Cultures, arts et travail social

Cultures, arts et travail social
CTS # 65 - Extrait
Antoine PLET • Dissonance sociale et accord musical
Le lien entre la pratique artistique et les troubles mentaux, tels que nous les qualifions de nos
jours, existe depuis l’Antiquité, principalement en ce qui concerne la musique. Edith Lecourt relève
Cultures, arts
et travail social
ainsi son utilisation cathartique par les Corybantes et dans les Bacchanales, ainsi que son utilisation sédative par David calmant Saül dans l’Ancien Testament. La musicothérapie en tant que telle
apparaît conjointement à la naissance de la psychiatrie française : Pinel la développa dès 1820
dans son « traitement moral de la folie ». Une pratique qui perdure et prend place dans un aussi
large panel de sociétés mérite que l’on se penche sur les raisons de son succès, en interrogeant,
dans sa forme actuelle, ses apports sociaux. Nous nous préoccuperons des dimensions anthropologiques et sociologiques de la pratique musicale, en groupe, de personnes souffrant de maladie
mentale, afin d’en dégager les possibles attraits quant à leur réinsertion sociale. Pour ce faire,
nous nous pencherons plus précisément sur les rapports que la pratique de la musique entretient
ISSN 1145-0274
avec la communication, médiatrice des rapports sociaux.
Cultures, arts
et travail social.
Les cahiers du travail social #65 I © IRTS de Franche-Comté I janvier-avril 2011
Ce numéro est coordonné par Gérard CREUX,
cadre pédagogique et attaché de recherche à l’IRTS de Franche-Comté.
Gérard CREUX, Claude DE BARROS,
Introduction. Art et travail social : une confrontation créatrice.
03-06
ARTICLES
Sylvie ROUXEL,
L’insertion par la culture : une articulation en co-construction... qui ne va pas de soi ! 09-17
Radia EL KHOMSI,
De la médiation culturelle au changement. Le territoire de l’action sociale questionné par le secteur culturel.
19-24
Frédéric JANUS,
Culture, art et travail social : un rendez-vous à ne pas manquer. L’approche culturelle dans la formation des assistants sociaux.
25-36
Sébastien DAMBRA, Sébastien CASTELLS, Delphine MALKA,
Théâtre et actions éducatives auprès d’enfants placés.
37-45
Delphine BURGUET,
Donner à voir autrement. L’expérience artistique des personnes en situation de prostitution. 47-59
Antoine PLET,
Dissonance sociale et accord musical : ethnographie de la pratique musicale des
61-71
usagers de psychiatrie.
Christophe PITTET,
L’accompagnement à l’insertion sociale des allocataires du Revenu d’Insertion par
la médiation artistique. Entre prescription et créativité. 73-87
Charles GOURGEON,
Arts de la rue et ruralité. Comment une action culturelle et artistique peut être vecteur de lien social en milieu rural.
89-95
Thierry COMBE,
Que fait le théâtre au travail social ?
97-104
CONTRIBUTIONS Régionales
Patrice DESMARE,
Sens et paranoïa. 107-126
La rubrique CONTRIBUTIONS RÉGIONALES a pour but de faire connaître les réflexions et les témoignages des
divers acteurs régionaux du secteur social (étudiants, professionnels, bénévoles, universitaires, etc.). Si vous souhaitez
faire paraître vos études et témoignages, adressez vos manuscrits numériques par courrier à : Les cahiers du travail social, IRTS de Franche-Comté.
Il est entendu que les articles publiés ne reflètent que l’opinion des auteurs et n’engagent pas la rédaction des cahiers
du travail social.
2
Introduction.
Gérard CREUX
Docteur en sociologie, attaché de recherche à l’IRTS de
Franche-Comté.
Claude DE BARROS
Secrétaire de rédaction des Cahiers du travail social,
assistant de documentation à l’IRTS de Franche-Comté.
Bien que les rapports entre l’« art » et le travail social ne soient pas nouveaux,
notamment à travers la formation des travailleurs sociaux et plus particulièrement
dans le champ de l’éducation et de l’animation, force est de constater la recrudescence des travaux de recherche sur ce phénomène social.
Loin d’être des activités occupationnelles, les pratiques artistiques interrogent
le rapport à l’usager mais, aussi, les mutations du travail social. En effet, si le travail
social peut être entendu comme processus d’accompagnement des personnes en
difficulté sociale ou en situation de handicap, celui du début du XXème siècle n’a
plus grand chose à voir avec le travail social contemporain. De l’accompagnement
charitable au « projet de vie »1, il a subi de multiples mutations qui ont suivi les
évolutions sociétales et, de fait, son analyse ne peut être traitée indépendamment
de tout contexte social. En termes davantage sociologiques, le travail social n’a pas
échappé au processus de « rationalisation ». Dans ces conditions, interroger ce que
la démarche artistique apporte au travail social donne une toute nouvelle perspective de réflexion. Serait-elle, par exemple, une nouvelle manière d’accompagner
l’usager et en quoi aurait-elle des effets positifs sur ce dernier ? Quelles différences est-il possible d’établir par rapport à des pratiques plus « ordinaires » ?
De telles interrogations ne peuvent faire l’économie d’une définition de l’« art »
afin d’éviter de tomber dans quelques travers. En premier lieu, il est possible de le
définir sociologiquement de la manière suivante : d’une part, l’art est un fait social
3
CTS #65 - 2011
Art et travail social : une
confrontation créatrice.
Gérard CREUX, Claude DE BARROS I Introduction I pp. 3-6
et est un sous domaine de la culture au sens anthropologique du terme (cela renvoie, entre autres, aux valeurs et aux représentations d’une société) ; d’autre part,
il est ce qui est socialement défini comme art par le champ artistique. Cependant,
le second élément de cette proposition n’est pas d’une grande utilité dans le cadre
du travail social dans la mesure où la production artistique se fait hors champ, ce
qui ne signifie pas que les œuvres réalisées ne sont pas « artistiques ». Ce qu’il
est nécessaire d’étudier, ce sont davantage les valeurs attribuées à l’art et à son
cortège de croyance.
En effet, l’une des caractéristiques essentielles de l’art est sa dimension sacrée,
sorte d’objet intouchable, hermétique à toute approche scientifique. Néanmoins, il
ne s’agit pas de désacraliser l’objet, car, comme le note Pierre Bourdieu, la désacralisation est « un de ces sacrilèges faciles auxquels s’est souvent laissée prendre
la sociologie : comme la magie noire, l’inversion sacrilège enferme une forme de reconnaissance du sacré. Et les satisfactions que donne la désacralisation empêchent de
prendre au sérieux le fait de la sacralisation et du sacré, donc d’en rendre compte » 2 .
Cette suggestion invite surtout à analyser les conditions sociales de la production
du sacrée et ce qui fonde la « croyance collective » collectivement produite qui est
principe de cette croyance. C’est à partir de cette réflexion qu’il est possible de
comprendre les liens que peuvent entretenir l’art et le travail social et de montrer
que ce rapport comporte une dimension « totale » 3 dans la mesure où cela touche
l’ensemble des strates institutionnelles.
Si les pratiques artistiques peuvent servir de support éducatif, elles créent du
mouvement au sein des établissements et structures dans lesquels elles se réalisent. Elles servent de support éducatif. Mais, de par leur caractère original, elles
engendrent des bouleversements institutionnels du point de vue de l’organisation
du travail et des schèmes d’intervention. Elles changent également les manières
d’être avec les usagers, notamment en termes de « distance », ce qui marque, en
quelque sorte, un des fondements de la professionnalité de l’intervention. En effet,
dans le cadre des conduites artistiques, celle-ci a tendance à se réduire, mais n’entache en rien l’efficacité de l’action. Ainsi, dans l’optique d’un questionnement qui
articulerait une nouvelle fois les pratiques artistiques et le travail social, il serait
nécessaire d’interroger dans quelles mesures la condition émotionnelle produite
par l’art peut être créatrice d’un lien « durable » en termes d’accompagnement
social entre le professionnel et l’usager ?
Enfin, elles permettent de rendre visible le travail quotidien des travailleurs
1. Ce concept est inscrit dans la loi n°2002-2
rénovant l’action sociale et médico-sociale du 2
janvier 2002. Mais que nous retrouvons également dans l’œuvre de Jean-Paul Sartre…
2. Pierre BOURDIEU, Questions de sociologie,
Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 221.
sociaux, de même que l’intervention d’artistes dans le
champ du travail social participe de cette visibilité.
Elles achèvent d’être totales dans la mesure où elles
peuvent servir de vitrine pour les établissements.
3. Dominique CHÂTEAU, L’art comme fait social
total, Paris, L’Harmattan, 1998.
***
4
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
La nécessaire confrontation des ethos professionnels dans la mise en place d’un
projet socio-culturel installe une dynamique (quel que soit le terme utilisé pour
nommer ce mouvement : coopération, réciprocité, échange ou don) qui oblige les
intervenants à modifier leurs postures initiales. Car, si la rupture avec un quotidien
enfermant est l’objectif souhaité par les professionnels de l’action sociale pour sortir ceux qu’ils accompagnent d’une inertie sociale et si la volonté artistique est de
révéler aux participants du projet culturel la capacité des hommes à faire ensemble
ou à construire grâce à l’ouverture aux autres, comment ne pas penser que ceux qui
recherchent ces ruptures ne sont pas eux-mêmes transformés par la dynamique
qui se met en place ? Bien entendu, la confrontation porte en elle les éléments de la
transformation (frictions, alliances objectives, ajustements, débats et polémiques
sont le lot du travail collectif) et chaque partie du projet réagit nécessairement aux
propositions des autres participants.
La rencontre autour de projets communs de deux univers grossièrement (c’està-dire communément) identifiés sous les appellations « social » et « culturel » est au
centre des analyses et réflexions présentées par Sylvie Rouxel et Radia El Khomsi.
Sylvie Rouxel montre comment le positionnement de chacune des catégories d’acteurs (artistes et travailleurs sociaux), dont les postures professionnelles varient
en fonction des opportunités contextuelles, participe à la construction des projets
socio-culturels selon des points fondamentaux de divergence et de convergence
qui accompagnent leur « mise en place ». Radia El Khomsi questionne également
cette dynamique professionnelle, cherchant à identifier une typologie des attitudes professionnelles engendrées par la coopération, et révèle les aspects stratégiques, et parfois concurrentiels, qui sous-tendent les actions communes.
Après ces analyses centrées sur les identités professionnelles, Frédéric Janus,
au nom de l’association Culture et Démocratie, et l’équipe de l’association Sens
Scrupule (Sébastien Dambra, Sébastien Castells et Dephine Malka) apportent
à travers leurs expériences et les réflexions attenantes, un regard pragmatique
sur l’intervention artistique et culturelle dans le champ socio-éducatif. Du point
de vue des formations sociales, Frédéric Janus appelle à la construction d’une
pédagogie sociale dont l’enseignement de pratiques artistiques et la découverte
de cultures alternatives permettent la formation de travailleurs sociaux « humanistes », c’est-à-dire sensibles, respectueux et inventifs. Du point de vue de l’acte
artistique, Sébastien Dambra, Sébastien Castells et Dephine Malka évaluent
les bénéfices d’une expérience théâtrale dans la démarche d’un projet socioéducatif : à partir de l’engagement des participants, l’équipe éducative peut se
saisir des prises de conscience individuelles et des responsabilités réciproques
internes au groupe constitué.
Nous continuons ce numéro avec les analyses de Delphine Burguet, Antoine
Plet et Christophe Pittet, qui expliquent, par une ethnographie de deux pratiques
artistiques différentes (projets photographiques et atelier musical), comment un
5
Gérard CREUX, Claude DE BARROS I Introduction I pp. 3-6
projet et un encadrement artistiques sollicitent les participants en les aidant à mobiliser des valeurs et des compétences dont ils ont jusqu’alors peu conscience.
Delphine Burguet nous rend compte d’une expérience d’ateliers photographiques, à l’initiative de l’Amicale du nid, qui conduit les personnes prostituées à la
valorisation de soi et, par la suite, leur permet de briser leur isolement social et
se construire en tant que sujet capable. Antoine Plet nous invite à comprendre
comment la pratique d’un instrument et la participation à une activité musicale collective permettent la mise en place d’un dispositif d’apprentissage mais dont les
bénéfices vont bien au-delà d’une interaction enseignante, car elles autorisent la
relation pédagogique et, parfois, le support d’un échange avec les publics en très
grande difficulté relationnelle. Enfin, Christophe Pittet expose avec clarté les enjeux psychosociaux des médiations artistiques et culturelles et décrypte, à travers
l’expérience d’un participant à une activité photographique, les imperceptibles
transformations quotidiennes qui s’opèrent chez lui et pour lui et qui, finalement,
lui ouvrent un nouvel horizon social.
Avec Charles Gourgeon et Thierry Combe, nous entrons, après les analyses
concernant les enjeux identitaires (professionnels ou psychosociaux) et les processus socio-pédagogiques, dans l’univers des concepteurs artistiques. Cependant,
il n’est pas question ici d’un détachement strictement esthétique, car chacun des
deux concepteurs, créateur d’un festival des « arts de la rue » et metteur en scène,
porte son projet social à travers une production culturelle et artistique. Charles
Gourgeon raconte la réussite d’un projet artistique en milieu rural et témoigne
de l’énergie et de la dynamique collective que ce projet a su générer, entreprise
culturelle et solidaire (donc politique) qui a surmonté l’insuffisance (normale en
milieu rural) des infrastructures locales. Quant à Thierry Combe, il interroge, au
regard de sa vie d’homme de théâtre (comédien, directeur de troupe et metteur
en scène) et de ses convictions « d’homme du social », les valeurs communes qui
structurent chacune des deux activités et expliquent, en retour, la communauté de
vue de sa trajectoire professionnelle et l’intégrité de sa philosophie de l’action : accompagnement social et action théâtrale sont deux moyens pour libérer l’homme
d’une quelconque aliénation (physique, mentale ou sociale). Ainsi, c’est sur cette
alliance commune que doit fonctionner l’action sociale et l’acte artistique : une
libération temporaire préalable à une libération définitive.
Enfin, grâce à notre rubrique
contributions régionales,
nous terminons ce
numéro par un article de Patrice Desmare qui, s’amusant d’une situation insolite
et choisissant, comme il sied à ce genre littéraire, le ton badin de l’anecdote et du
trait d’esprit, nous embarque dans une réflexion solide et argumentée pour nous
confronter à notre incompréhension de la perception paranoïaque.
6
ARTICLES
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
8
Sylvie ROUXEL
Maître de conférences en sociologie de la culture, LISECNAM-CNRS.
Cet article rend compte de différentes expériences observées dans lesquelles
la culture et l’art s’associent à l’action sociale1.
De plus en plus de travailleurs sociaux ont recours à des projets en lien avec
la culture et l’art auprès de publics dits « en difficultés ou spécifiques ». Ces deux
termes — « insertion » et « culture » — articulés ensembles posent une série de
questions. En effet, ce qui est posé comme étant l’articulation entre l’action culturelle et l’action sociale semble sur le terrain professionnel moins évident. S’agit-il
d’un processus émergent mais dont les termes, fortement connotés et chargés de
sens, renvoient à une vision du monde social et des publics distincts ? Il n’existe
pas, aujourd’hui, de dispositif officiel d’insertion par la culture parmi les mesures
à mettre en place par les professionnels du travail social. Pourquoi ? Parce qu’il
n’y pas de ligne budgétaire et de volonté politique allant dans cette direction.
Pourtant, la politique de la ville a permis, durant plusieurs années, le soutien
d’une série de projets articulant culture et action sociale au sein du contrat de ville
2000-2006, amorçant alors une série d’initiatives hybrides, de coopération et de
co-réalisation entre l’action sociale et l’action culturelle. Même s’il n’existe pas de
dispositifs aujourd’hui avérés d’« insertion par la culture », je remarque des actions
multiples (autour de cette articulation « culture et insertion »), aussi bien dans le
champ du travail social que dans le champ du travail artistique et culturel, qui
tentent de se mettre en place et arrivent à « bricoler-détourner-contourner » les
lignes budgétaires en direction de projets d’insertion sociale et culturelle.
La rencontre entre le monde du travail social et le monde du travail artistique
et culturel transforme les acteurs de cette coopération professionnelle en auteurs.
Nous allons essayer de voir comment se met en place une forme hybride de coopération et de co-construction de projets entre le travailleur social et le travailleur
artistique et culturel, pour tenter, ensuite, de comprendre ce que cette rencontre
9
CTS #65 - 2011
L’insertion par la culture :
une articulation en
co-construction...
qui ne va pas de soi !
Sylvie ROUXEL I L’insertion par la culture : une articulation en co-construction [...] I pp. 9-17
entre travailleurs sociaux, artistes et populations touchées produit et crée pour
chacun des protagonistes.
Faire se rencontrer deux logiques de travail, deux manières de faire différentes, pour qu’elles convergent dans une action et un projet conjoints, pose la
question de la position de chacun, la place occupée, la reconnaissance mutuelle et
réciproque des acteurs. Cela signifie donc que l’action sociale et l’action culturelle
et artistique peuvent travailler ensemble, qu’un travailleur social et un travailleur
culturel ou artistique composent ensemble et connaissent respectivement les positions, les rôles, les champs de compétences de chacun, afin qu’ils s’entendent et
travaillent dans une direction commune auprès d’une population.
Ainsi deux logiques professionnelles se rencontrent, deux conceptions et représentations des publics concernés se croisent.
1. Le point de vue des travailleurs sociaux : une posture innovante.
Pour le travailleur social, l’insertion renvoie à une logique précise de dispositifs
et de mise en œuvre de décision de la politique sociale à appliquer auprès d’une
série de publics bien distincts : primo-arrivant, Rmiste, famille monoparentale,
jeune sans formation, chômeurs de longue durée, etc. Une série d’étiquettes repérables dans le monde du travail social qui renvoie à des groupes de personnes
à « insérer », à « inclure », à « problèmes » dans le monde social et plus spécifiquement dans le monde du travail ; bref, des « handicapés sociaux » 2 pour reprendre
les termes de Gérard Mauger.
La position des travailleurs sociaux dans ce cadre d’action est claire : si un projet d’insertion culturelle doit être mis en place, il doit être destiné à une catégorie
de population répertoriée comme « insérable », au point de renforcer la stigmatisation. Or, cette position est aux antipodes d’une démarche d’action culturelle qui
n’est pas destinée uniquement à une catégorie spécifique. Néanmoins, certains
professionnels du travail social tentent d’apporter au sein de leur équipe et auprès
des populations qu’ils touchent une approche innovante et originale en proposant
des projets culturels impliquant les usagers des services sociaux.
Il existe une corrélation forte entre pratiques artistiques « amateurs » des
travailleurs sociaux et l’initiative de projets d’in1. Nous avons observé les actions et projets
sertion culturelle.
qui articulent à la fois l’action sociale et l’action
culturelle dans un quartier du 18eme arrondissement en 2006 (La chapelle-Marx Dormoy) et la
Ville d’Aubervilliers actuellement en 2007. Ces
chantiers ainsi que d’autres témoignent de l’implication du champ culturel et artistique dans
l’action sociale.
2. Gérard MAUGER, « Les politiques d’insertion.
Une contribution paradoxale à la destabilisation
du marché du travail », Actes de la recherche
en sciences sociales n°1-2001, p. 5-14.
Les travailleurs sociaux engagés dans un projet
d’action culturelle ont un rapport manifeste à la culture et à l’art (en pratiquant eux-mêmes). Ils sont alors
convaincus de la pertinence de la culture et de l’art
comme leviers de transformation sociale et d’autonomisation des publics. En revanche, c’est au sein de
10
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
leur cadre professionnel qu’il y a lieu de convaincre. Aussi, un projet d’insertion
par la culture et l’art est manifestement mené par un professionnel en quête d’expérimentation et de dispositifs « innovants » dans les pratiques professionnelles,
au point d’interpeller les manières de faire professionnelles.
Voyons de quelle manière. Un exemple observé au sein d’un Centre Communal
d’Action Social (CCAS Seine-Saint-Denis) illustre ces contournements institutionnels : une assistante sociale, ayant une pratique artistique théâtrale « amateur »
et fréquentant assidûment la scène conventionnée de sa commune, propose à sa
chef de service d’élaborer un projet d’action artistique auprès des usagers de leur
structure (Conseil général de Seine-Saint-Denis).
Ce projet s’inscrit dans le cadre des actions collectives en travail social, approche encouragée par la responsable. L’objectif de départ était d’impliquer les
usagers et les professionnels — à savoir trois secrétaires, quatre assistants de service social, un écrivain public et la responsable — dans un « parcours artistique »,
chacun devant trouver sa place 3 . La réflexion a surtout porté sur la représentation
que se font les professionnels des usagers, sur le rapport aidé/aidant, sur le fait
de changer les manières de voir réciproques. L’équipe de travail s’est lancée ce
défi et a élaboré durant un an la réflexion et la mise en action en coopération et
co-construction avec la compagnie en résidence de la scène conventionnée, les
comédiens et le metteur en scène.
Tous les participants ont réussi à construire une alliance autour d’une pratique
artistique. Ce travail d’accompagnement de suivi de spectacle en relation avec
la compagnie, les professionnels et les usagers, a mobilisé l’année suivante 15
personnes durant deux semaines, tous les soirs, plus un samedi, avec une présentation publique en fin de la seconde semaine. Cette représentation n’a pas été la
finalité au départ : « le désir de représentation s’est, petit à petit, fait évident ». Cette
expérience a laissé des traces : elle a transformé une série de représentations chez
les sujets sociaux impliqués ainsi que la relation aidant/aidé. Le projet artistique et
culturel a permis la revalorisation et l’estime de soi mais, aussi, d’amorcer un travail sur la relation de parentalité, sur la maladie, sur
le rapport à l’écrit (travail d’atelier d’écriture), transformant et modifiant la relation entre professionnel et
usager, entre soi et les autres et, également, entre soi
et l’institution.
Le projet fut évalué à 5 791,95 € ; or, la difficulté
qu’ils ont eue a été de trouver les fonds car le projet ne
s’inscrivait pas dans un « dispositif spécifique » dans
la mesure où il était collectif et impliquait usagers et
professionnels (démarche tout à fait neuve dans l’institution).
11
3. L’implication en fonction de son envie et de
sa disponibilité.
4. Cinq professionnels, quatre assistants de
service social, une secrétaire, dix usagers
— neuf adultes et un jeune de 12 ans (fils d’un
des usagers).
5. Chacune des assistantes de services sociaux
proposait, lors des entretiens individuels aux
usagers, de participer à un parcours artistique,
dans lequel ils pouvaient s’inscrire sur la base
du volontariat : en s’engageant, ils participaient
avec les professionnels à deux sorties au Théâtre du Forum, dont une pour un spectacle de
la compagnie en résidence, suivie d’une rencontre après le spectacle avec les comédiens et le
metteur en scène, compagnie avec laquelle ils
feront ensuite les ateliers.
Sylvie ROUXEL I L’insertion par la culture : une articulation en co-construction [...] I pp. 9-17
Le recrutement s’étant fait sur la base d’un volontariat et non sur celui d’un
contrat 5 , les participants n’entraient dans aucune case institutionnelle, montrant
ainsi les limites des dispositifs d’insertion qui stigmatisent les populations. En effet, à plusieurs reprises, le Conseil général de Seine-Saint-Denis a demandé « s’il
n’y avait pas un Rmiste dans le groupe » afin de débloquer les fonds nécessaires, la
somme étant considérée comme coûteuse compte tenu de sa non-inscription dans
un dispositif. Grâce à la présence effective d’un Rmiste, les fonds furent débloqués.
Depuis cette action collective, des transformations ont eu lieu : la chef de service
est partie à la retraite et a été remplacée par une autre responsable qui a souhaité
rejoindre cette équipe au regard de l’expérience en direction de la culture déjà
développée (elle-même impliquée et touchée par l’art et la culture) ; l’équipe a été
modifiée (départ/sortie) mais des nouveaux projets collectifs culturels se mettent
en place : travail de sensibilisation et d’accompagnement à la sortie culturelle.
Un des usagers continue les ateliers de théâtre en toute autonomie. Le désir de
continuer à pérenniser ces actions culturelles autrement s’est installé chez les
professionnels comme chez les usagers. C’est dans les projets collectifs que cette
équipe de travailleurs sociaux continue d’élaborer aujourd’hui des projets d’action
culturelle et d’insertion par la culture.
Le point de vue des politiques sociales.
Du point de vue des collectivités locales, cette action a porté ses fruits institutionnellement dans la mesure où le Conseil général a organisé en juin 2007 une
journée consacrée aux actions collectives du département (DPAS) et la culture
avait sa place parmi d’autres tables rondes (parentalité, logement, etc.).
Les projets collectifs d’insertion culturelle dans les pratiques des travailleurs
sociaux se développent et s’affirment dans un contexte particulier. Il apparaît
nécessaire que le porteur du projet soit institutionnellement et hiérarchiquement
soutenu. Cela signifie que le responsable doit lui-même être convaincu de la pertinence d’un projet culturel et artistique auprès des usagers de sa structure. La
cohérence et l’implication d’une équipe durablement ancrée dans un territoire
(connaissance des habitants, des associations, des partenaires politiques et institutionnels, etc.) fait partie des préalables compte tenu de la « frilosité » des engagements budgétaires dans cette direction. Aussi, l’ancrage dans le territoire, l’écoute
et le travail d’appropriation de tous les acteurs et partenaires permettent à un
projet d’insertion par la culture de s’imposer. Il y a lieu d’être impliqué, convaincu
et engagé professionnellement, parfois personnellement, dans ce type de projet,
au point de questionner, transformer, bouleverser et innover les pratiques professionnelles en tant que telles car elles ne vont pas institutionnellement de soi.
12
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
2. Le point de vue des travailleurs artistiques et culturels. Une
posture en quête de reconnaissance.
Des initiatives ancrées sur le territoire.
Parmi les travailleurs artistiques et les travailleurs culturels rencontrés, l’insertion n’entre pas forcément dans les logiques de dispositifs institutionnels intentionnels mais, plutôt, se croisent au hasard des rencontres et des opportunités liées au
besoin de légitimité et de reconnaissance dans un territoire donné. Par exemple,
un collectif d’artistes jeunes, ou encore une association artistique récemment arrivée sur un territoire — au-delà de son implication dans la création artistique —,
sollicite la Mairie, la Région, le Département et l’État (via la DRAC) en s’engageant
dans des projets d’action de sensibilisation en direction des publics en proposant
des ateliers d’art graphique, de théâtre, etc. Les conventions interministérielles
entre ministères de la Culture et l’Éducation nationale, l’éducation populaire, l’hôpital, la justice, le handicap, etc., mobilisent et encouragent les coopérations entre
les mondes de la culture et de l’action sociale.
Cette posture assoit les artistes dans une démarche de proximité, qu’ils ne
revendiquent pas dans leurs actions de création, mais qui permet parfois de « survivre » ou de vivre, compte tenu de la précarité de certains collectifs d’artistes qui
arrivent à « composer » entre l’action sociale et l’action artistique : les collectifs
artistiques, par exemple, arrivent à combiner ensemble la création, la mise à disposition de locaux de répétitions, d’enregistrement, enfin, l’ouverture du lieu aux
habitants à des périodes précises. En parallèle, les associations du collectif s’impliquent plus particulièrement que d’autres dans la vie de la rue et du quartier.
Une série d’action et de projets ponctuels ou pérennes orchestre la dynamique
des acteurs, artistes, et habitants de quartiers sans s’inscrire dans une logique de
dispositifs institutionnels. Cette articulation chez les artistes entre création, source
de financement et action de terrain auprès des habitants est repérable notamment
chez les compagnies d’artistes implantées dans des quartiers politiques de la
ville.
J’ai pu également observer parfois de la part de certaines compagnies, une
démarche de type entreprenariale, autonome en termes de financements publics,
associant des fonds privés via les fondations d’entreprise et des prestations théâtrales en entreprise ; fonds qui permettent la création artistique et les emplois
d’artistes liés, et un engagement territorial d’intérêt général à travers des ateliers
gratuits pour les enfants du quartier.
Des dispositifs publics et privés.
Les institutions culturelles et artistiques dépendant du ministère de la Culture,
de la DRAC ou encore des collectivités locales, à travers des financements croisés,
des régions, de l’État déconcentré, des départements, des communautés de com-
13
Sylvie ROUXEL I L’insertion par la culture : une articulation en co-construction [...] I pp. 9-17
munes, des mairies, tentent également de co-construire des projets articulant ces
dimensions « culture » et « social » : les laboratoires d’Aubervilliers, par exemple,
qui ont ouvert leur « musée précaire », toiles de maîtres exposées dans un quartier
d’Aubervilliers, impliquant une partie de la population en 2003-2005 avec un artiste,
chef du projet, Thomas Hirschorn. Des actions privées, également, peuvent articuler l’action sociale et l’action artistique et culturelle comme la Fondation de France
par exemple 6 . Ou encore, des fondations d’entreprise privées qui interviennent en
faveur d’associations culturelles de proximité : Groupe chèque-déjeuner (accès à
la culture et lutte contre l’illettrisme), Fondation Vinci (financement des personnes
morales porteuses de projets d’insertion, implication des habitants dans leurs lieu
de vie), Fondation nuage (soutien les associations culturelles intervenant dans les
quartiers sensibles d’Ile-de-France), La Caisse des dépôts, Fondation Auchan, Le
challenge des quartiers–Phillips Morris (objectif annoncé : encourager et valoriser
les initiatives développées dans les quartiers, améliorer le lien social, promouvoir
les projets d’insertion), etc.
Les institutions culturelles comme les centres dramatiques nationaux, les scènes nationales, les musées nationaux, les bibliothèques, ont pour mission « d’impliquer des publics peu familiers des lieux culturels et d’ouvrir ces lieux aux culturels
urbaines » 7 dans un dispositif du ministère de la Culture, « vivre ensemble ». Ainsi,
des artistes en résidence se trouvent sollicités et impliqués dans des actions artistiques et culturelles de proximité, je pense au Théâtre du Forum de Blanc-Mesnil
qui soutient une politique d’ouverture des publics (artistes en résidence qui interviennent en collège, dans les écoles, dans les CCAS).
En sachant que cette démarche impliquant les publics de quartiers n’est pas
toujours adoptée par les institutions, le cahier des charges stipule de monter des
actions de médiation en direction de nouveaux publics. La marge de manœuvre
est à la discrétion d’une équipe et de sa direction. Ainsi, pour les travailleurs culturels (coordinateurs de projets artistiques, médiateurs), l’institution culturelle peut
atteindre et toucher des publics non acquis (volatiles) ou empêchés qui entrent en
résonance avec la logique de l’insertion sociale et culturelle, dans un processus
d’accompagnement en lien direct avec le processus de socialisation et d’émancipation.
J’ai pu observer une attitude de « méfiance-distance » de la part des travailleurs
artistiques et culturels associée à une réaction très prudente quant à l’association
des deux termes : culture et insertion. En effet, ils y voient là une compétence du
travail social qu’ils n’ont pas : l’insertion renvoient à une idéologie « instrumentalisante » (le contrôle social) peu conforme à leurs valeurs, missions et modèles
6. Emmanuel NÉGRIER, Une politique culturelle
privée en France ? Les nouveaux commanditaires de la Fondation de France, L’Harmattan,
série « Étude culturelles », 2006.
de vie et de pratiques. Cela est observé chez les travailleurs artistiques et culturels peu reconnus par les
institutions notamment.
7. Idem.
14
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
3. Les difficultés rencontrées de coopérations et de co-constructions.
Les points de divergence.
Soit d’un côté la culture peut être comprise comme un moyen d’insertion, entrant dans un dispositif instrumentalisé et professionnalisé à des fins politiques,
d’insertion professionnelle. Le théâtre, par exemple, est « un outil-mode d’emploi »
pour « bien savoir parler en situation d’entretien d’embauche » et, dans ce cas, la
culture est un instrument du contrôle social. Soit la culture est un « outil-moyen »
permettant de donner du sens à l’existence et d’accompagner les publics vers
l’autonomie : la culture est un instrument d’émancipation.
Là se rencontrent deux logiques dont les enjeux peuvent être antagonistes.
Nous rencontrons alors des positions liées à des modèles et des représentations
des actions parfois peu croisées ou échangées.
Ces deux modèles d’interprétation rencontrées sur le terrain de « l’insertion par
la culture » sont à considérer comme des tendances intentionnellement exagérées
dans lesquelles les actions et les projets peuvent être observés. Se conjuguent
là-dessus deux manières d’appréhender et de voir l’autre : d’une part, pour le travailleur social, « la culture » n’est pas toujours considérée comme une « priorité »
pour ses usagers, mais plutôt comme un supplément, « une cerise sur le gâteau »,
avec une représentation du monde des arts et de la culture distante et inaccessible, attitude du « pas pour moi » ; d’autre part, chez les artistes et les travailleurs
culturels, une « ignorance-méfiance-distance » du champ du travail social, parfois
agrémenté d’un certain mépris des travailleurs sociaux, mépris et attirance du fait
que très souvent le monde de la culture s’adresse au travail social afin de financer
des projets culturels ou artistiques.
Les difficultés rencontrées de chaque côté des modèles professionnels sont
liées aux valeurs et aux représentations que chacun porte sur l’autre (il peut être
usager des services sociaux, travailleur social, travailleur artistique, culturel, habitants d’un quartier, etc.).
Le fait d’éviter la stigmatisation et l’enfermement des populations dans une catégorie statistique (en faisant éclater cet arbitrage) rend possible des innovations
et des champs de pratiques, parfois peu ou pas soutenus. Mais cela ne signifie
pas pour autant que les actions et les démarches de projet d’insertion sociale par
la culture et les arts n’existent pas : elles peuvent être sources d’innovation et
d’émergence de pratiques qui tendent à se faire reconnaître dans le temps.
15
Sylvie ROUXEL I L’insertion par la culture : une articulation en co-construction [...] I pp. 9-17
Les points de convergence.
Néanmoins, au regard des exemples observés, il existe certaines récurrences
au sein des projets collectifs qui rendent compte de la réussite de ces expériences
de co-construction et coopération : 1. Un ancrage territorial engagé et réciproque entre les travailleurs artistiques et
les travailleurs sociaux combinant, ainsi, le lieu, l’espace ancré dans un quartier,
un public de proximité touché et des professionnels.
2. L’élaboration d’une série de constructions de liens cohérents et convergents
dans une direction commune articulant entre elles, les institutions politiques, les
associations, les professionnels et les habitants.
Pour Guyennot, « insérer », c’est l’idée de « restaurer l’image de soi de la personne en difficulté pour l’investir dans le réel social », dimension qui convient aux
différentes actions culturelles observées : rendre possible l’envie ou le désir
d’exister en tant que personne vivant en société, réintroduire une série de repères
collectifs communs structurant le cadre de l’action et ses limites, afin de permettre
l’autonomie et l’émancipation. Sur ces points, les travailleurs sociaux peuvent se
rencontrer dans ces objectifs communs : autonomie, émancipation, liberté d’expression.
Pour conclure. Quand les sens s’en mêlent, l’essence s’emmêle ?
L’objectif de co-construction et de co-création permet ainsi d’associer aussi
bien des valeurs communes et des missions allant dans une voie d’émancipation et
d’expression d’une solidarité esthétique. La « solidarité esthétique » 8 rend compte
de l’expression de tensions mimétiques et d’émotions liées à la co-construction
d’un projet collectif culturel et social.
De ce point de vue, la notion d’esthétique renvoie au sens grec aestheticos,
« qui a faculté de sentir ». Aussi, au-delà de l’ancrage territorial et de la convergence des valeurs partagées autour de l’idée de revalorisation et d’autonomie des
populations, une autre, celle de solidarité esthétique, se manifeste et permet de
consolider des liens pour construire du sens (dimension symbolique de l’art et de
la culture) à partir de l’expression des sens (vue, toucher, odorat, ouïe, goût).
C’est un processus continu qui accompagne les sujets sociaux vers l’autonomie sociale, culturelle et économique. Ce processus renvoie à la socialisation par
l’action culturelle et artistique. Dans ce cas, il s’agit de permettre aux populations,
quelles qu’elles soient, de s’approprier des cadres de référence, des modèles,
des normes, des valeurs dans lesquels elles peuvent se reconnaître tant individuellement que collectivement. En cela, ce processus
8. Sylvie ROUXEL-REYNIER, « Le festival de théâtre, un exemple de manifestation de l’expression d’une solidarité esthétique » in Anne-Marie
GREEN (dir.), La fête comme jouissance esthétique, L’Harmattan, 2005.
est lié à la solidarité esthétique, dans la mesure où il
s’élabore dans un cadre spécifique (le projet d’action culturelle) avec des acteurs partageant la même
16
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
intention (coopérer et co-construire ensemble — travailleur social, artistique et
sujets sociaux) en vue d’objectifs communs (autonomisation et appropriation de la
réalité sociale).
La capacité symbolique est déterminante dans l’appropriation culturelle et artistique : c’est elle qui permet de transformer le monde et de se l’approprier. C’est
la capacité que nous avons à pouvoir mettre du sens sur un fait, une action, un objet
autre que son sens premier.
Les enjeux dans ce cas sont politiques, idéologiques, institutionnels, car l’action
culturelle devient un moyen de valorisation de soi, d’émancipation, d’autonomisation, de participation et d’implication (individuelle et collective) dans la cité.
Par l’expression artistique qui mobilise l’expression des sens, il s’agit de donner du sens à l’existence individuelle et sociale, pour se projeter dans l’avenir,
pouvoir anticiper, penser le monde en son absence. Il s’agit par la pratique et l’action culturelle et artistique de comprendre et saisir le réel et de se l’approprier.
Aussi, les exemples rencontrés qui rendent compte d’une co-réalisation articulant
action culturelle et action sociale relèvent, d’une certaine manière, de la solidarité
esthétique : vivre et sentir ensemble dans un temps et un espace donnés des émotions partagées à travers l’expression sensorielle et artistique, sans distinction catégorielle, relève aujourd’hui du défi ; d’aucuns diraient de l’utopie réalisable…
17
18
De la médiation culturelle
au changement.
Radia EL KHOMSI
Conseillère en Économie Sociale Familiale (CESF),
référente famille, étudiante DEIS (Diplôme d’État
d’Ingénierie Sociale).
Les champs de la culture et du travail social produisent des rhétoriques distinctes. Aussi prolifiques et polymorphes l’un que l’autre, les pouvoirs publics les
incitent, depuis la fin des années quatre-vingt-dix, à collaborer et ce à différents
niveaux, de l’échelle nationale à l’échelle locale.
Je me suis intéressée aux effets produits par cet assemblage hybride en réalisant une étude portant sur un échantillon de structures concernées : structures
(sociales et culturelles) et artistes. Le terrain de l’étude est précisément un territoire animé par une politique de développement local où la dimension culturelle
fait l’objet de dispositifs d’accompagnement et financiers spécifiques depuis une
dizaine d’années. Cette politique de développement local privilégie une gouvernance culturelle impliquant le Conseil général, une association de développement
local et les opérateurs culturels.
Depuis 2006, est mise en priorité la médiation culturelle. La médiation culturelle est une terminologie d’action publique utilisée et développée à partir des
années quatre-vingt-dix, qui « regroupe l’ensemble des actions qui visent à réduire
l’écart entre l’œuvre, l’objet d’art ou de culture, les publics et les populations… »1.
Ces actions de médiation culturelle recouvrent tous azimuts : les billetteries spécifiques en direction des usagers de structures sociales ; l’organisation de séances de découverte au sein des équipements culturels ; la mise en place d’ateliers
créatifs inaugurant la rencontre entre des artistes et les bénéficiaires de l’action
sociale ; des projets de création culturelle tels que les spectacles de théâtre au
cours desquels les usagers sont parties prenantes, etc.
Cette politique de développement culturel produit des effets dans le champ du
travail social puisqu’elle incite les acteurs culturels à construire des passerelles
avec les acteurs du social, afin de permettre aux publics dits en difficultés d’accéder au monde de la culture.
19
CTS #65 - 2011
Le territoire de l’action sociale
questionné par le secteur culturel.
Radia EL KHOMSI I De la médiation culturelle au changement I pp. 19-24
Toute action publique s’inscrit dans une logique de changement, et surtout
d’amélioration : elle est « porteuse à la fois d’une idée du problème.., d’une représentation du groupe social ou du secteur concerné qu’elle cherche à faire exister… et
d’une théorie du changement social » 2 . Il y a presque un effet mécanique qui est visé
et qui concerne toutes les perspectives de politiques publiques.
Ce travail de recherche porte l’accent sur cet effet supposé mécanique, une
des focales de cette étude est l’impact du dispositif sur les deux champs professionnels, sous-tendant une reconfiguration partielle de ces derniers. Une de
mes hypothèses s’articule principalement autour du changement, celui des deux
secteurs, par un effet de socialisation professionnelle au travers des actions de médiation culturelle, provoquant une sorte d’appropriation des référentiels d’action,
voire une acquisition croisée des compétences professionnelles.
Le propos est ici surtout engagé en direction de la notion de compétence. Mon
hypothèse de travail est que les actions de médiation culturelle, mettant en présence des acteurs aux compétences spécifiques, participent d’une diffusion des
compétences entre ces professionnels. Ce travail de recherche s’est concentré sur
cette « zone d’interférence » 3 .
Les politiques transversales et socialisation professionnelle.
Le thème de la frontière entre le social et le culturel est en soi une construction
politique qui tend à se maintenir, même si les origines sont communes. Derrière
les coopérations interprofessionnelles promues, la frontière entre le social et le
culturel tend à être relativisée au regard des logiques de développement local, ce
qui soulève inévitablement la question des identités professionnelles.
La transversalité est aujourd’hui la rhétorique favorite des politiques publiques,
une manière d’appréhender de manière globale différentes problématiques selon
une logique de rationalisation. Ces politiques publiques récentes visent, selon
leurs propres énoncés, à favoriser le rapprochement d’acteurs et la construction
de logiques convergentes. Les concepts de partenariat ou d’inter-institutionnalité4
valorisent la notion d’accord, favorisant les actions de traduction qui s’opèrent de
part et d’autre des deux secteurs professionnels concernés pour un langage commun. Les acteurs sociaux sont plutôt dans une logique
1. www.culture.gouv.fr, consulté en avril 2009.
d’assimilation du référentiel culturel, ce qui participe
2. Patrick HASSENTEUFEL, Sociologie politique :
l’action publique, Paris, Armand Colin, 2008,
p. 9.
à l’invalidation de cette frontière socioculturelle. Ceci
transparaît sur plusieurs niveaux de lecture.
3. Fabrice DHUME, RMI et Psychiatrie, deux
continents à la dérive. L’interinstitutionnalité et
le partenariat comme catalyseur des questions
d’identité du travail social et de la psychiatrie,
Paris, L’Harmattan, 1997.
4. Fabrice DHUME, RMI et Psychiatrie, deux
continents à la dérive. L’interinstitutionnalité et
le partenariat comme catalyseur des questions
d’identité du travail social et de la psychiatrie,
Paris, L’Harmattan, 1997.
20
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
Les travailleurs sociaux qui sont artistes amateurs ou non, animent des
activités artistiques dans le cadre de leur exercice professionnel.
Ces actions sont représentées sur le même plan que les actions mises en place
avec des acteurs artistiques ou culturels. Je tiens à distinguer la notion de compétence (à celle de qualification) que je préfère mobiliser ici pour qualifier la pratique des acteurs sociaux. Les compétences sont « comprises comme ensemble de
savoirs indissociablement issus de la formation initiale et de l’expérience de l’action...
[savoirs] plus difficiles à évaluer » 5 . Cette séparation entre qualification et compétence s’explique par une tension opérée par le secteur professionnel artistique et
culturel qui maintient une sorte de monopole en objectivant une reconnaissance
de la compétence professionnelle.
J. M. Leveratto porte une attention particulière aux figures de l’amateur ou
animateur et à celle de l’artiste. Il tend à valoriser la distinction entre ces deux
entités, défendant l’idée selon laquelle l’amateur devient « un acteur culturel à part
entière, dès lors qu’il agit publiquement pour faire partager sa passion privée à autrui.
Il devient alors un médiateur, dont l’action favorise la reconnaissance sociale d’une
technique artistique par un public proche, et sert du même coup au développement
de cette pratique » 6 .
Une expertise culturelle des travailleurs sociaux qui tend à se développer
au contact de ce travail de médiation.
Je me suis intéressée aux effets procurés par les actions de médiation culturelle sur les salariés concernés. Et, effectivement, peu de personnes ont pu me
répondre sur les compétences qu’ils ont développé dans ce genre d’entreprise.
Néanmoins, certains opérateurs sociaux se sont exprimés à ce sujet, mais dans un
registre diamétralement opposé.
Une perspective d’expertise culturelle.
La personne reçoit, par son implication dans les actions de médiation culturelle, une sorte de formation culturelle dont elle ne bénéficiait pas dans sa sphère
privée et professionnelle antérieure. Ces nouveaux savoirs sont activés dans la
poursuite des actions proposant un lien équivoque entre « savoir de quoi on parle »
et « savoir mobiliser le public ».
Le recours à la notion d’expertise permet d’avoir un éclairage à ce propos ; ainsi, l’appréciation de « la valeur artistique d’une action n’est pas une compétence réservée à des professionnels, qu’il s’agisse des critiques
ou des artistes » 7, ce qui nous permet de qualifier le
« spectateur ordinaire comme expert ».
Pierre Bourdieu définit, quant à lui, la compétence
artistique d’un agent comme se mesurant « au degré
auquel il maîtrise l’ensemble des instruments de l’ap-
21
5. Jean-Yves TREPOS, Sociologie de la compétence professionnelle, Nancy, PUN, 1992, p. 16.
6. Jean-Marc LEVERATTO, La mesure de l’art,
sociologie de la qualité artistique, Paris, La Dispute, 2000, p. 316.
7. Jean-Marc LEVERATTO, La mesure de l’art,
sociologie de la qualité artistique, Paris, La Dispute, 2000, p. 13.
Radia EL KHOMSI I De la médiation culturelle au changement I pp. 19-24
propriation de l’œuvre d’art disponibles à un moment donné du temps, c’est-à-dire
les schèmes d’interprétation qui sont la condition de l’appropriation du capital artistique, ou… la condition du déchiffrement des œuvres d’art » 8 . Cette dialectique entre
connaissance et rencontre de l’œuvre d’art est également clairement perceptible
dans le discours d’acteurs sociaux.
Une visée de microcompétences transférables.
Ces expériences de médiation culturelle sont une opportunité de développement de compétences qui sont transférables dans la mesure où elles s’inscrivent
dans une logique organisationnelle (travail en réseau, organisation de projets,
pluridisciplinarité). Elles participent à améliorer l’intervention des professionnels
du secteur social.
Une « culturalisation » de l’évaluation sociale.
Les objectifs sous-tendus par les projets de médiation culturelle s’inscrivent
dans des formes d’arrangement et de compromis qui mobilisent les registres institutionnels des établissements (insertion sociale, perspective pédagogique, professionnelle) et les registres de l’opérateur culturel (accès aux oeuvres, pratique
culturelle). Il est distingué deux types d’actions dont les objectifs découlent de
formes d’organisation et de division du travail différentes : une logique « instrumentaliste » et une logique hybride « socioculturelle ».
La logique « instrumentaliste ».
L’institution qui n’avance aucun objectif culturel s’insère dans une rhétorique
purement instrumentaliste de la démarche culturelle. La dimension culturelle est
ici complètement occultée : la justification pour expliquer la mise en place des
actions de médiation culturelle est en corrélation totale et exclusive avec les objectifs institutionnels. Cette situation se traduit par un fonctionnement cloisonné entre
les deux champs professionnels, mettant en exergue la figure de l’arrangement
puisque l’« accord (est) contingent aux deux parties rapporté à leur convenance réciproque et non en vue d’un bien général » 9 . Cet arrangement donne la part belle aux
pratiques de prestations entre les deux corps professionnels plus qu’aux logiques
de partenariat.
La logique hybride « socioculturelle ».
Ce cas de figure se démarque par la contiguïté d’objectifs sociaux et d’objectifs
culturels portés par ces actions de médiation cultu8. Pierre BOURDIEU, Alain DARBEL, L’amour de
l’art : les musées d’art européens et leurs publics, Paris, Les éditions de minuit, 1969, p. 71.
relle. Un des traits équivoques de cette perspective
9. Luc BOLTANSKI, Laurent THEVENOT, De la justification : les économies de la grandeur, Paris,
Gallimard, 1991, p. 408.
où le fait ou la prestation artistique devient une finalité
est sans nul doute la spectacularisation de l’évaluation,
à part entière dans le projet social ou socio-éducatif.
22
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
Une façon d’interpréter cet assemblage composite d’objectifs est de saisir cette
coopération « comme une dynamique de socialisation collective… un processus qui
se développe (et) permet la reconnaissance, la prise en compte et l’appropriation par
chaque acteur des principaux principes et valeurs des acteurs des autre acteurs »10 .
Cette inter-connaissance facilite donc une appropriation du référentiel culturel
par les acteurs sociaux qui se matérialise par un déplacement des objectifs institutionnels avec une inscription d’objectifs culturels.
Ce que la médiation culturelle fait à l’art.
Dans la mesure où effectivement les acteurs culturels participent à la promotion
de la médiation culturelle comme dispositif prioritaire sur le territoire, les effets
dont m’ont fait part les personnes interviewées s’inscrivaient plus dans une description des moyens développés en termes de logistique et de personnel affecté
à cet objectif. L’artiste s’est néanmoins dégagé de cette approche pour aborder
son activité créatrice qu’il distingue de son activité de médiation culturelle. Il
précise cependant que son activité créatrice se trouve nourrie de ces démarches,
l’échange se réalise plus sur un plan créatif en termes d’inspiration suscitée par les
rencontres avec les usagers.
Nous en conclurons que la pratique des actions de médiation culturelle participe d’un développement des savoirs de l’expérience entre les publics et les acteurs
sociaux et artistiques, échanges qu’il convient cependant de ne pas exagérer.
Ces observations traduisent une sorte de renouvellement du social, participant
en quelque sorte à élargir les frontières du travail social. Il y a une logique de
publicité du travail social11, une façon de participer à la visibilité d’une pratique
professionnelle en réponse à un anonymat qui lui est souvent reproché.
Identités professionnelles, entre concurrence et reconnaissance.
La question des identités apparaît de manière saillante auprès des acteurs
culturels dans ces collaborations. En effet, il leur est plus facile de poser les limites
du territoire de l’autre pour se distinguer et activer le principe de « vision-division
du monde »12 , contrairement aux acteurs sociaux pour qui la frontière est moins
imprécise.
Cette délimitation du secteur culturel repose sur un argumentaire qui s’articule
autour des dimensions esthétiques et artistiques qui
posent la frontière entre leur secteur et le secteur du
social, pour lequel, selon eux, les missions doivent se
cantonner à la mobilisation, la préparation et l’accompagnement des publics. D’ailleurs, il y a une faible
mobilisation de l’argumentation sociale pour expliquer les raisons de la médiation culturelle. La caution
23
10. Philippe LYET, L’institution incertaine du
partenariat, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques
sociales », 2008, p. 110.
11. François DUBET, Le déclin de l’institution,
l’épreuve des faits, Paris, Seuil, 2002.
12. Pierre BOURDIEU cité par Vincent DUBOIS,
« Action culturelle-action sociale : les limites
d’une frontière », pp. 27-42, Revue Française
des Affaires Sociales n°2-1994.
Radia EL KHOMSI I De la médiation culturelle au changement I pp. 19-24
artistique, par l’intervention d’artistes professionnels, est très importante car elle
confère l’ « acceptabilité artistique des objets »13 . L’amateurisme est ainsi relativement décrié, contrairement à la figure de l’artiste professionnel. La limite est aussi
fixée par la figure de l’artiste, puisqu’il légitime ce qui est art et ce qui est produit
par les usagers, relativisant le jugement esthétique qui peut être fait par ses pairs.
L’artiste est l’acteur qui cristallise sensiblement les tensions entre sa rhétorique
esthétique et les ambitions sociales de tout projet de médiation culturelle opérée
par des structures sociales.
Nous avons observé une certaine ligne de flottaison entre les deux champs et
ceci nous amène à nous poser la question suivante : dans quelle mesure cette ligne
de flottaison participe d’une forme de concurrence entre les acteurs culturels et
sociaux dans le cadre des actions de médiation culturelle ?
Une observation de la répartition des actions à vocation culturelle portées par
les acteurs sociaux constitue un indicateur pertinent pour répondre à cette question. Il apparaît alors clairement les structures sociales ont une forte tendance pour
à recourir aux compétences artistiques des salariés. Ainsi, les entretiens réalisés
auprès des acteurs sociaux témoignent d’un alignement entre les actions réalisées
avec des acteurs artistiques ou culturelles et celles opérées avec les compétences artistiques des travailleurs sociaux. L’existence de ressources en interne ne
semble pas empêcher le recours aux acteurs culturels ou artistiques extérieurs,
puisque, à l’évidence, la mobilisation de compétences extérieures se maintient.
Mais, l’interdépendance qui peut découler de ces actions de médiation culturelle
avec les professionnels du champ culturel en est néanmoins limitée.
13. Vincent DUBOIS, « Action culturelle-action
sociale : les limites d’une frontière », pp. 27-42,
Revue Française des Affaires Sociales n°21994.
24
Culture, art et travail
social : un rendez-vous à
ne pas manquer.
Frédéric JANUS
Professeur à la Haute École de Namur, membre de
l’association « Culture et démocratie » (Belgique).
Comment valoriser l’intérêt d’une approche culturelle dans le travail social
d’aujourd’hui ? La logique de l’État social actif fait peser une pression croissante
à l’intégration, à l’insertion et au contrôle sur les épaules des travailleurs sociaux.
Pour s’en libérer autant que pour affirmer l’importance des droits culturels à côté
des droits économiques et sociaux, certains cherchent, innovent et introduisent
l’art et la culture dans leurs pratiques. En Belgique, au sein de l’association à but
non lucratif (absl) Culture et Démocratie, un groupe de formateurs explore depuis
quelques années les enjeux de cette évolution pour la formation des travailleurs
sociaux.
Le projet.
Depuis 1993, l’association Culture et Démocratie mène, en Belgique, une réflexion critique à propos de la culture, de la démocratie et sur ce qui les relie. Elle
encourage l’accès et la participation de tous à la vie culturelle, sans exclusion, et
affirme le rôle de l’art dans l’épanouissement de la personne ainsi que l’exigence
d’une place centrale et fondamentale pour la culture dans notre société. En tant
que réseau, Culture et Démocratie développe et consolide des passerelles entre
les secteurs de la culture et les secteurs de l’éducation, du social, de la santé, du
politique, etc. Elle organise des moments de réflexion et des espaces de rencontres, d’échange pour les acteurs de terrain, sous forme de groupes de travail,
débats, conférences, colloques, formations… Culture et Démocratie propose des
outils d’information et de sensibilisation aux enjeux que comportent ses axes de
travail. Enfin, elle relaie les attentes et requêtes des acteurs de terrain auprès des
pouvoirs compétents.
25
CTS #65 - 2011
L’approche culturelle dans la formation
des assistants sociaux.
Frédéric JANUS I Culture, art et travail social : un rendez-vous à ne pas manquer I pp. 25-36
Un groupe de travail sur la culture et la créativité dans la formation des travailleurs sociaux.
Suite à la réalisation de différentes missions, de 2003 à 2007, confiées par le
ministre de l’Intégration sociale visant à favoriser une implémentation optimale de
la mesure concernant l’épanouissement culturel et sportif des usagers des CPAS1,
Culture et Démocratie a développé une réflexion sur la formation « culturelle » des
futurs travailleurs sociaux. En effet, une mise en oeuvre durable et efficace des
projets de participation culturelle au sein des CPAS nécessite une ouverture des
travailleurs sociaux à la spécificité de ce type d’actions. Les écoles sociales sont
donc les lieux privilégiés de sensibilisation au rôle de la culture dans le champ du
social.
Depuis 2006, un groupe de travail, constitué d’enseignants en écoles sociales
et d’acteurs culturels, mène une réflexion commune sur cette thématique. Au départ de plusieurs constats, des recherches et échanges d’expériences, il s’est fixé
comme objectif de construire un argumentaire 2 sur la nécessité d’introduire, de
renforcer ou d’accorder plus de lisibilité aux pratiques culturelles dans la formation des travailleurs sociaux et d’aboutir à des propositions d’actions en matière
de formation.
Les intentions.
Constats de base.
Au départ des réflexions du groupe de travail, il y a trois constats.
1. Le recul de l’orientation socioculturelle dans la formation d’assistant social.
Les initiatives d’enseignants soucieux de sensibiliser leurs élèves à une approche culturelle du travail social, pour facultatives qu’elles sont, restent trop souvent
encore marginalisées dans les programmes, déconsidérées par les directions et
les collègues, ignorées par les pouvoirs organisateurs. Après avoir laissé une place
importante au socioculturel dans les années 1970, les écoles de travail social semblent s’être désintéressées de cet aspect au cours des années 1980 et 1990. L’orientation socioculturelle est désormais abordée par la marge, à travers quelques cours
1. Centres Publics d’Action Sociale.
2. Les résultats de ce travail sont présentés
dans un ouvrage réalisé en collaboration avec
l’Agence Alter sous la forme d’un Cahier consultable sur le net sur le site de Labiso, cahier
n°103-104, Culture, art et travail social : un rendez-vous à ne pas manquer ! L’approche culturelle dans la formation des assistants sociaux ».
http://www.labiso.be/?page=VisualiserConten
uOuvrage&Id=1632&display=cover.
3. Voir chapitre « Pratiques et vécus » dans Labiso, cahier n°103-104, (www.labiso.be).
— le plus souvent à options — et séminaires 3 .
Quoique la situation diverge d’une école à l’autre,
on remarque que la culture et la créativité ont une
place limitée dans la formation des futurs travailleurs
sociaux. De plus, les aspects culturels sont très peu
reliés aux autres cours. Des stages dans le domaine
culturel existent parfois mais restent minoritaires.
La réflexion et la pratique sont peu croisées. De là,
26
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
se pose la question du sens pour les étudiants d’avoir un cours sur les questions
culturelles sans inscription de celles-ci dans leur travail social. Il ne s’agit pas de
faire des étudiants des artistes mais de leur faire expérimenter ce que la culture
peut apporter au niveau individuel et au niveau du groupe. En vivant la créativité,
les ouvertures possibles se font sentir4 . Ces différents constats ont été appuyés par
une série d’entretiens menés par Aude de Meulemeester5 .
Ces interviews ont fait transparaître les représentations des uns et des autres sur
le lien entre culture et social. Les formateurs ont pointé les clivages institutionnels
ou les problèmes d’adaptation de grille horaire qui handicapent une intégration
efficace de la culture dans la formation. Cette recherche rappelait également les
nombreuses initiatives réalisées dans les écoles sociales qui invitent les étudiants
à agir et réfléchir6 . D’où l’importance de donner plus de visibilité à ce qui existe,
de réfléchir en quoi c’est porteur. Avec au final une question : vers quoi tend la
formation d’assistant social ? Un profil professionnel précis ? Une polyvalence généraliste ? Autre chose ?
2. L’émergence dans le champ du social d’actions basées sur les expressions créatrices.
Un deuxième constat porte sur l’émergence dans le champ du travail social
d’actions basées sur les expressions créatrices des usagers. En quoi ces pratiques
sont-elles porteuses de nouvelles dimensions de développement et de solidarité
pour les personnes, les groupes et les communautés avec lesquels les travailleurs
sociaux agissent ? Les bénéfices de ces actions, à court et à long terme, sont
nombreux : prise de confiance, développement de liens sociaux, rupture de l’isolement, expression et participation, amélioration du bien-être, épanouissement
personnel, etc. Les personnes sont amenées à découvrir leurs potentialités et la
créativité peut être un moteur de responsabilisation, de mobilisation et d’ouverture à l’environnement.
Certaines actions sont menées dans le cadre de projets d’Insertion Socioprofessionnelle (ISP) liés à l’attribution du Revenu d’Intégration Sociale (RIS). La question
des enjeux se pose alors. L’injonction de s’épanouir via des projets de participation
sociale et culturelle sert-elle in fine de marchepied à
l’ISP ? Quels sont aussi les enjeux de ces partenariats
entre les secteurs culturels et sociaux ? Comment faire
pour ne pas devenir l’instrument de l’autre ?
Un nécessaire regard critique est à porter sur la
notion de participation culturelle des usagers des services sociaux, ainsi que sur la dynamique de projet
que nécessite ce genre d’action. Plus largement, on
entend les employeurs des futurs travailleurs sociaux
réclamer de ceux-ci des compétences de créativité et
27
4. Voir Labiso, « Quoi !? Un cours de créativité
pour les assistants sociaux… ? Ça vous étonne ? » (p. 51) par Florence PIRE, étudiante en
deuxième année du Bachelier « Assistant social » et stagiaire à Culture et Démocratie de
janvier à mars 2008, auprès d’étudiants, d’enseignants en écoles sociales et de travailleurs
sociaux en 2008.
5. Voir chapitre « Pratiques et vécus » dans Labiso n°103-104, (www.labiso.be).
6. Alain de WASSEIGE est l’auteur de plusieurs
ouvrages sur les politiques culturelles publiques. Il dirige, à Bruxelles, la galerie 100 Titres.
Il est également administrateur de Smart (Société mutuelle pour artistes).
Frédéric JANUS I Culture, art et travail social : un rendez-vous à ne pas manquer I pp. 25-36
des capacités à pouvoir mener des actions innovatrices. Mais qu’en est-il réellement de leur marge de liberté pour initier de telles actions au sein de leurs services ?
Qu’en est-il également des moyens disponibles ? Certains travailleurs engagés dans ces projets ne se sentent pas pris au sérieux par leurs collègues ou leur
hiérarchie qui considèrent ces actions comme de l’occupationnel ou du loisir. Le
sens à donner en travail social à ces actions culturelles n’est pas compris. Toutes
ces questions doivent être envisagées dans le cadre tant de la formation de base
que de la formation continuée.
3. Le développement de politiques visant un accès et une participation à la
culture de publics fragilisés.
Lors des États généraux de la Culture lancés en 2004, la Ministre de la Culture
en Communauté française de Belgique a rappelé la priorité de son secteur pour
l’éducation permanente et la nécessaire accessibilité de tous les publics à tous les
niveaux de participation culturelle. Diverses actions ont été réalisées depuis : lancement des chèques culture, gratuité des musées le premier dimanche du mois…
Cela sans oublier que depuis de nombreuses années déjà des acteurs culturels
(association à but non lucratif - article 27, compagnies de théâtre action, centres
d’expression et de créativité, services éducatifs des institutions culturelles, bibliothèques, etc.) poursuivent une politique d’accès à la culture et de participation
active des personnes défavorisées.
Depuis 2003, les CPAS sont également chargés d’une mission visant la participation culturelle et sociale des usagers de leurs services. Cette mesure politique
a été élaborée dans le sens d’une interprétation plus large de l’intégration sociale.
Le chômage de longue durée, associé à un bas revenu, entraîne, à long terme, non
seulement une exclusion économique, mais aussi et surtout une exclusion sociale
et culturelle. Or, des aspects de ces domaines (détente, aménagement des loisirs,
etc.) bénéficient aujourd’hui, dans la société, d’une attention accrue dans le cadre
de la réalisation de soi.
Deux rapports d’évaluation de l’utilisation de ce subside ont été réalisés par
Culture et Démocratie, en 2004 et 2008. Ils ont rappelé l’importance, déterminante,
de la motivation et de l’attitude des collaborateurs des CPAS, des assistants sociaux
en particulier, qui assurent le contact direct avec les bénéficiaires. De ce fait, ils
jouent un rôle essentiel puisqu’ils sensibilisent et motivent les usagers des CPAS à
participer à la culture. Accroître les possibilités de formation pour les travailleurs
sociaux faisait donc partie des recommandations adressées aux responsables
politiques.
28
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
Pourquoi former les travailleurs sociaux à la culture ?
Rares sont les travailleurs sociaux qui ont la capacité de proposer des réponses
culturelles à l’exclusion sociale. Nombre de ceux qui abordent par profession les
problèmes de la pauvreté et de l’exclusion sociale considèrent les arts comme une
frivolité, sans pertinence pour les problèmes qu’ils doivent résoudre. Pour certains étudiants, la créativité peut être perçue comme une consigne rébarbative.
C’est une erreur grave. Mais où se seraient-ils préparés ? C’est un champ presque totalement laissé en jachère.
Rôle culturel du secteur social.
Le propre des projets sociaux est de travailler l’exclusion. S’il est indispensable de nommer les stigmatisations, il est tout aussi important de « reculturaliser »
des projets trop univoques, trop exclusivement « sociaux », qui ne font que reproduire la cassure radicale entre culture et social. Les demandes sociales et culturelles sont de plus en plus intensives en contenu culturel qualitatif. Lorsque les
travailleurs sociaux s’investissent dans le culturel, ils le font comme par effraction
et aux marges d’une activité sociale surdéterminée par les urgences quotidiennes,
qui fait le plus souvent l’impasse sur la dimension culturelle des travailleurs sociaux dans l’exercice de leur mission. Autant qu’à la dimension sociale du culturel,
il faut être attentif à la dimension culturelle du social, être prêt à développer les
aspects particuliers sur lesquels l’expérience professionnelle sociale peut s’exercer en toute légitimité. Tout ceci renvoie à la compétence et donc à la formation des
agents socioculturels et à une réflexion d’ensemble sur le sens et les méthodes de
l’accompagnement social professionnel.
Pour une culture participative.
L’exclusion n’est pas un état mais un « processus », où les personnes vivent dans
un état complexe d’inclusion/exclusion, dont les déterminants symboliques sont
plus structurants que les déterminants économiques.
L’élaboration active de la construction de culture constitue un véritable outil
de lutte contre les exclusions, lorsque partant d’une « indignation », elle aide
les personnes exclues confrontées à un problème ou à une injustice, à prendre
conscience, à s’exprimer et à se faire entendre, à être créatives, à chercher des
solutions, à être actrices de leur vie, à prendre une place — même critique — dans
la société.
La participation des personnes exclues apparaît comme une composante essentielle au succès d’une stratégie d’émancipation : la question de la culture y est
centrale ; elle est la clé qui ouvre vers la reconnaissance de l’identité et de la citoyenneté, vers la participation sociale et économique. L’épanouissement culturel
est un besoin qu’il faut placer au même plan que le logement.
29
Frédéric JANUS I Culture, art et travail social : un rendez-vous à ne pas manquer I pp. 25-36
Une ligne de fracture pas si nette.
Pour rencontrer ces enjeux d’une culture participative et d’une créativité
émancipatrice, le champ du social et celui du culturel sont sollicités. Les agents
— les travailleurs sociaux, les artistes, etc. — de ces deux champs sont amenés
à collaborer et à dialoguer. À travers les premières initiatives, une tension s’est
manifestée entre les logiques d’action propres à ces agents.
À la base, on peut identifier une ligne de fracture entre artistes et travailleurs
sociaux. L’action de ces derniers relève d’une éthique de la responsabilité des
gens avec qui ils travaillent. L’enjeu en est l’accompagnement social. C’est l’angle
à partir duquel ils s’engagent dans des projets de création culturelle. De leur côté,
les artistes ont une responsabilité du spectacle en tant que rapport au public qui y
assiste. Leur enjeu est la création. Mais cette ligne de fracture connaît des discontinuités et des zébrures.
D’une part, telle quelle, elle concerne aussi les opérateurs culturels. Lors d’un
colloque à Ottignies en octobre 2009, la directrice-animatrice du centre culturel
de Berchem-Sainte Agathe a expliqué comment elle, ses collègues et les participants à un projet de réalisation vidéo s’étaient cognés aux impératifs imposés par
les vidéastes sur les plateaux de tournage : séquençage très net du temps, rapidité
d’exécution liée aux coûts, injonctions sur un modèle hiérarchique. De leur côté,
les opérateurs sociaux et les participants, engagés dans un processus participatif,
répondaient à une logique de concertation horizontale et itérative, nécessitant de
se donner beaucoup de temps et reposant sur l’écoute des aspirations des uns et
des autres.
D’autre part, cette ligne de fracture fait des zigzags. Tous les artistes ne répondent pas d’abord ni exclusivement à la « responsabilité du spectacle ». Ainsi,
pour les intervenants en théâtre-action, le rapport au temps, à l’argent et aux gens
est proche de celui des missions du travail social. « Le temps long de la création
correspond à une quête qui permet de retrouver sa place par rapport aux autres sur
un plateau, estime Paul Biot. C’est aussi permettre que le temps recommence à exister au-delà de l’urgence de la survie ou de l’infini de l’isolement. Chaque fois qu’on
récupère du passé, on crée du futur ! ». Comment en arrive-t-on à cela ? Comment
le travailleur social parvient-il à mettre quelque chose de cela dans son travail ?
Autrement dit, comment la formation des travailleurs sociaux peut-elle les aider à
renouer avec la mission émancipatrice du travail social ?
Cette question renvoie à la problématique du rapport au temps des assistants
sociaux à qui il est souvent d’abord enseigné de répondre, individuellement, aux
urgences. Pour certains, c’est là qu’intervient la solution du partenariat entre le
culturel et le social. Les collaborations allègent le travail et permettent une répartition des rôles assurant une meilleure gestion des projets.
« Pourquoi ne pas, aussi, former les opérateurs culturels au travail social ? ». Ça
ressemble à une boutade, mais c’est une des préoccupations du groupe de travail
30
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
de Culture et Démocratie. S’il n’est pas question de systématiser la co-présence
d’un assistant social et d’un artiste pour mener à bien des projets socioculturels, il
s’agit néanmoins de créer les conditions qui rendent possible un bon partenariat
lorsqu’il s’avère utile. Si la première condition consiste à renforcer l’approche
culturelle dans la formation des assistants sociaux, les agents culturels doivent de
leur côté être sensibilisés et formés à une approche sociale !
Derrière la culture, l’approche communautaire ?
En filigrane des propos de nombreux enseignants, étudiants et travailleurs
convaincus de l’intérêt d’une approche culturelle du travail social, il y a le souci du
collectif. Un peu comme si, pris dans les contraintes de ses missions d’intégration
et d’activation individuelles, le travail social cherchait dans l’approche culturelle
un recours pour renouer avec un travail collectif, une démarche communautaire.
Dans l’intervalle, la culture dans le travail social peut apparaître comme une
démarche qui compense auprès des usagers le contrôle social accru dont ils font
l’objet. Est-ce un paradoxe, une contradiction ?
Dans le groupe de travail, certains estiment néanmoins que l’approche culturelle n’a pas qu’une fonction collective à remplir. Elle peut et doit être prise en
considération pour elle-même dans le travail social dans la mesure où elle permet
de rendre l’individu singulier acteur de sa vie.
Toujours est-il que cette tension entre collectif et individuel agite aussi les écoles sociales. S’agit-il de mettre l’accent, dans la formation, sur des démarches de
développement personnel ou de renforcer la capacité de critique sociale ?
Et si les deux s’articulaient ?
Une alliance objective ?
Y aurait-il une alliance objective entre les désirs du travailleur social porteur
d’une démarche culturelle et la finalité émancipatrice de cette démarche pour les
« usagers » ? On peut en tout cas observer un parallèle. Alain de Wasseige7 estime
ainsi « qu’animer des ateliers artistiques, cela (…) permet au travailleur social de s’aérer, de créer une bulle où il est moins aux prises avec les contraintes administratives
ou autres de l’institution et du système ». Tout comme le travail socioculturel vise
à émanciper les individus ou les groupes des contraintes sociales, économiques
ou autres qui pèsent sur eux, à « redevenir acteurs de leur vie » individuellement
et collectivement. Ainsi, parmi les CPAS interrogés pour le rapport d’évaluation
du subside réalisé par Culture et Démocratie, la majorité reconnaissait la valeur
ajoutée de la participation à la culture. Singulièrement, ils ont indiqué que cette
mesure leur permet d’engager un débat positif avec leurs usagers, tout particulièrement pour ceux qui organisent des activités de groupe auxquelles tant les
collaborateurs des CPAS que les usagers participent.
Si cette analyse peut être validée à l’observation de
31
7. http://www.labiso.be/?page=VisualiserCont
enuOuvrage&Id=1557.
Frédéric JANUS I Culture, art et travail social : un rendez-vous à ne pas manquer I pp. 25-36
nombreuses initiatives, l’articulation entre les deux dynamiques semble souvent
faire défaut. La dimension d’acteur de changement revendiquée par les assistants
sociaux ne sortirait-elle pas renforcée si pareille articulation trouvait à se dire, à
se formuler, à s’élaborer collectivement entre tous les protagonistes d’un projet
socioculturel ? Voila un enjeu supplémentaire pour la formation initiale.
Pourquoi l’approche culturelle ?
On pourrait évoquer des raisons morales, politiques, idéologiques pour critiquer l’approche intégrationniste individuelle du travail social qui a fait son retour en force dans les années 1980, nous dit Hamel Puissant, animateur au Centre
bruxellois d’Action interculturelle.
Il y a aussi — et surtout ? — des raisons sociologiques et pragmatiques. Selon
le sociologue anglopolonais Zygmunt Bauman, dans une société dite « moderne-liquide » — qui, à bien des égards, peut caractériser la société de consommation —,
la vie même est « fluidifiée », rendue frénétique, incertaine, précaire, au point que
les individus sont incapables de tirer un enseignement durable de leurs propres
expériences du fait de l’incessant changement du cadre et des conditions dans
lesquelles elles ont eu lieu.
Dans une telle société, n’est-il pas vain de chercher à insérer ou à intégrer les
exclus — fût-ce par un travail culturel — bref à les adapter à un système qui est
lui-même en perpétuel changement ? L’approche culturelle du travail social ne
serait-elle pas l’occasion au contraire de faire sortir de la marginalité des cultures alternatives, en les asseyant sur leurs propres codes, en les affirmant comme
des modes de représentation du monde et des systèmes différents mais tout aussi
légitimes ?
Cette interprétation, qui attribue un rôle institutionnalisant à l’approche culturelle du travail social, rappelle celui-ci à un autre défi qui prend alors une nouvelle dimension : comment contribuer à la cohabitation et la rencontre entre une
multitude de cultures différentes ? Il s’agit également de renforcer la légitimité
d’une approche culturelle du travail social. « Les assistants sociaux qui s’aventurent
dans cette voie sont souvent considérés comme de gais lurons par leur hiérarchie, les
pouvoirs subsidiants… Alors que ce type d’approche devrait pouvoir être considéré
comme fondateur du travail social dans son ensemble ». Y compris dans le chef des
acteurs artistiques et culturels, afin de les rendre réceptifs à la démarche des travailleurs sociaux. En effet, « il y a une crainte pour les enseignants et les assistants
sociaux d’être moqués, critiqués par ceux “qui savent” ce qu’est la culture », relève
Paul Biot (co-fondateur du mouvement de théâtre Action et administrateur de Culture et Démocratie). Cette crainte constitue un frein à s’engager pleinement dans ce
type de démarche et, en tout cas, à solliciter une collaboration. La formation est un
premier maillon face à cette ambition.
32
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
Pourquoi ? Comment !
Former les (futurs) travailleurs sociaux à une approche culturelle de leur profession, c’est leur faire prendre conscience de plusieurs choses.
D’abord que s’ils ne sont pas engagés pleinement dans une profession et une
démarche culturelle, ils n’en sont pas moins capables de prendre en considération
dans leur travail certaines dimensions du travail culturel et artistique. Autrement
dit, il ne s’agit pas de leur apprendre à se décharger sur des artistes d’une part
de leur travail, mais bien plutôt de leur apprendre à y recourir — et à l’assumer
dans la durée — dans le cadre d’une intention et d’une responsabilité propres au
travailleur social.
Il s’agit donc aussi de leur apprendre à travailler en concertation, en partenariat avec d’autres venant au même niveau qu’eux, mais aux logiques, contraintes et
modes de fonctionnement différents.
Si Culture et Démocratie se prononce en faveur du travail en partenariat (le
« couple idéal ») entre assistant social et travailleur culturel ou artiste, la question
reste entrouverte au sein du groupe de travail. « Il ne faudrait pas conclure qu’il
faut qu’il y ait systématiquement un couple assistant social–animateur culturel pour
effectuer un travail social à dimension culturelle ». Le groupe de travail pose que si
travail en « couple idéal » il y a, certaines conditions doivent être observées (voir
à ce propos les spécificités de ces projets 8).
Même écho quand il s’agit de l’amont, soit l’organisation même de la formation
des futurs assistants sociaux : « Suffit-il de placer des artistes dans les écoles sociales
pour renforcer la dimension culturelle ? ». Pour le groupe de travail, la priorité est
dans la sensibilisation permanente au sein des écoles sociales. Si l’assistant social
ne peut jamais tout faire, il peut faire « plus qu’une petite partie » de ce travail social
à dimension culturelle. À travers leur confrontation avec les travailleurs culturels
ou les artistes, il s’agit aussi pour les futurs travailleurs sociaux d’apprendre ce que
cette confrontation leur dit du changement social et de l’autonomie des individus,
donc d’une évolution possible du travail social. À savoir, notamment, qu’il s’agit
d’envisager tous les chemins qui permettent aux individus de trouver une place
sociale, et pas seulement l’emploi (autrement dit, que l’emploi n’a plus le monopole
de la fonction d’intégration).
En tout premier lieu, la formation des travailleurs sociaux doit donc développer
une capacité de métaréflexion à propos du travail effectué, à propos des actes posés et des finalités poursuivies.
Au niveau des directions des établissements de formation des assistants sociaux, l’attitude vis-à-vis des initiatives à connotation culturelle est parfois ambiguë. Si certaines sont convaincues de l’intérêt de l’approche, elles doivent compter
avec l’hétérogénéité du corps professoral sur cette question.
D’autres y sont carrément insensibles. Lorsque
des collaborations avec des professionnels de la
33
8. http://www.labiso.be/?page=VisualiserCont
enuOuvrage&Id=1576.
Frédéric JANUS I Culture, art et travail social : un rendez-vous à ne pas manquer I pp. 25-36
culture sont envisagées au sein de l’établissement, l’accord de la direction peut
être motivé par le souci d’obtenir un bon résultat constitutif d’une bonne vitrine
vis-à-vis de l’extérieur. Cette instrumentalisation peut se faire au détriment d’une
dynamique d’apprentissage qui intègre les échecs, les essais et erreurs, d’une
pédagogie du projet.
Pratiques et vécu.
Plusieurs expériences menées au sein d’écoles sociales sont décrites dans la
publication réalisée par les membres du groupe de travail (voir chapitre « Pratiques et vécu »). On y retrouve, entre autres, une action basée sur une rencontre
entre des étudiants d’une école liégeoise et d’une école à Tanger, qui place questionnements et expérimentations collectifs au cœur du projet d’apprentissage.
Ou encore, au carrefour entre le social et l’artistique, la présentation d’un cours
de créativité pour les étudiants futurs assistants sociaux de troisième année dans
une école à Mons. Mais, aussi, la présentation d’un cours de formation de futurs
assistants sociaux mettant la culture au cœur de ses préoccupations. D’autres témoignages d’enseignantes et d’une étudiante illustrent enfin une conception de
l’approche culturelle et artistique dans la formation des assistants sociaux.
Prospective.
Pour tracer les contours d’une formation des futurs assistants sociaux qui intègre pleinement la dimension culturelle, le groupe de travail s’est livré à un exercice : identifier les aptitudes à valoriser chez les futurs intervenants sociaux et les
dispositifs formatifs les plus susceptibles d’ouvrir à ces aptitudes.
Des aptitudes « humanistes ».
Agir en professionnel « autonome » est l’un des points cardinaux qui ressort
de l’exercice. Cette aptitude suppose à la fois d’avoir confiance en soi et d’être
capable de remise en question. En effet, une autre aptitude soulignée est celle qui
consiste à « avoir conscience personnellement et socialement de ce que l’on est », soit
du bagage culturel que l’on transporte et qui rejaillit, immanquablement, à travers
nos représentations et nos actions. Il s’agit en somme de faire preuve de recul et
de réflexivité sur ses pratiques, soit deux démarches susceptibles d’amener des
remises en question. L’indépendance est un autre trait mis en évidence. Il s’agit ici
« d’avoir des idées, de les exprimer et d’être capable d’alimenter un débat ». Au rayon
du savoir-être professionnel, la « tolérance » est mise en avant. La tolérance non
pas comme forme de politesse, mais comme attitude d’ouverture aux différences.
Non pas pour accréditer d’emblée celles-ci, mais pour pouvoir entendre l’autre et,
le cas échéant, discuter ces différences.
Jeter les bases d’un travail culturel, c’est aussi commencer par offrir un accueil
véritable, digne. Les futurs professionnels devront être capables de considérer
34
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
toute personne comme sujet de droit et de l’accompagner dans le renforcement
de sa capacité à les faire valoir. Consubstantiellement, il s’agit de développer de
façon générale « l’ouverture sur le monde », assortie d’une « curiosité » toujours entretenue pour ce qui se passe ailleurs — fût-ce juste à côté. De ce fait, une certaine
mobilité, géographique et d’esprit, est requise ainsi que la capacité d’entrer en
relation avec ses pairs sur le mode de l’échange (entre étudiants, entre assistants
sociaux, entre enseignants, entre professionnels de diverses disciplines amenés à
collaborer). Si la formation des assistants sociaux considère depuis ses débuts qu’il
s’agit pour eux d’être des acteurs de changement, le groupe de travail y adjoint
aujourd’hui les qualificatifs « créatif » et « investi ». La créativité, la capacité à inventer, la place à accorder à la subjectivité, aux émotions et au sensible, la rigueur
qu’exige la représentation et la mise en forme sont des compétences prioritaires.
Sans oublier les dimensions de militance et de résistance, être « acteur de
changement créatif et investi » signifie désormais aussi « être capable de construire,
d’inventer, d’expérimenter des méthodologies d’intervention » au cas par cas. Il
s’agit de se placer dans une dynamique d’innovation plus que de reproduction des
classiques.
Sortir d’une conception uniquement sectorielle du métier suppose de pouvoir
faire preuve de « décloisonnement, de transversalité et de transdisciplinarité », estime enfin le groupe de travail.
Face à ces différentes aptitudes, le débat pour une formation ouverte à la
culture semble être une occasion de revenir sur les fondamentaux du métier et
des missions des assistants sociaux.
Dispositifs de formation.
La formation des assistants sociaux doit plus certainement reposer sur des croisements disciplinaires, comme par exemple intégrer la culture dans le cours de
droit et vice versa. Au-delà d’une mise en dialogue de disciplines différentes, il
s’agit de pousser la recherche de sens jusqu’à intégrer et articuler les différentes
approches méthodologiques traditionnellement classées en trois catégories : individuelles, de groupe et communautaires. Soit, amener les futurs assistants sociaux
à se demander comment prendre en compte ces trois dimensions en même temps
dans leur travail. L’approche culturelle est à ce prix !
Les didactiques privilégieront absolument les approches par projet et les démarches inductives qui prennent pour point de départ de la construction des savoirs les expériences et les points de vue des étudiants. C’est dans le cadre de ces
projets qu’il faudra multiplier les expériences ou le partage de projets culturels
et artistiques. Pour ce faire, il sera nécessaire de rechercher la collaboration des
professionnels des arts et de la culture.
Corollaire de cette plus grande diversité didactique, l’expérimentation et la
formation sur terrain occuperont une place beaucoup plus importante, y compris
35
Frédéric JANUS I Culture, art et travail social : un rendez-vous à ne pas manquer I pp. 25-36
pour les enseignants. Pour ce faire, sans la faire disparaître, la place de la théorie sera réduite et son enseignement inséré dans un dialogue permanent avec la
pratique.
Dans le même esprit, certains évoquent un allongement du temps de la formation ainsi que le renforcement de la possibilité d’y accéder plus tardivement
dans un parcours de vie. Une manière de valoriser des parcours variés, riches
déjà d’expériences de vie et professionnelles. L’institution scolaire s’ouvrira à
des collaborations disciplinaires variées afin de former à l’interdisciplinarité en
commençant par l’exemple : opérateurs culturels, artistes, spécialistes des droits
culturels et humains, architectes, urbanistes, etc., seront sollicités et intégrés dans
la formation. L’évaluation certificative cédera le pas à l’évaluation formative, reposant sur un dialogue entre étudiants et enseignants. Cette évolution contribuera
au développement d’une culture de la parole libre des étudiants comme antidote
à la violence institutionnelle. L’approche interculturelle sera plus présente dans le
cursus, encouragée notamment par une plus grande mobilité des étudiants et des
enseignants (rencontres entre établissements, échanges internationaux, etc.).
À l’autonomie comme aptitude des futurs assistants sociaux répond l’autonomie
formative des enseignants. Leur capacité à être acteurs et producteurs des formations en dehors de toute instrumentalisation liée à la commande politique doit être
garantie et renforcée. Pas pour ignorer cette dernière mais pour maintenir une
éthique propre et pouvoir entrer en débat contradictoire d’égal à égal, comme une
forme de contre-pouvoir.
En une formule, les écoles sociales seront des « lieux de vie qui permettent la
confrontation des subjectivités des étudiants et des enseignants ».
Cet article, rédigé par Frédéric Janus, est basé
sur des extraits de la publication Labiso, cahiers 103-104, Culture, art et travail social : un
rendez-vous à ne pas manquer. L’approche
culturelle dans la formation des travailleurs sociaux, Bruxelles, 2009.
Labiso (Laboratoire des innovations sociales)
est une collection de livres numériques gratuits
sur l’action sociale et la santé, coordonnée par
Baudouin Massart (Agence Alter). Les cahiers
103-104 ont été co-rédigés par Emmanuel De
Loeul (Agence Alter) et Marie Poncin (Culture et
Démocratie), avec les contributions du groupe
de travail (Paul Biot, Baptiste De Reymaeker,
Isabelle Dorchain, Bernadette Heinrich, Frédéric Janus, Florence Pire et Claire Walthéry).
La publication Culture, art et travail social : un
rendez-vous à ne pas manquer est disponible,
pour un prix modique, auprès de Culture et Démocratie.
Culture et Démocratie asbl
Rue Émile Feron, 70 – 1060 Bruxelles
Tél. : 0032 2 502 12 15
Fax : 02 512 69 11
Courriel : info@cultureetdemocratie.be
Site : www.cultureetdemocratie.be
Les coordonnées des membres du groupe
de travail sont disponibles sur : http://www.
labiso.be/?page=VisualiserContenuOuvrage&
Id=1633.
36
Sébastien DAMBRA
Responsable de formation à l’Institut Supérieur Social (ISS)
de Mulhouse, secrétaire de l’association Sens Scrupule.
Sébastien CASTELLS
Chef de service socio-éducatif,intervenant pour l’association
Sens Scrupule.
Delphine MALKA
Responsable de formation à l’Institut Supérieur Social (ISS)
de Mulhouse, bénévole de l’association Sens Scrupule.
Introduction.
Dans le cadre de cet article, nous souhaitons rendre compte d’un projet d’intervention éducative et culturelle, porté par une association du Territoire de Belfort.
Le Sens Scrupule propose des interventions, sur site, à destination, notamment, de
jeunes pris en charge dans le cadre d’une mesure de protection de l’enfance. Les
actions sont portées par un binôme composé d’un travailleur social et d’un professionnel du théâtre. Aujourd’hui, l’association regroupe plusieurs travailleurs
sociaux et intervenants culturels convaincus par l’intérêt que représente la culture
dans l’éducation spécialisée, notamment le Théâtre de l’opprimé prôné par Augusto
Pinto Boal1.
Cette association est née à la suite de la formation d’une première troupe théâtrale, composée de jeunes et d’éducateurs, dans le cadre d’une Maison d’Enfants
à Caractère Social (MECS) du Haut-Rhin. L’enjeu étant d’apporter des réponses innovantes aux insuffisances, constatées par de nombreux praticiens, dans la prise
en charge institutionnelle classique des enfants placés. Ces insuffisances sont liées
selon nous à une transformation profonde du secteur. Nous proposerons, dans un
premier temps, de revenir sur les principales évolutions du secteur, avant d’aborder la question des enjeux du théâtre pour l’éducation spécialisée.
37
CTS #65 - 2011
Théâtre et actions
éducatives auprès
d’enfants placés.
S. DAMBRA, S. CASTELLS, D. MALKA I Théâtre et actions éducatives auprès d’enfants placés I pp. 37-45
1. Un contexte d’intervention contraignant.
1.1. Une pénurie de moyens.
Le travail social doit faire face à une redéfinition des moyens attribués par
l’État et les Collectivités. Cela tient, tout d’abord, à une politique de réforme
structurelle des missions et des actions de l’État (et des collectivités) autour de la
Révision Générale des Politiques Publiques. L’objectif essentiel de cette politique
étant de promouvoir une réduction des dépenses publiques. Cette dynamique se
trouve renforcée par l’effet de la crise financière liée aux subprimes, devenue crise
économique et crise sociale. Le secteur se trouve, de fait, invité à plus d’efficience
— en définitive à faire mieux à moyens constants — et surtout à revoir ses modalités d’organisation et son modèle économique. Dans le même temps, le processus
de marchandisation du social caractérisé, notamment, par la mise en œuvre de
nouvelles modalités de coopération avec les tutelles et les financeurs — autour
d’appel à projets — modifie en profondeur les stratégies de développement et de
transformation des structures. Dans ce contexte, les marges de manœuvre et les
possibilités de développer des actions innovantes semblent s’amoindrir.
1.2. Une inflation de la technostructure et des techno-tâches.
Le contexte actuel se caractérise, également, par une transformation profonde
et soutenue du cadre législatif fixant les modalités d’intervention des praticiens, et
des établissements et services d’action sociale. Nous ne disposons, à l’heure actuelle, que de peu d’études nous permettant de mesurer l’impact, sur les pratiques
et l’identité professionnelle des praticiens, de l’inflation procédurale et administrative, qui caractérisent les réformes des politiques sociales récentes (L. 2002-2
en premier lieu). Comme le souligne Daniel Granval, il devient difficile aujourd’hui
de concilier une prise en charge éducative de qualité et l’application de l’évolution des législations : « Les textes et les procédures peuvent se révéler un handicap
à l’action éducative lorsqu’ils prennent le pas sur l’intérêt des usagers » 2 . L’auteur
déplore le nombre croissant de contraintes administratives dont font l’objet les
établissements, et la difficulté de proposer un accompagnement adapté à l’internat
en appliquant par exemple la loi des 35 heures pour les salariés. L’économie de
moyens et de temps de présence des éducateurs peut avoir pour conséquence
de dénaturer la prise en charge éducative. Certaines
1. Augusto Pinto BOAL, Théâtre de l’opprimé. Pratique du théâtre de l’opprimé, Paris,
La Découverte, 2003.
équipes ont, ainsi, de moins en moins de temps pour
2. Daniel GRANVAL, Adolescents difficiles,
établissements et aide sociale : comment
améliorer ? Vers une mutation de l’accompagnement éducatif des adolescents, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 12.
émotions, ou encore leurs besoins d’écoute et d’ac-
3. Herbert MARCUSE, L’homme unidimensionnel, Paris, Les éditions de Minuit, Paris,
1964.
duction de l’imaginaire3 et des possibilités de faire un
travailler avec les jeunes sur leurs souffrances, leurs
cueil.
Il nous semble que notre époque est celle de la répas de coté pourtant essentielles au travail éducatif.
38
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
L’action éducative et pédagogique ne saurait se soumettre au dictat de l’urgence.
Il nous semble nécessaire de réaffirmer la spécificité de notre secteur4 , organisé
autour d’associations d’action sociale porteuses d’un projet politique et de sens
dans lequel s’inscrit le projet éducatif. Cette préoccupation est la même pour les
centres de formation confrontés au risque de voir les métiers réduits à une somme
de compétences.
1.3 Les incasables…
Sur un autre plan, de l’avis de nombreux praticiens les problématiques des
publics accueillis dans le cadre de la protection de l’enfance seraient de plus
en plus complexes à prendre en charge dans des structures dites « classiques »,
notamment pour les jeunes en rupture qui ne supportent pas ou plus la prise en
charge en internat et arrivent au bout (à bout) de ce que l’on peut leur proposer.
Le terme « d’incasable » employé régulièrement par les travailleurs sociaux, rend
compte de ce désajustement entre les problématiques des jeunes et les réponses
institutionnelles 5 . Dans le cadre de deux études de l’ONED 6 , des chercheurs notent que le terme d’incasable a émergé au début du vingtième siècle mais ne fait
l’objet d’aucune définition précise ou admise par la communauté scientifique. Il
permet aux professionnels de terrain de désigner des situations d’enfants ou de
jeunes en danger qui posent « problème » aux institutions sanitaires et sociales, et
qui aboutissent de manière récurrente à des ruptures dans les accompagnements
mis en place. Des jeunes désignés comme « une population à la limite des institutions » 7 (Barreyre, 1997). Les
accompagnements proposés vont être régulièrement
mis à l’épreuve, voir en échec car le cadre de travail
ne convient pas toujours aux problématiques de ce
public.
Cependant, il nous semble nécessaire de prendre
garde à ne pas naturaliser les problématiques rencontrées par ces jeunes. L’émergence de cette notion
coïncide avec un phénomène de rationalisation croissante des politiques sociales, qui de fait crée des hors
case. Cette forme de nomination, induit l’attribution
d’une identité sociale très excluante. Surtout, cela témoigne une nouvelle fois que les institutions humaines
ont horreur du vide : paradoxe des incasables casés
dans la catégorie d’incasable.
4. Francis BATIFOULIER, François NOBLE,
Fonction de direction et de gouvernance
dans les associations d’action sociale, Paris, Dunod, 2005.
5. Daniel GRANVAL, Adolescents difficiles,
établissements et aide sociale : comment
améliorer ? Vers une mutation de l’accompagnement éducatif des adolescents, Paris, L’Harmattan, 2002.
6. L’Observatoire national de l’enfance en
danger (Oned), a commandité, à un groupe de
recherche sur les interventions éducatives et
sociales de l’université de Lille-3, une étude en
août 2008 intitulée « Des jeunes de 14 à 16 ans
“incasables” ? Itinéraires d’élèves aux marges
du collège ». Cette synthèse s’inspire au départ
d’un dispositif nommé « Démission impossible »
mis en œuvre dans le Pas-de-Calais auprès
d’élèves en rupture scolaire en collège.
La seconde recherche réalisée dans le Valde Marne « Une souffrance maltraitée » est
plus orientée autour de la compréhension du
parcours et des situations de vie de ces jeunes dans le cadre de leur prise en charge par
l’aide sociale à l’enfance avec la présentation
des conclusions d’une enquête auprès de 150
professionnels du secteur et des grilles de recueil biographique de 80 jeunes. Le chargé de
recherche de cette enquête est le sociologue
Jean-Yves Barreyre.
7. Jean-Yves BARREYRE, « Jeunes incasables, une population limite » et « Pour un
plan d’action d’urgence départemental–
enfants difficiles », Interfaces, juin et octobre 1997.
39
S. DAMBRA, S. CASTELLS, D. MALKA I Théâtre et actions éducatives auprès d’enfants placés I pp. 37-45
1.4. Un contexte plein d’opportunités…
« Quand le vent souffle fort, certains construisent des murs d’autres des
moulins ».
[Anonyme]
Pourtant, ce même contexte est plein d’opportunités. La loi 2007 « réformant
la protection de l’enfance » ouvre tout un ensemble de possibles, en assouplissant
les modes de prises en charge traditionnels et en donnant une base légale à de
nouveaux lieux d’accueil. Elle incite également à la création d’accueils modulables
qui élargissent la palette des lieux de vie des mineurs et permettent avec l’accord
des parents de combiner le maintien à domicile avec l’accueil par séquences ajustables au fur et à mesure de la prise en charge. Progressivement, nous assistons à
une transformation des structures de suppléance familiale et à une redéfinition de
leurs missions.
C’est donc dans ce contexte et pour répondre à ces enjeux que l’association
Sens Scrupule intervient dans les institutions du secteur social en réaffirmant l’intérêt du théâtre dans les actions éducatives.
2. Genèse d’une troupe théâtrale et d’un projet.
Avant devenir une association, le Sens Scrupule trouve son origine dans la
troupe du Scrupule, née en novembre 2000 dans une MECS du sud du Haut-Rhin.
En latin, scrupule se dit scrupulum. À l’origine, le scrupule veut dire « petit caillou ».
Le groupe était constitué d’adolescents placés pour des raisons de carences éducatives ou affectives, et d’une équipe éducative engagée, qui se sont réunis, avec
en commun l’envie de jouer, de créer, d’expérimenter et de se former avec et par
le théâtre. Le scrupule, ce terrible petit caillou qui gène dans la chaussure, qui
empêche de tourner en rond, qui remue... C’est l’esprit de la troupe du Scrupule
d’avoir chaque jour des petits cailloux dans sa chaussure afin de ne pas s’habituer
à l’inacceptable, de semer chaque jour des petits cailloux dans la chaussure de
son voisin afin de le faire réagir, et peut-être à son tour agir. Parler le présent est le
projet du Sens Scrupule : faire vivre des œuvres et des créations contemporaines
« agir ici et maintenant », et enfin parler du présent qui touche ces jeunes, mais
également de leurs difficultés et préoccupations. La troupe du Scrupule se produira dans différents lieux, notamment dans le cadre d’établissements sociaux et
médico-sociaux, mais également dans des lieux et salles dédiés au théâtre.
Plusieurs objectifs éducatifs sont bien évidement visés à travers une telle démarche. En premier lieu, il s’agit évidement de permettre à ces jeunes d’accéder
à une autre culture. Dans sa fonction première, le théâtre est un art. En tant que tel,
il permet à ces jeunes d’accéder à un art que leur environnement social et familial
ne peut pas leur offrir : la plupart d’entre eux n’avaient jamais mis les pieds dans
40
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
un théâtre ou un atelier d’art dramatique. Il s’agit bien là de porter un projet de
démocratisation de l’accès à la culture. Le théâtre doit rester accessible et populaire et c’est ainsi qu’il peut s’inscrire dans une culture de proximité ; en travaillant
dans cette proximité, en toute simplicité, entre acteurs, metteurs en scène et éducateurs, on offre la possibilité aux amateurs en herbe de vivre le théâtre comme un
engagement, voire une passion naissante, ou encore juste un supplément d’âme.
2.1. Créer une pédagogie hors les murs.
« Ce que vous avez hérité de vos ancêtres, il faut le mériter par vousmême, autrement ce ne sera jamais à vous ».
Goethe.
Le théâtre et l’éducation sont liés depuis des siècles : « s’il s’agissait de jouer, ce
n’était pas pour faire semblant c’était pour faire naître, cultiver, élaborer en soi-même
les grands sentiments de l’âme humaine » 8 . Quant aux enjeux pédagogiques, le
théâtre et le jeu sont des activités culturelles profondément interrogatrices, parce
qu’ils convoquent une pluralité de disciplines et certaines activités scolaires ou
habituelles, qui trouvent leur place dans une dynamique nouvelle : activité de français, d’expression corporelle, activités plastiques et musicales, travaux manuels…
Mais, le théâtre peut être plus qu’un simple support pour devenir un outil éducatif
fonctionnant comme un révélateur, « parce que le théâtre permet l’extériorisation et
l’exorcisme des frustrations et des conflits latents, il répond à un besoin profond de
l’être à la recherche d’un équilibre sécurisant » 9 .
À travers le théâtre, le jeune peut découvrir une autre relation à celui qui enseigne, qui éduque mais aussi, une autre relation au savoir, une façon d’appréhender
et d’approcher la communication et la pratique artistique de manière vivante. Il
le place au centre de l’enseignement et de l’apprentissage en lui permettant de
développer des situations nouvelles et variées qui requièrent un engagement
personnel puisqu’il participe en fonction de ses envies et de ses capacités, de son
autonomie. Pour finir sur ce point, le théâtre confronte l’adolescent au risque. Nous
faisons l’hypothèse d’une nécessaire confrontation de l’adolescent avec l’erreur
et le risque. C’est à travers la connaissance du risque que l’adolescent va pouvoir
accéder à la notion plus fine de responsabilité et de confiance.
Le théâtre est d’autant plus intéressant qu’il permet de sortir du vase clos de
l’institution, de l’école, être une nouvelle clef pour découvrir le monde. L’institution
ne favorise pas chez le jeune l’imagination d’autres modes de vie collective qui par
leur originalité et leur prise de risque permettraient
aux jeunes qui sont placés de se situer autrement sur
l’échiquier de l’institution.
8. Françoise LEPLÂTRE, La formation se met
en scène. Ou les mille et une vertus du théâtre, Paris, Centre INFFO, 1996, p. 7.
9. Idem.
41
S. DAMBRA, S. CASTELLS, D. MALKA I Théâtre et actions éducatives auprès d’enfants placés I pp. 37-45
2.2. Identités meurtries et pratique théâtrale.
Une problématique essentielle des jeunes placés est de nature identitaire : un
placement en maison d’enfants signifie un déplacement physique et psychique,
loin de leurs attaches. La porte culturelle vue sous cet angle est une réponse
nouvelle : elle peut ouvrir de nouveaux horizons à des enfants et des adolescents
placés, privés de repères, ballottés entre une culture scolaire et institutionnelle.
Ici, le théâtre, à son échelle, tente de jouer la fonction de pont — de passage.
L’identification successive à des rôles différents, favorise un assouplissement
du rapport à l’autre et à soi. Le théâtre est un lieu de rodage possible des rôles
sociaux, sans le risque inhérent à leur quotidien10 ; ils vivent en effet des actes de
la vie que l’on peut arrêter, recommencer, reprendre, déformer avec la possibilité
de donner une autre image de soi, ou de la reconstruire. On peut dans ces ateliers
artistiques accepter de se remettre en cause, d’échouer tout en faisant le maximum
pour réussir. Essayer de se dépasser, aller au-delà de ses appréhensions et de sa
personnalité. La troupe de théâtre peut également être le lieu de réconciliation
entre l’adolescent, l’institution et sa famille ; car dans sa position d’acteur, il peut
rejouer des comportements qui ont pu conduire au placement — le metteur en
scène doit ici accompagner ces temps et ces liens de dé-liaison et re-liaison.
Que dire du regard porté sur ces jeunes identifiés comme cas sociaux, des
enfants placés, maltraités, de jeunes de quartier… Ce regard permanent peut être
lourd de conséquences, les enfermer dans des clichés, mais c’est également notre
regard qui peut les libérer. Le théâtre permet justement de donner à voir une autre
image de soi, et à travers cette image, de prendre confiance en soi également. Ici,
on trouve de nouvelles ressources, on démontre ses capacités, en découvrant son
désir de créer, de communiquer, de coopérer, en s’ouvrant à des univers extérieurs à celui du monde clos de l’internat et de la collectivité.
2.3. Agir les violences à travers la prise de rôle.
Avec ces publics qui, pour certains, ont commis des actes délictueux (vols,
alcoolisation, violences physiques ou verbales, violences institutionnelles, etc.),
l’approche de la transgression est essentielle. Elle constitue un support incontournable à la mise en scène. Les répétitions peuvent être utilisées comme une forme
de langage pour donner du sens aux actes commis. L’art dramatique peut être le
lieu où des violences agies sont des réponses à des violences subies et des situations de crise. Toucher à la violence en tant que comédien, c’est peut-être avoir la
possibilité de comprendre que toute violence est potentiellement destructrice.
10. Erving GOFFMAN, Les rites d’interaction,
Paris, Les éditions de Minuit, 1993.
42
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
2.4. Engagement et parcours initiatique.
L’expérience de la troupe du Scrupule montre que le travail éducatif nécessite un
engagement réciproque de l’équipe éducative et du jeune. Pour Philippe Mérieu11,
l’éducateur est un homme engagé qui fait sa place, il dégage du temps pour l’espace
et l’humain. Parler de troupe, n’est pas une figure de style. Il ne s’agissait pas de
proposer simplement aux jeunes un « atelier théâtre », mais de les engager au cœur
d’une expérience collective et communautaire avec tout ce que cela demande et
représente. La troupe du Scrupule a permis le développement de vraies solidarités
et de forger des compétences individuelles et collectives. Cependant, l’engagement dans ce type de pédagogie peut aller au-delà du simple engagement professionnel. Il s’agit d’amener le jeune et l’encadrant à se décentrer d’eux-mêmes. La
démarche mise en œuvre pourrait être comparée à une forme de compagnonnage
structurée autour de quatre axes : — le tâtonnement expérimental : la curiosité est un facteur essentiel et motivant
pour le jeune — il apprend par lui-même ;
— la vie communautaire : les décisions concernant la vie de la troupe, l’organisation
matérielle et le travail sont prises en commun. Ici on sort de la compétition (possible au théâtre dans la distribution, la longueur des textes) et on se mobilise autour
d’un projet. La liberté existe autour de la prise de décision. Les règles ne doivent
plus seulement apparaître comme des contraintes, comme les bases d’un vivre
ensemble. L’enjeu est également de favoriser la prise de responsabilités ;
— un travail autour de l’autogestion : sur les thèmes de la citoyenneté, l’autorité, la
vie en collectivité.
— l’expression libre : le jeune a le potentiel pour se développer, s’épanouir, c’est
« un être humain unique et riche », l’adulte va l’aider à en prendre conscience et
optimiser ce potentiel.
Ces méthodes participatives font de l’acte éducatif un acte politique qui permet
au jeune de s’approprier des savoirs, et de se construire dans une société du vivre
ensemble à laquelle il aspire. Le théâtre est ici, à sa façon, un espace d’apprentissage d’un vivre ensemble démocratique humaniste. Il peut offrir à travers la parole,
la liberté de l’expression sur un vécu chargé de mal être et de questionnement.
Pour ne pas conclure.
Cette expérience ne se veut pas être une recette à tous les maux et toutes les
difficultés que peuvent rencontrer ces jeunes. Ce travail n’est pas là pour discréditer le travail effectué par les institutions existantes. Ce projet riche de sens et
d’intérêts pour ces jeunes s’inscrit dans un contexte qui doit allier une situation
de crise et des contraintes institutionnelles de plus en plus pesantes : contraintes
d’ordre financier, administratif, de droit du travail... qui dénaturent parfois l’accompagnement éducatif.
11. Philippe MEIRIEU, Apprendre, oui…mais
comment, Paris, ESF Editeur, 1997.
43
S. DAMBRA, S. CASTELLS, D. MALKA I Théâtre et actions éducatives auprès d’enfants placés I pp. 37-45
Le théâtre, comme l’ensemble des pratiques culturelles nous semblent constituer des supports éducatifs essentiels à l’accompagnement de jeunes placés.
Cet article nous aura permis d’avancer quelques arguments, même si nous
n’avons pas traité de l’ensemble des apports de la pratique théâtrale : nous pensons ici plus particulièrement à la question du rapport au corps ou encore de
l’expression. Il nous semble important de retenir que l’art, dans son acception la
plus large, constitue un support essentiel d’émancipation et de construction d’une
pensée critique, à condition de ne pas le réduire à une occupation, donc à une
diversion, et de l’inscrire pleinement dans une esthétique négative, c’est-à-dire
une forme d’art critique par rapport à l’ordre social, avec un potentiel fort de prise de
risque et d’expérimentation12.
12. Marc JIMENEZ, Adorno et la modernité.
Vers une esthétique négative, Paris, Klincksieck, 1986.
44
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
— BARREYRE Jean-Yves, « Jeunes incasables, une population limite » et « Pour un plan
d’action d’urgence départemental–enfants difficiles », Interfaces, juin et octobre 1997.
— BATIFOULIER Francis, NOBLE François, Fonction de direction et de gouvernance dans les
associations d’action sociale, Paris, Dunod, 2005.
— BOAL Augusto Pinto, Théâtre de l’opprimé. Pratique du théâtre de l’opprimé, Paris, La
Découverte, 2003.
— GRANVAL Daniel, Adolescents difficiles, établissements et aide sociale : comment
améliorer ? Vers une mutation de l’accompagnement éducatif des adolescents, Paris,
L’Harmattan, 2002.
— GOFFMAN Erving, Les rites d’interaction, Paris, Les éditions de Minuit, 1993.
— JIMENEZ Marc, Adorno et la modernité. Vers une esthétique négative, Paris, Klincksieck,
1986.
— LEPLÂTRE Françoise, La formation se met en scène. Ou les mille et une vertus du théâtre,
Paris, Centre INFFO, 1996.
— MARCUSE Herbert, L’homme unidimensionnel, Paris, Les éditions de Minuit, Paris,
1964.
— MEIRIEU Philippe, Apprendre, oui…mais comment, Paris, ESF Editeur, 1997..
45
46
Donner à voir
autrement.
Delphine BURGUET
Doctorante en Anthropologie sociale à l’École des Hautes
Études en Sciences Sociales (EHESS) Paris, chargée de
mission à l’Amicale du Nid-Paris (2007–2008).
L’article s’intéresse à l’expérimentation d’ateliers artistiques soutenus par un
projet qui s’inscrivait dans le programme européen Equal (2000–2008) initié par
le Fonds Social Européen1, ayant pour objectif de combattre les discriminations et
de réduire les inégalités pour une meilleure cohésion sociale 2 . Le projet « Se reconstruire et s’insérer » entrait dans la thématique suivante : « aide aux demandeurs
d’asile et lutte contre le trafic des êtres humains », avec pour objectif d’influer sur
le devenir des personnes prostituées — hommes, femmes, transsexuels et travestis — souvent victimes du trafic des êtres humains et de proposer de nouveaux
outils de travail pour les professionnels du champ social. Il visait également une
synergie entre travailleurs sociaux et chercheurs, une dimension internationale
du phénomène du trafic des êtres humains, un regroupement des organismes à vocation spécifique et enfin une mutualisation des compétences et des expériences
pour relever le défi de la lutte contre le trafic des êtres humains 3 . « Se reconstruire et
s’insérer » valorisait l’idée d’innovation professionnelle concernant les travailleurs
sociaux par l’intermédiaire, entre autres, de la mise en oeuvre d’expériences
artistiques pour l’accompagnement social4 . Dans le but de capitaliser les bonnes
pratiques professionnelles et les innovations repérées dans le projet, une série
d’entretiens individuels a été menée auprès des usagers bénéficiaires des ateliers
artistiques et auprès des travailleurs sociaux impliqués dans le projet 5 . Ce travail
a permis de mettre en exergue les apports de l’outil artistique dans le champ de
l’intervention sociale.
L’expérience et ses variations artistiques.
Préalablement à la réalisation des ateliers artistiques, les travailleurs sociaux
avaient avancé une série de constats concernant le public ciblé : les usagers rencontrent des problèmes identitaires en lien avec une dévalorisation de l’image de
47
CTS #65 - 2011
L’expérience artistique des personnes
en situation de prostitution.
Delphine BURGUET I Donner à voir autrement I pp. 47-59
soi et une perte de l’estime de soi ; ils ressentent également une certaine souffrance
peu ou mal exprimée en face à face avec le référent social ; certains d’entre eux ont
la conviction de ne rien savoir faire d’autre que la prostitution, ce qui enclenche
un manque de projection dans d’autres sphères relationnelles. Dans ce processus
d’isolement social, l’absence d’activités revalorisantes est significative notamment
pour les personnes en situation irrégulière.
L’atelier culturel et artistique a été animé par une éducatrice spécialisée de
l’Amicale du nid-Paris qui s’inscrivait dans la lutte contre l’exclusion définie par
la loi de 1998 qui souligne le droit à l’égalité des chances par l’éducation et l’égal
accès de tous, tout au long de la vie, à la culture. Il visait aussi l’objectif général de
l’association, celui de la médiation d’activités culturelles et artistiques. L’atelier
comprenait deux volets : « L’art au musée pour tous » et « Nuances ». L’objectif principal était de considérer la dimension culturelle et les potentialités artistiques des
usagers comme facilitateurs d’insertion dans l’espace social.
Concernant le volet « L’art au musée pour tous », il est né du constat que parmi
les personnes accueillies dans les services sociaux, rares sont celles qui osent
franchir le seuil d’espaces artistiques et culturels. Il se proposait donc de faciliter
l’accès à ces espaces. L’animatrice de l’atelier qui est Relais du Louvre et formée à
1. Les autres financeurs étaient la DDASS de
Paris et les DDASS 92 et 34 et la Mairie de Paris (Observatoire de l’égalité homme-femme).
2. Plusieurs thèmes ont été proposés : l’accès
au marché du travail ; la lutte contre le racisme
et la xénophobie ; la création d’entreprise ; l’économie sociale ; la formation tout au long de la
vie ; l’adaptation des entreprises et des salariés ; l’articulation des temps de vie ; l’aide aux
demandeurs d’asile et la lutte contre le trafic
des êtres humains.
3. Le projet a été conduit par l’Amicale du nid
à Paris, association d’accompagnement et de
réinsertion des personnes prostituées ou à risque par rapport à des conduites prostitutionnelles, l’Amicale du nid à Montpellier, ALTAIR,
association qui oeuvre dans les domaines de
la prostitution, des pathologies lourdes et des
difficultés liées à l’identité sexuée, l’IFAR, un organisme d’études, de recherches, de conseils
et de formations, et enfin Raih, qui agit pour
soutenir et aider les mineurs étrangers isolés
en situation d’errance.
4. D’autres ateliers ont été expérimentés dans
le cadre de ce projet : l’apprentissage du français, l’histoire de vie, l’aide à l’emploi, l’informatique et la relaxation. Parmi les mises en œuvre,
on peut également évoquer la collaboration
transnationale qui regroupait plusieurs partenaires européens de ce secteur professionnel,
une action-recherche sur la mondialisation des
phénomènes prostitutionnels, la réalisation
d’un film « D’un monde à un autre » qui traite de
la sortie de la prostitution et la création d’outils
d’intervention et de formation à la prévention.
5. Cet article reprend en partie le travail de
capitalisation qui s’inscrivait dans la troisième
phase du projet. L’intégralité du contenu de
cette phase est consultable sur le blog « Se reconstruire et s’insérer ».
la médiation par Cultures du Cœur, a servi d’interface
entre le public rencontré et les institutions culturelles.
Le Relais du Louvre proposait un accompagnement
individualisé, prenant en compte les désirs du « visiteur ». Il invitait chaque bénéficiaire à découvrir puis à
s’approprier le lieu et les œuvres selon sa sensibilité,
son histoire et sa culture. D’autres musées ont aussi
ouvert leurs portes dont le Musée d’Orsay, le Musée
de l’Orangerie, le Centre Pompidou, le Musée du quai
Branly.
Quant au volet « Nuances », il a été animé par deux
éducatrices de l’Amicale du nid Paris, dont l’une a une
formation à l’art thérapie. Atelier mené sur une longue durée avec des rencontres hebdomadaires, les
bénéficiaires pouvaient intégrer le groupe à tout moment. Souvent orientés par les référents sociaux, ces
derniers pouvaient les accompagner lors du premier
contact. L’originalité de cet atelier était de proposer
des techniques faciles d’accès qui ne nécessitent pas
la maîtrise du trait afin d’obtenir des résultats rapides et esthétiques (peinture à la cuve ou marbeline,
peinture à la colle). Les oeuvres produites grâce à ces
48
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
techniques redonnent confiance aux participants et déclenchent, de ce fait, des
envies d’utiliser des techniques plus élaborées.
« Elles n’ont pas besoin de savoir dessiner pour faire cela, c’est
vraiment une technique qui donne des résultats esthétiques très intéressants rapidement sans qu’on apprenne pendant des mois et des
mois. C’est une méthode d’impression dans un bain préparé, on jette
des couleurs et on travaille un petit peu à la surface et on imprime. Il
y a un côté magique, il y a une part de hasard, [...] du coup, il y a un
effet de surprise, elle se rend compte qu’elle est capable de faire des
choses ; “C’est moi qui ai fait ça” combien de fois je l’ai entendu. Et, du
coup, effectivement, elles peuvent le montrer, ce n’est pas comme un
dessin, une reproduction où on est confronté à la fidélité des traits, là
pas du tout et donc beaucoup ont choisi des peintures comme ça. Elles
pouvaient le montrer aux amis, à la famille et ils disaient “C’est toi qui
as fait ça ? Oui, c’est moi qui ai fait ça” ».
Entretien, travailleur social, Amicale du Nid-Paris.
Les apports bénéfiques de cet atelier concernent le travail de (re)valorisation
de la personne qui passe par l’accès à des lieux culturels parfois prestigieux comme le Louvre, à une reconnaissance de la personne dans sa dimension culturelle et
artistique et à l’inscription dans une citoyenneté par le droit à la culture pour tous.
Les arts plastiques permettent de restaurer l’image de soi par une construction narcissique et de se (ré)approprier son corps en tant que corps efficace. Socialement,
l’atelier offre la possibilité d’un lien autour d’une pratique valorisée et valorisante
et qui nourrit un sentiment d’appartenance positive. Ce lien social, concernant ce
public, donne la possibilité de rompre avec la solitude et le milieu prostitutionnel
ou, tout au moins, de s’en écarter momentanément.
« Une jeune femme nigérienne essayait de reproduire à partir de
cartes postales, elle disait qu’elle n’y arrivait pas, que ce qu’elle faisait
était toujours moins bien que la voisine. Et ça a changé le jour où elle est
allée voir au Centre Pompidou Les Nymphéas de Monet mais repris par
une artiste américaine. Et là, tout d’un coup, elle s’est rendue compte
que ça pouvait être de l’art même si c’était abstrait, même si c’était une
autre façon de travailler Les Nymphéas. Et, du coup, elle a pu faire ce
tableau tranquillement sans avoir le souci de la reproduction fidèle et le
regard des autres. »
Entretien, travailleur social, Amicale du Nid-Paris.
49
Delphine BURGUET I Donner à voir autrement I pp. 47-59
Les œuvres artistiques produites durant l’atelier ont été vues à l’occasion d’une
exposition publique. Cette exposition, qui a permis de montrer, via l’expression
artistique, un savoir-faire et un savoir être, a renforcé le processus de valorisation
entamé pendant la pratique de création.
« Ce qui a été intéressant, [...] si elles avaient des dessins, des tableaux, qu’elles avaient plongés dans la cuve, il leur arrivait d’emmener
une amie pour leur montrer ce qu’elles avaient fait. Donc sûrement, que
c’est très valorisant et l’exposition a été très valorisante. »
Entretien, travailleur social, Amicale du Nid-Paris.
Un deuxième atelier artistique proposait d’exploiter la photographie, l’un
animé à Paris, l’autre à Montpellier. Celui de Paris était encadré par une infirmière
de l’Amicale du nid et par une journaliste photographe professionnelle. Sur une
période longue, les séances d’atelier ont été réalisées de manière hebdomadaire
pendant 4 heures. L’utilisation d’une expression artistique comme la photographie
permettait aux personnes en situation de prostitution de retrouver une certaine
estime de soi. La photographie est apparue comme un vecteur adéquat, complémentaire voire illustratif des trajectoires de vie. En tant que media, la photo
proposait aux usagers, à travers le choix de thématiques, d’exploiter leur vécu
personnel. Ce parcours d’expériences a été déterminant lors des prises de vue.
La création personnelle a permis une certaine affirmation de soi. Les échanges et
les interactions dans le groupe favorisèrent la communication, la personne pouvant réintégrer du lien social. L’atelier avait pour objectif final de permettre aux
personnes d’être accompagnées dans un processus de revalorisation personnelle
en mettant en valeur leur savoir-faire, leurs compétences et leurs connaissances.
C’est aussi la possibilité de travailler sur la notion de temporalité, laquelle est
particulièrement perturbée chez les personnes victimes de la traite à des fins
d’exploitation sexuelle.
« En tant qu’infirmière, je me suis rapidement rendu compte que
les personnes tu peux leur dire “il faut prendre soin de toi” pour les
personnes c’est pas du tout aussi simple, à partir du moment où la personne a une image dévalorisée de soi, ça devient compliqué de prendre
soin de soi, donc on a beau mettre tout en oeuvre, faire des liens et des
partenariats avec des médecins, c’est pas aussi simple. L’idée était de
trouver un moyen un peu différent pour que les personnes s’intéressent
un peu plus à elle, qu’elles se mettent plus en valeur. La photographie
est un moyen artistique pour ouvrir des portes différentes. »
Entretien, travailleur social, Amicale du Nid-Paris.
50
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
« L’idée était de se rencontrer toutes les semaines avec les personnes pour aller dans Paris, être en groupe, le côté collectif de la chose et,
ensuite, pour celles qui étaient bien impliquées, d’avoir une perspective
de projet pour elle-même, un travail individuel sur un sujet de leur choix.
[...] L’atelier, c’était de leur montrer qu’ils étaient tout à fait capables de
mener un projet à bien et notamment un projet d’ordre personnel. »
Entretien, Amicale du Nid-Paris.
Au fur et à mesure de l’évolution de cet atelier, le choix des lieux de prise de
vue s’est affiné, s’écartant progressivement d’une approche touristique. Le fait que
les usagers aient progressé dans l’élaboration de leur reportage personnel a favorisé l’utilisation de la photographie comme un moyen d’expression à part entière
et non plus seulement comme un support esthétique. Lors des déplacements dans
Paris, les bénéficiaires ont pris confiance, n’ont plus hésité à prendre la parole et
ont ouvert la communication avec les passants. Certains ont proposé de photographier les tentes installées le long du canal Saint-Martin par l’association Les
enfants de Don Quichotte, sujet d’actualité de la fin de l’année 2006. Ils ont réussi à
installer le dialogue avec les Sans Domicile Fixe, échangeant leurs expériences
personnelles. Cette sortie a été vécue par les bénéficiaires comme un moment fort
de l’atelier.
« Avec Diane, ils allaient parler plutôt de questions d’ordre général,
où on sort en extérieur avec des conseils de photographe. Elle leur a
permis de se tourner vers l’extérieur, de leur donner confiance, elle les
boostait des fois de manière énergique, ce qu’ils n’ont pas l’habitude
avec les travailleurs sociaux, ils prennent plus de gants, mais c’est cette
Diane très dynamique justement qui leur a servi parce qu’elle disait
“allez faut y aller, la personne si tu veux la prendre en photo c’est
maintenant ou jamais”, un côté plus rentre dedans, en fait. [...] Elle
parlait d’égal à égal, moi je vois ça comme un plus. [...] ce sont des personnes qui ont une force de caractère, qui ont beaucoup d’expériences
derrière elles et qui n’ont pas forcément besoin d’être prises avec des
pincettes. »
Entretien, Amicale du Nid-Paris.
L’atelier, ouvert tout au long de son existence à de nouveaux participants, a
favorisé le lien social entre ceux qui avaient acquis une aisance technique de la
photographie et une autonomie dans la pratique et les nouveaux arrivants. Ces
derniers étaient pris en charge par les anciens et pouvaient bénéficier de leur
savoir-faire qu’ils aimaient transmettre.
51
Delphine BURGUET I Donner à voir autrement I pp. 47-59
Le reportage photo, un des volets de l’atelier, proposait une réalisation individuelle et complémentaire aux séances hebdomadaires. Il exigeait un travail régulier, approfondi et réfléchi de la part des participants et nécessitait au moins sept
séances de prise de vues. Il s’agissait d’une construction d’un reportage partant
du choix du sujet et aboutissant à l’édition finale. Il a donc supposé une implication,
une capacité à se projeter et un travail régulier sur du long terme. Il permettait
essentiellement l’inscription dans un processus structurant dans le temps, moyen
indispensable à la reconstruction identitaire et sociale.
Plusieurs expositions publiques se sont tenues afin de donner à voir les productions photographiques des bénéficiaires. Les balades parisiennes sont des produits
publics résultant du travail photographique dans les rues de Paris. L’exposition
Portraits en noir et blanc est le résultat d’une série de photos prises pendant deux
journées dans un local destiné au projet qui, à cette occasion, fut transformé en
studio photographique avec la présence de maquilleuses professionnelles. Une
quarantaine de personnes ont été photographiées (travailleurs sociaux, usagers
des associations partenaires et participants à l’atelier photo). L’idée était d’apprivoiser pour les « photographes » le rapport à leur propre image en passant cette
fois devant l’objectif. Ils ont aussi photographié des travailleurs sociaux ce qui leur
a permis d’inverser les rôles et de valoriser leur savoir-faire auprès de ceux qui,
d’habitude, tiennent un rôle éducatif et social avec eux. Une centaine de personnes
sont venues à cette occasion, dont de nombreuses personnes extérieures au milieu
associatif et social (photographes professionnels et journalistes) 6 .
À Montpellier, l’atelier photo a été construit autour du thème « sur mon chemin : d’où je viens, où je suis, où j’aimerais aller ». Les bénéficiaires participants à cet
atelier ont pris des clichés dans la ville de Montpellier et de ses environs en tentant
de rendre compte de leur parcours personnel en quelques photos. Ces photos
racontaient la vie de chacun selon différentes techniques : photos en extérieur,
photos montage, etc. Des bénéficiaires évoluaient sans accompagnement, d’autres
sortaient dans les rues en groupe. Le travail a progressé différemment d’une personne à une autre sur les deux mois d’activité. Ils ont bénéficié en amont et en aval
de l’accompagnement d’une professionnelle de la photographie qui a jeté les bases techniques et a utilisé son laboratoire pour le développement des photos. Deux
étudiantes en école de photographie les ont accompagnés dans la ville et les ont
conseillés au niveau technique et artistique. Après un travail de retouche sur ordinateur, les photos sélectionnées par les usagers ont été développées et encadrées
à l’occasion d’expositions publiques. L’événement public, en lui-même, reste un
moment que les bénéficiaires ont particulièrement apprécié car il a été l’instant de
6. À consulter l’article paru sur l’atelier photo et
l’exposition Balades parisiennes dans le magazine Regards du mois de mars 2007 et l’article
paru le 20 avril 2007 dans le quotidien Libération portant sur l’atelier photo et l’exposition
Portraits en Noir et Blanc.
reconnaissance d’aptitudes par les autres. La relation
à l’autre dans ce temps non ordinaire et dans un espace public neutre a été ressentie comme émouvante
et bénéfique. Selon les témoignages recueillis auprès
52
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
des usagers, les temps publics sont les temps les plus marquants de l’expérience
artistique, les plus chargés en émotion et les plus constructifs au niveau de la valorisation personnelle, d’une part, et de la valorisation sociale, d’autre part. Les
félicitations des visiteurs amateurs et/ou professionnels de la photo ont rendu aux
participants une partie d’estime.
« Les photos sont plus que des mots. [...] La photographie est un bon
moyen de communiquer et ils ont très bien su le faire à leur manière
avec leur regard. [...] Ils étaient à fond dans le projet, on l’a bien ressenti
et il y a eu de très beaux résultats. On a été vraiment bluffés à l’exposition […]. »
Entretien, animatrice, Montpellier.
« Il y a eu beaucoup de monde, beaucoup de personnes ont apprécié
leurs travaux. Il y a eu beaucoup d’émotions, moi c’est ce que j’ai retenu.
[...] Les bénéficiaires avaient été doués dans leur démarche, comme
quoi il y avait beaucoup d’émotions ressenties dans leurs photos. Ce
que j’ai trouvé intéressant dans l’exposition, c’est qu’on voyait vraiment
que chacun de leur regard était complètement différent, leur histoire
était différente, leur approche était différente, il n’y avait pas du tout
du “copier-coller”, c’était vraiment une démarche personnelle et c’est
assez rare quand on commence ».
Entretien, animatrice, Montpellier.
Un atelier radio a été réalisé à Montpellier qui demandait aux usagers d’exploiter une expression écrite puis orale. Il a été construit sur une organisation intensive du temps, concentré sur une semaine, afin de préserver une attention et une
motivation régulières des participants. Des moments clés, préalablement repérés,
ont donné l’ossature du programme de travail afin d’éviter les éventuelles périodes creuses qui pouvaient démobiliser les participants. Ce type d’organisation a
donc permis de garder l’attention de tous sans relâchement.
« Pendant cet atelier-là qui a duré une semaine et qui était intensif,
vraiment on a réussi aussi ce pari, on parle de rapport au temps, pendant une semaine ils ont été présents, on a eu un abandon ou deux mais
n’empêche que les gens étaient là, un peu en retard de temps en temps,
mais là. »
Entretien, Amicale du Nid-Montpellier.
Après une première séance de travail qui a consisté à présenter le thème de
l’émission et à dégager des sous-thèmes abordés par les participants par l’outil du
53
Delphine BURGUET I Donner à voir autrement I pp. 47-59
récit de vie, des séances d’écriture faites individuellement ont permis de recueillir
un récit écrit. Les intervenants se chargeaient de cadrer les textes au niveau de leur
forme et les discours au niveau de leur construction pour que le produit écrit final
soit « diffusable » ; ils s’attachaient à respecter le contenu des textes (les idées, le
vocabulaire, les façons de dire, etc.). Les récits, une fois retouchés, ont été répétés
par les participants afin d’obtenir une bonne diction avant la séance d’enregistrement. Deux intervenants, journaliste et éducateur technique, se sont chargés du
montage et du mixage. Parallèlement à ce travail, un entretien enregistré dans
un café de Montpellier a été effectué auprès d’une jeune chanteuse sur son chemin parcouru. Les participants, à cette occasion, étaient les intervieweurs et non
plus les interviewés comme ils ont l’habitude de l’être. Ce travail leur a permis de
changer de place et donc de représentation d’eux-mêmes. D’autres prises de son
ont été réalisées, notamment dans le tramway et au studio chaque matin, sorte de
rajouts destinés à donner le rythme pour rendre un contenu radio plus dynamique.
L’émission montée et enregistrée a donné lieu à une diffusion publique. Des invités
ont eu l’opportunité d’écouter l’émission avec la présence des participants, ce qui
a permis un débat après l’écoute. L’émission a été diffusée sur d’autres radios et le
disque a été distribué dans les institutions concernées par la problématique de la
prostitution.
« On a assisté à cette émission publique, donc il y avait toutes sortes
de personnalités dont l’adjointe du quartier, il y avait une cinquantaine
de personnes à peu près, 50 à 60, dans une grande salle, c’était pas du
tout ici, ce n’était pas dans un cocon. Donc, c’est vrai que ce n’était pas
gagné d’avance, qu’ils arrivent à aborder des choses qui sont quand
même bien de l’ordre de l’intimité. Face à une salle, ils ont été remarquables, mais vraiment remarquables, ça avait de la tenue, ils n’ont pas
été gênés par les questions. »
Entretien, Amicale du Nid-Montpellier.
La troisième expérimentation artistique produite à Montpellier concernait l’expression théâtrale. Cet atelier a proposé des journées de travail intensives pour
les participants, soit deux journées par semaine durant plusieurs week-ends. Il a
été animé par deux professionnels du théâtre dans les locaux de La jetée à Montpellier. Autour du thème « Sur mon chemin... », les usagers ont tout d’abord pris des
cours de diction puis se sont confrontés à l’écriture de leur propre histoire pour
construire la pièce. La mise en forme des récits de vie a été réalisée autour de jeux
théâtraux.
L’intensité de l’activité a donné l’occasion aux usagers et aux encadrants de
tisser des liens différents de ceux existants au sein de la structure d’accueil. Une
relation nouvelle s’était installée entre les personnes et les travailleurs sociaux
54
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
encadrants l’atelier, un échange moins formel, notamment au moment des déjeuners. La relation référent/usager laissait place à une relation plus spontanée. Les
usagers ont également tissé des liens entre eux de nature différente, ils ont mieux
pris connaissance des difficultés vécues par les autres. Ce niveau d’intimité a permis à certains de relativiser leur propre situation sociale. C’est aussi une forme de
solidarité et de dynamique de groupe qui a émergé autour de cette expression
artistique et qui a aidé à poursuivre l’expérience jusqu’à la représentation finale.
La répétition générale de la pièce fut ouverte au public, les comédiens ont donc
joué devant une centaine de personnes invitées par les travailleurs sociaux et par
les bénéficiaires de l’atelier. Tout comme l’atelier radio et photo, la représentation
théâtrale en tant que manifestation publique, espace et temps de témoignage, a
été l’ultime étape d’un travail sur la reconstruction individuelle et sociale. Pour
certains usagers, l’atelier théâtre a été perçu comme une « thérapie », la représentation publique étant l’aboutissement de ce « parcours thérapeutique ». Une
formulation proche du champ lexical de la guérison qui s’explique par le fait que
le théâtre a réveillé le passé et qu’il a été raconté à voix haute et devant un public
à l’écoute. Mais il faut distinguer ici deux formes de thérapie, la première étant
celle qui soigne le corps social par les techniques théâtrales (parler haut, parler
fort, s’imposer, maîtriser l’espace...) et la deuxième qui s’occupe des blessures
psychologiques (travail sur l’histoire de vie) en libérant la parole. Perçu ainsi, le
théâtre peut être défini comme un moyen de construction et d’insertion au niveau
social. Bien entendu, il ne remplace pas le travail psychothérapeutique mais les
personnes l’ont appréhendé de cette manière.
« L’atelier théâtre, c’était très intéressant, c’était très bien, la représentation, c’était un moment très émouvant, même pour moi qui ai suivi
l’affaire dès le début. [...] C’était aussi quelque chose d’important pour
les gens, on s’est rendu compte, mais ça on ne le soupçonnait pas en
tout cas au début, on s’est rendu compte après que ça avait plus l’allure
d’une psychothérapie sauvage pour les gens dans la mesure où on s’est
rendu compte que les gens voulaient rejouer la même pièce. »
Entretien, acteur social, Montpellier.
C’est également la notion de témoignage qui était considéré comme un facteur
déterminant dans le fait de participer à un des ateliers dont le théâtre, démarche
qui se devait d’aboutir à une représentation publique pour finaliser ce travail par
l’écoute des autres. Le retour positif du public sur la prestation reste l’indicateur le
plus percutant de la réussite de cette démarche de revalorisation et de reconnaissance de compétences.
55
Delphine BURGUET I Donner à voir autrement I pp. 47-59
L’objet artistique comme outil d’accompagnement.
L’approche de l’art dans son ensemble favorise la (re)construction sociale de
l’individu. Dans le cas des personnes en difficultés sociales, les manifestations
artistiques permettent de les considérer non plus comme victimes mais comme
actrices d’une (re)construction identitaire et sociale. Ce type d’accompagnement
offre la possibilité aux travailleurs sociaux de percevoir et/ou de voir la personne
en difficulté autrement : celle-ci donne à voir non plus uniquement la part d’ellemême associée aux stigmates et aux difficultés qui la définissent dans ce cadre
professionnel. Elle donne à voir une autre facette d’elle-même associée, cette
fois-ci, à des capacités préalablement peu exploitées ou ignorées. L’individu se
considère ainsi dans son ensemble, acceptant autant ses failles que ses atouts. Ces
capacités exploitées, d’ordre individuel et collectif, permettent un lien entre un
espace intime et un espace public. La culture et l’art sont en quelque sorte des
passerelles qui donnent la possibilité d’un équilibre social. Bien entendu, les expressions artistiques valorisent les capacités sollicitées et améliorent l’image.
« Elles ont toutes, quelle que soit la culture d’où elles viennent, quel
que soit le degré de culture qu’elles peuvent avoir, elles ont toutes quelque chose à dire, elles disent toutes quelque chose sur ce qu’elles voient.
Ça fait écho. Mes collègues disaient que ça touchait sûrement à l’intime,
au culturel, et que, du coup, elles disaient : “notre regard sur elles
doit changer aussi parce que ce n’est pas à travers une demande de
logement ou de travail, là ce n’est pas un regard sur leurs manques
ou sur leurs failles, c’est un regard sur ce qu’elles ont de plus authentiques en elles”. Tout le monde a quelque chose à dire sur des oeuvres
d’art ou sur des traces du passé. C’est une offre complémentaire qui va
dans le même sens que le travail qui est fait par ailleurs, ce n’est pas du
tout opposé. Il va dans le même sens de participer à la réinsertion ou à
l’insertion sociale d’une personne. »
Entretien, travailleur social, Amicale du Nid-Paris.
Le projet a donné aux travailleurs sociaux impliqués l’opportunité d’expérimenter des outils artistiques destinés à l’accompagnement social en considérant
des postures et des pratiques professionnelles innovantes et complémentaires à
la formation professionnelle initiale. Les travailleurs sociaux qui se sont approprié
ces outils ont tenté d’accompagner différemment les personnes en difficultés sociales en considérant cette approche comme complémentaire ou supplémentaire.
Préalablement au projet, des travailleurs sociaux utilisaient déjà l’art (notamment
l’art plastique) comme outil à l’accompagnement social, le projet a permis d’affirmer la pertinence de son utilisation en expérimentant d’autres expressions artistiques. L’accès aux musées, les arts plastiques, la photographie, la radio et le théâtre
56
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
illustrent bien la pertinence de considérer les outils artistiques comme des outils
professionnels : ils offrent aux travailleurs sociaux la possibilité d’appréhender
différemment leur mission.
Le travailleur social devient animateur lorsqu’il est qualifié pour encadrer
une expression artistique. L’animateur travaille avec les usagers dans un autre
contexte professionnel (temps et espace) qui favorise les échanges sociaux et
l’adaptation aux nouvelles postures professionnelles. L’approche des usagers en
groupe et non pas en face à face permet un autre rapport avec eux. Dans ce projet,
un local était consacré à l’animation des ateliers parisiens, un espace considéré
neutre et peu contraignant, un lieu d’échange social, de rencontres à travers la
dimension artistique. Il permettait une rupture avec le quotidien, les urgences et
les préoccupations pratiques.
L’expression artistique amène la production artistique, ce qui donne à voir à
soi-même et aux autres. Les notions de valorisation, de prise de confiance, d’identification de capacités sont vérifiées en grande partie grâces aux manifestations
publiques comme les expositions et la représentation théâtrale. La présentation
publique des produits (ou des œuvres) s’avère être un facteur déterminant de
réussite de l’atelier et, par là, un atout à travers l’accompagnement social. Les usagers sont amenés à une « prise de risque » au niveau de l’émotion qui passe par
l’expression corporelle ou verbale et par la création. Ces expressions, par l’intermédiaire de l’œuvre ou de la représentation, orientent les usagers vers l’extérieur,
vers l’autre, vers l’espace public. Les personnes donnent à voir autrement : elles
puisent leurs ressources à des fins socialement positives, l’art étant un vecteur
valorisé et valorisant. L’art et ses expressions contribuent à effacer les stigmates
en restaurant une image positive. L’expression artistique peut être considérée
comme un témoignage, vecteur majeur d’implication des usagers dans ce type de
projet. Le témoignage permet de travailler sur l’histoire de vie et sur une parole
libérée et de redonner une « utilité » sociale. La programmation d’une expression
artistique dans un cadre spatial et temporel déterminé, avec comme objectif de
donner à voir, enclenche un travail de gestion de leurs capacités sur la dimension
temps et sur l’autonomisation. Le montage d’un reportage photographique est, par
exemple, un déclencheur de perspectives positives pour la personne et un moteur
d’autonomie dans la (re) construction et l’insertion. Le montage de projet artistique
pour l’usager est un outil transférable à d’autres contextes et adaptable à d’autres
publics qui présentent des difficultés d’insertion.
« C’est un outil de travail qui est formidable [...] C’est difficile des
fois de retourner dans le passé mais ce sont des lieux, ce sont des instants qui ont pu justement leur permettre de parler de cela. [...] Ils m’ont
donné à voir dans mon travail d’éducatrice par rapport aux réalités. [...]
57
Delphine BURGUET I Donner à voir autrement I pp. 47-59
Cela leur permet justement de se reposer, de travailler leur passé et
dans des instances autres que dans les moments avec les éducateurs. »
Entretien, Montpellier.
« Ce sont des ateliers qui, pour moi, permettent à toutes ces personnes qu’on accompagne de les accompagner autrement que derrière un
bureau. On propose à la personne un espace où elle va pouvoir ellemême s’expérimenter et même dépasser le regard de l’autre. Généralement, les personnes que l’on reçoit, elles portent un regard sur elles
qui est souvent “je ne sais pas grand chose, je ne sais pas faire grand
chose, on me regarde comme si sur mon front était inscrit prostitution”. Elles ont une image d’elles complètement erronée, les ateliers
leur permettent de vivre un autre moment en dehors de la prostitution,
en dehors des entretiens qu’elles ont avec les travailleurs sociaux ou
d’autres associations. Là, c’est un moment qui leur appartient où elles
viennent créer. [...] Ce sont des espaces qui pour moi sont importants,
ils permettent une reconnaissance, de les voir autrement et qu’elles se
voient aussi autrement. Dans ces ateliers, il ne s’agit pas là d’être évalué
[...] Il faut que ce soit un outil inscrit dans l’accompagnement socio-professionnel, qui s’inscrit dans le parcours des personnes, pas uniquement du côté professionnel, parce que ça développe des compétences
personnelles, individuelles, psychiques. »
Entretien, Amicale du Nid-Paris.
Dans ce projet, il a été question d’envisager l’accompagnement social en prenant
en compte les besoins stratégiques de l’individu parallèlement aux besoins pratiques. Les pratiques professionnelles doivent pouvoir se corréler en considérant
l’usager comme un être social qui, selon ses urgences et ses priorités, construit ou
reconstruit son existence et son insertion de manière cohérente. Les travailleurs
sociaux, dans ce type d’accompagnement élargi, tentent de couvrir des besoins
pratiques (alimentation, hébergement, hygiène, premiers soins, administration)
et de répondre à certains besoins stratégiques comme la reconstruction, la reconnaissance, le lien social et l’insertion. L’art est un outil favorable à ce type d’accompagnement social qui peut compléter la couverture de ces besoins stratégiques.
Le projet « Se reconstruire et s’insérer » largement évoqué ici était destiné à un
public ciblé, mais le bénéfice des expressions artistiques expérimentées dans ce
contexte sont adaptables à d’autres publics et à des cadres professionnels divers
du champ de l’intervention sociale. L’idée prépondérante dans le fait d’utiliser l’art
pour l’accompagnement social est la transférabilité : les compétences identifiées et
exploitées à travers l’expression artistique sont utilisables dans d’autres situations.
Les savoir-faire et les savoir-être exploités par le biais de l’expression artistique
58
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
peuvent intervenir plus largement dans les dimensions sociale et professionnelle.
La valorisation de compétences dans un contexte artistique tend à favoriser la
personne dans d’autres situations. Non seulement, la personne exploite des compétences parfois délaissées ou méconnues mais elle acquière par l’expérience de
nouvelles qualités transmissibles.
59
60
Dissonance sociale
et accord musical.
Antoine PLET
Doctorant à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales
(EHESS) rattaché au laboratoire du LAHIC.
Le lien entre la pratique artistique et les troubles mentaux, tels que nous les qualifions de nos jours, existe depuis l’Antiquité, principalement en ce qui concerne la
musique. Edith Lecourt1 relève ainsi son utilisation cathartique par les Corybantes
et dans les Bacchanales, ainsi que son utilisation sédative par David calmant Saül
dans l’Ancien Testament. La musicothérapie en tant que telle apparaît conjointement
à la naissance de la psychiatrie française : Pinel la développa dès 1820 dans son
« traitement moral de la folie ».
Une pratique qui perdure et prend place dans un aussi large panel de sociétés
mérite que l’on se penche sur les raisons de son succès, en interrogeant, dans sa
forme actuelle, ses apports sociaux. Nous nous préoccuperons des dimensions anthropologiques et sociologiques de la pratique musicale, en groupe, de personnes
souffrant de maladie mentale 2 , afin d’en dégager les possibles attraits quant à leur
réinsertion sociale. Pour ce faire, nous nous pencherons plus précisément sur les
rapports que la pratique de la musique entretient avec la communication, médiatrice des rapports sociaux.
Le choix d’étudier la pratique en groupe de la musique, parmi les activités
culturelles et artistiques proposées aux malades mentaux, n’est pas fortuit. Tout
d’abord, la musique est prégnante dans notre société, tant par sa présence au sein
des groupes sociaux que lors des différentes situations de sociabilité, supportant
les échanges sociaux. Il s’agit d’une activité culturelle de plus en plus simple d’accès, lorsqu’il s’agit de l’écouter, et facile d’approche, sous certaines de ses formes,
dans le passage à la pratique artistique. C’est cette dernière qui retiendra notre
attention car, dans sa dynamique groupale, sont mises en jeu beaucoup des composantes inhérentes à la communication sociale : elle est avant tout immatérielle
lors de son émission, se déroule dans l’instant mais fait sens par la durée, nécessite
61
CTS #65 - 2011
Ethnographie de la pratique musicale
des usagers de psychiatrie.
Antoine PLET I Dissonance sociale et accord musical [...] I pp. 61-71
l’apprentissage d’un code de communication et un cadre dans lequel les parties
doivent pouvoir s’écouter et se répondre.
La musicothérapie reste répandue dans le milieu psychiatrique mais nous ne
l’étudierons pas en tant que telle. Elle nécessite d’être sous la conduite d’un thérapeute, dans un cadre spécifique, développant tout son intérêt dans une analyse
psychiatrique et/ou psychologique. Nous préférerons aborder une pratique plus
accessible et hors institution psychiatrique.
De la même manière, nous ne développerons pas ici la nosographie propre aux
maladies mentales, d’une part car cela alourdirait fortement le sujet tout en n’étant
pas indispensable à notre analyse ; d’autre part la classification des maladies nourrit encore des polémiques chez les spécialistes, selon leurs nationalités, formations
et courants de pensée auxquels ils se rattachent3 . Malgré le fait que le principe de
classification des malades mentaux soit également en lui-même contesté, dans sa
construction par écart à la norme (nous y reviendrons), les grands types de maladies
sont assez communément admis, bien que subsistent nombre controverses dans le
détail. De plus, adopter ce type de classification ferait inévitablement entrer dans
sa structure logique les actes et comportements observés, lesquels seraient alors
non plus considérés dans leur logique propre mais symptomatique.
Pour apporter des éléments de réponse, nous analyserons dans cet article la
pratique du djembé au sein d’un atelier, nommé Rythm & Voix, ouvert à tous participants 4 , au sein de l’association Les Temps Mêlés 5 , qui « a pour objectif de favoriser
l’expression artistique et l’accès à la culture pour ceux qui souffrent psychiquement ».
La particularité de cette association est ses liens étroits avec la psychiatrie et le
travail social. Elle partage en effet certains de ses locaux et acteurs avec l’association Communauté Jeunesse, qui héberge dans le cadre de son activité de Centre
d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), à moyen/long terme, dans le même
1. Edith LECOURT, Découvrir la musicothérapie,
Paris, Eyrolles, 2005.
bâtiment, des malades sortant de l’hôpital psychiatrique. Étant moi-même salarié de cette association, en
2. Sont incluses dans cette population les
personnes ayant déjà fait un séjour en hôpital
psychiatrique.
tant que veilleur de nuit sur ce lieu d’hébergement,
3. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a
la sienne, tout comme l’Association Américaine
de Psychiatrie, auxquelles sont régulièrement
reprochées en France leurs tendances à l’automatisme diagnostique et médicamenteux.
découlent de ce contact en situation professionnelle.
4. J’ai réalisé pendant un an l’observation participante de cet atelier et je continue à me tenir
au courant de ses évolutions en vue de l’obtention du doctorat d’Anthropologie sociale et
culturelle à l’EHESS. Thèse en cours de rédaction sur les apports des ateliers de musique en
milieux psychiatriques, dans et hors institutions
médicalisées.
rencontre, pour dé-stigmatiser les maladies psychi-
5. http://lestempsmeles.ovh.org/
6. http://leblogducafecurieux.blogspot.com/
2010_03_01_archive.html
certaines observations concernant la maladie mentale
Dans ce bâtiment siège le Café Curieux6 , bar « surréaliste et solidaire », « lieu d’ouverture, de culture, de
ques » comme le définit le président de Les Temps
Mêlés. Il s’y tient une grande variété de manifestations
artistiques et culturelles, ouvertes à tout public, les expositions métamorphosant régulièrement le lieu selon
leurs thématiques. Une soirée « Rythm & Voix » s’y est
dernièrement déroulée7.
7. http://lestempsmeles.ovh.org/?p=241
62
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
L’atelier « Rythm & Voix » 8 est dirigé par un artiste formé à l’Association française
de Musicothérapie 9 (AFM), secondé par deux infirmières et un animateur culturel de
l’association Les Temps Mêlés. Bien que l’artiste conduisant l’atelier ait été formé par
l’AFM10 , il considère lui-même que sa pratique est plus culturelle que thérapeutique. En participant à l’atelier, le but recherché sera donc le plaisir de jouer.
L’atelier est hebdomadaire, d’une durée de deux heures et peut accueillir jusqu’à
une quinzaine de participants. Il n’y a aucune obligation de participation, ce qui fait
que le nombre de participants peut grandement varier d’une semaine sur l’autre. Il
n’est pas réservé au seul public malade mental, toute personne peut gratuitement
y accéder à condition de participer, l’échange entre usagers en psychiatrie et nonusagers étant un des objectifs, tout comme au Café Curieux. La Mairie de Morsangsur-Orge a mis à disposition de l’association sa salle de répétition de musique, Le
Tremplin, pour le déroulement de l’atelier. Ce dernier prend donc place dans un
réseau social intriquant la cité, la culture, le travail social et la psychiatrie.
Après avoir examiné comment la maladie mentale influe sur la communication,
et de quelles façons sont construites les normes permettant de déterminer d’un
individu s’il est ou non mentalement malade, lesquelles influent sur le statut social
de celui-ci, l’ethnographie de l’atelier « Rythm & Voix » nous permettra de comprendre comment ceux qui y participent peuvent se constituer en groupe, alors que la
maladie mentale atomise celui qui en souffre. Nous verrons ensuite comment se
négocie la place individuelle au sein de ce groupe, puis présenterons les éléments
permettant de penser que ce qui se passe au sein de l’atelier peut se répercuter
socialement.
La maladie mentale en société.
L’observation, les interactions avec les participants à l’atelier, ainsi que les discussions sur ce sujet avec des hébergés nous permettent de distinguer deux idéaltypes dans leurs interactions sociales. Ces idéal-types sont des reconstructions
théoriques simplifiées et exacerbées de la réalité, dans le sens de Max Weber11,
ne la reflétant donc pas dans son entière multiplicité. Il ne s’agit pas de généraliser des comportements, d’ailleurs il peut être bien
difficile dans certains cas d’affirmer, sans le savoir au
préalable, d’une personne malade qu’elle l’est effectivement. Ces idéal-types constitueront deux pôles de
comportements, définis par le rapport des malades à
la communication. Ils nous seront utiles à la fois pour
comprendre comment la maladie mentale peut interférer dans la communication sociale des personnes en
souffrance et comment ceux-ci peuvent y réagir.
Un premier ensemble de comportements, ou idéaltypes, présente de grandes difficultés d’accès à la
63
8. Une vidéo rendant compte du travail effectué
est accessible sur le site de « Les Temps Mêlés » : http://lestempsmeles.ovh.org/?page_
id=204
9. http://www.musicotherapie-afm.com/index.
html
10. Le terme de « musicothérapie » peut recouvrir des thérapies par la musique bien différentes dans la pratique et est un terme générique.
L’AFM — parmi d’autres associations, structures de formations privées et universités — a
mis en place un diplôme universitaire et un
master professionnel. Aucun diplôme de musicothérapeute n’est reconnu par l’État.
11. Max WEBER, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1947), Paris, Plon, 1964.
Antoine PLET I Dissonance sociale et accord musical [...] I pp. 61-71
communication : il y a une coupure entre soi et l’autre, avec un repli sur soi qui peut
être plus ou moins grand, aboutissant à un minimum d’échanges avec l’extérieur,
particulièrement en groupe. À l’opposé, pour un autre ensemble, un grand désir
de communication se fait sentir, tandis que les questionnements quant à la situation
d’interaction et aux normes de communication peuvent être complètement absents,
ce qui peut se traduire par une perte du but — et a posteriori du sens, dans les deux
acceptations du terme — de la communication. L’écoute de l’autre et l’aboutissement d’une conversation sont des buts parfois difficiles à atteindre pour ce dernier.
Nous verrons comment ces idéal-types pallient ces difficultés, au moins pendant le
temps de l’atelier, par la mise en place d’un cadre soutenant leur expression.
Ces idéal-types peuvent en laisser sous-entendre un autre : celui de la normalité, dans le sens du respect des normes sociales, qui serait associé à une communication parfaite. Il va sans dire que cette dernière n’existe pas, de même qu’une
normalité absolue. Malgré cela, la maladie mentale est caractérisée, dans notre
société, par une déviance à la norme, la gravité de son atteinte par sa distance. Le
traitement social de la folie se construit en relation avec les normes sociales délimitant la raison : « on n’est fou que par rapport à une société donnée ; c’est le consensus
social qui délimite les zones, fluctuantes, de la raison et de la déraison » comme le note
Roger Bastide12 .
Michel Foucault rend bien compte des évolutions historiques unissant les
conceptions de la raison aux normes et à la moralité. Ainsi, au XVIIIème siècle, des
sanctions identiques, appliqués par les mêmes institutions, sont en charge de gérer
la « déraison morale » : « Vénériens, débauchés, dissipateurs, homosexuels, blasphémateurs, alchimistes, libertins, toute une population […] rejetée au-delà d’une ligne de
partage, et recluse dans les asiles »13 .
La socialisation nous fait intégrer les normes sociales, ce « consensus social »
distinguant la raison de la déraison. Selon Goffman, « [u]ne norme est une sorte de
guide pour l’action soutenue par des sanctions sociales ; les sanctions négatives pénalisent l’infraction »14 . Il convient donc de les respecter en situation d’interaction
sociale. Ceci est valable dans tous les domaines de la vie sociale, comme l’explique Berger et Luckmann « toute institution possède un corps de connaissance-type,
[…] qui fournit les règles de conduite institutionnellement appropriées. […] Dans la
mesure où cette connaissance est socialement objectivée en tant que connaissance,
c’est-à-dire en tant que corps de vérité généralement
12. Roger BASTIDE, Sociologie des maladies
mentales, Paris, Flammarion, 1965, p. 274.
13. Michel FOUCAULT, Histoire de la folie à l’âge
classique (1961), Paris, Gallimard, 1972, p. 139.
valide sur la réalité, toute déviance par rapport à l’ordre
institutionnel apparaît comme une déviation par rapport
à la réalité. Une telle déviation peut être qualifiée de dé-
14. Erving GOFFMAN, La mise en scène de la vie
quotidienne, T.2 : les relations en public, Paris,
Editions de Minuit, 1973, p. 101.
pravation morale, de maladie mentale, ou simplement de
15. Peter BERGER, Thomas LUCKMANN, La
construction sociale de la réalité (1986), Paris,
Méridiens Klincksieck, 1992, p. 93.
Rapidement un acte différent des normes aux-
totale ignorance »15 .
quelles nous sommes habitués va être classé dans la
64
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
catégorie de la déviance. En contrevenant à une norme, son auteur s’expose alors à
être sanctionné socialement en étant qualifié lui-même de déviant. Il en va ainsi des
comportements décrits dans nos deux idéals-types (par exemple, ne pas répondre
quand quelqu’un nous adresse la parole, ou répondre quelque chose sans rapport
avec le sujet). Dès lors, la raison, la moralité, le rapport à la réalité de l’auteur de la
déviance, pourront être questionnés.
Son identité en sera partiellement affectée, bien que « les “propriétés” ne sont
que des différences et n’existent qu’en contexte, en relation. […] Nous nous livrons à
une opération d’abstraction, à partir des expériences d’interaction et de différence,
pour créer un soi qui va subsister (qui sera “réel” ou “chosal”) même en dehors des
relations »16 . Autrement formulé, l’auteur d’un acte déviant pourra être considéré
comme intrinsèquement déviant, son identité définie essentiellement par cette
déviance.
Dans le cas de la maladie mentale, cela est d’autant plus amplifié que l’individu
ayant fait un séjour en hôpital psychiatrique en est stigmatisé. Ayant connaissance
des normes sociales, il va admettre qu’une partie de son identité sociale est dépréciée du fait de sa maladie. Selon Goffman, « ceux qui sont en rapport avec lui
manquent à lui accorder le respect et la considération que les aspects non contaminés
de son identité sociale avaient conduit à prévoir pour lui, et l’avait conduit à prévoir
pour lui-même »17. Le stigmatisé est contraint à l’acceptation pour accroître sa réinsertion : « on lui conseille de s’accepter et de nous accepter, en remerciement naturel
d’une tolérance première que nous ne lui avons jamais tout à fait accordée. [...] Ainsi,
une acceptation fantôme est à la base d’une normalité fantôme »18 . Ceci rend bien
compte de la situation liminaire de la personne souffrant psychiquement, à la fois
partie de la société et partiellement exclue, constamment sur le seuil entre intérieur
et extérieur, entre intégration et exclusion.
Si la maladie en elle-même a des conséquences sur la communication, le rapport
aux normes peut aussi en renforcer le côté anxiogène. Différentes stratégies de
communication peuvent exister (et coexister selon les situations) mais deux principales peuvent être retenues par rapport aux idéal-types. D’un côté le malade peut
limiter autant que possible les interactions, de peur de se faire découvrir comme
déviant, ce qui pourra être le cas du premier idéal-type, qui risque alors l’exclusion
sociale ; d’un autre côté, le second idéal-type peut accepter (et certains l’assument
entièrement) cette identité sociale de déviant et communiquer tel qu’il l’entend,
encourant le risque que tous ses rapports sociaux soient compris au seul regard de
sa maladie.
16. Gregory BATESON, Une unité sacrée, quelques pas de plus vers une écologie de l’esprit
(1991), Paris, Seuil, 1996, pp. 263-264.
Jouer ensemble.
Les futurs participants ont principalement connaissance de l’atelier de djembé par le Centre MédicoPsychologique (CMP) de la ville, par lequel ils peuvent
65
17. Erving GOFFMAN, Stigmates, Paris, Editions
de Minuit, 1963, p. 19.
18. Erving GOFFMAN, Stigmates, Paris, Editions
de Minuit, 1963, p. 145.
Antoine PLET I Dissonance sociale et accord musical [...] I pp. 61-71
être directement orientés. Dans ce cas, le but du CMP est, tel que le décrit son chef
de service19 , de favoriser le lien social par ce qui en est le plus rapidement et le plus
fréquemment défait : l’accès à l’art et la culture, tout en favorisant la concordance
aux rythmes sociaux par la régularité hebdomadaire de l’atelier. La participation
est non obligatoire, cependant nombre de participants viennent régulièrement. Si
les objectifs de lien social, du moins entre participants, et la régularité de cette
pratique artistique semblent être atteints, penchons-nous sur le déroulement type
de l’atelier pour y étudier son succès auprès des participants. Dans les conditions
d’accomplissement optimales, nous pouvons en distinguer trois phases : une première phase de discussions et d’échauffement, une seconde phase de travail des
acquis ou d’apprentissage d’un nouveau morceau, et une dernière de jeu des morceaux travaillés.
La première phase correspond à une mise en place du cadre de participation.
Les participants se saluent, les nouveaux arrivants se présentent. L’échauffement
consiste à se frotter les bras et les mains, de manière à chauffer la peau et les muscles, gestes reproduits sur la peau du djembé pour éviter qu’elle ne casse à la première frappe. Des étirements sont également nécessaires à la détente des muscles
du cou et des épaules. L’échauffement produit un effet associant tension et détente,
tant musculaire que nerveux, qui sera amplifié durant le déroulement de l’atelier.
Cet état physique prendra une dimension intellectuelle dans la seconde partie de
l’échauffement, qui va consister à frapper un rythme très simple sur le djembé.
Au départ la concentration est maximale dans l’attention portée à la justesse des
frappes. Rapidement l’échauffement porte physiquement ses fruits, les participants
arrivent à frapper le djembé de façon plus précise en alliant la rigidité des mains
à la souplesse des bras qui, en rebondissant, facilitent l’enchaînement des frappes
et limite la fatigue. La simplicité du morceau fait qu’il est facilement intégré, les
gestes qui pouvaient être auparavant saccadés, du fait de la concentration et de
l’hésitation, sont désormais plus coulés, et se font de manière plus automatique par
l’incorporation de l’enchaînement. La vigilance portée aux frappes diminue au fur
et à mesure que leur justesse augmente, ce qui a pour effet de détourner l’attention
des participants de cette tâche unique : ils commencent à relever la tête, jouer sans
regarder en permanence leur djembé, et de fait croisent leurs regards. À ce niveau
de nombreuses communications non-verbales se mettent en place : hochements de
têtes, clins d’œil, sourires, etc., constituant une sorte de seconde manière de se
saluer, plus chaleureuse qu’au début de l’atelier.
La base de la pratique musicale est en place : sa particularité est de mettre
tout le monde au même niveau, les plus expérimentés comme les débutants. Il en
va de même socialement : les différences sont lissées par la pratique commune,
malades et non-malades (animateur, infirmières, visiteurs) font exactement pareil.
L’apprentissage rapide des frappes de base préfigure
19. Lors d’un entretien.
66
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
une dynamique positive, que les débutants ressentent dès la première participation.
Après l’échauffement vient la phase de perfectionnement des morceaux appris,
ou l’apprentissage d’un nouveau. Les participants resteront concentrés bien plus
longtemps sur la justesse et l’enchaînement des frappes que lors de l’échauffement,
à cause de la complexité accrue. À ce moment, il s’agit d’apprendre un véritable
équilibre entre détente et concentration afin d’intégrer corporellement le morceau : en étant synchrone avec le groupe et en l’exécutant de manière totalement
automatique, il n’est pas rare de prendre subitement conscience des mouvements
que l’on est précisément en train d’effectuer, ce qui a pour effet d’hésiter sur la suite
des frappes pourtant précédemment parfaitement exécutées. Il s’ensuit en l’occurrence un décalage rythmique par rapport aux membres du groupe, qui amène
donc la perte du déroulement du morceau.
Cependant la cyclicité des morceaux travaillés, associée à leur courte durée,
permet de les reprendre du début, peu de temps après. Les erreurs individuelles
s’entendent difficilement parmi le nombre de frappes simultanées et ne sont donc
pas personnellement préjudiciables, il suffit de suivre ceux qui maîtrisent mieux
le morceau. Le groupe soutient ainsi la pratique de chacun et inversement, ce qui
réduit considérablement l’enjeu de réussite. Les participants ne ressentent aucune
pression, la norme de comportement étant ici la tolérance et non la sanction de la
différence, par ailleurs celle-ci peut rapidement être palliée par l’apprentissage.
Une fois le morceau intériorisé par la plupart, le plaisir de jouer ensemble, de
ressentir la résonance de multiples frappes simultanées dans la succession rythmique particulière au morceau, est bien plus visible que pendant la phase d’échauffement : les interactions non-verbales se multiplient, les gestes et postures s’extraient
des représentations sociales habituelles pour marquer le rythme. Les participants
oublient leur image et affichent plus librement leurs émotions. En même temps
qu’ils se rapprochent par le rythme, leurs corps se délient de la pression sociale.
Couramment le tempo s’accélère au cours de la répétition continue du morceau,
jusqu’à ce que l’ensemble des participants n’arrive plus à suivre, ce qui se conclut
par des éclats de rires et des soupirs de fatigue. L’expression de ces émotions, pour
le premier idéal-type, ainsi que la possibilité de le faire pleinement dans la cadre
du morceau, pour le second idéal-type, marquent clairement l’effet cathartique
propre à cette pratique musicale collective.
À ce point de l’atelier les participants se sont constitués en groupe. Leurs liens
se renforcent par la pratique commune, les disparités entre les membres se lissent
d’autant plus : il est quasiment impossible de détacher les frappes individuelles du
rendu général, le plaisir et les émotions sont ressenties en commun. Leroi-Gourhan
affirme que « [l]a manifestation la plus importante de
la sensibilité viscérale est liée aux rythmes » 20 . Si, pour
cet auteur, « [l]e rythme des cadences et des intervalles
67
20. André LEROI-GOURHAN, Le geste et la parole, T. 2 : la mémoire et les rythmes, Paris, Albin
Michel, 1965, p. 99.
Antoine PLET I Dissonance sociale et accord musical [...] I pp. 61-71
régularisés se substituent à la rythmicité chaotique du monde naturel et devient l’élément principal de la socialisation humaine, l’image même de l’insertion sociale », dans
notre cas, l’intégration dans un groupe uni par la pratique rythmique se substitue à
une rythmicité perturbée et à la mise au ban du monde social.
Jouer avec.
La troisième phase de l’atelier amplifie ce qui a été précédemment remarqué, en
complexifiant grandement le morceau par l’ajout de variables individuelles dans le
fonctionnement du groupe. Il sera pour cela divisé en sous-groupes, auxquels seront attribuées diverses composantes d’un morceau, ou bien certains participants
auront une variante spécifique du morceau à y adjoindre.
Dans les cas où il s’agit d’une variante ou d’une partie d’un morceau déjà travaillé, son incorporation est soudainement flagrante, car l’enchaînement de frappes du morceau original aura tendance à prendre le dessus sur sa variante. Il faut
un véritable effort de concentration pour apprendre la variante et s’y tenir, tout au
long du temps de jeu, car le moindre relâchement peut faire ressurgir le morceau
antérieurement intériorisé.
Les participants ne jouant plus à l’unisson, ils entendent distinctement les sons
qu’ils produisent. Ils en sont responsables vis-à-vis des autres pour la bonne marche
du morceau. Un système d’auto-correction basé sur la perception de la différence
se met en place, à la fois au niveau individuel et groupal. D’un point de vue individuel, il faut que le participant s’adapte au mieux au rythme collectif, s’auto-corrige
en cas de décalage ou de mauvaise frappe. Ce qui est valable individuellement le
sera au niveau du groupe que nous pouvons considérer comme un « système causal
circulaire », tel que Bateson le définit : chaque action individuelle a un impact sur
le groupe (ou système). L’auteur précise que « [d]e tels système circulaires doivent,
selon la nature du cas, tendre vers un état stable, soit subir un changement exponentiel
progressif ; ce changement sera limité par les ressources en énergie du système, par
une restriction extérieure, ou bien par l’effondrement du système en tant que tel » 21.
C’est exactement ce que nous pouvons observer à l’atelier : le morceau peut continuer à être joué au même tempo (état stable), puis, s’il est bien en place, progressivement s’accélérer — ceci de la même façon que pour la phase précédente, bien
que techniquement plus ardu — de plus en plus rapidement avant son paroxysme
(changement exponentiel progressif), démontrant l’interdépendance de chacun
des membres. En termes de restrictions, la fatigue limite la durée : l’artiste peut
recommander au groupe de poursuivre sur le même tempo ou le rythme peut se
délier suite aux erreurs cumulées des participants.
Pour que cela fonctionne, il faut donc que chacun écoute l’autre, mais aussi soimême. Le paradoxe entre détente et concentration est
21. Gregory BATESON, Une unité sacrée, quelques pas de plus vers une écologie de l’esprit
(1991), Paris, Seuil, 1996, p. 100.
de ce fait maximal, si l’on y ajoute que pour profiter
pleinement du jeu musical il faut également parvenir
68
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
à écouter ses frappes dans le rendu global. Tout questionnement personnel doit
être banni pour assurer la justesse de ses frappes dans le rythme. Pour le premier
idéal-type la difficulté de prendre place dans le groupe peut être de cette manière
surmontée ; il s’agit pour eux d’assurer leur partie dans le système de communication musicale, leurs frappes doivent se faire entendre, au bénéfice de tous. Pour le
second, tempérer leur partie, sans interférer ou couvrir de la puissance de leurs
frappes celles des autres, montre leur prise en compte de l’altérité dans le système de communication. L’équilibre de la communication musicale de chacun se
construit sur celle des autres.
Certains peuvent tenter des improvisations et variations sur leur partie de
morceau, liberté dont il leur faut user avec précaution, dans le respect du cadre
rythmique du morceau, sous peine de trop perturber les autres et mettre en danger
l’équilibre du groupe. Les interactions non-verbales se font plus concrètes pour
permettre à l’ensemble de mieux tenir, marquant par indications gestuelles la
prise en compte d’une modification du rythme (observables régulièrement lors
d’accélérations) ou du morceau (erreurs et improvisations), indications des liens
protéiformes unissant par la pratique musicale le groupe à l’individu.
Au cours du déroulement de l’atelier les participants se retrouvent dans des situations différentes mais axées autour de l’apprentissage du jeu musical en groupe.
Outre l’estime personnelle d’y parvenir, les participants apprennent à apprendre : ils apprennent également les caractéristiques du contexte d’apprentissage. Il
s’agit d’apprentissage secondaire ou deutéro-apprentissage, qui consiste non seulement à traiter plus habilement ce qui a été appris dans un contexte donné, mais
aussi à mieux traiter les contextes présentant des similitudes : « Au niveau humain
on peut démontrer le déplacement de l’apprentissage d’un contexte à d’autres par le
phénomène du « transfert » de l’apprentissage et, en particulier, par l’accroissement
expérimental de la capacité d’apprentissage qui se manifeste entre un contexte et un
autre possédant une structure formelle semblable » 22 .
Nous avons remarqué tout d’abord que les participants se sentaient appartenir
à un groupe, dans lequel les enjeux habituels de réussite sont absents. Ce groupe
se crée autour de la pratique musicale commune, qui nécessite d’être à la fois
concentré et détendu, écartant les habituels questionnements de représentation de
soi en présence d’autrui. Y est développé un système de communication musicale
mettant en jeu l’interdépendance des individus les uns par rapports aux autres, la
nécessité de s’auto-corriger pour arriver à construire un ensemble satisfaisant pour
tous. L’ensemble de ces caractéristiques constitue le contexte d’apprentissage du
djembé à l’atelier.
Ajoutons que le rythme hebdomadaire de participation aux ateliers favorise le deutéro-apprentissage,
car « [t]oute action répétée fréquemment se fond dans un
modèle, qui peut ainsi être reproduit avec peu d’effort et
69
22. Gregory BATESON, Une unité sacrée, quelques pas de plus vers une écologie de l’esprit
(1991), Paris, Seuil, 1996, p. 88.
23. Peter BERGER, Thomas LUCKMANN, La
construction sociale de la réalité (1986), Paris,
Méridiens Klincksieck, 1992, p. 77.
Antoine PLET I Dissonance sociale et accord musical [...] I pp. 61-71
qui, ipso facto, est appréhendé par son auteur comme ce modèle » 23 . Répéter l’action
de jouer ensemble, outre le fait de favoriser l’apprentissage, en formalise les caractéristiques de son contexte en modèle d’exécution.
Pour Bateson, le deutéro-apprentissage amène également à reproduire inconsciemment les contextes d’apprentissage hors de ceux-ci 24 . Le modèle développé
en atelier, arriver avec autrui à un but commun en négociant chacun sa place au
sein d’un groupe, est une réalité de pratique communicationnelle qui peut dès lors
dépasser son simple cadre d’exécution et être valable dans toute situation impliquant l’individu dans un groupe. En d’autres termes, il devient possible en contexte
de communication sociale — dont nombre de composantes rejoignent le contexte
d’apprentissage de l’atelier — pour les participants de reproduire inconsciemment
les caractéristiques modélisées lors de leur apprentissage de la communication
musicale, favorisant ainsi les échanges sociaux en résultant.
Conclusion.
Dans la vie de tous les jours il est bien difficile de percevoir l’impact particulier
de la participation à l’atelier « Rythm & Voix » sur l’insertion sociale. Considérons
déjà qu’une fois par semaine est proposée une activité permettant de communiquer
— de manière certes différente de ce qui se passe dans le monde social — aux
usagers de la psychiatrie. Ces derniers peuvent, quelle que soit la forme que prend
leur maladie particulière, s’exprimer au sein d’un groupe tout en y prenant en
compte l’altérité.
Apprendre un système de communication n’est pas anodin. Dans notre cas, par
les similarités entre la communication musicale et sociale, est rendu réelle et pratiquée une autre façon de communiquer dans un cadre ni anxiogène, ni stigmatisant.
L’apprentissage de ce système de communication permet d’intégrer que la communication en elle-même, support des rapports sociaux du quotidien peut, dans un
contexte utilisant les mêmes préceptes, être bénéfique à tous et chacun.
Dans mon cadre professionnel, j’ai été amené à côtoyer certains des participants
à la fois à l’atelier et sur leur lieu d’hébergement. Passée la surprise de certains
de me voir à l’atelier et la surprise d’autres d’apprendre l’ignorance des premiers
quant à ma participation, se sont mis en place des rap24. Ce qui se rapproche de la définition de
Bourdieu de l’habitus, fruit de la socialisation,
« systèmes de dispositions durables et transposables, structures structurées prédisposées à
fonctionner comme structures structurantes,
c’est-à-dire en tant que principe générateurs et
organisateurs de pratiques et de représentations qui peuvent être objectivement adaptées
à leur but sans supposer la visée consciente
de fins et la maîtrise expresse des opérations
nécessaires pour les atteindre, objectivement
« réglées » et « régulières » sans être en rien
le produit de l’obéissance à des règles, et, étant
tout cela, collectivement orchestrées sans être
le produit de l’action organisatrice d’un chef
d’orchestre » (BOURDIEU Pierre, La distinction,
Paris, Editions de Minuit, 1979, p. 88).
ports basés sur une pratique commune — la musique
en l’occurrence — ouverts à l’échange et non plus
délimités par la pure fonction de veilleur de nuit. Le
changement du cadre d’interaction, associée à ce que
l’atelier met en place, permet aussi d’échanger de manière plus satisfaisante à la fois pour le professionnel
et l’usager.
70
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
— BASTIDE Roger, Sociologie des maladies mentales, Paris, Flammarion, 1965.
— BATESON Gregory, Une unité sacrée, quelques pas de plus vers une écologie de l’esprit
(1991), Paris, Seuil, 1996.
— BERGER Peter, LUCKMANN Thomas, La construction sociale de la réalité (1986), Paris,
Méridiens Klincksieck, 1992.
— BOURDIEU Pierre, La distinction, Paris, Editions de Minuit, 1979.
— FOUCAULT Michel, Histoire de la folie à l’âge classique (1961), Paris, Gallimard, 1972.
— GOFFMAN Erving, Stigmates, Paris, Editions de Minuit, 1963.
— GOFFMAN Erving, La mise en scène de la vie quotidienne, T. 2 : les relations en public,
Paris, Editions de Minuit, 1973.
— LECOURT Edith, Découvrir la musicothérapie, Paris, Eyrolles, 2005.
— LEROI-GOURHAN André, Le geste et la parole, T. 2 : la mémoire et les rythmes, Paris,
Albin Michel, 1965.
— WEBER Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme (1947), Paris, Plon, 1964.
71
72
Entre prescription et créativité.
Christophe PITTET
Professeur à la Haute École fribourgeoise de travail social
(Suisse), doctorant en sociologie, Laboratoire « Cultures
et Sociétés en Europe » / CNRS , Université de Strasbourg
(France) — cpittet@delombrealalumiere.ch.
Depuis la fin des années quatre vingt-dix, nous développons une approche de
l’accompagnement psychosocial par l’objet de médiation artistique dans le champ
du travail social. D’abord en milieu carcéral à travers la mise en place d’un atelier
de photographie qui a servi de support d’observation participante dans le cadre
d’une recherche-action. Puis au sein d’une structure d’accueil et de formation destinée à soutenir des individus émargeant à un régime aide sociale1.
Cette réflexion a pour but de mettre en perspective cet accompagnement psychosocial, dit « médiation », tout en éclairant d’autres formes d’accompagnements
qui incluent une dimension plus instrumentale dans un contexte de politique sociale donné.
Notre démarche d’analyse porte sur les enjeux liés aux processus d’insertion
des individus en situation de fragilité, inscrit dans un dispositif social d’aide individuelle. Dispositif qui est traversé par une politique d’activation des individus
visant à les réinscrire dans le champ de la production économique.
L’histoire de Jacques va nous permettre de comprendre en quoi un accompagnement fondé sur le concept de médiation par l’activité artistique porte à conséquences au niveau de la construction du lien social et de l’autonomie dans une
trajectoire singulière.
1. Une politique sociale d’insertion traversée par une logique
de double contrainte.
La politique sociale qui accompagne la gestion et l’organisation du Revenu
d’Insertion mis en place dans le cadre de la loi du 1er janvier 2006 sur l’action sociale dans le canton de Vaud (Suisse) vise à dynamiser l’accès à la formation des
allocataires les plus jeunes et le retour à l’emploi des moins jeunes. Cette politique
volontariste souhaite favoriser l’inscription des individus dans des programmes
73
CTS #65 - 2011
L’accompagnement à l’insertion
sociale des allocataires du
Revenu d’Insertion par la
médiation artistique.
Christophe PITTET I L’accompagnement à l’insertion sociale [...] par la médiation artistique I pp. 73-87
d’insertion qui ont pour objectif de travailler sur le lien social et le renforcement
de l’aptitude au placement dans le marché de l’emploi. Cette politique a également
pour cible la limitation, voire la réduction, des dépenses sociales.
Les organismes publics et privés chargés de mettre en œuvre les programmes
d’insertion sont pris dans un paradoxe. En effet, l’accompagnement à l’insertion
sociale des individus en situation de fragilité contient une double tension.
La première est caractérisée par une injonction faite à l’individu marginalisé
de s’inscrire dans des programmes sociaux qui permettent son repérage et son
contrôle. La seconde se manifeste dans l’exigence de solidarité et de soin à apporter aux plus démunis, afin de réduire les risques liés à l’exclusion économique,
mais dans un contexte de moyens financiers insuffisants pour pouvoir répondre à
un tel défi. Ce paradoxe éclaire l’enjeu de la place et de la reconnaissance de l’individu en situation de fragilité. En effet, cette double contrainte qui rend compte
d’une position impossible à assumer par l’individu, renvoie à l’idéologie qui a
marqué la fin du XIXème et le début du XXème siècle, et qui signifiait que le pauvre
était responsable de sa situation de pauvreté. L’individu doit donc faire la preuve
qu’il n’est pas à l’origine de sa situation de fragilité tout en devant intégrer qu’il est
responsable d’y répondre, en courant le risque d’être stigmatisé s’il n’y déploie
par toute la volonté nécessaire pour se réinsérer dans un marché du travail devenu
instable et exigeant.
Plus spécifiquement dans le domaine de l’insertion socioprofessionnelle des
jeunes adultes, nous pouvons observer à partir des constatations faites par les
professionnels de l’insertion, une tension qui réside entre le profil des individus
et l’exigence de normalisation exprimée par les institutions. La première visée est
celle de l’insertion par la formation professionnelle. Pour cela, les institutions mettent en œuvre des programmes de soutien que nous retrouvons également dans le
champ du traitement social du chômage : techniques de recherche d’emploi, cours
de remise à niveau en français ou en mathématiques, acquisition de connaissances de base en bureautique, ou encore affirmation de soi et renforcement de la
confiance par diverses techniques artistiques.
Si la validité de ces programmes est reconnue, nous nous interrogeons, par
contre, sur leur dimension instrumentale comme le souligne Christine DeloryMomberger : « Parmi les dispositifs mis en place au titre des politiques d’insertion,
les accompagnements de projets professionnels mettent en œuvre des “technologies
de soi” telles que Michel Foucault a pu les décrire, mais qui se présentent comme des
techniques de réactivité et d’ajustement des publics ciblés à un environnement et à
des situations socio-économiques et professionnels. Ces dispositifs et les modalités
techniques qui les accompagnent conduisent à problématiser la figure d’un “sujet hy1. De 2003 à 2010, nous avons collaboré avec
la Fondation Le Relais en Suisse en qualité d’assistant social puis de chef de projet au sein du
centre de formation Impulsion.
permoderne” défini par sa capacité à assurer la gestion
de son “capital biographique” et à s’interroger sur la
possibilité, en particulier pour les personnes en situa-
74
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
tion de précarité, de “se construire” en réponse aux réquisits de cette bio-technologie
de l’insertion » 2 . Certains individus accueillis dans ces dispositifs ne sont pas prêts
et disponibles à s’engager activement dans des démarches professionnelles.
Nous formulons l’hypothèse que cette manière de pratiquer l’accompagnement
à l’insertion a pour fonction de marquer l’écart entre les ressources de l’individu
fragilisé et l’exigence du marché de l’emploi, comme moyen de lui renvoyer sa
part de responsabilité dans sa position de dépendance. Comme le relève Nicolas Duvoux, c’est parfois le seul travail que l’allocataire peut entreprendre pour
répondre à l’exigence de contrepartie d’un régime d’aide sociale : « … un travail
sur soi peut apparaître comme un mode d’actualisation de la contrepartie implicite ou
explicite. Ainsi, la suggestion de suivre une psychothérapie ou de faire des ateliers
« d’expression » par le théâtre par exemple peut apparaître comme des injonctions
à peine voilées » 3 . Cette distance est mise en exergue de manière d’autant plus
forte que la norme est exclusivement référée aux conditions de la production
marchande. L’individu peut être ainsi perçu comme inadapté alors que son besoin
premier pourrait être de recevoir un soutien d’un autre type, plus psychosocial, au
risque de le stigmatiser car il serait renvoyé à sa propre condition d’individu en
souffrance et incapable de répondre aux attentes des services sociaux. Il y a donc
un réel écart entre une réponse normative et disciplinaire, dont l’objet central est
l’emploi, et une solution plutôt psychologique qui individualise la problématique
de l’exclusion.
Cet état de fait est renforcé par un accompagnement fondé sur la notion de
contrat qui est aussi un moyen de vérifier la relation de confiance entre les acteurs.
En effet, il est bien question d’un échange entre les acteurs. Les prescriptions et
les objectifs participent de cette mise en scène du lien de confiance à partir du moment où l’acte de transgression sera objectivé par eux. Le contrat peut également
revêtir un caractère plus stratégique en ce sens qu’il met l’individu en situation de
responsabilité et d’activation comme le souligne le sociologue Marc-Henry Soulet : « …cela suppose une plus grande implication du bénéficiaire-usager dans la définition et la mise en œuvre de sa propre insertion, au point de parler de coproduction
de service. Les fins ne pouvant plus être hétéronomes,
c’est au cœur de lui-même que l’usager doit chercher
sa définition, c’est-à-dire l’élaboration de son projet. La
logique de contractualisation, de plus en plus présente
dans le champ de l’intervention sociale, illustre fortement ce mouvement » 4 . Le contrat est un des éléments
du dispositif d’accompagnement à l’autonomie : l’individu est sommé de s’impliquer dans la production du
sens de son insertion, alors que la réponse se situe au
niveau de l’économie marchande, qui ne génère plus
75
2. Christine DELORY-MOMBERGER, « Scénarios
biographiques et “technologies de soi” dans les
politiques sociales d’insertion professionnelle »,
pp. 112-126, in BIARNÈS Jean, DELORY-MOMBERGER Christine (Eds). Le sujet et l’évaluation
des politiques sociales. Nantes, Pleins Feux,
2006. 3. Nicolas DUVOUX, « Le contrat d’insertion et
les scènes de la disqualification », pp. 153-164,
in PAYET Jean-Paul, GIULIANI Frédérique, LAFORGUE Denis (Eds), La voix des acteurs faibles.
De l’indignité à la reconnaissance, Rennes, PUR,
2008.
4. Marc-Henry SOULET, « Une solidarité de responsabilisation ? », pp. 86-103, in ION Jacques
(Ed.), Le travail social en débat(s), Paris, La Découverte, 2005.
Christophe PITTET I L’accompagnement à l’insertion sociale [...] par la médiation artistique I pp. 73-87
suffisamment d’emplois permettant aux désaffiliés de reprendre place comme
producteurs–consommateurs.
Cependant, des pratiques d’accompagnement peuvent permettre à des individus en situation de vulnérabilité de trouver des réponses temporaires en termes
d’identité, de participation sociale ou de place dans la société. L’accompagnement
en question repose essentiellement sur la possibilité de construire une relation
de confiance entre le travailleur social et l’allocataire du RI à travers une activité
de type créatrice ou culturelle, qui l’inscrit également dans une dynamique de
groupe favorisant la valorisation de ses ressources et de ses compétences.
2. L’accompagnement comme expression de la performance
individuelle ou de la transition sociale.
L’exemple de l’organisation du RI dans le canton de Vaud n’est pas unique en
Suisse. La plupart des politiques publiques mettent l’accent, dans le cadre de programmes de réinsertion, sur le développement des capacités de l’individu comme
réponse possible aux problèmes du chômage, de la précarité et de l’exclusion
économique. L’individu est ainsi chargé de mettre en œuvre des moyens et des
ressources personnels afin de trouver des solutions à sa situation de fragilité.
Dans les pratiques de travail social, la notion d’accompagnement est très présente dans les discours des dirigeants et des praticiens de l’action sociale, en tant
que levier pour encourager les individus à retourner travailler. Dans cette perspective, l’accompagnement est un instrument permettant de prendre en considération les spécificités de l’individu et de sa situation, ainsi que de ses besoins. Ce
type de démarche peut apparaître intéressant en cela qu’il rompt avec les mesures
plus anonymes produites par les administrions publiques. Robert Castel y voit,
pour sa part, une forme de leurre : « La propension des professionnels de l’insertion
a généralement été jusqu’à présent de faire une priorité de la norme d’intériorité,
c’est-à-dire de tenter de modifier la conduite des individus en difficulté en les incitant
à changer leurs représentations et à renforcer leurs motivations à “s’en sortir”, comme
s’ils portaient en eux-mêmes la principale responsabilité de la situation dans laquelle
ils se trouvent » 5 . Il souligne que la relation d’accompagnement ne peut reposer
que sur des ressources objectives permettant de sécuriser la trajectoire et la projection dans l’avenir. Selon lui, l’individu doit pouvoir s’appuyer sur des supports
qui ne soient pas uniquement matériels ou psychologiques, mais aussi attachés au
droit et à la reconnaissance.
La question de l’accompagnement comme support relationnel donne lieu à
deux interprétations différentes. D’une part, l’accompagnement peut être compris
comme un outil faisant partie des dispositifs d’activation et de responsabilisation.
Pour nommer ce type de situation, Jean-Pierre Bouti5. Robert CASTEL, L’insécurité sociale. Qu’estce qu’être protégé ?, Paris, Seuil, La République
des Idées, 2003, p. 75.
net parle d’« accompagnement-visée » qui « … se rapproche de l’entraînement prôné par le coaching, se veut
76
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
être un accompagnement vers l’atteinte de tel ou tel but : une performance, un emploi,
une production, une réalisation, une réussite à telle épreuve » 6 . D’autre part, il existe
un autre type d’accompagnement que Jean-Pierre Boutinet appelle « maintien »
dont le but est d’encourager et de soutenir l’individu dans une activité donnée.
En effet, l’« accompagnement-maintien » peut permettre à l’individu de trouver des
ressources complémentaires pour s’engager dans une dynamique de transition
en direction de la construction d’un état personnel plus favorable. Comme le souligne Boutinet : « …l’accompagnement-maintien se soucie de l’autonomie de l’adulte
accompagné, menacée pour telle ou telle raison de régression vers l’une ou l’autre
forme de dépendance » 7. Le type d’accompagnement présenté dans cet article n’est
pas une réponse exclusive à la souffrance. Il ne correspond pas à la logique de
l’« accompagnement-visée », et se rapproche davantage de l’« accompagnementmaintien », dans le sens d’un accompagnement de type « médiation » structuré par
l’activité créatrice. Celle-ci tend à proposer à l’individu en situation difficile un développement de ses ressources personnelles dans une perspective de croissance
de l’autonomie et de renforcement des liens sociaux.
3. La médiation par l’art comme forme d’accompagnement à
l’insertion sociale.
Les pratiques artistiques et culturelles sont présentes depuis de nombreuses
années au sein des institutions sociales et médicales. Les domaines, entre autres
du handicap et de la psychiatrie, proposent des activités créatrices dans une perspective de soin par l’art thérapie, de type occupationnel ou encore comme support
de socialisation.
Au-delà de la dimension esthétique de la création artistique, celle-ci permet
l’expression de sentiments et d’émotions des individus fragilisés psychiquement,
physiquement ou socialement. L’art et la culture sont des vecteurs indirects de
maintien du lien social, des espaces de ressourcements et de reconnaissances
comme le précise Philippe Gaberan : « L’atelier est certainement un lieu de reconnaissance. Mais, pour cela, la personne doit tisser un rapport à l’espace et au temps
qui ne soit pas seulement une conformation à la norme mais aussi une acceptation du
surgissement de l’imaginaire et de l’imprévu. Tout devient possible » 8 . La dimension
singulière de l’individu est exprimée au travers de
l’œuvre qui rend compte de sa présence au monde
de communication entre des individus de conditions
6. Jean-Pierre BOUTINET, « Vulnérabilité adulte
et accompagnement de projet : un espace
paradoxal à aménager », pp 27-49, in BOUTINET Jean-Pierre, DENOYEL Noël, PINEAU Gaston, ROBIN Jean-Yves (Ed.), Penser l’accompagnement adulte. Ruptures, transitions, rebonds,
Paris, PUF, 2007.
et d’origines différentes.
7. Idem.
malgré ses déficiences et handicaps. La pratique
artistique permet avant tout l’élaboration d’une forme
8. Philippe GABERAN, « Introduction », pp. 1315, in ÉQUIPE DU FOYER D’ACCUEIL ET DE PROMOTION HUBERT-PASCAL (Ed.), L’art ça nous
regarde. Préalables à des pratiques d’atelier,
repères, concepts, Paris, Champ social, 2001.
77
Christophe PITTET I L’accompagnement à l’insertion sociale [...] par la médiation artistique I pp. 73-87
4. La création artistique et culturelle comme une forme d’ouverture au monde.
La création artistique est également une possibilité d’ouverture sur le monde.
En cela, elle rompt avec la monotonie créée, notamment, par l’absence temporaire d’emploi ou l’impossibilité d’y accéder durablement. Elle est porteuse de
découvertes sur soi-même et sur les autres, de même qu’elle peut constituer une
ressource : « Car l’art enseigne bien autre chose que des connaissances, il constitue une démarche d’interrogation permanente et favorise l’ouverture des sens, de
l’intelligence, de la sensibilité » 9 . La démarche artistique est un moyen de partage
et d’échange. La solitude de la personne exclue du marché du travail peut être
dépassée par une implication individuelle ou collective. Il ne s’agit pas tant de
devenir peintre, photographe ou comédien, mais bien de comprendre, sentir
et appréhender son environnement et les changements qui y sont liés. Prendre
place dans un atelier d’expression artistique, c’est prendre part à la production
des significations qui constituent notre représentation du monde. C’est aussi une
manière de poursuivre notre inscription dans la société.
Il y a donc la nécessité d’inaugurer des espaces potentiels, tels que l’entend
Winnicott, qui permettent la transition entre des états personnels, notablement
différents, en y inscrivant des éléments de structuration et de repérage, comme
il le souligne : « …une fois que le patient se sent en sécurité, apte à vivre, grâce à
l’analyste qui s’adapte à ses besoins et accepte d’être impliqué ; il commencera alors
à éprouver le besoin de se libérer et d’atteindre l’autonomie. Tout comme le bébé
avec sa mère, le patient ne peut devenir autonome que si le thérapeute est prêt à le
laisser aller ; et pourtant tout mouvement venant du thérapeute qui tente de s’éloigner
de l’état de fusion avec le patient est l’objet d’une noire suspicion et le désastre menace »10 . Dans cette perspective, l’atelier doit avoir une fonction de contenant qui
offre un sentiment de sécurité, préalable indispensable à toute forme d’expression
verbale, physique ou artistique. Le cadre est un des attributs de l’élaboration de
nouveaux repères en termes de socialisation et d’intégration. La culture participe
à cette reconstruction et engage l’individu à revisiter sa position par rapport à luimême et à ses pairs : « Une approche de la culture comme levier d’une dynamique
est à comprendre à deux niveaux. D’une part, concernant la personne fragilisée, des
activités artistiques et culturelles peuvent être à l’origine
9. Philippe GABERAN, « Introduction », pp. 1315, in ÉQUIPE DU FOYER D’ACCUEIL ET DE PROMOTION HUBERT-PASCAL (Ed.), L’art ça nous
regarde. Préalables à des pratiques d’atelier,
repères, concepts, Paris, Champ social, 2001.
de transformations significatives. Certaines expériences
10. Donald W. WINNICOTT, Jeu et réalité. L’espace potentiel, Paris, Gallimard, 1975, p. 149.
ques. Des processus de “remise sur pied” de personnes
11. Marie-Magdeleine HILAIRE, « Restaurer
la capacité d’être acteur », pp. 67-71, in HILAIRE Marie-Magdeleine (Ed.), Action de réinsertion, Mettre en place de nouveaux services.
Culture et lutte contre l’exclusion, Issy-les-Moulineaux, ESF, 2001.
artistiques notamment peuvent créer des décadrages
générateurs de nouveaux regards et de nouvelles pratisouffrant de déséquilibres psychosociaux peuvent aussi
s’enclencher grâce à certaines découvertes, à des chocs
qui provoquent des ouvertures, des brèches propices au
développement de la personne »11.
78
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
Enfin, l’accompagnement par la médiation par l’objet permet d’instaurer
un espace transitionnel visant à sécuriser le passage d’étapes marquées par un
renforcement de l’estime et de la confiance. Cette stratégie d’accompagnement
permet de sortir des clivages entre aidés et aidants, et de mettre à distance les
effets d’instrumentalisation des politiques d’activation dont celle qui fait porter la
responsabilité de la situation de précarité à l’allocataire du Revenu d’insertion.
5. La photographie comme outil de médiation dans un espace
d’accompagnement psychosocial.
En été 2003, un atelier de photographie intitulé « Reflets », destiné aux allocataires du RI a été créé au sein d’Impulsion, centre de formation appartenant à la
Fondation Le Relais à Morges, en Suisse.
L’organisation de cet atelier repose sur la prise en compte de la méthodologie
et des résultats d’une recherche-action mené au sein de la prison de la Tuilière
proche de Lausanne entre 1999 et 200112 . La problématique principale de cette recherche comprenait la question de la préparation à la sortie de prison de femmes
en voie d’expulsion de Suisse, afin qu’elles puissent appréhender et se confronter
à la réalité de la société, dans une perspective d’insertion temporaire. L’enjeu se
situait également dans le travail de restauration de l’estime de soi et dans une action de reconnaissance des compétences sociales des détenues étrangères.
La photographie a été choisie parce que c’est une pratique accessible, familière, créative, et qui n’exige pas une longue formation dans la manipulation d’un
appareil de prise de vue. Faire de la photographie engage l’individu dans une
dynamique d’appréhension de l’espace et du temps différente de ce que vit la personne détenue derrière les barreaux.
Cinq participantes ont réalisé des projets photographiques. Pour cela, elles
ont bénéficié de sorties accompagnées ou de congés, afin de travailler un thème
qu’elles avaient choisi. Cette démarche originale en milieu carcéral a montré la
nécessité de créer des espaces relationnels dans lesquels les détenues pouvaient
se positionner comme sujet d’un projet personnel. Réaliser une telle activité à
l’extérieur des murs a également permis aux participantes de réfléchir sur des
questions en lien avec leur degré d’autonomie et leur capacité à faire face à des
situations nouvelles. Le projet photographique a tenté de répondre à la question du
lien social en ce sens qu’il a été vecteur de nouvelles
rencontres, de contacts différents et de reconnaissance sociale. L’ensemble de ces interactions sociales
a été important au niveau de l’expression de la singularité et de l’altérité de chaque participante.
Dans le cadre d’Impulsion, deux types d’accompagnement psychosocial ont été développés. Le
premier offre la possibilité de construire un rythme et
79
12. Le travail de conceptualisation de cet atelier s’est appuyé sur une recherche-action que
nous avons menée dans le cadre de mon diplôme des Hautes Etudes des Pratiques Sociales à
l’Université de Strasbourg entre 1998 et 2001.
Des informations complémentaires sont disponibles sur le site : www.delombrealalumiere.ch.
De même, un livre a été publié relatant cette
expérience : Christophe PITTET, De l’ombre
à la lumière. La photographie comme outil de
création du lien social. Récit de quatre femmes
en prison, Institut d’études sociales, Genève,
2002.
Christophe PITTET I L’accompagnement à l’insertion sociale [...] par la médiation artistique I pp. 73-87
des relations sociales à partir de l’expression créatrice, notamment par le biais de
la photographie. Le second est destiné à des jeunes adultes entre 18 et 25 ans : il a
pour but l’accès à la formation professionnelle au travers d’un dispositif d’évaluation des compétences sociales et techniques, et d’orientation.
Les allocataires du RI qui fréquentent l’atelier sont orientés par les assistants
sociaux et les conseillers en insertion des Centres sociaux régionaux du canton
de Vaud. La plupart des participants souffrent de troubles dépressifs, d’addiction,
de problème d’intégration ou d’isolement. La majorité d’entre eux vient à Impulsion, soit pour découvrir une pratique d’expression, soit parce la photographie est
déjà investie comme une pratique régulière et qu’ils souhaitent approfondir leurs
connaissances.
Cet espace de créativité se déroule sur 10 semaines au minimum et propose
des activités durant quatre jours par semaine. Les participants abordent aussi bien
la photographie argentique que numérique, ou encore l’infographie.
L’atelier photographique « Reflets » propose un accompagnement fondé sur le
concept de médiation par l’objet artistique. En effet, ce ne sont plus le symptôme
ou la pathologie qui créent la relation mais bien une activité commune qui permet
d’instaurer une mise en mouvement du sujet, car elle représente une possibilité
d’investissement dans un cadre sécurisé. Dans cette perspective, l’animateur doit
construire sa relation avec l’individu en souffrance à partir du support artistique.
Cela va lui permettre d’entrer en relation et d’engager un processus d’accompagnement. La sculpture, le dessin ou la photographie sont des outils de médiation
tels que le décrit Paul Fustier au niveau des problèmes de socialisation des enfants : « On dit qu’il faut utiliser une “technique comme médiatrice de la relation avec
le groupe ou l’individu” (Buisson, 1968). Il s’agit donc à la fois d’un outil permettant
d’entrer en relation, et d’un appareillage favorisant un contrôle suffisant des affects
et empêchant un déferlement direct de ceux-ci »13 . L’outil de médiation est à la fois
un support qui crée une opportunité de contact et un support qui va organiser les
relations autour d’un objet commun. C’est au fur et à mesure de l’action de création
que l’usager peut se permettre de dévoiler d’autres facettes de sa personnalité, de
ses intérêts et de ses qualités. L’outil de médiation est un moyen de faire connaissance avec celui qui est différent pour une meilleure reconnaissance des uns et
des autres.
6. La trajectoire de Jacques.
Afin d’illustrer le type d’accompagnement « médiation » en direction de la
réinsertion sociale et professionnelle, ainsi que les effets de l’usage du support
photographique dans la relation d’aide, nous évoquerons le parcours de Jacques
qui a fréquenté durant près de six mois le centre de formation Impulsion.
13. Paul FUSTIER, L’enfance inadaptée, Repères
pour des pratiques, Lyon, PUL, 1993, p. 10.
80
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
C’est en décembre 2008 que Jacques14 a intégré l’atelier « Reflets ». Il a été orienté
par son assistant social pour qu’il puisse travailler les objectifs suivants : reprise
d’un rythme, renforcement de l’estime et de la confiance, ainsi que tisser de nouveaux liens. Âgé de 27 ans, Jacques s’est formé comme mécanicien sur véhicule
poids lourd. Suite à un accident, il a dû cesser l’exercice de sa profession et a effectué des missions temporaires: « … je n’ai plus pu continuer dans cette profession à
cause de cet accident justement. J’ai cherché dans plusieurs domaines et je n’ai jamais
trouvé un travail fixe et je n’ai pu travailler que comme employé temporaire »15 . Par
la suite, son existence a été émaillée d’événements importants, tels que sa participation au cambriolage d’un restaurant ou la consommation régulière, durant sept
ans, de divers produits toxiques (héroïne, acides, etc.). Il est inscrit au Revenu
d’Insertion depuis le 1er janvier 2008 suite à une longue période de chômage.
6.1. Son inscription dans le dispositif.
La politique qui sous-tend la gestion de l’aide sociale vaudoise engage les travailleurs sociaux à agir dans le sens de l’activation des individus restés en marge.
Si Jacques ne s’est pas senti complètement libre de choisir de participer ou non, il
n’a pas non plus été formellement obligé, comme son témoignage le laisse entendre : « En fait non, je ne me sentais pas obligé. Pas du tout. Mon assistant social m’a
poussé un peu, parce qu’il est franc, voilà, il est direct. Il m’a dit que ça me ferait du
bien de participer. D’un côté, je me sentais un peu poussé, d’un autre côté pas, parce
que d’un côté ça m’intéressait »16 . Son témoignage montre que son assistant social
l’a soutenu dans sa décision à partir d’une position ambivalente. Position qui peut
être interprétée comme une prise de risque pour Jacques de s’engager dans une
activité nouvelle et sur laquelle il a, de fait, peu de prise.
Par ailleurs, l’état d’isolement dans lequel il se trouvait ne favorisait pas son
bien-être : « … parce que rester à la maison et ne rien faire, moi je n’arrive pas. Il
m’a proposé de venir ici. On a pris contact ensemble et deux semaines plus tard j’ai
commencé »17. Sa participation à l’atelier lui a permis d’engager un travail photographique à l’extérieur et d’aller à la rencontre d’autres personnes.
6.2. Les motivations de Jacques.
Avant de s’inscrire au RI et de participer à l’atelier « Reflets », Jacques occupait
une place de chauffeur-livreur dans le cadre d’un programme d’emploi temporaire
proposé par l’intermédiaire de l’assurance chômage. Il effectuait également quelques travaux rémunérés mais non déclarés : « D’abord
je n’étais pas trop motivé parce que je voulais vraiment
14. Prénom d’emprunt.
faire chauffeur-livreur. Ensuite la photographie ça ne
15. Entretien avec Jacques, 2. 02. 2009, p. 1.
m’a jamais vraiment super intéressé. Par contre, j’ai tou-
16. Entretien avec Jacques, 2. 02. 2009, p. 2.
jours trouvé intéressant d’avoir un appareil dans la main
17. Entretien avec Jacques, 2. 02. 2009, p. 1.
et de montrer aux autres ce qu’on a vu nous-mêmes » .
18. Entretien avec Jacques, 2. 02. 2009, p. 2.
18
81
Christophe PITTET I L’accompagnement à l’insertion sociale [...] par la médiation artistique I pp. 73-87
Son propos révèle une difficulté à accepter que son travail temporaire en qualité
de chauffeur-livreur n’est pas renouvelable ou pérenne. De même, l’hésitation de
Jacques face à la photographie peut être interprétée comme une angoisse face à
une activité hors du domaine de la productivité marchande. L’écart entre les deux
domaines d’activité est relativement important et est signifié par leur représentation propre, l’une renvoyant à exécuter une action, l’autre à créer une œuvre.
6.3. Les effets de l’accompagnement par la médiation artistique.
Jacques a choisi de traiter le thème des reflets, il s’est ainsi déplacé dans différentes régions des cantons de Vaud et du Valais, étant sans véhicule, il a demandé
à un ami de l’accompagner avec sa voiture dans son travail photographique. Ce
qui lui a permis, entre autres, de se rendre dans les Alpes pour réaliser des images originales.
Les prises de vue ont été faites durant l’hiver 2008-2009 dans les
cantons de Vaud et du Valais en Suisse. La série présentée fait partie
d’une exposition intitulée Reflets au Tea-room Plan B des entreprises
d’insertion de la Fondation Le Relais à Morges (Suisse).
82
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
83
Christophe PITTET I L’accompagnement à l’insertion sociale [...] par la médiation artistique I pp. 73-87
Jacques s’est rendu au centre de formation Impulsion, au rythme de trois fois
par semaine, pour sélectionner et analyser ses images, préparer son exposition et
chercher un logement.
Jacques a été un participant régulier et motivé. Il exprime ainsi sa satisfaction
après deux mois de participation : « Alors, de mon côté ça se déroule très bien,
très bien. C’est un peu stressant parce que j’ai un projet d’exposition qui me stresse
beaucoup. Mais à part ça, ça m’apporte beaucoup. Ça m’apporte beaucoup d’énergie.
L’entourage aussi. Les coachs, moi je trouve qu’ils sont tous géniaux et qui sont là pour
aider »19 . Au-delà des apports techniques compris dans l’action de photographier
et des bénéfices psycho-affectifs reçus soit d’un cadre vécu comme bienveillant,
soit de professionnels investis comme des objets non-dangereux, sa place dans
l’atelier revêt une importance vitale comme il le souligne avec sensibilité : « Pour
l’instant, franchement dit, ça me tient en vie, parce que si je n’étais pas ici, je serais à
la maison, je serais en train de réfléchir le pourquoi et le comment. Et pourquoi cette
situation et pas autrement. Peut-être que je serais plus là. Ça me retient aussi d’un suicide, parce que psychiquement je suis pas très bien dans ma tête » 20 . La question du
soutien psychosocial semble donc primordiale pour Jacques face aux sentiments
de solitude et de détresse qui l’habitent depuis plusieurs années.
C’est également le sens et la place de Jacques qui est en jeu à travers son inscription dans le dispositif : « … oui, ça me permet de sortir de chez moi, de voir du
monde qui me soutient, qui aide les autres. Moi aussi j’adore aider, mais dans mon
possible. Je suis vraiment content de trouver des gens qui puissent m’aider aussi et
puis essayer de sortir de cette situation » 21. À partir de ce témoignage, nous pouvons
comprendre que Jacques a besoin d’échanger et de ne pas rester uniquement dans
une position unilatérale en termes d’aide. Il peut, par le biais de sa participation à
l’atelier, se rendre également utile.
L’engagement se traduit par une interaction marquée par la réciprocité et la
satisfaction d’être relié à un cercle de personnes dans lequel il prend une place
qu’il estime importante : « Alors le groupe rapporte beaucoup à chacun. Chaque
partie ramène quelque chose à l’autre. C’est bien de pouvoir communiquer ensemble,
de partager ses problèmes, de chercher des solutions. Dans le cours informatique, on
est tous assis l’un à côté de l’autre, chacun aide tout le monde. C’est ce que je trouve
génial, c’est qu’il y a un climat un peu familial » 22 . Outre l’importance de l’ambiance
et du sentiment d’appartenance, Jacques met aussi en exergue la question des bénéfices retirés de la pratique photographique : « Je ressens une satisfaction énorme
en fait, d’avoir réussi quelque chose. Des fois, il y a aussi
19. Entretien avec Jacques, 2. 02. 2009, p. 4.
des images que je fais et que je ne trouve pas bien. Mais
20. Entretien avec Jacques, 2. 02. 2009, p. 6.
d’autres les trouvent parfaites ce qui me ramène aussi
21. Entretien avec Jacques, 2. 02. 2009, p. 2.
une certaine satisfaction. En fait ça me rapporte que du
22. Entretien avec Jacques, 2. 02. 2009, p. 4.
bonheur » 23 .
23. Entretien avec Jacques, 2. 02. 2009, p. 4.
84
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
6.4. L’exposition de soi par les images comme forme de reconnaissance
sociale.
La dernière étape avant le départ de Jacques, en avril 2009, a été la finalisation
de son travail photographique et le montage de son exposition. Cette étape visait à
mettre en valeur sa démarche, à rendre compte de son investissement, à structurer
son parcours et à ritualiser la fin de sa participation à l’atelier.
La question de l’exposition de ses images a préoccupé Jacques durant plusieurs
semaines. En effet, il s’est adressé à chaque intervenant de l’atelier de manière
individuelle en exprimant ses inquiétudes, notamment celles liées à la charge de
travail que cette exposition représentait. Jacques a pu toutefois partager son état
de tension : « Cette exposition représente pour moi une grande valeur car elle va me
rapporter beaucoup. J’ai un problème avec les personnes, avec mon entourage. J’aime
bien être seul et j’ai un peu des problèmes à être avec beaucoup de monde autour
de moi. J’ai l’impression que je n’ai pas de valeur sur cette terre. Je cherche toujours
pourquoi je suis là. Quand je vais pouvoir montrer cette exposition à tout le monde, à
mon entourage, je pense que ça va m’apporter énormément de joie et de motivation.
La motivation, je l’ai déjà maintenant. Je suis à fond dedans Je fais le maximum mais
ça me stresse, car il y a deux ou trois personnes qui savent que je vais faire cette
exposition. C’est que les gens, ils attendent quelque chose de moi, ça me stresse deux
fois plus » 24 . Jacques appréhende le regard des autres sur sa personne et son travail
artistique. Cet état de tension rend compte du mouvement qu’il opérait face à ses
relations familiales et sociales, dans une perspective d’interactions qui peuvent
venir renforcer les liens et, par conséquent, la reconnaissance de sa personne.
Avec une place encore mal définie socialement et en perpétuel questionnement
sur le sens de son existence, Jacques ressentait bien l’enjeu de devoir répondre à
ces questions et envisager de sortir de la situation d’entre-deux dans laquelle il se
trouvait depuis de nombreuses années.
L’autre défi auquel Jacques devait faire face était celui de trouver un emploi. En
effet, dans le cadre de l’atelier, il a montré des compétences techniques et sociales
au-dessus de la moyenne. Sa capacité à comprendre rapidement des consignes,
son approche méthodique de la photographie, ainsi que le respect qu’il a porté à
autrui et au matériel montrent des qualités positives.
Cependant, ce que craignait Jacques, c’est la dimension temporaire de l’emploi
comme il le soulignait avec justesse : « Pour moi ça a une grande importance, car j’ai
toujours eu du travail temporaire. On ne m’a jamais laissé une chance pour un travail
fixe, suite à mon accident professionnel. Et puis pour moi ça a une grande importance,
car je ne peux pas rester à la maison à rien faire. Là, je recommence à réfléchir, à me
dire pourquoi je suis là » 25 . Rester actif et s’inscrire dans un continuum sont deux
éléments structurants pour Jacques qui présentait une
personnalité angoissée et dépressive : « … je me re-
24. Entretien avec Jacques, 2. 02. 2009, p. 5.
mets toujours en question. Bon à présent c’est plus trop
25. Entretien avec Jacques, 2. 02. 2009, p. 6.
85
Christophe PITTET I L’accompagnement à l’insertion sociale [...] par la médiation artistique I pp. 73-87
le cas, mais encore il y a peu de temps, j’avais vraiment envie de me suicider parce
que je me posais la question pourquoi je suis là, qu’est ce que je fais là. De toute façon,
le but de la vie c’est de mourir, tout le monde meurt. Et puis si je suis à la maison en
train de rien faire, là je me remets en question. Puis après deux tentatives de suicide,
il peut bien en avoir une troisième » 26 . Les propos de Jacques relèvent la nécessité
de préserver des activités alternatives à l’emploi temporaire afin de le maintenir
dans une dynamique tournée vers l’extérieur permettant de s’inscrire dans un
système de participation et de valorisation sociales, au travers d’actions qui visent
sa progression. Certes, cette situation ne répond pas de manière fondamentale à
la question du sens de l’existence que se posait Jacques mais elle permet d’ouvrir
une perspective qui n’avait pas encore été explorée jusqu’à présent.
En conclusion.
Il existe chez Jacques un désir de reconquérir un cadre normatif, à travers un
emploi à même de lui offrir un support de structuration identitaire et de reconnaissance. Or la fragilité existentielle de Jacques obstrue le passage d’un état d’assisté
à une condition de travailleur telle qu’il l’espère, soit sous la forme d’un contrat à
durée indéterminée en qualité de chauffeur. Ce que Jacques recherche surtout à
travers le travail, c’est de pouvoir obtenir une situation stable et sécurisée. Cependant, le marché économique exige efficacité, disponibilité et flexibilité dans
un état de permanence sans failles. L’enjeu qui se pose, depuis près de quinze ans
aux acteurs de l’action sociale, est bien la réponse à donner face à cet ensemble
de contraintes et d’obstacles, afin que l’individu s’insère durablement dans un
système de production de biens et de services marqué par la concurrence dans
une logique de profits économiques.
Les politiques d’activation commettent un leurre en produisant des injonctions
paradoxales en direction des individus affaiblis dans leur position socio-économique. Dire qu’il s’agit de faire la preuve de sa volonté et de sa détermination pour
« gagner » un travail alors que les réponses en termes d’emploi et de formation
restent accessibles aux « meilleurs » de la société néo-libérale, c’est renforcer le
sentiment de culpabilité chez les plus démunis.
L’accompagnement par la médiation ne répond pas directement au projet professionnel de Jacques. Cependant, il reste un moyen « par défaut » et en attendant
« meilleure fortune », d’envisager la question de la transition d’une situation donnée
à une autre envisagée. L’histoire de Jacques, comme la plupart des trajectoires des
participants de l’atelier photographique « Reflets », met en exergue la nécessité
d’interroger le sens de la justice sociale à partir de positions d’inégalités de plus
en plus marquées. La médiation par l’objet artistique peut, nous semble-t-il, restaurer des liens sociaux et inaugurer de nouvelles formes de participation sociale
qui s’inscrivent d’abord dans une production symbo26. Entretien avec Jacques, 2. 02. 2009, p. 7.
lique de l’existence.
86
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
— BOUTINET Jean-Pierre, « Vulnérabilité adulte et accompagnement de projet : un
espace paradoxal à aménager », pp 27-49, in BOUTINET Jean-Pierre, DENOYEL Noël,
PINEAU Gaston, ROBIN Jean-Yves (Eds), Penser l’accompagnement adulte. Ruptures,
transitions, rebonds, Paris, PUF, 2007.
— CASTEL Robert, L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être protégé ?, Paris, Seuil, La
République des Idées, 2003.
— DELORY-MOMBERGER Christine, « Scénarios biographiques et “technologies de soi”
dans les politiques sociales d’insertion professionnelle », pp. 112-126, in BIARNÈS Jean,
DELORY-MOMBERGER Christine (Eds), Le sujet et l’évaluation des politiques sociales.
Nantes, Pleins Feux, 2006.
— DUVOUX Nicolas, « Le contrat d’insertion et les scènes de la disqualification », pp. 153164, in PAYET Jean-Paul, GIULIANI Frédérique, LAFORGUE Denis (Eds), La voix des acteurs
faibles. De l’indignité à la reconnaissance, Rennes, PUR, 2008.
— FUSTIER Paul, L’enfance inadaptée, Repères pour des pratiques, Lyon, PUL, 1993.
— GABERAN Philippe, « Introduction », pp. 13-15, in ÉQUIPE DU FOYER D’ACCUEIL ET DE
PROMOTION HUBERT-PASCAL (Ed.), L’art ça nous regarde. Préalables à des pratiques
d’atelier, repères, concepts, Paris, Champ social, 2001.
— HILAIRE Marie-Magdeleine, « Restaurer la capacité d’être acteur », pp. 67-71, in
HILAIRE Marie-Magdeleine (Ed.), Action de réinsertion, Mettre en place de nouveaux
services. Culture et lutte contre l’exclusion, Issy-les-Moulineaux, ESF, 2001.
— PITTET Christophe, De l’ombre à la lumière, La photographie comme outil de création du
lien social. Récit de quatre femmes en prison, Genève, Institut d’études sociales, 2002.
— SOULET Marc-Henry, « Une solidarité de responsabilisation ? », pp. 86-103, in
ION Jacques (Ed.), Le travail social en débat(s), Paris, La Découverte, 2005.
— WINNICOTT Donald W., Jeu et réalité. L’espace potentiel, Paris, Gallimard, 1975.
87
88
Arts de la rue
et ruralité.
Charles GOURGEON
Directeur du CADA ALTHEA, Le Mans, co-fondateur et
organisateur du festival Fenêtres sur rue, Bonneval (Eureet-Loir) 1996-2002.
1. Introduction.
C’est dans une commune rurale de 4500 âmes que fut organisée en 1996 la
première représentation d’un festival d’arts de rue. Initialement prévu pour étoffer
une fête patronale à bout de souffle, il fut, par la suite, reconduit annuellement durant sept années. En effet, loin de s’imaginer que cet événement, de prime abord
festif, serait reconnu, par la suite, pour son caractère indéniablement culturel, ses
organisateurs ne se faisaient guère d’illusion quant à son impact immédiat sur la
population. En effet, sur ce territoire dépourvu de toute infrastructure adaptée, le
développement de la pratique culturelle et artistique, n’avait pu se faire que de
façon ponctuelle par le biais d’associations animées par des personnes bénévoles.
Le dernier cinéma y avait fermé définitivement ses portes quelques dizaines d’années auparavant et aucune demande particulière n’avait émergé d’une population
apparemment satisfaite ou, du moins, résignée. Un centre de loisirs très actif et
novateur hébergeait des associations proposant des cours de dessin et un atelier
théâtre pour les jeunes, tandis qu’une dynamique compagnie de théâtre amateur
montait annuellement, de façon très professionnelle, une pièce du répertoire classique, réservé à un public éclairé.
Bref, en termes de culture, en ce milieu rural, tout semblait indiquer qu’on s’y
entendait plus dans celle de céréales que dans celle des spectacles vivants. Ignorant cet a priori, la programmation de cette première édition fut préparée avec
soin dans le but de capter le promeneur et de l’inviter à assister aux spectacles.
Quelle fut donc la surprise des organisateurs quand, dès le premier spectacle, ils
purent observer la présence d’un important public. Le soir même de ce premier
festival d’arts de rue — quatre spectacles donnés par quatre compagnies professionnelles — un constat s’imposait : contrairement aux idées reçues, le public rural
s’intéressait aux spectacles à vocation culturelle ! Il ne restait plus qu’à aller un
89
CTS #65 - 2011
Comment une action culturelle et artistique
peut être vecteur de lien social en milieu rural.
Charles GOURGEON I Arts de la rue et ruralité I pp. 89-95
peu plus loin et faire partager cette conclusion aux financeurs potentiels (collectivités et autres tutelles) afin de les convaincre d’investir dans ce projet qui, en
1996, était loin de faire l’unanimité, la création d’un festival d’arts de rue en milieu
rural. Ce qui fut fait puisque dès la deuxième année, la DRAC (Direction Régionale
des Affaires Culturelles), le Conseil régional et le Conseil général aux côtés de la
Ville (qui soutint le projet dès le premier jour) participèrent au financement de
cette aventure qui devait durer sept ans. En marge de l’organisation artistique,
administrative et technique des festivals qui se succédèrent et qui ne cessèrent de
gagner de l’importance en nombre de spectacles proposés mais aussi en notoriété
se traduisant par une forte évolution géographique (présentation de spectacles
dans plusieurs villes ou villages du canton), l’équipe a utilisé cette expérience
pour mener à bien l’analyse du phénomène que nous proposons ici.
2. Une société rurale en pleine mutation (nouvelle société néorurale).
Depuis de nombreuses années, nous ne pouvons que constater la plus importante transformation que la société rurale ait jamais connue. Cette tendance,
amorcée dans les années soixante, ne cesse de s’accentuer sur le territoire rural
français avec deux mouvements concomitants, d’une part, une forte diminution du
nombre des agriculteurs (9,9 % en 1990 contre 33,8 % en 1962)1 et une augmentation du nombre de cadres moyens et supérieurs (14,9 % en 1990 contre seulement
3,9 % en 1962) 2 et du nombre de retraités (issus du monde rural ou non). Ce bouleversement est la conséquence directe de l’engorgement des zones urbaines et de
la sensation (ou l’illusion), souvent répandue parmi leurs habitants, que la qualité
de vie est bien meilleure à la campagne, du retour aux sources d’une population
retraitée d’origine rurale ayant séjourné en ville le temps d’une vie professionnelle, et de la délocalisation, pour des raisons d’attractivité économique promues
par les collectivités territoriales dynamiques, de certaines entreprises vers les
zones rurales.
Or, durant plus d’un siècle, du lendemain de la guerre de 1870 jusqu’à nos
jours, différentes phases migratoires des campagnes vers les villes, plus ou moins
espacées et de différentes importances (l’exode rural) ont vidé de nos campagnes
les populations non directement liées à l’activité agricole. « En un siècle, nous
disent Bernard Hervieu et Jean Viard 3 , les campagnes françaises, fourmilières démographiques, artisanales, industrielles et agricoles se
1. Source : SEGESA-INSEE.
constituent en ghetto paysan, dans un mouvement d’une
2. Idem.
grande cohérence politique, idéologique et démogra-
3. Bernard HERVIEU, Jean VIARD, L’archipel
paysan. La fin d’une république agricole, La Tour
d’Aigues, Editions de l’Aube, 2001, p. 55.
phique ». Ainsi naquit une société paysanne dotée de
4. Bernard HERVIEU, Jean VIARD, Au bonheur
des campagnes, La Tour d’Aigues, Editions de
l’Aube, 2001, p. 17.
Le nouveau mouvement migratoire vers les cam-
ses codes sociaux et culturels.
pagnes, retournement du phénomène d’exode rural,
90
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
combiné au développement technologique lié aux communications, transports et
nouvelles technologies (Internet) vient bouleverser cette société paysanne, tant
sur le plan social que culturel. « Ainsi, urbains et ruraux pensent de plus en plus
de la même manière sur de multiples sujets, mais ils restent convaincus de penser
différemment les uns des autres… » 4 .
En 1985, dans son article écrit pour la revue POUR, Gérard Courtois 5 constatait
que l’atout du monde rural dans son développement résidait justement dans le
sentiment de rejet de la population rurale vis-à-vis d’une société urbaine « anonyme et quadrillée » ainsi que dans l’émergence de son besoin de construire un
« tissu social vivant ». Aujourd’hui, vingt-cinq ans plus tard, on constate que non
seulement le mouvement de migration de la ville vers la campagne s’est accentué,
mais encore que ce « tissu social vivant », qui devait constituer une alternative à la
société urbaine « anonyme et quadrillée » s’en retrouve mis à mal. Par défaut de
moyens, de volonté politique, voire de clairvoyance et de lucidité, grand nombre
de communes ont opté pour un développement démographique, en créant des zones pavillonnaires en périphérie de leur ville ou village sans pour autant se doter
d’infrastructures et de services sociaux et culturels adaptés. C’était sans prévoir
que cette nouvelle population transporterait avec elle, ses caractéristiques de population urbaine, ses problématiques sociales et ses exigences quant aux commodités offertes par les métropoles. Jouir de la tranquillité — toute relative quand il
s’agit d’un lotissement dépourvu d’espaces communs — et de l’immersion dans un
environnement naturel ne parvient pas toujours à compenser les contraintes d’approvisionnement, de transport vers le lieu de travail, de garde de jeunes enfants…
et de distractions pour les adolescents habitués à bénéficier d’occupations et de
lieux de divertissement. Au terme d’une étude menée dans les années quatrevingt sur le mode de vie des jeunes ruraux, Nicole Eizner6 concluait : « Finalement,
ce qui distingue au premier chef les jeunes de leurs homologues urbains, ce ne sont
plus ni des valeurs, ni des formes spécifiques d’inter-connaissance, mais la volonté
d’enracinement, un désir d’une vie plus calme, plus tranquille… à condition bien sûr
de pouvoir aller en ville facilement pour des loisirs ! ».
Ainsi, nos campagnes, souvent dépeintes par des clichés de quiétude, de
qualité de vie et d’authenticité, ne risquent-elles pas de se peupler de familles
qui, rapidement désenchantées ou ne pouvant s’intégrer harmonieusement à cette
société d’accueil (accueillante ?) qui aura « oublié » de prévoir les conséquences
de leur installation, se verront attribuer de fait une qualité de population annexe ?
Ne va-t-on pas fabriquer des zones périurbaines dépourvues d’âme et en quête de
reconnaissance ?
5. Gérard COURTOIS, « Le triangle des Bermudes », POUR, mai-juin 1985, p. 2.
6. « Les modes de vie des jeunes ruraux », Futuribles n°109, 1987, p. 8.
91
Charles GOURGEON I Arts de la rue et ruralité I pp. 89-95
3. Le monde rural remis en culture.
Ainsi, aujourd’hui, une question se pose : comment faciliter l’intégration de
ces nouveaux migrants tout en accompagnant la société rurale dans son évolution
naturelle ?
Nous écarterons volontairement ici le domaine pratique de l’adaptation des
infrastructures touchant les secteurs socio-éducatifs, de loisirs, des transports…
des villes et villages ainsi exposés à un accroissement massif de leur population,
considérant que cela reste de la responsabilité des municipalités qui ont volontairement engagé un processus d’expansion. Nous nous contenterons plutôt d’une
approche sociale, et plus particulièrement socio-culturelle, en lien avec l’expérience exposée plus haut. Comment l’art et la culture peuvent-ils jouer un rôle
moteur dans la construction de ces nouvelles sociétés « rurbaines » ?
La dynamique du changement « oblige à considérer le développement culturel non plus comme un luxe dont on pourrait se passer mais comme un moteur du
développement économique et social » 7, ce qui revient à admettre que l’art et la
culture sont intimement liés au développement des sociétés, dont celle qui nous
intéresse ici. Or, dans la co-contruction de la nouvelle identité culturelle de nos
campagnes, ruraux et migrants urbains ont chacun des éléments issus de leurs
cultures originelles à mettre en commun. Afin de se singulariser à la fois d’une
culture « paysanne » qui, au fil des années, a perdu de son essence et d’une culture
urbaine qui, elle aussi, cherche en permanence à se redéfinir, ils doivent inventer
ensemble une pratique culturelle propre, intégrant des formes artistiques issues
des deux mondes. C’est donc de la conjonction des deux identités culturelles,
rurale et urbaine, la première émanant de la société d’accueil et la seconde véhiculée par les nouveaux migrants, que pourrait naître une nouvelle culture rurale.
Depuis les années quatre-vingt, les politiques culturelles se sont accrues et
tournées vers le monde rural. Ainsi, une convention signée le 17 juillet 1990 par
les ministères de la Culture et de l’Agriculture s’est donné pour objectif « […] de
favoriser le création, la diffusion, la pratique culturelle et artistique en milieu rural,
de donner aux populations rurales les moyens de maîtriser et de s’approprier les bénéfices de la mise en valeur de leur patrimoine » 8 . Malgré cette prise de conscience
politique, on peut constater que beaucoup de communes rurales, préoccupées
par des problèmes d’aménagement du territoire, de développement démographique (comme nous l’avons souligné plus haut) et de voirie, consacrent peu ou
prou des moyens budgétaires à la culture, ce qui exclut l’implantation de services culturels dynamiques et compétents susceptibles de mener une politique
culturelle cohérente. De plus, outre les salles dites
7. COLLECTIF VAISON, Aujourd’hui la culture du
monde rural, Toulouse, Université Rurale Nationale, 1987.
polyvalentes (anciennement salles des fêtes), rares
8. Action culturelle et milieu rural. Analyse et
exemple, Ministère de la Culture et de la Francophonie, 1994.
manifestations culturelles telles que concerts ou en-
sont les infrastructures capables d’accueillir des
core représentations théâtrales dans des conditions
92
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
acceptables. Bien évidemment, quelle municipalité irait investir des milliers
d’euros dans la création de lieux spécialement dédiés aux spectacles sans être
absolument certaine de son succès, surtout quand d’autres besoins, réclamés
par les habitants, se font sentir… Néanmoins, les territoires ruraux regorgent de
richesses patrimoniales et autres sites propices à la diffusion culturelle. De plus,
comme le souligne André Pacher9 en introduction de son article, la culture rurale
ne saurait se satisfaire, du fait de son histoire et de sa culture historique, d’une
culture « parachutée » de la capitale ou des métropoles françaises via la télévision
ou Internet. Ainsi, il estime que le monde rural doit, afin « d’articuler remise en
culture et développement », inventer « enfin une action culturelle qui débouche sur la
création contemporaine, sur une culture rurale moderne, intégrant la tradition pour
mieux la dépasser » (p. 67) ; ainsi, « en milieu rural, l’action culturelle est à inventer
[…] » (p. 73).
L’expérience qui a été menée lors de l’implantation du festival des arts de
la rue a su révéler un certain nombre de réponses à ces questionnements. Tout
d’abord, il nous a montré que la population de ce nouveau monde rural, qu’elle
soit de souche ou issue de la migration venue des grandes agglomérations, étaient
en demande de culture. Puis, au fil de ses programmations, il a mis en évidence
le fait qu’il n’était pas indispensable d’avoir des lieux dédiés pour présenter des
spectacles de qualité mais qu’au contraire, ceux-ci parvenaient à s’intégrer dans
le patrimoine architectural de l’espace urbain, voire à les mettre en valeur. Enfin, la ville a unanimement suscité l’intérêt des compagnies accueillies qui y ont
trouvé une qualité de jeu qu’elles ne rencontrent que rarement dans les grands
festivals.
Contrairement aux spectacles de salle, souvent lourds, coûteux à mettre en
scène et qui nécessitent des espaces de jeu spécialement adaptés et dotés d’équipements adéquats, le spectacle de rue offre la possibilité d’être présenté dans
n’importe quel espace urbain, sous réserve, bien entendu, qu’il corresponde aux
impératifs de la mise en scène. Mieux encore, parce qu’il est le plus souvent écrit
pour la rue, et aussi, parce qu’il a pour vocation de s’adresser au passant, il s’attribue des espaces scéniques dans le patrimoine urbain existant (cours, places,
ruelles, etc.) : ainsi, il n’est pas rare, lors d’une visite de repérage, que l’artiste
souligne l’aspect intéressant et pittoresque d’un lieu qui, parce qu’il est fréquenté
au quotidien par la population, a perdu, à ses yeux, son cachet. On peut donc, sans
exagérer le trait, attribuer au spectacle de rue la qualité, outre de s’intégrer dans
le patrimoine architectural local, celle de contribuer à sa mise en valeur.
Mais qu’entendons nous donc, au fait, par « arts de rue » ?
Bien que nous ayons, en début de ce texte, apporté des bribes de réponse à
cette question, il nous appartient de préciser ce qui se cache derrière cette dénomination d’une pratique artistique qui, bien qu’existant depuis toujours, a pris, depuis quelques décen-
93
9. André PACHER, « Verticalement, horizontalement », POUR n°101, mai-juin 1985.
Charles GOURGEON I Arts de la rue et ruralité I pp. 89-95
nies une ampleur conséquente. En France, des théâtres de tréteaux, montreurs
d’animaux et autres saltimbanques qui exerçaient leur art de foire en foire dès le
XIème siècle, au théâtre forain des foires parisiennes du XVIIème et XVIIIème siècle,
le théâtre de rue a repris une place qui lui revenait de droit pour son rôle joué au
bénéfice de la diffusion culturelle dans les années quatre-vingt10 . Avec, en 1986,
la création par Michel Crespin du Festival international du théâtre de rue d’Aurillac
puis, en 1993, d’un centre national de ressources des arts de la rue et des arts de
la piste par le ministère de la Culture, HorsLesMurs11, le nombre d’événements
dédiés aux arts de la rue ne cesse de progresser. Pour autant, il serait inexact de
parler d’un quelconque phénomène de mode : cette forme de diffusion culturelle,
puisque c’est bien de cela qu’il s’agit, répond bel et bien à une demande du public
et des collectivités qui investissent dans l’organisation de ces événements.
Revenons un instant à notre expérience ; partis initialement d’une simple
programmation de spectacles professionnels, les organisateurs ont rapidement
complété leur activité, aux côtés de compagnies en recherche de nouveaux partenaires, par la création et la coproduction de spectacles. Ainsi, les compagnies
ont-elle été accueillies en résidence le temps d’organiser des répétitions en public — ce qui généralement n’est pas aisé à faire dans les grandes villes — ou de
travailler le spectacle en lui-même. Ces moments ont donné lieu à des rencontres
avec le public rural — ces « filages » étant généralement organisés le jour de marché — où comédiens et organisateurs ont pu observer que ce public leur accordait
le plus vif intérêt. Il ne fut d’ailleurs pas rare que des personnes allaient, en fin de
représentation, apporter aux comédiens leurs commentaires et appréciations. Une
rencontre avec des écoliers et des artistes fut même organisée, au grand plaisir de
l’ensemble des participants. De même, lors des festivals qui se sont succédés durant sept années, nous avons pu constater, autour d’un spectacle donné, un rapprochement des différentes populations spectatrices (âges, origines sociales, etc.),
une libération de la parole dans l’expression des avis divers, et ce quel que soit le
spectateur. Ruraux de souche ou urbains en villégiature, spectateurs aguerris et
connaisseurs ou badauds attirés par l’ambiance du spectacle, tous communiaient
autour des artistes.
Au fil des années, la programmation s’est affinée, pour se doter d’une trame
bien précise, avec la cohabitation de spectacles de divers niveaux d’intérêt, de
difficultés culturelles et divers types de pratiques ar10. Voir article de Morgane LE GALLIC in Le Goliath, guide des arts de la rue et des arts de la
piste, HorsLesMurs, 2008.
tistiques. Ainsi, il fut possible de proposer au public un
11. HorsLesMurs (http://www.horslesmurs.fr)
est un centre qui développe « missions d’observation et d’accompagnement des pratiques artistiques hors les murs à travers des activités
d’information, de documentation, de formation,
d’expertise, d’étude et d’édition » (extrait du site
« ACCUEIL > Qui sommes-nous ? »)
constater une évolution de son centre d’intérêt : celui
choix le plus large possible mais aussi, par la suite, de
qui, lors de la première diffusion du festival, ne s’intéressait qu’aux spectacles visuels, finit par suivre un
opéra de rue et fredonner l’air de Figaro de Rossini…
94
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
Bien entendu, il serait présomptueux d’établir, à partir de cet exemple, une règle générale. Néanmoins, on peut constater une recrudescence du nombre de ces
événements sur notre territoire rural qui, pour peu qu’ils parviennent à obtenir
des financements pérennes et nombreux, « utilisent » l’action culturelle véhiculée
par les arts de la rue et les spectacles vivants12 pour générer un développement
économique et social ou mener des actions socio-éducatives sur leur territoire.
4. La culture, outil de lien social.
Peut-on concevoir, aujourd’hui, une action sociale sans en passer par l’art et la
culture ? Ou plutôt, l’art et la culture ne peuvent-ils pas intervenir comme vecteur
de lien social ?
Dans toute société à la recherche d’une identité, ainsi que nous avons pu le
constater dans les cités avec les mouvements « rap », « hip-hop » et la recrudescence
des « tags » et autres « fresques urbaines », l’art a toujours joué un rôle important.
Qu’il manifeste un mal être ou qu’il témoigne d’une réalité sociale, l’art, qu’il soit
musical ou théâtral, est un lien important entre les individus d’une même communauté. Aujourd’hui, le monde rural poursuit son évolution vers une société mixte,
regroupant à la fois des personnes de souche paysanne ou, plus récemment, rurales et des migrants de grandes villes. La poursuite des ambitieux programmes de
développement entrepris par certaines de ces communes risque de générer, si la
mise en place d’un développement social et socio-éducatif n’est pas engagé simultanément, des déséquilibres démographiques et sociaux graves. Certes, l’action
culturelle ne pourra jamais combler une carence en infrastructure (accueil petite
enfance, espace jeune, moyens de transport, centre social ou socio-culturel, etc.),
et ce n’est pas là sa vocation. Toutefois, elle peut intervenir pour la création d’un lien
social fort entre l’ensemble de la population sur un projet commun mettant en œuvre une action artistique. Parce qu’ils valorisent le patrimoine — et pas n’importe
lequel : le leur, celui de « leur ville » —, parce qu’ils sont facilement accessibles à
tous — « cultureux » ou pas, ou encore, quoique relayant plutôt une représentation
urbaine —, parce qu’ils ont su s’adapter merveilleusement bien au milieu rural,
les arts de la rue apparaissent comme une pratique artistique particulièrement
adaptée à cette tâche. Un récent reportage télévisé sur le festival « le Nombril du
Monde »13 organisé à Pougne-Hérisson, montrait que, outre le fait d’accueillir de
nombreux spectateurs lors de ses éditions annuelles, il avait permis d’attirer une
population nouvelle, de créer trois emplois et refaire
vivre la commune à tel point que le nombre d’enfants
pourrait permettre d’y rouvrir une classe ! Si ce n’est
pas une action sociale réussie…
12. Comme, par exemple « Culture et Territoires en Lorraine, scène conventionnée multisites pour le spectacle vivant en milieu rural ».
http://www.scenes-territoires.fr ou encore, à
Pougne-Hérisson, avec son festival « Le Nombril du Monde ».
13. Voir site internet « Le Nombril du Monde »
de Pougne-Hérisson et de la Communauté de
Commune Espace en Gâtine. http ://www.nombril.com
95
96
Que fait le théâtre au
travail social ?
CTS #65 - 2011
Thierry COMBE
Comédien, metteur en scène et éducateur spécialisé.
Prélude.
— Paulette : « Mais qu’est-ce que vous croyez qu’on va être capable de faire sur
scène ? »
— Moi : « Ben justement avant de venir je me demandais ce que vous auriez envie
de faire sur scène, ce dont vous voudriez témoigner, le message que vous voudriez
porter… »
— Paulette : « Eh bien… [un temps] qu’à 92 ans, enfin qu’à nos âges, on est encore
capable de faire du théâtre »
— Moi : « C’est déjà un beau message, autre chose ? »
— Paulette : « Qu’il y a de l’espoir, que la vie ne s’arrête pas à 50 ans… »
1. En guise de présentation.
Il me parait important avant de vous embarquer à l’assaut des lignes qui suivent
de prendre un temps pour préciser qui je suis, et d’où je parle. C’est, je pense,
se donner un cadre pour mieux se comprendre, éviter ainsi, peut-être, quelques
malentendus1, et donner à percevoir l’angle qui est le mien pour aborder cette
question « Qu’est-ce que la culture et l’art font au travail social ? ».
Je suis entré en formation à l’IRTS de Franche-Comté en 2005, après 7 années d’activités professionnelles dans le domaine du bâtiment2 . J’avais alors 29
ans. Pendant mes trois années de formation pour obtenir le diplôme d’éducateur
spécialisé, j’ai axé une part de mes nombreuses réflexions autour de la relation
entre Théâtre et Éducation. Ce fut d’ailleurs le thème de mon mémoire de fin
d’études 3 . Ayant réussi l’examen, j’ai ensuite travaillé pendant près d’un an dans
un GEM 4 à Champagnole (Jura). Des circonstances imprévues ont permis que je
sois aujourd’hui comédien et metteur en scène notamment au sein de ma propre
compagnie POCKET Théâtre. Dans le cadre de ces nouvelles activités, j’encadre
97
Thierry COMBE I Que fait le théâtre au travail social ? I pp. 97-104
régulièrement des créations théâtrales mettant en scène des publics spécifiques 5 .
J’imagine que c’est ce parcours et les expériences qui l’ont jalonné qui font que je
me retrouve aujourd’hui invité à collaborer à la rédaction d’un numéro des Cahiers
du travail social axé autour de « Cultures, arts et travail social ».
Vous aurez probablement déjà supposé que je me contenterai de tenter de répondre à la question plus réduite : « Qu’est-ce que le théâtre fait au travail social ? ».
Tout simplement, parce que je choisis (un peu facilement) de parler de ce que je
connais…
Je tiens à préciser encore que si aujourd’hui je suis comédien et metteur en
scène, je pense toujours être éducateur. Non pas parce que j’assume des mises en
scène de spectacles donnés par des comédiens amateurs dont la particularité est
d’être accueillis en foyer d’hébergement ou en maison de retraite, de travailler en
ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail) ou d’être scolarisés en lycée
au sein d’une classe UPI (Unité Pédagogique d’Intégration), etc. Mais parce que je
pense, d’une part, que quel que soit le public avec lequel je suis embarqué dans
un processus de création théâtrale, ma manière de faire du théâtre puise une part
de ses fondements théoriques dans ma formation d’éducateur, mais parce que,
surtout, tout comme Eric Weil, je pense que « tout homme, qu’il le veuille ou non,
éduque, par son discours et sa manière d’agir, ceux avec lesquels il est en rapport
[…] » 6 .
Je souris d’ailleurs à l’écriture de ces dernières lignes. Souvent, notamment à
l’IRTS de Franche-Comté, il m’a été demandé de choisir : être éducateur ou comédien, être éducateur ou animateur, être metteur en scène ou éducateur. Comme
pour me faire apprendre la différence entre le haut et le bas, la nuit et le jour, l’ombre et la lumière... J’ai fait effectivement des choix dans ma trajectoire professionnelle, mais il ne s’agissait pas pour moi de choisir entre différentes appellations.
Le propos qui suit est donc la présentation de la pensée d’une même personne
qui est comédien, metteur en scène et éducateur.
1. Bien que les malentendus ne m’effraient
pas…
2. Pendant deux ans, en tant que professeur
dans la section Bâtiment d’un Centre de Formation Professionnelle à Fada N’Gourma au Burkina Faso, et ensuite pendant cinq ans en tant
que chargé d’opération au sein de Jurahabitat
à Lons-le-Saunier dans le Jura.
3. Thierry COMBE, Le Théâtre Jaune, ou les
conditions d’un théâtre qui rend acteur, sous
la direction de Gérard CREUX, IRTS de FrancheComté, 2008.
2. Le théâtre prépare la séparation.
S’il y a un moment que j’apprécie dans la mise en
scène d’un spectacle, ce sont les derniers instants
avant la première représentation. Nous sommes alors
au bout d’une aventure humaine. Les comédiens sont
prêts. Je le leur fais savoir, et je me retire. Je ne peux
plus rien pour eux. Je sens bien qu’intérieurement cela
4. Groupe d’Entraide Mutuelle.
m’ébranle. Mais je suis heureux de les laisser, livrés à
5. Je qualifie de publics spécifiques des groupes
de personnes qui sont sous la responsabilité
d’établissements ou de services sanitaires, judiciaires, sociaux ou médico-sociaux.
eux-mêmes, parce que je leur fais confiance et je les
6. Eric WEIL, Philosophie politique, Paris, Vrin,
1966, § 18, p. 54.
sais capables de se passer de moi.
Pour moi, c’est là une part de l’intérêt du théâtre.
Il prépare à la séparation. Il me semble justement que
98
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
cette expérience faite de la séparation dans le domaine théâtral peut avoir un intérêt aussi dans le domaine du travail social, de l’accompagnement de la personne.
Je voudrais donc prendre un peu de temps pour préciser ma pensée sur cette
question de la séparation.
Tout d’abord, la séparation n’est pas à comprendre sur le mode d’une absence
immédiate, que nous pourrions traduire trivialement par : « je te quitte », ou « je te
plaque », voir « je te lâche »… Ainsi déclinée, en forme d’abandon, elle créerait un
vide pour la personne confiée ou le comédien, qui, s’il tendrait probablement à
satisfaire l’ego de l’éducateur ou du metteur en scène, ne donnerait pas les moyens
à la personne ainsi esseulée d’exister sur la scène de théâtre, ou sur la scène de
la vie.
« Sur le plan théâtral, le metteur en scène entretient avec l’acteur une relation particulière. D’abord sous une forme de dépendance. Le déroulement du spectacle, la
mise en espace, les différents choix sont de son ressort. Il tranche. Il donne le cadre
de la représentation à venir. Mais arrivé au stade de la représentation théâtrale, le
comédien agit en dehors de sa présence. Le comédien est sur scène face au public.
Tout a été construit, bâti, le metteur en scène peut se retirer » 7. J’ajouterais même
aujourd’hui qu’il doit se retirer.
Sur le plan éducatif, le travail de l’éducateur, c’est d’œuvrer à ne plus avoir de
travail ! La relation qui lie l’éducateur à la personne qui lui est confiée se doit également d’être pensée comme « provisoire » 8 . Lorsque l’éducateur s’engage dans
la relation, il doit le faire en ayant à l’esprit que le lien qu’il établit ne doit pas être
un lien de dépendance. « Le projet éducatif impose en effet que les savoirs, connaissances et objets culturels puissent être réutilisés ailleurs et à l’initiative de celui à qui
on les a transmis » 9 . Ceci implique d’ailleurs de s’interroger sur la manière de la
transmission10 .
Jean Duvignaud écrit que : « […] le même mouvement [est] à l’œuvre dans la création artistique et la vie collective […] »11. Ceci vient donc bien appuyer l’idée que le
théâtre, pratiqué dans une institution, par la relation qu’il induit entre l’acteur et
son metteur en scène prépare, par analogie, la séparation entre l’éducateur et la
personne qui lui est confiée.
Peut-être faut-il maintenant décrire quelques-uns des points de la méthode employée. Ils n’ont rien de révolutionnaire. Je ne pense
pas innover. Peut-être paraîtront-ils pour certains être
de bon sens… Nous dirons alors que ça va mieux en
le disant…
7. Thierry COMBE, Le Théâtre Jaune, ou les
conditions d’un théâtre qui rend acteur, IRTS de
Franche-Comté, 2008, p. 34.
8. Philippe MEIREU, Revue Française de Pédagogie n°120, juillet-août-septembre, 1997.
9. Ibid.
10. Nous l’évoquerons dans le prochain paragraphe.
11. Jean DUVIGNAUD, Les Ombres collectives,
sociologie du théâtre, Presses Universitaires
de France, Paris, 1965, pp. 8-9.
99
Thierry COMBE I Que fait le théâtre au travail social ? I pp. 97-104
3. Quelques conditions d’un théâtre qui rend acteur.
Je n’ai pas la prétention de penser que je sais tout sur le théâtre. Il doit y avoir
mille manières de faire du théâtre, comme il y a mille manières d’être travailleur
social. J’ai choisi une manière de faire du théâtre ; probablement dans la manière
que j’avais choisi d’être éducateur. D’un point de vue théâtral, ce positionnement
me parait pouvoir s’opérer en fonction de certaines conditions préalables à réunir.
Le fondement de toutes, c’est la volonté, quel que soit le type de personnes avec
lesquels je travaille, de faire du théâtre. Pas du théâtre-thérapie, pas des exercices
de théâtre pour aller mieux. Non, du théâtre, un point c’est tout ! « Est-ce que c’est
thérapeutique de jouer un spectacle devant des gens ? Mais on s’en fout ! Ca permet
aux gens de s’exprimer […] »12 . Faire du théâtre, et puis c’est tout !
Ce préalable étant posé, je vous propose une balade au plus près de trois
conditions que j’ai choisies de mettre en avant : la représentation, le lieu et la transmission. Je prendrais plus de temps pour évoquer ce dernier point car il me parait
être le pivot autour duquel s’articule l’ensemble…
La représentation.
Commençons par la fin. La représentation me parait être primordiale comme
objectif de finalisation d’un processus de création théâtrale. Ce n’est pas toujours
une condition agréable à tenir en ce qu’elle impose d’exigence. Je n’ai jamais fait
passer le résultat avant la manière d’y arriver. La fin ne justifie pas tous les moyens.
Mais, l’objectif de la représentation donne justement des moyens. Elle permet à
tous les membres du groupe qui crée de se tourner vers le même objectif. Comme
le rappelle Constantin Stanislavski, ce « sentiment d’effort collectif »13 est un élément
contribuant à l’état de création dramatique. C’est ce que décrit également Peter
Brook dans son ouvrage L’espace vide. Écrits sur le théâtre14 : selon lui, le théâtre
offre, à travers l’objectif de la représentation, un but commun proche « visible » qui
l’est moins dans la vie. Les acteurs s’emploient alors à l’atteindre dans un même
engagement.
Et ce qui me parait particulièrement intéressant quand il s’agit de répondre
à une demande d’une institution médico-sociale, c’est lorsque les membres du
groupe sont d’origines multiples : usagers, membres du personnel, bénévoles,
12. Jean OURY, « Paroles croisées, Contrainte
ou thérapie ? » in Hors-série de la revue Cassandre, L’art en difficultés, Les hors-champs de
l’art, Prisons, psychiatrie, quelles actions artistiques ?, Editions Noÿs-Cassandre/horschamp,
Paris, 2007, p. 32.
13. Constantin STANISLAVSKI, La construction
du personnage, traduit de l’anglais par Charles
Antonetti, Editions Pygmalion, Flammarion, Paris, 2006, p. 279.
14. Peter BROOK, L’espace vide. Ecrits sur le
théâtre, traduit de l’anglais par Christine Estienne et Franck Fayolle, Editions du Seuil, Paris,
1977, p. 133.
etc. Tout le monde se tourne vers le même objectif.
Alors, dans le moment de la représentation et comme
dans les temps de répétitions, des situations inattendues surgissent du fait de positionnements différents
entre ces acteurs.
Cependant la représentation ne doit pas devenir
une source d’angoisse pour les comédiens. Le metteur en scène doit alors se soucier de chacun. Être
attentif à leurs possibilités et aussi à leurs limites. À
100
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
lui d’inventer ses solutions pour que chacun puisse participer à la représentation.
Le comédien doit sentir ses forces se révéler au fur et à mesure des répétitions.
Chacun de nous en est porteur. « Une mauvaise herbe est une plante dont on n’a pas
encore trouvé les vertus » dit Ralph Waldo Emerson. C’est bien de cela dont il s’agit.
Savoir trouver les vertus. Arriver à inventer des formes qui accueillent chacun là où
il en est, là où il peut aller. Par exemple, l’utilisation de l’outil vidéo peut nous être
d’une grande utilité pour trouver des solutions allant dans ce sens : être présent
lors de la représentation, avoir un rôle dans l’histoire que l’on raconte, participer à
la création, tout en ménageant la personne au moment du spectacle.
Le lieu.
Le lieu, c’est ce qui peut permettre la circulation. Choisir le lieu, c’est réunir
les conditions pour favoriser la circulation physique et également celle de l’esprit.
Même si, comme l’écrit Jean Oury, « La liberté de circulation, ce n’est pas forcément
circuler physiquement, mais c’est que ça circule dans la tête »15 .
Le lieu des répétitions, le lieu où l’on se retrouve pour créer, n’est pas anodin.
Pour des raisons pratiques, il doit pouvoir devenir rapidement le même que celui
des représentations. Mais surtout, il doit être un autre que celui du lieu de vie.
Changer de lieu, c’est se donner l’occasion de changer de cadre, de changer d’habitudes, de sortir de la routine du quotidien, de s’offrir la possibilité de pratiquer
physiquement de nouveaux chemins, de faire des rencontres nouvelles, de se
retrouver sur un terrain inconnu, sur lequel on est ensuite invité à s’exprimer…
Tout ça, ce n’est pas rien. Cela concourt à la qualité de la participation au processus créatif. Et puisque nous posions comme préambule le fait de vouloir faire
du « théâtre » quel que soit le public, le mieux c’est de pouvoir être dans un lieu
effectivement dédié au théâtre. Il n’y a pas de raison. C’est s’inscrire dans un lieu
pour ce qu’on y fait (du théâtre) et non pas pour ce que l’on est ou la définition que
la société donne de vous (handicapé par exemple). Une personne handicapée qui
répète dans un théâtre se donne les moyens de rétablir une communication entre
la catégorie de personnes à laquelle la société lui fait appartenir et le reste de la
société. Comme le disent Jacques Ardoino et René Loureau, « […] le rétablissement
de la communication, la libre communication d’une parole usuellement confisquée
et la remise en cause du caractère figé des rôles sociaux, apparaissent comme des
moyens de luttes efficaces contre une aliénation sociale surajoutée »16 .
La transmission.
Une institution, une association, un groupe d’humains me confient la responsabilité de construire avec
eux un spectacle. La représentation étant l’objectif
commun partagé, la manière d’y arriver se pose alors.
C’est dans cette manière de procéder que le metteur
101
15. Article « Le corps et ses entours : la fonction scribe », 2005.
16. Jacques ARDOINO, René LOUREAU, Les pédagogies institutionnelles, Collection « Pédagogues et Pédagogies », Presses Universitaires
de France, Paris, 1994, p. 12.
Thierry COMBE I Que fait le théâtre au travail social ? I pp. 97-104
en scène et l’éducateur ne font plus qu’un. Une première option est possible. Penser
personnellement un résultat, définir le rôle de chacun et diriger les comédiens
(à la baguette) pour qu’ils fassent ce que j’ai défini. Trois pas en avant. Un pas de
côté. « Dites bonjour à la dame ! ».
Ce n’est pas l’option que j’ai retenue.
L’expérience en matière théâtrale, que j’ai acquise au fil de ma pratique, je
veux la partager. Je veux transmettre ce que je sais. Mais je veux que ce soit en
toute liberté… Car je sais que le désir d’apprendre est un désir qui ne se commande pas. « La liberté d’apprendre ne peut pas se déclencher comme le décollage
d’une fusée à Cap Kennedy, en appuyant sur un bouton »17.
Pourtant, bien qu’ayant choisi de participer au processus de création théâtrale, les membres du groupe qui crée sont sous l’exigence de la contrainte. Une
contrainte d’apprentissage qui est donnée par le souhait de produire un « objet
théâtral » à faire voir. Pour atteindre cet objectif, chacun doit apprendre.
Contrainte et liberté. Là réside le nœud de cette question de la transmission.
Selon Philippe Meirieu, la difficulté de la transmission est une difficulté proprement pédagogique. Cette difficulté réside « dans cette contradiction inhérente à
la pédagogie qui doit penser simultanément l’exigence de la contrainte et la liberté
d’apprendre »18 .
L’exigence de la transmission, si elle n’est pas jumelée à la liberté d’apprendre,
peut produire rejet, refus, opposition, etc.
Il faut donc penser « simultanément » les deux. Philippe Meirieu, Paolo Freire
et Fernand Deligny donnent, chacun à leur manière, des clés permettant de faire
ensemble « contrainte et liberté ».
Pour ces pédagogues, il s’agit, dans un processus de transmission, de mettre
en œuvre toutes les conditions nécessaires pour que l’autre puisse exercer pleinement sa liberté d’apprendre. Il s’agit de chercher irréductiblement19 à transmettre
tout en sachant que cette transmission est entièrement soumise à la liberté qu’a
l’autre de s’approprier ou non ce que je lui transmets. Et cette liberté, en tant que
pédagogue et metteur en scène, « je ne peux qu’organiser les conditions pour qu’elle
émerge mais en aucun cas la déclencher mécaniquement » 20 .
Il faut donc les traduire dans le processus de création. Toutes les fois où je le
peux, je fais en sorte que chaque comédien participe
17. Philippe MEIRIEU, Théâtre et transmission, conférence donnée au stage national du
Pôle National de Ressources THÉÂTRE, mars
2004, p. 2.
18. Ibid.
19. Aussi « irréductiblement » que les gaulois
du village d’Astérix et Obélix se défendent de
l’invasion romaine.
20. Philippe MEIRIEU, Théâtre et transmission, conférence donnée au stage national du
Pôle National de Ressources THÉÂTRE, mars
2004, p. 3.
aux décisions qui concernent la « troupe ». Dans le
groupe, les éducateurs, bénévoles, participent au
même niveau que les autres comédiens aux décisions.
Ils n’ont pas plus de pouvoir. Ainsi, ils donnent à voir
aux autres l’importance qu’a leur propre parole, leur
participation. Pour le metteur en scène, c’est un travail
d’équilibriste permanent. Car, il ne s’agit pas non plus
de donner le sentiment aux comédiens d’être submer-
102
Les cahiers du travail social #65 I Cultures, arts et travail social
gés par un processus qui leur reste (encore) inhabituel. Toute la difficulté réside
dans le fait de les confronter à des obstacles et des décisions qui soient à leur
portée pour qu’ils puissent réussir.
Ces derniers éléments exposés sont applicables à n’importe quel type d’activité concernant leur aspect organisationnel. Ils ne sont pas propres au théâtre.
Mais le théâtre est un outil qui me parait particulièrement propice au processus
participatif de ses acteurs. À chaque début de création, je ne sais pas ce qui sera
présenté sur scène. Cet inconnu originel que je partage avec les autres membres
du groupe qui crée permet de laisser l’espace disponible aux propositions. J’ai
alors souvent fait l’expérience que ce qui paraissait être un handicap pouvait
être une solution. Avec son corps, avec ses mots, avec ses références culturelles,
l’acteur s’empare de l’espace scénique et propose. Tout n’est pas retenu dans la
construction de l’« objet théâtral » à faire voir. Mais certaines propositions le sont.
L’acteur prend part, participe à l’élaboration de ce qui sera présenté. La parole (en
mots ou en gestes) de l’acteur n’est pas simplement écoutée et ensuite je fais ce que
je veux. Cette parole est entendue et influence la décision.
Conclusion : le lapin, le pneu et l’orang-outan.
Pour finir, je redirai donc que le théâtre offre, par les situations qu’il induit, les
moyens de préparer la séparation. En quoi est-il différent d’autres disciplines ?
Cette question m’a souvent été posée. Quelle différence peut-il y avoir entre
le théâtre pratiqué dans le cadre d’une institution et une autre discipline pratiquée dans le même cadre… La menuiserie par exemple. « Faire du théâtre ou de la
menuiserie dans une institution, c’est la même chose… » me suis-je même entendu
dire… Sans vouloir dénigrer la menuiserie, je pense qu’il y a une différence. Je ne
saurais pas trop l’expliquer. C’est un peu comme s’efforcer de chercher le point
commun entre un lapin et un pneu. Vous le connaissez ? C’est simple, ils sont tous
les deux en caoutchouc… sauf le lapin !
Une autre remarque m’a également été faite : « C’est bien de vouloir faire du
théâtre avec des personnes handicapées… mais le théâtre, c’est avant tout le texte !
On ne va quand même pas faire faire du théâtre à des orangs-outans ! ». Bigre. Là,
j’avoue n’avoir pas trouvé de réponse sur l’instant… J’étais un peu interloqué. Peutêtre sidéré.
Avec le recul, je dirais que le théâtre peut être le texte, mais que ce n’est plus,
depuis un bon nombre d’années, l’unique chemin qu’il peut prendre. Pour faire
vite, le théâtre, par les apports de différents moyens techniques (projecteurs, vidéos, etc.), ouvre de nouvelles possibilités d’interprétations aux comédiens… Un
spectacle peut donc se construire sans texte récité. De là à faire jouer des orangsoutans… c’est vrai que… bon… je n’ai pas encore eu de demande d’un zoo. Par
contre, je sais que n’importe quelle personne quel que soit son handicap ne peut
pas être assimilée à un orang-outan. Et je sais aussi que la question du handicap
103
Thierry COMBE I Que fait le théâtre au travail social ? I pp. 97-104
doit être prise au bon endroit. Faire du théâtre, c’est être porteur d’un message
à communiquer au public. Et « […] le handicap n’est pas un véritable obstacle à la
communication mais simplement une difficulté provisoire qui s’enracine sans doute
dans des représentations sociales sommaires et, peut-être aussi, dans notre manque
d’imagination, ou encore dans notre peur de nous-même » 21.
Le temps pour l’imagination nous manque peut-être parfois. Le temps, l’imagination, ce ne sont pas forcément des termes très tendance en cette époque… Mais
chaque parcelle grappillée est une victoire « contre ceux qui veulent se soumettre
à “l’ordre des choses” » 22 .
21. Philippe MEIRIEU dans la préface de l’ouvrage de Claude CHALAGUIER, Travail, Culture et
Handicap. Des Droits de la différence aux droits
de la ressemblance pour les handicapés mentaux, Editions Bayard, Collection « Travail Social », Paris, 1992, p. 16.
22. Ibid, p. 8.
104
CONTRIBUTIONS RÉGIONALES
Les cahiers du travail social #65 I
106
Sens et paranoïa.
CTS #65 - 2011
Patrice DESMARE
Psychologue clinicien, cadre pédagogique et enseignant à
l’IRTS de Franche-Comté.
Voici une scène très simple d’apparence, détachée presque par hasard de ce
tableau vivant qu’est la terrasse somnolente d’un café ensoleillé. Elle fait partie
des images fugitives que l’on ne pense guère à recueillir dans la paix des paysages humains. Ici rien de marquant en soi, ni personne en particulier, tout semble
s’appuyer sur les tréteaux inusables d’un quotidien ouvert aux jeux multiples des
futilités heureuses et monotones. Il n’en reste pas moins vrai que dans la sorte de
scène dont il s’agit une humanité tient et se recrée, serait-ce dans les formes d’une
inconsistance dont les modalités d’institution sont sans doute plus complexes que
ne le laisse entrevoir un premier examen. Cette scène vaut ici, car elle émane d’un
monde normal, a priori sauvegardé de l’isolement et de la désolation, et néanmoins
elle comporte une énigme dont la clef peut aider à jeter un pont entre la souffrance
ordinaire et la détresse extrême. Elle peut aider à relier ce qui est habituellement
opposé : la raison et la folie, le silence et la parole, le sens et l’insensé.
Ils sont six à cette table, parmi lesquels, appelons-la Zerbinette1, puisque à n’en
pas douter nous avons ici les deux pieds posés sur le sol solide de la comédie
éternelle. Zerbinette est une jeune femme plaisantant et plaisante, la seule femme
présente, qu’entourent donc cinq jeunes hommes eux-mêmes allègres et séduisants. Elle vient d’aborder le récit de son voyage en Afrique. Quoi habituellement
de plus ennuyeux que le récit des voyages, a fortiori lorsqu’ils se sont déroulés
dans le cadre contraint de ce qu’on appelle des vacances réussies ? Mais voilà !
Zerbinette ajoute que là-bas, elle a vu des arbres, extraordinaires, splendides
comme nulle part ailleurs. Arrive alors la chose suivante, d’apparence si limpide
et si dépourvue de nocuité. À peine a-t-elle dit son transport, qu’un de ceux qui
l’entourent, s’adressant à elle et de bonne foi à ce qu’il semble, lui lance cette
question d’allure candide : comment s’appellent ces arbres, sait-elle leur nom ?
C’est d’un ton détaché et sans afféterie, que Zerbinette livre la réponse : des flam-
107
Patrice DESMARE I Sens et paranoïa I pp. 107-126
boyants ! L’énigme tient en ceci : comment se fait-il qu’à l’instant même, un très
léger abattement se dessine sur le visage de tous, hormis Zerbinette et celui qui
a posé la question ? Pourquoi cette infime consternation de tous, à l’exception des
deux qui ont parlé ? À cet endroit commencent peut-être quelques divergences.
On peut tout simplement déclarer que cette affliction prétendue et presque imperceptible relève d’une impression subjective et contestable et que tout cela n’est
qu’une vue de l’esprit. On peut aussi estimer que la question n’a pas beaucoup
d’intérêt, que les mines et les humeurs varient autant que les météores et bien
malin qui dirait la cause véritable du léger nuage qui obscurcit la table, quand
on sait qu’un papillon du voisinage bat le rappel des orages qui déchireront les
ciels lointains. Au contraire, on peut admettre qu’une expression d’abattement a
bel et bien parcouru pendant quelques instants et simultanément quatre visages
jusque-là réjouis et rayonnants et que ce brusque changement de face a un sens
particulier dans le contexte. C’est un pas décisif. Le franchir, autrement dit tomber
sous le coup du sens implique des conséquences réelles. L’une des premières est
que le monde va perdre provisoirement son innocence. Il faudra bien admettre
en effet qu’il comporte en permanence un certain pouvoir d’égratignure, seraitce dans ses endroits réputés les plus inoffensifs, comme l’est en l’occurrence ce
paisible café. Il va perdre aussi sa transparence, car rien n’explique immédiatement la réaction observée. D’ailleurs, pour peu que les protagonistes eux-mêmes
ne dénient pas la réalité de cette réaction, cas favorable mais improbable, ils ne
seraient pas nécessairement plus à même d’en indiquer la cause certaine. On peut
être affecté de bien des manières sans connaître la cause de ce qui nous affecte.
Ainsi entre la scène officielle et le sens de ce qui s’y joue, un écart est-il creusé.
C’est en effet la question du sens qui est posée. Or, le mot « sens » a lui-même
plusieurs sens.
Il peut en premier lieu désigner la signification des mots et des phrases telle
qu’elle est comprise par des locuteurs qui partagent la même langue. En l’occurrence, on parle français et il n’y a guère de doute que chacun ait compris ce qu’a
dit Zerbinette. De fait, il n’est pas interdit de considérer que le sens de ce qu’elle
disait ait été identique au strict contenu de sa parole. Elle a raconté ses vacances,
puis elle a apporté la précision demandée quant à la nature des arbres observés,
contribuant ainsi de bonne grâce à l’amélioration générale des connaissances
botaniques, et voilà tout. Mais si tel est le cas, comment expliquer que cette simple
information ait pu engendrer une consternation qui, pour avoir été subliminaire,
n’en fût pas moins manifeste ? Il faudra bien admettre dès lors que le sens d’une
parole ne réside pas dans son contenu : admettre que ce que l’on veut dire n’est
pas identique à ce que l’on dit. Peut-être est-il alors temps de se rappeler que
l’on parle à quelqu’un, ou circonstance plus heureuse,
1. Les amoureux de Molière reconnaîtront
peut-être ici le prénom d’une mystérieuse Égyptienne.
avec quelqu’un. Une hypothèse s’offre aussitôt à nous,
qui est que le sens d’une parole s’infléchit de ce que
108
Les cahiers du travail social #65 I Contributions régionales
cette parole s’adresse à quelqu’un. Armé de cette nouvelle supposition, revenons
à la scène.
Il est peu probable que la consternation décrite n’ait fait que traduire un étonnement agacé devant la supériorité du savoir de Zerbinette, savoir au demeurant
octroyé par elle sans ostentation excessive. Et d’ailleurs, cette science en ellemême eût-elle chagriné un peu, de renvoyer chacun au sentiment malheureux
de sa propre ignorance, qu’un semblable sentiment n’eût pas épargné celui qui,
apparemment soucieux de l’ordre de la nature et de ses vivants piliers, avait demandé le nom des essences africaines. N’était-il pas lui aussi en butte à la même
ignorance ? Or, je l’ai dit tous ont accusé le coup de la réponse, tous ont frémi à
la seule évocation des flamboyants. Tous, lui excepté. Sans doute cela concernet-il donc chacun, mais autrement et dans un autre sens. Un pas supplémentaire
s’impose.
Si le sens n’est pas, ou pas seulement, dans le contenu objectif de la parole,
et qu’il n’est pas non plus dans la seule attitude de celui qui l’énonce ou de celui
qui l’écoute, ne doit-on pas penser qu’il loge parfois dans la couture qui inclut
les sujets présents eux-mêmes dans le contenu de la parole ? En d’autres termes,
Zerbinette parle-t-elle vraiment de ses vacances, des arbres et de l’Afrique, ou
bien n’est-elle pas plutôt en train de parler, à demi-mot, d’elle, de ceux qui sont
en sa présence, et des émois impliqués par cette coprésence ? Qu’elle le sache ou
non, n’est-elle pas en train d’épingler un aspect flagrant de la situation décrite,
situation que délimitent les corps en présence ? Une femme séduisante, quelques
hommes attentifs et réceptifs, certes il n’est pas difficile de discerner le brandon
que peut attiser un tel contexte ! et par voie de conséquence de trouver la devinette. Car si c’est bien là que pétille une flamme, comme on peut le supposer à
s’en tenir à l’image la plus élimée des tourments du désir, il n’y a guère à forcer
l’interprétation pour voir qui sont véritablement les flamboyants si tant est qu’ils
entretiennent quelque proximité avec cette flamme. Les flamboyants, ce sont évidemment les quatre qui n’ont pas parlé, et qu’en revanche, le mot « flamboyant »
a instantanément précipités dans l’aveu forcé d’une flamme, qui n’est d’ailleurs
que présumée. Au reste, présumée ou consumée, il suffit qu’elle soit présumable
pour que l’incidence du mot trouve à s’exercer dans le sens de démasquer l’incendie. Peu importe que ces quatre jeunes gens n’aient eu pour seul désir, que de
s’employer à bayer aux corneilles en profitant de l’indulgence de quelques heures
d’été. Ils sont impérativement convoqués à figurer sur la scène ou pire encore à y
tenir lieu de décor, dès que l’étincelle d’un seul mot a laissé surgir dans l’arrière
plan l’image fulgurante de quelques arbres brûlants. Si les choses se sont bien
agencées ainsi, on comprend mieux la pâleur fugitive des visages et l’assombrissement probable des esprits. Il n’en subsiste pas moins une série de questions.
La première est sans doute de savoir si l’interprétation proposée correspond à
109
Patrice DESMARE I Sens et paranoïa I pp. 107-126
la réalité. D’expérience et pour avoir soumis l’historiette à quelques-uns, il est
surprenant de constater combien sur ce point les avis divergent et encore avec
quel degré d’intensité se manifeste cette divergence ! Les uns disent que non,
en aucun cas dans cette histoire, les flamboyants ne sauraient désigner quatre
hommes, et que cette explication est vraiment tirée par les cheveux. Les autres
disent : « Quoi ? Autant de détours pour en arriver là, n’est-ce pas s’être donné bien
de la peine pour démontrer ce qui d’emblée allait de soi ? ». Or, il ne semble pas que
la question soit celle de la réalité en soi, c’est-à-dire de la pertinence de l’une ou
l’autre des deux opinions par rapport à une situation identique. Sans doute faut-il
admettre simplement qu’une telle divergence traduit l’existence de deux façons
de voir, d’entendre, et de vivre la réalité humaine, sans que l’on puisse décider
d’accorder la préséance à l’une ou à l’autre en vertu de sa capacité présumée supérieure à procurer la vision objective d’une réalité préétablie. En revanche, il n’y
a absolument aucun doute que dans l’un ou l’autre des deux cas, c’est la réalité humaine elle-même, telle qu’elle se noue et s’éprouve dans un moment présent, qui
diffère. En somme, je peux bien décider qu’une parole véhicule un sens sexuel, ou
bien décider qu’elle en sera absolument dépourvue. De la même manière, je peux
admettre que c’est de moi dont il s’agit, alors que c’est d’un arbre dont on parle, ou
bien décider que cet arbre ne concerne assurément pas ce que je suis, ni comment
l’autre se plaît à me représenter. Au reste, il n’est guère besoin de préciser que les
choix ou décisions dont il s’agit, et qui concernent en particulier les attractions ou
refus les plus vifs d’un sujet, sont livrés à son appréciation à peu près autant que sa
décision ou son choix de rester de bois. Cependant, la réalité qui surgit, réalité de
pure surface au demeurant, est dans un des cas, différente de ce qu’elle est dans
l’autre, et notamment sous l’angle du rapport à autrui, au monde et à soi-même. Et
c’est pourquoi on admettra volontiers que désertent la table ceux qui n’adhèrent ni
à l’idée ni au sentiment qu’avec Zerbinette l’attrait est dans l’actualité de la scène
et qu’ainsi l’évocation d’un africain lointain ne vaut que du rapport étroit qu’elle entretient avec le lieu et le temps présents, ici et maintenant de ladite scène. Ceux-là,
absents de la recherche d’un sens irréductible à la signification, iront sans doute
répétant que la parole est pareille à une information. Qui sait ? Peut-être auront-ils
été gagnés cependant par la curiosité de visiter dans un monde éloigné et au prix
d’un vol fulgurant, des arbres à fleurs rouge vif, aphasiques et stupéfiants ? Il n’est
pas exclu d’ailleurs que leur souci d’objectivité aidant, ils n’en fixent alors l’image
au moyen de quelque objectif. Demeurent les autres pour qui le sens ne se photographie pas et subsistent aussi quelques questions, une fois admise l’idée que les
flamboyants donnent une image des quatre figurants, jusque-là calmes et cois, qui
viennent instantanément d’être poussés sur les tréteaux en vue d’une scène aussi
inattendue qu’incongrue.
Sont-ils conscients, les six personnages en scène, de l’intrigue que le premier
d’entre eux vient d’ourdir au gré d’une simple interrogation ? Et ce dernier sait-il
110
Les cahiers du travail social #65 I Contributions régionales
lui-même que cette interrogation fera potentiellement virer au rouge les quatre
sixièmes du cercle que délimite son entourage ? A-t-il calculé la trajectoire de la
balle ainsi lancée par lui sous la forme d’une question apparemment inoffensive
adressée à son obsédante voisine ? Est-il assez fourbe pour avoir pressenti qu’elle
précipiterait immanquablement celle-ci dans l’expression sans retenue d’une réponse que lui-même connaissait par avance ? A-t-il prévu le ricochet par le biais
duquel le mot incendiaire irait atteindre les autres ? Si tel est le cas, pas de doute,
il était Scapin, ou pire peut-être… Et Zerbinette, est-ce de sang-froid ou bien à
l’aveuglette qu’elle aventure le trait par quoi l’image des flamboyants précipitera
les autres dans une représentation dont ils auront charge de supporter l’incidence,
quoi qu’il en ait été de leurs dispositions ou intentions réelles ? Sont-ils dupes,
autant qu’ils sont, ou conscients ? Seuls une seconde scène et même l’acte complet
permettraient de trancher sur ce point. On remarquera simplement que si le cas
échéant, le ressort dramatique d’une situation n’existe qu’à l’insu de tous, de quelques-uns, ou d’un seul, cela signifie que le sens peut fort bien rester suspendu,
partiellement ou entièrement. Dans ce cas, l’inconscience ne tient pas à l’inaccessibilité de certaines représentations, qui sont au contraire tout à fait discernables,
mais au fait que leur sens n’est pas perçu par les sujets, alors même qu’elles se
présentent à leur conscience. En conséquence, elles restent en quelque sorte inertes. On peut dire de ces représentations qu’elles sont inconscientes, parce que les
sujets qui en disposent ne savent pas en quoi elles les concernent. Vis-à-vis d’elles,
ils restent distraits, dans la mesure où le sens qu’elles comportent ou convoquent
leur est soustrait. Combien de paroles aussi vite venues que perdues, faute d’avoir
pris sens pour un sujet ! Elles forment assurément, depuis les commencements de
la parole, un immense dépôt dans l’Histoire, rebut où se recueillent les messages
plus ou moins archivés ou effacés qui ne sont pas advenus à un sens humain. Les
paroles incomprises ne sont pas en effet automatiquement annulées, elles sont
souvent présentes à la mémoire consciente et même généralement d’autant plus
qu’elles sont demeurées incomprises. Elles errent cependant parce qu’elles n’ont
pas trouvé à s’arrimer à la rive du sens. En l’occurrence, si le sens de ces paroles
est absent, c’est faute qu’elles aient été rapportées, dans le moment même de leur
surgissement, au présent et à la représentation des sujets en présence. Ainsi en
va-t-il du sens des flamboyants dans la saynète relatée, dont l’éclipse ou l’étincelle
ne tient qu’à la valeur accordée à la présence des sujets et à l’enjeu potentiel de
leur accointance actuelle.
Oublions, temporairement au moins, cette distinction épineuse de la conscience ou de l’inconscience du sens et supposons qu’il soit admis, dans un cas comme
dans l’autre, que la parole énoncée ne se réduit pas à la désignation d’un objet
éloigné, mais qu’elle inclut une représentation allusive des interlocuteurs ou de
certains d’entre eux. Il s’ensuit une conséquence troublante, qui est que ce dont je
parle, je ne saurais sans difficulté l’isoler de celui ou de ceux à qui je m’adresse.
111
Patrice DESMARE I Sens et paranoïa I pp. 107-126
Comment alors parler de quelque chose à quelqu’un sans parler de lui ou de la
relation que j’entretiens avec lui ? Ce qui semblait aller de soi, c’est-à-dire la
possibilité élémentaire de parler de quelque chose, et strictement de cette chose,
paraît se dérober et céder à l’embarras, du simple fait que je parle à quelqu’un.
Imaginons par exemple que je veuille parler de plantes qui sont belles, dans le
contexte d’une présence féminine. Me voilà, en effet, au seuil de quelques exercices périlleux. Si ces plantes sont ailleurs, en-dehors de la périphérie sensorielle,
oserais-je seulement déclarer qu’il y a de belles plantes, sans encourir le soupçon
immédiat de jouer des mots pour signifier, au moyen d’une exclamation prétendue, une exclamation plus secrète et sans doute moins décente ? Dans un semblable contexte, puis-je dire qu’il y a des plantes qui sont belles sans m’exposer à
un regard courroucé ? Sans doute n’irais-je pas jusqu’à dire, levant effrontément
l’équivoque, qu’il y a de belles plantes ici, sauf à passer pour un butor. Et s’il y a
dans le contexte, en même temps qu’une dame, une vraie plante, la situation ne se
présente guère sous de meilleurs auspices. Car d’une part, l’ambiguïté subsiste,
la seule présence d’une plante réelle ne pouvant garantir que mon propos soit
dénué de détour. D’autre part, affirmerais-je à voix haute, que je ne vise nullement
à parler de la dame, mais bel et bien de la plante, que je resterais alors redevable
de l’hommage à quoi oblige la beauté de toute femme. Ainsi ne serais-je pas à
l’abri du risque de froisser. Sans doute devrais-je donc préciser que je parle en
effet de la plante et non de la dame, en ajoutant qu’en ce qui concerne la beauté
de la dame, il va sans dire, elle ne saurait souffrir aucune comparaison ! À moins
que je ne décide de laisser courir la verdeur de l’allusion. Quoi qu’il en soit, je suis
déjà irrémédiablement partagé entre urbanité et rusticité, courtoisie et brusquerie, bienséance et insolence. Je dois composer, bon gré, mal gré, avec ce satané
sens qui serpente entre l’objet dont je parle et les interlocuteurs à qui je m’adresse.
Car en principe, ou bien je parle de la dame, ou bien je parle de la plante, mais
en réalité comment éviter de parler de la dame alors que je parle de la plante, et
si c’est bien de la dame dont je veux parler, que reste-t-il de la plante ? De fait, il
conviendrait sans doute de pouvoir disjoindre les deux. Il serait salutaire en effet
de me soustraire au pouvoir allusif de la parole afin d’échapper au maniérisme
proliférant par lequel, me défendant d’un éventuel sous-entendu qui pourrait atteindre la dame, je lui donne en fait acte de sa présence et des considérations qui
lui sont dues, sous la forme ambiguë d’une dénégation, qui ne saurait tromper son
homme, si je puis dire. Délivré de mon devoir de révérence, je pourrais en revanche parler librement de la plante. Cependant, en m’adonnant à la joie retrouvée
d’un réalisme enfin débarrassé des exigences urbaines, d’une certaine manière,
j’effacerais la présence de la dame. Dès lors à quoi bon parler de la plante, si au
bout du compte, j’en viens à annuler la présence à laquelle je m’adresse ? Autant
parler tout seul ou ne pas parler du tout ! En résumé, voilà pourquoi il est notoirement si difficile de parler d’une plante à une dame. Or, il faut bien admettre en
112
Les cahiers du travail social #65 I Contributions régionales
outre que cette difficulté qui découle de la torsade imprimée à mon dire, concerne
l’exercice le plus habituel de la parole. En effet, si je pouvais bien penser dans un
premier temps que la forme la plus générale et la plus simple de la communication
consiste à parler de quelque chose à quelqu’un, il serait sans doute plus juste, au
second examen, d’accepter l’idée bizarre qu’en réalité ou bien je parle de quelque
chose, ou bien je parle à quelqu’un. Mais comme de toute évidence, la moindre
parole énoncée suffit à démentir cette idée puisque c’est quand même de quelque
chose dont je parle habituellement et que j’en parle ordinairement avec quelqu’un,
ne doit-on pas en conclure que toute parole avérée comporte une défaite au regard
de la tentative chimérique qu’elle contient d’unir les contraires ou encore de les
séparer ? Ainsi, dans l’exemple proposé, si les deux tendances sont l’obscénité
et la convenance, je ne saurais ni réduire tout à fait leur opposition ni soutenir
absolument leur distinction. Si tel est le cas, on concédera volontiers que cet échec
de toute parole à évincer le contradictoire ouvre cependant sur le peu de réussite
en quoi consiste le fait de parler plus ou moins de quelque chose, plus ou moins à
quelqu’un. Ce « plus ou moins », qui réinscrit le continu et beaucoup de nuances
possibles entre les contraires, autoriserait peut-être à énoncer une sorte de loi
cocasse : l’intérêt que j’accorde à l’autre est inversement proportionnel à l’intérêt
que j’accorde à l’objet dont je l’entretiens. Soit : I (a) = 1 : I (o) ; où I, intérêt, a, autre,
o, objet.
Deux positions ultimes bornent chaque extrémité de ce dispositif bipolaire.
L’une est celle d’un sujet, complètement absent, coupé de l’autre, mais éventuellement doté d’un objet insensé. La seconde est celle d’un sujet totalement tourné
vers l’autre, c’est-à-dire dans un excès de présence à son endroit, excès non moins
propice à laisser surgir l’horizon d’une abolition de l’univers sensé. On remarquera
que dans ces deux cas limite, le mot est voué à disparaître puisque cesse l’équivoque qu’il a charge de véhiculer. Autrement dit, je ne parle que dans les limites
à l’intérieur desquelles je soutiens la contradiction de me défendre par la parole
de ce que je vise au moyen de la parole. Sans doute faudrait-il, ce qu’il ne faut pas.
Ainsi n’y a-t-il pas de parole qui ne revête l’aspect d’un aller et retour, d’un va
et vient entre deux pôles pareillement et contradictoirement visés par elle. C’est
pourquoi dire que le mot représente la chose n’est pas une mauvaise formule, à
condition qu’on ne l’entende pas de façon trop naïve. Représenter c’est en effet
rendre présent, mais c’est également manifester l’absence de ce que l’on représente. Je ne suis pas là où je suis représenté, et inversement là où je suis, nul besoin
d’être représenté. En revanche, il serait naïf de penser par exemple qu’un mot représente une chose précise. Un mot représente plutôt un ou plusieurs autres mots,
qui eux-mêmes en représentent d’autres. Pour représenter quoi en définitive ? En
toute logique, rien qui puisse se dire définitivement car le premier mot a engendré
l’impossibilité du dernier ! Il n’y a pas de fin mot.
113
Patrice DESMARE I Sens et paranoïa I pp. 107-126
Conservons au moins l’idée que la phrase, pour autant qu’elle soit adressée à
autrui, comme c’est le cas dans la pratique habituelle d’une langue vernaculaire,
ne communique pas seulement une information, loin s’en faut, mais organise de
part en part un certain type de rapport avec l’autre. La parole institue un mode
de coprésence des corps humains. Elle instaure une tenue des corps entre eux,
comme le suggère d’ailleurs le terme d’entretien dans son acception la plus directe. En ce sens, le référent du mot est avant tout la chose interhumaine.
Il est curieux, par ailleurs, de constater combien la tentative d’aborder une langue parlée s’avère compliquée, même si cet abord est dénué de la volonté d’être
exhaustif. Une sorte de tentation véhiculaire semble s’emparer inexorablement
de celui qui s’efforce de saisir la conversation commune, le conduisant parfois
à évoquer, à titre d’exemple et d’argument, des phrases improbables ou encore
à réduire cette conversation à des cas particuliers, peu représentatifs des colloques familiers. La passion de dire ce qui se passe quand nous parlons, entraîne
constamment vers des oublis majeurs, et très souvent vers un rejet des plus simples
constatations. C’est ainsi que l’un, parlant de la parole, invoquera la seule forme
du soliloque, comme s’il monologuait le plus clair de son temps, alors que l’autre
lui objectera, au gré d’une bataille pleine de bravoure, qu’il fait peu de cas du
dialogue qui est pourtant la norme incontestable, la règle qui s’affirme de toujours
comme de partout. Or, s’il n’est pas faux que nous parlons seuls à l’occasion, et
qu’il est cependant vrai que plus souvent c’est avec un autre, il n’en reste pas moins
certain que plus fréquemment encore, c’est avec quelques autres que se déroule la
conversation. Est-ce à dire que parler seul, à deux, ou bien à trois ou quatre, serait
pareil et indifférent ? Certes non, et à cet égard Scapin, Zerbinette et les autres, ils
sont six, n’ont pas livré suffisamment le secret de leurs « machines ».
Il est un autre sens au mot « sens » par quoi il signifie une direction. Ainsi Scapin tourne-t-il son corps ou son cou vers Zerbinette pour lui adresser le mot par
lequel doit se ficeler sa fourberie. Il imprime ainsi une direction à la parole, et
c’est la première étape de son tour d’escobar. Zerbinette pour sa part n’a qu’une
alternative : répondre ou pas. Elle répond. Deuxième étape : la parole change de
direction, elle vient s’emparer de ceux qui sont dans la zone de silence résiduelle,
que leurs quatre présences délimitent désormais. Troisième étape : les quatre en
question, fixés par la représentation des flamboyants, en supportent le tourment.
Comment peuvent-ils dès lors se libérer de cette représentation qui risque de les
enfermer dans la sidération ? La réponse est évidemment simple : en parlant à leur
tour ! Ils ne se sortiront d’affaire qu’en réorientant la parole, en lui imprimant un
autre sens, une autre direction. À ce stade, la situation offre d’ailleurs un très grand
choix de possibilités quant à l’adresse et au contenu de cette parole. L’un des quatre peut par exemple se tourner vers Scapin avec un air entendu, en faisant mine
de saluer à sa juste valeur et à son juste poids l’allocution de Zerbinette et s’ébahir
ainsi faussement de l’existence de tels arbres, d’une telle splendeur, et d’un tel
114
Les cahiers du travail social #65 I Contributions régionales
nom. Il lui suffirait d’alléguer qu’il avait eu ouïe-dire des flamboyants déjà, mais
que les voir en vrai doit certainement ajouter beaucoup au respect et ravissement
qu’inspire assurément la nature par la générosité de ses œuvres et la diversité de
ses aspects. Bref, il peut faire l’âne. On observera d’ailleurs qu’en établissant de
cette façon une connivence avec Scapin, certes, il serait immédiatement délesté
de la représentation incommode qu’il supportait jusque-là avec les trois autres,
mais il laisserait alors à ces derniers la charge complète d’en subir l’incidence.
Un tel choix, non dépourvu d’efficacité, serait en revanche résolument dénué de
charité envers ses trois compagnons d’infortune, non seulement abandonnés aux
affres d’une gêne persistante, mais désormais cernés plus étroitement encore, à
l’intérieur d’une zone de silence cette fois-ci réduite aux trois sixièmes du cercle.
Pourquoi ne pas opter plutôt pour un aparté, par l’entremise duquel les quatre, formant le carré, et grâce à un nouveau chassé-croisé, renverraient au pourfendeur
quelques balles finement brossées, prévues pour mourir à ses pieds, tout juste là
hors de portée ? Que ne s’adressent-ils à Zerbinette, d’une manière explicite ou,
plus subtil, à la dérobée, pour dire faussement combien à sa place leur anxiété de
la faune équivoque de l’Afrique l’eût disputé à la curiosité d’apercevoir la beauté
et la majesté de sa flore ! Les flamboyants seraient immédiatement restaurés dans
leur souveraineté ! Quant à Scapin, provisoirement désarçonné, son sort ne tiendrait plus qu’à la lubie de Zerbinette, soit de le vouloir bête ou bestiaire, soit de l’en
sauvegarder. Ainsi serait-il doublement acculé au silence, d’abord tenu d’attendre
que Zerbinette ait dit son mot, condamné ensuite à souffrir l’image véhiculée par
ce mot. Certes, il pourrait choisir par prudence de devancer la parole de Zerbinette, mais ce serait au prix d’un manquement à l’obligeance, laquelle impose de
ne pas répondre à la place d’autrui. Sans doute, ne saurait-il déroger à cet usage,
a fortiori quand l’obligeance à l’égard d’une dame confine habituellement à l’obligation de suivre les voies de l’élégance, autrement sévères que les règles, d’une
moindre exigence, requises pour l’expression du seul respect. Bref, dans une telle
conjecture, son sort est suspendu. C’est qu’un renversement se produit. Jusquelà, Scapin commandait secrètement la partie, il détenait la carte maîtresse. Il est
désormais objet de la parole. Soumis aux effets d’une nouvelle segmentation, il
risque à son tour de faire les frais du mot que dira Zerbinette, qu’elle le choisisse
par inadvertance ou par malice.
Ces quelques fragments de vie courante s’éparpilleront bientôt. Par-delà l’infinité de ses variantes possibles, la suite de la scène est facilement imaginable. Avant
de migrer ailleurs, la conversation durera encore un temps, générant de nouveaux
agencements, créant ou révoquant, dans l’instantanéité de la parole, des alliances
volatiles, ostensibles ou inaperçues, sérieuses ou simulées, amusées ou agacées,
fines, ingénieuses, ou convenues. C’est ainsi que le mot, se déplaçant de l’un à
l’autre, tracera au gré des différents tours de la parole, un dessin variable, chaque
fragment du cercle s’adjoignant à tous, pour former une suite d’images, comme le
115
Patrice DESMARE I Sens et paranoïa I pp. 107-126
font les miroirs angulaires des kaléidoscopes. Le jeu se poursuivra jusqu’à satiété,
à moins que ne vienne l’heure de gagner les immeubles avoisinants, banques,
administrations, universités et sociétés, au sein desquels chacun tente autrement
de conférer un peu de sens à sa destinée. Alors, d’autres réalités auront tôt fait de
dissiper la scène, ses enjeux sensuels et la floraison de leurs images passagères.
Un improbable Léandre, gardant sans qu’il le sache, le souvenir saumâtre d’un
achoppement discret, rêvera peut-être la nuit d’après qu’il recommence l’entrée
en scène, pour y tenir son rôle avec plus de brio, de puissance, de verve et d’esprit…
Une fois admis que le sel d’une telle situation, au reste très ordinaire, tient largement au poinçon par quoi est dévolue une présence à chacun, il faut essayer de
repérer aussi comment fonctionne le dispositif qu’elle recèle, dispositif au sein
duquel se déploient les effets de sens décrits. Autrement dit, de quelle nature sont
les machines qui rendent possible la scène ? On serait tenté au prime abord de
convoquer les figures usuelles de la géométrie pour établir une première représentation du dispositif et de son fonctionnement. Il apparaît en effet, qu’il y a le
cercle des protagonistes, et qu’à l’intérieur de ce cercle, des triangles se forment,
des carrés, et d’autres polygones encore. Selon les différentes directions imprimées à la parole, des droites prennent naissance, que recroisent d’autres droites.
Une configuration étoilée de segments multiples se compose ainsi peu à peu, au
gré d’une concaténation pendant laquelle le sens s’instaure, bascule, ou s’infléchit. Ainsi ne paraît-il pas impossible de faire le dessin d’une conversation. On
pourra sans trop de difficulté en produire la représentation formelle, en dégager
les silhouettes successives sans même s’inquiéter de son contenu. De ce point de
vue, il importe peu en effet, que cette conversation ait revêtu un caractère bienveillant, ironique, enchanteur ou méchant. Après tout, un triangle reste un triangle,
serait-il celui des Bermudes plutôt que l’instrument du musicien. La géométrie
plane paraît d’ailleurs entretenir une certaine affinité avec les situations communes, qui, malgré leurs recoins colorés, n’excèdent guère le niveau des platitudes.
Si tel est le cas, c’est que nous sommes sans doute habituellement des êtres plats,
à qui deux dimensions suffisent. Il n’en reste pas moins vrai que la géométrie
échoue cependant pour une part, à rendre compte d’un mécanisme qui opère de
façon permanente dans la moindre des conversations dites normales. Ce mécanisme s’apparente à une permutation que le seul terme de triangulation ne saurait
représenter convenablement. Ce qui permute dans la scène évoquée plus haut,
comme dans toutes celles qui lui ressemblent, ce sont les places occupées par les
acteurs. Trois places, ou mieux peut-être, trois emplacements sont perceptibles,
occupés tour à tour par les différents personnages, au gré d’une rotation tripartite.
Il y a tout d’abord l’emplacement de celui qui énonce une parole. C’est en quelque
sorte l’emplacement du protagoniste, car son rôle est évidemment premier et déterminant. Le second emplacement est occupé par le personnage à qui la parole
116
Les cahiers du travail social #65 I Contributions régionales
s’adresse et qui tient le second rôle, celui d’un deutéragoniste. Enfin, en troisième
lieu, vient le tritagoniste, qui pourrait aussi être nommé le comparse, puisque ce
terme désigne à l’origine un acteur remplissant un rôle muet. Ce troisième personnage réside en effet dans une zone de silence. Dans la conversation précédemment
décrite, qui fonctionne à la manière d’un huis clos, il est constitué automatiquement
comme objet de la parole. Autrement dit, c’est de lui qu’on parle. Toutefois une
telle assertion revêt à bien y penser un caractère troublant. Il ne serait pas surprenant à cette étape, que quelqu’un proteste et refuse d’accorder qu’étant en présence de deux personnes, c’est nécessairement de lui que parlent ces deux personnes. Mais cette objection spontanée, aussi compréhensible qu’elle soit, perd
d’emblée beaucoup de sa force si on concède au moins que la conversation humaine, bien que sujette à de multiples variations, est toujours en quelque manière
organisée. Il suffira qu’on admette seulement qu’elle ne se réduit pas à une cacophonie. Ainsi comment s’entendrait-on si, par exemple, tout le monde parlait en
même temps ? La simple règle qui en découle et qui dans beaucoup de situations
se transforme en cette exhortation notoire, que chacun condescende à ne parler
qu’à son tour ! démontre assez le caractère organisé de la conversation. En l’occurrence, c’est une restriction qui est prescrite à chacun, dans le souci d’une conservation de l’ensemble. Or si tel est le cas, si la faculté d’être ensemble suppose les
tours de la parole et des modalités particulières sans lesquelles nul ne saurait être
inclus dans l’assemblée humaine, alors se pose bel et bien la question de savoir
comment chacun en vient à être pris en compte dans et par cette assemblée, et à
s’y compter lui-même parmi les autres. Autrement dit, comment s’effectue son entrée dans le monde de la parole ? Comment une place lui est-elle conférée dans ce
monde, et comment accepte-t-il, le cas échéant, d’être concerné par les déclarations présentes ? Insistons sur la nature de l’enjeu, pour que la question apparaisse
avec son acuité véritable. Être concerné ne signifie pas seulement, dans ce cas,
être intéressé par ce qu’on dit, c’est-à-dire être intéressé par le « sujet de la conversation », au sens où cette expression en désignerait simplement le thème. Être
concerné signifie être soi-même le « sujet » de la conversation, ou angoissante
équivoque, son « objet ». Bref, ce qui concerne le sujet ici est ce qu’il discerne ou
croit discerner de lui-même dans la somme des paroles qui le circonscrivent et le
cernent. Il est visible d’ailleurs dans l’expérience la plus commune, que l’intérêt
de chacun pour les paroles échangées est habituellement plus grand dans le cas
où c’est de lui qu’on parle que dans celui où il ne s’agit que d’un objet auquel il n’est
pas identifié, même si, à d’autres égards, cet objet l’intéresse beaucoup. Parmi
tous les objets, lui-même n’est-il pas l’objet auquel il accorde le plus vif intérêt, et
ce d’autant plus quand cet objet lui apparaît à la lumière d’autrui ? Or, si à l’évidence il est des circonstances où c’est de lui qu’on parle, ce en quoi il n’échappe
pas au sort commun, il faut bien admettre que la place qu’il occupe alors, d’être
celui dont on parle, s’articule à celles du locuteur et de l’allocutaire pour former un
117
Patrice DESMARE I Sens et paranoïa I pp. 107-126
système contraignant de trois places. Si tel est le cas, pour autant que ce système
fonctionne et qu’un sujet y soit inclus, il s’y tient nécessairement à l’une de ces trois
places. C’est pourquoi, il n’est pas indu de penser que dans une situation concrète,
réunissant trois personnes quelconques, les deux premières parlent en quelque
manière automatiquement de la troisième, si le système décrit s’instaure et imprime dans la situation, serait-ce au gré d’un forçage, la contrainte ternaire qu’il recèle. Cela ne signifie évidemment pas que toutes les conversations qui comportent
trois protagonistes s’établissent sous cette forme. Beaucoup d’entre elles échappent bien sûr aux effets d’un semblable tricot. Mais que des sujets s’entretiennent
de leur être, que l’enjeu de leurs dires soit de s’entre-définir, et alors c’est bien à
se laisser inclure dans un système de trois places que chacun participera à l’institution de l’entretien et à son maintien. Il y sera alors, ou locuteur, ou allocutaire, ou
objet de la parole. On ajoutera d’ailleurs, que loin d’être anecdotique, la conjoncture dans laquelle les paroles échangées se rapportent aux locuteurs eux-mêmes
est celle qui confère à la conversation un caractère à proprement parler « intéressant ». Dans ce cas, il s’agit en effet, de la question de l’être de chacun, ou du moins
de la représentation de son être, en tant que cette question est appelée à circuler
entre les uns et les autres. Le vieux français laisse d’ailleurs transparaître brutalement un des sens forts du verbe « intéresser », qui démontre qu’il entretenait bel et
bien à l’origine un rapport étroit avec la liaison interhumaine et donc évidemment
avec l’incertitude que recèle cette liaison. Il signifiait autrefois « léser », « faire
tort » ! Ce n’est que tardivement qu’il a revêtu le caractère d’innocence qu’on lui
connaît aujourd’hui. Ce qui intéresse est désormais ce qui attire l’attention ou captive l’esprit et non plus ce qui blesse. On a quelque plaisir à le penser. Une expression subsiste toutefois rappelant, s’il le fallait, le fonds de férocité à quoi empruntent parfois les mots avant de suivre leur cours : il s’agit des « dommages et intérêts »,
somme que l’on réclame en réparation d’un préjudice !
Ce faisant, on maintiendra l’idée que trois emplacements forment le dispositif
minimal nécessaire et presque suffisant à organiser la coexistence des personnes
présentes. Les modalités de leur présence diffèrent cependant, selon la place
qui leur est dévolue à l’intérieur de l’agencement tripartite, à un moment donné.
Elles diffèrent également pour la même personne d’un moment à l’autre, puisque
les prises de paroles successives induisent une série de renversements au cours
desquels les trois places dénotées commutent. En d’autres termes, pour autant
que je séjourne dans le langage, je me tiens obligatoirement à l’une de ces trois
places : locuteur, allocutaire, ou objet de la parole. Toutefois, après le premier
envoi de la parole, ma position ne cessera de changer au fil des renvois ultérieurs,
si, à point nommé, je parle. M’en abstiendrais-je que mon statut se réduirait progressivement et presque inexorablement à n’être plus que l’objet du discours des
autres.
118
Les cahiers du travail social #65 I Contributions régionales
Venons-en maintenant à l’étrange expérience de celui qu’on dit paranoïaque. Il
est celui sans doute, qui disconviendrait le moins de la nature inclusive du sens, s’il
pouvait en dire quelque chose, ce qu’il ne peut hélas. Voilà, en effet, un sujet vers
lequel semblent inéluctablement converger tout mot, toute bribe de conversation,
tout fait ou agencement potentiellement significatifs. Autrement dit, et c’est cela
qui a été le plus remarqué, tout et tous parlent de lui, et c’est de lui encore dont il
est question quand ça tousse. Sous les modes les plus divers, qui vont de l’allusion
la plus celée à la déclaration la plus ouverte, que ce soit à proximité ou depuis les
régions les plus reculées du globe, on déverse à plein tombereau un propos où il
ne s’agit que de lui, immédiatement, continûment, éternellement peut-être. Et c’est
le premier aspect d’une expérience qui paraîtra à beaucoup impensable : s’il est
un sujet pour lequel l’expression « être concerné » a un sens, alors il est celui-là.
On ne parle, on ne gesticule, on ne présente d’apparences, que pour autant que
tout cela ne le concerne et ne revête un sens particulier à travers quoi il est cerné,
désigné, visé, qualifié. Évidemment, c’est pour cela que les plénipotentiaires de
la morale commune ont taxé ledit paranoïaque, paranoïaque selon leurs dires,
d’égocentrisme. Or, une semblable catégorie, c’est le moins qu’on puisse dire,
emprunte trop rapidement aux catégories usuelles pour emporter la conviction au
regard d’une expérience aussi étonnante. Elle en dulcifie d’emblée le caractère
extraordinaire et en disqualifie sans recours la portée heuristique. Nous poserons
pour notre part, et tout d’abord sans justifier cette assertion, que celui que l’on dit
fou, psychotique ou paranoïaque n’a pas une perception erronée de la réalité. Sa
perception n’est ni plus vraie, ni plus fausse que celle d’un autre, qui serait, quant à
lui, réputé raisonnable. Il entend autre chose, voilà tout. Et s’il entend autre chose,
c’est parce que sa position dans le monde et vis-à-vis d’autrui est différente de
celle des gens dits normaux. D’une certaine manière, il n’est même pas indu de
penser que sa perception, aiguisée par l’angoisse, est plus ajustée au réel que
celle des sujets ordinaires. Encore convient-il de s’expliquer sur ce point, à moins
de prêter le flanc à une forme d’angélisme, qui n’est ici absolument pas de mise.
Un premier exemple peut nous mettre sur la piste. Il a pour cadre un hôpital de
jour accueillant des enfants dits psychotiques. La scène est la suivante. C’est l’été,
il fait chaud. Une soignante est déjà en présence de l’un des enfants, alors qu’une
de ses collègues arrive. La deuxième soignante dit alors à la première — quoi de
plus banal semble-t-il — : « Il fait lourd ! ». Aussitôt, l’enfant se dirige vers la fenêtre
qui est ouverte, passe les deux bras à l’extérieur, et soupèse l’air. Il s’agit maintenant de tenter de comprendre le sens de ce qui vient de se dérouler à la lueur
de ce qui a été écrit plus haut. À ce moment encore les avis peuvent diverger. On
pourra considérer que cet enfant a beaucoup d’esprit. Et pourquoi pas d’ailleurs,
si tant est que l’esprit ne se constitue comme tel qu’à la condition d’un auditeur qui
l’authentifie ? On reconnaîtra donc à sa juste valeur la création que recèle l’acte
119
Patrice DESMARE I Sens et paranoïa I pp. 107-126
de l’enfant. Nul doute que dans un autre contexte, cet acte n’eût été apprécié à la
manière d’une plaisanterie assez réussie. Mais dans le cas présent, ce n’est pas le
plaisir qui paraît prédominer dans l’expérience de l’enfant. Ce sont au contraire
des signes de souffrance qui sont lisibles sur son visage, et c’est avec une tension
visible qu’il a accompli son geste. Si son expérience comporte des composantes
nécessaires à l’émergence d’une création spirituelle ou humoristique, ces composantes ne sont donc pas suffisantes pour en autoriser l’avènement. Examinons
cependant ces composantes. L’enfant a accordé une signification à la parole de la
soignante. C’est le premier point. Il a ensuite pris sur lui d’interpréter cette parole,
à travers un mouvement du corps et à travers un geste. Il a donc montré qu’il était
concerné par cette parole. Nous retrouvons aussitôt la divergence possible décrite
au début de notre texte. Ou bien la soignante en disant « il fait lourd » livrait une
constatation météorologique sans grand intérêt. Ou bien, à son insu peut-être,
en disait-elle un tout petit peu plus. Mais alors quoi ? Sans doute l’enfant, en cela
plus avisé que beaucoup de ses contemporains, considère-t-il qu’une parole ne
communique pas seulement une information mais qu’elle instaure une coprésence
dotée d’une tonalité particulière. Nous avons parlé de trois emplacements : locuteur, allocutaire, ou objet de la parole. Évidemment, si tel est le cas, c’est ce
dernier emplacement qu’il occupe lui-même dans le contexte, car la phrase est
adressée par l’une des deux soignantes à l’autre soignante. Il est donc l’objet de
la parole. Autrement dit si « il fait lourd » le concerne, c’est que cela parle de lui.
À cette étape, on peut hésiter. Il est vraisemblable, tout dans la scène, en effet, le
laisse à penser, qu’il entend cette phrase comme un ordre qui le concerne, et qu’il
exécute cet ordre au pied de la lettre. Il (c’est-à-dire lui) fait : « lourd ». Installé
dans la zone de silence résiduelle, il reçoit cette phrase comme une injonction,
tout en signifiant d’une certaine manière son inclusion dans le monde de la parole,
avec les moyens qui sont à sa portée. Il est remarquable en effet que dans ce cas,
l’enfant, proie de la demande de l’autre, trouve néanmoins à tenir une fonction
d’interprète. Il est presque en mesure de se sauvegarder en imprimant à la parole
une autre direction. Mais que véhicule-t-elle donc encore cette parole qui s’avère
si impérieuse à son égard ? Il est probable que la tension douloureuse qui est la
sienne, pendant l’accomplissement de l’acte, est la conséquence de ce qu’il perçoit
de la disposition de l’autre à son endroit. Car, ce qui est « lourd » pour la soignante
ce jour-là, n’est-ce pas davantage le poids qu’il représente lui, plus que le temps
qu’il fait dehors ? On admettra alors que la parole de cette soignante ait pu revêtir
un caractère allusif, et que l’enfant, avec beaucoup de justesse et de sensibilité en
somme, en ait décelé et révélé toute l’équivoque. Malheureusement, ce n’est pas
en sa faveur que jouait cette équivoque. Et le peu de péjoration qu’elle contenait,
a sans doute suffi à renforcer le caractère impératif de la phrase, phrase vécue
par lui comme une stricte injonction. Se sentir l’objet d’une perception négative,
voilà une des composantes invariables de l’expérience de ceux qui habitent aux
120
Les cahiers du travail social #65 I Contributions régionales
confins. Devoir exécuter, sans négociation possible, un ordre émanant d’un autre
jupitérien, constitue régulièrement une autre de ces composantes. Ainsi, n’est-ce
pas le fait d’entendre des voix qui signe ce que l’on appelle psychose. Les exemples ne manquent pas de sujets qui en connurent des destins étincelants. Ce qui
caractérise le fait de psychose, c’est que l’on entend des voix qui vocifèrent des
commandements auxquels on se saurait s’opposer. Serait-ce des commandements
absolument fous, exigeant le pire, exigeant votre perte le cas échéant. L’enfant
dont il s’agit plus haut, n’est pas sans disposer, semble-t-il, de quelques points
d’appui dans le monde. Mais son arrimage y est fragile, et ce n’est pas sans quelque anxiété que nous le voyons côtoyer le bord de l’abîme, que figure ici dangereusement celui de la fenêtre. Cependant, il est bien visible qu’il entend, et que sa
perception du monde, aussi dramatisée qu’elle soit, n’en est pas pour autant plus
invalide qu’une autre. Sans doute, le chemin à accomplir ensemble et avec lui, estil celui qui mènerait de la lettre à l’esprit. Il conduirait en définitive à constituer son
acte comme une plaisanterie. Une des conditions non suffisante mais nécessaire à
ce franchissement réside bien sûr dans le minimum de présence qui invite à être
concerné par la parole d’autrui et par le jeu de langage qu’elle initie. Il s’avère que
la parole commune a parfois tellement perdu de son tranchant que ses enjeux de
sens passent inaperçus. Qui accepterait l’idée qu’il puisse avoir incidemment, et
même dans une proportion discrète, sa part dans la lourdeur du temps ? Ne faut-il
pas déjà au moins un peu de paranoïa pour l’admettre ? Sourires, rires, ou fous
rires viendront peut-être ensuite. Mais pour lors, contrairement à l’apparence, tout
humour fait défaut.
Nous tenons pour acquis que l’expérience paranoïaque est le fait d’un sujet
dont le sort est d’être entièrement parlé. Qu’en ce sens, il soit au centre du monde,
comme le laisse à entendre, mais d’une façon très édulcorée, le terme d’égocentrisme n’est pas faux. À condition de ne pas oublier que paradoxalement, s’il est
au centre, si tout mot, toute signification, paraissent converger vers lui, c’est parce
qu’il est en réalité complètement en périphérie, poussé vers la banlieue, acculé
à occuper une zone de silence résiduelle dans laquelle il est cerné, cinglé par la
parole d’autrui. Ainsi parle-t-on de lui. Mais ce n’est qu’à la mesure de sa solitude,
de son isolement, ou de sa désolation, que s’accroît aussi bizarrement à son endroit
le discours du monde. En d’autres termes, le mécanisme de la rotation tripartite
que nous avons décrit plus haut est absent, ou grippé. Aucune commutation ne
s’effectue entre les trois emplacements évoqués : locuteur, allocutaire, ou objet
de la parole. Le dernier seul subsiste, où se fixe virtuellement un sujet en proie à
l’expérience paranoïaque, exposé à l’incidence d’une rotation qui ne s’exerce qu’à
des dépens, et qui le réduit progressivement à n’être plus qu’un corps démembré.
Ce dernier terme convient en effet, car c’est véritablement le supplice de la roue
que subit alors ce sujet, puisque tous les effets de relance de la parole qui s’exercent dans le monde autour de lui en viennent alors inexorablement à concerner
121
Patrice DESMARE I Sens et paranoïa I pp. 107-126
son corps, pour en entamer et en poursuivre, automatiquement, méthodiquement,
mathématiquement, selon une ligne asymptotique, la réduction et la dislocation.
C’est une dualité, virant bientôt au duel, qui semble dès lors devoir constituer le
seul rapport possible de ce sujet avec autrui : lui, d’un côté, progressivement acculé à une faillite subjective que chaque mot vérifie, de l’autre côté, l’univers de
tous les autres. Dans cet ensemble constitué de tous sauf lui, et qui dans un autre
sens est le seul espace où il est possible que plusieurs soient « ensemble », ne
règne plus alors qu’une forme de raison : celle qui l’assigne, lui, à la place du fou,
une place muette, au bout du compte. Au cœur d’une opposition aussi radicale, une
règle finit en effet par prédominer où il en va graduellement de l’un ou de tous les
autres. Autrement dit, selon cette règle stricte, numérique, et qui fonctionne sur
le mode de l’exclusion et de l’extension, que tous les autres aient raison et alors
je suis complètement fou. Ou bien, et c’est une autre manière de le traduire, un
fou est quelqu’un qui n’a plus personne avec qui parler. Pris dans un porte-à-faux
fondamental par rapport à l’ordre ternaire, impliqué dans la rotation tripartite sans
discontinuité ni possibilité de renvoi de la parole, il est assigné à être sans refuge
ni repos « ce dont on parle ». Sans doute est-ce ce que voulait suggérer celui qui
disait, alors en proie à cette expérience périlleuse : « la parole c’est comme une
roue qui tourne où chacun verrait une partie de la roue à des moments différents,
et alors quand on essaye de communiquer c’est forcément faux : il y a toujours un
dialogue ». Remarque très juste dans son fonds, géniale même, si on veut bien l’entendre. Un autre disait pour sa part avoir à lutter contre la gravitation universelle
pour subsister. Il expliquait que c’était comme devoir monter sur un manège lancé
à pleine vitesse. C’est dire qu’il s’essayait au contresens, dans la proportion même
où il devenait la proie du sens. La conversation du monde ne cessait, en effet, de le
désigner, toute parole ou tout geste se rapportant à lui, et ce, sans échappatoire ni
contradiction possible. Ainsi, un quart d’heure auparavant, un quidam, attablé à
la terrasse d’un café, avait-il indiqué, par le seul geste d’éteindre sa cigarette, ce
qu’il était : mégot écrasé, abandonné au cendrier. Il en était certain. Le sens de la
scène s’imposait à lui sans équivoque : toute la signification du geste résidait dans
sa valeur incendiaire. Instantanément, il s’était senti à l’état de cendres. Notons que
là encore, ce n’est pas tant le sens attribué au geste qui fait problème, car après
tout pourquoi un tel geste n’aurait-il pas eu ce sens ? Ce qui est peu ordinaire, c’est
que le fumeur, incendiaire supposé, et pur inconnu au demeurant, se trouvait à
plusieurs tables de là, et que d’aucune manière, il n’avait porté attention, au moins
de façon manifeste, au sujet soi-disant incendié. La contrainte de désigner ce sujet
et d’avoir à signifier son abolition s’imposait automatiquement à tous, c’est-à-dire
sans même qu’ils en aient conscience,
C’est grâce à cette sorte de témoignages, qu’on peut comprendre ce que cela
veut dire qu’un corps démembré, roué par les mots, réduit à la succession des
images mobilisées par le discours des autres ! Ainsi ledit paranoïaque, pour se
122
Les cahiers du travail social #65 I Contributions régionales
défendre, oppose-t-il parfois une image à la conversation du monde, laquelle tend
à laminer la surface ainsi offerte. À défaut, il est véhiculé par cette conversation et
par la multiplicité des images qui en jaillissent, sans même pouvoir arrimer son
être à la peau que constitue l’image du corps propre. Ce versant est celui qui
conduit à l’hallucination. On oublie trop que l’image du corps est une cachette.
Cette cachette vient-elle à céder, et c’est alors l’hallucination qui surgit, par exemple sous sa forme visuelle, c’est-à-dire sous la forme d’un regard. Le sujet est soudain regardé par son hallucination, à travers laquelle se manifeste de façon ultime
la présence de l’autre. Mais c’est un autre sachant tout de lui qui surgit alors, et
sachant précisément son ignominie, son indignité, sa flétrissure, un autre vis-à-vis
duquel aucun abri ne résiste, aucune retraite ne subsiste. Autant dire que c’est
dans l’horreur d’un cauchemar qui ne connaît pas de réveil que culmine une telle
expérience. L’univers paranoïaque se distingue ainsi par une débauche de significations terrifiantes qui revêtent chacune un caractère absolu et immédiat. Au
cours de la paranoïa, l’image du corps propre est une image continuellement explorée, commentée, ravinée par le discours diluvien que le monde déverse. Cela
explique d’ailleurs un phénomène secondaire assez impressionnant il est vrai,
mais auquel on a sans doute accordé trop d’importance. Un sujet en proie à la paranoïa se sent singé par les autres, dans un jeu de miroirs infini. On l’imite, on le
parodie. Ce faisant, toujours selon ses propres pensées, on lui signifie ironiquement à travers un manège général auquel chacun participe, que son image n’est
que la copie visible d’une autre image, originale, celle-là. Autrement dit, on lui
donne à entendre qu’il est à un autre, voire à tout autre, ce qu’est la copie, ou pire
la caricature, à l’œuvre authentifiée. Piètre tableau, en quelque sorte ! À cela
s’ajoute que ce qu’on insinue aussi en l’imitant, c’est que nul n’est dupe de sa prétention à vouloir se hausser à la valeur de l’original, en s’emparant de sa fortune
pour se parer et parader. Bref, dès qu’il paraît, et où que ce soit, on s’amuse en le
singeant, à faire allusion à son ambition d’entrer sur la scène du monde, et de s’y
maintenir dans le champ des apparences mondaines. Une semblable ambition fait
sourire. Ce mécanisme de duplication, qui remplit le monde d’une kyrielle d’autres
sarcastiques, autres pareils à l’image de soi-même, mais plus authentiques que
soi, est évidemment saisissant. Il n’est cependant pas difficile à comprendre, si on
admet que chacun construit d’abord la représentation de lui-même dans le rapport
à un idéal qui ne cesse de se dérober, laissant inexorablement son image incomplète, trouée. En d’autres termes, aussi curieux que cela puisse paraître, ce que
nous désignons par « moi », l’être familier de nous-mêmes, n’est de ce point de vue
qu’une image extérieure. Il n’est pas étonnant dès lors, qu’un autre ou plusieurs,
notables ou badauds, et pourquoi pas tous les autres en série, puissent à quelque
moment, non seulement nous ressembler mais encore nous ravir la fraîcheur de
l’authentique. Ce glissement de l’original à la copie amorce un processus graduel
ou brutal de descente, où toutes les nuances de l’échelle hiérarchique peuvent
123
Patrice DESMARE I Sens et paranoïa I pp. 107-126
désormais défiler, qui mènent de la beauté à la difformité, de la véracité à la fausseté, de l’authenticité à la duplicité, ou de l’élévation à la bassesse. Au bout du
compte, cette déroute ne laisse à la disposition du sujet qu’une image dégradée,
bâclée, ne ressemblant que peu à celles de ses semblables. Elle le réduit progressivement à n’occuper de statut que celui de semblable à peine ressemblant. Or, si
l’épreuve d’un tel naufrage est à une certaine étape de la paranoïa particulièrement inquiétante pour le sujet lui-même et pour ceux qui l’entourent, elle reste
dans les limites de ce qu’on peut appeler la « perte du moi ». C’est parce que son
ego se décompose que le sujet voit affluer une foule de sosies qui semblent finalement confisquer la forme humaine elle-même, pour en définitive le vouer à la difformité ou à la monstruosité. En ce sens, si l’expérience du paranoïaque revêt un
caractère central, elle n’en est pas pour autant une expérience égocentrique. Elle
s’apparente plutôt à une ruine de l’ego. C’est pourquoi rien n’est moins propice à la
saisie du vécu paranoïaque que l’idée qu’elle concerne un « moi ». Cette idée est
pourtant celle qui s’immisce communément dans l’appréciation de ce vécu, et qui
en efface les véritables coordonnées. Par quelle aberration, se dit-on, en viendrais-je à penser que l’on parle de moi, à la table d’à côté, à toutes les autres tables,
sur la place, dans les rues, à la devanture des librairies, dans les chansons à la
radio, les émissions à la télé, par les lignes de l’électricité, par celles du TGV, par
les résultats du tiercé, le numéro des CB, par télépathie, par courrier timbré, par
les bourdons des clochers, les radios à l’hosto, la voiture jaune qui passe, la rouge
qui la dépasse ? Certes ! Mais il suffirait à un paranoïaque d’apporter quelques
précisions simples pour dissiper l’erreur que contient cette objection massive
aussi compréhensible soit-elle. Il dirait : « Le monde ne parle pas de moi, au sens où
en disant « moi », vous désignez quant à vous le personnage habituel que vous savez
ou imaginez être. Le monde ne parle pas de moi, au sens où il parlerait d’untel, doté
des coordonnées familières qu’on lui connaît, et qu’il admet. Il ne s’agit pas de moi
dans ce sens-là. Il s’agit de ce que je suis là. Si j’étais président des USA, vous accorderiez sans doute, que le destin des entreprises, le heurt des religions, le succès des
nouveaux transports, les aléas du climat, à peu près tout, en somme, puisse exercer
son incidence sur mon sort, décider de ma vie, de ma mort, de mon maintien ou de
mon vacillement. Si j’étais président des USA, vous ne douteriez guère que l’on parle
de moi ; que ce qui s’émet, se démet, se transporte, s’entreprend, ou se disloque, interfère au plus serré avec ce que je suis là. Puisque vous admettez sans doute cela, qui
vaut au regard des nominations les plus hautes, que n’admettez-vous que ce qui est
hautement nommé ne puisse avoir son analogue, voire son homologue, du côté de
l’innommé ! ». Ici commence, en effet, le deuxième versant de la connaissance paranoïaque, non plus son versant hallucinatoire, mais son versant combinatoire. Un
paranoïaque peut savoir mieux que quiconque que le monde est un lieu où se dessinent des lignes de force et de partage, un lieu violent où se combinent des alliances et des ravages, où s’opposent des contraires et s’exposent des contradictions,
124
Les cahiers du travail social #65 I Contributions régionales
où se vocifèrent des victoires autant que des invocations. Il peut savoir que les
coordonnées locales dépendent des coordonnées générales. Il peut savoir encore
que ces coordonnées dépendent autant du statut des morts que de celui des vivants, autant des ascendants que des descendants. Il met les morts dans la balance,
et il y met les vivants. Il mesure, il soupèse, il calcule. Il tente de saisir à quelle logique le monde obéit. Ce faisant, il observe le nécessaire, le contingent, le possible, l’impossible. Il repère l’indécidable aussi. Bref, il pénètre dans le système du
monde. Il y questionne les chronologies autant que les synchronies. Il tente de dire
les lois qui régissent les rapports entre le centre et la périphérie, le noir, la lumière,
aujourd’hui, hier, l’accessoire, l’essentiel, le sol, le ciel. Il explore. C’est ce qu’on a
appelé « délire d’interprétation ». Pourquoi une telle passion ? Parce que c’est de
son sort bien sûr, dont il s’agit, à travers tout ce qui se combine. De ce qui va décider dans l’univers, de sa nomination ou de son éviction, de sa promotion ou de sa
révocation. Or si cette question, tout à fait pensable, revêt par contre une acuité
aussi insoutenable, c’est qu’elle est le fait d’un sujet qui l’énonce alors qu’il tombe
justement sous la menace d’être non seulement « mis de côté », comme le suggère
le mot paranoïa, mais plus radicalement encore rejeté, ou mieux, radié. C’était
cette terreur d’être radié qu’un patient manifestait à l’hôpital, alors qu’une « radio »
avait été demandée pour un autre malade, qui séjournait dans le même service ! Il
est vrai que dans cet hôpital, l’heure était plutôt à l’hostilité qu’à l’hospitalité.
Commençons à conclure. Quelle place occupe-t-il, ledit paranoïaque ? En un
mot : la place du rebut. De quelle nature et de quelle substance est ce rebut, l’objet
« en reste » ? Nous l’avons montré, il est sans image et sans mot. En ce sens, pour
ceux qui sont de ce côté-ci du miroir, il est inimaginable et inouï. Il est innommable, irreprésentable, impensable, insaisissable. Curieuse place. Car si nous
avions parlé jusqu’ici de trois places, nous voilà au seuil de devoir en admettre
une autre, en quatrième : la place de ce dont on ne peut parler. On remarquera
que l’ensemble de ces caractéristiques négatives valent pour une autre place que
celle du fou, au moins dans ce coin du monde : la place de Dieu. Celui dont l’image
ne peut pas être représentée, et Celui dont le Nom ne saurait être prononcé. Ainsi
le peu de trajet accompli nous emmène-t-il à l’endroit où se découvre une étrange
affinité entre l’hideux et l’illustre, entre l’hallucination et l’illumination. Curieux
oxymore : l’expérience du sens culmine dans l’énigme du non-sens et l’expérience
de la parole se parachève dans un silence. On comprend le voisinage qu’entretient
certain fou avec les puissances divines. On devine aussi pourquoi une semblable
fréquentation le conduit parfois par un curieux retournement, à voir le monde
sensé, celui de la parole, comme on verrait le Hollandais volant, navire venu du
fond des temps et emportant au bout des temps la foule fantomatique et insensée
de ces ombres que sont les hommes que le mot a écornés.
125
Patrice DESMARE I Sens et paranoïa I pp. 107-126
Qu’on me permette en toute dernière conclusion de livrer une courte anecdote
personnelle. Alors que je commençai à rassembler ces quelques idées sur la paranoïa, j’ai eu un rêve. Un certain professeur, que j’aperçois réellement chaque
jour passant devant ma fenêtre, m’avait dérobé mes travaux sur la paranoïa. Je
m’étais donc introduit en cachette au domicile du professeur pour les récupérer,
et je faisais l’investigation des greniers. Mais des sbires à la solde du professeur,
de redoutables intégristes, étaient à mes trousses. Je me trouvai finalement dans
une grande pièce, devant eux, et prisonnier. La tension était extrême. Un livre
religieux était ouvert sous mes yeux et je leur disais, raidi par l’angoisse : « On
va enfin savoir où est la Loi ! ». Alors une femme arrivait. Dans le rêve toujours, je
retenais un mot, un seul. Il était clair qu’elle mettait tout par terre. Oubliez que
c’est un rêve. N’en retenez que les images, et vous avez un bout de ce que parfois
on appelle la réalité. Triste réalité ! Qui sait le sens de la réalité dans le rêve, saura
le souhait qui certainement s’y loge : que cette réalité ne soit qu’un rêve ! Je ne
raconte pas ce rêve à mes amis. Je leur dis seulement qu’une secte menaçante,
commandée secrètement par un dangereux professeur, essaie de dérober mes
récentes découvertes sur la paranoïa. En général, ils rient. Ils ne croient pas que
j’y crois.
126
RECOMMANDATIONS BIBLIOGRAPHIQUES
1. RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES AUTEURS
Un auteur. I FRANCASTEL P., La figure et le lieu. L’ordre visuel du Quattrocento, Paris, Gallimard, 1967, 362 p.
Plus de trois auteurs.
I AUBY J. M., BANDET P., BOULET L. et al., Traité de sciences administratives, Paris, La Haye, Mouton, 1966, 901 p.
Un auteur / sous la direction (editor). I REYNAUD J.-D. (ed.), Tendances et volontés de la société française, Paris, SEDEIS, 1966, 501 p.
Deux auteurs / sous la direction (editors). I BOUDON R., LAZARSFELD P. (eds.), L’analyse empirique de la causalité, Paris, La Haye, Mouton, 1966, 304 p.
2. RECOMMANDATIONS CONCERNANT LA NATURE DU DOCUMENT ET LES TITRES
Une contribution dans une publication non périodique. I LE BRAS G.,« Histoire et droit romain », pp. 44-48, in CHEVALIER R. (ed.), Mélanges d’archéologie et d’histoire offerts
à André Piganiol, Paris, SEVPEN, 1966, 3 vol., 1772 p.
Un article dans une publication périodique. I PIAGET J.,« Biologie et connaissance », Diogène n°54, avril-juin 1966, pp. 7-11.
Une publication périodique [thématique ou dossier principal]. I Actes de la recherche en sciences sociales n°158, juin 2005, Le capital militant (2). Crises politiques et reconversions : mai 68.
Un titre et un sous-titre. I BRAUDEL F.,« Histoire et sciences sociales. La longue durée », Annales ESC n°13, oct.-déc. 1958, pp. 725-753.
Titres de tomes d’une même œuvre. I LEVI-STRAUSS C., Mythologiques, t. 1, Le cru et le cuit, Paris, Plon, 1964, 402 p.  ;  LEVI-STRAUSS C., Mythologiques,
t. 2, Du miel aux cendres, Paris, Plon, 1966, 452 p.
Un titre de chapitre ou d’une partie. I RUWET N., Introduction à la grammaire générative, Paris, Plon, 1967, 452 p., (chap. 3 : « Le modèle syntagmatique »).
3. RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES ÉDITIONS
Une édition autre que la première. I ROLLAND L., Précis de droit administratif, 11° éd., Paris, Dalloz, 1957, x + 667 p.
Une réédition avec date de la première édition. I GOUROU P., Les paysans du delta tonkinois. Étude de géographie humaine (1936), Paris, La Haye, Mouton, 1965,
666 p. + un atlas, 9 cartes.
Une édition des actes d’un colloque. I DESROCHES H. (ed.), Coopération agricole et développement rural, Actes du colloque international de Tel Aviv, Israël,
mars 1965, Paris, La Haye, Mouton, 1966, 231 p.
4. RECOMMANDATIONS CONCERNANT LES RESSOURCES INTERNET
Un site Web [AUTEUR (organisme ou personne), Titre de la page d’accueil, [type de support]. Adresse URL (date de consultation par l’usager)]. I UNIVERSITÉ LAVAL, BIBLIOTHÈQUE, Site de la bibliothèque de l’Université Laval, [En ligne]. http://www.bibl.ulaval.ca/
(Page consultée le 27 mars 2000).
Une ressource internet. I CARON R.,« Comment citer un document électronique ? », in UNIVERSITÉ LAVAL, BIBLIOTHÈQUE, Site de la bibliothèque de l’Université Laval, [En ligne]. http://www.bibl.ulaval.ca/doelec/citedoce.html (Page consultée le 27 mars 2000).
Un article dans un périodique électronique en ligne. I LAMY O.,« Tout ce que vous voulez savoir sur les expositions professionnelles au VIH », L’infirmière du Québec [En
ligne], vol. 7, n°2, nov.-déc. 1999, pp. 28-32. http://www.oiiq.org/pdf/revue/99nov dec.pdf (Page consultée le 13 février
2001).
Un article dans une encyclopédie CD-DVD. I BESNARD P., BOUDON R,« Durkheim et les durkheimiens » in Encyclopædia Universalis v.8.0 [Cédérom].
127
128
Bulletin de cOmmande
Revue quadrimestrielle publiée à mille cinq cents exemplaires, éditée par l’IRTS de
Franche-Comté.
achat au numéro : 7,00 € + 2,00 € de frais de port par numéro
ou abonnement annuel - 4 numéros - 30 €
nom • prénom / ......................................................................................................
adresse / ................................................................................................................
................................................................................................................................
L’objectif principal et fondateur de la revue les cahiers du travail social est la création d’une revue
régionale des travailleurs sociaux qui puisse aussi bien rendre compte de recherches de professionnels
ou d’universitaires, que présenter un point de vue personnel sur des aspects du travail et de son
évolution ou encore exposer une réflexion personnelle sur une étude de cas.
Pour atteindre cet objectif, le projet éditorial des cahiers du travail social a été construit autour de
la publication et de la diffusion des interventions présentées aux journées d’études de l’IRTS de
Franche-Comté, journées pluridisciplinaires organisées plusieurs fois par an et qui répondent à la
mission d’animation et de recherche dans les milieux professionnels de l’action sociale par les
Instituts Régionaux du Travail Social (Arrêté du 22 août 1986, art. 1 et art. 7).
Destinés à l’ensemble des étudiants et des stagiaires en formation à l’IRTS de Franche-Comté et
aux professionnels de l’action sociale, les cahiers du travail social sont devenus un outil pédagogique
ouvert aux réflexions et aux témoignages professionnels : la rubrique CONTRIBUTIONS RÉGIONALES a
pour ambition de créer cet espace d’écriture et d’échange autour des pratiques socio-éducatives.
commande
le numéro #
le numéro #
le numéro #
le numéro #
/
en
en
en
en
exemplaire(s)
exemplaire(s)
exemplaire(s)
exemplaire(s)
soit
soit
soit
soit
9,00
9,00
9,00
9,00
€   x
€   x
€   x
€   x
=
=
=
=
..................
..................
..................
..................
€ 
€ 
€ 
€ 
• soit une commande totale de .................. €  à l’ordre de l’ARTS.
□ Abonnement annuel (4 numéros par an) soit 30 €
IRTS de Franche-Comté >
1 rue Alfred de Vigny • BP 2107 • 25051 BESANCON CEDEX
.
Directeur de publication • Axel OTHELET
Rédacteur en chef • Bernard PREUX
Nous remercions M. Patrice DESMARE cadre pédagogique à l’IRTS de Franche-Comté,
ainsi que le service «Recherche» pour leurs lectures attentives et leurs précieuses
corrections.
Imprimé en France par Imprimerie Simon, BP 75, ZI rue Noirichaud, 25290 ORNANS.
Dépôt légal à parution. ISSN : 1145-0274
IRTS de Franche-Comté >
1 rue Alfred de Vigny • BP 2107 • 25051 BESANCON CEDEX
tél. 03 81 41 61 00 • fax. 03 81 41 61 39
www.irts-fc.fr
1
Les droits de l’homme
[épuisé]
2
Le développement local
3
La liberté
4
Travail social et éthique
5
Etudes et réflexions 89
6
Les révolutions
7
Les jeunes et l’Europe sociale
8
Etudes et réflexions 1990
9
Les révolutions scientifiques
10
De nouvelles pratiques en travail social
11
Spécial « programme européen » [épuisé]
12
Hors-série : réforme
13
Études et réflexions 1991
14
Nation, religion, guerre (2)
15
Etudes et réflexions 1992
16
Planification et annexe XXIV
17
Etudes et réflexions 1992
18
Art, folie, déviance [épuisé]
19
Etudes et réflexions 1993
20/21 Evolution du travail social. Évolution des
formations. 20 ans de DEES en Franche-Comté
22
Art, folie, déviance (2)
23
Evolution du travail social. Évolution des
formations. 20 ans de DEES en Franche-Comté
24
Expérimentation, innovation, modélisation en
travail social
25
Etudes et réflexions 1994
26
Penser la crise, ordre et désordre (1)
27
Etudes et réflexions 1995
28
Penser la crise, ordre et désordre (2)
29
Etudes et réflexions 1995
30/31 Evolution polyvalence de secteur
32
Savoir-faire professionnels 33
Études et réflexions 1996
34Individu et communauté (1)
35
Lutter contre l’exclusion
36
Habitat - habiter
37
C.C.A.S.
38Individu et communauté (2)
39
Etudes et réflexions 1998
40
Travail et handicap
41
Spécial méthodologie
42
La marge (1)
43
Etudes et réflexions 1999
44
Structures fermées
45
Le crime
46
La marge (2)
47
20 ans de DEASS en Franche-Comté
48
Projet pédagogique de formation par les
stages
49
Contributions régionales
50
Urgence, temps et action (1)
[Nouveau format]
52
Urgence, temps, action (2)
53
[l’intime] : habitat > habiter
54
Prévention Spécialisée
L’Europe sociale et le modèle social européen .1
55
56
Où en est l’intervention sociale ?
L’Europe sociale et le modèle social européen .2
57
58
Adolescence
59/60 De l’utopie au projet social
61
Protection de l’enfance et droits de l’enfant
62
Un IRTS en Franche-Comté : d’hier à aujourd’hui
63/64 Pauvretés, Précarités
HS 2004 / BIENNALE DU GNI. “Qu’est-ce qu’apprendre
par alternances ?”
HS 2008 / COLLOQUE APP. “Peut-on répondre à
la question : qu’est-ce que l’analyse de la pratique
professionnelle ?”
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising