Maq. VAN n¡135 04/03

Maq. VAN n¡135 04/03
le
DOSSIER
MÉDIATION ET SAMU SOCIAL
0 800 155 155
Mode d’emploi
L’Agence municipale de médiation a été réorganisée en ce début d’année pour faire face
à la demande des habitants et s’engager
plus avant auprès des plus démunis. L’ancienne AMTPU a non seulement changé de
nom, symboliquement, mais aussi recentré
ses missions autour de ses équipes de médiateurs de jour et d’éducateurs de rue et, grâce
à une convention signée avec l’Etat, une
toute nouvelle équipe de terrain chargée du
Samu social, auprès des sans-abri. Ces professionnels très motivés sont devenus des
maillons de la chaîne de solidarité mise en
place par la municipalité pour mieux vivre
tous ensemble, dans notre ville. Un numéro
vert (appel gratuit) est à votre disposition :
le 0 800 155 155.
Dossier : Véronique Leclerc - Photos : Bruno Derbord
Vivre à Niort / Février 2004 / N°143
11
Un nouveau nom
le
DOSSIER
MÉDIATION ET SAMU SOCIAL
L
TROIS QUESTIONS À…
Gérard Nébas
adjoint au Maire délégué à la tranquillité publique
Bruno Derbord
voisinage et le bruit dans la ville.Et non
sur les délits et autres faits graves qui
sont, je le rappelle, gérés par la police
et la justice.
Gérard Nébas, deuxième adjoint au Maire délégué
à la tranquillité publique.
Vivre à Niort : Quels sont les pouvoirs
du Maire en matière de tranquillité et
de sécurité publiques ?
Gérard Nébas : Soyons clairs : la sécurité est du ressort de l’Etat et de son
représentant dans le département, le
Préfet, qui dispose pour faire régner
l’ordre de la police nationale. En
revanche, nous, élus municipaux, nous
pouvons intervenir sur ce que nous
appelons la “tranquillité publique” c’està-dire sur le climat qui règne dans notre
ville entre tous nos concitoyens. Notre
action est donc centrée sur les conflits de
VAN : La municipalité avait créé
l’Agence municipale de tranquillité publique urbaine (AMTPU) qui
vient d’être entièrement réorganisée. Pourquoi ?
G. Nébas : La médiation sociale est une
mission nouvelle et nous avions été des
précurseurs, à Niort, en la matière. Avec
notre expérience, nous nous sommes
rendu compte qu’il nous fallait recentrer nos activités et les rendre plus
“lisibles” pour les Niortais. Le changement de nom de l’AMTPU est symbolique : en devenant tout simplement
“Agence municipale de médiation”, nous
avons voulu que l’action de nos médiateurs soit plus parlante. Ce changement
de nom s’est accompagné d’une nouvelle organisation : notre équipe de
médiateurs s’est professionnalisée et ne
restent parmi nous que les plus motivés qui ont reçu une formation en plus
de leur solide expérience de terrain.
VAN : Quelles sont aujourd’hui les
missions des médiateurs ?
G. Nébas : Leur rôle consiste à aider
les habitants à mieux vivre ensemble
en réglant avec eux les conflits de voisinage, en réapprenant à certains les
règles de vie commune, en renouant le
dialogue avec certaines personnes qui ont
’AMTPU (Agence municipale de la
tranquillité publique urbaine) a
vécu. Elle vient de se transformer en
“Agence municipale de médiation”.
Un nouveau nom beaucoup plus
simple. Et symbolique de la volonté
farouche de l’Agence de rendre son
action plus lisible et plus évidente
auprès de nous tous. Il faut préciser
que la médiation sociale est encore
un domaine d’action neuf et que
l’AMTPU niortaise avait été créée à
un moment où peu d’exemples en
France pouvaient nous servir de référence. L’Agence est une régie à autonomie financière qui associe en son
Conseil d’exploitation tous les intervenants du domaine de la tranquillité
et de la sécurité publiques et du
social : Opac, Dipas, police nationale
et police municipale, Ddass, Protection judiciaire de la jeunesse… Sans
oublier des conseillers municipaux
niortais, de la majorité comme de
l’opposition. Soit au total près de 30
personnes ou organismes différents
sous la présidence du Maire ou de
son représentant, son adjoint délégué Gérard Nébas.
perdu les notions de vie en société. C’est
une mission complexe et très difficile vous
savez, un métier nouveau qui n’est pas
encore codifié très précisément.L’Agence
municipale de médiation compte également les éducateurs de rue qui interviennent auprès des personnes les plus
en difficultés. Et depuis le 1er novembre,
nous avons aussi signé avec l’Etat une
convention pour créer une équipe de
“veille sociale” qui œuvre aux côtés du
Samu social : nous avons monté une
équipe mobile qui est sur le terrain
auprès des SDF et de toutes les personnes qui se retrouvent à la rue.Comment
pourrait-on dormir tranquille en redoutant que quelqu’un puisse mourir de
froid dans notre ville ? C’est un peu le
premier maillon d’une grande chaîne
auprès des publics les plus fragiles, aux
côtés des travailleurs sociaux.
Les missions de l’Agence
L
es missions de l’Agence municipale de médiation sont
désormais celles-ci :
La médiation sociale, assurée par l’équipe de jour des
médiateurs (lire article page 14),
tous les jours de la semaine, de
10h à 19h.
12
Vivre à Niort / Février 2004 / N°143
La veille sociale, dans le cadre
d’une convention signée avec
l’Etat, est assurée par une équipe
du Samu social chargée de tourner tous les soirs de l’hiver dans
les rues de Niort (lire page 13)
à la rencontre des sans-abri et
autres personnes dans le besoin.
Il y a également l’équipe des
éducateurs de rue du centreville, installée rue du Mûrier, qui
travaille auprès des personnes
en rupture de ban et qui est
chargée de les aider à s’inscrire
dans un projet de vie et envisager une réinsertion dans la société.
Enfin, l’Agence est en train
de structurer son équipe d’éducateurs du quartier du ClouBouchet qui comprendra trois
personnes au 25 de la rue Henri
Sellier, et sera plus particulièrement chargée d’accueillir les
jeunes adultes.
U
ne convention a été signée avec l’Etat
le 1er novembre dernier pour aider les
sans-abri en ces périodes de froid. Très préoccupée par le sort des plus démunis, la
municipalité a souhaité mettre en place une
équipe de terrain, chargée du Samu social
La "veille sociale" auprès des
en partenariat avec le 115 de l’hôpital et la
sans-abri et autres personnes à la rue
Ddass. Son rôle : aller tous les soirs de l’hia été mise en place le 1er novembre dernier.
ver à la rencontre des personnes dans la rue
ou dans des squatts. Ou même d’éventuelles victimes de violences (conjugales ou autres) qui
se retrouvent expulsées de leur domicile. Jusqu’au 31 mars au moins – comme le prévoient
les textes – deux équipes de deux agents se relaient pour sillonner la ville :
ils proposent boissons chaudes, nourriture, couvertures et accompagnent si elles le souhaiL'équipe de veille
tent les personnes vers des structures d’accueil comme le Foyer de la Colline. Forts d’une
sociale visite aussi
régulièrement
solide expérience, Gérard Bonnet et Nathalie Ingrand, deux des membres de l’équipe (les
les squatts pour
deux autres sont en cours de recrutement), travaillent tous les jours de 18h à 1 heure, y comapporter de l'aide
à leurs occupants.
pris le week-end en période de grand froid.
Bruno Derbord
social
Bruno Derbord
Samu
Conseil local Le 0800 155 155
D
sécurité
epuis la mi-décembre, l’Agence
municipale de médiation, et en
particulier son directeur, Edouard Giraud,
sont devenus les référents du tout nouveau Conseil local de sécurité et de
prévention de la délinquance, présidé
par le Maire de Niort. Une instance de
concertation qui réunit tous les acteurs
de la prévention et de la sécurité, qu’il
s’agisse de prévention sanitaire (lutte
contre l’alcoolisme, la drogue…) ou de
prévention à la délinquance (services
pénitenciers, DDJS, Mipe…). Un conseil
restreint d’une dizaine de membres
(dont le Préfet ou son représentant, le
Maire et le Procureur) se réunit tous
les deux mois pour faire un état des
lieux précis de la situation à Niort.
A
la faveur de sa toute récente réorganisation, l’Agence municipale de prévention a non seulement recentré ses missions (lire page 12) mais aussi son
champ d’intervention : les médiateurs de rue interviennent désormais exclusivement en journée, avec toutefois des horaires décalés selon les saisons (plus
tardivement l’été). Il est en effet apparu que les interventions de nuit, jusqu’ici
pratiquées du temps de l’AMTPU, étaient toujours ou presque du ressort de la
police. Ou du Samu
social d’où la création
récente d’une équipe
de terrain spécifique
(lire ci-dessus). Vous
pouvez donc faire le
numéro vert (appel
gratuit) de la médiation de 8h30 à 1 heure
du matin, tous les jours
sauf le week-end.
Contact : 0 800 155 155.
Sachez enfin que
l’Agence est située face
à la Poste, où se trouvait autrefois l’Office Cécile et Mustapha, deux des jeunes médiateurs de jour, à l'écoute
d'une habitante désemparée.
de tourisme.
Bruno Derbord
de
(appel gratuit)
Vivre à Niort / Février 2004 / N°143
13
le
DOSSIER
MÉDIATION ET SAMU SOCIAL
RENCONTRE
Médiateurs sociaux,
un nouveau métier
Bruno Derbord
Neuf jeunes médiateurs sociaux forment désormais l’équipe de jour
de l’Agence municipale de médiation. Avec une solide expérience
de terrain et une formation toute neuve. Une mission aussi complexe
que riche sur le plan humain.
L'équipe des médiateurs de jour :
plus motivée que jamais.
andra, Mustapha, Benjamin et les autres sont
jeunes. Et vraiment très motivés. Deux conditions
absolues pour se lancer dans le métier qu’ils exercent désormais depuis quelques années. Avec passion, fougue, conviction mais non sans raison, aussi.
Sandra et ses copains sont souvent amenés à expliquer ce qu’ils font, que ce soit auprès de leurs amis,
de leurs parents ou bien des habitants qu’ils vont
tous les jours rencontrer. “Médiateurs sociaux”, un
nouveau métier qu’il n’est pas facile de cerner mais
qu’ils défendent avec ardeur…
S
“La médiation sociale, cela consiste à résoudre des
conflits entre les personnes en aidant les gens à trouver des solutions d’entente” résume Benjamin. “Nous
intervenons à titre préventif avant que les conflits ne
prennent des proportions dangereuses ou que les
gens en viennent à ne plus se supporter !” ajoute
Mustapha, le plus âgé des neuf médiateurs qui consti-
tuent l’équipe de jour de l’Agence municipale de
médiation. Il précise : “Je savais depuis toujours que
je voulais faire un travail de terrain, auprès des gens,
quelque chose de très concret. J’ai d’abord travaillé à
l’hôpital et dans des maisons de retraite. Comme je
connaissais bien le quartier du Clou-Bouchet, j’ai été
recruté comme adulte-relais il y a quatre ans” explique
Mustapha.
Embauchés pour la plupart comme “emplois jeunes”
ou “adultes-relais” dès que la municipalité avait mis
sur pied son dispositif, il y a cinq ans, les jeunes médiateurs ont commencé par user leurs semelles dans les
rues du centre-ville ou des quartiers. “Nous n’avons
pas de secteur qui nous soit dévolu à chacun, précise
Sandra. Mais nous intervenons surtout là où il y a le
plus d’habitants, c’est logique, qu’il s’agisse du centreville ou des quartiers où il y a beaucoup de logements
collectifs.” Soit à la demande d’une personne qui sollicite leur aide en téléphonant à l’Agence de médiation,
soit au cours de leur “tournée” quotidienne.
Les médiateurs sont amenés à intervenir dans des
cas très différents : les classiques conflits entre voisins
pour des nuisances sonores, une télé toujours trop
forte, un chien qui aboie constamment, des relations
insupportables entre voisins d’un même pas de
porte… Soit pour des choses plus graves lorsqu’ils
sont les premiers à découvrir une adolescente en
fugue ou une mère désemparée dont les enfants sont
battus. “Nous ne sommes pas des travailleurs sociaux
mais nous sommes parfois les premiers témoins de
certaines détresses. Auprès de ceux qui n’osent
pas s’adresser à une autorité et qui se confient à
nous. Notre rôle consiste alors à passer le relais en
douceur au bon interlocuteur qui pourra aider ces
personnes. Et de les accompagner au bon endroit”
ajoute Sandra.
Compte tenu de la grande diversité des cas auxquels
ils sont confrontés, les médiateurs essaient de travailler le plus possible en tandem. “Un gars, une fille,
car nous sommes complémentaires” explique
Benjamin. “Une femme battue préfèrera parler à l’une
de nous tandis que dans certains cas plus durs, la
présence d’un collègue est nécessaire, précise Cécile.
Mais pas question de nous interposer dans une
bagarre, nous ne sommes pas armés pour cela. Nous
sommes parfois contraints d’appeler la police dans
les cas extrêmes.” Police qui, de son côté, fait elle
aussi appel aux médiateurs dont elle a parfaitement
cerné la mission depuis leur mise en place. “Nous
sommes désormais bien identifiés, et de certains habitants, et des autres intervenants comme les assistantes sociales, la police, les éducateurs de rue, les
animateurs de quartier… concluent Benjamin et
Mustapha. C’est vrai, nous avons essuyé les plâtres de
ce nouveau métier et nous avons suivi une des toutes
premières formations de médiateurs en France, à
l’Afpa. Aujourd’hui, nous faisons partie des jurys dans
les examens des autres départements !”
Agression verbale, aboiements continus d’un chien, conflit de
voisinage… toutes les interventions des médiateurs de rue
sont répertoriées et font l’objet d’un suivi. Soit que l’équipe
ait été appelée à l’Agence municipale de médiation (anciennement AMTPU) soit qu’elle ait été sollicitée spontanément
lors de ces tournées dans les quartiers ou en centre-ville. Ainsi
peut-on savoir exactement l’objet des interventions – et mieux
cerner les missions de la “médiation sociale” – et les quartiers concernés. Au total, pour l’année 2003, les médiateurs de
rue ont donc comptabilisé 355 dossiers auprès des particu-
14
Vivre à Niort / Février 2004 / N°143
liers, soit au domicile des plaignants soit au cours d’une médiation “neutre” en Mairie. L’on sait aussi exactement qui contacte
les médiateurs, qu’il s’agisse des habitants ou de l’Opac, de la
police, de la Mairie, des MCSP… Au total, en 2003, l’ensemble
des équipes de l’Agence municipale de médiation (y compris
les éducateurs de rue) ont effectué 600 dossiers différents. Qui
nécessitent bien sûr parfois de nombreuses interventions.
Les médiateurs et les éducateurs de rue sont confrontés
de plein fouet au désarroi de certains de nos concitoyens.
Bruno Derbord
Les chiffres de 2003
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising