Regards croisés n°3

Regards croisés n°3
CROISÉ
S
s
Regard
N°3
Densités
et Formes urbaines résidentielles
en Martinique
À lire dans ce numéro : Regards sur la doctrine p7-42 Regards sur les
formes p43-84 Autres regards : Expériences extrarégionales, témoignages 1
Éet
SIentretiens
ORC p85-102 Témoignages et entretiens p103-124
drageR
s
S
Agence
D’Urbanisme
et d’Aménagement
de la Martinique
Édito
Crédit photo : Alex S. M a c L e a n , Photographe aérien
Les réflexions actuelles sur les espaces
urbains recentrent le débat sur la question
de la densité la rendant intrinsèquement
liée à celle de l’étalement urbain. De ce fait,
les élus martiniquais sont au cœur de cette
problématique, car confrontés au quotidien à
une demande forte en logements et à l’urgence
de certaines situations sociales, ils sont face
à des choix cruciaux : comment économiser
l’espace tout en préservant l’intimité de
chacun ? Comment répondre à la demande de
logement tout en ayant une gestion économe
de l’espace ?
L’Agence D’Urbanisme et d’Aménagement
de Martinique apporte sa contribution en
poursuivant sa réflexion sur la “fabrication”
de la ville. En 2009, elle réalisait un film
documentaire intitulé “ville vécue, ville pensée”
et proposait en parallèle un colloque “Vivifier
la forme urbaine” qui a obtenu un grand
succès. Compte tenu de la prise de conscience
grandissante vis-à-vis de ces questions, du
contexte législatif renouvelé qui nous fait
passer de la solidarité et du renouveau urbain
de la loi SRU aux exigences environnementales
des lois Grenelle et des nombreuses démarches
locales de planification en cours sur le
territoire martiniquais, il a paru indispensable
d’approfondir le sujet à travers ce 3e numéro de
Regards Croisés.
Sommaire
Introduction5
Regards sur la doctrine
•
•
•
•
Parce que la densité est aussi une affaire
de ressenti et d’équilibre, nous avons pris le
parti de ne pas traiter ce sujet complexe sous
l’unique angle technique et quantitatif qui nous
semblait trop restrictif, mais de l’aborder à
partir de l’approche sensible et qualitative des
représentations, c’est-à-dire par les formes
urbaines. En effet, ce sont bien ces dernières
qui contribuent à modeler l’espace urbain et
son organisation.
Le contexte urbain martiniquais
7
Comprendre la densité
13
Appréhender les formes urbaines
16
Fabriquer la ville en gérant les densités :
quels outils ?
24
Regards sur les formes
•
•
•
•
•
Le choix a été fait de rester dans le champ des
formes urbaines résidentielles, pour laisser à
une prochaine publication le soin de traiter des
espaces économiques et locaux d’activité.
L’objectif de cette publication est d’abord
d’aider à comprendre la densité, car se mettre
d’accord sur le sens des choses est un préalable
à la construction de tout projet, mais aussi
comme le veut la publication, de croiser avec
d’autres regards et d’autres expériences, pour
susciter le débat.
Simon Morin
Président de l’ADUAM
Référentiel urbain
Les fiches, mode d'emploi
Fiches descriptives
Décomposition des formes
Les principales conclusions
43
44
46
48
78
82
Autres regards
85
• Expériences extra-régionales
• Témoignages et entretiens
85
103
drageR
s
S
ÉSIORC
7
3
CROISÉ
S
Regard
s
4
Densité
et formes urbaines,
une relation au cœur des enjeux
des politiques d’aménagement
P
nisation urbaine. Un chapitre s’attache particulièrement à éclaircir les aspects juridiques
de la maîtrise de l’étalement urbain et l’utilisation des outils pour mettre en œuvre les
préconisations réglementaires.
Faire de la densité n’est pas quelque chose de
simple, car l’équation doit en effet prendre en
compte de nombreux paramètres et chacun
des acteurs met en avant ses contraintes :
foncières, sociales, techniques, économiques,
budgétaires… De plus, le mot densité est
généralement associé à l’image des logements sociaux, des quartiers socialement
défavorisés, aux formes de tours et de barres,
irrémédiablement entaché d’une connotation
négative…
Dans l’esprit d’ouverture et d‘échange de la
publication, quelques expériences extrarégionales sont présentées dans la 3e partie,
Autres regards, de même que le témoignage
d’acteurs et personnalités de mondes divers
(habitant, élu, universitaire, architecte, plasticien…) qui mettent en avant des enjeux et des
points de vue différents de la problématique
traitée.
Présenté dans la partie centrale, Regards
sur les formes, le référentiel se décline en 14
fiches de cas pour illustrer et comparer les
types retenus. N’ayant pas trouvé d’étude
proposant des repères partagés sur la densité
en Martinique, l’Agence offre ainsi à ses partenaires une base de référence commune sur
les formes urbaines résidentielles.
Joëlle Taïlamé
Directrice de l'ADUAM
Comment réhabiliter ce mot densité, si ce
n’est en montrant et en donnant à voir ce
qu’il peut recouvrir ? Comment mettre à mal
les idées reçues, si ce n’est en expliquant par
l’analyse que densité n’est pas toujours équivalent à grande hauteur et qu’inversement
une maison individuelle n’est pas synonyme
de faible densité ? Ce Regards Croisés a été
conçu comme une boîte à outils à l’attention
des élus et des techniciens, pour mieux comprendre comment se façonne la ville.
Dans la 1re partie, Regards sur la doctrine, la
notion de densité sera décortiquée : qu’est ce
que c’est, comment se décline-t-elle, quelle
est l’incidence sur la forme urbaine ? Une frise
tente un parallèle entre les moments clés de
l’histoire connue de la Martinique et son orga-
drageR
s
S
ÉSIORC
Introduction
rotéger les terres agricoles, limiter
l’étalement urbain, privilégier les
dents creuses des centres bourgs
et des secteurs urbains déjà constitués, construire la ville sur la ville,
densifier… Autant de principes qui à l’heure du
développement durable font a priori consensus tant du côté des professionnels que de
celui des élus ! Cependant, l’observation du
territoire martiniquais et notre expérience
d’agence nous autorisent à témoigner de la
difficulté pour passer de la théorie à la pratique, aux “bonnes pratiques”.
5
CROISÉ
S
Regard
s
6
p
Le contexte urbain
martiniquais :
R
égion ultra-périphérique pour l’Europe, département d’Outre-Mer
pour la France, plus petite région
française par sa superficie et une
des plus denses en peuplement,
la Martinique occupe avec une densité de 353
habitants par km² la 2e place au titre des régions
les plus densément peuplées de France.
Source : INSEE, RGP – Tableaux Économiques
Régionaux – Espace régional, p22.
Densité de population au 1er janvier 2006
Densité en 2006 (en habitants par
km²)
Martinique
353
Guadeloupe
246
Guyane
2
Réunion
312
Antilles-Guyane
11
Îles de la Caraïbe
281
France métropolitaine
113
France entière
100
Mais cette forte densité de population ne doit pas
masquer une autre réalité : la densité urbaine y
est a contrario faible, caractérisée par un habitat
diffus et par la présence de nombreux quartiers
qui s'étalent hors des centres et des bourgs. Ainsi,
l’emprise urbaine a augmenté de 35% en 10 ans,
5 fois plus vite que la population qui, elle, n’a
augmenté que de 7% sur la même période…
Île d’interfaces et de diversité, la Martinique est
baignée par l’océan Atlantique à l’Est et la mer
des Caraïbes à l’Ouest, au sein de l’archipel des
Petites Antilles. Sa nature tropicale s’épanouit
avec un relief presqu’entièrement d’origine volcanique qui offre tantôt les formes audacieuses
des volcans récents ou passés (le Nord), tantôt
les sommets arrondis ou plats des mornes aux
fortes pentes (le Sud). Les plaines sont rares et
de petites dimensions1. Sa superficie la place,
dans ce chapelet d’îles des Petites Antilles, au 3e
rang après Trinidad et la Guadeloupe, sa population au 2e rang après Trinidad.
La Martinique illustre les contrastes des îles des
Caraïbes, notamment des Petites Antilles :
÷÷ Entre mer des Caraïbes et océan Atlantique
÷÷ Entre saison humide (l’hivernage) et saison
sèche (carême)
÷÷ Entre côtes sous le vent et au vent
÷÷ Entre zones basses et zones au relief volcanique
÷÷ Entre richesse environnementale et risques
naturels
À ses contrastes géographiques répondent ainsi
un certain nombre de déséquilibres territoriaux :
÷÷ Entre jeunesse et vieillissement de la population
÷÷ Entre polarisation de l’agglomération
Centre, débordement vers le Sud et le
Centre Atlantique et perte de vitesse du
Nord Caraïbe et du Nord Atlantique
÷÷ Entre croissance de l’emprise urbaine et
déficit de logements
÷÷ Entre densité et étalement urbain
Source : Bilan du SAR, déc. 2008
Aduam.
Chiffres clés
1994
2004
Évolution
Population
370 000
394 000
+7%
Logements*
119 000
146 000
+22,5%
Surface
urbaine
19 500
26 400
+35%
* 1 ménage = 1 logement
1 D’après l’Atlas des Départements d’Outre Mer, vol. II.
La Martinique, CNRS/ IGN, 1976.
drageR
s
S
ÉSIORC
Regards sur la doctrine
une île dense et étalée à la fois
7
2
7000 km
fois plus
d’habitants en
60 ans.
de Paris, 2000 km de Miami, 1500 km de Guyane et
de l’Amérique du Sud et 120 km de Guadeloupe.
La 2e densité de France
La population de la Martinique
a quasiment doublé depuis les
années 40, passant de 207 000 en
1946 à quasiment 400 000 habitants
en 2008.
+0,5%
d’augmentation annuelle de la
population entre 1999 et 2008,
soit un peu moins que le rythme
de l'hexagone.
+21%
de logements de plus en 1999
et 2008. La population a augmenté de 4,3% dans la même
période.
9
points
après l’Île-deFrance, avec 353 habitants par km². Fort-de-France concentre à elle seule 2044 habitants au km² !
Le Centre
15%
60%
du territoire,
43%
Le plus petit
DOM
de la population,
des emplois.
On note une amorce de desserrement vers le Sud-Caraïbe
(axe RN5) et le Centre-Atlantique (le Robert/Trinité), selon
une logique de débordement de l’Agglomération Centre
plus que d’équilibrage. À l’opposé, un dépeuplement des
extrêmes Nord (Nord Caraïbe et Nord Atlantique).
Paris
Ottawa
de la population a plus de 60
ans, soit 4,3 points de plus
qu’en 1999 ! Cela reste néanmoins en deçà de la moyenne
française (24,2%).
+14%
10%
Miami
de la Martinique
est couverte par des plaines.
37,4%
FORT-DE-FRANCE
de la Martinique disposent de pentes
supérieures à 30%.
Caracas
Cayenne
+82%
d’augmentation de la part d’emprise urbaine dans les espaces
agricoles du Schéma d’Aménagement Régional entre 1994 et 2004.
+51%
dans les espaces naturels hors espaces remarquables. Ces augmentations
sont plus importantes dans les mornes que sur les littoraux.
Près de 90%
CROISÉ
s
Regard
S
des systèmes d’assainissement individuels ne sont pas
efficaces et/ou pas aux normes d’après le SDAGE 2010. Or l’assainissement individuel concerne
près de la moitié du parc résidentiel.
8
20,3%
d’augmentation du trafic routier entre 1998 et 2006 dans
un réseau déjà saturé.
New York
de plus que la moyenne française pour le taux de chômage
en 2008 soit 17,3% contre 8%.
par sa superficie
(1 128 km² selon l’INSEE).
15%
de la
Martinique sont couverts
par l’inventaire des richesses
naturelles terrestres et marines en 2010 (chiffres DEAL),
contre 8% en 2005. 11% de la
superficie régionale sont strictement protégés par la réglementation.
Source : Évolution de l'emprise urbaine entre 1994 et 2004, ADUAM, 2005
Évolution de l’emprise du bâti entre 1994 et 20041
1 L’emprise urbaine la plus récente à la date de publication est celle de 2004. En effet les données 2010 (litho3D) viennent d’être livrées par l’IGN et
ne comprennent pas la couche bâtie qui permet de réaliser les calculs d’emprise urbaine par le SIG par l’ADUAM.
drageR
s
S
ÉSIORC
9
Ce qui ne peut plus durer !
÷÷ Le développement par opportunité foncière sans réelle prise en compte de l’organisation et du fonctionnement des territoires
÷÷ La standardisation de la construction autour du modèle “villa/parcelle”
÷÷ L'augmentation du trafic routier et l’allongement des trajets
÷÷ Les difficultés croissantes de gestion des réseaux, notamment assainissement
÷÷ Les formes urbaines répétitives et sans âmes
÷÷ Les paysages “forcés” pour accueillir du logements individuels ou collectifs à tout (s) prix
÷÷ Il démultiplie et disperse les besoins en secours
lors d’évènements catastrophiques (cyclones,
séismes…).
> Les “méfaits” de l’étalement urbain
L’étalement urbain est difficilement compatible
avec le développement durable car :
÷÷ Il entraîne une consommation énergétique
importante pour les transports, surtout dans le
contexte d’une offre en transport en commun
réduite.
÷÷ Il consomme des ressources non renouvelables :
l’espace naturel, agricole et paysager. La terre
surtout sur une île n’est pas “extensible”.
÷÷ Il imperméabilise les sols sur de grandes surfaces morcelées, favorise le ruissellement des
eaux pluviales dans les quartiers ruraux dans
les mornes et accentue les débits et volumes
d'eau dans les plaines et les fonds.
÷÷ Il génère des coûts élevés d’infrastructures :
routes, canalisations, câbles.
÷÷ Il occasionne des dépenses plus élevées pour
les ménages : les terrains deviennent de plus
en plus chers en périphérie, on doit s’éloigner
des centres avec des coûts de transport plus
importants.
Exemple de coût des réseaux assainissement*
et eau potable
(Nord Atlantique)
÷÷ Réseau d’assainissement : entre 250€** (gravitaire secondaire) à 300€ par mètre linéaire
(gravitaire principal).
÷÷ Le poste de refoulement : entre 40 000 € HT
(moins de 100 équivalents habitants — eh)
à 70 000 € (plus de 300 EH).
÷÷ Eau potable : minimum de 250€ par mètre
linéaire avec défense incendie. Environ 200€ par
mètre linéaire sans défense incendie.
* Ordre de grandeur comportant une incertitude de l’ordre de 30%
** Coûts Hors Taxe (HT)
Regard
CROISÉ
S
10
÷÷ Il éloigne des lieux de centralités avec leurs
commerces, services, équipements publics…
s
Source : SAFEGE Conseils dans le cadre du Schéma directeur
d’assainissement du SCCNO, Rapport de phase 1bis, mai 2011, p11
Ü
La collectivité a l’obligation d’équiper
les terrains, qu’elle inscrit en zone urbaine au
document d’urbanisme. Ainsi plus un réseau
s’étire, plus il est coûteux. Par ailleurs, l'urbanisation importante dans les mornes implique
l’installation de surpresseurs et de postes de
refoulement (eau et assainissement) pour disposer de réseaux efficaces.
Le recentrage du développement de l’habitat
semble être une des réponses les plus appropriées pour permettre aux communes de freiner
cette course aux réseaux et aux équipements et
de dynamiser les centres. Ainsi la densité est l’un
des mots, avec le développement durable, les
plus utilisés en aménagement et urbanisme.
lité urbaine des centres-villes, économies énergétiques, etc. La densité serait la solution aux
effets néfastes de l’étalement urbain, mais si
dans son principe elle semble faire consensus, la
réalité est tout autre.
La densité est rarement comprise comme synonyme de qualité, ni considérée comme un désir
d’habiter ensemble. Mais aussi — et c’est son
apport — à voir comment la densité peut-être un
outil de lutte contre l’étalement urbain.
On lui prête de nombreuses vertus : gestion durable du sol, “denrée” précieuse surtout dans
un environnement insulaire, atout pour la qua-
Le micro-trottoir : les a priori de la densité
÷÷ C’est bruyant : plus il y a du monde, plus on entend ses voisins
÷÷ C’est minéral : on perd les espaces verts, les espaces libres
÷÷ La Martinique est déjà dense : des chiffres illustrent déjà ce constat
÷÷ La densité c'est construire en hauteur, c'est construire du social
÷÷ On est trop proche de ses voisins, on perd de l’intimité
÷÷ On perd son identité dans le nombre, on ne connaît plus les voisins
÷÷ On ne peut pas se garer devant chez soi
÷÷ Il s’agit de logements collectifs modernes, mais sans ventilation naturelle, je dois climatiser : à quoi bon ?
÷÷ On perd le contact avec la nature, les traditions comme le jardin créole, car il n’y a plus de place
÷÷ On ne parle plus à ses voisins, car on ne connaît plus ses voisins, trop nombreux
drageR
s
S
ÉSIORC
11
CROISÉ
S
Regard
s
12
p
Comprendre la densité
Les sens de la densité
> Une notion d’abord scientifique, utilisée
diversement au cours de l’histoire
Exemple de définition :
÷÷ Densité en sciences physiques : le rapport entre
la masse d'un volume et la masse du même volume d'eau.
÷÷ Densité en démographie : le nombre d'individu
par unité de surface.
D’abord issue des sciences physiques, utilisée par les
hygiénistes et statisticiens dès le 19e siècle, la notion
de densité a été utilisée diversement par plusieurs
disciplines aux finalités multiples : mathématiques,
physiques, philosophie, géographie, urbanisme. L’encyclopédie compte une vingtaine de définitions.
la densité résidentielle :
nombre de logements/surface
La densité bâtie est le rapport
entre le coefficient d’emprise
au sol (COS) du bâti et la surface
de l’îlot, multiplié par la hauteur
moyenne des bâtiments.
la densité d’emplois :
nombre d’emplois/surface
la densité de population
ou densité tous usages :
nombre d’habitants/surface (km² ou ha)
Cette densité s’attache au réel
(non pas au possible comme
c’est le cas du COS).
la densité d’activité humaine :
nombre d’habitants + nombre d’emplois/
surface
Remarque !
L’hétérogénéité des modes
de calcul de la densité crée
la confusion dans le sens du
terme : densité de population,
densité d’occupation au sol sont
des réalités différentes qui sont
pourtant souvent corrélées.
Cas pratique : calcul de densité à l’échelle de la Martinique
Dans le cadre du bilan du Schéma d'Aménagement Régional (SAR1), l’analyse de l’évolution des densités entre
1994 et 2004 indique que la diminution de la densité résidentielle a été sensible : -10% en 10 ans !
Si cette densité résidentielle était restée identique à celle de 1994 (12,2 logements/hectare) et en faisant “les
calculs à l’envers” la surface urbanisée en 2004 aurait été égale à 24 000 hectares (ha) au lieu de 26 400 ha,
soit 2400 ha de moindre consommation (espace “économisé”).
Densité tous usages (dtu)*
Densité résidentielle (drlog)**
1994
2004
19 habitants/ha
14,9 habitants/ha
12,2 logements/ha
11,0 logements/ha
* dtu = pop/surf. Urbanisée
**drlog = (dtu x 2)/Taille Moyenne des Ménages
NB : La surface urbanisée est issue des calculs du SIG de l’ADUAM d’après la BD Topo de l’IGN
Source : Bilan du SAR, ADUAM,
2008
Source : L'Observatoire n°8 de l'ADUAM
“Vivifier la forme urbaine”, 2009.
> Une notion multiforme : la densité objective et calculée
1 Dans le cahier “Où en est-on du développement urbain ?”, Bilan du SAR, ADUAM, 2008
drageR
s
S
ÉSIORC
13
> Une notion critiquée
> Une notion renouvelée
Parce que la notion de densité a été le plus souvent utilisée de manière purement quantitative ;
parce que cette utilisation suppose des territoires homogènes, des comportements sociaux
standardisés et des éléments comptabilisés
immobiles, la notion de densité est vivement
critiquée. Floue et ambiguë, il lui est reproché de
ne pas s’adapter à la diversité et à l’évolution du
territoire et de ses composantes.
Aujourd’hui la notion fait l’objet d’un regain
d’intérêt notamment au regard des enjeux environnementaux (la densité comme l'usage mesuré
du sol et de la voiture individuelle) et sociaux
(sentiment de dilution de la ville dans les espaces
pavillonnaires ou au contraire d’hyperconcentration dans les secteurs monocollectifs).
En termes législatifs, la loi de Solidarité et de
Renouvellement Urbain formalise en France la
densité comme outil de l’aménagement. Avec la
loi Grenelle II, la densité a pris une force nouvelle :
désormais on peut imposer des seuils minimums.
En urbanisme elle a été peu à peu réduite à un
instrument de mesure et d’évaluation au service des grandes opérations d’urbanisme ou de
la promotion immobilière : le pétitionnaire ne
cherche plus à savoir comment construire mais à
combien s’élève son COS. La densité prend alors
l’aspect d’un calcul économique sur la valeur du
terrain. Pire : la densité renvoie à des images de
constructions de grande hauteur, fortement peuplées et quelque part, inhumaines.
Cas pratique : Optimiser le foncier en gérant la densité
Pour une même surface au sol (90 m²) et une même superficie de jardin (200 m²),
deux configurations complètement opposées sont possibles !
Cas n°1 : Maison isolée au milieu de sa parcelle
Parcelle de 500 m² — 20 logements par ha
Cas n°2 : Maison de ville sur les deux limites séparatives
Parcelle de 300 m² — 33 logements par ha
10 m
25 m
30 m
20 m
Recul de 5 m par rapport à la rue
Recul de 3 à 4 m des limites séparatives
Jardin privatif (200 m²)
Accès
Implantation à l’alignement
Implantation sur les deux limites séparatives
Espace de transition public/privé
Espace résiduel
Véhicule
Bâti
Regard
CROISÉ
S
14
Rue
s
Réalisations Gaëlle Dupuy (ADUAM)
Rue
> La densité perçue :
l’importance de l’approche sensible
La densité n’est pas qu’une donnée physique
ou mathématique. Elle est d’ailleurs rarement
entendue comme telle chez l’“usager”, terme
technique pour désigner autant l’habitant que
le passant, ou si l’on veut chacun d’entre nous.
Les habitants perçoivent mal ce qu’est la densité. Ils l'assimilent à l'idée de concentration et
l'opposent souvent à la qualité du cadre de vie.
Le problème est qu’il n’existe pas de relation
explicite entre ces éléments, ce qui aboutit à un
décalage entre la densité objective (calculée) et
celle ressentie par les habitants.
La densité pour les praticiens de la ville au quotidien, révèle avant tout une approche sensible
de la ville qui allie perception de la continuité ou
discontinuité urbaine, présence plus ou moins
marquée du bâti selon son insertion dans le relief
ou sa hauteur, existence d’éléments forts intensifiant le quartier et aussi et surtout le rapport à
l’autre (voisinage). C'est pourquoi un quartier qui
est dit “dense” ne l’est pas forcément dans les
chiffres.
Grande hauteur/50 logts/ha
(50 logements par ha)
La densité spatiale semble bien vécue et
acceptée lorsqu’elle s’accompagne d’une densité
des échanges autour de pôles d’activités, de
lieux de culture, de commerces, d’équipements
de proximité, d’une diversité de population.
Hauteur moyenne/50 logts/ha
L'insertion dans le paysage et le geste architectural constituent des éléments essentiels
pouvant atténuer la densité. La diversité des
formes urbaines est donc un puissant levier
pour (re)donner aux populations l’envie de vivre
en ville, et contrairement aux a priori, laisse une
grande liberté à l’imagination et à l’innovation
des concepteurs.
Faible hauteur/50 logts/ha
La notion de densité ne doit donc pas se dissocier de celle de la forme urbaine, car si on
applique un concept purement physique à un
territoire ; on oublie le temps, la culture, l'espace
et l'Homme.
drageR
s
S
ÉSIORC
Source : Formes urbaines et cadre de vie, AURA — Agence d’Urbanisme de la Région Angevine, Nov. 2006
Trois formes urbaines
pour une même densité
15
p
Appréhender
les formes urbaines
1- La Forme urbaine : un morceau de ville
La forme urbaine ne doit pas se confondre avec le
seul objet architectural qu’est le bâti. Elle représente un ensemble plus vaste que la seule opération immobilière et ne se limite pas qu’à une forme
d’habitat. Elle compose l’apparence et les logiques
ò
internes des quartiers et de la ville. C’est un “morceau” de ville constitué par le réseau des voies, le
parcellaire, les parcs, les places, la forme et le type
des bâtiments. Les formes urbaines peuvent se distinguer en “types”, selon des règles d’homogénéité.
Trois types d’habitat pour une seule forme urbaine
Faubourg des Terres Sainville, Fort-de-France
L’environnement pré-existant (le relief, l’hydrographie, les contraintes de sol) peut impacter la
forme urbaine, dans sa typologie ou l’orientation
des bâtiments.
La forme urbaine comprend
en autres des éléments
de composition urbaine
Réalisation Gaëlle Dupuy (ADUAM)
La forme peut également être structurée par la
trame viaire qui dessine par son tracé (gabarit
des voies), son maillage (sa “densité”, sa linéarité
ou non) un dessin particulier. Cette trame peut perdurer.
Regard
CROISÉ
s
16
S
Le parcellaire, découpage géométrique en parcelles du sol d’une commune, joue un rôle important
dans la forme urbaine. Il résulte d'une histoire foncière, souvent liée au partage agricole, mais qui subit
de nombreux remaniements.
L’îlot est un ensemble de parcelles délimité par
des voies. Il est une caractéristique importante
des villes coloniales. Il a tendance à disparaître
avec l’urbanisme des grands ensembles.
La forme urbaine traite également des interrelations entre les éléments physiques de composition urbaine et d’autres éléments comme l’aspect architectural, la quantité et la qualité des
espaces publics, l’organisation du bâti, la végétalisation de l’espace. Ces éléments influent sur la
densité perçue d’une opération.
Le bâti par son implantation dans la parcelle
et son type (habitat, activités, équipements…)
amorce la 3e dimension : le volume du bâti, sa
hauteur, ses couleurs, sa typologie influent sur
la perception du quartier. Le bâti peut occuper
une part quasi-totale de sa parcelle dans un milieu urbain comme il peut représenter une partie
faible de l’occupation d’un terrain.
ò
La forme urbaine dépend donc aussi de l’histoire,
de la stratégie politique, des réflexions urbaines…
une forme urbaine n’est donc pas figée. Ainsi certaines formes urbaines mutent, se renouvellent
tandis que d’autres perdurent dans le temps.
Une même morphologie urbaine mais deux ambiances architecturales différentes
Individuel pavillonnaire à Place d’Armes, Lamentin
Villa d’architecture moderniste à Didier, Fort-de-France
Une forme urbaine de type pavillonnaire
homogène jusqu’aux années 90 où le type de
bâti évolue vers du mixte collectif/individuelò
Un lotissement n'est pas obligatoirement
un quartier pavillonnaire
Le lotissement est une procédure d’aménagement. Il est
constitué par un ensemble de lots provenant de la division
d'un terrain en vue d'y recevoir des constructions. Les parcelles sont vendues avec la construction ou séparément
après la réalisation des voies d'accès, des espaces collectifs
et des travaux de viabilisation et après raccordement aux
réseaux (eau, électricité, égouts et télécommunication).
Par conséquent, les lots peuvent recevoir tout type de
constructions : villa individuelle, maison en bande, mais
aussi des collectifs ou encore des activités artisanales.
Quartier Didier, Fort-de-France
drageR
s
S
ÉSIORC
17
2- Forme urbaine et histoire :
des liens indissociables
La notion d’urbain et de ville en Martinique est
somme toute récente. Jusqu’au début du 20e siècle
n’existaient véritablement que deux villes : SaintPierre et Fort-de-France. Puis il y a eu le déclin
historique de Saint-Pierre.
Malgré la présence de grandes agglomérations, les
Martiniquais évoquent seulement trois villes : Fortde-France, la capitale, Le Lamentin, et La Trinité1.
Pour une majorité de personnes, il n’existe pas
d’autres villes en Martinique que Fort-de-France.
En effet, pour 72% des personnes interrogées dans
l’étude “Habiter en Ville” réalisée par l’ADUAM en
2006, aucune autre commune ne peut être appelée
ville. Pour 82% des personnes interrogées, le terme
de ville évoque le centre-ville de Fort-de-France.
L’appréhension de la ville est donc d’autant plus
difficile que l’histoire urbaine de la Martinique est
récente, et qu’elle a connu une croissance particulièrement importante depuis les années 50.
Le paysage actuel est le résultat du modelé des
hommes, suivant l’évolution de l’économie, les
progrès routiers, les changements culturels, s’inscrivant sur un territoire insulaire tropical au relief
marqué et soumis aux risques naturels. L’expansion
démographique, la crise de l’économie de plantation et la dévalorisation de l’espace agricole des
années 1970, ainsi que l’augmentation du niveau de
vie, l’intensification des déplacements et les lois de
défiscalisation ont eu un impact considérable sur
les lieux d’implantation du bâti.
La périurbanisation a pris un poids considérable,
car finalement elle s’est développée sur une plus
grande superficie que la “ville” cantonnée au plan
colonial même encore aujourd’hui.
La “frise”2 qui suit, met en parallèle les événements
clés de l’histoire martiniquaise connue avec l’évolution de l’économie territoriale de Martinique et son
organisation urbaine.
Regard
CROISÉ
s
18
S
1 D’après l’étude, Habiter en ville, ADUAM, octobre 2006, p23
2 Sans être spécialiste de l'histoire martiniquaise, l'Agence a réalisé
cette frise pour mettre en évidence le lien étroit entre la forme urbaine
et le contexte historique.
Les formes urbaines :
témoins du temps
et de l’évolution des modes de vie
1650-1658
Jacques Du Parquet
achète la Martinique
et y introduit la canne
à sucre
Mars 1685
Le code noir fixe le statut
de l’esclave noir dans
les colonies françaises
1502
Christophe Colomb
visite la Martinique
Economie territoriale
Occupation et formes urbaines
Période
pré-colombienne
Implantation privilégiant les zones littorales,
essentiellement sèches, du fait des facilités de défrichement
Villages-carbet
1635
D’Esnambuc prend
possession de la Martinique,
Début de la colonisation
Création du Fort de Saint-Pierre
Début
17e siècle
Installation coloniale française sur les unités côtières
(rivages de la mer, au fond d’un “cul-de-sac” ou sur un canal
tracé à travers les mangroves, plaines littorales, et embouchures de rivières)
Constitution des 1ers centres stratégiques de défense
(forts, batteries) sur le littoral
1ères créations de paroisses
(population d’artisans et d’agriculteurs)
Occupation amérindienne
(pêche, cueillette et agriculture vivrière)
Colonisation de la Martinique par les Français
Création en 1674 de la réserve des “50 Pas Géométriques” à des fins militaires et d’intérêt public (réserve de bois,
logement des populations, chemin de circulation pour tous).
Les formes urbaines :
Après 1721
1852
La colonisation privilégie
la monoculture de canne
à sucre et du café
Arrivée des premiers
engagés noirs, chinois,
indiens sous contrat
1848
Abolition de l’esclavage
1779-1815
Luttes entre la France
et l’Angleterre pour
la possession de la Martinique
17e au milieu
e
du 19 siècle
Du milieu du
Modèle de la maison coloniale dite “Maison de Maître”
(à l’intérieur des terres ou près des anses accessibles
à la navigation), avec les cases gravitant autour de l’habitation
Début 18e Constitution de l’armature urbaine initiale bipolaire
Saint-Pierre (pôle urbain et port commercial) / Fort-de-France
et de la quasi totalité de bourgs littoraux et de l’intérieur.
Milieu du
19e siècle
Développement des villes de Saint-Pierre
et Fort-de-France
Développement de nouvelles fonctions dans les bourgs
(résidentielles et industrielles), en lien avec la nouvelle économie sucrière (maisons de bourgs avec commerces…)
Bourgs et bourgs paroisses réduits aux fonctions minimales,
les Habitations vivant en relative autarcie
Positionnement des pôles d’échanges commerciaux
(ports)
Economie des plantations basée sur près
de 450 “Habitations”, exploitations agro-industrielles
de 50 à 200 ha chacune, vouées à l’exportation et basée
sur la traite des esclaves
Appropriation individuelle des terres et premiers
morcellements des propriétés dans les mornes : développement des Quartiers (cases/jardins créoles/cultures vivrières)
Production sucrière industrielle et arrivée de travailleurs
immigrants (premières usines centrales dès 1862)
Migrations importantes d’esclaves devenus libres
té moins du temp s et de l’évolution des modes de v ie
1939
1963
Aimé Césaire publie
“Cahier d’un retour
au pays natal”
Création
du Bumidom
1950
Mise en service
de l’aéroport
1946
1902
La Martinique
devient un département français
d’outremer
1958
Eruption de la
montagne Pelée,
destruction
de la ville SaintPierre
Réglementation
sur le lotissement
des parcelles
viabilisées
1ère moitié
du
20e siècle
Afflux population rurale en zone
urbaine et renforcement de l’occupation littorale des espaces vides de la
côte, jusque là délaissés car considérés
comme hostiles
Années
50
Développement de 2 nouvelles
fonctions dans les bourgs - commerces et services
- résidentielle, peu dépendante
des emplois
Croissance importante des bourgs
Développement de Fort-de-France,
notamment de ses faubourgs et des
premiers quartiers résidentiels périphériques (route de Schœlcher, quartier
Bellevue, Didier, Redoute)
Années
60 et 70
Développement des quartiers d’habitat
spontanés populaires, souvent insalubres,
notamment littoraux (squattérisation)
Développement des grands ensembles
et des logements collectifs à dominante
sociale et locative dans les années 70 - extension urbaine de Schœlcher et du Lamentin
Apparition des premiers lotissements
pavillonnaires
1954 à 1967
Accroissement de 15% de la population
dans les bourgs contre moins de 10%
en moyenne
Démarrage des aménagements touristiques (constructions grands hôtels et
infrastructures)
Eruption de la Montagne Pelée Transfert de la dynamique économique
et administrative à Fort-de-France
Hausse des niveaux de vie
Crise définitive de l’industrie sucrière,
développement de la culture de banane
export / rhum
Concentration des activités
humaines
autour de Fort-de-France (activités,
habitat...) - Amorce d’exode rural
et excédent naturel
Expansion démographique
Emigration organisée vers la métropole
(Bumidom) à partir de 1965 : exode rural
marqué dans certains bourgs
Déclin de l’agriculture vivrière
et sucrière
Développement du réseau routier
(1963 : mise aux normes autoroutières d’une
partie de la RN5 FdF/ Les Mangles etc.)
1ères améliorations du réseau
routier national (création RN5 : 1951)
Premiers flux touristiques
1998
1986
Approbation du SAR
et du SMVM
Loi Pons
sur la défiscalisation
Loi littoral
Janvier 2010
1996
Référendum sur la
collectivité unique
Alignement
des minima sociaux
(smic)
1983
Lois de décentralisation,
création de la Région
Années
80 et 90
Juin 2011
Adoption des lois
organiques et ordinaires
pour la création de la collectivité
unique en 2014
Depuis
2000
Boom du modèle de la maison individuelle
(villa) et du lotissement privé
Développement du collectif privé résidentiel
sous l’impulsion de la défiscalisation
Diffusion de l’habitat à majorité individuel
dans les mornes par le biais du développement
des infrastructures routières
Poursuite du développement de la maison individuelle
dans les mornes
Poursuite du développement des infrastructures
touristiques
Intensification de la politique communale
de développement de l’habitat dans les “Quartiers”
Augmentation des niveaux de vie
Tertiarisation de l’economie
(services, publics et privés, commerces)
Développement des services et emplois publics
avec la décentralisation
Forte hausse des prix de l’immobilier
Arrivée des premiers centres commerciaux
(1989 : La Galleria)
Croissance de la fréquentation touristique
Fréquentation touristique en baisse
depuis la fin des années 90’
Secteur agricole encore fort mais à l’avenir incertain
2-1 Le déficit des formes urbaines compactes
L'Histoire explique pourquoi certaines formes urbaines, repérées par les agences d’urbanisme de
l’Hexagone, sont peu représentées en Martinique
(Cf. Référentiel urbain p.44). Il s’agit notamment
de l’urbain de type continu, presque uniquement
localisé dans les lieux de centralité. En dehors des
centres-villes et centres-bourgs, l’urbain continu
(caractérisé par un habitat individuel ou collectif en
bande) n’est recensé que sur des types d’habitats
ponctuels (maisons en bande, collectifs groupés)
mais jamais à l’échelle d’un îlot entier.
Les maisons de bourg se multiplient ainsi avec la
fin de l’économie esclavagiste des plantations,
en lien avec les nouvelles fonctions économiques
de production. Les faubourgs naissent sur Fortde-France avec les activités connexes : Terres
Sainville, Sainte-Thérèse, Renéville…
Toutefois aujourd’hui, du fait des mutations
urbaines, seul le quartier des Terres Sainville présente, en dehors de la Ville Basse, une typologie
de maisons de ville de type faubourg, conservant
l’alignement de la rue et l’implantation continue
en limites séparatives. Le quartier de SainteThérèse a tellement muté qu’on retrouve le long
de la route une discontinuité urbaine d’activités.
Aucun exemple “puriste” de collectif continu n’a
ainsi été repéré en Martinique. L’habitat collectif
continu correspond à des immeubles collectifs
mitoyens et linéaires alignés le long de l’espace
public et généralement regroupés sous forme
d’îlot fermé. Les exemples européens sont souvent associés à l’affirmation d’une bourgeoisie
locale, liée au temps de la compacité urbaine : les
immeubles haussmanniens en sont les plus forts
représentants.
Pour ainsi dire, les formes de compacité urbaine
mêlant activités, commerces, logements, n’ont
presque plus été fabriquées depuis les années
60, laissant la place à un urbanisme de zoning
séparant les fonctions urbaines.
L’une des grandes questions, en raison de la
raréfaction du foncier, est celle du retour possible aux formes continues, individuelles ou
collectives, à l’échelle d’un îlot. En effet, cette
forme de compacité urbaine, s’accompagnant
souvent de cœur d’îlot (cour) permet aussi
l’introduction d’éléments d’animation (rezde-chaussée commerciaux, création d’une rue
urbaine).
En Martinique, les îlots fermés sont dans les
centres anciens et sont occupés par des maisons
individuelles dites de bourg et de ville, quelquefois des immeubles collectifs mais jamais un îlot
de collectifs continus.
La période industrielle a été très courte en Martinique, elle a permis le renforcement des bourgs
jusque-là restreints dans leurs fonctions par l’économie de plantation. L’Habitation formant une
entité quasi autonome freinait ainsi le besoin de
développement des fonctions productrices du
bourg.
Elle nécessite une transition dans les esprits :
passer de la notion de production de logement
à celle de fabrication de la ville et d’une ambiance urbaine.
Îlots rectangulaires dégagés par le tracé en damier mis en place par l’architecte Pierre-Antoine D algabio au début du
19 e siècle. Ces immeubles de type bourgeois sont apparus avant l’immeuble haussmannien. Le rez-de-chaussée comportait les “recettes de fabricants” (le magasin) et au 1 er niveau son logement.
drageR
s
S
ÉSIORC
Source : Habitat – Formes urbaines, Densités comparées et tendances
d’évolution en France, Épures, Agence d’urbanisme de Saint-Étienne
L’îlot Dalgabio à Saint-Étienne
19
2-2 Un lien ville/campagne fort en Martinique,
qui se traduit dans les formes urbaines
L’économie industrielle de 19e et 20e siècles est de
type sucrière, donc liée à l’espace rural : les usines
sucrières ne sont pas dans la ville mais à proximité
des propriétés cannières.
La crise industrielle des usines fin 19e puis au milieu du
20e siècle a favorisé l’exode des ouvriers vers les villes.
Ces ruraux ont ainsi modelé une “forme urbaine” à
petite échelle, reprenant les principes de la case et du
jardin créole pour l’adapter à la ville.
Ce phénomène, conjugué avec la prise d’indépendance des anciens esclaves a aussi favorisé la création de quartiers ruraux éloignés du bourg dès la fin
du 19e siècle, au gré de la localisation géographique
des usines, elle-même liée au foncier.
C’est ainsi que sont nés les lakous (voir ci-dessous). Les
lakous, ou cour urbaine, ont aujourd’hui quasiment
disparus : occupés par des personnes souvent indigentes, dans des logements insalubres, ils n’ont pas
résisté aux politiques urbaines d’assainissement et
de résorption de l’habitat insalubre débutées dès les
années 1980, ainsi qu’à l’abandon par leurs résidents
dès qu’ils acquirent un peu de fortune.
ZOOM SUR…
Le lakou : une forme d’adaptation à la citadinité qui a aujourd’hui presque disparu
“Les lakous étudiés en Martinique étaient des espaces rectangulaires ou ovoïdes, de terre battue, avec une entrée
principale et des entrées secondaires. Sur ces espaces, s’étaient élevées des cases, avec au mieux, au centre ou dans
un coin, une fontaine, au pire rien. Les habitants louaient une chambre ou deux, dans laquelle la famille s’installait.
Dans le meilleur des cas, lorsque les revenus le permettaient, il s’agissait d’une case individuelle. Celle-ci s’ouvrait par
devant sur la cour, mais disposait aussi d’une entrée située à l’arrière où existait un espace restreint que l’on tentait
tant bien que mal d’isoler. Là, se pratiquaient les ablutions, on parquait également dans une cage de bois et de fil
de fer quelques poulets ou le cochon planche. Le végétal était présent aussi bien au cœur du lakou (de façon sauvage), qu’à l’arrière des cases. Parfois apparaissaient dans l’espace restreint, quelques bananiers, une ou deux fosses
d’ignames, et en “bombes” de fer blanc, quelques plantes appropriées pour les soins médicaux, magiques et symboliques. Un passage était ménagé et soigneusement respecté pour que d’autres rejoignent leurs cases. Lorsque les
parents affluaient de la campagne, ils séjournaient quelque temps dans les chambres, puis à leur tour cherchaient
de quoi construire ou louer.”
Plan général des Terres Sainville
Plan cadastral de Lakou Marine dans les années 90
Regard
CROISÉ
s
20
S
Myrtô R ibal-Rilo, d’après sa thèse Approche anthropohistorique du rapport au végétal dans la société créole martiniquaise
— de la campagne à la ville, de la ville à la campagne, les Lakous Marine et Fruit à Pain, étapes foyalaises d’un itinéraire
social, UAG, 2006
3- Les quartiers : une forme créole ?
Le mot “quartier” est souvent utilisé en Martinique
pour designer un ensemble d’habitations qui dépasse l’échelle du hameau par un regroupement
de constructions relativement rapprochées, mais
qui présente de fortes discontinuités, c'est-à-dire
de nombreux espaces interstitiels cultivés ou naturels, entre les parcelles bâties.
Bien que ces quartiers soient étendus, leur espace
urbanisé est identifiable et ils sont séparés les uns
des autres par des coupures d’urbanisation plus ou
moins marquées, souvent liées à la topographie.
En Martinique, on peut distinguer schématiquement
les quartiers littoraux et les quartiers ruraux développés dans les mornes. Les quartiers littoraux ont
été les premiers encadrés avec le Schéma de Mise
en Valeur de la Mer1, qui s’il ne réduit pas la pression
foncière, a fortement permis d’y limiter l’étalement
urbain. Les formes les plus anciennes regroupent les
villages de pêcheurs d’habitat spontané, les formes
plus récentes des quartiers pavillonnaires de villas
individuelles ou de collectifs résidentiels ou touristiques.
Les quartiers des mornes échappent aux repères
traditionnels de l’urbanisation “occidentale” alors
même que c’est un phénomène urbain majeur, tant
en termes d’occupation spatiale que paysagère.
Les “quartiers” en Martinique ont un poids important. Dans de nombreuses communes, la majorité
des habitants ne vivent pas dans l’agglomération
centre mais à la “campagne” dans les mornes. L’urbanisation s’y est développée sous forme de quartiers ruraux plus ou moins importants.
Les quartiers développés dans les mornes n’ont pas
fait l’objet de mesures réglementaires spécifiques :
souvent qualifiés en zone NB dans les Plans d'Occupation des Sols (zone “naturelle d’habitat diffus”), ils
ont vu leur situation évoluer au gré des partages familiaux et ventes foncières. Or la densification qui en
a résulté, pas toujours organisée, pose aujourd’hui
des problèmes dans la qualification de cette nouvelle entité qui n’est plus entièrement “rurale” mais
pas tout à fait “urbaine” non plus.
Ces quartiers constituent des espaces de vie très
identitaires : on habite par exemple Morne des Esses
ou Desmarinières autant que l’on est samaritain ou
saléen. On entend même certains parler de “Morne
des Esses” ou “Vert Pré” comme des communes
(entité administrative) alors qu'ils sont rattachés
respectivement à la commune de Sainte-Marie et du
Robert.
Le profil type des quartiers des mornes en Martinique
÷÷ Implantation sur les hauteurs ;
÷÷ Des pentes le plus souvent supérieures à 20% ;
÷÷ D’où un développement généralement linéaire le long des routes principales qui évitent, autant que possible de parcourir les plus fortes pentes ;
÷÷ Des ramifications le long des routes secondaires ou des chemins attenants ;
÷÷ Des espaces moins accessibles, qu’ils soient trop escarpés ou trop éloignés des voies d’accès, qui créent
des poches d’espace naturel au sein des périmètres urbanisés de quartiers ;
÷÷ Une vocation presque exclusivement destinée à l’habitat ;
÷÷ L’habitat est pour l’essentiel constitué d’un habitat individuel diffus, souvent implanté de façon spontanée en fonction de la topographie ;
÷÷ Les maisons auxquelles ont été ajoutées des annexes d’usage diversifié sont généralement accompagnées
de jardins que les habitants cultivent pour leur propre consommation ou pour la vente de leurs productions ;
÷÷ Dans certains quartiers, un habitat diversifié a été créé, renforçant par là même leur positionnement de véritables villages ;
÷÷ Certains d’entre eux atteignent une dimension assez importante et sont dotés d’équipements de proximité ;
Véritables lieux de vie, beaucoup de ces quartiers ruraux disposent d’un petit commerce de proximité
qui remplit de multiples fonctions de service (achat d’épicerie, bar…).
1 Le Schéma de Mise en Valeur de la Mer (SMVM) est une directive valant Loi Littoral dans les DOM.
drageR
s
S
ÉSIORC
21
Morne des Esses et Desmarinières :
des “quartiers” mais des formes urbaines différentes
Desmarinières à Rivière-Salée : un quartier rurbain
D
35
N8
N7
Desmarinières
D
35
a
Limites actuelles d'agglomération (entrées
D8
Emprise du bâti en 2004 (interdistance m
Bâti 2004
Nouvelles constructions en 2007
Equipements administratifs
Source : Étude sur la définition des périmètres d'agglomération
des communes de Martinique, ADUAM, 2010
Equipements scolaires
Nouvelles constructions en 2007
Limites actuelles d'agglomération (entrées et sorties)
Equipements administratifs
Emprise du bâti en 2004 (interdistance maximale de 50 m)
0
500
Bâti12004
000
Equipements scolaires
Route départementale
Route nationale
Zones NA ou AU
Mètres
D
35
D8
Limites actuelles d'agglomération (entrée
Equipements administratifs
Equipements scolaires
Route départementale
Route nationale
Densité du bâti par maille de 50x50m (en%)
1 - 20
Limites actuelles d'agglomération (entrées et sorties)
Densité du bâti par maille de 50x50m (en%)
21 - 40
Equipements scolaires
0
500
21 - 40
1 - 20
Equipements administratifs
1 000 Mètres
41 - 100
41 - 100
Regard
CROISÉ
s
22
S
÷÷ Une histoire urbaine ancienne : site prisé par les Amérindiens rejoints par les groupes de marrons
(esclaves en fuite) : un passé artisanal (vannerie, qui remonterait aux Amérindiens)
÷÷ Une forme urbaine (bourg-paroisse) définie autour d’un linéaire bâti resserré (alignement de maisons de bourg) de part et d’autre d’un carrefour (le “Kat Kwazé” ou “quatre croisées”)
÷÷ Des équipements d’intérêt communal : collège, école
÷÷ Des commerces de proximité, des services, un cimetière
#
!(
#
#
#
D 24
bis
#
D 24
Morne des Esses à Sainte-Marie : un bourg paroisse
#
#
!(
D 25
D 25
##
!(
#
#
D2
#
## #
#
#
##
##
Morne des Esses
!(
#
#
#
Limites actuelles d'agglomération (entrées et sorties)
Nouvelles constructions en 2007
Emprise du bâti en 2004 (interdistance maximale de 50 m)
Equipements administratifs
Equipements scolaires
Zones NA ou AU
Bâti 2004
#
#
D 25
!(
Source : Étude sur la définition des périmètres d'agglomération
des communes de Martinique, ADUAM, 2010
#
#
D
!(
D 25
## #
!(
#
Limites actuelles d'agglomération (entrées et sorties)
0
Densité du bâti par maille de 50x50m (en%)
1 - 20
Equipements administratifs
21 - 40
Equipements scolaires
D2
41 - 100
÷÷ Une histoire agricole : habitat individuel diffus qui s’est souvent implanté de façon spontanée en
fonction de la topographie (sur la route de crête), en lien avec l’exploitation agricole des lieux
÷÷ Discontinuité dans le linéaire bâti, marqué par des parcelles bâties, des espaces agricoles jardinés,
des boisements divers
÷÷ Présence de deux équipements de proximité école/église malgré l’absence d’une véritable “Kat
Kwazé” : le bâti est réparti de part et d’autre de la ligne de crête
÷÷ Commerce de proximité limité à un libre-service alimentation
drageR
s
S
ÉSIORC
23
p
Fabriquer la ville
en gérant les densités :
quels outils ?
Il n’existe ni forme urbaine idéale ni chiffre d’or de la densité. Il s’agit de travailler dans une logique
d’optimisation de l’espace et de meilleure gestion des espaces libres. Un centre-ville, un quartier périphérique n’appellent pas les mêmes réponses en termes de densité. Alors, pour une gestion économe
de l’espace par la densité, quels outils pratiques ?
1- Un retournement réglementaire récent
Des mesures ponctuelles sont venues ensuite prolonger ces décisions, adoptées notamment par :
Avant les lois “Grenelle”, la densité était réglementée par des plafonds. La collectivité pouvait
uniquement inscrire la densité maximale qu’elle
souhaitait : hauteur, emprise au sol, Coefficient
d'Occupation des Sols (COS). Cela signifiait que le
porteur de projet avait l’obligation de ne pas dépasser un plafond mais aussi qu'il pouvait construire
largement en-dessous de ce qui était indiqué.
÷
la loi de mobilisation pour le logement et la
lutte contre les exclusions (loi n° 2009-323 du 25
mars 2009 dite loi “Boutin”) a revu certains dispositifs, notamment sur la majoration de la densité en
cas de réalisation de logements aidés. Elle a également introduit une nouvelle possibilité de majorer
les droits à construire pour permettre l'agrandissement ou la construction de bâtiments à usage
d'habitation (art. L. 123-1-1 modifié du CU),
La loi SRU : un premier retournement
La loi Solidarité et Renouvellement Urbains (SRU)
du 13 décembre 2000 revient sur la logique malthusienne et gestionnaire des Plans d'Occupation
des Sols (POS). Elle a supprimé les principaux freins
à la densification des secteurs urbains ou périurbains avec :
÷ la loi du 17 février 2009 et le décret du 18 juin
2009, dont les dispositions ont prévu et encadrent
une procédure de modification simplifiée de POS et
de PLU, pour faciliter les augmentations (limitées)
de densité. L'article L. 123-13 modifié et l'article R.
123-20-1 du CU visent l'augmentation “dans la limite de 20 %, du coefficient d'emprise au sol (CES),
du COS ou de la hauteur maximale des constructions, ainsi que les plafonds dans lesquels peut
être autorisée l'extension limitée des constructions
existantes.
÷
L’abrogation du mécanisme de contrôle des
densités résiduelles de l'article L 111-5 du Code de
l'urbanisme (CU). Ce mécanisme a toutefois été
réintroduit par la loi Urbanisme et Habitat en 2003,
s’il est justifié par la préservation d’une typologie
locale existante, d’une urbanisation traditionnelle,
d’un intérêt paysager que seuls les communes et
les élus peuvent apprécier (ancien article L123-1-1
du CU, aujourd’hui L123-1-11),
÷ La suppression de la participation pour dépassement de COS (il n’est par ailleurs plus obligatoire),
÷
L’interdiction de fixer des superficies minimales pour construire, sauf exception techniquement justifiée (assainissement non collectif, aspect
paysager). On reprochait notamment à cette dernière d’avoir été utilisée à des fins malthusiennes
(éviter l’arrivée de logements sociaux notamment).
Regard
CROISÉ
s
24
S
Les lois “Grenelle” : l’inversion de la notion de
densification
De la notion de plafond à la notion de plancher
On constate une modification profonde de l'approche
de la réglementation d'urbanisme pour contrôler la
densification. Il ne s'agit plus seulement de poser des
règles de densification à ne pas dépasser mais bien
d'imposer une densité minimale. Autrement dit, sur
les secteurs définis, le constructeur sera obligé de
construire au minimum la densité imposée par le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) et retranscrite,
normalement, dans le Plan Local d'Urbanisme (PLU).
Il y a donc une véritable inversion de l'esprit de la
norme qui prévalait jusqu'alors. On passe d'une
norme contrôlant le dépassement de densité à une
norme imposant une certaine densité.
Dans les secteurs ainsi définis dans lesquels les règles
des PLU seraient contraires aux normes minimales
de hauteur, d'emprise au sol et d'occupation des sols
fixées par le document d'orientation et d'objectifs, le
PLU deviendrait inopposable passé un délai de vingtquatre mois à compter de la publication du schéma, de
sa révision ou de sa modification.
Passé ce délai, le permis de construire, d'aménager ou
de démolir ne peut être refusé et les projets faisant
l'objet d'une déclaration préalable ne peuvent faire
l'objet d'une opposition sur le fondement d'une règle
contraire aux normes minimales fixées par le SCoT ou
le schéma de secteur.
Le SCoT peut par ailleurs, sous réserve d'une justification
particulière, définir des secteurs, situés à proximité des
transports collectifs existants ou programmés, dans lesquels les plans locaux d'urbanisme doivent imposer une
densité minimale de construction (L.122-1-5 IX du CU).
La densité minimale de construction :
la notion de plancher
La loi n° 209-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement, dite “Grenelle I”, prend en compte cette
thématique. Son article 7 assigne divers objectifs au
droit de l’urbanisme, dont la lutte contre l’étalement
urbain et la déperdition d’énergie, ainsi que la revitalisation des centres-villes. Pour ce faire, les collectivités territoriales seront dotées d’outils leur permettant notamment “de prescrire, dans certaines zones,
des seuils minimaux de densité”.
Cela se traduit dans les SCoT et dans les PLU.
Les SCoT ne traitent pas de la forme urbaine : c’est une
intention claire du législateur de laisser cette dimension
à l’échelon local plus adapté du PLU.
2- Densité et documents de planification
2-1 Le SCoT : la possibilité de gérer
la densité à l'échelle communautaire
En bref
Le SCoT peut désormais fixer des planchers de densité en dessous desquels les PLU ne pourront pas
descendre dans des secteurs définis, selon 3 critères
(L.122-1-5 VIII) :
÷÷ La desserte par les transports publics ;
÷÷ La présence d'équipements collectifs ;
÷÷ La nécessité de protection environnementale et
agricole.
Possibilité pour le SCoT de fixer non
seulement des objectifs de densité,
mais surtout des densités minimales
(Grenelle II).
Si, passé un délai de 24 mois, le PLU
ne respecte pas les règles de densité
du SCoT : sera institué un mécanisme
d’opposabilité directe du SCoT au
PLU.
L'état d'avancement des SCoT
de la Martinique (2012)
Rappel
Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) constitue l’outil privilégié de réflexion et de planification
stratégique à l’échelle intercommunale. Parmi les
divers documents qui composent un SCoT, deux
documents cadrent le projet :
÷ le Projet d’Aménagement et de Développement
Durable (PADD) où la structure intercommunale
identifie et exprime sa vision de l’aménagement
et du développement de son territoire : son projet
“politique”,
÷
le Document d’Orientations et d’Objectifs
(DOO)* qui contient plus particulièrement les prescriptions permettant la mise en œuvre du projet
défini dans du PADD.
CCNM : SCoT arrêté
CACEM : PADD en cours de validation
CAESM : PADD validé, DOO en cours d'élaboration
CCNM : SCoT arrêté
* Dans la loi Grenelle II, le DOO a remplacé le Document d'Orientations
Générales (DOG)
CACEM : PADD en cours de validation
CAESM : PADD validé, DOO en cours d'élaboration
drageR
s
S
ÉSIORC
25
ZOOM SUR…
L’un des objectifs du DOG du SCoT de la CCNM repose sur une intensité urbaine raisonnée
La Communauté de Communes du Nord de la Martinique (CCNM) a été créée en 1995 par les dix-huit communes du Nord de Case-Pîlote au Robert. Elle regroupe
une population de 110 000 habitants et couvre une
superficie totale de 54 500 ha.
Si on poursuit les tendances actuelles, la consommation
d’espaces naturels ou agricoles serait de 2010 à 2020
au maximum égale à 2,5 % de la surface agricole — au
sens de la sole agricole — soit entre 300 et 400 ha.
Cette valeur correspond à l’ensemble des usages : résidentiels, activités économiques et équipements.
BASSE-POINTE
LE LORRAIN
LE MARIGOT
L'AJOUPA-BOUILLON
LE PRECHEUR
SAINTE-MARIE
LE MORNE-ROUGE
LA TRINITE
SAINT-PIERRE
FONDS-SAINT-DENIS
L’objectif d’extension urbaine potentielle a été fixé à
120 ha dont la moitié est réservée au développement
résidentiel, aux équipements et aux services et l’autre
aux grands équipements, zones d’activités économiques et foyers de développement.
LE CARBET
Ces objectifs quantitatifs doivent s’accompagner d’un
objectif de qualité adapté au contexte du Nord de la
Martinique où les valeurs et les pratiques ne sont pas
celles de sociétés très urbaines. Les projets urbains à
mettre en œuvre en tiendront compte.
L’armature urbaine
GROS MORNE
LE MORNE-VERT
BELLEFONTAINE
LE ROBERT
CASE-PILOTE
Amélioration des conditions
d’écoulement du trafic tous modes
sur le réseau régional
VILLES PRINCIPALES
DU DÉVELOPPEMENT
Amélioration des fonctionnalités
du réseau interne au Nord de la
Martinique (principaux segments)
VILLES D’APPUI
DU DÉVELOPPEMENT
COMMUNES RELAIS
DU DÉVELOPPEMENT
Regard
CROISÉ
S
Source : extrait du SCoT de la CCNM, 2011
s
26
MACOUBA
GRAND'RIVIERE
ZOOM SUR…
Le projet de DOG du TCO à La Réunion
reprend des objectifs de densité encadrés par le SAR
Le projet DOG du SCoT du (TCO), présenté en décembre 2011, reprend strictement les objectifs de
densité minimale du Schéma d’Aménagement Régional (SAR) approuvé en 2010.
La Communauté d'Agglomération du Territoire de
la Côte Ouest (TCO) a été créée le 31 décembre
2001 par les communes de Saint-Leu, Trois-Bassins, Saint-Paul, Le Port et La Possession.
Elle regroupe une population de 209 421 habitants
et s'étend sur une superficie totale de 53 606 ha.
Densités minimales
Pour les projets urbains à vocation résidentielle, le schéma de cohérence territoriale fait siennes les densités minimales
des projets urbains telles qu’établies au schéma d’aménagement régional soit respectivement :
÷÷
÷÷
÷÷
÷÷
50 logements/ha dans les localisations correspondant aux niveaux 1 et 2 de l’armature urbaine.
30 logements/ha dans les localisations correspondant au niveau 3 de l’armature urbaine.
20 logements/ha dans les localisations correspondant au niveau 4 de l’armature urbaine.
10 logements/ha dans les localisations correspondant aux territoires ruraux habités.
Comment les lire ?
÷÷ Ce sont des valeurs-guides qui s’apprécient
également au regard des objectifs de production de logements assignés à chaque pôle urbain de l’armature.
÷÷ Sont inclus les programmes résidentiels
construits mais aussi les espaces publics aménagés (parc urbain par exemple).
Source : extrait du SCoT du TCO, 2011
÷÷ Sont exclues les surfaces conservant un caractère naturel non aménagé, ou celles nécessaires
pour la réalisation éventuelle d’équipements
publics liés aux grands équipements (stations
d’épuration, lycée, collège, voies de Transport
en Commun en Site Propre — TCSP ou voiries
primaires) et aux infrastructures environnementales (bassin pluvial, lagunage…).
÷÷ Ces densités minimales ne sont pas à confondre
avec la notion de coefficient d’occupation du sol.
drageR
s
S
ÉSIORC
27
2-2 Le PLU : un outil local essentiel
>Les divers instruments de la densité et des
formes urbaines dans le PLU
Le PLU peut agir de diverses manières sur la densité :
÷
par le zonage et le choix des zones urbaines constructibles ou à urbaniser : faire
correspondre la surface des zones aux besoins
planifiés en termes de population et de services,
localiser les zones d’urbanisation future au contact
des pôles d’urbanisation, créer de nouveaux pôles
d’urbanisation (Cf. Zoom sur… PLU Vauclin) ;
÷ par le jeu des règles relatives à la forme
urbaine qui permettent un contrôle plus fin de la
densification : l'emprise, la hauteur, le gabarit et le
prospect sont autant de règles qui permettent de
densifier le tissu urbain ;
÷ par les orientations d’aménagement1
Réduire le PLU au règlement serait une erreur. Bien
que facultatives, les orientations d’aménagement
se révèlent être un outil privilégié d’encadrement
des zones d’extension ou des zones de reconversion urbaine, complémentaire du règlement. S’appliquant à un secteur donné, suivant un principe
de compatibilité, les orientations d’aménagement
offrent une souplesse intéressante, en contrepoint
de la rigidité de la règle, au service de l’expression
et de la qualité du projet.
÷
par l'application de règles relatives au
contrôle des droits à construire en cas de divisions parcellaires (L.123-1-11 du CU) et aux surfaces minimums de terrains constructibles (L.1231-5, 12°) ;
÷
par l'application du coefficient d'occupation des sols : la règle la plus emblématique du
contrôle de la densification, la plus simple à comprendre, mais sans doute la plus imparfaite, car
indifférente à la forme urbaine ;
1 Les Orientations d’Aménagement sont devenues des Orientations
d’Aménagement et de Programmation avec la loi Grenelle II
ZOOM SUR…
Associer pédagogiquement densité et consommation d’espace :
le PLU du Vauclin en Martinique
Regard
CROISÉ
s
28
S
Source : extrait du Projet de territoire,
PLU du Vauclin, ADUAM, Espace Ville,
2011
Dans le cadre du PLU de la commune du Vauclin, lancé en 2011, le projet de territoire préalable au PADD,
analyse les besoins en termes de logements et permet de mesurer les écarts de superficie à mobiliser en
fonction des choix de densité. Comment les règles d’urbanisme du PLU
peuvent créer des types d’habitat ?
Trop souvent le règlement du PLU est considéré
comme une “machine” à permis de construire et
non comme un moyen d’encadrer la forme urbaine.
Les règles architecturales de densité
Pourtant les 14 articles qui le composent permettent de recréer, même si l’outil est perfectible,
la densité et la forme urbaine que l’on souhaite à la
fois dans les quartiers existants pour les nouveaux
bâtis et dans les quartiers nouveaux.
÷÷ Art. 10 : hauteur maximale des constructions
÷÷ Art. 9 : emprise au sol (ex. : 40%…)
Les règles d’aspect
÷÷ Art. 11 : aspect extérieur : façades, toitures, clôtures…
Les règles d’alignement et de continuité du bâti
÷÷ Art. 13 : aménagement des abords, espaces
verts, plantation…
÷÷ art.6 : recul par rapport aux voies (ex : à l’alignement ou au moins à 3 m)
Les règles de constructibilité
÷÷ art.7 : marges en limites séparatives
÷÷ Art. 5 : caractéristique des terrains
÷÷ art.8 : implantation des constructions les unes
par rapport aux autres sur une même propriété
÷÷ Art. 14 : possibilités maximales d’occupation du
sol (ex : COS : 0,5…)
À noter !
Benoist A pparu, ancien Ministre du Logement, a présenté les mesures débattues dans le cadre du séminaire “Pour un Urbanisme de projet” des 26 et 27 mai 2011. Durant près de 11 mois, la démarche Urbanisme de projet a impliqué de nombreux acteurs et s’est articulée autour de plusieurs groupes de travail,
chargés de repenser un urbanisme plus souple et mieux adaptés aux besoins de chaque territoire afin
de faciliter la mise en œuvre de projets d’aménagement durable. Le 4 e atelier “Nouvelle génération de
PLU au service des projets et relance des opérations d’aménagement” a proposé une refonte du corps
du règlement. De façon générale, a été proposé un règlement recentré sur des règles fondamentales
regroupées en 4 thèmes (usage du sol/fonctions, fonction de continuité écologique, imperméabilisation/
voiries/réseaux divers, formes urbaines).
Pour en savoir plus : http ://www.developpement-durable.gouv.fr/Seminaire-de-Benoist-Apparu-des-26.
html
drageR
s
S
ÉSIORC
29
Pour mieux comprendre les possibilités de gestion de la forme urbaine au travers des PLU, nous nous sommes
inspirés des travaux de l’Agence d’Urbanisme de Mulhouse (Cf. Rubrique “Quelques lectures pour aller plus loin”
à la fin de la publication).
L’habitat individuel isolé
L’individuel jumelé
voirie
voirie
Recul de 4 à 5 m de la rue (article 6)
Recul de 3 à 4 m minimum des limites séparatives
Une emprise au sol faible de 30 à 40% maximum (article 9)
Une hauteur faible n’excédant pas 2 niveaux (R+1) ou 7 m à l’égout du toit
Un COS réel de 0,2 à 0,25 (pour un COS réglementé à 0,40 en général)
•
•
•
•
•
Recul de 4 à 5 m de la rue
Une implantation sur au moins l’une des deux limites séparatives
Une emprise au sol faible de 30 à 40% maximum
Une hauteur faible n’excédant pas 2 niveaux (R+1) ou 7 m à l’égout du toit
Un COS de 0,3 à 0,4
Maison de centre-ville et de faubourg
L’individuel groupé ou en bande
voirie
•
•
•
•
•
voirie
Recul de 4 à 5 m de la rue
Possibilité d’implantation sur les deux limites séparatives latérales
Une emprise au sol faible de 30 à 40% maximum
Une hauteur faible n’excédant pas 2 niveaux (R+1) ou 7 m à l’égout du toit
Un COS de 0,4 à 0,5 voire un COS non réglementé
•
•
À l’alignement de la rue (article 6)
Possibilité d’implantation sur les deux limites séparatives latérales
(article 7)
Une emprise au sol forte de 60 à 90% voir aucune réglementation
Une hauteur moyenne de 3 à 5 niveaux
Un COS de 2 maximum
•
•
•
Le petit collectif
•
•
•
•
30
Un recul de 4 à 6 m de la rue, voire un retrait variable dans certains
règlements en fonction de leur hauteur (H hauteur = L largeur de voie)
Recul de 3 à 4 m minimum par rapport aux limites séparatives (la
moitié de la différence d’altitude entre le point le plus haut du bâtiment et le sol naturel avant travaux soit L≥h/2)
Une emprise au sol faible à moyen de 30 à 50% de la superficie du terrain
Une hauteur autorisée n’excédant généralement pas 3 niveaux (R+2)
ou 10,5 à 11 m à l’égout du toit
Un COS de 0,3 à 0,6 maximum voir aucun COS
Regard
•
Un recul de 4 à 6 m de la rue, voire un retrait variable dans certains
règlements en fonction de leur hauteur (H hauteur = L largeur de voie)
Recul de 3 à 4 m minimum par rapport aux limites ou L>H/2)
Une emprise au sol moyenne de 50 à 60% de la superficie du terrain
Une hauteur maximale moyenne a élevée : jusqu’à 15 m soit 5 niveaux
maximum, voire plus dans des opérations ponctuelles
Un COS maximal moyen a élevé (0,5 à 1 voir aucun COS)
•
•
•
•
CROISÉ
s
•
Le grand collectif
et ensemble de collectifs
S
•
•
•
•
•
La densité et la qualité des espaces
dans les orientations d’aménagement
Les domaines d’intervention des orientations d’aménagement et de programmation
touchent aussi bien à l’habitat, qu'aux transports et déplacements, qu’à l’ambiance architecturale et à l'environnement :
÷÷ le maillage et la hiérarchie des voies,
÷÷ des principes d’aménagement des voies
structurantes, une localisation précise ou
préférentielle des équipements et espaces
publics à prévoir,
÷÷ des moyens de gestion de la densité (niveau, fourchettes ou valeurs minimales de
÷÷ hauteur ou de densité des constructions),
÷÷ les grandes typologies d’habitat attendues,
÷÷ des éléments de paysage ou de patrimoine
à préserver,
÷÷ des plantations à mettre en valeur ou à
créer
Rappel
Les orientations d’aménagement ont été créées avec la loi n°2000-1208 du 13 décembre 2000,
Solidarité et Renouvellement Urbains, et revisitées une première fois avec la loi Urbanisme et Habitat (2003) et une deuxième fois avec le Grenelle II (2010) avec l’ajout de l’intitulé “programmation”.
Le PLU doit contenir des orientations d’aménagement et de programmation, devenu obligatoires
avec Grenelle II, sous forme écrite et/ou graphique dans les secteurs de renouvellement urbain, de
développement, de mise en valeur ou encore dans le cadre de la lutte contre l’insalubrité.
Elles sont également complémentaires du règlement d’urbanisme, en apportant à ce document
“rigide” (on interdit ou on autorise) une souplesse permettant de gérer plus finement les projets
proposés. En effet, les orientations d’aménagement génèrent un rapport de compatibilité avec les
travaux et aménagement instruits, tandis que le règlement impose une conformité.
Des procédures de modification simplifiée des
règles d’urbanisme : l’incitation à la construction
> Le fonctionnement des règles de densité
La notion de densité minimale de construction
Des prérogatives, offertes par l’article 1 du décret du 18 juin 2009 pour l’accélération des
programmes de constructions, permettent
désormais d’utiliser une procédure simplifiée
afin notamment :
Le règlement du PLU peut “imposer une densité
minimale de construction” dans les secteurs situés
à proximité des transports collectifs existants ou
programmés qu'il délimite” (art. L.123-1-5 13° bis)
÷÷ d’augmenter, dans la limite de 20 %, le coefficient d'emprise au sol, le coefficient d'occupation des sols ou la hauteur maximale des
constructions, ainsi que les plafonds dans
lesquels peut être autorisée l'extension limitée des constructions existantes ;
÷÷ de diminuer les obligations de recul des
constructions par rapport aux limites de leur
terrain d'assiette ou par rapport aux autres
constructions situées sur le même terrain ;
÷ ÷ de diminuer, dans la limite de 20 %, la superficie minimale des terrains constructibles.
La gestion économe de l’espace et la densité vue sous l’angle du stationnement
Lorsque les conditions de desserte par les transports publics réguliers le permettent, le règlement peut fixer un nombre maximal d'aires de
stationnement à réaliser lors de la construction
de bâtiments destinés à un usage autre que l'habitation” (L.123-1-12 du CU).
drageR
s
S
ÉSIORC
31
La modification simplifiée est adoptée par le
Conseil municipal ou par l'organe délibérant de
l'établissement public de coopération intercommunale compétent par délibération motivée,
après que le projet de modification et l'exposé
de ses motifs ont été portés à la connaissance du
public, en vue de lui permettre de formuler des
observations, pendant un délai d'un mois préalablement à la convocation de l'assemblée délibérante.
C’est pourquoi les lois ont progressivement intégré la notion de volumétrie.
Désormais, il est possible de bénéficier d’un dépassement de règles de densité dans trois cas :
÷÷ La performance énergétique et les énergies
renouvelables
÷÷ Le logement social
÷÷ La rénovation et la construction de logement
Le dépassement des règles de volumétrie et
de COS autorisé sous conditions.
La règle du COS est la plus emblématique du
contrôle de la densification, la plus simple à comprendre mais sans doute la plus imparfaite, car
indifférente à la forme urbaine.
Les points de repère législatifs
Cible
Bonification
Habitat — 1995
Logement social
COS
20%
POPE — Loi de Programmation fixant
Performance énergétique
et énergies renouvelables
COS
20%
Logement social
Volumétrie
50%
Introduction de la règle
de cumul (50% max)
Logement
Volumétrie
20%
Grenelle II — 2010
Performance énergétique
et énergies renouvelables
ou de récupération
Volumétrie
30%
Loi d’adaptation
de diverses dispositions
européennes — 2011
Performance énergétique
et énergies renouvelables
ou de récupération
Volumétrie
Possibilité de bonus pour
les secteurs protégés limité
à 20%
les Orientations de la Politique Énergétique
— 2005
Boutin — 2009
ZOOM SUR…
Les bonifications Pour le tissu urbain resserré avec des petites parcelles (exemple des centres-ville
et bourgs/bourgs paroisse) : préférer un
bonus de hauteur. Dans ce cas il faudra
examiner la marge de manœuvre possible
au regard de la règle de prospect sur rue.
Pour le tissu urbain aéré avec des parcelles
assez grandes : plutôt un bonus d’emprise
au sol. Dans ce cas il conviendra de vérifier la prise en compte dans le règlement
(article 13) d’un pourcentage d’espace de
pleine terre pour éviter une trop forte imperméabilisation.
Regard
CROISÉ
S
32
Les bonifications portent désormais sur une palette de règles
plus large, liée à la volumétrie. Selon les textes, elles ne sont
possibles que dans la mesure où elles respectent les autres
règles d’urbanisme, notamment en termes d’harmonie et de
cohérence urbaine.
C’est pourquoi le choix des paramètres doit être mis en lien
avec le tissu urbain visé. Dans le Guide de l’ADEME et ARENE
Île-de-France, “Construction durable et bonus de COS” (Cf.
Bibliographie).
s
Source : Guide de l’ADEME
Des choix de paramètres à relier à la
morphologie urbaine
Source : ADEME Île-de-France – D. Drouet – RDI et J. Garnot JGUC
Loi
Le bonus de densité
pour performance énergétique
Article 30 de la loi POPE, encadré par l’article 40 de la loi Boutin et modifié (de 20 à 30% et règle de
cumul) par l’article 19 de la loi du 5 janvier 2011.
Traduit dans les articles L128-1 et L128-2 du Code de l’Urbanisme
5 Niveaux de labels
définis par les arrêtés
du 8 mai 2007
÷
HPE 2005 : Label haute performance énergétique
— Bâtiments dont la consommatio énergétique
se situe au minimum 10 % en dessous de la
consommation de référence (Cep-réf) définie dans la
Réglementation Thermique (RT) 2005.
÷
HPE EnR 2005 : Lorsque le chauffage des
constructions est assuré au moins à 50 % par un
générateur biomasse ou par un réseau de chaleur
alimenté à 60 % par des énergies renouvelables.
÷
THPE 2005 : Label très Haute Performance
énergétique
—
Consommation
énergétique
inférieure de 20 % aux normes de la Réglementation
Thermique.
Objet
Difficulté d’application
Offrir un bonus de droits à construire
(dans la limite de 30%) sous condition
de performances environnementales
supérieures à la norme ou d’introduction
d’équipements de production d'énergie
renouvelable ou de récupération.
Le Bonus est après limité à 20% dans un
secteur sauvegardé, dans une zone de
protection du patrimoine architectural,
urbain et paysager, dans le périmètre de
protection d'un immeuble classé ou inscrit
au titre des monuments historiques, dans
un site inscrit ou classé, à l'intérieur du
cœur d'un parc national, et pour les travaux
portant sur un immeuble classé ou inscrit au
titre des monuments historiques ou adossé
à un immeuble classé, ou sur un immeuble
protégé au titre de l’article L123-1-5-7 du CU.
Le pétitionnaire doit fournir au moment
du dépôt de Permis de Construire (PC)
une pièce garantissant la validité de sa
démarche (certifiée par un organisme
habilité).
Logique
÷
THPE EnR 2005 : La mention 'EnR' est attribuée
lorsque les gains de consommation atteignent 30 %,
tout en étant associée à l'utilisation d'énergie
renouvelable pour la fourniture d'eau chaude
sanitaire (ECS), la production d'électricité ou le
Outil incitatif offrant un bénéfice
économique via une modification des règles
d’urbanisme. Même principe que l’article
L127-1 du CU sur les logements sociaux.
chauffage.
Instauration
÷
BBC 2005 (bâtiment basse consommation)
Dans les PLU et POS par simple délibération
du Conseil municipal (L128-2 du CU) dans les
zones urbaines et à urbaniser.
Logements neufs consommant au maximum
50 kW/m²/an d'énergie primaire ainsi qu'aux
bâtiments tertiaires et collectifs dont les besoins
énergétiques ne dépassent pas 50 % de la
consommation de référence.
Modalités d’application
Instauration dans les zones urbaines et à
urbaniser. Dépassement qui porte sur le
gabarit et la densité d’occupation du sol.
Possibilité que dans la phase chantier
l’organisme certificateur puisse retirer
son label, suite à la non-conformité
ou mauvaise mise en œuvre des
matériaux, ou que la construction projetée ait bénéficié d’une bonification
de densité sans pour autant répondre
aux exigences posées par les textes.
Risque encouru : Amende prévue par les
contraventions de 5e classe.
Le cumul du bonus social et du bonus
énergétique ne peut entraîner une
majoration supérieure à 50%.
Exemple de bonus
de densité
Cas du PLU de Fort-de-France
Article 14 de la zone UE :
“Un dépassement du COS est autorisé
dans la limite de 20% et dans le respect
des autres règles du PLU, pour les
constructions remplissant des critères de
performance énergétique ou comportant
des équipements de production d’énergie
solaire”.
Entrée en vigueur le 2e trimestre 2011, la réglementation thermique de la Guadeloupe, dite RTG, n'était pas,dans les faits, applicable, car personne n’était capable, à la livraison d'un bâtiment, de réaliser l'attestation d'application de cette RT des îles.
Afin de remédier à ce manque, début décembre, une première vague de professionnels a été formée. L'île compte désormais 18
“diagnostiqueurs” qui, pour les mieux formés, sont habilités à vérifier le respect des calculs réalisés dans le cadre de la RTG. Les
obligations qu'impose la RTG sont directement inspirées des exigences de la RT 2012, comme le respect d'un besoin bioclimatique maximal (Bbiomax). Mais, étant donnée la latitude de l'île, la RTG est construite, non pas autour de la limitation du chauffage, mais afin de réduire les besoins en climatisation.
drageR
s
S
ÉSIORC
Source : Le Moniteur
Depuis décembre 2011 : la Réglementation Thermique de la Guadeloupe enfin applicable !
33
Le bonus de densité “social”
Loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion (MOLLE) du 25 mars 2009 dite “loi Boutin”
synthétisant 2 lois : la loi du 21 janvier 1995 relative à la diversité de l’habitat renforcée par l’article 4 de
la loi portant engagement national pour le logement (ENL) du 13 janvier 2006.
Traduit dans l’article L127-1 du Code de l’Urbanisme
Objet
Outil incitatif offrant un bénéfice économique
via une modification des règles d’urbanisme.
Inciter à la réalisation de programmes mixtes
ou de programmes ne comprenant que des
logements locatifs sociaux et permettra de
pallier ainsi l’impossibilité pour le PLU de
différencier les règles édictées selon le mode
de financement des logements à construire.
Instauration
Dans les POS et PLU par délibération motivée
du Conseil municipal prise après recueil des
observations du public sur le projet pendant
1 mois (L127-1 du CU) et sous réserve de ne
pas porter atteinte à l’économie générale
du POS ou au Projet d’Aménagement et de
Développement Durable du PLU.
Modalités d’application
Délimitation de secteurs de bonus dans les
documents graphiques des POS/PLU.
Majoration du volume constructible tel qu’il
résulte du coefficient d’occupation des
sols ou des règles relatives au gabarit, à la
hauteur et à l’emprise au sol.
34
Le cumul du bonus social et du bonus
énergétique ne peut entraîner une
majoration supérieure à 50%.
L’opportunité du maintien de son application
doit être discutée simultanément au débat
triennal relatif au PLU – obligatoire – au
sein du Conseil municipal ou de l’organe
délibérant de l’Établissement Public de
Coopération Intercommunale (EPCI) (L.12312-1 du CU modifié par la loi MOLLE).
Exemple : la réalisation d’un programme
de 100 logements, pourra bénéficier d’une
majoration de 50 %, si telle est la majoration
fixée par la délibération institutive, mais
uniquement s’il comprend 50 logements
locatifs sociaux. S’il n’en comprend que 30, il
ne bénéficiera que d’une majoration de 30 %
des règles concernées, et ne pourra donc
bénéficier de la majoration maximale de 50 %
fixée pour le secteur.
Exemple de bonus
de densité “social”
La commune du François a instauré dans
son PLU un bonus de 20% du COS pour les
zones U1 et U2 (centre et faubourg), afin de
favoriser le logement social.
Ce mécanisme peut connaître des distorsions
si les logements sociaux prévus sont de
petite taille, la majoration de Surface Hors
d'Œuvre Nette (SHON) profitant davantage
aux logements non sociaux prévus.
Si le programme n’est pas mixte et ne
comprend que des logements locatifs
sociaux, il bénéficiera du maximum de la
majoration fixée, qui ne peut excéder 50 %.
La partie de la construction en dépassement
n’est pas assujettie au versement résultant
du dépassement du plafond légal de densité.
Regard
CROISÉ
S
Logique
Modalité de contrôle
de l’application
La majoration est identique pour l’ensemble
des règles volumétriques. Pour chaque
opération, elle ne peut être supérieure au
rapport entre le nombre de logements
locatifs sociaux et le nombre total des
logements de l’opération.
s
Offrir un bonus de droit à construire
(dans la limite de 50%) proportionnel à la
part de logements social du programme,
sans condition de délais ou de taille de la
collectivité.
Le bonus de densité
pour optimisation du bâti
Article 40-1 de la loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre les exclusions (MOLLE) du 25 mars
2009 dite “loi Boutin”, modifiée par la loi n° 2012-376 du 20 mars 2012.
Supprime l’article L 123-1-1 du CU, modifie l’article L. 123-1-11
et introduit un nouvel article L 123-1-11-1.
Objet
La majoration est alors applicable huit jours
après, et au plus tard, à l’expiration d’un délai
de neuf mois à compter de la promulgation
de la loi.
Le Conseil municipal peut décider, à l’issue
de la présentation, son application sur tout
ou sur seulement certains secteurs de son
territoire.
Favoriser la densification en offrant un
bonus de COS de 30 % pour la rénovation ou
la construction de tout type de logements,
pour les règles relatives au gabarit, à la
hauteur, à l’emprise au sol et au COS.
Logique
Relancer la production de logements et
favoriser l’optimisation du foncier bâti,
en permettant d’ajouter une pièce aux
maisons individuelles, voire un étage aux
immeubles collectifs. Rupture avec les
logiques précédentes, qui conditionnent
l’obtention d’une majoration des règles
de densité à des exigences “sociales” ou
“environnementales”.
Modalités d’application
Ces conditions d’application excluent un
cumul avec les deux bonus précédemment
cités (L. 127-1 et L. 128-1 du CU).
Aussi, seules les demandes d’autorisation
d’occupations du sol déposées avant le
16 janvier 2016 sont susceptibles d’être
concernées par la majoration des droits à
construire de 30 %.
Les secteurs bénéficiant de cette majoration
doivent obligatoirement être situés dans les
zones urbaines délimitées par un PLU, un
POS ou un Plan d'Aménagement de Zones
(PAZ) en vigueur. Le dispositif n’est pas
applicable dans les zones A, B et C des Plans
d’Exposition aux Bruits des aérodromes, ni
dans les secteurs sauvegardés. Il peut avoir
pour effet de modifier les règles édictées par
les servitudes d’utilité publique, notamment
en matière de risques, de protection du
patrimoine ou de déroger aux lois littoral ou
montagne.
Si le document d’urbanisme ne fixe pas de
COS, la délibération institutive ne pourra
autoriser que le dépassement des règles
de gabarit, de hauteur et d’emprise au sol.
Instauration
Dans un délai de six mois à compter de
l’entrée en vigueur de la loi, l’autorité
compétente pour élaborer le PLU doit
mettre à la disposition du public une note
d’information présentant les conséquences
de l’application de la majoration de 30 %
sur le territoire de la commune concernée,
notamment au regard des objectifs
mentionnés à l’article L. 121-1 du CU.
Le public dispose d’un délai d’un mois pour
formuler ses observations à compter de la
mise à disposition de cette note.
Une synthèse des observations, tenue à
disposition du public, doit être présentée par
le maire au Conseil municipal.
drageR
s
S
ÉSIORC
Cependant, l’article L. 123-1-11 du CU
précise qu’en cas d’absence de COS,
l'application du dépassement autorisé ne
peut conduire à la création d'une surface
de plancher supérieure de plus de 30 %
à la surface de plancher existante. Cette
rédaction implique qu’en cas d’absence de
COS, le dépassement ne peut concerner que
l’agrandissement d’un bâti existant et non
la construction d’un bâtiment à destination
d’habitation.
À tout moment, le conseil municipal peut
adopter une délibération mettant fin à la
l’application de la majoration.
Modalité de contrôle
de l’application
En application de l’article L. 123-12-1 du CU,
l’évaluation triennale du PLU doit amener
le Conseil municipal à délibérer notamment
sur l’opportunité d’une application des
possibilités ouvertes par ce nouveau
dispositif de dépassement des règles.
À suivre…
Mardi 10 juillet 2012, les sénateurs ont adopté la
proposition de loi visant à abroger la loi n° 2101376 du 20 mars 2012 relative à la majoration des
droits à construire.
La loi est en effet considérée comme “porteuse
d’insécurité juridique” par les auteurs de
la proposition de loi… reste à savoir quelles
nouvelles dispositions seront introduites par la
Loi abrogeant la loi du 20 mars 2012…
35
Le versement
pour sous densité (VSD)
Loi n°2010-1658 du 29 décembre 2010 de finances rectificative pour 2010, parue au JO
du 30 décembre 2010.
Objet
Champ d’application
Inciter à la densité par la réforme de la
fiscalité. La réforme de la fiscalité de
l’aménagement, même si elle ne découle
pas directement de la loi Grenelle II, s'inscrit
dans sa dynamique. Elle contient un nouveau
mécanisme d'imposition relevant du même
renversement d'appréhension de la notion
de densification que la loi Grenelle II. En
effet, à côté de la simplification des taxes
par la création d'une taxe unique, la taxe
d'aménagement, il a été créé un versement
pour sous-densité (VSD).
÷
Réservé aux zones urbaines (U) et
urbaniser (AU) des PLU ou des POS,
Il y a là encore un inversement de la logique
du versement pour dépassement du plafond
légal de densité.
Il conduit à ce que les communes ou les EPCI
compétents en matière de PLU élaborent
une stratégie de financement en amont et en
cohérence avec le PLU.
L’opportunité du maintien de son application
doit être discutée simultanément au débat
triennal relatif au PLU – obligatoire – au
sein du Conseil municipal ou de l’organe
délibérant de l’EPCI (L.123-12-1 du CU modifié
par la loi MOLLE).
Délais d’application
Une délibération des communes ou les EPCI
compétents en matière de PLU.
Comme pour la taxe d’aménagement,
le VSD sera applicable aux autorisations
d’urbanisme déposées à compter du 1er mars
2012.
Bénéficiaire
Modalité de contrôle
Le produit du versement est attribué aux
communes ou EPCI qui l’ont institué.
Un dispositif de rescrit fiscal est institué
(cela signifie la possibilité de demande
d’éclaircissement à l’administration).
Regard
CROISÉ
s
Instauration
36
÷
Ce seuil ne peut être inférieur à la moitié
ou supérieur aux trois quarts de la densité
maximale autorisée par les règles définies
par le plan local d’urbanisme.
÷
Le versement pour sous-densité ne
pourra pas être supérieur à 25% de la valeur
du terrain.
S
Logique
÷
Un seuil minimal de densité (SMD) par
secteur.
3- Les pistes opérationnelles
Le chapitre précédent montre le rôle évident et
nécessaire des documents d’urbanisme :
÷÷ Le SCoT pour encadrer la densité à une échelle
plus large et équilibrée,
÷÷ Le PLU comme outil de mise en place des politiques urbaines (SCoT, Programme Local de
l'Habitat — PLH…) par son échelle d’application
et son opposabilité directe.
Pourtant le PLU trouve aussi ses limites en tant
qu’instrument. En effet des champs techniques et
économiques échappent au PLU comme le découpage, la propriété et le prix du foncier, la superficie
de la zone, etc. et peuvent rendre délicat l’encadrement des formes d’habitat.
On peut tout d’abord citer les leviers traditionnels1 :
÷÷ les procédures d’aménagement : pour des
projets de taille significative, le lotissement
et la Zone d'Aménagement Concertée (ZAC)
apportent un niveau d’exigence et de contrôle
supplémentaire par un règlement spécifique
(cas du lotissement), et par une étude d’impact,
une étape de concertation et un plan d’aménagement (cas de la ZAC) ;
÷÷ la maîtrise d’ouvrage publique : miser sur la
maîtrise foncière publique et/ou sur la concession d’aménagement pour promouvoir, par des
réalisations exemplaires, la densité et la mixité
de l’habitat et engendrer une offre privée équivalente ;
÷÷ le concours d’idées : doper la qualité d’un futur
quartier en orientant le projet vers des formes
d’habitat denses, durables ou innovantes.
Au-delà de ces outils qui mériteraient d’être expliqués et illustrés dans une autre publication,
l’Agence d’Urbanisme souhaiterait revenir aux fondements de la densité et sur des pistes opérationnelles mettant en avant l’ambiance urbaine. C'est
l'objectif du zoom de la double page suivante, sur
les 3 dimensions de la densité.
1 AURM Agence d’urbanisme de la Région de Mulhouse, “PLU et
forme d’habitat, impact de la réglementation sur la densité et la diversité”, dans “5’ pour comprendre”, 2008
drageR
s
S
ÉSIORC
37
ZOOM SUR…
Des pistes opérationnelles vues à travers 3 dimensions de la densité
Pascal A mphoux est chercheur à l'Institut de Recherche sur l'Environnement Construit à l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne
et au Laboratoire Cresson UMR 1563 Ambiances architecturales et urbaines, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble.
La polarité… la dimension spatiale
La mixité… la dimension sociale
L’intensité… la dimension sensible
La polarité… la dimension spatiale de la densité
÷÷ Pouvoir d’attraction et de répulsion d’un lieu vis-à-vis d’un environnement qu’il polarise.
÷÷ Notion plus large que la centralité, tout en l’incluant, car traite en même temps le centre
et les périphéries.
Thèmes phares : processus de densification/dédensification comme l’a connu par exemple le centre-ville
de Fort-de-France ou de Saint-Pierre au cours de leur histoire.
La mixité… la dimension sociale de la densité
÷÷ La fréquentation et l’animation d’un espace ne sont pas vécues de la même manière (on aime
ou on n’aime pas).
÷÷ Absence de densité sociale “idéale”. La mixité sociale peut aussi varier dans le temps (pas immuable).
÷÷ Réduction à tort de la mixité à mélange “fonctionnel” (habitat/équipement/services…).
Thèmes phares : diversité sociologique des quartiers, équipements et services de proximité, espaces publics
L’intensité… la dimension sensible de la densité
÷÷ Dimension sensible dominante : intensifier le rapport à la ville, renforcer le sentiment d’urbanité.
÷÷ Absence de densité sensible idéale (subjectivité de chacun).
Regard
CROISÉ
s
38
S
Thèmes phares : la qualité architecturale des espaces densifiés, l’insertion du projet dans un contexte,
la gestion des espaces (contraintes économiques, d’entretien face à l’esthétique), politiques urbaines
d’image (marketing urbain).
La polarité — Pistes opérationnelles
÷÷ Mise en œuvre de densités minimales.
÷÷ Inscription d’espaces de réserve dans un projet (espaces publics pour compenser l’effet
de promiscuité, des espaces privés libres comme lieux potentiels de densification).
÷÷ Des typologies particulières comme le patio, la cour ou l’îlot qui peuvent jouer un rôle,
chacun à leur échelle, d’espace tampon.
÷÷ Le management urbain de petites opérations, qui permet de créer des polarités et des ambiances de quartiers.
La mixité — Pistes opérationnelles
L’objectif est de créer un minimum de diversité des typologies architecturales pouvant jouer un rôle
sur la mixité sociale, à défaut de connaître les mécanismes objectifs de cette dernière.
÷÷ Une recommandation d’un minimum de diversité de typologie architecturale.
÷÷ L’assouplissement des règles d’urbanisme concernant l’habitat individuel en fonction
de la structure et de l’évolution de la composition des ménages (chambre supplémentaire,
transformation des combles, extensions ou annexes de jardin, ou encore fragmentation
de l’espace par restitution de morceaux de parcelles.
L’intensité — Pistes opérationnelles ÷÷ Mettre en tension les éléments de composition urbaine.
Exemple : modalité d’articulation du végétal et de l’espace bâti…
÷÷ Faire effet (avec une économie de moyens) : faire petit avec du grand et grand avec du petit
Exemple : la monumentalité du minuscule ou miniaturisation des aires monumentales
÷÷ Réinterpréter le contexte.
÷÷ Révéler la présence humaine.
Exemple : révéler la mémoire collective d’un lieu ou d’un bâtiment, enfouie et peut-être oubliée mais présente
drageR
s
S
ÉSIORC
39
ZOOM SUR…
Un exemple de recherche d’intensité urbaine
L'agence d'Architecture et d'Urbanisme PILE ET FACE, lauréat du concours d’aménagement de VolgaPlage lancé par l’Agence des 50 Pas Géométriques de Martinique en 2011, a proposé une (ré)appropriation originale d’un lieu à travers la mémoire collective.
“Volga doit s’ancrer dans l’idée de la ville mais avec son idée de Volga. Grâce à cette implication des habitants, le quartier pourra préserver son imaginaire collectif, car Volga-Plage (ne serait-ce que par son nom) est riche d’histoires humaines, de réussites ou d’échecs,
d’espoirs et d’envies.”
Agence PILE ET FACE
Source : Agence des 50
pas géométriques,
Agence PILE ET FACE
L’une d’entre-elles et sûrement la plus extraordinaire est celle de Robert S aint-Rose dit “Zetwal”, décrite dans un documentaire
de Gilles Élie dit “Cosaque” :
Cet habitant de Volga en 1974 après avoir eu connaissance de l’exploit des américains,
construisit une fusée à l’aide de matériaux hétéroclites qu’il trouva sur le site même
pour aller sur la lune. Confronté au problème du carburant, il alla voir son ancien instituteur qui, excédé, lui tendit le “Cahier d’un retour au pays natal” d’Aimé Césaire… Tu
ferais mieux de lire ça. Robert S aint-Rose sous le choc de cette lecture, fut convaincu
que c’était là l’énergie : la force poétique de Césaire ferait décoller sa fusée. Le jour dit,
en fin d’après-midi, il entra dans sa fusée et se mit à déclamer… mais le temps passa, la
fusée ne décolla pas et les quelques amis invités mi-amusés mi-curieux se lassèrent vite.
Le lendemain matin le garagiste qui l’avait aidé à construire l’engin spatial voulut prendre de ses nouvelles… mais ni Zetwal, ni la fusée
n’étaient là et plus jamais on ne revit Zetwal sur terre…
Source : Agence des 50 pas géométriques, Agence PILE ET FACE
Projet proposé : création du Centre Zétwal, espace multimédia très pointu mis à la disposition de la population, composé d’un espace de hautes technologies et d’une bibliothèque. Son architecture est un mouvement de paysage symbolisant la terre et la tour échappant de l’horizon fermé du site est le ciel…
Regard
CROISÉ
s
40
S
Volga Plage, Fort-de-France
drageR
s
S
ÉSIORC
41
CROISÉ
S
Regard
s
42
Avant
propos
L’Agence D’Urbanisme et d’Aménagement de
Martinique présente dans cette seconde partie
de la publication, le résultat contextualisé de son
travail de recherche sur les formes urbaines en
Martinique.
Plusieurs précautions de lecture sont nécessaires :
Pendant plusieurs mois, l’Agence a animé un
groupe de travail pour débattre et affiner
progressivement les hypothèses.
÷
L'îlot témoin n'est pas “le” modèle-type de la
forme urbaine qu'il illustre. Il s'agit avant tout d'un
exemple,
“Regards sur les formes” est conçu comme un
outil pédagogique organisé en 4 temps :
÷
Les fiches offrent un premier aperçu de la
typologie, sans y apposer un jugement sur la bonne
ou mauvaise qualité de ces opérations,
÷
Le référentiel qui propose 13 formes
sélectionnées en fonction de leur morphologie
urbaine ; plusieurs entrées ont été choisies : le
type d'habitat dominant, la continuité ou non du
bâti, le fait que cette forme soit organisée ou
libre, voire spontanée. La typologie s'efforce de
repérer les formes urbaines actuelles.
÷
Le résultat des calculs ne sert pas à stigmatiser
une forme. Par ailleurs, ce n'est pas parce que la
densité résidentielle est faible qu'il n'y a pas de
promiscuité et de souci de voisinage. Inversement,
ce n'est pas parce que les indicateurs de densité sont
élevés qu'il s'agit d'une bonne réponse au bien-vivre
ensemble,
÷ Les fiches présentent 14 exemples illustrant le
référentiel. Chaque type de forme est représenté
avec un classement par ordre décroissant de
sa densité : de 86 à 5 logements/ha. Il s’agit de
montrer les liens entre la densité et la forme tout
en expliquant les origines de chaque quartier.
÷
Enfin, les îlots sélectionnés n'ont pas fait l'objet
d'une approche sociologique sur la façon dont les
habitants s'approprient les espaces.
÷ Un tableau de synthèse dresse le panorama des
principaux indicateurs et des ratios d’occupation
des sols : 8 à 44 % pour le bâti, 9 à 33 % pour la
voirie, 83 à 23 % pour les espaces ouverts.
÷Un travail de décomposition des formes
urbaines (les “négatifs”) qui permet de mieux
comprendre l'organisation du quartier tant ses
espaces que dans ses connexions viaires.
drageR
s
S
ÉSIORC
Regards sur les formes
÷Un seul exemple a été sélectionné par forme
urbaine, les 14 fiches n'illustrent pas l'ensemble de la
Martinique, mais 9 communes,
43
Référentiel urbain
1
La typologie proposée par l'Agence distingue 3 grands types
de formes urbaines résidentielles :
• Forme à dominante d’habitat individuel qui
comprend les variantes ou sous-groupes suivants :
Bourg-paroisse
Présente les mêmes caractéristiques morphologiques qu’un
centre-bourg, mais constitue une centralité secondaire au
sein de la commune.
’ Morne des Esses, Sainte-Marie
Individuel discontinu groupé
Regroupe les ensembles de maisons de ville ou en bande,
linéaires et mitoyennes ou jumelées, alignées le long de
l’espace public.
Œ Lotissement Herrerra, Schœlcher
Urbain mixte organisé
Opération d’ensemble prévoyant dès la conception de
l’habitat individuel et collectif.
“ Cité Bas Dillon, Fort-de-France
Individuel discontinu de type “pavillonnaire”
Constructions individuelles implantées sur des parcelles,
libres ou avec un plan d’aménagement d’ensemble type
lotissement ou ZAC.
 Lotissement Place d'Armes, Lamentin
Urbain mixte en renouvellement
Densification de quartiers majoritairement individuels
souvent sans plan d’ensemble.
” Bas Didier, Fort-de-France
Quartiers populaires anciens spontanés
Installés sur des terrains difficiles souvent insalubres
et soumis aux risques, ils ont été peu à peu viabilisés et
légitimés. Forte emprise au sol, voirie resserrée, systèmes de
cours intérieures et de cheminements piétons traversants.
Ž Volga-Plage, Fort-de-France
Urbain mixte de type faubourg
Espace de transition entre le centre-ville et les quartiers
péricentraux où l’on retrouve une juxtaposition des styles
architecturaux résultant des différentes évolutions.
Ensemble caractérisé par la mixité de l’habitat et des activités.
• Terres Sainville
Quartiers rurbains
Développés et étendus de façon linéaire le long des routes
principales (souvent des routes de crêtes pour les mornes).
Ramification le long des routes secondaires ou des chemins
attenants. Lieux de vie, ils disposent d’un ou plusieurs
équipements de proximité. Entités qui ne sont plus rurales
aujourd'hui, mais pas tout à fait urbaines non plus.
 Monésie, Sainte-Luce
• Forme à dominante d’habitat collectif : ensemble
d’immeubles collectifs prenant la forme de plots, barres
ou tours, plus ou moins déconnectés du dessin des espaces
publics. Ce type comprend les variantes ou sous-groupes
suivants :
Grand ensemble
Défini par une implantation discontinue des bâtiments en
tours et barres (modèle développé dans les années 70).
• Forme “mixte” : rassemble plusieurs typologies
d'habitats individuel ou collectif, continu ou discontinu. Ce
type comprend les variantes ou sous-groupes suivants :
Floréal Godissard, Fort-de-France
Collectif discontinu
Défini par une implantation discontinue de bâtiments. Le
collectif discontinu groupé en est une variante (mitoyen qui
présente un alignement le long de l’espace public, mais ne
ferme pas l’îlot).
Centre-Ville
Structure urbaine souvent en damier d’époque coloniale avec un axe
principal à partir duquel se développe l’urbanisation. Architecture de
maisons de ville bien que d’autres types de constructions s’y ajoutent.
 Lamentin
Résidences Pointe Lynch, Robert
Centre-Bourg
Pôle local d’activités et de commerces. Moins structuré, de
moindre hauteur et moins rayonnant que le centre-ville.
‘ François
Collectif en plots de type résidence
Petits immeubles R+2 à R+4 réalisés à l’identique sur des
îlots desservis par leur propre réseau de voirie.
Résidences Lassalle, Sainte-Marie
Regard
CROISÉ
s
44
S
1 Les illustrations ci-contre retenues ne sont pas l'unique représentation de la forme à laquelle elles sont rattachées.
Illustrations réalisées à partir de photos par Damien Théodose, Responsable du Pôle Projet Urbain et Planification (PUP) de l’ADUAM
Œ

Ž


‘
’
“
”
•
drageR
s
S
ÉSIORC
45
Les fiches,
mode d'emploi
Ces fiches s’organisent selon une double page en vis-à-vis, avec pour la partie gauche les éléments
d’ordre descriptif, et pour la partie droite les indicateurs et les points clés à retenir. Les fiches sont classées non par type de forme urbaine, mais par ordre décroissant de densité résidentielle, exprimée en
nombre de logements par hectare, c'est-à-dire de la plus forte à la plus faible densité.
÷Les éléments de contexte (2) décrivent la
situation du site au regard de son environnement,
allant du quartier à l’échelle de la ville selon les cas. Ils
comprennent également des données d’ordre social ou
historique permettant de mieux comprendre le contexte
de l’opération.
> Sur la page de gauche
L’identification (1) permet une description rapide
de l’îlot témoin sélectionné, complémentaire des cartes
de localisation en haut de chaque double page. Outre
l’adresse, l’identification permet de connaître le type
de maîtrise d’ouvrage (privée ou publique, voire mixte),
l’architecte connu le cas échéant, la période de réalisation
et la classe typologique. Elle met en exergue l’idée que
chaque îlot témoin, bien qu’intégré à une typologie, ne
peut être lu sans prendre en compte le contexte.
÷
La partie organisation (3) expose à la fois la
morphologie urbaine et les aspects fonctionnels de
l’opération témoin. Il s’agit donc d’une part de la façon
dont se structurent l’îlot, le parcellaire, l’organisation du
bâti par rapport aux espaces publics ou privés non bâtis ;
et d’autre part de la manière dont sont gérés les accès, le
stationnement, les statuts d’occupation des logements, et
la mixité de l’opération le cas échéant.
La description de l’opération témoin se déroule en deux
temps :
4
6
5
2
3
7
Regard
CROISÉ
s
46
S
1
> Sur la page de droite
Le tableau synthétique des indicateurs1 (4) permet
une visualisation rapide des chiffres clés :
Ces indicateurs sont accompagnés d'un graphique
(6) permettant de visualiser les grands ratios selon
3 thèmes :
÷
Le type d’habitat majoritaire renvoie aux 2
terminologies d’habitat : individuel et collectif, auxquelles
s’ajoute une typologie mixte, associant les deux types
d'habitat. Il est à noter qu’une forme urbaine mixte peut
l’être par la mixité des destinations (habitat, équipements,
activités, etc.), elle peut donc comprendre une dominante
d’habitat individuel.
÷
La surface de l’îlot témoin, exprimée en hectare,
correspond à l’ensemble du terrain, voirie publique
interne comprise.
÷
La surface au sol du bâti indique en chiffre brut et en m²
l’occupation du bâti, annexes comprises, sur le terrain, sans
tenir compte du nombre de niveaux (surface brute au sol
du rez-de-chaussée). Elle est calculée à partir du cadastre.
÷
La surface au sol de la voirie et du stationnement
comprend tous les types de voiries, publics ou privés, et
les aires de stationnement.
÷
La hauteur des bâtiments est décrite selon le nombre
d’étages, et prend en compte une moyenne haute et
basse, c’est la raison pour laquelle il est indiqué par une
fourchette.
÷
Le nombre de logements, correspond dans le cas
d'opérations d'ensemble aux chiffres fournis par les
bailleurs sociaux, et dans le cas d'opérations mixtes,
à un recensement terrain (type “boîtes aux lettres”)
permettant d'avoir une estimation fiable.
÷
Le ratio d'espace bâti résulte du rapport entre la
surface au sol brute du bâti et la surface de l'îlot témoin ;
÷
Le ratio voirie et stationnement selon la même logique ;
÷
Le ratio d’espaces ouverts est le rapport entre l’espace
non bâti du terrain de l’îlot témoin, en excluant les
espaces affectés à la voiture (voirie, stationnement), et la
surface totale de l’îlot témoin. Ce rapport est exprimé en
pourcentage.
Les espaces ouverts comprennent les espaces publics,
les espaces privatifs non bâtis sur parcelle privée (cour,
jardin…), les friches, les espaces collectifs (pelouse, aire
de jeux…). Ils ne sont donc pas à confondre avec les
espaces verts.
Enfin, la partie inférieure de la page de droite décrit les
éléments clés à retenir (7). Ces éléments mettent en
perspective chaque site dans ce qu'il a d'original, ses
points forts ou ses difficultés de fonctionnement.
Un nouveau mode de calcul :
la surface de plancher
Les indicateurs de densité (5) retenus sont les
suivants :
L'ordonnance sur la nouvelle définition des surfaces de plancher a
été publiée le 17 novembre 2011 au Journal officiel. Cette ordonnance
vise à unifier et simplifier le mode de calcul pour les surfaces de
logements.
÷
Le Coefficient d'Occupation des Sols (COS), qui
correspond à la valeur indiquée dans le secteur par le Plan
Local d'Urbanisme ou par le Plan d'Occupation des Sols
Coefficient d’Emprise au Sol (CES). Le COS détermine la
densité de construction admise : c'est le rapport exprimant
le nombre de mètres carrés de plancher hors œuvre
nette ou le nombre de mètres cubes susceptibles d'être
construits par mètre carré de sol.
÷
Le Coefficient d'emprise au sol du bâti (CES) résulte
du rapport entre la surface au sol occupé par le rezde-chaussée et la surface de l'îlot témoin hors voirie et
stationnement.
÷
La densité résidentielle ou densité de logement résulte
du rapport entre le nombre de logements et la surface de
l'îlot témoin. Elle est exprimée en nombre de logements
par hectare.
1 Le calcul des indicateurs a été réalisé par Cénia Borrero, Responsable du Pôle SIG (Système d'Information Géographique) de l'ADUAM.
drageR
s
S
ÉSIORC
Ainsi, à compter du 1er mars 2012, la Surface Hors d’œuvre Brute
(SHOB) et la Surface Hors d’œuvre Nette (SHON) ont laissé place à
la seule “surface de plancher”, c'est-à-dire l'ensemble des surfaces
de plancher des constructions closes et couvertes comprises
sous une hauteur de plafond supérieure à 1.80 m. Cela permettra
une meilleure prise en compte de la surface réellement habitable
des bâtiments, ce qui devrait favoriser une meilleure isolation (en
ne pénalisant pas les murs plus épais) et “un bonus en termes de
constructibilité de l'ordre de 10 %, qui contribuera à favoriser la
production de logements”, indique le communiqué du Conseil des
ministres.
47
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
Faubourg des Terres Sainville
Fort-de-France
Éléments
de contexte
Identification
Nom de l’îlot témoin :
Faubourg des Terres Sainville
Adresse : autour de
l’avenue Jean Jaurès
Mode opératoire :
Mixte à dominante privée
Époque de réalisation :
Fin du 19e siècle à aujourd’hui
Typologie : urbain mixte continu
de type faubourg
Organisation
Le quartier Terres Sainville est situé au nord
du centre-ville de Fort-de-France, entre
la Rivière Madame à l’Ouest, et la Rocade
(RD 41) à l’Est et au Nord. Autrefois appelé
“Faubourg Thébaudière” ou encore “Quartier
des Misérables”, cette terre marécageuse,
appartenant au marquis de Sainville et
occupée notamment par des réfugiés de la
catastrophe de la Pelée en îlots de cases, a
été assainie et aménagée vers 1920 suite à son
expropriation par la mairie de Fort-de-France.
Progressivement, les Terres Sainville, de
terre d’exode pour ceux des campagnes qui
“descendaient en ville”, devaient devenir le plus
grand quartier ouvrier et artisanal de Fort-deFrance. Il décline avec les effets du Bumidom1
et de la recherche de confort “moderne”, il
accueille aujourd’hui de nombreux immigrants
et conserve toujours une part importante
d’artisans et de commerçants.
Regard
CROISÉ
s
48
S
1 Bumidom : Bureau pour le developpement des migrations, organisme public chargé d'accompagner l'émigration des habitants des départements d'Outre-mer vers la
France métropolitaine.
Avec une topographie plate, les rues de ce
quartier sont rectilignes, perpendiculaires
les unes aux autres. De faibles largeurs, elles
sont toutes à sens unique avec généralement
un stationnement unilatéral et un trottoir de
chaque côté.
Le quartier enregistre plusieurs types
d’habitat, au gré des évolutions urbaines :
la case, qui tend à disparaître, les maisons
de ville en bois, les maisons et immeubles
d’architecture moderniste, les immeubles
collectifs modernes. Toutefois si les hauteurs
peuvent s’avérer disparates (Rdc à R+3), les
rues conservent une certaine homogénéité
du fait d’une implantation dominante à
l’alignement et en limites séparatives,
assurant une certaine urbanité au faubourg.
Le quartier dispose d’un espace public central
(place de l’Abbé Grégoire) et d’espaces
sportifs au Nord, sur le site de l’ancienne Cour
Fruit à Pain. Il bénéficie aussi de l’espace du
Parc Floral en cours de réhabilitation.
IGN – Litho3D 2010
1 860 logements
86 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Faubourg des Terres Sainville
Type d’habitat majoritaire
Mixte
Surface de l’îlot
21,6 ha
Surface au sol du bâti
93 141 m² soit 9, 3 ha
Surface des espaces voiries et stationnement
73 828 m² soit 7, 4 ha
Nombre d’étages
RDC à R+3
Nombre de logements
1 860
Surface moyenne des parcelles
110 m²
Coefficient d’Emprise au Sol du bâti (CES)
65 %
Densité résidentielle
86 logts/ha
Densité bâtie (COS)
Néant
44 %
Bâti
33 %
Voirie et
stationnement
23 %
Espaces
ouverts
À retenir
Un des derniers faubourgs “préservé” tant par l’urbanisme
(maintien de la trame viaire, des alignements)
que par les activités encore présentes.
Un patrimoine bâti encore existant, mais dégradé.
Un potentiel de développement en lien avec sa position
stratégique et le projet de réaménagement du parc floral.
Minéralisation des espaces publics
au profit du stationnement.
Minéralisation des espaces privés avec la disparition
des lakous, anciennes cours à l’intérieur d’un îlot et pouvant
accueillir des jardins, dernières traces du passé (Lakou Fruit à
Pain, Lakou Marine). Les lakous étaient en lien avec
le mode de vie rural des premiers arrivants qui venaient des
campagnes. Ces îlots occupés par des logements de petite taille,
souvent insalubres, ont peu à peu disparu
au gré d’opérations de réhabilitation.
Des opérations récentes de collectifs standardisées,
qui rompent parfois avec le tissu urbain
(hauteurs plus fortes, volume).
drageR
s
S
ÉSIORC
49
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
Résidences La Batelière
SchŒlcher
Éléments
de contexte
50
Son terrain est en pente douce vers la mer.
Le site est au contact de la RN2 Fort-deFrance/Saint-Pierre, entre l’ancienne route de
Schœlcher-Plateau Fofo et les quartiers Ouest
foyalais, à moins d’un kilomètre en vol d’oiseau
du bourg de Schœlcher. L’ensemble, situé en
face du Casino de Schœlcher, est au contact
d’un centre commercial, d’une école, d’un lycée
professionnel et d’une station-service. Un axe,
situé en bordure Est de l’opération, concentre
les services à la personne (médecins, salons
d’esthétique). Les transports en commun de
l’agglomération centre desservent le site.
Regard
CROISÉ
S
Nom de l’îlot témoin :
Résidences de la Batelière
Adresse : La Batelière
Mode opératoire : Bailleur social
Maître d’ouvrage : Ozanam HLM
Architecte :
Delavine Sainte-Suzanne
Époque de réalisation :
1962-1973
Typologie : Grand Ensemble
Réalisé sur l’ancien site de l’Habitation
Batelière, au Sud-Est du bourg de Schœlcher
et en périphérie Ouest de Fort-de-France, ce
quartier a été conçu comme le pendant des
grands ensembles de Floréal et de Dillon à
Fort-de-France.
s
Identification
Organisation
L’ensemble comprend une vingtaine de
bâtiments de type “barre”, dont 6 unités de 12
étages, les autres étant limitées à 3 étages.
Les bâtiments sont répartis parallèlement les
uns aux autres sur un vaste espace ouvert
dont une partie est plantée en pelouse, l’autre
consacrée aux voiries et aires de stationnement
en pied d’immeuble. Des terrains de basket et
de football, une aire de jeux sont à la disposition
des habitants.
Un axe central végétalisé a été pensé afin de
permettre de traverser l’ensemble d’Est en
Ouest en promenade. Aujourd’hui, cet espace
a disparu au profit du circuit de circulation
routière.
La situation de l’opération en légère hauteur,
permet aux logements de bénéficier d’une vue
imprenable sur la Baie des Flamands.
IGN – Litho3D 2010
905 logements
78 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Résidences La Batelière
Type d’habitat majoritaire
Collectif
Surface de l’îlot
11, 6 ha
Surface au sol du bâti
16 280 m²
Surface des espaces voiries et stationnement
39 730 m²
Nombre d’étages
R+3 à R+12
Nombre de logements
905
Surface moyenne des parcelles
15 280 m²
Coefficient d’Emprise au Sol du bâti (CES)
21 %
Densité résidentielle
78 logts/ha
Densité bâtie (COS)
1
14 %
Bâti
34 %
52 %
Voirie et
stationnement
Espaces
ouverts
À retenir
Révision à la baisse de certains principes
d’aménagement de départ : certains équipements
comme la gare routière, le centre civique et la piscine
n’ont finalement pas été réalisés.
Part importante dans l’occupation du sol et dans
le paysage urbain de l’espace dédié à la voirie et au
stationnement, en “plaque” au pied des immeubles.
Une impression de densité forte, en lien avec
la hauteur des bâtiments de type “barre”
et l’urbanisme de zoning des années 60.
Un positionnement intéressant au contact de la ville
(accessibilité), avec une vue imprenable sur la mer.
drageR
s
S
ÉSIORC
51
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
Résidences Basse Gondeau
Le Lamentin
Éléments
de contexte
Identification
Nom de l’îlot témoin :
Résidences Basse Gondeau
Adresse : Chemin de Basse Gondeau,
Le Lamentin
Mode opératoire : Bailleur social
Maître d’ouvrage : SIMAR
Architecte : Raphaël Dervain
BET : Berim
Époque de réalisation :
Livraison en 1992
Typologie : Collectif groupé
Organisation
Le quartier est situé route de Californie, en
face du Morne Pavillon au Lamentin.
Démarrée en 1989 et achevée en 1992,
cette opération est composée de 3 groupes
d’immeubles collectifs dont 2 en Logements
Locatifs Sociaux (LLS), Résidence Rhysophore
de 231 logements, Résidence les Terrasses
de 233 logements et un de taille plus réduite
en accession à la propriété, Résidence
les Arcades de 48 logements aujourd’hui
entièrement vendue aux particuliers.
Le quartier est desservi par les transports
collectifs urbains de la CACEM.
Si on ne peut pas parler de collectif continu
pour ce quartier, car il n’y a pas d’îlots fermés,
on note toutefois un rapport du bâti à la voie
de type “rue”. Les bâtiments sont groupés
et forment un alignement devant la rue. Le
stationnement en pied d’immeuble est limité
à une rangée de voitures en épis, ce qui
limite l’impact visuel de la voiture. Quelques
commerces de proximité irriguent la zone au
niveau des rez-de-chaussée d’immeuble.
L’effet “rue” est renforcé par les alignements
d’arbres qui masquent dans certains secteurs
les entrées d’immeubles.
L’effet “mansarde” au sommet de certaines
façades, dessiné par un décrochement régulier
de balcon, rappelle également les alignements bâtis traditionnels.
Regard
CROISÉ
s
52
S
L’espace piéton est séparé du stationnement
et de la voirie par une petite bande enherbée.
L’îlot intérieur d’un des groupes de collectifs
forme une sorte de “cour” intérieure de
grande taille, où sont répartis stationnement,
espaces enherbés et aires de convivialité.
IGN – Litho3D 2010
512 logements
74 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Résidences Basse Gondeau
Type d’habitat majoritaire
Collectif
Surface de l’îlot
6, 9 ha
Surface au sol du bâti
12 443 m²
Surfaces des espaces voiries et stationnement
22 244 m²
Nombre d’étages
R+3 à R+5
Nombre de logements
512
Surface moyenne des parcelles
5 860 m²
Coefficient d’Emprise au Sol (CES) du bâti
26 %
Densité résidentielle
74 logts/ha
Densité bâtie (COS)
0, 5
18 %
Bâti
32 %
50 %
Voirie et
stationnement
Espaces
ouverts
À retenir
L’impact visuel de la hauteur et de la longueur des bâtiments
est atténué sur la rue principale par la présence d’arbres de haute tige,
créant un double alignement, végétal et architectural.
Le stationnement en pied d’immeuble sur rue, séparé du piéton,
associé à l’alignement des façades offre un caractère urbain au quartier.
Toutefois, la présence de nombreux commerces en rez-de-chaussée abandonnés
indique également les difficultés de maintien
des commerces de quartier.
Une mixité réduite : 10 % des logements sont en accession
à la propriété, localisés sur une seule résidence. Par ailleurs,
une forte impression de “monolithisme” avec un seul type d'habitat.
Des façades et espaces publics vieillissants.
drageR
s
S
ÉSIORC
53
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
cité La marie
DucOS
Éléments
de contexte
54
La ZAC a été aménagée par une SEM
(SODEM). L'opération de logements a été
réalisée par un opérateur social (Ozanam)
et elle a accueilli à la fois de l’accession à la
propriété et du locatif.
Regard
CROISÉ
S
Nom de l’îlot témoin :
Cité La Marie
Adresse : La Marie
Mode opératoire : Bailleur social
Maître d’ouvrage : OZANAM
Architectes : Claude Le Folcalvez
Époque de livraison :
1979 à 1982
Typologie : Collectif en plots
de type résidence
La première vague d’urbanisation du bourg.
Le quartier se situe au nord du bourg de
Ducos au lieu-dit La Léandre. Le site est plus
ou moins plat, avec quelques dénivelés.
Il est séparé du centre bourg par l’ancienne
RN5 (actuelle RN8), devenue boulevard
urbain. La Cité La Marie a été réalisée dans le
cadre de la Zone d’Aménagement Concertée
(ZAC) dite Habitation La Marie. Cette ZAC
créée en 1975 a constitué la première
vague d’urbanisation du village originel. La
réalisation de la RN5 a servi de catalyseur à
son développement. La ZAC enserre le bourg
au Nord-Est, Est et Sud-Est, à la manière d’un
fer à cheval. La Cité la Marie constitue un
quartier de cette ZAC.
s
Identification
Organisation
Cette opération est reliée par une voie de
desserte interne à un autre projet quelque
peu similaire ; mais moins bien entretenu,
séparé physiquement par une ravine.
L’ensemble s’organise sous forme de petits
immeubles en plots (R+3), desservis par une
voirie interne qui dessine des îlots de grande
volumétrie avec un espace vert commun
intérieur (dont espaces de jeux pour enfants
et maison commune).
Les îlots sont liés par une trame piétonne,
l’organisation est propice à la convivialité. Des
aménagements récents sont venus améliorer
l’esthétisme des locaux poubelles, et un soin
particulier est régulièrement apporté aux
espaces verts.
IGN – Litho3D 2010
400 logements
53 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Cité La Marie (Est)
Type d’habitat majoritaire
Collectif
Surface de l’îlot
7, 5 ha
Surface au sol du bâti
17 383 m²
Surface des espaces voiries et stationnement
12 626 m²
Nombre d’étages
R+2 à R+3
Nombre de logements
400
Surface moyenne des parcelles
4 780 m²
Coefficient d’Emprise au Sol du bâti
28 %
Densité résidentielle
53 logts/ha
Densité bâtie (COS)
0, 5
23 %
Bâti
17 %
60 %
Voirie et
stationnement
Espaces
ouverts
À retenir
Les espaces collectifs sont très présents dans le paysage
et constituent les espaces centraux des îlots. La Cité La Marie
retrouve ainsi une configuration de type “cour”, avec des espaces en
pieds d’immeuble partagés, avec non seulement des espaces verts,
mais aussi des petites placettes et lieux de rencontre plus intimistes
avec bancs, le tout cerné par des immeubles en plots.
Quelques appartements en rez-de-chaussée, donnant vue sur l’îlot
central ouvert, ont prolongé leur jardin de terrasse sur la pelouse
(pots de fleurs, arbustes), venant agrémenter l’îlot central.
Un entretien régulier des espaces communs végétalisés,
des efforts récents d’accompagnement
visuel des locaux poubelles.
Des façades parfois dégradées (peintures, etc.)
et vieillissantes.
drageR
s
S
ÉSIORC
55
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
Résidences Pointe Lynch
Le Robert
Éléments
de contexte
56
Cette opération de type social constitue la
première tranche du nouveau quartier et a été
réalisée en concertation avec la municipalité
du Robert, notamment sur la composition
urbaine.
Le quartier est caractérisé par des immeubles
de petite taille (R+3 à R+4), disposant de
terrasses individuelles. Les décrochés dans
les alignements de barres évitent l’effet
masse. Les entrées des immeubles sont
individualisées par des petits portiques
donnant un confort “résidentiel”.
La voie principale d’accès est marquée
par une belle allée de palmiers, et un soin
particulier est apporté aux espaces ouverts en
pied d’immeuble, en pelouse et arborés. Les
cheminements piétons en pied d’immeubles
sont séparés de la voie publique et du
stationnement par une allée bétonnée et des
bandes engazonnées.
Des cheminements conduisent à un vaste
parc aménagé (aire de skate, aire de jeux,
bancs) disposant de plusieurs ambiances. Le
quartier n’est pas fermé et se poursuit par
une nouvelle opération mixte à dominante
individuelle.
Regard
CROISÉ
S
Nom de l’îlot témoin :
Résidences Pointe Lynch
Adresse : entre Pointe Lynch
et Gaschette
Mode opératoire : Bailleur social
Maître d’ouvrage : OZANAM
Architectes : Jacques Midas
et Guy Rimbaud
Époque de réalisation :
2001-2002
Typologie : Collectif discontinu
Le quartier est situé au cœur du secteur
d’extension nouvelle du bourg du Robert entre
Gaschette et Pointe Lynch, en prolongation
du nouveau centre commercial et en face des
équipements scolaires.
s
Identification
Organisation
IGN – Litho3D 2010
240 logements
52 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Résidences Pointe Lynch
Type d’habitat majoritaire
Collectif
Surface de l’îlot
4, 6 ha
Surface au sol du bâti
6 726 m²
Surface des espaces voiries et stationnement
13 184 m²
Nombre d’étages
R+3
Nombre de logements
240
Surface moyenne des parcelles
32 700 m²
Coefficient d’Emprise au Sol (CES) du bâti
20 %
Densité résidentielle
52 logts/ha
Densité bâtie (COS)
0, 5
15 %
Bâti
29 %
56 %
Voirie et
stationnement
Espaces
ouverts
À retenir
Une concertation entre l’opérateur social
et la municipalité a permis d’échanger sur un certain nombre
de principes d’aménagement. Le volume architectural, assez
classique pour ce type d’opération voit son impact visuel
(densité perçue) réduit grâce au travail sur la végétation
ornementale des espaces collectifs en pied d’immeubles. Une
impression de fluidité de circulation est rendue grâce à une
véritable séparation des circulations piétonnes et routières.
Une connexion avec le parc urbain
et le lotissement limitrophes.
drageR
s
S
ÉSIORC
57
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
texaco
Fort-de-France
Éléments
de contexte
58
À l'origine, quartier d’habitat spontané
occupant en partie la bande des 50 Pas
Géométriques, il s’est développé suite à la
fermeture des usines sucrières, ayant entraîné
un exode massif vers Fort-de-France. Le
quartier tire son nom du site désaffecté d’un
ancien dépôt de pétrole localisé dans ce
secteur.
Il est devenu célèbre grâce au roman éponyme
de Patrick Chamoiseau, prix Goncourt en 1992.
Ces chapitres figurent l’évolution de la ville
créole : “Temps de paille”, “Temps de bois
caisse”, “Temps de fibrociment”, “Temps de
béton”.
Regard
CROISÉ
S
Nom de l’îlot témoin :
Texaco
Adresse : Rue du Grand Caraïbe
Mode opératoire :
Mixte à dominante privée
Époque de réalisation :
Années 50 à aujourd’hui
Typologie : Quartier populaire
ancien spontané
Quartier situé à l’Ouest du centre-ville de
Fort-de-France, Texaco s’étire le long du
littoral, de l’Ouest de la Pointe Simon au phare
de la Pointe des Nègres.
s
Identification
Organisation
Le quartier se compose de “Texaco” en bord
de mer, de “Haut Texaco” à flanc de relief et
de la “Pointe de la Vierge”. Des équipements
de proximité (maison des sports, service des
jeunes, boulodrome), parfois en mauvais
état, assurent le lien entre les habitants de
la Pointe de la Vierge et ceux de Texaco. Un
port de pêche est aménagé à l’embouchure
du Marigot de Bellevue, au cœur du quartier.
L’empreinte de cette activité reste encore
très marquée dans le quartier, lequel souffre
du manque de commerces et de services de
proximité.
Texaco a été déclaré insalubre par le Préfet
dans les années 80 : la ville de Fort-de-France
a entrepris un programme de réhabilitation
du site sous la forme d'une RHI (Résorption
de l'Habitat Insalubre). Dans ce cadre ont
été réalisés des logements sociaux afin de
reloger les familles dont les maisons avaient
été déclarées inhabitables (60 logements
groupés par la SMHLM).
IGN – Litho3D 2010
270 logements
35 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Texaco
Type d’habitat majoritaire
Individuel
Surface de l’îlot
7, 7 ha
Surface au sol du bâti
16 360 m² soit 1, 6 ha
Surface des espaces voiries et stationnement
19 617 m² soit 2 ha
Nombre d’étages
RDC à R+2
Nombre de logements
270
Surface moyenne des parcelles
200 m²
Coefficient d’Emprise au Sol du bâti (CES)
29 %
Densité résidentielle
35 logts/ha
Densité bâtie (COS)
0, 8
21 %
Bâti
25 %
54 %
Voirie et
stationnement
Espaces
ouverts
À retenir
Le quartier est intégré dans le projet d’aménagement
du “Grand Caraïbe” mené par la SEMAFF (reconquête du front
de mer). Par ailleurs, l’Agence des 50 Pas Géométriques gère un
programme de réaménagement du site intégrant
les divers risques qui affectent le quartier.
Il est prévu à plus long terme que le quartier accueille le tracé
littoral du TCSP (Transports Collectifs en Site Propre) reliant
Le Lamentin à Schœlcher via Fort-de-France.
Les hauts de Texaco offrent une trame viaire intéressante
en termes paysager (effet d’escalier lié au relief).
Minéralisation et dégradation de certains espaces publics.
La voirie, en mauvais état, est fréquemment encombrée
par le stationnement des véhicules.
Vieillissement de la population.
Traversée de la route (connexion port de pêche/habitat
résidentiel) peu sécurisée.
drageR
s
S
ÉSIORC
59
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
Cité Bas Dillon
Fort-de-France
Éléments
de contexte
60
La structure du quartier repose sur une trame
orthogonale en damier, comprenant deux
grandes voies de circulation :
÷ l’axe Est-Ouest = le Boulevard de Dillon,
qui relie la ville basse à la ville haute et
qui constitue l’axe commercial de
l’ensemble (rez-de-chaussée commerciaux
ainsi que services et administrations de
proximité).
Regard
CROISÉ
L’ensemble fonctionne en îlots orthogonaux
reliés par des axes piétonniers séparés des
voies routières, par des mails plantés. Les plus
hauts bâtiments de 5 à 7 niveaux encadrent
la plaine centrale composée de maisons
individuelles en bande, appelées squadras.
Ces dernières disposent en cœur d’îlot d’une
cour interne traversante.
Les équipements sont répartis stratégiquement dans l’ensemble : les équipements
scolaires à chaque grandes extrémités,
épiceries et petits commerces au centre.
Organisation
S
Nom de l’îlot témoin :
Cité Bas Dillon
Adresse : Autour de l’Avenue
Salvador Allende
Maître d’ouvrage :
SIAG devenue SIMAR
Époque de réalisation :
Milieu des années 60
Typologie : Urbain mixte organisé
s
Identification
Située sur la plaine de Dillon, à l’Est de la ville
basse, la Cité Dillon est un exemple typique
de l’urbanisme fonctionnaliste des années
1960. Partie d’une programmation dite de
“Grand Ensemble” comprenant aussi le Haut
Dillon, la cité du Bas Dillon fonctionne comme
un quartier autonome, avec commerces,
équipements et services de proximité, mais
aussi d’ampleur communautaire.
÷ l’axe Nord-Sud = la Grande Avenue, qui
distribue vers la Rocade, permet la
circulation entre le quartier et l’agglo mération, et bordent les principaux
équipements scolaires.
IGN – Litho3D 2010
2 450 logements
34 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Cité Bas Dillon
Type d’habitat majoritaire
Mixte
Surface de l’îlot
71, 6 ha
Surface au sol du bâti
176 640 m² soit 17, 7 ha
Surface des espaces voiries et stationnement
226 279 m² soit 22, 7 ha
Nombre d’étages
RDC à R+7
Nombre de logements
2 450
Surface moyenne des parcelles
380 m²
Coefficient d’Emprise au Sol du bâti
36 %
Densité résidentielle
34 logts/ha
Densité bâtie (COS)
0, 8
25 %
Bâti
33 %
Voirie et
stationnement
44 %
Espaces
ouverts
À retenir
Une hiérarchisation forte des types de circulation (voiture/piétons/stationnement),
avec des traversées piétonnes d’îlots intéressantes.
Le plan orthogonal du quartier permet également une certaine variété dans les évolutions.
L’institution de la zone franche a participé à la mutation de maisons basses
en locaux d’activité en dehors de l’axe commercial Est-Ouest,
diffusant l’activité sur l’ensemble de la Cité.
Plusieurs opérations de réhabilitation ont été menées
sur les structures bâties, mais aussi des logements,
avec notamment des opérations de résidentialisation (immeubles clôturés).
Le parti paysager d’origine (mails plantés d’arbres de grande taille) semble aujourd’hui
compromis par la taille démesurée des voies au regard de leur pratique réelle.
La voirie est quasiment l’unique support collectif d’espace vert :
les espaces publics de rencontre et de calme sont informels.
Problème d’entretien des squadras,
espaces interstitiels mi-privés mi-bailleurs (problèmes de limites).
Problème de lisibilité des espaces publics, déficit en mobilier urbain,
stationnements sauvages malgré une part importante de voirie (voies larges et quadrillées).
Problèmes de nuisances sonores liés à la proximité de l’autoroute, mais aussi à l’arrivée
d’activités de mécanique plus ou moins légales en cœur d’îlot.
drageR
s
S
ÉSIORC
61
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
Centre-Ville
trinité
Éléments
de contexte
Identification
Nom de l’îlot témoin :
Centre-ville
Adresse : Trinité
Mode opératoire :
Mixte à dominante privée
Époque de réalisation :
Du milieu du 17e siècle
à aujourd’hui
Typologie : Centre-ville
Organisation
Le centre-ville est situé sur une plaine le long
du littoral, au fond d’une baie protégée. Au
départ, La Trinité appartenait à la Cabesterre,
qui regroupait six communes. En 1684, la
paroisse s’est détachée et la commune s’est
formée autour de 3 quartiers, à l’origine
de son nom : Le petit Brésil, la Citerne et la
Rue Paille. Au début la ville s’est développée
autour d’une vie militaire et commerciale. Port
atlantique stratégique dès le 17e siècle, la ville
s’est confortée avec le développement du
réseau routier, et notamment la Nationale 4,
qui relie La Trinité à Fort-de-France.
Aujourd’hui, elle représente la troisième “ville”
de Martinique d'après l'enquête “Habiter en
Ville” réalisée par l'ADUAM en 2006, derrière
Fort-de-France et Le Lamentin.
Le centre-ville s’étend le long de la côte sur
plus d’un kilomètre du quartier Petit-Brésil
au Sud au quartier la Crique au Nord, en
passant par l’ancienne Rue Paille. Le centreville prend appui sur un axe principal, la rue
J. Lagrosillière. De petites rues issues de
cette dernière irriguent le bourg.
Le centre recèle encore de vieilles maisons
de ville en pierre ou en bois, ne dépassant
pas le R+3, qui témoignent de l’ancienneté
de l’urbanisation, auxquelles se juxtaposent
des immeubles collectifs plus récents. La
rue Paille qui compte encore de nombreuses
cases est surplombée par une falaise limitant
le développement urbain au nord du bourg.
Autour du bourg se sont multipliés des
lotissements à l’emplacement d’anciennes
habitations.
Regard
CROISÉ
s
62
S
Les services et les commerces sont surtout
présents dans la rue principale, lui conférant
une animation certaine. Le front de mer a été
réaménagé.
IGN – Litho3D 2010
420 logements
26 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Centre-ville de Trinité
Type d’habitat majoritaire
Mixte
Surface de l’îlot
16, 3 ha
Surface au sol du bâti
57 669 m² soit 5, 8 ha
Surface des espaces voiries et stationnement
30 725 m² soit 3, 1 ha
Nombre d’étages
RDC à R+5
Nombre de logements
420
Surface moyenne des parcelles
220 m²
Coefficient d’Emprise au Sol du bâti (CES)
44 %
Densité résidentielle
26 logts/ha
Densité bâtie (COS)
2
35 %
Bâti
19 %
Voirie et
stationnement
46 %
Espaces
ouverts
À retenir
Une des seules communes à disposer dans le discours
des Martiniquais de l’appellation “centre-ville”, en lien non
seulement avec son statut de sous-préfecture, mais aussi
par la présence de maisons de ville
et d’immeubles, ainsi que d’un faubourg.
Le centre-ville est animé par le marché et la présence
de commerces, services et équipements.
Engorgement du centre-ville aux heures de pointe lié au
gabarit des voies, à l’insuffisance
de stationnement relais. Amélioration
du transport collectif depuis 2006
avec le service “Touché viré”.
Le piéton trouve difficilement sa place
(trottoirs étroits ou inexistants).
Minéralisation importante des espaces.
Une grande disparité architecturale.
drageR
s
S
ÉSIORC
63
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
Centre-Bourg
Saint-Esprit
Éléments
de contexte
64
À partir de la seconde moitié du 20e siècle,
et avec la crise sucrière, la commune décline
peu à peu. Elle perd son statut de chef de
canton ainsi que de centre administratif dans
le Sud de l’île. Elle connaît une renaissance
démographique depuis les années 80, mais
localisée sur les quartiers périphériques hors
bourg. Le centre-bourg reste le secteur qui
concentre les principales activités et services
administratifs.
Regard
CROISÉ
S
Nom de l’îlot témoin :
Centre-bourg
Adresse : Saint-Esprit
Mode opératoire :
Mixte à dominante privée
Époque de réalisation :
En 1837, la paroisse de Saint-Esprit,
crée depuis 1753, est érigée en bourg
Typologie : Bourg
Durant la première moitié du 19e siècle, le
bourg est peu habité (zone marécageuse
sujette aux crues). Il se développe cependant
grâce à sa position stratégique au milieu des
terres qui en fait un centre relativement
important où s’effectuent les foires rurales
et de nombreux échanges avec les communes
voisines. La vitalité de l’économie sucrière
nourrit l’activité commerciale : la commune
acquiert le statut de capitale du Sud, attirant
fonctionnaires et classe intermédiaire.
s
Identification
Organisation
Le bourg a pris naissance au carrefour de
routes suivant des vallées confluentes.
D’abord village rue (rue Cap. Pierre-Rose),
il s’est densifié et développé sur la rue
Schœlcher et Gueydon. Le parcellaire y est
laniéré, de petite taille avec souvent une
typologie de maison de bourg, une cour
intérieure. Un petit faubourg au nord du
vieux-bourg, entre la rue Gueydon et le
secteur de l’Église s’est constitué avec de
petites constructions de faible hauteur,
assemblées dans le désordre, sur de petits
terrains.
Le bourg se compose majoritairement de
maisons individuelles d’époques différentes,
qui forment pourtant un ensemble
assez homogène (implantation du bâti à
l’alignement en bordure de rue et hauteurs
relativement proches). S’y mêlent maisons
de bourg en bois, villa bourgeoise, en retrait
de la rue, cases, maisons d’inspiration
modernistes et plus modernes.
IGN – Litho3D 2010
277 logements
26 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Centre-bourg de Saint-Esprit
Type d’habitat majoritaire
Mixte
Surface de l’îlot
10, 5 ha
Surface au sol du bâti
31 550 m² soit 3, 2 ha
Surface des espaces voiries et stationnement
20 267 m² soit 2 ha
Nombre d’étages
RDC à R+2
Nombre de logements
277
Surface moyenne des parcelles
230 m²
Coefficient d’Emprise au Sol du bâti (CES)
37 %
Densité résidentielle
26 logts/ha
Densité bâtie (COS)
2
30 %
Bâti
19 %
Voirie et
stationnement
51 %
Espaces
ouverts
À retenir
Bourg fortement caractéristique de l’habitat traditionnel martiniquais.
C’est un atout réel qui est préservé et tente d’être mis en valeur
grâce à une Opération Programmée d'Amélioration de l'habitat
(OPAH) et un projet de Zone de Protection du Patrimoine
architectural, Urbain et paysager (devenue AMVAP, Aires de Mise en
Valeur de l'Architecture et du Patrimoine).
Une cour située en arrière de la maison est un élément déterminant
et structurant de ses édifices.
Forte animation autour du marché et de l’Église.
Le stationnement n’est pas toujours organisé,
laissant dans certains secteurs les véhicules se garer
sur les trottoirs ou sur des parcelles en friche.
Un réseau de transports en commun très limité,
et le secteur n'est pas pourvu d’une véritable
gare routière communale.
Des façades dégradées et vieillissantes, un patrimoine
bâti menacé par des rénovations diverses.
drageR
s
S
ÉSIORC
65
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
Lotissement Herrera
Schœlcher
Éléments
de contexte
66
Organisation
L’ensemble se compose de logements
individuels groupés par deux (jumelés)
répartis de part et d’autre de deux voies.
Les maisons sont construites sur des talus en
hauteur, en retrait de la voie avec des jardins
privés. Les clôtures sont relativement hautes
et contribuent à préserver une certaine
intimité au logement, tout en conservant une
certaine transparence (mur plein bas).
Regard
CROISÉ
S
Nom de l’îlot témoin :
Lotissement Herrera
Adresse : Les hauts de Terreville,
Fonds Rousseau
Mode opératoire :
Mixte à dominante privée
Architectes : Duboscq et Genevese
(Star Architecture)
Époque de réalisation : année 80
Typologie : Individuel groupé
s
Identification
Situé au cœur du quartier Fond Rousseau c'est
un des lotissements qui composent Terreville.
Il est positionné sur un haut plateau, en face
du lotissement le Point du Jour. Le secteur
de Terreville, ensemble de lotissements
résidentiels, s’est constitué sur les hauteurs
ventilées de Schœlcher. Il est composé en
majorité de villas pavillonnaires, et a participé
fortement à la croissance résidentielle de la
ville.
Les logements sont en R+ 1 et possèdent des
bow-windows à l’étage. Certaines villas sont
divisées en deux logements avec un jardin
commun. Chaque maison est composée d’un
garage (certaines possèdent alors un garage
pour deux logements).
Les villas peuvent être agrémentées d’une
annexe (comme un kiosque). L’architecture,
les clôtures, les couleurs de façades et de
toiture sont strictement identiques, mais
cependant bien isolées les unes des autres.
L’ensemble dispose d’un centre commercial
à proximité d'un supermarché et d’un collège,
mais aussi de services (médecins, coiffeurs),
d’activités culturelles (cours de musique, etc.)
et sportives (parcours de santé).
La voirie est bordée sur un côté par une
pelouse étroite, de l’autre par des places de
stationnement.
Les services de transports en commun sont
réduits et desservent tout Terreville.
IGN – Litho3D 2010
65 logements
22 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Lotissement Herrera
Type d’habitat majoritaire
Individuel
Surface de l’îlot
2, 9 ha
Surface au sol du bâti
6 314 m² soit 0, 6 ha
Surface des espaces voiries et stationnement
6 533 m² soit 0, 7 ha
Nombre d’étages
R+1
Nombre de logements
65
Surface moyenne des parcelles
270 m²
Coefficient d’Emprise au Sol du bâti (CES)
28 %
Densité résidentielle
22 logts/ha
Densité bâtie (COS)
0, 4
22 %
Bâti
22 %
Voirie et
stationnement
56 %
Espaces
ouverts
À retenir
Une homogénéité architecturale qui
n’empêche pas une appropriation
individuelle des espaces privés libres
(jardins, clôtures...) assurant une
individualité au site.
Une vue dégagée du site,
tirant parti du relief.
Une place importante donnée à la voiture
au détriment du piéton.
drageR
s
S
ÉSIORC
67
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
Bourg-paroisse du Morne des Esses
Sainte-Marie
Éléments
de contexte
Identification
Nom de l’îlot témoin :
Bourg-paroisse
du Morne des Esses
Commune : Sainte-Marie
Mode opératoire :
Mixte à dominante privée
Époque de réalisation :
Fin du 19e siècle à aujourd’hui
Typologie : Bourg-paroisse
En raison de sa position difficile et isolée, ce
site à l’intérieur des terres de la commune de
Sainte-Marie fut prisé par les Indiens caraïbes,
vites rejoints par les groupes de marrons
(esclaves en fuite) à l’arrivée des colons. Les
indiens auraient ainsi transmis la tradition
de vannerie qui fait encore aujourd’hui la
réputation du Morne des Esses. Ce quartier
a été érigé tardivement en paroisse, en 1932
et la première pierre de l’église est posée en
1933.
C'est aujourd’hui le cœur d’un quartier rural
plus vaste qui s’est fortement développé après
les années 80. Le Morne des Esses, “petite
ville dans la ville”, compte des équipements
clés (dont une mairie annexe et un collège).
Organisation
Regard
CROISÉ
s
68
S
La forme urbaine du bourg est relativement
préservée : construit sur une crête et à la
croisée de deux routes (RD15 et RD25), il
dispose d’un îlot central occupé en partie
par l’Église qui constitue un élément repère.
Le bourg-paroisse est délimité à l’Est par
l’Église (RD25), au Sud par le cimetière et
à l’Ouest par le pôle école-mairie. La rue du
Filao a été ouverte il y a quelques années
afin de boucler la circulation de l’îlot central,
auparavant semi-ouverte. On retrouve dans
la rue principale de nombreux commerces
de proximité en rez-de-chaussée, ainsi que
quelques artisans.
Le site se caractérise par une implantation
resserrée et par l’alignement de maisons de
bourg (R+1 max) en bois ou en béton. On note
parfois un deuxième front bâti construit dans
la pente, accessible depuis un couloir en front
à rue, constituant souvent une prolongation
de la maison familiale sur rue. Les pentes sont
également utilisées pour les jardins familiaux.
L’impasse des Colibris, perpendiculaire à la
rue principale, dessert autour d’une cour des
petites constructions en ordre disparate et à
un seul niveau, aboutissant à un chemin piéton
d’accès à l’église.
IGN – Litho3D 2010
110 logements
21 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Bourg-paroisse du Morne des Esses
Type d’habitat majoritaire
Individuel
Surface de l’îlot
5, 2 ha
Surface au sol du bâti
15 292 m² soit 1, 5 ha
Surface des espaces voiries et stationnement
5 520 m² soit 0, 6 ha
Nombre d’étages
RDC à R+1
Nombre de logements
110
Surface moyenne des parcelles
470 m²
Coefficient d’Emprise au Sol du bâti (CES)
33 %
Densité résidentielle
21 logts/ha
Densité bâtie (COS)
0, 8
30 %
Bâti
10 %
60 %
Voirie et
stationnement
Espaces
ouverts
À retenir
Un patrimoine bâti créole intéressant,
une animation importante du centre.
Le végétal est fortement présent dans
les espaces privés (jardins créoles notamment).
Des façades dégradées, des logements vacants.
Une minéralisation des espaces publics.
Stationnement difficile pour les riverains.
Circulation et stationnement difficile dans la rue centrale
bordée de commerces, et étroite.
Une lecture difficile de l’accès à l’Église.
drageR
s
S
ÉSIORC
69
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
Bas Didier
Fort-de-France
Éléments
de contexte
70
L’évolution du quartier s’est faite par greffes
consécutives sur la trame initiale, dans les
secteurs plus pentus et sur des parcelles
plus réduites. Le secteur Ouest fut le plus
prisé. Des opérations groupées ou collectives
se sont progressivement construites sur
le versant Sud-Est. Jusque dans les années
1980, le quartier reste dominé par un
habitat de haut standing avec des villas
d’architecture originale. Le POS de 1992
autorise la construction de semi-collectifs et
de bureaux, commerces. L’habitat devient
plus hétérogène.
Regard
CROISÉ
S
Nom de l’îlot témoin : Bas Didier
Adresse : autour de la rue
du Pr. Garcin
Mode opératoire :
Mixte à dominante privée
Époque de réalisation :
Du milieu du 19e siècle à aujourd’hui
Typologie : Urbain mixte libre
en renouvellement
Les premières occupations de ce secteur
remontent à l’essor de Fort-de-France
après l’éruption de la montagne Pelée et la
destruction de Saint-Pierre. Les négociants
et la bourgeoisie se saisissent de ce site très
privilégié (plateau ventilé à l’Ouest de la
ville basse et vue dominante). Les secteurs
de faibles pentes se sont d’abord densifiés
(linéaire de la rue Pr. Garcin et la rue Lung-Fu).
s
Identification
Organisation
Le réseau de desserte s'organise en “arrête
de poisson”. L’axe central (rue du Pr. Garcin)
dessert tout le quartier du Nord au Sud. Les
voies perpendiculaires sont souvent des
impasses, de plus en plus investies par des
opérations de collectifs privés résidentiels.
Les équipements et services se concentrent
quasi-exclusivement
sur
l’avenue
et
s’égrènent le long de l’axe. Bien que l’axe
central reste bordé majoritairement par des
maisons coloniales classées au patrimoine
architectural local, elles sont de plus en plus
réinvesties par des locaux administratifs.
Le quartier s’est aujourd’hui densifié par
de petits collectifs qui prennent la place
d’anciennes villas coloniales démolies et
vendues à des promoteurs immobiliers,
ou encore réinvesties par des sièges
d’entreprises.
IGN – Litho3D 2010
284 logements
14 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Bas-Didier
Type d’habitat majoritaire
Mixte
Surface de l’îlot
21 ha
Surface au sol du bâti
28 553 m² soit 2, 9 ha
Surface des espaces voiries et stationnement
25 806 m² soit 2, 6 ha
Nombre d’étages
RDC à R+3
Nombre de logements
284
Surface moyenne des parcelles
1 380 m²
Coefficient d’Emprise au Sol du bâti (CES)
16 %
Densité résidentielle
14 logts/ha
Densité bâtie (COS)
0, 4
14 % 12 %
Bâti
74 %
Voirie et
stationnement
Espaces
ouverts
À retenir
Vue dominante sur le centre-ville de Fort-de-France, bonne ventilation.
Importance des espaces verts issus des domaines privés.
Les voies transversales, de faibles gabarits, séduisantes par la forte présence
végétale, incitent à la circulation lente.
Une plus grande mixité sociale,
en lien avec la nouvelle mixité de type d’habitat.
La voie principale présente des handicaps : son gabarit n’est plus adapté
aux trafics importants ; les trottoirs ne sont pas continus,
les transports en commun s’arrêtent en pleine voie.
Le débouché à la sortie des voies secondaires est difficile,
compte tenu du trafic sur l’axe principal.
Les espaces de respiration qui faisaient le cachet de ce quartier
disparaissent peu à peu au profit de clôtures grillagées ou de murs.
Le stationnement difficile dans certains
secteurs d’attractivité commerciale.
Une perte du patrimoine ressenti par les habitants
en lien avec la densification des espaces.
drageR
s
S
ÉSIORC
71
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
Lotissement Place d’Armes
Le Lamentin
Éléments
de contexte
72
Les maisons sont soient en R+1 avec une
architecture moderniste, parfois sur pilotis, ou
de plain-pied. Les propriétaires ont disposé
d’une certaine liberté dans la personnalisation
et l’évolution de leurs logements individuels.
Les voies sont larges et permettent ainsi aux
villas de ménager les vis-à-vis.
Organisation
L’ensemble dispose d’une aire de sport et
bénéficie de la proximité d’équipements
sportifs municipaux (stade municipal) et
commerciaux (centre commercial de Places
d’Armes).
Le lotissement est constitué de maisons
individuelles avec jardins. L’ensemble est
très structuré suivant une trame orthogonale.
Organisée autour d’un axe central, cette
voie principale, large et constituée d’un mail
planté, concentre des petits commerces
de proximité et des services (coiffeurs,
Regard
CROISÉ
S
Nom de l’îlot témoin :
Lotissement Place d’Armes
Adresse : entre l’avenue
de la Liberté et la RD3
Mode opératoire :
Mixte à dominante privée
Époque de réalisation :
Années 80
Typologie : Individuel discontinu
de type pavillonnaire
Le lotissement est situé dans une zone
urbaine dense, proche du bourg, sur la
plaine du Lamentin. Typique des quartiers
pavillonnaires d’extension des périphéries
des bourgs, il dispose toutefois d’un plan
pensé intégrant mail planté, axe principal
d’équipements et de commerces. Il comprend
un habitat pavillonnaire de type villa implanté
au milieu de sa parcelle, pour la partie Nord,
et un habitat plus resserré de type social,
toujours individuel avec un groupe de
collectifs, pour la partie Sud au contact de la
RD3.
s
Identification
assurances...). Des établissements scolaires
sont situés à proximité du lotissement (école
primaire, collège Petit-Manoir).
L’ensemble forme une structure assez
homogène.
À l’extrémité de l’allée centrale, les transports
en commun communautaires desservent très
bien le quartier.
IGN – Litho3D 2010
294 logements
13 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Lotissement Place d'Armes
Type d’habitat majoritaire
Individuel
Surface de l’îlot
22, 7 ha
Surface au sol du bâti
45 183 m² soit 4, 5 ha
Surface des espaces voiries et stationnement
55 522 m² soit 5, 6 ha
Nombre d’étages
RDC à R+1
Nombre de logements
294
Surface moyenne des parcelles
560 m²
Coefficient d’Emprise au Sol du bâti (CES)
26 %
Densité résidentielle
13 logts/ha
Densité bâtie (COS)
0, 25
20 %
Bâti
24 %
56 %
Voirie et
stationnement
Espaces
ouverts
À retenir
Un quartier structuré et organisé avec un principe
viaire lisible et des équipements de proximité
qui fonctionnent toujours.
Un ensemble caractérisé par des maisons non
identiques, limitant la monotonie architecturale,
accompagnée d’une mixité sociale.
Un mail planté sur l’avenue centrale, structure
le paysage. Les jardins et les clôtures végétales
participent de la qualité de l’espace public.
La partie “sociale” dispose d’espaces collectifs
moindres (voies plus étroites, parcellaire plus réduit)
auquel s’ajoute un problème de l’entretien des
clôtures. Par ailleurs, la mixité sociale existe plutôt par
juxtaposition d’opération que par intégration.
drageR
s
S
ÉSIORC
73
IGN – Bdtopo 2004 au 1/25 0000e
Desmarinières
Rivière-Salée
Éléments
de contexte
74
Organisation
L’habitat est majoritairement de type
individuel discontinu. De la rue principale,
en crête, s’égrènent des rues secondaires
et chemins ruraux d’accès aux habitations,
généralement en impasse. L’habitat est
diffus, positionné au gré des divisions
foncières familiales et de la topographie.
Les cases et maisons en bois ont quasiment
disparu, au profit de constructions modernes
Regard
CROISÉ
S
Nom de l’îlot témoin :
Quartier Desmarinières
Adresse : Route de
Rivière-Pilote (RD8)
Mode opératoire :
Mixte à dominante privée
Époque de réalisation :
De la fin du 19e siècle
à aujourd'hui
Typologie :
Quartiers “urbains”
s
Identification
Desmarinières, bien qu’éloigné du bourg, reste
l’un des principaux quartiers de Rivière-Salée.
Construit sur la route de crête (RD8) entre
Rivière-Salée et Rivière-Pilote, le quartier offre
de magnifiques points de vue sur toute la moitié
Sud. Une partie du quartier se prolonge vers le
quartier Monésie à Sainte-Luce. Il dispose d’un
habitat dispersé avec toutefois un cœur plus
dense repéré par l’Église, l’école et le foyer
rural, un garagiste et un petit commerce de
proximité (achat d’épicerie, bar…).
d’architecture hétérogène. Si en général
l’urbanisation s’est effectuée sans procédure
particulière, on note une opération récente
de lotissement de villas individuelles quasi
identiques ainsi qu’une petite opération
sociale de collectifs ne dépassant pas le R+2.
Le parcellaire est particulièrement laniéré
(façades sur rues étroites), marqueur de
l’occupation rurale des sols. Si les voies ne
comportent aucun aménagement en dehors
de la voie de circulation, particulièrement
pour les piétons. L’essentiel de la végétation
du quartier est situé directement dans le
parcellaire privé (forte présence de jardins et
de clôtures végétalisées).
Le relief joue une part importante dans la
morphologie urbaine du quartier, certaines
pentes dépassant les 20 %. Les espaces moins
accessibles, trop escarpés ou trop éloignés
des voies d’accès, n’ont pas été bâtis au cours
du temps. Ils créent à présent des poches
d’espace naturel au sein des périmètres
urbanisés.
IGN – Litho3D 2010
130 logements
5 logements à l’hectare
Les Indicateurs
Îlot témoin
Desmarinières
Type d’habitat majoritaire
Individuel
Surface de l’îlot
23, 9 ha
Surface au sol du bâti
19 391 m² soit 1, 9 ha
Surface des espaces voiries et stationnement
20 404 m² soit 2 ha
Nombre d’étages
RDC à R+1
Nombre de logements
130
Surface moyenne des parcelles
1 110 m²
Coefficient d’Emprise au Sol du bâti (CES)
8 %
Densité résidentielle
5 logts/ha
Densité bâtie (COS)
0, 2 à 0, 3
8 % 9 %
Bâti
83 %
Voirie et
stationnement
Espaces
ouverts
À retenir
Présence d’éléments de centralité intensifiant
l’identité du quartier (église, école).
Un lien entre le rural et l’urbain fort, le quartier
gardant des aspects de hameaux densifiés.
Un habitat hétéroclite qui se disperse le long
de voies d’accès étroites et peu aménagées.
Les implantations en “marteau” sont nombreuses en
lien avec l’histoire familiale des lieux.
Toutefois, des conflits de voisinages pourraient
survenir au gré de ventes.
drageR
s
S
ÉSIORC
75
La synthèse des indicateurs
Le regard sur la densité calculée
Type
d'habitat
Nombre
majoritaire
de logements
Terres
Sainville
Mixte
Grand
Résidences
La Batelière
Collectif
Forme
urbaine
Urbain
mixte
continu de type
faubourg
ensemble
discontinu
groupé
Collectif
en plots
de type
"résidence"
Collectif
discontinu
Quartier
populaire
ancien
spontané
Urbain mixte
organisé
d'étages
Surface
de l'îlot
Emprise
au sol du
Emprise de la voirie
et du stationnement
1860
RDC à R+3
21, 6
93141
73828
Collectif
905
R+3 à
R+12
11,6
16278
39734
Résidences
Basse
Gondeau
Collectif
512
R+5
6,9
12443
22244
Cité
La Marie
Collectif
400
R+2 à R+3
7,5
17383
12626
Résidences
Pointe
Lynch
Collectif
240
R+3
4,6
6726
13184
Texaco
Individuel
270
RDC à R+1
7,7
16360
19617
Cité
Bas Dillon
Mixte
2446
RDC à
R+7
71,6
176497
226579
Mixte
420
RDC à
R+5
16,3
57669
30725
Mixte
277
RDC à
R+2
10,5
31550
20267
65
RDC à R+1
2,9
6314
6533
Îlot témoin
Urbain
Centre-ville
mixte de type de Trinité
centre-ville
Urbain
mixte de
Centrebourg de
type bourg et
bourg-paroisse Saint-Esprit
Individuel
discontinu
groupé
bâti (m²)
(m²)
Morne des
Esses
Individuel
110
RDC à R+1
5,2
15292
5520
Urbain
mixte libre en
Bas Didier
Mixte
284
RDC à R+3
21,0
28553
25806
Individuel
discontinu de type
Lotissement Place
d'Armes
Individuel
294
RDC à R+1
22,7
45183
55522
Les
quartiers
Desmarinières
Individuel
130
RDC à R+1
23,9
19391
20404
pavillonnaire
"rurbains"
Regard
CROISÉ
S
type bourg et
bourg-paroisse
renouvellement
76
(ha)
Bourgparoisse
s
Urbain
mixte de
Lotissement
Individuel
Hererra
Nombre
Surface
des autres
espaces
ouverts (m²)
Cœf.
d'Emprise
au Sol
(CES) en %
Surf
moyenne
Coefficient
de parcelles
(m²)
d'Occupation
des Sols (COS)
Densité
résidentielle
(logts/ha)
Les ratios d'occupation des sols
Bâti
44 %
49400
65
111
Néant
33 %
23 %
86
14 %
34 %
52 %
18 %
32 %
50 %
60100
21
15280
1
78
34500
26
5863
0,5
74
44700
28
4777
0,5
53
26000
20
32700
0,5
52
41000
29
195
0,8
35
312400
36
376
0,8
34
74300
44
219
2
26
35 %
53400
37
230
2
26
30 %
16400
28
267
0,4
22
31000
33
472
0,8
21
30 %
155200
16
1382
0,4
14
14 % 12 %
126100
26
563
0,25
13
20 %
199500
9
1111
0,2 à 0,3
5
8 % 9 %
drageR
s
S
ÉSIORC
Espaces
ouverts
Voirie et
stationnement
23 %
15 %
17 %
60 %
56 %
29 %
21 %
54 %
25 %
25 %
33 %
44 %
19 %
46 %
51 %
19 %
22 %
22 %
10 %
56 %
60 %
74 %
24 %
56 %
83 %
77
Décomposition
des formes
Du noir et blanc
pour mieux voir la ville
Le visuel du “négatif”1 permet de mieux appréhender la forme urbaine et son organisation.
Il s’agit de montrer que le bâti n’est pas le seul élément structurant. Le tracé viaire et le
parcellaire participent à l’organisation de l’espace. Ce moyen de représentation met en relief
les vides et les pleins. Cette représentation permet de mieux appréhender l’îlot qui connaît des
dessins variés : réguliers (plan en damier), ouverts ou fermés dans lesquels les immeubles ne
s’orientent plus par rapport à la rue.
"C'est en interrogeant le tissu urbain que l'on peut tenter de
comprendre les relations complexes entre le sol et le bâti,
entre voiries et constructions, entre formes et pratiques."
Dans Formes urbaines : de l'îlot à la barre,
Philippe Panerai, Jean C astex , Jean-Charles D epaule
Regard
CROISÉ
s
78
S
1 Ces visuels ont été réalisés par Christophe Clairis, Pôle SIG (Système d'Information Géographique) de l'ADUAM
Terres Sainville, Fort-de-France
Un plan orthogonal hérité du passé colonial, qui a absorbé la trame spontanée originelle…
des îlots majoritairement fermés, des lakous aujourd’hui disparus.
Résidences Pointe Lynch, Le Robert
Un plan qui privilégie les espaces viaires avec des amorces de transversalités.
drageR
s
S
ÉSIORC
79
Cité Bas Dillon, Fort-de-France
Une trame viaire orthogonale imposante sur laquelle se superposent des îlots traversants,
morcelés avec des espaces de respiration en cœur.
Saint-Esprit
Une “kat Kwazé” dessinant un îlot central d’où s’étirent les faubourgs linéaires,
Regard
CROISÉ
s
80
S
Des cœurs d’îlots semi-ouverts, des espaces libres en cœur d’îlots ou en fond de parcelles.
Bas Didier, Fort-de-France
Un plan en peigne : un axe principal unique auquel se connectent des voies de desserte en impasse faiblement reliées,
en lien avec la présence d’un “fond”.
Desmarinières, Rivière-Salée
Une trame filaire marquée par l’occupation rurale.
drageR
s
S
ÉSIORC
81
Les principales conclusions
Un répertoire pour mieux
comprendre la ville
La mise en parallèle, sur des cas concrets, de la forme urbaine et des indicateurs de densité confirme
certaines tendances, mais elle met également à mal quelques idées reçues. Décryptons les fiches...
Les élus et les techniciens de Martinique peuvent ainsi
trouver des exemples de formes urbaines diverses
répondant à un même seuil de densité. Il s'agit d'éviter
la "normalisation" de la densité, et de mettre en avant
le fonctionnement d'un quartier dans un contexte. La
densité ne sera acceptée que si elle est accompagnée
par la qualité urbaine : la gestion de la relation entre les
espaces privés et publics le jeu des vides et des pleins et
le soin apporté aux espaces collectifs.
Les indicateurs choisis permettent de mieux comparer
les densités “calculées”, et surtout de mettre en avant
l’aspect “contextuel” du sujet : la densité perçue est
souvent différente de la densité réelle.
S’il est clair que l’habitat collectif offre plus facilement
des hauts niveaux de densité, certains types d’habitats
individuels ou mixtes restent relativement performants.
Ainsi l’urbain mixte de type faubourg des Terres Sainville,
dispose d’une densité de 86 logements à l’hectare,
contre 78 logements à l'hectare pour les résidences de
La Batelière. Cet exercice comparatif permet de rappeler
qu’il n’existe pas de corrélation entre hauteur et densité,
le premier site ne dépassant pas des hauteurs comme
R+3 contre R+12 pour le second.
Enfin, l'analyse de ce premier répertoire montre aussi le
poids des formes urbaines homothétiques en Martinique :
trop souvent est reproduit un modèle unique d'habitat
qui n'assure pas la mixité sociale et urbaine. Les secteurs
d'habitat collectif se déclinent sur plusieurs hectares,
avec le même modèle architectural. Or la variété des
formes et de types permettrait d'assurer un maximum
de mixité sociale, de diversité urbaine et de densité.
Des types d'habitat ont déjà connu des déclinaisons en
Martinique : du carbet à la case, en passant par la villa
coloniale, du jardin créole au lakou. Le présent sait aussi
s'enrichir du passé. Aujourd'hui, de nouvelles formules
sont à inventer ou réinventer...
Les différences entre chacun des modes de calculs
peuvent être importantes : des COS peuvent être faibles
et la densité de logements forte. Les résidences de Basse
Gondeau au Lamentin disposent d'un COS de 0, 5 pour
74 logements/ha, contre un COS de 1 pour la Batelière
à Schœlcher qui compte un nombre équivalant à 78
logements/ha !
La même densité peut aussi prendre différentes facettes :
Texaco et Cité Bas Dillon disposent chacun d’une densité
moyenne de 35 logements/ha. Or la part des espaces
non bâtis n’est pas la même, ni même leur organisation.
Ainsi le rapprochement entre les différents sites permet
de voir que la qualité des espaces verts, autant que
leur quantité, compte dans l’acceptation d’une densité
importante. C'est pourquoi les indicateurs ne concernent
pas seulement la densité calculée, mais aussi la répartition
des espaces : qu'ils soient bâtis, dédiés à la circulation, ou
ouverts (jardins, agrément, etc.).
En bref
Il n'y a pas de corrélation automatique entre
hauteur et densité, ni entre collectif et densité.
Une même densité peut prendre une diversité
de formes, et vice-versa.
Le fonctionnement d'un quartier ne peut se
comprendre sur la simple analyse du type de
bâti : les routes, l'organisation du stationnement, des espaces publics et des espaces privatifs sont autant d'éléments à mieux saisir.
Le manque de mixité de types d'habitat est
marquant dans les opérations organisées.
Ces fiches sont également un outil pratique pour mieux
comprendre et appliquer les documents d'urbanisme
communaux ou intercommunaux (PLU et SCoT). En effet,
un certain nombre d'objectifs de densité doivent être fixés,
notamment en lien avec le Grenelle II (Cf. la Doctrine).
CROISÉ
S
Regard
s
82
Il n'y a pas de chiffre d'or de la densité ni de
forme urbaine idéale : un ratio d'espaces ouverts importants ne signifie pas pour autant
une qualité ni un bon usage de ceux-ci.
Zoom sur…
Au-delà des outils réglementaires, l’Agence d’Urbanisme et d’Aménagement de Martinique souhaite
elle s’inscrit en droite lignée dans la tradition des agences d’urbanisme.
Les agences d’urbanisme œuvrent depuis 30, 40 voire 50 ans à la connaissance et à la mémoire des
villes. Ces dernières années, beaucoup d’entre elles ont proposé des plaquettes d’information, des
expositions pour éclairer le public sur la relation entre densité et formes urbaines.
Ce fut l’IAURP1 – aujourd’hui l’IAURIF – qui publia en 1974 les premiers travaux au sein d’un de ses
AGAM - Agence d'Urbanisme
de l'Agglomérarion marseillaise,
2009.
offrir cet outil pédagogique pour mieux comprendre la fabrication de la ville martiniquaise. Pour cela,
“Cahiers” consacré aux densités et formes urbaines de la région parisienne. Les années 2000 ont
marqué véritablement le tournant par la multiplication de référentiels sur les formes urbaines au sein
delà des débats sur la densité et les formes urbaines se cache la question de la fabrication de la ville
elle-même.
Il ne s’agit pas d’établir une sorte de catalogue de références pour aider à choisir entre des solutions
toutes faites. Au contraire, l’objectif est de favoriser la réflexion et le débat en apportant une série de
données sur les exemples retenus : des indicateurs chiffrés, mais aussi des plans et des illustrations de
la fabrication de ces formes urbaines et de leur ambiance, pour approcher ce qui en est perçu par les
FNAU - Fédération Nationale des
Agences d'Urbanisme, 2006.
des agences d’urbanisme, en lien direct avec la loi Solidarité et Renouvellement Urbains. En effet, au-
habitants.
1 Institut d’Aménagement et d’urbanisme de la région parisienne, devenu l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Île-de-France, Cahiers
n°36-37, 1974
drageR
s
S
ÉSIORC
83
CROISÉ
S
Regard
s
84
Avant
propos
Si le chapitre précédent donne des clés de lecture
pour décrypter, quantifier, qualifier une densité en
Martinique et la forme urbaine qui l’accompagne, il
révèle en même temps la complexité de l’exercice.
De même, les témoignages d’une dizaine d’acteurs
présentés sous forme d’interviews incitent à regarder
et à voir autrement. Volontairement choisis pour la
sensibilité du regard qu’ils portent sur la ville mais
aussi pour la diversité de leurs champs d’action ; ils
ont toutefois un souhait commun : accompagner la
densité de qualité tout en s’adaptant aux particularités
du territoire. Ceci montre bien toute l’importance du
projet urbain…
Nous les remercions tous et nous saluons tout
particulièrement notre ancien délégué de la FNAU,
Marcel Belliot, qui connaît bien les problématiques de
notre territoire.
drageR
s
S
ÉSIORC
Autres regards
Aussi pour compléter la boîte à outils, notre choix s’est
porté sur quatre expériences donnant des éléments
concrets pour “construire dense” : un immeuble
bioclimatique en centre-ville de Cayenne en Guyane,
une opération de logement social dans un quartier
pavillonnaire à Bry-sur-Marne en banlieue parisienne,
une résidence de logements en bande à Port-of-Spain
à Trinidad et une initiative de recomposition d’îlots
en centre dense, l’îlot Bébian à Pointe-à-Pitre, en
Guadeloupe.
85
Crédit photos : Audeg, Agence d’Urbanisme et de Développement de la Guyane
Comment construire
dense et bioclimatique ?
L’exemple d’un projet bioclimatique en centre-ville
(Cayenne, Guyane)
> CONTEXTE
Un concours pour stimuler la création
Début Juin 2010, l’association AQUAA (Actions pour la Qualité Urbaine et
Architecturale Amazonienne) et la Région Guyane lançaient un Concours
d’Architecture Bioclimatique dont l’objectif est de sensibiliser aux enjeux de
la construction dans une perspective de développement durable.
Crédit photos : Acapa sarl
86
Regard
CROISÉ
S
Surface de la parcelle : 497 m²
Surface Hors Œuvre Nette : 788 m²
Densité urbaine : 140 logements
par ha soit 2 bâtiments,
7 logements et un commerce
Hauteur : R+3
Date de livraison : novembre 2011
Coût de l’opération : 1 012 000 € HT
Lieu de construction : Cayenne,
rue du Lieutenant Becker
et rue Christophe Colomb
Maître d’ouvrage : SEMSAMAR
Maître d’œuvre :
ACAPA SARL architecture
s
> Données clés
La remise des prix du 1er Concours s’est déroulée le 1er Octobre 2010, à
l’occasion de la Fête de l’énergie, à la Cité Administrative Régionale. Celui-ci
porte sur le logement individuel et collectif, réalisé ou en cours de réalisation
sur le territoire guyanais (quatre catégories). Les prix se répartissent ensuite
selon deux catégories (réalisé et non réalisés) et s’échelonnent de 400 €
(3e prix) à 1000 € (1er prix). Le concours a permis de communiquer autour
d’un large public sur les vertus de l’architecture bioclimatique et de valoriser
les beaux projets. Plusieurs médias ont été utilisés : remise de prix avec
invitation de la presse lors d’un évènement d’ampleur régionale, exposition
itinérante, distribution d’un livret gratuit avec les productions de tous les
lauréats. L’esprit concours se poursuit cette année avec une nouvelle remise
de prix, et porte sur les établissements d’enseignement, réalisés ou en cours
de réalisation sur le territoire guyanais.
> Description du site
> Localisation site
CAYENNE
SURINAME
GUYANE
BRÉSIL
HÔTEL
DE VILLE
Situé en plein cœur de Cayenne, le bâtiment revisite les principes
de l’architecture traditionnelle en termes d’adéquation avec le
climat, de rapport public-privé et d’intégration de la végétation.
Il a obtenu à ce titre en 2010 le 3e prix du concours d’architecture
bioclimatique régional. La conception a intégré l’usage du bâti
aux modes de vie actuels et surtout un traitement architectural
résolument contemporain. Les éléments constitutifs de
l’architecture traditionnelle, balcons, vantelles, volets persiennes,
surplombs et débords de toiture sont réinterprétés et s’inscrivent
harmonieusement dans le tissu bâti avoisinant.
Les logements sont en retrait d’une des façades afin de créer un jardin
intérieur au rez-de-chaussée. Ce jardin apportera de la fraîcheur et
sera perceptible depuis la rue au travers des vantelles en bois dont
l’inclinaison variable des lames préserve l’intimité.
> Ventilation
Le bâtiment est traversant ce qui favorise
la ventilation naturelle. L’orientation
Nord/Sud ne permet pas de bénéficier
des vents dominants venant de l’Ouest,
toutefois elle permet de bénéficier des
vents du Sud soufflant pendant la période
la plus chaude de l’année.
Crédit photos : Acapa sarl
> Éco-gestion de l’énergie
Des chauffe-eau solaires sont installés.
> Confort et santé
Des larges ouvertures optimisent l’éclairage
naturel. La ventilation performante favorise
une bonne qualité de l’air.
> Protection solaire
Commentaire
du maître d’œuvre
L’orientation Nord/Sud permet d’éviter
le rayonnement direct à l’intérieur des
logements, et plus particulièrement au
soleil couchant. La toiture est isolée de
4 cm de perlite. Les terrasses ouvertes
au Sud, et le jardin protégé de vantelles
garantissent une bonne protection solaire.
“L’objectif du projet était
de ramener du jardin en cœur
d’îlot de Cayenne, et d’offrir
une grande porosité aux
logements pour capter
au maximum le vent.”
> Points positifs
> Points négatifs
Intégration architecturale
Ventilation naturelle
Utilisation de la végétation
Chauffe-eau solaire
Peu d’ouvertures vers l’Est
drageR
s
S
ÉSIORC
87
88
s
Regard
S
CROISÉ
Source : Acapa sarl
Source : Cassandre Roy
Source : AUDeG
Source : AUDeG
Pour aller plus loin
Remise des prix de l’année 2011 pour le groupe scolaire de la Rhumerie à Matoury)
L’association Aquaa “Centre de Ressources Qualité Environnementale
du Cadre Bâti” en Guyane depuis 2009
L’association Aquaa est née en 2004 sur la base
du volontariat d’architectes et professionnels de
l’urbanisme passionnés, désireux de promouvoir
le développement durable dans l’aménagement et
l’architecture en Guyane, et à une plus large échelle
dans la zone caribéenne et amazonnienne.
L’association est depuis le 1er Avril 2009 le “Centre
de Ressources Qualité Environnementale du Cadre
Bâti” (QECB) en Guyane, avec le soutien du Programme Régional de Maîtrise de l’Énergie (PRME)
et de l’ADEME Guyane et fait parti du réseau national QECB.
÷ Animation d’un réseau d’acteurs régionaux,
÷ Information et sensibilisation,
÷ Conseils,
÷ Observatoire régional de la Qualité
Environnementale Amazonienne (QEA).
Le Centre de Ressources QECB propose de rassembler tous les acteurs de la filière du bâtiment pour
développer une offre environnementale globale,
cohérente et efficace. Dans ce cadre, le Cdr-QECB
informe, conseille et met en relation les professionnels (architectes, BE, entreprises), pour construire
des bâtiments à faibles impacts environnementaux
tout en développant des filières locales (de compétences et de matériaux).
L’activité du centre de ressources (Cdr) QECB
régional se décompose en plusieurs actions :
drageR
s
S
ÉSIORC
89
Crédit photos : Google maps
Comment mutualiser les outils
réglementaires de la densité ?
L’exemple d’une opération de logement social
dans un quartier pavillonnaire
(Bry-sur-Marne)
> CONTEXTE
ICF LA SABLIÈRE, entreprise sociale pour l’habitat, filiale de la SNCF,
réalise une opération de construction de logement social à Bry-sur-Marne
bénéficiant d’une double bonification du COS (+20% pour la réalisation de
logements sociaux et + 20% pour la réalisation de construction label THPE
EnR).
90
Initialement le terrain était propriété de la SNCF, notamment compte tenu
de la proximité des voies (en talus le long de la partie Ouest de la parcelle).
Le terrain est actuellement occupé par un pavillon datant des années 50
et divers abris de jardins en fond de parcelle, destinés à être démolis. ICF
La Sablière a acquis ce terrain pour y réaliser une opération de logements
sociaux en décembre 2009.
Regard
CROISÉ
S
> Données clés
Surface de la parcelle : 2 507 m²
Surface constructible : 2 190 m² SHON avec
la double majoration de COS
Densité urbaine : 107 logements par ha
Nombre de logements : 27 logements
répartis sur deux bâtiments
Type de logements : collectifs sociaux
Certification CERQUAL THPE 2005 ENR
Date de livraison : 2012 (PC accordé)
Coût du foncier : 1 170 000€ HT
Coût de l’opération : non connu
Hauteur : R+2
Lieu de construction : 72-78 Boulevard
Gallieni, sur la zone pavillonnaire Nord est de
Bry-sur-Marne, à la frontière
avec la Ville de Noisy le Grand
Maître d’œuvre : ICF La Sablière
Cabinet d’architecte : Chevenot Rouvière
s
Crédit photos : ICF La Sablière
> Localisation site
> Description du site
L’utilisation du bonus de COS sur cette parcelle s’est révélée être
un choix judicieux en permettant de réaliser un programme de 27
logements sociaux collectifs, mais aussi difficile à mettre en œuvre
compte tenu des contraintes d’urbanisme et de la réticence des
riverains, qui a conduit à une révision des choix architecturaux. Les
contraintes règlementaires du site, zone à caractère essentiellement
pavillonnaire, adaptée à la construction de maisons individuelles
sur des parcelles plus réduites, ne facilitent pas la conception d’un
bâtiment collectif.
÷ SHON constructible théorique (COS de 0,6) : 1 504 m²
÷ SHON constructible avec majoration COS + 20%
(logement social) : 1 804 m²
÷ SHON constructible avec Bonus de COS
+ 20% (performances énergétiques) : 2 270 m²
Le programme finalement retenu en application des règles du PLU
représente une SHON de 2 190 m². Ainsi, la bonification du COS pour
les performances énergétiques ramène à elle seule le prix du foncier
de 780 € /m² à 650 € / m². Cela constitue un apport économique
important pour financer la qualité environnementale.
Cette opération montre aussi que certaines règles du PLU peuvent
compliquer la mise en œuvre de projet recherchant une performance
énergétique élevée. Par exemple, compte tenu de l’obligation de
limiter les façades continues sur rue à 15 m, il est nécessaire de
concevoir 2 bâtiments indépendants, ce qui ne va pas dans le sens
de la compacité.
Source : ICF La Sablière
• Proximité de la Gare RER, 1 km environ du centre Ville
• Quartier essentiellement pavillonnaire, il s’agit
pour la plupart de maisons individuelles datant
d’une cinquantaine d’années environ
> Parti architectural
Importante emprise de la parcelle, aménagée en
stationnement extérieur (27 places dont 2 handicapées).
÷ Isolation par l’intérieur
÷ Façades de type enduit de ton clair,
Couverture en tuiles de terre cuites.
T2
T3
T4
Bât. A
0
5
4
7
Bât. B
1
6
4
0
TOTAL
1
11
8
7
drageR
s
S
ÉSIORC
T1
Source : ICF La Sablière
Crédit photos : ICF La Sablière
Un travail de volumétrie et d’image a été mené en
lien avec la Mairie de Bry-sur-Marne afin d’obtenir
une réponse élégante offrant une bonne intégration
dans le quartier, d’où la solution proposée de “boîtes”
couvertes de toitures à pans offrant sur rue l’image de
pavillons adossés à un volume central plus simple et
plus compact traité en toiture terrasse végétalisée.
Coté des voies ferrées, volumétrie compacte pour
répondre aux contraintes acoustiques.
91
> Équipements
CROISÉ
S
Regard
s
92
Crédit photos : ICF La Sablière
Crédit photos : ICF La Sablière
Source : ICF/Chevenot Rouvière
Actuellement en phase étude, le
bâtiment vise la certification THPE EnR
délivrée par CERQUAL, mais ICF La
Sablière souhaiterait passer au label BBC
compte tenu notamment que les règles
d’urbanisme et l’exposition naturelle du
site ne favorisent pas l’installation de
panneaux solaires, solution envisagée
pour l’obtention du label THPE EnR.
Pour aller plus loin
Le Club PLU de l’ARENE (Agence Régionale de l’Environnement
et des Nouvelles énergies) Île-de-France
Présentation du Club
Ce Club de collectivités territoriales est coordonné conjointement par la Direction Villes et Territoires Durables de l’Agence de l’Environnement et
de a Maîtrise de l’Énergie (ADEME) et de l’ARENE
Île-de-France. Il réunit des collectivités d’Île-deFrance et d’autres régions françaises. Son objectif est d’accompagner des collectivités engagées
dans des démarches actives de mise en place de
dispositions innovantes relatives à la rénovation et
la construction durables dans le PLU.
Le Club s’intéresse en particulier aux dispositions innovantes pouvant être introduites
aux niveaux du règlement et des orientations
d’aménagement et de programmation.
Il vise à approfondir les thématiques suivantes :
÷
Climat : atténuation (réduction émissions gaz
à effets de serre - GES) et adaptation ;
÷
Énergies (performance énergétique et énergies
renouvelables dans la rénovation et la construc tion neuve) ;
÷
Matériaux à faible impact environnemental ;
÷
Forme urbaine (densité minimale des construc tions, règles d’alignement, bonification des droits
à construire…) ;
÷
Déplacements (dispositions innovantes concer nant les interactions urbanisme/transport, mixité
fonctionnelle, stationnement, etc.) ;
÷
Biodiversité en liaison avec le bâti (végé talisation articulation à la trame verte et bleue…) ;
÷
Eau (protection des milieux, gestion alternative
des eaux pluviales - EP, économie d’eau potable…)
÷
Gestion déchets (compostage, tri…), etc.
Le Club s’inscrit dans la suite d’une série d’ateliers
qui ont eu lieu entre 2006 et 2010 sur la thématique de la bonification des droits à construire en
lien avec la construction durable. Suite au franc
succès du séminaire de restitution du 22 juin 2010,
l’ADEME et l’ARENE ont décidé de prolonger cette
dynamique en élargissant la thématique de travail
à l’ensemble des possibilités de mobilisation du
PLU en faveur de la construction durable.
drageR
s
S
ÉSIORC
93
Comment construire de l’individuel
dense de qualité ?
L’exemple d’une opération de logements individuels en bande
(Port-of-Spain, Trinidad)
> CONTEXTE
La valeur du site est étroitement liée à sa proximité immédiate avec le centreville et le centre commercial Long Circular Mall et à la dimension des espaces
collectifs semi privatifs dont jouissent les résidents. Aujourd’hui la résidence
Flagstaff est administrée en trois communautés distinctes :
Regard
CROISÉ
S
94
> Description du site
s
> Données clés
Surface de la parcelle : 96 000 m²
Densité urbaine : 25 logements par ha
Nombre de logements :
240 logements répartis sur 26 bâtiments
Type de logements : individuels en bande
et collectifs résidentiels
Date de livraison : 1980-1990
Coût du foncier : 0 € HT
Hauteur : R+3
Lieu de construction : Long Circular
Maîtrise d’ouvrage : État Trinidadien
Maître d’œuvre : NIPDEC
Cabinet d’architecte : Gillepsie and Steale,
NLDA, Design Collaborative
La résidence Flagstaff est créée en premier lieu pour accueillir des hauts
représentants de l’État. C’est NIPDEC (National Insurance DEvelopment
Company) qui est choisi par l’État Trinidadien comme maître d’œuvre en 1970
pour développer un programme immobilier sur un terrain de golf (terrain
public) situé à l’Ouest du centre-ville de Port-of-Spain. Le programme
Flagstaff est composé de maisons en bande en accession libre. Au cours des
années 1980 à 1990 le site a continué à être développé pour offrir à la vente
des résidences aux classes moyennes et supérieures. Le développement de
Flagstaff représente l’aboutissement de la recherche d’une formule adaptée
à une partie émergente du tissu sociologique du pays au 19e siècle. Chacun
des paramètres de la formule architecturale et de la gestion de ce parc
résidentiel répond à un aspect des logiques socio-économiques et culturelles
du pays faisant de Flagstaff un jalon du développement urbain de Port-ofSpain.
> Localisation site
÷ Flagfort Nord : 8 immeubles en bandes comprenant systéma tiquement 4 appartements (toits rouges et gris sur la photo)
÷ Flagfort Sud : 3 immeubles en bandes et 2 immeubles d’appar
tements (toits marron)
÷ Flagstaff : 7 immeubles en bandes et 6 immeubles d’appartements
(toits verts et jaunes)
Crédit photos : Jessica Toumson
Ce quartier compte 240 unités d’habitation reparties sur une
superficie totale d’environ 9,6 hectares et décline trois formats de
base d’une superficie moyenne de 230 m2 par unités :
Sources : Google maps, Google images, Diego Martin Corporation
Bien que l’accès à Flagstaff soit situé face à des
équipements neutres (centre commercial, crematorium
et baraque militaire), cet axe de circulation majeur
dessert à la fois des quartiers privilégiés et défavorisés.
÷ Appartements 2 chambres et 2 salles de bains
÷ Maison à deux étages, 2 chambres et 2 salles de bains
÷ Maison à trois étages, 3 chambres et 2,5 salles de bains
Les modèles des maisons sont eux-mêmes déclinés avec plusieurs
options avec ou sans garage, avec ou sans terrasse sur le toit offrant
ainsi un cadre de vie de grande qualité et très recherché sur le
marché immobilier local (locatif et à la vente).
drageR
s
S
ÉSIORC
95
Les communautés telles Flagstaff ont la particularité d’être
constituées comme des sociétés. Si les occupants sont propriétaires
du bâti, le foncier appartient toujours au gouvernement ce qui
signifie que ce dernier peut modifier à sa guise la physionomie
du quartier. Toutefois, les propriétaires sont actionnaires de la
société de copropriété. Celle-ci est administrée par un conseil qui
organise les opérations de maintien, voire de rénovation des espaces
communs. La rotation à la tête du conseil de copropriété peut poser
problème dans la mesure où la majorité des propriétaires loue et
réside souvent à l’étranger, signe que la cible du programme, classes
moyennes supérieures, a bien été atteinte.
Crédit photos : Jessica Toumson
>
Parti architectural
La maison en bande est un héritage britannique bourgeois dont la
récurrence dans le tissu urbain trinidadien interpelle. En effet, le
modèle est d’abord employé dans les faubourgs de Port-of-Spain
tels que Gonzalez pour héberger les populations ouvrières lors de
l’extension de la ville vers l’Est qui correspond à l’essor industriel
du pays. Il redevient dans la deuxième moitié du 19e une forme
privilégiée des développements résidentiels destinés aux classes
moyennes et supérieures lors du redéveloppement de la ville vers
l’Ouest, avec l’essor des quartiers comme Westmoorings.
Le choix assumé du logement en bande est très urbain, à l’opposé
des lotissements ou des quartiers de villas que l’on trouve dès que
l’on sort des trames historiques comme dans le reste de la Caraïbe.
On est donc dans une morphologie urbaine dense qui libère de
l’espace au sol pour la réalisation des équipements divers, des
espaces publics et des déplacements. S’il y a une homogénéité de la
forme architecturale, les problématiques sociologiques et urbaines
qui en découlent ne participent pas des mêmes logiques en fonction
des publics auxquels ces programmes sont destinés. La déclinaison
de cette forme (petits jardins, espaces communs engazonnés,
épannelage, individuel ou collectif, etc.) est un marqueur social.
Crédit photos : Jessica Toumson
À cet égard, le conseil de copropriété a décidé en 2006 de faire
de Flagstaff une “gated community”1. L’emprise de Flagstaff
représente un îlot dont le développement est exclusif et ne tend
pas vraiment à la mixité sociale.
Regard
CROISÉ
s
96
S
1 Communauté gardée avec une barrière et la présence permanente de gardes à l’entrée et continue de statuer sur
l’élévation du mur d’enceinte pour parer aux phénomènes recrudescents de petite criminalité.
Pour aller plus loin
Le rôle du public dans la production
de la ville à Trinidad
÷ La NIDCO National Infrastructure Development
Companie 2005 (Société pour le développement des
infrastructures nationales) en charge du développement des transports terrestres et maritimes.
Aujourd’hui, controversées eu égard à leur gouvernance, et in fine parce qu’elles vont à l’encontre
d’une culture politique au sein de laquelle l’État joue
un rôle minimal, ces agences publiques spéciales ont
néanmoins contribué à la transformation du paysage
urbain de Port-of-Spain et à l’accroissement du parc
résidentiel national.
À Trinidad et Tobago, le rôle de l’État dans la production de la ville a été traditionnellement plus celui d’un
régulateur que d’un agent actif à part entière, notamment en termes de constructions résidentielles.
L’État intervient par le biais du TCPD (Town and
Country Planning Division) intégré au Ministère du
l’aménagement, du logement et de l’environnement
pour d’une part mettre en œuvre les processus de
planification nationale et régionale et d’autre part
réguler les constructions privées (en attribuant les
permis de construire).
Suite à l’essor économique rapide du pays depuis la
fin des années 1990 lié à des retours importants sur
les investissements dans l’exploitation du gaz naturel,
les modalités de ces interventions se sont diversifiées
pour répondre à la demande en infrastructure et
logement et lever les blocages inhérents à l’hypercentralisation administrative.
Aussi, ont été créées entre 1994 et 2005 quatre
agences publiques spéciales aux mandats spécifiques,
gérées indépendamment des agences gouvernementales mais en principe en coordination avec les ministères de tutelle. Ce sont en l’occurrence :
Fonctionnement de NIPDEC
Le NIPDEC (National Insurance Property
DEvelopment limited) est constitué comme une
société à responsabilité limitée en Juillet 1977,
comme un investissement de l’office national d’assurance (NIB) avec un capital public versé de 25
millions de dollars. Il est gouverné par un comité de
direction qui intègre des représentants des secteurs
privés, publics et des mouvements syndicaux, bien
qu’il relève exclusivement du droit privé.
÷ La UdeCott Urban Development Corporation of
Trinidad and Tobago 1994 (société pour le développement urbain de Trinidad et Tobago) a pour vocation
d’encadrer la croissance de Port-of-Spain ville capitale, de faciliter la croissance des villes secondaires
et d’assurer l’aménagement équilibré du territoire en
produisant du logement résidentiel mais surtout des
travaux structurants, espaces publics, équipements…
NIPDEC a lancé à Trinidad-et-Tobago la démarche
BOLT (Build Own Lease Transfer) qui a été saluée
comme une étape majeure dans le processus de
financement de la construction. Développé entre
1980 et 1990, Flagstaff demeure à cet égard l’un des
projets de référence de cette agence et un modèle
pour nombres projets ultérieurs dans les villes
secondaires du pays et dans le reste de la Caraïbe
÷ La LSA Land Settlement Agency 1998 (Agence
pour la Stabilisation foncière) œuvre à la régularisation de l’occupation des terrains publics et à viabiliser
les quartiers développés en auto-construction.
÷ La HDC Housing Development Corporation 2005
(Société pour le développement du logement) s’occupe de la production de locatif social collectif (pour
les revenus moyens et bas)
drageR
s
S
ÉSIORC
97
Source : : Agence d’Architecture et d’Urbanisme Pile et Face
Comment fabriquer la ville
sur la ville ?
L’exemple d’une initiative de recomposition d’îlots
(Pointe-à-Pitre, Guadeloupe)
> Localisation site
En 2004, un bailleur social, la Société Immobilière de Guadeloupe (SIG),
fait appel à l’agence d’Architecture et d’Urbanisme Pile et Face pour
réaliser un immeuble collectif d’habitation en centre urbain dense de
Pointe-à-Pitre (Rue Bébian). La principale difficulté que l’on rencontre
de manière récurrente lorsqu’on construit dans les centres urbains
concerne la faiblesse de l’assiette foncière.
DE PLAC
LA
VIC E
TO
IR
E
PALA
DE JU IS
STICE
EGLISE
POINTE-À-PITRE
> Origine du projet
> Description du projet
SOUS-PRÉFECTURE
Regard
CROISÉ
s
98
S
Une visite sur place permit d’observer que les deux bâtiments situés sur
les parcelles limitrophes à celle du bailleur étaient en ruine. En partant
de ce constat, l’agence a proposé à la SIG d’acheter les deux parcelles
afin d’augmenter la surface constructible passant d’un rectangle initial
de 8 m par 10 m à un carré de 20 m par 20 m. Le fait de récupérer un
espace un peu plus grand offrait la possibilité de travailler autrement.
Au contraire de ce qui se fait habituellement parce que la
réglementation l’autorise, l’agence Pile et Face a proposé de ne
pas occuper les rez-de-chaussée afin de retrouver en cœur d’îlot
un espace de cour pouvant être partagé par les futurs occupant de
l’opération. Cet espace de repli, pour les jeunes ou les personnes
âgées, aurait été intéressant à aménager avec une ambiance
particulière.
Cette nouvelle configuration permettait également d’imaginer des
parkings souterrains répondant ainsi au problème de stationnement
dans les centres, condition sine qua non pour attirer une population
autre que sociale. Le projet pouvait donc intégrer une certaine mixité
dans l’opération.
Concernant l’architecture même de la construction proposée sur
les trois parcelles reconstituées, un calque a d’abord été posé sur
la photo de l’immeuble existant. Puis, la technique de déformation
photographique a été utilisée pour pouvoir dégager un peu l’angle
étant donné qu’il s’agit d’une rue piétonne un peu étroite. La finalité
de l’exercice consistait à donner une nouvelle dynamique au bâtiment
par un effet contemporain qui est celui fuyant de la photo tout en
s’inspirant du patrimoine.
Source : Agence d’Architecture et d’Urbanisme Pile et Face
L’originalité de la proposition de l’agence Pile et Face résidait dans
le fait de garder le morcellement initial même si c’était une opération
globale : conserver le principe de la trame historique de la ville
mais en la recomposant. La démarche a beaucoup plu au bailleur
mais il y a eu un blocage de certains partenaires institutionnels
autour de la formalisation architecturale. L’opération s’est réalisée
mais pas sur la démarche urbaine proposée, le morcellement de
volume n’ayant pas été retenu.
> Description de la réflexion
Source : Agence d’Architecture et d’Urbanisme Pile et Face
En partant de cette proposition, les architectes de Pile et Face ont
poussé encore plus loin la réflexion et pris un peu de hauteur en
faisant le tour de l’îlot. Ils ont constaté que d’autres constructions
drageR
s
S
ÉSIORC
99
n’étaient pas forcément en très bon état. Alors qu’on ne circule que
sur des périphéries d’îlots avec toujours la même configuration (une
rue, un trottoir, une façade urbaine), le repérage effectué a montré
qu’il était peut être possible de rendre cet îlot traversant, créant
ainsi de petites échappées sur des cours avec une ambiance et un
aménagement différents de la ville.
À une structure coloniale de la ville rigide avec sa trame carrée et
orthogonale1 et son rapport de rues très serrées et très homogènes,
on pourrait y apposer des intérieurs d’îlots avec des boutiques sur
l’arrière, des petites cours avec des restaurants, des bars avec une
dimension plus ou moins privée. Le périmètre d’observation a été
une nouvelle fois élargi à 8 îlots y compris celui de départ. Le bâti
vétuste a été enlevé libérant ainsi des espaces réutilisés comme
cheminements.
Ainsi, l’agence a imaginé une sorte de déambulation aléatoire dans
les intérieurs d’îlots : on traverse un îlot, on reprend un morceau de
rue, on retraverse un morceau d’îlot. Ceci donne une autre dimension
au parcours beaucoup plus aléatoire, plus poétique à l’intérieur de la
ville rigide (Cf. le petit circuit en pointillé sur le schéma ci-contre).
Certes, cette réflexion supposait la destruction de certaines vieilles
maisons en bois. Mais le parti pris patrimonial choisi par l’agence
est que perdre certains bâtiments n’est pas si important à partir du
moment où l’on recrée quelque chose en retour. Pointe-à-Pitre, dont
le centre est en train de péricliter, a besoin de retrouver une nouvelle
dynamique et d’attirer à nouveau d’autres populations notamment
celles plus aisées et plus jeunes. C’est une façon de redynamiser la
ville et en même temps de générer par ces espaces nouveaux l’envie
d‘y vivre.
1 Albert Flagie, enseignant en anthropologie urbaine à l’université Antilles-Guyane, membre
du jury Europandom, Construire la ville outre-mer, modes d’habiter et architectures tropicales.
CROISÉ
S
Regard
s
100
Source : Agence d’Architecture et d’Urbanisme Pile et Face
Source : Agence d’Architecture et d’Urbanisme Pile et Face
drageR
s
S
ÉSIORC
101
CROISÉ
S
Regard
s
102
Témoignages et entretiens
“La réussite du projet
urbain réside
dans la conviction”
w
Christian Verneuil
Élu en charge de l’urbanisme de la commune du Robert
Premier Vice-Président de la CCNM responsable du suivi du SCoT
wQuel est le rôle du projet urbain ? Comment cette
démarche a-t-elle été initiée au Robert ?
Le projet urbain présente les règles permettant
de mieux cadrer le développement territorial. Il doit
fixer des contraintes : limitation des hauteurs, imposition des reculs, nombre de places de parking,
etc. Quand le projet urbain ne va pas assez loin, tout
un chacun peut s’engouffrer dans la brèche et aller
dans le sens opposé au projet initial de la commune.
C’est pourquoi, sa mise en œuvre nécessite l’élaboration de plans de secteur qui permettent à la collectivité de garder la main sur les projets d’aménagements.
Dans un premier temps, la ville du Robert a passé une convention avec un architecte pour réaliser
son projet urbain. Ces premiers travaux ont permis
d’aller à la rencontre de la population pour débattre
de ce projet. Concerter la population est très important dans la démarche de projet. Lorsqu’on explique
à la population les choses et qu’elle sent qu’elle ne
perd pas au change, cette dernière coopère. Après
ces deux premières étapes, la ville a lancé un marché pour élaborer le véritable projet urbain.
La réussite du projet urbain réside, sans
conteste, dans la conviction. Sans elle, on vote des
wQuel regard portez-vous sur le mode d’urbani sation actuel ? Quelle place donne-ton au végétal ?
Le constat qui est fait est la poursuite du schéma qui a vu se développer Fort-de-France et qui a
généré les problèmes actuels. Il s’agit d’une urbanisation subie qui fait craindre des effets irréversibles
ou très difficiles à corriger.
Paradoxalement, les zones à risques permettent
de freiner cette urbanisation à outrance, cette densification des quartiers. Force est de constater que
la Martinique souffre d’absence du végétal, de verdure. Il existe une crainte d’intégrer du végétal. Il
génère de la suspicion, il est relié à l’insécurité. Les
arbres sont considérés comme un élément aggravant vis-à-vis du risque cyclonique alors qu’on peut
les entretenir. Le végétal est abordé sous l’angle du
coût financier du traitement paysager.
drageR
s
S
ÉSIORC
projets qu’on ne réalisera pas. La principale difficulté réside dans l’application du projet urbain qui se
heurte à certaines inerties. Le défi véritable est de
mettre en œuvre le projet urbain et non de le réaliser ! Le politique est tenté de donner satisfaction au
plus grand nombre. Or le bourg ne concentre pas la
majeure partie de la population. Les quartiers peu à
peu se transforment en zone urbaine dense.
103
“Densité ne veut pas
dire verticalité”
Guy Schapira
Promoteur immobilier
peu, l’antenne Semsamar de la Martinique est
la seule à faire de l’aménagement.
wQuels sont, selon vous, les freins pour construire
dense et de qualité en Martinique ? Quelles dif ficultés peut-on rencontrer pour construire en
centre urbain dense ?
Le lotisseur est également une profession qui
manque dans la chaîne de l’aménagement. En effet, ce sont souvent des lotisseurs occasionnels
dont le but est de faire une opération financière.
Du coup, ils n’ont pas de réflexion sur l’harmonisation ou l’image à donner au lotissement. Il est
fort dommageable que ce ne soit pas une pratique courante que de donner une unité foncière,
voire architecturale, à l’opération, une image
d’ensemble qui participe au paysage urbain.
La principale difficulté en Martinique se situe
dans l’absence de deux échelons essentiels :
l’opérateur foncier et l’aménageur. Si l’année
2012 a vu la concrétisation de la création d’un
Établissement Public Foncier Local (EPFL), pendant des années il n’y a pas eu de politique foncière, pas de préemption et pas d’expropriation.
Or, la maîtrise du foncier est la véritable clé
de voûte de toute politique d’aménagement
et d’urbanisme. En effet, l’opérateur foncier
aura moins de pression électorale, moins d’états
d’âme pour effectuer certains choix.
En grande majorité, les constructions se
réalisent hors des centres du fait des fortes
contraintes à la construction qui existent dans
les centres : petite parcelle, voisin en limite, raccordement au réseau, nature des sols. La réglementation (handicapés, thermique et acoustique) vient compliquer le mode de construction.
Parallèlement à l’opérateur foncier, il est nécessaire d’avoir un aménageur qui puisse faire
un plan d’ensemble. Aujourd’hui, on travaille à
l’échelle de la commune ou à celle de la parcelle
individuelle mais plus au niveau d’une opération
de taille moyenne avec des outils tels qu’une
Zone d’Aménagement Concertée (ZAC). Il n’y
avait qu’un seul aménageur, la SODEM, mais qui
a vu son activité se réduire. On reproche souvent
aux bailleurs de ne pas avoir le souci de l’aménagement mais il est bon de rappeler que le
rôle des sociétés HLM n’est ni d’aménager ni de
construire mais de loger des personnes. Depuis
Regard
CROISÉ
S
Densité ne signifie pas automatiquement
verticalité. On peut s’interroger sur le fait que les
collectifs soient réellement moins consommateurs
de foncier. Souvent, ces opérations contiennent
des espaces verts ou publics de grande envergure que les bailleurs ont du mal à entretenir.
s
104
wLe collectif est-il l’unique réponse pour limiter
l’étalement urbain ?
Il ne faut pas occulter la gestion du collectif : on
ne sait pas très bien comment traiter ces grosses
copropriétés en déshérence. Il y a également des
modes de vie inappropriés au collectif.
Cette condition dirige les constructeurs vers
de la maison en bande en R+1 avec une possibilité
de séparation par le garage.
Le logement en bande est une opération qui
ne peut se faire qu’en une seule fois par un même
promoteur qui maîtrise la construction et impose
le projet.
Les personnes qui choisissent volontairement
le logement collectif sont souvent une microniche correspondant à une certaine catégorie sociale (catégorie socioprofessionnelle supérieure)
qui ne veut pas avoir à entretenir un jardin, une
piscine. Elle s’oriente vers de petits collectifs de
standing situés sur les hauteurs.
wLe logement en bande peut-il être une alterna tive au collectif pour construire dense ? Quel
regard portez-vous sur cette forme ? Quels sont
les freins à sont développement en Martinique ?
Souvent assimilé à du logement de mauvaise
qualité et social (Cf. Logement Évolutif Social,
LES1), le logement en bande est une forme urbaine peu développée en Martinique. Toutefois,
la limitation du foncier et le coût de sa viabilisation tendent à la faire se développer. Auparavant,
on réalisait des lotissements avec des parcelles
de 5000 m². Aujourd’hui, lorsqu’on fait un lotissement, on est plutôt sur des parcelles de 400500 m² donc dans une densité de 20 logements
à l’hectare. La densification est plus importante
quand on fait du logement en bande.
“La clé de voûte
est la maîtrise du foncier”
En fin de compte, ce qui amène au logement
en bande, c’est la contrainte des prix. Pour un
promoteur privé, l’urbanisme n’est pas le plus
important. L’essentiel est comment vendre l’opération. La population-cible est celle du parc social qui va vers un dépassement de plafond mais
dont les ressources sont insuffisantes pour accéder aujourd’hui à la propriété.
Pour répondre à la demande de cette population, il faut réaliser des opérations de types F3F4 à R+1 sur une parcelle de 300 m² avec un coût
de 180 000-200 000 € (soit 200 €/m²).
1 Pour mémoire, ce type d’opération consistait à faire des parcelles viabilisées et une ébauche de logement pour lutter contre l’habitat insalubre et répondre aux besoins des populations à capacité financière
irrégulière et faible mais pouvant achever le logement.
drageR
s
S
ÉSIORC
105
“On peut lire
l’histoire à travers
les constructions”
Lyne-Rose Beuze
Conservateur en Chef
Musée Régional d’Histoire et d’Ethnographie
du square qui aurait un rôle de gardien et d’intermédiaire. Cela aurait été intéressant dans
certains quartiers d’avoir des personnes âgées
pouvant servir de médiateur, d’accompagnateur
social. Ce serait une façon de les revaloriser, de
les remettre au travail et de créer du lien social.
wQuel regard portez-vous sur la densification de
certains quartiers ?
Depuis 8 ans, on assiste à une accélération
de l'évolution de certains quartiers qui opèrent,
parfois, de véritables mutations. Des maisons
sont achetées. Leurs nouveaux propriétaires les
transforment en 2 ou 3 appartements. Cela se
traduit par l'installation dans le quartier d'une
population plus jeune qui n’a plus les mêmes repères et n’a pas spécifiquement décidé de vivre
là. La localisation répond à une opportunité :
proximité du pôle d’activités, de services, d’emplois. Le problème est que ces personnes n’ont
pas de contact avec le voisinage et ne font pas
d’efforts pour s’intégrer. On est en train de voir
des quartiers perdre leur âme. On a greffé de nouvelles opérations sans prendre en compte l’existant. Un certain art de vivre a disparu dans ces
quartiers à cause de cette densification et de
la population nouvelle qui s’y est installée. Cela
devient un dortoir. Ce n’est plus un espace de vie.
wPeut-on densifier autrement ? Réadapter en ville
le mode de fonctionnement rural, peut-il être
une solution ?
Les terrains de certaines maisons qui méritent
d’être rasées auraient pu être achetés par les
mairies pour créer des lieux de rencontre ou des
espaces jeux tout en faisant attention à ce que ces
lieux ne soient pas appropriés par un seul groupe,
qu’ils ne deviennent pas un lieu d’exclusion. Il
faudrait par exemple désigner un responsable
Regard
CROISÉ
s
106
S
Densifier en construisant sur toute la parcelle
n’est pas toujours favorable, les gens doivent
pouvoir bénéficier d’un petit jardin de façon à
planter un citronnier, mettre sur pilotis une caisse
pour planter des salades, et puissent retrouver
en ville des habitudes rurales. Quand on densifie, on ne pense pas suffisamment à la place du
végétal, du jardin, des espaces de respiration.
L’exemple des jardins ouvriers mériterait d’être
mis en œuvre en Martinique même si le foncier
devient de plus en plus rare. Les habitants des
maisons de Dillon ou de Floréal apparaissent
actuellement plus favorisés, car ils ont un petit
jardin. Ils ont un art de vivre, ils peuvent installer
une petite table de jardin. Derrière chaque bâtiment on aurait pu maintenir un espace commun
où les gens pourraient cultiver et planter. Les
fruits et légumes seraient récoltés et partagés.
C’est vrai que cela nécessite une certaine entente,
une organisation. Remettre dans certains endroits des petits jardins recréerait le lien social.
œuvre. Une collectivité pourrait réserver des
lignes budgétaires pour ce genre de travaux.
L’allocation de ces crédits serait soumise à l’avis
d’une commission pouvant être composée d’architectes, d’urbanistes, d’assistants sociaux…
Cette dernière, après examens, sélectionnerait
certaines maisons pour lesquelles les propriétaires seraient incités à déposer un dossier de
demande. On aurait pu sauver de cette manière
un certain nombre de maisons et pas uniquement des grandes maisons de maître ou des
habitations coloniales : de nombreuses cases,
maisons de ville méritent d’être restaurées et
préservées.
wComment le patrimoine est-il pris en compte ?
Existe-t-il des différences ou similitudes avec
les îles voisines dans le rapport au patrimoine ?
Pouvez-vous nous citer des exemples d’actions
de valorisation patrimoniale ?
En Martinique, on a eu dans un espace temps
assez court, l’arrivée de nouvelles techniques, de
nouveaux matériaux, de nouvelles exigences représentatives et fonctionnelles qui ont remplacé
très rapidement tout ce qui a pu se passer les
siècles précédents. Notre rapport au patrimoine
notamment architectural est très différent par
rapport à d’autres îles de la Caraïbe. Dans les très
touristiques Îles Caïman, les politiques mises en
œuvre considèrent comme exceptionnel un lieu
où l’on a préservé l’habitat traditionnel. En Martinique, on a l’impression que l'on veut effacer
le patrimoine. On a tendance à se débarrasser
d’un bâtiment ancien en invoquant le fait qu’il ne
soit pas aux normes parasismiques. En Italie, où il
y a de nombreux séismes, rase-t-on le patrimoine
pour autant ? Au contraire, son patrimoine est,
très bien préservé et considéré comme un atout
économique de premier plan. Autre exemple, à
Saint-Domingue, malgré le risque parasismique,
la vieille ville a pu être restaurée grâce à l’intervention d’un National Trust. Il s’agit d’un réseau
d’entrepreneurs qui souhaitent investir dans la
valorisation et l’animation patrimoniale. Dans les
îles de la Caraïbe, de nombreux National Trust
très actifs mènent des projets en direction du
patrimoine.
wQue nous apprend l’analyse urbaine et archi tecturale ?
Quand on regarde l’architecture des
constructions, on peut savoir quels sont les
types de populations qui sont venues y habiter. Par exemple, dans le quartier de l’Ermitage,
à Fort-de-France, les personnes qui s’y sont
installées après 1902 ont reproduit le mode d’habiter du Carbet. Les maisons sont construites
de la même manière que dans cette commune :
sous-bassement en maçonnerie, maisons en
bois, toits en tuiles, fenêtres persiennées, portes
pleines et petits jardins devant ou derrière. On y
respirait la campagne. On avait cette impression
de chaleur et de convivialité. On peut lire l’histoire à travers les constructions.
“Quand on densifie, on ne
pense pas suffisamment à la
place du végétal, du jardin,
des espaces de respiration”
En Martinique, ce type de réseau n’existe pas.
La Fondation Clément s’en approche mais cette
dernière ne valorise que son propre patrimoine.
Le patrimoine martiniquais n’a pas encore suscité l’intérêt auprès des investisseurs et entrepreneurs pour établir ce genre de démarche. Il
faudrait qu’il y ait des mesures incitatrices notamment fiscales et faire connaître ces exemples.
Ce sont les collectivités et l’État qui ont en charge
le patrimoine. Or leur manne financière devient
rare. La difficulté d’élaboration des inventaires,
des travaux de conservation et de réhabilitation est principalement d’origine financière.
Pourtant, il existe des solutions à mettre en
Musée Régional d’Histoire et d’Ethnographie
10, boulevard Général De Gaulle
97200 FORT-DE-FRANCE
& 0596 728 187
7 0596 637 411
drageR
s
S
ÉSIORC
Pour plus de renseignements, contactez :
107
“Il est nécessaire de
travailler sur ce lien
entre transport public
et forme urbaine”
Colette Ranély Vergé-Depré
Directrice Adjointe du Laboratoire AIHP- Géode Caraïbe Université Antilles-Guyane (UAG)
réel, plus qu’il ne l’oriente. Il faut tenir compte
de la réalité du territoire, de sa configuration
physique à laquelle on ne peut échapper (il y
a un axe Est-Ouest et des flux qui viennent de
direction Sud-Nord), de l’orientation des activités économiques qui se concentrent le long de
l’autoroute notamment.
wQuel lien peut-on faire entre le transport et la
forme urbaine ?
En Martinique, l’extension du bâti et des
activités économiques se produit le long des
grands axes (autoroute, RN5, RN1). Il y a un lien
très important entre l’extension spatiale de
la ville et les modes de transport. La ville doit
sa forme aux réseaux de transport. Il ne s’agit
pas que d’une urbanisation linéaire, comme
en témoigne le phénomène de mitage qui est
de plus en plus important sur l’ensemble de la
Martinique. Le rôle de l’automobile a été très
important dans le développement de la Martinique.
On veut éviter les congestions des flux dans
les centres tout en continuant d’offrir parfois
gratuitement de nombreuses places de parking. Il faut impérativement pouvoir contenir
les flux, réduire la congestion du trafic. On
fait des parkings plus ou moins périphériques
qui sont censés être des relais tels que celui
de Dillon mais au terminus le client n’a pas de
connexion.
wEn quoi le Transport en Commun en Site Propre
(TCSP) peut-il agir sur les formes urbaines ?
La question qui se pose est de savoir s’il
va réellement apporter la réponse. Pour plusieurs raisons, il est contraint de s’adapter au
Regard
CROISÉ
s
108
S
Plus on agrandit le réseau, plus les phénomènes de déplacements sont accentués du
fait de l’absence d’alternative intéressante en
matière d’offre de transport en commun. Certaines personnes seraient prêtes à laisser leur
voiture pour emprunter le TCSP par exemple
(prévisions dans enquête préalable : 30 % de
personnes qui seraient prêtes à quitter la voiture au profit du TCSP). C’est déjà bien mais
peut être pas suffisant. Aussi, il faut souligner
le coût élevé de mise en œuvre de ces systèmes
de transport dans notre île, alors même que la
population a besoin d’un réseau performant.
Le TCSP agit sur les formes urbaines. Il
oriente le développement de la ville le long de
son tracé. Il peut être l’occasion d’opérations
de requalification urbaine, de repenser la circulation tant au niveau du transport collectif qu’au niveau des piétons. Dans le cas de la
Martinique, le TCSP arrive bien après, d’où des
difficultés pour le mettre en œuvre.
La question qui se pose est de savoir si ce projet de TCSP suffira pour régler le problème de
déplacement que connaît notre territoire.
Il y a beaucoup d’enjeux en cause. La Martinique est une sorte de mini laboratoire, le
cadre insulaire fait que l’espace martiniquais
n’est pas extensif, il est très densément occupé. De plus, les espaces plats sont très peu
nombreux du fait des importantes contraintes
physiques. Il est nécessaire de travailler sur
le lien existant entre transport public et
forme urbaine : réfléchir à un aménagement
basé sur la proximité, la multifonction des activités et de l’habitat, créer une ville plus conviviale, moins individualiste.
Il est très difficile d’intervenir une fois que
le bâti existe, les gens se plaignent mais une
fois que la ligne est réalisée, tout le monde
s’en réjouit. Les terminus sont fondamentaux
pour l’activité, car c’est à leur niveau que se
concentrent les flux de personnes et du coup
ils deviennent polarisants et c’est là qu’on
peut installer des pôles d’activités. Il faut pouvoir attirer et créer des activités autour de ces
parcs relais, parkings. Créer des pôles de développement sur lesquels viennent se greffer
diverses activités.
“Repenser la circulation
tant au niveau du transport
collectif qu’au niveau
des piétons”
Pour plus de renseignements, contactez :
AIHP (Archéologie Industriel Histoire du Patrimoine)
GEODE (Géographie Developpement Environnement de la Caraïbe)
UAG (Université des Antilles-Guyane)
Faculté des Lettres et Sciences Humaines
Campus de Schœlcher
BP7207
97275 SCHŒLCHER CEDEX
& 0596 727 502
7 0596 611 869
* colette.ranely@iufm-martinique.fr
@ www1.univ-ag.fr/aihp-geode/
drageR
s
S
ÉSIORC
109
“Refaire la ville sur
la ville, c’est aussi
respecter sa maille”
Marc Jalet
Architecte - Agence d’Architecture et d’Urbanisme
Pile et Face
wQuelles sont les particularités de nos villes
caribéennes ?
wLes outils réglementaires sont-ils adaptés ?
La rentabilité économique freine-t-elle
les possibilités de “faire la ville sur la ville” ?
Nos villes ont été façonnées à coups de
grands évènements : catastrophes naturelles
(incendies, séisme), mouvements sociaux, évolution économique…
On est régulièrement confronté au fait que
l’arsenal réglementaire ne colle pas avec la réalité du lieu. La loi Letc.himy1 commence à donner des pistes pour agir sur ces espaces qu’aucune réglementation n’a pu aujourd’hui régler.
Malheureusement, on continue à fabriquer de
la ville avec des procédures qui sont un petit
peu “parachutées”. Souvent, on constate un
ordonnancement anarchique.
Avec l’exode rural, les nouveaux arrivants se
sont installés en marge de la ville et ont créé un
échantillon de ville que l’on appelle la ville résistante à l’opposé de la ville cartésienne orthogonale. Elle fonctionne selon les modes ruraux
avec des intérieurs d’îlots qui ne se voient pas
depuis les façades. Très souvent cet habitat
rural précaire qui vient grossir les périphéries
des villes, ne trouve que de mauvais terrains,
des mangroves, des topographies accidentées.
Ces micros-zones ont besoin d’opérations
chirurgicales de façon à respecter la maille et
le tissu. Or la tendance est à la mutualisation
des parcelles pour faire des opérations colossales et pour que le projet soit rentable, mais
toute l’âme de la ville est perdue. Un logement
d'apparence précaire peut permettre toutefois
une personnalisation. On va faire des opérations qui au niveau normatif sont plus dans l’air
du temps, plus sécuritaires, sauf qu’il ne peut
pas y avoir d’appropriation car il n’y a pas personnalisation des espaces.
Ces contraintes ont amené à inventer des
mécanismes, des résistances complètement ingénieuses, qu’on a oublié d’analyser pour les retranscrire dans les modes de faire contemporains.
Regard
CROISÉ
s
110
1 Loi n° 2011-725 du 23 juin 2011 portant dispositions particulières
relatives aux quartiers d'habitat informel et à la lutte contre l'habitat
indigne dans les départements et régions d'outre-mer.
S
Lorsqu’on ne se nourrit que de la réalité du
lieu, on peut buter sur des obstacles qui sont
l’insalubrité, l’insécurité, la vulnérabilité aux
séismes qu’il faut essayer de régler. Cela donne
des villes hybrides. Cela oblige à faire plein
d’expériences. On sait habiter dans une mangrove, dans un terrain très pentu.
Il faut prendre de cette ville les subtilités. Il
y a des gisements à prendre pour créer des espaces plus contemporains. Refaire la ville sur la
ville, c’est aussi respecter sa maille. L’urbanisme
c’est une substitution d’un tissu sur l’autre. Ce
n’est pas tant la forme du lieu qui doit intéresser
en premier, mais le fonctionnement et on a du
mal à faire passer cette idée. Il est très difficile
de faire accepter le séquençage, de mettre du
temps dans les opérations, de laisser des vides,
des espaces de respiration. La ville c’est la traduction du temps. On l’a fait s’accélérer dans
l’urgence par mono bloc, elle perd de son âme.
Chaque parcelle a une histoire, chaque maison
a une histoire dans ses matériaux, ses couleurs, sa façon d’être. On a une histoire jeune
qu’on est en train de s’approprier, le patrimoine
reste souvent lié à l’histoire coloniale. Il nous
manque ce rapport à l’histoire, au patrimoine. Laissons les espaces vacants, laissons
les espaces flexibles pour que la ville prenne
la place elle-même, que les activités viennent
s’implanter tout en mettant des gardes fous
pour éviter des dérapages.
wQuels rapports avec les espaces extérieurs ?
Comment réagit la population à ce renouvelle-
ment urbain ?
On a oublié que la ville c’est d’abord de
l’espace public, qui joue le rôle de liant. Les espaces extérieurs sont dégradés, car personne
ne les entretient. Les espaces informels, précaires, n’appartenant à personne sont beaucoup mieux entretenus que ceux que l'on vient
de réaliser. Une personne qui paie cher un loyer
ne se préoccupe que de son intérieur. Dehors,
ce n'est plus chez elle. Il s’agit d’une non-appropriation des espaces publics. Cela devient une
zone de non-droit, de non-lieu. Il faut accompagner les habitants quand on travaille dans
une ville. Toute action a besoin d’accompagnement, de formation de la population. Il faut
intégrer dans le coût de l’opération le préjudice
créé sur l’existant pour aider les gens pour reconfigurer leur espace.
wComment faire accepter le changement,
l’évolution vers des formes plus denses ?
“Il faut accompagner
les habitants quand on
travaille dans une ville”
Il faut d’abord dégager l’esprit du quartier,
puis en comprendre l’âme et la retranscrire. On
essaie de garder le plus possible l’identité d’un
lieu pour pouvoir le refonder. Des fois, on peut
perdre quelque chose, mais ce n’est pas grave.
Ce qui l’est, c’est de perdre sans comprendre
ce que l’on a perdu. Une fois qu’on a compris la
façon dont les habitants vivent, leur rapport familial et amical, il faut essayer de voir comment
on peut rebâtir cette situation-là, de façon plus
dense. Il faut garder des espaces communs
de vie, permettre de circuler, car dans un immeuble on circule à l’intérieur via l’escalier qui
dessert des paliers avec des appartements, les
micro-espaces se situent autour des maisons et
ont très souvent des fonctions utilitaires pour
déposer deux plantes, mettre un bac d’eau qui
sont en même temps des déversoirs sociaux. Il
est nécessaire de décrypter ces situations pour
rebâtir quelque chose et proposer de nouvelles
situations.
Pile et Face
Résidence Raphaël Cipolin
Bâtiment 114 N°21 / 22
Rue Chemin-Neuf
97110 POINTE-À-PITRE
& 0590 916 472
7 0590 832 601
* PILE.ET.FACE@wanadoo.fr
@ www.pileetface.fr
drageR
s
S
ÉSIORC
Pour plus de renseignements, contactez :
111
“On fait la ville tout
d’abord pour les
habitants pas pour
les promoteurs”
Laurence Cagnolari, Gérard Lotte
Association d’Urbanisme Durable Schœlcher - AUDS
wVotre quartier, Plateau Fofo à Schœlcher, a
connu une évolution récente. Comment les
habitants ont-ils été impliqués ? Quel a été le
projet initial ? Les habitants étaient-ils réticents
à l’évolution de leur quartier, à sa densification ?
wComment avez-vous vécu le changement ?
Qu'est-ce qui a conduit les habitants à se regrou per en association ?
La procédure a été longue entre les premières consultations au début des années
2000 et le début des travaux. Ce n’est que vers
la fin de l’année 2007, que l’on a vu “pousser”
des immeubles. Mais ensuite, les choses se sont
accélérées puisque les nouveaux habitants ont
emménagé dès la fin 2008.
Depuis 30 ans le quartier n’a pratiquement
pas bougé, on se disait bien que la forme du
quartier allait changer, mais pas à ce point ni
de cette manière. On savait pertinemment que
de toute façon, ça ne resterait pas comme ça !
Il y a des problèmes de terrain en Martinique
en général. Or, cette partie non construite
était quand même très bien située.
Au départ, il y a eu une volonté de la mairie de consulter les habitants. Il nous a été
annoncé qu’il y aurait un partenariat public
privé pour réaliser l’aménagement de cet
espace sous la forme d’une ZAC. C’est important parce que ça signifie que les habitants
allaient être concertés. Il y a eu des réunions à
la mairie mais également chez l’habitant avec
le conseil municipal.
Dans le projet initial, il était prévu un tiers
d’équipements sportifs, un tiers de logements
et un tiers de services. Tout était bien déterminé : limitation des pollutions sonores et visuelles, hauteur des immeubles, etc.
Regard
CROISÉ
s
112
S
Le projet réalisé ne correspond pas à celui
qui a été présenté aux habitants. Ce dernier
était noyé dans un monde de verdure. On n’en
est plus du tout là aujourd’hui. Là où normalement était prévue une concertation avec les
habitants des logements étudiants et une maison de retraite, on s’est rendu compte qu’on
avait localisé le bâtiment de RFO à la place.
(parallélépipède de 70 mètres de long de 25 de
large et de 14 de haut des antennes et des paraboles qui pouvaient monter jusqu’à 26 mètres
à 5 mètres des villas existantes). Quand on a vu
ce permis de construire, on est allé à la mairie
pour demander les dossiers. On a constaté que
la procédure de ZAC avait été finalement abandonnée et remplacée par un lotissement soumis à de simples autorisations de lotir. On nous
a expliqué que la ZAC avait disparu parce que
ça serait beaucoup plus simple et plus rapide
Mais, ils n’ont jamais expliqué, ils ont simplement mis un panneau on modifie sans que l’on
sache ce qui allait être modifié. Le fait qu’il n’y
ait ni programme ni délai définis est problématique : le promoteur fait ce qu’il veut quand il
veut, au gré des opportunités. C’est l’économie
qui fait la construction de ce quartier.
de réaliser les travaux d’aménagement avec
une autre procédure. On a découvert que le
COS était spécifique pour cet espace permettant de construire des immeubles jusqu’à 22 m
au lieu de 12.
On a alors fait une pétition (20 personnes)
et on a déposé un recours au tribunal administratif. La crise économique a donné un coup
d’arrêt au projet de RFO. Cet épisode a amené
les habitants à s’organiser et à faire plus attention.
Les habitants ne savent pas ce qui va arriver
et n’ont pas de réponses aux questions tant de
la gestion des flux (on engorge le quartier en
construisant sans prévoir les infrastructures
nécessaires) que de la population à accueillir
(produits de défiscalisation ne répondant pas
systématiquement aux besoins des martiniquais). Même ceux qui ont acheté les nouveaux
logements adhèrent à l’association. Ils se sont
retrouvés aussi un peu floués par rapport au
projet commercialisé.
wLes habitants, les citoyens sont-ils bien
“outillés” pour comprendre les démarches
d’urbanisme ou d’aménagement ? Comment
êtes-vous informés ?
D’une part, les annonces sur panneau sont
complètement floues pour la plupart des habitants “lambdas”. En effet, on y parle de lotissements. Si en urbanisme, le lotissement désigne
une procédure avec laquelle on peut réaliser
une centrale, un équipement sportif, n’importe
quoi. Pour la population, un lotissement c’est
des maisons, des villas, une zone pavillonnaire.
Il faut tout le temps être sur le qui-vive. On
n’est jamais sûrs de ce qui va se réaliser. On est
au courant au coup par coup. Quand on veut savoir quelque chose, il faut prendre rendez-vous
et c’est très long, c’est laborieux. Il faut écrire
pour avoir un rendez-vous le temps qu’on trie
les papiers. On attend les permis de construire
pour les contester. C’est le seul moyen d’action.
C’est pour cela qu’on a pris un avocat. On ne
connaît pas encore tout, on va passer forcément à côté des choses. On a peu de moyens
de s’organiser sur le terrain pour empêcher.
La première raison pour laquelle les gens
ne se sont pas manifestés plus rapidement
(ce qu’on nous a reproché d’ailleurs), est qu’ils
ne savaient pas. Alors effectivement nul n’est
censé ignorer la loi mais il est aisément compréhensible que les habitants ne fassent pas
la relation entre lotissement et immeuble de
grande hauteur.
wQuel regard portez-vous sur les documents
d’urbanisme ?
Pour nous le PLU c’était un peu la bible, la référence. On ne prenait aucun risque. Comment
voulez-vous que l’on sache qu’on a changé le
PLU ? On l’a appris quand on a vu les hauteurs
des immeubles.
Dans le PADD réalisé en janvier 2011, il y a
marqué comme objectif de limiter la hauteur
des bâtiments sur la zone. Or on continue à
délivrer des permis qui ne tiennent pas compte
des orientations du PADD. C’est bien de limiter
dans le PADD mais quand tous les permis de
construire auront été délivrés en ne tenant pas
compte des orientations, le PADD n’aura servi
à rien ! Soit la mairie limite maintenant soit ce
n’est pas la peine de mettre l’objectif de limitation dans le PADD.
C’est une habitude à prendre mais on n’a
pas ce réflexe tout de suite quand on n’a jamais
fait d’urbanisme, qu’on n’est pas architecte.
Effectivement on a été interpellé quand on a
vu qu’il y avait une modification, qu’est-ce que
cela veut dire ? Et puis, il y a ces termes qui sont
trop faciles, on se fait tous avoir et s’ils avaient
expliqué aux gens clairement que ça serait du
collectif ça ne se serait pas passé comme cela.
drageR
s
S
ÉSIORC
On veut concerter mais on fait des réunions
publiques en plein mois de juillet quand les
gens sont en congés !
113
wQuel regard portez-vous sur les formes produites
à proximité de vos habitations ? Quels impacts
observez-vous ?
Les grands immeubles ont impacté les gens
à proximité. C’est très bruyant pour eux et il y a
beaucoup de vis-à-vis. Ils ne peuvent plus être
dans leur jardin. Il y a carrément des gens qui
ont couvert leur jardin pour se protéger de la
vue et du bruit. Il y a des passages, ça rentre,
ça sort. Les rues sont petites. Et puis il y a aussi
l’architecture des bâtiments. On est surpris du
choix du modèle architectural parce que ça ne
correspond pas à ce qu’on peut attendre éventuellement en Martinique. On veut valoriser la
ville de Schœlcher ; ce n’est peut-être pas en
construisant des blocs de béton comme cela.
Ces immeubles là vous les trouvez partout dans
le monde. On peut construire ça n’importe où.
Il n’y a pas de caractère. Non seulement c’est
énorme mais en plus c’est sans âme. Et en plus,
je crois savoir qu’ils sont extrêmement mal exposés donc leur balcon ils ne peuvent pas s’en
servir la plupart du temps.
“Il est aisément
compréhensible que
les habitants ne fassent pas
la relation entre lotissement
et immeuble de grande
hauteur.”
On n’était pas hostile ni réfractaire à l’évolution de notre quartier. On savait qu’il allait se
densifier au regard du problème du logement
mais on aurait voulu que ça ne se fasse pas à
n’importe quel prix pour les gens qui sont déjà
présents. On ne peut pas laisser un promoteur
parce qu’il veut faire des profits record mettre
tout un quartier en l’air. C’est au promoteur de
s’adapter au lieu et aux habitants et non pas
l’inverse. On fait la ville tout d’abord pour les
habitants pas pour les promoteurs. On l’oublie
trop souvent. Le problème général de la Martinique c’est qu’on ne s’interroge pas sur les
réels besoins de la population.
Pour plus de renseignements, contactez :
Regard
CROISÉ
s
114
S
AUDS (Association d’Urbanisme Durable Schœlcher)
Casa Pipoca
Plateau Fofo-Est
97233 Schœlcher
“La ville est comme
l’argile. Elle a besoin
d'être modelée avec
délicatesse et patience.”
Victor Anicet
Artiste-Plasticien
wSi la ville était un matériau, lequel désigneriez-
vous ?
et déchirures telle la ville, comme matériau de
construction ? Notre imagination doit dépasser
les problèmes techniques. C’est une erreur de
ne pas suffisamment prêter attention à la forme,
au matériau, à la couleur, car ces éléments participent au cadre de vie et finalement à l’habitant lui-même, lui apportant de la douceur. À
l’époque, on pliait les maquettes. Aujourd’hui,
on les découpe au cutter. La maquette n’ayant
plus d’arrondis, les constructions en Martinique
dégagent alors de l’agressivité. Vous débouchez
automatiquement sur la violence. Il faut revenir à
plus de douceur, à la nature. Il n’y a pas de lignes
droites dans ce pays : il y a des mornes derrière
les mornes. On monte, on descend. Tout ce qui
est agressif (les lignes, les angles) a été inventé par l’homme. On a peut-être l’enveloppe,
l’emballage, mais nous ne sommes pas fondamentalement urbains. Pourquoi alors se mettre
obligatoirement dans une case ? Pour revenir sur
l’agressivité : on se plaint de celle de certains
habitants, mais il faut arrêter de faire des cubes
ça les agresse aussi. On n’a pas fait rentrer le
végétal dans la forme urbaine, dans la maison.
On a poussé voire repoussé la verdure, le paysage. Quand on construit une maison, on coupe
au lieu de planter des arbres, des bananiers, des
manguiers, des arbres fruitiers, des citronniers,
des ignames… Il faut s’adapter à notre environnement et modeler la ville en conséquence.
Le matériau qu’est l’argile est intéressant à
travailler. C’est une pâte molle, mais plus vous travaillez avec, plus elle durcit. Au passage de l’air
chaud, elle sèche. Le frottement fait partir l’eau
et l’argile se casse. C’est une matière silencieuse.
Elle a la mémoire des traitements. Si vous la tapez, elle vous donnera du mal en séchant. Cette
matière molle peut être triturée, découpée, collée,
enroulée. Il faut avoir une argile de bonne qualité
et de bonne consistance qui supporte un temps de
travail. À la fin que vous le vouliez ou pas, si vous
l’avez tellement triturée et malmenée, vous êtes
obligé de la caresser. La ville est comme l’argile.
Elle a besoin d'être modelée avec délicatesse et
patience. Or, on pose la ville, voire on l’impose.
wComment définiriez-vous le rapport à la
construction en Martinique ? Respecte-t-on les
composantes du territoire ?
Les amérindiens regardaient la voûte terrestre, la lune, le soleil. Ils vivaient avec des
mythes. On a arrêté de regarder, alors que les
formes et les solutions sont là sous nos yeux.
On est né avec des sentiers, des mornes, des
courbes. Il faut aller sur le terrain. Il faut s’adapter. Qu’est-ce qui empêche, par exemple, d’utiliser la feuille de banane, avec ses nervures
drageR
s
S
ÉSIORC
115
“On a l’impression
de refuser à la ville
sa mutation”
Alain Zozor
Président du Conseil Régional de l’Ordre des Architectes
On interpelle souvent les architectes sur la
mauvaise qualité des localisations ou des réalisations, mais est-ce l’architecte qui gère le
transport, les équipements, les réseaux ? La loi
SRU dit de reconstruire la ville sur la ville mais
si le premier concerné, le maire, ne le fait pas
apparaître clairement dans son PLU, l’architecte
n’y peut rien ! Notre travail au quotidien est de
répondre à une demande. Et on applique des
règlements que nous ne faisons pas. Et pour lesquels nous ne sommes pas sollicités. On se plaint
de certaines réalisations, mais si les permis ont
été accordés, c’est que le règlement le permettait. Au niveau des règlements, un triste constat
peut être fait : le PLU n’associe pas la profession
de l’architecte. Il n’y a pas de réflexion. Prenons
l'exemple des toitures. On pourrait imaginer des
auvents qui auraient l’aspect de toitures, il pourrait y avoir des toitures-terrasses “plantées” qui
favoriseraient l’écoulement des eaux de pluie.
Or, dans les règlements des PLU, on retrouve
régulièrement que seules les toitures en pente
sont autorisées. Si on arrêtait et qu’on essayait
d’avoir un peu de bon sens.
w Quels sont les freins majeurs de la reconstruction de la ville sur elle-même, de sa
densification ?
Le problème reste essentiellement économique et financier. Il faut qu’il y ait une rentabilité. Il ne faut pas s’étonner de voir qu’on a de
plus en plus d’espaces en ville qui demandent
à être réinvestis et qui ne le sont pas, car économiquement les promoteurs ne s’y retrouvent
pas. Si on ne peut pas rentabiliser le projet, il ne
se réalisera pas. En n’évoluant pas, en restant
sur le principe de la ville de l'époque avec des
petites parcelles, nous avons l’impression de
refuser à la ville sa mutation. D’ailleurs, elle se
déplace : ne dit-on pas "La Galleria, ma ville à
moi” ?
D’autre part, force est de constater que
l’on doit respecter la législation tout en ayant
une réalité autre. Comment densifier quand les
équipements ou l’offre de transport sont inexistants ? Des zones sont considérées comme
urbaines alors que l’assainissement n’existe
même pas. Il y a un retard entre les réalités définies par les textes réglementaires auxquels il
faut se conformer et celle du terrain.
116
w On reproche parfois aux architectes, la faible
qualité des constructions, que répondriez-vous ?
Que pensez-vous des règlements des PLU ?
w Le logement en bande pourrait être envisagé
comme moyen de densifier. Pourquoi est-il
si peu développé en Martinique ?
Généralement, les gens sont assez réfractaires au logement individuel en bande. Même
Regard
CROISÉ
s
S
s’il est quand même moins cher qu’un logement
en collectif, qu’il y a un petit bout de terrain, un
garage privé, le logement en bande ne se vend
pas bien. Il y a une proximité entre voisins sur
l’espace extérieur qui peut gêner et qu'on ne
retrouve pas dans le cas des copropriétés verticales. Quand on est l’un sur l’autre, on ne se voit
pas. C’est donc, une question d’image. Avec le
logement en bande, on a l’impression d’acheter de la maison individuelle au rabais. Il est
connoté comme correspondant à une certaine
population. Il fonctionne lors du relogement de
personnes qui habitaient à la “campagne”, car
même si elles se retrouvent dans un appartement, elles ont un petit bout de jardin. Les logements en bande permettent également à une
certaine population d'accéder à la propriété. Ces
personnes ont un meilleur rapport à la mitoyenneté.
“Notre travail au quotidien
c’est de répondre
à une demande.”
w On voit se développer depuis peu un type
d’habitat qu’on peut qualifier de “maisonimmeuble”. Comment le décririez-vous ?
On voit de plus en plus apparaître des opérations qui se réalisent dès le départ en immeuble
avec leurs entrées ou adresses privatives. Le
concept de “maison-immeuble” allie la notion de collectif avec les avantages de la villa
individuelle. Ces logements ressemblent à une
maison, mais en fait il y a 2 ou 3 appartements.
La notion d’adresse personnelle est très
importante, car elle ramène tout de suite à la
notion de propriété individuelle. Ces résidences
ont tendance à se développer parce que les
martiniquais ne sont pas encore prêts à habiter, par choix, dans du collectif. C'est un compromis.
Pour plus de renseignements, contactez :
Conseil régional de l’ordre des architectes
21, Bd du Général François Reboul
Sainte-Thérèse
97200 FORT-DE-FRANCE
& 0596 711 196
7 0596 609 258
* croam@netc.araibes.com
drageR
s
S
ÉSIORC
117
“L’urbanisme est une
démarche militante”
Gilles Birota
Directeur du CAUE
on répond à la sollicitation, à l’urgence. Ce qui
fait qu’on n’a pas le temps justement d’aborder
ce qui tourne autour de l’opération. Et notamment cette notion de qualité. Pour que la greffe
prenne, le temps du recul est nécessaire et il ne
faut pas être dans une position d’urgence. Dès
le départ, on produit des logements en masse
sur des espaces qui ne peuvent pas devenir de
vrais quartiers, parce que de toutes les façons
ils n’ont pas les conditions pour être de vrais
quartiers. À la fois en termes d’équipements
publics, mais aussi de connexions avec les tissus les plus anciens, notamment le centre-ville.
On juxtapose des opérations sans s’assurer
qu’effectivement il y ait une continuité avec le
tissu existant. Et souvent, ça crée des îlots qui
deviennent un peu opaques ou hermétiques.
wQuel regard portez-vous sur les politiques
actuelles d’aménagement ? Quels sont les
impacts sur le territoire ? La question de la den sité est-elle abordée correctement ?
Les expérimentations sont peu nombreuses
et on ne va pas jusqu’au bout des outils existants. À la fois dans la formalisation des projets,
mais aussi dans les possibilités qui nous sont
offertes justement dans la qualité de l’aménagement. La puissance publique ne cadre
pas ou n’exprime pas suffisamment sa vision
de l’aménagement par la notion de qualité, les
séparations entre les circulations piétonnes,
automobiles, les plantations, les questions de
volumétrie, d’insertion dans le paysage, etc.
On prend généralement la question de la densité sous l’angle de la rentabilité économique
de l’opération, mais la question des habitants,
la qualité de vie ne sont pas la préoccupation
première. Une erreur majeure dans toutes ces
démarches réside dans le fait qu’on ne fonctionne pas d’abord sur l’attente de l’habitant. Si
on prenait la démarche par cette entrée là, on
réussirait à améliorer la qualité des opérations.
Il n’y a pas d’approche sociale ou alors elle se
limite à calmer la demande de la population en
termes de logements. On offre une réponse de
logement, mais pas de l’habitat. On est dans
une situation où on répond au coup par coup
sans anticipation, ni maîtrise. Donc forcément
Regard
CROISÉ
S
wQuel est le rôle de l’élu dans la démarche
d’aménagement ? Quelles sont vos préconisa tions en matière de sensibilisation des élus ou de
la population ?
s
118
Un quartier ne peut pas se créer uniquement à partir d’une réponse au logement. Ce
fonctionnement n’a que trop duré. Une opération, ça se prépare avec un état des lieux mêlant histoire, sociologie, économie et paysage
notamment et une analyse des besoins. Il y a
tout un effort d’accompagnement et de création de lieu de vie.
augmente de façon artificielle parce que les
terrains sont encore plus ou moins abordables
et c’est proche du Centre. Donc les quartiers
qui vont se créer là, forcément seront totalement artificiels. Ils ne sont pas venus d’une
décision ou d’une anticipation de la collectivité
mais c’est le marché qui a créé ce lotissement
auquel il manque une âme.
Logiquement c’est d’abord l’élu qui devrait
avoir une idée de ce qu’il veut pour son territoire, parce que c’est l’expression même de
cette attente et de ces besoins qui va déterminer l’opération. Sauf qu’aujourd’hui, c’est
l’opération qui détermine le fonctionnement
futur. Il est nécessaire d’accentuer la sensibilisation auprès des élus et de la faire autrement.
Il faudrait montrer les opérations, expliquer les
montages et revenir avec les élus en fait sur
toutes les démarches et méthodes qui peuvent
être transposées sur le territoire martiniquais. Il
n’y a pas beaucoup d’opérations “exemplaires”
en Martinique.
wQuel est, selon vous, l’élément-clé pour produire
des formes urbaines denses de qualité ? Quelles
difficultés rencontre-t-on au niveau de la produc tion des espaces publics ?
Cela souligne encore une fois l’importance
de l’initiative publique. On en vient à la question de maîtrise du foncier parce que, qui dit
initiative, dit maîtrise du foncier. La maîtrise
publique a abandonné la maîtrise du foncier
(même si elle tente de reprendre la main avec
la création de l’EPFL). Or réaliser des opérations d’aménagement publiques exemplaires
passe par la maîtrise du foncier. On en revient
à l’absence d’utilisation des outils réglementaires tels que les ZAC.
Il faut absolument trouver des outils de sensibilisation ; ça peut être soit sous la forme de
voyages d’études, d’opérations qu’on aurait expliqués un peu mieux, des enjeux qu’on aurait
approchés de façon plus évidente, mais c’est
complexe. Il faut donner un vrai rôle à des organismes comme le CAUE ou l’ADUAM qui justement assisteraient les élus. Il faut mettre en
place une contrainte filtrante avant l’attribution de subventions. Et, puis le troisième
volet, c’est d’éduquer la population jusqu’à ce
qu’elle ait un niveau de compréhension et d’attente suffisant pour qu’elle ait l’exigence de
refuser ou d’exprimer fortement ses besoins.
Il y a un problème chez nous de méthodes et
de démarches. Il faut expliquer aux élus qu’on a
d’abord un environnement et un potentiel existants et c’est à partir de ces éléments qu’il faut
créer.
L’aménagement des fronts de mer a été
râté. Parce qu’on a pris un modèle et on l’a reproduit partout. Les fronts de mer de Schœlcher, de Trinité, des Trois-Îlets ont été faits par
le même concepteur : mêmes kiosques, même
utilisation de la terre cuite, même mobilier
urbain, même répartition des espaces… Est-ce
que ça signifie que ce sont des espaces qui se
ressemblaient à l’origine et que les diagnostics et les états des lieux réalisés mettaient en
avant les mêmes problématiques ? Il y a fort
à parier que non. Ces opérations ne créent
pas d’emplois, il n’y a pas de développement
économique. On tourne le dos à la mer. C’est
aberrant ! On crée des enrochements dont on
ne mesure pas les impacts en termes d’aggravation des phénomènes d’érosion. En matière
d’éclairage public, quand je vois la forêt de lampadaires je me demande quelle approche on a
du paysage. Au final, quels objectifs s’était-on
fixés ? A-t-on voulu répondre au besoin d’animation de la ville, à l’amélioration de la qualité
paysagère, à une question de sécurité ?
L’urbanisme est une démarche militante. Il
faut traiter le territoire de manière globale. Si on
ne règle pas le problème du transport, de chômage, de concentration des activités sur l’agglomération, si on n’innove pas, c’est clair qu’on ne
va pas réussir. C’est un problème éminemment
politique, techniquement on ne peut pas apporter de solutions tant que politiquement il n’y a
pas une prise en compte des problèmes. Il ne
faut pas se voiler la face. Nous, on aura beau
faire des propositions, mais si le politique ne veut
pas les appliquer, ça ne sert à rien.
Pour faire des quartiers, il faut déjà prendre
en compte la notion d’emploi parce que les deux
sont liés. La population de certaines communes
drageR
s
S
ÉSIORC
119
Un aménagement doit répondre à un besoin.
On met un emplacement pour vélos mais sans
piste cyclable dans la commune, ni mobilier urbain qui tient les vélos. Les réponses qu’on doit
apporter ne peuvent être que des réponses
pour l’homme et pas pour se faire plaisir et
dire qu’on a fait. L’enjeu réside dans la compréhension de nos espaces, l’acceptation de
notre territoire comme il est, dans l’amélioration de nos pratiques professionnelles. On
sous-estime les pratiques des gens. Les décideurs aujourd’hui n’ont pas encore intégré le
minimum. On peut moduler la densité par rapport à l’aménagement, la topographie. On en
revient toujours au même débat de s’adapter
au territoire. Il faut que les maires améliorent
leur cahier des charges et qu’ils aient une idée
plus précise de ce qu’ils veulent. Au regard des
problématiques, on ne demande pas aux élus
de faire du logement en 2 ans. On leur demande
d’aménager durablement le territoire.
wComment traite-t-on le patrimoine ?
Quels pourraient être les atouts ?
On n’est pas capable de mesurer les retombées économiques d’un patrimoine mis en valeur. Ce dernier est associé au vieux. Et tout ce
qui est ancien est bon à mettre à la poubelle,
car ce n’est pas moderne. La plupart pense
qu’on ne peut pas retirer quelque chose du
patrimoine alors que dans le monde entier au
contraire, c'est considéré comme une richesse.
“Un quartier ne peut pas
se créer uniquement à partir
d’une réponse au logement.”
Pour plus de renseignements, contactez :
CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement)
31, avenue Pasteur
97200 FORT-DE-FRANCE
Regard
CROISÉ
s
120
S
& 0596 701 010
7 0596 605 276
* contact@caue-martinique.com
@ www.caue-martinique.com
“Donner l'envie aux
gens d'un habitat
plus regroupé, plus
rassemblé, mais où ils
gardent une proximité
humaine et naturelle”
Marcel Belliot
Ancien Délégué Général de la Fnau
Président de Adp-Villes en développement
Focaliser l’analyse sur 10-20 quartiers d’une
agglomération était une manière d’avoir une
photographie de ce qu’était la ville et de son
histoire. Il s’agit par ce travail de mémoire de
faire comprendre aux gens que la ville peut être
diverse et que c’est une richesse.
wPouvez-vous nous rappeler l’origine et la genèse
des répertoires Habitat et formes urbaines au
sein des Agences d’urbanisme ?
Sans remonter jusqu’à l’étude de l’IAURP
des années 70 qui a dressé une première typologie des formes d’habitat en région parisienne, c’est vraiment à la fin des années 90
que ce souci de mieux décrire, de comprendre
et d’avoir des éléments objectifs de mesure de
la ville, de ce qu’elle utilise comme espace, de
ce qu’est la densité, est devenu important. Ce
mouvement s’est opéré dans la foulée de la loi
Solidarité et Renouvellement Urbains de 2000
qui insistait sur le fait d’économiser de l’espace
et de mettre en place du transport collectif à
chaque fois que c’était possible. Le but était
d’essayer d‘avoir des formes urbaines relativement denses qui permettent de répondre
à ces objectifs. Ce souci d’économie culmine
une dizaine années après avec le Grenelle de
l’Environnement, était déjà très présent dans
la loi SRU et c’est donc au début des années
2000 qu’un certain nombre d’agences se sont
lancées dans l’exercice avec un triple objectif.
Le second objectif était d’objectiver la densité. On est longtemps resté dans l’idée que
les grands ensembles sont très denses, les
ensembles pavillonnaires sont peu denses. Or
c’est peut-être vrai dans un certain nombre de
cas, mais c’est aussi très souvent faux. Quand
on regarde la densité de grands ensembles,
elle est souvent inférieure à la densité d’habitats groupés qui ont pu être créés dans le cadre
d’un lotissement ou d’opérations programmées.
Il fallait en avoir le cœur net, donc mettre sur la
table un certain nombre de chiffres objectifs,
avec une présentation rationnelle, rigoureuse,
scientifique et quantitative du phénomène
urbain. Il était nécessaire en face de la forme
urbaine qui est décrite dans son contexte,
d'avoir une idée du nombre d’habitants qu’elle
accueillait (nombre de logements par hectare
et nombre d’habitants par mètre carré).
Le premier est de raconter l’histoire des
villes. C’était l’occasion grâce à ces catalogues
de décrire ce qu’étaient les différents quartiers
de ces villes avec leur histoire, la manière dont
ils s’étaient développés, occupés et habités.
drageR
s
S
ÉSIORC
Le troisième but était de faire de la pédagogie : montrer un certain nombre d’exemples
d’opérations d’habitat collectif, notamment
des exemples récents pour dire qu’aujourd’hui
121
on peut faire beau et dense. Les agences ont
toujours eu le souci dans leurs monographies
de présenter des opérations qui peuvent être
denses avec une forme qui esthétiquement peut
plaire, consommer moins de terrain, et mettre
en place les principes de ville durable que l’on
peut retrouver aujourd’hui dans les écoquartiers. Très souvent, cette démarche a été associée à des opérations de communication : il y
a eu à Marseille par exemple un accompagnement presque médiatique avec les promoteurs,
les élus, des journalistes pour aller visiter des
opérations exemplaires, faire des conférences,
etc. Il y avait tout ce côté pédagogique pour
faire pénétrer dans le milieu professionnel du
logement et de l’urbanisme un certain nombre
de concepts, d’idées, de réalités que les gens
ignoraient souvent et qu’ils découvraient au
moment de ce travail fait par les agences d'urbanisme. Et c’était aussi évidemment une justification dès lors que cette présentation avait
été bien perçue pour faire admettre que dans
un certain nombre de PLU, on puisse demander que des densités minimales soient exigées.
C’était une manière de justifier l’économie de
l’espace et l’utilisation du transport collectif, mais c’était aussi une manière de créer un
cadre de vie plaisant. La force de persuasion de
l’agence d'urbanisme dans son travail quotidien
au niveau du SCoT, du PLU ou du PLH ou encore
du PDU était d’autant plus forte que cet outil
de connaissance était largement diffusé et qu’il
pouvait servir de référence et à argumenter les
exigences de densité.
Il faudrait aller voir Marseille, Nantes ou
Paris pour avoir plus de précisions mais mon
sentiment est que cela a permis de légitimer
les actions des agences d’urbanisme. Souvent,
on se demande de qui les agences dépendent,
ce qu’elles font. Cela a permis d’affirmer deux
missions des agences.
La première est d’apporter une connaissance sérieuse, rigoureusement construite de
ce qui existe et de ce qui se passe sur le terrain, de ce qu’est la ville et comment elle est
construite, ce qu’elle a été et la manière dont
elle fonctionne. En publiant ce genre de document, l’agence d’urbanisme s’affiche comme
étant le lieu de référence où on peut savoir des
choses intéressantes sur la ville.
La deuxième mission qui est donnée aux
agences est d’animer le territoire, d’être le
lieu où on peut débattre des problèmes qui se
posent, qu’ils soient de transport, habitat ou
de développement économique. C’est donc
une façon d’afficher l’agence d’urbanisme
comme le lieu de dialogue et d’échange
sur la ville. Cela a donc un peu un rôle d’autolégitimation d’outils qui sont parfois contestés.
Par ailleurs, ce genre de recherche n’a lieu souvent que dans les agences : ce n’est pas un bureau d’étude privé qui peut ou va le faire. À une
époque, aujourd’hui révolue, l’État prenait ces
choses en main à travers les grands chantiers
de programmation dans les années 70, les ateliers d’urbanisme, quand il avait de nombreux
experts et chargés d’études à sa disposition.
Certaines collectivités peuvent prendre le relais mais elles sont limitées dans leur territoire
et dans leur périmètre. L’agence qui est le lieu
du partenariat est donc tout à fait en position
de produire ce genre de document. C’est important pour légitimer une agence, qui dépend
des subventions : il faut que leurs membres
soient convaincus qu’elle peut leur rendre des
services.
Il est évident que la politique menée depuis
2007 par le Grenelle de l’Environnement a donné un élan encore plus fort à cette démarche.
Ce sont greffées à ce moment là d’autres idées
comme les économies d’énergie, la lutte contre
le changement climatique, d’habitat économe
en énergie voire passif, la mise en place d’équipements et de services de proximité qui soient
moins coûteux. Tout va dans le sens d’une plus
forte concentration de logements pour avoir
des équipements collectifs d’un niveau de services qui soit satisfaisant.
wQuels impacts cela a-t-il eu sur les agences,
les pratiques des techniciens et les décisions
des élus ?
Regard
CROISÉ
s
122
S
La Fédération a beaucoup encouragé ces
démarches, nous avons même publié au niveau
national une synthèse des travaux en 2006.
D’ailleurs, on compte deux éditions, une à
compte d’auteur diffusée à 2000 exemplaires
aux correspondants locaux et nationaux, l’autre
lageois” : l’habitat sur pilotis peut plaire dans le
collectif, car cela donne l’impression d’avoir un
grand jardin au rez-de-chaussée. Il me semble
que le désir d’être dans la nature doit être un
désir assez général de beaucoup de martiniquais et qu’il faut imaginer une forme d’habitat
qui puisse respecter ces contraintes. Ce qui me
vient à l’esprit, c’est l’ouverture, la nature, l’absence de limites trop franches : la symbiose
du logement et de l’espace naturel qui est
tout autour. Si c’est du collectif, il faut des
grandes terrasses, des grands balcons, il faut
qu’il y ait un espace de vie qui soit dehors,
où l’on puisse discuter avec les autres. Si
on veut “vendre” la densité, il faut dans le collectif des grandes terrasses et peut-être un
environnement paysager très attractif, et dans
l’horizontal des sortes de “villas-cases”, des
formes qui laissent penser qu’on est dans la nature : donner l’envie aux gens d’un habitat plus
regroupé, plus rassemblé mais où ils gardent
cette proximité humaine et naturelle.
avec un éditeur qui en a tiré 2000 autres pour
la vente.
Le plus efficace pour les élus et les techniciens est d’associer la démarche de démonstration à un PLU en démarrage ou un SCoT pour
garder l’aspect pédagogique, un film d’une
vingtaine de minutes par exemple permet de
démarrer et d’introduire une réunion.
Par ailleurs, c’est un investissement de matière grise que l’on peut mettre à disposition
des autres, notamment des professionnels qui
n’ont pas le temps ni les moyens financiers de la
réflexion à l’amont. Il y a un capital, un porter à
connaissance d’un certain nombre d’exemples,
qui est une manière de faire gagner du temps à
tout le monde et de faire progresser la prise de
conscience collective.
Enfin, le partenariat avec le CAUE peut
être intéressant, car ce dernier, plus spécialisé sur l’objet architectural, peut proposer aussi des agencements intérieurs
et des types d’habitat innovants, là où une
agence d’urbanisme va plutôt regarder l’intégration urbaine, l’aspect circulation, la composition et la conception. Les deux structures
peuvent être complémentaires.
On a besoin de sociologues, car il n’y a pas de
modèles et les préoccupations évoluent : celles
d’il y a 20 ans ne sont pas forcément celles
d’aujourd’hui. La sécurité devient de plus en
plus importante, le lien social se distend avec
une tendance à l’individualisation qui est très
forte, une société de plus en plus éclatée et qui
ne favorise pas toujours le contrôle social. Cela
vient sans doute en contradiction avec ce que
je viens de dire plus haut sur l’ouverture, ou
l’aspect traversant. Dans un certain nombre de
quartiers, certaines formes urbaines peuvent
devenir insupportables en l’absence de contrôle
social, trop “risquées”. L’activité des femmes
joue aussi un rôle nouveau : comment un urbanisme d’ouverture peut fonctionner dans des
quartiers qui sont désertés toute la journée,
car les gens sont au travail ? Les enjeux énergétiques et la densité sont aussi des nouveaux
enjeux : on ne peut pas continuer avec les rejets
de CO2, pourtant on climatise de plus en plus.
Comment intégrer le photovoltaïque dans les
constructions : doit-il être individualisé ? Dans
l’immeuble ? Le bruit peut être un frein à la
densité, même si la climatisation atténue certains effets. Les formes de demain sont très
liées à la sociologie, aux gens. On le voit dans
la transformation des centres-villes, d’abord
wSuite à vos voyages dans les différentes agences
d’urbanisme des DOM, quelles formes urbaines
pourrait-on proposer en Martinique ? Qu’est-ce
qui pourrait fonctionner ?
La Martinique est un grand village comme
La Réunion d’une certaine manière et les
autres DOM : l’histoire montre que l’île n’est
pas organisée autour des villes. Il y avait peutêtre Saint-Pierre mais on en connaît le destin.
Je pense, et attention c’est mon regard extérieur, qu’il faudrait retrouver une proximité à
la nature : l’environnement est une exigence
peut-être plus importante qu’ailleurs. Dans ce
sens, les grands ensembles à la métropolitaine
qui ont été “bombardés” sur l’île ont du mal à
fonctionner. Il faudrait ainsi un type d’habitat
qui évite la dispersion et la consommation effrénée d’espaces, la difficulté étant d’équiper
ces terrains, ce qui coûte très cher. Et en même
temps, il faut raisonner avec un habitat de “vil-
drageR
s
S
ÉSIORC
123
bourgeois, puis populaires, puis reconquis.
La manière dont le cadre bâti est perçu, vécu,
évalué même financièrement est une alchimie
bizarre. C’est pourquoi, comme vous le dites
bien dans les conclusions du répertoire, il faut
contextualiser. Ce qui est important ce sont les
choses évolutives et réversibles. L’habitat dans
les cités radieuses est trop figé, trop cadré. Il
faut construire des “choses” en se disant que
les habitants peuvent changer, tout comme les
usages et les fonctions et garder cette capacité à faire évoluer la ville. Le Corbusier peut
devenir totalitaire avec sa vision de l’homme
fonctionnaliste.
Les besoins sont essentiels à regarder mais
on ne peut complètement les définir, ni les prévoir : dans les années 50, la salle à manger était
la grande conquête des classes moyennes, puis
dans les années 70, elle est devenue obsolète et
tout le monde voulait un salon. De la souplesse
de l’adaptabilité, de la modestie : les besoins ne
sont pas toujours prévisibles, donc il faut que
le logement ait une capacité d’évolution. Ce qui
vieillit bien est ce qui peut s’adapter.
“Ce qui vieillit bien
est ce qui peut s’adapter”
Pour plus de renseignements, contactez :
FNAU (Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme)
22 rue Joubert
75009 PARIS
Regard
CROISÉ
s
124
S
& 0145 493 250
* fnau@fnau.org
@ www.fnau.org
à venir
À l’heure du développement durable, l’utilisation
intelligente de nos espaces doit devenir une réalité. Nous
espérons, avec ce troisième numéro de Regards Croisés,
vous avoir donné des outils pour mieux comprendre
la densité et vous donner envie d’aller plus loin. Dans
une prochaine publication, nous poursuivrons avec la
recherche de projets de constructions où la densité a été
efficacement orchestrée et fabrique des formes urbaines
où le lien social est préservé et où il fait bon vivre.
drageR
s
S
ÉSIORC
125
TABLE DES MATIèRES
Partie 1 :
Regard sur la doctrine
7
Chapitre 1
Comprendre la densité : les sens de la densité
13
Chapitre 2
Appréhender les formes urbaines 1. La Forme urbaine : un morceau de ville
2. Forme urbaine et histoire : des liens indissociables
2.1 Le déficit des formes urbaines compactes
2.2 Un lien ville / campagne fort en Martinique,
3.
qui se traduit dans les formes urbaines
Les quartiers : une forme créole ?
18
19
20
21
Chapitre 3
Fabriquer la ville en gérant les densités : quels outils ? 24
1. Un retournement réglementaire récent
24
2. Densité et documents de planification
25
2.1 Le SCoT : la possibilité de gérer
la densité à l’échelle communautaire
25
2.2 Le PLU : un outil local essentiel
28
3. Les pistes opérationnelles
37
Partie 2 :
Regard sur les formes
4. 5.
6.
126
Expériences extrarégionales
86
L’exemple d’une opération de logement social dans
un quartier pavillonnaire (Bry-sur-Marne) : comment
mutualiser les outils réglementaires de la densité ?
L’exemple d’une opération de logements individuels
en bande (Port-of-Spain, Trinidad) : Comment construire
de l’individuel dense de qualité ?
L’exemple d’une recomposition d’îlot (Pointe-à-Pitre,
Guadeloupe) : Comment reconstruire en centre urbain ?
Témoignages et entretiens
103
Christian Verneuil, Élu en charge de l’urbanisme de la
commune du Robert, Premier Vice-Président de la CCNM
responsable du suivi du SCoT
Guy Schapira , Promoteur immobilier
Lyne-Rose Beuze , Conservateur en Chef, Musée Régional
d’Histoire et d’Ethnographie
Colette R anély Vergé-Depré , Directrice-Adjointe du Laboratoire AIHP-Géode Caraïbe, UAG
Marc Jalet, Architecte, agence d’Architecture et
d’Urbanisme Pile et Face
Laurence Cagnolari , Gérard Lotte , Association
d’Urbanisme Durable Schœlcher (AUDS)
Victor Anicet, Artiste-Plasticien
Alain Zozor , Architecte, Président du Conseil Régional de
l’Ordre des Architectes
Gilles Birota , Directeur du CAUE de Martinique
Marcel Belliot, Ancien Délégué Général de la Fnau,
Président de AdP-Villes en Développement
Référentiel urbain
44
Mode d’emploi
46
Les fiches
48
Terres Sainville, Fort-de-France, Faubourg
Résidences La Batelière, Schœlcher, Grand Ensemble
Résidences Basse-Gondeau, Le Lamentin, Collectif groupé
Cité La Marie, Ducos, Collectif en plots de type résidence
Résidences Pointe Lynch, Le Robert, Collectif discontinu
Texaco, Fort-de-France, Quartier populaire ancien spontané
Cité Bas Dillon, Fort-de-France, Urbain mixte organisé
Trinité, Centre-ville
Saint-Esprit, Centre-bourg
Annexes
Lotissement Herrera, Schœlcher, Individuel groupé
Abécédaire
Morne des Esses, Sainte-Marie, Bourg-Paroisse
Quelques lectures pour aller plus loin
Les formes urbaines et densité sur la toile
Bas Didier, Fort-de-France, Urbain mixte libre en renouvellement
Les sigles utilisés
Lotissement Place d’Armes, Le Lamentin, Individuel discontinu
Remerciements
de type pavillonnaire
Desmarinières, Rivière-Salée, Quartier rurbain
La synthèse des indicateurs
76
Décomposition des formes
78
Les principales conclusions
82
Regard
85
L’exemple d’un projet bioclimatique en centre-ville
(Cayenne, Guyane) : comment construire dense et
bioclimatique ?
CROISÉ
s
1. 2. 3.
43
Autres Regards
S
16
16
Partie 3 :
127
L’abécédaire
Îlot : Un îlot (urbain), aussi appelé pâté de maisons ou
bloc, est un ensemble de bâtiments constituant une unité
homogène dans une ville, évoquant la très petite île. Ce
nom est donné de préférence aux parties formant une
structure ramassée (carré de maisons).
Morne : Nom qu’on donnait, dans les anciennes colonies
françaises, à une petite montagne (Antoine de Rivarol,
Dictionnaire classique de la langue française, 1827).
Les sigles utilisés
ADEME : Agence De l’Environnement
et de la Maîtrise de l’énergie
ADUAM : Agence d’Urbanisme et d’Aménagement
de la Martinique
ARENE : Agence Régionale de l’Environnement
et des Nouvelles Énergies
BBC :
Bâtiment Basse Consommation
CACEM : Communauté d’Agglomération du Centre
de la Martinique
CAESM : Communauté d’Agglomération de l’Espace
Sud de la Martinique
CAUE : Conseil d’Architecture, d’Urbanisme
et de l’Environnement
CCNM : Communauté de Communes du Nord
de la Martinique
CES :
Coefficient d’Emprise au Sol
COS :
Coefficient d’Occupation des Sols
CU : Code de l’Urbanisme
DOG :
Document d’Orientation Générale
DOM : Département d’Outre-Mer
DOO :
Document d’Orientations et d’Objectifs
ECS :
Eau Chaude Sanitaire
EnR :
Énergie Renouvelable
EP :
Eaux Pluviales
EPCI :
Établissement Public de Coopération
Intercommunale
EPFL : Établissement Public Foncier Local
FNAU : Fédération Nationale des Agences
d’Urbanisme
HA : Abréviation pour Hectare
HPE :
Haute Performance Énergétique
HT : Hors Taxe
INSEE : Institut National de la Statistique
et des Études Économiques
OPAH : Opération Programmée d’Amélioration
de l’Habitat
PADD : Projet d’Aménagement
et de Développement Durable
PC : Permis de construire
drageR
s
S
ÉSIORC
PLU :
Plan Local d’Urbanisme
POPE : Programmation fixant les Orientations
de la Politique Énergetique
POS :
Plan d’Occupation des Sols
PLH :
Programme Local de l’Habitat
PRME : Programme Régional de Maîtrise de l’Énergie
PSMV : Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur
QEA :
Qualité Environnementale Amazonienne
QECB : Centre de Ressources Qualité
Environnementale du Cadre Bâti
RHI :
Résorption de l’Habitat Insalubre
RTG :
Réglementation Thermique de la Guadeloupe
SAR :
Schéma d’Aménagement Régional
SCoT : Schéma de Cohérence Territoriale
SEMAFF : Société d’Économie Mixte d’Aménagement
de Fort-de-France
SHOB : Surface Hors d’Œuvre Brute
SHON : Surface Hors Œuvre Nette
SIG :
Société Immobilière de Guadeloupe
SMD :
Seuil Minimal de Densité
SMVM : Schéma de Mise en Valeur de la Mer
SODEM : Société d’Équipement de la Martinique
SRU :
Solidarité et Renouvellement Urbain
TCO :
Territoire de la Côte Ouest
TCSP : Transport en Commun en Site Propre
THPE : Très Haute Performance Énergétique
UAG :
Université Antilles-Guyane
UH :
Urbanisme et Habitat
VEFA : Vente en État de Futur Achèvement
VSD :
Versement pour Sous-Densité
ZAC : Zone d’Aménagement Concertée
127
Quelques lectures
pour aller plus loin
Myrtô Ribal-Rilos, sous la direction de J. Bernard, “De la
campagne à la ville, de la ville à la campagne, les lakous
marine et fruit à pain, étapes foyalaises d’un itinéraire
social – Approche antrhopo-historique du rapport au
végétal dans la société martiniquaise”, mémoire de thèse,
2006
“Construction durable et bonus de COS - Guide
d’application pour les collectivités locales”, ADEME et
ARENE Île-de-France, 2008
“ID de villes, densités et formes urbaines”, Agence
d’Urbanisme de l’Agglomération Marseillaise (AGAM),
2009
Les liens utiles
n http : //www.SCoTgrandsud.fr/main.php
“Répertoire des formes urbaines résidentielles de Caen
Métropole”, Agence d’Urbanisme de Caen Métropole
(AUCAME), 2010
Le SCoT Grand Sud de la Réunion : Toute l’actualité sur
le SCoT
n http : //www.cccl.proSCoT.fr
“Formes et densités – aire urbaine de Toulouse”, Agence
d’Urbanisme de l’Aire de Toulouse (AUAT), 2005
Le SCoT de la Communauté de Communes du Centre
Littoral
“Mieux gérer la forme urbaine à travers le PLU”,
présentation du séminaire de l’ADU du 29 novembre
Agence d’Urbanisme de la Région de Mulhouse (AURM),
2007
n http : //www.aquaa.fr
L’association AQUAA souhaite agir pour une meilleure
intégration du développement durable et une réduction
des impacts environnementaux dans l’acte de construire
et d’aménager le territoire de Guyane. Pour cela,
l’association s’est donnée pour objectif de promouvoir et
de développer la prise en compte des notions de la qualité
environnementale dans les opérations de construction de
bâtiment et d’aménagement urbain.
“PLU et forme d’habitat, impact de la réglementation sur la
densité et la diversité”, dans “5’ pour comprendre”, Agence
d’Urbanisme de la Région de Mulhouse (AURM), 2008
2003 et plus particulièrement l’article de Pascal Amphoux
“Polarité, mixité, intensité. Trois dimensions conjointes
de la densité urbaine”, p19-30, Collectif, “Inside Density,
International Colloquium on Architecture and Cities”,
NeTHCA
n www.clubplu.areneidf.org
Club coordonné conjointement par l’Ademe (direction
villes et territoires durables) et l’Arene, accompagnant
les collectivités engagées dans des démarches actives
de mise en place de dispositions innovantes relatives à la
rénovation et la construction durables dans le PLU.
“Habitat – Formes urbaines, densités comparées et
tendances d’évolution en France”, Fédération Nationale
des Agences d’Urbanisme, 2006
n www.developpement-durable.gouv.fr
Site officiel du Ministère et le lien vers le Grenelle II
Pelegrin-Genel Elisabeth (coord), Pelegrin François
(coord), sous l’égide de l’association des maires de
France, l’Union Sociale pour l’Habitat, l’Union Nationale
des Syndicats Français d’Architectes, “Ambiances,
densités urbaines et développement durable”, 2008
n www.tco.re
Le SCoT de la Communauté d’Agglomération du Territoire
de la Côte Ouest de la Réunion
n www.ccnm.fr
Formes urbaines : de l’îlot à la barre, par Philippe Panerai,
Jean Castex, Jean-Charles Depaule, collection Eupalinos,
1997
Le SCoT de la Communauté de Communes du Nord de la
Martinique
n www.nipdec.com
Adelaïde-Merlande J., “Histoire des communes AntillesGuyane”, 1986
Site officiel de la National Insurance Development Company
Observatoire n°8 “Vivifier la forme urbaine”, ADUAM,
septembre 2008
Bordeaux-Talence, Institut Géographique National “Atlas
des Départements d’Outre-Mer – II. La Martinique”,
Centre d’étude de géographie tropicale du CNRS, 1976
Regard
CROISÉ
s
128
S
“Regards sur notre architecture”, Conseil Régional de la
Martinique, bureau du patrimoine, 1985
REMERCIEMENTS
÷ Thierry Tarpau, Directeur du Pôle Développement, SIMAR
÷ Véronique Martial, Chargée de mission Politiques
÷ L’agence d’urbanisme de Caen
÷ Alain Zozor, Président du Conseil Régional
Urbaines, SIMAR
÷ Victor Anicet, Artiste-Plasticien
÷ Yanis Baflast, Urbaniste Opqu, GIP-GPV
de l’Ordre des Architectes
÷ Bruno Carrer, Directeur du GIP-GPV
÷ L’équipe de relecture de l’ADUAM
de Fort-de-France
de Fort-de-France
÷ Christian Verneuil, Élu en charge de l’urbanisme
de la commune du Robert, Premier Vice-Président
de la CCNM responsable du suivi du SCoT)
÷ Clency Henriette, Directeur intérimaire, Agorah
÷ Colette Ranély Vergé-Depré, Directrice-Adjointe
du Laboratoire AIHP-Géode Caraïbe, UAG
÷ Émile Roomey, Architecte, agence d’Architecture
et d’Urbanisme Pile et Face
÷ Emmanuel Lancrerot, Urbaniste,
Cabinet d’urbanisme ELAU
÷
÷
÷
÷
÷
÷
Frédéric Pujol, Acapa SARL Achitectes
Construction, OZANAM
Gilles BIROTA, Directeur du CAUE de Martinique
Guy Schapira, Promoteur immobilier
Hervé Huntzinger, Cabinet Tetra
Jean-Camille Petit, Architecte-Urbaniste SODEM
Jean-Marcelin Saxemard, responsable du Pôle ÷ Jean-Pierre Arnaud, Chef du service Connaissance,
Prospective Développement Territorial - SCPDT,
Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du
Logement de Martinique (DEAL)
÷ Jessica Toumson, Urbaniste, polititologue,
spécialisée en coopération régionale
÷ Joffroy Bouvier, ICF La Sablière
÷ Julien Garnot, Consultant pour l’ADEME
Île-de -France
÷ Laurence Cagnolari, Gérard Lotte, Association d’Urbanisme Durable Schœlcher (AUDS)
÷ Lyne-Rose Beuze, Conservateur en Chef,
Musée Régional d’Histoire et d’Ethnographie
÷ Marc Jalet, Architecte, agence d’Architecture
et d’Urbanisme Pile et Face
÷Marcel Belliot, Ancien Délégué Général de la Fnau, Président de AdP-Villes en Développement
÷Mireille Rius, Ancienne directrice de l’AUDeG
÷ Pierre Lafontaine, Ajoint chargé à l’urbanisme
de la ville du François, Élu communautaire
de l’Espace Sud Martinique
÷ Stéphane Celma, Directeur de la SM HLM
drageR
s
S
ÉSIORC
129
S
CROISÉ
s
Regard
Regards croisés
n°3 Mars 2012
Directrice de publication et de l’étude : Joëlle Taïlamé
Rédaction : Gaëlle Dupuy / Elsa Garnier
Cartographie : Cénia Borrero, Christophe Clairis, Georges Login, Gaëlle Dupuy
Photos non créditées : Photothèque ADUAM, Gaëlle Dupuy, Elsa Garnier
Mise en page : Kiron.Key, kno972, Gaëlle Dupuy, Elsa Garnier
Impression : DREAMPRINT
ADUAM
Agence D’Urbanisme et d’Aménagement de Martinique
30 boulevard du Général de Gaulle - 97 200 Fort-de-France
Tél. : 0596 71 79 77 - Fax : 0596 72 59 27
www.aduam.com
CROISÉ
S
s
Regard
s
Regard
S
CROISÉ
Cimetières
et modes d’inhumer
Agence
D’Urbanisme
et d’Aménagement
de la Martinique
A lire dans ce numéro : Regard sur la doctrine p6-9 Regard
sur les communes p11-109 Autres regards : Expériences extra
régionales, témoignges et entretiens p111-121
Regards Croisés n°1
Regards Croisés n°2
“Cimetières et modes
“Les énergies renouvelables
d’inhumer”
en Martinique”
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising