Entre principes généraux et particularismes

Entre principes généraux et particularismes
ENSEIGNER L’EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE EN MILIEU DIFFICILE
Entre principes généraux et particularismes
SOMMAIRE
PREAMBULE :
INTRODUCTION :
CARACTERISTIQUES D’UNE POPULATION DITE « DIFFICILE » :
ILLUSTRATION DES COMPORTEMENTS DEVIANTS AU REGARD DES FACTEURS D’HETEROGENEITE :
PRINCIPES FAVORISANT LE MAINTIEN DE « L’UNITE SOCIALE » DE LA CLASSE :
Présentation sous forme d’un tableau évoquant :
- La définition de chaque principe.
- Le discours ou les attitudes à éviter.
- L’état d’esprit qui doit animer l’enseignant.
- Des explications complémentaires.
CONCLUSION
Ce n’est pas
possible !
Comment vais-je faire
pour m’en sortir ?
ENSEIGNER L’EDUCATION PHYSIQUE ET SPORTIVE EN MILIEU DIFFICILE
Entre principes généraux et particularismes
PREAMBULE :
Cet article s’adresse aux professeurs novices ou plus expérimentés qui s’intéressent aux problématiques de
l’enseignement pour un public d’élèves difficiles. On a pu longtemps penser naïvement que l’E.P.S. avait été préservée des
obstacles à l’apprentissage et qu’elle n’était pas affectée et touchée par des résistances à son enseignement de la part d’élèves
perturbateurs. Force est de constater que cette discipline n’échappe pas au climat d’ambiance turbulent et incivil d’un milieu
hostile, qui affecte un certain nombre d’établissements de la communauté scolaire et qui est à l’origine de conditions
d’enseignement à la fois dures, complexes et exigeantes. L’intérêt de la profession pour cette thématique renvoie au fait que
l’on ne se situe plus dans le cadre d’épiphénomènes isolés, mais que les comportements déviants des élèves sont devenus un
fait de société, voire « un fait social total », (pour reprendre l’expression de Claude Levi-Strauss, (1)), dans la mesure où
l’école est devenue de plus en plus perméable à ce qui peut se passer « à sa porte ». Dès lors, face à cet état de fait, un certain
nombre de préoccupations profondes et bien réelles voient le jour dans le monde enseignant. Celles-ci peuvent être
interprétées comme étant le résultat d’une prise de conscience de l’évolution majeure des caractéristiques du public scolaire
et de ses conséquences sur la formation professionnelle. Celle-ci se voit donc contrainte de prendre en compte cette nouvelle
donne, pour répondre à des besoins susceptibles de combler un certain nombre de manques. D’autre part, ces préoccupations
peuvent également être révélatrices d’un sentiment d’impuissance, qui témoigne d’une situation d’échec de la réponse
scolaire, du fait de l’insuffisance des solutions proposées pour résoudre les problèmes. Cette situation est d’autant plus
criante et urgente, qu’en raison de la démocratisation et de la décentralisation du système d’éducation, il est demandé de plus
en plus à l’institution scolaire de « panser les plaies » et d’apporter des réponses concrètes et instantanées aux maux de la
société.
Par ailleurs, il nous semble important de préciser que les propositions qui vont suivre ne sont pas à considérer comme
des vérités absolues sur ce qu’il faudrait faire, mais plutôt comme des pistes qui ont pour modeste ambition, non seulement
de contribuer à la réflexion afin d’alimenter le débat, mais également de tenter d’aider chaque enseignant dans l’exercice
quotidien de sa profession. On peut rappeler qu’environ « 60% des jeunes professeurs apprendront leur métier dans des
établissements difficiles » (2) et seront donc confrontés à des conditions d’enseignement difficiles.
INTRODUCTION :
A une époque où la montée de la violence, la recrudescence des incivilités et le manque de respect de l’autorité
enseignante semblent gagner du terrain au sein des établissements scolaires, il nous a semblé intéressant de nous interroger
sur la manière dont il serait possible de mettre en place un certain nombre de « règles de conduite », (érigées en principes,
dont l’ordre de présentation n’a pas de lien direct avec leur importance), non seulement pour mieux faire face à une réalité
d’une partie de la population scolaire, mais également pour initier une réelle action éducative autour des problématiques que
cet état de fait suscite.
D’autre part, si nous parlons d’établissements scolaires sans préciser leur contexte local d’enseignement, c’est que
précisément nous pensons que ces quelques principes ne sont pas « spécifiques » à un contexte particulier et relatifs à une
population d’élèves de Z.E.P. dits « difficiles ». Certes, ils seront d’autant plus nécessaires, essentiels et indispensables dans
ce type de contexte, mais ils nous semblent tout aussi opérants, (certes, peut-être pas de manière exhaustive), pour les
établissements dits « classiques » ou « normaux » et qui semblent également affectés progressivement de la même
« contagion », même si les comportements déviants observés apparaissent dans une plus faible proportion et avec une gravité
moindre.
« Tout progrès de l’action profite à la connaissance
et tout progrès de la connaissance profite à l’action ». (3)
Loin de nous l’idée qu’il suffit d’avoir une connaissance « théorique » sur ce qu’il faudrait faire pour que cela
« marche », autrement dit pour obtenir des résultats en matière de gestion pédagogique en produisant des réponses
professionnelles en actes. Nos propos ne sont donc pas prescriptifs ; simplement, ils sont à considérer comme étant un
élément qu’il est possible de prendre en compte pour mieux agir sur le réel, qui souvent se présente comme étant à la fois
« dur » psychologiquement, déstabilisant, vexant, décourageant, ou culpabilisant.
A l’inverse, si l’efficacité de ces éléments théoriques est à relativiser au regard de leur applicabilité, le salut, selon
nous, ne peut pas non plus uniquement provenir de « l’action sur le terrain », en laissant le temps agir et en misant tout sur
l’expérience et l’improvisation. Même si tout se joue dans « l’ici et le maintenant », rien ne peut justifier d’enseigner au
« feeling » sans rien formaliser. Notre conviction est qu’il s’agit plutôt d’instaurer une relation, « un dialogue », « une
correspondance », « un va et vient » entre d’une part, l’activité qui consiste « à se frotter au réel » et d’autre part, celle qui
invite à une réflexion autour de sa pratique enseignante.
Dès lors, la pratique et la théorie, le concret et l’abstrait, l’action et la réflexion, ne seraient plus à envisager comme
deux aspects diamétralement opposés, mais plutôt comme un système de forces, organisé sous la forme de deux polarisations
qui s’interpénètrent selon un double mouvement à la fois interactif et génératif et orienté selon une dynamique. C’est à ce
titre que l’expérience ne peut déboucher sur des savoir-faire ou des compétences, que si elle est analysée et capitalisée en
connaissances. Autrement dit, l’expérience ne vaut rien si elle n’est réduite qu’à elle-même. Par conséquent, sa stérilité n’en
sera que plus manifeste si il n’y a pas « un retour sur soi », « un travail sur soi », basé sur une réflexion de type causal sur sa
propre pratique. En analysant et en tirant profit de son action d’enseignant, (réussites ou échecs), par un regard critique sur la
nature de sa prestation, l’enseignant ouvrira « des portes de compréhension » pour adapter au mieux ses interventions.
Dès lors, il faut considérer l’empirisme comme « une forme de connaissance qui s’élabore au contact des élèves à condition
qu’elle soit en permanence alimentée par une intense et permanente activité réflexive ». (4)
« Toute connaissance n’est qu’une connaissance approchée ». (5)
Par conséquent et d’une manière générale, enseigner suppose donc d’accepter l’idée de venir « se frotter au réel », non
pas « les mains vides », mais avec un cadre préalable d’analyse théorique qu’il sera sans doute nécessaire de faire évoluer au
regard de sa pratique, elle-même devenant le lieu d’un « télescopage » entre d’un côté, un certain nombre de présupposés, d’a
priori, de représentations, de conceptions, d’analyses théoriques et de l’autre, l’inévitable « champ de forces » que représente
le réel, pouvant se définir comme le contexte sur lequel s’exerce l’action d’enseigner. Anticiper et préparer cette « heureuse
rencontre » avec l’apprenant, c’est également accepter de s’impliquer dans un processus d’autoformation en ne se mettant
pas à l’abri des retombées, qu’elles soient bénéfiques ou néfastes pour soi-même. De surcroît, c’est accepter de se soumettre
« à la vérité du terrain », c’est admettre d’être déstabilisé dans ses conceptions, (manière de penser), d’être dérangé dans ses
habitudes, (manière de faire), d’être ébranlé dans ses certitudes, d’être bousculé dans « ses vérités premières qui ne sont que
des erreurs premières », (5) comme si nous nous devions de « repasser au feu » nos prétendus savoirs. En somme, c’est
s’engager dans la voie de l’humilité et de l’enthousiasme feutré qui d’ailleurs se vit souvent « silencieusement ». Pour tout
dire, c’est s’engager dans la voie de la croyance, croyance en sa mission d’enseignant qui reste une activité
fondamentalement renouvelable et nécessairement évolutive. C’est à ce prix qu’il y aura alors apprentissage, dans la mesure
où l’enseignant pourra et devra tirer des « enseignements de son enseignement », développant ainsi la compétence
« d’apprendre à apprendre » à enseigner.
« Avancer dans l’apprentissage,
c’est naviguer dans un océan d’incertitudes
à travers des archipels de certitudes. » (6)
CARACTERISTIQUES D’UNE POPULATION DITE « DIFFICILE » :
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette population d’élèves est loin d’être homogène dans ses particularités
et dans ses différences. C’est pourquoi, il semble essentiel de ne pas faire d’amalgame et de ne pas souscrire à une tendance
« globalisante » et « généralisatrice » dans l’appréciation et la définition mêmes de ce que sont les élèves dans leur réalité.
Ce qui frappe, quand on cherche à caractériser cette population, c’est la forte variété des facteurs d’hétérogénéité qui la
compose. Cette hétérogénéité est d’autant plus prégnante et marquante que l’établissement scolaire est lui-même soumis à un
environnement socio-économique et culturel défavorisé, concentrant les difficultés familiales et sociales et induisant par
conséquent un effet « loupe grossissant » indéniable. Les difficultés ne sont donc pas d’une nature fondamentalement
différente « qu’ailleurs », simplement, elles sont amenées à apparaître d’une manière plus rapide, plus violente et plus
amplifiée.
Quels sont alors les différents paramètres pouvant constituer des obstacles à l’apprentissage et à l’intérieur desquels
s’illustre cette forte hétérogénéité de la population scolaire ? Quels peuvent être les facteurs à l’origine de comportements
déviants, amenant l’enseignant, pour toute séquence d’enseignement, à y faire face en sachant gérer les conflits, nécessitant
de sa part adaptations, régulations, et différenciations ?
Ces facteurs sont multiples : cette liste ne prétend pas à l’exhaustivité.
1) Nationalités diverses.
2) Rapport à la règle.
3) Rapport à l’école et au savoir qui a des conséquences directes sur le rapport au travail et à l’effort individuel.
4) Rapport à l’adulte, à la femme et à l’autorité.
5) Niveaux scolaires.
6) Profils « psychologiques ».
7) Rapport à l’ A.P.S.A. et plus globalement à la discipline E.P.S.
8) Rapport à soi-même.
Dès lors, la difficulté à enseigner ne réside pas tant dans la gestion même des élèves, dérangeants, « déviants », qui
peuvent être qualifiés d’élèves indisciplinés, imprévisibles, incontrôlables, ingérables, « impossibles » ou « inenseignables »,
mais plutôt dans la nécessaire gestion de la classe entière, obligeant l’enseignant à « s’occuper de tous » les élèves en même
temps, ce qui suppose la prise en compte des particularités de chacun selon les différentes catégories d’élèves : ceux ayant un
profil scolaire stable et ceux ayant des difficultés à trouver leur place à l’école, quelle qu’en soit la raison, et qui se
manifestent par un comportement qui sort de la « norme scolaire», à l’origine d’incidents critiques pouvant se définir comme
des moments où les élèves sortent du cadre de ce qui est prescrit par l’enseignant.
ILLUSTRATION DES COMPORTEMENTS DEVIANTS AU REGARD DES FACTEURS D’HETEROGENEITE
1) Nationalités différentes et variées avec une forte présence d’élèves issus de la communauté magrébine :
Conséquences d’ordre culturel et religieux :
- Aucune ou mauvaise maîtrise de la langue française, ayant pour conséquence des difficultés d’expression et de
compréhension face à une communication verbale.
1ère adaptation de l’enseignant : Utiliser un vocabulaire particulier, c'
est-à-dire simplifié, pour se faire comprendre. Cela
peut aller jusqu’au mime. Il y a aussi la solution d’utiliser des élèves « interprètes ».
- Un rapport au corps particulier qui entraîne des difficultés pour l’élève à assumer sa propre « nudité » face au regard des
autres. Cela pose des problèmes pour se changer dans un vestiaire collectif ou pour participer aux cours de natation.
2ème adaptation de l’enseignant : User de la dimension psychologique qui consiste à expliquer, à rassurer, à mettre en
confiance, pour convaincre afin de faire progressivement évoluer les représentations.
- Un rapport à la religion qui entraîne des problèmes liés au port du foulard islamique, au refus de l’élève à participer aux
cours de natation et à l’absence des élèves en cours d’E.P.S. lors de la période du Ramadan. On voit ici toute la prégnance de
la culture d’origine de certains élèves.
3ème adaptation de l’enseignant : Nécessité de rappeler le principe de laïcité avec l’appui de l’institution scolaire,
(administration et vie scolaire de l’établissement). Nous pouvons rappeler à ce sujet que la force de toute action éducative
vient en grande partie de la qualité des relations établies entre les différents acteurs de l’établissement. Cette cohésion à
l’échelon de l’établissement permet de renforcer l’action de l’équipe enseignante. D’autre part, cela fait de nouveau appel à la
dimension psychologique et diplomatique de l’enseignant qui consiste à expliquer pour convaincre, afin de faire évoluer les
représentations. Nous sommes ici au cœur des enjeux d’intégration.
Concernant le Ramadan et notamment les difficultés à concilier au plan physiologique la célébration de cette fête religieuse et
le travail scolaire, il s’agira de faire preuve d’une certaine tolérance, tout en restant ferme sur le degré d’exigence demandé
aux élèves. L’objectif sera de faire admettre qu’en aucun cas un motif religieux ne peut être considéré comme une
justification de dispense du cours d’E.P.S. L’élève devra, par conséquent, faire la démarche de venir en cours et c’est à
l’enseignant, en faisant appel à son bon sens, de décider du degré d’implication et d’investissement de l’élève et ce, en
fonction de l’horaire du cours et de l’activité pratiquée.
2) Rapport à la règle diversement vécu selon le contexte familial et social : Conséquences d’ordre éducationnel :
- En raison de « déterminismes sociaux » liés à des situations familiales défavorisées et destructurées, un certain nombre
d’élèves, au parcours de vie souvent chaotique, a des difficultés à respecter les règles de conduite nécessaires à la « vie » de
tout groupe social, et ce par manque de repères. En effet, certains élèves, parce qu’ils n’ont pas été « façonnés » chez eux par
« les prémices de l’interdit », parce ce qu’on ne leur a pas énoncé et expliqué les devoirs à respecter, ne se posent aucune
question ni aucune limite. Les conséquences en matière d’incivilité sont multiples : non-respect du matériel et dégradation
des locaux, refus systématique de respecter les contraintes liées aux apprentissages, insolence envers le professeur,
impuissance à communiquer, insultes, brimades et agressivité envers les élèves les plus vulnérables, etc … .
4ème adaptation de l’enseignant : Faire naître des significations sur le plan de la sociabilité, (qui relève de la dimension
éducative), en rappelant les règles liées au respect et plus globalement à la citoyenneté et par conséquent en inscrivant son
action d’enseignant dans cette perspective. L’objectif est de transformer leur attitude pour les amener à mieux savoir se situer
dans une structure cadrée institutionnellement, afin qu’ils puissent se comporter en sachant distinguer ce qui relève de
« l’espace de liberté » de ce qui relève de « l’espace de contraintes », les obligeant à se plier aux règles de fonctionnement.
- Difficultés à avoir une tenue adaptée à la pratique de l’E.P.S.
5ème adaptation de l’enseignant : Faire respecter un niveau d’exigence, même faible, en matière de tenue vestimentaire.
3) Rapport à l’école et au savoir différemment vécu et qui a des conséquences directes sur le rapport au travail et à
l’effort individuel : Conséquences d’ordre motivationnel :
Un certain nombre d’élèves a une représentation négative du système scolaire qui peut s’exprimer par cette exclamation :
« L’école, c’est nul ! ». Ce sont en général des élèves qui n’ont pas intégré le rôle du système scolaire, qui sont en rupture
avec ses attentes, traduites par les exigences de l’enseignant. Ils sont en échec scolaire et ne croient pas ou plus aux fonctions
de l’école. Ils n’accordent aucune signification au savoir dans la mesure où ils ne perçoivent pas l’intérêt et l’utilité de ce qui
est appris, (ou de ce qui devrait l’être) pour leur existence et pour leur avenir. Il y a donc ici un « déficit globale de sens de la
fonction sociale de l’école ». Dès lors, l’élève a des difficultés à intégrer et à respecter son propre « métier d’élève » (7), c'
està-dire à acquérir et à développer un comportement scolaire. En raison de son niveau d’écoute et d’attention qui reste faible, sa
réceptivité aux consignes est insuffisante. Son implication dans la pratique est à la fois irrégulière et désordonnée. Il fait
preuve d’un désinvestissement, ( du moins d’un investissement discontinu), avec une absence totale de motivation. Son
attitude face au travail scolaire est passive. Sa participation en cours est faible et il obéit souvent à des logiques de
contournement et d’évitement des consignes de travail, ce qui conduit à dénaturer le but de la tâche d’apprentissage, (il fait
autre chose), ayant pour conséquence un comportement perturbateur.
6ème adaptation de l’enseignant : Faire naître des significations sur le plan didactique. Cela touche à la crédibilité du
savoir. Tout l’enjeu est de permettre à l’élève de prendre conscience de l’intérêt et de l’utilité du savoir pour son
apprentissage et ses progrès. (« Qu’est-ce que j’ai à gagner à essayer d’atteindre le but de la situation ?»). Pour cela, il est
nécessaire de jouer sur le « sentiment de compétence » qui suppose de faire le constat des progrès, (renforcement d’une
estime de soi positive), et par conséquent de jouer sur le plaisir et l’envie d’apprendre.
C’est à cette condition qu’il sera possible de réconcilier les élèves avec l’école, qui apparaîtra à leurs yeux comme étant un
lieu non plus de « pétrification », générant et renforçant désespérément la même signification, (l’élève vient voir s’égrener les
heures et « apprendre à s’ennuyer»), mais comme un lieu de construction personnelle, dont la fonction est celle de permettre
l’épanouissement et la socialisation de chacun.
4) Rapport à l’adulte, à la femme et à l’autorité diversement vécu : Conséquences de l’ordre du respect de
l’enseignant :
Pour certains élèves, tout est prétexte à entrer en conflit avec l’enseignant qui représente à leurs yeux « une personne de non
référence », sans crédit, et avec laquelle il est normal de s’opposer si celle-ci exige un certain nombre de choses qui ne vont
pas dans leurs intérêts. Les comportements se caractérisent donc par un non-respect de la parole enseignante, ce qui amène
l’adulte à devoir gérer, de manière fréquente et récurrente, des rapports de force ainsi que des formes variées d’agressivité.
7ème adaptation de l’enseignant : Faire naître des significations sur le plan de la relation pédagogique, en s’affichant
comme une personne dont la fonction et le rôle ne sont pas de « s’opposer » aux élèves, mais plutôt de les aider, tout en
affirmant son autorité. C’est à cette condition que l’enseignant aura l’image d’un « adulte signifiant » auprès des élèves.
5) Niveaux scolaires différents : Conséquences de l’ordre du rythme d’apprentissage :
Par nature, l’E.P.S. est confrontée à l’hétérogénéité des élèves sur le plan de leur niveau de pratique. En effet, que ce soit à
propos de la dimension motrice, affective, cognitive ou sociale, les élèves ont des niveaux de ressources différents. De
surcroît, on constate que pour certains, la « mécanique » des apprentissages n’est pas en place du fait d’une très faible
scolarisation. Par conséquent, il est nécessaire que l’enseignant en tienne compte pour éviter que certains se sentent
« abandonnés », laissés de côté, au risque de voir apparaître des comportements déviants, (non-écoute, bavardages, bruits
divers, agitation, désordre, dénaturation des tâches proposées, refus systématique de participer, conflit, disparition
momentanée du cours, absentéisme etc … .)
8ème adaptation de l’enseignant : Nécessité de mettre en place une pédagogie différenciée avec toutes les limites que cela
peut comporter.
6) Profils « psychologiques » variés: Conséquence d’ordre relationnel :
Une grande majorité d’élèves témoigne d’un comportement impulsif. Certains ont des difficultés à faire preuve d’un
engagement moteur raisonné, de même qu’ils ont des difficultés à accepter les remarques de l’enseignant, ou à prendre du
recul pour analyser leurs actions. Dès lors, des réactions imprévisibles d’agressivité peuvent émerger à partir d’évènements
anodins, (contact involontaire un peu trop brutal, regard « de travers », parole déplacée, etc … .)
9ème adaptation de l’enseignant : Les amener à avoir une attitude plus réflexive sur ce qu’ils font et à ne plus agir selon
« l’immédiateté » de l’action.
7) Rapport à l’A.P.S.A. et plus globalement à la discipline E.P.S. différemment apprécié : Conséquence d’ordre
didactique :
Les élèves ont souvent une représentation des A.P.S.A. proche de la pratique sociale de référence. Dès lors, certains d’entre
eux ont beaucoup de difficultés à « entrer » dans une situation d’apprentissage « décontextualisée ».
Faut-il, sous prétexte de partir de leurs représentations, respecter de manière stricte leurs goûts, leurs choix, leurs volontés,
leurs attitudes, pour finalement souscrire à leurs envies et à leurs désirs et se résoudre à ne pas faire évoluer leur « vision des
choses », ou devons-nous proposer « de la nouveauté », introduire progressivement une nouvelle approche, quitte à les
déranger « intellectuellement », pour les inciter à changer leur mode de fonctionnement, en faisant évoluer leurs conceptions,
leur système de pensée et de référence, qui n’est rien d’autre que leur système de croyance ? C’est sans doute en envisageant
la deuxième option qu’il y aura une modification, une transformation, « un remodelage » de leurs connaissances, dont la
résultante sera une restructuration de leur répertoire moteur, (capital d’actions motrices). Cette question est centrale et doit
donc être posée en terme d’enjeu pour l’élève : « qu’a t-il à gagner à pratiquer cette activité, ou qu’a t-il à gagner à la
pratiquer sous cette forme ? »
Il faut donc accepter l’élève tel qu’il est tout en ne lui permettant pas de le rester.
10ème adaptation de l’enseignant : Tenter de trouver le bon compromis pour à la fois « accrocher » les élèves en
proposant une approche qui réponde à leurs attentes et initier un réel travail à visée éducative pour les transformer.
8) Rapport à soi-même vécu différemment : Conséquence de l’ordre de sa propre considération et du regard porté sur
soi, ( estime de soi ) :
Les élèves confrontés aux conséquences de l’échec scolaire répété sont souvent amenés à douter de leurs possibilités et à
avoir une image négative d’eux-mêmes du fait d’un déficit d’estime de soi. Dès lors, ces élèves ne croient pas ou plus en
leurs moyens et souffrent d’un manque de confiance en eux. Ils refusent de s’investir pour ne pas montrer « aux yeux de la
classe » qu’ils ne sont pas compétents.
11ème adaptation de l’enseignant : Il devra donc faire preuve d’une vigilance et d’une attention particulières pour les
élèves timides, silencieux, voire introvertis, qui auront tendance à ne pas se manifester, à ne pas oser ni entreprendre de peur
de devoir montrer leurs lacunes et leurs faiblesses et par conséquent de paraître ridicules. Dès lors, il s’agira d’une part de les
remettre en confiance, de les encourager en reconnaissant leurs progrès, (aussi minimes soient-ils) et en valorisant les
moindres réussites et d’autre part, il sera nécessaire de reconnaître le droit à l’erreur afin de dédramatiser ses conséquences.
Principes favorisant le maintien de « l’unité sociale » de la classe
« Unité sociale de la classe » = Garantie du fonctionnement social du groupe classe afin de maintenir un climat favorable
d’apprentissage.
« Quels sont les
points sur
lesquels il faut
que j’insiste ?
Quel est
l’essentiel ?
Il faut
absolument que
je marque les
esprits et que je
m’impose.
Du point de vue
du rapport à l’autorité,
ne pas rater son
« ENTREE EN SCENE »
face aux élèves.
Qu’est-ce qu’il va
m’arriver
aujourd’hui ?
Formuler les prescriptions
en direction des élèves
de manière
DOSEE
et
PROGRESSIVE.
« Attention à ne pas
m’emporter !
Il faut que je garde la
maîtrise de mes propos
et que je mesure ma
décision. »
S’adapter
constamment
et
rapidement
à
L’IMPREVU.
Mettre en œuvre
une PEDAGOGIE
de la
SANCTION.
« Il faut que je
sois réglo et
que je néglige
personne. »
Faire respecter
les devoirs et les droits
de chacun de manière
JUSTE.
« Là
maintenant,
quelle est ma
priorité ? »
Appliquer
le principe de
CHOIX HIERARCHIQUES
dans le cadre
d’une stratégie pédagogique
et relatif
à la problématique de la « MINORITE DOMINANTE »
d’élèves,
au profit ou non de la
« MAJORITE
SILENCIEUSE »
que représente
le reste de la classe.
« Bon, pour aujourd’hui je ne
dis rien, mais il faut bien que tu
comprennes… »
Injecter une dose
« D’ACTION SELECTIVE POSITIVE »,
plus connue
sous le terme ambigu de « DISCRIMINATION
POSITIVE »,
en faisant preuve
de compréhension,
d’indulgence
et
de tolérance.
« Tant pis pour ce que
j’avais prévu aujourd’hui.
On verra ça la semaine
prochaine. »
« Voyons voir comment cela se
déroule ! »
« Qu’est-ce qu’il va me faire,
celui-là au fond là-bas ?
Si c’est nécessaire, il faut
impérativement que
j’intervienne à distance.
Trouver le bon
COMPROMIS
entre gérer
le COURT TERME
et
le LONG TERME
autrement dit,
savoir gérer
l’ URGENCE du moment
et la poursuite de finalités éducatives sur
LE PLUS LONG TERME.
Maintenir
une « SUPERVISION » régulière,
pour exercer un
POUVOIR D’INFLUENCE
A DISTANCE
par
une augmentation de
« SON RAYON D’ACTION ».
« Laurent, même ça,
je veux que tu le
fasses !
Il faut t’y mettre
maintenant ! »
Maintenir
un niveau d’exigence
MINIMUM
en faisant de la contrainte un OUTIL
EDUCATIF.
« Bon, du calme,
voyons… »
Faire preuve
d’une grande dose de
PSYCHOLOGIE
en sachant
COMMENT
réagir
face aux comportements
des élèves
en situation d’apprentissage
ou face
à certains comportements déviants.
« Il sont 20 ; il faut
que je pense à
prévoir 4 couloirs
de haies, (5 par
couloir) … .
OPTIMISER
Le temps d’activité des élèves.
« S’il vous plaît !
Je vous attends… »
« Sofiane, comment
fait-on d’habitude ?
Allez ! Vous savez ce
qu’il y a à faire. »
« Il ne faut pas
que je crie. »
« SAVOIR S’ECONOMISER »
face à une forte sollicitation de la dimension
énergétique,
par une organisation
qui permet d’être
EFFICIENT
sur le plan de la dépense
physique et psychologique
qui est bien réelle.
« Ce qui m’importe, c’est l’image
de mon établissement, c’est la
réussite de mes élèves, c’est l’état
du matériel E.P.S. et des
installations sportives dont mes
élèves peuvent disposer. »
Développer le sentiment
« d’ APPARTENANCE »
à son établissement
et
« d’ APPROPRIATION »
de ses élèves,
de son matériel E.P.S.,
de ses installations …
« Il faut que
j’essaye de faire en
sorte que chacun
s’y retrouve ».
Proposer du
SENS
aux apprentissages.
« Il est important que
j’impose cela dans l’intérêt
d’un effet à plus long terme,
mais également vis-à-vis de
mes collègues ».
Œuvrer
INDIVIDUELLEMENT
pour un collectif, selon une COHERENCE
et une
CONTINUITE
éducatives.
« Il faut absolument que
je pense à modifier cela
pour la semaine
prochaine. »
« Quelle
casquette dois-je avoir
aujourd’hui ? A moins
qu’il y en ait plusieurs à
porter. »
Accepter de répondre à une
PLURALITE
de fonctions.
Exercer un travail sur soi
en terme de
CAPITALISATION
de son expérience en
CONNAISSANCE.
« Il faut que je montre
l’exemple. »
S’imposer une
RIGUEUR INDIVIDUELLE.
CONCLUSION :
La compétence professionnelle reste une alchimie qui mêle
connaissances théoriques de tous ordres,
regard sur sa pratique,
obligation morale et convictions.
Force est de constater, qu’au regard des différents principes évoqués, qui témoignent de la complexité de toute
intervention pédagogique face à une population difficile, l’enseignant doit rester humble face à l’ampleur de la tâche et face
aux transformations escomptées. Mesurer les effets réels de l’application de ces principes est quelquefois délicat, du fait que
les mécanismes responsables des transformations des élèves relèvent d’un processus global dans lequel il est parfois difficile
de repérer et d’identifier la contribution réelle de chaque paramètre. Ceci est d’autant plus vrai qu’il semble que tout ne
dépende pas de l’enseignant, dans la mesure où certains éléments peuvent lui « échapper ». En effet, il serait illusoire et
utopique de croire qu’un enseignant soit capable de « tout voir ». Néanmoins, même si il se rend compte à quel point la
situation peut parfois être insoluble, l’amenant à constater son impuissance à réellement enseigner, il ne doit pas pour autant
céder au découragement, à la résignation et au fatalisme. Plutôt que de démissionner, il doit s’accrocher et résister. Il doit par
conséquent s’efforcer « d’approcher » cette complexité afin de mieux la comprendre, « d’en dénouer les liens », en
identifiant les différents facteurs qui président à l’efficacité de tout enseignement. Il doit du reste profiter des petites réussites
quotidiennes, ou des « minuscules victoires pédagogiques », (9) qui restent extrêmement fragiles, pour se dire que ses efforts
ne sont pas vains, mais qu’ils s’inscrivent au contraire dans une « conquête continuelle et permanente ».
Les options didactique et pédagogique ne doivent pas s’opposer.
Elles doivent être considérées comme complémentaires.
L’essentiel du travail ne consiste ni à se centrer sur l’enseignement des savoirs disciplinaires, (démarche qui laisserait croire
que seule la conception de contenus signifiants suffirait à garantir l’implication des élèves dans l’activité d’apprentissage), ni
à se focaliser sur les modes d’intervention de l’enseignant au groupe, dans ses dimensions organisationnelle et relationnelle,
(démarche qui viserait à tout faire reposer sur les interactions sociales en s’éloignant, voire en se détournant des réflexions à
propos du travail didactique). N’envisager que l’une ou l’autre des deux options n’offrirait qu’une solution partielle aux
problèmes évoqués. Leur clivage est, de ce point de vue-là, totalement inopérant.
« Si la connaissance doit être procédurale,
elle doit surtout faire la preuve de son existence dans la procédure
et s’y inscrire comme fait prégnant de la pratique ». (31)
Concernant le regard que l’on peut porter sur la formation des enseignants, loin de nous l’idée d’une nécessaire refonte
des contenus proposés par les I.U.F.M. Nous pensons néanmoins qu’il est nécessaire, voire urgent, de revisiter les dispositifs
de formation initiale, afin de les recentrer sur les nouveaux enjeux liés à la question des relations particulières avec un public
difficile, en ayant comme perspective de les rendre plus opérants et ce, dans un souci d’une meilleure adéquation avec la
réalité du terrain. Selon nous, ces contenus de formation ne doivent pas uniquement reposer sur des connaissances aux
caractéristiques trop souvent théoriques, donc partielles, mais doivent permettre de les dépasser afin de faire le lien entre un
bagage théorique et sa mise en œuvre. C’est en cela que cet institut doit être le lieu d’une réflexion sur sa pratique, sur la base
d’études de cas significatifs de conditions d’enseignement difficiles. Ceci nous semble relever d’un enjeu capital si l’on veut
que notre système éducatif puisse répondre au défi que nous « lancent » les établissements difficiles et permette ainsi à
l’école de jouer pleinement son rôle.
Notre modeste ambition est donc de faire prendre conscience, non seulement de la nécessité de cette formation
initiale « particulière », mais également de l’impérieuse obligation et du devoir « moral » qui l’accompagne, de lui donner
suite, c'
est-à-dire, de la prolonger dans le cadre de sa propre pratique quotidienne, permettant de lui donner « du grain à
moudre », afin de la transformer pour la faire évoluer. C’est ce que l’on pourrait appeler l’auto formation permanente,
accompagnée d’un sens éthique, travail sans lequel toute action éducative est vouée à l’immobilisme et à l’échec parce que
vidée de ses convictions. C’est en ce sens que l’enseignant doit cadrer et recadrer sans cesse les problèmes de sa pratique
professionnelle, oser des interprétations pour tenter des solutions en combinant action et réflexion, afin de décider ce qui lui
semble être le plus adapté à toute situation. On serait tenté de dire qu’il doit non pas faire preuve d’adaptation mais
d’adaptabilité, ce qui suppose une « plasticité » permanente pour « être en phase », de manière constante, avec le contexte de
classe qui reste « mouvant », remuant et imprévisible.
« Dans la maison des idées,
le remue-ménage est une condition du remue-méninges ». (32)
Dès lors, il semble qu’il ne faille pas considérer et envisager la conception du métier d’enseignant comme une pratique
professionnelle s’organisant uniquement ou majoritairement du moins, autour de références théoriques, (faisant abstraction
du réel), mais plutôt comme un champ à double face. Cette conception doit relever d’une activité tournée vers notre capacité
à s’immiscer « intellectuellement » dans la réalité « éducable » et ce, quelles que soient ses caractéristiques, sur la base
d’incursions de notre part, pour en sonder et en saisir ses véritables et authentiques attentes. Finalement, nous pouvons
constater que de telles conditions de travail nous amènent à produire un enseignement plus proche des besoins réels des
élèves. C’est en cela que les savoirs professionnels sont produits par et dans la pratique et non pas seulement à partir de
connaissances théoriques.
Négliger ce réel, ( ou du moins certains aspects de la réalité sur laquelle est porté tout acte d’enseignement), ainsi que
faire fi de ses exigences, ne peut nous amener qu’à nous inscrire dans une forme de malhonnêteté intellectuelle. S’il nous
arrivait de négliger le réel, voire de l’oublier ou même de l’ignorer, il est certain qu’il se chargerait bien vite à sa manière et
avec sa « délicatesse habituelle » de se rappeler à nous, en revenant à la charge, « tel un ballon de baudruche nous éclatant
au visage ». Il en va ainsi de la relation enseignant - enseignés et ce, à quelque niveau que ce soit. N’oublions jamais que les
élèves difficiles « sont entiers, authentiques et sincères », c'
est-à-dire qu’ils possèdent un fort degré de réactivité à toute
forme d’insatisfaction, à la fois dans sa rapidité et dans son intensité. Leur caractéristique principale est qu’ils ne font pas
« semblant de jouer au métier d’élève ».
Selon nous, il n’y a qu’une seule approche possible du métier d’enseignant qui vaille la peine d’être vécue et soutenue ;
c’est celle qui nécessite de prendre en considération le sujet de sa propre action, c’est-à-dire le champ réel sur lequel elle
s’applique. En somme, c’est une démarche qui serait consubstantiellement liée à la réalité et sous-tendue par un « regard
d’analyse » porté sur elle-même. Dès lors, la réalité ne devient plus une entité extérieure à nous-mêmes, mais se conçoit
comme étant le résultat d’une interaction dans laquelle nous prenons part en participant au processus, tout simplement parce
qu’il nous est demandé d’agir sur elle pour espérer la modifier, ce qui en retour nous fait évoluer dans nos interventions.
Apprendre pour un enseignant, c’est donc s’engager dans un processus de transformations durables, permettant
d’aboutir à des compétences généralisables, réinvestissables et évolutives. C’est parce qu’il va s’étonner, être interpellé,
s’interroger, qu’il va se livrer à une activité de questionnement dont « l’absence traduit un arrêt de la construction de la
pensée », (33). C’est probablement en restant fidèle à cette ligne de conduite que l’on pourra passer d’une « stratégie de
survie » à des « savoirs stratégiques » (34) pour l’intervention pédagogique, en sachant qu’enseigner dans de telles
conditions est une « épreuve » extrêmement enrichissante, qui se vit pleinement sur le plan des affects et qui permet
d’apprendre sur soi-même. Le savoir devient donc une construction essentiellement individuelle qui fait intervenir
l’expérience où le « chahut » de la pensée devient le « combustible » du progrès de la connaissance et où les remises en cause
imposent des remaniements profonds. Ceci nous amène à oser une comparaison : tout comme il existe des « accélérateurs de
particules », ces établissements de type « bouillonnant » sont, à n’en pas douter, « des accélérateurs de formation », qui
permettent de s’épanouir et de se réaliser dès l’instant où l’on accepte de réfléchir sur sa propre « posture » d’enseignant.
« La vrai générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent ».
Albert Camus
Benjamin Blache
Enseignant agrégé d’E.P.S.
Collège Michel Bégon de Blois (41)
Etablissement sensible situé en Z.E.P. et classé « Ambition réussite ».
««Il
Quels
««sont
Quelle
Il est
20
sont
; il
Qu’est-ce
casquette
important
les
faut
points
queva
doisque
sur
je
qu’il
pense
lesquels
j’impose
je àavoir
prévoir
ilcela
faut
m’arriver
que
aujourd’hui
dans
4 couloirs
j’insiste
l’intérêt
de?
aujourd’hui
?
Ahaies,
d’un
moins
Queleffet
(5qu’il
est
par
ày
encouloir)
l’essentiel
ait
plusplusieurs
long
…?.
terme,
à porter.
mais
»
Notes bibliographiques :
(1) = Claude Levi-Strauss, « Introduction à l’œuvre de Mauss », « Sociologie et Anthropologie, M. Mauss, 8ème édition,
P.U.F., 1983.
(2) = Serge Durali, Stéphane Geay, « Introduction et problématique », revue E.P.S. N°309, septembre-octobre 2004.
(3) = Edgar Morin, « La vie de la vie ; La méthode, tome II, Seuil, 1982. »
(4) = Norbert Krantz, Faculté des Sciences du Sport et de l’Education Physique, Bordeaux II, revue E.P.S. N°304, novembredécembre 2003, « L’enseignant novice. »
(5) = Gaston Bachelard, « La formation de l’esprit scientifique : Contribution à une psychanalyse de la connaissance
objective », Vrin, librairie philosophique, 1938.
(6) = Gilles Bui-Xuân, « Au plaisir d’éduquer : Si l’on parlait du plaisir d’enseigner l’éducation physique », AFRAPS, 2004.
(7) = P.Perrenoud, « Métier d’élève et sens du travail scolaire », ESF, 1994.
(8) = Jacques-André Méard, S. Bertone, « L’élève qui ne veut pas apprendre », revue E.P.S. N°259, mai-juin 1996.
(9) = Jacques-André Méard, « A propos de l’action située : identifier des régularités dans la singularité. Pour une pédagogie
régulatrice en E.P.S. », revue E.P.S. N°309, septembre-octobre 2004.
(10) = Jean-Luc Ubaldi, « Une E.P.S. de l’anti-zapping », revue E.P.S N°309, septembre-octobre, 2004.
(11) = Jacques Méard, Stefano Bertone, « Les transactions entre professeurs et élèves à propos des règles en éducation
physique. Réflexions et propositions d’outils pour enseigner. Si l’on parlait du plaisir d’enseigner l’éducation
physique », Editions AFRAPS, 2004.
(12) = Gilles Klein, « Enseigner l’E.P.S. à des élèves difficiles », avant-propos, revue E.P.S. N°309, septembre-octobre 2004.
(13) = Groupe Gymnastique/Handball de l’observatoire académique de Créteil, « Modélisation du traitement des incidents
critiques », revue E.P.S. N°309, septembre-octobre 2004.
(14) = C. Moisan, J. Simon, « Les déterminants de la réussite scolaire en Z.E.P. », rapport de l’inspection générale, 1997.
(15) = Thierry Choffin, Loïc Lemeur, « Choix didactiques et pédagogiques, Modes d’entrée dans l’A.P.S.A. : une histoire de
configuration », revue E.P.S. N°309, septembre-octobre 2004.
(16) = Vincent Valéry, « E.P.S. et intégration scolaire des élèves en difficulté », revue E.P.S. N°283, mai-juin 2000.
(17) = Alain Hébrard, « E.P.S., réflexions et perspectives », revue E.P.S., 1986.
(18) = Jacqueline Marsenach, « E.P.S., quel enseignement ? » INRP, 1991.
(19) = Christian George, « Apprendre par l’action », P.U.F., 1983.
(20) = Philippe Meirieu, « Apprendre, oui mais comment ? », E.S.F., 1987.
(21) = Pierre Oléron, citant Aristote, dans « La raisonnement », Que-sais-je, PUF, 1977
(22) = Michel Récopé, « La question de la gestion des ressources », AFRAPS, revue STAPS, 1990.
(23) = Edgar Morin, « Le défi de la méthode ».
(24) = Stéphane Geay, « De la relation singulière au groupe », revue E.P.S. N°309, septembre-octobre 2004.
(25) = Hubert Ripoll, « Psychopédagogie des A.P.S.P., Privat, 1985.
(26) = Philippe Meirieu, « L’école, mode d’emploi », E.S.F., 1985.
(27) = Cyril Albertini, « Un exemple de section sportive en boxe française », revue E.P.S. N°309, septembre-octobre 2004.
(28) = Alain, « Vigiles de l’esprit ».
(29) = Yves Million, « Enseigner l’E.P.S. dans une Z.E.P. à Toulouse », revue E.P.S. N°274, novembre-décembre 1998.
(30) = Gaston Bachelard, « L’engagement rationaliste », P.U.F.
(31) = Pascal Bernadet, Eric Lacroix, « De la pratique scolaire à un après l’école … », revue E.P.S N°232, novembredécembre 1991.
(32) = Etienne Klein, « Conversations avec le sphinx. Les paradoxes en Physique », Albin Michel, 1991.
(33) = Olivier Reboul, « Qu’est-ce qu’apprendre », PUF, 1980.
(34) = Jacques Badreau, « Contenus et méthodologie. Vers une compétence professionnelle », revue E.P.S. N°309,
septembre-octobre 2004.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising