Espoir Marquise pour vos petits travaux

Espoir Marquise pour vos petits travaux
CALAIS
NETTOYER, DECAPER, DEBROUSSAILLER OU BECHER
Espoir Marquise
pour vos petits travaux
Espoir Marquise met à disposition
des particuliers, entreprises et collectivités un personnel et fait valoir des
compétences enfouies, en les faisant
renaître dans vos greniers, potagers
et espaces verts !
Espoir Marquise est une association intermédiaire agréée par la Direction Départementale du Travail.
Elle a fêté ses dix ans en novembre
2004. La structure étant liée à la loi
contre l’exclusion, elle accueille des
demandeurs d’emploi de 18 à plus de
50 ans. Les divers services proposés
aux utilisateurs, particuliers, entreprises ou collectivités sont très appréciés, tels que la tonte de pelouses, le
ménage, le repassage ou le débarras
d’un grenier. « Quand la personne
s’inscrit à l’association, nous ne tenons pas compte de ses diplômes
mais des capacités qu’elle s’attribue
», explique Marie-Thérèse Blanpain,
coordinatrice, à Espoir Marquise.
Pour ce public en grande difficulté,
le rôle de l’employeur est très important. Ce dernier demande une personne pour effectuer un travail dans le
domaine des courses, du ménage, de
garde d’enfants de plus de 3 ans,
de petits travaux d’entretien, de peinture,
de jardinage….
« Le siège de l’association se situe à
Rinxent .Elle tourne dans les secteurs
de Guînes, Wimille, Wissant et Marquise. Les problèmes de mobilité sont pris
en compte, c’est pour cela que nous essayons de mettre en rapport l’utilisateur
avec des personnes proches de leur
domicile », souligne Véronique Blondel,
responsable de la structure.
Des formations adaptées
C’est l’ANPE et la mission locale qui
orientent les personnes vers l’association après avoir détecté un problème de
frein à l’embauche. Espoir Marquise les
accueille individuellement et dès le premier rendez-vous, les problèmes à gérer
sont décelés.
Au cours de suivi, des problèmes de
santé sont à résoudre. « Parfois il y a des
problèmes de dettes qui viennent s’ajouter et que l’on essaie de négocier, d’équilibrer », analyse Véronique Blondel.
L’objectif premier est de proposer des
formations adaptées. « Nous avons une
démarche de terrain avec un suivi et
un fonctionnement comme une agence
Des utilisateurs enchantés
■
NORD LITTORAL
■
Marie–Françoise Kunz à Alembon est
une fidèle d’Espoir Marquise. Depuis 9
ans, elle emploie la même femme de ménage. « Pour rien au monde, j’en changerais ! Je connais Nathalie depuis qu’elle
est enfant, c’est d’ailleurs moi qui l’ai
orientée vers Espoir Marquise ».
VENDREDI
11 novembre
2005
10
Nathalie travaille principalement à
Alembon et fait au moins 18 heures par
semaine. « Grâce à Madame Kunz, je
ne connais plus le chômage. Je travaille
dans d’autres familles et chez chacune
d’elles, je suis bien accueillie », explique
Nathalie. L’autonomie et le courage de
Nathalie font qu’avec ses employeurs il
y a une grande complicité et une réelle
confiance.
Marie–Françoise Kunz fait aussi appel à
un jardinier. « Nous en avions un qui a trouvé un contrat et cela nous réjouit. Il nous
rend visite régulièrement», souligne t-elle.
Marie Thérèse Blanpain et Véronique Blondel
d’intérim », ajoute Véronique Blondel.
personne ait la possibilité de continuer
Des partenariats naissent dans le cas de
de travailler. De plus, le manque d’expécontrat en alternance. Les personnes mirience chez des personnes même diplôses à disposition en entreprise travaillent
mées révèle un souci supplémentaire »,
seize heures et à partir de la 17e heure,
relate Marie-Thérèse Blanpain.
un accord de l’ANPE est obligatoire.
« Certains pourraient être suivis toute
« C’est à nous d’argumenter pour que la
la vie, faute de chance, manque d’éducation ou de cursus scolaire », continue
t-elle. Mais il arrive aussi que des personnes quittent très vite l’association. Il
suffit d’un effet déclencheur et ils reprennent la route.
Espoir Marquise responsabilise l’individu face à un contrat de travail. « Chacun relève ses heures au moie calendaire pour que la paye soit déclenchée»,
informe t-elle.
Des utilisateurs enchantés
Ici, ça décape, débroussaille, bêche
et ravit les utilisateurs ! « Des particuliers font appel à nous régulièrement.
Il y a une fidélité et le bouche à oreille
fonctionne bien », confie Marie-Thérèse
Blanpain.
Marie-Françoise Kuntz et Nathalie
Depuis, un récent employé les satisfait de nouveau. « Dimitri est un garçon sérieux et motivé, il faut voir ce
jardin impeccable ! », s’exclame t-elle.
Pour les employés d’Espoir-Marquise,
l’ethousiasme et le réel désir de s’en
sortir sont les racines de leur réussite .
Chaque mois, les membres de
l’atelier presse des ADLC, ateliers
de la citoyenneté publient dans
nos colonnes une page. A travers
les articles, sont mis en avant les
initiatives, les associations qui
participent de l’économie solidaire. Aujourd’hui place à Espoir
Marquise et le forum Miel.
FORUM DE LA MIEL
L’économie solidaire s’expose
Un espace aménagé par
les spécialistes de l’Economie Sociale et Solidaire
a offert aux visiteurs du
Forum de la MIEL, un apport fort en matière d’emploi
Diverses
associations
dans le domaine du bâtiment, de la couture, la
restauration, la création
de meubles ou la floriculture ont su séduire le
public. Il a découvert différents secteurs d’activités que présentaient de
manière attractive, tous
les acteurs de l’Economie
Sociale et Solidaire.
Les demandeurs d’emploi ont eu l’opportunité
de
découvrir
plusieurs
structures telles que Chênelet Insertion, La Péniche, Ca cartonne, Cide
L i s e , O p a l e To u r, A D L C ,
Mode d’Emploi, Opur et
Environnement Solidarité.
« Cela s’est très bien passé. Chaque année, nous
bénéficions d’un espace
plus aéré, plus décoré »,
s e r é j o u i t C a t h e r i n e Ve rwaerde, directrice d’Environnement et Solidarité.
Plusieurs
associations
ont récolté des candidatures. « Le plus important dans cette journée,
c’est la rencontre avec
d’autres secteurs d’activités, des liens se créent ;
le but c’est aussi de faire
découvrir aux gens qui
travaillent chez nous, le
monde de l’emploi en les
encourageant dans leurs
démarches », confie Christine Déon de la structure
Chênelet Insertion. Une
bonne occasion pour l’association de Landrethun le
Nord de se faire connaître
dans le Calaisis.
Au stand « ça cartonne
», ça a cartonné ! « Exposer ici avec tout ce monde,
ne pouvait tomber mieux.
Les gens furent agréablement surpris par le travail
réalisé. La fabrication de
meubles se fait avec un
matériau original puisque
c’est du carton, un vrai
travail de création », se
r é j o u i t C h r i s Ve r m e l e n d e
la structure. « Beaucoup
de gens ont déposé leur
candidature, pour nous
c’est très valorisant »,
continue t-il.
De leur côté, les ADLC
ont participé à l’aménagement de l’espace, destiné au monde associatif
avec en premier lieu, la
conception
des
arches
d’accueil servant de supp o r t a n n o n c e u r. « C e f u t
une opération accomplie »
s’exclame Dominique Perrin, encadrant technique
Le stand Ca cartonne
à l’atelier décoration des
ADLC.
Ce
fut
une
journée
agréable, le forum a ravi
le public et les exposants
ont été satisfaits quant à
leurs prestations. « Nous
avons accueilli beaucoup
de monde, il y avait une
diversité phénoménale de
structures d’activités cela
a été très positif. Les contacts ont été intéressants,
il faut que cela continue
», conclut Marie-Louise
Fernandez de la MIEL et
organisatrice du Forum.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising