Accessibilité et spectacle vivant - Ministère de la Culture et de la

Accessibilité et spectacle vivant - Ministère de la Culture et de la
21/01/09
10:45
Page 1
Destiné à l’ensemble des professionnels
du spectacle vivant, ce guide, conçu comme
un outil pratique, a pour objectif de favoriser
l’accessibilité des lieux et de l’offre culturelle.
Il éclaire sur les enjeux liés aux questions
d’accessibilité.
Il rappelle les obligations réglementaires.
Il informe sur les différentes situations
de handicap.
Il apporte des conseils pour l’accueil d’artistes
en situation de handicap.
Il recense également les bonnes pratiques,
les savoir-faire et les avancées observées
au sein des structures culturelles dédiées
au spectacle vivant.
Accessibilité et spectacle vivant
• Couv_handicap_2008_BAT_der-dos:Mise en page 1
Accessibilité
et spectacle vivant
Guide pratique
Le guide est accessible en ligne :
http://www.culture.gouv.fr/handicap
ISBN 978-2-917677-00-1
L E S
Les temps pour vivre ensemble
É D I T I O N S
9 782917 677001
Ministère de la Culture et de la Communication
Accessibilité
et spectacle vivant
Guide pratique
Une collection de guides pratiques
Le ministère de la Culture et de la Communication a entrepris la réalisation d’une série de guides pratiques de l’accessibilité. Après le premier volume, de portée générale, paru en février 2007, ce deuxième volume est consacré au spectacle vivant.
La publication de ces guides est coordonnée par la Mission pour le développement des publics à la Délégation au développement et aux affaires internationales.
Version en ligne, respectant les normes d’accessibilité : http://www.culture.gouv.fr/handicap
Le guide Accessibilité et spectacle vivant est une coréalisation du ministère de la Culture et de la Communication et du
Centre national de ressources pour l’accessibilité des loisirs et de la culture (Cemaforre). Il est soutenu par le Fonds social
européen (programme Equal : « Les temps pour vivre »).
Remerciements
Ce guide n’aurait pu être réalisé sans l’aide précieuse :
– du comité de pilotage qui a accompagné la rédaction de cet ouvrage : René Bruneau, UNISDA (Union nationale pour
l’insertion sociale des déficients auditifs) ; Francine Chalengeas, association Clair-Obscur ; Roger Chatelard, APAJH (Association pour adultes et jeunes handicapés) ; Philippe Fangeas, Association française des orchestres ; Alain Faure,
UNAPEI (Union nationale des amis et parents d’enfants inadaptés) ; Claude Godard, Centre des monuments nationaux ;
Christian Hérouard, scène nationale de Sceaux Les Gémeaux ; Stéphane Judé, IVT (International Visual Theatre) ;
Gillette Labory, AVH (association Valentin-Haüy) ; Frédéric Ledu, association Accès-Culture ; Nicolas Noël, association Têtines et Biberons ; Andrée Pascaud, Théâtre national de Strasbourg ; Anne-Edith de Penguern, Direction de la
musique, de la danse, du théâtre et des spectacles ; Gérard Prier, APF (Association des paralysés de France) ;
Laetitia Bertholet, Archimed ; Emmanuelle Schweig, Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France ;
– de ceux qui ont répondu positivement aux demandes d’interviews : Fabien Jannelle, ONDA (Office national
de diffusion artistique) ; Frédéric Ledu, Accès-Culture ; Andrée Pascaud, Théâtre national de Strasbourg ;
– des établissements culturels et des prestataires qui ont fourni les photos et les documents d’illustration ;
– des référents culture des associations représentatives des personnes handicapées ;
– des correspondants handicap des services déconcentrés du ministère.
Responsable de la publication
Anne Minot, chef du bureau de l’éducation et des pratiques
artistiques et culturelles pour la Direction de la musique,
de la danse, du théâtre et des spectacles.
Coordination éditoriale
Sandrine Sophys-Veret, chargée de mission,
correspondante générale de la mission Culture et Handicap
pour la délégation au développement et à l’action internationale.
Conception, rédaction et suivi de réalisation
André Fertier, Myrha Govindjee, Dominique Carliez
(Cemaforre)
Collaborations
Patrick Facchinetti (Cultures, publics et territoires)
Emma Bockor (DMDTS)
Nadhia Sahmi (cabinet Handigo)
Conception graphique,
assistance à l’édition et direction artistique
Sophie Costamagna
Accessibilité
et spectacle vivant
Guide pratique
Secrétariat de rédaction et mise en pages
Marie-Christine Gaffory / Callipage
Impression
Castueras Industrias Graficas, S.A.
Imprimerie Laville (braille)
Dépôt légal : janvier 2009
ISBN : 978-2-917677-00-1
Ministère de la culture et de la communication / collection culture et handicap / 2
4
5
Préface
Christine Albanel
Ministre de la culture et de la communication
Voici le deuxième volume de la collection programmée par le ministère
grande inventivité. Il faut maintenant que toute structure de diffusion du spectacle vivant
pour guider les équipes professionnelles dans la mise en œuvre de la
construise durablement une meilleure qualité d’accueil et d’offre culturelle pour tous.
loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la
Le chantier est vaste, les enjeux sont ceux de la démocratisation culturelle et de
participation et la citoyenneté des personnes handicapées. Il est
l’élargissement des publics.
l’occasion pour le ministère de réaffirmer son engagement dans cette
Le guide Accessibilité et spectacle Vivant a pour but de guider les équipes des structures
mise en œuvre en éclairant les problématiques du spectacle vivant.
de diffusion dans la démarche d’accessibilité pour tous.
Permettre à chacun, qu’il soit spectateur ou acteur, de se sentir accueilli
Sa réalisation est le fruit d’une collaboration étroite entre la DMDTS et le Centre national
dans les lieux de spectacles et de pouvoir rencontrer les œuvres et les
de ressources pour l’accessibilité des loisirs et de la culture (Cemaforre), responsable
artistes, dans un climat de convivialité et de partage des différences,
de sa rédaction, sous le regard vigilant de représentants de professionnels de la diffusion
telle est la responsabilité donnée par la loi aux établissements de
et des associations de personnes handicapées.
création et de diffusion qui remplissent une mission de service public.
Je souhaite que cet ouvrage donne envie à toutes les équipes professionnelles concernées
De nombreuses équipes se sont déjà mises au travail et font preuve d’une
de s’engager dans cette voie et qu’il facilite leur démarche en ce sens.
6
7
Accessibilité
et spectacle vivant
Ce guide a pour objectif d’accompagner les établissements
du spectacle vivant dans leurs nouvelles responsabilités :
Au fil des années,
s’est affirmée la prise
de conscience de la
nécessité de prendre
en considération les
personnes
handicapées en
respectant leurs
droits.
En 1993,
le droit des personnes
handicapées à
accéder à la vie
culturelle est rappelé
solennellement par les
Nations unies dans la
résolution 48/96.
En 2002,
cette exigence est
introduite dans la loi
française de
modernisation.
En 2005,
cette obligation
est précisée dans
ses modalités
d’application dans
la loi du 11 février
pour l’égalité des
droits et des chances,
la participation
et la citoyenneté
des personnes
handicapées.
• Éclairer les enjeux liés aux questions d’accessibilité
• Présenter la réglementation et ses implications pour
le spectacle vivant
• Informer sur les démarches à suivre
• Donner des exemples de réalisation
• Indiquer les ressources disponibles et favoriser ainsi
une meilleure intégration des personnes handicapées
dans la vie des établissements du spectacle vivant.
Table des matières
Qu’est-ce que l’accessibilité ?
Mieux connaître les publics en situation de handicap
12
L’accessibilité, un concept élargi
80
Comment définit-on le handicap ?
14
L’accessibilité, une obligation légale
82
Les grandes familles de handicap
16
Que veut dire « être accessible » pour un lieu de spectacle ?
86
Handicaps invisibles et trompeurs
18
Comment rendre son établissement accessible ?
88
Handicaps limités dans le temps
Politique des publics
24
Inciter et solliciter
26
Informer et communiquer
34
Accueillir
Mise en conformité de l’établissement
92
106
Normes réglementaires
Mise en application de la loi
Pour résumer
Accessibilité des spectacles
108
Quatre grands principes d’action
44
Les spectacles naturellement accessibles
46
Les aides techniques et humaines
50
Les modalités de mise en œuvre
112
Les dispositifs de collaboration
54
Des spectacles à la rencontre des publics
116
Les partenaires institutionnels
118
Les associations nationales représentatives
des personnes en situation de handicap
120
Les institutions sanitaires et sociales
126
Les pôles nationaux de ressources
127
Les réseaux
128
Les portails Internet
129
Les festivals « culture et handicap »
130
Se documenter
136
Textes de référence, quelques repères
Trouver des soutiens et des conseils
L’offre d’actions culturelles
58
Médiations autour des spectacles
60
Pratiques artistiques
Programmer des artistes en situation de handicap
64
Repérer les artistes en situation de handicap
74
Préparer l’accueil des artistes en situation de handicap
76
Communiquer sur ces spectacles
Qu’est-ce que
l’accessibilité ?
« L’accessibilité permet l’autonomie et la participation
12
L’accessibilité, un concept élargi
des personnes ayant un handicap, en réduisant, voire supprimant, les
14
L’accessibilité, une obligation légale
16
Que veut dire « être accessible »
pour un lieu de spectacle ?
18
Comment rendre son établissement
accessible ?
discordances entre les capacités, les besoins et les souhaits d’une
part, et les différentes composantes physiques, organisationnelles et
culturelles de leur environnement d’autre part.
L’accessibilité requiert la mise en œuvre des éléments
complémentaires, nécessaires à toute personne en incapacité
permanente ou temporaire pour se déplacer et accéder librement et en
sécurité au cadre de vie ainsi qu’à tous les lieux, services, produits et
activités.
La société, en s’inscrivant dans cette démarche d’accessibilité, fait
progresser également la qualité de vie de tous ses membres. »
(Définition de l’accessibilité. Une démarche interministérielle.
Septembre 2006, Délégation interministérielle aux personnes handicapées)
13
12
Les établissements culturels, dans une exigence de « Qualité
d’usage pour tous », s’engagent à prendre en considération toutes
les situations de handicap auxquelles pourraient être confrontés
des publics sur le plan visuel, auditif, mental, cognitif, psychique,
moteur et ce, quelles qu’en soient les origines.
L’accessibilité,
un concept élargi
L’accessibilité est une exigence de démocratisation culturelle
et d’élargissement des publics.
Elle concerne l’ensemble de l’établissement pour le cadre
bâti, l’information et l’offre artistique et culturelle.
Il s’agit d’aménager toutes les conditions permettant à tous de
participer à l’ensemble des activités avec le plus d’autonomie
possible.
Elle permet un meilleur confort pour tous : rendre accessible
les lieux culturels, favoriser leur qualité, leur confort d’usage
ainsi que leur sécurité bénéficient non seulement aux personnes dites « handicapées » mais aussi à l’ensemble des
publics.
Elle prend en compte une grande diversité de populations :
• personnes malades atteintes de sclérose en plaque se déplaçant parfois en fauteuil roulant,
• personnes accidentées de la route traumatisées crâniennes
gênées dans leur élocution,
• enfants, de par leur taille, ayant des difficultés pour voir un
spectacle,
• personnes âgées sujettes à la fatigabilité et ne pouvant rester
longtemps debout dans les files d’attente,
• personnes souffrant d’illettrisme ayant du mal à comprendre
des programmes.
15
14
La Loi n°2005-102 du 11 février 2005 « Égalité des droits et des chances,
la participation et la citoyenneté des personnes handicapées »
pose des obligations d’accessibilité au regard de tous types de handicaps
pour le cadre bâti, l’information et les prestations.
L’accessibilité,
La loi handicap
du 11 février
2005 remodèle
fortement
le cadre général
des politiques
en direction
des personnes
handicapées et,
notamment,
les dispositions
légales en
matière
d’accessibilité.
une obligation légale
Un vaste espace devant le
théâtre Silvia-Monfort permet
aux personnes en fauteuil de
se mouvoir aisément parmi les
autres spectateurs.
Dans la salle de l’Opéra de Rennes, des
spectateurs mal voyants s’apprêtent à
assister à la représentation de Cosi fan tutte
de Mozart. Un casque à infrarouges leur
permettra de suivre l’œuvre grâce à
l’audiodescritpion.
À Bobigny, un arrêt de bus
placé devant l’entrée de la
scène de musiques actuelles ;
des bornes repérables et
espacées permettent un
passage aisé et sécurisé.
Placé proche de l’instrument, ce petit garçon
sourd peut percevoir les vibrations et jouir
de la musique à sa façon.
Une borne multisensorielle Kartelbraille
permet de se repérer et de s’orienter.
Cadre bâti
Information numérique
« Les dispositions architecturales, les aménagements et équipements intérieurs et
extérieurs des locaux d’habitation, qu’ils soient la propriété de personnes privées ou
publiques, des établissements recevant du public, des installations ouvertes au public
et des lieux de travail doivent être tels que ces locaux et installations soient accessibles à tous, et notamment aux personnes handicapées, quel que soit le type de handicap, notamment physique, sensoriel, cognitif, mental ou psychique […] »
« Les services de communication publique en ligne des services de l’État, des collectivités territoriales et
des établissements publics qui en dépendent doivent être accessibles aux personnes handicapées.
L’accessibilité des services de communication publique en ligne concerne l’accès à tout type d’information
sous forme numérique quels que soient le moyen d’accès, les contenus et le mode de consultation. Les recommandations internationales pour l’accessibilité de l’internet doivent être appliquées pour les services de
communication publique en ligne. […] » Loi n° 2005-102 – article 47
Loi n° 2005-102 — Articles 41 à 43 et 51
Prestations
Information
« L’information destinée au public doit être diffusée par des moyens adaptés aux différents handicaps. Il peut être fait recours aux nouvelles technologies de la communication et à une signalétique adaptée. » Loi n° 2005-102 – Art. L. 111-7-3.
« Lorsque des informations permanentes sont fournies aux visiteurs par le moyen d’une
signalisation visuelle ou sonore, celles-ci doivent pouvoir être reçues et interprétées
par un visiteur handicapé. Les éléments d’information et de signalisation doivent être
visibles et lisibles par tous les usagers. En outre, les éléments de signalisation doivent
être compréhensibles notamment par les personnes atteintes de déficience mentale.
Seules les informations fournies de façon permanente aux usagers sont concernées. »
Arrêté du 1er août 2006 – annexe 3
« […] de se repérer, de communiquer et de bénéficier des prestations en vue desquelles cet établissement
ou cette installation a été conçu. Les conditions d’accès des personnes handicapées doivent être les mêmes
que celles des personnes valides ou, à défaut, présenter une qualité d’usage équivalente. »
Loi n° 2005-102 — Décret du 17 mai 2006 : Article 4 — Art. R. 111-19-2.
La mise en application de ces obligations est fixée dans le temps
« Les établissements recevant du public existants devront répondre aux exigences dans un délai, fixé par
décret en Conseil d’État, qui pourra varier par type et catégorie d’établissement, sans excéder dix ans à compter de la publication de la loi du 11 février 2005. »
Un calendrier précis et les démarches à suivre figurent dans le chapitre « Mise en conformité » p.107.
17
16
L’accessibilité concerne la structure culturelle
et son milieu d’implantation.
Que veut dire
« être accessible »
Au Centre national de
la danse, un plan
incliné permet
d’accéder aux cinq
étages du bâtiment.
Un élévateur dans
un théâtre parisien
récemment rénové.
Permettre l’accès
à l’établissement,
à l’information,
aux activités.
pour un lieu de spectacle ?
La Maison de la culture
de Grenoble, MC2,
accueille les spectateurs
handicapés.
Au théâtre SiliviaMonfort, des marches
bien éclairées pour
le confort de tous.
Les exigences de l’accessibilité
L’accessibilité ne se réduit pas à celle de l’intérieur de l’établissement
Un lieu de spectacles est dit accessible au public handicapé lorsque celui-ci peut
accéder :
• comme les autres publics à l’information sur les spectacles et les activités du lieu :
cela suppose une politique de communication adaptée,
• aux différents espaces du bâtiment, depuis ses abords jusqu’à la salle de spectacle :
cela suppose des aménagements particuliers et adaptés aux différents handicaps tout
au long de la chaîne de déplacement,
• aux œuvres présentées et aux actions de médiation favorisant la compréhension de
celles-ci : cela suppose une réflexion sur la programmation, la mise en place de
régies de spectacles adaptées, des dispositifs techniques et de médiation humaine,
• au débat, aux outils de la pensée, au discours critique, à l’échange culturel, à la parole
citoyenne : cela peut se faire par l’accueil de personnes en situation de handicap
dans les activités pour tous ou encore par des actions menées spécialement à leur
intention,
• aux pratiques artistiques en tant qu’acteur, aux pratiques professionnelles comme
aux pratiques en amateur.
L’accessibilité s’apprécie dans une globalité qui permet le déplacement d’un endroit à un autre. Elle se
construit comme une chaîne d’accessibilités successives. Lorsque cette chaîne est coupée, l’accessibilité globale est remise en cause.
La mise en accessibilité d’une structure de diffusion doit donc s’intégrer dans l’ensemble des mesures de
mise en accessibilité de la commune où elle est implantée, puisqu’elle doit permettre la non-rupture de la
chaîne de cheminement des personnes en situation de handicap.
Une concertation à tous les niveaux doit être mise en œuvre.
Il est important, en particulier, de solliciter le milieu associatif et de vérifier avec son aide que les aménagements pour un type de handicap n’engendrent pas une gêne pour un autre type de handicap.
19
18
Pour réussir la mise en accessibilité de son établissement :
s’engager dans une approche globale, structurée, planifiée,
mobilisant l’ensemble du personnel, inscrite dans une
dynamique de coopération avec des acteurs concernés sur
son territoire d’implantation.
Comment rendre
son établissement
Une réunion de l’équipe
pour préparer la venue
d’artistes, au Centre de
réadaptation « Les
Baumes » à Valence.
Un distributeur accessible
à tous.
accessible ?
Accueil d’enfants à
l’Espace Culture
Multimédia de Poitiers.
Accueil personnalisé
d’un spectateur
aveugle.
Un ascenseur avec des
boutons de commande en
gros caractère,
en braille et sonorisé.
Une démarche
dans laquelle
doit s’engager
tout
établissement.
Réaliser l’état des lieux de l’accessibilité de son établissement
Mobiliser l’ensemble du personnel autour d’un projet concerté
L’état des lieux permet de connaître la réalité de l’accessibilité de l’établissement et
de définir un cadre pour la recherche de réponses appropriées afin d’améliorer globalement son confort d’usage. Il s’agit là de se poser les questions essentielles quant
aux possibilités offertes par la structure aux personnes handicapées.
La personne handicapée, qu’elle soit spectateur, participant à des activités, ou artiste
programmé, doit pouvoir accéder aux bâtiments et à ses espaces, se déplacer d’un point
à l’autre, se repérer, s’orienter, comprendre l’espace, utiliser les équipements pour accéder à l’offre, communiquer et participer, être et se sentir en sécurité, se reposer.
La motivation et l’initiative personnelle sont souvent à l’origine de projets développés en direction des personnes en situation de handicap.
Afin d’inscrire le projet de manière pérenne dans la politique culturelle de l’établissement, son initiateur
doit rechercher l’adhésion de l’ensemble des services.
Accueillir et proposer des actions culturelles et artistiques aux publics en situation de handicap nécessitent
de considérer un ensemble de données : le cadre bâti, l’accueil, l’offre culturelle, les modalités de communication et d’information, les démarches partenariales.
Prendre en compte les divers handicaps dans toutes les mesures
et les actions destinées au public
Cette démarche est nécessaire pour tout aménagement architectural, programmation de spectacles et activités, action de communication...
Mettre en place des dispositifs spécifiques pour un ou plusieurs types
de handicap
Certaines formes de handicap nécessitent la mise en place de dispositifs spécifiques
comme le sous-titrage pour le public sourd et malentendant, un accueil adapté pour
des personnes handicapées mentales...
Nommer un référent dans l’établissement
Tous les établissements culturels qui ont réussi dans la mise en œuvre d’une dynamique forte de prise en considération des publics en situation de handicap se sont appuyés sur la nomination d’une personne référente.
Celle-ci est une personne ressource pour ses collègues sur la question de l’accessibilité et des publics en
situation de handicap.
Elle assure le suivi de la mise en œuvre d’une politique cohérente d’accueil des personnes handicapées dans
l’établissement (bilans des actions engagées, points sur les projets à venir, recueil des besoins particuliers…).
Elle est l’interlocutrice privilégiée pour les partenaires et les personnes en situation de handicap qui sollicitent l’établissement. Elle s’assure de la prise en compte des besoins des personnes en situation de handicap dans tous travaux d’aménagement et dans toutes prestations proposées par l’établissement.
21
20
Comment rendre
son établissement
Stage de formation
« Musique et surdité » au
conservatoire de
Montmorency organisé par
l’association MESH dans
le Val-d’Oise.
Signaler les différents
espaces fonctionnels par
de gros caractères facilite
le repérage des lieux (hall
du CNHI).
Pour rendre un
lieu de spectacle
accessible, il est
nécessaire de
s’inscrire dans
une véritable
« chaîne de
l’accessibilité
culturelle ».
accessible ?
Une rampe d’accès
pour circuler
en toute autonomie
dans les espaces.
Des studios de
répétition de plain-pied
à la scène de
musiques actuelles de
Bobigny.
Au Pari, à Tarbes,
un ascenseur
ouvert sur la rue
double l’entrée
normale du théâtre.
Des pictogrammes
pour identifier les
services proposés.
S’inscrire dans une dynamique de coopération d’acteurs
Penser le projet dans le temps
Pour être pleinement accessible aux personnes en situation de handicap et favoriser
leur venue, l’établissement doit s’inscrire dans une démarche partenariale.
L’accessibilité culturelle pour une personne en situation de handicap – souvent plus
isolée et dépendante que d’autres publics – mobilise une chaîne d’acteurs dont
chaque maillon est nécessaire et dont chaque rupture freine, voire annule l’accessibilité finale. On ne peut donc se contenter de penser l’accessibilité à l’intérieur de l’établissement. Celui-ci doit travailler en réseau :
• avec la collectivité pour construire une chaîne de déplacement permettant aux personnes d’aller de chez elles à l’établissement (accessibilité de la rue de l’établissement,
transports pour y être conduites, parkings pour se garer…) ;
• avec les institutions d’accueil sanitaires et médico-sociales, les services d’aide et de
soins à domicile, les prestataires spécialisés en aides techniques et médiations adaptées, les services de transports adaptés, les organismes de financements de la compensation des handicaps.
Développer un projet et l’inscrire dans la durée nécessitent de s’entourer de plusieurs
acteurs extérieurs afin de bénéficier de leur regard critique, de leur expertise, de leurs relais
d’information, et aussi de moyens humains, logistiques ou financiers complémentaires.
L’amélioration de l’accueil des publics handicapés peut être très variable d’une structure culturelle à une
autre. Elle dépend notamment des nécessités de modifications du cadre bâti, des besoins en formation, en
équipements.
Des manifestations et opérations ponctuelles peuvent parfois faciliter le développement des projets (achat
d’un plan incliné, mise en place de partenariats, mise en accessibilité d’un site Internet…).
On ne peut pas toujours réaliser en une seule fois le projet idéal. Une période de tests est nécessaire. Il
convient de relever les impossibilités et les dérogations éventuelles, ainsi que les compensations obligatoires
en cas de dérogation.
Dans tous les cas, il est nécessaire de bien connaître l’ensemble des actions à mettre en œuvre afin d’être
à même de planifier des étapes permettant d’aboutir à une accessibilité globale et satisfaisante de l’établissement culturel. C’est l’objet du diagnostic des conditions d’accessibilité de l’établissement : ce dernier doit
être mené dans la concertation et implique l’ensemble des professionnels de l’institution culturelle en lien
avec les partenaires ressources (comme les associations représentatives des personnes en situation de
handicap).
Politique
des publics
La majorité des personnes en situation de handicap
24
Inciter et solliciter
ne fréquente pas les lieux de spectacle.
26
Informer et communiquer
Les raisons en sont multiples : manque d’informations
34
Accueillir
sur la programmation, incertitude sur les conditions
d’accessibilité des lieux et des spectacles,
sur l’accueil qui leur sera réservé, gêne par rapport
à leur handicap…
Un établissement ne peut se contenter d’accueillir
les personnes qui se présentent.
Il se doit d’avoir une politique des publics incitative.
25
24
Des rencontres
culture et handicap
organisées par
des villes comme
Nancy et
Rueil-Malmaison.
Une approche active et volontaire
favorisera la venue des personnes
en situation de handicap
et de leurs accompagnateurs
au sein des structures culturelles.
Inciter et solliciter
Pour inciter des personnes ou des groupes de personnes handicapées à venir assister à un spectacle ou prendre part à une action culturelle, on peut proposer :
Une politique tarifaire adaptée
Cette politique
se traduira dans
les différents
domaines d’action
de l’établissement :
l’information et
la communication,
l’accueil,
la programmation
et les régies,
la politique
d’action culturelle…
• pour les groupes de personnes venant d’institutions d’accueil ;
• pour les personnes étant dans l’obligation d’être accompagnées pour se rendre au
spectacle ;
• pour les personnes n’ayant pas le choix de leurs places car contraintes à des emplacements précis dans la salle de spectacle…
Des aménagements d’horaires
Pour les personnes en situation de handicap dépendant des contraintes horaires de certains établissements d’accueil, de services d’accompagnement ou de transports adaptés.
Des mesures facilitatrices
• proposer régulièrement un accueil en langue des signes pour les personnes sourdes ;
• convenir de modalités d’accueil personnalisées pour des groupes de personnes
âgées en perte d’autonomie ou handicapées mentales ;
• collaborer avec des associations afin de mutualiser les moyens humains pour l’accompagnement des personnes aveugles.
Des manifestations spécifiques sur le thème du handicap
Il peut être intéressant de proposer des manifestations spécifiques sur le thème du handicap au cours desquelles sont programmés des spectacles réalisés avec des artistes
handicapés ou intégrant dans leurs propos la particularité de tel ou tel handicap : les
spectacles dans le noir, les spectacles en langue des signes, ceux qui intègrent des
artistes handicapés mentaux…
De nombreuses expériences sont menées depuis quelques années dans ce sens.
Elles permettent au public de découvrir d’autres formes artistiques, d’autres artistes,
favorisent la venue des publics handicapés qui n’ont pas souvent l’habitude de se
rendre dans les lieux de diffusion artistique et créent une mixité de publics intéressante pour la vie de l’établissement.
Lorsqu’Emmanuelle
Laborit est
programmée, elle
mobilise un public
sourd qui découvre,
souvent pour la
première fois, des lieux
culturels, comme ce
fut le cas à La Filature
de Mulhouse.
L’opéra de Lyon
propose dans sa
brochure de saison
des séances spéciales
pour les personnes
handicapées visuelles
et malentendantes
avec une tarification
adaptée.
27
26
Afin que les personnes en situation de handicap puissent
bénéficier des propositions des structures culturelles,
les informations les concernant doivent leur être accessibles.
Informer et communiquer
LES PICTOGRAMMES
Ils permettent d’attirer l’attention.
Ils sont très utiles dans tous les supports
de communication et pour la signalétique.
Il n’existe pas de pictogramme
standardisé. Il faut veiller dans le choix à
la compréhension la plus aisée.
Personne malvoyante
ou aveugle
Personne
malentendante
Personne handicapée
moteur
Personne en situation
de handicap mental
Langue des signes
Personne avec enfant
en poussette
Caisse/comptoir
accessible
aux personnes
handicapées moteur
Information pour
les personnes
malentendantes
Les différents supports
Supports habituels de communication
Intégrer
un pictogramme
et un contact
dans tous les
documents
permet de toucher
un public large.
Les personnes en situation de handicap souhaitent pouvoir trouver sur les supports
habituels de communication distribués par les structures (affiches, plaquettes et programmes de saison, site Internet) l’accessibilité réelle du bâtiment, des informations
sur les spectacles et les activités qui leur sont accessibles.
Une phrase ou l’utilisation de pictogrammes peuvent parfois suffire à informer de
l’accessibilité des lieux et des spectacles pour tel ou tel handicap. Il est utile également de mentionner les modalités d’accueil (accès secondaire, nécessité de venir à
l’avance, procédures particulières pour les groupes…), les aménagements d’horaires
ou des tarifs possibles, les médiations culturelles proposées ainsi que le nom des personnes chargées des réservations et leurs coordonnées précises (téléphone, télécopie,
courriel, adresse, horaires).
Documents et supports spécifiques
Pour faciliter la venue des publics en situation de handicap, une politique de communication dédiée est nécessaire. Plusieurs établissements éditent des documents d’information spécifiques destinés à tel ou tel public handicapé et distribués dans les circuits adaptés.
Ils favorisent ainsi la création de réseaux de proximité suscitant des liens pérennes
avec les structures partenaires du domaine du handicap.
Pour rendre accessible l'information
• Utiliser des contrastes de couleurs, des caractères agrandis, intégrer le braille pour
les personnes malvoyantes ou aveugles.
• Rédiger en langage simple et faire appel à l’image pour les personnes ne maîtrisant
pas la langue française.
• Proposer des documents sonores.
La Cité de la musique
édite des brochures
adaptées pour les
personnes aveugles ou
malvoyantes.
29
28
Loi n° 2005-102 –
Article 47
Les services de
communication
publique en ligne
des services de l’État,
des collectivités
territoriales et des
établissements
publics qui en
dépendent doivent
être accessibles aux
personnes
handicapées.
L’accessibilité des
services de
communication
publique en ligne
concerne l’accès
à tout type
d’information sous
forme numérique
quels que soient le
moyen d’accès, les
contenus et le mode
de consultation.
Le Théâtre 13 à Paris
a créé un espace « non
voyant » dès la page
d’accueil de son site.
Les recommandations
internationales pour
l’accessibilité de
l’Internet doivent être
appliquées pour
les services de
communication
publique en ligne.
QUELQUES PORTAILS INTERNET GÉNÉRALISTES ET SPÉCIALISÉS
Informer et communiquer
Sites Internet
Un outil
particulièrement
adapté.
Les personnes en situation de handicap rechercheront sur Internet toutes les indications concernant l’accessibilité d’une structure culturelle, son cadre bâti, sa programmation, ses activités. Une visite virtuelle du bâtiment en ligne, une phrase ou
l’utilisation de pictogrammes peuvent rendre ces informations accessibles aux visiteurs mais encore faut-il que le site Internet de l’établissement soit consultable de
manière adéquate quel que soit le contexte dans lequel se trouve l’utilisateur, son handicap, la configuration de son matériel ou de ses logiciels.
Des conseils pour rendre accessible le site Internet
Penser à
l’accessibilité
dès la conception.
Pour concevoir un site Internet accessible, un développeur peut prendre connaissance
des règles standards en vigueur pour utiliser correctement des balises du langage html
et des feuilles de style (norme WCAG-1.0 de la WAI - Initiative pour l’accessibilité du
Web- du W3C World Wide Web Consortium - site en anglais : http://www.w3.org/WAI/).
Une procédure de vérification de la bonne application de ces règles est rendue possible grâce au validateur W3C (site en anglais : http://validator.w3.org/).
Quelques éléments de repères sont listés ci-après sans exhaustivité :
• utiliser des contrastes de couleurs pour une lecture aisée ;
• offrir un mode d'emploi du site dédié aux internautes en situation de handicap ;
• offrir des aides à la navigation : raccourcis clavier, liens pour les internautes qui utilisent les synthèses vocales ou les plages braille ;
• détailler les possibilités de personnalisation d’affichage ;
• prévoir un espace dédié proposant l’information en langue des signes française
(LSF) ;
• présenter pour les images des textes alternatifs pertinents pour les internautes
aveugles.
http://www.handicap.culture.gouv.fr
site institutionnel du ministère de la culture
http://www.cemaforre.asso.fr
portail de l’accessibilité des loisirs et de la culture
http://www.jaccede.com
portail recensant les lieux accessibles
http://www.yanous.com
magazine électronique d’informations sur le handicap
et un important agenda culturel
http://www.magazine-declic.com
toute l’information du handicap
http://www.lefondstheatralsonore.com
Le site du Fonds théâtral sonore permet à tous ceux qui
ne peuvent pas ou plus lire d’accéder, par l’intermédiaire
d’une synthèse vocale, aux ouvrages et aux informations
sur le théâtre
http://www.w3.org/wai
recommandations de mise en accessibilité des sites
web pour tous
http://jqsaw.w3.org/css-validator
validateur html et CSS du W3C pour les CSS
et http://validator.w3.org pour le code (x)html
http://www.etre-handicap-info.com
magazine d’informations du handicap
http://www.smile.fr/publications/livres-blancs
Livre blanc Smile, un recueil de 121 « bonnes pratiques
du web »
http://www.franceguide.com
informations sur l’hébergement, les loisirs et le tourisme
http://www.webcredible.co.uk/user-friendly-resources
Web Usability Guide
http://www.agevillage.com
informations concernant les personnes âgées
dépendantes
http://www.accessiweb.org
Centre de ressources et de recherche sur l’accessibilité
du web
http://inscvf.kinoadev.com/fr
Label Vue pour le confort de lecture des sites
31
30
Informer et communiquer
Les relais locaux
Divers organismes peuvent être des partenaires efficaces pour relayer l’information
en direction des personnes handicapées :
• les associations représentatives de personnes en situation de handicap ;
• les centres de ressources spécialisés dans le handicap ;
• les associations et pôles ressources spécialisés dans le domaine « loisirs, culture et
handicap » ;
• les institutions d’accueil des secteurs sanitaire et médico-social ;
• les services d’aide et de soins à domicile.
Pour connaître les contacts de ces organismes-relais, on peut s’adresser aux Centres
communaux d’action sociale (CCAS), aux missions handicap des communes et aux
Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH).
Les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)
Il existe dans chaque département une MDPH, guichet unique chargé de l’accueil, de
l'information, de l'accompagnement des personnes handicapées et de leurs familles
pour leur projet de vie. Leur service d’information peut être un relais utile.
La presse spécialisée
L’information peut être également relayée par la presse spécialisée : les revues Être,
Déclic, Faire Face, Info-Fax des sourds…
DEUX MDPH ACTIVES POUR L’ACCÈS À LA CULTURE
Dans le Loiret, a été créé le « pôle culture
MDPH 45 » qui a pour missions :
– d’informer, sensibiliser les personnes en
situation de handicap sur leurs droits et les
offres en matière de loisirs et de pratiques
culturelles,
– d’apporter un appui aux équipes
pluridisciplinaires et membres des
instances techniques et décisionnaires de
la MDPH dans le traitement des
problématiques touchant les loisirs et la
culture.
La conception et l’animation de ce pôle ont
été confiées par le conseil général
du Loiret à Cemaforre. L’ensemble
des acteurs concernés par ces questions
(secteurs culturel, sanitaire, médico-social)
est impliqué dans cette dynamique.
http://www.cemaforre.asso.fr
En Seine-Maritime
Le Groupement pour l’insertion des
handicapés physiques de Haute-Normandie
(Rouen) qui a mis en place son « pôle de
ressources Loisirs Culture et Handicap » l’a
inscrit dans le cadre d’un partenariat avec
la MDPH de Seine Maritime par convention.
http://www.gihp76.asso.fr/pages/Pole-deressources.htm
33
32
Informer et communiquer
Les contacts privilégiés à établir avec les partenaires
Intégrer ces nouveaux partenaires dans les mailings
et les inviter aux inaugurations, ouvertures de saison, premières…
La convivialité de ces manifestations suscite l’échange avec les personnels du secteur
sanitaire, médico-social et permet d’évoquer d’éventuels partenariats.
Organiser des réunions d’information dédiées
De nombreuses structures culturelles invitent chaque année en début de saison les
représentants des établissements scolaires ou des comités d’entreprise afin de leur présenter leur programmation. Certaines d’entre elles entreprennent une démarche analogue en direction des représentants des structures d’accueil du secteur médicosocial et sanitaire de proximité.
Il peut être intéressant pour les lieux culturels d’organiser des échanges permettant
de mobiliser des représentants de personnes handicapées. Il est nécessaire, dès lors,
de penser à rendre ces rencontres accessibles (traduction en langue des signes, documents adaptés…).
Une convention
pour un meilleur
accès à la culture
La Filature, scène
nationale de Mulhouse,
a signé une convention
avec 18 partenaires
parmi lesquels
des associations
de personnes
handicapées.
Cette initiative
institutionnalise
un circuit de diffusion
de l’information
et offre un dispositif
tarifaire avantageux.
35
34
L’ensemble du personnel doit anticiper la venue des personnes
Un placement adapté pour chacun
en situation de handicap. Il doit connaître leurs besoins afin de
leur garantir un accueil adapté et de qualité.
Accueillir
Pour garantir un accueil et un confort d’écoute et de vision aux personnes
en situation de handicap, leur placement doit être étudié.
• à proximité de la scène
sera appréciée des personnes
malvoyantes, des personnes âgées,
des personnes sourdes,
• près de la sortie
pour les personnes handicapées
mentales ou psychiques qui
souhaitent parfois rester groupées.
Préparer l’accueil
Identifier les besoins et conseiller les publics
Lors de la réservation des places, le personnel peut recueillir les besoins des publics
en situation de handicap et leur apporter des conseils.
Il peut ainsi les informer de manière précise et fiable :
• du niveau d’accessibilité de l’établissement culturel et de ses alentours (proximité
et accessibilité des transports en commun, emplacements GIG-GIC, facilités de dépose
et de stationnement, itinéraire bis…),
• de l’aide dont ces spectateurs peuvent bénéficier sur place.
Il peut en outre les renseigner sur :
• le placement adapté dans la salle qui garantisse un meilleur confort,
• l’heure à laquelle il est préférable que ces spectateurs se présentent afin qu'ils
puissent être aidés pour gravir une marche, être accompagnés jusqu’à leur place.
Anticiper l’accueil
• faciliter l’accès au bâtiment : pose de plan incliné, ouverture de portes « spéciales »,
vérification du dégagement des accès et des services spécifiques (sanitaires…) ;
• préparer la salle en ôtant au besoin un siège (les personnes à mobilité réduite ne se
signalent pas toujours. Par conséquent, pour certains lieux, il sera nécessaire de prévoir des modalités organisationnelles pour déverrouiller des sièges afin de placer une
personne en fauteuil roulant. Cette démarche est indispensable pour certains théâtres
travaillant en lien avec des services techniques municipaux extérieurs à l’établissement) ;
• prévoir le personnel nécessaire (pour monter un escalier, accompagner une personne à sa place) et le prévenir ;
• mettre en évidence les informations utiles et nécessaires pour les publics en situation de handicap : entrées secondaires, tarifs spécifiques, emplacements réservés ;
• identifier clairement les personnes en charge de l’accueil. À titre d’exemple, les personnels d’accueil connaissant la langue des signes peuvent être identifiés par un
badge représentant la langue des signes ;
• proposer pour le spectacle un livret d’accueil ou des documents particuliers selon les
handicaps concernés.
Plan de salle du
théâtre de Morlaix.
• dans l’axe central
pour les personnes malentendantes,
sans les séparer des personnes qui
les accompagnent,
• en dehors des couloirs de
circulation pour les personnes
en fauteuil roulant.
Le personnel d’accueil veillera à
prévenir le public des éventuels
obstacles qui se trouvent sur le
parcours et dans la salle de spectacle
pour lui permettre de prévoir des
moyens de compensation individuels
du type canne, appareillage d’aide à
l’audition ou à la vision, tierce
personne…
37
36
Les personnes en situation de handicap doivent pouvoir identifier l’entrée de
l’établissement culturel, repérer l’espace ou le point d’accueil et d’information.
La signalétique doit être pensée en conséquence.
L’accueil humain est un gage de qualité
Accueillir
Accueillir sur place
Accompagner et guider les personnes en situation de handicap
L’accueil humain est indispensable. Il s’avère être un moyen important de compensation de certaines inadaptations ou faiblesses des équipements et aménagements pour
les personnes handicapées.
Une signalétique défaillante peut être compensée par la présence de personnels d’accueil avertis et disponibles qui orientent ou accompagnent les personnes en situation
de handicap.
Le personnel d’accueil est là pour :
• veiller au bon placement des personnes ;
• proposer de l’aide même si le handicap n’est pas apparent. Les personnes âgées,
malvoyantes, ayant des difficultés à marcher ou atteintes d’autres pathologies non
visibles ont parfois des besoins plus importants ou particuliers par rapport à celles
qui se déplacent en fauteuil roulant.
Faut-il ou non proposer son aide ?
À cette question récurrente, il convient de répondre « oui » sans hésiter. Il est néanmoins important d’être averti lorsqu’on propose son aide.
Tout d’abord, il faut prendre conscience que l’offre faite, souvent de bon cœur, peut
être acceptée ou refusée. Il arrive parfois que, pour des raisons qui la concernent, la
personne en situation de handicap ne souhaite pas recevoir de soutien, même dans
une situation qui peut paraître pénible à nos yeux.
Cette attitude doit être respectée.
D’une façon générale, après avoir proposé son aide, il convient de demander à la personne comment elle veut être aidée. La personne qui éprouve des difficultés est à même
de préciser ce qu’il convient de faire. À l’aidant de suivre, à la lettre, les consignes
qui lui sont données.
39
38
Accueillir
Faciliter la communication
S'adresser
directement à la
personne et non
pas à son éventuel
accompagnateur.
Guider une personne malvoyante
• Se présenter et lui décliner son identité et sa fonction.
• Ne pas lui prendre le bras mais lui laisser prendre le coude de la personne qui la
guide. Positionnée de cette manière, un peu en retrait du guide, elle peut éviter les
obstacles et, à tout moment, décider librement de « lâcher » son guide.
• La prévenir lorsqu’on la quitte.
Aider une personne en fauteuil roulant
• Pour s’adresser à elle, se mettre à sa hauteur.
• Pour aider une personne en fauteuil roulant, des règles de sécurité s’imposent. Il
est important que l’aidant ne se mette pas en danger lui-même. Il doit mesurer sa capacité et sa résistance physique.
Communiquer avec une personne malentendante
• Parler bien en face de la personne, le visage correctement éclairé, sans exagérer l’articulation ; crier ne sert à rien et ne facilite pas la lecture labiale !
• Écrire sur un papier peut être utile, notamment pour les noms propres, les horaires
ou les mots compliqués.
Parler avec une personne handicapée mentale
• Prendre son temps et être disponible, ne pas hésiter à répéter les phrases prononcées.
• Donner des explications concrètes, imagées ; prononcer des phrases simples formulées sur un mode affirmatif.
À LYON, UNE POLITIQUE DE COMMUNICATION EN DIRECTION DU PUBLIC SOURD…
Le projet initié par le Nouveau Théâtre du
8e (Lyon) met en œuvre une approche
globale d’information des publics sourds :
• associer les personnes sourdes pour
mieux identifier leurs besoins, leurs goûts ;
• repérer des spectacles accessibles de
par leur nature ou avec adaptation ;
• convenir de modalités d’accueil : pour la
réservation par mail ou SMS, le placement
en central ou proche de la scène,
rencontre avec les artistes traduite en
langue des signes ;
•informer et communiquer de manière
adaptée : plaquette listant les spectacles
retenus, présentation de saison,
newsletter, blog.
Le NTH 8 a invité tous les acteurs
culturels, organismes et personnes
sourdes à le rejoindre sur cette initiative.
spectateursourd.over-blog.com
À Nancy, L’Autre
Canal développe
une politique globale
pour les publics
handicapés.
L’ensemble du
bâtiment est
accessible aux
personnes à mobilité
réduite.
Une boucle à induction
magnétique est
installée dans les salles
de spectacles afin de
favoriser une meilleure
écoute pour les sourds
et les malentendants
munis d’un appareil
auditif.
Les personnes à
mobilité réduite
peuvent demander une
invitation pour leur
accompagnateur.
41
40
Un groupe de jeunes
d’un institut spécialisé
est pris en charge à
son arrivée au théâtre.
Accueillir
Démarche pour les publics présentant des troubles du comportement
Préparer la venue au spectacle
Sensibiliser
le public à leur
présence ;
apprivoiser
la rencontre.
Les personnes en situation de handicap mental ou psychique n’ont pas besoin de régies
spécifiques. En revanche, les actions développées autour du spectacle s’avèrent
importantes afin de les préparer au spectacle.
Les personnes ayant des troubles du comportement et leur famille se retrouvent
souvent dans l’impossibilité d’assister à des spectacles car elles sont mal acceptées
par le tout public, étant considérées comme un élément perturbateur lors des représentations.
Pour faire face à cette problématique, des démarches sont mises en œuvre :
• organisation de séances ouvertes au tout public avec une information sur l’accueil
de spectateurs ayant des troubles du comportement, dans un concept du « vivre
ensemble » ;
• aménagements particuliers comme une plongée progressive, non brutale, de la
salle dans le noir et une vigilance sur les niveaux maximums d’intensité sonore ;
• une vigilance sur les effets lumière utilisés (notamment les systèmes stroboscopiques) ;
• une réflexion sur le choix des spectacles.
L’association Ciné-ma différence
a développé une démarche innovante pour
l’accès des publics ayant des troubles
du comportement au cinéma. Elle inclut
la mobilisation de ces publics et
des gestionnaires de salles de cinéma,
la réflexion sur les œuvres,
les aménagements à prévoir pour
leur diffusion, l’organisation des
accompagnements en fonction du nombre
de personnes en situation de handicap et
du type de handicap,
Son action s’appuie sur un partenariat avec
un réseau de salles de cinéma sur une
dizaine de villes en France. Cet organisme
souhaite étendre son activité au spectacle
vivant en ajoutant une sensibilisation et une
information précises des professionnels
concernés.
Contact : www.cinemadifference.com
Accessibilité
des spectacles
La mission centrale d’une structure de diffusion de spectacle vivant
44
Les spectacles naturellement accessibles
est de présenter des œuvres dans les meilleures conditions
46
Les aides techniques et humaines
professionnelles de réception et de favoriser leur compréhension
50
Les modalités de mise en œuvre
par un large public.
54
Des spectacles à la rencontre des publics
Les différentes situations de handicap touchent plus de 40 %
de la population française au moins une fois au cours de leur vie,
selon une enquête de l’Insee de 2004.
Il est de la responsabilité des structures culturelles, des compagnies
artistiques de se préoccuper de ce vaste public et de faire en sorte
qu’il puisse accéder, lui aussi, au spectacle vivant.
Plusieurs approches s’offrent aux lieux de diffusion culturelle
pour proposer des spectacles accessibles aux publics en situation
de handicap.
45
44
Certains spectacles conviennent naturellement,
de par leurs caractéristiques, à telle ou telle personne
en situation de handicap.
Les spectacles naturellement
accessibles
Des spectacles non spécifiques
Attention aux
idées reçues.
Une consultation
avec les usagers
en situation
de handicap
permettra de
conforter des choix
ou d’innover
dans les
propositions.
Les responsables des structures culturelles peuvent prévoir et repérer dans leur
programmation des spectacles accessibles de par leur nature à des publics ayant
divers types de handicaps.
Une chorégraphie sans apports musicaux essentiels ou accompagnée d’une musique
à forte intensité sonore, le cirque ou le mime seront particulièrement accessibles
aux personnes sourdes ou malentendantes.
Les concerts sans apport scénographique important conviendront aux personnes aveugles ou malvoyantes.
« Kilina Crémona,
d’un monde à l’autre »,
dans l’émission L’œil et
la main (France 5).
Et le vaisseau cingla,
une création des
Ateliers Desmaé.
Une fiction sonore d’après Victor
Hugo, Le dernier jour d’un condamné.
Dans un lieu hermétique aux sons
extérieurs, plongé dans l'obscurité,
le spectateur se laisse guider
par le récit. Adaptation et réalisation :
Pascal Babin.
Le mime Joël Chalude.
Des spectacles intégrant la langue des signes
Ces spectacles offrent la particularité d’être accessibles aux spectateurs en situation
de handicap auditif mais aussi au tout public. Cependant, certaines créations basées
essentiellement sur la langue des signes peuvent être peu compréhensibles pour des
personnes qui ne la connaissent pas.
Des spectacles dans le noir
Des artistes, des metteurs en scène, des chorégraphes ont expérimenté et proposent
des créations dans la pénombre ou dans le noir… Elles invitent les spectateurs en situation de handicap visuel et l’ensemble du public à partager une même aventure artistique autour des sens. Ces spectacles permettent aussi de sensibiliser l’ensemble du
public à certaines situations de handicap.
47
46
Des dispositifs d’aides techniques et humaines
favorisent l’accès des personnes en situation de handicap
aux propositions artistiques dans les meilleures conditions.
Schéma d’un dispositif
de boucle magnétique.
L’amplificateur de
boucle (au centre) est
relié à un système de
Les aides
sonorisation de la salle
équipée (source
techniques et humaines
sonore : micro, table
de mixage… et hautparleurs).
La boucle magnétique
La boucle
magnétique
apporte aux
personnes
malentendantes
un meilleur
confort d’écoute
grâce à une
amplification
du son.
La boucle magnétique est constituée d’un fil de cuivre fonctionnant grâce à un système d’émission d’ondes électromagnétiques qui peut être installé de manière permanente dans une salle de spectacle.
Si les personnes sont équipées d’un appareil de correction auditive possédant la
position T, celui-ci leur permet de capter le champ magnétique généré par cette
boucle à induction magnétique. Si ce n’est pas le cas, des casques récepteurs leur seront
nécessaires et peuvent leur être prêtés pour la représentation.
De plus en plus de lieux publics, en France, sont équipés de boucles magnétiques
comme les mairies, les gares, les salles de conférence, de spectacle, des fêtes, les théâtres, les cinémas… Il s’agit d’une installation simple, peu onéreuse qui peut être
réalisée facilement dans une salle déjà en service.
Dispositif de surtitrage
collectif au théâtre
Silvia-Monfort (écran
de projection,
ordinateur équipé d’un
Le surtitrage individuel ou collectif
Le surtitrage
concerne les
publics en
situation de
handicap auditif.
Il peut aussi
intéresser d’autres
publics ayant
besoin de
traduction.
Les personnes sourdes ont besoin d’une restitution visuelle des informations qu’elles
n’entendent pas. Il existe pour cela les systèmes de surtitrage qui permettent d’afficher des textes ou des dialogues par projection, sur un écran placé au-dessus de la
scène, sur un film, sur un livret électronique individuel ou sur fauteuil.
Dans le cas du surtitrage individuel, un boitier portable ou « livret électronique » est
proposé aux spectateurs sourds ou malentendants qui leur permet de prendre connaissance des éléments sonores par défilement des textes sur un écran à cristaux liquides.
Un code couleur permet de donner l’origine et la nature des sons : paroles dites hors
de scène, musique, bruitage…
Dans le cas du surtitrage collectif, une projection de textes (dialogues, commentaires...) sur un écran placé au-dessus de la scène favorise la compréhension d’un spectacle. Les spectateurs s’installent face à la scène afin de lire le texte plus facilement
tout en pouvant suivre ce qui se passe.
Ce dispositif demande pour chaque pièce un travail préalable de transcription. Il
existe des personnes spécialisées dans ce travail auxquelles on peut faire appel. Le
surtitrage est destiné plus particulièrement aux personnes sourdes et malentendantes,
maîtrisant bien la lecture. Il peut aussi intéresser d’autres publics ayant besoin de
logiciel de traitement
de texte situé en régie,
un émetteur hautes
fréquences étant
installé dans la salle).
49
48
Les aides
techniques et humaines
traduction. Il demande pour chaque pièce un travail préalable de transcription. Le surtitrage peut être réalisé en interne, en lien avec les usagers concernés.
Les auteurs des surtitrages adaptent le texte de la pièce afin de tenir compte de la
vitesse d’élocution des comédiens et de permettre ainsi aux spectateurs de disposer
d’un temps de lecture sur l’écran. Ils doivent prêter attention au jeu des comédiens
pour éventuellement intervenir et couper des passages en veillant à garder le sens principal du texte indispensable pour suivre l’action.
L’Autre Canal, à Nancy.
À partir de la régie,
les commentaires sont
diffusés via une
console de mixage.
Les auteurs des
descriptions rédigent
l’audiodescription à
partir d’une captation
vidéo du spectacle. En
fonction des silences
laissés par le jeu des
comédiens, ils rédigent
les commentaires.
Puis, une personne
les enregistre.
Plusieurs essais
peuvent être
nécessaires avant
de trouver le ton juste,
les bons termes,
suffisamment clairs,
concis et s’insérant
dans ces silences.
La traduction en langue des signes
La langue des
signes est destinée
aux personnes
sourdes-profondes
qui ont appris la
langue des signes.
L’interprète en langue des signes permet une traduction simultanée de la pièce. Sa
présence doit être pensée afin de ne pas perturber le spectacle. Souvent, la présence
du traducteur ou de l’interprète vient enrichir le spectacle d’un élément visuel supplémentaire.
Des programmes et documents adaptés (en gros caractères, en braille, en
audio), des jumelles (appréciées aussi des personnes âgées) peuvent être proposés
aux personnes en situation de handicap visuel.
L’audiodescription
L’audiodescription,
un dispositif
d’accès au
spectacle pour
les malvoyants.
Ce procédé permet aux publics aveugles et malvoyants d’accéder aux éléments du spectacle qu’ils ne voient pas. L’audiodescription leur apporte oralement des informations
sur les décors, les costumes, les déplacements, les lumières et certaines expressions
des visages des acteurs.
Les descriptions sont transmises au spectateur via un casque mis à sa disposition.
Elles sont diffusées entre les dialogues afin de ne pas perturber la compréhension de
l’œuvre. L’avantage de ce procédé réside dans le fait qu’il permet aux utilisateurs,
munis de casque audio infrarouge, sans fil, de se placer dans la salle là où ils le souhaitent et d’entendre les commentaires sans gêner les autres spectateurs.
À Rennes, des
documents adaptés et
des jumelles pour
suivre un opéra.
La compagnie IVT
propose ses créations
originales en langue
des signes.
51
50
Arianeinfo,
un réseau pour
informer sur l’offre
culturelle accessible.
Un certain nombre
d’établissements
culturels nationaux se
sont regroupés pour
former le réseau Ariane
Mettre en place des dispositifs pour favoriser l’accès aux spectacles
des publics en situation de handicap nécessite une mobilisation de l’équipe
de la structure culturelle et une disponibilité de l’ensemble du personnel.
Des mises en
situation de handicap
lors de sessions
de formation animées
par Cemaforre.
Les modalités
de mise en œuvre
La mise en œuvre se réalise en plusieurs étapes
• L’achat et l’installation des dispositifs techniques. Certains (comme la boucle
magnétique) peuvent être installés rapidement et ne nécessitent pas des investissements importants, mais il est préférable de prévoir cette dépense au moment de la
construction ou de la rénovation d’une salle.
• La réalisation des régies propres à chaque spectacle. Celles-ci demandent un investissement en temps et en compétences spécifiques.
Plusieurs modalités sont envisageables
• Faire appel à des prestataires spécialisés. Plusieurs organismes proposent ces prestations. Ils peuvent conseiller sur le matériel le plus approprié, l’installer ou réaliser
le travail de régie sur les spectacles d’une saison. Des informations sur ces prestataires
sont disponibles dans les centres de ressources (cf. p. 126) ou sur les portails Internet spécialisés (cf. p. 128).
• Former les personnels. Certaines structures de diffusion ont fait le choix d’impliquer
et de former leur personnel à la mise en œuvre de ces régies (cf. l’exemple du TNS
p. 53). Des formations peuvent être proposées par des prestataires d’équipement ou
d’aides techniques et des professionnels du cadre bâti.
• Mutualiser des investissements et des équipements
La loi de février 2005 fixe de nouvelles obligations en matière d’accessibilité qui
peuvent être difficiles à mettre en place pour certains théâtres. Ces derniers ont donc
tout intérêt à travailler ensemble, soit directement entre eux, soit à travers une structure de mutualisation comme Accès Culture (cf. p. 52 et 126). Les échanges d’expériences, l’organisation d’actions communes d’informations, l’achat ou le développement d’équipements techniques particuliers (comme les imprimantes braille ou les
écrans de surtitrage), les formations de personnels sont autant de points où la collaboration entre les théâtres demeure déterminante pour réussir.
Le théâtre de Chaillot,
la Comédie-Française,
l’Odéon, l’OpéraComique et le Châtelet
proposent une
information commune
sur leurs specacles
accessibles avec la
participation d’Accès
Culture.
Info afin de mutualiser
leurs savoir-faire et
diffuser sur Internet
leurs offres culturelles
accessibles aux
personnes en situation
de handicap.
Le Comité régional
de tourisme et Accès
Culture ont également
rejoint ce réseau.
53
52
Accès-Culture aux côtés des théâtres
pour faciliter l’accès des œuvres
aux publics déficients sensoriels
Le Théâtre national de Strasbourg
fait appel aux compétences internes
et au travail d'équipe
De quelle manière intervenez-vous dans les
En revanche, d’autres théâtres souhaitent être
Comment le TNS organise l’accueil des
descriptif, depuis la régie en direct et au micro ;
théâtres ?
plus autonomes et nous demandent de les aider
publics déficients visuels ?
puis l’audiodescription à proprement parler
Chaque théâtre est différent. Tous n’ont pas les
à prendre en compte le handicap dans chacun de
Le Théâtre national de Strasbourg a fait le choix
débute avec le spectacle. Les commentaires
mêmes moyens techniques, humains, financiers.
leurs services :
de prendre en charge les audiodescriptions et de
s’insèrent entre les répliques et parmi les effets
C’est à nous de nous adapter. Le théâtre peut
– sensibilisation du service d’accueil à recevoir
les effectuer en direct. Le service des relations
sonores ou musicaux. Chaque relation publique,
souhaiter nous confier l’ensemble de la gestion
ces publics ;
publiques assure la description, transmise aux
selon sa technique, recherche un équilibre entre
de son service d’accessibilité, comme c’est le
– mise en place d’un fichier de spectateurs
personnes aveugles ou malvoyantes par le biais
spontanéité et précision, avec la fragilité du direct
cas pour l’Opéra national de Paris.
handicapés ;
de casques à infrarouges.
largement compensée par la fraîcheur et l’émotion.
Pour eux, notre mission va de l’information
– nomination d’un référent handicap dans le
Suite à la rencontre des membres d’une
Nous avons constaté qu’une audiodescription
auprès des médias, des collectivités territoriales
service des relations publiques ;
association strasbourgeoise d’aveugles et
réussie ne dit pas forcément tout, mais qu’elle
et des individuels concernés par le handicap
– installation et entretien des équipements
malvoyants, nous nous sommes décidés à tenter
sait respecter des silences, sortes de respirations
aux régies d’audiodescription
techniques permanents.
cette aventure, dont la réussite tient
qui laissent ainsi un espace à l’imaginaire des
les soirs où ces spectateurs sont dans la salle.
L’objectif est, à terme, de permettre à ces
vraisemblablement à l’investissement de tout le
auditeurs.
Nous assurons aussi la fabrication des
professionnels d’être totalement autonomes sur
TNS. Aujourd’hui encore, c’est en collaboration
Nous sommes attachés à ce parti pris qui
documents, les adaptations des spectacles, les
leurs champs de compétence respectifs :
avec cette association que nous choisissons
demande un engagement personnel important
enregistrements, la mise à disposition et
information, accueil, technique.
parmi les spectacles de la saison ceux qui
(y compris de préparation, l’audiodescription ne
l’entretien des équipements techniques.
Frédéric Ledu, régisseur général de l’association
bénéficieront d’une audiodescription.
pouvant s’improviser) et une mobilisation de
Une demi-heure avant le spectacle, l’une des
toute l’équipe dans la mesure où il procède d’un
trois relations publiques en charge de
vrai dialogue entre personnes handicapées et
l’audiodescription accueille les participants pour
personnel du théâtre.
leur livrer l’essentiel des informations sur la mise
Le TNS s’investit également dans l’accueil des
en scène et, parfois, leur faire découvrir par le
personnes sourdes et malentendantes en
toucher la maquette du décor. Les ouvreurs
surtitrant la moitié des spectacles programmés
accompagnent et placent ensuite ces
dans la saison. De plus, sur toutes les
spectateurs peu avant l’ouverture officielle des
représentations, un casque amplificateur à
portes, les techniciens son, qui ont préparé le
infrarouges est disponible pour les spectateurs
matériel en amont, distribuent les casques et
malentendants.
assurent les derniers réglages en salle.
Andrée Pascaud, directrice des relations publiques
Il reste un quart d’heure pour compléter le
du Théâtre national de Strasbourg
55
54
Les musiciens de la
compagnie Gradisca
investissent l’hôpital
Charles-Foix dans
le cadre de la fête
de la musique.
Les responsables des structures culturelles peuvent repérer,
au moment de l’élaboration de leur programmation,
La Scène nationale
de Poitiers propose
des interventions
à domicile.
les compagnies artistiques et les artistes qui, en raison de leurs
actions, leur philosophie, leurs motivations, peuvent élaborer
des propositions artistiques en direction des publics
en situation de handicap.
Des spectacles à la
rencontre des publics
Jouer dans
les lieux de vie
des personnes
qui ne peuvent
se déplacer
jusqu’aux
théâtres.
Certains publics rencontrent de grandes difficultés, voire des impossibilités, à sortir
de leur lieu de vie : personnes accueillies en institution, privées de mobilité, âgées
ou lourdement handicapées.
Des spectacles ou ateliers de pratiques artistiques peuvent être programmés « hors les
murs » des structures culturelles afin d’aller à la rencontre de ces publics isolés.
Spectacles de théâtre, lectures théâtralisées, clowns, mimes, concerts, danse, sont proposés dans des lieux insolites : institutions d’accueil ou foyers de vie, extérieur,
appartements, chambres d’hôpital...
Ces derniers demandent des spectacles plus intimes avec un public restreint, mais sont
souvent bien appréciés des personnes, le premier étonnement dépassé. Les artistes
et les compagnies peuvent présenter tout ou une partie de leur spectacle, l’adapter
ou, le cas échéant, élaborer des créations qui puissent être proposées en tenant
compte des contraintes particulières propres à ces lieux. Ils doivent être préparés à
la rencontre de ces publics.
Cette démarche doit naturellement s’inscrire en complément des actions visant à
accompagner les personnes en situation de handicap vers les lieux de spectacle
vivant.
L’hôpital de Valence
investi, pour un soir,
comme espace de
spectacle.
Dans le cadre du
dispositif CASCAD
(Cellule d’assistance et
de services culturels à
domicile), des
interventions d’artistes
à domicile et des
accompagnements en
sorties culturelles
notamment au
spectacle sont
organisés pour les
habitants des XIIe et
XXe arrondissements
parisiens.
Zeif, un parcours
chorégraphique
proposé par la
Comédie de Valence
aux patients du Centre
des Baumes.
L’offre d’actions
culturelles
Les structures culturelles développent autour de leur programmation
58
Médiations autour des spectacles
de spectacles différentes formes d’actions artistiques et culturelles
60
Pratiques artistiques
à l’intention de leurs publics. Certaines d’entre elles s’adressent
spécifiquement aux personnes en situation de handicap tandis que
d’autres les accueillent avec le public valide.
S’inscrire dans une démarche d’accessibilité de sa programmation,
c’est donner du dynamisme à la vie de son établissement ;
c’est aussi se donner l’occasion de belles émotions.
59
Une diversité d’actions de médiation
est proposée dans plusieurs structures
en amont de la représentation
pour faciliter la compréhension du spectacle.
Médiations autour des spectacles
L’imagination
au service de
la médiation.
Une diversité d’actions de médiation peut être proposée en amont de la représentation pour faciliter la perception et la compréhension des spectacles.
• Familiariser les personnes au lieu : visites du plateau, des coulisses et des salles de
répétition (faire arpenter l’espace aux personnes déficientes visuelles) ; rencontre
avec les équipes techniques.
• Faire découvrir la scénographie en faisant appel aux différents sens : toucher les costumes, arpenter la scène et appréhender les éléments de décor…
• Inviter les personnes à assister au travail des artistes lors de répétitions ouvertes
(accueillir les personnes malentendantes au cœur d’un orchestre pour qu’elles sentent les vibrations) ; provoquer des échanges avec les acteurs, danseurs ou musiciens...
• Préparer les animateurs ou les professeurs qui amènent leurs groupes en leur donnant des documents appropriés, en leur faisant rencontrer les artistes en amont, en
organisant des temps d’information sur les sujets abordés...
• Proposer des ateliers favorisant la compréhension des démarches artistiques ou/et
permettant l’expression personnelle. Ces ateliers peuvent aboutir à des productions :
dessins, écrits, spectacles.
• Programmer des concerts ou des spectacles éducatifs pour les plus jeunes, des conférences ou des débats à propos des spectacles pour les adultes.
• Organiser des rencontres sur le thème culture et handicap, qui permettent des
échanges et une meilleure connaissance entre les différents publics fréquentant une
structure.
Des partenariats structurés entre professionnels du spectacle vivant, des secteurs sanitaires et médico-sociaux, de l’Éducation nationale et des universités favorisent des
actions adaptées aux publics handicapés dont certains s’inscrivent dans une démarche
de mixité des publics leur permettant ainsi de mieux se connaître.
La convention nationale culture-santé (6 mai 1999) et la convention nationale culture
et handicap (1er juin 2006) préconisent le développement de jumelages entre établissements culturels et institutions sanitaires et médico-sociales (cf. p. 113).
Les enfants de l’hôpital
psychiatrique de
Bonneuil (Val-deMarne) expriment par
des dessins ce qu’ils
ont vu et ressenti au
spectacle de l’opéra
de Paris.
L’orchestre
philharmonique de
Radio France
a développé un projet
éducatif avec une
classe de lycée
professionnel
accueillant des
personnes
handicapées
motrices en vue de
les intégrer à la vie de
l’orchestre lors de
deux après-midi
(rencontre avec les
musiciens, échanges,
répétitions…).
À l’opéra de Rouen,
des personnes
aveugles découvrent
par le toucher les
costumes du spectacle
auquel elles vont
assister.
Le Centre
chorégraphique de
Rilleux-la-Pape,
près de Lyon, dirigé
par Maguy Marin,
propose chaque
année des
Rencontres danse et
handicap « dans ces
corps », avec des
ateliers artistiques
autour d’œuvres
sélectionnées qui
intègrent des
personnes en
situation de handicap.
61
En relation ou à côté des structures de diffusion, un grand
nombre de compagnies de danse, théâtre, cirque, propose
Les structures culturelles
des actions permettant aux personnes en situation de
offrent également à leurs publics
handicap d’avoir une expérience artistique, voire même de
participer à des projets de création.
la possibilité de rencontrer les artistes
et de travailler avec eux.
Pratiques artistiques
De nombreuses initiatives existent
Expérimenter
des démarches
artistiques
en partage
avec d’autres.
Ces temps de pratique peuvent prendre les formes suivantes :
• L’accueil dans les locaux de l’établissement des groupes qui désirent répéter et
travailler.
• L’offre d’accompagnement de ces temps de travail avec des artistes ou techniciens
professionnels.
• L’offre d’ateliers de pratique artistique pour des publics mixtes ou pour des groupes
venant d’institutions spécialisées, dans le cadre de la résidence d’un artiste dans l’établissement ou avec des intervenants missionnés spécifiquement par la structure.
• La participation à des projets de création menés par des artistes professionnels et
aboutissant à une production donnée sur la scène du théâtre.
Le Centre national
chorégraphique
de Montpellier,
Pour bien accueillir les personnes en situation de handicap, des précautions sont à
prendre. Il convient, par exemple, d’être attentif au nombre de personnes inscrites à
un atelier. Il faut parfois adapter ces ateliers.
dirigé par Mathilde
Monnier, ouvre ses
portes, depuis
des années, à des
personnes
handicapées
psychiques prises en
charge par l’hôpital
de la Colombière,
en partenariat avec
l’association
Les murs d’Aurelle.
Il existe des aides techniques pour transmettre les consignes : l’utilisation de l’écriture en braille, la langue des signes, la notation chorégraphique en relief inspirée du
système Laban, des techniques de danse permettant de se mouvoir librement en
fauteuil, des mallettes multisensorielles…
Les professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux sont des personnes ressources à même de partager leurs connaissances des situations de handicap et des
adaptations ou mesures spéciales à adopter.
L’orchestre national
de Lorraine,
en collaboration avec
des instituts
spécialisés, propose
aux enfants
handicapés une
approche douce de
la musique dans le
cadre du projet
Musique pour doux
public : présentation
d’instruments,
concerts éducatifs.
La Cité de la musique
propose des ateliers
aux enfants
handicapés.
La compagnie
Art Works
anime un atelier au
Centre des Baumes
à Valence.
Les personnes en situation de handicap sont souvent envisagées
uniquement en tant que spectateurs. On oublie souvent
qu’elles peuvent être aussi artistes sur scène. De très grands artistes
ont souffert ou souffrent d’un handicap : Beethoven, Alicia Alonso,
Michel Petrucciani, Stevie Wonder…
Ler personnes en situation de handicap doivent pouvoir accéder
en toute égalité des chances aux spectacles, à toutes les activités,
mais aussi à la scène.
On voit régulièrement des artistes « valides » faire appel à des
artistes en situation de handicap car le handicap assumé ou
surmonté dans l’art peut révéler des singularités créatrices et une
force d’expression originale.
65
64
Certains artistes, de par leurs difficultés particulières,
ont une mobilité réduite et se déplacent moins aisément
vers les lieux de rencontres, de production et de diffusion.
Repérer les artistes
en situation de handicap
My Brothers and
Sisters Performing Art
Troupe, 8 danseurs de
Jinang (Chine),
et Russian Soul,
troupe russe d’une
dizaine de danseurs
sourds, au théâtre
Silvia-Monfort lors du
Festival du silence
2006 à Paris organisé
par ChanDanse des
Sourds.
Les relais pour découvrir les artistes
Divers relais peuvent permettre aux lieux culturels de repérer les artistes en situation
de handicap : les conseillers des DRAC, l’ONDA, les centres ressources et les associations spécialisées, les festivals, les établissements et services d’aide par le travail
(ESAT), les compagnies artistiques comportant des artistes handicapés, les lieux et
les initiatives de créateurs mobilisant des artistes handicapés.
S’appuyer sur
des structures
et des pôles de
ressources
nationaux
et régionaux.
L’Office national de diffusion artistique (ONDA), association subventionnée par le
ministère de la Culture et de la Communication, a pour mission de favoriser la diffusion en France des spectacles issus du mouvement de la création contemporaine.
L’ONDA contribue au développement d’échanges, de coopération, à la découverte de
nouveaux talents.
Des pôles ressources
Ils regroupent des artistes handicapés ou assurent leur coaching et leur promotion
comme, par exemple, l’Association des artistes aveugles, Melodia, Art Prime, HandiArt, International Visual Theatre (IVT)…
Il existe, par ailleurs, en Europe quelques agences spécialisées dans la promotion et
le coaching d’artistes handicapés, tels que Shape en Grande-Bretagne.
Cemaforre, Centre national de ressources pour l’accessibilité des loisirs et de la
culture, met à disposition des professionnels du spectacle vivant un répertoire
d’artistes, toutes disciplines confondues, ainsi que des productions audio et audiovisuelles.
Dans les directions régionales des affaires culturelles (DRAC), les référents handicap
ainsi que les conseillers chargés du spectacle vivant peuvent indiquer les projets en
cours et les compagnies dont le travail mérite l’attention.
Fabien Jannelle, directeur de l’Onda (Office national de diffusion artistique)
Quelles sont vos
expériences en matière de
programmation d’artistes
handicapés ?
Ce qui nous importe avant
tout n’est pas le handicap
mais l’œuvre en elle-même.
Nous soutenons des
œuvres si elles nous
paraissent bonnes. Si Pipo
del Bono a eu du succès,
c’est en raison de la qualité
de son travail.
Les programmateurs
éprouvent-ils des
réticences à programmer
des artistes handicapés ?
Des réticences peuvent
exister. « Pourquoi faire ce
spectacle avec des
personnes handicapées ? »
est une réflexion que j’ai
déjà entendue. Mais dans
l’ensemble, les
programmateurs ont plutôt
une vraie générosité.
Le handicap des artistes
peut générer des
surcoûts, quelles
réponses apporter ?
Les programmateurs ont
l’habitude de gérer les
besoins d’artistes aux
exigences diverses. La
logistique à mettre en place
est simplement différente,
parfois plus complexe,
surtout s’il y a beaucoup
d’artistes handicapés à la
fois. Mais rien
d’insurmontable et, sur ce
sujet, nous n’avons jamais
été sollicités. Le seul vrai
problème est l’équipement
des salles mais cette
question relève de la
responsabilité des
collectivités territoriales.
67
66
« Défistival »,
un rassemblement
annuel d’artistes
valides et non valides,
sur le champ de Mars.
(On peut reconnaître à
gauche Grand Corps
malade).
Repérer les artistes
en situation de handicap
Espaces de
rencontre et
de découverte
de nouveaux
artistes.
Le festival européen
Théâtre & Handicap
Orphée se tient au
Les festivals
On dénombre actuellement une vingtaine de festivals en France (cf. p. 129) où se produisent des artistes en situation de handicap. Suivant les cas, ces festivals sont
spécialisés dans un ou plusieurs handicaps, une ou plusieurs disciplines. Ils permettent de rencontrer de multiples artistes.
théâtre Montansier
à Versailles.
Cet événement est
coproduit par la
Fondation Crédit
coopératif et s’appuie
sur l’implication
et la collaboration de
plusieurs responsables
d’institutions (Adapei
Pour connaître les festivals et les agendas, consultez les sites :
www.cemaforre.asso.fr
www.yanous.com
Le Festival du futur
composé
Des établissements
spécialisés dans
l’accueil des
personnes autistes se
sont organisés en
réseau et ont ouvert de
multiples ateliers
culturels. Le Festival
du futur composé
rassemble ces
initiatives autour d’une
programmation où les
artistes « atypiques »
partagent la scène
avec d’autres artistes.
Il est accueilli l’été
dans de nombreux
lieux culturels (théâtre
Silvia-Monfort, Casino
de Paris, Cabaret
sauvage, théâtre du
Lucernaire…).
et la Sauvegarde
des Yvelines, des
théâtres Eurydice
et Montansier).
Chaque automne,
de nombreuses
troupes et compagnies
européennes,
composées
notamment d’artistes
en situation
de handicap, sont
programmées.
68
Signes particuliers
est un groupe de
musiciens issus d’un
ESAT unique en
Europe entièrement
consacré à la
musique, Arc-en-Ciel
(Troyes).
Repérer les artistes
en situation de handicap
Les établissements et services d’aide par le travail (ESAT, anciennement CAT)
Ces organismes de travail adapté proposent aux personnes handicapées d’y exercer
une activité professionnelle dans des conditions aménagées. Ils offrent tous aux personnes dont ils ont la charge des heures réservées aux activités en lien avec les
loisirs.
En France, une
dizaine d’ESAT
se consacrent
à la diffusion
et à la production
artistique.
Certains ESAT consacrent toute leur activité au domaine du spectacle vivant, avec des
ressources internes, comme c’est le cas pour :
• L’Évasion, APEI Centre Alsace (création musicale, spectacles) ;
• ESAT musical Arc en Ciel à Troyes : groupe Signes Particuliers, composé de musiciens handicapés mentaux et psychiques, se produit sur des scènes au plan national ;
• ESAT théâtre Eurydice dans les Yvelines (construction de décors, confection et
location de costumes, créations de spectacles, diffusion) ;
• Compagnie de l’Oiseau-Mouche à Roubaix ;
• ESAT Turbulences à Paris.
D’autres ESAT tissent des partenariats avec des établissements culturels et des compagnies artistiques :
• ESAT La Montagne avec le théâtre du Cristal à Paris ;
• Compagnie Catalyse, constituée au sein de l’ESAT Les genêts d’or avec la compagnie de l’Entresort à Morlaix ;
• Les percussions de Treffort, ensemble instrumental regroupant des musiciens de
l’ESAT de Treffort et du centre de création musicale Résonances contemporaines.
L’Oiseau-Mouche
L’association est née à
Roubaix en 1970 et
s’est transformée en
1981 en ESAT.
Désormais c’est une
troupe professionnelle
permanente de 23
comédiens qui a créé
25 spectacles et
présenté un vaste
répertoire à travers le
monde, avec plus de
200 représentations
par an. La compagnie
dispose de son propre
lieu de travail,
aménagé dans une
ancienne friche à
Roubaix.
Le théâtre du Cristal
Dirigé par une équipe
artistique, le théâtre du
Cristal est composé de
comédiens handicapés
psychiques issus
notamment de l’Esat
la Montagne de
Cormeilles-en-Parisis.
Cette troupe
permanente se produit
au plan national et
européen.
71
70
Les Percussions
de Treffort
Repérer les artistes
en situation de handicap
sont un ensemble
professionnel qui
associe des musiciens
en situation de
handicap issus de
l’ESAT de Treffort et
des musiciens valides.
Cet ensemble, à
travers ses diverses
productions musicales,
participe à la
dynamique et aux
objectifs développés
par Résonance
Des initiatives d’artistes
La mixité
peut être source
de renouveau
artistique.
Depuis quelques années se sont développées un grand nombre d’expériences
artistiques qui mêlent artistes « valides » et artistes en situation de handicap.
Des lieux et des compagnies artistiques intègrent des artistes handicapés de manière
régulière dans leurs créations, affichant la spécificité de leur travail.
D’autres créateurs font appel ponctuellement à des artistes handicapés sur des projets artistiques particuliers.
Ces spectacles permettent de transformer le regard du public et contribuent à faire
connaître de nouveaux artistes.
Pour en savoir plus, consultez les pôles ressources (cf. p. 126).
La démarche d’IVT (International Visual Theatre)
Une démarche
artistique
spécifique,
s’appuyant
sur la langue
des signes.
C’est de la rencontre d’un écrivain et metteur en scène français, Jean Grémion, et d’Alfredo Corrado, artiste sourd américain, qu’est né l’International Visual Theatre (IVT).
Dès l’origine la création théâtrale s’avère indissociable de la recherche linguistique
et pédagogique autour de la langue des signes.
Comme l’écrit Emmanuelle Laborit, « Les sourds perçoivent et comprennent le monde
avec leurs yeux. Cette culture visuelle participe à ce qu’on appelle la culture sourde.
À IVT, nous travaillons sur une langue et une culture en même temps. C’est la langue
qui va donner un sens à la culture. Pour nous, la langue des signes est complètement
associée à la culture sourde. »
IVT est un lieu où s’élabore un langage théâtral nouveau. En 30 ans, IVT a à son actif
plus de 30 créations et coproductions, avec la particularité de ne jamais travailler avec
des metteurs en scène attitrés ; de Stanislas Nordey à Thierry Roisin, en passant par
Jean-Claude Penchennat, Sophie Loucachevsky… Les créations sont bilingues français/LSF pour la plupart, parfois au hasard des rencontres et des envies, toujours avec
l’idée de croisement des univers, de l’enrichissement du propos artistique par le
geste et le corps.
Les productions d’IVT s’adressent à tous, sourds et entendants. L’accessibilité n’est
pas ajoutée a posteriori ; elle fait partie intégrante de la proposition artistique, exploitant les parallèles entre une langue orale et une langue physique qui fait sens sur un
plateau de théâtre.
Résistance, d’après
le roman de Jacques
Lusseyran And there
was the light, adapté
par Maria Oshodi et
présenté par Extant
Theatre, en 1997.
Contemporaine en
faveur de la création
musicale. Depuis
trente ans, cet ensemble
a pris une place
originale dans
le paysage musical
d’aujourd’hui.
72
Repérer les artistes
en situation de handicap
Travailler à partir des différences ouvre de nouvelles perspectives
L’expérience de Sidi Larbi Cherkaoui
« Faire des infidélités » au niveau artistique
La collaboration est pour lui une révélation.
semble la manière la plus fructueuse de
L’individualité, la nature directe, l’empathie
développer son propre idiome gestuel.
et l’endurance des acteurs de Stap lui en
Chaque collaboration avec une autre compagnie,
apprennent bien plus long sur les qualités
chaque incursion dans d’autres domaines
fondamentales de l’interprète que toutes ses
ouvre de nouvelles perspectives.
expériences professionnelles précédentes.
La collaboration avec le Theater Stap de
Après ce spectacle, l’acteur Marc Wogeman,
Schaubühne mérite une mention spéciale.
membre de Stap, devient l’un des compagnons
En 2002, après avoir dirigé plusieurs stages avec
de route artistique de Sidi Larbi.
les acteurs handicapés mentaux, Sidi Larbi
Scène nationale de Petit-Quevilly/Mont-Saint-Aignan
par Ludovic Moreau
monte avec Nienke Reehorst le spectacle Ook.
Différents duos
différents par la
compagnie Oufti
au théâtre Golovine,
en 2008.
Les Angles morts,
création de Mélanie
Demers avec Jacques
Poulin-Denis,
au Centre
chorégraphique
de Rilleux-la-Pape,
en 2006.
Subject cell-Incarnat
(le lit) chorégraphie
de Nieke Swennen par
la compagnie In Vivo,
en 2008.
75
74
Selon les handicaps, des dispositifs d’aménagements techniques et/ou
d’accompagnement humain peuvent être nécessaires.
Préparer l’accueil
Le festival Ultrasons
en plein air à Marollesen-Brie (Seine-etMarne).
des artistes en situation de handicap
Préparer leur venue
Les organisateurs
de spectacles qui
ont l’habitude de
prendre en compte
les demandes
parfois très
particulières
d’artistes valides,
ne connaissent
pas toujours les
besoins des
artistes
handicapés.
• Penser en amont les lieux accessibles pour l’hébergement et la restauration.
Des sites Internet des comités régionaux ou départementaux de tourisme communiquent sur les lieux d’hébergement et de restauration accessibles aux personnes en situation de handicap, notamment ceux labellisés Tourisme et Handicap.
• Vérifier l’accessibilité de la scène, des coulisses, des loges et des toilettes et penser
les aménagements ou l’accompagnement humain nécessaires.
Selon les handicaps
• Pour les artistes sourds, prévoir un interprète en langue des signes, la mise en place
de signaux lumineux, l’usage de SMS ou d’Internet.
• Pour les artistes aveugles ou malvoyants, faciliter le repérage et la circulation au sein
des dispositifs scénographiques ou des coulisses par la mise en place de systèmes podotactiles, de scratchs fluorescents ou de fils tendus sur scène et prévoir un accompagnateur avant et après le spectacle.
• Pour les artistes en situation de handicap mental ou psychique, prévoir en concertation avec les professionnels qui les encadrent, un accompagnement qui facilite la
compréhension des consignes, le repérage dans l’espace et le temps.
Des aides financières
L’AGEFIPH (Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées) et le FIPHFP (Fonds pour l'insertion des personnes handicapées dans la fonction publique) peuvent apporter leur soutien financier pour les dépenses supplémentaires des artistes professionnels en situation de handicap (appelées « besoins en
compensation » dans la loi de 2005).
Don Quichotte de
Cervantès, adapté au
théâtre par Philippe
Adrien, avec le
comédien Bruno
Netter, au théâtre de
Rutebeuf à Clichy.
77
76
CandoCo
Cette compagnie de
danse, basée en
Grande-Bretagne, est
composée d’artistes
valides et d’artistes
ayant divers
handicaps. David
Toole y a débuté sa
carrière. CandoCo ne
mentionne jamais
dans ses plaquettes
de communication
les handicaps de ses
danseurs. Seules les
Communiquer
sur ces
Faut-il
communiquer
sur la présence
d’artistes
en situation
de handicap
dans
un spectacle ?
spectacles
Cette question est délicate et souvent source de polémiques.
Aucune raison objective ne justifie, en général, de communiquer sur le handicap à
l’occasion d’une programmation d’artistes handicapés ;
• il est logique de communiquer sur le handicap des artistes lorsque les spectacles
se déroulent lors de manifestations autour de cette thématique (festivals, colloques,
séminaires, rencontres…) à condition de recueillir l’assentiment des personnes
concernées ;
• il est légitime d’évoquer le handicap des artistes lors de réflexions sur leurs œuvres
car celui-ci peut avoir influencé leur création et leur art. On peut citer, par exemple,
les doigts paralysés du célèbre guitariste Django Reinhardt.
photos des
plaquettes, axées
uniquement sur l’art
de la danse, les
laissent entrevoir.
Toutefois, lors de
ses tournées
internationales, la
compagnie s’attache
à communiquer de
manière particulière
en direction des
structures accueillant
des personnes en
situation de handicap
et des professionnels
de la culture.
Lors de sa venue
aux Biennales de
la danse à Lyon,
la compagnie a
organisé des stages
de sensibilisation
ouverts aux
professionnels afin
de les sensibiliser
à cette démarche
d’accès de tous
à la danse.
Mieux connaître
les publics
en situation de
handicap
Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d’une déficience
80
Comment définit-on le handicap ?
au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent être limités
82
Les grandes familles de handicap
dans leurs activités. 8 % d’entre eux bénéficient d’une
86
Handicaps invisibles et trompeurs
reconnaissance de leur handicap par les administrations
88
Handicaps limités dans le temps
concernées*…
Ce chapitre donne quelques repères pour mieux connaître
les différentes situations de handicap.
Pour plus de détails sur les caractéristiques des différents
handicaps, le lecteur pourra se reporter au Guide pratique de
l’accessibilité, premier volume de cette collection « culture et
handicap ».
* Source : Le handicap en chiffres, février 2004, enquête Handicaps, incapacités,
dépendance menée par l’Insee dont les résultats sont publiés par le CTNERHI, la Drees,
la Direction générale de l’action sociale et le ministère de la Santé, de la Famille
et des Personnes handicapées.
81
80
La loi du 11 février 2005
définit ainsi le handicap :
« Toute limitation d’activité ou
restriction de participation à la
vie en société subie dans son
environnement par une
personne en raison d’une
Comment
La situation
de handicap
naît lorsque
la déficience
organique
ou fonctionnelle
est confrontée à
un environnement
inadapté.
altération substantielle, durable
ou définitive d’une ou plusieurs
fonctions physiques,
sensorielles, mentales,
cognitives ou psychiques, d’un
polyhandicap ou d’un trouble
de santé invalidant. »
Elle rappelle par ailleurs que les
personnes handicapées doivent
avoir accès à tous les droits
fondamentaux comme tout
citoyen.
définit-on
le handicap ?
À la fin du XXe siècle, on observe une évolution de la définition du handicap.
En 1980, la classification internationale des handicaps (CIH) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit le handicap à travers les notions de déficience, d’incapacité et de désavantage ou handicap de la personne.
L’altération organique ou fonctionnelle (déficience) d’une personne génère une limitation à réaliser tel ou tel acte (incapacité) et, dans un environnement physique
et/ou social inadapté(s) provoque un désavantage ou handicap pour la personne
qui devient alors « handicapée ».
Vingt ans plus tard, cette définition, qui pointe les incapacités, est remplacée par une
approche plus environnementale : dans sa définition de 2002, l’OMS prend en compte
la capacité de la personne à participer à la vie sociale pointant les facteurs environnementaux, physiques, sociaux, économiques et culturels comme de possibles obstacles générateurs de « situations de handicap ».
Dès lors, la personne handicapée n’est plus seulement considérée comme un objet
de soins. Elle est un acteur qui doit jouir des mêmes droits que ses concitoyens,
dans une société pensée pour tous qui prend en compte les diversités de chacun.
Pour favoriser une meilleure prise en compte des publics en situation de handicap,
la structure de spectacle vivant doit pouvoir informer l’ensemble de son équipe sur
la nature et la diversité de ces situations et faire évoluer les représentations dont
ces publics peuvent faire l’objet.
«
Chaque homme est, à sa mesure, un
cas, une délicieuse exception.
Et une observation fascinée, puis
critique, transforme souvent l’être
anormal en maître es-humanité.
Alexandre Jollien, philosophe et polyhandicapé, Le métier d’homme,
éditions du Seuil, 2002.
»
83
82
Le handicap peut être de naissance, acquis, temporaire ou permanent,
stable ou évolutif. Une vaste population, dont les personnes âgées
en perte d’autonomie, est touchée par plusieurs handicaps.
«
La Culture, c’est le partage de l’humain,
un partage possible de toutes les situations
et avec tous les hommes.
Les grandes familles
de handicap
Le handicap, une réalité multiple
Le handicap moteur
Le handicap moteur est symbolisé par le pictogramme du fauteuil roulant. Cependant,
toutes les personnes handicapées motrices ne sont pas amenées à se déplacer en
fauteuil roulant. Le handicap moteur comprend : l’hémiplégie (paralysie d’un côté du
corps), la paraplégie (paralysie des jambes), la tétraplégie (paralysie des quatre membres). Il comprend aussi les personnes de petite taille, celles qui éprouvent des difficultés à marcher, de préhension, d’expression orale ou écrite.
Le handicap visuel
Les personnes aveugles appréhendent le monde par les sens tels que le toucher,
l’ouïe, l’odorat. Il est important de retenir que, pour sa reconnaissance administrative, la cécité n’implique pas une totale absence de vision. Elle est définie par une
acuité visuelle du meilleur œil – après correction — inférieure à 1/20.
Il existe dans la malvoyance une diversité de formes : vision tubulaire (seul le centre
du champ visuel reste actif), scottom central (seule la vision périphérique reste
active), vision altérée allant du flou à l’opaque ou clairsemée de taches. Pour les personnes malvoyantes, des « restes visuels » différents selon le type de pathologie,
peuvent être utiles au déplacement ou à la lecture. Elles associent l’usage du reste de
vision à celui des autres sens, ce qui peut tromper l’interlocuteur qui ne s’aperçoit
pas tout de suite du handicap. L’utilisation d’un chien guide d’aveugle ou d’une
canne blanche n’est pas uniquement réservée aux personnes ayant une cécité totale.
Le handicap auditif
Le handicap auditif concerne la surdité et la malentendance.
Il se caractérise par une diminution, voire même une suppression, de la capacité
d’entendre des sons. Il existe différentes formes de surdité classées par catégorie
(légère, moyenne, sévère et profonde) au regard du niveau restant de perception en
termes d’intensité (décibels) ou de hauteur (fréquences). Les personnes sourdes
»
Philippe Meirieu, préface de Travail, Culture et handicap de Claude Chalaguier,
éditions Bayard 1992.
85
84
«
L’être humain n’échappe-t-il pas, par nature,
à toute définition et à toute norme ? La beauté de
chaque individu ne réside-t-elle pas précisément en
Les grandes familles
de handicap
profondes s’appuient principalement sur le visuel et le gestuel afin d’être en capacité
d’accéder à l’information et de pouvoir communiquer. Elles utilisent la langue des
signes ou le langage parlé complété. Les personnes malentendantes peuvent porter
des appareils de correction auditive externes ou des implants pour bénéficier d’un
confort d’audition.
Le handicap mental
Les personnes en situation de handicap mental éprouvent des difficultés d’ordre
cognitif, relatives à ce qui a trait à la compréhension, l’abstraction, la mémoire,
l’orientation dans l’espace, la déduction… Les activités qui en découlent, telles que
la lecture, l’écriture, de nombreux apprentissages ainsi que la gestion du quotidien
sont rendues difficiles. Les origines de ce handicap sont diverses (trisomie 21, traumatisme crânien, autisme…).
Ces personnes ont besoin d’être en sécurité dans leurs repères spatiaux et temporels,
particulièrement dans des situations inhabituelles. Elles ont une très grande sensibilité à l’environnement et aux relations personnelles.
Le handicap psychique
Le handicap psychique peut concerner la pensée (absence, délire, hallucination…),
le comportement (bizarrerie, apathie, autodestruction, violence…), l’affectivité (isolement, indifférence…). Il entrave, plus ou moins gravement, la vie sociale d’une
manière momentanée ou durable. Ces troubles sont provoqués par des maladies
telles que les névroses ou les psychoses. Ces personnes ont, parfois, besoin d’être
accompagnées par des professionnels de santé. Elles apprécient une qualité de relation humaine, empreinte d’écoute et de sérénité.
La perte d’autonomie liée à l’âge
Avec l’âge peuvent apparaître des déficiences qui parfois se cumulent : perte de la
mobilité, de l’audition, de la vision, troubles cognitifs et mnésiques importants…
Les personnes âgées en perte d’autonomie sont sujettes à une grande fatigabilité, à
une mobilité réduite ou encore à des pertes d’équilibre.
sa singularité ?
»
Alexandre Jollien, Le métier d’homme, éditions du Seuil 2002.
87
86
«
Je suis les liens que je tisse avec d’autres.
Albert Jacquard, Petite philosophie à l’usage des non philosophes.
Handicaps
et
invisibles trompeurs
Apparences et réalités
Les handicaps non apparents
Certaines formes
de handicap ne
sont pas toujours
identifiables
ou peuvent prêter
à confusion.
Ces handicaps sont plus fréquents qu’on ne l’imagine. Beaucoup de difficultés ne sont
pas apparentes. Le fauteuil roulant, manuel ou électrique, la canne blanche, le chien
guide d’aveugle permettent de comprendre d’emblée à quel type de difficulté l’on se
trouve confronté. Mais la surdité, la fatigabilité, la difficulté à voir ou les problèmes
d’expression ne sont pas toujours visibles au premier abord. Or, contrairement aux
idées reçues, les gênes cachées sont parfois plus « handicapantes » que celles qui sont
visibles. Celles et ceux qui sont atteints de ces handicaps, même s’ils arrivent à voir,
entendre ou marcher « un peu », le font imparfaitement mais au prix d’efforts importants ou d’aménagements adaptés.
Les handicaps trompeurs
Certains handicaps donnent une image trompeuse de la personne qui en est atteinte.
Les troubles neurologiques, par exemple, peuvent provoquer des mouvements corporels désordonnés et altérer l’élocution mais coexister avec des facultés intellectuelles intactes et parfois de très haut niveau. Dans ce cas, l’apparence extérieure de
la personne donne à penser, à tort, qu’elle souffre de déficience intellectuelle et/ou
psychique. Ce processus peut perturber toute dynamique relationnelle.
»
89
88
Handicaps
limités dans le temps
Tout un chacun peut être confronté à une situation de handicap à un moment de sa
vie qui, pour un temps donné, peut limiter ses possibilités habituelles.
Tendre vers un
meilleur confort
pour tous.
Les professionnels des établissements culturels mobilisés sur la problématique de
l’accessibilité ont compris qu’il n’y avait pas nécessairement lieu de stigmatiser des
populations mais d’envisager l’ensemble des situations de handicap.
L’important est que la société s’organise pour supprimer au maximum toute
barrière limitant une vie autonome, la participation sociale et culturelle.
Gêne à marcher, à apprendre,
à comprendre, à écrire, à s’exprimer,
à lire, à communiquer, à mémoriser,
à se déplacer, à monter des escaliers,
à rester longtemps debout, à entendre,
surtout au milieu d’un brouhaha,
à avoir un comportement socialement
« acceptable »…
Ces limitations mettent ceux qui en souffrent dans une situation
incontestable de handicap.
Mise en conformité
de l’établissement
La loi du 11 février 2005 a réaffirmé et renforcé, notamment dans
ses articles 41 à 43 et 51, les contraintes imposées par le code de la
construction et de l’habitation aux propriétaires et aux constructeurs
en matière d’accessibilité du cadre bâti aux personnes en situation
de handicap (constructions neuves, travaux sur des bâtiments ou
parties de bâtiments d’habitation existants et établissements
recevant du public).
Les nouveaux textes sont applicables à tous les permis de construire
déposés depuis le 1er janvier 2007.
Le décret du 17 mai 2006 met en œuvre le principe d’accessibilité
généralisée qui doit permettre à toutes les personnes, quel que soit
leur handicap (physique, sensoriel, mental, psychique et cognitif)
d’exercer les actes de la vie quotidienne et de participer à la vie
sociale.
92
106
Normes réglementaires
Mise en application de la loi
93
92
Un document illustré,
en annexe à la circulaire
inteministérielle n° DGUHC-53
du 30 novembre 2007
relative à l’accessibilité des
établissements recevant du
public donne des indications
claires sur les obligations
légales est disponible sur le
site : www.logement.gouv.fr
Les dispositions prises pour
l’application des articles
R.111-19 à R.111-19-3
et R.111-19-6 du code de la
construction et de l’habitation
relatifs à l’accessibilité aux
personnes handicapées
des établissements recevant
du public et aux installations
ouvertes au public lors de leur
construction ou de leur création
sont fixées dans l’arrêté
du 1er août 2006 (NOR :
SOCU0611478A).
Cheminement
Arrêté du 1er août 2006
(ERP et IOP lors de leur
construction ou création)
Article 2 : dispositions
relatives aux cheminements
extérieurs
Qualité des revêtements
Arrêté du 1er août 2006
(ERP et IOP lors de leur
construction ou création)
Article 6 : dispositions
relatives aux circulations
intérieures horizontales
Article 9 : dispositions
relatives aux revêtements
des sols, murs et plafonds
Stationner
Arrêté du 1er août 2006
(ERP et IOP lors de leur
construction ou création)
Article 3 : dispositions
relatives au stationnement
automobile
Normes réglementaires
Point de stationnement
et cheminement
adapté aux abords de
la Maison de la culture
de Bobigny, MC93.
Signalisation d’un accès
à emprunter par les
personnes en fauteuil
roulant à l’opéra du
Rhin à Strasbourg.
Les accès et les abords du site
Selon le législateur, il convient de prendre en compte :
• le repérage et le guidage : signalisation adaptée (visible, lisible et compréhensible), revêtement du cheminement accessible présentant un contraste visuel et tactile par rapport à son environnement
• les caractéristiques dimensionnelles des cheminements extérieurs : plain-pied, largeurs de passage et de
manœuvre pour les personnes circulant en fauteuil roulant ou avec des béquilles
• la sécurité d’usage : sol ou revêtement de sol non meuble, non glissant, non réfléchissant, sans obstacles
à la roue ; absence de trous ou de fentes au sol ayant un diamètre ou une largeur supérieur à 2 cm, absence
d’obstacles à hauteur de visage (en dessous de 2,2 m), marches et volets de marches sécurisées…
• le stationnement automobile : au minimum 2 % du parc de stationnement doit être adapté (repérage, de
plain-pied, de largeur minimale de 3,3 m, système de contrôle d’accès ou de sortie adapté).
Enfin, la présence de points de repos et un espace permettant une dépose minute à proximité de l’entrée
de l’établissement culturel sont fortement recommandés.
La rampe d’accès de
la Maison de la culture
de Grenoble.
95
94
Définition de l’établissement
recevant du public (ERP)
Le code de la construction et
de l’habitation (CCH) désigne
comme établissement
recevant du public « tous
bâtiments, locaux et
enceintes dans lesquels des
personnes sont admises, soit
librement, soit moyennant une
rétribution ou une
participation quelconque, ou
dans lesquels sont tenues
des réunions ouvertes à tout
venant ou sur invitation,
payantes ou non »
(art. R. 123-2)
Les établissements sont,
classés en catégories, en
référence au code de la
construction et de l’habitation
(art. R123-19)
Entrer et sortir
Arrêté du 1er août 2006
ERP et IOP lors de leur
construction ou création
Article 4 : dispositions
relatives aux accès à
l’établissement ou
l’installation
Article 11 : dispositions
relatives aux locaux ouverts
au public, aux équipements et
dispositifs de commande
Article 13 : dispositions
relatives aux sorties
Les portes
Arrêté du 1er août 2006
ERP et IOP lors de leur
construction ou création
Article 2.II.2°: dispositions
relatives aux cheminements
extérieurs, caractéristiques
dimensionnelles
Article 10 : dispositions
relatives aux portes,
portiques, sas
Accueil, billetterie
Arrêté du 1er août 2006
ERP et IOP lors de leur
construction ou création
Article 5 : dispositions
relatives à l’accueil du public
Article 14 : dispositions
relatives à l’éclairage
Article 19 : dispositions
relatives aux caisses de
paiement disposées en
batterie
Normes réglementaires
L’espace d’accueil à
Canal 93 et une aire de
confort à la Maison de
la culture 93.
La mise
à disposition
d’une chaise
à proximité du
guichet d’accueil
participe à
la qualité et au
confort d’accueil
des personnes
à grande
« fatigabilité ».
Au Centre national de la danse,
le jeu entre les couleurs
et les pictogrammes facilite
le repérage dans l’espace.
Librairie de la Maison de la
culture 93. Une signalétique
visible, des portes d’entrée
à ouverture automatique,
un cheminement de plain-pied.
L’espace d’accueil
Les dispositions précisées par le législateur
L’espace d’accueil doit permettre au public de repérer de façon naturelle les lieux et
les services qui lui sont ouverts (caisses, vestiaires, panneaux d’information, distributeurs de boissons, téléphones, informations, entrées des salles de spectacles...) à
l’aide d’une signalétique efficace intégrée dans l’architecture du lieu : repères visuels,
annonces sonores, repères tactiles, plans d’orientation en relief...
• Tout aménagement, équipement ou mobilier, situé au point d’accueil et nécessaire afin d’accéder aux espaces
ouverts au public, doit pouvoir être repéré et atteint par une personne handicapée dans le but de les utiliser (en position debout ou assise) et de les comprendre.
• Toute information strictement sonore nécessaire à l’utilisation normale du point d’accueil doit faire
l’objet d’une transmission par des moyens adaptés ou être doublée par une information visuelle.
• Lorsque des usages tels que la lecture, l’écriture et l’utilisation d’un clavier sont requis, au moins une partie
de l’équipement doit présenter des dimensions permettant notamment à une personne en fauteuil roulant
de les utiliser.
• Lorsque l’accueil est sonorisé, il doit être équipé d’un système de transmission du signal acoustique par
induction magnétique, signalé par un pictogramme. L’équipement d’une boucle magnétique permet de mieux
communiquer avec les personnes malentendantes appareillées.
Les personnes les plus fragiles doivent disposer de points de repos afin de se sentir
sécurisées, de pouvoir s’isoler de la foule, de bénéficier d’un environnement apaisant
avec une acoustique peu bruyante et de rendre leur temps d’attente confortable.
Le guichet d’accueil
Le guichet d’accueil est souvent le lieu d’une structure culturelle où s’effectue le premier contact. Cela lui confère une importance particulière. Outre les aspects réglementaires fixant les contraintes de dimension et de repérage, les aspects de type relationnel sont à prendre en compte. Outre les aspects réglementaires fixant les contraintes
de dimension et de repérage, les aspects de type relationnel sont à prendre en compte.
Le public doit avoir l’impression d’être attendu et il doit être bien accueilli.
97
96
Éclairage
Un éclairage direct peut
s’avérer très éblouissant
et douloureux pour des
personnes malvoyantes.
L’utilisation des baies vitrées
orientées sud dotées de
systèmes de gestion de la
lumière (rideaux, stores...)
induisent tout de suite une
impression de confort.
Signalisation
Arrêté du 1er août 2006
ERP et IOP lors de leur
construction ou création
Article 4 : dispositions
relatives aux accès
à l’établissement ou
l’installation
Annexe 3 : informations
et signalisation
Normes réglementaires
Un éclairage doux et
directionnel dans les
espaces de circulation
de l’opéra du Rhin
à Strasbourg.
La mise en œuvre
des points
lumineux doit
éviter tout effet
d’éblouissement
direct des
usagers en
position « debout »
comme « assis »
et le reflet sur
la signalétique.
Aux abords du Centre
national de la danse,
un parcours lumineux
pour les fauteuils
roulants.
Des indications à
hauteur des mains
pour les aveugles
et à hauteur d’yeux
pour les enfants.
L’éclairage
La signalétique et les repères pour s’orienter
Lorsque la pénombre s’installe, l’éclairage doit être confortable pour tous les publics
et s’avère nécessaire pour un certain nombre de personnes en situation de handicap.
Un bon éclairage permet notamment :
• de repérer facilement les zones de circulation et les obstacles sur les cheminements : marches isolées, obstacles à hauteur de visage
• d’identifier les supports d’information
• de faciliter la communication avec autrui notamment pour les personnes utilisant
la lecture labiale ou pratiquant la langue des signes.
Plus l’espace est important et complexe, plus la signalétique devient un élément déterminant afin d’assurer une autonomie de circulation et de mouvement pour tous les publics.
Lorsque des informations permanentes sont proposées aux visiteurs par le moyen d’une signalisation
visuelle ou sonore, celles-ci doivent être perçues et interprétées par un visiteur handicapé, quel que soit
son handicap.
Le législateur précise que le dispositif d’éclairage artificiel doit permettre d’obtenir des
valeurs d’éclairement mesurées au sol d’au moins :
• 20 lux en tout point du cheminement extérieur accessible
• 200 lux au droit des postes d’accueil
• 100 lux en tout point des circulations intérieures horizontales
• 150 lux en tout point de chaque escalier et équipement mobile
• 50 lux en tout point des circulations piétonnes des parcs de stationnement
• 20 lux en tout autre point des parcs de stationnement..
Le législateur précise que ces éléments d’information et de signalisation doivent être :
• visibles : information regroupée ; support d’information contrasté par rapport à son environnement
immédiat permettant une vision et une lecture en position « debout » comme en position « assis ». Le support doit être situé à une hauteur inférieure à 2,2 m, permettre à une personne malvoyante de s’approcher
à moins de 1 m et non éblouissant
• lisibles : information fortement contrastée par rapport à son support, hauteur des caractères d’écriture
proportionnée aux circonstances
• compréhensibles : la signalétique doit recourir autant que possible à des icônes ou à des pictogrammes ;
lorsqu’ils existent, le recours aux pictogrammes normalisés s’impose.
99
98
Éléments pouvant
faire obstacle
au cheminement
Points de rupture tels que
dénivellement, passage de
porte
Arrêté du 1er août 2006
ERP et IOP lors de leur
construction ou création
Article 6 : dispositions
relatives aux circulations
intérieures horizontales
Article 9 : dispositions
relatives aux revêtements des
sols, murs et plafonds
Article 10 : dispositions
relatives aux portes, portiques
et sas
Normes réglementaires
Cheminement extérieur à
Canal 93 : une possibilité
d’autonomie pour les
personnes en fauteuil ; des
repères contrastés pour les
personnes mal voyantes.
Au Théâtre de la Colline,
un hall vaste et un jeu de
couleurs sur les murs
facilitent les déplacements.
Circulations horizontales
Cheminer
en toute
autonomie.
Le législateur précise que les circulations intérieures horizontales doivent être accessibles et ne pas présenter de dangers pour les personnes handicapées.
Les principaux éléments structurants du cheminement doivent être repérables par les
personnes ayant une déficience visuelle.
Les usagers handicapés doivent pouvoir accéder et quitter l’ensemble des locaux
ouverts au public de manière autonome.
Cela suppose notamment :
• des cheminements horizontaux et sans ressaut (lorsqu’une dénivellation ne peut pas
être évitée, un plan incliné de pente inférieure ou égale à 5 % doit être aménagé afin
de la franchir)
• une largeur minimale du cheminement accessible de 1,40 m, libre de tout obstacle afin de faciliter les croisements
• des dévers n’excédant pas les 2 %
Dans les locaux
de Canal 93, des
matériaux contrastés,
des largeurs de
passage confortables
et sans obstacles pour
une circulation aisée.
• une sécurité d’usage : sol ou revêtement de sol non meuble, non glissant, sans obstacles à la roue,
absence de trous ou fentes au sol ayant un diamètre ou une largeur supérieur à 2 cm et d’obstacles à hauteur de visage (en dessous de 2,2 m).
Par ailleurs, toute porte située sur les cheminements doit permettre le passage des personnes handicapées
et doit pouvoir être utilisée par des personnes ayant des capacités physiques réduites.
Les caractéristiques dimensionnelles des portes doivent être :
• de largeur minimale de 1,40 m pour les portes principales desservant des espaces pouvant recevoir plus
de 100 personnes (si les portes sont composées de plusieurs vantaux, la largeur minimale du vantail couramment utilisée doit être de 0,90 m)
• de largeur minimale de 0,90 m pour les portes principales desservant des espaces recevant moins de 100
personnes.
101
100
Aide au cheminement
Arrêté du 1er août 2006
ERP et IOP lors de leur
construction ou création
Article 7 : dispositions
relatives aux circulations
intérieures verticales
Article 8 : dispositions
relatives aux tapis roulants,
escaliers et plans inclinés
mécaniques
Sanitaires
Arrêté du 1er août 2006
ERP et IOP lors de leur
construction ou création
Article 12 : dispositions
relatives aux sanitaires
Normes réglementaires
Des couleurs contrastées,
des bandes antiglissantes
et une rampe pour faciliter
la montée des escaliers.
Au Pari à Tarbes,
des douches et des
sanitaires adaptés
dans les loges pour
accueillir les artistes
en situation de
handicap.
Un élévateur double
l’escalier qui conduit au
hall du théâtre.
Accéder
aux différents
niveaux
du bâtiment.
Circulations verticales
Les sanitaires
Alors que certaines personnes en situation de handicap (personnes aveugles, certaines
personnes à équilibre précaire, personnes phobiques) préfèrent les escaliers, d’autres
utilisent systématiquement l’ascenseur afin de monter ou de descendre d’un niveau.
Il s’agit donc de veiller à ce que ces deux modes de circulations soient adaptés aux
besoins du plus grand nombre.
Le législateur précise que chaque niveau accessible, lorsque des sanitaires y sont prévus pour le public, doit
comporter au moins un cabinet d’aisances aménagé pour les personnes handicapées circulant en fauteuil
roulant.
Ce cabinet d’aisances doit présenter les caractéristiques suivantes :
• comporter, en dehors du débattement de la porte, un espace de 0,80 x 1,30 m situé latéralement par rapport à la cuvette
• comprendre un espace de manœuvre d’un diamètre de 1,50 m avec une possibilité de demi-tour située
de préférence à l’intérieur du cabinet, et à défaut, à l’extérieur devant la porte
• comporter un lave-mains dont le plan supérieur est situé à une hauteur maximale de 0,85 m
• disposer d’une surface d’assise de la cuvette située à une hauteur comprise entre 0,45 et 0,50 m du sol,
abattant inclus
• être équipé, à côté de la cuvette, d’une barre d’appui latérale située à une hauteur comprise entre 0,70 m
et 0,80 m qui permette à une personne en fauteuil roulant de se relever ou d’être transférée.
Le législateur précise que les bâtiments comportant un ascenseur doivent desservir
l’ensemble des niveaux « décalés » avec une dénivellation supérieure ou égale à
1,20 m. Les marches et les escaliers doivent pouvoir être utilisés en toute sécurité par
les personnes handicapées y compris lorsqu’une aide appropriée est nécessaire.
Le législateur précise également que tous les ascenseurs doivent pouvoir être utilisés
par les personnes handicapées en étant conformes à la norme NF EN 81-70 relative
à « l’accessibilité aux ascenseurs pour toutes les personnes y compris les personnes
avec handicap ».
103
102
Divers équipements
et espaces
(vestiaires, loges…),
salles polyvalentes
et de spectacle.
Arrêté du 1er août 2006
ERP et IOP lors de leur
construction ou création
Article 5 : dispositions
relatives à l’accueil du public
Article 11 : dispositions
relatives aux locaux ouverts
au public, aux équipements
et dispositifs de commande
Article 16 : dispositions
relatives aux établissements
recevant du public assis
Article 18 : dispositions
supplémentaires relatives
aux douches et cabines
Normes réglementaires
Aménagements de gradins dans
la salle J.-M. Koltès du Théâtre
national de Strasbourg ;
ce dispositif modulable peut
accueillir jusqu’à 12 personnes à
mobilité réduite par représentation.
Au Théâtre national
de Strasbourg, un plan
incliné et une rampe
pour se diriger vers
l’entrée des artistes.
Une loge aménagée
à Canal 93.
Ne pas oublier
les espaces
réservés
aux artistes.
Au Pari, à Tarbes, un ascenseur
arrive à hauteur de scène
permettant aux artistes comme
aux spectateurs d’être de plainpied.
Vestiaires, loges, scène et studios
La salle de spectacle
Ces lieux sont trop souvent oubliés dans les démarches de mise en accessibilité.
Néanmoins, ils doivent être rendus accessibles aux artistes en situation de handicap.
Il faut donc prévoir :
• au moins une loge et un vestiaire pour des personnes circulant en fauteuil roulant :
mobilier adapté, douches accessibles, espaces de circulation suffisants...
• un accès aisé et rapide de l’espace allant des vestiaires à la scène pour les personnes
à mobilité réduite : aires de dégagement, accès si possible de plain-pied
• pour les structures de taille importante, des loges et des vestiaires qui permettent
d’accueillir des compagnies d’artistes à l’effectif nombreux.
Le législateur précise que tout établissement ou installation recevant du public assis doit pouvoir
accueillir des personnes handicapées dans des conditions d’accès et d’utilisation identiques à celles proposées aux personnes valides.
À cet effet, des emplacements accessibles par un cheminement praticable doivent être aménagés.
Le nombre de ces emplacements est défini de la manière suivante :
• jusqu’à 50 places : 2 emplacements adaptés
• jusqu’à 1 000 places : 1 emplacement adapté par tranche de 50 places supplémentaires
• plus de 1 000 places : décision fixée par arrêté municipal avec un minimum de 21 emplacements adaptés.
Chaque emplacement accessible doit correspondre à un espace d’usage de 0,80 x 1,30 m au moins.
Lorsque plusieurs places s’imposent et que la nature des prestations proposées par l’établissement présente
des différences importantes selon l’endroit où le public est admis, les places adaptées doivent être réparties en fonction des différentes catégories de places offertes au public.
Afin d’améliorer le confort d’usage de la salle de spectacle, il est recommandé de proposer des numéros
de rangées et de sièges bien lisibles (gros caractères, contrastes de couleur).
Par ailleurs, la présence de sièges avec accoudoirs relevables permet à des personnes en fauteuil roulant
d’effectuer des transferts et à des personnes de forte taille de bénéficier d’une assise confortable.
Téléphones publics, cafétérias, coins bars, distributeurs
Il convient de faciliter le repérage et l’accessibilité de ces espaces, sans présence
d’obstacles.
105
104
Sécurité
Arrêté du 1er août 2006
ERP et IOP lors de leur
construction ou création
Normes réglementaires
Une manifestation
de plein air sur
l’esplanade du
Champ-de-Mars
(Défistival, Paris).
Les manifestations en plein air
Penser à tout ce
qui peut faciliter
le repérage et
le cheminement.
Les manifestations en plein air sont bien moins contraignantes en terme d’accessibilité que les structures fermées : les espaces sont ouverts, l’orientation est facilitée
et les circulations sont généralement de plain-pied.
Il est néanmoins important :
• de mettre à disposition des sanitaires mobiles adaptés aux personnes à mobilité
réduite
• de prévoir des zones de circulation facilement carrossables, quelles que soient les
conditions météorologiques, notamment lorsque les sols sont en terre
• de disposer d’accès de plain-pied pour les chapiteaux, stands, billetteries, gradins,
scènes et autres espaces dédiés (point presse, espace artistes...)
• de penser à une signalétique adaptée et efficace permettant d’identifier facilement
les différents espaces ouverts aux publics
• d’indiquer particulièrement les cheminements ou services dédiés aux personnes en
situation de handicap : accompagnement, emplacements réservés, sanitaires adaptés, présence d’un médiateur en langue des signes...
• de réaliser préalablement, pour les manifestations se déroulant en milieu urbain
comme les festivals de rue, un état des lieux de l’accessibilité en matière de circula-
Le sentiment de
sécurité se trouve
renforcé notamment
par une lecture
facilitée des
possibilités de sortie
en cas d’urgence.
Une main courante
Braillecom.
tion et privilégier les emplacements des festivités dans les espaces les plus accessibles. Des plans de
circulation indiquant les niveaux d’accessibilité du site représentent aussi des aides très appréciées.
La sécurité
Les responsables des structures culturelles doivent s’assurer que l’ensemble des publics, et particulièrement
les personnes en situation de handicap, sont en sécurité.
Le sentiment de sécurité se trouve notamment renforcé par une lecture facilitée des possibilités de sortie
en cas d’urgence, par une déclinaison multisensorielle des signaux d’alerte et de la signalétique pour
l’évacuation des espaces.
Afin de renforcer le sentiment de sécurité des publics, une attention sera également portée à l’éclairage général des espaces de circulation, à la présence de points de repos, de mains courantes et surtout à l’identification des personnels d’accueil et d’information.
Des aménagements techniques peuvent venir renforcer la sécurisation des espaces. On peut, par exemple,
imaginer l’installation d’alarmes visuelles dans des lieux comme les sanitaires, les loges, les vestiaires où
des personnes sourdes sont amenées à se trouver seules.
Les ministères concernés travaillent à la réforme des textes relatif à la sécurité (GN8).Une actualisation des
connaissances dans ce domaine doit être régulièrement effectuée par le correspondant immobilier de
l’institution culturelle.
107
106
La commission consultative
départementale de sécurité et
d’accessibilité (CCDSA)
formule les avis concernant
l’accessibilité aux personnes
handicapées des établissements
recevant du public,
des installations ouvertes
au public, de la voirie,
des espaces publics et
des bâtiments d’habitation.
La circulaire interministérielle
DGUHC 2006 n° 2006-96 du
21 décembre 2006 précise
les missions et la composition
de cette commission.
Mise en
Articles R111-19-23
et L111-7-3
ERP : établissement recevant
du public
IOP : installations ouvertes au
public
Catégorie
(chiffre défini par l’article
R123-19 du code de la
construction et de
l’habitation)
1re catégorie Au-dessus de
1 500 personnes
2e catégorie De 701 à 1 500
personnes
3e catégorie De 301 à 700
personnes
4e catégorie 300 personnes
et au-dessous, à l’exception
des établissements compris
dans la 5e catégorie
5e catégorie Établissement
accueillant un nombre très
réduit de personnes
application de la loi
La mise en accessibilité comprend trois étapes : le diagnostic,
l’étude de faisabilité chiffrée, la réalisation des travaux nécessaires.
Le diagnostic
L’étude de faisabilité chiffrée
Les responsabilités et les sanctions
Le calendrier
Il comprend deux phases :
• un état des lieux qui apporte la connaissance précise de l’état d’accessibilité d’un bâtiment, de ses
points forts et de ses points faibles ;
• une description des travaux nécessaires reformulée
en préconisations.
Ce diagnostic est contrôlé par la commission consultative départementale de sécurité et d’accessibilité.
Des sous-commissions existent dans les communes
de plus de 5 000 habitants. Elle sont présidées par le
maire et regroupent des représentants de la commune, des associations d’usagers, des associations
représentant les personnes handicapées et les personnes âgées.
Cette commission dresse le constat d’accessibilité
des bâtiments, de la voirie et des transports.
Un diagnostic sur l’accessibilité d’une structure culturelle doit se faire en relation avec cette commission
communale qui étudie l’accessibilité globale de la
commune et donc les cheminements nécessaires
pour atteindre la structure.
Le diagnostic est tenu à la disposition de tout usager
de l’établissement ou de l’installation.
Les préconisations données lors du diagnostic font
l’objet d’arbitrage, car il n’existe pas une seule solution aux difficultés rencontrées, mais plusieurs
possibles.
Elle ne peut se confondre avec le diagnostic.
Au vu des recommandations du diagnostic, un cahier
des charges précis doit être réalisé pour une étude de
faisabilité technique et financière qui permettra le
chiffrage des travaux à engager et la programmation financière qu’il faut prévoir en amont.
Le coût des travaux de mise en conformité d’un établissement recevant du public est de la responsabilité du propriétaire.
Le coût du diagnostic chiffré réalisé par un architectemétreur relève de la responsabilité du gestionnaire
de l’établissement.
En cas de non-respect des dispositions légales, les
sanctions prévues par la loi handicap du 11 février
2005 sont : la fermeture de l’établissement ne respectant pas le délai de mise en accessibilité ; le remboursement des subventions publiques ; une amende
de 45 000 euros pour les architectes, entrepreneurs
et toute personne responsable de l’exécution des
travaux. Une interdiction d’exercer peut être prononcée. En cas de récidive, la peine est portée à six
mois d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende.
Une nouvelle rédaction du décret n° 2006-555 du
17 mai 2006 en cours de publication impose deux
dates pour la réalisation des diagnostics des ERP :
Les dérogations
Le champ des dérogations est défini par le décret
du 17 mai 2006.
Elles concernent les cas d’impossibilité technique, de
conservation du patrimoine architectural, ou les cas
où il existe une disproportion manifeste entre les
améliorations apportées et l’importance des travaux
à réaliser ou entre la mise en accessibilité et ses
conséquences sur l’activité de l’établissement.
C’est le préfet qui, par le biais d’un arrêté, autorise
ou non la dérogation. Il prend sa décision après avis
de la sous-commission départementale d’accessibilité
ou de la commission d’arrondissement d’accessibilité.
Notons qu’en l’absence de réponse du préfet dans
les trois mois suivant la réception d’une demande
de dérogation, celle-ci est tacitement refusée.
La dérogation doit s’accompagner de mise en œuvre
de mesures compensatoires.
• 1er janvier 2010 pour les ERP de 1re et 2e catégorie
ainsi que les bâtiments appartenant à l’État de la
1re à la 4e catégorie
• 1er janvier 2011 pour les bâtiments de 3e et 4e catégorie (à l’exception des bâtiments appartenant à
l’État) ainsi que pour les ERP de catégorie 1 à 4
visés à l’article R.111-19-12 du code de la construction et de l’habitation (établissements spéciaux)
et une date pour la mise en conformité :
• 1er janvier 2015 pour les ERP de 1re à 4e catégorie
doivent être mis en conformité (ensemble des parties ouvertes au public).
Pour les établissements recevant du public de
5e catégorie et les IOP (installations ouvertes au
public) il n’y a pas d’obligation de diagnostic, seulement une mise en conformité, avec ou sans travaux
prévus (concernant les ERP de 5e catégorie, mise en
conformité de l’ensemble des prestations dans une
partie du bâtiment accessible située au plus proche
de l’entrée).
109
108
La réussite d’une démarche d’accessibilité
repose sur 4 grands principes d’action
Pour résumer...
quatre grands principes
Penser l’accessibilité de l’établissement de manière globale
• Prendre en compte la diversité des handicaps
• Rendre accessible les locaux, l’information et l’ensemble des activités
proposées
• Prendre en compte les personnes en situation de handicap dans toute
mesure et action engagées pour le tout public
• Prendre des mesures spécifiques de compensation pour tel ou tel handicap
d’action
S’inscrire dans une démarche partenariale
• Identifier les personnes en situation de handicap sur le territoire, en repérant
les principaux acteurs relais
• Se faire connaître et établir des collaborations avec les élus, les professionnels
et les associations concernées
• Développer des échanges, des mises en réseau de professionnels du spectacle
vivant sur cette problématique
• Mutualiser les moyens en termes d’équipements, d’information, de personnels
Mobiliser l’ensemble du personnel et le tout public sur ces questions
• Sensibiliser l’ensemble des équipes professionnelles de l’établissement et
former les personnels particulièrement concernés
• Nommer une personne référente, interlocutrice privilégiée des personnes
en situation de handicap et de l’ensemble des partenaires, personne
ressource auprès de ses collègues sur la question de l’accessibilité
• Sensibiliser l’ensemble du public à la démarche entreprise et travailler
avec lui les représentations et les craintes fréquentes engendrées par la
thématique du handicap
Planifier la mise en accessibilité de l’établissement
• Réaliser un état des lieux de l’accessibilité des locaux, de l’information, des
spectacles et de l’accueil des personnes en situation de handicap aux
différentes activités proposées
• Établir un diagnostic chiffré de la mise en conformité des locaux
• Budgétiser les dépenses dans le cadre du calendrier indiqué par les textes
réglementaires
• Planifier et hiérarchiser les mesures nécessaires en anticipant
l’investissement humain et financier
• Évaluer régulièrement l’accessibilité de l’établissement, son offre, la qualité
de l’accueil et la fréquentation du public
Trouver des soutiens
et des conseils
112
Les dispositifs de collaboration
116
Les partenaires institutionnels
118
Les associations nationales représentatives
des personnes en situation de handicap
120
Les institutions sanitaires et sociales
126
Les pôles nationaux de ressources
127
Les réseaux
128
Les portails Internet
129
Les festivals « culture et handicap »
130
Se documenter
136
Textes de référence, quelques repères
113
112
Les dispositifs
de collaboration
LA COMMISSION NATIONALE CULTURE ET HANDICAP
Une instance
de dialogue.
Dans le cadre du lancement d’un plan
gouvernemental en faveur des personnes
en situation de handicap, est créée auprès
des ministres chargés de la culture et des
personnes en situation de handicap une
commission nationale Culture et Handicap, le 1er février 2001.
Elle a pour mission de faciliter l’accès à la
culture des personnes en situation de handicap, quelle que soit la nature de ce handicap, dans le souci de leur permettre de
participer pleinement à la vie culturelle et
de proposer des mesures dans tous les
domaines concernés, notamment l’accès
aux équipements, à la pratique artistique,
à la formation et aux métiers de la culture.
Elle comprend :
• des membres des ministères concernés ;
• huit associations représentatives des
personnes en situation de handicap qui se
sont engagées à représenter à la commission nationale Culture et Handicap l’ensemble des associations concernées (rassemblées au sein d’un comité d’entente)
et à être leurs porte-parole.
LA CONVENTION NATIONALE CULTURE ET HANDICAP
Ces associations représentatives sont :
– l’Union nationale des associations de
parents et amis de personnes handicapées mentales (UNAPEI) ;
– l’Association pour adultes et jeunes handicapés (APAJH) ;
– l’Association des paralysés de France
(APF) ;
– le Groupement pour l’insertion des personnes handicapées physiques (GIHP) ;
– l’Union des amis et familles de malades
mentaux (UNAFAM) ;
– l’Union nationale pour l’insertion
sociale des déficients auditifs (UNISDA) ;
– le Comité national pour la promotion
sociale des aveugles (CNPSA) ;
– le Comité de liaison et d’action des
parents d’enfants et d’adultes atteints de
handicaps associés (CLAPEAHA).
• deux organismes associés :
– la fondation nationale de gérontologie
– EUCREA-France (Europe Créativité)
• quatre personnes en situation de handicap appartenant au milieu culturel et
artistique.
Un protocole
pour l’accès
aux pratiques
artistiques
et culturelles
dans les
institutions
médico-sociales.
En 2006, les ministres chargés de la
culture et de la communication et des
personnes handicapées ont signé une
convention nationale.
Les deux ministères se sont engagés au
développement des activités culturelles
dans les institutions -sociales. Ils ont
défini les axes principaux de leur politique commune afin d’aider ces institutions à se doter d’une véritable politique
culturelle en lien avec le projet de vie des
personnes handicapées.
Afin de permettre aux personnes handicapées accueillies ou accompagnées en établissements ou services médico-sociaux
d’accéder à la culture ou à la pratique
culturelle ou artistique, cette convention
incite à la signature de jumelages entre les
institutions médico-sociales et les équipements culturels.
Ces jumelages sont établis sur la base
d’accords conclus entre l’institution et
l’équipement culturel et favorisent les
échanges. Les actions mises en œuvre
peuvent prendre la forme d’ateliers de
pratique artistique, d’actions de sensibilisation ou d’organisation de temps de
rencontre avec des compagnies artistiques, en amont ou en aval d’une présentation de spectacle à l’extérieur de l’institution.
La coordination d’activités culturelles
appelle un professionnalisme et une expérience reconnue. La conclusion de jumelages s’accompagne de la désignation de
« référents culture » au sein ou auprès
des institutions médico-sociales concernées qui assure le lien avec le milieu
culturel professionnel local.
À l’instar de cette convention nationale,
des conventions se sont signées dans
certaines régions entre les DRAC, les
DRASS (ou DDAS) et les collectivités territoriales concernées.
Plusieurs jumelages sont signés entre des
institutions médico-sociales et les établissements culturels.
115
114
Les dispositifs
de collaboration
LE LABEL TOURISME ET HANDICAP
Le label est une marque de qualité de l’accueil des personnes en situation de handicap, créée par le ministère chargé du tourisme, qui a confié à l’association Tourisme
et Handicap la mission d’aider concrètement à sa mise en œuvre. Le ministère chargé
de la culture a signé en juin 2006 avec le ministère chargé du tourisme une convention précisant les critères de labellisation des institutions culturelles.
La demande de labellisation est une démarche volontaire qui engage le professionnel du tourisme ou le prestataire de services à assurer, de façon pérenne un accueil
de qualité aux personnes en situation de handicap qu’ils souhaitent recevoir.
Un accompagnement Elle se fait auprès du délégué régional du tourisme.
pour une démarche La première étape est le renseignement d’un questionnaire d’auto-évaluation qui
d’accueil de qualité. permet d’apprécier l’état d’accessibilité de l’équipement pour les différents types de
handicap.
Si l’auto-évaluation est défavorable, le professionnel peut s’engager dans une démarche
d’adaptation de son équipement avec, éventuellement, le soutien et les conseils de
services compétents et des associations spécialisées.
Si l’auto-évaluation est positive, le professionnel peut s’engager dans la démarche de
la labellisation proprement dite ; en conséquence il reçoit la visite des évaluateurs (spécialisés et formés) chargés de recenser les aménagements nécessaires à entreprendre
pour un ou plusieurs types de handicaps. Ils établissent un diagnostic et un rapport
motivé qui est examiné par une commission régionale puis par la commission nationale d’attribution, mise en place par l’association Tourisme et Handicap.
Le label est accordé pour un ou plusieurs handicaps suivant les cas et pour une
durée de 5 ans, renouvelée après contrôle du maintien des critères d’accueil et
d’accessibilité.
Un pictogramme permet de faire connaître rapidement aux personnes concernées si
l’établissement leur est accessible ou non.
Pour plus de renseignements : www.tourisme-handicaps.org
LES TEMPS POUR VIVRE ENSEMBLE :
UN PROJET DE L’INITIATIVE EUROPÉENNE EQUAL (FONDS SOCIAL EUROPÉEN)
Pour un travail
en commun
des professionnels
et des usagers.
Le vote de la loi du 11 février 2005 est l’aboutissement de négociations pendant lesquelles les personnes handicapées ont demandé que tous les actes de la vie sociale
puissent bénéficier du même droit à compensation que les soins, l’intégration scolaire
ou professionnelle.
Vouloir l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées suppose en effet un égal accès aux lieux qui propagent la culture,
à la pratique culturelle et artistique, à l’offre culturelle, que ce soit par l’accessibilité
aux lieux de culture ou la mise en œuvre de dispositifs de communication.
C’est autour de ces objectifs que le ministère de la culture et de la communication a
rejoint le projet « les temps pour vivre ensemble » de l’initiative Equal (fonds social
européen) piloté par le groupement d’intérêt public « Handicaps et Compétences ».
Ce groupement est constitué de représentants de ministères, universités, associations représentatives de personnes handicapées, collectivités territoriales, organismes
d’insertion. Il a pour vocation d’intervenir sur toute la chaîne d’accessibilité, du
domicile de la personne handicapée aux lieux d’accueil, de scolarisation, de professionnalisation, de vie citoyenne et aussi de culture.
C’est ainsi qu’il est partenaire d’actions de formation de professionnels, de manifestations culturelles, de mise en réseau d’acteurs, de réalisations d’outils méthodologiques et de communication.
Toutes ces actions contribuent à aider les personnes handicapées et leurs familles à
pouvoir, tout au long de l’année, développer leur accès à une vie sociale plus riche
et plus diversifiée, accéder aux théâtres, aux salles de concerts, aux festivals, comme
spectateurs ou comme acteurs.
GIP Handicaps et Compétences
Itve.gip@wanadoo.fr
www.lestempspourvivreensemble.eu
Jean-Paul Champeaux, président
Alain Bony, directeur
117
116
Les partenaires
institutionnels
LES MINISTÈRES
• Ministère de la Culture
et de la Communication
Secrétariat général
182, rue Saint-Honoré
75033 Paris cedex 01
Correspondante générale de la mission
Culture et Handicap :
Sandrine Sophys-Veret. Elle coordonne
les actions des différentes directions
du ministère sur les questions
d’accessibilité. Elle assure le lien avec
les associations représentatives des
personnes handicapées, le réseau
interministériel et les établissements
publics culturels.
Téléphone : 01 40 15 78 07
Télécopie : 01 40 15 77 64
Courriel :
sandrine.sophys-veret@culture.gouv.fr
Direction générale de la création
et de la diffusion
62, rue Beaubourg
75003 Paris
Bureau de l’éducation et des
pratiques artistiques et culturelles
Il coordonne les actions du ministère en
faveur des personnes handicapées
dans le domaine du spectacle vivant et
des arts plastiques.
Chargée de mission : Emma Bockor
Téléphone : 01 40 15 88 29
Télécopie : 01 40 15 88 28
Courriel : emma.bockor@culture.gouv.fr
AUTRES INSTITUTIONS PUBLIQUES
Mission d’architecture conseil
Responsable : Michèle Kergosien
Courriel :
michele.kergosien@culture.gouv.fr
Au niveau régional, il existe dans
chaque DRAC, (Direction régionale des
Affaires culturelles) un référent handicap
à même de vous renseigner.
Pour trouver les coordonnées des
DRAC, aller sur le site du ministère
www.culture.gouv.fr/handicap
• Ministère du Travail,
des Relations sociales, de la Famille
et de la Solidarité
Au sein du ministère, le secrétariat
d’État chargé de la solidarité veille à
une meilleure intégration des personnes
en situation de handicap.
À Paris, la Direction générale des
affaires sociales (DGAS) est chargée
de l’élaboration, de la coordination et
de la mise en œuvre de la politique
d’intervention sociale, médico-sociale
et de solidarité.
En région, les directions régionales
et départementales des affaires
sociales (DRASS et DDASS)
disposent d’inspecteurs référents sur
les questions de handicap.
Délégation interministérielle aux
personnes handicapées (DIPH)
La DIPH assure la coordination des
ministères pour la mise en application
de la loi du 11 février 2005. Elle anime
différents groupes de travail sur le
thème et édite des cahiers de conseil.
Elle est l’instance de liaison avec le
Conseil national consultatif de
personnes handicapée (CNCPH).
11, place des Cinq martyrs du lycée
Buffon – 75014 Paris
Téléphone : 01 40 56 68 48
Caisse nationale de solidarité pour
l’autonomie (CNSA)
Elle a pour mission de suivre la qualité
du service rendu aux personnes
handicapées en garantissant l’équité de
traitement sur le territoire pour tous les
handicaps. Elle assure un rôle
d’animation du réseau des MDPH et
des équipes chargées de leur mise en
place et gère le fonds de
compensation.
Pour plus d’infos : www.cnsa.fr
www.handicap.gouv.fr
Maisons départementales
des personnes handicapées
Les maisons départementales des
personnes handicapées (MDPH) sont
un guichet d’accueil, d’orientation et de
reconnaissance des droits, prestations
et aides, qu’ils soient antérieurs ou
créés par la loi du 11 février 2005, pour
les personnes handicapées et leurs
familles. Elles accompagnent la
personne handicapée et sa famille dans
l’élaboration de son projet de vie (santé,
scolarité, professionnalisation et loisir).
Elles sont un relais essentiel pour
informer les personnes handicapées et
leur famille.
Mises en place et animées par le
conseil général, elles associent ce
dernier, les services de l’État, les
organismes de protection sociale et les
associations représentant les personnes
handicapées au sein d’un GIP.
• Ministère de l’Écologie,
de l’Énergie, du Développement
durable et de l’Aménagement
du territoire
Délégation ministérielle
à l’accessibilité (DMA)
En région, les directions
départementales de l’équipement
(DDE) ont des référents accessibilité.
Elles sont chargées d’accompagner la
démarche de mise en conformité et
d’animer des commissions
consultatives départementales
d’accessibilité et de sécurité.
Tour Pascal
92055 La Défense Cedex
Téléphone : 01 40 81 98 47
Télécopie : 01 40 81 98 95
DMA@equipement.gouv.fr
Fonds pour l’insertion
professionnelle des personnes
handicapées (AGEFIPH)
et ses délégations régionales.
On peut y trouver des conseils sur les
questions d’emplois et des aides pour
l’adaptation des postes de travail.
www.agefiph.asso.fr
Fonds pour l’insertion des personnes
handicapées dans la fonction
publique (FIPHFP)
On peut y trouver des conseils sur les
questions d’emplois et des aides pour
l’adaptation des postes de travail.
www.fiphfp.org
119
118
Les
associations nationales
représentatives des personnes
Fédération des
associations pour
en situation de handicap
adultes et jeunes
handicapés (APAJH)
185, bureaux de la Colline
92213 Saint-Cloud
Tél. : 01 55 39 56 00
Fax : 01 55 39 56 03
HANDICAP
MOTEUR
HANDICAP
VISUEL
HANDICAP
AUDITIF
HANDICAP
MENTAL
HANDICAP
PSYCHIQUE
AUTISME
TOUT TYPE
DE HANDICAP
Association des
Association nationale
Fédération des
Trisomie France
Fédération nationale
Autisme France
Association française
Groupement pour
paralysés de France
des parents d’enfants
associations de parents
des associations
1209, chemin des
de myopathie (AFM)
l’insertion des
(APF)
aveugles (ANPEA)
d’enfants déficients
d’usagers en psychiatrie
Campelières
12 bis, rue de Picpus
auditifs (ANPEDA)
(F.N.A.Psy)
06250 Mougins
75012 Paris
76, boulevard Magenta
Tél. : 04 93 46 00 48
Tél. : 01 43 42 40 40
75010 Paris
Fax : 04 93 46 01 14
www.apf.asso.fr
Fax : 01 43 42 40 66
Tél. : 01 53 35 86 86
33 rue Daviel
75013 PARIS
Tél : 01 43 64 85 42
Fax : 01 42 82 14 17
1, rue de l’Internationale
BP 59
91002 Evry Cédex
Tél. : 01 69 47 28 28
Fax : 01 42 86 21 59
personnes handicapées
17, bd Auguste Blanqui
75013 Paris
Tél. : 01 40 78 69 00
Fax : 01 45 89 40 57
10 rue du Monteil
42000 Saint-Étienne
Tél. : 04 77 37 87 29
Fax : 04 77 33 99 02
www.autismefrance.org
www.afm-france.org
http://perso.wanadoo.fr/anpea
Fax : 01 53 35 86 87
Fédération française
Comité de liaison et
Sesame-Autisme
d’action des parents
53, rue Clisson
d’enfants et d’adultes
Handicap International
75013 Paris
atteints de handicaps
Programme France
Tél. : 01 44 24 50 00
associés (CLAPEAHA)
Erac 14, avenue Berthelot
Fax : 01 53 61 25 63
18, rue Étex
75018 Paris
Tél. : 01 42 63 12 02
Fax : 01 46 27 80 92
69361 Lyon cedex 07
Fédération française
des associations
d’infirmes moteurs
cérébraux (FFAIMC)
19, rue de l’Abondance
69003 Lyon
Tél. : 04 72 84 22 31
Fax : 04 78 60 90 90
www.ffaimc.org
www.anpeda.org
Comité national pour
la promotion sociale
Fédération nationale
des aveugles et des
des sourds de France
amblyopes (CNPSAA)
41, rue Python
5 rue Duroc
75020 Paris
75007 Paris
Tél. : 01 40 30 18 36
Tél. : 01 44 49 27 17
Fax : 01 40 30 18 21
Fax : 01 44 49 27 30
www.fnsf.org
www.cnpsaa.fr
Union nationale pour
Union nationale
des associations
www.fnapsy.org
de parents,
de personnes
Union nationale des
handicapées mentales
amis et familles de
et de leurs amis
malades psychiques
(UNAPEI)
(UNAFAM)
15, rue Coysevox
75876 Paris cedex 18
Tél. : 01 44 85 50 50
Fax : 01 44 85 50 60
12, Villa Compoint
75 017 Paris
Tél. : 01 42 63 03 03
Fax : 01 42 63 44 00
www.unapei.org
www.unafam.org
www.sesame-autisme.com
PERSONNES ÂGÉES
l’insertion sociale
aveugles et déficients
du déficient auditif
Fondation nationale de
visuels (UNADEV)
(UNISDA)
gérontologie (FNG)
12 rue de Cursol
33002 Bordeaux Cédex
254, rue Saint Jacques
75005 Paris
Tél. : 01 43 26 96 09
Fax : 01 43 26 96 14
49, rue Mirabeau
75016 Paris
Tél. : 01 55 74 67 00
Fax. : 01 55 74 67 01
Tél. : 0 811 703 300
www.unisda.org
www.fng.fr
Fax : 05 56 33 85 90
www.unadev.com
physiques (GIHP)
10, rue Georges de Porto
Riche
75014 Paris
Tél. : 01 43 95 66 36
Fax : 01 45 40 40 26
www.gihpnational.org
Tél. : 04 72 76 88 44
Fax : 04 72 76 88 48
www.handicap-international.org
Union nationale des
CS 80351
Cette liste
n’est pas exhaustive.
www.trisomie21-france.org
www.apajh.org
Fédération nationale
des accidentés du
travail et des
handicapés (FNATH)
20, rue de la Tarentaise
BP 520
42007 Saint-Étienne cedex 1
Tél. : 04 77 49 42 42
Fax : 04 77 49 42 48
www.fnath.org
Union nationale des
associations de familles
de traumatisés crâniens
(UNAFTC)
32, rue de la Colonie
75013 Paris
Tél. : 01 53 80 66 03
Fax : 01 53 80 66 04
www.traumacranien.org
121
120
Nombre de jeunes et d’adultes en situation de handicap vivent au sein
d’institutions sanitaires ou médico-sociales, ou les fréquentent.
Il est essentiel pour un lieu de culture de connaître ces différentes
institutions et leurs missions pour établir un partenariat avec elles.
Selon les cas, elles sont des lieux de résidence, de soin, d’enseignement,
de rééducation, de loisirs, ou encore de travail. Chacune de ces structures
fonctionne avec des horaires différents et un intérêt particulier pour
l’offre culturelle.
Les
institutions
sanitaires et sociales
STRUCTURES SANITAIRES
Appartement thérapeutique : unité de
soin, à visée de réinsertion sociale, mise
à la disposition de quelques patients pour
des durées limitées et nécessitant une
présence importante sinon continue des
personnels soignants.
Atelier thérapeutique : lieu où sont utilisées des techniques de soins particulières en vue du réentraînement à l’exercice d’une activité professionnelle ou
sociale.
Centre d’accueil familial spécialisé
(CAFS) : structure ayant pour mission de
dépister et rééduquer en cure ambulatoire des enfants handicapés de moins de
six ans qui présentent des déficiences
sensorielles, motrices ou mentales ; guider
les familles et mener des actions préventives.
Le Centre d’action médico-social précoce (CAMSP) : structure ayant une mission d’aide auprès des futurs parents, de
prévention des difficultés des tout petits
de la naissance à 6 ans ; de soins à de
jeunes enfants handicapés. L’ensemble
de son action cherche à favoriser l’insertion du jeune enfant dans son milieu
familial et social, et à soutenir un développement harmonieux de ses capacités.
Centre d’accueil thérapeutique à temps
partiel (CATTP) : centre de maintien et
d’encouragement à une existence autonome par des actions de soutien et de
thérapie.
Centre médico-psycho pédagogique
(CMPP) : centre ayant un rôle de diagnostic et de traitement ambulatoire des
enfants de 3 à 18 ans (ou 20 ans selon le
cas) dont l’inadaptation est liée à des
troubles neuropsychologiques ou à des
troubles du comportement. Il permet la
réadaptation de l’enfant en le maintenant
dans son milieu familial, scolaire et social.
Centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle : centre de moyen
séjour, aux possibilités d’accueil très
diversifiées (spécialisé ou polyvalent ;
adultes ou enfants ; hospitalisation complète ou de jour…).
Foyer de postcure : structure extra-hospitalière, transition entre l’hospitalisation
psychiatrique et la reprise d’une existence
ordinaire.
Service de soins infirmiers à domicile
(SSIAD) : service assurant sur prescription médicale aux personnes malades ou
dépendantes les soins infirmiers et
d’hygiène générale, l’aide à l’accomplissement des actes essentiels de la vie ou
d’autres soins relevant d’autres auxiliaires
médicaux.
Hospitalisation à domicile (HAD) : alternative à l’hospitalisation assurée au domicile du malade, pour une durée limitée
mais révisable en fonction de l’évolution
de son état de santé, des soins médicaux
et paramédicaux continus et coordonnés
entre le service hospitalier, le médecin
traitant et tous les professionnels de santé
de ville nécessaires à une prise en charge
de qualité du malade.
Hôpital : établissement où l’on prodigue
des soins médicaux ou chirurgicaux. Le
système hospitalier français se compose
d’établissements de santé publics et d’établissements de santé privés. On distingue
les hôpitaux publics, établissements
publics rattachés à une collectivité locale,
des hôpitaux privés à but lucratif, sociétés commerciales, et des hôpitaux privés
à but non lucratif, associations loi 1901.
123
122
Les
institutions
sanitaires et sociales
STRUCTURES MÉDICO-SOCIALES
• Services d’accompagnement
• Structures d’hébergement
Centre d’accueil de jour (CAJ) : centre
pour personnes ayant des incapacités persistantes et permanentes où elles peuvent
recevoir, tout en rentrant chez elles à la
fin de la journée, des services de réadaptation, de maintien des capacités et de
soutien à l’intégration sociale.
Foyer d’accueil médicalisé (FAM) : foyer
accueillant des adultes lourdement handicapés à partir de 18 ans, en internat,
reconnus inaptes au travail par la CDAPH
(anciennement COTOREP) nécessitant
l’assistance d’une tierce personne pour
la plupart des actes essentiels de la vie
quotidienne ou ayant besoin d’un soutien et d’une stimulation constante ainsi
qu’un suivi médical et paramédical
constant ou régulier.
Foyer d’hébergement : foyer non médicalisé pour adultes handicapés à partir
de 18 ans, travaillant en milieu protégé ou
parfois en milieu ordinaire, à temps plein
ou à temps partiel.
Maison d’accueil spécialisée (MAS) :
structure d’hébergement recevant des personnes adultes atteintes d’un handicap
intellectuel, moteur, somatique, ou gravement polyhandicapées, n’ayant pu
acquérir un minimum d’autonomie.
Service d’accompagnement à la vie
sociale (SAVS) : service contribuant à la
réalisation du projet de vie de personnes
en situation de handicap, par un accompagnement adapté favorisant le maintien
ou la restauration de leurs liens familiaux,
sociaux, scolaires, universitaires ou professionnels et facilitant leur accès à l’ensemble des services offerts par la collectivité.
Service d’accompagnement médico-social
pour adultes handicapés (SAMSAH) :
service réalisant des missions d’intégration sociale et professionnelle également
dévolues aux SAVS, dans le cadre d’un
accompagnement médico-social adapté
comportant des prestations de soins. Ce
service s’adresse à des personnes lourdement handicapées afin de leur apporter
une réponse pluridimensionnelle intégrant
une dimension thérapeutique.
Groupe d’entraide mutuelle (GEM) :
structure favorisant l’insertion sociale des
personnes handicapées psychiques,
notamment par des activités culturelles
et de loisir.
Section d’adaptation spécialisée (SAS) :
structure accueillant des personnes handicapées ayant besoin d’une période transitoire pour se réadapter au travail, avant
l’entrée en ESAT.
Foyer de vie ou occupationnel pour personnes handicapées : foyer accueillant
des adultes handicapés ne pouvant pas
travailler en milieu protégé mais disposant d’une certaine autonomie (physique
et intellectuelle) ; ces structures fonctionnent en internat, semi-internat, externat,
accueil de jour, accueil temporaire, accueil
séquentiel ou encore en urgence.
• Structures médico-sociales enfants
• Établissements de travail protégé
Centre de distribution de travail à domicile (CDTD) : structure assimilée aux ateliers protégés procurant aux personnes
handicapées des travaux manuels ou
intellectuels à effectuer à domicile.
Établissement et service d’aide par le
travail (ESAT), anciennement dénommé
CAT : organisme de travail adapté dans
laquelle des personnes en situation de
handicap exercent une activité professionnelle dans des conditions aménagées.
Institut éducatif thérapeutique et pédagogique (ITEP) : lieu d’accueil des
enfants ou des adolescents présentant des
troubles du comportement importants,
sans pathologie psychotique ni déficience
intellectuelle.
Service d’éducation spécialisée et de
soins à domicile (SESSAD) : service
assurant un soutien à l’intégration scolaire ou à l’acquisition de l’autonomie
aux enfants et adolescents jusqu’à 20 ans,
en liaison avec les familles.
125
124
Les
institutions
sanitaires et sociales
• Structures d’accueil pour
personnes âgées
• Institutions spécialisées de
scolarisation ou de formation
Logement foyer : logements autonomes
proposant des services collectifs et des
aides à domicile.
Centre de rééducation professionnelle
(CRP) : structure facilitant la réinsertion
sociale du travailleur handicapé et lui
assurant une formation qualifiante, par
la proposition de stages.
Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) :
depuis la réforme de la tarification en
1999, les établissements accueillant des
personnes âgées – maisons de retraite,
MAPAD – sont appelés des EHPAD.
Petite unité de vie (PUV) : lieu de vie qui
a vocation à répondre aux besoins d’hébergement en milieu périurbain des personnes
âgées valides ou en perte d’autonomie,
d’accompagner les résidents dans leurs
actes de la vie quotidienne en cas de
besoin, de lutter contre la solitude et l’isolement en proposant des animations.
Unité de soins de longue durée (USLD) :
service d’établissement de santé assurant
l’hébergement et les soins des personnes
privées de leur autonomie, nécessitant
une surveillance médicale.
Institut d’éducation motrice (IEM) :
établissement accueillant des jeunes handicapés moteurs à leur sortie des centres
de réadaptation fonctionnelle (enseignement scolaire et professionnel, accompagné d’un ensemble de soins requis pour
la rééducation).
Institut médico-éducatif (IME) : institut
spécialisé, équivalent à un IMP ou un
IMPro, mais accueillant des enfants et
des adolescents de 3 à 18 ans (voire 20
ans).
Institut médico-pédagogique (IMP) :
établissement assurant les soins, l’éducation et l’enseignement général des enfants
handicapés de 6 (voire 3 ans) à 14 ans
environ.
Institut médico-professionnel (IMPro) :
établissement spécialisé prenant en
charge des adolescents handicapés, non
intégrables (momentanément ou durablement) dans les établissements de
l’Éducation nationale (adolescents jusqu’à
18 ou 20 ans).
• Dispositifs d’intégration scolaire
Classe d’intégration scolaire (CLIS) :
classe spécialisée de l’école élémentaire
et, exceptionnellement, maternelle, relevant du ministère de l’Éducation nationale dont l’objectif est de favoriser l’intégration progressive, partielle ou totale,
des enfants handicapés et développer de
manière optimale les capacités cognitives,
la sensibilité, le sens de la coopération, de
la solidarité et du civisme.
École régionale d’enseignement adapté
(EREA) : école accueillant des enfants
débiles moyens et légers de 12 à 16 ans,
qui ne peuvent être admis dans des
classes spécialisées, avec possibilité d’internat.
Unité pédagogique d’intégration (UPI) :
dispositif d’accueil collectif intégré au
sein de certains collèges (classe de dix
adolescents de 11 à 16 ans présentant un
handicap mental et relevant à l’école primaire de CLIS).
Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation
des jeunes handicapés et les enseignements adaptés (INS HEA) : structure de
formation d’enseignants, de directeurs
d’établissement, d’inspecteurs, dans le
domaine de l’adaptation et de l’intégration scolaire, enseignants à même d’œuvrer soit dans des classes, soit dans des
établissements pour mener à bien la politique d’éducation et d’intégration décidée par le ministère et le gouvernement.
127
126
Les pôles nationaux
de ressources
Accès Culture
Association ressource pour la mise en
accessibilité de spectacles, Accès-Culture
propose des aides techniques permettant aux
personnes déficientes sensorielles et mentales
d’assister à des représentations de théâtre, de
danse ou d’opéras de manière autonome.
wwwaccesculture.org
Courriel : accesculture@magic.fr
Association Tourisme et Handicaps (ATH)
L’ATH assure l’unité nationale du dispositif de
labellisation Tourisme et Handicap qui favorise la
promotion des politiques d’accès aux vacances
et aux loisirs.
www.tourisme-handicaps.org
Courriel : tourisme.handicaps@club-internet.fr
CEMAFORRE
Centre national de ressources pour l’accessibilité
des loisirs et de la culture.
Ingénierie culture-handicap : expertise, conseilassistance, études, réalisation d’états des lieux,
mise en réseau, formation, édition.
www.cemaforre.asso.fr
Fonds théâtral sonore
Centre de ressources Théâtre-Handicap pour
l’ensemble des professionnels du théâtre.
www.regardenfrancecompagnie.com
www.lefondstheatralsonore.com
Les réseaux
International Visual Theatre
Théâtre IVT Chaptal
Théâtre et compagnie bilingue LSF/français,
formation professionnelle, édition en LSF
www.ivt.fr
MESH
Les actions de MESH en faveur des personnes
handicapées se déclinent à travers plusieurs
axes : la sensibilisation et la formation à
la pédagogie et au montage de projets musique
et handicap.
www.mesh.asso.fr
Résonance contemporaine
Lieu de ressources et d’expérimentation de
nouvelles formes de travail artistique avec les
personnes handicapées. L’association a créé
l’ensemble professionnel « Les percussions de
Treffort » composé de musiciens valides et de
musiciens en situation de handicap.
www.resonancecontemporaine.org
SIDVEM
Service d’aide à l’intégration des personnes
déficientes visuelles dans les lieux
d’enseignement de la musique.
www.sidvem.org
Plusieurs de ces
organismes se sont
réunis en réseaux
nationaux ou
internationaux.
EUCREA France
Rassemblement national pour la promotion de
l’accès des personnes handicapées à la culture.
Eucrea regroupe de nombreuses associations
nationales de personnes handicapées et des
centres de ressources spécialisés dans le
domaine de la culture et du handicap.
Eucrea est membre de la commission nationale
Culture et Handicap
Courriel : eucrea.france@wanadoo.fr
www.eucreafrance.fr
EUCREA International
Organisation non gouvernementale, Eucrea
international est un réseau qui œuvre à
l’intégration des personnes handicapées (tous
types d’handicaps et tous âges) dans les
domaines de l’art, de la culture et des médias.
www.eucrea-international.org
Courriel : eucrea.international@wanadoo.fr
Réseau Spectacle vivant et accessibilité
Regroupement de plusieurs structures de
diffusion en vue de mutualiser les savoir-faire en
matière d’accessibilité.
Animé par Cemaforre, il regroupe la Cité de la
musique, le théâtre national de la Colline, les
théâtres de la Cartoucherie, le théâtre de l’Est
parisien, le théâtre de l’Opprimé...
Réseau des signataires de la charte
Musique et Handicap
Ce réseau regroupe des dynamiques locales
existantes autour d’une volonté commune
d’accès des personnes handicapées aux
pratiques musicales.
Courriel : mesh@mesh.asso.fr
Réseau ARIANE
Regroupement des établissements publics
culturels nationaux, réunis sous le pilotage de la
Cité des sciences et de l’industrie : Bibliothèque
publique d’information, Centre Pompidou,
Bibliothèque nationale de France, château de
Versailles, musée du Louvre, Cité de la musique,
Muséum national d’histoire naturelle, théâtre de
Chaillot, Accès Culture-Théâtre accessibles,
galerie du Grand Palais, Musée d’archéologie
nationale, musée d’Orsay, château de
Fontainebleau, Centre des monuments
nationaux, musée du quai Branly, musée de la
Marine, Réunion des musées nationaux, Centre
national des arts et métiers...
Le réseau édite une lettre d’information culturelle
à usage des publics en situation de handicap.
Réseau des villes
Réseau des Villes « Loisirs, Culture et
Handicaps »
Animé par Cemaforre, le réseau rassemble une
vingtaine de villes françaises qui échangent et
mutualisent les pratiques afin d’optimiser le
développement d’actions culturelles et de loisirs
en direction des personnes handicapées.
www.cemaforre.asso.fr
129
128
Nous ne pouvons donner une liste exhaustive
des festivals car il s’en crée tous les ans,
mais nous indiquons les plus représentatifs.
Les portails Internet
PORTAILS GÉNÉRALISTES
www.culture.gouv.fr (/ dossiers
thématiques /développement culturel
/handicap)
On peut y trouver les textes contractuels
et réglementaires, les événements,
le 1er guide édité par le ministère sur
« l’accessibilité et l’accueil des personnes
handicapées au sein des institutions
culturelles » ainsi qu’une sélection de
ressources et d’ouvrages.
Les festivals « culture et handicap »
HANDICAP AUDITIF
www.handica.com
www.visuf.com
Site dédié au handicap.
Les informations sont classées par
thème, produits et services.
Site d’information pour les personnes
sourdes et malentendantes, sur les
associations, les loisirs, les
conférences, les cours en LSF…
Art et Déchirure (Rouen – 76) –
Handicap mental, psychique, hôpital
www.art-et-déchirure.org –
Contact : Joël Delaunay
Téléphone : 02 32 95 11 78
www.websourd.org
Portail favorisant l’accès à l’information
et à la communication entre les
personnes sourdes et avec les
personnes entendantes.
Désaliéner (Morsang-sur-Orge – 91) –
Handicap mental, psychique, hôpital
Association Les Temps Mêlés –
Contact : Docteur Michel Guyader
Téléphone : 01 69 51 17 57
www.guidecaro.com
Site Internet de conseils aux personnes
sourdes et malentendantes.
Defistival (Paris – 75) –
Tous handicaps –
www.deaf.fr
Portail recensant les aides techniques
pour les personnes sourdes ou
malentendantes.
Festiv’art (Reffannes – 79) –
Handicap mental –
www.w3.org/wai
Portail en langue anglaise –
Recommandations de mise en
accessibilité des sites web pour tous.
www.cemaforre.asso.fr
Portail de l’accessibilité des loisirs et de la
culture (handicap, hôpital, dépendance).
HANDICAP VISUEL
www.handicapzero.org
www.ctnerhi.com.fr
Centre de documentation et d’études
sociales du Centre technique national
d’études et de recherches sur les
handicaps et les inadaptations
(CTNERHI)
Portail permettant un accès autonome
à l’information générale, le sport, les
loisirs, les médias, la santé, l’emploi
pour les personnes déficientes visuelles.
PERSONNES ÂGÉES
DÉPENDANTES
www.handicapsport.com
HANDICAP MOTEUR
www.agevillage.com
Site Internet d’informations, de conseil
et de services.
Portail de l’information sportive et de
loisirs pour les personnes handicapées.
www.jaccede.com
www.afnor.fr
Portail à l’attention des personnes à
mobilité réduite. Informations sur les
lieux accessibles, les associations, les
évènements…
Magazine d’informations électronique
des personnes handicapées, de leur
entourage et des professionnels qui
œuvrent dans ce domaine.
Organisme travaillant sur les normes
d’accessibilité, en particulier au sein des
instances européennes.
//site.maf.net/berceau
Festival Vice et Versa
(Valence – 26) –
Handicap sensoriel –
www.theatre-montansier.com
www.festival-vice-versa.com
Festival du Futur composé
(Paris – 75)– Autisme et culture –
//festivalfuturcompose.free.fr
Handiblues (île d’Oléron – 17) –
Tous handicaps –
Téléphone : 05 46 76 22 29
Festival Handistars (Carentoir – 56) –
Tous handicaps –
courriel : herga@wanadoo.fr
Handiclap (Nantes – 44) –
Tous handicaps –
Téléphone : 02 40 14 04 71
Festival international de la différence
(Paris – 75) – Tous handicaps –
Handi-moi oui ! (Le Mans – 72) –
Tous handicaps –
www.degryse.com.fr
www.membres.lycos.fr/handimoioui
Festival Itinéraires singuliers –
(Dijon – 21) – Tous handicaps –
L’Âme de Fond (Dieppe – 76) –
Handicap mental – www.lamedefond.net
www.itinérairessinguliers.com
Festival Art et Handicap
(Breuvannes – 52) – Tous handicaps –
www.voirplus.net
Portail d’informations portant sur
l’accessibilité du web, les technologies
d’accès, les associations et la lecture
pour les personnes déficientes visuelles.
www.yanous.com
www.defistival.org
Festival européen théâtre et
handicap Orphée (Versailles – 78) –
Tous handicaps –
//art.handicap.free.fr
Festival Choukar (Poitiers – 86) –
Tous handicaps –
courriel : gregory.sedek@wanadoo.fr
Festival Clin d’œil (Reims – 51) –
Handicap auditif –
www.clindoeil.cinesourds.fr
Festival l’Imprévu œuvrant pour le
droit à la différence et la culture pour
tous (Montembœuf – 16)
//imprevumontemboeuf.free.fr
Festival Together (La Ravoire – 73) –
Tous handicaps –
courriel : together2006@wanadoo.fr
La Tête Ailleurs (Nancy – 54) –
Tous handicaps
Contact : Catherine Adam Pereira
Téléphone : 03 83 31 26 36
131
130
Se documenter
Généralités
sur le handicap
Généralités culture
handicap
âgées. La Documentation
française, Paris 1993.
Handicap, incapacités,
dépendance : enquête de
1999. La Documentation
française, revue française des
Affaires sociales n°1-2,
janvier-juin 2003.
Ministère de la Culture et de
la Communication, Culture et
Handicap – Guide pratique de
l’accessibilité, 2007.
Fondation Nationale de
Gérontologie, « Art et
vieillissement », Gérontologie
et Société, Cahier n°87, 1998.
FERTIER André, Encyclopédie
Culture et Handicap, cinq
guides pratiques : musique,
danse, arts plastiques,
théâtre, écriture-lecture.
Éditions Cemaforre, Paris,
1998.
« Handicap et pratiques
artistiques, quel projet culturel
pour une intégration réussie »,
Nouvelle revue
de l’AIS, n°26, CNEFEI,
Suresnes, 2004.
Guide Néret pour les
personnes handicapées.
Éditions Liaisons, Paris.
Ce guide pratique comporte
toutes les informations juridiques,
législatives et administratives
liées au handicap. Il est actualisé
chaque année.
KRISTEVA Julia, GARDOU
Charles, Handicap, le temps
des engagements, PUF, 2006.
Actes des premiers Etats
généraux du handicap, organisés
par le Conseil National
« Handicap : sensibiliser,
informer, former », en 2005, à
l’Unesco, Paris.
Publication de référence, elle
rassemble l’essentiel des
informations théoriques,
pratiques, pédagogiques, pour
tous handicaps, tous âges, pour
toutes orientations d’activités
dans le domaine culturel.
Témoignages, interviews,
aventures humaines et
technologiques, adresses
ressource...
Cemaforre, Intégration
professionnelle des
personnes handicapées dans
les métiers des arts et de la
culture. Rapport d’étude pour
l’AGEFIPH, 2004.
Fondation Nationale de
Gérontologie / Ministère de la
Culture, Les pratiques
culturelles des personnes
Actes du colloque organisé les 7
et 8 novembre 2003 à Suresnes.
Eucrea France & Symbioses,
Forum National Art, Culture &
Surdité. Actes du Forum
national co-organisé par
Symbioses et Eucrea France,
Paris, 2002.
Eucrea France, Colloque
Européen Culture &
Handicap. Actes du Colloque
organisé par Eucrea France
en collaboration avec
Cemaforre et Eucrea
International à Paris, 2006.
Le 6 mai 2003, le Conseil des
ministres Education, Jeunesse,
Culture de l’Union Européenne a
adopté une Résolution
concernant l’accès des
personnes handicapées aux
infrastructures et activités
culturelles. Le Colloque Européen
Culture et Handicap du 7 juin
2006 a réuni des représentants
de la Finlande, du Royaume-Uni,
de l’Espagne, de l’Allemagne, de
la Belgique, de la France… qui
ont exposé leurs actions et des
dispositifs dans le domaine
«Culture et Handicap».
Hellenic Ministry of Culture,
Access to culture and sports
for people with disabilities.
Conference proceedings,
Thessaloniki, 30 october1 November 2003.
Dans le cadre de 2003, Année
Européenne des Personnes
Handicapées, ces actes de
colloque sur l’accès des
personnes handicapées à la
culture et au sport font le point
sur la mise en œuvre de
politiques culturelles inclusives.
BONJOUR Pierre,
CHALAGUIER Claude,
« Quelle vie culturelle et
artistique ? » Reliance, revue
trimestrielle, n° 17, Erès,
2006.
Ce numéro, auquel ont participé
de nombreuses personnalités,
est consacré à l’accès des
personnes handicapées à la
culture.
Archimed, Séminaire
national : L’accès à
l’enseignement et à la
pratique artistique des
personnes en situation de
handicap, Paris, 5 novembre
2005.
Actes du séminaire organisé
en partenariat avec le ministère
de la Culture et de
la Communication,
au Conservatoire national
supérieur de musique et de
danse de Paris destiné aux
professionnels.
Ministère de la Culture et de
la Communication,
Rencontres Art, Culture et
handicap 2003, Bourges.
Actes de colloque.
Accès
au spectacle vivant
Culture et Handicap :
comment favoriser
l’accessibilité des publics en
situation de handicap à
l’Opéra ? Paris, 11 décembre
2007.
Ces rencontres professionnelles
organisées par la Réunion des
opéras de France avaient pour
objectif d’informer les élus,
directeurs, administrateurs et
gestionnaires des opéras des
obligations issues de la loi du 11
février 2005 et de faciliter la mise
en oeuvre de l’obligation
d’accueil des personnes en
situation de handicap dans les
équipements culturels
(diagnostic, étude de faisabilité
chiffrée avec plan pluriannuel de
mise en conformité…).
http://www.rof.fr
PETIT Johanna, L’accès du
public sourd aux spectacles
en France (réservés aux
entendants). 1997-1998,
Mémoire de 1re année de
licence, Centre d’études
théâtrales, Université
catholique de Louvain
LONCHAMPT Claire,
L’accessibilité au spectacle
vivant pour les personnes en
situation de handicap. 2006,
École nationale supérieure
des arts et techniques du
théâtre (Ensatt), promotion
65.
Ce mémoire tente de faire le
point sur la prise en compte du
public en situation de handicap
par les politiques culturelles et les
structures de spectacle vivant. Il
étudie la législation en vigueur, en
terme d’accessibilité de ce public
dit «empêché». Il s’intéresse
également aux moyens mis en
132
133
Se documenter
oeuvre pour l’accès aux
établissements culturels, à la
pratique artistique, à la formation
et à la création.
BONNEFON Gérard, Art et
lien social, les pratiques
artistiques des personnes
handicapées. Desclée de
Brouwer, Paris, 1997.
FRETARD Dominique, « David
Toole, le danseur sans
jambes ». Le Monde 2,
supplément au n° 18417, 1112 avril 2004.
CHARNAY Elise, Le spectacle
vivant en milieu hospitalier :
ambiguïtés des positions de
l’État face à un phénomène
en expansion. 2001, École
nationale supérieure des arts
et techniques du théâtre
(Ensatt), promotion 60.
Présentations concrètes
d’ateliers de pratiques artistiques
ouverts aux personnes
handicapées, moyen de
rencontre privilégié contribuant à
la constitution du lien social.
Le grand portrait d’un danseur
aux poignets d’or, un homme né
sans jambes, danse sur les bras.
Devenu artiste en 1992, il est
demandé par les plus grands
chorégraphes…
CICCONE Louis,
Les musiciens aveugles dans
l’histoire, L’Harmattan, 2001
GARDOU Charles,
SAUCOURT Emmanuelle,
La création à fleur de peau.
Art, culture et handicap. Erès,
2005.
Laurent PATOLE, Étude de
relations publiques sur le
handicap et le spectacle
vivant à la Scène nationale de
Petit-Quevilly, 2004.
Accès
aux pratiques
artistiques
Association ARCHIMED
Rapport de recherche, étude
sociologique d’actions mises
en place pour l’intégration des
personnes en situation de
handicap dans les lieux
d’enseignement et de
pratiques artistiques
(musique, danse, théâtre).
Étude réalisée en partenariat
avec le ministère de la Culture
et de la Communication
(DMDTS) et l’APF. 2 tomes.
2005.
Étude historique sur les hommes
et femmes aveugles,
compositeurs ou exécutants,
depuis la haute Antiquité jusqu’à
nos jours, qui ont consacré leur
vie à la musique.
CHALAGUIER Claude,
Travail Culture et Handicap,
Des droits de la différence aux
droits de la ressemblance
pour
les handicapés mentaux.
Bayard, Paris, 1992.
Réflexion sur les expériences de
compagnies et Cat artistiques
intégrant des personnes
handicapées comme le groupe
Signes et la compagnie L’OiseauMouche.
CHALUDE Joël, Je suis né
deux fois, fragments
d’identité, Autre Temps, 2002.
Autobiographie de Joël Chalude,
sourd, danseur, clown,
marionnettiste, comédien.
Des expériences culturelles qui
réunissent des artistes en
situation de handicap et d’autres
qui ne le sont pas.
GOUDARD Alain, MERCIER
Brigitte, Les Percussions de
Treffort, 20 ans de création,
L’Harmattan, 1999.
Une rencontre autour des
pratiques musicales entre des
personnes handicapées mentales
issues du CAT-Foyer de TreffortPuisat et Alain Goudard, directeur
artistique de Résonance
Contemporaine.
KEROUANTON Joël, Sidi
Larbi Cherkaoui, rencontres.
Éditions L’œil d’or, 2004,
95 p.
REYNAUD Michel,
Théâtre et handicap,
Chronique Sociale, 2002.
Fruit d’un dialogue continu entre
le chorégraphe Sidi Larbi
Cherkaoui (qui crée des
chorégraphies avec des
danseurs handicapés) et l’auteur,
cet ouvrage s’offre comme une
écriture-promenade au côté d’un
metteur en scène et de ses
interprètes.
VIALLEFOND Magali,
SCHULMAN Nathalie,
MOREAU Jean-Philippe,
« Pédagogies et handicaps ».
Marsyas, revue de pédagogie
musicale et chorégraphique,
Institut de Pédagogie
musicale, Paris, 1996, n° 3940.
KEROUANTON Joël,
Hors-scène : du handicap à
l’aventure théâtrale
Editions Erès, 2005, 152 p.
Recherches et expériences
musicales et chorégraphiques
avec et pour les personnes en
situation de handicap sensoriel,
moteur et mental.
Regard de l’intérieur d’un CAT
artistique, l’ouvrage raconte
l’histoire d’une troupe
professionnelle de comédiens,
musiciens et marionnettistes en
situation de handicap. Sont mis
en dialogue des récits de
tournée, des entretiens et des
paroles d’artistes, des réflexions
sur les enjeux et les résistances
des pratiques artistiques en
milieu médico-social.
LABORIT Emmanuelle,
Le cri de la mouette, Robert
Laffont, 1994.
L’auteur raconte ses souvenirs
d’enfance, ses difficultés de
communication, son isolement,
et sa percée dans le monde des
adultes.
Pratiques artistiques et
handicap, actes du colloque
de Strasbourg organisé par la
DRAC Alsace et l’université
Marc Bloch Strasbourg II,
octobre 2004.
Journée « culture et
handicap » organisée par la
DRAC Haute-Normandie et
Le Volcan, scène nationale du
Havre. Novembre 2005.
Actes de la journée d’information
à destination des structures
culturelles de la région, des
représentants institutionnels ou
associatifs du handicap et des
artistes.
Films
Association Sportive et
Culturelle du Foyer Grafteaux,
Le cirque fait son cinéma,
spectacle 96. Vidéo 1996.
Un spectacle de cirque avec des
personnes handicapées
accueillies à l’Institut d’éducation
motrice de l’Association des
Paralysés de France.
Association sportive et
culturelle du foyer Grafteaux,
Le cirque aurait-il 2000 ans ?
Un festival de cirque à Marseille.
BBC Resources, Playing from
the heart, Vidéo PAL, durée
98 min, Londres, 1998.
Un film sur la vie d’Evelyne
Glennie, célèbre percussionniste
sourde.
BIHRER Joachim et
HANISCHDÖRFER Claus,
Au rythme du silence : Sarah
Neef, danseuse, sourde,
Allemagne, 2002, 59 min
(Arte, 25 juillet 2003).
Sarah Neef, sourde de
naissance, s’est découvert une
passion pour la danse à l’âge de
3 ans, à l’issue d’une
représentation de la Belle au Bois
Dormant. A 8 ans, elle se produit
en public sur une chorégraphie
de sa composition.
134
135
Se documenter
BRAHIC Bertrand, Signer La
Marseillaise, 30 min.
Cemaforre, Envies de culture,
12 min, 2007
Le film de Bertrand Brahic,
Signer La Marseillaise, raconte le
travail d’appropriation de l’hymne
mené par trois personnes
sourdes, Zohra Abdelgheffar,
Chérif Blein et Monique Krieg
(sourd), avec l’aide des historiens
Michel Vovelle et Catherine
Marand-Fouquet (entendant) et
avec un groupe de jeunes sourds.
Témoignages de personnes
handicapées sur leurs envies de
culture, les difficultés qu’elles
rencontrent dans l’accès à une
pratique culturelle.
Bleu Krystal Media, À vous de
voir, France 5, 26 min.
À vous de voir est une série
mensuelle de documentaires qui
aborde une réalité plurielle et mal
connue : la déficience visuelle.
Focus sur 2 reportages :
• Danser dans la nuit :
Qu’implique être non-voyant et
pratiquer l’art chorégraphique
comme travail sur soi, prises de
conscience, découvertes,
barrières à franchir, tant
physiques que psychologiques ?
N’est-ce pas, au final, repousser
plus loin ses prétendues limites,
acquérir une plus grande liberté
d’être ?
• Lever de rideau à l’opéra :
à Bordeaux, néophytes et
passionnés d’opéra, aveugles ou
malvoyants, se sont laissés
emporter par la magie de L’Elixir
d’amour de Gaetano Donizetti.
Cirque « Ma boule », DVD 52
min, Bruxelles, 2007.
Documentaire consacré à l’accès
des personnes handicapées
mentales au cirque, sur une
initiative de Delphine Tollet,
réalisé par Zlatina Rousseva.
L’École de cirque de Bruxelles
accueille des personnes
handicapées physiques et
mentales dans le cadre du projet
Handicirque.
http://www.handicirque.be
CandoCo, « Outside In »,
chorégraphie de Victoria
Marks, MJW, for the 1993
BBC series Dance for the
Camera.
Decca Record Company,
Evelyne Glennie in Rio,
Londres, 1991, Vidéo VHS, 92
min31.
Evelyne Glennie en concert.
DOMANIG Stephanus, Opéra
de Vienne Ballet spécial,
55 min (Arte, 8 octobre 2003).
À l’initiative de Renato Zanella,
directeur du Ballet et de l’Ecole
de danse de l’opéra de Vienne,
des danseurs étoiles de l’Opéra
de Vienne rencontrent des
handicapés et montent avec eux
une chorégraphie qui déchaîne
l’enthousiasme du public.
MONNIER Mathilde, URREA
Valérie, Bruit Blanc : autour de
Marie-France, Paris, 1998,
50 min (Arte, 14 avril 1999).
Relation engagée entre la
chorégraphe et Marie-France,
jeune autiste de 26 ans dans le
cadre des ateliers de mouvement
en collaboration avec l’association
Les Murs d’Aurelle, à l’hôpital de
la Colombière.
Point du jour en association
avec France 5, L’œil et la
main, 26 min.
Seule émission en langue des
signes du paysage audiovisuel
français, «L’oeil et la main» a pour
vocation de s’adresser à tous les
publics : les sourds comme les
entendants. Chaque émission est
consacrée à un thème, illustré
par un film documentaire ou un
reportage : portrait, événement,
état des lieux, découverte d’un
endroit...
« Création artistique », reportages
de janvier 2007.
• Kilina Crémona, d’un monde à
l’autre, danseuse et chorégraphe
de renom, est devenue
malentendante brutalement, en
2000. Elle nous raconte en quoi
cela a modifié son rapport au
monde, aux autres, entendants
et sourds, ainsi que son travail
artistique.
• Un théâtre en recherche : grâce
aux témoignages de nombreuses
personnes ayant participé à
l’histoire de l’International Visual
Theatre, nous revivons la genèse
et les grandes étapes de cette
aventure artistique. Trente ans
après sa création, il dispose enfin
d’un véritable théâtre et de
nouveaux locaux.
VIALLEFOND Magali,
Mosaïque celtique. Centre
national d’études et de
formation pour l’enfance
inadaptée (INS HEA),
Suresnes, 1997, 30 min.
Création musicale avec des
enfants handicapés mentaux,
produite par l’association MESH.
De nombreux ouvrages,
articles et dvd ont été réalisés
sur ces thèmes ainsi que sur
l’accès aux musées,
bibliothèques, sites et
monuments.
Les références sont
consultables au centre de
documentation Cemaforre ou
sur son portail Internet
www.cemaforre.asso.fr
Généralités sur
l’accessibilité
Définition de l’accessibilité, une
démarche interministérielle.
Définitions spécifiques aux
actions ministérielles.
Septembre 2006.
Vers une accessibilité
généralisée - L’Égalité des
droits et des chances, la
participation et la citoyenneté
des personnes handicapées,
loi du 11 février 2005 - Accès
Libres.
Centre de Ressources RhôneAlpes - Service d’accueil
Universitaire des étudiants
handicapés (CERRALPSAUH), De la règle... à
l’usage, mettre les besoins de
l’usager au cœur des projets,
ouvrage incluant un CD Rom
Loqacce, logiciel de
sensibilisation à la qualité de
l’accessibilité des
établissements recevant du
public.
Cobaty, « Accessibilité dans
le bâtiment : à la recherche du
confort d’usage pour tous »,
Cahiers du Cobaty, n°4,
décembre 2007.
18 contributions de personnalités
diverses pour témoigner sur le
confort d’usage universel vu
comme juste et forte réponse
pour que les personnes
handicapées aient une vie ordinaire.
Horizon 2000, L’événement
accessible, facilités d’accès
aux différents événements
publics pour les personnes
handicapées, brochure
incluant un DVD Rom.
Conseils et recommandations
pour l’accueil de personnes
handicapées.
KOMPANY Soraya,
Accessibilité pour tous :
la nouvelle réglementation.
Éditions du Puits Fleuri, 2008
Dispositions législatives et
règlementaires sur l’accessibilité.
GROSBOIS Louis-Pierre,
Handicap et construction,
conception et réalisation :
espaces urbains, bâtiments
publics, habitations,
équipements et matériels
adaptés. Éditions Le Moniteur,
Paris, 6e édition, 2003.
SAHMI Nadia, LONGE
Christopher, BRETA Marcos,
Accessibilité handicapés,
concevoir un espace public.
CSTB, 2e édition, Paris, 2004.
Tourisme et handicap
Tourisme et handicaps :
construire ou aménager des
équipements touristiques
pour les clientèles
handicapées. AFIT, 2000.
Guide de savoir-faire, Les cahiers
de l’AFIT/Ministère de
l’Equipement, Secrétariat d’État
au Tourisme, Paris.
137
136
Textes de références
Quelques repères…
La loi n° 2005-102 du
11 février 2005 pour l’égalité
des droits et des chances, la
participation et la citoyenneté des
personnes handicapées - NOR
SANXO300217L
Le décret n° 2006-555 du 17
mai 2006 porte sur l’accessibilité
des établissements recevant du
public (ERP), des installations
ouvertes au public et des
bâtiments d’habitation. Ce décret
met en œuvre le principe
d’accessibilité de la loi.
Pour les ERP neufs, le décret du
17 mai 2006 indique que, depuis
le 1er janvier 2007 également, les
permis de construire doivent
permettre aux personnes
handicapées « de circuler,
d’accéder aux locaux et
équipements, d’utiliser les
équipements, de se repérer, de
communiquer et de bénéficier
des prestations en vue
desquelles l’établissement ou
l’installation a été conçue
». Pour les ERP neufs : à l’issue
du chantier, le maître d’ouvrage
doit faire établir une attestation
constatant que les travaux
réalisés respectent les règles
d’accessibilité. Cette attestation
peut être faite par un bureau de
contrôle ou un architecte, mais
en aucun cas par celui qui a
conçu l’ouvrage.
Deux arrêtés du 1er août 2006
complètent et précisent le
décret du 17 mai 2006.
• Un premier arrêté fixe les
dispositions prises pour
l’application des articles R. 11118 à R. 111-18-7 du Code de la
construction et de l’habitation
relatives à l’accessibilité aux
personnes handicapées des
bâtiments d’habitation et des
maisons individuelles lors de leur
construction. Sont concernés :
les cheminements extérieurs, le
stationnement des véhicules, les
circulations intérieures des
logements, les caractéristiques
minimales intérieures des
logements selon le nombre de
niveaux qu’ils comportent.
•Un second arrêté fixe les
dispositions prises pour
l’application des articles R. 11119 à R. 111-19-6 du Code de la
construction et de l’habitation
relatives à l’accessibilité aux
personnes handicapées des ERP
et des installations ouvertes au
public lors de leur construction
ou de leur création. Sont
concernés : les cheminements
extérieurs, le stationnement des
véhicules, les conditions d’accès
et d’accueil dans les bâtiments,
les locaux intérieurs et les
sanitaires ouverts aux publics, les
portes et les sas intérieurs et les
sorties, les revêtements de sols
et des parois, ainsi que les
équipements et mobiliers
intérieurs et extérieurs
susceptibles d’y être installés,
notamment les dispositifs
d’éclairage et d’information des
usagers.
L’arrêté du 21 mars 2007
complète et précise le décret
17 mai 2006.
Il fixe les dispositions prises pour
l’application des articles R. 11119-8 et R. 111-19-11 du Code
de la construction et de
l’habitation relatives à
l’accessibilité pour les personnes
handicapées des ERP existants.
Sont concernés : les
cheminements extérieurs, le
stationnement automobile, les
escaliers, les ascenseurs, les
tapis roulants, escaliers et plans
inclinés mécaniques, les
sanitaires.
L’arrêté du 22 mars 2007 fixe
les dispositions prises pour
l’application des articles R.
111-19-21 et R. 111-10-24 du
code de la construction et de
l’habitation, relatives à
l’attestation constatant que les
travaux sur certains bâtiments
respectent les règles
d’accessibilité aux personnes
handicapées.
Arrêté du 11 septembre 2007
NOR : MLVU0766613C
relatif au dossier permettant de
vérifier la conformité de travaux
de construction, d’aménagement
ou de modification d’un
établissement recevant du public
avec les règles d’accessibilité aux
personnes handicapées.
Elle vise à préciser les
dispositions résultant de la loi
n° 2005-102 du 11 février 2005
pour l’égalité des droits et des
chances, la participation et la
citoyenneté des personnes
handicapées, relatives à
l’accessibilité des établissements
recevant du public, des
installations ouvertes au public et
des bâtiments d’habitation, du
décret d’application n° 2006-555
du 17 mai 2006 modifié par le
décret n° 2007-1327 du
11 septembre 2007 et des
arrêtés du 1er août 2006
concernant, d’une part, les
bâtiments d’habitation collectifs
et des maisons individuelles lors
de leur construction et, d’autre
part, les établissements recevant
du public et des installations
ouvertes au public lors de leur
construction ou de leur création .
Arrêté du 30 novembre 2007
modifiant l’arrêté du 1er août
2006 fixant les dispositions prises
pour l’application des articles R.
111-18 à R. 111-18-7 du code
de la construction et de
l’habitation relatives à
l’accessibilité aux personnes
handicapées des bâtiments
d’habitation collectifs et des
maisons individuelles lors de leur
construction
Arrêté du 30 novembre 2007
modifiant l’arrêté du 1er août
2006 fixant les dispositions prises
pour l’application des articles
R. 111-19 à R. 111-19-3 et
R. 111-19-6 du code de la
construction et de l’habitation
relatives à l’accessibilité aux
personnes handicapées des
établissements recevant du
public et des installations
ouvertes au public lors de leur
construction ou de leur création
Circulaire interministérielle
n° DGUHC 2007-53 du
30 novembre 2007
relative à l’accessibilité des
établissements recevant du
public, des installations ouvertes
au public et des bâtiments
d’habitation
Arrêté du 3 décembre 2007
fixant les dispositions prises pour
l’application des articles R. 11119-21 et R. 111-19-24 du code
de la construction et de
l’habitation, relatives à
l’attestation constatant que les
travaux sur certains bâtiments
respectent les règles
d’accessibilité aux personnes
handicapées.
À retenir
Décret n°2005-1591 du
19 décembre 2005 relatif à la
prestation de compensation à
domicile pour les personnes
handicapées NOR SANA0524618D.
Extraits de l’Art 2 - Annexe 25 du Code de l’Action sociale
et des familles Référentiel
pour l’accès à la prestation de
compensation. Chapitre 1er
Conditions générales d’accès
à la prestation de
compensation.
La loi du 11 février 2005 a
rappelé l’obligation de garantir
l’accès aux droits fondamentaux
à toute personne handicapée.
Elle reconnaît l’accès aux loisirs
et à la culture comme faisant
partie des besoins essentiels à
l’existence et ouvrant droit à
compensation en aide humaine,
technique et financière pour les
personnes handicapées.
« la notion de participation à la
vie sociale repose,
fondamentalement, sur les
besoins d’aide humaine pour se
déplacer à l’extérieur et pour
communiquer afin d’accéder
notamment aux loisirs, à la
culture, à la vie associative, etc.
Le temps d’aide humaine pour la
participation à la vie sociale peut
atteindre 30 heures par mois qui
peut être attribué sous forme de
crédit temps et peut être
capitalisé sur une durée de 12
mois (…). »
139
138
CRÉDITS DES ILLUSTRATIONS
© Accès Culture : p. 47 ;
p. 51
© Amici Dance : p. 62-63 ;
p. 85
© CCN de Montpellier,
Mathilde Monnier : p. 61
CCN de Rillieux-la-Pape,
Cie Melanie Demers
© Jean-Marie Refflé, Drac
Rhône-Alpes : p. 73
CCN de Rillieux-la-Pape,
Cie Art Works © JeanMarie Refflé, Drac RhôneAlpes : p. 59
Centre des Baumes,
Valence © Jean-Marie
Refflé, Drac Rhône-Alpes :
p. 18
Centre national de la
danse © Anne Minot :
p. 16 ; p. 95 ; p. 97
© Cemaforre : p. 10-11 ;
p. 12; p. 19; p. 20;
p. 31;p. 35; p. 37; p. 41;
p. 51; p. 55; p. 75; p. 83;
p. 85; p. 87; p. 99; p. 104
Cie de l’Oiseau Mouche
© B. Decruydt : p. 69
Cie de l’Oiseau Mouche
© Christophe Mazet : p. 69
Cie Invivo Nieke Swennen
© Alexandra Teracher :
p. 73
Cie Les Colporteurs,
spectacle « Le Fil sous la
neige » ©Jean-Pierre
Estournet : p. 110-111
Cité de la musique
© P-E Rastoin : p. 61
Cité nationale d’histoire de
l’immigration © Anne
Minot : p. 20
Comédie de Valence
© Jean-Marie Refflé, Drac
Rhône-Alpes : p. 55
Défistival © Pierre Payan :
p. 67
© EO-EDPS : p. 15 ; p. 97 ;
p. 105
© Espace Culture
Multimédia de l’Espace
Mendès France, Poitiers :
p. 19
Extant Theatre, Maria
Oshodi Resistance
© Nik Mackey : p. 71
Gradisca © Pierre Esteffe :
p. 55
Hôpital des Beaumes,
Valence © Jean-Marie
Refflé, Drac Rhône-Alpes :
p. 61
Hôpital de Valence, Culture
à l’hôpital © Jean-Marie
Refflé, Drac Rhône-Alpes :
p. 55
IVT © Gérard Dumax :
p. 25 ; p. 42-43 ; p. 49
L’Autre Canal, Nancy
© Rémi Dubois : p. 39
La Filature © Sébastien
Jordini : p. 33
Les Percussions de
Treffort, Résonance
Contemporaine © Patrick
Duporge : p. 71
© Lila Derridj : p. 12
Maison de la Culture MC2,
ville de Grenoble
© Jacques-Marie
Francillon – Grenoble
Communication : p. 17 ;
p. 92
© Mesh : p. 15 ; p. 20
© Nicole Henry-Cremon :
p. 85
Opéra de Lyon, Péristyle
© Franchella/Stofleth :
p. 22-23
Opéra de Rouen © Gihp
Haute Normandie : p. 59
Orchestre philarmonique
de Radio France
© Christophe Abramowitz :
p. 59
© Prodition : p. 47
Signes Particuliers
© P. Rappeneau : p. 69 ;
78-79
© Théâtre Silvia Monfort :
p. 14 ; p. 17 ; p. 47
© Théâtre national de la
Colline : p. 98
Théâtre des Asphodèles
(Ass. Eolo) © Jean-Marie
Refflé, Drac Rhône-Alpes :
p. 56-57
© Théâtre national de
Strasbourg : p. 102 ; p. 103
Droits réservés
Amda, système Torticoli :
p. 47
Arianeinfo : p. 51
Ateliers Desmae : p. 45
Bruno Netter : p. 75
Canal 93 : p. 14 ; p. 18 ;
p. 21 ; p. 94 ; p. 98 ;
p. 99 ; p. 100 ; p. 102
ChanDanse des Sourds,
Festival du Silence 2006 :
p. 35 ; p. 65
Cité de la Musique,
brochure : p. 27
Ciné-ma Différence : p. 41
Culture.fr : p. 29
Danza Mobile : p. 87
David Toole : p. 77
Djembés Folas : p. 13
École de Bonneuil : p. 59
Élévateur : p. 16 ; p. 100
Festival Chalon dans la
rue : p. 29
Fonds théâtral sonore :
p. 29
Joël Chalude : p. 45
Jumelles : p. 49
Kilina Cremona, France 5 :
p. 45
L’Autre Canal, Grande
salle, Nancy : p. 49
Le Centre Nerveux : p. 45
Le Pari, Tarbes : p. 21 ;
p. 101 ; p. 103
Le petit Théâtre d’Ernest,
spectacle La nature des
choses : p. 83
Maison de la Culture de
Bobigny (MC93) : p. 94 ;
p. 95
Opéra de Lyon, brochure :
p. 25
Opéra de Rennes : p. 15 ;
p. 49
Opéra de Lyon-Grand
studio de danse : p. 90-91
Opéra du Rhin,
Strasbourg : p. 93 ; p. 96
Orchestre national de
Lorraine : p. 61
Orphée, brochure : p. 67
Percujam : p. 67
Pictogrammes,
signalétique : p. 21 ; p. 27 ;
p. 101
Scène nationale de
Poitiers : p. 55
Spectateursourd.overblog.com : p. 39
Théâtre 13 : p. 29
Théâtre de Morlaix : p. 35
Théâtre du Cristal : p. 69
Théâtre Golovine, Cie
Oufti : p. 73
Ville de Nancy (plaquette) :
p. 25
Ville de Rueil-Malmaison
(plaquette) : p. 25
Ministère de la culture et de la communication / 2008
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising