Annexes du rapport
CB-CM/06/2005– version 12
Annexes
Annexe 1 : Saisine de l’Afsse et arrêté du 5 mars 2004 relatif à l’utilisation par voie aérienne
de produits mentionnés à l’article L. 253-1 du code rural
Annexe 2 : Nouvelle fiche de déclaration Cerfa
Annexe 3 : Détail des pratiques européennes et internationales de l’épandage aérien
Annexe 4 : Tableau de synthèse du nombre de déclarations et des surfaces déclarées pour
l’épandage aérien en France en 2003 (source : DGAl)
Annexe 5 : Fichiers SRPV harmonisés des scénarios contextuels (région-culture)
sélectionnés pour les évaluations de risque
Annexe 6 : Description du modèle Agdrift
Annexe 7 : Risque pour le travailleur lié à l’épandage aérien
Annexe 8 : Les données d’entrée des simulations de la dérive
Annexe 9 : Distribution des tailles de gouttelettes
Annexe 10 : Les paramètres quantitatifs du calcul des expositions humaines
Annexe 11 : Les résultats de l’évaluation du risque sanitaire
Annexe 12 : Les résultats de l’évaluation du risque écotoxicologique
104
Annexe 2
cerfa
Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation,
de la Pêche et des Affaires Rurales
N°
DRAF – SRPV ALSACE
Cité administrative Gaudot - 14 rue du Maréchal Juin
67084 STRASBOURG CEDEX
DÉCLARATION d’une OPÉRATION de TRAITEMENT AÉRIEN
Arrêté du 5 mars 2004
Pour remplir cette déclaration,
se référer à la notice explicative
Cerfa N°
03 88 76 78 56 – télécopie 03 88 76 78 59
srpv.draf-alsace@agriculture.gouv.fr
1. NUMÉRO de déclaration :
N° agrément opérateur :
N° d’ordre :
(à remplir par l’opérateur)
2. IDENTIFICATION du DONNEUR D’ORDRE :
3. IDENTIFICATION de l’OPÉRATEUR :
21. Coordonnées :
31. Coordonnées :
22. Responsable :
année :
32. Responsable :
4. DÉCLARATION PRÉALABLE :
7. DÉCLARATION DE RÉALISATION :
44. Identité du mécanicien au sol et numéro de téléphone portable :
45. Tableau de déclaration préalable des chantiers :
N°
localisation du point de ravitaillement
cadre réservé à
l’administration
date
culture
produit
N° AMM
Date de réception :
cadre réservé à
l’administration
71. Tableau de déclaration de réalisation (cocher la case) :
quantité
parasite(s)
surface
Annulé
43. Identité du pilote :
Date de réception :
Modifié
42. Type d’aéronef :
Conforme
41. Nombre d’annexes jointes :
nature des modifications :
1
Les signataires déclarent également avoir pris connaissance des dispositions de l’arrêté du 5 mars 2004
5. DATE et SIGNATURE du DONNEUR d’ORDRE :
8. DATE et SIGNATURE de l’OPÉRATEUR :
6. DATE et SIGNATURE de l’OPÉRATEUR :
La loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés s'applique aux données nominatives portées dans ce formulaire.
Elle garantit un droit d'accès et de rectification pour ces données auprès de la Direction Régionale de l’Agriculture et de la Forêt – Service Régional de la Protection des Végétaux
1/2
Annexe 2
cerfa
N°
DÉCLARATION d’une OPÉRATION de TRAITEMENT AÉRIEN (annexe)
Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation,
de la Pêche et des Affaires Rurales
N° de l’annexe
(et nombre total d’annexes) :
Arrêté du 5 mars 2004
Pour remplir cette déclaration,
se référer à la notice explicative
Cerfa N°
/
1. NUMÉRO de déclaration :
N° agrément opérateur :
N° d’ordre :
(à remplir par l’opérateur)
4. DÉCLARATION PRÉALABLE :
45. Tableau de déclaration préalable des chantiers :
localisation du point de ravitaillement
N°
année :
7. DÉCLARATION DE RÉALISATION :
date
culture
produit
N° AMM
quantité
parasite(s)
surface
71. Tableau de déclaration de réalisation (cocher la case) :
C M A nature des modifications
La loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés s'applique aux données nominatives portées dans ce formulaire.
Elle garantit un droit d'accès et de rectification pour ces données auprès de la Direction Régionale de l’Agriculture et de la Forêt – Service Régional de la Protection des Végétaux
2/2
Annexe 2
La loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés s'applique aux données nominatives portées dans ce formulaire.
Elle garantit un droit d'accès et de rectification pour ces données auprès de la Direction Régionale de l’Agriculture et de la Forêt – Service Régional de la Protection des Végétaux
3/2
Annexe 3
Pratiques de l’épandage aérien au niveau international
1- Europe
Allemagne
Elle a développé des guides selon les cultures et les conditions locales (par Länder). Ces
guides traitent de la cartographie, du personnel, de l’équipement, des conditions
météorologiques (vent), des conditions d’opérations en vol (distances aux habitations etc.).
L’Allemagne continue d’épandre par voie aérienne sur les forêts alors que l’Autriche a cessé.
Belgique
Elle a une approche au cas par cas basée sur un guide général établi par le comité
d’enregistrement des pesticides. Sont définis la surface minimale (3 ha), l’humidité (doit être
supérieure à 50%), la vitesse maximum de vent (5 m/seconde à 2 m au dessus de la
culture : la hauteur ne doit pas excéder 3 m), la zone tampon (300 m minimum entre la
bordure du champ traité et les zones habitées, industrielles, campings et zones protégées ;
50 m au moins d’habitations isolées et uniquement dans le cas de vent orienté de la maison
vers le champ etc.). Les unions de pilotes indiquent que les conditions sont très strictes à
comparer avec d’autres pays et elles peuvent expliquer l’absence d’autorisation depuis des
années. Seule l’application par hélicoptère est autorisée, en présence et sous la direction
effective d’un utilisateur agréé. Les produits de classe A et les herbicides à base de
phytohormones ne peuvent pas être appliqués par voie aérienne. Les directives concernant
l’application de produits phytopharmaceutiques stipulent que « toutes les dispositions
nécessaires doivent être prises pour éviter de nuire à la santé de l’homme et des animaux
domestiques, du gibier, des organismes aquatiques et des abeilles et d’occasionner des
dégâts aux cultures avoisinantes et à l’environnement en général. » Cette pratique est
soumise à autorisation : la demande doit être transmise par l’entrepreneur responsable au
Ministère des Classes moyennes et de l’Agriculture au moins 48 h avant le début du
traitement prévu. L’administration communale doit être avertie au moins 12 h avant. Un
registre d’application doit être tenu : il est conservé pendant au moins 1 an après sa clôture.
Grèce
Les requêtes sont similaires à la Belgique. L’épandage aérien a été récemment interdit pour
les olives (suite à des problèmes sur l’île de Corfou) et la Grèce se dirige vers une
interdiction généralisée du fait de risques jugés trop importants pour l’environnement et la
santé humaine. Toutefois, dans les cas où aucune alternative ne peut être appliquée,
l’épandage aérien peut être exceptionnellement autorisé (en particulier dans le cadre de la
lutte anti-vectorielle). La décision du ministère du développement rural et de l’alimentation
pour accorder cette dérogation doit être justifiée (critères à remplir). Ce sont principalement
les problèmes de moustiques en rizières ou de nuisibles en zones forestières qui sont
concernés. Les critères pouvant justifier d’une dérogation sont les suivants :
- Cas 1 : la forêt. Dans le cas d’une attaque sévère de nuisibles sur une vaste étendue,
lorsque les solutions alternatives ou l’épandage terrestre ne peuvent pas contenir le
problème, l’épandage aérien peut être autorisé : un rapport technique justificatif doit
être produit, les zones impliquées doivent être éloignées de tous lieux habités par
l’homme ou l’animal, les conditions météorologiques doivent être favorables, les PPP
biologiques sont appliqués.
- Cas 2 : les rizières. Dans le cas où les moustiques posent un problème de santé
publique du fait de l’utilisation des rizières comme habitat, l’épandage aérien peut
être autorisé une année spécifique. Dans cette décision, les ministères de la santé,
de l’environnement et le Conseil suprême d’autorisation des pesticides sont aussi
impliqués. Dans ce cas, seul l’hélicoptère est utilisé, les champs de riz épandus sont
1
ceux qui se situent le plus loin possible des lieux de résidence des hommes ou des
animaux, les pesticides utilisés sont ceux spécifiquement autorisés par le Conseil
suprême, les conditions météo doivent être favorables, l’épandage doit être supervisé
par des experts, une analyse des résidus doit être systématiquement conduite après
application.
Espagne
D’importantes surfaces (olives, forêts, zones infestées par les sauterelles) sont traitées par
avion selon les instruments réglementaires définissant les mesures de sécurité. Des
améliorations techniques (GPS) et l’utilisation d’une base de données disponible sont
également en place et réduisent la dérive et le risque de contamination. Contrairement à la
Grèce, l’Espagne poursuit donc l’épandage aérien des olives. L’accès à la zone épandue
n’est autorisé que 24 à 72 h plus tard.
Le recours à cette pratique est commun dans deux régions autonomes : la Communidad
Valenciana et la Communidad de Andalucia. Dans la première, elle est utilisée sur les
citronniers et les oliveraies. Pour la culture de citrons, le malathion est utilisé ; il est appliqué
par voie aérienne 6 fois par an sur 120 000 hectares (sur les 180 000 hectares cultivés dans
cette région). Pour les olives, le diméthoate est appliqué 2 à 3 fois par an sur une surface de
10 000 hectares (sur les 140 000 ha cultivés dans cette région). Dans la seconde province,
se sont les cultures de riz (36 000 ha) et les oliveraies (900 000 ha sur les 1 400 000 ha
concernés) qui sont traitées. Des solutions alternatives ou d’autres produits sont testés dans
ces régions. Pour les forêts, il est plus délicat de connaître la superficie des zones traitées
car les applications ne sont pas systématiques (fréquences très variables). Plusieurs régions
procèdent aux épandages aériens qui devraient donc concerner au total 400 000 ou 500 000
ha de forêts. L’exercice est également difficile dans le cas de la lutte contre les sauterelles.
Les 3 zones les plus fréquemment traitées sont estimées couvrir 60 à 70 000 ha. Les
substances actives les plus utilisées sont des inhibiteurs de quitine, la pyrétrine, le
malathion, le diméthoate et le clorpyriphos.
Royaume-Uni
Chaque année, le Laboratoire central des Sciences du ministère de l’environnement, de
l’alimentation et des affaires rurales rédige un rapport sur les niveaux de l’application
aérienne de pesticides. Le dernier date de 2002 : il montre que 4 406 hectares étaient
épandus avec de l’asulam pour éliminer les fougères. Aucune autre application aérienne n’a
eu lieu. L’application aérienne de pesticides a été réduite de façon drastique entre 1985
(470 000 hectares de cultures alors épandus) et 2002. Les règles majeures concernant
l’épandage aérien sont celles résumées dans le tableau 2. L’épandage aérien est donc très
peu utilisé actuellement. Néanmoins, un système dérogatoire à une interdiction généralisée
semble le plus approprié : en effet, la valeur ajoutée de cette pratique dans des sites
protégés particulièrement inaccessibles est particulière. Cette pratique est soumise à
autorisation préalable et un rapport d’application doit être envoyé aux autorités dans les 30
jours qui suivent ; il doit être conservé au moins pendant 3 ans. L’applicateur doit :
- Au moins 72 h avant le début de l’épandage, consulter l’autorité compétente si une
réserve naturelle locale, une réserve naturelle marine, une réserve naturelle nationale
ou un site d’intérêt scientifique spécial se situe à moins de 1 500 m de la zone à
épandre
- Au moins 72 h avant le début de l’épandage, consulter le service de l’agence de
l’environnement compétente si la zone à épandre est adjacente ou située à moins de
250 m de toute eau de surface
- Obtenir le consentement des services compétents s’il s’agit d’un contrôle d’herbes
aquatiques ou situées sur les berges d’un cours d’eau ou d’un lac
- Entre 24 h et 48 h avant le début de l’épandage, notifier l’officier en chef en santé
environnementale de district
2
-
Entre 24 h et 48 h avant le début de l’épandage, notifier les occupants des propriétés
à moins de 25 m de la limite de la zone à épandre ; de la même façon, notifier les
personnes en charge des hôpitaux, écoles ou institutions situées à moins de 150 m
- Au moins 48 h avant le début de l’épandage, notifier les apiculteurs du district (mise
en place du « beekeepers’ spray warning scheme »).
L’épandage aérien ne peut avoir lieu si la vitesse du vent à hauteur de l’application excède
10 knots (sauf indication contraire sur le permis d’application aérienne du pesticide visé), si
aucun signe d’avertissement visible pour les piétons et les véhicules n’a été mis en place au
moins 24 h avant dans les 60 m autour de la zone et si le pilote n’est pas assisté d’un
marqueur au sol. Le pilote doit se maintenir à une hauteur d’au moins 200 pieds au dessus
du niveau du sol lorsqu’il vole au dessus d’un bâtiment occupé ou ses alentours (limites de
propriété du bâtiment en question). Il doit se maintenir au moins à une distance horizontale
de 30 m (si consentement préalable) ou de 60 m (dans les autre cas) de tout bâtiment habité
et ses alentours, terrain de jeux ou de sport ou bâtiment d’élevage. Enfin, la hauteur au
dessus d’une autoroute doit être de 250 pieds ; elle est de 100 pieds au dessus de toutes
autres voies de circulation, sauf dans les cas ou celles-ci auraient été fermées pendant
l’application.
Au final, l’interdiction totale d’épandage aérien existe au Danemark, en Estonie, en Slovénie
et l’interdiction est partielle en Italie, à Chypre, en Autriche et en Belgique. La Grèce semble
aussi se diriger vers une interdiction partielle.
Au cours de cette réunion, le point de vue des parties prenantes (les exploitants
d’hélicoptères et d’avions ainsi que les applicateurs) a été entendu. Leur position est que
l’épandage aérien n’est pas dangereux per se s’il est correctement géré et mis en oeuvre. Ils
soulignent les avantages de cette technique pour les vignes (et les zones à forte pente en
général) : réduction de l’utilisation d’eau et de la quantité de produit appliqué ; rapidité
d’intervention et de traitement, précision et flexibilité des traitements ; réduction de
l’exposition des opérateurs et de l’érosion des sols etc. Il semble, dans ce cas précis, que
l’épandage aérien est économiquement avantageux, puisque la même surface est traitée sur
20 % du temps imposé par l’application terrestre et qu’il consomme moins d’énergie.
Certains participants vont jusqu’à considérer que l’épandage aérien pourrait être intégré aux
exigences de « l’agriculture raisonnée ». Ils reconnaissent toutefois que l’éducation et la
certification des pilotes sont essentielles. Grâce aux progrès technologiques (contrôle
automatique du flux avec GPS, logiciels de simulation – parmi d’autres, agdrift etc.), à
l’organisation pratique (points de ravitaillement en eau et de préparation), aux adjuvants etc.
l’épandage aérien peut présenter des avantages et n’apparaît pas comme la technique la
pire à envisager par rapport aux applications terrestres (bien que les obligations
réglementaires soient plus drastiques que pour cette dernière). Le SNEH souligne que « les
applicateurs aériens n’utilisent pas les PPP classés T et T+ bannis dans les faits depuis de
nombreuses années. Ils utilisent de plus en plus de produits biologiques… Dans tous les cas
de chantier, les applications sont effectuées à 1,50 m maximum au-dessus des cultures». De
plus, la France et les Pays-Bas conduisent actuellement, en coopération avec les autorités
compétentes, des études comparant la dérive entre épandage aérien et épandage terrestre.
En France, un protocole a été établi récemment par l’Institut Technique de la Vigne, le
Groupement français de l’hélicoptère et le Cemagref de Montpellier. Une étude est
également en cours chez BayerCropScience – France.
PAN-Europe (Pestides Action Network) indique cependant que de telles conclusions
génériques sur les avantages de cette méthode ne peuvent pas être avancées et qu’une
évaluation comparative devrait être recommandée afin de vérifier si cette technique peut
aboutir à la réduction de l’utilisation des pesticides et à l’amélioration des conditions de
sécurité pour les consommateurs, les riverains et l’environnement (la dérive étant
particulièrement problématique). Le groupement met aussi en avant la nécessité de la
formation, de contrôles efficaces et de sanctions en cas de mauvaise utilisation.
3
Les fabricants de pesticides appuient l’idée que l’épandage aérien devrait être restreint aux
cas où il n’y a pas d’alternatives possibles ou quand cette technique présente, en regard des
autres méthodes, des avantages clairs et des bénéfices environnementaux.
Les options du consultant sont les suivantes :
• Option 1 : Interdiction générale ; des dérogations pourraient toutefois être obtenues
par les états membres dans les cas précis évoqués ci-dessus par les fabricants ;
• Option 2 : Pas d’interdiction de la commission mais une recommandation aux états
membres de restreindre ou interdire cette pratique, lorsque la sécurité des riverains
ou de l’environnement ne peut être garantie ;
• Option 3 : Taxes, leviers etc. pour augmenter le coût de l’application aérienne mais
aucune restriction
• Option 4 : Aucune action.
Le SNEH est totalement opposé à une interdiction généralisée avec régime dérogatoire
accordé au cas par cas qui, selon lui, mettrait en péril l’activité des applicateurs par
hélicoptère. Il est opposé à l’option 3 est n’est pas favorable à l’option 4. Il est favorable à
l’option 2.
Suite à cette réunion d’expert, PAN-Europe accepte de réexaminer sa position originale
concernant l’épandage aérien, c'est-à-dire son interdiction totale, sans possibilité de
dérogation (cf. texte pour une Directive sur la réduction de l’utilisation des pesticides en
Europe, PURE, 2002). En effet, cette option n’a pas été retenue par la DG Environnement,
n’a pas été proposée par le consultant lors de la réunion du 31 mars et a été rejetée par les
parties prenantes. Il a rendu sa position en juin 2004 suite à sa réunion du 8 mai 2004 :
• Continuer de se positionner pour une interdiction totale mais, d’ici à 5 ans, donner du
temps pour améliorer les pratiques d’application terrestre et pour développer et
utiliser les nouveaux systèmes alternatifs de contrôle ;
• PAN-Europe devrait utiliser le problème de l’épandage aérien comme une stratégie
de promulgation de la connaissance auprès du grand public des applications de
pesticides (zones tampons, périodes d’épandage et de ré-accessibilité, déclaration
publique préalable et affichage etc.) et de renforcement de la surveillance.
• PAN-Europe insiste sur l’importance de la collecte des données pour mieux connaître
la dérive et l’exposition qui lui est liée.
• Si la position de Pan-Europe est rejetée par la Commission, il faudrait au moins
s’assurer qu’une évaluation comparative et harmonisée est systématiquement
conduite entre épandage aérien, applications terrestres de pesticides et méthodes
alternatives, là où les effets sur la santé et sur l’environnement ne peuvent pas être
contrôlés, afin de s’assurer d’utiliser la pratique la plus sûre (y compris dans le cadre
du processus décisionnel pour l’obtention des dérogations de l’option 1).
2- Canada
Une directive d’homologation (Dir96-04) du 11 octobre 1996 (remplace la circulaire à la
profession T-1-213, Application aérienne de pesticides, datée du 1er avril 1981, et le projet de
réglementation Pro93-02, Epandage aérien des pesticides, daté du 15 juin 1993) de
l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (Santé Canada) vise à renseigner les
titulaires d’homologation de même que les groupes et organismes concernés des
changements apportés à la réglementation sur l’épandage aérien des pesticides. Ces
changements définissent clairement les situations pour lesquelles l’épandage aérien
convient, en présentant des instructions pour ce type d’épandage et en précisant les
situations où son emploi n’est pas approprié. Avant le 1er janvier 2000, tous les produits à
4
usage commercial dont l’étiquette ne faisait pas mention d’une contre-indication pouvaient
être épandus par les airs si leur utilisation ne présentait pas de risques indus. Cependant,
l’épandage aérien de pesticides sur les forêts, les étendues d’eau et les zones résidentielles
constitue un usage restreint. De ce fait, en se fondant sur la Loi et le Règlement sur les
produits antiparasitaires (qui demeure en vigueur mais serait intégrée dans un nouveau
cadre législatif du fait du renouveau de la législation sur la protection de la santé), des
instructions spécifiques pour l’épandage aérien doivent figurer sur l’étiquette. A compter du
1er janvier 2000, seuls les produits assortis d’un mode d’emploi pour l’épandage aérien
peuvent être utilisés. En outre, seules les utilisations aériennes mentionnées sur l’étiquette
peuvent être mises en pratique. Les données supplémentaires requises pour l’épandage
aérien entrent dans les 3 catégories suivantes : données sur l’efficacité, données
environnementales (devenir, toxicité, dépôt, dérive etc.), données sur l’exposition
professionnelle. La directive fournit dans son annexe II les instructions génériques sur
l’étiquette concernant l’épandage aérien (mode d’emploi).
Au Canada, on estime que 10% de l’ensemble des traitements avec pesticides effectués
dans les provinces des Prairies le sont par épandage aérien, mode de traitement souvent
préféré, parfois le seul utilisable, lorsque le sol est trop humide et mou et lorsque les terrains
sont trop accidentés pour les machines terrestres. L’épandage aérien est aussi employé
pour les traitements de dessiccation des cultures, pour la lutte contre des infestations se
déclarant aux derniers stades de croissance des cultures, pour le traitement des zones
forestières inaccessibles par voie terrestres ou tellement vastes qu’un épandage terrestre
serait compliqué et coûteux. Les services de traitement aérien sont référés aux organismes
provinciaux ou territoriaux qui offrent des programmes de certification et de formation en
matière de pesticides (en référence à la Norme pour l’éducation, la formation et la
certification en matière de pesticides au Canada élaborée par l’Association canadienne des
responsables du contrôle des pesticides, ACRCP).
La vitesse d’application par voie aérienne est supérieure à 100 mph. Les applicateurs
doivent être munis d’une autorisation valable dans la province dans laquelle ils épandent. Un
certificat de calibration, fourni par The Canadian Aerial Applicators Association (CAAA),
assure que l’appareil utilisé épand de façon à assurer une bonne couverture de la zone tout
en minimisant la dérive. Seul le jugement professionnel de l’applicateur peut déterminer la
meilleure façon d’épandre. Les vents ne doivent pas souffler en direction de zones sensibles
(fermes, jardins, cultures adjacentes, zones humides etc.) ou une zone tampon suffisante,
sous le vent, doit être laissée pour minimiser le dépôt sur ces zones. L’applicateur peut
déterminer la taille de la zone tampon en utilisant des modèles de dérive. Avant l’épandage,
les applicateurs peuvent utiliser un gaz traceur coloré (type SF6) pour observer comment les
gouttelettes seront à même de se disperser (direction et durée de dispersion). Cette
observation ne doit pas être assimilée avec la dérive. Les applicateurs doivent se maintenir à
au moins 2000 pieds de hauteur et à 2000 pieds de distance d’une zone habitée, sauf
autorisation contraire du ministère des transports. Tous les propriétaires adjacents aux
zones épandues doivent être avertis. Une notification doit être produite 48 à 72h avant. Le
voisinage doit être au courant du pesticide qui doit être épandu, de la façon dont il sera
épandu (terre ou air), du nuisible qu’il est question de contrôler, le nom de l’applicateur et de
tout problème spécifique que l’opération peut engendrer (par exemple, la sécurité des
abeilles).
3- Australie
Tasmanie
Un code de bonne pratique (juin 2000) de l’ épandage aérien est publié par le Conseil des
produits vétérinaires, de la silviculture et de l’agriculture en application de la section 7(2) de
l’ordonnance de 1996 sur les produits chimiques à usage vétérinaire et agricole (contrôle
5
d’utilisation) (épandage agricole). Il prescrit les responsabilités et les normes a minima
concernant les utilisateurs des produits lorsqu’ils sont appliqués par voie aérienne.
Il comporte une section générale rappelant l’obligation d’utiliser des produits enregistrés et
dont l’utilisation est autorisée par les autorités compétentes (National Registration Authority
for Agricultural and Veterinary Chemicals – NRA). Lorsque cela s’avère possible, parmi les
produits aboutissant à un résultat équivalent, le moins toxique pour l’homme et
l’environnement devra être utilisé. Le pilote amené à conduire l’épandage aérien doit être en
possession d’une licence (valable 3 ans et payante), selon les prescriptions de la section 33
de l’Acte de 1995 sur les produits chimiques vétérinaires et agricoles (contrôle d’utilisation),
et doit être familier avec cet acte et le manuel d’utilisation de l’Association agriculturale
aérienne australienne.
Dans ce code, les zones d’exclusion sont définies. Un produit ne doit pas être épandu par
voie aérienne :
- Au-delà ou en deçà de 100 m des « limites acceptées » des zones définies dans les
schémas de planification comme n’étant pas agriculturales, forestières ou de tout autre
usage associé ; ou
- A moins de 100 m d’un bâtiment ou d’un site occupé, sans permission de ses
occupants ; ou
- Au dessus d’un lac, d’un canal, d’un étang, d’une source, d’un marais, d’un lagon, d’un
estuaire, de certaines parties de la mer, en dehors de ce qui est permis par un étiquetage
approuvé ; ou
- Pendant les horaires de classe (d’une demi-heure avant le début des classes à une
demi-heure après la fin des classes les jours d’ouverture), au-delà ou au deçà d’1
kilomètre de toute école enregistrée dans l’Acte pour l’Education de 1994.
Les responsabilités du propriétaire du terrain à épandre sont :
- S’il est question d’épandre en deçà d’1 km d’une école, le principal doit être averti et des
détails sur le produit épandu doivent être fournis.
- Tous les occupants de propriétés à moins de 100 m de la zone à épandre doivent être
avertis et les mesures de sécurité doivent être prises pour éviter la dérive.
- Le pilote ne doit pas être engagé pour épandre à l’intérieur d’une zone d’exclusion sauf
obtention d’une autorisation des occupants dont le pilote doit être averti.
- Doivent être fournies au pilote les directions explicites et claires (cartes, diagrammes
etc.) sur la localisation, la nature et l’étendue de la zone à épandre.
- Conserver l’enregistrement des opérations d’épandage conduites sur la propriété.
- Si le produit épandu induit sur son étiquette une période de latence avant de récolter les
produits traités sur la zone ou d’y nourrir du bétail, elle doit être respectée.
Les responsabilités du pilote/opérateur sont également listées. Outre les rappels en lien avec
les points déjà abordés, il est précisé que les données des opérations doivent être
conservées au moins 2 ans et disponibles à la demande des autorités compétentes.
L’épandage ne doit pas avoir d’effet adverse sur les personnes, les plantes, les troupeaux,
les produits, les cours d’eau, l’eau souterraine ou le sol en dehors de la zone cible sauf
obtention d’une autorisation préalable. En l’absence d’étiquetage précis, il est recommandé
de ne pas épandre à moins de 50 m d’un cours d’eau s’il n’y a pas de vent ou si le cours
d’eau se trouve sous le vent. Si le vent ne souffle pas en direction du cours d’eau, il est
recommandé de ne pas épandre à moins de 10 m de celui-ci. Ces distances peuvent ne pas
être suffisantes dans toutes les circonstances : des guides plus restrictifs doivent alors être
appliqués.
Des codes similaires existent dans les autres régions d’Australie. La dérive et les dommages
hors zone cible sont particulièrement encadrés.
Autres textes :
Pesticides Act 1999 (opérationnel depuis le 1er juillet 2000) : une section est consacrée à
l’épandage aérien. L’Autorité de sécurité de l’aviation civile
6
Stratégie nationale de gestion des produits chimiques vétérinaires et agricoles (Conseil de
gestion des ressources et de l’agriculture, Australie et Nouvelle-Zélande, 1998)
Commission de lutte contre les invasions de sauterelles.
4- Etats-Unis
L’épandage aérien est une pratique autorisée aux États-Unis. Seuls des chiffres pour l’État
de Caroline du Nord ont pu être trouvés pour quantifier la pratique de ce type d’épandage :
dans cet État, 2% des agriculteurs y ont recours.
Les dispositions propres à l’épandage aérien ont été recherchées dans la réglementation
américaine. De telles dispositions existent effectivement et concernent :
• la protection des travailleurs : le dernier amendement en date de septembre 2004 précise
que l’usage de gants par le pilote est optionnel sauf si l’étiquetage de la préparation le
rend obligatoire. Les gants introduits dans le cockpit doivent être conservés dans un
récipient étanche pour ne pas contaminer la cabine ;
• les données requises pour l’enregistrement de la substance active ou de la préparation
commerciale : l’évaluation de la dérive du pesticide y est obligatoire ;
• l’évaluation des résidus de pesticides dans l’alimentation. Cette évaluation doit
nécessairement prendre en compte le type d’épandage utilisé sur la culture concernée.
S’agissant de la protection des travailleurs, un guide spécialement dédié à l’épandage
aérien par avion a été édité par le département américain de l’agriculture en 2002 (US
States Department of Agriculture, Animal and Plant Health Inspection Service, APHIS)1. Ce
guide très complet permet le dimensionnement des campagnes d’épandage aérien,
l’organisation pratique de celles-ci (formulaires à remplir ; positionnement des flaggers ou
dispositifs fixes ; volume de préparation à prévoir et dose à l’hectare de substance active ;
avion à choisir en fonction de ses caractéristiques techniques ; certificats à fournir, dont le
certificat médical du pilote), les dispositions relatives à la sécurité des opérations et des
opérateurs, les personnes ou institutions à informer (plus des conseils pour “bien
communiquer”), …
Les informations propres à l’enregistrement des substances actives et des préparations sont
disponibles auprès du bureau des pesticides de l’Agence américaine de protection de
l’environnement qui est en charge de l’évaluation et de la réglementation de l’usage
des pesticides aux États-Unis (US-EPA, Office of Pesticide Programs2). Ce bureau
examine et complète les dossiers d’évaluation des risques réalisés par les pétitionnaires,
producteurs demandeurs de l’enregistrement de leur(s) préparation(s). Ce bureau assure
également la promotion des bonnes pratiques pour réduire les impacts environnementaux et
sanitaires liés aux pesticides, notamment par des actions de formation et de certification des
opérateurs.
La dérive liée à l’épandage aérien telle qu’elle est définie par l’US-EPA n’inclut pas la revolatilisation des pesticides après épandage et les dépôts sur les sols due à l’érosion ou à
l’évaporation3.
Les dossiers d’évaluation des risques liés aux substances et préparations pesticides ne sont
pas disponibles en texte intégral sur Internet (données de base servant à l’évaluation non
diffusables). Différents documents sont cependant accessibles4 :
• REDs (Reregistration Eligibility Decisions) : produit au terme de l’examen par l’US-EPA,
de l’évaluation des risques d’une substance active existante (=toute substance ayant fait
1
Aerial Applications Manual, USDA, 2002. http://www.aphis.usda.gov/ppq/manuals/pdf_files/AAM.pdf
2
http://www.epa.gov/pesticides/index.htm
3
http://www.epa.gov/pesticides/factsheets/spraydrift.htm
4
http://www.epa.gov/pesticides/reregistration/status.htm
7
l’objet d’un enregistrement avant 1984), le RED résume les conclusions de l’évaluation
de risques et les mesures de restriction d’usages nécessaires pour que l’utilisation de la
substance puisse se poursuivre dans le pays. L’US-EPA peut interdire certains usages
de la substance ou types d’application, imposer l’usage de barrières foliaires (plutôt pour
les épandages terrestres) ou fixer une distance tampon. Pour le carbaryl épandu par voie
aérienne, par exemple, il est exigé d’avoir recours à des cockpits fermés et d’utiliser les
techniques GPS au lieu d’agents “flagger” au sol, afin de limiter les expositions des
travailleurs (dossier révisé en juin 2004) ;
• IREDs (Interim Reregistration Eligibility Decisions) : document provisoire quand, pour une
substance active donnée, l’examen de l’évaluation des risques pour les autres
substances susceptibles d’avoir des effets cumulatifs, est en cours parallèlement ;
• TREDs (Reports on Food Quality Protection Act (FQPA) Tolerance Reassessment
Progress and Interim Risk Management Decisions) : document synthèse d’évaluation
pour une substance active non soumise à la procédure de re-enregistrement car
enregistrée après 1984 ou non enregistrée aux Etats-Unis, mais utilisée pour le
traitement de cultures fournissant des denrées alimentaires importées.
De la consultation de ces documents pour les substances susceptibles d’être utilisées en
épandage aérien (carbaryl, dinocap, fenitrothion, glyphosate, malathion, naled, téméphos,
Bacillus thurengiensis), il ressort que :
• l’évaluation des risques sanitaires et environnementaux liés à la dérive (due à un
épandage terrestre ou aérien) prend en compte l’exposition des travailleurs lors des
opérations, mais également celle des riverains (adultes, enfants et nourrissons) qui
consomment les produits de leur jardin potager, ingèrent accidentellement des
poussières du sol ou peuvent être exposés par voie cutanée. La mesure de la dérive est
issue soit de données expérimentales (cas du malathion par ex.), soit de l’utilisation du
logiciel AgDrift (cf. REDs du naled et du malathion) ;
• un étiquetage précisant l’autorisation en épandage aérien est obligatoire (cas du Bt
et du téméphos par exemple).
Enfin, des données du CDFA, California Department of Food and Agriculture, ont été
consultées5. La plupart des documents disponibles concerne le malathion : très largement
utilisé depuis longtemps, il a fait l’objet de nombreuses campagnes de mesures de la dérive
en champ (Bradman, 1994) (Marty, 1994). Ces études sont depuis largement exploitées à
des fins d’évaluation des risques sanitaires et environnementaux.
5- OMS, Organisation mondiale de la santé
Toutes les informations disponibles auprès de l’Organisation mondiale de la santé (plus
particulièrement du WHOPES, WHO Pesticide Evaluation Scheme, système d’évaluation
des pesticides) concernent spécifiquement les pesticides utilisés en santé publique et le
recours aux épandages dans le cadre de la lutte anti-vectorielle (lutte contre le
paludisme, la maladie de Chagas, la dengue et sa forme hémorragique l’onchocercose, la
leishmaniose principalement)6.
Du fait d’une utilisation croissante, les travaux de l’OMS visent à définir les bonnes
pratiques du domaine (WHO/FAO, 2002) (WHO, 2003-a) (WHO, 2003-b). Ces bonnes
pratiques concernent le contrôle législatif, l’homologation, l’acquisition, le contrôle de la
qualité, le transport, le stockage, la distribution, l’épandage, l’élimination, la surveillance de la
résistance aux pesticides… Concernant plus particulièrement l’épandage (de tout type,
5
http://www.cdpr.ca.gov/
6
dans le cadre d’un usage domestique ou à grande échelle par des professionnels. On peut citer par
exemple, pour l’usage domestique, le guide pour le traitement et l’utilisation des moustiquaires
imprégnées d’insecticide.
8
terrien ou aérien), les recommandations de l'OMS restent d’ordre général : étude du
contexte local et démonstration de l’efficacité au préalable de tout épandage, formation du
personnel, port de vêtements protecteurs, entretien du matériel d’épandage, épandage
sélectif et ciblé dans le temps et l’espace, consignation des lieux d’épandages, des quantités
et nature des pesticides épandus, respect des instructions figurant sur les étiquettes. Le
document (WHO, 2003-a) fournit des éléments plus détaillés propres à l’épandage terrestre
ou aérien : matériel à utiliser pour optimiser la taille des gouttelettes (et méthode de
vérification de la taille des gouttelettes obtenues) ; insecticides autorisés (fenitrothion,
malathion, pirimiphos-méthyl, cyfluthrine, deltaméthrine, lambda-cyhalothrine, perméthrine et
resméthrine) et les doses de substance active à l’hectare (ces doses peuvent êtres
augmentées si des surfaces végétalisées, susceptibles de capter les goutelettes et ainsi de
générer des pertes donc une efficacité moindre du traitement, sont présentes dans la zone) ;
vitesse du vent (de 3,6 à 15 km/h) ; moments propices aux traitements (plutôt à l’aube et au
crépuscule, où l’activité des insectes est supérieure et où les températures sont moins
élevées) ; communication préalable aux épandages (des conseils doivent être
spécifiquement destinés aux propriétaires d’animaux domestiques et aux apiculteurs). Le
contexte de ces opérations étant tout à fait différent, ces informations ne sont, en
conséquence, pas exploitables dans le cadre de la saisine de l’AFSSE.
Toutefois, parmi les documents de l’OMS, on peut signaler :
• la monographie relative au Bacillus Thuringiensis (Environmental Health Criteria N°217 7).
Bacillus Thuringiensis est une bactérie qui constitue 90% du marché des agents de lutte
biologique contre les nuisibles (ravageurs de cultures agricoles, de plantations forestières
et porteurs de maladies virales ou parasitaires). Les études effectuées sur les animaux
de laboratoire ou sur le terrain ont cherché à évaluer le caractère infectieux, ainsi que la
toxicité éventuelle des préparations à base de Bt. Ces dernières se sont révélées non
pathogènes et non toxiques pour les oiseaux, les poissons, les arthropodes non visés, le
Bt présentant une spécificité d’hôte très marquée. Une certaine mortalité chez des
abeilles a été observée pour certaines sous-espèces du Bt. Concernant les expositions
humaines, en l’état actuel des connaissances, à l’exception d’irritations des yeux et de la
peau chez des travailleurs exposés, il n’a pas été mis en évidence d’effets sanitaires
corrélés aux expositions au Bt (par inhalation, voie cutanée ou ingestion d’eau potable et
denrées alimentaires contaminées).
• les références à des mesures de glyphosate dans des eaux superficielles suite à des
épandages aériens dans la nouvelle édition (3ème) des Water Quality Guidelines8.
6- FAO, Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et
l’agriculture
La FAO travaille plus particulièrement sur :
• les résidus de pesticides dans l’alimentation (via le Joint FAO/WHO Meeting on Pesticide
Residues, JMPR) ;
• la promotion de bonnes pratiques pour le développement d’une agriculture durable
garantissant productivité, protection des plantes, développement économique, sécurité
alimentaire, sauvegarde de la biodiversité ;
• les évaluations de pesticides : propriétés physico-chimiques, données toxicologiques,
mesures analytiques, …
On peut par ailleurs citer le “Code international de conduite pour la distribution et l’utilisation
des pesticides“ (FAO, 2002). L’article 5 relatif à la réduction des risques pour la santé et
7
http://www.who.int/ipcs/publications/ehc/en/EHC217.PDF
8
WHO, 2004, Guidelines for Drinking Water Quality, Third edition, ISBN 92 4 154638 7. Consultable
sur Internet : http://www.who.int/water_sanitation_health/dwq/gdwq3/en/
9
l’environnement ne fait pas particulièrement référence à l’épandage aérien. Les informations
de la FAO ne sont pas exploitables dans le cadre de la saisine de l’AFSSE.
7- OCDE, Organisation pour le commerce et le développement
économique
Un programme de l'OCDE vise à aider les pays membres à coopérer pour évaluer et réduire
les risques liés aux pesticides agricoles (utilisés dans les exploitations agricoles et les
jardins) et liés aux biocides. Les impacts environnementaux sont préférentiellement pris en
compte (par rapport aux impacts sanitaires, moins étudiés, semble-t-il). L’OCDE a
notamment développé des indicateurs de contamination des eaux superficielles par la dérive
des pesticides (actions menées par le Danemark, l’Allemagne et les Pays-Bas)9. L’épandage
quel qu’il soit (terrestre ou aérien) est identifié comme contributeur majeur de cette
contamination10. Les informations de l’OCDE ne sont pas exploitables dans le cadre de la
saisine de l’AFSSE.
9
Rapport du Groupe d’experts de l’OCDE sur les indicateurs de risques pour le milieu aquatique liés
aux pesticides, Avril 2000. http://www.oecd.org/dataoecd/31/38/2078662.pdf
10 Source : Effects of agricultural policies and practices on the environment: review of empirical work
in OECD countries, July 2002
10
03
40
e
440
6845
190
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
8,5
?
?
?
38,5
103
4296
1996
280
33
?
?
?
?
?
?
1440
3951
1090
520
1279
1068
?
?
?
x
ta
u
To
dé
19458
21068,5
1588
8054
0
8,5
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
434
39
10
311
1912,5
4138
16632
0
2081
17582
88
0
0,4
1010
126
45
150
53
747
300
732
12
115
25
55
33
0,4
0
430
430
150
126
?
?
?
?
?
280
2743
?
?
?
?
?
?
?
?
?
9253
211
?
830,5
2960
335
?
?
?
140
?
?
?
?
?
?
?
?
52450
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
?
900
?
80
?
?
?
?
?
?
25
?
?
?
?
2763
?
?
?
?
?
?
11347
75
452
?
78068,5
6776
23880
85152
15205,5
1688
13287
1279
560
407,5
3074
44135,5
639
84795
882,5
1299,5
300
1632
12
25
17275
0
0
247
25
85152
115
2943
160
on
rr
pa
ge
ss
a
st
ic
m
ou
55
795
160
12476
ég
i
to
de
n
at
io
rte
po
e
dé
tte
be
au
po
tre
s
m
m
na
n
ba
17
8465
459
13286
1068
ra
v
ie
r
es
ut
ha
m
ar
tic
el
o
n
ot
ric
ha
17275
178
1002
?
?
?
it
-g
ra
in
te
(in
dé
do
ux
ai
s
pr
air
ie
ze
rn
e
lu
m
cu
l tu
lé res
gu
m
iè
re
s
e
tte
be
to
co
lz
a
ur
ne
s
ra
v
ol
éa
gi
olé
opr
ot
riz
blé
30
1737
1410
?
?
?
rm
in
(in
dé
ne
ux
te
nd
é
(i
ai
s
m
pe
ch
at
up
l
cé
ré
a
ie
r
le
s
r
gn
e
ai
e
ch
en
pin
fo
18709
540
m
ou
te
)
ée
rm
in
)
in
ée
te
rm
dé
(in
rê
t
ne
vig
664
64,5
ée
)
rm
in
é)
20
n
)e
(h
a
ar
ée
s
cl
dé
es
rf
ac
su
ALSACE
AQUITAINE
AUVERGNE
BOURGOGNE
BRETAGNE
CENTRE
CHAMPAGNE ARDENNES
CORSE
FRANCHE COMTE
ILE DE France
LANGUEDOC ROUSSILLON
LIMOUSIN
LORRAINE
MIDI PYRENEES
NORD PAS DE CALAIS
BASSE NORMANDIE
HAUTE NORMANDIE
PAYS DE LOIRE
PICARDIE
POITOU CHARENTES
PROVENCE ALPES COTE D'AZUR
RHONE ALPES
GUADELOUPE
GUYANE
MARTINIQUE
REUNION
Totaux par culture
0,4
23880
85152
0
287614,9
To
ta
u
x
pa
rr
ég
i
on
ANNEXE 5-5 : Synthèse données SRPV Midi-Pyrénées, 2004
Matieres actives par hectares et par cultures
Spécialité Commerciale
clameur
Mat Active alphamethrine
24
0,020678246
mais
initial
impact R
brigade/talstar/e
xperid/bistar
amistar pro
azoxystrobine +
fenpropimorphe
20678,24648
steward
bacillus
thuringiens
is
bifenthrine
cypermethrine
2041
1836
0,018618324
0,049019608
karate zeon
karate K
spyrale
sherpa 2 GS
defeneconazole +
fenpropidine
49019,60784
sunorg/carambar star
acanto
lambdaflutriafol +
cyhalothrine +
carbendazime
pyrimicarbe
indoxacarbe
lambda-cyhalothrine
metconazole
picoxystrobine
51
60
2188
67
0,117647059
0,33263925
0,033333333 0,02321619
0,44231545
442315,4498
flusilazole +
fenpropimorphe
decis expert
deltamethrine
2100
0,025235692
meltop
dimilin SC 48
diflubenzuron
opus
epoxiconazole
diamant
epoxyconazole +
fenpropimorphe +
pyraclostrobine
density
punch CS
epoxyconazole +
kresoxim-methyl + flusilazole +
pyraclostrobine
carbendazime
113
0,185840708
primor
propiconazole
+ fenpropidine pyrimicarbe
74
klartan
tau-fluvalinate
aztec
triazamate
horizon EW
tebuconazole
343
Total Ha
6114
0,250728863
Quantité de Matieres Actives en Kg par cultures
Spécialité Commerciale
mais
clameur
Mat Active alphamethrine
0,5
punch CS
initial
azoxystrobine +
fenpropimorphe
impact R
flusilazole +
flutriafol +
flusilazole + carbendazime fenpropimorphe carbendazime
21 + 11
brigade/talstar/e
xperid/bistar
amistar pro
6 + 12
bacillus
thuringiens
is
bifenthrine
38
sherpa 2 GS
cypermethrine
90
karate K
lambdacyhalothrine +
pyrimicarbe
indoxacarbelambda-cyhalothrine
steward
2
karate zeon
41
spyrale
defeneconazole +
fenpropidine
sunorg/carambar star
metconazole
0,3 + 7
decis expert
deltamethrine
53
acanto
dimilin SC 48
diflubenzuron
meltop
opus
epoxiconazole
primor
propiconazole
picoxystrobine + fenpropidine pyrimicarbe
25
diamant
epoxyconazole +
fenpropimorphe +
pyraclostrobine
klartan
tau-fluvalinate
density
epoxyconazole +
kresoxim-methyl +
pyraclostrobine
aztec
triazamate
horizon EW
tebuconazole
86
Scénario midi-pyrénées/maïs - fluzilazole, lambda-cyhalothrine
Karate zeon, Karate K et Punch CS
support : huile ou eau
Données SNEH
maïs
Appareil utilisé
Pulvérisation
Bell 47
Hélicoptère
Ultra-Bas volume
3 L/ha
Micronair
Données météo
mi-avril à mi-août
Saisine épandage aérien
ANNEXE 5
Page 7/9
Epandage aérien des pesticides
AgDRIFT
Novembre 2004
Agence Française de Sécurité Sanitaire Environnementale
94704 Maisons Alfort Cedex – Tél +33 1 56 29 19 30
SOMMAIRE
I.
CONTEXTE
3
II.
PRINCIPE DU MODELE ET DESCRIPTION DES PHENOMENES
3
A.
B.
PRINCIPE
MODELISATION
3
4
III.
L’INTERFACE DU LOGICIEL
A. MODE AGRICOLE
A1. DONNEES D’ENTREE NIVEAU 2
A2. DONNEES D’ENTREE NIVEAU 3
A3. RESULTATS DU MODELE
i) Les sorties sous forme de graphes :
ii) Les boîtes à outils:
iii) Les sorties sous format texte :
B. MODE FORET
B1. DONNEES D’ENTREE NIVEAU 2
B2. DONNEES D’ENTREE NIVEAU 3
B3. RESULTATS DU MODELE
i) Les sorties sous forme de graphes :
ii) Les boîtes à outils:
iii) Les sorties sous format texte :
IV.
V.
SENSIBILITE DU MODELE :
CONCLUSION
6
6
6
6
7
7
7
9
9
9
10
ERREUR ! SIGNET NON DEFINI.
10
11
11
12
13
2
I. Contexte
Initialement, le modèle AG DISP (Agricultural dispersal) a été développé par l’USDA-FS, United States
Department of Agriculture-Forest Service. Ensuite, une collaboration entre l’USDA, l’Environmental
Protection Agency et la Spray Drift Task Force(1) a engendré le logiciel de simulation AgDrift. Ce modèle
comprend les algorithmes de AGdisp, les principales contributions de la SDTF concernent l’élaboration
de la base de données regroupant plus de 180 études expérimentales et la modernisation de l’interface.
Aux USA, il est utilisé dans le cadre de la réglementation sur les pesticides (cf. encadré).
(1)
Spray Drift Task Force (SDTF) a été créée en 1990, elle comprend 39 industriels.
Extrait d’un document de l’EPA (décembre 1999) disponible sur le site www.agdrift.com
“OPP also collaborated under a cooperative research and development agreement with registrants
and the US department of Agriculture on the development of a model (“AgDrift”) to predict distances of
spray drift under many different conditions.
To ensure the scientific quality of the conduct of the studies, conclusions that were drawn from these
studies, and the predictive model, OPP obtained independent expert peer review, including the FIFRA
Science Advisory Panel. These expert peer reviews supported the use of these studies and model
for OPP’s science assessments of pesticides.”
FIFRA: Federal Insecticide, Fungicide, and Rodenticide Act
OPP: Office of Pesticide Programs
Extrait de “Draft Pesticide Registration Notice Spray and Dust Label Statements for Pesticide Products”
(site de l’US-EPA)
“Under 40 CFR part 158, EPA may require data on drift to support the registration or reregistration of
certain products. In recent years, the Agency has received a new collection of studies conducted by a
group of registrants, named the “Spray Drift Task Force”(SDTF), to satisfy generic data requirements
[…]. Also, the SDTF in collaboration with EPA and USDA co-developed Ag DRIFT, a new model, to
provide estimates of spray drift deposition under different pesticide application and meteorological
conditions. The Agency reviewed these new studies, Ag DRIFT, and other scientific reports from the
open literature and a data set from Germany. EPA’s conclusions from its review of this collection of
data and the utility of AgDRIFT were peer reviewed in 1997 and 1999 by independent scientific
experts, including the FIFRA Scientific Advisory Panel (SAP). These independent scientists
generally agreed with the Agency’s conclusions regarding the data and usefulness of AgDRIFT.
EPA intends to use its conclusions from the review of these data, new data it may receive, and
AgDRIFT or other appropriate models in its assessments of pesticides.”
Plus d’infos : www.agdrift.com
II. Principe du modèle et description des phénomènes
A.
PRINCIPE
Le modèle comprend plusieurs niveaux de complexité. Chaque niveau peut être sélectionné par
l’utilisateur selon ses objectifs et les données dont il dispose. Les différents niveaux possibles sont :
- niveau 1 aérien (agriculture)
- niveau 1 sol (agriculture)
- niveau 1 verger (agriculture)
- niveau 2 aérien (agriculture)
- niveau 3 aérien (agriculture)
3
-
niveau 2 aérien (forêt)
niveau 3 aérien (forêt)
Pour les applications terrestres et sur vergers, seul le niveau 1 est disponible, les résultats sont issus
des données de terrain.
Pour les applications par voie aérienne, les 3 niveaux de complexité sont disponibles selon 2 modes :
agricole ou forêt. Le niveau 1 est fondé également sur l’exploitation de données de terrain, alors que
les niveaux supérieurs utilisent un modèle mécaniste décrivant les phénomènes importants.
B.
MODELISATION
L’approche utilisée est un modèle lagrangien de calcul de trajectoires de particules
Les modèles particulaires assimilent le polluant à plusieurs milliers de particules dont on calcule la
trajectoire. Celle-ci est obtenue par l’équation multidimensionnelle x(t+∆ t) = x(t)+ V(x,t)∆ t, exprimée
dans un référentiel lié à la particule. V, la vitesse, est obtenue comme la somme d’une contribution
moyenne ( V ) et d’une partie fluctuante (V ′) transcrivant la nature aléatoire de la turbulence. Les
concentrations sont finalement calculées par sommation du nombre de particules comptabilisées dans
un volume donné. [LCSQA, 2002]
AgDisp était à l’origine conçu pour déterminer des dépôts à la surface des forêts et pour des
applications à altitude élevée. L’utilisation d’AgDrift pour évaluer à la dérive et les applications en basse
altitude a requis quelques modifications, l’utilisation de bases de données et l’évaluation du modèle
pour ce type d’application [Bird, 2002].
Modélisation du champ d’écoulement suivant le type d’aéronef:
Trois catégories de composants sont définies:
- Les voilures fixes avec vortex d’extrémité “Fixed-wing rolled-up tip vortices”
- Les rotors d’hélicoptère “Helicopter in forward flight”
- Les hélices “Propeller”
Le comportement des gouttelettes est alors largement influencé par la vitesse moyenne de l’air en un
point et sa turbulence.
- “Fixed-wing rolled-up tip vortices”
Lorsqu’un avion vole à altitude et vitesse constantes, la portance aérodynamique est égale au poids de
l’appareil. La portance sur les ailes génère des tourbillons dans le sillage de l’appareil. Le champ de
vitesses en résultant est donné par les caractéristiques de l’appareil et la distribution de sa charge
alaire1.
- “Helicopter in forward flight”
Pour un « hélicoptère » le poids de l’hélicoptère se répartit entre une portance, des tourbillons générés
par le rotor et des mouvements de vortex similaires à ceux des avions à ailes fixes. Les mouvements de
vortex ont lieu à une distance inférieure à 2 fois le diamètre du rotor, en aval de l’axe du rotor
Avant de franchir l’axe du rotor, les gouttes éjectées à l’avant sont supposées avoir un mouvement
cylindrique.
1
Rapport du poids total de l'avion en kilogrammes à la surface portante en mètres carrés
4
- « Propeller »
La vitesse tourbillonnaire générée par l’hélice est supposée linéaire en fonction de la distance radiale
par rapport au centre de l’hélice et nulle pour des distances supérieures au rayon de l’hélice (r>R).
Vitesse moyenne du vent :
Le modèle suppose une atmosphère neutre ; la vitesse du vent, qui suit un profil vertical logarithmique,
est calculée en fonction de la hauteur de référence, de la hauteur de calcul et la rugosité de surface.
Modélisation de l’évaporation des gouttelettes:
L’évaporation est représentée par une diminution du diamètre de la gouttelette. Le taux de diminution
de ce diamètre est relié à une constante de temps dépendant de la température psychrométrique de
l’air (qui dépend de la pression atmosphérique, de la pression de vapeur saturante, de l’humidité
relative et des températures sèches humides) et du nombre de Reynolds (qui dépend du diamètre de la
gouttelette, de sa densité, de sa vitesse moyenne et de la vitesse moyenne et la viscosité de l’air).
Des recherches récentes montrent que les mélanges à base d’eau, comme ceux utilisés pour les
épandages aériens présentent des caractéristiques d’évaporation similaires à celles de l’eau.
Modélisation du dépôt:
Le calcul est effectué par conservation de la masse de la fraction non volatile.
AgDrift met en œuvre des modèles numériques relativement anciens pour simuler la chute des gouttes
et leur évaporation. Toutefois, il semble en bon accord avec de nombreuses études expérimentales de
validation, grâce à l’utilisation de facteurs correctifs empiriques. Ce niveau d’empirisme limite AgDrift
aux champs d’application pour lequel il a été conçu, ce qui est le cas de l’objet de la saisine..
Modélisation des cours d’eau:
AgDrift comprend la modélisation de la concentration dans un cours d’eau parallèle aux lignes de
passage de l’appareil. Tout le dépôt sur la largeur du cours d’eau contribue au calcul de la
concentration initiale. Ensuite, la concentration dans le cours d’eau est calculée en résolvant une
équation unidimensionnelle d’advection-diffusion.
Limites en champ proche [selon Teske, 2002a):
Le modèle est limité en champ proche, région dans laquelle le sillage de l’aéronef est censé avoir une
influence importante sur le comportement du spray. La validation compare les prévisions du modèle aux
mesures jusqu’à une distance de 800m.
Décroissance des tourbillons :
Un essai avec un avion et un vent typiques montre que les tourbillons vont influencer le comportement
du spray jusqu’à une distance de 300m, ce qui est nettement au-delà des largeurs de zones tampon
typiquement recommandées. Cela montre la nécessité d’utiliser un modèle lagrangien en champ
proche.
Vortex bounce :
En descendant, les tourbillons provoquent des forces visqueuses contraires à leur mouvement. Un
essai du même type que précédemment montre que ces effets agissent à de longues distances. Ils ne
sont donc pas pris en compte.
Evaporation :
5
Les essais effectués pour évaluer l’échelle de temps du phénomène d’évaporation montrent qu’elle est
relativement courte pour une large gamme de conditions et de taille de gouttes. Cela signifie que
l’évaporation est probablement importante en champ proche.
III.L’interface du logiciel
A.
MODE AGRICOLE
A1.
Données d’entrée Niveau 2
Sélection du type d’appareil,
- à ce niveau, l’utilisateur a le choix entre 4 appareils (dont un hélicoptère).
Longueur de la rampe,
- une valeur par défaut (modifiable) de ce paramètre est fournie en fonction de l’appareil choisi,
il est exprimé en pourcentage de l’envergure des ailes ou du diamètre du rotor.
Hauteur d’application,
- une valeur par défaut (modifiable) de ce paramètre est fournie en fonction de l’appareil choisi,
il caractérise la hauteur entre le sol et la rampe.
Nombre de lignes de passage,
- de 1 à 20.
Espace entre deux lignes de passage, une valeur par défaut (modifiable) de ce paramètre est fournie.
Décalage entre le bord de la surface à traiter et la première ligne de passage,
- définie comme une fraction d’une ligne de passage ou du taux d’application, une distance fixe
ou l’axe de l’appareil.
Distribution de la taille des gouttelettes,
- plusieurs possibilités sont offertes pour définir la distribution de la taille des gouttes.
L’utilisateur a le choix entre des distributions classiques sélectionnées dans la librairie, une
distribution définie par lui-même ou construite en fonction de caractéristiques de l’équipement et
du produit par l’intermédiaire d’un module spécifique.
Quantité de substance active appliquée par unité de surface,
Quantité de produit non volatile appliqué par unité de surface,
Volume total de produit appliqué par unité de surface,
Support (eau ou huile),
Vitesse du vent,
Température,
Humidité relative,
Flux plane distance,
- distance entre le bord de la surface d’application (défini comme ½ espacement entre deux
lignes plus la valeur du décalage à partir de l’axe de la dernière ligne de passage de l’appareil)
et le plan vertical dans lequel sont calculés le flux et la concentration horaire de la substance
active.
A2.
Données d’entrée niveau 3
Les données d’entrée comprenent celles du niveau 2 auxquelles se rajoutent des données
supplémentaires:
Sélection du type d’appareil,
- Choix dans une librairie (42 avions, 30 hélicoptères) ou définition des caractéristiques par
l’utilisateur (avec possibilité d’ajouter de nouveaux appareils dans la librairie). (cf. Annexe 2)
6
Définition de la position des buses sur la rampe,
Définition du produit,
- possibilité d’utiliser une librairie ou d’entrer des caractéristiques, en particulier un taux
d’évaporation
Rugosité du terrain
Direction du vent
Paramètres avancés,
- Possibilité de changer certaines valeurs de calcul comme la pression ambiante, la hauteur de
mesure de la vitesse du vent ou le taux de décroissance des vortex,…
A3.
-
-
-
-
Résultats de simulation
i)
Les sorties sous forme de graphes :
dépôt en fonction de la distance horizontale en fraction du taux d’application (unité de masse
par unité de surface)
dépôt moyen dans un plan d’eau en fraction du taux d’application (unité de masse par unité de
surface)
profil vertical (flux en mg/cm2) en fonction de la hauteur par rapport au sol et dans un plan
défini par l’utilisateur
concentration moyenne sur une heure (en ng/L ou ppt) dans les mêmes conditions que
précédemment
coefficient de variation (niv.3)
Graphe du coefficient de variation des dépôts en fonction de l’espacement entre deux
passages. Une valeur acceptable pour ce coefficient est de 0,3, c’est-à-dire une variation de
30% autour de la valeur moyenne.
dépôt moyen à l’intérieur de l’aire épandue (niv.3)
fraction en suspension (niv.3)
Fraction de substance active en suspension en fonction de la distance au bord du champ traité
(le bord est situé à un ½ espacement entre deux lignes + un décalage de l’axe de la dernière
ligne de passage)
ii)
Les boîtes à outils:
Aquatic assessment
En se fondant sur la courbe de dépôt, cette interface permet de calculer les valeurs de 4 des
entrées suivantes lorsqu’une d’elles est spécifiée: distance entre le plan d’eau et le bord de la
surface traitée, dépôt moyen de la substance active en fraction du taux d’application, en g/ha ou
en lb/ac et concentration moyenne de la substance active dans le plan d’eau en ng/L(ppt).
7
-
-
-
Terrestrial assessment
Permet comme précédemment de calculer les valeurs suivantes : distance entre le point ou
l’aire de calcul et le bord de la surface traitée, le dépôt moyen de la substance active en fraction
du taux d’application, en g/ha, lb/ac ou mg/cm2. Il est alors supposé que le dépôt est uniforme
dans le sens de la ligne de passage.
Drop distance calculator
Permet de calculer pour une taille de gouttelette la distance parcourue et le temps écoulé avant
impact, son diamètre final.
Spray block assessment
Calcul de la distance nécessaire pour atteindre un niveau de dépôt (spécifié comme une
fraction de la quantité appliquée ou en g/ha ou en lb/ac), en fonction de la largeur totale de la
surface traitée. Egalement possible pour atteindre un niveau de concentration dans un plan
d’eau.
Stream assessment
Représentation du dépôt et de la dispersion de la substance dans un cours d’eau situé
parallèlement aux lignes de passage de l’appareil.
8
Exemple de résultat obtenu dans cette boite à outils
Evolution de la concentration dans le cours d’eau en fonction de la distance à des temps différents
- Multiple application assessment
Cette interface permet de prendre en compte plusieurs séquences de traitement dans l’année. Il
faut pour cela entrer des fréquences de conditions météorologiques. Une bibliothèque de conditions
météorologiques est alors fournie mais ne concerne que le continent américain.
- Spray block statistics (niv.3)
Cette option permet de calculer le coefficient de variation, le dépôt moyen ou l’espacement entre
deux lignes de passage lorsqu’un de ces paramètres est spécifié.
iii)
Les sorties sous format texte :
Tous les graphiques sont exportables sous format texte, et peuvent ainsi être exploités sous Excel.
B.
MODE FORET
B1.
Données d’entrée Niveau 2
Idem mode agricole niveau 2
Deux paramètres sont exprimés différemment :
Fraction de substance active remplace Quantité de substance active appliquée par unité de surface
Fraction non volatile remplace Quantité de produit non volatile appliqué par unité de surface
Paramètres supplémentaires :
Hauteur de la végétation
Note : si cette hauteur est prise égale à 0, les résultats sont identiques à ceux du niveau 2 (agricole).
Rugosité de surface : ce paramètre est calculé automatiquement en fonction de la hauteur de la
végétation (par défaut c’est 0,14 fois la hauteur).
Décalage de la végétation : ce paramètre est calculé automatiquement en fonction de la hauteur de la
canopée (par défaut 0,7 fois la hauteur).
Ces deux paramètres servent au calcul du profil de la vitesse du vent.
9
B2.
Données d’entrée du niveau 3
Idem mode agricole niveau 3
Définition plus précise de la végétation
- par l’intermédiaire d’une librairie ou saisie par l’utilisateur (par exemple le nombre d’arbres/ha).
4 options sont alors proposées pour définir la végétation. Avec l’option de base « Basic », la
hauteur est le seul paramètre spécifié, le calcul des trajectoires des gouttes s’arrête lorsqu’elles
atteignent le haut de la végétation.
Angle de la pente du terrain
- deux possibilités de passage de l’avion par rapport à la pente (ascendant/descendant ou
transversal)
B3.
Sorties du niveau 3
i)
Les sorties sous forme de graphes :
Les mêmes graphes que dans les niveaux 2 et 3 du mode agricole sont disponibles. Par ailleurs, des
graphes supplémentaires sont disponibles.
- Time accountancy: Représente en fonction du temps, la fraction qui est en suspension, la
fraction qui s’est déposée et la fraction qui est passée dans la phase vapeur.
-
Height accountancy: Représente en fonction de la hauteur la fraction qui est en suspension
(gouttelettes) et la fraction qui est passée dans la phase vapeur.
Dans l’exemple ci-dessous, la hauteur de la rampe est de 3,05m.
Plus on s’approche du sol, plus la phase vapeur augmente puisque les gouttelettes s’évaporent.
10
-
Total accountancy : représente la fraction du mélange qui est restée en suspension, la fraction
qui s’est déposée, la fraction qui est passée dans la phase vapeur et la fraction qui a été
interceptée par la végétation lorsque celle-ci a une hauteur différente de 0.
Distance accountancy (niv.3) : Représente en fonction de la distance la fraction du mélange qui
est encore en suspension, la fraction qui s’est déposée et la fraction qui est passée dans la
phase vapeur
Vitesse de dépôt (niv.3) : en fonction de la taille des gouttelettes.
Application layout (niv.3) : représente sur le même graphe le dépôt au sol (en fraction du taux
d’application) au sein de la zone d’épandage puis jusqu’à jusqu’à 300m sous le vent de la
parcelle
Distribution de la taille des gouttelettes (cumulée ou non) au sein de la zone d’épandage (niv.3):
Dépôt au sol à l’intérieur de la zone d’épandage (niv.3) : en fraction du taux d’application et en
fonction de la distance.
Spray block coverage (niv.3)
Canopy drop size distribution (niv.3)
Canopy deposition (niv.3) : fraction en volume capturée par la végétation. Ne fonctionne que
lorsque la végétation est définie précisément.
ii)
Les boîtes à outils:
Au niveau 2, les mêmes boites à outils que celles du mode agricole sont disponibles.
Au niveau 3, deux boites à outils supplémentaires sont disponibles par rapport au niveau 3 du mode
agricole.
-
Trajectory details : permet de visualiser les trajectoires pour chaque taille de gouttelettes.
-
Spray block details : permet à l’utilisateur de dessiner les contours de dépôt autour de la zone
épandue. Il peut faire figurer également les lignes de passage de l’avion.
Cette boite à outils permet de calculer le dépôt sur une zone plus faible à l’intérieur de la zone
épandue et également en des points discrets.
iii)
Les sorties sous format texte :
Tous les graphes sont exportables sous format texte, afin de pouvoir les exploiter sous Excel.
11
IV.
Sensibilité du modèle :
Les auteurs fournissent une étude de sensibilité dans le guide technique [Teske, 2002b]. Cette analyse
est effectuée avec le niveau 2 du modèle en mode agricole. Les paramètres analysés varient de 10%
autour de leur valeur par défaut. 10 paramètres sont analysés pour 4 distributions de taille des
gouttelettes :
La hauteur de la rampe
La longueur de la rampe
La fraction non-volatile
Le nombre de lignes de traitement
L’humidité relative
L’étendue relative de la distribution de taille des gouttelettes : (Dv0.9-Dv0,1)/Dv0,5
La largeur d’une ligne de traitement
La température
Le diamètre médian
La vitesse du vent
Les observations sont les suivantes :
Les plus grandes variations sont liées aux variables qui contrôlent la forme et le contenu de la
distribution de la taille des gouttelettes.
La variation la plus grande est ensuite due à la hauteur de la rampe, avec une importance plus
significative dans le cas des distributions « moyenne à large » et « large à très large ».
La longueur de la rampe induit une variation significative à une distance inférieure à 60m, cela
suggère qu’un changement de longueur de la rampe doit se traduire par une modification de la
largeur de la zone tampon
La température et l’humidité relative entraînent de faibles variations au delà de 600 m, où les
différences de conditions ambiantes vont affecter les taux d’évaporation.
Le nombre de lignes de traitement, la largeur d’une ligne et la vitesse du vent occasionnent de
faibles variations, ce qui indique que les premières lignes de traitement sont les plus influentes
Pas d’influence de la fraction non volatile
Les auteurs classent ensuite les paramètres par ordre d’influence:
Diamètre médian
Etendue relative de la distribution
Hauteur de la rampe
Vitesse du vent
Longueur de la rampe
Humidité relative
Température
Fraction non-volatile
La dérive augmente avec l’accroissement de la hauteur de rampe, de la longueur de la rampe, de
l’étendue relative de la distribution de taille des gouttelettes, de la température, de la vitesse du vent et
avec la diminution de la fraction non volatile, de l’humidité relative et du diamètre médian.
La vitesse du vent augmentant le décalage et l’espacement entre deux lignes de passage (cf. annexe
1), cela masque probablement l’effet réel de ce paramètre. Il est en effet reconnu que c’est un
paramètre majeur dans la dérive totale.
Par ailleurs, la variation de la vitesse du vent de 4 à 4,9 m/s est certainement trop faible par rapport aux
situations réelles possibles.
12
V. CONCLUSION
A l’étranger, le modèle Agdrift est largement utilisé pour l’évaluation des épandages aériens de
pesticides. C’est pourquoi l’utilisation de cet outil pour les calculs de dérive a été validée par le groupe
de travail». Un travail important serait toutefois nécessaire pour vérifier la validité des valeurs proposées
et les adapter aux conditions françaises (appareil, équipement,…).
Par ailleurs, cet outil ne modélise pas a priori la dispersion réelle de la phase vapeur. Les indications qui
sont disponibles (« Time accountancy », « Total accountancy » et « Distance accountancy » dans le
mode Forêt) permettent seulement d’obtenir la fraction du mélange initial qui passe en phase vapeur.
De même, la re-volatilisation en post application n’est pas prise en compte. En revanche, les résultats
de dépôt fournies par le modèle peuvent tout à fait être réutilisables pour aborder ces mécanismes.
REFERENCES:
Bird S.L., Perry S.G., Ray S.L., Teske M.E., Evaluation of the AgDISP aerial spray algorithms in the
AgDRIFT model. Environ Toxicol Chem 2002; 21(3):672-81.
Laboratoire Central de Surveillance de la Qualité de l’Air, 2002, Guide méthodologique en modélisation
déterministe, Rapport final, Janvier 2002.
Teske M.E., Bird S.L., Esterly D.M., Curbishley T.B., Ray S.L., Perry S.G, 2002a, AgDRIFT® : a model
for estimating near-field spray drift from aerial applications, Environmental Toxicol Chem, 21(3):659-671
Teske M.E., Bird S.L., Esterly D.M., Ray S.L., Perry S.G., 2002b, A user’s guide for Ag DRIFT® 2.0.05:
a tiered approach for the assessment of spray drift of pesticides, Regulatory version, C.D.I Report
No.01-02, prepared for Spray Drift Task Force, January 2002.
13
ANNEXES
Annexe 1: Complément sur les facteurs influençant la dérive
Extrait de « A summary of aerial application studies », Spray Drift Task Force, 1997.
How swath adjustment reduces drift
When the wind is low, virtually all of the spray is deposited directly under the aircraft allowing the pilot to fly close
to the edge of the field (figure 5a). With a crosswind, the spray swath is displaced downwind (figure 5b). Pilots
typically compensate for this swath displacement by adjusting the position of the aircraft upwind (figure 5c). The
amount of swath adjustment can vary from one half, to more than two swath widths, depending upon wind speeds
and proximity to sensitive areas. In order to maintain consistency across all applications in the SDTF field studies,
the pilot made no swath adjustment. However, in this report a swath adjustment was applied by mathematically
shifting the deposition curve upwind by 50 feet. This would be a typical swath adjustment in a 10-mph crosswind,
the average wind speed in the field studies. The effects of swath adjustment are illustrated in figure 6 for no
adjustment, a half swath adjustment, and a full swath adjustment as applied for the control treatment. With no
swath adjustment, the amount of spray material depositing at 25 feet downwind is approximately three and a half
times that from a full swath adjustment. Swath adjustment substantially reduces drift, especially in the first 100
feet. These results are for a medium droplet size spectrum from the control treatment. The effects would be even
more dramatic with a finer droplet spectrum.
How nozzle and droplet size affect drift
The effect of droplet size on downwind ground deposition is illustrated in figure 7. It shows that drift decreases
dramatically as the percent of volume in droplets smaller than 141 microns decreases due to the use of different
14
nozzles, nozzle angles, and/or air speeds .The control treatment had 15% of the spray volume in small droplets
(less than 141 microns). The smaller D4-45 nozzle at the same angle produced twice the volume of small
droplets and twice the amount of drift at 25feet. The solid stream nozzle (D8) at a 0° angle produced a much
lower volume of small droplets and substantially less drift than the control. Although droplet size was the primary
factor affecting drift, the data for the D6 at 64 mph are not directly comparable because they were obtained with a
helicopter instead of a fixed wing airplane. The helicopter data are included to illustrate that it is possible to
reduce the percentage of small droplets to very low levels with a corresponding decrease in drift. The results
show that pilots can minimize drift by managing the factors affecting droplet size.
How air shear affects droplet size and drift
Air shear across the nozzle tip, which is a function of both nozzle angle and aircraft speed, significantly affects
droplet size. When nozzles are pointed toward the back of the plane, air shear is less than when the nozzles are
pointed downward (figure 8). Air shear across the nozzle tip also increases with faster air craft speeds, resulting
in smaller droplets. The effect of air shear on droplet formation and drift was studied by setting up identical
nozzles and nozzle angles on three aircraft: a helicopter, which flew at 64 mph; a piston powered, fixed-wing
airplane at 107 mph; and a turbine-powered, fixed-wing airplane at 156 mph. The nozzle height was 8 feet. When
the same nozzles (D6-46) were positioned at a 45° angle on all three aircraft, there were differences in drift due
to air shear (figure 9). At 156 mph, 39% of the droplet volume was less than 141 microns. As speed and
subsequent air shear decreased, the volume percent less than 141 microns decreased to 6% with a
corresponding decrease in drift. It must be emphasized that figure 9 illustrates the effect of air shear on droplet
size and drift. It does not indicate that these are typical droplet spectra for each aircraft. Normally the sizes and/or
angles of the nozzles are changed to compensate for the air shear at higher speeds.
figure 8
How nozzle height affects drift
In aerial applications over agricultural crop areas, spray is typically released when the nozzles are about 8 feet
above the ground or crop, compared with forestry and rangeland applications which are sometimes made at
20feet or higher. Figure 10 compares drift from the control treatment when the nozzle height is changed from 8
feet to 22 feet. It shows that the higher nozzle height results in approximately 2.5 times more drift at 25 feet
downwind. With a finer droplet spectrum, this difference would have been greater; with a coarser droplet
spectrum, the differences would have been less.
15
How boom length affects drift
Turbulent air, referred to as vortices, is created by the wings. Wing or rotor tip vortices exist on all aircraft. When
the length of the boom is too long, spray droplets are caught in these vortices. The smaller droplets follow the air
movement up and over the wing or rotor which effectively increases the application height and increases the
potential for drift. When boom lengths are shortened, fewer droplets enter the vortices and drift is reduced.
Although the SDTF did not extensively test the effects of boom length on drift, the computer drift model affirms
that the common practice of maintaining boom length at 70% or less of the wingspan minimizes drift (figure 11).
The effect of boom length is more important when spraying a fine versus coarse droplet size spectrum.
How dynamic surface tension affects drift
Physical properties of the tank mixture can influence the formation of droplets by agricultural nozzles, although
this effect is most important at higher levels of air shear. The SDTF examined dynamic surface tension, shear
viscosity, and extensional viscosity. Of these three physical properties, dynamic surface tension usually has the
greatest influence on droplet size. Figure 12 represents the maximum range of drift attributable to dynamic
surface tension for the SDTF control treatment. The 72 dynes/cm represents water, 32 dynes/cm represents the
most extreme case, and 45 dynes/cm represents a large percentage of commercial pesticide tank mixtures.
These curves were generated by the computer drift model. Field study data confirmed that for the control
treatment, physical properties had a very small effect on drift compared to equipment and application procedures.
16
How wind speed affects drift
The 90 replicates of the control applications clearly established that wind speed was the most important
atmospheric factor affecting drift (figure 13). Although it is commonly accepted that hot, dry conditions accelerate
droplet evaporation, which results in smaller droplets, this was not found to be as important as wind speed.
How crop canopy affects drift
Ground cover in the application and drift collection areas consisted of short grass. A limited number of treatments
were conducted over cotton to determine if there was a significant effect due to the presence of a more
developed canopy. These treatments indicated a small decrease in downwind ground deposition over cotton.
Because the effect of canopy was extremely small, and because it was not practical to evaluate the infinite
number of canopy shapes, heights, and densities, additional testing was not conducted. However, the treatments
on cotton suggest that the SDTF field studies may slightly over-estimate drift for applications that are typically
conducted over a well developed canopy.
Conclusions
The results from the SDTF studies confirm present knowledge concerning the role of factors that affect spray drift.
In many cases the studies quantified what was already known qualitatively. As expected, droplet size was shown
to be the most important factor affecting drift from aerial applications. Logically, the results also confirm that drift
only occurs downwind. Waiting until the wind is blowing away from sensitive areas is an effective application
practice. Although drift cannot be eliminated totally with current technology, there are many ways to minimize drift
to levels approaching zero. The SDTF studies confirm that when good application practices are followed, all but a
small percentage of the spray is deposited on target.
Drift levels can be minimized by:
a. Applying the coarsest droplet size spectrum that provides sufficient coverage and pest control.
b. Continuing the standard practice of swath adjustment.
c. Controlling the application height.
d. Using the shortest boom length that is practical.
e. Applying pesticides when wind speeds are low.
Except at high levels of air shear, the physical properties of the spray mixture have only a minimal effect on drift.
The SDTF studies show that the pattern and magnitude of drift results from a complex interaction of many factors.
The drift model is an effective means of predicting aerial spray drift and permits the evaluation of a much broader
range of variables than those tested by the SDTF.
When accepted by the EPA, the SDTF model and databases will be used by the agricultural chemical industry
and the EPA for environmental risk assessments. Even though active ingredients do not differ in drift potential,
they can differ in the potential to cause adverse environmental effects. Since drift cannot be completely
eliminated with current technology, the SDTF database and models will be used to determine if the drift from each
agricultural product is low enough to avoid harmful environmental effects. When drift cannot be reduced to low
enough levels through altering equipment set up and application techniques, buffer zones may be imposed.
17
ANNEXE 2 : Les caractéristiques de l’appareil
Les paramètres à entrer dans le cas d’un hélicoptère sont:
- le diamètre du rotor (m)
- le poids (kg)
- la vitesse de déplacement (m/s)
- nombre de tours par minute
- Emplacement de la rampe :
o Boom vertical (m)
o Boom forward (m)
Les paramètres à entrer dans le cas d’une voilure fixe:
- La demi-envergure (m)
- Le poids (m)
- La vitesse de déplacement (m/s)
- Vitesse de rotation des pales
- Diamètre de l’hélice (m)
- Distance verticale de séparation entre les deux ailes pour un biplan (m).
- Surface de l’aile (m2)
- Nombre de moteurs
- Emplacement du moteur [Engine vert ; Engine Fwd, Engine Horiz (m)]
- Décalage de l’aile (Wing vert.)
- Emplacement de la rampe :
o Boom vertical (m)
o Boom forward (m)
Engine Forward Position: The position of the engine (in feet or meters) measured horizontally from the trailing edge of the
wing to the plane of the propeller. Its value is normally between 2 and 24 ft.
Engine Horizontal Position: The position of the engine(s) (in feet or meters) measured horizontally from the centerline of the
aircraft to the centerline of the engine(s). Up to 4 engines may be symmetrically specified on an aircraft.
Schéma d’illustration des paramètres:
18
Annexe 3: La distribution de la taille des gouttelettes
18 distributions classiques
Une bibliothèque :
Près de 1300 DSD dans la bibliothèque de tests de la SDTF que l’on peut filtrer. Dans le mode Forêt,
vient s’ajouter une autre bibliothèque de distributions avec 250 tests (mêmes filtres).
Un outil de création Dropkick :
Les deux premières fenêtres peuvent être complétées par l’intermédiaire des bibliothèques. Le volume
médian à entrer correspond à celui obtenu lorsque la buse est testée avec de l’eau dans la
configuration par défaut.
19
Annexe 7
Revue bibliographique sur les risques des travailleurs liés à l’épandage
aérien
Les résumés des principales études se rapportant aux travailleurs liés à l’épandage aérien de
produits anti-parasitaires sont présentés ci-après. Ces études documentent les risques et les
niveaux d’exposition engendrés par cette pratique pour les différentes populations de
travailleurs concernés (pilotes, mécaniciens, flaggers1).
Une enquête de mortalité a été entreprise auprès d’applicateurs de pesticides par avion et
d’instructeurs de vol à partir des dossiers médicaux informatisés aux USA pour la période
1965-1979. Le statut vital de 9677 applicateurs et de 9727 instructeurs a été déterminé et les
SMR2 ont été calculés (population de référence : population américaine des hommes blancs).
Le SMR global est de 127 pour les applicateurs et de 93 pour les instructeurs. Alors que les
décès par cancer sont moindres que ceux attendus (SMR = 74 pour les applicateurs et 64 chez
les instructeurs), les décès par accident (hors véhicules automobiles) sont très excédentaires
(SMR = 1168 pour les applicateurs (333 décès) et 630 pour les instructeurs (162 décès)).
Parmi les décès des applicateurs, 311 résultent de lésions traumatiques ou d’immolation due
au crash des avions et chez les instructeurs, 152 décès sont dus au crash des avions. L’analyse
montre que la mortalité diminue après les 5 premières années d’engagement. Chez les
applicateurs, les SMR de plusieurs sites de cancer sont légèrement élevés mais non
significatifs (SMR=134 pour le pancréas, SMR=176 pour le larynx, SMR= 132 pour la peau,
SMR=136 pour la prostate, SMR=126 pour le foie et SMR=171 pour la leucémie). Chez les
instructeurs, 2 sites de cancers ont des SMR plus élevés : le cancer de la peau (SMR=148) et
les lymphosarcomes et réticulosarcomes (SMR=131) (1).
L’étude a été poursuivie sur la période 1965-1988, avec une extension des recherches de
statuts vitaux de 9 ans, donnant plus de chance de détecter un risque de cancer. L’étude porte
sur 9961 applicateurs et 9969 instructeurs. Les applicateurs montrent des taux de mortalité
supérieurs à ceux des instructeurs pour toutes les causes principales de décès, excepté pour le
suicide. Sur les décès par accidents autres que par véhicules automobiles, 90,8% sont des
accidents d’avions chez les applicateurs et 87,7% chez les instructeurs. Les SMR pour toutes
causes de décès sont de 111 chez les pilotes et de 81 chez les instructeurs et les causes de
décès par cancer sont moins fréquentes que dans la population générale (SMR=83 pour les
pilotes et SMR=71 pour les instructeurs) ; certains sites de cancers sont cependant plus
fréquents chez les pilotes que chez les instructeurs : il s’agit du cancer de l’estomac
(RR3=2,31), du cancer du pancréas (RR=2,71), du cancer du larynx (RR=4,79) et de la
leucémie (RR=3,35). La population des pilotes (aviation commerciale) est différente de la
population générale : il s’agit d’une population en meilleure santé qui consomme moins
d’alcool et de tabac. Le vol à faible altitude, le stress de la chaleur, le bruit, les forces G, les
vibrations et les fortes contraintes de travail sont identifiées comme les causes des décès par
accident ; S’ajoute l’exposition aux organophosphates, aux carbamates et autres pesticides qui
compromettent la performance neurologique et l’aptitude à voler. Les décès par leucémie sont
élevés chez les applicateurs et les expositions aux produits chimiques sont suspectés (2).
Une étude de cohorte rétrospective a été réalisée chez des applicateurs aériens en Floride pour
mesurer l’incidence de cancer et la mortalité générale. La cohorte comporte 33 669
1
flagman = flagger = travailleur se situant à une extrémité du champ à traiter pour indiquer au pilote la
trajectoire du vol.
2
SMR : Standardized mortality ratio = (nb de décès observés/ nb de décès attendus) x 100
3
RR = rapport des taux spécifiques par cause = taux de mortalité des applicateurs/ taux de mortalité des
instructeurs
1/5
applicateurs étudiés entre 1975 et 1994. 1874 décès et 1266 cas de cancer ont été identifiés ;
Les applicateurs de pesticides sont en meilleure santé que la population générale de Floride.
Les risques de maladies cardiovasculaires et de maladies associées avec le tabac et l’alcool
sont significativement plus bas. La mortalité et l’incidence liée au cancer de la prostate et
l’incidence du cancer des testicules sont significativement plus élevées. (3).
Une surveillance médicale a été entreprise en 1987 chez 63 mécaniciens d’aviation au
Nicaragua exposés aux organophosphates et à d’autres pesticides toxiques qui ont été
interrogés sur le port de protections pendant leurs travail et sur les symptômes ressentis ; 49%
d’entre eux ont rapporté avoir été exposés dans leur emploi. Les mécaniciens travaillent sous
pression, contraints à travailler le plus vite possible, puisque les compagnies et les pilotes sont
payés au vol. Il y a donc peu de temps pour laver les avions avant les petites maintenances.
L’exposition la plus importante se fait ainsi par voie cutanée pendant la manipulation à mains
nues de petites pièces mécaniques lors du travail de routine de changement des filtres de
pesticides et d’ajustement des buses, le port de gants de protection gênant les mouvements.
Les mécaniciens ne connaissent souvent pas le type de pesticides en charge dans l’avion
qu’ils entretiennent. Les équipements de protection les plus utilisés sont les bottes (14% les
utilisent), et les bleus de travail (11%), aucun travailleur n’utilise de lunettes de protection, de
masque ou de gants. Des mesures du taux d’érythrocyte cholinestérase montrent que 61% des
mécaniciens mesurés présentent un taux bas ; la moyenne pour l’ensemble des mécaniciens
est de 3,1 IU/min/ml de sang, alors que la valeur limite basse est de 3,7 IU. Suite à l’étude,
des mesures de prévention ont été mises en place pour ces travailleurs (4).
De 1979 à 1981, un suivi de la mortalité et de la morbidité a été entrepris parmi les pilotes
d’épandages aériens et leurs familles. Sur une population de 308 pilotes, 67 évènements
d’intoxications par les pesticides ont été enregistrés sur la période 1950-1979, concernant 50
personnes. Les organophosphates concernent 82% des intoxications. De 1967 à 1976, la
baisse des taux d’accident pour cette catégorie de pilotes a été plus rapide que pour l’aviation
en général, bien que l’aviation agricole a grossi plus rapidement que l’aviation générale (5).
Le tributyl-S,S,S phosphorotrithioate (DEF) et le merphos peuvent produire des effets
neurotoxiques tardifs chez les animaux. L’inhibition de l’estérase neurotoxique (NTE) dans
les lymphocytes et la fonction périphérique nerveuse a été mesurée chez 7 travailleurs exposés
pendant l’épandage aérien et au sol de ces défoliants dans des champs de coton. L’exposition
était surtout transcutanée. La NTE lymphocytaire était atteinte chez les travailleurs exposés
selon l’intensité et la durée de l’exposition. Chez tous les travailleurs exposés au DEF et au
merphos sur une période prolongée (environ 4 semaines), le lymphocyte NTE a été inhibé
entre 40 et 60%. L’exposition des flaggers et des employés au mélange est plus importante
que pour les pilotes ; la différence la plus importante porte sur la quantité 10 fois plus
importante de résidus trouvés sur les mains des flaggers, ceci pouvant s’expliquer par le fait
que 2 des 3 flaggers ont aidé au nettoyage et à l’ajustement des buses sur les avions sans
porter de gants de protection (6).
Les effets sur les hormones de reproduction mâles et sur la fonction thyroïdienne ont été
étudiés chez des applicateurs de pesticides dans le Minnesota, dans la Red river Valley.
L’étude a porté sur 144 applicateurs de pesticides et 49 sujets témoins. Les applicateurs ont
fourni des données sur les produits, les volumes, les dates et les méthodes d’application des
traitements réalisés. Les pulvérisations se font essentiellement au sol (86% pour les pesticides,
67% pour les insecticides et 53% pour les fongicides) ; l’épandage aérien concerne 8% des
herbicides, 22% des insecticides et 3% des fungicides. L’étude montre que les applications
aériennes de fongicides conduisent à une baisse de 40% de la TSH (thyroid-simulating
hormone) chez les sujets, contre 16% de baisse de la TSH pour les applicateurs qui font
uniquement de la pulvérisation au sol de fongicides dans les mêmes périodes. Ces données
montrent que l’épandage aérien de fongicides est un facteur d’exposition significatif (7).
2/5
Une étude a été réalisée dans le but d’identifier les facteurs de risques des maladies
professionnelles en relation avec le paraquat, aux USA, entre 1971 et 1985. Durant cette
période, un total de 231 cas a été reporté. Des informations détaillées sur les conditions
d’utilisation du paraquat étudiées sur une année ont permis aux auteurs de constater que le
type de récolte traitée, les méthodes d’application et la saison d’application étaient des
facteurs qui contribuaient indépendamment au risque de maladie. Un risque plus élevé de
maladie est associé aux applications à terre plutôt qu’aux applications aériennes (RR14 = 5,5)
et les applications manuelles présentent un risque beaucoup plus élevé de maladies, comparée
aux applications aériennes (RR1 = 99,1). Les applications en été présentent un risque plus
élevé que les applications en hiver (RR1=4,1) et le traitement des arbres fruitiers présente un
risque plus élevé que le traitement des autres récoltes (RR1 = 3,6). Parmi les cas, les emplois
les plus touchés sont les applicateurs (62,7%) indépendamment de la méthode utilisée, devant
les préparateurs de mélanges (12,7%) et les autres agriculteurs (11%). La plupart des maladies
(39%) résultent de la manipulation de l’équipement plutôt que du nettoyage ou d’un incident
pendant la pulvérisation. Les travailleurs exposés aux produits concentrés sont 3 fois plus à
risque de développer une maladie de type irritative que les autres travailleurs. Parmi les cas,
60% concernent des irritations localisées (yeux et peau essentiellement) et 40% des maladies
systémiques telles que maux de tête, nausées et vomissements (8).
Une étude a été menée sur l’exposition des travailleurs aux pesticides pendant le traitement
aérien de coton et de riz dans l’Arkansas en 1995. Les mesures ont été réalisées pendant la
journée de travail ou pendant une tâche déterminée. Le methyl parathion est le seul produit
pour lequel une limite d’exposition a été recommandée par le NIOSH5 : elle est de 200µg/m3
et tous les résultats étaient inférieurs à cette valeur. La concentration la plus élevée pour cette
substance est de 2,94 µg/m3 et a été détectée chez un employé au mélange.
Pour les pilotes, les concentrations en Orthene® vont de 0,9 µg/m3 à 10,8 µg/m3 alors que
pour les employés au mélange, les concentrations se situent entre 11 et 240,2 µg/m3.
L’exposition au bruit des pilotes est importante et les résultats montrent que sur une journée,
les pilotes ont une exposition au bruit plus élevée que les valeurs limites recommandées par le
NIOSH et l’OSHA6. Les mesures ajustées sur 8 h sont de 102 et 103 dB pour les pilotes et de
87 dB pour les préparateurs de mélanges (9).
Une étude visant à mesurer l’exposition des applicateurs d’EPN (O-ethyl –O-(4-nitrophenyl)
phenylphosphonothioate) durant l’application à terre et par voie aérienne pour le traitement de
récolte de coton a été menée dans le Mississippi. Les mesures rapportées à une journée de 8h
montrent des expositions respiratoires de 11 µg pour les pilotes, 15 µg pour les préparateurs et
39 µg pour les applicateurs au sol. Les niveaux mesurés pour les flagmen atteignent 317 µg
sur 8h. Les moyennes d’exposition cutanée sont de 2,1 mg pour les pilotes, 6,3 mg pou les
préparateurs et 117,7 mg pour les flagmen et 7,5 mg pour les applicateurs au sol. Les niveaux
d’exposition sont liés au type de pénétration, à la partie du corps, à la méthode d’application,
à l’emploi, à l’attitude et à l’expérience, à la durée de l’exposition, aux conditions météo et
aux accidents. Les pulvérisations aériennes apparaissent les plus protectrices sauf pour les
falgmen, cependant la plupart des applicateurs au sol sont des agriculteurs qui traitent euxmêmes leurs champs, alors que les applicateurs aériens sont plus fréquemment exposés (de
façon journalière lors de la saison) ; ainsi le risque d’exposition est plus important pour les
applications aériennes.
Les sources majeures d’exposition des pilotes viennent du contact avec les réservoirs de
pulvérisation lors du vol, les préparateurs et les opérateurs au sol ont une exposition de
contact avec les surfaces contaminées pendant leurs tâches de travail, tandis que les flagmen
sont directement exposés aux pulvérisations. Les auteurs recommandent le port
d’équipements de protection adaptés au travail et à l’exposition de chacun de ces corps de
métiers et le remplacement des flagmens par des techniques de marquage fixes (10).
4
RR1 = nb de cas/nb d’applications
NIOSH : National Institute for Occupational Safety and Health (Canada)
6
OSHA : Occuopational Safety and Health Administration (USA)
5
3/5
Pendant le traitement aérien au paraquat de champ de coton en Californie, des mesures ont été
réalisées pour documenter l’exposition des pilotes, des flaggers et des préparateurs de
mélange. Les expositions cutanées vont de 0,05 mg/h pour les pilotes à 2,39 mg/h chez les
flaggers. La concentration la plus élevée a été enregistrée pour un flagger (26,3 µg/m3), ce qui
représente 19 fois moins que la valeur limite pour ce produit. Les concentrations en paraquat
total dans la zone respiratoire d’un flagger s’étendent de moins de 0,1 µg/m3 à 26,3 mg/m3
mais aucune autre mesure n’a été positive pour les autres travailleurs. Les concentrations en
paraquat diminuent quand la distance sous le vent augmente. Les auteurs concluent que les
expositions cutanées et respiratoires sont extrêmement faibles par rapport aux expositions
mesurées pendant les applications manuelles du paraquat (11).
L’exposition de pilotes pour épandages aériens et de l’équipe au sol pendant le traitement
aérien au parathion a été mesurée en Israël en 1977. Les niveaux d’exposition (11-21 minutes)
dans le cockpit lors de 12 vols s’étendent entre 0 et 430 µg/m3. Pendant des mesures de 30
minutes à 4h, les mesures s’étendent de 2 à 410 µg/m3 et la valeur limite de 100 µg/m3 a été
dépassée pour 2 mesures sur 19. Les expositions des préparateurs se situent entre 11 et 67
µg/m3. Pour les 7 mesures faites au niveau de l’équipe au sol, aucun dépassement de la valeur
limite n’a été observé. L’exposition cutanée est la plus importante pour l’équipe au sol mais
pas pour les pilotes. Pendant la saison, les traitements commencent à 4h du matin, avec 4 à 5
heures de vol de traitement, 15 à 25 décollages et atterrissages, plusieurs centaines de virages
en épingle à cheveu et de fréquents passages sous les lignes électriques. Pendant les vols, les
pilotes sont exposés à des températures élevées, à la force g, au bruit et aux différents
pesticides. L’exposition des pilotes intervient à deux moments de leur travail : au site de
chargement et pendant le vol ; ils passent 20 à 40 minutes par jour au chargement où ils sont
exposés aux poussières, vapeurs et aérosols contaminées par les pesticides et leurs expositions
pendant le vol résulte du fait qu’ils volent dans les aérosols de pesticides dispersés après la
pulvérisation. L’exposition dans le cockpit est influencée par les conditions de vent et les
concentrations correspondent à des pics d’exposition à plusieurs instants qui sont d’ailleurs
détectés olfactivement par les pilotes. Les auteurs recommandent de développer la filtration
de l’air dans les cockpits, la modification des plans de vol, l’installation de point de
neutralisation à la soude et la séparation des sites de préparation des mélanges (12).
Les données sur les crashs ont été regardées pour cette population sur la période 1974-1977. Il
apparaît que 60% des accidents résultent d’une erreur de pilotage. Un crash ou un autre
incident est observé pour 600 heures de vol (en fait, un incident par pilote par an) (13).
La technique des ultra-bas volumes (UBV) par des avions ultra-légers (ULA = ULM) pour
l’application de pesticides a été discutée. Une série de mesures a été entreprise en Hongrie
lors du traitement au pyrethroïde avec ces ULM pour les comparer avec les données issues de
l’application manuelle. L’étude montre que l’opération manuelle expose l’applicateur à des
niveaux 1000 fois plus élevés que ceux réalisés par avion. La technique UBV a été
développée pour l’application de pesticides dans les années 60, car elle présente plusieurs
avantages :
− la formule à vaporiser est prête à l’emploi
− la fréquence des décollages et atterrissages est plus faible et présentent moins de
risque pour le pilote et l’avion
− une plus haute altitude de croisière permet une couverture plus étendue de la zone
visée
− la pulvérisation fine des gouttelettes permet une déposition du à la diffusion
atmosphérique ou à la dérive de la pulvérisation
L’ULM présente l’avantage de nécessiter des distances pour décoller très réduite et la
combinaison de cette technique avec l’ULV est intéressante.
Les parties du corps exposées sont différentes pour le pilote et le flagman : la poitrine et les
mains pour le pilote, la tête et les cuisses pour le flagman. Les expositions cutanées sont de
4/5
10,8 µg/h pour le pilote, 25,4µg/h pour le flagman et de 2,8 à 42,2 mg/h pour les applications
manuelles. Le même facteur de différence est observé entre les applications aériennes et
manuelles pour la dose de pyrethroide synthétique.
Les auteurs concluent que les causes du faible taux d’exposition pour les pilotes d’ULM
s’expliquent par
− le flux d’air créé par l’hélice est un flux régulier à l’arrière de l’appareil
− il n’est pas probable que le mouvement des hélices produise une dérive de la
pulvérisation à cette vitesse de l’avion
− l’avion sans cockpit permet une ventilation de l’air suffisante pour diluer les nuages de
pesticides.
Par contre, l’applicateur manuel est exposé aux particules cristallines et aux vapeurs et sa
zone respiratoire se trouve toujours dans le nuage de pulvérisation du pesticide (14).
1.
Cantor K, Booze C. Mortality among aerial pesticide applicators and flight instructors.
Archives of Environmental Health 1990;45(5):295-302.
2.
Cantor KP, Silberman W. Mortality among aerial pesticide applicators and flight
instructors: follow-up from 1965-1988. Am J Ind Med 1999;36(2):239-47.
3.
Fleming L, Bean J. A study of Florida Pesticides applicators. Miami: Department of
epidemiology and public health, University of Miami School of Science; 1997.
4.
McConnell R, Pacheco Anton AF, Magnotti R. Crop duster aviation mechanics: high
risk for pesticide poisoning. Am J Public Health 1990;80(10):1236-9.
5.
Roan C, Olds K, McIlnay C. The crop, pesticide use, and pesticide-related
occupational illness profiles of agricultural pilots. World of Agricultural Aviation
1982;9(3):24-27.
6.
Lotti M, Becker CE, Aminoff MJ, Woodrow JE, Seiber JN, Talcott RE, et al.
Occupational exposure to the cotton defoliants DEF and merphos. A rational approach to
monitoring organophosphorous-induced delayed neurotoxicity. J Occup Med 1983;25(7):51722.
7.
Garry VF, Holland SE, Erickson LL, Burroughs BL. Male reproductive hormones and
thyroid function in pesticide applicators in the Red River Valley of Minnesota. J Toxicol
Environ Health A 2003;66(11):965-86.
8.
Weinbaum Z, Samuels SJ, Schenker MB. Risk factors for occupational illnesses
associated with the use of paraquat (1,1'-dimethyl-4,4'-bipyridylium dichloride) in California.
Arch Environ Health 1995;50(5):341-8.
9.
Kiefer M, Lenhart S, Tubbs R, Mattorano D. HHE Report N° HETA-95-0248-2562.
Hazard Evaluation and Technical Assistance. Grady: NIOSH; 1996.
10.
Atallah YH, Cahill WP, Whitacre DM. Exposure of pesticide applicators and support
personnel to O-ethyl O-(4-nitrophenyl) phenylphosphonothioate (EPN). Arch Environ
Contam Toxicol 1982;11(2):219-25.
11.
Chester G, Ward RJ. Occupational exposure and drift hazard during aerial application
of paraquat to cotton. Arch Environ Contam Toxicol 1984;13(5):551-63.
12.
Cohen B, Richter E, Weisenberg E, Schoenberg J, Luria M. Sources of parathion
exposures for Israeli aerial spray workers, 1977. Pestic Monit J 1979;13(3):81-6.
13.
Richter ED, Cohen B, Luria M, Schoenberg J, Weisenberg E, Gordon M. Exposures of
aerial spray workers to parathion. Isr J Med Sci 1980;16(2):96-100.
14.
Yoshida K, Antal A, Fuzesi I, Nagy L, Petro E, Suzan M. Characteristics of applicator
exposure to synthetic pyrethroid in ULV-handheld and ULV-ULA spray applications. J
Environ Sci Health B 1990;25(2):151-67.
5/5
ANNEXE 8: Récapitulatif des données d’entrée pour chaque scénario
DOM
Bananes
Appareil
Longueur de la rampe (% du diamètre du
rotor ou de l’envergure des ailes)
Espacement entre les buses (en m) (Nb)
Hauteur de la rampe (en m)
Hauteur de canopée (en m)
Nombre de lignes de passage
Ecart entre 2 lignes de passage (en m)
Décalage par rapport au bord du champ
(en fraction de l’écart entre 2 lignes)
Distribution de la taille des gouttelettes
Bell 47
70,01
0,3048 (27)
5
3
12
15
0,3702
ASAE Fine to
Medium
Guyane
Riz
Champagne
Vigne
Appareil et équipement
Piper Pawnee D
Bell 47
69,02
70,01
0,3048 (26)
0,3048 (27)
Caractéristiques de la technique d’épandage
3
3
0
0
12
12
15
15
0,3702
0,3702
ASAE Fine to
ASAE Fine to
Medium
Medium
Caractéristiques du produit
Midi-Pyrénées
Maïs
Aquitaine
Maïs
Aquitaine
Pin
Bell 47
Bell 47
Bell 47
70,01
70,01
70,01
0,3048 (27)
0,3048 (27)
0,3048 (27)
4
2
12
15
4
2
12
15
18
15
12
15
0,3702
0,3702
0,3702
ASAE Very Fine
ASAE Very Fine
ASAE Very Fine
Support
Huile
Eau
Eau
Eau
Gravité spécifique
0,92
1
1
1
Taux d’évaporation (en µ m2/°C/s)
0
84,76
84,76
84,76
Volume total épandu (en L/ha)
15
Vitesse du vent en m/s
Direction du vent (en °)
Température (en °C)
Humidité relative (en %)
5
-90
25
80
20 (insecticides)
50
40 (herbicides)
Caractéristiques météorologiques
5
5
-90
-90
27
15
90
77
Eau
Huile
1
0,92
84,76
0
Eau
1
84,76
3
3
3
5
-90
22
70
5
-90
22
78
5
-90
22
78
ANNEXE 9
Comparaison des distributions cumulées pour des buses à réduction de dérive avec les
distributions proposées par AgDRIFT
100%
90%
80%
ASAE Coarse
70%
Volume cumulé
ASAE Coarse to Very Coarse
60%
ASAE Very Coarse to Extremely Coarse
Buse turbulence injection d'air
50%
Buse basse pression
40%
Buse double fente AI
30%
Bues Simple fente injection d'air
20%
10%
0%
0
100
200
300
400
500
600
700
800
900
Diam ètre en m icrom ètre
1000 1100
1200 1300
1400 1500
ANNEXE 10-2 : Paramètres environnementaux et physico-chimiques
NB: La plupart des supports des préparations étant de l'eau, le coefficient de perméabilité cutanée Kp utilisé
dans le cadre de la saisine est le coefficient de perméabilité cutanée à partir de l'eau Kp-eau
densité air :
1
kg/m3
densité sol :
1300
kg/m3
Formules de base :
Source = Dermal Exposure Handbook, US-EPA, 1992
log Kp-eau = = -2.72 + 0.71 * log Kow - 0.0061 * M
Koc
Kp-sol = Kp-eau / (Koc * foc * densité sol)
foc
densité du sol
1,84E+06
0,3
1,3
mL/g de sol
sans unité
g de sol/cm3
Concentration dans les compartiments environnementaux à 50 m (source : Agdrift)
Scénario contextuel
Substances
Conc air ext
mg/m3
Conc sol surface
mg/kg sol
Conc déposée
µg/cm2
Perm cutanée Kp-sol
cm/h
Masse molaire
g/mol
log Kow
sans unité
log Kp-eau
sans unité
Kp-eau
cm/h
absorp derm
su
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
1,30E-03
7,12E-03
3,43E-03
5,27E-03
5,12E-04
1,67E-04
6,41E-05
3,84E-05
9,65E-02
5,58E-01
2,60E-01
4,03E-01
3,78E-02
1,22E-02
4,65E-03
2,80E-03
1,26E-01
7,25E-01
3,38E-01
5,24E-01
4,92E-02
1,59E-02
6,04E-03
3,64E-03
3,22E-08
7,45E-09
1,32E-12
2,04E-08
1,96E-08
2,25E-04
6,16E-08
4,46E-07
200,6
201,22
169,07
218,09
352,48
416,3
416,3
449,9
3,25
2,36
-3,2
3,12
4,25
6,94
5,5
7
-1,63616
-2,271842
-6,023327
-1,835149
-1,852628
2,2074
-1,35443
-0,49439
0,02311213
0,00534759
9,477E-07
0,01461676
0,01404016
161,212978
0,04421504
0,32033914
1,14E-03
8,41E-04
1,24E-04
5,67E-03
6,97E-03
4,06E-04
4,79E-04
9,05E-04
5,67E-03
3,72E-04
6,01E-03
4,06E-04
4,06E-04
2,57E-04
4,91E-04
7,06E-02
5,15E-02
7,13E-03
3,85E-01
4,85E-01
2,41E-02
2,91E-02
5,56E-02
3,85E-01
2,17E-02
4,11E-01
2,41E-02
2,41E-02
1,49E-02
2,99E-02
9,18E-02
6,69E-02
9,27E-03
5,01E-01
6,31E-01
3,13E-02
3,79E-02
7,22E-02
5,01E-01
2,82E-02
5,35E-01
3,13E-02
3,13E-02
1,94E-02
3,88E-02
1,06E-07
2,64E-08
1,44E-08
4,35E-09
5,83E-13
8,44E-09
4,91E-10
9,14E-10
350,59
364,39
315,4
296,56
354,1
313,4
198,18
387,9
inconnue
5,27
4,536558443
3,744292983
2,85
-2,11
3,4
0,67
2,68
1,330413773
-1,116899
-1,721822506
-1,985491982
-2,505516
-6,37811
-2,21774
-3,453198
-3,18339
0,07640134
0,01897481
0,0103397
0,00312237
4,1869E-07
0,00605703
0,00035221
0,00065556
9,93E-16
7,79E-09
1,49E-08
1,34E-08
1,10E-08
1088,7
387,82
307,81
408,4
336,65
0,301029996
3,99
3,7
4,5
3,76
-9,147338703
-2,252802
-1,970641
-2,01624
-2,103965
7,123E-10
0,00558725
0,01069939
0,00963297
0,00787109
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
3,97E-05
7,41E-04
4,38E-04
4,93E-05
1,03E-04
2,61E-04
1,04E-03
5,39E-05
5,62E-04
4,39E-05
7,05E-05
4,90E-03
7,78E-02
4,58E-02
6,14E-03
1,27E-02
2,97E-02
1,01E-01
6,66E-03
5,98E-02
5,46E-03
8,47E-03
6,37E-03
1,01E-01
5,96E-02
7,98E-03
1,65E-02
3,86E-02
1,31E-01
8,65E-03
7,78E-02
7,10E-03
1,10E-02
1,27E-07
2,17E-09
1,44E-08
4,46E-07
2,25E-04
1,66E-09
1,51E-09
5,55E-08
1,49E-08
6,16E-08
2,95E-09
422,88
191,19
315,4
449,9
416,3
301,3
238,29
505,21
307,81
416,3
527,84
6
1,52
3,744292983
7
6,94
2,3
1,7
6,2
3,7
5,5
4,6
-1,039568
-2,807059
-1,985491982
-0,49439
2,2074
-2,92493
-2,966569
-1,399781
-1,970641
-1,35443
-2,673824
0,09129185
0,00155934
0,0103397
0,32033914
161,212978
0,00118869
0,00108002
0,0398308
0,01069939
0,04421504
0,00211922
MARTINIQUE-BANANE
propiconazole
difénoconazole
1,54E-03
1,54E-03
1,70E-01
1,70E-01
2,21E-01
2,21E-01
6,63E-09
8,47E-09
342,2
406,27
3,5
4,2
-2,32242
-2,216247
0,0047597
0,00607789
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
4,15E-05
3,52E-05
6,64E-05
4,92E-03
4,05E-03
7,59E-03
6,39E-03
5,27E-03
9,87E-03
4,46E-07
5,55E-08
449,9
505,21
416,31
7
6,2
-0,49439
-1,399781
0,32033914
0,0398308
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
0,1
1
1
0,1
1
1
1
1
1
0,1
1
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
1 cm
(valeurs corrigées)
CHAMPAGNE-VIGNE
Saisine épandage aérien
Pas dans HSDB
ANNEXE 9
Page 3/7
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
4,64E-04
8,21E-05
1,04E-04
4,89E-02
9,82E-03
1,23E-02
6,36E-02
1,28E-02
1,60E-02
1,51E-09
2,95E-09
2,25E-04
238,29
527,84
416,3
1,7
4,6
6,94
-2,966569
-2,673824
2,2074
0,00108002
0,00211922
161,212978
1
0,1
1
ANNEXE 10-2 : Paramètres environnementaux et physico-chimiques
Concentration dans le végétal découlant du dépôt atmosphérique (eq 6)
Scénario contextuel
Substances
µg/g poids sec (ou mg/kg)
légumes fruits
fruits
légumes feuilles
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
1,81E-05
1,05E-04
4,87E-05
7,55E-05
7,09E-06
2,29E-06
8,71E-07
5,24E-07
4,02E-05
2,32E-04
1,08E-04
1,68E-04
1,57E-05
5,08E-06
1,93E-06
1,16E-06
1,67E-04
9,65E-04
4,49E-04
6,97E-04
6,54E-05
2,11E-05
8,04E-06
4,84E-06
CHAMPAGNE-VIGNE
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
1,32E-05
9,64E-06
1,34E-06
7,21E-05
9,09E-05
4,52E-06
5,46E-06
1,04E-05
7,21E-05
4,07E-06
7,71E-05
4,52E-06
4,52E-06
2,80E-06
5,59E-06
2,94E-05
2,14E-05
2,97E-06
1,60E-04
2,02E-04
1,00E-05
1,21E-05
2,31E-05
1,60E-04
9,03E-06
1,71E-04
1,00E-05
1,00E-05
6,22E-06
1,24E-05
1,22E-04
8,90E-05
1,23E-05
6,66E-04
8,39E-04
4,17E-05
5,04E-05
9,61E-05
6,66E-04
3,75E-05
7,11E-04
4,17E-05
4,17E-05
2,59E-05
5,16E-05
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
9,18E-07
1,46E-05
8,59E-06
1,15E-06
2,38E-06
5,57E-06
1,89E-05
1,25E-06
1,12E-05
1,02E-06
1,59E-06
2,04E-06
3,24E-05
1,91E-05
2,56E-06
5,29E-06
1,24E-05
4,21E-05
2,77E-06
2,49E-05
2,27E-06
3,53E-06
8,47E-06
1,35E-04
7,93E-05
1,06E-05
2,20E-05
5,14E-05
1,75E-04
1,15E-05
1,03E-04
9,44E-06
1,47E-05
MARTINIQUE-BANANE
propiconazole
difénoconazole
3,18E-05
3,18E-05
7,07E-05
7,07E-05
2,94E-04
2,94E-04
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
9,21E-07
7,59E-07
1,42E-06
9,16E-06
1,84E-06
2,05E-06
1,69E-06
3,16E-06
2,04E-05
4,09E-06
8,50E-06
7,01E-06
1,31E-05
8,46E-05
1,70E-05
Saisine épandage aérien
croissance
coef perte
productivité
intercep vgtle
tx mat sèche
ANNEXE 9
Légumes fruits Légumes feuilles
60
60
6570
6570
10520
246
0,996
0,215
0,063
0,086
fruits
60
6570
252
0,053
0,15
Légumes racines
so
j
so
j-1
so
g/m2
so
su
0,2
su
Page 3/7
cyperméthrine
2,31E-06
5,13E-06
2,13E-05
ANNEXE 10-2 : Paramètres environnementaux et physico-chimiques
Concentration du contaminant dans le végétal résultant de l'accumulation par les racines (eq 9)
Scénario contextuel
Substances
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
CHAMPAGNE-VIGNE
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
MARTINIQUE-BANANE
propiconazole
difénoconazole
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
Saisine épandage aérien
Kow
source
CvracineConc 20 cm sol
mg/kg pds secmg/kg sol
1778,28
229,09
0,0006
1318,26
17782,79
8709635,90
316227,77
10000000,00
HSDB
HSDB
Agritox
HSDB
HSDB
HSDB
Agritox
Agritox
2,47E-03
4,67E-02
3,56E+01
1,23E-02
2,56E-04
2,30E-06
5,96E-06
4,87E-07
###
###
###
###
###
###
###
###
186208,71
34400,00
5550,00
707,95
0,01
2511,89
4,68
478,63
21,40
HSDB
HSDB
Agritox
HSDB
Agritox
HSDB
Agritox
HSDB
HSDB
7,38E-04
1,43E-03
5,68E-04
1,01E-01
9,35E+01
3,03E-03
1,39E-01
1,82E-02
7,61E-01
2,00
9772,37
5011,87
31622,78
5754,40
HSDB
Agritox
Agritox
Agritox
Agritox
3,20E+00
1,38E-03
2,04E-03
4,35E-04
2,33E-03
###
###
###
###
###
###
###
###
###
###
###
###
###
###
###
1000000,00
33,11
5550,00
10000000,00
8709635,90
199,53
50,12
1584893,19
5011,87
316227,77
39810,72
Agritox
HSDB
Agritox
Agritox
HSDB
Agritox
HSDB
HSDB
Agritox
Agritox
Agritox
3,23E-06
1,99E-02
6,08E-04
1,07E-06
2,40E-06
2,69E-03
2,04E-02
3,36E-06
8,42E-04
7,00E-06
3,60E-05
###
###
###
###
###
###
###
###
###
###
###
3162,28
15848,93
HSDB
Agritox
1,87E-02
7,37E-03
###
###
10000000,00
1584893,19
Agritox
HSDB
8,56E-07
2,05E-06
50,12
39810,72
8709635,90
HSDB
Agritox
HSDB
9,86E-03
4,17E-05
2,33E-06
###
###
###
###
###
###
ANNEXE 9
Page 3/7
Annexe 11 : les résultats de l’évaluation du risque sanitaire
Tableau 1 : VTR chroniques.....................................................................................................2
Tableau 2 : VTR aiguës............................................................................................................3
Tableau 3 : Doses d’exposition aiguë par contact cutané chez l’enfant...................................4
Tableau 4 : Doses d’exposition aiguë par inhalation chez l’enfant...........................................5
Tableau 5 : Doses d’exposition aiguë par ingestion chez l’enfant............................................6
Tableau 6 : Doses d’exposition chronique par ingestion chez l’enfant.....................................7
Tableau 7 : Doses d’exposition aiguë par contact cutané chez l’adulte...................................8
Tableau 8 : Doses d’exposition aiguë par inhalation chez l’adulte...........................................9
Tableau 9 : Doses d’exposition aiguë par ingestion chez l’adulte..........................................10
Tableau 10 : Doses d’exposition chronique par ingestion chez l’adulte.................................11
Tableau 11 : Caractérisation du risque lié à une exposition aiguë par contact cutané et par
inhalation du fait de la dérive à 50 m chez l’enfant.........................................................12
Tableau 12 : Caractérisation du risque lié à une exposition aiguë par contact cutané et par
inhalation du fait de la dérive à 50 m chez l’adulte.........................................................13
Tableau 13 : Caractérisation du risque lié à une exposition aiguë par ingestion du fait de la
dérive à 50 m chez l’enfant.............................................................................................14
Tableau 14 : Caractérisation du risque lié à une exposition aiguë par ingestion du fait de la
dérive à 50 m chez l’enfant PICA. ..................................................................................15
Tableau 15 : Caractérisation du risque lié à une exposition aiguë par ingestion du fait de la
dérive à 50 m chez l’adulte.............................................................................................16
Tableau 16 : Caractérisation du risque lié à une exposition chronique par ingestion du fait de
la dérive à 50 m chez l’enfant.........................................................................................17
Tableau 18 : Evaluation de l’exposition dans le scénario Martinique-Bananes .....................19
Tableau 19 : Caractérisation du risque dans le scénario Martinique-Bananes ......................20
1
Tableau 1 : VTR chroniques
Scénario contextuel
GUYANE-RIZ
Substances
Classification
VTR
mg/kg/j
94-74-6
Xn R22 R38 R41
DJA=0,013
UE, 2001 (A)
RfD=5E-3
EPA, 1991 (I)
Xn N R22 R40 R50
DJA=0,008
Comtox, 1997
cancérogène, cat 3
RfD=1E-1
EPA, 1988
cat 3, IARC
TDI=3E-3
RIVM, 2000
TCA=1E-2 mg/m3
RIVM, 2000
Xi N R41 R51/53
DJA=0,3
UE, 2001
D, EPA (inh+ing)
RfD=1E-1
EPA, 1990
NOEL=10
FS=100
Xn N R22 R50
pert end, B
RfD=5E-3
EPA, 1992
NOEL=5
FS=1000
112410-23-8
N R51 R53
DJA=0,02
comtox, 1993
FAO/OMS, 1999
DSE=1,8
FS=100
67375-30-8
Xn, N R20/22 R37 R50/53 S2
S24 S36/37/39 S60 S61
DJA=0,05
Comtox, 1994
DSE=5
FS=100
alphaméthrine
67375-30-8
T N R25 R37 R48/22 R50/53
S2 S36/37/39 S45 S60 S61
DJA=0,015
UE, 2004
DSE=1,5
FS=100
lambda cyalothrine
91465-08-6
T+ N R21 R25 R26
R50/53
DJA=0,005
UE, 2000
DSE=0,5
FS=100
chlorpyrifos éthyl
2921-88-2
T N R25 R50/53 S1/2
S45 S60 S61
DJA=3E-3
comtox, 2001
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
63-25-2
1071-83-6
709-98-8
T N R20 R22 R38 R43
R48/22 R50/53 R61 S45
S53 S60 S61
Reprotox cat 2
pert end, cat 2
EPA, 1988
ATSDR, 1997
DJA=0,008
FAO/OMS, 2002
DSE=4
FS=500
39300-45-3
flusilazole
8569-19-9
T N R22 R40 R51/53
DJA=0,001
FAO/OMS, 1989
RfD=7E-4
EPA, 1991
133-07-3
cancérogène, cat 3
Xn N R20 R36 R40 R43
R50
cancérogène, cat 3
DJA=0,1
FAO/OMS, 1999
UE, 1999
B2, EPA (inh+ing)
fosétyl-aluminum
39148-24-8
Xi N R41 R51/53 S26
S39 S61
RfD=0,1
EPA, 91
ERUo=3,5E-3 /mg/kg/j
EPA, 93
DJA=2, 98
comtox, 2003
RfD=3
EPA, 91
143390-89-0
C, EPA (inh+ing)
Xn N R40 R50/53
cancérogène, cat 3
susceptible d'être carc, EPA
cymoxanil
57966-95-7
Xn N R22 R43 R50/53
dimétomorphe
110488-70-5
not likely to be carc, EPA
DJA=0,05
Comtox, 1992
8018-01-7
Xi R37 R43
B2, EPA
pert end, cat 1
DJA=0,05
Comtox, 1993
krésoxim-méthyl
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
MARTINIQUE-BANANE
RfD=3E-3
MRLc=1E-3
DSE=0,03
FS=10
DSE=0,03
FS=10
NOAEL=0,1
FS=100
dinocap
folpel
(grande culture céréales)
DSE et FS
mg/kg/j
Pert end, cat 1
glyphosate
MIDI-PYRENEES-MAÏS
source
DSE=1,3
FS=100
NOEL=0,15
FS=300
DSE=4
FS=500
NOAEL=9,6
FS=100
LOAEL=15
FS=1000
MF=5
NOAEL=3
FS=300
DSE=31
FS=100
2,4 MCPA
carbaryl
CHAMPAGNE-VIGNE
n° CAS
DJA=0,4
UE, 1998
DJA=0,016
Comtox, 1999
DSE=0,14
FS=100
NOEL=0,2
FS=300
DSE=10
FS=100
NOEL=10
FS=100
DSE=298
FS=100
NOEL=250
FS=100
DSE=40
FS=100
DJA=0,03
FAO/OMS, 1993
175013-18-0
T N R23 R38 R50/53
DJA=0,03
UE, 2004
tébuconazole
107534-96-3
comtox, 1989
FAO/OMS, 1994
141517-21-7
Xn R22
Xi N R43 R50 R53 S2
S24 S37 S46 S60 S61
pas suscep d'être carc, EPA
DJA=0,03
trifloxystrobine
DJA=0,1
UE, 2003
DSE=100 ppm
FS=100
DSE=10
FS=100
zoxamide
156053-68-5
Xi N R43 R50/53
pas suscep d'être carc, EPA
DJA=0,5
UE, 2004
DSE=50
FS=100
bifenthrine
82657-04-3
T R25
DJA=0,02
Comtox, 98
FAO/OMS, 92
C, EPA
RfD=1,5E-2
EPA, 88
DSE=2
FS=100
NOEL=1,5
FS=100
DJA=0,03
FAO, OMS, 1998
DSE=10 ppm
FS=100
Pert end, cat 1
T N R46 R50/53 R60R61
S45 S53 S60 S61
Mutagène, cat 2
Reprotox, cat 2
Pert end, B
carbendazime
10605-21-7
flusilazole
8569-19-9
T N R22 R40 R51/53
DJA=0,001
FAO/OMS, 1989
RfD=7E-4
EPA, 1991
lambda-cyhalothrine
91465-08-6
DJA=0,005
UE, 2000
DJA=0,05
Comtox, 1994
cyperméthrine
67375-30-8
cancérogène, cat 3
T+ N R21 R25 R26
R50/53
Xn, N R20/22 R37 R50/53 S2
S24 S36/37/39 S60 S61
flutriafol
76674-21-0
Xn R22 R48/22
DJA=0,01
Comtox, 1987
pyrimicarbe
23103-98-2
T N R25 R50/53
DJA=0,02
FAO/OMS, 1982
deltaméthrine
52918-63-5
T N R23/25 R50/53
cat 3, IARC
pert end, cat 1
DJA=0,01
UE, 2002
tébuconazole
107534-96-3
DJA=0,03
comtox, 1989
FAO/OMS, 1994
DJA=0,015
UE, 2004
DJA=0,0022
UE, 2003
alphaméthrine
67375-30-8
Xn R22
T N R25 R37 R48/22 R50/53
S2 S36/37/39 S45 S60 S61
indoxacarbe
173584-44-6
Xn R22 R43 R50
60207-90-1
N Xn R22 R43 R50/53 S2
S36/37 S46 S60 S61
DJA=0,04
FAO/OMS, 2003
pert end, cat 3b
RfD=1,3E-2
EPA, 1992
Xn R22 R48/22
pert end, cat 3b
DJA=0,01
Comtox, 1990
DJA=0,005
UE, 2000
DJA=0,01
UE, 2002
propiconazole
difénoconazole
AQUITAINE-MAÏS DOUX
lamba-cyhalothrine
91465-08-6
(culture légumière)
deltaméthrine
52918-63-5
T+ N R21 R25 R26
R50/53
zétacyperméthrine
523-15-078
T N R23/25 R50/53
cat 3, IARC
pert end, cat 1
T N R23 R25 R43 R50
R53
DJA=0,02
comtox, 1995
pyrimicarbe
23103-98-2
T N R25 R50/53
DJA=0,02
FAO/OMS, 1982
indoxacarbe
173584-44-6
DJA=0,0022
UE, 2003
cyperméthrine
67375-30-8
Xn R22 R43 R50
Xn, N R20/22 R37 R50/53 S2
S24 S36/37/39 S60 S61
DJA=0,05
Comtox, 1994
tox rein et foie, chien
foie et reins, rat
foie, souris
inhibition de la
cholinestérase, rat
problèmes rénaux
dans la descendance,
rat
augmentation du poids
relatif de la rate chez
la femelle, rat
inhibition de la
cholinestérase
foie, chien
perte de poids, chien
tumeurs du système
digestif, souris
dégénérescence
testiculaire
DSE=1,6
FS=100
DSE=200 ppm
FS=200
DSE=4,8
FS=100
pyraclostrobine
9006-42-2
effet
FS=100
DSE=3
FS=100
DSE=0,14
FS=100
NOEL=0,2
FS=300
DSE=0,5
FS=100
DSE=5
FS=100
DSE=1
FS=100
DSE=2
FS=100
DSE=1
FS=100
tremblements
foie, chien
DSE=100 ppm
FS=100
DSE=1,5
FS=100
DSE=0,55
FS=250
DSE=4
FS=100
NOEL=1,25
FS=100
DSE=20
FS=100
irritation de la muqueuse
gastrique, chien
DSE=0,5
FS=100
DSE=1
FS=100
DSE=2
FS=100
DSE=0,55
FS=250
DSE=5
FS=100
2
Tableau 2 : VTR aiguës
Substances
AOEL
mg/kg/j
2,4 MCPA
0,04
carbaryl
0,04
glyphosate
propanil
0,2
0,01
DSE=1
FS=100
0,1
0,06
dinocap
0,01
6.00E-03
flusilazole
folpel
0,01
1,69
fosétyl-aluminum
14,24
krésoxim-méthyl
0,9
cymoxanil
0,03
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
0,4
0,035
pyraclostrobine
tébuconazole
0,015
0,12
trifloxystrobine
0,06
zoxamide
0,3
0,016
bifenthrine
carbendazime
0,025
0,1
flusilazole
0,01
lambda-cyhalothrine
0,0025
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
0,06
deltaméthrine
tébuconazole
0,0075
0,12
alphaméthrine
0,01
indoxacarbe
propiconazole
difénoconazole
DSE=2
FS=100
DSE=0,5
FS=100
DSE=12,5
FS=100
DSE=10
FS=100
0,0075
0,1
0,0015
0,06
0,04
DSE et FS
mg/kg/j
DSE=15
FS=100
DSE=4
FS=25
DSE=4
FS=100
DSE=0,75
FS=100
0,008
DSE=1
FS=10
DSE=4
FS=500
0,03
DSE=3
FS=100
0,0075
DSE=0,75
FS=100
Effet
MRLa
ATSDR
FS
Effet
térotogénèse, voie orale, lapin
0,02 mg/kg.j
100 neurotoxicité
0,003 mg/kg.j
10 neurotoxicité
0,02 mg/kg.j
100 neurotoxicité
0,02 mg/kg.j
100 neurotoxicité
neurotoxicité, voie orale, rat
tératogénèse, voie orale, lapin
DSE=2,5
FS=100
0,1
deltaméthrine
cyperméthrine
FS=100
DSE=3
FS=100
FS=25
DSE=10
FS=100
DSE=50
FS=100
0,0015
0,0025
indoxacarbe
FS=500
DSE=2
FS=100
FS=100
DSE=1424
FS=100
DSE=146
FS=100
DSE=3
FS=100
DSE=10
FS=25
FS=100
DSE=1
FS=100
FS=25
DSE=1
FS=100
DSE=0,62
FS=250
lamba-cyhalothrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
0,2
0,0075
cyperméthrine
chlorpyrifos éthyl
0,15
0,0025
0,042
lambda cyalothrine
DSE=4
FS=100
DSE=4
FS=100
DSE=75
FS=100
Agritox
ARfD
mg/kg/j
DSE=2,1
FS=25
DSE=12,5
FS=100
DSE=1
FS=100
DSE=0,5
FS=100
tébufénozide
alphaméthrine
Agritox
DSE et FS
mg/kg/j
DSE=0,5
FS=100
DSE=1
FS=100
DSE=5
FS=25
DSE=0,62
FS=250
DSE=12,5
FS=100
0,01
DSE=1
FS=100
0,008
DSE=4
FS=100
DSE=2
FS=250
neurotoxicité, voie orale, rat
tératogénèse, voie orale, rat,
toxicité maternelle
0,3
DSE=30
FS=100
tératogénèse, voie orale, rat
0,04
0,01
DSE=0,75
FS=100
DSE=1
FS=100
0,008
DSE=2
FS=250
0,0075
tératogénèse, voie orale, rat,
toxicité maternelle
3
Tableau 3 : Doses d’exposition aiguë par contact cutané chez l’enfant
Dose cutanée (mg/kg.j)
gouttelettes particules sol particules gazon
Scénario contextuel
Substances
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
8.60E-09
1.09E-08
9.33E-13
2.21E-08
2.06E-09
7.74E-06
8.13E-10
3.53E-09
3.23E-10
1.87E-09
8.70E-10
1.35E-09
1.27E-10
4.09E-11
1.56E-11
9.37E-12
1.50E-03
8.68E-03
4.04E-03
6.26E-03
5.88E-04
1.90E-04
7.23E-05
4.35E-05
1.50E-03
8.68E-03
4.04E-03
6.26E-03
5.88E-04
1.98E-04
7.23E-05
4.35E-05
CHAMPAGNE-VIGNE
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
1.74E-08
3.20E-09
2.58E-10
3.55E-09
5.85E-13
4.93E-10
3.39E-11
1.19E-10
0.00E+00
0.00E+00
8.59E-16
4.55E-10
8.71E-10
4.97E-10
7.76E-10
1.65E-10
1.20E-10
1.67E-11
9.01E-10
1.14E-09
5.64E-11
6.82E-11
1.30E-10
9.01E-10
5.08E-11
9.63E-10
5.64E-11
5.64E-11
3.50E-11
6.99E-11
1.10E-03
8.00E-04
1.11E-04
5.99E-03
7.54E-03
3.75E-04
4.53E-04
8.64E-04
5.99E-03
3.37E-04
6.40E-03
3.75E-04
3.75E-04
2.32E-04
4.64E-04
1.10E-03
8.00E-04
1.11E-04
5.99E-03
7.54E-03
3.75E-04
4.53E-04
8.64E-04
5.99E-03
3.37E-04
6.40E-03
3.75E-04
3.75E-04
2.32E-04
4.64E-04
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
7.28E-10
2.32E-10
9.09E-10
3.17E-09
3.32E-06
6.21E-11
2.26E-10
4.31E-10
1.21E-09
3.89E-10
3.00E-11
1.15E-11
1.82E-10
1.07E-10
1.44E-11
2.98E-11
6.95E-11
2.37E-10
1.56E-11
1.40E-10
1.28E-11
1.98E-11
7.62E-05
1.21E-03
7.13E-04
9.55E-05
1.98E-04
4.62E-04
1.57E-03
1.03E-05
9.30E-04
8.49E-05
1.32E-05
7.62E-05
1.21E-03
7.13E-04
9.55E-05
2.01E-04
4.62E-04
1.57E-03
1.03E-05
9.30E-04
8.49E-05
1.32E-05
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
2.66E-09
2.81E-10
1.15E-11
9.48E-12
1.78E-11
1.14E-10
2.30E-11
2.89E-11
7.65E-05
6.30E-06
1.18E-04
7.60E-04
1.53E-05
1.92E-04
7.65E-05
6.30E-06
1.18E-04
7.60E-04
1.53E-05
1.95E-04
1.01E-10
3.49E-11
3.38E-06
somme
4
Tableau 4 : Doses d’exposition aiguë par inhalation chez l’enfant
inhalation de gouttelettes en suspension
mg/kg/j
Scénario contextuel
Substances
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
2.84E-05
1.56E-04
7.50E-05
1.15E-04
1.12E-05
3.66E-06
1.40E-06
8.39E-07
CHAMPAGNE-VIGNE
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
2.49E-05
1.84E-05
2.72E-06
1.24E-04
1.52E-04
8.87E-06
1.05E-05
1.98E-05
1.24E-04
8.13E-06
1.31E-04
8.87E-06
8.87E-06
5.63E-06
1.07E-05
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
8.69E-07
1.62E-05
9.59E-06
1.08E-06
2.25E-06
5.70E-06
2.28E-05
1.18E-06
1.23E-05
9.60E-07
1.54E-06
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
9.06E-07
7.69E-07
1.45E-06
1.02E-05
1.80E-06
2.28E-06
5
Tableau 5 : Doses d’exposition aiguë par ingestion chez l’enfant
autoconso
Dose ingérée (mg/kg.j)
particules
somme
particules PICA
Scénario contextuel
Substances
somme 2
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
1.49E-08
8.61E-08
4.01E-08
6.22E-08
5.84E-09
1.88E-09
7.17E-10
4.32E-10
6.97E-07
4.03E-06
1.88E-06
2.91E-06
2.73E-07
8.81E-08
3.35E-08
2.02E-08
7.12E-07
4.11E-06
1.92E-06
2.97E-06
2.79E-07
9.00E-08
3.43E-08
2.06E-08
2.32E-05
1.34E-04
6.25E-05
9.69E-05
9.10E-06
2.94E-06
1.12E-06
6.73E-07
2.32E-05
1.34E-04
6.26E-05
9.69E-05
9.11E-06
2.94E-06
1.12E-06
6.73E-07
CHAMPAGNE-VIGNE
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
9.92E-09
7.23E-09
1.00E-09
5.41E-08
6.82E-08
3.39E-09
4.09E-09
7.80E-09
5.41E-08
3.05E-09
5.78E-08
3.39E-09
3.39E-09
2.10E-09
4.20E-09
5.09E-07
3.71E-07
5.15E-08
2.78E-06
3.50E-06
1.74E-07
2.10E-07
4.01E-07
2.78E-06
1.57E-07
2.97E-06
1.74E-07
1.74E-07
1.08E-07
2.15E-07
5.19E-07
3.79E-07
5.25E-08
2.83E-06
3.57E-06
1.77E-07
2.14E-07
4.09E-07
2.83E-06
1.60E-07
3.03E-06
1.77E-07
1.77E-07
1.10E-07
2.20E-07
1.70E-05
1.24E-05
1.72E-06
9.26E-05
1.17E-04
5.80E-06
7.01E-06
1.34E-05
9.26E-05
5.22E-06
9.89E-05
5.80E-06
5.80E-06
3.60E-06
7.18E-06
1.70E-05
1.24E-05
1.72E-06
9.27E-05
1.17E-04
5.80E-06
7.01E-06
1.34E-05
9.27E-05
5.22E-06
9.90E-05
5.80E-06
5.80E-06
3.60E-06
7.19E-06
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
6.32E-10
1.00E-08
5.92E-09
7.93E-10
1.64E-09
3.84E-09
1.31E-08
8.59E-10
7.72E-09
7.05E-10
1.09E-09
3.53E-08
5.62E-07
3.31E-07
4.43E-08
9.17E-08
2.14E-07
7.30E-07
4.80E-08
4.32E-07
3.94E-08
6.11E-08
3.60E-08
5.72E-07
3.37E-07
4.51E-08
9.34E-08
2.18E-07
7.43E-07
4.89E-08
4.40E-07
4.01E-08
6.22E-08
1.18E-06
1.87E-05
1.10E-05
1.48E-06
3.06E-06
7.15E-06
2.43E-05
1.60E-06
1.44E-05
1.31E-06
2.04E-06
1.18E-06
1.87E-05
1.10E-05
1.48E-06
3.06E-06
7.15E-06
2.43E-05
1.60E-06
1.44E-05
1.31E-06
2.04E-06
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
6.35E-10
5.23E-10
9.80E-10
6.31E-09
1.27E-09
1.59E-09
3.55E-08
2.92E-08
5.48E-08
3.53E-07
7.08E-08
8.90E-08
3.61E-08
2.98E-08
5.57E-08
3.59E-07
7.21E-08
9.06E-08
1.18E-06
9.74E-07
1.83E-06
1.18E-05
2.36E-06
2.97E-06
1.18E-06
9.75E-07
1.83E-06
1.18E-05
2.36E-06
2.97E-06
6
Tableau 6 : Doses d’exposition chronique par ingestion chez l’enfant
Dose ingérée (mg/kg.j)
auto-conso
particules
somme
Scénario contextuel
Substances
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
1.27E-06
2.39E-05
1.82E-02
6.28E-06
1.31E-07
1.18E-09
3.05E-09
2.49E-10
6.97E-07
4.03E-06
1.88E-06
2.91E-06
2.73E-07
8.81E-08
3.35E-08
2.02E-08
1.96E-06
2.79E-05
1.82E-02
9.18E-06
4.04E-07
8.93E-08
3.66E-08
2.04E-08
CHAMPAGNE-VIGNE
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
3.99E-07
7.72E-07
3.07E-07
5.44E-05
5.05E-02
1.64E-06
7.50E-05
9.85E-06
4.11E-04
1.73E-03
7.48E-07
1.10E-06
2.35E-07
1.26E-06
3.06E-06
2.23E-06
3.09E-07
1.67E-05
2.10E-05
1.04E-06
1.26E-06
2.41E-06
1.67E-05
9.39E-07
1.78E-05
1.04E-06
1.04E-06
6.47E-07
1.29E-06
3.45E-06
3.00E-06
6.16E-07
7.11E-05
5.05E-02
2.68E-06
7.63E-05
1.23E-05
4.28E-04
9.39E-07
1.75E-03
1.79E-06
2.14E-06
8.82E-07
2.55E-06
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
1.63E-09
1.01E-05
3.07E-07
5.40E-10
1.21E-09
1.36E-06
1.03E-05
1.70E-09
4.25E-07
3.53E-09
1.82E-08
3.53E-08
5.62E-07
3.31E-07
4.43E-08
9.17E-08
2.14E-07
7.30E-07
4.80E-08
4.32E-07
3.94E-08
6.11E-08
3.70E-08
1.06E-05
6.38E-07
4.49E-08
9.30E-08
1.57E-06
1.10E-05
4.97E-08
8.57E-07
4.29E-08
7.93E-08
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
4.32E-10
1.03E-09
3.55E-08
2.92E-08
5.48E-08
3.53E-07
7.08E-08
8.90E-08
3.59E-08
3.03E-08
5.48E-08
5.32E-06
9.19E-08
9.02E-08
4.97E-06
2.10E-08
1.17E-09
7
Tableau 7 : Doses d’exposition aiguë par contact cutané chez l’adulte
Dose cutanée (mg/kg.j)
gouttelettes particules sol particules gazon
Scénario contextuel
Substances
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
5.45E-09
6.92E-09
5.92E-13
1.40E-08
1.31E-09
4.91E-06
5.15E-10
2.24E-09
2.05E-10
1.18E-09
5.52E-10
8.55E-10
8.03E-11
2.59E-11
9.87E-12
5.94E-12
9.52E-04
5.50E-03
2.56E-03
3.97E-03
3.73E-04
1.20E-04
4.58E-05
2.76E-05
9.52E-04
5.50E-03
2.56E-03
3.97E-03
3.73E-04
1.25E-04
4.58E-05
2.76E-05
CHAMPAGNE-VIGNE
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
1.03E-08
1.88E-09
1.52E-10
2.09E-09
3.44E-13
2.90E-10
1.99E-11
7.00E-11
5.05E-16
2.68E-10
5.12E-10
2.93E-10
4.57E-10
9.72E-11
7.09E-11
9.83E-12
5.30E-10
6.68E-10
3.32E-11
4.01E-11
7.65E-11
5.30E-10
2.99E-11
5.67E-10
3.32E-11
3.32E-11
2.06E-11
4.11E-11
6.96E-04
5.08E-04
7.03E-05
3.80E-03
4.78E-03
2.38E-04
2.87E-04
5.48E-04
3.80E-03
2.14E-04
4.06E-03
2.38E-04
2.38E-04
1.47E-04
2.94E-04
6.96E-04
5.08E-04
7.03E-05
3.80E-03
4.78E-03
2.38E-04
2.87E-04
5.48E-04
3.80E-03
2.14E-04
4.06E-03
2.38E-04
2.38E-04
1.47E-04
2.94E-04
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
4.28E-10
1.36E-10
5.35E-10
1.87E-09
1.95E-06
3.66E-11
1.33E-10
2.54E-10
7.10E-10
2.29E-10
1.76E-11
6.75E-12
1.07E-10
6.31E-11
8.46E-12
1.75E-11
4.09E-11
1.39E-10
9.17E-12
8.24E-11
7.52E-12
1.17E-11
4.83E-05
7.67E-04
4.52E-04
6.05E-05
1.25E-04
2.93E-04
9.97E-04
6.56E-06
5.90E-04
5.38E-05
8.35E-06
4.83E-05
7.67E-04
4.52E-04
6.05E-05
1.27E-04
2.93E-04
9.97E-04
6.56E-06
5.90E-04
5.38E-05
8.35E-06
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
1.57E-09
1.65E-10
6.77E-12
5.58E-12
1.05E-11
6.74E-11
1.35E-11
1.70E-11
4.85E-05
3.99E-06
7.48E-05
4.82E-04
9.68E-06
1.22E-04
4.85E-05
3.99E-06
7.48E-05
4.82E-04
9.68E-06
1.24E-04
5.92E-11
2.05E-11
1.99E-06
somme
8
Tableau 8 : Doses d’exposition aiguë par inhalation chez l’adulte
Scénario contextuel
Substances
inhalation de gouttelettes en suspension
mg/kg/j
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
1.73E-05
9.48E-05
4.57E-05
7.02E-05
6.82E-06
2.23E-06
8.53E-07
5.11E-07
CHAMPAGNE-VIGNE
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
1.52E-05
1.12E-05
1.66E-06
7.55E-05
9.28E-05
5.41E-06
6.39E-06
1.21E-05
7.55E-05
4.95E-06
8.01E-05
5.41E-06
5.41E-06
3.43E-06
6.55E-06
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
5.29E-07
9.87E-06
5.84E-06
6.57E-07
1.37E-06
3.47E-06
1.39E-05
7.18E-07
7.48E-06
5.85E-07
9.40E-07
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
5.52E-07
4.69E-07
8.85E-07
6.19E-06
1.09E-06
1.39E-06
9
Tableau 9 : Doses d’exposition aiguë par ingestion chez l’adulte
Dose ingérée (mg/kg.j)
autoconso
particules
somme
Scénario contextuel
Substances
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
6.59E-09
3.81E-08
1.77E-08
2.75E-08
2.58E-09
8.34E-10
3.17E-10
1.91E-10
6.37E-08
3.68E-07
1.71E-07
2.66E-07
2.50E-08
8.05E-09
3.07E-09
1.84E-09
7.03E-08
4.06E-07
1.89E-07
2.93E-07
2.75E-08
8.89E-09
3.38E-09
2.04E-09
CHAMPAGNE-VIGNE
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
5.05E-09
3.68E-09
5.10E-10
2.75E-08
3.47E-08
1.72E-09
2.08E-09
3.97E-09
2.75E-08
1.55E-09
2.94E-08
1.72E-09
1.72E-09
1.07E-09
2.13E-09
4.65E-08
3.40E-08
4.70E-09
2.54E-07
3.20E-07
1.59E-08
1.92E-08
3.66E-08
2.54E-07
1.43E-08
2.71E-07
1.59E-08
1.59E-08
9.86E-09
1.97E-08
5.16E-08
3.76E-08
5.21E-09
2.81E-07
3.55E-07
1.76E-08
2.13E-08
4.06E-08
2.81E-07
1.59E-08
3.01E-07
1.76E-08
1.76E-08
1.09E-08
2.18E-08
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
3.42E-10
5.43E-09
3.20E-09
4.29E-10
8.87E-10
2.07E-09
7.06E-09
4.65E-10
4.18E-09
3.81E-10
5.91E-10
3.23E-09
5.13E-08
3.02E-08
4.05E-09
8.38E-09
1.96E-08
6.67E-08
4.39E-09
3.95E-08
3.60E-09
5.59E-09
3.57E-09
5.68E-08
3.34E-08
4.48E-09
9.27E-09
2.17E-08
7.38E-08
4.85E-09
4.36E-08
3.98E-09
6.18E-09
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
3.43E-10
2.83E-10
5.30E-10
3.41E-09
6.85E-10
8.61E-10
3.24E-09
2.67E-09
5.01E-09
3.22E-08
6.47E-09
8.13E-09
3.59E-09
2.95E-09
5.54E-09
3.57E-08
7.16E-09
8.99E-09
10
Tableau 10 : Doses d’exposition chronique par ingestion chez l’adulte
Dose ingérée (mg/kg.j)
auto-conso
particules
somme
Scénario contextuel
Substances
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
5.17E-07
9.77E-06
7.44E-03
2.56E-06
5.35E-08
4.82E-10
1.25E-09
1.02E-10
6.37E-08
3.68E-07
1.71E-07
2.66E-07
2.50E-08
8.05E-09
3.07E-09
1.84E-09
5.81E-07
1.01E-05
7.44E-03
2.83E-06
7.85E-08
8.54E-09
4.31E-09
1.95E-09
CHAMPAGNE-VIGNE
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
1.61E-07
3.11E-07
1.24E-07
2.20E-05
2.04E-02
6.61E-07
3.02E-05
3.97E-06
1.66E-04
6.98E-04
3.02E-07
4.44E-07
9.49E-08
5.07E-07
2.79E-07
2.04E-07
2.82E-08
1.52E-06
1.92E-06
9.54E-08
1.15E-07
2.20E-07
1.52E-06
8.59E-08
1.63E-06
9.54E-08
9.54E-08
5.92E-08
1.18E-07
4.40E-07
5.15E-07
1.52E-07
2.35E-05
2.04E-02
7.57E-07
3.04E-05
4.19E-06
1.67E-04
8.59E-08
6.99E-04
3.97E-07
5.39E-07
1.54E-07
6.26E-07
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
6.82E-10
4.21E-06
1.28E-07
2.26E-10
5.06E-10
5.69E-07
4.30E-06
7.10E-10
1.78E-07
1.48E-09
7.60E-09
3.23E-09
5.13E-08
3.02E-08
4.05E-09
8.38E-09
1.96E-08
6.67E-08
4.39E-09
3.95E-08
3.60E-09
5.59E-09
3.91E-09
4.26E-06
1.59E-07
4.28E-09
8.89E-09
5.89E-07
4.37E-06
5.10E-09
2.17E-07
5.08E-09
1.32E-08
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
1.81E-10
4.32E-10
3.24E-09
2.67E-09
5.01E-09
3.22E-08
6.47E-09
8.13E-09
3.42E-09
3.10E-09
5.01E-09
2.11E-06
1.53E-08
8.62E-09
2.08E-06
8.81E-09
4.91E-10
11
Tableau 11 : Caractérisation du risque lié à une exposition aiguë par contact cutané et
par inhalation du fait de la dérive à 50 m chez l’enfant.
Scénario contextuel
GUYANE-RIZ
CHAMPAGNE-VIGNE
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
Substances
Dose inhalée + cutanée
mg/kg/j
AOEL
mg/kg/j
IR
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
1.53E-03
8.83E-03
4.12E-03
6.38E-03
5.99E-04
2.01E-04
7.37E-05
4.43E-05
0.04
0.04
0.2
3.82E-02
2.21E-01
2.06E-02
0.042
0.06
0.01
0.0025
1.43E-02
3.36E-03
7.37E-03
1.77E-02
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
1.12E-03
8.19E-04
1.14E-04
6.11E-03
7.70E-03
3.84E-04
4.64E-04
8.84E-04
6.11E-03
3.46E-04
6.53E-03
3.84E-04
3.84E-04
2.38E-04
4.75E-04
0.01
6.00E-03
0.01
1.69
14.24
0.9
0.03
0.4
0.035
1.12E-01
1.36E-01
1.14E-02
3.62E-03
5.40E-04
4.26E-04
1.55E-02
2.21E-03
1.75E-01
0.016
0.015
0.12
0.06
0.3
4.08E-01
2.56E-02
3.20E-03
3.97E-03
1.58E-03
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
7.70E-05
1.23E-03
7.22E-04
9.66E-05
2.03E-04
4.68E-04
1.60E-03
1.15E-05
9.43E-04
8.58E-05
1.47E-05
0.025
0.1
0.01
0.0025
0.06
3.08E-03
1.23E-02
7.22E-02
3.86E-02
3.39E-03
0.0075
0.12
0.01
0.0015
1.54E-03
7.86E-03
8.58E-03
9.81E-03
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
7.74E-05
7.07E-06
1.19E-04
7.71E-04
1.71E-05
1.97E-04
0.0025
0.0075
0.1
3.09E-02
9.42E-04
1.19E-03
0.0015
0.06
1.14E-02
3.29E-03
12
Tableau 12 : Caractérisation du risque lié à une exposition aiguë par contact cutané et
par inhalation du fait de la dérive à 50 m chez l’adulte.
Scénario contextuel
GUYANE-RIZ
CHAMPAGNE-VIGNE
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
Substances
Dose inhalée + cutanée
mg/kg/j
AOEL
mg/kg/j
IR
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
9.69E-04
5.60E-03
2.61E-03
4.04E-03
3.80E-04
1.28E-04
4.67E-05
2.81E-05
0.04
0.04
0.2
2.42E-02
1.40E-01
1.30E-02
0.042
0.06
0.01
0.0025
9.04E-03
2.13E-03
4.67E-03
1.12E-02
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
7.11E-04
5.19E-04
7.20E-05
3.87E-03
4.88E-03
2.43E-04
2.94E-04
5.60E-04
3.87E-03
2.19E-04
4.14E-03
2.43E-04
2.43E-04
1.51E-04
3.01E-04
0.01
6.00E-03
0.01
1.69
14.24
0.9
0.03
0.4
0.035
7.11E-02
8.65E-02
7.20E-03
2.29E-03
3.42E-04
2.70E-04
9.79E-03
1.40E-03
1.11E-01
0.016
0.015
0.12
0.06
0.3
2.58E-01
1.62E-02
2.03E-03
2.51E-03
1.00E-03
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
4.88E-05
7.77E-04
4.58E-04
6.12E-05
1.29E-04
2.96E-04
1.01E-03
7.28E-06
5.97E-04
5.44E-05
9.29E-06
0.025
0.1
0.01
0.0025
0.06
1.95E-03
7.77E-03
4.58E-02
2.45E-02
2.14E-03
0.0075
0.12
0.01
0.0015
9.71E-04
4.98E-03
5.44E-03
6.20E-03
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
4.90E-05
4.46E-06
7.57E-05
4.88E-04
1.08E-05
1.25E-04
0.0025
0.0075
0.1
1.96E-02
5.95E-04
7.57E-04
0.0015
0.06
7.18E-03
2.08E-03
13
Tableau 13 : Caractérisation du risque lié à une exposition aiguë par ingestion du fait
de la dérive à 50 m chez l’enfant.
Scénario contextuel
Substances
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
6.26E-07
3.62E-06
1.68E-06
2.61E-06
2.45E-07
7.92E-08
3.01E-08
1.81E-08
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
4.57E-07
3.33E-07
4.62E-08
2.49E-06
3.14E-06
1.56E-07
1.89E-07
3.59E-07
2.49E-06
1.40E-07
2.66E-06
1.56E-07
1.56E-07
9.67E-08
1.93E-07
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
3.16E-08
5.03E-07
2.96E-07
3.97E-08
8.21E-08
1.92E-07
6.53E-07
4.30E-08
3.87E-07
3.53E-08
5.47E-08
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
3.18E-08
2.62E-08
4.90E-08
3.16E-07
6.34E-08
7.97E-08
CHAMPAGNE-VIGNE
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
Dose ingérée
mg/kg/j
MRL
ARfD
mg/kg/j
IR
0.15
0.2
4.17E-06
1.81E-05
0.02
0.04
0.0075
3.96E-06
7.53E-07
2.42E-06
0.003
0.008
1.52E-04
4.16E-05
0.03
5.20E-06
0.0075
0.02
5.29E-06
4.11E-06
0.01
4.30E-06
0.04
0.008
8.82E-07
6.84E-06
0.0075
0.01
4.23E-06
2.62E-06
0.008
0.02
7.93E-06
3.98E-06
14
Tableau 14 : Caractérisation du risque lié à une exposition aiguë par ingestion du fait
de la dérive à 50 m chez l’enfant PICA.
Scénario contextuel
Substances
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
2.04E-05
1.18E-04
5.50E-05
8.53E-05
8.01E-06
2.59E-06
9.84E-07
5.92E-07
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
1.49E-05
1.09E-05
1.51E-06
8.15E-05
1.03E-04
5.10E-06
6.17E-06
1.18E-05
8.15E-05
4.59E-06
8.71E-05
5.10E-06
5.10E-06
3.16E-06
6.32E-06
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
1.04E-06
1.65E-05
9.70E-06
1.30E-06
2.69E-06
6.29E-06
2.14E-05
1.41E-06
1.27E-05
1.16E-06
1.79E-06
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
1.04E-06
8.57E-07
1.61E-06
1.04E-05
2.08E-06
2.61E-06
CHAMPAGNE-VIGNE
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
Dose ingérée
mg/kg/j
MRL
ARfD
mg/kg/j
IR
0.15
0.2
1.36E-04
5.91E-04
0.02
0.04
0.0075
1.29E-04
2.46E-05
7.89E-05
0.003
0.008
4.98E-03
1.36E-03
0.03
1.70E-04
0.0075
0.02
1.73E-04
1.35E-04
0.01
1.41E-04
0.04
0.008
2.89E-05
2.24E-04
0.0075
0.01
1.39E-04
8.57E-05
0.008
0.02
2.60E-04
1.31E-04
15
Tableau 15 : Caractérisation du risque lié à une exposition aiguë par ingestion du fait
de la dérive à 50 m chez l’adulte.
Scénario contextuel
Substances
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
7.03E-08
4.06E-07
1.89E-07
2.93E-07
2.76E-08
8.90E-09
3.38E-09
2.04E-09
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
5.16E-08
3.77E-08
5.22E-09
2.82E-07
3.55E-07
1.76E-08
2.13E-08
4.06E-08
2.82E-07
1.59E-08
3.01E-07
1.76E-08
1.76E-08
1.09E-08
2.18E-08
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
3.57E-09
5.68E-08
3.35E-08
4.48E-09
9.28E-09
2.17E-08
7.38E-08
4.86E-09
4.37E-08
3.98E-09
6.18E-09
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
3.59E-09
2.96E-09
5.54E-09
3.57E-08
7.17E-09
9.00E-09
CHAMPAGNE-VIGNE
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
Dose ingérée
mg/kg/j
MRL
ARfD
mg/kg/j
IR
0.15
0.2
4.69E-07
2.03E-06
0.02
0.04
0.0075
4.45E-07
8.46E-08
2.72E-07
0.003
0.008
1.72E-05
4.71E-06
0.03
5.88E-07
0.0075
0.02
5.98E-07
4.64E-07
0.01
4.86E-07
0.04
0.008
9.96E-08
7.73E-07
0.0075
0.01
4.78E-07
2.96E-07
0.008
0.02
8.96E-07
4.50E-07
16
Tableau 16 : Caractérisation du risque lié à une exposition chronique par ingestion du
fait de la dérive à 50 m chez l’enfant.
Scénario contextuel
Substances
Dose annuelle ingérée
mg/kg/j
DJA/RfD
mg/kg/j
IR
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
1.96E-06
2.79E-05
1.82E-02
9.18E-06
4.04E-07
8.93E-08
3.66E-08
2.04E-08
5.00E-03
3.00E-03
0.3
5.00E-03
2.00E-02
0.05
1.50E-02
5.00E-03
3.92E-04
9.31E-03
6.07E-02
1.84E-03
2.02E-05
1.79E-06
2.44E-06
4.09E-06
CHAMPAGNE-VIGNE
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
3.45E-06
3.00E-06
6.16E-07
7.11E-05
5.05E-02
2.68E-06
7.63E-05
1.23E-05
4.28E-04
9.39E-07
1.75E-03
1.79E-06
2.14E-06
8.82E-07
2.55E-06
1.00E-03
8.00E-03
7.00E-04
1.00E-01
3.00E+00
4.00E-01
1.60E-02
5.00E-02
5.00E-02
3.45E-03
3.75E-04
8.80E-04
7.11E-04
1.68E-02
6.71E-06
4.77E-03
2.45E-04
8.56E-03
3.00E-02
3.00E-02
3.00E-02
1.00E-01
5.00E-01
5.83E-02
5.97E-05
7.15E-05
8.82E-06
5.10E-06
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
3.70E-08
1.06E-05
6.38E-07
4.49E-08
9.30E-08
1.57E-06
1.10E-05
4.97E-08
8.57E-07
4.29E-08
7.93E-08
1.50E-02
3.00E-02
7.00E-04
5.00E-03
0.05
1.00E-02
2.00E-02
1.00E-02
3.00E-02
1.50E-02
2.20E-03
2.46E-06
3.54E-04
9.11E-04
8.97E-06
1.86E-06
1.57E-04
5.51E-04
4.97E-06
2.86E-05
2.86E-06
3.60E-05
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
3.59E-08
3.03E-08
5.48E-08
5.32E-06
9.19E-08
9.02E-08
5.00E-03
1.00E-02
2.00E-02
2.00E-02
2.20E-03
0.05
7.18E-06
3.03E-06
2.74E-06
2.66E-04
4.18E-05
1.80E-06
17
Tableau 17 : Caractérisation du risque lié à une exposition chronique par ingestion du
fait de la dérive à 50 m chez l’adulte.
Scénario contextuel
Substances
Dose annuelle ingérée
mg/kg/j
DJA/RfD
mg/kg/j
IR
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
5.81E-07
1.01E-05
7.44E-03
2.83E-06
7.85E-08
8.54E-09
4.31E-09
1.95E-09
5.00E-03
3.00E-03
0.3
5.00E-03
2.00E-02
0.05
1.50E-02
5.00E-03
1.16E-04
3.38E-03
2.48E-02
5.66E-04
3.92E-06
1.71E-07
2.87E-07
3.89E-07
CHAMPAGNE-VIGNE
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
4.40E-07
5.15E-07
1.52E-07
2.35E-05
2.04E-02
7.57E-07
3.04E-05
4.19E-06
1.67E-04
8.59E-08
6.99E-04
3.97E-07
5.39E-07
1.54E-07
6.26E-07
1.00E-03
8.00E-03
7.00E-04
1.00E-01
3.00E+00
4.00E-01
1.60E-02
5.00E-02
5.00E-02
4.40E-04
6.44E-05
2.17E-04
2.35E-04
6.79E-03
1.89E-06
1.90E-03
8.39E-05
3.35E-03
3.00E-02
3.00E-02
3.00E-02
1.00E-01
5.00E-01
2.33E-02
1.32E-05
1.80E-05
1.54E-06
1.25E-06
MIDI-PYRENEES-MAÏS
(grande culture céréales)
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
3.91E-09
4.26E-06
1.59E-07
4.28E-09
8.89E-09
5.89E-07
4.37E-06
5.10E-09
2.17E-07
5.08E-09
1.32E-08
1.50E-02
3.00E-02
7.00E-04
5.00E-03
0.05
1.00E-02
2.00E-02
1.00E-02
3.00E-02
1.50E-02
2.20E-03
2.61E-07
1.42E-04
2.27E-04
8.55E-07
1.78E-07
5.89E-05
2.19E-04
5.10E-07
7.24E-06
3.39E-07
6.00E-06
AQUITAINE-MAÏS DOUX
(culture légumière)
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
3.42E-09
3.10E-09
5.01E-09
2.11E-06
1.53E-08
8.62E-09
5.00E-03
1.00E-02
2.00E-02
2.00E-02
2.20E-03
0.05
6.85E-07
3.10E-07
2.50E-07
1.06E-04
6.95E-06
1.72E-07
ERUo
(mg/kg/j)-1
ERI
3.50E-03
8.22E-08
18
Tableau 18 : Evaluation de l’exposition dans le scénario Martinique-Bananes
Doses d'exposition
mg/kg.j
Enfant
Adulte
Propiconazole Difénoconazole Propiconazole Difénoconazole
AIGUE
Cutanée
gouttelettes
particules sol
particules gazon
somme
2.11E-09
2.69E-09
5.69E-10
2.64E-03
2.64E-03
8.66E-10
1.11E-09
3.61E-10
1.67E-03
1.67E-03
3.37E-05
2.05E-05
auto-consommation
particules
somme
particules PICA
somme 2
2.62E-08
1.23E-06
1.25E-06
4.09E-05
4.09E-05
1.26E-08
1.12E-07
1.25E-07
so
so
auto-consommation
particules
somme
9.58E-06
3.77E-06
7.36E-06
1.69E-05
1.11E-05
3.91E-06
1.54E-06
6.72E-07
4.59E-06
2.21E-06
Inhalation
Ingestion
CHRONIQUE
Ingestion
Rq : les résultats sont identiques pour les deux produits (même dose à l'ha, même dérive etc.), à
l'exception des doses d'exposition dont le calcul intègre des propriétés physico-chimiques intrinsèques,
différentes entre les 2 substances; pour le cutané, cela ne change pas la somme totale.
so : sans objet
19
Tableau 19 : Caractérisation du risque dans le scénario Martinique-Bananes
Impact
Enfant
Adulte
Propiconazole Difénoconazole Propiconazole Difénoconazole
AIGU
Cutané et inhalation
Dose totale (mg/kg.j)
AOEL (mg/kg.j)
IR
2.67E-03
1.00E-01
nd
2.67E-02
nd
1.69E-03
1.00E-01
nd
1.69E-02
nd
1.25E-06
4.09E-05
3.00E-01
nd
4.17E-06
nd
1.36E-04
nd
1.25E-07
so
3.00E-01
4.17E-07
so
1.69E-05
1.30E-02
1.30E-03
4.59E-06
1.30E-02
3.53E-04
Ingestion
1-Dose totale (mg/kg.j)
2-Dose totale-cas PICA (mg/kg.j)
MRL/ARfD (mg/kg.j)
IR-1
IR-2
so
nd
nd
so
CHRONIQUE
Ingestion
Dose totale (mg/kg.j)
DJA/RfD (mg/kg.j)
IR
1.11E-05
1.00E-02
1.11E-03
2.21E-06
1.00E-02
2.21E-04
so : sans objet
nd : non déterminé
20
Annexe 12 : résultats de l’évaluation du risque écotoxicologique
Tableau 1 : Données d’évaluation pour les organismes aquatiques. CL50: Concentration
Létale pour 50% des organismes testés, CE50: Concentration Effective pour 50% des
organismes testés, EAC: Ecological Acceptable Concentration ou Concentration
écologiquement acceptable, CSEO: Concentration Sans Effets Observables pour les
organismes testés. Le facteur de sécurité est de 100 pour les études de toxicité aiguë,
de 10 pour les études de toxicité chronique et de 1-5 pour les études réalisées en
écosystèmes artificiels (mésocosmes). Les PNEC ont été recensées dans Agritox ou
calculées dans le cadre de la saisine à partir des données recensées dans la base
Agritox ou dans le dossier européen (review report des substances inscrites à l'annexe I
de la Directive 91/414/CEE, dernière version des points finaux d'évaluation du projet de
monographie pour les substances en cours d'évaluation). ..............................................3
Tableau 2 : Evaluation de l'exposition des organismes aquatiques à 50 et 100 mètres dans le
cas des traitements effectués en rizières (Guyane), vigne (Champagne), maïs (MidiPyrénées) et maïs doux (Aquitaine). ................................................................................6
Tableau 3 : Evaluation du risque pour les organismes aquatiques à 50 et 100 mètres dans le
cas des traitements effectués en rizières (Guyane), vigne (Champagne), maïs (MidiPyrénées) et maïs doux (Aquitaine). ................................................................................8
Tableau 4 : Données d’évaluation pour les vers de terre. CL50: Concentration Létale pour
50% des organismes testés, DSEO: Dose Sans Effets pour les organismes testés. Le
facteur de sécurité est de 10 pour les études de toxicité aiguë, de 5 pour les études de
toxicité chronique et de 1 pour les études de terrain. Les données de toxicité aiguë ou
chronique au laboratoire concerne l'espèce standard Eisenia fetida. Les données de
toxicité mesurées sur le terrain concernent diverses espèces. Les PNEC ont été
calculées dans le cadre de la saisine à partir des données recensées dans la base
Agritox ou dans le dossier européen (review report des substances inscrites à l'annexe I
de la Directive 91/414/CEE, dernière version des points finaux d'évaluation du projet de
monographie pour les substances en cours d'évaluation). Pour 2 substances on ne
dispose pas de données d'écotoxicité vis-à-vis des arthropodes non visés. Dans les
deux cas, les substances actives concernées sont sur la 3ème liste de révision et en
principe les données ont du être déposées auprès des Etats membres rapporteurs. Ces
données seront mises à disposition de l'ensemble des Etats membres lors de la
soumission des projets de monographie par les Etats membres rapporteurs courant
2005-2006. .....................................................................................................................10
Tableau 5 : Evaluation de l'exposition des vers de terre à 50 et 100 mètres dans le cas des
traitements effectués en rizières (Guyane), vigne (Champagne), maïs (Midi-Pyrénées)
et maïs doux (Aquitaine).................................................................................................12
Tableau 6 : Evaluation du risque pour les vers de terre à 50 et 100 mètres dans le cas des
traitements effectués en rizières (Guyane), vigne (Champagne), maïs (Midi-Pyrénées)
et maïs doux (Aquitaine).................................................................................................14
Tableau 7 : Données d’évaluation pour les arthropodes non visés. LR50: Lethal Rate ou
Dose Létale pour 50% des organismes testés, DSEO: Dose Sans Effets pour les
organismes testés. Le facteur de sécurité est de 10 pour les études conduites au
laboratoire, et de 5 pour les études de terrain. Les PNEC ont été calculées dans le
cadre de la saisine à partir des données recensées dans la base Agritox ou dans le
dossier européen (review report des substances inscrites à l'annexe I de la Directive
91/414/CEE, dernière version des points finaux d'évaluation du projet de monographie
pour les substances en cours d'évaluation). Pour 5 substances on ne dispose pas de
données d'écotoxicité vis-à-vis des arthropodes non visés. Dans quatre cas les
substances actives concernées sont sur la 3ème liste de révision et en principe les
données ont du être déposées auprès des Etats membres rapporteurs. Ces données
seront mises à disposition de l'ensemble des Etats membres lors de la soumission des
projets de monographie par les Etats membres rapporteurs courant 2005-2006. dans le
1
cas du 2,4 MCPA, ces informations ont été requises auprès du notifiant par l'Etats
membre rapporteur, mais ne sont pas disponibles à ce jour, à notre connaissance......16
Tableau 8 : Evaluation de l'exposition des arthropodes non visés à 50 et 100 mètres dans le
cas des traitements effectués en rizières (Guyane), vigne (Champagne), maïs (MidiPyrénées) et maïs doux (Aquitaine). ..............................................................................19
Tableau 9 : évaluation du risque pour les arthropodes non visés à 50 et 100 mètres dans le
cas des traitements effectués en rizières (Guyane), vigne (Champagne), maïs (MidiPyrénées) et maïs doux (Aquitaine). ..............................................................................21
Tableau 10 : Evaluation de l’exposition et du risque écotoxique dans le scénario DOMbananes, pour la condition 3 de simulation de la dérive.................................................23
Tableau 11 : Evaluation de l’exposition et du risque écotoxique dans le scénario DOMbananes, pour la condition 2 de simulation de la dérive.................................................23
2
Tableau 1 : Données d’évaluation pour les organismes aquatiques. CL50: Concentration Létale pour 50% des organismes testés,
CE50: Concentration Effective pour 50% des organismes testés, EAC: Ecological Acceptable Concentration ou Concentration
écologiquement acceptable, CSEO: Concentration Sans Effets Observables pour les organismes testés. Le facteur de sécurité est de
100 pour les études de toxicité aiguë, de 10 pour les études de toxicité chronique et de 1-5 pour les études réalisées en écosystèmes
artificiels (mésocosmes). Les PNEC ont été recensées dans Agritox ou calculées dans le cadre de la saisine à partir des données
recensées dans la base Agritox ou dans le dossier européen (review report des substances inscrites à l'annexe I de la Directive
91/414/CEE, dernière version des points finaux d'évaluation du projet de monographie pour les substances en cours d'évaluation).
Statut1
nom de la substance
étude retenue pour l'évaluation
critère d'évaluation
(CL50, CE50, CSEO ou
EAC)
valeur (mg s.a./L)
facteur de
sécurité
PNEC
(microg/l)2
2,4-MCPA
1
croissance de la plante
CE50
0,152
10
15,2
alphamethrine
Inclusion 2004/58/CE (JO
L120, 24.4.04)
mésocosme
EAC
1,5e-005
1
0,015
bifenthrine
3
toxicité chronique chez l'invertébré
NOEC
0,0000013
10
0,00013*
carbaryl
2
toxicité aiguë chez l'invertébré
CL50
0,0056
100
0,056
carbendazime
1
toxicité aigue chez le poisson
CL50
0,019
100
0,19*
chlorpyriphos-ethyl
1
mésocosme
CSEO
0,0001
1
0,1
cymoxanil
1
toxicité chronique chez la daphnie en
présence de sédiment
CSEO
0,067
10
6,7*
cypermethrine
3
mésocosme
EAC
1e-006
1
0,001
deltamethrine
Inclusion 2003/5/CE (JO L8,
14.1.03)
mésocosme
EAC
3,2e-006
0,33
0,0096
difénoconazole
3
toxicité chronique chez la daphnie
CSEO
0,0056
10
0,56*
diméthomorphe
2
toxicité chronique chez le poisson
CSEO
0,00416
10
0,42*
dinocap
1
toxicité chronique chez la daphnie en
présence de sédiment
CSEO
0,011
10
1,1*
flusilazole
1
toxicité chronique chez l'invertébré
CSEO
0,00996
10
1
flutriafol
3
toxicité aiguë chez le poisson
CL50
61
100
610*
folpel
2
toxicité aigue chez le poisson
CL50
0,098
50
1,96
fosetyl-al
2
toxicité aigue chez l'invertébré
CE50
29,6
100
296
3
Statut1
nom de la substance
étude retenue pour l'évaluation
critère d'évaluation
(CL50, CE50, CSEO ou
EAC)
valeur (mg s.a./L)
facteur de
sécurité
PNEC
2
(microg/l)
glyphosate
Inclusion 2001/99/CE (JO
L304, 21.11.01)
toxicité chez l'algue
CE50
0,6
10
60
indoxacarbe
1
toxicité chronique chez l'invertébré
CSEO
0,026
10
2,6*
kresoxim methyl
Inclusion 99/1/EC (JO L21,
28.1.99)
toxicité aigue chez le poisson
CL50
0,15
10
15
lambda cyhalothrine
Inclusion 2000/80/CE (JO
L309, 9.12.00)
toxicité aigue chez l'invertébré
CE50
1,6e-005
100
0,00016
mancozebe
1
toxicité aigue chez le poisson
CL50
0,18
100
1,8
mefenoxam
Inclusion 2002/64/CE (JO
L189, 18.7.02)
toxicité chronique chez l'invertébré
CSEO
1,2
10
120
metiram-zinc
1
toxicité aigue chez l'invertébré
CE50
0,175
100
1,75
propanil
3
toxicité aiguë chez la daphnie
CE50
4,8
100
48*
propiconazol
Inclusion 2003/70/CE (JO
L184, 17.7.03)
toxicité chez l'algue
CE50
0,058
10
5,8
pyraclostrobine
Inclusion 2004/30/CE (JO
L77/50, 13.2.04)
toxicité chronique chez le poisson
CSEO
0,0023
10
0,23
pyrimicarbe
2
toxicité aigue chez l'invertébré
CE50
0,017
10
1,7
tebuconazole
3
toxicité chronique chez le poisson
CSEO
0,012
10
1,2
tebufenozide
3
toxicité chronique chez la daphnie
CSEO
0,029
10
2,9*
trifloxystrobine
Inclusion 2003/68/CE (JO L
177, 16.7.03)
toxicité chez les espèces aquatiques
HC5
0,0012
1
1,2
zetacypermethrine
3
toxicité aigue chez l'invertébré
CE50
2,6e-006
100
0,000026
zoxamide
Inclusion 2004/20/EC (JO
L070, 9.3.04)
toxicité chronique chez le poisson
CSEO
0,00348
10
0,348
1
le statut des substances fait référence pour les anciennes substances à leur position sur les listes de révision et pour toutes les
substances à leur inscription à l'annexe I de la directive 91/414/CEE. En effet, le ré-examen des substances anciennes au niveau
communautaire aborde de façon chronologique 4 listes de révision, dont les calendriers imposent les dates de fin de ré-examen.
Les substances anciennes du tableau ci-dessus font donc partie des listes 1, 2 ou 3. Les substances dont l'examen s'est conclut
4
par une inscription à l'annexe I de la directive 91/414/CEE, qui fonctionne comme une liste positive des substances pouvant entrer
dans la composition de produits phytopharmaceutiques mis sur le marché dans les Etats membres, ont fait l'objet d'une directive
d'inscription qui amende la directive 91/414/CEE et dont les références sont indiquées dans le tableau. Ce tableau comporte quatre
substances nouvelles (mefenoxam, pyraclostrobine, trifloxystrobine, et zoxamide), qui n'ont donc fait partie d'aucune liste, et qui
sont inscrites à l'annexe I de la directive 91/414/CEE.
2
les PNEC marquées d'un astérisque ont été définies par le groupe de travail. Les autres sont issues de la base de données
agritox (http://www.inra.fr/agritox/).
5
Tableau 2 : Evaluation de l'exposition des organismes aquatiques à 50 et 100 mètres dans le cas des traitements effectués en rizières
(Guyane), vigne (Champagne), maïs (Midi-Pyrénées) et maïs doux (Aquitaine).
SCENARIO
Substance
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
CHAMPAGNE-Vigne
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
MIDI-PYRENEES - Mais
bifenthrine
Dose à
l'hectare
(kg/ha)
0,304
1,7
0,81
1,249
0,12
0,039
0,015
0,009
Vitesse de vent de 5m/s
Dépôt à 50 m
Dépôt à 100 m
en %
en g/m2
en %
en g/m2
4,128
1,26E-03
1,391
4,23E-04
4,267
7,25E-03
1,481
2,52E-03
4,171
3,38E-03
1,424
1,15E-03
4,193
5,24E-03
1,438
1,80E-03
4,099
4,92E-04
1,374
1,65E-04
4,071
1,59E-04
1,357
5,29E-05
4,028
6,04E-05
1,342
2,01E-05
4,040
3,64E-05
1,340
1,21E-05
PECeau (en µg s.a./L)
à 50 m
à 100 m
4,18
24,18
11,26
17,45
1,64
0,53
0,20
0,12
1,41
8,39
3,84
5,99
0,55
0,18
0,07
0,04
0,285
0,21
0,03
1,5
1,884
0,1
0,12
0,226
1,5
0,09
1,6
0,1
0,1
0,0625
0,123
3,22
3,19
3,09
3,34
3,35
3,13
3,16
3,20
3,34
3,13
3,34
3,13
3,13
3,11
3,16
9,18E-04
6,69E-04
9,27E-05
5,01E-03
6,31E-03
3,13E-04
3,79E-04
7,22E-04
5,01E-03
2,82E-04
5,35E-03
3,13E-04
3,13E-04
1,94E-04
3,88E-04
0,71
0,70
0,62
0,80
0,82
0,66
0,67
0,71
0,80
0,66
0,80
0,66
0,66
0,65
0,67
2,03E-04
1,47E-04
1,87E-05
1,20E-03
1,54E-03
6,61E-05
8,00E-05
1,60E-04
1,20E-03
5,90E-05
1,28E-03
6,61E-05
6,61E-05
4,05E-05
8,20E-05
3,06
2,23
0,31
16,68
21,02
1,04
1,26
2,41
16,68
0,94
17,83
1,04
1,04
0,65
1,29
0,68
0,49
0,06
3,99
5,13
0,22
0,27
0,53
3,99
0,20
4,27
0,22
0,22
0,13
0,27
0,019
3,42
6,3677E-05
1,91
3,55E-05
0,21
0,12
6
SCENARIO
Substance
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
AQUITAINE-maïs doux
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
Dose à
l'hectare
(kg/ha)
0,333
0,186
0,023
0,049
0,118
0,442
0,025
0,251
0,021
0,033
0,01999
0,02
0,03747
0,2
0,04
0,05
Vitesse de vent de 5m/s
Dépôt à 50 m
Dépôt à 100 m
en %
en g/m2
en %
en g/m2
3,04
0,00101178
1,62
5,37E-04
3,21
0,00059593
1,70
3,16E-04
3,44
7,9846E-05
1,90
4,40E-05
3,37
0,00016528
1,84
9,04E-05
3,28
0,00038626
1,77
2,08E-04
2,97
0,001315
1,58
7,01E-04
3,43
8,6524E-05
1,89
4,77E-05
3,10
0,00077792
1,65
4,15E-04
3,43
7,0965E-05
1,90
3,93E-05
3,30
0,00011016
1,84
6,12E-05
3,20
2,63
2,63
3,18
3,19
3,21
6,39E-05
5,27E-05
9,87E-05
6,36E-04
1,28E-04
1,60E-04
1,72
1,19
1,19
1,66
1,70
1,70
3,43E-05
2,37E-05
4,44E-05
3,33E-04
6,79E-05
8,49E-05
PECeau (en µg s.a./L)
à 50 m
à 100 m
3,37
1,99
0,27
0,55
1,29
4,38
0,29
2,59
0,24
0,37
1,79
1,05
0,15
0,30
0,69
2,34
0,16
1,38
0,13
0,20
0,21
0,18
0,33
2,12
0,43
0,53
0,11
0,08
0,15
1,11
0,23
0,28
7
Tableau 3 : Evaluation du risque pour les organismes aquatiques à 50 et 100 mètres dans le cas des traitements effectués en rizières
(Guyane), vigne (Champagne), maïs (Midi-Pyrénées) et maïs doux (Aquitaine).
SCENARIO
Substance
cible
Dose à
l'hectare
(kg/ha)
PECeau
(µg/l) à 50 m
PECeau
(µg/l) à 100
m
PNEC (µg/l)
PEC/PNEC à
50 m
PEC/PNEC à
100 m
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
herbicide
insecticide
herbicide
herbicide
insecticide
insecticide
insecticide
insecticide
0,304
1,7
0,81
1,249
0,12
0,039
0,015
0,009
4,18
24,18
11,26
17,45
1,64
0,53
0,20
0,12
1,41
8,39
3,84
5,99
0,55
0,18
0,07
0,04
15,2
0,056
60
48
2,9
0,001
0,015
0,00016
0,275
431,819
0,188
0,364
0,565
529,278
13,427
757,591
0,093
149,813
0,064
0,125
0,189
176,469
4,474
251,241
CHAMPAGNE-Vigne
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
insecticide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
0,285
0,21
0,03
1,5
1,884
0,1
0,12
0,226
1,5
0,09
1,6
0,1
0,1
0,0625
0,123
3,06
2,23
0,31
16,68
21,02
1,04
1,26
2,41
16,68
0,94
17,83
1,04
1,04
0,65
1,29
0,68
0,49
0,06
3,99
5,13
0,22
0,27
0,53
3,99
0,20
4,27
0,22
0,22
0,13
0,27
0,1
1,1
1
1,96
296
15
6,7
0,42
1,8
120
1,75
0,23
1,2
1,2
0,348
30,586
2,028
0,309
8,512
0,071
0,070
0,188
5,732
9,269
0,008
10,186
4,542
0,871
0,540
3,719
6,765
0,444
0,062
2,034
0,017
0,015
0,040
1,266
2,215
0,002
2,437
0,957
0,183
0,112
0,785
8
SCENARIO
Substance
cible
Dose à
l'hectare
(kg/ha)
PECeau
(µg/l) à 50 m
PECeau
(µg/l) à 100
m
PNEC (µg/l)
PEC/PNEC à
50 m
PEC/PNEC à
100 m
MIDI-PYRENEES - Mais
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
insecticide
fongicide
fongicide
insecticide
insecticide
fongicide
insecticide
insecticide
fongicide
insecticide
insecticide
0,019
0,333
0,186
0,023
0,049
0,118
0,442
0,025
0,251
0,021
0,033
0,21
3,37
1,99
0,27
0,55
1,29
4,38
0,29
2,59
0,24
0,37
0,12
1,79
1,05
0,15
0,30
0,69
2,34
0,16
1,38
0,13
0,20
0,00013
0,19
1
0,00016
0,001
610
1,7
0,0096
1,2
0,015
2,6
1632,733
17,751
1,986
1663,465
550,937
0,002
2,578
30,043
2,161
15,770
0,141
910,321
9,428
1,052
917,030
301,301
0,001
1,374
16,552
1,152
8,726
0,078
AQUITAINE-maïs doux
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
insecticide
insecticide
insecticide
insecticide
insecticide
insecticide
0,01999
0,02
0,03747
0,2
0,04
0,05
0,21
0,18
0,33
2,12
0,43
0,53
0,11
0,08
0,15
1,11
0,23
0,28
0,00016
0,0096
0,000026
1,7
2,6
0,001
1331,628
18,287
12650,208
1,247
0,164
534,393
714,670
8,235
5696,266
0,653
0,087
282,991
9
Tableau 4 : Données d’évaluation pour les vers de terre. CL50: Concentration Létale pour 50% des organismes testés, DSEO: Dose
Sans Effets pour les organismes testés. Le facteur de sécurité est de 10 pour les études de toxicité aiguë, de 5 pour les études de
toxicité chronique et de 1 pour les études de terrain. Les données de toxicité aiguë ou chronique au laboratoire concerne l'espèce
standard Eisenia fetida. Les données de toxicité mesurées sur le terrain concernent diverses espèces. Les PNEC ont été calculées
dans le cadre de la saisine à partir des données recensées dans la base Agritox ou dans le dossier européen (review report des
substances inscrites à l'annexe I de la Directive 91/414/CEE, dernière version des points finaux d'évaluation du projet de
monographie pour les substances en cours d'évaluation). Pour 2 substances on ne dispose pas de données d'écotoxicité vis-à-vis
des arthropodes non visés. Dans les deux cas, les substances actives concernées sont sur la 3ème liste de révision et en principe les
données ont du être déposées auprès des Etats membres rapporteurs. Ces données seront mises à disposition de l'ensemble des
Etats membres lors de la soumission des projets de monographie par les Etats membres rapporteurs courant 2005-2006.
nom de la substance
statut
étude retenue pour l'évaluation
critère d'évaluation
(CL50 ou DSEO)
valeur (mg s.a./kg
sol)
facteur de
sécurité
PNEC (m
s.a./kg sol)
2,4-MCPA
1
toxicité aiguë
CL50
325
10
32,5
alphamethrine
Inclusion 2004/58/CE (JO
L120, 24.4.04)
toxicité aiguë
CL50
>100
10
>10
bifenthrine
3
toxicité chronique
DSEO
2,13
5
0,426
carbaryl
2
toxicité chronique
DSEO
<50
5
<10
carbendazime
1
toxicité chronique
DSEO
1
0,2
0,2
chlorpyriphos-ethyl
1
toxicité aiguë
CL50
210
10
21
cymoxanil
1
toxicité aiguë
CL50
2208
10
220
cypermethrine
3
étude sur le terrain
0,13
1
0,13
deltamethrine
Inclusion 2003/5/CE (JO L8,
14.1.03)
toxicité aiguë
>1290
10
>129
CL50
difénoconazole
3
toxicité aiguë
CL50
>610
10
>61
diméthomorphe
2
toxicité aiguë
CL50
> 1000
10
>100
dinocap
1
toxicité chronique
8
5
1,6
flusilazole
1
toxicité aiguë
CL50
388
10
38,8
flutriafol
3
toxicité aiguë
CL50
>1000
10
>100
folpel
2
toxicité aiguë
CL50
>1000
10
>100
10
nom de la substance
statut
étude retenue pour l'évaluation
critère d'évaluation
(CL50 ou DSEO)
valeur (mg s.a./kg
sol)
facteur de
sécurité
PNEC (m
s.a./kg sol)
499
5
100
fosetyl-al
2
toxicité chronique
glyphosate
Inclusion 2001/99/CE (JO
L304, 21.11.01)
toxicité chronique
DSEO
28,79
indoxacarbe
1
toxicité chronique
DSEO
39
5
7,8
kresoxim methyl
Inclusion 99/1/EC (JO L21,
28.1.99)
toxicité aiguë
CL50
>937
10
>94
lambda cyhalothrine
Inclusion 2000/80/CE (JO
L309, 9.12.00)
toxicité aiguë
CL50
>1000
10
>100
5,7
mancozebe
1
toxicité chronique
DSEO
20
5
4
mefenoxam
Inclusion 2002/64/CE (JO
L189, 18.7.02)
toxicité aiguë
CL50
830
10
83
metiram-zinc
1
toxicité aiguë
CL50
>100
10
>10
propanil
3
pas d'informations
propiconazol
Inclusion 2003/70/CE (JO
L184, 17.7.03)
toxicité aiguë
CL50
>20
10
>2
pyraclostrobine
Inclusion 2004/30/CE (JO
L77/50, 13.2.04)
toxicité aiguë
CL50
35,2
10
35,2
pyrimicarbe
2
étude sur le terrain
DSEO
0,7
5
0,14
tebuconazole
3
toxicité aiguë
CL50
1381
10
138
tebufenozide
3
toxicité aiguë
CL50
>1000
10
>100
trifloxystrobine
Inclusion 2003/68/CE (JO L
177, 16.7.03)
toxicité aiguë
CL50
>1000
10
>100
zetacypermethrine
3
pas d'informations
zoxamide
Inclusion 2004/20/EC (JO
L070, 9.3.04)
toxicité chronique
DSEO
1
5
0,2
11
Tableau 5 : Evaluation de l'exposition des vers de terre à 50 et 100 mètres dans le cas des traitements effectués en rizières (Guyane),
vigne (Champagne), maïs (Midi-Pyrénées) et maïs doux (Aquitaine).
SCENARIO
Substance
Dose à
l'hectare
(kg/ha)
Vitesse de vent de 5m/s
Dépôt à 50 m
Dépôt à 100 m
en %
en g/m2
en %
en g/m2
PECsol (en mg s.a./kg sol)
à 50 m
à 100 m
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
0,304
1,7
0,81
1,249
0,12
0,039
0,015
0,009
4,128
4,267
4,171
4,193
4,099
4,071
4,028
4,040
1,26E-03
7,25E-03
3,38E-03
5,24E-03
4,92E-04
1,59E-04
6,04E-05
3,64E-05
1,391
1,481
1,424
1,438
1,374
1,357
1,342
1,340
4,23E-04
2,52E-03
1,15E-03
1,80E-03
1,65E-04
5,29E-05
2,01E-05
1,21E-05
0,0167
0,0967
0,0450
0,0698
0,0066
0,0021
0,0008
0,0005
0,0056
0,0336
0,0154
0,0240
0,0022
0,0007
0,0003
0,0002
CHAMPAGNE-Vigne
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
0,285
0,21
0,03
1,5
1,884
0,1
0,12
0,226
1,5
0,09
1,6
0,1
0,1
0,0625
0,123
3,22
3,19
3,09
3,34
3,35
3,13
3,16
3,20
3,34
3,13
3,34
3,13
3,13
3,11
3,16
9,18E-04
6,69E-04
9,27E-05
5,01E-03
6,31E-03
3,13E-04
3,79E-04
7,22E-04
5,01E-03
2,82E-04
5,35E-03
3,13E-04
3,13E-04
1,94E-04
3,88E-04
0,71
0,70
0,62
0,80
0,82
0,66
0,67
0,71
0,80
0,66
0,80
0,66
0,66
0,65
0,67
2,03E-04
1,47E-04
1,87E-05
1,20E-03
1,54E-03
6,61E-05
8,00E-05
1,60E-04
1,20E-03
5,90E-05
1,28E-03
6,61E-05
6,61E-05
4,05E-05
8,20E-05
0,0122
0,0089
0,0012
0,0667
0,0841
0,0042
0,0051
0,0096
0,0667
0,0038
0,0713
0,0042
0,0042
0,0026
0,0052
0,0027
0,0020
0,0002
0,0159
0,0205
0,0009
0,0011
0,0021
0,0159
0,0008
0,0171
0,0009
0,0009
0,0005
0,0011
MIDI-PYRENEES - Mais
bifenthrine
0,019
3,42
6,36766E-05
1,91
3,55E-05
0,0008
0,0005
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
0,333
0,186
0,023
3,04
3,21
3,44
0,001011782
0,000595929
7,98463E-05
1,62
1,70
1,90
5,37E-04
3,16E-04
4,40E-05
0,0135
0,0079
0,0011
0,0072
0,0042
0,0006
12
SCENARIO
AQUITAINE-maïs doux
Substance
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
Dose à
l'hectare
(kg/ha)
0,049
0,118
0,442
0,025
0,251
0,021
0,033
Vitesse de vent de 5m/s
Dépôt à 50 m
Dépôt à 100 m
en %
en g/m2
en %
en g/m2
3,37
0,000165281
1,84
9,04E-05
3,28
0,000386258
1,77
2,08E-04
2,97
0,001314997
1,58
7,01E-04
3,43
8,65244E-05
1,89
4,77E-05
3,10
0,000777921
1,65
4,15E-04
3,43
7,09649E-05
1,90
3,93E-05
3,30
0,000110162
1,84
6,12E-05
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
0,01999
0,02
0,03747
0,2
0,04
0,05
3,20
2,63
2,63
3,18
3,19
3,21
6,39E-05
5,27E-05
9,87E-05
6,36E-04
1,28E-04
1,60E-04
1,72
1,19
1,19
1,66
1,70
1,70
3,43E-05
2,37E-05
4,44E-05
3,33E-04
6,79E-05
8,49E-05
PECsol (en mg s.a./kg sol)
à 50 m
à 100 m
0,0022
0,0052
0,0175
0,0012
0,0104
0,0009
0,0015
0,0012
0,0028
0,0093
0,0006
0,0055
0,0005
0,0008
0,0009
0,0007
0,0013
0,0085
0,0017
0,0021
0,0005
0,0003
0,0006
0,0044
0,0009
0,0011
13
Tableau 6 : Evaluation du risque pour les vers de terre à 50 et 100 mètres dans le cas des traitements effectués en rizières (Guyane),
vigne (Champagne), maïs (Midi-Pyrénées) et maïs doux (Aquitaine).
SCENARIO
Substance
cible
Dose à l'hectare
(kg/ha)
PECsol (mg/kg) à
50 m
PECsol (mg/kg) à
100 m
PNEC
(mg/kg sol)
PEC/PNEC à
50 m
PEC/PNEC à
100 m
herbicide
insecticide
herbicide
herbicide
insecticide
insecticide
insecticide
insecticide
0,304
1,7
0,81
1,249
0,12
0,039
0,015
0,009
0,0167
0,0967
0,0450
0,0698
0,0066
0,0021
0,0008
0,0005
0,0056
32,5
0,000515
0,0336
< 10
> 0,009673
0,0154
5,7
0,007903
0,0240 pas d'informations
0,0022
100
0,000066
0,0007
0,13
0,016285
0,0003
> 10
< 0,000081
0,0002
> 100
< 0,000005
0,000173
> 0,003356
0,002698
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
CHAMPAGNE-Vigne
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
insecticide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
0,285
0,21
0,03
1,5
1,884
0,1
0,12
0,226
1,5
0,09
1,6
0,1
0,1
0,0625
0,123
0,0122
0,0089
0,0012
0,0667
0,0841
0,0042
0,0051
0,0096
0,0667
0,0038
0,0713
0,0042
0,0042
0,0026
0,0052
0,0027
0,0020
0,0002
0,0159
0,0205
0,0009
0,0011
0,0021
0,0159
0,0008
0,0171
0,0009
0,0009
0,0005
0,0011
21
1,6
38,8
> 100
100
> 94
220
> 100
4
83
> 10
35,2
138
> 100
0,2
0,000583
0,005577
0,000032
< 0,000667
0,000841
< 0,000044
0,000023
< 0,000096
0,016684
0,000045
< 0,007130
0,000119
0,000030
< 0,000026
0,025881
0,000129
0,001221
0,000006
< 0,000159
0,000205
< 0,000009
0,000005
< 0,000021
0,003986
0,000009
< 0,001706
0,000025
0,000006
< 0,000005
0,005466
bifenthrine
carbendazime
insecticide
fongicide
0,019
0,333
0,0008
0,0135
0,0005
0,0072
0,426
0,2
0,001993
0,067452
0,001111
0,035825
MIDI-PYRENEES - Mais
0,000022
0,005430
< 0,000027
< 0,000002
14
SCENARIO
AQUITAINE-maïs doux
Substance
cible
Dose à l'hectare
(kg/ha)
PECsol (mg/kg) à
50 m
PECsol (mg/kg) à
100 m
PNEC
(mg/kg sol)
38,8
> 100
0,13
> 100
0,14
> 129
138
> 10
7,8
PEC/PNEC à
50 m
PEC/PNEC à
100 m
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
fongicide
insecticide
insecticide
fongicide
insecticide
insecticide
fongicide
insecticide
insecticide
0,186
0,023
0,049
0,118
0,442
0,025
0,251
0,021
0,033
0,0079
0,0011
0,0022
0,0052
0,0175
0,0012
0,0104
0,0009
0,0015
0,0042
0,0006
0,0012
0,0028
0,0093
0,0006
0,0055
0,0005
0,0008
0,000205
< 0,000011
0,016952
< 0,000052
0,125238
< 0,000009
0,000075
< 0,000095
0,000188
0,000108
< 0,000006
0,009271
< 0,000028
0,066714
< 0,000005
0,000040
< 0,000052
0,000105
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
insecticide
insecticide
insecticide
insecticide
insecticide
insecticide
0,01999
0,02
0,03747
0,2
0,04
0,05
0,0009
0,0007
0,0013
0,0085
0,0017
0,0021
0,0005
> 100
< 0,000009
0,0003
> 129
< 0,000005
0,0006 pas d'informations
0,0044
0,14
0,060546
0,0009
7,8
0,000218
0,0011
0,13
0,016443
< 0,000005
< 0,000002
0,031699
0,000116
0,008707
15
Tableau 7 : Données d’évaluation pour les arthropodes non visés. LR50: Lethal Rate ou Dose Létale pour 50% des organismes testés,
DSEO: Dose Sans Effets pour les organismes testés. Le facteur de sécurité est de 10 pour les études conduites au laboratoire, et de 5
pour les études de terrain. Les PNEC ont été calculées dans le cadre de la saisine à partir des données recensées dans la base
Agritox ou dans le dossier européen (review report des substances inscrites à l'annexe I de la Directive 91/414/CEE, dernière version
des points finaux d'évaluation du projet de monographie pour les substances en cours d'évaluation). Pour 5 substances on ne
dispose pas de données d'écotoxicité vis-à-vis des arthropodes non visés. Dans quatre cas les substances actives concernées sont
sur la 3ème liste de révision et en principe les données ont du être déposées auprès des Etats membres rapporteurs. Ces données
seront mises à disposition de l'ensemble des Etats membres lors de la soumission des projets de monographie par les Etats
membres rapporteurs courant 2005-2006. dans le cas du 2,4 MCPA, ces informations ont été requises auprès du notifiant par l'Etats
membre rapporteur, mais ne sont pas disponibles à ce jour, à notre connaissance.
nom de la
substance
statut
étude retenue pour l'évaluation
critère d'évaluation
(LR50 ou DSEO)
valeur (g s.a./ha)
facteur de
sécurité
PNEC (g
sa/ha)
2,4-MCPA
1
pas d'informations
alphamethrine
Inclusion 2004/58/CE (JO
L120, 24.4.04)
Typhlodromus pyri,
laboratoire, sur support naturel
LR50
0,0626
10
0,006
bifenthrine
3
Coccinella septempunctata, laboratoire, sur
support naturel
LR50
0,084
10
0,008
carbaryl
2
Aphidius rhopalosiphi,
laboratoire, sur support artificiel
LR50
0,0247
10
0,0025
carbendazime
1
Amblyseius sp,
laboratoire, sur support artificiel
DSEO
<60
10
<6
chlorpyriphos-ethyl
1
Aphidius rhopalosiphi,
laboratoire, sur support artificiel
LR50
200
10
20
cymoxanil
1
Aphidius rhopalosiphi,
laboratoire, sur support artificiel
DSEO
<400
10
<40
cypermethrine
3
étude sur le terrain
DSEO
<0,6
5
<0,12
deltamethrine
Inclusion 2003/5/CE (JO
L8, 14.1.03)
étude sur le terrain
DSEO
0,0125
5
0,0025
DSEO
356
5
71,2
difénoconazole
3
pas d'informations
diméthomorphe
2
étude sur le terrain avec Typhlodromus pyri
16
nom de la
substance
statut
étude retenue pour l'évaluation
critère d'évaluation
(LR50 ou DSEO)
valeur (g s.a./ha)
facteur de
sécurité
PNEC (g
sa/ha)
dinocap
1
Typhlodromus pyri,
laboratoire, sur support artificiel
LR50
10
10
1
flusilazole
1
Typhlodromus pyri,
laboratoire, sur support artificiel
LR50
<38
10
<3,8
flutriafol
3
pas d'informations
folpel
2
Typhlodromus pyri,
laboratoire, sur support artificiel
DSE
490
10
49
fosetyl-al
2
Typhlodromus pyri,
laboratoire, sur support artificiel
DSEO
<7000
10
<700
glyphosate
Inclusion 2001/99/CE (JO
L304, 21.11.01)
Chrysoperla carnea,
laboratoire, sur support artificiel
LR50
700
10
70
indoxacarbe
1
Aphidius rhopalosiphi,
laboratoire, sur support artificiel
LR50
49
10
4,9
kresoxim methyl
Inclusion 99/1/EC (JO L21, étude mixte laboratoire-terrain avec
28.1.99)
Coccinella septempunctata
DSEO
150
5
30
lambda cyhalothrine
Inclusion 2000/80/CE (JO
L309, 9.12.00)
Typhlodromus pyri,
laboratoire, sur support artificiel
LR50
0,2
10
0,02
mancozebe
1
Aphidius rhopalosiphi,
laboratoire, sur support artificiel
DSEO
<350
10
<35
mefenoxam
Inclusion 2002/64/CE (JO
L189, 18.7.02)
Aphidius rhopalosiphi,
laboratoire, sur support artificiel
DSEO
<1000
10
<100
metiram-zinc
1
étude sur le terrain avec Typhlodromus pyri
DSEO
<500
5
<100
propanil
3
pas d'informations
propiconazol
Inclusion 2003/70/CE (JO
L184, 17.7.03)
Typhlodromus pyri,
laboratoire, sur support artificiel
LR50
18,8
10
1,88
pyraclostrobine
Inclusion 2004/30/CE (JO
L77/50, 13.2.04)
Coccinella septempunctata, laboratoire, sur
support artificiel
DSEO
64
10
6,4
pyrimicarbe
2
Episirphus sp,
laboratoire, sur support artificiel
LR50
14,6
10
1,5
tebuconazole
3
Chrysoperla carnea,
laboratoire, sur support artificiel
DSEO
<100
10
<10
17
nom de la
substance
statut
étude retenue pour l'évaluation
tebufenozide
3
pas d'informations
trifloxystrobine
Inclusion 2003/68/CE (JO
L 177, 16.7.03)
Coccinella septempunctata, laboratoire, sur
support artificiel
zetacypermethrine
3
pas d'informations
zoxamide
Inclusion 2004/20/EC (JO
L070, 9.3.04)
Typhlodromus pyri,
laboratoire, sur support artificiel
critère d'évaluation
(LR50 ou DSEO)
valeur (g s.a./ha)
facteur de
sécurité
PNEC (g
sa/ha)
DSEO
<250
10
<25
LR50
300
10
30
18
Tableau 8 : Evaluation de l'exposition des arthropodes non visés à 50 et 100 mètres dans le cas des traitements effectués en rizières
(Guyane), vigne (Champagne), maïs (Midi-Pyrénées) et maïs doux (Aquitaine).
SCENARIO
GUYANE-RIZ
2,4 MCPA
carbaryl
glyphosate
propanil
tébufénozide
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
0,304
1,7
0,81
1,249
0,12
0,039
0,015
0,009
Vitesse de vent de 5m/s
Dépôt à 50 m
Dépôt à 100 m
en %
en g/m2
en %
en g/m2
4,128
1,26E-03
1,391
4,23E-04
4,267
7,25E-03
1,481
2,52E-03
4,171
3,38E-03
1,424
1,15E-03
4,193
5,24E-03
1,438
1,80E-03
4,099
4,92E-04
1,374
1,65E-04
4,071
1,59E-04
1,357
5,29E-05
4,028
6,04E-05
1,342
2,01E-05
4,040
3,64E-05
1,340
1,21E-05
CHAMPAGNE-Vigne
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
0,285
0,21
0,03
1,5
1,884
0,1
0,12
0,226
1,5
0,09
1,6
0,1
0,1
0,0625
0,123
3,22
3,19
3,09
3,34
3,35
3,13
3,16
3,20
3,34
3,13
3,34
3,13
3,13
3,11
3,16
9,18E-04
6,69E-04
9,27E-05
5,01E-03
6,31E-03
3,13E-04
3,79E-04
7,22E-04
5,01E-03
2,82E-04
5,35E-03
3,13E-04
3,13E-04
1,94E-04
3,88E-04
0,71
0,70
0,62
0,80
0,82
0,66
0,67
0,71
0,80
0,66
0,80
0,66
0,66
0,65
0,67
bifenthrine
carbendazime
0,019
0,333
3,42
3,04
6,3677E-05
0,00101178
1,91
1,62
MIDI-PYRENEES - Mais
Substance
Dose à
l'hectare
(kg/ha)
Dose (en g/ha)
à 50 m
à 100 m
12,55
72,55
33,79
52,36
4,92
1,59
0,60
0,36
4,23
25,17
11,53
17,96
1,65
0,53
0,20
0,12
2,03E-04
1,47E-04
1,87E-05
1,20E-03
1,54E-03
6,61E-05
8,00E-05
1,60E-04
1,20E-03
5,90E-05
1,28E-03
6,61E-05
6,61E-05
4,05E-05
8,20E-05
9,18
6,69
0,93
50,05
63,07
3,13
3,79
7,22
50,05
2,82
53,48
3,13
3,13
1,94
3,88
2,03
1,47
0,19
11,96
15,38
0,66
0,80
1,60
11,96
0,59
12,80
0,66
0,66
0,40
0,82
3,55E-05
5,37E-04
0,64
10,12
0,36
5,37
19
SCENARIO
AQUITAINE-maïs doux
Substance
Dose à
l'hectare
(kg/ha)
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
0,186
0,023
0,049
0,118
0,442
0,025
0,251
0,021
0,033
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
0,01999
0,02
0,03747
0,2
0,04
0,05
Vitesse de vent de 5m/s
Dépôt à 50 m
Dépôt à 100 m
en %
en g/m2
en %
en g/m2
3,21
0,00059593
1,70
3,16E-04
3,44
7,9846E-05
1,90
4,40E-05
3,37
0,00016528
1,84
9,04E-05
3,28
0,00038626
1,77
2,08E-04
2,97
0,001315
1,58
7,01E-04
3,43
8,6524E-05
1,89
4,77E-05
3,10
0,00077792
1,65
4,15E-04
3,43
7,0965E-05
1,90
3,93E-05
3,30
0,00011016
1,84
6,12E-05
3,20
2,63
2,63
3,18
3,19
3,21
6,39E-05
5,27E-05
9,87E-05
6,36E-04
1,28E-04
1,60E-04
1,72
1,19
1,19
1,66
1,70
1,70
3,43E-05
2,37E-05
4,44E-05
3,33E-04
6,79E-05
8,49E-05
Dose (en g/ha)
à 50 m
à 100 m
5,96
0,80
1,65
3,86
13,15
0,87
7,78
0,71
1,10
3,16
0,44
0,90
2,08
7,01
0,48
4,15
0,39
0,61
0,64
0,53
0,99
6,36
1,28
1,60
0,34
0,24
0,44
3,33
0,68
0,85
20
Tableau 9 : évaluation du risque pour les arthropodes non visés à 50 et 100 mètres dans le cas des traitements effectués en rizières
(Guyane), vigne (Champagne), maïs (Midi-Pyrénées) et maïs doux (Aquitaine).
SCENARIO
substance
cible
Dose à l'hectare (kg/ha)
Dose à 50 m
(g/ha)
Dose à
100 m
(g/ha)
PNEC (en g
sa/ha)
risque à
50 m
risque à
100 m
2,4 MCPA
herbicide
0,304
12,55
4,23
pas d'information
carbaryl
glyphosate
propanil
insecticide
herbicide
herbicide
1,7
0,81
1,249
72,55
33,79
52,36
25,17
11,53
17,96
0,0025
29018,25
70
0,48
pas d'information
tébufénozide
insecticide
0,12
4,92
1,65
pas d'information
cyperméthrine
alphaméthrine
lambda cyalothrine
insecticide
insecticide
insecticide
0,039
0,015
0,009
1,59
0,60
0,36
0,53
0,20
0,12
< 0,12
0,006
0,02
> 13,23
100,70
18,18
> 4,41
33,55
6,03
chlorpyrifos éthyl
dinocap
flusilazole
folpel
fosétyl-aluminum
krésoxim-méthyl
cymoxanil
dimétomorphe
mancozèbe
mefenoxam
métiram-zinc
pyraclostrobine
tébuconazole
trifloxystrobine
zoxamide
insecticide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
fongicide
0,285
0,21
0,03
1,5
1,884
0,1
0,12
0,226
1,5
0,09
1,6
0,1
0,1
0,0625
0,123
9,18
6,69
0,93
50,05
63,07
3,13
3,79
7,22
50,05
2,82
53,48
3,13
3,13
1,94
3,88
2,03
1,47
0,19
11,96
15,38
0,66
0,80
1,60
11,96
0,59
12,80
0,66
0,66
0,40
0,82
20
1
< 3,8
49
< 700
30
< 40
71
< 35
< 100
< 100
6,4
< 10
< 25
30
0,46
6,69
> 0,24
1,02
> 0,09
0,10
> 0,09
0,10
> 1,43
> 0,03
> 0,53
0,49
> 0,31
> 0,08
0,13
0,10
1,47
> 0,05
0,24
> 0,02
0,02
> 0,02
0,02
> 0,34
> 0,01
> 0,13
0,10
> 0,07
> 0,02
0,03
10067,41
0,16
GUYANE-RIZ
CHAMPAGNE-Vigne
21
SCENARIO
MIDI-PYRENEES - Mais
AQUITAINE-maïs doux
substance
cible
Dose à l'hectare (kg/ha)
Dose à 50 m
(g/ha)
Dose à
100 m
(g/ha)
PNEC (en g
sa/ha)
risque à
50 m
risque à
100 m
0,008
<6
< 3,8
0,02
< 0,12
79,60
> 1,69
> 1,57
39,92
> 13,77
44,38
> 0,90
> 0,83
22,01
> 7,53
1,5
0,0025
< 10
0,006
4,9
8,77
346,10
> 0,78
118,27
0,22
4,67
190,68
> 0,41
65,45
0,12
0,02
0,0025
31,96
210,67
17,15
94,86
1,5
4,9
< 0,12
4,24
0,26
> 13,36
2,22
0,14
> 7,07
bifenthrine
carbendazime
flusilazole
lambda-cyhalothrine
cyperméthrine
flutriafol
pyrimicarbe
deltaméthrine
tébuconazole
alphaméthrine
indoxacarbe
insecticide
fongicide
fongicide
insecticide
insecticide
fongicide
insecticide
insecticide
fongicide
insecticide
insecticide
0,019
0,333
0,186
0,023
0,049
0,118
0,442
0,025
0,251
0,021
0,033
0,64
10,12
5,96
0,80
1,65
3,86
13,15
0,87
7,78
0,71
1,10
0,36
5,37
3,16
0,44
0,90
2,08
7,01
0,48
4,15
0,39
0,61
lamba-cyhalothrine
deltaméthrine
zétacyperméthrine
pyrimicarbe
indoxacarbe
cyperméthrine
insecticide
insecticide
insecticide
insecticide
insecticide
insecticide
0,01999
0,02
0,03747
0,2
0,04
0,05
0,64
0,53
0,99
6,36
1,28
1,60
0,34
0,24
0,44
3,33
0,68
0,85
22
Tableau 10 : Evaluation de l’exposition et du risque écotoxique dans le scénario DOM-bananes, pour la condition 3 de simulation de
la dérive
Cibles/substances
Organismes aquatiques
Difénoconazole
Propiconazole
Vers de terre
Difénoconazole
Propiconazole
Arthropodes non visés
Difénoconazole
Propiconazole
PEC
50 m
7,36 µg/l
PEC/PNEC
100 m
2,37 µg/l
0,0294 mg/kg
50 m
100 m
13,146
1,269
4,229
0,408
0,000483
0,014723
0,000155
0,004737
nd
11,75
nd
3,78
0,0095 mg/kg
22,09 g/ha
7,11 g/ha
Tableau 11 : Evaluation de l’exposition et du risque écotoxique dans le scénario DOM-bananes, pour la condition 2 de simulation de
la dérive
Cibles/substances
Organismes aquatiques
Difénoconazole
Propiconazole
Arthropodes non visés
Difénoconazole
Propiconazole
PEC
50 m
1,23 µg/l
3,68 g/ha
PEC/PNEC
100 m
0,35 µg/l
50 m
100 m
2,188
0,211
0,625
0,060
nd
1,95
nd
0,56
1,05 g/ha
23
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising