Télécharger gratuitement ce Satellifax

Télécharger gratuitement ce Satellifax
N° 4567 – Lundi 14 septembre 2015
Page 1/21
A LA UNE
■ Fleur Pellerin : hausse de la taxe
1
télécoms, pas de pub en soirée sur FTV et
1 € de redevance en plus
ENTREPRISES ET MARCHES
2
■ Hausse taxe télécoms : une « forme
de mépris » pour le secteur, selon Orange
■ Groupe Vivendi : acquisition des
Studios de Boulogne
■ Michel Combes : réduction de moitié
des 14 M€ de son parachute doré
■ Eutelsat / SES : alliance dans le
lancement d'une initiative baptisée « The
Future Video Initiative »
INDUSTRIE DES PROGRAMMES
4
■ D. Ernotte : la fiction, une priorité « plus
importante peut-être que l’information »
■ Festival de La Rochelle : un « âge
d'or » pour la fiction, avec encore trop de
faiblesses côté français
■ Uspa : produire davantage, de
manière diversifiée, pour mieux exporter
■ Transparence des comptes : Fleur
Pellerin souhaite un aboutissement rapide
des négociations
■ Zodiak Rights : nombreuses ventes à
l'international des Revenants saison 2
■ Sedpa : satisfait des résultats de
l'export mais vigilant sur l'aboutissement
des réformes en cours
■ Pub sur l'alcool : appel de
parlementaires à François Hollande pour
assouplir la réglementation
■ Uspa : l'abandon de la réforme de la
redevance est une « erreur stratégique
majeure »
CHAINES HISTORIQUES
■ Claire Chazal : verbatim de ses
9
adieux à la fin, ce dimanche, de son
dernier JT à TF1
■ TF1 / Le Parisien : Claire Chazal est
« aimée » mais sera « bientôt zappée »
selon un sondage
TV SUR CABLE,…
9
■ beIN Sports : 2,5 millions d'abonnés
en France, selon son président
■ Groupe Trace : lancement d'une
chaîne consacrée à la musique Gospel
VIDEO, VIDEO A LA DEMANDE
10
■ Fiction française : les plates-formes
vidéo et offres SVOD encore sousexploitées, selon NPA
■ Trace : lancement début 2016 d'une
plate-forme de SVOD consacrée à la
culture urbaine et afro
■ MyTF1 : lancement d'une version
compatible avec Windows 10
DROITS SPORTIFS
11
■ Canal+ / Foot : acquisition des droits
TV exclusifs de la Youth League
INSTITUTIONNEL
8
■ Piratage : un comité pour couper les
RADIO
12
■ Trace : nouvelle radio en Côte d'Ivoire
liens entre les sites pirates et les services
de paiement en ligne
et volonté de déployer Trace FM dans
toute la France
INTERNATIONAL
12
■ Etats-Unis / NBC : Donald Trump
prend le contrôle du concours Miss Univers
NOMINATIONS, MOUVEMENTS
12
■ Groupe TF1 : Céline Nallet, directrice
générale de TMC, NT1 et HD1
■ iTELE : Virginie Chomicki, ex-LCI,
nouvelle directrice adjointe
■ Groupe Canal+ : Laurence Gallot
devient également directrice des
partenariats
PROGRAMMES
13
■ Arte / Zadig Productions : 3e et
dernière saison d'Ainsi soient-ils à partir
du 8 octobre
■ Canal+ : nouveau rendez-vous le
samedi à 12h35 avec Eric et Quentin
AUDIENCES
14
■ Canal+ Sport : 700 000 abonnés de-
vant le 8e de finale de l’Euro Basket 2015
■ Canal+ : semaine noire pour le
lancement du Grand journal « troisième
génération »
DISTINCTIONS
14
■ Festival de la fiction TV de La
Rochelle : palmarès de l'édition 2015
■ Prix des formats de l'année : 24h,
10 % et Slam récompensés en 2015
EVENEMENTS
15
■ Eutelsat TV Awards : 5 chaînes
françaises parmi les nominées 2015
AU FIL DES TWEETS…
REVUE DE PRESSE
AGENDA
16
18
21
________________________________________________ A la Une
Fleur Pellerin : hausse de la taxe télécoms, pas de pub en soirée sur FTV et 1 € de redevance en plus
Pour renflouer l'audiovisuel public en 2016, le
gouvernement a choisi de taxer davantage les
fournisseurs d'accès à internet (FAI), plutôt que de
remettre de la publicité après 20h sur les chaînes
publiques, et limitera à un euro la hausse de la
redevance (ou CAP, contribution à l'audiovisuel
public), a annoncé la ministre de la Culture et de la
Communication Fleur Pellerin dans Le Journal du
dimanche.
« J'ai proposé que la redevance [136 euros
actuellement, ndlr] reste limitée à l'inflation […]. La
hausse sera donc contenue à 1 € seulement en 2016.
C'est la plus faible augmentation depuis 2008 », a
indiqué la ministre, au terme d'un arbitrage
interministériel de plusieurs semaines. « En complément,
nous augmenterons à la marge la taxe que paient
les opérateurs d'accès à internet, qui passera de
0,9 % de leur chiffre d'affaires à 1,2 %. Cette fraction
des recettes sera affectée de façon pérenne à
l'audiovisuel public », a ajouté Fleur Pellerin.
Des dizaines de millions d'euros
supplémentaires via la taxe télécoms
La « taxe télécoms » de 0,9 %, dite « taxe Copé »,
avait été instaurée en 2009 sur les opérateurs
Lundi 14 septembre 2015
2/21
télécoms et les FAI par le gouvernement Sarkozy
pour compenser la perte de financement liée à la
suppression progressive de la publicité sur France
Télévisions après 20h décidée par Nicolas Sarkozy. Elle
porte sur 9 % du chiffre d'affaires total des opérateurs
dont les encaissements sont supérieurs à 5 millions
d'euros. Mais ses recettes – de l'ordre de 200 à 300 M€
par an – n'étaient pas affectées directement au
secteur mais au budget de l'Etat.
Porter cette taxe à 1,2 %, et affecter ces 3 dixièmes de
point supplémentaires à l'audiovisuel public rapportera
plusieurs dizaines de millions à France Télévisions
ou Radio France, déficitaires cette année de
respectivement 10 et 21 M€.
Une augmentation de la taxe
qui ne serait pas répercutée par les FAI ?
A noter que Delphine Ernotte Cunci, présidente de
France Télévisions et ex-patronne d'Orange France, et
qui réclamait, elle, une hausse de la redevance et de la
publicité, verra finalement son ancienne entreprise
appelée au secours de la nouvelle. « Une solution aurait
été d'augmenter la redevance de 4 € : nous nous y
refusons. Une telle décision aurait été incohérente, la
politique du gouvernement visant, au contraire, à baisser
les prélèvements », a poursuivi Fleur Pellerin. Selon
elle, les FAI ne répercuteront pas cette hausse sur les
consommateurs car « la concurrence sur les prix est
forte dans ce secteur et les Français changent facilement
d'opérateur ». Interrogée sur l'idée de taxer les
ordinateurs, tablettes et smartphones, elle n'a pas écarté
définitivement l'idée mais jugé qu'« il faudra s'interroger
dans le futur sur une réforme plus globale, adaptée à
ces nouveaux usages ».
Ne pas déstabiliser les autres médias
La ministre a aussi annoncé que la publicité ne sera
pas rétablie après 20h sur les chaînes publiques,
une hypothèse redoutée par les chaînes privées.
« C'était une possibilité. Mais j'ai à cœur de ne pas
déstabiliser les autres médias. » « Les chaînes
privées doivent avoir les moyens de contribuer au
pluralisme de l'information et à la création, notamment
au financement du cinéma », a-t-elle expliqué.
Une bonne nouvelle pour les groupes de télévision et de
radio privés. La veille, Christopher Baldelli (RTL), JeanPaul Baudecroux (NRJ), Etienne Mougeotte (Radio
Classique), Denis Olivennes (Lagardère Active), Nonce
Paolini (TF1), Nicolas de Tavernost (M6), JeanChristophe Thiery (Canal+) et Alain Weill (NextRadioTV),
avaient souligné, dans une lettre ouverte publiée dans
Le Figaro, que rétablir la publicité après 20h sur les
chaînes de télévision publiques aurait des conséquences
catastrophiques pour les médias privés et le pluralisme.
Plusieurs réalisateurs et des producteurs de l'ARP
avaient également écrit à François Hollande la semaine
dernière pour lui demander de « reconsidérer » la piste
d'un éventuel retour de la publicité après 20h sur France
Télévisions. « Ce serait pour nous, créateurs, un contresens
profond », indiquaient-ils, estimant que cette mesure
« déstabiliserait violemment le paysage audiovisuel et serait
profondément néfaste au financement de la création ».
____________________________________Entreprises et marchés
Hausse de la taxe télécoms : une ÿ forme de mépris Ÿ pour le secteur, selon Orange
Le pdg d'Orange, Stéphane Richard, a dénoncé
dimanche une « forme de mépris » pour l'industrie des
télécoms de la part du gouvernement qui prévoit
d'augmenter la « taxe Copé » sur les fournisseurs d'accès à
internet (FAI) pour renflouer l'audiovisuel public en 2016.
La ministre de la Culture et de la Communication Fleur
Pellerin a annoncé lors d'une interview au Journal du
dimanche que le gouvernement avait choisi au terme d'un
arbitrage interministériel de plusieurs semaines, d'augmenter
« à la marge la taxe que paient les opérateurs d'accès à
internet ». La « taxe télécoms », dite « taxe Copé », passera
de 0,9 % à 1,2 % du chiffre d'affaires des groupes
Bouygues Telecom, SFR, Orange et Free (lire en « Une »).
« C'est une forme de mépris par rapport à notre
secteur, à notre industrie. On considère qu'on peut bien
payer ça en plus. Une fois de plus le secteur est pris
pour une vache à lait », a réagi le pdg d'Orange.
Stéphane Richard a exprimé sa « surprise » sur les
conditions de cette annonce qui arrive « comme ça, un
dimanche sans aucune concertation préalable », ainsi
que sa « tristesse » de voir que « ce projet est en totale
contradiction avec les engagements qui ont été donnés »
par le président de la République. François Hollande avait
indiqué il y a quelques mois, selon Stéphane Richard, qu'il
n'y aurait « aucun prélèvement supplémentaire sur les
opérateurs qui ne soit affecté à l'investissement dans le
secteur des télécommunications ».
« Une ponction de 100 M€ pour Orange »
« Je conteste que ce soit marginal », a clamé le pdg
d'Orange qui explique que cette augmentation de 30 % de
cette taxe représente « une ponction supplémentaire de
l'ordre de 100 millions d'euros pour une entreprise comme
Orange ». « C'est le montant qu'on pensait investir pour
fibrer une ville comme Nantes », donne-t-il comme
exemple. « On va essayer de contester cette augmentation
qui nous paraît inopportune », poursuit-il. De plus « cette
taxe Copé de plusieurs centaines de millions d'euros chaque
année vient dans le budget de l'Etat et il n'y en a qu'une
moitié qui est affectée à l'audiovisuel public. Il y aurait
une façon très simple pour l'Etat d'augmenter ces
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
3/21
recettes, c'est d'affecter davantage de la taxe
Copé à l'audiovisuel, sans augmenter pour autant le
prélèvement », assure Stéphane Richard.
Une hausse qui se répercutera
sur le consommateur, selon Free
Chez Free, on souligne que « la pause fiscale aura été
de courte durée », en ajoutant qu'il « est naïf de penser
Entreprises et marchés
que ce nouvel impôt ne soit pas in fine payé par le
consommateur ». Bouygues Telecom et SFR n'ont pour
l'heure pas souhaité faire de commentaire.
La taxe télécoms dite "taxe Copé" avait été instaurée
en 2009 par le gouvernement Sarkozy pour financer
France Télévisions, en compensation de la suppression
de la publicité après 20h. Les opérateurs télécoms
l'avaient contestée devant les tribunaux jusque devant la
Cour européenne, mais sans succès.
Groupe Vivendi : acquisition des Studios de Boulogne
Vivendi acquiert les Studios de Boulogne, où sont
produites deux des émissions phares du clair Canal+, Le
grand journal et Canal Football Club, a indiqué vendredi
le groupe, maison mère de Canal+. Cette acquisition,
dont le montant n'est pas mentionné, « s'inscrit dans la
volonté industrielle de Vivendi d'offrir à groupe Canal+
les moyens financiers et techniques de son
développement », précise un communiqué. Elle lui
assure « une plus grande maîtrise de ses moyens de
production, lui permettant de créer et de distribuer
encore plus de contenus ».
Ces studios, fondés dans les années quarante pour le
cinéma, sont aujourd'hui très utilisés pour la réalisation
de téléfilms et pour la télévision. Ils sont dotés de quatre
vastes plateaux et de moyens techniques « de grande
qualité », souligne Vivendi. Ils hébergent également la
société de production Flab Prod, société créée en 2004
par François Bénichou et Laurent Armillei, acquise à
100 % par Vivendi au premier semestre 2015.
Rappelons que Flab Prod produit notamment plusieurs
émissions de flux pour Canal+ : La nouvelle édition, Le
tube, Canal Football Club, Canal Champions Club,
Formula One, ou encore En quête de solutions pour D8.
Elle travaille également avec d'autres chaînes (Arte,
Equidia, Escales…).
Rappelons également que Vivendi a acquis au cours du
premier semestre 2015 la société de production La
Parisienne d'Images (Gilles Galud et Catou Lairet),
rebaptisée Studio+ et la société de distribution de
programmes de flux Can't Stop Media (Matthieu Porte).
Michel Combes : réduction de moitié des 14 M€ de son parachute doré
Le conseil d'administration d'Alcatel-Lucent a décidé
jeudi soir de réduire de près de moitié les primes de
14 millions d'euros devant être versées à son ancien
directeur général, Michel Combes, qui a quitté le groupe
pour prendre la présidence du conseil d'administration
de Numericable-SFR (nos informations du 27 août). Sur
trois ans, ce dernier devrait désormais se voir attribuer
environ 7,9 M€. La décision a été prise « en plein
accord et à la demande de Michel Combes », précise
ce vendredi un communiqué d'Alcatel-Lucent.
En ce qui concerne sa rémunération pluriannuelle, le
conseil d'administration indique s'être conformé à
l'interprétation retenue par le Haut Comité du
gouvernement d'entreprise, « qui consacre le principe
d'acquisition prorata temporis » et qui s'avère « plus
exigeant que la pratique internationale en vigueur ». Il a
aussi décidé un « versement en numéraire et non en
actions » sur la base des 20 cours d'ouverture de
l'action du groupe précédant son dernier jour d'activité.
Le montant de la rémunération variable pluriannuelle
sera au maximum de 4,84 M€ et, réduit des
prélèvements
sociaux
associés, « sera versé
uniquement en cas de réussite de l'opération de
rapprochement avec Nokia ».
Michel Combes a sollicité auprès du conseil
d'administration la reconsidération de sa clause de
non-concurrence, dont le montant de l'indemnité a été
réduit à 3,1 M€. La durée de la clause a également été
portée à 40 mois, au lieu de 36 initialement.
« 50 % du chemin a été fait »
Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, a
appelé vendredi Alcatel-Lucent et Michel Combes à faire
« un nouvel effort ». « Je note que 50 % du chemin a été
fait », a-t-il déclaré en marge d'une visite de François
Hollande dans le Loir-et-Cher. Il y a « certainement encore
à ajuster ces sommes » et à consentir « un nouvel effort
», a-t-il estimé. Il s'est dit « convaincu qu'on a bien sûr à
donner ce qui revient à une personne qui a pris des
décisions importantes, qui s'est engagée, a pris des risques
et fait évoluer l'entreprise ». Mais, selon lui, le « passage »
de Michel Combes à la tête d'Alcatel a été « correct mais
sans plus ». Avant d'enchaîner : « S'il est acquis que
M. Combes renonce à près de 50 % [de sa prime], c'est
la preuve que c'était trop, beaucoup trop. »
Thibault Lanxade, vice-président du Medef, a pour sa
part estimé sur Europe 1 que « le plus important » dans
cette affaire était que « le conseil d'administration
finalement se conforme au code Afep-Medef ».
Selon L'Obs, Michel Combes pourrait recevoir comme
« golden hello » un plan de stock-options, pouvant
atteindre 100 M€, une information non démentie par
Altice, la holding de Patrick Drahi.
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
4/21
Entreprises et marchés
Eutelsat / SES : alliance dans le lancement d'une initiative baptisée ÿ The Future Video Initiative Ÿ
Eutelsat Communications et SES ont annoncé
vendredi, dans un communiqué commun, le lancement
d'une initiative d'ampleur pour l'ensemble de
l'industrie, visant à développer et promouvoir des
standards, technologies et formats vidéo de dernière
génération, en travaillant, dans un premier temps, sur la
réception de services par satellite sur tous les écrans,
ainsi que sur les technologies combinant la télédiffusion
et le haut débit. Baptisé « The Future Video
Initiative », ce projet réunira les différents acteurs
engagés dans le processus de convergence initié dans
la chaîne de la distribution vidéo. Il s'assurera que les
utilisateurs bénéficieront partout et à tout moment et
quel que soit l'écran, d'une expérience visuelle
homogène, de grande qualité et s'appuyant sur les
évolutions techniques les plus récentes, précise le
communiqué.
Cette annonce a été faite à l'occasion du grand salon
IBC (International Broadcasting Convention), qui se tient
actuellement à Amsterdam.
________________________________ Industrie des programmes
Delphine Ernotte Cunci : la fiction, une priorité ÿ plus importante peut-être que lÊinformation Ÿ
La nouvelle présidente de France Télévisions,
Delphine Ernotte Cunci, a su trouver les mots – avant de
devoir passer aux actes – pour capter l'attention de son
auditoire, composé à majorité de producteurs et
d'auteurs, pour sa première sortie publique.
« Clairement, la fiction est une priorité de mon mandat,
au même niveau, plus importante peut-être que
l'information », a-t-elle expliqué vendredi lors d'un
discours prononcé à l'occasion du Festival de la fiction
TV de La Rochelle. La comparaison n'est pas anodine.
Au-delà de ses prises de position sur le financement du
groupe, le débat sur son projet s'est focalisé, jusque-là,
sur un thème unique : la chaîne publique d'information
qu'elle compte lancer en septembre 2016.
« J'ai pu mesurer l'importance de France Télévisions
dans la création en France. Nous finançons 60 % de la
fiction. […] Nous [avec les équipes de France 2,
France 3, France 4 et France Ô] sentons tous la
responsabilité qui est la nôtre, qui est de faire en sorte
que la France soit au rendez-vous de la fiction », a-t-elle
expliqué. Et la présidente assure ne pas vouloir se
satisfaire des succès d'audience obtenus par France 2 et
France 3 la saison dernière. « Il est important
d'amplifier maintenant les grandes orientations de
France Télévisions et [sa] place essentielle dans la
poursuite du renouveau de la fiction. »
Accélérer sur les coproductions internationales
Delphine Ernotte Cunci a ainsi rappelé sa volonté de
développer des coproductions internationales. « Ce
n'est pas une question commerciale, c'est une question
d'idée, de concept, de création », a-t-elle considéré. « Ce
ne sera pas une réussite immédiatement mais nous n'avons
pas une éternité devant nous » : « C'est maintenant qu'il
faut qu'on appuie sur l'accélérateur. » L'heure n'est plus
aux divergences entre éditeur et producteurs, a-t-elle
estimé, appelant à « forger » une « alliance », sans
laquelle le secteur ne pourra « prendre cette place de
champion en France, en Europe et dans le monde ».
Alors que le CNC a engagé des négociations sur « la
transparence des budgets », visant à normaliser les
pratiques en matière de devis, et qu'un premier pas a été
franchi dans « l'acte II de la création » voulu par la
ministre Fleur Pellerin avec la parution du décret sur les
parts de producteur des chaînes, Delphine Ernotte
Cunci a souhaité que soit engagé un débat plus large
sur les accords professionnels de 2008. Ces derniers,
devenus décrets, sont aujourd'hui inadaptés, a-t-elle
estimé. Malgré l'annonce de la ministre de la Culture et
de la Communication, en début d'année, d'une réforme
plus vaste de ces décrets production (nos informations du
26 janvier), rien n'a encore été enclenché à ce jour.
Deux grands objectifs :
la diversité et de nouvelles cases
France Télévisions sera, en tout cas, « au rendez-vous »,
a assuré sa nouvelle présidente, décrivant « deux grands
objectifs » pour son groupe. Il doit d'une part aborder
« une plus grande diversité » en matière de fiction, avec
« plus d'audace, d'innovation, de prise de risque », et
donc s'ouvrir « à tous les genres et tous les thèmes ».
Les chaînes doivent également être « capables de produire
des formats trop peu présents, comme le 26' et donc
faire appel à tous les savoir-faire ».
D'autre part, consciente que vouloir exporter
davantage signifie produire davantage et donc accorder
plus de place au genre dans les grilles, Delphine Ernotte
Cunci a estimé que France Télévisions devait « être
capable d'ouvrir d'autres cases sur nos écrans. J'en ai
l'absolue conviction, partagée par toute la nouvelle
équipe de France Télévisions ». « Il faut pour autant
qu'on en ait les moyens », a-t-elle toutefois ajouté. Tout
comme elle a légèrement tempéré ses propos sur la
production de pilotes : « Je pense toujours que c'est
nécessaire, mais à condition que cela n'assèche pas
nos ressources. »
« Ma conviction, c'est qu'il est de plus en plus
nécessaire de sécuriser la totalité du développement
des œuvres », a-t-elle ajouté. Au-delà des conventions
de développement, France Télévisions doit « plus
largement accompagner, sécuriser les créateurs, les
auteurs dans la mise en place de leurs projets. Le défi qui
s'offre à nous est un chantier essentiel pour nous tous,
pour l'exception culturelle française », a-t-elle conclu.
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax –Tél.: 01 44 78 04 78 –www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
5/21
Industrie des programmes
Festival de La Rochelle : un ÿ âge d'or Ÿ pour la fiction, avec encore trop de faiblesses côté français
« L'âge d’or » de la fiction. Ce leitmotiv qui a bercé
cette 17e édition du Festival de la fiction TV de
La Rochelle s'appuie, côté français, sur des résultats 2014
assez exceptionnels : un regain d'intérêt des
téléspectateurs, marqué par des succès d'audience
notables, y compris avec des rediffusions (Candice Renoir
sur France 2 dominant la série inédite américaine Arrow
sur TF1 cet été), et des acheteurs étrangers. Le genre a
confirmé sa percée à l'international, y compris vers des
« zones traditionnellement hermétiques », et a signé une
année record avec 38,9 millions d'euros (+49,3 %) de
ventes, auxquels on peut ajouter 28,6 M€ (+449,3 %) de
préventes (nos informations du 9 septembre).
Toutefois, cette bonne santé apparente cacherait de
réelles faiblesses. « La France est à la traîne par
rapport aux pays européens, à la Turquie, à Israël, aux
pays d'Amérique latine et d'Asie où la fiction explose »,
estime Thomas Anargyros, producteur (EuropaCorp
Television) et président de l'Uspa. Il souligne notamment
le volume de production limité à 750-800 heures par
an quand l'Allemagne monte à 2 000 heures (lire cidessous). Autres critiques régulièrement formulées : l'offre
de fiction hexagonale est centrée sur le prime time – à
l'exception notable de M6 qui, elle, mise sur l'access,
même si elle semble s'intéresser à nouveau à la première
partie de soirée (nos informations du 10 juillet) –, fait la
part (trop) belle au polar et manque d'audace.
« La France n'est pas qu'un vaste commissariat »
La présentation à La Rochelle de Trepalium (Kelija
pour Arte) côté SF, du Secret d'Elise (Quad Télévision
pour TF1), minisérie teintée de fantastique, ou encore des
séries de comédie Dix pour cent (Mon Voisin
Productions et Mother Production pour France 2) et Au
service de la France (Mandarin Télévision pour Arte),
produite qui plus est en 26', ne seraient donc que des
exceptions dans un océan de policiers. « Les films en
costume d'époque, les drames de société, les
comédies, les fictions pour la jeunesse ont disparu »,
constate le président du festival, Quentin Raspail. « Il y
a clairement un assèchement de la diversité des
genres et des formats », ajoute-t-il, regrettant la rareté
de programmes « plus corsés, plus adultes, moins famille,
pour les deuxièmes parties de soirée ».
« La France n'est pas qu'un vaste commissariat de
police », plaisante le président du comité de sélection du
festival, Alexandre Michelin (dg de Microsoft MSN
EMEA). Les scénaristes se brident eux-mêmes : « A part
Arte et Canal+, les chaînes ne prennent pas assez de
risques. » D'autant qu'elles sont soumises à des règles
plus strictes que dans d'autres pays européens pour la
signalétique des programmes interdits aux mineurs.
Pour lui aussi, il est essentiel de parvenir à « varier les
univers », de parler des « questions de société ». La
volonté manifestée par Delphine Ernotte Cunci, la
nouvelle présidente de France Télévisions, de travailler
sur la diversité des genres, des thèmes et des cases (lire
ci-dessus) est donc la bienvenue… à condition qu'elle se
concrétise. L'enjeu est important : « La jeunesse se
détourne de la télévision pour retrouver, sur les platesformes dédiées aux fictions Netflix et Amazon, un
monde moins lisse », considère Alexandre Michelin.
Uspa : produire davantage, de manière diversifiée, pour mieux exporter
Malgré la progression spectaculaire de la fiction française en audience et à l'export, la filière doit encore « pousser
plus loin le curseur » pour vraiment entrer dans cet « âge d'or » mondial actuel, estime l'Uspa. Le syndicat se fixe
deux objectifs : produire au moins 1 000 heures de fiction par an et maintenir le genre à 50-75 M€ à l'exportation,
avant d'atteindre 100 M€. Parallèlement, il demande « une vraie réflexion sur le crédit d'impôt », qui doit pouvoir
également soutenir les fictions légères, ainsi que les séries à la structure de financement inédite comme Marseille.
La fiction française est dans une situation paradoxale,
a jugé vendredi le président de l'Uspa, Thomas Anargyros
(EuropaCorp Television), lors d'une conférence de presse du
syndicat de producteurs au Festival de la fiction TV de
La Rochelle. « On est dans un moment un peu étrange, à la
fois un moment avec […] des succès [d'audience] assez
extraordinaires et des succès à l'export très significatifs
[…] et, en même temps, un moment difficile pour les
éditeurs en termes de financement », explique-t-il.
L'occasion pour lui d'appeler à un « new deal autour des
enjeux qui se présentent dans les cinq ans à venir ».
« Sortir de l'entonnoir » du prime time
L'année 2014, « charnière » avec des fictions
nationales qui ont repris le dessus dans le Top 100 des
meilleures audiences du genre et un record à
l'exportation (ventes + préventes) à 67,5 millions d'euros
(nos informations du 9 septembre), montre qu'il y a
« une base solide sur laquelle capitaliser au service
de l'emploi et de l'export ». « On peut être fier d'avoir
ramené la fiction là où elle est et, en même temps, il faut
pousser les curseurs beaucoup plus loin si l'on veut
rentrer dans ce mouvement mondial », dans cet « âge
d'or » de la fiction, considère Thomas Anargyros.
Cette ambition passe par deux objectifs. Le premier,
déjà exprimé l'an passé, est de monter à « au moins
1 000 heures par an » le volume de production. Celuici stagne, « depuis dix ans », à 750 heures-800 heures
« contre 2 000 heures en Allemagne ». Cela signifie
diversifier les genres, les cases (journée, access, 2e
partie de soirée), les formats (dont le 26'), les
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
6/21
cibles, précise-t-il. Il s'agit donc de « sortir de
l'entonnoir » dans lequel la fiction est coincée, estime le
délégué général, Stéphane Le Bars. Tous deux ont
également souligné, pour la regretter, la prédominance
policière des premières parties de soirée.
Le deuxième objectif, qui n'est pas sans lien avec le
premier, concerne l'exportation : l'Uspa, qui a
« clairement pulvérisé » son précédent but de passer la
barre des 50 M€, s'est fixé un nouveau cap, annonce-t-il.
La fiction française, devenue premier genre à l'export
devant l'animation (en incluant les préventes), doit
maintenant se stabiliser dans la fourchette 50-75 M€
avant d'atteindre, « à terme », 100 M€.
Un crédit d'impôt « pas assez adapté au système »
Cette ouverture à l'international doit se faire « en
défendant nos créateurs et nos emplois », souligne
Thomas Anargyros. Les annonces effectuées par le CNC
au Rendez-vous de TV France International à Biarritz,
portant notamment sur le projet de compte automatique à
l'exportation ou le doublement du montant attribué au
fonds d'aide à l'export (nos informations du
9 septembre), vont dans ce sens. Mais sont insuffisantes.
« Il y a une vraie réflexion à avoir sur le crédit
d'impôt », revendique le producteur.
« Aujourd'hui, il n'est pas assez adapté au système, il
est inopérant pour un certain nombre de programmes »,
ajoute-t-il. Cette évolution est d'autant plus urgente que le
nombre de semaines de tournage de fiction a reculé
de 10 % au premier semestre, selon les chiffres de la
Ficam (nos informations du 27 août), et que la
compétition entre Etats en matière d'incitations fiscales
est de plus en plus rude… et pas forcément en faveur de
la France, souligne Stéphane Le Bars. Il rappelle ainsi
que, selon une étude du CNC, le « dispositif fiscal
français est le moins attractif et le plus contraignant
dans ses applications » (nos informations du 8 octobre
2014) : c'est la « double peine ».
Et le syndicat d'illustrer ces propos avec des chiffres.
Un unitaire de 90', au budget de 2 M€ avec 1,5 M€ de
dépenses éligibles, toucherait aujourd'hui, selon les cas,
110 000 € de crédit d'impôt national (CIA), 450 000 €
de crédit d'impôt international (C2I) et 630 000 € en tax
shelter s'il était tourné en Belgique. Une série de
Industrie des programmes
6 x 52', au budget de 6 M€ avec 4,8 M€ de dépenses
éligibles, toucherait 0,4 M€ en CIA, 1,45 M€ en C2I et
1,9 M€ en Belgique. Ces exemples montrent également
que « le rendement, annoncé à hauteur de 20 % est, au
final, inférieur à 10 % », insiste Stéphane Le Bars.
Rendre éligibles au C2I les œuvres comme Marseille
Trois voies de modernisation sont avancées par
les producteurs de l'Uspa. Ils demandent que le
dispositif national soit rendu accessible à la fiction
légère , exclue du fait d'un seuil d'éligibilité fixé à
5 000 € la minute. Celui-ci doit donc être ramené à
3 000 € la minute, estiment-ils.
Par ailleurs, le syndicat considère que le dispositif est
« inadapté » aux coproductions internationales de
fiction : « Mis en place pour Versailles, il a été très peu
utilisé », souligne Stéphane Le Bars. Quatre réformes
doivent lui être appliquées : l'abaissement du seuil
d'éligibilité de 35 000 € la minute à 15 000 €, la
réduction de la part minimale de financement étranger
de 30 à 25 %, un taux de crédit d'impôt rehaussé de 20
à 30 % et, enfin, l'alignement du plafond (5 000 € la
minute) sur celui du C2I (30 M€ par œuvre).
La dernière modification, qui concerne le C2I, est une
réponse à un nouveau modèle de partenariat
international, illustré par Marseille, série commandée
par le groupe américain Netflix à la société française
Federation Entertainment (Pascal Breton). Inéligible au
CIA du fait de l'absence d'apport d'un diffuseur
conventionné en France, Marseille n'a pas non plus
accès au C2I, destiné aux œuvres dont le producteur
délégué est étranger. Or, Federation est bien le producteur
délégué de la série. L'idée serait donc d'ouvrir le C2I aux
œuvres dont le producteur délégué est français.
« Aujourd'hui, ces œuvres sont dans un trou noir », du fait
de l'inexistence de tels cas de figure par le passé, explique
Stéphane Le Bars à Satellifax. « Or, on voit se développer
des productions en exclusivité par des plates-formes à
vocation mondiale qui vont chercher des producteurs dans
différents pays. » Il n'y a, selon lui, pas de raisons
d'exclure ce type de productions qui, si le scénario le
permet (le tournage à Marseille était difficilement
contournable), pourraient être tentées d'aller organiser leur
tournage dans des pays jugés plus accueillants.
Transparence des comptes : Fleur Pellerin souhaite un aboutissement rapide des négociations
Les négociations entre auteurs, producteurs,
diffuseurs et distributeurs sur la transparence des
comptes dans l'audiovisuel doivent « aboutir
rapidement par un accord interprofessionnel, avec, si
nécessaire, un accompagnement législatif », a souhaité
Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la
Communication, vendredi, dans un message aux
professionnels lu par sa conseillère chargée de
l'audiovisuel et du cinéma, Aude Accary-Bonnery, lors
du Festival de la fiction TV de La Rochelle.
Ces discussions, entamées au printemps sous l'égide
du CNC, visent à harmoniser les pratiques
contractuelles entre les différents acteurs de l'industrie.
Cet objectif, partagé par tous, s'avère d'autant plus
nécessaire alors que la filière veut accélérer sur
l'international et a donc notamment besoin de rendus
de comptes systématiques et clairs.
Deux logiciels labellisés par l'Uspa début octobre
Un premier pas va être franchi « début octobre », a
annoncé vendredi Stéphane Le Bars, délégué général
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
7/21
de l'Uspa, lors d'une conférence de presse. Le syndicat
de producteurs va « labelliser deux logiciels, déjà
implantés dans certaines entreprises » permettant de
« rendre des comptes d'exploitation uniformisés, clairs
et réguliers ». « On le doit à nos partenaires », a-t-il ajouté.
La négociation a plusieurs enjeux, comme la définition
des coûts relevant directement de la production d'une
œuvre, la détermination de taux forfaitaires en sus de
ce coût direct du film (pour couvrir les frais
généraux, etc.), la place du crédit d'impôt et la
répartition des recettes (nos informations du 3 juillet).
Et l'unanimité ne semble pas encore acquise. « Il y a un
point sur lequel on ne transigera pas : le recouvrement
de l'apport producteur doit être couvert avant toute
distribution à des tiers », a prévenu Stéphane Le Bars. En
revanche, le syndicat se dit prêt à un compromis sur le
crédit d'impôt. Pour certaines chaînes, celui-ci doit rentrer
dans le financement de l'œuvre, au contraire de l'Uspa qui
estime qu'il n'est pas une recette d'exploitation.
Industrie des programmes
« Le crédit d'impôt a une double vocation : renforcer
l'emploi et renforcer les fonds propres des sociétés de
production » pour le financement des développements, at-il expliqué à Satellifax, citant un courrier de Renaud
Donnedieu de Vabres, alors ministre de la Culture et de
la Communication. Par ailleurs, le crédit d'impôt « n'est
pas acquis » : l'administration fiscale peut le remettre
en cause pendant trois ans, a-t-il ajouté.
L'Uspa « n'esquive pas le débat », a toutefois assuré
Stéphane Le Bars. Pour le syndicat, la « question se pose
en aval, pas en amont », c'est-à-dire au moment du
partage des recettes. Dans le cas où, à cette étape, il
reste de l'apport producteur, le syndicat est prêt à
négocier qu'une « fraction » (à déterminer) du crédit
d'impôt soit prise en compte en déduction de cet apport.
Celui-ci devant être couvert au premier euro, selon les
vœux de l'Uspa, cela avancera d'autant les délais de
répartition des recettes auprès des autres partenaires de
la production.
Zodiak Rights : nombreuses ventes à l'international des Revenants saison 2
La série Les revenants (8 x 52' – Haut et Court TV) fait
un retour en force sur la scène internationale avec la
saison 2, a fait valoir vendredi le distributeur Zodiak
Rights (groupe Zodiak Media) qui en détient les droits
monde. Sundance TV aux Etats-Unis et Channel 4 en
Grande-Bretagne ont ainsi préacheté ce 2e opus ainsi
que la SVT en Suède, YLE en Finlande et NRK en
Norvège, précise le communiqué. En Allemagne,
StudioCanal a acquis tous les droits de la série pour
l'Europe germanophone.
La saison 2 sera lancée à l'antenne de Canal+ le lundi
28 septembre à raison de 2 épisodes par semaine. Elle
sera diffusée dès le lendemain, sur Sky Atlantic HD en
Italie et sur Movistar+ en Espagne.
Parmi les autres diffuseurs engagés sur cette saison 2
figurent BETV (partenaire de la série) en Belgique
francophone, Telenet et la VRT en Belgique flamande,
ARTV au Canada francophone, Interactive Media/M
View en Arabie saoudite, Hot 3 en Israël, Icflix dans les
pays arabes (droits SVOD), HBO en Amérique latine,
SBS en Australie, Rialto Channel en Nouvelle-Zélande,
ou encore VTSK/K+ au Vietnam.
Le premier épisode a été présenté hors compétition
samedi à La Rochelle, en clôture du Festival de la fiction.
Il fera par ailleurs l'objet d'une première internationale ce
lundi au Festival international du film de Toronto,
inaugurant ainsi sa nouvelle section Fiction TV. Les
équipes, déjà présentes à La Rochelle, assisteront à
l'événement : les producteurs Caroline Benjo, Carole
Scotta et Jimmy Desmarais (Haut et Court TV), le créateur
et réalisateur de la série Fabrice Gobert, et une partie de
la distribution (à La Rochelle).
Pour rappel, la saison 1 a reçu en 2013 l'International
Emmy Award de la meilleure série de fiction. Vendue
dans 114 territoires, elle a valu à Zodiak Rights le prix
de l'exportation fiction 2013.
Sedpa : satisfait des résultats de l'export mais vigilant sur l'aboutissement des réformes en cours
Le Sedpa s'est félicité vendredi des « beaux
résultats » obtenus par les programmes audiovisuels
français à l'exportation. Rappelons que 2014 a été
l'année de tous les records, les ventes à l'étranger
atteignant 153,8 millions d'euros, soit +12,1 % sur un an
et de 53 % sur cinq (nos informations du 9 septembre).
« Ils [les résultats] s'inscrivent dans un cercle vertueux
bénéficiant à l'ensemble de la filière », a fait valoir le
syndicat de distributeurs dans un communiqué. Il se
montre toutefois « vigilant » sur l'évolution des
réformes en cours sur les aides à l'exportation, au
CNC ou à travers la mission confiée par le Centre à
René Bonnell (nos informations du 20 janvier). « Il est
cependant indispensable que ces réformes cruciales
aboutissent prochainement. Les succès et les enjeux du
moment nous rappellent le rôle clef du distributeur de
programme audiovisuel (DPA) au sein de la filière
audiovisuelle. Il devient plus que jamais indispensable
que son existence soit enfin consacrée par la loi », fait
de nouveau valoir le syndicat.
__________________________________________________________________________________________________________
Edité par Fréquences, membre du Spiil – Sarl au capital de 10 000 € – Commission paritaire : 1219 W 90061 – Satellifax, 9, rue Charlot
75003 Paris – www.satellifax.com – Twitter : @satellifax – Directeur des publications Satellifax et Satellimag : Joël Wirsztel
Abonnements : Véronique Olasz – Tél : 01 40 29 47 48 – Fax : 01 42 78 70 36 – [email protected], tarifs : 3 mois 930 €, 1 an 3 390 €
Publicité : REMICS Régie, Remi Collard – Tél : 06 09 77 37 22 – [email protected] – Rédaction : 01 44 78 04 78,
[email protected] – Directeur de la rédaction : Joël Wirsztel : @joelwir – Rédactrice en chef : Yvane Dréant – Rédaction : Tristan
Brossat, Arnaud Grellier, Christine Monfort, Virginie Sengès – Collaboratrices : Pascale Paoli-Lebailly, Isabelle Repiton, Carole Villevet
Secrétariat de rédaction : Nathalie Grisoni, Maxime Bomier – REPRODUCTION INTERDITE – 20e année de publication – © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
8/21
Institutionnel
Piratage : un comité pour couper les liens entre les sites pirates et les services de paiement en ligne
Un comité de « suivi des bonnes pratiques dans les
moyens de paiement en ligne pour le respect du
droit d'auteur et des droits voisins », a été lancé jeudi
par Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la
Communication, et Michel Sapin, ministre des Finances
et des Comptes publics. Il s'agit du deuxième volet du
plan d'action du gouvernement pour assécher les
ressources financières des sites proposant illégalement
des contenus en streaming ou en téléchargement direct
(« piratage commercial »), présenté le 11 mars dernier
en Conseil des ministres. « Ceux qui s'enrichissent sur
des contenus piratés oublient – et font parfois oublier –
que la création a un prix, le prix du travail des artistes
et de ceux qui travaillent avec eux », a rappelé ce jeudi
Fleur Pellerin aux côtés des participants, représentants les
services de paiement en ligne et les ayants droit.
Rappelons que le premier jalon du plan de lutte contre
le piratage commercial avait été posé lorsque l'ensemble
des acteurs de la publicité et les représentants des ayants
droit avaient signé une charte « des bonnes pratiques
diffusés sur des sites illicites, Fleur Pellerin souhaite,
par l'intermédiaire de ce nouveau comité, faire en sorte
que les services de paiement en ligne coupent les
liens avec les sites proposant des films ou de la
musique illégalement. Elle explique que le principe est
de permettre « aux ayants droit de signaler aux
professionnels des moyens de paiement les sites qui
Permettre aux ayants droit de signaler les sites illicites
contreviennent massivement aux droits d'auteurs et aux
droits voisins, et réciproquement, chacun selon ses
compétences et ses instruments ».
Du côté des ayants droit participant à ce comité on
retrouve l'ADAGP, l'Alpa, le SNE (Syndicat national de
l'édition), le Sell (Syndicat des éditeurs de logiciels de
loisirs), le SNJV (Syndicat national du jeu vidéo), la
Sacem, la SCPP, (Société civile des producteurs
phonographiques) et la SPPF (Société civile des
producteurs de phonogramme en France). Et du côté des
acteurs du paiement en ligne, l'AFMM (Association
française du multimédia mobile), la FBF (Fédération
bancaire française), le Geste (Groupement des éditeurs
de services en ligne), le GIE cartes bancaires,
Mastercard, PayPal et Visa Europe.
Par l'intermédiaire du lancement de ce comité, c'est
« un signe fort que nous envoyons ensemble aux artistes,
Après s'être attaquée à la publicité en appelant les
annonceurs, les agences médias, les régies publicitaires,
et les acteurs de la commission digitale à faire en sorte
que leurs messages publicitaires ne soient pas
voient l'opportunité mais qu'ils craignent aussi parfois.
Cet engagement conjoint est un signe de confiance », a
conclu la ministre.
dans la publicité pour le respect du droit d'auteur et
des droits voisins » (nos informations du 24 mars).
qui ont pu se sentir seuls et impuissants par le
passé, face à ces mutations technologiques dont ils
Pub sur l'alcool : appel de parlementaires à François Hollande pour assouplir la réglementation
Soixante et un députés et sénateurs de la majorité
(PS et PRG), souvent issus de régions viticoles, ont lancé
vendredi un appel à François Hollande pour réclamer
qu'un amendement assouplissant la publicité pour
l'alcool soit réintroduit au plus vite dans le projet de loi
sur la santé, examiné au Sénat à compter de ce lundi.
Rappelons que, y voyant un cavalier législatif, le Conseil
constitutionnel avait censuré en août cet amendement à
la loi Macron, déposé par le gouvernement (nos
informations du 19 août).
Dans leur adresse au président de la République, les élus
affirment que l'amendement répond « aux attentes de
clarification et de sécurisation juridique de la publicité
œnotouristique, sans détricoter pour autant l'édifice de la
loi Evin ». Ils jugent « la polémique médiatique largement
étrangère au contenu des amendements discutés », assurant
que le texte « n'a jamais eu pour objet d'assouplir les
dispositions de limitation de la publicité sur les vins et
les produits alcooliques », mais de permettre à la France
de promouvoir « ses paysages viticoles ».
L'amendement de la loi Macron censuré par les Sages
stipulait notamment que ne sont « pas considérés comme
une publicité » les contenus liés « au patrimoine culturel,
gastronomique ou paysager liés à une boisson alcoolique
disposant d'une identification de la qualité ou de
l'origine, ou protégée ».
Uspa : l'abandon de la réforme de la redevance est une ÿ erreur stratégique majeure Ÿ
« L'abandon de la réforme de la redevance est une
erreur stratégique majeure », a considéré le président
de l'Uspa, Thomas Anargyros (EuropaCorp Television),
vendredi lors d'une conférence de presse organisée par
le syndicat au Festival de la fiction TV de La Rochelle. Le
refus du président de la République, François Hollande,
d'élargir l'assiette de la contribution à l'audiovisuel
public (CAP, ex-redevance) aux « objets connectés »
(nos informations du 8 septembre) « risque d'ouvrir
d'autres portes avec de possibles déstabilisations
d'autres acteurs », a-t-il considéré.
Or, a souligné Thomas Anargyros, France Télévisions,
groupe qui joue un rôle majeur dans le financement de la
création, « en a besoin ». Pour lui, c'est maintenant au
Parlement de « prendre ses responsabilités ». Il
espère deux aménagements : la hausse du « taux
nominatif de la CAP (finalement limité à un 1 €, a
indiqué ce dimanche Fleur Pellerin, la ministre de la
Culture et de la Communication, ndlr) » et une action
contre le projet gouvernemental de supprimer en
2017 la dotation publique accordée au groupe en
compensation de l'interdiction de publicité en soirée.
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax –Tél.: 01 44 78 04 78 –www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
9/21
Chaînes hertziennes historiques
Claire Chazal : verbatim de ses adieux à la fin, ce dimanche, de son dernier JT à TF1
Vêtue d'un pantalon noir et d'une chemise blanche,
cheveux tirés en arrière, Claire Chazal a présenté ce
dimanche soir sur TF1 son dernier JT, après 24 ans aux
commandes des journaux du week-end. Elle a mené son
journal comme d'habitude, très souriante.
La voix chargée d'émotion, elle a conclu ce JT avec
une allocution d'un peu plus d'une minute dont nous
reprenons ici le verbatim :
« Il me reste à vous remercier infiniment d'avoir été fidèles
pendant 24 ans à ces journaux du week-end. J'ai été très
heureuse et fière de les préparer, de les présenter ; nous
avions tissé ensemble, je crois, un lien très fort et
extrêmement précieux pour moi. Et je ressens aujourd'hui
une immense tristesse de devoir ne plus assumer la mission
que m'avait confiée Francis Bouygues. Je remercie la
rédaction de TF1 pour son très grand professionnalisme et
son humanité. J'y ai puisé un appui sans faille sans lequel je
n'aurais, bien sûr, rien pu faire.
Avec tous ces journalistes de grand talent, j'ai toujours
tenté et je me suis efforcée, de vous informer, le plus
complètement possible, tout en ouvrant le journal sur des
univers de respiration, de culture et quelques-unes de mes
passions personnelles. Je remercie mon équipe la plus
proche qui m'a portée jusqu'à ce dernier dimanche et
avec qui j'ai partagé aussi les doutes et les épreuves,
aussi bien que les satisfactions et les récompenses.
Je souhaite à Anne-Claire Coudray qui sera là vendredi
prochain tous les bonheurs que j'ai eu à travailler pour vous. »
Ont suivi 2'25" d'une rétrospective d'images d'elle
commentant l'actualité, ou interviewant différentes
personnalités tout au long de ses années à TF1, avant
que ce JT se conclue sur des images de ses équipes ainsi
que d'amis et journalistes présents qui l'ont applaudie.
Hors plateau, elle les a ensuite rejoints et a fondu en
larmes, prenant la parole pour dire « C'est un
déchirement », selon un témoin de la scène.
Voir en rubrique « Au fil des tweets » les très
nombreux hommages qui ont été rendus hier soir à
Claire Chazal à la suite de son allocution de fin de
JT. Et les commentaires, le mot revenant le plus souvent
étant « élégance ».
TF1 / Le Parisien : Claire Chazal est ÿ aimée Ÿ mais sera ÿ bientôt zappée Ÿ selon un sondage
Claire Chazal, qui a présenté ce dimanche soir sur TF1
son dernier JT après vingt-quatre ans de règne, est
« aimée » mais sera « bientôt zappée », selon un sondage
Odoxa publié ce dimanche dans Le Parisien/Aujourd'hui
en France. Après l'éviction de la présentatrice âgée de
58 ans par la direction de TF1 et son remplacement par
Anne-Claire Coudray, 60 % des Français disent ne pas
regretter le choix de la chaîne privée qui a mis en avant
de mauvais résultats d'audience.
« Les téléspectateurs tourneront la page… sans
effusion », commente Le Parisien, sous le titre « aimée
mais bientôt zappée ». Claire Chazal n'arrive d'ailleurs
qu'en quatrième position (avec 13 %) des présentateurs
de JT préférés des Français, loin derrière son collègue de
TF1 Jean-Pierre Pernaut (26 %) ou Laurent
Delahousse (22 %) et Elise Lucet (17 %) sur France 2.
Elle devance en revanche David Pujadas (10 %). Près
de 8 Français sur 10 (78 %) disent pourtant avoir une
bonne opinion de celle qui pilotait les journaux du weekend de TF1. D'ailleurs 81 % des sondés la jugent
« bonne présentatrice » tandis que 85 % la trouvent
« élégante »,
68 %
« sympathique »,
67 %
« talentueuse » et que 76 % la qualifient de « grande
dame de la télé française ». Cinquante-neuf pour cent
des Français estiment en revanche qu'elle s'est montrée
« complaisante ».
Quant à la nouvelle promue, Anne-Claire Coudray, si
l'on en croit ce sondage, il lui reste à se faire un nom :
près d'une personne interrogée sur deux (49 %) déclare
ne pas la connaître et seuls 46 % des sondés disent avoir
une bonne opinion de la journaliste. L'enquête a été
réalisée par internet les 10 et 11 septembre auprès d'un
échantillon représentatif de 1 009 personnes (méthodes
des quotas).
_____________________ TV sur câble, satellite, ADSL, mobiles
beIN Sports : 2,5 millions d'abonnés en France, selon son président
Le diffuseur beIN Sports compte 2,5 millions
d'abonnés en France et espère dépasser le cap des
3 millions à l'occasion de l'Euro de football 2016 qui
se déroule en France du 10 juin au 10 juillet 2016, a
indiqué samedi le président de beIN Sports France dans
une interview au quotidien Le Monde. « On est ici pour
longtemps », a déclaré Yousef al-Obaidly, rappelant
que l'offre payante, filiale du groupe qatari Al-Jazeera,
avait réussi à dépasser les 2 millions d'abonnés grâce
au Mondial de football 2014. « Cet événement nous a
permis de faire un bond fantastique et d'être mieux
acceptés » en montrant que beIN était devenue « une
référence en matière de sport en France ».
Le diffuseur vise donc désormais le cap des 3 millions
avec l'Euro l'an prochain, dont il détient l'intégralité des
droits sur le payant, mais n'entend « pas se contenter de
gagner des abonnés lors de grands tournois qui durent un
mois », a dit Yousef al-Obaidly, mentionnant plus
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
10/21
TV sur câble, satellite, ADSL, mobiles
spécialement la Ligue des champions et la Ligue 1
de football qui se racontent « tout au long de la saison ».
La France, « un petit morceau dans notre business »
Interrogé sur d'éventuelles pertes en France, Yousef alObaidly s'est contenté d'indiquer que le pays « représente
un petit morceau dans notre business » et que les chiffres
étaient « consolidés au niveau du groupe ».
Il s'est par ailleurs déclaré « contrarié » par l'attribution,
en janvier dernier, par la Ligue de rugby des droits du
Top 14 au groupe Canal+ pour les quatre prochaines
saisons (nos informations du 21 janvier). « Je crois que
chaque compétition de ce niveau-là a besoin, comme dans
le football, d'avoir deux grands diffuseurs pour le
développer », a-t-il dit, soulignant qu'il y avait de la place
pour deux grandes chaînes à péage en France.
Enfin, il a indiqué que beIN Sports allait revendre
11 matches supplémentaires de l'Euro 2016 aux
chaînes gratuites, pour que « des huitièmes de finale
jusqu'à la finale », tout puisse être sur les chaînes
gratuites.
Rappelons que TF1, codétenteur des droits de
11 matches de la compétition, finalisait en septembre un
accord avec beIN Sports pour acquérir 11 matches
supplémentaires, selon des informations de L'Equipe
(Satellifax du 7 septembre).
L'accord initial, conclu en mars 2013, a attribué à
beIN Sports la totalité des 51 rencontres. TF1 et M6 ont
parallèlement acquis chacune 11 matches en codiffusion
mais l'UEFA a demandé au groupe qatarien d'attribuer
une sous-licence supplémentaire à une chaîne gratuite,
toujours en codiffusion, pour 11 rencontres, afin d'élargir
l'accès en clair de l'Euro en France, pays organisateur.
Groupe Trace : lancement d'une chaîne consacrée à la musique Gospel
Après avoir lancé en août 2014 Trace Toca, chaîne
consacrée à la musique et à la culture afro-lusophone,
le groupe Trace (Modern Times Group) annonce la
mise en onde dans les prochaines semaines d'une
chaîne dédiée à la musique gospel : Trace Gospel.
Rappelons que le groupe possède 4 autres chaînes
musicales : Trace Urban, Trace Tropical, Trace Africa
et Trace Sport Stars.
Nouveaux programmes sur
Trace Urban et Trace Tropical
Sur Trace Urban, le programme Urban Stories,
(6 x 52', Seven52) « une immersion totale dans l'univers
des cultures urbaines : de l'âge d’or du hip-hop aux
femmes rappeuses, en passant par les plus gros
hitmakers », sera lancé le 1er novembre, les dimanches à
22h. Et Faut qu'ça Trace, l'émission phare de la radio
Trace FM, sera déclinée au format TV à partir du
16 octobre, tous les vendredis soir à minuit.
Sur Trace Tropical, Fitness Island (18 x 26', produit en
interne), tournée aux Antilles et à la Réunion, consacré à
la Zumba, sera lancé le 31 octobre, les samedis à 9h30.
Par ailleurs, le groupe va décliner en France, pour un
lancement en novembre, son concept de télécrochet
Trace Music Star, la « première compétition de
détection de talents musicaux avec un casting
exclusivement par téléphone, ordinateur et tablette », qui,
pour ses deux premières saisons africaines, a enregistré
près de 2,6 millions d'appels, selon le groupe.
Diversification dans le mobile en Afrique
Trace poursuit par ailleurs son développement en Afrique
et se diversifie en lançant une offre mobile destinée aux
jeunes, en partenariat avec l'opérateur Cell C. L'offre
« Trace Mobile » proposera un pack incluant un forfait
mobile ainsi qu'un service de streaming musical, en
partenariat avec Universal Music Afrique. « Dans tous les
pays d'Afrique subsaharienne, Trace est le média musical
leader des 15-34 ans », fait valoir le groupe.
Outre la France (+ DROM) et l'Afrique subsaharienne,
ses marchés prioritaires aujourd'hui, le groupe entend se
déployer à terme aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne
et au Brésil.
Enfin, le groupe annonce des investissements en
production, notamment dans le film Le gang des Antillais,
réalisé par Jean-Claude Barny (Les Films d'Ici, 90',
tournage fin septembre pour une sortie à l'automne
2016).
________________________________ Vidéo, vidéo à la demande
Fiction française : les plates-formes vidéo et offres SVOD encore sous-exploitées, selon NPA
Si la fiction française baigne depuis l'an dernier dans
un « climat positif », elle n'en a pas moins « de
nouveaux horizons à conquérir » : les plates-formes
vidéo, les réseaux sociaux et les services de SVOD, a
estimé vendredi Philippe Bailly (NPA Conseil), en
ouverture d'une table ronde sur l'exportation organisée
au Festival de la fiction TV de La Rochelle. Pour lui, les
deux premiers domaines sont sous-investis par les
diffuseurs et/ou les producteurs.
Les œuvres ne vivent pas assez longtemps sur le net, ne
sont pas assez présentes sur Dailymotion et YouTube :
les chaînes Séries de Canal+ et Plus belle la vie sont
« quasiment les seuls ». Par ailleurs, a-t-il souligné, les
séries françaises souffrent d'une disparition totale
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
11/21
Vidéo, vidéo à la demande
de l'espace numérique entre deux saisons, alors
américaines) est, en revanche, en léger recul :
316 contre 318 en 2013, mais surtout contre 357 en
2012, selon l'étude.
Neuf séries françaises sur Netflix
et quinze sur Canalplay
L'embellie d'audience se confirme en 2015
qu'un personnage pourrait, par exemple, vivre toute
l'année sur Facebook ou sur Twitter.
Autre lacune, en matière de distribution cette fois, une
faible présence dans les offres SVOD, contrairement aux
films français. Ainsi, selon NPA, Netflix proposait, fin
juillet sur sa plate-forme française, 9 séries françaises
sur les 140 de son catalogue audiovisuel – les films
français représentant près de 27 % de l'offre cinéma – et
Canalplay 15 sur un catalogue de 117 (près de 30 %
pour les films français), dont trois de plus sur un mois
(Candice Renoir, Les témoins, Paris).
Sur son premier marché, la télévision (rattrapage
compris), la fiction française se porte en revanche très
bien, bénéficiant notamment d'une exposition en clair
renforcée depuis le lancement, en décembre 2012, des
chaînes de la TNT HD. Et si son volume est resté stable
en prime time sur les chaînes historiques en 2014 à
262 productions, le nombre de soirées consacrées aux
fictions étrangères (principalement des séries
Mais l'embellie ne s'arrête pas à l'exposition, puisque
les fictions françaises sont revenues sur le podium des
meilleures audiences télé, a rappelé NPA. Une
tendance qui se confirme cette année avec quelques
cartons (L'emprise, Les mystères du lac sur TF1, Disparue,
Les témoins, Alex Hugo : la traque sur France 2, La
stagiaire, les Meurtres à… sur France 3, etc.).
Et la fiction s'avère également être un genre très
apprécié en rattrapage avec des gains en
téléspectateurs parfois très significatifs en différé. Sur les
premiers épisodes des saisons diffusées en 2014, Fais
pas ci, fais pas ça (Elephant Story, France 2) a ainsi
gagné près d'un million de téléspectateurs en moyenne,
atteignant ainsi 5,7 millions, Profilage (Beaubourg
Audiovisuel, TF1) plus de 800 000, dépassant du même
coup 8 millions de téléspectateurs, ou encore Plus belle la
vie (Telfrance Série, Rendez-vous Production, France 3)
les 550 000, frôlant ainsi les 5 millions de personnes.
Trace : lancement début 2016 d'une plate-forme de SVOD consacrée à la culture urbaine et afro
Le groupe Trace annonce le lancement début 2016
d'une plate-forme de SVOD intégralement dédiée au
divertissement urbain. « Trace Play » proposera pour
moins de 10 euros par mois une offre de films, de
séries et de spectacles en rapport avec la culture urbaine,
marque de fabrique du groupe qui se veut le média de
divertissement de référence pour les « jeunes
multiculturels et les jeunes afro-descendants ».
Outre des centaines d'heures de programmes, cette
plate-forme, d'abord en OTT sur iOS, Android et PC (des
discussions sont en cours avec les opérateurs pour
l'inclure dans les différentes box), proposera également
des contenus exclusifs (des one-man-show d'artistes
d'origine africaine ou encore des programmes éducatifs).
L'objectif est de rassembler environ 200 000 abonnés.
Lancée d'abord en France, la plate-forme compte
également s'implanter assez vite en Afrique. Les 1524 ans, cible principale de Trace, y représentent en effet
280 millions de téléspectateurs potentiels (25 % de la
population totale du continent). Et le groupe ambitionne à
terme de se déployer au Etats-Unis, en GrandeBretagne et au Brésil, où la culture urbaine et africaine
est bien implantée.
Rappelons que Trace est détenu depuis février 2014 à
75 % par le suédois Modern Times Group (MTG),
maison mère du bouquet satellite Viasat.
MyTF1 : lancement d'une version compatible avec Windows 10
MyTF1 lance une nouvelle version de son application
compatible avec Windows 10, a indiqué ce vendredi
TF1. Plusieurs nouvelles fonctionnalités sont ainsi
disponibles, notamment via le système de commande
vocale. « Le live des chaînes TF1, TMC, NT1 et HD1, ou
encore la commande des replay sont facilités et offrent
une expérience à l'utilisateur immersive et unique », note
un communiqué.
___________________________________________ Droits sportifs
Canal+ / Foot : acquisition des droits TV exclusifs de la Youth League
Le groupe Canal+ a acquis les droits de diffusion, en
exclusivité et intégralité, de l'UEFA Youth League, dès
cette saison. La compétition regroupe les équipes de
moins de 19 ans des 32 clubs participant à la phase
de groupes de la Champions League, ainsi que
les 32 équipes de moins de 19 ans championnes des
32 meilleures nations européennes au coefficient UEFA.
Les droits 2013-2015 avaient été acquis par Eurosport,
alors filiale du groupe TF1.
« Avec l'UEFA Youth League dès cette saison sur ses
antennes, le groupe Canal+ est heureux de pouvoir
offrir à ses abonnés la possibilité de voir évoluer
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
12/21
les stars du football de demain à l'instar de Martin
Ødegaard (Real Madrid), Isaiah Brown (Chelsea) ou
encore Munir El Haddadi (FC Barcelone) », s'est
félicitée la chaîne. Les meilleures affiches des
14 journées du championnat, soit 2 à 4 matches en
direct chaque semaine, seront diffusées sur Canal+
Sport et les chaînes du groupe Canal+.
Cette compétition vient compléter l'offre football du groupe
Canal+ (Ligue 1, la Premier League, la Champions League,
ou encore les matches de qualification de l'Euro 2016).
Les premières rencontres de la Youth League seront
diffusées les mardi 15 et mercredi 16 septembre :
Manchester City/Juventus ; La Gantoise/Lyon et
Roma/Barcelone.
___________________________________________________Radio
Trace : nouvelle radio en Côte d'Ivoire et volonté de déployer Trace FM dans toute la France
Le groupe Trace (Modern Times Group) poursuit le
déploiement de son offre radiophonique en lançant
prochainement une radio FM en Côte d'Ivoire. Et le groupe
annonce avoir déjà acquis d'autres fréquences dans le but de
lancer des stations dans d'autre pays du continent africain.
En France, le groupe souhaite rendre disponible Trace
FM (diffusée aujourd'hui uniquement à Paris et seulement
sur la radio numérique terrestre) dans toute la France via
la RNT, en participant à l'appel à candidatures que le
CSA devrait lancer prochainement. Trace FM a d'ailleurs
rejoint en décembre 2014 l'Alliance pour la RNT (nos
informations du 10 décembre 2014).
____________________________________________ International
Etats-Unis / NBC : Donald Trump prend le contrôle du concours Miss Univers
Le milliardaire américain et candidat républicain à la
Maison Blanche Donald Trump a annoncé vendredi
avoir racheté 50 % du capital du concours Miss
Univers détenus par NBC, s'emparant du contrôle total
après le refus de la chaîne de le diffuser. « Je viens
d'acheter la moitié de l'Organisation de Miss Univers
détenue par NBC et réglé toutes les poursuites engagées
contre eux. Je la détiens maintenant à 100 %. Restez
à l'écoute ! », a écrit Donald Trump sur Twitter.
NBC et la chaîne mexicaine Televisa ont annoncé le
29 juin qu'elles rompaient leurs relations avec le
milliardaire et qu'elles ne diffuseraient pas en juillet le
concours Miss Univers, en pleine polémique sur les
propos injurieux de Donald Trump envers les immigrés
mexicains aux Etats-Unis (nos informations du 1er juillet). Le
plus gros groupe audiovisuel en espagnol des Etats-Unis,
Univision, a également refusé de diffuser le concours de
beauté. NBC, qui produisait et diffusait Miss Univers
depuis juin 2002, a en outre renoncé aux services de
Donald Trump pour sa célèbre émission The Apprentice
(Mark Burnett), qu'il présentait depuis plusieurs années. A
moins de cinq mois du début des primaires pour la
présidentielle 2016, le milliardaire caracole en tête des
sondages dans le camp républicain.
_______________________________ Nominations, mouvements
Groupe TF1 : Céline Nallet, directrice générale de TMC, NT1 et HD1
Céline Nallet, directrice générale de HD1 depuis son
lancement en 2012, est nommée parallèlement dg des
chaînes TMC et NT1 en remplacement de Caroline Got,
qui a rejoint France Télévisions, a confirmé ce vendredi
le groupe TF1 (Satellifax du 8 septembre). Cette
nomination « a pour ambition de renforcer la stratégie
multichaînes du groupe et de développer plus encore
l'identité des chaînes TMC, NT1, HD1 au côté de
TF1 », précise un communiqué.
Céline Nallet a rejoint le groupe TF1 en mai 1991. Elle
a débuté sa carrière en qualité de contrôleuse de
gestion, avant de devenir directrice adjointe en charge
de la gestion de l'antenne et directrice des opérations de
la fiction française de TF1, puis dg de HD1.
iTELE : Virginie Chomicki, ex-LCI, nouvelle directrice adjointe
Virginie Chomicki, 31 ans, ex-journaliste de LCI, est
nommée directrice adjointe d'iTELE, « en charge de la
mise en place et du développement de CNews »,
futur nom de la chaîne d'info, a annoncé ce samedi le
groupe Canal+ dans un communiqué.
Cette nomination intervient une semaine après l'éviction
du tandem Cécilia Raguenau et Céline Pigalle,
respectivement dg et directrice de la rédaction de la
chaîne depuis juin 2012, et l'arrivée de Guillaume Zeller
au poste de directeur de la rédaction (nos informations du
7 septembre). Selon des sources internes, Laure Bezault,
secrétaire générale de la rédaction, en charge des
recrutements, aurait par ailleurs été remerciée vendredi.
Virginie Chomicki a travaillé à la rédaction de LCI de 2008
à 2015 avant de se concentrer sur des sujets de politique
internationale pour TV5 Monde, précise le groupe.
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
13/21
Nominations, mouvements
Groupe Canal+ : Laurence Gallot devient également directrice des partenariats
Laurence Gallot, directrice de la communication du
groupe Canal+ depuis 2002, devient également
directrice des partenariats, a annoncé samedi le
groupe Canal+ dans un communiqué.
Laurence Gallot a commencé sa carrière comme
attachée de presse à TF1 puis à La Cinq. Elle intègre
Canal+ en 1992, où elle est nommée deux ans plus tard
directrice adjointe de la communication et des relations
extérieures. En 2001, elle devient directrice de la
communication France de Canal+, puis directrice de la
communication du groupe un an plus tard.
Gedeon Programmes : directrice administrative et financière
Anne Vincent a rejoint Gedeon Programmes au
poste de directrice administrative et financière en
remplacement de Sonia Levine.
Elle a notamment été directrice chez Cofiloisirs,
directrice déléguée de Sofica, directrice administrative et
financière/Business Affairs chez Millimages et directrice
adjointe chez Natixis-Coficiné. Elle travaillera sous la
responsabilité de Stéphane Millière, pdg de Gedeon
Programmes, et de Michel Liberman, directeur général
délégué.
Millimages : productrice et directrice du studio
Djamila Missouma a rejoint Millimages comme
productrice et directrice du studio, a annoncé le
groupe vendredi. Elle avait créé Studio 100 Animation
à Paris en 2008 pour le compte de Studio 100 Belgique.
« En étroite collaboration avec Roch Lener, président
du groupe, elle a pour mission de mettre en place et de
diriger la production, les séries et/ou les longs métrages
ainsi que les développements », précise le communiqué.
Elle reprend également les missions de Sandrine
Arnault, qui a quitté l'entreprise.
Natpe//Content First : directeur marketing
Matt Palmer, consultant et ancien directeur marketing et
business development de différents groupes d'audiovisuel,
a été nommé au poste nouvellement créé de directeur
marketing de Natpe//Content First. Il est désormais en
charge de la stratégie du Natpe dans le domaine du
marketing, de la stratégie de marque, du digital, de la
recherche, des relations publiques et du planning
stratégique, précise un communiqué. Pendant plus de
vingt-cinq ans, Matt Palmer a occupé différents postes dans
des groupes d'entertainment, parmi lesquels Disney,
Viacom, Universal, Discovery Communications, Demand
Media, Exclusive Resorts ou encore Blue Man Group. Il a
contribué au lancement et au développement de nombreux
programmes télévisés récompensés : Ren et Stimpy, Les
Razmoket, Bob l'éponge, Trading Spaces, Hannah
Montana, Phinéas et Ferb ou encore High School Musical,
programme pour lequel le magazine Ad Age l'a désigné
« Entertainment Marketer of the Year ».
Radio France : précisions sur la nouvelle gouvernance
Contrairement à ce que nous indiquions (nos informations
de vendredi), le comité exécutif de Radio France reste
présidé par Mathieu Gallet. Outre celui-ci, il comprend
Bérénice Ravache, directrice adjointe de la musique
(actuellement directrice par intérim), Frédéric Schlesinger,
directeur délégué aux antennes et aux programmes, JeanClaude Luciani, directeur délégué à la stratégie sociale et
aux ressources humaines, Maïa Wirgin, secrétaire
générale de Radio France, Marie-Pierre de Surville, en
charge d'une mission de préfiguration visant à créer une
direction en charge de la création musicale et culturelle et
de la programmation de la Maison de la radio, Monique
Denoix, directrice déléguée à la communication, Serge
Schick, directeur délégué au marketing stratégique et au
développement de Radio France, et Sibyle Veil, directrice
déléguée finances et opération.
_____________________________________________Programmes
Arte / Zadig Productions : 3e et dernière saison d'Ainsi soient-ils à partir du 8 octobre
Arte lancera le jeudi 8 octobre en prime time la
diffusion de la 3e et dernière saison d'Ainsi soient-ils
(Zadig Productions), une série de David Elkaïm, Bruno
Nahon, Vincent Poymiro, Rodolphe Tissot.
A la distribution on retrouve Jean-Luc Bideau, Jacques
Bonnaffé, Julien Bouanich, Thierry Gimenez, Samuel
Jouy, Clément Manuel et Yannick Renier.
Quatre années se sont écoulées depuis la vente des
Capucins, qui clôturait la saison 2. Les séminaristes
Yann, Guillaume et José, désormais prêtres,
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
14/21
sont accueillis dans leurs nouvelles paroisses.
Chacun d'eux va devoir lutter contre les évidences, les
faux-semblants et les secrets pour se montrer à la hauteur
Programmes
de l'idée qu'il se fait de sa vocation…
Cette troisième saison (8 x 52') et le coffret de l'intégrale
de la série seront disponibles en DVD le 21 octobre.
Canal+ : nouveau rendez-vous le samedi à 12h35 avec Eric et Quentin
Les humoristes Eric et Quentin qui travaillent au Petit
journal depuis plusieurs années, ont pris ce week-end
les commandes d'un nouveau rendez-vous en clair
intitulé Eric & Quentin sur Canal+. Chaque samedi à
12h35, le téléspectateur découvrira les coulisses de la
vie du duo au sein de la rédaction du Petit journal. « Au
début, ils ne faisaient pas d'antenne et écrivaient
simplement des textes. Puis petit à petit, ils ont commencé
à apparaître devant la caméra. Au fil de ces apparitions,
leur ego n'a cessé de croître. Ils ont fini par devenir des
"gens d'antenne" qui se pensent drôles et appréciés de
tous, ne se rendant pas compte qu'ils sont en réalité
odieux et véritablement méprisés par leurs collègues »,
selon le communiqué de la chaîne.
______________________________________________ Audiences
Canal+ Sport : 700 000 abonnés devant le 1/8 de finale de lÊEuro Basket 2015
Le huitième de finale de l'Euro de Basket 2015
masculin, remporté par la France face à la Turquie
(76-53) et diffusé en direct et en exclusivité sur
Canal+ Sport samedi à 21h00, a réalisé un « score
d'audience puissant » avec près de 700 000
abonnés sur l'ensemble du match, pour une pda
abonnés de 16,6 %, s'est félicité le groupe Canal+
ce dimanche (chiffres Médiamétrie).
Canal+ Sport diffusera le quart de finale contre la
Lettonie mardi 15 septembre à 21h.
Canal+ : semaine noire pour le lancement du Grand journal ÿ troisième génération Ÿ
Semaine noire pour Le grand journal « troisième
génération », présenté depuis lundi dernier par Maïtena
Biraben et produit par Flab Prod (Vivendi). La nouvelle
formule du talk-show de Canal+ a vu son audience
baisser de jour en jour depuis son lancement. Le nombre
de téléspectateurs s'est même réduit d'un tiers en
quatre jours, passant de 915 000 personnes (5,1 %
de pda), le lundi, à 611 000 (3,6 %) le jeudi. Ce jour-là,
Le grand journal a même été dépassé par France 5 et
son magazine C à vous (Troisième Œil Productions). Ce
dernier réunissait 744 000 téléspectateurs (4,5 % de
pda) quand Le grand journal chutait à 611 000
personnes (3,6 %). Même cas de figure vendredi,
malgré une légère remontée du Grand journal. Suivi par
664 000 téléspectateurs (4,2 %), il a été devancé par
C à vous, regardé par 712 000 personnes (4,5 %).
_____________________________________________ Distinctions
Festival de la fiction TV de La Rochelle : palmarès de l'édition 2015
La 17e édition du festival de la fiction TV de
La Rochelle, présidée cette année par l'actrice Michèle
Laroque, s'est achevée ce dimanche. Sur les 16 prix
décernés, France 2 en décroche neuf, dont celui du
meilleur téléfilm avec Borderline. Arte remporte trois prix
dont celui de la meilleure réalisation. TF1 repart avec
trois prix dont celui récompensant la meilleure série de
52' pour Une chance de trop. M6 et France 3 n'ont pas
été récompensées.
Voici le palmarès :
– Prix du meilleur téléfilm : Borderline (Alchimic
Films/Bad Company pour France 2)
– Prix de la meilleure série de 52' : Une chance de
trop (VAB pour TF1)
– Prix de la meilleure série de 26' : Lazy Company
(Empreinte Digitale/Six Pieds Sur Terre pour OCS)
– Prix du meilleur programme court en série : Parents
mode d'emploi (Elephant Story pour France 2)
– Prix de la meilleure webfiction : Housewarming,
réalisée par Marc di Domenico
– Prix de la meilleure réalisation : Julie Lopes Curval
pour L'annonce (TS Productions pour Arte)
– Prix du meilleur scénario : Camille Bordes-Resnais
et Alexis Lecaye pour Dame de feu (Dajma pour
France 2)
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
15/21
– Prix de la meilleure musique : Erwann Kermorvant
pour Borderline
– Prix de la meilleure interprétation féminine :
Alexandra Lamy pour Une chance de trop
– Prix de la meilleure interprétation masculine : Patrick
Catalifo pour Borderline
– Prix du jeune espoir féminin : Alice de Lencquesaing
pour Marjorie, jamais sans ma mère (K'ien Productions
pour France 2)
– Prix du jeune espoir masculin : Baptiste Cosson pour
Dame de feu
– Prix de la meilleure fiction étrangère : No Offence
(Channel 4)
Distinctions
– Prix spécial du jury pour la fiction étrangère : T. (één,
Belgique)
– Mention spéciale du jury : Yannick Choirat pour
Neuf jours en hiver (Roche Productions/Arezzo
Films pour Arte)
– Prix de la meilleure contribution artistique : Au
service de la France (Mandarin Télévision pour Arte)
– Prix du meilleur téléfilm de l'année, en partenariat
avec Télé Star et Télé Poche : L'emprise (Léonis –
Groupe Endemol pour TF1)
– Prix des collégiens de la Charente-Maritime : Parents
mode d'emploi
– Prix Poitou-Charentes des lecteurs de Sud-Ouest : Envers
et contre tous (Ramona Productions pour France 2)
Prix des formats de l'année : 24h, 10 % et Slam récompensés en 2015
TV France International (TVFI) et La Fabrique des
formats, incubateur initié par le Club Galilée et dédié à
la création « made in France », ont décerné mercredi soir
deux prix récompensant les formats télévisés français
dont l'originalité et le caractère innovant semblent
particulièrement prometteurs.
L'un des « prix Spécial format » est revenu à 24h,
expérience transmédia produite par Alegria Production
et Upian, qui montre le visage d'une ville pendant une
journée. Après Berlin, le numéro sur Jérusalem a
bénéficié d'une diffusion événementielle sur Arte et d'un
dispositif digital 360° (nos informations du 11 avril
2014).
L'autre prix a été décerné à 10 % (6 x 52', Mother
Production et Mon Voisin Productions), une fiction sur le
monde des agents artistiques qui doit être diffusée en fin
d'année sur France 2.
Le « prix Export Format », qui récompense le format
français ayant rencontré le meilleur succès commercial
à l'international, est pour sa part revenu au jeu Slam
(Effervescence), diffusé quotidiennement sur France 3.
Slam a notamment été exporté en Turquie, où plus de
200 émissions de Kelime Çengeli ont été diffusées sur
TRT Okul, en Slovénie avec 180 épisodes pour la 1re
saison de Vem! sur RTV Slovenija. Des adaptations en
Italie et en Suisse font l'objet de négociations avancées,
s'est félicité vendredi le Spect dans un communiqué.
Le jury était cette année présidé par Gérald-Brice
Viret, dg des chaînes de télévision France et
international de Lagardère Active et président de
l'ACCeS. Il réunissait par ailleurs Mathieu Béjot et
Stéphane Fournier (TVFI), Philippe Chazal et Fiona Bélier
(La Fabrique des formats), Emmanuelle Bouilhaguet
(Lagardère Entertainment Rights), Alexandra Crucq
(Newen), Stéphanie Madubost (Coyote), Marie-Xavière
Rochet (groupe Elephant).
_____________________________________________ Evénements
Eutelsat TV Awards : 5 chaînes françaises parmi les nominées 2015
Les chaînes françaises sont les plus représentées
dans les finalistes des Eutelsat TV Awards, qui
seront remis le 30 octobre lors d'une cérémonie à
Rome. Cinq d'entre elles ont été sélectionnées :
France 24, dans la catégorie « Information »,
myzen.tv et Trace Sport Stars dans la catégorie
« Mode de vie », France Ô en « Culture et
documentaires » et Nollywood TV parmi les chaînes
cinéma.
Plus de 100 chaînes issues de 27 pays différents
avaient pris part à la compétition de l'édition 2015. Le
jury international, présidé par Duilio Giammaria, grand
reporter de la Rai, a établi la liste des finalistes sur des
critères de qualité de la programmation, de capacité
d'innovation et de créativité, précise Eutelsat.
Les participantes aux Eutelsat TV Awards peuvent
désormais se porter candidates au prix du « People's
Choice » qui récompensera la chaîne remportant le plus
de votes du public. Les téléspectateurs sont invités à voter
du 10 septembre au 12 octobre sur le site web des
chaînes candidates ou via le site officiel du concours –
eutelsattvawards.com – ainsi que sur ceux des
professionnels du secteur dont broadbandtvnews.com,
millecanali.it et produ.com.
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
16/21
Au fil des tweets…
VSD's tweets : spécial adieux de Chazal ; et... Benqué, Soyeux, Ernotte, Rony, Namias, Lucet, Pellerin...
Une sélection, parfaitement arbitraire, de tweets qui nous ont amusés ou instruits. Ou pas. L'orthographe et la syntaxe
d'origine sont conservées… sauf exception charitable !
Vos avis, vos suggestions : [email protected] ou @joelwir ou @satellifax.
@MICHELPOLNAREFF @claire_chazal Vous m'avez toujours porté bonheur. Je vous regretterai, comme des millions de
téléspectateurs. Mersea...
@PPDA Un coup de chapeau affectueux à Claire et à une certaine forme d'élégance qui manque singulièrement à son
patron.
@mikasounds Toute mon admiration et ma tendresse #clairechazal @Claire_Chazal
@DenisBrogniart Pensées très affectueuses ce soir pour @Claire_Chazal une femme charmante, sensible et élégante
avec qui j'ai travaillé de nombreuses années
@FaustineFB Une femme en colère... Mais toujours si élégante et classe. Bonne chance @Claire_Chazal et à très
bientôt, autrement.
@DamidotValerie si à la fin de son JT Claire lance un karaoké géant "elle est vraiment phénoménale". vas y Claire
donne tout !! #clairechazal
@courbet_julien Ciao claire !! #Chazal
@YannickBollore Bravo @Claire_Chazal pour ce final digne et émouvant...
@Bruce_Toussaint Merci et bravo @Claire_Chazal ! Quelle classe pour ce dernier JT !!
@FogielMarcO Des adieux à l'image de Claire... Elégance. Intelligence. Maîtrise. Intensité. Tellement fier !
@PascalNegre Respect pour @Claire_Chazal une grande professionnelle rayonnante ! A bientôt, je n'en doute pas,
pour de nouvelles aventures !!
@luclaventure Il y a des départs qui se font dans l'élégance, la discrétion et la classe #respect #clairechazal
@SandQuetierOff Pensées pour @Claire_Chazal... Grande dame, lumineuse...#respect
@Tof_Beaugrand MERCI @Claire_Chazal pour ces moments d'info, ces moments de vie partagés. J'applaudis comme
la rédaction. Elégante jusqu'au dernier jour
@MarieDrucker Un salut amical à ma consœur Claire Chazal ! Je t'embrasse
@AidaTouihri Très touchant l'hommage de la rédaction de @TF1 à Claire Chazal. Et elle... Magistrale ! Bonne chance
à Anne-Claire Coudray...
@nikosaliagas Respect et amitiés pour @Claire_Chazal aussi pro que lumineuse ce soir sur @tf1
@SylvieTellier Un dernier JT #20h à l'image de la femme #Élégant #Chic #Sobre Qui se souvient de l'avant
@Claire_Chazal ? @TF1
@mediathom Bravo à la rédaction de @TF1 pour ce bel hommage à Claire #Chazal, nous rappelant que présenter le
JT, c'est raconter l'histoire du monde...
@Elodiegossuin MERCI @Claire_Chazal d'avoir été, tous les WE depuis 24 ans, "Tata Claire", là, avec nous, dans
notre salon...
@Steph_Rotenberg Une pensée pour @Claire_Chazal mille bravos pour ce formidable parcours professionnel et à
très bientôt pour de nouvelles aventures !
@DenisEstelle Devant le dernier JT de Claire Chazal... Etrange de se dire qu'elle ne fera plus partie de mes dimanches
soir. #JT @tf1
@OmarSy Mes pensées à @Claire_Chazal pour ce dernier JT sur @TF1 mais aussi, j'en suis sûr, le début de nouvelles et
belles choses pour elle ! #Ému
@MaryseBurgot Travailler pour France 2 et être émue par les mots élégants de Claire Chazal sur TF1. #lavraieclasse.
#ClaireChazal
@aslapix Rayonnante pour ce dernier JT... L'élégance toujours. Bravo @Claire_Chazal et à très bientôt
@JF_Piege Merci Claire d'avoir embelli les infos de mes 25 dernières années #clairechazal
@laurentsolly L'élégance #Claire
@BrunoGUILLONOff Grande classe de Claire Chazal pour son dernier journal ... #Respect
@anne_roumanoff Quelle classe ! Quelle élégance ! Quelle dignité ! Bravo Claire Chazal !
@cdesplaces Incroyable clip chazalien de fin now @TF1
@EliseLucet Claire, fin d'une grande page de vie... Début d'une autre... Je te souhaite le meilleur !!
@alainjuppe Bye, Claire Chazal ! Toujours aussi classe.
@letellier_ftv Au revoir @Claire_Chazal Qui a aussi connu les journaux de la nuit et qui m'accompagnait le week-end
@xdemoulins Eclair d'émotion... Merci à elle ! #ClaireChazal #TF1
@mariefugain1 Fin du journal de TF1 très émouvante. Merci Claire Chazal ...
@TF1LeJT Merci d’avoir incarné l'information des week-ends de TF1 pendant près de 25 ans avec talent :
https://www.facebook.com/TF1leJT/photos/
@romaindlx Laurent Delahousse en fin de journal : "Une pensée amicale, ce soir, pour ma consoeur Claire Chazal."
#ClaireChazal
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
17/21
Au fil des tweets…
@JulienAlliot Bel hommage à @Claire_Chazal sur Twitter. Anonymes et célébrités. Une page se tourne, ça a mouillé les
yeux à plus d'un... #clairechazal
@TwitterMediaFR Plus de 150 000 Tweets sur @Claire_Chazal entre 19h et 22h cc @TwitterFrance
@FabSintes Je suis curieuse du score du JT de @TF1 ce soir. Et donc de la minute de Pub. Claire Chazal vient de faire
gagner le jackpot à sa chaîne.
@matanemalit Vous faites tout un flan sur les 24 ans de JT de #chazal mais ça ne représente que 15 secondes en
Années Michel Drucker !
@benjaminrabier Icône jusqu'au bout... Claire Chazal dans #Star80 sur @TF1 ce soir.
@tomjoubert RDV à 23h en direct sur @BFMTV pour commenter le dernier JT de Claire Chazal
@francetvinfo Eviction de Claire #Chazal : "Pas sûre qu'on aurait fait ça à un homme", réagit Elise Lucet dans
@Mediaslemag http://www.francetvinfo.fr/
@EliseLucet Bonne Nouvelle. Tous les #cashinvestigation sont exceptionnellement visibles sur pluzz pendant un mois
Merci pour tous vos soutiens !
@mediathom Selon @EliseLucet le reportage sur le crédit mutuel ne sera peut-être pas diffusé sur @France3tv le
3 octobre prochain. #mediaslemag
@ronez Dans le cas d'Ophélie Meunier, les commentaires sexistes sont affligeants. Y'a une limite au Canal+ bashing…
@puremedias "On n'est pas couché" : Guy Bedos traite de nouveau Nadine Morano de "connasse"
http://www.ozap.com/
@oliviersou1 La télé sexiste avec les rides féminines ? A @Francetele, en tout cas, on a à l'antenne beaucoup de
talentueuses quinqua- et sexagénaires…
@shizuka37 #LeGrand8 sans @AudreyPulvar c'est bizarre quand même…
@AudreyPulvar Mais non… :-) Au contraire, plus de sourires, moins de coup de gueule ! C'est mieux ! @LeGrand8D8
@mouloudachour Réellement génial ce numéro d'#enqueteexclusive qui dénonce le mauvais goût des jeunes actifs
bobos .
@mouloudachour Quand je vois #enqueteexclusive je comprends pourquoi il y a certains endroits où je n'ai jamais
voulu aller. Merci Bernard
@MaximeRiou Cocaïne, strip-teaseuses , trafics illégaux.. Pas de doute , je regarde bien #EnquêteExclusive
@FabSintes Tweeter me désespère : Pour se débarrasser des racistes incultes il suffit d'arrêter de répondre/RT des
débiles à 12 followers #CaMenerve
@GuyDutheil A. de Caunes et M. Biraben ont divisé par trois l'audience du Grand Journal @lgj_canal
@joelmorio Jusqu'où ira la chute ? Le grand journal battu par Hanouna C à vous et… les Ch'tis !
@MichelField #cavous devant le #LGJ ! Bravo à toute l'équipe pour cette première manche amicale où l'access
#france5 passe devant Canal+ !
@Eberretta Canal+ : Bolloré finira peut-être par appeler son fils Yannick à la rescousse. Remember #Direct8
@NamiasRobert La télévision c'est un métier contrairement à ce que semblent penser M. Bolloré et quelques autres.
Idem pour la presse et la radio.
@csaaudiovisuel Retransmission en direct sur le site du CSA des auditions publiques de LCI, Paris Première et Planète+
le 14/09/15 : http://urlz.fr/2oDs
@julienbellver Alors que TF1 éjecte Claire Chazal, Radio Classique fait la promo de son émission dans la presse
@MaxRusz Brillante émission @LPJofficiel mais que d'hommes, que de "majorité visible" pour une émission qui se veut
moderne et progressiste. Dommage !
@CBenque Dans le @ELLEfrance spécial beauté de cette semaine, lisez comment Mark Zuckerberg aide les hommes à
lever un tabou…
@ThomasSotto Oh putain ! V. Sanson chez @nikosaliagas @Europe1 ! La classe internationale cette émission !! Il
faudrait la programmer en prime @TF1 !!#SDC
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
18/21
Au fil des tweets…
@fandoetlis Enfin un grand projet audiovisuel M6 et TF1 s'associent pour un projet TNT de chaîne de téléachat
http://www.challenges.fr
@NilouSoyeux #FFTV2015 #Pub : évitons un mauvais remake de Touche pas au grisbi ou pire : des tontons flingueurs
@DelphineErnotte
@NilouSoyeux #FFTV2015 La fiction la priorité de @Francetele : une mission de service public @DelphineErnotte
@NilouSoyeux #FFTV2015 pour la fiction plus de diversité et plus de place sur les écrans de @Francetele
@DelphineErnotte
@guilprieur Excellente rencontre entre les auteurs, @DelphineErnotte et les équipes de France TV pour parler avenir de
la fiction fr ! Bcp d'espoirs
@lmarsick Entendu au #festival TV La Rochelle : "c'est qui ? Alexandra Lamy – l'ami de qui ?" #omg
@taimaz Quand Nadia et Alexandre de #TheApprentice se plaignent dans un communiqué d'être maltraités par les
journalistes… #fatigue
@DelphineErnotte Fromage ou dessert ? Non c'est régime… je n'arrêterai jamais de me battre pour @Francetele
@RonyHerve Pellerin : +1 € pour la redevance JDD.fr http://www.lejdd.fr/ C'est mieux que rien ! Une réforme en
profondeur toujours attendue @webscam
@odebx L'ancienne dg d'@orange obtient une augmentation de la taxe sur les #FAI pour la redevance TV. @srichard
doit apprécier (1)
@joelwir Sur @France2tv via @tvorange (fibre) les sous-titres normaux [du film de dimanche soir] sont terriblement
décalés par rapport à l'image. ST malentendants OK
@RugbySurCanal Bienvenue sur le compte Twitter du rugby sur @canalplus. La @rugbyworldcup démarre dans 5 jours
sur nos antennes !
(Tweets relevés les vendredi 11, samedi 12 et dimanche 13 septembre)
_________________________________________ Revue de presse
Notre revue de presse se veut un aperçu du secteur, vu par les autres médias (presse papier, presse en ligne,
télévision, radio), en complément de nos propres contenus. Ainsi qu’il est de tradition pour toute revue de presse, les
opinions exprimées et les faits mentionnés ne doivent pas être considérés comme reflétant les vues de notre rédaction.
J.P. Baudecroux / NRJ : ÿ Nous ferons tout pour redevenir premier Ÿ
(Jean-Paul Baudecroux, pdg du groupe NRJ, interrogé par Enguérand Renault, Le Figaro, lundi 14 septembre)
[…] Q : Vous avez remis beaucoup d'argent pour
redresser NRJ 12 en débauchant Benjamin Castaldi ou
Valérie Damidot. L'académie des 9 a démarré
mollement. Avez-vous trouvé la bonne formule ?
Jean-Paul Baudecroux : J'ai fait appel à un grand
professionnel de la télévision, Vincent Broussard, pour
prendre les rênes du pôle télé. Je lui fais confiance.
NRJ 12 va lancer douze nouvelles émissions dans les
semaines à venir. Il va y en avoir un certain nombre qui
vont bien marcher. « Je rappelle que sur les auditeurs de
moins de 75 ans, nous sommes la première radio de
France. » […]
Q : Combien de temps laissez-vous à Vincent Broussard
pour réussir ?
JPB : En télévision, il faut du temps pour s'installer. Je
lui donne donc le temps nécessaire pour réussir. […]
perdue face à RTL. Mais il n'en a rien été. Pensez-vous
redevenir leader en audience cumulée ?
JPB : Effectivement, RTL est repassée devant nous. Je
pense que cela est dû en grande partie à la grève de
Radio France. Mais je vous donne rendez-vous aux
prochains résultats d'audience radio, les 15 novembre et
15 janvier. Nous ferons tout pour redevenir premier. […]
Q : L'objectif de 14 % tient-il toujours ?
JPB : Bien sûr, à terme, je vise toujours 14 %
d'audience. Je ne vais pas changer les objectifs.
Q : […] NRJ Group reste le seul groupe indépendant
du PAF. Pouvez-vous le rester ? Discutez-vous avec des
acheteurs potentiels ?
JPB : Cela fait trente-quatre ans que nous sommes un
groupe indépendant et nous tenons toujours. Ce n'est pas
une fatalité d'être indépendant. Nous avons une stratégie
claire avec un pôle radio, un pôle télé et un pôle
Q : La radio NRJ devait retrouver sa place de leader
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
19/21
internet. […] Je suis très confiant dans l'avenir de mon
groupe. Etre indépendant et petit peut aussi être une force.
Vous savez, nous sommes très courtisés et je ne jure de rien.
Q : Courtisé par qui ?
JPB : Par tout le monde. Mais jusqu'à présent, je ne
suis pas allé plus loin dans les discussions. Je suis très
Revue de presse
pragmatique et je n'ai jamais dit non à rien.
Q : Vous dirigez ce groupe depuis trente-quatre ans.
Préparez-vous votre succession ?
JPB : J'y pense souvent mais j'ai une équipe en place
et qui est très opérationnelle. Je reste pdg et m'occupe de
la stratégie long terme diversification et internet.
VOD : Orange mise sur le développement du téléchargement définitif
(Le Film français, vendredi 11 septembre)
[Alors qu'en février 2014, Orange a fait évoluer son
service de VOD en lançant le téléchargement définitif
(nos informations du 10 février 2014).]
« Le téléchargement définitif est une activité clé dans le
business de la VOD. Nous pensons que c'est un vrai relais
de croissance », affirme Bernard Tani, directeur VOD et
acquisitions chez Orange. Sur le portail de vidéo à la
demande, l'EST [ou téléchargement définitif] affiche en
effet des résultats plus élevés que prévu. Au départ, l'offre
ne comportait que très peu de programmes. Mais, depuis
cet été, des studios américains sont distribués en EST chez
Orange. Nous exploitons jusqu'à 2 000 titres », résume
Bernard Tani. Avec 375 000 transactions cumulées depuis
le lancement de l'activité et 3,70 M€ de chiffre d'affaires
annoncé, le téléchargement définitif se vend à un prix
moyen de 10 €, et « remonte deux à trois fois ce que
remonte la VOD locative à l'industrie ». estime-t-il. Un
constat qui place l'EST en bonne position pour se
substituer, à terme, au produit physique qui ne cesse de
baisser. […] Fort de son bilan, Orange cherche
aujourd'hui à développer cette activité. Première étape fin
2015, avec un nouveau portail d'exposition des contenus,
qui permettra de choisir, à chaque fois que les droits
l'autorisent, entre location et téléchargement définitif.
Deuxième étape début 2016, avec le lancement de l'EST
en mode déconnecté. En effet, pour le moment, l'utilisateur
peut regarder son programme sur tous les écrans, à
condition d'être connecté à internet. Seule une copie de
sauvegarde est disponible, mais elle ne peut pas être
transférée sur tous les écrans. « Dès 2016, le
consommateur pourra télécharger le film de son choix et le
visionner sur les cinq terminaux autorisés. Cela répondra à
un attribut clé de l'EST : regarder ses contenus même en
l'absence de toute connexion internet », explique Bernard
Tani. Et Orange réfléchit à rendre l'EST plus attractif pour
le consommateur. « Il y a encore du travail, car la seule
transposition du produit physique dans le numérique ne
suffira pas. Mais nous sommes convaincus qu'il y a un futur
possible sur le digital et qu'il sera porté par l'EST. »
France 5 / CBTV : Caroline Munoz remplace Noëlle Bréham dans Silence ça pousse !
(Le Parisien, vendredi 11 septembre)
Coanimatrice de Silence ça pousse ! [CBTV] depuis
2002 avec Stéphane Marie, Noëlle Bréham a raccroché
son tablier cet été. Elle sera remplacée les mercredis soir
à 21h25 par Caroline Munoz, comédienne et ancienne
présentatrice de Déco 8 ! sur D8. Noëlle Bréham
présente désormais la tranche 23h-1h sur France Inter.
Elections / Médias : Autoriser les sondages jusqu'à la veille du scrutin ? ÿ On a tous à y gagner Ÿ
(Hervé Béroud directeur de la rédaction de BFM TV, interrogé par Richard Sénéjoux, télérama.fr, jeudi
10 septembre)
[Alors que le CSA, parmi les 15 propositions formulées
ce jeudi, conseille notamment de repousser de 24 heures
la période de réserve des médias lors des campagnes
électorales.]
Q : Aujourd'hui, les candidats et leurs soutiens sont
bannis des antennes après 20h le vendredi qui précède
le scrutin, pour ne pas influencer le vote. Le CSA propose
d'aller jusqu'au samedi, 20h. Une bonne idée ?
Hervé Béroud : Bien sûr. Avec le numérique, on
arrive à des situations ridicules : les candidats n'ont
plus le droit de parler à l'antenne des chaînes… mais
peuvent le faire sur les sites internet ou les réseaux
sociaux ! Pouvoir publier des sondages jusqu'au samedi
soir me paraît aussi très pertinent.
Q : Et pourquoi pas aussi le jour de l'élection ? Des
estimations sont accessibles sur les sites de médias
étrangers ou Twitter…
HB : C'est vrai. On est toujours en retard par rapport à
la technologie. Mais j'estime que le dimanche, jour du
vote, doit rester sacré. Sinon, on verrait des candidats
continuer à faire campagne dans les bureaux en réaction
à ce qu'ils lisent sur les réseaux sociaux ! Fermer les
bureaux à 19h ou 20h seulement, et plus du tout à 18h,
doit aussi être retenu : cela permettrait que les premières
estimations ne soient quasiment pas connues des derniers
électeurs se rendant aux urnes. Ces nouvelles
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
re[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
20/21
règles sont facilement applicables, dès la prochaine
présidentielle. J'espère que législateur va entendre le
CSA. On a tous à y gagner !
Q : Parmi les quinze propositions du CSA en faveur du
pluralisme politique en période électorale, quelles sont
celles qui peuvent vraiment changer les choses ?
HB : La plus importante est à mon sens celle qui porte
sur la présidentielle. A l'heure actuelle, télés et radios
sont tenues de respecter une égalité totale entre tous les
candidats pendant cinq semaines avant le premier tour.
En 2012, rappelez-vous, on devait accorder autant de
temps de parole à Jacques Cheminade, candidat on va
Revue de presse
dire original, qu'à François Hollande ou Nicolas
Sarkozy ! Aberrant. A tel point que beaucoup de chaînes
généralistes ont décidé de réduire la parole politique sur
leurs antennes au moment le plus crucial, faute de place
pour tous ! Le CSA propose aujourd'hui de ramener
l'égalité totale aux deux dernières semaines de la
campagne, c'est bien suffisant. Les trois semaines qui
précédent l'ultime quinzaine fonctionneraient sur le
principe de l'équité, c'est-à-dire que télés et radios
accorderaient le temps de parole suivant la
représentativité et l'implication de chaque candidat. Un
principe en vigueur d'ailleurs pour tous les autres
scrutins.
Elections : Hervé Béroud (BFM TV) émet des réserves sur les propositions du CSA pour les primaires
(Caroline Sallé, Le Figaro, vendredi 11 septembre)
[Alors que parmi les propositions formulées ce jeudi
par le CSA pour changer les règles du jeu médiatique
lors des campagnes électorales figure celle de mieux
encadrer les primaires en demandant d'une part une
stricte égalité du temps de parole entre les concurrents
d'un même parti mais également entre les camps
opposés.]
[…] Hervé Béroud, le directeur de la rédaction de BFM
TV, émet cependant quelques réserves concernant le sujet
des primaires. « Demander durant la période des
primaires de respecter l'équilibre habituel entre les partis
me paraît compliqué. On peut rééquilibrer ensuite à
condition de nous donner plus de temps que la seule
durée des primaires », estime-t-il. […]
Radio : pourquoi les revues de presse marchent-elles toujours aussi bien ?
(Edouard Laugier, Le nouvel Economiste, vendredi 11 septembre)
[…] Héritage du « journal parlé », programmé dans les
années vingt, la revue de presse fait mieux que résister à
l'heure du tout numérique et de l'information en temps réel.
Chaque matin, elle anime le quotidien de plusieurs millions
de Français. RTL, France Inter et Europe 1 diffusent les
revues les plus écoutées, entre 1,8 et 1,4 million
d'auditeurs chacune. Adeline François, Natacha Polony et
Hélène Jouan débarquée sur Inter cette saison dressent un
panorama de la presse écrite. En 5 ou 6 minutes, leur
« papier » revient sur le traitement de l'actualité du jour, en
particulier dans les grands quotidiens nationaux. « Une
revue de presse est une juxtaposition de point de vue et
d'opinions différentes sur un événement donné », résume
Frédéric Couteau, le doyen du genre avec 10 ans
d'antenne sur RFI. Voilà pour le principe général. Dans les
faits, il y a autant de revues de presse que de journalistes.
L'exercice est à la fois très solitaire et très subjectif. […]
Diffusée au cœur du prime time des médias du matin entre
8h20 et 8h40, la revue de presse est un programme
stratégique pour les radios. Elle arrive au même moment
sur les trois radios généralistes, – RTL, France Inter et
Europe 1. Au-delà de la bataille de l'audimat, pourquoi
cette exposition de l'écrit sur les ondes ? Noblesse oblige,
les journaux demeurent le média de la réflexion
journalistique. Même en radio. « La presse écrite reste une
référence en matière d'information. D'abord, elle donne le
« La » de l'agenda en particulier politique, ensuite elle
garde une capacité unique à approfondir des sujets et à
produire des contenus de temps long », explique Laurent
Guimier, le directeur de France Info. La revue de presse
sert aussi à faire émerger d'autres actualités et une
hiérarchisation de l'information différente. Pour Nicolas
Escoulan, le directeur de la rédaction d'Europe 1,
« chaque station a ses journaux et ses enquêtes pour
rapporter l'actualité. Mais on ne peut pas être partout,
explique-t-il. Elle est une fenêtre sur les informations que
nous ne traitons pas, sur les débats que nous ne pouvons
pas forcément réaliser ».
Canal+ : Anne Hommel, communicante de crise pour Maïtena Biraben et le Grand journal
(Cyril Lacarrière, l'Opinion, vendredi 11 septembre)
Anne « est balaise », « c'est de la bombe ». Maïtena
Biraben ne s'embarrasse pas de détours – ce n'est pas le
style de la maison – lorsqu'elle évoque celle qui
l'accompagne depuis quelques semaines. Ni la nouvelle
présentatrice du Grand journal, ni sa conseillère en image
et communication n'envisageaient de rendre publique leur
collaboration. Mais il n'était pas non plus question de se
cacher. Oui, Anne Hommel a bien officiellement intégré
l'équipe de l'animatrice. Une association qui n'avait
pourtant rien d'évident, tant il est plus habituel de voir
Anne Hommel dans la communication politique ou de crise
(DSK ou Cahuzac en pleine tempête, Charlie Hebdo après
les attentats…). De son côté, celle qui jusqu'en juin dernier
présentait Le supplément ne semblait pas (encore) entrer
dans la catégorie des stars « control freak ». Mais le razde-marée bolloro-estival a tout changé. Maïtena
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Lundi 14 septembre 2015
21/21
Biraben n'a pas seulement succédé à Antoine de
Caunes. Elle a été imposée par le grand patron et premier
actionnaire de Vivendi, donc de Canal+ : Vincent Bolloré.
Le tout accompagné d'un gigantesque coup de balai qui
laisse les équipes du groupe encore sonnées. En acceptant
de prendre le siège que son patron lui offrait sur un
plateau, Maïtena Biraben a pris le risque de devenir la
cible de critiques voire de vengeances. Bien s'entourer
était alors devenu une impérieuse obligation et l'arrivée
d'Anne Hommel ne doit rien au hasard. […] L'association
Revue de presse
étonne malgré tout. Parce qu'Anne Hommel ne fait pas
partie des habituées des coulisses des plateaux de
télévision. Si elle dit avoir d'autres clients dans le PAF, dont
elle se garde évidemment de révéler le nom, ce n'est pas
la spécialité des sociétés, Majorelle PR & Events. « C'est
une question d'affinités », tente d'expliquer un expert du
conseil en image, dont les clients occupent toutes les
grandes chaînes. « Face aux gros enjeux qui l'attendent et
à la soudaineté de la décision, Maïtena Biraben avait
besoin d'être absolument protégée. » […]
Canal+ : Jean-Michel Aphatie commente le nouveau Grand journal et la méthode Bolloré
(Jean-Michel Aphatie, interrogé par Rania Hoballah, metronews.fr, jeudi 10 septembre)
[Alors que l'ancien chroniqueur du Grand journal,
anime désormais Europe Midi sur Europe 1.]
Q : Que pensez-vous de la nouvelle formule du Grand
journal avec Maïtena Biraben ?
Jean-Michel Aphatie : Je trouve que Maïtena est à la
hauteur de ce qu'on connaît d'elle. Elle a vraiment de la
présence. Après, je trouve que le plateau est un peu
faible. Il manque dans l'équipe des chroniqueurs
quelqu'un de vraiment fort et sérieux pour l'épauler.
Q : Que pensez-vous des méthodes de management de
Vincent Bolloré qui a fait le grand ménage à Canal+ ?
JMA : Un patron qui veut s'occuper de sa propriété,
c'est légitime. Après, je suis étonné de la déstabilisation
en chaîne qu'il provoque. Peut-être qu'il a raison, mais
ça, ce seront les audiences qui le diront. Modifier Le
grand journal, je peux le comprendre mais tout changer
en même temps, c'est curieux. Je ne sais pas si ses choix
découlent d'une volonté d'imposer quelque chose ou
d'une véritable politique éditoriale.
Bolloré / iTELE : la Une assassine de Marianne, étrangement absente de la revue de presse
(puremedias.com, vendredi 11 septembre)
[Alors que, contrairement à son habitude, Olivier Galzi
n'a pas présenté hier la Une de Marianne qui titrait :
« Bolloré : un nouveau serial killer sur Canal+ ? » lors de
sa revue de presse sur iTELE.]
[…] Joint par puremedias.com, Joseph Macé-Scaron
[patron de la rédaction de Marianne] tient à normaliser
cette absence. « Vous ne devez pas regarder
régulièrement l'émission du jeudi. Ça arrive souvent que la
Une de Marianne ne soit pas citée », nous a-t-il expliqué.
Le journaliste a souligné que des contraintes techniques ne
permettaient pas, parfois, de fournir en temps voulu la Une
de Marianne sans pour autant préciser pourquoi celle de
cette semaine n'avait pas été montrée à l'antenne. Quant à
savoir s'il s'était plaint de cette absence en tant que patron
de l'hebdomadaire, Joseph Macé-Scaron est resté évasif,
se retranchant derrière un « c'est arrivé par le passé ».
Problème, après être remonté jusqu'au jeudi 8 janvier,
puremedias.com a constaté que la Une de Marianne était
systématiquement présentée chaque semaine dans la revue
de presse du jeudi soir d'Olivier Galzi (sauf à trois reprises
où il n'y a pas eu de revue de presse pour cause d'édition
spéciale). Concernant les contraintes techniques évoquées
par le polémiste, il convient aussi de préciser que la Une
de Marianne était visible hier dès 15h05 sur le compte
Twitter officiel de l'hebdomadaire. […]
Europe 1 : Estelle Denis, joker d'Hanouna dans les Pieds dans le plat
(Le Parisien, vendredi 11 septembre)
Estelle Denis, nouvelle recrue de la bande radiophonique
de Cyril Hanouna sur Europe 1, remplacera le chef de
bande le mercredi 23 septembre dans Les pieds dans le
plat sur Europe 1 de 16h à 18h30.
_________________________________________________ Agenda
Agenda médias : événements d'aujourd'hui et de demain
Aujourd'hui
10:00
15:00
17:15
Demain à vendredi
Demain
13:00
CSA, audition des dirigeants du groupe TF1 pour la demande de passage en gratuit de LCI.
CSA, audition des dirigeants de M6 pour la demande de passage en gratuit de Paris Première.
CSA, audition des dirigeants de Canal+ pour la demande de passage en gratuit de Planète+.
Cartoon Forum à Toulouse.
Association des journalistes médias, déjeuner autour de Nicolas Coppermann (Endemol).
Contact : [email protected]
_____________________________________________________________________________________________________________
Satellifax – Hôtel de Retz, 9 rue Charlot 75003 Paris – Tél. : 01 44 78 04 78 – Fax : 01 42 78 70 36
[email protected] – www.satellifax.com – 20e année de publication. Reproduction interdite © 2015 Fréquences
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement