Législation et avis Commerce Economie

Législation et avis Commerce Economie
de letzebuerger
Bulletin de la Chambre de Commerce du Grand-Duché de Luxembourg
Législation et avis
Attention
aux arnaques
et escroqueries!
Commerce
Le secteur textile
Economie
Balance
des paiements:
Recul de l’excédent
courant
www.cc.lu
3 • 2004
Parce que je mérite un banquier qui me comprend !
Se prendre le temps de vous écouter, analyser et comprendre vos besoins, anticiper les tendances du marché et
agir rapidement avec des solutions pertinentes et efficaces, telle est la vocation de nos conseillers PME. Le
développement de produits avantageux en est un atout supplémentaire: les formules ZEBRA BUSINESS et
ZEBRA BUSINESS plus vous proposent tous les services autour de votre compte courant professionnel.
Cette offre business “tout compris” inclut tous les services à réelle valeur ajoutée dont vous pouvez profiter au
quotidien. Et ceci pour un rapport qualité/prix exceptionnel. N’hésitez plus et renseignez-vous dès aujourd’hui
dans une de nos 80 agences à travers le pays ou sous www.zebra.lu.
En parfait partenaire.
Editorial
Emissions CO2:
Un plan national prudent et ambitieux
Le protocole de Kyoto, ratifié par les Etats membres
de l’Union européenne, prévoit que l’UE doit réduire ses
émissions de gaz à effet de serre de 8 %. Chaque Etat
membre de l’UE a souscrit un objectif national qui pour le
Luxembourg se situe à 28 %. La directive européenne dite
«Emission trading» soumet un certain nombre d’entreprises
industrielles à un système obligatoire de quotas pour
ce qui concerne leurs émissions de dioxyde de carbone
(CO2). La distribution initiale des quotas aux industries
concernées se fait dans le cadre d’un plan national d’allocation (PNA) que les Etats membres ont dû soumettre à
la Commission européenne avant le 31 mars de cette année.
Lors de l’établissement de ce plan, les Etats membres ont
été amenés à dresser l’inventaire des émissions actuelles et
à faire des projections sur les émissions nationales durant
la période d’engagement 2008-2012 en tenant compte des
mesures permettant de respecter l’objectif de réduction des
émissions auquel l’Etat s’est engagé vis-à-vis de ses partenaires européens (burdensharing).
Le plan d’allocation luxembourgeois ne se limite donc
pas à la répartition d’un certain volume de quotas d’émission aux entreprises concernées mais doit être en ligne
avec l’objectif national de réduction de - 28 % par rapport
à 1990, tout en tenant compte des contraintes économiques et sociales qui s’imposent aux auteurs du plan.
Les discussions qui ont été menées autour du PNA ont
le mérite d’avoir mis l’accent sur tous les piliers du développement durable. La solution d’un problème écologique
a été conçue en tenant compte des contraintes économiques et sociales existantes et en faisant une projection
aussi réaliste que possible sur l’évolution future, le tout
après concertation avec les acteurs impliqués.
La Chambre de Commerce salue le PNA qui peut être
qualifié de prudent et d’ambitieux à la fois.
Prudent puisqu’il évite de mettre trop facilement en
cause les équilibres financiers, économiques et sociaux
existants tout en réduisant les émissions là où les mesures d’économie peuvent être mises en œuvre d’une façon
rationnelle. Ambitieux puisqu’il prévoit un corridor pour
une future croissance économique caractérisée par la volonté de poursuivre la politique active de diversification et
de développement industriels afin d’arriver à un meilleur
équilibre au niveau de notre structure économique. Il est
donc absolument nécessaire de poursuivre les efforts de
diversification en offrant un cadre propice à des investis-
seurs potentiels. Le PNA est également ambitieux du fait
qu’il respecte l’objectif de réduction de 28 %.
Il est évident que le PNA a été conçu dans le but de consolider les activités existantes et de réserver un potentiel de
croissance pour stimuler de nouveaux investissements. Les
entreprises existantes, si elles avaient la chance de pouvoir
utiliser leur outil de production à pleine capacité, devront
vraisemblablement acquérir des droits supplémentaires. Le
PNA répond à un objectif écologique puisqu’il stimulera
les entreprises à maintenir, voire à intensifier leurs efforts
allant dans le sens d’une production plus efficiente.
Le PNA table sur des mesures rationnelles de réduction
des émissions. Rationnelles des points de vues écologique,
économique et social. L’industrie approuve ce choix explicitement car c’est elle qui pourra ou devra fournir les produits
et services innovants permettant de répondre au défi lancé.
Un des éléments qui grève considérablement la réserve
de CO2 à la disposition du Luxembourg, est le transit routier et l’achat de carburant qui en résulte. La Chambre de
Commerce estime d’un point de vue économique et social
qu’il aurait été irresponsable de compromettre l’équilibre
des finances publiques et de provoquer des tensions sociales en renonçant aux recettes d’accises engendrées par les
ventes de carburants au Luxembourg. Un tel choix aurait
été d’autant plus inutile qu’il n’aurait pas résolu le problème écologique. Au contraire, il l’aurait tout simplement
délocalisé. Compenser les émissions équivalentes à une
grande partie des ventes de carburants vendus au Luxembourg par le recours aux instruments flexibles constitue
une réponse tout à fait valable au problème posé.
Si d’un point de vue écologique, la solution retenue
est à saluer, la Chambre de Commerce rappelle que le
PNA devra maintenant être analysé et apprécié au niveau communautaire et elle invite donc les responsables
politiques à mettre tout en œuvre afin que la situation
particulière du Grand-Duché soit prise en considération
lors de cette évaluation. Ceci d’autant plus que le PNA
luxembourgeois est parfaitement en ligne avec le protocole de Kyoto qui, rappelons le, ne fait pas l’unanimité
sur le plan mondial. Le cavalier seul de l’UE par rapport
aux Etats- Unis et la Russie pour ne nommer que ces deux
espaces économiques, entraînera certainement une situation de distorsion qui constitue un défi énorme pour ceux
qui voudront maintenir, voire améliorer la compétitivité
de l’industrie européenne.
Sommaire
Edito
Emissions CO2: Un plan national
prudent et ambitieux
page 3
Dossier
Messen und Ausstellungen
im Mai 2004
Doing Business Without Borders!
page 24
EU – Sri-Lanka Partenariat 2004:
Développez vos affaires au
Sri Lanka et en Inde
page 26
Berufsausbildung 2004/2005
Go-East Partenariat à Sala (Suède)
Futurallia Poitiers 2004:
les entreprises luxembourgeoises
dans les starting blocks
page 27
La Tunisie, le site d’affaires approprié
Séminaire sur les opportunités
d’affaires en Tunisie, le 15 avril 2004
page 29
page 6
Business Opportunities in Singapore
YES program: Commercial export
mission to Japan
page 30
N° 3 - 2004
International
Editeur:
Chambre de Commerce
du Grand-Duché de Luxembourg
31, boulevard Konrad-Adenauer
Adresse postale: L-2981 Luxembourg
Tél.: 42 39 39-1
Fax: 43 83 26
E-mail: merkur@cc.lu
homepage: http://www.cc.lu
3 - 7 mai 2004: Mission
économique au Cap Vert
Calendrier
A la découverte des nouveaux
Etats membres de l’UE:
Cap sur la Pologne
Paraît 10 fois par an
Tirage: 32 200 exemplaires
Reproduction autorisée avec mention
de la source. Copie à l’éditeur
page 17
Mise en page et
impression:
Imprimerie Centrale S.A.
page 16
Contacts commerciaux
fructueux à Berlin
Jean Lemierre, président
de la BERD, en visite à la
Chambre de Commerce
page 31
Doing Business with the U.S.
Enquête annuelle de satisfaction
auprès de sa clientèle
page 32
Elargissement et changements
institutionnels
page 33
Nouveau règlement sur le contrôle
des concentrations
page 35
Journées de Promotion
Economique en Corée du Sud
page 18
Hannover Messe 2004:
Visitez avec nous la plus grande
foire industrielle du monde!
La date butoire du 1er mai 2004:
un compte à rebours
page 36
Customs Duties on Imports
of certain products originating
in the U.S.A.
Recent tax reforms in India
Publicité:
Imprimerie Centrale
Service Régie
Bureaux: 119, rue Adolphe Fischer
L-1521 Luxembourg
Tél.: (+352) 40 36 10-1
Fax: (+352) 40 36 10-228
E-mail: regie@ic.lu
page 19
HORECATEL 2004:
Le Luxembourg confirme son envol
Réunion du conseil d’administration
de la Debelux
Conception graphique:
Millenium - Bertrange
page 21
page 40
Gruppenreise zur CeBIT
mit Erfolg abgeschlossen
Journées d’opportunités
d’affaires 2004
page 23
page 41
Crédit photographique:
MEV, Agence Blitz
4 • Merkur • Avril 2004
Eco-Industries 2004: Journée
des Exposants Luxembourgeois –
vous êtes invités!
page 38
page 20
page 39
AHK debelux: Chambre de Commerce
Belgo-Luxembourgeoise-Allemande
Formation
Acheter du stage ou acheter
du changement?
Législation et avis
Commande d’annonces
publicitaires: Attention arnaque!
Joël Schaeffer finaliste
luxembourgeois au
Bocuse d’Or 2005
page 74
page 56
Revente d’entreprise:
Attention arnaque!
Loterie en ligne:
Attention escroquerie!
Innovation
page 57
La sécurité générale des produits
easybycoach.com fährt 9-mal
täglich zum Flughafen Hahn
Projets de loi soumis pour
avis à la Chambre de Commerce
Entrée en vigueur de la nouvelle
loi sur le secteur financier
Pour tout savoir sur l’Agence
luxembourgeoise de l’innovation
et de la recherche
The European IST Prize will award a
total of EUR 700,000
page 60
page 46
page 61
FP6: Preliminary information about
future calls for proposals to be
launched in May
Comment rester au fait de
l’actualité innovation et recherche
au Luxembourg?
La médiation pour un règlement
à l’amiable
page 47
Identification par radio-fréquences,
quelles perspectives?
Lancement de l’Observation
juridique de la place financière
de Luxembourg
page 62
Commerce
Les commerces spécialistes
présents dans la Grande Région
Saar-Lor-Lux: Le secteur textile
page 48
page 80
Un tri des déchets efficace
à la Gare de Luxembourg
page 81
Brain&More
élargit son réseau de services
Banque Générale du Luxembourg:
Augmentation du bénéfice net
de 39,5 %
page 82
Bascharage: Neue Abfüllung für
Brauerei Bofferding
Grand-Prix de l’Entrepreneur 2004
page 51
Secureux s’installe au Grand-Duché
de Luxembourg
Démographie: 451.600 résidants
au 1er janvier 2004
page 54
Télécommunication: Cegecom
dévoile sa nouvelle stratégie
page 84
Production industrielle:
+ 2,6 % en 2003
30 ans de collaboration
transfrontalière en Grande Région
Conférence sur les perspectives de
la place financière luxembourgeoise
page 78
Randstad Interim organise
son Forum de l’Emploi annuel
page 50
page 53
Arcelor céde sa filiale Thainox
Siemens et DexiaBIL
remportent le Prix féminin
de l’Entreprise 2003
Balance des paiements:
Recul de l’excédent courant
Revenu disponible et niveau
de vie sur la période 1994-2001
La femme dans la société
luxembourgeoise
page 76
page 83
Economie
page 52
En bref
Boomerang: Une nouvelle boisson
alcoolisée à base de malt
page 58
page 42
Actualités Entreprises
page 64
Fédérations/UEL
UEL: Développement durable
page 70
Les qualifications de demain
dans le domaine des TIC
page 72
Une Initiative d’Insertion réussie
page 73
page 86
Thiel Logistik schlißt
Restrukturierung erfolgreich ab
page 87
Bourse d’entreprises
page 88
Liquidations
page 90
5 • Merkur • Avril 2004
Dossier
Berufsausbildung 2
6 • Merkur • Avril 2004
g 2004/2005
U
nter Berufsausbildung (Lehre) versteht man die Erlernung eines bestimmten Berufes.
Diese Lehre umfasst eine 3- bzw. 2- oder einjährige
praktische Ausbildung in Industrie-, Handels-, Dienstleistungs- und Gaststättenbetrieben, begleitet von
theoretischen Kursen in den technischen Sekundarschulen (Lycées techniques). Sie schließt mit einem
Befähigungsnachweis ab (CATP – Certificat d’aptitude
technique et professionnelle).
D
aneben wird im Handel und
im Gaststättengewerbe eine
Lehre angeboten, die sich als
Ziel setzt, lernschwierige Jugendliche
einerseits in zwei Etappen zu einer
beruflichen Qualifikation zu führen,
oder andererseits ihnen den Eintritt ins Berufsleben zu erleichtern.
In dieser Lehre von 2 Jahren wird
den Kandidaten eine Basisausbildung
vermittelt, welche mit einem Einführungszeugnis abschließt (CITP –
Certificat d’initiation technique et
professionnelle). Dieses Zeugnis
ermöglicht ihnen entweder in einer
zweiten Etappe in das normale erste
oder zweite Lehrjahr einzusteigen
oder ins Berufsleben einzutreten
(diesbezüglich nimmt der Klassenrat
eine verbindliche Entscheidung).
Die Lehre erfolgt nach Abschluss
eines Lehrvertrags zwischen dem Aus-
bildungsbetrieb und dem Lehrling. Der
Lehrvertrag läuft bei bestandener Lehrabschlussprüfung (theoretischer und
praktischer Teil), also bei erfolgreich
abgeschlossener Lehre automatisch aus.
Zusätzlich zum herkömmlichen Weg der Ausbildung gibt es
den kürzlich eingeführten Weg der
Erwachsenenausbildung, welcher
sich an jene richtet, die im Erwachsenenalter einen Beruf (neu) erlernen möchten. Hierbei handelt es
sich im Prinzip um den gleichen
Weg der Ausbildung unter Lehrvertrag, nur dass diese Formel den Auszubildenden eine erhöhte Lehrlingsentschädigung zugesteht (sozialer
Mindestlohn). Für weitere Informationen steht die berufliche Orientierungsabteilung (BIZ) des Arbeitsamtes (ADEM) zur Verfügung.
Tel.: 478 5380
sss
7 • Merkur • Avril 2004
Dossier
des betreffenden Ausbildungsberufes vermittelt werden können. Diese
Fertigkeiten und Kenntnisse sind in
den praktischen Ausbildungsprogrammen hinreichend beschrieben.
■
■
Bildungsvoraussetzungen um eine
Lehre anzutreten
Je nachdem welche Berufsausbildung bzw. Lehre ein Jugendlicher
nun antreten will, muss er folgenden Schulabschluss vorzeigen:
Technische Berufe
• Technische Berufe wie z.B. Mechaniker, Elektroniker, Bauzeichner: im Allgemeinen Abschluss
einer 9. Klasse des technischen
Sekundarunterrichts. Die Handelskammer empfiehlt den Betrieben
jedoch, den Abschluss einer 9e
polyvalente bzw. einer 9e théorique zu verlangen.
• Die Kandidaten, welche eine
Lehre als Bauzeichner angehen
möchten, sollten vor Vertragsabschluss eine unverbindliche
Befähigungsprüfung ablegen,
welche von der Handelskammer in Zusammenarbeit mit der
zuständigen Examenskommission organisiert wird.
• Mechatroniker und Fachinformatiker: den Abschluss einer 9e
théorique, bzw, einer 9e polyvalente.
Handelsberufe
• Fachverkäufer, Lagerverwalter,
Schaufensterdekorateur und
Werbegestalter (Ausbildungsziel
CATP): Abschluss einer 9. Klasse
des technischen Sekundarunterrichts.
• Verkaufsgehilfe mit Ausbildungsziel CITP: Ermächtigungsschreiben der Aufnahmekommission.
• Reisebüroagent: im allgemeinen Abschluss einer 9. Klasse
des technischen Sekundarunterrichts. Die Handelskam8 • Merkur • Avril 2004
mer empfiehlt den Reisebüros
jedoch, den Abschluss einer 9e
polyvalente bzw. einer 9e théorique zu verlangen.
• Büroangestellter: im Allgemeinen 11 abgeschlossene Schuljahre (11. Klasse Fachrichtung
Verwaltung und Handel).
• Apothekerassistent: im Allgemeinen 11 abgeschlossene Schuljahre (11. Klasse Fachrichtung
Apothekerassistent).
Koch, Kellnerpersonal
im Gaststättengewerbe
• Koch und Kellner (Ausbildungsziel CATP): Abschluss einer 9.
Klasse des technischen Sekundarunterrichts.
• Koch- und Kellnergehilfe mit
Ausbildungsziel CITP: Ermächtigungsschreiben der Aufnahmekommission.
Zu bemerken sei, dass je nach
der schulischen Vorbildung die
Möglichkeit besteht, eine verkürzte
Lehre durchführen zu können. So
kann z.B. der Lehrbetrieb, nach
Anfrage bei der Handelskammer,
einem Kandidaten, der eine 10.
oder eine 11. Klasse der vollzeitigen Schulausbildung in der entsprechenden Berufssparte besucht
hat, die Lehrzeit dementsprechend
verkürzen.
■
Welche Bedingungen
muss ein Betrieb
erfüllen, um
einen Lehrling
aufzunehmen?
Die Bedingungen sehen vor, dass
der Betrieb so geführt und eingerichtet sein muss, dass dem Lehrling die
nötigen Fertigkeiten und Kenntnisse
Wie wird ein
Lehrvertrag
abgeschlossen?
1. Bevor der Lehrling seinen Beruf
wählt, muss er bei der Arbeitsmarktverwaltung vorsprechen,
welche ihn dann an einen Lehrbetrieb vermittelt. Die Handelskammer kann einen Lehrvertrag
erst dann eintragen, wenn sie
eine Bescheinigung erhalten hat,
dass der Lehrling die Arbeitsmarktverwaltung aufgesucht
hat (Administration de l’Emploi
– Service de l’Orientation professionnelle). Zusätzlich muss der
Lehrling sich sofort für die theoretischen Begleitkurse in einem
Lycée Technique einschreiben
lassen.
2. Der Ausbildungsbetrieb muss
die offenen Lehrstellen bei der
Arbeitsmarktverwaltung melden
und darf keinen Lehrling ohne
Benachrichtigung der Arbeitsmarktverwaltung einstellen.
3. Die Lehrvertragsformulare werden
automatisch von der Arbeitsmarktverwaltung an die vorsprechenden Lehrlinge weitergegeben
oder können bei der Handelskammer schriftlich oder telefonisch vom Lehrherrn angefragt
werden (Service de la formation
professionnelle, Tel.: 42 39 39 210, Fax: 42 39 39 - 820, e-mail:
formprof@cc.lu).
4. Diese Lehrvertragsformulare
müssen sofort zu Beginn des
Lehrverhältnisses (bei der Einstellung des Jugendlichen) in
vierfacher Ausfertigung ausgefüllt werden und von Lehrherrn,
Lehrling und gegebenenfalls von
dessen gesetzlichem Vertreter
unterschrieben werden.
5. Wichtig sind die Eintragungen
der Lehrlingsentschädigungen,
welche pro Lehrjahr gestaf-
felt sein müssen, ebenfalls die
Bestimmung, dass die Kosten
für Kost und Logis (rémunération en nature) anzulasten sind.
6. Schließlich werden zwei Exemplare der Lehrverträge vom Lehrherrn an die Handelskammer
gesandt, die beiden übrigen
Exemplare des Lehrvertrages
behalten jeweils der Lehrherr
und der Lehrling zur Aufbewahrung zurück.
7. Des Weiteren muss sich der angehende Lehrling einer arbeits-
medizinischen Untersuchung
unterwerfen. Die Adressen der
zuständigen Arbeitsgesundheitsdienste werden auf Anfrage von
der Handelskammer mitgeteilt.
Wer betreut die
Berufsausbildung?
In Zusammenarbeit mit der Handelskammer, den Ausbildungsbetrieben, der Privatbeamten-, respektiv Arbeiterkammer, den Lehrlingen
und ihren Eltern, dem Unterrichts-
CONSEILLER A
L’APPRENTISSAGE
Daniel HENDRIKS
ministerium und den Schulen ist
der Ausbildungsberater (conseiller
à l’apprentissage) zuständig, um
in allen Fragen der Ausbildung zu
informieren und zu beraten.
In allen Fragen und Problemen
in Bezug auf die Berufsausbildung
können sich die Ausbildungsbetriebe
sowie die Lehrlinge und ihre Eltern
an die Berufsbildungsabteilung der
Handelskammer (Tel.: 42 39 39-210,
Fax: 42 39 39-820) sowie an die
Ausbildungsberater (conseillers à
l’apprentissage) wenden.
BETREUUNGSBEREICH
KONTAKT
Büroangestellte,
Schaufensterdekorateur,
Werbegestalter, Bauzeichner
daniel.hendriks@cc.lu
GSM: 021 504 321
Fachverkäufer (CATP),
Lagerverwalter, Verkaufsgehilfe (CITP),
Reisebüroagent, Fachinformatiker,
Apothekenassistent
Michel MAILLIET
michel.mailliet@cc.lu
GSM: 021 283 938
Technische Industrieberufe,
Berufe des Gaststättengewerbes (CATP & CITP),
Fachverkäufer (CATP), Verkaufsgehilfe (CITP)
Fränz WALDBILLIG
francis.waldbillig@cc.lu
GSM: 021 227 158
Faxnummer für die Ausbildungsberater: 42 39 39-820
■
Förderungsmaßnahmen
für die
Berufsausbildung
Der Staat gewährt den Ausbildungsbetrieben und den Lehrlingen
folgende Hilfen und Zuschüsse:
• zugunsten des Arbeitgebers:
a. Erstattung der sozialen Lasten
des Arbeitgebers, betreffend
die an jeden Lehrling zu verrichtende Lehrlingsentschädigung.
b. Erstattung eines Zuschusses,
der sich auf 27 % der an den
Lehrling ausgezahlten Lehrlingsentschädigung beläuft.
• zugunsten des Lehrlings (vorausgesetzt, dass der Lehrling sein
Lehrjahr erfolgreich abgeschlossen hat):
Bewilligung eines Betrags von
117,- € pro Ausbildungsmonat
unter Lehrvertrag.
■
Wie ist die
Berufsausbildung
organisiert?
Technische Berufe allgemein
• 3 Jahre Lehrvertrag
• 24 Wochenstunden praktische
Betriebsausbildung
• 16 Wochenstunden theoretische
Begleitkurse
Handelsberufe
• Fachverkäufer und Lagerverwalter (Ausbildungsziel CATP):
32 Wochenstunden praktische
Betriebsausbildung, 8 Wochenstunden theoretische Begleitkurse. Im zweiten Lehrjahr besuchen die Lehrlinge zusätzlich
während des zweiten Semesters
neun halbtägige Kurse in Warenkunde. Diese besonderen Kurse
werden für das dritte Lehrjahr
während des ersten Semesters
abgehalten.
• Verkaufsgehilfe mit Ausbildungsziel CITP: 2 Jahre Lehrvertrag, in
der Regel. 32 Wochenstunden
praktische Betriebsausbildung,
8 Wochenstunden schulischer
Begleitunterricht.
• Schaufensterdekorateur und
Werbegestalter (Ausbildungsziel CATP): 32 Wochenstunden
praktische Betriebsausbildung,
8 Wochenstunden theoretische
Begleitkurse. Zusätzlich zu diesen 8 Wochenstunden besuchen
die Auszubildenden ein Mal pro
Monat ein Spezialkurs in Berufszeichnen (dessin professionnel).
• Reisebüroagent (Ausbildungsziel CATP): Während den ersten
beiden Lehrjahren: 32 Wochenstunden praktische Betriebsausbildung, 8 Wochenstunden theoretische Begleitkurse. Während des
dritten Lehrjahres: 28 Wochenstunden praktische Betriebsaus-
sss
9 • Merkur • Avril 2004
Dossier
bildung. 12 Wochenstunden theoretische Begleitkurse.
• Büroangestellte (Fachrichtungen
Secrétariat, Services Généraux):
1 Jahr Lehrvertrag, 32 Wochenstunden praktische Betriebsausbildung, 8 Wochenstunden theoretische Begleitkurse.
• Apothekenassistent: 1 Jahr Lehrvertrag, 24 Wochenstunden praktische Betriebsausbildung, 16
Wochenstunden theoretische
Begleitkurse
Koch, Kellnerpersonal
im Gaststättengewerbe:
• Koch (Ausbildungsziel CATP):
3 Jahre Lehrvertrag in der Regel.
• Kellner(in) (Ausbildungsziel
CATP): 2 Jahre Lehrvertrag in
der Regel.
• Koch- und Kellnergehilfe (Ausbildungsziel CITP): 2 Jahre Lehrvertrag in der Regel.
Die praktische Betriebsausbildung wird von theoretischen Kursen
10 • Merkur • Avril 2004
ergänzt, welche jährlich in 3 Perioden
zu je 3 Wochen vollzeitigem Schulbesuch zusammengefasst sind.
Praktische Betriebsausbildung
Sowohl für den schulischen
Begleitunterricht wie auch für die
praktische Betriebsausbildung
bestehen Programme die auf nationaler Ebene durchgeführt werden.
Die Programme der praktischen
Betriebsausbildung wurden geschaffen um den Betriebsausbildenden
ihre Aufgabe etwas zu erleichtern.
Sie stellen einen Leitfaden dar, der
in der Praxis der Eigenart und den
besonderen Verhältnissen des Lehrbetriebes und der Aufnahmefähigkeit des Lehrlings angepasst werden
kann.
Die praktische Betriebsausbildung wird vom Betriebsausbilder
überwacht und bewertet. Diese
Beurteilung – unter der Form der
sogenannten „note pratique“ – wird
auf dem Schulzeugnis des Lehrlings
festgehalten und wird des Weiteren
bei der Versetzung des Lehrlings
berücksichtigt (Diese Bewertung
erfolgt in der Regel ab dem zweiten Semester des ersten Lehrjahres
und während des ganzen zweiten
Lehrjahres.). Während des zweiten
Lehrjahres werden die praktischen
Kenntnisse in einem Zwischentest
geprüft.
Das Berichtsheft (carnet d’apprentissage), das jeder Lehrling in
Lehrberufen des Handelsgewerbes
führen muss, ist eine wichtige Hilfe
bei der betrieblichen Ausbildung. Es
soll den allmählichen Fortschritt in
der Berufsausbildung, die Beherrschung der vorgeschriebenen Fachgebiete und die Entwicklung der
Ausdrucksweise erkennen lassen.
Das Berichtsheft soll:
• den Lehrling zur Ordnung und
Gewissenhaftigkeit erziehen,
indem es ihn verpflichtet seinen
Ausbildungsgang regelmäßig
und sorgfältig einzutragen;
• darüber Auskunft geben, ob der
Lehrling die einzelnen Betriebsvorgänge erfasst und verstanden
hat;
• dem Lehrling helfen, durch die
Aufzeichnung des Erlernten
seine Kenntnisse zu vertiefen
und zu erweitern, sowie sein
Denkvermögen, seine Urteilskraft und seine Ausdrucksweise
zu verbessern;
• dem Lehrbetrieb Hinweise geben,
wie der Lehrling seine Ausbildung auffasst und welches
Interesse er an seiner Ausbildung hat.
Regelmäßig sind Berichte über
das Erlernte zu schreiben! Ebenfalls wird den Lehrlingen empfohlen, Dokumente und Formulare
ins Berichtsheft einzuordnen und
Berichte über deren Zweck und
Handhabung zu schreiben.
Um eine einwandfreie Übersicht
des Fortschritts in der praktischen
Betriebsausbildung zu erlauben,
kreuzt der Lehrling die erlernten Fertigkeiten im Ausbildungsprogramm
an. Dieser Ausbildungsnachweis
sowie die Berichte müssen monatlich
vom Lehrherrn und periodisch vom
Ausbildungsberater – bei seinem
Besuch im Betrieb – nachgesehen
und abgezeichnet werden. Es wird
sowohl den Ausbildern als auch den
Lehrlingen wärmstens empfohlen,
das Berichtsheft mit größter Sorgfalt
zu führen, da es sowohl bei der Aufstellung der Ergebnisse der praktischen Betriebsausbildung als auch
bei der Lehrabschlussprüfung (CATP,
partie pratique) bewertet wird.
■
Wann fallen die
theoretischen
Begleitkurse wegen
den Schulferien
(2004/2005) aus?
Das Unterrichtsministerium hat
für das Schuljahr 2004/2005 folgende
Schulferienordnung festgelegt:
Das Schuljahr 2004/2005 beginnt
am Mittwoch, 15. September 2004
und endet am Freitag, 15. Juli 2005.
1. Die Allerheiligenferien beginnen am Samstag, 30. Oktober
2004 und enden am Sonntag,
7. November 2004.
2. Die Weihnachtsferien beginnen am Samstag, 18. Dezember
2004 und enden am Sonntag,
2. Januar 2005.
3. Die Fastnachtsferien beginnen
am Samstag, 5. Februar 2005 und
enden am Sonntag, 13. Februar
2005.
4. Die Osterferien beginnen am
Samstag, 26. März 2005 und enden
am Sonntag, 10. April 2005.
5. Gesetzlicher Feiertag am Sonntag, 1. Mai 2005, verlegt auf den
Freitag, 6. Mai 2005.
6. Gesetzlicher Feiertag am Donnerstag, 5. Mai 2005
7. Die Pfingstferien beginnen am
Samstag, 14. Mai 2005 und enden
am Sonntag, 22. Mai 2005.
8. Schulfreier Tag am Nationalfeiertag, Donnerstag, 23. Juni 2005
9. Die Sommerferien beginnen am
Samstag, 16. Juli 2005 und enden
am Mittwoch, 14. September
2005.
Anmerkung: Bei Ausfallen der
theoretischen Begleitkurse, sei es
wegen den Schulferien oder ande-
ren Ursachen, sind die Lehrlinge verpflichtet, diese Zeit der praktischen
Betriebsausbildung zu widmen.
■
Wie werden
die Lehrlinge
entschädigt?
MINDESTLEHRLINGSENTSCHÄDIGUNG (BRUTTO/MONAT)
(Index 620,75) (règlements ministériaux du 10 mars 2000)
Für
Fachverkäufer,
Lagerverwalter,
Reisebüroagent Büroangestellte
Schaufensterdekorateur,
Werbegestalter,
Bauzeichner
1. Lehrjahr
400,38 €
475,31 €
2. Lehrjahr
509,82 €
591,08 €
3. Lehrjahr
741,67 €
840,06 €
840,31 €
Die Lehrlinge der Berufssparten
Fachverkäufer, Lagerverwalter, Schaufensterdekorateur und Werbegestalter, Bauzeichner, Reisebüroagent und
Büroangestellte haben am Ende eines
jeden Ausbildungsjahres Anrecht auf
eine Erfolgsprämie in Höhe von 10 %
der jährlichen Lehrlingsentschädigung unter der Vorausgabe, dass:
• der Lehrling sein Lehrjahr erfolgreich abgeschlossen hat;
• die vom Lehrherrn im Berichtsheft verzeichneten Resultate
genügend sind;
• der Lehrling während der jährlichen Referenzperiode nicht
mehr als 30 Tage Abwesenheit
im Betrieb aufweist.
Diese Erfolgsprämie wird auf
den Gesamtbetrag der Entschädigungen, die dem Lehrling während
der Referenzperiode vom 1. Oktober bis zum 30. September bewilligt wurden, berechnet. Sie geht
zu Lasten des Arbeitgebers und
ist spätestens bis zum 31. Dezember
auszuzahlen.
MINDESTLEHRLINGSENTSCHÄDIGUNG (BRUTTO/MONAT)
FÜR AUSZUBILDENDE ZUM VERKAUFSGEHILFEN
MIT AUSBILDUNGSZIEL CITP
1. Lehrjahr
360,41 €
2. Lehrjahr
400,38 €
MINDESTLEHRLINGSENTSCHÄDIGUNG (BRUTTO/MONAT)
FÜR AUSZUBILDENDE ZUM APOTHEKERASSISTENTEN
3. Lehrjahr
840,37 €
MINDESTLEHRLINGSENTSCHÄDIGUNG (BRUTTO/MONAT)
EINSCHLIESSLICH DER VERGÜTUNGEN IN NATURALIEN
Für
Köche
Kellner
1. Lehrjahr
582,45 €
536,89 €
2. Lehrjahr
732,61 €
691,70 €
3. Lehrjahr
837,08 €
Für
1. Lehrjahr
2. Lehrjahr
Koch- oder Kellnergehilfen
(Ausbildungsziel CITP)
483,19 €
536,89 €
sss
11 • Merkur • Avril 2004
everest.lu
Plus de 300 entreprises satisfaites,
plus de 300 personnes au travail,
10 aux commandes,
1 agence...
…
,
un concentré d’efficacité !
Staff Interim SA
Agence Industrie - BTP - Tertiaire
Rue de la Libération, 37
L - 4210 Esch-sur-Alzette
Tél. (+352) 26 53 39 - 1
Fax (+352) 26 53 39 - 99
contact@staff.lu
•
www.staff.lu
MINDESTLEHRLINGSENTSCHÄDIGUNG (BRUTTO/MONAT)
FÜR AUSZUBILDENDE ZUM INDUSTRIEMECHANIKER,
ZERSPANUNGSMECHANIKER, ENERGIEELEKTRONIKER,
FACHINFORMATIKER
1. Lehrjahr
451,04 €
2. Lehrjahr
592,26 €
3. Lehrjahr
774,20 €
MINDESTLEHRLINGSENTSCHÄDIGUNG (BRUTTO/MONAT)
FÜR AUSZUBILDENDE IM BERUF MECHATRONIKER
1. Lehrjahr
128,12 €
2. Lehrjahr
256,25 €
3. Lehrjahr
333,12 €
■
Vertragsverlängerung
einer Lehre mit
Ausbildungsziel
CATP
Bei bestandener praktischer,
aber nicht bestandener theoretischer
Abschlussprüfung haben die Lehrlinge Anrecht auf eine Entschädigung
von 1125,61 € (Brutto/Monat).
Bei nicht bestandener praktischer Abschlussprüfung haben die
Lehrlinge Anrecht auf die Entschä-
digung des 3. Lehrjahres, ob sie die
theoretische Prüfung bestanden
haben oder nicht.
■
Wann ist die
Lehre beendet?
Am Ende der Lehrzeit legt der
Lehrling die Lehrabschlussprüfung
(examen de fin d’apprentissage)
ab. Sie stellt den Abschluss der ordnungsgemässen Lehre dar. Zu den
Lehrabschlußprüfungen werden nur
diejenigen Lehrlinge zugelassen, die
ihre Lehre beendet haben und den
Nachweis erbringen, dass sie die
Schule regelmässig besucht haben.
Die Lehrabschlußprüfung besteht
aus einem theoretischen und einem
praktischen Teil, welche nicht unbedingt zum gleichen Zeitpunkt stattfinden.
Für jeden Beruf, beziehungsweise Geschäftszweig wird eine
Prüfungskommission einberufen,
die aus Vertretern der Arbeitgeberund Arbeitnehmerschaft besteht.
Diese werden vom Unterrichtsminister auf Vorschlag der zuständigen
Berufskammern ernannt.
Mit dem Erfolg in der Lehrabschlussprüfung erlischt automatisch der Lehrvertrag. Im Falle eines
Misserfolges in der ersten Prüfung
verlängert sich der Lehrvertrag automatisch um zirka 6 Monate bis zur
darauffolgenden Prüfung. Nach
dieser zweiten Prüfung wird der
Lehrvertrag in jedem Fall nicht mehr
verlängert.
Kandidaten, die das Abschlussexamen zum CATP mit Erfolg
bestanden haben und deren Lehrvertrag beendet ist, haben nunmehr
Anrecht auf den Mindestlohn für
qualifizierte Mitarbeiter = gesetzlicher Mindestlohn + 20 %.
■
sss
ENTWICKLUNG DER GESAMTZAHL DER BEI DER HANDELSKAMMER EINGETRAGENEN LEHRVERTRÄGE
Année de la Formation
95/96
96/97
97/98
98/99
99/00
00/01
01/02
02/03
TOTAL
743
787
808
931
966
978
1073
1220
CATP
689
702
697
772
801
837
940
1025
CITP
54
85
111
159
165
141
133
195
Industrie
89
89
83
86
93
95
111
109
Bâtiment/TP
36
33
38
37
44
61
64
53
Informaticiens
31
44
Commerce
Total Vente
406
472
509
587
629
611
639
669
CATP-Vente
352
387
412
462
487
488
526
523
CITP-Vente
54
85
97
125
142
123
113
146
Employés
adm.et com.
183
166
135
149
141
166
171
246
Horeca
Total
29
27
43
72
59
45
57
99
CATP
29
27
29
38
36
27
37
50
CITP
14
34
23
18
20
49
03/04
1251
1055
196
137
58
62
616
464
152
284
94
50
44
13 • Merkur • Avril 2004
Dossier
Dates des épreuves théoriques des
examens de fin d’apprentissage
Cuisiniers et serveurs de restaurant, filière concomitante
Apprentissage industriel
lundi, 24 mai 2004
et mercredi, 26 mai 2004
vendredi, 11 juin 2004 à mardi, 22 juin 2004
Vente et décoration
mardi, 22 juin 2004 et jeudi, 24 juin 2004
Agent de voyages
mardi, 22 juin 2004 et jeudi, 24 juin 2004
Employé administratif et commercial
Apprentissage ménager
mercredi, 16 juin 2004 à lundi, 21 juin 2004
lundi, 21 juin 2004 et mardi, 22 juin 2004
Les épreuves pratiques des apprentis Cuisiniers, Serveurs, Vendeurs qualifiés, Décorateurs,
Agents de voyages, Employés administratifs auront lieu entre le 15 septembre et 15 octobre 2004.
Le programme définitif leur sera communiqué début août 2004
P O U R
U N
E N V I R O N N E M E N T
S A I N
LOCATION CONTENEURS
EVACUATION/TRAITEMENT DE DECHETS
ASSAINISSEMENT DE SITES CONTAMINES
DESTRUCTION DE DOCUMENTS
H O R S C H
E N T S O R G U N G
S. A R. L.
HORSCH ENTSORGUNG S.A R.L. • 51, RUE HAUTE • L-1718 LUX./HAMM • INTERNET: http://www.horsch.lu/• E-MAIL: horsch@vo.lu • TEL. 42 88 42-1 • FAX 42 88 40
14 • Merkur • Avril 2004
International
3 - 7 mai 2004
Mission économique au Cap Vert
L
a Chambre de Commerce
organisera une mission économique au Cap Vert du 3 au
7 mai 2004 qui aura comme but
d’offrir aux entreprises luxembourgeoises un dispositif organisationnel
susceptible de faciliter l’entrée en
relation avec des sociétés locales.
La République du Cap Vert, un
pays cible de l’aide au développement du Gouvernement luxembourgeois, est un archipel constitué
par 10 îles. Doté d’une superficie
de 4.033 km2 et d’une population
de 435.000 habitants, le Cap Vert
offre des opportunités d’affaires
dans les secteurs de l’industrie, de
la construction civile, de la pêche,
de l’agriculture, des services et dans
le secteur du tourisme, l’une des
principales sources de recettes pour
l’économie capverdienne.
Le tourisme, un secteur d’activité
économique possédant un énorme
potentiel de développement au Cap
Vert, a atteint en 2001 3,9 % du PIB,
représentant ainsi une contribution
de l’ordre de 30 % pour la balance
des transactions courantes.
■
Calendrier
Avril
15.04
Séminaire Tunisie
18.-20.04
Visite accompagnée
à la Hannover Messe 2004
20.04
Journée des Exposants
Luxembourgeois au salon
des Eco-Industries à Metz
20.-22.04
Stand collectif au salon des
Eco-Industries 2004 à Metz
14.05
Visite accompagnée au salon
Drupa 2004 à Düsseldorf
A la découverte des nouveaux Etats membres de l’UE
17.-18.05
Salon de coopération
«BO.R.D.E.R.:
Doing Business without
Borders» à Thessaloniki
26.5
Séminaire Singapour
Juin
2.-4.06
Salon de coopération
«Futurallia 2004» à Poitiers
21.04
3.-4.06
EU-Sri Lanka Partenariat 2004
Business Forum à
Qingdao, Chine
(secteur de l’automobile)
14.06
Séminaire Mexique
Mai
3.-7.05
Mission de promotion
économique au Cap Vert
16 • Merkur • Avril 2004
Pour tout renseignement supplémentaire, n’hésitez pas
à contacter le Départtement International, Affaires hors Europe,
Monsieur David Lutty, tél.: 42 39 39-316, e-mail: world@cc.lu.
20.-26.06
Mission économique en
Bulgarie et Roumanie
(organisée sur initiative
de l’AWEX)
Cap sur la Pologne
W
roclaw, capitale de la Basse
Silésie, a été la destination
d’une récente mission économique que la Chambre de Commerce du Grand-Duché de Luxembourg a organisé, en collaboration
avec les chambres de commerce et
d’industrie du Luxembourg belge et
de Meurthe-et-Moselle. Les quatorze
entreprises luxembourgeoises ont
bénéficié de nombreux rendez-vous
bilatéraux dont certains vont aboutir
à des partenariats.
Ainsi trois sociétés de transport
sont en train de négocier des contrats avec des entreprises polonaises
de transport et se sont même mises
d’accord sur une future collaboration commune. INSTAL S.A. a trouvé
des clients pour l’exportation de
solariums et SISTO ARMATUREN
S.A. a eu des contacts avec l’indus-
trie pharmaceutique intéressée par
l’utilisation de vannes à membranes.
Alors que VALFOND S.A. a rencontré une petite fonderie travaillant
l’aluminium, ASTRON S.A. a décelé
un nouveau constructeur pour le
montage de ses bâtiments en acier.
LUXAIR S.A. a eu des entrevues
avec des compagnies aériennes
locales ainsi qu’avec des agences de
voyages. Les trois participants d’origine polonaise, responsables des
bureaux d’architectures BOITO &
KOSCIELNA S.A.R.L., MARROW S.A.
et de la société de conseil EUROACCESS S.A. ont pu élargir leur réseau
de clients potentiels et ont eu une
entrevue intéressante à la Chambre
des Architectes. Pour terminer le
tour, LUX DIRECT LINE SERVICES
S.A.R.L. compte créer à Wroclaw son
deuxième call-centre, projet qui a
trouvé le support entier du maire
de Wroclaw dont les services vont
assister à la fondation du premier
call-centre à Wroclaw.
Afin de permettre aux entreprises luxembourgeoises d’entrer en
contact avec les autorités de la Basse
Silésie, le maire de Wroclaw avait
organisé une réception à la Mairie et
les trois chambres de commerce ont
invité les entreprises et les autorités
polonaises à un dîner commun pris
dans l’enceinte du plus vieux restau■
rant d’Europe.
Pour de plus amples
informations sur la mission
économique en Pologne, nous
vous prions de contacter le
Département International,
Affaires européennes,
Madame Sabrina Sagramola
ou Madame Edith Stein
par téléphone au
42 39 39-334/312,
ou par e-mail:
europe@cc.lu.
11- 12 mars 2004
Contacts commerciaux
fructueux à Berlin
A
la suite de la mission économique en Pologne, a eu
lieu le salon de coopération
«Partnership Event Berlin 2004» du
11 au 12 mars 2004 à Berlin. 14
entreprises luxembourgeoises ont
profité de cette occasion d’entrer en
contact avec des entreprises en provenance des pays candidats ainsi que
des Etats membres actuels de l’UE.
Le salon de coopération «Partnership Event Berlin 2004» fait partie
de l’initiative européenne «BusTEN:
10 actions pour découvrir les nouveaux Etats membres de l’UE». Dans le
contexte du prochain élargissement de
l’UE, cette initiative met les entreprises
au centre de l’attention en les assistant
à découvrir des marchés et à trouver
des partenaires potentiels. Le projet
contient en plus du salon «Partnership
Event Berlin 2004», des conférences,
des actions de «coaching», des enquêtes et des missions économiques.
Lors des deux journées de rencontres dans le «Ludwig Erhard
Haus» de l’IHK de Berlin, les entreprises ont eu de nombreux contacts,
surtout avec les entreprises en provenance de la Pologne, de la République tchèque et de la Hongrie.
De plus, des rendez-vous fructueux
se sont déroulés avec des sociétés
de la région berlinoise. Au total,
210 rendez-vous ont été réalisés
pour les membres de la délégation
luxembourgeoise, ce qui revient à
une moyenne de 15 contacts par
entreprise.
■
PARTICIPANTS LUXEMBOURGEOIS
A.N.A.I.S. Consulting S.c.r.l.
Parquets, maisons préfabriquées
Astron Buildings S.A.
Construction de bâtiments en métal
Boito & Koscielna Architectes S.àr.l.
Bureau d’architectes
Car Frigo Trans S.A.
Transports des voitures, tracteurs et marchandises
Instal S.A.
Fitness, sauna, solariums
Isometalux S.àr.l.
Matériel d’isolation
Lux Direct Line Services S.àr.l.
Services «call-centre», télémarketing
Mak & Scher S.àr.l.
Textiles, pièces électroniques et mécaniques
Marrow S.A.
Bureau d’architectes
NCI Luxembourg S.A.
Centre d’affaires, bureaux équipés, gestion locative
Sobolux S.A.
Transport
ENTREPRISES REPRESENTEES PAR LA CHAMBRE DE COMMERCE
Carshine S.A.
Services automobiles
Sisto Armaturen S.A.
Vannes pour des applications industrielles, chimiques et pharmaceutiques
Valfond Mersch S.A.
Fonderie
17 • Merkur • Avril 2004
International
23 - 25 mars 2004
Journées de
Promotion Economique
en Corée du Sud
L
ors de la visite du 23 au 25
mars 2004, le Ministre de
l’Economie, Monsieur Henri
Grethen a conduit une délégation
comprenant des représentants du
Comité de Développement Econo-
18 • Merkur • Avril 2004
mique (B.E.D.), du Ministère des
Affaires Etrangères et du Commerce
Extérieur, ainsi que du Département International de la Chambre
de Commerce du Grand-Duché de
Luxembourg. Des dirigeants de plusieurs sociétés luxembourgeoises,
entretenant des relations d’affaires
en Corée du Sud ont également fait
partie de la délégation.
La première manifestation de
la promotion a été un séminaire
dans la capitale Séoul, destiné à
développer les partenariats dans le
domaine du commerce extérieur
et de promouvoir le Grand-Duché
comme site de premier choix pour
des investisseurs industriels.
Le Ministre de l’Economie a signé
une convention avec la société Sam-
wha Steel, spécialisée dans le traitement de fil à ressort formé à froid et
qui devrait commencer sa production
à Bettembourg dans le courant du 2e
semestre 2004. Ce premier investissement coréen créera une trentaine
d’emplois au Luxembourg.
Le lendemain la délégation luxembourgeoise s’est rendue dans la
région d’Ulsan, située à une heure
de vol au Sud-Est de Séoul. Cet
important centre industriel est le fief
du constructeur automobile Hyundai, ainsi que d’une multitude de
ses équipementiers. Lors d’un séminaire les atouts du site Luxembourg
ont été présentés à la communauté
d’affaires locale, dont en particulier
les fournisseurs pour l’industrie
automobile.
■
Hannover Messe 2004
Visitez avec nous la plus
grande foire
industrielle
du monde!
S
e déroulant tous les ans, la
Hannover Messe est une foire
de grande renommé internationale qui constitue sans doute
la plus impressionnante vitrine
industrielle du monde. La Hannover Messe réunit près de 200.000
visiteurs professionnels et quelque
6.200 exposants internationaux
venus présenter leurs produits, services et technologies sur une surface
d’exposition d’environ 210.000 m2.
Pour tenir compte de l’évolution
technologique continue, ce salon
international se subdivise en 8 soussalons spécialisés qui se concentrent
sur les secteurs d’activité suivants:
• INTERKAMA+:
processus d’automation
• Subcontracting:
sous-traitance industrielle
• Factory Automotion:
processus de production
• Digital Factory:
software et solutions IT
pour l’industrie
• Energy:
sources d’énergie alternative
• MicroTechnology:
micro-systèmes et
nanotechnologies
• SurfaceTechnology plus:
traitement de surfaces
• Research & Technology:
recherche et développement/
sciences de la vie.
Du 18 au 20 avril 2004, le Département International de la Chambre
de Commerce du Grand-Duché de
Luxembourg organisera une visite
accompagnée à la «Hannover Messe
2004».
Afin de promouvoir davantage
les contacts commerciaux entre les
entreprises de la Grande Région, la
Chambre de Commerce offrira également la possibilité aux entreprises
participantes de visiter les stands
mis en place par la Région Wallonne
et Export Vlaanderen ainsi que par
la Rhénanie-Palatinat et la Sarre. En
plus, le groupe sera invité à visiter le
stand collectif luxembourgeois qui
est annuellement mis en place par
le Ministère de l’Economie. En cas
d’intérêt, le personnel de la Chambre de Commerce, en collaboration
avec les organisateurs de la Foire
de Hanovre, se propose également
d’organiser, sur simple demande,
des rendez-vous personnalisés avec
des exposants (match-making).
Pour faciliter votre déplacement,
un voyage en autocar sera proposé,
pour autant qu’il y ait un intérêt suffisant manifesté de la part des entreprises. La participation aux frais
de la visite accompagnée s’élève à
369,00 EUR et comprend le voyage
aller/retour en autocar****, le petitdéjeuner à bord, un ticket d’entrée
par participant valable pour les
deux jours, l’hébergement (2 nuitées
en chambre simple dans un hôtel****
près de Hanovre, petit-déjeuner
inclus) ainsi que deux dîners en
■
commun.
Pour avoir de plus amples informations sur la visite accompagnée
à la «Hannover Messe 2004», veuillez contacter le Département International, Affaires européennes, Madame Bettina Milewski,
Chargée de Projets, se tient à votre entière disposition
(tél.: 42 39 39-372 – e-mail: europe@cc.lu).
19 • Merkur • Avril 2004
International
Eco-Industries 2004
✁
Journée des Exposants
Luxembourgeois: Vous êtes invités!
ECO-INDUSTRIES 2004
- Journée des Exposants Luxembourgeois Entreprise:
Nom:
D
u 20 au 22 avril 2004, la
Chambre de Commerce du
Grand-Duché de Luxembourg
sera pour la deuxième fois présente
au salon des Eco-Industries à Metz.
Comme en 2002, un stand collectif
de près de 250 m2 sera mis en place
pour donner aux entreprises luxembourgeoises la possibilité d’exposer
leurs produits, services et technologies
qu’elles offrent dans le domaine de
l’environnement.
Pour l’instant, neuf entreprises
luxembourgeoises se sont inscrites
au stand national:
• Editus Luxembourg S.A.
• Enviro Services International
S.àr.l.
• European Geophysical Services
S.A.
• J. Lamesch Exploitation S.A.
• KS Environmental Services S.A.
• LC Consult – Groupe Luxcontrol
• Phidata
• Polygone S.àr.l.
• Rotarex-Ludec
Pour mettre encore davantage en
évidence les exposants luxembourgeois, une Journée des Exposants
Luxembourgeois sera organisée le
20 avril 2004 à 14.00 heures. La Chambre de Commerce et les exposants
luxembourgeois ont le plaisir de vous
inviter à visiter le stand luxembour■
geois lors de cette journée.
20 • Merkur • Avril 2004
Prénom:
Fonction:
Adresse:
Localité:
Téléphone:
Fax:
E-mail:
@
http://
❏ Je suis intéressé(e) à participer en tant qu’exposant au stand
collectif mis en place par la Chambre de Commerce.
❏ Je suis intéressé(e) à recevoir une invitation à la Journée des
Exposants Luxembourgeois qui se déroulera le 20 avril 2004 au
salon des Eco-Industries 2004 à Metz (l’invitation vaut titre
d’entrée au salon).
Chambre de Commerce
Département International / Affaires européennes
Personne de contact: M. Niels Dickens
7, rue Alcide de Gasperi • Luxembourg / Kirchberg
Adresse postale: L-2981 Luxembourg
Tél.: 42 39 39-371 • Fax: 43 83 26 • E-mail: europe@cc.lu
HORECATEL 2004
Le Luxembourg
confirme son envol
L
a 38e édition du salon Horecatel, le rendez-vous des professionnels de l’horeca, des collectivités et des métiers de la bouche,
s’est déroulée du 14 au 18 mars
dernier. Pour la seconde année
consécutive, les entreprises luxembourgeoises ont eu l’occasion de se
regrouper autour de la Chambre de
Commerce sur un stand collectif de
160 m2.
Partant du principe que la participation individuelle aux foires et
salons internationaux est souvent
compliquée et coûteuse, la Chambre de Commerce, avec le soutien
du Ministère de l’Economie, a organisé pour les entreprises luxembourgeoises une participation collective
afin de mettre en avant le terroir et la
qualité des produits grand-ducaux.
Cette année, 9 entreprises ont
répondu présent à l’appel de la
Chambre de Commerce:
• Brasserie M&T:
production de bière
• Caves Gales S.A.:
production de vins et crémants
• Centralfood Luxviande:
charcuterie, salaisons, conserves
• Cep d’Or S.A.:
production de vins et crémants
• IT 4 All S.àr.l.:
informatique, systèmes
de caisses
• La Provençale S.àr.l.
& Cie. S.e.c.s.:
alimentaires et articles non-food
• Latina Wines S.A.:
commerce de vins argentins
• Pajom S.A.:
fournisseur de textile et
d’équipements pour le
secteur horeca
• Thilman & Fils:
équipements pour cuisines
professionnelles et brasseries.
Le Luxembourg, trop souvent
cantonné à son image de «terroir
bancaire» a su mettre en avant son
secteur horeca, ainsi que la qualité
de ses produits et le professionnalisme et dynamisme de ses entreprises.
Les exposants luxembourgeois
ont été très satisfaits de la qualité
des contacts sur la foire et ont mis
en œuvre tous les moyens nécessaires pour faire venir la clientèle
existante et potentielle. L’entreprise
Cep d’Or a, par exemple, invité un
grand nombre d’entreprises qui ont
répondu favorablement à l’invitation et qui sont venues sur le stand
découvrir ou redécouvrir les produits
de la Cave. La haute qualité des produits proposés et l’accueil, la convi-
vialité et le professionnalisme offerts
sur place, ont permis de mettre en
avant toute une gamme de produits
présentant un rapport qualité/prix
compétitif. Pour Monsieur Vesque,
Administrateur de la Cave, le point
fort de cette présence à l’Horecatel
2004 réside dans la forte visibilité du
pavillon luxembourgeois.
Pour la Brasserie M&T, participer
à l’Horecatel 2004 a permis de créer
de bons contacts avec la grande
distribution belge. Le système du
stand collectif est selon, Monsieur
Luc Meyer, Adjoint à la Direction,
une force pour les entreprises exposantes qui ont la possibilité de se
dédier uniquement aux contacts et
aux clients potentiels.
Pour Monsieur Albert Thilman,
Senior Chef de la société A. Thilman
& Fils, l’accueil des visiteurs luxembourgeois sur le stand collectif est
également très important. En effet, le
La «Journée
Luxembourgeoise» du
16 mars
a permis
d’attirer
beaucoup de
monde; plus
de 350 participants, de
nombreux
contacts
intéressants
et beaucoup
de curieux
venus
découvrir
les produits
du terroir
luxembourgeois.
sss
21 • Merkur • Avril 2004
International
nombre de visiteurs en provenance
du Grand-Duché est chaque année
très élevé. La présence du Luxembourg doit selon lui être mise en
relief car les entreprises belges sont
de leur côtés fortement représentées sur les foires au Luxembourg.
L’Horecatel permet par ailleurs
d’intensifier les contacts au niveau
de la Grande Région et devrait
essayer de s’ouvrir encore davantage aux entreprises venant de la
Lorraine et de la Sarre.
Monsieur Frédéric Meis, Directeur gérant de Pajom S.A., a apprécié la possibilité de présenter la
nouvelle identité visuelle de son
entreprise et la gamme complète de
produits proposés tels que le linge
de table, les verres et couverts, vêtements de travail, etc. Pour Monsieur
Meis, le principal intérêt à participer
à ce salon est la très forte présence
de visiteurs luxembourgeois. La
foire lui a également donné la possibilité de créer de très bons contacts
avec des sous-traitants. Reste pour
l’entreprise à concrétiser les contacts
pris dans les prochains mois.
Pour Monsieur Steve Reisdorf,
Gérant de l’entreprise IT4All, la participation au salon a permis de tester le
marché. De très bon contacts sont nés
sur cette foire, qui est d’un très grand
intérêt. Le stand collectif luxembourgeois donne la chance aux exposants
de se soutenir mutuellement dans la
recherche de nouveaux clients.
A la fin des 5 jours, les 9 exposants luxembourgeois ont été très
satisfaits de leur participation. Considérant le grand intérêt des entreprises pour ce salon, la Chambre de
Commerce souhaite renouveler l’ex■
périence dès 2005.
smz
Les entreprises intéressées peuvent dès à présent contacter le Département International,
Affaires européennes par e-mail europe@cc.lu, par téléphone au 42 39 39-360
ou par fax au 43 83 26.
s:
entaire
upplém
infos s
.lu
WLW03/02/B
info@w
22 • Merkur • Avril 2004
lw
Un bon acheteur ne
se trompe jamais !
Il choisit WLW.
WLW est le moteur de recherche idéal pour
les produits et services b-to-b en Europe.
Recherche rapide et efficace de nouveaux
fournisseurs – gratuitement sur Internet.
Plus de 400.000 entreprises répertoriées,
dans 15 pays et en 11 langues.
Actuel et rapide: les nouveaux clients vous
trouvent aisément. Présentez votre entreprise,
à une clientèle commerciale internationale.
Allez sur Internet: www.wlw.lu
21.-23. März 2004
Gruppenreise
zur CeBIT mit Erfolg
abgeschlossen
W
ie bereits in den vergangenen Jahren hat die Handelskammer Luxemburg
erneut einen Besuch der CeBIT in
Hannover angeboten.
31 Teilnehmer aus Luxemburg nahmen das Angebot an und
besuchten die Weltmesse der Informationstechnologien und Telekommunikation am 22. und 23. März.
Die Reise fand per Komfortbus
statt. Bereits am ersten Besuchstag hatten die Teilnehmer nach
einer Präsentationsveranstaltung,
die von den Organisatoren der
CeBIT angeboten wurde und einem
anschließenden Besuch an dem
vom Wirtschaftsministerium Luxemburg organisierten Gemeinschaftsstand in Halle 4 die Möglichkeit die
Messe am Nachmittag zu einer ersten Orientierung zu besuchen.
Am zweiten Tag stand der
Gruppe ausreichend Zeit zur Verfügung, um das Angebot der CeBIT
im Detail zu erkunden.
Erstmalig sind in diesem Jahr die
Besucherzahlen der CeBIT wieder
gestiegen. Die Messe konnte ca.
510.000 Besucher verzeichnen, von
denen 25 Prozent aus dem Ausland
anreisten. Einen Höchstwert erreichten dabei die 28.700 Besucher aus
dem asiatisch-pazifischen Raum.
Der Besucherstrom aus der Volksrepublik China und Taiwan hat sich
dabei mit 7.400 Besuchern nahezu
verdoppelt. Auf Seiten der Aussteller gab es einen leichten Rückgang
von ca. 200 auf eine Gesamtbeteiligung von 6.114.
Erstmalig wurde auf der CeBIT
auch ein besonderer Fokus auf den
Mittelstand gelegt. In Halle 6 boten
400 Unternehmen mittelstandsorientierte Lösungen an. Dieser neue
Bereich wurde von den Entscheidungsträgern der kleinen und mittleren Betriebe gut angenommen.
Auch der Bereich Planet Reseller, der im Jahr 2003 gestartet wurde,
konnte in diesem Jahr erneut ein
großes Interesse der Besucher verzeichnen. Im Planet Reseller, dem
Fachhandelszentrum der CeBIT versammeln sich Distributoren, Sys-
temhäuser, Fachhandelskooperationen sowie Hersteller der Branche.
Dieser Bereich war ausschließlich für
Fachbesucher zugänglich und erforderte eine separate Registrierung.
Die Befragungen der Organisatoren unter den Besuchern und
Ausstellern ergaben, dass nie zuvor,
selbst in den Boomjahren der ITK
Branche, die Investitionsbereitschaft
der Unternehmen höher lag als in
diesem Jahr. Damit bestätigen die
Unternehmen ihre Bereitschaft, den
konjunkturellen Aufschwung aktiv
■
zu betreiben.
Prochain
rendez-vous
en 2005:
du 10 au
16 mars.
N’hésitez
pas à nous
manifester
dès à
présent
votre interêt.
23 • Merkur • Avril 2004
International
Messen und
Ausstellungen
im Mai 2004
Thessaloniki, 17 et 18 mai 2004
MONDIAL DU VIN
ET DES SPIRITUEUX
DRUPA
Internationale Ausstellung
für Wein und Spirituosen
6. – 19.5.2004
Düsseldorf (D)
Tel.: 0049 211 45 60 01
3. – 5.5.2004
Brüssel (B)
Tel.: 0032 67 21 51 55
Weltmesse für Print Medien
ISK SODEX
Doing Business
Without Borders!
Internationale Sanitärmesse
MEPLEX
Internationale Fachmesse
für Sicherheitstechnik
3. – 5.5.2004
Dubai (VAE)
Tel.: 00971 4 33 29 029
6. – 9.5.2004
Istanbul (TR)
Tel.: 0090 21 22 16 089
CIBUS
Internationale
Nahrungsmittel-Fachmesse
European Seafood Exposition
6. – 10.5.2004
Parma (I)
Tel.: 0039 0521 99 61
4. – 6.5.2004
Brüssel (B)
Tel.: 0032 1 20 78 42 55 00
AGRO BALT
ESE
PIEDRA
Fachmesse für Naturstein
5. – 8.5.2004
Madrid (E)
Tel.: 0034 91 72 25 000
Internationale Messe
für die Agrar-, Lebensmittelund Verpackungsindustrie
6. – 9.5.2004
Vilnius (LT)
Tel.: 0049 6221 13 570
SIAB
CONSTRUCT EXPO
Internationale Ausstellung
für das Bauwesen und
Baumaterialien
5. – 9.5.2004
Bukarest (RO)
Tel.: 0040 21 22 43 160
Internationale Fachausstellung
für Bäckereien und Konditoreien
8. – 12.5.2004
Verona (I)
Tel.: 0039 02 40 92 24 01
ILA
Internationale Luft- und Raumfahrtausstellung und Konferenzen
INTERNATIONAL
METAL PROCESSING,
MOULD AND
AUTOMATION FAIR
10. – 16.5.2004
Berlin (D)
Tel.: 0049 30 30 380
Internationale Fachmesse
für Metallverarbeitung,
Form- und Gusstechnik
und Automatisierung
INTERVITIS INTERFRUCTA
6. – 9.5.2004
Izmir (TR)
Tel.: 0090 212 56 54 885
11. – 15.5.2004
Stuttgart (D)
Tel.: 0049 711 25 890
24 • Merkur • Avril 2004
Internationale Technologiemesse
für Wein, Obst und Fruchtsaft
V
ous êtes à la recherche d’un
partenaire en Bulgarie? Vous
voulez rencontrer des clients
potentiels en provenance de la Grèce?
Alors, c’est le salon de coopération
«Doing Business Without Borders»
qui est fait pour vous!
Le salon de coopération «Doing
Business Without Borders» se déroulera du 17 au 18 mai prochain
à Thessaloniki (Grèce). Le salon
est le deuxième événement de
ce style organisé dans le cadre du
projet européenne «BO.R.D.E.R.».
Le premier salon qui a eu lieu en
novembre 2003 à Vicenza (Italie) a
accueilli 16 entreprises luxembourgeoises. Vu le succès énorme du
salon à Vicenza, le deuxième salon
«Doing Business Without Borders»
vous offrira sans doute la possibilité de nouer de nombreux contacts
intéressants.
Le but du salon est de vous offrir
la possibilité de rencontrer dans un
minimum de temps un grand nombre de clients ou partenaires potentiels en provenance de Grèce, d’Italie, d’Allemagne, d’Espagne, des
Pays-Bas, de la Bulgarie, de la Roumanie et de la Slovaquie. Aussi, les
quelque 150 entreprises grecques y
représentées disposent de contacts
très intéressants avec les pays du
Balkan, ce qui conférera à cet événement la possibilité de se présenter
en même temps comme une plaque
tournante stratégique pour l’accès
sur ces marchés.
Lors du salon au moins 500
entreprises venant des neuf pays
partenaires seront présentes pour
nouer des contacts à travers des rendez-vous préétablis. Les participants
représentent les secteurs suivants:
•
•
•
•
Informatique et NTIC;
Agroalimentaire et boissons;
Textiles et chaussures;
Meubles et décorations intérieures.
L’Euro Info Centre – Luxembourg PME/PMI de la Chambre de
Commerce vous offre un «package»
complet qui inclut le vol, l’héber-
gement, la participation au salon,
l’accompagnement lors du salon et
les transferts à un prix avantageux.
■
Messen und
Ausstellungen
im Mai 2004
✁
Le projet «BO.R.D.E.R.»
(Border Regions Development and Economic Reinforcing)
a le but de soutenir les régions frontalières de l’UE en Italie (Veneto)
et en Grèce (Macédoine centrale) dans leur processus d’adaptation
économique dans le cadre de l’élargissement de l’UE.
Le projet est co-financé par la Commission européenne.
BO.R.D.E.R.
Doing Business Without Borders!
- à remplir à la machine ou en lettres majuscules Entreprise:
CONTROL
DIE & MOULD CHINA
Internationale Fachmesse
für Qualitätssicherung mit
Microsys – Kongress-Fachmesse
Internationale Ausstellung
für Gießereiausrüstung,
Formmaschinen,
Metallbearbeitungsmaschinen
und Werkzeuge
11. – 14.5.2004
Sinsheim (D)
Tel.: 0049 7025 92 060
12. – 15.5.2004
Shanghai (CN)
Tel.: 0049 40 35 690
ANALYTICA
Instrumentelle Analytik,
Labortechnik und
Biotechnologie
11. – 14.5.2004
München (D)
Tel.: 0049 89 94 92 07 20
LAMIERA
Fachmesse für Blechbearbeitung,
Maschinen und Ausrüstung
12. – 15.5.2004
Bologna (I)
Tel.: 0039 0226 25 58 61
Nom:
ACHEMASIA
INTERMACH
Prénom:
Internationale Fachmesse
und Kongress für die chemische
Industrie und Biotechnologie
Internationale Fachmesse
für Metallverarbeitung,
Werkzeugmaschinen und
Industriemaschinen
11. – 15.5.2004
Peking (CN)
Tel.: 0049 69 75 640
Fonction:
Adresse:
12. – 16.5.2004
Bangkok (TH)
Tel.: 0049 911 97 00 670
DREMA
Localité:
Internationale Fachmesse
für Holzbearbeitungsmaschinen
und -werkzeuge
Téléphone:
11. – 14.5.2004
Posen (PL)
Tel.: 0048 61 86 92 000
Fax:
E-mail:
@
Fachmesse für die
Zulieferindustrie
❏ Je souhaite recevoir de plus amples informations sur le salon de
coopération «Doing Business Without Borders!» à Thessaloniki.
11. – 14.5.2004
Lyon (F)
Tel.: 0033 4 72 23 273
Chambre de Commerce
Personne de contact: M. Niels Dickens
7, rue Alcide de Gasperi • Luxembourg / Kirchberg
Adresse postale: L-2981 Luxembourg
Tél.: 42 39 39-333 • Fax: 43 83 26 • E-mail: eic@cc.lu
Internationale Ausstellung
für Bautechnik und
Baumaschinen
12. – 17.5.2004
Damaskus (SY)
Tel.: 0049 221 82 10
ALLIANCE
http://
Département International / Euro Info Centre – Luxembourg PME/PMI
BUILDEX
IFFA
Internationale Fachmesse für
die Fleischwirtschaft
15. – 20.5.2004
Frankfurt/Main (D)
Tel.: 0049 69 75 750
MARKETING SERVICES
Internationale Fachmesse
für Marketing und
Kommunikation
INTERNATIONALE
FRÜHJAHRSMESSE
12. – 14.5.2004
Hamburg (D)
Tel.: 0049 611 95 16 60
15. – 23.5.2004
Luxemburg (L)
Tel.: 43 991
Konsumgütermesse
25 • Merkur • Avril 2004
International
3-4 juin 2004
Messen und
Ausstellungen
im Mai 2004
INDUSTRIA
BALTTECHNIKA
Internationale Fachmesse
für die Industrie
Internationale
Industriefachmesse und
Kongress für Maschinenbau,
Elektronik, Mess- und
Regeltechnik
18. – 21.5.2004
Budapest (HU)
Tel.: 0036 1 26 36 070
LONDON
INTERNATIONAL
WINE & SPIRITS FAIR
Internationale Fachmesse
für Wein und Spirituosen
18. – 20.5.2004
London (GB)
Tel.: 0044 207 97 36 401
25. – 28.5.2004
Vilnius (LT)
Tel.: 00370 2 68 68 29
SIL
Internationale Fachmesse
der Logistik
25. – 28.5.2004
Barcelona (E)
Tel.: 0034 93 23 79 464
DACH + WAND
Internationale Messe und
Kongress für Dach-,
Wand- und Abdichtungstechnik
19. – 22.5.2004
München (D)
Tel.: 0049 221 39 80 380
AUTOMECHANIKA GULF
Messe für Automobilzubehör
und -ersatzteile
23. – 26.5.2004
Dubai (VAE)
Tel.: 00971 4 33 80 102
EUROCARGO
Internationale Fachmesse
für Gütertransport,
Logistik und Telematik
25. – 27.5.2004
Köln (D)
Tel.: 0049 89 32 39 12 53
26 • Merkur • Avril 2004
Um kurzfristigen Änderungen
der Ausstellungstermine
Rechnung zu tragen, sollten
Sie sich diese vom Veranstalter
vor Ihrer Abfahrt bestätigen
lassen. Für weitere Auskünfte
wenden Sie sich bitte an
Frau Bettina MILEWSKI,
Tel.: 42 39 39-372.
La Chambre de Commerce
tient à la disposition des
entreprises luxembourgeoises
intéressées de la documentation
sur les foires et salons pour
consultation sur place.
Pour tout renseignement
complémentaire,
veuillez contacter
Mme Bettina MILEWSKI,
tél.: 42 39 39-372.
EU – Sri-Lanka
Partenariat 2004:
Développez vos
affaires au Sri Lanka
et en Inde
E
U-Sri Lanka Partenariat 2004
est une rencontre internationale dont l’objectif est de
développer des relations d’affaires
bilatérales entre une centaine d’entreprises de l’Union européenne – dont
une dizaine d’entreprises belges – et
environ 150 entreprises du Sri Lanka.
Cette rencontre d’affaires est
une initiative conjointe de la Commission européenne et de la Chambre de Commerce Européenne du
Sri Lanka et bénéficie du soutien du
Gouvernement du Sri Lanka.
EU-Sri Lanka Partenariat 2004,
qui se déroulera à Colombo les 3 et
4 juin 2004, offre une opportunité
unique aux entreprises luxembourgeoises de rencontrer, en deux
jours, en un seul lieu, à faible coût
et dans un cadre professionnel, une
sélection d’entreprises Sri Lankaises et des autres pays de l’Union
européenne pour développer leurs
relations d’affaires dans les secteurs
suivants:
• Infrastructure et Environnement
• Agro-alimentaire
• Technologies de l’information et
Electronique
• Equipement et Ingénierie
• Services liés à l’Education
• Tourisme et activités de loisirs
Le Sri Lanka enregistre depuis
plusieurs années une forte crois-
sance économique et offre un
ensemble d’avantages très propice
au développement des affaires:
localisation stratégique entre l’Asie
du Sud et l’Europe, législation libérale incitative, ressources humaines
qualifiées, très bonnes infrastructures portuaires, aéroportuaires et de
télécommunications. De plus, un
important accord de libre échange
entre l’Inde et le Sri Lanka (IndoLanka) est entré en vigueur récemment, ce qui positionne le Sri Lanka
comme une porte d’entrée privilégiée vers le marché indien.
Le catalogue EU-Sri Lanka Partenariat 2004, qui peut être obtenu
sur simple demande à la Chambre
de Commerce du Grand-Duché de
Luxembourg (voir ci-après) présente les profils des 150 entreprises Sri lankaises sélectionnées ainsi
qu’une description de leur activité,
taille, chiffre d’affaires, montants
des importations et exportations et
coopération souhaitée. Des informations complémentaires ainsi que
le formulaire d’inscription sont également disponibles sur le site internet: www.euslpart.com
Ajoutons enfin que des tarifs
aériens (Euro 480) et hôteliers
(Euro 46 par nuitée dans des hôtels
5*) très avantageux ont été négociés
pour les participants à cette ren■
contre.
Pour tout renseignement supplémentaire, veuillez contacter
le Département International, Affaires Hors Europe,
Madame Viviane Hoor: tel.: +352 42 39 39-315
ou world@cc.lu.
7- 8 juin 2004
Go-East Partenariat
à Sala (Suède)
L
es 7 et 8 juin 2004 se réuniront
à Sala en Suède (± 100 kilomètres de Stockholm) quelque
400 entreprises venant de plus de 20
pays pour le salon de coopération
«Go-East Partenariat». Pour l’instant,
les pays suivants y seront représentés:
Allemagne, Chine, Danemark, Espagne, Estonie, France, Grande-Bretagne, Grèce, Inde, Irlande, Kazakhstan,
Lettonie, Lituanie, Monténégro, Moldavie, Norvège, Ouzbékistan, Pays-Bas,
Pologne, Russie, Syrie et Ukraine.
Ce salon vous offre la possibilité de nouer de nouveaux contacts
avec des entreprises actives dans les
secteurs suivants:
• produits en métal / métallurgie
• produits en bois / transformation
de bois
•
•
•
•
IT/Electronique
agroalimentaire / boissons
tourisme
produits pour handicapés.
Les rendez-vous entre entreprises seront fixés au préalable sur
base du catalogue électronique. La
participation au salon de coopéra■
tion est gratuite.
Pour de plus amples informations, l’Euro Info Centre – Luxembourg PME/PMI de la Chambre de Commerce
se tient à votre entière disposition: tél.: 42 39 39-333, fax: 43 83 26, e-mail: eic@cc.lu.
2-4 juin 2004
Futurallia Poitiers 2004:
les entreprises luxembourgeoises
dans les starting blocks
D
ans le cadre du salon Futurallia qui se déroulera les
2, 3 et 4 juin 2004 à Poitiers sur le site du Futuroscope, la
Chambre de Commerce du GrandDuché de Luxembourg et son Euro
Info Centre – Luxembourg PME/PMI
participeront avec une délégation
d’entreprises luxembourgeoises à ce
rendez-vous devenu incontournable
du développement international des
entreprises.
Le 3 mars 2004, une séance
d’information s’est tenue dans les
nouveaux locaux de la Chambre
de Commerce, afin de présenter le
projet aux entreprises. Les 20 participants à la séance ont pu découvrir en détail le concept et le fonctionnement de Futurallia Poitiers
2004 grâce à une présentation du
sss
27 • Merkur • Avril 2004
International
Le concept de ce salon, véritable forum de dimension internationale, rassemble des décideurs du
monde entier: Allemagne, Belgique,
Espagne, Finlande, France, Irlande,
Italie, Pologne, Royaume-Uni, Brésil, Canada, Colombie, Etats-Unis,
Mexique, Algérie, Egypte, Jordanie,
Liban, Maroc, Tunisie, Chine, Inde,
Japon, Taiwan, Vietnam.
Si ce salon de coopération vous
intéresse, nous vous remercions par
avance de bien vouloir remplir le
formulaire ci-joint.
■
Futurallia Poitiers 2004
- à remplir en lettres majuscules Entreprise:
Nom:
Prénom:
Fonction:
Adresse:
■
Un concept
simple
Sur 2 jours, 800 à 1.000 dirigeants
de PME se rencontrent lors de rendez-vous individuels pré-programmés. Au cours de ceux-ci, chaque
entreprise aura la possibilité de
rencontrer directement en moyenne
12 partenaires potentiels.
Le second point fort du salon
Futurallia réside dans sa large
gamme d’activités couvertes. Cet
aspect multisectoriel permet de
favoriser les échanges inter-professionnels. Les différents secteurs
représentés couvrent:
• agriculture, agroalimentaire
• bâtiment et travaux publics
• biotechnologies
• chimie, plasturgie
et nouveaux matériaux
• électronique, optique
• environnement
• habitat, bois
• industries mécaniques
et métallurgiques
• imprimerie / édition
• santé, santé animale,
cosmétologie
• technologies de l’information
& de la communication
• textile et habillement
28 • Merkur • Avril 2004
Localité:
Téléphone:
Fax:
E-mail:
@
http://
❏ souhaite recevoir la documentation distribuée lors de la séance
d’information «Futurallia Poitiers 2004» du 3 mars 2004.
❏ souhaite rencontrer un collaborateur de la Chambre de
Commerce afin de recevoir de plus amples informations sur le
salon de coopération «Futurallia Poitiers 2004».
❏ souhaite être tenu informé des activités similaires organisées à
l’avenir par l’EIC de la Chambre de Commerce.
Chambre de Commerce
Département International – Affaires européennes / EIC
Personne de contact:
M. François NÉNON • Mme Bettina Milewski
7, rue Alcide de Gasperi • Luxembourg / Kirchberg
Adresse postale: L-2981 Luxembourg
Tél.: 42 39 39-335/372 • Fax: 43 83 26
E-mail: eic@cc.lu • http://www.eicluxembourg.lu
✁
salon par son Coordinateur de la
Promotion International, Monsieur
Philippe Carlier. Ensuite, Madame
Bettina Milewski, Chargée de Projets auprès du Département International au sein de la Chambre de
Commerce, a développé une offre
complémentaire au salon: la bourse
de coopération «Futurallia On-line».
Puis, Madame Sabrina Sagramola,
Gérant de l’EIC, Responsable des
Affaires européennes a pu donner
des explications sur les conditions
de participation au salon et souligner
en même temps l’importance stratégique de la coopération internationale pour les entreprises, et tout spécialement pour les PME et PMI. La
séance s’est clôturée par un échange
de vues entre les participants, dont
certains avaient déjà participé à des
éditions précédentes de Futurallia ou
à d’autres salons de coopération.
15 avril 2004
La Tunisie,
le site d’affaires approprié
D
épourvue de ressources naturelles, la Tunisie a concentré
son effort sur le développement de son potentiel humain. C’est
ainsi que l’essentiel du budget de
l’Etat va à l’éducation, à la santé, à
l’habitat et aux services sociaux. Le
secteur privé est encouragé à jouer
un rôle actif dans la croissance économique. Il en est résulté la naissance d’une économie moderne et
diversifiée reposant sur un secteur
industriel compétitif et en pleine
expansion, sur un secteur agricole
et une industrie touristique dynamiques.
La croissance économique et les
indicateurs sociaux sont en amélioration continue: Le PNB s’accroît de
plus de 5 % par an en termes constants permettant une augmentation
moyenne du revenu par tête d’habitant d’environ 4 % par année.
De surcroît et en dépit de l’aggravation du problème de la dette à
l’échelle mondiale, le pays a réussi
à alléger le fardeau de la dette. La
réussite du modèle économique
tunisien fait l’objet d’un consensus
de la part des différents organismes
internationaux et les appréciations et
notations accordées au pays par les
agences spécialisées s’améliorent
régulièrement.
Les exportations constituent
l’élément moteur de la croissance
et bénéficient d’une haute priorité.
Elles sont constituées notamment
par les produits des industries
manufacturières, par le tourisme et
par les produits agricoles.
Les principaux partenaires de la
Tunisie sont la France, l’Italie, l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne et la
Libye.
Plus de 2.600 entreprises étrangères ont réalisé des investissements
directs ou monté des opérations en
joint-venture avec des partenaires
locaux.
Ces investissements, qui se sont
concentrés au début sur le secteur de
l’habillement, ont progressivement
touché des secteurs aussi importants
tels que les industries électrique et
électronique, les composants automobiles, les composants plastiques, l’emballage, le textile, le cuir, l’industrie
pharmaceutique, le tourisme et les nouvelles technologies de l’information et
de la communication (développement
de logiciels).
La plupart des firmes opérant dans
ces secteurs sont attirées par la proximité de la Tunisie, les ressources
humaines qualifiées et compétitives,
l’accès libre sur le marché de l’Union
Européenne et le bénéfice d’accords
préférentiels commerciaux avec plusieurs pays notamment Maghrébins,
Africains et Arabes.
S’ajoutent à ces avantages, une
économie libérale et compétitive (32e
place sur 80 pays développés et émergents du point de vue de la compétitivité des entreprises économiques et de
l’environnement des affaires, devançant ainsi plusieurs pays industrialisés
(source: World Economic Forum 20022003, 1er rang en 2000-2001 au niveau
de l’Afrique sur le plan de la compétitivité globale), une infrastructure fiable et en plein essor, des exonérations
fiscales substantielles, une ambiance
favorable aux investisseurs accompagnée d’un climat serein où règne une
qualité de vie des plus agréables. ■
Séminaire sur les opportunités
d’affaires en Tunisie, le 15 avril 2004
La Chambre de Commerce organisera en collaboration avec l’ambassade de Tunisie et l’Agence Tunisienne
de Promotion de l’Investissement Extérieur un séminaire sur les opportunités d’affaires en Tunisie qui aura lieu
le jeudi 15 avril 2004, à 16h00, à la Chambre de Commerce au 7, rue Alcide de Gasperi.
Pour tout renseignement supplémentaire sur le séminaire, n’hésitez pas de contacter le Département International, Affaires hors Europe, Madame Viviane Hoor, tél.: 42 39 39-315, e-mail: world@cc.lu.
29 • Merkur • Avril 2004
International
26 May 2004
Business Opportunities
in Singapore
T
he Chamber of Commerce
along with the Embassy of Singapore will host a seminar on
the recent economic developments
in Singapore. Various speakers will
give briefings on the opportunities
for Luxembourg companies to conclude business in Singapore.
A detailed program of the seminar will be mailed to all interested
persons.
■
For further information, please contact the Chamber of Commerce, International Department,
Mrs. Viviane Hoor, tel.: 42 39 39-315, e-mail: world@cc.lu.
7- 20 November 2004
YES program:
Commercial export mission to Japan
A
re you a young executive
interested in a two-week
commercial export mission
to Japan? The YES program (young
executive stay) aims to train young
executives from Belgium and Luxembourg in successful Japanese business
practices, at moderate costs, and in a
short amount of time. For this purpose,
in 2004, the Belgian-Luxembourg
Chamber of Commerce in Japan will
30 • Merkur • Avril 2004
organize a two-week training program
in Japan, beginning with two briefing
sessions in Belgium, organised by the
Belgium-Japan Association.
The training in Japan will consist of 3 days of intensive seminar
training and 10 days of introducing
each participant to the potential
customers in his business area. The
Belgian-Luxembourg Chamber of
Commerce in Japan is committed to
get real business prospects for each
participant.
■
For further information,
please contact the Chamber
of Commerce, International
Department, Mr. David Lutty,
tel.: 42 39 39-316,
e-mail: world@cc.lu
24 mars 2004
Jean Lemierre,
président de la BERD,
en visite à la Chambre de Commerce
A
vant même l’inauguration
de ses nouveaux bâtiments,
la Chambre de Commerce a
eu l’honneur d’accueillir le 24 mars
dernier le président de la Banque
Européenne pour la Reconstruction
et le Développement (BERD), Jean
Lemierre. Lors de la conférence coorganisée par la Chambre de Commerce et l’Office du Ducroire, le
président de la BERD s’est adressé à
une audience intéressée d’hommes
d’affaires du Grand-Duché.
La BERD fut créée en 1991, suite
à l’effondrement du système communiste en Europe centrale et orientale, afin de répondre aux besoins
d’aide au développement d’un nouveau secteur privé dans un contexte
démocratique. La BERD investit dans
d’autres banques et des entreprises
qui sont au cœur d’une économie
de marché solide et dynamique dans
27 pays de l’Europe centrale et orientale et de l’ex-Union soviétique.
L’actionnariat de la BERD se constitue de 60 pays et deux institutions
inter-gouvernementales. Le Luxembourg en fait partie en contribuant à
hauteur de 40 millions d’euros dans
le capital de la banque (sur un total
de 20 milliards d’euros). A ce titre,
le Premier Ministre Jean-Claude Juncker assurera le 19 avril prochain la
présidence de la réunion du conseil
des gouverneurs de la BERD.
Bien que son actionnariat soit
public, la BERD investit principalement dans des entreprises privées,
généralement aux côtés de partenaires commerciaux. La banque n’a pas
vocation à concurrencer le secteur
privé. Comme l’a encore souligné
Jean Lemierre, la BERD intervient
en complément d’investisseurs privés prêts à financer de bons projets,
mais qui ne peuvent pas assumer
seuls le risque. En aidant les banques commerciales locales et les
institutions spécialisées dans les
micro-entreprises et en soutenant
les fonds de placement et le créditbail, la BERD contribue au financement de centaines de milliers de
petits projets.
Les projets les plus importants
de la BERD portent sur la Fédération
de Russie (représentant 25 % de son
engagement), rendus possible suite
à l’amélioration de la conjoncture
dans le pays et aux progrès majeurs
réalisés en termes de réformes. La
BERD se félicite d’être le plus gros
investisseur dans la région. «Bien sûr
il y a eu la crise financière de 1998
en Russie, mais nous ne nous sommes pas retirés pour autant. On
parle toujours de la Russie en tant
que pays pétrolier et gazier, mais le
grand défi c’est la diversité économique», rappelle Jean Lemierre.
Pour illustrer l’implication des
entreprises luxembourgeoises dans
les pays d’opération de la BERD, le
directeur de la Chambre de Commerce, Pierre Gramegna, rappelait
que depuis 1990, 27 missions économiques ont été menées vers les
pays de la région. De cette façon,
les entreprises luxembourgeoises
ont su s’affirmer sur le marché hongrois, tchèque et polonais. Parallèlement, 46 % des garanties octroyées
par l’Office du Ducroire (assurance
crédit à l’exportation) visent les pays
d’opération de la BERD.
Comme l’a encore souligné le
directeur du service Business-Development de la BERD, Bruno Balvanera,
la BERD n’est peut-être pas une institution de crédit bon marché, mais
un partenaire de confiance de longue date.
Le souhait de la BERD est
l’orientation d’une économie largement dominée par les investisseurs
publics vers une économie de marché, processus qui est susceptible
de s’étendre sur au moins 20 ans.
Des informations sur la BERD
sont disponibles sur le site web:
www.ebrd.com et à l’Office du
■
Ducroire, tél.: 42 39 39-320.
Un public
nombreux
était venu
assister à la
conférence
du président
de la BERD.
31 • Merkur • Avril 2004
International
Seminar, 4th March 2004
Doing Business with the U.S.
O
n 4th March 2004, the Chamber
of Commerce of the GrandDuchy of Luxembourg hosted
a seminar on how to do Business with
the United States of America.
The U.S.A. certainly is an important commercial and trading partner
for Luxembourg. H. E. Mr Peter
Terpeluk, Ambassador of the U.S.
in Luxembourg, emphasized that
the dynamic economic partnership
between our two countries has been
successful for many decades; worldrenowned U.S. corporations have
chosen Luxembourg for their European operations.
Partners of the U.S. law firm
Smith, Gambrell & Russell in Atlanta
illustrated the legal and taxation issues
for foreign companies launching a
business activity in the U.S..
A representative of the U.S.
commercial service highlighted the
assistance available to Luxembourg
companies, which look for successful expansion in the U.S., online
information on U.S. industries, trade
events, services, products and prescreened partners are available.
Finally Mr Hubert Jacobs Van Merlen, Chairman of IEE, illustrated the
obstacles and rewards of a successful
■
penetration of the U.S. market.
Euro Info Centre – Luxembourg PME / PMI
Enquête annuelle de satisfaction
auprès de sa clientèle
C
omme chaque année depuis
2000, l’Euro Info Centre –
Luxembourg PME/PMI de
la Chambre de Commerce a soumis
une enquête annuelle de satisfaction à ses clients. Cette enquête a
été envoyée à 1.533 clients ayant eu
contact avec l’équipe EIC, soit par
l’introduction d’une demande, soit
par la participation à une manifestation (conférence, symposium, séminaires, club d’entreprises, etc...).
L’enquête a été envoyée en date du
18 juillet 2003 et 192 réponses ont
été reçues, ce qui correspond à un
taux de retour de 12,36 %.
Lors de la conception de cette
enquête, l’EIC a souhaité savoir s’il
était en phase avec les attentes de
ses clients, mais également connaî32 • Merkur • Avril 2004
tre si le niveau de qualité fourni, tel
que perçu par ses collaborateurs,
était le même que celui perçu par
ses clients. Au-delà de cet aspect
qualitatif des services fournis, l’enquête a également été conçue pour
laisser aux clients la possibilité de
développer leurs centres d’intérêt,
attentes, besoins et commentaires,
permettant ainsi une orientation
stratégique des manifestations organisées ou services proposés par l’EIC
à ses clients pour l’exercice 2004.
L’évaluation globale de l’enquête
2003 permet de conclure que l’Euro
Info Centre – Luxembourg PME/
PMI de la Chambre de Commerce
a mené à bien sa mission avec un
bilan très positif confirmant l’EIC
comme point de repère au Luxembourg pour les questions ayant
trait à l’Europe élargie. D’année en
année, les clients manifestent une
grande fidélité à travers le service
d’assistance/conseil ou l’organisation de manifestations divers en
ayant recours plusieurs fois par an
aux différents services proposés.
Cette satisfaction est très nettement mise en valeur par les notes
attribuées aux différentes prestations
de l’EIC: 7,80 / 10 pour ce qui est
des prestations générales, 7,33 / 10
pour ce qui est du site web et 7,96
pour ce qui est de l’organisation
des manifestations. Cette évaluation
chiffrée est confortée par les annotations des répondants qui mettent
en avant le sérieux et la compétence
de l’équipe EIC dans son ensemble.
■
Pour recevoir les résultats
complets de cette enquête,
l’équipe de l’EIC
se tient à votre disposition
par e-mail: eic@cc.lu,
par téléphone: 42 39 39-333
ou par téléfax: 43 83 26.
Elargissement
Elargissement et
changements institutionnels
■
La Commission
européenne
Jusqu’au 1er mai 2004
Le système actuel reste en place.
La Commission se compose de 20
commissaires de l’Union des 15. Les
préparatifs de l’intégration des 10
nouveaux commissaires se présentent comme suit:
16 mars:
participation des 10 nouveaux
commissaires des Etats adhérents
à une première réunion informelle
avec la Commission à Bruxelles.
13-15 avril:
audition des 10 nouveaux commissaires par la Conférence des
Présidents du Parlement européen.
4 ou 5 mai:
vote du Parlement européen sur
l’approbation de la nouvelle Commission. Le fait que le vote ait lieu
début mai implique que les parlementaires des nouveaux pays
seront membres à part entière
du Parlement. D’un point de vue
formel, les 10 nouveaux commissaires sont nommés par le
Conseil, par un vote à la majorité
qualifiée, et de commun accord
avec le Président de la Commission européenne.
5 ou 6 mai:
première réunion officielle du
Collège des 30 commissaires à
Strasbourg.
Du 1er mai 2004 au 31 octobre
2004 période transitoire
La Commission se composera
de 30 membres: les 20 commissaires
actuels et des 10 commissaires des
pays adhérents. Les commissaires
des nouveaux Etats membres seront
membres du Collège à part entière
et participeront au processus décisionnel sur un pied d’égalité avec
les commissaires des Etats membres
actuels. Les nouveaux commissaires ne seront pas chargés d’un portefeuille spécifique pendant cette
brève période de transition, mais
chacun d’entre eux sera associé au
travail d’un commissaire actuel afin
de faciliter son intégration dans les
activités de la Commission.
Du 1er novembre 2004
au 31 octobre 2009
le traité de Nice
entre en vigueur
Une nouvelle Commission entre
en fonction le 1er novembre, date
prévue par le traité d’adhésion. En
vertu du traité de Nice, cette Commission se composera de 25 commissaires (un par Etat membre). La
procédure et le calendrier de nomination de la prochaine Commission
se présentent comme suit:
17/18 juin:
le Conseil européen désigne la
personnalité qu’il souhaite voir
exercer la présidence de la prochaine Commission. Cette désignation peut s’effectuer à la majorité qualifiée (traité de Nice).
20 juillet:
le nouveau Parlement européen
mis en place à la suite des élections de juin se réunit. Le pré-
sident désigné est soumis à un
vote d’approbation du PE.
Ensuite, le Conseil dresse une
liste de 24 commissaires désignés en accord avec le président
désigné. Sur cette liste figure un
commissaire par Etat membre.
Elle se fonde sur les propositions des Etats membres et peut
être établie à la majorité qualifiée. Une fois cette liste dressée,
le président désigné propose les
portefeuilles à attribuer aux candidats commissaires.
Début octobre:
Les auditions des nouveaux commissaires devant le Parlement
européen auront lieu. Après ces
auditions, le Président et les autres
sss
33 • Merkur • Avril 2004
International
une majorité qualifiée représentent
au moins 62 % de la population de
l’Union.
“
Une nouvelle Commission
entrera en fonction
le 1er novembre 2004.
Elle comptera 25 commissaires.
34 • Merkur • Avril 2004
”
membres de la Commission
seront soumis, en tant que collège, à un vote d’approbation du
Parlement européen. Le PE ne
peut voter l’exclusion de membres individuels. Après ce vote
d’approbation du Parlement
européen, le Président et les
autres membres de la Commission sont nommés par le Conseil. Cette nomination peut s’effectuer à la majorité qualifiée.
1er novembre 2004:
Le nouveau Collège de 25 membres entre en fonction.
la Commission. Le système des commissaires de première et de deuxième
catégorie proposé par la Convention
a fait l’objet de vives critiques et doit
être revu par la CIG.
En outre
Le traité de Nice prévoit que,
lorsque l’Union sera composée de 27
Etats membres, le nombre de commissaires devra devenir inférieur au
nombre d’Etats membres. Le Conseil
devra en arrêter le nombre exact
à l’unanimité. Les membres de la
Commission seront choisis par roulement selon le principe de l’égalité
entre tous les Etats membres. Cette
modification s’appliquera à la première Commission entrant en fonction après l’adhésion du 27e État
membre. Par conséquent, la Commission en place au moment de l’adhésion du 27e Etat membre pourrait
compter 27 membres ou davantage
pendant une période transitoire.
La conférence intergouvernementale examine actuellement les changements à apporter à la composition de
Du 1er mai 2004 au 31 octobre 2004
période transitoire
Les 15 Etats membres actuels
conservent leur nombre actuel de
voix. Les 10 nouveaux Etats membres obtiennent chacun un nombre
de voix correspondant au système
actuel. Le nombre total de voix est
ainsi porté à 124. La majorité qualifiée est de 88 voix. Toutes ces
modalités ont été définies dans le
traité d’adhésion.
■
Le Conseil de
l’Union européenne
Jusqu’au 1er mai 2004
Le système actuel (quinze membres, nombre total de voix de 87 et
majorité qualifiée de 62 voix) reste
en vigueur. Les 10 pays adhérents
participent aux travaux du Conseil
en qualité d’observateurs.
1er novembre 2004 le traité
de Nice entre en vigueur
Le nombre total de voix s’établit
à 321. La majorité qualifiée est de
232 voix exprimées par une majorité d’Etats membres. Un critère supplémentaire a été instauré: tout Etat
membre peut demander à vérifier
que les Etats membres constituant
En outre: présidence du Conseil
Le tour de rôle actuel est maintenu jusque fin 2006. Les pays qui
exerceront la présidence après l’Irlande sont les Pays-Bas, le Luxembourg, le Royaume-Uni, l’Autriche et
la Finlande.
La CIG débat actuellement l’idée
de présidences collectives. Le projet
de Constitution prévoit également
un nouveau système pour le Conseil «relations extérieures», qui serait
présidé par le ministre européen
des affaires étrangères dans le cadre
d’un mandat de cinq ans. Pour le
Conseil européen, il est proposé de
mettre en place un président plus
permanent, qui serait élu à la majorité qualifiée pour une durée de
deux années et demie.
■
Parlement
européen
Du 1er mai 2004 à juin 2004
Les parlements des dix pays
adhérents nomment, conformément à leur procédure nationale, les
membres qui les représenteront au
Parlement européen à partir du 1er
mai jusqu’à la première session du
PE nouvellement élu. Le nombre de
sièges alloué à chaque nouvel Etat
membre par le traité d’adhésion
pour cette brève période de transition est égal au nombre de sièges
prévu pour chaque pays pour la
législature 2004-2009.
Après les élections de juin 2004
Des élections se tiendront du 10
au 13 juin dans les 25 Etats membres
afin d’élire un nouveau Parlement. Le
nombre total de sièges est fixé à 732.
Chaque Etat membre reçoit le nombre de sièges qui lui est alloué par
le traité de Nice. Pour la législature
2004-2009, le nombre de sièges, sur
le total des 732, alloué par le traité de
Nice à la Bulgarie et à la Roumanie
est réparti de manière proportionnelle entre les 25 Etats membres conformément au traité de Nice.
■
Concurrence
Nouveau règlement sur le
contrôle des concentrations
L
’achèvement du marché intérieur et de l’union économique et monétaire, l’élargissement de l’Union européenne et
l’abaissement des entraves internationales aux échanges et à l’investissement conduiront à d’importantes
restructurations des entreprises,
notamment sous forme de concentrations.
De telles restructurations sont
appréciées de manière positive pour
autant qu’elles correspondent aux
exigences d’une concurrence dynamique et qu’elles soient de nature à
augmenter la compétitivité de l’industrie européenne, à améliorer les
conditions de la croissance et à relever le niveau de vie dans la Communauté européenne.
Il convient toutefois de s’assurer que le processus de restructuration n’entraîne pas de préjudice
durable pour la concurrence. Par
conséquent, le droit communautaire
comporte des dispositions applicables aux concentrations susceptibles
d’entraver de manière significative
une concurrence effective dans le marché commun ou une partie substantielle de celui-ci.
Dans ce cadre, le Conseil de
l’Union européenne a publié un
nouveau règlement sur le contrôle
des concentrations qui entrera en
vigueur le 1er mai 2004. Ce texte s’intègre dans une réforme de grande
ampleur qui a été lancée en 2001.
Le règlement 139/2004 vise à renforcer le système de guichet unique et
à introduire plus de flexibilité dans les
délais d’enquête. Il définit également
le critère essentiel permettant à la
Commission européenne d’évaluer les
effets potentiellement anti-concurrentiels d’une concentration. Des lignes
directrices de la Commission sur l’appréciation des concentrations horizontales ont également été publiées. ■
Le nouveau règlement
est disponible auprès
de l’Euro Info Centre –
Luxembourg PME/PMI
de la Chambre de Commerce,
tél.: (+352) 42 39 39-333,
fax: (+352) 43 83 26,
e-mail: eic@cc.lu.
35 • Merkur • Avril 2004
International
L’Elargissement en bref
La date butoire du 1er mai 2004:
un compte à rebours
Milos Kuzwart ait retiré sa candidature. Monsieur Telicka est
connu à Bruxelles et dans les
Etats membres actuels de l’Union
européenne. Il était notamment
le négociateur principal pour la
République tchèque pendant le
processus d’adhésion.
• Selon un nouveau rapport d’Eurostat, neuf des dix nouveaux Etats
membres ont un PIB par habitant qui ne dépasse pas les 75 %
de la moyenne de l’Europe des
15. Cependant, une grande disparité existe entre les différentes
régions. Le PIB par habitant le
plus bas est celui de la région
de Lubelskie en Pologne (29 %).
La région de Prague connaît le
PIB par habitant le plus élevé, à
savoir 135 %. Les autres régions
plus prospères sont: Bratislavský
en Slovaquie (102 %), KözépMagyarország en Hongrie (81 %)
et Cypres (78 %). Les six régions
«les moins riches» se trouvent en
Pologne.
• Le 2 avril dernier, l’OTAN a souhaité la bienvenue à ses nouveaux membres, dont sept des
dix nouveaux Etats membres de
l’UE situés en Europe centrale et
occidentale, à savoir la Bulgarie,
l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie,
la Roumanie, la Slovaquie et la
Slovénie. La Pologne, la République tchèque et la Hongrie
ainsi que la Turquie sont déjà
membres de l’OTAN.
• Le gouvernement tchèque a nominé Monsieur Pavel Telicka pour
devenir le Commissaire européen pour la République tchèque, et ceci après que Monsieur
• Après l’élargissement de l’UE, la
Commission européenne pense
avoir besoin en permanence de
40 interprètes supplémentaires
par langue. Ceci équivaut à 20
36 • Merkur • Avril 2004
• Le 5 mars 2004, un nouveau règlement a été publié relatif aux
mesures particulières et temporaires concernant le recrutement
de fonctionnaires des Communautés européennes.
nouveaux postes par langue:
une augmentation du personnel
de quelque 40 %. Au niveau de
la quantité, la plupart des nouveaux pays membres ont assez
d’interprètes. La Commission s’est
mieux préparée que pour les
élargissements précédents. Par
contre, les préparations continueront après 2004 et 2007.
Selon la Commission, des efforts
devront encore être faits pour
trouver un grand nombre d’interprètes de haute qualité pour
la traduction des conférences.
• La Turquie, la Bosnie-Herzégovine et la Serbie et Monténégro
se trouvent parmi les pays où la
Commission européenne finance
des projets qui soutiennent
la démocratie et les droits de
l’homme. Dans son ensemble,
«l’initiative pour la Démocratie et
les Droits de l’Homme» couvre
32 pays pour lesquels l’UE met
à disposition € 96,35 millions.
• Vu le grand intérêt au marché
immobilier dans les PECO, un
fonds d’adhésion a été créé.
L’Assicurazioni Generali (Italie)
contribue à € 90 millions et la
■
BERD à € 75 millions.
✁
L’Euro Info Centre – Luxembourg PME/PMI vous offre, par le biais
du bulletin de la Chambre de Commerce, la possibilité de commander
gratuitement des directives et règlements européens. Ainsi, vous trouverez dans chaque édition du Merkur une liste référentielle contenant
une sélection de ces textes législatifs publiés lors de la période précédant sa parution. Tous les règlements et directives publiés pendant cette
période peuvent être téléchargés à partir du site web de l’Euro Info Centre – Luxembourg PME/PMI où vous trouverez également une panoplie
d’autres informations intéressantes sur les affaires européennes.
Bon de commande
- à remplir à la machine ou en lettres majuscules Entreprise:
Nom:
Prénom:
http://www.eicluxembourg.lu
(Rubrique «Téléchargements»)
Pour obtenir un ou plusieurs des documents listés, il suffit de nous
retourner le bon de commande en cochant le numéro du document ainsi
que la langue de votre choix. Le(s) document(s) souhaité(s) vous sera/seront
transmis gratuitement par courrier normal ou par courrier électronique.
Directives publiées du 15 février – 15 mars 2004
1
2
2004/8/CE
2004/19/CE
3
2004/21/CE
Promotion de la cogénération
Matériaux et objets en matière plastique destinés à entrer en
contact avec les denrées alimentaires
Mise sur le marché et emploi de colorants azoïques
Règlements publiés du 15 février – 15 mars 2004
4
6
7
8
1360/2002*
432/2004
9/2004
10/2004
12/2004
15/2004
261/2004
9
317/2004
5
10 326/2004
441/2004
11 364/2004
12 383/2004
13 384/2004
14 391/2004
15 401/2004
16 411/2004
17 422/2004
Adresse:
Localité:
Téléphone:
Fax:
E-mail:
@
http://
❏ Nous souhaitons recevoir les textes législatifs
suivants
Appareil de contrôle dans le domaine des transports par route
❏ en français ❏ en allemand
Bonnes pratiques de laboratoire
❏ autre (à préciser)
Emballages et déchets d’emballages
Application des taux réduits de TVA
Indemnisation et assistance des passagers en cas de refus
d’embarquement et d’annulation ou de retard d’un vol
Statistiques sur les déchets en ce qui concerne l’Autriche,
la France et le Luxembourg
Valeur en douane de certaines marchandises périssables
❏
❏
❏
❏
❏
1
5
9
13
❏
❏
❏
❏
2
6
10
14
❏
❏
❏
❏
❏ en anglais
3
7
11
15
❏
❏
❏
❏
4
8
12
16
17
Chambre de Commerce
Application des articles 87 et 88 du traité CE aux aides
à la formation
Fiche-résumé des éléments principaux des cahiers de charges
Classement de certaines marchandises dans la
nomenclature combinée
Mesures restrictives à l’encontre de certaines personnes et entités
liées à Oussama ben Laden, au réseau Al-Qaïda et aux Taliban
Mesures particulières et temporaires concernant le recrutement
de fonctionnaires des Communautés européennes
Transports aériens entre la Communauté et les pays tiers
Marque communautaire
* Rectificatif au document concerné
Département International
Euro Info Centre – Luxembourg PME / PMI
Personne de contact: M. Niels Dickens
7, rue Alcide de Gasperi • Luxembourg /Kirchberg
Adresse postale: L-2981 Luxembourg
Tél.: 42 39 39-333 • Fax: 43 83 26
E-mail: eic@cc.lu
37 • Merkur • Avril 2004
International
U.S.A.
Customs Duties on Imports
of certain products originating
in the U.S.A.
rom March 1st 2004, import
duties on certain products
from the U.S.A. will be raised
gradually as a countermeasure of
the EU in view of the failure of the
U.S.A. to implement the WTO Dispute Settlement Body (DSB) recommendations regarding the tax treatment of foreign sales corporations
(FSC).
F
The Import Duties on selected
products will be increased by 5 % as of
March 1st 2004, each following month
the import duties will be increased
by 1 additional % resulting in import
duties of up to 17 % by March 2005.
The selected products are both
agricultural and industrial products
originating in the U.S.A. With respect to agricultural products, among
others are fruits, cereals, preparation
of meat and fruit juices. For industrial
products, the duties are applicable on
goods such as apparel, clothing, footwear, iron & steel, articles of copper
or aluminum, machinery and toys.
Companies and clients that
are importing from the U.S.A. are
urged to assess whether any of their
imported goods are listed.
■
India
Recent tax reforms in India
T
he Commerce Minister Mr
Arun Jaitley announced on
28 th January 2004 a mini
export import policy. This policy
is in line with the BJP led Government’s initiative to bring about a feel
good factor. The Minister presented
a set of trade facilitation measures
aimed to win over consumers as
well as importers and exporters.
Also the Government has staged a
coup of sorts over the “swadeshi“
(Indian) lobby by going ahead
with its stated policy intention of
reducing the peak customs duty to
20 % two months ahead of schedule.
In a push to reforms, the Government
has also simultaneously abolished
the 4 % special additional duty (SAD)
of customs. The timing has been
considered appropriate considering
the $ 100 billion plus foreign exchange.
A variety of items ranging from
gold and silver to imported luxury
goods and wine have been made
38 • Merkur • Avril 2004
cheaper. Gold and silver can now
be imported freely without having to
go through canalizing agencies like
state trading companies or banks.
This will make these precious metals cheaper as charges of 0,1 % to
0,7 % of the value will not have to
be paid to the canalizing agencies.
Ranging from food products to textiles and automobiles a number of
sectors of the Indian economy will
benefit from cheaper imports.
The actual relief of import duty
will be more than 10 % as SAD is
calculated on the value of goods
plus other duties. The impact for
major steel consuming companies
will be considerable as the Indian
steel majors will have to hold the
price line or even roll back prices
as the landed cost of imported steel
will now be cheaper by about USD
35 per tonne. The prices of prime
grade domestic steel have been at
par if not higher than landed prices
of imported grade.
Free gold import is a step to
capital account convertibility. This
will reduce the pressure on the limited resources of the central bank
of India (RBI) to manage the value
of a USD 103 billion reserve. However this liberalization has not been
accompanied by the opening up of
essential fuels namely diesel, petrol
and kerosene. Fuel prices in India
are a third higher than corresponding prices in the South Asia subcontinent. India produces only 30 per
cent of its crude consumption.
The policy also has given special exemptions to import by users
of capital goods. Users can import
these goods at three rates 0 – 5 and
10 %. Steel and other major metals
which are major inputs of capital
goods however attract a peak custom duty of 20 %. This aspect of
duty distortion will have a negative
impact on Indian Economy in the
long run. The Indian Government
can do away with the myriad distor-
tions in the custom duty structure by
reducing tariffs across the board and
rationalizing the number of rates.
India’s most celebrated export
item information technology has
been melded into the export process to slash transaction costs via
introduction of electronic signatures
and electronic fund transfer. In fact,
this policy has doled out numerous
sops to exporters and the domestic
industry by making imported raw
material cheaper and easily accessible. Finally, an assurance has been
given of cheaper export credit and
better insurance cover to Indian
exporters.
Also it has been decided to let
foreign banks take over private
Indian banks at 100 %, provided this
is done through a local subsidiary.
However voting rights of foreign
shareholder will still be restricted
to 10 % only (this restriction will be
reviewed after elections). Finally
charter flights into India will now
be allowed and India’s private airlines (Jet and Sahara) will be able
to fly on some international routes,
thereby lifting the monopoly of Air
India and Indian Airlines. A private
airport will be built as a pilot project at the IT city of Bangalore by
a foreign led consortium (Siemens
and Zurich Airport) to be possibly
followed by Delhi and Mumbai. ■
Portrait
AHK debelux: Chambre de Commerce
Belgo-Luxembourgeoise-Allemande
F
ondée en 1894, la debelux est
la plus ancienne des Chambres de Commerce allemandes à l’étranger. Elle encourage et
soutient les relations commerciales
entre l’Allemagne, le Luxembourg et
la Belgique. Avec ses trois bureaux à
Cologne, Bruxelles et Luxembourg,
elle constitue un partenaire de confiance pour les entreprises qui osent
se lancer sur les marchés allemand,
luxembourgeois et belge ou désirent
y développer leur position.
Les clients et les membres de la
Chambre peuvent profiter de la palette
variée des services et de la compétence de l’équipe des 30 experts de
la debelux.
La debelux propose, entre autres,
dans le cadre du Service Marketing des
conseils personnalisés en marketing,
recherche des représentants de commerce et organise des rencontres entre
les entreprises des différents pays.
Elle fournit également des renseignements juridiques aux entreprises et les assiste dans leurs
démarches auprès des institutions
allemandes, luxembourgeoises et
belges. Elle offre aussi un tribunal
d’arbitrage.
Le Service foires et événements
représente les sociétés de foires allemandes et aide ainsi les entreprises
luxembourgeoises et belges à établir
des contacts en Allemagne.
Le Service Communication fournit des données conjoncturelles et
économiques aux entreprises qui
le demandent, publie un magazine
économique bimestriel, le Journal
debelux, et organise différentes manifestations.
La qualité et la diversité des services proposés par la debelux, permettent aux entreprises allemandes,
belges et luxembourgeoises de connaître toutes les données relatives
aux marchés des trois pays et contribuent ainsi à leur succès.
Les services de la DEBELUX sont
accessibles à toutes les entreprises qui
en ont besoin. Nos membres bénéficient toutefois de tarifs préférentiels et
de nombreux avantages.
■
Si vous désirez plus de
renseignements, vous pouvez
nous joindre au +32 22 203 5040
ou ++35 2 42 39 39-316;
par e-mail à l’adresse
ahk@debelux ou debelux@cc.lu.
Vous pouvez également
consulter le site Internet:
www.debelux.org.
The International Department will present in the following MERKUR publications, the various bilateral
Chambers of Commerce incorporated in Luxembourg or abroad and representing Luxembourg
and/or Belgium business interest in foreign countries.
Should you conclude that any of the presented Chambers covers a territory of particular interest to you,
we kindly ask you to contact the person of contact of the respective Chamber or contact
Mrs. Viviane Hoor by phone 42 39 39-315, fax 43 83 26 or e-mail: international@cc.lu.
39 • Merkur • Avril 2004
International
23 mars 2004
Réunion du conseil
d’administration de la Debelux
L
e 23 mars dernier, le conseil
d’administration de la Debelux
(Deutsch-Belgisch-Luxemburgische Handelskammer – Chambre
de Commerce Belgo-Luxembourgeoise-Allemande) a eu lieu dans
le nouvel immeuble de la Chambre
de Commerce du Grand-Duché de
Luxembourg.
Son président, Joseph Kinsch,
a souhaité la bienvenue aux membres du conseil d’administration de
la Debelux. Ensuite, le président de
cette dernière, Michel Hahn, est passé
à l’ordre du jour, qui comprenait
notamment l’approbation du compte
rendu de la dernière réunion du conseil d’administration, qui a eu lieu le
29 octobre 2003 à Bergheim (Cologne) au siège de RWE Power AG,
le rapport du trésorier, ainsi que le
rapport d’activités de l’année 2003.
Par ailleurs, les membres cooptés au
conseil d’administration ont été présentés à l’assemblée.
Au cours du déjeuner, le président
Michel Hahn a décerné la médaille
d’honneur Mercator de la Chambre
de Commerce Belgo-Luxembourgeoise-Allemande au Docteur Franz
Schoser. L’ancien directeur général
40 • Merkur • Avril 2004
de l’Association des Chambres de
Commerce et d’Industrie allemandes DIHK (jusqu’en automne 2001),
originaire du Baden Württemberg, a
soutenu avec véhémence l’intensification des relations commerciales
entre l’Allemagne et l’étranger. Dans
son engagement pour l’économie
allemande, le Docteur Schoser a soutenu durant toute sa carrière l’idée
de l’économie sociale de marché
(Soziale Marktwirtschaft).
Pierre Gramegna, directeur de la
Chambre de Commerce du GrandDuché de Luxembourg, a rendu hommage à Gerd Marmann qui vient de
quitter son poste de directeur général de
la Debelux à Cologne, et qui a assumé
cette fonction avec beaucoup de succès
et d’engagement pendant 27 ans.
Après le déjeuner, Pierre Gramegna a brièvement présenté l’histoire,
les missions et l’organisation de la
Chambre de Commerce. Créée en
1841, donc seulement 2 ans après l’indépendance du pays, la Chambre de
Commerce est le défenseur de l’intérêt
économique général et le porte-parole
indépendant de l’économie du marché. Elle intervient dans la procédure
législative, puisque le gouvernement
doit demander son avis pour chaque
projet de loi ou de règlement qui intéresse ses ressortissants. Aujourd’hui, la
Chambre de Commerce compte plus
de 35.000 membres affiliés, occupant
plus de 200.000 personnes et représentant 80 % du PIB.
Le département Création et Développement des Entreprises vise à promouvoir l’esprit d’entreprise et à assister
les entreprises de façon individuelle en
matière juridique et économique. Afin
de mieux servir sa clientèle, la Chambre
de Commerce a mis en place l’«Espace
Entreprise» qui réunit en un endroit toutes les informations et les services relatifs à la création ou au développement
de l’activité économique.
Le département Economique a
pour mission d’observer et d’analyser l’environnement économique. Il
évalue les actions politiques et l’environnement structurel par des enquêtes,
études de compétitivité et études sectorielles. Il est chargé de promouvoir
un cadre propice au développement
économique en émettant des recommandations aux autorités publiques
et soutient la promotion du Luxembourg comme terre d’investissement.
Le département International
accompagne les entreprises sur les
marchés étrangers. Ce soutien actif
à la conquête de nouveaux marchés
se présente sous différentes formes:
missions de promotion économique,
salons de coopération, visites accompagnées de foires internationales,
mise à disposition d’un stand collectif
et journées d’opportunités d’affaires.
Font également partie du Département International l’Euro Info Centre –
Luxembourg PME/PMI (EIC), qui
informe les entreprises luxembourgeoises sur les matières européennes les plus diverses, et l’Office du
Ducroire, qui est le guichet unique
pour les exportateurs dans le domaine
de l’assurance-crédit, des aides financières à l’exportation et du conseil aux
entreprises en ces matières.
Le département Formation de la
Chambre de Commerce encourage
les entreprises à s’engager dans un
processus continuel d’amélioration
des connaissances et des compétences de leurs ressources humaines.
L’institut de formation de la Chambre
de Commerce (IFCC) est l’organe de
formation de la Chambre de Commerce chargé de développer et de
mettre en œuvre une politique de
formation professionnelle continue
guidée par la qualité et répondant
aux multiples besoins exprimés par
les entreprises luxembourgeoises.
Après cette présentation de la
Chambre de Commerce, Carlo Thelen, membre du Comité de direction,
chef du département Economique et
du département International, a fait
un exposé sur l’environnement structurel et conjoncturel de l’économie
luxembourgeoise. Après avoir enregistré un taux de croissance remarquable sur les années 1985 à 2000
(+ 5,5 % en moyenne annuelle), l’économie a été affectée par la morosité
de l’environnement économique au
niveau international dès 2001.
Après une croissance du PIB de
1,3 % en 2002 et de 1,2 % en 2003,
les perspectives 2004 tablent sur un
taux de 2,0 %. Le taux de chômage
continue à progresser et risque d’atteindre 4,1 % en 2004. En 2003, la
production industrielle a évolué
favorablement, tout comme le commerce. La construction a connu une
année mitigée, de même que la branche de l’horeca, des transports et des
communications. Le secteur financier
poursuit sa consolidation à un haut
niveau. L’excédent de la balance
courante a diminué pour atteindre
un niveau se situant légèrement en
■
dessous de 10 % du PIB.
2004
Journées d’opportunités
d’affaires 2004
A
fin d’aider les entreprises
luxembourgeoises à pénétrer les marchés étrangers,
la Chambre de Commerce organise
régulièrement des journées d’information qui ont pour but de faire
connaître les opportunités qu’offrent
les marchés et d’aider les entreprises
à écouler leurs produits ou services.
Ces journées se présentent sous
forme d’entretiens individuels avec
les attachés économiques et com■
merciaux belges.
DATE
13 avril
20 avril
20 avril
11 mai
11 mai
24 mai
24 mai
24 mai
26 mai
21 juin
21 juin
21 juin
21 juin
21 juin
22 juin
28 juin
28 juin
28 juin
28 juin
15 septembre
29 septembre
1 octobre
PAYS
CHINE
CANADA
CANADA
ETATS-UNIS
ETATS-UNIS
TUNISIE
EGYPTE
AFRIQUE DU SUD
CHILI
INDE
INDE
INDE
PHILIPPINES
SINGAPOUR
KOWEIT
HONGRIE
TCHEQUIE/SLOVAQUIE
POLOGNE
POLOGNE
ISRAEL
CUBA
BRESIL
VILLE
SHANGHAI
MONTREAL
TORONTO
ATLANTA
CHICAGO
TUNIS
LE CAIRE
JOHANNESBURG
SANTIAGO
NEW DELHI
BANGALORE
MUMBAI
MANILA
SINGAPOUR
KOWEIT CITY
BUDAPEST
PRAGUE
VARSOVIE
POZNAN
TEL AVIV
LA HAVANE
SAO PAULO
Pour tout renseignement supplémentaire concernant les journées d’opportunités d’affaires avec les attachés
économiques et commerciaux, veuillez contacter Madame Sabrina Sagramola ou Monsieur David Lutty,
tél.: 42 39 39-334/316, e-mail: international@cc.lu.
41 • Merkur • Avril 2004
Formation
Les spécificités de
l’a
Acheter du stage o
acheter d
Le professionnalisme du
responsable
formation
se manifeste plus
au niveau
de la qualité de son
expertise de
consultant
interne,
qu’au
niveau de
ses performances de
négociation
du prix d’intervention
d’un organisme de
formation.
42 • Merkur • Avril 2004
de
l’achat de formation
e ou
r du changement?
V
oilà bien une question fondamentale
en matière de système formation! Le métier de responsable formation consiste-t-il à réaliser l’achat d’un
produit ou bien consiste-t-il à aider un client interne
dans l’obtention d’un résultat?
D
ans la première option on
se centre sur le moyen, sur
le stage et il s’agira alors
d’acheter du stage. Dans la seconde
option on met en avant l’objectif, les
résultats et il faudra donc acheter du
changement; on ne se contentera
pas de mettre en œuvre un moyen,
mais on s’intéressera aux effets de
ce moyen. En partant de la demande
du client interne et des caractéristi-
ques de la situation, le responsable
formation pourra bien définir l’objet
de son achat. Il pourra s’aider des
quelques réflexions qui suivent.
Le professionnalisme du responsable formation se manifeste plus au
niveau de la qualité de son expertise de consultant interne, qu’au
niveau de ses performances de
négociation du prix d’intervention
d’un organisme de formation. Cer-
sss
43 • Merkur • Avril 2004
Formation
“
L’efficacité globale d’une
action se fabrique essentiellement
au moment de son montage et se
mesure au moment de l’évaluation
de l’atteinte des objectifs.
”
tains s’estiment très satisfaits d’avoir
décroché 20 % de réduction, mais
ils ne s’aperçoivent pas que c’est,
de toute façon, trop cher payé pour
une action qui, faute d’avoir été
montée avec une approche systémique, n’engendrera pas de changement. L’achat de formation présente
certaines spécificités que nous déclinerons et l’acheteur de formation
gagne à utiliser les concepts et les
méthodes du psychosociologue plutôt que ceux du commercial.
La solution «formation» présente
une particularité: pour être pleinement efficace, elle ne peut généralement pas agir seule. Pour atteindre ses buts, il est nécessaire de la
déployer à l’intérieur d’une démarche systémique, on dit aussi globale. C’est-à-dire que d’autres solutions sont à mettre en œuvre simultanément pour atteindre le résultat
escompté (par exemple, information
d’autres acteurs, modification des
responsabilités, amélioration des
outils et des méthodes de travail,
évolution des classifications ou des
systèmes d’appréciation et de rémunération...). Faute d’initier certaines
de ces autres solutions en parallèle à
la formation, cette dernière ne permet pas d’atteindre les buts visés.
44 • Merkur • Avril 2004
Les managers voient souvent en la
formation un remède miracle, ils
sont rarement sensibilisés au caractère indispensable des démarches
globales. Les services formation et
les directions des ressources humaines présentent souvent les mêmes
manques (les choses évoluent, mais
lentement). Aussi pour réussir, est-il
nécessaire d’acheter, non seulement
l’acte pédagogique, mais également
«le mode d’emploi» avec toutes les
préconisations à suivre pour que la
pédagogie porte ses fruits.
L’efficacité globale d’une action
se fabrique essentiellement au moment
de son montage et se mesure au
moment de l’évaluation de l’atteinte
des objectifs finals. La qualité à
mettre en œuvre doit donc porter
sur toutes les étapes du processus
depuis le recueil du besoin jusqu’à
l’évaluation du prestataire. Celui qui
mènera l’analyse de la demande
devra s’interroger sur les raisons
du manque de mise en œuvre des
compétences: s’agit-il d’un manque
de savoir, dans ce cas la formation
apportera les capacités manquantes;
ou bien d’un manque de pouvoir,
dans ce cas la formation ne servira
à rien, l’organisation et l’information préciseront les moyens et les
responsabilités confiées; ou bien
d’un manque de «vouloir» de la part
de certains acteurs, dans ce cas la
formation sera tout aussi inutile,
l’adhésion s’obtiendra par un management participatif de qualité. Pour
que les changements s’opèrent,
les paramètres les plus importants
sont la motivation des futurs formés et celle de leurs managers. Si
ces acteurs imaginent que les changements leur seront bénéfiques, ils
les accepteront sans trop de résistance et les actions de formation
associées n’exigeront qu’une compétence en ingénierie pédagogique,
voire en ingénierie de formation. En
revanche, si les changements sont
perçus essentiellement comme des
contraintes qui ne permettront pas
la réalisation d’objectifs personnels,
il faudra développer une approche
plus globale avec l’utilisation d’une
compétence en ingénierie du changement.
Au moment de la planification
des actions, la réponse «formation»,
c’est-à-dire la réponse qui consiste
à développer des compétences
manquantes par l’apport de capacités, peut prendre des formes très
variées: missions confiées, stages
dans diverses entités de l’entreprise
ou ailleurs, formation individualisée en centre ressources, stages
individuels externes, formation
collective interne animée par un
organisme ou animée par du personnel de l’entreprise... La question
que se pose le responsable du plan
de formation est la suivante: vaisje répondre à ce besoin de changement avec des moyens internes
ou vais-je devoir faire appel à un
prestataire externe? Ce prestataire
externe interviendra comme formateur spécialiste de l’ingénierie
pédagogique ou comme spécialiste
du développement des compétences ou encore comme consultant
spécialiste de l’ingénierie du changement. Dès le début de l’action,
l’acheteur se précisera clairement
le type de prestation attendue. Il
le fera en fonction du type d’ingénierie nécessaire et de la présence
ou non, dans l’entreprise, de cette
ingénierie.
La pratique qui consiste à acheter, chez un organisme, un «produit
catalogue» pour lequel on réclame
simplement quelques aménagements
afin de tenir compte de certaines
des caractéristiques de l’entreprise, ne
devrait plus avoir cours aujourd’hui.
L’acheteur de formation se doit
d’acheter des résultats ou plus précisément la résolution d’un problème
rencontré par son client, c’est-àdire du changement. L’approche
client doit se substituer à l’approche
produit. Les organismes devraient
intervenir plus fréquemment en
amont des actions de formation. Les
entreprises qui ont pris conscience
de leurs manques en ingénierie du
changement, ont fait évoluer leurs
pratiques d’achat. Elles attendent
de leurs prestataires, conseil et
assistance pour construire ensemble l’opération de changement qui
débouchera sur l’atteinte de leurs
objectifs.
Certaines entreprises commettent encore l’erreur de considérer
l’achat de formation comme tout
autre achat. Il est confié à un acheteur qui, bien souvent, ne maîtrise
pas l’ingénierie du changement. Il va
appliquer les principes de la politique d’achat de l’entreprise, ignorant
les spécificités de la formation. Il
accordera une priorité à l’obtention
du prix le plus bas ou au respect de
procédures mises en place en vue de
la certification ISO. On risque alors
de ne pas réaliser les objectifs opérationnels visés. La qualité de l’action de formation étant coproduite
par différents acteurs, cela exige des
pratiques spécifiques. Des entreprises qui avaient confié, pour un
temps, l’achat de leurs formations à
leur direction des achats, sont revenues au système antérieur, avec des
achats réalisés par les spécialistes
formation. D’autres entreprises pratiquent leurs achats en deux temps.
Le choix du prestataire est réalisé
par les membres du système formation. L’acheteur de l’entreprise n’intervient que dans un second temps
pour la négociation finale du prix de
l’intervention. Cette pratique, moins
critiquable que la précédente, présente toutefois l’inconvénient de
réduire la négociation sur un seul
élément: le prix. Pourtant une négociation bien menée peut porter sur
d’autres aspects qui nécessitent une
bonne connaissance des métiers de
la formation (étapes préalables non
facturées, suivi assuré à un taux
réduit, modalités d’un partenariat,
etc.).
Souvent, les mots «achat de
formation» évoquent la notion de
négociation avec une «bataille des
prix». Cette vision, si elle reste valable pour l’achat de «stage catalogue»,
est largement dépassée pour l’achat
d’une action sur mesure. L’achat
n’est pas du marchandage, il ne se
réduit pas à la discussion du prix de
la prestation. Les responsables formation prennent conscience qu’il ne
sert à rien de gagner 10 % sur le prix
de vente d’une journée d’intervention, si celle-ci n’est pas pertinente
et n’atteint pas ses buts.
L’acheteur de formation efficace
achète non seulement de la prestation pédagogique, mais s’assure
aussi du changement que facilitera la formation. Pour être un bon
«acheteur de changement», il faut
disposer d’une bonne sensibilité
psychosociale et bien comprendre
le «fonctionnement» de l’Homme au
travail. Il faut être un stratège capable de déjouer la résistance au changement manifestée par tout groupe
qui subit des pressions pour évoluer. Pour réussir, il faut mettre en
place des moyens propres à établir
une bonne communication entre ses
clients internes et les prestataires.
Parmi ces moyens citons notamment
les cahiers des charges et l’approche
par objectifs. Il faut assurer ensuite
la qualité des prestations en utilisant
un processus de sélection fiable des
fournisseurs et en employant un
système objectif d’appréciation continue de ces derniers. Aussi, l’achat
de formation doit-il rester sous la
responsabilité de spécialiste de la
formation.
Le responsable formation peut
acheter du «stage» s’il peut faire
intervenir, en interne, un spécialiste
de l’ingénierie du changement. En
l’absence de telles compétences
dans l’entreprise, il devra les acheter.
S’il dispose lui-même de ces compétences, il devra conseiller et assister
son client dans le montage d’une
action de changement.
Jacques Soyer, consultant indépendant, formateur à l’IFCC (site:
www.jsconseil.com)
■
L’acheteur
de formation efficace
achète non
seulement
de la prestation pédagogique, mais
s’assure
aussi du
changement
que facilitera la
formation.
Pour de plus amples
renseignements relatifs au
séminaire sur l’achat de formation
organisé par l’IFCC et animé
par M. Jacques Soyer,
prière de bien
vouloir contacter:
Institut de Formation
de la Chambre de Commerce
Mlle Eliane Theis
7, rue Alcide de Gasperi
Luxembourg /Kirchberg
Tél.: (+352) 42 39 39-225
E-mail: eliane.theis@cc.lu
45 • Merkur • Avril 2004
Innovation
www.luxinnovation.lu
Pour tout savoir sur l’Agence
luxembourgeoise de
l’innovation et de la recherche
L
e site Internet bilingue (français/anglais) de Luxinnovation,
l’Agence nationale pour la promotion de l’innovation et de la recherche au Luxembourg, est un support
précieux pour les porteurs de projets
d’innovation et recherche, les créateurs d’entreprises innovantes, les chercheurs et étudiants de l’enseignement
supérieur au Luxembourg.
En quelques clics, l’utilisateur
peut s’informer sur la constitution
du GIE Luxinnovation, découvrir
l’ensemble des activités menées
par Luxinnovation pour promouvoir l’innovation et la recherchedéveloppement au Luxembourg et
à l’échelle européenne. Les activités des conseillers de Luxinnovation dans les domaines des grappes
technologiques (SurfMat, InfoCom,
AeroSpace), du transfert de technologies, la stimulation de l’artisanat
innovant, la création d’entreprise
innovante ou encore de la formation professionnelle (bourses de
mobilité) sont clairement décrites
sur le site. L’utilisateur a également
l’opportunité, via la page «Contact»,
de solliciter Luxinnovation pour
obtenir plus de renseignements,
recevoir de la documentation ou
prendre un rendez-vous avec un
conseiller.
■
Pour plus d’informations,
consultez:
www.luxinnovation.lu
Financial support for Information Society Technologies projects
The European IST Prize will
award a total of EUR 700,000
ow in its 10th year, the European IST Prize is an award
for groundbreaking products
that represent the best of European
innovation in information society
technology. It provides public recognition and a highly visible profile
to entrepreneurial teams that excel
in generating novel ideas and R&D
and converting them into marketable
products. The high standards of applicants and the competitive screening
procedure for selecting the Nominees
and Winners make this Prize the most
distinguished for new Information
Technology driven products.
From 50 to 70 European IST Prize
Nominees are selected among all
applicants. They receive the quality
label “European IST Prize Nominee”, to further promote their com-
N
46 • Merkur • Avril 2004
panies and products. Then 20 European IST Prize Winners are selected
among the Nominees. Each Winner
receives EUR 5,000 and the European IST Prize Certificate. The Winners are invited to exhibit their winning product during the yearly IST
Event. An Executive Jury, composed
of independent, highly respected
European Executives, selects the
3 Grand Prize Winners among the
20 Winners. Each Grand Prize Winner receives EUR 200,000 and the
European IST Prize Trophy.
The European IST Prize is organised by the European Council of
Applied Sciences, Technologies
and Engineering (Euro-CASE), with
the sponsorship and support of the
Information Society Technologies
Programme of the European Com-
mission. All applications should
conform with the following theme:
“Novel products with a high information technology content and evident market potential”. The product
should be at least a demonstrable
prototype and, if already marketed,
it should have been introduced into
the market after 1 June 2002.
The selection criteria include
technical excellence, innovative content, strategic business planning,
potential for improving competitiveness, potential market value,... ■
The application (to be downloaded
from the Website: www.ist-prize.
org) should not exceed 10 pages
and arrive at Euro-CASE not later
than: 5 May 2004.
Sixth Framework Programme
FP6: Preliminary information about
future calls for proposals
to be launched in May
L
uxinnovation, national contact point for all FP6 programmes, has been informed that
calls for proposals under the thematic priority “information society
technologies” will be launch ed
by the European Commission on
May 22nd.
One of the objectives of these
calls will be to offer additional
entry points to some key actors by
expanding the scope of FP6 actions
already under way to cover new
activities which are expected to
involve new participants especially
SMEs (IST call 3).
If you are a large company, a
research centre or an SME, working,
or intending to collaborate with
foreign partners (private or public)
in order to develop a new product,
a new process or a new technology,
do not hesitate to contact us. Luxinnovation advisers will analyze the
financing possibilities offered both
at national and European levels
(FP6, ESA, EUREKA).
■
For any information,
please contact:
Mr. Jean-Michel Ludwig,
Luxinnovation,
phone: +352 43 62 63 -1,
jean-michel.ludwig@luxinnovation.lu
www.innovation.public.lu
Comment rester au fait de
l’actualité innovation et
recherche au Luxembourg?
I
nscrivez-vous gratuitement sur
www.innovation.public.lu et recevez chaque semaine votre lettre de diffusion personnalisée!
Réalisé dans le cadre du plan
d’action gouvernemental eLëtzebuerg pour la promotion de la
société de l’information, le Portail
luxembourgeois de l’innovation et
de la recherche www.innovation.
public.lu offre depuis le 2 juillet 2003
une porte d’entrée électronique sur
toute l’actualité de l’innovation et la
recherche au Luxembourg.
Le Portail propose notamment
une inscription gratuite, personnelle
et strictement confidentielle dans la
rubrique «Espace membre», située
sur chaque page en haut à droite.
Cette simple inscription permet
d’accéder à une panoplie de services personnalisés à forte valeur
ajoutée dont la lettre de diffusion
hebdomadaire personnalisée.
Cette lettre de diffusion personnalisée, permet de recevoir chaque
semaine la synthèse des mises à
jour et des nouveautés publiées
sur le Portail en tenant compte des
domaines technologiques et des
rubriques sélectionnés lors de votre
inscription: vous ne recevez que les
informations qui retiennent votre
intérêt!
N’hésitez plus! Depuis chaque
page de www.innovation.public.lu,
cliquez sur Inscription gratuite dans
■
la rubrique «Espace membre».
Pour tout
renseignement contactez
Mme Marie Souciet,
Luxinnovation,
Tél.: 43 62 63-1,
marie.souciet@luxinnovation.lu
47 • Merkur • Avril 2004
Innovation
Centre de Recherche Public Henri Tudor
S
Identification par radio-fréquences,
quelles perspectives?
L
a technologie n’est pas neuve:
la RFID (Radio Frequency
IDentification) existe depuis
longtemps dans notre environnement, ces puces se trouvent par
exemple dans nos badges d’accès,
dans les clés de voiture et dans les
étiquettes antivol. En 1945, elles
étaient déjà utilisées pour identifier
les avions de la Royal Air Force.
Ce qui est par contre tout à fait
nouveau, ce sont les normes qui
permettent d’identifier et de tracer les objets ainsi estampillés à
l’échelle mondiale, via Internet. En
fait, le code inscrit dans la mémoire
de l’étiquette est unique et relié à
une base de donnée universelle qui
renvoie à des données relatives au
produit.
En fait, la solution a de multiples
avantages par rapport au code-barre
qu’elle devrait, à terme, remplacer.
Seul le coût de mise en œuvre constitue un frein à certains usages: le
coût d’une étiquette équivaut à celui
d’une boîte de conserve soit 0,10 €
à 0,30 € actuellement. Forrester
Research se risque à prévoir un prix
unitaire de 0,01 € pour 2008-2009,
le marché progressant de 20 à 30 %
par an. La RFID ne se trouvera donc
pas immédiatement dans les rayons
des supermarchés. Quand la RFID
est utilisé, c’est souvent en complément du classique code-barre. Il est
par exemple intéressant de pouvoir
connaître la liste des articles contenus dans un carton sans avoir à
l’ouvrir ou encore de ne pas devoir
viser une étiquette pour la lire dans
certains environnements automatisés. On le devine, les potentialités
de la technologie sont nombreuses:
traçabilité de toute une chaîne de
production ou logistique, facilitation des échanges entre partenaires,
localisation des produits, ...
Les études présentent des ROI
(retour sur investissement) intéressants dans le secteur de la logistique pour assurer une traçabilité de
bout en bout. Par exemple, dans les
aéroports, la technologie permet de
suivre les bagages. D’autre sociétés
utilisent la RFID pour identifier les
véhicules et faciliter le paiement
sur autoroute. Le secteur du transport en commun déploie des infrastructures pour remplacer les billets
classiques. L’industrie l’exploite
pour améliorer le contrôle qualité.
Des projets de grande envergure
sont en cours dans certaines enseignes de la distribution. Metro a
prévu de déployer la solution sur
800 sites et Wal-Mart, le Numéro Un
de la grande distribution aux EtatsUnis, impose à ses principaux fournisseurs d’être RFID Compliant pour
début 2005. Certaines étiquettes,
plus évoluées permettent de suivre
la température du produit et garantissent ainsi le respect de la chaîne
du froid. D’autres sont dotées de
capteurs de pression et équipent
certains pneumatiques... Et la liste
des fonctionnalités s’allongera considérablement dans un avenir très
proche.
Le Centre Henri Tudor, en partenariat avec l’association Luxembourg Senior Consultant, se charge
de constituer un groupe de travail
qui définira les spécifications d’une
plate-forme de démonstration.
Celle-ci, pourra être exploitée par
les sociétés intéressées afin de valider les valeurs ajoutées du RFID
dans leurs processus.
■
M
Cy
D
P
Te
In
Te
C
W
Te
B
Tr
Co
A
F
A
D
R
P
S
K
P
P
Te
R
Z
G
D
Fü
E
S
G
A
G
K
G
D
S
D
R
F
D
A
S
M
A
O
Un séminaire de présentation de la technologie RFID et de ces usages est organisé le 25 mai 2004 à 14h00.
Les entreprises intéressées sont invitées à s’inscrire sur le site www.spiral.lu
ou en contactant Arnaud Bellaire par email: arnaud.bellaire@tudor.lu.
Cette action est co-financée par le FEDER dans le cadre du projet «Parrainage Management E-business»
B
M
M
M
M
M
M
M
In
M
T
U
St
P
I
48 • Merkur • Avril 2004
S É M I N A I R E S 1E R S E M E ST R E
2004
INTITULE
DAT E S
HORAIRE
PRIX
SEMINAIRES
M A R K E T I N G E T C O M M E RC I A L
Cybermarketing
Démarche marketing
Psychologie de la vente
Techniques de vente par téléphone
Informatique et gestion commerciale
Techniques de négociation commerciale
29,30/04/2004
4,10,11/05/2004
10,11/05/2004
7,8/06/2004
11/06 et 2/07/2004
15,16/06/2004
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
265,00 ¤
400,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
C O M P TA B I L I T É E T F I N A N C E S
Workshop - Introduction aux éléments financiers du business plan
Techniques de base de l’analyse financière
Balanced Scorecard: Traduire la stratégie d’entreprise en objectifs opérationnels
Trésorerie et gestion des flux financiers en entreprise
Comptabilité analytique: Savoir analyser et contrôler les coûts
Audit et contrôle de gestion
22,29/04/2004
28/04 et 5/05/2004
7,14/05/2004
10,11/05/2004
8,9/06/2004
18/06/2004
18.00 - 20.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
75,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
160,00 ¤
22,23/04/2004
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
265,00 ¤
22,23/04/2004
26,27/04/2004
10,11/05/2004
13,14/05/2004
24,25/05/2004
27/05 et 10,17/06 et 1/07/2004
17,18/06/2004
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
265,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
520,00 ¤
265,00 ¤
22,23/04/2004
29,30/04/2004
6,7/05/2004
6,7/05 et 17,18/06/2004
10,11/05/2004
25,26/05/2004
27,28/05/2004
7,8,28/06/2004
29,30/06/2004
1,2/07/2004
1,2/07/2004
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
265,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
520,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
400,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
265,00 ¤
6,7/05/2004
7/05/2004
14/05/2004
11/06/2004
18/06/2004
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 14.00
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 14.00
265,00 ¤
200,00 ¤
30/03/2004
14/05/2004
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 14.00
160,00 ¤
140,00 ¤
S É C U R I T É E T S A N T É AU T R AVA I L
Mise en place et suivi de la méthode HACCP
6,7,14/05/2004
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
400,00 ¤
ACH AT S E T L O G I ST I Q U E
Organisation de l’entreposage et des manutentions
26,27/05/2004
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
265,00 ¤
21/04/2004
23/04/2004
28/04/2004
5/05/2004
12/05/2004
13,14/05/2004
9/06/2004
11/06 et 2/07/2004
16/06/2004
09.00 - 14.00
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 14.00
09.00 - 14.00
09.00 - 14.00
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 14.00
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
140,00 ¤
160,00 ¤
140,00 ¤
140,00 ¤
140,00 ¤
265,00 ¤
140,00 ¤
265,00 ¤
160,00 ¤
16/06/2004
6/07/2004
13.30 - 17.30
09.00 - 12.30 et 14.00 - 17.30
50,00 ¤
75,00 ¤
F O R M AT I O N
Achat de formation
DÉVELOPPEMENT PERSONNEL
Rhetorik: Frei und überzeugend sprechen
Praktische Menschenkenntnis: Sich selbst und andere besser kennen lernen
Selbst-Management und Wettbewerbsstrategien: Die eigenen Potentiale bewusster entwickeln
Kreativität als Lösungsstrategie im Beruf und Alltag
Persönliche Arbeitstechniken und Zeitmanagement
Perfectionnement des compétences managériales pour cadres et dirigeants d’entreprise
Techniques de lecture rapide
R E L AT I O N S S O C I A L E S E T P RO F E S S I O N N E L L E S
Zielgerichtet und effektiv kommunizieren
Gesprächsführung Teil 1: Das Verhandlungstraining
Délégation, un outil au service de la performance
Führungskompetenz: Wie führe ich mein Team zum Erfolg?
Ecoute active, la bonne clé du manager
Savoir mieux gérer son temps de travail
Gesprächsführung Teil 2: Das Mitarbeitergespräch
Assistant(e)s de direction: Maîtrisez avec aisance la diversité de votre fonction
Gestion du changement: Comment adapter son entreprise à l’environnement instable?
Konfliktmanagement: Vom Konflikt zur Übereinstimmung
Gesprächsführung Teil 3: Der Umgang mit schwierigen Situationen
D RO I T
Sécurité sociale luxembourgeoise
Dispositions légales et réglementaires du contrat de travail
Réglementation d’aspects spécifiques d’une relation de travail
FISCALITÉ
Déclaration de TVA du commerçant
Aspects fiscaux de la transmission d’entreprise
B U R E AU T I Q U E
MS-Word - Tableaux et organigrammes
MS-Excel - Diagramme und Visualisierung von Daten
MS-Word - Formulaires et lettres types
MS-Word - Mailings
MS-Word - Créez votre papier entête
MS-Excel - Durchführung effektiver Analysen
MS-Outlook - Messagerie électronique
Informatique et gestion commerciale
MS-Word - Créez et présentez votre rapport d’activités
T E CH N O L O G I E S D E L ’ I N F O R M AT I O N E T D E L A C O M M U N I C AT I O N
Usage et intérêt des outils de gestion de la relation client (CRM) (avec le soutien du Fonds Social Européen)
Stratégie d’entreprise et e-business (avec le soutien du Fonds Social Européen)
Pour tout renseignement complémentaire, veuillez vous adresser à:
Institut de Formation de la Chambre de Commerce
Locaux:
7, rue Alcide de Gasperi · Luxembourg-Kirchberg
Adresse postale:
Institut de Formation de la Chambre de Commerce
L-2981 Luxembourg
(+352) 423939-220
(+352) 423939-820
info@ifcc.lu
www.ifcc.lu
Fabricant de succès
200,00 ¤
Economie
La Banque Centrale et le Statec
Balance des paiements:
Recul de l’excédent courant
L
a Banque Centrale du Luxembourg et le Statec font savoir
que l’excédent de la balance
courante est retombé de 2,6 milliards d’euros en 2002 à 2,2 milliards
en 2003. Exprimé en pourcentage
du PIB, le solde courant de 2003
avoisine celui de la fin des années
90 – à savoir légèrement inférieur à
10 %. Cette détérioration est essentiellement due à l’aggravation des
déficits structurels des balances des
revenus et des transferts courants.
En revanche, la balance des biens et
services s’est légèrement améliorée
pour atteindre un excédent de 5,3
milliards d’euros, grâce surtout au
solde positif des échanges de services (7,5 milliards).
La balance commerciale s’est
détériorée, passant de 2,1 milliards
d’euros en 2002 à 2,2 milliards en
2003. Cette détérioration s’explique
exclusivement par l’évolution des
opérations sur or non monétaire
(passant d’un excédent appréciable
en 2002 à un léger déficit en 2003).
En dehors de ce type particulier de
transactions, le déficit des échanges
de biens s’est donc légèrement résorbé – cependant plus par un tassement des importations que par un
effet de reprise des exportations.
Par rapport à 2002, les exportations
(à l’exclusion de l’or non monétaire)
ont, en effet, baissé de 1,6 %, alors que
les importations ont reculé de 3,6 %.
Les transactions extérieures sur
services se soldent par un excédent
record de 7,5 milliards d’euros (contre 7,4 milliards en 2002), ce qui
débouche sur un taux de couverture
des importations par les exportations de 150 %. Cette amélioration de
l’excédent des échanges de services
50 • Merkur • Avril 2004
s’explique entre autres par l’évolution favorable des soldes positifs des
activités de transport et des voyages,
de même que par le démarrage (en
cours d’année au Luxembourg) des
activités d’une entreprise d’origine
américaine spécialisée dans la diffusion d’informations. Par ailleurs,
les services financiers ont continué
à contribuer largement (à raison de
quelque 70 %) à ce résultat positif
et cela en dépit d’un léger recul des
prestations aux non-résidents. Cette
évolution est largement influencée
par la montée des cours boursiers:
ainsi dégage-t-on une hausse du
solde net à partir de la fin du premier semestre et ce revirement de
tendance semble se confirmer au
début de l’année en cours.
Le déficit structurel de la balance
des revenus s’est encore détérioré
sous l’effet de la réduction nette du
revenu des investissements et surtout de la rémunération nette des
salariés. Cette dernière évolution est
due au nombre croissant des frontaliers venant travailler au Luxembourg. Le recul du revenu net des
investissements s’explique quant
à lui en large partie par la légère
réduction de la marge d’intérêts du
secteur bancaire.
En 2002 la balance des transferts
avait enregistré un déficit relativement modeste suite à des rentrées au
titre de l’indemnisation d’un satellite
accidenté en cours d’année. Par rapport à ce déficit exceptionnellement
faible, le solde a quasiment doublé
en 2003, tout en restant en retrait
par rapport aux résultats des années
1999 à 2001.
Les transferts des administrations publiques se soldent par un
léger excédent en raison d’une
entrée nette exceptionnelle dans
le cadre des accords belgo-luxembourgeois. Cette recette est cependant quasiment compensée par une
réallocation de revenus monétaires
(enregistrée sous les transferts aux
autres secteurs) dans le cadre de
l’Eurosystème.
■
Sorties nettes
des capitaux
dans le compte
financier
Les flux d’opérations financières
se sont réduits au cours de l’année
2003 comparés aux données révisées de l’année 2002. Les sorties
nettes de capitaux ont ainsi totalisé
1,2 milliard d’euros sur toute l’année
2003 contre 1,8 milliard d’euros l’année précédente.
Comparé au montant de 134
milliards d’euros en 2002, les investissements directs réalisés par des
sociétés luxembourgeoises à l’étranger ont baissé de façon significative pour atteindre 72,4 milliards
d’euros sur toute l’année 2003. De
même, les flux d’investissements
directs étrangers au Luxembourg
ont enregistré une importante chute
en totalisant 64,8 milliards en 2003
contre 124 milliards d’euros l’année
précédente. Tout comme pour l’année 2002, les entrées et les sorties
d’investissements directs de l’année
2003 ont pris la forme, à plus de
80 %, de prises de participations
impliquant des sociétés holdings
résidentes. En dehors des opérations en capital de sociétés holdings,
les flux d’investissement direct ont
porté essentiellement sur des prêts
intra-groupes.
En ce qui concerne les investissements de portefeuille, l’attitude
des non-résidents à l’égard de leurs
placements en titres luxembourgeois ne s’est pas modifiée par rapport à l’année 2002. Les achats de
titres luxembourgeois par des nonrésidents ont totalisé 73,9 milliards
d’euros en 2003 contre 70,4 milliards l’année précédente. L’essentiel de ces entrées de fonds provient
notamment des émissions de parts
d’organismes de placement collectif (OPC) et de titres de créance. En
revanche, les résidents luxembourgeois ont modifié l’allocation de
leurs portefeuilles en titres étrangers, suite à l’embellie des marchés
financiers internationaux. En effet,
contrairement à l’année 2002 où les
résidents avaient délaissé les placements en actions étrangères, au
cours de l’année 2003 la reprise des
marchés boursiers internationaux a
permis aux résidents d’investir en
titres étrangers pour un montant
total de 69,5 milliards, dont 30,4
milliards pour les actions et le reste
pour les titres de créance.
Pour toute l’année 2003, les flux
d’autres investissements ont enregistré
des sorties de capitaux de 18,9 mil-
liards d’euros du côté des créances
et des entrées de 15 milliards d’euros
du côté des engagements. Si les
sorties s’expliquent par des prêts à
l’étranger effectués par les résidents
du secteur non-bancaire, les entrées
proviennent, quant à elles, essentiellement des dépôts de la clientèle
non-résidente auprès d’institutions
financières monétaires résidentes.
Enfin, au cours de l’année 2003,
les avoirs de réserve ont augmenté
de près de 92 millions d’euros, après
avoir connu une hausse de 36 millions d’euros en 2002.
(communiqué par la BCL) ■
Industrie et construction
Production industrielle: + 2,6 % en 2003
L
e Statec vient de publier les
résultats des enquêtes mensuelles de l’activité dans l’industrie et la construction pour le
dernier trimestre de 2003.
L’activité productrice laisse
apparaître quelques lueurs d’espoir
au bout du tunnel et ceci malgré
un dernier trimestre 2003 en demiteinte. Comparé au trimestre précédent, c.-à-d. à la période entre
juillet et septembre 2004, l’indice
de la production industrielle corrigée des variations saisonnières, a
légèrement été en recul (- 0,6 %). Le
refroidissement passager de l’activité
productrice s’explique par la branche métallurgique (- 5,6 %) qui a été
largement en retrait par rapport à
l’ensemble des autres branches qui
ont stagné fin 2003. Notons encore
que, comparé à la même période
de 2002, l’ensemble industriel a pu
accroître sa production au cours des
trois derniers mois de 2,9 %.
Comparée à 2002, la production
industrielle a augmenté de 2,6 % en
2003. L’activité du secteur sidérurgique a été en recul de 6,8 %, tandis
que la production dans l’ensemble
industriel hors sidérurgie augmentait
de 3,8 %. De l’analyse détaillée ressort que dans onze branches sur dixhuit, l’évolution de la production a été
positive au cours de l’année écoulée.
La production et distribution d’électricité et de gaz – profitant e.a. des
effets de la libéralisation des marchés
– (+ 17,3 %), l’industrie du papier, du
carton et des imprimeries (+ 12,3 %),
la première transformation de l’acier
(+ 11,6 %), le travail du bois (+ 9,0 %)
et l’industrie du caoutchouc figuraient
parmi les branches ayant le plus accru
leur production. L’extraction (- 12,9 %),
la transformation de matières plastiques (- 4,0 %) et la fabrication de
machines et équipements (- 3,8 %)
étaient, à côté de la sidérurgie, les
branches mal classées du peloton.
Le coût salarial unitaire (CSU)
nominal de l’industrie luxembourgeoise – obtenu en divisant les indices du coût salarial par les indices
de la production – a augmenté de
2,1 % en 2003. Par contre, le gain de
productivité (production par salarié)
réalisé peut être évalué à 4,4 %.
Dans le secteur de la construction,
l’activité dans le gros-œuvre et le génie
civil a augmenté de 2,4 % au troisième
trimestre par rapport au trimestre précédent. Dans les autres corps de métiers
(toiture, parachèvement et installations
techniques), la production a progressé
de 1,9 %. Comparé au troisième trimestre de l’année 2002, la production du
gros-œuvre et du génie civil, corrigée
de l’inégalité des jours ouvrables, a été
en hausse de 2,8 %, tandis que dans les
autres corps de métiers, elle s’est accrue
de 1,8 %. Les enquêtes d’activité enregistrent une légère perte de productivité
de l’ordre de 0,2 % dans le gros-œuvre
et le génie civil.
■
La publication «Indicateurs rapides – Série B» est disponible au Statec, b.p: 304, L-2013 Luxembourg,
tél.: 478-4219, fax: 46 42 89, e-mail: info@statec.etat.lu et peut être téléchargée gratuitement
à l’adresse www.statec.lu. Pour en savoir plus: Statec, Unité C4 «Statistiques à court terme»,
M. Frank Hansen, tél.: 478-4235, e-mail: frank.hansen@statec.etat.lu.
51 • Merkur • Avril 2004
Economie
Démographie
451.600 résidants
au 1er janvier 2004
C
haque année, le Statec calcule
la population de résidence
au 1er janvier en ajoutant les
soldes naturel (naissances-décès)
et migratoire (arrivées-départs) à
celle au 1er janvier de l’année précédente.
Le nombre annuel de naissances
passe de 5.345 en 2002 à 5.303 en
2003, soit une légère chute de 0,8 %.
Cette diminution est très forte dans
la population de nationalité luxembourgeoise (- 6,3 %) alors que la
natalité est même en progression
chez les étrangers (+ 4,8 %). Comme
en 2001, le nombre de naissances
étrangères dépasse celui des naissances autochtones et leur part
représente 52,5 %.
Contrairement à ce qui a été observé
les dernières années, le nombre de
décès connaît une augmentation
sensible, passant de 3.744 en 2002 à
4.053 en 2003 (+ 8,2 %). Cette hausse
se manifeste exclusivement dans la
population luxembourgeoise, le
nombre de décès dans la population étrangère restant plus ou moins
stable (632 en 2003 contre 628 en
2002). A noter que c’est durant les
mois de juillet à septembre, marqués
par la canicule que l’on enregistre le
plus fort accroissement. Alors qu’en
2002, le nombre mensuel de décès
s’élevait à 293 en juillet, à 271 en
août et à 265 en septembre, les chiffres correspondant pour 2003 sont
les suivants: juillet 334, août 368 et
septembre 320.
Le nombre de décès de moins d’un
an passe de 27 à 26, le taux de mortalité
infantile s’élevant en 2003 à 4,9 ‰.
Après l’augmentation observée en
2002 (2.022 contre 1.983 en 2001), le
nombre de mariages diminue légèrement de 1,0 % (2.001 en 2003).
L’augmentation de la mortalité
entraîne une baisse sensible du
solde naturel qui passe de + 1.601
en 2002 à + 1.250 en 2003. Les chiffres respectifs pour les nationaux
et les étrangers sont de - 900 et de
+ 2.150.
Concernant les flux migratoires
internationaux, les chiffres extraits
du répertoire général des personnes physiques font état d’un solde
migratoire de + 2.073 (12.613 arrivées et 10.540 départs).
En 2004, la population totale a
donc augmenté de 3.323 unités et
s’élève au 1er janvier 2004 à 451.600
personnes.
■
La publication (indicateurs rapides série E) est disponible au Statec b.p: 304, L-2013 Luxembourg,
tél.: 478-4219, fax: 46 42 89, e-mail: info@statec.etat.lu et peut être téléchargée gratuitement
à l’adresse www.statec.lu. Pour en savoir plus: Statec, Unité B3 «Population»,
Mme Germaine Thill-Ditsch, tél.: 478-4276, e-mail: germaine.thill@statec.etat.lu.
Kompetenz im Ha
Hallenbau
llenbau
Wir von Brüninghoff planen und bauen seit beinahe 30 Jahren für die unterschiedlichsten Branchen
in Deutschland. Das heißt: 30 Jahre tägliche Problemlösung, Planungsleistung, Fertigungskompetenz
in Holzleim-, Stahl- und Fertigbetonbauweise, Bauleitung und Projektmanagement. In diesen Jahren
wurden Bauvorhaben für Industrie und Gewerbe sowie Sportstätten und landwirtschaftliche Gebäude
erfolgreich geplant und bis zur schlüsselfertigen Übergabe begleitet.
Für uns ist eine Planung nur gut, wenn die gewählten Baustoffe aus Holz, Stahl oder Stahlbeton, die
Konstruktion und die Funktionalität auf lange Sicht den Erwartungen unserer Bauherren entsprechen.
Die Basis dafür ist eine ausreichende Planungstiefe. Wir planen nicht nur wirtschaftlich im Sinne
einer sparsamen Verwendung von Baumaterialien oder optimierter Grundrisse, sondern denken auch
an die späteren Betriebskosten der Projekte. Eine kurze Bauzeit durch präzise Ausführungsplanung,
perfekte CAD-Planung des Objektes, hohe Vorfertigung von Fertigteilen und
Bauelementen, Herstellung auf modernsten CNC-Fertigungsanlagen im eigenen
Betrieb, die umfassende Bauleitung sowie permanente Kostenverfolgung und
Kontrolle aller Arbeitsabläufe während der gesamten Realisierungsmaßnahme
sind für uns wesentliche Maßnahmen für einen wirtschaftlichen Bauverlauf und
eine reibungslose Montage. Das ergibt die Sicherheit für den schlüsselfertigen
Hallenbau.
Auf uns kann man sich verlassen. Bei uns kommt alles aus einer Hand. Nahezu
200 kompetente Mitarbeiter in allen Bereichen engagieren sich für Sie. Und wir
wissen, worum es geht und worüber wir sprechen. Das alles macht uns zu kompetenten Partnern im Hallenbau.
Unser Ziel ist es, Ihr Vertrauen zu gewinnen.
Brüninghoff
Kompetenz
im
Hallenbau
Holzleimbau
Zimmerei
Beton- und Stahlbau
Fertigbauteile
Schlüsselfertiges Bauen
Industriestraße 14 · D-46359 Heiden / Westfalen · Postfach 11 63 · D-46355 Heiden / Westfalen
Tel. +49 (0) 28 67 / 97 39 - 0 · Fax +49 (0) 28 67 / 97 39 - 900 · Internet: www.brueninghoff.de · E-Mail: info@brueninghoff.de
52 • Merkur • Avril 2004
Population & emploi
Revenu disponible
et niveau de vie
sur la période 1994-2001
E
ntre 1994 et 2001, le revenu
disponible des ménages a
progressé de 34% en euros
courants. Parallèlement à cette évolution importante, les indicateurs
d’inégalités sont restés relativement
stables. Entre autres, les taux de risque de pauvreté monétaire relative
n’ont pas évolué significativement.
Les caractéristiques des individus
qui se situent en risque de pauvreté
sont, elles aussi, restées quasi-constantes au cours de la période passée
en revue. Sont plus particulièrement
concernées par ce risque, les personnes appartenant à une famille monoparentale ou à une famille nombreuse. Les jeunes, les personnes ne
disposant pas au moins d’un diplôme
du secondaire, les bénéficiaires d’une
pension d’invalidité, les personnes à
la recherche d’un emploi et les affiliés auprès de la caisse de maladie
des ouvriers forment aussi des souspopulations particulièrement exposées au risque de pauvreté.
Si, pour certains, le risque de
pauvreté reste une situation passagère, le suivi des individus pendant
huit années permet de souligner
l’existence non négligeable d’un risque de pauvreté persistant.
Enfin, à l’échelle européenne, le
Luxembourg figure parmi le groupe
de pays qui présentent, au regard de
l’ensemble des indicateurs monétaires de cohésion sociale, la situation
la plus favorable. (communiqué par
le CEPS/INSTEAD)
■
La vie économique des femmes
La femme dans
la société luxembourgeoise
L
es statistiques socio-démographiques publiées par le
Statec sont pratiquement toutes ventilées par sexe et permettent
donc de se faire une première idée
de la place qu’occupent les femmes
dans la société luxembourgeoise.
Ainsi peut-on constater que la participation à la vie économique des femmes
résidant au Grand-Duché reste relativement faible au niveau européen, même
si elle progresse de manière continue
depuis un certain nombre d’années.
Selon les derniers chiffres disponibles, 51,8 % des femmes âgées entre
15 et 64 ans exercent une profession.
Ce taux reste inférieur à la moyenne
européenne s’élevant à 55,6 %. Rap-
pelons que parmi les objectifs de Lisbonne figure l’accroissement du taux
d’emploi féminin qui devrait atteindre
au moins 60 % en 2010.
Il est encore à relever que le taux
des autochtones (48,3 %) est inférieur à celui des étrangères (57,1 %).
En comparaison, les taux masculins
atteignent 75,7 % dans la population
totale, 73,1 % chez les nationaux et
79,6 % chez les étrangers.
■
Ségrégation
au niveau des
professions
Comme dans la plupart des
autres pays on observe des différences entre hommes et femmes quant
à la structure des emplois occupés.
Au niveau des professions exercées,
divers indices de ségrégation donnant des résultats parfois contradictoires, sont établis.
Selon certains indicateurs (indice
de dissimilarité, indice standardisé de
KARMEL) le Luxembourg serait en
position plutôt favorable en se classant parmi les cinq premiers. Mais
si l’on se réfère à un autre indice
dit «indice de ségrégation de MOIR
et SELBY-SMITH» le Luxembourg se
retrouve en queue de peloton. Ajoutons que pour le calcul de ces indices, on a exclu l’emploi agricole.
L’indicateur brut mesure l’écart
entre les rémunérations masculines
sss
53 • Merkur • Avril 2004
Economie
et féminines en négligeant les différences au niveau de la qualification, du secteur où l’on travaille, de
l’ancienneté, etc. Cet écart brut s’est
nettement amenuisé au cours de ces
10 dernières années. Alors qu’il était
encore de près de 25 % en 1994, il
n’a plus été que de quelque 15 %
en 2003.
Dans les prochains mois, le
Statec publiera une étude plus
fouillée où l’on estimera une mesure
de la discrimination «pure». Il sera
alors tenu compte des effets sur
l’écart salarial des dissimilarités dans
les professions exercées, l’ancienneté, l’âge ou le niveau d’instruc■
tion.
Pour en savoir plus:
Statec, Unité B2
«Statistiques du marché du travail»,
Mme Simone Casali,
tél.: 478-4218, e-mail:
simone.casali@statec.etat.lu.
Offices statistiques
30 ans de collaboration
transfrontalière en Grande Région
E
lle est située au cœur de l’Europe, compte 11 millions d’habitants et couvre 65.000 km2: la
Grande Région Saar-Lor-Lux-Rhénanie-Palatinat-Wallonie. Depuis
30 ans maintenant, les offices statistiques collaborent pour publier
les chiffres clés sur l’économie et la
société de cette région.
En dépit des ressources financières de plus en plus limitées, les
directeurs des offices statistiques de
Sarre, Lorraine, Luxembourg, Rhénanie-Palatinat et de Wallonie ont
récemment convenu de poursuivre
le programme de publication habituel en améliorant tant le contenu
que la présentation. Serge Allegrezza,
directeur du STATEC, a insisté sur
l’élargissement de la présence Internet
(www.grande-region.lu).
Cette année, les statisticiens
fêtent le 30e anniversaire de leur
collaboration transfrontalière. Leur
première rencontre remonte au 30
mai 1974 à Sarrebruck avec la participation des directeurs de L’INSEE
(Lorraine) du STATEC (Luxembourg)
et de l’office statistique de la Sarre.
La région de Trèves-Palatinat occidental a été intégrée dans le champs
d’observation en 1978, avec l’adhésion de l’office statistique de Rhénanie-Palatinat. L’office statistique
de la Région Wallonne joignait le
groupe en 1994.
La demande pour des données
statistiques sur la Grande Région
augmente sans arrêt. En publiant
régulièrement des annuaires statistiques et les chiffres clés (statistiques
en bref), les statisticiens essayent de
réagir à cette demande; une nouvelle édition de l’annuaire statistique paraîtra en fin d’année. Un indicateur conjoncturel mensuel fournit
des informations à court terme sur
les industries manufacturières de la
Grande Région. A côté de ces publications régulières, l’atlas démographique et social, qui contient une
multitude de représentations cartographiques, a suscité un intérêt
particulier auprès de la politique,
de l’enseignement et des médias.
Pour en savoir plus: www.granderegion.lu.
■
3 mai 2004
Conférence sur les perspectives
de la place financière luxembourgeoise
L
a Conférence Nationale des Professeurs de Sciences Economiques et Sociales (CNPSES) invite à
la conférence publique qui sera donnée par M. Yves Wagner, Docteur ès sciences économiques, Professeur à l’Université de Luxembourg, Président de l’Académie bancaire et Président de
l’ALGAFI sur le thème «Perspectives de la place financière luxembourgeoise dans le contexte actuel européen et international». La conférence aura lieu à la Chambre de Commerce au 7, rue Alcide de Gasperi à
Luxembourg-Kirchberg le lundi 3 mai 2004 à 18h00. Les personnes intéressés sont priées de s’inscrire par
e-mail: mireille.reuter@education.lu ou par tél/fax: +352 81 79 56.
■
54 • Merkur • Avril 2004
Justine Henin-Hardenne 1ère au classement WTA 2003
Les coups gagnants
du champion
-16 %
(1)
-21 %
(1)
C15 àpd.
€ (1)
6.666
(prix promo HTVA)
JUMPY àpd.
€ (1)
10.688
(prix promo HTVA)
-20 %
(1)
-24 %
(1)
BERLINGO àpd.
€ (1)
7.633
(prix promo HTVA)
JUMPER àpd.
€ (1)
12.088
(prix promo HTVA)
Citroën, le spécialiste des transformations à prix nets Easy Pack.
Avantages: Prix défiant toute concurrence ■ Délai de transformation extrêmement court ■ Garantie de 2 ans sur matériel fourni et montage.
(1)
Offre Fleet: prix HTVA (hors frais de contrôle technique et d’immatriculation) toutes promotions déduites et remises calculées sur base du prix catalogue au 01/03/04 et valable
à l’achat d’un véhicule utilitaire neuf commandé entre le 15/03 et le 15/05/2004 hors véhicules transformés et hors offres Easy Pack. Offres Fleet réservées aux sociétés et valables
dans la limite des stocks disponibles et dans tous les points de vente participant à l’opération. Offre non cumulable avec d’autres promotions en cours. Document non contractuel.
En plus pour vous, une prime de recyclage “Green Act” à partir de 413€ HTVA à l'achat d'un véhicule utilitaire neuf. Le véhicule doit être complet et immatriculé depuis
au moins 6 mois au nom du dernier propriétaire. 2 ANS DE GARANTIE TOTALE pièces et main-d’œuvre – 6 ANS DE GARANTIE ANTI-CORROSION valable sur tous les véhicules
utilitaires.
www.citroenfleet.be
Législation et avis
Avertissement
Commande d’annonces
publicitaires:
Attention arnaque!
C
es derniers temps, la Chambre de Commerce se voit
saisie de plus en plus souvent de plaintes de la part de ses
membres qui l’informent de tentatives d’arnaques frôlant le domaine
de l’escroquerie.
Les tentatives en question concernent de prétendues commandes d’annonces publicitaires. Les secteurs les
plus touchés sont le secteur de l’HORECA et du commerce de détail.
La Chambre de Commerce croit
avoir décelé trois scénarios jusqu’à
présent.
Le premier consiste à envoyer
un formulaire par fax sur lequel
figurent des coordonnées intentionnellement inexactes du commerçant. On lui demande de corriger
les coordonnées le cas échéant, tout
en signalant que cela ne constitue
pas un engagement. L’arnaque consiste dans le fait qu’en bas de page,
en lettres minuscules, il est marqué
«Bon de commande» et qu’on lui
demande le cachet et la signature de
l’entreprise.
Un deuxième scénario, qui se
présente essentiellement dans le
domaine de la restauration, consiste
à appeler le commerçant par téléphone en lui faisant croire qu’il reste
encore redevable d’un certain montant pour une annonce commandée dans un support publicitaire et
parue il y a deux ou trois années.
56 • Merkur • Avril 2004
Finalement, le troisième cas de
figure consiste à se présenter comme
représentant d’une agence publicitaire chargée d’élaborer une documentation publicitaire de la Ville
de Luxembourg (ou autre) et en
proposant une annonce toute faite,
généralement avec des dessins ou
photographies qui n’appartiennent
pas à la personne en question. On
demande à l’entreprise de confirmer
la commande sans faisant même
connaître le titre du prétendu support publicitaire.
Les tentatives ont en commun
qu’elles sont le plus souvent précédées de coups de téléphone
intempestifs et menés sur un ton
agressif et revendicateur. Un autre
point commun consiste à vouloir
surprendre les victimes potentielles
p.ex. pendant les moments où il y
a le plus de clients. Enfin, troisième
point commun, les supports publicitaires ne jouissent en général pas
d’une notoriété dans les secteurs
concernés. Finalement, très souvent
on fait croire au commerçant que
l’annonce a déjà été convenue avec
une autre personne de l’entreprise
et qu’il n’y a plus qu’à formaliser ce
qui a été décidé.
Tous ces cas de figure ont en
commun que les instigateurs misent
sur la gêne, l’inexpérience ou la naïveté de la personne appelée. Les
appelants essayent d’intimider les
victimes par téléphone afin que celles-ci signent des soi-disant «clauses
de rétractation ou d’annulation», ces
dernières ne constituant cependant
rien d’autre qu’un engagement des
victimes.
La Chambre de Commerce lance
dès lors un appel à ses membres de
prêter attention aux contrats qu’ils
signent et de ne rien signer sous la
pression. Elle voudrait encore préciser que l’ensemble des actions qui
lui ont été rapportées jusqu’à présent émanaient de sociétés établies
à l’étranger. La Chambre de Commerce rappelle dans ce cadre que
la législation relative à la protection
des consommateurs ne s’applique
pas à ce genre d’opérations conclues entre deux professionnels et
qu’il n’y a dès lors pas moyen d’invoquer un droit de rétractation.
La Chambre de Commerce rappelle que si, le cas échéant, des
relances ou des rappels de factures
peuvent se faire de façon téléphonique, les recouvrements sérieux de
créances effectivement dues se font
exclusivement par la voie écrite et
■
non pas par téléphone!
Avertissement
Revente d’entreprise:
Attention arnaque!
L
a Chambre de Commerce
tient à informer ses membres
d’une arnaque qui sévit en
Belgique et aussi au Luxembourg.
Plusieurs clients de la Chambre de
Commerce se sont déjà plaints.
En effet, des sociétés font des
mailings personnalisés à des entreprises, proposant leurs services pour
revendre l’entreprise en question. La
prestation est présentée comme un
service via un groupement d’investis-
seurs. Un forfait administratif/commercial est demandé à l’entreprise et une
vente rapide du commerce est promise. Un chèque est alors demandé
à l’entreprise qui n’entend par la suite
plus jamais parler de cette société. ■
Avertissement
Loterie en ligne:
Attention
escroquerie!
D
epuis un certain temps
des lettres et e-mails sont
envoyés par des escrocs qui
annoncent un gain de plusieurs centaines de milliers USD resp. EURO.
Afin d’entrer en possession de ce
gain, le destinataire est invité à remplir un formulaire avec coordonnées
personnelles et numéro de compte
en banque, sur lequel ce gain serait
transmis. Une note en bas du formulaire stipule que la «Loterie» est
autorisée à prélever 1 % du montant
qu’elle versera sur le compte en
question.
Par la suite «l’heureux gagnant»
est invité – suivant une méthode
semblable à celle employée dans les
arnaques ouest-africaines connues
sous «Nigeria Connection» – à verser des sommes variant entre 800 et
2.000 € pour payer des taxes diverses, notamment à une «Security Company» ou similaire qui serait chargée
du transfert. L’argent est transféré à
des banques dans divers pays et les
escrocs demandent à chaque fois
diverses sommes (Western Union)
afin de payer d’autres taxes (libération de dépôt, clearance, etc.) aux
banques en question. Ces demandes
sont rendues crédibles avec l’appui
de fax à entête de banques existantes ou fictives et la prise de contact
par téléphone est courante. Le comble de l’arnaque: quand la victime
se rend compte qu’il y a escroquerie, elle est contactée par un membre de la bande qui prétend vouloir
lui arranger le remboursement de
son argent par l’intermédiaire d’un
avocat en Espagne qui demanderait xxxx € d’acompte pour ouvrir
le dossier! Les acteurs masculins se
donnent surtout des noms anglais,
les intermédiaires féminins choisissent plutôt des noms espagnols. Des
plaintes ont déjà été déposées au
Luxembourg.
Le service de Police Judiciaire
de la Police Grand-Ducale (section
pénale) traite toute information en
la matière avec la discrétion qui est
■
de mise. (Tél.: 4997-6401)
57 • Merkur • Avril 2004
Législation et avis
La sécurité g
des p
L
e nouveau projet de loi relative à
la sécurité générale des produits vise à transposer
en droit national la directive européenne afférente du
3 décembre 2001. Dans son avis la Chambre de
Commerce analyse les nouvelles dispositions.
L
a Commission européenne
a décidé de donner un nouveau contenu à la réglementation européenne relative à la sécurité générale des produits en élaborant la directive 2001/95/CE, qui
remplace la directive 92/59/CEE.
La nouvelle directive reprend
les exigences qui figuraient dans la
directive 92/59/CEE et introduit un
certain nombre de nouvelles dispositions, parmi lesquelles figurent
notamment l’extension du champ
d’application de la réglementation
sur la sécurité générale des produits aux produits fournis à des
consommateurs lors de la prestation de service, le renforcement des
obligations des producteurs afin de
garantir que ces derniers coopèrent efficacement avec les autorités
nationales compétentes, l’utilisation
plus systématique des standards afin
de mettre en œuvre efficacement
le concept de sécurité des produits,
58 • Merkur • Avril 2004
le renforcement des pouvoirs des
autorités nationales de surveillance
du marché, ainsi que l’amélioration
du cadre de coopération européen
en matière de surveillance du marché et d’échange d’information.
■
Une utilisation
plus systématique
des standards
Parmi les modifications les plus
importantes, le projet de loi vise à
garantir une utilisation plus systématique des standards afin de
mettre en œuvre efficacement le
concept de sécurité des produits.
Parmi les référentiels qui permettent
de déterminer si un produit répond
à l’obligation générale de sécurité,
figurent notamment le respect des
exigences nationales et communautaires, des normes nationales non
obligatoires, des recommandations
de la Commission et des codes de
bonne conduite.
De manière exceptionnelle, le
projet de loi autorise le Ministre de
l’Economie à prendre des mesures
afin de restreindre la mise sur le
marché, d’organiser le retrait ou le
rappel de produits qui se révéleraient dangereux, alors même que
ces produits seraient conformes aux
nombreuses règles et normes de
référence énumérées à l’article 3 du
projet de loi.
Cette possibilité existe également dans le dispositif de la précédente loi, en l’occurrence celle du
27 août 1997. Lors de l’élaboration
de celle-ci, la Chambre de Commerce avait insisté sur le fait qu’une
telle mesure devrait revêtir un
caractère exceptionnel et ne devrait
être envisagée qu’en cas de danger
grave, imminent et non hypothétique.
Etant donné les implications
d’une mesure d’interdiction de
mise sur le marché, de retrait ou de
é générale
s produits
rappel, la Chambre de Commerce
insiste sur le fait qu’une telle décision doit reposer sur de solides justifications et s’inscrire dans le plus
strict respect du principe de proportionnalité.
Dans la pratique, les producteurs
et distributeurs coopèrent volontairement avec les autorités administratives afin de garantir la sécurité
des consommateurs. D’après le rapport d’activité du Ministère de l’Economie pour l’année 2002, tous les
produits dangereux, identifiés sur le
marché luxembourgeois et ayant fait
l’objet d’une des 152 notifications
de produits dangereux adressées au
Gouvernement par la Commission
européenne, ont été retirés volontairement des rayons par les distributeurs.
■
Les obligations
des producteurs
et des distributeurs
Le projet de loi renforce également les obligations des producteurs
et des distributeurs, afin de garantir
que ces derniers coopèrent efficacement avec les autorités nationales
compétentes.
Contrairement à la loi du 27 août
1997 relative à la sécurité générale
des produits, qui se caractérise par la
généralité et l’imprécision des termes
employés, le projet de loi a le mérite
de préciser le rôle des distributeurs,
notamment en matière de traçabilité
des produits, en particulier par la
tenue et la fourniture des documents
relatifs à l’origine des produits.
■
L’application
de la loi
Les autorités administratives
chargées de l’application de la loi
restent inchangées: il s’agit du
Ministre de l’Economie, des officiers
de police judiciaire, des agents de
la police grand-ducale et des agents
du Ministère de l’Economie.
Parmi les mesures susceptibles d’être prises par le Ministre de
l’Economie en cas de risque pour
la sécurité des consommateurs, le
projet de loi énumère: soumettre la
mise sur le marché d’un produit à
des conditions préalables; ordonner
une information spécifique pour les
personnes susceptibles d’être exposées à un risque découlant d’un
produit dangereux; interdire tempo-
rairement tout produit susceptible
d’être dangereux; interdire la mise
sur le marché d’un produit dangereux; ordonner le retrait d’un produit dangereux.
En plus de l’arsenal préexistant,
le projet de loi permet au Ministre
d’ordonner, de coordonner ou d’organiser avec les producteurs et les
distributeurs le rappel d’un produit
dangereux déjà sur le marché et
d’ordonner sa destruction dans des
conditions adéquates.
■
Les sanctions
Des sanctions pénales sont
prévues en cas de non-respect de
l’obligation générale de sécurité ou
des autres obligations des producteurs et obligations des distributeurs,
ainsi qu’en cas de non-respect des
décisions du Ministre en matière de
risque pour la sécurité des consommateurs. Les auteurs du projet de loi
proposent de reconduire les dispositions pénales prévues par la loi du
27 août 1997 et ainsi d’assurer une
certaine continuité juridique entre le
régime de l’actuelle loi du 27 août
1997 et le projet de loi en matière de
sécurité générale des produits. ■
Pour toute information complémentaire:
Chambre de Commerce, Département Economique,
M. Jean-Christophe Burkel, tél.: 42 39 39-359, e-mail: jean-christophe.burkel@cc.lu
59 • Merkur • Avril 2004
Législation et avis
Projets de loi
soumis pour avis à la
Chambre de Commerce
Nous reproduisons en
annexe les projets de loi et
les projets de règlements
grand-ducaux dont la Chambre
de Commerce a été saisie pour
avis. Une copie intégrale des
projets sous rubrique peut être
obtenue sur simple demande
auprès de la Chambre de
Commerce, tél.: 42 39 39-360.
Ministère
de la Santé
Projet de loi relatif aux soins
palliatifs et à l’accompagnement
en fin de vie. (2817BJE)
Projet de règlement grandducal modifiant le règlement
grand-ducal du 25 septembre
2001 relatif aux substances qui
peuvent être ajoutées dans un
but nutritionnel spécifique aux
denrées alimentaires destinées
à une alimentation particulière.
(2823MCH)
Ministère
de l’Economie
Projet de règlement grandducal portant nouvelle fixation
de coefficient de raccord de
l’indice des prix à la consommation. (2818TCA)
Projet de loi modifiant la loi
modifiée du 1er mars 1973
autorisant le Gouvernement à
accorder la garantie de l’Etat et
une aide financière au profit de
la «Société des Foires Internationales de Luxembourg»,
Société anonyme à Luxembourg. (2820LDA)
Ministère
des Finances
Projet de loi modifiant la loi
du 4 juin 1981 concernant
l’assistance administrative
entre les Etats membres de
la Communauté économique
européenne en matière de taxe
sur la valeur ajoutée.
Projet de règlement grandducal modifiant le règlement
grand-ducal du 18 juin 1981
concernant l’assistance
administrative entre les Etats
membres de la Communauté
Economique Européenne en
60 • Merkur • Avril 2004
matière de taxe sur la valeur
ajoutée. (2819MCH)
Ministère du Travail
et de l’Emploi
1. Projet de loi portant
modification de la loi modifiée
du 28 mars 1972 concernant
1) l’entrée et le séjour des
étrangers; 2) le contrôle
médical des étrangers;
3) l’emploi de la main
d’œ uvre étrangère.
2. Projet de règlement grandducal fixant les mesures
applicables pour l’emploi des
ressortissants tchèques,
estoniens, lituaniens, hongrois,
polonais, slovènes et
slovaques au cours de la
période transitoire du
1er mai 2004 au 30 avril 2006.
(2821AFR)
Projet de règlement grandducal portant 17e modification
de l’annexe 1 de la loi modifiée
du 11 mars 1981 portant
réglementation de la mise
sur le marché et de l’emploi
de certaines substances et
préparations dangereuses.
(2827MCH)
Ministère de la
Famille, de la
Solidarité Sociale
et de la Jeunesse
Projet de règlement grandducal portant exécution de
la loi du 12 septembre 2003
relative aux personnes handicapées. (2824BJE)
Projet de règlement grandducal concernant l’agrément
gouvernemental à accorder
aux gestionnaires de services
pour personnes handicapées
et portant exécution de la loi
du 8 septembre 1998 réglant
les relations entre l’Etat et les
organisations œ uvrant dans
les domaines social, familial
et thérapeutique. (2825BJE)
Projet de règlement grandducal concernant l’organisation
et le fonctionnement du Conseil Supérieur des personnes
handicapées. (2826BJE)
Loi du 2 août 2003
Entrée en vigueur de la
nouvelle loi sur le
secteur financier
L
a loi du 2 août 2003 portant
modification de la loi modifiée du 5 avril 1993 relative
au secteur financier, de la loi modifiée du 23 décembre 1998 portant
création d’une commission de surveillance du secteur financier ainsi
que de la loi modifiée du 31 mai
1999 régissant la domiciliation des
sociétés, est entrée en vigueur le
1er octobre 2003.
L’objectif premier de cette loi
consiste à assurer que l’intégralité du
secteur financier soit soumise à une
surveillance prudentielle. Elle définit
par ailleurs de nouvelles catégories
de professionnels du secteur financier (PSF) qui correspondent soit à
des activités existantes, soit à des
activités nouvelles résultant notamment des phénomènes de spécialisation et d’outsourcing. La loi précise
en outre les tâches et obligations des
personnes responsables de systèmes
de placement en commun de l’épargne, afin d’assurer une protection
adéquate des épargnants.
Les nouveaux statuts sont les suivants:
• les agents de transfert et de
registre (article 24 G),
• les professionnels effectuant
des opérations de prêt
(article 28-4),
• les professionnels effectuant du
prêt de titres (article 28-5),
• les professionnels effectuant
des services de transfert de
fonds (article 28-6),
• les administrateurs de fonds
communs d’épargne
(article 28-7),
• les gestionnaires d’OPC non
coordonnés (article 28-8),
• les agents de communication à
la clientèle (article 29-1),
• les agents administratifs du secteur financier (article 29-2),
• les opérateurs de systèmes
informatiques et de réseaux
de communication du secteur
financier (article 29-3),
• les professionnels effectuant
des services de constitution et
de gestion de sociétés
(article 29-4).
La Commission de Surveillance
du Secteur Financier (CSSF) informe
que le délai de régularisation
accordé aux personnes qui exercent
au moment de l’entrée en vigueur
de la loi du 2 août 2003 une activité
faisant l’objet d’un statut nouveau
ou qui sont soumises à des obligations nouvelles en vertu de cette loi
a expiré le 31 mars 2004.
La CSSF invite dès lors les personnes qui ne se sont pas encore
mises en conformité avec les dispositions de la loi du 2 août 2003
à prendre contact avec ses services
dès que possible.
Finalement, la CSSF attire l’attention des personnes sur le fait
qu’elles ne peuvent exercer une
activité du secteur financier sujette
à un statut nouveau de PSF qu’à la
condition d’être en possession d’un
agrément écrit du Ministre du Trésor
et du Budget et qu’elles encourent
des sanctions pénales allant jusqu’à
un emprisonnement de 5 ans et une
amende de 125.000 euros en cas de
contravention ou de tentative de
contravention.
(communiqué par
la Commission de Surveillance
du Secteur Financier) ■
Comité pour le développement de la place financière de Luxembourg
Lancement de
l’Observatoire juridique de
la place financière de Luxembourg
L
e Comité pour le développement de la place financière de Luxembourg «Codeplafi» annonce le lancement de
son site Internet sous l’adresse
www.codeplafi.lu. Le site contient
l’«Observatoire juridique de la place
financière de Luxembourg», vaste
base de données sur le droit bancaire et financier et le droit des assurances luxembourgeois. Le Codeplafi entend offrir ainsi à tous ceux
qui s’intéressent à l’environnement
juridique de la place financière la
possibilité d’accéder rapidement et
gratuitement à l’ensemble des règles
qui régissent le statut et l’activité des
banques, des entreprises d’investissement et autres professionnels du sec-
teur financier, des entreprises d’assurances et de réassurance ou qui
gouvernent les marchés et instruments financiers et le statut monétaire du Luxembourg.
Le site comprend l’intégralité des
lois et des règlements en vigueur
ainsi que les circulaires des autorités de contrôle. Certaines normes
internationales ou européennes, en
particulier, une série de directives
communautaires y sont également
intégrées. En plus de ces sources
primaires, la base contient des indications sur la jurisprudence luxembourgeoise et de nombreuses références doctrinales.
Toutes ces données sont rassemblées sous un plan détaillé articulé
en quatre parties dont les deux premières sont consacrées aux acteurs
et à leurs activités et les deux dernières aux marchés financiers et monétaires. La navigation à travers ce plan
constitue le chemin le plus aisé vers
les données contenues sur le site.
Un moteur de recherche complète
cette première voie en donnant la
possibilité au lecteur d’interroger
la base à partir de divers critères de
recherche et de tri. Le site fonctionne
en trois versions linguistiques. Pour
l’heure, l’essentiel des documents
publiés n’est cependant disponible
que dans leur version originale, c’est
à dire en français. A terme les textes
les plus importants seront traduits en
allemand et en anglais.
S’adressant tant aux professionnels avertis qu’aux simples amateurs, l’«Observatoire juridique de la
place financière de Luxembourg» ne
constitue pas uniquement un puissant outil de travail. Il entend également contribuer au rayonnement de
la place financière en promouvant
la qualité d’une infrastructure juridique, sans cesse en cours d’adaptation aux exigences d’une économie performante et soucieuse de
répondre aux attentes d’une société
moderne. Cette ambition ne pourra
cependant réellement être atteinte
qu’à condition que tous ceux qui
l’utiliseront avec profit participent
également à l’enrichissement constant de la base de données.
(communiqué par la
Commission de Surveillance
du Secteur Financier) ■
61 • Merkur • Avril 2004
Législation et avis
Comité pour le développement de la place financière de Luxembourg
La médiation pour
un règlement
à l’amiable
C
réé le 13 mars 2003, le Centre de médiation du
barreau de Luxembourg (CMBL) a été mis en place à l’initiative de
l’Ordre des Avocats du Barreau de Luxembourg, la Chambre de
Commerce et la Chambre des Métiers. Il propose un règlement des
litiges commerciaux et civils à l’amiable. Le CMBL met ainsi à disposition des parties en cause un tiers indépendant, impartial et formé
à la médiation sous condition qu’il y ait une volonté d’accord des
deux parties. Tant le médiateur que les parties s’engagent à la plus
grande confidentialité.
L
ors d’une conférence de presse
en mars dernier, Monsieur Paul
Emering (Secrétaire Général de la Chambre de Commerce),
Me Pierre Thielen (membre de la
commission scientifique du Centre
de médiation et ancien bâtonnier
de l’Ordre des avocats), Monsieur
62 • Merkur • Avril 2004
Tom Wirion (Conseiller de direction
à la Chambre des Métiers) et Me
Jean-Jacques Schonckert (Membre
du CMBL) ont donné un premier
bilan de fonctionnement du CMBL.
Après une année d’existence, 25
médiateurs sont actuellement inscrits
sur la liste. Six nouveaux médiateurs
devraient prochainement être agréés
après une formation de 40 heures.
Ces experts viennent de tous les
horizons économiques (avocats,
architectes, experts comptables,
médecins ou autres professions).
N’étant ni juge, ni arbitre, le médiateur met ses compétences au service
des parties opposées dans un litige,
afin de trouver un accord négocié
de leur différend.
Pour l’instant, il n’existe aucune
base légale à cette procédure. Cependant, le concept de médiation figure
déjà dans différents textes (médiation pénale, familiale, sociale ...). En
attendant la codification de la médiation civile et commerciale, la médiation est avant tout conventionnelle,
soit que les parties aient prévu dans
un contrat d’avoir recours à la médiation, soit qu’en cours de litige, elles
saisissent le Centre de Médiation.
La durée de la médiation ne
peut excéder trois mois à compter
de la signature de la convention de
médiation. Toutefois sa durée peut
être prolongée à la demande des
parties. De même, à tout moment,
les parties, y compris le médiateur,
peuvent mettre librement un terme
à la médiation.
Pour un litige inférieur à 15.000 €,
le Centre de médiation met en
compte un montant forfaitaire hors
TVA de 600 € dont 150 € à titre
de frais d’ouverture de dossier et
450 € à titre d’honoraires pour le
médiateur. Pour un enjeu supérieur
à 15.000 €, les frais d’ouverture du
dossier varient entre 150 € et 300 €,
auxquels s’ajoute un montant horaire
de 230 €, dont 30 € à titre de frais
administratifs du CMBL. Outre les
frais limités, la formule offre bien
entendu l’avantage de favoriser une
solution plus rapide que le passage
devant les tribunaux.
Un site internet vient d’être mis
en ligne. Il permet non seulement
aux intéressés d’avoir tous les renseignements sur le C.M.B.L. et la
médiation, mais également de faire
une demande de médiation par voie
électronique. De plus, une brochure
d’information, présentant les activités du CMBL, a été distribuée en cinquante mille exemplaires au GrandDuché. Une version électronique
de cette brochure se trouve également en ligne sur www.cmbl.lu.
■
Pour de plus amples informations:
www.cmbl.lu, e-mail: info@cmbl.lu, tél.: 46 72 72-1.
63 • Merkur • Avril 2004
Commerce
Les commerces spécialistes présents
da
Le secteur t
64 • Merkur • Avril 2004
nts
dans la Grande Région Saar-Lor-Lux
r textile – 1
ère
partie
D
ans ce numéro, Norbert Friob, chef
d’entreprise et vice-président de la Chambre de
Commerce présente à nos lecteurs la première partie
de son analyse du secteur textile.
T
out comme la majorité des
autres commerces, celui du
commerce textile a connu
d’importantes mutations au cours
des dernières années du fait principalement:
• des effets de mode,
• des déplacements de la
production vers les pays
à bas salaire,
• du développement du
succursalisme, de la franchise,
de l’internationalisation
de certaines enseignes,
• de l’apparition de grandes
surfaces spécialisées en
périphérie des villes,
• de l’importance des rayons
textiles dans les hypermarchés,
• de la compétition entre les
produits de luxe, les marques
et les basiques,
• de l’apparition des «Outlet Mall»,
• de la reprise des magasins de
vêtements indépendants rognés
par les chaînes,
• de la déflation des prix,
• de l’ouverture de magasins
par les producteurs,
• de l’évolution de la logistique,
• de la fermeture de magasins
remplacés par des banques
(Exemple: le magasin
«BASTIAN» à la Grand-rue,
Luxembourg).
Avant de présenter les principaux acteurs du secteur textile, nous
sss
65 • Merkur • Avril 2004
Commerce
“
Il est intéressant
de signaler que le n°1 européen
de la distribution a ouvert
fin 2002 le plus grand
entrepôt textile jamais construit
en Europe
”
allons le survoler en analysant les
principales tendances. A défaut de
statistiques propres, et compte tenu
de l’importance du commerce transfrontalier, nous nous référons à celles de nos voisins les plus proches:
• Les branches du linge de la
maison et du sport ne font pas
partie de notre présentation de
même que le secteur du luxe.
Nous examinerons cependant
celles du vêtement de l’enfant et
de la lingerie.
• Il faut savoir que le «casualwear»
(mode décontractée qui répond à
un besoin de confort et de bienêtre) est à l’origine d’un développement important de la vente d’articles
d’habillement dans les magasins et
les grandes surfaces de sport.
ALLEMAGNE:
CHIFFRE D’AFFAIRES
EN TEXTILE 2001*
Textile pour dames
44,1 %
Textile pour hommes
23,9 %
Textile de la maison
16,0 %
Textiles pour enfants
5,0 %
* Chiffre d’affaires des magasins de détail
Source: BTE
66 • Merkur • Avril 2004
En dehors des secteurs déjà cités,
il est utile de relever que les rayons
textiles des grands magasins se sont
transformés en galeries commerciales avec des boutiques Shop in shop
avec des articles de marques.
Les filiales continentales et américaines d’une chaîne importante
comme «Marks & Spencer» ont été
fermées pour se limiter au marché
du Royaume-Uni. «Marks & Spencer»
a longtemps été le no1 Européen de
l’habillement.
Le dynamisme des chaînes à succès hollandaises, «C&A», «Superconfex» (qui a fermé au Luxembourg) a
été freiné par celui des Espagnols et
des Suédois. Les magasins «MARCA»
du groupe «C&A» sont transformés
en «C&A» ou fermés.
Les nouveaux acteurs entrés en
force sur le marché, qu’il s’agisse du
suédois «H & M» ou de l’espagnol
«Inditex» (ZARA) ou d’autres comme
«MANGO» ou «SPRINGFIELD», ont
enregistré des progressions de l’ordre de 30 % par an. Pour ce faire, ils
ont multiplié les ouvertures quitte à
surpayer les emplacements de prestige dans les grandes villes.
Ce dynamisme a déstabilisé
plus d’un commerçant. En dehors
de leurs compétences et de leurs
concepts qui plaisent, les Espagnols
seraient favorisés par des primes à
l’exportation. GAP le n°1 mondial
vient de fermer ses magasins allemands, confirmant la difficulté des
distributeurs américains à s’adapter
à d’autres marchés.
En Europe, selon une étude
internationale de l’Institut Français
de la Mode, la part de la distribution
intégrée (grands magasins, vente par
correspondance, hypermarchés et
chaînes spécialisées) représente 57
% des ventes en habillement. Ce chiffre concerne la valeur. En volume sa
part est bien supérieure, du fait que
la distribution intégrée propose en
général, des articles à bas prix.
En Royaume-Uni et en France,
la distribution intégrée approche
des 80 % du marché et ne laisse que
20 % aux indépendants. Ce phénomène s’étend massivement dans les
autres pays européens.
La faible croissance de la consommation de vêtements et l’arrivée incessante de nouveaux acteurs
dynamiques sur le marché et la concurrence accrue sur les prix ne sont
pas étrangers à ce phénomène.
L’on ne doit cependant pas oublier
que les chaînes comme «ALDI» et «LIDL»
contribuent par des actions régulières
à conquérir des parts de marché et à
comprimer les prix. Avec «TCHIBO», la
maison du café qui vend même de la
lingerie, les outsiders «Aldi» et «Lidl» se
situent parmi les 10 premiers vendeurs
de textile en Allemagne avec 11,37 %
de part de marché.
Il est intéressant de signaler que
le n°1 Européen de la distribution
«Carrefour» a ouvert fin 2002, le plus
grand entrepôt textile jamais construit en Europe. «Carrefour» estime
représenter 5 % du marché français
de l’habillement et veut conquérir de nouvelles parts de marché.
Au Luxembourg, les hypermarchés
«Auchan», «Cora» et «Cactus» exploitent des rayons textiles très importants.
EXEMPLE DE LA DISTRIBUTION
DES PARTS DE MARCHÉ
DU TEXTILE EN ALLEMAGNE
POUR 2002
Habillement:
48,7 %
Commerce de gros:
14,9 %
Grands magasins:
13,3 %
Alimentation:
11,7 %
Textile de la maison:
4,7 %
Articles de sport:
3,2 %
Ameublement:
2,7 %
Marchés:
0,8 %
D’après les analyses de BBE, le
marché allemand a connu un recul
de 10 % entre 1998 et 2002 et prévoit un nouveau recul de 5,2 % à
l’horizon 2007.
COEFFICIENTS
BUDGÉTAIRES HABILLEMENT
(HORS CHAUSSURES) EN 2000
Grèce:
8,9
Italie:
7,3
Portugal:
6,6
Allemagne:
5,6
Union Européenne:
5,4
Royaume-Uni:
5,1
Espagne:
5,0
Etats-Unis:
4,7
Belgique:
4,4
France:
3,9
Source: BTE
DÉPENSES EN TEXTILE
PAR HABITANT EN EURO:
Italie:
950
Royaume-Uni:
874
Autriche:
809
Allemagne:
761
Pays-Bas:
661
France:
506
Espagne:
502
Portugal:
436
Luxembourg:
397
MARGE, COÛTS ET BÉNÉFICE
DU TEXTILE EN 2001
En % du CA
Marge commerciale:
39,2
Coûts totaux fiscaux,
dont entre autres:
• Personnel:
34,3
• Immobilier:
17,4
• Marketing:
7,0
• Déplacement:
2,1
• Intérêts:
1,4
• Déductions:
1,8
Bénéfice imposable:
4,9
Source: Institut für Handelsforschung an
der Universität Köln
Pouvoir d’achat et consommation de vêtements n’ont pas grandchose à voir: comparativement à
leurs revenus, les Italiens consacrent plus d’argent pour se vêtir
(7,3 % de leur budget) que les Français (3,9 %).
Vu le nombre de magasins existants dans le secteur, tous ne seront
pas cités et ceux qui le sont, ne le
sont qu’à titre d’exemples.
Au Luxembourg, le nombre de
membres du groupement textile de
la clc, présidé par Will Decker, est
de l’ordre de 200.
A l’exception des grands magasins, toutes les formes de commerce
sont présents au Luxembourg. Les
magasins indépendants comme
«Konsbrucks British House», «Munhowen», «Meyer», «Prim», «Weydert»,
«Zwick», se limitent souvent à un
seul point de vente avec parfois
l’une ou l’autre filiale comme «Hoffmann-Thill», «City Man», «Tom Cat»,
«Smets», «Frieden» sans oublier une
chaîne locale traditionnelle comme
«Monopol» qui sera amenée à se
repositionner pour s’adapter aux
évolutions en cours.
Certains indépendants ont
choisi la franchise comme formule
gagnante avec les enseignes comme
«Max Mara», «Morgan», «Jennyfer»,
«Marlboro Classics» et «Benetton»,
etc.
Les leaders du secteur sont des
enseignes comme:
• «Bram Concorde» qui offre essentiellement des vêtements de
marques selon une formule de
shop in shop dans une grande
surface spécialisée. «Bram Concorde» est la propriété du «Modehaus Konen» à Munich.
• «Adler Mode», avec deux grandes surfaces spécialisées de type
discount, fait partie du groupe
géant «Métro» (voir Merkur précédents). «Adler Mode» exploite
132 magasins à cette enseigne.
sss
67 • Merkur • Avril 2004
Commerce
Photo:
Fränk
Weber, livre
«Parlons
commerce»
de Norbert
Friob,
Editions
Guy Binsfeld
Les filialistes à succès ont conquis une part de plus en plus importante du marché avec au Luxembourg, les mêmes recettes qui
ont fait leurs succès à l’étranger à
savoir:
• Etre présent aux meilleures
adresses.
• Vendre un produit bon marché
dans un espace luxueux.
Démultiplication des collections
par la création de nouveaux besoins
avec comme corollaire la fin du
temps des 2 collections par an.
Le leader mondial américain
«GAP», créé en 1975, qui n’est pas
présent à Luxembourg, vient de
renouer avec les bénéfices et réalise
un CA de 15,3 milliards de dollars
en 2003 avec 4.127 magasins dans le
monde dont 3.400 aux USA.
Le no1 européen et no2 mondial, le Suédois «Hennes & Mauritz»
à l’enseigne «H&M» exploite 945
magasins dans 17 pays dont 5 magasins au Luxembourg. L’ouverture du
sixième magasin à Esch-sur-Alzette
est annoncée. Le chiffre d’affaires au
niveau mondial est de plus de 6 milliards d’euros.
Le n°2 européen, le Néerlandais
C&A réalise un chiffre d’affaires de
4,73 milliards d’euros dans 13 pays.
Au Luxembourg, il exploite 4 magasins et prochainement un 5e à Eschsur-Alzette. Les filiales du groupe, les
magasins de discount «MARCA» vont
être intégrés au réseau C&A. Des 4
magasins MARCA au Luxembourg,
un sera prochainement fermé.
Le n° 3 européen, l’Espagnol
INDITEX réalise un chiffre d’affaires
de 4 milliards d’euros dans 44 pays
dont le Luxembourg ou il exploite
des magasins à l’enseigne ZARA et
MASSIMO DUTTI.
Le n°3 Espagnol CORTEFIEL
avec 7 enseignes dont SPRINGFIELD
et WOMEN’S SECRET, réalise un
chiffre d’affaires de l’ordre de 700
millions d’euros avec plus de 750
magasins dont un à Luxembourg sur
650 m2, soit le plus grand magasin
ouvert par CORTEFIEL. Un autre
Espagnol dynamique avec l’enseigne
MANGO vend du prêt à porter féminin avec beaucoup d’accessoires.
Ils exploitent la majorité en franchises et certains magasins en propres
dans des grandes villes. MANGO a
réalisé un chiffres d’affaires de plus
d’un milliard d’euros en 2003 avec
plus de 70 % à l’international. Deux
magasins MANGO sont ouverts au
Luxembourg.
CORTEFIEL et MANGO, plus
petits qu’INDITEX, se sont largement inspirés des méthodes de
ZARA pour assurer leur succès. 30 %
des produits vendus sont fabriqués
par le groupe.
Le groupe néerlandais VENDEX
est présent à Luxembourg avec les
enseignes CLAUDIA STRAETER,
PROMOD, HUNKEMOELLER, MS
MODE. Les magasins à l’enseigne
KREYMBORG ont été fermés.
HUGO BOSS est le no1 mondial
du prêt à porter de luxe pour hommes avec un réseau de 612 boutiques
dont 81 en propre : BOSS est vendu
dans plusieurs boutiques au Luxembourg et MANUEL SILVA a ouvert
plusieurs magasins à cette enseigne.
La prochaine fois, nous enchaîneront avec la deuxième partie du
commerce Textile en présentant
quelques grands acteurs du textile
présents sur le marché luxembour■
geois.
L’auteur: Norbert Friob
Créateur et chef d’entreprise, Norbert Friob est une figure clé du monde
commercial luxembourgeois. Son expérience, ses connaissances approfondies et ses multiples fonctions au sein d’organismes professionnels font de
ce «self-made man» le porte-parole naturel d’un secteur d’activité extrêmement vaste et passionnant.
Norbert Friob est vice-président de la Chambre de Commerce et ancien
président de la Confédération luxembourgeoise de commerce. Il est par
ailleurs membre luxembourgeois de nombreux organismes et groupes
d’experts internationaux, notamment du «Enterprise Policy Group» auprès
de la Commission européenne. Norbert Friob est aussi l’auteur de «Parlons
Commerce!» paru aux éditions Guy Binsfeld, 2002, ISBN 2-87954-114-X.
68 • Merkur • Avril 2004
Média stimulateur d’esprit
Economie
Finances
Who’s who
Fédérations/UEL
UEL
Développement d
L
’Union des Entreprises Luxembourgeoises – UEL1 – a
signé en date du 31 octobre 2003 une
charte portant sur le développement
durable. Celle-ci traduit le souci des
organisations membres de promouvoir une dynamique de croissance
dans tous les secteurs économiques,
respectueuse à la fois des intérêts
économiques, sociaux et écologiques.
Ce modèle de croissance s’inscrit
dans une logique de développement durable qui, selon une définition
communément admise 2, consiste à
NOTES
1
L’UEL regroupe
les organisations
suivantes:
Association des
Banques et
Banquiers, Luxembourg · Association
des Compagnies
d’Assurances ·
Chambre de
Commerce du
Grand-Duché de
Luxembourg ·
Chambre des
Métiers du
Grand-Duché de
Luxembourg ·
Confédération
Luxembourgeoise
du Commerce ·
Fédération des
Artisans ·
Fédération des
Industriels
Luxembourgeois ·
Fédération
Nationale des
Hôteliers,
Restaurateurs et
Cafetiers.
2
L’ONU a défini
le développement
durable comme
étant la capacité
des générations
présentes à satisfaire
leurs besoins tout
en permettant aux
générations futures
de satisfaire les
leurs.
70 • Merkur • Avril 2004
satisfaire les besoins des générations
présentes tout en permettant aux
générations futures de subvenir aux
leurs.
E
n adoptant cette charte, l’UEL
s’est fixé plusieurs objectifs.
L’organisation faîtière a pris
l’engagement de s’investir dans la
promotion d’une véritable culture
du développement durable au sein
des entreprises en poursuivant plus
concrètement les finalités suivantes:
• la croissance économique
soutenue,
• la protection de la santé
des travailleurs,
• la promotion de la formation
professionnelle continue,
• le respect de l’environnement
naturel et
• la déontologie des entreprises
envers les parties prenantes.
Pour ce qui est du développement économique, il s’agit pour
l’UEL de générer une croissance
économique soutenue dans le souci
de pérenniser le bien-être collectif et
le progrès social ainsi que le finan-
cement des systèmes de sécurité
sociale. La poursuite de cet objectif
doit être accompagnée de la mise
en place d’un cadre réglementaire
propice à l’épanouissement économique promouvant entre autres
le maintien, voire l’extension des
avantages concurrentiels, l’incitation
à l’innovation et la stimulation de
l’entrepreneuriat.
Dans le domaine social, le développement durable porte sur plusieurs axes.
En premier lieu, il vise à contribuer à la prévention des accidents
de travail, de trajet et de la vie privée au moyen d’un renforcement de
la politique de prévention des accidents de tout genre et d’une intégration de cette thématique dans le
dialogue social à mener aux niveaux
appropriés.
En second lieu, il s’agit de promouvoir la santé, la sécurité et le
bien-être des personnes en aidant à
réduire les cas de maladies professionnelles, les troubles psychosociaux, les actes de harcèlement et
à veiller à une augmentation de la
sécurité industrielle, alimentaire et
des produits. Les moyens pour atteindre cette finalité sont la promotion
d’un comportement responsable et
raisonnable de tous les acteurs impliqués par l’établissement et le respect des consignes de sécurité ainsi
que l’établissement d’un concept
général destiné à toutes les catégories d’âge y compris les programmes
scolaires.
Le troisième aspect vise à contribuer à maintenir l’employabilité
des salariés, à assurer la compétitivité des entreprises et à garantir la
promotion sociale des salariés au
t durable
moyen de la promotion de la formation professionnelle continue.
Le respect de l’environnement
naturel fait appel à une optimisation de l’efficacité énergétique des
outils de production qui va de pair
avec une utilisation rationnelle des
ressources. Les moyens à mettre
en œuvre sont une adaptation des
méthodes de production et de la
gestion des déchets, une stratégie
de réduction des émissions de gaz
à effet de serre en ligne avec une
croissance soutenue et une politique de diversification économique.
Enfin, l’UEL préconise une amélioration des relations entre entreprises, fournisseurs, prestataires de
services et clients à la satisfaction de
toutes les parties prenantes.
La charte est aussi une source
d’inspiration pour les entreprises
désireuses de s’engager dans une
logique de développement durable. Elle constitue une obligation de
résultat au niveau interprofessionnel, pour l’UEL et pour ses membres, de sensibiliser les entreprises
à s’engager dans cette voie. Si elle
ne comporte pas d’obligation juridique pour les entreprises, des codes
de bonne conduite et des guides
de meilleures pratiques serviront
d’outils pour parfaire le processus
lancé ou renforcé par la charte.
Toujours dans cet ordre d’idées,
l’UEL a signé une déclaration intitulée «Promotion de la sécurité, de la
santé et du bien-être des travailleurs:
plan d’action de lutte contre les accidents de travail 2003-2007» ensemble avec le Ministère du Travail et
de l’Emploi ainsi qu’avec l’Inspection du Travail et des Mines (ITM),
l’Association d’Assurance contre
les Accidents (AAA) et les deux
syndicats «Onofhängege Gewerkschaftsbond Lëtzebuerg» (OGB◆L)
et «Lëtzebuerger Chrëschtleche
Gewerkschafts-Bond» (LCGB), Cette
déclaration s’inscrit aussi dans le
cadre de la nouvelle stratégie de la
Commission européenne en matière
de santé et de sécurité 2002-2006
et vise à mettre en cohérence les
stratégies économiques, sociales et
environnementales. Elle se focalise
sur les développements en matière
de bien-être au travail devant faire
partie des valeurs élémentaires de
toutes les parties chargées d’instaurer une approche préventive
intégrée dans les entreprises. Cette
déclaration traduit ainsi la volonté
des parties impliquées d’instituer
une prévention durable des risques
d’accidents de travail.
Afin d’honorer et de concrétiser
les engagements pris dans le contexte de la «Charte portant sur le
développement durable» et plus particulièrement en ce qui concerne la
promotion de la santé, de la sécurité
et du bien-être des personnes, l’UEL
s’est engagée à lancer une action de
sensibilisation au phénomène des
accidents de trajet. Ceux-ci représentant en effet plus de la moitié du
nombre d’accidents routiers et accusent un taux de 21 % dans la totalité
des accidents de travail. L’objectif de
cette action est de motiver un grand
nombre de multiplicateurs en vue
d’influencer le comportement des
salariés. Elle s’adresse à différents
groupes cibles: chefs d’entreprise,
travailleurs désignés, délégués à la
sécurité, travailleurs et grand public.
L’action vise à sensibiliser les entreprises à ce problème avec le con-
cours des organisations professionnelles patronales en partenariat
avec les parties prenantes à l’action:
Association d’Assurance contre les
Accidents (AAA), Inspection du
Travail et des Mines (ITM), La Sécurité Routière, les syndicats OGB◆L
et LCGB. La campagne nationale
sera lancée sous peu et fera l’objet
d’une présentation visant à motiver
les différents groupes cibles. Une
documentation complète renforçant
le message de l’action sera mise à la
disposition des entreprises.
Convaincue du fait que la responsabilité du développement durable incombe à tous les acteurs de la
société, l’UEL entend participer à une
ambition réaliste qui s’inscrit dans la
continuité du dialogue qui caractérise le Luxembourg. Elle s’engage à
promouvoir auprès des entreprises
luxembourgeoises une dynamique
de croissance durable qui prend en
compte les aspects économiques,
sociaux, environnementaux et sociétaux du développement.
(communiqué par l’UEL) ■
71 • Merkur • Avril 2004
Fédérations/UEL
Technologies de l’information et de la communication
Les qualifications de
demain dans
le domaine des TIC
A
u vu de la généralisation de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans tous les secteurs d’activité, la
FEDIL, l’ABBL et la clc, de concert avec la Chambre
de Commerce et certains partenaires institutionnels,
ont apporté leur concours pour réaliser un projet visant
à identifier les qualifications professionnelles recherchées par les entreprises dans le domaine des TIC.
Il s’agit de s’assurer que la formation professionnelle
initiale permettra aux jeunes d’acquérir les qualifications nécessaires pour correspondre aux profils professionnels recherchés par le secteur privé.
A
cette fin, la FEDIL, l’ABBL et
la clc ont répété une enquête
effectuée pour la première
fois en 2001/2002 auprès de leurs
membres respectifs, l’objectif étant
une meilleure adéquation entre l’offre
et la demande d’emplois.
L’enquête ainsi réalisée sert
d’indicateur aux jeunes et à leurs
parents, au corps enseignant ainsi
qu’aux services d’orientation scolaire et professionnelle. Elle permet,
par ailleurs, à tous les acteurs impli72 • Merkur • Avril 2004
qués d’adapter davantage la politique de formation professionnelle à
la réalité économique.
Plusieurs partenaires, tant privés que publics, ont collaboré à ce
projet: la FEDIL, l’ABBL, la clc, la
Chambre de Commerce, le Ministère
de l’Education Nationale, de la Formation Professionnelle et des Sports
ainsi que l’Administration de l’Emploi. Le projet a en outre bénéficié
du concours de l’Union Européenne
à travers le programme LEONARDO
DA VINCI et le programme EURES
(partenariat ADEM-CEPS/INSTEAD).
L’objectif de l’enquête recherchait un aspect double:
1) guider les jeunes et leurs parents
vers une orientation scolaire et
professionnelle correspondant
aux besoins du marché;
2) apporter une information aux
pouvoirs publics et aux professionnels de la formation pour
assurer l’adéquation entre les
besoins des entreprises et les
formations à dispenser.
Afin de déterminer les besoins
en qualification, les entreprises
membres des trois organisations
patronales partenaires dans l’enquête ont été interrogées sur leurs
prévisions d’embauche dans un
avenir rapproché de 2 à 3 ans.
Les résultats obtenus montrent
des tendances claires. Il y a de fortes possibilités d’embauche pour du
personnel qualifié dans le domaine
des TIC que ce soit au niveau commercial ou au niveau de la programmation, de la maintenance, etc.
■
Les besoins
de qualifications:
tendances
majeures
En termes quantitatifs, les entreprises ayant participé à l’enquête
prévoient 312 embauches dans les
2 resp. 3 années à venir, ce chiffre
reflétant une certaine prudence de
la part des entreprises participantes
due à une situation conjoncturelle
difficile. Il n’empêche que ces prévisions doivent néanmoins être interprétées avec une certaine réserve,
les pronostics à long terme étant
difficiles en ce domaine à mutation
rapide.
Les entreprises souhaitent
des niveaux de formation élevés
En termes qualitatifs, les entreprises ont exprimé des exigences de
formation élevées pour la plupart
des professions: 26,9 % de niveau
universitaire, 25,6 % de niveau IST
(4 ans) ou graduat (3 ans).
Des départs remplacés,
mais aussi 57 % de créations
de postes
Le fait que 57 % des postes à
pourvoir soient des créations, reflète
l’attitude optimiste de la part des
dirigeants d’entreprise.
En conclusion, il échet de retenir
que l’économie luxembourgeoise
reste largement créatrice d’emplois
à haut niveau de qualification. Elle
note une demande importante dans
les professions du domaine des
TIC.
C’est pourquoi la FEDIL, l’ABBL
et la clc, en commun avec la Chambre de Commerce et les autres
partenaires, ont pris la décision de
poursuivre les efforts de promotion
des professions du domaine des TIC
en vue d’orienter les jeunes et les
moins jeunes vers des emplois intéressants et prometteurs et d’assurer
en même temps aux entreprises la
possibilité de recruter une maind’œuvre qualifiée.
A côté des messages liés directement à la formation initiale, les partenaires analyseront les possibilités
en matière de formation continue
afin de pouvoir satisfaire à court
terme les besoins imminents des
entreprises luxembourgeoises. ■
L’étude complète sur les
qualifications de demain est
disponible auprès des différents
partenaires et peut être consultée
sur le site Internet de la FEDIL
sous l’adresse www.fedil.lu.
Formation d’Agent de Fabrication et d’Agent de Sécurité
Une Initiative
d’Insertion réussie
L
ors de la cérémonie organisée
dans les locaux de la FEDIL
le 12 mars 2004 en l’honneur
des participants du 11e cycle de formation d’agents de fabrication et du
9e cycle de formation d’agents de
sécurité, les certificats de participation ont été remis aux lauréats de
ces deux formations.
Se basant sur les résultats d’une
enquête sur les qualifications de
demain dans l’industrie réalisée
auprès de ses membres, la FEDIL a
constaté une demande importante
de personnel qualifié dans les professions de la production dans les
entreprises industrielles luxembourgeoises.
A côté d’une action de promotion de l’apprentissage industriel afin
de sensibiliser les jeunes à emprunter la voie de formation menant au
Certificat d’Aptitude Technique et
Professionnelle (CATP), la FEDIL et
ses membres ont en outre lancé une
initiative en février 2000 visant l’insertion professionnelle de demandeurs d’emploi résidents par l’offre
d’une formation complémentaire
pour la profession d’agent de fabrication.
Le contenu de la formation portant sur les compétences nécessaires pour l’exercice de la fonction
d’agent de fabrication a été élaboré
par un groupe de travail composé
de responsables des ressources
humaines et de la formation d’entreprises industrielles ainsi que de
responsables des deux Ministères
sss
73 • Merkur • Avril 2004
Fédérations/UEL
partenaires, de l’Administration de
l’Emploi et du Centre National de
Formation Professionnelle Continue
(CNFPC).
Le programme comportait des
formations théoriques qui ont eu lieu
au CNFPC à Esch-sur-Alzette, des formations pratiques et des visites d’entreprises. La formation a permis aux
lauréats de passer le brevet de secouriste, le permis de cariste et le permis
pour ponts roulants et élingage.
Les dix premiers cycles de cette
formation ont permis à 108 demandeurs d’emploi résidents d’acquérir
une formation complémentaire permettant leur insertion, voire réinsertion dans la vie active.
A côté de la formation d’agent de
fabrication, le 9e cycle de la formation complémentaire pour agents de
sécurité s’est déroulée au CNFPC et
a permis à 10 demandeurs d’emploi
résidents d’obtenir le certificat d’agent
de sécurité afin de pouvoir trouver un
emploi auprès des entreprises de gardiennage, partenaires à ce projet.
Le contenu de cette formation a
été élaboré en étroite collaboration
entre le CNFPC, l’Administration de
l’Emploi et les entreprises du secteur
comprenait en autres des modules
sur les premiers secours, la communication écrite et orale ainsi qu’une
initiation à l’informatique.
(communiqué par la FEDIL) ■
Gastronomie
Joël Schaeffer
finaliste luxembourgeois
au Bocuse d’Or 2005
Joël
Schaeffer
ne sait pas
encore
qu’il va
remporter le
Bocuse d’Or
Luxembourg
74 • Merkur • Avril 2004
L
e 8 mars 2004, au Lycée Technique Hôtelier «Alexis Heck»
de Diekirch, trois chefs luxembourgeois de talent se sont disputés
le Bocuse d’Or Luxembourg. Pierre
Gaertner de l’ «Euro Hôtel» à Gonderange, Damien Klein du Restaurant
«PefferKär» à Huncherange et Joël
Schaeffer du Restaurant «Paulus»
à Mertert sont les trois candidats à
avoir répondu à l’appel de l’asbl
Bocuse d’Or pour la sélection nationale. Le vainqueur, Joël Schaeffer,
tout juste 24 ans, défendra les couleurs nationales lors du Concours
Mondial de la Cuisine à Lyon, les
25 et 26 janvier 2005.
Depuis 1987, sous l’impulsion
de Paul Bocuse, les chefs du monde
entier se retrouvent tous les deux
ans à Lyon, à l’occasion du Bocuse
d’Or, le concours culinaire le plus
renommé au monde. Sur 33 candidatures, 24 pays ont été sélectionnés pour le Bocuse d’Or 2005.
Cette 8e participation luxembourgeoise au Bocuse d’Or est l’occasion
pour notre gastronomie locale de
revenir sur le devant de la scène,
une caractéristique du concours étant
d’incorporer les particularités culinaires de chaque cuisine nationale.
Au menu de la sélection nationale: sole et selle de veau. Les candidats ont chacun eu cinq heures
pour la préparation d’un plat né
de leur imagination. Claude Peiffer,
le Président de l’asbl Bocuse d’Or
Luxembourg, a pu s’appuyer sur
un jury de 14 chefs renommés de
la scène gastronomique luxembourgeoise. La présidence était assurée
par la chef étoilée, Léa Linster, qui a
remporté le Bocuse d’Or en 1989.
Dans le plus strict respect du
règlement, tous les plats ont été
confectionnés sur place et contrôlés
par le comité de surveillance de la
cuisine. Le jury a attribué une note
maximale de 20 points pour la créativité et la présentation des plats. Le
goût et l’originalité des recettes ont,
quant à eux, été notés sur 40 points.
Par ailleurs, une note d’hygiène et
de propreté est donnée à chaque
candidat par le jury de cuisine et
sert uniquement à départager les
éventuels ex aequo.
Fondée en 1999 par des représentants de l’Amicale des Anciens
Elèves du Lycée Technique Hôtelier
Alexis Heck, Euro Toques Luxembourg, HORESCA, des Jeunes Restaurateurs d’Europe Luxembourg,
Vatel Club Luxembourg et Villeroy
& Boch, l’asbl Bocuse d’Or Luxembourg accompagnera le vainqueur
de la sélection nationale tout au
long de l’année. Ce dernier pourra
également bénéficier de travaux
pratiques et de l’assistance d’un chef
étoilé. Toutes les activités de l’asbl
Bocuse d’Or Luxembourg candidats
peuvent être consultées en ligne sur:
■
www.bocuse-d-or.lu
Actualités Entreprises
Brasserie Mousel-Diekirch
EN BREF
Changement de nom
« Global-Golf s.à r.l.»
devient « Business
Golf Solutions
s.à r.l.»
Dans le cadre de son développement international, la société
luxembourgeoise «Global-Golf
s. à.r.l.» change de nom.
Sa nouvelle dénomination
devient «Business Golf Solutions s.à r.l.». Depuis la création de la société en 2000, les
services de la société se sont
affinés. Avec le nouveau nom,
«Business Golf Solutions
s.à r.l.» veut obtenir une maîtrise parfaite de ses trademarks
au niveau européen. Le nouveau nom sert aussi d’url pour
le nouveau site de la société
www.businessgolfsolutions.com
qui offre des informations
complémentaires.
Innovation
IEE augmente
la sécurité de la
Mercedes Benz
Class C
IEE S.A., société luxembourgeoise active dans le domaine
de la détection des occupants
de véhicules automobiles,
vient d’annoncer que son système de détection de présence
et d’orientation de siège enfant
(CPOD) est désormais intégré
dans la nouvelle Mercedes
Benz Class C. Le nouveau
système détecte les sièges
enfants placés sur le siège
passager. Ces sièges enfants
particuliers, équipés d’un
transpondeur, sont disponibles
dans la gamme d’accessoires
de Mercedes Benz. Lorsqu’un
siège enfant se trouve sur le
siège passager ou si celui-ci
est vide, l’unité de contrôle
de l’airbag en est informée de
76 • Merkur • Avril 2004
manière à inhiber le déploiement de l’airbag.
Internet
Nouveau site pour
Bernard-Massard
Pour commencer l’année 2004
sous le signe du renouveau,
les Caves Bernard-Massard
ont lancé leur nouveau site
Internet à l’adresse
www.bernard-massard.lu.
Réalisé en collaboration avec
l’agence Interact, ce site se
veut tout d’abord plus convivial, plus complet et surtout
plus dynamique. Des rubriques
telles que «Actualités» seront
mises à jour régulièrement et
présenteront les nouveautés,
manifestations, concours et
communiqués de presse. Une
visite virtuelle des caves vient
agrémenter le site afin de
permettre aux internautes de
découvrir l’univers vinicole
des Caves Bernard-Massard.
Le «Shop» donne accès à
toute la gamme des produits
commercialisés et permet de
sélectionner en quelques clics
la ou les bouteilles de son
choix. Une version anglaise
viendra prochainement compléter le site.
Tourisme
Fondation de
l’European
Travel Alliance
Les coopérations d’agences
de voyages Alliance du Sud
ainsi que RTK ont conclu un
contrat sur une alliance straté-
Boomerang:
Une nouvelle boisson
alcoolisée à base de malt
L
a Brasserie de Luxembourg
Mousel-Diekirch S.A. innove
et lance la première boisson
«malternative» sur le marché luxembourgeois. Mise dans une bouteille
au design très tendance, la Boomerang est une nouvelle boisson
alcoolisée (6,1 %) à base de malt et
aux arômes naturels de citron.
Forte de cette innovation, la
Brasserie de Luxembourg compte
encore renforcer sa position privilégiée dans le cœur du public
luxembourgeois et des consommateurs branchés en particulier. Avec
un portfolio encore plus séduisant,
la Brasserie de Luxembourg entend
répondre aux attentes de ses amateurs de bière. Boomerang est disponible en pack de 4 bouteilles
25 cl non consignées dans toutes les
grandes surfaces et stations-service.
La Brasserie de Luxembourg
Mousel-Diekirch S.A. est la filiale
luxembourgeoise du groupe Interbrew. En avril 2002, Interbrew, 3e
groupe brassicole mondial, a pris le
contrôle de l’entreprise et l’a ensuite
intégrée. La Brasserie de Luxembourg distribue au Grand-Duché un
portefeuille unique, composé des
marques locales Diekirch et Mousel
et de marques internationales telles
que Leffe, Becks, Stella Artois, Hoegaarden, Belle-Vue, Jupiler et Super
Bock.
■
Transport
easybycoach.com
fährt 9-mal täglich
zum Flughafen Hahn
N
ur 5 Monate nach der Einweihung der „low-cost“ Buslinie Luxemburg-Brüssel wird
seit April auch Hahn von easybycoach.com täglich angefahren. Der
internationale Verkehrsflughafen
Hahn in Rheinland-Pfalz entwickelt
sich zu einer immer wichtigeren
Drehscheibe im Flugverkehr mit
einer stabilen jährlichen Passagierzuwachsrate von durchschnittlich
25 %. Renommierte Billig-Airlines
bieten ab Hahn Flüge in große und
wichtige europäische Städte zu
unschlagbaren Preisen an. Unzählige
Urlaubsflieger starten ebenfalls in
Hahn und befördern ganze Familie
in ihre schönste Zeit des Jahres. 2003
traten fast 40.000 Personen aus dem
Großherzogtum ihre Geschäfts- oder
Urlaubsreise von dort aus an.
Der easybycoach.com-Fahrplan ist so ausgerichtet dass zu
jeder Abflugs- oder Ankunftszeit,
ohne lange Wartezeiten ein Bus
fährt. Ab früh morgens, 03H30 bis
abends 19H30, fährt im 2-Stundentakt ein Bus von Luxemburg nach
Hahn, die erste Abfahrt von Hahn
nach Luxemburg ist um 09H15, die
letzte Rückreise ist um 00H15 – also
täglich 9-mal hin und zurück. Die
Abfahrtsorte in Luxemburg sind
der Bussteig 7 der hauptstädtischen
Omnibusse am Bahnhof und das
Parkplatzgelände Howald (P&R)
sowie das Parkplatzgelände (P&R)
am Autobahngrenzübergang in Wasserbillig. Der Bussteig am Flughafen
Hahn befindet sich im Eingangsbereich des Terminals.
Schon ab 5 € pro Fahrt pro
Person befördert easybycoach.com
seine Gäste nach Hahn. Je früher
man bucht, umso günstiger sind die
Preise. Der Maximalpreis pro Fahrt
beträgt 15 €, dies bei kurzfristiger
Buchung oder bei hoher Auslastung
der Fahrt. Diese Preise gelten ausschließlich bei Internetbuchungen.
Im Reisebüro von Sales-Lentz oder
per Telefon (900 75 700, 0,55 €/Min.)
wird dem Reisepreis eine Bearbeitungsgebühr in Höhe von 5 € hinzugerechnet. Der Preis einer Fahrkarte
beim Kauf im Bus beträgt 20 €.
Easybycoach.com erhielt von
der luxemburgischen Handelskammer die „Internet Business Trophy
2003“, eine Auszeichnung für die
Funktionalität und Sicherheit der
■
easybycoach.com Webseiten.
EN BREF
gique au niveau international.
L’European Travel Alliance a été
fondé le 11 mars 2004 par le
président de l’Alliance du Sud,
Monsieur Jean-Robert Reznik,
ainsi que l’Executive Director
de RTK International, Monsieur
Thomas Boesl. Les deux alliances d’agences de voyages
peuvent unir plus de 6.000
agences de voyages dans
leurs réseaux avec un chiffre
d’affaires global de plus de
7 milliards d’euro.
Sources Rosport
Nouveau verre
revu et relooké
vient de réussir sa migration
vers les nouvelles plate-formes
technologiques de la Bourse
de Luxembourg, sur lesquelles
sont cotés plus de 29.000
produits financiers. Depuis
peu, la Bourse de Luxembourg
a mis à la disposition de ses
membres une nouvelle interface informatique leur
permettant d’interconnecter
leur système informatique
respectif à celui du marché
luxembourgeois. Depuis le
1er mars 2004, les ordres sur
la Bourse de Luxembourg
introduits par les clients de
la société de bourse Leleux
seront transmis dans le marché
en temps réel, en moins de
5 secondes, et ce sans intervention humaine.
when
work
life
Sidérurgie
is a pleasure
is a joy
Aménagement
de bureaux
Copieurs, fax
et imprimantes
Machines pour
banques et bureaux
INTERNET
www.felten-stein.lu
Des solutions d'ensemble
pour bureaux et imprimeries
FELTEN-STEIN SA
14, RUE DES JONCS
L-1818 HOWALD
TEL 40 23 53
FAX 40 23 39
E-MAIL fs@felten-stein.lu
Sources Rosport S.A., connue
et reconnue pour la qualité
de ses produits, a imaginé
un nouveau verre qui viendra
accompagner les bouteilles
Rosport et Rosport Blue. A la
silhouette originale et élégante,
ce verre sera prochainement
disponible dans le réseau
Horeca aux côtés de ses
compagnes. Conçu en étroite
collaboration avec l’agence
binsfeld communication, le
verre avec quatre cercles concaves – à fonction esthétique
et pratique à la fois – est
réalisé par ARC International,
l’une des maisons leaders sur
le marché du verre.
Leleux Associated Brokers
Migration réussie
sur la Bourse de
Luxembourg
La société de bourse belge
«Leleux Associated Brokers»
Sam Hwa
Steel investit
11 Mio d’euros
au Luxembourg
La société Sam Hwa Steel
Co., Ltd, créée en 1989 en
Corée du Sud et producteur
de fil à ressort, a retenu le
Luxembourg comme site pour
un nouvel investissement
stratégique dans le traitement
de fil à ressort formé à froid.
Il s’agit du premier investissement d’une société industrielle
coréenne au Grand-Duché.
Sam Hwa Steel réalisera au
cours des prochains mois un
investissement de quelque
11 Mio d’euros dans
l’installation de plusieurs
lignes de production permettant de traiter du fil à ressort.
Les lignes de production
seront installées dans un
bâtiment existant acquis de
TrefilARBED à Bettembourg.
Le projet permettra la création
à court terme de 32 emplois
77 • Merkur • Avril 2004
Actualités Entreprises
EN BREF
nouveaux dans la région sud
du pays. La présence de SAM
HWA vient renforcer le secteur
de la sous-traitance automobile qui compte une trentaine
d’entreprises au Luxembourg.
Anniversaire
10 bougies pour
Pepper&Salt Events
Sidérurgie
Events a été accréditée par la
Commission Européenne. Son
concept unique, la «Maison
de l’Evénement» à Esch-surAlzette, réunit plusieurs
partenaires compétents sous
un même toit afin de garantir
le meilleur service. Pour
plus d’informations:
www.pepperandsaltevents.com.
A
rcelor a cédé l’intégralité de
sa participation (96 %) dans
le capital de Thainox à Monsieur Prayudh Mahagitsiri, acteur
majeur de l’industrie thaïe, actuellement Président du conseil d’administration de Thainox et partenaire
d’Usinor/Arcelor depuis la création
de Thainox.
Dans le cadre de cet accord de
cession, Arcelor continuera à bénéficier d’un accord pluriannuel de
fournitures à prix de marché pour
une majorité des approvisionnements de Thainox. Par ailleurs,
Thainox pourra d’une part bénéficier pour ses exportations du réseau
commercial Grande Exportation des
Inox d’Arcelor et d’autre part avoir
accès à l’expertise du Groupe Arcelor grâce à un contrat d’assistance
technique.
Thainox Steel Ltd implantée à
Rayong (100 km de Bangkok) a été
créée en 1991. L’usine est composée
de deux laminoirs à froid complétés par une ligne de recuit brillant,
une ligne de recuit décapage et une
ligne de refendage. Unique producteur de tôles inox laminées à froid
en Thaïlande et dans l’ensemble de
l’ASEAN, cette usine a une capacité
de laminage à froid aujourd’hui de
180.000 tonnes/an, volume supérieur à la capacité nominale initiale
de 160.000 tonnes, pour un chiffre
d’affaires de l’ordre de 300 millions
de dollars en 2003. La performance
de l’entreprise a été saluée début
février 2004 avec l’atteinte de l’objectif du million de tonnes produites
depuis la création.
La cession de Thainox, au même
titre que l’accord en vue de la cession de la majorité des actifs de J&L
Specialty Steel, LLC à Allegheny
Technologies Incorporated intervenu le 17 février 2004, participe
au recentrage du Secteur Inox sur
ses activités cœur de métier Plats
Europe et Brésil comme annoncé à
l’issue du Conseil d’Administration
d’Arcelor du 15 mai 2003.
Arcelor est le leader mondial
de la sidérurgie avec un chiffre
d’affaires de 25,9 milliards d’euros et
des expéditions de 40,2 millions de
tonnes en 2003. Le groupe emploie
98.000 personnes dans plus de
60 pays.
■
MK 1
Bilan
Résultats solides
pour BGL Investment
Partners en 2003
BGL Investment Partners (BIP)
a réalisé en 2003 un bénéfice
net de EUR 7,4 millions. La
valeur estimée du portefeuille
d’investissement de la société
Pepper&Salt Events, agence
a progressé de 15,2 % au
d’organisation et de produccours de l’exercice écoulé. Le
tion d’événement, s’est établi
Conseil d’administration proau Luxembourg le 24 avril
posera à l’Assemblée générale
1994. Annik Paquay, direcle paiement d’un dividende
trice générale et fondatrice de
de EUR 1 par action. Sur
Pepper&Salt Events, s’était
alors lancée le défi de pimenter l’ensemble de l’année 2003,
BIP a procédé à des
à sa manière le monde
investissements nouveaux
événementiel. La société a
acquis au fil du temps une
pour un total de EUR 20 milreconnaissance internationale
lions. Le cours en bourse de
grâce à un savoir-faire et
BGL Investment Partners a
une compétence effective.
progressé de 42,7 %. Depuis
Recompensée plusieurs
la fin de l’année, l’action
fois pour ses programmes
BIP a gagné 10 % pour
particuliers et ses activités
clôturer le 15 mars 2004 à
personnalisées, Pepper&Salt
EUR 37,80.
Arcelor cède
sa filiale Thainox
BUREAUX
SANITAIRES
REFECTOIRES
SALLES DE CLASSES
BOXES POUR CHEVAUX
OCCASIONS, etc
78 • Merkur • Avril 2004
besoin D'ESPACE ???
WWW.container.lu
CONTIMPEX
L-5368
SCHUTTRANGE
TEL: 35 69 48
FAX: 35 80 09
Une base solide pour les professions libérales et
les travailleurs indépendants
Luxembourg
Votre assurance maladie privée
En exerçant une profession libérale ou indépendante, votre santé est partiellement la base d'une entreprise «saine». En cas de perte
de vos revenus, la couverture par la DKV vous garantit un maintien permanent. Etant malade, on n'a vraiment pas envie d'avoir en
plus des soucis financiers.
Les avantages de l'assurance DKV Continue
• En cas d'incapacité de travail due à une maladie ou à un accident, vous recevez une indemnité journalière de maladie
à compter du jour convenu
• La prestation inclut les dimanches et les jours fériés
• Vous pouvez guérir en toute quiétude, sans soucis financiers
• Les prestations versées sont exonérées des impôts sur le revenu
• Vous pouvez faire valoir les primes auprès de l'administration des contributions dans la limite des plafonds déductibles
MK 1
DKV Luxembourg S.A. 43, Av. J.-F. Kennedy, L-1855 Luxembourg
fon: 00352-426464-1•fax: 00352-426464-250•e-mail: service@dkv.lu
Une entreprise du Groupe d' assurances
Ich vertrau der DKV
.
Veuillez m’informer sans engagement sur mes possibilités
DKV Continue
Nom, Prénom:
Indemnité journalière en cas d'incapacité de travail pour les employeurs,
les employés et les professions libérales et indépendantes
Rue:
DKV Company
La garantie en cas d’incapacité de travail de vos collaborateurs
BP/Place:
DVK Assurances de groupe
Téléphone:
Actualités Entreprises
Télécommunication
Cegecom dévoile
sa nouvelle stratégie
D
ernièrement Cegedel a présenté à la presse son nouveau logo et avait exprimé
le souhait que le nouveau C.I. (Corporate Identity) puisse être adapté
aux autres sociétés du groupe afin
d’exprimer aux niveaux national et
international leur lien de parenté.
C’est dans ce contexte qu’il faut voir
l’élaboration du nouveau logo de
Cegecom qui, tout en affichant son
appartenance au groupe, marque
son propre dynamisme. La société
souhaite affirmer à travers son logo
aussi bien son histoire que sa philosophie. C’est ainsi que les couleurs
du premier logo, le rouge et noir,
ont été conservées pour marquer la
continuité et la stabilité alors que la
capacité d’innover et la combativité
de la société sont exprimées par
l’arc de cercle qui souligne le nom
et dynamise le carré en le scindant
en deux parties.
Après seulement quelques années,
Cegecom a su s’établir dans le domaine de la télécommunication grâce
à la qualité de ses prestations et à
la fiabilité de sa technologie qui lui
permettent d’assurer un service téléphone et Internet à haut débit largement autonome par rapport aux distributeurs traditionnels. Cette percée
se reflète aussi dans les excellents
résultats qui ont permis à Cegecom
d’atteindre pratiquement le breakeven dès 2003, c’est-à-dire avec un
an d’avance sur les prévisions de la
société. Cette évolution permet aux
dirigeants de Cegecom d’envisager
des résultats positifs en 2004.
Le succès de Cegecom est particulièrement prononcé dans le domaine professionnel où le nombre
80 • Merkur • Avril 2004
de clients a connu une progression
rapide grâce à des solutions Internet (DSL, Lignes louées, WLAN) à la
pointe de la technologie proposées
à des tarifs très compétitifs. Parallèlement à ces produits Internet,
Cegecom dispose aussi de toute une
gamme de produits performants
et compétitifs au niveau de la téléphonie fixe. Aussi, n’est-il pas étonnant que la société va tenter d’accroître ses parts de marché dans ce
domaine par une politique de marketing B2B très pointue.
Avec sa marque Bamboo, Cegecom avait acquis une part non
négligeable de clients résidentiels
et la société entend consolider et
conforter sa position dans ce marché en rapide expansion. Néanmoins, en raison d’une stratégie du
groupe Cegedel tournée vers une
plus grande harmonisation, le nom
Bamboo disparaît en tant que marque. Les clients Bamboo continueront à profiter des avantages tarifaires et technologiques actuels chez
Cegecom. Y compris de la nouvelle
baisse de prix. Les interlocuteurs et
les produits resteront inchangés.
Cegecom étend l’accessibilité de
son offre DSL et couvre désormais
tout le pays. Dès le mois de mars,
tous les professionnels et particuliers
qui souhaitent profiter des avantages
de Cegecom pourront être desservis,
et ceci où qu’ils habitent. Parmi ces
avantages, l’argument clef sera «50 %
de plus» que les autres opérateurs:
50 % de plus en vitesse ou 50 % de
plus en volume de download. Parallèlement Cegecom revoit ses prix du
DSL à la baisse et propose désormais
une initialisation gratuite.
Pour faire connaître ses produits,
services et tarifs, Cegecom a réalisé un
nouveau site web qui permet de s’abonner directement aux services Internet et
téléphone chez Cegecom. Pour en savoir
■
plus: www.cegecom.lu.
Nouveau logo
et nouvelle
stratégie
pour Cegecom
ASSOCIATION LUXEMBOURGEOISE
DES CONSEILS
COMPTABLES ET FISCAUX
Pour une bonne tenue de votre
comptabilité, rien de tel qu’un
partenaire de confiance.
Les membres de l’ALCOMFI au service
des petites et moyennes entreprises
et des professions libérales.
ALCOMFI ASBL
BP 477 • L-2014 Luxembourg
www.alcomfi.lu
Gestion des déchets
Un tri des déchets efficace
à la Gare de Luxembourg
L
es CFL et Valorlux ont conjugué leurs efforts afin de proposer aux voyageurs passant
par la gare de Luxembourg un nouveau concept de gestion des déchets.
Les chemins de fer poursuivent en
effet un double objectif de prévention et de recyclage-valorisation des
déchets afin de diminuer au maximum la quantité mise en décharge,
activités pour lesquelles Valorlux est
agréée depuis plusieurs années.
Outre les fractions collectées
depuis 1997, d’autres matériaux sont
également triés depuis le mois de
janvier de cette année. Ainsi, la collecte sélective des déchets intègre à
présent les bouteilles et flacons plastiques et les cartons à boisson en sus
des emballages métalliques, du verre
et du papier. De nouvelles poubelles
en ligne, permettant une meilleure
accessibilité et lisibilité grâce à une
meilleure signalétique, ont été mises
en place dans la gare de Luxembourg
ainsi que sur les quais. Parallèlement,
une campagne de sensibilisation et
d’information a été menée auprès des
usagers du rail. Des panneaux expliquant le comment et le pourquoi de
cette action ont été placés dans le hall
de la gare, et des flyers ont été distribués aux voyageurs.
Confortés par les premiers résultats engrangés et désireux de poursuivre sur cette voie, les CFL étudient la possibilité d’extension de ce
concept à d’autres gares importantes
du réseau ferroviaire national. Le tri
est sur la bonne voie!
■
Des maillots pour
Mondorf-les-Bains.
Ayez aussi le réflexe DHL pour vos envois nationaux et pour vos destinations
proches à l'étranger. Nous livrons vos documents, colis et palettes partout dans le monde
mais aussi tout près de chez vous. Avec l’efficacité d’un transporteur national, en plus de
la qualité de service, le savoir-faire et la fiabilité que vous connaissez. www.dhl.lu
Appelez aujourd'hui encore : 35 09 09
Plus de flexibilité: livraisons de l'enveloppe
à plusieurs palettes.
Actualités Entreprises
Communication et médias
Brain&More
élargit son réseau de services
E
tablie depuis peu dans ses
nouveaux locaux situés au
100, route d’Arlon à Luxembourg, l’agence en communication
Brain&More vient de conclure des
partenariats structurels et opérationnels avec l’agence «emotion event management», la régie publicitaire «Planet
media» et l’organisateur de concerts
«L’Intermédiaire des Artistes». L’agence
en communication peut désormais
offrir à sa clientèle un éventail encore
plus large de services dans le domaine
des médias, de la communication et de
l’organisation d’événements.
L’agence a par ailleurs développé
ses activités dans le domaine de
la création graphique par l’engagement de trois jeunes graphistes.
Dans les activités d’agence proprement dites, la société continue à
mettre l’accent sur les solutions «full
service» réalisées, selon la situation,
par Brain&More seule ou en collaboration avec ses partenaires.
Les activités de conseil comprennent notamment l’analyse des
moyens de communication mis en
œuvre jusque-là, la mise au point
de stratégies et de plans médias
ainsi que le suivi rédactionnel. Dans
le domaine des relations presse,
l’agence propose l’élaboration de
dossiers de presse, la rédaction et
l’illustration de textes et l’organisation de conférences de presse.
Brain&More se positionne également et avant tout comme un
partenaire compétent pour tous
les produits imprimés assurant la
communication interne et externe
d’institutions et d’entreprises. Autre
domaine d’activités important, les
plans marketing pour entreprises où
l’agence élabore une stratégie sur
mesure adaptée aux besoins spécifiques du client et suivie d’une réalisation personnalisée. Finalement
Brain&More propose ses compétences dans le domaine de la conception de stands d’exposition. Pour en
savoir plus: www.brain.lu
■
Banque Générale du Luxembourg
Augmentation du bénéfice net de 39,5 %
E
n 2003, dans un contexte
international incertain en
termes économiques et
politiques, la Banque Générale du
Luxembourg, membre du groupe
Fortis, a continué à se développer
sainement. Portée par une croissance remarquable de 18,6 % des
revenus ordinaires, un contrôle continu des coûts, une évolution favorable des provisions et corrections
de valeur ainsi qu’une plus-value
exceptionnelle liée à la cession
des activités d’Asset Management à
Fortis Investments Luxembourg, la
banque a réalisé un bénéfice net de
EUR 468,7 millions.
À travers son réseau d’agences
performant et moderne la banque
a confirmé sa position de pionnier
82 • Merkur • Avril 2004
en offrant une gamme complète de
«packages» de services bancaires pour
les différentes catégories de clients et
aussi en offrant des solutions originales de bancassurance, notamment
dans le domaine de l’assurance-vie,
complément naturel en vue d’une
approche patrimoniale globale.
Première banque des entreprises
à Luxembourg, la BGL a capitalisé
sur les solutions paneuropéennes
offertes à travers le réseau Fortis
pour accompagner le développement commercial en Grande Région,
notamment via un business center
supplémentaire à Sarrebruck.
Porté par des performances
positives des portefeuilles confiés en
gestion, le Private Banking Luxembourg a réussi à maintenir son fonds
de commerce malgré un environnement caractérisé par de nombreuses
incertitudes (grande volatilité des
marchés, perspectives liées à l’imposition européenne de l’épargne,
amnisties fiscales dans plusieurs
pays). En apportant ses activités
d’asset management à la nouvelle
filiale luxembourgeoise de Fortis
Investments en contrepartie d’une
participation de 25 % dans la société
faîtière, la banque participe toujours
activement au développement de ce
métier. Une solution comparable est
en cours de réalisation en rapport
avec les activités «trust».
Dans la foulée de la concentration
de ses activités d’administration des
fonds auprès de Fastnet, la banque
s’est retirée de l’actionnariat d’EFA. ■
Bascharage
Neue Abfüllanlage für Brauerei Bofferding
A
m vergangenen 9. März wurde
der erste Spatenstich für
das neue Abfüllgebäude
der Brauerei Bofferding zelebriert.
Das Abfüllgebäude mit einer Fläche von ca. 2000 qm und einer
Ladefläche von ca. 1500 qm wird
durch die Firma CDC Luxembourg
als Generalunternehmer unter Leitung des Architekturbüros Werner
aus Strassen gebaut. Die Abfüllmaschinen liefert die Firma KHS
Maschinen- und Anlagenbau aus
Dortmund. Es wird eine Flaschenabfüllanlage mit einer Leistung von
27.000 Flaschen/St. und eine Fassabfüllanlage mit einer Leistung von
140 Fass à 50 l, bzw. 160 Fass à 30
l/St. installiert.
Bei dieser Investition in Höhe
von 10.000.000 € handelt es sich
um die größte Einzelinvestition in
der Geschichte des Unternehmens.
Diese Investition wird mit Zuver-
sicht und Optimismus durchgeführt,
obwohl die Brauerei sich zwischenzeitlich gegen die Nummer Eins auf
dem Weltbiermarkt in Luxemburg
behaupten muss. Während andere
im sich immer stärker globalisierenden Markt ihre Chancen nur noch
im immer stärkeren internationalen
Wachstum suchen, ist Bofferding
davon überzeugt, dass man sich
auch in Zukunft durch Konzentration auf den regionalen Markt und
entsprechende Kundennähe weiter positiv entwickeln wird. Die
Baumaßnahmen dauern bis Ende
August. Ab Mitte September beginnt
die Anlieferung der Maschinen und
danach erfolgt die Montage, so dass
der Testlauf für die Anlagen für
■
Anfang Dezember geplant ist.
Des pneus pour
Francorchamps.
Ayez aussi le réflexe DHL pour vos envois nationaux et pour vos destinations
proches à l'étranger. Nous livrons vos documents, colis et palettes partout dans le monde
mais aussi tout près de chez vous. Avec l’efficacité d’un transporteur national, en plus de
la qualité de service, le savoir-faire et la fiabilité que vous connaissez. www.dhl.lu
Appelez aujourd'hui encore : 35 09 09
Plus de flexibilité: livraisons de l'enveloppe
à plusieurs palettes.
Actualités Entreprises
Egalité des chances
Siemens et DexiaBIL
remportent le Prix féminin
de l’Entreprise 2003
L
e 29 mars dernier, Madame
Marie-Josée Jacobs, ministre
de la Promotion Féminine,
a décerné le Prix féminin de l’Entreprise aux sociétés Siemens et
DexiaBIL. Ce prix institué en 1993
récompense des entreprises luxembourgeoises du secteur privé pour
leurs efforts particuliers entrepris en
faveur de l’égalité entre les femmes
et les hommes.
La société Siemens a été subventionnée en 2002 et 2003 par le
ministère de la Promotion féminine pour avoir réalisé une analyse
approfondie sur l’égalité des chances
en interne à tous les niveaux. Cette
analyse a été suivie d’une série de
mesures relatives à l’organisation
de travail, les plans de formation et
l’évolution de carrière, ainsi que la
conciliation entre vie professionnelle
et vie privée. Dès le début du projet,
un groupe de travail avait été ins-
tauré pour faciliter la communication
et les échanges entre tous les collaborateurs et collaboratrices. Siemens
est l’un des plus grands fournisseurs
de produits, de solutions individualisées et de services dans les domaines
de l’électrique et de l’électronique,
deux domaines traditionnellement
masculins. Aujourd’hui le personnel
de Siemens Luxembourg est formé
aux trois quarts par des hommes: 182
hommes pour 55 femmes.
La banque DexiaBIL emploie
environ 2.500 personnes à Luxembourg, dont 46 % de femmes. On
compte 52 % de femmes parmi les
employés, 18 % de femmes parmi
les cadres et aucune femme parmi
les cadres supérieurs. La banque a
été subventionnée en 2003 par le
ministère de la Promotion féminine
pour avoir réalisé l’action positive
«Homme femme, un équilibre au
quotidien».
DexiaBIL s’est engagé à promouvoir spécifiquement les femmes dans
leur carrière professionnelle par une
valorisation de leurs diplômes, par
des actions de soutien dans le cadre
de leur évolution au sein de la banque. Les mesures réalisées dans le
cadre des actions positives ont déjà
permis d’augmenter le taux de participation des femmes aux séminaires et aux formations managériales.
L’instauration de services in house
– teinturerie, boulangerie, traiteur,
presse, pharmacie, garde d’enfants
malades – contribue à faciliter le
quotidien des collaborateurs et des
collaboratrices. Les propositions
d’aménagement du temps de travail
sont également largement utilisées.
Le prix 2003 de la meilleure pratique de politique communale d’égalité entre les femmes et les hommes
a été attribué à la commune d’Eschsur-Alzette.
■
24 avril 2004
Randstad Interim organise
son Forum de l’Emploi annuel
L
e samedi 24 avril 2004, Randstad Interim ouvre exceptionnellement les portes de son
agence de Luxembourg (41, avenue
de la Gare) de 10h00 à 15h00. Cette
journée portes-ouvertes permet
notamment aux personnes n’ayant
pas la possibilité de venir durant
la semaine de se renseigner sur
84 • Merkur • Avril 2004
les débouchés que peut leur offrir
le travail temporaire au Luxembourg.
Cette manifestation offre un double avantage. D’une part pour les
chercheurs d’emploi qui ont l’opportunité de consulter de nombreuses
offres et d’y postuler directement au
cas où leur profil correspondrait à
l’une d’entre elles. D’autre part pour
les entreprises faisant appel à l’intérim car dans le cadre de ce forum de
l’emploi, Randstad reçoit de nombreux candidats aux profils variés
et souvent très intéressants. De
quoi recruter de futurs intérimaires
correspondant parfaitement à leurs
■
attentes.
Invitation
Grande Journée "Portes Ouvertes"
Samedi 24 avril de 9 h à 17 h
-
Visites accompagnées des nouveaux locaux
Informations sur la création d'une entreprise
Informations sur l'activité et les services de la Chambre de Commerce
Présentation de l'offre de formation de l'IFCC
Présentation de l'économie luxembourgeoise
Projections de films
Stands d'informations
7, rue Alcide de Gasperi L- 2981 Luxembourg
Tél.: + 352 42 39 39 - 330 Fax: + 352 43 83 26 chamcom@cc.lu www.cc.lu
Votre partenaire pour la réussite
millenium
Parking gratuit, entrée rue Alcide de Gasperi
Actualités Entreprises
Ernst and Young Luxembourg
Grand Prix de
l’Entrepreneur 2004
A
vec le soutien de la Chambre
de Commerce, du Ministère
de l’Economie, de la Fédération des jeunes dirigeants d’entreprises et de la Fedil, Ernst & Young
Luxembourg a lancé officiellement
le «Grand Prix de l’Entrepreneur de
l’Année 2004». Très convoité dans
35 pays du monde entier pour son
rayonnement national et international, ce concours est une première
pour le Grand-Duché. Créé en 1986
aux Etats-Unis par Ernst & Young, il
a pour but d’encourager les entrepreneurs qui se distinguent par leur
créativité, leur investissement person-
nel dans un projet d’entreprise, leur
stratégie de développement, ainsi
que le succès de leur entreprise.
Pour Ernst & Young, ce prix
est l’occasion de mettre en avant
le succès d’entrepreneurs basés au
Luxembourg et de promouvoir l’esprit d’entreprise. Le Grand Prix de
l’Entrepreneur de l’Année 2004 sera
remis à Luxembourg le 11 novembre
2004 lors d’une cérémonie officielle
à laquelle assisteront les finalistes et
au cours de laquelle seront présentées leurs entreprises. Le vainqueur
aura également la chance de concourir pour la compétition mondiale
au côté des lauréats des autres pays
participants. Cette soirée de gala se
déroulera à Monte-Carlo, au mois
de mai 2005.
Le choix des candidats est le
résultat d’un processus de sélection
rigoureux. Les entrepreneurs sélectionnés sur base de critères précis
seront contactés pour un entretien
afin de monter le dossier d’analyse
soumis ensuite aux membres d’un
jury indépendant.
Le candidat doit:
• avoir une participation directe
ou indirecte dans l’entreprise,
• diriger une entreprise établie
au Grand-Duché de
Luxembourg et ayant au
moins 3 ans d’existence,
• avoir un chiffre d’affaires
annuel supérieur ou égal
à 2,5 millions d’euros.
Les principaux critères d’analyse des dossiers sont la stratégie du
candidat, ses données financières,
sa gestion des ressources humaines
ainsi que son esprit d’innovation et
d’organisation.
L’appel à candidature est officiellement lancé, chaque entrepreneur
satisfaisant aux critères de sélection
peut concourir dès maintenant, et
ce jusqu’au 30 avril prochain, pour
peut-être devenir «l’Entrepreneur de
l’Année 2004». Pour plus d’information: www.eoy.lu.
■
Management Social
Securex s’installe
au Grand-Duché de Luxembourg
Le 1er janvier 2004, Securex,
société belge en management social,
a ouvert un siège à Bertrange. Securex a développé une vision globale
de son métier, le management social,
couvrant la législation sociale, les
assurances et les ressources humaines au sein des entreprises ou pour
les indépendants et les particuliers.
Securex a pour ambition d’expor86 • Merkur • Avril 2004
ter cette vision en Europe. Après la
France, le Groupe s’implante aujourd’hui au Grand-Duché de Luxembourg.
Fort de 1.300 collaborateurs en
Europe, le Groupe Securex réalisait,
en 2003, un chiffre d’affaires de 170
millions d’EUR. Actif sur le marché
belge depuis près de 100 ans, Securex accompagne la politique sociale
au gré de la législation nationale.
Son offre de services, résumée par
les termes «management social»,
englobe tout le savoir accumulé au
fil des ans. Le Groupe Securex propose aujourd’hui plus de 60 services
en ressources humaines, des services légaux et extralégaux (pensions,
assurances groupe, gestion de paie,
contrat de travail, allocations fami-
liales, assurances accidents) à l’assistance (formations, plan de carrière,
coaching, gestion des compétences).
Plus de 69.000 entreprises, 100.000
indépendants et 44.000 particuliers
font déjà confiance au Groupe.
Parce que chaque pays est régi
par sa propre législation sociale,
Securex a développé spécifiquement une offre de services pour le
marché luxembourgeois. Le Groupe
Securex entend développer une
plate-forme technologique innovante
qui lui permet d’offrir constamment
de nouveaux services très pointus et
très personnalisés. Pour plus d’informations: www.securex.lu.
■
Geschäftsjahr 2003
Thiel Logistik schließt
Restrukturierung erfolgreich ab
D
er Thiel Logistik Konzern
hat im Geschäftsjahr 2003
den Konzernumsatz von
1,4 Mrd. auf 1,7 Mrd. Euro gesteigert. Wesentlichen Anteil daran
haben die Erstkonsolidierung von
Overbruck sowie die erstmals ganzjährig in den Konzernabschluss einbezogene Microlog Gruppe. Der
Konzern erreichte jedoch auch im
zweiten Halbjahr erstmals wieder
ein organisches Wachstum. Dieses
Umsatzwachstum von über 3 Prozent und eine deutlich verbesserte
Bruttomarge haben dazu beigetragen, auf Jahresbasis einen operativen Gewinn vor Restrukturierungskosten und außerplanmäßigen
Abschreibungen von 1,8 Mio. Euro
(Vj. 16,4 Mio.) zu erzielen. Im vierten Quartal 2003 erreichte der Konzern erstmals wieder auf Quartalsbasis einen Gewinn vor Steuern und
Zinsen (Ebit) von knapp 2,3 Mio.
Euro (Vj. -12,5 Mio. Euro).
Im Frühjahr des vergangenen
Jahres war der neue Vorstand um
den Vorsitzenden Dr. Klaus Eierhoff
gezwungen, einschneidende Maßnahmen zur Sanierung des Konzerns einzuleiten. Die dadurch entstandenen
erheblichen Restrukturierungskosten
von 16 Mio. Euro und außerplanmäßigen Abschreibungen auf Firmen- und
Vermögenswerte von 47 Mio. Euro
sowie der Verlust aus den „Einzustellenden Geschäften“ von 73 Mio. Euro
führten zu einem Jahresfehlbetrag im
Konzern von 156 Mio. Euro (Vj. 5,3
Mio. Euro). Diese unvermeidbaren
Einmalbelastungen in 2003 von 136
Mio. Euro machten somit nahezu 90
Prozent des Jahresfehlbetrags aus.
Der Konzern hat sich auf Kerngeschäftsfelder konzentriert und daraus
eine Struktur entwickelt, die auf drei
Segmenten – Branchenlösungen, Air
& Ocean (Luft- und Seefracht) sowie
Regionale Logistikdienstleistungen –
beruht. Damit ist der Konzern auf
seine Kernkompetenzen fokussiert.
Geschäftsbereiche, die nicht mehr
zum Kerngeschäft zählten oder den
Renditeanforderungen des Konzerns
nicht genügten, wurden größtenteils verkauft oder geschlossen. Dies
gilt vor allem für die verlustträchtige
BTL-Gruppe und den Ausstieg aus
der Krankenhausvollversorgung. Die
noch verbleibenden Desinvestitionen
werden bis Ende des ersten Halbjahres
abgeschlossen. Im Zuge der Restrukturierung reduzierte sich die Zahl der
Mitarbeiter zum Bilanzstichtag trotz
der Akquisition von Overbruck und
unter Berücksichtigung der einzustellenden Geschäfte von 11.337 auf 9908.
Thiel Logistik plant auf Konzernebene
mit einer Fortsetzung des Umsatzwachstums und bekräftigt die positive
Ergebnisprognose für 2004. Die neuen
Strukturen stehen, nennenswerte
Restrukturierungskosten oder Goodwill-Abschreibungen sind nun nicht
■
mehr zu erwarten.
87 • Merkur • Avril 2004
Bourse d’entreprises
Vous désirez publier une annonce?
Inscrivez-vous sur le site www.cc.lu/bourse.
htm, en remplissant le formulaire d’offre de
cession ou de demande de reprise. De même,
si vous voulez obtenir des informations sur
une annonce, inscrivez-vous sur notre site.
Confidentialité assurée!
Groupe 1 –
A céder
Réf.: C129
Vends pour cause de retraite magasin
d’appareils électroménagers et articles
apparentés, situé au centre
du pays. Prix correspondant à la
valeur de l’inventaire. Prise de
participation partielle possible dans
un premier temps.
Réf.: C276
Réf.: C293
Vends commerce d’articles de cadeau
et décoration d’intérieur, articles pour
bonbonnières et confiseries.
Vends magasin de vélos spécialisé
haut de gamme, marque exclusive très
forte notoriété au Luxembourg, France
et en Belgique. Bon emplacement.
Réf.: C277
Vends restaurant italien dans vieille
ville, terrasse, 90 couverts.
Réf.: C259
Réf.: C279
Vends fonds de commerce d’un
restaurant-pizzeria dans le nord du
pays; 70 couverts; appartement privé;
location de 7 chambres.
Vends société de fabrication et de
vente de produits alimentaires, quatre
emplacements au Luxembourg.
Vends centre polyvalent de wellness
& beauty complètement équipé;
20 parkings privés; à 10 minutes de
Luxembourg-Ville; vente des murs
ou location possible.
Réf.: C131
Réf.: C264
Vends fonds de commerce
Auberge-Café-Restaurant 13 chambres,
affaire familiale à Luxembourg,
quartier Place de Paris.
Vends cause retraite: Commerce de
luxe literie/linge de maison; proximité
Luxembourg-Ville.
Vends magasin de textiles, de
mercerie et de bonneterie.
Vends Hôtel-Restaurant aux alentours
de Luxembourg-Ville (± 20 km);
situation exceptionnelle, parking,
jardin, terrasse. Location également
envisageable.
Réf.: C180
Vends fonds de commerce
restaurant/brasserie gastronomique,
avec terrasse, dans cadre médiéval
touristique.
Vends fonds de commerce d’un garage
avec salle d’exposition et atelier de
réparations.
Réf.: C266
Vends hôtel-restaurant +/- 3500 m2;
42 chambres; appartement; garageparking; vente avec murs; administration avec magasin +/- 500 m2.
Réf.: C267
2
Réf.: C221
Vends commerce de meubles;
très bonne situation; garantie des
exclusivités et accords; retrait
progressif si souhaité.
Réf.: C227
Vends fonds de commerce d’un hôtel,
restaurant, taverne dans les Ardennes;
terrasse.
Réf.: C239
Vends entreprise de vente, installation
et maintenance de machines d’embouteillage et emballage. Accords de
distribution exclusifs dans l’industrie.
Réf.: C252
Vends entreprise d’aliments pour animaux, ainsi que tous les équipements.
Réf.: C256
Vends société importatrice de vins et
spiritueux. Produits exclusifs.
88 • Merkur • Avril 2004
Vends institut de beauté sur 260 m ;
agencement neuf. Très bonne clientèle.
Reprise de la franchise incluse.
Réf.: R188
Vends Café, Sandwicherie au Centre-Ville.
Cherche à reprendre magasin
de vêtements d’enfants.
A céder belle brasserie avec terrasse,
grand parking, cadre agréable, petite
restauration, +/- 100 places + jeux de
quilles, cuisine professionnelle.
Réf.: C299
Vends fonds de commerce
brasserie-restaurant avec terrasse
et cave disco dans vieille-ville.
Vends 50 % des parts d’une société
de négoce en vins.
Vends société de gros (Vins, Spiritueux,
Champagne et Alimentations).
Réf.: C286
Vends Pizzeria-Restaurant au sud du
pays, excellente réputation, maison de
tradition. 110 + terrasse 180 couverts.
Bon rendement. Long bail à conditions
avantageuses.
Réf.: C287
Vends fonds de commerce avec
emplacement exceptionnel à l’entrée
de Luxembourg-Ville, d’un magasin
de meubles exotique et décoration
intérieure, 400 places de parking,
partenariat ou reprise possible.
Réf.: C289
Vends groupe de sociétés dans le
secteur IT (bâtiment >1000m2).
Réf.: C290
Cherche Auberge ou Restaurant avec
terrasse et parking dans le Sud,
Centre ou Ouest du pays.
Vends Auberge-Restaurant en plein
milieu de campagne, +/- 60 couverts.
Etat excellent, bonne clientèle existante.
Vends société de décoration saisonnière et organisation d’évènements.
Réf.: C274
Réf.: C292
Vends société de développement et
de commercialisation de logiciel de
gestion d’entreprise.
Vends fond de commerce. Brasserie Restaurant, parking, proche d’un
Centre Commercial.
Entrepreneur indépendant cherche
à reprendre petite entreprise dans le
domaine de conseil entreprises,
service informatique, traductions.
Réf.: R196
Réf.: C301
Réf.: R198
Vends boucherie-charcuterie-traiteur
dans une chaîne de supermarché bien
connue. Production, livraison,
réapprovisionnement assurés.
Cherche à reprendre société de
production ou de distribution
alimentaire.
Réf.: R201
Réf.: C302
Vends parts d’un commerce de
quincaillerie et d’équipement pour le
foyer ainsi que des produits d’entretien
pour moyen de transport automoteurs
et pour l’artisanat.
Réf.: C303
Vends commerce de vêtements,
surface 140 m2, situé au sud du pays.
Groupe 2 –
Cherche
à reprendre:
Réf.: R157
Société d’expertise comptable cherche
à reprendre fiduciaire.
Vends Hôtel-Restaurant sité au Nord,
contenant 11 chambres équipées,
grande salle (70 couverts), bar,
parking et sauna.
Réf.: R193
Vends restaurant avec terrasse, 50 couverts.
Excellente situation centre-ville.
Réf.: C291
Réf.: C273
Réf.: R191
Cherche à reprendre petite société
industrielle de fabrication ou de
transformation. Participation
également possible.
Réf.: C300
Réf.: C269
Vends société d’Import/Export, grossiste et détaillant d’épicerie fine et de
luxe ainsi que cadeaux, art et vins.
Réf.: C296
Réf.: C284
Vends magasin de vêtements au
centre-ville de Luxembourg.
Réf.: C270
Vends commerce de textiles,
cuirs et accessoires.
Société belge recherche bureau
d’étude (architecture, expertise,
topographie, coordination sécurité)
pour étendre son activité au
Luxembourg.
Réf.: C295
Réf.: C298
Vends commerce (parts+stock) spécialisé dans le vêtement haut de gamme.
Bon emplacement dans le Centre-ville.
Vends Restaurant au Centre-Villle,
installations et équipements nouveaux,
excellente situation, parking à proximité.
Réf.: R185
Vends magasin de meubles, fond
de commerce ou fond de commerce
avec dépôt.
Réf.: C288
Réf.: C268
Vends Centre de Beauté + franchise,
7 cabines. Bon emplacement au sud
du pays.
Réf.: C283
Réf.: C265
Réf.: C148
Cherche à reprendre café-sandwicherie
à Luxembourg-Ville ou alentours.
Réf.: C297
Réf.: C281
Réf.: C260
Réf.: R182
Réf.: C294
Réf.: C278
Vends objet dans hôtellerie restauration;
2 restaurants, 39 chambres, centre du
pays, près d’un échangeur principal.
recherche entreprise de taille moyenne
spécialisée dans le transport routier
de marchandises et (ou) dans des
activités logistiques.
Réf.: R171
Cherche à reprendre fiduciaire,
clientèle d’un bureau comptable,
partenariat, sous-traitance.
Recherche commerce
d’équipements industriels.
Réf.: R202
Cherche à reprendre entreprise du
secteur tertiaire, commerce ou société
immobilière.
Réf.: R203
Société luxembourgeoise de
distribution et de représentations
cherche à reprendre des représentations dans les domaines produits/
fournitures industrielles – produits/
fournitures pour collectivités – biens
de consommation et autres. Ouvert
à toute proposition de reprise totale
ou partielle.
Réf : R204
Cherche à reprendre ou m’associer
avec Garage automobile, poids lourds;
carrossier industriel; location
d’utilitaires, poids lourds.
Réf.: R205
Réf.: R181
Société de transports luxembourgeoise, filiale d’un groupe français,
Cherche à reprendre fond de
commerce pour création d’un
magasin de sport.
INTERPUB’
Elle gagne
du terrain…
Une initiative de l’INFPC, Institut National pour le développement de la Formation Professionnelle Continue,
soutenue par le Ministère de l'Éducation Nationale, de la Formation Professionnelle et des Sports
A tout âge, apprendre,
ça change la vie
Le monde bouge vite, de plus en plus vite. La société se transforme.
Les technologies évoluent. Tout s’accélère… Pour rester dans
le mouvement, il faut s’adapter, faire preuve d’esprit d’ouverture,
de curiosité et apprendre… tout au long de la vie.
Des centaines de formations à découvrir sur:
La formation professionnelle continue offre cette possibilité à chaque
individu. C’est aussi un outil efficace au service des entreprises
soucieuses d’élever le niveau de compétences de leur personnel pour
rester compétitives.
Aujourd’hui, différents partenaires conjuguent leurs efforts
afin de proposer à chacun, selon ses aspirations et ses objectifs,
des programmes de formation de qualité pour progresser.
La formation professionnelle continue,
pour avancer avec le monde.
en partenariat avec:
Aforest Lux
Chambre de Commerce
Chambre de Travail
Chambre des Employés Privés
Chambre des Métiers
Computacenter IT Education Services
Deloitte & Touche - Development Centre
Double A Technologies Group
Fashion Genius Institute
GIE SITec
INFPC
inlingua Formation Langues
Key Job Computer Training
Ministère de l’Éducation Nationale,
de la Formation Professionnelle et des Sports
Ministère du Travail et de l'Emploi /
École Supérieure du Travail
OLAP - Office de Productivité
PwC ACADEMY
SECURITAS Centre de Formation
STOLL Safety
TELINDUS Formation
Liquidations
VENTES SOUS FORME
DE LIQUIDATION
La présente liste contient une énumération des
ventes sous forme de liquidation telles qu’elles
ont été autorisées par le Ministère des Classes
moyennes sur la base de l’article 7 de la loi du
30 juillet 2002 réglementant certaines pratiques
commerciales, sanctionnant la concurrence déloyale
et transposant la directive 97/55/CE du Parlement
Européen et du Conseil sur la publicité trompeuse
et sur la publicité comparative.
Ces données ne sont communiquées qu’à titre
d’information, l’autorisation officielle délivrée par
le Ministère des Classes moyennes prévalant en
cas de divergence.
Par ailleurs, les dates indiquées renseignent
sur la période de liquidation autorisée; les commerçants visés sont toutefois libres de fixer la
période de liquidation effective, en débutant par
exemple la liquidation à une date postérieure à
celle indiquée et en terminant à une date antérieure. Situation au 15/02/2004.
ARMENI S.A.
DOUBLE C S.à r.l.
72, rue de l’Alzette
L-4010 ESCH-SUR-ALZETTE
c95108/2003
25/10/2003 - 24/04/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
articles de confection et d’accessoires, articles de bonneterie et
articles de chemiserie
56, Grand-Rue
L-1660 LUXEMBOURG
c95110/2003
04/02/2004 - 03/08/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
articles textiles, vêtements et
accessoires de mode y assortis,
bijoux de fantaisie, produits d’hygiène et de santé
articles de souvenir et articles
de camping
1, rue André Duscher
L-6434 ECHTERNACH
c95106/2003
01/12/2003 - 31/05/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
articles de maroquinerie,
de chemiserie, de chaussures,
de confection et accessoires
80, route de Longwy
L-8060 BERTRANGE
c95122/2003
17/01/2004 - 16/07/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
articles de maroquinerie,
articles de ganterie, de parapluies, de foulards, de cravates,
de stylos et accessoires, de
garnitures de bureau
HENGEL Anita
MEUBLES HOFFMANN
160, route d’Esch
L-1471 Luxembourg
c95121/2003
08/12/2003 - 07/06/2004
cessation complète de l’activité
commerciale articles de pêche
35-37, rue Victor Hugo
L-4140 ESCH-SUR-ALZETTE
c95115/2003
25/11/2003 - 24/05/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
articles d’ameublement
FOCH S.à r.l.
LEYERS CAMILLE
18, rue de Dudelange
L-3630 KAYL
c95127/2004
15/03/2004 - 14/09/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
articles d’habillement
et de chaussures
BIJOUTERIE
CONTATO-BAULER
10, rue de la Libération
L-3510 DUDELANGE
c95128/2004A
01/03/2004 - 31/08/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
articles d’horlogerie-bijouterie
et articles de bimbeloterie
90 • Merkur • Avril 2004
ESPACE J S.à r.l.
5, Grand-Rue
L-9530 WILTZ
c95125/2004
31/01/2004 - 30/07/2004
cas exceptionnel dûment justifié
articles textiles et vêtements
ETABLISSEMENT
LORANG FRERES S.à r.l.
3, Grand-Rue
L-9240 DIEKIRCH
c9596/2003
31/10/2003 - 29/04/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
articles d’électro-installateur,
d’installateur-sanitaire,
articles de quincaillerie,
cessation complète de
l’activité commerciale
articles de golf
SCHWICKERATH Gilbert
10, rue Dicks-Lentz
L-4540 DIFFERDANGE
c95116/2003
28/11/2003 - 27/05/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
articles d’horlogerie,
de bijouterie, de fausse-bijouterie
et d’orfèvrerie
THILL MARYLINE
41, Dikrecherstrooss
L-8550 NOERDANGE
c95114/2003
17/11/2003 - 16/05/2004
BELLE MODE S.A.
15, avenue de la Libération
L-3850 SCHIFFLANGE
c95103/2003
13/11/2003 - 12/05/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
articles textiles et bijoux
de fantaisie
MAROQUINERIE SAMDAM
CONCORDE S.à r.l.
PARALELL /
HERJO S.à r.l.
3, Grand-Rue
L-1661 LUXEMBOURG
c95129/2004A
23/02/2004 - 22/08/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
articles d’habillement et de
chaussures
MALBORO CLASSICS
26, rue de la Libération
L-4210 ESCH-SUR-ALZETTE
c95113/2003
08/11/2003 - 07/05/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
articles textiles et vêtements
MARCHAL Annie
12, rue de l’Alzette
ESCH-SUR-ALZETTE
c95123/2004
27/01/2004 - 26/07/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
articles de bijouteriehorlogerie-orfèvrerie
cessation complète de
l’activité commerciale
articles de la
branche esthétique
TIFFANY S.à r.l.
Centre Commercial Auchan
L-2721 LUXEMBOURG
c95124/2004
04/02/2004 - 03/08/2004
PIVO S.A.
93, rue Krunn
L-6453 ECHTERNACH
c95109/2003
25/10/2003 - 24/04/2004
cessation complète de
l’activité commerciale
produits alimentaires et
articles de ménage,
articles de quincaillerief
cessation complète de
l’activité commerciale
articles de confection et d’accessoires de mode pour dames
TOP FANCY S.à r.l.
113, Grand-Rue
L-9051 ETTELBRUCK
c95118/2004
13/01/2004 - 12/07/2004
PRO-SHOP GOLF CLUB
1, route de Trèves
L-2633 SENNINGERBERG
c95102/2003
15/10/2003 - 14/04/2004
cessation complète de
l’activité commerciale articles
d’habillement en textile,
articles de lingerie et articles
de mercerie-bonneterie
Le nom change, la transparence reste.
Athlon Car Lease est
le nouveau nom d’Interleasing.
Interleasing a changé de nom, pas de ligne de conduite. Nous sommes les
pionniers de la transparence en leasing auto, et sommes déterminés à
poursuivre dans cette voie, plus que jamais. En adoptant l’enseigne
européenne Athlon Car Lease, nous marquons notre appartenance à un
groupe européen, et affirmons notre indépendance vis-à-vis des
constructeurs automobiles et du secteur bancaire. Ce qui nous permet
d’apporter des réponses différentes et d’innover sans cesse. Pour toujours
plus de transparence.
La transparence en leasing auto
www.athloncarlease.lu
Tel.: 49 77 701
A VOTRE SERVICE
POUR PRESERVER
L'ENVIRONNEMENT
Collecte des déchets
Service containers
Recyclage
Nettoiement public
Nettoyage industriel
Traitement physico-chimique
Location de toilettes
LAMESCH S.A.
B.P. 75 L-3201 BETTEMBOURG
Tél. : 52 27 27-1 Fax : 51 88 01
E-mail : lamesch@lamesch.lu
Internet : www.lamesch.lu
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising