santé et sécurité du travail

santé et sécurité du travail
GUIDE EN SANTÉ SÉCURITÉ DU TRAVAIL
À L’USAGE DES ENSEIGNANTES ET ENSEIGNANTS
Mars 2008
Service des relations du travail
Syndicat de l’enseignement de l’Estrie
Courriel : info@seestrie.org
Site Web : http//www.seestrie.corg
TABLE DES MATIÈRES
TABLE DES ABRÉVIATIONS ...................................................................................................................... II
CONTENU DE LA TROUSSE SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL (SST) ............................................... 3
OBJECTIFS DU SEE.................................................................................................................................... 4
SECTION I - PRÉVENTION (LSST) ............................................................................................................. 5
A)
B)
C)
D)
E)
F)
G)
H)
LOI SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL (LSST) ......................................................................... 5
a) Les droits et obligations de la travailleuse ou du travailleur ................................................ 5
b) Les obligations de l’employeur ............................................................................................ 5
c) L’entente locale ................................................................................................................... 7
D’AUTRES NORMES EN VIGUEUR DANS LES ÉCOLES ............................................................................... 8
RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL (RSST) ........................................................ 10
a) La qualité de l’air ............................................................................................................... 11
b) Ventilation et ambiance thermique .................................................................................... 13
c) Qualité de l’eau et installations sanitaires ......................................................................... 14
d) Le bruit .............................................................................................................................. 14
e) Éclairage ........................................................................................................................... 15
f)
Ergonomie ......................................................................................................................... 16
g) Les risques entourant les produits dangereux .................................................................. 16
AUTRES DISPOSITIONS ..................................................................................................................... 20
a) Interdiction de fumer dans les lieux publics ...................................................................... 20
b) Premier secours et premiers soins.................................................................................... 20
c) La réglementation municipale ........................................................................................... 20
MALADIES INFECTIEUSES .................................................................................................................. 20
a) Les poux (Pédiculose)....................................................................................................... 20
b) La C. difficile...................................................................................................................... 21
c) L’hépatite B ....................................................................................................................... 21
d) Le Sida .............................................................................................................................. 22
e) L’exposition au sang.......................................................................................................... 22
SANTÉ MENTALE ET PRÉVENTION ...................................................................................................... 23
a) Maladies psychologiques .................................................................................................. 23
b) Violence faite aux travailleuses et travailleurs .................................................................. 24
RESPONSABILITÉ CIVILE.................................................................................................................... 24
a) Accident............................................................................................................................. 24
b) Transport d’élèves en automobile ..................................................................................... 25
COMMENT AGIR EN PRÉVENTION ........................................................................................................ 26
a) Démarches à suivre .......................................................................................................... 26
b) Service d’inspection de la CSST ....................................................................................... 27
c) Grilles d’inspection ............................................................................................................ 28
d) Le droit de refus ................................................................................................................ 28
e) Retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite (article 40 et suivants de la
LSST) ................................................................................................................................ 30
SECTION II - RÉPARATION (LATMP)....................................................................................................... 33
A)
B)
LOI SUR LES ACCIDENTS DU TRAVAIL ET LES MALADIES PROFESSIONNELLES (LATMP) .......................... 33
COMMENT AGIR EN RÉPARATION ........................................................................................................ 36
a) Démarche à respecter....................................................................................................... 36
b) Protection du revenu de la travailleuse ou du travailleur (IRR)......................................... 38
c) Assignation temporaire...................................................................................................... 39
d) Droit à la réadaptation ....................................................................................................... 40
e) Droit au retour au travail.................................................................................................... 40
ADRESSES ÉLECTRONIQUES UTILES................................................................................................... 41
ii
SECTION III - FORMULAIRES................................................................................................................... 42
ANNEXE 1 - FORMULAIRE DE SIGNALEMENT DE RISQUE ................................................................................ 43
ANNEXE 2 - CSST : DEMANDE DE REMBOURSEMENT POUR UN RETRAIT PRÉVENTIF...................................... 44
OU UNE AFFECTATION DE LA TRAVAILLEUSE ENCEINTE OU QUI ALLAITE. ......................................................... 44
ANNEXE 3 - CSST : DEMANDE DE REMBOURSEMENT DE FRAIS .................................................................... 49
ANNEXE 4 - CSST : AVIS DE L’EMPLOYEUR ET DEMANDE DE REMBOURSEMENT ............................................. 53
ANNEXE 5 - CSST : RÉCLAMATION DU TRAVAILLEUR ................................................................................... 64
ANNEXE 6 - FORMULAIRE DE PROCURATION ................................................................................................ 71
ANNEXE 7 - ÉVALUATION SOMMAIRE D’UNE EXPOSITION AU SANG ................................................................ 72
SECTION IV - OUTILS ............................................................................................................................... 73
ANNEXE I - IDENTIFICATION DE LA PERSONNE RESPONSABLE EN SST .......................................................... 74
ANNEXE II - COUR EXTÉRIEURE .................................................................................................................. 75
ANNEXE III - EXTÉRIEUR DU BÂTIMENT ........................................................................................................ 76
ANNEXE IV - INTÉRIEUR DU BÂTIMENT......................................................................................................... 77
ANNEXE V - STATIONNEMENT .................................................................................................................... 78
ANNEXE VI - QUESTIONNAIRE SUR LA QUALITÉ DE L’AIR ............................................................................... 79
ANNEXE VII - EXEMPLES TIRÉS DE LA JURISPRUDENCE ............................................................................... 82
ANNEXE VIII - MALADIES CONTAGIEUSES .................................................................................................... 86
ANNEXE IX - IDENTIFICATION DES AGRESSEURS .......................................................................................... 90
i
TABLE DES ABRÉVIATIONS
BEM :
Bureau d’évaluation médicale
CLP :
Commission des lésions professionnelles
CLSC :
Centre local de services communautaires
CSST :
Commission de la santé et de la sécurité du travail
DAP :
Déficit anatomo-physiologique
DSC :
Département de santé communautaire
EL :
Entente locale
EN :
Entente nationale
LATMP :
Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles
LSST :
Loi sur la santé et la sécurité du travail
MELS :
Ministère de l’Éducation, des Loisirs et du Sport
RPTEA :
Retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite
PAE :
Programme d’aide aux employés
RSST :
Règlement sur la santé et la sécurité du travail
SAAQ :
Société d’assurance automobile du Québec
SEE :
Syndicat de l’enseignement de l’Estrie
SIMDUT :
Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au
travail
SST :
Santé et sécurité du travail
ii
Guide sur la santé et la sécurité du travail
CONTENU DE LA TROUSSE SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL (SST)
Cette trousse en santé et sécurité du travail se veut un guide d’information et de formation privilégié
à l’intention des responsables en santé et sécurité du travail dans chaque établissement.
Vous y trouverez l’ensemble de l’information, des procédures, des formulaires essentiels, de la
bibliographie et des références pour vous aider comme responsables SST. Le guide est divisé en
cinq sections : la prévention (LSST), la réparation (LATMP), les annexes, les outils et le guide pour
contrer la violence.
La section prévention comprend l’exposé des principales normes en vigueur et une procédure de
démarche de plaintes. La section réparation inclut une marche à suivre en cas d’accident et une
explication des notions principales. Les annexes incluent les formulaires de signalement de risque,
de droit de refus et de retrait préventif (femmes enceintes ou qui allaitent) et de réclamations à la
CSST. La section des outils comporte un calendrier de prévention, des grilles de vérification et des
documents d’information à afficher.
Il serait important de conserver et de mettre à jour le présent guide en le conservant dans un endroit
central de votre établissement et en y joignant les copies des formulaires de signalement de risque
remis à la direction et leurs suivis afin que, d’année en année, le responsable SST puisse référer à
un outil complet.
Nous vous suggérons fortement d’afficher les annexes VIII et IX au babillard syndical.
3
Guide sur la santé et la sécurité du travail
OBJECTIFS DU SEE
-
Outiller les membres et la personne responsable SST face à la SST;
-
Favoriser et améliorer nos connaissances en SST;
-
S’assurer de la nomination d’une personne responsable SST dans chaque milieu.
À FAIRE PAR LA OU LE RESPONSABLE SST :
1.
S’adjoindre, s’il y a lieu, un comité SST;
2.
Rendre le guide disponible aux membres;
3.
Réserver du temps lors d’assemblées générales syndicales ou autres pour diffuser de
l’information en SST;
4.
Diffuser toute information SST pertinente : par affichage ou autrement;
5.
Faire le suivi du calendrier de prévention;
6.
Faire le suivi des plaintes dans le milieu;
7.
Soutenir et informer tout membre en prévention et en réparation.
LA SST, C’EST L’AFFAIRE DE TOUS !
4
Guide sur la santé et la sécurité du travail
SECTION I - PRÉVENTION (LSST)
A)
Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST)
Cette loi a pour objet l’élimination à la source des dangers pour la santé, la sécurité et
l’intégrité physique des travailleuses et des travailleurs.
La LSST s’applique au secteur de l’éducation même si celui-ci n’est pas un groupe prioritaire
au sens de la loi. Ainsi, il n’y a pas d’obligation de maintenir un comité de santé et de
sécurité au sens de la loi ni de maintenir un médecin en milieu scolaire de travail.
a)
Les droits et obligations de la travailleuse ou du travailleur
On trouve à la LSST principalement les droits et obligations de la travailleuse ou du
travailleur :
·
·
·
·
·
·
·
·
·
·
b)
le droit à des conditions de travail saines et sécuritaires;
le droit à la formation en matière de santé et sécurité du travail;
le droit de refus;
le droit au retrait préventif (art. 32);
le droit au retrait préventif pour la travailleuse enceinte ou qui allaite;
une obligation de la travailleuse ou du travailleur de prendre les mesures
nécessaires pour protéger sa santé, sa sécurité et son intégrité physique
(art. 49, paragr. 2 º);
une obligation de veiller à ne pas mettre en danger la santé, la sécurité ou
l’intégrité physique des personnes qui se trouvent sur les lieux du travail ou à
proximité (art. 49, paragr. 3 º);
se soumettre aux examens de santé exigés pour l’application de la loi et de ses
règlements;
participer à l’identification et à l’élimination des risques d’accidents du travail et
de maladies professionnelles sur le lieu de travail (art. 49, paragr. 5º);
collaborer avec toute personne chargée de l’application de la loi et de ses
règlements (art. 49, paragr. 6º).
Les obligations de l’employeur
L’article 51 LSST prévoit :
Obligations de l’employeur
L’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et
assurer la sécurité et l’intégrité physique de la travailleuse et du travailleur. Il
doit notamment :
1.
s’assurer que les établissements sur lesquels il a autorité sont équipés et
aménagés de façon à assurer la protection du travailleur;
2.
désigner des membres de son personnel chargés des questions de santé et
de sécurité et en afficher les noms dans des endroits visibles et facilement
accessibles à la travailleuse ou au travailleur;
5
Guide sur la santé et la sécurité du travail
3.
s’assurer que l’organisation du travail et les méthodes et techniques
utilisées pour l’accomplir sont sécuritaires et ne portent pas atteinte à la santé
de la travailleuse ou du travailleur;
4.
contrôler la tenue des lieux de travail, fournir des installations sanitaires, de
l’eau potable, un éclairage, une aération et un chauffage convenables et
faire en sorte que les repas pris sur les lieux de travail soient consommés dans
des conditions hygiéniques;
5.
utiliser les méthodes et les techniques visant à identifier, contrôler et éliminer
les risques pouvant affecter la santé et la sécurité de la travailleuse ou du
travailleur;
6.
prendre les mesures de sécurité prescrites par règlement contre l’incendie;
7.
fournir un matériel sécuritaire et assurer son maintien en bon état;
8.
s’assurer que l’émission d’un contaminant ou l’utilisation d’une matière
dangereuse ne porte pas atteinte à la santé ou à la sécurité de quiconque sur
un lieu de travail;
9.
informer adéquatement la travailleuse ou le travailleur sur les risques reliés à
son travail et lui assurer la formation, l’entraînement et la supervision
appropriés afin de faire en sorte que la travailleuse ou le travailleur ait
l’habileté et les connaissances requises pour accomplir de façon sécuritaire le
travail qui lui est confié;
10.
afficher, dans des endroits visibles et facilement accessibles aux travailleuses
et aux travailleurs, les informations qui leur sont transmises par la commission,
la régie régionale et le médecin responsable, et mettre ces informations à la
disposition des travailleurs, du comité de santé et de sécurité et de
l’association accréditée;
11.
fournir gratuitement à la travailleuse ou au travailleur tous les moyens et
équipements de protection individuels choisis par le comité de santé et de
sécurité conformément au paragraphe 4 de l’article 78 ou, le cas échéant, les
moyens et équipements de protection individuels ou collectifs déterminés par
règlement et s’assurer que le travailleur, à l’occasion de son travail, utilise ces
moyens et équipements;
12.
permettre aux travailleuses et travailleurs de se soumettre aux examens de
santé en cours d’emploi exigés pour l’application de la présente loi et ses
règlements;
13.
communiquer aux travailleuses et travailleurs, au comité de santé et de
sécurité, à l’association accréditée, à la direction de la santé publique et à la
commission, la liste des matières dangereuses utilisées dans l’établissement
et des contaminants qui peuvent y être émis;
14.
collaborer avec le comité de santé et de sécurité ou, le cas échéant, avec le
comité de chantier ainsi qu’avec toute personne chargée de l’application de la
présente loi et des règlements et leur fournir tous les renseignements
nécessaires;
6
Guide sur la santé et la sécurité du travail
15.
c)
mettre à la disposition du comité de santé et de sécurité les équipements, les
locaux et le personnel clérical nécessaires à l’accomplissement de leurs
fonctions.
L’entente locale
L’article 14-10.00 de l‘entente locale liant le Syndicat à la Commission scolaire
comporte plusieurs dispositions en matière de prévention. On y trouve entre autres :
·
l’obligation pour l’enseignante ou l’enseignant de prendre les mesures
nécessaires pour protéger sa santé, sa sécurité ou son intégrité physique
(clause 14-10.03 a) EL;
·
l’obligation pour l’enseignante ou l’enseignant de veiller à ne pas mettre en
danger la santé, la sécurité ou l’intégrité physique des autres personnes (clause
14-10.03 b) EL.
L’entente locale prévoit également la clause 14-10.04 qui crée des obligations à la
Commission scolaire :
La commission doit prendre, dans la mesure prévue par la loi et les
règlements qui lui sont applicables, les mesures nécessaires pour protéger la
santé et assurer la sécurité et l'intégrité physique des enseignantes et
enseignants; elle doit notamment :
a)
s'assurer que les établissements sur lesquels elle a autorité sont
équipés et aménagés de façon à assurer la protection de
l'enseignante ou l'enseignant;
b)
s'assurer que l'organisation du travail et les méthodes et techniques
utilisées pour l'accomplir sont sécuritaires et ne portent pas atteinte à
la santé des enseignantes et enseignants;
c)
fournir un éclairage, une aération et un chauffage convenables;
d)
fournir un matériel sécuritaire et assurer son maintien en bon état;
e)
permettre à l'enseignante ou l'enseignant de se soumettre aux
examens de la santé en cours d'emploi exigés pour l'application de la
loi et des règlements s'appliquant à la commission.
7
Guide sur la santé et la sécurité du travail
B)
D’autres normes en vigueur dans les écoles
En plus des quelques droits et obligations prévus à la LSST et à la convention collective
(article 14-10.00 EL), beaucoup de normes existent, issues de lois et de règlements. Ces
normes peuvent s’appliquer, par exemple, aux escaliers, aux rampes, aux portes, à la
ventilation, à la température, à l’humidité, à l’éclairage, aux installations sanitaires.
Nous ne mentionnons ici que les plus utiles :
Lois (Québec)
Règlements
Loi sur la sécurité dans les édifices
publics
· Règlement sur l’application du Code du
bâtiment
· Règlement sur la sécurité dans les édifices
publics
· Règlement sur la sécurité dans les bains
publics
Loi sur la santé et la sécurité du
travail
· Règlement sur la santé et la sécurité du travail
· Règlement sur les établissements industriels et
commerciaux
a)
Construction et sécurité
La Loi sur la sécurité dans les édifices publics
L’article 2 de la loi prévoit que les écoles sont des édifices publics et comme les
autres édifices publics, elles doivent offrir la sécurité requise par la loi et ses
règlements.
En matière de sécurité dans les édifices publics, l’inspectrice ou l’inspecteur joue un
rôle important pour assurer l’application de la loi et de ses règlements. L’article 10
définit leurs nombreux pouvoirs d’inspection et l’article 39 prévoit le pouvoir de
réglementation du gouvernement concernant la sécurité des édifices publics.
Règlements sur l’application du code du bâtiment
Au cours des années, la réglementation en matière de sécurité dans les édifices
publics a subi de nombreuses modifications et ce, tant au niveau des
gouvernements fédéral, provincial que municipal.
Au Québec, le gouvernement a adopté le Règlement sur la sécurité dans les édifices
publics pour les édifices dont la construction a débuté avant le 1er décembre 1976.
Pour les édifices publics construits après cette date, le gouvernement du Québec a
décrété que ces bâtiments devaient être conformes aux normes établies dans divers
codes de bâtiment.
8
Guide sur la santé et la sécurité du travail
C’est justement dans ce Code national du bâtiment que l’on retrouve, par exemple,
la détermination du nombre de personnes en fonction de l’aire de plancher.
Utilisation de l’aire de plancher
Surface par occupant, en m2
Laboratoire scolaire
4,60
Salle de classe
1,85
Atelier d’apprentissage
9,30
Atelier de fabrication et de transformation
4,60
Règlement sur la sécurité dans les édifices publics
En vertu des pouvoirs conférés par l’article 39 de la Loi sur la sécurité dans les
édifices publics, le gouvernement a réglementé la construction, la solidité des
édifices publics et les précautions à prendre contre les incendies.
L’article 2 de ce règlement résume assez bien sa raison d’être :
«Les édifices publics doivent être pourvus de tous les
moyens nécessaires permettant aux occupants et au public
d’en sortir promptement et facilement en cas de feu, de
panique ou de tout autre danger et d’y séjourner et circuler
en toute sécurité».
Les autres articles du règlement traitent, entre autres, des sujets suivants :
·
·
·
·
·
·
moyens de sorties : largeur, nombre, emplacement, hauteur;
escaliers et rampes;
lieux de rassemblement;
escaliers de secours;
protection contre l’incendie et évacuation;
accommodations sanitaires.
La Loi sur le bâtiment
L’article 1 de cette loi se lit comme suit :
« La présente loi a pour objets :
D’assurer la qualité des travaux de construction d’un
bâtiment et, dans certains cas, d’un équipement destiné à
l’usage du public, d’une installation non rattachée à un
bâtiment ou d’une installation d’équipement pétrolier.
9
Guide sur la santé et la sécurité du travail
D’assurer la sécurité du public qui accède à un bâtiment ou
à un équipement destiné à l’usage du public ou qui utilise
une installation non rattachée à un bâtiment ou une
installation d’équipement pétrolier. »
Le Code de construction adopté en vertu de cette loi s’applique pour des travaux de
construction exécutés à compter du 7 novembre 2000. On y retrouve des normes
touchant les différents aspects de la construction : plomberie, électricité,
ascenseurs, portes et fenêtres, chauffage.
Bains publics
Le Règlement sur la sécurité dans les bains publics prévoit des normes de
construction de piscines et des exigences en matière de surveillance. L’article 26
du règlement indique que lorsque la piscine est utilisée pour des cours d’éducation
physique, la surveillance doit être conforme au tableau suivant :
Nombre de
baigneurs
0-30
31-60
60 et plus
C)
Nombre de
professeurs
d’éducation
physique
1
2
ou
1
3
ou
2
ou
1
Nombre de
surveillantssauveteurs
0
0
Nombre minimal
d’assistants
surveillants
sauveteurs
0
0
1
0
0
0
1
0
1
1
Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST)
En vue d’assurer la qualité du milieu de travail et de protéger la vie et la santé des
travailleuses et travailleurs, ce règlement régit, entre autres, la présence des poussières,
des gaz, des fumées, des vapeurs et du brouillard, de la température, de l’humidité, des
contraintes thermiques, du bruit, des installations sanitaires, de la ventilation, de l’hygiène,
de la salubrité et de la propreté, ainsi que de l’éclairage. Il s’agit probablement du règlement
qui touche plus particulièrement les écoles.
10
Guide sur la santé et la sécurité du travail
a)
La qualité de l’air
Dans toute école, il est essentiel, pour assurer une bonne qualité de l’air à l’intérieur,
et en conséquence, une bonne qualité de vie au travail, de ventiler ou de climatiser
les locaux (les classes, les laboratoires, les ateliers, les bibliothèques, les
auditoriums et les gymnases). La seule façon d’avoir une bonne qualité de l’air,
c’est d’avoir un renouvellement d’air provenant de l’extérieur de l’édifice.
Le confort est un état dans lequel se trouve une occupante ou un occupant lorsque
son corps peut rejeter sans gêne, dans l’environnement, la chaleur qu’il produit tout
en maintenant constante sa température corporelle.
Les causes les plus fréquentes d’une mauvaise qualité de l’air
·
L’admission nulle ou négligeable d’air frais provenant de l’extérieur.
Ex. : mesure d’économie d’énergie ou fenêtres qui ne s’ouvrent pas l’hiver.
·
L’air est mal distribué ou circule inefficacement dans les locaux.
Ex. : certaines zones reçoivent trop d’air (courant d’air) alors que d’autres en
manquent.
·
La densité d’occupation est trop grande pour la capacité locale des systèmes.
Ex. : une école conçue pour 300 élèves qui en contient 450.
·
Les réaménagements effectués n’ont pas tenu compte de la ventilation.
·
Les méthodes d’opération sont axées uniquement sur les notions d’économies
d’énergie.
Ex. :
arrêt du système de ventilation après les cours et les fins de semaine.
.
L’absence ou l’inefficacité des unités d’humidification.
·
Les thermostats sont défectueux ou mal calibrés.
·
Les filtres sont saturés ou inefficaces.
Ex. :
On ne les change pas par ignorance, oubli ou mesure d’économie.
·
La présence de contaminants chimiques (oxyde de carbone, ozone,
formaldéhyde, etc.) en concentration dans l’air.
11
Guide sur la santé et la sécurité du travail
Signes ou symptômes dus à la mauvaise qualité de l’air
Zones affectées
Signes et symptômes
Yeux
.
.
.
.
rougeurs
larmoiements
sécheresse, irritation
difficulté à porter des lentilles
cornéennes
Voies respiratoires supérieures
(nez, gorge)
. sécheresse, irritation
. saignements de nez
. problèmes de sinus
Système nerveux
.
.
.
.
.
.
Peau
. sécheresse, démangeaisons
. rougeurs sur les parties
découvertes du corps
maux de tête
difficultés de concentration
léthargie, somnolence
étourdissements
nausées
vertiges
La présence de gaz, de fumée, de vapeurs, de poussières ou de brouillard dans le milieu
de travail est régie par le RSST et la concentration de ces substances ne doit pas excéder
les normes prévues à l’Annexe I du RSST.
Cette annexe prévoit notamment les limites suivantes en concentration moyenne,
pondérée pour une période de 8 heures par jour en fonction d’une semaine de 40 heures
(pour une période de travail d’une durée égale ou supérieure à 4 heures mais inférieure à
8 heures, une valeur d’exposition moyenne ajustée (VEMA) doit être établie) :
Dioxyde de carbone (co2)
Monoxyde de carbone
(Co)
1 Milligramme de substance par mètre cube d’air.
12
ppm
5000
Mg/m3
9000
35
40
1
Guide sur la santé et la sécurité du travail
Le pourcentage d’oxygène en volume dans l’air ne doit pas être inférieure à 19,5 % à la
pression atmosphérique normale (art. 40 RSST).
b)
Ventilation et ambiance thermique
L’article 102 RSST sur la ventilation naturelle prévoit que la superficie des fenêtres
doit représenter au moins 5 % de l’aire du plancher pour les laboratoires et édifices à
bureaux et au moins 2 % pour les autres édifices.
S’il s’agit d’un système de ventilation mécanique, selon l’article 103 et l’annexe III
RSST, il doit être en mesure de procurer le nombre minimal de changement d’air
frais à l’heure indiquée ci-dessous.
Air total de ventilation
Air frais
Espaces non réfrigérés
(litre/seconde/personne)
Espaces réfrigérés
(litre/seconde/personne)
Espaces réfrigérés ou
non
(litre/seconde/
personne)
7,1
45
2,4
C’est donc dire que la ventilation pour des espaces réfrigérés (climatisés) doit être
de 45 litres d’air par seconde par personne. Sur ce total, seulement 2,4
litres/seconde/personne doit être de l’air frais provenant de l’extérieur.
De son côté, L’ASHRAE 2 recommande :
·
·
pour les classes, les bibliothèques et les auditoriums :
8,0 litres/seconde/personne
pour les laboratoires, les ateliers et les gymnases :
10,0 litres/seconde/personne
L’article 119 RSST traite de l’humidité relative qui doit être minimalement de 20 %.
L’ASHRAE suggère une température ambiante variant de 20 à 23o et un taux
d’humidité relative d’au moins 30 %.
2 L’American Society for Heating, Refrigerating and Air conditioning Engineers est un organisme américain spécialisé dans les
questions de qualité de l’air, de ventilation et de climatisation. Plusieurs normes de cette société ont force de loi aux Etats-Unis et
sont de pratique courante dans le design des systèmes.
13
Guide sur la santé et la sécurité du travail
L’article 117 et l’annexe IV RSST indiquent la température qui doit être maintenue à
tout poste de travail fixe situé à l’intérieur d’un bâtiment. Il s’agit d’une température
minimale :
Nature du travail exécuté
. travail léger en position assise, notamment
tout travail cérébral, travail de précision ou qui
consiste à lire ou écrire
. travail physique léger en position assise,
notamment travail de couture avec machines
électriques, travail sur petites machines-outils
et travail en laboratoire ou en atelier
c)
Température minimale
obligatoire
20o C
19o C
. travail léger en position debout, notamment
travail sur machine-outil
17o C
. gymnase
16o C
Qualité de l’eau et installations sanitaires
Selon l’article 145 RSST, toute travailleuse ou tout travailleur doit avoir à sa
disposition une eau potable de qualité en quantité quotidienne de 55 litres par
travailleur.
Des lavabos et des salles de toilette incluant des cabinets d’aisance pourvus de
sièges, de papier hygiénique et tenus en état de fonctionnement doivent également
être à la disposition des travailleurs (article 161 à 165 RSST).
d)
Le bruit
L’élimination à la source constitue l’approche la plus efficace. Lors d’achat de
nouveaux équipements, il faudrait préférer les appareils les moins bruyants.
Il est aussi possible de munir certaines machines de dispositifs antibruit. L’utilisation
de tentures, écrans acoustiques et plafonds absorbants diminue la propagation du
bruit.
Dans des locaux regroupant des équipements bruyants, l’utilisation de protecteurs
auditifs est conseillée.
Le RSST indique des niveaux de bruit à ne pas atteindre, selon les types de bruit,
(art 130 à 141 RSST).
14
Guide sur la santé et la sécurité du travail
Un niveau de bruit élevé dans la classe peut inciter l’enseignante ou l’enseignant à
forcer sa voix. Soyez vigilants et consultez la section sur la réparation, au besoin.
e)
Éclairage
1. Ambiance lumineuse
Pour faciliter une ambiance lumineuse adéquate, il est fortement conseillé :
·
d’utiliser des grilles paraboliques pour couvrir les néons;
·
d’éviter les contrastes trop prononcés (ex. : bureau noir, feuille blanche) et
les surfaces brillantes qui composent l’environnement de travail
(ex. : surfaces polies des bureaux, murs au fini brillant);
·
d’introduire un éclairage local au poste de travail.
2. Face à un écran
·
éviter de travailler face à un mur afin de pouvoir reposer les yeux en
regardant au loin (4-5 mètres);
.
éliminer l’éblouissement direct provenant des sources lumineuses en les
recouvrant de diffuseurs et les reflets, en contrôlant la lumière naturelle au
moyen de rideaux, stores ou autres;
·
éviter les contrastes dans l’environnement de travail;
Le RSST prévoit un niveau d’éclairage minimal selon les locaux utilisés (arts 125
à 129 RSST).
3. Locaux aveugles
Les locaux aveugles sont des locaux sans lumière du jour, sans aération
naturelle, sans vue sur l’extérieur. On les trouve généralement dans les parties
centrales des écoles. Les locaux au sous-sol présentent généralement les
mêmes caractéristiques.
D’après le Bureau international du travail (BIT), le fait de travailler dans des
locaux dépourvus de fenêtres diminue la résistance de l’organisme.
De plus, le personnel qui y travaille doit s’adapter à une situation inhabituelle.
En effet, l’absence totale d’ouverture sur l’extérieur, la perte régulière de contact
avec le temps, la "grande noirceur" de novembre à avril, compte tenu de l’heure
de départ du domicile et de l’heure de sortie du travail sont autant de facteurs
d’accumulation de fatigue nerveuse. Surviennent alors des signes et
symptômes tels que : grande fatigue, irritabilité, sensation d’étouffement,
dépression. D’ailleurs, il n’est pas rare de retrouver chez ces gens un fort taux
d’absentéisme.
Il importe donc de prévoir certains aménagements pour celles et ceux qui
travaillent dans de telles conditions :
15
Guide sur la santé et la sécurité du travail
.
.
.
f)
des salles qui ont une vue sur l’extérieur lors des repas et des pauses;
un raccourcissement de la durée quotidienne de travail dans un local aveugle;
un partage du temps d’enseignement dans ces locaux.
Ergonomie
1.
Transport de matériel
Plusieurs accidents sont causés par le transport de matériel (téléviseur, livres...)
dans les corridors, surtout en période de battement ou de changements de
locaux. Il convient donc d’être prudent.
S’il s’agit d’un déménagement de local dans l’école ou dans une autre école,
vous n’avez que l’obligation de transporter votre matériel personnel. Le matériel
de l’école devra être transporté par du personnel de la commission. Faites-en la
demande auprès de votre direction.
2.
Positionnement
L’accès en hauteur de matériel doit pouvoir se faire en sécurité, par exemple à l’aide
d’escabeau (art. 167 RSST). Des chaises ou des bancs doivent être à la disposition des
travailleurs (art. 170 RSST).
Pour un travail à l’ordinateur ou à un bureau, voici quelques conseils :
g)
choisir un écran ajustable et indépendant du clavier ayant un traitement
antireflet, appliqué de préférence par le fabricant;
placer le haut de l’écran vis-à-vis de l’oeil de l’usager;
ajuster l’assise du siège à une hauteur inférieure de trois centimètres à la
hauteur entre le creux du genou et le sol;
alterner la position assise et la position debout afin d’éviter des troubles
circulatoires, des douleurs au dos et aux épaules.
Les risques entourant les produits dangereux
1. Le SIMDUT
Dans les écoles, on utilise une multitude de produits chimiques dangereux.
Souvent, on n’en connaît pas la composition, ni le mode d’utilisation, ni les effets
qu’ils peuvent causer à notre santé et à celle des autres. De plus, des
contenants de produits de nettoyage non étiquetés se retrouvent dans différents
locaux. Tous ces contenants se doivent d’être étiquetés.
Que ce soit dans les laboratoires, dans les ateliers du secteur professionnel ou
simplement lors de la reproduction de documents, il faut être très circonspect
dans l’utilisation de ces produits. Si vous avez un doute sur un produit
quelconque ou sur son mode d’utilisation, consultez le service du « Répertoire
toxicologique » de la CSST dans la section prévention sur le site Internet.
N’hésitez pas à demander des renseignements, car les risques sont grands.
16
Guide sur la santé et la sécurité du travail
Le SIMDUT : pour travailler en sécurité avec les produits dangereux
Ce sigle est connu dans nos milieux depuis 1988. Il signifie : Système
d’Information sur les Matières Dangereuses Utilisées au Travail. Cette
législation intégrée à la LSST a été conçue pour fournir aux employeurs et aux
travailleuses et travailleurs une information vitale et spécifique sur les matières
dangereuses.
Les trois éléments-clés du SIMDUT sont :
L’étiquette :
elle permet :
. d’identifier le produit;
. de connaître les dangers possibles;
. de prendre les précautions
nécessaires.
La fiche signalétique :
elle fournit une information détaillée sur
la composition du produit contrôlé, la
réactivité, les effets sur la santé, les
mesures préventives et les procédures
d’urgence.
Les programmes de prévention :
ils visent à instruire les travailleuses et
travailleurs du mode d’emploi et de la
signalisation de l’information contenue
sur les étiquettes et les fiches
signalétiques.
17
Guide sur la santé et la sécurité du travail
Les matières dangereuses sont identifiées par huit (8) symboles (signaux de danger) répartis en
six (6) catégories :
Catégorie A
Gaz comprimé
Catégorie B
Matières inflammables et combustibles
Catégorie C
Matières comburantes
Catégorie D
Matières toxiques et infectieuses
Î
Matières ayant des effets
toxiques immédiats et graves
Ï
Matières ayant d’autres effets toxiques
Ð
Matières infectieuses
Catégorie E
Matières corrosives
Catégorie F
Matières dangereusement réactives
18
Guide sur la santé et la sécurité du travail
2. La situation spécifique aux laboratoires
Habituellement, la situation dans les laboratoires est plus problématique que
partout ailleurs dans l’établissement.
Voici des éléments essentiels reliés à la santé et à la sécurité dans les
laboratoires.
·
Avoir sous la main les trois éléments essentiels à la protection des yeux
(lunettes, lave-yeux, solutions neutralisantes);
·
Connaître le plan d’évacuation en cas d’incendie et pouvoir y référer
facilement;
·
Vérifier le fonctionnement des systèmes de ventilation avant la
manipulation de produits volatiles;
·
Avoir sous la main une trousse de premiers soins bien équipée;
·
Disposer de l’équipement de protection individuel (lunettes, gants, sarrau);
·
Prendre connaissance des règlements et procédures à suivre dans les
laboratoires;
·
Le laboratoire ne doit pas être un lieu d’entreposage;
·
S’assurer d’une inspection annuelle par la personne responsable en santé et
sécurité du travail de la commission scolaire.
Un effort important est nécessaire pour que les élèves, le personnel
enseignant et le personnel de soutien puissent oeuvrer en toute sécurité
dans les laboratoires.
Il faut aussi s’assurer du bon fonctionnement des systèmes de ventilation,
des hottes d’évacuation, des sorties d’urgence et des fenêtres, des becs à
gaz, des gicleurs et des extincteurs, etc. Également, il est important de
vérifier l’entreposage des produits chimiques, les salles de préparation, les
douches d’urgence, etc.
Les produits dangereux doivent être entreposés dans des lieux adéquats et
gardés sous clé. Si tel n’était pas le cas, veuillez en aviser sans délai la
personne responsable en santé et sécurité du travail, la direction d’école et
votre syndicat en utilisant l’annexe VI.
Les obligations quant aux matières dangereuses se trouvent aux articles 70
à 100 RSST.
Les commissions scolaires ont l’obligation de se débarrasser adéquatement
des produits qui ne servent plus. Si la tentation devait se manifester de
procéder par la voie des égouts pour éliminer certains produits dangereux à
cause du coût élevé de ces opérations ou de la lenteur du processus de
récupération, il serait de notre devoir de réagir et de faire les représentations
qui s’imposent.
19
Guide sur la santé et la sécurité du travail
D)
Autres dispositions
a)
Interdiction de fumer dans les lieux publics
Depuis le 31 mai 2006, la Loi sur le tabac prévoit que l’usage du tabac est interdit
dans les lieux publics dont les établissements d’éducation, les salles de quilles, de
billard, de bingo ainsi que ceux où se déroulent des activités culturelles, sportives,
artistiques ou de loisirs.
Dehors, la cigarette n’est pas réglementée, sauf dans un rayon de neuf mètres des
portes des établissements d’éducation ou des lieux où se tiennent des activités
accessibles aux mineurs. Il n’est pas permis de fumer sur le terrain des écoles
primaires et secondaires, et ce, tant pour les membres du personnel que pour les
élèves.
b)
Premier secours et premiers soins
En vertu du Règlement sur les normes minimales de premier secours et de premiers
soins, la commission scolaire a l’obligation pour chaque école ou chaque centre de :
.
assurer la présence en tout temps durant les heures de travail d’au moins un
secouriste par quart de travail pour 50 travailleurs ou moins;
.
rendre disponible dans un endroit facile d’accès des trousses de premiers soins
en nombre adéquat.
Également, lors d’une sortie à l’extérieur, une trousse de premiers soins devrait
toujours être accessible.
c)
La réglementation municipale
Il est possible que la municipalité où se trouve votre école ou votre centre ait adopté
différents règlements touchant la santé et la sécurité des personnes (incendie,
rampe d’accès, etc.). Vous pouvez contacter directement la municipalité pour
connaître la réglementation applicable en lien avec une situation ou communiquer
avec le Syndicat.
E)
Maladies infectieuses
L’annexe X porte sur les maladies contagieuses. Veuillez vous y référer au besoin. Un
guide de politiques sur les maladies infectieuses en milieu scolaire, préparé par la
Régie régionale de la santé et des services sociaux de l’Estrie est aussi disponible
dans plusieurs écoles et centres. Vérifiez auprès du secrétariat.
a)
Les poux (Pédiculose)
Aucune travailleuse ou aucun travailleur ne peut être tenu de vérifier la tête des
élèves lorsqu’il y a des poux à l’école. Conformément à la clause 8-2.01 de la
convention collective, il s’agit là d’une fonction attribuée à du personnel qui n’est pas
du personnel enseignant.
20
Guide sur la santé et la sécurité du travail
La tâche de la travailleuse ou du travailleur consiste alors :
.
à informer la direction de l’existence des problèmes à ce sujet;
.
et à référer les cas, s’il y a lieu, au service de santé.
Si la direction refuse de s’occuper adéquatement du problème ou d’informer les
parents lorsque la situation prend des proportions alarmantes, la travailleuse ou le
travailleur doit contacter le syndicat qui entreprendra, s’il y a lieu, des démarches
auprès de la commission scolaire.
Si la travailleuse ou le travailleur constate qu’elle ou qu’il est victime de pédiculose
en raison de contact avec les élèves, elle ou il peut présenter une réclamation à la
CSST (voir la section réparation).
b)
La C. difficile
Une personne peut devenir infectée si elle touche des objets ou des surfaces
contaminés par des matières fécales et si elle se touche la bouche ou les muqueuses.
Une personne infectée peut infecter d’autres personnes ou contaminer des
surfaces avec ses mains.
Comme c’est le cas pour toute maladie infectieuse, le lavage fréquent des mains
est l’un des meilleurs moyens de prévenir l’infection.
Les symptômes comprennent :
Diarrhées aqueuses (au moins trois selles par jour pendant au moins deux
Fièvre;
Perte d’appétit;
Nausées;
Douleurs abdominales.
c)
jours);
L’hépatite B
Il est important de savoir qu’il est possible de se protéger contre les maladies
contagieuses, surtout dans les cas où l’infection peut être grave. Dans le cas de
l’hépatite B par exemple, la commission scolaire a l’obligation de défrayer les coûts
du vaccin.
Une décision rendue par la Commission d’appel en matière de lésions
professionnelles (CALP) établit que dans certains cas, une commission scolaire a
l’obligation, compte tenu de l’article 51, paragraphe 5,
«de s’assurer que le vaccin (contre le virus de l’hépatite «B»)
soit mis à la disponibilité des travailleuses et travailleurs qui le
désirent, et ce, sans déboursé de leur part»3
3 Commission scolaire du Sault St-Louis et Syndicat des enseignants du Salut St-Louis, (1987) C.A.L.P. 474, action directe en nullité
rejetée (1990) C.A.L.P. 376 (C.S.) pour des travailleurs qui sont en contact avec des handicapés mentaux.
21
Guide sur la santé et la sécurité du travail
Les enfants lourdement handicapés mentaux, particulièrement ceux atteints du
syndrome de Down, sont davantage sujets à l’hépatite B. La CALP en vient donc à
la conclusion que le virus représente effectivement un risque élevé chez le
personnel enseignant.
Comment le virus se transmet-il ?
Le virus se trouve dans tous les liquides organiques des personnes atteintes de
l’hépatite B, y compris le sang et la salive.
Il y aurait donc lieu de sensibiliser le personnel concerné à la situation et de
l’informer adéquatement des mesures à prendre pour éviter la transmission. Dans
ce cas, le recours à du personnel spécialisé (CLSC) s’impose. Voir le formulaire
Évaluation sommaire d’une exposition au sang en cas d’exposition au sang.
d)
Le Sida
Les recherches médicales ont permis d’identifier le virus et ses modes de
transmission.
Ce virus se transmet de trois façons :
· par le contact sexuel non protégé;
· par le sang;
· par une mère à son enfant lors de la grossesse, de l’accouchement ou de
l’allaitement.
On sait maintenant que le sida est bel et bien une maladie et qu’elle frappe sans
discrimination. On sait aussi qu’on peut serrer la main d’une personne atteinte et
partager les lieux de travail communs sans risque. Il est essentiel de prévenir à la
fois la maladie et les préjugés issus de l’ignorance et de la peur.
e)
L’exposition au sang
ATTENTION ! Si une ou un élève se blesse et qu’il y a présence de sang, évitez
d’être en contact avec le sang et utilisez des gants.
En cas de contact avec le sang, faire une évaluation sommaire à l‘aide du
formulaire page ??. Remplir une déclaration d’incident (section réparation p. 35) et
se rendre à l’hôpital.
Si jamais un problème se pose dans votre école, il serait prudent de contacter votre
représentante ou représentant syndical avant de poser quelque geste que ce soit.
L’essentiel des droits des personnes atteintes se retrouve dans la Charte des droits
et libertés de la personne (art. 1 à 9). Les limites raisonnables à ces droits se
retrouvent dans la Loi sur la protection de la Santé publique et ses règlements,
desquels découle notamment l’établissement d’une liste de maladies à déclaration
(voir l’annexe X). Les médecins ont l’obligation de déclarer ces maladies au directeur
de la santé publique.
22
Guide sur la santé et la sécurité du travail
L’employeur, quant à lui, a l’obligation de respecter la confidentialité des dossiers
médicaux des élèves ou des employées et employés, de prendre les mesures
nécessaires prescrites par la LSST pour protéger les personnes sous sa
responsabilité. Il n’a pas le droit de refuser d’embaucher, de congédier ou de
discriminer, de quelque manière que ce soit, les personnes atteintes du sida.
Voir l’annexe X pour la description d’autres maladies contagieuses. Consulter
également les documents du ministère de la Santé et des services sociaux
disponibles à l’école.
F)
Santé mentale et prévention
a)
Maladies psychologiques
Des maladies psychologiques telle la dépression peuvent survenir en lien avec des
événements du travail. Des symptômes de nature psychologique et
comportementale ainsi que des problèmes somatiques y sont souvent associés. Au
travail, une démotivation, des absences prolongées plus fréquentes, une fatigue
généralisée sont des symptômes souvent constatés.
Les travailleuses et travailleurs peuvent utiliser le programme d’aide aux employés PAE aux numéros suivants :
·
Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke :
Tél. : 1-800-361-4858
·
Commission scolaire des Hauts-Cantons :
Tél. : 1-800-361-4858
·
Commission scolaire des Sommets :
Tél. : 1-800-361-2433
Si plusieurs de ces symptômes sont présents, nous vous invitons à consulter votre
médecin :
·
Anxiété, exténuation émotive, sentiment d’impuissance et de désespoir, attitudes
négatives vis-à-vis de soi, du travail, de la vie, des gens, comportements de
stagnation, de frustration, d’apathie, d’humeur dépressive, de diminution
marquée de l’intérêt ou du plaisir pour toutes les activités, de perte ou de gain de
poids significatif sans régime, d’insomnie ou d’hypersomnie presque tous les
jours, d’agitation ou de ralentissement psychomoteur, de fatigue ou de perte
d’énergie presque tous les jours, de sentiment de dévalorisation, de diminution
de l’aptitude à penser ou à se concentrer, de pensées de mort récurrentes.
Il est important d’être vigilant et attentif à tous les signes. De plus, une surcharge de
travail, par exemple lorsque des tâches non enseignantes vous sont demandées,
peut ajouter au sentiment de fatigue.
Parler de ce qui est vécu, demander de l’aide et avoir des habitudes de vie saines
(bonne alimentation, exercice physique, activités sociales etc.) peuvent également
contribuer à réduire les risques de maladie psychologique.
23
Guide sur la santé et la sécurité du travail
À l’occasion, la CSST accepte d’indemniser des cas de lésion psychologique.
Consulter la section sur la réparation.
b)
Violence faite aux travailleuses et travailleurs
Certaines travailleuses et certains travailleurs sont parfois victimes de violence de la
part d’élèves. C’est un phénomène qui semble aller en s’amplifiant.
La Loi et la convention collective (article 14-10.00) prévoient certaines obligations
pour l’employeur, en particulier celle d’assurer la sécurité et l’intégrité des personnes
à son emploi.
Dans tous les cas où une travailleuse ou un travailleur est victime d’un tel acte ou a
de bonnes raisons de croire qu’il pourrait en être victime, nous vous conseillons
d’aviser par écrit la direction de l’école ou du centre pour qu’elle intervienne et
corrige la situation et de communiquer sans délai avec votre représentant
syndical.
En ce qui a trait à la violence à l’école, il faut appliquer le critère de tolérance zéro.
Une ou un élève violent physiquement peut être sanctionné ou être accusé de voies
de fait envers une travailleuse ou un travailleur. Les moyens disponibles sont un
grief logé par le syndicat (14-10.04 de la convention collective). Une plainte à la
police peut également être déposée. Les parents doivent être informés du
comportement de l’enfant.
La violence verbale et psychologique doit aussi être dénoncée.
Consultez le Guide syndical dans les cas de violence et de harcèlement au travail et
le Guide de prévention et d’intervention contre «la violence envers le personnel de
l’éducation» (CSQ), en annexes.
G)
Responsabilité civile
a)
Accident
Même si toutes les précautions sont prises pour protéger la santé et la sécurité des
personnes à l’école, il n’en demeure pas moins qu’un accident peut toujours arriver.
Et quelle qu’en soit la gravité, la notion d’accident nous ramène bien souvent à des
possibilités de procédures ou de poursuites légales.
La protection offerte par l’article 5-12.00 de la convention collective offre une
certaine protection : (section V)
5-12.01 La commission s’engage à prendre fait et cause de toute enseignante ou
tout enseignant (y compris l’enseignant à la leçon et le suppléant
occasionnel) dont la responsabilité civile pourrait être engagée par le fait
ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions durant la journée de travail
(ou en dehors de la journée de travail quand l’enseignant s’occupe
d’activités expressément autorisées par la direction de l’école) et convient
24
Guide sur la santé et la sécurité du travail
de n’exercer, contre l’enseignant, aucune réclamation à cet égard sauf si
un tribunal civil le tient responsable de négligence grossière ou de faute
lourde.
Rappelons qu’une enseignante ou qu’un enseignant peut, dans certains cas, être
poursuivi pour des accidents ou dommages causés à ses élèves et peut aussi être
tenu responsable pour le tort que peuvent causer ses élèves (ex. : bagarre,
vandalisme, etc.).
En raison de la clause 5-12.01, c’est la commission qui doit assumer votre défense
dans un tel cas sauf si vous avez fait preuve de négligence grossière ou de faute
lourde.
Pour minimiser les risques d’accidents et de poursuites qui en découlent, il
convient donc de prendre quelques précautions
1. Ne pas tolérer de situations qui risquent d’engager notre responsabilité.
2. Renseigner ses élèves sur les dangers inhérents aux cours et aux activités :
·
·
·
expliquer de façon précise les règles et les règlements de l’activité;
insister sur les étapes dangereuses;
avoir la prévoyance et la prudence d’un parent diligent (prévenir les
éventualités normalement prévisibles).
3. Surveiller le déroulement des activités :
·
la travailleuse ou le travailleur se doit d’être présent lors du déroulement
d’une activité dont il a la charge et doit prendre les précautions qui
s’imposent afin d’éviter les accidents.
4. Fournir du matériel et des locaux sécuritaires et adéquats :
·
un accident qui serait provoqué par l’utilisation d’un ou des instruments
défectueux engage manifestement la responsabilité de la travailleuse ou du
travailleur, et dans certains cas, de l’institution (ex. : ateliers, laboratoires...).
5. Obtenir au préalable le consentement écrit des parents pour la participation aux
activités parascolaires :
·
b)
l’autorisation écrite des parents n’atténue en rien les obligations de
l’institution et de la travailleuse ou du travailleur d’assurer la sécurité des
élèves mais constitue une précaution supplémentaire visant à démontrer la
prudence, la diligence et la bonne volonté du travailleur.
Transport d’élèves en automobile
Voici en bref les responsabilités qui pourraient découler d’un accident lorsqu’une
travailleuse ou un travailleur, au cours de ses fonctions, transporte des étudiants
dans son véhicule automobile :
·
Les dommages corporels à des personnes impliquées dans un accident
automobile au Québec sont pris en charge entièrement par la Société de
l’assurance automobile du Québec (SAAQ), quelles que soient les circonstances
de l’accident. Il n’y a aucun risque de poursuite contre le conducteur et il n’y a
25
Guide sur la santé et la sécurité du travail
aucune couverture d’assurance nécessaire à ce sujet. Cependant, des
poursuites au criminel pourraient être engagées si la manière de conduire était
illégale (facultés affaiblies, ébriété, conduite dangereuse, etc.).
·
Les dommages matériels sont, soit les dommages au véhicule ou les
dommages aux biens des passagers et du conducteur. Tous les propriétaires de
véhicules immatriculés doivent être assurés pour un montant minimum pour
couvrir leur responsabilité civile lorsqu’ils sont responsables d’un accident. Il
n’est pas obligatoire d’assurer les dommages à leur véhicule causés par leur
propre faute. Cependant, la majorité des personnes possède ce genre
d’assurance.
Pour éviter toute discussion à ce sujet, nous vous conseillons d’aviser l’agent
d’assurances si vous savez que vous vous servirez régulièrement de votre
véhicule pour transporter des élèves pour assister, par exemple, à des activités
sportives. Dans ce cas, l’assureur en prendra note et il n’y aura généralement
aucune prime additionnelle.
Divers protocoles d’encadrement existent dans les écoles.
informer à la direction.
H)
Veuillez vous
Comment agir en prévention
a)
Démarches à suivre
Pour tout problème urgent en SST, nous vous suggérons la procédure suivante :
Î
Vérifier la situation (eau potable, température, manque d’aération, etc.);
Ï
Prévenir la déléguée ou le délégué syndical et la personne responsable en santé
et sécurité du travail;
Ð
Informer la direction de la nature du problème et s’enquérir des solutions qu’elle
entend y apporter et dans quel délai;
Ñ
Si nécessaire, utiliser le formulaire de signalement de risque prévu dans la
section III. Indiquer alors un délai pour que la direction agisse. Ce délai peut
varier selon les circonstances et ne devrait pas dépasser 10 jours. Vous pouvez
indiquer « sans délai » lorsque l’enjeu l’impose;
Ò
Quand la situation touche tout le monde, il est important d’agir collectivement;
Ó
Il ne faut pas tolérer de situations pénibles, surtout si elles persistent;
Ô
En informer la personne conseillère en santé et sécurité du travail au syndicat
dans les plus brefs délais.
é
Si aucune démarche concrète n’est entreprise par la direction, contacter la
CSST pour parler à une inspectrice ou un à inspecteur.
Il est également possible d’exercer un droit de refus basé sur la LSST s’il est
raisonnable de croire qu’il existe un danger pour votre santé. Voir la page 27.
26
Guide sur la santé et la sécurité du travail
b)
Service d’inspection de la CSST
Même si la LSST invite les travailleuses et travailleurs et les employeurs à prendre
eux-mêmes en charge la prévention des accidents du travail et des maladies
professionnelles, elle a prévu, au chapitre X, d’autres moyens pour assurer la
protection de la santé et de la sécurité des travailleurs.
Un de ces moyens est l’intervention d’un inspecteur de la CSST dans un
établissement pour y faire corriger une situation dangereuse. L’inspecteur peut
intervenir de diverses façons :
·
·
·
soit dans le cadre de ses activités régulières;
soit en réponse à une plainte;
soit à la suite d’un accident ou lors de l’exercice du droit de refus par un travailleur.
La visite d’un inspecteur a comme principal objectif de s’assurer que la loi et les
règlements sont respectés.
En certaines circonstances, il peut aller au-delà de cet objectif. Si l’application des
règlements en vigueur ne suffit pas à éliminer les dangers envisagés par la loi,
l’inspecteur a pour mandat d’appliquer l’article 51, paragraphe 7 de la LSST qui prévoit
l’obligation générale de l’employeur de fournir un matériel sécuritaire et d’en assurer
son maintien en bon état.
Nous vous encourageons à informer d’abord la direction d’une situation
potentiellement dangereuse et le syndicat avant de contacter la CSST.
La décision d’une inspectrice ou d’un inspecteur, qui prend généralement la forme
d’un avis de correction, doit être motivée et confirmée par écrit.
La clause 14-10.11 EL permet à la représentante ou au représentant syndical
concerné de s’absenter de son travail, sans perte de traitement, ni remboursement
pour accompagner l’inspecteur de la CSST à l’occasion des visites d’inspection et
d’enquêtes faites suite à l’exercice d’un droit de refus ou suite à la formulation d’une
plainte.
Pour obtenir l’intervention d’une inspectrice ou d’un inspecteur, vous pouvez rejoindre
le Service d’inspection en tout temps, en utilisant les coordonnées suivantes :
Estrie
Place Jacques-Cartier
1650, rue King Ouest, bureau 204
Sherbrooke (Québec) J1J 2C3
1-819-821-5000 ou 1-866-302-CSST (2778)
Télécopieur : 1-819-821-6116
27
Guide sur la santé et la sécurité du travail
c)
Grilles d’inspection
Vous trouverez dans la section outils, des grilles d’inspection qui pourraient s’avérer
des outils fort utiles pour la responsable ou le responsable en santé et sécurité du
travail d’un établissement en ce qui a trait à :
·
la cour extérieure...................(annexe II)
·
l’extérieur du bâtiment ..........(annexe III)
·
l’intérieur du bâtiment...........(annexe IV)
·
le stationnement ....................(annexe V)
·
la qualité de l’air ....................(annexe VI)
Ces inspections devraient s’effectuer sur tout le territoire du SEE par les responsables
SST des écoles minimalement aux périodes suivantes indiquées aux grilles à chaque
année :
3e semaine de septembre pour «A» (automne);
3e semaine de décembre pour «H» (hiver);
3e semaine d’avril pour «P» (printemps).
Pour vous aider à remplir les grilles, consultez l’annexe X sur les agresseurs.
d)
Le droit de refus
Selon la LSST (articles 12 et suivants), une travailleuse ou un travailleur a le droit de
refuser d’exécuter un travail s’il a des motifs raisonnables de croire que son exécution
l’expose, lui ou une autre personne, à un danger pour sa santé, sa sécurité ou son
intégrité physique. Il ne peut cependant pas exercer ce droit s’il met en péril
immédiatement la santé ou la sécurité d’une autre personne, ou si les conditions
d’exécution de sa tâche sont normales pour ce genre de travail.
Le droit de refus s’exerce individuellement.
Dès qu’une travailleuse ou qu’un travailleur décide d’exercer son droit de refus, il doit
en avertir verbalement son employeur ou son supérieur immédiat et donner les raisons
de son refus. Il doit ensuite demeurer disponible sur les lieux de travail pour
effectuer d’autres tâches, le cas échéant.
L’employeur doit alors convoquer la représentante ou le représentant syndical (une ou
un délégué syndical) ou un autre travailleur désigné par celui qui exerce le droit de
refus pour examiner la situation et discuter des correctifs à apporter à la situation.
Si l’employeur et la représentante ou le représentant syndical n’arrivent pas à
s’entendre sur l’existence d’un danger ou sur les correctifs à apporter, l’un ou l’autre
peut demander l’intervention d’un inspecteur de la CSST. Le travailleur peut
également faire appel à un inspecteur s’il n’est pas satisfait de la conclusion à laquelle
en sont arrivés l’employeur et le représentant syndical.
28
Guide sur la santé et la sécurité du travail
L’inspecteur doit déterminer dans les plus brefs délais s’il existe un danger. Sa
décision est exécutoire, même si les parties ne sont pas d’accord. On peut cependant
contester cette décision par une demande de révision administrative, dans un premier
temps et par une contestation devant la Commission des lésions professionnelles
(CLP).
Il est à noter que dans certaines conditions, l’employeur peut demander à une autre
travailleuse ou un autre travailleur de remplacer celui qui exerce son droit de refus. Il
doit toutefois l’informer de ce refus et des motifs invoqués. Ce travailleur peut refuser à
son tour d’exécuter le travail.
Aucune sanction ne peut être imposée à une travailleuse ou un travailleur parce qu’il a
exercé son droit de refus. Le travailleur continue de toucher son salaire et ne peut
être congédié ou recevoir une mesure disciplinaire à moins d’avoir agi de façon
abusive (art. 30). Des recours sont possibles si une sanction est imposée.
29
Guide sur la santé et la sécurité du travail
Événements courants qui pourraient entraîner le droit de refus
e)
ÉVÉNEMENTS
QUOI FAIRE ?
La température d’un local de classe est trop
froide ou trop chaude (entre 16 et 20 degrés
selon la nature du travail, voir page 16).
Refus de dispenser de l’enseignement dans
un tel local.
La surface glacée des cours d’établissement.
Refus d’exécuter la surveillance d’élèves sur
la cour d’établissement dans de telles
conditions.
La réfection ou rénovation d’un établissement
qui entraîne un affaiblissement momentané de
la structure ou des odeurs ou des bruits
intolérables.
Demande de relocalisation et sinon refus
d’exécuter le travail demandé dans de telles
conditions.
Des outils ou instruments non adéquats à
l’exécution d’une tâche particulière.
Par
exemple : une échelle qui ne serait pas munie
de semelles antidérapantes.
Refus d’exécuter le travail demandé avec de
tels outils ou instruments.
Panne d’électricité entraînant une obscurité
presque totale des lieux.
Évacuation des lieux.
Problème d’approvisionnement en eau potable
ou bris des circuits d’alimentation dans un
établissement.
Vérification préliminaire du temps prévisible
pour rétablir la situation et évacuation des
lieux.
Le transport de charges.
Demande à l’employeur de faire effectuer le
transport ou si la durée du problème excède
une période rendant inopérantes les
installations sanitaires. Refus d’exécution
La mauvaise ventilation d’un établissement ou
de certains locaux (peinture fraîche, goudron,
odeur de moisissure, hottes de laboratoires non
fonctionnelles, etc.).
Le refus d’exécuter une tâche dans les
locaux ainsi affectés.
Direction, parent, élève ou autre membre du
personnel violent.
Dénoncer la situation, refus d’exécution,
demande de services (EHDAA) concernant
un élève. Le cas échéant, signalement à la
DPJ si la situation le justifie concernant un
élève.
Retrait préventif de la travailleuse enceinte ou qui allaite (article 40 et suivants de la
LSST)
Définition
La loi accorde une protection particulière à la travailleuse enceinte ou qui allaite. En
effet, quand les conditions de son travail comportent des dangers physiques pour elle,
à cause de sa grossesse, ou pour l’enfant à naître ou allaité, elle a le droit d’être
affectée immédiatement à d’autres tâches qui ne comportent pas de tels dangers et
30
Guide sur la santé et la sécurité du travail
qu’elle est raisonnablement en mesure d’accomplir. Sinon, elle peut cesser de
travailler temporairement et toucher des indemnités. Des conditions de travail jugées
dangereuses, conjuguées à des problèmes de santé liés à la grossesse, lui permettent
également de se prévaloir de ce droit.
Cependant, si les problèmes de santé de la travailleuse ne sont reliés qu’à sa
grossesse et n’ont aucune relation avec son poste de travail, le retrait préventif ne
sera pas accordé. Ce sera alors l’assurance-salaire qui s’appliquera, jusqu’à la date
de l’accouchement (5-13.19 EN).
Démarche
C’est d’abord le médecin traitant et non l’employeur qui peut déterminer s’il y a
danger. C’est pourquoi la première étape est d’obtenir :
1.
Le certificat médical du médecin traitant
.
2.
Je me procure, chez mon médecin ou mon employeur, le formulaire
«Certificat visant le retrait préventif et l’affectation de la travailleuse
enceinte ou qui allaite» pendant que je suis au travail (annexe 2).
.
Je demande à mon médecin traitant (celui qui suit ma grossesse) de remplir
le certificat et je lui énumère tous les dangers présents à mon travail.
.
Mon médecin traitant doit consulter un médecin du Département de santé
communautaire (DSC) pour que ce dernier fasse une évaluation de mes
conditions de travail et vérifie ainsi s’il y a danger pour moi ou mon bébé.
La réponse de mon employeur
Trois situations peuvent se présenter :
â
Mon employeur m’affecte à une autre tâche reliée à l’enseignement
sans danger pour moi ou mon bébé.
J’accepte et je conserve le même salaire et les mêmes avantages de mon
emploi habituel.
ã
Mon employeur m’affecte à une autre tâche :
A)
Qui comporte aussi des dangers :
·
B)
Recommencer le processus auprès de votre médecin;
Que je ne crois pas raisonnablement être en mesure d’accomplir :
·
Faites une demande à la CSST. Elle a vingt jours pour décider.
En attendant la décision, vous n’êtes pas obligée d’accepter la
réaffectation. Une fois la décision de la CSST rendue, elle
prend effet immédiatement. Par ailleurs, vous avez dix jours
pour la contester devant la Commission des lésions
professionnelles (CLP). Contactez alors le syndicat.
31
Guide sur la santé et la sécurité du travail
Ð
Mon employeur ne peut pas m’affecter à une autre tâche sans
danger :
Je peux cesser de travailler à la date indiquée par mon médecin traitant
jusqu’à la date de mon accouchement ou à la date où mon employeur me
trouve une affectation à une autre tâche sans danger.
L’employeur doit me payer mon plein salaire pendant les cinq premiers
jours et ensuite, je suis indemnisée à 90 % de mon salaire net par la
CSST.
À mon retour, je reprends mon emploi habituel sans perte d’avantages.
L’employeur obtient le remboursement.
32
SECTION II - RÉPARATION (LATMP)
A)
Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP)
Cette loi comporte des dispositions pour indemniser la travailleuse ou le travailleur lors d’un
accident du travail ou lorsque survient une maladie reliée au travail. Elle traite, entre autres,
des indemnités, du droit de retour au travail, de l’assignation temporaire, du droit à la
réadaptation, etc.
Définitions
La LATMP donne les définitions suivantes :
«Accident de travail»
"Un événement imprévu et soudain, attribuable à toute cause, qui survient à une personne
par le fait ou à l’occasion de son travail et qui entraîne pour elle une lésion professionnelle."
«Lésion professionnelle»
Une blessure ou une maladie qui survient par le fait ou à l’occasion d’un accident du travail,
ou une maladie professionnelle, y compris la récidive, la rechute ou l’aggravation.
«Maladie professionnelle»
Une maladie contractée par le fait ou à l’occasion du travail et qui est caractéristique de ce
travail ou reliée directement aux risques particuliers de ce travail.
C’est à l’accidentée ou l’accidenté qu’il incombe de démontrer qu’il a été victime d’une lésion
professionnelle et c’est à lui de faire la preuve de la relation existant entre l’accident et le
travail.
Toutefois, dans certains cas, il existe une présomption qui facilitera cette preuve.
Article 28
Blessure présumée lésion professionnelle - Une blessure
qui arrive sur les lieux du travail alors que le travailleur est à
son travail est présumée une lésion professionnelle.
Article 29
Risques particuliers – Les maladies énumérées dans
l’annexe I sont caractéristiques du travail correspondant à
chacune de ces maladies d’après cette annexe et sont reliées
directement aux risques particuliers de ce travail.
33
Il existe donc 4 types de lésion professionnelle :
·
·
·
·
Un accident du travail découlant d’un ou plusieurs événements imprévus et soudains;
Une maladie professionnelle;
Une récidive, rechute ou aggravation (lorsqu’une précédente lésion professionnelle a
été reconnue;
Une lésion qui suivrait à l’occasion des soins ou des traitements qui font suite à une
lésion professionnelle.
Normalement, si l’accident qui arrive est lié aux activités incluses dans la tâche de la
travailleuse ou du travailleur et à ses conditions de travail, la lésion qui en découle sera
reconnue au sens de la LATMP.
En général, il est plus difficile de faire reconnaître une lésion psychologique.
Événement imprévu et soudain
Ce n’est pas la douleur qui doit être imprévue et soudaine, c’est l’événement.
Bref, pour qu’il y ait un accident de travail, il faut qu’il se soit passé quelque chose
d’inhabituel. Une chute, un bris d’équipement, un effort inhabituel, un faux mouvement, etc.
ayant causé une blessure. Cependant, dans certains cas, l’événement imprévu et soudain
pourra être un ensemble de petits événements imprévus ou microtraumatismes qui, avec le
temps, vont entraîner une blessure ou une maladie.
À l’occasion du travail
Il faut que l’activité exercée ait un lien avec le travail et qu’elle soit utile à l’employeur ou
qu’elle soit sous son contrôle. Par exemple, un accident qui surviendrait dans le
stationnement pourrait dans certaines circonstances être reconnu comme un accident du
travail.
Si un véhicule automobile est impliqué, il est possible que l’événement entraîne
l’indemnisation par la Société d’assurances automobile du Québec (SAAQ). Nous vous
invitons à entreprendre une réclamation auprès de la SAAQ et à communiquer avec le
syndicat. Si la SAAQ accepte d’indemniser selon l’article 31 de la LATMP, la CSST refusera
alors la réclamation.
L’assistance médicale
La travailleuse ou le travailleur a droit :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
À l’assistance médicale que requiert son état;
Aux services des professionnels de la santé de son choix;
Aux soins ou traitements fournis par un établissement de santé de son choix;
Aux médicaments et autres produits pharmaceutiques;
Aux prothèses et orthèses prescrites par un professionnel de la santé;
Aux frais de transport.
L’assistance médicale est gratuite en cas de lésion professionnelle.
34
Les premiers secours et le transport
L’employeur doit donner les premiers secours à une victime d’une lésion professionnelle et,
s’il y a lieu, la faire transporter dans un établissement de santé, chez un professionnel de la
santé ou à sa résidence, selon ce que requiert son état.
Les frais de transport sont assumés par l’employeur qui les rembourse, le cas échéant, à la
personne qui les a défrayés.
Le choix du médecin traitant
La travailleuse ou le travailleur a droit aux soins du professionnel de la santé de son
choix.
L’employeur ne peut imposer le choix d’un hôpital ou d’un médecin qui sera qualifié
ultérieurement de médecin traitant.
Il doit y avoir un lien de confiance qui existe entre la travailleuse ou le travailleur et son
médecin.
Une travailleuse ou un travailleur peut en tout temps changer de médecin. Cependant, si
vous changez plusieurs fois de médecin, la CSST ou l’employeur peut essayer de mettre en
doute votre crédibilité et celle des médecins.
La convention collective
Les clauses 5-10.44 à 5-10.64 de l’entente nationale portent sur « l’accident du travail et
maladie professionnelle ». Nous vous invitons à en prendre connaissance.
35
B)
Comment agir en réparation
a)
Démarche à respecter
·
Dans tous les cas d’un événement inhabituel (exemples : glissade sur un
plancher, excès de colère d’un collègue, violence d’un élève, coupure mineure,
contact avec le sang d’un élève, etc.), qu’elle vous paraisse sans gravité ou
non, vous DEVEZ immédiatement aviser votre supérieur immédiat.
·
Il est important de déclarer tout événement le plus tôt possible, même s’il n’y a
pas d’absence du travail, parce qu’il peut se développer certaines complications
par la suite et c’est le seul moyen de prouver qu’elles sont le résultat de
blessures subies lors de l’exercice de la profession. C’est exactement à cette fin
que la loi a prévu le registre des accidents du travail dans votre établissement.
Un formulaire de déclaration établi par la commission scolaire devrait être
disponible au secrétariat de l’école ou centre.
Si vous avez «passé proche» d’avoir un accident, il est important de le
déclarer. C’est un excellent moyen de protection et de prévention.
Pour vous conformer à la LATMP, voici ce qu’il vous faut faire lorsque vous êtes
victime d’une lésion professionnelle :
1.
Aviser la direction de l’école si possible avant de quitter votre lieu de travail
pour aller rencontrer un médecin et remplir le formulaire de déclaration
disponible à l’école ou au centre aussitôt que possible. Cette déclaration
appartient à la victime et doit contenir une description de la lésion, la date, le
moment, le lieu, les noms des témoins, s’il y a lieu, et les circonstances de
l’accident.
Note :
Si vous devez être transporté chez vous, à l’établissement de
santé ou chez la ou le médecin de votre choix, l’employeur doit
assumer les frais (5-10.50 EN).
Dans le formulaire de déclaration, il est important que la description soit la
plus complète et exacte possible.
Exemple non complet : J’ai glissé sur une pelure de banane.
Exemple complet :
À 14 h 03, alors que j’observais les élèves dans le
coin sud de la cour d’école, j’ai glissé sur une
pelure de banane en me rendant vers eux les
rencontrer. Je suis tombée sur le côté droit et j’ai
ressenti une douleur à la jambe droite et une
tension à la cuisse.
Si vous devez payer pour des prescriptions, des soins professionnels, vous
pouvez être remboursé en remplissant le formulaire «Réclamation du
travailleur» (annexe 5) et en la postant à la CSST, avec les factures
originales ou les reçus.
36
Ce formulaire est disponible chez votre employeur qui est tenu de vous en
fournir une copie.
2. Si votre absence dure plus que la journée de l’accident, vous devez voir un
médecin de votre choix et obtenir une attestation médicale et la remettre à
votre employeur. N’oubliez pas de signaler à celui-ci que les événements
qui ont causé votre état sont survenus au travail.
3. Si votre absence est de quatorze jours de calendrier ou moins, la
commission scolaire doit transmettre à la CSST le formulaire «Avis de
l’employeur et demande de remboursement» (annexe 4) afin de se faire
rembourser pour les quatorze premiers jours. Assurez-vous que l’avis décrit
bien l’événement survenu, sinon vous pouvez donner votre version sur ce
même avis. La commission scolaire doit vous en remettre une copie et doit
en aviser le syndicat (5-10.52 EN).
4. Si votre absence est de plus de quatorze jours de calendrier, vous devez, à
partir de ce délai, remplir le formulaire «Réclamation du travailleur»
(annexe 5).
Lorsque la CSST rend sa décision, si vous souhaitez contester la décision
ou si la commission scolaire conteste, contactez le Syndicat.
Remplissez et transmettez le formulaire de procuration contenu à la
section III. Consultez l’annexe VII pour des lésions reconnues en SST
37
b)
Protection du revenu de la travailleuse ou du travailleur (IRR)
Tant et aussi longtemps qu’une personne enseignante sous contrat est admissible
à une indemnité de remplacement du revenu à cause d’un accident du travail ou
d’une maladie professionnelle, elle reçoit de son employeur le même traitement net
qu’elle recevrait si elle était au travail (5-10.55 EN).
La commission scolaire continue donc de vous payer à 100 % de votre traitement
net et la CSST remboursera la commission scolaire du montant correspondant à
l’indemnité de remplacement du revenu pour les 14 premiers jours.
De plus, les frais en lien avec une lésion professionnelle sont remboursés par la
CSST.
Par conséquent, une travailleuse ou un travailleur ne doit subir aucune réduction de
sa caisse de congés de maladie pour les jours où la CSST verse des prestations ou
pour les absences occasionnées par les examens supplémentaires ou périodiques
exigés par la CSST (5-10.54 et 5-10.64 EN).
Pour les autres travailleuses et travailleurs en fonction, sans contrat, l’indemnité est
de 90 % du salaire net et est versée par l’employeur durant les quatorze (14)
premiers jours d’absence. Par la suite, la CSST leur verse directement à même
l’indemnité.
Lorsque la lésion professionnelle est reconnue, le revenu de la travailleuse ou du
travailleur est plus important qu’en assurance-salaire où il est limité à 75 % du
salaire brut après les cinq premiers jours payés à même les banques de congés
maladie.
38
c)
Assignation temporaire
L’assignation temporaire est le fait d’affecter la travailleuse ou le travailleur à un
travail différent de ses tâches habituelles normales. Cette possibilité existe en vertu
de la LATMP et de la clause 5-10.58 EN.
L’assignation temporaire ne veut pas nécessairement dire que la travailleuse ou le
travailleur se retrouvera à un poste différent de celui qu’il occupait avant sa lésion. Il
peut s’agir du même emploi temporairement modifié, c’est-à-dire que le travailleur
exécutera le même travail, à l’exception de certaines tâches déterminées par son
médecin ou selon un horaire adapté. La charge, le rythme, l’intensité du travail
peuvent également être réduits, selon l’avis du médecin du travailleur. Le travail
peut aussi être tout autre et il est possible que soit offert au travailleur un ensemble
de tâches normalement exécutées à différents postes.
Le travail assigné peut être accompli à temps plein ou à temps partiel.
L’assignation temporaire peut être utilisée dans nombre de situations : lorsque la
durée des soins que la travailleuse ou le travailleur reçoit lui laisse des disponibilités
de temps (ex. : physiothérapie, trois demi-journées par semaine), dans l’attente de la
modification d’un poste de travail ou d’une intervention chirurgicale, ou encore entre
deux périodes de formation lorsque le travailleur est déjà engagé dans un
programme de réadaptation.
Cependant, avant d’assigner un travail léger à une victime d’une lésion
professionnelle, l’employeur doit respecter l’article 179 de la LATMP, c’est-à-dire
qu’il doit consulter le médecin de la travailleuse ou du travailleur et ce
médecin doit être convaincu des éléments suivants :
.
la travailleuse ou le travailleur est en mesure d’accomplir ce travail;
.
ce travail ne comporte pas de danger;
.
ce travail est favorable à la réadaptation de la travailleuse ou du travailleur.
Pour se prononcer, le médecin devrait avoir une description précise des tâches à
accomplir.
La travailleuse ou le travailleur peut contester l’assignation temporaire même lorsque
son médecin est d’accord avec l’assignation. Tant qu’une décision finale n’est pas
rendue, le travailleur n’est pas tenu de faire le travail que lui avait assigné son
employeur.
L’assignation temporaire est généralement profitable aux travailleuses et travailleurs
comme aux employeurs. Elle permet de soutenir l’intérêt du travailleur pour le travail
et favorise sa réadaptation physique. Elle évite aussi que le travailleur se trouve
isolé. L’assignation temporaire peut aussi être une occasion d’accroître sa
polyvalence et de découvrir des solutions pour faciliter son retour au travail. Quant à
l’employeur, elle lui permet de réduire les frais reliés aux lésions professionnelles.
39
d)
Droit à la réadaptation
Si une travailleuse ou un travailleur devient incapable d’exercer son emploi à cause
d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle, il a droit à la réadaptation.
La CSST prépare alors un plan individualisé et en assume les coûts.
La travailleuse ou le travailleur devra suivre le plan préconisé par la CSST sous
peine de perdre son indemnité. Il est cependant possible de contester le plan de
réadaptation et certains de ses éléments, comme toutes décisions de la CSST.
L’indemnité sera versée jusqu’au moment où la personne sera en mesure de
reprendre son travail ou encore d’occuper un emploi équivalent ou un emploi
convenable et répondant à ses qualifications. La CSST peut mettre fin aux
indemnités si la travailleuse ou le travailleur refuse un emploi jugé convenable.
e)
Droit au retour au travail
Si la travailleuse ou le travailleur s’absente de son travail à cause d’une lésion
professionnelle, il a le droit d’être réintégré au moment où le médecin traitant le
considère capable de reprendre son emploi, avec tous les avantages qui y sont liés.
(clause 5-10.59 EN)
S’il lui est impossible de reprendre son travail habituel, son employeur doit lui offrir le
premier emploi convenable disponible. Elle ou il peut refuser ce travail si son
médecin estime que celui-ci représente un danger ou qu’il pourra nuire à sa
réadaptation (LATMP, art. 234 à 246, clause 5-10.60 EN).
Aucune sanction ne peut être imposée à une travailleuse ou un travailleur parce qu’il
a été victime d’un accident ou d’une maladie professionnelle, ou parce qu’il a exercé
un droit reconnu dans la LSST. Si tel est le cas, vous pouvez porter plainte à la
CSST (LATMP, art. 32), en aviser votre syndicat, ou encore lui demander de
déposer un grief.
G:\Usr\Caroline\fichiers\WP\Caroline\comité sst\guidesyndicalsst-enseignants-2008.doc
40
ADRESSES ÉLECTRONIQUES UTILES
www.seestrie.org
Syndicat de l’enseignement de l’Estrie
Vérifier sur le site du SEE pour les informations récentes.
www.clp.gouv.qc.ca/sites/clpq/webclp1b.nsf/?open
Commission des lésions professionnelles
www.clp.gouv.qc.ca/sites/clp1b.nsf/listeweb/4.b.5!opendocument
Mémento en ligne LATMP et LSST (aide-mémoire qui permet un repérage rapide des principales
tendances jurisprudentielles.
www.csq.qc.net/index.cfm/2,0,1676,9659,0,0html
CSQ
www.csst.qc.ca/portail/fr
recueil de politiques en matière de réadaptation-indemnisation
www.cai.gouv.qc.ca
Commission d’accès à l’information
www.csst.qc.ca
Commission de la santé et de la sécurité du travail
www.cja.gouv.qc.ca
Conseil de la justice administrative
www.educaloi.qc.ca
Éducaloi (Site de vulgarisation juridique destiné au grand public)
www.irsst.qc.ca
Institut de recherche en santé et en sécurité du travail
www.justice.gouv.qc.ca
Ministère de la Justice
www.travail.gouv.qc.ca
Ministère du Travail
www.doc.gouv.qc.ca
Publications du Québec
www.azimut.soquij.qc.ca
Société québécoise d’information juridique
www.jugements.qc.ca
Société québécoise d’information juridique (pour un accès gratuit aux décisions de la CLP)
41
SECTION III - FORMULAIRES
Annexe 1
Formulaire de signalement de risques
Annexe 2
CSST : Demande de remboursement pour un retrait préventif ou une
affectation de la travailleuse enceinte ou qui allaite.
Annexe 3
CSST : Demande de remboursement de frais
Annexe 4
CSST : Avis de l’employeur et demande de remboursement
Annexe 5
CSST : Réclamation du travailleur
Annexe 6
Formulaire de procuration
Annexe 7
Évaluation sommaire d’une exposition au sang
42
Annexe 1 - Formulaire de signalement de risque
FORMULAIRE DE SIGNALEMENT DE RISQUE
SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL
DATE :
HEURE :
École ou
centre :
Commission
scolaire :
Conformément à l’article 49 de la LSST (LRQ, c. S-2.1 et la clause 14-10.03 de l’entente locale)
je désire vous soumettre le problème suivant :
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________
Correctifs suggérés :
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________
Si aucune action n’a été entreprise □ sans délai ou □ d’ici ______ jours, la CSST ou tout autre
organisme approprié sera interpellé.
__________________________________
_________________________________
Signature de la travailleuse ou du travailleur
Personne responsable SST ou
déléguée syndicale
Actions entreprises par la direction
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________
___________________________________________________________________________
_________________________________
Signature de la direction
c.c. :
___________________________________
Date
Syndicat
Personne responsable SST dans l’école ou le centre
43
Annexe 2 - CSST : Demande de remboursement pour un retrait préventif
ou une affectation de la travailleuse enceinte ou qui allaite.
44
45
46
47
48
Annexe 3 - CSST : Demande de remboursement de frais
0
49
50
51
52
Annexe 4 - CSST : Avis de l’employeur et demande de remboursement
53
54
55
56
57
58
59
60
61
62
63
Annexe 5 - CSST : Réclamation du travailleur
64
65
66
67
68
69
70
Annexe 6 - Formulaire de procuration
PROCURATION
Je, soussigné(e), ___________________________ autorise ______________________, du
Syndicat __________________________________ à me représenter dans le cadre du dossier
_________________________________________ .
J’autorise également ________________________ à consulter, à prendre connaissance et à
obtenir copie de mon dossier auprès de l’employeur et des médecins que j’ai consultés.
ET J’AI SIGNÉ À ___________________________ LE _______________________________
_________________________________________
Signature
71
Annexe 7 - Évaluation sommaire d’une exposition au sang
S ATTENTION : la consultation doit avoir lieu dans les deux heures de l’exposition −
ÉVALUATION SOMMAIRE D’UNE EXPOSITION AU SANG
À remettre au médecin de l’urgence
IDENTIFICATION
Nom de la personne exposée au sang :_________________________________________
Adresse : ______________________________ N0 de téléphone :_____________________
__________________________________________________________________________
Nom de la ou des personnes à la source de la contamination
__________________________________________________________________________
Adresse : ______________________________ N0 de téléphone :_____________________
__________________________________________________________________________
N0 de téléphone où l’on peut facilement la rejoindre : ________________________________
Lieu où elle a été transportée :__________________________________________________
EXPOSITION
Date : ___________________________
De quelle façon le sang d’autrui a-t-il été en contact avec votre sang?
Piqûre
Coupure
Éraflure avec saignement
Lésions ouvertes de votre peau
(eczéma, plaie, gerçure, etc.)
Décrire les circonstances de l’exposition : (ex. : quantité de sang, profondeur de la blessure,
durée d’exposition, etc.)
__________________________________________________________________________
Décrire l’objet qui vous a blessé (s’il y a lieu) :______________________________________
__________________________________________________________________________
Morsure avec déchirure de la peau :
Décrire votre lésion : _________________________________________________________
Y avait-il du sang dans la bouche de l’agresseur ?
Oui
Non
Ne sait pas
Le sang de l’agresseur a-t-il été en contact avec vos muqueuses
(yeux, lèvres, bouche, intérieur du nez)?
Surface touchée :___________________________ Durée du contact : _________________
72
Guide en santé sécurité du travail
SECTION IV - OUTILS
Annexe I :
Identification de la personne responsable en SST
Annexe II :
Cour extérieure
Annexe III :
Extérieur du bâtiment
Annexe IV :
Intérieur du bâtiment
Annexe V :
Stationnement
Annexe VI :
Questionnaire sur la qualité de l’air
Annexe VII :
Exemples tirés de la jurisprudence
Annexe VIII : Maladies contagieuses
Annexe IX :
Maladies à déclaration obligatoire
73
Annexe I - Identification de la personne responsable en SST
SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL
PERSONNE CHARGÉE DES QUESTIONS DE SANTÉ ET DE SÉCURITÉ
Établissement
NOM
PERSONNES CHARGÉES DES PREMIERS SECOURS ET DES PREMIERS SOINS
NOM
PRÉNOM
FONCTION
LIEU DE TRAVAIL
LOCALISATION DE LA TROUSSE DE PREMIERS SECOURS ET LES PREMIERS SOINS
AFFICHER JUSQU’À UNE NOUVELLE VERSION
74
Annexe II - Cour extérieure
COUR EXTÉRIEURE
Objectifs :
Y
Y
Y
vérifier la qualité et la sécurité de la cour extérieure
faire prendre conscience de l’état de la cour et des risques inhérents à son emplacement
dresser, au besoin, un inventaire des solutions appropriées
COMMENTAIRES
SAISONS
AHP
ACCESSIBILITÉ
AHP
SURFACE DU SOL
PROBLÈMES
(dénivellation, trous,
etc.)
AHP
OBSTACLES
AHP
CIRCULATION
MOTORISÉE OU
AUTRE
AHP
SIGNALISATION
AHP
JEUX
AHP
CLÔTURES
AHP
VERMINE
AHP
AUTRES...
DATE :
RÉPONDANTE OU RÉPONDANT EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL :
75
ÉCOLE OU CENTRE :
SOLUTIONS
Annexe III - Extérieur du bâtiment
EXTÉRIEUR DU BÂTIMENT
Objectifs :
Y
Y
Y
vérifier la qualité et la sécurité de l’extérieur du bâtiment
faire prendre conscience de l’état de l’extérieur du bâtiment
dresser, au besoin, un inventaire des solutions appropriées
COMMENTAIRES
SAISONS
AHP
ACCESSIBILITÉ
AHP
FACILITÉ D’ENTRÉE
AHP
FACILITÉ DE SORTIE
AHP
ÉCLAIRAGE
AHP
TROTTOIRS
AHP
PORTES
AHP
FENÊTRES
(moustiquaires)
AHP
ESCALIERS
AHP
TOITURE
AHP
MURS
AHP
ARBRES
AHP
AUTRES...
PROBLÈMES
DATE :
ÉCOLE OU CENTRE :
RÉPONDANTE OU RÉPONDANT EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL :
76
SOLUTIONS
Annexe IV - Intérieur du bâtiment
INTÉRIEUR DU BÂTIMENT
Objectifs :
Y vérifier la qualité et la sécurité de l’intérieur du bâtiment
Y faire prendre conscience de l’état de l’intérieur du bâtiment
Y dresser, au besoin, un inventaire des solutions appropriées
Y ne pas oublier les locaux de service : gymnase, salle de photocopieur, local d’arts plastiques, de musique, laboratoire informatique,
etc.
SAISONS
COMMENTAIRES
AHP
PLANCHERS (mouillés, glissants,
abîmés, tapis, seuil de porte, gym.)
AHP
ESCALIERS (solidité de la rampe,
nivellement des marches, etc.)
AHP
PLAFONDS
AHP
ÉCLAIRAGE
AHP
FENÊTRES (guillotine, etc.)
AHP
PROPRETÉ
AHP
VERMINE
AHP
MATIÈRES DANGEREUSES
(contenants non identifiés)
AHP
BRUIT : (ventilation, équip., etc.)
AHP
IDENTIFICATION DES SORTIES
AHP
OUVERTURE DES PORTES
AHP
ÉQUIPEMENT DE SÉCURITÉ
AHP
SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET
CALORIFÈRES (eau, qualité,
couleur, etc.)
AHP
AUTRES...
PROBLÈMES
DATE :
ÉCOLE OU CENTRE :
RÉPONDANTE OU RÉPONDANT EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL :
77
SOLUTIONS
Annexe V - Stationnement
STATIONNEMENT
Objectifs :
Y
Y
vérifier la qualité et la sécurité du terrain de stationnement mis à la disposition du personnel et des risques inhérents
dresser, au besoin, un inventaire des solutions appropriées
COMMENTAIRES
SAISONS
AHP
AIRE (superficie et
espacement)
AHP
SIGNALISATION
AHP
REVÊTEMENT
AHP
ENTRETIEN
AHP
ÉCLAIRAGE
AHP
SÉCURITÉ
AHP
CIRCULATION
AHP
AUTRES...
PROBLÈMES
DATE :
RÉPONDANTE OU RÉPONDANT EN SANTÉ ET SÉCURITÉ DU TRAVAIL :
78
ÉCOLE OU CENTRE :
SOLUTIONS
Annexe VI - Questionnaire sur la qualité de l’air
QUESTIONNAIRE SUR LA QUALITÉ DE L’AIR
École ou centre :
Commission scolaire :
Votre perception de l’environnement de travail
Les réponses sont graduées de 1 à 5. Lorsque vous répondez 1, cela signifie que vous êtes
très insatisfait de la situation, alors que si vous répondez 5, cela indique que vous êtes très
satisfait, sauf pour la question 9 où 1 signifie beaucoup et 5 pas du tout.
1.
Température ambiante (au cours de la
présente saison)
1
2
3
4
5
2.
Mouvements de l’air
1
2
3
4
5
3.
Changements de température
1
2
3
4
5
4.
Humidité de l’air
1
2
3
4
5
5.
Qualité générale de l’air
1
2
3
4
5
6.
Intensité lumineuse
1
2
3
4
5
7.
Satisfaction à l’égard de votre aire de
travail
1
2
3
4
5
Propreté de votre aire de travail
(poussière, surfaces)
1
2
3
4
5
Dans quelle mesure votre aire de travail
nuit-elle à votre capacité de travail ?
1
2
3
4
5
8.
9.
10.
Comment évaluez-vous les conditions habituelles d’exposition à la fumée de tabac à
l’extérieur de l’immeuble ?
“
“
1. jamais sentie
2. occasionnellement sentie
11.
3.
4.
habituellement sentie
sans cesse sentie
“
“
Vous est-il possible de contrôler les éléments suivants pour votre poste de travail ?
1. Ventilation
2. Température
3. Humidité
4. Éclairage
oui
oui
oui
oui
“
“
“
“
non
non
non
non
79
“
“
“
“
II. Votre santé
12.
Présentement, faites-vous usage de cigarettes ?
1. oui, régulièrement “
13.
“
2. non “
2. non “
Si vous portez des lentilles cornéennes, éprouvez-vous, au travail, des difficultés à les
porter ?
1. oui “
16.
3. non, jamais
Avez-vous pris ou reçu un médicament antibiotique pour un problème de sinus au cours
de la dernière année ?
1. oui “
15.
“
Avez-vous pris ou reçu un médicament dans la dernière année pour de l’asthme, de
l’eczéma ou le rhume des foins ?
1. oui “
14.
2. oui, à l’occasion
2. non “
Avez-vous déjà éprouvé, au travail seulement, l’un des symptômes ou problèmes
suivants, au moins 2 à 3 fois par semaine ?
a)
mal de tête
1. oui “
2. non
“
b)
sécheresse du nez ou de la gorge,
écoulement nasal, éternuements
ou congestion nasale
1. oui “
2. non
“
irritation des yeux (brûlements,
yeux secs)
1. oui “
2. non
“
symptômes respiratoires (essouflement, oppression de la poitrine,
sifflement respiratoire)
1. oui “
2. non
“
problèmes de peau (sécheresse,
irritation, démangeaison)
1. oui “
2. non
“
f)
difficulté de concentration
1. oui “
2. non
“
g)
sensation de fatigue
1. oui “
2. non
“
c)
d)
e)
80
17.
Diriez-vous que ces symptômes nuisent à votre travail ?
1.
2.
3.
4.
18.
non
très peu
ils m’empêchent de travailler aussi bien que je le voudrais
ils m’empêchent de travailler au point où je dois quitter le
milieu de travail
“
2. non
“
Travaillez-vous toujours dans le même milieu scolaire (école) ?
1. oui “
21.
2. non
Avez-vous déjà reçu un traitement médical pour ces symptômes ?
1. oui “
20.
“
Avez-vous déjà consulté un médecin pour ces symptômes ?
1. oui “
19.
“
“
“
2. non
“
Combien d’heures par semaine passez-vous dans la zone de votre poste de travail ?
Commentaires :
81
Annexe VII - Exemples tirés de la jurisprudence
T
Cordite diffuse bilatérale :
Maladie non prévue à l’annexe I (de la loi); la travailleuse qui est enseignante au primaire
depuis 22 ans, a démontré que sa maladie était reliée aux risques particuliers de son travail; la
cordite est une forme de laryngite dont l’étiologie est multiple, mais, en l’espèce, certaines
causes peuvent être écartées (hypothyroïdie, origine infectieuse); la présence d’un kyste sur
la corde vocale gauche n’a pas été jugée significative par les médecins de la travailleuse; par
contre, la documentation médicale révèle que les enseignantes et enseignants du niveau
primaire, particulièrement les femmes âgées de 31 à 50 ans, sont susceptibles de souffrir de
dysphonies attribuables à des cordites; or la travailleuse fait partie de ce groupe, elle connaît
des épisodes de dysphonie depuis dix ans et l’épisode en cause s’est prolongé pendant
plusieurs mois; elle utilise sa voix plusieurs heures par semaine, tout en maintenant un timbre
sonore élevé; indemnisation accordée.
Montpetit et Commission scolaire de Brossard, (1991) BRP 300 (DTE 91T-647); (1994) CALP
1366 (DTE 94T-1211).
Infarctus
L'effort intense et soutenu fourni par le travailleur (un enseignant) à l'occasion d'une journée
de plein air avec ses élèves, alors qu'il faisait du ski de randonnée et qu'il n'en a pas
l'habitude, constitue un événement imprévu et soudain, bien que le travailleur ait eu le libre
choix de l'activité. L'infarctus est relié à l'effort bien qu'une maladie coronarienne ne puisse
être écartée: Traversy et Commission scolaire La Sapinière, 06370-05-8802, 90-06-07, G.
Lavoie, (J2-06-07).
Bactérie mangeuse de chair
Enseignante. «Bactérie ou la maladie dévorante ou mangeuse de chair». La travailleuse a,
lors d’un contact étroit échangé avec une élève de sa classe, entre le 28 et le 30 octobre
2002, contracté une infection invasive à streptocoque hémolytique du groupe A. Bien que
cette contamination soit survenue lors d’un contact somme toute anodin, commun et banal, ce
contact constitue un accident du travail car tout indique que c’est ce contact en particulier qui
a, de manière imprévue et soudaine, permis l’échange de la dangereuse et nocive bactérie à
l’origine de l’infection de la travailleuse: Commission scolaire Seigneurie Mille-Îles et
Gaudette, [2005] C.L.P. 1489
T
Laryngite chronique :
La travailleuse est professeure de français au secondaire depuis plus de 20 ans. En octobre
1991, elle a éprouvé des problèmes vocaux. Quelques mois auparavant, la durée des
périodes d’enseignement et le nombre d’étudiants par classe avaient été augmentés. Le
médecin consulté par la travailleuse a posé un diagnostic de laryngite. Au mois de décembre,
la travailleuse a avisé la CSST qu’elle souffrait d’une laryngite chronique causée par son
82
travail et qu’elle devait s’absenter pendant quatre mois afin de subir un traitement en
orthophonie. Elle a demandé à être indemnisée en conséquence. Les médecins l’ayant
examinée ont émis des conclusions différentes en ce qui a trait à l’origine de sa dysphonie.
La CSST a rejeté la réclamation de la travailleuse au motif que la lésion relevait d’une
condition personnelle, ce qu’a confirmé le bureau de révision. La travailleuse a établi par une
preuve prépondérante qu’elle avait subi une maladie professionnelle directement reliée aux
risques particuliers de son travail d’enseignante au sens de l’article 30 de la Loi sur les
accidents du travail et les maladies professionnelles.
Certains médecins ayant examiné la travailleuse ont attribué la dysphonie qu’elle a présentée
à la combinaison de divers facteurs, à savoir une voix de bandes, des séquelles d’une
paralysie cérébrale ainsi que des séquelles d’une intervention chirurgicale pratiquée à la suite
du blocage d’une carotide. Or, les résultats des examens effectués ne permettent
aucunement de conclure que la condition de la travailleuse est due en partie à des problèmes
reliés à la paralysie cérébrale dont elle a souffert ou aux séquelles postopératoires de la
chirurgie pratiquée. D’autre part, ces examens ont révélé des cordes vocales normales et
n’ont permis de déceler ni nodule, ni polype, ni ulcère, ni aucune autre lésion. La preuve
démontre cependant que la travailleuse, lorsqu’elle est tendue ou qu’elle doit faire un usage
prolongé de sa voix, surutilise ses fausses cordes vocales, ce qui entraîne une fatigue vocale
et des épisodes de laryngite. Une telle fatigue vocale constitue une maladie puisqu’elle
engendre une altération de la fonction vocale, soit une raucité de la voix ou une aphonie. Par
ailleurs, il ressort de la littérature médicale que la travailleuse, en tant qu’enseignante du
français de sexe féminin et se situant dans la catégorie d’âge allant de 31 à 50 ans, fait partie
d’une population à risque, c’est-à-dire susceptible de souffrir de dysphonie par suite de
l’utilisation de la voix dans l’exercice de la profession. Cette littérature indique notamment que
la fatigue vocale figure parmi les maladies observées. Il est vrai que l’usage exagéré que fait
la travailleuse de ses fausses cordes vocales de même qu’une hygiène vocale insatisfaisante
constituent des conditions prédisposant aux troubles de la voix. Cela ne peut cependant
suffire à expliquer la maladie dont a souffert la travailleuse. Le travail effectué comportant des
risques particuliers de troubles vocaux.
La modification de l’environnement de travail de la travailleuse a entraîné une surutilisation de
sa voix. La condition de la travailleuse a donc été aggravée par son travail d’enseignante. Il y
a lieu de conclure que la travailleuse a subi une maladie professionnelle. Giguère et
Commission scolaire des Manoirs, (1997) CALP 290.
Laryngites chroniques. Enseignantes. Les enseignants peuvent être classés parmi les
professionnels de la voix. Ce groupe est considéré à risque de subir des lésions du larynx et
des cordes vocales: Simard et Buisson et Francis et Commission scolaire des Samares,
112505-63-9903, 00-08-28, S. Lemire, (00LP-64).
Laryngite avec présence d'oedème et d'érythème diffus. Enseignante au primaire. Maladie
reliée aux risques particuliers du travail d'enseignante au primaire: Sieprawski et Commission
scolaire English Montréal, [2001] C.L.P. 812.
Laryngite. Enseignante. Le travail d'enseignante est une activité professionnelle susceptible
d'entraîner une surutilisation de la voix pouvant être à l'origine de dysphonie ou troubles de la
voix. Maladie reliée aux risques particuliers du travail: Scott et Commission scolaire Sir Wilfrid
Laurier, 133027-63-0003, 02-02-27, D. Besse, révision rejetée, 03-05-16, M. Carignan.
T
Tendinite :
Éducateur physique; enseignement du badminton et du tennis; quatre périodes
d’enseignement de 50 minutes par jour, cinq jours par semaine; douleur ressentie à l’épaule
83
après une chute en ski; tendinite de la coiffe des rotateurs des deux épaules. Selon la
présomption prévue à l’article 29 de la LATMP, la tendinite est une maladie caractéristique
d’un travail impliquant des répétitions; en l’espèce, le travail d’éducateur physique implique
des répétitions pendant des périodes de temps prolongées; indemnisation accordée.
Houde et Collège d’enseignement général et professionnel de Chicoutimi, (1992) BRP, 338
(DTE 92T-810)
T
Lésion psychologique – dépression majeure :
Dépression majeure et trouble de l'adaptation. Enseignant. Le fait de se faire injurier, brandir
un poing menaçant et accuser au criminel d'agression sexuelle par deux étudiantes
différentes sur une période de trois jours — accusation pour laquelle le travailleur a été
innocenté — dépasse largement le cadre normal de l'enseignement et peut être assimilable à
un événement imprévu et soudain. Le travailleur a subi une lésion professionnelle, bien que
son état de santé mentale ait été déjà fragilisé par un autre incident ayant eu lieu quelques
années auparavant: Al-Rammahi et Commission scolaire crie, 223037-72-0312, 05-04-05, M.
Denis.
Dépression majeure. Orthopédagogue. Même si l'assignation de la travailleuse à un nouveau
groupe d'élèves présentant d'importants problèmes comportementaux relève de la
compétence et du droit de gérance de l’employeur et que cette décision ne découle pas d’un
exercice abusif, cette assignation a impliqué un changement inhabituel dans sa charge de
travail d'enseignante orthopédagogue qu'elle faisait depuis plus de 20 ans et a eu un impact
sur sa santé: Robidoux et Commission scolaire de Montréal, 263968-71-0506, 06-10-26, D.
Lévesque, (06LP-179).
Syndrome de stress post-traumatique. La travailleuse a été l'objet de propos désobligeants,
vulgaires et racistes, de menaces de mort proférées en classe par deux étudiants sur une
période relativement longue. Ces événements s'éloignent de ce qui peut être vécu de manière
prévisible pour un enseignant. Pris de manière globale, ces propos s'apparentent à du
harcèlement. La maladie est l'aboutissement de ce harcèlement. Les actes de harcèlement
constituent autant d'événements imprévus et soudains et méritent les qualificatifs
d'événements inhabituels ou extraordinaires: Ungureanu et Commission scolaire crie, 14625410-0009, 02-11-18, R. Langlois.
Une éducatrice spécialisée travaillant dans une unité de garde fermée d’un centre jeunesse a
vécu une situation qui déborde le cadre normal, habituel et prévisible du travail.
Comme premier élément, la CLP a retenu que l’éducatrice fait face à une situation pour
laquelle elle n’était pas formée. Par la suite, elle a été agressée physiquement par un jeune
présentant des problèmes de santé mentale. De plus, elle a dû faire des heures
supplémentaires, vivait un conflit avec l’employeur et travaillait avec des enfants violents.
L’éducatrice a donc été victime d’une lésion professionnelle.
Fortin et Centre jeunesse Gaspésie, CLP, 2006-01-06.
T
Épuisement professionnel
Éducatrice auprès d’adolescents présentant des problèmes socio-affectifs; situation
professionnelle stressante; absence de cause personnelle ou familiale pouvant expliquer la
symptomatologie de la travailleuse; le médecin de la travailleuse a diagnostiqué un burnout et
celui de l’employeur a plutôt diagnostiqué des troubles d’adaptation; comme le diagnostic n’a
pas été contesté, il n’est pas utile de distinguer les notions d’épuisement professionnel ou de
84
troubles d’adaptation reliés au travail; la preuve présentée a démontré que la maladie de la
travailleuse était reliée aux risques particuliers de son travail et aux mauvaises relations
existant entre le responsable du personnel et elle; indemnisation accordée.
Leclair et Pavillons Bois-Joly inc., (1991) CALP 1250 (DTE 92T-19).
T
Lésion psychologique – problème d’anxiété situationnelle :
L’enseignante de 5e année avait 25 élèves, 16 garçons et 9 filles dont 4 élèves présentaient
des troubles de comportement et 12 élèves étaient des élèves à risque. Malgré ses 20 ans
d’expérience, la travailleuse s’est absentée à compter du mois d’avril après que des collègues
l’eurent trouvée seule dans sa classe et en pleurs. La CLP a considéré que la surcharge de
travail dans un contexte inhabituel avait causé une lésion professionnelle. Cloutier et
Commission scolaire des Hautes-Rivières, CLP, 2006-10-19.
La travailleuse a démontré la survenance d’un événement imprévu et soudain, par le fait ou à
l’occasion de son travail d'enseignante, et l’existence d’un lien de causalité entre cet
événement et le trouble d'adaptation avec anxiété et somatisation diagnostiqué chez elle. Il
est clair que le conflit de travail avec une autre enseignante n’est pas d’ordre personnel mais
d’ordre pédagogique: Weis et Commission scolaire des Découvreurs, [2003] C.L.P. 668.
Anxiété situationnelle secondaire à du harcèlement psychologique. Enseignante.
L’atmosphère prévalant à l’unité E, où la travailleuse était enseignante entre septembre 2002
et novembre 2003, dépasse le cadre habituel, normal ou prévisible de ce qui est susceptible
d’être vécu dans un milieu de travail. L'attitude des éducatrices de cette unité est à l’origine du
sentiment d’isolement et de rejet vécu par la travailleuse au fil des mois: Bouchard et
Commission scolaire des Samares, 244822-63-0409, 05-09-27, D. Besse, (05LP-146).
La travailleuse, une enseignante, a été victime d'un accident du travail lui causant un trouble
de l'adaptation en raison d'une accusation injuste d'agression sexuelle d'un élève devant les
autres enfants. Cet événement dépasse le cadre normal du travail et constitue un événement
imprévu et soudain: Hubert et Commission scolaire Pointe-de-l'Île, 164763-72-0107, 03-11-14,
Anne Vaillancourt, (03LP-208), révision rejetée, 04-07-14, B. Roy.
Stress post-traumatique
La travailleuse, une enseignante, voit un inconnu démolir son véhicule garé dans le
stationnement de l'employeur à l'aide d'une bombe artisanale. Cet événement imprévu et
soudain est survenu à l'occasion de son travail puisqu'elle était sur les lieux de travail en
réunion avec des collègues et qu'elle était rémunérée par son employeur. Son véhicule était
également sur les lieux du travail et l'employeur est responsable de ces lieux et de leur
entretien. Le fait que l'on ne sache pas qui est l'auteur du délit et ses motivations n'empêche
pas de reconnaître le lien de causalité entre l'événement et le travail. D'ailleurs, la travailleuse
a ressenti les premiers symptômes du stress post-traumatique dès la première nuit et elle n'a
aucun condition personnelle pouvant expliquer cette maladie: Complaisance et Commission
scolaire Des Samares, 196578-63-0212, 03-11-25, F. Dion-Drapeau.
85
Annexe VIII - Maladies contagieuses
Maladies contagieuses
À titre indicatif, voici une liste de maladies contagieuses ainsi que leur mode de transmission et les
précautions à prendre, le cas échéant.
Rubéole
Signes de la maladie :
.
.
.
rougeurs
température légère
état grippal
Mode de transmission :
Contact direct ou indirect avec les sécrétions du nez et de la gorge.
Ex. : objets contaminés, mouchoirs, vaisselle, etc.
Temps de contagion :
1 semaine avant les rougeurs, jusqu’à 4 jours après leur disparition.
Quoi faire :
Consulter votre médecin. Isoler au moins 5 jours. Aviser l’école. Aviser
les femmes susceptibles d’être enceintes.
Complications possibles :
Maladie bénigne pour l’enfant, mais grave pour la femme enceinte à
cause du danger de malformations congénitales pour l’enfant qu’elle
porte.
Rougeole
Signes de la maladie :
o
.
.
.
température élevée (39 C)
rougeurs
état grippal
Mode de transmission :
Contact direct ou indirect avec les sécrétions du nez et de la gorge.
Ex. : objets contaminés, mouchoirs, vaisselle, etc.
Temps de contagion :
4 jours avec les rougeurs, 5 jours après leur disparition.
Quoi faire :
Consulter votre médecin pour éviter les complications. Aviser l’école.
Isoler 5 jours environ.
Complications possibles :
Complications multiples (surdité) qui laissent certains enfants
handicapés pour la vie.
Scarlatine
Signes de la maladie :
.
.
.
.
.
rougeurs
état grippal
o
température à 39 C
rougeurs de la langue
desquamation aux mains et aux pieds
Mode de transmission :
Contact direct ou indirect avec les sécrétions du nez et de la gorge.
Ex. : objets contaminés, mouchoirs, vaisselle, etc.
Temps de contagion :
1 à 5 jours avant la manifestation des symptômes.
Quoi faire :
Aviser l’école. Consulter votre médecin. L’enfant doit prendre des
antibiotiques durant 7 à 10 jours à la discrétion du médecin. Isoler 14
jours si non traité, si traité isoler 24 heures.
Complications possibles :
Complications aux reins, coeur, etc.
86
Oreillons
Signe de la maladie :
Gonflement douloureux près des oreilles (glandes salivaires).
Mode de transmission :
Contact direct ou indirect avec les sécrétions du nez et de la gorge.
Ex. : objets contaminés, mouchoirs, vaisselle, etc.
Temps de contagion :
18 jours environ, 7 jours avant et jusqu’à disparition de l’enflure.
Quoi faire :
Isoler 9 jours. Aviser l’école. Désinfection des objets souillés.
Complications possibles :
Complications cérébrales (méningite). Après la puberté, la maladie peut
affecter les organes génitaux et parfois causer la stérilité.
Coqueluche
Signes de la maladie :
.
.
.
écoulement du nez
fièvre
quintes de toux évoquant le chant du coq, peut provoquer des
vomissements
Mode de transmission :
Contact direct ou indirect avec une personne contaminée ou des
objets contaminés.
Temps de contagion :
Si traité, jusqu’à 5 à 7 jours après le début du traitement.
Quoi faire :
Aviser l’école. Voir votre médecin. La maladie doit se traiter avec
antibiotique. Exclure jusqu’à 5 jours après le début du traitement.
Complications possibles :
Très rares complications.
Varicelle
Signes de la maladie :
.
.
température légère
boutons suintants.
Mode de transmission :
Contact direct ou indirect avec les sécrétions du nez et de la gorge.
Temps de contagion :
Très contagieux. 2 jours avant l’apparition des boutons. 6 jours
après l’apparition des boutons.
Quoi faire :
Éviter que l’enfant se gratte. Pas d’aspirine ou d’AAS (acide
acétylsalicylique) car risque de complication. Aviser l’école.
Complications possibles :
Très rares complications.
Impétigo
Signe de la maladie :
Lésions cutanées purulentes et croûteuses situées surtout au visage
(nez et bouche) qui guérissent sans cicatrice.
Mode de transmission :
Contact avec des lésions cutanées ou des sécrétions provenant du
nez et de la gorge des personnes infectées ou porteuses du microbe
au niveau de la gorge. Rarement avec des objets contaminés
Temps de contagion :
Si traitement local, jusqu’à cicatrisation des lésions ou jusqu’à 24
heures après le début des antibiotiques par la bouche.
Quoi faire :
Aviser l’école. Voir votre médecin. La maladie doit se traiter avec
antibiotique et l’enfant peut fréquenter l’école.
87
Complications possibles :
Très rares complications.
Gale
Signes de la maladie :
Infection cutanée parasitaire, caractérisée par des sillons superficiels
(lignes ondulées sombres et fines)
Démangeaison intense surtout au coucher
Mode de transmission :
Contact direct cutané avec le sujet infesté. Contact indirect avec
vêtement ou literie contaminé. Se transmet facilement
Temps de contagion :
Jusqu’à élimination des parasites et leurs oeufs par le traitement
(après 1 à 2 traitements donnés à 1 semaine d’intervalle).
Quoi faire :
Aviser l’école. Exclure l’enfant jusqu’à 24 heures après le début du
traitement.
Complications possibles :
Très rares complications
Cinquième maladie
(Parvovirus)
Signe de la maladie :
Maladie éruptive bénigne s’accompagnant d’une éruption cutanée.
Mode de transmission :
Probablement par les sécrétions respiratoires
Temps de contagion :
Surtout avant l’éruption
Quoi faire :
Aviser l’école. Diriger les femmes enceintes vers un médecin pour
une évaluation.
Complications possibles :
Peu fréquentes.
L’infection pendant la grossesse peut avoir des conséquences
néfastes pour le foetus.
88
89
Annexe IX - Identification des agresseurs
IDENTIFICATION DES AGRESSEURS
CHIMIQUES
BIOLOGIQUES
PHYSIQUES
PSYCHOLOGIQUES
ERGONOMIQUES
Formes
Formes
Formes
Formes
Formes
•
•
•
•
•
gaz
vapeurs
brouillard
liquide
fibre
•
•
•
•
•
Absorption
•
•
•
voies respiratoires
voies digestives
voies cutanées
intoxication
irritation
dermatose
maux de tête
Moyens de prévention
•
•
•
•
substitution de
produits
ventilation
projecteurs
signalisation
•
•
•
•
•
•
bruit
chaleur
froid
vibrations
radiations
violence
Normes
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
bruit : 65-70 dB
température : 20°c
humidité : 40-60 %
vibrations
radiations
Effets
• contexte organisationnel
• climat des relations
interpersonnelles
• surmenage
surdité
maladies vasculaires
maladies neurologiques
maladies ostéo-articulaires
•
•
•
Transmission
•
•
•
•
Effets
•
•
•
•
microbes
bactéries
virus
insectes
champignons
ingestion
inhalation
contact
mode parental
Effets
•
•
maladies
infectieuses
maladies
contagieuses
•
•
•
•
Moyens de prévention
• vaccination
préventive
• salubrité des lieux
• hygiène
•
•
•
•
non-acceptation
rejet
manque de confiance
considération
stress
harcèlement
Causes
Effets
•
•
•
•
•
inconfort physique
posture inconfortable
courbure accentuée
mouvements répétitifs
transport et manutention du
matériel
Causes
• ameublement ou équipement de
travail non adapté à la personne
• non respect des règles dans la
manutention du matériel
• éclairage inadéquat
Effets
•
•
•
•
•
•
Moyens de prévention
démotivation
absentéisme
réduction de la
productivité
• dépression nerveuse
• burnout
Moyens de prévention
bursite, tendinite
maux de dos
inflammation des articulations
engourdissement
picotement
extrémités froides
Moyens de prévention
protecteurs acoustiques
isolation
vêtement
réduire le temps
d’exposition
•
•
•
•
•
•
•
•
•
ameublement adéquat
réduction des tâches
aménagement de postes de travail
amélioration de la condition
physique du travailleur
90
programme d’aide
soutien
encouragement
considération
comité SST ou QVT
Syndicat de l’enseignement de l’Estrie
2610, rue Galt Ouest
Sherbrooke (Québec)
J1K 2X2
Annie Beaudin, conseillère technique
en collaboration avec le Comité régional SST
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising