Arrêté

Arrêté
.
31 août 2013
JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
Texte 21 sur 138
Décrets, arrêtés, circulaires
TEXTES GÉNÉRAUX
MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L’EMPLOI,
DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL
Arrêté du 10 juillet 2013 relatif à la prévention des risques biologiques auxquels
sont soumis certains travailleurs susceptibles d’être en contact avec des objets perforants
NOR : ETST1314972A
Publics concernés : les travailleurs et les employeurs des secteurs de la prévention et des soins et des soins
de conservation.
Objet : la prévention des risques biologiques dans les établissements et lieux où les travailleurs sont
susceptibles d’être en contact avec des objets perforants.
Entrée en vigueur : le lendemain de la publication.
Notice : les modifications apportées par cet arrêté permettent de respecter les obligations européennes
issues de la directive 2010/32/UE du Conseil du 10 mai 2010.
Références : le présent arrêté peut être consulté sur le site Légifrance (http://www.legifrance.gouv.fr).
La ministre des affaires sociales et de la santé et le ministre du travail, de l’emploi, de la formation
professionnelle et du dialogue social,
Vu la directive 2000/54/CE du Parlement et du Conseil du 18 septembre 2000 concernant la protection des
travailleurs contre les risques liés à l’exposition à des agents biologiques au travail ;
Vu la directive 2010/32/UE du Conseil du 10 mai 2010 portant application de l’accord-cadre relatif à la
prévention des blessures par objets tranchants dans le secteur hospitalier et sanitaire conclu par l’HOSPEEM et
la FSESP ;
Vu le code du travail, notamment son article R. 4424-11 ;
Vu le code de la santé publique, notamment ses articles L. 6111-1, L. 6111-2, L. 6312-1 et R. 1335-1 à
R. 1335-8 ;
Vu le code de l’action sociale et de la famille, notamment ses articles L. 312-1 et L. 344-1 ;
Vu le code de la sécurité sociale, notamment ses articles L. 441-1, L. 441-2 et L. 441-4 ;
Vu l’arrêté du 24 novembre 2003 modifié relatif aux emballages des déchets d’activités de soins à risque
infectieux et assimilés et des pièces anatomiques d’origine humaine ;
Vu l’avis du Conseil d’orientation sur les conditions de travail (commission spécialisée relative à la
prévention des risques pour la santé au travail) en date du 16 janvier 2013 ;
Vu l’avis du comité des finances locales (commission consultative d’évaluation des normes) en date du
4 avril 2013,
Arrêtent :
Art. 1 . − Au sens du présent arrêté, on entend par :
er
Accident exposant au sang (AES) : tout contact avec du sang ou un liquide biologique contenant du sang et
comportant soit une effraction cutanée (piqûre, coupure) soit une projection sur une muqueuse (œil...) ou sur
une peau lésée. Sont assimilés à des AES les accidents survenus dans les mêmes circonstances avec d’autres
liquides biologiques (tels que liquide céphalorachidien, liquide pleural, secrétions génitales...) considérés
comme potentiellement contaminants même s’ils ne sont pas visiblement souillés de sang.
Conteneur : boîte ou minicollecteur pour déchets d’activité de soins à risques infectieux perforants tel que
défini par l’arrêté du 24 novembre 2003 modifié relatif aux emballages des déchets d’activités de soins à risque
infectieux et assimilés et des pièces anatomiques d’origine humaine.
Dispositif médical de sécurité : dispositif médical doté de mécanismes de protection intégrés dont l’objectif
est d’éviter une blessure accidentelle avec un objet perforant.
Précautions standard AES : précautions générales d’hygiène à respecter dès lors qu’il existe un risque d’AES.
Recapuchonnage : action consistant à repositionner manuellement un embout ou un capuchon sur un objet
perforant après usage.
.
.
31 août 2013
JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
Texte 21 sur 138
Art. 2. − Les dispositions du présent arrêté sont applicables aux activités de prévention et de soins et aux
activités de soins de conservation au cours desquelles des travailleurs visés à l’article L. 4111-1 du code du
travail sont susceptibles d’utiliser ou d’être en contact avec des objets perforants, que l’activité ait lieu au sein
ou en dehors de l’établissement. Il s’agit des :
1. Etablissements de santé publics et privés tels que définis aux articles L. 6111-1 et L. 6111-2 du code de la
santé publique.
2. Etablissements sociaux et médico-sociaux tels que définis aux articles L. 312-1 et L. 344-1 du code de
l’action sociale et de la famille.
3. Transports sanitaires tels que définis à l’article L. 6312-1 du code de la santé publique.
4. Etablissements qui réalisent des soins de conservation.
5. Autres lieux où sont dispensés des activités et actes de prévention, diagnostiques, thérapeutiques mais qui
ne répondent pas à la définition d’établissements de santé publics ou privés ou d’établissements sociaux et
médico-sociaux.
Art. 3. − Lorsque les résultats de l’évaluation des risques prévue aux articles R. 4423-1 à R. 4423-4 du
code du travail montrent un risque de blessure par objet perforant et d’infection, l’employeur s’assure que
l’exposition des travailleurs est évitée ou réduite, si elle ne peut être évitée, grâce aux mesures suivantes :
1. La mise en œuvre des précautions standard AES décrites à l’annexe I du présent arrêté.
2. La suppression de l’usage inutile d’objets perforants.
3. La mise à disposition de dispositifs médicaux de sécurité.
Art. 4. − L’employeur informe les travailleurs sur :
1.
2.
3.
4.
Les risques et la réglementation en vigueur relatifs à l’usage d’objets perforants.
Les bonnes pratiques en matière de prévention et les dispositifs médicaux mis à disposition.
Le dispositif de déclaration et de prise en charge des AES prévu à l’article 6 du présent arrêté.
Les procédures d’élimination des objets perforants.
Art. 5. − L’employeur organise la formation des travailleurs dès l’embauche, y compris les travailleurs
temporaires et les stagiaires, portant notamment sur :
1. Les risques associés aux AES.
2. Les mesures de prévention, y compris :
– les précautions standard AES telles que définies en annexe I ;
– les processus de travail visant à éviter ou minimiser le risque d’AES ;
– les procédures correctes d’utilisation et d’élimination des objets perforants ;
– l’importance de la vaccination ;
– l’utilisation correcte des dispositifs médicaux de sécurité conformément au mode d’emploi établi par le
fabricant et aux consignes de l’employeur.
3. Les procédures de déclaration des AES définies à l’article 6 du présent arrêté.
4. Les mesures à prendre en cas d’AES.
La formation des travailleurs sera renouvelée régulièrement, notamment en cas de modification de
l’organisation du travail ou des procédures.
Art. 6. − Sans préjudice des dispositions relatives aux déclarations d’accident du travail dans les secteurs
privés et publics, l’employeur organise :
1. La prise en charge immédiate du travailleur blessé, telle que définie à l’annexe II.
2. Les modalités d’information de l’employeur par les travailleurs de tout AES impliquant des objets
perforants.
3. Les modalités de transmission au médecin du travail des informations relatives aux causes et
circonstances de l’AES.
L’employeur, le cas échéant en lien avec le comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail,
analyse les causes et les circonstances de l’AES dans le but de mettre en œuvre les mesures de prévention
adaptées ou de les réviser.
Art. 7. − Le directeur général du travail, le directeur général de la santé et le directeur général de l’offre de
soins sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié ainsi que ses
annexes au Journal officiel de la République française.
Fait le 10 juillet 2013.
Le ministre du travail, de l’emploi,
de la formation professionnelle
et du dialogue social,
Pour le ministre et par délégation :
Le directeur général du travail,
J.-D. COMBREXELLE
.
.
31 août 2013
JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
Texte 21 sur 138
La ministre des affaires sociales
et de la santé,
Pour la ministre et par délégation :
Le directeur général
de l’offre de soins,
J. DEBEAUPUIS
Le directeur général
de la santé,
J.-Y. GRALL
ANNEXES
ANNEXE
I
PRÉCAUTIONS STANDARD AES
Des précautions générales d’hygiène doivent être appliquées dès lors qu’il existe un risque d’AES :
1. Respecter les recommandations en vigueur concernant le lavage et la désinfection des mains, notamment
lavage immédiat en cas de contact avec des liquides biologiques potentiellement contaminants.
2. Porter des gants :
– si risque de contact avec du sang ou tout autre produit d’origine humaine, avec les muqueuses ou la peau
lésée d’un patient, notamment à l’occasion de soins à risque de piqûre et lors de la manipulation de tubes
ou de flacons de prélèvements biologiques, linge et matériel souillé ;
– et systématiquement en cas de lésion cutanée des mains.
Les changer entre deux patients, deux activités.
Certaines situations peuvent nécessiter des précautions complémentaires : port de deux paires de gants
notamment pour les opérateurs au bloc opératoire, port de sous-gants résistants aux coupures pour les gestes
particulièrement à risque notamment en anatomo-pathologie.
3. Lorsqu’il y a un risque de projection de sang ou de produits biologiques potentiellement contaminants,
porter une tenue adaptée (masque chirurgical antiprojection complété par des lunettes ou masque à visière,
surblouse...).
4. Utiliser de préférence du matériel à usage unique.
5. Utiliser les dispositifs médicaux de sécurité mis à disposition.
6. Respecter les bonnes pratiques lors de toute manipulation d’instruments piquants ou coupants souillés :
– ne jamais recapuchonner les aiguilles ;
– ne pas désadapter à la main les aiguilles des seringues ou des systèmes de prélèvement sous-vide ;
– jeter immédiatement sans manipulation les aiguilles et autres instruments piquants ou coupants dans un
conteneur adapté (conforme à l’arrêté du 24 novembre 2003 modifié), situé au plus près du soin, dont
l’ouverture est facilement accessible et en ne dépassant pas le niveau maximal de remplissage ;
– en cas d’utilisation de matériel réutilisable, lorsqu’il est souillé le manipuler avec précaution et en assurer
rapidement le traitement approprié.
7. Les prélevements biologiques, le linge et les instruments souillés par du sang ou des produit biologiques
doivent être transportés, y compris à l’intérieur de l’établissement dans des emballages étanches appropriés,
fermés puis traités ou éliminés si nécessaire selon des filières définies.
ANNEXE
II
ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE APRÈS ACCIDENT EXPOSANT AU SANG (AES)
ET INFORMATION SUR LA CONDUITE À TENIR
Un dispositif de prise en charge des personnels victimes d’AES, permettant un éventuel traitement
prophylactique dans les meilleurs délais, et un suivi médical adapté, doit être organisé dans tous les
établissements, 24 heures sur 24.
L’information des personnels de santé est essentielle : la conduite à tenir pratique doit être affichée ou mise à
disposition dans tous les services.
La responsabilité de ce dispositif incombe au chef d’établissement. Il prendra conseil auprès du médecin du
travail et des instances concernées (CLIN, CHSCT...).
1. Conduite à tenir immédiate :
Piqûre, coupure, ou contact direct sur peau lésée :
– ne pas faire saigner ;
– nettoyer immédiatement la zone cutanée lésée à l’eau et au savon puis rincer ;
– puis désinfecter pendant au moins cinq minutes avec un dérivé chloré (Dakin ou eau de Javel à 2,6 % de
chlore actif diluée au 1/5), ou à défaut polyvidone iodée en solution dermique ou alcool à 70o.
Projection sur muqueuses et en particulier les yeux :
– rincer abondamment au sérum physiologique ou à l’eau (au moins cinq minutes).
.
.
31 août 2013
JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
Texte 21 sur 138
2. Evaluation du risque après AES et prophylaxie postexposition.
Un avis médical est indispensable le plus précocement possible, au mieux dans les quatre heures, pour
évaluer l’importance du risque infectieux notamment VIH, VHB et VHC et, si besoin, initier rapidement un
traitement prophylactique.
Une recherche du statut sérologique du patient source (notamment vis-à-vis du VIH par test rapide) avec
l’accord du patient doit être possible en urgence.
Dans les établissements ne disposant pas des ressources nécessaires en interne (médecin référent présent sur
place, service d’urgences fonctionnant 24 h/24...), des dispositions doivent être prises pour que le personnel
puisse bénéficier de cette évaluation du risque et si besoin d’un traitement prophylactique, au mieux dans les
quatre heures : les consignes doivent comporter les coordonnées du service d’urgence le plus proche, la
conduite à tenir, y compris la procédure permettant de quitter l’établissement au cours du poste (autorisation
administrative, relais par un autre soignant afin que la continuité des soins soit assurée...).
La coordination entre le médecin prenant en charge la personne blessée, celui du patient-source et celui
chargé du suivi est essentielle pour apporter à la victime d’un AES le plus de sécurité et le meilleur soutien
possibles.
3. Déclaration de l’accident :
L’employeur rappelle au travailleur que la déclaration de l’accident de travail doit être effectuée dans les
meilleurs délais car elle est indispensable à la garantie les droits de la victime.
4. Suivi médical et biologique :
Les personnes accidentées doivent ensuite pouvoir bénéficier d’un suivi adapté en fonction du risque évalué
afin de dépister une contamination (suivi sérologique...) et de repérer d’éventuels effets secondaires en cas de
traitement postexposition.
Il est recommandé de déclarer à l’Institut de veille sanitaire les contaminations dépistées lors du suivi.
.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising