Télécharger (1.0 Mo)

Télécharger (1.0 Mo)
Chaho-Pelletier
> un nouvel espace
dans la ville. P6
Evénement
mondial
> un nouveau
bourdon pour
la cathédrale. P24
Semaine bleue
> le rendezvous des aînés.
P27
M AG A Z I N E
dossier
La Ville et l’école primaire ;
un “carnet de route” pour mieux accéder
au patrimoine bayonnais.
n° 128 > Septembre - Octobre 2003
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
sommaire
LE MAGAZINE DE LA VILLE > n°128
Action publique
4
4
6
7
8
9
10
11
12
13
- CAPITALE
> Bayonne, capitale patrimoniale
- CADRE DE VIE > Le mail Chaho-Pelletier : un nouvel espace au cœur de la ville
La campagne de numérotation des rues
Le plateau Saint-Etienne : une étude pour développer le quartier
L’affichage publicitaire : une nouvelle réglementation
- CULTURE
> Scène nationale : des spectacles pour tous
- VIE SOCIALE > Le bij sur internet : un site d’information et d’expression
Un concours d’arts plastiques pour les 16-30 ans
Jumelage : des échanges privilégiés
- SPORT
> Stade Jean-Dauger : les premiers travaux terminés
La mise aux normes du stade Didier-Deschamps
- TOURISME
> Nouvel embarcadère : des jalons pour le tourisme fluvial
COMMERCE > Les journées commerciales
Dossier
15
23
16 - LA VILLE
> Interview de Marie-Christine Favoreu-Dumas
ET L’ECOLE PRIMAIRE L’école primaire : une compétence communale
Le temps périscolaire pris en charge
De nouveaux instruments au service de l’enseignement
Vie de la cité
24 - EVENEMENT > Un nouveau bourdon pour la cathédrale
25 Un nouveau chef d’orchestre pour
l’Orchestre-Bayonne Côte Basque
26 Festival franco-ibérique latino-américain
27 La semaine bleue
28 - HISTOIRE > Les statues de l’Hôtel de Ville
VIE DES QUARTIERS > Rue Port-de-Castets : une nouvelle quiétude
Bloc-notes > Actualité associative > Carnet
> Bayonne-scope
30
Directrice
de la publication
>S. Durruty
Directeur
de la rédaction
>R. Ruiz
Rédaction
>S. Daguin, M. Beyris,
J. Gallais
Photos
>C. Laroche, C. Pasquini,
J.P. Plantey, L. Zeller
Photogravure
>Flashcompo
Impression
>Cartonnages Larré
Régie publicitaire
>Supports Promotion
4
Action publique
CAPITALE
RENTRÉE
Bayonne,
capitale patrimoniale
> ENTRETIEN avec Jean Grenet, Maire de Bayonne et Député des Pyrénées Atlantiques
La rentrée se place sous le signe
du patrimoine culturel avec les
journées du patrimoine et l’opération
“carnet de route”pour les enfants.
Quelle volonté préside à ces actions ?
> Corrida avec Roselyne Bachelot, ministre
de l’écologie et du développement durable.
J’ai souvent eu l’occasion de le dire avec conviction et je le répète aujourd’hui : Bayonne sera
patrimoniale et culturelle ou ne sera pas ; cela
dit, sans sous-estimer les autres fonctions
d’une capitale d’un bassin de vie de 180 000
habitants.
Cette affirmation s’appuie sur le constat évident,
parce que l’histoire en a voulu ainsi, que Bayonne
a déjà plus de 20 siècles derrière elle avec tout ce
que cela sous-entend de patrimoine accumulé
au fil des ans et que la ville ne cesse de mettre en
valeur aujourd’hui.
Chez nous, le patrimoine et la culture sont liés et
font cause commune. Où mieux qu’à Bayonne,
l’opération “carnet de route” pour les enfants,
donnant accès à la connaissance du patrimoine
et à la culture par le biais de notre bibliothèque
médiathèque et de nos musées Basque et
Bonnat aurait-elle sa place ?
Poser la question c’est de toute évidence y
répondre. La volonté politique de notre équipe
municipale est de promouvoir la mise en valeur
de notre patrimoine, de soutenir et développer la
culture sous toutes ses formes et de les rendre
accessibles à tous.
Pour quelles raisons la Ville
va-t-elle mettre en place
un nouveau règlement
pour l’affichage publicitaire ?
L’amélioration du cadre de vie des Bayonnaises
et des Bayonnais est l’un des axes majeurs de
notre politique municipale. Nous souhaitions
> Deux quintuples vainqueurs du Tour à l’arrivée à Bayonne,
Lance Amstrong et Bernard Hinault.
restreindre de façon très significative l’affichage
publicitaire dans notre ville. Après presque trois
ans d’un travail difficile et grâce à la compétence et à l’opiniâtreté de Maître Etchegaray,
adjoint délégué à l’urbanisme, de Gilberte
Dufrêne, adjointe déléguée au commerce, de
Maryline Chevrel, conseillère municipale, ainsi
que des services de la ville, nous sommes
arrivés à la mise en place d’un nouveau
règlement de l’affichage publicitaire qui va
réduire de 55% le nombre de panneaux sur
Bayonne dans les deux ans à venir. C’est un
résultat inespéré. De la même façon, nous avons
été une des premières villes de France à
passer un accord avec les commerçants pour
harmoniser les enseignes en centre-ville.
Avec le réaménagement
de l’embarcadère des allées
Boufflers,Bayonne pose les jalons
du développement du tourisme
fluvial dans le Bas-Adour...Un autre
élément du patrimoine bayonnais ?
Bayonne ne vit pas repliée sur elle-même,
Bayonne se doit de répondre à l’attente des
communes périphériques qui nous considèrent,
et c’est un honneur dont il faut être digne,
comme leur capitale.
Action publique
CAPITALE
‘
‘
Chez nous,
le patrimoine et la culture
sont liés et
font cause commune
En matière de tourisme, nous devons travailler en
partenariat avec les autres collectivités autour de
deux axes.
Tout d’abord sur le renouveau du tourisme
fluvial en Bas-Adour : le réaménagement de
l’embarcadère des allées Boufflers est un des
premiers jalons. En tant que Député-Maire de
Bayonne et du Bas-Adour, je me suis engagé
à travailler durant mon mandat pour essayer,
enfin, de concrétiser par des actions ce qui, pour
l’instant, n’est toujours resté qu’études sans
lendemain.
> Inauguration de l’exposition “C’est l’été”
aux côtés de Jean-Jacques Lesgourgues,
commissaire de l’exposition et Jorge Girbau,
sculpteur.
vallée de la Nive. Elles se sont déjà positionnées
favorablement par rapport à cette initiative
qui intègrera également dans le cadre de la
promotion le golf de Souraïde. Voici deux
exemples sur l’Adour et sur la Nive de ce que
Bayonne entreprend en matière de développement touristique. D’autres collaborations
s’établissent aujourd’hui sur d’autres thématiques avec d’autres communes...
Nous en reparlerons.
Plus que jamais, Bayonne est ouverte et tend la
main au Pays-Basque, la côte comme l’intérieur,
mais aussi au Boucau, et au Sud des Landes.
Bayonne est au centre géographique de ce
“bassin de vie”, nous sommes liés par une
communauté de destin évidente.
Pour Bayonne, l’avenir est là. Celui de “l’agglomération... bayonnaise” aussi ■
POUR EN SAVOIR PLUS > www.ville-bayonne.fr
Ensuite sur la vallée de la Nive, avec la participation majoritaire de la Ville de Bayonne dans
l’acquisition du golf de Bassussarry. Avec le
concours de l’Office de tourisme de Bayonne,
c’est un nouveau produit touristique que nous
allons développer autour du golf dont nous
ferons bénéficier toutes les communes de la
> Au repas des aînés à Caradoc en compagnie
de Christine Lauqué, conseillère municipale,
déléguée à la solidarité intergénérationnelle.
5
6
Action publique
CADRE DE VIE
MAIL CHAHO-PELLETIER
Un nouvel espace public
au cœur de la ville
Depuis cet été, les Bayonnais disposent d'un nouvel endroit piétonnier
pour se promener. Véritable havre de paix au cœur de la ville, le mail ChahoPelletier, permet de rejoindre agréablement le site des "casernes de la Nive"
au quartier des Cordeliers.
Tout a été mis en œuvre pour que l'espace mail
Chaho-Pelletier, en plein secteur sauvegardé,
devienne un lieu où les Bayonnais aiment se
promener. Le sol est entièrement revêtu de granit
blanc, un mélange de lanternes de styles et
de mâts plus modernes assure le soir un éclairage d'une grande élégance. La rue Pelletier
est devenue piétonne. Au sol, des diodes
lumineuses rappellent la présence de l'ancien
couvent des Cordeliers, mis en évidence lors de
fouilles archéologiques.
> Le mail et son allée de platanes.
Côté quai Chaho, la chaussée du quai a été rapprochée de la Nive, et un espace promenade
longe désormais la rivière. L’aménagement de
cet espace entre dans le cadre de la réhabilitation du site des casernes, racheté par la Ville
en 1993. Prochaine étape : l’agrandissement de
l’espace public et la construction du village
culturel sur le terrain attenant au mail ChahoPelletier.
A la place d’un ancien couvent
Le coût des travaux
2,1 millions d’euros HT,
dont :
■ Ville de Bayonne : 908 000 €
■ Europe : 630 000 €
■ Communauté d’agglomération
de Bayonne Anglet Biarritz :
520 357 €
■ Etat : 45 800 €
(contrat de ville)
Le mail Chaho-Pelletier se trouve sur l’ancien site
du couvent des Cordeliers. Il aurait été construit
au XIIIème siècle. Dans un premier temps, il
semble n’avoir disposé que d’un simple oratoire,
puis d’une chapelle.
Par la suite, grâce en particulier à divers dons des
rois d’Angleterre, notamment un terrain et une
forte somme d’argent en 1283, un ensemble
conventuel est construit. Celui-ci leur permit de
répondre à l’expansion de leur audience au sein
de la communauté bayonnaise. Le couvent
des Cordeliers a occupé une place notable dans
la vie locale jusqu’au milieu du XVIIIème siècle.
Après sa destruction vers 1833, le site fut investi
par une caserne, démolie à son tour au milieu
des années 1990 ■
Action publique
CADRE DE VIE
VOIRIE
Une campagne
de numérotation des rues
Une campagne de numérotation de certaines rues de
Bayonne va être lancée à partir du mois d’octobre 2003.
Près de deux mille adresses doivent être précisées.
Pour qu’une adresse devienne officielle, un arrêté
municipal doit être pris. Il désignera les rues concernées.
La Ville proposera aux habitants de poser les plaques
sur les bâtiments.
L’intérêt principal d’une adresse avec un numéro
de rue est de pouvoir localiser facilement tous
les immeubles de la ville, ce qui est essentiel pour
les services comme la Poste ou pour les Secours
(pompiers, SAMU)… Cette campagne doit
permettre à l’INSEE (Institut National de la
Statistique et des Etudes Economiques)
d’organiser d’une façon satisfaisante les nouveaux recensements de la population par
échantillonnage sans oublier d’habitants.
La dernière campagne de numérotation à
Bayonne date de 1974, la majorité des adresses
manquantes ne sont pas officielles faute de
numérotation entérinée par le Conseil municipal.
Sur les chemins ruraux, les habitants se
distinguent par le nom de leur maison, et dans
certains lotissements le numéro des maisons est
celui du lot.
A Bayonne, la règle qui prévaut est la suivante :
le début de la numérotation est attribué au côté
de la rue le plus proche de la place du Réduit où
l’échauguette représente le centre de la ville
(sauf exceptions). Si les rues sont parallèles à
l’Adour ou à la Nive, les numéros vont croissant
vers l’aval.
Parmi les rues sans numéros, certaines n’ont pas
encore de nom. Dans ce cas, il va falloir les
dénommer. La commission toponymie, composée d’élus et d’érudits locaux, propose des
noms qui seront entérinés par le Conseil municipal. C’est ainsi, par exemple, que la voie qui
dessert le lotissement des lilas se nommera désormais l’allée Syringa (nom scientifique du lilas) ■
■
La Ville de Bayonne propose de poser les plaques
La première campagne qui commence en octobre et pour six mois, va concerner mille adresses.
La Ville communiquera dans chaque quartier par le biais d’un “Echo de la cité” et les personnes concernées recevront un courrier précisant le numéro qui leur est attribué. La mairie
se proposera de poser les plaques numérotées. Premières rues concernées par cette numérotation, celles du quartier Saint-Bernard : le chemin d’Amade, la rue Chanoine Borthayre,
l’allée de Grande Borde, le chemin de Petite Borde, l’allée de Huire et le chemin des
Cisterciennes.
7
8
Action publique
CADRE DE VIE
PLATEAU SAINT-ETIENNE
Une étude
pour développer le quartier
Les quartiers d’Habas, de Sainte-Croix et du Grand Basque ayant une forte
capacité d’évolution dans une agglomération en pleine croissance,
la Ville a souhaité y mettre en place un projet urbain.
Le quartier Saint-Etienne a un fort potentiel citadin,
architectural et paysager. D’ici 2006, la Ville a choisi
d’y ouvrir des terrains à l’urbanisation mais souhaite
aussi renouveler l’habitat existant et les équipements publics qui les desservent.Le projet envisagé
prévoit la création de plusieurs logements introduisant de la mixité sociale,l’aménagement de nouveaux espaces publics et l’amélioration de ceux qui
existent déjà.La Ville,maître d’ouvrage de la mission,
en assure le pilotage technique en relation avec les
bailleurs sociaux des quartiers, la Communauté
d’agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz et le
GIP-DSU* du Contrat de Ville et les services de l’Etat.
Un projet urbain concerté
Afin d’être guidée dans sa démarche, la Ville s’est
entourée des compétences de l’agence d’urbanisme GCAU et de ses partenaires : urbanistes,
paysagistes et sociologues. Elle a été chargée de
mener à bien une étude qui devra définir les forces
et les faiblesses du quartier et de dégager des perspectives de développement urbain et social.
Plusieurs méthodes d’investigation seront utilisées.
Les techniciens de l’agence seront amenés en particulier à aller le plus souvent sur le terrain. Ils rencontreront des riverains, le milieu associatif et les
commerçants lors de réunions ou d’entretiens.
La population pourra ainsi s’exprimer sur ses attentes.
A l’issue de cette étude, l’agence proposera une
charte. Les acteurs intervenants dans ce quartier
devront ainsi s’engager à améliorer le cadre de
vie quotidien des riverains. L’agence produira
également un programme d’actions à conduire
sur l’habitat, le paysage et les espaces publics ■
*Groupements d’intérêt public spécialisés dans le domaine du développement social urbain
Calendrier prévisionnel
15 septembre 2003 : résultats d’une première analyse des documents et des études
existantes et de rencontres avec les élus,
techniciens de la Ville et différents partenaires.
■ 15 décembre 2003 : résultats de l’étude de
terrain au niveau diagnostic et de la concertation.
■ 15 mars 2004 : propositions d’aménagements et validation de l’étude
■
ENVIRONNEMENT
L’affichage publicitaire : une nouvelle réglementation
Après trois années de travail avec les professionnels de la publicité, Bayonne va voir diminuer de moitié le nombre de ses
panneaux publicitaires.
Avec pour objectif de préserver cadre de vie et environnement, un groupe de travail composé d’élus et de publicitaires a pris part à l’élaboration d’un nouveau règlement de publicité. L’objectif était simple : réduire la densité des
panneaux publicitaires.
Ce nouveau règlement modifie le dispositif antérieur qui datait de 1986. Il contribue à sauvegarder le cadre de vie
en tenant compte de la spécificité urbanistique de Bayonne. Il a également pour objectif de limiter la densité des
panneaux publicitaires et d’exiger un minimum de règles esthétiques pour leur implantation.
En dehors des zones où la publicité est interdite (secteur sauvegardé, grands axes, quais et berges de la Nive) et des
zones Saint-Frédéric, Saint-Etienne et de la zone SNCF, un seul dispositif sera accepté par unité foncière sous
certaines conditions sur l’ensemble du territoire de la ville. Ainsi les axes traversants verront le nombre de panneaux diminuer de manière
significative (avenue du Grand Basque, avenue d’Aquitaine) et leurs carrefours seront protégés (implantation publicitaire interdite aux abords).
Le règlement sera mis en application à l’automne 2003 pour les nouvelles implantations et les afficheurs auront deux ans pour se mettre
en conformité sur les installations existantes.
Action publique
9
CULTURE
SCÈNE NATIONALE
Des spectacles pour tous
La saison 2003/2004 s’annonce particulièrement riche et attractive. Quel est
le rôle de la Scène nationale et quels sont ses liens avec la Ville de Bayonne ?
> ENTRETIEN avec Dominique Burucoa, directeur de la Scène nationale.
Bayonne Magazine :pourquoi
la Scène nationale de Bayonne
s’appelle-t-elle aussi du Sud Aquitain ?
Dominique Burucoa : notre dénomination correspond à notre aire d’implantation. L’origine de nos
publics est la suivante : 50% du BAB, 30% des
Pyrénées Atlantiques,20% des Landes.Nous gérons
le Théâtre de Bayonne et la Ville de Bayonne est
notre partenaire financier le plus important.
seulement aux propositions “grand public”.
Nous avons aujourd’hui plus de deux mille
abonnés. Si notre programmation est exigeante
artistiquement, elle n’est pas élitiste. C’est ce qui
nous permet d’accueillir des publics très divers et
d’engager une action culturelle en profondeur,
je pense, réussie et de qualité. Enfin, nous avons
une politique tarifaire diversifiée. Ainsi, la Scène
nationale s’adresse à tous et remplit ses missions
de service public ■
B.M. :quel est le statut
d’une Scène nationale ?
POUR EN SAVOIR PLUS > www.ville-bayonne.fr
ou Scène nationale de Bayonne
et du Sud-Aquitain
D. B. : la Scène nationale de Bayonne et du SudAquitain est une association. La dénomination
“scène nationale” est un label conféré par le
ministère de la Culture, accordé au projet culturel
et artistique proposé par le directeur. Une Scène
nationale a des missions de service public
précisées dans ses statuts.
(théâtre, abonnements, réservation de places : 05 59 59 07 27,
administration : 05 59 55 85 05,
E-mail : snbayonne@wanadoo.fr)
La Scène nationale
en quelques chiffres
Plus de 40 000 spectateurs
156 représentations
au théâtre
■ 1,8 millions d’euros de budget
pour l’année 2002 dont 564 000 €
de subventions de la Ville
de Bayonne auxquels s’ajoutent
50 000 € d’aides indirectes.
■
■
> Dominique Burucoa
B.M. :quel est l’intérêt pour la ville
de vous déléguer la gestion
du Théâtre ?
D. B. : il s’agit d’un choix majeur de politique
culturelle. Ce choix a été fait par la municipalité
bayonnaise en 1990. Pour permettre la création
d’une Scène nationale, la Ville devait répondre à
différentes demandes du ministère de la Culture
dont la mise à disposition d’une salle de spectacles. Le conseil municipal a décidé de confier la ■
gestion du théâtre à la Scène nationale afin qu’il
devienne son principal outil de production et de
diffusion artistiques. Pour un coût pour la Ville,
Le théâtre fermera ses portes en mai 2004 à la fin de la saison 2003/2004 pendant
assez voisin de ce qu’il était à l’époque, le théâtre
un peu plus d'un an pour une totale rénovation. Les dernières transformations
importantes ont été réalisées dans les années 60 suivies d’une rénovation
de Bayonne accueille une programmation artispartielle en 1984. Les objectifs assignés à ce projet portent sur l’amélioration de
tique incomparablement plus riche et est devenu
l’accueil du public et des acteurs, la mise aux normes pour l’accès des handiun lieu important de production artistique.
La rénovation du théatre de Bayonne
B.M. :comment faites-vous
pour donner envie aux gens
de voir des spectacles nouveaux ?
D. B. : il s’agit pour nous de fidéliser des publics
qui nous font confiance et ne répondent pas
capés, mais aussi sur son adaptation aux nouvelles normes techniques d’exploitation (régie). Le projet sera mené par Maria Goldweska, architecte retenue
après concours. La réouverture du théâtre est prévue pour l'automne 2005.
Pendant les travaux, la Scène nationale continuera ses activités sur d’autres sites.
Coût des travaux : 3,2 millions d’€ financés par l'Europe (Feder), le ministère
de la Culture, la Communauté d’agglomération de Bayonne-Anglet-Biarritz et
la Ville de Bayonne.
10 Action publique
VIE SOCIALE
LE BIJ SUR INTERNET
Un site d’information et d’expression
Le bureau information jeunesse (BIJ) a son site internet depuis cet été. Il permet
aux jeunes de découvrir des informations pratiques, des actus ou les services
disponibles au BIJ ainsi que la possibilité d’échanger et de s’exprimer.
Gris et orange sont les couleurs qui habillent le
tout nouveau site Internet du Bureau Information
Jeunesse. Un graphisme épuré et efficace
permet à l’internaute de naviguer simplement
d’une rubrique à l’autre. Côté documentation,
toutes les fiches du BIJ sont répertoriées sur le
site : les infos sur les études (concours, écoles…),
les formations, les emplois, les loisirs…Une
rubrique services recense toutes les annonces
disponibles au BIJ : baby-sitting, petits boulots,
logements, cours de soutien... C’est en quelque
sorte le BIJ mode d’emploi qui est proposé. Reste
au jeune à se rendre sur place pour rencontrer
les éducateurs et consulter les fiches complètes.
Un site interactif
La partie actualité du site propose une rubrique
“A la une”, un agenda et des informations sur les
associations bayonnaises mises à jour réguliè■
Un concours d’arts plastiques
pour les 16-30 ans.
Le "Trophée jeunes talents" est de retour. Ce concours est organisé par la ville de
Bayonne. Toutes les œuvres seront exposées et un jury composé d'élus et de professionnels désignera les vainqueurs de cette édition 2003. La Ville s'appuie sur de
nombreuses associations bayonnaises afin de valoriser les talents ignorés ou cachés.
Pour participer au "Trophée jeunes talents", il faut avoir entre 16 et 30 ans, être
domicilié à Bayonne, Anglet, Biarritz, Boucau ou Saint-Pierre d'Irube. Il est possible de s'inscrire jusqu'à la mi-septembre. Les dossiers d'inscription sont à retirer
dans les bureaux d'information jeunesse (BIJ) de Bayonne, Anglet et Biarritz.
Le dossier doit être déposé au BIJ de Bayonne.
Quatre catégories distinctes sont proposées et chacune d'entre elles aura un
lauréat : peinture, sculpture, une catégorie “ divers ” regroupe grafs, collage,
bande dessinée... et la dernière est intitulée "œuvre collective". Toutes les
œuvres seront exposées du 1er au 15 octobre, à la poudrière, sur le site des
casernes de la Nive. Un jury composé d'élus (Jean Grenet, député-maire de
Bayonne, Bernard Massé, adjoint délégué aux affaires culturelles, Christian
Millet-Barbé adjoint délégué à la vie sociale et président de la mission locale)
et de professionnels (Vincent Ducourau, conservateur du musée Bonnat,
Dominique Berthomé, directeur de l'Ecole d'art de la Communauté d'agglomération...), désignera les vainqueurs. Les visiteurs seront invités à voter pour
leur œuvre favorite et le vainqueur recevra le prix spécial du public.
POUR EN SAVOIR PLUS > Direction des Affaires Culturelles-Ville de Bayonne : 05 59 46 61 50
> Direction Vie Sociale-Ville de Bayonne : 05 59 46 61 82 ou > www.ville-bayonne.fr
rement (voir encadré). Un forum permet aux
moins de 26 ans de “chater”et un “vidéomaton”est
à la disposition de ceux qui souhaitent faire
partager leur passion ou leurs centres d’intérêts.
C’est tout simple : il suffit de venir au BIJ, de
s’installer devant la caméra et de parler en moins
de deux minutes ! ■
POUR EN SAVOIR PLUS > www.ville-bayonne.fr
et www.bijbayonne.com
L’actu des assos en direct
Les associations ont la possibilité de proposer
elles-mêmes leurs actualités et de les mettre
en ligne directement sur le site grâce à un
code d’accès. Une rubrique leur est réservée.
Se renseigner au BIJ.
Action publique 11
VIE SOCIALE
JUMELAGE
Des échanges privilégiés
Le 20 septembre, la chorale de la cathédrale de Pampelune
chantera pour le nouveau bourdon à la cathédrale de Bayonne.
Un concert exceptionnel grâce au jumelage avec la capitale de la Navarre.
© Alex Bianchi
> ENTRETIEN avec Jean-Louis Delas, adjoint au maire, délégué aux jumelages
> Les œuvres de Lydie Arickx
dans la salle des expositions Plaza Conde.
Jean-Louis Delas : le jumelage avec Pampelune
est très actif. Les échanges sportifs, culturels et
sociaux sont nombreux. Comme chaque année,
l’Harmonie Bayonnaise s’est produite pour les
fêtes de Pampelune, et la célèbre peintre
française, Lydie Arickx, a exposé tout l’été
à Pampelune. Son exposition, remarquée en
Espagne, va être accueillie au musée d’Art moderne de Barcelone. En août, nous avons reçu
l’équipe de handball de San Antonio pour un
match de gala au Palais des sports de Lauga.
En lever de rideau, les équipes féminines de
l’Aviron Bayonnais ont rencontré leurs homologues d’Oberena. Tandis que le point fort de
notre jumelage avec Daytona Beach, reste
l’échange d’étudiants entre les deux villes.
B.M.:quels sont les intérêts de tels
rapprochements ?
J.L D : une ouverture sur le monde, des échanges
d’idées et des rapports privilégiés qui facilitent
les contacts. Depuis la multiplication des
échanges culturels avec Pampelune, de plus en
plus de Navarrais viennent à Bayonne.
Lydie Arickx
B.M.:quels sont les projets ?
“Le jumelage entre les villes de Bayonne et
Pampelune m’a permis d’exposer dans un lieu
magnifique : la salle des expositions Plaza
Conde de Rodezno à Pampelune. Cet endroit
était en complète adéquation avec mon
travail. Grâce à cette collaboration avec la Ville
de Bayonne, j’ai pu exposer mes œuvres en
Espagne et y faire connaître mon travail”.
J.L D : au mois d’octobre, une collection d’art
africain du musée Bonnat, sera exposée à la
Ciudadela de Pampelune. Le 20 septembre, à l’occasion de la messe de bénédiction du nouveau
bourdon de la cathédrale de Bayonne, la chorale
de la cathédrale de Pampelune viendra chanter.
Ils ont été très touchés par cette proposition.
Et nous continuerons à accueillir, au sein de nos
lieux d’exposition, des artistes navarrais ■
Le savez-vous ?
Bayonne est jumelée
avec deux villes.
Depuis 1960 avec Pampelune,
sa voisine espagnole
et depuis1997, avec Daytona
Beach en Floride.
Si la Ville de Bayonne (New
Jersey) n’est pas officiellement
jumelle, homonymie aidant,
des échanges d’étudiants vont
reprendre dès l’année prochaine,
la proximité de New-York étant
intéressante, pour les étudiants
qui souhaitent aller aux Etats-Unis.
© Alex Bianchi
Bayonne Magazine :
que s’est-il passé
cette année entre
Bayonne et ses jumelles ?
> La salle des expositions Plaza Conde
de Rodezno à Pampelune.
12 Action publique
SPORT
STADE JEAN-DAUGER
Les premiers
travaux
terminés
La réhabilitation a commencé début mai et se poursuivra jusqu’en 2005.
La première partie des travaux qui concernait la piste d’athlétisme, les tribunes,
les 4000 m2 de pelouse et la restructuration des réseaux souterrains prend fin.
> Visite de chantier par la Commission
des sports.
La première phase des travaux du stade JeanDauger s'est passée comme prévu. Les grandes
et petites tribunes ont été mises aux normes. Sur
les pesages, des gradins ont été rajoutés afin de
faciliter l’accès et l'évacuation des spectateurs.
Les réseaux souterrains tels l'eau, l'électricité,
l'assainissement, les télécommunications, sont
flambant neuf. Les Bayonnais pourront découvrir la nouvelle piste d'athlétisme, construite à
la place de l'ancien vélodrome ; une piste de
8 couloirs avec un revêtement synthétique
dernière génération. Ce stade requiert toutes les
caractéristiques pour pouvoir accueillir des compétitions interrégionales et nationales ainsi que
des stages d'athlètes de haut niveau. Grâce aux
différentes aires, toutes les disciplines peuvent
être pratiquées : poids, disque, marteau, saut en
hauteur, à la perche, en longueur, triple saut et
steeple-chase. Le stade peut désormais accueillir
près de 13 000 personnes (dont 3500 assises).
La suite des travaux
Coût de la réhabilitation
du stade Jean Dauger
- 1ère tranche : 1,6 millions d'euros
- 2ème tranche : 2,2 millions d'euros
- 3ème tranche : 2,2 millions d'euros
Ces travaux estimés à plus de
6 millions d’euros seront réalisés
grâce à un engagement important
de la ville de Bayonne, mais aussi de
l’Etat, de l’Europe, de la Région et du
Département.
La deuxième phase des travaux débutera en
2004, avec la rénovation du dessous des tribunes,
des vestiaires, et la réfection du terrain de rugby
annexe. La dernière partie des travaux, en
2005,concerne l'aménagement des vestiaires
(deuxième tranche) et de l’espace pelote basque.
Pendant cette période, le stade restera ouvert.
Un complexe omnisports
Le stade Jean-Dauger va être utilisé par les
fédérations (rugby, pelote basque et athlétisme),
l’Education nationale (12 000 élèves et étudiants
sont à dix minutes du complexe), les clubs
sportifs d’athlétisme, de rugby, football et pelote.
Il est ouvert aux non-licenciés qui peuvent s’y
entraîner de 8h à 22h ■
La mise aux normes
du stade Didier-Deschamps
L’Aviron Bayonnais joue cette saison en CFA
(championnat de France amateur). Pour
recevoir des matchs de ce niveau, le stade
Didier-Deschamps a connu quelques modifications cet été.
C’est fait, le stade Didier-Deschamps est
homologué par la Fédération française de
football et classé niveau 3. Il peut désormais recevoir des matchs de CFA.
Le principal changement est l’installation
d’un éclairage adéquat (coût : 175 000 €).
Soit 80 projecteurs répartis sur quatre mâts.
Leur puissance est de 300 lux. D’autres
modifications ont du être apportées :
création d’abris de touche et d’abris pour
les officiels, agrandissement du terrain,
nouvelle sonorisation du stade, mise en
place de panneaux électroniques (tableaux
de marque), installation de protections
entre les joueurs et le public. L’équipement
du stade sera inauguré le 10 octobre lors
d’un match entre l’AS Monaco et les
Girondins de Bordeaux.
Action publique 13
TOURISME
NOUVEL EMBARCADERE
Des jalons pour
le tourisme fluvial
Avec la rénovation de l’embarcadère des allées Boufflers,
la Ville continue de miser sur le développement
d’un tourisme fluvial.
Bayonne a toujours été influencée par son fleuve.
Cette tradition est d’ailleurs restée très vive sur ces
berges qui ont longtemps vécu du travail des bateliers ou autres travailleurs du fleuve. Aujourd’hui,
c’est du patrimoine tant culturel qu’environnemental qu’il est question.En rénovant et en mettant aux
normes l’embarcadère, la Ville choisit de faire de
Bayonne la première base fluviale de l’Adour et
pérennisant ainsi son développement touristique.
Maurice Lamy, chargé de mission auprès de l’institution Adour Maritime précise : “le charme de
l’Adour est de pouvoir mêler différents attraits le
long de ses berges. Avec Bayonne porte marine de
la navigation fluviale, Bidache porte de la pierre et
de l’histoire, Peyrehorade porte des Gaves et
de la tradition culinaire, Saint-Martin de Seignanx Saubusse base de la nature et des Barthes, Dax
porte du thermalisme et Ustaritz porte des moulins
en Nive et de la connaissance du Pays Basque,
l’Adour a sa carte à jouer. Le tourisme fluvial
demande beaucoup d’équipements et met un peu
de temps à croître,mais avec la mise aux normes du
ponton des allées Boufflers, il sera désormais possible de faciliter l’installation de nouvelles sociétés
désireuses de participer au développement de ce
secteur d’activité” ■
Un ponton de 24 m
de long
Entièrement remis aux normes
de sécurité (poids, protections),
le ponton municipal mesure 3 m
de large sur 24 m de long avec
une passerelle d’1,40 m. La Ville,
concessionnaire du plan d’eau,
délivre les accords d’amarrage. Les
travaux, d’un coût total de 50 000 €,
ont été subventionnés à hauteur
de 30% par le Conseil général et
de 30% par le Conseil régional.
COMMERCE
”Fêter le commerce bayonnais”.
Du 5 au 8 novembre, tous les commerçants de la ville participeront aux “journées commerciales” ...
Une première.
> ENTRETIEN avec Gilberte Dufrêne, adjointe déléguée au commerce
Bayonne Magazine : quel est l’objectif de ces journées commerciales ?
Gilberte Dufrêne : l’idée est de fédérer tous les commerces autour d’une animation de quelques jours. C’est mettre en avant tous ces professionnels qui sont installés dans toute la ville, de Saint-Frédéric à la zone de Donzac en passant évidemment par le centre-ville, et c’est également remercier les clients qui ne se sont pas trompés en choisissant la qualité et le service qu’offrent les commerçants et artisans bayonnais.
B. M. : comment vont se dérouler ces journées ?
G. D. : il y aura de nombreuses animations qui ne sont pas encore arrêtées à ce jour dans leur totalité, mais je peux d’ores et déjà vous annoncer des cadeaux, des lots, des jeux, des animations musicales, des boutiques ouvertes toute la journée. Tous les commerces sont concernés,
les petits comme les grands.
B. M. : souhaitez-vous pérenniser cette manifestation ?
G. D. : bien sûr ! Car Bayonne a du caractère et son commerce également ! Il faut fêter le commerce bayonnais et honorer tous ceux qui ont
fait le choix de la qualité. Avec la mise en place de ces “journées commerciales” , nous réactivons une manifestation qui a existé dans notre
ville et qui correspondait déjà à l’époque à une réelle attente du public. Le fait qu’elles se déroulent avant les fêtes de fin d’année est un joli
cadeau fait aux clients de notre centre-ville.
EN SAVOIR PLUS : www.ville-bayonne. fr et www. bayonne-commerces.com
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
dossier
POUR EN SAVOIR PLUS > www.ville-bayonne.fr
La Ville
et l’école primaire
La Ville est responsable de la création
des écoles maternelles et élémentaires et garantit leur gestion.
Il lui revient d’assurer l’entretien et la rénovation des locaux scolaires,
de participer à l’achat de matériel scolaire,
de prendre en charge la restauration, les garderies périscolaires
et de rémunérer le personnel non enseignant.
Mais la Ville s’implique aussi dans le développement des activités
non scolaires, culturelles et sportives.
Tour d’horizon et témoignages sur ces actions en cette rentrée 2003.
16 - Une responsabilité sociale
dans l’accueil des enfants
17 - L’école primaire,
une compétence communale
18 - Le temps périscolaire
pris en charge
20 - De nouveaux instruments
au service de l’enseignement
16 Dossier
Une responsabilité sociale
dans l’accueil des enfants
> ENTRETIEN avec Marie-Christine Favoreau-Dumas, adjointe à la petite enfance et à la vie scolaire
Le savez-vous ?
Concernant l’école primaire,
les services municipaux interviennent sur trois volets :
■ Un volet administratif, en lien
étroit avec l’Education nationale
et les enseignants, portant sur
le fonctionnement des écoles.
■ Un volet technique portant
sur l’entretien et la maintenance
des cours et bâtiments d’école.
■ Un volet périscolaire avec
les garderies, les restaurants
scolaires et les études surveillées.
Bayonne Magazine :quel regard
portez-vous sur ces deux premières
années de mandat ?
B.M.:quels sont les projets
et les envies que vous formuleriez
pour la suite ?
Marie-Christine Favoreu-Dumas : j’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir le monde de l’école
qui, à Bayonne, reçoit 4500 élèves et à travailler
en partenariat avec l’Education Nationale afin
d’améliorer les conditions d’accueil et d’enseignement de nos enfants.
Aujourd’hui, le temps passé à l’école n’est pas
uniquement dédié aux apprentissages mais
englobe de nombreuses activités périscolaires.
Bayonne a la volonté d’assurer le fonctionnement de l’ensemble de ces services (garderies
périscolaires, cantines, études surveillées).
Mon souhait est d’impliquer la Ville de manière
constante dans la vie scolaire à travers le sport, la
musique, l’informatique et la culture.
M.C. FD. : mes objectifs sont triples : maintenir et
développer notre partenariat avec l’Education
Nationale, développer la concertation avec les
enseignants et les personnels municipaux
travaillant dans les écoles, rester à l’écoute des
parents. Soucieuse de favoriser l’accès aux activités culturelles, sportives et d’expression, j’ai à
cœur de poursuivre l’action engagée afin que
chaque petit Bayonnais puisse étudier, jouer et
se distraire dans les meilleures conditions.
Par exemple, dès la rentrée, chaque élève recevra
le “carnet de route”, véritable outil d’éveil à la
culture et de découverte de son patrimoine.
Les enseignants bayonnais bénéficieront de la
gratuité pour un accès illimité dans les structures
culturelles de la Ville.
Dossier 17
L’école privée :
une égalité
dans le traitement
Les dépenses de fonctionnement
des écoles privées (maternelles et
élémentaires) sont prises en
charge par la Ville. Ainsi chaque
école reçoit, pour chaque élève
inscrit dans le public comme dans
le privé, une somme d’un montant
moyen de 502, 46 € par an
(chiffres 2002-2003).
L’école primaire,
une compétence communale
La Ville a en charge
la construction,l’entretien
et le fonctionnement
de l’école publique primaire.
Point sur les actions menées
à Bayonne.
Les actions des services municipaux se concentrent sur l’entretien et le fonctionnement des
écoles primaires. Ainsi, la direction du Patrimoine
intervient durant l’été sur la réfection des cloisons, des plafonds, des peintures, des sanitaires...
De son côté, le service des espaces verts s’occupe des cours de récréation, du revêtement du
sol ou encore du cerclage des arbres et remplace
tous les jeux qui ne sont plus aux normes.
Pour cet été 2003, les efforts se sont concentrés
sur la mise en conformité des offices de cantine.
Les classes élémentaires de Saint-Léon et du
Petit-Bayonne et les maternelles de la Citadelle
et de Jean-Pierre-Brana ont vu leurs offices
entièrement rénovés (coût des travaux pour les
quatre offices : 513 000 €). Près de 150 000 €
ont également été investis pour l’entretien des
27 écoles maternelles et élémentaires de la ville.
Parallèlement à l’entretien, la mairie s’emploie
également au fonctionnement des écoles. Ainsi
chaque école peut renouveler les fournitures
scolaires, la pharmacie, l’entretien du linge ou
acheter du matériel pédagogique et informatique, du mobilier scolaire.
L’école en bref
Les travaux de l’été
- Travaux de sécurité incendie dans toutes les écoles
- Aménagement de la garderie à l’école élémentaire Jules-Ferry
- Mise aux normes de la cantine, travaux et équipements dans les écoles
élémentaires Saint-Léon, Jean-Pierre-Brana, Jacques-Laffitte
et dans la maternelle Citadelle
- Enduit et peinture dans la maternelle et l’école élémentaire Charles-Malegarie
- Réfection de la toiture dans le groupe scolaire Grand-Bayonne
- Aménagement de la salle informatique à l’école élémentaire des Arènes
Les chiffres
Fonctionnement : 3 814 179, 79 € - Investissement : 603 264 € (chiffres 2002)
Panorama scolaire
- Public : 13 écoles maternelles et 14 écoles élémentaires accueillent 2 798 élèves
- Privé : enseignement catholique : 8 écoles maternelles et 8 écoles élémentaires
accueillent 1 583 élèves
- Ikastola : 2 écoles maternelles et 2 écoles élémentaires accueillent 178 élèves
Au total, Bayonne compte 4 559 élèves dans l’enseignement primaire.
Le savez-vous ?
La Ville gère le personnel des garderies périscolaires et le personnel de service. Les
agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (les ATSEM) sont recrutés et
nommés par la Ville. Pendant le temps scolaire, ce personnel est placé sous
l’autorité des directrices et directeurs d’écoles maternelles. Les 37 ATSEM de la Ville
apportent une aide matérielle au personnel enseignant pour l’hygiène des enfants
ainsi que pour la mise en état de propreté des locaux et du matériel scolaire.
Les agents d’entretien, personnel de service, sont au nombre de 72 à Bayonne.
Ces agents, polyvalents, sont chargés du service et de la surveillance des cantines,
des garderies périscolaires et de l’entretien des locaux.
18 Dossier
Le temps périscolaire pris en
Garderies,cantines Repas : une exigence
et études surveillées... de qualité
les activités Des contrôles à chaque étape
développées en dehors Depuis près de 20 ans, le Centre Hospitalier de
de l’enseignement la Côte basque est chargé de la préparation des
sont prises en charge repas pour les écoles bayonnaises.
achats sont faits sur appel d’offres et toupar la Ville. Les
jours en conformité avec le code des marchés
publics. Dans les approvisionnements de base,
on retrouve plusieurs types de produits : du
frais, notamment des légumes, des fruits et de la
viande, du surgelé et des conserves. Si la notion
de coût est importante, l’hygiène est primordiale et le cahier des charges s’attache essentiellement à privilégier la sécurité alimentaire.
> Guy Perraudin, responsable de la restauration
du Centre Hospitalier
La traçabilité est une des principales préoccupations : “On connaît par l’intermédiaire de
nos fournisseurs l’origine exacte des viandes
que nous utilisons. Nous sommes d’ailleurs
adhérents au contrat de transparence élaboré
par le centre d’information des viandes” précise
Guy Perraudin, responsable de la restauration.
Les contrôles sont effectués en interne par un
laboratoire spécialisé en sécurité alimentaire.
Plusieurs prélèvements bactériologiques sur
le processus de fabrication complètent l’assurance de l’hygiène et de la qualité de nos
produits.
Des menus équilibrés
Les menus sont élaborés par une commission
composée de diététiciens et de responsables
du service restauration. Elle vérifie l’équilibre
des différents menus qui sont servis aux enfants
des écoles publiques et privées de la Ville.
“Entre fourchette et couteau”
C’est une opération proposée dans le cadre du
Projet Education Temps Libre aux élèves des
écoles élémentaires. “Entre fourchette et
couteau”propose une activité ludique encadrée
Dossier 19
par des animateurs diplômés, ce qui permet
aux enfants, pendant le temps de cantine,
de découvrir les arts du cirque, les échecs ou
encore des activités manuelles.
Le personnel, désormais titulaire du BAFA
(Brevet d’Aptitude aux Fonctions d’Animateur), a
été doublé en soirée afin d’apporter de
meilleures conditions d’encadrement des enfants.
RENSEIGNEMENTS > Service enfance et jeunesse :
05 59 46 61 82
Les horaires d’ouverture
Des garderies encadrées
Un service en plein
développement
En maternelle, les garderies sont assurées les
lundi, mardi, jeudi et vendredi, le matin de 7 h 30
à 8 h 30 et le soir de 16 h 30 à 18 h 30.
Dans les écoles primaires, la garderie commence
le soir à l’issue de l’étude surveillée, de 17 h 30
à 18 h 30.
Le service périscolaire de garderie est en constante évolution. Depuis le 15 mars 2002,
les garderies maternelles ont été transformées
en Centres de Loisirs Sans Hébergement.
charge
1
2
Les témoignages
> Henriette Garcia (1)
Femme de service
“Madame Henriette”, aujourd’hui à la retraite, est entrée comme femme de service à l’école
Albert-1er en 1946. Femme de service ? “C’était un peu les agents d’entretien d’aujourd’hui mais
le travail a tellement changé. A l’époque, je devais épousseter les salles, faire un peu de ménage
et arroser les plantes et surtout aller chercher mes enfants. Je pouvais en avoir jusqu’à 25 parfois...
Tous les matins et après le déjeuner. ”
> Véronique Capdepuy (2)
Agent d’entretien
“Nous avons pour fonction le service et l’entretien des cantines, la surveillance des garderies et le
ménage dans les écoles. Les premiers enfants arrivent à 7 h 30. Nous les faisons jouer pendant
trois quarts d’heure avant que ne commencent les cours. C’est la même chose pour la garderie du
soir de 16 h 30 à 18 h 30. Le midi, à la cantine, il faut les faire manger et les occuper. Nous sommes
plusieurs à avoir passé le BAFA ; c’est une sécurité de plus pour les parents et une évolution
intéressante dans notre travail.”
Les études surveillées
Elles sont assurées au sein
de chaque école élémentaire
par un enseignant et ont lieu
de 16h30 à 17h30. Leur coût est
entièrement assumé par la Ville.
20 Dossier
Culture,sport,
informatique,langue...
la Ville offre aux
petits Bayonnais
de nombreux outils
afin qu’ils puissent
étudier,se distraire
et se défouler
dans les meilleures
conditions.
De nouveaux instruments au
Le carnet de route
Dans le cadre de sa politique éducative et
culturelle et avec le très large concours de
l’Education Nationale, Bayonne a mis en place le
“carnet de route”. Cette opération vise à développer les activités culturelles dans les écoles
élémentaires publiques et privées.
En s’appuyant sur des animations se déroulant
dans les principaux lieux et avec les principaux
acteurs culturels de la ville (le musée Basque et
de l’histoire de Bayonne, le musée Bonnat, la
Bibliothèque Médiathèque municipale, le
Muséum d’histoire naturelle, les Archives
Municipales et la Direction des Affaires
Culturelles), les enseignants
proposent à tous les petits
Bayonnais, dès la rentrée 2003,
un véritable apprentissage du
patrimoine de leur ville. Le but
principal est qu’ils se l’approprient et le transmettent à leur
tour. Chaque enfant va recueillir
cette somme d’expériences
dans un classeur, “le carnet de
route” qui l’accompagnera de la
grande section maternelle
jusqu’au CM2. Il sera distribué
gratuitement dans les écoles
primaires publiques et privées
de la ville aux 3 800 élèves concernés par cette
opération qui, à la fois culturelle, éducative et
citoyenne, constitue une première dans la région.
Un enseignement
presque“sur-mesure”
A Bayonne, les écoles Jules-Ferry et Polo-Beyris
dispensent un enseignement bilingue basque/
français, à parité horaire, depuis les petites
sections de maternelle jusqu’en fin d’élémentaire.
A l’école élémentaire Saint-Léon, des classes à
horaires aménagés permettent aux élèves
de suivre un enseignement musical avec le
concours de l’Ecole Nationale de Musique
(Conservatoire National de Région).
Dossier 21
Sept classes d’intégration scolaire (les CLIS)
permettent la scolarisation d’enfants en situation
de handicap. L’école élémentaire des Arènes
accueille des enfants sourds et malentendants.
Des éducateurs sportifs en renfort
Les professeurs d’écoles doivent dispenser trois
heures d’enseignement sportif par semaine. Afin
de les aider, la Ville met à leur disposition des
éducateurs sportifs, 12 éducateurs polyvalents
qui viennent seconder les enseignants et les
7 maîtres-nageurs qui interviennent sur l’apprentissage de la natation.
Parallèlement, le service des Sports assure une
animation extrascolaire (AES). Tous les lundi,
mardi, jeudi et vendredi, de 16 h 45 à 17 h 45,
les éducateurs proposent un programme sportif
dans les écoles. Avec deux ateliers par soir,
une quinzaine d’écoles a déjà découvert 8
disciplines sportives différentes.
Le carnet de route en chiffres
Outre des frais de transport et d’organisation, les dépenses engendrées
par cette opération englobent essentiellement le coût des animations
pédagogiques au sein des services
éducatifs municipaux. Il convient
d’ajouter le “carnet de route” dont le
coût de réalisation s’élève à 23 806 €
sur 3 ans.
service de l’enseignement
De l’informatique à l’école
Depuis 2001, ce sont 18 scanners, 9 appareils
photo numériques, 60 micro-ordinateurs et 60
imprimantes qui ont été achetés pour équiper
les écoles élémentaires. Le parc informatique
s’élève à 143 appareils au total. Avec 84 connexions, toutes les écoles sont reliées à Internet
pour un coût de 3 600 € par an. Pour l’année
scolaire 2003/2004, 10 ordinateurs seront
changés pour un investissement de 9 000 €.
Infos pratiques
■ Inscription écoles publiques à l’école maternelle ou élémentaire : à la mairie au
service des formalités simples et sur présentation livret de famille et justificatif de domicile.
■ Inscription cantine et garderie scolaire :
au service des formalités simples à la mairie. Pour l’étude du tarif, se munir : du livret de
famille, des trois derniers bulletins de paie ou décompte des indemnités ASSEDIC, du
dernier bordereau des prestations familiales, allocation logement, A.P.L... , d’un justificatif
de domicile (facture récente électricité ou téléphone), du dernier avis d’imposition.
Aide aux devoirs
Certaines associations proposent une aide pour les devoirs :
- Maison de la vie citoyenne Bayonne Sainte-Croix. Place des Gascons. 05 59 55 09 23.
Du CP à la terminale.
- Confédération syndicale des familles. 20, rue Lagréou. 05 59 59 14 09
Du CP à la 3ème.
- Maison de la vie citoyenne Bayonne Centre-Ville. 13, rue Georges-Bergès.05 59 25 57 94
Du CP à la troisième.
- Maison de la vie citoyenne du Polo-Beyris. Avenue du Polo-Beyris. 05 59 63 21 40
Du CP au CM2.
- Maison de la vie citoyenne de Saint-Etienne.1, rue Ernest-Ginsburger. 05 59 55 22 39
Du CP à la terminale.
- Secours catholique. 9, rue Daniel-Argote. Tél : 05 59 55 40 98
Cours pour les enfants malades
Association pour l’Enseignement aux Enfants Malades (AEEM-Bayonne-Pays Basque)
Ecole des Arènes. Rue Menigne-Saoube-le-Bile. Tél : 05 59 59 84 90
Permanences : lundi, mercredi et jeudi de 9h à 12h.
L’AEEM organise des interventions en milieu hospitalier ou à domicile.
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
vie de la cité
POUR EN SAVOIR PLUS > www.ville-bayonne.fr
Une rentrée placée
sous le signe
du patrimoine
Un événement mondial et unique pour la cathédrale,
un grand rendez-vous latino-américain, une rencontre
avec un nouveau chef d’orchestre de l’Orchestre Bayonne Côte Basque,
une page d’histoire, l’agenda, le bloc-notes...
Après l’été, la cité reste active.
24 - Un nouveau bourdon
pour la cathédrale
25 - Un nouveau chef d’orchestre
26 - Festival franco-ibérique
latino-américain
27 - La semaine bleue
28 - Rue Port-de-Castets :
une nouvelle quiétude
Les statues de l’Hôtel de Ville
EVENEMENT
24 Vie de la cité
A l’occasion des journées du patrimoine,
une nouvelle cloche rejoindra les quatre
autres de la cathédrale et sera bénie
le 20 septembre. Ce bourdon est le premier
du millénaire en France et représente
une première mondiale.
Les journées du patrimoine
Cette année, le temps fort de ces journées
est l’arrivée du bourdon de la cathédrale.
■ Vendredi 19 septembre
Conférence : “Un bourdon pour la cathédrale” : les aspects techniques
du bourdon et les secrets de sa fabrication.
Intervenants : Bernard Massé, adjoint délégué aux affaires culturelles;
M. Lemaître (Drac), M. Bergamo, fondeur, M. Orellana, graveur plasticien.
> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > 19h à la cathédrale.
■ Samedi 20 septembre
Bénédiction du bourdon.
> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > >
16h à la cathédrale.
Conférence sur les aspects liturgiques du bourdon.
> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > 17h à la cathédrale.
Concert donné par la chorale de la cathédrale de Pampelune.
> > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > > 21h à la cathédrale.
■ Dimanche 21 septembre
De nombreux sites sont ouverts au public gratuitement.
Renseignements : Direction des affaires culturelles de la Ville 05 59 46 61 06
POUR EN SAVOIR PLUS > www.ville-bayonne.fr
Un des ateliers
de l’ancestrale fonderie
Cornille Havard.
Depuis plusieurs années, le ministère de la
Culture met en œuvre un programme de
restauration de la cathédrale de Bayonne. Le 31
décembre 1999, se sont achevés les travaux de
restauration de la flèche nord avec la rénovation
des cloches existantes et la mise en place d’un
solide beffroi pour accueillir ce bourdon.
Cette grosse cloche de 3,6 tonnes donnera le “la”
(un “la” du deuxième octave) et va ainsi enrichir
les sonneries existantes.
La création d’un bourdon de cathédrale est un
événement rare. Celui de Bayonne est le premier du millénaire en France. De plus, il multiplie les prouesses techniques : il est le premier
au monde à être gravé et décoré en polychromie (rouge, vert et bleu). Pour atteindre la
perfection musicale le profil de la cloche est
calculé sur ordinateur, les gabarits sont tracés
par une fraiseuse à commande numérique et le
contrôle de la sonorité se fait grâce à un
spectre électro-nique. Mais la fabrication du
bourdon, elle, reste bien traditionnelle. Il a été
fondu à Villedieu-les-poêles (Manche), dans un
four du XIXème siècle à la fonderie Cornille
© Francis Bouquerel
Un nouveau
bourdon
pour la
cathédrale
de Bayonne
EVENEMENT
La pose du motif par
le graveur plasticien
bayonnais : M. Orellana.
Un décor original
Pour la première fois, un décor de cloche est une
création originale. Trois panneaux habillent le
bourdon : au centre figure l’arbre de vie, monté
sur une nef basque. Il symbolise Marie.
Le deuxième motif symbolise un portail du
XIIIème siècle, passage du païen au divin. En fond,
le décor représente la chaîne des Pyrénées.
Au-dessus trône une croix basque.
La troisième scène représente la cathédrale et son
cloître au milieu de la ville, entourée de l’Adour et
la Nive. Le tout est surmonté d’une coquille
Saint-Jacques. Elle nous rappelle que Bayonne
se trouve sur les chemins de Compostelle ■
POUR EN SAVOIR PLUS > Exposition sur l’histoire
et la fabrication du bourdon à la Cathédrale
de Bayonne jusqu’au 30 septembre
C’est la Drac/Aquitaine/
Conservation Régionale
des monuments historiques
qui a commandé le bourdon.
Coût de l’opération : 152 449 € dont 60%
financés par l’Etat.
Un nouveau
chef d’orchestre
La rentrée de l’Orchestre-Bayonne
Côte Basque se fera avec
un nouveau chef d’orchestre :
portrait de Vincent Barthe.
Après avoir obtenu un premier prix à l’unanimité
de direction d’orchestre au Conservatoire
supérieur de Musique de Paris, Vincent Barthe
remporte en 1993 le Prix spécial Art Vocal et
la mention spéciale du jury du concours international de direction d’orchestre de Besançon.
En 1994, il remporte également le premier prix
du concours international de direction
d’orchestre Arturo Toscanini (Italie).
Agrégé de musique, il enseigne à l’Université
de Paris Sorbonne-Paris IV. Il a été, de 1993
à 2001,directeur artistique de l’Orchestre et du
Chœur des universités de Paris. Depuis 1996, il
était chef associé de l’Orchestre National des
Pays de la Loire.
En janvier 2002, il avait dirigé l’OrchestreBayonne Côte Basque pour un concert à la Gare
du Midi de Biarritz. Suite à cette expérience très
positive et au départ de Xavier Delette de la
direction musicale de l’Orchestre-Bayonne Côte
Basque, les musiciens ont voté en faveur de
Vincent Barthe. “En tant que directeur musical,
j’établis la programmation et invite des solistes et
chefs d’orchestre. Chaque directeur musical
apporte quelque chose de différent selon sa
personnalité. La programmation que je propose pour la saison 2003-2004 est éclectique et diversifiée : romantisme, musique
russe (Prokofiev avec Pierre et le loup),
musique contemporaine, jazz, musique de
film et comédie musicale y sont présents
au côté des classiques viennois,fil rouge de
la saison. Mozart et Haydn tiennent une
place importante dans la programmation.
Ces deux compositeurs sont essentiels pour
une formation d’une quarantaine de musiciens comme l’orchestre et indispensables au
développement de son identité sonore” ■
Premier concert le 5 octobre au Théâtre de
Bayonne. Au programme : la sinfonietta de
Roussel, Haydn, concerto pour violoncelle en
“ré majeur” avec la soliste invitée Anne
Gastinel et la symphonie n°3
de Mendelssohn.
© ONPL/Marc Roger
© Francis Bouquerel
Havard. Cette dernière est l’héritière d’une tradition de fondeurs de cloche qui perdure depuis le
Moyen Age. Elle est reconnue comme l’une des
meilleures dans le monde entier.
Ce bourdon a été commandé par la Drac
(Direction Régionale des Affaires Culturelles) qui,
pour la première fois, a stipulé dans son cahier
des charges qu’un artiste contemporain devait
réaliser les décors de cette cloche monumentale.
Ils sont l’œuvre du graveur Marc-Antoine
Orellana.
Le 20 septembre avant d’être hissé dans son
beffroi, le bourdon sera béni à la cathédrale par
Mgr Molères, évêque de Bayonne. L’occasion
d’admirer de près ce colosse d’un diamètre et
d’une hauteur de un mètre quatre-vingt.
Vie de la cité 25
EVENEMENT
26 Vie de la cité
Festival :
Le théatre hispanique en vedette
Pour sa 23ème édition, le Festival franco-ibérique et latino-américain
met l’accent sur le théâtre espagnol avec, en avant garde,
Madrid et la Catalogne. Un théâtre novateur, des lectures,
des lieux de rencontres et de fête.
> ENTRETIEN avec Jean-Marie Broucaret, directeur du Festival.
Bayonne Magazine : Comment expliquezvous un tel succès depuis 23 ans ?
Jean-Marie Broucaret : depuis toujours,
le théâtre hispanique est novateur et attire le
public. Depuis sept ans, nous avions mis en avant
le théâtre latino-américain. Cette année, nous
partons à la découverte d’un genre nouveau en
Espagne : des spectacles où le public est
direc-tement sollicité et devient parfois partenaire du jeu, où l’acteur se pose comme un
homme impliqué dans un monde actuel.
Ce Festival est en harmonie avec la ville de
Bayonne et les goûts d’un public qui aime être
dérangé dans ses habitudes.
Programme du festival
B. M. : Que va-t-il se passer cette année ?
J-M. B. : nous présentons des pièces espagnoles
ou influencées par l’Espagne comme l’œuvre de
Philippe Caubère, Recouvre-le de lumière, qui
raconte le destin tragique du jeune torero
Christian Nimeño II. Il y a également des spectacles visuels comme La Guinda dont les actrices
principales sont les deux mains du comédien ou
le dernier spectacle de la compagnie catalane
Semola, très aimée ici et surtout la présentation
à Bayonne de la compagnie madrilène
La Carniceria avec à sa tête l’incontournable
Rodrigo Garcia et leur spectacle Compré una
pala en Ikea para cavar mi tumba. Toutes les
pièces en langue d’origine sont surtitrées
en français.
Jeudi 16 octobre
- Apéritif critique > Café Ekhi, Bayonne, 12h.
- Lecture > Musée Bonnat, 16h.
“Niederungen”,Colisée Biarritz, 19h.
“La Guinda”, Luna negra, Bayonne, 19h.
- Deux spectacles croisés : “De la impossibilidad de trobar la paraula justa et
Nutritivo”> Gymnase des croisées,
Bayonne, 21h.
- Concert du groupe Salsa Berde
> Chapiteau, pl. du Réduit, Bayonne, 23h.
Que va-t-il se passer autour des représentations ?
J-M. B. : comme chaque année le Festival se
passe autant sur scène qu’en dehors. Des lectures
sont organisées au musée Bonnat et des débats
s’installent un peu partout dans la ville. C’est très
important de retrouver chaque année cette
ambiance propice aux échanges que ce soit sur
les pièces ou sur des thèmes de société, de plus
en plus présents dans les œuvres. Sans oublier le
chapiteau place du Réduit, terre d’accueil de tous
les festivaliers, pour danser, manger et partager ■
Samedi 11 octobre
20h30 : avant-première à l’Atalante
Mercredi 15 octobre
- Lecture > Musée Bonnat,16h.
- “Oratorio pour un joueur de tango”,
compagnie de l’Interlude T/O > Casino
de Biarritz,19h.
- “Recouvre-le de lumière”, de P. Caubère >
Théâtre de Bayonne, 21h15
- Concert du groupe Hip-boska
> Chapiteau. Pl. du Réduit, Bayonne, 23h.
Vendredi 17 octobre
- Apéritif critique > Café Ekhi, Bayonne, 12h.
- Lecture > Musée Bonnat, 16h
Niederungen > Colisée Biarritz, 19h.
“La Guinda” > Luna negra, Bayonne,19h.
“Compré una pala en Ikea para cavar mi
tumba”, compagnie Carniceria > Théâtre
de Bayonne, 21h.
- Concert du Boban Markovic orkestra >
chapiteau. Pl. du Réduit, Bayonne, 23h.
Samedi 18 octobre
- Apéritif critique > Café Ekhi, Bayonne, 12h.
- “La Guinda” > Luna negra, Bayonne,19h.
- “Ambrossia”, de Pep Bou > Théâtre de
Bayonne, 18h
- “Centvinticinc” > Gymnase des croisées,
Bayonne, 21h.
- Concert du Zéphyrologie Brass Band >
Chapiteau. Pl. du Réduit, Bayonne, 23h.
EVENEMENT
Vie de la cité 27
Semaine bleue :
la prévention au cœur des débats
Du 20 au 27 octobre, cette manifestation met à l’honneur
nos aînés. Cette année, la Ville inaugure quelques nouveautés.
Ceux qui connaissaient les animations de la
Semaine bleue à Bayonne retrouveront les
mêmes rendez-vous agrémentés de quelques
petites évolutions. L’originalité de cette formule
2003 tient dans l’organisation d’une conférence
tous publics et dans la tenue de tables rondes
pour les professionnels. Il y aura donc des rencontres, des échanges mais aussi un travail sur la
prévention, notamment à travers la conférence
et l’occasion de pouvoir poser un nouveau
regard sur le “prendre soin” de la personne âgée
grâce aux tables rondes entre professionnels.
Programme
Lundi 20 octobre
9h30 : Lancement du concours amateurs
“peindre sa ville”, inscriptions au secrétariat de
Mme Lauqué.
9h-13h : Tournoi de pelote organisé par Biarritz.
(sélections courant septembre 2003 et constitution de 6 équipes bayonnaises).
15h00 : Après-midi récréative :Troupe Age d’Or
et Loto (Casino de Biarritz).
Mardi 21 octobre
10h-12h (Foyer Harambillet) : Table Ronde
à l’attention des professionnels : “Soutien à
Domicile... et si on parlait de Maltraitance”.
14h : Visite guidée du Musée Basque et de
l’Atelier du Chocolat. Après-midi découverte des
Maisons de Retraite bayonnaises - Exposition des
œuvres réalisées par les résidants.
Mercredi 22 octobre
14h30 (Grand salon de l’Hôtel de Ville) :
Conférence animée par le Dr ZAPATA, S. OBERTI
et A. QUESADA (C.L.I.C de Bayonne) : “Mieux
comprendre la Maladie d’Alzheimer et ses
conséquences pour mieux soutenir son proche”.
10h-12h (Maison de retraite L’Arrayade)
Table Ronde organisée à l’attention des professionnels : “Quelle prise en charge en Maison de
Retraite ?”.
Jeudi 23 octobre
14h : Visite guidée de la ville de Bayonne Atelier relooking au Foyer Harambillet.
10h-12h (Salon carré, Mairie) : Table Ronde
organisée à l’attention des professionnels :
“Soins palliatifs et accompagnement de fin
de vie”.
Vendredi 24 octobre
Journée détente en Espagne.
Dimanche 26 octobre
Spectacle de danse et de chant au Théâtre de
Bayonne : “Vivre ensemble nos différences”.
Lundi 27 octobre
14h30 (Théâtre de Bayonne) : Conférence
“Le Mal au Dos”, suivie du Pot de l’Amitié - Remise
des prix du concours “Peindre sa ville” - Clôture
de la semaine bleue ■
■ AUTRES ACTIVITES PROPOSEES
- Initiation internet du lundi 20
au vendredi 25 octobre, de 9h
à 11h (BIJ, rue Pontrique, Bayonne).
- Exposition des peintures
réalisées par nos aînés à
la Galerie des Corsaires
(quai des Corsaires).
■ INSCRIPTIONS
(pour toutes les manifestations)
: secrétariat de Mme Lauqué à
partir du 15 septembre 2003
(RDC de la Mairie de Bayonne :
05 59 46 60 14 du lundi au jeudi
de 9h30 à 12h et de 14h30 à
17h, le vendredi de 9h30 à12h).
Les couples fêtant cette année
leurs 50 ou 60 ans de mariage
sont priés de se faire connaître
à ce même bureau avant
le 30/09/2003.
HISTOIRE
28 Vie de la cité
Les statues de
l’Hôtel de Ville
Si l’Hôtel de Ville date de 1832, les six statues
juchées à son sommet ont trouvé leur place
dix ans plus tard. Elles symbolisent les allégories
universelles de l’art classique de l’époque.
Le 8 mars 1842,une décision municipale prévoit l’installation audessus de la façade de l’Hôtel de
Ville, place de la Liberté, de six
statues symbolisant les activités
économiques et artistiques de la
cité : navigation, industrie, art,
commerce, astronomie et agriculture.Les statues sont alors réalisées dans un nouveau matériau,
la pierre factice. Mais les belles ne
résistent pas au vent et à la pluie.
En 1889, elles sont descendues de
leur piédestal. Pas question de laisser la façade de la mairie dénudée.
Les prochaines statues seront en fonte. Le maître
de forges, Denonvilliers, dont le travail avait été
remarqué à l’exposition universelle, va réaliser les
nouvelles. Il fait appel à des artistes confirmés
dont la plupart ont été récompensés dans les
expositions des beaux-arts : Léon Cugnot, Grand
prix de Rome en 1859 créé les statuts de
l’Agriculture et de la Navigation, Gustave Deloye
artiste reconnu sculpte celles de l’art et du
commerce, et Badelli, élève de Falguière, s’attaque
à l’industrie et à l’astronomie.Mais en 1889,l’Hôtel
de Ville est victime d’un dramatique incendie. Les
statues vont attendre deux ans de plus avant de
rejoindre la façade. Et depuis cent douze ans elles
veillent sur tous les Bayonnais ■
> Les allégories parées du foulard rouge des fêtes de Bayonne.
VIE DES QUARTIERS
Rue Port-de-Castets : une nouvelle quiétude
Devenue semi-piétonne après des travaux de rénovation des réseaux
souterrains, la rue Port-de-Castets affiche un nouveau charme.
La requalification des sols de la rue permet de la mettre de plain-pied tout en la rendant
semi-piétonne au moyen de bornes de gestion d’accès. Les architectes des Bâtiments
de France et du secteur sauvegardé ont souhaité conserver comme matériaux de revêtement le grès naturel très présent dans le quartier piétonnier de Bayonne. Les travaux ont
également concerné les abords du pont Marengo sur les quais Dubourdieu et Roquebert
où l’espace réservé aux piétons a été agrandi. Quelques mois après la fin des travaux,
voici l’avis de commerçants et d’habitants du quartier...
“Il y a du passage”- Patrick Gonzalez, buraliste
C’est positif, c’est sûr. Les gens marchent et se promènent, cette rue est dans l’axe
des musées et de la cathédrale alors il y a du passage. Même si on a perdu de la
fréquentation pendant les travaux, le fait de pouvoir maintenant installer une terrasse
compense beaucoup et augmente la qualité du service. Un bémol cependant :
les voitures passent encore trop vite, il faudrait carrément la rendre piétonne.
“C’est très agréable !” - Sophie Salamon, commerçante
C’est devenu très agréable ici : les terrasses, le temps, les gens qui se baladent.
Pour l’instant la rue n’est pas fermée donc on ne peut pas vraiment voir le côté piétonnier
même si je trouve qu’il y a moins de circulation automobile. Côté chiffre d’affaire, je tiens
un commerce de chaussures assez spécifique et la clientèle est quand même venue
en nombre pendant les travaux. J’ai même augmenté mes ventes !
“La rue est plus vivante” - Audrey Sablayrolles, riveraine
Les travaux ont été un peu longs, c’est vrai, mais ça valait le coup. Maintenant nous
sommes ravis. La rue est devenue agréable, plus vivante, avec des terrasses de café.
> Patrick Gonzalez
> Sophie Salamon
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ
30
BLOCNOTES
>>>>
LECTURE
Histoire maritime de Bayonne
> > > > Les nouveaux
L’histoire de la ville de
Bayonne est une formidable épopée dont tous les
éléments sont puisés dans
la réalité. Sans doute
l’origine très ancienne de
la cité, son combat
permanent contre les
éléments ou encore
l’étonnante odyssée de
entretiens
de Bayonne
Comment associer religion et démocratie
dans un monde qui vient de vivre les
attentats de New York, les guerres
d’Afghanistan et d’Irak ?
Au centre de l’actualité, les Nouveaux
entretiens de Bayonne auront lieu les 23,
24 et 25 octobre sur le thème : “Religion
et démocratie”. Les trois conférences,
animées par Yvan Levaï, seront suivies
de débats auxquels le public est invité
à participer. Les conférences auront lieu
à 21 h au Théâtre et les débats à 17 h
au grand salon de l’Hôtel de Ville.
Entrée libre.
ANGLET :
Théatre, hommage à André Rabas
Le dimanche 21 septembre,
le Patio de l’Hôtel de Ville
renoue avec la tradition théâtrale.Voilà vingt ans que André
Rabas, père de Gaël, l’actuel
directeur de la troupe du
Versant, a disparu. L’homme
a éveillé le théâtre dans
notre région. Dans les années
soixante-dix, son cours d’art
dramatique à El Hogar aura
formé des dizaines de comédiens.
Anglet et la troupe du Versant
lui rendent hommage lors des
Journées du patrimoine.
VENDREDI 24 OCTOBRE
Débat ouvert à tous, entre le public et les
intervenants de la conférence de la veille.
SAMEDI 25 OCTOBRE
Débat ouvert à tous.
Conférence suivit d’un débat, sur le
thème “Grands témoins de notre temps”.
Renseignements BIS :
05 59 46 60 41
Edition Le Livre d’Histoire
62 €.
EVENEMENTS VOISINS
JEUDI 23 OCTOBRE
“Quel devenir de leur coexistence
dans les démocraties modernes ?”
Avec Alain Dieckhoff, directeur de
recherches CNRS.CERI, professeur
de sociologie politique à l’Institut
d’Etudes Politiques de Paris, Tareq
Oubrou, recteur de la Mosquée de
Bordeaux, Benoît Billot, bénédictin au
prieuré Saint-Benoît d’Etioles, responsable pour la France du dialogue
religieux inter monastique.
VENDREDI 24 OCTOBRE
“Rencontres et oppositions
dans l’histoire” avec Patrick Michel,
directeur des Sciences de l’homme et de
la société au CNRS, professeur à l’école
des Hautes études en sciences sociales
et professeur à l’I.E.P de Paris, Bruno
Etienne, directeur de l’observatoire du
Religieux à l’I.E.P d’Aix en Provence et
Jacques Rollet, professeur en Sciences
Politiques à l’Université de Rouen,
professeur à l’Institut catholique de Paris
ses marins et de ses corsaires y
sont-ils pour beaucoup. Le
récit tout entier de l’historien
bayonnais Edouard Ducéré a
une dimension grandiose.
Cette réédition est limitée à
300 exemplaires.
Au Patio et
au Parvis de l’Hôtel de Ville.
11 h et 18 h. Entrée libre.
BIARRITZ :
Salon du livre jeunesse
Le Salon du Livre Jeunesse
organisé par Biarritz Culture et
Emergences Sud se déroulera
les 22 et 23 novembre 2003.
Pour sa Ième édition, le Salon se
déplace à l'Espace Bellevue.
Un espace multi-média, des
spectacles, des animations,
des rencontres avec des
auteurs, pour renouer avec le
plaisir de la lecture.
Renseignements Biarritz Culture
Tél. : 05 59 22 20 21
Email :
biarritz-culture@wanadoo.fr
>>>>
BLOCNOTES
31
Agenda
Les peintures taurines de
Daniel Stary à la Peña taurine
bayonnaise.
Stomp
revient !
Les 8 danseurs et musiciens
reviennent au théatre
frapper et frotter balais,
poubelles, éviers, bidons,
sceaux ! Un spectacle
inoubliable. Du mardi 11
au samedi 15 novembre.
Renseignements au
05 59 59 07 27
Samedi 20 septembre
Rugby au stade Jean-Dauger,
l’Aviron Bayonnais rencontre
le Metro Racing.
Samedi 20 et dimanche
21 septembre
Vendredi 19 septembre
Conférence débat à l’auditorium de la chambre du
commerce et de l’industrie :
Langues et gênes : les
Basques, un cas à part ?
Vendredi 19, samedi 20
et dimanche 21 septembre
Journées du patrimoine.
A l’occasion des journées du
patrimoine, le Club Pottoroak
et le Cacao Club s’associent
pour présenter l’exposition
de peintures et de sculptures :
“In the mood for love…
D’humeur amoureuse”. Seize
artistes locaux dont quelques
jeunes peintres inédits, sont
réunis ces deux jours dans les
locaux des deux casemates
Cacao et Pottoroak. De 15h à
19h, rempart Lachepaillet.
Vendredi 26 septembre
Défilé de mode au théâtre
organisé par les commerçants
de la Ville. De 16h30 à 20h.
L’actualité du BIJ
>>>>>>>
Du vendredi 12
septembre au vendredi
28 novembre
Dimanche
28 septembre
Novillada piquée
aux Arènes Marcel-Dangou
dans le cadre du Festival
La Cita.
Samedi 4 octobre
Rugby au stade Jean-Dauger,
l’Aviron Bayonnais contre
Aurillac. 19h30.
Dimanche 5 octobre
Bourse aux jouets anciens
au Palais des sports de Lauga.
De 9h à 17h.
Vendredi 10 octobre
Inauguration du nouvel éclairage du Stade Didier Deschamps
avec le match Girondins de
Bordeaux/AS Monaco. 19h30.
Du 11 au 18 octobre
Festival de théatre francohibérique.
Du jeudi 23
au samedi 25 octobre
Les nouveaux entretiens de
Bayonne au Théâtre.
Samedi 25 octobre
L’Aviron Bayonnais rencontre
Lyon au Stade Jean-Dauger.
19h30.
Vendredi 28
et samedi 29 novembre
Collecte nationale de la
Banque alimentaire.
Carte Aquitaine
Etudiants
Le train
à moitié prix !
Pour simplifier la vie de tous les étudiants
de moins de 26 ans, le Conseil Régional
d’Aquitaine a créé la Carte Aquitaine
Etudiants en partenariat avec le CIJA
et la SNCF. Elle permet aux étudiants
domiciliés en Aquitaine de bénéficier
d’une réduction de 50% sur leurs trajets
ferroviaires domicile/ lieu d’études, tous
les jours et sur tous les trains.
La Carte Aquitaine Etudiants est ouverte
à d’autres régions et profite ainsi aux
étudiants aquitains ayant choisi de suivre
un cycle d’études en Limousin, MidiPyrénées ou Poitou-Charentes.
Valable un an à compter de sa date
d’achat, elle est vendue au prix de 23 €
et est délivrée avec un coupon SNCF. La
carte Aquitaine Etudiants ouvre aussi les
portes des villes universitaires. Chaque
titulaire bénéficie de réductions accordées aux étudiants sur le réseau de
transport en commun des villes suivantes :
Bordeaux, Périgueux, Agen, BayonneAnglet-Biarritz, Pau et Mont-de-Marsan.
Pour se la procurer, il suffit de demander
un imprimé au BIJ et de le renvoyer, avec
les pièces demandées, au CIJA, 125,
cours Alsace Lorraine, 33000 Bordeaux,
tél : 05 56 56 00 41.
Elle peut être téléchargée sur le site
www.info-jeune.net.
Bureau information jeunesse :
16, rue Pontrique, 64100 Bayonne
Tél. : 05 59 50 04 93 - Fax : 05 59 59 35 34
E-mail : bayonneinfojeunesse@wanadoo.fr
Site : www.bijbayonne.com
Ouvert du lundi au vendredi
de 10h à 19h, le samedi de 10h à 18h
32
ACTUALITEASSOCIATIVE
DIVERS SPORTS
>>>>
LES MASCAREIGNES
Club olympique L’association fête ses dix 10 ans
bayonnais (COB)
Les inscriptions sont ouvertes à partir du 1er
septembre. Activités proposées : baby lutte,
lutte libre, lutte féminine, sambo, pelote, cyclotourisme, gymnastique d’entretien.
Renseignements > 05 59 55 27 82 de 17h à 20h
le mardi et le vendredi
(à partir du 1 er septembre).
Inscriptions au siège du club :
villa Pyrénéa, 17 avenue de Rossi.
ECOLE DE CIRQUE DE BAYONNE
Oreka
Rentrée à partir du mercredi 17 septembre.
Au programme : circo-motricité pour les 4/6 ans
et dès 6 ans : monocycle, fil, boule, trapèze,
diabolo, balles, swinging...
Les cours ont lieu au gymnase de l’école des
arènes.
Renseignements et inscriptions
> 05 59 25 77 94
Cette association a pour but de faire découvrir la culture des îles Mascareignes : Maurice, Rodrigue
et la Réunion. A cette occasion, elle propose du 29 septembre au 4 octobre, des animations à la MVC
de Bayonne centre, place Montaut et à la salle Lauga II. Ces six jours de festivité seront clôturés par
une soirée le samedi 4 octobre à 21h.
Renseignements et inscriptions > 05 59 57 09 10
YOGA
ESCALADE
Reprise
Léo Lagrange
Les entraînements d’escalade pour enfants et
adultes reprennent le 17 septembre à 19h, au
mur de Sainte-Croix. Au programme de cette
année : sorties en extérieur et séjours pendant
les vacances scolaires.
L’association des pratiquants de yoga de
Bayonne reprend son activité le 16 septembre
Les cours auront lieu à l’école Jules Ferry,
les mardi et vendredi de 17h15 à 18h30.
Renseignements > 05 59 45 68 18
Renseignements et inscriptions
> 05 59 59 33 79
KARATE
Enfants
et adultes
L’entraînement reprend le mercredi 17 septembre,
au gymnase Robert- Caillou, à la Floride.
Cours pour enfants les mercredi et vendredi de
18h à 19h pour les enfants et de 19h à 20h30
pour les adultes.
Renseignements > 05 59 45 68 18
Les renseignements concernant les associations bayonnaises sont disponibles sur le site www.ville-bayonne.fr
BAYONNESCOPE
33
Ça s’est passé à Bayonne mais vous ne l’avez peut-être pas vu...
Florilège en images de quelques rendez-vous de l’été.
1
2
3
4
5
1- André Darriguade, Marina Anissina et Claire Borotra ont ouvert les Fêtes 2003. 2- Saint-Esprit fête les 150 ans de la corrida en France.
3- Patrick Timsit a aimé la ville, le patio, la corrida et a promis de revenir ! 4- El Juli dans le callejon le 15 août au matin pour la novillada
sans picadors. 5- Le triomphe du maestro Ponce le 10 août. 6- Le Prince Al Walid Bin Tahal, neveu du roi Fahd d’Arabie est venu
assister à la corrida du 15 août. Ce sont 47 places pour le Prince et sa cour qu’il a fallut trouver au dernier moment ! 7- Hamilton gagne
à Bayonne. 8- Ici, Christophe Doucet, sculpteur dans la cour du Château-Neuf où ses œuvres ont passé l’été.
6
7
8
34
CARNET
NAISSANCES
Bienvenue
à Liam Beteau
né le 5 juillet 2003
Louka BENANIBA le 22/05 ■ Settie BOS le 29/05 ■ José JIMENEZ-GRAVALOS le 30/05 ■ Sheïna
ALI le 01/06 ■ Téo MEDINA le 02/06 ■ Wahib KYAL le 06/06 ■ Maxime CAMON le 06/06 ■
Romain FASSBENDER le 07/06 ■ Leho ERREÇARRET le 10/06 ■ Iban HERNANDEZ le 10/06 ■
Roxane LEGARRé le 11/06 ■ Anna TOUYA le 12/06 ■ Théodore MARTINEZ le 12/06 ■ Lucas SAINTOMER
le 12/06 ■ Tristan ESQUERRE le 13/06 ■ Iban CAZALON le 15/06 ■ Pierre DUQUEROIX le 16/06 ■
Oihan BEAUFILS le 16/06 ■ Elisa NOURY le 16/06 ■ Adélaïde DICHARRY le 17/06 ■ David
UGARTEMENDIA le 22/06 ■ Théo MOREL le 24/06 ■ Lola AUBRY le 24/06 ■ Hanna AMEZIANE
le 21/06 ■ Amalya BROUTIN le 21/06 ■ Blanche BADETS le 24/06 ■ Raoul LACHAMP le 24/06 ■
Henri SANTAMARIA le 26/06 ■ Chloé LARTIGUE le 26/06 ■ Emilie DUPRAT le 27/06 ■ Célia
PÉTRISSANS le 27/06 ■ Sabrina BIALA le 27/06 ■ Iban ZEÏTOUN le 28/06 ■ Kévin CASSAGNABERE
le 29/06 ■ Amaury de GAUFRIDY de DORTAN le 29/06 ■ Duncan DACHER le 29/06 ■ Rayane
VIGON le 30/06 ■ Ramzi MANSOUR le 30/06 ■ Ambre LAUTRIE le 03/07 ■ Elorri HALTY le 04/07
■ Liam BETEAU le 05/07 ■ Valentine BRILLOUET le 05/07 ■ Clara ROCHEFORT le 05/07 ■ Vincent
GOMES LOURENÇO le 06/07 ■ Nahia JOYOT le 06/07 ■ Maxime PUYAU le 08/07 ■ Mattéo
CANTON le 08/07 ■ Clément CASTEL le 09/07 ■ Zoé BACARDATS le 11/07 ■ Noa FAYOLLELAPLANCHE le 15/07 ■ Aurélien DE SAULCE-LATOUR le 16/07 ■ Chloé PEYROUX le 17/07 ■ LisaMarie DA CUNHA le 18/07 ■ Morgane GUILSOU le 16/07 ■ Sarah MEREL le 20/07 ■ Pierre DE SA
le 21/07 ■ Yoann BARCOS le 22/07 ■ Idoya LAGEYRE le 22/07 ■ Maxence LALON le 23/07 ■ Jules
AGOUTIN le 26/07 ■ Noémie GARCERA le 27/07 ■ Lana MANGE le 28/07 ■ Noa ABADIE le 29/07
■ Agnès ALZURI le31/07 ■ Marin PETTON le 01/08 ■ Thomas SIMOND le 01/08 ■ Aaliyah
DURDUX le 03/08 ■ Kepa MARTIN le 04/08 ■ Carla SUBERVIE le 04/08 ■ Elaia LARRALDE le 04/08
■ Luna BELOT le 04/08 ■ Elena MINJOU le 05/08 ■ Andoni OTEGUI le 05/08 ■ Ylona ROBALO
le 05/08 ■ Amandine MONTAU le 05/08 ■ Ilona JUIN le 06/08 ■ Paul REYTEROU le 06/08 ■
Albéric de la CHAPELLE le 06/08 ■ Anouar SEFIANE le 07/08 ■ Stella DUPOUY le 11/08 .
MARIAGES
Patricia CHERBONNEL et Marc CRESCENT le 07/06 ■ Nathalie ROCHELOIS et Alain ETCHELECOU
le 07/06 ■ Noëlle ADNOT et Igor LOZANO y TELLECHEA le 07/06 ■ Colette SANDÈRE et Jérôme
FRANÇOIS le 07/06 ■ Emmeline LAGRANGE et Christophe GUILLON le 13/06 ■ Farah MAÂROUFI
et Hichem M'SIHLI le 14/06 ■ Sandrine ERRANDONÉA et Emmanuel DOYHAMBOURE le 14/06 ■
Anna GONDEL et Nicolas POMMIERS le 21/06 ■ Karine MOUSQUES et Manuel OSPITAL le 21/06
■ Christelle CAZAURANG et Grégory TAREAU le 28/06 ■ Pierrette GERMAIN et Thierry BELLEDO
le 28/06 ■ Isabelle LERENDU et Antoine COPIN le 04/07 ■ Aïssatou GOUMBÉLÉ et Adama SARR
le 05/07 ■ Sophie MARTIN et Guillaume TAUZIÉDE le 12/07 ■ Sandra LESCA et David ALEXANDRE
le 12/07 ■ Karine TRUF et Marc LARRERE le 12/07 ■ Laurence MARCOS et Fabrice DUCROS le
18/07 ■ Chantal BERTERRÈCHE et Daniel URSUEGUI le 26/07 ■ Sophie SENOSIAIN et Stéphane
VANDEPOËL le 31/07 ■ Myriam ROCHE et Frédéric DUCASSOU le 08/08 ■ Jeannette HARISPE et
Didier BONAVENTURE le 09/08.
DECES
Madeleine Dagouassat le 18/05 ■ Pierre LAPLACE le 01/06 ■ Monique LUCAS le 02/06 ■
Jean MARTINEZ le 05/06 ■ Daniel BERGEZ-CASALOU le 06/06 ■ Filomena CENITAGOYA le 07/06
■ Magdeleine LABOURDIQUE le 10/06 ■ Marguerite LAGARDE le 11/06 ■ Yvette LASSAGA
le 14/06 ■ Andréa MESQUIDA le 15/06 ■ Danielle MASSICAM le 19/06 ■ Raymond LACARRÈRE
le 20/06 ■ Raymond ETCHEVERRY le 25/07 ■ Charles VAILLANT le 26/06 ■ Camille LEMOINE
le 29/06 ■ Juliette LABROUCHE 01/07 ■ Léonie LARTIGAU le 03/07 ■ Pascal DUHART le 04/07 ■
Michel ESPAGNET le 04/07 ■ Marie TREY le 08/07 ■ Germaine ADORRET le 13/07 ■ Corinna
CORONA le 28/07 ■ Jacqueline LACOSTE le 29/07 ■ Paulette CASTANDET le 05/08 ■ Jean CLOT
le 08/08.
MAGAZINE
n° 128
Expression
des groupes politiques
La gauche plurielle
PROGRAMME LOCAL DE L’HABITAT (PLH) :
POURQUOI NOUS AVONS VOTE CONTRE.
Le 24 Juillet, le Conseil Municipal de Bayonne devait donner un avis sur le
projet de convention de programme local de l’habitat entre l’Etat et la
Communauté d’Agglomération pour les 5 ans à venir.
Nos élus avaient approuvé la première convention, portant sur la période
1997-2002 car elle avait jeté les bases d’une politique intercommunale du
logement.
Colette CAPDEVIELLE a cette fois annoncé un vote défavorable. La majorité
municipale s’est bien gardée de transmettre le bilan de la précédente
convention, véritable échec des engagements pris par la droite locale alors
que la situation du logement est catastrophique.
BILAN 1997-2002 :L’ECHEC
Il n’y a pas eu, malgré les engagements, de programme de logements communaux sur le territoire du PLH ; seulement 2 opérations d’accession sociale
à la propriété sécurisée à Bayonne et à Biarritz par l’OPMHLM et le COL.
Les objectifs du nombre de Prêts Locatifs Aidés n’ont pas été atteints, loin
s’en faut, et la charte FSL Agents Immobiliers a été abandonnée.
Les opérations d’habitat adapté ont concerné des cas très isolés (1 à
Bayonne !).
Pour l’hébergement et l’accueil d’urgence, seul le Point Accueil Jour a été
renforcé.
L’étude sur le logement autonome n’a pas été menée.
Les formules de logement encadré, réalisées grâce au Foyer des Jeunes
Travailleurs et au Bureau d’Accès au Logement ont été rares et limitées à
Bayonne.
Le parc public a peu développé de petits logements alors qu’il s’agit d’une
demande constante.
Pour les plus âgés, aucun projet de création de petite unité d’accueil n’a à
ce jour abouti, la structure d’accueil de jour du BAB n’a pas été réalisée, de
même que les opérations programmées d’adaptation des logements.
Pour les gens du voyage la commission intercommunale n’a pas été
formalisée, seul un terrain familial a été réalisé.
Les actions promises en vue d’un développement équilibré favorisant la
mixité de l’habitat, le soutien de l’action foncière, n’ont pas été réalisées.
Le fonds de solidarité foncière n’a pas été créé et il y a eu peu de recours aux
outils d’aménagement (Zones d’Aménagement Concerté, lotissements…).
La programmation des logements sociaux est restée très faible dans l’agglomération.
Ce précédent PLH n’a bénéficié d’aucun suivi institutionnel, ni d’aucune
évaluation à son terme.
Cela est d’autant plus grave que le nouveau PLH ne prend pas la pleine
mesure de la question cruciale du logement dans notre bassin de vie.
2003-2007 :L’ECHEC ANNONCE.
■ DE NOUVEAUX LOGEMENTS LOCATIFS SOCIAUX…
Objectif affiché : construire 573 logements locatifs sociaux HLM sur 3 ans,
soit 191 logements par an. Cet objectif ne comporte aucun caractère
volontariste, il correspond au minimum obligatoire fixé par la loi Solidarité
et Renouvellement Urbain, soit 15 % du déficit et ne s’appuie que sur les
logements déjà programmés en 2002. Pourtant, en décembre 2001, nous
comptions 3.200 demandes de logements HLM non satisfaites, la
demande progressant d’environ 200 à 500 demandes chaque année.
■ LA POLITIQUE FONCIERE…
La convention évoque l’ouverture de zones nouvelles à une urbanisation à
court terme, sans préciser où ni surtout définir des objectifs chiffrés de
constructions.
La création d’un établissement public foncier n’est pas portée par la
Communauté d’Agglomération du BAB alors que c’est elle qui devrait
définir une politique de développement intégrée, en associant les besoins
en logements et en donnant les outils fonciers transitoires.
■ L’ACCES AU LOGEMENT…
La convention ne prévoit aucun objectif chiffré. Pourtant les études montrent sur la période 1990-99 un besoin annuel de 936 logements par an
alors que le rythme annuel de constructions n’a été que de 780 logements,
soit un manque de 1560 logements sur 10 ans.
L’urgence : revenir à environ 1.000 logements par an dont la moitié pour du
logement social, soit en locatif, soit en accession à la propriété, compte
tenu de l’absence quasi-totale de rotation dans les logements sociaux.
Seule une implication forte des collectivités sur le foncier et un vrai soutien
aux organismes publics constructeurs aideraient l’accession sociale à la
propriété des ménages.
■ LES LOGEMENTS DES PLUS DEMUNIS…
Quand aurons-nous un hôtel social dans l’agglomération réclamé par
toutes les associations à caractère social ?
L’urgence est là au moment où les foyers d’accueil, notamment pour
femmes, seules ou avec enfants, sont saturés. La question des logements
insalubres est, elle aussi, très insuffisamment traitée.
■ LE PLH :UNE OCCASION RATEE.
Ce PLH n’affirme pas une volonté politique de répondre à la problématique du logement de notre territoire.
Nous donnons la priorité au logement social, au soutien à l’accession,
à l’appui sur des documents de planification, à l’ouverture de nouvelles
zones d’urbanisation dans le respect des règles environnementales.
Cela s’inscrit dans une réflexion plus globale sur le développement de
notre agglomération.
Continuerons-nous à imposer à la population de se loger de plus en plus
loin, avec un fort coût en terme de transports, d’équipements collectifs ?
Jusqu’où allons-nous nous étendre ? L’intégralité du Pays Basque, le Bas
Adour ? Y aura-t-il un centre réservé aux personnes aisées et des banlieues
autour ? Où vont loger demain nos enfants ?
La droite locale,fidèle à ses principes,laisse faire le marché.Au risque de voir
se développer des fractures économiques et sociales entre les territoires.
■ CRI D’ALARME POUR ARCC.
Les propos rassurants du Maire lors du conseil municipal du 3 juin ont vite
été démentis par les faits. ARCC a été placé sous redressement judiciaire.
141 salariés sont concernés, souvent âgés entre 40 et 55 ans avec des
charges de famille, des crédits à rembourser.
Colette CAPDEVIELLE a proposé au Maire d’unir nos efforts pour travailler
à recréer une dynamique économique et sociale sur notre territoire
lourdement frappé par la crise.
Le Député-Maire n’a donné aucune réponse précise, sauf à affirmer que
dans une économie libérale, il ne peut pas influer sur l’économie locale.
EN BREF…
■ MAISON DES ASSOCIATIONS : Martine BISAUTA a demandé au Maire si le
projet répondait aux normes Haute Qualité Environnementale. Il semble
.../...
MAGAZINE
n° 128
Expression
des groupes politiques
certain maintenant que l'engagement de départ ne sera pas tenu et que la
démarche liée à la qualité environnementale n'est plus d'actualité..
Quant aux Risques Inondations le Maire continue à dire "que par le passé
à Glain aucune caravane n'a été emportée par les eaux" ! On rie, mais
l'urbanisation a évolué, des rapports désormais évoquent ce risque et
Bayonne n'a toujours pas de Plan de Prévention des risques Inondation.
■ PLATE-FORME SERVICES PUBLICS PLACE DES GASCONS : nous avons
approuvé le projet mais Philippe CASENAVE a déploré les conditions d’accueil du Centre d’Information des Droits des Femmes, regretté la disparition de tout lieu de restauration dans ce quartier, souhaité la création à SteCroix d’une Maison du droit avec des missions d’aide aux victimes, de
médiation, de conciliation. Ste-Croix doit être doté d'équipements structurants favorisant les échanges avec d'autres quartiers.
■ POINT ACCUEIL JOUR BAB : Monique LARRAN-LANGE a déploré l’absence de soutien financier au projet du Conseil Général et de la
Communauté d’Agglomération du BAB, résultat du choix de la droite
locale de ne pas retenir de compétence sociale pour la CABAB.
Vous voulez nous contacter, nous rencontrer, donner votre avis,
par exemple sur le logement…
Groupe des élus de la gauche plurielle, 26 Place des Gascons, Bayonne
05.59.50.25.63.
Groupe LCR 100% à gauche
LA COMMUNAUTÉ D’AGGLOMÉRATION,
UNE INSTITUTION OPAQUE ET NON DÉMOCRATIQUE
La coopération intercommunale est souhaitable pour résoudre de plus en plus de
questions qui ne se limitent pas au cadre communal.
La CABAB (Communauté d’agglomération du BAB) est confrontée à des problèmes d’agglomération majeurs : 2000 demandes de logements sociaux non
satisfaites, spéculation immobilière, asphyxie croissante de la circulation et saturation des parkings, défiguration du plateau de St Etienne avec le projet de
Barreau Nord,risques industriels et nuisances liées à l’activité du port de Bayonne
des industries proches,traitement des déchets.
Que fait la droite locale qui gouverne la CABAB pour répondre à ces problèmes ?
Les élus de droite de l’agglomération s’écharpent joyeusement faisant
porter la responsabilité des questions non résolues sur leurs congénères
des communes voisines. Après le feuilleton des cinémas, voici ouverte la
guerre des logements sociaux entre Bayonne et Anglet. Ces histoires de
cloche-merle pourraient nous amuser s’il ne s’agissait pas de problèmes
aussi graves que le droit au logement, la pollution, la santé publique etc…
Par ailleurs, lorsque les oppositions demandent au Maire de Bayonne des
informations sur les études de la CABAB qui concernent des questions
aussi importantes que le devenir des zones d’urbanisation et des quartiers
de Habas, St Etienne, les Allées Marines Grenet s’est écrié “on n’est pas
obligé de vous répondre”.
Pour éviter ce jeu pervers, le gaspillage de l’argent public et l’opacité des
décisions, il est plus que nécessaire que les communautés d’agglomération soient élues au suffrage universel.
Pour tout contact :
Tél/Fax : 05 59 63 01 41
E-mail : lcr.pb@wanadoo.fr
L’alternative pour Bayonne
Baïona Berria
RUWEL,SAFAM,ARCC,CHUPA CHUPS …
Plans sociaux et fermetures d’entreprise se succèdent au nom de la
Mondialisation des marchés et délocalisation pour coûts de main d’œuvre
moindres. Conséquence de ces transferts de technologie et de production :
plusieurs centaines de nos concitoyens jetés ici à la rue. Et nos élus, Grenet
comme Borotra ou Villenave, de nous répondre que ces décisions relèvent
du droit privé d’entreprise et qu’ils n’y peuvent rien. C’est vrai en partie. Mais
il est tout aussi vrai que, tant le député maire de Bayonne que le sénateur
maire de Biarritz, consacrent, par leurs votes respectifs à l’Assemblée
Nationale ou au Sénat, la libéralisation de l’économie et la régression sociale.
TOURNEZ MANÈGE…
Le Busquet en février 1995, le Country Club deux mois plus tard, les Allées
Marines en fin d’année ; Saint-Léon en 1996, la Caserne de la Nive en 1997,
les terrains de Glain en 1998 avant le retour sur le site de la Nive... Et en
février dernier, voilà le multiplexe cinématographique qui réapparaît du
côté de Glain… Enième projet présenté comme sûr et certain, annoncé par
voie de presse avant même que le Conseil municipal n’en ait débattu, et
alors même qu’Anglet claironnait à son tour tenir elle aussi son projet.
Fin mars, c’est toutefois sans sourciller que la majorité municipale a offert,
sous forme d’un bail à construction de 80 ans (!!), deux hectares du site de
Glain à la Sarl Koric, propriétaire du Vauban à Bayonne et du CGR à Tarnos.
Montant du loyer : 8 750 francs par mois ! La générosité de l’équipe de
Monsieur Grenet ne s’arrête pas ici. En effet, le parking public de Glain
servira au mieux les intérêts de CGR qui, par ailleurs, se débarrasse de ses
bâtiments du Vauban en les cédant à la Ville pour huit millions de francs.
Soit un montant supérieur de plus de 10% à l’estimation des Services fiscaux et ce, pour un bâtiment frappé d’alignement !!! Dernière petite fleur
accordée lors de la séance du Conseil du 5 juin dernier : Monsieur Grenet
est revenu sur le bail à construction pour y insérer une clause de toute
importance, celle qui autorise CGR à implanter, au sein de son multiplexe,
des surfaces commerciales…
EUSKARAZ BAIONAKO HIRIAN,NOIZKO… ?
Badu zenbait hilabete orain, Euskal Konfederazioak hitzordu bat eskatzen
diola Grenet auzapez Jaunari. Orroitarazi behar da, jadanik 16 Herriko
Etxeek, herriko zerbitxuetan elebitasunaren gauzatzeko hitzarmen bat
izenpetua dutela Euskal Konfederazioarekin. Hitzarmen honek euskararen
erabileraren eremuak zehazten ditu : akta zibilak, administratiboak edo
komunizazioa. Horrez gain, AEK-ren partaidetzarekin, laguntza teknikoa
eta formakuntzak eskaintzen ditu Euskal Konfederazioak.. Gisa bereko desmartxa bat Baionan, noizko ?… Frantziako itzuliaren inguruan egin dituen
adierazpenekin, Grenet euskararen sustengatzaile sutsua dela sinetsiko
genuen kasik. Haatik, Euskal Herrian Euskarazek Baionako besteen inguruan luzatutako eskariari eman zaion arrapostuak gauzak beren lekuan jarri
ditu : Baionan hiru kultura ditugu, hiru hizkuntzetan burua hausteko ordez,
hobe denek menperatzen duten hizkuntza erabiltzea, alabainan frantsesa
hutsean aritzea…
BAIONA BERRIA
L’ALTERNATIVE POUR BAYONNE
Place Saint-André, 64100 Bayonne (06 63 14 90 41)
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising