les Landes,
du festival interceltique à Lorient en Bretagne, du festival
d’Avignon, ou des conférences organisées par Surdi13
(Rubriques Vie Associative, Dossier, Culture). Ils reflètent
la richesse de notre union d’associations et témoignent de
l’engagement des bénévoles actifs dans toutes ces régions.
2
3
Puis, nous vous invitons à découvrir ou redécouvrir le BAHA,
cette audioprothèse méconnue qui permet pourtant une réhabilitation efficace de l’audition par conduction osseuse. Sandra
Bastien a dédié la plateforme www.infobaha.fr aux patients
porteurs de BAHA et leur offre ainsi un lieu pour s’exprimer.
Emmanuelle Moal nous permet de découvrir son vécu de malentendante dans le monde du travail. Son témoignage empreint
de courage prouve sa forte volonté d’être totalement intégrée,
en dépit de sa surdité, dans ce monde parfois si dur.
Si vous rencontrez des difficultés pour téléphoner, les résultats de l’étude menée par une équipe de chercheurs suisses
sur les avantages du logiciel de messagerie directe Skype
vous intéresseront certainement! Cela vaut la peine de
s’entraîner avec Skype d’autant plus qu’avec une webcam,
cet exercice est convivial et permet de s’aider grâce à la
lecture labiale. Vous trouverez également des conseils pour
enregistrer vos émissions préférées avec des sous-titres.
Bonne lecture à tous !
■ Irène Aliouat,
Présidente d’Audition et Écoute 33
Octobre 2013 | 6 millions de malentendants
Vie associative
La section Île-de-France
de l'ARDDS se met en mouvement
Grâce à une subvention du conseil régional de l'Île-de-France, la section IDF est en mesure
de démarrer sous sa propre bannière.
Elle cible les objectifs fondamentaux de l'ARDDS en
direction des devenus sourds/malentendants d'Île-deFrance et le déploiement de son activité sur Paris et les
six autres départements franciliens, au travers de :
• la poursuite de l'apprentissage de la lecture labiale ;
• l'offre d'activités culturelles et de loisirs ;
• une campagne d'adhésion très ouverte ;
• une campagne de communication à l'égard des institutions politiques locales, des professionnels de santé,
du monde du travail et des médias régionaux ;
• un plan de formation destiné aux bénévoles qui
veulent s'impliquer dans la vie de la section et
soutenir dans leur vie quotidienne ceux qui sollicitent notre intervention.
4
5
■ Joséphine Coppola,
Présidente de la section IDF
arddsidf@free.fr
Le conseil d'administration ARDDS IDF au travail
Stage de Dax,
la thérapie par le groupe !
Succès confirmé pour les stages de lecture labiale de l’ARDDS d’août 2013 ! Pour sa vingtneuvième édition de stage de lecture labiale, l’ARDDS nous a emmenés dans les Landes, à
Dax. Nul doute que cette petite station thermale aura gardé quelques échos du passage
des stagiaires malentendants aussi curieux que bruyants !
120 participants répartis en deux sessions, avec ses
habitués mais aussi les petits nouveaux intimidés qui
découvrent non seulement les mystères de la lecture
labiale, mais aussi la fraternité qui naît entre les participants. Beaucoup de stagiaires peuvent suivre ce
stage dans le cadre d’une formation entreprise ce qui
induit une baisse de la moyenne d’âge.
Malgré la problématique imprévue des déplacements
(service de car annulé) nos journées ont été bien
remplies, d’autant que lors de la 1re session se déroulait la féria ! Mais le covoiturage a bien fonctionné.
Visites, promenades en barques, baignades et
quelques pauses gourmandes ont agrémenté ce stage.
Du b.a.-ba en lecture labiale à des exercices plus
complexes sollicitant mémoire et culture générale, il y
en a eu pour tous les goûts et tous les niveaux. Mais
le point fort de ces stages reste les liens qui se tissent
entre stagiaires, partageant les difficultés, comparant
leurs trucs et astuces, compatissant les uns envers les
autres, sympathisant enfin car sur un plan d’égalité,
sans jugement ni objectif à atteindre.
Nous sommes repartis confiant en nos capacités et
enrichis par ces échanges. Vivement le prochain !
Les orthophonistes dévoués
6 millions de malentendants | Octobre 2013
■ Maripaule Peysson-Pelloux
Vie associative
Pourquoi ARDDS 74
apprend la LSF (1) ?
Avec les nouvelles technologies, bon nombre de surdités, même profondes, innées ou acquises,
trouvent une solution satisfaisante et quelquefois subliminale ! Ces avancées techniques ne
doivent pourtant pas se résumer à cette « ambition d'entendre » à tout prix en occultant les
autres outils de communication possibles. La lecture labiale, prônée par l'ARDDS ainsi que
le codage LPC (2) se révèlent des aides indispensables à la compréhension auditive. D'autre
part, la loi de février 2005 sur l'égalité des droits et des chances a redonné à la LSF ses
lettres de noblesse en reconnaissant officiellement la Langue des Signes Française comme
une langue vivante, à part entière, qu'on présente désormais en option au baccalauréat.
ARDDS 74/Sourdine la Vie, section basée à Évian en
Haute-Savoie, propose parmi ses activités de réadaptation auditive une formation à la LSF dispensée par une
enseignante diplômée, Mme Luce Cloux Van
Cauwenberghe, qui anime quatre classes de douze
élèves sur des niveaux différents.
Une soixantaine de personnes adultes suivent très
assidûment ces cours à raison de deux heures hebdomadaires dans le but de maîtriser cette communication gestuelle.
Tous ne sont pas malentendants ! En effet, les malentendants refusent souvent de se considérer du monde
de la surdité, sans doute l'appréhension et la crainte
du silence les retenant à leurs écouteurs ! C'est
pourtant une libération totale que de pouvoir s'affranchir de l'audition, de communiquer et d'échanger sans
parole, exprimant sa pensée par les signes subtils et
codifiés par une syntaxe et la propre grammaire de la
LSF, l'expression corporelle et la mimique renforçant
l'intensité de nos dires en « Icônes-Signes ».
Mlle Marion Tanet, codeuse LPC et maîtrisant la LSF
pour l'avoir apprise dans son parcours professionnel
est chargée au sein de l'ARDDS 74/Sourdine la Vie de
porter l'attention des responsables d'établissements
scolaires sur les particularités du parcours scolaire
d'enfants malentendants non pris en charge par les
instituts spécialisés.
Elle anime en outre l'atelier « Aurore des Signes »
initiant ensemble parents et enfants à la communication LSF. En charge d'une dizaine d'enfants et de
leurs parents, cette animation est proposée dans
une salle municipale adaptée à l'accueil de jeunes
enfants.
4
5
Ces cours sont un réel succès !
La personnalité de l'enseignante y contribue largement, toujours souriante, enjouée et patiente,
soucieuse de la précision du signe à acquérir, elle
partage et donne à chacun l'envie de rompre ses freins
naturels qui peuvent complexer un comportement en
public.
Parmi les élèves, des adolescents timides, d'autres
dyslexiques, des adultes discrets, inhibés quelquefois,
des professionnels de santé et d'éducation, infirmières, éducatrices, orthophonistes, enseignants,
trouvant par la LSF un moyen de se réapproprier ses
gestes pour une aide à la communication d'enfants ou
de malades.
Elle permet aussi un dialogue avec les sourds, qui,
ravis de nos efforts à apprendre leur propre langue
nous livrent un peu les clés de leur communauté et
nous délivrent par l'exemple de la peur de ne plus
entendre…
Le cours adulte
La LSF est en plein renouveau et je ne peux qu'inciter
les sections ARDDS à s'y intéresser.
Contact : ardds74@aol.fr
Facebook : « Sourdine la Vie »
■ Jean-Pierre Fuchs,
responsable d'ARDDS 74
(2)
(1)
LSF : Langue des Signes Française
LPC : Langage Parlé Complété, c'est un code
en complément de la lecture labiale
Octobre 2013 | 6 millions de malentendants
Vie associative
Une année de conférences
à Surdi13
Les douze mois passés ont été l'occasion de nombreuses conférences à Surdi13 : en novembre
2012 c'était la conférence « Innovations en audioprothèse », en février 2013, une conférence
pour les professionnels au contact des personnes âgées en partenariat avec le CLIC aixois
(CCAS), puis en mars 2013 la conférence « je deviens sourd que faire ? » organisée en
partenariat avec l’association l'Étoile Bordelaise et le 23 mai dernier nous avons organisé
deux conférences en partenariat avec Malakoff Médéric et le CCAS d'Aix-en-Provence.
Nouveautés en audioprothèse
(22 novembre 2012)
C'est toujours avec un grand plaisir que nous réunissons nos adhérents et toutes les personnes extérieures
intéressées pour parler des audioprothèses et des innovations réellement intéressantes pour les malentendants.
C'est aussi l'occasion pour nous d'aller interviewer ou
de faire venir des audioprothésistes afin de pouvoir
répondre aux interrogations des personnes qui, soit
doivent renouveler leur appareillage, soit ont des
audioprothèses et ne les portent pas, soit enfin envisagent de se faire appareiller.
6
7
Cette conférence a été également l'occasion d'aborder
la problématique de la démarche qualité en audioprothèse et de rappeler la possibilité offerte à tous les
adhérents de Surdi13 de bénéficier du réseau
Santéclair en région PACA.
Clic d'Aix-en-Provence
(20 février 2013)
Le centre local d'information et de coordination du
CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) d'Aix-enProvence s'occupe principalement de l’information, de
l’écoute et de l’orientation des personnes âgées,
ensuite de l’évaluation de la dépendance, et enfin du
suivi et de la coordination.
Machine automatique de test type « médecine du travail »
6 millions de malentendants | Octobre 2013
Cette conférence avait pour but de faire découvrir
l’association Surdi13 aux professionnels en relation avec
les personnes âgées. Nous avons ainsi pu présenter :
• l’importance des associations et les buts de Surdi13 ;
• la surdité et sa prise en charge en France ;
• les activités concrètes de Surdi13 et le réseau Santéclair;
• le travail avec notre fédération le Bucodes SurdiFrance.
Les professionnels étaient particulièrement intéressés
de découvrir les possibilités et les limites de l'appareillage ainsi que les conseils pour bien réussir son
appareillage.
Je deviens sourd que faire
(Bandol, 23 mars 2013)
Grâce au partenariat avec l'association l'Étoile
Bordelaise, nous avons eu plus de 70 personnes
présentes lors de cette conférence, pour la plupart non
encore appareillées, et nous avons pu bénéficier des
interventions d'un audioprothésiste et d’une orthophoniste. Ce succès nous encourage à continuer
d'année en année à informer le public des personnes
de plus de 60 ans.
Bien entendre c’est vivre mieux
(23 mai 2013)
Malakoff Médéric a choisi ce thème pour 2013 et nous
a sollicités pour organiser une réunion d'information
sur la perte d’audition liée à l'âge. À la demande de
Malakoff Médéric nous avions mis en place des tests
auditifs pour les participants, ce qui avait conduit à
faire deux conférences, matin et après midi, limitées à
40 personnes chaque fois. La médecine du travail a
accepté de venir avec son camion laboratoire afin
d’effectuer des tests sur le parking du lieu des conférences. À Surdi13 nous avions acheté deux machines
de test du type « médecine du travail », ces tests
étaient réservés aux adhérents Malakoff-Médéric ou
aux adhérents Surdi13.
Notre but était d’informer sur la déficience auditive
liée à l'âge et les moyens pour y remédier. Pour cela
nous avons rappelé l'importance des associations,
expliqué l'importance du diagnostic effectué par l'ORL,
le rôle de l'audioprothésiste et de l'orthophoniste.
Vie associative
Nous avons pu expliquer notre combat pour
l'amélioration de la prise en charge en audioprothèse.
De son côté Malakoff Médéric a détaillé son
offre de financement des appareils auditifs
ainsi que le fonctionnement de leur réseau
Kalivia comportant notamment une offre
« Primaudio » à 700 € par oreille.
Ces deux demi-journées ont été un grand
succès et ont permis d’orienter les personnes
dépistées vers leur médecin traitant et leur
ORL.
Papa = Maman?
Vendredi 31 mai et samedi 1er juin, au centre de
Montpellier s'est tenue la Comédie de la Santé. Ce
n'est nullement une farce mais une très sérieuse
manifestation annuelle qui réunit des professionnels de la santé et des associations. Le vendredi est
réservé aux scolaires, qui participent à quatre ateliers différents : l'initiation aux premiers secours,
l'atelier du goût, le massage cardiaque et la surdité.
Adhérer avant de s’appareiller
Il est essentiel pour nous de pouvoir informer
les personnes avant leur premier parcours
ORL-audioprothésiste. En effet il est souhaitable que chacun connaisse bien ses droits
avant de se lancer. Lorsque l'appareillage a été
acheté, il est alors difficile d’intervenir de
façon réellement efficace.
Bien souvent, il faudra attendre le renouvellement de l’appareillage cinq à sept ans plus
tard. C'est pourquoi ces conférences sont tellement importantes…
6
7
Les enfants découvrent la lecture labiale
Surdi34 a proposé un atelier « Découverte de la lecture
labiale » aux élèves de CM2. Après une mise en route
collective, au cours de laquelle l'animatrice a fait deviner
des mots simples : papa, mouton, lapin, etc., les enfants se
sont placés face à face, deux par deux. L'un portait un
casque anti-bruit et l'autre prononçait des mots simples
qu'il lisait sur une liste.
Camion de la médecine du travail
Nous sommes maintenant capables de proposer à nos nouveaux adhérents un test d'audition leur permettant de savoir s'ils doivent
aller rapidement faire un diagnostic chez un
ORL.
Avec beaucoup de sérieux, les enfants ont essayé de
communiquer de la sorte. Le bruit environnant était
assourdissant, on était en plein dans les manifestations
anti-mariage pour tous. Sur la liste, il y avait des sosies
labiaux, et c'est avec stupeur que les enfants ont découvert
que pour les malentendants papa = maman.
Dans le cas d’une prescription d’appareillage
nous sommes capables de les aider, notamment en les informant sur la démarche qualité
qu’ils sont en droit d’exiger.
Quelques adultes de passage ont voulu essayer, et par la
suite nous avons reçu plusieurs demandes de cours de
lecture labiale. Lundi 10 juin, plus de quarante personnes
sont venues à notre rencontre-débat qui avait pour thème
la lecture labiale.
C’est notre rôle d’association, et c’est pourquoi
il est si important d’adhérer très tôt à une
association !
À la rentrée, nous projetons de mettre en place un atelier
de lecture labiale hebdomadaire avec les élèves de l'école
d'orthophonie de Montpellier.
■ Jacques Schlosser,
Surdi13
■ Aisa Cleyet-Marel,
Surdi34
Octobre 2013 | 6 millions de malentendants
Vie associative
L'accessibilité
au cœur des débats à Angers
En 2012, Surdi49 et le Bucodes SurdiFrance ont organisé le Congrès « Troubles de l'Audition,
quelles solutions ? » dans le nouvel amphithéâtre de la faculté de médecine d'Angers.
Après une intervention de Mme Christine Leray de la
Direction Départementale des Territoires (DDT 49) qui
a resitué la BIM dans son contexte législatif, Renaud
Mazellier a organisé un tour de table centré sur les
exigences que comporte la mise en place de cette
technologie ainsi que sur les difficultés auxquelles les
installateurs se heurtent dans sa mise en œuvre. Il en
ressort que le motif le plus souvent évoqué lorsque la
BIM fonctionne mal, est le délai de réponse trop court
imposé à l'installateur ce qui l'oblige à s'engager sans
étude préalable complète.
8
9
Christian Guérin
Les organisateurs ont été consternés de constater que
la boucle à induction magnétique (BIM) installée dans
ce bâtiment tout neuf ne fonctionnait pas bien du fait
de parasites insupportables. Visiblement cette boucle
magnétique, payée par la faculté de médecine
d'Angers, n'avait jamais été testée. Ce problème de
réception des boucles à induction magnétique est
malheureusement un problème récurrent. Christian
Guérin, président de Surdi49 et Renaud Mazellier,
administrateur du Bucodes SurdiFrance ont alors
décidé d'organiser une journée d'étude sur ce sujet.
Cette journée, animée par Renaud Mazellier, s'est
tenue au Centre d'Évaluation et de Traitement des
Troubles de l'Audition (CERTA) le 19 février 2013,
grâce au soutien de la Mutualité Française.
Une trentaine de personnes se sont retrouvées, pour
certaines rattachées aux services techniques, juridiques
ou de la direction des bâtiments de la ville d'Angers,
ainsi que les principaux spécialistes en BIM tels que
SMS, Acourex, Prodition, Bld-Audio, BimConcept
France, Accessibilité Auditive, la SCOP le Messageur et
Axe Audio.
6 millions de malentendants | Octobre 2013
Au cours de l'après-midi, il s'est dégagé un consensus
autour d'un document présenté par le Bucodes
SurdiFrance. Il s'agit d'un document directement
inspiré de la norme AFNOR NF IEC60118 permettant
de valider la réception de l'installation de BIM.
Ce document a été validé au mois de juin dernier
lors du conseil d'administration du Bucodes
SurdiFrance et figure en bonne place sur le site
Internet www.surdifrance.org : il s'agit de la procédure de réception des boucles magnétiques.
Si les quatre procédures simples présentées dans ce
document sont bien respectées par les installateurs on
ne devrait plus trouver de BIM qui fonctionnent mal
(ou ne fonctionnent pas du tout). Il faudrait pour cela
que les donneurs d'ordre pensent à inclure systématiquement ces procédures de réception dans leurs
cahiers des charges… ce qui entraînerait un progrès
énorme pour l'accessibilité aux lieux publics des
personnes malentendantes !
Suite au succès de cette première réunion, Surdi49 a
organisé un colloque qui s'est tenu le 24 septembre à
la salle Claude Chabrol à Angers avec pour thème
l'accessibilité des Établissements Recevant du Public
(ERP) pour les personnes malentendantes. Après une
intervention très intéressante du Professeur Dubin sur
la perte d'audition et ses répercussions sociales, Marc
Beaufils a développé la problématique de l'installation
des boucles à induction magnétique et Jean Luc le
Goaller la technique de la transcription simultanée de
la SCOP Le Messageur.
Une journée très réussie clôturée par Madame RoseMarie Véron, adjointe au maire d'Angers ; une ville à
la pointe en matière d'accessibilité.
■ Renaud Mazellier,
Christian Guérin,
Dominique Dufournet
Dossier
La boucle à induction
magnétique (BIM)
pour les nuls
L’intérêt de la boucle magnétique pour les personnes malentendantes a
été découvert en 1947 par Samuel Lybarger, ingénieur à la « Radio Ear
Hearing Company » (« compagnie de radio et d’aides auditives »).
Aujourd’hui ce système simple, bon marché est toujours aussi efficace. Si vous ne le connaissez
pas encore ou si vous vous posez des questions sur son utilisation, vous trouverez des
réponses ci-dessous. Si vous pensez tout savoir sur la BIM, testez vos connaissances !
Pourquoi utiliser une boucle
à induction magnétique ?
La boucle à induction magnétique permet d’entendre
une source sonore en s’affranchissant de la distance
(salles de spectacles), du bruit ambiant (lieux
publics), des phénomènes d’échos ou de réverbérations sonores (églises, salles aux murs nus), des déformations apportées par les écouteurs (téléphones,
MP3) ou les haut-parleurs (télévision, radio, cinéma).
Toutes les personnes malentendantes
peuvent-elles bénéficier d’une écoute
en induction magnétique ?
Pour bénéficier de l’écoute par induction magnétique,
la personne malentendante doit être appareillée. La
majorité des contours d’oreilles et les implants ont un
programme écoute magnétique parfois appelé position
« T ». En effet, sur les premiers contours d’oreille
l’écoute magnétique, en particulier pour le téléphone,
était déclenchée par une position intermédiaire, dite
« T », de l’interrupteur « Marche/Arrêt ».
Aujourd’hui, il s’agit d’un programme qui doit être activé
par l’audioprothésiste pour les contours d’oreille, ou par
le régleur pour l’implant. Son déclenchement se fait par
bouton poussoir ou par l’intermédiaire d’une télécommande. Sur certaines prothèses auditives et sur certains
implants le passage en positon « T » se fait automatiquement lorsque vous rapprochez un combiné téléphonique permettant l’écoute en position « T » de votre
prothèse ou implant. L’activation de la position « T » par
votre audioprothésiste est gratuite.
Les positions « T » et « MT »
Dans la position « T » les micros de l’appareil auditif ou
de l’implant sont déconnectés et le son provient uniquement de la BIM. Dans la position « MT » le son provient
à la fois de la boucle magnétique et des micros.
Un sourd profond aura tendance à privilégier la position « T » qui permet une forte amplification du contour d’oreille en évitant les sifflements dus au Larsen,
mais qui ne lui permet pas de s’entendre parler et
l’isole de son environnement. Pour écouter la télévision en famille, au téléphone ou en réunion la position
mixte (position « MT ») est souvent préférable. Si en
standard le pourcentage boucle/micro est généralement
de 50 %, il peut être modifié sur les aides auditives
récentes par l’audioprothésiste en fonction du type de
surdité et des habitudes de vie du malentendant. Ce
réglage est gratuit, il est compris dans le prix de votre
appareil auditif. Avec les implants de dernière génération, ce pourcentage peut être réglé directement par
l’utilisateur à l’aide de la télécommande.
8
9
Comment tester le bon fonctionnement de sa position « T » ?
Ce test devrait être effectué chez votre audioprothésiste. En effet la réglementation impose à chaque
audioprothésiste d’avoir une BIM dans son cabinet. Il
faut éviter de tester en même temps la position « T »
de son appareil et un nouvel équipement BIM*.
Comment utiliser un téléphone
en position « T » ?
Au préalable il est nécessaire de mettre son contour
d’oreille ou implant en mode écoute magnétique
(position « T » ou « MT »). Puis il faut prendre soin de
positionner correctement l’écouteur du téléphone.
Celui-ci ne doit être positionné ni sur l’oreille, ni sur
les micros du contour d’oreille ou de l’implant mais au
niveau de la bobine (élément de la prothèse qui
convertit le champ magnétique en courant électrique).
Cette position peut être déterminée en déplaçant
légèrement le combiné du téléphone le long de la
coque du contour ou de l’implant jusqu’au point où la
tonalité de la ligne atteint un niveau optimum.
Octobre 2013 | 6 millions de malentendants
Dossier
Audioguides
Les audioguides avec écouteur intégré permettent généralement une écoute en induction magnétique en positionnant
l’écouteur de l’audioguide le long du contour d’oreille ou
de l’implant de la même manière qu’un téléphone sans
fil. Pour les audioguides avec oreillettes, il est possible
de remplacer les écouteurs par une boucle magnétique
tour de cou (voir page 14) qui est normalement disponible à l’accueil ou, à défaut, positionner les oreillettes
sur les coques du contour d’oreille ou implant.
Les guichets d’accueil
Certains guichets d’accueil SNCF, RATP,
mairies, bureaux de poste sont équipés de
systèmes à induction magnétique. Ils sont
signalés par une oreille barrée. Leur efficacité est variable. Nous conseillons de les
tester systématiquement et de faire part
de votre (in)satisfaction au guichetier.
Télévisions, radios
10
11
Faut-il acheter son téléphone
chez un audioprothésiste ?
De nombreux téléphones fixes ou sans fil du commerce
permettent l’écoute en position « T ». Pour déterminer
si un téléphone convient il est indispensable de le
tester avant l’achat. Pour cela il suffit de vérifier que
l’on entend correctement la tonalité. Certaines boutiques
« handicap » des différents opérateurs permettent ce
type d’essais. Peu de téléphones portables sont compatibles avec une écoute en position « T »). Toutefois, il
est possible de brancher une boucle tour de cou ou
oreillette sur la sortie casque du téléphone portable
(voir paragraphe « connectique »).
Cinémas, salles des spectacles
Certaines salles sont équipées d’un système de boucles
magnétiques (lire l’article « Comment choisir un
cinéma ou un théâtre ? » page 13). Dans les cinémas,
l’installation n’étant pas toujours de qualité, l’écoute
est optimum dans les rangées près des murs. Dans les
salles de spectacle de grandes tailles (Stade de France,
opéra, Comédie Française…) il est recommandé de se
mettre en position « T » et non pas « MT ». En effet le
son en provenance de la boucle magnétique se
propage à la vitesse de la lumière, celui en provenance
des micros à la vitesse du son. La superposition de ces
deux composantes donne un résultat inaudible.
6 millions de malentendants | Octobre 2013
Une boucle à induction magnétique peut être installée
dans une pièce de votre domicile. Le système s’achète
chez un audioprothésiste ou directement chez un
distributeur. Il se connecte sur une télévision par l’intermédiaire d’une prise péritel 1 (ou RCA 2 ), généralement fournie avec la BIM, et sur une radio au niveau de
la prise casque. La prise péritel est une prise identique à
celle que vous utilisez pour connecter votre magnétoscope ou lecteur de DVD. Sur la télévision, évitez la
prise casque qui coupe le son des haut-parleurs.
Dossier
1 Prise péritel
2 Prise RCA
4 Adaptateur de prise (à gauche)
5 Dédoubleur de prise (à droite)
3 Adaptateur de prise jack
MP3, ordinateurs, salles de conférence
L’écoute en duo
Une boucle magnétique tour de cou peut être connectée sur la sortie casque d’un ordinateur, d'un MP3 ou
d'un téléphone. Certains MP3 ont une prise casque
plus fine (2,5 mm) que le standard (3,5 mm). Dans ce
cas, utiliser un adaptateur de prise 3 .
Confortablement installé dans un café, isolé du bruit
grâce à votre BIM individuelle, vous écoutez votre
musique préférée sur votre iPod et vous souhaitez en
faire profiter votre voisin(e). Dans ce cas utilisez un
dédoubleur de prise 5 . Il vous permettra de brancher
à la fois votre boucle/tour de cou et des écouteurs
normaux.
Dans les salles de réunion pourvues de micro/hautparleur, la boucle tour de cou peut être connectée sur
la prise casque du haut-parleur.
Dans les réunions avec traduction simultanée il suffit
de débrancher les écouteurs pour connecter la
BIM/tour de cou mais parfois il est nécessaire
d’utiliser un adaptateur de prise (vendu avec les
casques audio) 4 .
La boucle à induction magnétique
et l’amplification magnétique
Une boucle à induction magnétique bien réglée
transmet le son d’une source sonore jusqu’à
l’aide auditive (contour d’oreille ou implant) de la
personne malentendante sans déformation et sans
amplification.
10
11
C’est la personne malentendante qui règle le niveau
sonore qui lui convient au niveau de son aide auditive.
Le terme amplification magnétique pour désigner une
BIM devrait donc être proscrit.
La boucle à induction magnétique
et les pacemakers
Les porteurs de pacemakers peuvent, sans crainte,
pénétrer dans un lieu équipé avec une boucle magnétique pour personnes malentendantes. En effet, le
champ magnétique généré par une boucle est 300 fois
inférieur au champ magnétique terrestre.
Dans les conditions normales d’utilisation les boucles
magnétiques ne présentent donc aucun danger pour
les porteurs de piles cardiaques. Cependant, par
mesure de précaution, certains fabricants de BIM
recommandent de ne pas passer de collier/tour de cou
à moins de 3 cm du pacemaker.
■ Brice Meyer-Heine
*En cas de mauvais fonctionnement la personne
malentendante ne saurait pas si le problème vient de l'appareil de
correction auditive ou du nouvel équipement
Octobre 2013 | 6 millions de malentendants
Dossier
La boucle magnétique,
c’est magique !
Aisa Cleyet-Marel, présidente de Surdi34 a rencontré Jacqueline Cazanave Pin, présidente
d’honneur, qui à 82 ans continue de mener un combat sans relâche pour faire connaître et
installer des boucles d’induction magnétique à Montpellier.
Monsieur Gay nous a systématiquement informé des
nouveautés: de la boucle qu’on pouvait rattacher au
téléphone avec un élastique à la bobine qu’on mettait
dans le combiné. Mon mari et lui ont installé la boucle
dans notre local, c’étaient des bricoleurs de génie, car ils
fabriquaient les BIM avec du matériel de récupération!
A. C.-M. : Au niveau de la ville de Montpellier, y
avait-il des salles équipées de boucles en 1985 ?
J. C. P. : Nous avions de la chance! Le Professeur Gélis,
responsable de l’enseignement audioprothétique de la
faculté avait fait installer en 1986 une boucle dans la salle
de conférence, ce fut la première boucle de Montpellier.
12
13
A. C.-M. : Depuis 1985, tu œuvres sans relâche pour
faire connaître la boucle d’induction magnétique,
peux-tu me dire d’où vient cet intérêt ?
J. C. P. : Nous venions de créer en 1985 l’association
AMEDSH et pour la faire connaître lors de la foire aux
associations de Montpellier, nous avions fait une cassette
audio présentant nos objectifs et diverses activités. Mais
comment faire entendre à des malentendants un message
à partir d’un magnétophone au milieu d’une foire? Mon
mari imagina de fabriquer une boucle d’induction, reliée
à la sortie son du magnétophone. Des dizaines de mètres
de fil de cuivre, enroulés très serrés, autour d’un serre-tête
de coiffeur puis relié à la sortie son du lecteur de cassette
(walkman). Les visiteurs appareillés étaient invités à
positionner leur prothèse sur la position « T », afin de
pouvoir écouter la cassette; cela a marché! Beaucoup de
personnes ont été impressionnées d’avoir pu entendre alors
que nous étions à côté d’un stand de percussion africaine.
Un des visiteurs intéressé, mais pas impressionné, M. Gay,
nous a dit: « Ce n’est pas mal, mais venez à la maison,
j’ai mieux! ». Effectivement, cet ingénieur des Télécoms
avait équipé sa villa avec une boucle d’induction magnétique qui permettait à son épouse malentendante d’entendre
parfaitement le son de la télévision. Mon mari a alors équipé
toute notre villa en mettant le fil de cuivre au grenier,
puis en reliant ce fil à l’ampli de la chaîne Hi-fi. Quel
bonheur de pouvoir comprendre à nouveau les dialogues
à la télévision (il n’y avait alors que peu de sous-titrage)!
6 millions de malentendants | Octobre 2013
A. C.-M. : Quelles autres personnes vous ont aidés à
faire connaître les BIM ?
J. C. P.: Mme Dejean, ORL nous a informés qu’une conférence internationale sur les BIM allait avoir lieu en Suisse en
1986. Nous y sommes allés et nous avons beaucoup appris.
Nous avons collaboré avec le Bucodes SurdiFrance et surtout
avec Léo Laserre, audioprothésiste devenu malentendant
qui a travaillé des années sur la promotion des BIM, mais
sans grand succès, car peu suivi par ses collègues.
A. C.-M. : Quelles actions avez-vous menées pour
faire connaître les boucles ?
J. C. P.: Bien sûr, nous organisions des réunions, puis nous
avions fait une plaquette informative. L’église moderne
Dom Bosco a été la première église de Montpellier à être
équipée de BIM. Par la suite, grâce à nos réclamations,
quelques salles ont été équipées. Les cabines téléphoniques publiques étaient souvent équipées de boucles,
ce qui nous permettaient de téléphoner alors que les
entendants étaient gênés par le bruit de la circulation!
A. C.-M. : Est-ce que tu penses que les BIM sont
toujours d’actualité en 2013 ?
J. C. P. : Oui, bien sûr, mais je regrette que les audioprothésistes ne jouent pas le jeu et qu’ils ne proposent
pas la position « T ». Beaucoup de personnes ont la position « T » sur leur appareil, mais elle n’est pas activée!
D’autre part, les appareils miniatures ne permettent pas
l’inclusion d’une bobine. La boucle d’induction magnétique est une solution simple (elle est connue depuis la
découverte de l’électricité) peu onéreuse qui peut rendre
service à de nombreux malentendants. Elle ne demande
pas beaucoup d’entretien, mais il faut tout de même de
temps en temps vérifier l’installation.
■ Propos recueillis par Aisa Cleyet-Marel
Dossier
Leçons d’un festival
Les feux du festival interceltique 2013 de Lorient se sont éteints, début août. La presse a
donné le chiffre de 700 000 visiteurs : ce festival est l’un des plus importants de notre pays.
Combien de sourds ou malentendants ont pu y participer ?
Pendant dix jours le public a pu écouter des groupes de
musique, voir des danseurs, assister à des spectacles,
et aussi suivre des conférences, des films et des débats.
Pour cela plusieurs sites ou salles étaient mobilisés.
Pour cette édition 2013 un pas supplémentaire a été
fait pour faciliter l’accessibilité aux personnes en
situation de handicap. Dans ce cadre, un effort particulier a été fait au niveau des systèmes d’écoute pour
malentendants, essentiellement des boucles à induction magnétique. En plus des quatre salles équipées,
un système d’induction a été installé dans trois lieux.
Tous les équipements étaient performants. Hélas, il y a eu
bien des surprises tout au long du festival: boucles débranchées, problème d’interférence ou de larsen avec des instruments de musique comme les guitares électriques, difficulté
pour brancher l’amplificateur de boucle des salles équipées
aux sonorisations apportées par les différents groupes.
Par ailleurs un tel festival ne peut fonctionner qu’avec
diverses équipes spécialisées dans un domaine (la sonorisation par exemple), équipes qui comptent de nombreux
bénévoles. Il est nécessaire d’assurer une bonne information à ces équipes sur les équipements pour malentendants et les conditions de leur fonctionnement.
Ainsi quelques échanges avec des professionnels de la
sonorisation ont confirmé leur ignorance des boucles
d’induction magnétique. Ce type de matériel n’est pas
abordé au cours de leur formation. C’est pourtant une
nécessité avec la multiplication des installations, conséquence des mises en accessibilité.
■ Jeanne Guigo
Comment choisir
un cinéma ou un théâtre ?
Avant d’aller au cinéma ou au théâtre, le spectateur choisit généralement la salle en fonction
des informations données dans les journaux ou sur Internet : horaires, prix des billets, VO ou
VF, etc. Mais comment le spectateur malentendant est-il informé sur l’accessibilité de la salle ?
Informations accessibilité cinémas
Presse spécialisée : « L’officiel des spectacles » ne
donne aucune information sur l’accessibilité des
salles. « Pariscope » indique par une oreille barrée les
cinémas ayant au moins une salle équipée, mais sans
préciser le numéro des salles réellement équipées.
Sites Internet : allocine.fr, cinemagaumontpathe.com,
ugc.fr, mk2.com ne donnent aucune information sur l’équipement de la salle (il y a trois ans, les sites des distributeurs
donnaient ces informations). Le site: www.programmescinema.com indique bien les cinémas équipés mais sans
aucune précision sur le numéro des salles. Par exemple:
« 15 salles - 2 995 fauteuils - salles en gradin, fauteuils munis
de porte-gobelets - Salle équipée en projection numérique
3D, son Dolby numérique. Accès aux personnes à mobilité
réduite toutes salles - 8 salles équipées de boucles pour les
malentendants ». Le spectateur malentendant est donc
obligé de se déplacer jusqu’au guichet pour constater que
la programmation est, bien souvent, réalisée de telle manière
que les films en VO ST VF sont projetés dans les salles
avec BIM et les films en VF dans les salles sans BIM! Le
site du consultant en accessibilité auditive Maurice Goyon
https://sites.google.com/site/accessibiliteauditive/
liste-salle-avec-bim donne des informations détaillées
mais sa fiabilité dépend des informations qui lui sont
12
13
fournies directement par les utilisateurs. Nous vous invitons à participer activement à la mise à jour de ce site.
Informations accessibilité des théâtres
Certains théâtres mettent à la disposition des spectateurs malentendants un équipement permettant une
écoute par induction magnétique. Pour les parisiens :
Odéon théâtre de l’Europe, théâtre national de la Colline…
Toutes les informations sont données sur chacun des
sites de ces établissements, mais il faut d’abord
trouver le chemin pour arriver à la bonne information !
L’information du public malentendant
L’équipement d’une salle avec une BIM de qualité est inutile
si le public malentendant n’est pas correctement informé de
son existence. Le logo avec l’oreille barrée est reconnu au
niveau de l’Europe pour signaler l’installation d’une boucle
à induction magnétique. Lorsqu’une salle est équipée, ce
logo devrait figurer systématiquement au niveau de la
programmation au même niveau que l’horaire et les tarifs.
Pour être efficace l’information du public malentendant ne
devrait pas suivre un circuit spécifique et devrait être faite
avec les mêmes vecteurs sans être discriminante.
■ Brice Meyer-Heine
Octobre 2013 | 6 millions de malentendants
Dossier
Étude de cas
pour l'installation d'une BIM
La ville de Salon de Provence a décidé d'équiper son théâtre municipal d'un système de boucle
d'induction magnétique pour les personnes malentendantes. La société Électroacoustique
Consultant a été chargée de la définition du système, elle nous en livre ici son étude.
Le théâtre Armand a été créé en 1885 par Monsieur
Péotard. Ce séduisant théâtre à l'italienne produit plusieurs
types de spectacles : pièces de théâtre, galas de danse,
concerts, cinéma ainsi que des conférences. C'est un
des lieux culturels incontournables de la région.
14
15
Spécification du système de boucle
Dans cette construction du XIXe siècle il y avait peu à
craindre des perturbations liées à la présence de métal
(rappelons que le métal affaiblit le champ magnétique
des boucles, le déforme, et affecte la qualité audio). Il
était donc possible d'envisager une simple boucle
périmétrique pour le parterre. Les simulations réalisées
ont montré qu'une boucle périmétrique, convenablement installée au niveau du sol, répondait parfaitement
aux exigences de la norme NF-EN 60118-4 relative aux
systèmes de boucles d'induction magnétique pour les
malentendants.
Installation de la boucle
Il a été décidé de couvrir seulement la partie antérieure du parterre. L'irrégularité du champ magnétique (et donc du niveau sonore) de nombreuses
boucles d'induction étant signalée comme gênante par
les associations de malentendants, toutes précautions
ont été prises ici pour pallier cet inconvénient. Les
dimensions du système de boucle ont été calculées
de façon à offrir un champ magnétique, et donc un
niveau sonore, parfaitement homogène sur toute la
largeur de la salle.
Prise de son
Comme souvent dans les théâtres, il a fallu installer un
système de prise de son dédié pour la boucle d'induction.
Des essais ont permis de définir un système parfaitement
adapté. Deux micros Audio-Technica de type « lobe »
permettent de capter très précisément ce qui se passe
sur l'ensemble de la scène, ainsi que l'ambiance de la
salle. Les modulations issues des microphones transitent
par une console de mixage Yamaha MG 102 avant d'attaquer l'amplificateur de boucle Ampetronic type ILD 500.
Mise en service, réglages et contrôles
Le système de boucle a été réglé et contrôlé avec un FSM*
Ampetronic de façon à offrir un fonctionnement conforme
aux exigences de la norme NF-EN 60118-4 qui régit les
systèmes d'induction magnétique d'aide aux malentendants. La qualité audio issue de la boucle est irréprochable. Il a été remis au client un contrôleur auditif de
boucle Ampetronic ILR3 lui permettant de vérifier à tout
moment le bon fonctionnement du système.
■ EAC Beaufils
*FSM (Field Strength Meter): appareil de mesure du champ magnétique
Une BIM chez soi, combien cela coûte-t-il ?
> Amplificateur de Boucle
magnétique Field
Acheté au prix de 86 €
chez un audioprothésiste
L’amplificateur de boucle
est vendu avec un câble
de boucle à installer avec
les agrafes (fournies). Possibilité de raccorder simultanément 3 appareils : micro, télévision, radio ou chaîne
Hi-fi, ordinateur. Simple d’installation (plus la pièce
est grande, plus l’installation du câble est longue) et
de très bonne qualité.
> Oreillette à induction
Geemarc
Acheté au prix de 21,90 €
Elle se connecte à toute sortie
audio avec mini-jack (3,5 mm
ou 2,5 mm) : la plupart
des téléphones mobiles ou
smartphones, baladeurs, ordinateurs, tablettes, radios…
Du fait de son très faible encombrement, elle est idéale
pour les déplacements. Attention toutefois, les crochets
pour fixer l’oreillette derrière les appareils auditifs
s’accrochent partout et sont donc fragiles.
> Amplificateur LA 125
Acheté au prix de 95 €
chez Ihear
> Boucle d’induction
tour de cou Senheisser
Acheté au prix de 66 € ■
6 millions de malentendants | Octobre 2013
Appareillage
Un article sur les assistants
d'écoute dans « Le Figaro »
Un article dans les pages économiques du « Figaro » du 24 juillet revient sur Octave
l'assistant d'écoute de Sonalto avec titre et sous-titre combatifs : la guerre fait rage sur le
marché des aides auditives. Les audioprothésistes s'opposent à la commercialisation des
assistants d'écoute de Sonalto.
Gagner du temps
pour handicaper Sonalto
L'article rappelle qu'il s'agit d'appareils sans réglage et
vendus sans ordonnance en pharmacie et sur
Internet (1) au prix de 299 € par oreille. Il rappelle que
le syndicat national des audioprothésistes français
(UNSAF) a assigné en justice l'entreprise française
Sonalto et a intenté un procès à un pharmacien de
Saint-Germain-en-Laye. Il mentionne également un
prix moyen de 1 800 € par appareil chez les audioprothésistes.
Pour l'UNSAF ce combat contre les assistants d'écoute
n'a rien à voir avec la longue guerre menée par
les opticiens contre les lunettes loupes. Jusqu'à
3 600 pharmacies auraient commercialisé Octave mais
actuellement les pharmaciens sont refroidis par le
procès intenté et par la position de l'ordre des pharmaciens qui conseille la prudence.
L'article cite également Surdi13 : « Octave est un petit
amplificateur de confort qui peut rendre service (dans
certaines situations). Si on ne peut le distribuer une
part non négligeable de la population malentendante,
6 millions de personnes en France, en pâtira. Cela
permet de s'habituer à un appareillage c'est utile
quand on sait que les gens qui en ont besoin attendent
cinq à sept ans avant de passer à l'acte ».
L'article cite une dernière fois Surdi13: « La mise sur le
marché de lunettes loupes à 15 € n'a pas tué les opticiens.
Ils se portent à merveille alors que ces lunettes sont
commercialisées aujourd'hui partout, y compris dans
les pharmacies et dans les magasins des opticiens ».
La main-d’œuvre c'est ce qui est cher
Chacun sait que ce sont les prestations (adaptation + suivi)
qui coûtent cher (250 € par oreille pour les audioprothésistes les moins chers et jusqu'à 800 € par oreille pour les
plus chers comme Audika). En fait on sait que les prestations peuvent représenter jusqu'aux deux tiers du prix.
Aujourd'hui il est possible d'avoir un ordinateur
portable pour moins de 450 € et un Smartphone pour
moins de 300 €. Tôt ou tard les personnes atteintes
d'un début de presbyacousie pourront s'équiper d'un
assistant d'écoute très performant pour moins de
100 €. Outre Sonalto et Tinteo (2) en France, on trouve
des assistants d'écoute aux USA (3), en Angleterre (4), en
Suisse (5), en Espagne (6)… Les audioprothésistes garderont, eux, toujours la clientèle des personnes atteintes
d'une véritable malentendance.
“
L'article conclut que l'enjeu
est essentiellement commercial et que les actions
en justice qui traînent
en longueur handicapent
l'expansion de Sonalto ce
qui est l'objectif de l'UNSAF
En empêchant la distribution d'appareils de confort en
France par crainte d'une concurrence l'UNSAF
pénalise en fait les personnes âgées. Est-ce un bon
calcul à long terme ?
■ J. S., Surdi13
(1)
L'article conclut que l'enjeu est essentiellement
commercial et que les actions en justice qui traînent
en longueur (la première date de fin 2010 et est
toujours en cours) handicapent l'expansion de Sonalto
ce qui est l'objectif de l'UNSAF.
14
15
sonalto.fr/produit/assistant-decoute-octave
(2)
www.tinteo.com
(3)
shop.ableplanet.com/personal-sound/
personal-sound-amplifiers.html
(4)
www.hearingdirect.com
(5)
www.sonetik.ch
(6)
www.silenos.es/home/#
Octobre 2013 | 6 millions de malentendants
Appareillage
Transformer son iPhone
en appareil auditif
L'université d'Essex (GB) a développé une application gratuite permettant de transformer
son iPhone en appareil auditif. Nous reprenons ci-dessous des extraits de leur site Internet
bioaid.org.uk que nous avons traduits.
BioAid est un type d'appareil auditif qui augmente les
sons faibles et réduit les sons forts. La perte d'audition
est généralement une perte de sensibilité à certaines
fréquences. Le paramétrage de BioAid consistera à
régler l'amplification dans chaque bande de
fréquence.
BioAid sur iPhone
BioAid permet de compresser les sons forts afin de
rendre les situations bruyantes plus tolérables : restaurants, bars, cinémas, parcs d'exposition…
BioAid permet à l'utilisateur de choisir ses propres
paramètres : plus besoin de retourner voir son distributeur pour modifier les réglages.
16
17
Pourquoi nous, l'équipe BioAid,
faisons-nous cela ?
BioAid est un dispositif de recherche. L'application a
été testée sur un petit nombre de personnes malentendantes. En l'ouvrant gratuitement à un large public
nous espérons pouvoir l'améliorer grâce aux retours
des utilisateurs et ainsi être utile à beaucoup.
En effet beaucoup de personnes sont réticentes à aller
chez un audioprothésiste pour diverses raisons. En
testant BioAid, ces personnes vont pouvoir se faire
une idée des avantages potentiels de l'utilisation d'un
appareil auditif. Cela pourra les inciter à acquérir une
aide auditive industrielle. Sinon, pour ceux qui n'en
ont pas les moyens, BioAid peut déjà « leur changer la
vie ». Votre avis pourra pousser les gouvernements à
rendre accessibles les prothèses auditives aux millions
de personnes qui en ont besoin !
Ce que vous devez savoir
avant de commencer
L'application BioAid fonctionne en permanence en
arrière-plan sur votre iPhone tant qu'elle n'est pas
éteinte (elle continue de fonctionner même lorsque
l'écran de l'appareil est éteint) et consomme l'énergie
de la batterie mais BioAid s'arrête pendant vos appels
téléphoniques ou quand vous écoutez de la musique
(mode MP3).
Pour la mise en route de BioAid vous devez suivre le
mode d'emploi pour vous protéger des sons trop forts
ou du larsen au démarrage avant d'avoir fait les
réglages nécessaires.
6 millions de malentendants | Octobre 2013
Écouteurs de type
occlusif (avec joint
acoustique) permettant de se protéger
des sons forts.
Écouteurs de type
ouvert à utiliser
dans les environnements calmes
Trouver le meilleur réglage
BioAid vous permet d'explorer différents réglages afin
de trouver celui qui vous convient le mieux. Sur la
page d'accueil il y a six réglages différents, essayez-les
chacun en appuyant sur le bouton correspondant.
À chaque fois vous devrez ajuster le volume en utilisant les boutons sur le côté afin de régler correctement
les paramètres.
Le curseur en bas de chaque page vous permet de
diminuer le bruit de fond ou les bruits environnants.
Vous arriverez ainsi à un premier réglage approximatif. Pour affiner le réglage, il y a six pages de réglage
fin. Chacune contient quatre paramètres de réglage.
Choisissez celui qui vous convient le mieux. Cela fait
24 réglages différents. L'un d'eux devrait vous convenir.
Trucs et astuces
N'ayez pas peur d'explorer les vingt-quatre réglages
différents dans différentes situations : en voiture,
devant la télévision, au restaurant, en écoutant de la
musique, etc. Vous découvrirez qu'un seul réglage ne
convient pas à toutes les situations. Comme pour tout
appareil auditif il vous faudra un peu de temps pour
vous habituer. Par exemple écoutez la radio ou la
télévision, tout en explorant les différents réglages.
Rappelez-vous qu'un appareil auditif vous redonne un
univers sonore peu familier qui peut être irritant au
premier abord. Mais ce sont ces sons nouveaux pour
vous qui vont améliorer votre compréhension.
Explorez les différents réglages, même si cela vous
semble un peu inhabituel ou irritant. Ce n'est que peu
à peu que ces sons redeviendront naturels pour vous.
De ce fait votre réglage préféré peut changer au fil du
temps.
Appareillage
BioAid contrôle les sons forts en les rendant plus
silencieux. Pour profiter pleinement de cette fonction,
il sera nécessaire de porter des écouteurs fermés
obstruant le conduit auditif (voir photo page ci-contre).
Ce ne sera pas nécessaire dans les situations calmes…
Pour tirer le meilleur parti de BioAid, utiliser les deux
types d'écouteurs (embouts ouverts ou fermés)
suivant les situations.
Les écouteurs fournis avec l'iPhone ont un microphone intégré (dans le cordon d'alimentation des
écouteurs). Ce n'est pas forcément ce qu'il y a
de mieux mais cela vaut la peine d'essayer pour
commencer.
Un peu de technique
BioAid est un dispositif multicanaux. Chaque bande
de fréquences est traitée séparément comme dans les
aides auditives traditionnelles.
Pour limiter les sons forts deux méthodes sont utilisées:
• compression instantanée des sons brusques (assiette
qui tombe, cri d'enfants…) ;
• compression lente à l'intérieur de chaque canal pour
s'ajuster lentement aux nouvelles conditions.
L'application BioAid sur iPhone est monophonique (même
signal aux deux oreilles)… En fait l'iPod est plus attrayant à
utiliser. Il est aussi moins cher et plus léger que l'iPhone!
Avertissements
“
BioAid permet à l'utilisateur
de choisir ses propres
paramètres : plus besoin
de retourner voir son
distributeur pour modifier
les réglages
Endroits bruyants
Essayez toujours d'avoir le mur derrière vous. En effet
la personne derrière vous risque toujours d'être plus
proche que la personne à qui vous parlez. En étant dos
au mur, vous éliminez 50 % du problème. Si vous
pouvez vous placer dans un coin, alors cela peut être
encore beaucoup mieux !
Si vous placez le microphone de l'iPhone à proximité
de votre interlocuteur vous allez privilégier sa voix.
C'est un grand avantage : vous pouvez mettre votre
iPhone sur la table entre vous et votre partenaire de
conversation.
Rappelez-vous que les microphones de ces appareils
sont omni directionnels…
Mettre l'utilisateur au contrôle
Pour une audioprothèse classique c'est l'audioprothésiste qui détermine ou modifie les réglages.
Avec BioAid l'utilisateur peut choisir lui-même ses
réglages. La philosophie de BioAid est que l'auditeur
est le mieux placé pour juger des réglages et qu'il faut
lui laisser la possibilité d'explorer les différents
réglages autant de fois qu'il le souhaite et en situation.
Tester BioAid c'est aussi voir si vous préférez laisser
un professionnel faire les réglages en cabine ou si vous
préférez les faire par vous-même en situation réelle.
C'est un sujet de recherche qui nous intéresse particulièrement.
Attention il faut toujours faire contrôler votre audition
par un médecin ORL.
Comment vous pouvez nous aider
BioAid s'inscrit dans le cadre d'un projet de recherche
visant à influer sur l'avenir des aides auditives.
En rendant l'algorithme disponible librement
(bioaid.org.uk/source.html), nous espérons obtenir
des commentaires, critiques ou suggestions utiles qui
pourront être partagés avec d'autres.
Si BioAid ne vous satisfait pas nous vous invitons à
nous dire pourquoi… Merci de laisser vos commentaires sur bioaid-lab@googlegroups.com
■ J. S., Surdi13
16
17
Témoignage *
Mon père de 88 ans était de plus en plus isolé socialement du fait d'une perte auditive plutôt marquée
sur les hautes fréquences. Il a eu des prothèses
auditives prescrites et ajustées par des spécialistes
pendant ces dernières années, avec un succès très
limité. Même avec ses aides auditives, il fallait parler
fort et proche de sa « meilleure » oreille, et il faisait
beaucoup répéter. Je lui ai fait tester rapidement
votre application BioAid sur un iPod Touch, avec un
réglage de quelques minutes permettant d'augmenter les hautes fréquences (votre préréglage « B ») et
en accentuant un peu la suppression du bruit.
L'effet pour lui (et pour ma mère) a été spectaculaire.
Pour la première fois depuis plusieurs années, soit en
environnement familial, soit en voiture, ils peuvent
maintenant avoir une conversation fluide à voix
normale et même en étant assis à 3 mètres de
distance… Cela fonctionne bien pour mon père en
petit groupe ou au restaurant avec des amis - il peut
ainsi suivre et participer à des discussions de groupe,
ce qu'il était incapable de faire auparavant.
■ Anon, USA
*Témoignage déposé sur le site bioaid.org.uk/testims.html
Octobre 2013 | 6 millions de malentendants
Appareillage
Fiction de l’été :
achat d'aides auditives à la FNAC
La vente d'assistants d'écoute n'est pas actuellement interdite en France mais est souvent contestée par les syndicats d'audioprothésistes, on imagine ici qu'en 2018 la situation est tout autre.
Xavier D. se présente ce 15 juin 2018 à la Fnac d'Aixen-Provence au rayon des produits électroniques et
s'adresse à un vendeur :
18
19
— Bonjour j'ai 70 ans je n'entends plus très bien et je
cherche un appareil auditif.
— Vous voulez parler d'un amplificateur de son ?
— Je cherche quelque chose qui m'aide à entendre les
gens qui parlent trop bas.
— Alors effectivement nous avons deux types de
produits : un petit appareil appelé « Bémol » fabriqué par une société française au prix de 100 € la
paire préréglé à 10 ou 20 dB d'amplification et
d'autres plus sophistiqués appelés PHA (Personal
Hearing Aid) sur lesquels vous pouvez installer
toutes sortes de programmes de traitement du son
et moduler l'amplification.
— Ah oui ! c'est cela que je cherche un PHA. Vous
pouvez m'expliquer comment cela marche ?
— C'est un peu comme tous les appareils électroniques,
cela fonctionne avec un système de base appelé
Patoïd qui vous permet de connecter cet appareil à un
ordinateur via une micro-prise USB. Par ce biais vous
allez pouvoir installer dessus un logiciel de traitement du son que vous devez acheter en plus.
— Ah ! On m'a dit qu'il y avait des logiciels libres.
— Oui, bien sûr, c'est comme Linux à la place de
Windows ou bien OpenOffice à la place du pack
Office de Microsoft. Ici on vous propose, pour
100 € environ, d'acheter un logiciel développé par
les grandes marques comme Widex, Siemens,
Resound, Phonak, Oticon… On a même un logiciel
français de la marque Sonalto.
— Est-ce que les amplificateurs d'écoute sont aussi
valables qu'une audioprothèse ?
— Là je ne peux pas vous dire. Nous conseillons ce
produit aux gens qui ne sont pas sourds mais qui
avec l'âge n'entendent plus la voix chuchotée et ont
du mal à comprendre leurs petits-enfants.
— Ah! C'est tout à fait moi! Mais est-ce que c'est autorisé?
On m'a dit que les audioprothésistes avaient le
monopole de la vente des appareils auditifs.
— Si on les vend c'est que c'est autorisé bien sûr ! Les
syndicats d'audioprothésistes ont essayé d'empêcher la vente de ce type de matériel électronique et
ont attaqué la société Sonalto en 2010 : le premier
jugement a traîné jusqu'à début 2014 et ils ont
perdu. Ils sont allés jusqu'en cassation. La cour a
jugé que, comme pour les lunettes loupes qui ont
été autorisées en 2005, les assistants d'écoute qui
ne nécessitent pas de réglages chez un audioprothésiste devaient être en vente libre.
6 millions de malentendants | Octobre 2013
— Mais est-ce que cela n'est pas dangereux pour mes oreilles?
— Non pas du tout ! Ces produits sont bridés en sortie
comme n'importe quel baladeur ou MP3, alors que
beaucoup d'audioprothèses atteignent des niveaux
beaucoup plus importants. Mais surtout ces
appareils vont vous protéger du bruit car vous allez
pouvoir régler l'appareil pour qu'il amplifie les
sons faibles tout en vous protégeant des sons forts.
— Comment cela ?
— En fait tous les logiciels de traitement du son vous permettent de personnaliser votre assistant d'écoute à votre
audition: le logiciel va tester votre audition aux sons faibles
mais va aussi tester votre acceptation des sons forts.
En général avec l'âge on devient beaucoup plus sensible
aux sons forts et on a besoin de protéger ses oreilles.
— Ha ! c'est encore tout à fait moi ça ! Je ne supporte
plus les enfants qui crient ni le bruit de l'aspirateur… Combien cela coûte ?
— Il y a beaucoup de marques différentes mais cela va
de 200 € la paire à 300 € suivant les marques.
— Sans le logiciel j'imagine ?
— Oui exactement. Vous avez le système Patoïd qui
est installé mais vous devez installer vous-même
un logiciel de traitement du son, un peu comme sur
un ordinateur personnel où vous devez acheter en
plus les logiciels qui vous sont nécessaires.
— Vous voulez dire soit un logiciel de marque payant
soit un logiciel libre gratuit ?
— Oui c'est cela !
— J'ai vu un ORL, il m'a conseillé soit d'aller voir un
audioprothésiste - et il m'a donné une ordonnance pour
cela - soit de me contenter d'un appareil acheté à la
Fnac par exemple. Qu'est ce que vous en pensez?
— Là je ne peux pas vous dire! Nous, on vend de l'électronique, pas des produits de santé. Bien sûr on a des
gens qui viennent acheter de la musique pour soulager
leurs acouphènes ou d'autres qui achètent du Mozart
pour soigner leur dépression. Ce sont des « plus » et
pas des médicaments. Pour votre audition c'est pareil
on vous offre un « plus » pas un médicament.
— Avec vos appareils est-ce que je vais pouvoir capter
la radio ou écouter de la musique ?
— Oui la plupart des produits captent la FM et ils
fonctionnent aussi comme un MP3 : vous pouvez
charger dessus vos morceaux de musique préférés.
— Bon alors qu'est-ce que vous me conseillez ?
— Nous avons de très bons produits comme ce Samsung
Betterlife ou bien ce Oldle développé par Amazon ou
encore ce…
■ Création de J. S., Surdi13
Comme toute fiction, les faits relatés sont imaginaires
Médecine
Quoi de neuf, Docteur ?
6 millions de malentendants scrutent la presse médicale dans l'espoir d'une découverte
miracle… Rien de tel en matière de surdité, pas de traitement miracle. Néanmoins la
recherche progresse et c'est dans le domaine de la bio-ingénierie que l'on peut attendre
des solutions de compensations aux problèmes d'audition.
Une prothèse implantable
pour la maladie de Ménière
La maladie de Ménière (ou syndrome de Ménière)
se caractérise par des crises récurrentes de vertiges
associées à des sifflements et des bourdonnements
d'oreilles ainsi qu'une baisse d'audition. Jusqu'à
présent le traitement est essentiellement symptomatique.
Il s'agit d'une maladie chronique touchant l'oreille
interne ; la fréquence des crises est très variable et
imprévisible, la période de rémission varie également
beaucoup d'une personne à l'autre. Les traitements
visent à soulager voire à supprimer les symptômes, et
sont efficaces dans la plupart des cas.
Les causes de la maladie de Ménière restent encore
largement méconnues, même si on soupçonne une
cause génétique. La cochlée, organe de l'ouïe et le
vestibule, organe de l'équilibre, sont remplis d'un
liquide, l'endolymphe, en excès dans le cas de cette
maladie (hydrops endolymphatique), soit en raison
d'une hypersécrétion d'endolymphe, soit d'une insuffisance de réabsorption. L'endolymphe en excès
augmente la pression dans l'oreille interne, ce qui
empêche les sons d'être perçus correctement et
brouille les signaux d'équilibre envoyés au cerveau,
provoquant vertiges, surdité et acouphènes.
Pour la plupart des cas, les changements de régime et
les diurétiques peuvent arrêter les attaques en abaissant la pression de l'oreille interne. Mais, pour environ
quinze pour cent des patients, il peut être nécessaire de
recourir à la chirurgie pour diminuer la sensibilité de
l'oreille interne; les cas les plus graves nécessitent d'isoler
l'organe de l'équilibre par section du nerf vestibulaire
ou par destruction du labyrinthe postérieur.
Récemment, L'US Food and Drug Administration
(FDA) a approuvé un dispositif s'insérant dans l'oreille
externe qui délivre des impulsions intermittentes de
pression d'air dans l'oreille moyenne. Les impulsions
de pression d'air semblent agir sur l'endolymphe pour
empêcher des vertiges.
En 2010, les médecins et les ingénieurs de l'Université
de Washington ont commencé l'étude d'une prothèse
implantable vestibulaire chez dix patients. Chaque
faisceau de la prothèse pénètre dans l'un des trois
canaux semi-circulaires perpendiculaires de l'oreille
interne.
À l'état normal, ces canaux permettent au cerveau de
déterminer les rotations de la tête par l'action du
fluide sur les cellules ciliées. Les cellules ciliées à leur
tour déclenchent un signal électrique vers le nerf vestibulaire.
Il y a plusieurs hypothèses sur les causes de l'hydrops
endolymphatique ; l'une d'elle repose sur une fuite de
potassium à partir de membranes de l'oreille interne.
La fuite perturbe l'équilibre délicat de sodium et de
potassium dans la membrane des canaux, le potassium supplémentaire désactivant l'activité électrique
des cellules ciliées.
“
Les traitements visent à
soulager voire à supprimer
les symptômes, et sont
efficaces dans la plupart
des cas.
18
19
La prothèse vestibulaire permettrait de fournir l'électricité au nerf vestibulaire pour compenser les cellules
ciliées temporairement désactivées.
Une prothèse vestibulaire implantable mise au
point par Christopher Phillips et ses collègues de
l'Université de Washington à Seattle a été testée
chez quatre patients.
La stimulation endolabyrinthique serait capable de
provoquer une compensation posturale réflexe contribuant à rétablir l'équilibre. Mais pour une stimulation
donnée, les réponses stabilisatrices varient d'un
patient à l'autre, tant en amplitude qu'en direction,
sans doute en raison de différences de positionnement
des électrodes.
Ce n'est donc qu'une toute première étape, mais, pour
les chercheurs, « les résultats obtenus confirment la
faisabilité d'une prothèse vestibulaire pour le contrôle
de l'équilibre et illustrent les défis qui restent à relever
pour le développement de cette technologie ».
■ Maripaule Peysson-Pelloux
Source Medgadget
Phillips C. et al. Postural responses to electrical stimulation
of the vestibular end organs in human subjects.
Experimental Brain Research, 2013.
Octobre 2013 | 6 millions de malentendants
Médecine
BAHA,
cette audioprothèse méconnue…
L’aide auditive à ancrage osseux (de l’acronyme anglais « Bone Anchored Hearing Aid »)
permet, quand elle est bien adaptée à la pathologie, une réhabilitation efficace de l’audition
et une amélioration considérable de la qualité de vie des personnes malentendantes. Cette
solution peut s’appliquer aux bébés, enfants et adultes. Bien que disponible en France depuis
1987, avec l’implant percutané, cet appareil auditif ostéo-intégré reste encore méconnu.
Partons à sa découverte…
20
21
Le principe de ce type d’aide auditive à conduction
osseuse consiste en une capture, un traitement et une
amplification du signal sonore par une prothèse
auditive externe. Le signal sonore est transformé en
vibrations par cette prothèse auditive externe pour une
transmission par conduction osseuse à la cochlée
ipsilatérale (du côté de l’implant) ou controlatérale
(du côté opposé à l’oreille déficiente).
Ainsi, au lieu de transmettre les sons par voie aérienne,
comme cela est le cas avec des appareils traditionnels
(« contour », « intra »), ce système transmet les sons
par l’intermédiaire de l’implant à l’os temporal, puis
par voie osseuse aux oreilles internes (cochlées).
Ce système se compose donc de deux parties, un
implant percutané en titane qui se pose chirurgicalement sous anesthésie locale ou générale et un processeur de sons externe.
« La transmission des vibrations sonores par les os du
crâne est connue et utilisée depuis longtemps, vous pouvez
en faire un test en posant un diapason qui vibre sur
votre front ou derrière votre oreille, explique le Pr. Anne
Charpiot, spécialiste en otologie au CHRU de Strasbourg.
Le confort d'utilisation des aides auditives qui amplifient ces vibrations sonores ne cesse d'augmenter, ce qui
en fait d'excellentes solutions actuellement. Initialement
le vibrateur était dissimulé dans les branches des
lunettes (générant un inconfort car la prothèse doit
appuyer fortement sur l'os à travers la peau), il peut
être appliqué fermement sur la peau grâce à un bandeau (excellente solution chez le jeune enfant), mais
les développements récents permettent de transmettre
la vibration à l'os sans appui, à travers le pilier percutané ou via des dispositifs dissimulés sous la peau.
L'aide auditive par voie osseuse peut donc prendre de
multiples aspects, elle reste toujours très efficace et
devient de plus en plus discrète et confortable ».
Son indication s’est étendue par la suite aux surdités
unilatérales totales ou partielles quelle qu’en soit la
cause. Il n’y a pas vraiment de contre-indications au
port de cette prothèse du moment qu’elle est adaptée
à la pathologie.
En raison de son principe de fonctionnement et des
techniques numériques récentes de traitement du
signal, le chirurgien n’intervient pas sur l’oreille, il n’y
a pas d’occlusion du conduit auditif, de distorsion du
son et on peut bien entendre dans le bruit. Ce qui
constitue un atout considérable !
Le processeur externe, « boîtier électronique »
fonctionnant avec une petite pile, est à manier avec
certaines précautions comme tout autre objet électronique ! Clippé sur l’implant (ou le bandeau), le processeur est maintenu fermement. Il est à retirer pour
pratiquer une activité aquatique (le processeur n’aime
pas l’eau !) ou au coucher pour dormir sur le pilier
sans la moindre gêne !
Seul le pilier percutané nécessite une hygiène stricte car
il peut être le siège d’infections cutanées éventuelles.
Coût et prise en charge
Le coût de l’implant est pris en charge sur prescription
médicale par la CPAM, hors dépassement. Le prix de
vente des processeurs varie suivant les modèles de
3 000 à 4 000 euros environ, la prise en charge forfaitaire de la CPAM s’élevant à 900 €. À cela, il convient
d’ajouter la prise en charge de la mutuelle.
Différents organismes comme la MDPH peuvent
dans certains cas apporter une aide financière supplémentaire.
© Cochlear
Principe
Indications
Le système BAHA a été conçu initialement pour traiter
les surdités de transmission (séquelles de cholestéatome, d’otites, écoulement d'oreille chronique,
otospongiose, etc.), les surdités mixtes et celles liées à
une anomalie de l’oreille externe ou moyenne
(absence/malformation du conduit auditif, etc.).
6 millions de malentendants | Octobre 2013
Captés par un boîtier électronique, les sons sont transmis
à un implant qui émet des vibrations vers la cochlée.
Médecine
Les différentes étapes
Le BAHA doit être prescrit et implanté par une équipe
pluridisciplinaire, comprenant un médecin-chirurgien
ORL ayant bénéficié d’une formation spécifique pour
son implantation et un audioprothésiste.
La pose d’un BAHA nécessite différentes étapes - bilan
de surdité :
• test de BAHA, fixé sur un serre-tête, auprès d’un
audioprothésiste ou médecin ORL compétent ;
• prêt d’un processeur pendant une dizaine de jours
environ pour un essai en situation de vie courante ;
• implantation avec suites opératoires simples ou port
sur bandeau pour les enfants ;
• une fois implanté et lorsque la période d’ostéointégration est passée, l’audioprothésiste peut
procéder aux réglages et le patient peut enfin clipper
son processeur sur le pilier !
En général une ou deux séances de réglage du processeur sont suffisantes !
Témoignages
« Étienne a une aplasie bilatérale et est appareillé
depuis l'âge de 6 mois. C'est un petit garçon plein
d'énergie qui vit tout à fait normalement », témoigne
Anne, maman d’Étienne, 10 ans.
« Il a une scolarité brillante en milieu ordinaire (BAHA
avec boucle magnétique et micro), pratique des activités extrascolaires (natation et école du cirque), il joue
d'un instrument, fait partie d'une chorale et fréquente
les centres de loisirs à partir du moment où l'activité est
compatible avec sa surdité. Il n'a jamais été confronté
à des problèmes ni à des phénomènes de rejet de la part
d'adultes encore moins d'enfants. Son BAHA, qu'il
porte en bandeau, fait partie intégrante de sa personnalité et pour le moment il ne veut pas d'implantation.
Nous n'avons jamais cherché à cacher le bandeau ni le
processeur et Étienne assume totalement sa surdité,
souvent même avec beaucoup d'humour ! ».
Quant à moi, mon audition s’est lentement dégradée,
jusqu’à rendre mon quotidien insupportable : faire
répéter, semblant d’avoir tout compris, éviter toute
forme de réunions… En 2010 n’y tenant plus, je me
décide à consulter et passe avec succès les étapes du
BAHA ! Enfin j’entendais à nouveau correctement, je
revivais !
Persuadée que sans mon BAHA, je ne pourrai avoir
une vie familiale et socio-professionnelle aussi
« comblée », j’ai dédié une plateforme d’informations
et d’échanges au BAHA : www.infobaha.fr.
■ Sandra Bastien
21
Témoignage | Reportage
Plus de bogues*
avec mon implant !
Emmanuelle, malentendante depuis l'âge de cinq ans, devenue sourde, puis bi-implantée
cochléaire, travaille depuis 13 ans, dans un bureau d'étude. Elle décrit son expérience
professionnelle de malentendante.
J'ai fini mes études d'ingénieur en informatique, à Brest, en
1999, devenue complètement sourde, et il ne m'était plus
possible de suivre les cours. Le coordinateur auprès des
étudiants handicapés, ainsi que mes amis étudiants m'ont
beaucoup aidé moralement et aussi pour me réexpliquer
les cours (surtout ceux où il n'y avait aucune aide écrite).
22
23
Je commençais donc la vie active avec un réel handicap,
mais pas démotivée pour autant. J'ai passé beaucoup
d'entretiens d'embauche (à l'époque, les ingénieurs en
informatique « s'arrachaient comme des petits pains »),
jusqu'à ce que je trouve le poste qui me convienne à
Rennes. Il est vrai aussi que j'avais certaines exigences:
petite équipe, pas de téléphone, pas de contacts avec
l'extérieur, et avant tout un travail qui me plaise (le
domaine informatique étant très vaste)… À Rennes,
c'était le premier entretien concernant un poste qui me
convenait totalement, et ça m'a sûrement aidé à les
convaincre. Ils ont dû, toutefois, réfléchir pour savoir si
ma surdité était un problème ou pas. On m'a dit plus
tard, qu'ils avaient surtout peur de mes réactions, la
surdité en elle-même ne les dérangeait pas.
En février 2000, je commençais donc à travailler dans un
bureau d'études avec une équipe de cinq personnes. Je
communiquais uniquement par la lecture labiale avec
deux personnes. J'ai demandé à ne pas participer aux
réunions du bureau d'études, car je ne comprenais rien.
Je participais aux réunions de mon équipe. À l'époque
une association de sourds (il n'existait pas encore
d'associations de malentendants dans mon département, je ne connaissais pas le Bucodes SurdiFrance et
ses associations, notamment bretonnes) était venue
dans mon entreprise pour expliquer mes difficultés et
mes besoins à mes collègues. Un de mes besoins était la
prise de notes aux réunions par l'un d'entre eux.
Puis, un jour, une orthophoniste (pour améliorer ma
lecture labiale) m'a parlé de l'implant cochléaire: seize
mois après mon embauche, j'étais implantée ! À partir
de là, tout a changé pour moi et mes collègues: plus besoin
de prise de notes. Je me suis aussi équipée d'un micro HF
pour les réunions de plus de cinq personnes, et pour
mes formations. Je peux discuter plus facilement, et réellement participer aux prises de décisions. Tout n'est pas
forcément rose! Je dois continuer à rappeler que je suis
malentendante, que s'ils discutent à cinq mètres d'un sujet
qui me concerne, je ne vais pas forcément m'en rendre
compte. La vie en entreprise évolue, les méthodes de
travail changent, je dois continuellement m'adapter.
6 millions de malentendants | Octobre 2013
Emmanuelle
Un jour, notre équipe a changé de bureau et je me suis
retrouvée séparée de mes collègues par des armoires.
J'ai demandé de déplacer les armoires contre les murs,
et la communication devint plus facile. Récemment, le
bureau d'études a subi des grands travaux et le
responsable souhaitait qu'on soit en « Open Space »
(vingt-cinq personnes sans cloisons), mon chef a su
convaincre que ce n'était pas possible pour moi. Nous
sommes dans un bureau de huit places, fermé et tout
vitré. Mes collègues sont très compréhensifs avec moi.
Et le téléphone? Je n'ai pas réussi à m'équiper convenablement d'un téléphone, pourtant dans la vie en dehors
du travail, je téléphone sans problème avec mon portable.
Au travail, je reçois très peu de coups de fil, et dès que mes
collègues parlent à côté, je n'entends plus rien. Peut-être
que mon besoin, en entreprise, n'est pas si important car
je compense par les mails et un peu de marche! Les
aides techniques et les appareils évoluent rapidement et
peuvent devenir incompatibles entre eux. C'est le cas,
par exemple, de mon micro HF devenu obsolète, lorsque
j'ai changé mon contour d'implant. Depuis, j'ai essayé
de remplacer ce micro, mais je n'ai pas trouvé (j'ai testé
et fait des branchements dans tous les sens) un appareil
qui corresponde à mes exigences et mes besoins.
L'échange d'expériences entre malentendants (dans les
associations, mais aussi sur Internet) est aussi très
important. Ça permet d'être informé et de découvrir des
astuces que les professionnels ne nous donnent pas.
Pour terminer, quand on est malentendant en entreprise,
pour moi, il faut sans cesse faire des piqûres de rappels
aux collègues qui oublient la surdité et échanger avec
d'autres malentendants pour avoir de précieux conseils.
■ Emmanuelle Moal, Keditu
*Un « bogue » ou « bug » informatique est une anomalie dans un
programme informatique l'empêchant de fonctionner correctement.
Témoignage | Reportage
Natalie ou l’adieu au silence
Le 22 août, Arte a rediffusé le documentaire de
Natalie, sourde de naissance de 31 ans qui n'a jamais
appris la langue des signes. Sa mère a tout fait pour
qu'elle puisse communiquer oralement avec des
séances chez l'orthophoniste, auxquelles s’ajoutaient
des exercices très fatigants à la maison. Avant de
mourir, elle a encore pu inscrire sa petite fille dans une
école normale.
“
Ce film incite à réfléchir
à ce qui d’ordinaire attire
peu l’attention :
la perception des sons,
d’une grande complexité
Aujourd'hui, Natalie semble avoir réussi sa vie.
Pourtant, des petits riens de tous les jours lui
manquent, comme pouvoir répondre au téléphone ou
entendre la voix de son ami. Elle décide alors de se
faire implanter.
À quoi vont ressembler les sons qu’elle entendra après
l'opération ? Un long processus d’apprentissage suivra,
des mois de dur travail avant qu'elle ne puisse percevoir, quoique partiellement, l'univers sonore de son
entourage.
La réalisatrice Simone Jung a suivi Natalie pendant
près de trois ans, avant et après l'implantation. À
l'aide de vieilles photographies et de films de famille,
le documentaire dresse un délicat portrait de la jeune
femme.
© HR
La réalisatrice n'hésite pas à jouer sur les sons et
les silences pour faire entendre le monde sonore et
les absences de sons que perçoit Natalie, encore
sourde.
© HR/Johannes Jacobi
« Trop sourde pour les entendants, mais trop intégrée à leur monde pour appartenir à celui
des sourds ».
Natalie
Ce film porte un regard très doux et intime sur la
surdité et sur « le voyage vers l'inconnu » entrepris par
Natalie. Il incite à réfléchir à ce qui d’ordinaire attire
peu l’attention : la perception des sons, d’une grande
complexité. Il donne aux futurs implantés cochléaires
et à leurs proches un aperçu de la motivation nécessaire pour réussir la rééducation de l’écoute. Un
documentaire d’une grande justesse !
■ Irène Aliouat
Témoignage
Je viens de regarder le documentaire « Natalie ou
l'adieu au silence », d'abord lors de sa diffusion sur
Arte hier soir, puis en replay avec la Freebox ce
matin. Je suis très ému car c'est vraiment mon cas.
J'ai même versé une larme lorsque Natalie raconte
son enfance.
22
23
Dans mon cas, mes parents se sont aperçus de mon
handicap à l'âge de 10 ans. J'avais la même réaction
que Natalie vis-à-vis des autres enfants à l'école. Je
me sauvais pour ne pas aller à l'école au Maroc où,
à cette époque, les maîtres me considéraient comme
insolent, paresseux, violent et pas communicatif.
À l'arrivée en France à l'âge de 10 ans, mon isolement était plus que total car j'étais victime du fait
que je suis Français d'Afrique du Nord. « Les pieds
noirs » n'étaient pas les bienvenus et ça se sentait
aussi chez les enfants. Cependant, la maîtresse
d'école de Montreuil s'était aperçue de mon handicap et avait averti mes parents.
À partir de ce moment, j'ai bénéficié d'une prise en
charge spécialisée orthophonique : école de malentendants, lecture labiale avec appareillage sur les
deux oreilles, mais sans succès pour l'une qui est
maintenant implantée depuis février 2012.
Ce film est à voir absolument !
■ François Flores,
Audition Partage Implants (API)
Octobre 2013 | 6 millions de malentendants
Pratique
Avec Skype on entend mieux
Il vaut mieux téléphoner avec Skype, surtout si on a des problèmes d'audition. Des
recherches scientifiques récentes le prouvent.
24
25
Quand on a un ordinateur avec un accès à Internet,
téléphoner avec Skype, ou par des systèmes Internet
analogues, présente de nombreux avantages :
• c'est gratuit, quelle que soit la distance ;
• on voit la personne avec qui on parle, ce qui aide à
la compréhension de la parole même si on ne lit pas
bien sur les lèvres ;
• et surtout, le son est bien meilleur que sur les lignes
téléphoniques classiques.
En moyenne, pour l'ensemble des groupes de participants, sur des mots monosyllabiques, les gains de
compréhension par rapport au téléphone classique
étaient respectivement de 15 %, 11 % et 9 % pour une
qualité de transmission Internet avec une perte de
paquets de 0 %, 5 %, et 10 %. Pour une très mauvaise
transmission Internet (20 % de pertes de paquets) la
compréhension n'était pas meilleure qu'avec le
téléphone classique.
En effet, dans une communication téléphonique classique, la gamme de fréquences est comprise entre 300
et 3 400 Hz, alors qu'un service de téléphone Internet
comme Skype a une gamme de fréquence comprise
entre 100 et 8 500 Hz (1). La capacité des téléphones
Internet à transférer les hautes fréquences est particulièrement importante pour pouvoir comprendre ce qui
est dit. Les hautes fréquences jouent un rôle déterminant par le fait qu'elles sont essentielles aux
personnes malentendantes pour comprendre les
consonnes telles que F, C et T.
La preuve en a été apportée par une équipe de cinq
chercheurs de l'université de Berne en 2010 (2). Les
sujets de l'étude étaient d'une part vingt adultes ayant
une déficience auditive, dont dix utilisateurs
d'implants cochléaires et dix utilisateurs d'appareils
auditifs, et d'autre part dix adultes normo-entendants.
Lors de l'expérimentation qui portait seulement sur la
transmission du son, toutes ces personnes ont remarqué une meilleure compréhension par l'utilisation des
téléphones Internet. En moyenne, la compréhension
était 15 % plus élevée pour un test utilisant des mots
à une syllabe dans un environnement calme, et 25 %
dans un environnement bruyant.
Pour les personnes appareillées, comme pour les
normo-entendants, téléphoner dans une ambiance
bruyante diminue la compréhension. Il n'est donc pas
surprenant que ce soit dans les ambiances bruyantes
que le gain de compréhension apporté par Internet est
le plus important.
Mais cette première expérimentation avait été
conduite dans des conditions de laboratoire. En fait, la
communication par Internet, qui fonctionne par
paquets de données numériques, est sujette à des
aléas de transmission, en particulier lorsque les lignes
Internet sont surchargées. Dans des conditions défavorables, les paquets de données numériques peuvent
être retardés ou perdus. Les paquets de données
perdus sont généralement décrits comme un pourcentage du nombre initial de paquets de données
envoyées via le réseau.
Deux ans plus tard, l'équipe de chercheurs a donc renouvelé son expérience, mais cette fois en simulant les aléas
de transmission par Internet (3) avec quatre niveaux de
pertes de paquets respectivement: 0 %, 5 %, 10 % et 20 %.
Parce qu'on entend moins bien quand on téléphone
dans le bruit, les chercheurs ont également estimé
l'effet du bruit ambiant selon cinq niveaux (rapports
signal/bruit 0 dB, 5 dB, 10 dB, 15 dB et silence).
6 millions de malentendants | Octobre 2013
“
Outre la meilleure qualité du
son, la téléphonie Internet
avec des logiciels comme
Skype permet de voir
son interlocuteur. Pour les
malentendants, c'est potentiellement un avantage,
en particulier pour ceux qui
maîtrisent la lecture labiale
Dans une ambiance parfaitement silencieuse, les
personnes sans problème d'audition n'ont aucune
difficulté à téléphoner et Internet ne leur rapporte
aucun gain. En revanche, dans une ambiance extrêmement bruyante (rapport signal bruit = 0 dB) le gain
de compréhension monte à 53 %.
Les malentendants, eux, sont incapables de téléphoner dans un tel environnement que ce soit par le
téléphone classique ou par Internet. Mais pour eux
aussi c'est dans le bruit que les bénéfices apportés par
Internet par rapport au téléphone classique sont les
plus grands.
Pour les personnes implantées le gain de compréhension atteint 36 % dans une ambiance peu à moyennement bruyante (rapport signal bruit = 15 dB à 10 dB).
Pour les personnes appareillées, c'est dans une
ambiance bruyante (rapport signal bruit = 5 dB)
que le gain de compréhension est le plus élevé, il
atteint 18 %.
Pratique
Outre la meilleure qualité du son, la téléphonie
Internet avec des logiciels comme Skype
permet de voir son interlocuteur. Pour les
malentendants, c'est potentiellement un
avantage, en particulier pour ceux qui maîtrisent la lecture labiale. Mais, selon la qualité de
l'image, les flux vidéo sont de 7 à 35 fois plus
demandeurs en bande passante que les flux
audio. Acheminés par Internet, ils sont donc
parfois de mauvaise qualité et arrivent avec un
décalage par rapport au son.
Les chercheurs de Berne ont donc conduit une
troisième recherche (4) pour mesurer dans différentes conditions l'apport de la vidéo dans la
communication téléphonique par Internet.
Skype :
c’est facile avec un petit
mode d’emploi !
Skype s’installe aussi bien sur les ordinateurs PC que sur
les Mac (portable ou fixe). Il faut d’abord se rendre sur le
site Skype pour télécharger Skype sur son ordinateur.
Il faut ensuite créer un compte (possibilité de se connecter
avec son compte Microsoft ou facebook) avec un identifiant
et un mot de passe. Il faut choisir un « pseudo ». C’est important car c’est ce pseudo qui permettra à vos contacts de vous
identifier. Il est impossible de changer de « pseudo Skype ».
Ont participé à la recherche 21 personnes
implantées depuis 4 à 22 ans âgées de 18 à
70 ans. Tous pratiquaient la lecture labiale.
L'expérimentation a montré qu'il y avait un
gain médian significatif de plus de 8,5 % dans
la perception de la parole quand la vidéo était
activée.
Moralité, quand c'est possible, téléphonez avec
votre ordinateur !
24
25
Conseils pratiques
Il existe plusieurs logiciels de vidéo-téléphonie
par Internet tels que Yahoo-Messenger, iChat
ou Google Talk. Mais Skype est le plus
répandu. Ces logiciels sont gratuits et peuvent
être téléchargés sur Internet. La communication s'établit entre deux ordinateurs distants
équipés du même logiciel. Elle est d'autant
meilleure que les microphones et les hautparleurs de l'ordinateur sont de bonne qualité.
À noter une fonction bien utile de ces logiciels :
on peut, tout en parlant, taper du texte à destination de notre correspondant. Ce qui est bien
pratique si on doit épeler un nom propre ou
encore donner une adresse.
■ Richard Darbéra
C'est aussi le cas des communications téléphoniques qui
passent par les boîtiers Internet des fournisseurs d'accès.
Mais dans ce cas, les combinés téléphoniques anciens
ne restituent pas toute la qualité du son.
(2)
Mantokoudis G, Kompis M, Dubach P, Caversaccio M,
Senn P (2010) How Internet telephony could improve
communication for hearing-impaired individuals.
Otol Neurotol 31: 1014-1021.
(3)
Mantokoudis G, Dubach P, Pfiffner F, Kompis M,
Caversaccio M, Senn P (2012) Speech perception
benefits of Internet versus
conventional telephony for hearing-impaired individuals.
J Med Internet Res 14: e102.
(4)
Mantokoudis G, Daehler C, Dubach P, Kompis M,
Caversaccio M, Senn P (2013) Internet Video Telephony
Allows Speech Reading by Deaf Individuals and Improves
Speech Perception by Cochlear Implant Users. PLoS ONE,
Volume 8, Number 1.
(1)
Ensuite envoyez votre « pseudo Skype » aux contacts que
vous choisirez pour qu’ils puissent s’inscrire dans votre
liste de contacts (ajouts de contacts). Il est impossible de
s’inscrire sur votre liste de contact sans votre accord. De la
même manière vous ne pouvez entrer en contact Skype
avec un tiers que s’il vous accepte dans sa liste de contact.
En clair, avec Skype vous ne pouvez recevoir d’appels que
de vos contacts identifiés… et vous ne pouvez appeler que
des contacts qui vous ont accepté sur leur liste de contacts.
Le système est très simple, le téléchargement est gratuit et
les communications aussi (même vers les destinations les
plus éloignées). Vous pouvez ainsi parler et voir votre fils
(« oh il s’est laissé pousser la barbe ! ») qui poursuit ses
études en Papouasie Nouvelle Guinée !
Il est aussi possible d’avoir des conversations avec
plusieurs personnes en même temps… C’est gratuit avec
seulement le son, mais sans la vidéo (possibilité de
s’envoyer des messages écrits). Il faut payer un abonnement si vous souhaitez effectuer des téléconférences à
plusieurs avec la vidéo.
Pour lire un mode d’emploi complet :
www.support.skype.com
■ Dominique Dufournet
Octobre 2013 | 6 millions de malentendants
Pratique
Télévision à la carte
S’il vous arrive de vous sentir frustré en constatant que les émissions les plus intéressantes
passent en pleine nuit ou dans la journée à des moments où vous ne pouvez les regarder,
cet article devrait vous intéresser !
Ingrédients : logiciel gratuit (et légal) CapTVty, un
espace de stockage (si possible un disque dur
externe), un ordinateur connecté à Internet, un
débit suffisant pour télécharger.
Le logiciel gratuit CapTVty (prononcez Captivity) peut
être téléchargé sur le site www.captvty.fr, puis
installé soit directement sur le disque C de votre
ordinateur ou encore mieux sur une clé USB pour en
faire un outil « portable ». Il est léger et s’installe
facilement.
Après installation, CapTVty s’ouvre automatiquement
et vous présentera la liste des 35 chaînes qui proposent des émissions en « replay » disponibles pendant
quelques jours sur Internet.
26
27
En cliquant sur la chaîne, puis sur l’émission de votre
choix, le détail de l’émission apparaît dans la fenêtre
en dessous de la liste, accompagné d’une image audessus de laquelle vous trouverez les options
« Télécharger » et « Visionner ».
Le Menu options
Sur le site de francetvpluzz (http://pluzz.francetv.fr/),
on peut voir en un clin d’œil dans la colonne tout à
fait à gauche du menu déroulant de chaque chaîne
toutes les émissions proposées avec sous-titres.
En tant que parents ou grands-parents, il est ainsi
possible de se constituer un stock d’émissions pour les
enfants afin de les occuper de manière intelligente
pendant les longues journées pluvieuses. Des
documentaires passionnants sur le monde animalier
ou des dessins animés adaptés aux tout petits (dont
certains sont sous-titrés) sont alors appréciés aux
moments de votre choix.
La fenêtre principale du logiciel CapTVty
Tout en bas de l’écran, il y a l’onglet « Options » qui
permet de prédéfinir la qualité des vidéos et du soustitrage. Ainsi, il est possible de cocher une case pour
télécharger automatiquement les sous-titres pour
sourds et malentendants s’ils sont disponibles. Dans
ce cas, un ficher portant l’extension SRT sera
téléchargé en plus de la vidéo elle-même. Par ailleurs,
on peut également préciser l’emplacement du dossier
de réception de son choix et choisir le format vidéo, si
plusieurs formats sont disponibles.
Le choix du lecteur vidéo a aussi toute son importance. Ainsi, en utilisant la page Web de l’émission, on
trouve rapidement tous les renseignements complémentaires dont on pourrait avoir besoin.
6 millions de malentendants | Octobre 2013
D’après le Journal du 20 Heures de France 2 du
25 août 2013, Internet aurait détrôné la télévision dans
les habitudes des jeunes publics ; en effet ils passeraient maintenant plus de temps sur leur ordinateur en
raison des possibilités de personnalisation de leur
programme, notamment grâce aux chaînes qui proposent leurs émissions en « replay ».
Nous rappelons à nos lecteurs qu’il s’agit d’enregistrer
une simple copie privée au même titre que vous
pouvez le faire en enregistrant ces émissions par
l’intermédiaire de l’option d’enregistrement de
votre box ADSL. Pour plus de renseignements,
voir l’onglet « Aspect juridique » sur le site Web de
captvty.fr.
■ Irène Aliouat
Europe | International
Brèves internationales
Un petit tour d'horizon des actualités au-delà de nos frontières.
Applications pour mesurer les décibels
SafeNoise
Des applications gratuites sont désormais disponibles
pour mesurer le niveau sonore et pour vous indiquer
combien de temps vous pouvez rester à cet endroit
sans risque. Cette application vous avertit avec une
lumière quand vous devrez quitter les lieux.
MED-EL invente le premier processeur
« Tout-en-un » du monde
Le fabricant d’implant cochléaire MED-EL vient de commercialiser un nouveau processeur et pour célébrer le
lancement du Rondo, le premier processeur « tout-en-un »
(single-unit processor) pour IC, les patients implantés avec
un IC MED-EL à compter du 23 mai et jusqu'au 31 décembre
2013 pourront bénéficier à la fois du nouveau processeur
Rondo et du processeur en contour d'oreille Opus2!
www.medel.com
3e Conférence internationale « Boucles
d’induction magnétiques » à Eastbourne
(Angleterre) : Hearing Loops for All
Disponible pour iPhone, iPad et iPod touch :
https://itunes.apple.com/nl/app/safenoise/id46404
2309?mt=8
Pour l’instant cette application n’est disponible qu’en
anglais et en néerlandais. Les mesures vont de 40 à
105 dB et il est recommandé de tourner son téléphone
vers la source sonore pour une meilleure mesure.
Cherchez vous-mêmes !
En cherchant des applications intéressantes, le fait
d’utiliser le mot « acouphène » ou « décibel » n’est
pas suffisant. Essayer les mots comme : dormir,
mesurer le son, se détendre.
Bien souvent vous trouverez les applications dans
les rubriques : « Forme et santé » ou dans la rubrique
« Médecine ».
Pendant deux jours, les 6 et 7 octobre 2013, professionnels et usagers se retrouveront à Eastbourne pour
parler « boucles ». Le Bucodes SurdiFrance sera présent
avec deux spécialistes, qui à leur retour nous informeront des avancées technologiques dans le domaine.
Hearing Link, organisateur anglais de la conférence :
www.hearinglink.com
Ory
EFHOH news publie depuis un an trimestriellement les
histoires d'Ory, un implanté de fraîche date et qui découvre
sa « nouvelle machine à entendre ». Des histoires
simples et amusantes écrites en anglais, destinées aux
adultes et enfants, écrites par Aisa Cleyet-Marel.
« To laugh about my handicap, to make fun of it, that’s
new, that’s marvellous ! A better quality of life: it’s
together that we’ll make a difference* ».
www.efhoh.org
26
27
■ Aisa Cleyet-Marel
*Rire de mon handicap, s’amuser, c’est nouveau, c’est merveilleux !
Une meilleure qualité de vie : c’est ensemble qu’on y arrive.
Octobre 2013 | 6 millions de malentendants
Culture
Journal de ma nouvelle oreille,
le Festival d'Avignon innove !
Grande première pour la malentendance : une pièce de théâtre qui met en vedette une
actrice malentendante et son appareillage ! Mais cette pièce a bien failli passer inaperçue
de Surdi84. La plupart d'entre nous ont abandonné depuis bien longtemps les tentatives
pour « suivre le off », faute d'accessibilité. De plus le thème même, trop près de nos vies, ne
nous emballait guère… mais après tout pourquoi pas, si cela permet d'enrichir la rubrique
Culture de 6 millions de malentendants !
28
29
Non seulement cette pièce est une première sur le
sujet mais elle a été saluée dans les quotidiens régionaux comme une création exceptionnelle : « Parmi les
créations les plus époustouflantes de ce Festival Off
2013, il faudra sans nul doute retenir ce “Journal de
ma nouvelle oreille” de et par Isabelle Fruchart. Une
pièce majeure sur le handicap, aux antipodes d'une
quelconque “larmoyance”, mais qui prend vie en un
vécu de l'intérieur, décapant au possible » (La
Provence). La mise en scène de Zabou Breitman lui
vaut également de nombreuses critiques élogieuses.
Un tout petit théâtre comme il y en a des dizaines à
Avignon, ouvert pour le off avec onze spectacles par
jour, pas de boucle d'induction magnétique, et encore
moins de sous-titrage, quoique… Salle comble ce jourlà, comme d'ailleurs tous les autres jours ! Par chance
la sonorisation était assez bonne, l'actrice articulait bien
et nous avions de bons appareillages! Sans doute le lierre
sur les parois de la scène renvoyait bien le son…
Tout commence avec un doublage de film muet en un
ballet parfaitement synchronisé de Charlie Chaplin,
dansant sur un bout de drap, et Isabelle Fruchart à
l'identique sur scène. Quelques dialogues de l'extrait
de film apparaissent sur un bandeau lumineux.
Serons-nous condamnés au silence car l'actrice
annonce une perte auditive sévère de 70 % ?
Ensuite tout se déroule au fil de la lecture de son
journal intime retraçant son histoire. « À 14 ans j'ai
cessé de comprendre les paroles des chansons et je me
suis mise à copier sur ma voisine pendant les cours,
non que je sois devenue nulle en orthographe, mais je
ne comprenais plus ce que dictait la prof ». Le diagnostic tombe beaucoup plus tard vers 26 ans, et l'appareillage n'intervient enfin qu'à 37 ans.
L'évocation ironique des traitements entrepris
souligne la galère de tous ceux qui cherchent une
solution à leur perte auditive. Méthode Tomatis pour
apprendre à écouter car ce ne peut être qu'un mauvais
câblage du cerveau, la fascia thérapie pour dénouer et
faire circuler l'énergie : errance et déni !
Quand, épuisée de tous ses efforts vains, elle franchit
le seuil de l'audioprothésiste c'est pour se jeter avec
une détermination farouche dans la conquête du
monde sonore. Tout de suite elle obtient une bonne
compréhension de la parole, avec une programmation
par paliers successifs.
Elle fait découvrir alors au public le brouhaha infernal
rendant impossible toute conversation dans un bar,
son enthousiasme au fil des reconquêtes et découvertes du son, ses galères aussi avec les aléas des piles
qui tombent en panne au mauvais moment et l'incite
à hurler sur scène, ses déceptions face aux limites de
l'appareillage qui ne lui permettra jamais d'entendre
les cris de sa nièce, son nouveau statut de personne
différente car désormais appareillée, les colères aussi
face aux experts du handicap !
Beaucoup d'humour et de poésie dans la mise en
scène qui en font un spectacle réjouissant et non un
larmoyant plaidoyer pour la surdité. On sourit aux
lutins qui lui décernent le trophée de grandes oreilles.
Clin d'œil de l'actrice qui « réussit son audition » et
enfin peut « s'écouter » et fuir un buffet assommant !
Elle nous impressionne en chantant à capella ou en
jouant pour nous un rôle en langue allemande (mais
si, j'ai bien reconnu le texte !).
Isabelle Fruchart et Zabou Breitman
6 millions de malentendants | Octobre 2013
Nous avons apprécié la note technique avec son
Bluetooth qui lui permet d'utiliser le téléphone
portable.
Culture
Festival
d'Avignon :
Quel enjeu pour
l'accessibilité ?
Le Festival d'Avignon, fondé en 1947 par Jean
Vilar, reste un temps fort pour le monde des
arts du spectacle. Durant trois semaines, la ville
vit au rythme du Festival : affiches, spectacles
de rue anonymes, promotion des spectacles par
les acteurs eux-mêmes… on pourrait presque
se contenter de cela ; mais lorsqu'on est
handicapé il faudra savoir s'en contenter !
Tout est dit, ou presque, du monde de l'à peu
près et des efforts constants, des malentendus
jusqu'à l'aventure de l'appareillage entre émerveillements, enthousiasme et déceptions. Un spectacle
à voir en famille pour éveiller les entendants à
la problématique de la malentendance.
Nous avons pu rencontrer la comédienne après
son spectacle : pour elle il est clair qu'il s'agit
avant tout d'un partage d'expérience dans son
parcours d'actrice. On comprend ce cheminement difficile vers l'appareillage, après un
diagnostic très tardif, sans doute lié au déni
dans une famille de musiciens… Avec une
énergie communicative elle affirme son
bonheur d'entendre et d'être sur scène, actrice
avant tout et envers tout.
Ce spectacle est une réussite, sans doute
comme son appareillage qui lui permet de ne
pas être handicapée et de vivre la vie qu'elle a
choisi ; c'est une ode à son audioprothésiste !
Avec ce spectacle nous pouvons espérer un pas
vers une meilleure visibilité de la malentendance et une meilleure compréhension. Nul
doute que le Journal de ma nouvelle oreille
aura de nombreux échos !
Tournée :
• Du 21 janvier au 1er février 2014 : Théâtre
national de Nice, C.D.N. Nice-Côte d'Azur
• Les 4 et 5 avril 2014 : Théâtre Liberté, Toulon
• Le 15 avril 2014 : Théâtre de Châtillon
■ Maripaule Peysson-Pelloux
Pour la 67e édition, 25 régions de France et 27 pays étrangers se sont installés dans 125 lieux, théâtres permanents,
semi-permanents ou temporaires ; 1 066 compagnies ont
présenté 1 265 spectacles.
Sur ces 125 lieux de spectacle très peu sont accessibles aux
Personnes à Mobilité Réduites (PMR), problème de déplacements liés à la voirie, exiguïté de certains lieux, mais pour le
handicap sensoriel il ne s'agit plus d'accessibilité du lieu,
mais du spectacle. Quelques théâtres ont fait l'effort d'installer une boucle d'induction magnétique lors de travaux
(obligatoire lorsqu'il y a une sonorisation), les autres attendent la date butoir de 2015 pour se mettre en conformité.
28
29
Il est toujours possible de choisir un type de spectacle qui
vous sera plus accessible : danse, musique, mime, mais
lorsqu'on vient réserver sa place on constate que tout
simplement il n'y a pas de tarif réduit pour les personnes
handicapées, sauf si vous choisissez un spectacle du Off !
Presque en marge du festival, le Centre Ressource Théâtre
Handicap (voir 6 millions de malentendants n°9) œuvre
pour une mise en accessibilité avec le Festival ContreCourant, du 12 au 20 juillet sur l'île de La Barthelasse. Il
s'agit essentiellement d'audiodescription ou de souffleurs
d'images pour les malvoyants.
Pour le public des déficients auditifs, un spectacle a été
traduit en Langue des Signes Française ainsi qu'une lecture
débat, avec une association locale d'interprètes en langue
des signes.
On voit bien là la marginalisation du handicap avec un lieu
différent, dans un créneau de dates différent et, de l'autre
côté (du Rhône), le festival in et off qui ignore totalement
les personnes handicapées.
Mais cette année, le petit monde des malentendants prend
sa revanche avec cette pièce sur la malentendance et sa
compensation qui explose au milieu des autres spectacles,
à la vue et à l'ouïe des entendants !
■ Maripaule Peysson-Pelloux
Octobre 2013 | 6 millions de malentendants
Culture
Un super héros-sourd
Vous appréciez les dessins qui illustrent 6 millions de malentendants ? Même si vous
n'êtes pas fan de bandes dessinées, vous trouvez sans doute qu'elles apportent esthétique et
humour à cette revue… Sachez que la BD peut être aussi vecteur d'éducation, d'intégration…
Marvel a inventé un nouveau super héros pour aider un enfant atteint de surdité.
Un petit garçon de 4 ans, Anthony Smith, déjà fan de
comics mais atteint d'une surdité totale à l'oreille
droite et partielle à l'oreille gauche, refusait de porter
son appareil auditif car « les supers héros ne portent
pas d'appareils ».
En désespoir de cause, sa mère a finalement l'idée de
se servir de sa passion pour les comics pour le
convaincre de porter son appareil. Elle envoie un
message chez Marvel, sans trop y croire.
Touchée par son message, l'équipe new-yorkaise de
Marvel a envoyé à la famille une planche de comics de
1984 où l'on voit Hawkeye, un personnage vedette de
la superproduction hollywoodienne « The Avengers »
porter un appareil auditif.
Don au Bucodes
SurdiFrance
30
Ce super héros est un archer doté d'une vue
perçante, et il a perdu 80 % de son audition lors
d'un combat.
Peu après, Nelson Ribeiro, un autre dessinateur chez
Marvel, envoie une nouvelle planche à la famille du
petit garçon. On y découvre The Blue Ear, un super
héros portant un appareil auditif bleu.
Sur la planche, on peut lire « Anthony Smith est The
Blue Ear. Grâce à mon appareil auditif, j'entends
quelqu'un en danger. Quand le danger fait du bruit,
The Blue Ear répond à l'appel ».
Une semaine plus tard, la famille reçoit un nouveau
dessin d'un autre dessinateur de Marvel. On y découvre
Hawkeye accompagné du jeune Blue Ear. Depuis ce
petit garçon porte avec fierté son appareil bleu !
L'école du petit Anthony s'est d'ailleurs inspirée de
l'histoire en organisant une semaine des super héros
afin d'expliquer aux enfants comment dépasser leur
handicap.
■ Maripaule Peysson-Pelloux
Faire un don au Bucodes SurdiFrance
(déductible de votre impôt à hauteur de 66 %)
Association reconnue d’utilité publique, le Bucodes SurdiFrance est habilité à recevoir des dons et legs. Vous pouvez le soutenir dans ses actions en faveur des devenus sourds et malentendants en lui envoyant un don (un reçu fiscal vous sera envoyé)
ou en prenant des dispositions pour qu’il soit bénéficiaire d’un legs. Votre notaire peut vous renseigner. En cas de don, le
donateur bénéficie d’une réduction d’impôt égale à 66 % des versements effectués dans l’année, versements pris en compte
dans la limite de 20 % du revenu imposable global net (par exemple, un don de 150 € autorisera une déduction de 100 €).
Nom, prénom : ..................................................................................................................................................................
Adresse : ...........................................................................................................................................................................
Ville : ......................................................................................
Code postal :
Mail : ......................................................................................
Affectation : ............................................................
❏ Je fais un don en faveur de la recherche médicale sur les surdités d’un montant de ..................................... €
❏ Je fais un don pour le fonctionnement d’un montant de .......................................... €
Chèque à l’ordre du Bucodes SurdiFrance à envoyer à :
Bucodes c°/ Surdi13, Le Ligourès - Maison de la vie associative - Place Romée de Villeneuve - 13090 Aix-en-Provence
Option choisie
Adhésion avec journal
Adhésion sans journal
Abonnement seul (4 numéros)
Montant
30 €
15 €
28 €
Supplément (1)
+ …… €
+ …… €
Bien préciser les options choisies
Certaines associations demandent un supplément d’adhésion
à rajouter aux 15 €, vérifiez si vous êtes concernés dans la liste
des sections et associations qui se trouve au dos de votre revue.
Vous pouvez également rajouter une somme pour un don
à l’association en soutien.
(1)
Nom, prénom ou raison sociale : .......................................
.........................................................................................
Adresse : ...........................................................................
.........................................................................................
Ville : ...............................................................................
Code postal :
Pays : ................................................................................
Mail : ................................................................................
Date de naissance :
Actif ou retraité : ...............................................................
Nom de l’association : .......................................................
Faire un chèque soit à l’ordre de l’association choisie (voir adresse page 32),
soit à l’ordre du Bucodes SurdiFrance à envoyer à Jeanne Guigo : 59, rue des Montagnes - 56100 Lorient
✁
Adhésion /
Abonnement
Bulletin d’adhésion et d’abonnement
✁
Nos sections & associations
Malentendants, devenus-sourds, ne restez plus seuls !
Bucodes SurdiFrance | Maison des associations du XXe boîte 82 | 1-3, rue Frédérick Lemaître | 75020 Paris
Tél. : 09 54 44 13 57 | Fax : 09 59 44 13 57 | contact@surdifrance.org
02
ASMA
Association des Sourds
et Malentendants de l’Aisne
37, rue des Chesneaux
02400 Château-Thierry
Tél. : 03 23 69 02 72
ardds02@orange.fr
Permanences :
e
• 2 lundi du mois de 14h à 16h
et sur rendez-vous
au 11 bis, rue de Fère
à Château-Thierry
• Hôpital de Villiers-St-Denis
sur rendez-vous
06
ARDDS 06
Alpes-Maritimes
Espace Association
12, place Garibaldi
06300 Nice
ylabancz.ardds06@gmail.com
13
Surdi13
Maison de la Vie Associative
Le Ligourès,
place Romée de Villeneuve
13090 Aix-en-Provence
Tél. : 04 42 54 77 72
Fax : 09 59 44 13 57
contact@surdi13.org
www.surdi13.org
Supplément adhésion : 2€
Permanences :
(sauf vacances scolaires)
lundi de 17h15 à 18h30
Permanence téléphonique le mardi
de 19h à 21h au 09 54 44 13 57
34
Surdi34
Villa Georgette
257, avenue Raymond-Dugrand
34000 Montpellier
Tél. : 04 67 42 50 14
SMS : 07 87 63 49 69
surdi34@orange.fr
http://surdi34.over-blog.com
35
Keditu
Association
des Malentendants
et Devenus sourds
d’Ille-et-Vilaine
12, square G. Travers - 35700 Rennes
Tél. : 02 99 30 84 67
SMS : 06 58 71 94 60
Fax : 02 99 67 95 42
contact@keditu.org
www.keditu.org
38
ARDDS 38
Isère
29, rue des Mûriers
38180 Seyssins
Tél. : 04 76 49 79 20
ardds38@wanadoo.fr
2 permanences par mois à Grenoble
44
ARDDS 44
Loire – Atlantique
4, place des Alouettes
44240 La Chapelle-sur-Erdre
Fax : 02 40 93 51 09
Accueil
Réunion amicale le 2e samedi du mois,
de 15 heures à 17h30
15
46
22
49
ARDDS 15 - Cantal
Maison des associations
8, place de la Paix - 15000 Aurillac
section-ardds15@hotmail.fr
Association
des malentendants
et devenus sourds
des Côtes d’Armor
C°/AM Bourdet
6 bis, rue Maréchal Foch
22000 Saint-Brieuc
Tél. : 02 96 37 22 87
am.bourdet@gmail.com
29
Association
des Malentendants
et Devenus Sourds
du Finistère - Sourdine
49, rue de Kerourgué
29170 Fouesnant
Tél. : 02 98 51 28 22
assosourdine@orange.fr
http://asso-sourdine.blogspot.fr
Supplément adhésion : 10€
Permanences :
(sauf vacances scolaires)
vendredi de 10h à 12h
29
Surd’Iroise
Association de Sourds,
Devenus Sourds
et Malentendants
28, route Cosquer
29860 Plabennec
Tél./Fax : 02 98 37 67 49
contact.surdiroise@gmail.com
30
Surdi30
20, place Hubert Rouger
30000 Nîmes
Tél. : 04 66 84 27 15
SMS : 06 16 83 80 51
gaverous@wanadoo.fr
http://surdi.30.pagesperso-orange.fr
33
Audition et Écoute 33
156, route de Pessac
33170 Gradignan
Tél. : 06 67 63 87 37
Fax : 09 56 00 06 56
contact@auditionecoute33.fr
www.auditionecoute33.fr
ARDDS 46
Lot
Espace Associatif Clément-Marot
46000 Cahors
asencio_monique@orange.fr
Surdi49
Maison des sourds
et des malentendants
22, rue du Maine - 49100 Angers
contact@surdi49.fr
http://surdi49.fr/
50
ADSM Manche
Les Unelles - rue Saint-Maur
50200 Coutances
Tél./Fax : 02 33 46 21 38
Port. : 06 84 60 75 41
adsm.manche@orange.fr
Supplément adhésion : 4€
Antenne Cherbourg
Maison O. de Gouge - rue Île-de-France
50100 Cherbourg Octeville
Tél. : 02 33 01 89 90-91 (Fax)
53
Association des
Devenus Sourds et
Malentendants de la Mayenne
15, quai Gambetta - 53000 Laval
Tél./Fax : 02 43 53 91 32
adsm53@wanadoo.fr
54
L’Espoir Lorrain
des Devenus Sourds
3, allée de Bellevue
54300 Chanteheux
Tél. : 03 83 74 12 40
espoir.lorrain@laposte.net
Supplément adhésion : 6€
Permanences :
(sauf vacances scolaires) 2e mardi
e
et 3 jeudi du mois de 14h30 à 17h
56
Oreille et Vie,
association des MDS
du Morbihan
11 P. Maison des Associations
12, rue Colbert - 56100 Lorient
Tél./Fax : 02 97 64 30 11 (Lorient)
Tél. : 02 97 42 63 20 (Vannes)
Tél. : 02 97 27 30 55 (Pontivy)
oreille-et-vie@wanadoo.fr
www.oreilleetvie.org
56
75
57
75
ARDDS 56
Bretagne – Vannes
106, avenue du 4-Août-1944
56000 Vannes
Tél./Fax : 02 97 42 72 17
Lecture labiale
et conservation de la voix
Mardi à partir de 17h
Maison des Associations
6, rue de la Tannerie
56000 Vannes
Lundi à 15h, salle Argoat
Maison-Mère des Frères
56800 Ploërmel
ARDDS 57
Moselle – Bouzonville
4, avenue de la Gare - BP 25
57320 Bouzonville
Tél. : 03 87 78 23 28
ardds57@yahoo.fr
Réunion amicale
er
le 1 lundi du mois à 17h15
4, avenue de la gare
57320 Bouzonville
59
Association
des Devenus-Sourds
et Malentendants du Nord
Maison des Genêts
2, rue des Genêts
59650 Villeneuve d’Ascq
SMS : 06 74 77 93 06
Fax : 03 62 02 03 74
contact@adsm-nord.org
www.adsm-nord.org
Supplément adhésion : 8€
Permanences :
Lille :
e
4 samedi du mois de 10h à 12h
Villeneuve d’Ascq :
1er mercredi du mois de 14h à 16h
62
Association
Mieux s’entendre
pour se comprendre
282, rue Montpencher - BP 21
62251 Henin-Beaumont Cedex
Tél. : 09 77 33 17 59
mieuxsentendre@wanadoo.fr
asso.mieuxsentendre.pagespersoorange.fr
64
ARDDS 64
Pyrénées
Maison des Sourds
66, rue Montpensier - 64000 Pau
Tél./fax : 05 59 81 87 41
ardds64@laposte.net
Réunions, cours de lecture labiale
et cours d’informatique
hebdomadaires
ARDDS Nationale
Siège
Maison des associations du XXe
boîte 82
1-3, rue Frédérick Lemaître
75020 Paris
contact@ardds.org - www.ardds.org
Accueil et lecture labiale
Jeudi de 14h à 16h
(hors vacances zone C)
75, rue Alexandre Dumas
75020 Paris
ARDDS
Île-de-France
14, rue Georgette Agutte
75018 Paris
arddsidf@free.fr
75
AUDIO
Île-de-France
20, rue du Château d’eau
75010 Paris
Tél. : 01 42 41 74 34
paulzyl@aol.com
75
AIFIC :
Association
d’Île-de-France
des Implantés Cochléaires
Hôpital Rothschild
5, rue Santerre
75012 Paris
aific@orange.fr
www.aific.fr
76
CREE-ARDDS 76
La Maison Saint-Sever
10/12, rue Saint-Julien - 76100 Rouen
cree.ardds76@hotmail.fr
Permanence accueil :
Le 1er mardi de chaque mois
de 14h à 17h et de 17h à 19h
sur RDV (contact par email)
84
Association
des Implantés Cochléaires
PACA
260, route de Caumont
84470 Châteauneuf-de-Gadagne
Tél. : 04 90 22 42 15
aic-paca@orange.fr
84
A.C.M.E Surdi84
8, chemin des Chartreux
30400 Villeneuve-les-Avignon
Tél. : 04 90 25 63 42
surdi84@gmail.com
85
68
Association
des Malentendants
et Devenus Sourds d’Alsace
63a, rue d’Illzach
68100 Mulhouse
69
ALDSM :
Association Lyonnaise
des Devenus Sourds
et Malentendants
9, impasse Jean Jaurès
69008 Lyon
Tél. : 04 78 00 37 79
aldsm69@gmail.com
72
Surdi72
Maison des Associations
4, rue d’Arcole
72000 Le Mans
Tél. : 02 43 27 93 83
surdi72@gmail.com
http://surdi72.wifeo.com
74
ARDDS 74
Haute-Savoie
31, route de l’X
74500 Évian
ardds74@aol.fr
86
ARDDS 85
Vendée
4, rue des Mouettes
85340 Île d’Olonne
Tél. : 02 51 90 79 74
ardds85@orange.fr
APEMEDDA
Association des Personnels
Exerçant un Métier
dans l’Enseignement Devenu
Déficient Auditif
12, rue du Pré-Médard
86280 Saint-Benoît
Tél. : 05 49 57 17 36
apemedda@gmail.com
http://aedmpc.free.fr
87
ARDDS 87
Haute-Vienne
16, rue Alfred de Vigny - 87100 Limoges
Tél. : 06 78 32 23 33
ardds87@orange.fr
91
Audition
Partage Implants (API)
Association des Implantés
Cochléaires de l’Hôpital Beaujon
26, rue de la Mairie
91280 Saint-Pierre-du-Perray
aichb@wanadoo.fr
www.aichb.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising