Eléments pour une analyse critique des systèmes d`information

Eléments pour une analyse critique des systèmes d`information
I
Eléments pour une analyse critique
des systèmes d'information géographique
Christian Mullon* - Patrice Boursier**
* ORSTOM
Laboratoire d'informatique appliquke
70,route dAulnay
93140 Bondy
** Universitt! Paris-Sud
Laboratoire de recherche en informatique
URA 41O -CNRS
91405 Orsay
I
~~
~~
Nous dressons dans cet article un panorama des projets de systèmes d'information
et nous les analysons de diflkrentspoints de vue, notanuneru en fonction
gkographique (SIG),
de leur origine, de leur problkmdique, ou du mode de circulation des informations qu'ils
sous-tendent.Cette analyse aboutit à une typologie des projets de SIG,et au-delà,ellepermet
de poser les bases d'un guide mkthodologique des SIG,destine aux entreprises, aux
collectivitks locales, ainsi qu'aux organismes de recherche confrontks à l'kvaluation a priori
ou a posteriori de projets de SIG.
ABSTRACT. We draw up a panorama of geographic information systems (GIS)projects, and we
analyse them from dinerent viewpoints, such as their origin, their problematics or the way
they take into account the circulation of igormation. This analysis leads to a typology of GIS
projects. and beyond it allows to lay the foundations of a melhodological guide, devoted to
private companies, local communities,or research instituteswhich have to make a priori or a
posteriori evaluation of GIS projects.
M O ~ S - C L I ~:SSIG,typologie,6valuation. analyse,mkthodologie.
KEY WORDS :GIS,typology, evaluation, analysis, methodology.
&UM&.
1
l
1. Introduction
L'objectif de cet article est de pr6senter les grandes lignes d'un guide
methodologique des systhmes d'information ghgraphique (SIG), destin6 aux
entreprises, aux collectivids locales, aux organismes de recherche confront& a
l'dvaluation de projets oÙ n'apparaissent pas toujours clairement distingu6s objectifs,
methodes et moyens. La mCthode employ& consiste i3 poser des questions d'ordre
152
Revue SIGAS Vol. 2 - no 2/1992
technique et m6thodologique, pdcises. permettant d'aider h l'expression des objectifs
et d'evaluer I'adQuation des moyens h ces objectifs WSGS, 19881.
Le dtveloppement d'une nouvelle technologie passe, paraît-il, par une serie de
phases de perplexite, d'enthousiasme, de dkeption et enfin de maturid. Il n'y a
aucune raison pour qu'il en aille differemment en ce qui concerne les SIG.
Aujourd'hui, si on analyse les projets et si on Ccoute les interesses, on peut
considerer que la technologie des SIG est en train de passer de la perplexid B
l'enthousiasme et qu'en tout Ctat de cause, elle est encore loin de la maturid : nulle
part, on n'installe un SIG avec la maîtrise dont on sait faire preuve, par exemple, B
l'occasion d'un projet de bureautiqueou d'informatique de gestion.
Par SIG, on entend tout B la fois :
- un outil : un SIG est un logiciel articule autour dune fonction de super
position de cartes et comprenant des fonctions moins spkifiques de gestion et
d'&Won de d o n n h ;c'est Eì la definition anglo-saxonnedu terme SIG,
- une base de donnks : un SIG est constitue d u n ensemble d'informations
ayant une composantegeographiqueet d'outils de gestion de cette information,
- un systkmed'information : un SIG est un ensemble organist de proc6dures de
collecte, de gestion et de diffusion d'informations qui possuent la particularid
d'avoir une composante gbgraphique.
Selon les cas, on parle d'acheter un SIG, de constituer un SIG ou de concevoir
un SIG ; ce qui ne manque pas de susciter des contre-sens. En fait, l'ambiguït6 est
gen6rale en matikre de SIG. I1 n'y a pas d'accord sur la façon de developperle sigle :
systkme d'information gbgraphique ou sysBme d'informations gbgraphiques. I1
dkoule de tout ceci que l'on constate, dans les projets, dans la littkraturespkialisk,
dans les publicitksou dans les salons commerciaux des contenust&s divers du terme
SIG, associe selon les cas h des ofirations d'6dition cartographique, de gestion
cadastrale, damenagementdu temtoire ou de mise en place d'obsematoires.
Nous eviterons de nous lancer dans un essai de definition prkise du terme SIG,
forcement limitative, qui souleverait des questions terminologiques de peu d'int6rêt
au vu de la nouveaute du concept. Nous prefererons, de façon pragmatique, retenir
une acception très gknkrale de la notion de SIG, et dans ce cadre elargi examiner les
ofirations en cours et en projet, tirer le bilan des exfiriences achevks de façon B
prkiser les questions les plus pertinentes et les plus urgentes posks par cette
nouvelle technologie.
Elements pur une analyse critique des SIG
153
2.1. Gestion urbaine
Les applicationsde gestion des donnh urbaines sont destinks principalementh
la gestion du cadastre, des reseaux, du patrimoine et du mobilier urbain [Dureau,
19911. Elles sont maintenant bien identifiks, et les produits du marche repondent en
g6n6ral assez bien B cette cadgorie de besoins Pelletier, 19911.
Les utilisateurs de ce type d'applications sont essentiellement les services
techniques des collectivit6s locales.Les donnh concemks par ces applicationssont
pour l'essentiel des donnks cartographiques h grande &helle, stockks sous forme de
"banques de donnks urbaines" (BDU). Les traitements sont quotidiens. Ils consistent
en applications d6dih qui correspondent B des besoins spckifiques, et en requêtes qui
nkessitent l'utilisation d'un langage h la fois souple et puissant, de type SQL
etendu.
Relkvent de cette premikre cadgorie les applicationssuivantes :
- la gestion foncikre et cadastrale (recensement des proprietaires, calcul des
surfaces),et l'application du droit des sols (delivrancedes permis de construireet des
certificatsd'urbanisme),
- la gestion des reseaux, pour le suivi et l'entretien des reseaux
d'assainissement, de distribution d'eau potable, d'electricid, de gaz ou de telephone,
- la gestion du patrimoine, qui a trait h la gestion des espaces verts, parcs et
jardins ; la gestion des bâtiments publics, scolaires ou hospitaliers ; ainsi que la
gestion des ouvrages d'art, des sites archhlogiques et des monuments,
- la gestion des transports. des voies de circulation et de la signalisation
routikre, pour en assurer le suivi et l'entretien, definir des plans de circulation,g6rer
l'klairage public, organiser les ramassages scolaires ou Btablir des statistiques
relatives aux accidents de circulation,
- les applicationstopographiques,pour tout ce qui conceme les travaux publics
et le genie civil, avec notamment l'assistance aux travaux sur la voie publique,
- la planification urbaine, qui s'appuie sur le plan d'occupationdes sols (€'OS),
sur les previsions d'amenagement, et dans certains cas encore assez rares sur le trac6
de perspectives urbaines en trois dimensions.
I1 faut Bgalement citer les observatoires geographiques, urbains ou regionaux,
dont le but est d'avoir une image continue de la ville ou de la region, et de son
evolution en matikre de population ou d'emploi, par exemple [Joliveau, 19913.
Ces applicationssont Carrlct6rish par :
2. Domaines d'application des SIG
En premier lieu, pour donner une i d k de la diversite des applications des SIG,
pdcisons comment ils sont employes pour rtsoudre des Problemes de gestion
urbaine, de planification et d'amknagement du temtoire, de presentation ou de
communication cartographique,et de recherche scientifique.
- des donnks de base B grande khelle, de l'ordre du 1 : 200 au 1 : 10 OOO,
issues de leves topographiques, de plans cadastraux ou de traitements
photogra"6triques. La prkision requise entraine la numensation et le stockage de
gros volumes d'information (de l'ordre du giga-octet, c'est-&-diredu milliard de
caractkres), ce qui signifie des delais et des coûts importants pour la saisie et le
stockage,
- des traitementsfrQuents, mais de courte dur&, bien definis, et que la plupart
des produits dedi& savent gerer et proposer B l'utilisateur B l'aide d'un langage de
1-
P
R
154
Revue SIGAS Vol. 2 - no 211992
Eldments pour une analyse critique des SIG
155
i
commandes, ou mieux d’un langage de requêtes, plus proche du langage naturel et
qui permet d’exprimer plus facilement des “requêtes gbgraphiques”. Le trace de
perspectives urbaines requiert des traitements tr&sparticuliers utilisant les techniques
de synthh d’image,
- des sorties sous forme traditionnelle (textuelle, numerique ou
alphanumerique), pour connaître par exemple le propriCtaire ou la surface d’une
parcelle, ou bien la liste des parcelles appartenant B une personne sur le temtoire de
la commune ; mais aussi des sorties cartographiques prkises, pour des plans de
reseaux par exemple, et principalement B l’aide de dispositifs de type table traçante.
LÆ trace de perspectives urbaines nkessite du materiel et du logiciel spkifiques et
beaucoup plus coûteux.
-
i
i
l
-
1
2.2. Planification et aménagement du territoire
L’aide B la decision conceme principalement l’amenagement, urbain ou
@ri-urbain, ainsi que les applications likes B la gestion des ressources naturelles et B
la protection de l’environnement. Ce type de besoin est à la fois plus complexe et
moins bien identifie que le prkuent. Les produits actuellement proposb sur le
marche ne rbpondent que partiellement et imparfaitement B ces besoins encore
nouveaux.
I
Les utilisateurs sont des dkideurs qui souhaitent avoir une information claire,
pas nkessairement &s detaillke, mais rapidement et à l’aide d’un outil souple et
puissant. Les donnees manipulhs sont tres diverses, B la fois multi-sources,
multimedias et multi-khelles. La precision n’est pas nkessaire, mais des outils
d’acquisition rapide sont indispensables, logiciels ou materiels. Les traitements se
presentent g6nkralement sous la forme de projets qui s’khelonnent sur plusieurs
jours, voire plusieurs semaines ou plusieurs mois. Des traitements avances tels que
simulations et visualisations en trois dimensions sont souvent requis.
i
Cette seconde classe d’applications conceme :
- les etudes d’impact, afin d’dtudier la possibilite d’implantation d’une &ole,
d’un centre commercial ou d’une zone industrielle ;ou bien encore pour preparer la
rehabilitation ou la reconstruction d‘un quartier,
- les etudes d’ingenierie routikre, semblables aux prk6dentes dans la finalite,
mais qui requierent des fonctionnalites spdcifiques en raison du domaine
d’application particulier (construction de routes et d’autoroutes),
- les applicationslicks B la s5curid civile, pour aider B la prevention des risques
naturels et technologiques, ainsi qu’a l’organisation des secours en cas de sinistre
(incendie, pollution, inondation),
la gestion des ressources naturelles, pour assurer la protection de
l’environnement, effectuer des etudes geologiques. climatologiques ou
hydrographiques, ou bien pour apporter une aide B la recherche et B l’exploration
minikre.
-
Ces applications sont caractdri&s par :
des donnks B des &helles moyennes, de l’ordre du 1 : 5 O00 au 1 : 100 OOO,
suivant l’&tendue du territoire conceme. Elles proviennent de documents
cartographiques,de photographies aeriennes ou d’imagerie satellitaire, ainsi que de
cartes d‘altitude ou “modeles numeriques de terrain” (MNT). Le degr6 de precision
requis est gbneralement plus faible que pour les applications de gestion urbaine,
des traitements peu frequents mais “de longue durW. contrairement aux
traitements de gestion urbaine, surtout pour effectuer des etudes d’impact
accompagnkes de simulations. De tels traitements requikrent des fonctionnalites
seifiques, qu’on qualifie parfois de traitements d’“analyse geographique” ou
d’“analyse spatiale”. Des traitements d’image relativement simples permettent, A
partir de couples d’images aeriennes ou satellitaires ou bien de modeles numeriques
de terrain, de dessiner des vues en perspective sous forme de blocs-diagrammes en
trois dimensions. Des traitements plus complexes de type synthhe d’image ont pour
but d’effectuer des simulations visuelles aussi rhlistes que possible,
des sorties cartographiques thematiques ou analytiques, ne nkessitant pas de
track trh precis, mais plutôt des moyens de production rapides et peu coûteux pour
tout ce qui concerne les travaux d’analyse. IÆtrac6 de blocs-diagrammes peut aussi
se faire sur des traceurs petit format, ou bien sur des imprimantes graphiques assez
peu chkres. Les sorties de Synthese d’image necessitent des materiels plus
consdquents, avec notamment la couleur.
i
i
I
!
-
l
l
2.3. Cartographie de prksentation et de communication
l
l
!
I
1
I
I
1
1
I
1
!
!
I
La cartographie numerique touche bgalement les applications de communication
et de presentation assist& par ordinateur. La cartographie thematique est le plus
souvent utilisk pour ce type d’applications. De nombreuses entreprises utilisent
&galementdes repr&ntations de type “tableaux de bord” pour presenter et mettre en
valeur leurs activib3, leur champ d’action ou leurs dsultats.
Les utilisateurs sont. B l’heure actuelle des entreprises privks plutôt que des
collectivids locales ou temtoriales. Ce type de cartographie simple devrait toutefois
se developper aussi dans cette direction, dans la mesure oÙ il permet B une
collectivit6 de prhenter son action de manikre simple et efficace, et B peu de frais.
Les donnks utilides pour cette categorie d‘applications sont generalement des
donnhs cartographiques, B petite ou moyenne &helle. La prkision n’est pas
nkessaire. Les traitements sont simples, consistant essentiellement en “habillage”
de cartes et en superpositionsthbmatiques.
Nous avons classe dans cette catkgorie les applications suivantes :
- les etudes thematiques, pour visualiser et mettre en valeur des donnees
d6mographiques. politiques, socio-economiques. touristiques, 6pidCmiologiquesou
commerciales, B I’Cchelle locale, regionale ou nationale [Charre, Miellet et Waniez,
19891,
I
- le marketing geographique, ou “gCo-marketing”, pour la presentation sous
’
156
-
Revue SIGAS Vol. 2 no 211992
-les tableaux de bord cartographiques,pour la prkentation et la mise en valeur
d'activit6s. de dalisations ou du patrimoine local ou regional, que ce soit en matibre
Cconomique. industrielle,culturelle ou touristique.
Elements pour une analyse critique des SIG
157
organisation sociale originale de production de savoir, et que l'on prkonise des
recherches en sociologie des organisations pour l'6tude du phenombne de
l'introductiondes SIG dans les entreprises et les collectivith locales Weber, 19911.
Ces applicationssont caracterides par :
- des donnees B des khelles petites ou moyennes, qui vont du 1 : 10 O00 au
1 : 1 OOO OOO, suivant que l'on travaille au niveau d'une ville, d'une region ou du
temtoire national. Le degd de prkision requis est g6neralement faible. Ces donnks
proviennent de sources cartographiques associees B des donnees statistiques, des
resultats d'enqustes ou bien des donnees de recensements. Les travaux de
numerisation sont souvent reduits. et msme parfois inutiles, du fait de la
commercialisation de plus en plus khuente de fonds cartographiques dBjB num6ririds.
- des traitements typiques de cartographie thematique, peu complexes mais
suffisamment souples pour permettre des representations diverses (bibliotheques de
symboles graphiques, choix de trames ou de couleurs, possibilites d'agregationdbagdgation), et t&s faciles B mettre en œuvre B l'aide d'interfaces graphiquesavec
menus d6roulants [LaUrini. 19891,
-des sorties cartographiques thtmatiquesde bonne qualit6 lorsqu'on s'adresse B
des dkideurs, ou lorsque les sorties sont destinhs B l'edition d'ouvrages.
2.4. Applications d u domaine scientifique
Alors que les premiers projets de SIG, au debut des anntes 1980, ont concemb
tant en France qu'a Etranger, les collectivitBs locales et les offices damenagement,
on constate aujourd'hui une profusion de projets de SIG dans les instituts de
recherche scientifique, notamment B I'ORSTOM. B l'INRA, au CNRS, au CIRAD
et au CEMAGREF.
Cette situation s'expliquepar l'importance accord& B la question de la gestion de
l'espace dans les programmes de recherche sur l'environnement [Stchet, 1989 :
Campbell, 19891.
Relkvent de cette categorie :
-des etudes de modelisation d'kosyst&messpathlisCs complexes,
-des etudes d'amenagement au niveau regional ou national,
-des etudes d'impact,
-la mise en place de dispositifspermanents d'observation.
Ces applicationssont caract6rish par :
-des &helles tri3diverses,
- la possibilid de simulationsinteractives,
l'absence de prise en compte des problkmes lies B la gestion (comptable) des
informations spatialisks.
-
I1 est B noter que, dans le domaine de la recherche scientifique, on considhe les
SIG non seulement comme un outil, mais bgalement comme generant une
3. Problématique des SIG
La constitution d'un SIG est-elle toujours nkessaire? I1 faut en effet tenir
compte de risques, rkls en l'occurrence, de panurgisme. Elle n'est pas rbsolue
d'avance : dans divers domaines, les exp6riencesmenhs ont et6 de petite taille, de
nature ex#rimentale, et il n'est pas evident que les SIG aient un quelconque apport
en matibre de productivit6.
Faut-il regrouper divers projets autour dun dispositif commun ? Et comment ?
Nous Bvoquons ci-dessousquelques aspects de ce problbme lies au dispositif.
Faut-il promouvoir le developpement en inteme de logiciels d&it5s ou bien
l'utilisation de logiciels commerciaux ? Faut-il choisir un logiciel commun avec des
avantages en mati&rede coûts, d'homogknn6isation, mais avec le risque de faire un
mauvais choix et la difficult6 de trouver un outil universel ?
Faut-il promouvoir la creation d'une banque de donnhs cartographiquesavec
l'avantage de permettre la reutilisation des informations saisies, mais avec les
inconvhients inherents B la mise en place dune structurepermanente ?
Une question importante et propre aux organismes de recherche scientifique se
pose au sujet des SIG : constituent-ils un problbme de recherche, ou bien sont-ils
seulement un outil B utiliser correctement ?
Toute introductiond'une nouvelle technologiedans la recherche donne lieu B des
questions de ce type. Actuellement, divers types de reponse se degagent :pour les
gbgraphes [Dandoy et Poncet-Dandoy, 19901, la problematique des SIG est une
partie intdgrante de l'analyse spatiale, et B ce titre les SIG constituent un objet de
recherche ;pour les informaticiens [Boursier et Maingunaud, 19921, ils representent
un domaine d'application particulier et complexe qui rdvble entre autres les limites
des outils de type systbmes de gestion de bases de donn&s (SGBD) : pour les
chercheurs en sciences physiques, les SIG sont un outil de production
cartographique,tandis que les chercheurs en sciencesnaturelles ont actuellementune
position mediane.
3.1. Aspects caractkristiques de l'information gkographique
Pour resoudre les questions Bvoquees ci-dessus, le bon sens recommande
d'examiner prkidment les besoins et d'en dtduire les moyens B mettre en œuvre.
Or, toute l'exflrience de l'analyse systemique appliquh B l'analyse de projets
B une rdvision, si ce n'est B une remise
informatiquesconduit depuis quelques an&
en cause de ce principe. La phase d'expression des besoins apparaît extrêmement
d6licate et biaide, et on peut alors se demander si on ne cr& pas des besoins
artificielsen en forçant l'expression.
158
Revue SIGAS Vol. 2 - no 2/1992
Elements pour une analyse critique des SIG
Pour sortir de mue difficult&,il est recommande de passer d'une approchepar les
besoins B une approche par les donnb. Il est ainsi admis qu'une approche par les
besoins conduit B parcelliser les solutions propodes, en matiere de structures de
donnks comme de construction de programmes, et B generer des ensembles
incoh6rents.
La necessite d'une approche globale conduit 21 construire un Systeme
d'information articuleavec l'ensemble de l'organisation. Pour construireun ensemble
coherent, il est recommande de s'appuyer sur ce qui apparait être l'element stable du
Systeme, 21 savoir les modes de definition et de rkgulation de l'information. Des
outils elabores (modeles conceptuels des donnks et des traitements) permettent
d'envisager une expression des besoins de traitement coherenteet sans biais.
I1 est importantd'analyser la nature exacte de l'information mit&, ses structures
et ses circuits, et on dispose pour cela d'outils particulierementpuissants tels que les
modkles conceptuels de donnks, ou de mkthodes de conception telles que Merise
[Tardieu, Coletti et Rochfeld, 19833, qui assurent l'independance des bases de
donnh vis-B-vis des traitements.
Dans le cadre des SIG, ces principes recommandent de nous indresser B la nature
de l'information geographiqueet 2I sa sptkificitk [Rouet, 19921.
3.1.1. Caract&resymbolique de 1ïnformatwn cartographique
Un certain nombre de procxWs cartographiquesdementaires font apparaître la
nature tri3 particuli&rede l'information cartographique :
- repr6sentation et localisation des villes : les villes sont repdsentks par des
cercles de taille proportionnelleB leur population ;lorsque ces cercles se superposent
(par exemple pour Lille, Roubaix. Tourcoing), on dkale arbitrairementleur centre
de façon B donner une meilleure idk de la situation,
- representation dun decoupage zonal : pour mieux mettre en evidence une
smcture sous-jacente B une carte, les cartographes ont l'habitude d'accentuer des
contrastes, par exemple en agrandissant lbggbrement les zones de tr&spetite taille et
en r6trkissant les zones de &s grande taille,
- traits de côtes : on remodele certains caps et phinsules pour mieux don ::
une idk de la formedune côte escaqxk.
Dans tous ces cas, il y a exactitudegbgraphiqueet inexactitudegbm6triqu:
a
En fait une carte constitue une reprhnlation symboliquede la rMid, et
une carte est symbolique : les objets representes, les traits, les fronti%?ì les
couleurs et les trames. Ces differentes composantesn'ont de valeur qu'en fonctaon de
l'effet global que la lecture de la carte produit sur le lecteur.
Mais les cartes (en tant que symbolisationde la rdalite) ne constituentpas le seul
type d'information localis& qu'on peut innoduire dans un SIG. On pensera en
particulier aux images satellitaires qui reprennent des mesures physiques (dflatance)
et qu'on doit consid6rer. avant leur traitement, comme relevant d'un autre niveau de
symbolisation moins 6labor6. I1 arrive qu'on sous-estime la difficult6
m6thodologique de la coordination de diff6rentsniveaux de symbolisation.
$8.
159
3.1.2. Diversitk de l'irgformationgkographique
Qu'y a-t-il de commun entre une carte d'&.Won cartographique (d'un metre de
côte, avec une legende comportant des dizaines de symboles, representant de
nombreux themes), et une carte de synthk (d'un dkimktn?de côd, avec une legende
comportant moins de cinq symboles, reprksentantun seul theme) ? Quelles sont les
unites communes 2I une carte geologique et B une carte politique ?
On constate que la superposition de cartes d'khelles trop disparates, ou bien de
types trop divers, par exemple de cartes de ghgraphie physique et de cartes de
gbgraphie humaine, produit la plupart du temps des r6sultats inutilisables.
3.1.3. Rareté de lTt$ormation géographique
Se trouvant confronte B un grand nombre de cartes de terrain, on est souvent
tend de conclure que l'information geographiqueest abondante. Or,des qu'on veut
inclure des cartes dans un SIG, il s'avere que tres souvent on ne dispose pas d u n
stock initial reprksentatif. La dkision de constituer un SIG se traduit alors par un
travail d'€&ion cartographiquesupplkmentaire impdvu, qui greve considerablement
les budgets.
On n'oubliera pas de citer Yves Lacoste et son fameux "Les cartes, ça sert
d'abord B faire la guerre !", Le caraclEre strategiquede l'information ghgraphiqueest
loin d'être anecdotiquepour certaines categories d'utilisateurs. Dans certains pays,
l'exportation de cartes est soumise B autorisation, il existe des zones interdites B la
cartographie, et il arrive qu'on introduise volontairementdans une carte des erreurs
gbm6triques avec l'objectif d'6garer un eventuel ennemi.
3.1.4. Inexactitude de I'it$ormatìongkographique
Au-delB des inexactitudes geometriques qu'impose une symbolisation
cartographique, on constate dans l'information gbgraphiquedigitalis& des erreurs de
types divers : certaines cartes, B la suite dune conception trop rapide par exemple,
contiennent de graves imprkisions qui concement les d o n n h (points mal plads),
l'dchelle (absente) ou le mode de projection (non prkis6). Dun autre côte, la
digitalisation donne parfois lieu B des erreurs de manipulation qui rbsistent aux
programmes de vBrification de contraintestopologiques.
On croit souvent que les images satellites, du fait de la nature mkanique de leur
acquisition, sont exemptes des "erreurs" humedes ci-dessus. Ce n'est pas le cas :un
certain nombre de facteurs ont un effet perturbant sur les images satellites. On citera
par exemple les effetsde relief dus B des variations de l'angle de vi&. ou l'impact
des variations aunospheriques sur la perspective. La composition atmosph6nque
modifie en effet la trajectoiredes rayons lumineux, et donc la perspectivede l'image,
et ce second facteur est beaucoup plus difficile B corriger que le premier citb. Ces
diffhnts types d'erreurs empêchentsouventque l'image satellite devienne le r e r e
absolu dont on a besoin dans un SIG.
'
i
1
I
160
Elements pour une analyse critique des SIG
Revue SIGAS Vol. 2- no 2/1992
161
1
E s qu'on superpose deux cartes contenant des erreurs (par exemple dues h la
saisie), le resultat obtenu met en avant le wactbre imprkis ou erron6 de
l'information, ou les diffbrences de structure, et non pas le phenombne recherche.
Comment gerer cette difficult6? Comment corriger une carte sans que les corrections
effectuks ne se traduisent par de nouvelles incoherenceslorsqu'on la superposerat l
des cartes diffkntes ?
Le phenombne de la proliferation des erreurs est primordial quand on croise des
informations de natures et de provenances diverses. I1 n'est pas propre aux SIG ;en
thhrie des bases de donnks, l'importancedu concept d'indgrid a 6d soulignk dbs
l'origine, et les problbmes theoriques auxquels il donne lieu sont parmi les plus
ardus. Dans le domaine des SIG,la difficult6du problBme est telle qu'elle en devient
un programme de recherche identifie. On trouve dans la bibliographie du sujet des
artic1es;des ouvrages et des sessions de congrbs qui portent explicitement sur le
thbme de la fiabilid de l'information geographique, et sur les modalids de sa
gestion.
3.2. P o i n t s - c l f s
Un certain nombre de questions doivent être posks lorsqu'on envisage de
constituer un systbme d'information gbgraphique :
- est-ce que le fait d'organiser l'information geographique va I'ambliorer ? Se
traduire par une augmentation des flux de donnbs ? Par une augmentation de
l'homogdnBit6,de la coherence. de la fiabilid des donn6e.s ?
- comment rbsoudre le dilemme de la representativid de l'information
geographique au sein d'un systbme d'information ? En effet, l'information
gkgraphique en systhe doit être representative, abondante ; or l'information
gbgraphique est rare, lacunaire,coûteuse, strategique,
- comment rkoudre le dilemme de la coherence de l'infonnation geographique
en systbme ? L'information ghgraphique en systkme doit être coherente : or
l'information ghgraphique est diverse, symbolique.
I
1
I
!
1
I
i
I
I
I
l
i
I
3.2.2. Requêtes spatiales ou cartes ?
Une autre ambiguïte rksulte de l'imprecision sur les objectifs qu'on trouve
parfois dans les projets de SIG.I1 peut en effet s'agir :
de r6pondre h des requêtes geographiques, du type : "quels sont tous les
quartiers de plus de 1 O00 habitants, situes ?i moins de 2 km d'un espace vert ?",
- ou bien de constituer une carte correspondant h une telle requête, et donc de
definir toute la symbolique afferente, de fqon h obtenir un rhultat cartographique
acceptable.
-
En fait, ces objectifs sont complementaires: lors de l'klaboration d u n projet de
l'ofiration. A l'utilisation, il s'avbre que les besoins s'expriment presque toujours
sous forme de cartes h constituer.
l
1
I
1
3.2.1. Géographie ou gkom'trie ?
I
de cartes et de donnbs locali&%,la gestion dune base de donnees localish, la
manipulation h l'aide d'op6ration.s de s6lection et de superposition sur les donnks
localis&s,ainsi que l'edition cartographiqueinteractive. C'est en fait la possibilite de
superposerdes cartes de divers types qui est l'idee originalequi fonde et organise les
SIG.Cette idee est aussi h l'origine d'ambiguïtes : on confond en effet parfois
information geographique et information geometrique. L'information ghmetrique
est constituck de donnbs physiques connues exactement, et h laquelle les procedures
de superposition s'appliquent naturellement, tandis que l'information gdographique
II decoule de celte confusion le processus suivant : dans un premier temps, on
conçoit un SIG en imaginant des requêtes de type gbom6trique ;on construit la base
de donnees ?i partir de donnees ghgraphiques ;on se heurte A des impossibilit6s. et
on conclut alors qu'il est nkessaire de disposer dune informationfiable, homogbne,
coherente et normalisee. Toute la difficult6 reside dans l'obtention, en amont, dune
infomation ayant ces propriet6s. On peut certes considerer que, p a ~les gains de
productivid qu'ils procurent, les logiciels SIG contribuent ?i reduire cette difficulte,
mais en fait ils ne font que la deplacer 16gbrement de l'amont vers l'aval.
SIG, on imagine sous forme de requêtes spatiales les resultats attendus de
De plus tout utilisateur ou promoteur de SIG doit se pr6munir contre un certain
nombre de confusionsspkifiques.
Les logiciels qualifies de SIG permettent tout à la fois la saisie et l'integration
reprend les donnees contenues dans une carte, donc de nature hautement symbolique
face B laquelle les proc6dms de superposition apparaissent souvent inadaptks.
1
Dans ce cadre, les SIG sont une introduction h la cartographie et h l'analyse
spatiale. Un cheminement similaire (l'utilisationde l'outil debouchant sur le constat
d u n besoin de theone) a souvent et6 not6 ?i l'occasion de l'utilisation des logiciels
statistiques.
3.2.3. Cartographie ou sratistique ?
On croit souvent n'avoir h rhoudre qu'un problbme de superposition de cartes,
traite naturellement par les outils SIG. A l'experience, il s'avbre que le fond du
problbme est en fait de nature statistique, voire de nature physique :
-statistique de l'extrapolation de donnees ponctuelles ?i des donnks zonales :on
evite souvent de se poser la question (statistique ou physique) du modble sous-jacent,
- problhme de la correlation entre deux cartes zonales : quel indice statistique
pennet de corroborer les impressions visuelles. souvent subjectives, trks sensibles
aux choix de symbolisations employees lors de la constitution de la carte
superPo&?
I
I1 est illusoire d'envisager la constitution d'un SIG avant d'avoir acquis la
mainise des techniques de superpositionadapks à la spkificid du problbme traid,
I
162
Revue SIGAS Vol. 2- no 211992
E16ments pour une analyse critique des SIG
soit autour d'un savoir-faire disciplinaire valide, soit B l'aide d'expenences sur des
maquettes.
l
3.2.4. Normalisation
I
Ces confusions empkhent de bien appdhender une autre question-cle qui est
celle de la normalisation. En effet, l'information gtographique doit &trenormalis&
pour permettre la superposition de cartes.
On doit en fait distinguer entre normalisation des modes de projection,
normalisation de la reprCsentation cartographique, et normalisation du codage
informatique des donn&s geographiques. Dans ces trois domaines, un effort de
normalisation a CtC produit, qui n'a certes pas abouti, mais auquel il est
indispensable de se dferer :
- dans le domaine de la normalisation des systkmes de projection, on parle de
plus en plus des coordonnks UTM. Mais si un accord semble se degager autour de
cette norme, il est aujourd'hui hors de question d'envisagerde se passer des donnks
cartographiques constituh avec d'autres normes. Comment dans ces conditions
rkuptrer le rCtrospectif ?
- dans le domaine de la normalisation des formats d'khange de donnbs
gtomeuiques, c'est le format DXF (celui des donnks du logiciel de conception
assist& par ordinateur Autocad) qui semble s'imposer, et qui est reconnu par la
plupart des logiciels SIG. Son adQuation au traitement des donnw geographiques
n'est pas aussi parfaite qu'on pourrait le souhaiter,
- le CNIG propose le systkme de symbolisation cartographique EDIGEO. La
complexit6 de ce systkme fait qu'il n'est pas Cvident qu'il s'impose comme norme
pour la repdsentation cartographique.
I1 est important que les utilisateurs ("consommateurs" d'information
ghgraphique) se positionnent par rapport h ce vaste mouvement de normalisation
qui, sans la participation des interesses, risque de deboucher sur un systkme peu
adapd et contraignant.
n'indique pas Ia dude du projet. sa permanence. Il est primordial de distinguer, d'une
part les projets permanents, par exemple cadastre ou atelier de production
cartographique, et d'autre part les projets temporaires tels que la cartographie pour
une etude d'impact ou pour une enqu&tede terrain.
On Cvite peutCtre cette distinction parce qu'elle est trop immediate. Or les
consequences de cet oubli peuvent &tredommageables ; on pensera aux projets
permanents pour lesquels on ne prevoit pas de maintenance et aux projets
temporaires conçus autour dune base de donnks disproportionnk.
I
I
I
!
I
1
4.2.
Cycle de l'information
Nous proposons d'examiner la circulation de l'information dans un SIG sur le
modkle de la figure 1. en s'attachant aux flux d'information qui correspondent aux
phases de collecte, d'intkgration,d'extraction et d'action.
i
I
l
Figure 1.Moddle de circulation de l'information dans un SIG
I
I
4. Analyser, caracthiser et evaluer les projets de SIG
Nous avons indique dans les paragraphes prtctdents ce qui nous apparaissait
constituer I'originalitd de l'information contenue dans un SIG. Nous allons
maintenant tenter de ddgager -des critkes permettant d'analyser et d'Cvaluer
correctement les projets de SIG,en tenant compte tout B la fois de cette originalite et
des principes de l'analyse de projets informatiques.
163
1
!
I
1
i
Par collecte, nous entendons les travaux visant B la constitution de documents
primaires : tableaux de donnks, cartes mono-thematiques ou enquetes de terrain.
Cette phase de collecte peut faire partie inttgrante du systkme :on peut egalement
considerer qu'elle a deja Cd r6alisk et que le SIG B constituer le sera b partir de cartes
existantes.
Par intkgration. nous entendons l'ensemble des opthations visant a rassembler
l'information collectk au sein d'une base de donnks structurk et coherente. Cette
phase comprend notamment les optrations de digitalisation des cartes.
Par extraction, nous entendons le travail souvent interactif qui vise B la
production de documents elaborCs, B partir des informations contenues dans la base
de donnh.
Par acfion,nous entendons les operations que l'on dkide de mettre en œuvre Zt
partir des documentsproduits lors de la phase d'extraction.
4.1. Durte du projet
Les mtthodes d'analyse informatique ont mis en evidence l'importance
primordiale du cycle de vie dans la caracterisation de tout projet. Cette remarque
apparait b l'usage essentielle pour &valuerun projet de SIG : trop souvent, on
_c
4.3. Gestion de' la qualil4 de l'information
1
Lorsqu'on constitue un systkme d'information, un des objectifs est d'ambliorer la
qualit6 de l'information et de son mode d'organisation, non seulement sur le plan de
i
Ii
1
i
I
164
i
Revue SIGAS Vol. 2- no 211992
Elements pour une analyse critique des SIG
I
la facilit6 d'accbs, mais Cgalement sur le plan de la validid. Dans ce cadre, les
mtthodes d'analyse informatique distinguent deux grands types de proc6ddures de
traitement du problkme de qualit6 de l'information :
- contrôle B l'entrk : c'est lors de l'introduction dune information que l'on
vtrifie sa validitt et le fait qu'elle n'implique aucune contradiction avec les
informations existantes,
- utilisation de l'effet en retour de la gestion de l'information pour la comger :
c'est en attachant la plus grande importance aux hctions des personnes concemks
par une information erron& qu'on defifinit les modes de traitement des erreurs.
Ce problkme n'est pas propre aux SIG : la mise en place de systbmes
d'information divers, comme par exemple le syst2me comptable d'une entreprise ou
une base de d o n n b documentaires,donne lieu 2 des Lechniques diff6rentesde gestion
de la qualit6 de l'information.
Dans IC systbme comptable dune entreprise, on utilise bien sûr les modalids de
contrôle (contrôle d'existence, contrôle de disponibilit6). mais on s'attache s m u t B
d6fmir prkiskment des proc6dwes de dialogue entre partenaires, de façon 21 assurer
que lorsqu'une des parties concernks constate une erreur, elle ait intkrêt 3 sa
correction et obtienne la modification nkessaire.
Dans une base de donn6es documentaires, tout le travail d'indexation des
documents constitue un contrôle B l'en&, tandis que les consultations dinformation
ont peu d'effet en faveur d'bventuelles correctionsd'incoh6rence.
Les procedures de contrôle B l'entrk prCsentent l'avantage de la simplicitk et
l'inconvknient de devoir être valables pour tous les types d'informations prises en
compte dans un SIG (nkessit6 de la dkfinition u priori dune nomenclature precise de
tous les objets contenus). Les prockdures basks sur l'utilisation de l'effet en retour
de la gestion présentent des avantages en matikre de coûts, et l'inconvknient de devoir
rentrer dans des consid6rationssur la propri6d de l'information.
165
donnkes de structure complexe (une carte ghlogique plurithkmatique, par exemple).
Ce qui permet de distinguer, sur le plan fonctionnel, des SIG contenant des donnks
ayant toutes la mCme structure, et des SIG contenant des d o n n k de structure trbs
diverse (des dkoupages en zones, des cartes de lieux et des images satellites).
î
I
I
I
1
1
I
I
I
I
I1 se degage de ces reflexions - mais c'est aussi la conclusion de nombreux
praticiens - que la difficult6 du problbme croît beaucoup plus rapidement que le
nombre et la diversit6 des types de cartes contenues dans un SIG, et qu'il est
nkessaire d'envisager une p6rQuation reliant la complexit6des cartes, leur diversitk,
et leur nombre, en rejetant l'idee de jouer sur des &helles trop disparates. Enonce
plus directement,le problbme consiste B savoir choisir entre :
- des systbmes contenant peu de cartes complexes et diverses, mais qui offrent
une certaine souplesse d'utilisation,
- des systbmes contenant de nombreuses cartes simples et de mCme type, avec
6galement la souplesse d'utilisation,
- des systbmes avec de nombreuses cartes complexes et diverses, mais sans
souplesse d'utilisation.
4.5. Dimensionnement du projet
Ì
I
1
Comme pour tout projet informatique, il est nkessaire de savoir conduire une
Cvaluation des coûts de developpement, d'acquisition des donnks, des traitements
ainsi que des flux de donnk.
I1 faut savoir dimensionner un projet et mettre en relation les coûts d'acquisition,
de stockage et de maintenance de l'information,les flux d'acquisition,de stockage, de
maintenance et d'utilisation de l'information, ainsi que les bCnkfices lies h
l'utilisation de l'information. Le tableau 1 donne une estimation du coût des
diffkrentesphases d'un projet de SIG.
I
I1 est toujours difficile de concilier ces deux modes de gestion. Cette difficult6 se
retrouve au sein d'une entreprise, lorsqu'on souhaite par exemple associer le systbme
de gestion comptable B un systkme interactif d'aide 3 la dkision (tableau de bord
permanent).
Dans le domaine des SIG, cette incompatibilid fondamentale empêche par
exemple que l'on puisse envisager de relier un observatoire urbain (donnks
synthktiques à moyenne khelle) B un systbme de gestion de cadastre (donnks
ClCmentaires à grande &helle) [Joliveau, 19911.
4.4. Diversiî6 eî complexit6 de l'information
Dans un projet de SIG, il est important d'examiner la diversite et la complexid
des donnkes qu'on envisage de regrouper. Du fait des problbmes techniques sousjacents, la prise en compte de cartes complexes et de types trks divers limite
. naturellement le volume d'informations qu'il est raisonnable d'inclure dans un
r ~ , r c ~ m . ~ r j ' ; n f n r m . ~.inci
;~n
I P twv PC hitevents envisageables.
~ I I P
-
Dans de nombreux projets de SIG, on constate une analyse correcte des coûts en
logiciel et matkriel, et une sous-estimation parfois radicale des coûts de personnel
informatique et des coûts lies i l'acquisition des donn&s. A titre indicatif, nous
proposons dans le tableau 2 quelques exemples de dkomposition budgetaire de
projets "rhlistes".
i
-
*
166
L.
Revue SIGAS Vol. 2 - no2/1992
ElCmcnts pour une analyse critique des SIG
1
167
5. Vers une typologie des SIG
francs par zone)
I
j
5.1. Projets
I
I
!
I
1
I
!
Tableau 1. Estimation du coût de certaines phases d'un projet de SIG
I
I
I
l
types
L'efficacite des crithes propos& plus haut pour la caracthisation des SIG (dur&,
cycle de l'information, gestion de la qualit6 de l'information, diversid et complexid
de l'information, dimensions) tient h ce qu'ils permettent de dCfinir des projets de
SIG bien tygs, articules autour d'une fonction principale qui est selon les cas :
- l'amhagement et l'analyse spatiale,
-la cartographiestatistique et la cartographied'enquetes.
- I'tdition multi-media,
- la gestion d'information spatiale,
-la cartographiede production,
- les observatoires,
- les conscrvatoires,
et de faire emerger une typologie brikvement p r k n t k sur les figures 2 A 8.
Lxcmplcs :
)ur& :
Jtilisatcurs :
'ypes de donndcs :
l
i
l
'ypc dc gcstion :
jcstion de la fiabilitk :
Ixcmplc dc solution :
Etudcs d'impact, ktudes d'amtnagcmcnt
Etude dc faisabilid d'un obscrvatoire
Temporairc
Burcaux d'ttudc, municipalitts. collectivitds tcrritorialcs,
Cquipcs de rcchcrchc
Rclativcmcnt peu dc carks. typcs dc donnfcs divcrs
(cartographiqucs, statistiques, tcxtuclles, photos), types dc
cartcs trb divers (carta dc synthbe, cartcs de relief, r ~ c a u x ,
MNT,imagcs tklM6tcction). Cchcllcs
diverses
Saisic uniquc dcs informations gdographiqucs. peu de mise B
jour, interrogations trEs divcrscs, intcrrogations complcxcs
Lourdeur d'un contrôlc ?
l'cntrtc,
i
abscncc d'effet en retour de
l'utilisation
Postc dc saisic (10 KF), station dc travail (80 KF)
Tableau 2. Répariiiion des coûts dans des projets de SIG équilibrés d' un point de
vue budgétaire
!
4.6. Types d'utilisateurs
1
Pour caracteriser un SIG,il est nkessaire de preciser les modalites d'accb A
l'information qu'il rassemble,' et en particulier de definir h quel type d'utilisateur il
sera destid. Qui va utiliser le SIG, et de quelle façon? Des ghgraphes ? Des
menageurs ? Les dkideurs par l'interm6dhke de techniciens? Les dkideurs par euxmêmes ? Les techniciens chargQ d'Ctablir des rapports de synthbse ? Les dkideurs au
cours d'unc phase d'elaboration ?
..-
I
l
,
. ..
1
Figure 2. SIG pour l'aménagement et l'analyse spatiale
.I
>
68
Elements pour une analyse critique des SIG
Revue SIGAS Vol. 2- no 211992
Cartcs de synthhe d'un ouvrage scientifique
Temporaire
Chercheurs
Peu de cartcs,'pcu de typcs dc car~es,cartcs simples
Saisie uniquc, peu de mise & jour, peu d'mtcrrogations.
interrogations en mode interactif, interrogations standardis&
Gestion dc la fiabilitt : Contrôle B I'entrb, peu d'cffct en retour
Logicicl(3 o00 F) sur micro-ordinateur (30 KF)
Exemple dc solution :
(saisie rtalis& par l'imt6rcsst)
Logiciel sur micro :50 U,saisie du fond dc corte : 30 KF
Exanplc dc solution :
169
Excmplcs :
DIU& :
Utilisatcurs :
Types de donn6cs :
Type dc gcstion :
+ un ing6nicur informaticien
-I-trois
opdratcurs d'cxploitation
1-1
t
Figure 3. SIG pour la cartographie sratistique
'
Edition d'un CD-ROM gbgraphique
Temporaire
Editcurs scicntifiqucs
Beaucoup dc cartes. cartes @.Es simplcs, bcaucoup de dom&.
beaucoup de rypcs de donntcs
Saisic unique. pas de mise B jour, bcaucoup d'interrogations,
Typc dc gcstion :
interrogations simples (navigation)
Gcstion dc la fiabilitt : Pas d'cffct en rctour
Logiciel H p r c a r d (1 200 F) sur micro-ordinatcur (50 KF)
Excmplc dc solution :
Saisie par scanner (15 KF)
Pressage d'un CD-ROM (20KF)
Excmplc :
Dur& :
Utilisateurs :
Trpcs dc d o n n h :
Figure 5. SIG pour la gestion d'information spatiale
Exemples :
Dur& :
Utilisatcurs :
Types de donn6cs :
Type dc gcstion :
Gestion dc la fiabilitt :
Excmplc de solution :
RBdisation d'un atlas
Pcmancntc
Atclicrs de cartographic
Beaucoup de cartcs, beaucoup dc types de cartes, cartcs
complexes
Saisie unique, pcu de mise B jour, peu d'interrogations.
interrogations intcrectives (Mition cartographique B l'&cran)
ContrÔlc B l'cntrkc, peu d'cffct cn retour
Logiciel sur station de travail : 1.5 MF
+ un inghicur informaticien, trois opdrateurs d'exploitation
Saisic d'une cartc complcxc :50 KF
Edition d'une cartc complexe: 30 KF
4
svnthbsm
I
Figure 4. SIG pour l'kdition multimkdia
.L,
I#
Figure 4 . SIG pour la cartographie de production
:-..
i-
.
Elements pour une analyse critique des SIG
170 Revue SIGAS Vol. 2 -no 211992
j
Zxemplek :
hde:
Jtilisateurs :
:ypes de donnees :
rype de gestion :
;estion de la fiabilid :
3xemple de solution :
Observatoire Ccologique
Permanente
Scientifiques. amhageurs
Assez peu de cartes, des cartes pertinentes
Beaucoup de mises h jour
Contrôle B l'entrtc. effet en retour sur la pertinence de la
donnk, non SUT son indgritb
ArcInfo, Oracle
I
1
I
!
I
1
I
!
t
171
En effet le caractere integrateur des SIG conduit souvent B envisager de
rassembler des fonctions diverses (et parfois contradictoires), par exemple B essayer
rentable, A grande &helle,
d'articuler un projet de gestion cadastrale (i"&tement
permanent, interessant les gestionnaires) et un projet d'aide B la decision
d'amenagement (rentabilite differ&, moyenne &helle, temporaire, interessant les
responsables).
I1 est tentant de mettre en avant selon son interlocuteur le gain de gestion ou le
soutien à la prise de decision, en omettant les difficult& fonctionnelles de
l'articulation des deux fonctions (gestion, aide B la dkision), 6tant sous-entendu que
le SIG, par nature, permettra de les affronter.
Min den faciliter l'analyse et 1'6valuation. nous proposons de situer tout projet
de SIG par rapport A la typologie prk6dente. On peut concevoir des SIG efficaces
articulant plusieurs des fonctions pr&&ntes. Nous recommandons alors de faire une
analyse fine de la compatibilid organisationnelle de ces differentes fonctions.
6. Conclusion
I
Figure 7 . SIG d'observatoires
I
1
Exemples :
DIU62 :
Utilisateurs :
rypcs de donn6es :
rype de gestion :
Sestion de la fiabilite :
Excmplo de solution :
Conservatoire automatise de donnkes de systdmatiquc
Permanente
Scientifiques
Beaucoup de cartes,cartes de tous typcs
Introduction en une seule fois, peu de mise B jour, des rajouts
Peu de contrôle B l'eneb. peu d'effet en retour de gestion
SGBD relationnel
pxzr(rlJ-
7
1
1
Figure 8. SIG de conservatoires
Í
I
l
l
!
I
I
i
5.2. Utilisation de la typologie
Il anive que les promoteurs d'un projet de SIG profitent du flou ambiant pour en
effectuer des ndsentations différentes selon le financier auquel ils s'adressent.
Nous avons tend de dresser un panorama des SIG selon leur origine, leur
problematique, le mode de circulation de l'information qu'ils instaurent.
Nous avons explicit6 les raisons pour lesquelles un certain nombre de fonctions
(de gestion, d'&Won ou d'analyse) pouvaient s'averer difficilement compatibles au
sein de projets de SIG.
Le mode d'evaluation que nous prkonisons consiste B mettre l'accent sur
l'identification de la nature de l'information que doit traiter un SIG, sur la mise en
evidence des fonctions qu'il doit remplir et sur l'articulation de ces fonctions.
Nous aboutissons ainsi B une typologie originale des projets de SIG, qui
debouche naturellement sur un guide m6thodologique pour l'analyse des projets de
SIG.
Tout au long de notre demarche, nous avons utilise et adapte des elements de
l'analyse des Systemes d'information. Au moment oh la "ghmatique" se constitue
en tant que champ de recherche original, un certain nombre de themes de recherche se
degagent dune telle approche des SIG, visant 2i utiliser pleinement les apports de la
recherche en informatique dans le champ de l'information ghgraphique.
Dans ce sens, nous pouvons considerer avoir franchi une premikre btape, celle du
et coherente),
passage de la donn& locali& B l'information ghgraphique (strucet nous devons envisager aujourd'hui la suivante, celle du passage de l'information
ghgraphique A la connaissance ghgraphique. Il apparait maintenant nkessaire de
faire emerger des programmes visant B l'integration des SIG et des systbmes B base
de connaissances.
I
7. Bibliographie
I
BOURSIER
P.,MAINGUENAUDM.. "Langages de requêtes spatiales : SQL vs. langages
-ricnPlq PC
himprm&Iias'' R w i m
SIGAS, vol
3
n o 1.
I-Irnnbc
1097
172 Revue SIGAS Vol. 2 - no 211992
I
i
CAMPBELLW.F., et al., “The role for a GIS in a large environmental project”,
International Journal of Geographical Informtion System, vol. 3, no 4, 1989,
p. 349-462.
CHARREJ.. MIELLETP.. WANIEZP.. “Pratique des systèmes d’information géographique
Raster”, Mode d’emploi, n78. Reclus, 1989.
CHEYLANJ.P.. “Les donnkes cartographiques informatis6es”. Modèles et bares de
d o d e s . no 11. janvier 1989,p. 49-65.
CNIG. Actes de la journke nationale de la recherche géographique : Bchange et diffusion
des données géographiques numhiques, Paris, 22 mai 1990.
DANDOYG.. “Du terroir au systhme d’information géographique ou de l’enrichissement de
la boîte à outils du géographe”, in Tropiques, lieux et liens, Editions de l’ORSTOM.
DANDOYG., Coord., ‘Traitement des donnks localisées, l’infographie I? l’ORSTOM,
ORSTOM,Collection colloques et s6minaires.
DECADE,“Cartographie et dkveloppement - M6mento de cartographie à l’usage de la
planification et de l’arnknagement”. La Documentation Française. Paris.
DIDIERM., “Utilitk et valeur de l’information g6ographique”. Economica. 1990.
D U R E A UF., “Outils de production, gestion et analyse de l’information urbaine,
bibliographie”. ADOC, document de travail no 2,février 1991.
JOLIVEAUT., “Bases de donnkes. observatoires et systèmes d‘information urbains”,
Réseau ADOC, La lettre d’information no 5, mai 1991.
LAURINIR., MILLERET-RAFFORT
F.. “Principes des hypercartes géomatiques”. Congrès
SIGEO, Rouen, 1989.
MRT. “La gkographie, situer, kvaluer, modkliser”, Colloque de prospective du ministère
de la Recherche et de la Technologie, recommandations du comid de pilotage, juillet
1991.
PEILEITER F. , “Outils de traitement des donnBes urbaines”, ADOC. document de travail
no 2, février 1991.
PONCETY., DANDOYG.. “ACMIS 89-90: analyse comparée des modèles d’information
spatialiske“. ORSTOM, 1990.
ROUETP.,“Les donnkes dans les SIG”. Hermès, Paris,1992.
SE“
P. Ed., “SEMINFOR 3 : systèmes d’information pour l’environnement”.
ORSTOM, Collection colloques et skminaires.
TARDIEU
H.. ROCHFELDA., COLEITI R., “La mkthode Merise”, Les éditions
d’organisation, Paris, 1983.
US Geological Survey, “A process for evaluating geographic information systems”,
Open File Report 88-105, USGS. 1988.
WANIEZP.. “Systèmes d‘information geographique - Initiation pratique sur MacIntosh”.
Eyrolles. Paris, 1990.
WEBERC.. “Les systèmes d’information géographique : une mode ou un nouveau concept
pour l’arnknagement de l’espace’’, SIGAS, vol. 1, n o 1. 1991. p. 11-23.
!
i
!
!
Les difficultés de mise en œuvre
des systèmes d’information urbains
à caractère géographique
I
I
I
I
í
I!
I
i
I
Paul Rouet
Atelier Parisien d‘urbanisme ( M U R )
9, rue Agrippa d’Aubignt!
75004 Paris
i!
I
J
I
!
l
i
I
j
l
l
1
!
I
I
!
I
J
1
I
I
I
R~~SUM.??.
De nombreux systèmes
développds ou se développent en
d‘infomation urbains à caractère géographique se sont
France, certains ont déjà plus de vingt ans. d‘autres sont
plus rkcents. Ils requièrent l’emploi des outils informatiques modernes (systèmes
d‘information géographique, systèmes de gestion de bases de données...)pour partager entre
plusieurs champs applicatifs des donnkes vives de gestion, de nature à la fois
alphanumérique,cartographique ou image. L‘expérience acquise est précieuse, Ci condition de
savoir s’affranchir des contingences de chaque cas d‘espèce. Les réflexions proposées ici
conduisent à distinguer les difficultés que présente la mise en place des systèmes
d‘information urbains en deux catégories :celles qui sont dues au fait que les SIU en SOM
encore souvent au stade de prototype et celles qui sont liées au contraire Ci la nécessité, le
moment venu, de passer du prototype à un usage plus généralisé et banalisé dans les services
municipaux. Nous concluons sur la nécessité de bien séparer ces deux phases de
développement y compris pour ce qu’il est convenu d‘appeler la justifcation économique des
projets.
ABSTRACT.Numerous urban data management systems are implemented in France,for more
than 20 years for some of them, more recently for the others. They need to use modern
sofiware tools like GIS and RDBMS, to share sharp alphanumerical and cartographical
management data between different application domains. These experiences must be p e e
from contingencies of each individual case. Following thoughts lead to range the difficulties
to implement urban geographic systems in two categories :those linked with their large and
trite use, by the town services, #ter a while. We conclude that a separation must be operated
between the two development phases, including the economic justification of the project.
M O T S C I A :systèmes de gestion d‘informations urbaines, dificultés, mise en œuvre,phases de
dbveloppement, prototype, usage banalisé.
KEY WORDS :implemenlotion,urban data mangement systems, diflcculties, development phases
prototype, trite use.
Article publié tgalement dans la lettre d‘information du riseau ADOC
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising