SANG ET EAUX VIVES CATHY HUNE PREFACE Un individu moral

SANG ET EAUX VIVES CATHY HUNE PREFACE Un individu moral
 SANG ET EAUX VIVES
CATHY HUNE
PREFACE
Un individu moral est représenté comme celui qui a une
connaissance du bien et du mal, de la morale (règle de vie et de
bienséance d’une société). C’est aussi quelqu’un qui est proche de
la spiritualité, quelqu’un qui réfléchit non pas avec son intellect
mais avec son âme et son cœur. Albert Jacquard dans son livre
1 Petite philosophie à l’usage des non philosophes parle d’un socle
commun à l’ensemble des morales, nécessaire dans notre société.
Ce socle pourrait consister à l’affirmation du respect dû à toute
personne.
Le mal est défini comme ce qui cause de la douleur, de la peine,
ce qui est mauvais, nuisible, pénible pour quelqu’un. C’est aussi
ce qui est contraire à la vertu, à la loi morale, au bien.
Un esprit peut basculer vers le mal suite à un événement
traumatisant ou à force de vivre dans un environnement haineux.
Des facteurs peuvent faciliter cette descente aux enfers comme
une justice injuste et partiale, une religion dogmatique ou une
science inhumaine.
Ce recueil est, pour moi, l’occasion de voyager à travers l’âme
humaine se débrouille pour gérer cette éternelle lutte du bien
contre le mal. Les étapes de ce périple, ce sont des questions
comme :
-
Qu’est ce qui fait qu’un individu normal devienne un
monstre ?
Le mal l’emporte-t-il sur le bien ?
Le temps, ce fossoyeur, n’est-il pas un rempart puissant
contre nos démons ?
-
-
Est-ce à ce moment où l’homme perd son essence
humaine pour se rapprocher de la bête primitive,
instinctive ?
Est-il assez fort et assez intelligent pour combattre ce qui
est contraire à ce pourquoi il a été créé : vivre dans une
société morale ?
Ce n’est pas un traité de criminologie mais un recueil de contes
philosophiques. Mon personnage principal est toujours un esprit
qui va devenir criminel ou subir la méchanceté des autres. Pour
terminer, je préviens mes lecteurs et lectrices que, derrière cette
banalité et cette simplicité, se cache une réflexion profonde sur le
pourquoi et le comment de l’existence du mal. J’écris idéalement
pour un lecteur actif, qui réfléchit, se pose des questions et qui ne
se contente pas de lire des simples mots.
« La tâche que je m’efforce d’accomplir consiste par le seul
pouvoir des mots écrits, à vous faire entendre, à vous faire sentir,
et avant tout à vous faire voir. Cela et rien d’autre, mais c’est
immense » Extrait de la préface des Nègres du Narcisse de Joseph
Conrad
2 Histoire sept
28
SOMMAIRE
Histoire huit
34
Préface
02
Histoire une
04
Histoire deux
08
Histoire trois
13
Histoire neuf
38
Histoire dix
41
Bibliographie
45
Remerciements
46
Histoire quatre
16
Histoire cinq
22
Histoire six
25
3 souffre. Sans la souffrance, avec seulement la mort au bout, la vie
n’a aucun sens et elle devient insipide. Si l’être humain n’a pas
goûté au fiel de la vie, il reste une coquille vide,
Que se passerait-il si, dans un monde, la mort et la souffrance
n’existaient pas ? Quelles seraient les conséquences sur la vie et
notre devenir ?
≈≈≈≈
Khalil Gibran : « qu’est ce que mourir sinon se tenir dans le vent
et se fondre dans le soleil ? » extrait du Prophète
HISTOIRE UNE : UN PARADIS DIABOLIQUE
La souffrance est intrinsèque à toute vie. Ce n’est qu’un maillon
faible. Baudelaire en a donné une magnifique définition en
écrivant : «Soyez béni, Mon Dieu, qui donnez la souffrance
comme un divin remède à nos impuretés »1 Cette tolérance nous
permet d’accéder à notre moi le plus profond, et en dégager ce
qu’il y a de mieux en nous, ne serait ce que pour nous affranchir
de cette douleur. Un être ne se révèle réellement que quand il
1
Phrase extraite de Spleen et Idéal qui est la première des six sections de son
recueil de poème : les fleurs du mal.
Il était une fois un monde appelé « terre incognito », peuplé d’un
milliard d’humains répartis dans une multitude de « villages ».
Ces petites villes étaient toutes structurées de la même manière :
des maisons habitées d’un couple et de deux enfants, un temple
(notre église), un magasin de viande (une boucherie), un autre
d’habits et trois maisons de couleurs. Une messe était célébrée au
temple une fois par jour pendant dix minutes : le temps de choisir
un chiffre de un à cinq et de lire le texte correspondant. La « bible
» était composée de cinq textes, commune à tous les peuples de ce
monde. Tous les villages étaient identiques dans leur disposition
mais le nombre de maisons variait selon le nombre d’habitants.
Les trois maisons de couleur étaient destinées à un but bien
précis. Une rouge : une personne rentrait et ne ressortait jamais,
une rose : une femme rentrait et ressortait enceinte, et une verte :
une femme rentrait et ressortait accompagnée d’un homme. Ce
qui se passait dans ces maisons, personne n’en savait rien, ne
voulait rien savoir. La population était composée d’un nombre
4 égal de femmes et d’hommes et d’enfants, d’un sage
reconnaissable à sa barbe (personne d’autre n’en portait), d’un
prêtre (le seul à avoir des lunettes), d’un jardinier sans signe
distinctif.
Les magasins étaient gérés par les habitants. Le commerce
n’existait pas, ni le troc, ni l’échange. Chaque habit était apporté
par un habitant et servait à un autre habitant. Le système était le
même pour la nourriture. Chaque personne produisait sa
nourriture et apportait une partie au magasin pour les autres. Rien
n’appartenait à personne. Les frontières n’existaient pas et chaque
village cohabitait de manière autonome, dans une courtoisie, une
bonne humeur
et une politesse extrêmes.
Le courrier postal se faisait comme chez nous. Une adresse aux
normes s'écrivait toujours comme cela :
Monsieur X(nom) et Madame Y (nom)
Maison 50
Village 200
Tout était numéroté et les personnes qui naissaient recevaient un
nom (n’importe quoi : lieu, outil, etc.).
Les plantes et les belles fleurs étaient luxuriantes grâce à un
climat
tempéré,
quoique
venteux.
Le soleil brillait et la pluie ne tombait que 2 ou 3 mois par an.
Un jour, Madame Vent de la maison 300 et du village 50, née un
jour de vent donc le prêtre l’avait appelée Vent, s’évanouit en
plein milieu de la place alors qu’elle venait de prendre un
vêtement au magasin. Longtemps, personne ne se soucia d’elle.
Elle lâcha son vêtement qui s’envola pour atterrir dans le panier
de légumes de Monsieur Poix. Celui-ci se demanda ce qui lui
arrivait et d’où venait ce vêtement qui ne lui appartenait pas.
Entre temps, cette femme s'était relevée et s’était mise à la
recherche de sa possession. Elle se retrouva nez à nez avec
Monsieur Poix et lui demanda de lui rendre son bien. Le verbe
"rendre" était inconnu dans le vocabulaire de ce monde puisque la
notion de propriété n’existait pas. Ce Monsieur ne comprenait pas
ce qu’elle demandait alors il alla chercher le sage et le prêtre pour
une explication. Ils arrivèrent très vite et en même temps. Ils
demandèrent d’une même voix quel était le sujet de la dispute. Ce
vêtement appartenait au Monsieur puisque qu’il le tenait à la
main. La dame, pas bien de nouveau, trouva le courage de dire ce
qui s’était passé. Le vêtement était à elle puisqu’elle avait été la
première à le prendre au magasin. Le sage répondit que c’était le
Monsieur qui tenait l’objet du délit et que c’était la femme à
prouver le bien-fondé de ses dires. La femme, suppliante, lui dit
qu’elle voulait reprendre cette étole de laine car elle était malade
5 et qu'elle désirait avoir plus chaud. La "maladie" n’existait pas
dans le vocabulaire. Le prêtre rentra dans la conversation en
disant qu’obéir au règlement était un des commandements de
Dieu et qu’il n’était pas permis d’employer des mots barbares
pour tenter de justifier sa faute. Il rajouta qu’elle gémissait
comme un animal alors que l’homme était en bonne santé et
possédait cette écharpe. La femme répétait qu’elle était malade et
que le vêtement lui avait échappé mais ce n’était pas de sa faute
car elle s’était évanouie car elle souffrait. "Souffrance" : encore
un mot inconnu de ces gens. Le prêtre se mit en colère et dénonça
les mots étranges voire calomnieux de cette femme. Et puis, elle
était par terre comme un animal, donc c'était peut-être un animal.
Le sage intervint. Elle avait un langage certes bizarre, mais elle
parlait, contrairement aux animaux. Mais elle n’était pas sur ses
deux jambes, comme les humains, donc il se pourrait que le prêtre
ait raison. Le prêtre annonça que seule l’heure de dormir était
réservée à la position verticale donc il faudrait que cette femme
soit punie. Qu’on la mette dans une cage sans nourriture, sans
vêtement et bien en vue de tout le monde. Le sage et le prêtre se
félicitèrent du bon et rapide déroulement de cette affaire. Ce cas
était fort simple.
La femme suppliante, pleurante et de plus en plus malade, fut
mise dans une cage laissée dans une maison mise à disposition par
un couple. A partir de ce moment là, une foule grandissante vint
la voir.
Elle souffrait dans sa chair et dans son âme. Pourquoi ces gens
qu’elle côtoyait tous les jours étaient-ils si cruels ? Qu’est ce
qu’elle avait fait pour subir cette torture ? Ces supplications et ses
gémissements étaient une source d’amusement comme du cirque
pour nous. C’était extraordinaire, personne n’avait jamais vu cela.
Les gens venaient la voir après la journée de travail pour se
distraire. Le sage et le prêtre étaient là des heures entières à
commenter sa souffrance et ce qu’elle devenait au fil du temps.
Ces gens la considéraient comme une bête qu’on exhibait. Pour le
prêtre, considérant que cet état de fait n’était pas écrit, il n’existait
pas. Pour le sage, ce qui n’était pas connu était barbare et
inconcevable.
Très affaiblie par la maladie, la pauvre femme ne dura pas
longtemps. Il y eut arrêt des fonctions cardio-respiratoires, le
cœur s’arrêta de battre, la circulation sanguine s’interrompit. Peu
à peu, le corps se refroidit. En l’espace d’environ 24 heures, sa
température s’équilibra avec celle du milieu ambiant : une pièce
fermée et chauffée. Pendant ce temps, le sang était descendu sous
l’effet de la gravité, s’agglutinant dans les parties plus basses du
corps. La lividité cadavérique —une coloration bleue ou pourpre
de la peau— avait commencé à apparaître à ces endroits. Une
douzaine d’heures après sa mort, le phénomène avait atteint son
intensité maximale. Les muscles du cadavre, quant à eux, s'étaient
durcis de plus en plus, à mesure que le calcium s’y était amassé.
Cette rigidité avait touché d’abord la nuque, les paupières et la
6 mâchoire, puis s’était étendue graduellement. Cela a pris douze
heures, à l’ensemble de l’organisme. Elle avait duré près de deux
jours et avait disparu progressivement pendant que le public ébahi
et ravi pouvait voir se dessiner sur l’abdomen, au niveau de
l’intestin, une première tache verte de putréfaction. La
décomposition des tissus humains de cette femme s’était faite en
deux temps : l’autolyse et la putréfaction. L’autolyse –ou
autodigestion– avait débuté environ quatre minutes après le décès
: les cellules, privées d’oxygène et d’apport nutritif, moururent,
détruites par leurs propres enzymes. La putréfaction s’était
manifestée quand cette réaction biochimique d’autodestruction
cellulaire avait bien progressé. Les bactéries et autres microorganismes se sont attaqués aux tissus, où ils trouvaient
maintenant quantité de fluides riches en nutriments. Les bactéries
ne furent pas les seules à se partager le «repas». Rapidement, dans
la première heure suivant la mort de cette suppliciée, les mouches
détectèrent une odeur qui les attirèrent. Elles pondirent leurs œufs
dans les orifices naturels (narines, bouche, oreilles), les yeux.
Quelques jours plus tard, leurs larves ont écloses éclos et se sont
nourries des tissus humains. La tache verte sur l’abdomen avait
pris de l’ampleur, s’était étendue au thorax. Les gaz produits par
les bactéries se sont accumulés. Des sortes d’ampoules se sont
formées sur la peau qui avait commencé à se décoller. Le visage
s’est boursouflé, les yeux ont bouffi, la langue est ressortie.
L’abdomen s'était gonflé. Quelques semaines plus tard, la peau,
les cheveux et les ongles se sont détachés. Le corps a noirci. Des
liquides ainsi que des gaz ont été expulsés par la bouche et le nez.
Les principaux organes ont éclaté. Le tout a dégagé une forte
puanteur.
La femme mourut dans d’épouvantables spasmes et dans une
puanteur indescriptible… sous les applaudissements frénétiques
du public. Ils furent extasiés devant cette performance. Ce fut la
bousculade autour de la cage quand elle se décomposa. La vue de
cette peau qui se détachait, de ses yeux qui se révulsaient, de cette
odeur de corps en putréfaction était pour ces gens le summum du
summum. Pour le prêtre et le sage, un spectacle grandiose et
fascinant, ils ne comprenaient pas ce qu’ils voyaient et ne
cherchaient pas à comprendre.
Finalement, il ne resta qu’un squelette et les dents. A ce stade là,
les gens s’en allèrent, le spectacle était terminé. La cage fut
transportée dans un terrain vague à l’extérieur du village et laissée
comme cela.
Le seul du village qui n’alla pas la voir fut le jardinier, occupé
avec ses plantes. Il voyait vivre et mourir, donc la décomposition
et la mort n’avaient plus de secret pour lui. Il fit pousser des fleurs
autour de la cage qui devint le tombeau de cette pauvre femme.
Un jour, il savait qu’il irait dans cette maison rouge sans savoir
pourquoi…
7 Saint Augustin : « (…) D’où me vient donc de vouloir le mal et
de ne vouloir le bien ? Est-ce pour motiver un châtiment que je
subisse justement (…) » extrait des Confessions, VII, 3, 5
HISTOIRE DEUX : VENGEANCE INUTILE
Le bien et le mal sont deux faces d’une même pièce : notre âme.
Nous nous servons d’un mode d’emploi pour trier le mal du bien
et ne garder que la bonne graine : c’est notre conscience. Notre
libre arbitre nous pousse à avoir ce choix perpétuel.
Que se passe-t-il quand un coup dur de la vie fait exploser cet
arrangement et fait voler en éclat nos sentiments ou notre raison ?
Quel monstre pouvons-nous devenir ?
≈≈≈≈
Qu’est ce qui s’est passé ? Qu’est ce qui vous a poussé à faire cet
acte odieux ? demanda le Monsieur à Chloé. Elle ne répondit ni la
première ni la douzième fois.
Moi, je connais son parcours. Je sais ce qui l’a motivée pour tuer.
8 En 1945, Chloé vivait seule avec sa maman, dans un petit village
français.
Ses amies et ses professeurs appréciaient sa bonne humeur, sa
gaieté, son intelligence et son courage.
Chloé était une adolescente de quinze ans, au regard doux et
aimant. Elle était toujours bien habillée et gardait ses cheveux sur
ses épaules. Elle aimait jouer, parler toute seule avec ses poupées,
organiser des banquets avec sa dinette que son père lui avait offert
avant de disparaitre à la guerre. Jardiner constituait la chasse
gardée de sa mère, travailleuse et solitaire. Elle passait des heures
à cultiver ses légumes : persil, navets, poireaux, courges, potirons,
salades, radis ou à choisir des fruits au marché chaque jeudi et
vendredi. Pendant les repas du matin au soir (le reste du temps
elle mangeait à la cantine), elles se parlaient beaucoup de ce
qu’elles avaient fait, vu ou entendu. Sa mère lui montrait toute
fière son jardin, comme ses légumes poussaient bien. La mère et
la fille avaient toutes deux une bonne fourchette.
Chloé ne s’étonnait pas de n’avoir aucune privation comme la
plupart de ses copines mais elle n’en faisait jamais cas comme
elle l’avait promis à sa maman. Celle-ci était excellente cuisinière
et avait appris à sa fille unique à cuisiner des pommes de terre sur
toutes les formes, pour ne donner qu’un exemple. Comme elle
était très gourmande, sa mère lui faisait des tartines de confitures,
de miel, de chocolat. Elle aimait bien la bonne soupe de légumes
bien chaude le soir après la classe et le chocolat fumant le matin.
Ce matin là en mai 1945 à sept heures, elle finissait de s’habiller
dans sa chambre et se préparait à boire ce délicieux chocolat. Sa
maman coupait des tranches de pain croustillant. Chloé entendit
alors la porte s’ouvrir brusquement et une voix gutturale et
agressive parler durement à sa mère. Celle-ci disait non en
allemand. Chloé se mit dans un coin pour voir ce qui se passait
sans être vue (la maison était vieille et regorgeait de coins qui
servaient de cachette). Elle entendit des vêtements se déchirer, un
corps tomber. Sa mère hurlait, criait. Elle entendit aussi des
ceintures se défèrent et des rires. Elle était tétanisée par la peur et
ne bougeait plus. Personne ne regardait l’étage. Puis longtemps
après, elle entendit un coup de feu et la porte claquer. Elle était en
retard pour l’école mais peu lui importait. C’est seulement à ce
moment là qu’elle sortit de sa cachette et vit ce qu’aucun enfant
ne devrait avoir à regarder : sa mère agonisante baignant dans son
sang, nue et les jambes écartées. Chloé comprit et alors une ombre
malfaisante et haineuse s’engouffra dans son âme vierge et
bouscula les remparts fragiles de sa conscience d’adolescente.
Cette haine prit ses aises et ses quartiers dans cet esprit en jachère.
Sa mère mourut bien vite et Chloé devint l’ange de la mort qui
allait la venger coûte que coûte.
Elle prit ses affaires et de la nourriture, but son chocolat, mangea
ses tartines et quitta le village définitivement sans se retourner.
9 Pour retrouver cet homme deux indices : sa voix particulière et
une odeur de musc caractéristique. Elle laissa le corps supplicié
de sa mère sur le sol froid d’une cuisine devenue glaciale, toute
tendresse, toute humanité s’étaient envolées bien loin d’elle. Elle
barricada son cœur d’épines et ne se voua qu’à sa seule
vengeance.
La suite de son récit reprendra dix ans plus tard. Ses beaux yeux
bleus mer étale étaient devenus presque gris soir d’orage, elle
portait ses cheveux en un chignon impeccable et sévère. De six
centimètres plus grande, c’était une femme frêle mais solide, au
regard d’hiver, enveloppée dans des vêtements toujours sombres
et amples que nous allons retrouver. Aujourd’hui, elle est
radieuse, elle a enfin retrouvé l’homme qu’elle cherchait depuis
une décennie. Il a la même odeur et la même voix. Elle habitait un
petit appartement bien tranquille racheté pour une bouchée de
pain à une personne âgée, décédée depuis. Chez elle, c’est
spartiate, des meubles utiles (placard, lit, tables, chaises), pas de
livres ni d’appareils de musique, uniquement la tv. Elle travaillait
dans une boucherie chevaline à deux pas de chez elle, comme
vendeuse à plein temps pendant longtemps, maintenant, elle avait
son vendredi et son week-end. Ses moments de loisirs, elle les
passait à ruminer sa vengeance qu’elle voulait flamboyante,
grandiose. Elle ne sortait que pour faire ses courses ou pour aller à
la recherche de son ennemi. Par des moyens que Chloé garda pour
elle, elle avait retrouvé cet homme et allait pouvoir mettre en
marche ses plans. Il vivait avec sa mère et sa sœur, dans une
maison dans la banlieue proche et chic de Paris. Grâce à son
argent, il avait passé les mailles du filet de la Résistance. Il
n’avait pas fait assez de tueries pour que le procès de Nuremberg
ne retienne son nom.
Vous voulez lire la suite ? Il est en vente sur ce
site !
L’extrait vous a plu ? Alors achetez le recueil complet auprès de l’auteur ! 10 
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising