UNIVERSITE DE PARIS IV SORBONNE

UNIVERSITE DE PARIS IV SORBONNE
UNIVERSITE DE PARIS IV SORBONNE - CELSA
École Doctorale 5, EA 1498
Thèse pour obtenir un
DOCTORAT
EN
SCIENCES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION
ANNEXES
« FEMME, EAU ET DEVELOPPEMENT DURABLE
DE L’INVISIBLE AU VISIBLE »
A partir d’une étude comparative de SUEZ, deses filiales et les organisations
encadrant son discours au sein de l’Espace public en France et au Maroc.
Sous la direction de
Madame lé Professeur Nicole d’Almeida
Présentée et soutenue publiquement par Céline Hervé-Bazin
18 décembre 2009
« You will always find an answer in the sound of water »
Chuang Tzu
1.
SOMMAIRE DES ANNEXES
Contexte du sujet
1.
Chronologie « Eau, Genre et Développement Durable »
6
Corpus et méthodologie
2.
Liste du corpus
11
3.
Grilles d’analyse & Résultats d’analyse
22
4.
a. Grille d’analyse globale sur Eau, Visible et Invisible
22
b. Grille d’analyse sur Femme, Eau et Développement Durable
26
c. Résultats de l’analyse
27
Présentation du logiciel Tropes
29
Résultats quantitatifs et qualitatifs de l’analyse du corpus
5.
Représentations symboliques
30
a. Résultats analyse quantitative de La Bible et Le Coran
6.
Textes législatifs et discours en France et au Maroc
a.
b.
c.
d.
7.
Présentation des résultats d’analyse sur les lois et directives en France
Présentation des résultats d’analyse sur les lois et discours au Maroc
Résultats d’analyse quantitative sur les lois en France
Résultats d’analyse quantitative sur les lois au Maroc
Conférences internationales
a. Résultats d’analyse quantitative et discursive
8.
56
57
60
ONEP et Eau de Paris : Producteurs et distributeurs publics de l’eau
a.
b.
c.
d.
e.
10.
39
UNESCO : Organisation internationale non gouvernementale
a. Présentation de l’UNESCO
b. Rapport observation participante et Mission Rencontre internationale des Chaires
UNESCO
c. Résultats d’analyse quantitative du corpus UNESCO
9.
32
34
38
38
Présentation de l’ONEP
Résultats quantitatifs
Rapport de stage à l’ONEP
Présentation d’Eau de Paris à partir de l’analyse qualitative de ses supports
Résultats quantitatifs
63
66
66
83
84
PsEAU et ALMAE : Association locale, réseaux internationaux
a.
b.
c.
d.
Présentation du psEAU
Résultats de l’analyse quantitative du corpus du psEAU
Observation participante et collaboration avec ALMAE
Résultats de l’analyse quantitative du corpus d’ALMAE
2.
85
86
90
92
11.
SUEZ, SUEZ Environnement, Lyonnaise des Eaux et LYDEC : Groupe international
implanté localement
a.
b.
c.
d.
e.
f.
g.
h.
Historique d’une multinationale française, SUEZ
Rapport d’organisation, de la multinationale aux entités locales
Présentation de Lyonnaise des Eaux
Présentation de LYDEC
Les cadres visibles et invisibles du discours de SUEZ et ses filiales
La politique de Développement Durable de SUEZ et ses filiales
Résultats de l’analyse quantitative du corpus
Etude de cas : « De vous à nous, choisissez l’eau du robinet. Analyse du support
consommateur de Lyonnaise des Eaux, L’eau & vous »
i. Résultats de l’analyse discursive du corpus de LYDEC
96
97
98
100
101
102
112
122
128
129
147
Entretiens semi-directifs
12.
Questionnaire des entretiens
157
13.
Entretiens retranscrits
159
Questionnaire sur L’eau et vous, magazine de Lyonnaise des Eaux ciblé sur les femmes
14.
Questionnaire L’eau & vous
250
15.
Réponses au questionnaire sur L’eau & vous
254
16.
Résultats du questionnaire L’eau & vous
282
17.
Extraits de L’eau & vous et LYDEC & vous
294
Etude genrée à Lydec
18.
Enquête « Etre Femme à LYDEC »
300
19.
Résultats du questionnaire : Baromètre Genre à LYDEC
305
Approche symbolique de l’eau et la femme
20.
Les images, les imaginaires de l’eau
- Eau et symbolique, grandes représentations
- Les cinq grandes figures féminines de l’eau
- Les divers portraits d’Ophélie représentant les traits d’une jeune femme au teint blanc
- Les femmes au puits
310
312
316
319
21.
Résultats d’entretiens : Quel lien entre eau et femmes ?
323
22.
Résultats d’entretiens : Les valeurs liées à Eau, Femme et Développement Durable
329
Deux études de terrain complémentaires : Lamkenssa et Saint-Pol-sur-Mer
23.
24.
Présentation de Saint-Pol-sur-mer
331
a. Présentation générale
331
b. Photos de la commune de Saint-Pol-sur-Mer
332
Programme « eau pour tous »
a. Aider les plus démunis à payer leur facture
3.
333
b. Initiative Eau pour tous au Centre Nord Littoral
25.
Le douar Lamkenssa
26.
Programme INMAE
335
337
a.
b.
c.
d.
e.
f.
Méthode de diagnostic social
Méthode de sensibilisation aux bonnes pratiques liées à l’eau et à l’assainissement
Enquête de satisfaction Bloc A et B Lamkenssa 5
Enquête de satisfaction Genre, Santé et Habitat insalubre
Synthèse Enquête de satisfaction Genre, Santé et Habitat insalubre
« L’accès à l’eau et aux services pour elles, pour tous, à travers le programme
INDH-INMAE. »
g. Dépliant sur les impacts de l’arrivée de l’eau pour les femmes
338
341
343
346
352
361
366
Interventions, conférences et articles publiés de Céline Hervé-Bazin
(Par ordre chronologique)
1.
"The figures of water and religion", "Water as a key for social and economic development in
Morocco & Water", "Women and sustainable development", Al Akhawayn University in
Ifrane, Ifrane, Morrocco, october 5-6 2006. (Power point)
367
2.
« L’eau, ingérence internationale impossible face à l’ingérence médiatique », Journée
d’études dans le cadre de la semaine du développement durable, « Medias, Environnement et
Développement Durable », CELSA, Université Paris IV Sorbonne, France, 4 avril 2007.
373
3.
« Citoyenneté modèle et environnement sur l’espace public, un prétexte de la pénétration de
la sphère privée par l’entreprise », Conférence internationale : "Communication and
Argumentation in the Public Sphere: Public Space versus Private Space", Université de
Galati, Roumanie, 12 - 14 avril 2007.
378
4.
"The importance of integrating a gender approach in water supplies programs: the case of
LYDEC in Casablanca", 6th World Wide Workshop for Young Environmental Scientists,
Vitry-sur-Seine, France, April 24-27 2007.
390
5.
"Gender and Private Companies in Water Supplies Programs, Case of LYDEC in
Casablanca", UNESCO - IHP Symposium, Paris, France, September 12-14 2007.
398
6.
« Genre et pratiques judiciaires dans la région de Rabat », GREGAM, Casablanca, Maroc, 21
septembre 2007.
404
7.
« La circulation du « genre » : entre « approche genre » et « réalité genrée » à travers une
expérience de terrain comparée du genre en France et au Maroc dans le cadre du
développement durable », Parcours SIC, Université de Lille III, Lille, France, 18 au 20 juin
2008.
410
8.
"Water management and gender issues: terms of discussion”, Young Water Professionals
Program, IWA Conference, University of Berkeley, Berkeley, USA, July 16-18 2008.
416
9.
« Eau et lobby, menace ou opportunité ? », L’environnement sous la pression des lobbies,
Master Recherche Géographie environnementale et paysages, Université Paris I, Pavillon de
l’eau, Paris, France, 11 février 2009. (Power point)
424
10.
« Eau, Femme et Développement Durable », Séminaire CELSA, Neuilly-sur-Seine, France,
425
4.
12 février 2009. (Présentation orale)
11.
“Providing a vision for water innovation for European water research”, APA 2009,
International Exhibition and Conference on Water, Bucharest, Romania, June 22-23 2009.
426
12.
Soumission Texte, Revue des Arts de l’Oralité, Appel à contribution, Avril 2008, Association
OCCAD (A but non lucratif) Oralité, Conte pour l’Amitié, le Dialogue et le Développement,
Béni-Mellal, Maroc : « Eau et femme, entre symbolique et valeurs féminines. » (Restée sans
réponse)
427
13.
Soumission d’article pour présentation orale. Colloque franco brésilien, 2-3 septembre,
Curitiba (Brésil) : « Genre et Développement en SIC, un domaine délaissé en France ? »
435
14.
Soumission d’article pour présentation orale. Young Water Professionals, Regional workshop
for Benelux, Eidenhoven, the Netherlands; September 2009: “Adapting research and politics
through applied IRWM, the WssTP as a tool for an integrated European water research
sector?”
441
5.
CONTEXTE DU SUJET
1.
CHRONOLOGIE « EAU, GENRE ET DEVELOPPEMENT DURABLE »
1970
Publication de l’ouvrage de Ester Boserup, Woman's Role in Economic Development.
London: G. Allen & Unwin Ltd. Premier ouvrage à parler des conséquences du
développement économique pour la femme.
1972
Conférence des Nations Unies sur l’environnement, Stockholm.
1972
Création de l’ONEP pour la planification en matière de gestion de l’eau potable.
1974
Création du Conseil National de l’Environnement, Décret du 28 mai 1974 pour
l’institution d’un organisme chargé de la protection de l’environnement intitulé alors
Comité.
1974
Publication de l’ouvrage de Françoise d’Eaubonne, Le Féminisme ou la mort, où
apparaît la notion d’éco-féminisme.
1976
Création de l’UNIFEM.
1977
Conférence des Nations Unies sur l’eau, Mar del Plata.
1977
Conférence des Nations Unies sur la désertification.
1979
Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des
femmes.
1979
Projet de révision de la Moudawana.
1981
Officialisation de la révision du code de la Moudawana avec un code complet
comprenant 504 articles.
1981-1990
Décennie internationale sur l’eau potable et l’assainissement.
1983
Publication du livre de Vandana Shiva, Ecofeminism, Halifax : Fernwood Publications.
Premier ouvrage sur les liens entre femmes et ressources.
1985
Création de l’association ADFM : Association Démocratique des Femmes du Maroc.
1987
Rapport Brundtland.
1987
Création de l’association UAF : Union de l’Action Féminine.
1989
Convention internationale relative aux droits de l’enfant.
1990
Consultation mondiale sur l’approvisionnement en eau et l’assainissement pour les
années 90, New Delhi.
1990
Charte africaine sur le Droit et le Bien Etre des enfants.
1990
Cellule « intégration de la femme au développement », Ministère des Affaires
Etrangères.
6.
1992
Conférence internationale sur l’eau et l’environnement, Dublin.
1992
Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (Sommet
planète Terre), Rio De Janeiro.
1992
Agenda 21.
1992
Création de l’association AMDF : Association Marocaine des Droits des Femmes.
1993
Conférence internationale sur les droits de l’homme, Vienne.
1993
Publication de l’ouvrage de Caroline Moser, Gender Planning and Development:
Theory, Practice and Training. London and New York: Routledge, 1993. Description
des trois rôles de la femme dans la communauté et liens avec les ressources naturelles.
1993
Signature de la Convention CEDAW par le Maroc.
1993
Création de l’association ALMAE, Alliance Maghreb Machrek sur Genre et Eau.
1993
Création de l’association LDDF : Ligue Démocratique pour le Droit des Femmes.
1994
Conférence ministérielle sur l’eau potable et l’assainissement, Noordwijk.
1994
Conférence internationale des Nations Unies sur la population et le développement, Le
Caire.
1994
Publication de l’ouvrage de Rosi BRAIDOTTI (avec Ewa CHARKIEWICZ, Sabine
HAUSLER, Saskia WIERINGA), Women, the environment and sustainable
development. Toward a theoretical synthesis. London: Zed Books Ltd, 1994. Lien
établi entre femme, environnement et Développement Durable.
1995
Sommet mondial pour le développement social, Copenhague.
1995
4ème Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes, Beijing.
Rapport sur la 4ème Conférence mondiale sur les femmes.
New York : Nations Unies, 4-15 septembre, 1995.
• Première définition officielle du genre. « Le genre se réfère aux relations entre
hommes et femmes basées sur des rôles socialement définis que l’on assigne à l’un ou
l’autre sexe » 1.
•
Lien entre Femme, Développement et accès aux ressources.
« La participation des femmes au développement économique et social, l'égalité des
chances et la pleine participation, sur un pied d'égalité, des femmes et des hommes, en tant
qu'agents et bénéficiaires d'un développement durable au service de l'individu sont des
conditions essentielles à l'élimination de la pauvreté au moyen d'une croissance
économique soutenue, du développement social, de la protection de l'environnement et de
la justice sociale. » 2
« Promouvoir l'indépendance économique des femmes, notamment par l'emploi, et
éliminer le fardeau de plus en plus lourd que la pauvreté continue de faire peser sur les
1
2
4ème Conférence Mondiale de Beijing sur les Femmes, Beijing, 1995.
Énoncé n°16, Déclaration de la Conférence mondiale de Beijing sur les Femmes, Beijing, 1995.
7.
femmes, en s'attaquant aux causes structurelles de la pauvreté par des changements de
structures économiques assurant à toutes les femmes, notamment aux rurales, l'égalité
d'accès, en tant qu'agents essentiels du développement, aux ressources productives, aux
possibilités de promotion et aux services publics. » 3
1995
Dahir n°1-95-154 du 16 août 1995 portant promulgation de la loi 10-95 sur l’eau du 20
septembre 1995.
1995
Signature de Action 21. Création d’un Réseau de Développement Durable.
Lancement de la Stratégie Nationale de Développement Durable.
1995
Décret 20 janvier 1995 pour la réorganisation des organismes chargés de la protection
de l’environnement.
1995
95 Maghreb égalité (suite Pékin).
1996
Conférence des Nations Unies sur les établissements humains (Habitat II), Istanbul.
1996
Sommet mondial de l’alimentation, Rome.
Création du World Water Council.
1997
1er Forum mondial de l’eau, Marrakech.
1997
Création de la Chaire UNESCO Interdisciplinaire pour une Gestion Durable de l’Eau,
Université Hassan II.
1998
Conférence internationale Eau et Développement Durable de Paris.
1998
Plan d’action national pour l’intégration de la femme au développement.
1998
Résolution sur le genre.
1999
Dahir n° 1-99-174 du 30 juin 1999 portant promulgation de la loi n° 19-98 modifiant et
complétant la loi n° 10-95 sur l'eau.
1999
Création de l’association AMPFR : Association Marocaine de Promotion de la Femme
Rurale.
1999
Echec du projet d’intégration de la femme au développement économique et social.
Le Département de la Protection de la Femme et de l’Enfant en prend la charge.
Création du Front et Réseau d’appui au plan pour intégration de la femme au
développement économique et social.
1999
Création de l’Espace Associatif.
2000
2ème Forum mondial de l’eau, La Haye. Création de Gender and Water Alliance.
Déclaration ministérielle sur la sécurité de l’eau au XXIème siècle.
2000
Objectifs du Nouveau Millénaire.
2000
Onu 23ème Session. Beijing +5.
Rapport “Women 2000 and beyond”. United Nations. Department of Economic and
Social Affairs. Division for the Advancement of Women.
3
Énoncé n°26, Déclaration de la Conférence mondiale de Beijing sur les Femmes, Beijing, 1995.
8.
2000
Signature de conventions intitulées « Genre et Développement » de coopération avec
les représentants du FNUAP, PNUD et UNIFEM. Objectif : établir un plan d’action
national pour l’intégration de la femme et le pilotage d’opérations tests.
8 mars 2000
Manifestations pour et contre le plan d’action national pour l’intégration de la femme
au développement.
2001
Conférence internationale sur l’eau douce, Bonn.
2001
Discours d’ouverture de S.M. le Roi Mohammed VI, 9ème session du Conseil Supérieur
de l’Eau et du Climat à Agadir, 21 juin 2001.
2001
Discours de S.M. le Roi Mohammed VI pour l’ouverture des travaux du Conseil
Supérieur de la Promotion Nationale et du Plan. Il souligne l’importance du rôle de la
femme pour le développement du Maroc.
2001
Campagne Printemps de l’Egalité.
2001-2003
Ministère chargé de la condition de la femme, la protection de la famille et de l’enfance
et l’intégration des handicapés.
2001
Création de l’Association des femmes chefs d’entreprise du Maroc (AFEM).
2002
Sommet mondial sur le développement durable, Rio + 10, Johannesbourg.
2002
Lancement plan d’action pour l’environnement : PANE.
2002
Premier budget pour les femmes rurales.
2002
Discours de S.M. le Roi Mohammed VI au Sommet Mondial sur le Développement
Durable, Johannesburg, Septembre 2002.
2003
3ème Forum mondial de l’eau, Kyoto.
2004
Commission sur le statut de la femme, 48ème session.
2004
XI Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (UNCTAD)
São Paulo, 18 juin 2004.
2004
Dahir n° 1-04-22 du 12 hija 1424 (3 février 2004). Portant promulgation de la loi n° 7003 Portant sur le Code de la Famille.
2005
Commission sur le statut de la femme, 49ème session.
Rapport : “A Gender Perspective on Water Resources and Sanitation”. United Nations,
Department of Economic and Social Affairs, Commission on sustainable development :
Background paper N°2 DESA/DSD/2005/2, New York: Interagency Task Force on
Gender and Water.
2005
Discours royal de S.M. le Roi Mohammed VI, Lancement de l’Initiative Nationale de
Développement Humain, 18 mai 2005.
2005
Premier colloque « Femmes méditerranéennes et défis du développement humain. »
9.
2005
Création de la Chaire Unesco « Eau, Femme et pouvoir de décision », Université AlAkhawayn..
2005-2015
Décennie internationale d’action l’eau source de vie.
2005-2015
Décennie pour l'éducation en vue du Développement Durable.
2006
4ème Forum mondial de l’eau à Mexico.
2006
Disours royal de S.M. le Roi Mohammed VI, à l’occasion du Rapport Développement
Humain, 6 janvier 2006.
2006
1er Rapport sur la dimension genre en annexe du rapport économique et social
accompagnant la loi de finance annuelle du Ministère des Finances.
2007
Rencontre « Rôle des femmes marocaines dans le processus national du développement
» à Tanger.
2008
4ème Rapport sur l’état des réformes visant à l’égalité des sexes dans le cadre du
CEDAW.
10.
CORPUS ET METHODOLOGIE
2.
LISTE DU CORPUS
SYMBOLIQUE ET CROYANCES RELIGIEUSES SUR L’EAU ET LA FEMME
Textes sacrés :
La Bible, version de Louis Segond (1910).
Le Coran, traduction de Mouhammad Hamidullah (1990).
La Torah : Le Pentateuque (2001) et Le Talmud, traduction de A. Cohen.
Revue littéraire :
BACHELARD, G. L’eau et les rêves, essai sur l’imagination de la matière. Paris : Librairie José Corti,
1942.
BERNARDIS, M.-A. Le Grand livre de l’eau. Paris : La Manufacture, 1990.
CAULIER, B. L’eau et le sacré, les cultes thérapeutiques autour des fontaines en France du Moyen-Age à
nos jours. Paris : Editions Beauchesne, 1990.
DURAND, G. Les structures anthropologiques de l’imaginaire. Grenoble : Imprimerie Allier, 1959.
EL GHASSEM O.A. Eléments pour une symbolique maure : de la dune au puits. Paris : L’Harmattan,
2001.
FARUQUI, N. I. ; BISWAS, A. K. & BINO, M. J. La gestion de l’eau selon l’Islam, Editions Karthala :
Paris, 2003.
GOUBERT, J.-P. L’eau puissance civilisatrice. Paris : C.I. EAU, 2002.
GRITTI, J. L’eau, mythes et symboliques. Paris : CIEAU, 2001.
HIDIROGLOU, P. L’eau divine et sa symbolique. Paris : Albin Michel, 1994.
JASKULKÉ, E. « Eau, symboles et religions », Lyonnaise des Eaux, Les Actes du FIG 2002 : Saint Dié
des Vosges, 2002.
KAPFERE, A.-D. « Entre le mythe et la contrainte : l’eau dans un Moyen-Age picard et Boulonnais », p.
239-250 dans BUSHNIGER, D & CRÉPIN, A. Les quatre éléments dans la culture médiévale. Stuttgart :
Kunnmerle Verlag, 1983.
KELEN, J. Les femmes de la Bible. Tournai : La Renaissance du livre, 2002.
LARBI BOUGUERRA, M. « Symbolique et culture de l’eau ». Les rapports de l’Institut Veolia
Environnement n°5. Paris : Institut Veolia Environnement, 2006.
MALISSAR, A. Les Romains et l’eau. Paris : Les Belles Lettres, 2002.
MASSON, D. L’eau, le feu, la lumière. Pari : Desclée de Brower, 1985.
MORGENZTERN, M. (sous la direction) Les Français et l’eau. 10 ans d’opinion et d’études 1995 – 2005.
Paris : C.I.EAU, 2005.
MOLLENKOTT, V.R. Dieu au féminin. Paris : Editions du Centurion, 1990.
ROBIC, M. « Symbolique de l’eau dans les représentations d’Ophélie chez T. de Banville ». Equinoxes :
Automne-Hiver 2005-2006.
RUDHART, J. Le thème de l’eau primordiale dans la mythologie grecque. Berne : Société suisse des
Sciences Humaines, 1971.
STEINSALTZ, A. Hommes et femmes de la Bible. Paris : Albin Michel, 1990.
11.
TEXTES OFFICIELS SUR L’EAU ET LA FEMME
FRANCE
Loi sur l’eau en France depuis 1964 (première loi sur l’eau) et Europe depuis 2000 (première loi cadre sur
l’eau au niveau européen) :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
Loi n°64-1245 du 16 décembre 1964 : sur le régime et la répartition des eaux et à la lutte contre leur
pollution.
Loi n°92-3 du 3 janvier 1992 : « loi sur l’eau » sur la politique de l’eau, cette ressource est reconnue
comme « patrimoine commun de la Nation ».
Loi n°93-122 du 29 janvier 1993 sur la transparence de la vie économique et des procédures
publiques dite « Loi SAPIN ».
Loi n°95-101 du 2 février 1995 : « Loi BARNIER » pour le renforcement de la protection de
l’environnement.
Loi n°95-127 du 8 février 1995 relative aux marches publics et délégation de services publics.
Loi n°2004-338, transposition de la loi européenne, directive 2000/60/CE.
Directive cadre 2000/60/CE sur la politique communautaire de l’eau.
Loi n° 284 du 8 décembre 2006, loi « Oudin-Santini » du relative à la coopération internationale des
collectivités territoriales et des agences de l’eau dans les domaines de l’alimentation en eau et de
l’assainissement.
Loi sur la parité, la femme depuis 1995 (Création d’un Observatoire de la parité)
1.
Décret n°95-1114 du 18 octobre 1995 portant création d'un Observatoire de la parité entre les
femmes et les hommes.
2.
Décret no 98-922 du 14 octobre 1998 modifiant le décret no 95-1114 du 18 octobre 1995 portant
création d'un Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes.
3.
Loi n°2000-493 du 6 juin 2000 tendant à favoriser l'égal accès des femmes et des hommes aux
mandats électoraux et fonctions électives.
MAROC
Loi sur l’eau au Maroc depuis 1972 (date création de l’ONEP) et discours royaux depuis 1999 (date
d’intronisation de Mohamed VI) :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
Dahir n°1-95-154 du 16 août 1995 portant promulgation de la loi 10-95 sur l’eau du 20 septembre
1995.
Dahir n° 1-99-174 du 30 juin 1999 portant promulgation de la loi n° 19-98 modifiant et complétant
la loi n° 10-95 sur l'eau.
Discours d’ouverture de S.M. le Roi Mohammed VI, 9ème session du Conseil Supérieur de l’Eau et
du Climat à Agadir, 21 juin 2001.
Discours de S.M. le Roi Mohammed VI au Sommet Mondial sur le Développement Durable,
Johannesburg, Septembre 2002.
Discours royal de S.M. le Roi Mohammed VI, Lancement de l’Initiative Nationale de
Développement Humain, 18 mai 2005.
Discours royal de S.M. le Roi Mohammed VI, à l’occasion du Rapport Développement Humain, 6
janvier 2006.
Loi sur la Femme, Moudawana 2004 :
Dahir n° 1-04-22 du 12 hija 1424 (3 février 2004). Portant promulgation de la loi n° 70-03 Portant
sur le Code de la Famille.
1.
12.
CONFERENCES INTERNATIONALES
1972
1977
1979
1987
1990
1992
1992
1994
1995
1995
1997
1998
2000
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2009
Conférence des Nations Unies sur l’environnement, Stockholm.
Conférence des Nations Unies sur l’eau, Mar del Plata*.
Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des
femmes. (Accronyme issu du terme anglais : CEDAW)
Rapport Brundtland.
Consultation mondiale sur l’approvisionnement en eau et l’assainissement pour les
années 90, New Delhi.
Conférence internationale sur l’eau et l’environnement, Dublin.
Conférence des Nations Unies sur l’environnement et le développement (Sommet
planète Terre), Rio De Janeiro.
Agenda 21.
Chapitre 18 : Protection des ressources en eau douce et de leur qualité : application
d'approches intégrées de la mise en valeur, de la gestion et de l'utilisation des ressources
en eau.
Chapitre 24 : Action mondiale en faveur de la participation des femmes a un
développement durable et équitable.
Conférence internationale des Nations Unies sur la population et le développement, Le
Caire.
4ème Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes, Beijing.
Sommet mondial pour le développement social, Copenhague.
1er Forum mondial de l’eau, Marrakech.
Conférence internationale de Paris.
2ème Forum mondial de l’eau, La Haye.
Objectifs du Nouveau Millénaire.
Conférence internationale sur l’eau douce, Bonn.
Sommet mondial sur le développement durable, Rio + 10, Johannesbourg.
3ème Forum mondial de l’eau, Kyoto.
CEDAW + 25.
Résolution Décennie « L’eau, source de vie ».
Forum mondial de Mexico.
Forum mondial d’Istanbul.
*Non récupéré. Extraits seulement.
** Texte en anglais.
13.
ORGANISATION NON GOUVERNEMENTALE : L’UNESCO
1997
Actes : « Elles et l’eau ». Programme Hydrologique International et Réseau UNESCO Inter Rives,
Nouakchott, Mauritanie, 3-5 novembre 1996.
2003
Brochure : « Cadre de mise en oeuvre de la stratégie de l'UNESCO en matière de généralisation de
l'analyse selon le genre pour 2002-2007 ». 20 p.
Rapport : « Genre et éducation pour tous, le pari de l’égalité ». 40 p.
2005
Brochure : « Guide des Points focaux pour l'égalité des genres des Commissions nationales pour
l'UNESCO ». 67 p.
2006
Site Internet Eau et Femmes : http://www.unesco.org/water/ihp/women_and_water.shtml
Brochure : « Passeport pour l’égalité ». 51 p.
2007
Site Internet : Portail Genre de l’UNESCO :
http://portal.unesco.org/fr/ev.php-URL_ID=3160&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html
STRUCTURES PUBLIQUES
EAU DE PARIS, FRANCE
Créé en 1987 (Ex-SAGEP).
2003
Femme, Eau et Développement : quels enjeux ? (Edition SAGEP avec Eau Vive, pS-Eau)
2004
Rapport d’activité.
2005
Rapport d’activité.
2007
Rapport d’activité.
2008
Site Internet : www.eaudeparis.fr - Juin 2008.
ONEP, MAROC
Créé en 1972.
1997
Campagne de sensibilisation des jeunes à l’économie de l’eau : « L’eau par l’image », 1997
2000
Plaquette : « Participation de deux marocaines aux activités des jeunes en marge du 2ème forum mondial de
l’eau à La Haye, mars 2000 ».
14.
2002
Document de sensibilisation : « Mieux connaître… L’eau ».
2004
Plaquette : « Le Droit à l’eau pour tous… Notre devise », 8 p.
Pochette : « Le Droit à l’eau pour tous… Notre devise », 11 p.
Affiche : « AEP des populations rurales », 1 p.
2005
Présentation diapositives : « Présentation institutionnelle ». 26 p.
Présentation en diapositives : « Présentation Développement Durable », 25 p.
2006
Site Internet : www.onep.org.ma
2007
Brochure : « Le Droit à l’eau pour tous… Notre devise. Partenariat ONEP – Collectivités locales »
ASSOCIATION
PSEAU, FRANCE
2002
Brochure : « Genre, eau et développement durable, Expériences de la coopération française en Afrique
subsaharienne » avec l’AFD.
Rapport : « Rapport de synthèse des deux premières phases de la conférence Genre et eau ».
Brochure : « L’eau, un avenir pour tous ».
2006
Intervention : « Intégration transversale du genre dans la gestion intégrée des ressources en eau : Le suivi
et l'évaluation », 3rd Arab Water Regional Conference, PSEAU, 11 décembre 2006.
Rapport : « Evaluation 2000-2004 du Programme Solidarité Eau ».
2007
Guide méthodologique : « La prise en compte du genre dans les projets d’adduction d’eau potable en
milieux rural et semi-urbain », avec l’AFD.
Site Internet : www.pseau.org
ALMAE, MAROC
Créée en 1993.
2005
Brochure : « Projet : Eau, Femmes et Santé ».
2006
Rapport : « Contribution au Rapport relatif à l’effectivité du droit à l'eau ».l’Eau
Dépliant : « Chaire UNESCO Interdisciplinaire pour une gestion durable de l’eau ».
Document : « ALMAE Alliance Maghreb Machrek pour l’Eau ».
Rapport : « Projet au profit de Bin Abid »
2007
Déclaration : « L’eau, une gouvernance locale ».
15.
GROUPE SUEZ
SUEZ*
*1997, date de création du groupe SUEZ Lyonnaise des Eaux. 2001, date de création du groupe SUEZ.
1998
Charte Sociale Internationale. 9 p.
2000
Charte de l’environnement. 17 p.
Dépliant : « SUEZ en 2000 ». 20 p.
2001
Charte Ethique. 50 p.
Règles d’Organisation et de conduite des sociétés. 31 p.
Charte Sociale Internationale. 9 p.
Rapport d’activité. « 2001 ». 108 p.
2002
Dossier de presse : « Voyage de presse à Casablanca ». 50 p ;
Brochure : « La vraie bataille de l’eau ». 36 p.
Rapport d’activité et de développement durable. 108 p.
Brochure : « SUEZ dans le Nord-Pas-de-Calais ». 24 p.
Brochure : « Fondation SUEZ ». 24 p. V
2003
Rapport d’activité et de développement durable. 84 p.
2004
Brochure : « SUEZ : le progrès a une histoire ». 16 p.
Rapport d’activité et développement durable. « Engagement. Performance. Responsabilité ». 160 p.
2005
Magazine : « Urgence Eau ». Insertion dans Okapi, 100% ado. 12 p.
Rapport d’activité et développement durable. « Vous apporter l’essentiel de la vie ». 120 p.
Communiqué de Presse : « SUEZ et l’ANPE signent un accord de partenariat ». 1 p.
2006
Brochure Forum de Mexico : « Actions locales pour un défi mondial ». 16 p.
Brochure : « Le partenariat public-privé : les enseignements à tirer de nos actions locales ». 4 p.
Brochure : « Développement Durable : pilier de notre stratégie ». 24 p.
Brochure : « SUEZ : 10 ans d’initiatives de responsabilité sociale ». 147 p.
Magazine Terre Bleue : « Où sont les femmes ? ». 20 p.
Rapport d’activité et Développement Durable. « Vous apporter l’essentiel de la vie ». 126 p.
2007
Communiqué de presse : « SUEZ, parrain historique du Women’s Forum ». 1 p.
Brochure : « Mécénats et partenariats ». 41 p.
Dossier de Presse : « SUEZ et le Développement Durable : un engagement, des actions ». 25 p.
Dossier de Presse : « SUEZ au côté des femmes ». 29 p.
Brochure : « Le Groupe en 2007 / 2008 ». 9 p.
Site Internet : SUEZ, 8 mars 2007.
Site Internet : www.suez.com - Téléchargé le 31 janvier 2008.
16.
2008 : Newsletter de l’Observatoire sur la place des Femmes, n°1, 8 mars 2008.
SUEZ ENVIRONNEMENT*
*2003, date de création.
2003
Rapport : « Rapport Responsabilité Environnementale et Sociétale ». 78 p.
2004
Rapport : « Recherche, Développement et Innovation, au service des grands enjeux d’aujourd’hui et de
demain. 2003-2004 ». 36 p.
Brochure Aquasistance : « 1994-2004 : dix années d’action humanitaire dans les domaines de l’eau et de
l’environnement ». 12 p.
2005
Brochure : « Grands savoirs environnementaux : participation communautaire dans les pays émergents ».
38 p.
Brochure : « Les métiers de SUEZ dans l’environnement. Bilan et engagements ». 44 p.
Rapport : « 2005, une année dans les métiers de l’environnement ». 64 p.
Brochure : « L’eau, facteur de développement social ». 24 p.
2006
Compte-rendu : « 4ème Forum mondial de l’eau. Bilan et Perspectives du PPP ». 12 p.
Brochure : « Grands savoirs environnementaux. Eau pour tous ». 9 p.
Document interne : « Sur la voie d’un Développement Durable. La contribution de SUEZ
Environnement ». 58 p.
Document interne : « Stratégie de Développement Durable. Feuille de Route 2011 ». 9 p.
Site Internet : www.suez-env.com
Site Internet « Eau pour tous » : www.suez-environnement.com/fr/engagements/acces-a-l-eau/eau-pourtous/eau-pour-tous/
Brochure : « Eau et assainissement pour tous ». 4 p.
2007
Brochure : « Faits et Chiffres 2006-2007 ». 24 p.
Dépliant : « Aquassistance : Une ONG pour l’eau et pour l’environnement ». 2 p.
Brochure : « Toutes les femmes ont besoin d’eau potable. Contributeurs des opérateurs privés ». (Avec
Aquafed)
Brochure : « Exercer une responsabilité sociale et locale : Dialoguer, s’engager, agir avec la société ». 4 p.
Rapport : « Bilan développement durable 2006/2007. Une année dans les métiers de l’environnement ».
71 p.
Brochure : « La référence dans les métiers de l’environnement ». 8 p.
LYONNAISE DES EAUX
*1997, date de création du groupe SUEZ Lyonnaise des Eaux.
Séparation en 2001 de SUEZ en Lyonnaise des Eaux France puis devient en 2005, Lyonnaise des Eaux.
1997
Brochure : « L’eau : petites astuces et bons conseils ».
1998
Brochure : « L’eau ».
Brochure : « Les Services Eau Pratique ». 12 p.
17.
2001
Rapport d’activité. 32 p.
2002
L'eau et vous, Juin. Numéro Côte d’Azur. Numéro 1. 8 p.
L'eau et vous, Automne-Hiver. Numéro Alsace Franche-Comté. 8 p.
Rapport d’activité. 32 p.
Brochures clients : « Protection contre le gel », « Le calcaire dans l’eau », « Le plomb sous surveillance »,
« Les pesticides et l’eau », « Numéro Azur ». 4 p.
Brochure : « Service de l’eau ».
2003
L'eau et vous, Printemps-Eté. Numéro Normandie. 8 p.
L'eau et vous, Automne-Hiver. Numéro Pays de Loire. 8 p.
Dépliant : « Réglementation française pour les eaux usées ». 2 p.
Rapport d’activité. 36 p.
Dépliant : « L’eau en braille ». 2 p.
2004
L'eau et vous, Printemps-Eté. Numéro Dauphiné-Savoie, SDEI. 8 p.
L'eau et vous, Automne-Hiver. Numéro Hauts-de-Seine. 8 p.
Les Cahiers de l’Eau. Enjeux des services de l’eau en France.
Revue de presse « Chemins de l’Eau ».
Cahier interne « Lyonnaise 2010 ».
Rapport d’activité. 36 p.
2005
Brochure : « Votre eau : mode d’emploi ».
L'eau et vous, Printemps-Eté. Numéro Côte d’Or. 8 p.
L'eau et vous, Automne-Hiver. Numéro Communauté Urbaine de Bordeaux. 8 p.
Brochure interne : « Guide du rédacteur en chef local ».
Rapport Annuel. 52 p.
2006
L'eau et vous, Printemps-Eté. Numéro Parisienne des Eaux. 8 p.
L’eau & vous. Automne-Hiver 2006. Numéro Communauté Urbaine de Bordeaux. 8 p.
Revue de Presse : « Journée Mondiale de l’Eau ».
Série : « Prélèvement mensuel », « Pour une eau sans plomb », etc. 2 p.
Série : « L’eau à … & vous ». 4 p.
Brochure : « Eau + près de vous ». 16 p.
Site Internet : www.lyonnaise-des-eaux.fr
Rapport d’activité. 44 p.
2007
Brochure : « 12 engagements pour une gestion durable de l’eau ». 4 p.
Communiqué de Presse : « Comment mesurer la performance d’une démarche de développement
durable ? Un an après avoir pris 12 ans pour une gestion durable de l’eau, Lyonnaise des Eaux Groupe
SUEZ rend public son 1er bilan ». 2 p.
ETUDE DE TERRAIN : SAINT-POL-SUR-MER.
CENTRE NORD LITTORAL, DUNKERQUE.
-
Entretiens janvier 2007, mars et avril 2008.
Observations sur le terrain avril 2008.
18.
-
Fiche de présentation « Accès à l’eau pour tous ».
Centre Communal d’Action Sociale de Saint-Pol-sur-Mer.
Association locale : Carrefour des solidarités.
o Site Internet : www.carrefourdessolidarites.org
LYDEC*
*De 1997, date de la signature du contrat le 10 août 1997.
1998
Brochure : Bilan et Perspectives.
1999
Rapport d’activité. 42 p.
2000
Rapport d’activité. 56 p.
2001
Rapport d’activité. 48 p.
2002
Rapport d’activité. 46 p.
2003
Rapport d’activité. 40 p.
LYDEC & Vous : « Le Bureau Central de Conduite ». Avril, numéro 1. 7 p.
LYDEC & Vous : « Massira 2007, nos ambitions pour Casablanca ». Juillet. 7 p.
LYDEC & Vous : « LYDEC se prépare pour la saison des pluies ». Octobre. 7 p.
2004
Rapport d’activité. 40 p.
LYDEC & Vous : « www.lydec.ma. Ne vous déplacez plus, LYDEC vient jusqu’à vous ! ». Janvier. 7 p.
LYDEC & Vous : « Protection de la ville de Mohammedia contre les inondations ». Février. 7 p.
LYDEC & Vous : « Pour un réseau électrique fiable et sécurisé ». Avril. 7 p.
LYDEC & Vous : « 2 nouvelles agences LYDEC ouvrent leurs portes ». Juillet. 7 p.
LYDEC & Vous : « LYDEC se prépare à la saison des pluies ». Octobre. 7 p.
LYDEC & Vous : « La nouvelle présentation de la facture expliquée point par point ». Décembre. 7 p.
2005
Rapport d’activité. 36 p.
LYDEC & Vous : « Lancement du Centre de Relation Clientèle LYDEC ». Mars. 7 p.
LYDEC & Vous : « Festival de Casablanca ». Juin. 7 p.
LYDEC & Vous : « LYDEC se prépare pour la saison des pluies ». Octobre. 7 p.
2006
Rapport d’activité. 36 p.
LYDEC & Vous : « LYDEC au service de l’INDH : un accès à l’eau, à l’assainissement et à l’électricité
pour tous ». Janvier. 7 p.
LYDEC & Vous : « Plages propres ». Juillet. 7 p.
Site Internet : www.lydec.co.ma
2007
LYDEC & Vous : « Nouvelles mesures tarifaires au bénéfice des clients ». Janvier. 7 p.
19.
LYDEC & Vous : « Votre facture d’eau et d’assainissement devient mensuelle ». Février. 3 p.
LYDEC & Vous : « L’eau distribuée par LYDEC, une qualité contrôlée en permanence ». Juin. 7 p.
2008
Baromètre Genre et portrait sexo-spécifique de LYDEC.
Revue de Presse : « LYDEC rend hommage à ses collaboratrices ». 10 p.
ETUDE DE TERRAIN : LAMKENSSA
DELEGATION AÏN CHOCK, CASABLANCA
-
Méthode participative à travers des focus groupes Homme, Femme et Enfant.
Observation participante régulière mars 2007 et mars 2008.
Présentation Commune rurale Bouskoura Lamkenssa 5.
Document : Diagnostic social : intégrer les habitants au projet.
Présentation Power Point de sensibilisation aux habitants.
Coordination d’une étude d’impacts socio-économiques et sur la santé avec une perspective genre
à travers 150 questionnaires avant et après raccordement.
Enquête de satisfaction client et enquête genre (Habitat, santé, qualité de vie) sur 75 foyers mars
2008.
ENTRETIENS
1.
Anne LE STRAT, PDG Eau de Paris.
2.
El Habib CHABADI, ONEP
3.
Asma EL KASMI, ONEP.
Rapport de stage ONEP, Observation participante « Eau, Femme et Pouvoir de décision »
4.
Renée CLAIR, UNESCO*.
Observation participante « Eau, Femme et Pouvoir de décision », « Femme, Science et Technologie »
5.
Denis DESILLE, PS-EAU.
6.
Houria TAZI-SADEQ, ALMAE**.
Observation participante « Eau, Genre et Gouvernance »
7.
Delphine BOULOGNE, CCAS de Saint-Pol-sur-Mer, Programme « Accès Eau pour tous ».
8.
Thérèse CAULLIER, Carrefour des solidarités et Jean-Marie GUEURET, Carrefour des
solidarités.
9.
Olivia DABBOUS, AFD France.
10.
Dominique BOMSTEIN, Environnement Magazine.
11.
Pascale GEIGNER, Hydroplus.
12.
Najat ZIRARI, Projet Genre stratégie nationale, GTZ.
13.
Najat M’JID, UNICEF Maroc.
[SUEZ, SUEZ Environnement, Lyonnaise des Eaux]
14.
Elizabeth JASKULKÉ, Adjoint au directeur Environnement et Innovation.
15.
Michèle MEYZIE-DEBENEST, Responsable Fondation SUEZ.
16.
Malia BELKACEM, Chargée de mission Développement Durable.
17.
Stéphane QUERE, Directeur du Développement Durable.
18.
Alain MATHYS, Directeur du programme « Eau pour tous ».
19.
Frédérique RAOULT, Directrice de la Communication.
20.
Lisette PROVENCHER, Directrice de Aquasistance.
21.
Mathieu LE CORRE, Ingénieur – responsable projets Aquasistance.
22.
Jacques LABRE, Directeur des Relations Institutionnelles.
23.
Dominique PIN, Directeur du Développement Durable.
24.
Pascale GUIFFANT, Chargée de projet aux Relations Institutionnelles.
25.
Hélène VALADE, Directrice du Développement Durable.
20.
26.
Daniel VILLESSOT, Directeur Technique.
27.
Dominique OGERON, Directeur de la Communication.
Observation participante, Rapport de stage
[Terrain Lyonnaise des Eaux]
28.
Valérie TORDEUR, Chargée de communication Nord Littoral.
29.
Dominique SEVESTRE, Responsable Agence Clientèle.
30.
Jean-Luc DE ZOOMERRE, Chargé du projet Accès à l’eau pour tous et Rodolphe AGEZ, Chargé
du projet Accès à l’eau pour tous.
Observation participante.
[Terrain Lydec]
31.
Bouchra GHIATI, Directrice de la Communication et du Développement Durable.
Observation participante, Rapport de stage.
32.
Laurent GUILLAUME, Directeur des Ressources Humaines.
33.
Tahar AGAL, Responsable Aquasistance Maroc et Directeur Exploitation Eau et Assainissement.
34.
Leila BERRADA, Responsable Lydec et vous et Hicham DAOUDI, Responsable Marketing.
Observation participante sur Lydec et vous
35.
Ingrid PECHELL, Responsable du Département d’Accompagnement Clientèle.
Observation participante, suivi des équipes et focus groupe.
36.
Abdellatif ABDARAZAK, Chef de projet INMAE, Douar Lamkenssa.
Observation participante sur le terrain, focus groupe, Lamkenssa.
Enquête genre.
37.
Abdelmajid HILAL, Chef de projet INMAE, Douar Rmel.
38.
Mina KIRCHI, Animatrice, Douar Rmel.
Observation sur le terrain Ouled Saleh.
39.
Morad BELMINE, Animateur, Douar Lamkenssa.
Observation sur le terrain Lamkenssa
**Personne qui n’a pas renvoyé le questionnaire et qui n’a pas eu le temps d’y répondre au cours de
l’étude de terrain mais avec nous avons directement travaillé sur le sujet de la thèse.
21.
3.
GRILLES D’ANALYSE
a.
Grille d’analyse globale sur Eau, Visible et Invisible
Cette grille d’analyse a été fondée sur les principes de visibilité et d’invisibilité dans le contexte particulier
du discours de l’eau.
Comme décrit dans le Chapitre 2 de ce travail, cette sphère se construit sur les discours du visible incluant
la technique, l’économique et le politique en parallèle des discours de l’invisible constitué de
l’environnement, du social et du culturel.
Les principes généraux de l’organisation de la grille s’ établissent selon les principes suivants décrits cidessous :
SPHERE VISIBLE
Technique
Economique
Politique
TOTAL SPHERE PUBLIQUE
Social
Environnement
Culturel
SPHERE INVISIBLE
L’analyse de contenu opérée à partir de l’analyse quantitative (co-occurrence) appuyée par le logiciel
Tropes et l’analyse discursive opérée en suivant cette méthodologie par le doctorant a permis d’établir
l’analyse du discours sur l’eau dans le corpus rassemblé et pour chacune des organisations étudiées.
22.
Cette analyse est partie d’un découpage simple utilisé pour travailler avec le logiciel Tropes.
Elle s’est affinée à partir d’une description lexicale de chacune des catégories étudiées. Chacune des grilles
a correspondu aux catégories utilisées dans l’analyse effectuée à partir du logiciel Tropes.
•
Grille Technique
Infrastructure
Technique
R&D
Métiers
•
Economie
Implantation
Technique
Gestion des risques
Innovation
Recherche
Système
Expertise
Compétence
Professionnalisme
Grille Economie
Indicateurs
Clientèle
Gestion et Développement
23.
Investissement
Budget
Productivité
Confiance
Tarif
Service et produit
Territoire
Développement
Gérer
•
Grille Politique
Droit
Politique
Participation et Décision
Responsabilité
•
Grille Environnement
Environnement
Protection
Empreintes
Cadre de vie
•
Actions sociales
Education et Sensibilisation
Populations minoritaires
Culturel
Préserver
Milieu naturel
Avenir
Pollution
Impacts
Risques
Environnement
Quartier
Bien-être
Grille Social
Social
•
Loi
Contrat
Autorités
Gouvernance
Gestion participative
Interrelation
Transparence
Ethique
Responsabilité sociétale
Lien social
Sphère civile
Agir
Pédagogie
Eduquer
Sensibiliser
Populations défavorisées
Emploi
Minorités
Grille Culturel
Croyances
Us et coutumes
Représentations et perceptions
24.
Pureté
Jeunesse
Don
Pratiques
Tradition
Usages
Rareté
Vie
Qualités de l'eau
Dans la mesure où les éléments du visible sont ceux qui sont vus sur la sphère publique, nous pouvons
faire figurer la sphère publique sur l’axe du visible où les éléments discursifs de l’invisible interviennent et
font évoluer les interactions sur la sphère publique selon le schéma suivant.
Selon l’approche de W. Felstiner, le discours évolue en trois étapes, le « Nommer », « Critiquer » et
« Revendiquer ». Nous avons établi une grille d’analyse qui applique les principes observés au cours de
l’étude sur les concepts et les théories liés au visible et invisible.
25.
b.
Grille d’analyse sur Femme, Eau et Développement Durable
Comme décrit dans le Chapitre 2, nous avons établi une grille ciblée sur le discours Femme, Eau et
Développement Durable.
26.
c.
Résultats de l’analyse
La place du discours de chacun des acteurs sur la sphère publique
Le rôle de chacun, force des acteurs sur le discours
27.
Lexique Culturel : UNESCO largement et se différencient nettement de la tendance générale
Lexique Social : ALMAE et UNESCO sont fortement représentés
Environnement : le pS-Eau domine
Politique : Les conférences dominent suivies par l’ONEP et le pS-Eau
Economique et Technique : Large domination de SUEZ
Figure xxx : Rôle des Conférences dans les étapes du discours Femme, Eau et Développement Durable
28.
4.
PRESENTATION DU LOGICIEL TROPES
Le logiciel Tropes, outil classique d’analyse de texte
Description générale :
Tropes est un logiciel d'analyse sémantique ou de fouille de textes qui fonctionne sous Microsoft
Windows.
Ce logiciel a été initialement développé par Pierre Molette sur la base des travaux de l'Université Paris
VIII en France.
Tropes s'appuie sur une analyse morphosyntaxique, un lexique et un réseau sémantique pour catégoriser
des textes. Les résultats sont présentés sous la forme de rapports ou de représentations graphiques
hypertextes.
Parmi les fonctions d'analyse de textes proposées par Tropes, on peut citer un éditeur d'ontologies, une
classification arborescente de la référence, l'analyse chronologique du récit, le diagnostic du style du texte,
la catégorisation des mots-outils, l'extraction terminologique et l'aide à la constitution de résumés.
Le logiciel fait l'objet d'un développement régulier en plusieurs langues (dont le français, l'anglais,
l'espagnol et le portugais).
Fonctionnalités :
Tropes permet de garantir la qualité des analyses, en apportant une approche sémantique et pragmatique,
garantissant la sécurité des interprétations grâce à une automatisation des analyses. Tropes permet
d'obtenir des analyses reproductibles (deux personnes étudiant un même texte et observant la même
technique d'analyse obtiendront des résultats semblables).
Tropes sépare clairement les résultats obtenus de leurs interprétations. Ceci présente l’avantage de
permettre de questionner les dites interprétations en remontant directement aux résultats primaires.
Parmi les multiples outils d'analyse sémantique contenus dans Tropes, on peut citer :
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
*
la classification automatique des mots du texte ;
la contraction du texte (automatique et réglable) ;
la détection du contexte global du document ;
la catégorisation des mots-outils (analyse qualitative) ;
la localisation de séries chronologiques (analyse du discours) ;
le calcul des relations entre thèmes (lexicométrie) ;
des dictionnaires sémantiques personnalisables, appelés Scénarios, conçus pour fabriquer
rapidement des outils d'interprétation ou des thesaurus automatiques ;
l'extraction terminologique (couplée à l'analyse sémantique) ;
l'affichage sélectif par thème ou par catégorie linguistique ;
le filtrage des thèmes en fonction de leur pertinence ;
des graphes hypertextes permettant d'analyser et de naviguer dans les documents.
Le logiciel d'analyse de textes Tropes est interconnecté avec notre moteur de recherche sémantique Zoom,
pour constituer Tropes Zoom, une suite complète de recherche et de traitement de l'information.
Source : www.acetic.fr/tropesfr.htm
29.
RESULTATS QUANTITATIFS ET QUALITATIFS DE L’ANALYSE DU CORPUS
Mer
Source
Puits
Pluie
Orage
Fontaine
2
3
5
395
52
46
102
5
5
LE CORAN
166438
87
1
1
1
0
37
17
3
23
0
0
Purification
Pur
LA BIBLE
757623
0
27
173
26
41
LE CORAN
166438
0
0
18
8
5
Lait
LA BIBLE
757623
15
LE CORAN
166438
3
3
18
Amère
LA BIBLE
757623
2
LE CORAN
166438
38
5
352
Ablution
0
Baptème
0
Rite
Châtiment
42
Sécheresse
Stérile
29
Soif
9
22
Flots
7
1
Destructeur
48 9+79+2
68
Mauvaise
Fertile
33
Fécondité
125
Abondance
5
0 103+234
Loyale
219
Pieuse
1 210+75
Fidèle
Lac
142
Sagesse
Ruisseau
366
Droite
Rivière
757623
Droit &
Droiture
Fleuve
LA BIBLE
Pure
Vierge &
virginité
Eau
Résultats analyse de La Bible et Le Coran
Morale
a.
Maternelle
REPRESENTATIONS SYMBOLIQUES
Punition
5.
6 49+74
13
33
52
7
1
24
4
0
5
2
1
1
0
0
3
31
30.
4
Jaillir
Couler
Guérir
Laver
Purifier
Pardonner
Baptiser
9
11
47
23
31
38
79
16
LE
CORAN
2
0
23
1
37
7
40
26
LE CORAN
166438
38
43
140
115
31.
6
96
201 4172
373
42
77
31
Père
10
86
29 1196
0
Mère
0
Enfant
15
Homme
307 1808 1250
Fille
757623 803
16 227*
Fils
LA BIBLE
Femmes
Femme
166438
Enfants
Protéger
17
Epoux
Puiser
141
Epouses
Boire
1
Epouse
Pertes de
sang
0
Hommes
Menstrues
LA BIBLE 757623
328 1113
49
118
6.
TEXTES LEGISLATIFS ET DISCOURS EN FRANCE ET AU MAROC
a.
Présentation des résultats d’analyse sur les lois et directives en France
En France, secteur complexe, l’administration de l’eau s’organise autour de la loi de 1964. Marqué par la
volonté d’ordonnancer un secteur à plusieurs niveaux et de répartir les responsabilités des acteurs,
l’objectif vise la protection contre la pollution et la réglementation des usages. Placé sous le thème de la
politique et société (462) avec une prédominance du lexique du droit (192), ce texte argumentatif est
consacré à l’organisation du secteur entre institutions, agences, collectivités locales et l’accomplissement
du service public. L’eau (239 citations) est abordée sous l’angle des cours d’eau (ressource) et de la
production de l’eau potable avec une intégration de la problématique écologique (et non pas
environnement) où le problème de la pollution semble motiver les actions prises. Description précise de la
répartition des prérogatives des acteurs et de la réglementation des passages, zones d’aménagement et
autres usages liés à l’eau, cette loi considère toutes utilisations frauduleuses à punir au nom de l’intérêt
général. A partir de 1964, le secteur de l’eau français s’organise en quatre bassins hydrographiques, une
clarification qui jette les bases d’une gestion décentralisée. Cette première loi a l’avantage de régir les
compétences et prérogatives de chacun. Incomplète néanmoins, elle est suivie par une nouvelle loi en
1992 votée presque 30 ans après.
Etape clé qui institue l’eau comme un patrimoine commun de la nation, la loi de 1992 est l’aboutissement
d’une démarche visant à protéger l’eau au nom de l’intérêt général. Placé sous le cadre de la politique et la
société (556), ce texte perçoit l’eau (149 citations) comme une ressource, un objet d’utilité publique et
dont les usages et le partage sont à gérer. Les grands thèmes ciblent la conformité des installations avec
une préoccupation marquée pour la préservation de la qualité de la ressource (23 citations liées à la
conformité) et la sécurité civile ou la sécurité face aux risques (sanitaire, inondations…), l’organisation de
l’ordonnancement de 1964 et l’intérêt général. Cette loi est marquée par un vocabulaire insistant sur la
règle, les limites et mesures promues par le législateur. Le texte valorise le cadre du droit et une gestion
participative où les rôles de chacun sont clairement distribués et dont les écarts peuvent être punis
(apparition d’amendes). Citons le caractère transversal de la loi qui relie la gestion de l’eau à la santé,
l’habitat, l’alimentation à signaler une vision intégrée du secteur où les différents aspects sociaux sont
compris dans l’activité du législateur.
Entre 1992 et 2004, l’eau ne fait pas l’objet de loi strictement destinée à changer son activité. Un ensemble
de lois sont néanmoins votées sur des sujets connexes qui vont impacter l’activité du secteur. La Loi Sapin
de 1993 change le fonctionnement de l’attribution des marchés publics comme les marchés de gestion de
l’eau. En France, la gestion de l’eau est décidée par la commune qui a le choix entre une gestion publique
et une gestion déléguée à un service privé.
La Loi Sapin répond à une volonté étatique de lutter contre la corruption et de garantir la transparence dans
la gestion des marchés publics. Dans ce texte domine le sous cadre du politique et société (840) avec les
lexiques du droit (249), l’organisation du secteur (183) notamment du secteur public (50 citations). Le
sous cadre de l’économie est fortement présent (649) avec des lexiques liés au commerce (129), à la
finance (51), les entreprises (56) et les marchés (96). Ce texte cible la délégation de service public dans
l’article 38 qui institue l’obligation d’une offre publique avec sélection du candidat justifiée par des
négociations au caractère toutefois non obligatoire. La Loi Sapin vise à modéliser l’activité de service
public en insistant sur les mesures et punitions à la disposition des autorités en cas de non-respect des
32.
principes énoncés. Ce texte insiste sur la transparence des activités des services de l’Etat est logiquement
peu intéressé par les questions sociales, culturelles voir d’environnement (4 citations d’écologie et nature)
accordant une place prépondérante à la force coercitive de la loi.
La loi de 1995 sur les marchés publics et délégations de service public prolonge la Loi Sapin à régir les
activités économiques et poser la question de la responsabilité des acteurs. Avec un sous cadre sur
politique et société prédominant (198), les questions de droit (58) et d’organisation du secteur (36) placent
ce texte dans la lignée de l’activité du législateur en matière de réglementation du service public (20
citations). Ce code des activités publiques affine les dispositions des marchés de service public renforçant
la présence de l’Etat dans ce domaine.
Incontournable texte voté en février 1995, la Loi Barnier est un moment clé en France dans la protection
de l’environnement. Postulant l’application d’un principe de précaution, cette loi serait à qualifier
d’englobante voir totalisante par l’ensemble des domaines qu’elle inclut. L’air, l’énergie, les déchets, les
risques naturels et évidemment, l’eau ; cette loi souhaite agir pour l’intérêt général pour la prévention des
risques (Prévention : 29 citations). Elle modifie l’ensemble des codes précédents comme le code rural, de
l’urbanisme, s’instituant texte fondateur en matière de législation environnementale. Sa volonté de tout
traiter se retrouve dans la complémentarité des cadres où domine le cadre du visible sans négliger les
autres thèmes sociaux et environnementaux.
Marquée par les sous cadre de la politique et responsabilité (981) et du droit (415), la Loi Barnier vise la
sécurité et les collectivités locales à valoriser le rôle des agences et des acteurs du secteur public et privé.
Le traitement de l’économie (206) ou de la technique intègre l’ensemble des aspects métiers (traitements
physico-chimique, exploitation des réseaux, production…) et rappelle cette volonté de la loi d’aborder les
aspects majeurs liés au domaine de l’environnement. La Loi Barnier intègre à ce titre, une forte dimension
environnementale en oscillant entre environnement (51), écologie (41) et nature (121), elle cite la
définition du Développement Durable issue du Rapport Brundtland. Placée sous ses augures, l’objectif est
de contrer les « atteintes irréversibles » qui pourraient être causées à l’environnement. L’aspect social
s’intéresse à la vie pratique, l’habitat, l’alimentation ou la santé publique.
Dans ce cadre, l’eau est perçue comme un élément intégré à d’autres domaines comme l’air ou les sols. La
loi insiste sur le littoral, peu abordé dans les précédentes lois où la protection et sa sauvegarde sont mises
en avant, et la gestion des risques notamment naturels ou les crues torrentielles dont la France a été victime
au début des années 90 (Nîmes, Pyrénées, Vaison-la-Romaine…).
Ce texte propose des dispositions à différents niveaux (commune, sphère civile, secteur privé, etc.) dans
une volonté qui vise l’intérêt général. L’environnement est traité comme un patrimoine commun à
préserver autour des trois principes énoncés en introduction qui caractérisent la Loi Barnier, le principe de
précaution, le principe pollueur-payeur et le principe d’action préventive et de correction.
La plus récente loi de l’eau en France est la transposition de Directive 2000/60/CE pour la gestion
communautaire de l’eau à l’échelle européenne. Cette directive a conduit à des actions en faveur d’une
gestion durable de l’eau dans l’Union Européenne (communication de la Commission Européenne datée
de mars 2007). Le lien entre législation européenne et française démontre l’influence de la sphère
européenne sur les modalités d’organisation nationale. Placée sous le cadre du politique et responsabilité
(106), l’eau est perçue comme un élément à gérer et une consommation. L’intérêt de ce texte est l’analyse
économique de l’usage (impact sur la ressource, eau destinée à la consommation humaine, coûts liés à
l’utilisation de l’eau) en plus d’éléments plus « classiques » comme la protection des communes
33.
souterraines ou de surface. La loi décline à travers un schéma directeur modifiant les codes de l’urbanisme
et des collectivités locales. Ce texte s’intègre au code de l’environnement, il modifie ses dispositions pour
renforcer la protection et la gestion de l’eau en France.
Pour l’ensemble de ces quatre décennies de textes sur l’eau et l’environnement, la volonté politique
transparaît pour organiser le secteur en légiférant ses activités à travers une vision inclusive des différents
aspects liés à la gestion de l’eau (aspects environnementaux, aspects sociaux). Cette volonté aboutit à une
législation en vue d’une gestion de plus en plus intégrée. L’influence européenne et internationale est
repérée indirecte à travers le choix des termes (Développement Durable) ou des principes fondateurs
conduisant les actes pris (principe de précaution). Cet effet d’échelle n’oublie pas les aspects localisés de la
gestion de l’eau et la particularité du secteur français influencé par la délégation privée de service public,
une école qui n’est pas majoritaire à l’échelle de la planète. Dans le secteur de l’eau, elle représente moins
de 10% du marché.
La question de la femme évolue en France où l’enjeu se pose au niveau de la parité et l’égale
représentation des femmes en politique et ailleurs. La loi de 1995 pour la création de l’Observatoire de la
parité (modifié en 1998 pour réorganiser l’Observatoire) et la loi de 2000 pour l’égal accès aux mandats
électoraux ont le même objectif : promouvoir la représentation féminine dans les différents organes de
l’Etat. Ces textes très politiques (61 citations en 1995 et 138 en 2002) ciblent le droit et l’organisation du
secteur public et politique. Il s’agit de favoriser la présence féminine pour permettre la visibilité de cette
dernière sur la sphère publique. Il semble qu’à terme, l’objectif visé est la modification des mentalités et la
promotion dans l’ensemble des sociétés des « actions entreprises en faveur de la parité politique, et plus
particulièrement les campagnes institutionnelles visant à promouvoir la parité et le développement de la
citoyenneté ». (Article 9-1).
Ces textes soulignent un choix de légiférer le secteur politique, les autres secteurs comme le secteur privé,
ont le ou non de suivre cette volonté affichée par l’Etat. En d’autres termes, si les entreprises choisissent de
promouvoir la femme à des postes à responsabilité, c’est afin de répondre à d’autres formes influentes qui
peuvent exister. Ces dernières ne relèvent d’une obligation ce qui explique la signature conjointe par
plusieurs entreprises privées d’une Charte de la diversité en 2004. Cet accord signale un engagement sur
des problématiques qui devancent le législateur… En attendant que ce dernier s’engage à le faire, la
préoccupation est déjà perçue par l’entreprise privée SUEZ,
(Entretien Stéphane Quéré) « Le rôle de l’entité publique est le bien de tous et le jour où tombera une directive
européenne sur la diversité et des quotas de femmes, on fera quoi ? Le jour où nos clients intégreront dans leurs prérequis qu’on est un certain nombre de politique sociale ou environnementale et qu’ils regarderont précisément ça et que
nous on répondra qu’on a 2% de femmes dans nos équipes, on fera quoi ? On embauchera n’importe qui pour répondre
aux quotas ? »
b.
Présentation des résultats d’analyse sur les lois et discours au Maroc
Le secteur de l’eau au Maroc est caractérisé par une organisation décentralisée et complexe à l’image du
secteur français. Les conditions climatiques et l’influence religieuse font de l’eau, un objet précieux et
fondamental aux yeux des Marocains et de l’Etat. Pour autant, le secteur de l’eau reste peu réglementé
jusqu’en 1995. Seule une loi de 1914 institue l’eau relevant du domaine public. Cette loi est complétée par
différents textes adaptés aux besoins du moment sans volonté de gestion ou d’organisation du secteur de
l’eau (plusieurs de ces textes sont abrogés par le Dahir de 1995).
« Les règles qui régissent le domaine public hydraulique sont de diverses origines. Toutefois, au Maroc, le premier texte se
rapportant à l'eau date de 1914. Il s'agit du dahir du 7 chaabane 1332 (1er juillet 1914) sur le domaine public qui, complété
34.
par les dahirs de 1919 et 1925, intègre toutes les eaux, quelle que soit leur forme, au domaine public hydraulique. Depuis
cette date, les ressources en eau ne peuvent faire l'objet d'une appropriation privative, à l'exception des eaux sur lesquelles
des droits ont été légalement acquis. D'autres textes ont été élaborés par la suite, afin de faire face aux nouveaux besoins qui
se sont fait sentir. » 4
Seule la création de l’ONEP par un Dahir en 1972 signale une volonté étatique de préserver la ressource et
d’anticiper les sécheresses ; une politique caractérisée par une campagne de construction de barrages dans
les années 70. Moment fort en matière de gestion de l’eau, la loi de 1995 dresse un portrait très complet du
secteur de l’eau à partir d’un inventaire des ressources nationales. Cette loi, toujours d’actualité, a été
complétée en 1999 par des modifications mineures portant sur les amendes et condamnations en cas de
non-respect des principes de la loi de 1995. A l’image de la Loi Barnier sur l’environnement, la loi sur
l’eau aborde les trois thèmes de la technique, l’économie et le politique. Cette disposition sur l’eau est
caractérisée par l’importance de légiférer les usages, la ressource, la propriété, la gestion et l’implication
des acteurs qu’ils soient publics, associatifs ou encore, les usagers.
Le sous cadre du politique, de la responsabilité (667) et du lexique du droit (296) sont dominants avec
l’organisation du secteur (74) où abondent les termes de plan, partage, répartition, gestion… Ce texte
cherche à prévenir la pénurie, la surexploitation ou encore les risques naturels. L’économie (247) et les
questions techniques (56) sont intégrées aux préoccupations de cette loi particulièrement intéressante pour
la force de sa description du secteur de l’eau. L’eau est à ce titre perçue comme un usage, un objet à gérer,
une ressource et également, un lieu essentiel pour la vie quotidienne, la santé, l’alimentation…
Une partie de la loi est consacrée aux intérêts thérapeutiques de l’eau, un élément médical qui offre une
perception sensible de l’eau doué d’un caractère social et culturel. Un élément différenciant avec la
perception française est l’insistance sur le caractère privé (103) au contraire du caractère public de l’eau
(39). L’eau est un bien public depuis 1914, le texte détaille les utilisations de l’eau pour des besoins privés
qui sont interdits. L’introduction de sanctions et punitions est une étape essentielle pour la législation du
secteur renforçant le caractère coercitif de cette loi et qui explique également, la modification de 1999 qui
alourdit les peines encourues en cas de non-respect de la loi.
En conclusion, la loi de 1995 ouvre la voie à la gestion privée en autorisant le recours à un concessionnaire
pour administrer la gestion du domaine hydraulique public, aussi les contrats de gestion déléguée sont
placés sous le contrôle des autorités. C’est à partir de cette loi que le premier contrat de gestion déléguée
est signé au Maroc en 1997, il concerne le périmètre de la ville de Casablanca cédé pour une durée de 30
ans à LYDEC.
Si le secteur de l’eau n’a pas été modifié depuis 1995, il a été marqué par le discours de S.M. le Roi
Mohammed VI au cours de la 9ème session du Conseil Supérieur de l’Eau et du Climat à Agadir, le 21 juin
2001. Ce discours fait suite aux Objectifs du Nouveau Millénaire et au constat que l’accès à l’eau au
Maroc n’est pas réalisé. Si l’eau est accessible en majorité dans les villes, le Maroc accuse d’un retard en
matière de raccordement des zones rurales et matière d’assainissement liquide. Ce discours fait suite aux
périodes de sécheresse répétées à limiter l’utilisation de la ressource dans certaines régions à la période
estivale. Dans ce discours, si Mohammed VI se félicite de la gestion des ressources hydriques caractérisée
par une politique de barrages ambitieuse réussie, il appelle à un changement profond du mode de gestion.
4
Dahir n°1-95-154 du 16 août 1995 portant promulgation de la loi 10-95 sur l’eau du 20 septembre 1995.
35.
« En effet, la problématique de la gestion de l’eau est si complexe et a de telles ramifications qu’elle ne peut se prêter à un
traitement purement technique, pas plus qu’elle ne peut être évacuée moyennant de simples aménagements partiels ou
ponctuels. » 5
Cette demande appelle à la fois à une concertation des acteurs, d’où l’importance du sous cadre politique
et responsabilité (44) où le lexique de l’organisation domine (12). Cette organisation du secteur souligne le
manque de cohésion entre les acteurs de bassin, collectivités locales et ministères avec l’ONEP et les
entreprises privées. Ce discours prononcé devant le Conseil Supérieur du Climat souligne que tous les
acteurs marocains sont impliqués dans cette nouvelle ère de la gestion de l’eau. Le Roi appelle les usagers
à « la rationalisation de sa consommation » en s’adressant à la fois aux agriculteurs, les premiers à souffrir
de la sécheresse et aux industriels, entreprises et au public en ciblant les consommateurs des villes. Cette
volonté s’illustre à travers un plan national de développement des ressources en eau avec des objectifs à
horizon 2030. L’alternance du « nous » et « vous » vise à responsabiliser les auditeurs, elle se conclut par
un emploi du « vous » qui transmet la responsabilité à ses auditeurs. A la suite de ce discours, les actions
ont été visiblement modifiées notamment l’ONEP qui a inscrit ce texte au cœur de sa stratégie.
En matière de Développement Durable et d’environnement, le Maroc est engagé dans la protection des
ressources naturelles avec la Déclaration de Rio. Depuis 1992, de nombreux décrets ont contribué à
renforcer la législation en matière d’environnement notamment les forêts, le littoral, etc. Un discours clé
de S.M. le Roi a été prononcé en 2002 suite au Sommet de Johannesburg. Le Roi y souligne les efforts du
Maroc en matière d’environnement dans un contexte où le développement économique et social est
difficile pour des « pays d’Afrique et les autres pays en développement ». Le souverain remarque
l’importance du rôle de la communauté internationale dans la réalisation du Développement Durable pour
les nations comme le Maroc soulignant l’influence de la sphère internationale sur ces sujets et la
dépendance du Maroc en matière de financement pour parvenir au développement souhaité.
En matière de social, deux événements doivent retenir notre attention. Le premier porte sur le Code de la
Famille, avancée majeure dans la reconnaissance des droits de la femme au Maroc. Ce code reconnaît le
droit de la femme de disposer de sa personne (elle n’est plus placée sous tutelle) et nombre de droits dans
le cadre du mariage, de la séparation et de la garde des enfants. L’importance du terme « famille » (96)
contrairement au mot femme (22) ou homme (tout de même minoritaire avec 4 citations) souligne
l’intention de cette loi de réformer la conception de la famille et non pas de promouvoir un code favorable
à la femme ou féministe.
« Le Code ne devrait pas être considéré comme une loi édictée à l’intention exclusive de la femme, mais plutôt comme un
dispositif destiné à toute la famille, père, mère et enfants. Il obéit au souci, à la fois, de lever l’iniquité qui pèse sur les
femmes, de protéger les droits des enfants, et de préserver la dignité de l’homme. » 6
Ce code est l’aboutissement de plusieurs décennies d’actions menées par les différentes associations
féministes puis les partis politiques au Maroc. Cette nouvelle loi se heurte aux mentalités et au poids de la
tradition dans un pays où la pratique judiciaire n’a jamais accordé aux femmes de droits équivalents à ceux
des hommes ; l’application du Nouveau Code de la Moudawana reste lente et progressive. Elle rappelle le
statut du droit qui pousse aux changements de mentalité, un élément très visible dans une lecture genre des
pratiques judiciaires au Maroc.
5
Discours d’ouverture de S.M. le Roi Mohammed VI, 9ème session du Conseil Supérieur de l’Eau et du Climat à Agadir,
21 juin 2001.
6
Dahir n° 1-04-22 du 12 hija 1424 (3 février 2004). Portant promulgation de la loi n° 70-03 Portant sur le Code de la
Famille.
36.
« Dans le cadre plus général de la relation genre et droit, il est évident que le changement de statut par la loi est une
avancée majeure pour que la femme obtienne ses droits et devienne dans les faits, l’égal de l’homme. A titre de
comparaison avec le domaine du politique, l’auteure de Genre et politique au Maroc centre les enjeux du débat autour de
ceux d’une conception de genre ancrée dans les représentations en circulation dans la société marocaine. Comme le
présente la note de l’éditeur de ce livre, l’intégration de l’analyse genre « révèle des conceptions moins simples : elle
pointe non seulement les divergences, mais aussi les représentations partagées et la dimension sexuée des raisonnements
des uns et des autres ». Malgré les deux tendances qui peuvent s’opposer entre Modernistes et Islamistes, la conception de
genre confronte une pratique à une réalité qui n’est pas nécessairement acceptée tant par les hommes que par les
femmes. » 7
Dernier moment à aborder dans le cadre législatif du Maroc, l’Initiative Nationale de Développement
Humain (INDH) lancée par S.M. le Roi Mohammed VI le 18 mai 2005. Au cours d’un discours
incontournable et fondateur pour les programmes menés au Maroc en matière de développement, le Roi
du Maroc s’attaque à la pauvreté afin de garantir le développement économique et social. Il fait suite au
retard accumulé par le pays dans la réalisation des Objectifs du Nouveau Millénaire et dans la voie du
développement. Le Maroc est classé 154ème en termes de développement humain et objet des critiques du
PNUD qui lui reproche l’absence de cohérence nationale pour gérer les différents projets locaux lancés.
Pour répondre au PNUD, l’INDH a la vocation de mesurer la satisfaction des besoins de la population et
de définir les nouvelles actions nécessaires à réaliser de concert avec le tissu associatif, relais essentiel de
la société civile.
L’INDH mêle la consultation de plusieurs centaines d’experts et des accords de financement avec par
exemple, un premier accord signé avec la France de 9,2 millions de DH pour le renforcement de la qualité
de vie de la population (programme de construction de logements sociaux). Concrètement, l’INDH se
traduit par des projets sociaux axés sur les thèmes de l’accès au logement, à l’électricité, à l’eau potable et
à l’assainissement et aussi, la formation, l’éducation, etc.
Dans ce discours, le Roi alterne dans un style dynamique l’utilisation du « nous », « tu » et « cher
peuple ». Il propose une vision, « notre projet de société et de développement » où la question de l’accès
aux services de base apparaît comme central pour permettre la croissance du pays. Il appelle à une « bonne
gouvernance, à savoir la responsabilité et la transparence, les règles de professionnalisme, la large
participation des citoyens ». Surtout, le Roi cible les populations défavorisées et plus particulièrement, les
femmes.
« Nous avons engagé, ainsi que les progrès et les acquis aujourd'hui engrangés, notamment dans les domaines de la
consolidation de l'Etat de droit, de l'élargissement de l'espace des libertés, de la promotion des droits de la femme, de
l'enfance et des catégories sociales démunies et fragiles. »
La Moudawana a été votée l’année précédente, cette répétition souligne la volonté royale de faire accepter
ce code, objet de débats qui se heurte à la pratique. A ce titre, il convient de citer l’ensemble des actions
menées dans le cadre de l’INDH en faveur de la femme (éléments retrouvés sur le site dédié à l’INDH). Il
apparaît clairement que la promotion d’un statut égal de la femme est un moteur de développement pour le
pays.
L’INDH, programme unique en son genre, est l’objet d’un suivi qui contraint au résultat. Comme
le montre le discours de S.M. le Roi en janvier 2006, l’INDH fixe des objectifs clairs sur lesquels
les acteurs se sont engagés montrant une évolution vers une politique du concret.
7
HERVE-BAZIN C. « Genre et pratiques judiciaires dans la région de Rabat », GREGAM, septembre 2006, p. 7.
37.
c.
Résultats d’analyse quantitative sur les lois en France
1993
226
226
1992
23
11
358
392
1995
O
245
275
520
21
39
60
100
47
147
206
32
238
5
16
21
3
77
80
17
53
70
239
239
0
0
253
237
0
14
14
14
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
189
189
0
0
32
0
22
10
73
0
63
10
93
80
0
13
LEXIQUE
Technique
Economie
Politique
VISIBLE
1964
INVISIBLE
Environnement
Social
Culturel
d.
1995
M
1995
B
1998
O
2000
2004
Résultats sur l’analyse quantitative des lois au Maroc
Technique
Economie
Politique
VISIBLE
1995
56
140
415
611
1999
0
0
16
16
2001
6
9
16
31
2002
3
10
18
31
2004
0
19
92
111
2005
0
51
57
108
2006
0
22
39
61
INVISIBLE
Eau
Social
Culturel
566
480
0
86
5
5
0
0
23
23
0
0
43
11
29
3
401
0
360
41
56
11
39
6
50
0
47
3
38.
7.
CONFERENCES INTERNATIONALES
a.
Résultats d’analyse quantitative
Ensemble des conférence
Données par co occurrence des lexiques analysés
Répartition par lexique de chaque conférence
S72 : Stockholm 1972, C79 : CEDAW 1979, B87 : Brundtland 1987, N90 : New Delhi 1990, D92: Dublin 1992, 21/24: Agenda
21 – Chapitre 24, 21/18: Agenda 21 – Chapitre 18, R92: Rio 1992, C94: Le Caire 1994, C95: Copenhague 1995, P95: Pékin
1995, H00 : La Haye 2000, O00: Objectifs du Nouveau Millénaire 2000, B01: Bonn 2001, J02: Johannesbourg 2002, K03 :
Kyoto 2003, C05 : CEDAW 2005, U05 : Décennie UNESCO Eau source de vie 2005, M06 : Mexico 2006, I09 : Istanbul 2009.
Total des lexiques de conférences : Prédominance du lexique Politique.
39.
Résultats par conférence
Evolution des lexiques
40.
EVOLUTION PAR LEXIQUE
41.
EVOLUTION DES DISCOURS DANS LES CONFERENCES SUR L’EAU ET LE
DEVELOPPEMENT DURABLE
Evolution de 1972 à 2009
Part de chaque lexique de 1972 à 2009
Nommer
Critiquer
Revendiquer
Prouver
Evolution du thème Politique et Environnement
42.
Découpage du rôle des conférences sur la sphère publique
Rôle des Conférences dans les étapes du discours Femme, Eau et Développement Durable
43.
EVOLUTION DES DISCOURS DANS LES CONFERENCES SUR L’EAU
Evolution de 1972 à 2009
Part de chaque lexique de 1972 à 2009
Nommer / Critiquer
Critiquer/ Revendiquer
Début de la visibilité
44.
Revendiquer / Prouver
Visibilité acquise
Limité de la visibilité ?
STOCKHOLM 1972
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
12
46
75
67
45
9
254
4,72%
18,11%
29,53%
26,38%
17,72%
3,54%
MAR DEL PLATA, 1977
« Des experts lancent les premiers cris d'alarme à la Conférence internationale sur l'eau que les Nations
Unies organisent à Mar del Plata (Argentine). Cent cinquante nations sont représentées et cette conférence
initie la "Décennie pour l'eau potable et l'assainissement" (DIEPA). L'objectif de cette "décennie" est de
mettre en place, avant 1990, une eau potable accessible à chacun en quantité et qualité suffisantes ainsi que
des structures de base. » (Odile Albert)
CEDAW, 1979
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
6
28
227
0
32
0
293
2%
10%
77%
0%
11%
0%
45.
Rapport Brundtland, 1987
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
161
301
559
251
35
64
1371
12%
22%
41%
18%
3%
4%
10
11
47
58
7
0
133
8%
8%
35%
44%
5%
0%
New Delhi
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
46.
Dublin 1992
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
16
60
65
69
4
2
216
7%
28%
30%
32%
2%
1%
Rio de Janeiro 1992
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
18
39
59
100
13
5
234
8%
17%
25%
42%
6%
2%
47.
Action 21, Chapitre 18 (Eau)
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
236
321
328
570
142
25
1622
15%
19%
20%
35%
9%
2%
Action 21 Chapitre 24 (Femme)
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
21
78
127
17
6
0
249
8%
31%
51%
7%
3%
0%
48.
Le Caire 1994
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
42
88
360
62
193
40
785
5%
11%
46%
8%
25%
5%
18
106
423
13
94
16
670
3%
16%
63%
2%
14%
2%
Copenhague 1995
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
49.
PEKIN 1995
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
5
33
84
3
12
0
137
4%
24%
61%
2%
9%
0%
1
4
18
4
4
1
32
3%
13%
55%
13%
13%
3%
Marrakech 1997
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
50.
Paris 1998
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
4
25
70
56
3
0
158
3%
16%
44%
35%
2%
0%
9
11
14
21
4
0
59
9%
11%
14%
21%
4%
0%
La Haye 2000
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
51.
Objectif du Nouveau Millénaire 2000
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
1
13
43
27
15
4
103
1%
13%
42%
26%
14%
4%
4
8
20
29
4
0
65
6%
12%
31%
45%
6%
0%
Bonn 2001
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
52.
Johannesburg 2002
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
3
7
3
3
0
0
16
19%
43%
19%
19%
0%
0%
0
0
55
0
12
3
70
0%
0%
79%
0%
17%
4%
CEDAW +25
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
53.
Kyoto 2003
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
11
18
19
22
6
0
76
14%
24%
25%
29%
8%
0%
EAU SOURCE DE VIE
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
0
3
25
34
8
4
74
0%
4%
34%
46%
11%
5%
54.
Mexico 2006
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
3
27
49
50
10
10
149
2%
17%
33%
34%
7%
7%
22
45
87
123
18
2
297
7%
15%
29%
42%
6%
1%
Istanbul 2009
Technique
Economique
Politique
Environnement
Social
Culturel
Total
55.
8.
UNESCO : ORGANISATION INTERNATIONALE NON GOUVERNEMENTALE
a.
Présentation de l’UNESCO
L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) est née le 16
novembre 1945. Pour cette agence spécialisée des Nations Unies, le plus important n'est pas de
construire des salles de classe dans des pays dévastés ou de restaurer des sites du Patrimoine
mondial. L'objectif que s'est fixé l'Organisation est vaste et ambitieux : construire la paix dans
l'esprit des hommes à travers :
• l’éducation,
• les sciences naturelles,
• les sciences sociales et humaines
• la culture
• la communication et l’information.
Elle travaille également sur des thèmes spéciaux :
Les thèmes d’intégration :
• l’égalité des genres,
• la jeunesse,
• la priorité Afrique,
• les pays les moins avancés,
• la culture de la paix,
• le dialogue.
Les thèmes transversaux :
• l’éducation,
• la communication et l’information,
• la culture.
Les priorités principales :
• l’éducation base pour tous,
• l’eau et les écosystèmes associés,
• éthique des sciences et des technologies,
• la promotion de la diversité culturelle
• l’accès à l’information et au savoir
• la liberté d’expression
En matière d’eau, elle dispose d’un portail dédié à l’eau
« Le Portail de l'eau de l'UNESCO vise à améliorer l'accès à l'information concernant l'eau douce
dans le réseau Internet.
Ce site fournit des liens vers les programmes sur l'eau douce coordonnés et menés par l'UNESCO; il
est un lieu d'échange et de recherche sur les sites Internet des organisations, des organes
gouvernementaux, et des ONG liés à l'eau. Il s'organise autour de plusieurs entrées, notamment des
sections de liens et d'événements sur l'eau.
Chaque visiteur peut ajouter ou modifier des éléments, et participer au maintien et à
l'enrichissement des données. Tous les professionnels de l'eau sont également invités à participer, en
fournissant des informations sur leurs activités, des liens utiles, des actualités, et tout autre contenu
qu'il cherchent à diffuser de manière plus large. »
Site Internet :
http://www.unesco.org/water/index_fr.shtml
56.
En matière de genre, elle dispose d’un portail dédié au genre
« La Division pour l'égalité des genres (GE), au sein du Bureau de la planification stratégique
(BSP), assure la mise en œuvre du « Plan d’Action Priorité Egalité des Genres », l'une des deux
priorités mondiales de l'Organisation pour 2008-2013. Ce travail est soutenu par une double
approche associant à la fois des programmes spécifiques au genre et une généralisation de l’analyse
selon le genre (« gender mainstreaming ») dans les cinq grands programmes de l'UNESCO
(l'éducation, les sciences naturelles, les sciences sociales et humaines, la communication et la
culture), les plateformes intersectorielles, ainsi que dans les questions spécifiques telles que la lutte
contre le VIH et SIDA et le changement climatique. »
Site Internet :
http://portal.unesco.org/fr/ev.phpURL_ID=3160&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html
b.
Rapport Observation participante et Mission Rencontre internationale des Chaires
UNESCO, Juin 2005
Rencontre internationale des Chaires UNESCO « Femmes, science et technologie » et « Eau,
femmes et pouvoir de décisions », Cannes, France, 27-30 juin 2006
1. OBJECTIFS DE LA MISSION
Une Rencontre internationale de Chaires UNESCO s’est tenue à Cannes, du 27 au 30 juin 2006, à
l’occasion du 8e Symposium international de l’eau.
Elle avait pour objectif de faire le bilan du fonctionnement de 8 Chaires travaillant à la promotion
des femmes en sciences et technologie, de comparer les résultats obtenus et d’étudier les possibilités
de créer un Réseau UNITWIN de Chaires UNESCO.
Cette rencontre a réuni les Chaires UNESCO :
• « Femmes, science et technologie » d’Argentine, du Pakistan, du Soudan, d’Egypte et du
Burkina Faso ;
• « Eau, femmes et pouvoir de décisions » du Brésil, de Côte d’Ivoire et du Maroc.
L’ouverture du Symposium a été marquée par le discours de M. Georges Haddad DIR/ED/HED qui
a présenté les orientations du Programme UNITWIN/Chaires UNESCO en proposant notamment
« une nouvelle génération de Chaires » d’avantage partie prenante des programmes et des priorités
de l’Organisation, ainsi que l’éventualité d’une création de Fondation destinée à soutenir les projets
du Programme.
2. CONTEXTE
Les Chaires UNESCO « Femmes, science et technologie » ont été lancées pour mettre en œuvre les
recommandations de la Conférence mondiale sur la science (Budapest, 1999), concernant la place
des femmes dans le développement scientifique et technologique (éducation, carrières, politiques
scientifiques et réseaux).
Face à l’importance de l’eau et des écosystèmes dans les enjeux internationaux et compte tenu du
rôle essentiel des femmes dans la gestion de l’eau, un réseau informel « Eau, femmes et pouvoir de
décisions » a été constitué à Cannes en 2003, lors du 5e Symposium de l’eau. En 2006, trois Chaires
UNESCO « Eau, femmes et pouvoir de décision » on été créées au Brésil, au Maroc et en Côte
d’Ivoire.
En 2006, les Chaires UNESCO des deux courants représentés se sont réunies à Cannes, dans le but
de lancer un réseau UNITWIN de Chaires UNESCO.
3. ORGANISATEURS ET PARTICIPANTS
57.
La rencontre était organisée par l’UNESCO (SC/BES), en liaison avec le 8ème Symposium sur
l’eau de Cannes.
Elle a regroupé (voir le programme en annexe1) les représentantes des Chaires (voir liste des
participantes annexe 2) ainsi qu’une partie du public du Symposium de l’eau. Une séance a été
consacrée aux échanges entre les Chaires UNESCO et le Rotary International.
4. PRINCIPAUX RESULTATS
Constat d’une convergence de vue et d’action entre les différentes Chaires représentées et
identification de deux pôles de recherche et d’activités :
• Mise en œuvre d’un programme de recherche et de formation sur la science et la
technologie, à partir de la perspective genre ;
• Formation des femmes et des filles à la gestion durable des ressources (notamment
en eau) dans une approche participative, par le biais des sciences et des technologies.
Décision de créer un Réseau « Femmes, science, technologie et développement » et définition d’une
stratégie commune aux 8 Chaires de ce Réseau pour 2006-2007 :
1. Poursuivre le développement individuel des Chaires, notamment des trois sur
l’eau nouvellement crées, par la mise en œuvre d’activités réalistes et
concrètes, la recherche d’un financement au plan national et international, le
renforcement des appuis institutionnels ;
2. Encourager la collaboration des Chaires sur des projets communs en
privilégiant l’approche régionale ;
3. Mettre en place un secrétariat minimal destiné à aider les Chaires dans deux
domaines essentiels: la communication et la recherche de financement ;
4. Organiser la prochaine réunion du Réseau sur l’un des sites des Chaires,
Propositions : au Togo (composante de la Chaire du Burkina Faso) ou au
Pakistan.
• Analyse des difficultés rencontrées par les Chaires pour obtenir un financement durable,
notamment le manque total d’appui financier de l’UNESCO depuis 2005 pour l’installation
des Chaires et pour certaines de leurs activités.
Il est à remarquer que, face aux difficultés rencontrées, les Chaires ont souligné la lenteur
dans le démarrage des activités et exprimé une forte demande concernant un resserrement
des liens, financiers mais aussi institutionnels, entre elles et l’UNESCO.
• Décision prise de chercher à nouer un partenariat avec le Secteur privé (Rotary International,
au plan local et Lyonnaise des Eaux, au plan du Réseau).
En conclusion :
La constitution d’un Réseau UNITWIN à partir de 8 Chaires UNESCO travaillant sur des thèmes
voisins, correspond aux nouvelles orientations proposées par :
• La Division de l’enseignement supérieur dans ses récentes publications, notamment : i)
Programmes UNITWIN/Chaires UNESCO : directives et modalités de participation ii)
Stategy for higher education development through academic solidarity and networking.
• Le Secteur des sciences par son document : Stategy for re-enforced partnership with
UNESCO Chair in the field of the Natural Sciences
La mise en œuvre de cette stratégie réclame un minimum de moyens, notamment pour les pays en
développement, par exemple une mise de fonds.
Un soutien financier minimal était fourni jusqu’en 2005 par le Secteur des Sciences (SC/AP) sous
forme d’une allocation de 10,000 US$ pour l’installation de chacune des nouvelles Chaires et de
contrats avec certaines d’entre elles pour mettre en oeuvre des activités du Programme (ex ELearning Programme avec la Chaire d’Argentine). Ce soutien ne peut plus être assuré par le
Secteur, faute d’un budget suffisant.
58.
Cette rencontre des Chaires UNESCO a souligné le besoin d’une coopération entre la Division de
l’Enseignement supérieur ED/HED et le Secteur des Sciences, en liaison avec les Bureaux Hors
Siège, pour établir une stratégie de soutien aux activités du programme UNITWIN/Chaires
UNESCO. Plusieurs propositions pourraient être faites :
• L’attribution d’un financement spécifique aux Chaires par le budget ordinaire du Secteur,
• Un support des Bureaux Hors Siège concernés par les activités des Chaires
• L’organisation par ED/HED de rencontres des Chaires UNESCIO travaillant sur des thèmes
communs, dans le but de renforcer les Réseaux.
59.
b. Résultats analyse quantitative
Total lexique Unesco
Evolution des lexiques Unesco de 1997 à 2007
Actes : « Elles et l’eau », 1996
60.
Brochure : « Cadre de mise en oeuvre de la stratégie de l'UNESCO en matière de généralisation de
l'analyse selon le genre pour 2002-2007 »
Rapport : « Genre et éducation pour tous, le pari de l’égalité », 2003
Brochure : « Guide des Points focaux pour l'égalité des genres des Commissions nationales pour
l'UNESCO », 2006
61.
Site Internet Eau et Femmes : http://www.unesco.org/water/ihp/women_and_water.shtml
Brochure : « Passeport pour l’égalité », 2006
Site Internet : Portail Genre de l’UNESCO
62.
9. ONEP ET EAU DE PARIS : PRODUCTEURS ET DISTRIBUTEURS PUBLICS DE L’EAU
a.
Présentation de L’ONEP
L’organisme dépend du Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Eau et de l’Environnement `qui
supervise les différents acteurs liés aux questions de l’eau tels que le Ministère de l’Agriculture, le
Ministère de la Santé, le Ministère de l’Energie, etc. L’ONEP axe ses politiques en fonction des
orientations données par le Conseil Supérieur de l’Eau et du Climat.
« Aujourd’hui, l’Office s’est fixé une nouvelle stratégie visant la généralisation de l’accès à l’eau potable à l’ensemble de
ses citoyens et l’intervention dans le secteur de l’assainissement liquide dans une vision globale et intégrée du cycle de
l’eau. Cette nouvelle stratégie qui s’inspire des orientations de S.M. le Roi Mohammed VI, confirmée dans son discours
d’ouverture de la 9ème session du Conseil Supérieur de l’Eau et du Climat à Agadir le 21 juin 2001. » 8
Cette volonté de s’aligner est d’autant plus affirmée que l’ONEP est au moment charnière de la
renégociation d’un contrat programme pour 2005-2008 et 2008-2011. Ces contrats programmes sont
essentiels pour l’Office qui y gagne de la visibilité en soulignant son implication et celle des pouvoirs
publics pour résoudre le défi de l’eau. C’est aussi un moyen de crédibiliser son action auprès de ses
bailleurs de fonds, de ses partenaires internationaux et du grand public. L’ONEP a déjà contracté quatre
programmes avec l’Etat entre 1987 et 2004. Signés pour une durée de 4 à 8 ans, ces contrats définissent
des objectifs précis à remplir par l’Office dans une mission de service public.
En 2004, le bilan pour l’ONEP est positif avec la réalisation des objectifs fixés en matière de taux de
branchement en milieu urbain (90%), rendement de la production et de la distribution (97% et 73%),
d’accès à l’eau potable des douars (1 464 000 habitants concernés) et d’assainissement (22 centres,
950 000 habitants). En matière d’investissements, l’Office accuse d’un retard au niveau de
l’investissement dans le secteur de l’accès à l’eau potable et de l’assainissement. Les nouveaux objectifs
pour 2008 seraient notamment, l’augmentation de l’accès à l’eau potable en milieux ruraux (atteindre
90%, aujourd’hui, il atteint 60%) et dans l’assainissement avec une intervention dans 83 centres pour une
population touchée de 3,7 millions d’habitants.
L’ONEP est le premier producteur d’eau potable au Maroc (80% de la production nationale) et le premier
distributeur d’eau (942 000 abonnés sur 381 localités). L’Office assure la distribution de l’eau pour 329
villes et centres régionaux fournissant 5,6 millions d’habitants. Depuis 2000, l’ONEP est responsable de
l’assainissement liquide avec un objectif de couverture de 400 centres en 2015 (l’objectif en 2004 était de
20 communes). Il a lancé plusieurs études d’exécution et des travaux d’assainissement dont 8 STEP et 580
Kms de réseau. En 2004, l’ONEP intervient dans 22 centres comportant 950 000 habitants.
L’ONEP compte 6 750 employés. Depuis 2002, les effectifs sont en progression régulière enregistrant une
croissance de 1,2% en moyenne. Ces embauches veulent répondre aux besoins de gérance générés par la
prise en charge de centres supplémentaires (30 en 2004), la mise en service de nouvelles installations ou la
demande liée aux exigences de l’assainissement. L’entreprise compte 960 cadres dont 176 femmes soit
18% des effectifs.
A noter la Direction de la Coopération qui gère les partenariats internationaux et nationaux avec par
exemple le PNUD, la BID, la BAD, etc. La Direction de la Coopération concentre ses efforts pour
développer des partenariats hors Maroc afin de s’affirmer en tant qu’organisme qualifié et reconnu.
L’Office s’assure une visibilité plus large dans une dynamique de développement du Maroc.
8
Plaquette institutionnelle, « Le Droit à l’eau pour tous… Notre devise », dans Notre stratégie.
63.
L’ONEP souhaite souligner la cohérence de sa politique et les objectifs visés. La mise en évidence de la
stratégie veut signifier l’importance accordée à la réalisation des impératifs donnés par l’Etat et
l’implication de l’entreprise pour ce faire. Cette valorisation de la planification relève de la
responsabilisation et de la maturité acquise par l’ONEP en tant qu’Office National, acteur financièrement
indépendant, du monde de l’eau au Maroc. L’ambivalence de son statut oblige l’ONEP à s’intégrer au
registre de la communication publique tout en séduisant des acteurs comme les partenaires institutionnels
et internationaux, le grand public.
La question de l’eau au Maroc est un des défis essentiels à relever par le Maroc contemporain. Intégré aux
objectifs du Nouveau Millénaire, l’accès à l’eau potable par tous doit significativement augmenter d’ici
2015. Il s’agit de permettre un accès à l’eau potable pour tous (atteindre 90% en milieux urbains et
ruraux) ; d’assurer la protection des terres, de l’eau et de la biodiversité et d’augmenter la proportion de la
population ayant accès à un système d’assainissement.
L’ONEP se trouve face à des exigences de résultats et de justifications de ses démarches pour atteindre les
objectifs fixés. L’enjeu est double pour l’Office, satisfaire et préserver. La question même du
développement durable n’est pourtant pas intégrée au discours de l’ONEP. Les ambitions de l’ONEP sont
d’assurer l’accès généralisé à l’eau. Le concept de durabilité surgit alors dans les impératifs de
pérennisation des installations et d’entretien des structures construites ou en cours de réalisation et si elle
veut intervenir pour l’ensemble de ses citoyens « dans une vision globale et intégrée du cycle de l’eau » 9.
La stratégie dépend principalement d’un objectif de service public et d’avancement pour l’intérêt général
afin de se mettre en adéquation avec les attentes de la communauté internationale.
Dans l’ensemble des publications et documentations récentes de l’ONEP, la mention des objectifs
stratégiques et de la mission à remplir rappelle à la fois le contrat programme de l’Office et les objectifs la
communauté internationale. Dans ce cadre, l’ONEP développe l’argumentaire d’une entreprise de service
public dotée d’une personnalité juridique et des moyens de fonctionnement tendant à ceux de l’entreprise
privée. L’ONEP poursuit une évolution vers le privé (développement d’activité de marketing, d’outils de
communication, de recherche et développement), son discours se mue en celui d’une entreprise visible qui
doit justifier ses choix par d’autres moyens que celui de répondre aux besoins d’intérêt général. Le
discours de communication de l’ONEP est néanmoins celui d’une entreprise de service public. Elle axe
ses communications autour de trois missions clés à remplir avant la prochaine échéance (2008).
Son premier objectif est celui de l’intérêt général en conformité aux attentes du gouvernement et du
Royaume du Maroc, de la communauté internationale et du grand public. Elle correspond à une
communication publique et une communication des institutions publiques à définir sa légitimité et son
action en fonction de l’intérêt général. L’ONEP agit au « nom du peuple marocain » dans un but de faire
respecter l’accès à une eau potable en quantité suffisante et en qualité satisfaisante en tant que « droit pour
tous ». Cette mission attend des résultats chiffrés, suppose des budgets et une planification des
investissements.
Son deuxième objectif est celui de renforcer et promouvoir une « culture d’entreprise » afin d’affirmer la
personnalité de l’Office. Créé en 1972, doué d’une histoire et d’une mission, l’ONEP est aujourd’hui, une
structure de 6 750 employés répartis sur tout le Royaume du Maroc. Pour garantir la cohésion du groupe,
9
Plaquette institutionnelle, « Le Droit à l’eau pour tous… Notre devise », dans Notre stratégie.
64.
il semble que le développement d’une culture ONEP se renforce avec les outils modernes tels que
l’intranet, des bulletins d’information interne, etc.
Son troisième objectif vise l’information au grand public. L’ONEP jouit d’une forte personnalité en tant
qu’acteur essentiel de l’eau au Maroc. Il est connu et reconnu nationalement et à l’international. En tant
qu’entreprise clé, l’ONEP peut s’affirmer et toucher le public par ses campagnes de communication sur
l’eau. L’Office finance plusieurs opérations de sensibilisation du public urbain et rural en ajustant ses
messages à ses cibles par des visites sur place (unité mobile). En tant qu’office national, la communication
de l’ONEP semble répondre à une activité de promotion où est fourni un véritable effort de promotion et
de présentation du service public au profit de l’information et de l’action.
Sur les axes stratégiques fixés par l’ONEP, la mission de Service Public est un élément clé de la cohésion
du groupe comme souligné dans l’éditorial d’Ali Fassi Fihri, le Directeur Général de l’ONEP. Forme
classique du dialogue entre salariés et direction, cet écrit est un exercice du genre caractérisé par la reprise
des éléments traditionnels du discours d’un manager qui s’adresse à son encadrement en priorité et à ses
employés en général. Les termes de « mission », « vision », « objectifs », « projet » accompagnés d’une
alternance « je », « nous » et « vous » mettent en avant la vision de groupe comme partie intégrante du
projet commun et de la demande de résultats des clients.
Le discours joue ainsi sur les deux registres du projet commun et de l’échéance exigeant des chiffres, des
résultats et un investissement de chacun des salariés.
De ce texte ressort l’image d’un leader visionnaire et gestionnaire face à un lecteur impliqué, responsable,
intégré au processus. Son but correspond à la fonction de production de symbolique identifié par H.
Mintzberg où le texte du Directeur offre une vision large et du futur (« la voie du progrès » « notre vision
d’avenir »), partage l’information (deux paragraphes de chiffres avec une volonté de transparence sur les
décisions prises et les contrats signés – répétition du mot « enveloppe de x DH ») et contrôle la gestion du
temps (« l’année 2005 sera marquée par la poursuite » « le contrat programme 2000-2004 montre que
nous avons largement dépassé les objectifs fixés »).
En tant que telle, la communication ONEP repose sur des acquis historiques nés de l’histoire même de
l’organisation et du statut de l’ONEP au sein de la société marocaine, et utilise les outils traditionnels au
service de la cohésion de groupe (discours d’un leader charismatique et bienveillant qui se veut ouvert
selon les principes dumanagement participatif). La culture ONEP n’est pas basée sur des outils de
communication traditionnels comme où logo, devise, identité et valeurs. L’ONEP n’utilise pas ces
ingrédients caractéristiques des grands groupes par absence de besoin réel de nouveaux éléments
fédérateurs autour de la mission et des objectifs communs. Le respect de la hiérarchie imprégnée dans la
culture marocaine et la conviction manifestée des salariés semblent suffire au fonctionnement de
l’entreprise.
65.
b.
Résultats quantitatifs
c.
Rapport de stage – Septembre 2005
Sommaire
1. ONEP : du public au privé
2. Les formations en Eau au Maroc
3. Eau, Femmes et Développement Durable au Maroc
4. Corpus et Bibliographie
5. Annexes
CH. 1
ONEP : du public au privé
Présentation de l’ONEP : Le Premier Producteur du Maroc
Créé en 1972, l’Office National de l’Eau Potable est un établissement public à caractère industriel et
commercial doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière. L’Office dépend du Ministère de
l’Aménagement du Territoire, de l’Eau et de l’Environnement qui supervise les différents acteurs liés aux
questions de l’eau tels que le Ministère de l’Agriculture, le Ministère de la Santé, le Ministère de l’Energie,
etc. L’ONEP axe de fait, ses politiques en fonction des orientations données par le Conseil Supérieur de
l’Eau et du Climat. « Aujourd’hui, l’Office s’est fixé une nouvelle stratégie visant la généralisation de
l’accès à l’eau potable à l’ensemble de ses citoyens et l’intervention dans le secteur de l’assainissement
liquide dans une vision globale et intégrée du cycle de l’eau. Cette nouvelle stratégie qui s’inspire des
orientations de S.M. le Roi Mohammed VI, confirmée dans son discours d’ouverture de la 9ème session du
Conseil Supérieur de l’Eau et du Climat à Agadir le 21 juin 2001» 10
Cette volonté de s’aligner est d’autant plus affirmée que l’ONEP est au moment charnière de la
renégociation d’un contrat programme pour 2005-2008. Ces contrats programmes sont essentiels pour
l’Office qui y gagne de la visibilité en soulignant son implication et celle des pouvoirs publics pour résoudre
le défi de l’eau. C’est aussi un moyen de crédibiliser son action auprès de ses bailleurs de fonds, de ses
partenaires internationaux et du Grand Public. L’ONEP a déjà contracté quatre programmes avec l’Etat entre
1987 et 2004. Signés pour une durée de 4 à 8 ans, ces contrats définissent des objectifs précis à remplir par
l’Office dans une mission de service public dont le but est de répondre à des besoins de l’intérêt général.
En 2004, le bilan pour l’ONEP est positif avec la réalisation des objectifs fixés en matière de taux de
branchement en milieu urbain (90%), rendement de la production et de la distribution (97% et 73%), d’accès
à l’eau potable des douars (1 464 000 habitants concernés) et d’assainissement (22 centres, 950 000
habitants). En matière d’investissements, l’Office accuse d’un retard au niveau de l’investissement dans le
secteur de l’accès à l’eau potable et de l’assainissement. Les nouveaux objectifs pour 2008 seraient
notamment, l’augmentation de l’accès à l’eau potable en milieux ruraux (atteindre 90%, aujourd’hui, il
10
Plaquette institutionnelle, « Le Droit à l’eau pour tous… Notre devise », dans Notre stratégie.
66.
atteint 60%) et dans l’assainissement avec une intervention dans 83 centres pour une population touchée de
3,7 millions d’habitants.
De fait, en 2004, l’ONEP est le premier producteur d’eau potable au Maroc (80% de la production nationale)
et le premier distributeur d’eau (942 000 abonnés sur 381 localités). L’Office assure la distribution de l’eau
pour 329 villes et centres régionaux fournissant 5,6 millions d’habitants. Son bilan financier est positif avec
un chiffre d’affaires en augmentation nette de 2,6% passant à 2,75 milliards de dirhams malgré
l’augmentation de son taux d’endettement de 2%. L’ONEP a beaucoup investi en 2004 pour assurer le
maintien et la performance de son réseau avec des dépenses égales à 1 613 millions de DH en adduction,
extension réseau ou la prise en charge de nouveaux centres.
Depuis 2000, l’ONEP est responsable de l’assainissement liquide avec un objectif de couverture de 400
centres en 2015 (l’objectif en 2004 était de 20 communes). Il a lancé plusieurs études d’exécution et des
travaux d’assainissement dont 8 STEP et 580 kms de réseau. En 2004, l’ONEP intervient dans 22 centres
comportant 950 000 habitants.
Les Hommes et les Femmes de l’ONEP
L’ONEP compte 6 750 employés. Depuis 2002, les effectifs sont en progression régulière enregistrant une
croissance de 1,2% en moyenne. Ces embauches veulent répondre aux besoins de gérance générés par la
prise en charge de centres supplémentaires (30 en 2004), la mise en service de nouvelles installations ou la
demande liée aux exigences de l’assainissement. L’entreprise compte 960 cadres dont 176 femmes soit 18%
des effectifs.
L’entreprise est divisée en une direction générale qui gère les « fonctions » traditionnelles d’un organisme à
l’activité liée à l’eau et neuf directions régionales dotées de leur système d’organisation indépendant. Sur le
principe de décentralisation, l’ONEP, dans ses messages, met en avant une certaine nouveauté de son
organisation : « pour mettre en œuvre cette stratégie, l’ONEP s’est doté d’une organisation moderne,
décentralisée et adaptée aux contextes local et régional qui privilégie une approche tournée vers le client » 11.
Cette phrase implique le changement par rapport à un état précédent qui semble avoir fait l’objet de critiques
à l’encontre de l’Office et auxquelles il répond par la réorganisation interne. Aujourd’hui, l’ONEP est divisé
en trois pôles :
le pôle ressources (Centre de formation, approvisionnement)
le pôle industriel (contrôle de la qualité d’eau, marketing, etc.)
le pôle développement (Assainissement Eau Potable, DPS, etc.)
La Direction de la Communication et de la Coopération dépend directement de la Direction Générale. Elle
est divisée en deux sections, la Direction de la Communication et la Direction de la Coopération. La
Direction de la Communication gère les relations Presse, la communication interne, l’intégration des
nouvelles technologies dans l’entreprise et la sensibilisation du Grand Public. La Direction de la Coopération
gère les partenariats internationaux et nationaux avec par exemple le PNUD, la BID, la BAD, etc. La
Direction de la Coopération concentre les efforts de l’ONEP pour développer son activité et ses partenariats
hors Maroc afin de s’affirmer en tant qu’organisme qualifié et reconnu. L’Office s’assure une visibilité plus
large qui veut faire surgir l’entreprise sur la scène internationale comme organisme indépendant au service
d’une mission d’intérêt général à un moment clé où les efforts de développement du Maroc sont largement
commentés et densément analysés (en tant que Royaume, pays en développement et pays islamique).
L’ONEP est doté d’un Centre de Formation aux Techniques de l’Eau, le CFTE, reconnu au niveau national
et objets de nombreux partenariats internationaux facilitant la formation de stagiaires étrangers. (Se reporter
au chapitre sur les formations en eau au Maroc).
Le Facteur Eau à l’ONEP : plongée dans les Laboratoires 12
La qualité de l’eau à l’ONEP est contrôlée par 46 laboratoires régionaux et un laboratoire central. Ce dernier
a été crée en 1968 dans le but d’assurer la surveillance de la qualité des eaux distribuées, d’études pour les
projets d’assainissement, le développement de l’accès à l’eau potable, le contrôle de la pollution et pour une
prestation d’assistance technique aux tiers.
En 2004, le volume annuel des analyses a progressé de 5% représentant 2.728.736 analyses réalisées. Sur les
18.869 analyses bactériologiques, un seul cas positif de pollution a été détecté soit 0,005% de cas non
satisfaisants, une propension en baisse depuis 2000.
11
Plaquette institutionnelle, « Le Droit à l’eau pour tous… Notre devise », dans Notre stratégie.
Plaquette institutionnelle, « Contrôle de la qualité des eaux », feuillet de présentation. Visite du Laboratoire Central,
septembre 2005.
12
67.
Les opérations d’enquêtes, de diagnostic, de prélèvement d’essais et d’analyses à partir de 300 méthodes
analytiques. Au siège, au cours de ma visite du laboratoire central, j’ai pu mieux comprendre deux grands
types d’analyse, les analyses bactériologiques et les analyses physico-chimiques.
La bactériologie a pour but de détecter les bactéries dans l’eau à des points clé de la production et
distribution de l’eau. Sont examinées les eaux usées, l’eau propre et l’eau pure selon le processus suivant :
1.
Création environnement pour croissance de la bactérie.
2.
Utilisation de membrane filtrante / par tube
3.
Mise à température – Fermentation – Incubateur
4.
Analyse des résultats.
Les analyses physico-chimiques détectent les composants présents dans l’eau et vérifient si le niveau est
tolérable ou non. Sur une batterie d’échantillons tests, la présence de métaux (potassium – sodium – mercure
– zinc – bronze) ou de minéraux (magnésium – chlore- potassium) est analysée à partir de différentes
techniques comme le procédé par absorption de la lumière, l’émission d’argon (dite ionisation) pour les
métaux, l’analyse de la turbinité ou de la conductivité pour les minéraux, la méthode de flux pour tracer
l’ammonium, l’azote, le phosphate, le nitrate, le silicate, etc.
Les autres types d’analyses sont de types biologiques ou encore, des recherches sur l’étude de l’influence du
contexte hydrogéologique et des conditions d’exploitation sur les teneurs en Fer et en Manganèse dans les
captages d’eaux souterraines. Diverses expérimentations sont menées pour améliorer le traitement des eaux
pluviales, etc.
En 2004, un audit du Laboratoire central du Ministère de l’Environnement du Québec et le Ministère de
l’Industrie, du Commerce et de Mise à niveau de l’Economie a permis de mettre en évidence les efforts
fournis par l’ONEP dans son processus de certification et normalisation. La Direction Contrôle de la Qualité
des Eaux a reçu leur accréditation selon le référentiel ISO 25 relatif aux analyses microbiologiques et
physico-chimiques des eaux. Le renouvellement de l’accréditation du Laboratoire Central ISO 17025 est en
cours.
Cette surveillance stricte et rigoureuse de la potabilité et de la qualité de l’eau est un élément essentiel au
processus de production et de distribution de l’eau à la fois pour l’image de la société que pour les enjeux
sanitaires liés à l’activité de la distribution de l’eau.
Pour mieux répondre aux objectifs de 2008, la stratégie du département de l’analyse de la qualité veut
développer le contrôle de la qualité en milieu rural, la recherche et le développement par la création d’une
entité indépendante et centralisatrice des recherches effectuées au sein de l’ONEP, poursuivre les démarches
de normalisation et de certification, augmenter le nombre de participation de l’ONEP à différentes
manifestations scientifiques nationales et internationales, établir des procédures en matière
d’échantillonnage, d’analyse et de surveillance de la qualité des eaux, publier régulièrement un état de la
qualité des ressources en eaux utilisées pour l’AEP.
Missions et stratégie
L’ONEP fait un effort de présentation, dans chacun de ses supports, de discours ou par l’intermédiaire de ses
employés, pour souligner la cohérence de sa politique et les objectifs visés. La mise en évidence de la
stratégie veut signifier l’importance accordée à la réalisation des impératifs donnés par l’Etat et l’implication
de l’entreprise pour ce faire. Cette valorisation de la planification relève de la responsabilisation et de la
maturité acquises par l’ONEP en tant qu’Office National, acteur financièrement indépendant, du monde de
l’Eau au Maroc. L’ambivalence de son statut oblige l’ONEP à s’intégrer au registre de la communication
publique tout en séduisant des acteurs autres (partenaires institutionnels et internationaux, le Grand Public)
dans un contexte de visibilité accentuée des acteurs de l’eau.
La question de l’eau au Maroc est un des défis essentiels à relever par le Maroc contemporain. Intégré aux
objectifs du Nouveau Millénaire, l’accès à l’eau potable par tous doit significativement augmenter d’ici
2015. L’eau, partie intégrante des objectifs de développement durable et de protection des ressources
environnementales, est l’objet d’une triple attention dans le discours promu par les pouvoirs publics et les
acteurs impliqués :
permettre un accès à l’eau potable pour tous (atteindre 90% en milieux urbains et ruraux) ;
assurer la protection des terres, de l’eau et de la biodiversité ;
augmenter la proportion de la population ayant accès à un système d’assainissement.
Cette démarche implique pour les acteurs concernés, de certifier de la validité de leur action à la fois au
moment de leur mise en application et dans le futur.
L’ONEP se trouve face à des exigences de résultats et de justifications de ses démarches pour atteindre les
objectifs fixés. L’enjeu est double pour l’Office, satisfaire et préserver. La question même du développement
durable n’est pourtant pas intégrée au discours de l’ONEP dans l’état actuel des supports de communication
68.
existants. Les ambitions de l’ONEP sont, tout d’abord, assurer l’accès généralisé à l’eau. Le concept de
durabilité surgit alors dans les impératifs de pérennisation des installations et d’entretien des structures
construites ou en cours de réalisation. Si elle veut intervenir pour l’ensemble de ses citoyens « dans une
vision globale et intégrée du cycle de l’eau » 13, affirmation qui suppose des critères de durabilité et de
continuité, la batterie classique du discours du développement durable est absente du discours ONEP. La
stratégie dépend principalement d’un objectif de service public et d’avancement pour l’intérêt général dans
une optique de mise en adéquation avec les attentes de la communauté internationale.
Les missions de l’ONEP
1.
Planifier l’approvisionnement national en eau potable.
2.
Produire l’eau.
3.
Distribuer l’eau.
4.
Assainir l’eau.
5.
Contrôler et protéger la qualité de l’eau.
Les 3 axes stratégiques de l’ONEP
1.
Généraliser l’accès à l’eau potable
Devise : « le droit à l’eau pour tous ». L’eau est devenue un département ministériel en 2002 et dépend
du ministère de l’équipement.
Objectif : Augmenter l’accès individuel à l’eau. Aujourd’hui, il est de 90% en milieu urbain et de 60%
en milieu rural. L’objectif est d’atteindre un taux de 90% en milieu rural en 2007.
2.
Intervenir dans la gestion du cycle de l’eau
a.
Améliorer la qualité de l’eau
b.
Protéger les ressources en eau
3.
Pérenniser, sécuriser et renforcer l’alimentation en eau potable
a.
Maintenance et réhabilitation
Dans l’ensemble des publications / documentations récents de l’ONEP, la mention des objectifs stratégiques
et de la mission à remplir rappelle à la fois le contrat programme de 2005-2008 visé par l’entreprise à
vocation publique, et la communauté internationale des ONG et programmes internationaux impliqués dans
le secteur de l’eau. En tant que cibles du discours, L’ONEP développe l’argumentaire d’une entreprise de
service public dotée d’une personnalité juridique et des moyens de fonctionnement tendant à ceux de
l’entreprise privée. L’Office veut répondre aux objectifs donnés par son ministère et par l’Etat comme
s’affirmer suffisamment indépendant pour répondre aux exigences de la communauté internationale et des
bailleurs de fonds. Si l’ONEP poursuit une évolution vers le privé (développement d’activité de marketing,
d’outils de communication, de recherche et développement), il semble que son discours puisse se muer en
celui d’une entreprise visible qui doit justifier ses choix par d’autres moyens que celui de répondre aux
besoins d’intérêt général.
COMMUNICATION
Le discours de communication de l’ONEP est celui d’une entreprise de service public. Elle axe ses
communications autour de trois missions clés à remplir avant la prochaine échéance (2008).
Son premier objectif est celui de l’intérêt général en conformité avec les attentes du gouvernement et du
Royaume du Maroc, de la communauté internationale et du Grand Public. Elle correspond au propre de la
communication publique, la communication des institutions publiques, en définissant sa légitimité et son
action comme fonction et partie intégrante de l’intérêt général. L’ONEP agit au « nom du peuple marocain »
dans un but de faire respecter l’accès à une eau potable en quantité suffisante et en qualité satisfaisante en
tant que « droit pour tous ». Cette mission attend des résultats chiffrés, suppose des budgets et une
planification des tâches et des investissements.
Son deuxième objectif est celui de renforcer et promouvoir une « culture d’entreprise » afin d’affirmer la
personnalité de l’Office. Créé en 1972, doué d’une histoire et d’une mission, l’ONEP est aujourd’hui, une
structure importante de 6 750 employés répartis sur tout le Royaume du Maroc. Pour garantir la cohésion du
groupe, il semble que le développement d’une culture ONEP se renforce avec les outils modernes tels que
l’intranet et les bulletins d’information interne.
13
Plaquette institutionnelle, « Le Droit à l’eau pour tous… Notre devise », dans Notre stratégie.
69.
Son troisième objectif vise l’information au Grand Public. L’ONEP jouit d’une forte personnalité en tant
qu’acteur essentiel de l’eau au Maroc. Il est connu et reconnu nationalement et sur la région Afrique du Nord
et de l’Ouest. En tant qu’entreprise clé, l’ONEP peut s’affirmer et toucher le public par ses campagnes de
communication sur l’eau. L’Office finance plusieurs opérations de sensibilisation du public urbain et rural en
ajustant ses messages à ses cibles par des visites sur place (unité mobile). L’ONEP est exposé aux médias en
tant que tel, son intention est ici d’affirmer son image d’acteur institutionnel de l’eau pour contrer les crises
liées à la gestion de l’eau en général.
Rappel des principes de la communication publique
Définition et principes :
La communication publique est la communication de la « société organisée par la loi qui établit les rapports
d’équité antérieurs ». Elle se définit par la légitimité de l’intérêt général, au nom du peuple. Elle a pour
fonctions d’informer, d’écouter, d’assurer la relation sociale et d’accompagner les changements
comportementaux de l’organisation sociale.
La communication publique est une communication formelle qui tend à l’échange et au partage de
l’information d’utilité publique et au maintien du lien social dont la responsabilité revient aux institutions
publiques.
Le message :
Le message est le résultat d’un compromis issu du contrat social et du débat. Il répond à une quête de
signification de l’intérêt particulier qui se voit délivrer un message résultat du compromis des deux parties. Il
est par nature complexe car émis dans un objectif de régulation, de protection et d’anticipation des pouvoirs
publics.
Les registres :
- information et explication pour légitimer l’action des Pouvoirs Publics,
- promotion ou valorisation de l’action,
- proposition ou dissension avec l’intérêt particulier.
La communication publique est le fait des institutions publiques, dépendantes de l’Etat, dans une visée
d’information du citoyen qui est acteur (par le vote) et qui demande des retours sur l’activité de l’Etat.
L’ONEP et la communication publique
En tant qu’office national, la communication de l’ONEP semble répondre à une activité de promotion où est
fourni un véritable effort de promotion et de présentation du service public au profit de l’information et de
l’action.
L’EAU, UN DROIT POUR TOUS… NOTRE DEVISE
La devise de l’ONEP permet de bien comprendre la démarche de l’ONEP en tant qu’organisme valorisant
son action au service de l’intérêt général. « L’eau, un droit pour tous… Notre devise » est le rappel direct du
concept issu du droit international de « droit de l’eau ». Non promu dans la déclaration universelle des droits
de l’homme de 1948, il a été clairement énoncé en 2002 par l’ONU, « le droit à l’eau consiste en un
approvisionnement suffisant, physiquement accessible et à un coût abordable, d’un eau salubre et de qualité
acceptable pour les usages personnels et domestiques de chacun » 14.
Le concept de « droit à l’eau pour tous » appelle trois exigences. La première est celle d’un accès à l’eau
facile, dans un rayon à taille humaine, à un coût raisonnable et non pas gratuit comme entendu dans les
medias. L’accès à l’eau est un service payant en raison du coût de l’assainissement et du traitement des eaux.
Etant une denrée vitale à l’homme et un bien de l’humanité, un bien de et pour tous, l’eau doit rester à un
prix raisonnable. Le deuxième impératif supposé par le droit à l’eau pour tous est de fournir, en échange du
prix payé et pour le bien sanitaire des populations, une eau de qualité, potable et non nocive à l’homme. La
dernière obligation est la disponibilité en ressources suffisantes pour répondre aux besoins de l’homme qu’ils
soient « personnels et domestiques ».
La comparaison avec les missions stratégiques de l’ONEP résonne avec l’énoncé du « droit à l’eau pour
tous ». Sa première cible est la « généralisation de l’accès à l’eau potable », principe qui implique
l’accessibilité et la disponibilité des ressources en eau. Le respect des principes dictés par la communauté
internationale est souligné en affirmant que « cet important axe est fondé sur le principe du droit à l’eau. Il a
14
Comité des droits économiques, sociaux et culturels du Conseil Economique et Social des Nations Unies (ECOSOC),
lors de sa 29ème session à Genève, du 11 au 29 novembre 2002, p. 129 cité dans Camdessus M., Badré B., Chéret I. &
Ténière-Buchot P.-F. Eau, Paris : éditions Robert Laffont, 2004, p. 269.
70.
conduit l’ONEP à développer un programme ambitieux pour accélérer l’approvisionnement en eau potable
dans le milieu rural en particulier » 15. L’Office cerne ici les efforts supposés par l’engagement du droit à
l’eau : investir prioritairement pour garantir l’accès à l’eau potable en milieu rural où le taux d’accès dépasse
60% de la population marocaine.
Le deuxième but de l’Office est d’assainir ou garantir l’accès à une eau de bonne qualité. L’ONEP veut
« assurer la protection des ressources en eau et (d’) améliorer les conditions sanitaires des populations dans
le cadre d’une vision de gestion intégrée du cycle de l’eau ». L’accès à l’eau potable pour tous suppose un
discours global sur une action intégrée, c’est-à-dire, couvrant le cycle d’eau en amont et en aval.
L’assainissement, étape délaissée face à la priorité des acteurs de l’eau de fournir de l’eau, fait aujourd’hui
partie des impératifs de réussite des entreprises du monde de l’eau.
Cet aspect du discours est retrouvé, par exemple, chez les équivalents français de l’ONEP. L’ONEP 2008
veut élargir l’assainissement au Maroc quand en France, Lyonnaise 2010 a pour objectifs de mener une
« action volontariste » 16 pour rattraper un retard d’investissements sur l’Hexagone en matière
d’assainissement. Le droit à l’eau pour tous suppose donc une vision globale sur le cycle de l’eau pour
garantir une eau « salubre et de qualité », une politique qui implique, pour ces acteurs, des efforts
d’investissements, une adaptabilité technique et un discours affirmé, planifié et responsable.
La dernière mission de l’ONEP est le renforcement et la maintenance. L’Office veut « pérenniser et sécuriser
des infrastructures existantes ». Cet objectif correspond à une politique de continuité de l’Office et s’inscrit
dans son discours institutionnel d’acteur responsable pour la maintenance de ses infrastructures. Cette
politique stratégique correspond à un besoin technique et de gestion assumée par l’organisme dans un souci
de veiller à la qualité durable du service rendu. Cet axe stratégique ne correspond pas à une mission d’intérêt
international mais bien à une politique de gestion pour l’intérêt général du produit que l’ONEP propose. Il
semble répondre aux attentes de normalisation (accréditation ISO et critères de sécurité internationale) et du
public (partenaires et Grand Public) en matière de pérennisation de la qualité de l’eau distribuée, un moyen
de garantir l’accès à l’eau potable pour tous.
La mention de « pour tous » est aussi porteuse du droit international à l’eau. La déclaration de l’ONU
suppose bien la globalité, « à chacun ». Ce principe est développé dans la déclaration de l’ECOSOC qui
souligne que « toutes les personnes dont le droit à l’eau a été enfreint sont fondées à recevoir une réparation
adéquate ». Plus loin est rappelé que « même si chacun a droit à l’eau, les Etats parties devraient prêter une
attention spéciale aux particuliers et aux groupes qui ont traditionnellement des difficultés à exercer ce droit,
notamment les femmes, les enfants, les groupes minoritaires… » 17. L’ONEP veut assurer la garantie
fondamentale du niveau de vie et de la non-discrimination de l’accès à l’eau dans une perspective de l’eau
« pour tous » et une « approche tournée vers le client ».
C’est toute l’ambivalence du discours de l’eau qui répond, en général, à des obligations de service public
sans pouvoir oublier la dimension marchande de l’eau. L’eau est bien un droit pour tous, elle n’est pas un
droit gratuit du fait de la spécificité de son traitement qui oblige investissements, planification et « une
organisation moderne, décentralisée et adaptée aux contextes local et régional ». L’eau et le discours sur
l’eau par les acteurs privés ou publics obligent à mêler ces deux registres d’où l’affirmation du choix de
l’ONEP : « notre devise ». L’ONEP a choisi un discours en cohérence avec celui de la communauté
internationale pour marquer son attachement à appliquer ce droit et à répondre aux nouveaux objectifs du
Millénaire, c’est un choix assumé par une organisation publique douée de son indépendance financière et
juridique qui, de fait, est dans un contexte de vente d’un service.
Notre devise est donc le choix de s’approprier le discours des ONGs et de la communauté internationale pour
appliquer et réaliser concrètement les principes énoncés. La devise, littéralement, correspond à une brève
formule qui caractérise le sens symbolique de quelque chose, ou qui exprime une pensée, un sentiment, une
règle de vie ou de conduite. Le droit à l’eau pour tous régit les modalités de fonctionnement de l’ONEP. La
notion de devise répond à cette modalité d’un discours qui doit diriger l’esprit de l’ONEP. Le choix de ce
vocable correspond bien à une volonté du vivre, du construire, du diriger de l’Office qui n’est pas un
impératif universel kantien mais une règle de conduite que l’on veut voir se concrétiser. La devise de
l’ONEP veut dépasser le discours généraliste et moraliste traditionnellement attribué aux ONG, elle doit
réaliser le droit à l’eau pour tous. Elle ne dépend pas néanmoins, du registre de l’action.
15
ONEP, plaquette institutionnelle, « Le Droit à l’eau pour tous… Notre devise », dans Notre stratégie.
Lyonnaise des Eaux, rapport annuel 2004, « Objectif 2010. Assainissement : une action volontariste », p. 14-15. « En
assainissement, la France a du retard ce qui lui a valu d’être condamnée en 2003 par la Cour de Justice européenne.
Pour se mettre à niveau, elle doit investir 2,5 milliards d’euros par an pendant 10 ans » (…) « En 2004, un peu plus de
40 % des stations d’assainissement en France étaient conformes aux normes européennes »
17
Comité des droits économiques, sociaux et culturels du Conseil Economique et Social des Nations Unies (ECOSOC),
lors de sa 29ème session à Genève, du 11 au 29 novembre 2002, paragraphe 16 cité dans Camdessus M., Badré B.,
Chéret I. & Ténière-Buchot P.-F. Eau, Paris : éditions Robert Laffont, 2004, p. 271.
16
71.
La devise est en effet, une phrase que l’on se répète pour guider ses choix et actions, elle n’est pas un acte à
proprement parler. La devise la plus célèbre reste probablement celle des Mousquetaires d’Alexandre
Dumas, « tous pour un, un pour tous » (souvent citée à l’envers) qui dirige les décisions des Mousquetaires
dans les moments difficiles privilégiant la solidarité comme solution aux problèmes. Elle est donc bien un
principe incitatif fort, elle se détache néanmoins des termes plus ou moins porteurs utilisés dans les différents
discours aujourd’hui. A devise, les alternatives sont credo, passion, mission, slogan ou encore, les thèmes
traditionnels de l’agir du développement durable : éthique, responsabilité, engagement. Le choix de devise
est à interroger dans le contexte marocain où ce vocable n’a pas le même impact qu’en France où le terme est
peu utilisé en termes communicationnel aujourd’hui.
L’ONEP ET DEVELOPPEMENT DURABLE
La préoccupation environnementale au Maroc
En 1995, dans le cadre de la Stratégie Nationale pour la Protection de l’Environnement et le Développement
Durable, près de 20 milliards de dirhams par an, soit 8,2% du PIB sont investis pour lutter contre la
dégradation de l’environnement qui diminue le potentiel des ressources naturelles, déjà rares. Cet effort est
continu et consiste dans le soutien de différents programmes de préservation, de conservation et de
protection des ressources naturelles : dépollution, aménagement des bassins versants, etc.
La prise en compte de la problématique « Environnement » au Maroc dépasse l’action en s’invitant dans le
cadre juridique du pays avec le vote d’un décret le 13 janvier 2000 pour la gestion de l’environnement. Ce
décret suppose la prise en compte de la dimension environnementale dans la politique gouvernementale. Elle
se concrétise par le renforcement du cadre juridique en faveur des démarches de protection de
l’environnement et la prise en compte de la problématique environnementale dans divers secteurs tels que
l’éducation, la coopération internationale, la formation, etc. Elle a pour objectif principal la protection des
ressources du Maroc (énergie renouvelable, gestion des aléas climatiques, amélioration des sols, préservation
des forêts et de la biodiversité, etc.) Elle se manifeste par des choix stratégiques pris par le Ministère
responsable de la gestion de l’environnement, le Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Eau et de
l’Environnement actuellement dirigé par Mohamed Elyazghi.
La préoccupation sur l’environnement et le Développement Durable s’est renforcée au Maroc suite au
discours de S.M. Mohamed VI le 3 septembre 2002 au sommet mondial du Développement Durable à
Johannesburg qui a rappelé les efforts fournis par le Maroc pour relever les effets néfastes du changement
climatique sur le pays.
Dès 2003, le Maroc multiplie ses accords de coopération internationale pour la mise en application des
principes de Développement durable. Il signe en juillet 2003, un accord avec la France pour la promotion
d’un Mécanisme de développement propre, dans le cadre de la mise en œuvre du Protocole de Kyoto. Le 30
novembre 2004, il signe un accord de coopération intergouvernementale avec le Ministère de l’Ecologie et
du Développement Durable (S. Lepeltier) pour favoriser leur coopération bilatérale dans les domaines du
transport et du Développement Durable 18.
L’INDH (cf. Ch. 3) est une autre action du gouvernement marocain pour le développement durable. S’il cible
les indicateurs de développement, il inclut les objectifs d’un développement sous-entendu durable à un
moment difficile de transition pour le Maroc.
L’ONEP, l’environnement et le Développement Durable
L’enjeu de la gestion et distribution de l’eau potable suppose relations aux aléas climatiques de plus en plus
objet de toutes les attentions (avec les inondations et la sécheresse) ; relations aux risques notamment
sanitaires ; gestion des ressources ; et éducation, information et sensibilisation du consommateur.
Au Maroc, l’enjeu prioritaire est celui de la gestion des ressources où la qualité et la quantité des ressources
disponibles sont constamment menacées. La lutte porte sur la désertification (programme de lutte contre la
désertification initié en 1987), le développement forestier, l’aménagement des bassins versants et surtout, la
mobilisation des eaux par une politique de barrages privilégiée depuis 30 ans. Ces actions intègrent le cadre
plus général d’une action sur la protection de l’environnement et stratégie de développement durable.
De fait, le discours du Développement Durable suppose gestion de la ressource pour un accès généralisé dans
une optique de protection des ressources et de développement humain, double objectif complémentaire et
contradictoire. A considérer le modèle de croissance occidental des Trente Glorieuse, le développement
humain visé empêcherait cette croissance soutenable préservant les ressources pour les générations futures
comme le suppose le dispositif du Développement Durable. Dans cette optique, le discours de l’ONEP
18
« Accord de coopération entre le Gouvernement de la République Française et le Gouvernement du Maroc dans les
domaines de l’Environnement, de l’Eau et de l’Aménagement du Territoire dans un objectif de Développement
Durable », article 1, p. 2.
72.
n’insiste pas et n’utilise pas la batterie classique du discours de DD mais intègre ses principes dans ses axes
stratégiques.
L’ONEP veut ainsi favoriser un accès pour tous à l’eau et une gestion intégrée du cycle de l’eau, deux axes
propres à sa mission de Service Public dans le paysage marocain. L’Office veut aussi un maintien des acquis
et une pérennisation de ses activités dans une optique d’investissement de long terme, à la fois démarche
classique de l’entreprise et résultat d’une volonté de pérennité, dite de transmission aux générations futures.
Les termes de « entreprise citoyenne », de protection, préservation ou de recherche (l’innovation au service
du développement durable) se rapprochent du concept de Développement durable tel qu’il est compris dans
les pays occidentalisés.
Le discours de l’ONEP a ici, l’attitude de préférer une perspective de développement et de « développement
humain » sur celle de la croissance soutenable. Les termes de « développement économique et social », les
actions de Développement Social ou la promotion du micro-crédit soulignent l’optique dans laquelle l’Office
va envisager la problématique environnementale : développer, gérer la ressource, investir avant de
véritablement miser sur la donnée environnementale. L’ONEP « se positionne comme l’un des principaux
acteurs du développement économique et social du Maroc » 19. Il s’intègre donc à un tissu économique et
social en transition pour développer un discours de développement seulement sous-entendu, durable.
L’ONEP et la communication de groupe
La communication interne, la communication à l’intérieur d’une entreprise, sert à la cohésion du groupe, à la
coopération entre les membres de cette organisation et à la diffusion des règles en vigueur. Elle a pour but
d’établir un climat de confiance entre les salariés, à les sensibiliser, les dynamiser par rapport aux objectifs
donnés et à faire circuler l’information. La communication interne est un élément clé de l’identité d’une
entreprise en tant que moteur de cohérence et de compréhension des hommes qui font l’organisation. Une
absence de communication et d’adhésion des salariés porte préjudice à l’image que renvoie l’entreprise
d’elle-même dans la mesure où les acteurs d’un groupe sont les premiers reflets et relais de l’activité de la
société.
Douée d’une histoire connue et de la reconnaissance internationale et nationale, l’ONEP jouit d’un potentiel
de cohésion et de sentiment de fierté (élément moteur chez le salarié) essentiel et positif pour renvoyer
l’image d’une institution qui fonctionne, consciente de son rôle à jouer dans la société marocaine. En tant
qu’organisation décentralisée et de dimension importante tant en nombre (presque 7 000 collaborateurs) et
infrastructures (9 délégations régionales, 48 laboratoires, 44 stations de traitement ; elle se doit de veiller à
l’adhésion de ses salariés et l’union du groupe pour répondre aux exigences de ses clients et du Grand Public.
Sur les axes stratégiques fixés par l’ONEP, la mission de Service Public est un élément clé de la cohésion du
groupe qui est impliqué dans le processus comme souligné dans l’éditorial d’Ali Fassi Fihri, le Directeur
Général de l’ONEP. Forme classique du dialogue entre salariés et direction, cet écrit est un exercice du genre
caractérisé par la reprise des éléments traditionnels du discours d’un manager qui s’adresse à son
encadrement en priorité et à ses employés en général. Les termes de « mission », « vision », « objectifs »,
« projet » accompagnés d’une alternance « je », « nous » et « vous » mettent en avant la vision de groupe
comme partie intégrante du projet commun et de la demande de résultats des clients.
Le discours joue ainsi sur les deux registres du projet commun et de l’échéance exigeant des chiffres, des
résultats et un investissement de chacun des salariés. De ce texte ressort l’image d’un leader visionnaire et
gestionnaire face à un lecteur impliqué, responsable, intégré au processus. Son but correspond à la fonction
de production de symbolique identifiée par H. Mintzberg où le texte du Directeur offre une vision large et du
futur (« la voie du progrès » « notre vision d’avenir »). Ce dernier partage l’information (deux paragraphes
de chiffres avec une volonté de transparence sur les décisions prises et les contrats signés – répétition du mot
« enveloppe de x DH ») et contrôle la gestion du temps (« l’année 2005 sera marquée par la poursuite » « le
contrat programme 2000-2004 montre que nous avons largement dépassé les objectifs fixés »).
En tant que telle, la communication ONEP repose sur des acquis historiques nés de l’histoire même de
l’organisation et du statut de l’ONEP au sein de la société marocaine, et utilise les outils traditionnels au
service de la cohésion de groupe (discours d’un leader charismatique et bienveillant qui se veut ouvert selon
les principes du management participatif). Il est à noter néanmoins que l’on ne peut parler d’une culture
ONEP où logo, devise, identité et valeurs taillent une cohérence et homogénéité au groupe 20. L’ONEP
n’utilise pas ces ingrédients caractéristiques des grands groupes par absence de besoin réel de nouveaux
éléments fédérateurs autour de la mission et des objectifs communs. Le respect de la hiérarchie imprégnée
dans la culture marocaine, la prégnance de l’ONEP en elle-même et la conviction manifestée des salariés
semblent suffire au fonctionnement de l’entreprise.
19
ONEP, plaquette institutionnelle, « Le Droit à l’eau pour tous… Notre devise », dans Programme d’action ONEP
2004-2007.
20
Absence de vie d’entreprise ? Sponsoring ? Réunions de groupe autres que celles de travail ?
73.
CH. 2
Eau, Femmes et Développement Durable au Maroc
1.
2.
3.
4.
LA SITUATION DES FEMMES AU MAROC
UN, UNIFEM ET LES FEMMES DU MAROC
L’INDH
AXES DE RECHERCHE
1.
LA SITUATION DES FEMMES AU MAROC
« Le pays où la femme n’est pas un agent actif ressemble à un corps paralysé dont on ne peut rien attendre de
constructif »
Mohamed V
« Comment espérer atteindre le progrès et la prospérité alors que les femmes, qui constituent la moitié de la
société, voient leurs intérêts bafoués, sans tenir compte des droits par lesquels notre sainte religion les a
mises sur un pied d’égalité avec les hommes, des droits qui correspondent à leur noble mission, leur rendant
justice contre toute iniquité ou violence dont elles pourraient être victimes, alors même qu’elles ont atteint un
niveau qui leur permet de rivaliser avec les hommes, que ce soit dans le domaine de la science ou de
l’emploi ? »
Mohamed VI
Deux rois, deux convictions pour promouvoir le statut de la femme au Maroc. La société marocaine évolue
en faveur de la visibilité et de l’action de la femme depuis l’indépendance du pays et surtout, se
métamorphose rapidement et favorablement à partir des années 90. La femme marocaine est active, de plus
en plus intégrée au processus du changement et aux rouages décisionnels du pays. Cette transformation de la
situation de la femme se traduit concrètement par l’augmentation de la présence féminine dans divers
secteurs tels que l’économie, le politique, le droit, l’éducation, son activité dans la société civile, etc.
A.
La présence de la femme dans l’entreprise
La situation de la femme dans le monde du travail s’est nettement améliorée depuis le début des années 90.
Elles accèdent de plus en plus à des fonctions à haute responsabilité et sont de plus en plus présentes dans
l’entreprise et sur l’espace public où sa présence et son activité sont remarquées. La condition de la femme
en matière d’emploi et d’activité professionnelle reste encore modeste comparativement à ses équivalents
occidentaux. En 2005, 25% des marocaines sont actives, 5% sont chefs d’entreprise, 4% chefs de division.
Surtout, elles souffrent d’un chômage plus important que les hommes (25,8% contre 17,4% pour les hommes
en milieux urbains) ou occupent des emplois généralement précaires dans le domaine agricole plus
particulièrement (salariée agricole, emploi saisonnier, etc.).
Sur les 25% actives marocaines, 32% travaillent dans l’agriculture – un chiffre en nette diminution depuis
1994 où il atteignait 57%. Elles représentent 63% de la main d’œuvre dans le secteur de l’élevage et 41,6%
dans celui de la production maraîchère.
Dans le processus de décision, les femmes sont généralement amenées à décider en l’absence du mari et si
l’avis du fils ne leur est pas privilégié. D’une manière générale, elles se réfèrent très souvent à leur fils. En
l’absence de leur conjoint et avec l’accord du fils, 25% des femmes décident dans le cadre d’une activité
maraîchère, 70% en ce qui concerne l’élevage et 25% pour les achats alimentaires. Dans le cadre des achats
de provisions, les femmes, si leur mari est absent, demandent souvent à leur fils de décider ou délèguent leur
décision. Dans un seul domaine, 70% des femmes décident seules, sans solliciter ni leur mari, ni leur fils…
Dans le cas de l’approvisionnement et de la gestion de l’eau, les femmes agissent sans consulter.
Le Maroc a signé la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes
(CEDAW). Il existe des garanties constitutionnelles et juridiques en ce qui concerne les droits de la femme et
l'égalité entre les sexes. En outre, le gouvernement a révisé le code civil (la Moudawana) en 2004, pour
améliorer les droits de la femme en ce qui concerne le mariage, le divorce et le principe d’égalité et de
responsabilité entre la femme et l’homme. Cette loi devrait permettre de voir évoluer les indices clés vers
une amélioration de la situation de la femme au Maroc. En tant qu’évolution majeure du statut de la femme,
elle répond à de nombreux rapports alarmistes produits par l’ONU et d’autres ONG internationales sur la
situation de la femme marocaine.
Si le code civil voté en 2004 a permis une véritable amélioration du droit en faveur de la femme, il reste
encore un écart avec la réalité où l’application du code n’est pas entrer dans les mœurs. Si un temps est
nécessaire pour observer un net changement de la condition féminine au Maroc, des pratiques
74.
discriminatoires subsistent en dépit des lois dans les domaines de l'accès à la propriété, des salaires et de la
participation aux organismes de décision. Pour favoriser l’application du nouveau code de la famille,
l’Association Leadership Féminin vient d’éditer une bande dessinée en français et en darija (dialectal) afin de
favoriser la diffusion des nouveaux principes du code à la fois auprès du public des juristes et du Grand
Public.
B.
La présence de la femme en politique et en droit
La présence féminine au sein du Maroc politique est encore récente, elle progresse nettement depuis la fin
des années 1990. En 1990, 0,8% des sièges étaient occupés par des femmes au Parlement, en 1998, la
proportion atteignait 38%. Cette année, la représentativité politique des femmes a reculé avec deux femmes
au gouvernement (N. Chekrouni - Ministre déléguée auprès du Ministre des Affaires Etrangères et de la
Coopération chargée des Marocains résidant à l'Etranger et Y. Baddou - Secrétaire d'Etat auprès du Ministre
du Développement Social, de la Famille et de la Solidarité). Les femmes députées sont 37, un chiffre en
constante progression passé de 2 députées en 1997, puis à 30 en 2000 et enfin 37 en 2005. La question de la
femme est encore mineure dans les programmes politiques et les femmes restent encore peu nombreuses à
investir le champs des partis politiques où elles sont sous représentées.
Il faut noter que ces chiffres et données datent d’avant 2004, année décisive dans l’histoire du Maroc avec le
vote en janvier 2004 du nouveau code de la famille qui établit l’égale responsabilité de l’homme et de la
femme dans la famille et permet, entre autres, à la femme de travailler sans l’autorisation de son mari, de
demander le divorce sans avoir besoin de témoins et de preuves des « préjudices subis », de prétendre au
droit d’héritage issu de son père et n’a plus besoin d’un tuteur pour se marier.
Cette nouvelle loi est une avancée décisive pour le statut et les droits de la femme. Très récent, son
application et intégration dans les mœurs restent encore à vérifier. Les associations et mouvements
féministes du Maroc sont aujourd’hui très actifs pour rendre concret le texte voté.
C.
L’accès à l’éducation 21
L’accès à l’éducation s’est considérablement amélioré au cours des dernières années avec la réussite du pari
de l’éducation en primaire à la fois en milieux urbains et en milieux ruraux avec un taux de scolarisation de
95,3% en première année de primaire. Il descend et atteint 63,5% en dernière année d’école (cinquième
classe). Pour les enfants de 6 ans, le taux est passé de 66,4% en 2000 à 89,6% en 2004 soit une progression
de 35%. Pour les enfants entre 6 à 11 ans, elle atteint 92,2% en 2004 enregistrant une croissance de 16,6%
sur quatre ans (taux de 79,1% en 2000). L’analphabétisme a diminué notamment chez les femmes avec une
augmentation de l’alphabétisation par rapport à l’homme (de 62,2% à 69,5% entre 1990 et 1998) et de
l’alphabétisation générale des femmes (de 62,4% à 64,3% entre 1990 et 1998 avec un objectif de 100% en
2005).
D.
Son rôle dans la société civile 22
Il existe plus de 30 000 associations légalisées au Maroc. Ces dernières ont renforcé leur action et leur
pouvoir politiques récemment et sont indissociables de la transition démocratique et des changements
majeurs de la société marocaine à l’heure actuelle. Le tissu associatif est fortement intégré au paysage
marocain et joue un rôle majeur dans les milieux ruraux plus particulièrement. En 1994, le nombre
d’associations féminines était de 45 après une explosion du nombre d’associations à la fin des années 80.
Aujourd’hui, on compte plus de 220 associations sur le thème du développement et de la femme.
Les premières associations féminines sont apparues en 1940 au sein du mouvement politique national pour
l’indépendance. Elles sont restées très marquées et influencées par la politique nationaliste jusqu’à
l’indépendance du Maroc pour acquérir progressivement leur spécificité dès la fin des années 60 et une
autonomie politique à la fin des années 70. C’est la naissance de l’Union Nationale des Femmes Marocaines
(UNFM, en 1969), de l’association marocaine des femmes de carrières libérales (1976), l’Union des Femmes
universitaires (1979) ou encore la Ligue Nationale des femmes fonctionnaires du secteur public et semi
public (1980). L'Union nationale des femmes marocaines (UNFM) semble être la mieux organisée de cellesci avec un réseau de 50 groupes régionaux et de 120 groupes locaux. Elle est principalement axée sur la
pauvreté et au nombre de ses activités figure la création d'une quinzaine de coopératives dans le secteur
agricole ou dans l'élevage.
21
Royaume du Maroc, Département de la prévision économique et du plan, Direction de la planification : « Rapport
national relatif aux objectifs du Millénaire pour le Développement. Note méthodologique pour l’élaboration du
rapport », Rabat 2002. Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et
de la Recherche Scientifique ; principaux indicateurs éducatifs 2003-2004.
22
Roque, A.-M. La société civile au Maroc, Institut Européen de la Méditerranée : Editions Publisud, 2004. Les travaux
non publiés de UNIFEM Maroc & A. El Kasmi.
75.
C’est avec l’affirmation de leurs missions en faveur de la promotion de la femme que le nombre
d’associations féminines a significativement augmenté au Maroc (années 80). Leurs domaines de
prédilections sont la scolarisation de la femme, la lutte contre l’analphabétisme féminin, la promotion des
droits de la femme. Le récent code de la famille a été en partie voté grâce à l’action des associations
féminines spécialisées dans le droit.
La femme, en plus de s’organiser via le mode associatif, a largement investi le monde de l’association au
Maroc. Ne pouvant agir au niveau politique avant les évolutions législatives récentes et l’affirmation de la
femme dans la société marocaine depuis le milieu des années 90, elle a utilisé et utilise la société civile pour
affirmer sa présence et s’imposer petit à petit dans la société en général. Ses revendications majeures au
niveau associatif est d’affirmer l’autonomie des associations vis-à-vis des partis politiques tout en gardant
une force de contre-pouvoir politique et de fait, rester partisane, d’agir sur les choix de société qui s’opèrent
dans le Maroc d’aujourd’hui.
2.
UN, UNIFEM ET LES FEMMES DU MAROC
L’UNIFEM est le fonds de l’ONU pour la promotion de la femme. Présent dans plus de 100 pays, UNIFEM
Maroc est un organisme récent qui agit dans divers secteurs détaillés ci-dessous. C’est dans le cadre de leur
projet sur la diffusion des NTIC auprès des femmes que l’ONEP a cherché à connaître davantage leurs
actions et projets en cours ou à venir.
A.
Présentation de UNIFEM
Né en 1976, le fond de l’ONU a pour objectifs principaux l’assistance des programmes locaux d’action, aider
à l’élaboration de stratégies qui veulent promouvoir la place des femmes et l’égalité des genres et faire
entendre la voix des femmes à l’ONU.
L’UNIFEM a définit sa politique autour de quatre pôles stratégiques :
réduire la pauvreté des femmes ;
arrêter la violence contre les femmes ;
arrêter la propagation du SIDA chez lez femmes et les jeunes filles ;
obtenir l’égalité entre les sexes dans la gouvernance démocratique, en temps de paix comme de
guerre. Favoriser le rôle de leader de la femme dans le processus de décision.
Pour ce faire, ses actions consistent majoritairement à écrire et faire voter des lois et politiques
gouvernementales pour éliminer la discrimination et promouvoir l’égalité des sexes comme dans les
domaines du travail, des droits d’héritage, etc. Elle veut aussi transformer les Institutions pour favoriser
égalité des sexes ; augmenter la présence politique des femmes et leur capacité à se faire entendre afin de
s’imposer sur la scène publique ; et enfin, changer les pratiques discriminatoires dans la société.
Afin de fonder et légitimer son action et ses revendications, l’UNIFEM base son travail sur un large panel
législatif international constitué des déclarations des grandes conférences mondiales liées au thème de la
femme.
La première base juridique de l’UNIFEM est CEDAW, la “Convention on the Elimination of All Forms of
Discrimination Against Women” (Convention pour l’élimination de toutes formes de discrimination contre
les femmes) votée en 1979. Cette convention a longtemps été comparée au Bill of rights et ainsi appelée “the
international bill of rights for women”. Constitué d’un préambule et de 30 articles, cet acte juridique sert de
référence en matière d’action pour l’égalité de la femme dans le but d’arrêter toutes formes de discrimination
à l’encontre de la femme.
La deuxième référence de l’UNIFEM est la déclaration de Beijing datée de septembre 1995 dont la mission
est de favoriser la prise de conscience des femmes du rôle qu’elles ont à jouer dans la société. Cette
déclaration salue les progrès de l’évolution du statut de la femme aujourd’hui tout en axant la stratégie de
l’action sur trois axes majeurs. Les femmes doivent être impliquées dans les processus de décision qu’ils
soient politiques, économiques ou locaux. Les politiques gouvernementales actuelles doivent intégrer la
problématique de la femme et de l’égalité des genres dans leurs programmes d’action. Enfin, l’efficacité de
l’action doit être chiffré et constamment évaluée pour permettre au statut de la femme de significativement
avancer.
La troisième source du fonds de l’ONU pour la femme est la Résolution 1325 qui signale l’importance de la
femme et de la perspective genre dans les processus de négociation de la paix et de planification de
l’organisation des camps de réfugiés où il a été constaté la vision concrète apportée par la femme et
l’importance qu’elle attache aux conséquences logistiques des conflits sur la situation de la famille.
76.
La valeur du corpus juridique de l’UNIFEM a été confirmée par l’orientation et la déclaration de New York
de janvier 2000 sur les Objectifs du Nouveau Millénaire qui, notamment, spécifie que promouvoir l’égalité
des sexes et promouvoir le pouvoir décisionnel de la femme est une priorité (objectif n°3). Un objectif
concret est l’élimination de la disparité dans l’accès à l’éducation au primaire et au secondaire dès 2005 et à
tous les niveaux en 2015.
L’UNIFEM joue un rôle décisif dans l’évolution du statut de la femme dans de nombreux pays et axe son
action sur les processus de décision où elle agit pour augmenter la représentativité féminine dans les
assemblées locales et nationales. Aujourd’hui, la moyenne du nombre de femmes dans les Parlements
nationaux, tous pays confondus, est de 15%, un chiffre éloigné de la parité. Pour ce faire, la stratégie du fond
pour la femme est l’utilisation du CEDAW afin de l’implanter dans l’ensemble des pays où le pouvoir de la
femme est mineur. L’UNIFEM développe ainsi des partenariats avec des associations féminines, le
gouvernement en place et des entreprises privées pour introduire la femme dans l’espace public. Elle combat
pour une justice « sexospécifique » qui sous-entend que tous les aspects de la justice tiennent compte de
l’égalité des genres et apporte son soutien pour la modification des lois discriminatoires.
L’inscription de l’égalité homme-femme dans la constitution afghane de Loya Jirga en 2003 est le fruit du
travail de persuasion de l’UNIFEM. Encore, le code familial voté par le Parlement marocain en janvier 2004
est aussi l’aboutissement d’un travail de l’UNIFEM en partenariat avec les associations féministes du Maroc.
B.
UNIFEM Maroc
L’UNIFEM Maroc a une position forte en matière de genre et d’égalité homme-femme au Maroc de par son
activité largement axée sur une évolution du statut de la femme marocaine dans la société. En lien avec cette
problématique, ses programmes travaillent sur les questions de droit (accompagnement de l’évolution du
droit des femmes et de la famille au Maghreb par, par exemple, le renforcement de la capacité des Tribunaux
de la Famille et permettre une meilleure connaissance et une meilleure application de la loi, des textes),
d’égalité des sexes (intégrer la dimension genre dans l’élaboration des budgets nationaux afin d’assurer la
cohérence entre promotion de la femme et crédits budgétaires) et des objectifs du nouveaux millénaires dans
la mesure où le Maroc est un des cinq pays pilote du PNUD dans l’introduction de la perspective genre dans
ses programmes d’action 23.
Voici l’intitulé de quelques-uns des programmes en cours ou des projets en cours d’élaboration :
Programmes en cours :
Appui à l’élaboration d’une stratégie et d’un plan d’actions pour l’institutionnalisation de
l’approche Genre dans le Cadre de Coopération 2002 – 2006.
Réussir l’e-parité dans le domaine des nouvelles technologies au Maroc.
Fonds d’affectation pour le support des Actions d’Elimination de la Violence à l’égard des
Femmes. Collectif 95 Maghreb Egalité.
Genre et OMD.
Bugétisation sensible au genre au niveau local au Maroc.
Fonds d’affectation Régional pour l’Habilitation des Femmes.
Femmes Parlementaires Arabes.
Budgétisation sensible au genre, phase II.
Renforcement des Capacités des Tribunaux de la Famille dans le cadre de la mise en œuvre du
nouveau code de la famille.
En projet :
Réussir la e-parité dans le domaine des nouvelles technologies au Maroc, phase II.
Modélisation de l’expérience marocaine en matière de réforme de la famille.
La gestion de l’eau pour la prise de pouvoir des femmes.
L’image de la Femme dans les médias marocains.
Communication sociale, participation politique et gouvernance démocratique pour l’habilitation
de la femme au Maroc.
Migration féminine et traite des femmes.
« Réussir la e-parité dans le domaine des nouvelles technologies au Maroc »
Dans le cadre d’une rencontre avec UNIFEM Maroc et dans l’intérêt du projet « Eau, Femmes et Pouvoir de
Décision », nous nous intéressons plus particulièrement au programme en cours, « Réussir la e-parité dans le
domaine des nouvelles technologies au Maroc ».
23
Touimi-Benjelloun, Z. « Genre : Le positionnement de l’UNIFEM », à l’occasion de la conférence : « 10 ans après
Pékin, relever le défi de l’égalité Homme Femme », 24 mars 2005.
77.
Ce projet de formation technique (BTS) axé sur l’apprentissage de la technologie des réseaux en deux ans est
financé par UNIFEM en partenariat avec CISCO Systems, USAID, le Ministère de l’Education Nationale et
de la Jeunesse et le Secrétariat d’Etat auprès du Ministère de l’Emploi et de la Formation Professionnelle,
chargé de la formation professionnelle.
Le but est de délivrer un diplôme (étudiants certifiés) professionnel pour favoriser l’employabilité des
inscrits et les aider à s’insérer professionnellement. L’objectif est d’atteindre 1 100 certifiés sur deux ans
(déjà 800 sur un an). A ce programme s’est greffé le projet WIT qui cible les femmes désirant reprendre
leurs études pour trouver un emploi. Cette formule propose une formation plus adaptée à leurs horaires
(cours le week-end) et concerne une centaine d’élèves (formation on line, sur Internet).
Les partenariats contractés ont permis de développer un réseau couvrant une grande partie du territoire
marocain avec pour formateurs, des bénévoles formés par ENSIAS. Cette formation est gratuite et concerne
des Bac / Bac + 2 issus de classe moyenne dont 54% des étudiants sont des femmes.
Ce programme, considéré comme une réussite, devrait être reconduit en phase II, c'est-à-dire, poursuivre les
formations et assurer un suivi des étudiants dans leur processus d’intégration professionnelle.
A considérer les chiffres de la pratique des nouvelles technologies au Maroc, peut-on parler d’une inégalité
entre hommes et femmes dans l’accès et la connaissance des NTIC ? Domaine récent, ce programme a pour
but de promouvoir l’employabilité des femmes dans un domaine traditionnellement masculin (informatique)
et de contrer une évolution possible des NTIC vers l’inégalité homme – femme. C’est un programme en
faveur de l’emploi (renforcer les capacités et les compétences des femmes) et de la promotion de la femme
(promouvoir le statut socioéconomique de la femme à travers le développement du marché des NTIC au
Maroc) 24. D’après les employeurs, investir en formation des cadres femmes est plus productif à long terme
que chez les cadres hommes et encouragent les certifications des femmes pour qu’elles atteignent des postes
équivalents aux hommes. 25
En tant que moyen moderne et précurseur, les NTIC ont cette faculté de balayer les frontières traditionnelles,
« elles permettent d’atteindre des populations vivant hors des réseaux habituels (i.e. populations rurales,
femmes, jeunes) » 26. Opportunité et moyen de renforcer le pouvoir des femmes marocaines, l’e-parité est un
moyen concret de favoriser la participation de la femme sur l’espace public marocain. C’est aussi un moyen
de lutter contre le legs culturel de la place de la femme dans la société. Les employeurs constatent en effet,
que les femmes ont moins « d’esprit d’initiative, d’anticipation, de leadership et de célérité dans l’adaptation
aux changements. Autrement dit, quoique compétentes, les femmes portent en elles-mêmes le legs culturel
de la socialisation des femmes qui ne les incite pas à faire prévaloir leurs atouts, et par conséquent ne les
pousse pas vers le leadership » 27. Les formations et l’e-parité sont des moyens de contrer cet héritage
culturel.
Un récent rapport sur le lien entre femmes et TIC a démontré qu’il n’y avait pas de différences entre les deux
sexes devant l’accès à l’outil informatique dans la jeune génération. « La majorité des enquêtés lycéens et
cybernautes, filles et garçons, est utilisatrice de l’outil informatique et maîtrise son usage. En général, on
utilise les TIC pour la recherche des informations nécessaires à des finalités scolaires. Les environnements
familiaux et scolaires sont en général favorables à l’utilisation de l’informatique par les jeunes. Ainsi,
enseignants et parents incitent et encouragent respectivement leurs élèves et enfants, sans distinction de sexe,
à utiliser les TIC et fréquenter les cybercafés pour développer leurs connaissances et chercher un support
pour leurs devoirs scolaires. On a constaté aussi qu’il n’y a pas de barrières culturelles ou familiales qui
bloquent l’accès de la fille à l’outil informatique, ce dernier étant perçu positivement par la famille. La
mixité dans ce domaine est intégrée comme partie intégrante de l’instruction qui est souhaitée et recherchée
pour les filles et les garçons. » 28
D’un point de vue général, le rôle des TIC dans la promotion de l’égalité de genre dans les pays en voix de
développement est reconnu et objet de plusieurs initiatives dans différents pays tels que le Sénégal (Daly, J.
« Les TIC à l’appui du programme des femmes pour l’égalité de genre au Sénégal : rapport d’évaluation ».
Décembre 2003), l’Inde (« ICTs for development : case studies from India », rapport ICDT, septembre
2005), ou des acteurs non gouvernementaux comme l’AEDEV (association de e-developpement sur la
femme, le développement durable et les TIC : www.aedev.org), etc.
24
Plaquette « Réussir la é-parité dans le domaine des nouvelles technologies au Maroc », objectifs.
Abdourabi, M. Bourqia, R. & Mokhtari, A. « La participation des femmes au secteur des TIC au Maroc : vers une eparité », UNIFEM & Université Hassan II Mohammedia, Juillet 2005, p. 71.
26
Plaquette « Réussir la e-parité dans le domaine des nouvelles technologies au Maroc », contexte.
27
Abdourabi, M. Bourqia, R. & Mokhtari, A. « La participation des femmes au secteur des TIC au Maroc : vers une eparité », UNIFEM & Université Hassan II Mohammedia, Juillet 2005, p. 71.
28
Ibid, p. 52.
25
78.
« Water Management for Women’s Empowerment »
Ce projet pose les enjeux liés à la question de la gestion de l’eau par la femme dans une grande
ville, Casablanca, la ville marocaine la plus importante en terme d’habitants (près de 5 millions d’habitants)
avec 1,2 millions vivant dans conditions insalubres. Ce programme en partenariat avec Lydec, Groupe Suez
et l’ONU cible les quartiers de Laharaouine et Lamkansa non desservies par les opérateurs privés sous
contrat avec l’autorité délégante.
Le lien de l’eau et de la femme est démontré à plusieurs titres :
perspectives politique et éducation : la fille du fait de sa responsabilité pour aller chercher l’eau et la
femme pour la gérer n’ont pas le temps de s’impliquer dans la vie locale, politique, économique et d’aller à
l’école ;
perspective sanitaire : l’accès à l’eau pour l’hygiène de la femme est plus important que chez
l’homme. De même, la santé des femmes dans milieux ruraux dépend d’un accès équitable et de qualité
(rapport CEDAW) avec un lien démontré entre un pauvre accès à l’eau et les violences conjugales. Enfin,
des installations d’eau à proximité évitent la dégradation de la condition physique de la femme (état du dos,
épaules ou tête).
perspective économique : la gestion de l’eau par la femme est rentable au contraire de celle de
l’homme qui est souvent moins efficace car moins concrète.
Les objectifs du programme sont :
1.
Promouvoir la participation de la femme dans le processus de décision.
2.
Favoriser l’implication féminine dans le tissu économique.
3.
Garantir la sécurité physique et la santé des femmes.
Les effets escomptés :
Développement d’infrastructures de proximité qui devrait permettre un accès facilité à l’eau.
Réduction du temps consacré à la recherche / collecte de l’eau.
Promotion de l’éducation et de l’implication de la femme dans la vie publique et politique.
Ce programme basé sur la création d’un fonds commun géré par la communauté, sur l’investissement en
infrastructures et en formations de LYDEC, et sur l’apport financier de l’ONU repose sur la promotion de
l’implication de la femme comme actrice essentielle de la gestion à la fois de l’eau, des fonds et du
changement.
A ce jour, ce projet est arrêté, classé sans suite. Les premières notes sur la question et l’angle pris sur cette
problématique permettent de dégager l’axe dominant de la question de l’eau au Maroc : la femme comme
moteur essentiel de l’évolution supplée d’un support financier et d’investissements d’infrastructures pour la
dégager des impératifs de gestion de l’eau liés à la tâche de collecte de l’eau.
3.
L’INDH
L’Initiative Nationale pour le Développement Humain lancée le 18 mai 2005 par SM le Roi Mohamed VI
veut combler le retard accumulé par le Maroc dans la réalisation des objectifs du Nouveau Millénaire. Le
Maroc est en effet classé 154ème en termes de développement humain et objet des critiques du PNUD qui lui
reproche l’absence de cohérence nationale pour gérer les différents projets locaux lancés. Pour répondre au
PNUD, l’INDH a donc la vocation de mesurer la satisfaction des besoins de la population et de définir les
nouvelles actions nécessaires de concert avec le tissu associatif, relais essentiel de la société civile pour
lancer l’INDH.
L’INDH mêle consultation de plusieurs centaines d’expert et accords de financement avec par exemple, un
premier accord signé avec la France de 9,2 millions de DH pour le renforcement de la qualité de vie de la
population (programme de construction de logements sociaux). Concrètement, l’INDH se traduit par des
projets sociaux axés sur les thèmes de l’accès au logement, l’accès à l’électricité, à l’eau potable et à
l’assainissement et aussi, la formation, l’éducation, etc.
Le Maroc a reçu en septembre 2005, le prix du micro-crédit de l’ONU comme mot d’encouragement pour
l’INDH à la faveur des associations de micro-crédit du Maroc qui aident 600 000 clients.
Avec l’INDH, la condition femme reste un moteur de changement comme l’a démontrée la journée mondiale
de la femme rurale où a été réaffirmé le rôle de cette dernière dans le tissu local. (cf. annexe 2, « Ifrane : les
femmes et l’INDH », Aujourd’hui le Maroc, le 14 novembre 2005). Le thème de la femme reste fortement
ancré dans l’INDH et il est important de considérer ce grand chantier national dans la perspective eau, genre
et développement durable au Maroc.
79.
4.
AXES DE RECHERCHE
Envisager la question de la communication du développement durable sous l’angle du genre c’est interroger
la particularité des pratiques et des discours à la fois des institutions et des femmes quant à l’enjeu d’une
croissance soutenable. Elle suppose une analyse comparative pour capter la multiplicité des discours émis sur
le Développement Durable, axe de réflexion et de communication majeur même s’il est récent (1987,
première définition du concept) et encore flou pour beaucoup.
Perspectives de recherche
Objectifs :
1. Modélisation du discours de Développement Durable : interroger la relation entre institution
émettrice, institution réceptrice et destinataire.
2. Déterminer la spécificité du discours du Développement Durable dans une perspective genre et
entreprise privée/publique.
3. Proposer les axes forts de la communication et les programmes sur Eau, Femmes et Développement
Durable.
Etant donné le thème, une approche comparative est nécessaire. Division pays développés et en voix de
développement.
Moyens :
- Etude de la communication ONEP (analyse des supports et entretiens). Programme « Eau, femmes et
Pouvoir de décision », la place des NTIC dans femmes, eau et développement durable.
- Etude de la communication Lyonnaise des Eaux sur le développement durable (analyse des supports
et entretiens). Etude du public féminin, sa relation à l’eau et au développement durable.
- Etude de la communication SUEZ (analyse des supports et entretiens). Fondation SUEZ, la place de
la petite fille dans les programmes d’action.
- Etude des principes émis par les conférences sur l’eau, la femme et le développement durable.
UNESCO et le thème de la femme (chaires sur femmes et eau).
Modèle de transmission du discours du Développement Durable aujourd’hui
Communauté Internationale

Gouvernement
(ONG et Conventions internationales)


Siège de l’entreprise privée ou publique
Groupe
Filiale
Centres régionaux
Agences locales

Grand Public

Consommatrice
La spécificité du public féminin dans la problématique eau : les thèmes redondants.
- Les postes de consommation d’eau de la femme
o Toilette
o Ménage
o Cuisine
o Jardin
- Les questions qui sensibilisent la femme dans la question eau et développement durable
o Education
o Santé du nourrisson et de l’enfant
o Beauté
o Facture
o Gestion de l’eau (pays en développement)
o Ressource eau (pays en développement)
- Les moyens d’action proposés pour changer la situation
o Education (école / formations diplômantes avec TIC en outil)
o Action de préservation, apprendre les gestes au quotidien (pays développés)
80.
-
o Investissement en infrastructures (pays en développement)
o Implication de la femme dans le processus de décision politique (pays en développement)
La relation à l’eau : historique, mythologie, religion…
Corpus
ONEP
- Plaquette « Le Droit à l’eau pour tous… Notre devise », huit pages.
- Pochette « Le Droit à l’eau pour tous… Notre devise », 11 feuillets et CD Rom.
- Fascicule « Découvrez l’eau », ONEP et Ambassade de Suisse à Rabat, décembre 1995.
- Document de sensibilisation « Mieux connaître… L’eau », éditions ONEP 2002.
- Plaquette « Participation de deux marocaines aux activités des jeunes en marge du 2ème forum
mondial de l’eau à La Haye, mars 2000 », avril 2000.
- Campagne de sensibilisation des jeunes à l’économie de l’eau « L’eau par l’image », 1997.
- Bulletin interne de l’Office National de l’Eau Potable « Inf’eau », numéro 4, juillet 2005.
- Power Point : conseil d’administration 2005, « Présentation ONEP », ONEP 2005.
- Livret de formation, CFTE, ONEP 2005.
- Site Internet : www.onep.org.ma.
- Bilan des réalisations, « Contrôle de la qualité des eaux », Direction Centrale du Pole Industriel,
Direction du Contrôle de la Qualité des Eaux, ONEP 2004.
- Power Point : Séminaires régionaux de formation et d’orientation sur les études d’assainissement,
« Organisation du secteur assainissement au Maroc », ONEP 2005.
UNIFEM
Plaquette « Réussir la e-parité dans le domaines des nouvelles technologies au Maroc »
Ryckewaert, M. “Water Management for Women’s Empowerment”, Rabat : Projet UNIFEM, été 2005.
Site Internet : www.unifem.org
Touimi-Benjelloun, Z. « Genre : Le positionnement de l’UNIFEM », à l’occasion de la conférence : « 10 ans
après Pékin, relever le défi de l’égalité Homme Femme », 24 mars 2005.
Formation
Livret de formation CFTE 2005, ONEP.
Programme de formation 2006, ONEP, Pôle Ressources, Direction des Ressources Humaines, ONEP juillet
2005.
Campus Veolia Water, Guide de la formation continue, Veolia Water, 2005.
Sites Internet pour :
- OFPPT : www.ofppt.org.ma
- GAMU: www.fst.ac.ma/gamu/index.htm
- IAV: www.iav.ac.ma
- Ecole Mohamedia : www.emi.ac.ma
- ENIM : www.enim.ac.ma
Bibliographie
Abdourabi, M. Bourqia, R. & Mokhtari, A. « La participation des femmes au secteur des TIC au Maroc :
vers une e-parité », UNIFEM & Université Hassan II Mohammedia, Juillet 2005.
Camdessus M., Badré B., Chéret I. & Ténière-Buchot P.-F. Eau, Paris : éditions Robert Laffont, 2004.
Chaker, A. « Féminin Masculin, la marche vers l'égalité au Maroc 1993-2003 », Fès : l'université Sidi
Mohammed Ben Abdallah, 2004.
Combe, J. La condition féminine au Maroc, Paris : l’Harmattan, 2001.
Lagarde, D. « Le Maroc dresse l’inventaire », L’Express, 10 novembre 2005.
FAO : « Les femmes, l’agriculture et le développement rural », Fiche documentaire 1996.
Lyonnaise des Eaux : « Rapport annuel 2004 », Paris : Direction de la Communication, 2005.
Mintzberg, H. Le management : voyage au centre des organisations, Paris : les éditions d’organisation, 1989.
ONEM : « Rapport sur l’Etat de l’Environnement du Maroc », 2001.
Ouhdoud, L. « Le Royaume reçoit le prix onusien des comités nationaux de l'Année internationale du
microcrédit », Le Matin, 8 novembre 2005.
Rapport Unesco, « Compte rendu, rencontre internationale des chaires UNESCO pour la création d’un réseau
Femmes, science, technologie et eau », Cannes : juillet 2005.
Roque, M.-A. La société civile au Maroc, Institut européen de la Méditerranée : Editions Publisud, 2004.
81.
Royaume du Maroc, Département de la prévision économique et du plan, Direction de la
planification : « Rapport national relatif aux objectifs du Millénaire pour le Développement. Note
méthodologique pour l’élaboration du rapport », Rabat 2002.
Site Internet
www.aedev.org
www.minenv.gov
www.mincom.gov.ma/french/minister/gouvernement.htm
82.
d.
Présentation de Eau de Paris à partir de l’analyse qualitative de ses supports
Eau de Paris assure la production et le transport de l’eau potable pour répondre aux besoins quotidiens des
Parisiens, des industriels et des services municipaux de la capitale. Elle produit l’eau potable parisienne à
partir de 94 points de prélèvements à l’Ouest de Paris et gère trois usines de production d’eau potable. Elle
assure également le transport de l’eau jusqu’aux cinq grands réservoirs d’eau situés aux portes de Paris. A
partir de ces réservoirs interviennent les deux entreprises de distribution de l’eau (Eau et Force de SUEZ
pour la rive gauche et Eaux de Paris de Veolia pour la rive droite) en charge d’acheminer l’eau jusqu’aux
habitants et de procéder à la facturation du service.
L’activité d’Eau de Paris est contrôlée par le Ministère de la Santé pour assurer la qualité de l’eau. C’est le
Centre de Recherche, d’Expertise et de Contrôle des Eaux de Paris (CRECEP) qui s’assure des contrôles
sanitaires de l’eau produite par la société. Les eaux usées parisiennes quant à elles sont collectées par le
Service d’Assainissement de Paris et sont épurées par le SIAAP, le Syndicat Interdépartemental
d’Assainissement de l’Agglomération de Paris.
EdP est liée à la Ville de Paris par un contrat de délégation de service public sous forme de concession
pour une durée de 25 ans. En tant que telle, Eau de Paris a une mission de service public. Elle est gérée par
un Conseil d’Administration qui représente la Ville de Paris composé de 10 administrateurs dont sept sont
des conseillers municipaux et trois représentent le secteur privé. La Présidente Directrice Générale est
Anne Le Strat, conseillère de Paris et élue du 18ème arrondissement. Jeune et dynamique figure de l’eau,
elle a réussi à imposer l’identité de Eau de Paris et à garantir l’extension de ses activités autour de trois
axes de communication stratégique et caractéristique d’une communication de service public. Le premier
axe est à ce titre, « assurer la qualité du service public » qui suppose de garantir la livraison de l’eau de
Paris tout en maîtrisant les coûts, le prix de l’eau et la mise en valeur du patrimoine géré. Le deuxième axe
est l’engagement de EdP pour le Développement Soutenable. Le choix du terme de la direction est
volontaire, il se décline à travers les trois axes traditionnels du Développement Durable et d’une notion de
gouvernance. L’entreprise EdP définit alors son engagement en tant que
« entreprise responsable, Eau de Paris souhaite favoriser un développement à la fois environnemental, économique, social
et citoyen qui satisfasse les besoins actuels des populations tout en préservant les capacités des générations futures » 29.
Cet engagement se décline à travers la volonté de préserver l’environnement, affirmer les pratiques
citoyennes des employés d’EdP et développer la citoyenneté d’entreprise ; son slogan de 2007 pour une
« eau de qualité, économique, écologique et équilibrée pour tous » illustre cette démarche.
Le troisième axe est affirmer l’identité de Eau de Paris. Cette entreprise est longtemps restée inconnue des
Parisiens. Productrice de l’eau, elle n’apparaît pas sur les factures d’eau délivrées par les distributeurs. A
partir de 2001, avec son changement de statut, EdP développe des activités pour se faire connaître du
grand public. Une des actions phares de l’entreprise a été la distribution de carafes aux Parisiens au cours
de la Journée Mondiale de l’Eau. Cette opération médiatique a permis l’introduction de l’entreprise dans le
paysage des acteurs de l’eau à Paris. Cette idée a ensuite été reprise par les distributeurs Lyonnaise des
Eaux et Générale des Eaux.
La campagne pour la promotion de l’eau du robinet ou encore, le débat sur la délégation du service de
l’eau à Paris a permis à EdP de tenir son objectif, affirmer son identité aux yeux du public. Elle poursuit
ses actions en multipliant les campagnes d’information à travers la création d’un Pavillon de l’eau, des
29
www.eaudeparis.fr, juin 2008.
83.
rencontres et enquêtes sur la qualité de l’eau et en enrichissant son site Internet marqué par de nouvelles
pages sur la qualité de l’eau, la publication en ligne de ses Rapports Annuels en ligne en 2008. En 2007,
l’affirmation de l’identité n’est plus un objectif, il a bien été atteint et l’entreprise s’affirme désormais par
la promotion de l’eau du robinet comme boisson. EdP s’investit à travers ses engagements pour le
développement soutenable et les différentes certifications qu’elle a obtenu. Elle a reçu en 2007, la triple
certification « qualité, environnement et sécurité » décernée par AFAQ/AFNOR.
e.
Résultats quantitatifs
84.
9.
PSEAU ET ALMAE : ASSOCIATION LOCALE, RESEAUX INTERNATIONAUX
a.
Présentation du psEAU
Le Programme Solidarité Eau est une association dont le conseil d'administration rassemble des
représentants de collectivités locales, d’organismes professionnels de l’eau dont les sociétés distributrices
du service de l’eau, des centres de recherches, des associations de solidarité internationale comme les
ONG et les pouvoirs publics. Ses actions ont pour objectif de développer les initiatives internationales
centrées sur la problématique de l’eau. Pour cela, le pS-Eau opère à travers deux programmes ciblés sur
deux régions, la Méditerranée et le bassin du fleuve Sénégal. Il agit également autour de trois thèmes clés
qui sont « Eau potable et assainissement dans les quartiers périurbains et les petits centres », « Migration,
développement et initiatives économiques » et enfin, « Genre et eau ». Ses actions se concrétisent
notamment à travers des activités d’échanges, de l’information par le déploiement de différents outils
comme Internet, des lettres d’information et des publications. Notons également que le pS-Eau participe et
intervient au cours de nombreuses conférences ou élabore des rapports de synthèse sur ses thèmes
d’expertise. Il peut être amené à collaborer avec différents types d’acteurs notamment privé, associatif ou
public.
Le pS-Eau est une organisation qui tente à la fois de regrouper différents groupements d’intérêts autour
d’un objectif commun dont il va défendre les principes et déclinaisons concrètes et à la fois, d’amener
chacun des acteurs à partager leurs expériences pour adapter au mieux les principes d’action à la réalité de
terrain. Rappelons que chaque adhérent du pS-Eau accepte de respecter une Charte dont les 13
engagements insistent notamment sur l’échange d’informations, d’expériences et résultats obtenus.
Le pS-Eau fait l’objet d’évaluation afin d’établir s’il répond à ses objectifs « d’animation de la coopération
non gouvernementale et décentralisée dans le domaine de l’eau » 30. Ce rapport mesure à titre d’exemple
sa contribution du pS-Eau aux Objectifs du Nouveau Millénaire et au bon fonctionnement du secteur de
l’eau et de l’assainissement à un niveau international. Ce Rapport Evaluation 2000-2004 du Programme
Solidarité Eau rappelle à ce titre le statut particulier du pS-Eau qui n’est pas d’agir sur le terrain, mais de
faciliter les actions sur le terrain. Il est à la fois lieu de la réflexion pour offrir les meilleures solutions au
terrain et lieu tendant vers la concrétisation des actions qu’il préconise.
« Le pS-Eau est un lieu neutre de concertation, de rapprochement entre les opérateurs, d’appui/conseil et de renforcement
des capacités dans le domaine de l’eau. Il s’attache à apporter une réponse à l’ensemble des sollicitations qui lui sont faites
et cela quelle qu’en soit l’ampleur. Pour conserver ce caractère de neutralité, le pS-Eau n’a pas vocation à financer ou
conduire de projets sur le terrain. » 31
30
31
Rapport « Evaluation 2000-2004 du Programme Solidarité Eau », 2006, p. 13.
Rapport « Evaluation 2000-2004 du Programme Solidarité Eau », 2006, p. 14.
85.
b.
Résultats analyse quantitative
Lexique global ps-Eau
Evolution par lexique
86.
Rapport de synthèse des deux premières phases de la conférence Genre et eau
Brochure : « L’eau, un avenir pour tous »
Brochure : « Genre, eau et développement durable.
Expériences de la coopération française en Afrique subsaharienne » avec l’AFD.
87.
Rapport : « Evaluation 2000-2004 du Programme Solidarité Eau »
« Intégration transversale du genre dans la gestion intégrée des ressources en eau : Le suivi et l'évaluation »
Guide méthodologique :
« La prise en compte du genre dans les projets d’adduction d’eau potable
en milieux rural et semi-urbain », avec l’AFD.
88.
Site Internet : www.pseau.org
89.
c.
Observation participante et collaboration avec ALMAE
Note sur le partenariat Eau, Femme et Santé
Exemples d’objectifs menés par ALMAE dans le cadre de son programme, « eau, femmes et santé »
-
Diminuer le risque sanitaire pour les femmes de contracter des maladies en relation avec
l’eau.
Renforcer les capacités des femmes dans le domaine de l’hygiène et de la gestion des
ressources en eau.
Faire prendre conscience du rôle des femmes cibles dans leur zone d’influence en terme
d’éducation sanitaire et de prévention.
Réduire les atteintes à l’environnement par les eaux polluées.
Confirmer que l’accès à des services d’eau et d’assainissement pécuniairement accessibles
et la prise de conscience de l’hygiène sont des droits de l’homme fondamentaux.
Avoir un effet démonstratif en tant que programme d’éducation à l’hygiène.
Ce travail est mené sur le DOUAR BEN ABID, commune de DAR BOUAZZA à 25 km de
Casablanca.
Le but est de trouver une action qui permette à ALMAE d’avancer sur son terrain de recherche, à
LYDEC et à SUEZ Environnement de bénéficier de cette expertise en lien avec son activité
d’accompagnement social et de raccordement aux services fondamentaux de l’eau, l’électricité et
l’assainissement.
« ALMAE informera LYDEC et SE du calendrier et de la localisation des actions menées, afin que
celles-ci puissent être suivies lorsque nécessaires par le personnel chargé de la concession ainsi que
les spécialistes des thèmes « Eau pour tous » et « Eau et santé » au sein de SE. »
Note sur le partenariat Eau, Genre et gouvernance
Objectifs
Une réflexion et un dialogue autour du thème « Eau, Genre et Gouvernance » se propose
d’aborder l’analyse des politiques menées les dimensions culturelles et sociales, les disparités
sociales, spatiales et de genre. L’objectif consiste à identifier les modalités de prise en compte des
besoins spécifiques des femmes et des hommes, selon les principes d’équité et d’égalité, dans
l’appréhension de la question de l’accès à l’eau et à l’assainissement.
Il s’agit de savoir essentiellement :
-
-
-
comment assurer une répartition équitable des responsabilités, charges et bénéfices entre les
hommes et les femmes, ainsi que leur égale participation au dialogue et à la prise de
décision en matière de développement et de gestion durable des ressources en eau.
comment travailler de manière stratégique et concertée en vue d’améliorer le travail des
organisations du secteur de l'eau sur la question du genre et ce, au niveau local, puis étendre
la réflexion au niveau global et régional.
identifier les modalités de renforcement des capacités et du rôle des organisations existantes
sur la question du genre.
Organisation d’un atelier
Cet Atelier propose d’échanger sur les questions liées non seulement à l’accès équitable à l’eau et
à l’assainissement, mais aussi à la participation au processus de prise de décision en matière de
développement et de gestion durable des ressources en eau. Il vise également à chercher les
conditions d’une gouvernance effective de l’eau qui implique un système de régulation, des
approches et des mécanismes innovants, ainsi que des niveaux de décision à mettre en place à
90.
l’échelle des institutions politiques, de la gestion des entreprises et des projets liés à l’eau où
hommes et femmes exercent l’équité et l’égalité.
L’animation sera assurée par des experts nationaux et internationaux et connaîtra la participation
des élus, des représentants de partis politiques, des médias, des universités, des chercheurs, des
représentants d’organismes publics et privés, des cadres et techniciens d’ONG travaillant dans les
questions liées à l’eau, le genre et la gouvernance.
Rapport
Eau, Genre et Gouvernance, trois mots d’actualité porteurs d’enjeux et de défis pour notre société
actuelle.
Dès sa création en 1993, l’ALMAE a centré ses activités autour du droit à l’eau et à
l’assainissement et la prise en considération de la personne humaine dans les questions liées à l’eau.
Son travail a mis l’accent sur les limites de l’approche techniciste et l’importance de la dimension
culturelle, de l’acceptabilité sociale et d’une gestion participative. En partenariat avec la Chaire
UNESCO Interdisciplinaire pour une Gestion Durable de l’Eau, SUEZ Environnement et LYDEC,
l’Atelier « Eau, Genre et Gouvernance » propose d’échanger les expériences et de débattre sur les
défis liés à l’eau, au genre et à la gouvernance.
L’accès à l’eau, défi d’aujourd’hui et de demain
Aujourd’hui, le Maroc doit continuer ses efforts en vue de la généralisation de l’accès à l’eau car les
inégalités subsistent en milieu rural et urbain. Depuis 2005, l’Initiative Nationale de Développement
Humain initiée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI a érigé en priorité nationale la lutte contre
l'habitat insalubre et l'exclusion sociale. Parmi ses objectifs, l’accès aux services pour tous est une
priorité et une condition nécessaire au développement du Maroc. L’eau en tant que valeur liée à la
vie est essentielle pour parvenir à la réduction de la pauvreté. L’eau est également un moyen
d’accéder à la citoyenneté en changeant durablement le quotidien des communautés par la garantie
d’une meilleure santé, d’un cadre de vie plus agréable et respectable, etc.
L’accès à l’eau à la lumière de l’approche genre
Portée par les changements récents sociétaux, l’approche genre s’est imposée, au cours des dix
dernières années, comme un outil théorique et d’accompagnement des projets de développement
efficace et pertinent. La signature du CEDAW en 1979 a fourni un cadre de référence pour la
revendication de l’égalité entre les hommes et les femmes et pour lutter contre les discriminations
fondées sur le sexe. La Conférence Mondiale sur les Femmes de Pékin en 1995 a acté l’importance
des rôles des femmes dans le développement et le Développement Durable affirmant l’utilité de
l’approche genre pour promouvoir un progrès fondé sur l’égale répartition des pouvoirs et des prises
de décision. La Déclaration du Millénaire en 2000 a confirmé le lien entre développement
économique, social et humain et l’égalité des sexes. Elle offre ainsi l’opportunité d’un renforcement
des capacités des femmes par leur implication en tant qu’acteurs du développement et non pas
seulement en tant que sujets.
Dans ce contexte international, poussé par la mobilisation des ONG de femmes à la fin des années
80 conjuguée à une volonté politique, le Maroc a ouvert des chantiers de réforme des lois en faveur
de l’égalité des sexes comme l’adoption du nouveau Code de la famille (2004), du Code du travail
(2004), du Code des procédures pénales (2003 et 2002), du Livret de famille (2002), ainsi que le
Code du Commerce, des Obligations et des Contrats (1995). Ces modifications législatives
témoignent d’une évolution favorable pour améliorer la situation des hommes et des femmes au
niveau national et international.
En matière d’accès à l’eau, l’approche genre révèle les efforts à fournir pour atteindre les Objectifs
du Nouveau Millénaire. Au Maroc, les femmes, particulièrement les femmes rurales, sont les
premières touchées par la pauvreté, l’analphabétisme et par les insuffisances des services de base et
liés à la santé. Elles sont en même temps responsables de la corvée d’eau qui les obligent à
91.
transporter, gérer ou stocker l’eau pour le foyer consacrant jusqu’à deux heures par jour pour
garantir l’approvisionnement en eau de leur famille. Les filles rurales ne sont scolarisées qu'à 48%
et la plupart abandonnent très vite leur scolarité.
L’accessibilité aux services de base, dont l’eau et l’assainissement constitue le point névralgique est
un vecteur essentiel de développement. L’accès à l’eau potable et ses implications en matières de
santé, d’hygiène, d’éducation et d’environnement constitue un défi majeur pour le développement
humain durable. Cette question est d’autant plus sensible dans le milieu rural et dans l’habitat
insalubre où l’étroite interdépendance entre la question de l’accessibilité à l’eau et l’assainissement
et les autres composantes de la vie sociale et communautaire met en évidence son importance dans
le devenir des autres composantes de développement.
Plusieurs indicateurs renseignent sur cette problématique et nous interpellent :
♦ Absence de mécanismes de concertation lors de la conception et la mise en œuvre avec les
populations et leurs représentants en général et des femmes en particulier.
♦ Absence de données sexo-spécifiques sur les populations et leurs caractéristiques ;
♦ Absence d’études et de diagnostics sur le contexte susceptibles de favoriser la connaissance
et la pertinence des programmes et des interventions.
♦ Peu ou pas de pratiques institutionnelles de participation qui associent formellement les
structures communautaires infra communales (assemblées de douar) et le mouvement
associatif au processus de préparation et de mise en oeuvre du plan et du budget de la
collectivité locale.
♦ Pas de consultation des groupements communautaires et associations dans la planification et
à la mise en oeuvre d'activités.
L’approche genre permet de mieux comprendre les besoins des hommes et des femmes en matière
d’accès à l’eau et à l’assainissement. Elle témoigne également d’une participation des femmes qui
pose la question de leur contribution aux projets d’accès à l’eau, de gouvernance et d’implication
des acteurs. Elle s'inscrit dans un débat plus large sur l'équité et l’égalité qui requiert du temps et
une forte volonté politique pour apporter les changements nécessaires aussi bien sur le terrain qu'au
niveau politique.
A cet égard, les femmes témoignent généralement d'une vraie demande vis-à-vis de l'amélioration
de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement attestant que le manque d'attention portée à
leur demande est en partie responsable des échecs parfois rencontrés dans la mise en œuvre de
certains projets.
L’accès à l’eau, une question de gouvernance et de genre
La gouvernance est un concept large qui implique la présence équitable des acteurs. Le Programme
des Nations Unies pour le Développement retient que « la gouvernance peut être considérée
comme l’exercice des pouvoirs économique, politique et administratif pour gérer les affaires des
pays à tous les niveaux. Il comprend les mécanismes, procédés et institutions par lesquels les
citoyens et les groupes articulent leurs intérêts, exercent leurs droits légaux, remplissent leurs
obligations et gèrent leurs différences. La bonne gouvernance est, parmi d’autres choses,
participative, transparente et responsable. Elle est aussi efficace et équitable. Et elle fait la
promotion du cadre de la loi. La bonne gouvernance assure que les priorités politiques, sociales et
économiques sont fondées sur un large consensus dans la société et que les voix des plus pauvres
et des plus vulnérables sont au cœur du processus de décision sur l’allocation des ressources pour
le développement. »
Promouvoir une meilleure gouvernance de l’eau appelle à une plus grande implication des hommes
et des femmes, ainsi qu’au renforcement de leur capacité d’intervention en matière de
développement et de gestion durable des ressources en eau.
92.
d.
Résultats analyse quantitative
Résultats Lexique ALMAE
Evolution du Lexique d’ALMAE
93.
Brochure : « Projet : Eau, Femmes et Santé ».
Rapport : « Contribution au Rapport relatif à l’effectivité du droit à l'eau »
Dépliant : « Chaire UNESCO Interdisciplinaire pour une gestion durable de l’eau »
94.
Rapport : « Projet au profit de Bin Abid »
Déclaration : « L’eau, une gouvernance locale »
95.
10.
SUEZ, SUEZ ENVIRONNEMENT, LYONNAISE DES EAUX ET LYDEC :
GROUPE INTERNATIONAL IMPLANTE LOCALEMENT
Ces éléments d’analyse sont issus de l’analyse quantitative et qualitative du corpus qui regroupe des
publications de 1997 à 2007 des quatre entités SUEZ, SUEZ Environnement, LYDEC et LYONNAISE
DES EAUX.
Ce chapitre et la constitution du corpus sont basés sur trois ans d’expérience professionnelle réalisée
pendant 16 mois à Lyonnaise des Eaux à Paris et 18 mois à LYDEC à Casablanca. Au cours de ces trois
années, nous avons exercé une activité professionnelle au sein des départements de Communication. Cette
fonction a permis de collecter l’information relative au secteur de l’eau, de créer des contacts avec
différents acteurs de l’eau travaillant avec Lyonnaise des Eaux et LYDEC et de collecter le corpus. Nous
avons surtout pu réaliser deux études de terrain pour observer la mise en pratique des discours et
programmes présentés dans les différents supports de communication de l’entreprise et par les différents
dirigeants de l’organisation.
•
A Lyonnaise des Eaux, nous avons exercé une fonction au sein de la DIRECTION DE LA
COMMUNICATION notamment à travers les relations presse et l’organisation d’événements pour le
partenariat sur la pêche (Trophées HALIEUTICA) et au cours de la Semaine du Développement Durable
pour l’opération « Les Chemins de l’eau ». Nous avons participé à l’organisation de salons comme le
Salon des Maires de France et POLLUTEC ou encore, au suivi des activités externes des Centres
régionaux de Lyonnaise des Eaux notamment au Cannes Water Symposium où se réunit depuis 2005, le
réseau des Chaires UNESCO sur « Eau, Femme, Science et Technologie ». Nous avons aussi contribué au
suivi et l’actualisation du site Internet avec en particulier, la réalisation d’un site pédagogique pour enfants.
•
A LYDEC, nous avons exercé une fonction au sein de la DIRECTION DE LA
COMMUNICATION ET DEVELOPPEMENT DURABLE à 2/3 temps et à la DIRECTION INMAE en
charge d’appliquer l’initiative INDH pour LYDEC à 1/3 temps. Pour la communication, nous avons
réalisé plusieurs expositions à destination des enfants et du grand public à l’occasion de divers événements
internationaux comme la Journée Mondiale de l’Eau ou la Journée Mondiale de l’Environnement, nous
avons suivi plusieurs partenariats notamment celui avec ALMAE, le programme PLAGES PROPRES de
la Fondation Mohammed VI pour l’Environnement, ESPOD pour l’emploi féminin, avec l’UNIVERSITE
HASSAN II. Nous avons réalisé des projets de communication interne et suivi plusieurs événements. Pour
le Développement Durable, nous avons contribué à définir la stratégie de Développement Durable et la
feuille de route pour LYDEC. Dans ce cadre, nous avons mené la première étude sexo-spécifique de
l’entreprise avec la DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES. Pour INMAE, nous avons suivi
plusieurs équipes sur le terrain notamment pour l’implantation de l’approche participative et de focus
groupes sur les impacts de l’arrivée de l’eau.
•
Cette expérience nous a permis d’accomplir 32 entretiens au sein de LYONNAISE DES
EAUX, LYDEC, SUEZ Environnement et SUEZ. Nous avons pu réaliser un questionnaire auprès de 7
chargés de communication de LYONNAISE DES EAUX sur le magazine L’eau et vous. Nous avons
également réalisé l’étude de terrain plusieurs fois par téléphone puis sur place au cours de deux
déplacements à Saint-Pol-sur-Mer et à Dunkerque. A LYDEC, nous avons mené une enquête et des focus
groupes sur le genre au sein de l’entreprise comme déjà mentionné. Nous avons encadré deux enquêtes
clientèle sur le genre ainsi que deux questionnaires réalisés par deux étudiantes sur la santé et les aspects
96.
socio-économiques de l’arrivée de l’eau sur Lamkenssa, l’étude de terrain choisie pour cette thèse. Le
partage du temps a permis de mener une activité professionnelle très en cohérence avec les objectifs de la
thèse. Nous nous sommes rendus plusieurs fois sur le terrain à Lamkenssa mais aussi à Ouled Saleh et
Mejjatia (en milieu rural) pour observer le processus d’accès à l’eau dans d’autres douars.
Nous souhaitons mentionner qu’à la suite de ces deux expériences, nous avons commencé à travailler (et
continuons à ce jour) pour le WssTP, la Plateforme Technologique Européenne pour la recherche dans le
secteur de l’eau. Cette activité permet de poursuivre une activité en cohérence avec l’expertise acquise au
cours de cette thèse en menant des projets et la communication pour les organisations européennes de
recherche dans l’eau auprès de la Commission Européenne. Nous suivons en particulier le projet pour le
développement de recherche et de technologies pour contribuer à la réalisation des ODM.
a.
Histoire d’une multinationale française, SUEZ
L’origine de SUEZ est hollandaise et belge, elle date de 1822 avec la création de la Société Générale des
Pays-Bas qui a pour mission de favoriser l’industrie nationale. Elle devient la Société Générale de
Belgique avec l’indépendance de la Belgique en 1830. Côté France, la Compagnie Universelle du Canal
de Suez est créée par le diplomate Ferdinand de Lesseps en 1858. Sa mission est le financement du célèbre
canal en Egypte. Indépendamment de ce grand projet marquant l’histoire de la France et de cette région
entre la Méditerranée et la mer Rouge, la Compagnie Lyonnaise des Eaux et de l’éclairage naît en 1880,
elle associe les services du gaz, de l’électricité et de l’eau ; sa création est postérieure à celle de la
Compagnie Générale des Eaux.
Dès le début du XXème siècle, les sociétés d’électricité étendent leurs activités nationales à l’échelle
internationale en gagnant des contrats en Egypte, Tunisie ou encore, en Thaïlande. Les deux guerres
mondiales bouleversent les activités de ces organisations françaises exerçant des prérogatives liées au
service public sur des territoires étrangers ; les Etats souhaitent se charger de la distribution de ce type de
service. A la sortie de la seconde guerre mondiale, la nationalisation du Canal de SUEZ pousse la
Compagnie de Suez à investir dans de nouvelles activités, elle va acquérir une partie du capital de
Lyonnaise des Eaux en 1967 et également, se lancer dans la banque, les assurances ou encore les services.
Au cours des années soixante-dix, Lyonnaise des Eaux reprend l’activité de SITA afin d’étendre ses
activités à la collecte des déchets et de déployer cette activité à l’international. La modification progressive
des métiers de distribution de services notamment celui de l’électricité, va conduire à l’explosion du
marché international. Sur le secteur de l’énergie, Electrabel est créée en 1990 et les marchés d’électricité
s’ouvrent à nouveau à la privatisation permettant l’expansion de la Compagnie dans le secteur de
l’électricité.
Dans le secteur de l’eau, le principe de la délégation de service public se développe très rapidement au
cours de cette période. Dans les années 90, Lyonnaise des Eaux s’implante en Europe, en Asie et en
Amérique du Sud gagnant des contrats symboliques comme Macao, Buenos Aires, Johannesburg ou
encore Casablanca. En 1997, la Compagnie de Suez absorbe Lyonnaise créant le Groupe SUEZ
Lyonnaise des Eaux. Le Groupe délaisse ses activités de banque, d’assurance et d’immobilier pour se
spécialiser dans les métiers de service axés sur deux branches, l’environnement et l’énergie. En 2003, le
Groupe devient le Groupe SUEZ se divise en deux branches « énergie » et « environnement ». Il ne
connaît pas de modifications majeures jusqu’à la fusion GDF SUEZ de 2008.
97.
En termes de discours, l’arrivée de la notion de Développement Durable, la création du Groupe SUEZ
Lyonnaise des Eaux et la « bataille de l’eau » bouleverse la communication du Groupe. A partir des
années 90, le Groupe développe des activités sociales engagées en créant la Fondation SUEZ en 1992
placée sous l’égide de la Fondation de France. En 1994, Lyonnaise des Eaux lance Aquasistance destinée
à apporter l’expertise de l’organisation dans les régions défavorisées du Globe. A partir de 1997, SUEZ
renforce sa position d’acteur responsable. Elle publie deux Chartes, une Charte sur l’éthique et une Charte
Sociale Internationale. SUEZ lance également l’Observatoire Social International destiné à garantir les
droits des employés, de l’homme sur son lieu de travail et de développer des conditions de travail
respectueuses du droit international.
Entre 1999 et 2007, SUEZ adhère à différentes organisations clés en matière de Responsabilité sociale, de
Développement Durable ou l’eau comme le World Business Council for Sustainable Development,
Global Compact de l’ONU ou le Water Resources Advisory Committee (WRAC). Elle publie une Charte
de l’environnement en 2001 ou encore, adhère à la Charte pour la diversité en 2004. Engagée pour le
Développement Durable, SUEZ est une organisation qui s’est illustrée à plusieurs titres en matière de
RSE, elle publie à ce titre, « 10 ans de Responsabilité sociale », une édition bilan des différentes actions
sociales menées par les filiales du Groupe en ciblant l’emploi et la solidarité. Ces éléments constituent des
axes intéressants à repérer dans le discours de l’organisation en matière de place et de construction de la
visibilité du discours sur l’accès à l’eau pour tous, le Développement Durable et la femme.
b.
Rapport d’organisation, de la multinationale aux entités locales
L’histoire de SUEZ montre une croissance par achats successifs de nouvelles entreprises d’un même
secteur d’activité ou d’activités liées au métier principal, les services de base. Cet historique de la
constitution du Groupe résulte en une organisation de plusieurs entités avec une forte identité. Pour la
cohérence et l’identité, la communication du Groupe doit être impulsée par le siège alors que les filiales
cherchent à conserver leur statut et indépendance. En matière de discours, cette organisation a un impact
visible qui aboutit à une articulation des discours à plusieurs échelles.
Le discours de SUEZ est caractérisé par une volonté globalisante. S’il vise les actionnaires en priorité, il
rassemble autour d’un projet commun, des organisations aux histoires, enjeux et priorités différentes.
L’engagement autour d’objectifs globaux est un moteur pour développer un sentiment d’appartenance et
répondre aux exigences du marché à travers un discours accompagnant les intérêts financiers et
économiques de l’entreprise. C’est à partir de 2001 que la visibilité de l’organisation s’affirme en tant que
SUEZ après la fusion de SUEZ Lyonnaise des Eaux de 1998 à 2001. En 2001, la suppression du terme
Lyonnaise se renforce le lancement de la marque ONDEO qui efface les particularismes des filiales et le
nom de SUEZ.
En 2001, le Groupe déploie les ingrédients discursifs de son identité qui sont encore, en 2007, les
fondamentaux de l’organisation. SUEZ affirme son identité, ses valeurs, sa mission et son métier qui se
résume en une page, d’un clin d’œil.
« NOTRE MISSION : « Vous apporter l’essentiel de la vie »
- NOTRE METIER : « Imaginer, concevoir, mettre en œuvre et exploiter des systèmes et des
réseaux dans les domaines de l’énergie, l’eau, la propreté et la communication *. »
*
L’activité « communication » est terminée en 2002.
98.
- NOTRE IDENTITE: « Un Groupe mondial de services, acteur du développement durable, qui
offre des solutions globales dans l’environnement et l’énergie, pour les entreprises, les
particuliers et les collectivités. »
- LES VALEURS DE SUEZ : le professionnalisme, le partenariat, l’esprit d’équipe, la création
de valeur, le respect de l’environnement et l’éthique. » 32
3 2 F32F
Cette visibilité résumée autour de concepts clés permet de saisir directement les objectifs du Groupe et de
regrouper autour de grands principes que chaque entité doit suivre. Chaque filiale reste libre de cibler ses
dossiers prioritaires en fonction des grandes lignes du discours de SUEZ. Le Groupe s’affirme autour de
principes clés qui permettent de repérer et orienter les choix des filiales. Au niveau national et local, les
entités restent indépendantes. En 2003, SUEZ Environnement obtient son statut propre de filiale et déploie
peu à peu, son discours.
Le discours de SUEZ Environnement est particulièrement axé sur l’innovation et de la recherche puis du
Développement Durable. La filiale n’émet de Rapport annuel à proprement parlé en tant qu’entité
dépendante de SUEZ, elle a pour rôle d’aider le Groupe SUEZ à fédérer l’ensemble des filiales « eau » et
« déchets » du Groupe. Elle compte les marques comme SITA, Degrémont, Lyonnaise des Eaux ou
Ondéo. Comme SUEZ, SUEZ Environnement a le devoir de regrouper, rassembler à travers un discours
englobant où chaque entité doit se retrouver et pouvoir affirmer son identité. Son discours est marqué par
des thèmes où les actions de ces marques sont montrées comme exemples de réussite.
Au niveau national et local est retrouvé une forte implantation des entités nationales gestionnaires des
services de l’eau, l’assainissement et des déchets. Par exemple, Lyonnaise des Eaux est organisée en
réseau de 30 centres régionaux et 120 agences clientèle. Cette distribution garantit la proximité du service,
elle répond à un découpage historique où certaines régions ont leurs propres sociétés distributrices que
Lyonnaise a racheté. Il s’agit des sociétés comme la SDEI, la Société des Eaux du Nord, la Société des
Eaux de Calais, etc. Toutes ont une existence locale affirmée que le public et les élus connaissent sous leur
nom d’origine. Si elles sont bien intégrées à Lyonnaise des Eaux, il existe toujours une dualité entre
conserver ce nom historique ou le remplacer progressivement au profit de Lyonnaise des Eaux. Pour
SUEZ, l’enjeu est d’apparaître à travers ces entités en instaurant une logique de Groupe.
Dans cet espace, le discours de Groupe SUEZ dépasse les échelles géographiques pour s’affirmer sur ces
sujets clés que les entités locales vont nourrir. La logique discursive est d’articuler le local vers
l’international et inversement. Le discours se place entre identité de Groupe et identité des filiales où ces
dernières existent comme marques à part entière. Le discours de SUEZ cite et utilise leur logo pour
conserver le caractère local de ses entités et montrer son implantation sur le terrain.
Le discours de SUEZ est celui d’un Groupe à donner de grandes orientations et des thèmes d’engagement
que les filiales vont suivre afin d’affirmer leur appartenance à un Groupe mondial et à un territoire local.
Cette affiliation va dépendre du contexte, de la participation financière dans la filiale et enfin, de l’image
médiatique de SUEZ dans le pays en question. Par exemple, à LYDEC, le Groupe SUEZ détient 51% des
parts de la société et dans un contexte où la municipalité souhaite garder le contrôle sur les orientations
stratégiques de la filiale du Groupe, l’affiliation est donc peu valorisée. Dans le discours, le bénéfice de
l’appartenance au Groupe est mis en avant pour l’apport de savoir-faire et l’engagement pour le
32
Rapport d’activité et de développement durable SUEZ, 2001-2002, p. 5.
99.
Développement Durable de la région de Casablanca. L’absence de rappel sur le logo de l’appartenance à
SUEZ souligne cette différenciation voulue par l’organisation en accord avec la ville de Casablanca.
Le discours dépend d’un rapport d’organisation, un rapport historique où le Groupe s’est constitué au fil
du temps et des fusions. L’envergure internationale de SUEZ l’oblige à articuler plusieurs échelles dans
une visée de discursivité cohérente afin de garantir la bonne image du Groupe. L’échelle internationale a
donc la double fonction de rassembler, regrouper et préserver le statut local et national de ses
implantations. Cette logique correspond à l’étude de ce travail de thèse. Il convient de présenter les deux
échelles nationales en France et au Maroc avant de rappeler les contraintes et cadres discursifs nés de
l’activité de gestion d’un bien commun.
c.
Présentation de Lyonnaise des Eaux
Lyonnaise des Eaux est une entreprise délivrant un service : la distribution d’eau via une activité
d’industriels (traitement d’usines) et assurant la collecte et la dépollution des eaux usées et pluviales. Elle
doit faire face à une pression médiatique de plus en plus forte du fait d’une prise de conscience
grandissante des enjeux liés à l’eau et d’une demande d’information du grand public. Dans un contexte
fortement concurrentiel et localisé, l’activité de distribution d’eau est dépendante de contrats signés avec
les collectivités locales dans un secteur où l’opacité du fonctionnement et la multitude d’acteurs liées aux
services de l’eau compliquent la communication. Surtout, Lyonnaise des Eaux exerce une activité liée au
service public et à l’environnement, une double exigence qui l’oblige à un positionnement de discours
engageant sa Responsabilité Sociale Economique et la préoccupation du Développement Durable. Cette
politique est nourrie d’exemples et de réalisations concrètes, elle privilégie une connaissance inscrite dans
logique de proximité. L’image institutionnelle devient le garant de l’activité et de l’action locale.
La présence régionale voire locale de Lyonnaise des Eaux est manifestée par l’imprégnation des filiales de
Lyonnaise des Eaux, ce qui explique l’absence d’uniformisation qui pourrait être considérée comme une
étape nécessaire aujourd’hui. Au contraire, la personnalité des filiales de Lyonnaise des Eaux explique une
communication basée sur le principe de proximité et des relations médias émises par les centres régionaux.
Parallèlement, le nom Lyonnaise des Eaux s’est effacé de la communication du groupe international
SUEZ. Le groupe, doté désormais d’une entité lointaine de Lyonnaise des Eaux, s’érige sur des valeurs
propres (« Vous apporter l’essentiel de la vie ») et sur une figure clé médiatique, Gérard Mestrallet.
Entre deux niveaux de communication, proximité et national, Lyonnaise des Eaux détient une image forte
de par son histoire et ses relations avec le milieu politique. Sa communication nationale vise à dégager une
visibilité grand public de plus en plus nécessaire dans un contexte où un distributeur d’eau tel que
Lyonnaise des Eaux doit tenir une position forte pour répondre aux enjeux de l’eau et de Développement
Durable. Cette cohérence nationale va se manifester par des partenariats et des actions locales mais
coordonnées par le siège. Ces actions permettent à Lyonnaise des Eaux de sensibiliser pour contribuer au
changement des comportements en faveur des valeurs de Développement Durable.
A travers ces supports et opérations, et notamment la couverture médiatique faites de ces dernières se lit à
la fois l’image donnée de Lyonnaise des Eaux et ses valeurs sur l’eau en tant que produit, ressource ou
source de plaisir. Le discours de Lyonnaise est issu de plusieurs contraintes dans une dynamique où elle a
plusieurs cibles ainsi que la responsabilité de gérer un bien précieux et un patrimoine commun à tous.
100.
d.
Présentation de LYDEC
LYDEC est née après deux années de négociation entre le Groupe SUEZ et la Communauté Urbaine de
Casablanca. Ce contrat de gestion déléguée, signé le 28 avril 1997, est considéré comme la première
expérience de ce type sur le continent africain en intégrant les trois métiers de l'eau, l'assainissement et
l'électricité. En 2004, LYDEC obtient la mission de gérer l’éclairage public regroupant ainsi quatre métiers
en une organisation. Elle est un cas particulier en tant qu’entreprise qui a dû reprendre l’organisation
étatique qui gérait précédemment l’eau de Casablanca, c’est-à-dire, la RAD, la Régie Autonome de
Distribution. Elle a hérité d’une lourde administration comptant plus de 4.000 employés. LYDEC est enfin
considérée comme la première expérience du Groupe SUEZ de PPP, le Partenariat Privé Public.
Le système de gestion déléguée permet à la collectivité, tout en réservant au secteur privé la charge des
investissements et la gestion du service, de contrôler le service délégué, de conserver son patrimoine et de
fixer les grands objectifs. La municipalité de Casablanca reste très présente dans l’administration de
LYDEC à travers l’obligation d’une révision quinquennale du contrat de gestion du service public négocié
pour une durée de 30 ans.
LYDEC opère sur le territoire du Grand Casablanca c’est-à-dire la municipalité de Casablanca et 14
communes périphériques incluant Mohammédia, Bouskoura ou Mansouria. Elle dessert un territoire
comptant entre 4,5 et 6 millions d’habitants. LYDEC est contrairement à Lyonnaise, un délégataire de
service sur un territoire limité ne détenant aucune implantation nationale. Elle est organisée en sept
délégations afin de mieux gérer le territoire du Grand Casablanca.
Si LYDEC n’est pas implantée au niveau du Maroc, elle jouit d’une certaine notoriété nationale en tant
que première expérience de délégation de service public au Maroc pour un tel territoire. Si les villes de
Rabat et Tanger-Tétouan sont gérées par Veolia, le territoire de Casablanca est bien plus important et
surtout, la ville blanche en tant que capitale économique, connaît une croissance très active depuis la
signature du contrat. La ville de Casablanca est très dynamique, elle symbolise les défis sociaux et
économiques à l’échelle du Royaume. LYDEC gère un territoire et une population en profonde mutation.
Ces changements ont été marqués par l’accroissement rapide de la population, le lancement de l’Initiative
Nationale de Développement Humain (INDH) qui a abouti à l’obligation de raccorder les zones
défavorisées de Casablanca, la croissance du nombre d’entreprises et d’industriels sur le territoire de
Casablanca et les bouleversements sociaux liés à la montée de l’islamisme marquée par les attentats de
2003 et 2007.
Pour répondre à ses obligations, la communication de LYDEC est axée sur la gestion d’un service public
où l’organisation insiste sur les progrès du service clientèle et les investissements réalisés pour améliorer
ce service. Le discours de LYDEC est fortement marqué par le registre de l’économie et de la technique
avec des termes comme « investissement », « renouvellement » ou le vocabulaire lié à la gestion de réseau
comme « extension », « rénovation », « tuyaux », « travaux ». Cet axe est lié aux obligations de contrat,
LYDEC doit réaliser un certain niveau d’investissement annuel. Le discours est orienté vers les montants
investis et le nombre de réalisations terminées par LYDEC depuis la signature de son contrat. L’aspect lié
à cette préoccupation de l’entreprise est la bonne gestion du service clientèle.
Avec un slogan axé sur les efforts menés par LYDEC pour délivrer un bon service, « toutes nos énergies
pour vous », l’entreprise est très fière des progrès clientèle qu’elle a pu réaliser depuis 1997. A titre
d’exemple, la diminution du temps d’attente, la gestion informatisée des comptes clients, les différentes
101.
possibilités de paiement ou la création d’un magazine clientèle ont permis d’améliorer qualitativement le
service.
Dans cette dynamique, l’objet eau apparaît comme une ressource à préserver, une ressource précieuse à
l’échelle du Royaume qui manque d’eau. Elle reste un service au même titre que la gestion de l’énergie et
de l’assainissement. Les trois métiers de LYDEC axent le discours sur un engagement citoyen où si l’eau
est bien une ressource rare et précieuse, elle n’est pas le seul moteur discursif de LYDEC. L’eau est le mot
le plus cité des trois mots eau, électricité et assainissement. Le discours de LYDEC est issu de plusieurs
contraintes, l’entreprise a plusieurs cibles et une obligation de contrat fortement présente dans son
discours. L’entreprise porte une attention particulière à cet objet rare et fortement symbolique au Maroc.
La responsabilité de gérer l’eau se décline sous le thème de l’engagement citoyen, du Développement
Durable et de la gestion d’un bien précieux, une ressource nécessaire à la vie et commune à tous.
e.
Les cadres visibles et invisibles du discours de SUEZ et ses filiales
Un service public et d’intérêt général
Il s’agit ici de présenter les éléments clé et enjeux qui entrent en compte dans la communication nationale,
celle qui offre une visibilité de l’entreprise en termes institutionnels et d’image, pour communiquer vers
ses trois cibles principales : les collectivités locales, ses clients-consommateurs et le grand public.
Lyonnaise des Eaux développe une communication de proximité et LYDEC préfère une communication
axée sur la gestion du service dans une logique clientèle marquée. La dimension de la gestion et de fournir
un service public oriente fortement les deux discours dans la mesure où fournir un service public créé une
relation privilégiée entre les distributeurs et leurs publics, ils interviennent dans leur quotidien.
Une mission de service public, une communication de service et proximité de Lyonnaise des Eaux
De 1996 à 2006, trois slogans ont accompagné Lyonnaise des Eaux : « Par respect de l’eau », « Pour l’eau
et pour vous » et « Pour l’eau, pour vous, à chaque instant ». Ces trois phrases illustrent l’axe de
communication de mission d’intérêt général choisi par Lyonnaise des Eaux. Cette conviction est reprise
dans la présentation institutionnelle de l’entreprise.
« Sa vocation est de contribuer durablement à la santé et au bien-être des consommateurs tout en préservant le milieu
naturel » 33 .
En tant que distributeur d’eau, Lyonnaise des Eaux délivre un service public. Ce dernier est défini, par le
droit français, comme une activité liée à l’eau qui relève de l’intérêt général et est définie comme mission
de service public.
Le service public est une activité d’intérêt général assurée par une personne publique au moyen de
procédés exorbitants de droit commun défini par l’élément organique (ensemble des agents et moyens
affectés à la tâche), l’élément matériel (au sens fonctionnel, l’activité est réalisée par l’administration ellemême) et l’élément juridique (relève du régime juridique du service public).
33
Lyonnaise des Eaux, Rapport d’activité, 2002 à 2004.
102.
Si la responsabilité et la production de l’eau dépendent bien des collectivités locales 34, les acteurs privés
comme Lyonnaise des Eaux interviennent dans la distribution de l’eau, la partie la plus visible du
processus. En tant qu’acteur privé, l’entreprise est néanmoins soumise aux principes anciens mais toujours
d’actualités, appliqués aux activités de service public en tant que délivrant les services d’eau et
d’assainissement nécessaires à une collectivité. Elle doit garantir la qualité de l’eau et la continuité du
service de l’eau, deux impératifs de résultats auxquels elle est soumise. Dans sa présentation
institutionnelle, Lyonnaise des Eaux reformule cette obligation en tant que mission : « distribuer aux
consommateurs une eau irréprochable (qualité), 24 heures sur 24 (continuité) » (Rapport d’activité 2002 à
2004).
A la différence d’un acteur dépendant de l’Etat et du fait de son statut d’entreprise privée, elle va jouer
d’une communication aux registres identiques à ceux de la communication publique et d’une
communication d’entreprise de service auprès du grand public sans visée commerciale mais dans l’objectif
d’établir du lien.
La communication publique est la communication de la « société organisée par la loi qui établit les
rapports d’équité antérieurs ». (ZEMOR, 1998) Elle se définit par la légitimité de l’intérêt général, au nom
du peuple. Elle a pour fonctions d’informer, d’écouter, d’assurer la relation sociale et d’accompagner les
changements comportementaux de l’organisation sociale. Sur ces principes, il est intéressant d’interroger
en quoi la communication de Lyonnaise des Eaux a bien la volonté d’informer, d’écouter, d’assurer la
relation sociale et d’accompagner les changements comportementaux de l’organisation sociale tout en
instaurant une communication de proximité.
La communication de proximité est le lieu de la visibilité de l’entreprise. L’objectif est d’être connu et
reconnu dans une logique où la personne humaine accorde sa confiance à un acteur déjà identifié ; « la
bienveillance avec autrui s’accroît avec la proximité ». La communication de proximité veut « peu à peu, par
une opération raisonnée du terrain (...) opérer le travail de reconnaissance de l’entreprise » (LIBAERT, 2001
: 12).
La communication de Lyonnaise des Eaux joue sur ce double registre dans une perspective de respect de
sa mission et de bonne image auprès :
- de ses clients directs ;
- les collectivités locales auprès de qui elle a besoin de la proximité pour rendre son offre
commerciale de façon cohérente et adéquate ;
- du grand public, relais de l’image et de la proximité (citoyens), demandeur de l’information au
nom de la transparence exigée à un acteur du service public. Il cible la sensibilisation où se joue les
changements comportementaux de l’organisation sociale.
34
La gestion du service lié à l’eau ne dépend pas à ce titre de la collectivité seule. Elle est assistée des Agences de
l’Eau, les Directions Départementales de l’Equipement (DDE) et les Directions Départementales de l’Agriculture et de
la Forêt (DDAF). Ces organismes sont conseillers, prescripteurs ou maîtres d’œuvre. C’est néanmoins la collectivité qui
est décisionnaire de son mode de gestion de l’eau en régie ou tout ou partie à une entreprise délégataire.
103.
Activité d’industriel et d’ingénieur, la technique, l’innovation et le savoir-faire sont les premiers atouts de
l’offre Lyonnaise des Eaux auprès des collectivités locales.
« Pour assurer un service de qualité, Lyonnaise des Eaux s’appuie sur les savoir-faire de ses équipes et propose des
solutions innovantes grâce à son centre de recherche, le CIRSEE » 35.
La notion d’expertise et celle de métiers sont essentielles dans le corps de l’image Lyonnaise des Eaux. En
2004, pour Bernard Guirkinger, Président Directeur Général, Lyonnaise des Eaux construit ainsi son
partenariat avec les collectivités locales autour de trois objectifs dont deux relèvent de la compétence de
LDE.
« Proposer des techniques spécifiques à chacune d’entre elles » (les collectivités locales) et « partager avec elles notre
savoir-faire » 36 .
De même, Jean-Michel Théron, Directeur Général, écrit :
« nous nous appuyons sur notre expertise pour apporter aux collectivités le conseil et les solutions sur l’ensemble du cycle
de l’eau » 37.
Là où le rapport d’activité est dirigé vers les collectivités locales, les actionnaires et la communication
interne, la technicité devient un objet d’explication et lieu de la spécificité de son activité. Molécule H2O,
l’eau potable est un produit industriel né suite à un long et complexe processus de production qui nécessite
technicité, rigueur des contrôles et de surveillance, analyses, informations précises, etc. En tant qu’expert,
LDE s’assure essentiellement de la qualité de l’eau. Il s’agit de
« faire découvrir nos métiers et dans une mission de service public, pour l’ensemble du groupe en France, 4 000
personnes environ mettent leur professionnalisme au service de l’eau potable. Nos équipes d’astreinte, mobilisées 24h/24,
peuvent, le cas échéant, intervenir de jour comme de nuit, 365 jours par an » 38.
Un autre exemple est le fascicule « Votre eau, mode d’emploi », publié en février 2005. Destiné aux
clients LDE, il présente des mots clé résumant cet aspect de la communication de LDE : « Notre métier.
Maîtriser le cycle de l’eau ». Composé en deux livrets, un titré « Pour l’eau » et l’autre « Pour vous ». Ce
dernier confirme l’importance de l’expertise pour la communication de LDE. Son intitulé est clair : «
produire, distribuer et dépolluer l’eau ». La double page s’organise autour des cinq étapes essentielles du
cycle de l’eau potable : 1. Capter, 2. Traiter, 3. Stocker, 4. Distribuer et 5. Dépolluer. A chaque rubrique,
un paragraphe sur « notre métier » présente l’action de LDE aux moments de la production, distribution et
dépollution de l’eau.
Dans le magazine L’eau et vous, premier magazine grand public publié par un distributeur d’eau destiné
aux 9 millions de clients de LDE, la figure de l’expert va surgir dans la page « ma région et vous »
consacrée à de l’information de proximité. Des sujets tels que la lutte contre le plomb, la dénitrification
pour une meilleure qualité de l’eau sont des éléments du savoir-faire de LDE. Dans L’eau & vous
Automne-Hiver 2004 des Hauts-de-Seine, la fiche titre sur « Notre expertise contre les légionelles ».
Encore, la fiche explicative sur « Que deviennent vos usées ? », rubrique « ma maison et l’eau »39
destinée aux valeurs d’usage de l’eau est l’occasion d’une explication sur le cycle de l’eau.
35
Lyonnaise des Eaux, Rapport d’activité 2004, Paris, p. 1.
Lyonnaise des Eaux, Rapport d’activité 2004, Paris, p. 2.
37
Lyonnaise des Eaux, Rapport d’activité 2004, Paris, p. 3.
38
Lyonnaise des Eaux, Voyage au coeur de l’eau, Paris : 2001.
39
Lyonnaise des Eaux, L’eau & vous, numéro Automne-Hiver 2004 , Paris : 2004.
36
104.
Dans les supports pour enfants, le profil « métier » permet de présenter la technicité de l’activité. Dans «
Explique-moi l’eau », la rubrique « métiers de l’eau » sert cet objectif en présentant un focus sur un
ingénieur.
« J’ai toujours aimé trouver des solutions à des problèmes techniques. Dans mon métier, c’est très gratifiant, car la qualité
des installations permet d’alimenter en eau des milliers de personnes et de préserver l’environnement » 40.
Distributeur d’eau au service de l’intérêt public, Lyonnaise des Eaux exerce ses compétences dans un
cadre délimité par la préoccupation de ses clients, les collectivités locales, le grand public et l’eau, élément
essentiel à la vie et à préserver. Cette activité l’oblige à un discours de Développement Durable engagé
pour inciter à la protection du milieu naturel et du cadre de vie.
La délégation de service public de LYDEC, une communication clientèle à celle d’un acteur de la ville
Le discours de LYDEC est tel à celui de Lyonnaise dans la mesure où l’entreprise souligne également les
obligations liées à un service public comme la disponibilité du service 24 h sur 24 ou l’exigence d’un
service de qualité irréprochable répondant aux normes les plus exigeantes ; l’eau est le produit alimentaire
le plus contrôlé. Cette obligation d’un service performant et de qualité conduit LYDEC à prôner un
discours accès sur la prestation de service.
« Nos métiers sont au cœur des besoins fondamentaux des hommes. Cette responsabilité nous incite à poursuivre en
continu nos efforts pour mettre nos prestations au service de tous les Casablancais et améliorer ainsi leur cadre de vie. » 41
La communication de LYDEC prône la délivrance d’un service placé au cœur du quotidien. Pour répondre
à ses impératifs, le discours de LYDEC valorise les valeurs qui guident sa stratégie. En 2003, l’entreprise
lance un projet à vision 2007 intitulé Massira 2007 qui aboutit à la définition des cinq valeurs de LYDEC :
le professionnalisme, la proximité, la confiance, l’esprit d’équipe et la promotion de l’esprit citoyen.
L’engagement professionnel de LYDEC est central pour l’entreprise dont le slogan « toutes nos énergies
pour vous servir » rappelle cette implication. Ces actions permettent à LYDEC de gagner sa légitimité de
distributeur du service public à Casablanca.
« Aujourd’hui, nous pouvons affirmer en toute légitimité que LYDEC a réalisé des avancées remarquables sur le plan de
la qualité du service, du respect des engagements et du professionnalisme. » 42
Dans un contexte où le service a connu de profonds changements au cours des premières années du
contrat de LYDEC par l’amélioration du service clientèle (attente, facturation, modalités de paiement),
l’enjeu pour LYDEC est de faire prendre conscience au public casablancais de la valeur du service délivré.
Il s’agit d’éduquer et sensibiliser au cycle de l’eau et l’électricité, une mission qu’elle accomplit à travers
le magazine LYDEC et vous et les supports grand public et enfants.
« Objectif : faire prendre conscience de la valeur et du coût des services que nous offrons. Le voyage initiatique de Nour
et Safia commence aux origines de la ressource et met en scène la mobilisation permanente des différents intervenants
pour assurer un approvisionnement régulier en quantité et en qualité, et un service irréprochable. » 43
A travers cette valorisation du service clientèle fourni, le discours de LYDEC se positionne comme un
acteur du quotidien. Délivrer un service répond à des besoins essentiels comme l’eau suppose un
engagement fort.
« Par la nature de ses métiers donc, LYDEC est réellement une entreprise de vie. » 44
40
Lyonnaise des Eaux, Les Métiers de l’eau : Electromécanicien, Explique-moi l’eau, Paris : 2005.
Rapport annuel 2003, LYDEC.
42
Rapport annuel 2005, LYDEC.
43
Rapport annuel 2002, LYDEC.
41
105.
Le choix du mot « vie » est lié à l’eau, ressource vitale ; SUEZ conjugue également cette responsabilité
avec son slogan « vous apporter l’essentiel de la vie ». LYDEC se réfère à ce terme au début de son
contrat de 1999 à 2004 avec 11 citations dans le Rapport Annuel 2001. Le mot désigne la vie, le cadre de
vie, le quotidien, l’eau puis l’énergie comme ressources de vie.
« L’eau est à l’origine de la vie, l’énergie aussi. Par la nature de ses métiers donc, LYDEC est réellement une entreprise
de vie. Cette dimension de son identité a poussé l’entreprise à inscrire le développement durable au coeur de ses
préoccupations et de ses responsabilités humaines, sociales et environnementales. » 45
La particularité discursive de LYDEC est d’installer son service au cœur du développement de la ville. En
ancrant son action dans la vie de la ville, LYDEC s’installe comme un acteur citoyen au même titre que le
public à qui il s’adresse. Indirectement, il se compare à un usager afin de souligner à la municipalité qui
gère le contrat que l’entreprise agit comme un citoyen de Casablanca. LYDEC participe à sa vie et son
développement.
« LYDEC s’engage sur plusieurs fronts : Entreprise liée au service public, entreprise de vie, gestionnaire au quotidien de
ressources indispensables à l’existence, LYDEC est de fait, une entreprise citoyenne. » 46
La volonté de LYDEC est de s’imposer comme un acteur responsable et indispensable à Casablanca, elle
renforce son ancrage territorial et sa volonté de répondre aux obligations de service public. Cette notion de
service d’intérêt général guide les principes de communication, lui apporte légitimité et donne du sens à
ses activités tant en interne qu’en externe.
« Notre rôle, à LYDEC, dépasse le simple cadre de la distribution d'eau, d'électricité et de l'assainissement. LYDEC est
devenue, de fait, un opérateur socio-économique en s'impliquant fortement dans des actions qui font d'elle une entreprise
citoyenne. »
Le choix de l’engagement citoyen de LYDEC rapproche l’entreprise d’une mission liée au
Développement Durable, un terme qu’elle se réapproprie à partir de 2001 et qui devient un moteur au sein
de l’organisation en 2007. Cet aspect sera étudié dans le cadre de la partie la discursivité du
Développement Durable.
Un double client : des collectivités locales aux consommateurs-usagers
Le distributeur d’un service public est lié à la municipalité avec qui il traite, il est également lié aux
usagers du service qu’il délivre. Cette double dimension clientèle a abouti à une communication très
techniciste où le délégataire cherchait à répondre aux obligations d’investissements et à satisfaire les
municipalités sans nécessairement se préoccuper des citoyens. La satisfaction du public, l’entrée sur
l’arène médiatique de la question de l’eau et les impacts sanitaires du service délivré ont ouvert les
distributeurs à une nécessaire gestion clientèle du consommateur simultanément citoyen et client du
service délivré. Cette double contrainte contribue à complexifier les relations du distributeur avec les
politiques et à développer des actions clientèle proches d’une dynamique de marketing et de
communication grand public similaire à la communication d’une marque.
Le rapport au politique
44
Rapport annuel 2000, LYDEC.
Rapport annuel 2001, LYDEC.
46
Rapport annuel 2000, LYDEC.
45
106.
Les compagnies privées délégataires d’un service public comme l’eau ou l’assainissement relèvent du
droit public et ont la tâche d’accomplir une mission de service public. Remplir une tâche d’intérêt général
soumet le distributeur aux principes du service public et le pousse à entretenir des relations avec le
politique mêlant obligation contractuelle, démarche commerciale et relation de confiance. Ce rapport avec
les municipalités soumet l’entreprise privée à entretenir des relations publiques, institutionnelles et
stratégiques complexes à plusieurs niveaux. Ce poids du client municipal est fortement présent dans le
discours.
Dans le discours de LYDEC, le vocabulaire relève du registre politique pour 11,1% du contenu, après le
registre économique et technique représentant respectivement 39,4% et 36,5%. La dimension contractuelle
est capitale à l’organisation délégataire.
« LYDEC remplit la mission qui lui a été confiée par la collectivité en s’engageant comme acteur et partenaire du
développement économique, culturel, social et environnemental de la ville. » 47
Cette idée de responsabilité confiée par la commune de Casablanca se lit au fil des années avec une
citation régulière sur 10 ans du vocabulaire lié à la collectivité et aux élus oscillant entre 48 et 42 citations
par an. LYDEC s’impose comme un acteur intégré à la ville dans le respect de son contrat et dans une
dynamique plus globale qui est celle du développement de Casablanca jusqu’à s’introduire dans le
politique même, « dans un concept d’unité, d’animer une nouvelle dynamique pour une meilleure
gouvernance de la ville. » 48
Le concept de contrat et d’obligations de contrat est capital dans le cadre des activités des délégataires
surtout dans une configuration d’exploitation à durée déterminée avec une obligation de révision de
contrat au cours de la concession comme pour LYDEC. Le contrat avec la ville de Casablanca oblige une
révision contractuelle quinquennale. Le contexte a voulu que la révision ne soit pas réalisée après les cinq
premières années d’existence de LYDEC. De 1999 à 2005, le nombre de citations du vocabulaire lié au
contrat est marqué par une chute et une stagnation soulignant un retrait relatif du concept de contrat dans
les priorités de l’entreprise. En 2006, année marquée par la reprise de la renégociation, le vocabulaire est
de nouveau fortement présent.
Dans cette démarche, le discours de LYDEC a souhaité substituer le rapport contractuel à celui de
partenaire, l’organisation établit son discours comme celui d’une entité citoyenne et active dans le
développement de la ville.
« LYDEC remplit la mission qui lui a été confiée par la collectivité en s’engageant comme acteur et partenaire du
développement économique, culturel, social et environnemental de la ville. LYDEC a foi en la valeur de l’exemple pour
promouvoir l’esprit citoyen. » 49
Cette volonté répond à un besoin de dépasser le cadre du contrat qui oblige le distributeur à répondre
obligations coûteuses, des investissements qui pourraient servir à promouvoir son image. A ce titre,
certaines obligations contractuelles sont souvent valorisées dans les stratégies de Développement Durable.
L’ambivalence entre contrat et actions citoyennes est un lieu discursif pivot qui valorise l’engagement du
délégataire aux yeux du public tout en répondant à des contraintes liées au métier même de l’entreprise. En
matière de législation, l’exercice est semblable en direction des collectivités locales qui doivent être
sensibilisées aux obligations légales et lois qui agissent sur le secteur de l’eau. Dans le cas de la France, la
47
Rapport annuel LYDEC, 2000.
Rapport annuel LYDEC, 2002.
49
Rapport annuel LYDEC, 2004.
48
107.
directive cadre européenne datant du 20 octobre 2000 est un enjeu de discours qui influence les rapports
du distributeur avec le monde politique.
Dans le discours de Lyonnaise des Eaux, une brochure intitulée « Eau et Service », un Hors-Série d’une
publication interne à l’entreprise a été publiée en 2006. Cette dernière présente 13 fiches utiles
d’explications réglementaires des différentes mesures liées à l’eau et l’assainissement 50. Le cadre législatif
sert d’opportunité, elle incite les communes à investir pour respecter les normes. En matière
d’assainissement, en retard, la France doit investir « environ 2,5 milliards d’euros par an pendant 10 ans.
Lyonnaise des Eaux a engagé depuis 2001 une action volontariste avec les collectivités locales » (Rapport
d’activité 2004).. L’objectif de Lyonnaise 2010 est de devenir le leader en assainissement en
accompagnant les collectivités pour rattraper leur retard en déployant une offre commerciale complète,
« une expertise sur l’ensemble de la filière assainissement : réseau et auto-surveillance, gestion des eaux pluviales,
traitement des boues et sous-produits, etc. » 51.
Rapport d’obligation, rapport d’opportunité, le cadre législatif et le cadre contractuel exercent une
influence multiple sur le discours des organisations. Ces contraintes sont à la fois du domaine de la
mission contractuelle et d’une volonté stratégique que l’entreprise valorise pour promouvoir son image de
partenaire, de citoyen, d’acteur du Développement Durable et d’entreprise responsable.
Le cadre légal est une obligation de mise en en conformité des infrastructures et des services. Depuis la
directive européenne sur le plomb, Lyonnaise des Eaux supprimer des branchements en plomb. Cette loi a
apporté trois changements majeurs qui obligent des efforts du privé pour s’adapter aux normes. Le nombre
de paramètres est passé de 48 au lieu de 63, le contrôle de l’eau est directement appliqué au robinet et non
plus à l’usine et la teneur en plomb est passée à 10 mg/l au lieu de 50 mg/l. Ce sont plus de 1 million de
branchements que « Lyonnaise des Eaux France va réhabiliter (...) en 10 ans. » (Rapport d’activité 2003).
La référence au droit explique les actions et choix stratégiques de l'entreprise d'où la répétition de la
mention du droit dans ses différents supports à destination de ses clients collectivités notamment le rapport
d'activité. Dans les supports grand public, la mention juridique se retrouve derrière la figure d'organismes
de contrôle tel que le Ministère de la Santé (la Direction Départementale de l'Action Sanitaire et Sociale)
en tant que figure de l'Etat 52. Rares sont les mentions directes au droit (mention de la directive ou du nom
du décret). Dans L'Eau & Vous, ces dernières sont retrouvées dans la rubrique “ma région et moi”
détaillant les applications locales issues d'une obligation locale. En terme de services et de relation au
client consommateur, la mention au droit devient une obligation de qualité et de clarification de l'action
pour justifier d'une activité menée en conformité avec les principes de service public.
En termes de communication, le cadre juridique et contractuel peut compliquer la clarté de l'information
donnée et du discours même. Quelle est la part d’obligations et celle de volonté d’engagement
responsable ? Les médias s’emparent rapidement de cette ambivalence ambiguë du rapport entre les deux
acteurs pour y souligner les possibilités d’ententes voire de corruption. Dans la guerre conceptuelle du
service de l’eau, le rapport au politique des délégataires de Service Public est un lieu médiatique fort qui
50
Lyonnaise des Eaux, Eau Service, Hors Série novembre 2004-2006. Eau Service est un journal trimestriel adressé
nominativement aux collectivités locales sous contrat avec Lyonnaise des Eaux.
51
Lyonnaise des Eaux, Rapport d’activité, Paris : 2004, p. 15.
52
« L'Etat contrôle la qualité de l'eau avant et après traitement. (...) Les prélèvements effectués à l'initiative du
Ministère de la Santé sont analysés dans des laboratoires agrées », Lyonnaise des Eaux, Pour l'eau & pour vous,
brochure Pour l'eau, Paris : 2005.
108.
permet d’opposer facilement et visiblement le politique et économique à l’intérêt public et le patrimoine
commun de tous.
Le rapport au consommateur, une démarche clientèle : l’exemple de LYDEC & vous et L’Eau & Vous
Nous avons déjà abordé la communication de L’Eau & Vous dans l’étude de cas des représentations
féminines (cf. Chapitre 3). Il s’agit de montrer en quoi deux publications issues de deux filiales implantées
sur deux pays et continents différents répondent à la même démarche clientèle. Le support souhaite
instaurer une relation avec le client-consommateur et usager du service.
LYDEC & vous et L’Eau & Vous utilisent un vocabulaire prescripteur de comportements sur le ton du
conseil utile, de la parole d’expert et du «truc et astuce» qui simplifieront la vie de la cible. Les deux
éditions s’adressent au client-consommateur, celui qui bénéfice du service public de l’eau. Il s’agit du
grand public au sens large mais surtout, du citoyen desservi par l’eau distribuée par les deux entreprises
dans la limite territoriale définie avec la collectivité locale à qui l’entreprise est liée contractuellement.
Ces supports cherchent à instaurer une relation de confiance avec la cible à travers un univers homogène à
la cohérence éditoriale claire et ludique. Les discours des deux supports mêlent complicité et intangibilité
par l’utilisation fréquente d’un impératif d’ordre, d’instruction et de conseil. Sous le mode du rappel
bienveillant (n’oubliez pas, pensez à) ou de la précaution (protégez-le, veillez à), l’impératif alterne avec
l’infinitif pour éviter un ton qui pourrait sembler trop sévère et incitatif. L’univers visuel aide également à
trancher avec le texte par sa tonalité joyeuse et le choix des photos et dessins. L’Eau & Vous utilise
beaucoup de photos de jeux d’eau, d’enfants, de couleurs vives et de mouvements. Le support LYDEC &
vous préfère des dessins colorés, humoristiques et chaleureux. Ce discours s’articule autour d’un concept
clé : le conseil.
Les rubriques de L’Eau & Vous s’articulent autour du conseil : c’est le moment de…, les bons gestes, le
saviez-vous, les bonnes raisons de… ou encore les vrai ou faux. L’Eau & Vous propose un modèle de
comportement donné sous le mode de l’inclusion par l’utilisation du nous dans la rubrique de vous à nous
et la déclinaison des rubriques du magazine à la première personne ma région et l’eau, ma forme et l’eau,
etc. Le support a aussi recours à l’emploi de la deuxième personne du pluriel, (simplifiez-vous, votre
écoute), inclusive, et s’adressant à un récepteur à la fois collectif (deuxième personne du pluriel) et un
récepteur individuel (forme de politesse).
Par le nous / vous et une conjugaison à l’impératif et au présent, L’eau & vous est écrit dans un style qui
immerge le lecteur, s’adresse à lui et l’implique dans les propos tenus. Le discours s’impose comme celui
d’un expert, d’une instance émettrice d’un savoir que l’on ne peut contester de par ses interviews d’experts
reconnus, l’utilisation de chiffres ou la citation des sources d’information utilisées. Il mélange une attitude
protectrice qui s’apparente à celle de la mère ou de la grand-mère, et une attitude complice semblable au
registre des magazines féminins.
La notion de geste est un autre pivot dans la mise en pratique de ce discours. Le geste, selon le
dictionnaire, est une attitude ou pratique qui consiste à s’approprier des moyens liés à l’usage de
matériaux, d’outils, de supports. Dans la lignée des « gestes pour l’environnement »ou des « gestes pour la
planète », les gestes de L’Eau & Vous et LYDEC & vous utilisent le même registre reprenant ce terme à
comprendre comme un acte créateur, une action morale proche de l’expression, faire un bon geste.
Dans LYDEC & vous par exemple, les gestes et conseils s’imposent au nom de la sécurité de l’utilisateur
et pour son intérêt, celui de la facture. Dans un contexte où LYDEC est très critiquée pour le prix de l’eau,
109.
LYDEC & vous propose des gestes, des pratiques pour limiter sa consommation, traquer les fuites et
surveiller son compteur. Elle propose également un service de réparation des fuites pour contrer
l’utilisation inutile d’une ressource rare. Au Maroc, la préciosité de l’eau est un enjeu majeur. Face aux
aléas pluviométriques et à une situation proche du stress hydrique, les gestes contre le gaspillage sont
moteurs d’une responsabilité assumée et pratique de l’entreprise LYDEC.
D’une manière plus globale, les conseils de L’Eau & Vous ou LYDEC & vous deviennent un modèle de
vie. Ils sont clairement adressés à la femme dans le cas de L’eau & vous et entrent en cohérence avec
d’autres supports comme par exemple, L’eau, petites astuces et bons conseils. Ce livret propose 53 tuyaux
et bons conseils pour mieux la consommer, où l’univers graphique est celui de la maison et de la femme.
Dans ce guide, les conseils donnés, sont à la fois des indications relatives à la consommation d’eau, des
conseils maison et des conseils liés à des aspects quotidiens de la vie:
« Après un week-end d’absence, ouvrez le robinet quelques minutes pour éliminer l’eau qui a stagné. » (L’Eau & Vous et
Lydec & vous)
Ces derniers dépassent les prérogatives du distributeur d’eau et s’invitent dans la sphère privée à travers
des conseils cuisine, pour bébé ou pour le bricolage de la maison.
« Votre mayonnaise est ratée ? Vous pouvez la rattraper ! Elle a tourné parce que la mayonnaise est une émulsion entre
l’eau contenue dans l’œuf et dans l’huile, l’œuf ne fournit plus le volume nécessaire d’eau. Il suffit de rajouter quelques
gouttes d’eau et c’est gagné ! »
Ce module pédagogique à la portée de la ménagère entre en concordance avec le style choisi par L’eau &
vous jouant davantage sur le registre de l’ordre indirect, d’une instruction amicale.
« L’été nous enseigne les valeurs de l’eau. Alors, agissons ! »
« Le froid arrive. Quelques précautions pour passer l’hiver en toute sécurité. »
« Revoici les frimas hivernaux : dépêchez-vous de mettre de l’eau sur le feu ! »
« Attention danger ! Votre désir d’améliorer votre confort thermique en hiver ne doit pas vous faire oublier... »
Ces conseils indiquent des valeurs relatives à l’eau qui prônent le bien-être et autorisent l’introduction dans
la sphère privée sous la forme du conseil de l’expert ou de l’ami avisé. L’Eau & Vous est beaucoup plus
incisif dans son discours que LYDEC & vous dont le principal motif d’intervention est la facture.
L’analyse permet toutefois de souligner que Lyonnaise des Eaux et LYDEC se positionnent comme ayant
le savoir et la connaissance à travers un support liant, « jouant la carte de la proximité » (Guide du
rédacteur en chef de l’Eau & Vous. 2005. Paris : Lyonnaise des Eaux), à jouer la carte de l’ami, une sorte
d’allié conseil à qui il vaut mieux obéir.
Une gestion de patrimoine
L’eau, considérée comme un patrimoine de l’humanité, un bien hérité et transmis par les ancêtres. Dès
1972 au cours de la conférence de Stockholm, les ressources naturelles sont considérées comme des biens
communs, un patrimoine à préserver.
Principe 4 : L'homme a une responsabilité particulière dans la sauvegarde et la sage gestion du patrimoine constitué par la
flore et la faune sauvages et leur habitat, qui sont aujourd'hui gravement menacés par un concours de facteurs
défavorables. La conservation de la nature, et notamment de la flore et de la faune sauvages, doit donc tenir une place
importante dans la planification pour le développement économique. (Déclaration de Stockholm)
Ce principe est réaffirmé par le Rapport Brundtland et sa définition du Développement Durable où
émerge l’idée que les ressources ont bien une durée de vie limitée et qu’il faut les conserver pour les
générations futures. Le concept de patrimoine répond à cette préoccupation de gérer l’existant pour le
110.
présent tout en le respectant pour qu’il existe dans le futur et qu’il soit transmis dans le temps. L’activité
actuelle née de l’industrialisation et du modèle capitaliste menace ce patrimoine commun que le Rapport
Brundtland souhaite protéger à travers la définition d’un modèle de Développement Durable.
« Les formes traditionnelles de la souveraineté nationale sont de plus en plus ébranlées par les réalités de
l’interdépendance écologique et économique. Nulle part, cette constatation n’est plus vraie que lorsqu’il s’agit des
écosystèmes partagés et du patrimoine commun – les parties de la planète qui échappent aux juridictions nationales. Dans
ce cas, un développement rationnel ne peut être assuré que grâce à la coopération internationale et à des systèmes mis en
place par des accords qui régissent la surveillance, la mise en valeur et la gestion de ce patrimoine dans l’intérêt commun.
Ce qui est en jeu, ce n’est pas seulement le développement rationnel des écosystèmes partagés et du patrimoine commun,
mais celui de toutes les nations dont les progrès dépendent plus ou moins de la gestion rationnelle de ces ressources.
De plus, sans règles acceptées, équitables et exécutoires régissant les droits et les devoirs des États à l’égard du patrimoine
commun, les pressions exercées sur des ressources limitées détruiront l’intégrité écologique de celles-ci avec le temps.
Les générations futures seront appauvries et les populations qui souffriront le plus seront celles des pays pauvres qui sont
le moins à même de faire valoir leurs propres droits sur le patrimoine commun. »
L’eau, élément naturel intégré à l’ensemble des ressources naturelles est un bien défini comme une
ressource limitée, un bien commun de l’Humanité dès 1992 à travers la Déclaration de Dublin qui institue
la nécessité de gérer ce bien à travers une planification et l’implication des acteurs concernés, notamment
les femmes. Les quatre principes de Dublin sont à ce titre, exemplaires.
Principe No. 1 - L'eau douce - ressource fragile et non renouvelable - est indispensable à la vie, au développement et à
l'environnement.
Principe No. 2 - La gestion et la mise en valeur des ressources en eau doivent associer usagers, planificateurs et décideurs
à tous les échelons.
Principe No 3 - Les femmes jouent un rôle essentiel dans l'approvisionnement, la gestion et la préservation de l'eau.
Principe No. 4 - L'eau, utilisée à de multiples fins, a une valeur économique et devrait donc être reconnue comme bien
économique.
Si le mot « patrimoine » n’apparaît pas dans la Déclaration de Dublin, les principes d’une gestion d’une
ressource limitée à transmettre sont bien présents. En France, la loi de 1992 définit l’eau comme
patrimoine commun de la nation, ce qui lui confère le statut à la fois de « bien économique » et de « bien
social » dont la gestion ne peut être confiée aux seules forces liées à sa valeur marchande. Le Forum de La
Haye en 2000 confirme le concept d’un patrimoine dont
« la valeur économique de l’eau qui permet de comparer des usages entre eux ou des régions de consommation entreelles, est l’un mais pas l’unique déterminant des décisions de gestion ».
Cet aspect souligne le caractère intégré de l’eau à la fois bien technique, social, politique et stratégique.
L’aboutissement au droit à l’eau articule les principes d’un bien à gérer, d’un bien dont tout le monde doit
bénéficier et d’un bien à gérer à l’échelle de la planète.
Au niveau de l’entreprise, la notion de patrimoine est un concept discursif fort, répété et phare dans
l’arsenal argumentatif de l’organisation quelle que soit l’échelle d’émission. SUEZ, SUEZ
Environnement, Lyonnaise des Eaux et LYDEC affectionnent particulièrement cette notion qui
correspond à la fois à l’objet eau et à la nature du métier de gestionnaire d’un service public. L’activité de
l’eau suppose en effet, l’administration de réseaux considérés comme un patrimoine et le respect du
patrimoine naturel au sens de l’environnement, une double obligation qui insère l’activité du délégataire
dans celle d’une activité patrimoniale en adéquation parfaite avec le discours du Développement Durable
et de la préservation de l’environnement et du cadre de vie. Le discours du Groupe est donc axé sur la
mission d’une gestion d’un patrimoine technique qui comme tout patrimoine nécessite un savoir-faire, des
investissements et une vision à moyen et long terme.
« La gestion déléguée repose sur un contrat par lequel l’autorité publique confie certaines missions à un délégataire en lui
fixant des objectifs, tout en conservant la propriété du patrimoine et le pouvoir de régulation, contrairement à la
111.
privatisation, qui est fondée sur le transfert de la propriété des ouvrages à un opérateur privé. » (La vraie bataille de l’eau,
SUEZ, 2002)
« Les investissements actuels suffisent-ils à la gestion à long terme du patrimoine et à son renouvellement ? Enfin, les
coûts des mesures à prendre sont-ils socialement acceptables ? A chacune de ces questions, les filiales de SUEZ
Environnement doivent apporter des éléments de réponse dans un souci d’efficacité, d’économie mais aussi de
transparence vis-à-vis du public désormais associé à la gestion du bassin versant, comme le veut la directive cadre ».
(Rapport Recherche, Développement et Innovation, SUEZ Environnement, 2004)
« LYDEC est donc née après deux années de négociation entre le Groupe SUEZ Lyonnaise des Eaux et la Communauté
Urbaine de Casablanca. Ce contrat de gestion déléguée, signé le 28 avril 1997, est considéré comme le premier de ce type
sur le continent africain, puisqu'il porte à la fois sur l'eau, l'assainissement et l'électricité. En optant pour le système de
gestion déléguée, la collectivité, tout en réservant au secteur privé la charge des investissements et la gestion du service,
assure le contrôle permanent du service délégué, conserve son patrimoine et la responsabilité de fixer les grands
objectifs. » (Rapport annuel, LYDEC, 1999)
La question de la gestion du patrimoine se perçoit également avec la définition du Partenariat Privé-Public
(PPP) une forme de contrat de gestion déléguée du service de l’eau qui permet néanmoins selon
l’organisation privée, de dépasser la question de la gestion d’un bien public en intégrant les autorités
publiques dans la gouvernance du contrat. Casablanca est à ce titre, cité comme le premier exemple de
PPP du Groupe SUEZ.
« Partenariat Public-Privé (PPP) : le PPP repose sur un contrat adapté à chaque situation locale par lequel l’autorité
publique confie certaines missions à un délégataire en lui fixant des objectifs. Les pouvoirs publics fixent les objectifs de
service à l’opérateur privé tout en conservant la propriété du patrimoine et le pouvoir de régulation, contrairement à la
privatisation qui est fondée sur le transfert de la propriété des ouvrages. Les collectivités locales ont de plus en plus
recours au PPP dans la gestion de leurs services de l’eau. » Glossaire des rapports annuels SUEZ.
Autres les aspects liés au métier et à la technique d’un patrimoine constitué de réseaux, d’infrastructures à
entretenir et renouveler, l’autre enjeu lié au patrimoine est l’environnement sur lequel l’organisation va
nécessairement exercer un impact. Il s’agit de le protéger et de sensibiliser les publics aux activités du
métier pour montrer en quoi l’organisation agit favorablement pour le cadre de vie présent et futur. La
notion de patrimoine s’entend au sens global qui intègre un ensemble d’enjeux transversaux auxquels
l’entreprise souhaite répondre.
« La prise de conscience des exigences de protection de l’environnement liées à un développement durable a conduit les
pouvoirs publics, les entreprises et les citoyens à porter une attention nouvelle au paysage. Qu’il soit naturel, agricole ou
urbain, le paysage est le reflet du patrimoine culturel, historique et économique de notre société, mais aussi de la qualité
de vie des populations. Depuis la révolution industrielle, l’esthétique dominante tend à privilégier la construction de
bâtiments imposants et autonomes au détriment de leur environnement. Affichant sa volonté de rompre avec cette
tendance, SUEZ a mis en place une stratégie associant innovation technologique et qualité architecturale pour réduire
l’impact environnemental de ses activités et renforcer l’intégration de ses sites dans le paysage. » Rapport d’activité et de
Développement Durable, SUEZ 2004.
Cette perspective correspond tout à fait à la stratégie d’un Développement Durable où le Groupe s’insère
logiquement. L’activité d’une gestion d’un patrimoine correspond bien à la durabilité, la technique,
l’économique, le social et le culturel, autant d’enjeux nés du concept de Développement Durable. Le
patrimoine qu’il s’agit de préserver afin de le transmettre précise l’ancrage local de l’entreprise dans le
périmètre de son contrat de gestion. Au niveau de SUEZ comme au niveau national, le principe de
patrimoine articule le domaine technique et les enjeux environnementaux offrant au discours la légitimité
de gérer un bien public, un bien commun à tous et qui donne du sens à la stratégie de Développement
Durable.
« Par la nature de ses activités, SUEZ est au coeur des enjeux environnementaux : le changement climatique, la pression
sur les ressources en eau et les ressources énergétiques, la protection des milieux naturels et du patrimoine. C’est pourquoi
sa politique environnementale s’articule autour du respect de la réglementation en vigueur, de la maîtrise de la gestion
112.
environnementale, et de la recherche permanente de méthodes et techniques économiquement acceptables, aptes à réduire
les atteintes au milieu naturel. » Rapport d’activité et du Développement Durable, SUEZ 2005
« Lyonnaise des Eaux inscrit toutes ses actions dans une perspective de développement durable et contribue à transmettre
aux générations futures un patrimoine et un environnement intacts. Une charte engage l’entreprise auprès de l’ensemble
de ses clients. » Rapport annuel, Lyonnaise des Eaux 2005.
« Avec ses 31 centres régionaux et ses 120 agences locales, Lyonnaise des Eaux est avant tout une entreprise de
proximité, fortement ancrée dans les territoires. Nos collaborateurs participent à l’économie locale, sont insérés dans le
tissu associatif, travaillent en partenariat avec les équipes des collectivités. Cet ancrage nous donne des responsabilités :
préserver les paysages et le cadre de vie en prenant soin du patrimoine naturel des collectivités, servir les Agendas 21, se
mobiliser pour contribuer à l’emploi local et pour aider les plus démunis. » Douze engagements pour une gestion durable
de l’eau, Lyonnaise des Eaux 2007.
Bilan des cadres du visible et invisible
L’activité du distributeur du service de l’eau est intrinsèquement liée à l’environnement, elle est également
liée par contrat, à une mission de service public. Si le discours est axé sur des préoccupations techniques
liées à l’expertise qui légitime la présence de l’organisation sur le territoire et dans l’administration d’un
bien commun, le concept de Développement Durable et les relations à multiples échelles avec des cibles
tout aussi multiples offre un éventail discursif riche à l’organisation pour s’emparer le discours du
Développement Durable ainsi que le discours d’une ressource vitale comme l’eau. A partir d’une
démarche technique, économique et clientèle, il est désormais intéressant d’étudier en quoi la
communication du distributeur s’intègre au concept de Développement Durable et à celui de l’accès à
l’eau pour tous.
f.
La politique de Développement Durable de SUEZ et ses filiales
La stratégie de Développement Durable de SUEZ est intégrée aux valeurs même du Groupe SUEZ selon
les trois piliers traditionnels du Développement Durable et placés au cœur de ses métiers.
« Concilier croissance économique, développement social et préservation de l’environnement, est à l’origine même des
valeurs du Groupe qui a intégré les trois dimensions du développement durable comme fondement et guide sa stratégie. A
travers ses métiers, son expertise technologique et son savoir-faire, le Groupe répond aux immenses défis du 21ème siècle :
maîtrise de la consommation énergétique, préservation de l’environnement et des ressources naturelles, accès à l’eau et à
l’assainissement. » 53
SUEZ a été identifiée comme un leader sur l’engagement en faveur du Développement Durable, c’est
« une des premières entreprises françaises qui a pris l’engagement de concilier les perspectives de long terme du
Développement Durable avec les impératifs de rentabilité de court terme » 54.
Cet engagement de long terme, SUEZ le rappelle au fil de ses éditions pour montrer le caractère durable
de son implication.
« Nous avons été les premiers à lui consacrer un cahier de notre rapport d’activité 2000. »
« Ces convictions ne sont pas nouvelles. Depuis la création de SUEZ en 1997, le Développement Durable est constitutif
de son identité, de sa mission et de sa stratégie. » 55
La conception du Développement Durable évolue de 1997 à 2007. Elle s’inscrit dans une compréhension
« classique » de la notion autour des trois piliers, des valeurs de responsabilité et d’éthique. L’engagement
53
Dossier de Presse : « SUEZ et le Développement Durable : un engagement, des actions ».
Dossier : « SUEZ, concilier la responsabilité environnementale avec les responsabilités sociales et économiques », p.
12-19.
55
Rapport d’activité et du Développement Durable, Message de Gérard Mestrallet, 2002 et Rapport d’activité et du
Développement Durable 2005.
54
113.
pour le Développement Durable semble naturel, résultat de l’activité du Groupe dont les métiers sont
placés au cœur des enjeux planétaires.
« Apporter l’énergie, l’eau, éliminer les déchets : nos métiers sont au cœur des grands enjeux du monde. Nous en sommes
un acteur engagé, responsable, parce que nous sommes compétitifs et rentables. C'est pourquoi nous avons souhaité cette
année, pour la première fois, vous présenter dans un même document l'information concernant nos activités sur l'année et
un rapport économique, social et environnemental. » 56
La figure de Gérard Mestrallet est essentielle à l’arsenal discursif déployé à travers ses éditoriaux annuels
qui placent régulièrement le Développement Durable au cœur de son texte. Entre 2001 et 2006, les
messages du Président sont plus ou moins placés sous le signe du Développement Durable. Ils passent
d’une notion d’éthique et de responsabilité vis-à-vis de la Planète et des clients à une redéfinition propre
d’un Développement Durable utile pour la compétitivité du Groupe.
« Le Développement Durable est un élément de compétitivité important pour le Groupe. » 57
Ces gains de productivité, de compétitivité et d’avantages quantitatifs au niveau des métiers de SUEZ
soulignent très visiblement que la démarche de SUEZ est à la fois un engagement responsable et une
vision stratégique pour gagner des parts de marché et assurer la croissance du Groupe. Résumer
l’engagement de SUEZ à une conviction intéressée et à visée financière serait réducteur. Si le Groupe
choisit de mener une politique de Développement Durable utile à son activité, elle se réapproprie la notion
pour lui offrir une identité discursive et conceptuelle propre à l’organisation afin de garantir sa pérennité.
« Nous avons réfléchi à notre contribution à très longue échéance : nos activités continueront de servir l’intérêt général sur
le long terme. » 58
Cette réappropriation et la densité que le Groupe apporte au concept se manifeste par la volonté de réviser
des modes de production et d’organisation, une double contrainte technologique et d’innovation.
« Nous devons inventer une croissance écologique pour faire évoluer notre manière de consommer et promouvoir des
modes de production durables. » 59
SUEZ décline un Développement Durable qui soit « le langage des actes » (Rapport 2002). L’engagement
de SUEZ s’est concrétisé à travers une série de chartes signées à commencer par la Charte Sociale
Internationale signée en 1998, la Charte de l’environnement datant de 2000, la Charte Ethique, les règles
d’Organisation et de conduite des sociétés et la Charte Sociale Internationale, toutes trois signées en 2001
et enfin, la Charte de la diversité datant de 2004.
L’engagement fort de SUEZ pour améliorer les conditions de travail de ses salariés et pour inculquer une
forte responsabilité tant auprès de ses collaborateurs que ses fournisseurs montrent un engagement marqué
dans le pilier social. Le pilier social est le pilier d’ajustement du Développement Durable, le domaine où
les actions de l’entreprise sont dites les plus faciles à mettre en place malgré le changement profond que de
nouvelles initiatives suscitent notamment au niveau des mentalités. De fait, les piliers économique et
environnemental au niveau de l’entreprise appellent à des synergies, un diagnostic des activités et à fixer
des objectifs nécessitant des actions transversales entre les directions d’une même organisation.
L’illustration de l’engagement de SUEZ se décline à travers cinq priorités thématiques liées aux métiers
du Groupe. Ces priorités sont définies en 2005 signe d’une maturité discursive en faveur du
Développement Durable. Ils répondent aux objectifs et missions de l’organisation.
56
Rapport d’activité et du Développement Durable, Message de Gérard Mestrallet, 2001.
Rapport d’activité et du Développement Durable, Message de Gérard Mestrallet, 2004.
58
Rapport d’activité et du Développement Durable, 2002.
59
Rapport d’activité et du Développement Durable, 2006.
57
114.
« Parmi les grands défis planétaires, SUEZ en a identifié cinq qui sont étroitement liés à ses métiers. Leur prise en compte
est source de progrès car, tout en contribuant au développement durable de ses parties prenantes, elle offre au Groupe les
moyens d’assurer le sien et de gagner en performance. » 60
Ces cinq priorités sont :
1.
2.
3.
4.
5.
la mutation des marchés,
l’ancrage territorial,
la préservation des ressources,
la qualité de la vie,
le changement climatique.
Ces thèmes correspondent à une démarche de progrès au sein du Groupe, ils répondent à la fois aux
attentes liées au concept de Développement Durable, aux métiers de SUEZ et à la particularité de
l’organisation du Groupe. Chaque défi se traduit par une série d’actions avec des indicateurs de suivi dans
une démarche qui répond à des valeurs et un engagement stratégique cohérent tant pour SUEZ que pour
ses filiales.
« Nous avons identifié des défis qui posent question sur la stratégie du Groupe en se projetant. Quels sont les points qui
vont influencer l’activité du Groupe ? On a donc choisi le changement climatique, la qualité de la vie, l’ancrage
territorial pour bien travailler dans les bassins où l’on est présent (…) On a demandé aux Business Unit, ce n’est pas de
remplir des tableaux avec des cases, c’est d’être en cohérence avec les fondamentaux identifiés et que chacun s’engage
dans une démarche qui soit utile sur plusieurs points et de façon à ce que ce soit utile pour leur business. Et c’est ça qui
est fondamental. Si cela ne se traduit pas comme ça, cela ne sert à rien. » 61
Choisir le défi du changement climatique est un engagement intéressant pour une organisation privée. Ce
thème de plus en plus abordé sur la sphère médiatique et pour lequel des actions urgentes sont demandées
à l’Etat, est un moyen pour SUEZ de répondre aux discours alter mondialistes qui condamnent les
industriels pour leur participation à l’augmentation des températures. Il vise à réviser les processus
d’organisation, à concevoir de nouvelles technologiques plus efficientes et à contraindre certaines unités à
s’adapter aux normes en vigueur. Si le défi du changement climatique est probablement l’enjeu le plus
difficile à relever en matière d’organisation du métier du Groupe, il est un lieu discursif fort.
« Répondre au réchauffement climatique, c’est conjuguer des réponses à la fois dans l’énergie et dans l’environnement »
Rapport d’activité et du Développement Durable, SUEZ 2006.
Cette déclinaison du Développement Durable par priorités que l’organisation choisit, montre la
réappropriation de la notion par SUEZ. Cette propre vision du Développement Durable et de sa portée
conceptuelle souligne la plasticité de cette notion qui s’adapte aux objectifs de chacun. Dans un contexte
où le Développement Durable doit être utile, efficace et rentable, SUEZ propose un modèle de
Développement Durable en cohérence avec ses métiers. Cet esprit se retrouve dans les éditions du Groupe
qui proposent sa définition du Développement Durable en effaçant la citation et la référence à la notion de
G. Brundtland.
L’ancrage territorial vise à développer des actions de proximité, des partenariats locaux et de dialogue
avec le public et le client. La préservation des ressources et la qualité de la vie sont deux priorités très liées
aux métiers de l’eau, l’assainissement et de la gestion des déchets. Les déclinaisons concrètes de ces axes à
travers la Road Map, la feuille de route de SUEZ qui correspond à une volonté de décliner un concept par
des actions concrètes que des objectifs de moyen et long terme notés par des indicateurs permettent de
60
61
Rapport d’activité et du Développement Durable, 2005.
Entretien Stéphane Quéré, Directeur du Développement Durable de SUEZ.
115.
suivre les progrès réels sur le sujet. Cette démarche correspond à un langage « en action », à une volonté
d’évaluer des résultats avec une visibilité directe évaluée par des chiffres, garant que l’entreprise tient ses
engagements.
Une feuille de route de mise en pratique et de suivi
Suite à la création de SUEZ Environnement, le rôle de SUEZ est de donner des grandes lignes stratégiques
dirigeant les valeurs autour desquelles doivent se définir les priorités d’action des filiales. Le rôle de SUEZ
Environnement est d’impulser directement ce mouvement auprès des filiales, de jouer de relais auprès de
SUEZ pour permettre le suivi et l’accomplissement des objectifs fixés. Dans cet esprit, SUEZ
Environnement crée sa direction du Développement Durable en 2006, elle aboutit au lancement de la
feuille de route. Cette dernière est une grille d’objectifs répartis par enjeux avec des indicateurs de suivi,
les échéances et la distribution des responsabilités au sein de l’entreprise.
« Véritable projet d’entreprise, la stratégie consignée dans la Feuille de Route touche à tous les métiers de SUEZ
Environnement. Elle comporte au total 52 engagements concrets, dont 28 sont obligatoires pour toutes les entités. Cellesci doivent à leur tour préparer leur propre feuille de route, adaptée à leur contexte spécifique, en fonction de leurs métiers,
de leur culture, de leur niveau de développement. Début 2007, une dizaine de BU avaient déjà décliné la Feuille de Route,
représentant près de 70 % du chiffre d’affaires de SUEZ Environnement. » 62
A l’image de la stratégie de Développement Durable, l’engagement de SUEZ Environnement est défini
autour de cinq enjeux prioritaires énoncés en fonction des trois piliers du Développement Durable. A ce
titre, la politique de Développement Durable est très proche de la définition du concept à travers les trois
axes environnement, société et économique. L’organisation propose une définition autour de trois
fondamentaux soulignant une réappropriation prudente du concept à suivre le schéma classique discursif
en matière de Développement Durable.
« Le Développement Durable est un modèle de développement économique qui nous invite à un
changement de perspective pour concilier :
> la création de richesses,
> la limitation de notre consommation des ressources naturelles,
> la recherche de bien-être social.
Les biens communs tels que l’air, l’eau, les réseaux hydrographiques et les ressources nécessaires
aux générations futures sont les plus vulnérables par défaut de propriétaire et de défenseurs
attitrés. » 63
Cette reformulation cantonne la stratégie de Développement Durable autour des trois piliers ainsi que les
cinq enjeux qui restent une déclinaison adaptée à l’entreprise des trois piliers. Les cinq enjeux de SUEZ
Environnement répondent aux objectifs de Développement Durable en se définissant à partir de chaque
pilier selon une perspective interne et externe à l’entreprise. Les deux premiers enjeux sont liés à la sphère
économique pour répondre aux objectifs de l’entreprise, « Assurer notre pérennité par une croissance
rentable et durable », et à des objectifs commerciaux tournés vers l’extérieur et soulignant l’adaptation de
l’organisation aux contraintes externes, « Enrichir nos offres commerciales au bénéfice des clients et des
usagers ». La même logique est appliquée pour le pilier social où il faut à la fois s’engager pour le
personnel de l’entreprise, « Valoriser et protéger les ressources humaines de l’entreprise », et « Agir en
entreprise citoyenne ». La vision intégrée de l’environnement propose des actions pour réduire l’impact de
62
63
Bilan Développement Durable, SUEZ Environnement, 2007.
Bilan Développement Durable, SUEZ Environnement, 2007.
116.
l’organisation sur l’environnement en interne et externe pour « Préserver les ressources naturelles et
limiter les impacts environnementaux ».
La suite de chaque enjeu est déclinée sous forme d’un engagement, une parole discursive qui définit
l’enjeu que SUEZ Environnement explique et matérialise à travers une série de thèmes d’action et
d’indicateurs de suivi. La Charte se décline avec un enjeu, un engagement et un texte explicatif pour
chaque engagement. Par exemple, pour le premier engagement, « Assurer notre pérennité par une
croissance rentable et durable », le sous titre est « Assurer la rentabilité nécessaire à l’exercice sain et
durable de nos activités ». Cet énoncé reformule afin de préciser et densifier les propos, il explicite la
compréhension de cet enjeu par l’organisation. Dans le texte explicatif, le Développement Durable est
perçu comme un modèle économique, un moteur de croissance que l’entreprise souhaite garantir.
« Associer croissance et développement durable. La notion de développement durable est indissociable de celle de
responsabilité économique. Sans croissance rentable et durable, l’entreprise ne serait évidemment pas en mesure de
protéger l’environnement ni de participer au développement de ses collaborateurs et des communautés au sein desquelles
elle exerce. »
Chaque engagement est détaillé afin de rendre concret le discours. Les actions et les pratiques liés aux
thèmes peuvent néanmoins s’éloigner de l’intitulé initial à l’exemple de l’enjeu 5.
ENJEU 5
Agir en entreprise citoyenne.
ENGAGEMENTS :
• Améliorer la qualité de service dans les quartiers défavorisés des villes clientes.
• Favoriser le dialogue permanent et les relations d’échange mutuel avec nos partenaires extérieurs et les ONG.
• Développer une politique d’achats qui privilégie les produits d’éco-conception, les énergies et les ressources
naturelles renouvelables et le commerce équitable, ainsi que l’alignement des fournisseurs sur ces pratique
(DISCOURS)
NOURRIR LES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITÉS ET LES RIVERAINS
Membre à part entière de la communauté dans laquelle elle opère, SUEZ Environnement entretient avec les
riverains de ses installations des relations d’écoute et de transparence afin de les sensibiliser, de les informer et de
recueillir leurs attentes pour mieux y répondre.
UNE RESPONSABILITÉ AU NIVEAU PLANÉTAIRE
Signataire des objectifs du millénaire dans le domaine de l’eau, SUEZ Environnement participe activement à la
“vraie bataille de l’eau” en cherchant à définir et à déployer des mécanismes qui lui permettent de conduire une
action efficace et durable.
L’EAU POUR TOUS : GÉNÉRALISER L’ACCÈS À L’EAU POTABLE ET À L’ASSAINISSEMENT
En Septembre 2000, 189 pays membres de l’ONU signaient les Objectifs du Millénaire pour le développement et
s’engageaient à réduire de moitié, avant 2015, le pourcentage de la population qui n’a pas un accès durable à un
approvisionnement en eau potable et à un système d’assainissement.
SOLIDARITÉ ET CITOYENNETÉ
Une entreprise comme SUEZ Environnement peut, grâce à son savoir-faire, apporter son soutien lors de situations
d’urgence ou participer à des actions citoyennes.
L’enjeu définit les grandes lignes, les engagements fixent les objectifs, le discours lui, se réapproprie
l’enjeu en fonction des métiers et des missions de l’organisation. Le texte proposé par SUEZ
Environnement correspond à des réalisations passées de l’entreprise ; il apparaît en décalage avec la feuille
de route fixée pur 2006-2011. Le décalage discursif a pour but de montrer que l’entreprise est engagée,
qu’elle a déjà des exemples de bonnes pratiques et des succès favorables à la protection de
l’environnement. A ce titre, le « Bilan de Développement Durable » est sous titré « une année dans les
117.
métiers de l’environnement », une reprise des précédentes éditions de SUEZ Environnement glissant peu à
peu dans le choix des termes.
2003 : Rapport de Responsabilité Sociétale et Environnementale
2004 : « Les métiers de SUEZ dans l’environnement »
2005 : « Une année dans les métiers de l’environnement »
2006 : « Grands savoirs environnementaux »
2007 : « La référence dans les métiers de l’environnement »
L’introduction du terme de Bilan de Développement Durable avec la Feuille de route permet le
changement et l’articulation entre environnement et une stratégie intégrée de Développement Durable.
L’articulation entre le passé et les nouvelles priorités est une réponse logique à l’histoire de l’organisation
et à ses nouveaux objectifs. La logique de Développement Durable est pour l’instant axée autour
d’objectifs et d’indicateurs sans véritable réappropriation du concept.
La diffusion du discours montre un départ de l’entité principale vers sa branche Environnement. Au
niveau local, les filiales ont déjà une perception propre du Développement Durable qui s’adapte à la feuille
de route de SUEZ Environnement tout en contribuant à nourrir ses objectifs, montrant une circulation à
plusieurs échelles du discours et une mise en visibilité fonction du contexte.
Un engagement citoyen et pour la ressource
Quelles sont les stratégies de Développement Durable des filiales dans ce contexte fortement engagé sur le
discours et l’action en faveur du concept défini par G. Brundtland ? Lyonnaise des Eaux et LYDEC ont
naturellement intégré le principe de Développement Durable dans leurs rapports d’activité pour valoriser
leurs actions environnementales et sociales. L’arrivée de la Road Map et la création de directions de
Développement Durable contribuent à modifier leur engagement respectif décliné concrètement à travers
des résultats et charte d’engagements.
Les 12 engagements de Lyonnaise des Eaux
Si en 2002, Lyonnaise des Eaux est « une entreprise au service des consommateurs d’eau » 64, elle est dès
2003 : « Lyonnaise des Eaux : le Développement Durable en action ». Par le choix de ce slogan, LDE veut
inscrire son discours dans celui de la preuve avec des exemples concrets pour justifier de son activité. Déjà
en 2002, LDE se présente comme « un acteur reconnu du Développement Durable ». Elle est « aux yeux
du grand public (...) la troisième entreprise reconnue et légitime à travers ses missions, dans le domaine du
développement durable » (source IFOP). Pour signaler la concrétisation de ce titre, le rapport présente les
Trophées Halieutica.
« Premiers trophées de la pêche, ils sont destinés à encourager et mieux faire connaître les initiatives locales en faveur de
la protection des milieux aquatiques » 65.
La préoccupation pour l’environnement se retrouve dans l’ensemble des supports de communication
rassemblée sous ce slogan générique : « Pour l’eau ». La conscience qu’il faut respecter et travailler autant
pour l’eau que pour le consommateur, inscrit directement LDE dans un discours responsable. La batterie
classique d’acteur responsable est ainsi déployée exprimé par les mots de « engagement », « agir », « être
64
65
Lyonnaise des Eaux, Rapport d’activité 2002, Paris : 2002.
Lyonnaise des Eaux, Rapport d’activité, Paris : 2002.
118.
un acteur responsable », « action citoyenne », « entreprise citoyenne » ou encore un choix de verbes pour
qualifier les actions : « protéger », « gérer durablement », « garantir », « dépolluer », « conseiller », «
pérenniser le patrimoine ».
LDE veut s’instituer comme un acteur répondant aux attentes et aux exigences du Développement
Durable et de la protection de l’environnement, plus particulièrement de la ressource eau. Pour cela, elle
crée en 2004, une direction du Développement Durable.
« Issue de la démarche Lyonnaise 2010, la création d’une Direction de Développement Durable a pour mission de
fédérer toutes les initiatives de l’entreprise en faveur du Développement Durable, mais aussi d’en susciter de
nouvelles. Son rôle consiste également à accompagner les collectivités locales dans leurs propres démarches dans ce
domaine : certification environnementale des installations de traitement d’eaux usées, élaboration d’agenda 21,
participation aux commissions consultatives » 66.
La mission du Développement Durable de LDE est tirer une cohérence d’une action locale - régionale née
des centres régionaux pour attribuer une visibilité nationale à LDE sur le discours de Développement
Durable. Elle répond à une demande de prise de position claire déjà initiée dans les régions pour répondre
aux exigences des collectivités locale et s’affirmer face à la concurrence. Cette politique veut stabiliser
LDE comme une entreprise, un acteur à la RSE affirmée. Autour de ses trois piliers s’articulent des projets
et axes de communication forts.
- Au niveau social : l’intégration du handicap ; la diffusion d’information en braille dans L’Eau et
Vous ; l’emploi des jeunes comme le projet « Aide aux jeunes diplômés » lancé par Lyonnaise des Eaux
Grand Ouest en partenariat avec l’ANPE de Labenne 67 ; aide aux familles en difficulté en participant à 32
commissions d’attribution des aides solidarité logement organisées au niveau des départements. Plus
récemment, LDE a lancé une campagne phare pour l’emploi en faveur des personnes handicapées. Elle
inaugure en novembre 2004, la plateforme Essor pour les travailleurs handicapés et s’engage à recruter 70
personnes d’ici 2010. Dans sa nouvelle charte, elle s’engage pour l’emploi des jeunes par la signature de
1.000 contrats en alternance d’ici 2010.
- Au niveau économique : un programme cible « les femmes à s’insérer dans le monde du travail
» 68. Réalisé en partenariat avec le Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi (PLIE) des Hauts de Garonne, la
Direction Départementale du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (DDTEFP), le
Conseil Général, l’ANPE et la Direction Régionale aux Droits des Femmes et à l’Egalité, « cette action
vise à la mise en commun des compétences pour lutter contre l’exclusion des femmes du marché du
travail ». Action mise en place en 2000, elle a permis l’embauche de femmes en contrat à durée
indéterminée.
- Au niveau environnemental : le respect de l’environnement s’intègre à une obligation fonction
des directives françaises et européennes. Cela se traduit par solutions techniques pour sécuriser les sites,
prévenir les pollutions ou choisir des process respectant l’environnement. Des actions de sensibilisation à
l’environnement et à l’eau se concrétisent par des partenariats avec des associations locales spécialisées
dans l’environnement (Réseau Eau Nature, Nature pour Tous, Méditerranée 2000, etc.)
Pour conserver la cohérence de l’engagement de l’entreprise, elle valorise des partenariats axés sur des
valeurs clés au service de la RSE. Ces partenariats sont l’occasion de « prouver » les discours dans la
66
Lyonnaise des Eaux, Rapport d’activité, Paris : 2004, p. 7.
SUEZ, Dix ans de Responsabilité Sociale, Paris : 2006, p. 28.
68
SUEZ, Dix ans de Responsabilité Sociale, Paris : 2006, p. 67.
67
119.
mesure où « l’entreprise responsable doit prouver plutôt que communiquer » 69. Les partenariats nationaux,
au contraire des actions locales, indiquent les valeurs défendues par LDE.
Les trois partenariats nationaux sont les Trophées Halieutica, les Chemins de l’Eau et Immeubles en Fête.
« Les Trophées Halieutica Lyonnaise des Eaux ont pour objectif de valoriser et de récompenser des actions de protection
et de sensibilisation du milieu aquatique menées par des associations ou des écoles de pêche. »
Organisés chaque année de 2002 à 2006, les Trophées Halieutica jouissent d’une reconnaissance du
monde de la pêche manifestée par une couverture médiatique de plus en plus forte des réalisations des
associations en compétition. Organisés en partenariat avec le Conseil Supérieur de la Pêche et l’Union
pour la Pêche en France, ces Trophées ont un double valeur : l’ancrage locale par la promotion de
l’initiative d’associations et la préservation du milieu aquatique en accord avec un public cible, les
pêcheurs. Encourager la pêche est à la fois une nécessité pour agir sur l’image d’une entreprise polluant les
rivières par le rejet d’eaux usées (traitées) et un choix politique de proximité avec l’élu issu de communes
rurales ou semi-rurales. L’enjeu de ces trophées est la promotion de LDE au niveau local à travers une
reconnaissance et un impact médiatique dans la presse spécialisée et régionale.
« Les Chemins de l’Eau » s’intègrent à la semaine du Développement Durable organisé par le Ministère
de l’Ecologie et du Développement Durable depuis 2003. Cette opération « propose pendant une journée
de sensibiliser les scolaires au respect de l’environnement et du milieu aquatique. » 70 Dirigé en priorité
vers les classes de CM, les Chemins de l’Eau « mettent en place des actions concrètes qui visent à
accroître la sensibilité à la protection de l’environnement ». Les valeurs privilégiées sont la transmission de
la citoyenneté dans une logique inter-générationnelle et l’implication par des opérations organisées en
partenariat (écoles, communes, associations) où chacun est un acteur.
« Immeubles en Fête », la fête des voisins organisée par l’association du même nom se déroule chaque
année le dernier mardi du mois de mai. Derrière cette opération grand public, Lyonnaise des Eaux choisit
l’image de la convivialité et de la proximité à travers une action qui lui offre une visibilité nationale et de
pénétrer le tissu social. Ces partenariats nationaux offrent une singularité à Lyonnaise des Eaux dans
l’entre deux de communication qui existent entre la localité - régionalité et la forte personnalité de SUEZ.
Ces partenariats s’intègrent à la politique de Lyonnaise des Eaux précédant la démarche intégrée de
Développement Durable et ses 12 engagements destinés à fédérer les actions déjà existantes. Véritable
tournant discursif, cette charte succède la Road Map de SUEZ Environnement. Elle cumule des
obligations de contrat comme la lutte contre le gaspillage de la ressource, des bonnes pratiques déjà
lancées au sein de l’entreprise qu’il s’agit de reproduire dans d’autres centres comme la procédure « accès
à l’eau pour tous » créée à Dunkerque et enfin, de nouveaux objectifs pour l’organisation comme
l’organisation de forums pour inciter au dialogue sur les sujets de Développement Durable et d’accès à
l’eau. Dans cette dynamique, LDE procède à une évaluation de sa Charte un an après avoir lancé son
nouveau projet, un moyen de rendre concret un discours.
« Comment mesurer la performance d’une démarche de développement durable ?
Un an après avoir pris 12 engagements pour une gestion durable de l’eau, Lyonnaise des Eaux, Groupe SUEZ, rend
public son 1er bilan : succès et prochains enjeux. Pour la 1ère fois, une entreprise présente l’intégralité des résultats d’un
audit mené par Vigeo. » Communiqué de Presse Lyonnaise des Eaux, 2007.
Un an après, l’engagement de Lyonnaise est vérifié par une institution de notation sociale et par des
actions qu’elle valorise en revoyant sa charte de Développement Durable du 2008. Cette dernière se
69
70
CHELHOD, G. L’expression d’entreprise, février-mars 2004.
Lyonnaise des Eaux, Les Chemins de l’Eau, plaquette 2006.
120.
calque sur le schéma de la Feuille de route de SUEZ Environnement. Cette démarche se remarque
particulièrement dans le Rapport d’activité intitulé Rapport d’activité et du Développement Durable. Il
reprend la même organisation que les rapports d’activité de SUEZ et SUEZ Environnement. Cette
démarche en cohérence avec le Groupe. Elle affiche une visibilité homogène sur les sujets politiques et
stratégiques comme le Développement Durable est un moyen de motiver en interne et de communiquer
sur un discours responsable auprès des différents publics de l’organisation.
L’engagement citoyen de LYDEC
Le Développement Durable à LYDEC est considéré comme un engagement citoyen, une participation au
développement de la ville et une action pour la préservation de l’environnement. Plus que le Développement Durable
dont le terme apparaît en 2001 dans les Rapports annuels de LYDEC, l’organisation souhaite s’imposer comme « un
partenaire à part entière des citoyens et de la société civile » (Rapport annuel 1999).
Dans cette démarche, la logique discursive est marquée par la recherche de légitimité de LYDEC en tant
qu’entreprise de la ville. Le discours constate, décrit et justifie. Il se veut global, totalisant dans la mesure où il
énonce des discours généraux sur l’environnement notamment sur la ressource eau. L’eau désigne la rareté de la
ressource, elle est un « bien précieux » qui nécessite une « gestion rationnelle » et l’activité de LYDEC tend à la
« préservation de l’eau ». Cette protection ne peut se faire que par des actions citoyennes et la sensibilisation.
« Protéger l’environnement, lutter pour que soit préservée la qualité de l’eau, du monde qui nous entoure, ne peut aller
sans la nécessité de sensibiliser les jeunes et les moins jeunes à la question fondamentale de l’eau en tant que bien
précieux. » 71
La citoyenneté passe par « l’apprentissage », « l’éducation et la formation environnementales ». Dans ce
contexte, la stratégie de LYDEC s’affirme autour de trois volets : les programmes de raccordement aux
services (eau et électricité), l’éducation et l’environnement. À travers son discours, LYDEC s’impose
comme une entreprise consciente des enjeux, elle justifie son engagement par son expérience et son statut,
« LYDEC est de fait, une entreprise citoyenne ».
Dans ce contexte, l’émergence du Développement Durable ne bouleverse pas le discours de LYDEC axé sur
l’ancrage territorial, la ville et le citoyen. En 2001, le mot de Développement Durable apparaît, il n’est pas défini et
poursuit l’engagement citoyen de LYDEC. « Acteur de vie », le discours est globalisant et englobant par la répétition
« pour tous », « du plus grand nombre », « des casablancais ». Peu à peu, le discours citoyen de LYDEC cible celui
du cadre de vie. Elle est le partenaire, l’acteur, l’entreprise de la vie de la collectivité., LYDEC est « un acteur clé du
secteur urbain » (Rapport annuel 2003).
Cette démarche de proximité placée « au cœur des quartiers » conduit LYDEC à poursuivre sur ce schéma
discursif après la Road Map 2007 qu’elle doit adapter à son contexte. LYDEC s’est illustrée dans la
protection de l’environnement à travers des actions de sensibilisation en direction des scolaires, la lutte
contre le gaspillage de la ressource ou encore, l’accès à l’eau pour tous. Afin de poursuivre son
engagement en faveur du Développement Durable, LYDEC cible des actions dans le domaine humain et
technique. Cette nouvelle responsabilité confirme son statut de citoyen.
« Dans le cadre de ses missions, LYDEC inscrit son engagement sociétal dans une dynamique durable et développe des
actions citoyennes dans les domaines du social, de l'éducation et de la préservation de l'environnement. » 72
Dans ses nouvelles priorités, LYDEC a axé ses engagements pour développer et protéger son capital
humain. Elle s’est déjà engagée pour garantir le respect des droits de l’homme et droit du travail dans ses
activités et le prolonge avec ses fournisseurs par la signature d’une charte du Développement Durable.
71
72
Rapport annuel, LYDEC, 2000.
Exposition Ma planète, juin 2008.
121.
Pour ses employés, elle développe la formation, l’accompagnement des nouveaux arrivants et devenir une
entreprise apprenante afin de confirmer sa position d’organisation performante et innovante. Un nouvel
axe fort de la politique de ressources humaines est la lutte contre toute forme de discrimination et de
harcèlement, la promotion de la diversité et notamment de l’égalité entre femmes et hommes au sein de
l’entreprise.
LYDEC renforce la protection des ressources et l’environnement de la région de Casablanca. Ses objectifs
visent à la fois à maintenir la conformité de la ressource et de ses installations et aussi, de maîtriser la
qualité des rejets dans le milieu naturel et la consommation des ressources. Cette activité doit s’inscrire
dans une démarche de sensibilisation des employés à travers la promotion de bonnes pratiques. Elle
s’engage pour le contrôle en interne de ses déchets, de sa production de gaz carbonique contribuant à
l’effet de serre ou encore la maîtrise de la consommation des ressources dans le cadre de ses activités.
Ces actions suivent les grandes lignes de la Road Map que LYDEC s’est réappropriée du contexte
marocain et de sa vision du Développement Durable, une stratégie axée sur l’ancrage territorial où la
filiale marocaine met en valeur son statut d’acteur de la ville, au même titre qu’un citoyen. LYDEC
souligne son statut d’organisation délivrant des services intégrés au quotidien des habitants de Casablanca
lui donnant la légitimité de poursuivre son activité aujourd’hui et à long terme.
g.
Résultats de l’analyse quantitative du corpus
Technique
31785
35,5%
Economique
34924
38,9%
Politique
9987
11,1%
ST
SPHERE
PUBLIQUE
ST
76696
85,5%
89703
100,0%
13007
14,5%
Environnement
6758
7,5%
Social
4335
4,8%
Culturel
1914
2,2%
122.
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
Total
Culturel
1,6%
1,7%
2,0%
1,7%
2,5%
2,1%
2,8%
1,6%
1,8%
2,4%
3,1%
2,2%
Social
4,2%
4,7%
4,6%
5,5%
4,8%
6,7%
5,2%
5,8%
4,0%
4,0%
3,5%
4,8%
Environnement
3,1%
4,2%
4,9%
5,7%
8,6%
6,4%
6,9%
7,5%
11,2%
10,7%
12,3%
7,5%
Politique
12,3%
13,0%
13,5%
13,3%
12,5%
9,7%
10,3%
9,8%
8,5%
10,6%
10,0%
11,1%
Economique Technique
44,9%
34,0%
42,8%
33,6%
41,3%
33,7%
39,5%
34,3%
33,3%
38,2%
40,3%
34,8%
39,6%
35,2%
38,6%
36,7%
38,0%
36,4%
36,9%
35,4%
34,0%
37,0%
38,9%
35,5%
Répartition globale des lexiques de SUEZ
123.
Evolution par lexique SUEZ de 1997 à 2007
Lexique SUEZ en 1997
124.
Lexique SUEZ en 1998
Lexique SUEZ en 1999
Lexique SUEZ en 2000
125.
Lexique SUEZ en 2001
Lexique SUEZ en 2002
Lexique SUEZ en 2003
126.
Lexique SUEZ en 2004
Lexique SUEZ en 2005
Lexique SUEZ en 2006
127.
Lexique SUEZ en 2007
128.
h.
Etude de cas : « De vous à nous, choisissez l’eau du robinet. Analyse du support
consommateur de Lyonnaise des Eaux, L’eau & vous »
En un clin d’œil
Objectifs :
Etude du magazine consommateur de Lyonnaise des Eaux comme support de communication grand
public. Le but est d’établir quel est le discours mis en place, en quoi il cible la femme et quel est le statut
de cette dernière.
Présentation de l’étude :
Cette étude pose les questions suivantes :
- Traitement de l’information et contrat de lecture : comment les problématiques d’usages
relatives à la sphère privée sont-elles traitées ? Comment les questions techniques liées à l’activité
de distributeur d’eau sont-elles abordées ? Comment s’intègre le développement durable dans le
dispositif de L’eau & Vous ?
- Construction de l’image de la femme : quelle est l’image de la femme véhiculée par ce
magazine ? En quoi ce magazine construit-il un rapport privilégié entre l’eau et la femme ?
- Construction du produit & service « eau » : Quelles valeurs de l’eau le magazine diffuse-t-il ?
Quelle image le distributeur, Lyonnaise des Eaux, donne-t-il de lui-même ?
Pour répondre à ces interrogations, une synthèse élaborée d’après les résultats et analyses du corpus de
référence répondra aux questionnements sur L’eau & vous autour de trois axes de réflexion suivant la
construction d’une représentation sociale sur l’espace public :
- S’intégrer dans la sphère privée : un magazine d’information qui cible le consommateur à
travers des préoccupations « foyer » sous-entendu la cellule familiale où la femme s’impose
comme la gestionnaire principale.
- Imposer sa marque : les conseils pratiques et autres rubriques utiles dressent la fonction
prescriptive de L’eau & vous qui se positionne comme support complice et donneur de bons
gestes.
- Affirmer son identité : les valeurs de L’eau & vous s’imposent à la cible « Femme » et s’érigent
comme un modèle de vie légitimé par un discours « environnement », dans une perspective de
développement durable.
Méthode :
1. Analyse sémio–discursive (analyse du contenu des textes et de leur articulation avec les images de
10 numéros de juin 2002 à automne-hiver 2006) 73.
2. Un questionnaire quantitatif envoyé à 10 communicants et Textuel. 6 personnes ont répondu, ce
qui a permis de constituer un panel représentatif du schéma de l’édition de L’eau & vous 74.
3. Retour qualitatif des 13 entretiens semi-directifs menés par ailleurs à Lyonnaise des Eaux, SUEZ
Environnement et SUEZ.
Corpus 75 :
Supports de L’eau & vous depuis le lancement de l’édition en juin 2002.
Supports clientèle de Lyonnaise des Eaux depuis 2002.
Questionnaire L’eau & vous, décembre 2006.
Entretiens semi-directifs, décembre 2006 & janvier 2007.
73
Cf. Annexe 1, p. 31.
Cf. Annexe 2, p. 32.
75
Cf. Corpus, p. 29.
74
129.
Synthèse :
« De vous à nous, choisissez l’eau du robinet.
Analyse du support consommateur de Lyonnaise des Eaux, L’eau & vous »
La construction des valeurs de l’eau et du discours de distributeur sur la marque « eau du robinet », une
eau féminine, une eau pour tous, une eau très « environnement ».
L’eau & vous est un magazine ciblé « client – consommateur ». C’est un support d’information destiné à
délivrer des conseils à l’utilisateur du service de l’eau. Pour ce faire, il décline des pages régionales voire
locales ainsi qu’un dossier thématique relatif, le plus souvent, à la qualité de l’eau. Une page pratique sur
les usages de la maison est également présente sous la forme d’un graphique pédagogique et simplifié.
Ce support positionné « usagers » est néanmoins un magazine qui offre un contrat de lecture basé sur la
complicité, la confiance, la proximité avec une cible clairement féminine. L’eau & vous est un magazine
qui construit un discours sur l’eau pour enseigner les valeurs de l’eau en cohérence avec l’expertise et les
intérêts du distributeur. Au fil de ses éditions, il affirme un mode de vie au cœur d’un dispositif discursif
porté par une visée « environnement » et une personnification de l’eau, alliée amie et partenaire du
quotidien.
Comment s’intégrer dans la sphère privée ? S’adresser à la mère.
L’eau & vous est présenté comme un support « grand public », « consommateurs » plus particulièrement.
Lyonnaise des Eaux l’annonce comme un support destiné à ses clients dans son Rapport d’activité 2002
puis comme un support pour les consommateurs en 2005. Le glissement terminologique s’explique par la
volonté du distributeur de s’adresser à un public élargi, une nécessaire démarche dans le contexte
médiatique actuel. La diffusion de L’eau & vous reste néanmoins cantonnée au territoire de Lyonnaise des
Eaux, le magazine étant uniquement distribué dans les communes desservies par Lyonnaise des Eaux, ce
qui représente 9 millions d’abonnés « indirects ».
L’eau & vous est un exemple du genre, le premier magazine « consommateurs » publié par un distributeur
d’eau. Ce magazine sous titré « le magazine de l’eau au quotidien » est un support qui s’apparente à celui
des magazines féminins traditionnels du marché éditorial français. Son traitement tant visuel que
stylistique l’apparente directement à Femme actuelle ou Madame Figaro dans la limite d’un traitement
uniquement « eau ». Il correspond également aux magazines diffusés par des prestataires de services
comme la FNAC ou Décathlon qui envoient des supports consacrés à ses produits à ses abonnés.
Pour s’adresser à sa cible, une femme âgée entre 35 et 55 ans habitant en Province, L’eau & vous choisit
des thématiques propres à celles d’une gestionnaire de foyer avec un traitement ludique et pratique. Il
s’adresse également aux centres d’intérêt d’une mère en lui parlant de ses enfants qui permet d’ « établir
une connivence avec la cible… Car si on me parle de mes enfants ça m’intéresse… » 76.
Dans cette visée, les thématiques sont liées à la santé, « ma forme et l’eau » insiste sur sa qualité (numéros
1 & 2), ses apports (4, 5, 8 & 10) et ses vertus ludiques (3). Elle est douée de valeurs curatives pour
« décongestionner les rhinites bénignes » (numéro 4) ou partenaire des jeux d’été pour les enfants où « les
jardins se transforment parfois en théâtres de jeux d’eau » (numéro 5). Dans le registre du plaisir et du bien
être, les plaisirs gustatifs se conjuguent avec « des recettes alléchantes : réglisse, chocolat, gingembre »
(numéro 10). « Elément essentiel pour la santé (…) du corps », le magazine prône par exemple, le bienêtre dans la salle de bain par « l’alternance entre bains et douches [qui] permet de jouer sur les deux
tableaux : relaxation le soir et énergie le matin » (numéro 6).
Le traitement visuel alterne également entre femmes et enfants. Sur les dix visuels en couverture, sept
petites filles, deux femmes et un petit garçon. Ce choix permet de s’adresser à sa cible ; « la couverture
doit être complice. On s’adresse aux femmes qu’elles soient célibataires, mamans ou mamies. Les
hommes sont également lecteurs mais en plus petit nombre. On joue donc sur la complicité, la fraîcheur et
la gaieté » 77. A l’intérieur, les photos montrent des enfants, des femmes ou des mères à alterner avec des
images prétexte (photographies de sport d’hiver, de cuisine, de jardins, de fruits et légumes).
Les photos d’enfants où bébé boit un biberon d’eau, sont très fréquentes. Elles véhiculent une image
76
77
Questionnaire L’eau & vous. Julie Carcaud. Décembre 2006.
Questionnaire L’eau & vous. Caroline Pollet. Décembre 2006.
130.
rassurante mais également où l’image de l’eau qui se substitue au lait 78 du nourrisson (pour ces bébés qui
sont souvent âgés de plus d’un an). L’enfant, c’est surtout l’avenir, « les enfants sont les adultes de demain
et des « sujets » fédérateurs » 79. Ils sont ceux à protéger et pour qui il faut protéger l’environnement
d’aujourd’hui et de demain. Le style visuel induit une valeur d’engagement et de protection dans un
support qui cherche à « informer et rassurer les consommateurs, notamment les mères de famille » 80.
Parallèlement à l’univers visuel, le style inclusif appelle également à la participation de la cible par
l’utilisation du « nous » dans la rubrique « de vous à nous » et la déclinaison des rubriques du magazine à
la première personne « ma région et l’eau », « ma forme et l’eau », etc. Le support a aussi recours à
l’emploi de la deuxième personne du pluriel, (« simplifiez-vous » ; « votre écoute »), inclusive et
s’adressant à un récepteur à la fois collectif (deuxième personne du pluriel) et un récepteur individuel
(forme de politesse).
Par le « nous » / « vous » et une conjugaison à l’impératif et au présent, L’eau & vous est écrit dans un
style qui immerge le lecteur, s’adresse à lui et l’implique dans les propos tenus. Le discours s’impose
comme celui d’un expert, d’une instance émettrice d’un savoir que l’on ne peut contester de par ses
interviews d’experts reconnus, l’utilisation de chiffres ou la citation des sources d’information utilisées. Il
mélange une attitude protectrice qui s’apparente à celle de la mère ou de la grand-mère, et une attitude
complice semblable au registre des magazines féminins. Cet aspect pratique inclusif crée une complicité,
une relation de confiance qui fidélise la cible à sa marque à travers un contrat de lecture qui s’installe entre
énonciateur et récepteur / destinataire.
Ce contrat de lecture est basé sur la confiance, la proximité et l’expertise. L’eau & vous impose également
l’eau du robinet comme porteuse de valeurs touchant à l’ensemble des préoccupations quotidiennes de la
famille : sa région, sa maison, son budget, sa forme, son environnement, son bien-être, sa consommation,
etc. Bref, L’eau & vous se positionne comme un support d’information régulier et surtout, comme un
mode d’emploi de l’eau, un moyen de consommer l’eau. Une fois le style et contrat de lecture posé,
l’enjeu est désormais de rassurer sa cible sur une idée reçue qui semble à l’origine du discours de L’eau &
vous : l’eau du robinet est dangereuse pour la santé particulièrement pour les nourrissons, les enfants et les
femmes enceintes.
Pour imposer sa marque : informer, rassurer… Personnaliser votre eau.
La finalité de L’eau & vous ? Informer ! 83% des interrogés du questionnaire sur L’eau & vous 81 la
classent comme la première préoccupation du magazine. Cette information passe par la localité et
l’expertise du distributeur.
Les informations locales répondent à l’importance de développer une relation de proximité et de confiance
avec le consommateur. Elle répond également à une logique de communication « près de vous » qui est le
lieu de la visibilité de l’entreprise. L’objectif est d’être connue et reconnue dans une logique où la
personne humaine accorde davantage sa confiance à un acteur déjà identifié ; « la bienveillance avec autrui
82
s’accroît avec la proximité » . La communication de proximité veut « peu à peu, par une opération
83
raisonnée du terrain (...) opérer le travail de reconnaissance de l’entreprise » .
Ce découpage en éditions localisées correspond enfin, au fonctionnement du secteur de l’eau en France
découpé par bassin (Agences de l’eau), région (DIREN) ou collectivités locales. Notons surtout que la
gestion de l’eau dépend largement de l’histoire de la région concernée (choix entre délégation de service
public ou régie publique). L’implantation de Lyonnaise des Eaux dépend donc d’un processus historique
et d’une certaine culture communale qui ont intégré le distributeur dans le paysage de la ville. Cultiver,
capitaliser et garantir la présence de Lyonnaise des Eaux par la proximité est une démarche logique que
L’eau & vous peut éventuellement servir… D’où l’importance de ces informations auxquelles « les chefs
d’agences sont attachés pour faire du commercial même si cela ne devrait pas être une finalité de L’eau &
vous » 84.
78
Sur la symbolique de l’eau et du lait, lire G. Bachelard L’eau et les rêves et Annexe 3, p. 38
Questionnaire L’eau & vous. Pierre Drillon. Décembre 2006.
80
Guide du rédacteur en chef local de L’eau & vous. 2005.
81
Questionnaire L’eau & vous, décembre 2006.
82
Libaert, T. La communication de proximité. Paris : Liaisons, 2001, p. 12.
83
Op. cit., p. 12.
84
Questionnaire L’eau & vous. Sophie Molina. Décembre 2006.
79
131.
L’eau & vous obéit à cette logique et la transforme en force. Les pages sur « ma région » et les « échos sur
l’eau » sont l’occasion de décliner l’offre service du produit vendu par Lyonnaise des Eaux. Si le lecteur
ne choisit pas directement ces services offerts, il les paie par l’intermédiaire de la facture. Dans un contexte
où le prix de l’eau est un sujet médiatique fort, L’eau & vous sert au distributeur pour s’affirmer comme
un acteur intégré à la vie de la ville. Il pérennise sa position. Cette démarche s’inscrit dans la lignée des
autres biens de service public comme la Poste, EDF ou la SNCF qui sont des entreprises nées du service
public et qui fonctionnent aujourd’hui comme des marques. L’eau & vous répond à l’objectif de « donner
aux locataires une information régulière comme peuvent le faire la Poste ou France Télécom » 85.
Pour accompagner cette démarche, L’eau & vous exploite le registre de l’expertise. L’image du
distributeur s’impose comme celle d’un expert, d’une instance émettrice d’un savoir que l’on ne peut
contester de par ses interviews d’experts reconnus, l’utilisation de chiffres ou la citation des sources
d’information utilisées. Il mélange une attitude protectrice qui s’apparente à celle de la mère ou de la
grand-mère, une attitude complice semblable au registre des magazines féminins.
Cette figure de l’expert est à ce titre, associée à la figure chaleureuse d’une sirène qui accompagne de
nombreux supports qui ont précédé l’édition de L’eau & vous. Avant l’institution d’un magazine
consommateur qui personnifie l’eau en tant que telle, la sirène servait de figure visuelle et symbolique des
conseils donnés par Lyonnaise des Eaux. Figure aquatique connue, la sirène est associée à la mer dont les
vertus sont apaisantes et réconfortantes telles à celles que G. Bachelard analysent dans son essai sur L’eau
et les rêves.
Souriante, sympathique, des formes rebondies et fines, une chevelure blonde ou brune, la sirène de
Lyonnaise des Eaux est déclinée sous les atouts réconfortants et rassurants d’une mère et amie. Elle est
tantôt sirène avec son bébé sirène (une petite fille) qui boivent de l’eau à la paille dans des verres en forme
de cocktail, sirène dans son jardin buvant un cocktail sous un chapeau de couleur, sirène longiligne qui
pointe sur l’information, une sirène habillée en tenue d’hiver qui fait le geste de protéger le compteur
d’eau ou encore, une sirène qui allume une ampoule pour signaler une idée. Elle accompagne le discours
tenu dans le support (elle regarde l’eau ou les canalisations à la loupe, elle se rend dans l’agence clientèle,
elle incarne la télé opératrice du numéro Azur de Lyonnaise des Eaux). La sirène de Lyonnaise des Eaux
accompagne la démarche clientèle, la démarche « eau » de l’usager – consommateur.
Avec l’information locale et experte, c’est une eau rassurante qui se présente dans L’eau & vous. Douée
de vertus, l’eau du robinet devient au fil de L’eau & vous, une marque de bouteille minérale à part entière,
le support sert alors à souligner ses qualités et attributs. Au fur et à mesure du dossier « ma forme et
l’eau », L’eau & vous se compare aux eaux minérales :
- c’est un produit du terroir comme Volvic ou Quézac dans le numéro 2 ;
- c’est un partenaire forme et beauté dans le numéro 6 et 7 comme Contrex ou Vichy Célestins ;
- c’est un produit chargé de vertus bonnes pour la santé comme les oligo-éléments de Volvic. L’eau
du robinet est ainsi chargée de sels minéraux et de calcium dans le numéro 5 ou encore de
« silicium, un minéral aux effets diurétiques qui favorise la fixation du calcium et protège les
artères » dans le numéro 2.
Alliée contre la chaleur (numéro 3), partenaire d’une bonne nutrition (numéro 10), l’eau du robinet est
source de bien-être… Bientôt de jeunesse ?
Cette capitalisation des vertus de l’eau permet de dépasser le discours sur l’eau, sa qualité et le risque
sanitaire pour affirmer le positionnement de l’entreprise. En d’autres termes : l’eau est un produit qui peut
entrer en concurrence avec Cristaline… Et autres. Elle est bonne pour la santé et eau de « marque »
porteuse de valeurs auxquelles s’identifie la cible.
L’eau & vous affirme son identité à travers valeurs et modèle de vie.
« L’été nous enseigne les valeurs de l’eau. Alors, agissons ! » 86 Dès le premier numéro, le
positionnement est clair. L’eau & vous propose des valeurs de l’eau, des règles et bonnes pratiques qui se
déclinent autour de bonnes raisons présentées dans les numéros 1 & 10 : « six bonnes raisons de boire
l’eau» pour la première édition et « quatre bonnes raisons de boire de l’eau » pour le dernier numéro paru.
85
Entretien D. Ogeron du 24 janvier 2003 dans Trivi, C. La stratégie des distributeurs d'eau. Mémoire de maîtrise,
CELSA, février 2003, p. 59.
86
L’eau & vous. Juin 2002, p. 3.
132.
Le premier présente les apports en oligo-éléments et sels minéraux tandis que le dernier présente les
qualités d’une eau de « service public ».
Le service public est une activité d’intérêt général assuré par une personne publique au moyen de procédés
exorbitant de droit commun défini par l’élément organique (ensemble des agents et moyens affectés à la
tâche), l’élément matériel (au sens fonctionnel, l’activité est réalisée par l’administration elle-même) et
l’élément juridique (relève du régime juridique du service public).
En tant qu’acteur privé, l’entreprise Lyonnaise des Eaux est néanmoins soumise aux principes anciens
mais toujours d’actualités, appliqués aux activités de service public en tant que délivrant les services d’eau
et d’assainissement nécessaires à une collectivité. De fait, elle doit garantir la qualité de l’eau et la
continuité du service de l’eau. L’eau est donc « saine » (première raison) et « disponible 24h/24 »
(deuxième raison). A ce discours s’ajoute la valeur ajoutée du distributeur : l’eau est « écologique » et
« économique ».
Ces valeurs s’érigent sur un discours lié à la notion de service public et de protection de l’environnement.
Cette posture « développement durable » et « environnement » est en totale adéquation avec l’expertise et
l’activité de Lyonnaise des Eaux. L’eau du robinet est donc un produit collectif, pour tous, né du service
public et également, une eau pour vous, personnalisée, douée de vertus bienfaisantes, réconfortantes, quasi
magiques.
Le discours sur l’eau de L’eau & vous dresse ainsi un portrait de l’eau aux vertus magiques, douée de
caractéristiques féminines et proche des préoccupations de la gestionnaire du foyer. Cette alliée est par
exemple « l’égérie des fourneaux » (numéro 4). Elle a une image à part entière que l’on retrouve dans le
numéro 10 où ses vertus pour la santé ressortent quand elle souffre de reconnaissance par rapport aux
sodas et jus de fruits ; « pour certains parents, donner de l’eau, c’est comme ne rien donner, on lui préfère
les sodas ou les jus de fruit, plus festifs et plus prestigieux ».
L’eau a des caractéristiques propres : elle est « fraîche », « riche et bienfaisante », « précieuse alliée »,
« réconfortante » ou aux « effets relaxants ». Elle est plusieurs fois personnifiée dans L’eau & vous où elle
« emprunte », « possède des qualités », « apaise les tensions » ou « peut jouer les premiers rôles ou se
contenter d’un second rôle ». Ces attributs la personnifient et l’humanisent par rapport au produit luimême, celui que fournit le distributeur Lyonnaise des Eaux dont les qualités scientifiques ne sont pas à
remettre en question.
Ces vertus complètent des valeurs relatives à l’eau. L’eau est à protéger en été et il faut s’en protéger
pendant l’hiver (sécheresse vs. gel) ou encore, elle peut-être redoutable en été à cause de la chaleur et
réconfortante en hiver (chaud vs. froid). En tant que liquide vital, elle est également l’objet de règles.
(« Proscrire l’utilisation directe de l’eau chaude du robinet », « préférez l’eau froide pour cuire les
légumes », « sachez que la quantité d’eau », etc.) « Elément indispensable à la vie », elle est enfin une
boisson pour tous, « une boisson idéale du quotidien ». Ce magazine « de l’eau au quotidien » instaure
ainsi la préciosité de cette substance dont l’usager n’a pas forcément conscience.
Dans cette démarche, L’eau & vous lui associe des valeurs qui permettent de pérenniser ces attributions de
l’eau comme un produit à consommer vecteur de bien-être et porteur d’un comportement responsable.
L’eau du robinet est nutritive, de qualité, sûre, bonne pour la santé… Alliée contre la chaleur, alliée contre
le froid, ressource à ne pas gaspiller, source de jeux et de joie ; le discours sur les comportements de l’eau
instaure bien–être et bien vivre, vecteurs de bien consommer. Cette fonction de bien-être autorise des
conseils s’introduisant dans la sphère privée sous la forme du conseil de l’expert ou de l’ami avisé.
Lyonnaise des Eaux se positionne comme ayant le savoir et la connaissance à travers un support liant,
« jouant la carte de la proximité » 87, jouant la carte de l’ami, une sorte d’allié conseil à qui il vaut mieux,
obéir.
La notion de bons gestes est également un pivot dans la mise en pratique de ce discours. Le geste, selon le
dictionnaire, est « une attitude ou pratique qui consiste à s’approprier des moyens liés à l’usage de
matériaux, d’outils, de supports... ». L’eau & vous n’échappe pas à la définition en associant aux bons
gestes des objets utiles (la gourde, le thermos), le bon usage de l’eau (du tartre au bain-marie en passant
par la détente pour les pieds ou dans la salle de bain) et une attitude « environnement » largement investie
aujourd’hui. On parle en effet, de « geste pour l’environnement », « geste pour la planète », etc. Les gestes
87
Lyonnaise des Eaux, Guide du rédacteur en chef de l’Eau & Vous, 2005.
133.
de L’eau & vous utilisent le même registre reprenant ce terme à comprendre comme un acte créateur, une
action morale proche de l’expression, « faire un bon geste ».
Les bons gestes proche d’un langage « économie d’eau» ou lutte contre « le gaspillage » semblent entrer
en discordance avec la vie de l’eau, joyeuse, ludique et source de plaisir. Par exemple, l’eau est aussi
partenaire d’un jardin agréable réalisé avec les réflexes qui évite « de ne pas gaspiller l’eau » (numéro 1).
Encore, le dossier sur la salle de bains propose l’alternance bain et douche tout en conseillant des gestes
pour « penser à l’environnement ». Il incite par exemple, à utiliser un verre d’eau pour se brosser les
dents… Petite économie face à un bain de 150 à 200 litres en moyenne qui lui est à prendre le soir, pour se
détendre... Le positionnement « conseils » oscillent donc entre une attitude en dichotomie propre à
l’entreprise : inciter à consommer de l’eau, le produit que l’on vend tout en la préservant, ce qui suppose,
de fait… Une économie sur la facture qui contrarie les intérêts commerciaux de l’entreprise.
Cette logique de L’eau & vous aboutit avec le numéro sur le cadre de vie dans le numéro 9. Ce numéro
correspond à une démarche affirmée par le distributeur qui décline une de ses activités, sous le registre de
l’implication personnelle du lecteur. Nous sommes « tous acteurs du développement durable » dans la
mesure où nous sommes tous concernés par l’assainissement. L’assainissement, une activité que les
Français connaissent pas ou peu. L’eau & vous prend donc le parti de dédier un numéro sur une des
activités qui reste par définition, « cette étape du cycle de l’eau demeure pour beaucoup invisible voire
méconnue ».
Comment faire le lien ? « Comment agir ? » Demande le support dans son dossier. La question reste
posée. Comment s’adresser à la mère, au consommateur citoyen sur des sujets qu’ils ne maîtrisent pas, qui
sont flous et complexes tout en le rassurant et en gagnant sa confiance ? Tout le dispositif déployé par
Lyonnaise des Eaux montre son parti pris. Il faut lui parler de « santé, environnement et cadre de vie » 88,
lui expliquer « où va l’eau et pourquoi on la nettoie » 89 en liant ce cycle à son quotidien et surtout, on
insère la démarche dans une préoccupation pour l’avenir. On peut « lui parler du devenir de la planète où
ses enfants grandissent » 90 et intégrer le discours du développement durable dans la mesure où « il me
semble que les femmes sont globalement plus sensibles au discours de développement durable sur la
préservation de notre environnement pour les générations futures » 91.
La préoccupation du développement durable semble donc mobiliser, permettre les conseils et c’est à
travers la figure souriante de l’eau et la figure de l’expertise que le modèle de comportements que L’eau &
vous se décline. La rubrique « ma forme » correspond à une hygiène de vie saine grâce à une eau saine et
sûre car contrôlée par l’expert. L’aspect pragmatique, concret des usages du citoyen – consommateur
permet de déployer des messages de conseils pour mener un quotidien qui convienne à l’eau… Qui
convienne à l’environnement au quotidien.
Conclusion
Le dispositif discursif de L’eau et vous propose une image de son produit sous l’aspect d’une complice et
d’une mère qui veut du bien. Ce produit détient diverses vertus à la fois par la construction de sa et ses
valeurs au fil de ses éditions. L’eau est également suppléée par la position affirmée d’un expert – le
distributeur – qui assure la qualité du service délivré. Ce dernier est également un complice qui parle de
« vous à nous » et qui écoute les remarques de ses consommateurs ou ses représentants dans une démarcher
ouverte, à l’écoute et de proximité 92. Il utilise le support pour sensibiliser son destinataire aux enjeux propres
à son activité et c’est autour de la préoccupation pour l’environnement que les deux discours se rejoignent.
L’eau & vous propose donc un modèle de valeurs de l’eau dont la légitimité se base sur une eau contrôlée,
sûre, bonne et agréable pour la « santé » de par l’action du distributeur, l’expert légitime détenteur du savoir
et de la compétence. Autour d’un discours « environnement », le magazine de l’eau s’intègre à une démarche
plus globale de Lyonnaise des Eaux. Ce discours « environnement » veut promouvoir la protection et la
bonne utilisation de l’eau dans une perspective « développement durable » qui se dresse comme une
opportunité et un discours légitimant du modèle de consommation proposé… De « nous » à « vous ».
88
Questionnaire L’eau & vous. Pierre Tré-Hardy. Décembre 2006.
Questionnaire L’eau & vous. Valérie Tordeur. Décembre 2006.
90
Questionnaire L’eau & vous. Pierre Drillon. Décembre 2006.
91
Questionnaire L’eau & vous. Julie Carcaud. Décembre 2006.
92
Cf. Analyse du témoignage de Micheline Rollin-Gérard dans le Rapport d’activité 2002, p. 18
89
134.
Résultats & Analyse
1.
Analyse sémio-discursive : prescrire des comportements et des valeurs
/ Un style amical mais incitatif : des ordres indirects sous forme d’astuces
L’eau & vous est un magazine qui utilise un vocabulaire prescripteur de comportements sur le ton du
conseil utile, de la parole d’expert ou du « truc et astuce » qui simplifiera la vie de la cible. Ce support
cherche à instaurer une relation de confiance avec sa cible à travers un univers bien délimité, homogène
qui dégage une cohérence éditoriale claire et ludique. Son discours mêle complicité et intangibilité par
l’utilisation fréquente d’un impératif d’ordre, d’instruction et de conseil. Sous le mode du rappel
bienveillant (« n’oubliez pas », « pensez à ») ou de la précaution (« protégez-le », « veillez à »), l’impératif
alterne avec l’infinitif pour éviter un ton qui pourrait sembler trop sévère et incitatif. L’univers visuel aide
également à trancher avec le texte par sa tonalité joyeuse et le choix des photos (beaucoup de jeux d’eau,
d’enfants, de couleurs vives et de mouvement). Ce discours s’articule autour d’un concept clé : le conseil
pratique autour du geste malin.
Dans les rubriques « c’est le moment de… », « les bons gestes », « le saviez-vous », « les bonnes raisons
de… » ou encore les « vrai ou faux » ; L’eau & vous propose un modèle de comportements donné sous le
mode de l’inclusion par l’utilisation du « nous » dans la rubrique « de vous à nous » et la déclinaison des
rubriques du magazine à la première personne « ma région et l’eau », « ma forme et l’eau », etc. Le
support a aussi recours à l’emploi de la deuxième personne du pluriel, (« simplifiez-vous » « votre
écoute »), inclusive et s’adressant à un récepteur à la fois collectif (deuxième personne du pluriel) et un
récepteur individuel (forme de politesse).
Par le « nous » / « vous » et une conjugaison à l’impératif et au présent, L’eau & vous est écrit dans un
style qui immerge le lecteur, s’adresse à lui et l’implique dans les propos tenus. Le discours s’impose
comme celui d’un expert, d’une instance émettrice d’un savoir que l’on ne peut contester de par ses
interviews d’experts reconnus, l’utilisation de chiffres ou la citation des sources d’information utilisées. Il
mélange une attitude protectrice qui s’apparente à celle de la mère ou de la grand-mère, et une attitude
complice semblable au registre des magazines féminins.
La notion de geste est un pivot dans la mise en pratique de ce discours. Le geste, selon le dictionnaire, est
« une attitude ou pratique qui consiste à s’approprier des moyens liés à l’usage de matériaux, d’outils, de
supports... ». L’eau & vous n’échappe pas à la définition en associant aux bons gestes des objets utiles (la
gourde, le thermos), le bon usage de l’eau (du tartre au bain-marie en passant par la détente pour les pieds
ou dans la salle de bain) et une attitude « environnement » largement investie aujourd’hui. On parle en
effet, de « geste pour l’environnement », « geste pour la planète », etc. Les gestes de L’eau & vous
utilisent le même registre reprenant ce terme à comprendre comme un acte créateur, une action morale
proche de l’expression, « faire un bon geste ».
D’une manière plus globale, les conseils de L’eau & vous insistent dans un style très incitatif où les
conseils pratiques deviennent un modèle de vie à appliquer au-delà du discours chaleureux prôné par le
support. Cette tonalité est en cohérence avec de nombreux supports clientèle de Lyonnaise des Eaux qui
tendent désormais, à être remplacés par des supports issus de la gamme « Eau & vous ». Ils se déclinent
sous la forme de dépliants édités en versions localisées comme « l’eau de Midi-Pyrénées & vous », des
guides comme « Votre Eau, mode d’emploi » ou encore des fiches reprenant la charte graphique de L’eau
& vous sur des thèmes variés relatifs à l’activité clientèle du distributeur d’eau comme « pour une eau sans
plomb », « prélèvement mensuel », etc.
Les précédents supports étaient quant à eux, marqués (en termes de graphisme) par deux figures clés : la
mère et la sirène. Par exemple, L’eau, petites astuces et bons conseils propose « 53 tuyaux et bons conseils
pour mieux la consommer » où l’univers graphique est celui de la maison et de la femme. On y trouve une
femme dans son bain, une femme repeignant ses murs, etc. Dans ce guide, les conseils donnés, sont à la
fois des indications relatives à la consommation d’eau, des conseils maison (« après un week-end
d’absence, ouvrez le robinet quelques minutes pour éliminer l’eau qui a stagné ») et des conseils liés à des
aspects quotidiens de la vie. Ces derniers dépassent les prérogatives du distributeur d’eau et s’invitent dans
la sphère privée à travers des conseils cuisine, pour bébé ou pour le bricolage de la maison. Exemple de
conseils cuisine : « votre mayonnaise est ratée ? Vous pouvez la rattraper ! Elle a tourné parce que la
135.
mayonnaise est une émulsion entre l’eau contenue dans l’œuf et dans l’huile, l’œuf ne fournit plus le
volume nécessaire d’eau. Il suffit de rajouter quelques gouttes d’eau et c’est gagné ! ».
Alternant entre conseils liés à la configuration du réseau de l’eau ou des conseils de grand-mère, l’eau sert
93
de guide pratique de la vie quotidienne à garder « à portée de main, il vous aidera ! » . Le message veut
ainsi aider la cible dans son quotidien en proposant des « trucs », « astuces », « conseils ». Rappelons la
définition de ces trois termes pour souligner le côté pratique, qui s’applique aux réalités, aux situations
concrètes et aux intérêts matériels pour rendre l’utilisation de l’eau pragmatique et adaptée.
Truc : façon d’agir qui requiert de l'habilité et de l’adresse. Combine, moyen.
Astuce : ruse. Petite invention qui suppose de l’ingéniosité. Artifice, ficelle, finesse.
Conseil : opinion donnée à quelqu’un sur ce qu’il doit faire. Avis, recommandation.
Ce module pédagogique à la portée de la ménagère entre en concordance avec le style choisis par L’eau &
vous jouant davantage sur le registre de l’ordre indirect, d’une instruction amicale :
« L’été nous enseigne les valeurs de l’eau. Alors, agissons ! »
« Le froid arrive. Quelques précautions pour passer l’hiver en toute sécurité »
« Revoici les frimas hivernaux : dépêchez-vous de mettre de l’eau sur le feu ! »
« L’hiver revient, prenez soin de vous ! Et n’oubliez pas : votre maison comme votre jardin ont
besoin d’être protégés du froid... »
« Attention danger ! Votre désir d’améliorer votre confort thermique en hiver ne doit pas vous
faire oublier... »
Ces conseils indiquent des valeurs relatives à l’eau. L’eau est à protéger en été et il faut s’en protéger
pendant l’hiver (sécheresse vs. gel) ou encore, elle peut-être redoutable en été à cause de la chaleur et
réconfortante en hiver (chaud vs. froid). En tant que liquide vital, elle est également l’objet de règles.
(« Proscrire l’utilisation directe de l’eau chaude du robinet », « préférez l’eau froide pour cuire les
légumes », « sachez que la quantité d’eau », etc.) « Elément indispensable à la vie », elle est également une
boisson pour tous, « une boisson idéale du quotidien ». Ce magazine « de l’eau au quotidien » instaure
ainsi la préciosité de cette substance dont l’usager n’a pas forcément conscience. L’eau & vous lui associe
des valeurs qui permettent de pérenniser ces attributions de l’eau comme un produit à consommer vecteur
de bien-être et porteur d’un comportement responsable. L’eau du robinet est nutritive, de qualité, sûre,
bonne pour la santé… Alliée contre la chaleur, alliée contre le froid, ressource à ne pas gaspiller, source de
jeux et de joie ; le discours sur les comportements de l’eau instaure bien–être et bien vivre, vecteurs de
bien consommer.
Cette fonction de bien-être autorise des conseils s’introduisant dans la sphère privée sous la forme du
conseil de l’expert ou de l’ami avisé. Lyonnaise des Eaux se positionne comme ayant le savoir et la
connaissance à travers un support liant, « jouant la carte de la proximité » 94, jouant la carte de l’ami, une
sorte d’allié conseil à qui il vaut mieux, obéir.
/ Un balancement thématique entre traditionnel et ouverture : l’eau du robinet s’affirme
Les thèmes de L’eau & vous restent des thèmes liés au foyer surtout au début de la collection. L’eau &
vous se consacre en effet, à la maison autour des centres d’intérêt de la mère (qualité de l’eau pour bébé et
les enfants, conseils cuisine ou l’eau). Ils évoluent de plus en plus vers des thèmes plus généraux, liés à la
vie de famille, au cadre de vie et dernièrement, au développement durable. Cette évolution est marquée
dans le vocabulaire évoluant vers une inclusion du lecteur par l’utilisation de nous (« nos enfants » dans le
numéro 1), la personnification de l’eau (« l’eau, un produit de terroir », « l’eau au menu », « l’eau alliée de
votre été » dans les numéros 2, 3 & 4), l« votre » / « vous » (numéros 7 & 5) et jusqu’au pluriel collectif
autour de « tous » (« tous à l’eau du robinet », « tous acteurs du développement durable », des numéros 8
& 9).
Cette évolution élargit un ciblage uniquement féminin de L’eau & vous vers des préoccupations plus
larges à la cellule familiale. On parle ici d’un glissement dans le positionnement qui tend à affirmer la
93
94
Lyonnaise des Eaux, L’eau. Petites astuces et bons conseils. Paris : 1996.
Lyonnaise des Eaux, Guide du rédacteur en chef de l’Eau & Vous, 2005.
136.
position du distributeur et de son activité. Ce passage correspond à une prise de confiance et d’affirmation
d’une position de plus en plus visible. Elle permet ainsi un élargissement de ses prérogatives.
Le processus a consisté à positionner la légitimité du distributeur auprès du grand public dès les premiers
magazines de L’eau & vous. Il s’agit de rassurer, informer et apporter des compléments d’astuces à la
femme au foyer. Cet aspect pratique inclusif crée une complicité, une relation de confiance qui fidélise la
cible à sa marque à travers un contrat de lecture qui s’installe entre énonciateur et récepteur / destinataire.
Ce contrat de lecture est basé sur la confiance, la proximité et l’expertise. L’eau & vous impose également
l’eau du robinet comme porteuse de valeurs touchant à l’ensemble des préoccupations quotidiennes de la
famille : sa région, sa maison, son budget, sa forme, son environnement, son bien-être, sa consommation,
etc. Bref, L’eau & vous se positionne comme un support d’information régulier et surtout, comme un
mode d’emploi de l’eau, un moyen de consommer l’eau. Le support véhicule des valeurs de
consommation qui impose l’eau du robinet comme une marque.
Cette marque communique sur deux registres bien distincts : celui d’un service public, vital et privilégié
dont le consommateur doit avoir conscience et qu’il doit protéger ; et celui d’un produit de qualité,
personnalisé, ciblé au même titre qu’une eau en bouteille.
• L’eau du robinet est en effet, un bien « produit » de service public délivré au citoyen
« consommateur ». L’eau & vous obéit à cette logique et la transforme en force en jouant la carte de la
localité. Les pages sur « ma région » et les « échos sur l’eau » sont l’occasion de décliner l’offre service du
produit vendu par Lyonnaise des Eaux. Si le lecteur ne choisit pas directement ces services offerts, il les
paie par l’intermédiaire de la facture. Dans un contexte où le prix de l’eau est un sujet médiatique fort,
L’eau & vous sert au distributeur pour s’affirmer comme un acteur intégré à la vie de la ville. Il pérennise
sa position. Cette démarche s’inscrit dans la lignée des autres biens de service public comme la Poste,
EDF ou la SNCF qui sont des entreprises nées du service public et qui fonctionnent aujourd’hui comme
des marques. L’eau & vous répond à l’objectif de « donner aux locataires une information régulière
comme peuvent le faire la Poste ou France Télécom » 95.
Cette stratégie est complémentaire à celle du SPDE qui a lancé en 2005, une campagne grand public sur
l’eau du robinet en tant que telle. Son slogan, « merci l’eau du robinet », impose l’eau comme un produit
dont il faut souligner le privilège (« merci » car l’eau arrive à la maison) et le confort de ce produit
agréable adapté à tous les usages de l’eau (les spots les déclinent sous forme télé ou radio : sports, douche,
consommation par les enfants à la cantine jusqu’à la cérémonie de mariage). L’eau du robinet a désormais
gagné ses gallons d’eau bonne à boire, bonne pour la santé.
• Au fil de L’eau & vous, l’eau du robinet devient une marque de bouteille minérale à part entière et
le support sert à souligner les vertus que l’eau du robinet a par ailleurs. L’eau & vous se positionne comme
une bouteille avec l’étiquette qui valide sa composition. Le magazine propose à ce titre, une publication de
la composition de l’eau en local. Sous la forme d’un tableau, le contenu de l’eau est détaillé par oligoéléments (calcium, magnésium, sodium, fluor) et comparé à la norme en vigueur. Les indicateurs
permettent de rassurer et de souligner les apports de l’eau du robinet au même titre que l’eau en bouteille.
Au fur et à mesure du dossier « ma forme et l’eau », L’eau & vous a ainsi acquis les mêmes vertus que les
eaux minérales :
- c’est un produit du terroir comme Volvic ou Quézac dans le numéro 2 ;
- c’est un partenaire forme et beauté dans le numéro 6 et 7 comme Contrex ou Vichy Célestins ;
- c’est un produit chargé de vertus bonnes pour la santé comme les oligo-éléments de Volvic. L’eau
du robinet est ainsi chargée de sels minéraux et de calcium dans le numéro 5 ou encore de
« silicium, un minéral aux effets diurétiques qui favorise la fixation du calcium et protège les
artères » dans le numéro 2.
Alliée contre la chaleur (numéro 3), partenaire d’une bonne nutrition (numéro 10), l’eau du robinet est
source de bien-être… Bientôt de jeunesse ?
Cette capitalisation des vertus de l’eau permet de dépasser le discours sur l’eau, sa qualité et le risque
sanitaire pour affirmer le positionnement de l’entreprise. En d’autres termes : l’eau est un produit qui peut
95
Entretien D. Ogeron du 24 janvier 2003 dans Trivi, C. La stratégie des distributeurs d'eau. Mémoire de maîtrise,
CELSA, février 2003, p. 59.
137.
entrer en concurrence avec Cristaline… Et autres. Elle est bonne pour la santé et eau de « marque »
véhiculant des valeurs dans lesquelles s’identifie la cible. Ces valeurs s’érigent sur un discours lié à la
notion de service public et de protection de l’environnement. Cette posture « développement durable » et
« environnement » est en totale adéquation avec l’expertise et l’activité de Lyonnaise des Eaux. L’eau du
robinet est donc un produit collectif, pour tous, né du service public et également, une eau pour vous,
personnalisée, douée de vertus bienfaisantes, réconfortantes, quasi magiques.
Ce paradoxe complémentaire (un service collectif adapté aux besoins personnels) est traité, dans les pages
de L’eau & vous, sous la forme d’une complicité qui s’introduit dans la sphère privée. De vous à nous,
L’eau & vous est une eau du robinet « au quotidien », une amie qui vous veut du bien car elle s’insère
dans une démarche de protection durable.
/ De vous à nous, l’eau du robinet : une amie, une mère qui vous veut du bien…
L’eau & vous, premier magazine diffusé par un distributeur d’eau, a la vocation et la finalité première
d’informer le grand public. Dans son acte de naissance, dans le Rapport d’activité 2002, L’eau & vous
souhaite « informer 9 millions de clients ». L’eau & vous correspond à une démarche stratégique de
l’entreprise de « renforcer la confiance des clients » dans une perspective d’engagements de qualité, une
des trois ambitions de Lyonnaise de Eaux en 2002. Cette confiance est clairement rattachée à la qualité de
l’eau distribuée dans un contexte où 79% des Français ont confiance dans l’eau du robinet quand 67%
s’estiment suffisamment informés 96.
L’eau & vous s’inscrit dans une démarche d’information sur la qualité de l’eau directement ciblée vers la
consommation de l’eau du foyer, une position inscrite plus loin dans le Rapport d’activité 2002, « ce
magazine semestriel constitue un lien privilégié entre Lyonnaise des Eaux France et ses clients. Diffusé en
27 éditions régionales différentes, il touche plus de 9 millions de foyers de clients directs ou indirects » 97.
Cette finalité semble ne pas avoir évolué, quatre années plus tard, dans le Rapport d’activité 2005 :
« distribué gratuitement, le magazine L’eau & vous permet d’informer deux fois par an les 14 millions de
clients directs et indirects de Lyonnaise des Eaux. Distribué en 35 éditions, il propose des informations sur
l’origine et la qualité de l’eau distribuée localement aux consommateurs » 98. L’eau & vous naît ainsi dans
un contexte clientèle, il s’agit de fidéliser un lecteur, un usager régulier d’un service au même titre qu’un
abonné d’un service comme ceux de la FNAC ou Décathlon.
Notez le glissement entre « clients » en 2002 et « consommateurs » en 2005. Le statut du client de
Lyonnaise des Eaux est un statut particulier. Le client direct, celui à qui Lyonnaise des Eaux doit vendre,
est la collectivité locale. Néanmoins, l’entreprise distribue l’eau aux citoyens de cette collectivité qui
deviennent de fait, des clients. Le client- consommateur, de Lyonnaise des Eaux a un double statut, celui
de client à satisfaire, celui de citoyen relais de l’opinion publique. C’est donc une cible indirecte mais
essentielle dans le dispositif de l’entreprise.
L’objectif est affiché et semble déjà atteint au moment du lancement de l’édition du magazine à travers le
paragraphe de présentation de L’eau & vous toujours dans le Rapport d’activité 2002, « les premiers tests
ont montré que ce magazine contribue à améliorer sensiblement la satisfaction des clients, en leur
apportant des éléments d’information sur la qualité de l’eau et sur l’ensemble des services proposés par
Lyonnaise des Eaux France ». L’exercice du témoignage d’un expert ou d’une source particulièrement
pertinente et révélatrice de l’impact du dispositif, appuie ce discours.
L’intervention de Micheline Rollin-Gérard, Présidente départementale et régionale (Provence-Alpes-Côte
d’Azur) de l’association Or.Ge.Co (Organisation générale des consommateurs), deuxième association
française de consommateurs assoit la légitimité de L’eau & vous : « L’eau & vous est le fruit d’une étroite
concertation entre Lyonnaise des Eaux France et les consommateurs. Nous avons exprimé nos souhaits et,
à notre grande satisfaction, ils ont été pris en considération. Le résultat est un magazine très bien conçu,
qui délivre, à travers ses éditions régionales, une véritable information de proximité. Des reportages, des
informations sur la qualité de l’eau, des pages de réponses pratiques et de conseils techniques pour aider
les consommateurs à faire des économies en gérant au mieux cette précieuse ressource... Tout cela,
présenté de façon moderne et conviviale, est très apprécié des consommateurs. La collaboration a été
menée étroitement avec Lyonnaise des Eaux France, et nous avons été très agréablement surpris du
96
Lyonnaise des Eaux France, Rapport d’activité 2002, p. 16.
Op. cit., p. 16.
98
Op. cit., p. 32.
97
138.
résultat : non seulement on nous a demandé notre avis, mais on en a tenu compte... » 99.
Magazine à destination du client – consommateur, L’eau & vous est rétroactif, il prend en compte les
demandes de ses lecteurs, intégrant leur point de vue. Cette double allusion insiste sur la qualité de L’eau
& Vous à être un magazine fait par « vous », le lecteur et le consommateur et « nous » en tant que citoyen.
Ce témoignage souligne ses qualités d’écoute, la confiance, sa proximité instituant le journal comme un
partenaire… Du quotidien.
A destination des consommateurs, il s’affirme néanmoins comme un support jouant la carte de la féminité
dans un style inspiré des magazines féminins. Derrière la cible « grand public » ou consommateurs de
l’eau des villes où Lyonnaise des Eaux est délégataire, L’eau & vous s’impose comme un magazine
féminin.
Premièrement, les consignes données dans le Guide du rédacteur en chef local de L’eau & vous sont
claires : les dossiers thématiques du support ont pour objectifs « d’informer et rassurer les consommateurs,
notamment les mères de famille ». Ensuite, le choix des thèmes est intrinsèquement lié à celui de la
femme : de « ma maison » aux dossiers traités (ma forme et mon eau, l’eau en cuisine, l’eau et la santé en
tant que l’eau a des vertus pour le bien-être, l’eau pour les enfants) et l’ensemble des conseils pratiques
sont liés à la gestion de la maison et de la vie de famille. Ils présentent l’eau comme une alliée pour une
cible clairement féminine. C’est surtout le traitement de l’eau qui féminise ses vertus. Le style visuel et
écrit de L’eau & vous impose une eau aux vertus rassurante, réconfortante, à boire comme un lait, proche
des attributs symboliques de l’eau maternelle qu’analyse G. Bachelard dans L’eau et les rêves.
• Le traitement visuel de l’eau en couverture ou à l’intérieur de L’eau & vous est riche de figures
féminines. En termes visuels, l’eau se boit (visuels de verre ou de tasse dans les numéros 2, 4, 8), se joue
(numéros 1, 3, 5), accompagne l’été à la « mer » (numéros 7, 9) et accompagne le quotidien (numéro 6
avec le brossage de dents, numéro 10 avec le repas en famille). Sur ces 10 visuels, 7 petites filles, 2
femmes et 1 petit garçon. Un visuel montre une fillette avec son père à l’arrière plan, une photo pour le
moins originale qui place le père comme vecteur d’éducation. A l’intérieur, les photos montrent des
enfants, des femmes ou des mères à alterner avec des images prétexte (photographies de sport d’hiver, de
cuisine, de jardins, de fruits et légumes). La seule présence masculine est représentée dans le cadre de la
famille (photo de famille où papa est présent).
Les autres visuels très « féminins » qui accompagnent ce support, sont ceux de la sirène utilisée dans les
supports clientèle et sur la facture. Souriante, sympathique, des formes rebondies et fines, une chevelure
blonde ou brune, la sirène de Lyonnaise des Eaux est déclinée sous les atouts réconfortants et rassurants
d’une mère et amie.
Une série de supports clientèle déclinent à ce titre, ce personnage maternel et amical. Distribués dans les
agences clientèle, ils traitent des compteurs d’eau en plein froid, de la réglementation en plomb ou encore,
de la facture. On retrouve ces visuels dans les pages de L’eau & vous, plus particulièrement dans les pages
régionales davantage que nationales.
Ces visuels sont intéressants à décrire. On y trouve une sirène et son bébé sirène (une petite fille) qui
boivent de l’eau à la paille dans des verres en forme de cocktail, une sirène dans son jardin buvant un
cocktail sous un chapeau de couleur, une sirène longiligne qui pointe sur l’information, une sirène habillée
en tenue d’hiver qui fait le geste de protéger le compteur d’eau ou encore, une sirène qui allume une
ampoule pour signaler une idée. Elle accompagne le discours tenu dans le support (elle regarde l’eau ou
les canalisations à la loupe, elle se rend dans l’agence clientèle, elle incarne la télé opératrice du numéro
Azur de Lyonnaise des Eaux). La sirène de Lyonnaise des Eaux accompagne la démarche clientèle, la
démarche « eau » de l’usager – consommateur.
La sirène de Lyonnaise des Eaux est donc une amie, une figure conseil et complice. Elle est aussi une
figure maternelle, protectrice qui conseille et qui accompagne les démarches de la cliente Lyonnaise des
Eaux. Cette sirène, légende et vedette Lyonnaise des Eaux est un personnage riche à analyser en termes
symboliques.
A l'origine, les sirènes étaient des créatures de la mythologie grecque, dont le chant envoûtant attirait les
marins, amenant leurs navires à se fracasser sur les récifs. Dans l'Odyssée d'Homère, Ulysse se fait
attacher au mât de son navire pour écouter impunément le chant des sirènes, pendant que son équipage
99
Lyonnaise des Eaux France, Rapport d’activité 2002, p. 16.
139.
s'est bouché les oreilles avec de la cire. Dans la mythologie grecque, ces premières sirènes étaient
représentées comme des créatures mi-femme, mi-oiseau. Plus généralement, dans l’Antiquité, la sirène est
un être fabuleux, à tête et torse de femme et à queue de poisson. Elle passait pour attirer, par la douceur de
son chant, les navigateurs sur les écueils. Devenue Petite Sirène pour H.C. Andersen, celle qui tombe
amoureuse d’un être humain, la sirène est devenue une figure séduisante, plaisante et aimée. Elle devient
un sujet poétique par excellence pour les poètes comme dans la Lorelei. Elle est enfin, attachée aux
éléphants de mer dont on tirerait le mythe. Les femelles aux mamelles gorgées de lait au moment de
l’allaitement seraient en effet, à l’origine d’une vision née des marins qui auraient confondu ces animaux,
à des créatures enchanteresses et séduisantes.
Figure aquatique connue, la sirène est associée à la mer dont les vertus sont apaisantes et réconfortantes
telles à celles que G. Bachelard analysent dans son essai sur L’eau et les rêves 100.
La symbolique de l’eau qui s’incarne dans la mer ou une figure marine en tant que liquide et figure
maternelle est le moteur de l’imagination selon G. Bachelard dans son essai sur L’eau et les rêves. La
poésie de la mer fascine, elle suscite et révèle les rêveries les plus profondes qui rattachent l’être à la mère
en tant que « c’est le chant profond… qui a, de tout temps, attiré les hommes vers la mer. » Ce chant
profond est la voix maternelle, la voix de notre mère » 101. Une caractéristique que G. Bachelard retrouve
chez Michelet, où « la poésie de la mer est donc une rêverie qui vit dans une zone profonde. La mer est
maternelle, l’eau est un lait prodigieux » 102. Cette image de l’eau comme lait « est pour tous les hommes
l’un des plus grands, des plus constants symboles maternels » 103, elle apporte le réconfort à l’homme, elle
personnifie la mère et son sein. L’eau du robinet détient ces attributs, elle « est un peu comme le lait » dans
le numéro 2 de L’eau & vous.
G. Bachelard montre combien le liquide est essentiel dans la naissance des croyances, des valeurs et
surtout, dans l’enclenchement de l’imagination et des vertus évocatrices d’un élément matériel, substance
de vie dont l’eau du robinet et la sirène deviennent des traductions concrètes, intégrées au quotidien dans
le panel communicatif de Lyonnaise des Eaux. Associée à un registre maternel, l’eau devient un liquide
qui peut d’apaiser l’enfant, aider la mère qui cherche à se reposer.
L’eau prend ici les vertus d’un liquide qui ressource, un liquide mystérieux et mystique qui inspire sans
que l’on comprenne véritablement comment ni pourquoi. Cet attribut se retrouve dans la thématique de
l’eau nourricière. L’eau est une nourriture qui apporte le calme, selon la formule de Saint John Perse, « les
eaux calmes du lait » 104 au contraire de l’eau de la tempête.
A travers la sirène et les autres attributs de l’eau du robinet (apaisante, nutritive, protectrice), qui lie au
bien-être, au mieux vivre, à la protection de l’enfant et de la vie de famille.
• Le discours sur l’eau de L’eau & vous dresse un portrait de l’eau aux vertus magiques, douée de
caractéristiques féminines et proche des préoccupations de la gestionnaire du foyer. Cette alliée est par
exemple « l’égérie des fourneaux » (numéro 4). Elle a une image à part entière que l’on retrouve dans le
numéro 10 où ses vertus pour la santé ressortent quand elle souffre de reconnaissance par rapport aux
sodas et jus de fruits ; « pour certains parents, donner de l’eau, c’est comme ne rien donner, on lui préfère
les sodas ou les jus de fruit, plus festifs et plus prestigieux ».
L’eau a des caractéristiques propres : elle est « fraîche », « riche et bienfaisante », « précieuse alliée »,
« réconfortante » ou aux « effets relaxants ». Elle est plusieurs fois personnifiée dans L’eau & vous où elle
« emprunte », « possède des qualités », « apaise les tensions » ou « peut jouer les premiers rôles ou se
contenter d’un second rôle ». Ces attributs la personnifient et l’humanisent par rapport au produit luimême, celui que fournit le distributeur Lyonnaise des Eaux dont les qualités scientifiques ne sont pas à
remettre en question.
L’eau est « d’origine contrôlée », elle subit « un traitement de purification rigoureux » (numéro 2). C’est
un « produit sûr, contrôlé en permanence » (numéro 1) ou encore, goûté par « les goûteurs d’eau » de
Lyonnaise des Eaux (numéro 4). Comme déjà souligné, ce produit de qualité s’est affranchi de cette
100
Lire également Annexe 3, p. 38 « La Mer-mère ».
Bachelard, G. L’eau et le rêves. Essai sur l’imagination de la matière. Paris : Librairie José Corti, 1942, p. 133.
102
Op.cit., p.137.
103
Bonaparte, Mme « Le cycle de la mère-paysage », p. 367 cité par Bachelard, G. L’eau et le rêves. Essai sur
l’imagination de la matière. Paris : Librairie José Corti, 1942, p. 133.
104
Gritti, J. L’eau, mythes et symboliques. Paris : CIEAU, 2001, p. 19.
101
140.
validation scientifique pour s’imposer comme un partenaire du quotidien à travers les usages de l’été, de la
cuisine, de la salle de bain. L’eau & vous s’oriente vers la santé au sens général et vers le cadre de vie,
l’environnement en particulier.
L’eau a des vertus pour la santé que le support exploite sous diverses formes en tant que l’eau est une
partenaire confiance. Elle est en effet, au centre des pratiques mais souvent « accompagnée ». Par
exemple, l’eau est douée de valeurs curatives pour « décongestionner les rhinites bénignes » si l’on
procède à une « inhalation d’eau bouillie agrémentée de menthol ou d’eucalyptus » (numéro 4). Pour
éliminer le goût de chlore qui peut exister ou varier les plaisirs, l’eau peut se consommer « avec une
rondelle de citron, une feuille de menthe ou quelques gouttes d’eau de fleur d’oranger » (numéro 1).
L’eau est également l’alliée d’un cadre de vie agréable. Tout d’abord partenaire des jeux d’été pour les
enfants. Avec l’été « les jardins se transforment parfois en théâtres de jeux d’eau » (numéro 5). L’eau et
ses jeux, « font la joie des enfants » (numéro 5). L’aspect ludique de l’eau est souligné comme son aspect
essentiel pour lutter contre la chaleur, les batailles sont « rafraîchissantes » (numéro 9) et « font baisser
utilement la température du corps » (numéro 5). Le magazine incite également à utiliser des piscines en
plastique « qui se déclinent aujourd’hui dans toute une gamme de tailles et de couleurs, alors pourquoi
s’en priver ? » (numéro 7).
Dans le registre du plaisir et du bien être, les plaisirs gustatifs comme « les boissons fraîches, les sorbets
aux fruits et autres granités à base d’eau » (numéro 5) ou encore les tisanes qui « affichent des recettes
alléchantes : réglisse, chocolat, gingembre » (numéro 10) alimentent des conseils sur le plaisir de
consommer l’eau. On pourrait également citer tout le dossier sur le bien être dans la salle de bain qui
prouvent l’utilité « des effets relaxants de l’eau » (numéro 6). Le titre l’annonce, l’eau est un « élément
essentiel pour la santé (…) du corps ». Le magazine prône ainsi l’alternance entre bain et douche :
« l’alternance entre bains et douches permet de jouer sur les deux tableaux : relaxation le soir et énergie le
matin ».
Cette incitation à l’utilisation ludique et relaxante de l’eau entre en discordance avec le langage
« économie » ou lutte contre « le gaspillage » de L’eau & Vous. Par exemple, l’eau est aussi partenaire
d’un jardin agréable réalisé avec les réflexes qui évite « de ne pas gaspiller l’eau » (numéro 1). Encore, le
dossier sur la salle de bains propose l’alternance bain et douche tout en conseillant des gestes pour
« penser à l’environnement ». Il incite par exemple, à utiliser un verre d’eau pour se brosser les dents…
Petite économie face à un bain de 150 à 200 litres en moyenne. Le positionnement « conseils » oscillent
donc entre une attitude en dichotomie propre à l’entreprise : inciter à consommer de l’eau, le produit que
l’on vend tout en la préservant, ce qui suppose, de fait… Une économie sur la facture.
Cette logique de L’eau & vous aboutit avec le numéro sur le cadre de vie dans le numéro 9. Ce numéro
correspond à une démarche affirmée par le distributeur qui décline une de ses activités, sous le registre de
l’implication personnelle du lecteur. Nous sommes « tous acteurs du développement durable » dans la
mesure où nous sommes tous concernés par l’assainissement. L’assainissement, une activité que les
Français connaissent pas ou peu. L’eau & vous prend donc le parti de dédier un numéro sur une des
activités qui reste par définition, « cette étape du cycle de l’eau demeure pour beaucoup invisible voire
méconnue ».
Le lecteur peut donc sembler en décalage par rapport à une activité qu’il ne connaît pas et qu’il découvre
dans le magazine. Heureusement, la question est posée, « comment agir ? » Ici, le discours se place. Le
premier acte du lecteur est de vérifier que sa maison est raccordée à un dispositif d’assainissement. Une
sensibilisation ouverte sur un sujet au cœur du dispositif commercial nouvellement déployé par Lyonnaise
des Eaux auprès des élus de France, l’assainissement non collectif. L’eau & vous se présente ici comme
un porte-parole des activités « invisibles », inconnues du distributeur. Il joue un rôle de sensibilisation qui,
d’une certaine façon, souhaite ouvrir le débat auprès des élus via… Le client citoyen devenu
consommateur.
Notons que l’invisibilité est un thème clé dans le registre discursif de l’eau. Comme le montre G. G.
Bachelard, l’eau est une substance qui provoque un imaginaire inconscient où la figure maternelle est au
cœur du processus de projection ; « c’est la force projetante de l’imagination, force inépuisable qui
s’empare de toutes les images pour les mettre dans la perspective humaine la plus sûre : la perspective
maternelle » 105. De façon invisible, l’eau de G. Bachelard est celle de la mère en termes d’inspiration, de
105
Bachelard, G. L’eau et les rêves. Essai sur l’imagination de la matière. Paris : Librairie José Corti, 1942, p. 133.
141.
symbolique ou d’imagination… Et l’eau du robinet ?
Pour G. Bachelard, rappelons que la mention « eau potable » au-dessus d’un robinet autorise la
consommation car son usager est certain de la « pureté » de l’eau qu’il va boire ; « tous les scrupules sont
levés » 106. Inconsciemment, l’eau potable se doit d’être saine, potable, naturelle et préservée pour être
consommable. Elle est un vecteur de « moralité », celle que l’on donne à l’eau qui purifie dans les rites
religieux.
Dans le cadre du distributeur d’eau, son activité est également invisible, le consommateur ne choisit pas le
service dont il bénéficie comme il ne connaît pas le cycle de ce service qui lui est rendu. Le discours de
L’eau & vous sur le distributeur se déploie sous l’angle pédagogique et pratique dans la rubrique « ma
maison ».
Déclinée sous la forme d’un graphique explicatif, cette rubrique aborde des thèmes relatifs aux usages, à la
facture et au cycle de l’eau. Ici se construit une information qui met en visibilité son activité en s’adressant
de façon simplifiée, sous l’angle des préoccupations quotidiennes, à sa cible. Le discours s’impose
davantage comme celui de l’entreprise de par le choix des thématiques (la facture induit un argumentaire
sur le prix de l’eau, un sujet délicat qui veut souligner le coût bas de l’eau, les impératifs du distributeur ou
les astuces pour limiter la consommation d’eau).
Au discours d’une eau féminine, douée de nombreux attributs personnalisés, L’eau & vous associe un
registre formel, plus classique, sur l’activité de distributeur d’eau qui passe par la pédagogie (le dessin
schématique) pour une cible qui ne sait pas. Ces éclaircissements sont logiquement accompagnés de
zooms sur la région dans la rubrique qui suit, « ma région et moi ».
Dans cette rubrique sont présentés les services de Lyonnaise des Eaux. Ils complètent la démarche
autorisant des sujets techniques et clientèle comme la présentation du Numéro Azur, de la facture, de
nouvelles techniques, etc. La rubrique « De vous à nous » ou les paragraphes « clientèle » permettent de
renouer avec l’eau personnalisée et humaine des dossiers thématiques.
Ce double registre de discours se superpose (eau & forme / eau & maison) et installe une relation d’une
eau personnalisée, proche de « vous » où Lyonnaise des Eaux s’impose comme la figure de l’expert
distant. L’eau est la complice, le distributeur est un technicien, un scientifique qui assure la production
d’un service sûr, de qualité et qui partage ses compétences avec la cible. L’eau est un vecteur de
transmission, le liant sympathique qui permet au deux discours de s’articuler car elle est une substance
précieuse, elle est substance de vie.
Conclusion de l’analyse sémio-discursive : un modèle « environnement » et un mode de vie « sain »
Pour résumer et conclure, le dispositif discursif de L’eau et vous propose une image de son produit sous
l’aspect d’une complice, une mère qui veut du bien. Ce produit détient ses vertus à la fois par la
construction de sa et ses valeurs au fil de ses éditions. L’eau est également suppléée par la position
affirmée d’un expert – le distributeur – qui assure la qualité du service délivré. Ce dernier est également un
complice qui parle de « vous à nous » et qui écoute les remarques de ses consommateurs ou ses
représentants dans une démarcher ouverte, à l’écoute et de proximité. Il utilise le support pour sensibiliser
son destinataire aux enjeux propres à son activité. C’est autour de la préoccupation pour l’environnement
que les deux discours se rejoignent.
L’eau est une ressource à préserver et l’inclusion du lecteur oblige ce dernier à suivre les conseils donnés.
A travers la figure souriante de l’eau, c’est un modèle de comportements que L’eau & vous propose. La
rubrique « ma forme » correspond à une hygiène de vie saine grâce à une eau saine et sûre car contrôlée
par l’expert. L’aspect pragmatique, concret des usages du citoyen – consommateur permet de déployer des
messages de conseils pour mener un quotidien qui convienne à l’eau… Sous-titré L’eau & vous, magazine
de l’eau au quotidien.
L’eau & vous propose donc un modèle de valeurs de l’eau dont la légitimité se base sur une eau contrôlée,
sûre, bonne et agréable pour la « santé » de par l’action du distributeur, l’expert légitime de par son activité
et son savoir. Autour d’un discours « environnement », le magazine de l’eau s’intègre à une démarche
« environnement» de Lyonnaise des Eaux.
Ce discours « environnement » décline en effet les aspects de gaspillage, cadre de vie, activité d’industriel
respectueux de la nature, protection du milieu local. La démarche de L’eau & vous est donc celle d’un
106
Op. cit., p. 156.
142.
support qui veut promouvoir la protection et la bonne utilisation de l’eau.
Ce discours s’élargit au développement durable par l’insertion de rubriques événementielles liées à la
direction « développement durable » de Lyonnaise des Eaux (« votre distributeur s’engage » - numéro 10,
« le quiz du développement durable » - numéro 9 ou l’édition de L’eau & vous en braille depuis 2003).
Les trois piliers traditionnels à la démarche « développement durable » des entreprises privées sont encore
peu exploités par le support dans la mesure où Lyonnaise des Eaux a entamé sa politique en matière de
développement durable en septembre 2006 (lancement des 12 engagements de Lyonnaise des Eaux).
Comme le questionnaire l’a montré, le discours du développement durable devrait être appelé à prendre de
l’importance dans le dispositif. Son modèle de vie saisit dans le développement durable, une nouvelle
opportunité de légitimer son activité et ses conseils… De « nous » à « vous ».
2.
Questionnaire : un moment charnière pour une cible charnière
Ce questionnaire a été envoyé à 10 personnes de Lyonnaise des Eaux et Textuel, 6 personnes l’ont
retourné 107.
Il fait ressortir des convergences sur la finalité informative de L’eau & vous, un ciblage
« consommateurs » et féminin en priorité, une démarche stratégique de l’entreprise (transparence,
institutionnel, proximité, publicitaire ou marketing) et une pédagogique axée sur les aspects pratiques et
quotidiens dont le caractère prescripteur est peu ressenti.
• Une évolution des thématiques ressentie et attendue
A l’heure de ses 5 ans d’édition, L’eau & vous est à un moment anniversaire et charnière dans sa parution.
Après 10 numéros, le questionnaire a fait ressortir une évolution du magazine déjà plus ou moins ressentie
dans les thèmes à traiter (identifiée au numéro 7 sur l’eau et le sport). Pour les interrogés, les thèmes
principaux jusqu’à présent portent sur la qualité de l’eau et la santé. Une part importante est consacrée aux
usages et aux aspects pratiques de la vie quotidienne. Les informations régionales permettent d’assurer la
valeur « proximité » souhaitée par Lyonnaise des Eaux. Le thème « Développement Durable » et
« Environnement » est un thème qui est appelé à prendre de l’importance. Ce constat correspond tout à fait
à l’évolution des thèmes déjà parus dans L’eau & vous.
• L’information avant tout
La finalité informative de L’eau & vous est indiscutablement comprise. Les finalités publicitaire et
commerciale font néanmoins l’objet de réponses plus dispersées. L’eau & vous apparaît donc comme un
magazine d’information à visée stratégique. Ce magazine pourrait servir de support clientèle et entrer dans
une logique commerciale ou publicitaire plus affirmée s’il était plus adapté au local (manque de réactivité
du dispositif éditorial) et s’il s’affranchissait également de contraintes internes (discordance entre les
centres régionaux et le siège, discordance entre les directions fonctionnelles).
L’eau & vous est un support bien intégré à la culture Lyonnaise des Eaux, il est l’objet de fierté et de
reconnaissance. Il reste néanmoins encore trop limité, courant le risque de la répétition ou insuffisamment
intégré au local. La contrainte budgétaire semble limiter une évolution vers un support plus complet (sujets
de fond) ou plus réactif (possibilité d’imprimer des brèves locales de dernière minute).
• Cible et formule : affirmer, adapter
La cible est clairement définie : les consommateurs au sens large, ceux de Lyonnaise des Eaux de façon
sous-entendue. Dans ce ciblage consommateurs, la cible « Femme » ressort également comme la cible de
L’eau & vous pour au moins 50 % des interrogés qui la citent directement. La femme apparaît comme
cible à la fois pour :
- son rôle de prescripteur dans la famille, elle est perçue comme le relais de l’éduction ;
- son rôle de gestionnaire du foyer ;
- son statut de lecteur, elle est le destinataire d’un support comme L’eau & vous.
L’eau & vous propose également des thématiques qui l’intéressent, qui font partie de ses centres d’intérêt.
Le support véhicule une image positive de la femme en présentant une femme active, jeune, dynamique,
voire célibataire ( !) et à la recherche de conseils pratiques pour améliorer son quotidien.
107
Pour le dépouillement de ce questionnaire, merci de vous reporter à l’annexe 2, p. 26.
143.
Il a cependant été noté que les choix des dossiers ou autres rubriques de L’eau & vous n’étaient pas
exécutés en fonction de cette cible mais en fonction de ce que Lyonnaise des Eaux souhaitait lui
communiquer, ce qui peut présenter un décalage et un risque d’échec du contrat de lecture. Surtout, il a été
noté que cette image de femme active, jeune et urbaine entrait en dichotomie avec la cible réelle, la lectrice
du magazine. Cette dernière est en effet, provinciale et plus âgée.
3.
Retour qualitatif : perception de L’eau & vous
Au cours des entretiens 108 menés par ailleurs à SUEZ, SUEZ Environnement et Lyonnaise des Eaux (13
au total), le support L’eau & vous a été évoqué dans le cadre des questions sur le rapport symbolique entre
eau et femmes. Ces entretiens étaient des entretiens semi-directifs axés sur trois thèmes : la femme dans
l’entreprise SUEZ, la place de la femme dans le développement durable et la place de la femme dans le
programme « Accès à l’eau pour tous ».
Quand on interroge sur le rapport symbolique de l’eau, la majorité des interrogés évoque la valeur de
« vie ». Dans le cadre de l’entretien, l’interrogé sait que le questionnaire a pour thème l’eau et la femme
(perspective genre), il évoque naturellement (mais dans un contexte où le thème du questionnaire l’a guidé
plus ou moins inconsciemment), le rapport eau – mère à travers le thème de la fécondité ou de la
maternité. Il est intéressant de noter que les hommes évoquent davantage le rapport au liquide amniotique
ou le lien à l’eau lié à la corvée d’eau (que ce soit dans des pays Nord ou Sud).
Le lien eau – femmes pour des interrogés de sexe féminin est quant à lui jugé obsolète en termes
symboliques. S’adresser aux femmes sous le thème des usages de l’eau à la maison cantonne le discours
du distributeur dans une logique de représentations traditionnelles du rôle de la femme. La pertinence d’un
support dynamique véhiculant l’image d’une citadine urbaine et moderne n’est pas crédible ou ne permet
pas de se détacher d’un rôle de la femme, gestionnaire de la maison au même titre que d’autres magazines
féminins ciblés femmes de 40 ans et plus comme Femme Actuelle.
Dans la plupart des cas, l’interrogé cite le support comme une illustration du propos. L’eau & vous est
donc perçu comme un support ciblant les femmes ou induisant un rapport entre eau et femme pour les
personnes interrogées. Il est important de rappeler qu’aucune des questions ne citait L’eau & vous. Sur les
13 personnes interrogées, 8 l’ont cité naturellement sans que L’eau & Vous ne soit mentionné.
108
Cf. Annexe
144.
CORPUS
L’eau & vous
1.
L'eau & vous.
2.
L'eau & vous.
3.
L'eau & vous.
4.
L'eau & vous.
5.
L'eau & vous.
6.
L'eau & vous.
7.
L'eau & vous.
8.
L'eau & vous.
9.
L'eau & vous.
10. L’eau & vous.
Juin 2002.
Automne-Hiver 2002.
Printemps-Eté 2003.
Automne-Hiver 2003.
Printemps-Eté 2004.
Automne-Hiver 2004.
Printemps-Eté 2005.
Automne-Hiver 2005.
Printemps-Eté 2006.
Automne-Hiver 2006.
Numéro Côte d’Azur.
Numéro Alsace Franche-Comté.
Numéro Normandie.
Numéro Pays de Loire.
Numéro Dauphiné-Savoie, SDEI.
Numéro Hauts-de-Seine.
Numéro Côte d’Or.
Numéro Communauté Urbaine de Bordeaux.
Numéro Parisienne des Eaux.
Numéro Communauté Urbaine de Bordeaux.
Supports « clientèle »
Brochure
Brochure
Brochure
Série / Dépliants
1996
1998
2001
2002
Dépliant
Brochure
Brochure interne
Série / Dépliants
Série / Dépliants
2003
2005
2005
2005
2005
« L’eau : petites astuces et bons conseils »
« Les Services Eau Pratique »
« Voyage au cœur de l’eau »
« Protection contre le gel »
« Le calcaire dans l’eau »
« Le plomb sous surveillance »
« Les pesticides et l’eau
« Numéro Azur »
Etc.
« L’eau en braille »
« Votre eau : mode d’emploi »
« Guide du rédacteur en chef local »
« L’eau de [région] & vous »
« Prélèvement mensuel »
« Pour une eau sans plomb »
Etc.
Questionnaire L’eau & vous, Décembre 2006
1. Julie Carcaud, Chargée de communication, Responsable « Edition », Lyonnaise des Eaux.
2. Pierre Drillon, Chargé de communication, Centre régional IDF Nord Picardie, Lyonnaise des
Eaux.
3. Sophie Molina, Chargée de communication, Centre régional Languedoc-Roussillon, Lyonnaise
des Eaux.
4. Caroline Pollet, Chef de projet L’eau & vous, Textuel.
5. Valérie Tordeur, Chargée de communication, Centre régional Nord Littoral, Lyonnaise des Eaux.
6. Pierre Tré-Hardy, Chargé de communication, Centre régional Côte d’Azur, Lyonnaise des Eaux.
Entretiens semi-directifs « Eau, Femmes et Développement Durable », Décembre 2006 – Janvier
2007
SUEZ
1. Elizabeth Jaskulké, Adjoint au directeur Environnement et Innovation
2. Michèle Meyzie-Debenest, Responsable Fondation SUEZ
3. Malia Belkacem, Chargée de mission Développement Durable
SUEZ ENVIRONNEMENT
4. Alain Mathys, Directeur du programme « Eau pour tous »
5. Frédérique Raoult, Directrice de la communication
6. Lisette Provencher, Déléguée Générale d’Aquasistance
145.
7.
8.
9.
10.
Mathieu Le Corre, Ingénieur – responsable projets Aquasistance
Jacques Labre, Directeur des Relations Institutionnelles
Dominique Pin, Directeur du Développement Durable
Pascale Guiffant, Chargée de projet aux Relations Institutionnelles
LYONNAISE DES EAUX
11. Hélène Valade, Directrice du Développement Durable
12. Daniel Villessot, Directeur Technique
13. Dominique Ogeron, Directeur de la communication
BIBLIOGRAPHIE
Bachelard, G. L’eau et les rêves. Essai sur l’imagination de la matière. Paris : Librairie José Corti, 1942.
Caulier, B. L’eau et le sacré, les cultes thérapeutiques autour des fontaines en France du Moyen-Age à nos
jours. Paris : Editions Beauchesne, 1990.
Durand, G. Les structures anthropologiques de l’imaginaire. Grenoble : Imprimerie Allier, 1959.
Goubert, J.-P. L’eau puissance civilisatrice. Paris : CIEAU, 2002.
Gritti, J. L’eau, mythes et symboliques. Paris : CIEAU, 2001.
Hidiroglou, P. L’eau divine et sa symbolique. Paris : Albin Michel, 1994.
Jaskulké, E. « Eau, symboles et religions », Lyonnaise des Eaux, Les Actes du FIG 2002 : Saint Dié des
Vosges, 2002.
Larbi Bouguerra, M. « Symbolique et culture de l’eau ». Les rapports de l’Institut Veolia Environnement
n°5. Paris : Institut Veolia Environnement, 2006.
Trivi, C. La stratégie des distributeurs d'eau. Mémoire de maîtrise, CELSA, février 2003.
146.
i.
Résultats de l’analyse discursive du corpus de LYDEC
Résultats qualitatifs
Synthèse :
Le Développement Durable à LYDEC est considéré comme un engagement citoyen, une participation au
développement de la ville et une action pour la préservation de l’environnement.
Pour l’instant, l’axe économique du Développement Durable n’est pas exploité.
Sur l’aspect environnement, seul la sensibilisation et l’éducation sont soulignées, des actions ponctuelles
ont été menées
RAPPORT ANNUEL 1999 : AJOUTER DE LA VALEUR LOCALE.
Discours :
Discours volontaire et ambitieux. LYDEC affirme sa position de distributeur et d’acteur de la ville. (Elle
n’a pas qu’une simple activité de fournisseur d’un service, mais bien d’un service public.) Elle pose sa
position d’entreprise innovante « pour initier une nouvelle approche du service public conçue pour la
satisfaction du client ».
Elle souhaite être « un partenaire à part entière des citoyens et de la société civile ». Derrière se profile une
quête de légitimité de LYDEC.
Axe :
Ancrage local.
Termes :
Ajouter de la valeur locale.
Entreprise citoyenne.
Volonté : être une vitrine du Maroc et de l’Afrique.
Valeur d’exemple et d’émulation.
Les mots « développement » et « développement durable » ne sont pas présents.
Déclinaison du DD :
Pilier social :
- Electrification des bidonvilles
- Création d’emploi.
- Soutien à Maroc 2006, soutien à un projet d’envergure nationale.
Pilier environnement :
- Protection de l’environnement. Campagnes de nettoyage de plages, sensibilisation d’enfants,
sponsoring d’émissions et de congrès.
Particularités du RA 1999 :
• Premier rapport annuel. (En 1998, il s’agissait d’un bilan et perspectives)
Le Rapport retrace l’histoire de LYDEC depuis 2 ans. Le rapport est marqué par la volonté d’affirmer la
position de LYDEC, la dynamique de changement qu’elle doit piloter et les défis.
« Tels sont les faits saillants de l’exercice 1999 qui s’inscrivent dans la dynamique du changement : de
plus en plus de femmes et d’hommes de l’entreprise sont mobilisés, une nouvelle culture d’entreprise
germe dans un environnement parfois difficile. »
•
Les salariés sont mobilisés « pour le changement ». Axe RH. Orienté sur la dynamique de
changement, la réorganisation de la société avec l’amélioration des conditions de travail.
147.
• La légitimité par l’approbation royale…
« Il est enfin souligné que 25 agents électriciens volontaires ont prêté main forte pendant quinze jours, dès
fin décembre 2000, aux équipes d’EDF pour rétablir le service dans la région de Bordeaux à la suite des
tempêtes qui se sont abattues sur la France. Ils ont réalisé un travail de qualité que EDF n’a pas manqué de
souligner.
Cet élan de solidarité, a été salué par le Président de la République Française qui a adressé à Sa Majesté le
Roi Mohammed VI un message de remerciements. »
Cette mention souligne l’importance de la personne et approbation du souverain pour l’entreprise qui met
en valeur l’entreprise et son travail.
Rapport Annuel 2000 : Construire un meilleur avenir pour tous
Discours :
Le discours constate, décrit et justifie. Il se veut global, assez totalisateur dans la mesure où il énonce des
discours généraux sur l’environnement.
La stratégie environnementale est affirmée autour de trois volets : les programmes de raccordement aux
services (eau et électricité), l’éducation et l’environnement.
LYDEC s’affirme comme une entreprise consciente des enjeux à travers un bilan de la situation. Suite à ce
constat, elle décline ses axes d’actions qui sont justifiés par l’activité elle-même :
« LYDEC est de fait, une entreprise citoyenne ».
Elle obtient une légitimité par la description de ses actions tout en rappelant la difficulté de la situation.
Axe :
Engagement citoyen.
Termes :
Culture citoyenne.
S’engage sur plusieurs fronts.
Entreprise citoyenne.
Stratégie environnementale.
Déclinaison du DD :
Pilier social :
- Accès à l’eau potable, un programme pour les plus défavorisés / Le programme Branchements
Bleus : un programme adapté.
- Electrification des bidonvilles, de la lumière pour tous.
- Partenariat association : Chouala, AESVT, Fondation Zakoura
Pilier environnement :
- Espaces verts : parc Al Warda
Particularités du RA 2000 :
Axe RH
« Le Baromètre social, la démocratie dans l’entreprise »
Les collaborateurs de LYDEC ont exprimé librement leurs appréciations des acquis et leurs attentes pour
l’avenir. Le sondage d’opinion réalisé avec l’intervention d’un consultant externe a intéressé près du tiers
des collaborateurs de l’entreprise. Ainsi, 92 % des cadres ont répondu au questionnaire anonyme
administré par le cabinet des consultants, 150 agents de maîtrise de différentes entités ont participé à des
tables rondes, 250 agents d’exécution représentant l’ensemble des métiers de LYDEC ont répondu de
façon directe aux questions posées par l’animateur au cours de plusieurs groupes de travail.
Sur cette base, il est apparu que, quel que soit le collège, les collaborateurs de LYDEC sont fiers
d’appartenir à l’entreprise. Ils reconnaissent que des avancées indéniables ont été réalisées en matière de
liberté d’expression, d’organisation, d’amélioration des conditions de travail et de formation. Par ailleurs,
148.
une grande partie des interrogations et attentes émises lors de ce travail ont fait l’objet de projets qui ont
été présentés lors de la convention 2000.
 La mention démocratie, librement et l’initiation même d’un sondage au sein de l’entreprise suppose et
souligne un changement de management selon une démarche de progrès.
Amélioration des conditions sociales, de travail et de sécurité, LYDEC "cadre de développement
personnel"
L’entreprise est, par définition, humaine. Celle-ci, doit permettre à ceux qui y vivent de ressentir des
sentiments de sécurité, de respect. LYDEC a donc mis en place des actions qui visent à accroître la qualité
de relation qu’elle entretient avec chacun des collaborateurs de l’entreprise.
• Ainsi, 900 agents des services commerciaux et techniques bénéficient 2 fois par an de dotations
vestimentaires et d’équipement de sécurité et de protection .
• La signature d’un protocole d’accord a permis d’aménager le temps de travail - horaire adapté
aux exigences des différents métiers.
• La mise en place de badges d’identification et de sécurité pour l’ensemble du personnel a rencontré
l’adhésion de tous.
• 200 agents ont pu obtenir des prêts pour l’acquisition de logements soit une enveloppe allouée de
40 millions de dirhams.
• 450 salariés ont bénéficié de prêts pour l’acquisition de véhicules personnels et de vélomoteurs
pour un montant global de 6 millions de dirhams.
• L’acquisition d’une unité mobile de santé du travail vient renforcer le dispositif mis en place par
LYDEC en la matière. Ce véhicule assurera à nos agents des consultations médicales sur sites, ce
qui constitue une première en matière de santé du travail au Maroc.
 Développement personnel : axe individu. Prédominance masculine.
Commentaires :
Rapport DD très descriptif. Sur la partie sociale (pas de mention de « développement » et
« développement durable ») :
Sur l’axe social, accès aux services :
Deux axes : volonté de toucher le « plus grand nombre », « tous » avec en parallèle, redondance sur la
difficulté du programme et son ampleur.
La description de la situation actuelle : paupérisation, fraude et ses conséquences : exclusion, danger pour
la santé / sécurité.
Il s’agit d’un « programme » au contraire d’une volonté, d’une stratégie, d’un vision, d’un engagement. Il
paraît imposé.
Sur la citoyenneté :
L’importance est accordée à l’eau. La rareté de la ressource, bien précieux, gestion rationnelle, ressource
précieuse, préservation de l’Eau… Discours partant du généraliste vers le particulier.
La citoyenneté passe par « l’apprentissage », « l’éducation et la formation environnementales ».
Affirmation dans le discours :
« Protéger l’environnement, lutter pour que soit préservée la qualité de l’eau, du monde qui nous entoure,
ne peut aller sans la nécessité de sensibiliser les jeunes et les moins jeunes à la question fondamentale de
l’eau en tant que bien précieux. »
Force de l’engagement : « plusieurs fronts », « ne pas négliger l’enseignement non-formel » « œuvre »
Sur l’environnement
Axe ville en choisissant de financer la rénovation de parcs. Lieux placés au cœur de la vie de la ville :
« fréquenté par de nombreux sportifs » « pépinière de talents footballistiques ».
RAPPORT ANNUEL 2001 : Développement durable, un enjeu citoyen
 Apparition du mot « développement durable » qui n’est pas défini pour autant.
149.
Discours :
Discours fort sur l’identité de LYDEC : entreprise de vie. Cette affirmation naît de la nature du métier de
LYDEC en lien avec l’eau et l’électricité. Par rapport au précédent rapport, l’énergie est introduite dans la
valeur ajoutée de LYDEC, elle permet d’englober d’autant plus.
Le discours reste globalisant : pour tous, du plus grand nombre, des casablancais. Elle s’articule avec des
chiffres qui sont plus réducteurs, mais qui illustre la volonté en actions de LYDEC.
L’arrivée d’Aquassistance Maroc, issu de Aquassistance, permet de faire paraître une dynamique interne
autour d’une implication personnelle des employés.
Axe :
Engagement citoyen. Acteur de la vie.
Termes :
Développement Durable.
Enjeu citoyen.
Origine de la vie.
Entreprise de vie.
Responsabilités humaines, sociales et environnementales.
Une politique volontariste.
La responsabilité de tous.
Une nouvelle forme d’engagement.
Déclinaison du DD :
Pilier social :
- Politique volontariste dans les quartiers défavorisés.
- Aquassistance.
- Education.
- Soutien action associative / campagne de sensibilisation.
Pilier environnement :
- Espaces Verts : Al Warda, Al Qods, Val d’Anfa.
Particularités du RA 2001 :
Création d’Aquassitance.
Axe RH
Evolution de l’axe RH notable. Il est de plus en plus tourné vers l’ensemble de l’entreprise et porté par des
valeurs (performance, mérite, dialogue, travail). A noter l’introduction du mot « femme », les mots
collaboratrice et employée restent absents.
L’attention portée aux « compétences marocaines » soulignent la volonté d’affirmer l’identité marocaine
de LYDEC pour
Ressources Humaines
L’engagement des hommes et des femmes
Consciente que les ressources humaines sont la première richesse d’une entreprise, LYDEC a multiplié les
actions en vue de valoriser le potentiel de ses collaborateurs et d’améliorer leurs performances.
Le développement des ressources humaines
Enrichir les compétences
Grâce aux efforts de formation et de mobilité, le portefeuille de compétences internes s’est
considérablement étoffé et des synergies importantes ont vu le jour entre les différents métiers. Les clés de
150.
la réussite : reconnaissance des efforts et récompense de la performance. Ce sont là les secrets du climat
social serein que vit l’entreprise et du fructueux partenariat avec les représentants du
personnel.
Evolution des effectifs, un choix qualitatif :
A fin 2001, l’effectif global de LYDEC compte 3 585 collaborateurs, dont l’âge moyen se situe autour de
40 ans pour une ancienneté moyenne de 14 ans. Le taux d’encadrement s’est sensiblement amélioré. De
8,9% en 1997, il est passé à près de 11% à fin 2001 (34% avec la prise en compte des agents de maîtrise).
Formation et mobilité, améliorer l’employabilité :
Pour améliorer les performances et enrichir les compétences de ses collaborateurs, deux leviers importants
sont privilégiés par LYDEC : la formation et la mobilité.
Ainsi, le centre de formation a reçu 4 368 agents au cours de l’année pour un total de 76 889 heures de
formation sur des thèmes en phase avec les besoins professionnels des collaborateurs.
Depuis le démarrage de son activité, LYDEC aura dispensé plus de 282 124 heures de formation à fin
décembre 2001.
Parallèlement, la politique de gestion des ressources humaines a encouragé la mobilité professionnelle en
tant que clé de réussite et de succès. Encouragée et soutenue, la dynamique de mobilité permet aux agents
d’acquérir de nouvelles compétences et de progresser vers de nouvelles responsabilités. Ainsi, plus de 699
mutations ont été enregistrées en 2001. Depuis 1998, 2 141 mutations ont été opérées dont 600 en interunité et 1 541 en intra-unité.
Valoriser les compétences marocaines :
LYDEC est confiante dans les capacités de ses compétences marocaines, et le démontre tous les jours au
plus haut niveau. Ainsi, la composition du Comité de Direction Générale est devenue à majorité
marocaine avec les nominations de deux cadres marocains aux postes de Directeur Administratif et
Financier et de Directeur des Investissements. En parallèle, plusieurs cadres supérieurs marocains ont été
promus à des postes de grande responsabilité à différents niveaux de l’entreprise.
Alphabétisation, pour étancher la soif d’apprendre
Tout au long de l’année 2001, le programme d’alphabétisation fonctionnelle au profit des agents
volontaires s’est activement poursuivi, en vertu de l’accord tripartite signé en 2000 avec l’OFPPT et la
Fondation Zakoura.
Plus d’une centaine d’agents ont participé avec assiduité aux cours dispensés en langue arabe. Les
premiers résultats enregistrés, jugés très encourageants, permettent d’envisager les étapes ultérieures
envisagées avec optimisme.
Un dialogue social actif et constructif
Convaincue de l’importance du dialogue social en tant que source de progrès, LYDEC a veillé à associer
régulièrement l’ensemble de ses partenaires sociaux à ses réflexions et décisions
stratégiques.
C’est dans ce cadre que s’est tenue la 2ème rencontre avec les partenaires sociaux, consacrée au thème «
comment conforter la dynamique actuelle », et qui a permis de faire le point sur les actions entreprises et à
venir en la matière. La priorité est également donnée à l’échange direct entre les collaborateurs et leurs
responsables hiérarchiques notamment par le biais des entretiens annuels qui permettent d’établir le bilan
de la période écoulée, de fixer les
objectifs pour l’année à venir et de recueillir les souhaits des 1 200 cadres et agents de maîtrise quant à leur
formation, leur mobilité et leur évolution.
Le Baromètre social, à l’écoute des collaborateurs
Pour la deuxième année consécutive, l’ensemble des collaborateurs ont pu exprimer librement leurs
appréciations les acquis et leurs attentes pour l’avenir, grâce au système d’écoute déployé
pour recueillir la perception des agents sur l’évolution de l’entreprise.
151.
Menée sous forme de réunions de groupes auprès d’un échantillon représentatif de tout le personnel,
l’enquête 2001 confirme qu’aux yeux des collaborateurs, les conditions de travail se
sont nettement améliorées.
La majorité des attentes exprimées lors du précédent sondage d’opinion a été prise en compte et a servi de
base à l’élaboration de projets concrets (forums métiers, programme d’alphabétisation...).
De nouveaux axes de progrès ont été identifiés et pris en compte par la direction générale.
Amélioration des conditions sociales, des conditions de travail et de sécurité :
Des ressources humaines bien valorisées et bien protégées contribuent activement au développement de
l’entreprise.
LYDEC, qui en est consciente, a multiplié les actions en vue d’offrir à ses collaborateurs un cadre de
travail adéquat et des avantages sociaux très appréciés.
Parmi les initiatives remarquées, il convient de souligner que :
• 2 016 agents ont bénéficié de dotations vestimentaires et d’équipement de sécurité et de protection ;
• 203 agents (603 depuis 1998)
ont bénéficié de prêts pour acquisition de logements pour un budget de 40 Mdh (120 MDh depuis 1998) ;
• 97 agents (547 depuis 1998) ont bénéficié de prêts pour acquisition de véhicules personnels et de
vélomoteurs pour un budget de 2 417 KDh (8 417 KDh depuis 1998) ;
• 1 169 agents ont été promus et 515 agents ont reçu une prime exceptionnelle de performance.
RAPPORT ANNUEL 2002
Discours :
Souligne l’importance du cadre de vie, de l’insertion de l’activité dans la ville.
LYDEC est dans une dynamique de poursuite des axes initiés précédemment.
La notion de partenaire ressort d’avantage que les années précédentes.
Axe :
Acteur de la ville.
Ancrage territorial.
Termes :
Partager les préoccupations de la cité
Améliorer le cadre de vie.
Responsabilités des acteurs économique dans la vie de la collectivité.
Responsabilités humaines, sociales et environnementales.
Développer son partenariat avec la cité.
La citoyenneté en temps de crise.
Qualité d’engagement et de cœur.
Un acte citoyen.
Partenaires de référence des communes et des municipalités.
Déclinaison du DD :
Axe environnement :
- Assainissement de Aïn Diab
Première mention des investissements.
Mention de la crise de Mohammedia.
Axe social :
- Consolidation des actions en faveur des quartiers défavorisés.
- Education, levier de sensibilisation.
- Soutien à action communale et associative.
- Aquassistance, des salariés engagés dans l’action citoyenne.
152.
Particularités du RA 2002 :
- Axe RH
Management des Ressources Humaines
LYDEC poursuit sa politique de développement de ses ressources humaines à travers plusieurs leviers:
• l’établissement d’un bilan commun et objectif des réalisations des 5 premières années d’activité de
l’entreprise ;
• la définition commune des valeurs et de la nouvelle vision à l’horizon 2007 ;
• la consolidation de la dynamique du changement ;
• l’évolution vers un management par la Qualité, participatif et responsable ;
• l’écoute régulière ;
• la généralisation progressive du système d’évaluation annuelle ;
• le développement des compétences par la formation, la mobilité, la synergie, la polyvalence ;
• la politique sociale fondée sur la concertation, le mérite, le partage de l’information et la transparence.
Le développement des ressources humaines
A fin 2002, l’effectif global du personnel s’établit à 3.317 collaborateurs. Face aux objectifs de
développement de synergie entre nos métiers et aux exigences de qualité, LYDEC a déployé d’importants
efforts en matière de formation, de mobilité, d'évolution de carrière en adéquation avec les besoins de
l’entreprise.
Formation : LYDEC a mené une politique des ressources humaines intégrant des programmes de
formation axés principalement sur le
développement des connaissances techniques liées à nos métiers de base, sur l'accompagnement de la
démarche qualité et sur l’enrichissement des compétences et la promotion de comportements nouveaux en
matière de management, de prévention et de sécurité. Au cours de l'année 2002, le Centre de Formation
Professionnelle a reçu 4.398 agents pour un total de 70.091 heures de formation. Depuis 1997, ce sont
21.663 agents qui ont bénéficié de 352.215 heures de formation.
Mobilité et évolution de carrière :
A fin 2002, 2.573 agents ont bénéficié de la mobilité dont 691 en inter-unité. Outil majeur au service du
progrès de l'entreprise et de la carrière de nos collaborateurs, la mobilité s’exerce entre les entités et entre
les métiers et privilégie des parcours de carrière faisant alterner des responsabilités opérationnelles et
fonctionnelles, d'expertise et de management.
Un dialogue social actif
En 2002, les rencontres avec les partenaires sociaux ont porté sur :
• La recherche d’une solution appropriée pour sauver la caisse de retraite du personnel statutaire qui se
trouve effectivement au bord d’une intenable crise. C’est dans ce cadre que tous les partenaires de
LYDEC se sont mis d’accord sur le transfert du régime de la retraite de la CCR en difficulté au régime
collectif d’allocation de retraites « RCAR ».
• L’établissement d’un bilan quinquennal de l’activité de LYDEC et d’une nouvelle vision 2007 axée sur
la quête de l’excellence et le souci constant d’approcher la qualité totale.
Amélioration des conditions sociales, des conditions de travail, de sécurité et de rémunération
LYDEC a multiplié les actions en vue d’offrir à ses collaborateurs un cadre de travail adéquat et des
avantages sociaux très appréciés. Parmi les actions engagées, il convient de souligner que :
• 3.037 agents ont bénéficié de dotation vestimentaire et d’équipement de sécurité et de protection ;
• 871 agents ont bénéficié depuis 1998 de prêts pour acquisition de logements pour un budget dépassant
les 200 millions de dirhams ;
• 620 agents ont bénéficié depuis 1998 de prêts pour acquisition de véhicules personnels et de vélomoteurs
pour un budget d’environ 13 millions de dirhams ;
• 1.000 agents ont été promus en 2002.
153.
Retraite
Un système pérenne pour sauvegarder les acquis des collaborateurs de LYDEC
Devant l’évolution défavorable du régime actuel et de son déficit structurel, LYDEC a engagé une
réflexion sur une réforme de ce système. Cette réflexion menée sous l’égide du Ministère de l’Intérieur et
en concertation avec toutes les parties concernées dont notamment
la Communauté Urbaine de Casablanca (CUC), les Partenaires Sociaux, le Ministère des Finances, ont
abouti à la nécessité d’aller vers
le Régime Collectif d’Allocation de Retraite (RCAR).
Consciente des enjeux sociaux et économiques de cette réforme, LYDEC s’est engagée à mettre en place
un système pérenne qui sauvegarde les droits acquis tant du personnel en activité que des retraités.
La Commission Technique de Suivi de la gestion déléguée de Casablanca, composée de la Direction des
Régies du Ministère de l’Intérieur,
de la CUC et de LYDEC a pris acte, lors de sa réunion du 10 décembre 2002, du montant du ticket
d’entrée et des schémas de financement.
RAPPORT ANNUEL 2003
Engagement fort d’une entreprise citoyenne
Discours :
Réaffirmation du statut de partenaire et d’acteur de la ville. Poursuite des précédents sans changement de
la politique. La démarche s’inscrit dans la continuité. Elle souligne néanmoins la proximité à travers des
actions de sensibilisation en partenariat avec les médias.
Axe :
Acteur de la ville. Partenaire de la ville.
Termes :
Un acteur clé du service urbain.
L’une des entreprises citoyennes les plus activement engagées dans de nombreux projets sociaux.
Sur des aspects concrets de la vie de la population.
Partenaire important et incontournable.
A valu une distinction méritée à LYDEC.
Déclinaison du DD :
Axe environnement :
- Campagnes de sensibilisation.
- Opération plage propres : Lalla Meryem. Description des aménagements.
Axe social :
- Des actions au cœur des quartiers défavorisés
- Action de sensibilisation à la protection de l’environnement
Particularités du RA 2003 :
Management des Ressources Humaines
« Professionnalisme et esprit d’équipe pour atteindre l’efficience
LYDEC s’est plus que jamais inscrite dans une démarche globale de progrès permanent et d’interaction
avec ses collaborateurs pour créer de la valeur sociale dans un environnement en constante évolution.
L’ensemble des collaborateurs est ainsi mieux préparé à anticiper les changements auxquels il est
confronté dans le cadre du projet Massira 2007. C’est à travers cette démarche participative et un dialogue
constant que LYDEC fonde son efficacité sociale. »
=> Pas de modifications de la démarche RH.
154.
=> Pas de mentions de Hommes et Femmes.
Mobilité et évolution de carrière
Partant de la volonté de rechercher une plus grande expérience et de faire bénéficier ses collaborateurs
d’un processus d’accompagnement de carrière dynamique, LYDEC encourage la mobilité dans une
diversité de métiers et de fonctions. A fin 2003, 2.850 agents ont bénéficié de la mobilité dont 29% en
inter-unité ; la mobilité permet de décloisonner les activités et les métiers pour une meilleure synergie et
diffusion des pratiques ; elle consolide et développe également les compétences individuelles, contribue à
l’évolution des carrières et améliore la motivation de chacun par un enrichissement des tâches.
Le dialogue social renforcé
Convaincue de l’importance du dialogue social, LYDEC veille à construire des relations durables et un
partenariat fructueux avec ses partenaires sociaux ; après la signature des protocoles d’accord des
13/11/98 et 19/07/99 portant sur l’amélioration des conditions de travail, un nouveau protocole a été signé
le 10/07/03 conformément aux orientations stratégiques du projet d’entreprise Massira 2007. De par sa
vocation d’entreprise citoyenne et ses missions de service public, LYDEC oeuvre en concertation avec les
autorités de tutelle et les partenaires sociaux pour faire évoluer le statut du personnel dans un esprit
d’équipe, de cohérence et d’harmonie.
Au-delà des avantages sociaux acquis et de l’amélioration des revenus du personnel, ce protocole qui
favorise les synergies, l’utilisation optimale des nouvelles technologies et les meilleures pratiques, apporte
des réponses modernes, efficaces et progressives pour un service public efficient.
RAPPORT ANNUEL 2004
Un engagement citoyen soutenu.
Discours :
Poursuite des actions engagées.
Axe :
Engagement citoyen.
Termes :
Son engagement citoyen et social.
Dynamique de développement de ses services.
Promotion de l’esprit citoyen.
L’amélioration du cadre de vie.
Promotion de l’esprit de civisme.
Déclinaison du DD :
Axe environnement :
- Plages Propres.
- Sensibilisation et hygiène.
- Sponsoring émission Rouh Al Moubadara.
Axe social :
- Des actions au cœur des quartiers défavorisés.
- Action de sensibilisation à la protection de l’environnement
155.
RAPPORT ANNUEL 2005
Un engagement citoyen soutenu
Entreprise citoyenne
Projets sociaux
- Actions au cœur des quartiers défavorisés
- Actions de mécénat et de parrainage
RAPPORT ANNUEL 2006
Un engagement fort d’une entreprise citoyenne
Projets sociaux :
Idem précédents
Synthèse :
Répétition des thèmes.
Création d’une Direction du Développement Durable
Feuille de route.
Analyse de la communication
Slogan : « Toutes nos énergies pour vous. »
Le mot « énergie » est un mot fort.
Il vient du latin energia, issu du grec energeia qui signifie « force en action » par opposition à dynamis,
« force en puissance ».
Le mot énergie est un concept qui renvoie à l’expérience humaine, au travail fourni, à ce que l’on dépense
de force par quantité de temps.
L'énergie est une capacité à transformer un état, soit tout ce qui permet d'effectuer un travail, fabriquer de
la chaleur, de la lumière ou de produire un mouvement.
Compéter par « toutes »
Il renvoie également à une des activités de LYDEC, la distribution d’énergie électrique.
Pour vous.
Logo :
Logo en bichromie bleue et verte sur fond blanc.
Un logo fortement symbolique
Trois vagues bleues symétriques descendantes avec un rivage vert.
Elle symbolise un littoral et l’activité eau de LYDEC.
Le rivage vert représente la nature, la terre propre et l’activité assainissement de LYDEC
Demi Soleil et Demi Lune.
Elle symbolise les deux astres diurne et nocturne et symbolise l’activité électricité assainissement.
Le choix de la demi-lune verte est fort. Il rappelle le symbole de l’Islam, une demi-lune et la couleur de
l’Islam, le vert.
Bilinguisme du logo.
Le nom de LYDEC apparaît dans les deux langues. L’inscription en capitale offre une présence verticale
forte du français alors que l’étalement plus large de la langue arabe, offre une ligne d’horizon plus
important à l’arabe.
156.
ENTRETIENS SEMI-DIRECTIFS
11.
Questionnaire des entretiens
Ce questionnaire a guidé l’entretien. Il a été adapté à la fonction de la personne interrogée, à sa fonction
ainsi qu’à sa sensibilité au sujet.
Questionnaire « Eau, Femmes et Développement Durable »
Objectif : déterminer la place et définition de la problématique « eau, femme / genre et développement
durable » selon les différents acteurs de l’eau en France et au Maroc.
Axes de réflexions :
1. Les femmes ont-elles une vision particulière du DD ?
2. Comment la problématique « femmes / DD » est-elle perçue dans nos sociétés ?
3. Quelles sont les valeurs spécifiques d’une vision féminine / genre du DD ?
Nom
:
Prénom
:
Fonction
:
(mettre une croix)
Sexe
Masculin :
Féminin :
La place de la femme dans votre entreprise.
1. Quelle est la place de la femme dans votre entreprise ?
2. Quelle est la place de la femme dans le domaine de l’eau ? (Rapport entre femme et « métiers de
l’eau » (ingénierie) … Comment expliquez-vous qu’il y ait peu de femmes dans votre entreprise ?)
3. Pensez-vous qu’elles puissent souffrir d’un manque de reconnaissance et pourquoi ?
4. En quoi votre entreprise favorise l’intégration et la mise en valeur des compétences des femmes ?
La place de la femme dans la communication de votre entreprise
5. Quelle importance la femme joue-t-elle dans les campagnes de sensibilisation ou d’éducation que
votre entreprise peut mettre en place ?
6. La femme est-elle une cible privilégiée d’une communication grand public de votre entreprise ?
Conception et représentation
7. Percevez-vous un lien naturel entre l’eau et la femme ? Si oui, lequel ?
8. Pensez-vous que les femmes aient une conception particulière du DD ? Et pourquoi ?
9. Si vous deviez donner des valeurs que portent les femmes en matière de DD, quelles seraient-elles ?
157.
Sur le rôle de la femme dans le DD
10. Notez de 1 à 5 selon que vous êtes pas ou tout à fait d’accord avec les affirmations suivantes. (1 = pas
d’accord, 2 = peu d’accord, 3 = moyennement d’accord, 4 = d’accord, 5 = tout à fait d’accord)
1
2
3
4
5
1. La femme joue un rôle essentiel dans la
gestion locale de l’eau dans les pays en TM
2. La femme a une vision plus pragmatique que
l’homme du DD
3. La femme a une sensibilité plus affirmée que
l’homme à la protection des ressources
4. Le succès de la gouvernance de l’eau passe
par un rôle plus affirmé des femmes
5. L’approche genre est une forme de discours
féministe (militant)
6. La femme joue un rôle essentiel de
transmission des valeurs
L’accès à l’eau pour tous
11. L’accès à l’eau pour tous, en quoi est-ce une problématique et un enjeu pour et dans votre entreprise ?
12. Quelle est la démarche adaptée par votre entreprise en matière d’accès à l’eau pour tous ?
13. Quelle est la place de la femme dans les programmes de coopération internationale comme le
programme « eau pour tous » de SUEZ Environnement ?
14. Quelle est l’importance de la sensibilisation et de l’éducation de la femme dans ce type de
programme ?
La place de la femme dans les problématiques de coopération internationale et de développement
15. Selon vous, quels sont les moyens de faire prendre conscience à la femme du rôle qu’elle a à
jouer, dans les pays TM notamment en termes de gouvernance et d’implication dans la gestion de la
ressource ?
16. Selon vous, quels sont les outils et arguments à déployer pour renforcer son rôle ?
17. Cette problématique femme / gestion de l’eau reste un enjeu pour les pays Sud, selon vous pourquoi ?
18. En quoi est-elle transposable dans les pays du Nord ?
Genre
19. Connaissez-vous l’approche « genre » ? Si oui, comment la définiriez-vous et que peut-elle apporter à
votre activité de distributeur d’eau ?
20. Comment percevez-vous l’approche eau et femmes ? Que peut-elle apporter ?
21. Avez-vous des commentaires ou des remarques sur cette problématique et sur ce questionnaire ?
158.
12.
ENTRETIENS RETRANSCRITS
Rappel de la liste des entretiens passés et détails de la retranscription:
40.
Anne LE STRAT, PDG Eau de Paris.
41.
El Habib CHABADI, ONEP
42.
Asma EL KASMI, ONEP.
Rapport de stage ONEP, Observation participante « Eau, Femme et Pouvoir de décision »
43.
Renée CLAIR, UNESCO*.
Observation participante « Eau, Femme et Pouvoir de décision », « Femme, Science et Technologie »
44.
Denis DESILLE, PS-EAU.
45.
Houria TAZI-SADEQ, ALMAE**.
Observation participante « Eau, Genre et Gouvernance »
46.
Delphine BOULOGNE, CCAS de Saint-Pol-sur-Mer, Programme « Accès Eau pour tous ».
47.
Thérèse CAULLIER, Carrefour des solidarités et Jean-Marie GUEURET, Carrefour des
solidarités.
48.
Olivia DABBOUS, AFD France.
49.
Dominique BOMSTEIN, Environnement Magazine.
50.
Pascale GEIGNER, Hydroplus.
51.
Najat ZIRARI, Projet Genre stratégie nationale, GTZ.
52.
Najat M’JID, UNICEF Maroc.
[SUEZ, SUEZ Environnement, Lyonnaise des Eaux]
53.
Elizabeth JASKULKÉ, Adjoint au directeur Environnement et Innovation.
54.
Michèle MEYZIE-DEBENEST, Responsable Fondation SUEZ.
55.
Malia BELKACEM, Chargée de mission Développement Durable.
56.
Stéphane QUERE, Directeur du Développement Durable.
57.
Alain MATHYS, Directeur du programme « Eau pour tous ».
58.
Frédérique RAOULT, Directrice de la Communication.
59.
Lisette PROVENCHER, Directrice de Aquasistance.
60.
Mathieu LE CORRE, Ingénieur – responsable projets Aquasistance.
61.
Jacques LABRE, Directeur des Relations Institutionnelles.
62.
Dominique PIN, Directeur du Développement Durable.
63.
Pascale GUIFFANT, Chargée de projet aux Relations Institutionnelles.
64.
Hélène VALADE, Directrice du Développement Durable.
65.
Daniel VILLESSOT, Directeur Technique.
66.
Dominique OGERON, Directeur de la Communication.
Observation participante, Rapport de stage
[Terrain Lyonnaise des Eaux]
67.
Valérie TORDEUR, Chargée de communication Nord Littoral.
68.
Dominique SEVESTRE, Responsable Agence Clientèle.
69.
Jean-Luc DE ZOOMERRE, Chargé du projet Accès à l’eau pour tous et Rodolphe AGEZ, Chargé
du projet Accès à l’eau pour tous.
Observation participante.
[Terrain Lydec]
70.
Bouchra GHIATI, Directrice de la Communication et du Développement Durable.
Observation participante, Rapport de stage.
71.
Laurent GUILLAUME, Directeur des Ressources Humaines.
72.
Tahar AGAL, Responsable Aquasistance Maroc et Directeur Exploitation Eau et Assainissement.
73.
Leila BERRADA, Responsable Lydec et vous et Hicham DAOUDI, Responsable Marketing.
Observation participante sur Lydec et vous
74.
Ingrid PECHELL, Responsable du Département d’Accompagnement Clientèle.
Observation participante, suivi des équipes et focus groupe.
159.
75.
Abdellatif ABDARAZAK, Chef de projet INMAE, Douar Lamkenssa.
Observation participante sur le terrain, focus groupe, Lamkenssa.
Enquête genre.
76.
Abdelmajid HILAL, Chef de projet INMAE, Douar Rmel.
77.
Mina KIRCHI, Animatrice, Douar Rmel.
Observation sur le terrain Ouled Saleh.
78.
Morad BELMINE, Animateur, Douar Lamkenssa.
Observation sur le terrain Lamkenssa
160.
1.
Anne LE STRAT, Pédégère Eau de Paris
Entretien le 28/01/2006.
(Explication de la thèse)
Commentaires
1/ Parce qu’en fait, ce sont les femmes qui sont les premières actrices de tout ce qui attrait à l’eau parce
que c’est elles qui vont au puits, elles qui cuisinent… Elles et les fillettes. Ce sont les premières actrices.
C’est pour cela aussi que ça intéresse plus parce qu’on commence à comprendre que ça conditionne tout le
développement économique et social et c’est une des raisons pour lesquelles la question de l’accès à l’eau
a été peu travaillée. Il y avait un Rapport Camdessus qui commençait par ça, c’est une des plus grandes
injustices et surtout, une injustice silencieuse.
2/ Le Maroc est plus avancé sur la question de la gestion de l’eau à travers l’ONEP, une belle entreprise
nationale. Mais le Maroc sur la question sociale, le droit des femmes, la question est bien pire qu’en
Algérie ou en Tunisie.
Quelles sont les figures de l’eau selon vous ?
Les grandes figures qui symbolisent le combat de l’eau dans le monde, sont des figures féminines,
Vandana Shiva, Maud Barlo, Aminata Traoré, même si elle ne parle pas que… Y a aussi des hommes
évidemment, plus pour l’Europe. Celles qu’on entend plus, ce sont des voix féminines.
C’est une question qui m’intéresse, c’est quelles sont d’après vous les personnalités qu’on entend plus sur
l’eau ?
Serge Lepeltier, un petit peu quand il était ministre, Mme Bachelot pas du tout, Dominique Voynet avec la
loi sur l’eau. Nelly Olin avec la loi sur l’eau avec une campagne sur l’eau du robinet. Ce ne sont pas des
prises de position. A part eux, il n’y a pas de prises de positions. Danielle Mitterrand et moi avons une
position politique avec des conséquences. Les autres, on peut citer Jean-Luc Touly de l’ACME pour les
hommes, Marc Laimé qui est moins politique.
Quels sont les enjeux liés à l’eau ?
Je suis persuadée que c’est un enjeu majeur. On n’a jamais parlé autant d’eau, depuis 3 ans, ça va
crescendo. L’eau, j’en suis persuadée, deviendra un enjeu premier même face à mes camarades qui sont
plus dubitatifs.
La gestion publique va venir notamment à Paris. L’eau n’est pas un enjeu visible, y’a pas de crise.
Evidemment, il y a des sécheresses. Ca commence à devenir préoccupant. Ce qui a des avantages et des
désavantages quand on travaille, on a du mal à faire passer les messages, surtout que c’est un sujet
difficile.
Il y a distinction à faire entre le politique et la technique. Les sciences sociales ont d’autant plus à se faire
place. Aujourd’hui, on le traite sous l’angle de l’ingénierie, la technicité spécialisée très masculin. Les
spécialistes de l’eau sont des hommes, il y a peu de femmes sauf au niveau de la chimie, des laboratoires.
Nous d’ailleurs on embauche de plus en plus de femmes.
Pouvez-vous me parler de la politique de féminisation de EdP ?
C’est aussi pour cela que j’ai voulu qu’on féminise mon entreprise en venant d’un milieu différent,
subissant entre guillemet ou plutôt connaissant ce regard que l’on peut porter parce que l’on n’est pas de ce
monde là parce que j’ai fait une thèse en géopolitique donc j’ai position issue des sciences sociales, je suis
politique, je suis femme et je suis jeune, le regard est forcément souvent porté de telle manière qu’on a
souvent l’impression qu’on est pas à sa place et même encore maintenant, on a encore l’impression d’être
un peu ovni, c’est pas si naturel que ça d’avoir de telles responsabilités à ce niveau. C’est encore pénible
en France où l’on a beaucoup de retard et pas beaucoup de réflexion sur ces questions et ce à tous les
niveaux dans la sphère politique, économique et sociale pour représenter le pouvoir dans la sphère
féminine. Il faut se mettre sur la voie de la féminisation et ce malgré les réticences.
161.
Comment se manifeste ces réticences ? Sont-elles très visibles ?
Non, elles ne sont pas très visibles ces réticences parce qu’il existe une sorte de politiquement correct qui
fait qu’on ne peut pas en parler ouvertement. Ce n’est pas ouvertement dit. Les femmes en parlent plus
que les hommes qui ont encore l’idée qu’une femme n’est pas forcément à sa place dans certaines
positions. Les réticences sont plus présentes que ce qu’il ne transparaît donc ou alors elles sont vaincues,
ce qui est la majorité des cas, par le quotidien et certaines restent et dans ces cas là, on a des victimes. Mais
globalement, dans mon entreprise, le fait d’avoir eu le label, a donné une forme de reconnaissance et de
fierté dans la société, ce n’est plus seulement le gadget pour les financiers, car il y a une reconnaissance
extérieure et cela fait évoluer notamment les pères. Ils voient que leurs filles souffrent d’une position dans
l’entreprise, qui vont de fait réfléchir à cette situation.
Les formations réalisées, quels ont été les thèmes ?
Beaucoup ont porté sur les discriminations, le harcèlement… Il faut dans ce cas là, allez voir la DRH et
leur demander en détails. Car on a inclus le travail sur les non discriminations liées au sexe sont désormais
intégrées aux épreuves pour non discrimination dans le management. Et ça a posé la question des
minorités visibles. Les femmes, c’est pas facile mais on y arrive par contre les minorités visibles, ça passe
moins bien. C’est plus nouveau. On parle tous ouvertement de discriminations mais il existe encore un
racisme au quotidien. Il y a une résistance forte sur la question de la couleur. Sur la question de la femme,
la position patriarcale, dans la prise de décision, on voit le privilège d’être homme.
Quelle est la place de la femme dans votre entreprise ?
Aujourd’hui, on est à 25% de femmes avec une tendance à féminiser avec beaucoup de féminisation des
cadres. La tête de l’entreprise est très masculine. Il y a une femme que j’ai nommée dans le comité de
direction à la directrice générale déléguée. Et c’est le fruit d’une bataille, rien n’est venu de soi. J’ai
demandé à avoir à PDG pour avoir le pouvoir car avant, je n’avais pas d’influence sur les décisions. Mon
intérêt était d’avoir un pouvoir et pas d’être là seulement en tant que femme, potiche. L’autre femme, je
l’ai nommée car elle a les compétences alors qu’elle avait été relayée à une fonction sulbaterne. Il y a une
tradition existante ici que les directeurs doivent être des hommes, c’était un mode à l’ancienne avec des
prises de décision sans femme. Aujourd’hui, ça a changé car il y a eu une évolution et un politique correct
qui fait que ça se voit pas et aussi que ça change progressivement.
Femme et Développement Durable, seraient-elles porteuses de valeurs particulières ?
C’est une question que je me pose et qui revient régulièrement. Elle revient pour le DD mais pas
seulement. L’idée qu’il existe une culture qui dicterait des comportements. Je ne suis pas une
différencialiste mais plutôt une culturaliste qui englobe. Je suis d’accord pour dire qu’il y a des éléments
proprement féminins, l’exemple le plus parlant est évidemment la maternité. J’ai toujours pensé pour se
battre politiquement pour les comportements, que les pratiques culturelles changent et je reste convaincue
de ça. Dans la pratique, les femmes ont des pratiques différentes. Selon moi, le poids de la culture et le
poids de la tradition font que les femmes même les féministes les plus convaincues vont agir selon la
tradition. Cela je l’ai ressenti quand j’ai pris ma fonction, je suis apparue nécessairement comme une
féministe et donc avec des tendances sexuelles cataloguées, on croyait que j’étais lesbienne parce que j’ai
une vie qui ressemble plus à celles d’un homme. Je n’ai jamais eu d’allusion à ça mais je sens bien que je
devrais commencer à faire des enfants. La France est aujourd’hui, le premier pays nataliste d’Europe alors
qu’on a longtemps été le dernier. Il y a une sorte de pression sociale compliquée à expliquer qui fait
qu’une femme n’a pas d’enfants, surtout à un certain âge et encore je peux encore en faire, régulièrement
c’est, est-ce que vous avez des enfants. Et en plus pour certains, je serai même une mauvaise mère car je
serai tout le temps en train de travailler. Ca reste. Pour en revenir aux différences de comportements,
globalement, il y a une tendance, les femmes parlent moins pour ne rien dire, travaillent plus leurs
dossiers, sont plus sérieuses, sont plus consciencieuses… Tout ça est plus culturel car on a tellement plus à
prouver que les hommes qu’on est légitime, on nous fait moins de cadeaux, il faut donc faire plus et parce
qu’également, au niveau de la prise de parole, les femmes sont moins à l’aise parce que la sphère publique
est encore masculine. Quand on va les tribunes, les conférences, ce ne sont que des hommes. Il n’y a pas
une seule femme ce qui est comme même dingue.
162.
Par rapport à l’eau, pourquoi les femmes prennent plus facilement la parole ?
Je n’ai pas assez réfléchi sur la question ce qui est une certaine frustration pour moi. Néanmoins quand on
voit le discours, notamment celui de Mitterrand, cela reste encore trop la vie. Cela m’ennuie car justement,
cela n’est pas lié d’une manière ou d’une autre, de manière consciente ou inconsciente à notre fonction de
reproduction et d’attachement à la vie qui fait qu’on est peut-être plus sensible, ça m’ennuie de le
reconnaître mais je pense que c’est vrai, je pense que c’est comme même un peu vrai. Même si je pense
que c’est très politique et que je me considère comme une femme, quelqu’un de politique et d’engagé.
C’est tout de même, le premier élément vital. On peut ne pas manger mais on ne peut pas, ne pas boire.
C’est tout bête mais on est constitué essentiellement d’eau. Qu’on le veuille ou non, c’est rattaché aux
notions de vie, de vitalité, de développement… Alors après, que ce soit éminemment politique et qu’il y
est beaucoup de femmes montre que c’est vrai. C’est un monde où la prise de parole est beaucoup plus
féminine, indéniablement. C’est pour ça que je n’y ai pas plus réfléchi à ça. J’y ai beaucoup pensé mais
qu’il faudrait interrogé notamment les femmes.
Pour moi par exemple, qu’est-ce qui m’a conduit à l’eau ?
L’eau est venue par la politique chez moi. J’ai fait une thèse sur l’eau dans le conflit israélo-palestinien. Ce
qui m’intéressait, c’était les enjeux politiques dans cette région. Mais l’eau est venue parce que j’ai une
conscience écolo depuis très longtemps. Je l’ai donc abordé tout d’abord sous l’angle du politique. Après,
quand j’ai été élue, il a fallu départager les responsabilités dans le XVIIIème arrondissement. Il y avait ce
thème là, je me suis dis pourquoi pas. Mais je ne peux absolument pas dire que c’était pensé, c’est plus
venu comme ça. Je suis arrivée à l’eau par le biais politique. Maintenant que je suis dedans, je trouve ça
passionnant. Un homme me l’avait dit d’ailleurs, une fois que vous êtes plongée dans le domaine de l’eau,
vous aurez dû mal à en partir. C’est un domaine qui est passionnant.
On ne peut donc pas dire que mon intérêt premier était l’eau. Pour Mitterrand, pour moi, on ne peut pas
dire que son premier intérêt était l’eau. Au début elle parlait des droits fondamentaux. Elle en est arrivée à
la conclusion qu’un des droits fondamentaux, c’est l’eau. C’est comme même, c’est un enjeu d’avenir
important, un enjeu politique et un enjeu d’humanité. Si c’est à refaire, je n’aurai pas fait de l’agronomie,
de l’ingénierie, de la technique car cela ne m’attire pas. Ce qui révèle un élément de société, les jeunes
femmes n’ont pas nécessairement envie ou ne sont pas orientées vers des filières techniques. C’est la
limite. Le potentiel de recrutement est limité. Il existe un potentiel non exploité. Et c’est vrai que moi,
l’eau me passionne pour son potentiel culturel, symbolique, politique que pour son potentiel technique. Du
coup, je m’y suis mise. Mais honnêtement, savoir pour enlever les molécules, il faut telle technique, cela
ne m’intéresse pas. Je m’y suis mise pour comprendre les enjeux mais ce qui m’intéresse, c’est les enjeux
politiques. L’objet est un objet multiple et complètement transversal. On a à peu près toutes les dimensions
ce qui n’est pas ennuyeux.
Et pour répondre à la question, pour moi, les femmes, vont donc s’y intéresser sous l’angle des droits
humains.
A l’UNESCO, les personnes qui s’intéressent aux problématiques de l’eau sont souvent des sciences
dures, il s’intéresse aux questions des femmes et la technique, la science. J’ai l’impression que la raison
qui l’explique est que la technique donne de la légitimité.
Comme c’est un monde qui est encore très technique. J’ai plusieurs fois eu l’impression de ne pas être
légitime. Souvent le monde de l’eau notamment dans les conférences quand on vous donne que des
graphiques et des tableaux, il y a un côté un peu aride, borné dans la manière de faire. Il leur manque de
dimension critique et de à quoi ça sert. Par exemple, je me suis battue pour baisser le niveau de chlore dans
nos réseaux et les réponses qu’on m’a donné, c’est nous on fait bien notre boulot et ça nous est égal les
questions de goût. Ils répondent aux critères techniques mais pas nécessairement aux critères de demande,
de perception, de rapport à l’usager. On le voit à EDP, il y a peu de femmes qui souvent s’interrogent plus
sur la relation à l’usager que les hommes. Les femmes s’interrogent plus sur leurs attentes, leurs besoins.
A EDP, nous ne sommes pas en lien direct mais on essaie de l’être en développant des guides, des actions
de communication. On n’a jamais été autant en relation avec le public car j’essaie de faire parler de ces
services, de ce qu’on fait… Ce qui a été une mini-révolution. Pourquoi communiquer ? Pourquoi
expliquer ? Il n’y avait pas d’intérêt pour l’ancienne direction, c’est bien mais ce n’est pas leur métier, leur
compétence.
163.
Il y a beaucoup qui étaient fiers d’avoir le label d’égalité mais d’autres trouvaient que ce n’était pas notre
métier. C’est important d’expliquer de la technique mais dans ce cas là, il faut sortir du langage technique
pour expliquer au public notamment aux journalistes. Globalement, les journalistes ne comprennent pas le
sujet de l’eau parce qu’il est très technique.
Pourquoi selon vous ?
Pour beaucoup de journalistes, il faut leur faire tout le dossier surtout pour la technique. Aujourd’hui, j’ai
été interrogée sur la question de la gestion publique dont on entend plus parler. Je vais être interrogée par
une journaliste d’Hydroplus… Il y a beaucoup de journalistes femmes sur ces questions. Valeurs Vertes,
Hydroplus, Environnement Magazine… Il y a une majorité de femmes.
Pour en revenir à la presse, on parle beaucoup de sécheresse, du goût de l’eau et un peu plus, de la gestion
publique.
C’est évident que la gestion de Paris va permettre d’en parler plus. Car c’est un gros contrat, un enjeu de
taille.
Programme de coopération décentralisée, quels sont les projets ?
A nous, ça reste beaucoup des questions d’adduction d’eau. On est dans la technique même si j’ai toujours
dit qu’il fallait intégrer les villageois, les associations et notamment, les femmes. Former un comité de
gestion pour que les femmes soient présentes mais c’est difficile, car on ne peut pas arriver avec notre
modèle et l’imposer. On essaie d’intégrer la dimension genre mais en même temps, ça reste très technique.
On a une partie d’analyse sociale qu’on a intégré dans les dossiers. On intègre les femmes. C’est une chose
qu’il faut répéter. A chaque fois que j’ai rencontré des villageois, des ressortissants, etc., c’était des
hommes. En plus, ils n’ont pas l’habitude de voir une femme comme interlocuteur. En France, c’est passé
parce que je suis un peu connue. Mais à l’étranger, ça se voit encore. Beaucoup me demandent comment
je suis arrivée là. Certains me le disent franchement, qu’ils ne s’attendaient pas à voir une jolie jeune
femme à la direction. Ce qui est désagréable car on n’est jamais vraiment pris au sérieux. Avec le temps de
la collaboration, ils s’aperçoivent que ce n’est pas le cas. Ce qui provoque un effort en plus. C’est assez
triste. Il faut apprendre à se faire respecter parce que j’ai décidé de remplacer la tête de l’entreprise. Mes
actions ont tellement étonné que j’ai été considérée, que les gens ont compris que je pouvais renvoyer les
personnes, que je prenais des décisions… Si on n’a pas de caractère et de capacité à s’imposer, on n’y
arrive pas. C’est une tarte à la crème mais c’est totalement vrai parce qu’on n’est jamais totalement
légitime.
Par exemple : j’arrive à la Chambre de Paris et j’étais en retard, je portais des dossiers et quand j’ai
demandé où était la réunion, on m’a demandé si j’étais là pour apporter des dossiers… Ce qui était
insupportable car pour ce monsieur, je ne pouvais pas être autre chose que la secrétaire.
Ce type d’épisode montre qu’il faut un travail sur les représentations auprès des hommes, mais par quelles
actions ? La discrimination positive ?
Je voudrais qu’on féminise les effectifs pour que les représentations changent. Alors je n’aime pas
particulièrement le mot discrimination positive car cela a plombé le concept. C’était très vicieux et que les
opposants s’en servent. Et je préfère utiliser le terme anglais « affirmative action ». Ce n’est pas une
« discrimination » positive. Et dans ce cas là, la discrimination négative ne choque jamais ? Comme ce
mot est plombé et qu’en France, on n’est pas égalitariste mais je préfère parler d’un rééquilibrage. Il y a un
retard à rattraper. Je trouve très bien que Royal soit dans les présidentiables. Et cela est bien qu’elle soit
Présidente rien que pour montrer que le plus grand pouvoir peut être représenté par une femme.
Maintenant, on dit le et la. On dit le ou la présidente. C’est une révolution. Le plus visible souvent, c’est la
résistance par les femmes. Dans mon cas, la résistance a souvent été le fait de femmes. Elles étaient les
premières à internaliser qu’il y avait une domination masculine et que c’était comme ça. Quand je suis
arrivée, il fallait justifier que je sois là et j’étais une Margaret Tatcher… Il fallait que j’incarne une idée du
pouvoir qu’elles connaissent. Et j’ai bataillé contre cette idée. Un autre exemple, c’est au cours d’une
réunion avec La Maire de Sens qui m’a répondu qu’elle n’était que la mère de ses enfants. Ce genre de
réaction m’énerve et j’ai continué à l’appeler Madame La Maire. Mais je pense que les jeunes générations
ont dépassé ce débat. Ces idées restent chez les vieilles générations et plutôt de droite. C’est plutôt une
164.
représentation traditionnelle. Quand une femme veut se faire appeler par un titre masculin, pour moi, c’est
un moyen d’internaliser les modalités de domination du schéma traditionnel masculin. Pour moi, il faut
pouvoir montrer que le directeur peut être une femme, une directrice en changeant le terme. Et à
l’argument « c’est moche », je réponds qu’on dit directrice d’école, institutrice ou assistante et que ça ne
choque pas alors que directrice financière, ça choque. Parce que c’est un monde d’hommes.
Ce sont des arguments de mots uniquement ?
Pour moi, elles ont abdiqués. Ce sont des arguments de mots et de pouvoir. C’est une manière de montrer
qu’elles sont rentrées dans le monde masculin en étant femme et en arborant qu’elles y soient. Mais pour
moi, elles portent encore l’habit masculin. Un directeur financier ne peut être qu’un directeur financier. Et
ce sera toujours une directrice d’école. On me disait souvent au tout départ, un homme politique, le maire
adjoint… Et que je faisais partie des hommes politiques. On dit « ménagère » c’est féminin et « homme
politique » c’est masculin. Il y aurait des pouvoirs qui restent pour eux, féminin ou masculin. La vraie
bataille est celle des mots, enfin, elle n’est pas neutre cette bataille en témoigne la réaction de l’Académie
française.
Les femmes ne sont pas à ce titre le meilleur allié du changement. C’est là aussi de le fruit de l’expérience
qui a été pour moi, une déception.
La cause féminine qu’elle soit portée par des hommes, cela est positif pour vous ?
Alors je suis complètement pour la mixité. Autant je suis féministe, autant je suis pour la mixité et qu’il
faut que les hommes soient reconnus comme des pères. Il faut l’égalité jusqu’au bout. Un enjeu est de
reconnaître la paternité. On évoluera que s’il y a des hommes avec nous.
C’était tout l’intérêt de l’approche genre… En quoi la connaissez-vous ?
Je l’ai lu. C’est un terme que j’ai utilisé notamment quand j’ai travaillé avec le pS-Eau. Pour moi, c’est un
outil utile, mais j’en parle pas ici car ça rajouterait de la complexité. Je vais l’utiliser dans d’autres cercles.
Par contre, ce qu’on fait, ça se traduit par des actions ou une approche genre. Déjà, j’ai pris la position
d’un « développement soutenable », alors le genre, c’était un peu trop.
Justement, pourquoi avoir pris cette position de développement soutenable ?
Alors en quelques mots, pour moi, le concept soutenable, dans ses trois piliers doit se décliner dans le
soutenable ou viable. Je ne crois pas qu’ils doivent s’inscrire dans la durée mais soutenable, viable… C’est
vrai que c’est plus facile à comprendre en anglais mais plus viable pour son environnement. Et durable,
c’est pas une surprise que tous les plus grands pollueurs parlent de développement durable, de croissance
durable voir de profits durables, ça n’a plus rien à voir… L’intérêt du soutenable, c’est qu’on peut remettre
en cause dans la durée car je ne veux pas que le développement soit durable. Je trouve que le terme est
galvaudé, non pas durable, je veux qu’il soit soutenu. Et ça était difficile à faire passer en interne.
Beaucoup n’ont pas compris la finalité et je pense qu’il faudrait refaire un argumentaire en interne. C’est
un travail pédagogique. Tout le monde comprend bien ce choix de soutenable étant donné que durable est
galvaudé. C’est sur qu’on est un peu seul mais il a plus de valeurs qu’un développement durable.
165.
2.
El Habib CHABADI, Directeur Communication ONEP
Entretien Septembre 2005.
Comment procédez-vous pour promouvoir l’image de l’ONEP ?
Je ne suis pas dans la communication à l’origine. J’ai dû tout apprendre et construire par moi-même. J’ai
reçu des formations et je me suis beaucoup basé sur Communicator : Le guide de la communication
d'entreprise de Marie-Hélène Westphale. A partir de là, nous avons développé un nouveau logo, des
supports de communication interne comme le journal interne, l’intranet. Nous avons aussi créé de
nouveaux supports avec une brochure, un CDRom et nous développons actuellement le changement du
site.
Sur quels messages avez-vous basé votre communication ?
Cela dépend des supports. Pour le journal interne, nous jouons beaucoup sur le sentiment d’appartenance
et la fierté. Il y a un fort sentiment partagé par les collaborateurs de l’ONEP d’appartenir à une entreprise
reconnue. C’est aussi une entreprise nationale, c’est une organisation marocaine et les employés de
l’ONEP développent une identité forte. L’ONEP est une grande entreprise, elle compte plus 7 000
personnes avec des entités dans tout le pays. Il faut communiquer et assurer qu’il y a une implication de
tous. Dans le journal interne, nous donnons la parole au Directeur, l’ONEP est un groupe où la figure
d’autorité est importante et pour nous, il faut respecter les relations hiérarchiques de notre organisation.
Dans votre brochure, vous faites référence au droit à l’eau, pourquoi ce choix ?
Le droit à l’eau, c’est un idéal. Il a été défini par la communauté internationale, pour nous, s’y référer, c’est
montrer à ceux qui lisent cette brochure que nous respectons ce droit et que nous souhaitons inscrire notre
activité. Aujourd’hui, au Maroc, l’accès à l’eau est presque généralisé dans les villes et en cours de forte
progression dans les communes rurales. Assurer l’accès à l’eau pour tous au Maroc, c’est un vrai objectif
qui est réalisable grâce aux efforts de l’ONEP. A partir de l’accès à l’eau, l’autre grand défi pour l’ONEP
est l’assainissement. Le Maroc est en retard en matière d’assainissement et communiquer sur des éléments
de communication clés, cela permet de faire comprendre que l’ONEP assure ses missions.
Quelle la place de la femme dans vos actions de communication ?
Nous avons un département qui s’occupe de la sensibilisation des femmes à travers une Chaire UNESCO,
Asma El Kasmi. Elle axe ses actions sur l’éducation et la sensibilisation des femmes dans les campagnes.
Nous au niveau de la communication, nous avons également conscience de l’importance de communiquer
avec les femmes. Nous avons une unité mobile qui sillonne le Maroc dans les régions rurales et les
campagnes. A chaque fois que nous allons dans les campagnes et les petites villes, nous organisons
souvent des réunions. Souvent, ce sont les femmes qui viennent et elles nous posent des questions… Sur la
qualité de l’eau, comment l’eau est traitée… Nous avons l’occasion d’expliquer le cycle de l’eau, les liens
entre l’eau et la santé de leurs enfants. A force de contacts et rencontres, nous nous sommes combien il
était important de donner des informations à ces femmes car elles ne savent pas nécessairement comment
conserver l’eau de façon plus hygiénique, de comprendre les liens entre l’eau et les maladies des enfants…
Avec des gestes simples et des supports explicatifs, on peut répondre à leurs questions et nous pouvons
enseigner des bonnes pratiques pour limiter les maladies… Faire comprendre nos missions et nos
objectifs. C’est une forme de communication qui construit plus de confiance avec nos clients.
Pour vous, qu’évoque l’association « eau et femme » ?
Les femmes que l’on rencontre dans les communes rurales. Celles qui s’occupent de l’eau et qui doivent la
porter sur plusieurs kilomètres. Pour moi, l’eau et la femme, c’est la corvée et la nécessité de raccorder les
communes rurales à l’eau pour faciliter la vie de ces femmes et de leurs petites filles.
166.
3.
Asma EL KASMI, Responsable de la Coopération internationale, ONEP et Directrice
de la Chaire UNESCO « Eau, Femmes et pouvoir de décision »
Stage Septembre 2005, cf. Rapport de stage sur l’ONEP « Les femmes, le développement durable et
l’Office National d’Eau Potable » p.
Notes d’entretien sur la chaire « Eau, Femme et pouvoir de décision »
Quel est le rôle de la société civile dans les services d’eau et d’assainissement ?
La société civile est une source d’efficacité et de vitalité. Le succès de tout projet et dans les services d’eau
et d’assainissement dépend de l’implication active de la société civile à travers la définition des priorités
pour les décisions d’investissement. Cela nécessite également d’exiger des entreprises d’eau de répondre
aux besoins de la société civile. Cette dernière joue un rôle de gardien pour maintenir le progrès (réformes)
et de garantir l’engagement des utilisateurs dans la réduction des pertes et autres défis techniques.
Dans ce contexte, quel est le rôle des femmes dans les services d’eau et d’assainissement ?
Si les femmes jouent un rôle mineur dans la prise de décisions, elles risquent d’être marginalisées. Il est
important de reconnaître le rôle central des femmes dans l'approvisionnement, la gestion, et la protection,
mais leur implication dans les processus de réformes, régulations… Dans cette perspective, il est
inefficace de se concentrer sur les femmes en les isolant des relations sociales. Dans ce cadre, l’approche
genre se base sur les rôles et responsabilités spécifiques Homme et Femme dans la société. Elle
s’intéresse sur les relations Hommes et Femmes et comment ces dernières influent sur l'accès aux
ressources, participation dans les prises de décisions.
Qu’évoque pour vous le lien « eau et femme » ?
La petite fille, les femmes rurales qui doivent aller chercher l’eau… Celles pour qui on essaie de faire
progresser l’accès à l’eau et les mentalités.
Pouvez-vous me préciser l’approche genre et son intérêt ?
L’approche genre dans le développement souligne combien il est possible de promouvoir des
changements dans les relations Homme et Femme en faveur de la division de travail et du pouvoir plus
équitable. Il est possible de développer des mécanismes pour faciliter les processus de développement.
Son objectif est la division équilibrée entre hommes et femmes pour l’accès à l'information (identification
d’espaces appropriés), le travail physique (triple rôle pour les femmes), les contributions en temps et
argent (femmes: eau domestique) et les prises de décision (utilisation, planification et gestion) et l’accès
aux ressources et le contrôle des ressources et bénéfices liés au service de l’eau.
Une telle approche prend en compte les différences entre les intérêts des femmes et hommes (même au
sein du même ménage); les conventions et hiérarchies qui déterminent les positions des hommes et des
femmes dans la famille, communauté et société qui mènent à la soumission des femmes, les différences
parmi les F et les H basées sur l'age, la fortune, l’appartenance ethnique… La question est d’interroger
comment les rôles et relations "genre" changent en fonction des tendances socio-économique et
technologique. Au-delà du souhait de rôles équilibrés entre Homme et Femme, il s’agit de définir
comment les femmes peuvent contribuer à l’efficacité des projets.
Peut-on mesurer les impacts sur les services d’eau et d’assainissement ?
On peu déjà observer que les équipements sont mieux adaptés techniquement, mieux situés, utilisés et
maintenus. Le fait que les hommes et les femmes ont été consultés, permet de dégager les connaissances
locales et les perceptions différentes par rapport à la qualité et quantité d’eau. Par exemple, les femmes,
chargées de l'approvisionnement en eau des ménages, sont les plus affectées par les pannes des
équipements et seraient les techniciens de maintenance les plus fiables (difficultés dues au contexte socioéconomique). L’enjeu est d’identifier ces contraintes et d’y remédier. Les autres bénéfices de l’approche
genre dans les services d’eau et d’assainissement sont plus connus, il comprend la réduction des maladies
hydriques, la meilleure scolarisation des enfants (filles), le gain de temps pour les femmes pour d’autres
activités…
167.
En quoi l’approche genre peut aider à promouvoir le statut des femmes ?
La participation des femmes aux services d’eau et d’assainissement s’appuie sur plus d'écoute et d'habileté
dans la prise de décisions et dans la gestion des ressources. Cette approche renforce la capacité des
femmes et contribue à la réduction des inégalités sociales. Sans attention spécifique aux perspectives
genres, les projets peuvent renforcer les inégalités et différences entre les hommes et les femmes même
quand il y a une focalisation explicite sur la participation des femmes. Elle permet d’effacer
progressivement les divisions non équitables liées au travail domestique.
Quelles sont les contraintes liées à cette approche ?
La première contrainte est la dimension genre n’est pas explicite dans les politiques et les stratégies. Les
femmes doivent être spécifiquement ciblées pour amener un changement. Une deuxième limite est un
progrès surtout dans les domaines perçus comme naturellement associés aux femmes (eau domestique).
Une aporie liée à cette limite est de stéréotyper les rôles des femmes, ce qui conduit à généraliser les
caractéristiques des femmes et qui ignorent les différences entre les femmes. Au niveau international,
l’approche est limitée par une expertise dominée par les hommes. Il y a des actions concrètes à mener pour
promouvoir l’approche auprès des décideurs. Cela ne peut que prendre du temps.
Quelles sont ces actions ?
Il faut renforcer les décisions institutionnelles comme la promotion des femmes dans des domaines où
elles sont minoritaires et de valeur des hommes pour promouvoir les politiques genre. Concrètement, cela
doit se traduire par des engagements budgétaires, d’introduire une distinction de sexes dans le type de
données collectées, de définir des méthodologies de planification et d'évaluation, d’adopter une approche
flexible d'apprentissage (relations genre changent en fonction du temps, des contextes socio-économique
et technologique). Il faut aussi promouvoir de la formation et la sensibilisation en ciblant les hommes.
Quels sont les objectifs de la Chaire Unesco ?
Les missions sont l’éducation et la formation des femmes pour gestion durable de l’eau, l’amélioration des
conditions de vie des femmes (milieu rural) et l’implication des femmes dans les sphères de décision à
tous les niveaux (du village, de la communauté, des institutions). Il y a aussi l’amélioration de la qualité de
l'eau et protection de l'environnement, l’intervention auprès des décideurs pour prise en compte de la
perspective d'égalité entre hommes et femmes dans les politiques et les programmes relatifs à l'eau, et
enfin la sensibilisation du grand public au rôle des femmes (Eau). Nous avons des projets de recherche,
des programmes de formation ou encore des projets intégrés dans les douars.
168.
4.
Renée CLAIR, Responsable Chaire UNESCO « Eau et Femmes », Secteur des Sciences
Exactes et Naturelles, UNESCO
Observation participante dans le cadre du Cannes Water Symposium, « Rencontre internationale
des Chaires UNESCO « Femmes, science et technologie » et « Eau, femmes et pouvoir de
décisions », Juin 2006. (Cf. 8. b. Rapport observation participante et Mission Rencontre
internationale des Chaires UNESCO)
Quelle est votre fonction ?
Je travaille au sein à l’UNESCO notamment sur la problématique de l’accès des femmes au science et aux
téchnologies dans le Secteur des Sciences Exactes et Naturelles. Je m’occupe par exemple, du programme de
l’UNESCO et l’OREAL pour octroyer des bourses à des femmes qui font de la recherche scientifique. J’ai été
amené à travailler sur la thématique de l’eau à travers les réseaux UNITWIN de l’UNESCO.
Quel est le but des réseaux UNITWIN ?
Le Programme UNITWIN et Chaires UNESCO a été créé en 1992 pour stimuler la coopération internationale
au sein des universités et renforcer les capacités de celles-ci, notamment dans les pays en développement. Les
Chaires faisant partie de ce programme travaillent plus spécifiquement sur des thèmes prioritaires de
l’Organisation et fonctionnent en réseaux.
Ce programme de l’UNESCO est l’un des instruments privilégiés du renforcement des capacités par la mise en
commun et le transfert des connaissances dans un esprit de solidarité. Il promeut la coopération Nord-Sud et
Sud-Sud comme stratégie d’enrichissement des institutions. Les participants sont principalement des
universités et des instituts de recherche, agissant en partenariat avec de nombreuses ONG, fondations et
organisations des secteurs public et privé, jouant un rôle dans le domaine de l'enseignement supérieur.
UNITWIN offre à la communauté de l’enseignement supérieur la possibilité de s’associer à l’action de
l’UNESCO pour réaliser les objectifs de l’agenda mondial.
En quoi est-il lié au réseau de chaires que vous animez ?
Nous travaillons en réseau pour ces chaires et UNITWIN facilite ce travail en réseau.
Quel est le thème de votre réseau ?
Au début, nous avons crée plusieurs Chaires UNESCO travaillent sur des thèmes liés à la femme comme les
Chaires UNESCO sur « Femmes, science et technologie » regroupant des Chaires en Argentine, Pakistan et
Soudan ; la Chaire « Femmes, science et développement en Afrique » du Burkina Faso. D’autres sont
spécialisées dans l’eau comme la Chaire « Pour une gestion durable de l’eau » au Maroc lancée suite au Forum
de Marrakech en 1997. En 2005, un réseau de Chaires est créé sur « Eau, femme et pouvoir de décision », il
regroupe des Chaires du Brésil, de Côte d’Ivoire et du Maroc. La Chaire du Maroc travaille en partenariat avec
l’ONEP sur la thématique de la femme et la petite fille en milieu rural. A la suite de ces créations de Chaires,
nous avons crée le réseau de Chaires UNESCO sur « Femmes, eau, science et technologie ».
Quels étaient les objectifs de la réunion des chaires de juin 2005 ?
Les débats ont donné lieu à la création d’un réseau de chaires UNESCO « Femmes, Science, Technologie et
Développement » qui vise à établir un programme de recherche et de formation en science et technologie, dans
l’optique d’une égalité des chances entre les hommes et les femmes. Il vise également à former les femmes et
les jeunes filles à une gestion rationnelle et participative des ressources, grâce aux sciences et à la technologie.
La création de ce réseau contribue à la mise en œuvre des priorités de l’UNESCO en ce qu’elle étaiera la
mission de l’Organisation en matière d’égalité entre les hommes et les femmes.
En quoi le rôle de la femme est important dans le secteur de l’eau ?
Je ne suis pas une spécialiste mais il est évident. Les femmes sont les premières concernées par la gestion de
l’eau pour le foyer. Ce sont elles qui sont actives au sein de la communauté je dirai en particulier dans les pays
africains. S’adresser aux femmes est essentiel pour la problématique de la gestion de l’eau. On voit souvent les
femmes dans la vie domestique. C’est un lieu de décision dans les communautés, l’eau y est un moyen de
participer aux décisions.
169.
5.
DENIS DESILLE, Chargé du Programme Genre et Eau, PSEAU
Entretien Décembre 2007.
Comment définissez-vous le genre ?
Plusieurs niveaux. Aujourd’hui, le genre est plus comme un outil qui permet d’obtenir des informations
sur les groupes dits vulnérables et de cibler tous les segments de la communauté.
Le genre est également un plaidoyer, un genre politique qui a un potentiel conflictuel. La différence entre
homme / femme est donc restrictive sur le genre, néanmoins, il pose une question très concrète : comment
fait-on ? Le genre pose la question de la mise en œuvre sur le terrain.
Le genre est né dans les années 60/70. Il s’est imposé comme un moyen de photographier la diversité des
usagers dans une communauté donnée et dans les problématiques d’accès à l’eau. Il dépasse la valeur
politique mais permet d’avoir une compréhension du fonctionnement de la communauté.
Le genre est un outil de mesure qui doit en aucun cas être un outil qui stigmatise la différence entre
hommes et femmes. Il doit mesurer la diversité et ne pas stigmatiser où la démarche serait un échec.
Quels ont les apports du Programme Eau ?
Travail avec la Coopération Française où il n’y a pas d’intégration optimale du genre dans les projets.
L’idéal d’un fonctionnement avec approche genre : 1. Référence, obtenir l’information sur la diversité des
usagers. 2. Cibler les usagers vulnérables : femmes, vieux, handicapés… Permet une compréhension
sociale de la société pour mieux dessiner l’apport de l’eau. 3. Dialoguer pour obtenir les demandes
hommes/ femmes. Moment de l’accompagnement qui normalement, permet l’empowerment des femmes.
Objectif : intégrer les femmes dans l’arène décisionnelle. Cela dépend de la façon de travailler sur le
terrain : se référer aux personnes ressources, aux groupes stratégiques (les chefs religieux, les enseignants)
qui vont permettre la diffusion de l’information et le changement au sein de la communauté en évitant le
conflit.
Aujourd’hui, l’approche est davantage technique que sociale. L’objectif est alors de déterminer des critères
et des méthodes pour permettre l’intégration de ces éléments dans la limite des projets techniques. C’est
l’objectif du livre publié par l’AFD et le PSEAU : donner des orientations très concrètes aux ingénieurs
pour intégrer la dimension genre dans leur méthodologie.
La préoccupation sociale est vraiment très importante à prendre en compte notamment dans les pays du
Sud où le poids de la tradition, le poids de la survie, le poids du fonctionnement de la société est très fort.
Le genre est alors un outil d’émancipation.
Réponse au tableau
1= 5
2 = nc
3= 5
4=4
5=5
6= 5
Quels sont vos liens avec les entreprises privées ?
L’objectif est de s’imposer dans ce qu’elles font par rapport à ce qu’elles devraient faire. Il faut alors faire
comprendre les objectifs du genre, donner des objectifs et à travers ce plaidoyer, montrer les avantages de
l’approche genre.
Quelles sont les relations entre le genre et le Développement Durable ?
La femme a une vision particulière du développement en général, elle a un potentiel de destruction plus
faible, elles gèrent mieux, elles ont davantage conscience de ce qu’elles pourraient perdre.
170.
6.
Houria TAZI-SADEQ, Directrice ALMAE et Chaire
interdisciplinaire pour une gestion durable pour l’eau »
UNESCO
Cette personne n’a pas répondu au questionnaire et n’a pas répondu à la demande d’entretien.
Nous avons néanmoins directement travaillé avec elle sur le sujet de thèse.
Cf. 10. d. Observation participante et collaboration avec ALMAE
171.
« Gestion
7.
Delphine BOULOGNE, Assistante sociale en charge du dossier Facture Eau et
Electricité, CCAS de Saint-Pol-sur-Mer
Entretien 01/04/2008
Pouvez-vous me présenter le dispositif « eau pour tous » ?
Pour le programme « eau », nous travaillons en partenariat avec Lyonnaise des Eaux. Lyonnaise des Eaux
envoie une liste des personnes ayant deux mois d’impayés au moment du règlement de la facture qui est
bi-annuelle. Nous avons une procédure qui consiste à envoyer une lettre. Cette fois-ci, nous avons instauré
un délai court de 10 jours, on s’est aperçu que les personnes s’étaient mobilisées pour venir car la rapidité
du délai a donné un caractère d’urgence à la procédure. Nous avons envoyé environ 350 courriers. Sur ces
350 courriers, beaucoup ont payé ou soit, les personnes sont venues ici. Quand ils viennent ici, c’est pour
faire appel à des aides que nous pouvons proposer comme le FSL « eau », les aides municipales. Surtout,
ce dispositif nous a permis de créer des échéanciers. Lyonnaise des Eaux accepte d’échelonner les
paiements si la personne accepte un suivi social avec nous. C’est pour ça que c’est important pour nous
d’être partenaires, nous avons instauré une relation de confiance avec Lyonnaise et nous pouvons discuter
pour trouver des solutions.
Sur les 350 courriers, nous avons dû seulement faire face à 22 cas où la coupure d’eau était nécessaire.
Pourquoi ?
Quand les personnes ne se présentent pas d’elles-mêmes à nos services, nous enquêtons sur le foyer. Nous
avons plusieurs moyens. Tout d’abord, Lyonnaise des Eaux et le CCAS échangent les informations
disponibles sur le foyer s’ils en ont. Quand on en n’a pas, on contacte les associations. Nous travaillons
également avec les AILE, Agent d’Insertion de Lutte contre les Exclusions, qui connaissent bien le terrain.
Ils peuvent également travaillé avec des associations comme ici, l’AILE dépend d’une association
budgétée par la ville « Ville en vie ». On va aussi sur place pour essayer de rencontrer les familles. En
général, en mutualisant nos efforts et l’information, nous arrivons à obtenir de l’information, à reprendre
contact avec le foyer et la famille. Cependant, il arrive qu’on n’ait aucune information sur des familles.
Cette fois-ci, ça était le cas pour 2 à 3 foyers. On n’a aucune information sur eux, ils sont hors du système
et c’est très dur d’avoir l’information. On se déplace sur place pour faire des enquêtes de voisinage etc.
Mais si on arrive pas à avoir accès à ces foyers, on est limité dans notre action. Avant de couper, on essaie
au moins de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une famille avec des enfants.
C’est important de savoir qu’il nous arrive de demander à Lyonnaise des Eaux de couper l’eau car ça nous
permet de voir les familles arriver. Ce dispositif, selon moi, il ne se trouve pas ailleurs. Il permet de trouver
des solutions rapides, d’instaurer le dialogue et du lien social.
Quel lien voyez-vous avec les femmes ?
Ce sont elles qui viennent nous voir. C’est vrai que si on ne le dit pas, on ne va pas y penser… Mais une
fois qu’on le pointe, ça nous paraît naturel pour nous. Ce sont les femmes qui viennent, ce sont les femmes
qui font les démarches, c’est elles qui ouvrent le dialogue.
Maintenant, sur le profil des personnes qui sont coupées, les profils sont vraiment variés et aléatoires. Il y a
beaucoup de cas de famille monoparentale mais aussi des causes accidentelles qui font basculer comme
une maladie. La perte d’emploi est également une cause.
C’est souvent un ensemble de facteurs qui se sont accumulés qui font que la famille se trouve sans
ressources.
Sur quoi sensibilisez-vous les personnes contre les idées préconçues ?
Pour moi, c’est vraiment important de sensibiliser les gens sur leur consommation d’eau pour qu’ils
maîtrisent leur budget et puissent s’en sortir car ces factures peuvent vraiment être maîtrisées. Je trouve
qu’il y a beaucoup d’idées préconçues sur l’eau comme devoir prendre un bain une fois par jour voir un
bain et une douche pour assurer la propreté de son enfant. J’ai une mère qui est venue suite à la coupure
d’eau. En fait, elle avait arrêté de consommer de l’eau suite aux pénalités de retard et comme elle n’arrivait
pas à payer la facture et les pénalités, elle a arrêté de prendre de l’eau du robinet… Mais qu’est-ce qu’elle
a fait ? Elle a acheté des bouteilles d’eau minérale pour se laver ainsi que son enfant… Quand je lui ai
expliqué que ce qu’elle avait acheté en bouteilles valait le montant de sa facture, elle a dû mal à me croire.
172.
C’est pour ça que c’est important de sensibiliser les gens sur l’eau, les usages et même le cycle, pour les
rassurer sur la qualité de l’eau. Quant à la boire, j’avoue que j’ai du mal à la boire, pour moi, elle a
mauvais goût, je ne m’y fais pas… Et c’est vrai que du coup, je déplore franchement de devoir mettre les
bouteilles à la poubelle tous les jours mais j’ai vraiment un problème avec le goût de l’eau du robinet.
173.
8.
Thérèse Collier & Jean-Marie Gueret, Carrefour des Solidarités, Dunkerque
Entretien du 01/04/2008
Présentation de Carrefour des Solidarités
Le Carrefour a été crée en 1996 mais il émane d’une dynamique de réseaux qui existait depuis les années
85. Il réunit 25 associations de la Communauté Urbaine de Dunkerque. L’unité du réseau est axé sur la
thématique, toutes les associations réunies travaillent sur la thématique de la grande difficulté sociale.
Par rapport au Développement Durable, je dirais que notre objectif est la reconnaissance citoyenne et
l’application de la citoyenneté.
Présentation du dispositif et rôle de l’association
Il faudrait d’abord observer une chose qui est importante à dire, c’est qu’il existe deux démarches en
parallèle et qu’en fonction de l’interlocuteur, la relation et les résultats ne sont pas les mêmes. EDF et LDE
ont le même objectif : diminuer leur nombre d’impayés. EDF applique une démarche strictement clientèle
alors que LDE applique une démarche clientèle et d’action collective.
Le collectif « eau » a été ébauché en 2002, il est devenu officiel en 2003. Nous n’effectuons pas un travail
semblable avec EDF et cela est en partie lié au système de facturation. EDF a une facturation tout les deux
mois alors que Lyonnaise a une facturation tout les six mois ce qui est plus facile à gérer dans les cas
d’impayés. L’eau, la facture de l’eau reste gérable, le problème des foyers en difficulté, c’est qu’ils n’ont
pas une bonne gestion du budget, une bonne projection dans le temps du fait de l’insuffisance de leurs
revenus… Ils ne peuvent pas se projeter dans le temps.
Sur le dispositif de LDE, l’objectif est de diminuer les risques sur les questions d’accès à l’eau. Selon
nous, la question de fond n’est pas abordée, c’est-à-dire, la question de la pauvreté qui relève d’un
phénomène de société. Néanmoins, il y a une intervention quand un accident arrive, c’est le cas de ce
dispositif lié au FSL.
Notre rôle dans ce dispositif, c’est essentiellement de réaliser un maillage du collectif afin de détenir un
maillage très fin de la société, ce qui suppose un travail de fonds.
On procède par le repérage individuel ou l’éducation populaire qui nous permet d’échanger. C’est très
important pour nous de réaliser cette éducation pour faire comprendre les difficultés nées de la gestion du
budget ou même de la ressource. Dans cette démarche, l’action de l’association est basée sur le volontariat.
Nous sommes une porte d’entrée pour connaître les familles, la situation sociale et je pense que nous ne
sommes pas assez utilisés dans le dispositif. Notre rôle doit se développer pour permettre de renforcer les
liens, l’information, l’esprit citoyen et surtout, la responsabilité collective. Nous avons le rôle de fédérer la
responsabilité collective. Pour l’eau et le dispositif avec Lyonnaise, nous devons faire connaître les
moyens à la disposition du consommateur, les moyens pour réduire sa facture et également de le
responsabiliser pour la gestion de son budget. En contre partie, Lyonnaise des Eaux nous assure de ne pas
couper l’eau pour des raisons sociales, on lui demande de comprendre les situations que vivent les foyers.
Ensemble, à nous trouver des solutions.
Les associations qui sont le plus concernées par ce dispositif
Les associations comme ACL Proxipol, Le Phare, l’AJS, les associations de locataires. Nous avons
l’exemple d’une association de locataires qui a fait un gros travail de proximité, cela nous permet d’avoir
des relais d’informations.
L’association cherche les contacts, a un rôle d’éducation populaire… A travers des réunions de travail,
nous incitons aux bonnes pratiques, à la compréhension, à l’information. C’est tout l’intérêt de la présence
associative.
Le lien avec les femmes
Sur ce sujet, nous ne travaillons pas directement avec des associations de femmes, c’est vrai que par
rapport à l’eau nous n’avons pas approfondi cette thématique qui semble pourtant naturelle. Ce sont les
femmes qui gèrent l’eau à la maison et je pense que nous devrions développer cet aspect là. La question du
genre ressort de la réalité, l’eau c’est une affaire de femmes. Le genre est un concept issu de la réalité, il
174.
devient une réalité quand on se confronte à l’environnement, ce qui nous donne un devoir de s’adapter à
cette problématique.
Maintenant sur les associations avec lesquelles nous travaillons, elles sont assez mixtes. Là où l’on
remarque le plus de femmes, ce sont les associations d’origine musulmane comme IMANI, l’AFSI qui
traite de problématique inter culturelle ou l’AJS pour les jeunes.
175.
9.
Olivia DABBOUS, AFD France.
Entretien Janvier 2007.
Quelle est votre formation ?
DESS Sociologie et Anthropologie sociale. DESS Pratiques sociales du Développement.
Qu’apporte le Développement Durable à votre organisation ?
Il permet un diagnostic social et environnemental. Il permet en interne de voir comment on pourrait
s’améliorer, il y a aussi dans les projets qu’on finance : en quoi peut-on dire que le projet est social,
responsable… Peut-on lui donner ce label.
Il y a donc l’interne qui est important : environnement interne, audit environnemental… Puis il faut
réfléchir à comment le diffuser dans le Monde puisque l’AFD a des implantations. Le DD comporte aussi
une notion de gouvernance liée à la transparence. Pour le moment, on est plutôt dans une optique de
dialogue, de diffusion, suppose un changement qui va prendre du temps.
Quels sont les liens de l’AFD avec le genre ?
Pose un problème au niveau du social, de l’humain… On entre dans ces questions dans une logique
transversale qui va concerner plusieurs départements… On va alors faire face à différents niveaux
d’interprétation. Quand on élabore un projet d’accès à l’eau par exemple, il faut évaluer où sont les risques
sociaux liés au projet sur lesquels il faut accorder une attention particulière et dans quelle mesure on peut
mettre en avant une logique de genre, ce qui n’est pas acquis. L’exemple concret est le cas du déplacement
des populations comme le barrage des Trois Gorges si on essaie d’intervenir dans le processus sur des axes
trop culturels on peut se retrouver dans des situations où le projet va nous échapper. Dans ces cas, le but
est de faire en sorte que les populations minoritaires comme les femmes ne voit pas leur situation
diminuée par le déplacement.
Un autre exemple porte sur les agricultures familiales car on ne sait pas ce qui se passe dans les foyers,
quel est le statut de la femme dans la maison… Ce qui nous amène à devoir adopter une approche
transversale : accès au mariage, accès aux ressources… Une étude qui peut révéler également beaucoup
d’éléments sur la situation des jeunes hommes non mariés qui n’ont pas non plus accès aux ressources car
ils n’ont pas réalisé leur devoir.
Le genre a également un impact en interne. A l’AFD, cela s’est traduit par la question des effectifs
conduisant à sa féminisation, d’analyser le plafond de verre et la signature d’une charte d’égalité. Il est
difficile d’évoluer en tant que femme car les mentalités évoluent peu et il faut attendre le renouvellement
des effectifs pour que la femme trouve une place.
Quelle a été l’évolution du genre ?
La problématique principale du genre est sa réappropriation. Le genre est une vision, des lunettes qui
permette d’analyser le social. Dans les années 70-80, il existait des analyses sociologiques pour mettre en
œuvre les projets de développement. Il y a eu un retour en arrière centré sur l’économique et le financier
en partant du principe que le développement économique allait forcément impliqué un développement
social.
Depuis l’arrivée du DD, on voit une reprise du mouvement vers le social, on s’aperçoit qu’il y a des
manques, que la composante sociale n’est pas assez développée.
Le milieu du développement est difficile dans la position « sociale » car elle est le fruit de jeux politiques
et économique, c’est perçu comme un coût avant d’être perçu comme un dispositif utile qui évite que les
projets périclitent notamment à long terme.
Au local, la réappropriation du genre dépend du contexte, la présence de bailleurs de fonds ou
d’associations, ou de projets de financement pour le développement aide souvent à sa diffusion.
En quoi peut-on parler d’une problématique « Eau et genre » ?
Problématique a émergé dans les années 90 selon moi. Tout n’est pas tranché car on confond beaucoup
Femme et eau, Genre et eau. En quoi le genre est pertinent pour développer l’accès à l’eau ?
Elles sont les usagères, il faut qu’elles soient considérées comme des gestionnaires. Dans le concret, on
voit le poids de la culture, le poids de la tradition… Dans n’importe quel projet, cette question des femmes
176.
interrogent le politique, la répartition des pouvoirs… Qui est souvent ramenée à une problématique de
gouvernance, dans un objectif d’équité, d’efficacité, de pérennité car c’est elles qui sont les premières
utilisatrices et qui sont les premières concernées par les infrastructures.
Les arguments pour le genre dans les programmes d’accès à l’eau sont l’équité, la pérennité et l’efficacité.
Le droit à l’eau est essentiel, il faut donc ouvrir le dialogue pour mieux gérer et garantir l’accès de chacun.
Le plus difficile est de gérer l’après l’implémentation, comment conserver une dynamique après
l’installation tant en termes techniques (réparation, prévention de s pannes…) que sur le plan social.
Quelles sont les valeurs portées par les projets de développement ?
Il est difficile d’avoir un discours sur ce sujet car cela relève du psychologique, du social… Ce qu’on peut
dire, c’est que du fait de leurs responsabilités d’éducation, il y a forcément un penchant pour lequel je ne
fonctionne pas pour moi seule qui va se transformer en un souci du collectif qui peut être plus important
chez les femmes que les hommes.
Dans les projets de développement, ça se voit car elles remboursent, elles ont le souci de gérer, de pouvoir
exploiter l’infrastructure pour rembourser et avoir un retour sur investissement.
Ce pose également la question de l’éducation : il y a un manque de formation évident, il s’agit de trouver
des solutions, les moyens adéquats pour mettre en valeur des savoirs traditionnels, etc,
Comment faire prendre conscience à la femme qu’elle peut parler et intervenir ?
C’est un travail de longue haleine. On commence souvent par des lieux de discussion qui ne sont pas
mixtes. Il y a une méfiance chez la femme qui beaucoup plus élevée. Ce sont les focus groupes qui vont
permettre la parole, l’échange… Evidemment, cela va dépendre des cultures.
Le genre permet d’affiner les différences également et c’est l’intérêt de cette lecture qui va nous permettre
de mieux établir les différences dans les groupes entre les femmes.
Quel est le dispositif développé par l’AFD ?
L’entreprise : doit s’engager dans le temps, obligation de mise en service. Dans le cadre de l’accès à l’eau,
trouver des solutions pour promouvoir l’action ne suppose pas seulement l’accès mais quel est le suivi qui
accompagne le projet eau.
On manque d’indicateurs. En matière de gestion de l’eau, quelle femme occupe un poste de gestion, quelle
formation, temps de transport, indicateurs hygiène et santé, éducation…
On mesure surtout la prise en compte du genre dans le projet d’accès à l’eau pour tous :
Public : Accès des lieux publics, centres de santé, mairie…
Eau : Réduction de la corvée : pénibilité, temps, activités génératrices de revenus. Paiement de l’eau, du
budget, déplacement du budget, du mode des dépenses, enquête de volonté de payer, tarification sociale…
Communauté : représentativité dans les associations notamment d’usagers, degré de participation des
femmes, leur rôle, enquête sur leur volonté, risques de participation
Emploi, scolarisation…
Le projet doit être une opportunité et non pas une obligation. Aussi avant de se lance, il est important de
cerner la demande, quels sont les moyens, les données..
On parle beaucoup de genre et eau dans l’accès à l’eau potable, ce qui limite d’une certaine façon le genre
car le genre au sens large, cela veut dire toucher l’ensemble des acteurs, former les bailleurs, le
gouvernement, les spécialistes, les filières de formation… La réappropriation du terme suppose une
adaptation du langage que le bailleur se doit d’adapter, ce qui est important, c’est d’apporter une
dynamique de changement tout en étant à l’écoute.
Aujourd’hui, on est dans une phase d’éveiller l’intérêt sur l’équilibre homme / femme et son intérêt.
Exemple du guide : on a été dans le concret dans les termes de référence pour donner des éléments de
réponse pour intégrer le genre dans les projets de développement.
Tableau
1:5
Question de la gestion (usages, technique, financier).
177.
2:4
Impacts du DD fait qu’elles sont directement concernées ce qui ne veut pas nécessairement dire qu’elles
sont plus pragmatiques. Elles pallient à de nombreux manques de par leur énergie, leur implication.
3:1
4:4
5:0
6:5
178.
10.
Dominique BOMSTEIN, Rédactrice en Chef, Environnement Magazine
Entretien Janvier 2007.
Quels sont les liens entre la conception du Développement Durable et les femmes selon vous ?
J’ai pu observé qu’il y avait plus de femmes notamment au niveau des Responsable Environnement ou de
DD. C’est à travers une conférence liée à ce sujet que je me suis aperçue que les femmes semblaient plus
actives. J’ai notamment rencontré A. De Bauer qui travaille pour Renault et qui est très active, elle a
constitué un réseau transversal sur ce sujet. Ce qui était intéressant, c’était de voir qu’il y a des femmes
ingénieurs, des femmes cadres, des femmes employées, que la hiérarchie s’efface et que ce qui compte,
c’est la conviction.
Quelles sont les valeurs et les compétences particulières des femmes ?
Selon moi, il me semble que les femmes ont plus de capacités à travailler en transversal, qu’elles ont plus
de volonté et de capacité à mettre en pratique ces questions qui supposent un décloisonnement assez total.
C’est vrai qu’il y a des clichés qui vont naître de ces images, les hommes vont voir dans l’environnement,
un moyen d’évoluer dans leur carrière alors que les femmes s’engagent par conviction.
Et sur le Développement Durable ?
Le problème du Développement Durable est conceptuel. C’est un discours, une image qui avait peu de
stratégie au début. C’était un objectif qui peu à peu, s’est concrétisé et qui a pris du contenu. C’est une
évolution récente qui est liée à l’image de l’environnement un peu écolo. Avec la réglementation, les
entreprises ont dû s’adapter. Aujourd’hui, cela touche à tout comme la sous traitance, le social, la
formation…
Quels sont vos impressions sur les privés comme SUEZ et Véolia à ce sujet ?
Sur l’emploi des femmes, il a été très difficile d’obtenir des informations. Selon moi, ils doivent mener des
formations en interne. A Véolia, je me souviens que cela figurait dans les indicateurs de Développement
Durable, ce qui montre une capacité et une volonté à être transparent. C’est un des rôles de ces entreprises,
c’est de surveiller leur communication. A SUEZ, il existe une Charte de Déontologie qui est bien mais au
niveau de Développement Durable, j’ai l’impression qu’il manque d’information à ce sujet.
Auriez-vous des conseils à ce sujet ?
Il faut voir le MEDD notamment le forum des entreprises et Développement Durable, les Assises du
Développement Durable et l’ensemble des actions régionales en faveur du Développement Durable
(Rubans du Développement Durable), voir la SD21000, la norme sur le Développement Durable pour les
entreprises. Il existe un réseau sur femme et Développement Durable, il faut voir Carine Genser.
179.
11.
Pascale Geigner, Hydroplus, Responsable de l’édition sur le Maghreb-Machrek
Entretien téléphonique Décembre 2006
Quelle a été votre perception de la problématique de l’accès à l’eau dans cette région ?
Il y a une multitude d’acteurs sur la thématique de l’accès à l’eau dans le Maghreb-Machrek.
Dans le cadre de ce numéro, nous avons interviewé des personnes du SIAAP qui font de la coopération
décentralisée avec l’ONEP, des personnalités du secteur privé comme de LYDEC, Tahar Agal, Claude
Giamatti qui était consultant pour la Banque Mondiale. Véolia a reçu un prix à travers sa Fondation, un
sujet qui tient à cœur à Henri Proglio, sur le financement de la scolarité des filles.
Quel est le rôle des privés dans cette perspective ?
Ils sont conscients des problèmes. Comme ils sont gros, ils peuvent faire des choses. Par exemple, Veolia
a créé un Centre de formation au Maroc. Dans le cas de la délégation, cela fait partie de leurs contrats. Ils
font des choses qui sont réelles, concrètes.
Quelle est la place des femmes dans ce processus ?
La place des femmes n’est pas forcément mis en avant… En fait, la place des femmes est surtout visible
quand on parle d’éducation, de scolarité et de santé. On sait qu’en Afrique francophone, ce sont les
femmes qui tiennent le système. Ces entreprises privées en général, adhèrent aux MDG donc d’une
certaine façon, elles doivent s’engager sur des thématiques qui sont liés. A mon sens, la coopération
décentralisée est le système où les choses se font et sont concrètes.
180.
12.
Najat Zirari, Coordinatrice nationale du Projet Genre pour la GTZ
Entretien Avril 2008
Pouvez-vous me présenter le projet pour lequel vous travaillez ?
Ce projet est un projet difficile à mener car il faut définir le rôle de chacun. La Gtz a pour rôle de piloter
l’exécution. Ce projet est né d’une coopération bilatérale entre l’Allemagne et le Maroc. Il est limité dans
le temps et se décline en deux phases avec des indicateurs de suivi pour permettre de suivre l’avancement
du projet. Il s’adresse à trois types d’acteurs : l’entreprise, l’association et l’Etat. Pour chaque acteur, on a
désigné un porteur de projets qui doit suivre les indicateurs établis. Au niveau des entreprises, on a choisi 3
PME pour lancer le projet sous la coordination de la CGEM. Dans ce domaine, on a pour objectifs de
définir un guide pour répondre à la transversalité de cette question du genre. Enfin, ce projet au niveau du
Maroc, dépend du Ministère du Développement Social.
Existe-t-il des réseaux sur lesquels vous vous appuyez pour diffuser vos messages ?
Il n’existe pas de réseau directement lié au Maroc si ce n’est des réseaux tournés vers le Droit qui ont une
durée limitée et qui existe pour répondre à l’agenda politique et électoral. L’enjeu principal de ces réseaux
est de porter la cause de la représentation féminine en politique, de faire évoluer la question de la femme
ou les droits de la femme.
Par exemple, le premier réseau qui a été crée était un réseau d’appui pour l’intégration de la femme au
développement en vue de la Marche de Rabat et à Casa. Les noyaux durs de ces réseaux sont les
associations féminines marocaines ainsi que différents acteurs progressistes.
Le deuxième a été créer pour le Printemps de la Modernité et le changement de la Moudawana. Le 3ème
réseau a été créé pour les élections municipales. La création de ces réseaux successifs évitent
l’essoufflement. Sinon, l’équivalent ou la forme de réseaux féminins existants et permanents est Al
Anaruz, le regroupement des centres d’écoute pour lutter contre les violences conjugales. Son succès a
montré combien les formes de solidarité féminine sont essentielles au Maroc.
Depuis quand le genre est-il présent au Maroc ?
L’intégration du genre a été véritable à partir de 1995. Le féminisme était déjà très présent, c’est un
processus de changement qui peut amener à l’égalité entre hommes et femmes. Le genre, c’est un
processus qui change les rapports entre femmes et hommes et qui vise l’égalité hommes et femmes.
L’approche genre, ce qu’elle apporte de nouveau également, c’est sa transversalité. Elle intègre le droit, un
fort lieu d’actions au Maroc, mais également l’environnement, etc. L’enjeu du genre aujourd’hui, c’est de
faire comprendre ce que c’est, ce qu’il revêt, d’en comprendre le sens et la philosophie… On n’y voit que
des indicateurs et pas ce qu’il propose fondamentalement.
Le projet GTZ quant à lui n’existe que depuis 2003, c’est un programme récent. Il y avait des acteurs
précurseurs sur le genre au Maroc comme l’UNIFEM. LACDI, l’appui à la Coopération Internationale a
initié des actions mais sur l’intégration de l’égalité. Ce n’est pas tant le terme, c’est cette approche intégrée
de l’égalité qui compte.
Pensez-vous que les femmes soient porteuses valeurs particulières du développement ?
Oui. La femme, traditionnellement est au domicile et chargée de l’éducation des enfants. Elle est
l’infirmière, le médecin de toute la famille… Elle en est le pilier, c’est elle qui est la base du foyer. Si les
femmes font grèves, c’est la fin d’une société stable et équilibrée. Son travail domestique est à la base du
bien-être de la société. Aujourd’hui, ce dernier n’a aucune traduction économique et les personnes les plus
touchées par ce décalage, sont les femmes
issues des milieux pauvres. Les femmes riches, elles ont de quoi subvenir à leurs besoins… La femme
pauvre doit chercher l’argent, économiser, prendre soin de son enfant… Elle supporte un nombre de
souffrances qui est impensable et inimaginable. Très sincèrement, la pauvreté, je ne sais pas ce que c’est et
ce sont ces femmes qui doivent vivre et se débrouiller. Elles développent des savoir-faire dont on
commence à percevoir la valeur à travers le micro-crédit, le développement de livres de cuisine, de savoirs
domestiques qui n’étaient pas visibles jusqu’à présent. C’est elle qui va faire avancer les choses.
Quels sont les obstacles à la diffusion du genre ?
Il y a plusieurs obstacles.
181.
1. Culturel et comportemental qui sont liés à l’Histoire de l’humanité. Il faut trouver dans les sociétés
les origines de la répartition des sphères de pouvoir. Tout changement de comportements appelle à
un changement de représentations des paradigmes très profonds. C’est un obstacle majeur.
2. La représentation traditionnelle qui est liée au précédent. Souvent, cela s’alimente de manière
continue par les discours officiels, les médias, les livres scolaires, l’ensemble des processus de
socialisation. Des nouveaux discours peuvent émerger, mais cela prend du temps.
3. Le niveau étatique. Si l’on veut diminuer les inégalités entre les hommes et les femmes, cela passe
par les personnes qui sont chargées de mettre en place cette politique et cela pose une question de
gouvernance. Il faut promouvoir la transparence et éliminer la corruption.
La volonté existe au Maroc, mais la tradition des pratiques liés à des fondements structurels, des
organisations…
Quel lien établissez-vous avec le Développement Durable ?
Il est face à la même problématique de temps. On peut changer notre modèle de développement. Cela peut
prendre 5 à 10 ans… Pour une personne, c’est beaucoup, pour un pays, c’est rien du tout. Il faut accepter
que ces idées prennent du temps, qu’il faut planter des graines, les arroser et attendre pour avoir un arbre
qui pousse d’autant que l’évolution n’est pas linéaire.
Comment s’adresser aux femmes sur cette thématique ?
J’ai suivi ma première formation en 1995 à l’ADFM. 1995, c’était une autre époque, on ne peut pas dire
que le genre était important en tant que terme, ce qui comptait, c’était la philosophie. C’est le changement
de la Moudawana surtout qui a permis de mettre en œuvre le genre au sens strict. Il existe de nombreuses
difficultés mais c’est normal, les personnes qui sont censées mettre en place ces nouvelles politiques ont
éducation vieille de 30 ans qui n’a rien à voir avec la Moudawana ou le genre. Cela suppose un
changement des perception de l’individu et cela doit se faire à différents niveaux.
Quelle est la place des entreprises privées dans ce processus ?
Les entreprises sont un acteur économique important, c’est le deuxième employeur après l’Etat, elles
doivent s’aligner sur le discours du gouvernement pour faire en sorte que les disparités entre hommes et
femmes disparaissent, c’est également ce que suppose la démocratie.
Le secteur économique doit néanmoins faire face aux contraintes du marché, l’enjeu est donc de prouver
que l’égalité hommes / femmes puisse rapporter de l’argent. Il n’y a pas encore beaucoup d’études qui le
prouvent. Au Maroc, la CGEM et l’AFEM commencent à s’emparer de la problématique et cela peut
porter des fruits à terme. Il y a une question de l’image qui est porteuse pour l’entreprises, le genre se place
au cœur des valeurs qu’une entreprise peut être favorable à porter aux yeux du public.
Le but est alors d’implanter le discours, à partir du discours, des actions peuvent être menées.
Est-ce que la conférence de 1995 a eu beaucoup d’impacts sur la mise en place du genre ?
En 1993, le Maroc a ratifié la CEDAW. Depuis il existe des rapports pour établir le suivi des
problématiques liées au CEDAW. En 2008 est publié le 4ème rapport avec un rapport officiel et un rapport
établi par les ONG locale. C’est important car c’est un moyen de montrer que des engagements
internationaux sont respectés, c’est une phase normative et juridique fondamentale. Elle permet
d’interpeller, de donner des arguments, de construire des plaidoyers…
Que pensez-vous d’un rapport « eau et femmes » ?
Je ne connais pas le domaine. Je fais un constat néanmoins, 50% de la population est rurale, 25 % sont des
femmes qui doivent supporter la corvée d’eau. Les femmes et les petites filles doivent faire des kilomètres
pour aller chercher l’eau, elles ne leur accordent pas la même place… A mon sens, on ne peut pas parler
d’environnement et de protection des ressources sans parler de l’approche genre, de la place de la femme
et de la petite fille dans ce processus. Ill est donc nécessaire d’impliquer les femmes et les filles pour gérer
cette ressource. Evidemment, il peut exister des biais mais l’eau est liée à l’hygiène et ce sont les filles et
les femmes qui savent comment la gérer, la protéger, la préserver et l’utiliser.
182.
13.
Najat M’JID, Pédiatre, membre de la Fondation SUEZ, Consultante UNICEF,
Fondatrice de la Ferme Bayti
Entretien Février 2007
Quel est votre parcours professionnel ?
Chef de clinique à Bordeaux. Directrice de la section « Mère/Enfant » à la Polyclinique de Casablanca.
Consultante internationale pour l’UNICEF, la Banque Mondiale…
Pourquoi une section « mère / enfants » ?
On ne peut pas s’occuper des enfants sans s’occuper de leur famille et au Maroc, c’est souvent avec la
mère. L’approche doit être systémique : analyse la situation familiale, sociale et niveau d’éducation pour
permettre l’accompagnement. Cet accompagnement est à la fois administratif, psychothérapique et
financiers, trois domaines très liés.
Quelles sont vos activités associatives ?
Je travaille dans l’associatif depuis 18 ans notamment pour l’enfance en situation très difficile. Les enfants
des rues sont dans des situations extrêmes, exposés à la prostitution, au travail clandestin, etc. La Ferme
Bayti existe depuis 13 ans, premier programme pour s’occuper des enfants des rues. L’enjeu dans le cas
des enfants des rues est de faire changer le regard à la fois des enfants sur eux-mêmes ; des entreprises
pour qu’elles acceptent de les employer et les intégrer. Il faut également travailler avec les autorités locales
pour qu’elles agissent. Ce qui correspond à un vrai travail de plaidoyer.
Quel est le lien entre Bayti et SUEZ ?
La ferme Bayti a bénéficié du programme de la Fondation SUEZ. Son activité fait partie des actions que
souhaite défendre SUEZ. Depuis, je fais partie du Conseil d’Administration de la Fondation. L’objectif est
à chaque fois, de pérenniser les projets. Le projet a un accompagnement intégré. Il y a une prise en charge
par un accompagnement socio-économique.
En quoi ce projet améliore la santé des femmes ou leur situation ?
Il y a beaucoup de liens entre eau et santé. L’eau, c’est des infections, des maladies de peau, des
infrastructures dégradées s’il n’y a pas d’assainissement. L’accès à l’eau en matière de santé pose une
vraie question d’infrastructure. Le projet permet d’améliorer la santé par l’accès à l’eau, par l’amélioration
de l’environnement, mais il n’y a pas de mesure d’impacts, c’est difficile à mesurer. On sait que ça
améliore la situation globale.
Sur le thème de l’eau en fait, on travaille surtout avec les filles de 0 à 18 ans. Leur statut de femme est
discriminatoire, il existe des discriminations et en fait, l’enjeu, c’est de faire du lobby pour aider à leur
prise de pouvoir.
Quel est le lien entre eau et femme selon vous ?
C’est celui de la corvée d’eau et de l’hygiène. A cause du non-accès à l’eau, il y a un déficit de
scolarisation des petites filles. Développer l’accès dans les douars, c’est améliorer la santé, c’est dépasser
le stade de la survie, c’est contribuer au développement durable en garantissant un environnement sain.
C’est favoriser le développement d’activités par l’agriculture, l’élevage… Des activités féminines la
plupart du temps.s
Pensez-vous que les femmes aient une conception particulière du DD ?
Oui. L’eau, ça suppose une gestion locale, une gestion quotidienne. Tout est lié. Les femmes sont plus
sensibles à l’économie de l’eau, à l’accès à l’eau, aux impacts sur la santé et l’hygiène. Les femmes ont
une gestion plus rationnelle de l’eau.
Je pense qu’elles portent effectivement des valeurs particulières sur le DD. Elles ont une vision plus
intégrée, plus holistique. Elles sont le chef de ménage de par leur fonction d’éducation de l’enfant, elles
ont plus conscience de l’avenir, de la préservation de l’environnement. C’est pourquoi elles ont besoin de
revendiquer leur droit pour avoir accès aux ressources.
183.
La femme envisage la gestion dans le plus long terme, elles sont plus sensibles à la question car il s’agit de
leur quotidien, ce n’est pas une différence sexuée mais sociale.
Réponse au tableau
1= 5
2=5
3=3 Cela dépend du contexte
4=5
6=5
En quoi l’accès à l’eau pour tous est un enjeu au Maroc pour vous ?
Il pose la différence entre l’urbain et le rural. Dans les régions rurales, la désertification prend de plus en
plus d’importance, elle augment la pauvreté notamment de la femme et de l’enfant. L’accès à l’eau a un
impact direct sur la scolarisation des enfants, sur la qualité de vie… Les inégalités sont beaucoup plus
visibles sans l’accès à l’eau. Au Maroc, il n’y a pas de réel politique de l’eau, il n’y a pas de durabilité…
Ca a des impacts humains évidents.
Quelle serait la meilleure démarche pour impliquer les femmes dans la gestion de l’eau ?
Il faut partir d’un développement local intégré avec un diagnostic au sens participatif en impliquant tout le
monde et projeter davantage les perspectives quand on implique les personnes. Trop de projets sont établis
sur le court terme. Au Maroc, on manque de réel diagnostic : où en est-on vraiment ? A partir de ce
diagnostic, il faut impliquer la population, la consulter, établir un programme par étapes. La sensibilisation
est un des éléments à mettre en avant dans le processus. L’accès à l’eau est une responsabilité de tous, il
faut sensibiliser aux limites liées à cette ressource. Il existe un capital eau qu’il nous revient de préserver.
Cette démarche suppose aussi de s’intéresser à d’autres facteurs comme la préservation de
l’environnement, la gestion des déchets, les actes de chacun. La gestion de l’eau ne se limite pas à
promouvoir son accès, il faut une démarche plus globale, plus intégrée ou cela n’aura pas d’impacts. Le
problème de fond à poser, c’est également la répartition de la ressource et sa gouvernance qui implique
une question de fond sur la répartition du pouvoir et la façon dont il est exercé.
Qu’est-ce que l’approche Genre ?
C’est une approche non-discriminatoire. C’est une reconnaissance l’égalité, avec une approche
participative et un accès au droit. Elle permet de redonner un rôle actif et décisionnel de différentes parties
de la population, notamment les femmes, dans la gestion politique. Pour moi, l’approche genre est une
approche de droit.
Au niveau de la femme, l’approche genre permet de l’inclure, d’évaluer, de rationaliser la gestion de l’eau
et de développer une vision intégrée de la gestion de l’eau. Selon moi, elle n’est pas une thématique d’un
seul angle. Elle insiste sur la durabilité et implique de considérer des questions de fond.
Quelle est la symbolique liée à l’eau ?
L’eau est liée à la pureté, à l’hygiène. Elle est au centre de la religion et de la civilisation.
Commentaires :
L’implication de LYDEC est importante pour la réflexion, ce n’est pas de l’ingérence mais bien une
participation au débat. C’est tout le sens de l’appel de G. Mestrallet, la bataille de l’eau. Cela donne une
certaine légitimité à l’entreprise et favorise à la préservation de l’environnement.
184.
14.
Elizabeth JASKULKE, directrice adjointe Environnement et Innovation de SUEZ
Entretien Décembre 2006
Pouvez-vous me présenter de votre profil et votre fonction ?
Je suis dans le domaine de l’eau depuis 10 ans et je travaille depuis plus de 20 ans. J’ai une formation
d’ingénieur à la base. J’ai fais de l’agro puis après les Eaux et Forêts avec un démarrage de carrière dans
l’agro alimentaire puis de la recherche pure et dure en matière d’eau, en particulier, j’ai démarré tous les
aspects de pollution diffuse et notamment agricole. Le fait d’avoir travaillé sur les questions de pollution
agricole, les questions agricoles et notamment rurales, aménagement de territoire m’a amené à avoir une
sensibilité sans jamais me préoccuper de la question. Je travaille depuis deux ans ce département lié au
Développement Durable qui est extrêmement vaste en terme d’activités et pas d’effectifs… C’est la
première fois depuis le début de ma carrière que je suis dans le DD. Jusqu’à présent on reste très Monsieur
Jourdain, on n’arrive pas bien encore à mettre des mots sur des choses surtout le Développement Durable,
quand notre métier est d’épurer de l’eau et quand on sait que plus l’eau est pure dans la nature moins ça
nous coûte cher, c’est vrai qu’on en a toujours fait, c’est structurel.
Le contexte de ce papier est purement anecdotique et personnel dans le sens où à Saint Dié des Vosges, il
y a tous les ans un festival de socio géographie grâce au Maire, la Lyonnaise participait à ce festival et
avait le droit à une tribune. On ne savait pas trop quoi dire surtout l’année où le thème était la religion. Le
représentant local m’a appelé en me disant je t’envoie un défi, on a le droit à une tribune avec des
interventions à condition de parler de la religion et donc entre religion et eau. J’étais entre deux jobs entre
CIRSEE et un poste opérationnel, j’ai passé le mois d’août à travailler sur ce sujet. On a fait une recherche
bibliographique assez conséquente. Celui qui m’a le plus apporté est Bachelard, j’ai travaillé avec Thierry
Chambol qui avait fait un que sais-je sur ces thèmes, le CIEAU avait fait un thème sur eau et
symbolisme…Oui, j’avais trouvé également Patricia… Celle là est intéressante sur eau et islamisme et
surtout que c’est des trois religions du livre que l’on connaît le moins. J’avais également trouvé deux
thèses, une espagnole et une portugaise… J’avais beaucoup aimé ce sujet car il était totalement vierge. Je
n’avais pas la prétention d’écrire quoi que ce soit, ma présentation avait vraiment plu et du coup, j’ai passé
un mois à rédiger l’article en essayant d’être rigoureuse sur mes sources, de voir le tronc commun entre
relations sociales de l’eau et religion. J’ai regardé d’autres religions mais je crois que je les ai vraiment
effleuré dans l’article… Il y avait effectivement un certain nombre de points communs originaux chez les
animistes d’Amérique Latine qui avait ce rapport entre eau masculine et eau féminine, une idée que j’avais
vraiment trouvé fabuleuse… Les Brésiliens en particuliers ont des saints, des personnages qui sortent à
chaque carnaval. Il y a l’eau féminine et l’eau masculine. L’eau masculine, c’est l’eau violente, la tempête,
la mer ou encore l’eau salée donc c’est la force et l’eau féminine, c’est le gynécée, la douceur, l’eau qu’on
boit, l’eau douce. Je crois que dans le Brésilien on a deux mots, eau douce et eau salée. C’était le lien le
plus visible parce que dans les trois religions finalement, l’eau était reliée à un besoin social car ce sont des
religions de désert essentiellement, que le fait de la porter est liée à la femme et la purification, elle est
souvent masculine. Ce n’est pas un rite féminin car la femme est impure quelques jours par mois et elle ne
peut pas toucher l’eau, elle doit alors se purifier. La religion juive qui est la plus ancienne et dont les autres
religions s’inspire, j’avais beaucoup travaillé sur les bains rituels où il y a des bains pour hommes et pour
femmes. Les bains pour hommes sont sacrés et ceux de la femme, ne sont pas sacrés.
En général, les personnes ne me parlent pas beaucoup conception et représentation, peu me parle de
l’eau féminine et masculine.
Je trouve cette notion intéressante car elle la conceptualise ce que l’on a dans la tête et qu’on ne réalise pas
toujours cette notion de force et eau masculine et eau féminine qui renvoie à une notion d’élément, de
support pour en vivre. Il y a cette dualité constante. Et pour en revenir à nos métiers, il y a une dualité
complète entre assainissement et eau potable. Si vous voyez à LDE, il y a deux métiers qui ne se parlent
pas toujours. Il y a d’un côté, ceux qui traitent l’eau sale et d’un côté, ceux qui prennent l’eau de la nature
et la rendent potable pour que nous la buvions.
Peu de personnes restituent ce lien symbolique dans le corps de métier. A LDE, on parle à la maman, à la
gestionnaire du foyer notamment dans l’eau et vous. Peu comprenne pourquoi.
185.
Je me suis souvent posé la question s’il fallait cibler la femme. Pour moi, l’eau aujourd’hui doit être
associée à la nature. C’est le fait d’associer l’eau à la nature et c’est grâce à une approche toujours plus
respectueuse de l’environnement, nous allons conserver cette ressource pure. Le métier de la Lyonnaise,
c’est de conserver cette ressource pure et de la mettre à disposition des gens. Il faut lui donner de la valeur
à cette eau. Et la valeur de l’eau, c’est un beau paysage, c’est la valeur d’un oiseau se désaltérer dans une
marre, c’est la valeur d’un poisson. C’est la valeur de la nature je crois. Aujourd’hui l’eau du robinet
utilitaire est trop industrielle, trop artificielle… Comme le lait en brique. D’ailleurs on regarde aujourd’hui
la communication sur le lait, ce n’est plus le lait tetrapack nickel mais c’est la vache. Donc on pourrait
faire une communication sur l’eau, selon moi, sur l’arbre et pas la maman qui se lave les mains ou le petit
canard.
Cette idée de pureté du paysage, elle est liée à la pureté de l’eau…Le métier de LDE est la pureté de
l’eau…
Sur les travaux que j’avais fait, j’en avais déduit que la pureté de l’eau est gardée tant qu’elle ne touche pas
l’homme et encore pire, si elle ne touche pas la femme. Dès que la femme touche l’eau est impure. L’eau
la plus naturelle possible est celle qui sort de la nature. Idéalement, et là je parle business, pour nous, ce
serait mieux de puiser l’eau directement à la nature, ça reviendrait moins cher que l’épurer artificiellement.
On avait fait une étude sur les différents procédés d’épuration de l’eau, et quand on pose la question…
Qu’est ce que vous préférez entre une eau qui a été épurée par de la chimie ou bien par un filtre physique
ou bien qui a été épurée par des procédés biologiques, les gens répondent systématiquement par un filtre
physique. Et quand on regarde aujourd’hui, les process qui sont les plus efficaces, ce sont les process
physiques. La pureté est liée à une intervention la plus simple possible. Dans la tête des gens, c’est
l’intervention qui consiste à mettre un tamis, une membrane qui retient les impuretés.
Cette division femme et homme peut-elle avoir un impact sur les valeurs du DD. Est-ce que les femmes ou
les hommes puissent avoir une conception particulière du DD ?
Je me souviens d’une réunion avec une association, les gens m’ont dit, enfin une femme. Je me suis
aperçue qu’il y avait que des hommes. Ca m’a interrogé parce que pour moi effectivement, le DD, c’est
plutôt féminin, j’avais l’impression qu’on était bien placée. C’est probablement parce qu’on a toujours eu
des ministres de l’environnement femme et que dans la tête on associe simplement DD et femme. C’est un
peu idiot et comme ça. Sur le terrain, ceux qui font du DD, ce sont les hommes. Les profils classiques sont
le barbu écolo… Bon, les femmes ne pouvant pas porter de barbe, il y a peut-être un manque de facilité à
le repérer. Mais une femme ne peut pas être écolo alternatif. Les gens de Greenpeace, du WWF… C’était
toujours des hommes, des démazouteurs d’oiseaux, tous en polo, cheveux longs avec la barbe… Alors que
la femme est souvent habillée de façon neutre, elle n’a pas un déguisement écolo. Alors maintenant, cela
se féminise comme tout. On a une représentativité féminine à l’inverse de ce qu’on peut imaginer. Dans
une instance qui s’occupe de responsabilité environnementale, dans les groupes de réflexion du MEDEF
et autres, on est beaucoup de femmes, avec des formations poussées et avec une profil plutôt un peu
bourgeoise et non pas écolo… Souvent antagoniste avec les gens précédents. Ce qui est comme même
assez drôle. Quand j’invite les gens de Greenpeace ou ceux d’OREE, ce n’est pas du tout la même image.
Ce sont des gens qui sont tout autant passionnés, qui ont vraiment envie de s’engager, qui font des
choses… L’origine sociale, le comportement social est très différent.
Quel est le rapport à des valeurs de Développement Durable ?
La valeur famille… La femme vis-à-vis du DD a un rapport plus concret, plus pragmatique, ce qui lui
importe, c’est le quotidien. L’homme est plus idéaliste et fera du DD pour ses enfants et petits enfants.
Pour les femmes, c’est implicite ; elle se préoccupe plus du quotidien. J’ai vu le film d’Al Gore,
globalement les hommes sont dubitatifs et qu’il s’agit de propagande alors que les femmes vont retenir des
choses à faire, des bonnes pratiques. Les fiches de bonne pratique viennent en général des femmes et les
plans sur 5 ans, viennent des hommes. Les femmes donnent des conseils sur le quotidien. C’est vrai que
c’est plus pragmatique. Les grandes études montrent que c’est génétique, que c’est lié au fait que la femme
a toujours été porteuse d’eau, que le rapport à l’eau vient du quotidien et un rapport de valeurs, je dirai
immédiat.
186.
Par rapport à l’entreprise SUEZ, on voit des actions sur les femmes notamment à travers ce numéro de
Terre Bleue.
Je ne l’ai pas lu. Je ne l’ai pas lu parce que pour moi, il n’y en a pas. C’est ce qu’on appelle de la publicité
où on met le focus sur quelque chose. En général, quand on met le point sur quelque chose comme ça,
c’est que ça fait mal. Le prochain, ça sera sur les handicapés. Voilà, il y a 15% de femmes et 6% chez les
cadres. Il y a un plafond de verre qui est extrêmement fort chez nous. Et plus on va dans les métiers de
l’eau, plus il est fort. Chez Sita, je dirai que la présence féminine est plus forte.
La tradition ingénieurs influence cet état…
Alors à la LDE, le problème de la femme est très simple, on exige une mobilité totale. Ce qui est très
difficile à gérer. Il y a une exigence de mobilité géographique qui est difficile. Je connais beaucoup de
cadres dirigeants dont la femme ne travaille pas. Elle ne peut pas travailler parce qu’ils sont toujours en
train de changer. Sauf dans les fonctions de consolidation et siège, où là on n’a pas à bouger comme la
communication et la RH. Le top management n’est pas féministe sauf Mestrallet. Il l’a compris car il voit
qu’à Sita, ça marche très bien et de même à Electrabel. Il y a des façons de composer qui peuvent
permettre à arriver…
[Commentaires sur Terre Bleue]
Il y aura toujours des exemples qu’on pourra trouver.
C’est donc dynamique plus affichée que réelle. Pensez-vous que les femmes puissent souffrir d’un manque
de reconnaissance.
Oui bien sûr. Pour moi, la question est évidente.
Elle ne l’est pas pour tout le monde…
Il ne faut pas en faire une minorité remarquable. Il ne faut pas que le fait d’avoir une minorité soit visible.
Il ne faut pas mettre en avant. Mon mari travaille chez Total, le fait d’être une femme est un moyen
d’avoir une promotion et du coup, cela dévalorise les femmes car le fait d’être promue n’est pas du tout la
marque d’une compétence. Disons qu’il ne faut pas tomber dans ce travers, il faut un juste milieu entre les
deux. Il faut trouver le juste équilibre en nommant des gens compétents sans privilégier le fait que l’on soit
homme ou femme. Je trouve que l’on a des aprioris, surtout à la Lyonnaise, qui mériterait justement un
peu de recul. On a toujours estimé qu’il y avait des métiers hommes et femmes, par principe, une femme
n’est pas faite pour encadrer. C’est un apriori invraisemblable. Il y a à Lyonnaise une femme DCR,
Isabelle Deroche… C’est une fille qui a un côté cheftaine de scouts. Ils ont privilégié ce côté pour encore
caricaturer car on peut encadrer sans être cheftaine de scouts… On peut le faire d’une autre façon. Le fait
que ce soit elle qui était choisie montre qu’ils ne sont pas très à l’aise sur ce domaine. La compétence est
encore très masculine, ce qui est incroyable.
Pourquoi est-ce ancré de cette façon ?
C’est une question de génération. Je vois les gens de 40 ans qui ont une façon plus ouverte de voir les
choses. Le problème, c’est qu’il y a certains centres, on cultive cette tradition et on la transfert aux jeunes.
Ce n’est pas très grave mais bon…
La problématique de l’accès à l’eau. En quoi l’association naturelle est faite entre femme et porteuse de
l’eau ?
L’imaginaire débarque souvent. Souvent la référence est religieuse, le puits de Marthes. C’est ancré en
termes d’imaginaire et sociologique que la femme porte l’eau. C’est comme Perrette et le pot au lait, la
femme elle porte, elle imagine et poum, ça ne marche pas. Cela revient à ce que l’on disait tout à l’heure.
La femme avec son approche plus pragmatique va avoir besoin de doser, de répartir, elle sait doser,
répartir… Les femmes sont rarement des êtres injustes. La notion de justice est très importante parce que
quand on a 5 enfants, il faut donner aux 5 enfants… Cette notion se retrouve particulièrement dans le
partage de l’eau, et autour du puits, dans la question de l’accès à l’eau. Ca fait partie des grands thèmes, il
y a beaucoup de références sur ce thème quand j’avais écrit l’article. Je me souviens de la question de
l’hygiène. La femme se doit d’avoir une hygiène irréprochable et si on apprend l’hygiène aux femmes, on
187.
apprendra l’hygiène partout. Cela se voyait dans les grands projets de développement et d’aide
humanitaire étaient souvent basés sur l’introduction des notions d’hygiène auprès des femmes. C’est aux
femmes qu’on apprend à faire bouillir l’eau, à se laver… Mais c’est également à elles qu’on apprend à
labourer, il n’y a pas que l’eau.
Selon vous quelle est la place de la femme dans ce genre de programme ?
Selon moi, la place de la femme doit se situer au niveau de la formation et de l’éducation. On partage pas
mal de grandes idées avec des gens médiatisés. La question de l’eau et du DD ne se résoudra que par
l’éducation et la femme, c’est l’éducation. Et éduquer, ce n’est pas qu’éduquer à la maternelle et en
France, c’est dans tous les pays… Il faut éduquer pas seulement sur l’eau mais aussi sur les déchets car ce
sont les déchets qui polluent les nappes. Cette éducation n’existe plus aujourd’hui.
Elle n’existe plus, c’est-à-dire chez nous ou dans les PED ?
Elle n’existe plus dans les PED… Chez nous, la sensibilité qui n’existe pas encore, c’est le côté citoyen de
compréhension. Les gens ne comprennent pas. En Afrique, il s’agit de faire connaître les gestes, chez
nous, les gens les connaissent mais ne savent pas pourquoi ils les font. C’est l’exemple des sapins. On
n’apprend pas. Les gens savent qu’il faut les mettre quelque part, ils ne savent pas où mais ils savent qu’ils
doivent les mettre quelque part.
Tableau
1–5
2–5
3–3
4–4
Je n’aime pas cette question. La gouvernance de l’eau ne veut pas dire grand-chose. Le succès de la mise
en place d’une gestion participative passe par les femmes.
5–4
Est-ce que vous connaissez l’approche genre, Gender studies ?
Oui. Je ne savais pas sur la traduction du mot par genre.
Il y a eu beaucoup de débats sur la traduction.
Je préfère gender.
Cette approche, que peut-elle apporter à nos métiers ?
Cette approche devrait être beaucoup plus diffusée, sur lequel on devrait une attention particulière. Ca
pourrait faire sauter le plafond de verre, qu’il y a des différences, que dans la vie d’une femme il n’y a pas
les mêmes attentes que dans la vie d’un homme et réciproquement. Je pense qu’il faut la diffuser. Cela
peut apporter la prise de conscience globale sur cette thématique. Il faut arrêter de penser que les femmes
vont réussir de la même façon que les hommes. Ce n’est pas simple. Il faut trouver le juste milieu et ce
n’est pas simple.
Commentaires
Ca me plait vachement.
Avez-vous vu Valérie Bernis ? Elizabeth Faucheur ? Essayez déjà Elizabeth Faucheur. Ce qui serait bien,
c’est de continuer à travailler sur cette thématique car le groupe de réflexion a été créé pour publier ce
numéro alors que je pense qu’elles voudraient continuer. Il faudrait essayer de comprendre pourquoi il y a
moins de femmes à la Lyonnaise qu’ailleurs. Essayer de rencontrer des Belges car sociologiquement, on
est très différent. Il y a des femmes qui ont plus de postes de responsabilités et il faudrait savoir pourquoi.
Il faudrait appeler les personnes d’Electrabel, Tractebel pour leur poser ces questions.
Ce sont des réflexions que je me fais et par rapport à Total, il faudrait trouver un juste milieu. Je me
souviens la première conférence des cadres, il avait invité un journaliste et la première question qu’il a
posé, c’est les femmes, levez les mains. On était 4… Tout de suite le grand chef, mais elles sont ailleurs.
Et bien soit elles avaient du travail et parce qu’elles avaient d’autres obligations ce que les gens ne
188.
comprennent. C’est très français. Car j’estime que l’on peut faire du très bon travail entre 9h et 17h et
qu’ici, ce n’est pas possible, ce n’est pas très bien vu. Il y a un blocage à ce sujet.
On a même l’impression que les messieurs restent tard pour rester tard
Oui tout à fait. C’est l’objet de nombreuses conversations avec beaucoup d’hommes. Car
sociologiquement, les hommes peuvent se permettre de rentrer tard car ils ont des femmes qui ne
travaillaient pas. A Montargis, tous les hommes rentraient à midi parce que les femmes avaient fait le
repas et revenaient à 14h voir 14h30.
Le statut de femme est un statut et quand on ne peut rentrer pas dans le moule, les gens se posent des
questions. Pourquoi a-t-elle quitté son mari ? Je ne l’ai pas quitté. Et pourquoi êtes-vous ici ? Parce que
c’était indispensable. C’était mon service militaire, une notion que je renverse au féminin et pour qu’on
me juge apte car j’ai fait du terrain. Il y a très peu de femmes qui en font du terrain. Et j’en joue, car quand
on m’embête, je dis mais vous, vous n’avez pas fait de terrain. Mais cela est aménageable. On peut le
moduler car deux ans, c’est beaucoup.
189.
15.
Michèle MEYZIE-DEBENEST, Directrice de la FONDATION SUEZ
Pourquoi une fondation ?
La compagnie de SUEZ était un holding de banque et de financiers. INDO SUEZ était un groupe dont
l’activité était financière essentiellement. C’était un groupe décentralisé sans rien pour le fédérer. Le but de
la Fondation a été de fédérer autour d’objectifs communs et notamment sur l’enfance. Dans les banques, le
personnel était essentiellement féminin et la cause des enfants correspondait naturellement à leurs attentes
et leur engagement. Cette Fondation est sous l’égide de la fondation de France qui a servi de conseiller et
au financement des activités de la Fondation SUEZ.
En quoi cette fondation répond à un devoir, à une responsabilité de SUEZ ?
Elle correspond à la volonté de Responsabilité Sociale de SUEZ. L’aide à l’enfance en détresse fait partie
du RSE. En 1997 avec la fusion du groupe avec LDE, l’activité s’est poursuivie notamment au niveau
international. Elle intervient dans les pays où SUEZ a un contrat afin de montrer que SUEZ s’engage dans
le développement du pays. C’est également, là encore, un moyen de fédérer le personnel et de mobiliser
l’engagement des uns et des autres.
Et par rapport au DD ?
Le DD, c’est un peu la tarte à la crème du discours. L’activité de la Fondation se rejoint surtout au niveau
de l’éducation. Par exemple en Afrique du Sud, on a retrouvé une activité de DD en matière d’éducation
des jeunes après l’apartheid. Le but de l’action a été de restaurer les valeurs citoyennes auprès des jeunes
pour qu’ils s’investissent dans leur pays, qu’ils développent une nouvelle valeur dans le futur.
Des activités par rapport à l’accès à l’eau ?
Ce n’est pas l’objectif de la Fondation. Au Vietnam, on a un projet avec une association de médecins, le
projet visait à diminuer la mortalité infantile par l’accès à l’eau. Il y a un lien clair entre eau et hygiène.
L’hygiène garantit une bonne santé, la protection de l’environnement. Dans le cas de ce projet, les
objectifs étaient d’aider les enfants hospitalisés, ceux touchés par le SIDA et la précarité. Le projet était
très lié à la santé et l’hygiène.
Comment fonctionne la Fondation ?
C’est comme une association qui a des activités en France et à l’étranger. On présélectionne des dossiers
en fonction du pays, de la durée. Certains sont portés par des employés de SUEZ. L’important pour nous,
c’est que l’action s’inscrive dans la durée, qu’il y est un suivi. On peut aussi travailler avec Aquassistance
pour l’apport financier ou humain. On travaille également avec l’UNESCO et l’UNICEF qui nous sollicite
beaucoup.
Quel est le lien s’il existe entre votre Fondation et les femmes ?
L’expérience de terrain a montré que ce sont elles qui font bouger les autres, qui font bouger les choses…
Surtout en Amérique latine, au Maghreb… Je peux vous citer l’exemple d’un projet au Brésil. Il s’agissait
d’une association créée par une femme qui travaillait à Rio pour des projets de lutte contre la violence,
pour la protection des enfants et pour promouvoir l’éducation. Son projet visait beaucoup les femmes car
elles sont au cœur de ces problématiques et elle a mis en place un système de micro-crédit dont les
femmes étaient les premières à être les bénéiciaires.
Encore, nous avons travaillé au Maroc sur le projet des « petites bonnes ». On voit l’importance de cible la
petite fille dans ces cultures où l’on privilégie les garçons, ce sont eux qui sont envoyés en premier à
l’école quand la famille en a les moyens, elle envoie éventuellement la fille. Ce programme visait à aider
les familles pour qu’elles envoient leur fille à l’école plutôt que dans des familles pour qu’elles travaillent.,
On retrouve la problématique de la fille / la femme, partout. En Chine, l’association Couleurs de Chine a
créée un système de parrainage pour l’éducation de la petite fille, elle a également crée un dortoir pour fille
au sein de l’école pour promouvoir leur accès à l’éducation. Résultats : il y a autant de filles que de
garçons dans cette école.
DD et femme ?
190.
En général, le constat est là surtout dans les PED. Les femmes ont la charge de l’éducation de leurs
enfants, elles agissent pour leur offrir un meilleur monde, elles sont davantage concernées par les actions
de non-violences et ses principes. En matière de micro crédit, les femmes remboursent leur prêt. En terme
de différences, on voit qu’elles sont plus pragmatiques, plus volontaires…
Tableau
1=4
2=3
3=4
4=4
5 = nc
6=5
Sur le genre ?
Il existe encore des représentations très fortes, dans les PED, il y a encore beaucoup de représentations très
machistes. A SUEZ, nous sommes partenaires du Women’s Forum. On a eu l’exemple de femmes qui
interviennent dans les pays du Golf pour la représentation politique. En interne, le magazine Terre Bleue
montre encore un pourcentage très faible de femmes dans notre entreprise. Il y a un changement qui se
dessine à tout les niveaux. On a l’impression que c’est lent, c’est vrai car il s’agit d’un changement
politique, mais ça évolue.
Les femmes ont un rôle très important à jouer, elles sont plus proches de la réalité. Il faut agir très jeune
pour apporter le changement, dans leur éducation dès la maternelle autant auprès de la petite fille que chez
le petit garçon… C’est difficile car c’est s’attaquer aux représentations. Dans les PED, la clé est vraiment
l’information et l’éducation. Je pense que tout passe par l’éducation.
191.
16.
Malia BELKACEM, Direction Stratégie et Développement Durable, SUEZ
Entretien Janvier 2007
Quel est votre profil et poste ?
Je travaille à la direction DD depuis 2005. Je suis dans le groupe depuis 2000. Je m’occupe des
partenariats avec la société civile. Je dois préciser que ma fonction aux Nations Unies précédemment était
la place des femmes dans l’eau. Je me suis occupée du projet World Vision et j’ai créé l’Alliance Genre et
Eau avec les ONG partenaires. Nous avions créé le concept d’ambassadeur parce qu’en fait, plutôt que de
parler de la place de la femme dans l’eau, j’aime bien le concept qu’il faut que homme et femme
travaillent ensemble. Car on a des visions très différentes. Souvent, ce sont les hommes qui négocient
l’installation de bornes fontaines et ce sont les femmes qui savent où la BF doit être. Dans ce cadre là, j’ai
fait pas mal d’animation sur la notion de genre qui n’était pas très connue en France, il y a sept ans que
tout le monde dénigrait en disant que c’était du féminisme alors que pas du tout, pour encourager la
durabilité des projets, il faut encourager la participation des hommes et des femmes à des projets, de bien
faire attention à interroger les deux genres pour voir si le projet était adapté. Il y a de nombreux exemples
que vous devez connaître qui montre que techniquement le projet valable alors que socialement, il en est
autrement comme avoir une BF à 10km parce que souvent, pour les femmes, la borne fontaine est un
moyen de rencontrer leurs amies, de discuter, de s’éloigner de la maison et de ses obligations… Donc ça,
effectivement, c’était au niveau rural. Mais ça allait plus loin parce que le projet Gender Mainstreaming
visait à intégrer les femmes dans ce gros travail de réformes politiques de l’eau. On avait fait une
publication à la fin pour montrer que les femmes n’étaient pas que des figurantes, qu’au niveau de la
comptabilité, des associations d’usagers, elles étaient souvent plus intègres et honnêtes que les hommes.
C’est grâce à cette compétence que le Groupe s’est intéressé à mon profil. A cause de mon intérêt pour la
participation de la société civile et par extension, à force de m’en occuper, j’ai créé le projet Genre car je
me rendais compte inévitablement que les ONG avec qui je travaillais étaient composées d’hommes
essentiellement. Je me suis dit mais où sont les femmes ? Du coup, ce projet a démarré. Quand suis arrivée
dans le Groupe, je me suis occupée de la participation de la société civile et ça a commencé par la création
d’un comité transversal sur les relations avec les associations et qui est aujourd’hui dans notre politique de
DD. Cela nous a permis de faire une cartographie des ONG dans le monde, de développer un petit peu la
perception des ONG militantes, environnementales dans notre entreprise où ce monde apparaît parfois
comme étrange. Pour les femmes, c’est un peu pareil. Il s’agit de réconcilier le monde industriel avec les
femmes, qu’une femme n’est pas uniquement née pour avoir des enfants et qu’elle peut aussi apporter un
souffle nouveau à l’entreprise, qu’elle peut apporter une sensibilité que les hommes n’ont pas. Souvent
dans les comités où l’on a besoin de dialogue social, dans les fonctions RH, à la communication, il n’y a
que des femmes, au DD, il y a énormément de femmes… Dans toutes les directions de DD, il y a
énormément de femmes, souvent des jeunes femmes qui se lancent avec passion dans le DD parce que ça
touche à tout… Au social, à l’environnemental, à la situation des femmes, à la formation, à l’intégration
des jeunes. La capacité d’avoir une vision à 360 degrés de la réalité est une capacité très féminine… On
arrive à avoir une vision de notre vie sur plan personnel, professionnel, spirituel. On est multi tâches. Du
coup ça aide dans l’entreprise car on perçoit le côté technique, humain, de biodiversité contrairement aux
ingénieurs. Et on se rend bien compte que les revendications aujourd’hui des ONG pour plus de
transparence, plus de tracabilité est tout à fait justifié. Que les revendications pour ne pas avoir par
exemple une déchetterie à proximité d’habitation sont tout à fait justifié et que ce genre de dialogue, ça
aide pas mal dans l’entreprise, dans les relations, cela aide à désamorcer les conflits. On s’est rendu
compte que le dialogue social, la cartographie des parties prenantes n’est pas faite de manière rigoureuse
ou est faite selon la cible politique… On connaît le maire, mais cela ne suffit pas. Il faut connaître les
ONG, les associations, les syndicats, les coopératives de femmes… Tout ces gens là qui font la réputation
de l’entreprise et si ces gens là, on ne s’en préoccupe pas et bien après on a des retours de bâton de ces
personnes qui disent que c’est des affaires de copinage avec telle personne alors que dans les entreprises
où la société civile a été intégrée tout de suite au projet, qu’elle participe aux comités d’orientation, tout ça
apaise les gens et permet de continuer à exercer le métier dans un climat de bonne entente. Je pense que
au-delà des femmes, c’est la société civile dans son ensemble qui doive être prise en compte.
Vous vous intéressez davantage aux femmes dans l’entreprise ou en tant qu’usager consommateur ?
192.
Alors plutôt en tant que usager et consommateur, en tant que cible. Je fais une comparaison du genre au
Maroc et en France…
C’est différent de femmes.
J’utilise le terme femme parce qu’en France, on ne connaît pas le terme genre.
Justement ça en est où en France ? Je croyais qu’il y avait eu la création d’une association sur le genre, eau
et genre ou quelque chose comme ça avec le Ministère des Affaires étrangères.
Alors il y a eu un rapport sur eau, genre et développement durable avec un retour d’expériences sur des
projets en Afrique Sub Saharienne. Il y a eu un rapport qui va être publié sur cette thématique mais ce
n’est pas encore très répandu.
Déjà en entreprise, il y a beaucoup d’entreprises comme nous qui s’en préoccupent mais sous d’autres
termes. Un groupe de travail vient de publier Les Golden rules sur l’intégration de la femme dans
l’entreprise. C’est au niveau interne comment faire pour encourager les femmes à faire des études
d’ingénieurs, comment les aider, les coacher… Sur le terrain, il faut arriver à cartographier là où on est, les
gens avec qui on travaille, les populations, le pourcentage de femmes de moins de 35 ans, et créer
parallèlement au projet que l’entreprise a, comment aider les femmes à lancer des projets de micro-crédits,
à créer des coopératives… Car les femmes y sont très sensibles notamment dans les foyers et surtout au
Maghreb, ce sont celles qui donnent le la sur l’opinion sur le projet d’une entreprise. Au niveau de Lydec,
les femmes sont les premières ciblées car l’électrification leur permet de donner l’éducation à leurs
enfants, d’avoir un meillleur niveau qu’elles, d’avoir du temps pour autre chose. C’est vrai que les femmes
sont le nerf au niveau des ménages. Je suis contente de vous entendre dire que vous travailliez sur le genre
et non pas les femmes.
Oui. Nous avons choisi le terme femme
Nous enfin, je suis issue d’agro… Les personnes qui ont fait des thèses, c’était avec l’EHESS. Dans ma
formation, nous avions des cours pour comprendre les aspects liés au culturel et social. Cela nous aidait à
comprendre que si un projet était viable sur le plan technique, il fallait que sur le plan social, s’assurer que
la société est intégrée car on peut perdre des milliards si on ne s’assurer pas de l’adhésion sociale. Par
exemple, je me souviens d’un cas en Tunisie où le gouvernement avait lancé un projet sur une zone
cotière, de transformer un système d’irrigation gravitaire pour lutter contre l’intrusion d’eau salée. Ils ont
installé des BF et au bout de quelques années, ils se sont aperçus que personne ne les utiliser et nous a
demandé d’étudier pourquoi. Et au bout de quelques temps, les personnes qui avaient refusé d’utiliser ce
système, c’était les femmes. Parce que les parcelles qui étaient utilisées avaient des arbres, c’était donc un
système bocager, ce qui n’était pas anodin parce que d’une part, cela protéger les cultures du vent et
d’autre part, cela était un prolongement des propriétés privées qui permettaient au femmes de se dévoiler
et donc les BF nécessitaient une utilisation collective que les femmes ont refusé. Les femmes perdaient
leur intimité et parce que les gens dans leur perception, que l’eau qui provenait d’un puits était une eau
vivante tandis qu’une eau qui venait d’un lac mort, collinaire, était un meilleur moyen d’irriguer. Il n’y
avait même pas eu de sensibilisation sur comment mieux irriguer. Et des projets comme ça, il y en a eu des
milliers. Malheureusement, à chaque fois qu’on va voir des ministères, des comités pour leur expliquer
qu’on a l’expertise pour réaliser ce genre d’études, la réaction c’est de dire, ben si on a besoin d’une telle
expertise il faut demander à un anthropologue… Il ne suffit pas d’être anthropologue, il faut également
être également ingénieurs pour comprendre les aspects techniques et faire le lien avec le social. A l’époque
et même maintenant, on considère que le social est important mais ce n’est pas encore très intégré.
Alain Mathys parle beaucoup d’ingénierie sociale.
C’est ça. C’est d’arriver à trouver l’outil, le meilleur moyen d’obtenir un dialogue avec les gens. Parfois
c’est d’être en retrait, parfois c’est être interventionniste et c’est de donner des cours de capacity building,
chaque société est différente. Il n’y a pas de recette unique. Parfois il y a des sociétés où les femmes sont
des chefs d’entreprise et c’est elles qui devraient diriger des comités d’entreprise sauf que dans de
nombreux pays, c’est socialement impossible. Alors la voie de garage c’est les coopératives de femmes et
de les aider à gagner de l’argent qui leur permet de développer des activités qui vont de fil en aiguille de
193.
changer. Mais ce n’est pas uniquement aider les femmes, tout va avec… Les lois, la religion, le système
matriarcal et patriarcal…
J’ai choisi les femmes car on voit qu’il faut les aider
Oui. Il faut les aider, les coacher car souvent elles ne savent pas faire. Une amie que vous pourriez aller
voir de ma part, c’est Houria Tazi Sadeq de l’association Almae qui est membre du FARC. C’est une
association qui s’occupe de ces questions là, de gestion intégrée des ressources, de formation et elle est à
Casablanca. Il faut voir également Jacques Labre qui la connaît.
La Road Map de SUEZ
Suez est un acteur engagé dans le DD depuis sa création. Pour traduire en langage simple, nous avons
défini 5 priorités qui sont dans le Rapport d’activité. Au niveau de l’engagement de SUEZ, les femmes
sont intégrées. Il y a donc 5 priorités sur lesquels le Groupe s’est engagé qui sont la mutation des marchés,
l’ancrage territorial, la préservation des ressources, la qualité de la vie et le changement climatique. C’est
au niveau global mais au niveau interne, à charge de chaque filiale de décliner cette feuille de route d’où la
charte de Lyonnaise, la Road Map de Sita… Pour présenter cet aspect. Etre capable de présenter les
actions qui ont été faites. Sur les femmes, la prise en compte des femmes ne sort pas de nulle part, que les
entreprises sont jugées sur l’intégration des femmes dans les effectifs, sont jugées sur la participation des
femmes au niveau local et avant même, de parler de taux de féminisation des équipes, du personnel. C’est
un élément très important en interne à l’ordre du jour d’où ça (Le Terre Bleue) mais il y a des sociétés qui
vont au delà comme les agences de notation qui nous demandent si nous encourageons les contrats avec
des fournisseurs femmes. Au-delà d’avoir des femmes dans différents services financiers, compta, je ne
sais pas, il faut encourager le recrutement des femmes, encourager des contrats avec des Grandes Ecoles,
d’encourager des contrats CIFRE avec des femmes… Il y a des sociétés qui vont plus loin en formant leur
personnel pour travailler avec des femmes localement. SUEZ a signé la Charte de la Diversité qui
s’engage à former le personnel sur ces questions. SUEZ est membre de plusieurs groupes de travail sur la
diversité, la diversité va au-delà de recruter que des femmes mais permettant de recruter des immigrés, des
handicapés, etc.
194.
17.
Stéphane Quéré, Directeur du Développement Durable, SUEZ
Entretien 03/2008
Les valeurs du Développement Durable
Alors je ne sais pas si on peut l’exprimer en termes de valeurs mais en termes de concepts. Je dirai qu’il y
a trois concepts qui sont principaux qu’il y a le long terme, l’écoute et la responsabilité. L’écoute au sens
de l’ouverture sur l’environnement, l’ouverture attentive.
Est-ce que selon vous, ce sont les mêmes valeurs qui guident le DD à SUEZ ?
Complètement. De toutes les façons si les problématiques sont différentes selon le type d’activité que l’on
peut avoir, si on travaillait chez Havas, nos actions seront très différentes. Mais la démarche et les
fondamentaux sont les mêmes. Si on réfléchit des parties prenantes et qu’on est conscient de l’impact que
l’on a, c’est là que l’on peut définir les politiques qui sont très diverses selon les entreprises.
Quelle est la place de la femme dans la politique de DD ?
Ce n’est pas une question de femme. A partir du moment où on est en écoute active de tous les signaux de
la société, on n’est pas dans une question d’homme ou de femme. Par contre, il faut avoir toutes les
énergies nécessaires pour pouvoir le faire au mieux. Il est donc évident que la parité est indispensable. Je
ne vois pas comment on peut remplir notre contrat par rapport aux fondamentaux que je dis si on ne réunit
pas toutes les énergies, que ce soit des hommes, des femmes, des gens de différents horizons.
Pensez-vous que les femmes ont des valeurs particulières du DD ?
Peut-être. Il faut faire attention à la caricature, confondre la femme, la mère… L’enjeu de responsabilité.
Peut-être que les préoccupations pour le futur, les notions de responsabilité sont peut-être plus fortes mais
je ne pense pas, je pense que c’est présent chacun. Par contre, la perception, la différence fait qu’on est
meilleur et c’est tout l’enjeu de la diversité.
Comment définiriez-vous le lien femme et eau ?
Sur la problématique de l’eau, tout ce qui est dans certaines civilisations, ce sont souvent les femmes qui
s’occupent de ça. Pour tout ce qui est apport des biens au quotidien, ce sont souvent elles, les femmes dans
certaines sociétés traditionnelles. Ce n’est pas le cas en France.
Avez-vous des femmes sous votre direction ?
J’ai que ça. J’ai 4 femmes sous ma direction et au-dessus de moi, c’est une femme. Je suis encerclé. J’ai
toujours travaillé enfin dans mon ancien job, on était à moitié homme et femme et je pense que c’est
nécessaire.
Est-ce que vous pensez que les femmes qui doivent évoluer dans un milieu d’ingénieurs puissent souffrir
de manque de reconnaissance ?
Je pense que c’est plus le cas dans un milieu d’ingénieurs que dans des milieux administratifs, financiers,
enfin fonctionnels. Je ne connais pas bien les statistiques mais ce sont des questions qui ne dépendent pas
uniquement dans l’entreprise. C’est le cas des écoles d’ingénieurs où quand vous démarrez et que vous
êtes en situation d’infériorité, il y a des cultures qui se créent. Je pense que cela peut poser des problèmes
dans des métiers un peu plus techniques parce qu’il y a des clichés, des questions d’habitude et ces
habitudes sont renforcées dans les écoles où pendant la formation, il n’y a pas beaucoup de femmes. Ca
crée un modèle qui se pérennise. Alors que dans les aspects plus fonctionnels, on a moins ce cas. Dans les
écoles de commerce, il y a beaucoup plus de femmes et donc à la sortie, vous avez beaucoup plus de
femmes dans des aspects marketing, clientèle… On se retrouve avec beaucoup plus femmes. Sans aller
dans la caricature de la RH et la communication.
Connaissez-vous l’approche genre ?
Je ne sais pas ce que c’est.
195.
Explication du genre. Répartition des rôles hommes et femmes.
Je trouve que cela doit exister par exception d’après ce que j’en comprends. Je ne vois pas en quoi des
aspects plutôt il y aurait des profils « genrés ». Les ingénieurs, je ne vois pas ce qui permettrait d’être
meilleur quand on est ingénieur quand on est femme ou homme. Cela peut se poser seulement dans le cas
des différences physiques qu’il faut reconnaître. Les hommes ingénieurs et les femmes DRH, je ne vois
pas pourquoi ça serait comme ça.
Ce concept est né en réaction au féminisme.
Oui, c’est né parce que les femmes étaient cantonnées aux fonctions de secrétaires. C’était donc nécessaire
mais c’était un discours de réaction et non pas de construction.
Par rapport à cette idée de discours, le discours de SUEZ comment le qualifiez-vous ? Comment qualifiezvous cet engagement ?
Je le ressens comme une nécessité dans la mesure où il y a 15% de femmes dans les effectifs et qu’il y a
moins de 10% dans les comités de direction. Ca manque un peu. Je constate que dans les groupes de
travail où il y a des hommes et des femmes, ça marche mieux. Je ne perçois pas de différence entre les
hommes et les femmes aussi je ne comprends pas que l’on puisse avoir 80% d’hommes. Pour moi, la
différence doit se faire au niveau de la compétence. Le discours est nécessaire par contre il faut faire très
attention à son accompagnement d’où les groupes de travail. Il faut faire attention à l’aspect concret des
choses. Il faut éviter, faire attention parce que quand on dit qu’il y a que 3% de femmes et qu’il faut
atteindre 20%, cela veut dire qu’il y aura moins d’hommes, il faut faire attention à la problématique
d’exclusion et de réaction et être dans une démarche de construction. Et puis, il faut être dans une logique
de construction qui permette aux femmes d’avoir les mêmes chances que les hommes. C’est vrai qu’elle
peut avoir un petit décalage par rapport à un homme parce qu’elle s’est arrêtée deux fois six mois pour une
maternité par exemple. Cela ne me choque pas que les femmes aient une vie personnelle différente que
celles des hommes et qu’il y ait des échanges entre femmes pour discuter de l’améliorer.
Les aspects concrets du DD, comment les traduisez-vous ?
Nous on a identifié des défis qui posent question sur la stratégie du Groupe en se projetant. Quels sont les
points qui vont influencer l’activité du Groupe. Donc on a choisi le changement climatique, la qualité de la
vie, l’ancrage territorial pour bien travailler dans les bassins où l’on est présent… A chaque fois on
s’installe dans des lieux pour longtemps et on a une responsabilité par rapport à ça. Après on a défini les
priorités sur lesquelles on allait travailler. Et après on a demandé derrière, à chaque Business Unit, de
réfléchir aux points de progrès qu’il y a dans l’entité et qui sont utiles à l’entité. Parce que si ce n’est pas
utile pour SUEZ, ça ne sert à rien. Par exemple, si on avait mis l’apprentissage de la musique parce qu’on
pense que c’est intéressant, cela n’aurait pas été bon pour tout le monde. Je caricature mais cela veut dire
que ce qu’on a demandé aux BU, ce n’est pas de remplir des tableaux avec des cases, c’est d’être en
cohérence avec les fondamentaux identifiés et que chacun s’engage dans une démarche qui soit utile sur
plusieurs points et de façon à ce que ce soit utile pour leur business.
Et c’est ça qui est fondamental. Si cela ne se traduit pas comme ça, cela ne sert à rien. Quand on a démarré
notre direction, on a organisé un recueil de bonnes pratiques avec une matrice pour renseigner l’intérêt
pour SUEZ car si cela n’est pas utile, ce n’est pas du DD. Alors au début, les gens nous ont sorti tout ce
qu’il faisait pour les pauvres avec des choses liées à l’activité, à la bonne gestion du contrat pour Lydec
mais quand on fait une action dans un pays où l’on ne travaille pas, ce n’est pas du DD, c’est du mécénat.
C’est très bien mais ce n’est pas du DD. Donc oui, il faut que ce soit concret. Si on n’est pas capable
d’expliquer en quoi c’est utile pour le Groupe, cela ne marche pas, c’est une marotte.
Quel est le lien avec celui de la problématique femme ?
Déjà on sait mesurer. Il y a une injustice qui saute aux yeux. Je veux dire le discours qui consiste à dire que
les femmes ne sont pas capables de diriger, ça ne passe pas très bien. On doit être capable de montrer que
la diversité des points de vue et des expériences permet d’être meilleurs. Et il y a des points plus terre à
terre, que fera-t-on le jour où les lois vont tomber ? Le rôle de l’entité publique est le bien de tous et le jour
où tombera une directive européenne sur la diversité et des quotas de femmes, on fera quoi ? Le jour où
nos clients intégreront dans les pré requis qu’on est un certain nombre de politique sociale ou
196.
environnementale et qu’ils regarderont précisément ça et que nous on répondra qu’on a 2% de femmes
dans nos équipes, on fera quoi ? On embauchera n’importe qui pour répondre aux quotas ? Donc cela se
prépare. Je pense que c’est comme le DD, les problématiques font déjà l’objet de pré requis de certaines
entreprises qui ne veulent pas travailler notamment dans le cas de la biodiversité, elles ne veulent pas
travailler avec des entreprises qui ne répondent pas à certains critères de santé, etc. Et donc tout notre
travail est d’expliquer l’utilité de notre démarche. Et par rapport à la question des parties prenantes, cela va
nous être imposé car c’est jugé de manière positive et que si on est le seul à ne pas le comprendre, on sera
en décalage.
Par rapport au programme d’accès à l’eau pour tous, en quoi cela est-ce du DD ?
La problématique de l’accès à l’eau pour tous répond à des enjeux de bonne gestion de contrat, des
questions de durabilité du contrat et souvent en accord avec les concédants, les partenaires selon le contrat.
Cela répond à une demande de la ville ou cela fait plaisir à la ville, cela nous évite d’éventuelles
contestations, favorise la sécurité des réseaux par rapport au piratage. Ca fait du bien aux gens parce qu’ils
bénéficient d’un accès plus fiable, moins cher. Cela fait plaisir à la collectivité et nous, ça nous permet de
pérenniser notre présence.
Quels sont les bénéficiaires selon vous de ce programme ?
Les populations et indirectement la collectivité puis SUEZ.
Selon vous, quelle est la place de la femme ?
Cela dépend de l’endroit où l’on est. Je ne suis pas expert là-dedans, selon les endroits, on cherche des
modes adaptés à la culture locale car plus on est dans ce type de populations, plus il faut s’adapter au plus
près des habitudes des gens. Selon les pays, il y a des acteurs qui sont des leviers et cela peut être des chefs
de tribu comme en Afrique du Sud où il y a deux types d’autorités, l’autorité municipale et l’autorité
tribale. Sans l’autorité tribale, on ne fait rien. En Afrique, ce sont beaucoup les femmes qui règlent tout ça,
elles règlent la vie des quartiers. C’est parfois avec elles qu’il faut faire des campagnes de sensibilisation…
Et il y a des pays où ce ne sont pas les femmes qu’il faut cibler. Dans pas mal de cas, il faut les mettre en
première place parce que ce sont elles qui gèrent les aspects quotidiens de la vie.
Tableau
1–4
2–2
3–2
4–4
5–5
Commentaires sur cette problématique
Je pense que c’est une problématique intéressante dans le cadre d’une problématique d’ancrage territorial.
Par rapport à ce que vous me dites sur l’eau, il faut une étude de terrain, c’est un maillon important et qu’il
ne faut pas oublier.
Formation d’origine
ESCP.
A SUEZ depuis 1989. J’étais à Lyonnaise aux services financiers. Puis je suis passé à Paris Première. Je
suis Directeur du DD depuis 2005. Je suis arrivé au DD car on m’a proposé une mission à la
communication financière pour travailler sur les questionnaires d’agence de notation de DD. Et je me suis
dis pourquoi pas et j’ai trouvé que c’était un outil de management très intéressant car cela permettait de
construire des outils de long terme. Puis j’ai fait un diagnostic sur ce qu’il y avait à faire puis je suis
devenu directeur du DD. C’est vrai que les profils sont très différents et c’est bien d’avoir exercé un métier
opérationnel car ce sont des missions très transversales, comprendre comment marche une entreprise,
savoir dialoguer avec des opérationnels. Vous n’êtes pas obligé d’être expert mais au moins comprendre
ce qu’ils font car vous partez de leurs expériences et qu’il faut les écouter pour vous adapter à ce qu’ils
disent.
197.
Quand on parle de DD, il ne faut pas le mélanger à de la communication car ce n’est pas de la com.
Evidemment il faut savoir communiquer et il faut bien séparer car on a souvent associer la communication
et le DD. C’est bien d’avoir des gens qui savent faire la distinction. Et comme elle s’occupe du cabinet de
G. Mestrallet, cela nous permet d’avoir une entrée directe sur les préoccupations du Com Ex. Surtout que
lui, c’est un convaincu et il a été un des premiers à être convaincu. D’ailleurs on en parlait beaucoup au
début sous l’angle de l’eau car c’était le métier de base à travers le programme eau pour tous, la bataille de
l’eau… Maintenant, on le travaille sur tous les métiers. Et il y a des grandes synergies où tous les métiers
sont confrontés aux mêmes enjeux notamment clientèle.
198.
18.
Alain Mathys, Direction des relations institutionnelles, de la stratégie et du
développement durable, Directeur de programme Accès à l’eau pour tous, SUEZ
Environnement
Entretien Décembre 2006
Pouvez-vous me présenter l’accès à l’eau pour tous ?
Quand on travaille dans le cadre de nos contrats dans les bidonvilles, on travaille sur la collaboration et la
communication, dans des quartiers pauvres où il y a une importance de récupération des coûts qui est
importante. Que l’opérateur soit public ou privé, il faut intégrer les aspects financiers et l’on doit équilibrer
ses coûts. Dans les quartiers pauvres, il y a des mécanismes, des subventions qui existent et on voit, il y a
des études qui le montrent, que ce qui coûte cher, c’est le coût de la collection que le coût du service lui
même. Les gens qui ne sont pas connectés, ils dépensent plus que dans des endroits par rapport au tarif
normal. La capacité, la volonté de payer l’eau existe puisque très souvent les gens paient l’eau, ils achètent
l’eau à des revendeurs par des mécanismes qui font qu’ils ne sont pas connectés et que cela leur coûte plus
cher. Par contre, le financement, l’extension des réseaux le coût de la connexion, on sait que les
mécanismes ne sont pas mis en place, c’est pour cela que l’on a pas accès à l’eau par tout. On travaille
beaucoup sur ces questions de financements d’accès à l’eau. On peut globalement compenser, dans un cas
idéal chez LDE en France ou ailleurs, l’usager paie la totalité du service de l’eau et les revenus des
compagnies privées correspond à ce que lui paie l’usager. Dans d’autres pays, il y a des mécanismes de
subventions dans lequel une partie de l’Etat paie sous forme de subventions.
Quel est le rapport aux femmes et au genre dans ce cadre ?
Cette question est intéressante, celle de la séparation entre les hommes et femmes quand on discute de la
volonté de payer. Si on discute séparément avec les hommes ou avec les femmes, on n’a pas du tout la
même réponse. Puisque par exemple, est-ce que c’est important d’avoir de l’eau à domicile, si on prend
par exemple, les bidonvilles à Casablanca où il y a des bornes-fontaines. Ce sont des femmes qui vont
chercher l’eau aux bornes-fontaines, si on pose la question aux femmes, elles disent oui c’est important
pour collecter. Si on demande aux hommes , ils l’ont déjà à domicile puisqu’ils n’ont pas à aller la
chercher, ça change pas grand chose.
Qu’apporte cette approche sur le terrain ?
Avant qu’on discutait avec des hommes, ils trouvaient qu’il fallait pas payer l’eau mais que la dépense, l a
tarification de ce que représentait l’eau, et cela se voyait surtout en Afrique sub saharienne, c’était
largement inférieur à ce qu’ils dépensaient en bière.
La tradition pour les hommes, c’est de se retrouver le samedi soir entre copains, dans les maquis et de
boire la bière pour des dépenses largement supérieures à ce que coûteraient l’eau. Donc quand on travaille,
qu’on va étendre dans des zones périurbaines l’accès à l’eau, on travaille sur ce qu’on appelle l’adhésion.
C’est-à-dire, dans des familles, il faut qu’on ait des familles qui est acceptée de se raccorder au réseau. On
ne peut pas aller installer des infrastructures dans un cadre s’il n’y a pas 70% de personnes qui se
raccordent.
Comment faites-vous pour obtenir ces adhésions ?
On a développé à partir d’enquête, une approche que l’on appelle l’ingénierie sociale, qui se fait sur le
terrain. Approche locale avec des enquêtes, des groupes focaux, un travail avec des groupes sur le terrain
comme les Universités, les associations, les ONGs ou encore des consultants. C’est la méthodologie
« ingénierie sociale ».,
Est ce qu’elle peut jouer un rôle pour convaincre l’homme ?
Dans les points focaux, on voit les différences. S’il n’y a pas d’accord, cela engage une discussion entre les
deux, dans le groupe et la communauté. La femme peut alors avoir un rôle à jouer, mais cela dépend
vraiment du lieu d’intervention.
Comment fonctionne ce programme ?
199.
Programme mis en place dans le cadre de ses contrats. Initialement en 1999, il s’agissait de définir un
savoir faire opérationnel pour la connexion des quartiers périurbains. Parce que si on regarde l’histoire de
LDE, à partir de 1997, multiplication des contrats dans les pays en voie de développement : Maroc,
Indonésie, Chili… Il fallait développer un SF dans la gestion des quartiers pauvres, initiative lancée autour
de l’idée d’innovation.
1996-1997 : programme test sur 2 ans : recherche et innovation : aller voir les ONG et leur méthodologie.
Cette recherche a montré qu’il n’y avait pas de SF existant et SUEZ devait développer le sien. Donc en
1999, développement de sa propre expertise pour le développement de l’intervention dans ces quartiers.
On a conduit le développement du projet dans le cadre de Manaus, cela nous a permis de préparer des
offres commerciales intégrant cette expertise. Il était un exemple de première collaboration avec la Banque
Mondiale. On a apporté de l’eau à presque 10 millions de personnes ce qui correspond à une démarche des
MDG
Aujourd’hui, certains aspects méthodologiques doivent être creusé notamment à Casablanca, Jakarta,
Alger : accompagner et appuyer les filiales dans leur programme d’accès à l’eau potable. Nous avons pour
objectifs de développer des outils, envoyer des personnes sur place pour animer des formations, des
montages financiers… Ensemble de documents méthodologiques pour aider les filiales à tous les niveaux
(tarifs, technique…)
Quels sont les liens sur les MDG ?
Montrer que lorsqu’on arrive dans un pays développé, on arrive à avoir des résultats meilleurs avec la
gestion déléguée en matière de développement de l’accès à l’eau et à l’assainissement. Cela montre notre
SF, en tant que secteur privé, nous sommes capables de résoudre les problèmes et montre également qu’on
a le souci de développer l’accès à l’eau, de s’impliquer dans le développement social des villes.
On a montré que le taux d’accroissement annuel est plus élevé à la moyenne. Les MDG s ont pour
objectifs de réduire d’ici 2015, 50% des personnes aient accès à l’eau. SUEZ, là où elle intervient dépasse
les objectifs dans l’accès. On va alors collaborer avec différentes institutions comme la Banque Mondiale,
l’AFD… Aujourd’hui, programme qui est arrivé à maturité, fin en Argentine, Casablanca va bientôt être
fini… De plus, on a plus un intérêt pour aller dans les pays en Développement étant donné les risques qui
existent. Le discours est de continuer mais dans la réalité, on reste une société capitaliste. On a fait des
choses très bien, à fort potentiel qui a développé un SF propre à SUEZ… Mais aujourd’hui, le secteur de
l’eau fait l’objet de convoitise des banques, des fonds d’investissement et les enjeux sont avant tout
financiers. Un changement avec la fusion en 1997. LDE était une société de services sans une gestion
financière optimale et qui délivrait un service public. Aujourd’hui, les financiers dominent donc la
problématique de la rentabilité domine. L’objectif principal n’est plus le service public mais l’actionnaire,
et c’est un courant dominant pas seulement à SUEZ. Cela suppose que la société soit bien gérée et de fait,
au niveau international, il y a un devoir de bien gérer entre rentabilité immédiate et développement à long
terme.
Au niveau de SUEZ, on développe ainsi un discours de responsabilité sociétale, de rentabilité, de profit, de
développement durable… Le marché aujourd’hui pour SUEZ s’ouvre dans les pays d’Europe de l’Est qui
doivent se mettre en conformité avec les objectifs de l’Europe.
La poussée vers les pays en développement à l’étranger a été ralentie par l’épisode d’Argentine qui a crée
un traumatisme car nous avons été traité comme des gangsters sans être indemnisés alors qu’on avait
réalisé de nombreux investissements… Les seules possibilités restent en Chine, Chili ou le Brésil. Au
Maroc, on sent une ouverture avec le marché de Tanger, Tétouan mais elle reste encore limitée. Il y a une
réforme sur le secteur de l’électricité qui va elle aussi s’ouvrir.
Comment peut-on traduire ce processus au niveau de LDE ?
Programme pour payer la facture qui est né de la pratique de la coupure d’eau. On a lancé une enquête sur
la pratique de la coupure et dit de « droit à l’eau »… Que fait-on quand on coupe l’eau ? Que doit-on faire
en matière de coupures d’eau ? Quelles sont les recommandations pratiques ? Il s’agit de trouver des
alternatives positives pour trouver des solutions dans les pays industrialisés visant les gens en difficulté…
Ces alternatives à la coupure ont pour objectif de maintenir l’eau tout en évitant la faillite. Il s’agit de
distinguer les mauvais payeurs des familles en difficulté. Il s’agit d’identifier ceux qui sont en détresse et
de trouver des mesures concrètes : travail avec l’Etat, le fond Social Logement… Ce n’est pas à
200.
l’opérateur de payer le prix des mauvais payeurs mais c’est son rôle de contribuer à trouver des solutions.
Il s’agit de définir qui, comment on paie, par quel système et que l’opérateur reste payé. L’opérateur est un
exécutant, il n’a pas être concerné par la politique, la politique sociale… Il n’y a pas de problématiques
Connaissez-vous l’approche genre ?
On la connaît surtout dans les PED car c’est là qu’on voit la répartition des tâches. En Europe, dans les
pays industrialisés, se voit également même si c’est n’est pas le même niveau : différence de salaires,
différence de pratiques à la maison… Je pense que chez les gens éduqués, il y a une répartition des tâches.
Que pensez-vous du magazine de SUEZ, Terre Bleue ?
On voit qu’il y a des pratiques qui existent encore. C’est évident que le Développement Durable devrait
changer les mentalités… A SUEZ Environnement, il n’y a qu’une femme. Hier, j’étais à la DORE, il y
avait très peu de femmes. On voit que ça change notamment avec la politique de parité… Il y a une
évolution. Ca va prendre du temps notamment quand on voit les différences au niveau de l’Europe, en
Italie… Mais ça va changer, on le voit.
Quel lien faites-vous entre eau et femme ? Y voyez-vous un lien symbolique ?
Pas vraiment… Enfin, pour moi, parler de « eau et femme », c’est parler de la gestion de l’eau au
quotidien, celle du foyer.
Que pensez-vous de la symbolique de l’eau ?
L’eau est une valeur culturelle. La vie est très proche de l’eau. Par exemple, le Gange, les Indiens qui
l’utilisent y attribuent une valeur émotive forte. C’est ce qui provoque des conflits car l’eau ne devrait pas
être gérée par des privés, par une entreprise pour certains. Avant, l’eau était à proximité, les villages se
bâtissaient près de l’eau. Avec la technicité, on a pu s’éloigner. Aujourd’hui, le besoin de technicité est
évident. Il faut faire comprendre la nécessité technique que requiert l’eau, il faut dépasser le caractère
émotif de l’eau. Pour moi, c’est évident que la dimension culturelle de l’eau tend à disparaître dans la
société en général avec le besoin vital de l’eau.
Et de l’approche d’accès entre Nord / Sud ?
Ce n’est pas la même préoccupation. Dans le Nord, il suffit de tourner le robinet et l’eau arrive. Dans le
Sud, il faut aller la chercher, elle est vecteur de maladies, de développement. Dans ce système, la femme
est la première affectée par l’eau : enfants malades, corvée d’eau, etc. D’où l’importance d’adopter une
démarche d’écoute dans le programme d’accès. Cela se voit partout, même ici au siège, il faut s’adapter à
la demande, écouter et engager une démarche de négociations avec les acteurs. Il faut engager un dialogue
qui est capital pour trouver les solutions, s’ajuster aux demandes et entrer dans le long terme. L’eau est
souvent perçu du point de vue seulement technique en matière de gestion ce qui explique que 80 % des
personnes qui la gèrent soit des hommes… Or, les femmes, les jeunes filles qui ne vont pas à l’école sont
également concernées. Et encore, ceci est visible. Dans les pays du Nord, ce n’est pas clair, pas vu mais il
y a aussi des différences qui ne sont pas prises en compte et cela se voit dans les effectifs des écoles
d’ingénieurs où il y a peu de filles.
Aujourd’hui, les femmes doivent fournir plus d’efforts, elles doivent fournir plus d’énergie mais elles
arrivent au pouvoir, il y a plus de femmes dans les postes clés… Ceci n’est pas spécifique aux métiers du
Développement, c’est une tendance générale qui montre une évolution dans les mentalités.
201.
19.
Frédérique RAOULT, Directrice de la Communication SUEZ Environnement
Entretien Janvier 2007
Quelle est la place de la femme dans votre entreprise ?
La femme doit jongler avec son univers familial et son univers professionnel, elle doit innover pour
s’organiser. Aujourd’hui, ça évolue. Au niveau de nos métiers notamment, ça évolue dans les habitudes de
formation, la valorisation des métiers… Il y a un travail exercé sur les générations qui font que le tout
masculin du métier a changé.
A SUEZ, ce qui est important, c’est de noter qu’il n’y a pas de discriminations au recrutement. On a une
politique qui fait des efforts pour s’aligner sur les chiffres nationaux… Pour faire évoluer les mentalités et
attirer des femmes dans les métiers techniques, il y a un travail qui est fait au niveau de la RH et également
de la communication. Il faut communiquer régulièrement pour promouvoir l’idée qu’un univers de travail
doit être divers, pluriel. Par exemple, au niveau des images, il est important de choisir des femmes ou des
personnes de races différentes. Il existe encore des idées reçues c’est évident, je ne pense pas par exemple
qu’un homme recruterait un assistant… Cela dépend également des cultures. En Chine, par exemple, les
rapports hommes / femmes ne se jouent pas du tout sur le mode de la séduction comme dans nos cultures
latines. C’est contraire à la mentalité.
Quelle est la place de la femme dans la gestion de l’eau ?
Dans les PED, la femme est au centre du foyer. Dans ces pays, elles s’occupent de la corvée d’eau, ce qui
est souvent un temps en moins pour l’éducation. L’eau est également au centre du tissu social, c’est un
objet de partage au sein de la communauté. L’eau accompagne la vie. Quand elle manque, c’est très grave.
La problématique genre révèle le rôle de la femme dans le foyer, les perspectives de gouvernance qui sont
liées à la gestion de l’eau.
Quelle symbolique percevez-vous entre femme et eau ?
L’idée que la mère est celle qui gère l’eau dans nos pays développés est un peu dépassée surtout en termes
de communication. Il faut dépasser la vision mère / lait. C’est un peu rétrograde. Par contre, les femmes
sont au cœur de sa gestion dans les PED notamment en ce qui concerne la corvée. Il faut les intégrer aux
programmes de gestion. C’est évident que de la voir comme une bénéficiaire des projets d’eau est limitatif.
Quelle est la politique du Développement Durable à SUEZ ?
Le groupe a ancré le DD au cœur de sa réflexion. Il y a le volet environnemental avec des actions dans le
recyclage, la préservation de l’environnement ou encore des réflexions sur les techniques qui peuvent
aider à protéger l’environnement. Il y a le volet économique où il s’agit d’inscrire l’activité dans un
développement qui garantit la pérennité de l’activité, de favoriser l’emploi. Sur le volet social, il s’agit de
promouvoir des actions locales, très territoriales, de montrer la valeur ajoutée de la gestion par l’entreprise.
Pouvez-vous me décrire le programme d’accès pour tous ?
Il permet d’assurer un service tout en valorisant un SF propre à SUEZ Environnement. Ce programme est
très humain, il est une mission qui est animée avec passion. Pour les femmes, ce projet, on l’a vu, a
souvent permis de générer des activités économiques après l’installation de l’eau dans la communauté.
L’enjeu est également de limiter les coûts, de faire participer au prix de l’eau et d’impliquer les personnes
de la communauté.
202.
20.
Lisette PROVENCHER, Directrice de Aquassistance, SUEZ Environnement
Entretien Décembre 2006
Quelle est votre formation d’origine ?
Je suis ingénieur en génie civil à l’Université de Montréal puis une maîtrise dans la gestion de l’eau. Je
suis en poste à Aquasistance depuis 2002 et je suis à Lyonnaise des Eaux depuis 1986. Je suis arrivée
après la création d’Aquasistance.
Quelles sont les valeurs que prônent Aquasistance ?
D’une manière très générale, c’est de venir en aide aux personnes qui en ont besoin dans les domaines de
l’eau, de l’assainissement et des déchets. Les valeurs d’Aquasistance sont l’aide, la solidarité, la mise à
disposition de compétences à titre gracieux.
Quel est l’avenir d’Aqusistance ?
Si on voulait s’agrandir, on aurait toute liberté de le faire mais c’est pas un objectif parce qu’il faut essayer
de garder l’équilibre entre un travail avec les bénévoles et la taille que pourrait avoir l’association mais il
faudrait passer à d’autres façons de procéder avec plus de permanents et ça, je pense que personne ne le
souhaite. Y a pas de demande de la part du Conseil d’Administration ni des membres. Tout le monde
apprécie qu’on en fasse toujours plus… Je n’ai pas d’objectifs de ce type. L’objectif est de rester cohérent
et si l’on reste baser sur le bénévolat.
En quoi Aquasistance permet d’assumer une RSE pour SUEZ ?
C’est un point qui m’agace parce que c’est pas évident surtout si on parle de SUEZ ou SUEZ
Environnement ou LDE… On est plus près de LDE que de SUEZ Environnement. Par contre on a le
support de l’entreprise et je pense que la plus grande fonction de l’entreprise, c’est du développement de
ressources humaines, c’est quelque chose que tout le monde aime, c’est un moteur interne. Ca donne un
peu de rêve dans ce monde de brut. Que les gens peuvent faire s’ils veulent. Evidemment, dans les
rapports de DD, on colle Aquasistance un peu partout mais pour moi, je n’associe pas cette action là à la
RSE de l’entreprise. C’est pareil pour le DD. Vu du point de l’entreprise, ça peut être associé mais cela me
paraît loin. Je le vois plus en termes de développement de compétences, c’est une action RH même si les
RH ne reconnaissent pas vraiment.
Et en termes de développement dans les pays où vous allez ?
Je ne dirais pas qu’on fait du DD, on essaie de faire en sorte que cela tienne dans la durée. On ne peu pas
être plus perein que le contexte externe. Par exemple à Haiti, je ne sais pas si on va pouvoir aller au bout
du projet étant donné le contexte. On essaie de faire en sorte que ça dure mais on est encore loin du DD.
On est là pour des situations à améliorer au mieux. Si on arrive à ce que ça dure, tant mieux. On le vise
mais dans les faits, c’est plus difficile.
Par rapport aux femmes, quelle était la proportion de femmes dans Aquasistance ?
Je ne sais pas. Je dirai comme ça, qu’on ne dépasse pas 20%.
Par rapport aux programmes, est-ce que vous ressentez une présence des femmes plus importante que les
hommes en tant que cible, initiatrice de projet… ?
En général, les membres d’Aquasistance femmes sont plus motivés, en tous cas, elles en donnent plus
l’impression. Sur le terrain, on cherche des gens qui font de la plomberie, des travaux physiques qui sont
plus masculins et du coup, les femmes sont dans les fonctions de communication, RH qui reflète le
paysage de l’entreprise.
Par rapport à l’animation, c’est donc difficile d’avoir des animateurs hommes et femmes.
Ce serait bien mais concrètement, c’est difficile. Il reste que les fois où on a pu le faire, tout le monde a
reconnu que cela apportait un plus car naturellement les femmes viennent me parler et dire des choses
qu’elles ne diront pas à un homme. Dans ces cas là, on avait plus d’information que dans d’autres
configurations.
203.
Quand on est sur place, avez-vous des dialogues avec les communautés ?
Lorsqu’on bâtit le projet, on discute avec ceux qui ont porté la demande et on leur explique qu’il va falloir
un comité de gestion, son rôle et qu’il y est des femmes dans ce comité. Parfois ça marche et parfois non,
cela dépend du contexte où l’on se situe. On accompagne la partie de travaux et la formation du comité de
gestion pour le suivi du projet, les finances etc.
Vous parliez d’obstacles liés à la culture, lesquels ?
On a l’exemple au Cameroun où les hommes refusaient la participation des femmes et les gens sur place
ont donc crée un deuxième comité de gestion où il n’y avait que des femmes… Alors que ce n’était pas
forcément la solution. On espère qu’à terme, cela pourra fusionner.
Souvent, ce qui ressort, c’est le poids de la tradition,
Ca se retrouve un peu… Ca dépend car il y a des pays où les gens réagissent de façon très différente. Cela
dépend de la perception des gens du comité de gestion. Si l’on attribue une fonction honorifique, il n’y
aura que des hommes. Par contre si on leur explique que c’est quelque chose de très opérationnel, alors là,
ça laisse la place à l’intervention d’autres.
Est-ce que vous pensez que les femmes ont une conception du DD, puis de l’environnement et enfin, de la
gestion de l’eau ?
Alors pour l’eau, je pense que oui forcément parce que c’est vraiment elles qui en sont vraiment
responsables pour le foyer. Ce sont elles qui vont envoyer les enfants pour aller chercher l’eau et ce ne
sont pas les hommes qui vont s’en occuper. Pour eux, il y a l’eau courante à la maison puisqu’elle est
apportée par les femmes donc c’est sur que pour eux, la vision d’un homme ou de la femme en Afrique de
l’eau n’est pas du tout la même. C’est justement pour cela que lorsqu’on met en place le projet, on tient à
avoir des femmes parce que s’il y a un blocage, ce sont les femmes qui vont chercher à faire pression pour
faire avance le projet.
Pensez-vous que les femmes sont porteuses de valeurs différentes de celles des hommes en matière de
gestion de l’eau ?
C’est difficile à répondre. Probablement. Elles mesurent mieux ce que ça représente et surtout, le service
de l’eau. Et donc forcément sur la valeur de l’eau. Elles comprennent également les impacts sur la santé.
Le travail qui a été fait pendant des années et des années a conduit des résultats, c’est rare aujourd’hui de
trouver des gens qui n’ont pas conscience du lien. En ce qui est de l’eau potable. Par contre la partie
assainissement, le lien n’est pas fait.
Est-ce que vous pensez qu’elles ont conscience du rôle ?
C’est très différent et difficile de répondre. Je dirai qu’en général, il faut les aider à prendre leur place.
Surtout dans les comités officiels qui sont fait par les hommes. Si les projets bloquent, comme ce sont les
femmes qui débloquent, tout se débloquent en marge des comités, de la sphère publique.
Est-ce qu’il y a des outils ou méthodes particulières pour les aider ?
Il y en aurait sûrement. Qu’on emploie, il n’y en aurait pas beaucoup parce que ce sont souvent les
techniciens qui sont sur place. Ces outils, ça porterait sur sociologie, la sensibilisation… Tout ça peut être
fait par des gens non techniciens. Je ne suis pas arrivée. Je n’abandonne pas l’idée que ça aboutisse. C’est
le problème de nos membres qui sont assez peu portés sur ce qui est sociologie et c’est vraiment un
apprentissage à faire depuis le début.
Donc en fait, il faudrait former les gens ici à l’approche genre...
Oui tout à fait et ce n’est pas évident à faire comme ça. Quand on en discute comme ça, c’est évident que
les femmes doivent être concernées… Ils ont tous le bon discours mais c’est évident.
En interne justement, par exemple le Terre Bleue, qu’en pensez-vous ?
Je pense qu’il devrait le faire plus souvent.
204.
Pensez-vous que cela ait un impact ?
Moi je pense que oui. Je ne sais pas comment les gens le perçoivent en général. Depuis quelques années, il
y a un recul dans les discours féministes car il y a eu une vague pour dire bon il faut arrêter, les gens ne
veulent plus en entendre parler. Si on en parle, rien ne va se passer. Pour moi, qu’on en parle mais si ça
peut déranger certains, il faut continuer d’en parler. 15% c’est moins que 50% et quand en plus, on sait
que ces 15% sont dans des postes réservés.
Beaucoup de personnes la considèrent comme une première initiative, concrètement maintenant, que
faudrait-il faire ?
Une chose que les Français détestent c’est de la discrimination positive comme il faut le faire pour les
handicapés, il faut le faire pour les femmes. Il faut obliger à avoir tel pourcentage sinon on va continuer à
dire sans faire.
Avez-vous souffert de manque de reconnaissance
Oui. Sûrement mais je me suis blindée. Maintenant, je commence à avoir l’expérience et cela ne me
touche plus. Je ne m’en occupe plus. Par contre des choses me surprennent encore. Par exemple, quand je
suis allée à Manille, il y avait 50% de femmes, ce qui était d’autant plus surprenant qu’il s’agissait
d’assainissement.
A quoi cela est lié selon vous ? La culture, une volonté politique ?
Je pense que ça se retrouvait dans plusieurs niveaux de la société et cela semble normal. Les gens sont
habitués et c’est plus simple sur beaucoup de choses. Quand on revient ici, on se rend compte de la
différence. Il y a encore des blocages, cela se voit vraiment quand on est en réunion.
Il faudrait interroger véritablement les ressources humaines sur pourquoi il n’arrive pas à recruter des
femmes ou pourquoi les femmes ne sont pas à des postes de direction… Elles s’excusent souvent en disant
que les femmes ont pris des congés de maternité et elles prennent un retard par la suite mais pour moi,
l’explication n’est pas suffisante. Il y a une volonté des entreprises qui vont se donner les chances pour le
faire, donc c’est une question de volonté. Ce qui manque aussi beaucoup, ce sont les relations hors maison,
les réseaux que l’on créé en dehors du travail. Les femmes n’ont pas les chances pour y entrer notamment
les réseaux de grandes écoles. Si on n’est pas dans les bons réseaux dès le début, on devient vite hors
circuit.
Eau et femme, quelle est votre réaction naturelle à ces deux mots ?
Responsabilité. Les femmes ont la responsabilité de l’eau et elles devraient en avoir la responsabilité.
Et en termes symboliques ?
Je ne suis pas très portée sur ce genre d’aspects. Cela ne me dit rien.
Quels sont vos liens avec le programme Eau pour tous ?
On n’intervient pas sur les mêmes secteurs géographiques. Eau pour tous dépend du contrat de l’entreprise
et nous, sommes hors contrat dans le rural. Je fais néanmoins partie du comité de pilotage de Eau pour
tous pour repérer éventuellement des projets. On est proche dans le thème mais pas dans la pratique.
En quoi Aquasistance est lié au MDG ?
Cela me fait rire car encore cette année on m’a demandé combien de personnes Aquasistance à raccorder
et si on additionnait les chiffres de tout le monde, je crois qu’on aurait fini les MDG… Pourtant il y a
toujours 1 milliard de personnes sans accès à l’eau. Disons que l’on contribue à notre petit niveau à
favoriser l’accès. En termes de chiffres, c’est dérisoire par rapport aux besoins.
Avez-vous des liens avec les ONG ?
Très peu. On travaille avec des volontaires de NU qui parfois nous emmènent dans des projets PNUD
mais avec l’UNICEF ou l’UNESCO, on n’a jamais travaillé. Ce sont des collaborations rares car c’est
compliqué, c’est lourd et ça ne correspond pas non plus trop à notre façon de procéder. Dans de nombreux
205.
cas, les projets UNESCO ou autres ont besoin de beaucoup papier et nos volontaires sont des bénévoles
qui ne veulent qu’une chose, c’est agir, ils veulent avoir du concret, c’est pour quand ils partent, ils aient
réussi à trouver des solutions… Quand j’ai des projets papier, j’ai plus de mal à trouver des volontaires.
Tableau
1 – (genre) 0
2 – (rôle femme gestion) 5
3 – (pragmatique DD) 5
4 – (sensibilité protection eau) 5
5 – (gestion eau / femme) 5
6 – (transmission) 5
Conclusion, je suis féministe.
Je vais à Lydec, pouvez-vous me parler du Projet Bayti ?
C’est un projet long qui a commencé bien avant que je n’arrive. Bayti est une association marocaine qui
s’occupe des enfants de la rue à Casablanca, ils ont des locaux à Casa et permettent aux enfants de la rue
de venir dans ces établissements pour ensuite réintégrer le système d’identification etc. Le projet ciblait les
adolescents et qui se trouvait à l’extérieur de la ville pour pouvoir les isoler de leurs mauvaises
fréquentations, de la drogue et de leur donner une formation. Tout a commencé environ en 2000. Cela a
été long car les gens autour du terrain choisi ont refusé l’installation car ils ont eu peur de voir débarquer
des drogués etc. On a eu beaucoup de difficultés à trouver un terrain. On a commencé les travaux en 2003.
C’était un grand terrain sans rien. Bayti s’est occupé de la construction, nous avons pris en charge l’eau
potable, l’irrigation, l’assainissement, déchets et Aquasistance Maroc s’est chargée de l’électricité. Pour
tout ce qui était cultures, on a été cherché la participation de LAMDAL, l’office du territoire agricole ou
quelque chose comme ça, qui nous a conseillé sur quelles cultures nous pouvions faire car nous ne savions
pas vraiment quoi faire en termes de plan de cultures, d’exploitation des sols. Le projet a été terminé
l’année dernière. Les panneaux réalisés devaient servir à un local pour sensibiliser à l’eau et
l’environnement. Ils permettent de renseigner les visiteurs et on a formé également, les animateurs et les
ados présents pour qu’ils puissent donner de l’information aux visiteurs et aux groupes en donnant un
discours cohérent.
Pour le Maroc, c’est Aquasistance Maroc qui est en charge des projets.
Avez-vous des conseils et des commentaires sur ces sujets ?
Qu’allez-vous faire à Lydec ?
Réponse.
Ce serait intéressant d’avoir des supports avant et après un projet d’eau que l’on pourrait utiliser.
206.
21.
Mathieu LECORRE, Ingénieur Aquasistance, SUEZ Environnement
Depuis quand existe Aquasistance ?
C’est une association 1901 qui est née suite à la demande du gouvernement en 1994. Elle propose des
missions qui entrent dans les compétences de Lyonnaise des Eaux sur l’eau, l’assainissement, les déchets
et qui est sur la base du volontariat des employés. Elle regroupe 600 adhérents.
Quels sont les projets d’Aquasistance ?
Les projets proviennent de demandes du terrain. Pour chaque projet, l’enjeu est d’avoir des partenaires
locaux comme les ONG locales, les municipalités, etc. Pour chaque projet, Aquasistance apporte son
soutien technique. Elle privilégie des actions liées à l’eau et où elle peut apporter des compétences
techniques : tuyau, génie civil… De temps en temps, des missions sont ciblées sur la sensibilisation des
populations pour limiter le gaspillage de la ressource.
Quel lien observez-vous entre « eau et femmes » ?
Les femmes fonctionnent au cœur de l’univers domestique. Elles sont les responsables de
l’approvisionnement en eau du foyer. C’est de fait très important de le prendre en compte. Dans le cadre
de nos activités, nous apportons l’eau à un territoire, on peut éventuellement intervenir dans le domaine du
conseil, avoir un rôle dans l’évolution des mentalités. Dans ce cas-là, c’est important d’avoir des
animateurs et des animatrices.
De mon expérience, on voit qu’il y a un enjeu au niveau de l’arène publique et privée. Dans les milieux
ruraux, le regard est très important, la femme ne doit pas prendre la parole.
Ce qui est risqué dans le cadre de ce genre d’actions, c’est de s’attaquer à des domaines de pratiques
traditionnelles très ancrées et de vouloir changer les choses par le discours. On peut choquer ou imposer
des choses qui n’ont pas à l’être.
207.
22.
Jacques Labre, Directeur des Relations Institutionnelles, SUEZ Environnement
[Explication du sujet de thèse]
A Lydec, il faudra rencontrer les responsables d’Almae. Ils ont un projet qui s’intéresse à la thématique de
« Eau, Femme et Santé ». Cette association est dirigée par Houria Tazi-Sadeq, c’est une association
militante qui se consacre aux droits de l’homme, c’est une militante genre qui fait partie du Conseil
Mondial de l’Eau. Elle a produit plusieurs travaux sur le sujet suite au forum mondial de Mexico. Cette
association est un médiateur entre Lydec, Suez Environnement et la société civile. Almae est un partenaire
de SUEZ Environnement depuis 2005, elle nous permet de promouvoir des actions locales dans les
douars. Almae travaille plus particulièrement sur le douar de Bin Abid. Son action a conduit à faire un état
des lieux sur la situation de la communauté et d’obtenir de l’information sur la problématique eau et
assainissement. Si je me souviens bien, Almae a produit des travaux à partir des travaux d’étudiants qui
ont cherché des informations sur l’eau, l’assainissement, de la santé et les médicaments à distribuer. Nous
avons développé un partenariat à partir de ces éléments sur l’eau et la santé.
Quelle est la place de la femme dans l’entreprise SUEZ ?
On est dans une maison pleine de paradoxes. Depuis plus de 15 ans que je suis dans ce groupe, ce qui nous
lie, c’est notre culture d’ingénieurs français… En tous les cas, c’est le discours DRH qui était promu il y a
15 ans car traditionnellement, il y avait peu de femmes ingénieurs. C’est à partir de l’accès de femme à des
postes de direction que le changement s’est installé. Il y a eu notamment Christine Morin-Postel qui a
travaillé pour le développement international et qui a permis de promouvoir le nombre d’employés à
l’étranger. Elle a joué un rôle essentiel dans le groupe. D’une manière traditionnelle, c’est un cas
exceptionnel, il y a peu de femmes dans notre métier, dans les métiers des processus technique, BTP…
Les femmes sont plus généralement présentes dans le domaine de la chimie qui se traduit par plus de
femmes au CIRSEE, à la DORE.
Pensez-vous que cela puisse évoluer ?
Oui. Cela a déjà évolué. Il y a une vraie tendance vers l’équilibre à travers la féminisation des fonctions
opérationnelles comme la clientèle et les fonctions plus traditionnellement féminine comme la
communication, l’administration, des ressources humaines. Il a eu également une évolution qui a montré
les impacts sociaux de notre activité, de prendre en compte les parties prenantes et de valoriser les femmes
dans nos métiers. Cela reste difficile néanmoins de promouvoir leur place dans l’entreprise, certaines
fonctions demandent un choix de vie difficile comme la souplesse, l’exploitation quasi militaire sur le
site… Il y a tout un poids culturel qui joue sur les relations au sein de l’entreprise
Au sein de Lyonnaise des eaux, pensez-vous que les femmes puissent souffrir d’un manque de
reconnaissance ?
A mon sens, cela dépend de la frustration et de l’individu. Pour moi, il n’y a pas d’exemples de femmes
qui se sont plaintes… Bien sûr qu’on a entendu des exemples de jeunes femmes qui ont joué de leurs
atouts sous Monod, mais il y a eu un souci de DRH de garder un environnement équilibré au sein de
Lyonnaise des Eaux.
Que pensez-vous du magazine Terre Bleue ?
Cela montre l’attention de l’entreprise à promouvoir plus d’égalité des chances et de s’intégrer à une
démarche de Développement Durable. L’égalité est un des indicateurs qui permet de mesurer l’évolution
sociale de l’entreprise. Ce n’est pas seulement une question de communication, c’est une démarche
d’ensemble qui prend du temps pour changer les conceptions.
Pensez-vous qu’il y a une conception particulière de l’eau et la femme ?
Le facteur individuel est plus important dans ce cas-là. Il n’y a pas de compétences particulières selon moi,
mais la femme est directement concernée par l’assainissement et l’eau dans le foyer. Ce n’est pas la
problématique centrale dans une entreprise, mais des parties de l’activité de l’entreprise sont concernées
notamment les projets menés par Alain Mathys. Sur ce sujet, il ne faut pas tirer de conclusions hâtives. La
208.
relation féminine entre eau et la femme est vrai en termes poétiques, mais sinon, il y a un vrai risques de
tomber dans un discours tarte à la crème.
Quelle est la contribution de Suez Environnement aux MDGs ?
A la fin des années 90, nous avons connu une expansion rapide de son activité « eau » au niveau
international. Cette activité s’est rétractée depuis récemment. L’activité internationale de SUEZ est basée
sur les principes de PPP, il s’agit de contribuer à l’amélioration à l’accès à l’eau. Elle ne s’est pas diffusée
plus rapidement pour des raisons politiques, du lobby des travailleurs de SP ou des idéologies contre le
secteur privé, ce qui a limité l’accès à l’eau. Après le 11 septembre, le clivage entre ceux qui ont accès à
l’eau et ceux qui n’ont pas l’accès à l’eau est un facteur déstabilisant. Les médias soulignent l’absence de
ressource en eau comme un facteur de clivage Nord et Sud qui se fait au niveau du service. La position de
Suez a été lancée avec La Bataille de l’eau pour faire connaître le PPP et les succès des contrats dans les
pays du Sud. Cet appel a été publié dans Le Monde, il a contribué à l’augmentation de la problématique de
l’eau, de développer l’accès à l’eau en priorité. La poussée des alter mondialistes a contribué à faire des
entreprises privées comme des cibles. Dans cette configuration, l’entreprise s’est rétractée. Aujourd’hui, la
question est de savoir comment valoriser l’eau et l’assainissement pour promouvoir l’accès pour tous. Il
s’agit de mettre en avant l’expertiser de l’entreprise pour garantir sa pérennité et le fait qu’elle soit
acceptée par la société. L’entreprise n’a pas de responsabilité au niveau mondial.
Le Maroc est un exemple de PPP n’est-ce pas ?
Casablanca est un exemple de PPP en effet. On a un mandat, l’accès à l’eau fait partie de notre
responsabilité et de notre contribution aux MDGs. Dans le cas de Lydec, il y avait des zones illégales dans
le contrat de Casablanca qui ont été bouleversées par l’INDH. Cette politique a obligé Lydec à étendre des
services sur des zones où il existe des obstacles administratifs. Nous avons à gérer de nouveaux usagers de
l’eau dans des quartiers traditionnellement exclus. Le principe est de faire payer les nouveaux habitants le
coût du raccordement, pour garantir un prix raisonnable, cette négociation doit se faire avec un accord du
gouvernement. Avec la signature du contrat Aguas de Argentina a été signé, le prix de l’eau a un peu
augmenté, ce qui a permis d’augmenter le nombre de personnes raccordées. En Bolivie, le contexte a été
très difficile notamment à Cocha Bomba, il n’était pas question de prix de l’eau, mais il a contribué à
augmenter le prix de raccordement A Casablanca, il n’est pas question d’augmenter le prix de l’eau pour
financer les 800.000 personnes en plus. La tarification de l’eau est un sujet très sensible, la voie de
l’opérateur privé est mal perçue. L’intérêt de SUEZ est d’être témoin de multiples situations dans le
monde.
Pouvez-vous me parler du partenariat avec l’UNESCO ?
Cette convention a été signée par G. Mestrallet et la Chaire de l’UNESCO-IHE. Un des cas concrets est
celui de l’Ecosse où le programme a pour but d’établir l’état des lieux des pratiques des opérateurs privés
et des opérateurs publics pour souligner la transparence des pratiques sur les contrats et les exercices du
contrat.
Quelle est la place du programme « accès à pour tous » dans cette perspective ?
Ce programme permet de trouver des interlocuteurs dans les communautés et il est vrai qu’il s’agit en
majorité, de femmes. Cela dépend du contexte, l’accès à l’eau est un sujet intime dans le ménage et avec
l’accès à l’eau, une femme peut plus avoir accès à la communauté. Ce programme permet la prise de
conscience des populations du rôle qu’elles peuvent jouer. Le rôle de SUEZ Environnement est de faire
son travail, de rester modeste et de communiquer sur nos messages, notamment sur les bonnes pratiques.
On ne peut pas se substituer aux gouvernements, à la société civile… Ce n’est pas à nous d’attirer
l’attention sur ce genre de sujet.
Que connaissez-vous de l’approche genre ?
Il faut rappeler que cette notion a été développée par la Banque Mondiale. Qu’est-ce que cela apporte à
Suez ? En matière de gestion clientèle, le positionnement Homme et Femme permet de mieux comprendre
la relation à la facture, à différentes activités liées à l’eau comme la pêche. Les goûteurs de l’eau sont par
exemple le plus souvent un panel de femmes.
209.
Il faut éviter la généralisation sur SUEZ et bien prendre en compte la culture de l’entreprise comme la
culture de la filiale. Il est important d’intégrer le contexte local pour comprendre les actions à mener et
s’adapter pour répondre aux besoins de la population.
210.
23.
Dominique Pin, Directeur du Développement Durable et des relations institutionnelles,
SUEZ Environnement
Quelle est la place de la femme dans SUEZ Environnement ? Que pensez-vous du magazine Terre Bleue ?
Ces préoccupations sont liées à la tradition de notre métier. Il faut se référer au travail de C. Morin Postel
qui a eu la volonté de poser la question au niveau des métiers de l’eau et l’assainissement. Cela s’est
poursuivi à travers l’établissement d’une « Road map » qui a inscrit des démarches pour mesurer les
progrès réalisés. Nous avons lancé une démarche pour la diversité afin de promouvoir la représentativité
des populations et des minorités au sein de l’entreprise.
Quel est le rapport avec la politique de Développement Durable ?
Il s’agit de promouvoir une politique d’accès égal pour l’ensemble des populations pour l’accès au travail.
L’accès au travail est traditionnellement une problématique européenne, il s’agit de garantir l’égalité des
salaires, des responsabilités, etc. Un des enjeux est de garantir le respect entre carrière et vie personnelle, il
faut trouver des moyens d’accompagner des choix de vie tout en laissant la chance à chacun de choisir en
toute conscience.
Quelles sont les autres mesures ?
La Road Map aide à accompagner un changement de mentalités. C’est un support de communication qui
accompagne pour dire les mesures. Concrètement, il faut déployer des moyens pour amener aux
changements comme le temps partiel, l’accès à la garderie… Il s’agit de faciliter la vie concrète de nos
employés. Dans la conception de Développement Durable, il y a une interaction tr§s forte entre les
femmes et le concept de Développement Durable. Pour garantir la réussite d’une politique Développement
Durable, il faut garder la mixité pour avoir des éclairages différents et mieux progresser.
Que pensez-vous d’une approche « eau et femme » ?
C’est une variable sociale dont l’analyse doit être plus fine. En France, cette approche n’est pas vraiment
une question alors que dans les PED, l’approche « eau et femme » joue rôle important dans les
communautés notamment en Amérique Latine et en Afrique comme la corvée d’eau et d’assainissement.
Au Maroc, le travail d’Almae a permis la réduction de maladies en partenariat avec l’entreprise privée. Il
ne s’agit pas de questionner s’il s’agit d’une entreprise privée ou publique, le rôle est de garantir la desserte
en eau. Il y a eu beaucoup de critiques du secteur privé par les ONGs Alter, il s’agit de prouver
l’inefficacité du contrat signé ou le contraire. Dans ce cadre, la relation clientèle est essentielle. Il s’agit de
promouvoir des conseils, de la pédagogie auprès des usagers… Il est essentiel, de connaître le terrain, de
baser l’apprentissage sur le terrain et de formaliser sur l’aspect social de l’accès à l’eau. Il faut se fonder
sur le rôle de la communauté et de s’y associer pour garantir le succès de l’accès à l’eau sur le terrain.
Tableau
1-5
2–4
3-4
4 – C’est une conception philosophique sur la vie – 3
5–0
6-4
Il faut avoir une vision pragmatique de l’accès à l’eau.
Pensez-vous qu’il y a des valeurs particulières à des femmes à l’accès à l’eau ?
Dans la pratique, il y a des comportements différents. On ne peut pas tirer des conclusions globales sur ce
sujet. On peut néanmoins noter que les prises de parole sont plus féminines. Pourquoi ? La réflexion n’est
pas aboutie, mais prenez l’exemple de Danielle Mitterrand, il y a un combat pour la vie qui est basé sur
des moteurs conscients et inconscients. Evidemment, le discours est très politique, mais cette prise de
position féminine est tournée vers l’eau… Il y a un rapport à l’usage, un rapport d’usager qui suppose un
lien indirect entre les femmes et l’eau.
211.
24.
Pascale GUIFFANT, Chargée de projet aux Relations Institutionnelles, SUEZ
Environnement
Description du poste
Accompagnement des programmes d’accès à l’eau, aspects DD, rencontres institutionnelles… Je voulais
savoir si vous aviez d’autres terrains.
Pour l’instant, je reste sur le Maroc. Je pensais éventuellement au Brésil ou un autre en Afrique du Nord
pour comparer mais cela va dépendre des résultats du premier terrain.
Qui est votre contact à Lydec ?
Bouchra Ghiati. Elle m’a présenté le projet avec des aspects Eau et femme, et le but serait de faire des
recommandations sur ces sujets.
Donc vous serez rattachée à Bouchra.
Oui.
Je travaille sur Lydec et Alger essentiellement. J’imagine que Bouchra vous a présenté le projet INMAE.
Elle m’a présenté des problèmes de concurrence avec l’ONEP, que la thématique de mon travail pouvait
l’intéresser pour ce dossier. Il y avait également un travail à faire pour faire des supports pédagogiques
car il y a un manque à ce niveau-là. Mais elle n’a pas eu le temps de me présenter le projet.
Souhaitez-vous que je vous fasse un point sur INMAE ?
Oui, cela m’aiderait.
Alors INMAE est une direction de Lydec qui s’occupe d’un projet qui s’appelle l’INDH. Une initiative
qui est issue d’un discours de Mohammed VI de 2005 où il dit qu’il est temps que le Maroc donne accès
aux services de base à sa population. Lydec, sur son territoire de concession qui soit urbain ou rural a signé
une convention avec la Wilaya de Casablanca pour développer l’accès à l’eau et l’assainissement pour
l’ensemble de cette population sachant que cette population, elle se situe pour la plus grande partie sur des
zones qui étaient considérées avant comme des zones d’habitation informelles et où il n’était pas possible
de développer l’accès aux services car la politique précédente était l’éradication des bidonvilles et dans
certains cas, de la restructuration in site pour quelques cas très particuliers. Lydec dans son historique qui
est assez ancien et quand on a signé le contrat en 1997, une des choses qui a été identifiée et qui
représentait un danger était les piquages sur les réseaux d’électricité et une partie de ces piquages venaient
des zones informelles, des bidonvilles où les gens se raccordaient parce qu’ils avaient besoin de créer une
activité informelle etc. Cela représentait un danger mortel et Lydec c’est dit nous, pour la société, cela
représente des perturbations techniques, un risque sécuritaire avec un travail à faire pour rationaliser tout
ça… De voir comment connecter ces gens, trouver des solutions dans chaque délégation. Ce qu’il faut
savoir sur le périmètre de Lydec, c’est qu’il porte uniquement sur la zone urbaine pas sur l’ensemble de la
concession eau et assainissement, le territoire est un peu plus petit. Une des premières réactions des
autorités a été de dire, attention nous, ce ne sont pas des zones que l’on souhaite conserver, ce sont des
zones que l’on souhaite éradiquer donc, si vous avez besoin de développer des solutions, il faut développer
des solutions temporaires car on ne veut pas que les gens croient qu’on les pérennise. Le système qui a été
adopté était de mettre un représentant tête de rue qui lui gère l’ensemble de la distribution, facturation et
les problèmes techniques de la rue. C’était un système mixte mi collectif mi individuel avec un
référencement des gens, cela a permis d’électrifier l’ensemble des bidonvilles en expliquant bien que tout
cela était temporaire. Tout ça est comme même plus facile à faire dans la mesure où il s’agit de l’électricité
car cela demande moins de moyens que ça ne l’est pour l’eau et l’assainissement. Du coup, ce projet a
rencontré beaucoup de succès et on a eu un développement de l’électricité sur quasi tous les bidonvilles de
la concession de Lydec. De fait, Lydec a développé une connaissance de ces zones autant sur le plan
géographique, urbanistique que sur le plan des pratiques, des ressources de ces personnes, des habitudes,
etc. Et aussi du contact, tout le programme s’est fait avec les habitants parce que le choix des représentants
de rue s’est fait avec les habitants. Il y a donc un montage du projet avec les collectivités locales qui étaient
également d’accord pour avancer de ce projet et qui a permis à Lydec d’acquérir une expérience qui est
212.
non négligeable. Ensuite, s’est posé la question de l’eau et l’assainissement. Dans les zones plus pauvres
de Casa, il y a des bornes fontaines car culturellement au Maroc, il y a des BF et les municipalités paient
pour ces BF. Dans la réalité, les municipalités ne paient pas toujours parce qu’elles ont des dettes, des
dépenses, 10 000 raisons. Toujours est-il, il y a des BF existantes. Il y a ces zones et est-ce qu’on capable
de faire des choses et si on peut faire quelque chose, il faut qu’on est un diagnostic clair de ce que ça
représente. Un diagnostic sur les populations que ça représente, quelles sont les pratiques des gens, leur
capacité de payer, leur demande par rapport service d’eau et d’assainissement, de faire tout un travail
d’analyse sur ces questions là. Et après sur les questions de genre qui prend les décisions, quelles sont les
pratiques des femmes et des hommes sur les questions de l’eau, qui prend du temps… Tous ces aspects là
doivent passer par une phase d’analyse. Quand l’INDH est sortie, ils avaient déjà un état des lieux assez
exhaustif de la situation et de mieux savoir où ils allaient. Toujours est-il que ce projet INDH est un projet
énorme parce que ça représente 20% de la population de Casablanca, ça représente des investissements
très importants notamment sur la zone rurale parce qu’il faut développer des réseaux primaires et
secondaires. Pour ce faire, il y a une équipe dédiée qui a été formée avec évidemment des gens issus de
l’électrification et des gens qui s’étaient intéressés à l’eau et l’assainissement et cette équipe est dirigée par
Othman Bekkari. Dans cette équipe, il y a plusieurs choses. Y a tout l’aspect planification des projets, des
réflexions sur l’adaptation des standards techniques et l’équipe de Maîtrise sociale qui est une équipe de 40
personnes qui est dirigée par Ingrid Pechell. Eux tout le travail est de faire le lien avec les habitants, de
monter les projets avec eux, de faire les réunions communautaires, de signer des conventions. Ils ont donc
une connaissance du terrain, des habitudes, de la façon dont les choses sont gérées… Car c’est très varié.
On a les bidonvilles anciens où les gens sont là depuis 50-60 ans, on a la zone périphérique et périurbaine
où il y a eu une invasion où les gens se sont installés de façon désordonnée. Ce sont des immenses villes
avec 10 000 habitants. Et enfin les zones rurales avec des petits îlots. On a culturellement des choses très
différentes parce qu’on a une population très urbaine qui est là depuis un certain temps, qui a accès à des
BF assez proches. Dans le cas des périurbains, ce sont des accès aux services plus limités et enfin dans le
rural, c’est le puits, la latrine. On a de vraies différences de perceptions, de rôle de la femme et des niveaux
d’implication de la femme très différentes. Toute la connaissance terrain, c’est eux qui l’ont. Il existe aussi
chez Lydec, il y a eu beaucoup d’études sociologiques notamment Alain Morel à l’Huissier qui a fait une
analyse de la demande sur Casablanca commissionnée par l’AFD.
Ca c’est le projet INMAE en résumé.
Commentaires sur la démarche thèse, réunion à Casablanca.
C’est vrai que les travaux sur les aspects sociaux manquent.
Sur l’intervention à INMAE
On intervient à INMAE sur les aspects d’ingénierie sociale. On travaille sur un ensemble de choses, la
méthodologie, les processus d’évaluation… Donc on y est envoyé assez souvent.
Par rapport à la problématique des femmes, pour vous, la porte d’entrée sera INMAE. Je pense notamment
à deux personnes qui sont là depuis longtemps qui ont connu l’électrification.
La problématique genre dans ce processus
La problématique genre s’inclut d’elle-même. Ce qui est sûr, ce sont les femmes qui gèrent la corvée
d’eau, le nettoyage, la lessive, ce sont elles qui sont touchées par les problèmes d’assainissement, de
latrine… Même si c’est moins fort au Maroc que dans d’autres pays d’Afrique. Ce sont des aspects
comme le fait qu’il n’y ait pas d’intimité est très présent.
Dans notre projet, on n’a pas d’orientation genre spécifique. Il y a des communautés où il y aura que des
femmes qui vont s’impliquer dans les projets et dans d’autres communautés, ça ne sera que des hommes,
c’est souvent très dépendant. Il y a deux choses. Le pouvoir que cela peut représenter d’être dans le
comité, si c’est une marque de pouvoir et de reconnaissance, les hommes seront là. Ensuite, ça dépend du
taux d’emplois. Là je parle en général. Si les hommes travaillent, ils n’auront pas le temps de s’en occuper.
Ce qu’on observe c’est qu’au sein des ménages, c’est quand il y a un choix de services à faire, ce qu’on a
observé, les femmes ont un poids prépondérant sur ce choix pour les raisons que l’on a dites, car c’est elle
qui passe du temps à aller chercher l’eau, c’est elle qui nettoie le linge, la maison. Cela représente pour
elle, des choix de temps qui sont très important et pour elle, quand il y a un choix de services, sa parole est
plutôt valorisée au sein des ménages. Après, cela dépend des ménages des questions de jeux de pouvoir,
213.
des questions d’apparence et on entre sur des aspects culturels très spécifiques où l’on n’aura pas du tout la
même chose en Afrique ou au Maroc. N’ayant pas fait d’études genre, on ne peut pas creuser les choses,
c’est seulement issue de l’expérience de terrain. Après, on avait fait une évaluation sur l’impact de
l’arrivée des services. On l’a vu à Manaus à travers des entretiens, c’était de voir comment les femmes ont
réinvesti le temps qu’elles ont gagné pour se former et avec l’objectif de travailler ou alors pour se former
à l’artisanat, il y avait l’idée de dire ce temps sert à me former pour avoir un salaire supplémentaire.
Derrière il y a la recherche d’une nouvelle autonomie qui soit financière et qui soit également de l’ordre de
la décision. C’était assez intéressant et j’avais été surprise. D’autres disaient également, j’ai plus de temps
pour m’occuper de mes enfants, de nettoyer la maison ou encore, de s’investir dans des communautés de
quartier. Ce qu’elles ont fait, elles ont continué avec l’ONG, elles ont consacré leur temps pour développer
la communauté. Donc on a vraiment comme même, des initiatives différentes. L’autre partie a été
l’amélioration de la qualité de vie pour la femme en tant que régisseuse, gestionnaire de sa famille parce
que sur des questions de santé, de disponibilité d’eau, il y avait une reconnaissance de ce confort de vie
pour elles qui était très importante. On l’a observé de manière assez naturelle sans l’avoir provoqué. C’est
sur que l’impact va être plus ou moins fort selon le service qui est apporté. Un indicateur intéressant, c’est
par le biais des femmes qu’on arrive à avoir l’impact sur la santé des enfants car c’est elles qui s’en
occupent. C’est par elles qu’on sait les maladies existantes, celles qui se sont améliorées… L’important
dans tout ça, suivant les types d’accès qu’il y a, une partie des tâches est la plupart du temps dédiés aux
femmes et d’autres, la plupart du temps dédiée aux hommes. Ce qui est important c’est d’avoir des focus
avec les femmes et les hommes pour comprendre les enjeux culturels, décisionnels.
Au niveau du Maroc, où en est le projet ?
Il est planifié et il y a des travaux qui ont commencé. Ils le font quartiers par quartiers donc pour certains
quartiers, il y a eu le processus d’analyse, de consultation etc. Et ensuite on déroule les travaux et il y a un
accompagnement pendant toute la durée du projet. Il y a un avant, pendant et après. Au niveau
méthodologie, on passe souvent par réunion communautaire. Ensuite, on passe par des focus groupes, des
enquêtes individuelles auprès des ménages de Casablanca. Mais après la MOS utilise encore l’enquête
ménage pour avoir des informations sur les ménages et surtout, il y a accompagnement du projet avec
signatures de conventions, des comités avec les personnes cibles. C’est important de formaliser les accords
entre la communauté, les pouvoirs publics et nous. Parce qu’il ne faut pas oublier que ce sont des zones
qui ont longtemps été exclues et qui ont vécu longtemps dans l’informalité et que donc il n’est pas
question quand on arrive sur ce chemin là, de noter, de formaliser l’accord avec eux qui montre une forme
de respect.
Au Maroc, la culture est assez verbale, c’est très particulier et c’est indispensable. Effectivement, les
cultures diffèrent sur la culture du contrat, la formalisation est de montrer que chacun a des droits et des
devoirs, cela permet de fixer le projet dans un processus concret et pas seulement institutionnel.
Pour s’adresser aux femmes ou aux hommes, avez-vous des outils notamment en matière de
sensibilisation ?
Alors le problème de la sensibilisation, c’est qu’il n’y a pas de recettes toutes faites. Sur la sensibilisation,
il y a un processus d’analyse important pour savoir où on en est. Dans ce processus, il est important parfois
d’avoir accès uniquement aux femmes puis uniquement aux hommes. Au Maroc, je ne peux m’avancer
car on n’en est pas au stade de sensibilisation mais je pense qu’il y aura certains sujets dont on ne pourra
parler qu’avec des femmes. Mais ce type de sujet, dans les programmes de sensibilisation, quelle que soit
les méthodes que l’on prenne, ce qui est important, qui est le critère de décision. Et seulement le terrain
peut le dire. Si on ne prend pas en considération quelle est aujourd’hui la situation et comment atteindre les
objectifs. La sensibilisation peut passer par d’autres canaux par les écoles, les centres de santé et nous
pouvons apporter un appui en termes de supports de communication, d’intervention, de visites de nos
sites… C’est toujours intéressant et qui sort du scope des bidonvilles. Ca serait pour tous les casablancais.
D’après votre expérience de terrain, est-ce que la femme a conscience du rôle qu’elle a joué ?
Oui. Parce que c’est elle qui porte les seaux. Après, je pense qu’il ne faut pas se tromper, les moyens
qu’elle a de se faire entendre sont différents selon les contextes. Il faudrait demander à un marocain ou une
marocaine pour identifier les mécanismes utilisés. Je pense néanmoins qu’elles ont conscience de leur rôle,
214.
qui est la personne la plus impactée par l’arrivée des services c’est-à-dire, les enfants. La place qu’elles ont
dans la gestion, elles le savent. Maintenant est-ce qu’elles ont l’espace pour l’exprimer, ce n’est pas à
l’entreprise de le faire. Mais en même temps, si l’entreprise n’offre pas un service en adaptation avec ses
clients et ses clients c’est un ménage avec une femme et un homme, des enfants, il y a un risque de non
appropriation du service. Dans ces cas là, on a un rôle d’organiser des réunions communautaires, de la
valider dans des focus groupe. Mais on ne peut pas non plus mettre les hommes et les femmes en
antagonisme. Il faut faire attention à ne pas tomber dans un rôle qui n’est pas le nôtre tout en gardant en
conscience qu’il y a des hommes et des femmes qui doivent s’exprimer. Au Maroc, il y a peu de femmes
mais il faut se garder de tout jugement parce que le mécanisme de décision passe par le foyer et que l’on
ne sait pas ce qui se passe dans le foyer. C’est le ménage qui parle. Donc c’est cette sensibilité, cette
précision qu’il faut être capable d’analyser pour vraiment savoir quel est le rôle de la femme dans ce
processus. Il faut voir Janique qui pourra vous donner des informations sur ce sujet. Il y a différents
niveaux de représentations de la femme dans l’accès aux services et que cela se passe dans les ménages et
là, c’est tout de même plus difficile à déterminer.
Par rapport au processus de genre, quel est le rôle de l’association ? Peut-elle plus pénétrer le tissu social
qu’une entreprise ?
Alors si on prend l’exemple de la MOS, ce sont des personnes qui sont là tous les jours, qui sont vraiment
intégrés dans le quartier… Au sein même de l’entreprise, on a des personnes qui sont très bien intégrées et
avec qui on pourrait parler de ces questions de genre. Donc on est tout aussi intégré. Après la différence
avec l’association, c’est le périmètre, la taille, l’activité et donc là, on n’est plus du tout sur les mêmes
registres, les mandats. Nous on a un mandat de délégation de service public et pas un mandat de
développement sauf que le développement des services, on contribue au développement. Est-ce que sur le
genre, l’entreprise a moins d’impacts que l’association ? Je ne suis pas sûre c’est-à-dire, ça dépend. Sur
l’eau et l’assainissement, je ne crois pas que l’ONG ou l’association ait plus d’opportunités d’entrer dans
le ménage que l’entreprise.
Dans tous les cas, il faut faire attention à ne pas arriver avec nos idées convenues qui sont que la femme
est opprimée etc. Après est-ce qu’elle est plus présente sur le terrain ? C’est pareil. IL y a des terrains où
elles mettent un puits puis elles s’en vont et d’autres, elles sont présentes tout le temps. C’est vrai par
contre quand on parle de genre, pour moi, sur la question des services, on entre dans la sphère privée du
ménage et ça, c’est très compliqué. Après si on est une association et qu’on fait du soutien en développant
des activités génératrices de revenus et qu’on cible plus particulièrement les femmes, là oui. Là on a une
vraie une possibilité d’action sur la partie professionnelle, autonomie, indépendance financière, décision
par la femme… Là on touche à quelque chose plus simple d’analyse que ne l’est la sphère privée et le
ménage. Dans ces cas là, l’association a un rôle plus important. Au niveau de l’entreprise, on peut alors
agir en employant des femmes par exemple.
Tableau
1 – (gestion locale) 4
2 – (lien DD) 3
Je ne pense que cela soit très lié
3 – (sensibilité) 3
4–4
5–5
Quel est le lien entre les femmes et le DD ? Selon vous, ont-elles une conception particulière du DD ?
Je ne suis pas très d’accord avec ça. Pour moi le DD… A mon avis quand on sort ce genre de truc c’est
qu’on voit la femme comme la garante de l’évolution par le biais de la maternité etc. Donc du coup un
développement plus durable. Aujourd’hui très concrètement, je ne pense pas que ce soit une question qui
soit liée au genre. Oui, on peut effectivement revenir aux fonctions de l’homme et la femme depuis la
préhistoire et comprendre les rôles aujourd’hui. Toujours est-il qu’aujourd’hui, on est dans un monde où
chacun essaie de faire comme on peut sur cette thématique et qu’on soit un homme ou une femme, on a
des idées arrêtées sur ce qu’est l’économie, le social et l’environnement. Je ne suis pas totalement d’accord
avec ça. Alors historiquement, on a plus orienté les femmes vers la sociologie, les sciences molles que vers
215.
les sciences dures. Et ce qu’on oublie dans le DD, c’est qu’il y a économie, environnement et donc plus de
technicité et donc des matières historiquement et traditionnellement, plus masculine que d’autre. Il y a
comme même un aspect important c’est que dans les pays du Nord, il y a une vision plus déformée de dire
que les femmes sont plus en charge du DD que les hommes. Aujourd’hui peut-être pas au niveau des
salaires, des fonctions, du pouvoir, mais au niveau de l’accès à l’information on arrive à une situation les
hommes et les femmes peuvent se faire leur opinion tout seul. Et on se dégage de plus en plus des
fonctions de loisir et non plus de subsistance. Il faut dire comme même que l’environnement et l’écologie
sont parfois un luxe qu’il ne faut pas oublier. Quand on n’a pas un rond qu’on fait une latrine et qu’on la
contamine, on ne le fait pas par plaisir et pas parce qu’on n’est pas conscient de l’écologie, c’est parce
qu’on peut faire autrement. La question dans les PED se pose un peu différemment car on est dans une
économie de subsistance qui est à court terme. La vision a long terme est présente et la notion de DD n’est
probablement pas la même. La femme est une source de transmission des valeurs notamment en matière
de santé, d’hygiène parce qu’elle s’occupe des enfants et le père apporte autre chose. Aussi non, je ne
pense pas que la femme soit l’avenir du développement durable.
216.
25.
Hélène VALADE, Directrice du Développement Durable, Lyonnaise des Eaux
Présentation de la thèse sur la reproduction du rôle des femmes et du genre.
Contribuer à renforcer le rôle de la femme dans certains cercles. C’est un travers que l’on peut relever en
faisant un lien très fort sur le côté ménager lié à l’eau qui doit permettre de libérer du temps, de se
consacrer à autre chose. Souligner la situation pour éviter la reproduction des schémas.
Dans ces problématiques là, les enfants sont chargés de la tâche d’eau et il s deviennent la cible de ces
messages.
Surtout la petite fille où au Maroc, on fait une petite fille pour la tâche d’eau. C’est là qu’il faut travailler
entre représentations de la femme au foyer et la femme qui puisse travailler.
Justement par rapport à la petite fille qui va développer dans ces situations une force physique que l’on
attribue souvent à l’homme. Il faut une force pour aller chercher des sceaux. C’est un élément qui peut
renverser les représentations. Et cela vaut aussi pour la France avec la représentation de la poupée Barbie
etc qui sont très piégeant.
C’est une problématique difficile à faire évoluer qui touche à des sujets qui remettent en question des
sphères de pouvoir et des traditions.
Ce que l’on a analysé pour la Lyonnaise et pour les entreprises en général. C’est qu’on a été jusque dans
les années 70, dans la phase de la contestation de façon très virulente de la part des femmes notamment. Et
maintenant, on est rentré dans une autre phase qui est la banalisation de ce mouvement et du coup
l’intégration dans le management, dans la société… Et on voit d’un très mauvais œil celles qui se
positionnent encore très idéologique, ce qui était le féminisme. Il y a des femmes qui n’ont pas compris ça
notamment la femme de Jospin qui est restée dans ce schéma qui était sa jeunesse à elle. On en est plus là.
Il faut désormais l’intégrer dans un système de management, dans un système de pouvoir mais ça n’est
plus une revendication au sens de dénonciation du problème, maintenant on est dans la recherche de
solutions.
La problématique est d’analyser. Ma problématique passe de la stigmatisation et comment on passe
aujourd’hui au concret d’où l’articulation avec le DD qui permet de rendre concret.
A ce titre, quelle est la place de la femme dans l’entreprise LDE ?
Alors ce que j’en dirais à titre personnel et ensuite, au titre du Développement Durable, c’est que on
appartient au secteur industriel donc on en a tout les travers et l’on reproduit le système des écoles
d’ingénieurs où les femmes sont très peu présentes et encore, je pense qu’aujourd’hui, ça commence à
évoluer un petit peu et ça ce sont des stats qu’il faut regarder de près car c’est intéressant de voir que les
origines vont se diversifier car les écoles d’ingénieurs sont plus fréquentées par les femmes. Donc on
reproduit systématiquement ça, c’est clair et net. Il y a ensuite une question de pénibilité du métier où il y
a effectivement sans le dire des métiers qui ne peuvent pas être rempli et fait par des femmes. Même si
cela commence à changer, à évoluer tout doucement, ce n’est pas encore abouti. Après il y a le problème
de la représentation de nos clients des femmes dans nos métiers. Et là, je trouve que dans la maison, on
s’interroge par rapport à ça. A LDE, on se demande si cela peut être une bonne chose ou au contraire,
mauvais pour notre image. Et on se rend vite compte que ce n’est pas une question qui va de soit et qui est
très dépendante des fonctions. Par exemple, les releveurs. Il y a probablement une perméabilité Homme /
femme sur ce métier là or dans certains quartiers se posent la question de la sécurité qui déjà embarrasse
les hommes et alors est-ce qu’on peut envoyer les femmes au même titre qu’un homme. A part cette
fonction de sécurité, on est dans une fonction qui a évolué dans la représentation et on s’aperçoit que les
femmes ont des qualités différentes que celles des hommes tout à fait valorisables et valorisantes pour les
clients. Et puis il y a d’autres types de fonction, que l’on ne voit pas si facilement être remplies par des
femmes et notamment tout ce qui relève des emplois qui font intervenir les gens dans les rues d’une ville.
J’ai été témoin de réactions des personnes travaillant dans les municipalités disant que si la Lyonnaise se
met à mettre des femmes pour réparer un canal dans la rue, ça va plus. On voit bien qu’il y a un double
problème, le climat interne et le positionnement de l’entreprise par rapport à ça et la manière dont on va
pense, comprendre, le rapport de notre société à nos clients que ce soit la municipalité ou nos clients
217.
finaux au fait qu’il y a un certain nombre de femmes qui n’était pas dévolu à ces fonctions avant. On en est
au tout début de l’analyse de ces phénomènes là. Et il faut savoir les prendre en compte parce que les
phénomènes ne sont pas complètement murs partout et c’est évident qu’on ne peut pas raisonner à Paris ou
dans les communes rurales de la même façon.
Par rapport à cette problématique de personnes sceptiques, est-ce que la femme peut souffrir d’un
manque de reconnaissance que ce soit en interne ou en externe ?
Alors je ne sais pas trop si on a des éléments qui permettent de l’objectiver mais les études qu’on a mené
notamment à SUEZ mais montre qu’il y a une vraie souffrance d’un manque de reconnaissance et de
valorisation et qui tourne très vite en désabusement et du coup, je fais mon travail et le minimum et ma vie
est ailleurs. Donc ce n’est pas seulement la souffrance mais également les conséquences que cela peut
avoir sur la propre motivation des femmes et c’est là où il y a un vrai problème de management et de
rentabilité d’entreprise. Et c’est pour ça qu’on ne peut pas laisser une partie du personnel se démotiver
parce qu’elle n’est pas prise en compte.
Quelles sont les grandes lignes pour mettre en avant les femmes sur ces sujets ?
Alors on est au début des réflexions sur le sujet. La manière dont SUEZ a pris le sujet a bras le corps est de
ce dire, tout d’abord, il faut faire un diagnostic car comme on l’a dit tout à l’heure, tout est piégant. C’està-dire, on ne sait pas si la femme à un moment dans sa carrière donne le choix tout d’abord à sa vie
familiale ou si c’est l’inverse c'est-à-dire que l’entreprise ne lui donne pas les moyens de faire ce choix là.
Et c’est très compliqué mais l’analyse de la situation n’est pas aisée à faire surtout dans la période 30 et 40
ans. On peut imaginer que quelle que soit la politique de l’entreprise décide que ce soit mieux pour elle
qu’elle se consacre à sa vie familiale. Ce qui est plus ennuyeux, c’est qu’elle fasse l’inverse c’est-à-dire,
qu’elle fasse ça parce que on est incapable dans une entreprise de concilier les deux. Je pense que les
choses ne sont pas aussi manichéennes que ce que je viens de te dire et qu’il y a des situations très
différentes en fonction des femmes en question. En tous cas, l’idée de SUEZ c’était ça, construire un
premier diagnostic pour éclairer ce type de question. Et on se rend bien compte que – en ce qui concerne
SUEZ et pas seulement en France, il y a un vrai impact de l’absence de politique managériale de
l’entreprise qui permettent aux femmes de concilier vie privée et vie professionnelle qui fait qu’une partie
d’entre elles, choisissent de se désengager un peu. Au regard de ce constat, Valérie Bernis a proposé 6
axes qui ont été validés par le Com ext ce qui montre qu’il y a une prise de conscience de ces enjeux là.
Valérie Bernis a créée une commission pour engager une réflexion sur ces 6 axes. Et là où je te rejoins,
c’est qu’il faut qu’on soit dans l’action, dans du très concret. L’axe dont j’ai été chargée est comment peuton diversifier les postes ouverts aux femmes. Je commence à réfléchir entre regards internes et externes.
Ce n’est pas qu’une question de hiérarchie mais c’est une question de postes occupés.
Il existe des postes encore ouverts qu’aux hommes.
Tous les postes qui demandent un effort physique. Ce qui vont vérifier le réseau pluvial, tout ce qui est
amener à faire des travaux dans la rue. Il y a également les fonctions en représentation comme en clientèle.
Un autre type, ce sont les fonctions commerciales. Et là je ne sais pas si c’est parce que les femmes n’y
viennent pas. Je parle du pur commercial. Et c’est très étrange et il faut que je creuse et comprenne
pourquoi.
Il y a toute une batterie de critère qui vont de la pénibilité, de la fonction de représentation, à la nature du
job et enfin, la problématique de la hiérarchie.
Sur un plan plus personnel, on a tellement accumulé le règne masculin dans une entreprise que les
hommes ne savent pas se comporter avec les femmes. C’est ce qui va se passer entre Sarkozy et Royal, sur
une plateau de télévision, c’est comment il va lui parler. Et je le ressens, comment vais-je parler a Helene
Valade… Est-ce que je fais particulièrement attention à elle parce que c’est une femme ou est-ce que je lui
parle comme à un autre ?
C’est vrai que dans le CDG, vous n’êtes que deux femmes.
Mais même, par exemple ici, les hommes s’appellent par leur nom de famille, ce qui est très masculin. Et
moi, j’ai retourné ça en disant, Allo c’est Valade à l’appareil. Et ça les skotchent. Voilà je crois qu’il y a le
218.
poids de l’habitude plus que la volonté de stigmatiser les femmes. C’est pas dans la tradition, dans les
mœurs, dans la culture…
C’est comme un manque de savoir-faire.
Exactement. Et puis après, il y a le rapport que les femmes entretiennent avec les femmes. Par exemple, je
suis absolument sidérée que la DRH au siège ou dans les centres, concerne elle-même le problème de la
maternité. Ce sont elles qui disent « ah non, elle a 25 ans, je vais pas la proposer à un tel… » Ca aussi, il va
falloir le comprendre. Je ne suis pas sûre que ce soit les femmes qui soient les plus grandes défenseuses de
la cause.
As-tu autre chose à ajouter sur cette thématique car je vais passer à une autre partie de l’entretien.
Non.
Alors maintenant, je vais passer sur la partie eau et femme selon l’aspect symbolique. Est-ce que tu
perçois un lien entre eau et femme.
Le lien, il est historique, il est culturel. C’est le liquide amniotique. C’est toute cette thématique là.
Evidemment l’eau est élément féminin et c’est étonnant de voir que dans ce pays, l’eau est vendue par des
hommes. Comment ça se fait ?
La femme a une appropriation personnelle de l’eau, pourquoi est-ce devenu si masculin hormis ce lieu
symbolique
Parce qu’avant tout un métier technique qui a oublié le produit lui-même et qu’on est en train de
redécouvrir cet aspect là. Quand les détracteurs disent que c’est un bien essentiel à la vie et que petit à
petit, je réintroduis la féminité dans les discours en disant que l’eau est un bien essentiel à la vie, c’est bien
pour ça que ce n’est pas du tout la ressource qu’on vend mais c’est bien le service, cette technique, le fait
qu’elle soit potable. Et dans la politique de Développement Durable, j’ai essayé de faire glisser la culture
sur celle de la ressource, c’est suite à mon analyse personnelle car il y a une affinité extraordinaire entre le
produit – et c’est pour ça que je suis venu dans cette boîte, c’est que le produire m’attire énormément, c’est
que c’est un produit lui-même qui a une touche de féminité alors je ne sais pas si c’est la bonne façon de
l’exprimer mais c’est ce que j’ai très envie d’inculquer dans le management et la politique ici parce qu’il y
a là une articulation qui n’a jamais été pensée ni exploitée dans nos métiers.
Et par rapport au DD, est-ce que les femmes ont une vision particulière du DD ? Ont-elles un rôle à
jouer ?
Alors sur ce type d’analyse, je suis très prudente car pour cela vient à cantonner les hommes et les femmes
dans un certain nombre de fonction et je trouve que c’est fondé sur rien. En revanche, je pense que le
Développement Durable demande à ce qu’on soit extrêmement pratique, concret et qui renvoie à un
phénomène plus global sur l’absence d’idéologie et en même sur le concret qui est aujourd’hui un lieu de
tensions dans notre société. Au regard de cette définition, est-ce que les femmes ont des qualités qui leur
serviront plus que les hommes, là oui. La question pour moi se pose comme ça et pas l’inverse. Et peutêtre effectivement quoi que des hommes savent effectivement être très pragmatiques, cette appréciation
des choses sur un plan concret est plus facilement faite par les femmes que par les hommes et encore, pour
moi, ce n’est pas quelque chose qui va perdurer. Et pour moi, le DD repose sur un partage Homme et
Femme de la thématique. Si je prends le cas de la répartition ici, il y a deux hommes qui ont parfaitement
intégré les aspects pratiques des choses. Par contre, il y a quelque chose de très intéressant derrière peutêtre pas eau et femme mais élément de la vie.
Je vais te raconter une anecdote, c’est que j’entends souvent en CDG dire, il faut qu’on vende de l’eau de
manière virile… Ca veut dire tellement de choses, c’est incroyable.
Par rapport à l’accès à l’eau, par rapport à LDE et quelle est la place de la femme dans ce programme. A
LDE, cela se décline par l’aide à la facture.
Pour LDE, il faut partir du principe que l’eau n’est pas chère. Que la vraie corvée, c’est d’aller chercher
des bouteilles d’eau minérale au supermarché du coin. Et du coup, l’eau du robinet est un luxe car je ne
suis pas obligée d’aller la chercher. On essaie en matière de communication, d’inverser la représentation.
219.
Au regard, la problématique de l’accès devient financière et culturelle même si ça peut se recouper. Le
culturel dans le sens où dans une société où la méfiance est telle, elle va se placer sur la qualité de l’eau du
robinet. Et l’étude des comportements d’achat, c’est l’étiquette, la preuve qui conforte. On parle de
population qui ont besoin de réassurance par rapport à pleins de risques qu’ils imaginent, voient,
entendent… L’accès à l’eau est être capable de donner les éléments suffisants pour rassurer sur la qualité
de l’eau du robinet… Alors que l’on ne dispose pas de bouteille, il faut donc inventer d’autres moyens de
communication dans un système d’autant plus compliqué pour cibler ces gens. Qui se recoupe avec
l’aspect financier parce que même si l’eau n’est pas chère, il y a toujours des gens qui ne peuvent pas la
payer. Ca rejoint la pyramide sociale, il y a des personnes démunies qu’il faut aider. Ce qu’on a commencé
à mettre en place avec les CAS et les mairies a pour fonction à faire identifier qui sont en très grande
difficulté. Ce qui se passe dans ce pays, c’est que les gens qui sont en très grande difficulté, c’est qu’ils ne
sont pas identifiés, répertoriés par les services sociaux qui sont censés les aider. C’est ce qui est arrivé
notamment à Dunkerque, quand on allait signaler une personne en difficulté, cela permettait de la remettre
dans le réseau social. On a la possibilité et une grande responsabilité mais il faut que l’on se donne les
moyens parce que avoir ce rôle là n’est pas un métier d’ingénieur, cela requiert des compétences très
spécifiques et qu’un releveur puisse être pris de court par une situation de désespérance. C’est un des
objectifs de la direction clientèle en créant une formation spéciale pour des personnes nommées
« solidarité eau » et dont la tâche est dédiée de cette population en difficulté. Alors ça c’est en France.
Dans la loi est inscrit le principe de l’accès à l’eau. Alors, il y a beaucoup de gens qui ont critiqué car on
n’en explicite pas les moyens et on ne s’est pas comment cela va se passer mais c’est tout de même une
première que ce soit inscrit dans la loi. Et après il y a la situation dans les pays en voie de développement
qui relève davantage de Suez Environnement. Alors là, c’est pas du tout la même problématique qu’en
France mais c’est pas la problématique de l’accès au niveau financier mais une problématique
d’organisation du SP dans ces pays. Voir de présence ou non de la ressource. La question est celle des
tuyaux qu’on amène et de comment on organise la distribution après. Alors là, la question des femmes se
pose car le côté corvée doit être abordé, comment valoriser que cela libère du temps et ne pas retomber
dans la reproduction de rôles sociaux.
Cette problématique est très divisée entre le Nord et le Sud…
C’est une expression du clivage Nord et Sud qui pose la question de solidarité entre Nord et Sud. Ce n’est
pas la même question que le pétrole, on ne peut pas envoyer de l’eau par les tuyaux. De fait, la solidarité
doit être pensée autrement. Il ne faut pas qu’elle plaque les modalités du mode de vie occidental. La
question de l’accès à l’eau pose la question de la solidarité entre les classes sociales qui n’est pas du tout la
même selon la culture. En Inde, les intouchables ne pourront jamais être aidés par d’autres catégories
sociales. C’est pour ça que la question de al solidarité et de la coopération internationale, il est important
de prendre en compte la culture du système dans lequel nous sommes. Et pour moi, cela relève aussi du
Développement Durable. C’est d’ailleurs la partie la plus importante dans la partie internationale.
Quels sont les moyens pour faire prendre à la femme du rôle qu’elle a joué. Cela va dépendre de la
culture évidemment.
On ne fait pas le bien d’un peuple s’il n’en a pas envie. Il ne faut pas être prétentieux et plaqué un modèle
occidental. C’est l’importance de partir du terrain, si on arrive à partir du terrain à partir du culturel, du
sociétal et pas uniquement du technique, sinon on va planter.
Présentation de l’approche genre. Les réflexions sur les représentations et que le féminisme a basculé vers
le genre qui prend en compte le culturel, le social et comment lutter contre ces représentations qui
circulent dans la société.
Ce qui veut dire qu’il faut partir des différences. Je pense qu’il y a de vraies différences entre les femmes
et hommes. Je pense notamment à cette faculté des femmes à être plus concrète et qui est le résultat de
siècles d’histoire car elles ont appris à gérer l’interface entre le public et le privé, qu’elles sont bien
obligées d’être dans le concret. En quoi cela peut aider dans le management d’une entreprise.
Politique Développement Durable. Quels sont les axes à LDE ?
220.
Il y a trois idées fortes. J’ai pris le DD comme un projet fédérateur car la demande venait d’en bas car je ne
voulais pas de calquer quelque chose de nouveau. La demande s’exprimait par l’interne qui cherchait un
nouveau sens, une nouvelle utilité pour le job. La valeur travail manquait de sens, voir de trouver les
preuves de l’utilité dans l’organisation. Comment je peux me vivre comme utile dans mon organisation.
Dans le DD, on peut trouver cette utilité car cela fait un lien entre le citoyen et l’économique, cela
permettait de revoir également la notion de Service public tout en lui donnant une nouvelle perspective.
C’est un peu comme ça que j’ai envisagé le DD.
C’est à partir de là que je suis partie par la formation interne et la boite à idées. Après la boite à idées, je
me suis lancée par une politique de DD et une feuille de route qui décline très concrètement des objectifs
et selon une logique où il faut tout d’abord que l’entreprise soit elle-même exemplaire par des
comportements individuels ou sur le mode du process industriel et puis après, comment contribuer les
collectivités et agir en externe. Beaucoup d’entreprises et de politique de DD ont adopté ce schéma, on
met en place des actions concrètes.
Par exemple, l’action de trier le papier en interne qui semble secondaire est en réalité capitale parce que ça
donne la preuve tangible que ça peut servir à quelque chose. Et quand on a dépassé ce stade, on peut
utiliser le DD comme un moyen de pousser l’innovation. Et là ça a été très tangible notamment sur la
protection de la ressource et c’est pour ça que je te parlais de révolution culturelle, car la fierté d’ingénieurs
ici, c’est très clairement traiter l’eau. C’est apporter l’eau la plus saine possible à partir de l’eau plus sale à
partir de technique et d’innovation, leur fierté c’est de trouver des solutions qui permettent le traitement. Et
je suis arrivée en disant, mais ce n’est pas le vrai sens de notre métier, notre métier, c’est faire de la
prévention. C’est faire en sorte que l’eau qui nous arrive, soit la plus propre possible. C’était inverser le
raisonnement de toute une population d’ingénieurs qui avait vécu différemment pendant des années et des
années. Mais maintenant, c’est accepté, tout le monde a compris… Ca demande de l’imagination de
nouvelles solutions pour protéger la ressource, cela veut dire qu’on se dote de nouvelles compétences en
matière de ressource, ce qui est à l’origine du nouveau centre de recherche pour la ressource. Il va être
chargé de recruter de nouvelles compétences en matière d’hydrologie, géologie… On a également besoin
de travaillé sur le circuit fermé des moyens de production des STEP, on a la feuille de route et enfin, je me
suis aperçue qu’on avait besoin d’exprimer à l’extérieur cette responsabilité d’entreprise qu’on avait envie
d’incarner d’où cette charte qui ne sont pas une synthèse de la politique de DD mais qui sont simplement
les engagements dont on a pensé qui étaient les plus porteurs au niveau des collectivités locales et qui n’est
pas non plus complète, qui sera complétée au fur et à mesure, cela n’est pas figé dans le marbre. Elle a été
diffusée en interne et en externe, qu’on s’engage en dehors de nouvelles obligations contractuelles car
nous ne sommes pas cotées et sur lesquelles on fera l’objet de cotation.
Les trois axes sont la protection de la ressource avec tout ce que ça induit, la préservation de
l’environnement, ne plus se contenter de seulement le traitement de l’eau et des eaux usées, mais protéger
le milieu, en s’occupant de la préservation, de la biodiversité et de penser aux impacts. Et ça en tant que
tel, c’est une petite révolution. Deuxième axe, partir du principe que nous sommes un acteur local et que
dans ce cas là, on a des responsabilités sur le territoire sur lequel on est implanté aussi bien en matière
sociale qu’en matière économique. Ce sont toutes les actions sociales et économiques au sens de l’aide à
l’emploi. On a intégré là dedans la politique RH qui vise à valoriser les hommes et les femmes de manière
équivalente. H. Grignon Boulon a engagé un plan d’égalité entre femme homme auprès des partenaires
sociaux. Et enfin, le troisième axe est l’ouverture et le dialogue, ce qui peut paraître étrange en tant qu’axe
politique mais parce qu’on ne peut plus fonctionner dans un seul schéma binaire mais en ayant une
politique de partenariat, de ne plus se présenter en tant qu’acteur unique mais en tant que partenaire
d’autres acteurs.
Commentaires sur ce questionnaire
C’est intéressant comme sujet. Vas-tu posé ces questions à d’autres entreprises ?
Choix des trois acteurs de la sphère publique entre association, les ministères, des personnalités
éventuellement.
221.
26.
Daniel Villessot, Directeur Technique, Lyonnaise des Eaux
Comment réagissez-vous à la parution d’un tel magazine (Terre Bleue) ?
Je considère que c’est bien de parler des femmes. Mais on parle des femmes avec une première comme ça.
Ca frôle la discrimination. Je ne suis pas chaud. Je préférerais qui soit plus régulièrement associant les
hommes et les femmes de nos métiers et de nos entreprises sans qu’on se sente obligé de faire quelque
chose de définitif sur le sujet.
Cela vous semble plus affiché que concret ?
Je trouve qu’il faudrait quelque chose de plus habituel parce que je trouve que ce n’est pas comme ça
qu’on va rendre je dirai couramment le partenariat entre les hommes et les femmes.
Et à quoi vous penseriez pour justement favoriser les partenariats plus réguliers ?
Est-ce qu’il y a vraiment besoin ? Est-ce qu’il y a vraiment un déficit sur le sujet. J’aimerais que l’on
puisse pointer du doigt les déficits que l’on peut avoir sur ces sujets là et s’il y a des difficultés, sachons les
identifier. Il faut les régler au cas par cas plutôt que faire des grandes déclarations qui ne résoudrent aucun
problème. Je trouve que ce n’est pas la bonne solution.
Par rapport au DD, on dit beaucoup que les femmes ont une contribution particulière, qu’en pensezvous ?
Je pense qu’il y a deux cas de figures à considérer. Il y a le cas des pays développés et le cas des pays en
voie de développement. La problématique se pose de façon totalement différente. Chez nous, dans les
pays développés, la place des hommes et des femmes dans le DD doit être considérée de la même
manière. Si je vous dis, il faut apprendre aux femmes à ne pas jeter les lingettes de Monsieur Propre qu’on
appelle Monsieur Propre et non Madame Propre… Ca peut être une forme de discrimination. Mon propos
ne concerne pas les lingettes en soit mais leur utilisation. Ces lingettes nous posent problème au niveau de
l’assainissement. Il faut apprendre aux femmes à les utiliser, qu’il faut les jeter non pas dans les WC et tout
à l’égout mais dans les poubelles parce que cela nous pose des problèmes. Les problèmes plus généraux
comme la voiture, l’utilisation de l’eau etc. sont des problèmes aussi masculin que féminin. Et donc chez
nous, il est question de traiter les problèmes du Développement Durable comme des problèmes aussi bien
masculin que féminin. Il en est tout autrement dans les pays en voie de développement où les femmes sont
définitivement chargées des tâches ménagères, chargées des corvées d’eau, ne peuvent plus aller à l’école
pour les jeunes filles et ne peuvent plus s’en sortir car elles doivent participer aux tâches de la maison
pendant que les hommes sont assis à l’ombre des baobabs. La problématique est donc totalement
différente de ce point de vue là. Avant d’attaquer la problématique du Développement Durable, il faut
revoir dans ces sociétés là, la problématique de la position de la femme qu’il faut revoir. Il faut une
évolution culturelle. Et continuer l’approche en continuant sur le DD.
Cette problématique de l’accès à l’eau, on insiste beaucoup sur la gestion participative, l’importance
d’intégrer la femme dans le dispositif. Par rapport à cette problématique, pour commencer, en quoi
l’accès à l’eau est important dans ces pays là.
C’est fondamental. J’ai connu la première Water de la Banque Mondiale lancée en 1980. Depuis 1980, on
nous dit qu’il faut qu’on donne accès à 1,1 milliards de personne sur la planète, qu’il faut de
l’assainissement collectif correct pour 2,3 milliards d’individus. J’entends ça depuis 25 ans. Cela fait un
quart de siècle que l’on dit, décennie après décennie qu’il faut l’accès, il faut l’accès. On n’a toujours pas
résolu ce problème. Ce n’est pas à une société privée de résoudre ce problème. C’est à la société, aux
parties prenantes de résoudre le problème. c’est un problème de gouvernance beaucoup plus que de
financement. Si on savait mieux utiliser l’argent qu’on a à notre disposition malgré tout ce que l’on a pu,
c’est souvent pas le cas. Nous de notre côté, d’après tout ce qu’on a pu faire et on peut continuer à porter
des messages sur ces sujets-là. Pour moi, c’est fondamental car c’est intolérable que chaque année, il y est
un million d’enfants qui puissent mourir avant 5 ans d’une maladie hydrique. Ca montre la dramatique
situation dans laquelle on se trouve. Il faut donner le pouvoir aux femmes. Je vous parlais d’INSTRAW…
J’ai eu l’occasion de participer à des sessions de formation sur les bonnes pratiques, les bons usages de
222.
l’eau, les bons usages de latrine de façon à former des outils pédagogiques pour que des messages passent
dans le bon sens.
Quelle sont les actions que l’on peut promouvoir pour aider les femmes dans ce rôle ?
Il faut que les femmes se prennent en main. Il faut que ce soit des organisations de femmes, pas féministes
mais de femmes, qui soit capable de porter les messages à d’autres femmes. C’est la même problématique
entre celle de l’eau et celle de la contraception ou que pour des problèmes de maladies sexuellement
transmissibles… Et nous, sur le domaine de l’eau et de l’hygiène, il faut que nous accompagnions ces
femmes qui doivent être porteuses de messages en les aidant à mettre au point des outils de
communication, les bonnes pratiques, les outils nécessaires pour la dissémination de l’information et la
réalisation de nouvelles installations. On a eu au niveau de Suez Environnement comme Alain Mathys qui
ont fait des choses pour aider les femmes notamment en Amérique Latine pour mettre en place des
structures communautaires. Voilà ce que nous pouvons faire.
Il parle beaucoup d’ingénierie sociale
Oui. Il faut faire attention aux termes que l’on utilise mais Alain a cette expérience et je l’ai vu sur le
terrain. Son travail est remarquable. Et voilà ce que doit être notre rôle. C’est à nous d’aider à faire, là où
nous sommes, ce que nous pouvons. A Lydec, vous avez l’ensemble des ingrédients pour faire un terrain
remarquable.
Suite à votre conférence, vous aviez parlé de gouvernance et qu’elle stagne depuis 20 ans. Comment les
associations de femmes peuvent se faire entendre pour faire évoluer la situation ?
Pour moi, c’est un problème de gouvernance, tant qu’on n’aura pas résolu les problèmes de gouvernance,
on ne pourra pas résoudre les problèmes autant des hommes que des femmes. Après avoir résolu les
problèmes de gouvernance, il faudra s’interroger sur les problèmes hommes et femmes et quelle est leur
place. De ce point de vu là, les mouvements comme les organismes INSTRAW, on devrait pouvoir arriver
à structurer les problèmes de gouvernance et dans ces sociétés qui ont pour habitude de ne pas faire
participer les femmes, on oblige à faire participer les femmes et à partir ce moment là, on arrivera à faire
évoluer la situation. Il faut également des femmes qui soient des leaders d’opinion, qu’elles savent
s’imposer et j’en ai croisé. Elles sont remarquables. C’est sur, il faut qu’elles fassent école, il faut que ça
les sème et donner les éléments pour que ça se développe. Je disais que les femmes n’avaient pas accès à
l’école, à la culture… Il est évident que ça c’est un élément déterminant. Vous ne pouvez pas compté sur
une femme qui est analphabète. Il faut reprendre le problème depuis la racine.
Est-ce que vous connaissez l’approche genre des Gender Studies ?
J’en ai entendu parler. Je suis maintenant très loin de ces sujets. Je sais que ça existe. Je ne saurai pas en
parler.
Le genre travaille sur les représentations, les besoins des hommes et des femmes au-delà du féminisme qui
est dangereux.
Je crois qu’il est très important, vous savez, je vous disais que je ne souhaite pas mettre en place une
ségrégation négative dans la direction technique, il ne faut pas que ce soit les femmes qui excluent les
hommes, il faut que ce soit une démarche partagée, participative, pilotée par les femmes en présence
d’hommes. Il faut que les femmes aient le pouvoir et également des hommes pour que les hommes
participent aux actions. Il ne faut pas que ce soit féministe parce qu’aussi non, c’est foutu.
Tableau
1–5
2 – 3 dans PD
3–5
4–4
5 – si ça l’est, ce n’est pas bon.
6–2
223.
Sur la symbolique de l’eau, à quoi pensez-vous quand on dit eau et femme
Dans les PED, c’est une base commune, c’est une réalité terrible car il y a un lien très étroit entre femme et
eau car il est essentiel à la vie. Il faut avoir des actions pour que les femmes n’aillent pas chercher de l’eau
n’importe où. Il y a beaucoup d’éducation à faire. C’est très lié dans les Pays en voie de développement.
C’est une question essentielle.
Et dans les pays développés ?
Dans les pays développés… J’aime bien voir les femmes se baigner.
Par rapport à l’Eau et Vous, quelle image percevez-vous de la femme et l’eau ?
Les images de l’eau sont toujours des raccourcis. Les images de l’eau sont toujours liées à l’utilisation
domestique, c’est le lave-linge, le lave-vaisselle, c’est la toilette, la toilette des enfants et pour cela, on fait
appel à des femmes. Dans la campagne de LDE, on voyait une femme sous sa douche, un enfant et un
homme qui disait merci l’eau… Ce qui était assez équilibré. Il faut qu’on arrive à retrouver une
représentation équilibrée de l’eau et qu’on arrête de réduire l’utilisation de l’eau à l’utilisation domestique
et à attribuer ces utilisations aux femmes.
Est-ce que la valeur culturelle ou symbolique de l’eau peut être un obstacle pour l’accès à l’eau ou
l’activité d’une entreprise privée ?
Non. C’est un discours l’eau bien social, bien commercial ou l’eau gratuite pour tous… Je pense que 1,
l’eau a des valeurs sacrées comme l’eau bénite, l’eau du Baptême… Tout ça donne une application
religieuse et mystique sur l’image de l’eau. 2 Il y a le service de l’eau qui est autre chose. Que l’on
considère l’eau comme un bien précieux, c’est important mais par contre il faut que l’on fasse attention
dans nos discours, il faut distinguer entre le prix de l’eau et le prix du service de l’eau. L’eau c’est un don
du ciel, l’eau c’est gratuit sauf que le service de l’eau ne peut pas être gratuit car il y a des hommes et des
femmes qui travaillent pour ce service et qu’ils ont le droit à une juste rémunération, ça c’est une première
chose et ensuite, que lorsque l’on utilise de l’eau, il faut la nettoyer pour la rendre à son milieu naturel.
Donc il faut le payer. C’est ça que l’on paie et non pas l’eau. Au niveau de notre communication, il faut
être attentif. Quand on paie l’eau, on paie non pas le produit mais le service. A partir du moment où l’on
explique ça, cela enlève une valeur marchande sur le produit lui-même.
Commentaires sur ce questionnaire
Qu’allez-vous en faire ?
Cela va nourrir ma réflexion de thèse. Explication de la thèse et démarche.
Ce que je peux vous dire, c’est vous encourager… C’est un puits sans fin car ça fait 20 ans que j’en
entends parler. J’avais vécu avec passion cette collaboration que j’avais eue avec INSTRAW. J’ai perdu le
fil suite à mon chemin professionnel. Pour moi, arrêtons de faire du nombrilisme par rapport à cette
problématique en France et consacrons nous aux vrais problèmes notamment dans les PED où le statut, les
missions, la culture a besoin d’actions… On en a pour deux générations au moins pour régler le problème.
Par exemple, qui connaît INSTRAW. Je ne suis pas sûr que beaucoup vous en ait parlé.
Non en effet. On me parle de l’UNESCO, l’UNICEF ou encore l’UNIFEM mais rarement de INSTRAW.
Et quand on voit ces acteurs, on s’aperçoit que le problème est souvent culturel.
Il y a un blocage culturel, elles ne sont pas prêtes à prendre le pouvoir. Il faut remonter le problème,
pourquoi. La notion de gouvernance est un problème qui est mal compris et quand il est compris, il est
réservé aux hommes et donc c’est là qu’il faut revenir. Et pourquoi les femmes ne sont pas prêtes quand il
y a de la gouvernance, elles n’ont pas besoin d’études mais il faut qu’elles soient aidées, il faut qu’elles
puissent se saisir des outils de décision. Il faut comme même un minimum qu’elles soient un peu aidées.
224.
27.
Dominique Ogeron, Directeur de la Communication de Lyonnaise des Eaux
Novembre 2006.
Introduction
DO : Quel est le thème de cette interview.
CHB : Il s’agit du sujet de ma thèse, « Eau, femme et développement durable » autour de 3 grands axes :
quelle est la place de la femme à Lyonnaise des Eaux au sein de l’entreprise, quelle est sa place en tant que
cible, cliente et enfin, dans la problématique de l’accès à l’eau.
Quelle est la place de la femme à LDE ?
Alors un petit élément de méthodologie en interne, il faut aller voir la DRH, quel est le point de vue de la
professionnelle sur la femme d’un point de vue quantitatif, en termes d’occupation de postes : comment et
y a-t-il une évolution des femmes au sein de notre entreprise. Il faut également aller voir le bilan social où
il y a un paragraphe sur l’évolution des femmes au sein de cette société. Est-ce qu’il y a des évolutions
dans l’occupation des postes ? On est dans une société où les compétences sont mises en avant. Nous
sommes également dans une société d’ingénieurs, à part dans la Com, l’occupation des postes est tout à
fait classique. Il existe des ouvertures sur les postes commerciaux, d’ingénieurs et de managers, mais on
reste en dessous des standards.
Question de la place des communicantes dans les CR, vous font-elles écho de problèmes de relations
dans leur travail ?
Alors il faut rappeler que ce qui intéresse, c’est la fonction en tant que telle… On n’est pas dans une
société où l’on utilise l’apparence dans les postes. Il y a un recrutement en fonction des compétences. Si je
recrute des femmes, c’est parce qu’elles ont des compétences. Je ne fais pas ségrégation dans un sens ni
dans l’autre. Ce n’est pas l’aspect extérieur ni le côté relations publiques et bon chic bon genre qui motive.
Il y a traditionnellement chez LDE, des surreprésentations féminines dans des métiers classiques comme
la Communication, RH, Clientèle. On trouve plus de femmes que dans d’autres métiers.
Plus vous allez vers des métiers – la filière commerciale s’ouvre de plus en plus, les métiers administratifs
où il y a un équilibre. Si l’on regard, il existe une gradation Com, RH, clientèle, administration puis
l’apanage traditionnel des ingénieurs, commercial et technique très masculin et qui aujourd’hui s’ouvre de
plus en plus aux femmes. Je pense même que les métiers techniques se sont ouverts avant les métiers
commerciaux, il y a un côté macho dans le commercial qui n’a pas été immédiatement dépassé. Le monde
du CIRSEE était également un monde de femmes. En fait, dans les métiers supports et recherche, il y a
une plus grande représentation féminine. Cela correspond à un héritage de l’entreprise.
Quelle est la place dans la femme dans le dispositif de communication d’un distributeur d’eau
comme Lyonnaise des Eaux ?
Dans notre communication clientèle, c’est évident que la femme est ciblé car la femme est un prescripteur.
C’est un prescripteur pour la famille, pour les enfants. Il faut aller voir Julie Carcaud. Vous savez, on n’a
rien inventé, il faut regarder le cahier des charges de L’eau et vous. Il est très vite apparu que c’était la
femme au foyer qui allait être ciblée.
Maintenant, en termes de représentations, est-ce que l’eau et la femme vous semblent
intrinsèquement liées ?
On va faire maintenant de la métaphysique, méta religion, je ne sais pas très bien, je ne trouve pas le terme
exact pour définir. Par rapport à un service, il y a une thématique d’hygiène, un lien que vous évoquez. Il
faut aller voir Isabelle Fondimare qui vient de Procter et Gambel et qui travaillait sur le produit Ariel. En
fait, il y a un domaine que la femme garde toujours, c’est celui de la propreté. Elle a fait des études
psychologiques qui établit un lien avec le pêché originel et la souillure. Dans les sociétés judéo
chrétiennes, et même musulmanes, il y a l’idée prégnant, rémanente d’un pêché implicite, d’une impureté
chez la femme. Tout ce qui est lié à la santé et à l’hygiène est un secteur que la femme ne délègue pas car
l’eau est un vecteur purificateur. Il faut alors que vous étudiez le décryptage symbolique et religieux qui se
trouve derrière ces comportements…
225.
Et dans le cadre de L’eau et vous… Etablissez-vous un lien avec cet aspect religieux et symbolique ?
Je ne vais pas jusque là. Je fais le constat qu’en termes marketing, il y a un lien qui a été établit entre
femme et eau, propreté et qu’il a des origines symbolique. Je ne fais pas cette déduction, mais je pars d’un
constat : qui s’intéresse à l’eau dans le foyer aujourd’hui ? C’est la femme et à fortiori la mère de famille
qui a besoin d’être rassurée sur l’eau qu’elle donne à son enfant notamment au biberon, c’est le côté santé
qui ressort davantage que l’aspect eau et hygiène.
Quel lien établissez-vous avec le Développement Durable ? Entre femme et Développement
Durable ? Selon vous, y aurait-il des valeurs portées par les femmes sur le sujet ?
C’est la colle. Il faut ici se poser la question de l’analyse des perceptions hommes et femmes sans tomber
dans les poncifs… Mais comment un homme et une femme perçoivent les choses et par rapport au
Développement Durable, il faudrait donner des champs d’interprétation d’action liés à homme et
femme… Selon moi, il y a deux notions fondamentales au Développement Durable. Le premier est la
préservation du cadre de vie et de l’environnement. Le second, c’est l’avenir, c’est faire de façon durable
pour mes enfants, pour l’avenir…
Je pense que la vision prospective est davantage du ressort de la femme et là encore je suis très prudent
car je ne veux pas faire la psycho sociologie à quatre sous mais là encore, quelque part, la femme est
comme même le lien entre le passé, le présent et l’avenir de par son rôle qui est de transmettre les
générations. Aujourd’hui, on est dans une dynamique de trans-générationnel… C’est elle le truchement de
tout ça. Aussi je me dis que cette notion d’avenir, de préservation de l’avenir, j’ai enfanté, qu’est-ce que je
vais léguer à mes enfants… Ce côté, je réfléchis un peu à eux parce qu’il y a cette espèce de liens qui me
retient à eux etc. Et que je ne les ai pas fait naître pour qu’ils vivent dans un monde dégradé, je pense que
cette vision prospective est peut-être plus du côté des femmes. Cette vision entre guillemets prospective,
humaine est plus du côté des femmes. L’homme ira plus sur le côté environnement, sur le système. Il aura
peut-être plus une vision de système, d’organisation du système, de comment j’organise… L’homme sera
plus intéressé par l’empreinte écologique, comment je préserve à partir des technologies et comment je me
projette dans le futur pour anticiper etc. L’homme aura plus une vision holistique système et la femme
aura peut-être une vision plus intuitive, avenir, préservation des générations… C’est une vision très
personnelle que je suis en train de vous donner et qu’il faudrait ramener à la notion de caractère, de
tempéraments… On dit que l’homme est plus systémique, que la femme est plus intuitive de par leurs
gênes, leur façon de faire, etc. C’est vrai que je suis très prudent sur ces affirmations là… Lisez des livres
d’éducation et moi, c’est vrai que j’étais dans une autre vie, enseignant… On les retrouve ces éléments et
quand vous discutez avec les instits, les profs… Ils vous disent, le monde, il est en réduction et je vois très
bien comment ça fonctionne… Après, bien entendu, il y a des femmes qui ne sont pas du tout intuitives
etc… Mais c’est ce qui fait la complémentarité entre l’homme et la femme, les points de vue et les
caractères ne sont pas les mêmes… Sinon, je pense qu’il n’y aurait pas d’attirance. Il faudrait alors vous
orienter vers des études psycho sur l’homme et la femme. J’ai vu ça au cours de mes études d’enseignants,
on nous apprenait à adapter nos discours en fonction que nous étions en face d’homme ou de femmes…
Le pire, c’est les populations mixtes au collège… Alors là j’ai vraiment une théorie la dessus. Autant, à la
petite école, ils sont pareils mais au collège, vous avez un bouleversement psycho, morphologique qui agit
beaucoup sur le tempérament et les filles vont beaucoup plus vite. De la 5ème à la 3ème et l’écart le pire est à
la 4ème. On dit quelque chose, les filles ont tout de suite compris alors que les garçons… Donc voilà. Si on
devait faire une analyse des items du Développement Durable rapporté à la perception que l’homme ou la
femme vont avoir, à mon avis, cela peut être intéressant de le corréler avec les traits de caractère de
chacun, avec les traits de psychologie… Car il est clair qu’il y a une psychologie féminine et une
psychologie masculine, on ne voit pas les mêmes choses… Alors quand on me parle de Développement
Durable, je pense au système, au monde global, que le monde de demain soit à peu près le même que celui
dans lequel je vis…
La dernière partie de cet entretien est ciblé sur l’accès à l’eau pour tous, et plus particulièrement
l’aide à la facture qui fait partie de la Charte de Développement Durable. Comment l’accès à l’eau
se pose à Lyonnaise des Eaux et quels sont les enjeux qui lui sont liés ?
C’est vrai que le Développement Durable a été pour nous un moyen de tout mettre en perspective : les
226.
aspects métiers, les aspects contractuels et de gouvernance et les aspects sociaux. Tout ça a été une
formidable opportunité pour remettre de la cohérence, de la gouvernance dans nos métiers qui a fortiori est
un métier de délégation. Il y a la collectivité qui décide, nous qui faisons en direction des consommateurs
et qui ne sont pas des consommateurs lambda car on leur fournit de l’eau qui est un élément vital. A partir
de là, il y a une grande dominante sociale dans notre métier qu’il faut absolument prendre en compte
intégrer avec nos parties prenantes. Quand on parle d’accès à l’eau, c’est s’assurer que tout le monde est
bien un accès normal – je dis bien « normal » - à l’eau. Alors quand il y a précarité, c’est là qu’existe toute
une entraide, toute une solidarité, une pédagogie qui doit être mis en place pour déterminé ceux qui en ont
besoin et ceux qui n’en ont pas besoin. Il s’agit d’organiser le recouvrement à l’accès à l’eau. Pour moi,
l’accès à l’eau, il est incontournable. Dans des pays développés, c’est une donnée de base. Il est
impensable en France qu’il y est des gens qui n’aient pas accès à l’eau. Après le problème qui se pose est
celui de la solvabilité, de la prise en charge de la facture d’eau… Cette prise en charge peut intégrer les
difficultés de rémunérations des uns et des autres… Et c’est là où le système doit s’organiser, où la
collectivité doit trouver un système de prise en charge, d’aides… Ce sont les commissions paritaires, le
FSL : Fonds Solidarité Logement qui deviennent acteurs. Je pense qu’il y a un dégagement que vous
pourriez faire sur le système FSL qui met la collectivité, le distributeur d’eau et les acteurs sociaux… Ils
ont pour rôle d’étudier les cas et qui essaient de trouver des solutions. Là ce serait intéressant de
s’interroger sur le rôle de la femme dans ces réunions, dans ces commissions… Sont elles plus
représentées que les hommes ? Cela ne m’étonnerait pas que oui car il y a toute une dimension sensible sur
le cas que représente la personne, que cela ne m’étonnerait pas qu’il est plus de femmes qui soient dans la
pédagogie, qui soient dans l’aide parce que c’est là encore, il faut peut-être le corréler avec la
représentation des femmes dans les métiers d’assistance sociale, on dit « assistante sociale », ça ne
m’étonnerait pas qu’il y ait une majorité de femmes.
La place de la femme dans ce genre de montage, on cible souvent la femme et l’enfant, cette
problématique est vue comme un bénéficiaire dans les pays et je cherche à le voir dans le « Nord »
Il faudrait considérer que la femme est un vecteur est un truchement entre « eau », le produit « eau » et le
reste de la population. Il y a plusieurs façons de l’envisager. Il y a l’accessibilité dans les pays du Sud et
pourquoi on retrouve les femmes en train de porter l’eau, qui vont faire la pédagogie de l’eau sur les
aspects essentiels suite à son rôle d’éducation… Quand tout manque, on revient à l’essentiel : l’eau, la
santé. Il y a une mission sanitaire de base faite par la femme. Chose que l’on peut retrouver dans les
sociétés dites civilisées dans la fonction de prescription de la femme, dans la consommation de l’eau
versus le coca et autres boissons etc. Vous vous retrouvez dans une vision occidentalisée sur un respect
sanitaire versus obésité.
Il y a un autre niveau, ce sont les familles en difficulté. Un autre cran. Comment fait-on que ces personnes
ont accès à l’eau nonobstant leurs difficultés financières.
En fait ce qu’il y a derrière votre sujet, c’est la femme et l’accessibilité à l’eau. L’accessibilité se décline de
différentes manières : le bien essentiel, la prescription, puis la rétribution, le paiement.
C’est peut-être aussi, la reconnaissance, la visibilité, une forme de reconnaissance qui apparaît sur
l’espace public…
Il y a le caractère essentiel commun : l’eau est vital comme la femme donne la vie. La femme est porte
parole de la vie, qui est intimement liée à l’eau.
Vous pourriez vous amusez à analysez les discours des porte paroles féminins comme Anne Le Strat,
Maud Barlo aux Etats-Unis, Danielle Mitterrand, l’indienne… Voir du côté des tiers-mondistes. Il est
intéressant de voir le lien entre guillemets « statutaire » entre la femme et l’eau dans le discours de l’eau,
comment elle le dit car elle est elle-même porteuse de vie. Puis quel est son rôle qui est de l’ordre du
statut. Puis il y a aussi le domaine de l’action pour rendre cette eau accessible.
Je suis porte parole, voir le lien entre statut et rôle et comment en termes de rôle, elle facilite l’accès à
l’eau, comment elle le recommande par rapport à la consommation d’eau par rapport à d’autres produits.
Ou encore, accessibilité dans les pays en voie de développement. Puis l’accessibilité économique au
niveau du FSL. Une façon de creuser au niveau du Nord et peut être un lieu de comparaison. Allez voir
Valérie Tordeur qui travaille beaucoup avec les acteurs sociaux à Dunkerque.
Alors entre eau et Développement Durable, c’est peut être un moyen de ressituer l’eau dans le
227.
Développement Durable, dans les valeurs humaines, vitales qui sont propres à la femme.
Donc : Développement Durable, Perception Hommes – Femmes, Femmes sujet de l’avenir et de l’eau.
J’avoue que quand on est dans les focus-groupes, ce sont sur les femmes sur lesquelles ont table car
l’homme assez vite, préfère la technologie, il regarde et ça lui suffit. La femme est moins facilement
convaincue.
En fait, dans ce sujet, j’utilise l’approche genre, est-ce que vous connaissez ?
L’approche genre, vous auriez besoin de qualifier avec un parti pris universitaire. Ce n’est pas quelque
chose qui m’est familier mais c’est un bon élément de départ pour votre sujet. Il faudrait corréler être
approche béhavioriste, statistique, fondamentale et psychologique pour porter votre sujet et qui contraindra
à un choix.
Remarques
Prenez votre sujet comme un exercice de style, prenez du recul par rapport à votre analyse qui est un parti
pris qui n’est pas forcément le mien mais je le prends en y mettant des gardes fous.
C’est important d’apporter un regard auto critique sur votre travail et avoir une ouverture, un constat sur ce
qu’il reste à faire, montrer que c’est un travail qui n’est jamais fini… Cela est gage d’honnêteté. Il y a des
limites, des perspectives et des résultats à mon travail. L’exercice de thèse est un exercice de style qu’il
faut adapté et prendre comme tel.
Notes relatives au dispositif Eau pour tous.
Le programme accès à l’eau pour tous s’inscrit dans le cadre du Développement Durable.
Le développement Durable est axé sur la préservation du cadre de vie et de l’environnement. Dans la
perspective de la problématique de la femme, on incite à faire davantage participer les femmes pour plus
de complémentarité.
Le Développement Durable veut tout remettre en perspective, il est une formidable opportunité de remise
en question et de réflexion.
Dans le développement durable, l’accès à l’eau est une donné de base, il est absolument nécessaire.
Le programme accès à l’eau pour tous à LDE a permis de développer des bases de données où l’on
identifie la solvabilité du client, la facturation et prise en charge de la facture d’eau.
Ce programme est lié au FSL qui implique 3 acteurs clés la collectivité, le distributeur et les acteurs
sociaux autour d’un produit : l’eau. Ici la femme semble jouer un rôle essentiel, elle est vecteur d’un rôle
d’éducation et de lien. En effet, les personnes concernées sont souvent des familles en difficultés où
l’accès à l’eau ne révèle pas une difficulté financière mais une difficulté sociale. Derrière l’accessibilité à
l’eau se joue une prescription du non accès en tant que bien essentiel, l’eau est vital… Il doit être
accessible. De nombreuses femmes d’ailleurs portent le combat de l’accès à l’eau pour tous : Anne Le
Strat, Vandana Shiva, Danielle Mitterrand…
Il faut interviewer Valérie Tordeur à ce sujet. A Dunkerque, ils ont mis en place des focus groupe, des
consultations avec les services sociaux…
228.
28.
Valérie Tordeur, Chargée de Communication, Centre littoral de Dunkerque, Lyonnaise des
Eaux
Janvier 2007
Comment fonctionne le programme accès à l’eau pour tous à Dunkerque ?
Il s’inscrit dans le cadre du FLS (Fonds Solidarité Logement). Créé en 2001, LDE cotise à ce fonds. Elle a
donc décidé de participer au Fonds Solidarité Eau qui fait partie du FLS.
Le programme a avant tout, un volet financier avec pour objectif, de rechercher des solutions aux impayés.
Avec l’aide du service clientèle, est établi la liste des impayés. Dès qu’il y a un impayé, un dispositif
clientèle est mis en place. Le but est d’échanger avec le client pour comprendre l’impayé. Quand il n’y a
pas d’échanges et suite aux différentes étapes clientèle pour un dossier d’impayés, LDE s’adresse au
CCAS des Mairies afin qu’elles contactent les personnes. LDE ne peut pas et n’a pas le rôle de substituer
au services sociaux. Souvent les cas d’impayés cachent des situations sociales complexes comme un
concubinage que l’on souhaite cacher pour des raisons financières. Dans ce cadre, on peut aussi contacter
les associations qui peuvent avoir connaissance des dossiers ou qui peuvent se renseigner pour étudier la
situation du client. Si la personne accepte d’avoir un suivi social, alors, on ne coupe pas l’eau.
Quand on regarde la plaquette du CIEAU sur le FSL, le FSL n’est pas uniquement financier, il s’agit de
trouver une réponse sociale à un problème car tant qu’il n’y a pas de solution cherchée, le problème est
récurrent et va forcément ressurgir.
Souvent la coupure d’eau est un moyen de rétablir un dialogue, de rétablir un lien avec les personnes en
situation sociale difficile.
Il y a plusieurs solutions : des aides alimentaires, la formation à la gestion de la facture car en réalité, peu
de personnes ont réellement l’impossibilité de payer leur facture.
Tous les mois, notre équipe se réunit avec les services concernés par ce processus qui révèle avant tout
qu’il s’agit d’une difficulté sociale d’où l’importance d’établir un suivi clientèle et social.
Par rapport à la problématique femmes, quel lien voyez-vous entre femmes et eau ?
Le budget d’un bébé coûte très cher à une mère, le but de la mère est d’offrir le meilleur à son enfant
surtout dans le cadre d’une vie actif, la mère compense en achetant de l’eau en bouteille à ses enfants, le
produit à une valeur ajoutée. Ce type de comportement est de l’ordre irrationnel, il coûte plus cher mais le
packaging offre un aspect rassurant qui conforte la mère dans son choix de donner le meilleur. Nombre de
mamans cuisinent avec de l’eau en bouteille… Pourquoi la cuisine ? Encore une relation à l’enfant, à la
fonction nourricière de la mère : on donne tout ce qu’on ne peut pas donner à l’enfant par nous-même.
Dans les bars à eau que nous organisons, de nombreuses fois nous sommes amenés à sensibiliser sur le
coût de l’eau en bouteille et la différence avec de l’eau du robinet.
Note :
Caractère inconscient de la consommation d’eau.
L’accès à l’eau est un problème social.
Parallélisme de suivi entre LDE et LYDEC. On est en face de deux méthodes d’accompagnement
clientèle, d’aide à la facture ou de gestion du service délivré.
229.
29.
Dominique SEVESTRE, Responsable Agence Clientèle, Lyonnaise des Eaux
Janvier 2007, Avril 2008
Comment a été crée le dispositif accès à l’eau pour tous à Dunkerque ?
On constate de nombreux cas de difficulté pour régler une facture d’eau. Derrière, se cache toujours une
raison objective à ce non paiement et personne ne s’intéresse particulièrement à ces raisons.
Derrière les difficultés se cachent des personnes qui ont des vraies difficultés sociales souvent de l’ordre de
la rupture familiale, de travail… On se sert du prétexte de la coupure d’eau pour consulter les services
sociaux et leur renvoyer le dossier.
Historiquement, nous travaillons avec les services sociaux depuis plus de 15 ans et quand une personne
était amenée à couper l’eau, il fallait savoir pourquoi, ce qui se cachait derrière cette situation.
Dans le dispositif clientèle, il existe des processus automatiques de recouvrement et progressivement, au
fil du temps, on fait un montage progressif du dossier.
Les procédures répondent à des étapes précises : relance automatique, en cas de non réponse, contacte des
services sociaux. Les services sociaux interviennent sur le terrain.
Comment intervient LDE dans ce cadre ?
LDE a deux agents « Solidarité Eau ». Ils sont chargés de personnaliser le suivi du client au niveau de sa
facture. La gestion du budget eau est plus qu’un simple problème de revenu, il se retrouve à tous les
niveaux de la famille. On propose alors des solutions d’étalement des dépenses, des aides matérielles
disponibles comme les aides locales (CCAS) ou départementales (FSL) afin que le client revienne à un
paiement de sa facture d’eau.
Pour faire avancer le processus, il est nécessaire de faire intervenir le service social car il s’agit d’une
difficulté sociale où LDE peut servir de relais. Cette dynamique se joue à trois : LDE, Service social et
Client.
Dès qu’on lance une démarche, il faut qu’il y est un retour, qu’on trouve une solution à travers les services
sociaux pour la personne.
Quels sont les profils types des clients dans ces situations ?
Notre rôle n’est pas de savoir ce qui se passe ou qui sont vraiment ces personnes car nous devons établir
une relation de confiance qui se base sur le respect de la vie privée. Les services sociaux peuvent donner
un profil type de client. Nous fonctionnons comme EDF où le profil du client n’est pas précisé dans le
dossier, on ne qualifie pas le client. Par contre, nous avons une obligation de procédures, notre rôle est la
vigilance sur les cas, les aides sociales disponibles… Des informations dépendantes des services sociaux,
ce sont donc eux qui nous aident à identifier les personnes qui sont dans situations.
Quel est le lien du programme avec les associations ?
Avec les Services sociaux, lorsqu’ils nous expliquent leurs problèmes et quand nous expliquons les nôtres,
nous arrivons à régler 75% des problèmes avant qu’il y a litige, en prévention.
Néanmoins, pour le reste des personnes, quand on ne dispose d’informations sur leur situation, on sait
qu’elles ne vont pas se présenter aux services sociaux, mais plutôt à des associations. Les associations ont
alors un rôle de repérage des situations d’urgence.
On établit la même démarche avec les associations mais au contraire d’avec les services sociaux, la
résolution du problème dépend principalement de la personne car les associations sont formées de
bénévoles, ce qui est plus difficile à maîtriser. Egalement, la confidentialité est très importante. On propose
alors un montage association et services sociaux pour aller voir le client.
A Dunkerque aujourd’hui, il y a une multiplicité d’interlocuteurs avec un réseau social dense difficile à
gérer. Il est difficile de repérer les personnes ressources dans le tissu urbain. On a déjà travaillé avec Resto
du Cœur, le Secours Catholique, des associations d’aide aux femmes en difficulté, des associations de
quartier.
Le caractère confidentiel lié au bénévolat doit être dépassé. Avec les services sociaux, c’est facile
d’identifier les personnes et pour nous également, on sait vers qui se tourner, avec les associations, c’est
beaucoup plus difficile à maîtriser. A partir de ce constat, nous avons élaborer un dispositif d’information
230.
et de formation destiné aux associations afin de communiquer sur l’eau du robinet qui est un gros poste de
dépenses pour ces ménages.
On sait aperçu notamment au cours d’événements comme Immeubles en Fêtes que dans les quartiers en
difficulté, 100% des ménages boivent de l’eau en bouteille.
On argumente pour changer ces habitudes, sur le coût mais aussi pour rassurer sur la qualité de l’eau et sur
les impacts environnementaux de la consommation d’eau en bouteille.
L’enjeu est économique mais aussi de santé. Si les personnes ne sont pas habituées à boire de l’eau du
robinet, elles vont préférer l’eau en bouteille et d’autant plus les sodas, boissons sucrées. Le lien est clair
entre obésité et consommation d’eau du robinet ou non.
Quel est le lien avec le Développement Durable de ce programme ?
C’est un lien social avant tout. Ce programme nous a permis d’identifier des niveaux d’actions nécessaires
et possible.
Quand on compare sur 2001/2003, les difficultés rencontrées, 50% sont des questions de gestion de budget
du ménage, 15% des personnes sont en difficulté, 35% sont sur le départ ou partis.
Ce dispositif s’est répandu à d’autres départements, le FSL a développé d’autres formes d’aide comme le
Fonds Solidarité Eau, l’électricité, la prise en charge des charges d’immeubles.
Dans le Nord, il y a beaucoup de difficultés à gérer et la signature de la convention avec le FSL a permis
d’introduire une autre forme de gestion clientèle qui permet de mieux comprendre les raisons sociales
derrière la problématique de la facture.
Et quel lien avec les femmes s’il existe ?
On est souvent dans le cas de famille monoparentale qui sont en difficulté. Ce n’est pas forcément visible,
surtout qu’il n’y a pas eu de recherches sur le sujet et il faudrait s’appuyer sur les services sociaux pour
identifier et révéler le problème. Dès qu’on appelle les services sociaux pour rétablir l’eau, cette démarche
a permis de faire sortir le client et souvent derrière, il y a une problématique familiale. Souvent se cache
des problèmes de violences conjugales, d’isolement… C’est une problématique de foyer, de cellule de
base où l’eau joue un rôle révélateur essentiel.
Ce dispositif suppose du budget, un accompagnement dans le temps, c’est de l’argent. Mais pour nous, ce
dispositif doit être décliné au niveau national dans le cadre d’une procédure qualité. Tous les Centres
régionaux doivent consultés les services sociaux dans le cas d’impayés avant toutes actions.
La vraie difficulté est quand la personne refuse d’être aidée. Si la personne accepte de l’aide, il y a une
solution mais si la personne refuse, il n’y a pas de solution.
On a eu pour l’instant deux cas vraiment insolvables, c’est donc très exceptionnel. Dans la majorité des
cas, on peut aider à avancer sur la situation.
Note :
Interviewer les services sociaux. Voir s’il y a des enquêtes / statistiques sur le profil des clients.
Parallélisme de l’isolement, de femmes isolées entre les deux terrains.
L’eau, même rôle révélateur de situations sociales.
Même constat du non rôle du distributeur d’eau a s’impliquer au-delà de ses prérogatives. En France, la
structure étatique permet le recours à d’autres acteurs. Semble bien délimité, après voir en quoi / jusqu’à
quel point les acteurs poussent le suivi social.
Verbatim :
D. Sevestre, J.-L. Dezoomer, R. Agez
Cette démarche est une démarche sociale.
Les appels, ça change tous les jours, ça varie selon la facturation.
Ce dispositif dépend vraiment de la mairie, si la mairie n’est pas favorable à l’existence d’un CCAS, le
dispositif disparaît.
L’échéancier, cela permet de trouver des moyens d’échelonner le paiement.
Couper l’eau, c’est un moyen d’établir le dialogue. Je sais qu’on peut me trouver fou quand je dis ça, mais
c’est le résultat de 10 ans d’expérience et de la réalité que j’ai observée.
231.
C’est très important selon moi, d’avoir un interlocuteur attitré que les CCAS connaissent et qu’ils peuvent
appeler.
C’est une démarche qui a fait ses preuves, elle a été citée dans les avantages lorsque nous avons dû
resigner avec la ville de Calais, un contrat que nous avons renouveler pour 15 ans.
Accompagner un client c’est plus qu’un dossier.
Cette démarche, nous l’avons construite progressivement, il a fallu beaucoup de temps car elle était
nouvelle, elle venait du concessionnaire d’eau et cela paraissait étrange surtout vis-à-vis des Alter. Il a fallu
trouver les bons interlocuteurs pour que le dispositif fasse boule de neige.
232.
30.
Jean-Luc DE ZOOMERRE, Chargé du projet Accès à l’eau pour tous, et Rodolphe
AGEZ, Chargé du projet Accès à l’eau pour tous, Lyonnaise des Eaux
Janvier 2007, Mars-Avril 2008, Observation participante et entretiens téléphoniques
Historique du Programme « Eau pour tous » version Lyonnaise des Eaux :
Programme existant depuis 1992 à la demande d’une commune afin d’éviter les coupures d’eau. La
demande a émané d’une commune (Laquelle ?) et s’est systématisée à l’ensemble des CCAS.
Missions :
- Gérer les impayés afin en trouvant des solutions durables pour les familles concernées.
- Accompagnement des CCAS dans leur aide aux familles les plus démunies.
- Gérer les dossiers de surendettement.
Communes gérées :
25-30.
- 18 communes de CUD.
- Nord pas de Calais (?)
Etapes :
1. Constat du non-paiement de la facture.
2. LDE signale au CCAS.
3. Les CCAS sont libres de leur méthode une fois que LDE a alerté.
4. Ils disposent de 15 à 25 jours pour trouver une solution, faire un état des lieux / recevoir les
personnes.
5. A partir de là, un échéancier est établi pour permettre à la personne de régler sa facture.
6. Dans le cas où le logement est non-occupé, après assurance qu’il n’est pas occupé par une famille
avec enfants, LDE entre dans le logement.
7. L’objectif : éviter de couper l’eau à des familles, accompagner les familles et trouver des solutions
durables.
Résultats du dispositif :
De moins en moins de coupures.
Identification des problèmes avant la fermeture. L’avis de fermeture permet le plus souvent ce
dispositif de révéler une situation, de faire réagir une famille « elle rend visible une situation sociale
difficile comme par exemple une famille qui était bénéficiaire des aides du CAF. La CAF ne versait
plus à la famille car elle n’avait pas connaissance du bon numéro de compte bancaire. La coupure
d’eau a permis de renouer le contact du CAF avec cette famille et le reversement de l’aide.
« Nous faisons de la gestion clientèle, mais elle est plus longue. On fonctionne comme le centre d’appels
sauf que nous traitons des dossiers qui ont besoin d’un suivi plus personnalisé, ce suivi plus long car cela
prend plus de temps de trouver des solutions pour ces familles. On en arrive à connaître les personnes,
souvent, on retrouve les mêmes familles. Aujourd’hui on peut dire qu’on connaît bien les familles de
Saint-Pol-sur-Mer, on a vraiment une connaissance fine de la ville. »
Dossier type :
Révèle souvent des situations de famille monoparentale, une mère avec des enfants.
Concerne entre 1 et 3% des foyers par commune.
Relations CCAS : relève du partenariat
Liens très forts, relations quotidiennes et de confiance, beaucoup de confidentialité dans des cas sociaux
lourds et difficiles.
Liens avec les associations :
233.
Réunion avec les CCAS et les associations pour trouver des solutions alternatives ou des moyens
d’atteindre les familles là où les CCAS ne peuvent plus.
Nous travaillons avec le Carrefour des Solidarités qui regroupe des associations diverses. C’est surtout
vers ces associations qu’on va communiquer des supports plus institutionnels, sensibiliser sur la facture et
la consommation d’eau pour donner des conseils.
Associations : ATD Quart Monde, Resto du Cœur, etc. Le panel des associations est assez classique.
Moyens de communication :
Oralité.
Forum, bars à eaux, écoles…
Supports de communication pour les CCAS, les associations.
Commentaires :
« Il arrive que le CCAS nous demande de couper l’eau pour faire réagir la famille. L’eau est perçue
comme un moyen de reprise de contacts. »
« Le partenariat est très fort entre LDE et les CCAS. Il nous arrive à d’interpeller le CCAS sur la situation
d’une famille. LDE partage des informations souvent très confidentielles avec les CCAS pour mieux
cerner les problématiques vécues par la famille (informations comme le cas de violences conjugales,
inceste). L’eau n’est qu’un vecteur visible de situation sociale parfois extrême et alarmante. »
Les Services Sociaux, aspects femme / homme :
Nous travaillons avec 75% de femmes. Depuis 92, le métier s’est masculinisé. Cela est bien car dans
certaines situations, c’est beaucoup mieux que ce soit un homme qui est plus dur, plus ferme. Au contraire
dans certaines situations, c’est mieux si c’est une femme.
Il faut noter que ce sont les femmes qui vont voir l’assistante sociale en cas de problèmes, rarement les
hommes pour des questions de société et parce qu’elles sont les premières concernées par le foyer.
Focus :
Saint Pol sur Mer. 23.000 hab.
Dans cette commune, le chômage est très élevé. Le CCAS est très volontaire. Il fait du porte à porte pour
trouver des solutions, ils sont vraiment des gens de terrain… C’est en parti lié au maire qui est très
impliqué sur le sujet.
234.
31.
Bouchra GHIATI, Directrice de la Communication et du Développement Durable,
Lydec
Entretien Avril 2007.
Quelle est votre fonction à Lydec ?
Je suis Directeur de la communication depuis bientôt 10 ans.
Est-ce difficile d’y travailler comme femme ?
Ce n’est aps difficile, mais ça n’est pas facile tous les jours. La difficulté pour moi, c’est de défendre les
intérêts de la communication et de l’image de l’entreprise et ce n’est pas toujours facile de la défendre
dans un univers technique et ingénieur. Après, je trouve qu’il y a plus de femmes à Lydec notamment à la
direction que dans d’autres entreprises françaises. On est 3 ou 4 à faire partie du comité de direction, c’est
déjà beaucoup.
Instinctivement, que pensez-vous du lien « eau et femme » ?
Instincivement ? Ce sont les femmes qui attendent à la Borne Fontaine que l’on voit faire la queue dans les
quartiers non raccordés de Casablanca. Ce sont les femmes dans les zones rurales qui doivent aller
chercher l’eau pendant des kilomètres. Ce sont les petites filles qui ne vont pas à l’école pour assurer
l’apprivisionnement de l’eau de la famille. C’est la corvée d’eau pour moi l’eau et la femme.
A Lydec, pensez-vous que c’est un thème sur lequel vous pouvez communiquer ?
Cela dépend de la cible. C’est un thème porteur, c’est un thème de responsabilité sociale qui touche le
quotidien et les pratiques sociales c’est pour ça qu’il n’est pas facile. En fait, on va communiquer sur ce
thème pour montrer les impacts positifs pour la vie des femmes et des communautés. Il ne faut pas que
montrer l’aspect femme, il faut souligner le progrès dans son ensemble… C’est un peu le but du
programme INMAE. Quand on communiquer sur ce programme, on communique sur les changements et
c’est vrai que les premières concernées, ce sont des femmes. Il y a de beaux thèmes pour le discours
comme l’amélioration de la santé, l’accès à l’éducation.
Est-ce que cela peut être problématique pour une entreprise comme Lydec de se positionner sur la
promotion du statut de la femme à travers l’accès à l’eau ?
Non… Je pense que tout le monde a conscience que l’eau est moteur de développement, c’est le but du
discours de sa Majesté le Roi sur l’INDH. Je pense qu’il faut promouvoir l’accès à l’eau au Maroc. C’est
d’ailleurs, depuis ce discours, notre responsabilité contractuelle. Nous devons apporter l’eau aux foyers
défavorisés et ça, c’est un grand changement de perspective pour nous. A Lydec, on travaillait avant ce
discours avec les foyers défavorisés pour leur apporter l’électricité puis l’eau. Quand sa Majesté a
prononcé ce discours, LYDEC a signé un accord pour s’engager dans l’INDH et apporter l’eau dans les
foyers non raccordés. C’est un vaste programme et les changements pour les populations ne sont qu’une
partie de l’iceberg. Il y a d’autres problématiques qui accompagnent ces nouvelles prérogratives comme la
question du foncier, le financement du projet car c’est très coûteur de brancher ces zones à l’eau, il y a
aussi la faisabilité technique, etc. Ce sujet en fait, dépend principalement du Département
d’accompagnement Clientèle du Programme INMAE et je vous conseille d’aller interroger sa responsable
si vous voulez creuser sur leurs méthodes de travail avec les femmes et les populations de ces quartiers.
Connaissez-vous l’approche genre ?
Oui, je le connais. Nous travaillons avec ALMAE qui travaille sur cette thématique. Nous souhaitons
poursuivre avec eux sur ces aspects liés au développement des quartiers défavorisés pour mieux connaître
les impacts de l’arrivée de l’eau. Nous pensons organiser des actions de communication justement mais
pour cela, il faut que les projets soient plus avancés… Lydec a lancé le programme INMAE à la fin de
l’année 2005, c’est encore un peu tôt mais cela fait partie des objectifs. Pour l’instant, on peut déjà parler
des effets des deux programmes pour les branchements électriques des bidonvilles et les branchements
bleus.
235.
Penez-vous que l’approche genre puisse être intéressante pour analyser Lydec ?
Ca pourrait être intéressant pour les ressources Humaines oui ! En tous cas, je serai intéressée par les
résultats car je crois qu’à Lydec, les femmes ont malgré une place assez importante en comparaison à
d’autres compagnies et pas seulement au niveau marocain… Car malgré tout, au niveau marocain, les
femmes restent encore peu représentées dans les organes de décision. Le taux progresse mais il y a encore
des progères à faire.
236.
32.
Laurent GUILLAUME, Directeur des Ressources Humaines, LYDEC
Entretien avril 2008
Quelle est la place de la femme dans votre entreprise ?
La place est différente au niveau de la hiérarchie et il y a plus de respect. Cela se voit par une présence plus
importante des femmes au niveau supérieur de la hiérarchie par rapport aux autres entités du groupe. Nous
sommes dans une entreprise marquée par la culture religieuse, ce qui fait qu’il y a des difficultés au niveau
des positions intermédiaires. L’équilibre femme et homme est complètement intégré, les femmes sont
reconnues pour leur qualités professionnelles, ce qui a permis de dépasser certaines débats. La culture
dominante reste celle de l’ingénieur néanmoins.
Dans les niveaux inférieurs où il y a moins d’éducation, on perçoit clairement des comportements de
« petits chefs » qui peut poser problème.
Quelles sont les actions menées ?
Il n’y a pas d’actions spécifiques car serait-ce une bonne chose ? Il y a une peur de provoquer quelque
chose en lançant des actions dans un climat qui pour l’instant reste positif. En plus, il y a une limite à ne
pas franchir entre la culture et la religion. Sur ce sujet, on peut agir sans le vouloir sur le religieux. Je suis
d’ailleurs assez surpris de voir que ce sujet n’est pas diabolisé, que la différence homme et femme ne soit
pas si forte, on aurait pu penser voir des pressions plus fortes s’exercer. Il faut donc dans tous les cas,
prendre en compte les principes religieux.
En quoi une approche genre peut aider une meilleure gestion des RH ?
Le genre va dans le sens du développement au Maroc, dans le sens d’un épanouissement féminin total,
dans le sens d’un développement total. Cette approche plaît aux jeunes, à une génération qui prend du
recul par rapport aux valeurs de la génération précédente. Sur ce sujet, c’est vrai que les entreprises
peuvent être le relais de ce changement.
SUEZ est une entreprise sécuritaire, qui aime le portrait du bon père de famille, des valeurs qui restent et
qui sont portées par le Groupe. C’est du moins ce que je ressens et cela contribue à apporter des valeurs,
l’équité à ce titre, est un mélange harmonieux favorable qui permet de mettre en valeur les compétences
des hommes et des femmes.
Quel lien faites-vous entre femme et DD, puis eau ?
Celui de la maternité, les femmes portent les enfants, elles vont davantage porter les valeurs du DD que les
hommes. Par contre, je ne vois pas de lien direct entre eau et femme. Je dirai que les femmes portent plus
les valeurs de préservation de la ressource, de santé et d’esthétisme. Je vois un lien plus harmonieux de
recherche d’esthétisme, de beauté à créer alors que les hommes sont plus dans la technique et aussi plus
respectueux de l’environnement comme un système global. De fait, les différences de genre vont être
véhiculées par les valeurs familiales.
En matière d’accès à l’eau, quelle est la place de la femme ?
C’est la première image à laquelle on pense, celle de l’effort physique, on pense à toute cette énergie
dépensée à s’en tuer. Il y a aussi la question du temps libre. L’autre aspect est de limiter la mortalité des
enfants par rapport à une eau insalubre qui souvent est stockée. Enfin, il y a un aspect agricole qui est la
culture des champs.
Quel est lien entre ce programme et l’entreprise ?
C’est une démarche « hypocrite » car fournir de l’eau aux pauvres, c’est perdre de l’argent. De fait, la
communication sur ces actions va forcément être ambiguë. On va communiquer des bonnes pratiques qui
vont diminuer nos ventes et notre chiffre d’affaire, ce qui est contradictoire. Néanmoins, on se doit de le
faire pour les collectivités, on doit instaurer une tranche sociale pour limiter les coûts pour ces personnes.
C’est selon moi, un engagement courageux de la part de l’entreprise qui va contre ce qui est productif au
sens économique mais par contre, cela répond à un engagement citoyen, à une responsabilité qui nous
permet de fidéliser des clients, de faire du marketing auprès des clients.
237.
1
2
3
4
5
6
5
4
5
2
0
4
A ce titre, la gestion de l’eau est contrainte par la réglementation, ces contraintes s’appliquent sur les
industriels, les acteurs et son rôle est de sauver la ressource, sauver la planète.
Commentaires
L’approche genre suppose une formation sur les discours. Aujourd’hui, ces questions sont plus
réglementées, cela vient des problèmes de harcèlement. C’est un débat récent qui relevait de tabous et
qui n’était pas encore complètement clarifié. Les outils de réglementation ont été forts utiles pour les
RH notamment, ils ont permis d’être intégrés dans les objectifs de RH et de devenir concret.
238.
33.
Tahar AGAL, Responsable Aquasistance Maroc et Directeur Exploitation Eau et
Assainissement
Entretien février 2008
Quelle est votre fonction au sein de Lydec ?
Je suis Directeur de l’exploitation de l’eau et de l’assainissement. Je suis également en charge
d’Aquasistance au Maroc.
Dans votre direction à Lydec, y-a-t-il des femmes ?
La direction est très masculine. Il y a peu de femmes, car dans mon métier, c’est très technique, c’est un
métier d’ingénieurs où il y a peu de femmes. Nous travaillons avec elles mais elles sont surtout dans
d’autres directions. Il s’agit de collaborer ensemble pour accomplir une mission, remplir les obligations
d’un contrat… Les différences entre les hommes et les femmes ne doivent pas influencer notre travail.
Quels sont les projets d’Aquasistance au Maroc ?
Il s’agit d’apporter l’eau dans des zones rurales du Maroc. Nous travaillons sur des projets qui sont situés
hors de la périphérie du contrat de Lydec. Nous avons apporter l’eau en construisant des châteaux d’eau,
en installant des bornes fontaines ou encore, des toilettes. Dans les campagnes, il manque souvent de
l’accès à l’eau comme des séparations des toilettes entre les filles et les garçons dans les écoles. Construire
des toilettes filles et garçons, cela pousse souvent les jeunes filles a déserté l’école.
Selon vous, quel est le lien entre l’eau et la femme ?
Je pense qu’il ne faut pas insister sur les différences. Au Maroc, la femme joue un rôle très important dans
le foyer c’est évident… En parler, d’une certaine façon, c’est remettre en question ce rôle, la représentation
que les hommes, la société porte sur ce respect qu’on leur doit. Après, pour l’eau et la femme en
particulier, je viens du milieu rural, donc pour moi, c’est la petite fille qui doit aller chercher l’eau et
parcourir des kilomètres. L’eau et la femme, c’est la corvée de l’eau. C’est vrai qu’on le voit assez vite les
impacts de l’arrivée de l’eau dans les villages, je vous le disais, les filles vont plus à l’école. Mais il y a
aussi des changements sur la santé, moins de maladies… L’eau est facteur de développement et elle
change la condition de la femme.
Existe-t-il un lien entre la femme et l’eau et le Développement Durable selon vous ?
On en parle. Je veux dire qu’on entend parler de ce lien parce que la femme gère l’eau, le bois… Toutes
les ressources pour le foyer et cela part de l’idée assez logique que la femme gère mieux ces ressources de
l’environnement… Après que cela se traduit dans le développement durable… Ca veut dire que les
femmes gèrent mieux l’environnement… Pour moi c’est parce que cela fait parti de la tradition, de la
realité. C’est ce qu’on voit au quotidien, dans le foyer. Le Développement Durable c’est un concept
théorique, la réalité, c’est les choses qui sont venues avec les coutumes, les habitudes des personnes. Pour
moi, je vois surtout le développement durable comme ce qu’on fait à Lydec où l’on parle de la place de la
femme pour améliorer les ressources humaines. Là il faudrait regarder, c’est le lien dans la réalité… Et ne
pas pointer des choses qui peuvent remettre en question l’odre des choses. Les femmes s’occupent de
gérer l’eau dans le foyer, pour ça il faut les aider mais il ne faut pas mélanger avec changer des valeurs de
la société… son organisation si vous préférerez.
239.
34.
Leila BERRADA, Responsable Lydec et vous et Hicham DAOUDI, Responsable
Marketing.
Entretien Mars 2007
Observation participante sur Lydec et vous.
Quelle est la finalité de Lydec et vous ?
Lydec et vous est un magazine d’information destiné aux clients de LYDEC. Nous abordons des questions
d’actualités sur Lydec et surtout des questions liés à la gestion de la clientèle et aux préoccupations des
consommateurs.
Quels sont ces sujets par exemple ?
Cela peut couvrir le prix du service de l’eau, les différents services mis à la disposition du client pour
l’aider à régler sa facture comme les bornes de paiement dans les distributeurs de banque ou dans les
épiceries. Ces dispositifs sont destinés à lui éviter de se déplacer. Sinon nous communiquer à l’occasion
d’événement comme le Ramadan ou les actions de communication de Lydec comme le programme
Plages Propres ou les expositions destinées aux enfants.
Avez-vous identifié une cible en particulier comme L’eau et vous de Lyonnaise des Eaux qui s’adresse à
la mère de famille / la femme au foyer ?
Non. Nous ne sommes pas aussi précis que L’eau et vous. Notre support est plus petit et nous n’avons pas
à cibler autant. Nous sommes dans une dynamique où nous devons informer nos clients sur le service en
lui-même, nous ne pouvons pas vraiment donner autant de conseils et de contenu que L’eau et vous. Par
contre c’est vrai qu’on essaie de plus en plus de donner des conseils et des bonness pratiques surtout pour
les déchets et le gaspillage de l’eau. C’est un aspect que nous avons développé ces derniers temps.
A qui ce support est-il distribué ?
A un échantillon de consommateurs de Lydec. Nous ne sommes pas sur une diffusion globale et étendue à
tous nos clients, ce serait trop coûteux… Aussi nous organisons des échantillons par délégation et on
essaie d’arroser des clients différents pour faire connaître ce support et nos activités.
Travaillez-vous sur des supports pour les futurs clients issus des quartiers défavorisés ?
C’est en cours. Nous avons développé avec INMAE un guide spécial pour ces clients. Et nous allons
bientôt produire une brochure destinée aux populations ciblées par INMAE.
240.
35.
Ingrid Pechell, Responsable Département d’Action Clientèle, Lydec
Entretien Mars 2007, Mars 2008
Observation participante, travail en équipe sur le suivi des animations et focus groupe
Pouvez-vous m’expliquer la méthode de diagnostic social que vous appliquez sur le terrain ?
En fait c’est une méthode que nous avons élaboré progressivement. Au début, elle était basée sur 3 outils :
1. Etat des lieux.
2. Cartographie.
3. Création d’une base de données
4. Identifier Personnes ressources
5. Lancer l’approche participative et le lien avec les populations avant, pendant et après les travaux
6. Instituer une relation clientèle au fur et à mesure pour intégrer les populations à la clientèle
« classique » de Lydec
On avait beaucoup développé au début, des outils plus de « géographes » comme des outils comme une
image satellitaire, repérage et numérotation des maisons ce qui permet ensuite la création de bases de
données de façon organisée, de faire un référencement de quartiers qui n’étaient tout simplement pas
connu ni cartographié. On ne savait qui habitait là, où exactement, dans quelles conditions, etc. C’était
partir de rien et inventer une méthodologie pour créer une base de données clientèle ad hoc. En fait, pour
procéder, nous avons choisi un critère qui nous semblait le plus naturel et facile à réaliser qui le critère de
l’apparence de la maison. On a établi une base de données sur 4 types d’habitat partant du plus pauvre, le
plus basique avec juste un niveau aux maisons avec deux étages, un palier, etc. qui montre que les
habitants sont installés et ont investi dans cette habitation.
A partir de ce référencement, vous commencez à travailler avec les populations ?
Oui, nous lançons tout un processus d’animation clientèle qui est basée sur l’approche participative et qui
consiste tout simplement à laisser parler les habitants pour recueillir leurs demandes et surtout obtenir leur
adhésion pour payer le service. Et en fait, cette méthode a beaucoup évolué depuis le début de l’initiative.
On la teste, on l’adapte au contexte du douar sur lequel on travaille. Il y a beaucoup de différences entre les
zones rurales, péri-urbaines et urbains. Les débuts sont les plus importants. Les premiers contacts
permettent de jeter les bases pour travailler ensemble en même temps d’expliquer notre démarche aux
populations.
Combien de temps dure cette démarche ?
Il faut en général 6 mois pour raccorder si le projet ne connaît pas trop de difficultés notamment foncières.
Cette étape de faisabilité sociale suppose de glaner les informations au niveau des populations. Par
exemple, il y a beaucoup de conflits liés à l’attente à la BF surtout pendant le mois de ramadan. L’attente,
les conflits amènent les femmes à solliciter leurs enfants et leur demander de gérer pour elles. En fait,
l’objectif de la phase de diagnostic est de créer un lien avec la population car en faisant un référencement,
on est sur le terrain et on apprend à repérer les personnes clés, l’organisation de la communauté, etc. Cette
phase de repérage permet de poursuivre plus facilement pour entrer en contact avec la population.
Comment entrez-vous en contact avec la population exactement ?
Il y a plusieurs niveaux. Déjà, il nous faut l’accord des autorités et contacter l’autorité publique locale.
Après, on établit un portrait de la communauté en repérant les personnes ressources de la communauté qui
sont souvent les mêmes… L’autorité religieuse, le professeur d’école, les personnes âgées, certains
commerçants… Il faut que l’on contact les personnes qui ont de l’influence et qu’on établisse une relation
de confiance avec elles car ce sont elles qui vont transmettre le message, détecter les attentes des
populations, déterminer le message pour persuader les autres membres de la communauté.
Y-a-t-il des femmes dans ces personnes ressources ?
Oui. Surtout les vieilles femmes, celles qui ont un rôle ancien dans la communauté. On voit aussi les
jeunes femmes plus progressites s’impliquer. Mais d’une manière générale, les femmes vont jouer un rôle
important pour convaincre leurs maris car elles perçoivent plus rapidement les effets de l’arrivée de l’eau
241.
que les hommes… Mais il ne faut pas faire de généralités, car cela dépend vraiment du contexte du douar.
Je dirai qu’elles ont une sensibilité plus affinée des conséquences et s’impliquent plus facilement que sur
d’autres sujets je pense.
Connaissez-vous l’approche Genre ?
Non.
Il s’agit de différencier les hommes et les femmes lorsque l’on procède à un portrait sociologique d’une
communauté. Il s’agit de prendre en compte leurs besoins particuliers, ceux des hommes et ceux des
femmes.
Alors je connais l’approche genre sans avoir mis de nom ! Je ne savais pas que cela s’appelait comme
ça… Mais dans notre démarche, nous différencions clairement les hommes et les femmes sinon ce serait
complètement déplacé et inefficace. Nous organisons des réunions hommes, femmes et enfants et des
réunions de la commuanuté dans son ensemble. Nous essayons aussi de répertorier les hommes et les
femmes quand nous faisons notre référencement. Nous avons eu des étudiants qui ont conduit une enquête
sur les impacts socio-économiques de l’arrivée de l’eau dans les douars et nous allons poursuivre cette
démarche car cela montre les effets de l’arrivée de l’eau et ce à quoi contribue Lydec de façon très
concrète… Notre méthode se base sur les principes de l’ingénierie sociale, de l’approche participative qui
implique de s’adresser à toutes acteurs présents et c’est évident, les femmes aussi. Les femmes, les
hommes sont concernés.
Pensez-vous qu’il y est un lien entre femme et eau ?
Je dirai qu’il y a un lien issu de la réalité. Les femmes doivent gérer l’eau pour le foyer. Après, pour moi,
c’est une question de sensibilité, on ne peut pas faire de généralités. Les femmes sont des moteurs pour
nous dans les communautés mais selon leur niveau d’éducation, elles vont plus ou moins percevoir les
impacts de l’arrivée de l’eau, les liens avec la santé… Ce qui est certain, c’est qu’elles comprennent vite
que l’eau va changer leur quotidien… Ce qui explique pourquoi elles s’impliquent rapidement.
Comment vous adressez-vous à ces populations ? Avez-vous des supports pour vous aider à les informer ?
Oui… Bien sûr. Nous avons élaboré plusieurs types de supports assez basiques surtout pour les réunions
communautaires. Quand on va réunir tous ces gens, les supports élaborés pour communiquer vers la
communauté permette la participation de tous et surtout de ceux qui sont inalphabètes car nous utilisons
beaucoup d’images. Après sur le contenu, notre argumentaire principal est le service apportépar Lydec.
Après pour les focus-groupe, on a différents supports qui différencient les hommes et les femmes. En fait,
pour les femmes, on détaillent plus tout ce qui est lié à la santé et à l’hygiène que pour les hommes même
si on s’est aperçu que les deux sont très intéressés par ces aspects.
Comment arrivez-vous à obtenir l’adhésion des populations pour prendre le service car cela représente un
coût pour ces populations ?
Tout à fait. Ca prend du temps. Pour obtenir l’adhésion, il faut faire du porte à porte pour obtenir
l’engagement légalisé… Et cela pose souvent un problème de légalisation de la propriété. C’est une
problématique très importante dans notre démarche, la problématique foncière. On n’y pense pas
nécessairement mais une partie de notre travail, à mon niveau en particulier, c’est de travailler avec les
autorités locales pour obtenir l’accord pour légaliser les terrains et apporter l’eau à des foyers qui habitent
sur des zones qui pour l’instant, n’avaient pas de statut. C’est une problématique de légalisation de
populations entières qui sont venues s’installer dans la ville ou sa périphérie et qui avec l’eau, deviennent
des habitants de longue durée… Car l’eau c’est un coût et on ne va pas s’amuser à creuser des tranchées
sans être certains à 100% que les populations vont pouvoir rester sur ces zones.
Comment faites-vous pour arriver à aboutir cette problématique foncière ?
C’est un problème politique qui ne dépend pas des prérogatives de Lydec… Mais concrètement, nous
avons trouvé une solution intermédiaire qui consiste à faire valider des listes de foyers par les autorités
242.
locales. Quand on atteint un certain niveau d’adhésion et de nombre de foyers légalisés sur une même
zone, on lance les travaux.
Comment se passe la phase des travaux ? Et la phase d’après les travaux ?
Il faut continuer à informer la population. Nos animateurs continuent à aller sur place surtout si les travaux
prennent du retard, mais globalement, ils vont moins sur le terrain que pendant la phase de référencement.
Après les travaux, c’est la pose des compteurs. C’est très symbolique comme étape car cela veut dire que
les personnes entrent dans le schéma classique de la clientèle. Nous avons d’ailleurs une personne qui est
dédiée à ce travail qui est celui de gérer et apporter des solutions pour faciliter la transition de ces
personnes habitant des zones non raccordées et illégales à une position de client Lydec « comme les
autres ». Elle travaille notamment sur les normes clientèle, la facturation, etc. Puis aussi, on lance toute une
campagne de sensibilisation sur les bonnes pratiques et la facture d’eau. On continue à aller plus
ponctuellement sur le terrain mais globalement, une fois que les populations sont raccordées, nous n’avons
plus d’occasion de retourner sur le terrain si ce n’est le lien qui s’est établi avec les familles… Ce qui
arrive assez souvent en fait !
243.
36.
Abdelatif Abderazak, Chef de projet Lamkenssa, Lydec
Entretien avril 2007
Observation participante, suivi des équipes et focus groupe
Pouvez-vous me présenter le douar sur lequel vous travaillez ?
Il s’agit du Douar de Lamkenssa, un quartier assez important dans le programme INMAE. Il est situé en
périphérie de Casablanca entre le milieu urbain et le rural ce qui fait qu’il y a des situations très différentes
selon l’endroit où on se trouve car Lamkenssa est très étendu.
Pouvez-vous me présenter le bloc B en particulier ?
Ce bloc est le premier surlequel on a vraiment pu travailler et tester nos méthodes. C’est un des premiers
sur lequel nous avons vraiment travaillé pour le moment en fait, avec le douar de Rmel. Pourquoi ? Parce
que ce bloc est très structuré, il s’agit de quelques rues regroupées dans une vie de quartiers organisée où
toute le monde se connait et où il y a une vraie vie de communauté. On y compte 77 foyers mais par foyer,
on entend un foyer au sens large qui regroupe une famille mais aussi les parents de la famille de la grandmère aux cousins etc.
Qu’avez-vous fait comme actions en particulier sur ce douar ?
Le but du programme INMAE est d’apporter l’eau à ces familles. Il s’agit de faire des branchements
domiciliaires donc d’apporter l’eau directement dans le foyer. C’est un programme long et coûteux car il
faut creuser dans la ville pour amener l’eau, mettre un compteur et établir une connexion depuis la maison
vers le tuyau. Pour faire ce travail, on ne peut pas ne pas être en contact avec la population. Il faut
l’informer, c’est sûr mais il faut surtout avoir son accord car elle va contribuer à payer une partie du
branchement. Evidemment, le programme INMAE limite le coût pour ces familles qui sont très
démunies… C’est donc un investissement pour elles. C’est pour ça qu’on doit les contacter, apprendre à
les connaître, les informer, etc. Donc on fait des réunions, des focus groupes, on vient dans les quartiers
pour renseigner les gens.
Est-ce que vous rencontrez des réticences ?
Non pas vraiment. En général, le problème, c’est le foncier, ce ne sont pas les gens. On a surtout beaucoup
de soutien de la part des femmes. Elles sont souvent heureuses du service, ce qui les intéresse, c’est d’avoir
le service à la maison, chez elles car cela les décharge de la difficulté de porter l’eau et elles n’ont plus à
attendre. Les hommes, c’est plus difficile. La difficulté principale est de réunir les hommes qui travaillent.
Il y a rarement du scepticisme ou un sentiment d’inutilité du service.
Quels sont les liens que vous construisez avec ces familles ?
Il est important d’établir un lien au cours des réunions, d’être transparent, de savoir qu’il est un client et
qu’il a des droits et des devoirs, d’être logique et clair dans notre discours et nos relations. La personne
attend le discours, il faut être cohérent et le traiter comme un client.
Quel type de sujets abordez-vous au cours de ces réunions ?
En général, on va présenter des bonnes pratiques, donner de l’information sur l’avancée des travaux, la
présentation du service… Cela dépend du stade du projet. Au cours des animations et des focus groupes,
on s’aperçoit que les femmes veulent des précisions sur les pratiques et les usages au quotidien. Elles sont
en général plus nombreuses aux réunions car elles ne travaillent pas et restent dans le foyer.
Est-ce que vous faites des focus groupes « hommes » et « femmes » ?
Oui. Il est très important de différencier les femmes, les enfants et les hommes qui n’expriment pas les
mêmes besoins et n’ont pas les mêmes pratiques. Les enfants, c’est important de les sensibiliser aux
déchets car ce sont eux qui jettent les déchets dans la nature. Il y a un autre problème aussi, souvent c’est
l’analphabétisme pose problème. Il faut s’adapter à son langage, à sa façon de parler à lui car ces
personnes font face à beaucoup de pauvreté et de difficultés. Il faut faire attention à la façon dont on parle
et dont on travaille.
244.
Est-ce que vous avez déjà entendu parler du genre ?
Oui. J’ai travaillé dans le milieu associatif avant et on en parle. C’est approche qui pour moi montre qu’il
faut intégrer les différences dans ses méthodes de travail. Pour mon travail aujourd’hui à Lydec, c’est
essentiel. Si je ne m’adresse pas aux hommes puis aux femmes, je manque une partie de mon travail car ils
ne sont disponibles aux même moment et puis ils n’ont pas le même de préoccupations et de vision sur
l’arrivée du service.
Pouvez-vous m’expliquer ces différences ?
Les hommes, il faut leur expliquer car ils ne perçoivent pas naturellement. Ils le savent mais ils sont plus
préoccupés par la question du coût. Les femmes, elles voient tout de suite le changement pour leur
quotidien car elles doivent porter l’eau, la stocker et souvent aussi, elles paient l’eau. Ce qui fait qu’elles
sont souvent très intéressées par les questions administratives, le coût… En fait, je ne pensais pas qu’elles
seraient aussi impliquer par ces questions là. Et du coup, elles prennent la parole et s’engagent beaucoup
au sein de la communauté pour convaincre ceux qui sont réticents… Parce que je vous explique, pour que
le service arrive, il faut que nous atteignons un niveau d’adhésion globale supérieure à 60%-80% sinon,
l’installation du service ne marche pas et nous coûte cher à Lydec. Donc si des foyers ne veulent pas de
l’eau, ils peuvent bloquer l’arrivée du service pour les autres membres de la communauté.
Selon vous, quel est le lien entre eau et femme ? Naturellement ? Spontanément ?
Pour moi, c’est la corvée de l’eau. C’est la petite fille qui doit aller chercher l’eau. Ce sont les femmes qui
attendent. C’est la maîtresse de maison qui décide du bain, de la lessive ou de l’eau pour la nourriture.
C’est une vraie tâche qui est difficile à supporter pour moi. L’arrivée du service montre tous les
changements provoqués pour leur vie au quotidien.
Quels sont ces changements ?
L’amélioration de la santé, la propreté des rues, le temps qui est gagné pour ces femmes… L’éducation car
les petites filles n’ont plus à aller chercher l’eau, elles peuvent aller à l’école. Pour moi, aussi, enfin
j’espère, que les femmes après vont avoir du temps pour aller prendre des cours d’alphabétisation. Ou peut
être avoir un petit travail. Pour moi, ça, ce serait un vrai changement qu’apporterait l’eau car ça
complètement changer leur position au sein de la communauté, au sein du foyer et je pense que c’est un
bon changement. C’est bien pour la femme, ça lui facilite la vie d’une certaine façon….
245.
37.
Abdelmajid Hillal, Chef de projet INMAE, Douar Rmel, Lydec
Entretien mars 2007
Pouvez-vous m’expliquer votre fonction ?
Je suis responsable de projet pour le programme INMAE. Je m’occupe en particulier du Douar Rmel qui
est un douar situé en zone péri urbaine de Casablanca.
Quel est votre rôle exactement ?
Je suis responsable des animateurs de quartiers qui vont à la rencontre des gens qui sont les futures clients
de Lydec. Mon rôle est de les accompagner et les superviser dans leur travail. Sur Rmel, on va par
exemple, diviser le douar par secteur et aller petit à petit d’un secteur à un autre pour obtenir l’adhésion
des familles pour payer le service. Pour cela on va organiser des réunions ou des focus groupes. La
décision du mode de réunion est prise par LYDEC, par la responsable de notre programme. Elle va
décider avec moi et selon le type de quartier, de quel type de réunion il faut faire. En fait, lorsque l’on doit
mettre le service, les placards, c’est à nous de faire la médiation. Les animateurs font le lien entre la
communauté et le chef du projet. On est des médiateurs, on crée un lien avec les futurs clients. En plus, ces
gens, personne ne leur parlait avant, alors on est en général, bien accueilli car on les considère, on les
écoute…
Quel est le but des ces réunions ?
Notre but est d’obtenir l’adhésion avant d’installer le service. Dans les focus groupes, il faut faire
participer, impliquer le client dans le projet, l’amener à s’exprimer sur le projet. Pour les réunions
communautaires, en général, il faut informer. C’est plus global. On parle des travaux, du coût du service,
on présente la Lydec.
Travaillez-vous avec les femmes et les hommes ?
Oui. Complètement. Avec les deux. Et les enfants aussi. Les femmes, c’est vraiment important de
s’adresser à elles car elles gèrent l’eau au quotidien. Dans les zones rurales, les femmes et les enfants
s’occupent de l’eau et doivent aller la chercher, parfois sur plus de 5 kms. Pour elles, le service, c’est un
grand changement. C’est un luxe. C’est ce qu’elles attendent depuis souvent longtemps.
Quel est le lien entre l’eau et la femme pour vous ?
L’eau et la femme ? Pour moi, je dirai que c’est la gestion de l’eau pour la famille. C’est devoir aller
cherche l’eau, la stocker, compter les réserves… C’est une fatigue aussi. Porter l’eau, c’est difficile. IL faut
voir ces femmes et même les petites filles qui portent l’eau. Oui pour l’eau avec la femme, c’est gérer une
ressource qui est rare.
246.
38.
Mina KIRCHI, Animatrice, Douar Ouled Saleh, Lydec
Entretien avril 2007
Observation sur le terrain Ouled Saleh
Quel est votre métier ?
Je suis animatrice dans les quartiers qui bénéficient du programme INMAE. Je travaille surtout sur le
douar Rmel et le Douar Ouled Saleh.
Où se trouve Ouled Saleh ?
Il est en zone rurale, c’est un douar près de Bouskoura. Là bas, les femmes doivent aller chercher l’eau à
des puits.
Que devez-vous faire ?
Je vais voir les gens dans leur maison et je demande si ils veulent le service de l’eau. Je vais voir les gens,
je passe beaucoup de temps à discuter avec les communautés, les mères de famille surtout car ce sont elles
qui sont là pendant la journée. En fait, mon travail est d’expliquer l’arrivée de l’eau dans le foyer. La
connexion à l’eau peut prendre du temps, c’est pareil aussi pour la description de la communauté, c’est un
travail minutieux qui prend du temps. Il faut revenir souvent, il faut informer souvent… Mais c’est bien
parce qu’on apprend à connaître les familles, on apprend à connaître leurs difficultés.
Quel est le lien entre l’eau et la femme pour vous ?
Les femmes ressentent la fatigue de l’eau. Souvent elles savent que l’eau est sale. Elles doivent se déplacer
d’un point d’eau à un autre. Pour elles, pour nous, l’eau c’est la vie qui a une forte signification
symbolique.
247.
39.
Morad BELMINE, Animateur, Douar Lamkenssa, Lydec
Entretien mars 2007
Observation participante sur le terrain Lamkenssa.
Quel est votre métier ?
Je suis animateur dans les douars pour le programme Inmae à Lydec. Je travaille dans le douar Lamkenssa
pour informer les familles et obtenir leur accord pour apporter le service de l’eau.
Comment faites-vous pour convaincre ces personnes de prendre un service ?
On fait des focus groupe, on retourne très souvent dans les quartiers…
Très souvent ?
En fait, on y va presque tous les jours pendant les travaux surtout s’il y a du retard. Avant les travaux, on
apprend à connaître les populations donc on peut y aller d’une fois à plusieurs fois par semaine. Ca
dépend. On essaie de planifier des réunions régulières, de mobiliser les hommes et les femmes pour faires
des focus groupe… C’est long car les gens, ils sont sceptiques. Ils se demandent pourquoi on s’intéresse à
eux. Ce sont des gens pauvres qui vivent dans l’illégalité ou presque. Je veux dire, ces gens, ils ont pas
l’habitude qu’on s’intéresse à eux… Puis après quand les travaux sont finis, on revient pour faire des
réunions d’information surtout pour les bonnes pratiques et pour expliquer la facture.
Travaillez-vous avec des hommes et des femmes ?
On travaille avec les deux. Evidemment, ils ne jouent pas le même rôle. C’est vrai que l’homme décide
mais pour le décider, il faut parler à la femme car elle est plus sensible… Elle voit ce qu’apporte l’arrivée
de l’eau. Les hommes, ils savent mais ils ne le vivent pas au quotidien comme les femmes qui doivent
porter l’eau, la gérer… Qui vont prendre du temps pour s’en occuper. Les hommes, l’eau, elles arrivent
avec ou sans le robinet. Par contre, leur femme elle sera fatiguée parce qu’elle aura dû s’occuper d’aller
chercher l’eau…
pas tous les jours mais au moins deux fois par semaine avant les travaux. Ca dépend en fait. On travaille
aussi beaucoup avec les enfants car ils jouent beaucoup avec les déchets, et on essaie de leur expliquer les
dangers. Puis il faut les éduquer pour le futur, pour qu’ils connaissent les bonnes pratiques de l’eau.
Voyez-vous un lien particulier entre eau et femme ?
Oui. Bien sûr. Les femmes, elles gèrent l’eau pour la maison. Elles doivent la chercher, la stocker. Quand
on va dans les douars, ce sont souvent elles avec qui on parle en premier. Parce qu’elles ne travaillent pas
mais aussi parce qu’elles sont plus intéressées que les hommes. Elles comprennent ce que le service va
changer dans la vie quotidienne. Les hommes, ils ne le voient pas tout de suite. Ou disons qu’ils y font
moins attention que les femmes.
Avez-vous des réticences face à vos interventions ?
Globalement non. Ca dépend des quartiers. Sur Lamkenssa, pas vraiment. C’est un douar qui attend l’eau.
Même si le service est cher, les gens le veulent. L’autre problème c’est les travaux et le changement pour
les routes, les choses comme ça. Après, il n’y a pas de vraies résistances à ce qu’on apporte l’eau. On peut
rencontrer des gens qui n’en veulent pas à cause du prix surtout. Ils ont peur qu’on soit làpour les contrôler
à la place de l’Etat. C’est l’aspect officiel des choses qui peut les affecter. Sinon, les hommes ils nesont
globalement pas contre l’arrivée de l’eau si c’est votre question. Bien sûr il y en a plus réticents que
d’autres mais c’est pas une caractéristique. L’eau, en général, elle est attendue par les habitants.
248.
QUESTIONNAIRE SUR L’EAU ET VOUS, MAGAZINE DE LYONNAISE DES
EAUX CIBLE SUR LES FEMMES
13.
QUESTIONNAIRE « EAU ET VOUS »
I. Eau & Vous en général
II. La cible
III. Le support
IV. Impacts
V. Futur
Date : 8 octobre 2009
Nom
Prénom
Fonction
a.
:
:
:
Eau & Vous en général
Vous et l’Eau & Vous
1. Quel rôle jouez-vous dans la conception et réalisation de l’Eau & Vous ?
2. Depuis quand vous occupez-vous de l’Eau & Vous ?
Ligne éditoriale de l’Eau & Vous
3. Deviez-vous respecter une ligne éditoriale définie avant vous ? (Mettre une croix)
Oui :
Non :
4. Si oui, Laquelle ?
5. La ligne éditoriale a-t-elle évolué ?
6. Evolue-t-elle encore aujourd’hui ?
7. Qui rédige les articles ?
8. Doit-il respecter des consignes ? Lesquelles
9. Qui choisit les thèmes ?
10. Donnez les 3 valeurs de l’Eau & Vous
La finalité de l’Eau & Vous
11. A quel besoin l’Eau & Vous répondait à sa création ?
12. Classez ces finalités par ordre de priorités auxquelles doit répondre l’Eau & Vous. (Mettre le
chiffre dans la case selon l’importance. Par exemple : Information = 2 , Commerciale = 6 ,
249.
Pédagogique et éducative = 1 , Citoyenne = 3, Institutionnelle = 4, Publicitaire = 5)
Information
Commerciale
Pédagogique et éducative
Citoyenne
Institutionnelle
Publicitaire
13. Notez ces finalités sur une échelle de 1 à 5 (Mettre une croix dans la case correspondante)
14. (1 = pas important, 2 = peu important, 3 = moyennement important, 4 = important, 5 = très
important)
1
2
3
4
5
1. Information
2. Commerciale
3. Pédagogique et éducative
4. Citoyenne
5. Institutionnelle
6. Publicitaire
17. Auriez-vous d’autres priorités à citer / des commentaires ?
Les thèmes traités
18. Jusqu’à présent, quels étaient les thèmes privilégiés de l’Eau & Vous ? Notez par ordre
d’importance de 1 à 5
1
2
3
4
5
1. Société
2. Qualité de l’eau
3. Développement Durable
4. Cadre de vie
5. Usages de l’eau / Quotidien
6. Facture
7. Consommation
8. Santé
9. Environnement
10. Institutionnel
11. Technique (activités de LDE)
12. Disponibilité (services LDE)
13. L’information régionale / localité
19. Quels sont parmi ces thèmes, choisissez trois thèmes prédominants ?
1.
2.
3.
20. Selon vous, quels thèmes sont amenés à évoluer ? Si oui, quels thèmes sont amenés à disparaître
ou à prendre de l’importance ?
250.
Fonction prescriptive de l’Eau & Vous
21. Dites si vous d’accord avec les affirmations suivantes sur une échelle de 1 à 5 (1 = Pas d’accord, 2
= Plutôt pas d’accord, 3 = Plutôt d’accord, 4 = D’accord, 5 = Tout à fait d’accord)
L’Eau & Vous…
1
2
3
4
5
1. joue l’information pratique pour
prescrire un comportement
2. répond à un besoin d’information du
public
3. veut promouvoir des comportements
citoyens
4. veut faire connaître les activités de
distribution d’eau
5. veut sensibiliser aux enjeux liés à
l’eau (sécheresse, etc.)
6. veut transmettre des valeurs de
protection de l’environnement / eau
7. veut proposer des solutions aux
problèmes quotidiens liés à l’eau
8. veut rassurer le consommateur
II.
La cible
Définition de la cible
1.
Quelle est la cible principale de l’Eau & Vous ?
2.
Pourquoi avoir choisi cette cible ?
3.
A quel point détermine-t-elle les choix faits ?
4.
Eau & Vous et les femmes
5.
Notez de 1 à 5 l’importance des sujets liés à la femme dans l’Eau & Vous :
…
/5
6.
L’articulation technique / activités d’un distributeur d’eau et femmes vous semble-t-il
Facile ?
…
/5
Logique ?
…
/5
Inédite ?
…
/5
Contradictoire ? …
/5
7.
Selon vous, comment fait-on pour parler d’assainissement à une femme mère au foyer de moins de
50 ans ? (Principes essentiels)
8.
Quelle est la tonalité privilégiée par l’Eau & Vous pour s’adresser aux femmes sur :
-
9.
des sujets techniques ?
des sujets d’éducation ?
des sujets d’organisation / de la maison ?
Selon vous, quelle image de la femme véhicule l’Eau & Vous ?
251.
III.
Le support
Couverture
1.
Sur 10 numéros l’Eau & Vous, il y a 7 petites filles, 2 femmes et 1 garçon. Vous l’expliquez à
quoi ?
2.
Est-ce volontaire, un hasard ou liés aux circonstances (ligne éditoriale, contraintes de temps, etc.) ?
3.
Comment se fait le choix de la couverture ?
Contraintes et obstacles
4.
La saisonnalité, qui entraîne une certaine répétition tant en termes iconographiques que des conseils
donnés, peut-elle être un obstacle ? Pourquoi ?
5.
Les contraintes de temps et de format jouent-elles sur le contenu du magazine ? Si oui, en quoi ?
6.
Quelles sont les autres contraintes notamment internes à l’entreprise ?
IV.
Impacts
1.
Mesurez-vous régulièrement l’impact interne et externe de l’Eau & Vous ?
2.
Quelles sont les réactions sur ce magazine ?
V.
Futur
1.
Selon vous, quel est le futur de l’Eau & Vous dans votre entreprise ?
2.
Est-il appelé à évoluer ? Si oui, comment ?
Vos commentaires et remarques sur ce questionnaire
Merci de votre temps.
252.
15.
REPONSES AU QUESTIONNAIRE SUR L’EAU & VOUS
Liste des réponses
1.
Julie CARCAUD, Rédactrice en Chef de L’Eau et vous
2.
Pierre DRILLON, Chargé de communication IDF Nord Picardie, Lyonnaise des Eaux
3.
Sophie MOLINA, Chargée de communication SDEI Languedoc & LDE Languedoc
Roussillon, Lyonnaise des Eaux
4.
Valérie TORDEUR, Chargée de communication région Nord Littoral, Lyonnaise des Eaux
5.
Pierre Tré-Hardy, Responsable Communication et Développement Durable – Région Côte
d’Azur, Lyonnaise des Eaux
6.
Caroline POLLET, Chef de projet Eau & Vous, Textuel
1.
Julie CARCAUD, Rédactrice en Chef de L’Eau et vous
Questionnaire « Eau et Vous »
Date : Novembre 2007
Nom
Prénom
Fonction
: CARCAUD
: Julie
: Rédactrice en Chef Eau et vous
I. Eau & Vous en général
Vous et l’Eau & Vous
1. Quel rôle jouez-vous dans la conception et réalisation de l’Eau & Vous ?
Rédactrice en chef sur les pages nationales + coordination éditoriale et suivi sur l’ensemble de l’opération
2. Depuis quand vous occupez-vous de l’Eau & Vous ?
En tant que Rédactrice en chef depuis septembre 2003
Ligne éditoriale de l’Eau & Vous
3. Deviez-vous respecter une ligne éditoriale définie avant vous ? (Mettre une croix)
Oui
:x
Non
:
4. Si oui, Laquelle ?
Le magazine de l’eau au quotidien : une information concrète, pratique et de proximité sur l’eau et ses
usages dans la maison.
5. La ligne éditoriale a-t-elle évolué ?
Pas pour l’instant
6. Evolue-t-elle encore aujourd’hui ?
Etude en cours pour la mise en place d’Eau et Vous 2 avec une ligne éditorial plus « relationnelle » plus
axée sur la promotion des services maison. (mise en place prévue d’un pack de services optionnels payants
pour les clients particuliers).
7. Qui rédige les articles ?
Des journalistes pigistes encadrés par Textuel
8. Doit-il respecter des consignes ?
253.
Evidemment : il doit s’inscrire dans l’esprit et le ton du magazine et suivre le brief issu de la feuille de
route rédigée par le correspondant local et qui défini le sujet, l’angle et le calibrage.
9. Qui choisit les thèmes ?
Un comité éditorial national pour les pages nationales et les responsables de com’ régionaux
(éventuellement dans le cadre d’un comité local)
10. Donnez les 3 valeurs de l’Eau & Vous
proximité
praticité / valeur d’usage
La finalité de l’Eau & Vous
11. A quel besoin l’Eau & Vous répondait à sa création ?
La nécessité de mettre en place une information régulière et de proximité pour matérialiser une relation de
confiance et dans la durée avec les clients consommateurs.
12. Classez ces finalités par ordre de priorités auxquelles doit répondre l’Eau & Vous. (Mettre le chiffre
dans la case selon l’importance. Par exemple : Information = 2 , Commerciale = 6 , Pédagogique et
éducative = 1 , Citoyenne = 3, Institutionnelle = 4, Publicitaire = 5)
Information
Commerciale
Pédagogique et éducative
Citoyenne
Institutionnelle
Publicitaire
1
5
2
3
4
6
13. Notez ces finalités sur une échelle de 1 à 5 (Mettre une croix dans la case correspondante)
(1 = pas important, 2 = peu important, 3 = moyennement important, 4 = important, 5 = très
important)
1
1. Information / conseil
2. Commerciale /clientèle
3. Pédagogique et éducative
4. Citoyenne
5. Institutionnelle
6. Publicitaire
2
3
4
5
x
x
X
x
X
x
14. Auriez-vous d’autres priorités à citer / des commentaires ?
La dimension conseil est importante dans la mesure où l’information et le conseil sont vécu comme des
éléments à part entière du service rendu… d’où l’importance de la valeur d’usage du magazine.
Les thèmes traités
15. Jusqu’à présent, quels étaient les thèmes privilégiés de l’Eau & Vous ? Notez par ordre d’importance
de 1 à 5
1
1. Société
2. Qualité de l’eau
3. Développement Durable
2
x
3
4
5
x
x
254.
4. Cadre de vie
5. Usages de l’eau / Quotidien
6. Facture
7. Consommation
8. Santé
9. Environnement
10. Institutionnel
11. Technique (activités de LDE)
12. Disponibilité (services LDE)
13. L’information régionale / localité
x
x
x
X
x
x
x
x
x
16. Quels sont parmi ces thèmes, choisissez trois thèmes prédominants ?
1.Qualité de l’eau et santé
2.usage et conso / quotidien
3.facture et prix de l’eau
17. Selon vous, des thèmes seront-ils amenés à évoluer ? Si oui, quels thèmes sont amenés à disparaître ou
à prendre de l’importance ?
La dimension service (disponibilité) va probablement prendre de l’importance… avec la volonté de plus
promouvoir d’éventuels développement de services payants.
Les aspects liés au prix et à la facture vont probablement être assez présent en 2007… puisque la sphère
éco / gestion / transparence est un axe majeur de notre politique de com’ cette année.
La dimension environnement / développement durable est également plutôt en augmentation… suite au
lancement des engagements DD.
Fonction prescriptive de l’Eau & Vous
18. Dites si vous d’accord avec les affirmations suivantes sur une échelle de 1 à 5 (1 = Pas d’accord, 2 =
Plutôt pas d’accord, 3 = Plutôt d’accord, 4 = D’accord, 5 = Tout à fait d’accord)
L’Eau & Vous…
1
2
3
4
5
1. joue l’information pratique pour
x
prescrire un comportement
2. répond à un besoin d’information du
x
public avant tout
3. veut promouvoir des comportements
x
citoyens
4. veut faire connaître les activités de
x
distribution d’eau
5. veut sensibiliser aux enjeux liés à
x
l’eau (sécheresse, etc.)
6. veut transmettre des valeurs de
x
protection de l’environnement / eau
7. veut proposer des solutions aux
x
problèmes quotidiens liés à l’eau
8. veut rassurer le consommateur
x
II. La cible
Définition de la cible
1. Quelle est la cible principale de l’Eau & Vous ?
L’ensemble des foyers des communes desservies par LDE… et en particulier les Femmes
255.
2. Pourquoi avoir choisi cette cible ?
Parce que ce sont elles qui la plupart du temps prescrive les comportement de consommation au sein de la
famille et transmettent ces habitudes aux enfants.
3. A quel point détermine-t-elle les choix faits ?
… je ne comprends pas la question…
Je pense que la mère de famille est en particulier celle qui s’occupe de toute la sphère santé / alimentation
et en cela influe sur la considération de l’eau du robinet… si la mère de famille a confiance dans l’eau du
robinet, elle transmettra cette confiance à ses enfants.
C’est également elle qui fait les courses dans une large majorité des foyers… donc elle qui décide
d’acheter des bouteilles d’eau ou pas !
Eau & Vous et les femmes
4. Notez de 1 à 5 l’importance des sujets liés à la femme dans l’Eau & Vous :
… 4/ 5
5.
-
L’articulation technique / activités d’un distributeur d’eau et femmes vous semble-t-il
Facile ?
…
/5
Logique ?
…
/5
Inédite
?
…
/5
Contradictoire ? …
/5
6. Selon vous, comment fait-on pour parler d’assainissement à une femme mère au foyer de moins de 50
ans ? (Principes essentiels)
L’articulation protection de l’environnement => protection du cadre de vie => protection des ressources en
eau => préservation de la santé me semble essentielle
Il me semble que les femmes sont globalement plus sensible au discours de développement durable sur la
préservation de notre environnement pour les générations futures.
7. Quelle est la tonalité privilégiée par l’Eau & Vous pour s’adresser aux femmes sur :
-
des sujets techniques ? => vulgarisation technique et pédagogie
-
des sujets d’éducation ?
discours d’experts extérieurs et conseils… voire coaching (dossier nutrition)
- des sujets d’organisation de la maison ?
pédagogique et pratique
8. Selon vous, quelle image de la femme véhicule l’Eau & Vous ?
Une femme moderne, plutôt urbaine, active, qui réfléchit et veut comprendre… tout en se faisant
plaisir ! ! ! !
WAOUH !… c’est tout moi !
III. Le support
Couverture
i. Sur 10 numéros l’Eau & Vous, il y a 7 petites filles, 2 femmes et 1 garçon. A quoi Vous l’expliquezvous ?
256.
Pour établir une connivence avec la cible… si on me parle de mes enfants ça m’intéresse… et aussi par
pur choix esthétique !
Il faut vraiment miser sur une photo qui attire l’œil qui soit belle et colorée. Si possible avec un "« regard »
Nous avons essayé des hommes… mais ça fait tout de suite magazine gay ! !
2. Est-ce volontaire, un hasard ou liés aux circonstances (ligne éditoriale, contraintes de temps, etc.) ?
Cf ci-dessus
3. Comment se fait le choix de la couverture ?
Textuel nous fait une série de proposition en accord avec la saison et le thème du dossier… et nous
choisissons en fonction de nos goûts
Contraintes et obstacles
4. La saisonnalité qui entraîne une certaine répétition tant en termes iconographiques et de prescriptions
de conseils peut-elle être un obstacle ? Pourquoi ?
… pas vraiment car la périodicité est trop lâche pour qu’il y ait un effet de répétition… négatif.
En outre, il y a pas mal de choses simples qu’on peut dire et redire à l’infini… pour qu’elles soient
comprises
5. Les contraintes de temps et de format jouent-elles sur le contenu du magazine ? Si oui, en quoi ?
Le format c’est sûr…. Mais le magazine est conçu sur 8 pages et il faut s’y tenir… plusieurs fois nous
avons été tentés de mettre un supplément… mais contraintes de coût !
Le temps n’est pas une vraie contrainte… nous pouvons largement anticiper. Si chacun joue correctement
son rôle dans le dispositif on respecte le planning !
6. Quelles sont les autres contraintes notamment internes à l’entreprise ?
Le coût principalement
Les décalages entre des souhaits de communications régionaux et des messages nationaux
Les décalages entre les sujets (et leur traitement souhaité) régionaux et la ligne éditoriale => toujours une
tendance à dériver vers des sujets trop techniques ou trop « commerciaux » complètement hors des
préoccupations de la cible.
La diversité des profils du réseau des communicants… et du coup la difficulté pour certains de bien jouer
le jeu… et rester dans la ligne éditoriale… ou même dans la logique du lecteur.
IV. Impacts
1. Mesurez-vous régulièrement l’impact interne et externe de l’Eau & Vous ?
Baromètre Sofrès externe 1 fois par an en été suite à la diffusion de l’eau et vous Printemps été.
2. Quelles sont les réactions sur ce magazine ?
Globalement bonnes. Selon le Sofrès, les lecteurs de l’eau et vous sont globalement plus satisfaits que les
clients non lecteurs
V. Futur
1. Selon vous, quel est le futur de l’Eau & Vous dans votre entreprise ?
Ce magazine me semble bien installé… à condition qu’il sache évoluer pour coller aux besoin de
communication de l’entreprise : aller vers du plus « relationnel »… voire à terme vers du
« transactionnel » pour porter, promouvoir et vendre les services LDE.
2. Est-il appelé à évoluer ? Si oui, comment ?
257.
2.
Pierre DRILLON, Chargé de communication IDF Nord Picardie, Lyonnaise des Eaux
Questionnaire « Eau et Vous »
Date Novembre 2007
Nom
Prénom
Fonction
: Drillon
: Pierre
: Resp. communication
II. Eau & Vous en général
Vous et l’Eau & Vous
1.
Quel rôle jouez-vous dans la conception et réalisation de l’Eau & Vous ?
Réalisation des 3 pages régionales
2.
Depuis quand vous occupez-vous de l’Eau & Vous ?
Un an et demi
Ligne éditoriale de l’Eau & Vous
3.
Deviez-vous respecter une ligne éditoriale définie avant vous ? (Mettre une croix)
Oui
:
Non
:x
4.
Si oui, Laquelle ?
5.
La ligne éditoriale a-t-elle évolué ?
Mise en avant des compétences techniques de LDE + qualité de l’eau distribuée (suivi du cycle,
contrôles…)
6.
Evolue-t-elle encore aujourd’hui ?
7.
Qui rédige les articles ?
Pigiste + moi
8.
Doit-il respecter des consignes ?
Oui : feuille de route
9.
Qui choisit les thèmes ?
Moi
10. Donnez les 3 valeurs de l’Eau & Vous
Transparence, informations pratiques, bien-être
La finalité de l’Eau & Vous
11. A quel besoin l’Eau & Vous répondait à sa création ?
12.
Classez ces finalités par ordre de priorités auxquelles doit répondre l’Eau & Vous. (Mettre le chiffre
dans la case selon l’importance. Par exemple : Information = 2 , Commerciale = 6 , Pédagogique et
éducative = 1 , Citoyenne = 3, Institutionnelle = 4, Publicitaire = 5)
Information
Commerciale
Pédagogique et éducative
1
>5
2
258.
Citoyenne
Institutionnelle
Publicitaire
3
4
6
13. Notez ces finalités sur une échelle de 1 à 5 (Mettre une croix dans la case correspondante)
(1 = pas important, 2 = peu important, 3 = moyennement important, 4 = important, 5 = très important)
1
5
3
5
4
3
2
1. Information
2. Commerciale
3. Pédagogique et éducative
4. Citoyenne
5. Institutionnelle
6. Publicitaire
14.
2
3
4
5
Auriez-vous d’autres priorités à citer / des commentaires ?
Les thèmes traités
15. Jusqu’à présent, quels étaient les thèmes privilégiés de l’Eau & Vous ? Notez par ordre
d’importance de 1 à 5
1
1. Société
2. Qualité de l’eau
3. Développement Durable
4. Cadre de vie
5. Usages de l’eau / Quotidien
6. Facture
7. Consommation
8. Santé
9. Environnement
10. Institutionnel
11. Technique (activités de LDE)
12. Disponibilité (services LDE)
13. L’information régionale / localité
16.
2
3
4
5
3
1
1
3
3
3
2
3
3
3
4
3
2
Quels sont parmi ces thèmes, choisissez trois thèmes prédominants ?
1. qualité
2. technicité
3. info régionale/locale
17. Selon vous, des thèmes seront-ils amenés à évoluer ? Si oui, quels thèmes sont amenés à disparaître
ou à prendre de l’importance ?
Fonction prescriptive de l’Eau & Vous
18. Dites si vous d’accord avec les affirmations suivantes sur une échelle de 1 à 5 (1 = Pas d’accord, 2 =
Plutôt pas d’accord, 3 = Plutôt d’accord, 4 = D’accord, 5 = Tout à fait d’accord)
L’Eau & Vous…
1
1. joue l’information pratique pour
prescrire un comportement
259.
2
3
4
X
5
2. répond à un besoin d’information du
public avant tout
3. veut promouvoir des comportements
citoyens
4. veut faire connaître les activités de
distribution d’eau
5. veut sensibiliser aux enjeux liés à
l’eau (sécheresse, etc.)
6. veut transmettre des valeurs de
protection de l’environnement / eau
7. veut proposer des solutions aux
problèmes quotidiens liés à l’eau
8. veut rassurer le consommateur
III.
X
X
X
X
X
X
X
La cible
Définition de la cible
1. Quelle est la cible principale de l’Eau & Vous ?
Utilisateurs – grand public
2. Pourquoi avoir choisi cette cible ?
Public prescripteur
3. A quel point détermine-t-elle les choix faits ?
Eau & Vous et les femmes
4. Notez de 1 à 5 l’importance des sujets liés à la femme dans l’Eau & Vous :
3/5
5. L’articulation technique / activités d’un distributeur d’eau et femmes vous semble-t-il
Facile ?
3
/5
Logique ?
3
/5
Inédite
?
…
/5
Contradictoire ? … / 5
6. Selon vous, comment fait-on pour parler d’assainissement à une femme mère au foyer de moins de 50
ans ? (Principes essentiels)
On lui parle du devenir de la planète où grandissent ses enfants
7. Quelle est la tonalité privilégiée par l’Eau & Vous pour s’adresser aux femmes sur :
- des sujets techniques ?
Qualité
- des sujets d’éducation ?
DD
- des sujets d’organisation de la maison ?
Trucs et astuces
8. Selon vous, quelle image de la femme véhicule l’Eau & Vous ?
Positive.
260.
IV.
Le support
Couverture
1.
Sur 10 numéros l’Eau & Vous, il y a 7 petites filles, 2 femmes et 1 garçon. A quoi Vous
l’expliquez-vous ?
Les enfants sont les adultes de demain + « sujets » fédérateurs
2.
Est-ce volontaire, un hasard ou liés aux circonstances (ligne éditoriale, contraintes de temps, etc.) ?
3.
Comment se fait le choix de la couverture ?
Par le siège
Contraintes et obstacles
4.
La saisonnalité qui entraîne une certaine répétition tant en termes iconographiques et de
prescriptions de conseils peut-elle être un obstacle ? Pourquoi ?
5.
On commence à avoir fait le tour des sujets
Les contraintes de temps et de format jouent-elles sur le contenu du magazine ? Si oui, en quoi ?
6.
Quelles sont les autres contraintes notamment internes à l’entreprise ?
Le manque de délais d’un numéro à l’autre
IV. Impacts
1.
Mesurez-vous régulièrement l’impact interne et externe de l’Eau & Vous ?
Oui
2. Quelles sont les réactions sur ce magazine ?
Positives
V. Futur
1.
Selon vous, quel est le futur de l’Eau & Vous dans votre entreprise ?
La formule devra évoluer pour éviter un essouflement
2.
Est-il appelé à évoluer ? Si oui, comment ?
Vos commentaires et remarques sur ce questionnaire
Intéressant
261.
3.
Sophie MOLINA, Chargée de communication SDEI Languedoc & LDE Languedoc
Roussillon, Lyonnaise des Eaux
Questionnaire « Eau et Vous »
Date : Novembre 2007
Nom
Prénom
Fonction
I.
: Molina
: Sophie
: chargée de communication Sdei Languedoc & LDE Languedoc Roussillon
Eau & Vous en général
Vous et l’Eau & Vous
1. Quel rôle jouez-vous dans la conception et réalisation de l’Eau & Vous ?
Choix des sujets pour deux éditions (Languedoc Roussillon et Languedoc Aveyron), recherche d’icono,
transmission de matières première quand elle existe (précédents articles de presse ou de jiurnal interne sur
le sujet par ex) interface entre la journaliste Eau et Vous et les interviewes dans mes CR
2. Depuis quand vous occupez-vous de l’Eau & Vous ?
Depuis sa création
Ligne éditoriale de l’Eau & Vous
3. Deviez-vous respecter une ligne éditoriale définie avant vous ? (Mettre une croix)
Oui
:
Non
:x
Si oui, Laquelle ?
4. La ligne éditoriale a-t-elle évolué ?
Les deux premiers numéros étaient si je me rappelle très tournée que eau, uis ouverture à asst et
environnement
Ajout service lecteur
5. Evolue-t-elle encore aujourd’hui ?
je crois mais n’ai pas encore pris connaissance du CR du dernier comité de rédaction
6. Qui rédige les articles ?
journaliste eau et vous (il y a d’autres façons de faire ?)
7. Doit-il respecter des consignes ?
Consignes nationales sur angle « conso »
8. Qui choisit les thèmes ?
Comité de rédaction pour sujets nationaux
moi pour sujets Cr (avec validation DCr et chefs agence iu experts Cr concernés)
9.
Donnez les 3 valeurs de l’Eau & Vous
?
262.
La finalité de l’Eau & Vous
10. A quel besoin l’Eau & Vous répondait à sa création ?
Améliorer l’information des consommateurs (défaut entre autre noté dans le Sofres)
11. Classez ces finalités par ordre de priorités auxquelles doit répondre l’Eau & Vous. (Mettre le
chiffre dans la case selon l’importance. Par exemple : Information = 2 , Commerciale = 6 ,
Pédagogique et éducative = 1 , Citoyenne = 3, Institutionnelle = 4, Publicitaire = 5)
Information
Commerciale
Pédagogique et éducative
Citoyenne
Institutionnelle
Publicitaire
1
6
2
5
4
3
12. Notez ces finalités sur une échelle de 1 à 5 (Mettre une croix dans la case correspondante)
(1 = pas important, 2 = peu important, 3 = moyennement important, 4 = important, 5 = très important)
1
1. Information
2. Commerciale
3. Pédagogique et éducative
4. Citoyenne
5. Institutionnelle
6. Publicitaire
2
3
4
5
x
x
x
x
x
x
13. Auriez-vous d’autres priorités à citer / des commentaires ?
Les thèmes traités
14. Jusqu’à présent, quels étaient les thèmes privilégiés de l’Eau & Vous ? Notez par ordre d’importance
de 1 à 5
(1 le plus faible et 5 le plus important comme tableau précédent ?)
1
2
3
4
5
1. Société
x
2. Qualité de l’eau
x
3. Développement Durable
x
4. Cadre de vie
x
5. Usages de l’eau / Quotidien
x
6. Facture
x
7. Consommation
8. Santé
x
9. Environnement
x
10. Institutionnel
x
11. Technique (activités de LDE)
x
12. Disponibilité (services LDE)
x
13. L’information régionale / localité
x
15. Quels sont parmi ces thèmes, choisissez trois thèmes prédominants ?
1. qualité eau et santé
2. développement durable et cadre de vie
3. disponibilité
16. Selon vous, des thèmes seront-ils amenés à évoluer ? Si oui, quels thèmes sont amenés à disparaître ou
263.
à prendre de l’importance ?
les thèmes régionaux permettent-ils vraiment de faire du local à l’échelle de 4 ou 5 sujets pour tout un
CR ? Je ne le crois pas. Mais même si ça ne devrait pas être une fiabilité de l’eau et vous, les chefs
d’agence sont attachés à ces infos locales d’un point de vue commercial
Fonction prescriptive de l’Eau & Vous
17. Dites si vous d’accord avec les affirmations suivantes sur une échelle de 1 à 5 (1 = Pas d’accord, 2 =
Plutôt pas d’accord, 3 = Plutôt d’accord, 4 = D’accord, 5 = Tout à fait d’accord)
L’Eau & Vous…
1
2
3
4
5
1. joue l’information pratique pour
x
prescrire un comportement
2. répond à un besoin d’information du
x
public avant tout
3. veut promouvoir des comportements
x
citoyens
4. veut faire connaître les activités de
x
distribution d’eau
5. veut sensibiliser aux enjeux liés à
x
l’eau (sécheresse, etc.)
6. veut transmettre des valeurs de
x
protection de l’environnement / eau
7. veut proposer des solutions aux
x
problèmes quotidiens liés à l’eau
8. veut rassurer le consommateur
x
III. La cible
Définition de la cible
1. Quelle est la cible principale de l’Eau & Vous ?
Consommateurs (qui d’autres ???)
2. Pourquoi avoir choisi cette cible ?
Raison d’être de l’Eau et vous ! Pour les autes cibles, il ya d’autres supports (ea service pour élus et eaux
vives pour interne)
3. A quel point détermine-t-elle les choix faits ?
On ne choisit pas les sujets que demande notre cible mais ceux que l’on veut qu’ils connaissent
Eau & Vous et les femmes
4. Notez de 1 à 5 l’importance des sujets liés à la femme dans l’Eau & Vous :
? / 5 ne comprends pas cet angle d’analyse (oui bien sûr on peut penser qu’il ya plus de femme que
d’hommes qui lisent les prospectus dans leur boite aux lettres)
5. L’articulation technique / activités d’un distributeur d’eau et femmes vous semble-t-il
- Facile ?
?
/5
- Logique ?
?
/5
- Inédite
?
?
/5
- Contradictoire ? ? / 5
6. Selon vous, comment fait-on pour parler d’assainissement à une femme mère au foyer de moins de 50
ans ? (Principes essentiels)
Ne comprends pas cet angle
264.
7. Quelle est la tonalité privilégiée par l’Eau & Vous pour s’adresser aux femmes sur :
- des sujets techniques ?
idem
- des sujets d’éducation ?
idem
- des sujets d’organisation de la maison ?
idem
8. Selon vous, quelle image de la femme véhicule l’Eau & Vous ?
je ne vois pas en quoi l’eau et vous est censé véhiculer une image de la femme .
Il est là pour véhiculer une image de la société LDE
a.
Le support
Couverture
1.
Sur 10 numéros l’Eau & Vous, il y a 7 petites filles, 2 femmes et 1 garçon. A quoi Vous
l’expliquez-vous ?
Facilité d’utiliser des images d’enfants dans notre société pour déclencher l’affect
2.
Est-ce volontaire, un hasard ou liés aux circonstances (ligne éditoriale, contraintes de temps, etc.) ?
voir au dessus
3.
Comment se fait le choix de la couverture ?
Ne sais pas
Contraintes et obstacles
1.
La saisonnalité qui entraîne une certaine répétition tant en termes iconographiques et de
prescriptions de conseils peut-elle être un obstacle ? Pourquoi ?
Monotonie
2.
Les contraintes de temps et de format jouent-elles sur le contenu du magazine ? Si oui, en quoi ?
Oui, pas la possibilité de coller à l’actualité. Prendre des sujets sans danger 6 mois avant la sortie
3.
Quelles sont les autres contraintes notamment internes à l’entreprise ?
b. Impacts
1. Mesurez-vous régulièrement l’impact interne et externe de l’Eau & Vous ?
non
2. Quelles sont les réactions sur ce magazine ?
pas de retour en direct
c. Futur
1. Selon vous, quel est le futur de l’Eau & Vous dans votre entreprise ?
nsp
2.
Est-il appelé à évoluer ? Si oui, comment ?
l’aspect conso est semble-t-il bien perçu. les pages 2 et 3 n’aportent à mon avis pas grand-chose
265.
(répétitives et pas très intéressante – peuvent décourager d’aller plus loin)
Vos commentaires et remarques sur ce questionnaire
266.
4.
Valérie TORDEUR, Chargée de communication région Nord Littoral, Lyonnaise des
Eaux
Nom
Prénom
Fonction
I.
: Tordeur
: Valérie
: responsable Communication
Eau & Vous en général
Vous et l’Eau & Vous
1.
Quel rôle jouez-vous dans la conception et réalisation de l’Eau & Vous ?
Participe au comité de rédaction national
Et choisit et pré-rédige les articles locaux pour le Centre régional nord littoral
2.
Depuis quand vous occupez-vous de l’Eau & Vous ?
Depuis ma prise de poste en octobre 04
Ligne éditoriale de l’Eau & Vous
3.
Deviez-vous respecter une ligne éditoriale définie avant vous ? (Mettre une croix)
Oui : X
Non :
4.
Si oui, Laquelle ?
Celle définie par le siège, Julie Carcaud
5.
La ligne éditoriale a-t-elle évolué ?
6.
oui
Evolue-t-elle encore aujourd’hui ?
7.
Qui rédige les articles ?
Prérédaction dans la feuille d’angle par moi puis rédaction par journaliste de Textuel
8.
Doit-il respecter des consignes ?
9.
Qui choisit les thèmes ?
Moi en local mais en fonction de la ligne éditoriale
10. Donnez les 3 valeurs de l’Eau & Vous
Plaisir de l’eau
Eau à boire
pédagogie
La finalité de l’Eau & Vous
11. A quel besoin l’Eau & Vous répondait à sa création ?
Etre un magazine consommateur
12.
Classez ces finalités par ordre de priorités auxquelles doit répondre l’Eau & Vous. (Mettre le chiffre
dans la case selon l’importance. Par exemple : Information = 2 , Commerciale = 6 , Pédagogique et
éducative = 1 , Citoyenne = 3, Institutionnelle = 4, Publicitaire = 5)
Information
Commerciale
2
4
267.
Pédagogique et éducative
Citoyenne
Institutionnelle
Publicitaire
1
3
5
6
13. Notez ces finalités sur une échelle de 1 à 5 (Mettre une croix dans la case correspondante)
(1 = pas important, 2 = peu important, 3 = moyennement important, 4 = important, 5 = très important)
1
1. Information
2. Commerciale
3. Pédagogique et éducative
4. Citoyenne
5. Institutionnelle
6. Publicitaire
2
3
4
x
5
x
x
x
x
x
14. Auriez-vous d’autres priorités à citer / des commentaires ?
Les thèmes traités
15.
Jusqu’à présent, quels étaient les thèmes privilégiés de l’Eau & Vous ? Notez par ordre
d’importance de 1 à 5
1
2
1. Société
2. Qualité de l’eau
3. Développement Durable
4. Cadre de vie
5. Usages de l’eau / Quotidien
6. Facture
7. Consommation
8. Santé
9. Environnement
10. Institutionnel
11. Technique (activités de LDE)
12. Disponibilité (services LDE)
13. L’information régionale / localité
16.
3
x
4
5
x
x
Quels sont parmi ces thèmes, choisissez trois thèmes prédominants ?
1. usage
2. DD
3. consommation
17.
Selon vous, des thèmes seront-ils amenés à évoluer ? Si oui, quels thèmes sont amenés à disparaître
ou à prendre de l’importance ?
Cf 16
Fonction prescriptive de l’Eau & Vous
18.
Dites si vous d’accord avec les affirmations suivantes sur une échelle de 1 à 5 (1 = Pas d’accord, 2 =
Plutôt pas d’accord, 3 = Plutôt d’accord, 4 = D’accord, 5 = Tout à fait d’accord)
L’Eau & Vous…
268.
1
1. joue l’information pratique pour
prescrire un comportement
2. répond à un besoin d’information du
public avant tout
3. veut promouvoir des comportements
citoyens
4. veut faire connaître les activités de
distribution d’eau
5. veut sensibiliser aux enjeux liés à
l’eau (sécheresse, etc.)
6. veut transmettre des valeurs de
protection de l’environnement / eau
7. veut proposer des solutions aux
problèmes quotidiens liés à l’eau
8. veut rassurer le consommateur
II.
2
3
4
x
5
x
x
x
x
x
x
x
La cible
Définition de la cible
1.
Quelle est la cible principale de l’Eau & Vous ?
Les usagers des services de l’eau dont lde est délégataire
2.
Pourquoi avoir choisi cette cible ?
3.
A quel point détermine-t-elle les choix faits ?
Eau & Vous et les femmes
4.
Notez de 1 à 5 l’importance des sujets liés à la femme dans l’Eau & Vous :
… 5/ 5
5.
L’articulation technique / activités d’un distributeur d’eau et femmes vous semble-t-il
Facile ?
…
5/ 5
Logique ?
…
5/ 5
Inédite
?
…
l/ 5
Contradictoire ? … / 5
6.
Selon vous, comment fait-on pour parler d’assainissement à une femme mère au foyer de moins de
50 ans ? (Principes essentiels)
On lui explique où va l’eat et comment et pourquoi on la nettoie
7.
Quelle est la tonalité privilégiée par l’Eau & Vous pour s’adresser aux femmes sur :
-
des sujets techniques ?
-
des sujets d’éducation ?
-
des sujets d’organisation de la maison ?
8.
Selon vous, quelle image de la femme véhicule l’Eau & Vous ?
Image différente selon le texte et les photos : texte pour femmes qui gère la maison et la famille. Photos de
femmes jeunes et jolies plutot type célibataire. Image décalée par rapport à la cible
269.
III.
Le support
Couverture
1.
Sur 10 numéros l’Eau & Vous, il y a 7 petites filles, 2 femmes et 1 garçon. A quoi Vous
l’expliquez-vous ?
Visée pédagogique du support.
Femmes et filles relais dans la maison
2.
Est-ce volontaire, un hasard ou liés aux circonstances (ligne éditoriale, contraintes de temps, etc.) ?
Lié aux circonstances
3.
Comment se fait le choix de la couverture ?
Géré par Julie Carcaud qui propose parfois au comité de rédaction quand elle a un doute
Contraintes et obstacles
i.
La saisonnalité qui entraîne une certaine répétition tant en termes iconographiques et de
Prescriptions de conseils peut-elle être un obstacle ? Pourquoi ?
non
5.
Les contraintes de temps et de format jouent-elles sur le contenu du magazine ? Si oui, en quoi ?
non
6.
Quelles sont les autres contraintes notamment internes à l’entreprise ?
Difficulté à avoir de bonnes photos
Rédaction par les journalistes externes qui entraine beaucoup de corrections
IV. Impacts
1.
Mesurez-vous régulièrement l’impact interne et externe de l’Eau & Vous ?
non
2.
Quelles sont les réactions sur ce magazine ?
d.
Futur
1. Selon vous, quel est le futur de l’Eau & Vous dans votre entreprise ?
Une refonte avec texte beaucoup plus courts et sujets plus visuels
2. Est-il appelé à évoluer ? Si oui, comment ?
oui
Vos commentaires et remarques sur ce questionnaire
270.
5.
Pierre Tré-Hardy, Responsable Communication et Développement Durable – Région
Côte d’Azur, Lyonnaise des Eaux
Questionnaire « Eau et Vous »
Date : Novembre 2007
Nom
Prénom
Fonction
I.
: TRE-HARDY
: Pierre
: Resp. Communication et Développement Durable – Région Côte d’Azur
Eau & Vous en général
Vous et l’Eau & Vous
1.
Quel rôle jouez-vous dans la conception et réalisation de l’Eau & Vous ?
Membre du Comité de Rédaction national
Correspondant en région Côte d’Azur
2.
Depuis quand vous occupez-vous de l’Eau & Vous ?
Depuis le début (3 ou 4 ans ?)
Ligne éditoriale de l’Eau & Vous
3.
Deviez-vous respecter une ligne éditoriale définie avant vous ? (Mettre une croix)
Oui :
Non : X
4.
Si oui, Laquelle ?
5.
La ligne éditoriale a-t-elle évolué ?
Pas vraiment
6.
Evolue-t-elle encore aujourd’hui ?
La grande évolution est le « service lecteurs »
7.
Qui rédige les articles ?
70 % par des journalistes de l’Agence Textuel après interviews de contacts locaux
30 % moi
8.
Doit-il respecter des consignes ?
Oui
9.
Qui choisit les thèmes ?
En national : le comité de rédaction
En local : moi puis validation par DCR
10.
-
Donnez les 3 valeurs de l’Eau & Vous
Traitement de l’info concret
Traitement sous l’angle du « bénéfice lecteur »
« Rubriquage » clair et facile à lire
La finalité de l’Eau & Vous
11. A quel besoin l’Eau & Vous répondait à sa création ?
Posséder un vecteur de communication direct avec nos clients et maîtrisé par nous afin de répondre à
plusieurs objectifs (répondre aux attentes légitimes des clients en matière d’information ; rassurer les
271.
clients sur thèmes attendus ; posséder un outil de communication stratégique vis à vis des collectivités, des
associations, de la concurrence, etc.)
12.
Classez ces finalités par ordre de priorités auxquelles doit répondre l’Eau & Vous. (Mettre le chiffre
dans la case selon l’importance. Par exemple : Information = 2 , Commerciale = 6 , Pédagogique et
éducative = 1 , Citoyenne = 3, Institutionnelle = 4, Publicitaire = 5) : DE 1 (le plus important) A 7
(le moins important)
STRATEGIQUE
Information
Commerciale
Pédagogique et éducative
Citoyenne
Institutionnelle
Publicitaire
1
2
3
5
6
4
7
13.
Notez ces finalités sur une échelle de 1 à 5 (Mettre une croix dans la case correspondante)
(1 = pas important, 2 = peu important, 3 = moyennement important, 4 = important, 5 = très important)
1
2
3
4
5
1. Information
2. Commerciale
3. Pédagogique et éducative
4. Citoyenne
5. Institutionnelle
6. Publicitaire
14.
Auriez-vous d’autres priorités à citer / des commentaires ?
Les thèmes traités
15.
Jusqu’à présent, quels étaient les thèmes privilégiés de l’Eau & Vous ? Notez par ordre
d’importance de 1 à 5
1
1. Société
2. Qualité de l’eau
3. Développement Durable
4. Cadre de vie
5. Usages de l’eau / Quotidien
6. Facture
7. Consommation
8. Santé
9. Environnement
10. Institutionnel
11. Technique (activités de LDE)
12. Disponibilité (services LDE)
13. L’information régionale / localité
16.
2
3
4
5
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
x
Quels sont parmi ces thèmes, choisissez trois thèmes prédominants ?
1. Qualité eau
2.santé
272.
3.DD
17.
Selon vous, des thèmes seront-ils amenés à évoluer ? Si oui, quels thèmes sont amenés à
disparaître ou à prendre de l’importance ?
Prendre de l’importance :
DD, Cadre de vie et environnement (même thématique, finalement)
Fonction prescriptive de l’Eau & Vous
18.
Dites si vous d’accord avec les affirmations suivantes sur une échelle de 1 à 5 (1 = Pas d’accord, 2
= Plutôt pas d’accord, 3 = Plutôt d’accord, 4 = D’accord, 5 = Tout à fait d’accord)
L’Eau & Vous…
1
2
3
4
5
1. joue l’information pratique pour
x
prescrire un comportement
2. répond à un besoin d’information du
x
public avant tout
3. veut promouvoir des comportements
X1
citoyens
4. veut faire connaître les activités de
x
distribution d’eau
5. veut sensibiliser aux enjeux liés à
x
l’eau (sécheresse, etc.)
6. veut transmettre des valeurs de
x
protection de l’environnement / eau
7. veut proposer des solutions aux
x
problèmes quotidiens liés à l’eau
8. veut rassurer le consommateur
x
II.
La cible
Définition de la cible
1.
Quelle est la cible principale de l’Eau & Vous ?
Consommateurs. Femme en priorité.
2.
Pourquoi avoir choisi cette cible ?
Parce qu’elle lit plus ce type de magazine et d’info que les autres
3.
A quel point détermine-t-elle les choix faits ?
Insuffisamment à ce jour
Eau & Vous et les femmes
4.
Notez de 1 à 5 l’importance des sujets liés à la femme dans l’Eau & Vous :
… /5
5.
-
L’articulation technique / activités d’un distributeur d’eau et femmes vous semble-t-il
Facile ?
…
3/ 5
Logique ?
…
3/ 5
Inédite
?
…
3/ 5
Contradictoire ? …
3/ 5
6.
Selon vous, comment fait-on pour parler d’assainissement à une femme mère au foyer de moins de
50 ans ? (Principes essentiels)
273.
Santé
Respect de l’environnement
Cadre de vie
7.
Quelle est la tonalité privilégiée par l’Eau & Vous pour s’adresser aux femmes sur :
des sujets techniques ?
aspects pratiques liés au foyer
des sujets d’éducation ?
enjeux santé et environnement
des sujets d’organisation de la maison ?
aspects pratiques
8.
Selon vous, quelle image de la femme véhicule l’Eau & Vous ?
La Femme contemporaine
III.
Le support
Couverture
1.
Sur 10 numéros l’Eau & Vous, il y a 7 petites filles, 2 femmes et 1 garçon. A quoi Vous
l’expliquez-vous ?
Textuel n’arrive pas à trouver des images d’hommes ou de famille ad hoc
Les gros plans sur visage sont privilégiés
La cible (y compris les lecteurs « secondaires : hommes et jeunes) l’autorise
2.
Est-ce volontaire, un hasard ou liés aux circonstances (ligne éditoriale, contraintes de temps, etc.) ?
Cf ci-dessus. J’ajoute que c’est regrettable et que je me bas constamment contre ce constat
3.
Comment se fait le choix de la couverture ?
Essentiellement par la direction communication LDE, qui propose après sa propre sélection un choix
fermé de 2 visuels
Contraintes et obstacles
4.
La saisonnalité qui entraîne une certaine répétition tant en termes iconographiques et de
prescriptions de conseils peut-elle être un obstacle ? Pourquoi ?
Non. Parce qu’entre deux saisons les lecteurs oublient l’info donnée précédemment et parce que cela nous
oblige à faire un effort d’imagination et de pertinence utile au magazine et à l’entreprise en général.
5.
Les contraintes de temps et de format jouent-elles sur le contenu du magazine ? Si oui, en quoi ?
Oui (en prenant également en compte la contrainte budgétaire) :nombre de pages, pas de vrai dossier de
fond, pas de rubrique « les animaux…de compagnie et l’eau », pas d’interview de personnalités
reconnues, etc.) mais cela n’est pas forcément gênant. Cela nécessiterait en tous cas de repenser
entièrement la ligne éditoriale.
6.
Quelles sont les autres contraintes notamment internes à l’entreprise ?
Comme d’hab’ : les besoins des diverses directions fonctionnelles…
IV.
Impacts
1.
Mesurez-vous régulièrement l’impact interne et externe de l’Eau & Vous ?
Oui : indirectement via baromètre sofrès + enquête auprès des agents LDE
274.
2.
Quelles sont les réactions sur ce magazine ?
Bonnes même s’il ne crée pas le délire des foules
V.
Futur
1.
Selon vous, quel est le futur de l’Eau & Vous dans votre entreprise ?
Cf conclusions des questions précédentes + « relookage » possible
2.
Est-il appelé à évoluer ? Si oui, comment ?
Cf question précédente
Vos commentaires et remarques sur ce questionnaire
Certaines questions (en particulier celles du début) auraient pu être évitées car la direction / siège pouvait y
répondre 1 fois pour tous, à la place de chacun… A moins qu’il ne s’agisse dé vérifier si chaque membre
du comité de rédaction a la même vision de ce sujets, auquel cas il aurait fallu ensuite proposer les
réponses « officielles » du siège afin de valider si leurs objectifs sont partagés par chaque membre du
Comité. (si c’est pas clair, me téléphoner)
Je souhaiterais recevoir le résultat du dépouillement de tous ces questionnaires.
275.
6.
Caroline POLLET, Chef de projet Eau & Vous, Textuel
Nom
Prénom
Fonction
I.
: Pollet
: Caroline
: Chef de projet - Agence Textuel – Groupe TBWA
Eau & Vous en général
Vous et l’Eau & Vous
1.
Quel rôle jouez-vous dans la conception et réalisation de l’Eau & Vous ?
Je participe à l’élaboration du sommaire en apportant du conseil et de l’expertise au comité éditorial puis
en arbitrant entre la ligne éditoriale du magazine, les besoins et envies de chaque région et les impératifs
de communication du siège.
Je coordonne ensuite la rédaction des feuilles de route, en confiant les feuilles de route des correspondants
à des journalistes, puis en les confiant à une secrétaire de rédaction, puis en récupérant les corrections des
correspondants régionaux et des interlocuteurs du siège. Je coordonne ensuite la mise en page de ces
éditions, en récupérant l’iconographie des régions et en recherchant des images banque pour certains sujets
dits « génériques ». Enfin je coordonne la gravure puis transmets les éléments techniques dont l’imprimeur
a besoin pour fabriquer le magazine, le blister qui l’enveloppe et les affiches qui font la publicité du
magazine dans les centres régionaux.
2.
Depuis quand vous occupez-vous de l’Eau & Vous ?
J’ai commencé à travailler sur ce support il y a deux ans.
Ligne éditoriale de l’Eau & Vous
3.
Deviez-vous respecter une ligne éditoriale définie avant vous ? (Mettre une croix)
Oui
:*
Non
:
4.
Si oui, Laquelle ?
L’eau et vous apporte de l’information sur l’eau du robinet, rassure le consommateur (côté santé) et le
conseille sur les aspects pratiques (maison, jardin). Jusqu’à présent, il vise un double objectif : enrichir la
relation à la marque et promouvoir l’eau du robinet.
5.
La ligne éditoriale a-t-elle évolué ?
Le magazine a cinq ans. Un seul test lecteur a été réalisé depuis la sortie du numéro 1.
En 2005, le support a bénéficié d’une légère évolution graphique. Aujourd’hui, il devient nécessaire de
vérifier et d’adapter le bon positionnement du magazine aux nouvelles attentes des clients. Une étude de
lectorat sera réalisée avant le lancement de la nouvelle formule pour en vérifier l’acceptabilité par les
consommateurs.
Concrètement, il devient nécessaire de faire du magazine un relais fort des positions de LDE et de
l’actuelle politique clientèle. La direction a la volonté d’aller vers une posture de communication plus
assumée, c’est-à-dire plus directe, moins timide. Les blogs sur l’eau se multiplient, les prises de position
fortes des magazines sur le sujet de l’eau – notamment sur le mode de gestion et le prix –, la place de la
préservation de l’environnement et les discours liés à la raréfaction de la ressource à la suite des
sécheresses montrent que les débats sont ouverts et, avec eux, leur libre interprétation. LDE, dont le métier
est l’eau depuis des années, doit tenir une posture de conseils tant sur le produit que sur la ressource.
6.
Evolue-t-elle encore aujourd’hui ?
Oui, voir réponse ci-dessus.
276.
7.
Qui rédige les articles ?
Certains correspondants Lyonnaise des Eaux rédigent eux-mêmes leurs articles mais dans 95 % des cas ce
sont des journalistes free-lance qui rédigent les reportages et articles sur la base d’une feuille de route corédigée par le correspondant, le siège et l’agence.
8.
Doit-il respecter des consignes ?
Chaque feuille de route précise pour chaque article le sujet, l’angle, le bénéfice client de l’article. Le
journaliste doit respecter ces consignes.
9.
Qui choisit les thèmes ?
Le correspondant, avec le conseil du siège et de l’agence.
10.
Donnez les 3 valeurs de l’Eau & Vous ?
Transparence
Pédagogie
Proximité
La finalité de l’Eau & Vous
11. A quel besoin l’Eau & Vous répondait à sa création ?
Informer et rassurer.
12.
Classez ces finalités par ordre de priorités auxquelles doit répondre l’Eau & Vous. (Mettre le chiffre
dans la case selon l’importance. Par exemple : Information = 2 , Commerciale = 6 , Pédagogique et
éducative = 1 , Citoyenne = 3, Institutionnelle = 4, Publicitaire = 5).
Information
Commerciale
Pédagogique et éducative
Citoyenne
Institutionnelle
Publicitaire
12.
1
3
2
4
5
6
Notez ces finalités sur une échelle de 1 à 5 (Mettre une croix dans la case correspondante)
(1 = pas important, 2 = peu important, 3 = moyennement important, 4 = important, 5 = très
important)
1
1. Information
2. Commerciale
3. Pédagogique et éducative
4. Citoyenne
5. Institutionnelle
6. Publicitaire
13.
2
3
4
5
+
+
+
+
+
+
Auriez-vous d’autres priorités à citer / des commentaires ?
Les thèmes traités
14.
Jusqu’à présent, quels étaient les thèmes privilégiés de l’Eau & Vous ? Notez par ordre
d’importance de 1 à 5
1
1. Société
277.
2
+
3
4
5
2. Qualité de l’eau
3. Développement Durable
4. Cadre de vie
5. Usages de l’eau / Quotidien
6. Facture
7. Consommation
8. Santé
9. Environnement
10. Institutionnel
11. Technique (activités de LDE)
12. Disponibilité (services LDE)
13. L’information régionale / localité
15.
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
Quels sont parmi ces thèmes, choisissez trois thèmes prédominants ?
1. 2
2. 4
3. 5
16.
Selon vous, des thèmes seront-ils amenés à évoluer ? Si oui, quels thèmes sont amenés à disparaître
ou à prendre de l’importance ?
Les thèmes autour de la santé et de la beauté sont amenés à perdre de l’importance alors que les sujets
pratiques sur les usages quotidiens de l’eau sont amenés à en prendre.
Fonction prescriptive de l’Eau & Vous
17.
Dites si vous d’accord avec les affirmations suivantes sur une échelle de 1 à 5 (1 = Pas d’accord, 2 =
Plutôt pas d’accord, 3 = Plutôt d’accord, 4 = D’accord, 5 = Tout à fait d’accord)
L’Eau & Vous…
1
2
1. joue l’information pratique pour
prescrire un comportement
2. répond à un besoin d’information du
public avant tout
3. veut promouvoir des comportements
citoyens
4. veut faire connaître les activités de
distribution d’eau
5. veut sensibiliser aux enjeux liés à
l’eau (sécheresse, etc.)
6. veut transmettre des valeurs de
protection de l’environnement / eau
7. veut proposer des solutions aux
problèmes quotidiens liés à l’eau
8. veut rassurer le consommateur
a.
La cible
Définition de la cible
1.
Quelle est la cible principale de l’Eau & Vous ?
Les consommateurs, plutôt femmes, plutôt provinciales, plutôt 35-55 ans.
2. Pourquoi avoir choisi cette cible ?
278.
3
+
4
5
+
+
+
+
+
+
+
Une volonté de la part de lDE de vouloir s’adresser au plus grand nombre.
3. A quel point détermine-t-elle les choix faits ?
Tous les articles doivent être pensés à la fois en termes d’angle (message à faire passer au consommateur)
et en termes de bénéfice client (ce que le consommateur peut tirer de l’information passée).
Eau & Vous et les femmes
4. Notez de 1 à 5 l’importance des sujets liés à la femme dans l’Eau & Vous :
4/ 5
5.
-
L’articulation technique / activités d’un distributeur d’eau et femmes vous semble-t-il
Facile ?
3
/5
Logique ?
3
/5
Inédite
?
0
/5
Contradictoire ? 0
/5
6. Selon vous, comment fait-on pour parler d’assainissement à une femme mère au foyer de moins de 50
ans ? (Principes essentiels)
Relier le sujet à son environnement en contextualisant le maximum le cycle de l’eau et donc la partie
assainissement afin de la relier au quotidien d’une ménagère.
7. Quelle est la tonalité privilégiée par l’Eau & Vous pour s’adresser aux femmes sur :
- des sujets techniques ?
Pédagogie, clarté, valeur d’exemplarité
-
des sujets d’éducation ?
Pédagogie, complicité
- des sujets d’organisation de la maison ?
Conseil pratique
8. Selon vous, quelle image de la femme véhicule l’Eau & Vous ?
Une femme préoccupée à la fois par des enjeux environnementaux, des problèmes pratiques de la maison
et des problématiques de santé pour elle et sa famille.
II.
Le support
Couverture
1.
Sur 10 numéros l’Eau & Vous, il y a 7 petites filles, 2 femmes et 1 garçon. A quoi Vous
l’expliquez-vous ?
La couverture doit être complice. On s’adresse aux femmes qu’elles soient célibataires, mamans ou
mamies. Les hommes sont également lecteurs mais en plus petit nombre. On joue donc sur la complicité,
la fraîcheur et la gaieté.
2.
Est-ce volontaire, un hasard ou liés aux circonstances (ligne éditoriale, contraintes de temps, etc.) ?
On joue parfois sur le sujet du dossier (nutrition pour L’eau et vous n°10 / visuel d’une famille à table)
mais en général c’est un visuel saisonnier, donc lié à la saison été ou hiver de réception du mag.
3.
Comment se fait le choix de la couverture ?
279.
Textuel fait 6 à 8 propositions à Lyonnaise qui choisit en collège (les correspondants, le siège, la direction
de la clientèle).
Contraintes et obstacles
4.
La saisonnalité qui entraîne une certaine répétition tant en termes iconographiques et de
prescriptions de conseils peut-elle être un obstacle ? Pourquoi ?
L’obstacle ne réside pas tant dans la saisonnalité que dans l’obligation de voir apparaître de l’eau du
robinet sur le visuel (verre, gourde, jet d’eau, etc), ce qui nous pousse parfois à passer outre cette
contrainte (voir petite fille à la planche de surf).
5.
Les contraintes de temps et de format jouent-elles sur le contenu du magazine ? Si oui, en quoi ?
La contrainte de temps nous demande de raccourcir au maximum les circuits de validation en région. Mais
cela joue sur la méthode, non sur le contenu.
6.
Quelles sont les autres contraintes notamment internes à l’entreprise ?
Contrainte de satisfaire des services qui n’ont pas forcément les mêmes objectifs (direction de la clientèle
vs direction du développement durable) et contrainte de satisfaire les correspondants et leurs enjeux en
local avec les discours plus « verrouillés » au niveau national.
III.
Impacts
1. Mesurez-vous régulièrement l’impact interne et externe de l’Eau & Vous ?
Une seule enquête de lectorat a été réalisée pour l’instant. Par contre, le nombre de réponses au service
lecteur nous donne une petite idée de l’impact du sujet choisi. Idem lorsque le magazine propose de
recevoir un poster sur simple demande.
2. Quelles sont les réactions sur ce magazine ?
Nous avons reçu quelques réactions de lecteurs qui s’étonnent de voir LDE vanter les mérites du bain
relaxant dans une page, et partant à la chasse au gaspillage dans une autre page. C’est une contradiction sur
laquelle lDE ne cesse de travailler dans l’ensemble de ses publications. C’est un paradoxe inhérent à une
entreprise à la fois commerciale et qui porte pourtant une mission de service public…
IV.
Futur
2. Selon vous, quel est le futur de l’Eau & Vous dans votre entreprise ?
J’espère pouvoir continuer à faire évoluer le support dans le meilleur sens.
3. Est-il appelé à évoluer ? Si oui, comment ?
Des hors-série nous sont régulièrement confiés, ce qui fait de L’eua et vous un dispositif éditorial plus
qu’un magazine en solo.
Vos commentaires et remarques sur ce questionnaire
Quelques questions sont ambivalentes car côté valeurs je ne savais pas s’il fallait que je donne les valeurs
jusqu’à aujourd’hui ou celles vers lesquelles on se dirige… mais dans l’ensemble c’est intéressant de
prendre un peu de recul sur un magazine qu’on réalise en opérationnel…
280.
16.
RESULTATS QUESTIONNAIRE « EAU ET VOUS »
Récapitulatif des thèmes et rubriques de L’eau & vous
N° Rubrique
/ Couverture
1 Santé
2
Santé
Titre
/ Couverture
Nos enfants peuvent-ils
boire l’eau du robinet ?
L’eau, un produit de terroir
3
Santé
L’eau, alliée de l’été
4
Santé
L’eau au menu
5
Santé
Puisez le calcium à la source
6
Salle de bain
7
Sport et Eau
8
Santé
Hygiène et bien-être au
quotidien
L’eau du robinet, alliée de
votre forme
Tous à l’eau du robinet
9
Assainissement Tous
acteurs
du
développement durable
10 Santé
L’eau du robinet, partenaire
de votre nutrition
Rubrique
/ Dossier
Ma forme et
l’eau
Ma forme et
l’eau
Ma forme et
l’eau
Ma forme et
l’eau
Ma forme et
l’eau
Ma forme et
l’eau
Ma forme et
l’eau
Ma forme et
l’eau
Mon
environnement
Ma forme et
l’eau
Titre
/ Dossier
Nos enfants peuvent-ils boire
l’eau du robinet ?
L’eau du robinet, un produit de
terroir d’origine contrôlée
L’eau, la meilleure alliée
contre la chaleur
L’eau au menu
Puisez le calcium à la source
Salle de bains, salle de soins
Sport et eau du robinet, les
alliés de votre santé
Santé : Tous à l’eau du robinet
Assainissement des eaux usées
: préservons notre cadre de vie
L’eau du robinet : partenaire
d’une bonne nutrition
La rubrique dossier paraît sous le thème unique de « Ma forme et l’eau » sauf au numéro 9 dédié à
l’assainissement qui s’intitule « Mon environnement ». La rubrique « Ma forme et l’eau » est directement
liée à la santé, la rubrique en couverture étant, en effet, majoritaire (78% - 7 numéros sur 9). Ce choix
éditorial induit un lien direct entre bonne santé et forme où l’eau s’impose comme une alliée
indispensable. Ces numéros insistent sur sa qualité (numéros 1 & 2), ses apports (4, 5, 8 & 10) et ses vertus
ludiques (3). Deux sous rubriques élargissent le spectre de la rubrique « ma forme et l’eau » : la première
(numéro 6) porte sur la salle de bain introduisant la notion d’hygiène et une seconde sur le sport (numéro
7). Ces deux nouvelles rubriques correspondent effectivement au monde de la forme : santé, physique,
bien-être… Bref, les bonnes habitudes. Sous la rubrique « ma forme », L’eau & vous se permet un
traitement de tout ce qui a attrait à l’hygiène de vie, au comportement de l’individu dans la sphère privée et
en général.
A ce titre le numéro 2 peut sembler présenter une relation distante entre la rubrique et le thème. Ce numéro
se consacre au caractère local de l’eau insistant sur sa bonne qualité. Dans une catégorie sur ma forme, le
caractère local et sûr de l’eau est en distorsion de prime abord avec le thème du dossier. C’est sous l’angle
des apports en silicium ou en calcium, que le dossier trouve sa légitimité dans cette rubrique.
Le thème de la santé est donc un thème global à entendre sous l’angle d’une bonne hygiène de vie.
L’unique dossier sur l’environnement est un thème original qui affirme la position prise par Lyonnaise des
Eaux. L’absence de traitement de thème similaire empêche la comparaison. Le choix de cette thématique
est particulièrement intéressant. Elle casse la démarche classique d’un distributeur qui veut rassurer sur la
qualité ou donner des conseils sur l’eau. Ce dossier traite en effet, du rôle de chacun pour le
développement durable et du rôle à jouer dans le cadre du cycle de l’eau, un cycle dont le distributeur est
expert. Ce numéro se présente comme un plaidoyer qui répond aux exigences de communication du
distributeur. Il correspond également à une démarche plus citoyenne de l’entreprise. Il impose enfin,
Lyonnaise des Eaux comme un expert qui propose un mode de vie, un mode de comportements en vue de
la protection de l’environnement. C’est un numéro particulièrement intéressant en termes de prescription
et de discours pour faire prendre conscience au lecteur de son rôle à jouer.
281.
« Résultats du questionnaire »
Panel des interrogés
1 personne chargée de la conception - rédaction
1 personne chargée de la supervision et rédaction
2 personnes rédactrices depuis le début du support
1 personne rédactrice depuis moins de 3 ans
1 personne rédactrice depuis moins d'un an
• Valeurs de L’eau & vous
Question : « Donnez les 3 valeurs de L’eau & vous»
Proximité
Pratique
Usage
Transparence
Bien être
Lisibilité (Rubriquage)
Pédagogie
Sur 5 réponses, un interrogé n'a pas compris la question
•
2
3
3
2
2
1
2
13%
20%
20%
13%
13%
8%
13%
Finalité de L’eau & vous
Question : « Classez ces finalités par ordre de priorités auxquelles doit répondre L’eau & vous. (Mettre le
chiffre dans la case selon l’importance. Par exemple : Information = 2, Commerciale = 6, Pédagogique et
éducative = 1, Citoyenne = 3, Institutionnelle = 4, Publicitaire = 5) »
1
2
3
4
5
6
Information
Pédagogique et éducative
Citoyenne
Institutionnelle
Publicitaire
Commerciale
83%
67%
50%
33%
83%
33%
Lire le résultat : « 83% des interrogés ont classé la finalité « information » comme la première priorité,
67% la « pédagogie et l’éducation » comme la deuxième priorité, etc. »
Commentaires :
Les réponses sont assez homogènes sauf pour la finalité institutionnelle et commerciale. La finalité
institutionnelle apparaît comme finalité également répartie entre un classement de 3 à 5. Elle semble donc
importante à peu importante en fonction de l'interrogé. La finalité commerciale fait l'objet d'une
classification inégale étant à la fois très importante à minoritaire selon l'interrogé. C'est sur cette finalité
que se ressentent les différences quant à la finalité de L’eau & vous. La finalité stratégique comme
première visée de L’eau & vous a été souligné par un interrogé. La finalité Publicitaire apparaît
unanimement comme secondaire. Un résultat en discordance avec la question suivante.
Question : Notez l’importance de ces finalités sur une échelle de 1 à 5 (Mettre une croix dans la case
correspondante)
(1 = pas important, 2 = peu important, 3 = moyennement important, 4 = important, 5 = très important)
1. Information
80% l’ont jugé « très importante »
282.
2. Commerciale
3. Pédagogique et éducative
4. Citoyenne
40% l’ont jugé « moyennement importante »
80% l’ont jugé « très importante »
60% l’ont jugée « moyennement importante » et 40%
« importante ».
60% l’ont jugée « peu importante » et 40 %
« moyennement importante »
40% l’ont jugé « pas importante ». Deux interrogés l’ont
noté « importante »
5. Institutionnelle
6. Publicitaire
Commentaires :
L’eau & vous semble donc répondre à un besoin en information et pédagogie. Son aspect citoyen est assez
important. La finalité publicitaire fait l’objet d’une répartition inégale de pas importante à importante, ce
qui souligne une distorsion de point de vue.
Conclusion :
L’eau & vous est perçu comme un support d’information. Il est également perçu comme un support
pédagogique, de conseil et un support à finalité soit commerciale, publicitaire ou stratégique selon
l’interrogé. L’importance institutionnelle Lyonnaise des Eaux du support n’est pas particulièrement
ressentie.
• Les Thèmes de L’eau & vous
Questions : « Jusqu’à présent, quels étaient les thèmes privilégiés de L’eau & vous ? Notez par ordre
d’importance de 1 à 5 »
1. Société
2. Qualité de l’eau
3. Développement Durable
4. Cadre de vie
5. Usages de l’eau / Quotidien
6. Facture
7. Consommation
8. Santé
9. Environnement
10. Institutionnel
11. Technique (activités de LDE)
12. Disponibilité (services LDE)
13. L’information régionale
1
2
2
2
1
1
1
1
3
2
4
1
2
1
3
1
1
2
2
2
2
2
2
1
« Parmi ces thèmes, choisissez trois thèmes prédominants ? »
Valeurs choisies
Qualité
Santé
Usages
Facture
DD
Cadre de vie
4
3
4
1
3
2
23%
18%
23%
6%
18%
12%
283.
1
4
3
3
1
1
1
5
5
2
2
5
1
2
2
Selon vous, des thèmes seront-ils amenés à évoluer ? Si oui, quels thèmes sont amenés à disparaître ou à
prendre de l’importance ?
(Réponses libres)
Le thème du développement durable / cadre de vie est majoritairement compris comme un thème appelé à
prendre de l'importance. L’aspect clientèle et services comme les sujets usages et pratiques devraient
prendre de l’importance au détriment de la santé, la beauté ou le bien être.
Résultats :
La qualité de l'eau apparaît comme le thème principal de L'eau & vous associé à celui de la santé. Les
usages et la consommation au quotidien sont également très importants. L'importance du développement
durable et du cadre de vie est encore inégalement perçue. Certains la jugent très importante faisant partie
des thèmes essentiels alors que certains la jugent importante ou pas importante.
L'aspect régional / local est jugé très important à important. Il n'est pas cité comme un thème prioritaire de
L'eau & vous. Il apparaît néanmoins comme un thème attaché à L'eau & vous. La dimension commerciale
de ce thème a été soulignée.
Les activités LDE apparaissent comme des axes moyennement importants voir peu ou pas importants.
Les réactions à ce thème sont hétérogènes. Certains la jugent comme prioritaires d'autres minoritaires.
L'aspect environnement est bien distingué du DD. Il apparaît également important aux interrogés.
Le thème Société est également réparti entre pas important, peu important et moyennement important. Il
n'est pas ressenti comme un thème important.
Conclusion :
On peut distinguer trois axes à L'eau & vous :
2. qualité et santé ;
3. usages au quotidien et aspects pratiques ;
4. développement durable et cadre de vie.
•
Aspect prescripteur de L'eau & vous
Question : « Dites si vous d’accord avec les affirmations suivantes sur une échelle de 1 à 5 (1 = Pas
d’accord, 2 = Plutôt pas d’accord, 3 = Plutôt d’accord, 4 = D’accord, 5 = Tout à fait d’accord)
L'eau & vous
1
2
3
4
5
1. joue l’information pratique pour prescrire un comportement
0
3
2
1
2. répond à un besoin d’information du public avant tout
0
1
2
2
1
3. veut promouvoir des comportements citoyens
0
2
2
2
4. veut faire connaître les activités de distribution d’eau
0
2
1
3
5. veut sensibiliser aux enjeux liés à l’eau (sécheresse, etc.)
0
3
2
1
6. veut transmettre des valeurs de protection de l’environnement / eau
0
1
2
1
2
7. veut proposer des solutions aux problèmes quotidiens liés à l’eau
0
3
3
8. veut rassurer le consommateur
0
1
1
2
2
Résultats :
Il faut tout d’abord noter que les réponses sont assez hétérogènes sur cet aspect.
L'aspect prescripteur pratique (item 1) est plutôt bien accepté (50% sont plutôt d'accord, 33% d'accord)
La réponse au besoin d'information du public suscite des réactions très distinctes allant de peu d'accord à
tout à fait d'accord. Les réponses sont réparties de façon homogène ce qui montre une différence de
perception sur cette question.
La promotion de comportements citoyens n'apparaît pas comme une finalité de L'eau & vous Les réponses
sont néanmoins également réparties entre peu d'accord et plutôt d'accord.
284.
La sensibilisation aux enjeux de l'environnement est peu importante (50%), un interrogé est néanmoins
tout à fait d'accord avec cette fonction de L'eau & vous.
La transmission de valeurs liées à l'environnement suscite également des différences de points de vue. Les
réponses sont également réparties entre peu d'accord à tout à fait d'accord avec cette finalité donnée à
L'eau & vous.
Les solutions pour le quotidien semblent une fonction bien comprise et qui obtient le consensus des
interrogés.
La fonction rassurante de L'eau & vous obtient également des réponses de peu d'accord à tout à fait
d'accord. La fonction semble néanmoins majoritairement acceptée (66% sont au moins d'accord avec sa
finalité rassurante).
•
La Cible de L'eau & vous
Question : Quelle est la cible principale de L’eau & vous ?
Utilisateurs - Grand public
Les usagers de LDE
Femmes
2
1
3
33,5%
16,5%
50%
Les consommateurs sont cités en priorité. La distinction consommateurs / clients de LDE n'est pas
toujours explicitée mais sous-entendue. Trois personnes soulignent que les femmes sont les cibles
prioritaires de L'eau & vous. Un interrogé ne considère pas du tout la femme comme une cible à
part entière de L'eau & vous.
Question : Pourquoi avoir choisi cette cible ?
(Réponse libre) La cible « consommateurs » correspond à la finalité même de L'eau & vous : donner de
l’information et démarche de LDE de s'adresser aux usagers. La femme est citée comme une cible au rôle
prescripteur et également lectrice (donc cible) du support.
Question : A quel point détermine-t-elle les choix faits ?
(Réponse libre)
Les sujets sont choisis en fonction des activités LDE et bénéfices clients. La femme ne détermine
pas assez les choix faits.
Si la femme est ciblée, c’est qu’elle est celle qui s'occupe du foyer et qui décide de l'achat de
bouteilles ou non.
Les réponses libres ont fait ressortir un choix des sujets fonction de ce que souhaitait dire LDE
davantage qu'une adaptation des sujets traités à la cible.
Il est important de noter néanmoins que les sujets sont choisis en fonction du rôle traditionnel de la
femme au foyer et de ses centres d'intérêt.
Question : Selon vous, quelle image de la femme véhicule L’eau & vous ?
(Réponse libre)
La femme de L’eau & vous est jeune, active, urbaine, célibataire, contemporaine. C’est une femme
préoccupée par la famille et les enjeux de santé.
Il a été noté que l'image active, jeune et jolie de la femme véhiculée par L'eau & vous semblait en
contradiction avec la cible, une consommatrice au foyer a priori plutôt âgé de cinquante ans et
habitant en Province.
285.
Conclusion :
La femme est assez bien ressentie comme une cible de L'eau & vous. Elle détermine peu les choix des
sujets mais fait partie intégrante du dispositif. Pour s’adresser à une femme sur des questions techniques
liées à l’activité du distributeur d’eau, l'aspect préoccupation de mère (santé, cadre de vie et foyer) ressort.
Il est important de s’adresser à elle sous l’angle de la pédagogie et vie de famille.
•
Le support : contraintes, futurs et perceptions
Le choix de la couverture
Le choix majoritairement féminin de la couverture est un choix lié aux circonstances (contraintes
temps, facilité de trouver des visuels féminins). Il est néanmoins également perçu comme relatif à la
cible à laquelle s'adresse L'eau & vous (femmes et filles) offrant plus de complicité.
Le choix de l'enfant en couverture est un choix parlant pour les lecteurs (émotion / futur). Ils
symbolisent l'avenir et ceux que l'on protège.
Le choix d'hommes semblent plus difficile. S'ils ne sont pas la cible directe, les photos d'hommes
sont ressenties comme des visuels plus difficiles à trouver ou n'incarnant pas les valeurs de L'eau &
vous (gay !).
Sur le processus du choix de la couverture : selon les interrogés, les réponses varient. Textuel envoie
6 à 8 visuels. Le siège choisit. Lors d’une hésitation, il lui arrive de consulter les correspondants ou
consulte les correspondants (varie selon les réponses) sur un panel de deux à trois visuels.
Contraintes
La saisonnalité est ressentie comme une monotonie par certains (33%) Elle ne constitue pas un
obstacle pour la majorité (50%). Pour 33% des interrogés, l'information a besoin d'être répétée.
L'obstacle ressenti est la contrainte visuelle qui oblige une certaine répétition des visuels (33% l'ont
cité).
La contrainte de l'organisation est plus ou moins exprimée : le choix des sujets très en amont de
l'actualité et des préoccupations locales, le circuit de la validation, le temps / délais.
La contrainte budgétaire est également ressentie. Pas de dossiers de fond envisagés, de suppléments
thématiques et pratiques ou de leaflet saisonnier / local à insérer dans le support au moment de
l'impression.
Les contraintes de l'adaptation besoins du CR par rapport au national ou de la ligne éditoriale par
rapport aux intérêts des directions apparaissent comme des obstacles internes. Le profil des
communicants semble également causer problèmes quant au respect de la ligne éditoriale ou des
besoins de la cible.
Futur
Le sondage d'opinion (Sofres) est cité mais également les retours internes (agent LDE) ou externes
(demande de posters) permettent d'indiquer que L'eau & vous est un magazine apprécié et reçu
positivement par la cible.
Certains considèrent que l'Eau & Vous ne fait pas l'objet d'un retour quel qu'il soit pour 33% des
interrogés.
Le futur du magazine dépend de la capacité de L'eau & vous à évoluer. Revoir la maquette est cité
par 50% des interrogés. Ils parlent de « relookage », d’ajouter davantage de visuels voire de
supprimer les pages 2 et 3 qui semblent répétitives.
Une évolution vers une démarche plus commerciale / clientèle semble s'affirmer.
Le besoin de renouvellement est assez ressenti.
286.
Remarques de méthode
Le questionnaire semble avoir été un peu long pour certains. Certaines questions n'ont pas toujours
été comprises ou peur de mal y répondre. Globalement, la réflexion sur le support est jugée
intéressante et utile. Un interrogé souhaite connaître les résultats.
Questionnaire l'Eau & Vous
Panel
1 personne chargée de la conception - rédaction
1 personne chargée de la supervision et rédaction
2 personnes rédactrices depuis le début du support
1 personne rédactrice depuis moins de 3 ans
1 personne rédactrice depuis moins d'un an
I. Valeurs de l'Eau & Vous
Proximité
Pratique
Usage
Transparence
Bien être
Lisibilité (Rubriquage)
Pédagogie
Sur 5 réponses, un interrogé n'a pas compris la question
II. Finalité de l'Eau & Vous
Classement des priorités
Information
Commerciale
Pédagogique et éducative
Citoyenne
Institutionnelle
Publicitaire
Sur 6 réponses
Information
Pédagogique et éducative
Citoyenne
Institutionnelle
Publicitaire
Commerciale
Ordre d'importance
Information
Commerciale
Pédagogique et éducative
287.
La finalité Commerciale est jugée moyennement importante ou peu importante à égale proportion (40%)
Un interrogé a néanmoins jugé cette finalité très importante
La finalité Pédagogique est jugée très importante (80%)
La finalité Citoyenne est jugée moyennement importante (60%)et importante (40%)
La finalité Institutionnelle est jugée peu importante (60%) et moyennement importante (40%)
La finalité Publicitaire est jugée pas important (40%). Elle fait néanmoins l'objet d'une répartition inégale
entre pas importante à importante.
Commentaires des interrogés :
Importance également de la finalité Conseil
Thèmes
1. Société
2. Qualité de l’eau
3. Développement Durable
4. Cadre de vie
5. Usages de l’eau / Quotidien
6. Facture
7. Consommation
8. Santé
9. Environnement
10. Institutionnel
11. Technique (activités de LDE)
12. Disponibilité (services LDE)
13. L’information régionale
Sur 6 réponses incomplètes (certains items n'ont pas été remplis par des interrogés)
Valeurs choisies
Qualité
Santé
Usages
Facture
DD
Cadre de vie
La qualité de l'eau apparaît comme le thème principal de l'Eau & Vous associé à celui de la santé. Les
usages et la consommation au quotidien sont également très important. L'importance du Développement
Durable et du Cadre de vie est encore inégalement perçue. Certains la jugent très importante faisant
partie des thèmes essentiels alors que certains la jugent importante ou pas importante.
L'aspect régional / local est jugé très important à important. Il n'est pas cité comme un thème prioritaire
de l'Eau & Vous. Il apparaît néanmoins comme un thème attaché à l'Eau & Vous. La dimension
commerciale de ce thème a été soulignée.
288.
Les activités LDE apparaissent comme des axes moyennement importants voir peu ou pas importants.
Les réactions à ce thème sont hétérogènes. Certains la jugennt comme prioritaires d'autres minoritaires.
L'aspect Environnement est bien distingué du DD, il apparaît également important aux interrogés.
Le thème Société est également réparti entre pas important, peu important et moyennement important. Il
n'est pas ressenti comme un thème important.
On peut distinguer trois axes à l'Eau & Vous : qualité et santé / usages au quotidien et aspects pratiques /
Développement Durable et cadre de vie/
Thèmes qui devraient évoluer
L'aspect clientèle / disponibilité de services
Le thème du Développement Durable / Cadre de vie est majoritairement compris comme un thème
appelé à prendre de l'importance.
Les sujets pratiques et usages au détriment de la santé beauté et bien être
Aspect prescriptif
1. joue l’information pratique pour prescrire un comportement
2. répond à un besoin d’information du public avant tout
3. veut promouvoir des comportements citoyens
4. veut faire connaître les activités de distribution d’eau
5. veut sensibiliser aux enjeux liés à l’eau (sécheresse, etc.)
6. veut transmettre des valeurs de protection de l’environnement / eau
7. veut proposer des solutions aux problèmes quotidiens liés à l’eau
8. veut rassurer le consommateur
Sur 6 réponses
Il faut noter que les réponses sont assez hétérogènes sur cet aspect.
L'aspect prescriptif pratique (item 1) est plutôt bien accepté (50% sont plutôt d'accord, 33% d'accord)
La réponse au besoin d'information du public suscite des réactions très distinctes allant de peu d'accord à
tout à fait d'accord. Les réponses sont réparties de façon homogènes ce qui montre une différence de
perception sur cette question.
La promotion de comportements citoyens n'apparaît pas comme une finalité de l'Eau & Vous. Les
réponses sont néanmoins également réparties entre peu d'accord et plutôt d'accord.
La sensibilisation aux enjeux de l'environnement est peu importante (50%), un interrogé est néanmoins
tout à fait d'accord avec cette fonction de l'Eau & Vous.
La transmission de valeurs liées à l'environnement suscite également des différences de points de vue.
Les réponses sont également réparties entre peu d'accord à tout à fait d'accord avec cette finalité donnée à
l'Eau & Vous.
289.
Les solutions pour le quotidien semblent une fonction bien comprise et qui obtient le consensus des
interrogés.
La fonction rassurante de l'Eau & Vous obtient également des réponses de peu d'accord à tout à fait
d'accord. La fonction semble néanmoins majoritairement acceptée (66% sont au moins d'accord avec sa
finalité rassurante)
III. La Cible de l'Eau & Vous
La cible principale de l'Eau & Vous
Utilisateurs - Grand public
Les usagers de LDE
Femmes
Les consommateurs sont cités en priorité. La distinction consommateurs / clients de LDE n'est pas
toujours explicitée mais sous entendue. Trois personnes soulignent que les femmes sont les cibles
prioritaires de l'Eau & Vous. Un interrogé ne considère pas la femme comme une cible à part entière de
l'Eau & Vous.
Le choix de la cible
Les Femmes
Prescriptrice (x2)
Lectrice
Consommateurs
Finalité de l'Eau & Vous
S'adresser au plus grand nombre
La cible "consommateurs" correspond à la finalité même de l'Eau & Vous et à une démarche de LDE de
s'adresser aux usagers. La femme est citée comme une cible prescriptrice et également lectrice (donc
cible) du support.
Le poids de la cible dans le choix des sujets traités par l'Eau & Vous
Les sujets sont choisis en fonction des activités LDE et bénéfices clients. La femme ne détermine pas
assez les choix faits.
La femme est celle qui s'occupe du foyer et qui décide de l'achat de bouteilles ou non.
Les réponses libres ont fait ressortir un choix des sujets fonction de ce que souhaitait dire LDE davantage
qu'une adaptation des sujets à la cible.
Il est important de noter néanmoins que les sujets sont choisis en fonction du rôle traditionnel de la
femme au foyer et de ses centres d'intérêt.
Les femmes
Importance de la cible
290.
Sur 6 questionnés, 1 interrogé ne comprend pas la question, 1 ne répond pas.
Parler de questions techniques à des femmes est considéré comme assez facile et logique mais peu inédit
ou contradictoire.
Comment s'adresser à une femme de 50 ans sur des questions d'assainissement
Aspect Santé
Environnement et Cadre de vie
Quotidien du foyer
Enfants / Préoccupation du futur
Explication activités LDE
Les réponses sont très divergentes sur l'angle choisi même si l'aspect préoccupation de mère (santé, cadre
de vie et foyer) ressort. Un interrogé juge qu'il est nécessaire d'expliquer l'activité de LDE (information)
La tonalité du magazine
Technique
Vulgarisation technique
Pratiques foyer
Pédagogie
Qualité
Education
Expertise
Enjeux santé
Complicité
Pédagogie
DD
Maison
Pratique
Image de la femme
Jeune, active, urbaine, célibataire, contemporaine
Une femme préoccupée par la famille et enjeux de santé
Il a été noté que l'image active, jeune et jolie de la femme véhiculée par l'Eau & Vous semblait en
contradiction avec la cible, une consommatrice au foyer apriori plutôt âgé de cinquante ans et habitant en
Province.
IV. Le support
Le choix de la couverture
Le choix majoritairement féminin de la couverture est un choix lié aux circonstances (contraintes temps,
facilité de trouver des visuels féminins). Il est néanmoins également perçu comme relatif à la cible à
laquelle s'adresse l'Eau et Vous (femmes et filles) offrant plus de complicité.
Le choix de l'enfant en couverture est un choix parlant pour les lecteurs (émotion / avenir). Ils
symbolisent l'avenir et ceux que l'on protège.
291.
Le choix d'hommes semblent plus difficiles. S'ils ne sont pas la cible directe, les photos d'hommes sont
ressenties comme des visuels plus difficiles à trouver ou n'incarnant pas les valeurs de l'Eau & Vous.
Le choix de la couverture : Textuel envoie 6 à 8 visuels. Le siège choisit. Il lui arrive de consulter les
correspondants ou consulte les correspondants (varie selon les réponses)
Contraintes
La saisonnalité est ressentie comme une monotonie par certains (33%) Elle ne constitue pas un obstacle
pour la majorité (50%). Pour 33% des interrogés, l'information a besoin d'être répétée. L'obstacle ressenti
est la contrainte visuelle qui oblige une certaine répétition des visuels (33% l'ont cité)
La contrainte de l'organisation est plus ou moins exprimée : Le choix des sujets très en amont de
l'actualité et des préoccupations locales, le circuit de la validation, le temps / délais.
La contrainte budgétaire est également ressentie. Pas de dossiers de fond envisagés, de suppléments
thématiques et pratiques ou de leaflet saisonnier / local à insérer dans le support au moment de
l'impression.
L'adaptation besoins du CR et du local par rapport au national, de la ligne éditoriale par rapport aux
intérêts des directions apparaissent comme des obstacles internes. Le profil des communicants semble
également causer problèmes quant au respect de la ligne éditoriale ou des besoins de la cible.
Impacts & Futur
Le sondage d'opinion (sofres) est cité mais également les retours internes (agent LDE) ou externes
(demande de posters) permettent d'indiquer que L'Eau & Vous est un magazine apprécié / reçu
positivement par la cible.
Certains considèrent que l'Eau & Vous ne fait pas l'objet d'un retour quel qu'il soit (33%)
Le futur dépend de la capacité de l'Eau & Vous à évoluer. Revoir la maquette est cité (50% relookage plus de visuel - suppression des pages 2 et 3 qui semblent répétitives)
Une évolution vers une démarche plus commerciale / clientèle semble s'affirmer.
Le besoin de renouvellement est assez ressenti
Remarques de méthode
Le questionnaire semble avoir été un peu long pour certains. Certaines questions n'ont pas toujours été
comprises ou peur de mal y répondre. Globalement, la réflexion sur le support est jugée intéressante et
utile. Un interrogé souhaite connaître les résultats.
292.
17.
EXTRAITS DE L’EAU & VOUS ET LYDEC & VOUS
• L’eau & vous
293.
• Couverture
294.
• Rubrique
295.
296.
• LYDEC & vous
297.
298.
ETUDE GENREE A LYDEC
18.
ENQUETE : « ETRE FEMME A LYDEC »
Ce questionnaire doit rester anonyme.
Objectif :
Identifier les attentes spécifiques aux femmes salariées de LYDEC par rapport aux politiques RH,
conditions de travail, organisation…
Votre âge :
……………………
Votre ancienneté : ……………………
Votre niveau de formation : …………………..
Statut (Cochez la case) :
Cadre

Maîtrise

Opérationnel

Questionnaire
Pour chacune des affirmations suivantes, veuillez noter si vous êtes d’accord de 1 à 5.
1 : Pas d’accord
2 : Plutôt pas d’accord
3 : D’accord
4 : Plutôt d’accord
5 : Tout à fait d’accord
Affirmation
Vous aimez travailler à LYDEC.
Vous aimez travailler dans votre service.
Vous aimez votre travail.
Vous êtes prête à travailler plus.
Vous seriez prête à travailler plus pour gagner plus.
Vous seriez prête à travailler plus pour avoir plus de responsabilités.
Vous trouvez que vous travaillez trop d’heures.
Vous souhaiteriez des horaires plus flexibles.
Vous souhaiteriez travailler dans une autre entité.
Vous avez du mal à organiser votre travail et vie de famille en même temps.
Vous ressentez régulièrement de la fatigue (fréquence de pas du tout à très
souvent).
Vous appréciez votre supérieur.
Votre supérieur écoute vos demandes et s’adapte à vos contraintes
personnelles.
LYDEC peut vous offrir des opportunités d’évolution.
299.
--
-
0
+
++
1
2
3
4
5
Impressions et perceptions
Répondez librement à ces questions.
Rapport au travail :
Que pensez-vous de votre travail ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Que souhaiteriez-vous changer dans votre travail ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Est-ce qu’il y a d’autres raisons autres que la maladie ou les congés annuels qui vous ont amenées à être
absente de votre travail ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Pensez-vous travailler dans un contexte agréable avec des avantages qui n’existent pas dans d’autres
entreprises ? Si oui, lesquels ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Qu’aimeriez-vous disposer à LYDEC pour améliorer votre cadre de travail et votre vie quotidienne ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
300.
Pensez-vous rester à LYDEC ?
Oui
Non
Si non, classez par ordre de priorité, les causes de votre départ. ( 1 à 7, 1 : désigne la priorité la plus
importante)
Plan de carrière.
Salaire.
Flexibilité du temps de travail.
Occupation d’un poste de responsabilité.
Formation.
Avantages sociaux.
Autres.
Pensez-vous rester à LYDEC jusqu’à l’âge de 60 ans?
Oui
Non
Quelle est la forme de départ que vous envisagez ?
Retraite normale.
Retraite anticipée.
Autres : …..
Rapport aux collaborateurs :
Travaillez-vous en majorité avec des hommes ou des femmes ?
……………………………………………………………………………………………………………
Cela a-t-il des conséquences sur votre environnement de travail ? Si oui, lesquelles ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Aimerez-vous travailler dans un environnement occupé uniquement par des femmes ? Pourquoi ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Trouvez-vous handicapant d’être une femme dans un secteur d’activité majoritairement masculin ? Si oui,
pourquoi ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Trouvez-vous handicapant de travailler quand on est une femme ? Si oui pourquoi ?
301.
(Raisons de travail, de famille, d’idées reçues etc.)
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Rapport à la vie familiale
Avez-vous un mari ? Avez-vous des enfants ?
……………………………………………………………………………………………………………
Avez-vous des personnes à charge (parents, cousins, autres…) ?
……………………………………………………………………………………………………………
Devez-vous organiser la vie familiale en rentrant chez vous ?
……………………………………………………………………………………………………………
Selon vous, combien de temps par jour devez-vous travailler pour les tâches familiales ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Avez-vous beaucoup de temps de transport ? Combien ?
……………………………………………………………………………………………………………
Vision du futur et de votre évolution :
Quelle place aimeriez-vous occuper dans l’avenir à LYDEC ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Avez-vous des ambitions de travail (Carrières) ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Quel type de formation répondrait à cette ambition ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Est-ce une formation que vous pouvez suivre à LYDEC ?
302.
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Votre profil :
Quel est votre atout au travail ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Quelles sont vos qualités au travail ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Pensez-vous qu’il y a des qualités que les femmes ont et que les hommes n’ont pas dans le cadre du
travail ? Si oui, lesquelles ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Quelles sont vos suggestions pour améliorer vos conditions de travail ?
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
Commentaires libres sur ce questionnaire et cette démarche :
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………
303.
19.
RESULTATS DU QUESTIONNAIRE : BAROMETRE « ETRE FEMME A
LYDEC »
OBJECTIFS :
-
Nouvel outil baromètre RH.
Adapter la politique RH à des besoins exprimés par les femmes.
Former la Fonction RH à la démarche « genre » ou d’égalité.
SOMMAIRE :
-
Principaux Résultats.
Descriptif de la Démarche.
Portrait sexo-spécifique de LYDEC.
Focus-Groupe Test.
Enquête Quanti / Quali Test.
PRINCIPAUX RESULTATS
-
Un bilan positif du portrait sexo-spécifique de LYDEC notamment sur la présence de femmes dans
les postes à responsabilités, la formation.
Un travail est à réaliser sur les postes ouverts aux femmes.
Une satisfaction globale, une motivation exprimée et ressentie.
Pas d’expression de problèmes liés à l’univers masculin.
Une démarche appréciée.
Des propositions d’initiatives et pistes intéressantes pour la DRH et la DCDD.
DESCRIPTIF DE LA DEMARCHE
Depuis le début de l’année 2008, LYDEC a mené une analyse de ses effectifs pour établir un portrait
Hommes/Femmes de l’entreprise.
L’objectif est de disposer d’un panorama complet et détaillé qui permette à l’entreprise de cibler de
nouvelles actions à mener en faveur du bien-être des femmes et des hommes de
LYDEC.
A partir de ce bilan, la Direction des Ressources Humaines et la Direction de la Communication et du
Développement Durable souhaitent lancer une formation au genre / sur l’égalité de l’ensemble des
collaborateurs et collaboratrices de la Fonction Ressources Humaines afin de promouvoir la place de la
femme au sein de notre entreprise et veiller à son bien-être.
A long terme, établir une sensibilisation de l’ensemble du personnel et constituer un outil de reporting
régulier sur ce sujet est visé.
Pour illustrer cette démarche, LYDEC a crée un logo dessinant un cercle d’hommes s’ouvrant à l’entrée
de la femme, une symbolique d’ouverture et d’égalité.
304.
Portrait Sexo- Spécifique de LYDEC
Quelques résultats :
- Un bilan positif par rapport au niveau national.
- Une représentation supérieure au Groupe aux postes à responsabilité (CDG, CO et cadres)
- Travail à réaliser sur les postes ouverts aux femmes et positions intermédiaires.
Détails du portrait :
Effectif
- 13% d’employées, 15,5% au niveau du Groupe SUEZ.
Il faudrait mener une comparaison avec les autres entreprises du secteur au Maroc.
(ALMAE devrait mener une enquête à ce sujet. A suivre)
Pyramide des âges, ancienneté
- L’âge moyen des femmes : 42 ans et des hommes : 45 ans.
- L’ancienneté des femmes : 15 ans et des hommes : 18 ans.
Responsabilités
- 26% des postes de direction sont occupés par des femmes, 18% des membres du Comité
d’Orientation sont des femmes. Pour comparaison, 16,8% de cadres au niveau du Groupe SUEZ.
- 15,4% sont membres du CDG, 10% au Comex de SUEZ. Par contre, il n’y a pas de femmes dans le
Conseil d’Administration de LYDEC.
Postes
- Les femmes occupent 80 fonctions.
- Elles sont 12% occupent dans les fonctions opérationnelles, 25% dans les fonctions supports.
-
Certains postes ne sont pas ouverts aux femmes… A étudier.
o Chef de service.
o Délégué Préfectoral et Délégué Préfectoral adjoint.
o Animateur Prévention Sécurité.
o Technicien de travaux Eau et Assainissement.
o Superviseur qualité travaux.
-
Les Directions très majoritairement masculines (> 90% !) :
o DGA Opérations (100%)
o Anomalies Fraudes (100%)
o DEE (97.21%)
o DEEA (95.75%)
o DMG (91.3%)
o DRPA (91%)
o Délégation Sidi Bernoussi (91%)
-
Les Directions paritaires :
o DJ.
o DGA Support
Les Directions majoritairement féminines :
o DAS (75%)
o Direction de la Communication (60%)
-
Salaires
(salaires des statutaires)
305.
-
Différence moyenne de 12,7% à expliquer par l’ancienneté. Les hommes ont une ancienneté
supérieure de 3 ans par rapport aux femmes.
Recrutement et promotion
- 25,9% des femmes ont été promus contre 28.7% pour les hommes.
- Les plus grands écarts sont entre :
o Les contractuels : 16,9% de promues contre 27,5% de promus.
o Les cadres : 18% de femmes contre 29,7% d’hommes.
- La situation est quasi égalitaire pour :
o Exécution : 28,6% de femmes contre 27,9% d’hommes.
o Maîtrise : 29,2% de femmes contre 29,5% d’hommes.
-
40% de femmes recrutées contre 60% d’hommes.
PREMIER FOCUS-GROUPE (GROUPE TEST DE 11 FEMMES) :
Quelques résultats :
- Les femmes préfèrent majoritairement la retraite anticipée ou sont très curieuses de ses conditions.
- Les femmes sont satisfaites et ne perçoivent pas de discriminations (non exprimé par oral ni par écrit).
- Les femmes ont manifesté un intérêt pour plus de liens au sein de l’entreprise sous diverses formes :
réseau, forum, magazine, excursions, équipe de sports… Elles cherchent la convivialité. Peu ont
exprimé par oral la gestion de leur quotidien. Une gestion qui leur prend du temps chaque jour.
- Elles sont exprimées sur de nombreux aspects relatifs à leur vie privée : centres aérés, garde d’enfants,
congés de maternité…
Thématiques abordées (détails) :
- Retraite
Nombreuses se sont exprimées suite à notre demande sur la retraite. Elles ont demandé de l’information et
les conditions de passage à la retraite.
- Temps de travail
Certaines ont demandé des informations sur le travail partiel, peu connaissaient l’existence de cette
possibilité.
- Formation
Les femmes souhaiteraient pouvoir bénéficier de congés de formation, de suivre des formations qui leur
permettent d’évoluer dans l’entreprise et qui soient des formations en partenariat avec
les Universités, les Ecoles, etc.
- Vie pro / vie privée
Les femmes ne se sont pas exprimées sur la gestion de leur vie privée, c’est davantage au cours du débat
libre que les femmes ont exprimé des besoins aidant à l’organisation de leur vie quotidienne (garde,
crèche, proximité du sport…)
- Vie au sein de l’entreprise
Les femmes ont cité plusieurs avantages qu’elles souhaiteraient voir exister à LYDEC.
306.
Des propositions d’évolution :
-
RH
o Une hotline DRH pour poser des questions.
o Ouvrir davantage de postes aux femmes.
o Engager une médecin du travail.
-
Relation au Groupe SUEZ
o Rencontrer des femmes du Groupe, échanger des expériences.
o Formation à SUEZ.
o Envoyer des délégations marocaines à l’étranger.
-
Engagement et Développement Durable
o Pouvoir donner des cours (pendant heures de travail).
o Faire des actions avec des associations.
-
Bien être et esprit d’équipe
o Disposer d’une revue ou d’un forum femmes.
o Equipe de sport féminine.
o Crèche, système de garde, conventions centres aérés…
o Salle de sports ou partenariat avec des salles de sports.
o Des excursions femmes, hommes, hommes / femmes.
o Créer un message d’anniversaire, cadeau virtuel.
o Cadeau de retour de congés de maternité, de fin d’années.
Commentaires :
La démarche est appréciée. Les femmes souhaitent qu’elle serve et qu’elle se pérennise.
A noter que malgré cette bonne perception de la démarche, peu de femmes sont venues comparativement
au nombre de femmes invitées. (Explications à avancer : Gestion du travail quotidien a empêché de se
rendre à la réunion, la non-implication de l’encadrement direct des femmes, la crainte…)
RESULTATS ENQUETE (TEST) :
La démarche anonyme a montré son importance. De nombreuses femmes ont souligné la crainte de
s’exprimer ou d’être identifiée. (Explication culturelle, nouveauté de la démarche…).
Le questionnaire a été envoyé à 45 femmes et 14 questionnaires ont été retournés soit un taux de
participation de 31% (un bon chiffre…) 11 questionnaires ont été remplis par le groupe, 3 ont été retournés
par courrier.
Ce qui représente une enquête très partielle et seulement embryonnaire.
Il faut poursuivre au moyen de focus-groupe en impliquant les Directions / Chefs de service, en proposant
un questionnaire uniquement quantitatif par email.
Quelques résultats sur le quantitatif :
- La demande pour plus de flexibilité est très forte.
- Les rapports avec l’encadrement sont généralement bien perçus.
- La motivation des femmes pour leur travail est manifeste.
- Le rapport à la vie personnelle est peu exprimé (neutre).
Détails :
- 72% expriment de la motivation pour leur travail.
- 63% sont plutôt satisfaites de leur supérieur.
- 86% souhaitent des horaires plus flexibles.
- 50% pensent pouvoir évoluer au sein de LYDEC.
307.
-
43% seraient intéressées par une offre de mobilité interne.
78,6% veulent rester à LYDEC.
Pour les personnes qui souhaitent rester à LYDEC, 67% veulent la retraite anticipée et 33% souhaitent
une retraite normale.
Quelques résultats sur le qualitatif :
- Bonne perception du travail.
- Le travail avec les hommes est apprécié souvent préféré à celui d’avec seulement des femmes.
- Pas d’expression de discriminations, de malaise.
- La gestion de la vie de famille prend 3 h par jour en moyenne.
- La démarche fait l’unanimité : elle est encouragée.
- L’absentéisme des femmes est lié aux enfants, certaines femmes ont cité les tâches administratives.
Analyse qualitative (détails) :
Rapport au travail
Le rapport au travail est largement bien perçu. Les interrogées ont souligné la bonne ambiance de travail,
la convivialité, l’organisation de LYDEC, l’aspect stimulant et enrichissant de leur travail. Une minorité a
souligné l’aspect routinier de leurs tâches ou encore, les rapports hiérarchiques au sein de LYDEC.
Plusieurs ont cité le manque de confort de leurs bureaux.
La reconnaissance, le mérite récompensés sont également plusieurs fois cités comme moteur de
motivation et de bien être.
RH
Plusieurs épisodes de non-suivi du dossier ont été rapportés. Un sentiment de non-assistance de son
dossier a été exprimé. D’autres trouvent que le discours, les offres de mobilité cachent des réseaux, des
annonces pour la forme ou des décisions déjà prises.
Rapport aux collaborateurs
Les femmes préfèrent très majoritairement travailler avec des hommes. Elles estiment pouvoir s’épanouir
normalement et naturellement dans un milieu masculin.
Ce qui peut poser problème est davantage la gestion des tâches familiales. Elles sont plusieurs à énumérer
l’ensemble des tâches à accomplir une fois chez elles. Ces tâches relèvent d’un rôle naturel à accomplir en
tant que mères.
Evolution de carrière
Certaines expriment une volonté d’avoir davantage de responsabilités, d’accéder à des postes de
manager… D’autres n’expriment aucune ambition ou volonté d’évoluer dans leur carrière. (Le critère de
l’âge n’est pas révélateur !)
La plupart estime que la formation qui leur permettrait de remplir leurs ambitions est proposée à LYDEC.
Qualité de femmes
Quand on les interroge sur les qualités, les femmes axent leurs réponses sur cinq thématiques :
- la rigueur / organisation,
- la patience / service,
- l’honnêteté / intégrité,
- les qualités relationnelles,
- le dynamisme / créativité.
Les qualités des femmes (comparées à celles des hommes) se recoupent autour de la rigueur, la patience et
les qualités relationnelles. La force de travail des femmes est également soulignée.
Les atouts sont également axés sur la maîtrise, la rigueur, la disponibilité. Deux citent l’ingéniosité et
l’humour preuves de différenciation.
308.
APPROCHE SYMBOLIQUE DE L’EAU ET LA FEMME
20.
Les images, les imaginaires de l’eau
a.
Eau et symbolique, grandes représentations
Ambivalence de la Mer
• Le Naufragé - Louis Garneray (1783-1857)
Eau comme droit
• Affiche du film Les dix Commandements
309.
Eau comme civilisation
• Architecture de l’Al-Hambra
310.
Eau comme rituel
• Zam-Zam
• Source de jouvence, « source de régénération »
311.
Les cinq figures féminines de l’eau
•
La Sirène
• La Sirène de Lyonnaise des Eaux
312.
Judith - Caravage, 1598
•
Ophélia - John Everett Millais, 1851-1852
•
La tentation d’Adam et Eve - Michel-Ange, 1510
313.
•
Les trois âges de la femme - G. Klimt, 1904
314.
Les divers portraits d’Ophélie représentant les traits d’une jeune femme au teint blanc
•
Henry Nelson O’Neil, Ophelia, 1874
•
Arthur Hugues, Ophelia, 1852
315.
•
Richard Redgrave, Ophelia Weaving Her Garlands, 1842
•
Eugène Delacroix, The Death of Ophelia, 1853
316.
•
John W. Waterhouse, Ophelia, 1889
•
W.G. Simmonds, Ophelia, 1910
317.
Les femmes au puits
UNESCO (UN WATER et IANWGE, réseau sur genre et eau)
« Gender, water and sanitation : a policy brief », 2006
Les femmes à la rivière ou à la borne-fontaine
UNESCO – UN Water
« Water for Life », 2005
Couverture, des petites filles qui portent l’eau
De l’eau pour les femmes, premier chapitre sur cinq chapitres portant sur « eau pour la biodiversité et
l’environnement », « eau pour l’alimentation, l’agriculture et les moyens d’existence en milieu rural »,
« eau pour l’assainissement et la santé » et « eau pour l’énergie »
318.
Gender and Water Alliance
La femme à la fontaine, la femme au pot
La petite fille portant le bidon, la corvée physique
Les femmes au puits, lieu de sociabilité
La femme portant le bidon rempli, la distance parcouru
319.
PSEAU
La femme à la fontaine, l’attente
A la borne-fontaine, le remplissage
SUEZ Environnement
Brochure Eau pour tous
Brochure Aquafed
320.
Eau de Paris
Actions de solidarité en faveur des femmes et enfants victimes du Tsunami ou bénéficiaires de programme
de solidarité
Exposition Eau Vive avec Eau de Paris
321.
22.
RESULTATS D’ENTRETIENS : QUEL LIEN ENTRE EAU ET FEMMES ?
Résultats total
Image
I1. Gestionnaire et sphère domestique
I2. Porteur d’eau, femme au puits, corvée
I3. La vie
I4. Relation mère - maternité
I5. Responsabilité – Dialogue - Décision
I6. Relation Hygiène – propreté
I7. Impacts perçus (éducation, santé)
I8. Aucune image, aucun lien direct
Total
Réponses Pourcentage
10
29.5%
13
38.2%
4
11.8%
2
5.9%
1
2.9%
2
5.9%
1
2.9%
1
2.9%
34
100%
Résultats par sexe
Femme
Homme
I1. Gestionnaire et sphère domestique
4
22,2%
6
37.5%
I2. Porteur d’eau, femme au puits, corvée
7
38,9%
6
37.5%
I3. La vie
2
11.2%
2
12.5%
I4. Relation mère - maternité
2
11.2%
0
0%
I5. Responsabilité – Dialogue - Décision
1
5.5%
0
0%
I6. Relation Hygiène – propreté
1
5.5%
1
6.25%
I7. Impacts perçus (éducation, santé)
1
5.5%
0
0%
I8. Aucune image, aucun lien direct
0
0%
1
6.25%
Total
18
100%
16
100%
322.
Extraits de réponses pour les hommes
1. Habib Chabadi
Les femmes que l’on rencontre dans les communes rurales. Celles qui s’occupent de l’eau et qui
doivent la porter sur plusieurs kilomètres. Pour moi, l’eau et la femme, c’est la corvée (I2) et la
nécessité de raccorder les communes rurales à l’eau pour faciliter la vie de ces femmes et de leurs
petites filles.
2. Denis Désille :
La femme a une vision particulière du développement en général, elle a un potentiel de destruction
plus faible, elles gèrent mieux, elles ont davantage conscience de ce qu’elles pourraient perdre car
ce sont elles qui gèrent l’eau dans le foyer parfois pour la communauté (I1).
3. Stéphane Quéré :
Sur la problématique de l’eau, tout ce qui est dans certaines civilisations, ce sont souvent les
femmes qui s’occupent de ça. Pour tout ce qui est apport des biens au quotidien, ce sont souvent
elles, les femmes dans certaines sociétés traditionnelles (I1). Ce n’est pas le cas en France.
4. Alain Mathys :
Pour moi, parler de « eau et femme », c’est parler de la gestion de l’eau au quotidien, celle du
foyer(I1). (…) Ce sont des femmes qui vont chercher l’eau aux bornes-fontaines (I2), si on
pose la question aux femmes, elles disent oui c’est important pour collecter. Si on demande aux
hommes, ils l’ont déjà à domicile puisqu’ils n’ont pas à aller la chercher, ça change pas grand
chose.
5. Mathieu Lecorre :
Les femmes fonctionnent au cœur de l’univers domestique. Elles sont les responsables de
l’approvisionnement en eau du foyer (I1). C’est de fait très important de le prendre en compte.
Dans le cadre de nos activités, nous apportons l’eau à un territoire, on peut éventuellement
intervenir dans le domaine du conseil, avoir un rôle dans l’évolution des mentalités. Dans ce cas
là, c’est important d’avoir des animateurs et des animatrices.
6. Jacques Labre :
Le facteur individuel est plus important dans ce cas-là. Il n’y a pas de compétences particulières
selon moi, mais la femme est directement concernée par l’assainissement et l’eau dans le foyer
(I1). Ce n’est pas la problématique centrale dans une entreprise, mais des parties de l’activité de
l’entreprise sont concernées notamment les projets menés par Alain Mathys. Sur ce sujet, il ne faut
pas tirer de conclusions hâtives. La relation féminine entre eau et la femme est vrai en termes
poétiques, mais sinon, il y a un vrai risques de tomber dans un discours tarte à la crème.
7. Dominique Pin :
wDans la pratique, il y a des comportements différents. On ne peut pas tirer des conclusions
globales sur ce sujet. On peut néanmoins noter que les prises de parole sont plus féminines.
Pourquoi ? La réflexion n’est pas aboutie, mais prenez l’exemple de Danielle Mitterrand, il y
a un combat pour la vie qui est basé sur des moteurs conscients et inconscients (I3).
Evidemment, le discours est très politique, mais cette prise de position féminine est tournée vers
l’eau… Il y a un rapport à l’usage, un rapport d’usager qui suppose un lien indirect entre les
femmes et l’eau.
8. Daniel Villessot :
Dans les PED, c’est une base commune, c’est une réalité terrible car il y a un lien très étroit entre
femme et eau car il est essentiel à la vie (I3). Il faut avoir des actions pour que les femmes
n’aillent pas chercher de l’eau n’importe où. Il y a beaucoup d’éducation à faire. C’est très lié dans
les Pays en voie de développement. C’est une question essentielle.
323.
9. Dominique Ogeron :
C’est la femme et à fortiori la mère de famille qui a besoin d’être rassurée sur l’eau qu’elle donne à
son enfant notamment au biberon, c’est le côté santé qui ressort davantage que l’aspect eau et
hygiène (I6).
10. Dominique Sevestre :
C’est une problématique de foyer (I1), de cellule de base où l’eau joue un rôle révélateur essentiel.
11. Jean-Luc Dezoomer :
Il faut noter que ce sont les femmes qui vont voir l’assistante sociale en cas de problèmes, rarement
les hommes pour des questions de société et parce qu’elles sont les premières concernées par le
foyer (I1).
12. Laurent GUILLAUME :
Celui de la maternité, les femmes portent les enfants, elles vont davantage porter les valeurs du DD
que les hommes. Par contre, je ne vois pas de lien direct entre eau et femme (I8). Je dirai que les
femmes portent plus les valeurs de préservation de la ressource, de santé et d’esthétisme.
13. Tahar AGAL :
Au Maroc, la femme joue un rôle très important dans le foyer c’est évident… En parler, d’une
certaine façon, c’est remettre en question ce rôle, la représentation que les hommes, la société porte
sur ce respect qu’on leur doit. Après, pour l’eau et la femme en particulier, je viens du milieu rural,
donc pour moi, c’est la petite fille qui doit aller chercher l’eau et parcourir des kilomètres. L’eau et
la femme, c’est la corvée de l’eau (I2).
14. Abdelatif Abderazak :
Pour moi, c’est la corvée de l’eau (I2). C’est la petite fille qui doit aller chercher l’eau. Ce sont les
femmes qui attendent. C’est la maîtresse de maison qui décide du bain, de la lessive ou de l’eau
pour la nourriture. C’est une vraie tâche qui est difficile à supporter pour moi. L’arrivée du service
montre tous les changements provoqués pour leur vie au quotidien.
15. Abdelmajid Hilal :
L’eau et la femme ? Pour moi, je dirai que c’est la gestion de l’eau pour la famille. La femme est
s’occupe de l’eau pour son foyer (I1). C’est devoir aller cherche l’eau, la stocker, compter les
réserves… C’est une fatig