Source

Source
Monsieur François Baratte
Monsieur Fathi Bejaoui
Un évêque horloger dans l'Afrique byzantine : Hyacinthe
d'Ammaedara
In: Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 148e année, N. 3, 2004. pp.
1121-1151.
Citer ce document / Cite this document :
Baratte François, Bejaoui Fathi. Un évêque horloger dans l'Afrique byzantine : Hyacinthe d'Ammaedara. In: Comptes rendus
des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 148e année, N. 3, 2004. pp. 1121-1151.
doi : 10.3406/crai.2004.22770
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_2004_num_148_3_22770
COMMUNICATION
:
UN ÉVÊQUE HORLOGER DANS L'AFRIQUE BYZANTINE
HYACINTHE D'AMMAEDARA,
PAR MM. FRANÇOIS BARATTE ET FETHI BEJAOUI
Herr, es ist die Zeit : der Sommer war sehr grofi
Lag deinen Schatten ouf die Sonnenuhren,
Und aufden Fluren lass die Winde los
R. M. Rilke, « Herbsttag », 1903
II La table d'ombre : présentation et commentaire,
par M. François Baratte
II n'est pas rare que les fouilles, livrant des documents surpre
nants, apportent un éclairage inattendu sur les réalités de la vie
quotidienne1. Il en va ainsi des travaux conduits depuis 1993 dans
la citadelle justinienne d'Ammaedara (Haïdra, en Tunisie) par la
mission franco-tunisienne. Celle-ci s'est attachée en particulier
depuis 1996 à l'étude d'une petite église de dimensions relativ
ement
modestes (31 m de longueur sur 12 m de largeur), construite
sur une terrasse à mi-hauteur de la forteresse, dans sa partie occi
dentale,
à une cinquantaine de mètres au nord d'une autre basi-
1. Nous tenons à exprimer ici notre gratitude à tous ceux qui ont bien voulu discuter
avec nous de l'inscription d'Haïdra et nous faire profiter de leurs observations : le Profes
seur
Robert Taft, s.j., M. Dominique Briquel, professeur à l'Université de Paris IV, M. Fran
çois Dolbeau, directeur d'études à l'E.P.H.E., IVe Section, M. Denis Savoie, chef du
département d'Astronomie au Palais de la Découverte, M. Gilbert Franck, M. Jean-Pierre
Laporte. Notre reconnaissance va aussi tout particulièrement à nos étudiants du séminaire
d'Antiquité tardive qui nous ont entendu à plusieurs reprises parler de ce document et dont
les questions et les remarques judicieuses nous ont fait grandement progresser dans sa com
préhension.
Nous ne saurions passer sous silence la contribution décisive de M. Jean-Louis
Lécot, qui nous a donné une des clés de l'interprétation et qui nous a fourni par la suite des
indications précieuses pour tenter une approche expérimentale, sur place, de cette table.
Rappelons, enfin, ce que nous devons à l'amitié de Catherine Fourmond, qui a participé à
la découverte et opéré relevés et description, et à celle d'Hélène Jacquest qui a multiplié
remarques et suggestions, et nous a apporté une aide décisive pour la résolution de ques
tions scientifiques qui échappaient à notre compétence. L'inscription a été signalée par
E. Villeneuve, « A l'heure de Carthage », Le Monde de la Bible 145 (mars-avril 2005), p. 50.
1 122
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
Fig. 1. - Haïdra. La basilique VII, vue du nord-ouest.
lique adossée au rempart occidental2 (fig. 1). Contrairement aux
autres églises connues jusqu'à présent sur le site, celle-ci n'avait
encore fait l'objet d'aucun . dégagement. Nous l'avons donc
retrouvée dans l'état où elle se présentait lors de son abandon,
alors que, déjà partiellement effondrée, elle avait été réoccupée,
dans sa nef centrale et dans le collatéral méridional. Un abondant
mobilier, très varié, a été recueilli, dans lequel figurent un certain
nombre d'inscriptions. La plupart sont funéraires. L'une d'entre
elles, toutefois, qui retiendra ici notre attention, a un caractère
très particulier (fig. 2).
C'est dans la fouille de l'abside et du chœur, entre 1997 et 1999,
que six fragments jointifs ont été retrouvés, dispersés sur une
assez large surface. L'inscription est très incomplète, mais, pour
des raisons sur lesquelles nous reviendrons plus loin, nous
pouvons affirmer que nous possédons à peu près la moitié du
document original, ou plus exactement d'un texte qui était éven2. Fr. Baratte, « Une nouvelle église dans la citadelle d'Ammaedara », dans Fr. Baratte
et F. Bejaoui, « Églises urbaines, églises rurales dans la Tunisie paléochrétienne : nouvelles
recherches d'architecture et d'urbanisme », CRAI 2001, p. 1447-1473. L'inscription est ment
ionnée p. 1460-1462. L'église fera l'objet d'une prochaine publication dans la série consa
créeaux fouilles franco-tunisiennes à Haïdra (Coll. de l'École française de Rome).
Fig. 2. - La table d'ombre.
1 124
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
tuellement réparti sur deux plaques distinctes. Seule la moitié
inférieure nous est parvenue ; celle qui est perdue comportait
peut-être un titre ou quelques lignes d'introduction, de la même
façon que la partie conservée se termine par une souscription.
Elle n'était plus en place et il n'est pas possible de dire avec cer
titude
où elle se trouvait dans l'église, ni même si elle y était bien
présentée à l'origine. Toutefois elle avait un rapport direct avec le
clergé, ce qui rend tout à fait plausible sa présence à l'intérieur du
monument.
1. La présentation matérielle de l'inscription
Comment se présente ce document ? Il s'agit d'une plaque rec
tangulaire
de calcaire fin de couleur beige, provenant peut-être
des carrières voisines de Thala. Mesurant 41 cm de largeur, elle
est conservée au maximum sur 29 cm de hauteur, le document
complet se développant sur 60 cm environ, selon toute vraisem
blance. Le revers, comme les tranches et la face, est soigneuse
ment
poli ; mais il est irrégulier, de telle sorte que l'épaisseur
varie d'un peu plus de 2,5 cm à près de 4,5 cm. Tendre, la pierre a
beaucoup souffert du ruissellement de l'eau, dans son angle infé
rieur gauche notamment, ce qui rend le texte difficilement lisible
dans cette zone. Aucune trace de fixation ne subsiste, mais on
peut supposer qu'elle était encastrée ou appliquée sur une paroi
quelconque, de manière à être clairement affichée, ce qui corres
pond, comme on le verra, à sa fonction.
L'inscription elle-même est soigneusement gravée en lettres
élégantes (fig. 3), encadrée, à gauche comme à droite où la marge
est insignifiante, par un listel en léger creux, large de 3 mm
environ, qui ne se retrouve pas dans la partie inférieure de la
plaque. A cet endroit, la marge atteint 3 cm environ. Le texte pro
prement
dit se répartit en trois colonnes, disposées chacune sous
une arcade, et deux lignes de souscription qui font connaître le
commanditaire, un évêque byzantin d'Ammaedara, Hyacinthe, et
par voie de conséquence la date vraisemblable, la seconde moitié
du vie siècle, puisque ce prélat est connu dans la ville par une
autre inscription. On note le soin tout particulier avec lequel les
lignes ont été mises en place, au moyen de réglures qui facilitent
en même temps la lecture des colonnes. La dernière ligne est sou
lignée
par une réglure double. A la partie supérieure, des traces
de deux séries de doubles réglures subsistent, qui donnent à
LA TABLE D'OMBRE D'AMMAEDARA
1125
Fig. 3. - L'angle inférieur droit de la table d'ombre.
penser que le texte commençait plus haut et que, par conséquent,
l'inscription figurait dans sa totalité sur une plaque unique. Par
endroits, notamment dans l'axe de la troisième colonne, de très
fines lignes verticales sont gravées délibérément, qui servaient
certainement de repère au graveur pour lui permettre d'o
rdonner
son texte.
On note enfin la présence de graffiti soignés : dans l'angle infé
rieur droit, un cercle tracé au compas, dont le centre est encore
visible, et en haut à gauche une série de lignes régulières, perpend
iculaires
entre elles ou parallèles3.
Les lettres, hautes de 0,9 à 1 cm, sont très régulières et bien
espacées. Les formes sont classiques, carrées dans l'ensemble.
Certaines d'entre elles, les L notamment, munis d'une barre
oblique, ou bien le F, doté d'une queue, renvoient effectivement
à l'époque byzantine. De petits empattements terminent la
3. Il est difficile de savoir à quoi ces lignes correspondent, en raison des lacunes de la
pierre. Il est certain qu'elles dessinaient une figure géométrique, au point que nous nous
sommes demandé un temps s'il ne fallait pas les mettre en rapport avec une représentation
liée au fonctionnement de la table. Mais nous n'avons pu aboutir à un résultat probant.
1 126
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
plupart des jambages. On remarque la forme cursive du D (sauf
à l'avant-dernière ligne, où il est nettement triangulaire), comme
celle du Q, en spirale, très décoratif. La panse du B reste bien
arrondie, et les M ont leurs jambages obliques. C'est un type
d'écriture que l'on retrouve à Ammaedara, dans la basilique I
notamment, mais à une autre échelle. Le procès-verbal de dépose
des reliques de saint Cyprien par l'évêque Melleus en 568/569
constitue un parallèle intéressant, malgré un certain nombre de
différences4. Une autre particularité est constituée par la pré
sence en grand nombre de signes d'abréviation sinueux : un tilde
ondulé vertical5, placé à côté des lettres, proche d'un S, mais qui
s'en distingue ici aisément par ses dimensions réduites et par sa
graphie. Dans de nombreux cas, à la fin de la dernière ligne par
exemple, mais aussi à la suite du nom des mois ou même entre
des mots, ce signe d'abréviation semble inutile et avoir la valeur
d'un signe de ponctuation (fig. 4).
2. Le décor
Le décor retiendra tout d'abord notre attention. Il est en effet
abondant et spectaculaire. Une bande de petits cercles pointés
souligne tout d'abord le bas des trois colonnes. Mais celles-ci sont
abritées sous des arcades véritables, assez soigneusement dessi
nées, avec leurs bases, des colonnes, des chapiteaux et un arc. Les
bases sont schématiques, en forme de pyramide tronquée munie
d'arêtes. Les colonnes sont ornées pour l'une d'un motif en arêtes
de poisson, pour les autres de bâtons rompus. Les chapiteaux,
sommairement représentés par des lignes horizontales superpos
ées,
sont pourtant bien identifiables. Les arcs enfin sont décorés,
pour celui du centre, de zigzags, pour les deux autres de bandes
de croisillons ou de hachures. On rapprochera sur ce point l'in
scription
&Ammaedara d'une autre de Volubilis, bien plus somm
aire6,
et surtout du groupe des inscriptions d'Altava, en
Maurétanie Tingitane7, des épitaphes datées des VIe et vne siècles,
4. N. Duval et F. Prévost, Recherches archéologiques à Haïdra. I. Les inscriptions chré
tiennes, Paris-Rome, 1975, p. 370-371.
5. Ibid., p. 395-397.
6. A. Akerraz, « Un décor d'une inscription chrétienne de Volubilis », Bull, d'archéol
ogie
marocaine, p. 279-282.
7. J. Marcillet-Jaubert, Les inscriptions d'Altava, Publications des Annales de la faculté
d'Aix-en-Provence, n. s., 65, 1968.
LA TABLE D'OMBRE D'AMMAEDARA
1 127
dont beaucoup sont présentées de manière analogue, sous des
arcades qui offrent elles-mêmes des décors équivalents8 (fig. 5).
Quant à la mise en page, elle correspond à un modèle particu
lièrement
appréciée à la fin de l'Antiquité : les exemples d'une
image ou d'un texte abrités sous une arcade plus ou moins sty
lisée ne manquent pas9. Ils traduisent en effet le goût contempor
ain
à la fois pour les représentations d'architecture, réelles ou
imaginaires, et pour un décor parfois luxuriant, mais toujours
strictement encadré. Les ivoires fournissent de belles attestations
de ces schémas, mais ce sont les manuscrits qui, à la même époque
que la table d'ombre d'Ammaedara, utilisent le plus volontiers, et
souvent avec beaucoup de brio, ce type de composition. On songe
en particulier aux tables de canons, nombreuses à être conservées
dès le VIe siècle. Le codex 847 de l'Ôsterreichische Nationalbibliothek de Vienne, le manuscrit add. 5111 de la British Library à
Londres (f° 11 r)10 et surtout l'évangéliaire de Rabbula (fig. 6),
précisément daté de 58611, en offrent de spectaculaires illustra
tions,que l'on rapprochera de l'inscription d'Ammaedara, plus
modeste d'allure dans la mesure où l'on y voit une légende prin
cipale à la partie supérieure de l'arcade, sous laquelle s'aligne une
colonne documentaire. Le même schéma est adapté également à
des images figurées, comme le feuillet (f° 129 v) représentant
saint Luc dans l'évangile dit de saint Augustin, conservé à Camb
ridge12
: l'évangéliste trône au centre d'un espace à quatre
colonnes ; le tympan abrite le taureau ailé tandis que l'architrave
est réservée à une inscription. Mais le rapprochement le plus inté
ressant
est sans doute fourni. par le Calendrier de 35413 : qu'il
s'agisse des illustrations de chacun des mois, de celle des sept pla
nètes,
ou des fastes, le cadre, plus complexe que sur la table
8. Ces décors ne sont pas très caractéristiques du point de vue chronologique. On les
retrouve par exemple sur un élément de lanterne en stéatite découvert à Mafraq en Jor
danie, daté du viiie siècle, sur lequel est gravé un arc décoré de croisillons et de rouelles
(Amman, Musée archéologique, J 15712). Cf. La voie royale. 9000 ans d'art en Jordanie,
Paris, musée du Luxembourg, 26 novembre 1986-25 janvier 1987, n° 357, p. 270 ; même décor
sur une plaquette en ivoire de même provenance, n° 355, p. 269.
9. H. Stern, Le calendrier de 354. Étude sur son texte et sur ses illustrations, Paris, 1953,
p. 307-340.
10. K. Weitzmann, Manuscrits gréco-romains et paléochrétiens, Paris, 1977, pi. 43,
p. 116-117.
11. Ibid., pi. 34-35, p. 100-103.
12. Ibid., pi. 42, p. 114-115. Le manuscrit est conservé au Corpus Christi Collège, codex
286.
13. H. Stern, op. cit. (n. 9), passim.
1128
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
/\
B
C
Cd
F
Fig.VX
4. - Relevé des lettres de l'inscription.
Fig. 5. - Relevé du décor des inscriptions d'Altava, d'après Marcillet-Jaubert.
LA TABLE D'OMBRE D'AMMAEDARA
Fia 6. - L'évangéliaire de Rabula (586) : table de canon.
Fia 7. - Le Calendrier de 354 : un des mois.
1129
1130
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
d'ombre, tient une place importante. Là encore, c'est l'architrave
qui porte la légende. Le nom du mois y est mentionné, et, dans le
cas des fastes, le calendrier s'étage en dessous (fig. 7). Plus sché
matique,
la table d'ombres rentre néanmoins tout à fait dans le
même système de présentation.
3. Le texte et sa restitution
Le texte lui-même est fragmentaire : deux colonnes sont à peu
près complètes, la troisième en revanche, celle du milieu est plus
endommagée et a perdu toute sa partie supérieure (fig. 8). Toute
la partie inférieure de la première colonne est en outre très usée,
en partie effacée et assez difficilement lisible. Les parties intactes
permettent toutefois, on le verra, de reconstituer sans grande dif
ficulté
le texte dans sa totalité, y compris la moitié supérieure
complètement disparue, mais qui comprenait de toute évidence
elle aussi trois arcades.
Nous donnons ici le texte, tel qu'il nous est parvenu, en indi
quant immédiatement les développements que nous proposons
(fig. 9):
Colonne 1
Aprilis
et September
Or(ae)IetXI
Or(ae)IIetX
Or(ae) III etVIIII
Or(ae) IIII et VIII
Or(ae)VetVII
Or(a)VI sol(a)
P(e)d(es)
P(e)d(es)
P(e)d(es)
P(e)d(es)
P(e)d(es)
P(e)d(es)
XXIIII
XIIII
X
VII
V
IV
Colonne 2
[Maias
etAugustus
orae I et XI
orae II et X
o[r(ae) III etVIIII
ojr(ae) IIII et VIII
[orae V] et VII
fora] VI sol(a)
Pedes XXIII
Pedes XIII]
P(e)d(es) VIIII
P(e)d(es) VI
P(e)d(es) IIII
P(e)d(es) III
Colonne 3
[Iujnius
ejt Iulius
LA TABLE D'OMBRE D'AMMAEDARA
Or(ae) I et XI
Or(ae) II et X
Or(ae) III et VIIII
Or(ae) IIII et VIII
Or(ae) V et VII
Or (a) VI sol(a)
P(e)d(es)
P(e)d(es)
P(e)d(es)
P(e)d(es)
P(e)d(es)
P(e)d(es)
1131
XXII
XII
VIII
V
III
II
La souscription se lit ainsi :
Ex iussu domfini pjatris nostri Iaquinti episcopi feci
Karthagine in vicu arci(s) aput Placidiana Fatia
Nous laisserons pour l'instant ces deux dernières lignes de
côté, puisqu'elles seront commentées plus loin par F. Bejaoui,
pour nous intéresser au corps principal du texte.
A la partie haute des deux arcades conservées sont associés les
mois d'avril et de septembre, à gauche, puis les mois de juin et
juillet, à droite ; au centre étaient mentionnés de toute évidence
les mois de mai et d'août, et sous les trois arcades perdues les
mois de janvier et de décembre, de février et de novembre, de
mars et d'octobre enfin. Il s'agit là d'un groupement qui combin
ait
les six premiers mois de l'année disposés en ordre croissant
aux six derniers en ordre décroissant.
Si nous examinons maintenant ce qui est inscrit en dessous, on
reconnaît dans chaque arcade un double dispositif, réparti en
deux colonnes sur six lignes, dont le texte, très répétitif, est fort
ement abrégé. Deux mots en effet reviennent à chaque ligne : OR,
qu'il convient de restituer en (h)or(a) ou (h)or(ae), PD, que nous
restituons P(e)d(es), et, à la sixième, SOL, que nous restituons
Sol(a). La restitution, de fait, ne pose guère de problèmes, d'au
tant plus qu'elle s'appuie, on le verra, sur des parallèles exacts.
La première colonne de chaque arcade donne donc la liste des
onze premières heures de la journée, regroupées deux à deux en
fonction de leur durée14, symétriquement par rapport à la sixième
heure, bien évidemment seule, puisqu'elle correspond à midi. La
seconde colonne offre des dimensions exprimées en pieds. On
comprend aisément que l'on a affaire ici à un tableau qui fait cor14. Rappelons en effet que la journée romaine, c'est-à-dire l'espace de temps entre le
lever et le coucher du soleil, est divisée en douze heures de durée inégale (heures tempor
aires). Une heure temporaire ne dure soixante minutes qu'à l'équinoxe. Enfin, la sixième
heure correspond à midi solaire.
1 132
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
!
00CDI
OR'I ET XI pa
pg xllli
OR<
OR
x
py
ORf I ET XI PMXXM
or!
OR
OR'IIETX
OR'IIII
OR
QRH
0 K Ull E T VIII PU VU
or'v
ETVIIHPfJVIlll
V
ORM11
ORVET Vil Kl
EP1S
OR?VlSok<
OOOOOO OG OOO
lil
1NV1CVARc:1 t
QR'VISoU
OGOGGQQOOÛG
f»d IV
KAUTAG-INF ?
Fig. 9. - La table d'ombre, restitution de la partie conservé
1134
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
respondre à chaque heure du jour une longueur, qui ne peut
guère être que celle d'une ombre. Autrement dit, l'inscription
d'Ammaedara appartient à la catégorie des « tables d'ombre »,
connues par quelques autres inscriptions, rares et plus anciennes,
des manuscrits plus tardifs et quelques textes, un passage du
traité d'agriculture de Palladius notamment15 qui, à la fin du IVe
ou au début du Ve siècle, ne donne les correspondances que pour
le mois de janvier. Bède le Vénérable, bien plus tard, en donnera
lui aussi certains éléments16. Il y a là une quarantaine de docu
ments en tout, de toutes époques et de toutes natures, en grec et
en latin, mais aussi en copte, en syriaque, en éthiopien, en armé
nienet en arabe, systématiquement recensés naguère par O. Neugebauer17.
En ce qui concerne les inscriptions, elles sont au nombre de
deux : l'une était gravée en deux tableaux symétriques sur les
montants de la porte d'entrée d'un des temples d'époque
romaine de Taphis, en Nubie18, où Gau l'avait relevée - l'un des
tableaux au moins étant déjà illisible. L'autre avait été découv
erte19 par U. Bouriant dans les ruines du couvent d'Anbâ
Sim'ân, à Contra-Syène, près d'Assouan. Deux manuscrits coptes
complètent les documents gravés20 provenant d'Egypte.
Ces parallèles et les fragments conservés du texte suffisent non
seulement pour comprendre ce qu'est l'inscription d'Ammaedara, mais aussi pour reconstituer dans le détail l'ensemble du
document - dans sa partie gnomonique tout au moins : nous igno
rons sans doute définitivement si le document comportait un titre
et une présentation, de la même manière qu'il comportait une
souscription (fig. 10).
15. De agriculture II, XXIII, éd. R. Martin, CUF, Paris, 1, 1976, p. 75-76.
16. Libellus de mensura horologii, Migne, P.L. 90, col. 951-956.
17. O. Neugebauer, « Uber griechische Wetterzeichen und Schattentafeln », Ôsterreichische Akademie der Wissenschaften, PhiL-Hist. Klasse. Sitzungsberichte, 240. Bd, 2.
Abhandlungen, Vienne, 1962, p. 28-44. Je dois à l'amitié du Pro£ A. Schmidt-Colinet d'avoir
obtenu une copie de cet article : qu'il trouve ici l'expression de ma gratitude. O. Neugeb
auer, A History of Ancient Mathematical Astronomy, 2, Berlin-Heidelberg-New York,
1975, p. 736-748.
18. Fr. Chr. Gau, Antiquités de la Nubie, pi. 11 ; Letronne, Œuvres choisies, 2e section, I,
p. 77 sqq.
19. U. Bouriant, « Sur trois tables horaires coptes », Mémoires présentés à l'Institut égypt
ien, III, Le Caire, 1900, p. 575-604.
20. Ibid.,p. 575.
P5dXXVH
OR* II ET
OR^ I
X PJd XVI
xipy XXVI
OR'
OR5
OR*
m FT viiii py XII
FT
1 ET XI
PMxvu
O9J
OPi
OR'
II ET X
OR* III FT Vllll Py xui
ORÇ
PMVlll
OR* VI Se >k*
OR* V
py VI
py VII
OR9
OR'
OR$ un ET Vlll Pfd Vllll
P'd Vil J
ET vu
OR; llllFT Vlll P*d x
VlSok*
OR* VFT Vil
OR'
Fia 10. - La table d'ombre, restitution de la partie disparue
1136
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
La partie disparue, notamment, se laisse restituer ainsi :
[Ianuarius
et Décembres
Or(ae) I et XI P(e)d(es) XXVII
Or(ae) II et X P(e)d(es) XVII
Or(ae) III et VIIII P(e)d(es) XIII
Or(ae) IIII et VIII P(e)d(es) VII
Or(ae) V et VII P(e)d(es) VIII
Or(a) Vlsol(a) P(e)d(es) VII]
Colonne 2
[Februarius
et Novembres
Or(ae) I et XI P(e)d(es) XXVI ,
Or(ae) II et X P(e)d(es) XVI
Or(ae) III et VIIII P(e)d(es) XII
Or(ae) IIII et VIII P(e)d(es) VIIII
Or(ae) V et VII P(e)d(es) VII
Or(a) Vlsol(a) P(e)d(es) VI]
Colonne 3
[Martias
et Octobres
Or(ae) I et XI P(e)d(es) XXV
Or(ae) II et X P(e)d(es) XV
Or(ae) III et VIIII P(e)d(es) XI
Or(ae) IIII et VIII P(e)d(es) VIII
Or(ae) V et VII P(e)d(es) VI
Or(a) Vlsol(a) P(e)d(es) V]
Quel que soit le mois, en effet, la colonne de gauche de chaque
arcade ne change pas, puisqu'elle donne simplement la succession
des heures de la journée, associées sur l'inscription d'Ammaedara
deux à deux, symétriquement par rapport à la sixième heure, le
milieu de la journée, c'est-à-dire le moment où le soleil est au plus
haut, tandis que de nombreux autres documents égrènent les
heures une par une, les unes à la suite des autres. La journée
romaine comportait douze heures de jour, de longueur variable.
Mais on ne s'étonnera pas de ne voir mentionnées que onze
heures : il en va de même sur la plupart des cadrans solaires et des
autres tables d'ombre. La douzième heure correspond au coucher
du soleil, c'est-à-dire au moment où l'ombre est infinie, et
échappe donc à toute mesure, comme le précise bien l'inscription
de Taphis, sur laquelle figure effectivement cette dernière heure,
LA TABLE D'OMBRE D'AMMAEDARA
1 137
mais en regard de laquelle apparaît la . mention « (ombre)
pleine », donc infinie. Au début de la première heure, la situation
est identique, ce qui prouve que la mesure de l'ombre se faisait à
chaque fois à la fin de l'heure mentionnée.
Ce qui change, comme on doit s'y attendre, ce sont les nombres
exprimés en pieds, à l'intérieur de chaque colonne d'une heure à
l'autre, et d'une colonne à l'autre pour la même heure, c'est-à-dire
d'un mois à l'autre. On observe sur la table d'Ammaedara comme
sur la plupart des autres une diminution pour la sixième heure
(celle qui constitue sur les cadrans solaires la méridienne) d'un
pied de mois en mois, de sept pieds d'ombre en janvier jusqu'à
deux pieds en juin, c'est-à-dire jusqu'au solstice d'été, puis une pro
gression
symétrique de juillet jusqu'en décembre, donc jusqu'au
solstice d'hiver. A l'intérieur de chaque journée, la progression est
identique, de la sixième heure à la onzième :l + 2 + 3 + 4 + (5x2)
et symétrique de la sixième à la première. Le rapport entre les
heures et la longueur des ombres, assez simpliste comme nous le
verrons, s'inscrit en fait sur une courbe proche d'une parabole21.
4. Commentaire
Ce type de document, on l'a vu, n'est pas une nouveauté. Il a
été étudié en détail notamment par O. Neugebauer, qui en a sou
ligné le caractère primitif : comme on le remarque aisément, il
s'agit de calculs purement arithmétiques, qui ne tiennent aucun
compte du lieu où la table est utilisée, donc des variations de lat
itude, à la différence des cadrans solaires22. En outre, aucune pro
gressivité
n'est observée à l'intérieur de chaque heure, et on
n'obtient donc qu'une approximation lorsqu'on consulte la table.
On remarque en effet avec étonnement, en regardant les docu
ments conservés, que le tableau est identique quel que soit l'en
droit où il a été trouvé. Les seules différences que l'on relève
21. La caractère simpliste de ces tables m'a été confirmé par M. D. Savoie, chef du
département d'Astronomie au Palais de la Découverte, qui a bien voulu se pencher sur
notre document, sans réussir à trouver de corrélation entre la latitude et la longueur du
gnomon, ceci grâce à un programme informatique, et en faisant varier les données : « On ne
peut trouver, m'écrit-il, aucune valeur de latitude (entre 30° et 42°) et de gnomon (en pieds)
qui donne VII pour l'hiver et II pour l'été ».
22. Dans le principe, bien entendu, chaque table pourrait aisément s'adapter à un lieu
donné ; il suffirait de calculer les données convenables avant de graver l'inscription. Mais
au vie siècle encore, à une époque où le rôle de la latitude dans la mesure du temps est
connu depuis longtemps, il n'a pas paru utile d'avoir un instrument plus précis.
1138
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
tiennent en fait, comme l'a bien montré O. Neugebauer, à des
erreurs récurrentes introduites un moment donné volontaire
ment
peut-être par des copistes ignorants, dans un souci sans
doute de simplification ou de symétrie.
Revenons en effet brièvement sur ces tables d'ombre : il semble
qu'elles aient été conçues en Grèce, peut-être en Attique, au plus
tôt au IVe siècle av. J.-C. Elles se répètent donc telles quelles sur
plus de quinze siècles, sans être abandonnées alors même que les
progrès des mathématiques et de l'astronomie antiques avaient
été considérables et avaient permis la mise au point de cadrans
solaires aussi raffinés que ceux dont Vitruve analyse en détail les
principes23. On peut penser que c'est leur simplicité d'emploi qui
en avait fait le succès. Après tout, en un lieu donné, l'essentiel était
que les gens aient une référence commune, et peu importait au
fond qu'elle ne corresponde pas à la réalité astronomique. Mais
on doit encore ajouter que la table d'Ammaedara appartient à la
série de celles qui sont les moins précises. Il en existait en effet de
deux types, les unes qui faisaient référence aux signes du
zodiaque, les autres, comme celle d'Ammaedara, aux mois de
l'année, qu'il s'agisse des mois grecs, latins ou égyptiens. Les pre
mières
peuvent apparaître plus précises, puisqu'elles tenaient
mieux compte des mouvements du soleil : on voit bien sur la table
d'Ammaedara que l'absence de progressivité ne permet en
aucune manière de se situer précisément par rapport aux
moments importants du cycle de la lumière, en particulier les sol
stices,
puisque le document mentionne de manière globale juin et
juillet, décembre et janvier, dans une fausse symétrie. Mais initi
alement les deux types comportaient en fait sept colonnes, et non
pas six, les mois de décembre et de juin, qui correspondaient aux
solstices, étant logiquement isolés24. Par une simplification
abusive, peut-être par souci de symétrie comme nous l'avons dit,
certains copistes ont rapproché les mois de décembre et de
janvier, et ceux de juin et de juillet, aboutissant à la présentation
que nous avons ici, dans laquelle, de nouveau, la rigueur astrono
miquene trouve guère son compte ; mais une inscription à six
colonnes est plus commode à disposer qu'un texte à sept colonnes.
23. Vitruve, De architectura, 9 (éd. J. Soubiran, CUF). Ci le commentaire de l'éditeur,
p. lvi-lx.
24. On avait ainsi décembre, janvier et novembre, février et octobre, mars et septembre,
avril et août, mai et juillet, juin, ce qui changeait de manière significative la table.
LA TABLE D'OMBRE D'AMMAEDARA
1139
On soulignera que cette nouvelle inscription est la première
attestation en Afrique d'une table d'ombre, dont l'usage était
encore, à la fin de l'Antiquité, largement répandu jusqu'en Occi
dent, comme le montre le passage de Palladius cité plus haut, qui
correspond manifestement à un document de cette nature. Mais
on doit s'interroger sur la réalité pratique à laquelle correspond
ait
cette table. Notons d'abord que nous ignorons complètement
sa localisation primitive : certes, ses fragments ont été découverts
dans le chœur de l'église ; mais ils n'étaient pas en place, et nous
ne pouvons savoir s'ils y étaient affichés - ce qui n'est pas exclu,
s'ils provenaient d'une autre partie de l'édifice ou même s'ils
avaient été apportés des alentours. Nous ne savons pas non plus
comment l'inscription se présentait - encastrée dans un massif de
maçonnerie ou accrochée à un mur, par exemple. Observons seu
lement
qu'elle était de lecture difficile en ce sens que les lettres
en sont très petites (1 cm au maximum) et qu'il fallait donc s'en
approcher beaucoup pour pouvoir la lire : on imagine mal qu'elle
ait été à la disposition d'un large public, ce qui s'accorderait bien
d'ailleurs avec une situation dans une partie réservée de l'église.
Il pourrait bien s'agir en fait d'un document technique, en
quelque sorte, que seul un préposé utilisait, pour en communiquer
les indications à d'autres, la communauté des fidèles ou même
celle de l'ensemble des habitants de la ville, par un moyen que
nous ignorons, sonore peut-être25.
Mais la question délicate se pose alors de savoir à quoi fa
isaient
référence les longueurs d'ombre que donne le texte : autre
ment dit quel était le repère qui engendrait cette ombre. On
pense immédiatement à un gnomon, comme pour un cadran
solaire, c'est-à-dire à une tige métallique ou à un élément plus
étoffé, oblique ou vertical, comme l'obélisque de Vhorologium
Augusti à Rome (fig. 11). L'inscription d'Haïdra aurait ainsi cor
respondu
à une installation véritable, mise en place à proximité
de l'église ou ailleurs dans la ville, et dont elle aurait constitué en
quelque sorte le mode d'emploi qui permettait de l'étalonner26.
25. Sur cette question, cf. la mise au point de J. Biarne, « Le temps des moines d'après
les premières règles monastiques d'Occident (rV-v* s.) », dans Le temps chrétien de la fin de
l'Antiquité au Moyen-Âge (iiF-xnf s.), J. M. Leroux (éd.), Actes du colloque, Paris 9-12 mars
1981, Paris, 1984, p. 99-128, en particulier p. 126-128.
26. La question est posée par exemple par R. Martin à propos du texte de Palladius cité
précédemment (n. 15), p. 207.
1 140
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
Mais on comprendrait mal, alors, la raison pour laquelle on n'aur
ait pas tout simplement mis en place un cadran solaire, qui
donnait l'heure directement, et de manière infiniment plus
précise, sans qu'on ait besoin d'avoir recours à une table. L'in
térêt de cette dernière résidait bien dans sa simplicité d'emploi
qui compensait son schématisme : la table d'ombre pouvait être
utilisée n'importe où et par n'importe qui. En effet, comme on l'a
suggéré27, l'élément de référence peut être l'utilisateur lui-même,
qui mesure sa propre ombre au pied, et se réfère ensuite au
tableau de correspondance. Certes, la mesure reste approximat
ive,
puisque la taille diffère d'une personne à l'autre, mais la sim
plicité
d'emploi est considérable, puisqu'il peut se faire n'importe
où et sans aucun instrument28. Reste une troisième possibilité, au
moins théorique : la longueur mesurée n'est pas celle d'une'
ombre, mais celle marquée sur un repère préalablement tracé au
sol ou sur un mur par un point lumineux obtenu par le passage
d'un rayon solaire dans un orifice percé à travers un mur ou la
vitre i d'une fenêtre ; le principe est celui de la méridienne,
appliqué de manière courante, mais parfois spectaculaire, à
l'époque moderne en bien des endroits. Citons seulement, parmi
beaucoup d'autres, l'église Saint-Sulpice à Paris, la Madeleine de
Besançon, ou bien encore l'étonnante horloge solaire de l'ancien
collège des Jésuites à Grenoble (l'actuel lycée Stendhal), datant
de 167329. Nous ne connaissons pas d'attestation de ce système
dans un édifice antique, mais le principe était connu, puisqu'il est
utilisé pour certains cadrans solaires : signalons seulement ici le
remarquable exemplaire entré récemment dans les collections du
musée du Louvre, dont la forme est celle d'un skyphos en pierre ;
c'est à l'intérieur du vase que se déplace le rayon lumineux30. On
27. O. Neugebauer, 1975, op. cit. (n. 17), p. 738, qui signale que l'indication est donnée
par « several of our texts », sans préciser davantage ses sources.
28. Dans le cas d'une activité récurrente (réunion, repas, prière...), il suffit même de
mémoriser la longueur d'ombre correspondant à l'heure utile, sans avoir à sa disposition en
permanence la table.
29. N. Jaulin, Ch. Schaerer et N. Vallon, L'horloge solaire du lycée Stendhal, Grenoble,
1984. Ma gratitude va à Renée Colardelle qui m'a procuré une copie de cette brochure.
30. Du soleil et du marbre : un vase romain à mesurer le temps, Musée du Louvre, Dép.
des Antiquités grecques, étrusques et romaines, feuillet « L'œuvre de la saison », 2002 ;
Musée du Louvre, magazine ager : Dernières acquisitions, un vase romain à mesurer le
temps, janvier 2002 (http://www.louvre.fr//francais/magazine/acquisit/ager/cadran.htm). Ce
vase a fait l'objet d'une communication de M. A. Pasquier devant l'Académie des Inscrip
tionset Belles-Lettres : « Du soleil dans une coupe ; une nouvelle horloge romaine au
Musée du Louvre », CRAI 2000, p. 643-656.
LA TABLE D'OMBRE WAMMAEDARA
1141
Fig. 11. - Vhorologium Augusti sur le Champ de Mars, d'après E. Buchner,
Solarium Augusti.
notera en passant que le calcul de la latitude permet de penser
que c'est pour Carthage que cet objet a été exécuté. L'idée d'une
méridienne est très séduisante pour l'inscription d'Haïdra, parce
qu'elle justifierait la présence de l'inscription dans l'église31. Tout
efois, force est de constater que rien, sur le dallage des nefs ou à
proximité de l'église, ne vient corroborer cette hypothèse. On en
restera donc, plus sagement nous semble-t-il, à l'idée la plus cou
rante,
celle de l'ombre individuelle : l'acte d'évergétisme de
l'évêque Hyacinthe portait dans ces conditions non pas sur un
instrument, dont il est peut-être vain d'attendre la trace sur le
site, mais sur la table d'ombre elle-même.
F. Bejaoui expose plus loin l'intérêt des deux dernières lignes
de l'inscription, qui fournit une superbe attestation des préoccu
pations d'un évêque de l'époque byzantine vis-à-vis du confort
des membres de sa communauté. Mais ce document dans son
ensemble illustre une fois de plus l'attention portée dans la ville
antique, jusqu'à l'époque byzantine à la mesure de l'heure. Déjà,
rappelons-le, Aristophane, dans Y Assemblée des femmes, témoi
gnait de ce souci, par une allusion qui pourrait bien se référer à
l'équivalent d'une table d'ombre :
« Toi, déclare l'un des personnages à un autre, tu n'auras d'autre
souci, quand l'ombre sera de dix pieds, que d'aller tout pimpant au
dîner »32.
De la même manière, les Deipnosophistes mettent en scène un
parasite invité à dîner à l'heure où son ombre atteindra une cer31. Signalons seulement qu'elle a été envisagée également par M. A. Guerbabi à propos
du cadran solaire dont les ligne sont gravées sur le sol du forum de Timgad : A. Guerbabi,
« Chronométrie et architecture antique : le gnomon du forum de Thamugad », dans Africa
romana, 10, 1992, p. 359-402, en particulier p. 397.
32. L'Assemblée des femmes, v. 651-652 (trad. H. Van Daele, Paris, 1997, CUF).
1142
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
taine longueur33. Mais les attestations de la présence au milieu de
la ville de cadrans solaires destinés à un usage public, fruit d'un
mécénat de la part des notables, sont nombreuses34 : il suffit de
relever les inscriptions qui mentionnent le don d'un horologium,
qui accompagne souvent d'autres constructions plus monumenta
les.
Ainsi à Alatri, en Italie35 et à Apulum en Dacie, l'horloge
vient s'ajouter à la construction d'un temple36 ; à Nogara, dans le
Nord de l'Italie, comme à Pompéi, c'est avec une schola qu'est
offert le solarium ou V horologium37. L'installation devait
d'ailleurs être parfois complexe, puisqu'à Martos, en Bétique,
l'inscription précise que l'instrument a été mis en place sur un
terrain donné par la cité, et qu'à Talloires en Savoie c'est avec un
bâtiment, cum suo aedificio, et tout son décor de statues qu'il est
donné ; bien plus, on l'accompagne d'un esclave pour l'entretenir.
On peut alors douter qu'il s'agisse d'un véritable cadran solaire,
qu'on voit mal abrité sous un édicule : ne pourrait-il s'agir d'une
horloge à eau, comme en décrit Procope de Gaza ? Celui-ci
consacre en effet tout un poème à une description minutieuse de
l'extraordinaire horloge qui s'élevait au vie siècle près de l'agora
de Gaza38 : installée sous un petit édicule, protégée par des grilles
pointues de la curiosité intempestive des badauds, elle fonction
nait
comme un véritable automate, dotée de portes qui s'ouvrent
et de personnages qui s'animent et se déplacent à chaque heure,
même la nuit, comme le feront plus tard certaines horloges astr
onomiques
(fig. 12). Le goût pour ces machines complexes et
animées, déjà mises au point à l'époque hellénistique, paraît avoir
été particulièrement répandu à la fin de l'Antiquité : une lettre de
Théodoric à Boèce, rapportée par Cassiodore39, montre le souve
raindiscutant de tels engins, et réclamant en même temps deux
horloges, l'une solaire, pour le jour, l'autre à eau pour la nuit40.
33. Deipnosophistes, I.8c.c et B.213.
34. Sur les cadrans solaires antiques : Sh. Gibbs, Greek and Roman Sundials, 1976 ; RE,
VIII, s.v. horologium (Rehm, 1913), col. 2416-2433 ; Thésaurus linguae latinae, s. v. horolo
gium,col. 2912-291 A (Lausberg) ; Neue Pauly, 12/1, s. v. Uhr (2002), col. 909-976. 35. ILS 5348.
36. ILS 5625.
37. ILS 5619 ; ILS 5620. Le terme de solarium revient en Campanie, ILS 5622.
38. H. Diels, « Uber die von Prokop beschriebene Kunstuhr von Gaza », dans Kônigliche Preussische Akademie der Wissenschaften. Phil-hist. Abhandlungen, 1917, 7.
39. Cassiodore, Variae, I, XLV (datée de 507) (éd. A. J. Fridh.Turnhout, 1973, p. 49-51).
40. Une épigramme de Paul le Silentiaire, Anthologie grecque, IX, 782, doit décrire une
telle horloge à eau.
LA TABLE D'OMBRE WAMMAEDARA
1143
Fig. 12. - L'horloge à eau de Gaza. Reconstituée par H. Diels.
A Nîmes enfin, un certain Sextus Utilius Perseus dédie au dieu
Nemausus un horologium et deux chandeliers en argent : pous
sant l'hypothèse jusqu'au bout, nous verrions volontiers dans la
présence de ces deux luminaires un indice qu'il s'agissait de
nouveau d'une horloge à eau, qui pouvait aussi fonctionner de
nuit, comme l'horloge de Gaza : quelques siècles plus tard, Cassiodore, de nouveau, ne recommande-t-il pas d'installer dans son
monastère de Cassiciacum à la fois un cadran solaire pour le jour
et une horloge à eau pour la nuit41, de telle sorte que l'heure soit
indiquée en permanence pour les « soldats du Christ » prêts à la
prière, quels que soient le temps et le moment de la journée ? De
telles mentions de dons d'appareils pour mesurer le temps se ren
contrent
partout dans le bassin méditerranéen : en Afrique, deux
autres inscriptions le soulignent opportunément, l'une fragmen-
41. Cassiodore, lnstitutiones, I, XXX, 4-5 (éd. R. A.B. Mynors, Oxford, 1937, p. 77-78).
1 144
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
taire à Bejaia42, l'autre à Zraïa43. Rappelons que Trimalcion
prévoit expressément au milieu du décor surchargé qui encomb
rerason tombeau la présence d'une horloge « pour que (dit-il)
quiconque regarde l'heure, bon gré, mal gré lise aussi mon
nom »44. Cette préoccupation est telle qu'il existait même des
cadrans solaires de voyage, de poche en quelque sorte, qui étaient
conçus de manière à s'adapter à diverses régions, grâce à un jeu
de plaquettes : un des exemplaires retrouvés est prévu pour être
utilisé en Afrique45.
Tous ces cadrans solaires trouvaient en quelque sorte leur
accomplissement dans le monumental horologium mis en place à
Rome sur le Champ de Mars par Auguste, dont le gnomon n'était
autre qu'un obélisque et dont les lignes étaient incrustées en
bronze sur le dallage de la place46. Mais à une moindre échelle,
une installation un peu plus simple figurait sur le dallage du
forum de Timgad47 et une autre sur le pavement de la cour du
capitole de Lambèse48. Rappelons enfin l'hypothèse récente
d'Ernst Kunzl, à propos d'un globe en bronze sur lequel étaient
gravées les planètes, acquis par le Rômisch-Germanisches Zentralmuseum de Mayence : la sphère aurait couronné un petit obé
lisque
qui aurait pu appartenir à un cadran solaire analogue, en
miniature, à V horologium Augusti, et qui se serait élevé en terrain
privé49. Ce dernier aménagement, s'il est bien vérifié, est particu
lièrement
intéressant pour la, réflexion sur l'inscription d'Ammaedara : si l'on suppose que celle-ci correspondait à une
installation concrète, elle devait être, approximativement, de la
42. S. Gsell, Bulletin archéologique du Comité des Travaux historiques, 1899, p. clxxxiii.
L'inscription, « découverte lors de la construction du presbytère », n'a pas été reprise dans
le CIL VIII. Je dois cette référence à l'amical concours de J.-P. Laporte, qui a vu lui-même
la pierre en 1970 au musée de Bejaia [Saldaé). Je le remercie chaleureusement de l'intérêt
manifesté pour cette recherche.
43. CIL VIII, 4515.
44. Pétrone, Satiricon, 71 (trad. P. Grimai, Paris, 1960, p. 116).
45. Sur les viatoria pensilia, cf. E. Buchner, Chiron, 1, 1971, p. 457-459 ; 3, 1973, p. 129 ;
6, 1976, p. 334.
46. E. Buchner, Die Sonnenuhr des Augustus : Nachdruck aus RM 1976 und Nachtrag
uber die Ausgrabung 1980/1981, Mayence, 1982.
47. R. Cagnat, Carthage, Timgad, Tébessa et les villes antiques de l'Afrique du Nord,
Paris, 1909, p. 75 ; A. Guerbabi, « Chronométrie et architecture antique : le gnomon du
forum de Thamugadi », dans Africa romana, 10, 1992, p. 359-402.
48. G. Bel, « Le gnomon du Capitole de Lambèse », Revue Africaine, 73, 1932, p. 319323.
49. E. Kunzl, « Ein rômischer Himmelsglobus der mittleren Kaiserzeit. Studien zur
rômischen Astralikonographie »,Jahrb. des Rômisch-germanischen Zentralmuseums Mainz,
47, 2000, p. 495-594 ; cf. également id., Himmelsgloben und Sternkarten. Astronomie und
Astrologie in Vorzeit, Munich, 2004.
LA TABLE D'OMBRE D'AMMAEDARA
1 145
taille de celle que permet de supposer le globe de.Mayence50.
Nous avons dit plus haut, toutefois, que l'hypothèse du cadran
solaire ne nous paraissait pas la plus probable.
Reste à comprendre ce qui a pu pousser un évêque africain du
vr siècle à commander une telle inscription. Son intérêt pour la
vie urbaine et le confort des citadins constitue peut-être un
élément Lde réponse. Il n'y a d'ailleurs rien d'extraordinaire à
trouver dans une église un dispositif destiné à la mesure du
temps : les fouilles de la basilique de Damous el Karita, à Carthage, ont livré un cadran solaire, d'un type tout à fait ordinaire,
mais que distingue la présence au fond de la conque d'une croix
monogrammatique flanquée de l'alpha et de l'oméga51. Mais
l'examen des autres tables d'ombre conduit à envisager une autre
hypothèse. Dans l'un des manuscrits coptes, en effet, la mention
de la dixième heure est purement et simplement remplacée par le
mot copte équivalent de crûvaÇiç, « assemblée »52. Dans ce cas, le
propos est clair : la table sert, entre autres choses, à signaler à la
communauté des fidèles ou des religieux l'heure de se réunir. En
est-il de même pour toutes les tables de date tardive ? On ne peut
l'affirmer, mais on ne saurait non plus écarter d'emblée cette
idée. Nous avons rappelé plus haut le souci de Cassiodore
d'éviter aux moines de Cassiciacum de manquer le temps de la
prière, de nuit comme de jour, et toutes les grandes règles monast
iques qui se mettent en place en Occident depuis la fin du
IVe siècle, la Règle du Maître comme la Règle de saint Benoît
notamment, insistent sur la régularité de l'organisation de la vie
conventuelle, donc sur la nécessité de trouver un moyen de
marquer les heures53. Mais, à ces réflexions que suscite la table
d'ombre proprement dite, s'ajoutent les précisions essentielles
que fournissent les deux dernières lignes de l'inscription, que
50. Pline, parfaitement sensible aux problèmes liés aux variations de latitude (HN, II,
182 et VI, 212), fournit un certain nombre d'éléments pour calculer la hauteur du gnomon
en fonction de l'ombre, en Afrique notamment. Pour lui (HN, VI, 218) le rapport entre la
hauteur du premier et la longueur de la seconde serait à l'équinoxe, à midi, de 35/24, soit
1,46. Sur le même thème, Vitruve, De architectura, II, 75-77. Rappelons que les coordonnées
d'Haïdra sont de 8° 27 E pour 35° 34 N. Nous reviendrons ailleurs sur les données chiffrées
de la table d'ombre d'Haïdra et les données concrètes que l'on peut éventuellement en
tirer.
51. P. A. Delattre, « Les dépendances de la basilique de Damous-el-Karita à Carthage »,
CRAI, LV, 1911, p. 573 (fig. 2) et 574.
52. U. Boudant, op. cit. (n. 19), p. 592 et 595.
53. J. Biarne, « Le temps des moines d'après les premières règles monastiques d'Occi
dent(rV-V s.) », op. cit. (n. 25), p. 99-128.
1 146
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
commente maintenant F. Bejaoui et qui apportent un éclairage
original sur le document à'Ammaedara.
II. Le commanditaire et l'atelier d'origine de la table d'ombre,
par M. Fethi Bejaoui
Une fois identifiée la nature de l'inscription d'Ammaedara, il
reste à analyser le contenu des deux lignes gravées dans la partie
inférieure de ce document insigne.
Pour la première ligne, on proposera la lecture suivante :
Ex iussu domni patris nostri Iaquinti episcopi feci
Quant à la seconde ligne, plus effacée dans son début, on peut
lire :
Kartagine in vicu arcis aput Placidiana Fatia
A la lumière de cette lecture quelques remarques s'imposent
concernant le texte, tout d'abord à la fin de la première ligne.
Ainsi le verbe feci, à la première personne du singulier, donne à
penser que le donateur de la table d'ombre, celui qui l'a fait faire
à ses frais, devait être nommé dans la partie supérieure du docu
ment, aujourd'hui malheureusement mutilée. Si cette hypothèse
est acceptée, le pieux fidèle a obéi à l'injonction {ex iussu) de
l'évêque d'Ammaedara {episcopi), nommément identifié :
Iaquinti.
On notera tout d'abord que l'expression ex iussu est plutôt
rare à l'époque byzantine - à laquelle il faut, comme on le verra,
situer le document54. En effet, on est plutôt habitué à l'emploi de
iussu ou iubente, dans les inscriptions religieuses comme dans les
dédicaces de constructions militaires, en particulier dans l'exar
chatde Carthage. Ainsi, l'on précisait que l'ordre et parfois l'a
ssentiment
donnés étaient soit d'origine divine55 soit d'origine
impériale, transmis alors par l'intermédiaire du préfet du pré-
54. Y. Duval, Loca sanctorum Africae, Le culte des martyrs en Afrique du IVe au Vf siècle
(Collection de l'École française de Rome 58), Rome, 1982, p. 171.
55. Ibid., p. 473-474 et n°" 68, 142 b et 186. Pour ces deux inscriptions de Ain Kebira et
El Asnam en Algérie, les textes évoquent une memoria martyrum. Voir également un
linteau des réserves du Musée du Bardo sans indication de provenance : L. Ennabli, Cata
logue des inscriptions chrétiennes du Musée du Bardo, INP, Tunis, 2000, n° 100 p. 145.
LA TABLE D'OMBRE Tf AMMAEDARA
1 147
toire56. Enfin l'ordre pouvait émaner d'un ecclésiastique dans le
cadre du culte rendu à un saint. A cet égard, l'un des meilleurs
exemples est donné par une inscription de Maxula en Numidie
(aujourd'hui Kenchala, en Algérie) : un certain Donatus fit
construire les piliers d'une église, l'ordre émanant de l'évêque
Purpurins ; cette œuvre était dédiée à saint Montanus57. Ici, à
Ammaedara, l'ordre fut donné par l'évêque, Monseigneur Hyac
inthe {Iaquintus).
Apparemment l'emploi de l'adjectif possessif nostri tend à
éviter toute ambiguïté sur le diocèse concerné, puisque la ville de
Carthage (Kartagine) est mentionnée par la suite. Assurément,
cette ville n'est pas le siège de l'évêque et l'expression Patris
nostri, en faisant référence à la communauté & Ammaedara, celle
du locuteur (feci), élimine indirectement toute possibilité de
penser au siège épiscopal de Carthage.
Remarquons également l'usage assez exceptionnel pour
l'époque, mais devenu courant dans la suite des temps, dans le cas
d'un évêque, de dominus (domini patris nostri), titre en général
réservé au Christ, aux saints martyrs, à l'empereur et parfois aux
gouverneurs de provinces58. Nous disposons par ailleurs d'un
exact parallèle à l'usage reconnu dans le texte d' Ammaedara, à
Rouis dans la région de Theveste (Tébessa), cité voisine. Il s'agit
d'une dédicace en souvenir de plusieurs martyrs (Maxima, Donatilla, Secunda...) datant de l'époque byzantine ; elle fut l'œuvre
de l'évêque Faustinus, qualifié de dominus pater59. Ailleurs qu'en
Afrique, à Ravenne en Italie, nous retrouvons cet usage pour un
grand dignitaire ecclésiastique : Petrus archiepiscopus60.
Revenons maintenant à Dominus Iaquintus, Monseigneur
Hyacinthe, évêque &Ammaedara. Cet homme d'église fut très
actif dans sa ville durant la seconde moitié du VIe siècle, en pleine
époque byzantine. En effet (et c'est là, un autre intérêt de ce
document), le nom de l'évêque est cité sur une autre inscription
du même site. Ainsi dans un édifice, peut-être une chapelle,
aménagé directement sur le dallage d'une importante voie reliant
56. C'est le cas de plusieurs ouvrages défensifs : J. Durliat, Les dédicaces d'ouvrages de
défense dans l'Afrique byzantine, Rome, 1981, p. 96.
57. Y. Duval, op. cit. (n. 54), n° 82, p. 170-171.
58. Pour l'emploi de dominus en général, c£ ibid., p. 776-777.
59. Ibid.,n° 64 p. 238-239.
60. E. Diehl, Inscriptiones latinae christianae veteres, Berlin, rééd., 1961, n° 1006.
1 148 - COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
Ammaedara à Thélepte, une dizaine d'inscriptions, toutes des épitaphes sauf une, ont été retrouvées ces dernières années61. Elles
sont réparties dans les différentes pièces de cet espace de plan
rectangulaire. Le seul texte qui ne soit pas funéraire tout en occu
pant un emplacement privilégié présente le procès verbal de
dépôt des reliques de deux saints martyrs, l'un romain, Sébastien,
l'autre oriental, Isidore (fig. 13). Ce texte précise que la cér
émonie
proprement dite a été présidée par l'évêque Iaquintus,
assurément le même que celui de la présente table. On notera
que l'orthographe latine est identique dans les deux cas pour ce
nom d'origine grecque qui est en fait Hyacinthus (avec deux H
aspirés). Il est plutôt rare, puisque nous n'en connaissons que
quelques exemples romains et un seul africain62. La mention d'un
membre du clergé, et particulièrement d'un évêque, sur deux ins
criptions
différentes provenant d'un même site ne se retrouve, à
ma connaissance, en Afrique que deux autres fois : à Ammaedara
même, pour les évêques Melleus et Secundus, connus l'un et
l'autre par leur epitaphe et par une mention sur un procès-verbal
de dépose de reliques, et tous deux d'époque byzantine63. Par
ailleurs aucun doute n'est permis quant à la datation des deux
documents concernant Hyacinthe, tous les deux d'époque byzant
ine.Or plusieurs données archéologiques permettent d'affiner
encore cette datation.
Comme l'a signalé Fr. Baratte, la table d'ombre a été décou
verte dans une église à l'intérieur de la citadelle. D'après les
données de l'épigraphie et de l'archéologie, on sait qu'elle avait
été aménagée au vie siècle. Or, dans l'une des pièces jouxtant la
salle où fut trouvé le procès verbal de; dépôt des reliques de
Sébastien et Isidore, et parmi les épitaphes découvertes, il s'en
trouve une, celle d'un certain Chresconius, qui est datée non seu
lement
par la mention de l'indiction mais également par une pré
cision
décisive : la quatrième année du règne de l'empereur
Justin II : anno IIII d(o)m(ini) Iustini imp(eratoris)64. Bien que ce
61. F. Bejaoui, « Le monument chrétien au sud de l'oued », dans Fr. Baratte, F. Bejaoui
et Z. Ben Abdallah (éd), Recherches archéologiques à Haïdra. Miscellanea 2 (Coll. de
l'École française de Rome, 17/2), Rome, 1999, p. 209-227.
62. E. Diehl, op. cit (n. 50), 1961, nos 983, 1774, 148 et 4669 pour Carthage. <
63. Melleus est mentionné dans la basilique I : Y. Duval, Inscriptions chrétiennes
d'Haïdra, Rome, 1975, n08 1 et 3, p. 20-27. Secundus est connu dans la basilique VII, d'où pro
vient aussi la table d'ombre : Fr. Baratte, op. cit. (n. 2).
64. F. Bejaoui, op. cit. (n. 61), p. 223-224.
LA TABLE D'OMBRE D'AMMAEDARA
1 149
Fig. 13. - Haïdra, monument chrétien au sud de l'oued. Procès-verbal de
dépose de reliques mentionnant l'évêque Hyacinthe.
mode de datation soit peu usité, du moins dans l'état actuel de
nos connaissances sur l'Afrique byzantine65, il est remarquable
qu' Ammaedara nous en donne un autre exemple avec le procèsverbal de dépôt des reliques de saint Cyprien découvert dans la
cathédrale de la ville. Ce procès verbal est daté lui aussi de la qua
trième
année du règne de Justin II, la cérémonie étant en l'occur
renceprésidée par l'évêque Melleus déjà cité.
On en viendra maintenant à la seconde ligne de l'inscription.
On propose d'y reconnaître la mention expresse du centre de
fabrication de notre table : Carthage, plus précisément in vicu
arcis, c'est à dire dans le quartier de la forteresse ou de la ville
haute66. On pense naturellement à la colline de Byrsa. Cette iden
tification
peut être justifiée par deux éléments.
65. Pour ce mode de datation, N. Duval, « Le système de datation dans l'Est de
l'Afrique du Nord à la fin de l'Antiquité et à l'époque byzantine », Ktema, 18, 1993, p. 189211.
66. On doit noter que le 5 d'arcis ressemble au signe d'abréviation communément
appelée tilde ondulé avec lequel il est souvent confondu, comme sur une autre inscription
de Haïdra où il s'agit plutôt d'un 5 alors que l'abréviation utilisée est un tilde horizontal :
épitaphe de Chresconius citée supra et n. 10.
1 150
COMPTES RENDUS DE L'ACADÉMIE DES INSCRIPTIONS
Le premier est le terme vicus, qui signifie dans ce contexte
« quartier » et qui était par ailleurs en usage tant à Carthage qu'à
Rome, comme l'a précisé ces dernières années A. Beschaouch en
rappelant en particulier un texte de saint Augustin qui mentionne
dans une région ecclésiastique de Carthage le quartier de Saturne
appelé communément « le quartier du vieux » : vicus senis67. Le
second élément est relatif à l'emploi d'arx qui est tout à fait appro
priépour désigner un lieu élevé, une muraille, sinon une cita
delle68.
Par ailleurs plusieurs témoignages des sources anciennes
concordent pour nous assurer que la colline de Byrsa, cette éminence si spécifique du paysage de Carthage et qui s'élève à une
cinquantaine de mètres de hauteur, a été tout le long de l'histoire
successivement une place forte, une citadelle où se sont réfugiés
les derniers résistants puniques à l'assaut des Romains, puis un
centre de vie civique et religieuse à l'époque romaine. La colline
est ensuite la résidence des rois vandales et, à l'époque byzantine,
elle connaît de nouveau des remparts et un système défensif très
puissant et impénétrable, selon le témoignage même de Procope.
Plus tard, au xie siècle, le géographe arabe Al Bakri évoquera à
son tour un édifice fortifié qu'il attribue nommément à Solomon,
préfet du prétoire d'Afrique à deux reprises en même temps que
commandant suprême des armées et dont la tradition orale arabe
a conservé le souvenir, sans doute parce qu'il a été à l'origine de
la fortification de l'Afrique69.
Reste à commenter, pour finir, les derniers mots de cette ins
cription.
Il s'agit de la désignation du lieu exact de la fabrication
de notre table puisqu'on mentionne avec exactitude le nom du
propriétaire de l'atelier. L'emploi d'aput est évidemment pour
apud avec l'assourdissement du D final comme on en connaît plu-
67. A. Beschaouch, « Territoire de Carthage et agri excepti », CRAI 1997, p. 366 et sqq.
pour le texte de saint Augustin, De consensu evangelistarum, I, 23, 36. Le même Père de
l'Église évoque également le quartier des argentiers sur la colline de Byrsa : Confessions,
VI, IX, 14.
68. Plusieurs inscriptions d'époque byzantine commémorant la construction d'ouvrages
défensifs en Afrique sont connues : N. Durliat, op. cit. (n. 56), 1981, p. 37, n° 15 à Ain Jeloula,
Cululis en Tunisie.
69. Pour la colline de Byrsa, les références sont évidemment abondantes, on retiendra
pour la période byzantine : Ch. Diehl, L'Afrique Byzantine, Histoire de la domination byzant
ine
en Afrique (533-709), Paris, 1896, p. 389 ; L. Ennabli, Carthage, Une métropole chrétienne
du IVe à la fin du vif siècle, Études d'Antiquités africaines, Paris, 1997, p. 82-87. Plus récem
ment, une intéressante étude sur la colline de Byrsa a été présentée par L. L. Sebaï : « Byrsa
au Moyen Âge, de la basilique sainte Marie des rois vandales à la mu'allaqa d'Al Bakri »,
dans Antiquité tardive, 10, 2002, p. 263-267.
LA TABLE D'OMBRE D'AMMAEDARA
1151
sieurs exemples, dont deux au moins à Ammaedara70. Il s'agit
d'une table faite chez Placidiana. Il s'agirait donc d'une femme.
On lit ensuite clairement Fatia ; puisqu'il n'y a pas de possibilité
pour deux T, il faut en effet se résoudre à lire un T suivi d'un /.
On est tenté d'y voir un diminutif de Bonifatia comme nous y
incite le cas de FatiusIBonifatius mentionné à Hippone par saint
Augustin lui-même dans l'un de ses sermons. Quant à la forme
Placidiana, au lieu de l'accusatif Placidianam attendu après apud,
le phénomène pourrait s'expliquer par la chute du M, comme
c'est le cas sur d'autres inscriptions de Haïdra71.
Nous hasarderons la traduction suivante :
« Sur les instances de monseigneur l'évêque, notre père Hyacinthe,
j'ai fait fabriquer (ceci) à Carthage, dans le quartier de la citadelle,
chez Placidiana Fatia »,
en soulignant l'intérêt de cette mention d'atelier, dirigé qui plus
est par une femme, et en rappelant qu'il en existe quelques autres
sur des cadrans solaires72.
On retiendra donc la nouveauté absolue que représentent dans
l'Afrique chrétienne à la fois l'objet archéologique et l'inscrip
tion
qu'il comporte. Et l'on mettra en exergue la continuité de la
tradition évergétique en Afrique, depuis la parure des temples
sous le Haut Empire jusqu'à l'équipement liturgique des églises,
en pleine période byzantine.
*
*
*
MM. Jean-Pierre Callu, Azedine Beschaouch, associé
étranger de l'Académie, Serge Lancel et Emmanuel Poulle
interviennent après cette communication.
70. N. Duval, op. cit. (n. 63), nos 200 A et C. Commentaire p. 209 : il s'agit de l'inscription
des martyrs de la persécution de Dioclétien.
71. Pour Placidiana, quelques exemples sont connus : I. Kajanto, The Latin Cognomina,
Helsinki, 1965, p. 262. Un exemple africain provient de Bir Oum Ali, CIL VIII, 10660. Je
dois cette précieuse information au Professeur Dominique Briquel, professeur de latin à
l'Université de Paris IV-Sorbonne et à l'amitié de François Baratte : qu'ils trouvent ici l'e
xpression
de ma gratitude. Pour le diminutif de Bonifatius : Augustin, Sermo 355,5,
éd. Lambot, Stromata patristica et mediaevalia, I, p. 128, ligne 26, cité dans A. Mandouze,
Prosopographie chrétienne du Bas-Empire, Afrique (303-533) Paris, 1982, p. 155. Pour la
chute du M à Haïdra, voir Y. Duval, op. cit. (n. 63), 1975, p. 502.
72. Sh. Gibbs, op. cit. (n. 34).
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising