Sommaire

Sommaire
Sommaire
ENMONCIOMONO === == === aa CATA doc XII
Md-1(: (1 ET XV
Introduction : projet de louvrage............................ eee. e XVII
Partie |
Qu’est-ce que la responsabilité sociétale des entreprises ?
Sommaire de la partie lass rare rare anne nas 3
1 Vers un nouveau mode de développement... 5
Le défi du développement durable s'est progressivement imposé
à tous depuis 1972................crrcrcrerrereneracanrenensrarn cn nar ra nenan cena nn anus
La contribution des entreprises à ce défi s'appelle la RSE............
La mise en œuvre de la RSE favorise un nouveau modèle
de développement..……..…....…...…....…...…..crerersereenersnare rare ares nana rare naren ane 10
La norme ISO 26000 propose des modalités concrètes
de mise en œuvre de la démarche RSE....................eeevecercrecrececenos 12
2 _ L'engagement des acteurs dans la RSE ……...……..….….….….….….…cccrrecerrensare 21
Les institutions internationales encouragent les entreprises
asengager...............———————— — ——_..eseieeerereeereceerereceeeeeeeevacereeeeeee eee. 21
Les pays mettent en œuvre des environnements favorisants........ 22
Les grands groupes se sont engagés les premiers. …………………….… 27
L'engagement des PME est plus récent... 28
VI
AFNOR Certification évalue ’engagement des entreprises
depuis 2007.................=meeeeeeerenerenene ines
Les deux premiéres entreprises évaluées étaient africaines.........
Conclusion de la premiere partie...
Partie ||
Responsabilité sociétale des entreprises, pourquoi ?
Les déterminants de l’engagement
ботта!те @ае Та раг!Пе ||...........ссеекененнннннннеееннннннннееееннннннненнееннннне)
Ce que l’on sait dÉjà...….….…….….….…usseenenmennensennnnsannnnnnnnnnne
Les PME ont des atouts naturels pour la RSE.…............…..….…..…..….….…s
Les PME ont des attraits naturels pour la RSE.….…..........….…..….….….….….….….
Trois facteurs sont structurants pour la démarche RSE :
le mode de propriété de l’entreprise, l'existence
d’un champion interne et la question des ressources....................
Les baromètres font ressortir deux motivations principales :
les attentes des clients et la performance économique.................
Les baromètres font ressortir deux freins principaux :
le coût supposé de la démarche et sa complexité. ...< ==...
La CGPME souligne limportance des démarches RSE
pour les PME et les freins rencontrés. mens
Ce que les entreprises évaluées nous apprennent...................-
Constat 1 : Le développement durable est un enjeu majeur
pour tous les évalués. ..............-.=...e.eeeeeeeeeeer nene ne EH
Constat 2 : Le dirigeant de l’entreprise est toujours
à l’origine de la d&marche. ...........0000000004r0rr es
Constat 3 : Les évalués se sont appuyés sur une bonne santé
1010101110 name ane e rare sera nee nee
Constat 4 : Trois motivations ont guidé les démarches :
sauvegarde de la planète, pérennité de l’entreprise, |
attentes des parties prenantes.......ccccooiii nene
Constat 5 : La rentabilité financière n’est pas systématiquement
recherchée par les évalUés. .................—.e=eeeeeeeeeeeeern ener
Conclusion de la deuxieme partie.....................=..e0mmeneencnennne.
32
44
45
46
47
49
49
50
55
Partie lll : La RSE, comment ?
Mise en œuvre d’une démarche
Sommaire dé 1a Partie ll ei ane
Ce que l’on sait AÉjà..…..…........…....….….….….………rrecescrssensensarrsensarasensnena0es
L'1SO 26000 oriente la réflexion stratégique
mais né 8Y SUDSHIUS: DAS. «usm em anna
L’'ISO 26000 donne un mode d'emploi compliqué pour les PME...
La démarche RSE invite l’entreprise à (re)visiter son exercice
de reflexion stratégiqUue... «===. —— eE A
En France, les organisations professionnelles se mobilisent
pour alder les PM === A Co e
Ce que les entreprises évaluées nous apprennent.....................
Constat 1 : les entreprises évaluées se sont appuyées
sur leur culture des systemes de management. ...........................
Constat 2 : Les démarches font ressortir des modes d'emploi
trés 'diverS. .— EE
Constat 3 : La motivation des collaborateurs et le manque
de temps sont les difficultés principales rencontrées. ...................
Constat 4 : Les facteurs clés de succès sont l'implication
de la direction, des collaborateurs et la rigueur des méthodes
EMPIOYÉES. ….................rrcrreseserercererrrce ren enesaanrenten arc n ananas sance
Constat 5 : Le soutien d’une organisation professionnelle
apporte beaucoup aux PME .................e2.2. merecen
Conclusion de la troisieme partié .......................=.e0merzenoeeo ne.
Partie IV
La RSE, quoi ? Les pratiques et les resultats
Sommaire de la partie IV ............—- ==>." Ae
Ce que Pon salt dejd:====c === ———!.._—o a Cee
Les démarches RSE peuvent étre classées
en quatre calégories: muzanconamm me EE DTD EE
Les PME font de la RSE comme Monsieur Jourdain
fait de la prose...................e.esesecercreeenreeerrer re RED RRE ee eee.
63
64
66
85
88
90
103
104
VII
Les PME engagées conduisent des actions
plus approfondies que les autres: .....== === meus 106
Des PME commencent a rendre compte de la crédibilité
de leur démarche RSE.................ee.eeeeecceccierecerceeereceneeeonece nece. 110
Une évaluation AFAQ 26000 permet de crédibiliser
une démarche RSE................ereceesccerccocccceneceoaceeaeceneseoneeesos eee. 112
Un label peut aussi attester de la crédibilité
ad URE deMarone: ROE. scaussssmnmmmmmivnsmsmisimsmmssis maim 115
Ce que les entreprises évaluées nous apprennent.................... 117
Constat 1 : La note moyenne des entreprises évaluées
est de 472 points SUr 1 000: ruca" 117
Constat 2 : Les entreprises les plus grandes
ont les meilleurs résultats..………..........…....….........rrrrereeneanensecrnencn ee 118
Constat 3 : Le secteur industriel obtient
de meilleurs scores que celui des services. ……………..…....…...…….….…….…..…. 119
Évaluation des pratiques …………………………………….…………ccrsrerreememenennnennnn 120
Constat 4 : Critère 1 « Vision et gouvernance » — Les évalués
ont des difficultés a analyser et prioriser leurs impacts. ................ 120
Constat 5 : Critère 2 « Intégration de la RSE » — La RSE n'irrigue
que progressivement la stratégie et le pilotage des entreprises... 125
Constat 6 : Critère 3 « Ressources humaines et relations
de travail » — Ces sujets sont relativement maîtrisés
Dar ICS OCVAIUÉS amine area rer arr nn re ra 131
Constat 7 : Critère 4 « Mode de production et de consommation » —
Les évalués sont plus vigilants sur leurs propres modes
de production que sur leurs actes d'achat... 137
Constat 8 : Critère 5 « Ancrage territorial » — Les évalués sont bien
intégrés dans leur territoire sur les plans économique et social
et moins pour ce qui concerne l’environnement. …….…….....…………....……. 142
Évaluation des résultats ........................ee ee e e e DDD 146
Constat 9 : Critere 6 « Indicateurs environnementaux » —
Tous les indicateurs environnementaux scorent en dessous
de la moyenne..................e..eserrcccrrecrereerecencecenee ace reee eee 148
Constat 10 : Critere 7 « Indicateurs sociaux » —
Le niveau des indicateurs sociaux est meilleur mais pointe
QUEIQUES Tales SEE 148
Constat 11 : Critère 8 : « Indicateurs économiques » — Le niveau
des indicateurs économiques traduit la bonne santé financière
globale de léchantillof. .......————— ===... .—— crane 150
Constat 12 : Les facteurs-clés de la performance des entreprises
les plus matures sont le leadership, l'implication des collaborateurs,
l’écoute des parties prenantes et l'intégration de la RSE
dans la stratégie de l’entreprise.……….………......…........….……ssrereessncences 153
Constat 13 : La satisfaction vis-à-vis de l'évaluation
est de HUASIMENt TOÙ Vrsrmenenenmenntenennentnenntnnnnennnuünnnüän 161
Conclusion de la quatrieme partié ..................—...==...eee 165
Partie V
RSE, qu’est-ce que ça apporte ? Les retombées
Sommaire de la partie V..................….............….….……crersssarrscecaenserereuce 169
Ca que Ponsail dEl Az. 171
La question du retour sur investissement entrave l'engagement
des entreprigeS... —« «== == ATA ESE HESS 171
De nombreuses études produisent des résultats positifs
sur les retombées d'une démarche RSE. .............eeemmeeeervceeneecce. 172
L’approche par le capital immatériel est de nature à rassurer
les dirigeants. …….....................…ssessasasasaeanencerererrrren rene een nee 176
La théorie de la valeur partagée incite aussi à l'engagement
dans la RSE. ................eeesereseeerceercccorereresneneeneseeenrenenacen Tere rere eee. 177
De nombreux dirigeants sont déja entrés dans « l’äge adulte »
de la RSE. ……..….……sevevrunenenanenterantenmenrentennenannnn en saemananenennmeenaanesanne 177
Ce que les entreprises évaluées nous apprennent................... 179
Constat 1 : La démarche est appréhendée
Comme un investissement.…...…...…...........…......….….…....erererereeeneerennannens 179
Constat 2 : Tous les évalués ont perçu une amélioration
de leur fonctionnement global..….…....…..........…....…..…..…errensrrensanennes 180
Constat 3 : 30 % des évalués ont obtenu
des retours plus tangibles. ........cooiii e 183
Constat 4 : L'innovation est une retombée structurante
chez les organismes les Mieux notés. ……...........….…..….….….….…ssrercecccees 185
Constat 5 : 95 % des évalués vont poursuivre la démarche. ……… 187
IX
Constat 6 : La crise renforce la motivation a poursuivre
la démarche RSE..................eeeeeerericccierenee e e e cerrar cerrar. 188
Conclusion de la partie V...............................er eee DDD 191
Conclusion générale et recommandations... 193
Annexe 1 — Questionnaire de retours d'expérience
des entreprises évaluées AFAQ 26000............ccceeerrerrerrerreereenens 195
Annexe 2 — L'engagement des institutions internationales
Hour promouvoir la RÉE. revcsarerenismemeenennteiseneiersmçmnnentne 199
Annexe 3 — Panorama des modèles d'évaluation ....................... 203
Annexe 4 —Les détails du modèle AFAQ 26000 207
Annexe 5 — Tables des correspondances entre le modèle
d’évaluation AFAQ 26000 et la norme ISO 26000....................... 217
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising