le magazine

le magazine
le magazine
Professionnels de l’intérim, services et métiers de l’emploi — n° 10 - 1er trimestre 2009
Les agences d’emploi vues par Laurent Wauquiez // p. 12
PRISME-Pôle emploi, un partenariat au service de l’emploi // p. 14
Esmae
une école faite par et pour
les professionnels de l’emploi
le magazine
P r ofession nels de l’i nt ér i m, ser v ices et mét ier s de l’emploi – n° 10 - 1er trimestre 2009
L’action du PRISME pour les jeunes
‘‘Ce nouveau contrat,
L’Esmae : le nouveau nom de notre école
pour les permanents de nos agences
Après le changement d’appellation d’agences d’intérim en agences d’emploi qui retranscrit l’élargissement des prestations proposées par notre profession, nous nous sommes
interrogés sur le changement de nom de notre école, l’Enactt, qui forme les futurs
salariés permanents de nos agences (cf. dossier page 6).
Nous avons opté pour Esmae, école supérieure des métiers des agences d’emploi.
Son objectif : proposer des cycles complets de formation continue qui répondent aux
besoins de nos agences. Il était en effet important que notre école puisse former les
futurs salariés à tous les métiers des agences d’emploi.
Arnaud de la Tour,
Président du PRISME
qui serait ainsi
totalement financé
par la profession,
permettrait d’aider
12 000 jeunes en 2009
et 2010.
‘‘
Les jeunes sont particulièrement touchés par la crise, et c’est pourquoi nous avons fait
la proposition au Gouvernement de les faire bénéficier d’un nouveau contrat.
Pendant deux ans et à titre expérimental, nous nous engageons à faire bénéficier 12 000
jeunes du CIPIJ (contrat d’insertion professionnel intérim-jeunes). Ce nouveau contrat,
spécifique à notre branche, consiste exclusivement en un accompagnement du jeune
réalisé par l’agence d’emploi pendant neuf mois. Cet accompagnement comprend
plusieurs étapes : l’orientation, le placement et le suivi du jeune dans l’emploi pendant
les trois premiers mois qui suivent le début du contrat.
Le CIPIJ serait financé par l’utilisation d’une partie de la taxe d’apprentissage des
agences d’emploi, celle assise sur la masse salariale des intérimaires que nous ne
pouvons utiliser pour faire des contrats d’apprentissage intérimaire.
Ce nouveau contrat, qui serait ainsi totalement financé par la profession, permettrait
d’aider 12 000 jeunes en 2009 et 2010 à s’insérer durablement dans l’emploi.
Nos agences sont prêtes, nous n’attendons plus que le top départ !
Sommaire
p. 4-5 // Dépêches
p. 14-15 //
L’intérim et les cadres
Un observatoire des délais
de règlement dans l’intérim opérationnel
dès le premier semestre 2009
À vos agendas !
p. 16 //
Françoise Gri à l’honneur
Les propositions du PRISME
pour réformer la médecine du travail
p. 6-9 // Dossier
Une école faite par et pour les
professionnels des agences d’emploi
Passerelle
PRISME - Pôle emploi : un partenariat
au service de l’emploi
Réforme des délais de paiement :
une bouffée d’oxygène pour les agences
d’emploi
En région
Une convention pour lutter contre
les détachements transfrontaliers illicites
Une nouvelle nomination du PRISME
en région
p. 17 // Repères
p. 18 // Vient de paraître
p. 12-13 // Point de vue
Les agences d’emploi vues
par Laurent Wauquiez
Rapport mise à disposition du personnel
le magazine
P r ofession nels de l’i nt ér i m, ser v ices et mét ier s de l’emploi – n° 10 - 1er trimestre 2009
L’action du PRISME pour les jeunes
‘‘Ce nouveau contrat,
L’Esmae : le nouveau nom de notre école
pour les permanents de nos agences
Après le changement d’appellation d’agences d’intérim en agences d’emploi qui retranscrit l’élargissement des prestations proposées par notre profession, nous nous sommes
interrogés sur le changement de nom de notre école, l’Enactt, qui forme les futurs
salariés permanents de nos agences (cf. dossier page 6).
Nous avons opté pour Esmae, école supérieure des métiers des agences d’emploi.
Son objectif : proposer des cycles complets de formation continue qui répondent aux
besoins de nos agences. Il était en effet important que notre école puisse former les
futurs salariés à tous les métiers des agences d’emploi.
Arnaud de la Tour,
Président du PRISME
qui serait ainsi
totalement financé
par la profession,
permettrait d’aider
12 000 jeunes en 2009
et 2010.
‘‘
Les jeunes sont particulièrement touchés par la crise, et c’est pourquoi nous avons fait
la proposition au Gouvernement de les faire bénéficier d’un nouveau contrat.
Pendant deux ans et à titre expérimental, nous nous engageons à faire bénéficier 12 000
jeunes du CIPIJ (contrat d’insertion professionnel intérim-jeunes). Ce nouveau contrat,
spécifique à notre branche, consiste exclusivement en un accompagnement du jeune
réalisé par l’agence d’emploi pendant neuf mois. Cet accompagnement comprend
plusieurs étapes : l’orientation, le placement et le suivi du jeune dans l’emploi pendant
les trois premiers mois qui suivent le début du contrat.
Le CIPIJ serait financé par l’utilisation d’une partie de la taxe d’apprentissage des
agences d’emploi, celle assise sur la masse salariale des intérimaires que nous ne
pouvons utiliser pour faire des contrats d’apprentissage intérimaire.
Ce nouveau contrat, qui serait ainsi totalement financé par la profession, permettrait
d’aider 12 000 jeunes en 2009 et 2010 à s’insérer durablement dans l’emploi.
Nos agences sont prêtes, nous n’attendons plus que le top départ !
Sommaire
p. 4-5 // Dépêches
p. 14-15 //
L’intérim et les cadres
Un observatoire des délais
de règlement dans l’intérim opérationnel
dès le premier semestre 2009
À vos agendas !
p. 16 //
Françoise Gri à l’honneur
Les propositions du PRISME
pour réformer la médecine du travail
p. 6-9 // Dossier
Une école faite par et pour les
professionnels des agences d’emploi
Passerelle
PRISME - Pôle emploi : un partenariat
au service de l’emploi
Réforme des délais de paiement :
une bouffée d’oxygène pour les agences
d’emploi
En région
Une convention pour lutter contre
les détachements transfrontaliers illicites
Une nouvelle nomination du PRISME
en région
p. 17 // Repères
p. 18 // Vient de paraître
p. 12-13 // Point de vue
Les agences d’emploi vues
par Laurent Wauquiez
Rapport mise à disposition du personnel
Dépêches
FRANÇOISE GRI À L’HONNEUR
L’INTÉRIM ET LES CADRES
Le processus de recrutement
et les secteurs privilégiés
Le processus de recrutement d’un
intérimaire cadre ne diffère pas
fortement de l’intérim généraliste :
le service utilisateur exprime son
besoin fonctionnellement, auquel le
service des RH cherche à répondre
en mobilisant les différents outils
disponibles (agences d’emploi, cabinets de recrutement...).
L’intérim cadre nécessite généralement un processus de recru-
04
Dans le cadre de sa charte en faveur d’une réduction des délais de paiement, le PRISME met actuellement en place le suivi de ces délais pour l’activité
intérim.
Un panel d’entreprises représentatives du secteur
transmettra chaque semestre à un prestataire
externe différentes statistiques. Les données
seront agrégées par le prestataire, garantissant
une totale confidentialité, et seront adressées au
PRISME sous forme de ratios et d’indices.
L’objectif de cet observatoire : mesurer par grand
secteur client les délais de règlement dans
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
1
tement plus long avec deux à trois
entretiens.
Le tertiaire est beaucoup plus ouvert
que l’industrie à l’intérim cadre.
Le secteur des services (audits
financiers, comptabilité, cabinets
juridiques) arrive en tête, devant
l’informatique, l’énergie, l’industrie (automobile) et le bâtiment. Le
secteur du luxe est également bien
représenté.
A VOS
AGENDAS !
Globalement, la population des cadres
intérimaires semble mixte, légèrement plus jeune que la moyenne
de la population cadre (dans les 3035 ans) et plus féminine. La part des
seniors est faible, excepté dans le
management de transition.
D’une manière générale, les intérimaires cadres sont « souples »,
« curieux », ont une « ouverture
d’esprit » et présentent une capacité « à s’intégrer, à écouter, à
comprendre ».
Les cadres choisissent l’intérim
essentiellement lors de périodes de
transition et considèrent que c’est un
moyen efficace d’obtenir un CDI. Pour
autant, les notions de projet, d’urgence, de réactivité, de temps libre,
de qualité de la mission... deviennent
de réels facteurs de motivation.
l’intérim et suivre leur évolution dans le temps,
notamment afin d’évaluer concrètement les effets
de la mise en place de la loi de modernisation de
l’économie.
Le PRISME informera annuellement ses adhérents,
ainsi que les organisations professionnelles, les
associations d’acheteurs et de crédit managers
des résultats de cet observatoire.
Les premières observations, pour l’année 2008,
seront disponibles dans le courant du premier
semestre 2009.
Jean-Pierre
Raffarin,
ancien Premier
ministre, et
Françoise Gri,
présidente
de Manpower.
Le congrès de la CIETT
se tiendra cette année
au Portugal, à Lisbonne,
du 27 au 29 mai 2009.
Profils et motivations
des cadres intérimaires
UN OBSERVATOIRE DES DÉLAIS DE RÈGLEMENT
DANS L’INTÉRIM OPÉRATIONNEL
DÈS LE PREMIER SEMESTRE 2009
Françoise Gri, présidente de Manpower et membre du conseil
d’administration du PRISME, a reçu, le 29 janvier dernier, les insignes
de Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’Honneur de Jean-Pierre
Raffarin, ancien Premier ministre et sénateur de la Vienne.
La cérémonie s’est tenue au Palais du Luxembourg en présence
de chefs d’entreprise et de représentants des pouvoirs publics.
L’assemblée générale
du PRISME aura lieu
le 18 juin prochain à Paris,
au Pavillon Dauphine,
de 9 heures à 14 heures.
©DR
L’
tante et régulière pour les uns, plus
faible et ne dépassant pas la niche
pour les autres. Cette vision est fonction du poids respectif que les uns et
les autres accordent aux facteurs de
développement et aux freins, et à leur
conception de l’offre à proposer.
Si le marché est essentiellement
privé, les agences d’emploi observent
une demande émergente dans les
secteurs associatifs et institutionnels / parapublics (social, médicosocial, chambre de commerce et
d’industrie, SEM...), qui sont à la
recherche de compétences venant
du privé, notamment en matière
de conduite du changement. Selon
les agences d’emploi, le marché est
aujourd’hui majoritairement francilien, même si les problématiques
couvrent le niveau national, voire
international.
Les propositions du PRISME
pour réformer la médecine du travail
Les négociations interprofessionnelles sur la médecine du travail sont
aujourd’hui en cours et devraient s’achever au deuxième trimestre
2009. Elles font suite à une demande du ministère du Travail,
des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité de réformer
le système actuel. C’est dans ce cadre, que le PRISME a émis plusieurs
propositions afin d’améliorer le suivi médical des salariés intérimaires,
et principalement :
© Gettyimages
Observatoire du travail temporaire (OTT) a commandité une
étude, à BVA et au cabinet Geste, sur
le marché de l’intérim cadre. L’étude
met en exergue des positionnements
contrastés et des approches du marché différentes.
Les différents acteurs du marché
cadre concernés ont une vision
contrastée de son évolution : impor-
05
• Allonger la durée d’aptitude médicale du travail à 12 mois
pour les salariés intérimaires
Valable deux ans pour l’ensemble des salariés, l’aptitude médicale
est délivrée aux intérimaires par la médecine du travail pour
une période de douze mois. Cette durée est abaissée à six mois
pour les intérimaires ayant changé d’ETT. La forte mobilité des intérimaires les contraint parfois
à rencontrer la médecine du travail à plusieurs reprises au cours d’une même année. Cette situation
est d’autant plus difficile que les disponibilités se font de plus en plus rares compte tenu de la pénurie
des médecins en France.
Conséquences : la mission ne peut être pourvue. C’est le cas, notamment pour les métiers à risques
et certaines missions, pour lesquelles les clients font de la visite médicale un accès à leur entreprise.
• Éviter la multiplicité des visites d’aptitude en réactivant le système informatique de collecte
des données relatives aux aptitudes médicales des intérimaires mis en place dans les années 1990.
Supprimé dans plusieurs départements, le PRISME souhaite le redynamiser au niveau national
afin d’optimiser le suivi des intérimaires et de réduire le nombre de visites médicales.
• Donner la priorité aux visites médicales à l’embauche au sein des services de santé afin que
les médecins du travail répondent prioritairement aux demandes de rendez-vous des agences
pour leurs salariés intérimaires.
Prochain rendez-vous : les négociations paritaires du 28 avril.
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
Dépêches
FRANÇOISE GRI À L’HONNEUR
L’INTÉRIM ET LES CADRES
Le processus de recrutement
et les secteurs privilégiés
Le processus de recrutement d’un
intérimaire cadre ne diffère pas
fortement de l’intérim généraliste :
le service utilisateur exprime son
besoin fonctionnellement, auquel le
service des RH cherche à répondre
en mobilisant les différents outils
disponibles (agences d’emploi, cabinets de recrutement...).
L’intérim cadre nécessite généralement un processus de recru-
04
Dans le cadre de sa charte en faveur d’une réduction des délais de paiement, le PRISME met actuellement en place le suivi de ces délais pour l’activité
intérim.
Un panel d’entreprises représentatives du secteur
transmettra chaque semestre à un prestataire
externe différentes statistiques. Les données
seront agrégées par le prestataire, garantissant
une totale confidentialité, et seront adressées au
PRISME sous forme de ratios et d’indices.
L’objectif de cet observatoire : mesurer par grand
secteur client les délais de règlement dans
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
1
tement plus long avec deux à trois
entretiens.
Le tertiaire est beaucoup plus ouvert
que l’industrie à l’intérim cadre.
Le secteur des services (audits
financiers, comptabilité, cabinets
juridiques) arrive en tête, devant
l’informatique, l’énergie, l’industrie (automobile) et le bâtiment. Le
secteur du luxe est également bien
représenté.
A VOS
AGENDAS !
Globalement, la population des cadres
intérimaires semble mixte, légèrement plus jeune que la moyenne
de la population cadre (dans les 3035 ans) et plus féminine. La part des
seniors est faible, excepté dans le
management de transition.
D’une manière générale, les intérimaires cadres sont « souples »,
« curieux », ont une « ouverture
d’esprit » et présentent une capacité « à s’intégrer, à écouter, à
comprendre ».
Les cadres choisissent l’intérim
essentiellement lors de périodes de
transition et considèrent que c’est un
moyen efficace d’obtenir un CDI. Pour
autant, les notions de projet, d’urgence, de réactivité, de temps libre,
de qualité de la mission... deviennent
de réels facteurs de motivation.
l’intérim et suivre leur évolution dans le temps,
notamment afin d’évaluer concrètement les effets
de la mise en place de la loi de modernisation de
l’économie.
Le PRISME informera annuellement ses adhérents,
ainsi que les organisations professionnelles, les
associations d’acheteurs et de crédit managers
des résultats de cet observatoire.
Les premières observations, pour l’année 2008,
seront disponibles dans le courant du premier
semestre 2009.
Jean-Pierre
Raffarin,
ancien Premier
ministre, et
Françoise Gri,
présidente
de Manpower.
Le congrès de la CIETT
se tiendra cette année
au Portugal, à Lisbonne,
du 27 au 29 mai 2009.
Profils et motivations
des cadres intérimaires
UN OBSERVATOIRE DES DÉLAIS DE RÈGLEMENT
DANS L’INTÉRIM OPÉRATIONNEL
DÈS LE PREMIER SEMESTRE 2009
Françoise Gri, présidente de Manpower et membre du conseil
d’administration du PRISME, a reçu, le 29 janvier dernier, les insignes
de Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’Honneur de Jean-Pierre
Raffarin, ancien Premier ministre et sénateur de la Vienne.
La cérémonie s’est tenue au Palais du Luxembourg en présence
de chefs d’entreprise et de représentants des pouvoirs publics.
L’assemblée générale
du PRISME aura lieu
le 18 juin prochain à Paris,
au Pavillon Dauphine,
de 9 heures à 14 heures.
©DR
L’
tante et régulière pour les uns, plus
faible et ne dépassant pas la niche
pour les autres. Cette vision est fonction du poids respectif que les uns et
les autres accordent aux facteurs de
développement et aux freins, et à leur
conception de l’offre à proposer.
Si le marché est essentiellement
privé, les agences d’emploi observent
une demande émergente dans les
secteurs associatifs et institutionnels / parapublics (social, médicosocial, chambre de commerce et
d’industrie, SEM...), qui sont à la
recherche de compétences venant
du privé, notamment en matière
de conduite du changement. Selon
les agences d’emploi, le marché est
aujourd’hui majoritairement francilien, même si les problématiques
couvrent le niveau national, voire
international.
Les propositions du PRISME
pour réformer la médecine du travail
Les négociations interprofessionnelles sur la médecine du travail sont
aujourd’hui en cours et devraient s’achever au deuxième trimestre
2009. Elles font suite à une demande du ministère du Travail,
des Relations sociales, de la Famille et de la Solidarité de réformer
le système actuel. C’est dans ce cadre, que le PRISME a émis plusieurs
propositions afin d’améliorer le suivi médical des salariés intérimaires,
et principalement :
© Gettyimages
Observatoire du travail temporaire (OTT) a commandité une
étude, à BVA et au cabinet Geste, sur
le marché de l’intérim cadre. L’étude
met en exergue des positionnements
contrastés et des approches du marché différentes.
Les différents acteurs du marché
cadre concernés ont une vision
contrastée de son évolution : impor-
05
• Allonger la durée d’aptitude médicale du travail à 12 mois
pour les salariés intérimaires
Valable deux ans pour l’ensemble des salariés, l’aptitude médicale
est délivrée aux intérimaires par la médecine du travail pour
une période de douze mois. Cette durée est abaissée à six mois
pour les intérimaires ayant changé d’ETT. La forte mobilité des intérimaires les contraint parfois
à rencontrer la médecine du travail à plusieurs reprises au cours d’une même année. Cette situation
est d’autant plus difficile que les disponibilités se font de plus en plus rares compte tenu de la pénurie
des médecins en France.
Conséquences : la mission ne peut être pourvue. C’est le cas, notamment pour les métiers à risques
et certaines missions, pour lesquelles les clients font de la visite médicale un accès à leur entreprise.
• Éviter la multiplicité des visites d’aptitude en réactivant le système informatique de collecte
des données relatives aux aptitudes médicales des intérimaires mis en place dans les années 1990.
Supprimé dans plusieurs départements, le PRISME souhaite le redynamiser au niveau national
afin d’optimiser le suivi des intérimaires et de réduire le nombre de visites médicales.
• Donner la priorité aux visites médicales à l’embauche au sein des services de santé afin que
les médecins du travail répondent prioritairement aux demandes de rendez-vous des agences
pour leurs salariés intérimaires.
Prochain rendez-vous : les négociations paritaires du 28 avril.
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
DOSSIER
07
Une école faite par et pour
les professionnels des agences d’emploi
L
©Jupiter Images
D
06
eux événements forts ont marqué la vie
de l’école de la profession au cours de
ces derniers mois : l’ouverture en 2008
à Angers d’un troisième établissement1 et, en
mars 2009, l’adoption d’un nouveau nom. L’Esmae,
École supérieure des métiers des agences d’emploi,
a en effet succédé à l’Enactt, École nationale des
cadres du travail temporaire. « Cette nouvelle dénomination constitue la suite logique de l’évolution
engagée par la loi de cohésion sociale du 18 janvier 2005, souligne Jacques Caroën, président de
l’Esmae. Cette loi a élargi et diversifié le champ
de compétences de nos agences, en leur ouvrant
de nouvelles possibilités : recruter pour le compte
d’entreprises des candidats en CDI et en CDD,
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
accompagner et placer les demandeurs d’emploi. »
De fait, la contribution de la profession à l’emploi
a changé de dimension et, pour remplir ces nouvelles missions, les professionnels ont enrichi la
gamme de leurs services. Ils répondent désormais
à l’ensemble des besoins des entreprises et sont
devenus membres à part entière du service public
de l’emploi. « Pour refléter cette nouvelle réalité,
poursuit Jacques Caroën, le SETT a été rebaptisé
PRISME en juin 2006 et son organisme de formation continue, l’Ifactt est devenu Formaprisme. Puis
les agences d’ intérim ont à leur tour modifié leur
appellation pour devenir des agences d’emploi. Nos
formations, étroitement liées à la réalité du terrain,
s’adaptent pour répondre aux besoins nés de ces
nouvelles attributions. » L’Esmae va proposer ainsi
un cycle de formations aux différents métiers des
agences d’emploi.
Source d’inspiration pédagogique :
les entreprises
La réalité du terrain constitue le fil rouge des missions de l’Esmae et des moyens qu’elle se donne
pour les remplir. « Tout au long de notre démarche
pédagogique, nous sommes en relation avec les
entreprises », confirme Valérie Grignon, responsable
de l’établissement de Saint-Germain-en-Laye.
En amont, le contenu et le rythme des formations,
toutes dispensées en contrats d’apprentissage ou
de professionnalisation, sont issus des demandes
formulées par la profession. Ce sont, en effet, aux
professionnels du secteur qu’il appartient de faire
remonter les besoins du terrain en formation initiale.
Le suivi est ensuite assuré par le comité de pilotage
paritaire, mis en place dès la création de l’École.
Constitué de représentants du PRISME, des trois
CCI partenaires, Lyon, Versailles–Val-d’Oise/Yvelines
et Maine-et-Loire, il se réunit une fois par semestre
pour veiller à la pertinence des cursus, à l’harmonisation des formations dispensées par les trois établissements de l’Esmae et à celle de l’ensemble du
dispositif de formation : l’Esmae pour la formation
initiale, Formaprisme pour la formation continue. Le
responsable de chaque école entretient pour sa part
des relations constantes avec les entreprises dans le
cadre de la recherche de stages pour ses élèves. Ces
derniers sont bien sûr invités à chercher activement
de leur côté mais, dans 80 % des cas, le stage leur est
procuré par l’école. Ce point constitue d’ailleurs pour
l’Esmae un atout concurrentiel fort. « Nous assurons
aussi le suivi de nos élèves durant leurs stages en
entreprise, à travers des points réguliers avec chaque maître d’apprentissage, précise Valérie Grignon.
Connaissances de l’élève, capacité d’adaptation et
d’insertion dans l’équipe, savoir être avec les autres :
tous ces aspects sont passés en revue. »
Une méthode plébiscitée par les élèves
Vue du côté des élèves, l’alternance qui rythme
toutes les formations proposées par l’Esmae est
très appréciée. « J’ai trouvé l’alternance très formatrice, témoigne Loïc Baudry, promotion 2004-2005
de l’établissement de Saint-Germain-en-Laye. Elle
vous apprend à suivre vos dossiers efficacement.
Reprendre le fil des actions engagées lorsque vous
retournez en agence et se rappeler où vous en
étiez de vos cours quand vous revenez à l’ école,
vous habitue à la polyvalence et vous oblige à vous
réadapter très rapidement. Quant à la formation
théorique, dispensée par des professionnels de
l’entreprise ou de Formaprisme, elle donne une
vision du terrain très réaliste. Chacun d’eux nous
fait partager son expérience, issue de parcours
et d’enseignes différents. Nous découvrons ainsi
les méthodes des uns et des autres et, peu à peu,
nous prenons conscience de la diversité de ce
secteur. Au final, j’ai acquis en un an la formation
opérationnelle dont j’avais besoin pour enrichir un
cursus purement théorique. »
Les équipes pédagogiques en charge de la formation théorique sont en effet composées uniquement de consultants ex ternes, tous praticiens de
leur discipline et issus pour la plupart des métiers
de l’emploi, tout comme les membres des différents jurys d’examens. Cette proximité avec les
entreprises se révèle d’ailleurs pour l’Esmae un
vecteur de notoriété indiscutable. « J’étais en stage
dans le cadre de ma seconde année de DUT gestion, raconte Julie Lafont, promotion 2007-2008
de l’établissement d’Angers. Dans une agence
d’emploi justement, pour y découvrir les aspects
ressources humaines. J’envisageais de poursuivre
mes études, mais je souhaitais surtout acquérir
une formation pratique. Des salariés de l’agence
©DR
’Enactt devient l’Esmae et se positionne comme la seule école formant spécifiquement
aux métiers des salariés permanents des agences d’emploi, en proposant des cycles
qui font la part belle à la pratique en entreprise. Son nouveau nom réaffirme sa vocation
et sa proximité avec le terrain. Retour sur le contexte dans lequel s’inscrit ce changement
et sur les éléments qui fondent la singularité de l’École.
Valérie Grignon,
responsable
de l’Esmae SaintGermain-en-Laye.
Points de repère
◗ 1990
◗ 2008
Naissance à Lyon de l’Enactt.
L’École compte un seul
site d’enseignement. Avec
l’ouverture d’un établissement à
Saint-Germain-en-Laye, l’Enactt
s’implante en région parisienne.
Pour répondre aux besoins
exprimés par la profession,
un troisième établissement
est ouvert à Angers.
◗ 2005
Mise en place dans les deux
établissements du dispositif VAE.
◗ 2009
L’Enactt est rebaptisée Esmae,
un nom conforme à sa vocation :
former aux différents métiers
des agences d’emploi.
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
DOSSIER
07
Une école faite par et pour
les professionnels des agences d’emploi
L
©Jupiter Images
D
06
eux événements forts ont marqué la vie
de l’école de la profession au cours de
ces derniers mois : l’ouverture en 2008
à Angers d’un troisième établissement1 et, en
mars 2009, l’adoption d’un nouveau nom. L’Esmae,
École supérieure des métiers des agences d’emploi,
a en effet succédé à l’Enactt, École nationale des
cadres du travail temporaire. « Cette nouvelle dénomination constitue la suite logique de l’évolution
engagée par la loi de cohésion sociale du 18 janvier 2005, souligne Jacques Caroën, président de
l’Esmae. Cette loi a élargi et diversifié le champ
de compétences de nos agences, en leur ouvrant
de nouvelles possibilités : recruter pour le compte
d’entreprises des candidats en CDI et en CDD,
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
accompagner et placer les demandeurs d’emploi. »
De fait, la contribution de la profession à l’emploi
a changé de dimension et, pour remplir ces nouvelles missions, les professionnels ont enrichi la
gamme de leurs services. Ils répondent désormais
à l’ensemble des besoins des entreprises et sont
devenus membres à part entière du service public
de l’emploi. « Pour refléter cette nouvelle réalité,
poursuit Jacques Caroën, le SETT a été rebaptisé
PRISME en juin 2006 et son organisme de formation continue, l’Ifactt est devenu Formaprisme. Puis
les agences d’ intérim ont à leur tour modifié leur
appellation pour devenir des agences d’emploi. Nos
formations, étroitement liées à la réalité du terrain,
s’adaptent pour répondre aux besoins nés de ces
nouvelles attributions. » L’Esmae va proposer ainsi
un cycle de formations aux différents métiers des
agences d’emploi.
Source d’inspiration pédagogique :
les entreprises
La réalité du terrain constitue le fil rouge des missions de l’Esmae et des moyens qu’elle se donne
pour les remplir. « Tout au long de notre démarche
pédagogique, nous sommes en relation avec les
entreprises », confirme Valérie Grignon, responsable
de l’établissement de Saint-Germain-en-Laye.
En amont, le contenu et le rythme des formations,
toutes dispensées en contrats d’apprentissage ou
de professionnalisation, sont issus des demandes
formulées par la profession. Ce sont, en effet, aux
professionnels du secteur qu’il appartient de faire
remonter les besoins du terrain en formation initiale.
Le suivi est ensuite assuré par le comité de pilotage
paritaire, mis en place dès la création de l’École.
Constitué de représentants du PRISME, des trois
CCI partenaires, Lyon, Versailles–Val-d’Oise/Yvelines
et Maine-et-Loire, il se réunit une fois par semestre
pour veiller à la pertinence des cursus, à l’harmonisation des formations dispensées par les trois établissements de l’Esmae et à celle de l’ensemble du
dispositif de formation : l’Esmae pour la formation
initiale, Formaprisme pour la formation continue. Le
responsable de chaque école entretient pour sa part
des relations constantes avec les entreprises dans le
cadre de la recherche de stages pour ses élèves. Ces
derniers sont bien sûr invités à chercher activement
de leur côté mais, dans 80 % des cas, le stage leur est
procuré par l’école. Ce point constitue d’ailleurs pour
l’Esmae un atout concurrentiel fort. « Nous assurons
aussi le suivi de nos élèves durant leurs stages en
entreprise, à travers des points réguliers avec chaque maître d’apprentissage, précise Valérie Grignon.
Connaissances de l’élève, capacité d’adaptation et
d’insertion dans l’équipe, savoir être avec les autres :
tous ces aspects sont passés en revue. »
Une méthode plébiscitée par les élèves
Vue du côté des élèves, l’alternance qui rythme
toutes les formations proposées par l’Esmae est
très appréciée. « J’ai trouvé l’alternance très formatrice, témoigne Loïc Baudry, promotion 2004-2005
de l’établissement de Saint-Germain-en-Laye. Elle
vous apprend à suivre vos dossiers efficacement.
Reprendre le fil des actions engagées lorsque vous
retournez en agence et se rappeler où vous en
étiez de vos cours quand vous revenez à l’ école,
vous habitue à la polyvalence et vous oblige à vous
réadapter très rapidement. Quant à la formation
théorique, dispensée par des professionnels de
l’entreprise ou de Formaprisme, elle donne une
vision du terrain très réaliste. Chacun d’eux nous
fait partager son expérience, issue de parcours
et d’enseignes différents. Nous découvrons ainsi
les méthodes des uns et des autres et, peu à peu,
nous prenons conscience de la diversité de ce
secteur. Au final, j’ai acquis en un an la formation
opérationnelle dont j’avais besoin pour enrichir un
cursus purement théorique. »
Les équipes pédagogiques en charge de la formation théorique sont en effet composées uniquement de consultants ex ternes, tous praticiens de
leur discipline et issus pour la plupart des métiers
de l’emploi, tout comme les membres des différents jurys d’examens. Cette proximité avec les
entreprises se révèle d’ailleurs pour l’Esmae un
vecteur de notoriété indiscutable. « J’étais en stage
dans le cadre de ma seconde année de DUT gestion, raconte Julie Lafont, promotion 2007-2008
de l’établissement d’Angers. Dans une agence
d’emploi justement, pour y découvrir les aspects
ressources humaines. J’envisageais de poursuivre
mes études, mais je souhaitais surtout acquérir
une formation pratique. Des salariés de l’agence
©DR
’Enactt devient l’Esmae et se positionne comme la seule école formant spécifiquement
aux métiers des salariés permanents des agences d’emploi, en proposant des cycles
qui font la part belle à la pratique en entreprise. Son nouveau nom réaffirme sa vocation
et sa proximité avec le terrain. Retour sur le contexte dans lequel s’inscrit ce changement
et sur les éléments qui fondent la singularité de l’École.
Valérie Grignon,
responsable
de l’Esmae SaintGermain-en-Laye.
Points de repère
◗ 1990
◗ 2008
Naissance à Lyon de l’Enactt.
L’École compte un seul
site d’enseignement. Avec
l’ouverture d’un établissement à
Saint-Germain-en-Laye, l’Enactt
s’implante en région parisienne.
Pour répondre aux besoins
exprimés par la profession,
un troisième établissement
est ouvert à Angers.
◗ 2005
Mise en place dans les deux
établissements du dispositif VAE.
◗ 2009
L’Enactt est rebaptisée Esmae,
un nom conforme à sa vocation :
former aux différents métiers
des agences d’emploi.
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
DOSSIER
m’ont parlé de l’Esmae. La formation proposée à
Angers et le “plus” du contrat de professionnalisation cadraient exactement avec mon projet. »
©Esmae, Lyon
Nouvelles missions,
nouveaux contenus
Anne Mouillet,
responsable
de l’Esmae Lyon.
L’élargissement des missions confiées aux agences d’emploi implique une évolution du profil des
salariés et, du même coup, impacte le contenu des
formations. Le volet juridique s’enrichit des dispositions et réglementations gouvernant CDI et CDD,
la démarche commerciale vis-à-vis des entreprises
s’adapte au nouveau champ d’intervention des agences et celle relative au recrutement évolue, afin de
pouvoir accompagner et suivre de nouveaux publics.
Les diplômés les plus récents de l’Esmae sont entrés
de plain-pied dans ce contexte, comme Julie, chargée d’affaires dans une agence d’emploi depuis
quelques mois seulement. « J’ai été embauchée
comme salariée par l’agence qui m’avait accueillie
pour ma formation en entreprise 2, et qui appartient
à la filiale “ insertion” d’une grande enseigne. Nos
interlocuteurs sont, soit des personnes en rupture de
vie professionnelle, soit des jeunes en quête d’une
première expérience, soit des étrangers. Nous faisons beaucoup d’accompagnement et la pratique
acquise au cours de mes semaines de stage est
précieuse. »
Cet enrichissement de la gamme des services
accroît la complexité du métier. Le professionnel
devient progressivement un conseiller en ressources
Une rampe de lancement
vers des parcours réussis
Entre des entreprises, qui ont investi du temps pour
la formation d’un apprenti ou d’un stagiaire, et des
jeunes diplômés motivés et opérationnels, l’adéquation serait-elle optimale ? Les cursus d’anciens
de l’Esmae semblent l’attester. Celui de Loïc par
exemple, qui affiche une progression rapide : « Une
fois mon diplôme en poche, j’ai occupé un premier
poste de commercial. L’agence appartenait à la
même enseigne que celle où j’avais effectué mon
apprentissage. Quelques mois plus tard, j’en suis
devenu responsable. Voici un an, nouveau changement, cette fois pour prendre la tête d’une structure
de huit personnes, à Reims : 400 intérimaires, une
centaine de clients. Un défi passionnant ! » Ou encore
le parcours exemplaire de Dominique Chaloyard,
promotion 1995-1996 de l’établissement de Lyon :
« Mon cursus antérieur m’avait conduit à l’expertise
comptable mais je voulais me réorienter vers le travail
temporaire. La formation de l’Enactt, très concrète
et réellement tournée vers l’emploi, m’a apporté
exactement les connaissances et la pratique nécessaires à mon projet. Elle m’a offert aussi des échanges
enrichissants, tant avec les élèves de la promotion,
dont les profils étaient variés, qu’avec nos formateurs.
J’ai d’ailleurs obtenu mon premier poste, chargé de
recrutement, grâce à l’un d’eux qui m’a informé de
la création d’une agence. Quelques mois plus tard,
j’ai pris en charge le développement de cette même
agence puis, toujours pour la même enseigne, je suis
devenu responsable de l’agence de Montpellier. Sa
zone de chalandise couvrait tout le Languedoc et
le Roussillon. Pour rapprocher le réseau du terrain,
j’ai ouvert cinq nouvelles agences et j’ai alors été
nommé directeur du secteur. L’élargissement de mes
fonctions à la région PACA a fait de moi, depuis deux
ans, le directeur de la région Sud-Est. »
Toujours à la demande de la profession, l’École
a entrepris de compléter son offre avec une formation
de commercial junior, accessible directement après
un baccalauréat, et une formation spécifique au poste
de responsable d’agence, ouverte aux Bac +3, qui
sera opérationnelle en septembre 2010. L’Esmae
couvrira ainsi les quatre grands métiers des agences
d’emploi : assistant d’agence, consultant en recrutement, commercial et responsable d’agence.
©Esmae Lyon
Centre Pierre Cointreau,
maquette des locaux
de l’Esmae Angers.
humaines, qui doit faire coïncider des attentes
multiples, ce qui implique de sa part beaucoup de
flexibilité. « Les qualités requises par les métiers des
agences d’emploi justifient les conditions d’admission à l’Esmae : Bac +2 validé pour les formations
consultant en recrutement et commercial, complété
par une sélection sur tests et entretien, explique Anne
Mouillet, responsable de l’établissement de Lyon.
Pour la même raison, l’effectif de nos promotions est
limité à quinze élèves, comme pour les formations
continues en entreprise. Nous pratiquons beaucoup
l’ interactivité et les jeux de rôle. Notre objectif est de
donner aux jeunes à la fois une boîte à outils fiable et
un mode d’emploi opérationnel. Nos formations sont
conçues pour un accès direct à un emploi. Sans doute
est-ce la raison de leur succès. » Le taux d’insertion
global des promotions, dans les six mois suivant
l’obtention du diplôme, atteint en effet 92 %. Les
8 % restants ont bien souvent choisi de poursuivre
leur cursus. Quant aux structures qui embauchent
les diplômés de l’Esmae, elles estiment en général
qu’elles gagnent plusieurs mois de formation par
rapport à des jeunes issus d’autres horizons.
L’Esmae Lyon.
(1) Voir en ci-dessous encadré « Les raisons d’un choix »
(2) 60 % environ des diplômés de l’Esmae trouvent leur premier poste
dans leur entreprise d’accueil ou, si l’effectif de celle-ci est au complet,
dans une agence de la même enseigne.
La VAE, autre voie d’accès au diplôme
La VAE, validation des acquis de l’expérience, est un dispositif permettant à des personnes possédant une expérience
professionnelle d’accéder, si elles le souhaitent, au titre homologué « attaché commercial du travail temporaire »
qui correspond à un diplôme validé Bac + 2. Seule condition à remplir : un parcours de trois ans minimum dans la vie
active, dont deux années d’expérience dans le secteur du travail temporaire.
Le dispositif se compose de quatre blocs de connaissances, pour chacun desquels le candidat doit obtenir la moyenne,
et d’un mémoire de soixante à quatre-vingts pages à soutenir devant un jury de professionnels. Le contenu des blocs
recouvre les différentes compétences mises en œuvre dans une agence : démarche commerciale, recrutement,
juridique, gestion et enfin management. Pour chacun d’eux, le candidat doit détailler les différentes phases des
processus utilisés et les justifier, en s’appuyant sur sa propre expérience.
Cette démarche de validation s’inscrit souvent dans un projet de changement professionnel. C’est le cas de Violette
Magdic qui, après plus de vingt ans de vie professionnelle, s’est engagée fin 2008 dans un processus de VAE à l’Esmae
Lyon. « J’ai une longue expérience dans le travail temporaire et je suis aujourd’hui responsable d’une agence d’emploi,
explique-t-elle. Mais depuis quelques années déjà, c’est la formation qui m’attire. En 2008, j’ai réalisé un bilan de compétences qui m’a confortée dans ce projet. J’ai alors entrepris une recherche d’emploi auprès de plusieurs organismes
de formation et là, j’ai compris que mon bac ne suffisait pas. Il fallait au minimum un BTS. La VAE s’est donc imposée
comme une évidence, pour crédibiliser ma candidature. » Mais la VAE peut aussi répondre, comme pour Cécile Le Breton,
à un challenge personnel. « Pendant plus de dix-huit ans, j’ai vécu à l’étranger. Je n’avais pas de diplôme, juste le bac,
mais ce n’était pas un problème. De retour en France, j’ai constaté à quel point les diplômes restaient déterminants
dans le monde du travail. Dès que j’ai eu l’expérience requise dans le travail temporaire, j’ai donc profité du dispositif.
Si je décide un jour d’accéder à un diplôme supérieur, je pourrai ainsi justifier du niveau exigé. »
©DR
©Esmae Angers
09
Violette Magdic,
responsable
d’une agence
d’emploi.
LES RAISONS D’UN CHOIX
© DR
Pourquoi est-ce à Angers que s’est ouvert le troisième établissement de l’Esmae ?
Explications de Jean-Luc Gautron, responsable de cette nouvelle implantation.
08
Jean-Luc Gautron,
responsable
de l’Esmae Angers.
« Cette création résulte d’une étude d’opportunité
conduite sur la région Grand Ouest. Ses conclusions
débouchaient sur un double constat : un besoin
évident de main-d’œuvre et de nouvelles attentes
de formation, liées à la récente diversification des
activités de la profession. La région Grand Ouest
comprend en effet les Pays de la Loire, qui se classent
troisième au niveau national en termes d’emplois
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
intérimaires, juste derrière l’Ile-de-France et RhôneAlpes, et quatrième au regard de la progression des
implantations d’agences. Or cette région ne comptait
aucune formation spécifique aux services et métiers
de l’emploi. La Chambre de commerce et d’industrie
du Maine-et-Loire et l’IUT d’Angers ont donc décidé,
à la demande du PRISME, de bâtir en liaison avec les
professionnels une formation dédiée. »
C’est ainsi que la formation « Chargé(e) d’affaires de
l’intérim, services et métiers de l’emploi » a vu le jour.
Ce cycle répond à la double attente de la profession :
une formation directement opérationnelle, acquise
grâce à un contrat de professionnalisation de treize
mois, et une qualification qui rehausse le niveau de
recrutement des salariés permanents. Les conditions
d’admission sont les mêmes que pour les autres
cycles de l’Esmae : Bac + 2 validé, tests de niveau
et entretien de motivation. La première promotion
a été accueillie à la rentrée 2007-2008. À la rentrée
2009-2010 doit s’y adjoindre le cycle préparant, en
contrat de professionnalisation, au métier de consultant recrutement, l’une des trois formations actuellement délivrées par les établissements de Lyon et
de Saint-Germain-en-Laye.
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
DOSSIER
m’ont parlé de l’Esmae. La formation proposée à
Angers et le “plus” du contrat de professionnalisation cadraient exactement avec mon projet. »
©Esmae, Lyon
Nouvelles missions,
nouveaux contenus
Anne Mouillet,
responsable
de l’Esmae Lyon.
L’élargissement des missions confiées aux agences d’emploi implique une évolution du profil des
salariés et, du même coup, impacte le contenu des
formations. Le volet juridique s’enrichit des dispositions et réglementations gouvernant CDI et CDD,
la démarche commerciale vis-à-vis des entreprises
s’adapte au nouveau champ d’intervention des agences et celle relative au recrutement évolue, afin de
pouvoir accompagner et suivre de nouveaux publics.
Les diplômés les plus récents de l’Esmae sont entrés
de plain-pied dans ce contexte, comme Julie, chargée d’affaires dans une agence d’emploi depuis
quelques mois seulement. « J’ai été embauchée
comme salariée par l’agence qui m’avait accueillie
pour ma formation en entreprise 2, et qui appartient
à la filiale “ insertion” d’une grande enseigne. Nos
interlocuteurs sont, soit des personnes en rupture de
vie professionnelle, soit des jeunes en quête d’une
première expérience, soit des étrangers. Nous faisons beaucoup d’accompagnement et la pratique
acquise au cours de mes semaines de stage est
précieuse. »
Cet enrichissement de la gamme des services
accroît la complexité du métier. Le professionnel
devient progressivement un conseiller en ressources
Une rampe de lancement
vers des parcours réussis
Entre des entreprises, qui ont investi du temps pour
la formation d’un apprenti ou d’un stagiaire, et des
jeunes diplômés motivés et opérationnels, l’adéquation serait-elle optimale ? Les cursus d’anciens
de l’Esmae semblent l’attester. Celui de Loïc par
exemple, qui affiche une progression rapide : « Une
fois mon diplôme en poche, j’ai occupé un premier
poste de commercial. L’agence appartenait à la
même enseigne que celle où j’avais effectué mon
apprentissage. Quelques mois plus tard, j’en suis
devenu responsable. Voici un an, nouveau changement, cette fois pour prendre la tête d’une structure
de huit personnes, à Reims : 400 intérimaires, une
centaine de clients. Un défi passionnant ! » Ou encore
le parcours exemplaire de Dominique Chaloyard,
promotion 1995-1996 de l’établissement de Lyon :
« Mon cursus antérieur m’avait conduit à l’expertise
comptable mais je voulais me réorienter vers le travail
temporaire. La formation de l’Enactt, très concrète
et réellement tournée vers l’emploi, m’a apporté
exactement les connaissances et la pratique nécessaires à mon projet. Elle m’a offert aussi des échanges
enrichissants, tant avec les élèves de la promotion,
dont les profils étaient variés, qu’avec nos formateurs.
J’ai d’ailleurs obtenu mon premier poste, chargé de
recrutement, grâce à l’un d’eux qui m’a informé de
la création d’une agence. Quelques mois plus tard,
j’ai pris en charge le développement de cette même
agence puis, toujours pour la même enseigne, je suis
devenu responsable de l’agence de Montpellier. Sa
zone de chalandise couvrait tout le Languedoc et
le Roussillon. Pour rapprocher le réseau du terrain,
j’ai ouvert cinq nouvelles agences et j’ai alors été
nommé directeur du secteur. L’élargissement de mes
fonctions à la région PACA a fait de moi, depuis deux
ans, le directeur de la région Sud-Est. »
Toujours à la demande de la profession, l’École
a entrepris de compléter son offre avec une formation
de commercial junior, accessible directement après
un baccalauréat, et une formation spécifique au poste
de responsable d’agence, ouverte aux Bac +3, qui
sera opérationnelle en septembre 2010. L’Esmae
couvrira ainsi les quatre grands métiers des agences
d’emploi : assistant d’agence, consultant en recrutement, commercial et responsable d’agence.
©Esmae Lyon
Centre Pierre Cointreau,
maquette des locaux
de l’Esmae Angers.
humaines, qui doit faire coïncider des attentes
multiples, ce qui implique de sa part beaucoup de
flexibilité. « Les qualités requises par les métiers des
agences d’emploi justifient les conditions d’admission à l’Esmae : Bac +2 validé pour les formations
consultant en recrutement et commercial, complété
par une sélection sur tests et entretien, explique Anne
Mouillet, responsable de l’établissement de Lyon.
Pour la même raison, l’effectif de nos promotions est
limité à quinze élèves, comme pour les formations
continues en entreprise. Nous pratiquons beaucoup
l’ interactivité et les jeux de rôle. Notre objectif est de
donner aux jeunes à la fois une boîte à outils fiable et
un mode d’emploi opérationnel. Nos formations sont
conçues pour un accès direct à un emploi. Sans doute
est-ce la raison de leur succès. » Le taux d’insertion
global des promotions, dans les six mois suivant
l’obtention du diplôme, atteint en effet 92 %. Les
8 % restants ont bien souvent choisi de poursuivre
leur cursus. Quant aux structures qui embauchent
les diplômés de l’Esmae, elles estiment en général
qu’elles gagnent plusieurs mois de formation par
rapport à des jeunes issus d’autres horizons.
L’Esmae Lyon.
(1) Voir en ci-dessous encadré « Les raisons d’un choix »
(2) 60 % environ des diplômés de l’Esmae trouvent leur premier poste
dans leur entreprise d’accueil ou, si l’effectif de celle-ci est au complet,
dans une agence de la même enseigne.
La VAE, autre voie d’accès au diplôme
La VAE, validation des acquis de l’expérience, est un dispositif permettant à des personnes possédant une expérience
professionnelle d’accéder, si elles le souhaitent, au titre homologué « attaché commercial du travail temporaire »
qui correspond à un diplôme validé Bac + 2. Seule condition à remplir : un parcours de trois ans minimum dans la vie
active, dont deux années d’expérience dans le secteur du travail temporaire.
Le dispositif se compose de quatre blocs de connaissances, pour chacun desquels le candidat doit obtenir la moyenne,
et d’un mémoire de soixante à quatre-vingts pages à soutenir devant un jury de professionnels. Le contenu des blocs
recouvre les différentes compétences mises en œuvre dans une agence : démarche commerciale, recrutement,
juridique, gestion et enfin management. Pour chacun d’eux, le candidat doit détailler les différentes phases des
processus utilisés et les justifier, en s’appuyant sur sa propre expérience.
Cette démarche de validation s’inscrit souvent dans un projet de changement professionnel. C’est le cas de Violette
Magdic qui, après plus de vingt ans de vie professionnelle, s’est engagée fin 2008 dans un processus de VAE à l’Esmae
Lyon. « J’ai une longue expérience dans le travail temporaire et je suis aujourd’hui responsable d’une agence d’emploi,
explique-t-elle. Mais depuis quelques années déjà, c’est la formation qui m’attire. En 2008, j’ai réalisé un bilan de compétences qui m’a confortée dans ce projet. J’ai alors entrepris une recherche d’emploi auprès de plusieurs organismes
de formation et là, j’ai compris que mon bac ne suffisait pas. Il fallait au minimum un BTS. La VAE s’est donc imposée
comme une évidence, pour crédibiliser ma candidature. » Mais la VAE peut aussi répondre, comme pour Cécile Le Breton,
à un challenge personnel. « Pendant plus de dix-huit ans, j’ai vécu à l’étranger. Je n’avais pas de diplôme, juste le bac,
mais ce n’était pas un problème. De retour en France, j’ai constaté à quel point les diplômes restaient déterminants
dans le monde du travail. Dès que j’ai eu l’expérience requise dans le travail temporaire, j’ai donc profité du dispositif.
Si je décide un jour d’accéder à un diplôme supérieur, je pourrai ainsi justifier du niveau exigé. »
©DR
©Esmae Angers
09
Violette Magdic,
responsable
d’une agence
d’emploi.
LES RAISONS D’UN CHOIX
© DR
Pourquoi est-ce à Angers que s’est ouvert le troisième établissement de l’Esmae ?
Explications de Jean-Luc Gautron, responsable de cette nouvelle implantation.
08
Jean-Luc Gautron,
responsable
de l’Esmae Angers.
« Cette création résulte d’une étude d’opportunité
conduite sur la région Grand Ouest. Ses conclusions
débouchaient sur un double constat : un besoin
évident de main-d’œuvre et de nouvelles attentes
de formation, liées à la récente diversification des
activités de la profession. La région Grand Ouest
comprend en effet les Pays de la Loire, qui se classent
troisième au niveau national en termes d’emplois
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
intérimaires, juste derrière l’Ile-de-France et RhôneAlpes, et quatrième au regard de la progression des
implantations d’agences. Or cette région ne comptait
aucune formation spécifique aux services et métiers
de l’emploi. La Chambre de commerce et d’industrie
du Maine-et-Loire et l’IUT d’Angers ont donc décidé,
à la demande du PRISME, de bâtir en liaison avec les
professionnels une formation dédiée. »
C’est ainsi que la formation « Chargé(e) d’affaires de
l’intérim, services et métiers de l’emploi » a vu le jour.
Ce cycle répond à la double attente de la profession :
une formation directement opérationnelle, acquise
grâce à un contrat de professionnalisation de treize
mois, et une qualification qui rehausse le niveau de
recrutement des salariés permanents. Les conditions
d’admission sont les mêmes que pour les autres
cycles de l’Esmae : Bac + 2 validé, tests de niveau
et entretien de motivation. La première promotion
a été accueillie à la rentrée 2007-2008. À la rentrée
2009-2010 doit s’y adjoindre le cycle préparant, en
contrat de professionnalisation, au métier de consultant recrutement, l’une des trois formations actuellement délivrées par les établissements de Lyon et
de Saint-Germain-en-Laye.
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
Point de vue
Les agences d’emploi vues
par Laurent Wauquiez,
secrétaire d’État chargé de l’emploi
13
Rapport mise à disposition
du personnel
Avec la loi de cohésion sociale, le rôle des agences d’emploi s’est accru
appel d’offres aux opérateurs privés de placement,
à hauteur de 320 000 sur deux ans dont 70 000 dès
2009. Ces appels d’offres viennent d’être publiés.
L’objectif est de réduire au maximum leurs délais
pour que les prestataires puissent accompagner
des demandeurs d’emploi dès juin. Je ne doute
pas que les agences d’emploi seront présentes
dans les réponses aux appels d’offres.
Par ailleurs, j’ajoute que je suis en contact permanent avec les dirigeants du PRISME ou des
principaux réseaux de travail temporaire, qui me
font remonter des données de terrain très utiles sur
l’état de la situation de l’emploi et les anticipations
des employeurs.
©DR
Laurent Wauquiez,
secrétaire d’État
chargé de l’emploi.
◗ Que pensez-vous du nouveau rôle
des agences d’emploi ?
12
Les agences d’emploi ont en effet maintenant une
place reconnue sur le marché du recrutement et de
l’accompagnement des demandeurs d’emploi. Je
tiens absolument à ce qu’elles puissent développer
ces missions, pour deux raisons.
D’une part, leur activité permet d’aiguillonner le service public de l’emploi et notamment Pôle emploi, en
apportant des méthodes et une culture différentes
ainsi qu’une bonne connaissance des demandeurs
d’emploi et des entreprises.
D’autre part, en cette période très difficile sur le
front de l’emploi, on a d’un côté les équipes de Pôle
emploi qui doivent faire face à une situation très
tendue, et de l’autre des agences d’emploi dont
l’activité a chuté depuis un an et qui ont des équipes
directement opérationnelles.
Nous avons donc demandé à Pôle emploi d’augmenter nettement les volumétries dévolues par
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
◗ Que pensez-vous plus particulièrement
de l’intérim par rapport aux jeunes
et à leur difficulté à acquérir une expérience
professionnelle ?
Cela fait vingt ans que les jeunes rencontrent des
difficultés structurelles d’insertion sur le marché du
travail en France, et ces difficultés sont amplifiées
par la crise actuelle. La priorité du Gouvernement
aujourd’hui, c’est de mettre les moyens sur le développement de l’alternance car c’est un véritable
passeport pour l’emploi. Mais au-delà des mesures
qui pourront être prises en la matière, il est certain que tout ce qui favorise l’insertion des jeunes
dans les entreprises et l’acquisition d’expériences
professionnelles participe largement à la politique
en faveur de l’emploi des jeunes ; c’est pour cela,
par exemple, que le Gouvernement veut inciter au
développement des stages en entreprise. C’est
pour cela également que l’intérim peut constituer
pour de nombreux jeunes une voie d’accès très
intéressante à l’expérience professionnelle et que
vos entreprises ont donc un rôle majeur à jouer en
faveur de l’emploi des jeunes.
Thomas Chaudron, PDG de Mecanalu et ancien président du centre
des jeunes dirigeants d’entreprise, a remis au ministre du Travail
en février un rapport sur les tiers employeurs.
Retour sur les principales mesures, notamment celles relatives à l’intérim.
◗ Pour quelles raisons le ministre du Travail
vous a-t-il demandé de vous intéresser
à la mise à disposition de personnel ?
Depuis quelque temps, la réflexion autour des « nouvelles formes d’emploi » se développe sous l’impulsion des mutations de la société, de l’apport des
nouvelles technologies ou de l’évolution naturelle
du marché du travail. Un premier rapport a été remis
courant 2008 au ministre sur « le travailleur économiquement dépendant ». Pour élargir le spectre, ma
mission a consisté à analyser les possibilités autour
des « tiers employeurs », c’est-à-dire les situations
où un salarié peut se retrouver avec un employeur
de droit (son employeur) et un employeur de fait
(l’entreprise utilisatrice). C’est ainsi que j’ai étudié
plus précisément les groupements d’employeurs,
le prêt de main-d’œuvre et l’intérim.
◗ Quelles sont les mesures que vous préconisez
bre de salariés et de l’autre, les entreprises souhaitent plus de souplesse.
Supprimer ce délai permettrait d’être
plus en phase avec les besoins et
les demandes actuels des uns et des
autres.
La troisième mesure est de fixer la
prime de précarité selon la durée de
la mission. L’intérim doit rester une
activité temporaire, comme son nom
l’indique. À la fin de sa mission, l’intérimaire reçoit aujourd’hui 10 % de la
totalité de son salaire. Je préconise de
passer à 15 % au-dessus de six mois
et à 20 % au-dessus de douze mois.
Les salariés intérimaires, qui réalisent
une mission de longue durée, seront
ainsi mieux indemnisés.
pour l’intérim ?
◗ Pensez-vous qu’assouplir la mise à disposition
Dans le cadre de mon rapport, je préconise trois
mesures. La première est d’augmenter le nombre
de renouvellement des missions d’intérim de une
à trois. Tout le monde sait bien comment contourner cette règle qui a été imposée par le législateur.
Celle-ci n’est plus adaptée au marché actuel, il faut
donc la faire évoluer. Cependant, nous ne devons
pas non plus laisser la possibilité aux entreprises de
renouveler les missions systématiquement. Grâce
à cette mesure, je suis persuadé que nous pouvons
clairement diviser par deux ou trois le nombre de
renouvellements pour raison fallacieuse.
La deuxième proposition est de supprimer le délai
de carence qui impose un délai avant de reprendre
un intérimaire sur le même poste. Là encore, les
entreprises ont appris à passer outre. D’un côté
l’intérim est un mode de vie pour un certain nom-
À l’heure actuelle, il y a des secteurs qui sont plus
touchés que d’autres par la crise économique.
Dans le même temps, nous avons un fort taux de
chômage et, paradoxalement, une pénurie de maind’œuvre toujours présente.
Assouplir la mise à disposition du personnel permettrait de faire face à cette situation dans un cas
de figure particulier : aujourd’hui une entreprise peut
mettre à disposition du personnel à une autre qui
évolue dans le même secteur d’activité. On pourrait
imaginer expérimenter cette mise à disposition au
sein d’un même bassin d’emploi. Cela permettrait
à l’entreprise en difficulté d’alléger sa masse salariale et à l’entreprise utilisatrice de bénéficier de
compétences supplémentaires pour l’aider dans
sa croissance.
de personnel serait favorable à l’emploi ?
©DR
sur le marché du travail. Elles peuvent désormais proposer des prestations
d’intérim, de recrutement en CDI et en CDD et d’accompagnement
des demandeurs d’emploi. Laurent Wauquiez, secrétaire d’État chargé
de l’emploi, revient sur le rôle des agences d’emploi et leur participation
à la politique en faveur de l’emploi.
Thomas Chaudron,
PDG de Mecanalu
et ancien président
du centre des jeunes
dirigeants d’entreprise.
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
Point de vue
Les agences d’emploi vues
par Laurent Wauquiez,
secrétaire d’État chargé de l’emploi
13
Rapport mise à disposition
du personnel
Avec la loi de cohésion sociale, le rôle des agences d’emploi s’est accru
appel d’offres aux opérateurs privés de placement,
à hauteur de 320 000 sur deux ans dont 70 000 dès
2009. Ces appels d’offres viennent d’être publiés.
L’objectif est de réduire au maximum leurs délais
pour que les prestataires puissent accompagner
des demandeurs d’emploi dès juin. Je ne doute
pas que les agences d’emploi seront présentes
dans les réponses aux appels d’offres.
Par ailleurs, j’ajoute que je suis en contact permanent avec les dirigeants du PRISME ou des
principaux réseaux de travail temporaire, qui me
font remonter des données de terrain très utiles sur
l’état de la situation de l’emploi et les anticipations
des employeurs.
©DR
Laurent Wauquiez,
secrétaire d’État
chargé de l’emploi.
◗ Que pensez-vous du nouveau rôle
des agences d’emploi ?
12
Les agences d’emploi ont en effet maintenant une
place reconnue sur le marché du recrutement et de
l’accompagnement des demandeurs d’emploi. Je
tiens absolument à ce qu’elles puissent développer
ces missions, pour deux raisons.
D’une part, leur activité permet d’aiguillonner le service public de l’emploi et notamment Pôle emploi, en
apportant des méthodes et une culture différentes
ainsi qu’une bonne connaissance des demandeurs
d’emploi et des entreprises.
D’autre part, en cette période très difficile sur le
front de l’emploi, on a d’un côté les équipes de Pôle
emploi qui doivent faire face à une situation très
tendue, et de l’autre des agences d’emploi dont
l’activité a chuté depuis un an et qui ont des équipes
directement opérationnelles.
Nous avons donc demandé à Pôle emploi d’augmenter nettement les volumétries dévolues par
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
◗ Que pensez-vous plus particulièrement
de l’intérim par rapport aux jeunes
et à leur difficulté à acquérir une expérience
professionnelle ?
Cela fait vingt ans que les jeunes rencontrent des
difficultés structurelles d’insertion sur le marché du
travail en France, et ces difficultés sont amplifiées
par la crise actuelle. La priorité du Gouvernement
aujourd’hui, c’est de mettre les moyens sur le développement de l’alternance car c’est un véritable
passeport pour l’emploi. Mais au-delà des mesures
qui pourront être prises en la matière, il est certain que tout ce qui favorise l’insertion des jeunes
dans les entreprises et l’acquisition d’expériences
professionnelles participe largement à la politique
en faveur de l’emploi des jeunes ; c’est pour cela,
par exemple, que le Gouvernement veut inciter au
développement des stages en entreprise. C’est
pour cela également que l’intérim peut constituer
pour de nombreux jeunes une voie d’accès très
intéressante à l’expérience professionnelle et que
vos entreprises ont donc un rôle majeur à jouer en
faveur de l’emploi des jeunes.
Thomas Chaudron, PDG de Mecanalu et ancien président du centre
des jeunes dirigeants d’entreprise, a remis au ministre du Travail
en février un rapport sur les tiers employeurs.
Retour sur les principales mesures, notamment celles relatives à l’intérim.
◗ Pour quelles raisons le ministre du Travail
vous a-t-il demandé de vous intéresser
à la mise à disposition de personnel ?
Depuis quelque temps, la réflexion autour des « nouvelles formes d’emploi » se développe sous l’impulsion des mutations de la société, de l’apport des
nouvelles technologies ou de l’évolution naturelle
du marché du travail. Un premier rapport a été remis
courant 2008 au ministre sur « le travailleur économiquement dépendant ». Pour élargir le spectre, ma
mission a consisté à analyser les possibilités autour
des « tiers employeurs », c’est-à-dire les situations
où un salarié peut se retrouver avec un employeur
de droit (son employeur) et un employeur de fait
(l’entreprise utilisatrice). C’est ainsi que j’ai étudié
plus précisément les groupements d’employeurs,
le prêt de main-d’œuvre et l’intérim.
◗ Quelles sont les mesures que vous préconisez
bre de salariés et de l’autre, les entreprises souhaitent plus de souplesse.
Supprimer ce délai permettrait d’être
plus en phase avec les besoins et
les demandes actuels des uns et des
autres.
La troisième mesure est de fixer la
prime de précarité selon la durée de
la mission. L’intérim doit rester une
activité temporaire, comme son nom
l’indique. À la fin de sa mission, l’intérimaire reçoit aujourd’hui 10 % de la
totalité de son salaire. Je préconise de
passer à 15 % au-dessus de six mois
et à 20 % au-dessus de douze mois.
Les salariés intérimaires, qui réalisent
une mission de longue durée, seront
ainsi mieux indemnisés.
pour l’intérim ?
◗ Pensez-vous qu’assouplir la mise à disposition
Dans le cadre de mon rapport, je préconise trois
mesures. La première est d’augmenter le nombre
de renouvellement des missions d’intérim de une
à trois. Tout le monde sait bien comment contourner cette règle qui a été imposée par le législateur.
Celle-ci n’est plus adaptée au marché actuel, il faut
donc la faire évoluer. Cependant, nous ne devons
pas non plus laisser la possibilité aux entreprises de
renouveler les missions systématiquement. Grâce
à cette mesure, je suis persuadé que nous pouvons
clairement diviser par deux ou trois le nombre de
renouvellements pour raison fallacieuse.
La deuxième proposition est de supprimer le délai
de carence qui impose un délai avant de reprendre
un intérimaire sur le même poste. Là encore, les
entreprises ont appris à passer outre. D’un côté
l’intérim est un mode de vie pour un certain nom-
À l’heure actuelle, il y a des secteurs qui sont plus
touchés que d’autres par la crise économique.
Dans le même temps, nous avons un fort taux de
chômage et, paradoxalement, une pénurie de maind’œuvre toujours présente.
Assouplir la mise à disposition du personnel permettrait de faire face à cette situation dans un cas
de figure particulier : aujourd’hui une entreprise peut
mettre à disposition du personnel à une autre qui
évolue dans le même secteur d’activité. On pourrait
imaginer expérimenter cette mise à disposition au
sein d’un même bassin d’emploi. Cela permettrait
à l’entreprise en difficulté d’alléger sa masse salariale et à l’entreprise utilisatrice de bénéficier de
compétences supplémentaires pour l’aider dans
sa croissance.
de personnel serait favorable à l’emploi ?
©DR
sur le marché du travail. Elles peuvent désormais proposer des prestations
d’intérim, de recrutement en CDI et en CDD et d’accompagnement
des demandeurs d’emploi. Laurent Wauquiez, secrétaire d’État chargé
de l’emploi, revient sur le rôle des agences d’emploi et leur participation
à la politique en faveur de l’emploi.
Thomas Chaudron,
PDG de Mecanalu
et ancien président
du centre des jeunes
dirigeants d’entreprise.
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
Passerelle
15
PRISME – Pôle emploi :
un partenariat au service de l’emploi
Le PRISME collabore depuis 15 ans avec l’ANPE, désormais appelée Pôle emploi.
L’accord de partenariat qui les unit depuis 1994, a été renouvelé en 2005 afin de
prendre en compte la loi de cohésion sociale. Christian Charpy, directeur général
de Pôle emploi, revient sur cette collaboration et les axes à développer pour 2009.
©Sébastien Toubon
PRISME – Pôle emploi ?
Christian Charpy,
directeur général
de Pôle emploi.
14
Pôle emploi entretient avec le PRISME des relations
anciennes, caractérisées par la volonté commune
d’agir au bénéfice de l’emploi. Nous développons
ensemble une coopération de complémentarité
dans les domaines du recrutement et de l’insertion
professionnelle des demandeurs d’emploi.
Sur le volet « recrutement », ce
sont près de 623 900 offres
qui ont été confiées en 2008
aux pôles emploi locaux par
les agences d’emploi, dont
116 247 offres durables, à
savoir CDI et CDD de plus de
six mois. Au total, une baisse
des offres de 2 % par rapport
à 2007, reflet de la situation
économique de notre pays
dans les derniers mois de
2008.
Sur le volet « insertion et
accompagnement
des
demandeurs d’emploi », les
agences d’emploi ont réalisé près de 9 600 évaluations des compétences professionnelles en 2008
et plus de 580 prestations d’accompagnement en
tant que prestataires habilités de l’ANPE.
Sur ce champ des demandeurs d’emploi, nous avons
conduit avec l’UNEDIC l’expérimentation d’une prestation d’accompagnement renforcé de demandeurs
d’emploi présentant des risques de chômage de
longue durée. Accompagnement confié à des opérateurs privés de placement dont la majorité est
adhérente au PRISME, pour 41 000 demandeurs
dans dix régions du côté de l’UNEDIC ; du côté de
l’ANPE, le même accompagnement renforcé mis
en œuvre en interne dans six régions.
Le comité chargé de l’évaluation de ces expérimentations devrait rendre prochainement son rapport
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
La loi de modernisation de l’économie réforme en profondeur les délais
de paiement. Retour avec François Roux, délégué général du PRISME,
sur les principales dispositions prévues par la loi.
final. Je pense que cette logique d’évaluation rigoureuse et transparente de nos résultats est essentielle pour progresser collectivement.
Pour Pôle emploi, les agences d’emploi sont donc
des clients, dans le cadre d’opérations de recrutement en CDD, CDI et intérim, pour le compte
d’entreprises. Elles sont aussi des « sous-traitants »
habilités à réaliser des prestations d’évaluation
ou d’accompagnement auprès des demandeurs
d’emploi et enfin des partenaires avec lesquels
des actions en faveur de l’emploi sont organisées
conjointement sur le terrain.
Ils pourraient être parfois des « concurrents », les
clients entreprises et de plus en plus souvent les
demandeurs d’emploi s’adressent aux deux réseaux
pour sécuriser la couverture de leurs besoins en
recrutement ou leur retour à l’emploi. Mais Pôle
emploi, comme le PRISME, ont choisi de jouer la
complémentarité plutôt que la concurrence, malgré
les difficultés pouvant survenir dans les réseaux
pour tenir ce rôle de façon toujours constante et
équilibrée.
◗ Quels sont pour vous les axes essentiels
de la nouvelle coopération PRISME - Pôle emploi ?
Bien évidemment, nous poursuivons nos actions
communes sur les champs de l’aide au recrutement
et de l’accompagnement des demandeurs d’emploi
en vue de leur insertion durable. Mais compte tenu
de la situation économique et de l’augmentation
du nombre de demandeurs d’emploi, il nous faudra cette année renforcer notre collaboration pour
apporter davantage de services aux demandeurs
d’emploi, notamment ceux menacés d’exclusion,
comme les primo-accédants à l’emploi, les seniors,
les handicapés et les personnes concernées par
des restructurations ou mutations économiques
dans le secteur industriel.
Nous avons appris à travailler ensemble et nous
devons plus que jamais tirer parti de notre complémentarité au bénéfice de l’emploi pour tous.
◗ Quels changements concrets cette nouvelle
loi va-t-elle apporter et quelles sont les
conséquences pour les agences d’emploi ?
La loi de modernisation de l’économie (LME),
mise en œuvre depuis le 1er janvier 2009, impose
désormais aux entreprises un délai maximum de
paiement qui ne peut dépasser 45 jours fin de mois
ou 60 jours à compter de la date d’émission de
la facture. Cette mesure est pour notre secteur
d’une importance capitale. Je vous rappelle que
dans notre profession, 90 % du chiffre d’affaires
des entreprises sont constitués de salaires et de
charges sociales payés par les agences selon le
principe du règlement immédiat. Elles doivent donc,
de fait, faire face à des décalages dans la gestion
de leur trésorerie. Une gestion qui devient extrêmement périlleuse lorsque les clients règlent leurs
prestations d’intérim dans un délai de 80 voire 100
jours comme cela était courant avant l’application
de la nouvelle loi.
L’autre disposition importante pour accompagner et
faire respecter la réduction des délais de paiement,
c’est le renforcement du taux usuel des pénalités
de retard. Les conditions de règlement doivent obligatoirement préciser le taux d’intérêt des pénalités
de retard exigibles en cas de non-paiement.
◗ Qu’en est-il des accords dérogatoires négociés
par certaines branches professionnelles ?
Des accords interprofessionnels dans un secteur
déterminé peuvent définir un délai de paiement
maximum, supérieur au délai maximum légal.
Autrement dit, en présence de raisons économiques
objectives et spécifiques au secteur concerné, la
loi a laissé la possibilité aux acteurs de s’entendre
pour convenir d’un calendrier d’application différent.
Cependant, la durée de l’accord ne peut dépasser
le 1er janvier 2012.
C’est ce qu’a fait notamment le BTP en étalant sur
trois ans le plafonnement
à 45 jours. Ces accords
dérogatoires ne concernent que les entreprises
dont les fédérations sont
signataires des accords en
question. Ils ne s’appliquent
pas aux agences d’emploi
dans la mesure où le conseil
d’administration du PRISME
n’a pas souhaité signer cet
accord dérogatoire. Nous
sommes une branche professionnelle à part entière
avec son fonctionnement et
ses particularités propres. Il
serait impossible de gérer des exceptions sectorielles sachant que les entreprises de notre secteur
interviennent auprès de l’ensemble des filières. Le
PRISME n’a pas souhaité entrer dans cette logique. Il
ne subsiste donc aucune ambiguïté, les prestations
d’intérim ne sont pas concernées par ces accords
dérogatoires.
©DR
◗ Quel regard portez-vous sur le partenariat
Réforme des délais de paiement :
une bouffée d’oxygène
pour les agences d’emploi
François Roux,
délégué général
du PRISME.
◗ Pouvez-vous nous rappeler les objectifs de la
charte du PRISME sur les délais de paiement ?
Cela fait déjà un certain temps que notre profession
est mobilisée sur le sujet. La charte du PRISME,
initiée en 2007, a pour vocation de promouvoir les
bonnes pratiques en matière de délais de paiement
mises en œuvre par la profession, compte tenu
des particularités du secteur que j’ai expliquées
précédemment. Cette charte a été mise à jour des
dernières évolutions réglementaires et est à la disposition de l’ensemble des adhérents.
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
Passerelle
15
PRISME – Pôle emploi :
un partenariat au service de l’emploi
Le PRISME collabore depuis 15 ans avec l’ANPE, désormais appelée Pôle emploi.
L’accord de partenariat qui les unit depuis 1994, a été renouvelé en 2005 afin de
prendre en compte la loi de cohésion sociale. Christian Charpy, directeur général
de Pôle emploi, revient sur cette collaboration et les axes à développer pour 2009.
©Sébastien Toubon
PRISME – Pôle emploi ?
Christian Charpy,
directeur général
de Pôle emploi.
14
Pôle emploi entretient avec le PRISME des relations
anciennes, caractérisées par la volonté commune
d’agir au bénéfice de l’emploi. Nous développons
ensemble une coopération de complémentarité
dans les domaines du recrutement et de l’insertion
professionnelle des demandeurs d’emploi.
Sur le volet « recrutement », ce
sont près de 623 900 offres
qui ont été confiées en 2008
aux pôles emploi locaux par
les agences d’emploi, dont
116 247 offres durables, à
savoir CDI et CDD de plus de
six mois. Au total, une baisse
des offres de 2 % par rapport
à 2007, reflet de la situation
économique de notre pays
dans les derniers mois de
2008.
Sur le volet « insertion et
accompagnement
des
demandeurs d’emploi », les
agences d’emploi ont réalisé près de 9 600 évaluations des compétences professionnelles en 2008
et plus de 580 prestations d’accompagnement en
tant que prestataires habilités de l’ANPE.
Sur ce champ des demandeurs d’emploi, nous avons
conduit avec l’UNEDIC l’expérimentation d’une prestation d’accompagnement renforcé de demandeurs
d’emploi présentant des risques de chômage de
longue durée. Accompagnement confié à des opérateurs privés de placement dont la majorité est
adhérente au PRISME, pour 41 000 demandeurs
dans dix régions du côté de l’UNEDIC ; du côté de
l’ANPE, le même accompagnement renforcé mis
en œuvre en interne dans six régions.
Le comité chargé de l’évaluation de ces expérimentations devrait rendre prochainement son rapport
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
La loi de modernisation de l’économie réforme en profondeur les délais
de paiement. Retour avec François Roux, délégué général du PRISME,
sur les principales dispositions prévues par la loi.
final. Je pense que cette logique d’évaluation rigoureuse et transparente de nos résultats est essentielle pour progresser collectivement.
Pour Pôle emploi, les agences d’emploi sont donc
des clients, dans le cadre d’opérations de recrutement en CDD, CDI et intérim, pour le compte
d’entreprises. Elles sont aussi des « sous-traitants »
habilités à réaliser des prestations d’évaluation
ou d’accompagnement auprès des demandeurs
d’emploi et enfin des partenaires avec lesquels
des actions en faveur de l’emploi sont organisées
conjointement sur le terrain.
Ils pourraient être parfois des « concurrents », les
clients entreprises et de plus en plus souvent les
demandeurs d’emploi s’adressent aux deux réseaux
pour sécuriser la couverture de leurs besoins en
recrutement ou leur retour à l’emploi. Mais Pôle
emploi, comme le PRISME, ont choisi de jouer la
complémentarité plutôt que la concurrence, malgré
les difficultés pouvant survenir dans les réseaux
pour tenir ce rôle de façon toujours constante et
équilibrée.
◗ Quels sont pour vous les axes essentiels
de la nouvelle coopération PRISME - Pôle emploi ?
Bien évidemment, nous poursuivons nos actions
communes sur les champs de l’aide au recrutement
et de l’accompagnement des demandeurs d’emploi
en vue de leur insertion durable. Mais compte tenu
de la situation économique et de l’augmentation
du nombre de demandeurs d’emploi, il nous faudra cette année renforcer notre collaboration pour
apporter davantage de services aux demandeurs
d’emploi, notamment ceux menacés d’exclusion,
comme les primo-accédants à l’emploi, les seniors,
les handicapés et les personnes concernées par
des restructurations ou mutations économiques
dans le secteur industriel.
Nous avons appris à travailler ensemble et nous
devons plus que jamais tirer parti de notre complémentarité au bénéfice de l’emploi pour tous.
◗ Quels changements concrets cette nouvelle
loi va-t-elle apporter et quelles sont les
conséquences pour les agences d’emploi ?
La loi de modernisation de l’économie (LME),
mise en œuvre depuis le 1er janvier 2009, impose
désormais aux entreprises un délai maximum de
paiement qui ne peut dépasser 45 jours fin de mois
ou 60 jours à compter de la date d’émission de
la facture. Cette mesure est pour notre secteur
d’une importance capitale. Je vous rappelle que
dans notre profession, 90 % du chiffre d’affaires
des entreprises sont constitués de salaires et de
charges sociales payés par les agences selon le
principe du règlement immédiat. Elles doivent donc,
de fait, faire face à des décalages dans la gestion
de leur trésorerie. Une gestion qui devient extrêmement périlleuse lorsque les clients règlent leurs
prestations d’intérim dans un délai de 80 voire 100
jours comme cela était courant avant l’application
de la nouvelle loi.
L’autre disposition importante pour accompagner et
faire respecter la réduction des délais de paiement,
c’est le renforcement du taux usuel des pénalités
de retard. Les conditions de règlement doivent obligatoirement préciser le taux d’intérêt des pénalités
de retard exigibles en cas de non-paiement.
◗ Qu’en est-il des accords dérogatoires négociés
par certaines branches professionnelles ?
Des accords interprofessionnels dans un secteur
déterminé peuvent définir un délai de paiement
maximum, supérieur au délai maximum légal.
Autrement dit, en présence de raisons économiques
objectives et spécifiques au secteur concerné, la
loi a laissé la possibilité aux acteurs de s’entendre
pour convenir d’un calendrier d’application différent.
Cependant, la durée de l’accord ne peut dépasser
le 1er janvier 2012.
C’est ce qu’a fait notamment le BTP en étalant sur
trois ans le plafonnement
à 45 jours. Ces accords
dérogatoires ne concernent que les entreprises
dont les fédérations sont
signataires des accords en
question. Ils ne s’appliquent
pas aux agences d’emploi
dans la mesure où le conseil
d’administration du PRISME
n’a pas souhaité signer cet
accord dérogatoire. Nous
sommes une branche professionnelle à part entière
avec son fonctionnement et
ses particularités propres. Il
serait impossible de gérer des exceptions sectorielles sachant que les entreprises de notre secteur
interviennent auprès de l’ensemble des filières. Le
PRISME n’a pas souhaité entrer dans cette logique. Il
ne subsiste donc aucune ambiguïté, les prestations
d’intérim ne sont pas concernées par ces accords
dérogatoires.
©DR
◗ Quel regard portez-vous sur le partenariat
Réforme des délais de paiement :
une bouffée d’oxygène
pour les agences d’emploi
François Roux,
délégué général
du PRISME.
◗ Pouvez-vous nous rappeler les objectifs de la
charte du PRISME sur les délais de paiement ?
Cela fait déjà un certain temps que notre profession
est mobilisée sur le sujet. La charte du PRISME,
initiée en 2007, a pour vocation de promouvoir les
bonnes pratiques en matière de délais de paiement
mises en œuvre par la profession, compte tenu
des particularités du secteur que j’ai expliquées
précédemment. Cette charte a été mise à jour des
dernières évolutions réglementaires et est à la disposition de l’ensemble des adhérents.
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
Repères
En région
17
/PSE1BTEF$BMBJT
Frédéric Lemoine,
délégué régional
du PRISME, Maurice
Taillon, directeur
de l’Urssaf
de la Moselle,
entourés de gauche
à droite par Philippe
Henry, directeur
de secteur d’un
réseau, Mathilde
Bonnichon, juriste
au PRISME, Michel
Blouet, responsable
contrôle Urssaf de
la Moselle, et Lionel
Matz, directeur adjoint
Urssaf de la Moselle.
©DR
Une convention pour lutter contre
les détachements transfrontaliers illicites
L
e 31 octobre 2008, Frédéric Lemoine, délégué régional Lorraine du PRISME et Maurice
Taillon, directeur de l’Urssaf de la Moselle ont signé
une convention qui a pour objectif de lutter contre
les détachements transfrontaliers illicites.
Les signataires considèrent en effet que le nonrespect des obligations sociales au sein de l’Union
européenne et le détournement des règles rela-
tives au détachement des travailleurs fragilisent
l’équilibre des comptes sociaux, contribuent aux
distorsions dans l’exercice de la concurrence
économique et portent atteinte à la protection
sociale des salariés concernés. Le PRISME
Lorraine et l’Urssaf de la Moselle s’engagent ainsi
à travers cette convention à agir notamment dans
le domaine de l’information.
Les agences d’emploi et les entreprises utilisatrices seront sensibilisées aux règles applicables
au détachement de travailleurs transfrontaliers
en France et aux risques encourus en cas de pratiques irrégulières.
Les signataires entendent renforcer les contrôles.
Le PRISME transmettra toute information concernant des pratiques illicites dont il aurait connaissance et l’Urssaf de la Moselle exploitera tout
signalement relatif à des situations de travail
illégal.
#BTTF
/PSNBOEJF
Bilan de l’emploi intérimaire
en janvier 2009
©Rosenblatt
N
Mireille Thuet,
présidente régionale
du PRISME.
ouvelle présidente régionale Alsace/Lorraine/
Champagne-Ardenne du PRISME, Mireille
Thuet, est entrée dans l’intérim en 1982 comme
responsable d’agence. Elle est actuellement directrice régionale Grand Est (Alsace et Lorraine).
« La loi de modernisation sociale de 2005 autorise, aujourd’ hui, à exercer notre métier comme
j’ai toujours souhaité le faire », se félicite la nouvelle présidente. « Le fait de pouvoir intervenir sur
tous les types de contrats et particulièrement sur
les CDI nous permet de toucher d’une part des
candidats en poste mais désireux de changer et
d’ intervenir sur des postes plus pointus. Nous pouvons donc apporter un vrai service RH externalisé
aux entreprises. Par ailleurs, nous avons aussi la
possibilité de travailler avec des personnes plus
éloignées de l’emploi et qui ont moins de chance
d’accéder à un travail sans être accompagnées. Le
travail temporaire, tel qu’ il est aujourd’ hui, remplit
pleinement son rôle d’acteur de l’emploi. »
Pour cette professionnelle engagée, la représentation du PRISME et de ses actions, auprès des
institutionnels et du service public de l’emploi,
constitue une priorité. « Nous devons nous rapprocher des institutionnels, nouer des contacts et
des partenariats étroits avec le nouveau maillage
de Pôle emploi, en s’ inscrivant volontairement
dans une démarche d’accompagnement des
demandeurs d’emploi. Notre profession doit être
reconnue pour sa capacité à accompagner et à
mettre au travail les personnes qui en ont besoin.
Voilà mon ambition. »
Le travail temporaire en Alsace/Lorraine/Champagne-Ardenne
16
La région Alsace/Lorraine/Champagne-Ardenne représente 8,84 % de l’emploi intérimaire en France, soit 43 996
salariés intérimaires en équivalent temps plein, dont 3,40 % en Alsace, 3,42 % en Lorraine et 2 % en ChampagneArdenne. Au cours des onze premiers mois de l’année 2008, l’emploi intérimaire a chuté de 24 % en Alsace, de 27,9 %
en Lorraine et de 33,9 % en Champagne-Ardenne, par rapport à la même période de l’année précédente.
-JNPVTJO
-PSSBJOF
"MTBDF
'SBODIF
$PNU¹
#PVSHPHOF
1PJUPV
$IBSFOUFT
3IÃOF"MQFT
"VWFSHOF
"RVJUBJOF
.JEJ1ZS¹O¹FT
1"$"
-BOHVFEPD3PVTTJMMPO
µ µ µ µ FU
Les dernières données sectorielles
disponibles montrent que dans un
contexte caractérisé par une baisse
de l’intérim de 12,5 %, les services
résistent et enregistrent une légère
augmentation des effectifs intérimaires (1,2 %).
Les activités de services représentent
18 % de l’emploi intérimaire.
Parmi elles, les services opérationnels (qui recouvrent notamment la
sécurité, le nettoyage ou l’assainissement) représentent environ 6 %
de l’ensemble des services et progressent de 4,6 % entre octobre 2007
et octobre 2008.
Les services personnels et domestiques qui ont un faible poids enregistrent néanmoins une très forte
croissance (30,5 %).
Les secteurs de la santé et de l’action
sociale enregistrent également une
augmentation de 9,5 % sur la même
période.
Source : PRISME - Crédoc
SECTEURS D’ACTIVITÉ EN OCTOBRE 2008
Nombre d’ETP*
Évolution en % oct. 2008/oct. 2007
¯
]{Ê
ʯ
¯
ʯ
棊
]ÇÊ
Óʯ
Ó]x
££
˜ ʇ
œ
Ê£]
Êʇ £n
ˆ
ʇʣ
i ‡Ê
Ì
Ì
V
V
i
À
À
Ãʳ
ˆ
œ
Õ
i
i
À
ÌÀ
«
V
Ì
ˆ
Ã
“
Õ
˜Ã
˜Ã
“
ÀÛ
/À>
-i
˜`
œ
œ
Services 109 548
Industrie 252 886
Transports 49 873
Commerce 55 524
Construction 136 824
ZOOM SUR LES SERVICES
Nombre d’ETP*
Évolution en % oct. 2008/oct. 2007
Santé et action
sociale 8 813
-iÀۈViÃÊ
œ«jÀ>̈œ˜˜iÃʳÊ{]Èʯ
-iÀۈViÃÊ«iÀܘ˜iÃ
`œ“iÃ̈µÕiÃʳÊÎä]xʯ
Service personnel
domestique 1 935
->˜ÌjÊEÊ>V̈œ˜Ê
ÜVˆ>iʳʙ]xʯ
*équivalent temps plein.
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
$IBNQBHOF
"SEFOOF
$FOUSF
1BZTEFMB-PJSF
Le mois de janvier 2009
enregistre une baisse de l’emploi
intérimaire de 32,2 % par rapport
à janvier 2008.
Les régions les moins durement
touchées du Grand Sud sont :
PACA (-19,9 %), Midi-Pyrénées
(-24,2 %) et Aquitaine (-25,1 %) ainsi
que l’Ile-de-France (-22,7 %).
1JDBSEJF
*MFEF'SBODF
#SFUBHOF
Les tendances sectorielles
en octobre 2008
Une nouvelle nomination
du PRISME en région
)BVUF
/PSNBOEJF
Services opérationnels 34 646
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
Source : Dares
Repères
En région
17
/PSE1BTEF$BMBJT
Frédéric Lemoine,
délégué régional
du PRISME, Maurice
Taillon, directeur
de l’Urssaf
de la Moselle,
entourés de gauche
à droite par Philippe
Henry, directeur
de secteur d’un
réseau, Mathilde
Bonnichon, juriste
au PRISME, Michel
Blouet, responsable
contrôle Urssaf de
la Moselle, et Lionel
Matz, directeur adjoint
Urssaf de la Moselle.
©DR
Une convention pour lutter contre
les détachements transfrontaliers illicites
L
e 31 octobre 2008, Frédéric Lemoine, délégué régional Lorraine du PRISME et Maurice
Taillon, directeur de l’Urssaf de la Moselle ont signé
une convention qui a pour objectif de lutter contre
les détachements transfrontaliers illicites.
Les signataires considèrent en effet que le nonrespect des obligations sociales au sein de l’Union
européenne et le détournement des règles rela-
tives au détachement des travailleurs fragilisent
l’équilibre des comptes sociaux, contribuent aux
distorsions dans l’exercice de la concurrence
économique et portent atteinte à la protection
sociale des salariés concernés. Le PRISME
Lorraine et l’Urssaf de la Moselle s’engagent ainsi
à travers cette convention à agir notamment dans
le domaine de l’information.
Les agences d’emploi et les entreprises utilisatrices seront sensibilisées aux règles applicables
au détachement de travailleurs transfrontaliers
en France et aux risques encourus en cas de pratiques irrégulières.
Les signataires entendent renforcer les contrôles.
Le PRISME transmettra toute information concernant des pratiques illicites dont il aurait connaissance et l’Urssaf de la Moselle exploitera tout
signalement relatif à des situations de travail
illégal.
#BTTF
/PSNBOEJF
Bilan de l’emploi intérimaire
en janvier 2009
©Rosenblatt
N
Mireille Thuet,
présidente régionale
du PRISME.
ouvelle présidente régionale Alsace/Lorraine/
Champagne-Ardenne du PRISME, Mireille
Thuet, est entrée dans l’intérim en 1982 comme
responsable d’agence. Elle est actuellement directrice régionale Grand Est (Alsace et Lorraine).
« La loi de modernisation sociale de 2005 autorise, aujourd’ hui, à exercer notre métier comme
j’ai toujours souhaité le faire », se félicite la nouvelle présidente. « Le fait de pouvoir intervenir sur
tous les types de contrats et particulièrement sur
les CDI nous permet de toucher d’une part des
candidats en poste mais désireux de changer et
d’ intervenir sur des postes plus pointus. Nous pouvons donc apporter un vrai service RH externalisé
aux entreprises. Par ailleurs, nous avons aussi la
possibilité de travailler avec des personnes plus
éloignées de l’emploi et qui ont moins de chance
d’accéder à un travail sans être accompagnées. Le
travail temporaire, tel qu’ il est aujourd’ hui, remplit
pleinement son rôle d’acteur de l’emploi. »
Pour cette professionnelle engagée, la représentation du PRISME et de ses actions, auprès des
institutionnels et du service public de l’emploi,
constitue une priorité. « Nous devons nous rapprocher des institutionnels, nouer des contacts et
des partenariats étroits avec le nouveau maillage
de Pôle emploi, en s’ inscrivant volontairement
dans une démarche d’accompagnement des
demandeurs d’emploi. Notre profession doit être
reconnue pour sa capacité à accompagner et à
mettre au travail les personnes qui en ont besoin.
Voilà mon ambition. »
Le travail temporaire en Alsace/Lorraine/Champagne-Ardenne
16
La région Alsace/Lorraine/Champagne-Ardenne représente 8,84 % de l’emploi intérimaire en France, soit 43 996
salariés intérimaires en équivalent temps plein, dont 3,40 % en Alsace, 3,42 % en Lorraine et 2 % en ChampagneArdenne. Au cours des onze premiers mois de l’année 2008, l’emploi intérimaire a chuté de 24 % en Alsace, de 27,9 %
en Lorraine et de 33,9 % en Champagne-Ardenne, par rapport à la même période de l’année précédente.
-JNPVTJO
-PSSBJOF
"MTBDF
'SBODIF
$PNU¹
#PVSHPHOF
1PJUPV
$IBSFOUFT
3IÃOF"MQFT
"VWFSHOF
"RVJUBJOF
.JEJ1ZS¹O¹FT
1"$"
-BOHVFEPD3PVTTJMMPO
µ µ µ µ FU
Les dernières données sectorielles
disponibles montrent que dans un
contexte caractérisé par une baisse
de l’intérim de 12,5 %, les services
résistent et enregistrent une légère
augmentation des effectifs intérimaires (1,2 %).
Les activités de services représentent
18 % de l’emploi intérimaire.
Parmi elles, les services opérationnels (qui recouvrent notamment la
sécurité, le nettoyage ou l’assainissement) représentent environ 6 %
de l’ensemble des services et progressent de 4,6 % entre octobre 2007
et octobre 2008.
Les services personnels et domestiques qui ont un faible poids enregistrent néanmoins une très forte
croissance (30,5 %).
Les secteurs de la santé et de l’action
sociale enregistrent également une
augmentation de 9,5 % sur la même
période.
Source : PRISME - Crédoc
SECTEURS D’ACTIVITÉ EN OCTOBRE 2008
Nombre d’ETP*
Évolution en % oct. 2008/oct. 2007
¯
]{Ê
ʯ
¯
ʯ
棊
]ÇÊ
Óʯ
Ó]x
££
˜ ʇ
œ
Ê£]
Êʇ £n
ˆ
ʇʣ
i ‡Ê
Ì
Ì
V
V
i
À
À
Ãʳ
ˆ
œ
Õ
i
i
À
ÌÀ
«
V
Ì
ˆ
Ã
“
Õ
˜Ã
˜Ã
“
ÀÛ
/À>
-i
˜`
œ
œ
Services 109 548
Industrie 252 886
Transports 49 873
Commerce 55 524
Construction 136 824
ZOOM SUR LES SERVICES
Nombre d’ETP*
Évolution en % oct. 2008/oct. 2007
Santé et action
sociale 8 813
-iÀۈViÃÊ
œ«jÀ>̈œ˜˜iÃʳÊ{]Èʯ
-iÀۈViÃÊ«iÀܘ˜iÃ
`œ“iÃ̈µÕiÃʳÊÎä]xʯ
Service personnel
domestique 1 935
->˜ÌjÊEÊ>V̈œ˜Ê
ÜVˆ>iʳʙ]xʯ
*équivalent temps plein.
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
$IBNQBHOF
"SEFOOF
$FOUSF
1BZTEFMB-PJSF
Le mois de janvier 2009
enregistre une baisse de l’emploi
intérimaire de 32,2 % par rapport
à janvier 2008.
Les régions les moins durement
touchées du Grand Sud sont :
PACA (-19,9 %), Midi-Pyrénées
(-24,2 %) et Aquitaine (-25,1 %) ainsi
que l’Ile-de-France (-22,7 %).
1JDBSEJF
*MFEF'SBODF
#SFUBHOF
Les tendances sectorielles
en octobre 2008
Une nouvelle nomination
du PRISME en région
)BVUF
/PSNBOEJF
Services opérationnels 34 646
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
Source : Dares
Vient de paraître
Mesurer la performance
des ressources humaines
Cet ouvrage propose
aux dirigeants d’entreprise, responsables RH, contrôleurs de gestion et
consultants, une méthode inédite et
outillée pour mesurer la performance
de la fonction ressources humaines
et son évolution dans le temps.
Au sommaire :
- le modèle d’évaluation fonctionnelle
(MEF);
- la fonction ressources humaines;
- l’évaluation des activités de la fonction ressources humaines ;
- l’évaluation des compétences de la
fonction ressources humaines;
- l’évaluation des ressources et de
l’organisation de la fonction ressources humaines ;
- l’évaluation de la satisfaction client
de la fonction ressources humaines;
- l’évaluation globale de la fonction
ressources humaines;
- exemples d’utilisation du modèle
d’évaluation fonctionnelle de la
fonction RH.
Mesurer la performance
des ressources humaines,
de David Autissier,
Blandine Simonin, Éditions
d’Organisation, Collection Les
baromètres de la performance,
mars 2009.
210 pages, 24 euros.
Le Dictionnaire Social 2009
L’outil de référence pour maîtriser le droit
du travail et de la protection sociale.
Un guide pratique à jour des
nouveautés et des barèmes 2009.
- des modèles de contrats de travail, de courriers, de notes de services, de procès-verbaux… prêts
à l’emploi ;
- la liste des conventions collectives
nationales étendues ;
- un agenda des obligations sociales
- un lexique des procédures ;
- des références systématiques aux
lois, décrets, règlements applicables et à la dernière jurisprudence.
Un contenu entièrement actualisé intégrant notamment les lois
suivantes :
- loi en faveur des revenus du travail ;
- loi généralisant le RSA et réformant les politiques d’insertion ;
- loi de modernisation de l’économie et du marché du travail ;
- loi portant sur la rénovation de
la démocratie sociale et réforme
du temps de travail et ses décrets
d’application ;
- lois de finances et de financement
de la sécurité sociale 2009.
Le Dictionnaire Social 2009,
Groupe revue fiduciaire,
mars 2009. 63,50 euros.
Le guide
pratique
du droit
du travail
Mettre le Code du travail
à portée de tous, afin que chacun
connaisse ses droits et ses obligations et puisse évoluer dans les
meilleures conditions possibles au
cours de sa vie professionnelle,
tel est l’ambition de ce guide résolument pratique.
Rédigée par des avocats et des
juristes spécialisés en droit social,
cette 9e édition du Guide pratique
du droit du travail intègre l’ensemble
des réformes législatives et réglementaires et propose une information totalement mise à jour.
On y trouve notamment :
- la réforme de la durée du travail ;
- la mise en place d’une possibilité
de rupture conventionnelle du
contrat de travail ;
- la réforme du service public de
l’emploi : fusion de l’ANPE et des
Assédic en un seul service, « Pôle
emploi » ;
- la rénovation des outils de mesure
des inégalités salariales entre les
femmes et les hommes ;
- l’encadrement des conditions de
mise à la retraite à l’initiative de
l’employeur ;
- l’extension des possibilités d’implantation syndicale dans les entreprises.
Le guide pratique du droit
du travail, Éditions la
documentation Française,
mars 2009. 816 pages, 22 euros.
La gestion des compétences, une démarche
essentielle pour la compétitivité des entreprises
Dans un monde du travail marqué par un développement
technologique très rapide et par
la mondialisation de l’économie,
la compétitivité des entreprises
repose de plus en plus sur la qualité des compétences qu’elles ont
su développer et rassembler.
La gestion des compétences
représente donc une priorité qui
implique non seulement de savoir
identifier les compétences clés,
18
mais aussi d’être capable de prévoir celles qui vont devenir centrales. Ces objectifs supposent de
développer une gestion prévisionnelle des emplois et de conduire
les carrières en mettant l’accent
sur le potentiel individuel.
Cet ouvrage vous permet de :
- maîtriser les principes et les
méthodes utiles pour identifier
et enrichir les compétences ;
- gérer les carrières en mettant
l’accent sur le développement
des compétences individuelles ;
- aider les entreprises à identifier
les compétences-clés.
La gestion des compétences,
une démarche essentielle pour
la compétitivité des entreprises
de Claude Lévy-Leboyer,
Éditions d’Organisation,
janvier 2009. 144 pages, 24 euros.
PRISME le magazine est une publication des professionnels de l’intérim, services et métiers de l’emploi ◗ PRISME 56, rue Laffitte - 75320 Paris
CEDEX 09. Tél. : 01 55 07 85 85 ◗ Directeur de la publication Arnaud de la Tour ◗ Directeur de la rédaction François Roux ◗ Rédacteur en chef
Isabelle Mazza-Lombard ◗ Comité de rédaction Dominique Delcourt, Isabelle Lamalle, Cédric Leva ◗ Conception-rédaction-réalisation Stratis
Presse - 16 bis, avenue Parmentier - 75011 Paris. Tél. : 01 55 25 54 54 ◗ Responsable éditoriale Marjorie Lhomme ◗ Rédaction Marie-Christine
Couwez, Béatrice Grumler, Marjorie Lhomme ◗ Maquette Crystèle Petit ◗ 1re de couverture Jupiter Images ◗ Impression Sopedi ◗ Chef de publicité
Carmen Figaret ◗ Éditions SOGESTT 56, rue Laffitte - 75009 Paris. Tél. : 01 55 07 85 91 ◗ Dépôt légal 1er trimestre 2009 - ISSN 1779-2770
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
Vient de paraître
Mesurer la performance
des ressources humaines
Cet ouvrage propose
aux dirigeants d’entreprise, responsables RH, contrôleurs de gestion et
consultants, une méthode inédite et
outillée pour mesurer la performance
de la fonction ressources humaines
et son évolution dans le temps.
Au sommaire :
- le modèle d’évaluation fonctionnelle
(MEF);
- la fonction ressources humaines;
- l’évaluation des activités de la fonction ressources humaines ;
- l’évaluation des compétences de la
fonction ressources humaines;
- l’évaluation des ressources et de
l’organisation de la fonction ressources humaines ;
- l’évaluation de la satisfaction client
de la fonction ressources humaines;
- l’évaluation globale de la fonction
ressources humaines;
- exemples d’utilisation du modèle
d’évaluation fonctionnelle de la
fonction RH.
Mesurer la performance
des ressources humaines,
de David Autissier,
Blandine Simonin, Éditions
d’Organisation, Collection Les
baromètres de la performance,
mars 2009.
210 pages, 24 euros.
Le Dictionnaire Social 2009
L’outil de référence pour maîtriser le droit
du travail et de la protection sociale.
Un guide pratique à jour des
nouveautés et des barèmes 2009.
- des modèles de contrats de travail, de courriers, de notes de services, de procès-verbaux… prêts
à l’emploi ;
- la liste des conventions collectives
nationales étendues ;
- un agenda des obligations sociales
- un lexique des procédures ;
- des références systématiques aux
lois, décrets, règlements applicables et à la dernière jurisprudence.
Un contenu entièrement actualisé intégrant notamment les lois
suivantes :
- loi en faveur des revenus du travail ;
- loi généralisant le RSA et réformant les politiques d’insertion ;
- loi de modernisation de l’économie et du marché du travail ;
- loi portant sur la rénovation de
la démocratie sociale et réforme
du temps de travail et ses décrets
d’application ;
- lois de finances et de financement
de la sécurité sociale 2009.
Le Dictionnaire Social 2009,
Groupe revue fiduciaire,
mars 2009. 63,50 euros.
Le guide
pratique
du droit
du travail
Mettre le Code du travail
à portée de tous, afin que chacun
connaisse ses droits et ses obligations et puisse évoluer dans les
meilleures conditions possibles au
cours de sa vie professionnelle,
tel est l’ambition de ce guide résolument pratique.
Rédigée par des avocats et des
juristes spécialisés en droit social,
cette 9e édition du Guide pratique
du droit du travail intègre l’ensemble
des réformes législatives et réglementaires et propose une information totalement mise à jour.
On y trouve notamment :
- la réforme de la durée du travail ;
- la mise en place d’une possibilité
de rupture conventionnelle du
contrat de travail ;
- la réforme du service public de
l’emploi : fusion de l’ANPE et des
Assédic en un seul service, « Pôle
emploi » ;
- la rénovation des outils de mesure
des inégalités salariales entre les
femmes et les hommes ;
- l’encadrement des conditions de
mise à la retraite à l’initiative de
l’employeur ;
- l’extension des possibilités d’implantation syndicale dans les entreprises.
Le guide pratique du droit
du travail, Éditions la
documentation Française,
mars 2009. 816 pages, 22 euros.
La gestion des compétences, une démarche
essentielle pour la compétitivité des entreprises
Dans un monde du travail marqué par un développement
technologique très rapide et par
la mondialisation de l’économie,
la compétitivité des entreprises
repose de plus en plus sur la qualité des compétences qu’elles ont
su développer et rassembler.
La gestion des compétences
représente donc une priorité qui
implique non seulement de savoir
identifier les compétences clés,
18
mais aussi d’être capable de prévoir celles qui vont devenir centrales. Ces objectifs supposent de
développer une gestion prévisionnelle des emplois et de conduire
les carrières en mettant l’accent
sur le potentiel individuel.
Cet ouvrage vous permet de :
- maîtriser les principes et les
méthodes utiles pour identifier
et enrichir les compétences ;
- gérer les carrières en mettant
l’accent sur le développement
des compétences individuelles ;
- aider les entreprises à identifier
les compétences-clés.
La gestion des compétences,
une démarche essentielle pour
la compétitivité des entreprises
de Claude Lévy-Leboyer,
Éditions d’Organisation,
janvier 2009. 144 pages, 24 euros.
PRISME le magazine est une publication des professionnels de l’intérim, services et métiers de l’emploi ◗ PRISME 56, rue Laffitte - 75320 Paris
CEDEX 09. Tél. : 01 55 07 85 85 ◗ Directeur de la publication Arnaud de la Tour ◗ Directeur de la rédaction François Roux ◗ Rédacteur en chef
Isabelle Mazza-Lombard ◗ Comité de rédaction Dominique Delcourt, Isabelle Lamalle, Cédric Leva ◗ Conception-rédaction-réalisation Stratis
Presse - 16 bis, avenue Parmentier - 75011 Paris. Tél. : 01 55 25 54 54 ◗ Responsable éditoriale Marjorie Lhomme ◗ Rédaction Marie-Christine
Couwez, Béatrice Grumler, Marjorie Lhomme ◗ Maquette Crystèle Petit ◗ 1re de couverture Jupiter Images ◗ Impression Sopedi ◗ Chef de publicité
Carmen Figaret ◗ Éditions SOGESTT 56, rue Laffitte - 75009 Paris. Tél. : 01 55 07 85 91 ◗ Dépôt légal 1er trimestre 2009 - ISSN 1779-2770
PRISME le magazine — n° 10 // 1er trimestre 2009
le magazine
Professionnels de l’intérim, services et métiers de l’emploi — n° 10 - 1er trimestre 2009
Les agences d’emploi vues par Laurent Wauquiez // p. 12
PRISME-Pôle emploi, un partenariat au service de l’emploi // p. 14
Esmae
une école faite par et pour
les professionnels de l’emploi
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising