Toute vie est faite de passages qui nous font évo

Toute vie est faite de passages qui nous font évo
Toute vie est faite de passages qui nous font évoluer de l’enfance vers une maturité de plus en plus
adulte. Pour grandir, il nous faut sans cesse quitter
une situation et partir vers l’inconnu, oser prendre
des risques.
avancer chaque jour, acceptant de nous détacher
des choses et des personnes, qui pourtant nous
avaient été confiées par Lui. « Le Seigneur a donné, le Seigneur a ôté, que le nom du Seigneur soit
béni » (Job1,21 TOB)
Abraham est parti en réponse à l’appel de Dieu :
« Pars de ton pays, de ta famille et de la maison
de ton père vers le pays que je te ferai
voir » (Gn12, TOB). C’est le premier mot que
Dieu adresse à Abraham au début de l’histoire
religieuse de l’humanité. C’est aussi celui qu’il
répète à chacun de génération en génération, de
jour en jour.
Quand nous constatons que ce don nous est enlevé, c’est le temps de chercher ce que Dieu veut
nous donner de nouveau pour comprendre vers où
il nous envoie. Le Seigneur nous donne ce dont
nous avons besoin pour un temps et une mission
particulière. C’est en prenant la mesure du don de
Dieu que je comprends sur quel chemin il m’envoie.
Partir, c’est
sortir ; sortir
de son peuple, de sa
famille, de
sa terre, de sa paroisse ; sortir de ses
habitudes, de ses
certitudes, de ses
réalisations, pour
aller « dans le pays
que je te ferai voir ».
Plus nous sommes libres dans l’usage de toutes
choses que Dieu nous
donne, plus nous contemplons sa présence à travers leur existence éphémère. Pour ceux qui cherchent chaque jour à vivre
dans l’Esprit du Christ, le
créateur se donne à voir
et à connaître à travers
ses créatures. En acceptant, après un sérieux discernement, la volonté de
Dieu qui nous indique un
nouveau chemin, c’est à
Dieu que nous nous unissons davantage.
Partir c’est accepter
de se remettre en
cause pour accueillir
la nouveauté du don
de Dieu.
La tentation serait de répondre au Seigneur :
« Mais Seigneur, tu m’as envoyé ici il n’y a pas si
longtemps pour que je m’attache au service de ce
peuple que tu m’as confié. Aurais-tu changé d’avis ? » Mais le Seigneur me répond : « Hier j’avais besoin de toi ici, mais maintenant c’est là-bas
que je t’attends ».
Si nous voulons suivre au plus près le Seigneur
pour collaborer à son œuvre créatrice, il nous faut
Je fais partie de ces prêtres qui quittent une paroisse, une mission d’Eglise, pour une autre. J’accueille cet appel et cet envoi comme une invitation du
Seigneur à le suivre pour sa plus grande gloire et
le service du monde. Bonne rentrée … avec le Seigneur.
Paul Morineau
Partir pour être présent
A nn e Ga llo t,
Points-Cœur*
permanente*
En
2004, j’ai eu le désir de partir en mission
avec Points-Cœur*. J’ai été envoyée pour 18 mois dans
une favela Brésilienne afin d’être une présence d’amitié auprès des plus souffrants.
A 21ans, je crois que ce qui m’a poussée à partir était le désir d’être heureuse, et je commençais à comprendre
que je ne pourrais pas atteindre seule
ce bonheur.
mandé à rester toute ma vie dans Points-Cœur. J’ai
alors été envoyée à Genève où je suis toujours actuellement. Si la distance géographique est bien moins grande que lorsque je suis partie au Brésil, j’ai justement
choisi une vie où il me faut sans cesse partir : quitter
mes idées toutes faites sur la Suisse ; quitter mon programme pour accueillir un ami
qui vient à l’improviste ; quitter tout pour demeurer auprès
d’un peuple, auprès de mes
amis, auprès du Christ.
Aujourd’hui, en Suisse, j’accompagne d’autres jeunes qui à
Après quelques mois de mission, j’ai
leur tour sont attirés par une
su qu’un des jeunes de notre rue avec
telle expérience auprès des plus
lequel nous nous entendions très bien
souffrants. Une jeune qui est
était engagé dans les gangs du quartier. Anne (à droite) avec Marie, une suissesse
rentrée il y a quelques mois
en partance pour la Roumanie.
J’ai eu un choc. Comment se pouvait-il
disait : « j’ai enfin trouvé le
que ce jeune si sympathique soit du
mode d’emploi de ma personcôté des mauvais ? J’ai expérimenté durant ce temps de
ne». Cette expérience de vie communautaire, de prière
mission qu’il est des hommes qui posent des actes
et de compassion est une école incroyable pour qu’à
mauvais, des actes horribles parfois, mais je refuse deleur retour ils puissent affronter leur vie de famille et
puis cette expérience de réduire toute la personne à son
de travail, avec une force et un regard plus profonds.
seul acte. Ce nouveau regard me donne une liberté incroyable, celle de pouvoir aimer toutes les personnes *www.pointscoeur.org.
que je suis amenée à rencontrer.
* les permanents Points-Cœur sont des laïcs dans le célibat pour la
Je suis « partie » à nouveau en 2009, lorsque j’ai de-
mission apostolique.
Aller vers...
« Viens vers moi ... » «
Je suis vers moi ... » les
gens du voyage ne disent jamais : « aller chez
quelqu'un ou venir chez
eux ... » On ne va pas
chez … on va vers.. seulement.
Les gens du voyage, je
vais les laisser après 44
ans d'aumônerie, pour
aller VERS le Carmel
de la Fouchardière .
Chaque prêtre est nommé à différentes missions, pendant sa vie. A chaque fois, il doit quitter un pays,
des gens aimés, pour aller VERS d'autres .
tenir, posséder, on ne fait qu'aller vers..
Dans un couple aussi, on voudrait bien tout connaître ,
tenir... on ne fait qu'aller vers...
Dans une école, une municipalité, une entreprise, on
agit pour que la vie soit plus digne, plus fraternelle ,
on voudrait bien que notre pouvoir soit plus efficace, il
faut du temps et on ne fait qu'aller vers...
Les carmélites, comme les autres chrétiens cherchent
Dieu, elles ne peuvent qu'aller vers Lui !
Toute la vie est un chemin, une tension VERS le bonheur , vers la santé, vers l'amour
quel joli mot pour toute femme et tout homme qui
cherche à être juste : VERS..
« Vert » c'est aussi la couleur de l'espérance.
Dans une paroisse, ou une réunion d'équipe d'action
catholique, on plonge dans la vie des gens, mais on ne
fait qu'aller VERS eux , on voudrait bien
Jean Augereau, prêtre
Partir pour Compostelle
Partir pour Compostelle : une mode ?
Une fuite ? Un défi ? Un besoin de faire le point ?
Une aventure ? Un peu tout cela mais quel futur pèlerin sait exactement pourquoi il part ? Prendre le chemin s’impose peu à peu dans la tête comme une nécessité tout simplement. « Ultreïa » était au Moyen-âge-et
est encore un peu aujourd’hui- le mot de ralliement des
pèlerins ; on peut la traduire par « plus loin, plus
haut » : elle invite au dépassement. C’est un peu dans
cet esprit que part le pèlerin.
« Avance sur ta route car elle n’existe que par
ta marche ». Cette phrase un peu mystérieuse de St
Augustin nous dit que la richesse du chemin est dans
ce que nous y mettons, dans ce qu’elle nous apprend
de nous-mêmes et dans ce que cette marche nous permettra de voir, de rencontrer, de partager.
Dans un monde hyper-sécurisé, marcher en itinérant c’est accepter chaque matin l’inconnu d’une
journée qui n’est pas réglée à l’avance. Dans un monde
où chaque minute compte, c’est savoir savourer le
rythme lent de la marche. Dans un monde où nous
avons envie de tout, c’est se contenter de peu : un minimum de vêtements qu’on lavera chaque soir, un savon unique pour la douche, le shampoing et la lessive,
une cape de pluie, un peu de nourriture...
Dans un monde de confort, c’est accepter les
chambrées parfois surchargées, le peu d’intimité…
Partir sur le chemin, c’est donc vouloir retrouver, pour un temps au moins, une vie simple où chaque
jour se résume en quelques besoins vitaux : se loger,
trouver à manger, choisir sa route, anticiper les petits
bobos…
Pour rentrer dans cette démarche il est préférable, mais ce n’est pas toujours possible, de faire le
chemin en une seule fois : le dépouillement demande
du temps. Alors on est plus disponible pour regarder la
beauté de la nature, des petites chapelles, des belles
cathédrales… plus à l’écoute pour entendre nos compagnons de route et échanger simplement avec eux…
plus ouvert pour se pencher sur nous-mêmes, sur notre
vie, sur nos choix…
Au retour, on regarde d’un œil plus critique notre société de consommation mais il est tellement facile
de se laisser de nouveau envahir par le superflu et le
futile !
Un pèlerin
Entrer en maison de retraite pour « continuer à vivre »
Mon entrée en maison de retraite s’est faite rapidement, sans que je puisse vraiment m’y préparer. En
effet, j’y avais un peu pensé, mais je me disais que
j’avais le temps.
J’étais encore relativement autonome et ma fille habitait en face de chez moi. Mais un soir,
je suis tombée dans ma chambre, je
n’ai pas pu me relever, ni appeler de
l’aide, et j’ai passé la nuit par terre.
J’ai été retrouvée par ma fille le lendemain matin, et envoyée à l’hôpital.
Par chance, rien de cassé, mais ça m’a
fait un grand choc, et la peur est toujours présente quand j’y repense.
Après cet évènement, je suis entrée à la maison de retraite en séjour temporaire, le temps de reprendre des
forces. Je me disais qu’ensuite je pourrais retourner
chez moi. Je redoutais la vie en maison de retraite
comme beaucoup de personnes de mon âge.
Quitter sa maison et tous les souvenirs qui s’y rattachent, ce n’est pas une chose facile. Pendant les 4 semaines de séjour temporaire, j’ai découvert de nouvelles personnes, résidentes comme moi, mais entrées
depuis un peu plus longtemps. Elles venaient me faire
des petites visites pour savoir si je m’habituais, si tout
allait bien. Petit à petit, je
me suis habituée à leur présence et j’y ai trouvé du réconfort. J’ai aussi repris des
forces, et retrouvé une certaine autonomie.
J’aurais donc pu retourner
chez moi. Mais le souvenir
de la chute et cette peur qui
y est associée, m’ont poussée à accepter une place en
séjour permanent. Je ne regrette pas ce choix car je me
sens plus sereine et je me suis fait de nouvelles relations. Ensemble, on se soutient, on rigole, on discute.
On continue à vivre !
L’équipe de la Paroisse Louis-Marie BAUDOUIN avec André Roy, Laetitia Dallet, Louis-Marie Allain, Denis Greffard
remercie toutes les personnes ayant contribué à la réalisation de ce numéro.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising