DP L`exception et le silence, Odon

DP L`exception et le silence, Odon
L’exception et le silence
4 JUILLET - 27 SEPTEMBRE 2015
Centre d’Art Contemporain de la MATMUT
DOSSIER DE PRESSE
Plain-chant n° 2 de Patak II, 1981, Ø 50 cm, papier coloré recto-verso et tressé (détail) © D. Brossard © Adagp, Paris 2015.
odon
SOMMAIRE
PRESENTATION ...................................................................................................... 4
BIOGRAPHIE ............................................................................................................ 5
BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................... 8
EXTRAIT DU CATALOGUE ...................................................................................... 9
VISUELS DISPONIBLES ........................................................................................ 11
AUTOUR DE L’EXPOSITION ................................................................................. 12
CATALOGUE .......................................................................................................... 13
EVENEMENT .......................................................................................................... 14
EXPOSITIONS FUTURES ...................................................................................... 15
CENTRE D’ART CONTEMPORAIN DE LA MATMUT ............................................ 16
INFORMATIONS PRATIQUES ............................................................................... 17
2
L'exposition L’exception et le silence, Odon présentée
du 4 juillet au 27 septembre 2015 au Centre d’Art
Contemporain de la Matmut propose une cinquantaine
de tressages récents et anciens inédits.
Be-bop 2, 2009, Ø 104 cm © F.Sicre © Adagp, Paris 2015
3
PRESENTATION
Guy Houdoin (né en 1940 au Mans), sort diplômé en 1961 de l’école des beaux-arts de
Tours. Il est alors fasciné par les œuvres de Piet Mondrian et de Jackson Pollock qui restent
pour lui les « deux ailes de l’oiseau ». Il réalise de nombreux voyages en Europe, aux ÉtatsUnis, en Inde et, parallèlement, s’installe à Nogent-sur-Marne où il réhabilite une ancienne
imprimerie en atelier et résidence. En 1985, il est frappé par un arrêt cardiaque mais réussit
à reprendre ses activités et à renouveler profondément son art. Il délaisse l’angoisse et le
tragique de ses œuvres précédentes, habitées par son double, à la fois magicien et
souverain, nommé Patak. Il choisit un nom d’artiste : il sera désormais Odon, en souvenir
de celui qui, connu sa bonté et sa patience, fut, en tant que deuxième abbé du monastère
de Cluny, l’un des grands guides spirituels du premier âge féodal et, en tant que lettré et
musicien, l’une des principales figures intellectuelles du Xe siècle. Le nom de Odon évoque
l’ode (la poésie) et le don (la générosité). Il affirme le désir de l’artiste d’une paix intérieure,
des recherches formelles et des pèlerinages pensés. Son anagramme est nodo, qui, en
italien, signifie nœud. Surmontant accidents de santé et deuils, Odon a choisi la vertu de
l’Espérance.
Odon tresse, tisse, trame des bandes de papier coloré pour obtenir des œuvres
rayonnantes et harmonieuses. Le léger papier kraft est peint recto verso puis découpé. Les
bandes sont vrillées, roulées sur elles-mêmes. L’artiste les tord, les torsade, les transforme
en fines cordelettes terminées par une partie non tordue qui rappelle une feuille de ginkgo.
Les œuvres de Odon évoquent des coquilles spiralées ou des conques marines dans
lesquelles on écoute la marée, des toiles d’araignées, des crosses, des tourbillons paisibles
et des labyrinthes… Elles suggèrent discrètement, le Temps, ainsi que des cadences et des
rythmes musicaux.
Les tressages sont des jeux sérieux, exprimant une justesse ludique, une logique joyeuse,
une méthode allègre, une ferveur. Le rayonnement des torsions est une circulation de
l’énergie dépensée pour les produire, un progrès, une expansion qui refuse la dispersion,
une gloire discrète, une splendeur retenue.
La palette de Odon s’est peu à peu enrichie. Dans le dédale des tressages, la couleur
apparait insoupçonnée, illimitée, ambiguë, diaprée. Odon crée un mélange optique
d’innombrables points, d’atomes, d’éléments multicolores, juxtaposés, croisés, enchevêtrés,
intenses. La création de Odon s’écarte du « pittoresque » mais exprime le « pictural ».
Mon atelier est mon univers ; tout l’univers est dans mon atelier, dit-il. Il avance vers le
cosmos, vers l’illimité, explorant sa propre intimité pour se changer. C’est ainsi que, comme
l’âme mobile de ses recherches, ses œuvres sont toujours abouties et jamais finies.
4
BIOGRAPHIE
1940 : naissance de Guy Houdouin le 1er novembre 1940 au Mans, où il passe son
enfance. Il est le deuxième d’une famille de cinq enfants. Jusqu’en 1956, scolarité sans
intérêt « trois classes de 7ème et deux de 4ème, si ! si ! », précise Odon.
Juin 1956 : il est reçu à l’examen d’entrée à l’École des Beaux-Arts d’Angers. Il est âgé de
16 ans. Au cours du premier trimestre, il rencontre Colette Tessier qu’il épousera quelques
années plus tard.
1958 : Bruxelles, Exposition Universelle : 50 ans d’Art Moderne. Cette exposition est une
révélation pour lui. Vacances d’été avec ses parents aux Pays-Bas. À Amsterdam, il obtient
de sa famille une brève étape pour visiter le Stedelijk Museum. Il s’arrête longuement
devant La Ronde de nuit de Rembrandt.
1959 : Après deux années aux Beaux-Arts d’Angers, il rejoint les Beaux-Arts du Mans pour
la 3ème année d’études. Cette école n’ayant pas de 2ème cycle, il ira à Tours pour les
4ème et 5ème années. Il obtient le Diplôme National Supérieur de gravure avec mention.
Les épreuves finales avaient alors lieu en loge à l’École Nationale Supérieure des BeauxArts, à Paris.
Été 1960 : sur la Côte d’Azur et à Aix-en-Provence en compagnie de Colette. Rencontre
avec des peintres américains installés au Château Noir. Houdouin est reçu par André
Masson, qui loge à proximité, et lui montre ses lavis. Masson lui donne un conseil dont il
tiendra compte : « En dessin, pour que le trait soit vivant, faites deux lignes parallèles si
vous le désirez, mais jamais trois » (aujourd’hui, Odon tresse jusqu’à sept lignes parallèles).
Au cours des années suivantes, il reverra Masson à plusieurs reprises à Paris, à son
domicile de la rue de Sévigné.
1961 : Il obtient un poste de professeur d’Arts Plastiques au Mans, à l’Institution Saint-Louis
et au collège des Perrais à Parigné-le-Pôlin.
2 décembre : mariage avec Colette Tessier. À partir de 1961, il installe son atelier au Mans
dans une école désaffectée. À partir de cette période, il se rendra régulièrement à Paris
pour visiter les galeries, les musées (surtout celui d’Art Moderne).
Été 1962 : voyage en Italie. Il visite la Biennale de Venise, découvre Manessier qui obtient
cette année-là le Grand Prix de peinture. Découverte des mosaïques de Ravenne. Odon et
Colette poursuivent (en 2 CV) leur voyage vers la Grèce. Visite de Corfou, Athènes.
19 février 1963 : naissance de sa fille Céline, au Mans. Elle sera l’unique enfant du couple.
Été 1964 : séjour en Espagne. Découverte de Gréco, de Vélasquez. Rencontre Salvador
Dalí à Cadaquès ; il passe une journée avec lui.
1968 : Voyage au Maroc : Marrakech, Tafraout, Taroudan, le désert.
1971 : Premier voyage à New York. Il séjourne à l’hôtel Léo House, 23ème rue, dans le
quartier de Chelsea où se retrouvent Arman et les nouveaux réalistes venus d’Europe.
Odon rencontre Pierre Jacquemon et Mohammed Khalil (qui sera son imprimeur) et où il
côtoie Louise Nevelson. Il rencontre également Mike Siegal, ingénieur du MIT et étudiant en
médecine avec lequel il noue une amitié durable. Mike Siegal sera plus tard le cardiologue
de l’artiste. Rencontre avec Bengt Lindstrom qui lui fait connaître la galerie Marbach où il
5
expose cette année-là. Il se liera par la suite avec Urs Baerlocher, le petit-fils de Mme
Marbach, qui deviendra un de ses principaux collectionneurs.
1972 : Rencontre avec Suzanne de Coninck. Elle présentera dans sa galerie, rue de
Beaune, l’intégralité de la série Memento-Mori. Voyage dans le Sud de la France et en
Italie.
1973 : Séjour d’une année à Bruxelles. Exposition Galerie Montjoie. Stéphan Jansen
(Galerie la balance) lui achète une grande peinture. Exposition à la Colombia University de
New York. Calder l’invite à passer une journée à Saché.
1974 : Retour au Mans. Début de longs et fréquents séjours à New York et aux États-Unis.
Voyage en Suède et en Norvège. Rencontre avec Eide Westin qui lui achète une vingtaine
d’œuvres. Exposition à Philadelphie (Temple University). Jacques Kaplan achète toute
l’exposition. Séjour chez les Logan.
1975 : Exposition à New York, Galerie Champlain-Ravagnan. Jacques Kaplan achète toute
l’exposition. Il rencontre Arman, Ella Freidus, Irena Corwin. Il représente la France à
l’exposition « Jeunes Artistes » de New York (Union Carbide Building, Park Avenue), avec
J.-M. Haessie et J. Soisson.
1976 : Odon et Colette s’installe à Nogent-sur-Marne, à la lisière du Bois de Vincennes.
Début des tressages. Voyage en Suède ; il expose à Uddevalla et à Uppsala.
1977 : Voyage à Londres où il expose Studio Four. Premier voyage en Inde avec leur fille
Céline. Il se rend à Hyderabad et en Inde du Nord.
1978 : À Nogent-sur-Marne, il achète avec Colette une ancienne imprimerie qui sera à la
fois son habitation et son atelier. Il se lie avec Pierre Restany. Expositions à New York, en
Suisse et à Paris avec l’aide de la Galerie Marbach. Rencontre avec Iris Clert, qui
l’exposera à la FIAC en 1980.
1981 : Rencontre le critique d’art Gilbert Lascault, avec lequel il se lie d’une amitié durable.
1983 : Il participe à l’exposition « Nœuds et ligatures » invité par Gilbert Lascault.
1984 : Naissance de Victor, fils de sa fille Céline. Deuxième voyage en Inde à Bavnagard.
Découverte de l’Inde du Sud et de Ceylan. Au cours de ce voyage, Odon et Colette visitent
des moulins à papiers qui les impressionnent fortement. Exposition à Bombay et échange
d’œuvres avec la tribu Warlis.
1985 : Suite à un arrêt cardiaque, il est contraint de passer toute l’année à l’hôpital de
Garches (soins intensifs, rééducation fonctionnelle, ergothérapie – vannerie principalement
– orthophonie : il doit tout réapprendre).
1986 : Il retrouve son atelier nogentais et reprend ses activités en même temps que ses
voyages avec l’aide attentive et précieuse de Colette. Voyage en Espagne ; séjour chez Urs
Baerlocher en Catalogne (à Monells).
1989 : Naissance de Janice, fille de Céline.
1993 : Naissance de Lennie, 3ème enfant de Céline.
6
1995 : Séjour à Long Island chez Jack Larsen, rencontré à Lausanne et à Paris et qui
organise l’exposition « Three Artists, Three Media, Three Continents ». Rencontre avec le
peintre Philippe Guesdon, avec lequel il se lie.
1996 : Exposition au Musée de Chartres des Métissages.
1997 : Après ses recherches pour que l’écriture de son nom ne soit plus écorchée et soit
simplifiée, Guy Houdouin découvre Odon, deuxième abbé de Cluny, Sarthois comme lui, et
la rivière normande l’Odon. Désormais, et de façon inopinée, il sera Odon. Cela déroute
parfois les visiteurs de ses expositions qui se demandent si Odon ne copie pas Houdouin
avant de s’apercevoir qu’il s’agit du même artiste.
1998-1999 : Exposition au Musée d’Art Moderne de Troyes.
13 février 1999 : décès de sa fille Céline à la clinique Sainte-Marie à Angoulême. Elle est
âgée de 36 ans.
2000 : Voyage au Québec où il est reçu par Carole Simard-Laflamme. Exposition à SaintLambert. Rencontre avec Roger Boulay, conservateur au Musée des Arts Africains et
Océaniens, qui lui présente Marie-Claude Tjibaou. Fait Citoyen d’Honneur par la ville de
Saint-Lambert, au Québec.
2001 : Invitation au Centre Culturel de Nouméa par Marie-Claude Tjibaou. Séjour d’un mois
en Nouvelle- Calédonie, au cours duquel Odon travaille avec les Kanaks. Au retour de
Nouméa, séjour à Sydney.
2002 : Exposition itinérante organisée par le Musée de Lodève. À l’occasion de la première
étape de l’exposition au Mans, à l’Abbaye de l’Épau, désormais restaurée, Odon reçoit le
Prix de l’Académie du Maine dont il est particulièrement fier car il lui est décerné par sa
région natale.
2004 : Exposition Odon au Musée Janina Monkute-Marks de Kedainiai, en Lituanie.
2005 : À la fin de l’année, voyage à Vienne. Découverte des églises baroques.
2006 : Voyage à New York et à Chicago.
2007 : De nouveau se rend à New York et Chicago, où il visite la maison de Frank Lloyd
Wright. Une fragilité cardiaque le contraint à de fréquents séjours à l’hôpital Bégin et au Valde-Grâce à Paris. Malgré ses problèmes de santé, Odon continue de travailler
quotidiennement dans son atelier de Nogent-sur-Marne.
Mars 2007 : Odon est fait Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres
7
BIBLIOGRAPHIE









Les fables du visible de Gilbert Lascault, éd. Lettres volées, 2003
Chacun sa vague, éd. Du Mauvais Pas, 2004
Jack Lenor Larsen creator and collector, Merrel Publisher, 2004
Papier, créations et métamorphoses, éd.Dessain et Tolra, 2006
Odon, sourcier, sorcier, magicien, éd. Gourcuff-Gradenigon, 2008
Fils, bouts d’tissus, éd. C.R.D.P Poitiers, 2008
Odon, écurie de Saint Hugues, Cluny, 2010
Odon, ici et maintenant, Nogent-sur-Marne, 2012
Odon, tressages d’éternité, Brou, 2013
Concertino n°1, 2011, 63 x 50 cm
© F.Sicre © Adagp, Paris 2015
8
EXTRAIT DU CATALOGUE
Pour saluer Odon
Extrait du texte de Pascal Bonafoux (2015)
Qu’il est admirable, selon moi,
d’admirer ! Si je trouve quelque chose
qui mérite de l’être, je m’empresse
d’autant plus qu’il paraît par là que je
relève mon existence.
Charles-Joseph, Prince de Ligne
(…)
Comment oser porter atteinte à ce
silence ? Parce que, aucun doute à
avoir, c’est bien de cela et de cela
seulement qu’il s’agit. Inutile de poser
la moindre question à Odon même,
j’ai déjà la réponse, ces mots qu’il
écrivit peut-être, ces phrases qu’il
prononça Pourquoi me faire parler de
mon travail ? Si je dois ajouter le
verbe à la couleur c’est que je ne suis
pas assez loin dans la peinture. La
peinture est un art muet. Ce que l’on
Opus 2, 2001, 150 x 180 cm
devrait finir par savoir… Ne serait-ce
© D.Brossard © Adagp, Paris 2015
que parce que les peintres n’ont pas
cessé de l’affirmer encore et encore. Comment ne pas se souvenir de ce que Courbet
écrivit à son ami le critique Jules Castagnary, Je ne puis tout vous dire, car si on pouvait
expliquer les tableaux, les traduire en paroles, il n’y aurait pas besoin de les peindre ?
Comment ne pas penser à la réponse cinglante que Matisse fait à son éditeur Tériade, Et
vous voulez que j’écrive ? Non. Je n’écrirai que pour vous assurer que je ne le ferai pas ?
Comment ne pas songer à ces mots de Picasso, Je m'exprime à travers ma peinture et je
ne peux pas m'exprimer par les mots ? Comment ne pas rappeler ces mots de Balthus, J’ai
souvent pensé que la plus grande qualité, la plus belle vertu, était de se taire, de faire
silence ? Et, sans se priver du dédain navré nécessaire, il lança encore ces mots : Laissez
aux autres le soin d’interpréter, de chercher à comprendre, d’analyser à la lueur de tout ce
qu’ils veulent. Le peintre ne sait rien de tout cela. Il peint, voilà tout, il ne cherche pas à
traduire. Comment ne saurais-je pas à quoi m’en tenir ?
(…)
9
Parce que Odon tresse le vide, tresse et tisse autour de vides, pour que s’élèvent dans
l’espace des roues, des couronnes, des labyrinthes, des pièges dans lesquels prendre les
nuages, des spirales ébouriffées, métaphores de soleils, de comètes, de roues de la
Fortune, d’hélices ou de crosses, de rosaces ou de dédales de lumière. J’imagine
Philostrate désemparé face à ces (comment seulement nommer cela ?) face à ces
éruptions de couleur, à ces vols suspendus, immobiles, qui se déploient et tremblent à
peine dans l’air, j’imagine ce Philostrate dont on s’accorde (plus ou moins) à croire qu’il est
Philostrate l’Ancien, né à Lemnos vers 165, et qui mourut pendant le règne de Philippe
l’Arabe vers 244, 249 peut-être, qui aura été, semble-t-il, le premier à se risquer à écrire sur
la peinture, à en affronter la réalité, à vouloir la décrire… Dans le Prologue aux textes
rassemblés sous le titre, selon les traducteurs, Les Images, Les Tableaux ou La Galerie de
tableaux, il précisa que ses textes voulaient être une conversation composée pour des
jeunes gens en vue de leur apprendre à interpréter, et de former leur goût. Or, au cours de
cette conversation, il ne dit rien des tableaux, strictement rien de ce qu’ils sont, parce que
ses descriptions sont des récits. Dès la première d’entre elles, il s’adresse par ces mots à
celui qu’il invite à regarder : Considère maintenant le tableau : tout est tiré de là. Et de
conter l’épisode du poème, du récit ou de l’épopée que la peinture a pris pour « modèle ».
Un tableau n’est rien d’autre que ce qu’il représente, que l’histoire qu’il raconte.
Inconséquente illusion qui dure jusqu’au XIXème siècle. Longue carrière pour une
maldonne… Ces mots, tout est tiré de là sont inconséquents, absurdes et inconsidérés face
aux pièces de Odon. Rien à raconter…
(…)
Autre raison, toute aussi essentielle, de risquer ce qui aura pu passer pour un
anachronisme, mettre en évidence le travail d’ascète qui est celui de Odon. Shitao encore :
Aussi, le plus important pour l’homme, c’est de savoir vénérer : car celui qui est incapable
de vénérer les dons de ses perceptions se gaspille lui-même en pure perte, de même que
celui qui a reçu le don de la peinture, mais néglige de recréer, se réduit à l’impuissance.
Impuissance que nient les dimensions de l’œuvre de Odon qui ouvre sur la spiritualité, une
spiritualité qui n’a de compte à rendre à aucune foi. Au début du siècle dernier Rodin répéta
volontiers ces mots de Villiers de l’Isle-Adam On ne voit dans une chose que ce que l’on
sait. Précieux avertissement. Et s’il s’impose ici, c’est parce que l’œuvre de Odon oblige à
admettre que ce que l’on voit n’a pas grand chose de commun avec ce que l’on sait ou croit
savoir. Ni avec ce que l’on croit, ou croit croire…
Hors de question donc de chercher à la traduire, d’en donner un mode d’emploi. Parce
qu’elle exige la solitude et l’humilité. Il faut accepter que Odon ait inventé d’inconcevables
filets à rêves qu’il provoque. Et ces rêves, ces songes ou peut-être ces prières, ne peuvent
être que ceux de celui qui les regarde.
10
VISUELS DISPONIBLES
Concertino n°2, 2011, 65 x 50 cm © F.Sicre © Adagp, Paris 2015
Concerto n°4, 2012, Ø 115 cm © F.Sicre © Adagp, Paris 2015
Be-bop 1, 2009, Ø 104 cm © F.Sicre © Adagp, Paris 2015
Parcours de Patak, 1980, Ø 55 cm © D.Brossard © Adagp, Paris 2015
Vue d’atelier, 2015 © D.Brossard © Adagp, Paris 2015
Prière de Patak, 1981, Ø 30 cm © D.Brossard © Adagp, Paris 2015
11
Tous les visuels qui figurent dans ce dossier de presse sont également à votre disposition.
AUTOUR DE L’EXPOSITION
Visites commentées
Un conférencier du Centre d’Art Contemporain accompagne les visiteurs dans l’exposition
temporaire en cours.
Dimanches 12 et 26 juillet, 2 et 23 août, 13 septembre 2015
15h, entrée libre
Ateliers pour enfants
Un conférencier du Centre d'Art Contemporain accompagne les enfants dans l'exposition
temporaire en cours et anime un atelier.
Samedis 11 juillet, 1er et 22 août, 12 septembre 2015
14h, gratuit, inscriptions au 02 35 05 61 71
Durée visite de l’exposition + atelier : 1h30
Les enfants réaliseront des attrape-rêves avec des matériaux de récupération. En
s’inspirant de modèles ou en créant leurs propres réalisations, ils pourront aborder les
différents axes de travail de l’artiste à savoir le tressage, le tissage, le découpage,
l’utilisation de kraft, la coloration de la matière et le macramé.
Groupes
La réservation est obligatoire pour les visites en groupe, avec ou sans conférencier.
Les groupes sont admis tous les jours de la semaine uniquement sur réservation au 02 35
05 61 71.
12
CATALOGUE
(Couverture provisoire)
Bernard Chauveau
120 pages
20 €
Texte
Pour saluer Odon de Pascal Bonafoux
Biobibliographie
Au Centre d’Art Contemporain de la Matmut, le catalogue est en vente au bénéfice de la
Fondation Paul Bennetot.
13
EVENEMENT
Tricote le CAC
Avril à Juillet 2015
En 2015, le Centre d’Art Contemporain de la Matmut donne de la couleur à son parc. D’avril à juillet, venez
participer à l’évènement TRICOTE LE CAC, un projet participatif, intergénérationnel et dans l’air du temps. Ce
projet de Yarn Bombing (Tricot Graffiti) est ouvert aux enfants, aux adultes et aux seniors, novices ou
expérimentés, sachant tricoter un carré de laine ou simplement réaliser des pompons.
Comment participer au projet ?
Plusieurs dispositifs sont mis en place pour vous permettre de participer à ce projet collectif haut en couleur.
Les boîtes relais « Tricote un sourire »
Le Centre d’Art Contemporain (CAC) accueille l’une des nombreuses boîtes relais « Tricote un sourire » mises
en place par l’association Citémômes, partenaire du projet TRICOTE LE CAC. Ces boîtes vous permettent de
déposer des petits carrés de tricot (10 x 10 cm) ou bien de trouver des fournitures pour participer au projet.
Les ateliers
Venez donner de la couleur au parc, en participant aux ateliers organisés en partenariat avec Citémômes, au
Centre d’Art Contemporain de la Matmut.
Ateliers en continu de 14h à 17h
Mercredi 15 et dimanche 26 avril, mardi 05, mercredi 20 et dimanche 31 mai, mercredi 10 et
dimanche 28 juin, samedi 04 juillet
Gratuits, informations au 02 35 05 61 71
Le temps fort
De juillet à septembre 2015, le CAC présentera une exposition sur le travail de Odon, artiste français qui réalise
des tressages de papier et de textile.
À cette occasion les carrés de laine et les pompons confectionnés pendant les ateliers seront installés dans le
parc et recouvriront les arbres, les bancs, les escaliers… pour donner de la couleur et poser un autre regard sur
le CAC. L’installation de cette œuvre collective se fera en compagnie de tous les participants et de l’association
Citémômes.
Installation le dimanche 5 juillet 2015 de 14h à 17h
14
EXPOSITIONS FUTURES
Résonance des contrastes
Nathalie Leroy-Fiévée & Vladimir Skoda
3 octobre 2015 – 3 janvier 2016
Derrière les apparences/Les formes du chaos
Camille Doligez & Jean Gaumy
9 janvier – 3 avril 2016
Vladimir Skoda, Hommage à Santini, 2013
Acier inox poli miroir, Ø 60 cm, 6 éléments en acier patiné noir, Ø 18 cm chacun, 6 points en acier doré,
Ø 3 cm x 21 cm chacun
© Adagp, Paris 2015
15
CENTRE D’ART CONTEMPORAIN DE LA
MATMUT
© A.Bertereau, agence Mona
Libre d'accès et ouvert à tous, petits et grands, amateurs ou connaisseurs... Le Centre d'Art
Contemporain est un lieu dédié aux expositions temporaires d'artistes émergents et
confirmés.
Le Centre d’Art Contemporain de la Matmut ouvre au public en décembre 2011 après
plusieurs mois de travaux.
Cet édifice du XVIIe siècle est bâti sur l’ancien fief de Varengeville appartenant à l'abbaye
de Jumièges et devient en 1887 la propriété Gaston Le Breton (1945-1920), directeur des
musées départementaux (musée des Antiquités, musée de la Céramique et musée des
Beaux-Arts de Rouen). De 1891 à 1898, le château subit plusieurs périodes de
transformation et dès 1900, peintres, sculpteurs, musiciens, compositeurs s’y retrouvent.
Aujourd’hui, la chapelle, le petit pavillon de style Louis XIII et le fronton (où nous pouvons
lire "Omnia pro arte", "Tout pour l'art") demeurent les témoignages de cette époque.
Au rythme des saisons, dans le parc de 6 hectares, se dessine une rencontre entre art et
paysage (arboretum, jardin japonais, roseraie). La galerie de 500m² est dédiée aux
expositions temporaires, aux ateliers pour enfants, aux visites libres et guidées.
16
INFORMATIONS PRATIQUES
CENTRE D’ART CONTEMPORAIN DE LA MATMUT
425 rue du Château
76480 Saint-Pierre-de-Varengeville
Tél. : +33 (0)2 35 05 61 73
Email : contact@matmutpourlesarts.fr
Web : matmutpourlesarts.fr
L’exposition est ouverte du 4 juillet au 27 septembre 2015, du mercredi au dimanche, de
13h à 19h
Fermé les jours fériés
Entrée libre
Contacts presse
Guillaume Buiron
Attaché de presse – Groupe Matmut
Email : buiron.guillaume@matmut.fr
Tél. : +33 (0)2 35 63 70 63
Marine Lutz
Chargée de mission – Centre d’Art Contemporain de la Matmut
Email : lutz.marine@matmut.fr
Tél. : +33 (0)2 35 05 61 84
17
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising