Texte intégral PDF (481 ko)

Texte intégral PDF (481 ko)
« Amérique latine — Rencontres : lucia Múrat »
Monica Haïm
Séquences : la revue de cinéma, n° 234, 2004, p. 25-26.
Pour citer ce document, utiliser l'information suivante :
http://id.erudit.org/iderudit/48048ac
Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir.
Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique
d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/
Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents
scientifiques depuis 1998.
Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : info@erudit.org
Document téléchargé le 16 novembre 2015 08:36
FESTIVALS
FFM 2004 I AMERIQUE LATINE : RENCONTRES
Lucia Mûrat
« Aujourd'hui, quand je vois
un noir pauvre et armé, je
sais qu'il est contre moi... »
C'est très différent de ma génération... Par contre, ce qui est plus
problématique, c'est que la réflexion, l'analyse critique, prônée par
ma génération, a été perdue au profit de gestes instinctifs.
Lefilmtraite d'un autre aspect qui n'est peut-être pas évident
pour le spectateur étranger. Cette rencontre des prisonniers politiques et des « droit commun » marque le début du Commando
rouge (comando vermelho) — l'organisation du trafic de drogue.
Un fantasme courant de la classe moyenne brésilienne veut que ce
soit les prisonniers politiques qui aient appris aux trafiquants
Tu me disais que Quase dois irmâos (Presque frères) est un film
comment s'organiser. En effet, les trafiquants ont beaucoup appris
autobiographique...
Pendant la dictature militaire, j'ai fait trois ans et demi de prison, de ces derniers pour ce qui est de l'organisation et de la discipline,
de 1971 à 1975. Ce que j'ai vécu n'était pas exactement ce que je mais ils l'ont appris non pas parce que cela leur a été enseigné,
raconte dans le film parce que, dans la prison des femmes, les poli- mais à cause du contact avec les prisonniers politiques et du contiques et le « droit commun » étaient séparées. C'était aussi le cas flit qui les opposait à ces derniers. Les trafiquants, eux aussi, alidans la prison des hommes. Mais, pour enlever à la lutte armée mentent ce fantasme en représentant les années passées aux côtés
son caractère politique, la dictature avait inscrit un article à la loi des prisonniers politiques comme des années d'apprentissage.
de Sécurité nationale en vertu de laquelle tous les résistants étaient Que le Commando rouge se réclame d'un apprentissage auprès
jugés, qu'ils aient ou non fait la lutte armée, qui prévoyait que le des prisonniers politiques est compréhensible puisque cela lui
vol à main armée soit jugé par cette même loi. C'est pour cela que donne une sorte de caution morale, mais que pensent les anciens
chez les hommes les prisonniers politiques et des braqueurs de prisonniers politiques de cette incroyable violence qui déborde
banques étaient ensemble. C'est donc à défaut de braqueuses de des favelas?
banques que ceci n'a pas été le cas dans la prison des femmes.
Pour nous cela représente une défaite et c'est de cette défaite que
Les militants luttaient pour la démocratie autant que pour
le film parle. Nous avons lutté pour un projet socialiste et, aujourl'amélioration des conditions sociales des déshérités. C'étaient des d'hui, j'ai la sensation d'être de l'autre côté. Dans ma jeunesse,
socialistes. Or, lorsqu'ils sont face à face avec ceux en faveur
quand je voyais un flic je le percevais comme mon ennerm alors
desquels ils luttent, c'est un affrontement terrible qui révèle l'abque quand je voyais un miséreux je le percevais comme mon ami.
sence totale d'un terrain commun...
Aujourd'hui, quand je vois un noir pauvre et armé, je sais qu'il est
Tout à fait. Et c'est là l'ironie. Le film fait le récit d'une déception, contre moi.
d'une utopie frustrée. C'est dire que les problèmes sociaux per- Cette sensation me semble très mélancolique.
durent, mais que leur expression est de plus en plus violente.
En effet, cela est très mélancolique. La phrase de Fernando Pessoa
C'est comme si cette utopie avait été écrasée par le débordement
que je mets en début du film — la vie vécue et la vie rêvée —,
de la favela, par l'attrait que sa culture — la musique, la drogue
phrase que Paolo Lins m'a suggérée, résume ce sentiment. Ce qui
— exerce sur les jeunes de la classe moyenne...
est curieux, en même temps, c'est que ma génération est mainEn effet, pour les jeunes d'aujourd'hui, la fascination pour ce tenant au pouvoir. Au gouvernement, il y a au moins trois mimonde-là constitue la seule transgression possible... Du reste, le nistres qui ont participé à la résistance armée. Lula a été un grand
lien qui s'est forgé entre ces deux mondes est très positif parce qu'il espoir pour tous. C'est là toute la complexité de la situation. Dans
valorise la culture de la musique et de la danse issue des favelas.
lefilm,quand le député vient à la prison, il a l'intention d'apporter
des changements... mais ce n'est pas facile parce qu'il faut tenir
1 / ai voulu rencontrer Lucia Mûrat parce que j'ai été fort
1 impressionnée par le face-à-face que son film met en scène
mJ
entre les militants politiques de gauche des années 70 et les
futurs caïds de la drogue dans les favelas. Je trouvais aussi que l'évocation du passé éclairait d'un autre jour des films comme O invasor
(FFM, 2002) et La Cité de Dieu (Cidade de Dios).
Monica Haïm
SÉQUENCES 234 novembre_décembre 2004
FESTIVALS
FFM 2004 I AMERIQUE LATINE : RENCONTRES
compte aussi de la situation internationale. Puis, il y a l'incroyable
pouvoir des narcotrafiquants qui, aujourd'hui, à Rio, ont la capacité de paralyser complètement la ville, et ils l'ont fait déjà à deux
reprises. C'est pour cela que je suis en faveur de la légalisation de
la drogue puisque c'est le seul moyen de casser ce pouvoir assis sur
des sommes d'argent colossales.
Vous avez écrit le scénario du film en collaboration avec Paolo
Lins, l'auteur du roman Cidade de Dios. Combien de temps cela
a pris pour monter ce projet... ?
J'ai commencé à réunir les fonds en 2000. Le film a coûté
700 000 dollars US ou 2 400 000 reais - c'est un film bon marché.
Les prix des laboratoires sont plus ou moins les mêmes que chez
vous, mais les salaires sont beaucoup plus bas. Aujourd'hui, les
installations de postproduction au Brésil sont aussi au point que
les vôtres. Nous n'avons donc plus besoin de faire quoi que ce
^M
soit à l'étranger. Si nous le faisons, c'est en raison des conditions
liées à la coproduction.
La partie la plus intéressante du travail a été celle avec les acteurs,
un mélange de professionnels et d'acteurs issus de groupes de
théâtre des favelas, qui sont aussi des professionnels, et des nonprofessionnels. Ce qui a été difficile pour les acteurs des favelas,
qui, par ailleurs, jouent très bien des personnages contemporains, c'était d'incarner des personnages des années 70; donc ils
ont fait des recherches auprès de leurs grands-parents, par exemple, sur le parler de cette époque...
Parce que le film n'est pas un blockbuster, il sortira en salle
au Brésil seulement en mars 2005. Puisque c'est un film qui exige
un certain niveau de réflexion de la part du public, je ne pense
pas qu'il attirera un public aussi grand que Cidade de Dios, par
exemple.
Sergio Cabrera
« J'aime le cinéma qui fait sentir
l'importance d'une pensée et d'une
action politique... »
D
epuis La Stratégie de l'escargot (La estrategia del caracôl,
1993), qui m'avait beaucoup amusée et séduite, surtout
quand j'ai réalisé que le protagoniste, don Jacinto, ressemblait à Marx, je voulais rencontrer Sergio Cabrera. Enfin, j'ai eu ce
plaisir le 7 septembre 2004 et voici ce que nous nous sommes dit...
Monica Haïm
C'est un morceau de terre qui est l'enjeu du récit de Perder es
cuestiôn de método (Perdre est une question de méthode), alors
qu'un immeuble résidentiel, une vecindad, est celui de La
stratégie... Que représente pour toi la propriété foncière ?
En soi, rien. Terre et maison sont des métaphores du pays. Mes
histoires racontent toujours mon pays en microcosme. La
Stratégie... parle d'une petite tentative de faire la révolution en
Colombie. C'est un mode d'emploi pour faire une révolution chez
soi, dans son immeuble. Le terrain que l'on se dispute dans
Perder..., c'est mon pays. Malheureusement, la Colombie est
SÉQUENCES 234 novembre_décembre 2004
encore un pays féodal. Il n'y a pas d'esclave, mais il s'en faut de
peu... Pensons qu'il y a quatre armées — l'armée régulière, la
guérilla, les paramilitaires et l'armée des narcotrafiquants.
Kurosawa aurait pu faire un film en Colombie. Avec quatre
armées, le partage du territoire est un grand enjeu. C'est peut-être
pour cela que cette figure revient dans mes films. Je veux montrer
au spectateur son pays. Alors je le reconstruis en microcosme.
Nous, cinéastes latino-américains, devons nous arranger
pour que notre public voit nos films. Donc, il faut qu'ils soient à
sa mesure. Or, le public colombien a été élevé dans le langage
cinématographique de Hollywood. Ce n'est pas dire que le public
n'est pas intelligent, au contraire, mais il est habitué aux codes
cinématographiques de l'industrie américaine. Donc, j'essaie de
donner un peu de « spectacle » — beaucoup d'acteurs et beaucoup de lieux — cela ne coûte pas beaucoup plus cher. Si j'étais
français, je ferais des films plus complexes, comme Godard. Mais
je suis latino-américain...
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising