PDF - 820.5 ko - Université Blaise-Pascal, Clermont

PDF - 820.5 ko - Université Blaise-Pascal, Clermont
//ÉDITO//
n ce début d’année 2008, après quelques semaines un peu
E mouvementées, je souhaite vous adresser des vœux qui ne
soient pas de simples vœux traditionnels.
Ce numéro de TOPO* dont j’apprécie la nouvelle présentation et
la qualité du contenu, est consacré pour une partie conséquente
à la réforme des Universités, et vous donnez les uns et les autres
votre opinion.
Quelle que soit l’évolution des Universités françaises, et de la notre en
particulier, le vœu le plus sincère que j’émets est que vous revendiquiez
toute votre place dans les instances de dialogue qui vous sont ouvertes.
Que ce soit dans les conseils centraux de l’université, au sein de votre
“fac”, ou au plus près de vos départements d’enseignements.
Il m’importe particulièrement que vos places soient occupées
et que vous vous y exprimiez.
C'est pour vous, mais aussi avec vous, que je souhaite relever
les défis qui s'ouvrent à notre université.
Je vous souhaite à tous une excellente année 2008.
Nadine LAVIGNOTTE
Présidente de l’Université Blaise Pascal
ous trouverez ici un TOPO* des derniers rebondissements
V de l’actualité étudiante, passée et à venir.
//SOMMAIRE//
LE BUREAU DE LA VIE ÉTUDIANTE :
LES TUTEURS DU BUREAU DE LA VIE
É T U D I A N T E . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . P. 3
A C T U A L I T É S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . P. 4
F O R M AT I O N :
L A LO I D E R É F O R M E D ’A U T O N O M I E
D E S U N I V E R S I T É S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . P. 5 / 6
Ce premier numéro de l’année est consacré en grande partie aux
élections universitaires étudiantes prévues au mois de Mars 2008
mais pas seulement car vous y trouverez aussi des éclairages sur
la Loi de Réforme des Universités, les activités culturelles et associatives
rythmant nos différents sites.
Le JVE fait peau neuve, avec un nouveau titre, et j’espère que tous
les étudiant(e)s pourront y trouver des informations utiles à leur vie
d’étudiants. Au nom de tous les tuteurs du Bureau de la Vie
Étudiante, je vous souhaite mes meilleurs vœux 2008 et que la réussite
soit au rendez vous à la fin de l’année. Pour ceux qui vont bientôt
quitter la vie de nos campus pour rejoindre la vie active, bonne
chance et surtout revenez vite faire profiter à vos cadets de vos
expériences professionnelles dans nos différents Masters !
Christian DIADHIOU
Vice Président délégué à l’animation étudiante
Chargé de mission BVE
*discours expos
VIE INSTITUTIONNELLE :
É L E C T I O N S U N I V E R S I TA I R E S ,
M O D E D ’ E M P LO I . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . P. 7
P O R T R A I T . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . P. 8 / 9
I N I T I AT I V E S :
A S S O C I AT I O N F R E N C H S H I P. . . . . . . . P. 1 0
A G E N D A . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . P. 1 1
CHRONIQUE LIBRE :
TGV AUVERGNE :
R Ê V E O U R É A L I T É ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . P. 1 2
Directeur de la publication : N. Lavignotte
Responsable de la publication : C. Diadhiou (chdiadhiou@etudiant.univ-bpclermont.fr)
Responsable de projet : A. Marques (aveline.marques@etudiant.univ-bpclermont.fr)
Ont collaboré à ce numéro : J. Majdin- S. Murat - M. Peyrat - L. Faure - M. Meillaud - F. Ciardullo
M. Ben Salem - G. Le Roux - M. Nicolas
Crédits photographiques : UBP - J. Pallé - Istock - Service Communication UBP
Contacts : BVE Cézeaux (04 73 40 51 99) - BVE Gergovia (04 73 34 66 07)
Création graphique, mise en pages : Turbulences (04 73 42 09 04)
2 //JOURNAL DE LA VIE ÉTUDIANTE// FÉVRIER 2008 - NUMÉRO 1
//LE BUREAU DE LA VIE ÉTUDIANTE//
LES TUTEURS DU BUREAU
DE LA VIE ÉTUDIANTE
Vous êtes ici sur la page réservée à l'équipe des tuteurs du Bureau
de la Vie Etudiante, rédacteurs de ce journal.
Nous souhaitons mieux nous faire connaitre, découvrez notre histoire,
nos missions et nos activités.
Le Bureau de la Vie étudiante,
service de l’Université
Le Bureau de la Vie Etudiante, service de
l’Université Blaise Pascal dont le fonctionnement est confié au Vice-président délégué à
l’animation étudiante, Christian Diadhiou,
sert d’interface entre les étudiants et l’Université.
Le Bureau de la Vie Etudiante est géré par
des étudiants recrutés chaque année (à vous
de postuler), qui s’attachent à vous informer
sur la vie de l’Université et à vous orienter
vers les services et structures compétents.
Le Bureau de la Vie Etudiante favorise aussi
l’animation de nos campus, soit en réalisant
lui-même des activités (voir ci-dessous), soit
en aidant des étudiants dynamiques.
Le Bureau de la vie étudiante est présent sur
deux sites: à la Maison des associations de
Gergovia et au sein de la Maison de la vie
étudiante sur le campus des Cézeaux.
Petit historique du
Bureau de la Vie étudiante
Mis en place lors de l’année universitaire
1998/1999, la Maison de la Vie Étudiante et
le Bureau de la Vie Étudiante ont été crées
à l’initiative des étudiants élus, conformément à une demande forte de la gouvernance de l’Université Blaise Pascal. L’Université fut l’une des premières en France à
disposer d’une telle structure, qui par ailleurs s’est toujours vue très soutenue par les
différents présidents de l’Université.
La Maison de la Vie Étudiante,
un lieu de vie avec :
• des salles de pratique musicale (piano, batterie etc.), de réunion et de travail
• une salle polyvalente
• un forum, lieu de manifestation : accueil
des lycéens lors de la fête de la science, exposition...
• une salle Multimédia avec accès Internet et
une couverture intégrale de la MVE en wifi
• le Bureau de la Vie Etudiante
• le Service de l’Étudiant : mission d’information, d’orientation, d’insertion professionnelle et l’Observatoire des études et de
la vie professionnelle
• le Service Santé Inter Universitaire (SSIU) :
service médico-social et Infirmerie
• le Service Interuniversitaire Handicap
(SIUH) et l’association HANDI-SUP
• permanences de la CAF chaque jour en
septembre et octobre
• permanences hebdomadaires de l’association AFEV et de l’association “Les Petits
Débrouillards”
• centres payeurs sécurité sociale étudiante
• un service reprographie géré par les tuteurs du BVE
• le Saxo, Restaurant Universitaire - Cafétéria et le Nota-Bene, Bar-Club
Depuis la rentrée 2007, le Comité Régional
du Sport Universitaire (FFSU)
Les bureaux sont ouverts de 9h30 à 12h30
et de 13h30 à 17h30. Tél. 04 73 40 53 18
Journées de rencontre et
du bénévolat organisées les
14 et 15 novembre 2007 (Gergovia)
Les tuteurs du Bureau de la Vie Étudiante
ont organisé un forum associatif à la faculté
de lettres, langues et sciences humaines.
Les étudiants ont pu y rencontrer les membres de diverses associations. Bien entendu
des associations étudiantes étaient présentes
telle que “l'association d’histoire-géographie”,
“le Club Unesco étudiant de Clermont-Ferrand”, “Frenchship” (voir page 10) et “Cinéfac”. En outre, les associations “A.F.E.V” et
“Genepi” qui travaillent avec les étudiants
ont eu de nouveau l’occasion de parler de
leurs différentes actions. Enfin, des associations impliquées dans la défense des droits
de l’homme telles que “Amnesty international”, “la Ligue des droits de l’homme” et
“Agile” ont présenté leurs activités. Les mem-
bres du Bureau de la Vie Étudiante tenaient
aussi un stand pour guider les étudiants et
répondre à leurs questions éventuelles à propos de leurs missions au sein de l’Université.
À l’issue de ces journées, les associations ont
été heureuses d’avoir l’opportunité de faire
découvrir leur travail aux étudiants et de
solliciter leur attention et dans certains cas
leur engagement. Cette expérience réussie
pourrait se renouveler à l’avenir au sein de
l’Université.
Si vous souhaitez avoir des informations à
propos de ces associations ou sur d’autres
associations clermontoises, n’hésitez pas à
venir vous renseigner dans les bureaux de la
vie étudiante (site Gergovia et site Cézeaux)
et y retirer le “Guide des associations” édité
par la ville de Clermont-Ferrand.
Autres manifestations
• Initiation au secourisme avec les Sapeurs
Pompiers du 19 au 23 novembre 2007,
Cézeaux.
• Tournoi de foot finalisé par une soirée de
remise de prix avec le groupe de musique
IZNAYEN (26-29 novembre 2007)
• Exposition sur le Don du sang et collecte
avec l’Etablissement Français du
Sang(EFS), Cézeaux.
par Julien Majdi, Sylvie Murat et Marie Peyrat
FÉVRIER 2008 - NUMÉRO 1
//JOURNAL DE LA VIE ÉTUDIANTE// 3
//ACTUALITÉS//
Toute l'actualité nationale et locale
concernant les étudiants est ici !
AUVERGNE
es 8 et 9 février 2008 se tiendra au Poly-
L dôme à Clermont-Ferrand le Salon Info-
FRANCE
Enfin une obligation de rémunération des stages ?
e ministre du travail, des relations so-
L ciales et de la solidarité Xavier Bertrand
et la ministre de l'enseignement supérieur et
de la recherche Valérie Pécresse ont présenté conjointement le 17 octobre dernier un
“projet de décret sur la gratification des
stages”.
Ce projet de décret vient en application de la
loi sur l'égalité des chances du 31 mars 2006
qui prévoyait dans son article 9 que “lorsque
la durée du stage est supérieure à trois mois
consécutifs, celui-ci fait l'objet d'une gratification dont le montant peut être fixé par
convention de branche ou par accord professionnel étendu ou, à défaut par décret”.
Peu de branches ayant conclu un tel accord,
le décret vient poser un minimum. Le montant minimal obligatoire est fixé à 12,5 % du
plafond horaire de la sécurité sociale ce qui
équivaut à 379,18 euros soit 29,6 % du SMIC
et ce à compter du premier jour du quatrième mois de stage.
Ce texte complèterait deux autres décrets
pris en application de la loi sur l'égalité des
chances à l'été 2006 : le premier encadre les
stages en rendant les conventions obligatoires et le deuxième exonère les entreprises
de cotisations sociales jusqu'à 29,6 % du
SMIC afin de favoriser la rémunération des
stages. Une charte des stages a été élaborée
en avril 2006 et diffusée dans les entreprises
et établissements d'enseignement supérieur.
Le projet de décret a aussitôt été rejeté par le
collectif Génération précaire et par certains
syndicats de salariés et d'étudiants car bien
en dessous de leurs revendications (voir encadré). Il dénonce ce décret comme un retour
en arrière puisque l'obligation légale de rémunération n'interviendrait qu'au quatrième
mois alors qu'actuellement de nombreux
stages sont rémunérés dès le premier.
Face à cette protestation, le comité de suivi
des stages et de professionnalisation des
cursus universitaires a relancé sa réflexion
pour proposer un nouveau projet de décret.
Le comité a été mis en place à la fin du mois
de septembre 2007 par Valérie Pécresse dans
le cadre de ses chantiers de réforme de l'université et notamment celui de "la réussite en
licence" qui passe selon elle par la professionnalisation. Il réunit représentants de
syndicats étudiants et salariés, représentants d'employeurs, d'établissements d'enseignement supérieur et de collectivités locales et chambres consulaires. D'autres
personnalités extérieures y siègent également comme le collectif Génération précaire.
Le comité des stages a pour but de collecter
des informations sur les stages, veiller à l'application de la législation existante, faire des
propositions pour renforcer les liens entre le
monde universitaire et le monde du travail et
remédier à une situation souvent jugée abusive.
La ville entend ainsi apporter son soutien à
ses jeunes doctorants et faire découvrir le
potentiel des universités et laboratoires clermontois qui font de la ville le 7ème pole de recherche français.
Informations
par Aveline Marques
Génération précaire
Le collectif génération précaire est né d'un appel à la grève spontané sur internet début septembre 2005 destiné à dénoncer une situation devenue intolérable : les stages sont de plus en plus nombreux et longs mais ne donnent toujours lieu à aucun droit. Le stage, outil pédagogique nécessaire
à l'insertion professionnelle, s'est peu à peu transformé en un bon moyen pour certains employeurs
d'obtenir une main d'œuvre souvent diplômée dont la rémunération n'est pas obligatoire. Il n'est
pas rare aujourd'hui de voir dans certaines entreprises des postes dont les missions sont équivalentes à celles remplies par des salariés mais exclusivement réservés à des stagiaires. Le réseau,
non-partisan, propose régulièrement des actions pour dénoncer cette situation et a mis au point
une réforme du statut des stagiaires: inscrire le statut des stagiaires dans le Code du travail, rémunération minimale de 50 % du SMIC dès le premier jour de stage et qui augmenterait ensuite
selon le niveau d'études et la durée du stage et assujettie aux contributions sociales sont leurs principales revendications. Génération précaire a aussi mis au point un guide, le “Parcours du combattant stagiaire”, disponible sur le site du collectif.
www.generation-precaire.org
4 //JOURNAL DE LA VIE ÉTUDIANTE// FÉVRIER 2008 - NUMÉRO 1
Sup organisé par l'ONISEP en partenariat
avec le rectorat de l'Académie d'Auvergne.
C'est l'occasion pour les lycéens de s'informer sur les études supérieures, ses filières et
ses débouchés en rencontrant les acteurs de
l'enseignement supérieur et les professionnels qui tiendront près de 140 stands. Les
étudiants pourront également se renseigner
sur d'éventuelles réorientations et sur la
poursuite de leurs études après un Bac+2 et
Bac+3 notamment vers la recherche. En effet, la mairie de Clermont-Ferrand y décernera pour la dixième année consécutive le
Grand prix jeune chercheur de la ville de
Clermont-Ferrand. Le vendredi 8 février,
douze jeunes thésards issus des universités
et laboratoires clermontois sélectionnés
après candidature effectueront une soutenance de leur thèse devant les Clermontois
et un jury composé de représentants du
monde universitaire, de la recherche, de l'industrie, de la presse et de la communication
et présidé par Bernard Dantal, adjoint à l'enseignement supérieur, à la vie étudiante, et
au développement des technologies à la ville
de Clermont-Ferrand et créateur du prix.
L'objectif : vulgariser leurs recherches, faire
partager leur talent et leur passion en vingt
minutes. Le lauréat du grand prix jeune
chercheur recevra un prix de 4500 euros et
deux accessits recevront 1500 euros. La lauréate du Grand prix jeune chercheur 2007
s'appelle Catherine Lehours, doctorante en écologie microbienne de l’Université d’Auvergne.
Salon InfoSup
Vendredi 8 février de 9h à 18h et samedi 9 février de 9h à 17h au Polydôme, place du 1er
mai à Clermont-Ferrand. (Entrée libre)
Grand prix jeunes chercheurs de la ville
de Clermont-Ferrand
Soutenance publique des thèses le vendredi
8 février de 9h à 12h10 et de 13h50 à 17h à
la salle polyvalente du Polydôme (niveau 1).
Remise des prix à L'Hôtel de Ville de Clermont-Ferrand le vendredi 8 février à 19h.
(Entrée libre)
Ateliers CV-lettres de motivations
8/01, 5/02, 4/03, 1/04, 6/05 : Carnot
24/01, 21/02, 20/03, 22/05 : Cézeaux
Renseignements auprès du Service de l’Étudiant correspondant
/ / F O R M AT I O N / /
LA LOI DE RÉFORME D’AUTONOMIE
DES UNIVERSITÉS
Dans cette rubrique, nous présenterons les nouveautés des formations de l'Université.
Pour ce numéro, enquête sur une réforme qui a beaucoup fait parler d'elle : la loi Relative aux libertés
et responsabilités des universités (LRU) adoptée par le Parlement le 1er aout 2007.
ous n’avez pas pu passer à coté de cette
V loi dite “d’autonomie des universités” qui
modifie le statut et le fonctionnement de nos
universités. Elle part d’un constat pessimiste
sur l’Université française : trop d’étudiants
sortent sans diplôme, inégalité entre les universités, problèmes de financement, mauvaise insertion professionnelle, médiocre
compétitivité des établissements français. La
loi “Pecresse”, du nom de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche
constitue le socle d’une réforme plus large visant à résoudre ces problèmes et donner un
nouvel élan à l’Université française.
Les réformes fondatrices de l’Université contemporaine
• Loi Faure du 12 novembre 1968 : Réorganisation totale de l’enseignement supérieur suite à la contestation étudiante de Mai 68. Les facultés deviennent des Unités d'Enseignement et de Recherche
(UER). Les universités obtiennent une autonomie statutaire, administrative, pédagogique et financière. Les étudiants, enseignants-chercheurs et personnalités extérieures participent désormais
à sa gestion. Enfin la loi favorise la pluridisciplinarité.
• Loi Savary du 26 janvier 1984: Elle proclame la notion de service public de l'enseignement supérieur
et ses quatre missions: la formation, la recherche, la diffusion de la culture et de l'information scientifique et technique et la coopération internationale. La loi confirme l'existence de trois cycles
d'étude et met en place l'organisation actuelle de la gouvernance.
• Circulaire ministérielle du 24 mars 1989: le plan quadriennal lie Etat et universités
Les principales dispositions
de la loi LRU
• Rénovation de la gouvernance
de l'Université
Le conseil d'administration (CA) devient
l'organe central face au Conseil d'études et
de la vie universitaire (CEVU) et au Conseil
scientifique (CS) qui n'ont plus qu'un rôle
consultatif. Le président voit ses pouvoirs
renforcés. Il est désigné par les membres
élus du CA et son mandat de quatre ans
est renouvelable une fois. Il préside les
trois conseils. Il nomme les personnalités
extérieures siégeant au CA (à l'exception
des représentants des collectivités territoriales), prépare et met en œuvre le contrat
pluriannuel, est responsable de la sécurité
et dispose d'un droit de veto à toute affection dans son établissement (sauf la première affectation des agrégés).Enfin, il peut
recruter des contractuels.
• Nouvelles missions pour l’enseignement
supérieur
Orientation et insertion professionnelle des
étudiants sont les nouveaux objectifs de
l'enseignement supérieur. Dans ce but, des
“bureaux d'aide à l'insertion professionnelle” seront créés dans chaque université
pour aider les étudiants dans leur recherche de stages et de premier emploi.
• Une autonomie accrue
La loi approfondit l'autonomie acquise par
les universités avec les lois de 1968 et de
1984. (Voir encadré)
- En matière budgétaire. Dans cinq ans,
toutes les universités disposeront d'une
enveloppe globale donnée par l'Etat
qu'elles pourront gérer de façon autonome. D’ici là, les universités volontaires
devront se soumettre à un audit du ministère pour y accéder. Le contrat pluriannuel d'établissement continue de lier
• 1998: Réforme LMD : mise en place de l'Espace européen de l'enseignement supérieur : réorganisation des grades universitaires en Licence/Master/Doctorat, fin du cadre national de diplôme:
les universités peuvent proposer à l’habilitation par le ministère leurs maquettes, système européen de transfert et d'accumulation de crédits, semestrialisation.
l'Etat à l'Université en fixant les obligations des universités, les moyens alloués
et les orientations.
- En matière de gestion des ressources humaines. Le CA pourra moduler les obligations de service des enseignants-chercheurs (enseignement, recherche, autres
taches administratives), gérer l'attribution des dispositifs d'intéressement pour
les personnels les plus méritants. Le président allouera les primes et pourra recruter des contractuels (CDI ou CDD)
pour occuper des fonctions techniques,
administratives, d'enseignement et/ou
de recherche. La loi met en place deux
nouveaux organes : Le comité technique
paritaire aura un rôle de consultation et
de contrôle de la politique en matière de
gestion des ressources humaines et sociale de l'établissement ; Les comités de
sélection, composés d'enseignent-chercheurs et assimilés de la discipline en
question autoriseront le recrutement de
leurs pairs.
- En matière de patrimoine. L'Etat transférera aux établissements volontaires la
pleine propriété des biens mobiliers et
immobiliers qui leur sont affectés.
• Des partenariats renforcés et
des ressources diversifiées
Pour renforcer les relations de l'Université
avec son environnement économique et engendrer de nouvelles sources de financement, la loi crée les fondations universitaires
et les fondations partenariales réunissant
l'université et d'autres organismes publics
ou privés intéressés par leurs activités de
formation et de recherche. La loi encourage
le mécénat des entreprises et particuliers en
faveur de l’Université en assouplissant ou en
étendant les réductions fiscales.
• Pour les étudiants
Les établissements ont l'obligation d'informer et d'orienter chaque étudiant personnellement lors de sa préinscription. En
matière de vie étudiante, les présidents
d'université pourront recruter des étudiants sur des contrats de travail à durée
déterminée.
• Une plus grande transparence
Des statistiques de réussite aux diplômes,
de poursuite d'études et d'insertion professionnelle des étudiants devront être publiées. Le bureau d'aide à l'insertion professionnelle des étudiants devra produire
un rapport sur les stages effectués par les
étudiants et le recteur d'académie devra
également faire un compte-rendu sur
l'exercice de la légalité (notamment au sujet des frais d'inscription)
• Un médiateur
La loi crée un médiateur de l'enseignement supérieur chargé de régler les litiges.
www.nouvelleuniversité.gouv.fr
FÉVRIER 2008 - NUMÉRO 1
par Aveline Marques
•••
//JOURNAL DE LA VIE ÉTUDIANTE// 5
/ / F O R M AT I O N / /
Véritable privatisation des universités ou réelle avancée ?
Nous avons réalisé un micro-trottoir aux Cézeaux, à Gergovia
et à Carnot pour demander leurs avis aux étudiants.
“Que pensez-vous de la réforme d’autonomie
des universités ?”
•••
Une réforme vivement contestée
par une partie de la communauté
universitaire
Cette loi a suscité des craintes chez les personnes concernées et en premier lieu les
étudiants qui se sont mobilisés à la faculté
de Lettres, langues et sciences humaines en
organisant manifestations et blocus au mois
de Novembre dernier.
Concernant l'autonomie budgétaire, les opposants ont dénoncé un désengagement financier de l'Etat qui ouvrirait la voie à une
privatisation. Ils craignent que les fonds se
dirigent en majorité vers les universités et filières rentables et accroissent ainsi les inégalités et que l'Université soit contrainte de
supprimer des postes et d'augmenter les
frais d'inscription pour pallier un manque de
ressources éventuel. Avec l'augmentation du
nombre des personnalités extérieures siégeant au Conseil d'administration et les financements des entreprises, les anti-LRU
dénoncent une possible pression sur les programmes d'enseignement et de recherches.
Par ailleurs, ils pointent du doigt la fin de la
démocratie universitaire: le CS et le CEVU
n'ont plus qu'un avis consultatif face à un
conseil d'administration dont les pouvoirs
sont renforcés et l’effectif réduit. La proportion de personnalités extérieures augmente
tandis qu’étudiants et personnels IATOSS
voient la leur diminuer. Le président accroit
ses pouvoirs et est élu par l’unique CA. Il gère
les dispositifs de prime et l'emploi de contractuels, dénoncé par ailleurs comme atteinte
au statut de la fonction publique. Les étudiants sont enfin réservés sur “la procédure
d'orientation active” et la professionnalisation
recherchée des étudiants, craignant d'être
transformés en “travailleurs précaires”.
Le gouvernement a répondu a quelques unes
des craintes des étudiants en formalisant la
promesse du Président de la République Nicolas Sarkozy d'augmenter d'ici 2012 de 50%
le budget de l'université à raison d'un milliard d'euros supplémentaire de budget par
an. Valérie Pécresse s'est également engagée
à la mise en place d'un texte qui garantit
l'égalité des diplômes et des étudiants sur
l'ensemble du territoire. Elle a enfin annoncé
une accélération des réformes notamment le
chantier “réussir en licence”.
- Aurélie (Kiné-3èmeannée) : “Il est certain
qu’il fallait une réforme pour notre université, j’espère que cette loi va dans le bon
sens mais on s’inquiète tous pour les frais
d’inscription et la sélection à l’entrée. En
aucun cas la fac ne doit être réservée à une
élite sociale.”
- Romain (L1-Chimie) : “J’espère que cette loi
nous permettra d’augmenter les moyens de
l’Université à moyen-long terme car le budget semble vraiment être un gros problème.”
- Abdel (Master-1 Physique) : “Je ne connais
pas le texte en détail mais je trouverais
inadmissible que l’on privatise à l'américaine l’enseignement supérieur français et
que l’on doive payer 5000 euros ou plus de
frais d’inscription par an.”
- Florian (L3-Biologie) : “C’est vrai que l’on
a des gros soucis pour trouver un emploi à
la fin de nos études. Il me semble que la
formation ne correspond pas assez aux attentes des employeurs, ça semble donc une
bonne idée de faire appel à des fonds privés
ainsi qu’à des personnes extérieures pour
que l’Université soit étroitement liée avec le
monde de l’entreprise.”
- Mélanie (L1-STAPS) : “Moi je suis plutôt
contre cette loi car je trouve que l’on enlève
encore un peu plus de pouvoir aux étudiants. Je ne veux pas que ce soit le MEDEF qui contrôle notre fac…”
6 //JOURNAL DE LA VIE ÉTUDIANTE// FÉVRIER 2008 - NUMÉRO 1
- Steve (L3 histoire) : “La loi est peu satisfaisante, j’ai du mal à comprendre comment
on peut prôner la diversité tout en réduisant
de moitié le Conseil d’Administration de la
fac. Le financement privé tendra à valoriser
des secteurs tels que le droit, l’économie ou
les sciences et je crains que les disciplines
de lettres et de langues soient en danger.”
- Émilie (L2 histoire de l’art) : “En même
temps est-ce que l’Université est là pour
nous apporter une ouverture d’esprit, où
nous conduire sur le marché du travail ?”
- Dieynaba KANOUTE (M2 Gestion Interculturelle des Ressources Humaines) :
“L’accessibilité de l’Université pour les étudiants étrangers sera certainement réduite
et c’est dommage pour l’attraction et
l’image de la France.”
- Julien BORELLO et Timothée GARNIER
(M1 Langues Etrangères Appliquées) :
• Julien : “Si c’est pour finir comme aux
Etats Unis où on privilégie les élites qui
vont recevoir un bon enseignement je ne
suis pas d’accord avec cette loi.”
• Timothée : “En même temps si cela peut
aider des filières comme les notre et avoir
plus d’argent et du matériel, pourquoi
pas ?”
• Julien et Timothée : dans tous les cas
il faudra un contrôle de l’Etat…
//VIE INSTITUTIONNELLE//
ÉLECTIONS UNIVERSITAIRES,
MODE D’EMPLOI
À chaque numéro, une présentation d’une institution de l’Université.
À quelques semaines des élections étudiantes aux conseils,
faisons le point.
1 représentant d’un organisme professionnel des employeurs.
1 représentant d’un organisme professionnel de salariés.
• 5 étudiants (soit 16,7 % au lieu de 20 %).
• 3 représentants des personnels de bibliothèque, administratifs, ingénieurs,
techniques, sociaux et de santé (IATOSS)
(soit 10 % au lieu de 14,9 %).
• Le conseil scientifique (CS) :
Le CS est consulté par le Conseil d’administration sur les orientations des politiques de recherche, de documentation
scientifique et technique de l’Université,
ainsi que sur la répartition des crédits de
recherche. Il assure la liaison entre l’enseignement et la recherche.
est quand ? En mars prochain, nous
C’devrions élire les étudiants qui nous
représenteront dans les différents conseils
pour les deux prochaines années. Les élections aux conseils de gestion des UFR et autres composantes de l'Université auront lieu
à cette même date.
Pourquoi on vote ? Les élus auront la lourde
tâche de faire entendre la voix des étudiants
durant les votes de budget ou d’orientation.
Ces élections sont d'autant plus importantes
qu'avec la loi d'autonomie, la proportion
d'étudiants dans les conseils a été réduite.
Comment ça se passe ? Pour le Conseil
scientifique et le Conseil des études et de la
vie universitaire, l'élection se fait au suffrage direct par collège distinct. Pour le
Conseil d'administration, l'élection se fait
au scrutin de liste à un tour avec représentation proportionnelle au plus fort reste.
Chaque liste assure la représentation d'au
moins deux des grands secteurs de formation enseignés à l'Université. Pour chaque représentant, un suppléant est élu dans les
mêmes conditions que le titulaire.
Plusieurs syndicats, groupements de syndicats ou d’associations formeront une liste
parmi lesquels l’UNEF (Union Nationale des
Etudiants de France), l'UNI (Union Nationale Interuniversitaire), l’AGEC (Association
Générale des étudiants de Clermont-Ferrand), la Cé (Confédération Etudiante), Interassos ou encore l'APSYS (Association Psychologie Sociale). Les listes ne sont pour la
plupart pas encore formées à l'heure ou
nous bouclons. Cette énumération n'est
donc pas exhaustive.
Nous avons interviewés des membres de ces
syndicats et associations. (Voir page 8 et 9)
Missions et compositions des conseils :
des changements notables introduits
par la loi LRU
• Le conseil d’administration (CA) :
C’est l'organe central. Il décide de la politique de l’établissement et vote le budget. Il
a également un rôle dans la gestion des
ressources humaines en répartissant les
emplois alloués, approuve les conventions,
assure le pouvoir disciplinaire. Le conseil
d'administration est désormais le seul organe de décision, les autres conseils
n’ayant plus qu’un rôle de consultation.
La nouvelle composition :
À l’université Blaise-Pascal il comportera
30 membres au lieu de 60 avant la loi LRU
répartis de la manière suivante :
• 14 enseignants-chercheurs ou assimilés
(soit 46,6% des sièges au lieu de 43,2%).
• 8 personnalités extérieures (soit 26,6%
contre 21,6%) répartis ainsi :
3 représentants des collectivités territoriales (dont au moins un siégeant au
Conseil Régional).
2 personnalités autres choisies par le président en fonction de leurs compétences.
1 chef d’entreprise ou assimilé cadre dirigeant d’entreprise.
La nouvelle composition :
Peu de changement avec la loi LRU
• 16 professeurs et personnels assimilés.
• 3 personnels habilités à diriger des recherches et docteurs d’État.
• 5 personnels pourvus d’un doctorat 3ème
cycle ou doctorat ingénieur.
• 2 autres enseignants chercheurs.
• 4 ingénieurs, ASI et techniciens.
• 2 personnels IATOSS.
• 4 étudiants en doctorat inscrits dans
l’établissement au lieu de 3.
• 4 personnalités extérieures au lieu de 5.
• Le conseil des Études et de la vie universitaire (CEVU) :
Ce conseil est consulté sur les orientations des enseignements de formation initiale et continue et instruit les demandes
d’habilitation des diplômes par le Ministère
et les projets de nouvelles filières. Il étudie
les questions concernant l’information,
l’orientation, l’insertion, l’environnement
social, sportif et culturel des étudiants. Il
gère par délégation du Conseil d’Administration le fonds de développement et de solidarité des initiatives étudiantes (FSDIE).
La loi en fait le garant des libertés étudiantes. Le CEVU élira maintenant un
vice-président étudiant parmi les élus étudiants du CEVU alors qu’auparavant ce
dernier était nommé par le président.
Composition :
Pas de changement avec la loi LRU
• 6 professeurs et assimilés.
• 6 représentants des autres personnels
enseignants-chercheurs, enseignants et
assimilés.
• 12 étudiants.
• 4 représentants des personnels IATOSS.
• 4 personnalités extérieures.
FÉVRIER 2008 - NUMÉRO 1
//JOURNAL DE LA VIE ÉTUDIANTE// 7
//PORTRAIT//
Dans cette rubrique, nous partons à la rencontre d’étudiants,
professeurs ou anciens de l’Université Blaise Pascal pour en savoir plus
sur leurs parcours, travaux ou activité particulière.
Dans le contexte des élections, nous avons interviewés des étudiants
membres des syndicats ou associations qui constitueront des listes
pour qu’ils nous parlent de leur engagement et des idées défendues
par leur groupement.
Nous proposons donc deux
listes : une pour l'UFR psychologie, liste APSYS ; une commune
avec l'ensemble des BDE de
l'Université : liste Inter-Associations. Notre engagement dans les
conseils est dans la continuité de
notre engagement associatif.
Entretien avec Alban Coudeyre,
président de l'APSYS (Association
de Psychologie Sociale),
élu étudiant au conseil
de gestion de l'UFR psychologie.
Il est en Master1 de psychologie.
Topo : Quelle a été l'origine
de ton engagement ?
Alban Coudeyre : Le domaine
social et le domaine humanitaire ont toujours été des valeurs
importantes pour moi, c'est pour
cela que j'ai décidé de m'investir
dans mon B.D.E. et, dans cette
continuité, dans les élections.
Mes objectifs sont de représenter
au mieux nos étudiants et de
leur proposer un maximum de
services.
Topo : APSYS, Inter-Associations, qu'est-ce que c'est ?
AC : Nous ne sommes pas un
syndicat étudiant mais nous faisons partie d'associations d’étudiants, tous bénévoles.
Mon association est l'APSYS (association de psychologie sociale) :
c'est le bureau des étudiants
(BDE) de psychologie de l'Université Blaise Pascal. Notre but
est de proposer le maximum de
services aux étudiants : annales,
bourses aux livres, soirées étudiantes, t-shirts, accès internet,
bibliothèques, AFPS etc. Nous
menons également des actions
humanitaires (collectes, Téléthon etc.). L'un de nos buts est
aussi de représenter nos étudiants dans les conseils afin de
défendre au mieux leurs intérêts.
Topo : Quelles sont vos idées
principales pour les élections
universitaires ?
AC : Nos priorités sont d'ordre
associatif et social : associatif car
nos associations ont besoin d'un
soutien universitaire pour exister (locaux et subventions) et
ainsi permettre l'accès à tous nos
services et pouvoir en proposer
d'autres. Social car notre but
c'est de concilier les intérêts des
étudiants (horaires de cours,
nouveaux enseignements, critères de sélection, accessibilité
des disciplines enseignées, gestion des locaux...) avec ceux des
personnels de l'Université et
aussi avec les contraintes budgétaires.
Topo : Comment les réaliser
dans le contexte politique
actuel ?
AC : Nos listes sont apolitiques :
cela ne signifie pas que nous ne
nous engageons pas pour défendre nos étudiants et nos universités mais nous ne sommes
pas influencés par des groupes
politiques (syndicats, partis, idéologies), ceci nous permet d'avoir
un jugement le plus objectif possible.
Le contexte politique actuel est
complexe : la suite de la réforme
L.M.D. est en cours et les universités sont de plus en plus
contraintes à des objectifs de sélection, de résultats et de rentabilité alors que la mission première
de l'université est de découvrir,
partager et transmettre des savoirs. Nos décisions sont prises en
fonction des contraintes précises
de chaque établissement et
groupes d'étudiants concernés,
8 //JOURNAL DE LA VIE ÉTUDIANTE// FÉVRIER 2008 - NUMÉRO 1
mais toujours dans l'intérêt de
tous les étudiants. Nos moyens
d'action sont donc le combat associatif, la discussion et l'interaction dans les conseils.
Entretien avec Benoît Conley,
secrétaire national de la Confédération Etudiante et responsable
de la délégation Auvergne.
Il est en 3ème année de Sciences
Politiques à Paris.
Topo : Quelle a été l’origine de
ton engagement ?
Benoit Conley : Je me suis engagé par goût du militantisme et
avec l'envie de développer une
nouvelle forme de syndicalisme :
une approche plus constructive
que strictement d'opposition.
Topo : Peux-tu nous présenter
la Confédération étudiante ?
BC : La Confédération Etudiante
(Cé) est un jeune syndicat étudiant crée en mars 2003. Au départ, les fondateurs de la Cé était
une vingtaine de personnes. Depuis, elle est présente sur la majeure partie du territoire et
compte plus de 4000 adhérents
partout en France. En 2005,
nous avons participé à la campagne pour le “OUI” à la Constitution Européenne pour pouvoir créer un véritable espace de
vie en commun pour un demimilliard d'individus !
En 2006, la Cé se prononce
pour le retrait du CPE et commence à avoir une visibilité qui
dépasse le cadre universitaire et
en juin 2006 elle devient représentative au CNESER (Conseil
National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche), du
jamais vu en si peu de temps.
Enfin en 2007, elle interpelle
les candidats à la présidence de
la République en leur posant une
seule question : êtes-vous favorable à ce que l'insertion des
jeunes figure dans les missions
de l'université ? À cette question,
les trois principaux candidats ont
répondu favorablement. Cette
//PORTRAIT//
mission est désormais inscrite
dans la loi grâce à notre action :
c'est une de nos plus grandes
victoires syndicales !
Topo : Quelles sont les
idées défendues par la
Confédération Etudiante
pour les prochaines élections universitaires ?
BC : Nous défendons un engagement syndical, démocratique
et efficace. Syndical parce que
nous représentons la société civile sans être attaché à un parti
politique ou à une idéologie. Notre but est de défendre l'intérêt
des étudiants, sans faire du corporatisme ou du lobbying. Démocratique parce que nous
contestons les blocages décidés
à la va-vite par une minorité.
Nous tenons à ce que ces décisions soient prises par l'ensemble des étudiants à travers un
vote par référendum car cette
question concerne l'avenir de
tous. Efficace, enfin, car le but de
toutes nos actions est l'évolution
de la situation des étudiants et
non le maintien de la situation
antérieure ou le statut quo.
Topo : Comment comptezvous les mettre en place
dans le contexte politique
actuel ?
BC : À la Confédération Etudiante, nous n'agissons pas en
fonction de la couleur politique
du gouvernement. Nous faisons
tout pour résoudre les problèmes
étudiants, comme l'insertion professionnelle ou les aides sociales.
Pour les étudiants de l'UBP,
nous allons tout réaliser pour
que l'Université permette d'offrir
de réels débouchés quelque soit
la filière de départ de l'étudiant
et qu'ils aient les armes pour
s'insérer dans la vie active.
Entretien avec Grégory BASTIDE,
Trésorier de l’AGEC (Association
générale des étudiants clermontois) et élu étudiant au Conseil de
gestion de l’UFR Lettres, Langues
et Sciences Humaines .
Il sera probablement candidat
au Conseil d’Administration de
l’Université. Il est en 3ème année
de Licence d’Histoire.
Topo : Quelle a été l’origine de
ton engagement ?
Grégory Bastide : Mon cursus
Economique et Social et mon
contexte familial y sont pour
une grande part. Sans vouloir
étaler ma vie (sourire), mon engagement est venu relativement
tôt. Dès le lycée je me suis engagé dans des mouvements
contre la loi Fillon. Ensuite à l’entrée en fac, nous nous sommes
mobilisés avec l’UNEF contre
l’expulsion de “Nadège”, étudiante étrangère en fac de Droit.
Puis plus récemment avec le
grand mouvement contre le CPE.
Aujourd’hui je milite au sein de
l’AGEC contre la loi d’autonomie
des universités et m’engage pour
les prochaines élections étudiantes.
Topo : Qu'est-ce que l'AGEC ?
GB : L’AGEC est L'Association
Générale des Etudiants Clermontois. C’est une des plus
vieilles associations étudiantes
de Clermont-Ferrand (depuis
1920). Pendant longtemps rattachée à l’UNEF (ndlr : Union Nationale des Etudiants de France)
elle s’est reformée de manière indépendante en janvier 2007.
L’AGEC est une association “libérée” de tout parti politique
mais en aucun cas une association apolitique. Elle est présidée
par Juliette GRAND, Vice Présidente déléguée à la vie étudiante
de l’Université Blaise Pascal. Elle
regroupe aujourd’hui environ
120 étudiants issus des deux
universités clermontoises.
Topo : Quelles sont les idées
défendues par le syndicat pour
les prochaines élections universitaires?
GB : L’AGEC défend un enseignement supérieur public, laïc et
gratuit. Plus concrètement nous
luttons contre la sélection à l’entrée de l’université, l’augmentation des frais d’inscription et le
désengagement financier de
l’Etat vis-à-vis de l’université.
Nous proposons également l’établissement d’une charte universitaire concernant les modalités
d’examen, afin que tous les étudiants aient les mêmes droits.
Topo : Comment comptez-vous
faire appliquer vos idées ?
GB : Nous comptons faire remonter nos idées aussi bien au
niveau des conseils de gestion
des UFR qu’au niveau des
conseils de l’Université. Cette
mission est délicate. En effet
force est de constater la faible représentation des étudiants au
sein des conseils et l’absen-
téisme de certains élus étudiants ; c’est pourquoi notre
mission est aussi d’inciter les
étudiants à être acteurs de la vie
universitaire et à se mobiliser
pour les prochaines élections
étudiante.
Entretien avec Florent Naranjo,
militant à l'UNEF (Union Nationale des Etudiants de France),
il est en Master1 d'histoire.
Topo : Quelle est l'origine de
ton engagement ?
Florent Naranjo : La casse des
diplômes introduite par le LMD,
un système de bourses insuffisant et inadapté aux besoins des
étudiants, des loyers et des frais
d’inscription trop élevés,le fait
d’être obligé de se salarier en plus
des études… Être étudiant c’est
la galère ! À l’heure où la seule réponse du gouvernement contre la
dégradation de notre pouvoir
d’achat c’est “Ben… y’a qu’à travailler plus pour gagner plus !”, il
faut savoir que depuis 2001 les
dépenses étudiantes ont augmenté de 27,2 % contre seulement 10 % pour les aides. 93 %
des étudiants n’ont pas accès à
une chambre en Cité-U et se tapent des loyers monstres ! 47 %
des étudiants sont obligés de
mener la double journée études +
boulot pour pouvoir vivre et plus
de 100 000 étudiants vivent sous
le seuil de pauvreté. Si l’on considère que la mission est d’étudier,
alors il faut lui donner un vrai statut social avec les moyens de le
faire dans de bonnes conditions.
Le projet politique du gouvernement est un retour au 19ème siècle : il construit peu à peu des
facs d’élite, des “Harvard à la française” pour quelques milliers
d’étudiants ; tandis qu’il promet
à la majorité la précarité par la
casse des diplômes, du code du
travail et des acquis sociaux gagnés pendant le 20ème siècle. Ou
l’on dit, comme l’a toujours été le
sens du progrès, que l’Education
est un service public qui porte et
transmet le savoir et la culture,
démocratique et accessible à
tous ; où l’on change sa nature.
Pour nous, étudier doit être un
droit, pas un privilège.
Topo : Quelles sont les idées
principales de l'UNEF ?
FN : Nous sommes dans une situation cruciale où l’enjeu va être
de sauver nos derniers acquis que
FÉVRIER 2008 - NUMÉRO 1
le gouvernement veut faire sauter. Il va falloir se battre contre les
conséquences négatives de la
LRU que nous n’avons pas réussi
à faire abroger. Il va falloir défendre nos filières, nos enseignements, l’indépendance de la recherche, se battre contre la
hausse des frais d’inscription et
l’introduction à grande échelle des
contrats précaires dans nos facs.
Nous nous battons aussi pour la
hausse du nombre de postes aux
concours et pour la diminution
du tarif pour les étudiants dans
les transports en commun.
Topo : Comment comptezvous agir ?
FN : L’Université n’est pas déconnectée du reste de la société.
Quand on regarde le CAC-40, on
n’a jamais autant produit de richesses qu’aujourd’hui ! De l’argent il y en a ! Seulement, ce gouvernement fait le choix de favoriser une poignée d’actionnaires
déjà pleins aux as...Nous pensons
que seule l’unité peut nous permettre d’être à la hauteur des enjeux. C’est pourquoi nous proposons aux syndicats étudiants,
d’enseignants et de personnels un
grand front électoral pour sauver
l’Université lors des élections de
l’UBP en mars : une seule liste
étudiante regroupant l’UNEF,
l’Agec, Sud-étudiant, des associations étudiantes et des nonsyndiqués ; une seule liste d’enseignants et une seule liste de personnels. Le tout avec le même label, la même plateforme de revendications et une campagne
commune. De la même manière,
il va falloir se battre dans les
CROUS pour une augmentation
des bourses, la création d’une allocation d’autonomie pour tous les
étudiants et contre la privatisation
rampante qui entraîne des
hausses de loyers, une baisse de
qualité etc. Mais nous avons aussi
conscience que tous ces combats, il faut les mener nationalement et que face à un gouvernement dont la règle est de faire passer toutes ses réformes en force ou
l’été, pour être à la hauteur des
enjeux, il faudra aussi être capable de construire des mobilisations d’ampleur comme nous
l’avons fait contre le CPE.
Propos recueillis par F. Ciardullo,
M. Ben Salem, G. Le Roux,
M. Nicolas et A. Marques.
Sud-étudiant et l'UNI n'ont pas donné
suite à nos demandes d'entretien.
//JOURNAL DE LA VIE ÉTUDIANTE// 9
/ / I N I T I AT I V E S / /
ASSOCIATION FRENCHSHIP
À chaque numéro, nous vous présenterons une association ou
un projet réunissant des étudiants de l'Université Blaise Pascal.
Un mardi d'hiver, il est 15h au Service universitaire des étudiants étrangers (SUEE)
sur le site Carnot. Le hall se remplit soudain d'étudiants de toutes nationalités sortant de leurs cours intensifs de français.
Emmanuelle, 21 ans, en troisième année de
licence d'anglais, est attablée en pleine discussion avec une jeune chinoise dont elle
prendra le contact. Elle est présidente de
l'association Frenchship qui aide et accueille les étudiants étrangers et effectue là
sa permanence. Nous l'avons interviewée
sur son action.
Topo : Comment s'est fait ton engagement dans l'association Frenchship ?
Emmanuelle : Il y a un an, j'ai vu une affiche
à la fac qui disait quelque chose comme “tu
es allé à l'étranger ? Tu veux partir à l'étranger ? Tu veux rencontrer des étudiants étrangers ? Rejoins frenchship”. J'ai passé un an
en Irlande juste après mon bac et ma soif de
découverte de l'étranger n'a fait qu'augmenter, je me suis donc sentie très concernée et
je suis allée à la réunion d'information organisée par Marion, une étudiante de LEA de
retour des USA. Cette rencontre avait pour
objectif de relancer l'association endormie
depuis plusieurs années. L'idée d'accueillir
des étudiants venant de partout dans le
monde et de les aider à s'intégrer, à découvrir
notre culture, et à ce qu'ils passent une année aussi agréable que possible me plaisait
énormément. J'ai très vite vu la nécessité de
cette association. Les étrangers sont souvent
perdus, il y avait assez peu de choses faites
pour eux.
Ayant vécu en Irlande, je savais combien
l'aide d'un “natif” pouvait être précieuse. Par
la suite, nous avons organisé une petite fête
pour la St-Patrick, puis un pique-nique de
fin d'année mais il a fallut créer un bureau
pour que l'association ne retombe pas aux
oubliettes à la fin de l'année universitaire.
Marion est partie à Lyon, nous étions peu à
rester à Clermont et nous nous sommes
“battus” pour trouver trois personnes : Mélanie Clériot est la trésorière, Christophe
Vincent le secrétaire et moi la présidente.
Topo : En quoi consiste l'association ?
Emmanuelle : L'association est là pour accueillir les étudiants étrangers à leur arrivée,
les aider dans toutes les tâches de la vie quotidienne qui peuvent vite se transformer en
calvaire si on ne maitrise pas bien la langue
comme ouvrir un compte en banque ou
constituer un dossier CAF. On les renseigne
sur un peu tout et n'importe quoi : sport, culture, bars, fonctionnement des institutions
etc. On les aide aussi à rencontrer des étudiants français, ce qui est difficile pour eux
car les Français ne sont pas toujours très ouverts. Cela leur donne des occasions de parler français et de ne pas rester entre compatriotes et parler leur propre langue comme
c'est souvent le cas. On fait des animations,
sorties, fêtes ensemble. On veut remédier à
cet isolement, à notre niveau.
caine” en cuisinant les plats typiques associés à cette fête. Pour Noël, nous l'avons célébré à la façon des différents pays et chacun
a pu présenter sa culture et découvrir celle
des autres. Nous allons faire une sortie patinoire très prochainement, puis la Chandeleur, la St-Patrick, Pâques et des soirées à
thème comme soirée Anglais, Espagnol, etc.
Nous discutons avec les tuteurs du Bureau
de la vie étudiante pour organiser ensemble
une soirée interculturelle. Nous avons aussi
mis en place un système de parrainage pour
que les étudiants étrangers qui le souhaitent
puissent avoir une aide et un contact privilégié avec un étudiant français tout au long
de l'année. Actuellement nous n'avons malheureusement que 25 inscrits français, c'est un
peu ce qui manque, les Français ! En revanche
les étudiants étrangers sont plus de 200 et on
a de nouveaux contacts chaque semaine.
Topo : Quelles sont vos actions ?
Emmanuelle : Pour le moment, nous avons
organisé un pot d'accueil en partenariat avec
le SUEE, Thanksgiving et Noël international.
Nous avons fêté Thanksgiving “à l'améri-
Quelques infos sur Frenchship
L'association a été fondée il y a une vingtaine d'années par le département Langues étrangères appliqués de l'époque, au tout début des échanges internationaux. Elle avait pour but de trouver des
familles d'accueil françaises pour les étudiants étrangers. Elle a été relancée en 1992 avec l'aide
de Monique Chapel, responsable de la Maison de la Vie étudiante, qui faisait à l'époque partie du
SUEE. Frenchship reçoit un financement via le FSDIE (Fonds de développement des initiatives étudiantes) et une aide du SUEE
Permanences : hall du SUEE mardi 12h15-15h10; mercredi 10h15-12h10, jeudi 11h15-14h10 et
15h15-16h10
Contact : association.frenchship@gmail.fr - Forum : www.frenchship.smileforum.info/index.php
10 //JOURNAL DE LA VIE ÉTUDIANTE// FÉVRIER 2008 - NUMÉRO 1
//AGENDA//
Toute l'actualité culture,
sports et loisirs des services
et associations de l'Université
Blaise Pascal
Côte Blatin à Clermont-Fd) Spectacle de
l'atelier théâtre du S.U.C. d'Isabelle
Krauss : Yerma, de Federico Garcia
Lorca. Tarifs : 3 €/6 €
• Samedi 24 mai à 20 h ou 20 h 30 :
Grand Amphithéâtre Gergovia (UFR
Lettres - 29 Bd Gergovia à Clermont-Fd)
Présentation publique de l'atelier de théâtre du S.U.C. “BARKER” (3ème session),
dirigé par Cédric Veschambre : “(Oncle)
Vania”. Tarifs : 3 €/6 €
• Vendredi 13 et samedi 14 juin à 20 h 30 :
Salle Georges Guillot (Résidence Lebon 28 Bd Côte) Spectacle de l'atelier théâtre
de Jean-Luc Guitton : “L'appartement de
Zoïka” de Mickaïl Boulgakov.
Tarifs : 3 €/6 €
SPORT
• Semaine de la glisse : lundi 28/01
au samedi 02/02
• 19 et 20 janvier : Week-end ski de fond et
raquettes (Bessan-Haute Maurienne)
• 26 janvier : randonnées ski de fond ou
raquettes (Cézallier)
• 2, 9 et 16 février : randonnées
en raquettes
• 14 au 16 mars : week-end ski alpin, surf
(Alpes)
• 5 et 6 avril : week-end Via Ferrata
(Aveyron, Gars, Hérault)
• 12 au 16 avril : stage escalade (Ardèche)
• 1er au 4 mai : escalade (Fontainebleau)
• 3 mai : descente des gorges du Tarn
en canoë-kayak
• 10 et 11 mai : week-end Via Ferrata
(Savoie)
• 17 et 18 mai : descente de l’Ardèche
en kayak, week-end randonnée
Tarifs, inscriptions, renseignements
auprès du SIUAPS, 15 bis rue Poncillon
CINEMA
• Lundi 28 avril à 20 h 30 Salle des Frères
Lumière (CROUS 25 rue Etienne Dolet)
Soirée “Écrans SUC” : palmarès festival
Vidéoformes. Tarifs : 3 € (gratuit pour les
étudiants)
• Lundi 16 juin à 20 h 30 Salle des Frères
Lumière (CROUS 25 rue Etienne Dolet)
Soirée “Écrans SUC” spéciale Jeunes
réalisateurs : Projection des films réalisés
par les étudiants des ateliers de réalisation filmique du S.U.C.Tarifs : 3 € (gratuit
pour les étudiants)
• Festival International
du Court Métrage 30ème anniversaire : du
1er au 9 février
• Cinéfac présente : Mardi 15 janvier
à 20 h 30 : Nuit OSS 117
- “Banco à Bangkok pour OSS 117”
de André Hunebelle (France, 1964)
- "OSS 117 : Le Caire, nid d'espions"
de Michel Hazanavicius (France, 2006)
(Tarifs : 3 € / 6 €)
• Mardi 22 janvier à 20 h 30 : “Le voyeur”
de Michael Powell (Grande Bretagne,
1960) Cycle Voyeurisme
• Mardi 29 janvier à 20 h 30 :
“Une sale histoire” de Jean Eustache
(France, 1977) Cycle Voyeurisme
• Mardi 12 février à 20 h 30 :
Grand “Caché” de Michael Haneke
(France, 2003) Cycle Voyeurisme
• Mardi 19 février à 20 h 30 : Salle des
Frères Lumière (CROUS 25 rue Etienne
Dolet) Rencontres documentaires
(en partenariat avec Traces de Vies), 2 documentaires ayant marqué l'équipe de Cinéfac
CONCERTS
• Mardi 4 mars à 20 h 30 : “Le Dernier des
Hommes” de Friedrich-Wilhelm Murnau
(Allemagne, 1924) Soirée One Shot 3
• Mardi 11 mars à 20 h 30 : “On achève
bien les chevaux" de Sydney Pollack
(États-Unis, 1969) Cycle 70's America
• Mardi 18 mars à 20 h 30 : “Une femme
sous influence” de John Cassavetes
(États-Unis, 1974) Cycle 70's America
• Mardi 25 mars à 20 h 30 : “Chiens de
paille” de Sam Peckinpah (États-Unis,
1971) Cycle 70's America
• Mardi 1er avril à 20 h 30 : “Freaks,
la monstrueuse parade” de Tod Browning
(États-Unis, 1932) Séance de clôture
• Dimanche 6 avril à 20 heures :
Église Saint-Genès les Carmes.
Concert de l'Orchestre universitaire de
Clermont-Fd
ROSSINI, ouverture de Il signor
Bruschino ; MOZART, Concerto pour
violon en Ré Majeur K. 218, SCHUBERT,
Symphonie N°3 en ré Majeur.
Tarifs : 3 € / 6 €
• Dimanche 29 juin à 19 heures :
Église de Montferrand
Concert de l'Orchestre et de la Chorale
universitaires de Clermont-Fd
J.S. Bach, Cantate n° 21 “Ich hatte viel :
Bekümmernis” Tarifs : 3 €/6 €
Toutes les séances ont lieu au
grand Amphithéâtre Gergovia.
Tarif : 3 euros/1,5 euros
CONFÉRENCES
THÉÂTRE
• Samedi 15 mars, à 20 h 30 :
Grand Amphithéâtre Gergovia.
Présentation publique de l'atelier de
théâtre du SUC “BARKER” (2ème session)
dirigé par Cédric Veschambre : "Tableau
d'une exécution". Tarifs : 3 €/6 €
• les vendredi 28 et samedi 29 mars
à 20 h 30 : Cour des 3 Coquins, Salle
Strehler Spectacle de l'atelier théâtre
du S.U.C. “Oratorio rock” de Marielle
Coubaillon et Jean-Louis Bettarel.
Tarifs : 3 €/6 €
• Jeudi 3 et vendredi 4 avril à 20 h 30 :
Salle Boris Vian (Maison de la Culture
de Clermont-Fd ) Création 2008
de l'atelier Théâtre et Sciences du S.U.C. :
“Bruits”. Tarifs : 3 €/6 €
• Mercredi 9 et Jeudi 10 avril, à 20 h 30 :
Campus des Cézeaux “Les Mystères des
Cézeaux”, spectacle déambulatoire de
l'atelier “Wakan théâtre”, du S.U.C.
Tarifs : 3 €/6 €
• Jeudi 10 et Vendredi 11 avril à 20 h 30 :
La Petite Gaillarde (Rue Abbé Banier).
Création 2008 de l'atelier Théâtre et
Sciences du S.U.C. : “Bruits”.
Tarifs : 3 €/6 €
• Vendredi 23, samedi 24 mai à 20 h 30 et
dimanche 25 mai à 18 heures : Salle
Georges Guillot (Résidence Lebon - 28 Bd
• Mardi 9 janvier, 18h30 : les Phobies. par
Pierre Michel Llorca, psychiatre au CHU,
professeur à l’Université d’Auvergne.
Maison des Sciences de l’Homme (4 rue
Ledru). Entrée gratuite
• Mardi 15 janvier à 20h30 : Coévolution
des insectes et des figues, par Finn
Kjellberg, chercheur au CNRS.
Espace multimédia, rue Léo Lagrange.
Entrée gratuite
• Mercredi 6 février, 18h30 : Jouer à se
faire peur, par Dominique Descotes,
professeur de littérature française à
l’Université Blaise Pascal. Maison des
Sciences de l’Homme. Entrée gratuite.
• Mercredi 2 avril, 18h30 : La peur de
l’obstacle, par Marie-Joseph Biache,
anthropologue des pratiques corporelles,
professeur à l’Université Blaise Pascal.
Maison des Sciences de l’Homme.
Entrée gratuite
EXPOSITION
• Du 5 au 31 mai : Salle d'exposition
du CROUS Exposition des ateliers “Arts
Plastiques” du S.U.C. : Créations
plastiques, sculpture, installation
photo/vidéo.
Entrée gratuite
FÉVRIER 2008 - NUMÉRO 1
//JOURNAL DE LA VIE ÉTUDIANTE// 11
//CHRONIQUE LIBRE//
Projets, enjeux, conséquences :
Histoire d’une fausse bonne idée
Le TGV fêtait l’an passé ses 25 ans et désormais toute la France est desservie par les
lignes à grande vitesse (LGV)… Toute ? Non !
L’Auvergne attend encore et toujours son
TGV ! Et ce n’est pas faute de le lui avoir promis. Les promesses ont été enterrées en
1997 par le gouvernement Jospin, les finances publiques n’étant pas à la hauteur de
la réalisation. En contrepartie, l’Auvergne
obtient l’exclusivité sur les nouveaux matériels roulants: c’est ainsi qu’elle est en septembre 2003 la première région à accueillir
les tout nouveaux corails Teoz, plus confortables que les voitures TGV et bénéficiant du
même système de réservation obligatoire.
Malgré tout, le Teoz, qui renoue avec la tradition des grands trains d’autrefois, revus et
corrigés par des designers contemporains, a
bien du mal à faire oublier le TGV aux Auvergnats.
À l’heure où le projet revient avec une certaine insistance sur le terrain tant ferroviaire
que politique et où la Région Auvergne fait
circuler une pétition exigeant sa réalisation,
faisons le point sur les enjeux d’une telle réalisation.
Deux projets et des variantes…
Si les projets ont été et demeurent multiples,
à l’heure actuelle, deux se détachent nettement: le traditionnel NORD-SUD et le plus
original EST-OUEST.
Le premier projet, qui relie Paris à Lyon via
Clermont-Ferrand, est porté par Brice Hortefeux, ministre de l'immigration et de l'identité nationale, ex futur-candidat à la mairie
de Clermont-Ferrand et Dominique Bussereau, secrétaire d’Etat chargé des transports.
C’est évidemment celui auquel tout le monde
pense : la sempiternelle liaison Paris-Clermont! Plusieurs options sont ouvertes: la
première, entièrement dédiée à l’Auvergne
verrait cette ligne rejoindre celle de Lyon-Paris au Creusot, réduisant les coûts d’infrastructure. Mais, la ligne Lyon-Paris étant
déjà en passe d’être surchargée, on pourrait
créer une deuxième LGV Paris-Lyon via Nevers et Clermont-Ferrand, permettant ainsi
à l’Auvergne d’obtenir son TGV tout en désengorgeant le trafic lyonnais, un projet basé
sur la modernisation de la ligne actuelle Paris-Clermont et qui induirait alors la disparition de la ligne classique.
La seconde fait preuve d’une certaine originalité. En effet, pour une fois il ne s’agirait
pas de relier la province à Paris (comme si
Paris était la seule destination à laquelle aspire le français moyen) mais la province… à
la province ou à l’Europe à travers une ligne
transversale qui partirait de Poitiers ou
Rennes et passerait par Clermont-Ferrand
pour terminer… on ne sait pas encore très
bien où; Le but étant de désenclaver les
zones portuaires de l’Atlantique.Le projet est
ambitieux et fait des émules dans les collectivités territoriales concernées.
TGV AUVERGNE :
RÊVE OU RÉALITÉ ?
Les enjeux pour l’Auvergne,
Clermont-Fd et ses universités :
les arguments des pour…
Cela n’aura échappé à personne, aujourd’hui, pour être attractive sur le plan
national et international une ville doit disposer de moyens de transport de pointe, au
premier rang desquels le TGV. Il est incontestable que le raccordement de Clermont au
réseau LGV rendra ses universités bien plus
attractives à l’heure où la mobilité pour les
étudiants est devenue une sorte de leitmotiv.
D’autre part, au plan touristique, la région
qui souffre d’une accessibilité limitée semblerait avoir tout à gagner d’une liaison à
grande vitesse, qu’elle vienne de Paris ou
d’ailleurs, permettant par la même occasion
d’attirer les entreprises et d'améliorer ses
résultats économiques.
Une fausse bonne idée ou ce qu’on
ne vous dira pas de la réalité du
TGV Auvergne
Et si finalement le TGV Auvergne Paris-Clermont que beaucoup semblent réclamer était
une mauvaise idée ?
En effet, le tableau n’est pas rose pour ce qui
n’est encore qu’un projet, car si les apparences nous font prendre cette réalisation
pour une avancée, les faits nous la montrent au mieux comme un non sens, au pire
comme un grave recul en matière de transports.
D’abord une première question s’impose :
l’Auvergne a-t-elle besoin d’un TGV ? Etonnamment, la réponse à cette question de
base s’avère être un “non”. Pourquoi ? Parce
que la ligne actuelle passera dans les
quelques années à venir sous la barre des 3
heures puis des 2h30 entre Clermont et Paris, en relevant la vitesse de certains tronçons de 160 à 200km/h. Quel sera l’intérêt
12 //JOURNAL DE LA VIE ÉTUDIANTE// FÉVRIER 2008 - NUMÉRO 1
d’investir des milliards d’euros (car là on
compte en milliards) pour gagner au mieux
30 minutes ? Bien sûr, à cette question, les
partisans répondront que ,la liaison desservant Lyon, le jeu en vaudrait la chandelle…
pour qui ? Pour Clermont ? Non pour Lyon!
car à bien y regarder c’est Lyon qui y gagnerait le plus en désengorgeant sa ligne principale grâce à ce dégagement via Clermont.
Mais avec la modernisation de la voie actuelle et le passage à la grande vitesse, finies
les gares de Riom, Vichy, Saint-Germaindes-Fossés, Moulins et toute celles entre Nevers et Paris-Gare de Lyon. Quid de tous ces
voyageurs ? Au lieu d’être mieux desservies,
les régions du parcours perdraient toutes
leurs gares. Est-ce cela la mobilité ? Mobilité
pour les grandes villes, immobilité forcée
pour les petites ou moyennes agglomérations ?
Autre interrogation, de taille ; jusqu’ici, à
cause de sa réputation d’enclavement, Clermont-Ferrand a largement échappé à la spéculation immobilière, peu de Parisiens étant
susceptibles de venir s'y installer. Que se
passera-t-il avec l’arrivée du TGV ?
Et les avantages pour l’Auvergne me direzvous ? Les problèmes d’accessibilité ne se
posent pas pour le Puy-de-Dôme. Nous disposons d’une liaison directe et relativement
rapide avec Paris, de plusieurs axes autoroutiers, ce qui n’est pas le cas en revanche
de l’Est et du Sud du territoire auvergnat
(Haute-Loire, Cantal), mais il n’est pas question de TGV pour eux alors que ce sont eux
qui devraient en bénéficier en priorité, il leur
faut plus de 5 heures pour gagner la capitale
!
Alors le TGV Auvergne, mythe ou réalité ?
La question est ouverte.
Antoine ESTIENNE
(Master 2 recherche Histoire de l'art)
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising