Compte-rendu - Réseau ©archi.fr

Compte-rendu - Réseau ©archi.fr
Groupe de pilotage : Première réunion
le Mercredi 28 Mars 2007 à l'ESCI à Bourg en Bresse
COMPTE-RENDU
Associer les acteurs du territoire pour
renouveler l'offre d'habitat
Programme de la journée
Tel qu'annoncé lors de la convocation à la réunion
Associer les acteurs du territoire pour renouveler l'offre d'habitat
Réunion du 28 Mars 2007
CDRA du Bassin de Bourg en Bresse
Action 20.3 / axe 2 / objectif 2
Associer les acteurs du territoire
pour renouveler l'offre d'habitat
(développement durable, qualité environnementale)
Groupe de Pilotage
Première réunion
Mercredi 28 Mars 2007 à 16 h
au siège de Cap3b
(Syndicat Mixte de Développement du Bassin de Bourg-en-Bresse)
Actiparc, 68 Av. de Parme à Bourg-en-Bresse
(accès par le rond-point au nord d'Alimentec)
PROGRAMME
16 h
Accueil des participants
Contexte de l'action dans le cadre du Contrat de Développement Rhône-Alpes
par Bernard Perret, Conseiller syndical Cap3b, Vice-président de l'Agglo
16 h 15
Introduction
Finalités de l'action, modalités proposées, présentation de la séance
par Nicole Singier, Directrice du CAUE de l'Ain,
16 h 30
ADEME (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie)
Généralités, Actualités
L’Approche Environnementale de l'Urbanisme
Démarche, exemples et réseau en Rhône Alpes, aides financières, modalités
par Jacqueline Roisil, ingénieur ADEME
Présentation d'un film sur " l'AEU" : une opération en cours dans l'agglomération de Rennes
17h
Ville de Bourg
Vers des projets d'habitat conçus dans un esprit de développement durable
par Philippe Morel-Lab, Maire-Adjoint chargé de l'aménagement de l'espace urbain
et environnemental
par Jacques Monnet, Chef de division, Urbanisme, aménagement, construction
2
17 h 15
Tirand
par Laurent Ayrinhac, responsable de programme, SAIEM, aménageur
par Tekhné, Grégory Cluzel, concepteur pour les approches environnementales
avec Bourg Habitat, maître d'ouvrage,
et Tekhné, Stéphanie Perrin-Chanel, Thierry Roche, architectes
17 h 45
Les Berges de Bouvent
par François Couturier (SCCV Groupe Floriot / Brunet Éco-Aménagement)
par Paul Barbier, Agence d'Architectes Associés
avec le Bureau d'Etudes Odissée
avec Louis Mainaud, paysagiste
18 h 15
Débat général du Groupe de pilotage
Les choix de démarche pour constituer et faire vivre le réseau d'acteurs, mode d'emploi
Les acquis, les attentes,
Validation des thèmes proposés pour les séances ouvertes,
Propositions pour les exemples présentés, les choix d'intervenants,
Repérage de nouveaux participants,
Evaluation de formules pour les journées ouvertes (durée, lieu, visites ? ...)
Modalités de préparation de la Charte
18 h 45
Pot de clôture
offert par Cap3b
Dans le cadre du Contrat de Développement Rhône-Alpes avec Cap3b, Syndicat Mixte du Bassin de Bourg-enBresse, le CAUE, Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et de l'Environnement de l'Ain, conduit une action visant
à donner au territoire les meilleurs atouts pour renouveler l'offre d'habitat dans un esprit de développement
durable et de qualité environnementale.
Nous souhaitons favoriser les contacts entre tous ceux qui contribuent à la qualité : élus, maîtres d'ouvrages,
professionnels, services et associations.
Ce réseau s'appuiera sur un premier cercle d'acteurs déjà engagés dans ces démarches, le "Groupe de Pilotage", réuni pour la première fois ce 28 Mars. Progressivement, il s'ouvrira à ceux que ces thèmes intéressent
en proposant des conférences ou des visites.
En deux ans, il est prévu de tenir 8 réunions du Groupe de Pilotage dont 4 élargies à un public plus nombreux.
À l'issue de cette période, un document, tel qu'une "Charte", devra pouvoir être signé entre les représentants
des différents acteurs du territoire. Il constituera vis à vis du public un affichage de la volonté commune d'aller
plus loin et, entre les signataires, une sorte de code "de bonne conduite" pour mieux réussir.
CDRA du Bassin de Vie de Bourg en Bresse
Action 20.3 / axe 2 / objectif 2
Associer les acteurs du territoire
pour renouveler l'offre d'habitat
(développement durable, qualité environnementale)
Le projet consiste à accroître la capacité du territoire à réaliser des opérations d'habitat de bonne
qualité environnementale, et de mieux s'inscrire dans un projet général de développement durable.
Il doit permettre de lancer immédiatement des démarches démonstratives (les approches environnementales de l'urbanisme) et d'organiser des rencontres régulières entre élus et professionnels autour
de thèmes bien documentés.
Une Charte sera rédigée, signée publiquement, un programme d'action sera proposé.
I - Accompagnement de 5 collectivités pour l'approche environnementale de l'urbanisme (AEU)
L'ADEME aide la mise en place d'AEU pour cinq collectivités. Le CAUE assure son relais.
Des bureaux d'études sont sélectionnés. Ils sont placés auprès de la maîtrise d'ouvrage
pour apporter les éléments objectifs de conduite des projets d'aménagement.
Les AEU permettent d'intégrer aux projets d'aménagement des critères environnementaux
qui favoriseront des réalisations de qualité.
Les communes de Pont d'Ain et de Saint Denis les Bourg sont déjà engagées dans cette démarche. Trois collectivités peuvent encore être retenues.
II - Mise en place et animation d'un réseau d'acteurs
À terme, le territoire doit disposer d'un réseau d'acteurs sensibilisés, informés, pouvant,
ensemble, s'engager dans des démarches et des procédures environnementales de qualité.
Ce sont à la fois des élus, des organismes acteurs, des professionnels.
Ce réseau est, au démarrage, composé de deux types de groupes :
1) un "noyau dur" chargé de la réflexion menant à la Charte et de toutes propositions pour
l'action, dit "groupe de pilotage", composé de ceux dont l'activité démontre une expérience
certaine.
2) un groupe ouvert et extensible de dialogue participant à des séances d'information, dont
l'intérêt pour ces démarches est manifesté.
La première phase de l'action (jusque fin 2008) doit permettre la réalisation d'un programme de rencontres, appuyé sur des exposés et visites, et la rédaction d'une Charte.
III - Préparation et rédaction d'une Charte
Cette Charte, actualisant et complétant d'autres documents sur le territoire, doit permettre
l'affichage de volontés communes et la mise en place d'un code de conduite entre acteurs.
Une définition d'objectifs sur le territoire (délais / moyens) sera effectuée ainsi que la mise
en place d'un programme d'actions (réalisations, communication) qui pourront être reprises dans le cadre de l'avenant au CDRA, mais aussi par les collectivités concernées.
La Charte devra pouvoir être signée publiquement en janvier 2009.
C . A. U . E . D E L ' A I N
Li ste de présence
Associer les acteurs du territoire pour renouveler l'offre d'habitat
Réunion du 28 Mars 2007
LISTE PRÉSENCES RÉUNION DU 28/03/07
Présents :
M. ALONZI Florian, Odissée
M. AULNER Gérard, SEMCODA, représentant M. LEVY Gérard
M. BOURRASSAUT Patrick, Directeur de Cap 3 b
M. BRETON Xavier, Maire-adjoint de Bourg, Commission Habitat CDRA
M. BREVET Christian, Bourg Habitat, représentant M. LUEZ Jean-Luc
Mme BRUNET Adeline, Cap 3 b
Mme BURTIN Martine, Communauté de communes de Montrevel
M.CABOT Frédéric, plombier, chauffage/energies renouvelables
M. CARLET Olivier, Entreprise Ain Environnement
M. CARRIERE Florent, Hélianthe
Mme CARTON Sylvie, Agglo de Bourg
M. CHAPON Sylvain, , Gaz de France Rhône-Alpes, représentant M. LESCARBOURA Philippe
Mme CHARQUET Elisabeth, Directrice de l'ADIL de l'Ain
Mme COLAS Christine, Maire de Confrançon
M. COLIN Dominique, DDE de l'Ain
M. COLTICE Stéphane, Courrier Economie
M. CORNET Antoine, Maire de Servas, Commission Environnement CDRA
M. COUTURIER François, Brunet Eco-Aménagement
Mme DALLY-MARTIN Agnès, Urbaniste
Mme DEVES Valérie, Grand Lyon, Mission Ecologie
Mme DEVRIEUX Valérie, SCOT de Bourg-en-Bresse
M. DRESIN Paul, Maire-adjoint à Saint Denis les Bourg, Commission Habitat CDRA
M. DUVERNE Yves, Maisons Floriot, représentant l'UNCMI
M. FERRY André, Maire de Pont d'Ain
M. FONTENEAU Bernard, Communauté de Communes de Montrevel
M. FROMONT Claude, Communauté de Communes de Montrevel, Cap 3 b
M. GALLET Gérard, Maire de Curtafond
Mme GARDE Géraldine, Mairie de Pont d'Ain
M. GENNERI David, Fédération du BTP, représentant M. BRUNET Joël
M. GERBE Jacques, Président de l'Association des Architectes de l'Ain
M. GLAIZAL Bertrand, Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Ain
Mme GOUILLOUX Lucie, Patrimoine des Pays de l'Ain
Mme GRANGE Nathalie, CAUE de l'Ain
M. GUERRY Joël, Enerpol Ingenierie
M. HOULLIERE Arnaud, CAPEB Rhône-Alpes
M. JACQUET Claude, Maire de Chaveyriat, Commission Habitat CDRA
M. JAMBON Christian, Maire de Vandeins
M. LAURENT Christophe, PIROUX Industrie SA
Mme LIOULT Mathilde, CAUE de l'Ain
M. LOPVIP Thomas, Association Touristique du Revermont / CPIE
M. MAGNIEN Grégoire, Architecte
M. MONNET Jacques, Mairie de Bourg
M. MOREL LAB Philippe, Maire-adjoint à Bourg
M. OLIVIER Gérard, AVENA
M. PAUGET Jean-Marc, Bourg Nature Environnement, représentant M. JOLY Christian
M. PERDRIX Pierre, Maire de Treffort-Cuisiat
M. PERRET Bernard, Agglo/Cap 3 b
Mme PIRAT Caroline, Strates, représentant M. BERLOTTIER Jean-Vincent
M. PONCIN Philippe, Scierie Poncin SARL
M. RANÇON Jean, Maison-d'En-France, représentant M. COMTET Jean-Paul
M. RAVAT Georges, Radio Tropiques
M. RENAUD Philippe, Cabinet Morel, représentant M. EPINAT Michel
M. RIDET Christian, Chambre de Métiers, représentant M. CORMORECHE Pierre
Mme ROISIL Jacqueline, ADEME Rhône-Alpes
M. SAEZ Jean-François, Electricien
M. SAUNIER Guy, FIB 01
M. SAVI Pierre, CAUE de l'Ain
Mme SINGIER Nicole, Directrice du CAUE de l'Ain
M. SOUPE Daniel, Pépinières Daniel Soupe
M. THOMASSON Louis, maire-adjoint de Péronnas, représentant M. CHANEL Christian
M. VIOLET Michaël, Bureau d'études ETAMINE
M. WOLF Frédéric, Fédération du BTP
Excusés :
M. BARBIER Paul, Architecte
M. BUELLET Michel, Président de l'Agglo de Bourg
M. CHAIZE Patrick, Syndicat Intercommunal d'Electricité de l'Ain
M. CHAMBAUD Pierre, Président honoraire du CAUE
Mme CHATAIN Martine, DIREN Rhone-Alpes
M. CHAVY Gilbert, Président du Salon Régional de l'Habitat de Bourg
Mme CHEVRY Laure, Syndicat Mixte Bresse Revermont Val de Saône
M. CLER Michel, Consultant couleurs
M. GUILLEMONT Laurent, Conseil Régional / Antenne de Bourg
Mme LECOZ Florence, Service Aménagement, Conseil Général
Mme LE FLOCH Marianne, Conseil Régional Rhône-Alpes
Mme MENSAH Florence, Conseil Régional Rhône-Alpes
M. OURNAC Marc, Conseil Général
M. PESENTI Philippe, CAPEB 01
M. RABUEL Claude, Entreprise Rabuel Construction
M. VUILLERMOZ Serge, OPAC de l'Ain
Introduction à la réunion
- par M. Bernard Perret, Maire de Viriat,
Vice-Président de l'Agglo
- par Mme Nicole Singier, Directrice du CAUE
Associer les acteurs du territoire pour renouveler l'offre d'habitat
Réunion du 28 Mars 2007
-1-
CDRA du Bassin de Bourg en Bresse
Action 20.3 / axe 2 / objectif 2
Associer les acteurs du territoire
pour renouveler l'offre d'habitat
(développement durable, qualité environnementale)
Introduction à la première réunion du Groupe de Pilotage
le Mercredi 28 Mars 2007 à l'ESCI à Bourg-en-Bresse
Finalités de l'action, modalités proposées, présentation de la séance
par Nicole Singier, Directrice du CAUE de l'Ain,
Organisation
Cette action est portée par le CAUE de l'Ain dans le cadre du Contrat de
Développement Rhône-Alpes du Bassin de Bourg-en-Bresse.
Il existe un "Groupe de Choc" sur lequel nous nous appuyons et qui a
veillé à la préparation de cette réunion. Il est composé de : Patrick Bourrassault, directeur de Cap3b, Sylvie Carton, responsable du service Habitat et des gens du voyage à l'Agglo, Martine Burtin, responsable du développement local et de l'Agenda 21 à la Communauté de communes de
Montrevel, Florent Carrière, responsable du Pôle Actions opérationnelles
et accompagnement à Hélianthe, Valérie Devrieux, chargée de mission
pour l'élaboration et le suivi du SCOT Bourg - Bresse Revermont, et Jacqueline Roisil, ingénieur à l'ADEME Rhône-Alpes.
Nous sommes aujourd'hui réunis en formation "Groupe de Pilotage", ce
qui représente environ 140 personnes invitées.
Ces personnes sont, d'une part, des professionnels porteurs de démarches intéressantes en direct ou via leur fédération, confédération, organisme consulaire, interprofession, de démarches pédagogiques via les
écoles et centres de formation, ou de démarches commerciales ou de
communication. Nous avons invité les professionnels les plus actifs pour
une approche maîtrisée de la qualité environnementale dans leur activité.
Ce sont également des élus témoignant d'une expérience de Chartes paysagères sur leur territoire, comme ceux du Revermont et Vallée de l'Ain,
ou de la Bresse et Val de Saône. Ils ont également permis la réalisation
d'études et de documents de recommandations comme les fiches-conseil
pour la réhabilitation architecturale (Revermont et Bresse), les recom-
C .A . U . E . D E L 'A I N
-2-
mandations pour les lotissements (communauté de communes de Montrevel en Bresse) ou l'approche de la qualité du cadre de vie (communauté de communes de Treffort en Revermont).
Il y a maintenant les premiers élus engagés dans les "Approches Environnementales de l’Urbanisme" de l'ADEME, comme les communes de Pont
d'Ain ou St Denis les Bourg ou celles qui souhaiteraient l'être.
Les élus et services de l'Agglo sont engagés en partenariat avec l'ADEME
et la Région dans une aide pour l'assistance à maîtrise d'ouvrage pour la
Haute Qualité Environnementale.
Les élus membres des commissions Habitat et Développement durable
du CDRA ont également été sollicités.
Aujourd'hui, l'actualité ajoute des critères pour définir la qualité de l'habitat : qualité environnementale, développement durable.
Ces critères réorganisent notre réflexion mais n'annulent pas les préoccupations liées au développement rapide de notre territoire et aux transformations de notre cadre de vie.
Notre projet, dans le cadre du CDRA, est de permettre à ces différents
groupes de se rencontrer, de connaître les initiatives, capacités et volontés
des uns et des autres, de réfléchir ensemble pour aller plus vite, faire
mieux, innover.
Contexte et buts de l'action en réseau
Dans ces domaines nouveaux, il ne s'agit pas de décréter une fois pour
toutes ce que doit être "la qualité", mais de profiter de l'échelle et du dynamisme de notre territoire pour avancer plus vite, ensemble.
Ainsi, nous nous proposons de :
- animer une action plutôt que de réaliser une étude,
- mettre en mouvement des partenariats,
- faire partager la connaissance,
- acter des principes communs,
- communiquer avec les habitants,
- rechercher et valoriser des actions exemplaires.
Nous sommes déjà à plus d'un titre dans un territoire d'excellence :
la Communauté de communes de Montrevel en Bresse avait obtenu un
des Rubans nationaux du Développement Durable pour la mise en œuvre de son Agenda 21, trois communes du Revermont viennent d'obtenir
des prix nationaux (Pont d'Ain pour le déplacement et la sauvegarde de
la Halle Malivert, Drom pour le réaménagement de son presbytère en logements locatifs avec chaufferie bois, et Treffort-Cuisiat pour l'aménagement de sa place publique).
Nous bénéficions de l'implantation de plusieurs entreprises de renom-
C .A . U . E . D E L 'A I N
-3-
mée, qui ont des certifications ou savoir-faire rares et une capacité d'innover.
Nous avons également de grands maîtres d'ouvrage à rayonnement régional.
Enfin nous avons des associations actives qui interviennent dans un esprit constructif.
Mais ce réseau d'acteurs que nous nous proposons d'animer n'est pas un
club :
- d'une part, il est ouvert et évolutif,
- d'autre part, il a une tâche à accomplir dans un délai : rédiger un document "Charte" (?) que puissent signer les différentes représentations à
l'échelle de Cap3b et qui indiquera les volontés, buts, et les conditions
pour aller vers une offre renouvelée d'habitat.
Cette "Charte" ou "Déclaration", s'appuyant sur des expériences concrètes
et des débats, ouvrira des portes vis à vis des partenaires financiers, des
habitants, elle permettra de déboucher plus vite et mieux sur de nouvelles opérations.
Premières observations
En organisant cette première réunion, nous avons pu voir déjà plusieurs
phénomènes se produire : une contribution spontanée de description
d'un produit nouveau (on en prendra connaissance), sorte de "mise au
pot commun", d'apport d'information, une demande d'évoquer diverses
questions allant de la toiture végétale (par les architectes et les entreprises) à la mixité intergénérationnelle (élus, associations)!
Ainsi, nous nous proposons d'instaurer un système de contributions que
nous gérerons plutôt via notre site internet : apports d'informations et
boîte à idées.
Pour cela nous proposerons un cadre opérationnel sous forme de fiches
descriptives et de liens avec les sites de chacun. Ce service est en cours de
montage. Dans les documents distribués aujourd'hui, nous avons, par
exemple, placé une fiche d'information sur les toitures végétales établie
par le CAUE et utilisable par tous pour convaincre des maîtres d'ouvrage.
Un autre phénomène est une réticence à présenter des opérations en
cours et à décrire leurs difficultés. Le but de notre action est de bien comprendre ces difficultés et de faire des propositions pour y remédier.
L'objectif est d'aboutir à une qualité environnementale, sociale, paysagère, architecturale, mais aussi technique, des aménagements et de la
construction, et ce dans un contexte économique satisfaisant et reproductible. Que celui qui sait déjà faire tout cela sans problème le dise! C'est
donc en toute simplicité que nous devons faire part de nos expériences,
de nos analyses et de nos attentes.
C .A . U . E . D E L 'A I N
-4-
DOCUMENTS DISPONIBLES POUR LES PARTICIPANTS :
- Brochure "La Charte de paysage de la vallée de l'Ain"
- Brochure "Charte de qualité du paysage et du cadre de vie Bresse Revermont Val-de-Saône"
- Photocopie des articles de la charte de mise en valeur du Revermont et
de ses abords"
- Brochure "Habiter en lotissement"
- Brochure "Fiches-conseils réhabitation de l'architecture Bresse/Val de
Saône"
- Fiche conseil en rénovation pour le Revermont : "Fiche n° 1 : Comment
refaire son toit ?"
(sur demande à la documentation du CAUE : "contact@caue-ain.com)
C .A . U . E . D E L 'A I N
CAUE
de l’AIN
- fiche info : n°1
toitures végétales
De l’herbe sur le toit
Golf de Chamonix
La végétalisation de toiture est une technique issue des traditions nordiques (Norvège,
Islande, Iles Féroé). Si les toitures végétalisées paraissent habituelles au nord de l’Europe, ce n’est pas le cas dans le sud. Malgré cet handicap culturel, le développement
des toits à couverture végétale est en constante augmentation. Les propriétés environnementales sont les principaux atouts d’une toiture végétale.
Les 7 points forts des toitures végétales
La végétalisation des toitures conjugue écologie, esthétique et économie. Le choix
de ce type de toiture permet de satisfaire plusieurs critères de la grille HQE (Haute
Qualité Environnementale) :
- La rétention d’eau
La toiture végétalisée permet de réguler les eaux de pluie. Le principe de végétalisation
fonctionne comme une éponge en retenant de 47% à 85% d’une chute de pluie suivant
les saisons. On estime la rétention entre 20 et 100 litres d’eau au m!, suivant les types
de substrat. En ce qui concerne l’eau résiduelle, il y a un effet retard de 20 à 45 minutes
lors de la restitution aux réseaux d’eau pluviale.
1
Oslo Norvège
- Le confort thermique
La toiture végétalisée améliore l’isolation et l’inertie thermique du bâtiment. Une toiture
végétalisée réduit à elle seule de 85 % la chaleur pénétrant dans un bâtiment le jour et
de 70 % la chaleur sortant d’un bâtiment la nuit.
2
3
Musée d’histoire de la Vendée
- Le confort acoustique
La couche végétale d’une toiture végétalisée filtre une partie des bruits aériens. La réduction des bruits aériens est de 5 dB(A) sous complexe végétal (un gain de 3 dB(A)
divise le bruit par deux).
- La protection de la toiture
La végétalisation protège la membrane d’étanchéité des rayons ultra-violets et des chocs
thermiques ce qui permet un prolongement de la durée de vie de la toiture.
4
- L’impact sur l’environnement
Les toitures végétalisées diminuent l’effet «îlot de chaleur» en milieu urbain, par la
protection des toitures des rayonnements solaires et le rafraîchissement de l’air par
l’évaporation de l’eau du complexe de végétation: 2.6 litres d’eau par m! et par jour.
L’activité de la photosynthèse stocke le dioxyde de carbone et dégage de l’oxygène ce
qui lutte contre la pollution. Les poussières présentes dans l’atmosphère sont fixées par
les végétaux ce qui améliore la qualité de l’air.
5
Chaufferie bois - St Sauveur en Rue
(Le Prieuré - Loire)
- L’amélioration de la biodiversité
La végétalisation des toitures engendre de nouveaux espaces verts en milieu urbain et
augmente la diversité biologique. Cette diversité botanique induit une augmentation
des populations d’insectes, papillons, coléoptères, sauterelles... La présence d’insectes
favorise celle des oiseaux. Les toitures vertes sont des milieux protégés où les oiseaux
peuvent stationner ou nicher en toute tranquillité.
6
7
Maison à Gressw (Sopréma)
Mise en garde :
- L’impact esthétique
L’intégration paysagère d’une toiture par l’intermédiaire d’une végétalisation est fortement améliorée. La rupture visuelle entre la nature environnante et la toiture est
amoindrie. En milieu urbain, l’intégration de toitures végétalisées améliore le confort
visuel. L’intégration de végétation dans un contexte minéral augmente le sentiment
esthétique.
- Une toiture végétalisée n’est pas une prairie sur un toit.
- Un substrat ne comporte pas de terre végétale.
- La végétation doit être adaptée au type de substrat.
Coupe type sur une toiture végétalisée
1
Végétation
2
Substrat
3
Filtre
4
Couche drainante
5
Etanchéité, anti-racines
6
Isolation thermique
7
Pare-vapeur
8
Elément porteur
1
2
4
3
5
6
7
Collège de Nantua
8
Liste des professionnels
- Association professionnelle
adivet :
Association pour le Développement et l’Innovation en Végétalisation Extensive de Toiture
61 rue Charlot - 75 003 Paris
Courriel : contact@adivet.org - Site : www.adivet.net
Lycée A. Berard à Ambérieu
- Entreprises d’étanchéité de l’Ain
Fédération du Bâtiment et des Travaux Publics de l’Ain
33 rue Bourgmayer - B.P.39 - 01 000 Bourg en Bresse cedex - Tel : 04 74 22 29 33
Courriel : btp.ain@wanadoo.fr - Site : www.btp-ain.ffbatiment .fr
- Entreprises principales et nationales de végétalisation
Ecosedum (végétalisation)
78, rue Nationale – BP 50062 – 57 192 Florange cedex
Courriel : info@ecosedum.com - Site : www.ecosedum.com
Sedum
Ecovégétal (végétalisation)
Ferme d’Orvilliers – 28 410 Broué - Tel : 02 37 43 18 56
Courriel : contact@ecovegetal.fr - Site : www.ecovegetal.fr
Imperfrance (étanchéité + végétalisation)
Rue de la Plaine - ZI Roubaix Est - 59 115 Leers - Tel : 03 20 65 99 60
Courriel : info@imperfrance.com - Site : www.derbigum.fr
Le Prieuré (végétalisation)
41 160 Moisy – Tel : 02 54 82 09 90
Courriel : info@naturoof.com - Site : www.naturoof.com
Meple SA (étanchéité + végétalisation)
ZI du Moulin CD7 - 76 410 Tourville la Rivière - Tel 02 35 81 82 82
Courriel : meple@meple.com - www.meple.com
Sarnafil (étanchéité + végétalisation)
10, rue des Rosièristes - 69 410 Champagne au Mont d’Or - Tel : 04 72 18 03 00
Courriel : contact@sarnafil.fr - Site : www.sarnafil.fr
Base nautique de Nantua
Siplast - Icopal (étanchéité)
12, rue de la Renaissance – 92 184 Antony - Tel : 01 40 96 35 00
Courriel : contact.fr@icopla.com - Site : www.siplast.fr
SMAC (étanchéité + végétalisation)
40, Rue Fanfan la Tulipe - 92 653 Boulogne Billancourt cedex - tel : 01 47 61 72 00
Courriel : contact@smac-acieroid.fr - Site : www.smac-acieroid.fr
Soprema Sopranature (étanchéité + végétalisation)
14, rue de St Nazaire - 67 025 Strasbourg cedex 1 - Tel : 03 88 79 84 85
Courriel : sopranature@soprema.fr - Site : www.sopranature.com
Pour en savoir plus : un dossier documentaire actualisé est consultable au centre de
Musée départemental des Planons
documentation du CAUE de l’AIN
Conception-réalisation : CAUE de l’AIN janvier 2007
Courriel : contact@caue-ain.com
Tel : 04 74 21 11 31 Fax : 04 74 21 98 41
Tel :
04 74 45 20 90
Courriel :
btp.ain@wanadoo.fr
Courriel :
fib-01@wanadoo.fr
EXPOSITION
ARCHITECTURE
architectures nature
dans l'ain
Dans le département de l'Ain, utiliser le bois, c'est être cohérent avec l'étendue des forêts et
la qualité de leurs productions. Le toit végétalisé renforce une conception environnementale
de bâtiment. Les architectes de l'Ain conscients des nombreux atouts du matériau bois et de
l'intérêt des toitures végétalisées les ont intégrés dans leurs projets ; l'exposition (réalisée à
partir d'une enquête auprès des architectes de l'Ain) en montre de nombreux exemples. Les
photographies prises par les photographes Véronique Nosbaum et Gilles Piel illustrent
abondamment cette présentation. L'exposition a été conçue et réalisée par le CAUE de l'Ain
en partenariat avec la Fédération du BTP de l'Ain, l'Association des Architectes de l'Ain et la
Fédération Interprofessionnelle du Bois de l'Ain.
Titres des panneaux :
0.
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
Panneau-titre
Maisons d'habitation
Habitats groupés
Loisirs : hébergement
Loisirs : activités
Ateliers
Bureaux
Ecoles
Crèches et écoles
Bâtiments techniques
Bâtiments techniques (suite)
Lycées
Lycées et collèges
Toitures végétalisées
Toitures végétalisées (suite)
CONDITIONS DE PRET
Prêt gratuit dans l'Ain, sinon forfait de 40 €. Transport et assurance à la charge du preneur (valeur de l'exposition = 4 500 €)
Gardiennage souhaité.
[Le CAUE de l'Ain peut mettre à votre disposition des grilles
Caddie format 1m20 x 2m - Forfait de 40 € par semaine pour les
grilles]
DESCRIPTIF TECHNIQUE
Présentation : 15 panneaux plastifiés
de 113 cm x 80 cm, support PVC 5mm,
couleurs (ill. photos, carte).
Linéaire = 18 m (une seule face).
Accrochage : les panneaux, percés aux
4 angles, doivent être suspendus.
Conditionnement : les panneaux sont
regroupés dans 4 sacoches plastiques, transportables en voiture.
C.A.U.E. DE L'AIN
34 rue Général Delestraint
01000 BOURG EN BRESSE
Tél. : 04 74 21 11 31
Fax : 04 74 21 98 41
E-mail : contact@caue-ain.com
E xposé de Mme Jacquel ine Roi s i l,
Ingénieur ADEME Rhone-Alpes
Associer les acteurs du territoire pour renouveler l'offre d'habitat
Réunion du 28 Mars 2007
Présentation de la l’Approche Environnementale de l’Urbanisme
28 mars 2007 – Bourg en Bresse
Jacqueline ROISIL _ ADEME Délégation régionale Rhône Alpes
Energie et Territoires, Département de l’Ain
1. Contexte / ADEME
L’ADEME est un « outil » de l’Etat (Contrat d’objectifs 2007/2010) et développe des
partenariats avec des entreprises et des collectivités, notamment à l’échelle
régionale via le Contrat de projets Etat/Région 2007/2013.
Dans le cadre de la politique définie par le gouvernement, l’Agence a pour mission
de susciter, animer, faciliter la généralisation des bonnes pratiques destinées à
protéger l’environnement et à maîtriser l’énergie :
- Lutte contre la pollution de l’air
- La limitation de la production de déchets, leur valorisation
- La réalisation d’économie d’énergie et de matière 1ere, le
développement des Energies renouvelables
- Le développement des technologies propres et économes
- La lutte contre les nuisances sonores
L’Agence travaille essentiellement sur le développement d’expertises et sa mise à
disposition de tous les acteurs (développement de connaissances, actions de
communication, de conseils et d’aides à la réalisation….)
Ses moyens financiers sont concentrés sur des aides à la décision, les actions
exemplaires et sur l’information Grand public (mise en place du réseau des Espaces
Info Energie – Hélianthe pour l’Ain)
D’une approche verticale (soutien par filières) qui a connue des fluctuations selon les
contextes politiques et conjoncturels (chocs pétroliers,…) on s’oriente aujourd’hui
vers des approches intégrées et transversales.
Par exemple, sur le domaine du bâtiment, le regard global nous amène à intégrer
les préoccupations énergétiques pour des raisons tant environnementales,
qu’économiques et sociales :

Consommation des espaces naturels et ruraux, dégradation de la
qualité des espaces naturels périphériques

Consommation de matériaux et d’énergie épuisables, des ressources
locales à redécouvrir

Une activité économique porteuse, construction neuve en 2000 en
France : 5,11 logements pour 1000 hab ; 2,7 en Italie ; 1,3 en Suède
mais une filière en terme de métiers qui connaît des difficultés (peu
attractifs…)
Le cadre législatif a récemment évolué et a introduit ces préoccupations avec la loi
SRU, et notamment le PADD (logique de projet / mise en cohérence des politiques
sectorielles…).
Le plan Climat engagé par le gouvernement en 2005, et renforcé fin 2006 énonce les
efforts qu’il faudra mettre en œuvre dans le domaine des transports et du bâtiment,
face à une demande d’énergie qui ne cesse d’augmenter.
Par ex : 600 à 1200 milliards d’euros d’investissements seraient nécessaires pour
diviser d’un facteur 2 à 3 les émissions de GES de la totalité du parc de bâtiment
existant (résidentiel et tertiaire).
Diviser par 4 les émissions des GES dans les bâtiments à l’horizon 2050 exige que
l’ensemble du parc évolue. (Rappel : les secteurs résidentiels et tertiaire représentent
46 % de la consommation énergétique finale et 25 % des GES).
Ce qui se traduira par des actions prioritaires sur :
- Recherche sur des bâtiments neufs à basse consommation et à énergie
positive (conception et technologies)
- Réhabilitation du parc existant (estimation de 400 000 logements par an
jusqu’en 2030)
2. Des interactions fortes entre environnement et urbanisme
Un projet urbain ne saurait se concevoir sans le contexte environnemental dans lequel
il s’inscrit. Développer l’habitat ou des activités sur un territoire génère
nécessairement des impacts sur l’environnement. Dès lors, comment identifier et
évaluer ces impacts avant même que les décisions d’aménagement soient prises et
prendre les bonnes décisions pour les intégrer dans un projet urbain ?
Présentation de quelques illustrations sur les interactions entre urbanisme et
environnement :
▪ Les choix d’urbanisation ont des conséquences importantes sur la
structuration de la mobilité
▪ Les choix en matière de réseaux énergétiques structurent l’offre
proposée aux futurs usagers
▪ Sur l’eau, on pense d’abord « diamètre des tuyaux » sans évaluer les
conséquences de l’urbanisation sur le cycle de l’eau
▪ Sur les déchets, faute d’avoir anticipé sur les contraintes de la collecte
sélective, il se pose des problèmes d’adaptation des locaux et des
conflits d’usage de l’espace public
La corrélation entre densité et émissions de GES a été mise en évidence (cf. graphe)
De même, la forme d’habitat et son volume influent sur sa consommation
énergétique…
L’AEU® mettra en évidence ces interactions et développera un diagnostic croisé basé
sur des simulations, et fera des propositions de différents scénarii d’aménagement.
C’est une démarche, qui n’est pas une recette, ni une étude de plus, il s’agit
d’accompagner des maîtres d’ouvrages. L’approche pédagogique et participative visà-vis des élus et des services techniques est essentielle.
De la même façon et à titre d’exemple, présentation de quelques principes :
▪ Intégrer les contraintes ou les atouts du climat en amont du plan de
composition permet de disposer ensuite des conditions optimales pour
poser des bâtiment bioclimatique ou à énergie positive.
▪ Mettre en évidence les potentiels de report modal, de mixité des
fonctions, de proximité des équipements, de desserte TC, de liaisons
modes doux piétons et cyclables
3. Dispositif d’accompagnement
L’AEU® permet aux collectivités d’identifier et d’évaluer les différents impacts
environnementaux de leurs projets de planification urbaine et d’aménagement ainsi
que les mesures et les actions à mettre en œuvre pour mieux maîtriser ces impacts,
de la conception jusqu’à la réalisation des projets. Dès lors les préoccupations
environnementales sont considérées comme des facteurs décisifs de nature à orienter
l’économie générale d’un projet urbain.
C’est une approche pragmatique, l’AEU® s’inspire d’expériences de terrain : elle s’est
construite avec les acteurs de l’aménagement et a suscité de multiples initiatives en
région (60 en Rhône Alpes, avec notamment des partenaires engagés Grand Lyon,
Métropôle Savoie, les CAUE).
Pour les modalités pratiques :
Se reporter à la fiche intitulée «Dispositif régional AEU®»
D
ispositif régional AEU®
L’ACCOMPAGNEMENT DE L’ADEME
Rappel :
Outre l’expertise technique, l’ADEME apporte un soutien financier à l’AEU® qui consiste en
une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage comprenant une phase de diagnostic
environnemental, des recommandations pragmatiques et une animation de projet.
Un entretien préalable
Préalablement à chaque AEU®, l’ADEME rencontre le maître d’ouvrage afin de proposer
une analyse du projet et de bien définir ensemble les objectifs et résultats attendus.
L’objectif de cet échange est d’identifier les opportunités et enjeux environnementaux
inhérents au projet en phase amont. Cette analyse vise à définir les lignes directrices de la
mission future de l’animateur AEU® : durée de la mission, modalités d’intervention (expertise,
animation, …), thèmes à aborder, …et se traduit par la rédaction du cahier des charges de la
mission.
Suite à cette rencontre, un cahier des charges « personnalisé » est proposé par
l’ADEME à la collectivité et est validé en toute concertation.
Recours à des compétences reconnues
Pour réaliser les AEU, l’ADEME a mis en place un réseau de compétences et d’échanges et
assure un cycle continu de formations.
Aussi, il est recommandé de s’appuyer sur ces compétences reconnues et
expérimentées pour assurer la prestation AEU®.
Une liste de bureaux d’études peut être mise à disposition. Par contre, les modalités de
consultation, ainsi que le choix du prestataire, restent libres conformément au code des
marchés publics.
La consultation est lancée à l’initiative de la maîtrise d’ouvrage. L’ADEME peut être associer
au choix du prestataire (avis, participation au jury…)
La demande de subvention intervient dès le choix du prestataire de l’AEU® et est préalable à
l’acte d’engagement.
Modalités de suivi
Afin d’assurer un suivi qualitatif de la démarche, le maître d’ouvrage fait copie à l’ADEME de
l’ensemble des rendus du prestataire et invite celle-ci à participer au comité de suivi de la
démarche AEU®.
En Résumé :
Extrait de l’annexe de la convention entre le maître d’ouvrage et l’ADEME
« Respect du cahier des charges :
L'étude devra répondre au cahier des charges établi par la collectivité avec la collaboration de
l’ADEME. Toute modification du cahier des charges fera l’objet d’un accord préalable de l’ADEME.
Conformément au devis établi par le prestataire.
Documents à rendre à l’ADEME :
- Les documents de suivi et d’analyse du projet seront transmis à l’ADEME au fur et à mesure de
l’avancement du projet (voir contenu dans le cahier des charges)
- Rapport final avec une note de synthèse (voir contenu dans cahier des charges), sous forme papier
et sous disquette ou CD-Rom au format Word.
®
Accompagnement de la démarche AEU :
L’ADEME fera parti du groupe de travail AEU et sera invitée suffisamment à l’avance aux réunions de
suivi du projet. Les documents préparatoires seront envoyés au minimum une semaine avant la tenue
de la réunion. »
Aide financière
L’ADEME propose à la maîtrise d’ouvrage une aide financière maximale de 50 %, aide
cumulable avec d’autres subventions publiques telles que les aides régionales dans la limite
de 70 % du montant global de la démarche AEU®.
Ce coût est plafonné à 20.000 € pour les opérations d’aménagement et 50.000 € pour les
démarches de planification.
Une demande de subvention distincte est à adresser à l’ADEME et à la Région Rhône-Alpes
regroupant les pièces suivantes :
« lettre de motivation » pour la mise en place d’une démarche AEU®,
délibération du conseil municipal ou communautaire,
devis du prestataire retenu suite à la consultation,
RIB / SIRET.
Ce courrier doit être adressé :
Pour l’ADEME, à l’attention du Délégué régional
Délégation Rhône-Alpes de l’ADEME
10 rue des Emeraudes
69006 Lyon.
Pour la Région Rhône-Alpes, à l’attention du Président de Région
Région Rhône-Alpes
Direction Energie Environnement
78 route de Paris - BP 19
69751 Charbonnières-les-Bains Cedex
CAP 3B / CAUE de l’Ain
Jacqueline ROISIL
28 Mars 07
Approche Environnementale de
l’Urbanisme
de l’urbanisme
Environnementale
Approche
▪ Secteur de la construction sollicité
▪ Hausse des charges énergie
 Enjeux économiques et sociaux
▪ Caractère épuisable des ressources naturelles
▪ Conséquence des pollutions sur la santé
▪ Réchauffement climatique
 Enjeux environnementaux
Eléments de contexte
de l’urbanisme
Environnementale
Approche
▪ Réduire par 4 les émissions de GES d’ici 2050
▪ Pour les constructions neuves : innovation
technologique et information des usagers
 Protocole Kyoto 1997 – Plan Climat 2004
▪ Passage du zonage à un projet d’aménagement
▪ Mise en cohérence
Urbanisme / Habitat / Déplacement
 Loi SRU en 2000
Eléments de contexte
de l’urbanisme
Environnementale
Approche
0
2000
4000
6000
8000
▪ Le logement individuel isolé consomme environ 30% de plus qu’un
logement collectif
qu’un logement collectif
▪ Le logement individuel en bande consomme environ 20% de plus
Collectif
Individuel / bande
Individuel isolé
Besoin de chauffage pour un logement de 70 m2
consommations énergétiques
 Impact du type d’habitat sur les
Interactions entre
Urbanisme et Environnement
de l’urbanisme
Environnementale
Approche

Interactions entre
Urbanisme et Environnement
de l’urbanisme
Environnementale
Approche
Exemple de contraintes de
périmètre des ombres portées
Exemple de contraintes
d’alignement et de hauteur
 La prise en compte du climat et des énergies
passives dans les documents d’urbanisme
Interactions entre
Urbanisme et Environnement
de l’urbanisme
Environnementale
Approche
Source : STU, CERTU, IRT
Un constat équivalent peut
être fait si on compare deux
zones périphériques l’une
comportant des équipements
de proximité et des TC, l’autre
peu équipée et faiblement
accessible
Des écarts de 1 à 3…
Comparaison des budgets
énergie-transport entre ville
centre et périphérie
 Impact de la mobilité issues des formes
urbaines sur les consommations énergétiques
Interactions entre
Urbanisme et Environnement
de l’urbanisme
Environnementale
Approche
De courtes distances de parcours
 des pratiques qui favorisent
les encombrements
 Un moteur froid engendre
des surconsommations
Des impacts sur l’énergie :
déplacement peut réduire l’utilisation de la
voiture
 La prise en compte des besoins de
Interactions entre
Urbanisme et Environnement
de l’urbanisme
Environnementale
Approche
À la conception du
projet
▪ PLU, SCOT
▪ ZAC, lotissements,
zones d’activités, …
De l’ amont
▪ La prise en compte de la
pollution des sols …
▪ La gestion de l ’eau
▪ La gestion des déchets
▪ La qualité de
l ’environnement sonore
▪ La gestion des
déplacements
▪ La prise en compte du
confort climatique
▪ Les choix d ’énergies
Assistance à maîtrise d’ouvrage
Outil d’aide à la décision
Dispositif régional AEU®
Un
de l’urbanisme réseau
régional
d’experts
Environnementale
Approche
20 000 €
50 à 70%
En Amont : Aide à la rédaction
d’un cahier des charges
Cahiers des charges cession de terrain
Suivi en phase de conception et de réalisation
Phase 3 : Animation de projet
Plan de composition / Forme urbaine
Définition des objectifs
Phase 2 : Principe d’aménagement
Analyse du contexte naturel et urbain
Phase 1 : Diagnostic
Méthodologie AEU®
Appui de
l’ADEME et
partenaires
Dispositif régional AEU®
De l’urbanisme
Environnementale
Approche
Une diffusion nationale récente
▪ Transfert de compétences vers les CAUE, les
Agences d’urbanisme …
▪ Des collectivités convaincues : Grand Lyon,
Métropôle Savoie
▪ 60 opérations engagées dans cette démarche
Bilan régional 2001-2006
Dispositif régional AEU®
Exposé de M. Philippe Morel lab,
Maire-Adjoint chargé de l'aménagement de l'espace urbain et
environnemental, Mairie de Bourg
Associer les acteurs du territoire pour renouveler l'offre d'habitat
Réunion du 28 Mars 2007
Exposé sur le quartier de Tirand
- par M. Jacques Monnet, Chef de division
Urbanisme, aménagement, construction,
Mairie de Bourg
Associer les acteurs du territoire pour renouveler l'offre d'habitat
Réunion du 28 Mars 2007
Exposé sur les Berges de Bouvent
- par M. Jacques Monnet, Chef de division
Urbanisme, aménagement, construction,
Mairie de Bourg
- par M. François Couturier, SCCV Groupe Floriot/
Brunet Eco-Aménagement
- par M. Florent Alonzi, Bureau d'études Odissée
Associer les acteurs du territoire pour renouveler l'offre d'habitat
Réunion du 28 Mars 2007
28 mars 2007
à Bourg-en-Bresse
Opération des
BERGES DE BOUVENT
Barbier – Van Den Borre
Architectes Associés
Les Berges de Bouvent
Le lauréat a été choisi en tant que « mieux-disant
environnemental » au vu des engagements qu’il prenait
Parmi les critères du concours, le prix n’était pas le critère
exclusif, mais ont été aussi jugés les critères :
- de qualité du projet,
- et de développement durable.
Pour ce faire, elle a souhaité procéder à un appel à projets
par le biais d’un concours de promoteurs
Elle a donc décidé d’amorcer l’urbanisation de la zone en
lançant une 1ère opération immobilière sur des terrains
limitrophes de la Reyssouze et du parc de loisirs de
Bouvent, représentant 5,2 ha (dont 2,8 ha inondables)
La Ville est propriétaire de 34 ha de terrains à Curtafray
Le contexte et le montage :
Au final, il s’agit d’un programme mixte : individuel / groupé et
accession / locatif de 69 logements comprenant :
40 : collectifs et semi-collectifs (R+2 et R+1) dont 20 au centre
et 20 : logements locatifs (vendus en VEFA à un bailleur social) à l’est
21 : individuels jumelés ou groupés
8 : individuels isolés (construits clefs en mains)
Les objectifs de la Ville étaient de proposer une gamme de
produits de qualité différente de l’offre courante, pour des
ménages recherchant :
- une forme d’habitat individuel alternative non traditionnelle,
- à proximité de la ville,
- une économie d’espace (hameau),
- mais à des prix restant très attractifs.
annexée au compromis de vente ainsi qu’au PC
Les cibles poursuivies en faveur du développement durable
ont fait l’objet d’une notice environnementale, valant
engagement du promoteur, notice qui a été à ce titre
Programme et objectifs :
SCCV Les Berges de Bouvent
Programme d’habitat bio-climatique ouvert sur un parc naturel et la Reyssouz
Les Berges de Bouvent
Plan masse
Les Berges de Bouvent
– Prise en compte de la crue centennale et du champ d’épandage
naturel de la Reyssouze (2,8 ha aménagés en parc champêtre)
– Gestion écologique des eaux pluviales : collecte sans réseaux,
par des fossés infiltrants et un bassin ouvert
– Limitation des surfaces en enrobé, voies de desserte limitées à
l’entrée de l’opération
– Optimisation totale des déblais/remblais
– Axe de composition central, placette et réseaux secondaires
dédiés exclusivement aux modes doux, sécurisés et accessibles
– Gestion des déchets : tri sélectif par points d’apport volontaire
– Composition compacte du plan-masse, limitant l’artificialisation et
l’imperméabilisation au strict minimum, chaque logement disposant
néanmoins d’un terrain privatif ou d’une terrasse
– Compacité des constructions, orientations nord/sud et logements
traversants, apports solaires et ventilation naturels
– Utilisation des énergies renouvelables : solaire, géothermie,
aérothermie, chauffage bois possible / choix des matériaux
– Chantier « propre »
L’approche environnementale de
l’urbanisme (dans la conception de l’aménagement) :
Paul BARBIER, architecte
Louis MAINAUD, paysagiste
SCE, hydrauliciens
et ETAMINES, b.e. HQE
18 décembre 2006 : Le conseil municipal approuve le
compromis
mai à octobre 2006 : Opérations de "cessibilité" du foncier
(lever topo, bornage, alignement, DICT, domaines,
désaffectation d’un chemin rural, etc…)
associés à :
BRUNET Eco-aménagement & S.R.E. FLORIOT
Il s’agit du groupement :
26 juin 2006 : Le conseil municipal approuve l’opération et le
choix du promoteur :
novembre 2005-mai 2006 : Concours de promoteurs
Chronologie simplifiée :
novembre à février 2007 : Études par Brunet-Floriot et
associés : études détaillées niveau APD-PRO, études
technico-économiques, discussions avec un partenaire
bailleur social : proposition de vente de 20 logements en VEFA
novembre 2006 : Remise par Brunet-Floriot à la Ville d’un APS
(condition suspensive du compromis), approuvé par la Ville le
: 29 décembre 2006
novembre 2006 : Remise par Brunet-Floriot à la Ville :
de la notice d’engagement à respecter 14 cibles
d’éco-aménagement (notice jointe au compromis et au PC)
juin à novembre 2006 : Études par Brunet-Floriot, Paul Barbier
et associés : études de maîtrise d’œuvre APS , études
géotechniques, études hydrauliques,…
Chronologie simplifiée :
9 mars 2007 : récépissé de dépôt du dossier de déclaration
loi sur l’eau par Brunet-Floriot
28 février 2007 : Dépôt par Brunet-Floriot du permis de
construire
18 décembre 2006 : Le conseil municipal approuve le
dossier de déclaration au titre de la loi sur l’eau, qui sera
déposé le : 4 janvier 2007
juillet à novembre 2006 : La Ville étudie un ouvrage cadre
pour la collecte des EP en cas d’urbanisation future des
10 ha environ situés à l’amont.
Cet ouvrage traversera l’opération, sous l’emprise d’un
cheminement piétons-cycles public situé dans l’axe du projet,
et rejoignant la Reyssouze et le parc de loisirs de Bouvent.
Opérations en cours :
29/05/06, 27/06/06, 25/07/06, 20/09/06, 18/10/06, 25/10/06,
30/10/06, 30/11/06
Pour rappel : Réunions de pilotage : 09/05/06, 23/05/06,
L’engagement initial était de livrer sous 24 mois à compter du
compromis : soit : 18 décembre 2006 + 2 ans > fin 2008
Début des travaux de construction possible :
à partir d’octobre 2007 (suivant tranches et commercialisation)
Réitération de l’acte de vente : août-septembre 2007
Purge délai de recours sur le permis de construire : juillet 2007
Travaux du collecteur par la Ville : printemps 2007
Début de la commercialisation : avril-mai 2007
Permis de construire : mai 2007
Calendrier à venir :
Secteurs A et B
21 maisons en bandes – T3 plain pied, T4 et T5 duplex, terrain
privatif
accès direct au parc pour 13 maisons
Les Berges de Bouvent
Secteurs C
2 immeubles – 7 logements du T2 au T5 – garages au RdC – zone de
jeux
Les Berges de Bouvent
Par Florian Alonzi
éco-conception
en aménagement du territoire
Programme d’habitat bio-climatique ouvert sur un parc naturel et la Reyssouze
Les Berges de Bouvent
. Préserver les pentes et les écoulements naturels, coller au TN
(bilan déblais/remblais nul)
. Utiliser les matériaux présents sur le site
. Préserver les espaces naturels
et limiter les mouvements de terrain
1/ Adaptation au terrain naturel
éco-conception des infrastructures
(Le site est l’exutoire du bassin versant qui s’écoule du nord vers la Reyssouze)
. Favoriser le passage naturel de l’eau : création de zones « inondables »
. Gérer l’eau au plus près : noues plantées, zones humides,
également réparties sur toute la surface du programme
. Limiter les surfaces imperméables
2/ Gérer les problématiques hydrauliques
éco-conception des infrastructures
Objectif : réduire l’impact, le coût, la complexité, le coût d’usage
et augmenter la durabilité des infrastructures
. Réduire les linéaires de canalisations, de bordures…
. Réduire l’emprise des chaussées
. Utiliser le paysage pour séparer, relier…
3/ Optimiser les infrastructures
éco-conception des infrastructures
Interventions depuis la salle (illustrations)
- de M. Daniel Soupe, Pépinières Soupe
- de M. Arnaud Houllière, CAPEB Rhone-Alpes
Associer les acteurs du territoire pour renouveler l'offre d'habitat
Réunion du 28 Mars 2007
1er concept SINNOVEG
•Poncirus Trifoliata
•Rosiers…
Les végétaux proposés
•Zanthoxylum simulans
Les végétaux sont
tressés entre eux.
•Berbéris julianae
Repousses sur tressage
Exemple de tressage année 2
Le tressage au ras du sol en interdit également le
franchissement par ramping.
Les pousses de l’année
n’offrent aucune portance
au sommet.
Tressage des végétaux
Selon le concept A.N.D.S.- Armure Naturelle De Sécurité
(brevet déposé international).
La «!clôture végétale!»
H.D.T.N.
Concept de Haie Défensive Tressée Naturelle
La Clôture végétale
!
éventuellement
Peut remplacer murs et clôtures traditionnels
clôture végétale sous la marque HDTN
Exemple d’intégration au paysage.
! Être décoratifs (floraison et fructification)
! Être persistants pour obtenir un écran visuel total
Cependant ces végétaux pourront :
! De forte densité
! Épineux
! Rustiques et résistants à l’arrachement
( Disneyland)
Gare RER de Lognes
Les végétaux utilisés doivent répondre à certains critères:
Les végétaux utilisés
OBJECTIF:
Formation d’un maillage fin et dense! Impénétrable!
! Option anti véhicule bélier sur demande
! Option sécurité enfant
! Éventuellement aux éléments de renfort
! Tressage de ces végétaux entre eux
! Plantation des végétaux épineux
Le principe est simple :
de la
Mise en place
1
Plantations de Poncirus en bac
Sécurisation verticale
Laisse visible l’entreprise
Sécurisation horizontale
Sécurisation verticale ou horizontale ?
Zone industrielle de Bourg en Bresse
Usine protégée par mur en béton
ZONES INDUSTRIELLES
Institut Pasteur :
Dépôt de véhicules protégé par un grillage et société de gardiennage
Protection par la Clôture Végétale (plusieurs espèces d’épineux)
Graffitis sur mur en béton - Transformateur EDF
Protection par la Clôture Végétale (Poncirus et Viburnum en fleur)
Avec implantation de rosiers dans les haies.
Protection par la clôture végétale (Zanthoxylum Simulans)
2
Dissimulation de sites inesthétiques
Protection visuelle totale
Fiabilité optimum
Frais d’entretien maîtrisés
Frais de fonctionnement minimes
Possibilité d’implantation en tous terrains.
!
!
!
!
!
!
Pour une meilleure protection juridique consulter le bureau d’étude SINNOVEG.
Et en plus…
Implantation d’une Clôture Végétale avec option Anti-Véhicule Bélier
Usine protégée par clôture classique
www.sinnoveg.com
sinnoveg@sinnoveg.com
04 74 55 00 98
France
01400 Chatillon sur Chalaronne
« Les Lazares »
SINNOVEG
Berberis julianane en floraison Show Room SINNOVEG
Protection par la Clôture Végétale (Berberis en coloration automnale)
Une discrétion et un aspect décoratif majeurs
Un effet brise-vent intéressant
Économique
Respecte l’environnement
!
!
!
!
!
Efficace contre l’érosion et les glissements
de terrain
Une intégration environnementale parfaite
!
La clôture végétale c’est aussi :
Protection de Raffinerie et dépôt de gaz par clôture classique
3
34 rue Général Delestraint
01000 BOURG EN BRESSE
Tél 04 74 21 11 31 - Fax 04 74 21 98 41
courriel : contact@caue-ain.com
site : www.caue-ain.com
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising