Du bout des pattes, les dinosaures pointent leur nez

Du bout des pattes, les dinosaures pointent leur nez
4
LE DOSSIER DE LA RÉDAC
La Lozère Nouvelle du 26 avril 2013
Du bout des pattes,
les dinosaures pointent leur nez
Jurassik Mende…
Petite boutade pour grande découverte… Jean-David Moreau et L’A.P.H.P.L
ont mis à jour, en forêt domaniale de Mende, une dalle qui recèle 40 magnifiques
empreintes de dinosaures. Un bond de 200 millions d'années pour l'histoire
et une opportunité concrète pour la science de percer plus avant le mystère
qui dissimule encore la vie de ces fabuleux sauriens…
U
n petit pas pour Jean-David
Moreau, et un grand pas pour la
connaissance de l'histoire du
département. Voici résumé l'histoire d'une découverte qui pourrait bien
ajouter une pierre de taille sur l'édifice
de la connaissance paléontologique du
bassin des causses et plus particulièrement de la Lozère.
Si les grandes avancées contiennent
toutes une part de hasard, celle de la
découverte d'une superbe dalle couverte de 40 traces de dinosaures en forêt
domaniale de Mende, ne déroge peutêtre pas à la règle… Puisque c'est à
quelques encablures seulement de la
maison familiale que le jeune chercheur
lozérien l'a trouvée. Mais le hasard est
tout au plus un accélérateur, impuissant
sans la connaissance et le savoir : « Je
m’intéresse depuis toujours de très près
à la Lozère et je prospecte régulièrement
dans le département depuis de longues
années », souligne notre Lozérien, étudiant, chercheur et thésard de haut
niveau. Si le site est un clin d'œil de
dame providence, la découverte ne lui
doit rien. La preuve ? Le récit de la trouvaille par son inventeur (nom usuellement donné au découvreur d'un trésor
ou d'un site remarquable)…
AUX PORTES DE MENDE…
Ce qui est étonnant, c'est la localisation
de ce site, en plein cœur de la forêt
domaniale de Mende : « J’ai découvert
le site en 2009 », se souvient JeanDavid Moreau qui œuvrait alors dans le
cadre des activités de recherches de
l ’ A . P. H . P. L . , l ' A s s o c i a t i o n
Paléontologique des Hauts Plateaux
du Languedoc, dont il est l'un des
membres fondateurs. Se doutait-il alors
de l'ampleur de la découverte ? « Les
observations préliminaires de 20092011 avaient révélé quatre empreintes
de pas de dinosaures, l’une d’entre elles
était complète, les autres partielles ». Ces
traces, situées au beau milieu d'un sentier, étaient pourtant invisibles pour le
commun des promeneurs. Exposées à
l’érosion naturelle et au passage répété des marcheurs et des vélos, elles ne
pouvaient que se révéler à l'œil exercé
d'un paléontologue ! Le reste est affaire de métier : « la position du niveau à
empreintes laissait supposer qu’une
surface plus importante de la dalle pou- la Lozère est-elle un terrain privilégié
vait être dégagée sans engendrer des pour ce type de découvertes. Jeantravaux trop conséquents ». C'est ainsi, David Moreau le confirme, « le Bassin
« pour voir si d’autres traces étaient des Causses est d’une manière génépréservées », qu'une fouille exploratoi- rale très propice à la préservation des
re a été envisagée dès 2012. Encore fal- traces. Plusieurs dizaines de sites à
lait-il œuvrer dans les règles, avec le pro- empreintes de pas de dinosaures ont été
priétaire du terrain. Celui-ci ne s'est décrits, principalement en Aveyron » et
pas fait prier : « L’autorisation a été déli- il rajoute avec un brin de chauvinisme :
vrée en décembre 2012 par l’Office « les découvertes s’enchaînent en Lozère
National des Forêts », sous réserve depuis quelques années ».
d'entreprendre les fouilles à la période Dans ce contexte, on peut se questionplus propice du printemps. C'est ainsi ner sur la spécificité du site de Mende…
que tout a commencé
Premier atout : il est à
concrètement sur le terMende, et c'est le
Un site remarquable
rain les 13, 14 et 15 avril
premier du secteur !
par le nombre important
derniers. Les membres
Deuxième atout, ses
de traces de dinosaures
de l’Association
dimensions: la dalle à
et leur état de conservation
Paléontologique des
empreinte, une fois
Hauts Plateaux du
dégagée, présente
2
Languedoc (A.P.H.P.L.) ont retroussé une surface d'environs 20 m . Avant la
2
leurs manches et œuvré dur, mais avec fouille, seul 1 m était visible.
toute la délicatesse que la tâche impo- Dernier atout, majeur, sa richesse et sa
se. « Ces fouilles ont été réalisées grâce qualité de préservation : l’expertise de
à l’aide et au travail rigoureux des la dalle révèle environ 40 empreintes de
m e m b re s d e l ’ a s s o c i a t i o n , d o n t pas de dinosaures. Les traces sont
Benjamin Bourel, Vincent Sallé, Louis toutes tridactyles (trois doigts), cerBaret, Joachim Jeanneau, Guillaume taines forment des pistes, d’autres sont
Bessière et Vincent Trincal », souligne isolées. Et certaines empreintes dépasJean-David Moreau qui met en avant le sent 30 centimètres de long !
côté bénévole et volontaire de l'avenUN TRÈS RICHE POTENTIEL…
ture : « L’équipe de fouille était constituée d’amateurs, d’étudiants en paléon- Pour Jean-David Moreau, « Bien qu’il y
tologie de l’Université de Poitiers, ou ait un certain nombre de sites déjà
encore de jeunes chercheurs des uni- connus dans les Causses, celui de
versités de Rennes et Besançon ». Voilà Mende est remarquable par le grand
pour le travail de terrain. Quant à l’étu- nombre de traces sur une petite surfade scientifique, elle est menée par Jean- ce. De plus dans d’autres cas, les traces
David Moreau et Vincent Trincal, ce der- sont parfois retrouvées sur des blocs
nier étant également jeune chercheur, isolés, ici elles sont "en place" », soudoctorant dans le domaine complé- ligne-t-il. L’étude paléontologique prémentaire de la géologie. Il travaille au liminaire menée en 2009-2011 par
laboratoire de Géologie de Besançon. l’A.P.H.P.L. avait permis d’attribuer les
Et puis, il faut ajouter une aide de taille, traces à des dinosaures de type
sans qui rien n'aurait été possible : Grallator. Actuellement, l'heure est à la
« Séverine Delorme, qui travaille à l'ONF, science, aux premiers travaux de
a été immédiatement réceptive au pro- "déchiffrement". La découverte déjà
jet. Elle a assuré le lien indispensable avérée va maintenant se livrer. Et l’étuentre l’A.P.H.P.L. et son Office » et effec- de en cours et la caractérisation des
tué un rôle primordial de facilitateur nouvelles traces amèneront peut-être
pour les démarches administratives et leur lot de surprises… D'autant, que
« de nouvelles fouilles ne sont pas à
les rapports interadministrations.
exclure dans l'avenir, si le besoin s'en
fait sentir ». C'est Julien Bouillie, direcUN MAGNIFIQUE TÉMOIGNAGE
teur départemental de l'ONF et fervent
DES PREMIERS ÂGES…
Évidemment, comme le prouve le défenseur du projet qui le dit !
Patrick Zimmermann
célèbre site de Saint-Laurent-de-Trèves,
La découverte est à la hauteur des espérances… Immortalisée sur le site, l'équipe des fouilles laisse éclater sa joie !
Quand le passé s'éveille,
la science progresse…
Magique et captivant, tout simplement,
de réaliser que de simples traces puissent nous embarquer dans un si long
voyage à travers les millénaires. Mais
encore fallait-il trouver le passeur de
mémoire, le guide susceptible de
réveiller un quotidien enfoui dans la
mémoire du temps…
Bienvenue sur une berge inconnue,
alors que nous y marchons tous les
jours. Bienvenue dans un coin de Lozère
qui a depuis fort longtemps oublié ses
plages. Le voyage commence sur les
pentes d'une vallée encore loin d'imaginer qu'elle sera un jour baptisé du
nom de Mende. Jean-David est notre
passeur de mémoire et ses mots
réveillent un monde qui n'est plus, même
s'il demeure le nôtre. C'était au temps
des grands lézards… « Les traces que
l'on découvre aujourd'hui ont été laissées par des dinosaures carnivores et
bipèdes », explique-t-il. Ces dinosaures
"théropodes" vivaient il y a 200 millions
d’années durant une période appelée
l’Hettangien (Jurassique inférieur).
JE ME NOMME COELOPHYSIDAE
VOTRE MONDE ÉTAIT LE MIEN…
« À cette période, le secteur du Bassin
des Causses et plus particulièrement de
Mende correspondait à un marais maritime. La mer de l’époque se nommait
Téthys ». Les descriptions de JeanDavid sont très évocatrices : « Le climat
qui régnait était bien plus chaud que
celui que nous connaissons aujourd’hui ». Il n'y a plus qu'à fermer les
yeux, sentir le vent et laisser vaguer
son imaginaire pour voir la genèse du
site. Et les dinosaures sont là ! Ils passent sur la grève. Viennent-ils boire ?
Manger ? Où sont-ils simplement de
passage ? Quoi qu’il en soit, le sol
meuble retient leur souvenir. Leurs traces
se dessinent en relief dans la glèbe au
flux et reflux des marées. La paléontologie est le nom de cette science qui
réveille les ombres du passé, qui permet d'apercevoir ces fabuleux sauriens,
la vérité qui se cache dans l'ombre de
notre imaginaire. Mémoire de pierre
pour souvenir de chair, « à chaque fois
que la mer s’est retirée, les dinosaures
ont laissé leurs traces dans les roches ».
Et ces empreintes nous donnent à voir
ces animaux fabuleux. Non par magie,
mais grâce à la science, « par comparaison avec l’architecture osseuse des
squelettes découverts dans d’autres
pays ». Probablement déjà des dinosaures, mesurant de 3 à 4 m de haut,
voici apparaître d'antiques sauriens qui
se dressaient sur leurs deux pattes
arrières. On les nomment
Coelophysidae… Ce sont eux les fantômes du site de Mende. Aussi rapidement qu'elle est apparue, leur vision
s'efface et le temps passe, au gré des
phrases de Jean-David. Arrive l'heure
de la longue nuit et de l'oubli : « une fois
déposées les empreintes ont été très
rapidement recouvertes d’un fin sédiment qui les protégea »… Le voile était
tombé, attendant patiemment d'être
relevé. Cachées au cœur du causse, les
traces n'attendaient que d'être découvertes. Voyageuses du temps, témoins
d'un monde aujourd'hui disparu, elles
feront désormais rêver de nombreuses
générations, riches de pouvoir admirer
un passé si présent !
AU CŒUR D'UN MYSTÈRE
LA SCIENCE VA PROGRESSER !
Les traces découvertes sur le site de
Mende, comme à Saint-Laurent-deTrèves sont assez semblables, elles
sont attribuées au type Grallator. Voilà
pour l'état des connaissances aujourd'hui. Néanmoins, le futur devrait être
passionnant! « L’étude du site de Mende
révélera si d’autres types de traces sont
présentes », souligne Jean-David
Moreau, qui caresse l'espoir que « l’étude de ces traces permette de répondre
à certaines questions que se posent
toujours les paléontologues »… Et en la
matière, le domaine d'investigation des
chercheurs est vaste : Peut-on avoir
une idée de la diversité dinosaurienne
dans la région des Causses il y 200 millions d’années ? Au Jurassique inférieur, dans le Bassin des Causses seuls
les dinosaures carnivores ont laissé des
traces de pas, où sont les grands herbivores ? Que faisaient les dinosaures
théropodes dans la région des
Causses ? S’agissait-il seulement d’une
zone de passage ? Passaient-ils dans
les Causses pour rejoindre des lieux
de chasse ou de ponte ? Et Jean-David
conclut avec un autre mystère passionnant : « Il faut savoir que, dans les
causses, aucun os ou œuf de dinosaures de la même époque n’a à ce
jour été découvert ». Et pourtant, les
traces de leurs pas sont bien réelles.
Elles sont les « seuls témoignages que
nous ayons de ces terribles lézards ».
LE DOSSIER DE LA RÉDAC
La Lozère Nouvelle du 26 avril 2013
ÉMOTION…
Un maire émerveillé !
Joint au téléphone alors qu'il courrait
après l'avion qui transforme chaque
semaine au retour de paris le sénateur en maire de Mende, Alain
Bertrand a été dithyrambique à propos de la découverte : « c'est une
chance extraordinaire. Maintenant,
nous allons être à l'écoute des scientifiques pour préserver et valoriser ce
site ». Sur les répercussions de la
découverte, le maire pense avant
tout « au bonheur des enfants des
écoles qui vont le découvrir » et y voit
aussi un attrait majeur pour les
Mendois, la Lozère et les touristes.
« Un projet qui va tout à fait dans
l'esprit de la municipalité qui met la
focale sur le patrimoine et réalisera
prochainement un inventaire complet
pour les générations futures » En
évoquant aussi le futur arboretum, il
loue son équipe municipale « qui fait
un super-bon boulot ».
Une chance fantastique !
Nathalie Fournier, adjointe au maire
et responsable de la partie environnementale est l'interlocuteur privilégié de l'ONF. Contactée par Séverine
Delorme, elle a immédiatement pris
cause pour la découverte : « l'idée
était d'agir vite». C'était essentiel
pour la protection, il fallait savoir s'il
y avait des risques naturels immédiats
ou non (pluies, éboulements?), et
pour la sécurité des personnes. En
découvrant le site, elle mesure immédiatement « le côté exceptionnel de
ce que j'avais sous les yeux. Nous
avons une chance fantastique de
posséder un tel patrimoine à portée
de mains ». En mairie, elle étudie
immédiatement avec le Directeur
adjoint des services techniques et
l'ONF ce qu'il convient d'entreprendre
dans l'urgence. Ce qui se concrétise
par un aménagement temporaire du
site et un arrêté municipal de protection du périmètre, en attendant les
propositions des scientifiques !
« C'est une grande fierté »
« Pour nous, c'est avant tout une
grande fierté que la découverte ait eu
lieu en foret domaniale de Mende »,
souligne Julien Bouillie, directeur
départemental de l'ONF qui confie:
« tous les agents qui l'ont vu ont la
photo du site sur leurs bureaux ».
L'association avait prévenu le propriétaire des lieux, qui avait de fortes
présomptions sur la qualité de la
découverte depuis l'automne. « C'est
un site remarquable qui justifie pleinement la notion de fierté que nous
défendons vis-à-vis de la notion de
service public et de patrimoine que
nous défendons ». Et foi de forestier
dont le métier de préservation s'inscrit en décennies, à l'échelle de la vie
des arbres, « cette découverte venue
du fond des âges, nous rend encore
plus humbles par rapport à notre
vocation et nos missions ». C'est pourquoi, Julien Bouillie l'affirme, le site
aura tout le soutien dont il a besoin!
Vive la Lozère et les dinos !
Petite humeur contextuelle pour
mettre ce reportage en images… Voila
à présent quelques décennies que
j'accomplis mon devoir hygiénique, s'il
n'est pas marathonien loin s'en faut,
en pratiquant mon jogging sur un
sentier bucolique de la forêt domaniale de Mende. Alors, quelle n'a pas été
ma stupeur, la semaine passée en
découvrant… « Vous savez déjà »? Au
commencement de ce reportage,
l'étonnement de mes correspondantsétait mélé d'agacement. Et il faut les
comprendre, la découverte mérite
attention et protection extrêmes. D'où
une discrétion à toute épreuve! Mais
la rapidité de la rumeur mendoise
aura vite rattrapé l'exigence du secret.
C'est ce que j'ai prêché à grand renfort de téléphone, arguant que face à
ce patrimoine commun, les Lozériens
sauraient le préserver. Le tout est de
leur expliquer, de leur en offrir toute
la beauté en leur montrant les enjeux.
Jean-David Moreau, membres de
l'APHPL, Séverine Delorme, Nathalie
Fournier, maire, préfet, ONF, DRAC et
tous les autres, merci d'avoir fait
confiance à la Lozère-Nouvelle pour
véhiculer la découverte de cet inestimable don du passé.
Patrick Zimmermann
Attention, fragile, précieux, irremplaçable!
5
… ET RESPECT !
Et maintenant ?
La découverte est avérée. Son
importance reconnue, sa déclaration officielle est en cours. Le suivi
administratif est placé sous la bienveillance des services de la direction régionale des affaires culturelles (DRAC). L’A.P.H.P.L., quand
à elle, planche évidemment déjà sur
un projet d’aménagement du site.
«Les autorités compétentes jugeront de la faisabilité matérielle et
financière du projet», explique JeanDavid Moreau qui ajoute : «Je n’en
dis pas plus sur ce projet, la Mairie
et l’ONF recevront une proposition
sous peu».
Passées récemment au charbon lors des fouilles, les traces se métamorphosent en idéogrammes. Sur la dalle morcelée, elles symbolisent
les pas d'une danse… ébauchée par de nombreux dinosaures qui se plaisaient indubitablement là, il y a 200 millions d'années !
P
as besoin de faire de dessin, ces
traces sont précieuses et le site
très fragile! « Tant qu'il n’est pas protégé, il convient de rester discret afin
qu’il n’y ait pas de dégradation »… Tout
au long du reportage, tous les interlocuteurs n'ont eu de cesse de nous rappeler cette évidence ! C'est pourquoi nous
avons pris la décision de ne pas le localiser exactement. Non point qu'il soit
interdit d'aller apprécier de visu la richesse de se présent offert par le passé. Ce
qui savent l'ont déjà admiré et ce secret
de polichinelle servira simplement à
prendre la mesure de l'enjeu : Ce site n'a
de valeur que parce qu'il est notre patrimoine commun. Un trésor gratuit, simplement pour enrichir l'âme et la science. Mais l'offrande des âges révélée au
grand jour est en péril si l'on n'en prend
pas grand soin. Évidemment, un projet
de protection et d’aménagement du site
est déjà prévu. Jean-David Moreau, son
inventeur, nous le livre avec plaisir.
D'ailleurs, lors de sa découverte, sa première pensée est allée aux enfants des
écoles… Mais il met en garde: « Compte
tenu du caractère remarquable de la dalle
Avec leurs faux airs de hiéroglyphes, les traces de dinosaures interpellent.
Leur contemplation amène à rêver. Du fond des âges, le Coelophysidae
nous aurait-il fait signe ? Plus prosaïquement, le téléphone donne l'échelle.
à empreintes, ce site mérite d’être mis en
valeur par des installations adaptées ».
Patience, cela va être fait. En attendant,
« la dalle porteuse des traces présente une
fracturation importante. Il est urgent de
le protéger de l’altération naturelle et
d’éventuelles dégradations ». Et cela
nous incombe à tous, de veiller sur l'héritage offert par les terribles lézards qui
ont été les premiers à parcourir sur deux
pattes un lieu que nous appelons Lozère!
MODE D'EMPLOI
Nathalie Fournier, adjointe à la ville de
Mende, chargée des questions environnementales met l'accent sur la protection
et nous livre un guide de bonne conduite : «Les gens qui croiseraient cette zone
sont invités à en admirer la beauté. Je les
invite cependant fortement à la bienveillance. Il ne faut surtout pas marcher
sur la zone protégée, ni trop s'en approcher, car le périmètre est fragile et les
contours ne sont pas consolidés. Ils peuvent s'écrouler. Bien sûr, pas de jets de
cailloux ou autre projectiles. Rien qui ne
puisse altérer la beauté des traces ».
Ajoutons que les tags, crayonnages ou
autre ajouts impondérables seraient une
catastrophe : « C'est notre patrimoine
commun qui est en jeu pour les générations futures » !
Pourquoi ?
Pourquoi les dinosaures ont disparu ? La célèbre météorite s'est
abattue à Chicxulub au nord de la
péninsule du Yucatán, au Mexique,
il y a 66 038 000 ans, est-elle la
cause de la fin des terribles lézards
? Jean-David Moreau repond : ce
qui est sûr, c'est que les dinosaures
ont disparu de la surface de la Terre
il y a 65 millions d’années, lors d’une
"crise biologique" d’ampleur planétaire, nommée "crise KT". Cette
crise ne toucha pas que les dinosaures mais aussi les ptérosaures,
les ammonites, les plésiosaures
(grand reptile marin)… Son origine
est encore débattue par les spécialistes. Volcanisme intense, météorite… nous ne sommes pas encore fixés !
REPÈRES
A.P.H.P.L.… pour la
Lozère et la science !
La passion selon Jean-David…
Rencontre avec un jeune homme volontaire et atypique à l'origine de la découverte de la fameuse dalle aux
empreintes :
Quand on lui demande si sa passion
pour la paléontologie est née en Lozère,
une lueur s'allume dans les yeux de
Jean-David Moreau : « Oui, je suis passionné de paléontologie depuis mon
plus jeune âge. Dès l’âge de 7-8 ans je
collectais mes premiers fossiles. Mon
père a joué un rôle moteur, lui-même
passionné de géologie, il m’inculqua
les bases de cette science ».
Originaire du Causse Méjean, jeune
chercheur en paléontologie et doctorant,
« je réalise une thèse pour le laboratoire de paléontologie de l’université de
Rennes et le Synchrotron de Grenoble »,
Jean-David n'en a pas moins éludé ses
premières amours pour son département : « Je suis également Président
de l’association paléontologique lozérienne (A.P.H.P.L.) ».
Et il a déjà réalisé un beau parcours :
après son Bac au Lycée Chaptal à
Mende en 2006, il quitte la Lozère pour
passer un DEUG, puis une Licence de
Géologie à Poitiers. Il intègre ensuite un
Master à l’interface de la Paléontologie
et de la Sédimentologie à Dijon. C’est
durant son Mémoire de 1er année de
Master qu'il commence à travailler sur
les traces de dinosaures du Bassin des
Causses, « avec la précieuse aide du
paléontologue Georges Gand ». Puis
en 2011, il intègre le laboratoire de
Paléontologie de l’université de Rennes
et le Synchrotron de Grenoble où il réalise une thèse sur les plantes fossiles.
Aujourd’hui les activités de
l'Association paléontologique des
Hauts Plateaux du Languedoc,
APHPL, tournent autour deux axes :
(1) La découverte de la paléontologie au travers d’activités pédagogiques et culturelles :
- Elle organise et encadre des
stages terrain avec des étudiants de
différentes universités françaises.
Les stages ont une durée de 1 à 5
jours tout au long de l’année.
L’objectif de ces stages est de sensibiliser les jeunes à l’intérêt pour
la paléontologie et aux méthodes
utilisées dans ce domaine. Par
exemple l’Université de Poitiers
nous envoie 15 à 25 étudiants pendant 5 jours, pour les former en
Lozère. Cette collaboration est mise
en place depuis maintenant 6
années.
- L’A.P.H.P.L. organise des excursions géologique et paléontologique grand-public.
- Depuis 2006, l’APHPL organise
une exposition tous les étés en
Lozère. Son objectif est de présenter aux habitants et aux touristes la
richesse du patrimoine paléontologique départemental. En 2013,
l ’ A . P. H . P. L . o r g a n i s e r a l e s
« J o u r n é e s d u P a t r i m o i n e
Géologique Lozérien » à Marvejols
les 2,3 et 4 août (Exposition minéraux fossiles, conférences, atelier
de dégagement de fossiles pour
les enfants). Un rendez-vous à ne
pas manquer !
(2) La recherche scientifique en
Lozère
- L’A.P.H.P.L. travaille sur plusieurs
axes de recherches en paléontologie depuis maintenant plusieurs
années (empreintes de dinosaures,
ammonites, plantes fossiles…).
Pour joindre l'Association paléontologique, voici son site internet :
assaphpl.free.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising