Transfert de compétence médecin - IADE le point en 2013

Transfert de compétence médecin - IADE le point en 2013
Transfert de compétence
médecin - IADE
le point en 2013, que dit la loi ?
1
XXÈ JOURNÉES LILLOISES
D’ANESTHÉSIE RÉANIMATION
ET DE
MÉDECINE D’URGENCE
Paul BARINCOU
A l’origine du dispositif
2
Deux rapports (2002 et 2003) du professeur Berland :
 la démographie des professionnels de santé
 les transferts de compétences
Phase expérimentale :
 loi n°2004-806 du 9 août 2004
 expérimentations
•
•
•
•
•
•
traitement de l’insuffisance rénale chronique par hémodialyse
suivi des patients traités pour hépatite chronique C
radiothérapie
ophtalmologie
suivi des patients diabétiques
(…/…)
Les textes applicables
3
 Articles L. 4011-1 à L. 4011-3 du code de la santé publique
 Arrêté du 31 décembre 2009 relatif à la procédure applicable aux
protocoles de coopération entre professionnels de santé
 Arrêté du 28 mars 2012 modifiant l’arrêté du 31 décembre 2009
 Instruction DGOS du 9 mai 2012 relative à la publication de l’arrêté du
28 mars 2012
Les textes applicables
4
 Arrêté du 21 juillet 2010 relatif au suivi de la mise en œuvre d’un
protocole de coopération entre professionnels de santé et à la décision
d’y mettre fin
 Décret 1204 du 11 octobre 2010 relatif aux modalités d’intégration des
protocoles de coopération dans le développement professionnel continu
et la formation initiale des professionnels de santé
Et en outre …
5
 Guide méthodologique
http://www.sante-sports.gouv.fr/la-cooperations-entre-les-professionnels-de-sante.html
 Grille de protocole
http://www.sante-sports.gouv.fr/la-coopéerations-entre-les-professionnels-de-sante.html
 Dossier sur le site du ministère avec une FAQ
http://www.sante-sports.gouv.fr/la-cooperations-entre-les-professionnels-de-sante.html
Article 51 loi HPST : L. 4011-1 CSP
6
Article L. 4011-1 du code de la santé publique :
« Par dérogation aux articles L. 1132-1, L. 4111-1, L. 4161-1, L. 4161-3, L.
4161-5, L. 4221-1, L. 4311-1, L. 4321-1, L. 4322-1, L. 4331-1, L. 4332-1, L.
4341-1, L. 4342-1, L. 4351-1, L. 4361-1, L. 4362-1, L. 4364-1 et L. 4371-1,
les professionnels de santé peuvent s'engager, à leur initiative, dans une
démarche de coopération ayant pour objet d'opérer entre eux des
transferts d'activités ou d'actes de soins ou de réorganiser leurs modes
d'intervention auprès du patient. Ils interviennent dans les limites de
leurs connaissances et de leur expérience ainsi que dans le cadre des
protocoles définis aux articles L. 4011-2 et L. 4011-3.
Le patient est informé, par les professionnels de santé, de cet
engagement dans un protocole impliquant d'autres professionnels de
santé dans une démarche de coopération interdisciplinaire impliquant
des transferts d'activités ou d'actes de soins ou de réorganisation de
leurs modes d'intervention auprès de lui. »
Article 51 loi HPST : L. 4011-2 CSP
7
Article L. 4011-2 du code de la santé publique :
« Les professionnels de santé soumettent à l'agence régionale de santé des
protocoles de coopération. L'agence vérifie que les protocoles répondent à un
besoin de santé constaté au niveau régional puis les soumettent à la Haute
Autorité de santé.
Ces protocoles précisent l'objet et la nature de la coopération, notamment les
disciplines ou les pathologies, le lieu et le champ d'intervention des
professionnels de santé concernés.
Le directeur général de l'agence régionale de santé autorise la mise en
œuvre de ces protocoles par arrêté pris après avis conforme de la Haute
Autorité de santé.
La Haute Autorité de santé peut étendre un protocole de coopération à tout
le territoire national. Dans ce cas, le directeur général de l'agence régionale
de santé autorise la mise en œuvre de ces protocoles par arrêté. Il informe la
Haute Autorité de santé de sa décision.
Les protocoles de coopération étendus sont intégrés à la formation initiale
ou au développement professionnel continu des professionnels de santé selon
des modalités définies par voie réglementaire. »
Article 51 loi HPST : L. 4011-3 CSP
8
Article L. 4011-3 du code de la santé publique :
« Les professionnels de santé qui s'engagent mutuellement à appliquer ces
protocoles sont tenus de faire enregistrer, sans frais, leur demande
d'adhésion auprès de l'agence régionale de santé.
L'agence vérifie, dans des conditions fixées par arrêté du ministre chargé de
la santé, que la volonté de l'ensemble des parties prenantes de coopérer est
avérée, que le demandeur dispose d'une garantie assurantielle portant sur le
champ défini par le protocole et qu'il a fourni la preuve de son expérience
dans le domaine considéré et de sa formation. L'enregistrement de la
demande vaut autorisation.
Les professionnels s'engagent à procéder, pendant une durée de douze mois,
au suivi de la mise en œuvre du protocole selon des modalités fixées par
arrêté du ministre chargé de la santé et à transmettre les informations
relatives à ce suivi à l'agence régionale de santé et à la Haute Autorité de
santé.
L'agence régionale de santé peut décider de mettre fin à l'application d'un
protocole, pour des motifs et selon des modalités définies par arrêté. Elle en
informe les professionnels de santé concernés et la Haute Autorité de
santé. »
Principe général
9
En réponse à des besoins de santé et à l’initiative des professionnels,
favoriser :
 les transferts d’activité
 les transferts d’actes de soins
 de nouvelles organisations des soins et de prise en charge
Dérogation aux conditions légales d’exercice de professions strictement
réglementées
Cf. exercice illégal de la médecine
Sous réserve de :
 l’inscription dans un protocole
 de l’information du patient
Exercice illégal de la médecine
10
Article L4161-1 CSP :
« Exerce illégalement la médecine :
1° Toute personne qui prend part habituellement ou par direction suivie,
même en présence d'un médecin, à l'établissement d'un diagnostic ou au
traitement de maladies, congénitales ou acquises, réelles ou supposées,
par actes personnels, consultations verbales ou écrites ou par tous
autres procédés quels qu'ils soient, ou pratique l'un des actes
professionnels prévus dans une nomenclature fixée par arrêté du
ministre chargé de la santé pris après avis de l'Académie nationale de
médecine, sans être titulaire d'un diplôme, certificat ou autre titre
mentionné à l'article L. 4131-1 et exigé pour l'exercice de la profession de
médecin
(…/…) »
Professionnels concernés
11
Limitativement énumérés par l’article L. 4011-1 du CSP :
Aide-soignant
Médecin
Audioprothésiste
Opticien lunetier
Auxiliaire de puériculture
Orthophoniste
Chirurgien-dentiste
Orthoptiste
Conseiller en génétique
Prothésistes et orthésistes
Diététicien
Pédicure-podologue
Ergothérapeute
Pharmacien et préparateurs
Infirmier (IDE, IADE, IBODE)
Psychomotricien
Manipulateur d’électroradiologie
médicale
Sage-femme
Masseur-kinésithérapeute
Liste limitative !
12
PROCÉDURE
L’initiative des professionnels
13
 Les professionnels de santé adressent une lettre d'intention au DG de
l’ARS précisant l’objet et la nature de la coopération envisagée
 Ils soumettent ensuite un protocole de coopération à l‘ARS
Cf. modèle type de protocole élaboré par la HAS
http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_978700/protocole-de-cooperation-entreprofessionnels-de-sante-mode-d-emploi
Adhésion à un protocole déjà autorisé
14
Les professionnels de santé peuvent demander à adhérer à un protocole
déjà autorisé en adressant au DG de l’ARS :
 Une déclaration exprimant leur volonté mutuelle d'appliquer le
protocole
(Cf. Modèle type)
 Une attestation d'assurance de responsabilité civile couvrant les
activités décrites dans le protocole
 Tous documents attestant de l'expérience et de la formation permettant
la réalisation des activités, des actes de soins ou des modes
d'intervention définis par le protocole
 L’accord de l’employeur si le professionnel est salarié (et information
obligatoire des instances de l'établissement : CTE, CSIRMT, CTE …)
Le rôle pivot de l’ARS
15
 S’assure de la recevabilité du protocole



Répond à des besoins de santé régionaux
Concerne des professionnels de santé
Comporte des actes professionnels dérogatoires au CSP
 Transmet les protocoles à


la HAS pour expertise et avis
l’union régionale et l’union nationale des professions de santé
 Autorise par arrêté la mise en œuvre des protocoles sur avis conforme
de l’HAS (dans les deux mois de la transmission à la HAS)
 Assure le suivi du dispositif
Le rôle de l’ARS
16
 En cas de demande d’adhésion à un protocole déjà autorisé, l’ARS
vérifie que le demandeur :


dispose d'une garantie assurantielle portant sur le champ défini par le
protocole
a fourni la preuve de son expérience dans le domaine considéré et de sa
formation.
L'enregistrement de la demande vaut autorisation.
La caution scientifique de l’HAS
17
 Analyse, et évalue le contenu des protocole (qualité, sécurité, respect
des bonnes pratiques)
 Peut entendre les professionnels de santé ou demander des précisions
écrites
 Rend un avis, éventuellement assorti de réserves



efficacité clinique de la prise en charge des patients
sécurité de la prise en charge des patients
égalité d’accès à une prise en charge des patients
 Analyse les indicateurs de suivi
Le dispositif
Adhésions
Recevabilité
Besoin
de santé
publique
Protocole
Professionnels
de santé
ARS
Accompagnement technique
HAS
Expertise
18
Arrêté
autorisation
19
MISE EN ŒUVRE
ET
SUIVI DU PROTOCOLE
Information du patient
20
Selon la HAS, l’information doit être délivrée de telle sorte que le patient
puisse librement exercer son consentement, après un temps de réflexion.
Le patient (et les titulaires de l’autorité parentale ou le tuteur) doivent :
 Être informé qu’il s’agit d’une prise en charge dérogatoire
 Être informé des objectifs de ce protocole
 Connaître la profession du soignant qui le prend en charge
 Connaître la nature des actes dérogatoires réalisés par ce soignant
 Être informé précisément des rôles de chacun dans la nouvelle
organisation
 Être informé de la prise en charge qui leur sera proposé en cas de refus
 Donner leur consentement à la prise en charge dans le cadre du
protocole (oralement ou par écrit)
Suivi par les professionnels et l’ARS
21
Arrêté du 21 juillet 2010
 Les professionnels de santé s'engagent à effectuer un suivi de la mise en
œuvre du protocole à partir des indicateurs y figurant
 Durant les 12 premiers mois, le résultat de ces indicateurs de suivi est
transmis à l’ARS et à la HAS (selon la périodicité prévue)
 Tous les professionnels ayant adhéré doivent signaler à l’ARS « les
difficultés d'application rencontrées » notamment lorsque


les indicateurs validés par la HAS dépassent leur seuil d'alerte
surviennent des événements indésirables.
 Les ordres et les organisations professionnelles peuvent transmettre à
l’ARS des éléments sur les difficultés d'application d'un protocole
 L’ARS peut demander des détails et procéder à une une enquête
Bilan et évaluation
22
Le DG de l’ARS établit un bilan annuel du suivi des protocoles de la région
pour
 la HAS
 Le ministre de la santé
 l'instance régionale ou interrégionale de l'ordre,
 l'union régionale des professions de santé concernées
 l'employeur des professionnel salariés,
 Les organisations syndicales représentatives et les organisations
professionnelles siégeant au Haut Conseil des professions paramédicales
La HAS rédige un bilan de son activité relative aux protocoles de
coopération qui comprend notamment une synthèse des difficultés
rencontrées dans l'application des protocoles autorisés
23
SORTIE D’UN
PROTOCOLE
Décision du professionnel
24
 Tout professionnel peut demander son retrait d'un protocole de
coopération
 LRAR 3 mois avant la date effective du retrait


au DG de l’ARS
aux autres professionnels de santé qui avaient exprimé leur volonté mutuelle
d'adhérer avec lui au protocole de coopération
 L’ARS informe les ordres concernés et l'union régionale des professions
de santé des retraits d'adhésion.
 Le DG de l’ARS peut décider de mettre fin au protocole


à défaut d'adhésion d'un nouveau professionnel
ou s'il estime que l'application de ce protocole est compromise du fait du
retrait
Arrêt du protocole par l’ARS
25
L’ARS peut mettre fin à un protocole si :
1. le besoin de santé constaté lors de l'autorisation n'est plus avéré
2. les résultats constatés au regard des objectifs du protocole, de la
qualité et la sécurité de la prise en charge du patient et des soins, de
l'impact organisationnel et de l'impact économique ne sont pas
concluants
3. la HAS émet un avis en ce sens
L’ARS peut décider de mettre fin à une adhésion à un protocole autorisé si
1. des difficultés apparaissent dans la mise en œuvre du protocole
2. le professionnel ne respecte pas le protocole ou les conditions
d'adhésion
DG de l’ARS informe auparavant les professionnels concernés et les invite
à présenter, par écrit, leurs observations
26
EXTENSION D’UN
PROTOCOLE
Extension d’un protocole
27
 Les protocoles de coopération entre professionnels de santé sont définis
comme un « dispositif intermédiaire destiné à susciter des initiatives »
 La HAS peut de généraliser l’application de protocoles en les étendant à
tout le territoire national.
 Les protocoles étendus sont intégrés au développement professionnel
continu puis déclinés en programme de formation


Au niveau national, l'objet du protocole étendu est pris en compte dans les orientations du
développement professionnel continu arrêtées par le ministre de la santé
Au niveau régional, les orientations en matière de développement professionnel continu
fixées par l‘ARS prennent en compte l'objet du protocole de coopération étendu
 Les employeurs doivent inscrire les protocoles de coopération étendus
dans le plan de développement professionnel continu des
professionnels de santé qui mettent en œuvre ces protocole
La fin du protocole étendu
28
 L’intégration d’un protocole étendu à la formation initiale des
professionnels de santé est subordonnée à la modification préalable des
dispositions du code de la santé publique définissant le champ
d’intervention des professions de santé concernés.
 Cette intégration met fin à l’application du protocole.
29
QUESTIONS
Spécificités MAR – IADE ?
30
Décret de compétence infirmier :
 R.4311-4 : Actes relevant du rôle propre de l’IDE
 R. 4311-7 : Actes accomplis en application d’une prescription
médicale ou d’un protocole
 R. 4311-9 : Actes accomplis sur prescription médicale et à condition
qu’un médecin puisse intervenir à tout moment
 R. 4311-12 : Actes IADE


Présence d’un MAR à proximité
Examen clinique préalable et protocole écrit
31
Article R4311-12 : « L'infirmier ou l'infirmière, anesthésiste diplômé d'Etat, est
seul habilité, à condition qu'un médecin anesthésiste-réanimateur puisse
intervenir à tout moment, et après qu'un médecin anesthésiste-réanimateur a
examiné le patient et établi le protocole, à appliquer les techniques suivantes :
 1° Anesthésie générale ;
 2° Anesthésie loco-régionale et réinjections dans le cas où un dispositif a été
mis en place par un médecin anesthésiste-réanimateur ;
 3° Réanimation peropératoire.
Il accomplit les soins et peut, à l'initiative exclusive du médecin anesthésisteréanimateur, réaliser les gestes techniques qui concourent à l'application du
protocole.
En salle de surveillance post-interventionnelle, il assure les actes relevant des
techniques d'anesthésie citées aux 1°, 2° et 3° et est habilité à la prise en charge de
la douleur postopératoire relevant des mêmes techniques. (…) »
Responsabilités ?
32
Rappels :
 Principe : responsabilité civile de l’établissement
 Exception : responsabilités individuelles cumulatives en cas de faute
pénale personnelle
 Renforcement de l’obligation de respecter les règles habituelles de
compétence ou, en cas de nécessité, d’établir un protocole
 Le dispositif prévoit un transfert de compétence et non pas une délégation
 Un protocole définit l’organisation des soins dont la responsabilité incombe
à l’établissement
 L’un des objectifs poursuivis parait être la mise en conformité des pratiques
et des règles de compétence
Transfert de compétence
médecin - IADE
le point en 2013, que dit la loi ?
33
JE VOUS REMERCIE
Paul BARINCOU
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement