CP-Venise-PAC2015-FRAC

CP-Venise-PAC2015-FRAC
dans le cadre du Printemps de l'art contemporain
Commissaire : Caroline Hancock
15 mai — 27 juin 2015
Plateau expérimental
Communiqué de presse
FRAC
Provence
Alpes
Côte d’Azur
Fonds
Régional
d’Art
Contemporain
20, bd de Dunkerque +33 (0)4 91 91 27 55
13002 Marseille
accueil@fracpaca.org
www.fracpaca.org
Le FRAC est financé par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
et le ministère de la Culture et de la communication /
Direction régionale des affaires culturelles Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Il est membre de Platform, regroupement des Fonds régionaux d’art contemporain
et membre fondateur du réseau Marseille Expos.
© Victor Burgin, Venise, 1993 Vidéo, 27 min (arrêt sur image) Collection Fonds communal d’art contemporain de Marseille.
Venise
Venise
du 15 mai au 27 juin 2015
Plateau expérimental
Accrochage
du vendredi 15 mai au samedi 27 juin 2015
Rencontre presse
vendredi 15 mai 2015 à 14h30
Vernissage
vendredi 15 mai 2015 de 18h00 à 21h00
Commissaire
Caroline Hancock
Partenaires PAC et Marseille expos
Printemps de l'art contemporain
du 14 au 17 mai 2015
Contacts presse
Frac: Marie-Aurélie Elkurd
communication@fracpaca.org / +33 (0)4 91 90 30 47
Coordination projet
Fabienne Clérin
Liste des artistes
Victor Burgin, Marie-Ange Guilleminot, Raymond Hains,
On Kawara et Jonas Mekas
Autour de l’accrochage
Un ensemble de publications en lien avec l’accrochage Venise et le
PAC 2015 Destination Mars sont mis à disposition du public au
Centre de documentation du Frac. La « bibliothèque éphémère »
est une carte blanche bibliographique accompagnant l’accrochage
en cours et permettant de multiplier les approches sur l’exposition.
Communiqué de presse Venise dans le cadre du Printemps de l'art contemporain
Page 2
Communiqué de presse
Jonas Mekas
Mistral/Cassis, 1966, 2009
Venise emprunte son titre à l’œuvre de Victor Burgin, présentée, entre autres, avec une sélection d’œuvres majeures de la collection du Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ce projet fait partie
intégrante du Printemps de l’art contemporain (PAC) 2015 dont le
sujet phare cette année se tisse autour du mythe ou de la réalité de
l’invention de la carte postale photographique à Marseille en 1891.
La carte postale y est envisagée pour l’élasticité de son concept,
pour toute sa capacité d’interrogation sociétale. Les idées reçues et
les clichés de la ville, des villes, des sites et des situations, passés et
présents, sont placés sous divers projecteurs artistiques.
« C’était l’aube quand il dit :
-Sire, désormais je t’ai parlé de toutes les villes que je connais.
-Il en reste une dont tu ne parles jamais.
Marco Polo baissa la tête.
-Venise, dit le Khan.
Marco sourit.
-Chaque fois que je fais la description d’une ville, je dis
quelque chose de Venise. »
Italo Calvino, Les Villes invisibles (1972)
Cette citation vient éclairer la vidéo de Victor Burgin à l’intitulé énigmatique de Venise (1993). En effet, cette ville n’apparait
nulle part ailleurs. L’artiste détaillait son œuvre ainsi : « Dans le
film de Hitchcock Sueurs froides, l’histoire se passe à
San Francisco. La première fois que je visitais San Francisco, il y a
plusieurs années, je partis à la recherche des lieux où le film avait
été tourné, lieux qui m’étaient déjà familiers pour les avoir vus dans
le film. Je ne savais rien de l’histoire sur laquelle le film était basé si
ce n’était son titre et les noms des auteurs (Pierre Boileau et
Thomas Narcejac). Lorsque je vins à Marseille, je décidais de lire
cette histoire; je découvrais que la première partie D’Entre les
morts, l’histoire de Madeleine, se passe à Paris. Je découvrais que la
seconde partie de l’histoire; l’histoire du double de Madeleine, se
passe à Marseille... » Son entrelacement de villes, de références filmiques et livresques, d’images en mouvement et fixes, et de
musiques crée un medley initialement destiné à la télévision.
Son premier travail dans ce domaine des nouveaux médias est un
extraordinaire chassé-croisé entre le Golden Gate et le Pont
Transbordeur, entre l’exode vers le sud durant la Deuxième Guerre
mondiale et l’Holocauste et l’histoire des migrations liées à
Marseille. Tout est signifiant et symptomatique de son regard
aiguisé sur ces contextes : de l’apparition de l’Hôtel des Deux
Mondes, aux graffitis OAS, des longues avenues rectilignes aux rails
de chemins de fer, aux ferries dominant presque le Vieux Port, de
Communiqué de presse Venise dans le cadre du Printemps de l'art contemporain
Page 3
Pépé le Moko ou son remake américain Algiers, de la Djura à Henry
Purcell et Tom Waits, de Jazz de Toni Morrison aux lettres de Walter
Benjamin.
Chantre de la poésie de la rue, des découvertes fortuites lors
de dérives de type surréaliste, Raymond Hains était un adepte invétéré du hasard objectif qui affectionnait le support de la carte postale. Le manifeste du Nouveau Réalisme auquel il participait
annonçait des « nouvelles approches perceptives du réel » en 1960.
Selon lui, « Inventer c’est aller au-devant de mes œuvres.
Mes œuvres existaient avant moi, mais personne ne les voyait car
elles crevaient les yeux. » Sa collection d’affiches lacérées comme
Tôle de 1963 est emblématique de sa volonté de mettre en valeur la
créativité urbaine et involontaire en flux perpétuel, ici synthétisé
en un instant donné qui révèle les potentialités sans distinctions du
dehors / dedans.
En 1962, Jonas Mekas cofonde une coopérative de cinéastes
dans l’underground new-yorkais qui devient ensuite le fameux
Anthology Film Archives. En visite à Cassis en 1966, il tourne
comme à son habitude des « diary films » en 16mm, sorte de journaux de bord filmiques du quotidien. Les caractéristiques de cette
petite ville portuaire en bord de Méditerranée sont enregistrées en
toute simplicité. Le phare, la pêche, les calanques, les intempéries
apparaissent comme des litanies pittoresques. Malgré l’objectivité
de sa caméra sans effets spéciaux, la vision subjective de Mekas est
également pleine d’humanité ; figurent aussi les habitants et leurs
activités, ainsi que ses amis Jerome Hill, Bernadette Lafont, Taylor
Mead, Jean-Jacques Lebel, Alec Wilder. Mistral/Cassis est une installation imaginée en 2009 à partir de cette chronique d’un
moment de partage. Il dit : « Au risque d’être traité de romantique
ou même de grand sentimental, je choisis d’exclure la violence et
les horreurs de mon époque même si j’en ai fait largement l’expérience. Je laisse cela à d’autres artistes qui semblent avoir préféré
travailler sur ces aspects de notre civilisation. Personnellement je
préfère les moments paradisiaques de nature et de vie autour de
moi, ceux qui sont remplis de soleil qui nous affectent de manières
subtiles et poétiques et qui contribuent ainsi au maintien du
Paradis invisible dans nos vies ».
Avec une totale économie de moyens, On Kawara a réalisé
des séries d’œuvres d’art qui font partie de la quintessence même
du « Mail Art », volet postal de l’art conceptuel. Avec un systématisme de rigueur, les cartes postales énoncent l’heure à laquelle l’artiste s’était levé ce jour là. Elles ont été choisies, achetées,
tamponnées, timbrées, postées, oblitérées, et réceptionnées.
Ainsi, au cours des années 1970, On Kawara a envoyé I GOT UP AT...
à ses amis et collègues, et entre autres à Mikolt Kemeny et à Yvon
Lambert.
Communiqué de presse Venise dans le cadre du Printemps de l'art contemporain
Page 4
Le message y est réduit à une information minimum, hautement
suggestive de l’existence même de l’artiste, de la spécificité néanmoins répétitive de chaque jour. Par son intervention sur un objet
ordinaire de diffusion massive, il documente ses déplacements et le
temps qui passe, tout en créant une correspondance et donc une
relation avec une personne donnée.
Sur un autre mode relationnel, Marie-Ange Guilleminot partage depuis 1994 l’utilisation et l’utilité d’un objet/ vêtement/ sculpture en jersey cloqué appelé le « Chapeau-Vie », une forme multiple
qui se transforme réellement ou potentiellement en robe, sac de
couchage, linceul, cagoule, pull-over, cerceau de protection
magique et ainsi de suite. Ces formes informes aux fonctions multiples, adaptables ou imperméables à la situation ou au site sont
accompagnées d’enregistrements pratiques du mode d’emploi. Ces
vidéos sont composées d’un plan fixe sur l’artiste performant avec
un « Chapeau-Vie » dans divers lieux comme à New York, au bord
d’un ruisseau, sur les toits de la vieille ville de Jérusalem ou dans la
salle d’art précolombien du Musée d’Israël, par exemple. Le langage
corporel de ce rituel est une forme de communication à la fois
intime et publique. Dans La démonstration du Chapeau-Vie à
Venise (1995), le contexte incongru est le Grand Canal, comme un
fond d’écran de cliché touristique, où l’artiste, imperturbable,
œuvre debout sur une gondole.
Le son du clapotis de l’eau est un clin d’œil à l’actualité de la
Biennale de Venise (9 mai au 22 novembre 2015), haut-lieu de pèlerinage du tourisme culturel qui ouvre en quasi-simultané.
Cette attraction rivalise cette année avec l’Exposition Universelle à
Milan, deux évènements qui concourent à donner un instantané de
la création contemporaine mondiale. Telle une carte postale venue
d’Italie. Les projections et rêves d’ailleurs toujours plus radieux
tanguent et nous ramènent à notre actualité physique, à notre présence dans un lieu dit précis. Ainsi on dit quelque chose de
Marseille.
Caroline Hancock
Commissaire de l'exposition
Communiqué de presse Venise dans le cadre du Printemps de l'art contemporain
Page 5
Les œuvres présentées
Victor Burgin
Né à Sheffield, Royaume Uni, 1941 ; vit et travaille dans le Somerset et
à Paris
Venise, 1993
Vidéo sonore, VHS transféré sur DVD, couleur, 28min48
Collection Fonds communal d’art contemporain de Marseille.
Acquis auprès de l'artiste en 1993.
Coproduction : Des photographies en Méditerranée, IMeRec, Ville de
Marseille
Marie-Ange Guilleminot
Née à Saint-Germain-en-Laye, 1960 ; vit et travaille à Paris
La démonstration du Chapeau-Vie à Venise, 1995
Vidéo Bétacam, couleur, 7min57
Collection Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, acquisition 1996.
Raymond Hains
Saint-Brieuc, 1926-Paris, 2005
Tôle, 1963
Affiches déchirées sur tôle
200 x 200 cm
Collection Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, acquisition 1983.
On Kawara
Kariya, Japon, 1933-New York, 2014
I Got Up At..., 1973
Ensemble de 61 cartes postales adressées à Mikolt Kemeny entre le
12 juillet et le 8 octobre 1973
Encre sur papier cartonné, 8,8 x 14 cm chacune
[FNAC 2013-0064 (1 à 61)]
I Got Up At..., 1977
Ensemble de 65 cartes postales adressées à Yvon Lambert entre le 9
août et le 3 octobre 1977
Encre sur papier cartonné, 8,9 x 14 cm chacune
[FNAC 2013-0065 (1 à 65)]
Donation Yvon Lambert à l'Etat / Centre national des arts plastiques/ Fonds national d’art contemporain / dépôt à la Collection
Yvon Lambert en Avignon
Communiqué de presse Venise dans le cadre du Printemps de l'art contemporain
Page 6
Jonas Mekas
Né à Semeniškiai, Lithuanie, 1922 ; vit et travaille à New York
http://jonasmekas.com/diary/
Mistral/Cassis, 1966, 2009
4 Films 16mm couleur transférés en vidéo, couleur, muet, en
boucle, 12min10 chacun
Collection Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, acquisition 2013.
Communiqué de presse Venise dans le cadre du Printemps de l'art contemporain
Page 7
Biographie Caroline Hancock
Caroline Hancock est commissaire d’exposition et critique d’art
indépendante basée à Paris. Entre 1998 et 2009, elle a travaillé au
Centre Pompidou et au MAMVP/ARC à Paris, à Tate Modern et la
Hayward Gallery à Londres, à l’Irish Museum of Modern Art
(IMMA) à Dublin. Membre de AICA, IKT, de la plateforme curatoriale On The Roof, et de c-e-a, elle écrit régulièrement sur l’art
moderne et contemporain. En 2015, elle est co-commissaire de l’exposition collective The Untold Want au RHA à Dublin (mars-avril)
en tant que conseillère de la Fondation William McKeown ; et commissaire invitée par le réseau Marseille expos du Printemps de l’art
contemporain 2015.
www.carolinehancock.com
Le Printemps de l'Art Contemporain
Marseille expos milite en faveur de la rencontre entre les expériences esthétiques exigeantes et un public élargi et coordonne
ainsi chaque année un festival d’art contemporain : le PAC.
Imaginé dans la perspective de Marseille-Provence 2013 Capitale
européenne de la Culture, le Printemps de l’Art Contemporain associe les arts visuels au processus de renouvellement culturel de la
ville et affirme la création contemporaine comme vecteur de rayonnement, d’innovation et de dynamisme dans une ville en mutation.
Pendant un mois et sous forme festivalière, le Printemps de l’Art
Contemporain présente une grande diversité d’expositions et d’événements dans toute la ville de Marseille, dans les grandes institutions culturelles, les espaces expérimentaux et les galeries
commerciales de Marseille expos. Une programmation associée
étend l’offre culturelle intense à cette occasion.
Durant les 4 jours d’ouverture, les propositions artistiques contemporaines, les invitations internationales, les atouts patrimoniaux et
les trésors cachés invitent à découvrir la ville autrement. Sur le
principe de l’exploration et de la promenade artistique, le public
d’ici et d’ailleurs peut ainsi découvrir la richesse de la scène marseillaise et de nombreux artistes, français et étrangers, invités à y
participer.
www.pac.marseilleexpos.com
https://vimeo.com/126386750
https://drive.google.com/file/d/0B6gdz1ePE7hbd1JIREliazFpWFU/
view
Le Frac
Créés il y a 30 ans, les Frac ont pour objectif de constituer des collections publiques d’art contemporain et de soutenir la création
artistique. Le Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, seul Frac nouvelle
génération à être situé en hyper-centre urbain avec un nouveau
bâtiment de 5 400 m2 (dont 1000 m2 dédiés aux expositions),
Communiqué de presse Venise dans le cadre du Printemps de l'art contemporain
Page 8
accueille sur un même site l’ensemble des activités correspondant à
ses missions : acquisitions, diffusion et médiation. La collection du
Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur est constituée de 1016 œuvres de
440 artistes internationaux.
Le Fonds régional d’art contemporain est financé par la Région
Provence-Alpes-Côte d’Azur et le ministère de la Culture et de la
communication / Direction régionale des affaires culturelles
Provence-Alpes-Côte d’Azur. Il est membre de Platform, regroupement des Fonds régionaux d’art contemporain et membre fondateur du réseau Marseille Expos.
Au Plateau 1&2 et multimédia
Marie Bovo
La Danse de l'ours
Du 21 mars au 13 juin
En partenariat avec la galerie kamel mennour, Paris et la galerie
OSL contemporary, Oslo
Avec le soutien du CNAP (Centre national des arts plastiques).
Au Centre de documentation
Le Pas et la page. Approches de la ville et de la nature dans le livre
d’artiste.
Du 21 mars au 6 juin
Commissariat : Anne Moeglin-Delcroix et Pascal Neveux.
En partenariat avec le musée Gassendi, Digne-les-Bains.
Au Plateau expérimental
Switch
Accrochage des réalisations des élèves élèves du dispositif relais
Collège Versailles
Du 15 au 30 mai 2015
Au Plateau multimédia
Rendez-vous les samedis 28 mars, 25 avril et 30 mai, de 17 h à 19 h.
Programmation confiée à Grains de Lumière autour du cinéma
expérimental. Sélection de films en lien avec l’exposition de Marie
Bovo.
Prochaine exposition
Marc Bauer, Cinérama, du 4 juillet au 31 octobre.
Vernissage le vendredi 3 juillet à partir de 18 h.
Communiqué de presse Venise dans le cadre du Printemps de l'art contemporain
Page 9
Informations pratiques
Frac Provence Alpes-Côte d'Azur
20, bd de Dunkerque
13002 Marseille
www.Fracpaca.org
t +33 (0)4 91 91 27 55
e acceuil@Fracpaca.org
Horaires d’ouverture des expositions
Du mardi au samedi de 12 h à 19 h
Fermé dimanche, lundi, et jours fériés
Un vendredi par mois : nocturne gratuite de 18h à 21h
www.Fracpaca.org
Tarifs : Tarif plein : 5 € - Tarif réduit : 2,50 € ( conditions sur place)
Pour venir au Frac
Métro et tramway Joliette
Bus lignes 35 et 82 : arrêt Joliette
Ligne 49 : arrêt Frac
Accès : autoroute A55
Le restaurant Taste vous accueille au Frac pour une pause détente.
Un repas = une entrée à tarif réduit au Frac
Tél : 06 28 04 91 38
Remerciements
Le Frac Provence Alpes Côte d’Azur et Caroline Hancock souhaitent
exprimer leur gratitude envers tous les artistes, les prêteurs ainsi
qu’à Regina Barunke, la Galerie Zander à Cologne, le Département
Cinéma du Centre Pompidou, Paris. Nous remercions la Collection
Lambert en Avignon ; le Fonds Communal d’Art Contemporain
(FCAC) de la Ville de Marseille ; et le Centre national des arts plastiques/ Fonds national d’art contemporain.
Communiqué de presse Venise dans le cadre du Printemps de l'art contemporain Page 10
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising