Comment ça va la Goutte d`Or ? Une lecture du Tableau de bord de

Comment ça va la Goutte d`Or ? Une lecture du Tableau de bord de
Salle Saint-Bruno
Observatoire de la Vie Sociale
C om m ent ça v a
la goutte d’or?
une lecture du
Tableau de Bord de la
Vie Sociale à la Goutte d’Or
deuxième édition : 1995-1996
e m p lo i, p o p u la tio n , lo g e m e n t,
p ré c a rité , enfance : q u o i de n e u f ?
*Ce qu e je re tie n s du Tableau de B o rd ’*, p a r tro is lecteu rs
L’an 2 du Tableau de Bord :
loî ça sert ?
Outil de connaissance, il constitue
un langage commun entre tous les
acteurs locaux. Beaucoup d'entre-eux
y voient le moyen d'élargir leur point
de vue sur le quartier, de
l'appréhender de manière beaucoup
plus globale.
B Outil de prévention, il doit
permettre de détecter et d'anticiper
les évolutions les plus préoccupantes.
Outil d'évaluation, il entend aussi
répondre aux questions insistantes
posées par tous ceux qui œuvrent
dans ce quartier ou le financent : la
Goutte d'Or va-t-elle mieux ? Les
efforts qui s'y déploient sont-ils
utiles ? Quels chantiers méritent le
plus d'être ouverts ?
ntion aux chiffres
Un chiffre est une construction
complexe qui met en jeu des
persormes et des institutions. Il est
donc faillible.
Un chiffre doit être interprété. Il
n'établit jamais de rapport direct avec
la réalité.
De nombreux périmètres se
chevauchent, et rendent la plupart du
temps les chiffres incomparables
entre-eux.
C'est dans la comparaison que le
Tableau de Bord sera le plus
intéressant. Vivement l'an prochain...
Se le procurer
Chaque structure intervenant dans
le quartier a reçu gratuitement un
exemplaire du Tableau de Bord.
Il Le prix de vente du Tableau de
Bord a été fixé à 55 Francs.
Contact : Pierre-Marie Lasbleis,
Observatoire de la Vie Sociale.
Tél. ; 01 42 62 11 13
comment ça va
cette année, la Goutte d’Or ?
p -e p u E a tia n
c h ê m a g e -e n t p J io i
gMMÏA p ic U l
un q u a r tie r d y n a m iq u e
une p ré o c c u p a tio n m a jeu re
Enseignements : Le recensement de 1990 reste la source la moins discutable ;
mais elle date un peu. 11 permet de savoir que 38% des habitants de la Goutte
d Or (périmètre ZUS, Ordener Stephenson, Chapelle, Barbès) sont étrangers et
que la population du quartier est plus jeune que la moyenne parisienne. Ce
dynamisme semble perdurer. La DASES a enregistré sur son périmètre une
hausse de 70% des naissances par rapport à 1994 (485 en 95). Par ailleurs, les
chiffres des impôts nous apprennent que les familles sont plus nombreuses au
sud du quartier.
Questions : L'augmentation des naissances est-elle due à des arrivées sur le
quartier ou à ime natalité forte ? Doit-on s'inquiéter de l'écart entre avis de
grossesse et avis de naissance ? Y-a-t-il aussi des départs ?
Enseignements : Le chômage est un problème majeur du quartier. La Goutte
d'Or (71ème quartier) comptait près de 3500 demandeurs d'emploi en juin 1996
(10% de plus qu'en novembre 1995). Sans surprise, ces demandeurs d'emploi
sont moins qualifiés que la moyenne parisienne (plus d'im tiers sont peu ou pas
qualifiés contre moins de 20% à Paris). Près de 40% de ces chômeurs sont
demandeurs d'emploi de longue durée et 10% ont moins de 25 ans.
Par ailleurs, une étude sur le tissu économique du quartier (voir graphique)
révèle que l'économie du quartier est tournée essentiellement vers le commerce,
qui attire une clientèle extérieure au quartier. La confection semble être
l'industrie la plus développée du quartier. Mais cette économie génère peu
d'emplois locaux. Les 1000 établissements économiques du quartier (ZUS, 1994)
ne comptent en moyenne que 2 salariés (contre 5 à Paris).
les réductions à la
cantine, indicateur
inquiétant
C agem m t
■ commerce non alimentaire
un q u a r tie r en m u ta tio n
□ commerce alimentaire
ADles hôtels-cafés-restaurants
Il Enseignements : Alors que le recensement montrait un quartier où les
logements sont petits et sans confort, on sait que la rénovation a fait depuis son
œuvre dans le sud. 547 logements sont livrés, 1048 relogements effectués, dont
20% à la Goutte d'Or. La requalification du quartier ne s'accompagne pourtant
pas d'une augmentation des loyers du privé (environ 80F le m2 à la relocation
pour les 1 ou 2 pièces peu ou ancien confort, 71ème quartier - jusqu'au
périphérique). Enfin, ime nouvelle opération incitant les propriétaires à faire des
travaux (O.P.A.H. Château-Rouge), a conimencé en 1995.
il Questions : Quelles conséquences ont l'arrivée de nouvelles populations et le
relogement dans de grands logements des familles du quartier ?
21%
□ les services aux entreprises
M les services oux particuliers
El confection
□ industries du bâtiment
Il Les réductions à la cantine sont
accordées en fonction des revenus et
du nombre d'enfants. Le décalage
entre la Goutte d'Or et le 18ème est
considérable (voir graphique). Il
traduit soit la faiblesse particulière
des revenus des habitants du quartier
(et leur dégradation en 2 ans), soit la
taille tout aussi particulière des
familles, soit un "effet ghetto" dans
les écoles du quartier, marquant la
fuite des familles issues des classes
moyermes.
50,0% ^
40,0%-
S biens intermed.. d’équipement et
de consom. courante
19%
Questions ; Tous les demandeurs d'emploi du quartier sont-ils inscrits à
1ANPE ? Ces chiffres tradmsent-ils la précarité de l'emploi ? Y-a-t-il ime offre
locale d'emplois, de quelle sorte ? Pourquoi le tissu commercial est-il de plus en
plus tourné vers l'extérieur ? La rénovation a-t-elle des conséquences sur le
commerce ?
1994
1996
Les élèves payant plein tarif : 1994-96
H £ A ô m iH ce^ ^ p jd (M H U é
Tableau de Bord» mode d’emploi
^ A la Goutte d'Or, de
nombreux périmètres se
chevauchent, qu'il s'agisse de
périmètres administratifs, ou de
zones d'intervention publique.
La carte qui accompagne
chaque indicateur est là pour le
rappeler.
# De quoi parle-t-on ? La
rubrique "chiffre, mode
d'emploi" explicite les
conditions de production des
chiffres cités, même pour les
données qui pourraient sembler
simples, comme les
demandeurs d'emploi. Les
catégories citées sont
expliquées, les biais
méthodologiques développés
Pour éviter la sécheresse des
chiffres et leur accès difficile, le
Tableau de Bord développe au
maximum les représentations
graphiques ou cartographiques.
3.01 : Les
d iffic u lté s p ersistan tes
Enseignements : Pendant d'xm chômage important, la précarité semble
toûcher rudement la Goutte d'Or, sans qu'il soit possible d'établir avec
certitude que la situation se dégrade. Au sud de la rue Myrha et à l'ouest de la
rue Marx Dormoy, près de 60% des foyers ne payaient pas d'impôt sur le
revenu en 1995. La même année, le nombre de ménages allocataires du RMI
dépassait (périmètre Barbès-Ordener-Marx-Dormoy-Chapelle) les 1500, vm
chiffre stable depuis 1994. Un certain nombre d'indicateurs attestent de
problèmes importants d'endettement : le nombre de dossiers FSL "maintien
dans les lieux" a doublé entre 1994 et 1995 et les demandes d'aides financières
ont connu également une forte hausse. De même, le nombre d'abonnés d'EDF
mauvais payeurs représente 20% de l'ensemble des abonnés de la Goutte d'Or
fin 1996, contre seulement 5% pour l'agence Argonne (une partie du 18ème et
19ème) et le centre Paris-Nord. Dans les immeubles de l'OPAC en revanche, le
pourcentage de locataires présentant une dette locative supérieure à deux mois
reste stable (9%) et les dettes locatives inférieures à deux mois est en forte baisse.
Questions : L'augmentation des dossiers FSL, comme la baisse des dettes de
loyer inférieures à 2 mois ne signifie-t-elle pas surtout une intervention plus
forte des services sociaux, qui ne serait pas nécessairement le signe d'un
accroissement de la précarité ? Un plus fort endettement EDF qu'ailleurs
traduit-il seulement un problème de ressources ou un arbitrage favorable à
d'autres dépenses (le loyer par exemple) ?
e tifx m œ
risques de surchauffe
pour les équipements
Enseignements : Dans les crèches
collectives municipales fin 1996, le
nombre de berceaux disponibles est
de moitié inférieur à celui des enfants
en liste d'attente. Dans les écoles
maternelles, le nombre d'enfants de 3
ans
non
accueillis
est
en
augmentation sensible entre 1995 et
1996. Un nombre infime d'enfants de
2 ans entre en maternelle. En
revanche, le nombre d'enfants par
classe en maternelle comme en
élémentaire est en baisse régulière
depuis 1991. En 6 ans, les effectifs des
écoles du quartier ont augmenté de
200 élèves.
Questions : Qu'en est-il des autres
modes de garde et des femmes en
formation, qui ne peuvent prétendre à
une place en crèche ?
“Ce que je retiens du Tableau de Bord...”
M w d e -Q A û ô iU te S im o n :
**une image qui déconstruit les stéréotypes”
Marie-Christine Simon est consultante à
rinstitiit International d'Expertise Sociale.
Elle a rendu une évaluation sur l'ISQ de la
Goutte d'Or en 1995.
"Au travers de ces indicateurs, le
Tableau de Bord dresse comme en
creux im visage inédit du quartier,
une image qui déconstruit les
stéréotypes à son égard et éclaire
certains traits peu connus.
un quartier en
mouvement perpétuel
Tout bouge sans cesse à la Goutte
d'Or. Et d'abord sa population.
Plusieurs indicateurs soulignent ces
mutations sous l'apparente stabilité
des chiffres de population. Comment
agir, informer, dynamiser im quartier
quand environ un quart de sa
population bouge, change de statut,
sort du quartier ou s'y installe ?
Comment mieux connaître les
individus, se faire ime idée de leurs
besoins ou comprendre leurs choix ?
Les professiormels du quartier
travaillent sur cible mouvante ; toute
action quantitative est vouée à un
inlassable recommencement car ceux
qu'on a touché hier ne sont pas là
aujourd'hui. Constat d'humilité : nos
usagers sont de passage.
la ruralité de la Goutte d'Or
A la Goutte d'Or, le dynamisme multiculturèl à pris le pas sur l'asèptisation
urbaine française : l'usage de la rue, la
géographie
des
migrations
quotidiennes au marché de ChâteauRouge renouent avec nos modèles
ruraux, ceux que nous avons laissés en
venant vivre en vüle. Valeurs rurales
contre valeurs urbaines. A la Goutte
d'Or, le monde est im village.
un demandeur d'emploi peut en
cacher un autre.
On
est
souvent
submergé
d'informations. Tenir un cap dans un
tel contexte est-il possible ? A la
Goutte d'Or, le demandeur d'emploi
est plutôt un homme, plutôt un
employé, plutôt qualifié, plutôt âgé de
25 à 49 ans, souvent au chômage de
longue durée. Cet honune, employé,
qualifié ou non, dans la force de l'âge
est devenu le cœur de cible de l'action
des partenaires. Il convient d'analyser
les secteurs, les types d'entreprises
dans lesquels ces personnes ont
travaillé pour penser les passerelles
permettant à leurs compétences de
trouver une nouvelle expression.
La Goutte d'Or : plate-forme de
commerce international
La Goutte d'Or est mondialisée, elle
aussi. De cette
forte
vocation
commerciale, elle a fait im atout. Elle
capte une chalandise qui déborde
largement son territoire. EUe est im
poumon de ville, qui se gonfle
pendant la journée. Comment les
produits arrivent-ils ? Qui achète ?
Quels réseaxix ont été structurés qui
pourraient valablement être sollicités
sur d'autres créneaux ? Quels circuits
financiers soutiennent ces initiatives
souvent individuelles ? Un véritable
programme économique."
M ic â e i M e ^ ^ ie a e u f :
^*une carrence manifeste en locaux scolaires”
M ichel N eyreneuf est Secrétaire Général de l'association Paris-Goutte d'Or et
coordinateur interassociatif.
"Mon premier constat est plutôt positif : on remarque en effet la progression du
nombre de RMistes qui ont im référent social ; cela va dans le bon sens. En
revanche, la situation est beaucoup plus inquiétante dans les crèches et dans les
écoles maternelles. Il faudrait approfondir la question des crèches car toutes les
sources ne concordent pas. Quant aux écoles, le Tableau de Bord rejoint
clairement les préoccupations exprimées dans le quartier. Il serait par ailleurs
intéressant de compléter le point de vue exprimé par les intervenants sociaux
sur le climat social avec celui d'habitants. Plus précisément, il est probable que
les impressions d'habitants de la zone de rénovation sont différentes de celles
d'habitants du secteur Château-Rouge. "
S x d v ia n i:
“une complète
rénovation”
Pierre-Français Salviani est le Chef de projet
pour la Goutte d'Or dans le cadre de la
Politique de D.S.U.
Il
est manifeste que le quartier vit
une
complète
rénovation
immobilière. A
l'aune
de ces
bouleversements,
les
données
statistiques du recensement de 1990
n'en apparaissent que plus caduques.
- On voit aussi que le quartier
accueille une population en difficulté,
mais qui est socialement aidée.
Malgré la stabilisation du nombre de
RMistes, l'ensemble des variables
semble indiquer une baisse des
ressources, mais aussi une meilleure
mise en œuvre des divers dispositifs
d'aide sociale.
- Par ailleurs, la densité du tissu
économique repose essentiellement
sur le commerce au détriment de
l'industrie et des services plus
générateurs d'emplois.
- Parmi ceux qui travaillent à la
Goutte d'Or, l'image du quartier est
plutôt bonne
et
l'impression
dominante
est
celle
d'une
amélioration de la situation.
- En revanche, ce Tableau de Bord ne
me permet pas d'appréhender des
phénomènes qui me semblent
importants dans le quartier ; les
difficultés rencontrées par les jeunes
et l'intégration des populations. "
VOUS AUSSI, RÉAGISSEZ !
Le Tableau de Bord vous interro­
ge ? Il vous donne envie de réagir,
de le commenter, de contester ses
conclusions ?
Vous pouvez faire part de vos
impressions par écrit ou au
téléphone en prenant contact avec
le Coordinateur de l'Observatoire,
Pierre-Marie Lasbleis (9, rue StBruno - 01 42 62 11 13).
Une rencontre autour du Tableau
de Bord sera par ailleurs organisée
le 19 juin 97, à partir de 13h, à la
Salle Saint-Bruno.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising