wahl elodie

wahl elodie
UNIVERSITÉ STRASBOURG II – MARC BLOCH
ÉCOLE DOCTORALE DES HUMANITÉS
DOCTORAT DE SOCIOLOGIE
ELODIE WAHL
Le travail, la production, l’emploi.
Généalogie compréhensive des dimensions anthropologique,
économique et sociale du travail. Etude appliquée au cas Français.
Thèse dirigée par Patrick WATIER
Laboratoire : Cultures et sociétés en Europe.
UMR 7043
Université Marc Bloch
Le Patio
22 rue René Descartes
67 000 STRASBOURG
Résumé
Nous proposons de distinguer trois dimensions que recouvre la notion de travail et
d’en faire la généalogie. La dimension anthropologique du travail concerne l’action technique
sur la nature, créatrice de mondes sociaux. La dimension économique du travail concerne la
production de marchandises. La dimension sociale du travail concerne le statut juridique des
travailleurs et les droits qu’ouvre l’emploi. Nous étudions dans un premier temps la
philosophie du travail à travers les œuvres de Marx et de Simone Weil, et nous rendons
compte de la manière dont le mouvement ouvrier français se l’est appropriée. Dans un second
temps, nous rendons compte de l’évolution économique française de 1945 à nos jours. Nous
montrons de quelle manière la société de production a transformé et diversifié les activités
salariées. Enfin, dans une dernière partie, nous interrogeons l’émergence de la notion de lien
social. Si l’emploi – la relation salariale – permet de nos jours la réalisation du lien social,
c’est qu’il intègre des éléments qui ne concernent ni le travail-action, ni le travailmarchandise. Mais il tend de la sorte à conférer à la sociabilité une dimension marchande.
Mots-clés
Travail Action Outils Marchandise Industrialisation Mouvement ouvrier Production
Population active Tertiarisation Encadrement Activités de services Formation État-providence
Emploi, Sécurité-Sociale Charité Don Insertion Associations Bénévolat
2
Summary
We illustrate three dimensions which come under the notion of work and draw up a
genealogy of each one. The anthropological dimension of work deals with the technical act
upon nature, creator of social worlds. The economic dimension of work is concerned with the
production of goods. The social dimension of work deals with the legal status of workers and
the rights which come from employment. First at all we study the philosophy of work by
looking at works by Marx and Simone Weil, and we consider in what ways the French
working-class movement is suited to this. Secondly, we consider the French
economic
evolution from 1945 to the present day. We demonstrate the ways in which the society of
production has transformed and diversified the different paid activities that exist. Finally, we
question the emergence of the notion of social links. This notion denotes partly, the
interdependence of workers (employees, management, independent workers) thanks to Social
Security, and also, the sociability (meetings, dialogues, communication). If employment today
– the work relationship – allows the realisation of these two sides to the social link, it means
that it integrates elements which deal with neither the act of work, nor the product of work.
But it acts in such a way as to import a dimension of production to the sociability, to reduce
the latter to a means to an end: the preservation of a society of employment.
Key-words
work action tools products industrialisation working-class movement production
active population development of the service sector supervision service sector training
Welfare State employment Social Security charity gift insertion organisations volunteer
3
Sommaire
Introduction .................................................................................................................... 1
Première partie
La dimension anthropologique du travail. Le travail-action. ............................................... 13
I. La pensée de la praxis ....................................................................................... 16
I.1. Le travail avant Marx, selon : l’économie politique anglaise, la
philosophie de Hegel, le socialisme de Proudhon......................................... 16
I.2. La pensée de la praxis dans les Manuscrits de 1844.............................. 24
II. Simone Weil : le travail comme « action méthodique ».................................. 26
II.1. L’effort, l’habitude, la perception, l’action........................................... 26
II.1.1. Notions de la philosophie spiritualiste française ............................... 26
II.1.2. Simone Weil : travail et perception ................................................... 33
II.1.2.1. L’esprit agissant et l’étendue indifférente .................................. 33
II.1.2.2. Le temps...................................................................................... 35
II.2. L’action méthodique : du travail à la science ........................................ 36
III. Le travail aliéné, le travail-marchandise, la grande industrie......................... 43
IV. Le taylorisme.................................................................................................. 51
IV.1. Oppression et rationalisation............................................................... 51
IV.2. La condition ouvrière .......................................................................... 60
V. Le travail comme activité décréatrice de la volonté ........................................ 68
VI. Conditions d'un travail non servile................................................................. 78
VII. L'organisation idéale de la production .......................................................... 87
VIII. Le mouvement ouvrier : gens de métier ...................................................... 92
VIII.1. Le mouvement ouvrier et la Révolution ........................................... 93
VIII.2. Le mouvement ouvrier au XIXe siècle ............................................. 96
4
Deuxième partie
La dimension économique du travail
Le système de la production............................................................................................... 108
I. Le système fordiste : genèse, fonctionnement, critiques................................. 110
I.1. L’invention du chômage (1890)........................................................... 110
I.2. La production dans l’entre-deux-guerres ............................................. 114
I.2.1. Les avancées sociales pendant la Grande Guerre ............................. 114
I.2.2. 1920 : achèvement de l’industrialisation, essor du catholicisme social
..................................................................................................................... 114
I.2.3. La crise des années trente et le Front populaire ................................ 116
I.3. Travail et capital : PC et encadrement capitaliste ................................ 120
I.3.1. Travail : le mouvement ouvrier réformiste ....................................... 120
I.3.2. Capital : la bourgeoisie salariée ........................................................ 124
I.3.3. L’organisation sociale : l’État et les « partenaires sociaux » ............ 127
I.4. Critiques du travail pendant les Trente Glorieuses .............................. 130
I.4.1. Friedmann (1950 ; 1956)................................................................... 130
I.4.2. Simondon (1958)............................................................................... 137
I.4.3. Naville (1963) ................................................................................... 144
I.4.4. Ellul (1977) ....................................................................................... 147
I.4.5. Rousselet (1974)................................................................................ 152
I.4.6. Baudrillard (1973)............................................................................. 156
1.4.7. Habermas (1968) .............................................................................. 160
I.5. L’essor du tertiaire ............................................................................... 165
I.5.1. Le tertiaire : définition ...................................................................... 167
I.5.2. Les cadres.......................................................................................... 168
I.5.3. Encadrement et rationalisation de la société ..................................... 169
II. Emploi, chômage, flexibilité.......................................................................... 173
II.1. Du chômage de masse à l’activation : les politiques de l’emploi....... 175
II.2. Les services aux particuliers ............................................................... 180
II.3. L’abandon des politiques keynésiennes et la flexibilité ..................... 184
II.3.1. Le temps du travail .......................................................................... 190
II.3.2. Les tâches......................................................................................... 192
II.3.3. La rémunération du travail............................................................... 193
II.4. Des projets et des réseaux................................................................... 195
5
II.5. La population active ............................................................................ 200
II.5.1. Le nouveau modèle productif : mythe et réalité .............................. 203
II.5.1.1 Théorie générale : le toyotisme.................................................. 203
II.5.1.2. Monographie : Peugeot-Sochaux.............................................. 204
II.5.2. Les cadres ........................................................................................ 209
II.5.3. Les employés ................................................................................... 210
II.5.4. Le travail des générations ................................................................ 211
II.5.5. Le devenir de la structure de la population active ........................... 213
II.6. La formation et les compétences ........................................................ 215
II.6.1. La formation et l’emploi .................................................................. 215
II.6.2. Travail, qualification, compétence................................................... 223
II.6.3. Les formations pour les emplois du futur ........................................ 227
II.7. Sept parcours d’emploi : où est l’action ?........................................... 228
II.7.1. Les parcours… qui ne sont pas tous ascensionnels ......................... 230
II.7.2. Les formations… tous azimuts ........................................................ 236
II.7.3. Le travail en équipe : coopération pour une plus grande productivité ?
Entraide pour un partage des informations et des connaissance ? Solidarité
pour opposer une résistance du collectif aux directives managériales ? ..... 246
II.7.4. Qu’est-ce qu’être « en recherche d’emploi » ? ................................ 251
II.7.5. Les différents sens du « relationnel » dans le travail....................... 252
II.7.6. Faire commerce de toute chose........................................................ 256
II.7.7. Des compétences en tout genre........................................................ 258
II.7.8. S’épanouir dans ou hors du travail .................................................. 262
II.7.9. Tous « gens de métier »… ............................................................... 269
Troisième partie
La dimension sociale du travail.
Emploi et lien social........................................................................................................... 274
I. Qu’est-ce que le « lien social » ? .................................................................... 279
I.1. Première hypothèse : le lien social repose sur la confiance en soi et en
les autres, sur la conscience de classe, ou sur une morale partagée. Atomisant
les salariés, le système productif menace le lien social............................... 280
6
I.2. Deuxième hypothèse : le lien social est le plaisir de vivre ensemble.
L’emploi n’a pas pour but le lien social, il divise ; l’État-providence suppose
l’emploi. ...................................................................................................... 283
I.3. Le don cérémoniel : forme idéal-typique du lien social....................... 286
I.4. La philia : forme grecque du lien social............................................... 290
I.5. La Trinité Romaine et l’évergétisme.................................................... 295
I.6. La charité : forme chrétienne du lien social ......................................... 301
I.7. Face à l’État moderne : la Raison porteuse de lien social (La Boétie,
Hobbes, Rousseau, Hegel) .......................................................................... 308
I.8. Marx : le droit comme lien social abstrait, le contrat de travail comme
division sociale réelle, la lutte des classe et les valeurs universelles du
prolétariat .................................................................................................... 321
I.9. Durkheim : division du travail et lien social ; le droit comme solidarité
négative, l’altruisme comme solidarité positive.......................................... 327
I.10. Coopératives de production, assurances sociales : le solidarisme
comme théorie du lien social....................................................................... 332
I.11. Simone Weil : travail décréateur et charité impersonnelle ................ 337
II. Du vide social à l’État-providence................................................................. 356
II.1. Le vide social ...................................................................................... 358
II.1.1. La disparition des corps intermédiaires entre l’individu et l’État.... 358
II.1.2. Nation et État ................................................................................... 359
II.2. L’État-providence ............................................................................... 362
II.2.1. Assurance et assistance.................................................................... 362
II.2.2. La Sécurité Sociale .......................................................................... 365
II.2.3. Emploi et lien social ........................................................................ 368
II.2.4. Associations et sociabilité................................................................ 373
III. Production du lien social .............................................................................. 384
III.1. La politique d’Insertion ..................................................................... 384
III.2. « Activités » et lien social ................................................................. 392
IV. Dépasser l’emploi pour créer du lien social : autres perspectives................ 397
IV.1. La politique de la Ville...................................................................... 397
IV.2. De nouvelles distributions des revenus ; à chacun selon ses besoins :
Marx exaucé ? ............................................................................................. 400
IV.3. L’économie solidaire : le retour de Proudhon ? ................................ 402
7
V. Bénévolat associatif et promotion du lien social ........................................... 412
V.1. Genèse et développement du Secours Catholique : la municipalité et
l’Église ........................................................................................................ 412
V.2. Le Secours catholique : une association, des bénévoles, une inspiration
..................................................................................................................... 414
V.3. La doctrine sociale de l’Église............................................................ 417
V.4. Des usagers : les pauvres .................................................................... 419
V.5. L’engagement bénévole...................................................................... 419
V.6. Fonctionnement d’une permanence.................................................... 421
V.7. Que devient le lien social ?................................................................. 422
Conclusion.................................................................................................................. 431
Table des matières détaillée........................................................................................ 437
Bibliographie .............................................................................................................. 460
Index ........................................................................................................................... 472
ANNEXES ................................................................................................................. 480
ENTRETIENS............................................................................................................ 481
OBSERVATION PARTICIPANTE .......................................................................... 577
8
Introduction
1. Propos liminaire : action, production, emploi
Paul Ricoeur s’inquiétait de « l’apothéose » de la notion de travail : « une notion qui
signifie tout ne signifie plus rien »1.
Nous ne reviendrons pas sur l’étymologie du mot travail. Nous prendrons la notion
telle qu’elle est utilisée aujourd’hui. Elle comprend en fait trois aspects principaux qui ne se
recouvrent pas. C’est là notre thèse. Tout d’abord le travail est action : quand je dis que je
« travaille tel texte » – comme je dirais que « je travaille mon anglais » ou que « je travaille la
matière » –, soit je veux dire que je cherche à comprendre un texte écrit par un autre, soit je
veux dire que je suis en train de perfectionner (mettre en forme) un texte que j’ai écrit.
Ensuite, le travail est production : « le monde du travail » n’est pas le monde de la politique,
c’est le monde de la production. En ce sens, le travail produit des biens (objets, œuvres,
services) qui sont échangeables, qui ont une valeur quantitativement mesurable. Enfin, le
travail est emploi : l’emploi est une activité salariée. C’est le statut juridique d’une activité.
Des activités, sans aucun rapport les unes avec les autres, ont pour point commun d’être des
emplois : l’activité du psychologue comme l’activité de l’ouvrier sont des emplois. Si être au
chômage, être sans emploi, c’est souvent être à la recherche d’un emploi, c’est que l’emploi,
le statut juridique du salarié ou de l’employeur, est nécessaire à la vie sociale : il ouvre des
droits, il procure une rémunération. Il impose également des devoirs ; le manquement à ces
derniers est sanctionné par la loi.
2. Les trois dimensions du travail
Selon la manière dont on entend la notion de travail, on pourra dire que nous existons
« travaillant ». C’est ce que soutient la jeune Simone Weil. Parce que nous existons dans
l’espace et dans le temps, un travail sépare toujours ce que nous sommes de ce que nous
voulons être. Se contenter de rêver, c’est subir un temps qui ne change pas notre rapport au
monde. Dès que nous prenons conscience d’une succession d’instants, si nous voulons
changer nos impressions, nous devons agir et les conditions de l’action nous sont données : il
1
Paul Ricoeur, « Travail et parole », in Histoire et vérité, cité in C. Drevet, « Travail », pp.2648-2650,
in Les Notions philosophiques. Dictionnaire T.II, PUF, Paris, 1990, p.2648.
1
nous faut agir dans le temps et sur l’étendue. Nous transformons alors nos impressions en
perceptions. Percevoir correctement des objets qui nous affectent dans l’espace, c’est se
représenter la manière dont nous pouvons agir sur eux. Par conséquent agir c’est transformer
le rapport que j’entretiens avec le monde. Dès lors, travailler, c’est agir. Marx ne dit pas autre
chose, lorsqu’il affirme que l’homme se produit lui-même par son propre travail. Marx nous
oblige cependant à distinguer entre le travail individuel et le travail collectif : le second est la
condition du premier ; nous ne travaillons, ou nous n’agissons, jamais seuls. Dès lors
travailler, ce serait agir par autrui – nos ancêtres nous ont légué en plus du langage, des
techniques, et nous avons aussi appris des autres à mouvoir notre corps –, et pour autrui – le
fruit de notre travail (ou action) est communiqué aux autres.
Fabriquer des objets, créer des œuvres, entretenir la fertilité de la terre, sont des
activités qui ont pour but la perpétuation de la vie humaine ou la perpétuation d’une forme
sociale dans laquelle se déroule la vie humaine. Par le travail, l’homme crée sa propre
existence, une existence humaine – de travail et de travaux – qui n’est pas une existence
animale. Lorsque la Genèse indique que l’homme travaillera « à la sueur de son front », cela
signifie que l’homme vivra désormais dans le temps : chassé de l’éternité il doit à chaque
instant travailler à maintenir ses conditions d’existence que le temps altère. Par la pensée,
l’homme fait être l’espace et le temps : conditions et déterminations du travail.
Dire qu’exister pour l’homme implique de travailler, c’est aussi dire que l’existence
humaine exige l’action, car à proprement parler, le travail est un moment de l’action ; le
temps pendant lequel nous réalisons une action est rempli par le travail. Et l’existence sociale
est existence dans un monde de travail : ce que nous apportons aux autres, ce qu’ils nous
apportent, est le fruit de travaux.
L’homme est homo faber, il fabrique des objets. Certains objets sont des outils. La
fabrication est pour nous un type d’action, mais les Grecs opposaient l’action (praxis) et la
fabrication (poïesis). Fabriquer, c’est transformer la matière tout en se soumettant à sa règle.
Agir, c’est motiver librement son action.
C’est pourquoi Hannah Arendt distingue « le travail », « l’œuvre », et « l’action »1. Le
travail (l’activité de l’animal laborans) vise la reproduction de la vie biologique. L’œuvre
(l’activité de l’homo faber), vise la création d’objets durables dans le monde. Les objets
fabriqués sont des intentions humaines objectivées. Le monde d’objets dans lequel vit
l’homme est un monde artificiel, fabriqué par les artistes et les artisans. L’action enfin,
1
Hannah Arendt, La condition de l’homme moderne (1958), Calmann-Lévy, Pocket, Paris, 1961.
2
consiste dans la communication directe des consciences par le moyen du langage. Agir, c’est
transformer, non la matière, mais une interaction, une situation sociale. L’action est le propre
du zoôn politikon, lorsqu’il est libéré du souci de reproduire la vie biologique, lorsqu’il ne
soumet pas ses gestes et ne dirige pas sa pensée en vue d’une fin déterminée à l’avance, mais
lorsqu’il cherche à agir sur les consciences, à persuader les autres d’entreprendre, à créer une
situation nouvelle. Et persuader est déjà une action, précédée par la décision d’entreprendre de
persuader. L’action est l’affaire de la seule volonté du sujet, qui s’est débarrassé des
contraintes naturelles. L’action pourtant, rencontre la contrainte sociale.
Car l’action une fois conçue, doit être exécutée ; elle doit s’incarner dans le monde.
Une action simplement imaginée n’est pas une action véritable. Pour que l’intention du sujet
s’incarne dans le monde, il faut prendre en compte les contraintes extérieures. Ne serait-ce
que pour communiquer une intention, il faut adapter son langage à celui qui peut être compris
des autres auxquels on s’adresse. Ces contraintes déterminent des méthodes d’actions
possibles, des règles à suivre, ainsi l’action libre n’est pas pour autant arbitraire, Simone Weil
écrit que les actions les plus libres imitent la rigueur propre au travail qui vise la
transformation de la matière.
Au-delà du propos arendtien, on peut concevoir que « fabrication » et « action »
puissent ne pas être séparées. Si celui qui entreprend de donner telle forme à la matière (celui
qui agit), est aussi celui qui réalise l’objet (celui qui fabrique), le fabriquant a agi. Par contre
la fabrication séparée de l’action relève de l’activité de l’esclave qui imite ou obéit, exécute,
sans comprendre la nécessité qui s’impose à lui, sans s’approprier aucune décision.
Si fabriquer c’est transformer la matière, alors l’agriculteur est encore homo faber. Ce
qui le différencie de l’artisan qui fabrique des objets, c’est que le fruit visé par son action est
immédiatement consommé. Mais l’agriculteur ne fabrique pas moins que l’artisan puisqu’il
doit – accidentellement, mais pourtant nécessairement – transformer le paysage, lui donner
forme. Il n’entreprend pas moins que l’homme d’action, car il peut librement décider de
changer la manière de faire traditionnelle, de transmettre de nouvelles techniques, et dans ce
cas, le langage et la délibération accompagnent l’activité.
Le travail est donc nécessaire à l’action pour qu’elle soit. Le travail est la condition et
le moyen de l’action. Agir c’est élaborer un projet, mais du projet à l’œuvre, le travail est
nécessaire pour que l’action s’incarne, le temps seul est impuissant. Le temps ne fait
qu’exiger que nous existions travaillant.
3
« L’invention du travail » est pourtant, dit-on, le fait des économistes, et la science
économique n’est apparue qu’au XVIIIe siècle. Donc les économistes n’ont pas inventé le
travail, mais la notion de production, ou autrement dit, la quantification de toute chose. Le
passage de la qualité à la quantité est le passage du travail comme fin au travail comme
moyen en vue de la valeur, moyen en vue de l’échange. Le travail, pour l’économie, est
« source de toute richesse » parce qu’il crée de la valeur.
Le Dieu Créateur avait placé l’homme dans un paradis où le temps n’existait pas.
Chassé du Jardin d’Eden, l’homme avait à reconduire le geste créateur. Mais à la différence
de Dieu, l’homme ne crée pas ex-nihilo. Il « met en forme » ce qui est déjà donné. Les
économistes constatent que l’homme, s’il met en forme ce qui est déjà donné, peut également
reproduire ou multiplier ce qui existe déjà. Dès lors, ce qui est multiplié peut être
comptabilisé, ce qui sera demain peut être prévu, anticipé, maîtrisé. Ce n’est plus l’instant
présent, l’instant de l’action, qui importe, mais la prévision, ce qui sera demain.
A partir de l’expérience qualitative, sensible, l’homme crée une représentation
rationnelle, symbolique. A la connaissance perceptive, succède une réflexion sur des signes,
des symboles mathématiques. Le monde rationalisé devient l’étendue dans laquelle des forces
s’affrontent selon des lois intangibles ; dans la vie sociale, le travailleur devient un
producteur, une force de travail, qui fabrique des biens en vue de l’échange, dont la valeur est
mesurée ; la force de travail est elle-même valorisée, quantifiable. On ne crée plus ce que l’on
désire, ou ce qu’exige une situation, mais on produit ce qui pourra être échangé. Et en retour,
ce qui pourra être échangé, doit être produit. Pour ce faire, il faut perfectionner la technique et
la science. La science (la volonté de savoir) est subordonnée à la nécessité de produire ; en
retour c’est cette même production qui permet le développement de la science. La production
s’émancipe de la volonté libre du sujet, de l’action. Le monde symbolique de la rationalisation
domine le sujet, il ne reste à celui-ci qu’à obéir. La contrainte imposée par le Dieu Créateur
(le temps) est remplacée par la contrainte de la production (la valeur). Marx parle d’un
fétichisme de la marchandise : c’est la production marchande qui imprime sa forme au travail,
le temps n’est plus la forme de la pensée et du travail, c’est la forme de la production, la
mesure de la valeur. Le temps est devenu de l’argent.
Mais le monde de la production menace finalement l’échange sur lequel il repose : car
il dévalorise la force de travail, il menace aussi la possibilité de consommer ; car il sépare les
individus de leurs groupes d’appartenance pour en faire de libres vendeurs de leur force de
travail, il « désencastre » l’économie des structures sociales dans lesquelles elle s’était
4
développée antérieurement, selon la formule de Polanyi. Certes, la production a aussi crée de
nouvelles structures sociales. Mais celles-ci ne reposent plus sur l’existence d’une
communauté morale ou d’une communauté de désirs. Dès lors les procès d’échange et de
production se dérégulent et s’auto-détruisent, puisque l’on fait fi de la réciprocité.
Depuis la Révolution française, c’est la raison et non la tradition qui est au principe de
l’organisation politique. Des droits civils garantissent la propriété et l’intégrité des personnes,
d’une part. D’autre part, la propriété est la propriété du travail. Si la nature appartient à tous
les hommes, puisque personne ne l’a produite en particulier (elle est donnée), la nature
transformée appartient à celui qui l’a transformée. La propriété ne dépend plus de privilèges,
tous les hommes sont égaux en droit (faute de l’être en fait) et en droits. En droit, il n’y a plus
de communautés particulières de conditions dans une République de citoyens. Chacun est
libre et censé s’auto-déterminer. Chacun est protégé par la loi qui émane du souverain, c’està-dire de la Volonté Générale. En obéissant à la loi, chacun s’obéit à soi-même. Etre membre
souverain de la République, c’est voter ; les droits politiques garantissent le respect des droits
civils. Bientôt des droits sociaux sont réclamés par les travailleurs car leur survie est
finalement menacée par la production. Le salarié n’est plus membre d’une communauté, il
n’est membre que de l’Etat. La terre et les moyens de production, eux, appartiennent à qui les
a achetés et leur valeur se mesure en temps de travail. C’est ainsi aussi que se mesure la
valeur de la force de travail – elle se mesure à l’aune du temps de travail socialement
nécessaire pour la reproduire.
Le droit du travail est un droit social. Les travailleurs sont protégés contre les risques
que comporte la condition salariale. Celle-ci implique que la force de travail est librement
vendue à un employeur. Par un contrat entériné par le droit, l’employeur dispose du
travailleur pendant un temps défini dans le contrat. Pendant ce même temps – le temps du
travail – le travailleur abdique ses droits sur lui-même, puisqu’il est la propriété d’un autre.
Mais la rationalisation des échanges menace l’existence des travailleurs que rien ne protège
plus, c’est-à-dire qu’aucune communauté morale ne protège plus contre les risques : de la
maladie, de la vieillesse, de l’incapacité de travailler, du chômage… Le droit social – qui
garantit des indemnités pour compenser les défaillances de la force de travail – nécessite la
participation des propriétaires comme des travailleurs. Le droit social s’appuie sur la valeur
créée par la production. On peut ainsi parler d’une socialisation d’une partie de la production.
C’est ainsi qu’apparaît la notion d’emploi : l’emploi doit comporter des garanties de sécurité
pour le travailleur contre l’arbitraire de l’employeur.
5
Nous proposons donc de distinguer trois dimensions du travail : la dimension
anthropologique, la dimension économique, la dimension sociale. Le travail comporte une
dimension anthropologique dans la mesure où il transforme le monde naturel et le monde
artificiel dans lesquels vit l’homme et en dehors desquels il ne peut vivre. Le travail comporte
une dimension économique lorsqu’il est créateur de valeur. Il comporte enfin une dimension
sociale lorsqu’il confère un statut juridique aux travailleurs qui leur permet de bénéficier de
droits relatifs aux conditions d’exercice et à la rémunération de leur force de travail – que
celle-ci soit opérationnelle ou non.
La dimension anthropologique du travail se rapporte à la technique que les individus
mobilisent pour agir sur le monde. La dimension économique du travail se rapporte au travailmarchandise. La dimension sociale du travail se rapporte à l’emploi (qui confère des droits).
Le métier de l’artisan, membre d’une corporation, comportait les trois dimensions du travail,
puisque le métier s’entend d’un ensemble de techniques, puisque l’artisan fabrique des objets
vendus sur le marché, puisqu’il conférait un état et que la corporation était une communauté
protectrice aussi bien de l’artisan que de son travail. Mais désormais ces trois dimensions
doivent être distinguées. Notre distinction entre ces trois dimensions du travail est
pratiquement déjà indiquée par Georges Friedmann et Pierre Naville dans le Traité de
Sociologie du travail1 :
2.1. Approche anthropologique et philosophique du travail. On peut aussi considérer
le travail, écrit Friedmann, comme l’activité qui « consiste avant tout à fabriquer mais aussi à
organiser dans un cadre social la lutte contre la nature » (G. Friedmann, P. Naville (sous la
dir.), Traité…, op. cit., p.12). Friedmann, inspiré par la conception marxienne du travail
comme praxis, définit l’activité de l’homo faber, comme étant :
« l’ensemble des actions que l’homme, dans un but pratique, à l’aide de
son cerveau, de ses mains, d’outils ou de machines, exerce sur la matière, actions
qui, à leur tour, réagissant sur l’homme, le modifient » (ibid.).
Mais tout travail, poursuit Friedmann, d’une part n’est donc pas action, d’autre part ne
peut se référer à « l’utilité ». On ne peut parler d’action qu’en référence à la liberté :
1
Georges Friedmann, Pierre Naville (sous la dir.), Traité de Sociologie du travail (vol1), Armand
Colin, Paris, 1961.
6
« Le travail peut être action lorsqu’il se nourrit d’une discipline librement
consentie, comme l’est parfois, celle de l’artiste réalisant une œuvre de longue
haleine sans être pressé par le besoin. … Ajoutons que le travail n’est action que
lorsqu’il exprime les tendances profondes d’une personnalité et l’aide à se
réaliser » (ibid., p.14).
Quant à l’utile, il n’est défini comme tel que dans un contexte social déterminé
puisque les hommes créent, modifient, multiplient, leurs besoins. C’est ainsi que les société
peuvent se passer de l’homo faber :
« En effet, les phénomènes du travail dans les sociétés contemporaines ne
sont pas tous, tant s’en faut, assimilables au comportement de l’homo faber. …
Au XX siècle, l’homme au travail n’est pas toujours et il est même de moins en
moins au sens classique du terme un homo faber » (ibid., pp.12-13).
Friedmann pose la question de ce qui pousse les individus à travailler. C’est une
compulsion : celle-ci peut être « interne », ce sera une vocation ; ou « externe », il peut s’agir
d’une contrainte physique (esclavage), d’une persuasion morale (aliénation), ou de la
contrainte économique (le besoin).
2.2. Approche économique du travail. Le travail peut-être envisagé en relation à la
consommation, ou autrement dit, aux besoins. Friedmann précise qu’il n’y a
«pas de finalité universelle de travail qui puisse être affirmée abstraitement
et c’est perdre son temps que de prétendre philosopher sur le travail en le
détachant des groupes sociaux, ethniques, des contextes culturels où il est
effectué » (ibid., p.13).
En Occident au XXe siècle, le but du travail est le plus souvent d’être « producteur de
valeurs d’usage et par conséquent (dans le cadre social) de marchandises » (ibid., p.20). Ce
travail est l’antithèse du travail-action, c’est le travail aliéné : « Tout travail ressenti comme
quelque chose d’étranger par celui qui l’accomplit est, au sens propre du terme, un travail
« aliéné » » (ibid., p.15).
Désormais, c’est pendant le temps de non-travail que les individus sont le plus
susceptibles « d’agir », au sens de « réaliser leur personnalité » :
« c’est dans l’ensemble des activités de non-travail que se trouvent
désormais pour un nombre croissant d’individus, appartenant aux sociétés
7
industrielles évoluées, le centre de gravité de leur existence et le champ personnel
où s’exercent leurs tendances au bonheur » (ibid., p.23).
Si on considère le travail en relation avec le non travail on constate que bien des
activités ont en commun avec le travail aliéné le caractère de « l’obligation », elles s’en
différencient, considère Friedmann « par l’absence de rémunération » (ibid., p.22).
2.3. Approche sociologique. A côté du « travail », voisinent les notions d’emploi, de
métier, de profession, voire d’état, de situation, de charge ou de tâches, termes qui « désignent
des classes d’activités rémunérées qui sont à la base de la vie sociale », mais qui « n’ont pas
tous le même sens, quoiqu’on les emploie couramment les uns pour les autres, ou presque »,
écrit Naville (ibid., p.231). Pour Pierre Naville, le métier s’entend traditionnellement « d’un
ensemble de capacités techniques de travail individuelles » (ibid., p.233). La profession est
dépendante d’une formation (ibid., p.234). La fonction caractérise un statut économique :
« pour les cadres supérieurs et dirigeants de sociétés anonymes ou d’administration, le statut
l’emporte sur le métier » (ibid.). L’auteur souligne que « on pourrait presque dire que l’on
passe de l’emploi et du métier à la profession d’autant plus que l’on s’élève de l’action sur les
choses à l’action sur les hommes » (ibid., p.236), puisque avoir une profession c’est professer.
Par ailleurs, la notion de profession (ou professionnalisation) s’entend en relation avec celle
de « carrière ».
3. Enjeu de la di-vision1
S’il est difficile de séparer et de percevoir les trois dimensions du travail que nous
avons indiquées – anthropologique, économique, sociale – cette séparation met cependant en
1
Nous empruntons le concept à Michel Lallement, qui l’emprunte lui-même à Pierre Bourdieu : « La division, expression que j’emprunte à P. Bourdieu, fait référence aux manières de bâtir et de voir le monde social
au travers de filtres cognitifs qui tiennent le travail pour une catégorie pertinente d’ordonnancement et de
hiérarchisation. … Mais s’en tenir à ce seul niveau d’analyse serait bien court si l’on ne testait pas dans le même
mouvement les effets que, de manière dialectique, ces di-visions provoquent sur les divisions matérielles,
organisationnelles… » Michel Lallement, Le travail, une sociologie contemporaine, Gallimard, Folio essais,
Paris, 2007, pp.28-29. Nous tenterons pour notre part de montrer en quoi la di-vision tripartite que nous
proposons (les trois dimensions du travail) est désormais absente du sens commun (voire du sens sociologique),
et nous voulons insister sur les effets matériels, psychiques et sociaux que cette absence (oubli ou dénégation)
implique.
8
évidence que c’est pour sa dimension anthropologique que le travail est valorisé – la
réalisation de soi dans une action méthodique en vue d’autrui, ou créatrice du monde social.
Or cette dimension se retrouve en fait bien peu dans l’emploi que tout le monde recherche.
Car c’est à cause de la dimension économique du travail que la société salariale (société
d’emploi) s’est imposée comme le meilleur compromis social possible dans un contexte où
l’économie remplaçait la religion pour nous indiquer la voie vers le bonheur. Or la plupart des
emplois créés aujourd’hui ne produisent que des biens immatériels (des services, du savoir),
dont la valorisation est toujours virtuelle. Dès lors on ne peut plus faire la différence entre ce
qui est susceptible d’être valorisé, échangeable, et donc quantifiable, et ce qui ne peut l’être.
Tout est virtuellement « production », « marchandise ». C’est là la condition du maintien de
l’emploi. Et nous ne pouvons nous passer de celui-ci, puisque c’est par sa médiation que nous
nous sentons membres de la société, que nous avons des droits. Pour « décrocher » un emploi,
« sauver » des emplois, « rester » dans l’emploi, bien des sacrifices sont demandés aux
individus. Occuper un emploi, c’est effectivement participer de la société. Mais comment agit
celle-ci ? Quel est son but, sa visée ? Que crée-t-elle, que détruit-elle ? Ces questions n’ont
pas de sens, dira-t-on, seuls des individus agissent, visent, créent, détruisent. Certes. Mais ils
le font en emploi, en tant qu’employés ; or l’emploi suppose la subordination de l’employé à
l’employeur ; ce dernier étant subordonné aux contraintes du marché.
Le retour de la société civile, via l’appel aux associations pour prendre en charge la
« question sociale », signifie-t-il qu’il existe une possibilité d’action et de liberté hors de
l’emploi ? A partir d’une observation participante au Secours Catholique nous montrerons que
le bénévolat est en fait une occupation d’employé non salarié. L’emploi et le bénévolat ne se
différencient que par l’existence ou l’absence de rémunération, mais non par la forme de
l’activité, sa soumission aux principes de la rationalité instrumentale, qui ne prend pourtant
sens qu’en vue d’une valorisation du produit ou du service. On peut alors se demander si
l’appel aux associations est une alternative viable à la société salariale voire un appel à
bouleverser les rapports sociaux, à dépasser la logique productive (le marché), ou bien au
contraire, la seule solution pour les maintenir.
4. Plan
Nous expliquons dans une première partie intitulée « la dimension anthropologique du
travail » ce qu’est le travail-action en nous mettant à l’écoute des philosophes : Marx (la
praxis), Blondel (l’action), Simone Weil (l’action méthodique, le travail décréateur). Nous
9
rappelons qu’au XIXe siècle, les producteurs furent des agriculteurs, des manœuvres et des
gens de métier. Les gens de métier ont résisté à l’exclusion de la méthode du processus
productif. Ils ont fait valoir leurs qualités techniques : ainsi est né le mouvement ouvrier. Mais
de plus en plus la production, se rationalisant, pouvait se passer de gens de métier. A mesure
que la production se passait de ces derniers, le mouvement ouvrier pourtant gagnait du terrain.
C’est qu’il a rallié à sa cause tous les producteurs. Mais alors il ne pouvait plus défendre le
métier, la technicité, il ne pouvait plus défendre que la marchandise, le salariat.
Nous montrons dans une seconde partie que l’organisation d’une société salariale – le
système fordiste – s’est accompagnée de mutations dans l’activité productive. C’est le
développement de la technique, dans l’activité productive, mais aussi dans l’activité politique,
qui a permis que la notion d’ « activité de service » s’impose comme remède à la crise du
système fordiste. L’activité de service se substitue aussi bien à l’activité productive
traditionnelle qu’à l’absence d’emploi (au chômage imposé). La notion de service permet de
regrouper dans un même ensemble des activités qui n’ont rien d’autre en commun que de ne
pas être directement productrices d’objets. Certaines de ces activités sont manuelles (coiffure,
ménage…) ; d’autres sont intellectuelles (conseil, formation…). Nous insistons sur le
domaine de la formation qui connaît à partir des années quatre-vingt une expansion
considérable. Mais les innovations techniques et organisationnelles se succèdent à une telle
vitesse, que toute formation, au moment où elle est opérationnelle, est déjà obsolète. Cela
implique qu’une grande partie du temps en emploi est désormais consacrée à apprendre et à
expérimenter.
A partir d’entretiens compréhensifs nous montrons comment un même vocabulaire est
mobilisé pour décrire des choses très différentes, selon le secteur dans lequel travaillent les
individus et la position hiérarchique qu’ils occupent. L’appartenance au salariat justifie
l’homogénéisation du vocabulaire, mais tout le monde apparaît aussi de la sorte, très contraint
(soumission aux contraintes de la production) et en même temps très autonome (à l’instar de
l’homme d’action, ou de l’homme de métier), ce qui est pour le moins paradoxal. En fait, les
possibilités d’autonomie tout comme les contraintes ne sont pas les mêmes suivant le type
d’emploi occupé ; diffère aussi la rémunération de la contrainte et de l’autonomie, ainsi que la
sécurité garantie par l’emploi.
C’est ce paradoxe et l’éclatement du régime général de la Sécurité Sociale
qu’accompagne une individualisation du droit, que nous étudions dans la troisième partie. La
10
Sécurité Sociale a incarné le lien social entre les salariés. La notion de « lien social » s’oppose
à celle de « rapports sociaux ». Les rapports sociaux sont des rapports de production, le
vocabulaire marxiste souligne la conflictualité des rapports sociaux et des rapports de
production. Au contraire, la notion de lien social comporte une connotation consensuelle1. Or
c’est cette même connotation consensuelle, ou volonté de faire apparaître comme homogènes
des pratiques différentes, que l’on rencontre dans le vocabulaire mobilisé pour décrire
l’activité productive. Ainsi par exemple – et notamment – avec l’expansion du secteur
tertiaire tout le monde rend désormais des services, bien qu’il n’y ait rien de commun entre
l’activité d’un coiffeur, d’un technicien de surface ou d’un psychologue. Plus les droits, les
activités, les rémunérations des individus diffèrent, plus les sociologues et statisticiens peinent
à les agglomérer dans des catégories génériques, plus le vocabulaire s’homogénéise.
Ainsi la notion de lien social doit au moins regrouper deux éléments différents. D’une
part l’appartenance au régime général de la Sécurité Sociale lie les travailleurs parce qu’elle
les rend interdépendants. D’autre part, le lien social désigne des échanges interpersonnels.
C’est Marcel Mauss qui, dans l’Essai sur le don, a imposé cette compréhension du lien social
comme échanges interpersonnels. Mais alors qu'il décrit d'abord des rapports existants dans
des sociétés qui ignorent la notion de production, il montre ensuite que les assurances de la
Troisième République (ancêtres de la Sécurité sociale) sont le devenir du don cérémoniel ou
des prestations somptuaires. Or les prestations de la Sécurité Sociale sont loin d’être
somptuaires, même si, comme dans les sociétés primitives, elles assurent l’existence sociale,
c’est-à-dire l’existence tout court.
Il n’y a pas de lien direct entre le don cérémoniel et la Sécurité Sociale. Le lien social a
pris dans l’histoire des formes bien différentes. Quand les hommes ont commencé à maîtriser
la nature, à la transformer, à accroître sa fertilité, les dons transitaient entre trois
protagonistes : les dieux, la nature, les hommes. Ce fut l’âge du sacrifice et le travail revêtit
alors une dimension spirituelle. Le lien social politique prit la forme de l’amitié entre égaux
en Grèce, cette amitié connu son déclin avec le déclin de la Cité grecque classique, elle fut
remplacée à Rome par le droit. Ce sont les manquements aux droits qui rendirent nécessaires
les pratiques évergétistes. Mais surtout, les Romains furent religieux. A partir du Moyen-Age,
c’est la religion qui est le lien social et politique, c’est elle qui légitime l’ordre politique et les
inégalités statuaires. C’est encore la religion qui justifie l’assistance aux nécessiteux. Par
1
« L’étrange occultation des classes sociales et les discours de substitution », in Roland Pfefferkorn,
Inégalités et rapports sociaux. Rapports de classes, rapports de sexes, Chap. II, La Dispute, Paris, 2007, pp.103142.
11
ailleurs, une dimension spirituelle du travail est retrouvée grâce aux corporations. Ce qu’on
appelle « la question sociale » naîtra de la disparition des pratiques d’assistance, pratiques
dispensées avant la Révolution française par les corps intermédiaires (notamment les
corporations) entre l’individu et l’Etat.
Sous la Troisième République, les assurances serviront à compenser le fait qu’un lien
politique affranchi de la religion, s’accompagne de très grandes inégalités entre les
propriétaires et les salariés. La Sécurité Sociale apparaît alors comme un nouveau corps
intermédiaire. Mais les prélèvements obligatoires rendent difficilement compte de la
différence entre la Sécurité Sociale et l’Etat. Dès lors ce sont les associations qui peuvent,
mieux que la Sécurité Sociale, constituer ces fameux corps intermédiaires, dispensateurs du
lien social.
Puisque la Sécurité Sociale est menacée par le chômage, puisque de nombreuses
allocations d’assistance ont dû être créées pour ceux qui se tiennent aux marges du salariat (ou
en sont exclus), les associations font aujourd’hui figure d’ultime remède face à la menace de
dislocation du « tissu social ». Certains voudraient les voir se transformer en coopératives de
production, d’autres envisagent une nouvelle mobilité des salariés, ces salariés devraient être
tour à tour : usagers des associations, bénévoles actifs, clients du marché, travailleursproducteurs. L’activité bénévole servirait l’entreprise puisqu’elle raccommoderait les trous
dans le tissu social, en même temps qu’elle enrichirait le salarié d’une expérience
supplémentaire. En ce sens il est inutile d’inventer la flexibilité puisque celle-ci existe déjà. Et
par ailleurs, l’exemple du « commerce équitable » montre qu’il est difficile de faire cohabiter
« économie solidaire » et « marché » – n’est-ce pas du reste, ce que Marx avait déjà démontré
à Proudhon ?
12
Première partie.
La dimension anthropologique du travail.
Le travail-action.
13
Introduction
Dans cette première partie nous verrons avec Marx que les hommes, n’ayant pas
d’environnement spécifique à l’instar des animaux, vivent dans un milieu adapté à leurs
besoins et à leurs désirs – besoins et désirs, qu’ils créent eux-mêmes. Ce milieu édifié, ils le
soignent, le protègent, le transmettent. Certaines sociétés l’améliorent, le perfectionnent, bref,
le transforment. C’est par l’action que les hommes créent, transmettent, transforment. Si les
hommes agissent, par contre on ne peut parler d’action pour le vivant dénué de raison.
L’action nécessite une décision, cette décision – ce projet élaboré – est ensuite exécutée. Si les
hommes qui décident et ceux qui exécutent ne sont pas les mêmes, on parlera d’action
collective. Mais toute action est en fait collective, car la pensée est une construction sociale,
puisque nul ne pense sans la société qui crée le langage, le symbole, la représentation. Pour
créer son milieu puis pour le transformer l’homme doit travailler : agir sur la nature. Ses
intentions sont imprimées dans les choses : les choses humaines fabriquées véhiculent du
sens, de même que les paysages transformés par l’homme. Dès lors, on peut dire que tout ce
qui est social est le fait du travail.
Telle est la première composante de la dimension anthropologique du travail : le
travail crée le milieu humain, le milieu social. Le travail est donc toujours « travail social ».
Mais l’homme meut aussi son corps et use de sa pensée individuellement. C’est la
pensée individuelle et volontaire qui résout un problème théorique, c’est le corps autonome
qui manie l’outil. La « société » est un ensemble d’individualités réunies, même si elle n’est
pas que cela. Sans individus aptes à déchiffrer les symboles, il n’y aurait pas de société.
Certains individus travaillent au sens où ils fournissent un effort. L’effort est la
confrontation de la pensée libre à la nécessité naturelle. Cet effort apporte ou non une
satisfaction subjective. Un objet est fabriqué, un problème est résolu, voilà deux raisons de
satisfaire à court terme l’esprit efficient. L’effort est nécessaire pour maintenir vivants le
corps, la pensée, le milieu humain.
Certains vivent du travail et des efforts des autres. Certains font effort et souffrent en
en tirant fierté et satisfaction. D’autres font effort et souffrent uniquement pour exister. Cela
signifie que le travail peut être aussi bien une manifestation de la grandeur de l’homme, de la
liberté, que de sa misère, de son asservissement à la nécessité biologique, physique,
psychologique, ou sociale.
Qu’est-ce que la nécessité ? La nécessité est l’autre nom du déterminisme. Or celui-ci
n’existe que pour l’être qui le pense, pour l’homme. La notion de déterminisme naît de
14
l’observation. Le déterminisme biologique, physique, psychologique, social, sont les
prolongations du déterminisme géométrique, peut-être conçu en premier grâce à l’observation
des astres, comme l’a suggéré Auguste Comte. La régularité du retour des astres est la
régularité la plus simple à observer.
Asservi à la nécessité, l’homme est asservi à ce qu’il ne peut transformer librement. La
nature, le corps, la société, les émotions, ne sont pas transformables de manière seulement
volontaire. Ces phénomènes semblent obéir à des lois. La connaissance de ces lois permet
seule de mener efficacement l’action. La connaissance du déterminisme social permet de
comprendre comment certains peuvent s’arroger le monopole de la connaissance. La pensée
pâtit toujours de ce qui s’oppose à sa liberté. Mais elle ne fait pas que pâtir, le déterminisme
lui sert de guide. Dans un monde de pur hasard, la liberté ne serait pas, et aucune action ne
serait conduite efficacement.
Nous venons ainsi de proposer un résumé succinct de la notion de travail. Cette pensée
comprend plusieurs hypothèses : le travail serait effort, labeur ; le travail serait manifestation
de la liberté de l’esprit qui ne se résigne pas mais décide ; le travail aurait une valeur
ontologique, il crée l’homme.
C’est en étudiant les œuvres de Marx et de Simone Weil particulièrement que nous
allons étayer ce résumé introductif. Marx est le penseur du travail. Une théorie du travail ne
pouvait émerger qu’au XIXe siècle, après que les savants des Lumières, à la suite de Descartes
et Bacon, aient mis en évidence l’idée du déterminisme. Toute action efficace sur la nature
procède d’une connaissance des lois de la nature. Hume et Kant, acceptant la méthode
analytique seule à même de bien diriger la pensée, montrent que cette méthode ne prouve que
la puissance de l’esprit : les lois de la nature sont les lois de l’entendement. La dernière
science née au XVIIIe siècle est la science économique, science du gouvernement domestique.
Marx montre que cette science n’est pas tributaire de l’esprit individuel, mais de l’esprit
social : l’esprit individuel est le produit de l’esprit social. Ajoutons : l’esprit social est luimême le produit du travail.
Simone Weil, lectrice de Marx, retrouve, suite à une expérience du travail en usine,
toute la pensée mythologique et chrétienne du travail : le travail est le symbole de la finitude
de l’existence humaine ; il est aussi symbole du moyen de dépasser cette finitude. Au-delà de
l’individu, il y a la société qui a une durée de vie indéfinie, et donc, pourquoi pas, infinie. Que
le Créateur de l’homme soit nommé Dieu ou la société change peu de choses comme l’a
montré Durkheim, à la suite de Hegel d’une certaine façon. Ainsi, avant qu’apparaisse la
pensée marxienne du travail, les hommes ont pensé le travail comme hommage à l’infini ou
15
comme tribut payé à l’infini – ce ne sont peut-être là que les deux faces de la même médaille :
grandeur et misère de la créature. En cet hommage ou ce tribut, une spiritualité habillait
diverses activité que la Genèse appelle « travail » : « tu travailleras à la sueur de ton front ».
De la dimension anthropologique du travail, pensons-nous, Marx et Simone Weil ont
résumé le principal, c’est pourquoi nous commencerons par les lire.
I. La pensée de la praxis
I.1. Le travail avant Marx, selon : l’économie politique anglaise, la philosophie de
Hegel, le socialisme de Proudhon
On peut introniser François Quesnay en père de l’économie politique classique. En
1764, dans son « Tableau Economique », le fondateur de la Physiocratie tente de montrer de
quelle manière un Royaume agricole peut augmenter sa richesse. Quesnay distingue trois
classes d’individus : les paysans qui augmentent la productivité de la terre ; les propriétaires
des terres ; les artisans. Il remarque qu’il n’y a pas de travail productif sans « avances », sans
la réunion préalable d’un capital. Les paysans comme les artisans ont besoin d’avances pour
acheter outils et matières premières. La production artisanale une fois vendue, permet de
recommencer le cycle productif. Du produit de leur travail, les artisans retirent leur salaire et
gardent de côté de quoi racheter les matières premières nécessaires. Cette production est
« stérile » dit Quesnay, elle renouvelle la production sans accroître la richesse. Il en va
différemment de la production agricole. Une partie du produit du travail des paysans sert bien
elle aussi au paysan à renouveler ses avances, à recommencer le cycle productif. Mais la terre
« avance » également quelque chose qui n’a pas besoin d’être acheté. Cette « avance » de la
terre ou de la nature, Quesnay l’appelle le « produit net ». Or mieux la terre est entretenue,
plus ce produit net sera important. Plus la terre produira, plus nombreux seront les artisans
qu’elle pourra entretenir également indirectement, puisque plus s’enrichissent les paysans et
les propriétaires, plus ces derniers passent de commandes aux artisans.
Si la richesse des propriétaires terriens est dépensée de manière productive, pour
l’amélioration des terres, des routes, etc., le Royaume produira de plus en plus et s’enrichira.
Si au contraire, elle est dépensée de manière improductive – en biens de luxe manufacturés,
produits ou non à l’étranger – le Royaume appauvrira sa production agricole, ou du moins, ne
16
l’augmentera pas. Bref, pour enrichir le Royaume il faut épargner et investir (dans
l’agriculture), et non consommer ou dilapider la richesse (chez les artisans).
Au Dauphin qui demande à Quesnay, son précepteur, ce qu’il ferait s’il était Roi,
celui-ci répond : « c’est simple, je ne ferai rien ! » Selon Quesnay, il faut permettre la « libre
circulation des grains », et instaurer le « laisser faire, laisser passer » : le marché s’autorégule.
Quesnay instaure dans la pensée économique la rupture avec le mercantilisme. Acheter à
l’étranger les grains les moins chers, permet d’augmenter la production nationale. Ce qui
compte c’est la valorisation par tous les moyens de la production agricole, et non plus la vente
à l’étranger de produits artisanaux. Tout est dit : ce qui fait la richesse des nations, ce n’est
pas le commerce, ce n’est pas l’abondance de monnaie, c’est la production.
En 1776, l’Ecossais Adam Smith qui a rencontré Quesnay lors d’un voyage à Paris,
fait paraître ses Recherches sur les causes de la Richesse des Nations. À la différence du
médecin français, Smith ne pense pas que l’agriculture soit la seule activité productrice de
richesses. C’est bien la production qui crée la richesse, mais la production en vue de
l’échange, et toute production. Smith distingue également entre les travailleurs productifs et
les travailleurs improductifs, mais sa classification n’est pas celle de Quesnay. Juristes,
fonctionnaires, comédiens, etc., ne laissent rien derrière eux. Ouvriers, artisans et agriculteurs,
créent non seulement des biens utiles, mais encore des biens échangeables. Ces biens
augmentent en qualité et en quantité grâce à la division du travail qui a entre autres pour vertu
de favoriser le progrès technique. Alors que chacun est concentré sur une tâche simple, il a
tout loisir de réfléchir à son perfectionnement. Qu’un maximum d’individus participe à la
création de ces biens échangeables, et l’intérêt particulier concourra à l’intérêt commun. Le
plus pauvre des manants en Grande Bretagne est plus richement vêtu que le plus grand Roi
d’Afrique. De combien d’efforts conjugués sa simple veste de bure n’est-elle pas le produit ?
D’où vient alors la richesse ? Non pas de la terre, mais du travail i.e. de la production en vue
de la valeur d’échange.
Smith est aussi un moraliste. S’il voit bien que le salaire de l’ouvrier suffit finalement
tout juste à reproduire sa force de travail, il ne pense pas que l’entrepreneur qui avance le
capital puisse s’enrichir à outrance. Car là n’est pas son intérêt. Les biens produits une fois
vendus, rapportent une certaine somme de profits. De ces profits, le capitaliste prélève de quoi
entretenir son ménage. Quant au reste, il est réinvesti. De la sorte, la valeur d’une
marchandise équivaut à la valeur du travail nécessaire pour la produire.
En réalité, Smith dit que la valeur du travail équivaut à la valeur de la marchandise
qu’il produit, laquelle correspond à la valeur de la marchandise contre laquelle on l’échange.
17
Ce qui est erroné comme l’a montré Ricardo. Suivons ce dernier. La valeur de toutes les
marchandises est relative, et le travail est une marchandise. La valeur d’une marchandise
reflète la quantité de travail socialement nécessaire qu’il faut pour la produire. Ce qui peut
produire « gratuitement » sans que rien ne soit dépensé, c’est la technique, une fois que son
coût a été rentabilisé. De la sorte, l’emploi de la technique abaisse la valeur des marchandises
manufacturées. Relativement, les produits agricoles enchérissent, puisque l’agriculture est,
d’une part, moins susceptible d’être mécanisée, d’autre part, elle nécessite de plus en plus de
travail – la fertilité des terres diminuant à mesure qu’on les exploite plus intensément.
Alors que l’industrie se développe, une quantité toujours croissante de biens irrigue le
marché. Smith et Ricardo ignorent la surproduction, car ils envisagent que le marché est voué
à toujours s’étendre. Or, plus le marché s’étend, plus la production est encouragée, plus la
richesse de tous s’accroît, dans un premier temps ; ensuite l’augmentation de la richesse (qui
n’est autre que ce qu’on appelle la croissance) décroît à mesure que s’abaisse la valeur des
marchandises et celle du travail.
Si la valeur du travail s’abaisse, c’est parce que le temps nécessaire pour reproduire la
force de travail diminue. Les marchandises de première nécessité (servant à la reproduction de
la force de travail) sont produites de plus en plus rapidement. Et s’il devient plus difficile de
produire du blé en Angleterre, on peut l’acheter en Pologne, ou encore le remplacer par des
pommes de terre. Mais si la valeur des marchandises s’abaisse, le profit diminue, comme
diminue la possibilité de nouveaux investissements. La croissance est alors, selon l’économie
politique classique, vouée à disparaître, et la richesse à stagner.
Le travail pour l’économie politique n’a donc d’intérêt qu’en tant qu’il est créateur de
valeur d’échange, il est donc un moyen. Mais il faut reconnaître que Smith a aussi, dans un
court chapitre, montré qu’il spécialisait les individus, en développant leurs compétences – les
individus naissent égaux, et les talents, qui diffèrent selon les individus, sont acquis. Smith
envisage aussi que spécialisés dans une tâche simple, les manœuvres dans les manufactures
peuvent inventer des techniques. Mais il ajoute immédiatement que le développement de la
technique tient davantage à la division du travail en travail manuel et travail intellectuel.
Le philosophe Allemand Hegel, lecteur de Smith, est plus sceptique sur ce bien
commun résultant de la recherche de l’intérêt particulier. D’une part, dans la société civile, les
inégalités sont criantes. D’autre part, Hegel saisit parfaitement que le travail dans la grande
industrie appauvrit le travailleur. C’est Marx qui notera que l’ouvrier n’est plus qu’un
appendice de la machine, mais il suit ce faisant la réflexion de Hegel. À mesure que la raison
18
technique se développe, la raison pratique semble s’affaiblir. Mais ce n’est là qu’une étape.
Une institution rendra à l’homme le souci du véritable bien commun, réalisera la moralité
universelle : c’est l’État. L’homme n’est pas seulement un travailleur, il devient un citoyen.
La devise républicaine Française, « Liberté, Egalité, Fraternité », régnera bientôt sur tous les
peuples, et pour que cette réalisation soit effective, n’a-t-on pas vu un homme, Napoléon,
entreprendre de la répandre dans toute l’Europe ?
Or c’est contre cette scission du même être, en travailleur asservi dans le système des
besoins et en citoyen libre dans l’État, que va s’insurger Marx. Que vaut cette liberté abstraite
du citoyen pour celui qui passe sa journée à produire ce qui ne lui appartient pas, ne
s’appartenant pas lui-même dans le procès de travail, et reproduisant sa force de travail
uniquement pour l’aliéner ?
En 1844 à Paris, Marx lit les économistes anglais, il lit également Hegel et Proudhon.
Tous parlent du travail. « Le travail est l’action intelligente de l’homme sur la matière. Le
travail est ce qui distingue aux yeux de l’économiste l’homme des animaux ; apprendre à
travailler, telle est notre fin sur la terre », écrit Proudhon. Le travail est une finalité en soi pour
Proudhon, il n’était qu’un moyen pour l’économie politique classique.
Proudhon, né en 1809, est le fils d’un garçon tonnelier et d’une cuisinière. Il étudie au
collège Royal de Besançon où il est boursier et bon élève. À dix-neuf ans, il devient ouvrier
typographe, et termine seul ses études : il apprend le grec et l’hébreu. Grâce à une bourse
obtenue pour trois ans, il devient entrepreneur et monte une petite imprimerie qui bientôt
périclite. Correcteur et imprimeur d’écrits ecclésiastiques, ses premiers textes porteront sur la
théologie. Proudhon veut montrer « comment il se peut qu’une religion soit fausse et le
contenu de cette religion vrai en même temps ». Ainsi, le travail et la charité valorisés par
Saint Paul sont devenus des nécessités sociales incontournables :
« quand le paysan ruiné vendra son héritage ; et quand il n’y aura plus que
des maîtres et des fermiers, des seigneurs et des serfs, les premiers donneront aux
seconds des habits, un logement et du pain, et ils leur diront : Voyez combien
vous êtes heureux ! Qu’est-ce que la liberté et l’égalité ? Vive l’harmonie ! …
L’ignorance et l’abrutissement des prolétaires seront au comble : on ne les
empêchera pas de s’instruire, mais ils ne pourront vivre sans travailler, et quand
ils ne travailleront pas, ils ne mangeront rien. »1
1
« Discours sur la célébration du Dimanche » (1839), cité in Célestin Bouglé, La sociologie de
Proudhon, Armand Colin, Paris, 1911, p.16.
19
Sa passion de l’égalité l’amène également à combattre les socialistes, Fourrier et SaintSimon par exemple. Proudhon n’accepte aucune inégalité soit disant naturelle des talents ou
des capacités. Après Rousseau ou Adam Smith d’ailleurs, il répète que l’individu doit ses
talents ou ses lacunes uniquement à la société. Or si chacun travaillait pour se nourrir, ce
serait déjà un premier pas vers l’égalité.
S’il se défie de certains socialistes qui veulent entériner l’idée d’inégalité naturelle,
Proudhon se défie également des communistes, au nom d’un individualisme qu’il défend
farouchement. Certes, chacun est le produit de la société, cependant la raison est exercée
individuellement. Elle a d’ailleurs pour tâche de prendre conscience de cet héritage social qui
rend possible son exercice ! Il en découle qu’individualisme et égalité sont des conditions de
possibilité réciproques.
À partir de trois principes – « propriété de l’outil de travail », « individualisme »,
« égalité » – Proudhon élabore alors des projets économiques et sociaux. Après l’expérience
malheureuse de l’imprimerie, il travaille comme comptable. Il découvre que le crédit est une
institution économique fondamentale, il invente la Banque du peuple. Ayant lu dans les livres
des économistes que le travail est la mesure de toute valeur, il entend supprimer la possibilité
de s’approprier la valeur sans travailler. Que deux journées de travail s’échangent contre deux
journées de travail : un point c’est tout. C’est ainsi qu’on peut supprimer l’impôt, les rentes et
les loyers. Reste bien le problème du crédit sans nul doute nécessaire : instituons sa gratuité,
supprimons les agios. Proudhon ne prône pas l’abolition du travail salarié, il entend substituer
la propriété collective des moyens de production à la propriété capitaliste. Son économie
mutualiste est en fait un capitalisme mutualiste. C’est sur ce point que Marx a beau jeu de
reprendre Proudhon :
« Réellement, il fait ce que font les bons bourgeois. Tous ils vous disent
que la concurrence, le monopole, etc., en principe, c’est-à-dire pris comme
pensées abstraites, sont les seuls fondements de la vie, mais qu’ils laissent
beaucoup à désirer dans la vie pratique. Tous ils veulent la concurrence sans les
conséquences funestes de la concurrence. Tous ils veulent l’impossible, c’est-àdire les conditions de la vie bourgeoise sans les conséquences nécessaires de ces
conditions », écrit Marx à Annenkov.1
Si le capitalisme tend déjà à rendre les salaires égaux comme le remarque Marx, c’est
parce qu’il homogénéise les moyens de production et crée les monopoles de certains produits.
1
Karl Marx, « Lettre de Marx à Annenkov » (1846), in Misère de la philosophie (1847), pp.43-55,
Payot et Rivages, Petite bibliothèque Payot, Paris, 1996, p.52.
20
Dans le mode de production capitaliste, parce qu’il faut toujours produire à moindre coût,
seuls comptent le temps de travail et l’échange des marchandises, jamais le travailleur.
Si Proudhon veut maintenir le travail salarié, il veut non seulement maintenir le travail
en vue de la valeur d’échange (de la marchandise), mais également le travail-marchandise. Le
salaire est le prix de la marchandise-travail. Dès lors il est normal que la valeur de la force de
travail varie, comme celle de toutes les marchandise. En disant à la suite de Smith que « le
travail est la mesure de toute valeur », Proudhon oublie la rectification de Ricardo : la valeur
de la force de travail se mesure au temps de travail socialement nécessaire qu’il faut pour la
produire, et ce temps varie, en fonction des bonnes ou mauvaises récoltes, en fonction du
progrès de la mécanisation, et enfin, en fonction de la qualification du travail, puisqu’il faut
plus de temps pour produire la force de travail du bijoutier que celle du manœuvre. Dès lors
Marx fait remarquer :
« La seule quantité de travail servant de mesure à la valeur sans égard à la
qualité suppose … que le travail simple [celui du manœuvre] est devenu le pivot
de l’industrie. Elle suppose que les travaux se sont égalisés par la subordination de
l’homme à la machine ou par la division extrême du travail ; que les hommes
s’effacent devant le travail ; que le balancier de la pendule est devenu la mesure
exacte de l’activité relative de deux ouvriers, comme il l’est de la célérité de deux
locomotives. Alors il ne faut pas dire qu’une heure d’un homme vaut une heure
d’un autre homme, mais plutôt qu’un homme d’une heure vaut un autre homme
d’une heure. Le temps est tout, l’homme n’est plus rien ; il est tout au plus la
carcasse du temps. Il n’y est plus question de la qualité. La quantité seule décide
de tout : heure pour heure, journée pour journée ; mais cette égalisation du travail
n’est point l’œuvre de l’éternelle justice de M. Proudhon ; elle est tout bonnement
le fait de l’industrie moderne. » (K. Marx, Misère…, op. cit., p.84)
Mais le projet de Proudhon se borne-t-il à établir l’égalité des salaires ? Il préconise
aussi – certes, quelques années après son Système des contradictions économiques (1846)
auquel réagit Marx – l’association ouvrière dans laquelle chacun est « participant » :
« En principe tous les ouvriers employés dans l’exploitation sont associés,
c’est-à-dire participant… » (lettre à Villiaumé 24 janv. 1856)1
« Que tout individu employé dans l’association, homme, femme, enfant,
vieillard, chef de bureau, contremaître, ouvrier, apprenti, a un droit indivis dans la
propriété de la compagnie ;
Qu’il a le droit d’en remplir tous les grades, suivant les convenances du
sexe, de l’âge, du talent, de l’ancienneté ;
1
cité in Pierre Joseph Proudhon, Œuvres choisies, Idées Gallimard, 1967, p.129.
21
Que son éducation, son instruction et son apprentissage doivent en
conséquence être dirigés de telle sorte qu’en lui faisant supporter sa part des
corvées répugnantes et pénibles, ils lui fassent parcourir une série de travaux et de
connaissance, et lui assurent à l’époque de sa maturité, une aptitude
encyclopédique et un revenu suffisant ;
Que les fonctions soient électives, et les règlements soumis à l’adoption
des associés ;
Que le salaire est proportionné à la nature de la fonction, à l’importance du
talent, à l’étendue de la responsabilité ;
Que tout associé participe aux bénéfices comme aux charges de la
compagnie, dans la proportion de ses services » (Idée générale de la Révolution
au XIXe siècle (1851))1.
Ce n’est pas dans Misère de la philosophie que Marx livre son appréciation du
système mutualiste, mais dans Le Capital. Les coopératives de production lui semblent chose
contradictoire. Si elles parviennent à faire en sorte que les travailleurs ne soient pas
dépossédés de ce qu’ils produisent (puisqu’ils sont leurs propres employeurs), elles n’en
subissent pas moins pour autant les lois de la concurrence. Pour se maintenir, elles sont donc
contraintes, comme toutes les entreprises capitalistes, d’abaisser leurs coûts de production
pour être compétitives, et d’entrer dans une logique d’accumulation pour acquérir des moyens
de production plus performants. Par ailleurs, leur logique d’autonomie de décision diffère de
la logique collectiviste : la coopérative se condamne à rester séparée des besoins réels des
consommateurs, puisqu’elle est une entité autonome qui exclut la planification.
Après avoir instauré le mutualisme économique, Proudhon veut que ce soient les
travailleurs qui règlent la vie sociale, qui peut fort bien se passer des parlementaires. Or, la
Commune va spontanément retrouver les principes du proudhonisme :
« communalisme, fédéralisme, autogestion, à tel point que Marx,
approuvant dans La guerre civile en France (1871) cette organisation et sentant ce
qu’elle avait de nécessaire aux yeux du mouvement ouvrier, se retrouvait de fait
en accord avec Proudhon », écrit Jean Kessler (in K. Marx, Misère…, op. cit.,
p.20).
Proudhon ne croit aucunement en la politique. C’est pourquoi il réprouve les
engouements et rêveries des révolutionnaires de 48. En 1848, le peuple français, derrière
Louis Blanc, compte sur l’État pour résoudre le problème de la réglementation du travail et de
la propriété. Le changement qu’il fallait opérer, selon Proudhon, était un changement
économique et non pas politique. Dès 1846 il écrivait à Marx :
1
ibid., p.130.
22
« Peut-être conservez-vous encore l’opinion qu’aucune réforme n’est
actuellement possible sans un coup de main, sans ce qu’on appelait jadis une
révolution, et qui n’est tout bonnement qu’une secousse. … Je crois que nous
n’avons pas besoin de cela pour réussir ; et qu’en conséquence nous ne devons
point poser l’action révolutionnaire comme moyen de réforme sociale, parce que
ce prétendu moyen serait tout simplement un appel à la force, à l’arbitraire, bref
une contradiction. … je préfère donc faire brûler la Propriété à petit feu, plutôt
que lui donner une nouvelle force, en faisant une Saint-Barthélemy des
propriétaires » (in K. Marx, Misère…, op. cit., p.40).
Finalement, le coup d’État de Napoléon Bonaparte ne lui semble pas une mauvaise
chose : il en est fini du politique. Car Proudhon ne croit pas plus en la démocratie qu’en la
République. Comme le dit Célestin Bouglé, il ne veut pas subordonner l’économie politique à
la politique, mais la politique à l’économie politique (C. Bouglé, La sociologie…, op. cit.,
p.174). Sa solution est ainsi le fédéralisme. Que chaque groupement de producteursconsommateurs s’organise lui-même. Proudhon ne voit même pas la nécessité du suffrage
universel : on n’élit que des gens qui défendent des libertés publiques desquelles on devient,
par suite, prisonniers. D’ailleurs, « le moyen le plus sûr de faire mentir le peuple c’est
d’établir le suffrage universel » (cité in ibid., p.). C’est en fait au travail et à l’échange que
doit revenir le pouvoir légitime. Mais il faut préciser que la citoyenneté, la moralité et le
jugement, naissent, pour Proudhon, non pas de la délibération publique, mais de l’exercice du
métier. C’est pourquoi il s’insurge contre une trop grande division du travail qui ne permet
plus à l’ouvrier de faire le tour de son métier.
La question du politique ou de l’État rend donc irréconciliables les pensées de
Proudhon et de Hegel. Selon Hegel, le simple travail ne suffit pas à rendre l’homme moral, il
lui faut être membre actif (citoyen) d’un État qui réconcilie l’intérêt particulier et l’intérêt
général. Proudhon est-il alors plus proche des économistes ? Non pas, puisque pour eux le
travail est un moyen (en vue de la richesse), alors que pour Proudhon le travail est une fin : il
rend l’homme intelligent. Sur ce dernier point, Proudhon suit en fait Hegel. Mais pour
Proudhon, ce n’est pas l’État qui doit réconcilier la morale et le travail, c’est l’abolition de la
propriété privée. Cette abolition est cependant ambiguë, et d’abord s’agit-il d’abolition ou de
généralisation ? La critique que Marx adresse à Proudhon tient au fait qu’il s’agit plutôt d’une
généralisation : ce n’est pas contre la propriété que s’élève Proudhon, c’est contre ses abus. Il
s’élève, autrement dit, contre l’appropriation par les capitalistes oisifs du travail d’autrui. Dès
lors, limiter la propriété privée ou l’appropriation ne suppose pas l’abolition de l’échange
individuel. Par conséquent, le maintien de l’échange individuel interdit la planification de la
23
production : Proudhon veut donc ce que veulent les bons bourgeois, la concurrence sans ses
effets négatifs. Mais peut-être ne peut-on tout avoir…
I.2. La pensée de la praxis dans les Manuscrits de 1844
Dans les Manuscrits de 1844, on lit que le travail est le propre de l’homme. Le travail,
« distingue directement l’homme de l’activité vitale de l’animal », car « l’activité libre,
consciente, est le caractère générique de l’homme. … L’activité vitale consciente »1. Le
travail est le moyen et la fin de l’homme :
« C’est précisément en façonnant le monde objectif que l’homme s’affirme
réellement comme un être générique. Cette production est sa vie générique active.
Grâce à cette production, la nature apparaît comme son œuvre et sa réalité … il se
contemple ainsi dans un monde qu’il a lui-même créé. » (K. Marx, Manuscrits…,
op. cit., p.116)
Qu’est-ce que travailler ? C’est façonner la nature. Qu’est-ce que la nature ? C’est le
corps inorganique de l’homme :
« Ainsi tandis que le travail aliéné arrache à l’homme l’objet de sa
production, il lui arrache sa vie générique, sa véritable objectivité générique, et
transforme sa supériorité sur l’animal en infériorité, puisque son corps non
organique, la nature, lui est dérobé » (ibid.).
Lorsque l’homme ne façonne pas librement la nature (« l’homme produit même
lorsqu’il est libéré de tout besoin physique et ne produit vraiment que lorsqu’il en est vraiment
libéré » (ibid.)), il n’est plus homme, il est moins que l’animal : il ne se produit plus luimême. « L’animal ne produit que lui-même, tandis que l’homme reproduit la nature tout
entière ; le produit de l’animal fait directement partie de son corps physique, tandis que
l’homme affronte librement son produit » (ibid.).
La vie humaine ne se limite pas au travail, c’est également une vie avec les autres, une
vie sociale :
« je suis un être social parce que j’agis en tant qu’homme. Non seulement
le matériel de mon activité – par exemple, le langage grâce auquel le penseur fait
son travail – m’est donné comme un produit social, mais ma propre existence est
activité sociale. En conséquence, ce que je fais de moi, je le fais pour la société,
conscient d’être moi-même un être social » (ibid., p.147).
Les moyens du travail humain, le savoir, les outils, l’écriture, etc. sont hérités des
autres hommes, mais la présence ou l’héritage des autres hommes façonne également les
sens :
1
Karl Marx, Manuscrits de 1844, GF-Flammarion, Paris, 1996, p.115.
24
« les sens de l’homme social sont autres que ceux de l’homme non social.
C’est seulement grâce à la richesse objectivée de l’essence humaine que se crée et
se forme la richesse de la sensibilité subjective de l’homme, qu’une oreille devient
musicienne, qu’un œil perçoit la beauté de la forme… » (ibid., p.151).
Quand l’homme se contemple dans le milieu qu’il a lui-même crée (la nature
transformée), il contemple l’objectivation de l’homme universel, c’est-à-dire de tous les
hommes. Mais l’homme ne se crée que s’il crée librement. En créant de façon contrainte, en
créant autre chose que lui-même, il crée son aliénation, sa domination, l’ordre social de la
division entre les hommes :
« De même [ que l’homme] engendre à partir de sa propre production sa
propre irréalité, sa punition, et à partir de son propre produit une perte, un produit
qui ne lui appartient pas, de même il crée la domination de celui qui ne produit pas
sur la production et sur le produit. De même qu’il se rend étranger à sa propre
activité, de même il attribue à l’étranger l’activité qui ne lui est pas propre » (ibid.,
p.119).
Qui est cet « étranger » ? « L’être étranger auquel appartient le travail et le produit du
travail, l’être étranger que le travail doit servir, au service duquel se trouve le travail et à la
jouissance duquel sont destinés les produits du travail, ne peut être que l’homme lui-même »
(ibid., p.118). Entreprenant une critique de la propriété privée et de l’ordre social de la
division, Marx rejoint Proudhon.
L’homme s’est donc librement crée, et régresse dans cette création. Pourtant, si toute
libre création est créatrice de l’homme, que faut-il penser du travail auquel il se livre pendant
son loisir ? Car l’œuvre de Marx est datée. La journée de travail est aujourd’hui moins longue
et moins dure qu’au moment où il écrit. On pourrait donc envisager l’action divisée : l’une
étant nécessaire à la conservation de ses fonctions biologiques, l’autre n’ayant qu’un sens
spirituel, l’art. Mais la notion de praxis héritée d’Aristote s’applique chez Marx également
aux activités visant la conservation des fonctions biologiques. Il n’est requis de l’homme
aucune ingéniosité particulière pour conserver simplement sa vie, or l’homme ne veut pas
seulement de la nourriture, mais de la nourriture « humaine », son « génie » ou son « art »
interviennent donc absolument partout. Ce qu’on peut formuler à la manière de Hegel :
l’esprit descend dans le système des besoins.
25
II. Simone Weil : le travail comme « action méthodique »
Ce sera le mérite de Simone Weil d’insister inlassablement dans toute son œuvre sur la
« honteuse division du travail en travail manuel et en travail intellectuel ». Très éloignée du
travail manuel, cette agrégée de philosophie (normalienne) consacrera un an en 1935 à
découvrir la réalité du travail de manœuvre. Elève d’Alain (dans la khâgne d’Henri IV), son
maître – héritier du courant philosophique français que l’on appelle le spiritualisme français –
influence beaucoup sa pensée. Deux thèmes seront chez elle indissociables de celui du travail,
l’habitude et l’action.
Dans les usines dans lesquelles elle travaille, Simone Weil ne trouve rien de cette
action méthodique qui est l’essence du travail et qu’elle a thématisée d’abord dans ses
dissertations de khâgne, puis dans son Diplôme d’Etudes Supérieures à l’Ecole Normale
(« Science et perception dans Descartes »), enfin dans un essai intitulé Réflexions sur les
causes de la liberté et de l’oppression sociale, rédigé en 1934.
II.1. L’effort, l’habitude, la perception, l’action
II.1.1. Notions de la philosophie spiritualiste française
On peut dire que Simone Weil est la dernière représentante du « spiritualisme
français ». À propos de celui-ci, Dominique Janicaud souligne qu’il se caractérise « par une
convergence d’inspiration plus que par le ralliement à un système »1, et il ajoute :
« le spiritualisme français n’est pas solidement constitué, comme un
noyau, tel l’idéalisme allemand, autour de deux ou trois penseurs à peu près
contemporains les uns des autres ; à l’instar d’une grande famille, il est tissé de
lignages successifs, de cousinages parfois inattendus, il a de lointains ascendants
et de nombreuses ramifications » (D. Janicaud, op. cit., p.4).
Chacun des auteurs qui participe de ce courant philosophique a donc ses référents et sa
tonalité propres – le propre de Simone Weil est de s’intéresser tout particulièrement au travail,
en se référant à Proudhon et à Marx. Un ensemble de notions est cependant presque toujours
présent dans tout le courant : d’une part la perception, l’effort, l’habitude, l’action, et de
l'autre, la charité, l’attention, la grâce.
Le spiritualisme français (ou réalisme spiritualiste) s’est construit contre
l’empirisme anglo-saxon et l’idéalisme allemand. Il ne cherche pas comme ce dernier à
1
Dominique Janicaud, Ravaisson et la métaphysique. Une généalogie du spiritualisme français (1969),
Vrin, Paris, 1997, p.1.
26
réunifier noumène et phénomène, en plaçant – par exemple comme Hegel – la raison dans
l’histoire. Ce courant s'oppose également au positivisme d'Auguste Comte. Le spiritualisme
français conçoit la nature comme gouvernée par les lois de l’esprit, et ce faisant, il remonte
aux pensées stoïciennes et pythagoriciennes1. Cela vaudra encore pour Simone Weil.
Néanmoins, de Maine de Biran à Bergson, le spiritualisme français a intégré des influences
multiples et parfois contradictoires. Ainsi, Alain réhabilite aussi bien Comte que Hegel.
Simone Weil franchira le dernier pas en intégrant à sa pensée – au moins pendant un temps –
le matérialisme historique.
C’est Maine de Biran, à peu près contemporain de Kant, qui est le précurseur du
courant, mettant au centre de sa pensée les notions d’effort et d’habitude. Le dualisme
cartésien de l’âme et du corps est récusé, et pourtant, Maine de Biran énonce un nouveau
cogito : « je veux donc je suis ». Influencé par les psychologues sensualistes (Condillac), la
démarche de Maine de Biran se veut tout d’abord expérimentale, et est en fait déjà presque
phénoménologique. Selon lui, c’est lorsque nous faisons effort pour vaincre la passivité
sensible que nous prenons conscience de notre existence. Maine de Biran distingue les
sensations qui sont des impressions passives – l’impression est l’affection d’un objet extérieur
sur une partie animée –, des perceptions qui sont des impressions actives2. Ainsi percevoir
c’est être impressionné de façon active, et la perception suppose une activité du corps. Le moi
est en fait présent et actif en chaque partie du corps qui est volontairement mue. Ainsi il y a
une vie spirituelle du corps.
La vie consciente est une vie d’efforts, de lutte contre le sommeil de la sensibilité ou
contre la volonté endormie. Or, faire effort, c’est vouloir. Pourtant, à la fin de sa vie, Maine de
Biran prend des distances par rapport à cette philosophie de la volonté : la passivité sensible
peut nous rattraper sans que nous n’y puissions rien. Par exemple, l’effort et la volonté ne
peuvent rien face aux affres de la maladie. Il s’oriente alors vers une pensée du retrait de la
volonté, d’une vie en Dieu, une « troisième vie », affranchie des liens avec le corps3.
1
Dans le Timée de Platon, le monde « est un animal véritablement doué d’une âme et d’une
intelligence, [qui] a été formé par la providence du dieu » (31a).
2
Néanmoins, comme le souligne Dominique Janicaud, il y a contradiction à assimiler la perception à
une impression, puisque « impression » et « sensation » sont presque des synonymes. Ou bien il y a une activité
déjà à l’œuvre dans la sensation, et alors la perception comme la sensation sont des activités (ce que soutiendra
Ravaisson lorsqu’il évoquera une « activité obscure » qui se développe dans la sensibilité). Ou bien la perception
est « activité » ce que n’est pas la sensation (qui est subie par le sujet), mais la perception n’est jamais subie,
l’esprit y a part activement.
3
« Il n’y a guère que les gens malsains qui se sentent exister », écrit-il, or, vouloir, faire effort, c’est se
sentir exister. Par conséquent, « le plus grand bien qui nous puisse arriver, c’est de mourir à nous-mêmes pour ne
27
Le premier écrit de Maine de Biran est un mémoire sur le rôle de l’habitude dans la
pensée. Félix Ravaisson s’inspirera de ce mémoire, dans sa brève thèse sur l’habitude. Alors
que Maine de Biran pensait que l’habitude nous fait perdre la conscience de l’effort, et donc la
conscience de notre existence, il n’ignorait pourtant pas qu’en affaiblissant la sensation,
l’habitude permettait d’affiner la perception. Dans l’habitude, l’émotion liée à la sensation
étant moins vive, l’attention se reporte sur l’action. Ainsi l’apprenti cycliste habitué, n’ayant
plus peur de tomber, pédale plus sûrement. Ainsi le faucheur ne ressentant plus la tension du
muscle du bras, fauche à un rythme égale et plus efficacement. C’est sur ce dernier point
qu’insiste surtout Ravaisson. Chez lui, l’habitude est non seulement une vertu, mais c’est
encore le principe de la vie : « c’est la loi primordiale et la forme la plus générale de l’être, la
tendance à persévérer dans l’acte même qui constitue l’être »1.
Une conception vitaliste que l’on retrouvera chez Bergson est déjà présente chez
Ravaisson2. Tout d’abord, celui-ci place sa thèse sous l’autorité d’Aristote. Ensuite, on lit
dans l’Habitude que tout être tend à persévérer dans son être par le moyen de l’habitude,
celle-ci est donc déjà à l’œuvre dans la nature3. C’est que, fidèle à la méthode analogique de
plus vivre qu’en Dieu » (cité in Bruce Bégout, Maine de Biran, la vie intérieure, Payot et Rivages, Petite
bibliothèque Payot, Paris, 1995, p.31 et p.35) « A présent, le sentiment d’existence personnelle est ce dont il faut
se détourner et se garder », commente Bruce Bégout, « l’attitude religieuse implique d’emblée l’annulation du
moi ou, à tout le moins, son absorption complète dans une passivité supérieure, qui n’est autre que celle d’une
communion avec Dieu. Cet état d’inspiration est décrit … comme un sentiment impersonnel d’identification et
d’union où le moi cesse de s’appartenir et assiste impuissant à sa propre désappropriation. Autrement dit, le moi
n’est plus le centre ni de la méditation ni de l’expérience » (ibid., p.35). Conception de l’attention décréatrice
que Simone Weil saura retrouver, non pas, à l’instar de Maine de Biran, suite à l’expérience de la maladie
(Maine de Biran souffrait de violents maux d’estomac), mais suite à l’expérience du malheur : le travail en usine.
1
Félix Ravaisson, De l’habitude (1838), Allia, Paris, 2007, p.75
2
« La vie se déroule dans un homme comme une série de phénomènes et cependant elle est sans cesse
dépassée par ce qui la fait être. Elle s’accompagne de changements qui sont imprévisibles à son niveau, mais qui
sont préordonnés par Dieu. Car le Dieu de Ravaisson reste le Dieu classique des philosophes, plénitude, plutôt
qu’à la façon de Bergson jaillissement vital, commandé par un dynamisme créateur toto modo » (André Canivez,
« Aspects de la philosophie française », pp.425-479, in Yvon Belaval (sous la dir.), Histoire de la philosophie
T.III vol.1, Gallimard, Folio essais, 1974, pp.429-428). Simone Weil restera proche du vitalisme de Ravaisson,
reprochant à Bergson son pragmatisme : « Dans ce monde-ci, l’élan vital cher à Bergson, n’est que du mensonge,
et la mort seule est vraie. Car la vie contraint à croire ce qu’on a besoin de croire pour vivre ; cette servitude a été
érigée en doctrine sous le nom de pragmatisme ; et la philosophie de Bergson est une forme de pragmatisme.
Mais les êtres qui malgré la chair et le sang ont franchi intérieurement une limite équivalente à la mort reçoivent
par-delà une autre vie, qui n’est pas en premier lieu de la vie, qui est en premier lieu de la vérité. De la vérité
devenue vivante » (Simone Weil, L’enracinement. Prélude à une déclaration des devoirs envers l’être humain
(1943), Gallimard, Folio essais, Paris, 1949, p.314).
3
Pour Ravaisson, c’est le changement, en tant qu’il s’accomplit dans le temps, qui engendre l’habitude,
la permanence d’un état. L’habitude commence là où commence la Nature, dans la vie, qui est : « unité
successive dans le temps » et « substance déterminée qui développe, sous des formes et à des époques diverses,
sa puissance intérieure , (De l’habitude, op. cit., p.13) . La loi générale de l’habitude est que tout changement qui
a son origine dans l’être vivant, affectant celui-ci, tend à se reproduire et à lui devenir de plus en plus propre.
La première manifestation de l’habitude se perçoit dans l’organisme, ainsi « [si] la veine a été ouverte
plus d’une fois à des intervalles de temps réguliers, après les mêmes intervalles le sang s’y porte et s’y accumule
28
Leibniz, Ravaisson, pense que c’est à partir de Dieu que l’on comprend l’âme, à partir de
l’âme que l’on comprend la nature. Les grands principes organisationnels sont les mêmes (ou
la sagesse est la même) dans des domaines différents. Déjà Aristote ne disait-il pas que les
choses du monde terrestre imitent le monde supra-lunaire, tendant à l’éternité1 ? Mais
Ravaisson est aussi influencé par Schelling. La Nature est un édifice de pensées. Plus
exactement pour Ravaisson, la nature est conscience ou volonté endormie. L’homme n’est
donc pas séparé de la nature, comme dans le cartésianisme. Au contraire, la spiritualité dort
dans la matière, et il n’y a finalement pas de scission entre le déterminisme mécanique et la
liberté de la réflexion.
Pour Ravaisson, l’habitude qui affine et éclaircit la perception – mais qui, poussée à
son état extrême, peut aussi causer le mouvement involontaire (un tic) – ne vaut pas
seulement pour expliquer les mouvements du corps, elle est aussi à l’œuvre dans les
mouvements de l’esprit : l’amour, la charité2. Alors que Maine de Biran s’était concentré sur
les effets de l’habitude, Ravaisson s’intéresse à ses causes. Plus profondément, il recherche la
cause de la volonté.
Alors que la volonté enclenche l’action dans le but de réaliser une idée, plus l’action
est habituelle, plus elle se confond avec l’idée : « C’est la cause finale qui prédomine de plus
en plus sur la cause efficiente et qui l’absorbe en soi. Et alors, en effet, la fin et le principe, le
fait et la loi, se confondent dans la nécessité » (ibid., p.49). Le pianiste veut jouer une mélodie
et la joue, avant d’avoir pris conscience de son désir. L’habitude, devenant quasiment instinct,
crée en fait une seconde nature (ibid., p.51). Alors que le désir qui commandait l’action
volontaire était la nature (ibid., p.54) – l’inclination, la pulsion qui fait mouvoir les doigts du
pianiste sur les touches – le sujet qui formait l’idée, but final de l’action, n’aura été que la
médiation permettant le passage de l’impersonnalité du désir (la nature), à l’impersonnalité de
la vertu – la mélodie est jouée, sans qu’il semble au pianiste l’avoir joué.
Entre le désir inconscient qui est « naturel », et l’action qui suppose l’effort, il n’y a
qu’une différence de degré, parce que le désir et l’action sous l’influence de l’habitude
de lui-même » (ibid., p.20). Reprenant Maine de Biran, Ravaisson explique qu’une impression est le fruit d’une
action extérieure sur l’organisme. A toute impression, répond une réaction, un mouvement. Mais les impressions
perdent leur force à mesure qu’elles se reproduisent (ibid., p.22). Le mouvement s’effectue alors
indépendamment de l’intensité de l’impression.
1
Ainsi le genre humain tend à l’éternité par le moyen de la reproduction.
2
C’est le sentiment qui est la passion ou passivité de l’âme. Tout comme le mouvement corporel
s’oppose à la passivité sensible, « [au] sentiment, s’oppose l’action spirituelle et morale » (ibid., p.64). L’amour,
la charité, sont également susceptibles de devenir « quasi-instincts ».
29
finissent par se confondre – amenuisant le sentiment de l’effort. C’est une nature consciente
d’elle-même (l’âme) qui est à l’origine de l’action.
Ravaisson influence Jules Lachelier. Quoi que la philosophie de ce dernier soit à la
fois néo-platonicienne et kantienne, sa volonté de dépasser le dualisme cartésien tend vers une
forme de panthéisme. Pour lui, le monde sensible symbolise le monde du mécanisme, qui luimême symbolise la vie, laquelle représente le monde de l’esprit. L’être est autre chose que la
pensée humaine, il est le système des lois de ce qui existe, et dont la réalité qui nous entoure
n’est que la manifestation. La réalité est la raison, laquelle est un univers de forces qui dans la
pensée de l’homme tend à la forme consciente.
La spontanéité de l’esprit est le point d’appui de la vérité. Les phénomènes étudiés
scientifiquement sont reliés les uns aux autres par la causalité, mais sur un autre plan, règne
l’harmonie, la beauté, qui renvoient à la finalité. C’est sans doute cette pensée qui décidera
Maurice Blondel a écrire une thèse sur l’action dans laquelle il précise que la production
inventive des idées procède déjà de l’action, de sorte que la science ne saurait rendre
totalement compte de celle-ci. Si Maurice Blondel retient de Lachelier le thème de l’action,
Jules Lagneau, autre disciple (et maître d’Alain), insiste lui davantage sur la perception. Le
« panthéisme » de Lagneau se référera directement à Spinoza auquel il consacre un écrit – ce
que fera également Alain.
Lagneau impose la « méthode réflexive ». Pour Lagneau si la pensée n’est pas l’être,
elle est ce qui s’en approche le plus. En réfléchissant, on passe de l’évidence spontanée à la
certitude. Ainsi réfléchir c’est changer tout son être, et la certitude nécessite une « action
antinaturelle » qui est la faculté de « créer dans l’invisible » (Canivez, op. cit., p.450). Entre la
conscience et la réflexion, il y a séparation. La conscience appartient au moi empirique, la
réflexion nécessite une méthode, des idées qui nous servent d’outils.
L’univers qui n’est pas objet de l’entendement (l’univers senti mais non perçu), n’est
pas vrai, même s’il est réel. La bonne pensée est mesureuse, elle ne pense pas ce qu’elle veut,
elle suit une méthode. La liberté de la pensée est sacrifiée alors au déterminisme de la
méthode, mais le déterminisme lui-même est posé par la pensée. Lagneau est kantien, et il
observe que l’exercice pratique de la raison obéit au même mouvement que son exercice
théorique : le devoir qui impose le sacrifice (librement consenti) de la liberté est là encore ce
qui nous rend vraiment libre.
30
Maurice Blondel entreprend de soumettre l’action à la critique (au sens de Kant). Une
action est une intention qui passe à l’acte. L’action se trouve à l’intersection du vouloir et du
connaître : après la morale et la volonté, avant la science. En deux cent cinquante pages,
l’auteur de l’Action, décrit le « phénomène de l’action ».
Les sciences positives, psychologie incluse, sont loin de réussir à rendre compte de
l’action, car elles échouent à rendre compte d’elles-mêmes, à rendre compte, autrement dit, de
la liberté de l’esprit ou de la volonté de connaître. On peut dire ainsi, non seulement que
l’action dépasse les sciences car il y a plus en elle que les sciences en connaissent, mais
encore que toute science nécessite le postulat de l’action. La science de l’action serait alors
une science de la conscience. Or on constate que c’est moins la conscience qui détermine
l’action que l’action qui détermine la conscience. Un tel constat implique que l’action
détermine la raison et la volonté.
Pourtant pour agir, il faut vouloir, et la volonté a toujours à opérer un choix entre
différents motifs possibles (sinon, elle est la proie d’une idée fixe). L’intention d’agir ne suffit
cependant pas à accomplir l’action, on ne peut parler d’action véritable qu’une fois celle-ci
exécutée.
L’action ne saurait être le fait de l’esprit seul, elle nécessite aussi bien le concours du
corps que celui des autres : nous n’agissons jamais seul d’une part, puisqu’on ne peut
envisager d’action non symbolique, nous agissons toujours pour les autres, pour leur donner
notre pensée, d’autre part. Le résultat de l’action, l’œuvre, prend place dans le monde des
phénomènes, et est abandonné à l’interprétation « recréatrice » des autres.
Mais si la liberté, la raison, la volonté, sont tributaires de l’action, et que pourtant, ce
sont elles qui la rendent possible, nous n’avons pas éclairci son mystère. C’est vers une
ontologie de l’action que se dirige en fait Blondel. L’être ne peut être uniquement dans les
données sensibles, celles-ci ne sont pas indépendantes de la pensée ; le secret de la réalité ne
nous est pas délivré par les sciences positives, puisqu’elles échouent à rendre compte de leur
condition dernière de possibilité ; la liberté est insuffisante à l’action humaine, elle n’en n’est
pas l’unique ressort. La liberté implique le devoir d’agir – nous entraînant de la sorte dans son
propre déterminisme, et c’est à nouveau l’action qui crée la volonté libre. Les fins de l’action
– autrui, la société – ne sauraient davantage expliquer la cause de l’action. En définitive,
« l’être et la vie ne sont donc pas pour nous dans ce qui est à penser, ni même à croire, ni
même à pratiquer, mais dans ce qui est pratiqué en effet »1. Et ce qui est « pratiqué en effet »
1
Maurice Blondel, L’action (1893), PUF, Quadrige, Paris, 1993, p.487.
31
dépend de nous, de notre libre vouloir, sans cesse modifié par l’action, jamais réalisé en fait.
Néanmoins, l’homme est ce qu’il se fait.
Considérant l’action comme un phénomène qu’il faut décrire, Blondel s’attarde sur le
travail, présent en toute action. Voyons ce qu’il en dit. L’intention volontaire ayant besoin de
s’incarner, elle rencontre inévitablement la résistance organique, qui « sans être étrangère à
nous n’est cependant pas nous » (M. Blondel, op. cit., p.151). La volonté ainsi, devient
passive, est contredite, contrainte et peine, car le travail n’est que l’exécution d’une idée. Ici
intervient l’effort, qui est d’abord « sentiment de l’obstacle matériel » : « un état de
conscience ». Le mouvement nous donne, sans qu’on ne sache vraiment comment, une prise
subjective sur le corps, qui devient mien sans qu’il soit moi, qui va cependant renouveler la
vie intérieure : changeant la connaissance et la volonté.
Si le travail est peine et souffrance, c’est que la souffrance est un état de conscience :
conscience d’une « disproportion entre le perçu et le voulu, entre le fait et l’idéal imaginé »
(ibid., p.158). C’est ainsi que :
« Je sens, pendant que je concentre ma pensée sur l’objet que j’étudie,
comme un ressort qui cherche à se détendre, une attention prête à s’esquiver, un
faisceau dont les pièces résistent à l’étreinte de la réflexion. Ainsi encore les
membres de l’ouvrier, toujours soumis aux mêmes mouvements et comprimés
dans le même mécanisme, crient fatigue et douleur » (ibid., p.160).
Lorsqu’un homme supporte la peine sans la contrainte du besoin, il signe la toute
puissance de la volonté, victorieuse de la sensation, d’énergies, de désirs, de sentiments, qu’il
nous faut bien écraser pour avancer, qui sont « l’obscure activité se développant dans la
sensation », évoquée par Ravaisson.
Mais d’où viennent ces énergies antagonistes qui provoquent la souffrance dans
l’action ? Elles viennent de tendances indisciplinées, d’une vie déjà psychologique qui se
déploie dans l’organisme même (ibid., p.173). La souffrance s’amenuisera avec l’habitude.
Celle-ci rend notre organisme savant, animé d’une « raison immanente », qui donne à
nos sensations mêmes un caractère rationnel et une contexture logique. Le corps développe
une mémoire des mouvements passés, mémoire qui est activée inconsciemment en chaque
mouvement :
« Il y a comme un raisonnement implicite et une arithmétique inconsciente
qui gouverne toutes nos démarches. Le portefaix qui marche plus vite sous une
charge plus pesante, la danseuse ou le musicien ne savent pas qu’ils sont
géomètres ou mathématiciens » (ibid., p.174).
32
Coopération du corps et de l’esprit – qu’on ne saurait séparer si facilement – la
dimension morale du travail sera indissociable d’une éducation des muscles. Si dans l’effort
intellectuel, dépendant tout entier de la capacité d’attention, c’est encore l’organisme qui fait
tout ; l’endurance physique, elle, ne pourrait être, sans pacification intérieure et vigueur de la
volonté.
Quant au plaisir résultant de l’action exécutée, menée à son terme grâce à l’effort du
travail, il tient à ce que l’organisme même participe davantage à la vie subjective (ibid.,
p.197). Par l’action, la subjectivité s’est imprimée dans l’univers, tout acte était à l’origine
« unité indivisible en laquelle se rencontrent l’initiative humaine et la contribution de
l’univers » (ibid., p.196).
II.1.2. Simone Weil : travail et perception
II.1.2.1. L’esprit agissant et l’étendue indifférente
A l’action volontaire ou à l’effort, est liée la perception d’un obstacle, alors que la
simple sensation ne manifeste que la passivité sensible. La perception et le travail ne peuvent
être séparés si le travail est une partie de l’action. La perception est une condition du travail,
en retour le travail habituel affine la perception. C’est en agissant dans l’espace ou en
essayant d’agir, que je distingue ce qui dans le monde m’est étranger – la matière antagoniste
– et ce qui est de moi – la construction par l’entendement de liaisons entre différentes
impressions, ou au contraire, la projection par l’imagination de passions. Percevoir, explique
Simone Weil, c’est avant tout saisir l’espace permanent et indifférent à ma sensation, et
distinguer en lui qualités, grandeurs et formes. Percevoir autrement dit, c’est dégager (ou
« lire ») la signification véritable d’une impression sensible. Mal percevoir, c’est laisser cours
à l’imagination déréglée ; bien percevoir, c’est connaître.
L’enfant est « phénoméniste », comme l’a montré Piaget, il ne se distingue pas du
monde, ce qui n’impressionne plus ses sens n’existe plus1. La jeune Simone Weil essaie
d’illustrer ce phénomène en comparant l’esprit non distancié du monde au personnage
mythologique de Protée : « Protée se fit lion, panthère, dragon, eau courante, arbre verdoyant.
Il fallut que Ménélas domptât Protée, et le contraignît à prendre sa forme propre »2. Faisant
1
Jean Piaget, La construction du réel chez l’enfant, Delachaux et Niestlé, Neuchatel, 1973.
Simone Weil, « De la perception où l’aventure de Protée » (1929), p.121, in Œuvres Complètes T.I,
Gallimard, Paris, 1988, pp.121-139.
2
33
corps avec le monde sans que l’entendement ne le mette encore à distance, « [l’]épine n’est
pas d’abord objet devant moi ; elle est d’abord, en moi-même, sursaut », et
« quand l’épine me fait ainsi violemment sursauter, tout ce qui,
auparavant, imprimait en moi une autre manière d’être, ce que j’appellerai, par
exemple, odeur ou couleur de rose, non seulement est vaincu et comme décoloré
par la nouvelle impression, mais pour moi, soudain, cesse d’exister » (S. Weil,
« De la perception… », op. cit., p.121).
Ainsi le monde « se présente à l’esprit comme une émotion, puis une autre, puis une
autre ; chacune de ces émotions vient sans être appelée ni produite par moi, et sans m’être
pourtant étrangère » (ibid., p.125). Pourtant si j’essaie d’agir, je saisis la loi de l’espace qui est
aussi la loi du travail :
« couleurs, sons, grandeurs peuvent changer sans que change jamais la loi
des travaux, qui est d’être sans cesse indifférents à ce qui a précédé comme à ce
qui doit suivre. … cette loi du travail, qui demeure quand changent qualités,
formes, distances, par rapport à laquelle qualités, formes, distances me servent de
signe, c’est la loi même du rapport extérieur, qui définit l’espace » (ibid., p.125).
C’est ainsi que « la géométrie, comme toute pensée peut-être, est fille du courage
ouvrier » (ibid., p.126).
Mais percevoir sans agir, ajoute Simone Weil, ce n’est que « vêtir le monde d’idées ».
L’action seule nous confronte à la matière antagoniste. Or on ne peut agir sans travailler :
« que je ne puisse pas agir sans travailler, cela n’exprime que la présence
d’une matière antagoniste ; même une telle condition fait mieux qu’indiquer
l’existence de la matière, elle définit la matière. Or qu’est-ce que le travail ? Le
travail, par opposition à la réflexion, à la persuasion, à la magie, c’est une suite
d’actions qui n’ont aucun rapport direct, ni avec l’émotion première, ni avec le but
poursuivi, ni les unes avec les autres » (ibid., p.125).
Et elle donne un exemple :
« ainsi, pour un homme qui, par exemple, abrité dans une caverne, veut en
boucher l’entrée avec une grosse pierre, la loi est d’abord que les mouvements qui
lui permettront de le faire n’ont aucun rapport avec les mouvements spontanés,
que causait en lui, par exemple, la peur des bêtes féroces, et leur sont même
directement contraires. Bien mieux, quand il a amené la pierre à moitié chemin, le
mouvement qu’il doit faire est le même que s’il touchait au but ; et à tout moment
de son travail, ses mouvements sont aussi étrangers aux mouvements accomplis,
aux mouvements projetés, aussi bien qu’aux désirs » (ibid.)
Le travail, suite d’actions qui se déroulent dans le temps, nous fait donc éprouver la
résistance du monde, nous permet de concevoir l’étendue dans laquelle s’impriment formes et
distances, et nous mène finalement tout droit à la géométrie, science d’imagination.
34
Entre la simple perception que le travail rend toujours plus précise (l’erreur est une
perception fausse, disait Lagneau), et la déduction scientifique, il n’y a qu’une différence de
degré, non de nature, c’est ce que Simone Weil tentera de montrer dans son mémoire de
Diplôme d’Etudes Supérieures1.
II.1.2.2. Le temps
Mais d’ores et déjà est posé que le travail est notre condition d’existence. L’homme
n’existe pas sans agir : « j’existe dans la mesure où je puis »2. Or que puis-je, sinon agir pour
transformer, d’abord mes impressions, ensuite le rapport que j’entretiens avec la matière
antagoniste ? Car mes impressions découlent de ce rapport. Ou bien les impressions
s’imposent à moi, et je suis toujours hors de moi, une émotion succède à une autre, parce que
je ne suis pas distancié du monde. Ou bien, je comprends la cause de ces impressions, et c’est
percevoir, être conscient de mon pouvoir d’action sur le monde. Alors de moi à moi, de ce
que je suis à ce que je veux être, je suis ce que je fais (ou ce que je me fais).
Agir sur moi-même n’est possible que parce que je conçois une action possible sur le
monde. Et l’action sur le monde se déroule dans l’espace et dans le temps. Si l’espace ou
l’étendue, est « la loi du travail », le temps, par contre, est la forme du travail (S. Weil, « Du
temps », op. cit., p.143). Parce que je ne peux rien changer immédiatement, la véritable action
est le travail – suite d’actions sans rapport les unes avec les autres, ni avec la fin désirée, mais
qui me fait passer du projet à l’œuvre. J’existe travaillant, car si je ne fais que concevoir un
travail possible (percevoir), je refuse d’être dans le temps ; je ne fais que « vêtir le monde
d’idées », et de la sorte, comme nous l’avons vu, celui-ci n’est pas plus à moi qu’il ne l’était
auparavant – et je reste étranger à moi-même.
Dans l’essai sur le temps, Simone Weil s’attache longuement à traduire ce que Kant
appelle le « schématisme ». Pour Kant, le schématisme est ce qui rend possible l’expérience
de l’extériorité. Comment unifions-nous le divers de la sensation pour le subsumer sous un
concept de l’entendement ? Le rapport entre la sensation et l’entendement est lié au temps. Le
nombre sera le schème de la quantité, le degré le schème de la qualité par exemple. Ainsi,
nous passons en revue une série de rouges pour juger de la teinte exacte de ce rideau (ibid.,
1
suivant en cela parfaitement les développements d’Alain : l’apprenti philosophe « considérera d’abord
qu’il n’y a aucune différence entre le mouvement réel perçu et le mouvement imaginaire que l’on prête aux
arbres ou à la lune, aucune différence, entendez dans la perception que l’on a. Secondement l’on fera attention
que ces mouvements imaginaires sont perçus seulement par relation, ce qui fera voir ici encore l’entendement à
l’œuvre, et pensant un mouvement afin d’expliquer des apparences, ce qui est déjà méthode de science à parler
strictement, quoique sans langage. » Alain, Eléments de philosophie, Gallimard, Folio-essais, Paris, 1941, p.3637.
2
Simone Weil, « Du temps » (1929), p.142, in Œuvres Complètes T.I, op. cit., pp.141-147.
35
p.123). Ce passage en revue suppose le temps. Ainsi le schématisme est un usage de
l’entendement. Alain dira que c’est l’entendement en acte. Et chez Simone Weil, on trouvera
que le travail est l’entendement en acte. Par le travail, un rapport est posé entre le corps et
l’esprit, le moi et le monde, les impressions et l’étendue : « [entre] les émotions que je subis et
l’étendue que par le travail je saisis à travers elles, le travail seul pose un rapport » (ibid.,
p.145).
Simone Weil ne nie pas l’objectivité du temps. Si je ne fais rien, j’observe néanmoins
en moi et hors de moi des changements. Mais ceux-ci s’imposent à moi, et le temps n’est pas
dirigé. Le temps ne devient subjectif, au sens où je peux le diriger, lier une impression à une
autre, aller du projet à l’œuvre, seulement si je travaille (ibid., p.144). Si je n’agis pas, si je ne
travaille pas, une impression succède à une autre, et je suis toujours hors de moi – le temps
signe alors mon impuissance (ibid., p.141). Et puisque je sais que je suis à partir du moment
où je puis, l’état d’impuissance est état d’inconscience ou d’inexistence.
Il ne faut pas se demander si je suis, écrit alors Simone Weil, mais « comment je
suis ? » « Sous quelle condition j’existe ? » (ibid., p.141). Le temps et l’espace sont les
conditions de mon existence, celle-ci se définissant par le travail.
II.2. L’action méthodique : du travail à la science
Dans le Diplôme d’Etudes Supérieures, le travail n’est plus seulement notre condition
d’existence. Il est également la source de toute connaissance. L’erreur n’est qu’une perception
fausse, et « l’homme commence, non pas par l’ignorance, mais par l’erreur » : « C’est ainsi
que les hommes, bornés à l’interprétation immédiate des sensations, ne s’en sont jamais
contentés ; toujours ils ont pressenti une connaissance plus haute, plus sûre, privilège de
quelques initiés. »1
Ce privilège de la connaissance est devenu le monopole des savants après avoir été
celui des prêtres. La science pourtant, ne peut être que le prolongement du travail, lui-même
étant le prolongement et la condition de la perception. « La science est le travail purifié
d’empirisme. »
Le travail unit la sensation (« l’être passif qui subit le monde ») et l’action (« l’être
actif qui a prise sur lui »). Le travail est une géométrie en acte, ou une physique pratique, par
l’intermédiaire du travail, « si je n’unis pas les deux parties de moi, celle qui subit, celle qui
1
Simone Weil, « Science et perception dans Descartes » (1931), p. 161, in Œuvres Complètes T.I, op.
cit., pp.161-221.
36
agit », je peux au moins faire « que ce que je subisse, ce soit ma propre action » (S. Weil,
« Science et perception… », op. cit., p.209)1. Il s’agit de faire que « ma volonté s’imprime
toute vive dans le monde » (ibid.). Or cela ne se peut sans passer par l’intermédiaire du corps.
Le corps est pour chacun, écrit Simone Weil, empruntant un exemple cartésien, comme le
bâton de l’aveugle : l’aveugle avec son bâton, ne palpe pas la matière sensible, il palpe
l’obstacle. Mon corps, le bâton, « est pour l’esprit comme une pince à saisir et palper le
monde » (ibid., p.211). Il s’agit donc dans un premier temps de prendre possession du corps,
afin de lui faire exécuter les mouvements géométriques : l’ « intermédiaire entre la géométrie
et le travail, c’est la gymnastique » (ibid.). Mais le corps humain est insuffisant au travail, il
faut le prolonger. Les outils principaux pour exécuter ce dont le corps seul est incapable, sont
au nombre de deux : la roue et le levier. « L’homme compose des machines avec la roue et le
levier, comme il construit un point quelconque d’une conique avec la règle et le compas. C’est
ainsi qu’au travail s’ajoute l’industrie » (ibid., p.213). Par l’industrie, ce n’est plus un seul
homme, mais « l’humanité qui travaille » (ibid., p.215), et « c’est de la même manière que,
par les observations, les registres, les archives, l’humanité perçoit le retour des comètes »
(ibid.).
Si le Diplôme s’intitule « Science et perception dans Descartes », c’est que Simone
Weil entend soumettre à la critique la méthode cartésienne (la méthode de la science). Dans la
première partie, elle montre que Descartes a encouragé l’observation des métiers les plus
simples (les tisserands, les brodeuses, ou les dentellières) et semble bien loin de dévaloriser
l’expérience commune. Par ailleurs, la méthode analytique permet à chacun de construire une
connaissance certaine du monde, montrant seulement la manière de bien diriger son esprit. Et
pourtant, l’idéalisme cartésien aboutit à la séparation des profanes (des travailleurs) et des
savants que nous connaissons. C’est pourquoi Simone Weil se propose de refaire le
cheminement des Méditations. Elle constate qu’il est en mon pouvoir d’accueillir ou de
repousser une idée. Et de là : je peux, je suis, je pense :
« En tant que j’accueille une idée, je ne sais si je l’accueille ou si
seulement elle se présente ; dès que je repousse une idée, quand ce serait l’idée
même que je suis, aussitôt je suis. Ma propre existence que je ressens est une
illusion ; ma propre existence que je connais, je ne la ressens pas, je la fais.
Exister penser connaître ne sont que des aspects d’une seule réalité : pouvoir. Je
connais ce que je fais, et ce que je fais, c’est penser et c’est exister ; car du
moment que je fais, je fais que j’existe. Je suis une chose qui pense » (ibid.,
p.189).
1
Simone Weil suit donc Maine de Biran : la perception produit une impression.
37
Je suis une chose qui pense, et il me faut maintenant apprendre à connaître ma
puissance. Puisque Dieu me garantit l’infaillibilité des idées claires, « je n’ai plus à suspendre
l’imagination, mais à lui laisser cours pour m’instruire auprès d’elle » (ibid., p.201).
L’incertain auquel elle avait refusé d’accorder créance, peut être rappelé pour être examiné.
Mais ici, Simone Weil saute dans le monde. Elle se demande ce qui lui permet d’agir. La
voilà confrontée à l’esprit et à l’étendue – le corps est un morceau de matière. Il lui faut
prendre possession du corps par le moyen de la gymnastique, intermédiaire entre la géométrie
et le travail. Or puisque le corps n’est pas ce qu’il faut pour le travail, il doit être prolongé par
les outils. Les outils servent à palper l’obstacle, comme le bâton de l’aveugle. Les outils sont
des intermédiaires entre l’esprit et le monde. Ils nous permettent certes d’agir plus
efficacement sur le monde. Mais là n’est pas le plus important. Ils nous permettent surtout de
le mettre à distance et de mieux le connaître.
On peut facilement comprendre que l’on passe du maniement des outils primitifs à la
science ; que la science permet de perfectionner les outils, de construire des outils
« composés » ; que ces outils composés nous apportent de nouvelles informations sur le
monde ; et que de là, nous aboutissons à la technique, celle qui permet l’existence de la
grande industrie.
Ainsi peut-on conclure, « la seule sagesse consiste à savoir qu’il y a un monde, c’està-dire une matière que le travail seul peut changer, et que, l’esprit excepté, il n’y a rien
d’autre » (ibid., p.217). De sorte que
« [en] un éclair, l’esprit qui s’arrache à ce qu’il sent se retranche en soimême et agit, le pilote qui dans la tempête dirige le timon, le paysan qui balance
sa faux se sait soi-même et sait le monde de la manière qu’exprime la parole « Je
pense, donc je suis » avec son cortège d’idées. Les travailleurs savent tout ; mais
hors du travail ils ne savent pas qu’ils ont possédé toute la sagesse » (ibid.).
Mais voilà, « l’aventure de Descartes a mal tourné »1. Car la grande industrie sépare
pour deux raisons le travailleur du savoir. La technique n’est plus pour l’ouvrier un
intermédiaire entre l’esprit et la matière comme l’était l’outil, et au travail, les travailleurs ne
savent plus tout. D’ailleurs, bien des activités ne méritent plus le nom de travail, la production
n’est pas le travail2. Dès lors un fossé sépare ceux qui réfléchissent sur des travaux imaginés
1
Simone Weil, « Réponse à une lettre d’Alain », p.111, in Sur la science, Gallimard, Espoir, 1966,
pp.111-115.
2
« l’activité professionnelle est loin en général de mériter le nom de travail. … D’abord le travailleur
est considéré plutôt comme un instrument de production que comme un producteur ; la rationalisation en est un
exemple effrayant. Seuls parviennent à rester libres dans leur travail ceux dont le métier a échappé jusqu’ici à
38
(les savants), et ceux qui exécutent. C’est pourquoi les savants ont comme substantialisé les
symboles. Les nombres ne sont plus rapportés à des distances par exemple. Si bien que la
physique n’est plus géométrique.
La science, comme le travail qui est devenu production, ne trouve plus son point de
départ dans le sujet. Le sujet, c’est le travailleur dit Simone Weil, puisque le travail est la
condition de mon existence. Et qu’est-ce que travailler ? Travailler, c’est bien me changer
moi-même, agir sur mes impressions. Mais c’est aussi « changer volontairement la matière
par les mouvements du corps »1. Le mot important est « volontairement ». Le travail suppose
l’intentionnalité. La science cartésienne et les symboles mathématiques rationalisent le
monde, mais c’est pour le rendre mieux accessible au sujet, au travailleur. Dès lors que dans
le travail rationalisé, le sens de l’action échappe au sujet, il n’y a plus d’action. Il n’y a plus
alors de travail, il y a « production ». Et les machines ne travaillent pas, Simone Weil nous le
verrons anticipe sur Simondon. Les machines ne travaillent pas, parce qu’elles n’agissent pas,
puisque seul le sujet agit. Quant aux scientifiques, ils n’ont plus affaire à des travaux
imaginés, puisqu’ils ne rapportent plus les symboles algébriques aux données géométriques.
S’ouvre une civilisation dans laquelle le travail, c’est-à-dire le sujet, est tout simplement
oublié.
Le phénomène n’est pas sans conséquence morale. Car l’homme ne devenait la mesure
de toute chose, que parce que le travail lui permettait de dominer des forces qui « le
dépassaient infiniment » comme dit Spinoza2. Le travail, et plus précisément les outils,
équilibrait le rapport entre la force de l’esprit et les forces de la nature3. Le travail nous
rendait libre, parce qu’il nous donnait la maîtrise de nos impressions. Or la capacité d’agir sur
nous-mêmes, est cela même qui rend possible la morale. Depuis Platon, l’homme juste est
celui qui dispose de la capacité de gouverner par la raison ses appétits sensibles et ses
tendances agressives. Quant au mal, il naît de l’ignorance… de la perception que le travail n’a
pas rendu suffisamment précise, pourrait dire Simone Weil.
l’emprise du capital, tels que paysans, terrassiers, menuisiers » Simone Weil, « Fonctions morales de la
profession » (1930-1931), p.272, in Œuvres complètes T.I, op. cit., pp.261-274.
1
« La division du travail et l’égalité des salaires » (1929), p.249, in Œuvres complètes T.I, op. cit.,
pp248-254.
2
Spinoza, Ethique IV, pop.1.
3
« Le secret de la condition humaine, c’est qu’il n’y a pas équilibre entre l’homme et les forces de la
nature environnantes « qui le dépassent infiniment » dans l’inaction, mais seulement dans l’action par laquelle
l’homme recrée sa propre vie : le travail. … Le « mélange d’infini et d’indéfini » n’a de sens que par rapport aux
dimensions du corps humain. À cet égard il est vrai que « πάντων άνθρωπος µέτρον ». Mais du corps humain
agissant, reliant la cause à l’effet » Simone Weil, Œuvres complètes T.VI vol1, Gallimard, Paris, 1994, p.87.
39
Dans les Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale, Simone
Weil insiste sur la dimension libératrice du travail et de la science, à condition que cette
dernière soit véritablement rendue accessible aux travailleurs. Si la liberté véritable se définit,
non pas par un rapport entre le désir et la satisfaction, mais « par un rapport entre la pensée et
l’action »1, alors la liberté est toute proche des travailleurs. Que les Grecs n’aient pas
thématisé cette vérité, ne signifie pas qu’ils ne l’aient pas appliquée : « Même les activités en
apparence les plus libres, science, art, sport, n’ont de valeur qu’autant qu’elles imitent
l’exactitude, la rigueur, le scrupule propres aux travaux, et même les exagèrent » (S. Weil,
Réflexions…, op. cit., p.87).
Mais pourquoi le travail devrait-il être le modèle d’autres actions ? Pourquoi cette
primauté accordée au travail ? C’est qu’avant d’être une action libre, le travail est une activité
nécessaire :
« La nature est, il est vrai, plus clémente ou plus sévère aux besoins
humains, selon les climats et peut-être selon les époques ; mais attendre
l’intervention miraculeuse qui la rendrait clémente partout et une fois pour toutes,
c’est à peu près aussi raisonnable que les espérances attachées autrefois à l’an
mille » (ibid., p.86).
L’homme est donc assujetti à la nature, et ne pourra jamais se libérer complètement de
cet asservissement. Mais s’il est « un être borné à qui il n’est pas donné d’être, comme le Dieu
des théologiens, l’auteur direct de sa propre existence » (ibid., p.91), il peut cependant
posséder « l’équivalent humain de cette puissance divine » (ibid.). Il peut créer, par « l’œuvre
de sa pensée dirigeant l’effort de ses muscles », « les conditions matérielles qui lui permettent
d’exister » (ibid.). Telle est la seule liberté à laquelle l’homme puisse aspirer, et elle est
complètement dépendante de la nécessité, des lois de la nature que l’esprit doit comprendre
afin d’y être moins directement soumis : « Si l’on devait entendre par liberté la simple
absence de toute nécessité, ce mot serait vide de toute signification concrète » (ibid., p.87).
Ainsi qu’est-ce qu’être libre, pour l’homme ? C’est disposer de sa propre faculté
d’agir : « Et disposer de ses propres actions ne signifie nullement agir arbitrairement ; les
actions arbitraires ne procèdent d’aucun jugement, et ne peuvent à proprement parler être
appelées libres » (ibid., p.88). Deux phénomènes peuvent empêcher l’homme de disposer de
sa propre action et le rendre esclave : « ou bien les réactions irraisonnées du corps, ou bien la
pensée d’autrui » (ibid.,p.89).
1
Simone Weil, Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale (1934), Gallimard,
Folio-essais, Paris, 1955, p.88.
40
Simone Weil propose un modèle de la libre confrontation à la nécessité : la résolution
d’un problème mathématique. Ici, « tous les éléments de la solution sont donnés, et l’homme
ne peut attendre de secours que de son propre jugement, seul capable d’établir entre ces
éléments le rapport qui constitue par lui-même la solution cherchée » (ibid.). Si pour
l’homme, « l’accomplissement de n’importe quel ouvrage [consistait] en une combinaison
d’efforts aussi consciente et aussi méthodique que peut l’être la combinaison des chiffres ….
Il forgerait à chaque moment les conditions de sa propre existence par un acte de la pensée »
(ibid., p.90). Mais le monde sur lequel l’homme a à agir est plus complexe qu’un problème
mathématique, « n’importe quelle situation laisse place à des hasards », et « nous ne pouvons
jamais agir à coup sûr » (ibid., p.92). Il n’empêche. La méthode analytique nous permet de
soustraire nos actes au hasard et de « les soumettre à la direction de la pensée » (ibid.). Il
suffit pour cela de concevoir une « chaîne d’intermédiaires unissant les mouvement dont
[l’homme] est capable aux résultats qu’il veut obtenir » (ibid.). Si l’on ne peut espérer
éliminer totalement instincts, routines, tâtonnements, on peut du moins faire en sorte de
réduire au maximum leur participation au travail. Ils doivent laisser place à la méthode : « la
méthode doit constituer l’âme même du travail » (ibid., p.93).
La méthode est de l’esprit, mais elle est aussi dans les outils et plus généralement dans
la technique, objectivation de la pensée : « Tous les outils sont ainsi, d’une manière plus ou
moins parfaite, des outils à définir le hasard » (ibid.). Les phénomènes et résistances
naturelles que le corps seul ne peut contrer, l’esprit peut les prévoir et inventer les moyens
efficaces de les maîtriser. Autrement dit, le corps vivant, les passions, la sensibilité, doivent
passer « au second plan » (ibid., p.96). Ainsi, « la notion de nécessité apparaît dans sa pureté »
(ibid.). Certes, c’est toujours le corps qui manie les outils, mais le corps à corps avec le monde
est dépassé, l’esprit domine : « Dès lors il n’y a plus aucune correspondance entre les gestes à
exécuter et les passions ; la pensée doit se soustraire au désir et à la crainte, et s’appliquer
uniquement à établir un rapport exact entre les mouvements imprimés aux instruments et le
but poursuivi » (ibid.).
Si par la vertu de l’habitude (rendant le corps fluide, « selon la belle expression de
Hegel » (ibid.)), la pensée n’est plus absorbée par la sensation, mais se porte « exclusivement
sur les combinaisons formées par les mouvements de matière inerte » (ibid.), le travail manuel
se trouve imprégné de l’esprit. Bien sûr, il reste « la profonde différence de nature qui sépare
la spéculation théorique et l’action » (ibid., p.92) ; l’action implique, comme l’a souligné
Blondel, l’exécution du projet de l’esprit. Alors que « [celui] qui s’attaque à une difficulté
théorique procède en allant du simple au complexe, du clair à l’obscur » (ibid., p.97), dans
41
l’exécution, ce qui a été isolé par la pensée doit souvent être réuni. La méthode pourtant n’est
pas absente de l’exécution, elle consiste en ceci qu’une suite de pensées doit être convertie en
une suite de mouvements. La pensée intervient donc trois fois dans le travail manuel, ou dans
l’exécution d’une action. La première fois, elle résout abstraitement une difficulté, usant pour
ce faire de symboles. La seconde fois, elle met en rapport la résolution statique du problème
et sa résolution dynamique. La troisième fois, le travailleur exécute les mouvements en
gardant présente à l’esprit « la conception directrice du travail qu’il exécute » (ibid., p.103),
ce qui lui permet, en outre, d’appliquer cette conception « intelligemment à des cas
particuliers toujours nouveaux » (ibid.). Une telle perfection de l’union de l’esprit et du corps
dans le travail doit avoir « pour condition que cette fluidité du corps que produisent l’habitude
et l’habileté atteigne un degré fort élevé » (ibid.). Mais de la sorte, « la pensée méthodique se
[trouve] à l’œuvre tout au cours du travail » (ibid.).
Simone Weil n’ignore pas que le travail est toujours une entreprise collective. Mais
puisque nous avons défini la servitude comme soumission de la pensée individuelle ou bien
aux passions, ou bien à la pensée d’autrui, le travail pensé comme libre action ne doit
dépendre que de pensées individuelles ou d’individus :
« Ainsi, si l’on veut former, d’une manière purement théorique, la
conception d’une société où la vie collective serait soumise aux hommes
considérés en tant qu’individus au lieu de se les soumettre, il faut se représenter
une forme de vie matérielle dans laquelle n’interviendraient que des efforts
exclusivement dirigés par la pensée claire, ce qui impliquerait que chaque
travailleur ait lui-même à contrôler, sans se référer à aucune règle extérieure, non
seulement l’adaptation de ses efforts avec l’ouvrage à produire, mais encore leur
coordination avec les efforts de tous les autres membres de la collectivité » (ibid.,
p.109).
Cet individualisme, pour être conséquent, suppose un universalisme qui se traduit dans
un communisme, ainsi : « Les privilèges fondés sur l’échange des produits, les secrets de la
production ou de la coordination des travaux se trouveraient automatiquement abolis » (ibid.,
p.110).
Ces considérations sur le travail comme action méthodique, sont loin, on le voit, de la
conception que les économistes se font du travail, source de toute richesse. Simone Weil
rejoint en effet Blondel, lorsque ce dernier écrit :
« Dans le travail, l’endurance physique est le signe, le prix, le soutien de la
vaillance intérieure d’une volonté habituée à passer outre ; la rude vie du paysan
est moins utile à l’entretien de la nation par les aliments qu’elle lui procure que
par la forte sève du tempérament et du caractère que donne à l’homme le contact
de la terre ; et s’il faut vénérer ces membres actifs qui s’emploient
42
courageusement aux tâches nécessaires, c’est parce que, dans la force, la beauté et
la salubrité du labeur corporel, ils expriment et opèrent du même coup
l’assainissement moral, la pacification intérieure, la vigueur de la volonté » (M.
Blondel, op. cit., p.183).
C’est bien là le sens de la pensée weilienne sur l’action méthodique :
« Il suffit de tenir compte de la faiblesse humaine pour comprendre qu’une
vie d’où la notion même de travail aurait à peu près disparu serait livrée aux
passions et peut-être à la folie ; il n’y a pas de maîtrise de soi sans discipline, et il
n’y a pas d’autre source de discipline pour l’homme que l’effort demandé par les
obstacles extérieurs » (S. Weil, Réflexions…, op. cit., p.86).
Qu’est-ce qui fait alors que dans la société de Marx, de Simone Weil, ou dans celle
d’aujourd’hui, le travail est tout autre chose que cette action méthodique, qu’il avilit ou
appauvrit plus qu’il n’ennoblit, qu’il n’a de sens qu’à l’aune de la production ?
III. Le travail aliéné, le travail-marchandise, la grande industrie
Dans les Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale (1934),
Simone Weil attribue à la division du travail la responsabilité de la déficience de la méthode
dans le travail. Pire, il semble que la méthode se trouve dans les machines, et non plus dans
l’esprit du travailleur :
« Il va de soi que ceux qui reproduisent indéfiniment l’application de telle
ou telle méthode de travail ne se sont souvent jamais donné la peine de la
comprendre ; il arrive au reste fréquemment que chacun d’eux ne soit chargé que
d’une partie de l’exécution, toujours la même cependant que ses compagnons font
le reste. Dès lors on se trouve en présence d’une situation paradoxale ; à savoir
qu’il y a de la méthode dans les mouvements du travail, mais non pas dans la
pensée du travailleur. On dirait que la méthode a transféré son siège de l’esprit
dans la matière. C’est ce dont la machine automatique offre la plus frappante
image. … on se trouve ainsi devant le spectacle étrange de machines où la
méthode s’est si parfaitement cristallisée en métal qu’il semble que ce soit elles
qui pensent, et les hommes attachés à leur service qui soient réduits à l’état
d’automates » (S. Weil, Réflexions…, op. cit., p.99).
On rencontre le même problème – déficience de méthode – dû à la même cause – la
division du travail – en ce qui concerne le travail intellectuel : ici, ce sont les signes qui
contiennent la méthode :
43
« Le calcul met les signes en rapport sur le papier, sans que les objets
signifiés soient en rapport dans l’esprit ; de sorte que la question même de la
signification des signes finit par ne plus rien vouloir dire. …
Et plus le progrès de la science accumule les combinaisons toutes faites de
signes, plus la pensée est écrasée, impuissante à faire l’inventaire des notions
qu’elle manie. Bien entendu, le rapport des formules ainsi élaborées avec les
applications pratiques dont elles sont susceptibles est, lui aussi, souvent tout à fait
impénétrable à la pensée, et, de ce fait, apparaît comme aussi fortuit que
l’efficacité d’une formule magique. Le travail se trouve en pareil cas automatique
pour ainsi dire à la deuxième puissance ; ce n’est pas seulement l’exécution, c’est
aussi l’élaboration de la méthode de travail qui s’accomplit sans être dirigé par la
pensée » (ibid., pp.101-102).
Le même constat était formulé différemment dans un article de 1933, « Perspectives.
Allons-nous vers la révolution prolétarienne ? » :
« Si les ouvriers sont de plus en plus dépourvus de connaissances
techniques, les techniciens, non seulement sont souvent assez ignorants de la
pratique du travail, mais encore leur compétence est, en bien des cas, limitée à un
domaine tout à fait restreint ; en Amérique on s’est même mis à créer des
ingénieurs spécialisés, comme de vulgaires manœuvres, dans une catégorie
déterminée de machines, et, choses significatives, l’URSS s’est empressée
d’imiter l’Amérique sur ce point. Il va de soi, au reste, que les techniciens
ignorent les fondements théoriques des connaissances qu’ils utilisent. Les savants,
à leur tour, non seulement restent étrangers aux problèmes techniques, mais sont
de plus entièrement privés de cette vue d’ensemble qui est l’essence même de la
culture théorique. On pourrait compter sur les doigts, dans le monde entier, les
savants qui ont un aperçu de l’histoire et du développement de leur propre
science ; il n’en est point qui soit réellement compétent à l’égard des sciences
autres que la sienne propre. Comme la science forme un tout indivisible, on peut
dire qu’il n’y a plus à proprement parler de savants, mais seulement des
manœuvres du travail scientifique, rouages d’un ensemble que leur esprit
n’embrasse point. »1
Le travail n’aurait point d’efficience sans l’action méthodique. Celle-ci est bien
présente dans le procès de travail, seulement, il semble que l’esprit individuel n’en dispose
plus : la méthode est cristallisée dans les choses :
« En apparence presque tout s’accomplit de nos jours méthodiquement ; la
science est reine, le machinisme envahit peu à peu tout le domaine du travail, les
statistiques prennent une importance croissante … . Mais en réalité l’esprit
méthodique disparaît progressivement, du fait que la pensée trouve de moins en
moins où mordre » (S. Weil, Réflexions…, op. cit., p.126).
1
Simone Weil, « Perspectives. Allons-nous vers la révolution prolétarienne ? » (1933), Œuvres
Complètes T.II, vol1, p. 267, Gallimard, Paris, 1988, pp.260-281.
44
La servitude tient alors en ceci que les actes de chacun sont soumis à la pensée
collective, qui ne peut d’ailleurs être une pensée, car seul l’individu pense. L’individu sert la
société, et cela parce que, comme l’a montré Durkheim, il lui doit son être. Mais la
conséquence qui en découle est que :
« Le savant ne fait pas appel à la science afin d’arriver à voir plus clair
dans sa propre pensée, mais aspire à trouver des résultats qui puissent venir
s’ajouter à la science constituée. Les machines ne fonctionnent pas pour permettre
aux hommes de vivre, mais on se résigne à nourrir les hommes afin qu’ils servent
les machines. L’argent ne fournit pas un procédé commode pour échanger les
produits, c’est l’écoulement des marchandises qui est un moyen pour faire circuler
l’argent. Enfin l’organisation n’est pas un moyen pour exercer une activité
collective, mais l’activité du groupe quel qu’il puisse être, est un moyen pour
renforcer l’organisation. …
La dépossession de l’individu au profit de la collectivité n’est au reste pas
totale, et elle ne peut l’être ; mais on conçoit mal comment elle pourrait aller
beaucoup plus loin qu’aujourd’hui » (ibid., pp.130-131).
On se souvient que Marx écrivait dans les Manuscrits de 1844 que l’homme engendre
à partir de son travail non seulement son « irréalité », mais aussi la « domination de celui qui
ne produit pas sur la production et sur le produit », et se rend finalement « étranger à sa propre
activité », attribuant « à l’étranger l’activité qui ne lui est pas propre » (K. Marx,
Manuscrits…, op. cit., p.119). Marx attribue alors ce phénomène d’aliénation à la propriété
privée. Ce qu’on peut traduire ainsi dans le vocabulaire de Simone Weil : ceux qui disposent
de la machine et ceux dont la machine dispose ne sont pas les mêmes.
Dans les Manuscrits de 1844, à la suite de Hegel, Marx fait du travail l’essence de
l’homme1, le travail est l’activité générique de l’homme. La perspective change un ou deux
ans plus tard. Dans les quelques fragments que l’on appelle les Thèses sur Feuerbach, Marx
écrit : « l’essence humaine n’est pas une abstraction inhérente à l’individu singulier. Dans sa
réalité effective, elle est l’ensemble des rapports sociaux » (Thèse 6)2.
Adam Smith attribuait à un penchant humain naturel – l’aptitude et le désir de
trafiquer et d’échanger – l’origine de la valeur d’échange et du mode de production fondé sur
celle-ci, le capitalisme. Marx montre que les modes de production sociaux sont inséparables
de rapports sociaux déterminés, le type de propriété – privée ou commune – constituant un de
ces rapports. L’homme produit bien son être social (son essence), son milieu, la société ou les
rapports sociaux. Seulement, milieu, société ou rapports sociaux le précèdent : ils existent
1
Friedrich W. Hegel, La phénoménologie de l’esprit T.I, Aubier Montaigne, Paris, 1941, p.291, nous
commenterons plus loin le passage de Hegel auquel il est ici fait référence.
2
Karl Marx, Les thèses sur Feuerbach (1846), PUF, Paris, 1987, p.21.
45
avant sa naissance. C’est à l’intérieur de ces rapports sociaux que se détermine la forme du
procès de travail, et en définitive le type d’action des travailleurs. Quand Simone Weil évoque
le travail idéal, elle précise que celui-ci ne peut être effectif qu’à l’intérieur de rapports
sociaux déterminés, puisque le travail idéal suppose que,
« Les privilèges fondés sur l’échange des produits, les secrets de la
production ou de la coordination des travaux se trouveraient automatiquement
abolis. La fonction de coordonner n’impliquerait plus aucune puissance,
puisqu’un contrôle continuel exercé par chacun rendrait toute décision arbitraire
impossible » (S. Weil, Réflexions…, op. cit., p.110).
De tels rapports sociaux, n’ont jamais existé, et il ne dépend pas de la bonne volonté
d’individus éclairés et généreux de les créer. Dans Misère de la philosophie Marx écrit :
« Au moment même où la civilisation commence, la production commence
à se fonder sur l’antagonisme des ordres, des états, des classes, enfin sur
l’antagonisme du travail accumulé et du travail immédiat. Pas d’antagonisme, pas
de progrès. C’est la loi que la civilisation a suivie jusqu’à nos jours. Jusqu’à
présent les forces productives se sont développées grâce à ce régime de
l’antagonisme des classes » (K. Marx, Misère…, op. cit., p.92).
Ici, l’on ne parle plus du travail-action, mais de la production et du développement des
forces productives. Que le régime de l’antagonisme des classes commence en même temps
que la civilisation occidentale c’est ce que résume la première phrase du Manifeste du Parti
Communiste : « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours est l’histoire de la lutte des
classes »1. Or qu’est-ce que la lutte des classes ? C’est encore l’activité humaine, l'activité
sociale, c’est le travail. Les rapports sociaux sont fondés sur le travail, car les hommes ne
peuvent vivre que du travail immédiat ou du travail accumulé, et que le travail est toujours
« production de la société ». Ainsi c’est aussi bien le travail de l’artisan du Moyen Âge qui
crée le mode de production féodal, les rapports sociaux féodaux, la société féodale, que la
société féodale qui crée le travail de l’artisan. L’action individuelle est toujours aussi
collective, car elle est symbolique.
Mais nous avons vu, avec Blondel, que le travail n’est qu’un moment de l’action. Le
travail est l’exécution pratique d’une idée. C’est pourquoi, celui qui conçoit l’idée et celui qui
exécute, qui la réalise, peuvent très bien être deux personnes différentes : on parlera alors
d’action collective. La création de la société, des rapports sociaux, bref, le travail, est une
action collective : tous les individus sociaux y participent d’une manière ou d’une autre (en
tant que producteurs, consommateurs, idéologues, échangistes, etc.). On peut même dire, les
1
Karl Marx, Friedrich Engels, Manifeste du Parti Communiste (1847), 10/18, Paris, 1962, p.20.
46
morts comme les vivants y participent, puisque des morts, on hérite les idées, les techniques,
le capital, etc., et même les vices.
Ainsi que crée le travail dans le mode de production capitaliste ? Il crée le capital qui
est un rapport de production. Il crée la marchandise qui est la forme du produit du travail. Il
crée la bourgeoisie et le prolétariat qui sont les deux classes actrices de la société capitaliste.
Alors l’activité de travail a une fin déterminée et une seule : la production de la valeur ou
l’accumulation du capital1. Et le moyen de la production de la valeur, moyen de
l’accumulation de capital, est la diminution du coût du travail. Cette diminution du coût du
travail est rendue possible, d’une part par le développement de la coopération (division du
travail, rassemblement dans un même lieu de travailleurs de plus en plus nombreux), ainsi que
par le développement de la technique ; d’autre part, par la diminution du temps de travail
nécessaire et l’augmentation du sur-travail, rendues possibles par le développement des forces
productives. La diminution du coût du travail nécessite autrement dit que
« [le] travail des prolétaires [perde] tout attrait avec le développement du
machinisme et de la division du travail. [Que le] travailleur [devienne] un simple
accessoire de la machine ; [qu’on] n’exige de lui que l’opération la plus simple, la
plus monotone, la plus vite apprise. [Que par] conséquent, le coût du travailleur se
limite à peu près à ce qu’il lui faut pour vivre et perpétuer sa descendance »
(K. Marx, F. Engels, Manifeste…, op. cit., p.28).
Or le mode de production capitaliste est historiquement daté, et le travail n’a pas
toujours eu pour finalité l’accumulation du capital. Le mode de production capitaliste ne
saurait s’établir sans la séparation du producteur d’avec les moyens de production, écrit Marx
dans le chapitre du Capital consacré à l’accumulation primitive2. Pourtant, le mode de
production capitaliste est loin d’être le seul mode de production social : « dès que les hommes
travaillent d’une manière quelconque les uns pour les autres, leur travail acquiert aussi une
forme sociale » (K. Marx, Le capital, op. cit., p.605).
Dans « l’industrie rustique et patriarcale d’une famille de paysans » (ibid., p.612) le
travail est divisé, mais aucun capital n’est produit, ni aucune marchandise. Blé, toile, lin,
vêtement, etc. « se présentent à la famille comme les produits divers de son travail et non
1
Les marchandises produites grâce au capital fixe (technique, bâtiments…) et grâce au capital circulant
(force de travail vivante, matières premières), une fois vendues, servent à la reproduction du procès production
de la valeur. La valeur des marchandises redevient du capital (moyen de production), et permet au capitaliste de
modifier la composition organique du capital, faisant en sorte d’augmenter toujours plus la part du capital fixe.
De la sorte, les forces productives se développent sans cesse, une « armée de réserve industrielle » (chômage) est
constituée, et les salaires, sous la pression de la concurrence entre les salariés, diminuent.
2
Karl Marx, Le Capital L. I (1867), Œuvres Complètes Economie T.I, Gallimard, Pléiade, Paris, 1965,
p.1169.
47
comme des marchandises qui s’échangent réciproquement » (ibid.), « les forces de travail
individuelles ne fonctionnent que comme organes de la force commune de la famille » (ibid.,
p.613). La division du travail sous la forme du travail coopératif,
« telle que nous la trouvons à l’origine de la civilisation humaine, chez les
peuples chasseurs, dans l’agriculture des communautés indiennes, etc., repose sur
la propriété en commun des conditions de production et sur ce fait que chaque
individu adhère encore à sa tribu aussi fortement qu’une abeille à son essaim. Ces
deux caractères la distinguent de la coopération capitaliste. L’emploi sporadique
de la coopération sur une grande échelle, dans l’antiquité, le Moyen Âge et les
colonies modernes, se fonde sur des rapports immédiats de domination et de
servitude, généralement sur l’esclavage. Sa forme capitaliste présuppose au
contraire le travailleur libre, vendeur de sa force. Dans l’histoire, elle se développe
en opposition avec la petite culture des paysans et l’exercice indépendant des
métiers, que ceux-ci possèdent ou non la forme corporative » (ibid., p.874).
Comment s’opère dans l’histoire la séparation du travailleur avec les moyens de
production, séparation qui finit par le contraindre à n’être qu’une force exécutrice de l’action,
une marchandise (force de travail) vendue librement par son propriétaire ?
Parlant du « communisme primitif », Marx désigne le mode de production établit sur
la base d’une propriété commune de la terre. Les outils fabriqués (moyens de production tout
comme la terre) servent majoritairement à l’agriculture et sont, tout comme la terre, propriété
commune. Une deuxième forme de production correspond à l’esclavage. Le travailleur
comme le produit du travail appartiennent à celui qui vit du travail accumulé. Le travailleur
n’est pas libre, il ne produit pas de marchandises, le produit du travail n’est pas échangé. Un
troisième mode de production suppose que le producteur n’est plus propriétaire que de son
outil de travail (l’artisan du Moyen Âge). Les paysans travaillent une terre qui est, soit une
propriété commune, ils échangent alors une partie du produit de leur travail contre la
protection seigneuriale, soit leur propre terre. La forme marchandise du produit du travail
apparaît alors, puisque la production artisanale ne se développe qu’en vue de l’échange. Mais
aucun des travailleurs n’a à vendre sa force de travail, et chaque procès de travail est organisé
en vue de la production de valeurs d’usage. Ce qui est absent de ces trois modes de
production, c’est la concurrence entre les producteurs. Même en ce qui concerne les artisans
du Moyen Âge, la concurrence est quasi inexistante, les corporations veillant strictement à la
limiter. Dans ces modes de production, les forces productives ne s’améliorent que très
lentement. À toutes les époques de l’histoire il y eut des marchés, dans l’Antiquité
apparaissent des marchands. Mais ce n’est qu’avec le mode de production capitaliste
qu’apparaît le travail ou la production en vue de l’échange.
48
Le système marchand et le système productif sont auparavant séparés. Il suffit de lire
Aristote et sa dénonciation de la « mauvaise chrématistique » pour comprendre à quel point
l’échange était méprisé – de même d’ailleurs que le travail. Travailleurs et marchands ne
pouvaient être citoyens, les marchands exerçaient leurs activités en marge de la cité. Au
Moyen Âge, en marge des villes, les marchands accumulent cependant un capital
commercial : lorsque les marchands interviendront directement dans la production, le
capitalisme sera né.
Au cours du XVIe siècle, sur les décombres du mode de production féodal, se
développe le capitalisme. Ce sont des raisons politiques qui vont décider de l’expropriation
des paysans de leurs terres, et du démantèlement de la propriété seigneuriale. Une masse de
paysans chassés vers les villes vont devoir trouver à s’employer ; apparaissent alors les
premiers travailleurs dépossédés de tout moyen de production :
« Il en sortit donc une masse de mendiants, de voleurs, de vagabonds. De
là vers la fin du XVe siècle et pendant tout le XVIe siècle, dans l’ouest de
l’Europe, une législation sanguinaire contre le vagabondage. Les pères de la classe
ouvrière actuelle furent châtiés d’avoir été réduits à l’état de vagabonds et de
pauvres. La législation les traita en criminels volontaires ; elle supposa qu’il
dépendait de leur libre arbitre de continuer à travailler comme par le passé et
comme s’il n’était survenu aucun changement dans leur condition » (ibid.,
p.1192).
Il en sortit le prolétariat, auquel ne restait plus qu’à travailler : à la campagne, pour les
propriétaires des mines ou pour les propriétaires des terres, à la ville, pour les manufacturiers
– ces derniers sont les marchands enrichis qui avaient pratiqué le commerce au loin. Il en
sortit également la concurrence entre les manufacturiers et les artisans, et les lois donnant aux
manufacturiers certains monopoles. Autant dire que les débuts du mode de production
capitaliste ne se sont soutenus que de la violence de l’État. Il en résulta la ruine des petits
artisans, propriétaires de leurs outils de travail, ainsi que la concentration des terres, et
l’impossibilité pour le fermier de vivre de sa production, l’assujettissement de la production
agricole aux besoins du marché :
« La raréfaction de la population campagnarde composée de paysans
indépendants, cultivant leurs propres champs, n’entraîna pas seulement la
condensation du prolétariat industriel…. . Malgré le nombre décroissant de ses
cultivateurs, le sol rapporta autant et même plus de produits qu’auparavant, parce
que la révolution dans les conditions de la propriété foncière était accompagnée
du perfectionnement des méthode de culture, de la coopération sur une plus
grande échelle, de la concentration des moyens de production, etc. En outre, les
salariés agricoles furent astreints à un labeur plus intense, tandis que le champ
qu’ils exploitaient pour leur propre compte et à leur propre bénéfice se rétrécissait
49
progressivement, le fermier s’appropriant ainsi de plus en plus tout leur temps de
travail libre. … Désormais le paysan dépossédé dut [acheter la valeur de ses
moyens de subsistance], sous forme de salaire, de son nouveau maître, le
capitaliste manufacturier » (ibid., p.1206).
Et l’agriculture se révéla alors de plus en plus dominée par le capital, elle dut se
développer en vue de l’accumulation du capital, moyen de l’accumulation du capital1.
Il manque encore, dans notre inventaire des conditions de possibilité du mode de
production capitaliste, les rapports politiques sur lesquels la libre circulation des
marchandises, la libre vente de la force de travail, doit s’asseoir. En réclamant le droit au
travail, le droit pour chacun de pouvoir vivre de son travail, la pensée révolutionnaire
française issue de la philosophie des Lumières, instaura que chacun serait libre de vendre sa
force de travail, et égal en droits avec chacun : le contrat sera librement signé entre le vendeur
de la force de travail et l’acheteur, il sera passé entre égaux. Le salarié acceptera toutes les
conditions du contrat qui stipule que dans la sphère privée du capitaliste… il ne s’appartient
plus. Ainsi naquit « le travail », celui qui transférera l’action méthodique de l’esprit du
travailleur à la matière, celui qui fit de l’activité du travailleur salarié un travail abstrait,
« sans qualité » :
« saisi dans cette simplicité, du point de vue économique, le « travail » est
une catégorie tout aussi moderne que les rapports qui font naître cette
abstraction »2 « L’indifférence à l’égard du travail particulier correspond à une
forme de société dans laquelle les individus passent avec facilité d’un travail à un
autre, et dans laquelle le genre déterminé du travail leur paraît fortuit et par
conséquent indifférent. Le travail est alors devenu, non seulement en tant que
catégorie, mais dans la réalité même, un moyen de produire la richesse en général,
et il a cessé de se confondre avec l’individu en tant que destination particulière de
celui-ci » (K. Marx, Introduction…, op. cit., p.259).
La production manufacturière qui se développe aux XVIIe, XVIIIe, et XIXe siècles
instaure la division du travail que Smith décrit en prenant l’exemple d’une manufacture
d’épingle : « De produit individuel d’un ouvrier indépendant faisant une foule de chose, la
marchandise devient le produit social d’une réunion d’ouvriers dont chacun n’exécute
constamment que la même opération de détail » (K. Marx, Le Capital, op. cit., p.877) écrit
Marx. Concentrant une multitude d’hommes dans un même endroit, le manufacturier doit
1
La conversion des terres arables en pâturages en Angleterre au XVIIIe, que décrit Polanyi,
« révolution des riches contre les pauvres » (Karl Polanyi, La grande transformation (1944), Gallimard, Paris,
1972, p.61), qui chassa les paysans des campagnes, illustre ce passage de l’agriculture « de subsistance » à
l’agriculture capitaliste.
2
Karl Marx, Introduction générale à la critique de l’économie politique (1857), Œuvres Complètes T.I,
op. cit., p.258.
50
embaucher directeurs, gérants, surveillants, inspecteurs et contremaîtres, organisant le travail
pour les autres, et se chargeant de les rendre dociles, mâtant toute révolte encouragée par une
telle concentration : « [la] division sociale du travail met en face les uns des autres des
producteurs indépendants qui ne reconnaissent en fait d’autorité que celle de la concurrence,
d’autre force que la pression exercée sur eux par leurs intérêts réciproques » (ibid., p.898).
L’essor de la manufacture rend par ailleurs nécessaires les moyens de communication,
telle la presse, et des moyens de transports plus efficaces. Marx signalera à l’adresse de
Proudhon : « Dans la société actuelle, dans l’industrie basée sur les échanges individuels,
l’anarchie de la production, qui est la source de tant de misère, est en même temps la source
de tout progrès » (K. Marx, Misère…, op. cit., p.99).
Si « [dans] la manufacture, l’enrichissement du travailleur collectif, et par suite du
capital, en forces productives sociales, a pour condition l’appauvrissement du travailleur en
forces productives individuelles » (K. Marx, Le Capital, op. cit., p.905), parce qu’elle oppose
au travailleur individuel les « puissances intellectuelles » de la production collective, dans la
grande industrie la science devient « une force productive indépendante du travail », enrôlée
« au service du capital » (ibid.).
Le propre de la grande industrie, c’est qu’elle est le produit autant qu’elle accompagne
le développement du machinisme. Le machinisme permet la production sur une grande
échelle, et donc une transformation radicale des produits, de leur homogénéisation, de la
diminution de leur valeur. Il permet (ou subit) également la continuité ininterrompue du
procès de travail : la machine est infatigable. Le travail se simplifie tellement, que l’emploi
des femmes et des enfants devient possible et se généralise. « Dans la manufacture et le
métier, l’ouvrier se sert de son outil ; dans la fabrique il sert la machine » (ibid., p.955). Enfin,
le machinisme engendre un chômage chronique des travailleurs dont une partie devient inutile
au monde : la population active ayant augmentée.
IV. Le taylorisme
IV.1. Oppression et rationalisation
En 1934, Simone Weil demandera une année de congé à l’Education Nationale pour
faire l’expérience du travail en usine. Elle aurait voulu faire cette expérience plus tôt, mais
elle avait remis son projet à cause du chômage de masse qui sévissait alors. Elle veut terminer
51
l’essai intitulé Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale avant
d’embrasser la condition ouvrière. Cet essai contient une première partie intitulée « Critique
du Marxisme ». L’idée de Simone Weil est que la libération humaine dépend plus du procès
de travail que de la conscience de classe, car l’oppression dépend davantage des forces
productives – de l’utilisation de la technique, de la structure de la grande industrie – que des
rapports de production – de la propriété privée1. Elle veut donc éclaircir sa pensée afin de
savoir, au moment où elle sera en usine, quels éléments doivent être le plus précisément
observés.
C’est le marxisme qu’entend critiquer Simone Weil dans la première partie des
Réflexions…, mais au-delà c’est Marx lui-même, dont la doctrine, pense-t-elle, laisse dans
l’obscurité un certain nombre de points : « Marx rend admirablement compte du mécanisme
de l’oppression capitaliste ; mais il en rend si bien compte qu’on a peine à se représenter
comment ce mécanisme pourrait cesser de fonctionner » (S. Weil, Réflexions… op. cit., p.13).
Si le mode de production capitaliste consiste à accroître la grande industrie, Marx a bien vu
que le but des capitalistes n’est pas de jouir de ses revenus (autrement dit de dépenser ou de
consommer), mais simplement de maintenir celle-ci. Pour cela il faut la rendre plus puissante
que ses concurrentes, donc le capitalisme est enfin de compte une « lutte pour la puissance ».
En ce cas, remarque Simone Weil, il n’y a pas de raison pour que le socialisme ne devienne
pas lui aussi une lutte pour la puissance :
« Marx supposait précisément, sans le prouver d’ailleurs, que toute espèce
de lutte pour la puissance disparaîtra le jour où le socialisme sera établi dans tous
les pays industriels ; le seul malheur est que, comme Marx l’avait reconnu luimême, la révolution ne peut se faire partout à la fois ; et lorsqu’elle se fait dans un
pays, elle ne supprime pas pour ce pays, mais accentue au contraire la nécessité
d’exploiter et d’opprimer les masses travailleuses, de peur d’être plus faible que
les autres nations » (ibid., pp.14-15).
Ainsi le rapport corollaire entre révolution et suppression de l’oppression n’est pas du
tout évident.
Par ailleurs, la force qui opprime les travailleurs, ce n’est rien d’autre que
l’organisation du travail au sein de la grande industrie, celle-ci réduit le travailleur à n’être
qu’un « rouage vivant » de l’entreprise, comme le dit Marx. Dès lors un changement juridique
et politique ne peut pas supprimer cette oppression : « la complète subordination de l’ouvrier
à l’entreprise et à ceux qui la dirigent repose sur la structure de l’usine et non sur le régime de
la propriété », remarque Simone Weil (ibid., p.16). C’est la raison pour laquelle l’Union
1
nous retrouverons cette thèse dans la seconde partie avec Simondon et Ellul.
52
Soviétique n’a pas pu supprimer l’oppression des travailleurs. Mais c’est aussi la raison pour
laquelle « le mouvement ouvrier reproduit intégralement les vices de la société bourgeoise »
(ibid., p.17). Le mouvement ouvrier n’arrive pas à faire se fondre les fonctions de direction et
les fonctions d’exécution, il n’arrive pas à surmonter la spécialisation. Engendrant cette
spécialisation, on ne peut dire que le capitalisme ait « élaboré en son sein les conditions
matérielles d’un régime de liberté et d’égalité » (ibid.).
Pourquoi Marx n’avait-il pas vu que la spécialisation qu’engendrait le capitalisme est
ce qui empêchait justement l’instauration d’une société libre ? demande alors Simone Weil.
« Que Marx et ses disciples aient pu croire cependant à la possibilité d’une démocratie
effective sur les bases de la civilisation actuelle, c’est ce qu’on peut comprendre seulement si
l’on fait entrer en ligne de compte leur théorie du développement des forces productives »
(ibid.). Selon elle, Marx n’a pas pu voir que la spécialisation était en fait le développement
réel des forces productives que produisait le capitalisme, parce qu’il postulait que les forces
productives se développent jusqu’à ce que les cadres sociaux en freinent la progression. Mais
ainsi « la tâche des révolutions consiste essentiellement dans l’émancipation non pas des
hommes mais des forces productives » (ibid., p.18). Les révolutionnaires Russes ont ainsi
émancipé les forces productives, « ils se sont trouvés impuissants à réaliser la démocratie
ouvrière prévue par Marx ; mais ils ne se troublent pas pour si peu » (ibid., p.19), car ils sont
simplement « convaincus que tout progrès des forces productives fait avancer l’humanité sur
la voie de la libération » (ibid.). De plus, Simone Weil remarque que « Marx n’explique
jamais pourquoi les forces productives tendraient à s’accroître…. De même pourquoi est-ce
que, lorsque les institutions sociales s’opposent au développement des forces productives, la
victoire devrait appartenir d’avance à celles-ci plutôt qu’à celles-là ? » (ibid., p.20). Ceci fait
apparaître deux nouveaux problèmes.
Pourquoi, tout d’abord, les forces productives tendraient-elles à s’accroître ?
« espérer que le développement de la science amènera quelque jour, d’une
manière en quelque sorte automatique, la découverte d’une source d’énergie qui
serait utilisable d’une manière presque immédiate pour tous les besoins humains,
c’est rêver. … Il n’existe par ailleurs qu’une autre ressource permettant de
diminuer la somme de l’effort humain, à savoir ce que l’on peut nommer, en se
servant d’une expression moderne, la rationalisation du travail » (ibid., p.28).
Il n’est donc pas raisonnable d’attendre du développement des forces productives
qu’elles libèrent les hommes du travail : toute énergie se transforme grâce à un travail, aucune
énergie nouvelle ne se transformera toute seule pour être directement utilisable de sorte à
répondre aux besoins humains.
53
Par contre il est possible de rationaliser le travail afin qu’il demande moins d’efforts
individuels. Mais la rationalisation montre rapidement sa limite, constate Simone Weil, car,
« Depuis des années déjà l’agrandissement des entreprises s’accompagne
non d’une diminution, mais d’un accroissement des frais généraux ; le
fonctionnement de l’entreprise, devenu trop complexe pour permettre un contrôle
efficace, laisse une marge de plus en plus grande au gaspillage et suscite une
extension accélérée et sans doute dans une certaine mesure parasitaire du
personnel affecté à la coordination des diverses parties de l’entreprise » (ibid.,
p.30).
Ainsi la rationalisation, le développement des forces productives, se transforme en
réalité en régression : la concentration des ouvriers dans un même lieu coûte de plus en plus
cher, de nouvelles tâches sont devenues nécessaires (la surveillance, le contrôle), mais même
l’extension des échanges engendre des dépenses de plus en plus importantes, et les
« innovations destinées à augmenter la vitesse » sont « nécessairement de plus en coûteuses et
de moins en moins efficaces à mesure qu’elles se succèdent » (ibid.). Le résultat en est que
« depuis quelques années, dans presque toutes les industries, les
entreprises refusent systématiquement d’accueillir les innovations techniques. La
presse socialiste et communiste tire de ce fait des déclamations éloquentes contre
le capitalisme, mais elle omet d’expliquer par quel miracle des innovations
actuellement dispendieuses deviendraient économiquement avantageuses en
régime socialiste ou soi-disant tel » (ibid., p.36).
Ainsi les forces productives ne sont peut-être pas susceptibles d’un développement
illimité, et « on peut conclure, avec toutes les réserves qui conviennent à un problème aussi
confus, que vraisemblablement cette limite est déjà dépassée » (ibid.). La possibilité de
progrès ultérieurs en ce qui concerne le rendement du travail est donc mise en question, et
selon Simone Weil, le rendement du travail risque bien plutôt de diminuer que d’augmenter.
La seconde certitude de Marx, « pourquoi est-ce que, lorsque les institutions sociales
s’opposent au développement des forces productives, la victoire devrait appartenir d’avance à
celles-ci plutôt qu’à celles-là ? », est mise en question par les faits. Il semble alors que la seule
tâche d’une révolution serait de diminuer l’oppression qui s’exerce sur les travailleurs. Et
encore « rien ne permet au premier abord de supposer que la suppression de l’oppression soit
ou possible ou même seulement concevable à titre de limite » (ibid., p.39). La seconde partie
des Réflexions s’intitule donc : « Analyse de l’oppression ».
Une analyse de l’oppression est nécessaire. Pour Simone Weil, il est peut-être possible
de « donner un sens à l’idéal révolutionnaire, sinon en tant que perspective possible, du moins
54
en tant que limite théorique des transformations sociales réalisables » (ibid.), et ces
transformations sociales viseraient l’abolition de l’oppression sociale.
« Tant qu’il y aura une société, elle enfermera la vie des individus dans des
limites fort étroites et leur imposera ses règles ; mais cette contrainte inévitable ne
mérite d’être nommée oppression que dans la mesure où, du fait qu’elle provoque
une séparation entre ceux qui l’exercent et ceux qui la subissent, elle met les
seconds à la discrétion des premiers et fait ainsi peser jusqu’à l’écrasement
physique et moral la pression de ceux qui commandent sur ceux qui exécutent »
(ibid.).
S’opposer frontalement à l’oppression, « soit par la simple expression d’une
réprobation radicale », soit « par la force armée mise au service de la justice » (ibid., p.41),
n’a jamais mené qu’à des échecs, dont la Révolution française est l’exemple le plus
significatif. Simone Weil souligne l’importance de la théorie marxienne qui montre que
l’oppression est une « fonction sociale » (ibid., p.42). Selon Marx, l’oppression est la
condition nécessaire du développement des forces productives, elle est surmontée lorsqu’elle
devient un frein à ce développement. Mais Simone Weil pose trois questions à cette théorie
qui veut que l’oppression accompagne toujours la division du travail : d’abord, pourquoi ne
peut-il y avoir de division du travail (c’est-à-dire de développement des forces productives)
sans oppression ? ensuite, « pourquoi l’oppression ne pourrait pas réussir à se maintenir,
même une fois devenue un facteur de régression économique » (ibid., p.43) ? et enfin,
pourquoi les opprimés n’arrivent pas à exploiter les forces productives sans plus se soucier de
leur croissance, c’est-à-dire, « pourquoi les opprimés en révolte n’ont jamais réussi à fonder
une société non oppressive » (ibid.) ?
À la première question, pourquoi ne peut-il y avoir de division du travail sans
oppression, Simone Weil répond que la division du travail est toujours fondée sur l’existence
des privilèges, c’est-à-dire de « monopoles » :
« lorsque les rites religieux par lesquels l’homme croit se concilier la
nature, [sont] devenus trop nombreux et trop compliqués pour être connus de tous,
[ils] deviennent le secret et par suite le monopole de quelques prêtres ; le prêtre
dispose alors, bien que ce soit seulement par une fiction, de toutes les puissances
de la nature, et c’est en leur nom qu’il commande. Rien d’essentiel n’est changé
lorsque ce monopole est constitué non plus par des rites, mais par des procédés
scientifiques, et que ceux qui le détiennent s’appellent, au lieu de prêtres, savants
et techniciens » (ibid., p.53).
Les monopoles peuvent donc être, soit la possession des secrets religieux, soit la
possession de la connaissance scientifique, soit la capacité d’organiser les échanges, soit les
armes, soit encore la capacité de coordonner les efforts de la production. Seulement on
55
pourrait imaginer que les détenteurs des monopoles n’exercent pas, par esprit de justice par
exemple, une oppression trop grande sur le reste de la population. On pourrait aussi imaginer
que l’oppression exercée par les détenteurs des monopoles soit « contre-balancée » par une
résistance des opprimés. Or il y a un facteur qui empêche aussi bien les opprimés de résister,
que les oppresseurs de limiter l’exercice de l’oppression, c’est « la lutte pour la puissance »
(ibid., p.55).
Les oppresseurs sont en fait dans la nécessité d’exercer le maximum d’oppression
possible, car « conserver la puissance est, pour les puissants, une nécessité vitale, puisque
c’est leur puissance qui les nourrit » (ibid.). Ainsi les oppresseurs doivent lutter en même
temps contre la résistance des opprimés (ou empêcher la possibilité de cette résistance), et
contre les possesseurs de puissances rivales. De plus ces deux luttes se combinent :
« les deux luttes que doit mener chaque homme puissant, l’une contre ceux
sur qui il règne et l’autre contre ses rivaux, se mêlent inextricablement et sans
cesse chacune rallume l’autre. Un pouvoir, quel qu’il soit, doit toujours tendre à
s’affermir à l’intérieur au moyen de succès remportés au-dehors, car ses succès lui
donnent des moyens de contrainte plus puissants ; de plus, la lutte contre ses
rivaux rallie à sa suite ses propres esclaves, qui ont l’illusion d’être intéressés à
l’issue du combat » (ibid., pp.55-56).
Mais pour lutter contre les puissances rivales, l’oppresseur doit durcir l’oppression qui
s’exerce contre les opprimés de manière à ce que ceux-ci soient obligés de constituer la force
de l’oppresseur ; et pour durcir l’oppression dans son propre camp, l’oppresseur est obligé de
vaincre à l’extérieur pour constituer une force coercitive suffisamment importante, permettant
de durcir l’oppression dans son propre camp : « C’est ainsi que le plus funeste des cercles
vicieux entraîne la société tout entière à la suite de ses maîtres dans une ronde insensée »
(ibid., p.56).
La réponse est maintenant apportée à la question : pourquoi les opprimés ne peuventils donner naissance à une société non oppressive ? Dès lors que les opprimés entrent en lutte,
s’ils veulent être efficaces, ils doivent entrer dans la ronde de l’oppression : se soumettre à un
chef pour organiser l’action, chercher des forces à l’extérieur pour la renforcer, lutter contre
les pouvoirs rivaux, et pour cela le chef doit accroître l’oppression qui s’exerce sur les siens.
Ainsi le pouvoir est toujours instable, toute oppression court le risque de se voir renverser par
la révolte des opprimés, qui installent une nouvelle forme d’oppression, et supprimer les
opprimés c’est se supprimer en tant qu’oppresseur. En réalité, « il n’y a jamais pouvoir, mais
seulement course au pouvoir » : « la course au pouvoir asservit tout le monde, les puissants
comme les faibles » (ibid., p.59). Dans cette course, contrairement à ce que croient les
56
« moralistes vulgaires », nul ne cherche son intérêt propre : « L’intérêt est un principe
d’action égoïste, mais borné, raisonnable, qui ne peut engendrer que des maux limités » (ibid.,
p.60). Dans le cadre de l’oppression sociale ou de la course au pouvoir, au contraire, chacun
se sacrifie pour pouvoir vivre, c’est-à-dire sacrifie son bien-être pour augmenter son pouvoir –
le pouvoir n’apparaissant plus comme le moyen du bien-être mais comme une fin en soi.
Cependant on comprend qu’aucun pouvoir ne peut s’exercer de manière illimitée. Il
est borné par des limites objectives, et se détruit lorsqu’il dépasse ces limites. L’oppresseur
doit d’abord pouvoir contrôler ceux qu’il opprime, il doit diriger seul une société, enfin il doit
vivre sur un excédent de la production, et doit veiller à ce que cet excédent puisse être produit.
Lorsque la société croît en nombre ou s’étend dans l’espace, lorsque l’organisation de la
production réclame d’avantage de contrôle parce qu’elle est plus complexe (à cause de
l’accroissement des échanges par exemple), le contrôle devient de plus en plus difficile à
mettre en place, jusqu’à ce qu’il faille contrôler les contrôleurs, explique Simone Weil.
Lorsque les fonctions de direction demandent des capacités de plus en plus grandes, ces
fonctions doivent être partagées, « mais comme [la collaboration] n’est jamais complètement
pure de rivalité, il en résulte des complications infinies » (ibid., p.66). Enfin une fois les
contrôleurs contrôlés, et les fonctions de direction partagées, l’excédent de la production doit
nécessairement croître. C’est encore une fois un cercle vicieux : pour que l’excédent de
production croisse, il faut que le rôle de direction se complexifie d’autant plus, que le contrôle
s’étende de plus en plus. Ainsi le pouvoir finit par s’étendre au-delà de ce qu’il peut
contrôler ; commander au-delà de ce qu’il peut imposer ; dépenser au-delà de ses propres
ressources (ibid., p.72) :
« C’est ainsi que l’armée romaine, qui avait d’abord enrichi Rome, finit
par la ruiner ; c’est ainsi que les chevaliers du moyen âge, dont les combats
avaient d’abord donné une sécurité relative aux paysans qui se trouvaient quelque
peu protégés contre le brigandage, finirent au cours de leurs guerres continuelles
par dévaster les campagnes qui les nourrissaient ; et le capitalisme semble bien
traverser une phase de ce genre » (ibid., p.73).
Seulement, remarque Simone Weil, on n’a jamais rencontré dans l’histoire aucune
révolution qui soit la victoire de la faiblesse sur la force : un régime est toujours renversé par
une force qui s’était développée en son sein et qui le rendait faible alors même qu’il s’exerçait
encore (c’est là la théorie marxienne) :
« D’une manière générale ce renversement soudain du rapport des forces
qui est ce qu’on entend d’ordinaire par révolution n’est pas seulement un
phénomène inconnu dans l’histoire, c’est encore, si l’on y regarde de près,
quelque chose à proprement parler d’inconcevable, car ce serait une victoire de la
57
faiblesse sur la force, l’équivalent d’une balance dont le plateau le moins lourd
s’abaisserait » (ibid., p.76).
Mais cela pourtant ne signifie pas qu’un régime oppressif doive être renversé dès que
son cadre social d’exercice freine le développement des forces productives. L’histoire connaît
aussi quelques hasards, des découvertes providentielles qui assurent un excédent de
production à un régime oppressif, lui permettant de perdurer au-delà de sa capacité propre de
se reproduire : « il est facile d’imaginer de manière vague un régime oppressif qui ne
connaîtrait jamais de décadence » (ibid., p.71), car « on peut définir la croissance d’un régime
par le fait qu’il lui suffit de fonctionner pour susciter de nouvelles ressources lui permettant de
fonctionner sur une plus grande échelle » (ibid., p.70).
La « guerre permettait aux Romains de ravir des esclaves, c’est-à-dire des travailleurs
dans la force de l’âge dont d’autres avaient eu à nourrir l’enfance… . Si l’on passe aux temps
modernes, on voit par exemple que l’extension des échanges a provoqué une division plus
grande du travail, laquelle à son tour a rendu indispensable une plus grande circulation de
marchandises ; de plus la productivité accrue qui en est résultée a fourni des ressources
nouvelles qui ont pu se transformer en capital commercial et industriel. En ce qui concerne la
grande industrie, il est clair que chaque progrès important du machinisme a créé à la fois des
ressources, des instruments et un stimulant pour un progrès nouveau. De même c’est la
technique de la grande industrie qui s’est trouvée fournir les moyens de contrôle et
d’information indispensables à l’économie centralisée à laquelle la grande industrie aboutit
fatalement, tels que le télégraphe, le téléphone, la presse quotidienne » (ibid.).
Jusqu’ici Simone Weil ne fait que suivre la théorie marxienne, montrant par là-même
que le stade suprême de l’humanité, sous la forme du communisme, est en réalité
inenvisageable. Elle conclut donc que les
« tentatives pour conserver la technique en secouant l’oppression, …
suscitent aussitôt une telle paresse et un tel désordre que ceux qui s’y sont livrés
se trouvent le plus souvent contraints de remettre presque aussitôt la tête sous le
joug ; l’expérience en a été faite sur une petite échelle dans les coopératives de
production, sur une vaste échelle lors de la révolution russe. Il semblerait que
l’homme naisse esclave, et que la servitude soit sa condition propre » (ibid., p.84).
Pourtant elle tient à mettre en évidence les différences qui séparent « la vie sociale
contemporaine » et un « tableau théorique d’une société libre ». Ainsi la troisième partie des
Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale s’intitule « tableau théorique
d’une société libre », c’est ce qui fera s’exclamer Alain lorsqu’il lira le texte : « C’est Kant
58
continué ! ». On retrouve en effet une démarche similaire à celle de l’auteur du Projet de paix
perpétuelle.
Si le renversement des moyens et des fins, est ce qui définit une société oppressive, la
société contemporaine a atteint un degré d’oppression presque indépassable : les hommes
servent la science, les machines, la circulation de l’argent, et les organisations
bureaucratiques. Mais l’homme est étranger à ses propres créations, parce qu’il ne les maîtrise
pas et qu’elles sont devenues sociales. Ainsi le paysan qui produit des céréales doit acheter sa
propre production : rien n’appartient plus à l’homme. Le seul domaine où règne, par réaction,
les principes individualistes, est celui de l’art, « mais comme en vertu des conditions
objectives, cette réaction ne peut mordre ni sur le domaine de la pensée ni sur celui de
l’action, elle demeure enfermée dans les jeux de la vie intérieure ou dans ceux de l’aventure et
des actes gratuits » (ibid., p.131).
La vie sociale contemporaine en 1934 n’est cependant pas dominée par la lutte pour le
pouvoir qui développe les forces productives : il ne s’agit plus ni de « construire », ni de
développer, mais de « conquérir » et de détruire. Le développement du capitalisme est arrivé à
ce moment où la seule possibilité pour le système de perdurer est de préparer une guerre
destructrice. Certes, « la guerre est la forme propre de la lutte pour la puissance lorsque les
compétiteurs sont des États » (ibid., p.138), mais la société contemporaine a crée une
puissance de production si grande que l’État dispose d’une quantité d’armement inédite dans
l’histoire. Rien, selon Simone Weil, ne pourra empêcher l’entreprise dévastatrice que la
société contemporaine prépare, puisque tous les hommes sont subordonnés à la production
d’un système qui se concrétise maintenant sous la forme de la production d’armement, et
« [jamais] encore dans l’histoire un régime d’esclavage n’est tombé sous les coups des
esclaves » :
« La vérité, c’est que, selon une formule célèbre, l’esclavage avilit
l’homme jusqu’à s’en faire aimer ; que la liberté n’est précieuse qu’aux yeux de
ceux qui la possèdent effectivement ; et qu’un régime entièrement inhumain,
comme est le nôtre, loin de forger des êtres capables d’édifier une société
humaine, modèle à son image tous ceux qui lui sont soumis, aussi bien opprimés
qu’oppresseurs » (ibid., p.140).
La vie apparaît ainsi comme un mauvais sort : le travail comme un asservissement, le
salaire comme une faveur.
« Comme il arrive toujours, la confusion mentale et la passivité laissent
libre cours à l’imagination. De toutes parts on est obsédé par une représentation de
la vie sociale qui, tout en différant considérablement d’un milieu à l’autre, est
toujours faite de mystères, de qualités occultes, de mythes, d’idoles, de monstres ;
59
chacun croit que la puissance réside mystérieusement dans un des milieux où il
n’a pas accès, parce que presque personne ne comprend qu’elle ne réside nulle
part » (ibid., p.141).
Dès lors mythes et propagandes peuvent se répandre à la vitesse que l’on imagine dans
des esprits apeurés. Le tableau est donc sombre, et Simone Weil tente de conclure sur une
note positive :
« La civilisation actuelle … contient aussi, du moins en germe, de quoi
[libérer l’homme]. Il y a dans notre science, malgré toutes les obscurités qu’amène
une sorte de nouvelle scolastique, des éclairs admirables, des parties limpides et
lumineuses, des démarches parfaitement méthodiques de l’esprit. Dans notre
technique aussi il y a des germes de libération du travail » (ibid., p.148).
Analyser à partir de cela quelle pourrait être l’organisation d’une société d’hommes
libres, c’est la tâche de ceux qui ne considèrent pas « les destinées futures de l’humanité »
comme « l’unique objet qui mérite considération », et qui veulent renouer pour leur compte
« le pacte originel de l’esprit avec l’univers » (ibid., p.151).
IV.2. La condition ouvrière
En 1934 Simone Weil, alors professeur de philosophie à Roanne demande une année
de congé pour travailler à une thèse sur « le rapport de la technique moderne, base de la
grande industrie, avec les aspects essentiels de notre civilisation, c’est-à-dire d’une part notre
organisation sociale, d’autre part notre culture »1. Elle précisait dans la conclusion des
Réflexions… qu’il était de première importance d’étudier la technique :
« d’une manière approfondie, dans son histoire, dans son état actuel, dans
ses possibilités de développement, et cela d’un point de vue tout à fait nouveau,
qui ne serait plus celui du rendement, mais celui du rapport du travailleur avec son
travail » (Réflexions…, op. cit., pp.150-151).
Ainsi se comprend sa demande de congé pour étudier « le rapport de la technique
moderne … avec notre civilisation », et ainsi se comprend le fait qu’elle utilise ce congé pour
adopter la « condition ouvrière ». Simone Weil n’a cependant jamais écrit la thèse escomptée.
De son année d’usine il ressort un recueil posthume intitulé La condition ouvrière. Recueil
dont Hannah Arendt écrit dans La condition de l’homme moderne qu’il « n’est peut-être pas
exagéré de dire … [qu’il] est le seul livre, dans l’énorme littérature du travail, qui traite le
sujet sans préjugés ni sentimentalisme »2
1
2
Simone Pétrement, La vie de Simone Weil, Fayard, Paris, 1973, p.300.
Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne, op. cit., p.181.
60
Mais dans « l’énorme littérature du travail », Simone Weil fait-elle œuvre de
sociologue ? Dans la Condition ouvrière est publié le « journal d’usine » de Simone Weil,
preuve que tous les écrits composant le recueil s’appuient sur un savoir empirique. C’est à une
observation participante que s’est livrée Simone Weil. On pourra cependant contester à
l’instar de Lignon et d’Andrieux la valeur des observations de Simone Weil. En tout et pour
tout, elle n’a travaillé que six mois en usine, et non pas un an. Or, écrivent Andrieux et
Lignon,
« si l’on vient d’une profession libérale sans avoir jamais suivi aucun
entraînement à un travail mécanique, et qu’on plonge soudain dans un atelier –
pour de bon, comme ouvrier, sans aucune position de faveur – il est fatal que
durant les premiers huit à neuf mois l’épreuve soit des plus pénibles, harassantes,
désolantes »1.
Et Andrieux et Lignon citent une lettre d’un ouvrier tourneur commentant La
Condition ouvrière : « Simone Weil a abandonné au moment où elle commençait précisément
à s’habituer et à être plus adroite. Il aurait fallu qu’elle continue l’expérience encore une
année ou deux. Ses réactions auraient peut-être été différentes » (Andrieux et Lignon, op. cit.).
Car il est vrai que dans l’usine, Simone Weil n’a guère vu plus de solidarité ouvrière qu’elle
n’a trouvé dans la technique ce qu’elle y cherchait : « des germes de libération du travail ».
Simone Weil est embauchée, grâce à l’appui de Boris Souvarine, par Auguste Detoeuf
(chef d’entreprise polytechnicien) comme ouvrière dans la société Alsthom. Albertine
Thévenon, qui l’avait mise en garde contre ce genre de démarche, écrira dans la préface de La
condition ouvrière :
« Je pensais et je pense encore que l’état de prolétaire est un état de fait et
non de choix, surtout en ce qui concerne la mentalité, c’est-à-dire la manière
d’appréhender la vie. Je n’ai aucune sympathie pour les expériences genre « roi du
charbon » où le fils du patron vient travailler incognito dans les mines de son père
pour retourner, son expérience faite, reprendre sa vie de patron. Je pensais et je
pense encore que les réactions élémentaires d’une ouvrière ne sauraient être celles
d’une agrégée de philosophie issue d’un milieu bourgeois ».2
Mais Albertine Thévenon nuance cependant son propos, et elle écrit ensuite : « Si nous
avions raison en général, nous nous sommes trompés en ce qui concerne Simone. D’abord,
elle mena son expérience à fond et avec la plus grande honnêteté, s’isolant de sa famille,
1
Andrée Andrieux et Jean Lignon, « Les idées de Simone Weil», in La révolution prolétarienne, n°370,
février 1953, p.2-34.
2
In Simone Weil, La condition ouvrière, Gallimard, Idées, Paris, 1951, p.12.
61
vivant dans les mêmes conditions matérielles que ses compagnes d’atelier » (A. Thévenon,
op. cit., p.13)
Dans quelles conditions s’est déroulée l’expérience faite par Simone Weil de la
condition ouvrière ? Simone Weil « fut embauchée en qualité d’ouvrière sur presse et
commença à travailler le mardi 4 décembre [1934] », écrit Simone Pétrement (S. Pétrement,
op. cit., p.332). Comme elle travaillait à l’usine Alsthom de la rue Lecourbe, elle « loua une
petite chambre au plus haut étage d’un immeuble, 228 rue Lecourbe. Non seulement elle
voulait habiter près de son travail, mais elle voulait vivre indépendamment de sa famille et
uniquement de ce qu’elle pourrait gagner » (ibid.). « De Noël au Jour de l’An, écrit ensuite
Simone Pétrement, Simone fut mise à pied » (ibid., p.337). Du 15 janvier 1935 au 3 février,
Simone Weil souffrant d’une otite se soigne chez ses parents, puis part avec sa mère se
reposer quelques jours à Montana, en Suisse. Elle ne reprend le travail que le 25 février. Le
10 mars elle est mise à pied pour une semaine. Elle reprend le 18 mars, et le 29 elle comprend
qu’elle va être licenciée : « On me laisse une liberté totale – on me traite en condamnée à
mort » (cité in ibid., p.335). Elle est au chômage à partir du 5 avril.
Le 11 avril, elle commence à travailler à l’usine J.-J. Carnaud et Forges de Basse-Indre
à Boulogne-Billancourt. Elle est employée comme « emballeuse » – mention de son certificat
de travail – et sera renvoyée le 7 mai. Elle ne retrouve du travail que le 5 juin, après avoir
beaucoup cherché, apparemment la faim au ventre puisqu’elle écrit dans son journal : « La
faim devient un sentiment permanent. Est-ce plus ou moins pénible que de travailler et de
manger ? Question non résolue… Si, plus pénible somme toute »1. Simone Weil travaille aux
usines Renault sur une fraiseuse, le 25 elle s’enfonce dans la main un copeau métallique et sa
main gonfle, il semble que l’accident lui vaille un repos du 27 juin au 4 juillet. Elle travaillera
encore jusqu’en août, son certificat de travail mentionne qu’elle a travaillé jusqu’au 23.
Bien qu’à l’usine Alsthom le contremaître surveillait Simone Weil à son insu, à la
demande de Detoeuf, ses collègues ouvriers n’ont jamais su quel était son statut véritable. À
Alsthom, suggère Simone Pétrement,
« certains ou certaines de ses camarades remarquèrent que ses mains
n’étaient pas celles d’une travailleuse manuelle. On pensa que c’était peut-être
une étudiante qui avait échoué à ses examens et qui, ne voulant plus ou ne
pouvant plus être à la charge de sa famille, avait décidé de travailler quelque
temps en usine » (S. Pétrement, op. cit., p.333).
1
Simone Weil, « Journal d’usine (1934-1935) », p.86, in La condition…, op. cit., pp.45-145.
62
Simone Weil tient un journal : elle y note ses impressions, les travaux effectués
pendant ses journées, les réprimandes, puis tout ce qu’elle apprend ou entend et qu’elle
cherche à comprendre, par exemple :
« Ouvrière renvoyée – tuberculeuse – avait plusieurs fois loupé des
centaines de pièces (mais combien ?). Une fois, juste avant de tomber très
malade ; aussi on lui avait pardonné. Cette fois, 500. Mais en équipe du soir (2h ½
à 10 ½), quand toutes les lumières sont éteintes, sauf les baladeuses (lesquelles
n’éclairent rien du tout). Le drame se complique du fait que la responsabilité du
monteur (Jacquot) est automatiquement engagée. Les ouvrières avec lesquelles je
suis (Chat et autres, à l’arrêt – dont adm[iratrice]. de Tolstoï ?) pour Jacquot. Une
d’elles : « Il faut être plus consciencieux, quand on a sa vie à gagner. » … cette
expression a en partie pour cause le fait que certaines ouvrières, mariées,
travaillent non pour vivre, mais pour avoir un peu plus de bien-être. (Celle-là avait
un mari, mais chômeur.) Inégalité très considérable entre les ouvrières… » (S.
Weil « Journal …», op. cit., pp.49-50).
Dans son journal, Simone Weil tient ses comptes : le salaire aux pièces, au vu de son
inexpérience et de sa maladresse, lui vaut un temps considérable de travail effectué
gratuitement. Elle note par ailleurs :
« Quand une ouvrière se juge victime d’une injustice [dans la comptabilité
de son salaire], elle va se plaindre. Mais c’est humiliant, vu qu’elle n’a aucun droit
et se trouve à la merci du bon vouloir des chefs, lesquels décident d’après la
valeur de l’ouvrière, et dans une large mesure d’après leur fantaisie » (ibid.,
pp.50-51).
Enfin elle consigne ses observations techniques : « lourde presse pour faire des
rondelles »… Conseils du magasinier, lumineux. Ne pédaler qu’avec la jambe, pas avec tout
le corps ; pousser la bande avec une main, la maintenir avec l’autre, au lieu de tirer et
maintenir la même. Rapport du travail avec l’athlétisme » (ibid., p.52) ; « La presse qui ne
marchait pas et Jacquot. Il est clair que, pour Jacquot, cette presse était un mystère, et de
même la cause qui l’empêchait de marcher. Non pas simplement en tant que facteur inconnu,
mais en soi, en quelque sorte. Ca ne marche pas… comme un refus de la machine » (ibid.,
p.98) ; « le rapport de cause à effet dans le travail même n’est pas saisi. Rien n’est moins
instructif qu’une machine… » (ibid., p.99) ; « Mimi – 26 ans – … . Une de ses premières
réflexions (je lui disais être exaspérée par l’ignorance de ce que je fais) : « On nous prend
pour des machines… d’autres sont là pour penser pour nous… » (exactement le mot de
Taylor, mais avec amertume) » (ibid., p.103).
En fait, le travail en usine a exténué Simone Weil. Le froid puis la chaleur excessive
près des fours la rendent malade, le rythme implacable ne lui permet de réaliser aucune tâche
correctement, les réprimandes affluent et la faim causée par la faiblesse de son salaire
63
l’angoisse. Les lueurs de joie sont dues à la trouvaille d’un tour de main, aux rares
explications de « techniques du corps », aux distributions (tout aussi rares) de tracts
syndicaux, aux camaraderies nouées, le plus souvent avec les chômeurs pendant ses périodes
de recherche d’emploi. Mais le pire reste le sentiment de l’esclavage : « En sortant de chez
[le] dentiste …, et en montant dans le W[agon], réaction bizarre. Comment, moi, l’esclave, je
peux donc monter dans cet autobus, en user pour mes 12 sous au même titre que n’importe
qui ? … Mes camarades n’ont pas, je crois, cet état d’esprit au même degré : ils n’ont pas
pleinement compris qu’ils sont des esclaves. Les mots de juste et d’injuste ont sans doute
conservé jusqu’à un certain point un sens pour eux – dans cette situation où tout est injustice »
(ibid., p.124).
Simone Weil a découvert en usine un effet de la pesanteur psychologique. Simone
Pétrement écrit :
« Elle avait découvert, par son propre exemple, qu’ « une oppression
évidemment inexorable et invincible n’engendre pas comme réaction immédiate la
révolte, mais la soumission ». Cette découverte dut contribuer à renforcer ses
doutes sur l’avenir de la liberté. Tant qu’on pense que l’oppression engendre
automatiquement la révolte, on a confiance que l’oppression ne peut jamais durer
longtemps. Mais quand on voit qu’il n’en est pas ainsi, on se rend compte qu’il y
a, pour la liberté, des nuits qui peuvent être longues » (S. Pétrement, op. cit.,
p.357).
Simone Weil reconnaît que l’expérience de l’usine lui a fait perdre sa « gaieté, dans
cette existence », néanmoins, dit-elle, « je suis heureuse d’avoir vécu ça » (ibid.). Car
certaines de ses thèses se trouvent vérifiées. C’est sans doute moins le caractère privé des
moyens de production qui opprime les travailleurs que la rationalisation du procès de travail.
Toute la question sera évidemment de savoir si ces deux éléments peuvent être considérés de
manière indépendante l’un de l’autre. Mais voyons d’abord ce que dit Simone Weil de la
rationalisation.
Au cours de l’année 1936-1937 Simone Weil rédige un texte intitulé « La
rationalisation ». Elle y explique que l’esclavage ouvrier est dû à trois lacunes : l’une provient
des « milieux dirigeants de notre société » qui ne s’intéressent qu’à la production et non au
producteur, la seconde provient du syndicalisme qui ne s’intéresse qu’au producteur et non à
la production, enfin la dernière provient des « théoriciens du mouvement socialiste » (Marx et
ses disciples, et Proudhon) qui ont omis de poser « le problème du régime le plus désirable
dans les entreprises industrielles »1. Voilà donc trois problèmes qu’il faut tenter, ce qui n’a
1
Simone Weil, « La rationalisation » (1937), pp.290-291, in La condition…, op. cit., pp.289-315.
64
pas encore été fait selon Simone Weil, de penser ensemble, et non indépendamment les uns
des autres.
Le problème du régime le plus désirable dans les entreprises industrielles ne doit faire
abstraction ni du producteur, ni de la production. Or comme les revendications du producteur
ne peuvent porter que sur son salaire, les revendications de la production ne peuvent porter
que sur le rendement et le profit. Mais le régime le plus désirable dans les entreprises ne peut
se réduire à un rendement élevé accompagné de salaires substantiels. Le problème (et la
solution) est ailleurs, « car il y a bien autre chose que la question des profits et de la propriété
dans toutes les souffrances subies par la classe ouvrière du fait de la société capitaliste » (S.
Weil, « La rationalisation », op. cit., p.292). Ce n’est donc pas le salaire du travailleur
seulement qu’il faut améliorer, mais ce sont surtout ses conditions de travail. Il n’y a pas lieu,
pour cela, de supprimer la propriété privée des moyens de production écrit Simone Weil, par
ailleurs instruite de la réalité des conditions de travail en URSS :
« Les ouvriers peuvent obliger la direction d’une usine à leur reconnaître
des droits sans priver les propriétaires de l’usine ni de leur titre de propriété ni de
leurs profits ; et réciproquement, ils peuvent être tout à fait privés de droits dans
une usine qui serait une propriété collective » (ibid., p.293).
Or au nom de quoi sont niés les droits des travailleurs par les propriétaires des moyens
de production ? Au nom de la rationalisation du travail, pense Simone Weil. Mais la
rationalisation du travail comporte deux éléments : une rationalisation de la technique, et une
rationalisation de l’emploi de la force de travail humaine. Simone Weil explique que le
premier usage de la rationalisation est la marque d’une première révolution industrielle, le
seconde la marque d’une deuxième. Or le second usage de la rationalisation est impropre à
l’homme « générique » – cet usage « se définit par l’utilisation scientifique de la matière
vivante, c’est-à-dire des hommes » (ibid., p.290), on ne peut l’appeler scientifique qu’en
« faisant jouer à la science un rôle rabaissé d’instrument de contrainte », et en « partant du
principe que les hommes ne sont pas des hommes » (ibid., p.313). Comment dès lors a-t-il pu
être inventé ? Simone Weil se propose d’en chercher la genèse dans le profil « sociologique »
de son inventeur :
« Ce n’est ni par curiosité d’esprit, ni par besoin de logique que [Taylor] a
entrepris ses recherches. C’est son expérience de contremaître chien de garde [du
patronat] qui l’a orienté dans toutes ses études et lui a servi d’inspiratrice pendant
trente cinq années de recherches patientes » (ibid., p.297).
« Chien de garde » du patronat, cela signifie servilité et non liberté. Comme nous
l’avons vu, pour Simone Weil la liberté est intrinsèquement liée à l’usage de la raison ;
65
d’esclave idéologique qu’il était, Taylor a travaillé à rendre les producteurs esclaves de la
rationalisation, de la méthode d’organisation scientifique de la production :
« Il ne s’agissait pas pour Taylor de soumettre les méthodes de production
à l’examen de la raison, ou du moins ce souci ne venait qu’en deuxième lieu ; son
souci primordial était de trouver les moyens de forcer les ouvriers à donner à
l’usine le maximum de leur capacité de travail » (ibid., p.301).
Par ailleurs Simone Weil souligne que le système du salaire au rendement (qui
accompagne inévitablement la rationalisation de la production) constitue un moyen de
procéder à une sélection humaine puisque « tous ceux qui ne sont pas des ouvriers de premier
ordre capables d’atteindre ce maximum de production » sont éliminés (ibid., p.302). On
trouve ici une théorisation de ce que Simone Weil avait constaté lors de son expérience
d’ouvrière, et qu’elle avait consigné dans son journal sous cette forme : « On dirait que, par
convention, la fatigue n’existe pas [à l’usine]… Comme le danger à la guerre, sans doute » (S.
Weil, « Journal… », op. cit., p.125).
Si la fatigue n’existe pas dans l’usine, la limite de la capacité humaine de travail est
elle, bien réelle. Car il y a une limite à l’utilisation de la force de travail : elle doit se
renouveler et n’est pas exploitable de façon continue :
« Il y a une limite de la production qu’on atteint assez facilement par
l’augmentation de la journée de travail, tandis qu’on ne l’atteint pas en
augmentant son intensité. C’est une découverte sensationnelle du patronat. Les
ouvriers ne l’ont peut-être pas encore compris, les patrons n’en ont peut-être pas
absolument conscience ; mais ils se conduisent comme s’ils la comprenaient très
bien » (S. Weil, « la rationalisation », op. cit., p.306).
Encore une fois Simone Weil rend explicite une réflexion notée dans son journal :
« Mes camarades n’ont pas, je crois, … pleinement compris qu’ils sont des esclaves. »
Enfin le dernier aspect important de la rationalisation du travail souligné par Simone
Weil est la division des travailleurs, c’est-à-dire l’individualisation du travail :
« C’est une des formules essentielles de Taylor qu’il faut s’adresser à
l’ouvrier individuellement ; considérer en lui l’individu. Ce qu’il veut dire, c’est
qu’il faut détruire la solidarité ouvrière au moyen des primes et de la concurrence.
C’est cela qui produit cette solitude qui est peut-être le caractère le plus frappant
des usines organisées selon le système actuel, solitude morale qui a été
certainement diminuée par les événements de juin [1936] »(ibid., pp.309-310).
En touchant le thème de la situation morale des ouvriers, Simone Weil précise que là
n’est pas le domaine de la science et que celle-ci ne peut avoir aucune prérogative en la
matière. Il convient alors de repenser la science en elle-même, puisque c’est sous couvert de
66
scientificité que le taylorisme a été mis en place. Simone Weil distingue deux usages de la
science, rappelant à la fin de son texte les deux usages de la rationalisation explicités en
commençant :
« On ne peut appeler scientifique un tel système qu’en partant du principe
que les hommes ne sont pas des hommes, et en faisant jouer à la science le rôle
rabaissé d’instrument de contrainte. Mais le rôle véritable de la science en matière
d’organisation du travail est de trouver de meilleures techniques » (ibid., p.313).
Simone Weil parle ensuite de la psychotechnique « qui permet de définir les
meilleures conditions psychologiques possibles pour tel ou tel travail, de mesurer la fatigue,
etc. » (ibid., p.314). La psychotechnique écrit-elle,
« quand bien même serait-elle parfaite, elle n’atteindrait jamais les facteurs
moraux ; car la souffrance à l’usine consiste surtout à trouver le temps long ; mais
elle ne s’arrête pas là. Et jamais d’ailleurs aucun psychotechnicien n’arrivera à
préciser dans quelle mesure un ouvrier trouve le temps long. C’est l’ouvrier luimême qui peut le dire » (ibid.).
La psychotechnique ne peut pas se mettre au service de l’harmonisation sociale.
Simone Weil engage les travailleurs à revendiquer une amélioration de leurs conditions de
travail – les choses ne s’arrangeront pas d’elles-mêmes – elle les engage aussi à se défier de
qui voudrait les obtenir pour eux : intelligentsia révolutionnaire ou scientifique.
Nous avons vu jusqu’ici que le travail est toujours une action collective, action
d’individus sociaux en vu d’autres individus sociaux : l’action est toujours dirigée vers autrui,
qu’elle soit ou non production. La division du travail en travail manuel et travail intellectuel
apparaît avec la domination des prêtres, domination dont les savants prennent le relais en
monopolisant la connaissance. Avec la manufacture puis la grande industrie une seconde
étape est franchie : le paysan ou l’artisan du Moyen Âge pensent encore leur action avant de
l’exécuter, et l’exécutent méthodiquement. C’est lorsque la majorité des hommes se trouve
dépossédée de moyens de production, qu’apparaît le salariat. Une nouvelle forme de procès de
travail peut alors voir le jour, favorisée par l’accumulation de capital (moyens de production
et forces productives) dans quelques mains.
Dans la manufacture, les travailleurs se servent d’un métier (outil), mais leur tâche est
extrêmement simple, l’œuvre étant produite collectivement. Apparaissent donc des individus
67
spécialisés dans la coordination des travaux et celle des travailleurs. Dans la grande industrie,
c’est la science incorporée dans la technique qui est la principale force productive. Aucune
capacité particulière hormis le simple usage de la force brute ou de la vigilance n’est requise
des travailleurs qui font fonctionner les machines. Simone Weil insistera sur la
déshumanisation du travail dans la grande industrie, puisque le propre de l’homme, la pensée,
est opprimée par l’absence de possibilité de s’exercer dans le temps – et donc de s’exercer
tout court. Le taylorisme a rendu telle l’intensification du travail, qu’aucune camaraderie,
aucune compréhension de la technique maniée, n’est possible. Mais cette oppression
qu’exerce le mode de production capitaliste sur les travailleurs s’exerce également sur les
capitalistes : ces derniers sont davantage menacés par « l’ennemi extérieur » – la concurrence
– que par l’ennemi intérieur – le prolétariat opprimé. De ce dernier on n’envisage guère une
révolte spontanée, ni même qu’il ait la capacité de s’approprier les moyens de production –
sauf à envisager une révolution au sens propre, le remplacement d’une bureaucratie par une
autre – eu égard à la complexité – due au gigantisme – des moyens de production.
La rationalisation du travail transforme donc les travailleurs en « servants de la
machine », elle nie la pensée individuelle dont elle n’a nul besoin. Cependant n’est-ce pas le
propre du travail – exécution d’une décision, affrontement du corps intelligent et de l’univers
– que de nier l’activité de l’esprit, la volonté ?
V. Le travail comme activité décréatrice de la volonté
Selon Hegel, la négativité fait partie de l’activité (ou du travail) de l’esprit, elle en est
un moment. La négation de l’esprit est négation de l’esprit en sa particularité, et genèse de la
singularité (ou forme singulière de l’esprit). Mettons-nous à l’écoute de l’auteur de la
Phénoménologie de l’esprit afin de comprendre la réflexion du jeune Marx : « Le seul travail
que reconnaisse Hegel, est le travail abstrait de l’esprit » (K. Marx, Manuscrits…, op. cit.,
p.166).
L’individu est un être naturel, « étant » ou « singularité dans l’être », en tant qu’être
naturel il travaille afin d’assouvir ses besoins : « L’opération et l’entreprise purement
singulières de l’individu se rapportent aux besoins qu’il a comme être naturel, c’est-à-dire
comme singularité dans l’élément de l’être » (F. Hegel, Phénoménologie…, op. cit., p.291).
Le travail est toujours « travail social », et toutes les fonctions biologiques de l’homme sont
socialisées, on peut dire aussi que ce qui est naturel n’existe que médiatisé par la culture :
68
« Si même ces fonctions les plus basses ne sont pas réduites à néant et si
elles obtiennent une réalité effective, cela n’arrive que grâce au milieu universel
soutenant l’individu, grâce à la puissance de tout le peuple – Mais dans la
substance universelle, l’individu ne trouve pas seulement cette forme de
subsistance de son opération en général, il a également en elle son propre
contenu ; ce que l’individu fait est le génie universel, les mœurs de tous » (ibid.).
Travaillant pour lui-même, chaque individu travaille également pour les autres, et
travaille grâce aux autres, tout ce qui compose son travail (outils, idées, techniques…) vient
de la société (est « universel ») :
« Ce contenu, en tant qu’il se singularise parfaitement, est dans sa réalité
effective enfermé dans les limites de l’opération de tous. Le travail de l’individu
pour ses propres besoins est aussi bien une satisfaction des besoins des autres
qu’une satisfaction de ses besoins personnels grâce au travail des autres. Comme
l’homme singulier, dans son travail singulier, accomplit déjà un travail universel,
mais sans en avoir conscience, ainsi il accomplit aussi le travail universel comme
son propre objet dont il est maintenant conscient » (ibid.).
Travaillant, l’individu crée donc aussi bien une œuvre (un objet) déterminée, que la
société. Or le travail exige un sacrifice, et l’individu sacrifie aussi bien sa particularité pour
engendrer sa singularité, qu’il sacrifie sa singularité pour la société (pour les autres,
l’universel), ou encore, qu’il sacrifie du temps pour engendrer une œuvre : « le tout devient,
comme tout, son œuvre, pour laquelle il se sacrifie, et de cette façon il se reçoit lui-même de
ce tout » (ibid.). En ce sacrifice, l’individu « se fait chose », afin de devenir l’individu
universel qui vit avec et comme les autres, sous les mêmes lois librement acceptées, selon des
mœurs partagées :
« Cette unité de l’être pour autrui ou du « se faire chose » et de l’être-poursoi, cette substance universelle parle son langage universel dans les mœurs et dans
les lois d’un peuple. … l’individu ne connaît pas seulement les lois comme sa
choséité objective universelle, mais encore il se connaît lui-même dans cette
choséité, ou il la connaît comme singularisée dans sa propre individualité et dans
celle de chacun de ses concitoyens » (ibid., p.292).
De la sorte c’est bien le travail qui fait de l’homme ce qu’il est en définitive : un être
social. Mais le travail est négation de la singularité, sacrifice de soi pour les autres – en même
temps qu’il est création de soi et des autres, création de la société. Autrement dit, le travail
contient une dimension eucharistique, selon une formule de Proudhon que reprendra Simone
Weil.
Voyons comment se retrouvent chez Simone Weil après l’expérience du travail en
usine, les dimensions sacrificielle et eucharistique du travail. N’ayons pas peur de la teinture
« mystique » du vocabulaire. Comme l’écrit Peter Winch, les phénomènes sur lesquels
69
Simone Weil attire l’attention ne relèvent pas du paranormal, et ne sont pas de ceux auxquels
s’intéresse la Société de Recherche en Psychologie1.
« Il y a dans le travail des mains et en général dans le travail d’exécution, qui est le
travail proprement dit, un élément irréductible de servitude que même une parfaite équité
sociale n’effacerait pas », écrit Simone Weil, suite à l’expérience en usine, « [c]’est le fait
qu’il est gouverné par la nécessité, non par la finalité »2. Il faut bien entendre cette phrase :
elle signifie qu’aux travailleurs (ceux qui exécutent), la nécessité n’est pas cachée3. Le monde
qui nous entoure, et nous-mêmes qui en constituons une partie, est un tissu de nécessités
géométriques, physiques et biologiques. Le propre de l’esprit est de saisir en idée ce
déterminisme, c’est le sens de la phrase de Pascal : « Grandeur et misère de l’homme ». Nous
sommes donc asservis quoi que nous fassions, et nous avons en outre à produire nos
conditions d’existence. Certes, certains – les Maîtres, dans la terminologie hégélienne –
peuvent vivre du « travail accumulé », et en ce sens, un écran se dresse entre la liberté de
l’esprit et la nécessité :
« Dans toutes les autres conditions, sans exception, des fins particulières se
proposent à l’activité. Il n’est pas de fin particulière, quand ce serait le salut d’une
âme ou de plusieurs, qui ne puisse faire écran et cacher Dieu. Il faut par le
détachement percer à travers l’écran. Pour les travailleurs il n’y a pas d’écran.
Rien ne les sépare de Dieu. Ils n’ont qu’à lever la tête » (S. Weil, « Condition… »,
op.cit., p.361).
Qu’est-ce que Dieu d’après une telle phrase, sinon ce tissu de nécessités qui compose
l’univers ? Le Dieu de Simone Weil semble être le Dieu de Spinoza4. C’est aussi un Dieu
1
« The phénomena to which Simone Weil does draw attention are not paranormal and the Society for
Psychological Research would have not interest in them » Peter Winch, Simone Weil “the just balance”,
Cambridge University Press, 1989, p.191.
2
Simone Weil, « Condition première d’un travail non servile » (1941), p.355, in La condition…, op.
cit., pp.355-372.
3
Quant au terme « servitude », il renvoie directement à la dialectique hégélienne du Maître et du
Serviteur.
4
Le Dieu de Simone Weil n’est pas le même selon les périodes dans lesquelles elle écrit. Sa
« théologie » n’est cependant à aucun moment rigoureusement spinoziste. Peter Winch reconnaît : « Simone
Weil’s God is not just « the God of the philosophers », a convenient device for expressing certain metaphysical
and epistemological views » (P. Winch, op. cit., p.198). Selon lui « he is the God of the Gospels – a very
different matter» (ibid.). Simone Weil écrit en effet: « Le Gospel contient une conception de la vie humaine, non
une théologie », écrit Simone Weil, et plus loin dans le même passage : « Il est impossible de comprendre et
d’aimer en même temps aussi bien le vaincu et le vainqueur, comme le fait l’Iliade, sauf si on se tient à une
place, en dehors du monde, dans la sagesse de Dieu » (Cité in ibid., p.199). S’interrogeant sur la notion de
« surnaturel » chez Simone Weil, Peter Winch met en évidence son opposition avec une certaine conception de
« la nature ». Ainsi la Justice peut être de l’ordre de la nature de deux manières : soit que l’autonomie des
70
caché, comme celui de Pascal, à ceux qui, dans l’existence, agissent en vue d’une fin
déterminée, croient diriger librement leurs actions. Les travailleurs, eux, agissent pour rien,
agissent pour agir, leur activité est gouvernée par la nécessité,
« [on] l’exécute à cause d’un besoin, non en vue d’un bien ; « parce qu’on
a besoin de gagner sa vie », comme disent ceux qui y passent leur existence. On
fournit un effort au terme duquel, à tous égards, on n’aura pas autre chose que ce
qu’on a. Sans cet effort, on perdrait ce qu’on a.
Mais, dans la nature humaine, il n’y a pas pour l’effort d’autre source
d’énergie que le désir. Et il n’appartient pas à l’homme de désirer ce qu’il a »
(ibid., p.355).
individus les porte à agir de manière juste, soit que l’on subordonne la loi morale à la sensibilité – dans ce
dernier cas, on a affaire au paradoxe kantien, la liberté renonce à elle-même ; mais dans ce dernier cas
également, on considère qu’aucune « sagesse » n’anime les phénomènes naturels, qu’ils sont régis par la
« force », et qu’une force se développe jusqu’à ce qu’elle en rencontre une autre, qui vienne la limiter. L’univers
peut bien nous apparaître gouverné par la nécessité aveugle, la nécessité mécanique. Mais il nous apparaît
également autrement quand nous contemplons sa beauté. Nous contemplons la même nécessité mécanique, mais
elle n’est plus indifférente à la raison : un paysage semble produit pour que nous en contemplions la beauté
(jugement téléologique). Si les individus n’agissent pas conformément à la loi qui veut qu’une force s’étende
jusqu’à ce qu’elle rencontre sa limite, mais qu’ils limitent au contraire volontairement leur puissance, leur
conception de la justice sera « surnaturelle », et pourtant, la Justice surnaturelle ne déroge en rien aux lois de la
nature. Car l’esprit (la raison) ne déroge en rien aux lois de la nature : il est la raison « naturelle », « consciente
d’elle-même », pour parler cette fois, non exactement le vocabulaire de Kant, mais celui du spiritualisme
français.
La « raison naturelle », « consciente d’elle-même », c’est le point de vue de Dieu sur la force, ce point
de vue embrasse toutes les perspectives (comme le point de vue de l’auteur de l’Iliade). Dès lors les forces de la
nature semblent « obéir au bien », puisque leur spectacle peut être « beau » ; il n’en reste que ces forces ne sont
que « la nécessité mécanique », « aveugle ».
Si Simone Weil reprend à son compte une théodicée kénotique que l’on trouvait chez Isaac Luria (Dieu
se retire de la Création, abdique son pouvoir sur elle, par bonté, afin de lui donner une autonomie), elle ne
cherche pas par là à rendre compte de l’origine de l’univers, comme le souligne Peter Winch (ibid., p.198). Elle
montre simplement que le retrait de la force n’est pas quelque chose qui s’observe dans le monde phénoménal
(en ce sens le retrait du Créateur est une image exemplaire qui rend compte du geste moral, surnaturel, que la
créature peut et doit imiter). Si nous sommes malgré tout capables de concevoir une telle possibilité, eu égard au
comportement humain, c’est qu’autre chose que ce qui est de l’ordre des phénomènes rend possible un tel retrait.
Cet autre chose, c’est le « surnaturel », c’est le caractère nouménal de la raison.
Simone Weil, se voulant moniste, affirme que l’infinité de l’espace et du temps est la distance entre
Dieu et Dieu, et que nous ne sommes que des points dans cette distance (« Cet univers où nous vivons, dont nous
sommes une parcelle, est cette distance mise par l’Amour divin entre Dieu et Dieu. Nous sommes un point dans
cette distance. L’espace, le temps, et le mécanisme qui gouverne la matière sont cette distance. Tout ce que nous
nommons le mal n’est que ce mécanisme », S. Weil « L’amour de Dieu et le malheur », pp.110-111, in Attente
de Dieu, Fayard, Paris, 1966, pp.98-121). En abolissant l’espace et le temps (par nous crées, si nous adoptons le
point de vue de Kant), nous réunissons Dieu et Dieu, le Créateur et la Création. Or comment abolir l’espace et le
temps ? En accédant à une « perception directe » des choses. Cette perception « directe » n’est pas sans rappeler
la connaissance du troisième genre de Spinoza. Car « perception du singulier et rapport à l’universel semblent
coïncider, le sujet s’efface dans la contemplation de ce rapport » (Emmanuel Gabellieri, Simone Weil, Ellipses,
Paris, 2001, p.8). La perception « directe », est une perception dans laquelle le sujet serait « non agissant »,
l’entendement n’a plus besoin d’aucun schème pour saisir l’extériorité, et en même temps, toutes les perspectives
sur l’objet sont conçues en même temps. L’habitude nous donnait une idée de la possibilité d’une telle
perception, puisque le rapport conscient à la sensibilité s’amenuisait. L’habitude permet en fait un degré de
perception qui se situerait « entre la pure réduction du réel au rêve, et ce que serait la perception absolument
vraie » (Gabellieri, op. cit., pp.8-9).
71
« Exister n’est pas une fin pour l’homme, c’est seulement le support de
tous les biens, vrais ou faux. Les biens s’ajoutent à l’existence. Quand ils
disparaissent, quand l’existence n’est plus ornée d’aucun bien, quand elle est nue,
elle n’a plus aucun rapport au bien. Elle est même un mal. Et c’est à ce moment
même qu’elle se substitue à tous les biens absents, qu’elle devient en elle-même
l’unique fin, l’unique objet du désir. Le désir de l’âme se trouve attaché à un mal
nu et sans voile. L’âme est alors dans l’horreur » (ibid., p.356).
Le travail est l’exécution d’une décision. Pour ceux qui ont non seulement à exécuter,
mais également à décider, le travail ne plonge pas l’âme dans l’horreur. A la fin de leur
journée de travail, ils portent néanmoins, « dans [leur] chair comme une épine la réalité de
l’univers »1. Le corps s’est fait matière, la volonté n’a plus été écoutée, le travail est
quasiment l’expérience vécue de la mort, ou la mort consentie. Or si l’on accepte, comme le
veut Simone Weil, que le beau, le vrai et la réalité sont « un », alors,
« [le] travail physique constitue un contact spécifique avec la beauté du
monde, et même, dans les meilleurs moments, un contact d’une plénitude telle que
nul équivalent ne peut s’en trouver ailleurs. L’artiste, le savant, le penseur, le
contemplatif doivent pour admirer réellement l’univers percer cette pellicule
d’irréalité qui le voile et en fait pour presque tous les hommes, à presque tous les
moments de leur vie, un rêve ou un décor de théâtre. Ils le doivent, mais le plus
souvent ne le peuvent pas. Celui qui a les membres rompus par l’effort d’une
journée de travail, c’est-à-dire d’une journée où il a été soumis à la matière, porte
dans sa chair comme une épine la réalité de l’univers. La difficulté pour lui est de
regarder et d’aimer ; s’il y arrive, il aime le réel » (S. Weil, « Formes… », op.
cit.).
Quel est ce voile qui cache la réalité de l’univers aux intellectuels ? Nous l’avons vu, c’est la
finalité de l’action. Or, dans l’univers, toute finalité est une fiction. En croyant agir librement,
bien ou mal, nous obéissons encore à la nécessité :
« Le mécanisme de la nécessité se transpose à tous les niveaux en restant
semblable à lui-même, dans la matière brute, dans les plantes, dans les animaux,
dans les peuples, dans les âmes. Regardé du point où nous sommes, selon notre
perspective, il est tout à fait aveugle. Mais si nous transportons notre cœur hors de
nous-mêmes, hors de l’univers, hors de l’espace et du temps, là où est notre Père,
et si de là nous regardons ce mécanisme, il apparaît tout autre. Ce qui semblait
nécessité devient obéissance. La matière est entière passivité, et par suite entière
obéissance à la volonté de Dieu. … Dans la beauté du monde la nécessité brute
devient objet d’amour » (S. Weil, « l’Amour… », op. cit., pp.111-112).
1
Simone Weil, « Formes implicites de l’amour de Dieu » (1942), p.161, in Attente de Dieu, op. cit,
p.122-214.
72
Grâce à la raison nous saisissons (ou construisons) le déterminisme à l’œuvre dans
l’univers. Il est « tout à fait aveugle », indifférent à nos désirs. Mais si nous nous
« transportons hors de l’univers », alors nous concevons que nos désirs sont également
l’œuvre du déterminisme. Comment aimer le déterminisme à l’œuvre dans l’univers, dont
nous sommes les objets ? La beauté nous laisse entrevoir la présence de l’esprit dans la
matière, car elle est une « finalité sans fin » selon l’expression de Kant. Et tout ce qui motive
nos actions dans l’univers est toujours la beauté, car seule la beauté n’est pas moyen pour
autre chose. Elle se suffit à elle-même, nous désirons seulement qu’elle soit, elle nous apporte
une satisfaction sans rien pourtant nous donner.
Non seulement, tout ce que nous faisons est toujours moyen pour autre chose, mais en
plus notre volonté ne se détermine jamais seule :
« L’homme ne peut jamais sortir de l’obéissance à Dieu. Une créature ne
peut pas ne pas obéir. Le seul choix offert à l’homme comme créature intelligente
et libre, c’est de désirer l’obéissance ou de ne pas la désirer. S’il ne la désire pas,
il obéit néanmoins, perpétuellement, en tant que chose soumise à la nécessité
mécanique » (S. Weil, « L’amour… », op. cit., p.113).
Ainsi désirer obéir, c’est désirer que le déterminisme soit, c’est le considérer comme
une fin. C’est désirer vouloir tout ce qu’on veut, comme l'écrit Blondel1. Or nous l’avons vu,
l’homme ne peut pas désirer ce qu’il a déjà. Seule la beauté peut-être désirée alors même
qu’elle est déjà présente, mais nous ne pouvons nous approprier la beauté, elle est toujours
extérieure. La beauté est à la fois tangible et intelligible, elle résulte d’un accord de nos
facultés avec l’univers (S. Weil, « Formes… », op. cit., p.153) : c’est pourquoi seul l’univers
entier est beau à proprement parler, mais l’univers entier n’est pour nous qu’une idée. La
beauté n’est pas une substance, elle n’est pas non plus une œuvre. L’œuvre ne peut être que le
support de la beauté, support d’une idée que l’on contemple. Toute autre présence de l’esprit
(de la liberté) dans l’univers est une illusion, toute autre finalité que la beauté dans l’univers
lui est en fait subordonnée :
« L’illusion de la perspective [situe l’homme] au centre de l’espace ; une
illusion pareille fausse en lui le sens du temps ; et encore une autre illusion
pareille dispose autour de lui toute la hiérarchie des valeurs. Cette illusion s’étend
même au sentiment de l’existence, à cause de la liaison intime, en nous, du
1
« Il y a dans le premier fond de la volonté humaine, une ébauche d’être, qui ne peut plus cesser d’être,
mais qui, privé de son achèvement, vaut moins que s’il n’était pas. Et pour que cette ébauche s’achève, il faut
qu’elle reçoive la perfection d’une main plus qu’humaine. … Vouloir tout ce que nous voulons, dans l’entière
sincérité du cœur, c’est placer l’être et l’action de Dieu en nous » Maurice Blondel, L’action, op. cit., p.491.
73
sentiment de la valeur et du sentiment de l’être ; l’être nous paraît moins dense à
mesure qu’il est plus loin de nous. …
Nous sommes dans l’irréalité, dans le rêve. Renoncer à notre situation
centrale imaginaire, y renoncer non seulement par l’intelligence, mais aussi dans
la partie imaginative de l’âme, c’est s’éveiller au réel, à l’éternel, voir la vraie
lumière, entendre le vrai silence. …
Se vider de sa fausse divinité, se nier soi-même, renoncer à être en
imagination le centre du monde, discerner tous les points du monde comme étant
des centres au même titre et le véritable centre comme étant hors du monde, c’est
consentir au règne de la nécessité mécanique dans la matière et du libre choix au
centre de chaque âme. Ce consentement est amour. La face de cet amour tournée
vers les personnes pensantes est charité du prochain ; la face tournée vers la
matière est amour de l’ordre du monde, ou, ce qui est la même chose, amour de la
beauté du monde » (ibid., pp.147-149).
Si nous postulons, comme le veut Kant, le « libre choix au centre de chaque âme »,
c’est-à-dire le libre-arbitre, alors nous devons postuler des finalités multiples, puisque chaque
individu est une finalité, en tant que personne pensante, en tant que personne universelle.
Mais nous savons que la réalité du monde que nous percevons est construite par nous ; ce que
serait le monde si nous ne le contemplions pas, nous l’ignorons – l’univers est suspendu au
sujet, à ce « je pense » qui accompagne toutes mes représentations. Nous imaginons que le
monde serait identique à ce qu’il est lorsque nous le contemplons, mais nous n’en savons rien.
Si nous croyons à notre propre existence – celle du sujet –, et nous y croyons, nous devons
alors respecter l’image que chacun se fait du monde ainsi que les valeurs des autres. Pourtant,
un tel relativisme nuit à l’idée d’universalité. C’est pourquoi au scepticisme de Hume, qu’il
accepte, à la réfutation de la preuve ontologique qu’il expose, Kant joint les postulats de la
raison pratique et les Idées (ou illusions) de la raison pure. Ces Idées (l’âme pur sujet, Dieu
pur liberté, l’univers ensemble des causalités), sont des nécessités pour la conscience, ils sont
également l’envers du déterminisme, posé par la conscience.
Simone Weil qui a exalté la raison lorsqu’elle décrivait l’action méthodique, la qualifie
désormais de « fausse divinité ». C’est que le sujet est toujours médiateur de la raison, et le
sujet « fausse la perspective ». Il est ce voile d’irréalité qui nous cache le monde, le monde tel
qu’il serait sans nous (et donc aussi sans nous qui posons le déterminisme, lequel est par
conséquent une fiction : il n’est que notre représentation, la représentation rationnelle, de
l’univers). Ainsi seule une expérience vécue de la mort de l’âme (du sujet, de la liberté) peut
nous donner accès, non seulement à ce monde tel qu’il serait sans nous, mais également aux
autres – chacun centre de monde, et non pas chacun disposé autour de nous (et donc moins
que nous).
74
Les intellectuels disposent d’un moyen pour « se nier eux-mêmes » ou s’effacer. Ce
moyen, c’est l’attention. Or, l'attention n’est véritable, c’est-à-dire sans finalité, que dans la
prière :
« L’attention est un effort, le plus grand des efforts peut-être, mais c’est un
effort négatif. Par lui-même il ne comporte pas la fatigue. …
Il y a quelque chose dans notre âme qui répugne à la véritable attention
beaucoup plus violemment que la chair ne répugne à la fatigue. Ce quelque chose
est beaucoup plus proche du mal que la chair. C’est pourquoi toutes les fois qu’on
fait vraiment attention, on détruit du mal en soi. …
L’attention consiste à suspendre sa pensée, à la laisser disponible, vide et
pénétrable à l’objet, à maintenir en soi-même à proximité de la pensée, mais à un
niveau inférieur et sans contact avec elle, les diverses connaissances acquises
qu’on est forcé d’utiliser. …
Tous les contresens dans les versions, toutes les absurdités dans la solution
des problèmes de géométrie, toutes les gaucheries du style et toutes les
défectuosités de l’enchaînement des idées dans les devoirs de français, tout cela
vient de ce que la pensée s’est précipitée hâtivement sur quelque chose, et étant
ainsi prématurément remplie n’a plus été disponible pour la vérité. La cause en est
qu’on a voulu être actif ; on a voulu chercher. »1
L’attention nous ouvre à rien de moins qu’à la réalité non médiatisée par le sujet. Non
pas à la vérité que nous pouvons atteindre ou supporter, mais à la vérité tout court. Il n’y a pas
de pensée de l’être chez Simone Weil car l’être s’atteint par la non-pensée (elle utilise
l’expression « non lecture »), dans une mort vivante (ou nuit obscure) consentie2.
L’attention est donc pure attente, pure ouverture à l’univers ou à autrui :
« Ce n’est pas seulement l’amour de Dieu qui a pour substance l’attention.
L’amour du prochain, dont nous savons que c’est le même amour, est fait de la
même substance. … La capacité de faire attention à un malheureux est chose très
rare, très difficile ; c’est presque un miracle ; c’est un miracle. … La chaleur,
l’élan du cœur, la pitié n’y suffisent pas. …
La plénitude de l’amour du prochain, c’est simplement d’être capable de
lui demander : « Quel est ton tourment ? » … Pour cela il est suffisant, mais
indispensable, de savoir poser sur lui un certain regard.
Ce regard est d’abord un regard attentif, où l’âme se vide de tout contenu
propre pour recevoir en elle-même l’être qu’elle regarde tel qu’il est, dans toute sa
1
Simone Weil, « Réflexion sur le bon usage des études scolaires en vue de l’Amour de Dieu » (1942),
pp.92-95, in Attente de Dieu, op. cit., pp.85-97.
2
Cf. Elodie Wahl, « La nuit obscure selon Simone Weil », Revue des sciences sociales, n°32, 2004,
pp.82-91.
75
vérité. Seul en est capable celui qui est capable d’attention » (S. Weil,
« L’Amour… », op. cit., pp.96-97).
Il manque aux travailleurs manuels cette faculté d’attention, et c’est pourquoi :
« Les paysans, les ouvriers possèdent cette proximité de Dieu, d’une
saveur incomparable, qui gît au fond de la pauvreté, de l’absence de considération
sociale, et des souffrances longues et lentes. Mais si l’on considère les
occupations en elles-mêmes, les études sont plus proches de Dieu, à cause de cette
attention qui en est l’âme » (ibid., p.96).
Ainsi les travailleurs manuels ont besoin d’apprendre à faire attention. On le
verra, Simone Weil retrouve une idée de Blondel qui écrivait :
« C’est donc une absurdité de prétendre isoler l’éducation du corps de celle
de la volonté ou de l’esprit. Autant la pensée qui demeure à l’écart de la pratique
militante de la vie demeure vide et chimérique, autant le sport qui n’est que sport
détruit l’équilibre naturel et l’intégrité du développement humain. De même que
la gymnastique ferait des monstres en n’exerçant qu’un membre, de même la
culture la plus scientifique de l’esprit et du corps n’aboutirait qu’à une
banqueroute pour l’un et l’autre, en s’occupant séparément de l’un et de l’autre »
(M. Blondel, op. cit., p.185).
Ne faire plus qu’un avec l’univers par le moyen de la décréation de l’âme, telle est la
seule voie d’accès à l’être. Cesser de désirer, car on désire toujours autre chose que ce qui est
(ou autre chose que ce qu’on est), mais obéir et accepter d’obéir à la nécessité, telle est la
vocation humaine, réconciliation de l’esprit et de l’univers, de la liberté et de la nécessité. Or
l’homme vit dans le temps, et c’est pourquoi le désir est sans cesse reconduit. Décréer l’âme
c’est aussi abolir le temps, accéder à l’éternité. Quand nous contemplons une chose belle (un
paysage, une œuvre d’art), le temps est comme suspendu : « le beau est ce qu’on peut
contempler. Une statue, un tableau qu’on peut regarder pendant des heures »1. Nous ne
désirons plus rien d’autre que ce qui est. Grâce à l’intelligence, nous pouvons concevoir que
chaque élément du monde participe à sa beauté, mais cette seule pensée n’est pas suffisante
pour abolir le temps. Dès lors, il nous faut désirer le temps également, et désirer tout ce que
nous désirons. Mais n’est-ce pas revenir à l’irréalité de départ, à la recherche de fausses
finalités ? On s’en doute, le mouvement sera dialectique. L’accès à l’être au moyen de la mort
consentie – attention ou travail – transforme notre point de vue sur les phénomènes.
« Le seul choix offert à l’homme… c’est de désirer l’obéissance ou de ne
pas la désirer. S’il ne la désire pas, il obéit néanmoins, perpétuellement, en tant
que chose soumise à la nécessité mécanique. S’il la désire, il reste soumis à la
1
Simone Weil, Œuvres complètes T.VI, vol.2, Paris, Gallimard, 1997, p.65.
76
nécessité mécanique, mais une nécessité nouvelle s’y surajoute, une nécessité
constituée par les lois propres aux choses surnaturelles. Certaines actions lui
deviennent impossibles, d’autres s’accomplissent à travers lui parfois presque
malgré lui » (S. Weil, « L’amour… », op. cit., p.113).
Nous voilà ainsi arrivés à l’action surnaturelle – action impersonnelle, puisque le sujet
fictionnel est détruit, action « non agissante », puisque l’obéissance et non la volonté est à son
principe. Cette mort fugitive de l’âme, cette décréation, ou cette « nuit obscure », est analogue
à la contemplation platonicienne du monde intelligible hors de la caverne. Retourné dans la
caverne, le philosophe a à mener une tâche à bien. Et Simone Weil est la prisonnière
échappée, « bien malgré elle, sous la pression d’une dure nécessité »1, hors de la caverne. Car
l’expérience de l’usine mortifia son âme et son corps, lui fit vivre le plus dur malheur qui
soit :
« Ce que j’ai subi là m’a marquée d’une manière si durable qu’aujourd’hui
encore, lorsqu’un être humain, quel qu’il soit, dans n’importe quelles
circonstances, me parle sans brutalité, je ne peux pas m’empêcher d’avoir
l’impression qu’il doit y avoir erreur et que l’erreur va sans doute
malheureusement se dissiper. J’ai reçu là pour toujours la marque de l’esclavage,
comme la marque au fer rouge que les Romains mettaient au front de leurs
esclaves les plus méprisés. Depuis je me suis toujours regardée comme une
esclave. »2
S’ensuivit, puisqu’elle n’était plus capable de rien vouloir, l’esprit inactif ne cherchant
plus rien, un moment de lumière où le Christ est descendu et l’a prise (S. Weil,
« Autobiographie… », op. cit., p.45), ou en d’autres termes, un moment où elle se rendit
compte qu’au fond du malheur, elle aimait encore l’univers et l’existence. De ce moment de
lumière, elle retire la claire conception de sa mission : il n’est pas tolérable que les travailleurs
agissent pour agir, agissent uniquement par nécessité, sans pouvoir désirer rien d’autre que la
simple existence, que,
« [l’] unité de temps soit alors la journée. [Que dans] cet espace on tourne
en rond. [Q’on] y oscille entre le travail et le repos comme une balle qui serait
renvoyée d’un mur à l’autre. [Qu’on] travaille simplement parce qu’on a besoin de
manger. Mais [qu’on] mange pour pouvoir continuer à travailler. Et de nouveau
on travaille pour manger.
Tout est intermédiaire dans cette existence, tout est moyen, la finalité ne
s’y accroche nulle part. La chose fabriquée est un moyen ; elle sera vendue. Qui
peut mettre en elle son bien ? La matière, l’outil, le corps du travailleur, son âme
1
2
selon le vers d’Homère que Simone Weil avait recopié en épigraphe de son journal d’usine.
Simone Weil, « Autobiographie spirituelle » (1942), p.42, in Attente de Dieu, op. cit., pp.35-62.
77
elle-même, sont des moyens pour la fabrication. La nécessité est partout, le bien
nulle part » (S. Weil, « Condition… », op. cit., p. 357).
Et s’il est vrai que l’homme est morceau de matière, obéissant à la nécessité, il est
aussi « tout autre chose » :
« l’homme est bien cet être qui, s’il voit un objet sur le plancher et désire
le voir sur une table, est contraint de le soulever ; … il est aussi en même temps,
tout autre chose. Le monde est bien ce monde qui met une distance pénible à
franchir entre tout désir et tout accomplissement, mais il est aussi, en même
temps, tout autre chose. Nous sommes sûrs qu’il est tout autre chose, sans quoi
nous n’existerions pas. … Nous sommes régis par une double loi, une indifférence
évidente et une mystérieuse complicité de la matière qui constitue le monde à
l’égard du bien ; le rappel de cette double loi est ce qui nous atteint au cœur dans
le spectacle du beau. »1
Le taylorisme a supprimé un des termes de la condition humaine, voilà ce qui est
intolérable2. Les travailleurs sont livrés à une nécessité à laquelle il est impossible de
consentir. Le travail est une mort, mais non la mort nécessaire et volontaire du travail donnant
accès à l’être, il est une souffrance mortifiant à la fois la capacité de désirer ce qui est, et celle
de se révolter. Et lorsque les travailleurs n’arrivent plus à rendre vivant le désir de révolte qui
traduit l’humanité en eux, comme respecteraient-ils l’humanité en autrui ? Voilà tout l’enjeu
d’une réflexion sur la possibilité d’un travail non servile.
VI. Conditions d'un travail non servile
S’il est vrai qu’il y a un élément irréductible de servitude dans le travail d’exécution, il
n’en reste pas moins que cette servitude est redoublée par la rationalisation du travail en
vigueur dans la grande industrie :
« Une certaine subordination et une certaine uniformité sont des
souffrances inscrites dans l’essence même du travail et inséparables de la vocation
surnaturelle qui y correspond. Elles ne dégradent pas. Tout ce qui s’y ajoute est
injuste et dégrade » (S. Weil, « Condition… », op. cit., p.369).
C’est pourquoi il est grand temps de poser « le problème du régime le plus désirable
dans les entreprises industrielles ». Car l’usine, « devrait être un lieu de joie, un lieu où, même
1
Simone Weil, « La science et nous » (1941), p.133, in Sur la science, op. cit., p.121-176.
« [l’attentat contre l’attention des travailleurs] tue dans l’âme la faculté qui y constitue la racine même
de toute vocation surnaturelle. La basse espèce d’attention exigée par le travail taylorisé n’est compatible avec
aucune autre, parce qu’elle vide l’âme de tout de ce qui n’est pas le souci de la vitesse. Ce genre de travail ne
peut pas être transfiguré, il faut le supprimer » (S. Weil, « Condition… », op. cit., p.371).
2
78
s’il est inévitable que le corps et l’âme souffrent, l’âme puisse aussi pourtant goûter les joies
se nourrir de joies »1. Pour cela trois éléments doivent être transformés : la propriété, la
méthode, le rapport au temps2.
Concernant la propriété, Simone Weil n’envisage pas, nous l’avons vu, l’abolition de
la propriété privée juridique des moyens de production. C’est l’exemple des conditions de
travail en URSS qui inspire sa prudence. Il n’empêche. Un élément essentiel du malheur de la
condition ouvrière tient au fait « qu’on n’est pas chez soi à l’usine, qu’on n’y a pas droit de
cité, qu’on y est un étranger, admis comme simple intermédiaire entre les machines et les
pièces usinées » (ibid., p.331). Or,
« [rien] n’est si puissant chez l’homme que le besoin de s’approprier, non
pas juridiquement, mais par la pensée, les lieux et les objets parmi lesquels il
passe sa vie et dépense la vie qu’il a en lui ; une cuisinière dit « ma cuisine », un
jardinier dit « ma pelouse », et c’est bien ainsi » (ibid., p.340).
Ce sentiment d’étrangeté engendre en outre des conséquences politiques propres à
mettre en péril la démocratie. Car les travailleurs produisent en vue des besoins sociaux, ou
pour les autres. À ces autres, ils ne peuvent se sentir liés s’ils ne peuvent envisager la
destination de leur travail. Le sentiment d’étrangeté ressenti au travail, le sentiment d’être
chez les autres, passagèrement admis, a pour corollaire le sentiment de produire pour les
autres : non pas les autres ouvriers, mais pour les employeurs. Il en ressort que « [les] ouvriers
ne se sentiront vraiment chez eux dans leur pays, membres responsables du pays, que
lorsqu’ils se sentiront chez eux dans l’usine pendant qu’il y travaillent » (ibid., p.341).
Des transformations dans l’organisation de la production sont nécessaires pour créer le
sentiment d’appropriation du travail. Mais en elles-mêmes, ces transformations sont
insuffisantes. Puisqu’il ne s’agit pas de remettre en cause la propriété privée des moyens de
production, il faut du moins assurer une protection sociale aux travailleurs :
« il ne devrait y avoir aucune occasion pour [les ouvriers] de craindre
tomber à moins ou d’espérer parvenir à plus. La sécurité devrait être plus grande
dans cette condition sociale que dans toute autre. Il ne faut donc pas que les
hasards de l’offre et de la demande en soient maîtres » (S. Weil, « Condition… »,
op. cit., p.371).
1
Simone Weil, « Expérience de la vie d’usine » (1941-1942), p.344, in La condition…, op. cit.,
pp.327-353.
2
« Il faut changer la nature des stimulants du travail, diminuer ou abolir les causes du dégoût,
transformer le rapport de chaque ouvrier avec le fonctionnement de l’ensemble de l’usine, le rapport de l’ouvrier
avec la machine, et la manière dont le temps s’écoule dans le travail. » (ibid., p.345)
79
La dernière phrase pose certains problèmes puisque comme Proudhon, il semble que
Simone Weil veuille la concurrence, sans les conséquences fâcheuses qui en découlent. Mais
nous examinerons ce problème plus loin.
Si les ouvriers ne doivent ni « craindre tomber à moins», ni espérer obtenir plus, c’est
que la condition ouvrière doit devenir désirable. Pour cela il faut transformer les stimulants du
travail ; l’esprit, autrement dit doit trouver son compte de satisfactions au cours du travail.
« Il n’est pas bon, ni que le chômage soit comme un cauchemar sans issue,
ni que le travail soit récompensé par un flot de faux luxe à bon marché qui excite
les désirs sans satisfaire les besoins. … D’autres stimulants doivent être au
premier plan.
Un des plus puissants, dans tout travail, est le sentiment qu’il y a quelque
chose à faire et qu’un effort doit être accompli » (S. Weil, « Expérience… », op.
cit., p.345).
Pour que les travailleurs sentent « qu’il y a quelque chose à faire », il faut qu’ils
puissent se représenter la finalité du travail. L’ouvrier doit donc savoir « clairement, chaque
jour, chaque instant, quelle part ce qu’il est en train de faire a dans la fabrication de l’usine, et
quelle place l’usine où il se trouve tient dans la vie sociale » (ibid., p.346). Il faut ensuite que
l’intelligence intervienne dans l’exécution de l’action :
« Un manœuvre spécialisé n’a en partage que la répétition automatique des
mouvements, pendant que la machine qu’il sert enferme, imprimée et cristallisée
dans le métal, toute la part de combinaison et d’intelligence que comporte la
fabrication en cours. Un tel renversement est contre nature ; c’est un crime. Mais
si un homme a pour tâche de régler une machine automatique et de fabriquer les
cames correspondant chaque fois aux pièces à usiner, il assume d’une part une
partie de l’effort de réflexion et de combinaison, d’autre part un effort manuel
comportant, comme celui des artisans, une véritable habileté » (ibid., p.348).
Il semble que Simone Weil ne fasse plus allusion à la dimension décréatrice du
travail : l’action doit être finalisée, l’intelligence toujours active. Pourtant, elle ajoute que
même dans des conditions idéales, le malheur restera attaché à la condition des travailleurs :
« aucune révolution n’abolira ce malheur », et c’est pourquoi, « [en] tant que révolte contre
l’injustice sociale l’idée révolutionnaire est bonne et saine. En tant que révolte contre le
malheur essentiel à la condition même des travailleurs, elle est un mensonge » (S. Weil,
« Condition… », op. cit., p.358). Il faut alors comprendre que rendre désirable la condition
ouvrière revient à rendre désirable le malheur ! C’est ce qu’il nous faut voir.
Le malheur n’est en fait pas attaché seulement à la condition des travailleurs, il est
attaché à la condition humaine, il est attaché à la finitude. Il tient au fait que l’homme doit
80
peiner – travailler – pour produire ses conditions d’existence, et ce jusqu’à la mort.
L’existence pour l’homme est labeur ou n’est pas – jusqu’à ce que les navettes se mettent à
tisser d’elles-mêmes, comme le suggère Aristote. Alors si nous voulons les joies de
l’existence, il nous faut bien en accepter les peines :
« Ce monde où nous sommes tombés existe réellement ; nous sommes
réellement chair ; nous avons été jetés hors de l’éternité ; et nous devons
réellement traverser le temps, avec peine, minute après minute. Cette peine est
notre partage, et la monotonie du travail en est seulement une forme » (S. Weil,
« Expérience… », op. cit., p.349).
De l’action conçue à l’action réalisée, du temps s’écoule. Il en va de même du début
de la journée de travail à la fin. Seulement, au cours de la journée de travail dans l’usine
taylorisée, aucune action n’est réalisée, et il n’y a « rien qui marque jamais que quelque chose
est fini et qu’autre chose commence » (ibid., p.338). Le temps est alors sinon rempli de
souffrances, au moins vide. Et si d’une part « le dégoût envahit l’âme, au cours d’une longue
période de travail monotone » (ibid., p.331), d’autre part tout changement d’activité produit
une contrariété : « [le] travail nouveau est imposé tout d’un coup, sans préparation, sous la
forme d’un ordre auquel il faut obéir immédiatement et sans réplique » (ibid., p.332). La
conscience qu’a l’ouvrier « que son temps est sans cesse à la disposition d’autrui » (ibid.)
commence dès l’arrivée à l’usine : « [le] premier détail qui, dans la journée, rend la servitude
sensible, c’est la pendule de pointage » (ibid., p.330).
La journée de travail n’est pas seulement monotone, elle est aussi angoissante, et
« [rien] n’est pire que le mélange de la monotonie et du hasard » (ibid., p.334). Car l’angoisse
est causée par la présence inévitable du hasard qui n’est pourtant jamais officiellement
reconnu : « [la] possibilité continuelle [d’]incidents, machine arrêtée, caisse introuvable, et
ainsi de suite » n’est pas admise et est attribuée à une défaillance du travailleur (ibid.).
Le hasard « est angoissant dans l’usine, du fait qu’il n’est pas reconnu … La pensée
doit constamment être prête à la fois à suivre le cours monotone des gestes indéfiniment
répétés et à trouver en elle-même des ressources pour remédier à l’imprévu. Obligation
contradictoire, impossible, épuisante » (ibid., pp.334-335).
Ce « cours monotone des gestes indéfiniment répétés », ce n’est pas le rythme, c’est la
cadence :
« Toutes les suites de mouvements qui participent au beau et
s’accomplissent sans dégrader enferment des instants d’arrêt, brefs comme
81
l’éclair, qui constituent le secret du rythme et donnent au spectateur, à travers
même l’extrême rapidité, l’impression de la lenteur » (ibid., p.337).
Lorsque le rythme est absent de l’acte, il ne reste à la pensée qu’à s’enfuir du temps, à
se mortifier : « la pensée se rétracte sur un point du temps pour éviter la souffrance, et la
conscience s’éteint autant que les nécessités du travail le permettent » (ibid., p.339). Il ne
s’agit pas là de souffrances liées à la nécessité du travail, « celles-là, on peut être fier de les
supporter », la cadence implacable et la non reconnaissance des aléas inévitables, infligent des
souffrances inutiles (ibid., p.330).
Simone Weil est convaincue qu’il « serait possible [pour l’ouvrier] d’embrasser par la
pensée l’avenir prochain, de le dessiner d’avance, de le posséder » (ibid., p.332). Cela est
même nécessaire pour que le travail soit supportable, pour qu’il apparaisse autrement que
comme une malédiction. Il suffirait de faire en sorte que l’ouvrier sache « à peu près ce qu’il
aura à faire les huit ou quinze jours qui suivront, et même avoir un certain choix quant à
l’ordre de succession des différentes tâches » (ibid., pp.350-351) ; car « notre pensée est faite
pour dominer le temps » (ibid., p.349), et le temps, contrairement à l’image que la science
classique en a donné, n’est pas continu et linéaire. Il nous est rendu sensible par le retour des
saisons ou des astres. Le temps est rythme, succession « uniforme et en même temps variée »
(ibid.).
Il y a une analogie, et même mieux, un rapport direct, entre la cadence du travail et la
représentation scientifique du monde :
« Les savants qui se sont succédés depuis la Renaissance jusqu’à la fin du
XIXe siècle … poursuivaient une représentation de l’univers. Le modèle de cette
représentation, c’est le travail, ou plus exactement la forme élémentaire, grossière
du travail, celle où l’habitude, le savoir-faire, le tour de main, l’inspiration
n’interviennent pas, le travail de manœuvre, la manutention. … L’action des
nécessités géométriques et mécaniques auxquelles une telle action est toujours
soumise constitue la malédiction originelle, celle qui a châtié Adam, celle qui fait
la différence entre l’univers et un paradis terrestre, la malédiction du travail » (S.
Weil, « La science… », op. cit., p.125).
La science classique autrement dit, « a pensé l’univers sur le modèle du rapport entre
une action humaine quelconque et les nécessités qui lui font obstacle en lui imposant des
conditions » (ibid.). Simone Weil admet que la science classique est « purificatrice », elle
éloigne la superstition, le sentiment d’impuissance, ou les passions délirantes, elle montre à sa
manière que le soleil luit sur les bons comme sur les méchants. Néanmoins elle ne rend
compte ni de l’action, ni de l’univers éprouvé : « je ne puis réussir tout à fait à concevoir un
82
travail sans travailleur, un obstacle qui ne s’oppose à aucune action, des conditions qui ne sont
les conditions d’aucun projet » (ibid., p.126).
La science classique ne rend pas compte de la condition humaine, elle ne rend pas
compte d’elle-même, et même, elle a perdu quelque chose, le mystère qui se trouvait présent
dans la science grecque, et qui est au principe de la perception : « la parenté entre le
mouvement et la vue, fondement de la perception, est un mystère » (ibid., p.164). Alain
écrivait que « ce n’est point le fait du mouvement que nous saisissons dans la perception, mais
réellement son idée immobile, et le mouvement est par cette idée » (Alain, op. cit., p.37).
C’est l’esprit qui introduit la continuité ou la causalité dans l’univers ; l’univers qui nous
entoure est une suite de sensations discontinues que nous relions à l’aide de l’imagination,
donc l’univers qui nous entoure est l’univers construit par l’entendement.
Le fait que le mouvement soit toujours pour ainsi dire imaginé sur le modèle de la
droite ou du cercle constitue bien un mystère, c’est le mystère de ce que Kant appelle le
schématisme, « art caché dans les profondeurs de l’âme humaine », et c’est pourquoi dans un
de ses Cahiers Simone Weil écrit que « Kant mène à la grâce »1. Car c’est en suivant les lois
de la raison, de la géométrie, et en négligeant la réalité perçue par les sens, que notre action
est efficace – et cette efficacité nous est bien sensible :
« Que nous puissions fabriquer [des outils], … les manier en pensant à leur
place des sphères, des cercles, des plans, des points, des droites, des angles, et les
manier ainsi efficacement, c’est une grâce … et, chose étrange, l’objet étudié par
la science n’est autre que cette grâce.
… Le mystère de cette grâce est inséparable du mystère de l’imagination
humaine, du mystère qui unit chez l’homme les pensées et les mouvements,
inséparable de la considération du corps humain » (S. Weil, « La science… », op.
cit., p.173-174).
Or c’est la science grecque qui étudiait le rapport entre l’ordre du monde (la nature) et
les conditions de l’ordre (l’esprit) ; la science classique, elle, étudie le rapport « entre le désir
et les conditions de l’accomplissement » (ibid., p.143).
La science grecque est contemplative, elle n’a pas pour fin de rendre l’homme
« comme maître et possesseur de la nature ». C’est en contemplant les changement de la
nature, du ciel et de la Terre, et en les mettant en rapport avec les figures géométriques
intelligibles, immuables et éternelles, que l’homme peut « habiter l’éternité, embrasser le
temps, posséder tout l’univers » (ibid., p.140). Si le canon de la science grecque est le
1
Simone Weil, Œuvres Complètes T.VI, vol.2, Gallimard, Paris, 1997, p.293.
83
mouvement circulaire, c’est que « [le] cercle est l’image du mouvement infini et fini,
changeant et invariable … Le mouvement circulaire a une loi sans se diriger nulle part» (ibid.,
p.145). Le temps, dit Platon, est l’image mobile de l’éternité, et ainsi le monde sensible est
l’image de la perfection intelligible, la science est recherche de cette perfection :
« La nécessité aveugle, qui nous tient par la contrainte et qui nous apparaît
dans la géométrie est pour nous une chose à vaincre ; pour les Grecs, c’était une
chose à aimer, car c’est Dieu même qui est le perpétuel géomètre. … La science
grecque…, considère les mêmes conditions que la science classique, mais elle a
égard à une aspiration tout autre, l’aspiration à contempler dans les apparences
sensibles une image du bien » (ibid., pp.145-146).
Le canon de la science classique est par contre le mouvement droit : mouvement qui
rend compte du projet de la volonté d’agir sur la nature, de dépasser l’état et l’instant présent :
« La science classique prend comme modèle de la représentation du
monde le rapport entre un désir quelconque et les conditions auxquelles il peut
être accompli, en supprimant le premier terme du rapport ; cette suppression ne
peut, d’ailleurs, être complète. C’est pourquoi elle se fonde sur le mouvement
droit, forme même du projet … et sur la distance, condition nécessairement
enfermée dans tout désir d’un être soumis au temps. Dans un tel tableau du
monde, le bien est tout à fait absent, absent au point qu’on n’y trouve même pas
marquée l’empreinte de cette absence ; car même le terme du rapport qu’on
s’efforce de supprimer, le terme qui concerne l’homme, est tout à fait étranger au
bien. » (ibid., p.139)
L’opposition entre la science grecque et la science classique est celle de la
contemplation et de l’action. Et ce qui importe pour les modernes, ce n’est pas l’action en
elle-même, c’est-à-dire le perfectionnement du sujet de l’action, mais le résultat de l’action.
La science classique ne lit1 à travers les apparences sensibles qu’une nécessité
indifférente à l’homme. La science grecque donnait à lire le bien et la nécessité, comme nous
percevons le retour éternel des saisons et leur changement perpétuel2. On comprend ainsi que
la cadence ait remplacé le rythme. Le projet moderne ne supporte aucun arrêt, et pourtant :
1
« Les formes différentes qu’a prises selon les pays et les époques la connaissance du monde ont
chacune pour objet, pour modèle et pour principe le rapport entre une aspiration de la pensée humaine et les
conditions effectives de sa réalisation, rapport qu’on essaie de lire à travers les apparences dans le spectacle du
monde et d’après lequel on construit une image de l’univers. » (ibid., p.146)
2
« il y a dans le mouvement du cercle, selon Aristote, une ambiguïté qui permet un retournement
analogue [au procédé de l’art sophistique : le retournement contre l’adversaire de son propre argument ; plus la
force de l’argument était grande, plus il lui devient défavorable, utilisé contre lui]. Les points situés aux deux
extrémités de son diamètre se meuvent du même mouvement dans des directions opposées, de sorte que si un
cercle transmet sa rotation à un second qui le touche en un point, ce deuxième cercle se mouvra mais en sens
contraire. … [Aristote démontre] que le cercle constitue bien le principe grâce auquel, dans les machines, le petit
et le faible peuvent dominer le grand et le fort. » Jean-Pierre Vernant, « Remarques sur les formes et les limites
de la pensée technique chez les Grecs », p.47, in Jean-Pierre Vernant, Pierre Vidal-Naquet, Travail et esclavage
en Grèce ancienne (1985), Complexe, Paris, 1988, pp.37-57.
84
« Il est naturel à l’homme et il lui convient de s’arrêter quand il a fait
quelque chose, fût-ce l’espace d’un éclair, pour en prendre conscience… ; cet
éclair de pensée, d’immobilité et d’équilibre, c’est ce qu’il faut apprendre à
supprimer entièrement dans l’usine, quand on y travaille » (S. Weil,
« Expérience… », op. cit., p.338).
Le travail intellectuel est activité de l’esprit, le travail manuel est activité du corps
soumis à l’esprit, mais « [le] point d’unité du travail intellectuel et du travail manuel, c’est la
contemplation, qui n’est pas un travail » (S. Weil, « Condition… », op. cit., p.368-369). Il n’y
a pas de contemplation sans attention, et le travail manuel, s’il rend possible l’exercice de
l’attention mène aussi à la contemplation. Bien sûr, « [dans] aucune société celui qui manie
une machine ne peut exercer la même espèce d’attention que celui qui résout un problème »
(ibid., p.369), ainsi il nous faut considérer trois espèces d’attention.
De la première espèce d’attention, celle qui est nécessaire pour « résoudre un
problème », nous avons déjà parlé. Elle consiste à laisser l’esprit libre, vide, en attente. Elle
atteint sa plénitude en se convertissant en une qualité d’attention supérieure, celle de la prière.
Dans la prière, il ne s’agit plus de lire dans les données du problème la solution, il s’agit de
« ne plus lire ». Alors ce n’est plus la solution du problème qui descend dans l’âme, c’est la
vérité, le réel, un contact avec l’être. C’est à cette attention-là que le travail manuel peut
mener lui aussi, mais différemment.
Que l’esprit se fasse matière, que le corps porte comme une épine la réalité de
l’univers après une journée de travail, était le propre du travail « décréateur ». Or, le travail
peut être décréateur d’une mauvaise manière (comme l’est le travail du manœuvre), ou d’une
bonne manière si la monotonie est supportée par une « lumière d’éternité » ; cette lumière
d’éternité, c’est la beauté (ibid., p.360). Mais contempler la beauté de l’univers pendant le
travail n’est pas chose aisée, il manque aux travailleurs « des intermédiaires » (ibid., p.361).
En fait le travail pourrait être analogue à une prière. Les gens vont dans les églises
pour prier, et ils fixent leur attention sur l’architecture, les images dont elle est emplie, la
liturgie, les gestes rituels (ibid., p.362). Tels sont les intermédiaires entre la finitude et
l’éternité, la nécessité et la liberté, la préoccupation et l’attente, l’homme et Dieu. « Les seuls
objets sensibles où [les travailleurs] puissent porter leur attention, c’est la matière, les
instruments, les gestes de leur travail » (ibid.), c’est donc là que doit se réfléchir la beauté.
Pour cela il faut une culture, il faut que les objets du travail soient symboliques. Il faut rendre
possible l’attention dans le travail d’exécution.
85
Dans son essai sur la science, Simone Weil écrit que toute les civilisations hormis
celle de l’Europe moderne ont toujours consisté en l’élaboration d’images, et
« [les] résultats des efforts accomplis pour penser l’univers, le corps
humain, la condition humaine dans leur rapport avec le bien ne peuvent peut-être
pas s’exprimer dans un autre langage que celui des mythes, de la poésie, des
images ; images faites non seulement de mots, mais aussi d’objets et d’actions »
(S. Weil, « La science… », op. cit., pp.134-135).
Sur ce point les historiens sont d’accord avec Simone Weil1, et lui ont parfois rendu
hommage. Parce que la nature, la science, le travail ne sont plus symboliques, l’attention des
travailleurs n’a plus rien sur quoi se fixer. Mais on pourrait imaginer que « celui qui est en
train de semer peut, s’il le veut porter son attention sur [la vérité concernant le grain que la
mort seule rend fécond] sans l’aide d’aucun mot, à travers son propre geste et le spectacle du
grain qui s’enfuit » (S. Weil, « Condition… », op. cit., p.363). De même « [les] lois de la
mécanique… contiennent des vérités surnaturelles » (ibid., p.365) :
« Dans les créatures il n’y a que des mouvements dirigés vers le dehors,
mais qui par la limite sont contraints d’osciller ; cette oscillation est un reflet
dégradé de l’orientation vers soi-même qui est exclusivement divine. Cette liaison
a pour image dans nos machines la liaison du mouvement circulaire et du
mouvement alternatif » (ibid.).
Enfin, on peut trouver des symboles pour les caissiers dans l’institution de la monnaie,
pour les comptables dans les opérations élémentaires de l’arithmétique :
« Les nombres pour lesquels il n’existe aucune médiation qui les relie
naturellement à l’unité sont des images de notre misère ; et le cercle qui vient du
dehors, d’une manière transcendante par rapport au domaine des nombres,
apporter une médiation est l’image de l’unique remède à cette misère. Ces vérités
et beaucoup d’autres sont écrites dans le simple spectacle d’une poulie qui
détermine un mouvement oscillant ; celles-là peuvent être lues au moyen de
connaissances géométriques très élémentaires ; le rythme même du travail qui
correspond à l’oscillation, les rend sensibles au corps ; une vie humaine est un
délai bien court pour les contempler » (ibid.).
1
par exemple : « Dans nos temps modernes, le sens des symboles s’est effacé, mais les symboles n’ont
pas été pour autant transcendés. C’est pourquoi le langage est privé de contenu, les mots vidés de leur substance
originelle. Frithjof Schuon a montré comment l’homme moderne collectionne les clefs sans savoir ouvrir les
portes. Il use de concepts, mais il en ignore la valeur. Il classe les idées, les balance, tel un joueur de ping-pong
jette les balles. Et de même que la balle reste à la surface de la raquette, l’idée demeure à la surface de l’âme.
A l’époque romane, la signification transhistorique du symbole plonge l’homme dans une réalité à la
fois temporelle et intemporelle. Celle-ci lui permet de communiquer avec la connaissance universelle qui le
projette au-delà des frontières personnelles, nationales et religieuses. L’homme du XIIe siècle est plus près de la
nature que l’homme du XXe. C’est pourquoi il se connaît mieux et, dans le miroir de la nature, il peut lire son
propre secret. » Marie-Madeleine Davy, Initiation à la symbolique romane, Champs-Flammarion, Paris, 1977,
p.16.
86
Faute de trouver du sens dans les actes mêmes du travail d’exécution, on lui trouve des
compensations :
« certains annoncent une diminution, d’ailleurs ridiculement exagérée, de
la durée du travail ; mais faire du peuple une masse d’oisifs qui seraient esclaves
deux heures par jour n’est ni souhaitable, quand ce serait possible, ni moralement
possible, ni matériellement. Nul n’accepterait d’être esclave deux heures ;
l’esclavage, pour être accepté, doit durer assez chaque jour pour briser quelque
chose dans l’homme » (S. Weil, « Expérience… », pp.344-345).
Le remède à la souffrance des travailleurs est donc « plus difficile à concevoir », il
exige « un effort d’invention » (ibid., p.345). Ce qui doit être inventé c’est une culture et des
symboles, mais non une culture sans rapport avec le travail et vulgarisée pour les travailleurs.
Il est besoin d’une culture qui rende sensible le rapport entre la finitude et l’éternité, entre le
monde sensible et le monde intelligible, ou entre les lois du travail et les lois de la géométrie –
en somme une culture qui mette en rapport la technique et la spiritualité.
Or ce n’est pas dans cette voie que s’achemine la science contemporaine, puisque
« [la] science du XXe siècle, c’est la science classique après qu’on lui a retiré quelque chose.
Retiré, non pas ajouté. … On en a retiré l’analogie entre les lois de la nature et les conditions
du travail [i.e. l’espace et le temps continus] » (S. Weil, « La science… », op. cit., p.147).
C’est donc sans doute dans la science également que le symbole doit être réhabilité, bien que
le problème de la représentation du monde que livre la mécanique quantique se trouve dans
l’usage même des symboles algébriques dont les combinaisons ne traduisent plus rien de
tangible.
VII. L'organisation idéale de la production
Dans un texte de 1937, Simone Weil distingue deux espèces de nécessité : la nécessité
géométrique d’une part, qui fait du monde un tissu de nécessité et un monde dans lequel il
faut travailler ; et la nécessité sociale d’autre part, qui assujettit la méthode et la finalité du
travail aux « lois » de l’économie. Pour discriminer entre ces deux espèces de nécessité, il
existe un critérium :
« Il est des produits dont la disette dans un pays est d’autant plus grave
qu’elle s’étend aussi au reste du globe ; pour d’autres, la disette présente d’autant
87
moins d’inconvénients qu’elle est plus générale… Le blé, d’une part, la
production de guerre de l’autre, constituent des exemples parfaits pour
l’opposition qu’il s’agit d’illustrer. »1
Si nous considérons la production à l’échelle internationale, une diminution de la
production du blé partout dans le monde, créerait une « détresse irrémédiable » ; une
diminution d’armes partout dans le monde ne créerait aucun dommage (S. Weil, « La
condition… », op. cit., p.320).
C’est à cause de la guerre économique que se livrent les nations entre elles qu’une
grande part de la production nationale n’est rien d’autre qu’une « production de guerre » :
« une diminution considérable du rendement du travail dans [les usines
automobiles] aurait des effets désastreux, car les automobiles anglaises, italiennes,
américaines, plus abondantes et moins chères, envahiraient le marché et
provoqueraient faillite et chômage. C’est qu’une automobile ne sert pas seulement
à rouler sur une route, elle est aussi une arme dans la guerre permanente que
mènent entre elles la production française et celle des autres pays » (ibid., pp.320321).
Simone Weil met alors en cause, d’une part la nécessité de la production
d’automobiles2 ; d’autre part la concurrence entre États et la division des travailleurs qui en
découle3.
Malgré tout, à la même époque, Simone Weil précise encore son désir de ne pas abolir
la propriété privée des moyens de production, et ce qu’elle engendre dans le mode de
production capitaliste, la concurrence : « il n’est pas question de supprimer la concurrence
dans ce pays, à plus forte raison dans le monde. Ce qui apparaît comme éminemment
souhaitable, ce serait d’ajouter au jeu de la concurrence quelques règles » (ibid., p.322). La
même année 1937, Simone Weil écrit dans un autre texte :
« Je ne crois pas que le mouvement ouvrier redevienne dans notre pays
quelque chose de vivant tant qu’il ne cherchera pas, je ne dis pas des doctrines,
mais une source d’inspiration dans ce que Marx et les marxistes ont combattu et
1
Simone Weil, « La condition ouvrière » (1937), pp.319-320, in La condition…, op. cit., pp.317-325.
si la semaine de trente heures était établie dans les usines d’automobiles du monde, «beaucoup de gens
seraient privés du plaisir de voir défiler les paysages à une cadence de cent kilomètres à l’heure ; en revanche,
des milliers, des milliers et des milliers d’ouvriers pourraient enfin respirer, jouir du soleil, se mouvoir au rythme
de la respiration, faire d’autres gestes que ceux imposés par les ordres » (ibid., p.321).
3
« L’internationalisme ouvrier devrait être plus efficace … [il n’y a jamais eu] dans l’Internationale
syndicale, si cruellement mutilée aujourd’hui du fait des États dictatoriaux, ni action concertée, ni même contact
permanent entre les différents mouvements nationaux » (ibid., p.323).
2
88
bien follement méprisé : dans Proudhon, dans les groupements ouvriers de 1848,
dans la tradition syndicale, dans l’esprit anarchiste. »1
C’est autour du « métier » et à partir de Proudhon, et non à partir des progrès des
forces productives – sur lesquels Marx se serait laissé aveuglé – que Simone Weil veut
repenser l’organisation sociale. Mais qu’est-ce que le métier dans les années trente ? Dans
l’article « Perspectives… » (1933), Simone Weil notait :
« À vrai dire, il existait encore, il n’y a pas bien longtemps, une catégorie
d’ouvriers qui, tout en étant salariés, n’étaient pas de simples rouages vivants au
service des machines, mais exécutaient au contraire leur travail en utilisant les
machines avec autant de liberté, d’initiative et d’intelligence que l’artisan qui
manie son outils ; c’étaient les ouvriers qualifiés. Cette catégorie d’ouvriers, qui,
dans chaque entreprise, constituait le facteur essentiel de la production, a été à peu
près supprimée par la rationalisation » (S. Weil, « Perspectives. … », op. cit.,
p.267).
Il y aurait donc selon Simone Weil, un moyen pour que la production sur la base de la
propriété privée des moyens de production, n’avilisse pas le travail, préserve les qualifications
des travailleurs, tout en maintenant la pression de la concurrence. La rationalisation du travail
n’aurait été qu’un accident et non une nécessité engendrée par la concurrence, par la
production et l’échange individuels.
Comme elle avait dressé un « tableau théorique » du travail idéal dans les Réflexions
sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale en 1934, Simone Weil dresse un tableau
d’une organisation idéale de la production dans l’Enracinement (1943). L’organisation idéale
de la production ne serait « ni capitaliste ni socialiste » (S. Weil, L'enracinement, op. cit.,
p.103), et elle nécessite pour voir le jour, « un certain nombre d’hommes libres qui auraient au
fond du cœur une volonté brûlante et inébranlable de [faire sortir cette conception sociale du
domaine des mots] » (ibid.).
Au point de départ, se trouve la culture, science et lettres, qui doit imprégner le travail
et les travailleurs. Autant la science « appartient aux travailleurs, si on sait [la] leur présenter,
bien plus naturellement qu’aux lycéens » (ibid., p.94) ; autant les lettres « conviennent mieux
au peuple » qu’à l’élite (ibid., p.95), car « les œuvres de tout premier ordre », ont « pour objet
presque unique le malheur ! » (ibid.) (Simone Weil cite Eschyle et Sophocle). Dans la
nouvelle organisation de la production liée à la culture, les syndicats doivent jouer un rôle
important qui n’est pas celui de « la défense de leurs propres gros sous » (ibid., p.97). Ils
1
Simone Weil « Sur les contradictions du marxisme » (1937), pp.135-136, in Œuvres complètes T.II,
vol2, Gallimard, Paris, 1991, pp.134-148.
89
doivent avoir des contacts avec des intellectuels qui, comme les étudiants russes il y a
cinquante ans (ibid.), se mêleraient aux travailleurs et « se mettraient gratuitement [au service
des syndicats] pour l’organisation de cours et de bibliothèques » (ibid.). En résumé, il faut
« constituer une production industrielle et une culture de l’esprit où les ouvriers soient et se
sentent chez eux » (ibid.).
Il faut alors supprimer la rationalisation du travail et les grandes entreprises. Simone
Weil imagine qu’une « grande entreprise serait constituée par un atelier de montage relié à un
grand nombre de petits ateliers, d’un ou de quelques ouvriers chacun, dispersés à travers la
campagne » (ibid., p.98). Les travailleurs iraient par période travailler au montage, et là, le
travail n’occuperait que la moitié de la journée, le reste du temps serait consacré à la
camaraderie et au suivi de conférences (techniques et géographiques, il s’agit de comprendre
comment fonctionnent les machines, et à quoi, à qui, est destinée la production).
La propriété des moyens de production (des machines dans les ateliers) est privée. En
fait elle est attribuée par l’État aux travailleurs, avec en plus, une maison et un lopin de terre.
Les machines correspondent d’une part aux goûts des travailleurs, d’autre part aux nécessités
de la production (ibid., p.99). Lorsque l’ouvrier meurt, la machine redevient propriété de
l’État. L’État est propriétaire en vertu des impôts payés par les producteurs – ceux-ci sont ou
bien salariés dans les ateliers, ou bien deviennent propriétaires de l’atelier à deux conditions :
ils doivent passer un examen afin de prouver leurs capacités, ils doivent acheter les machines
à l’État, et « [un] système de crédit pourrait facilement permettre à un jeune homme pauvre
qui a la capacité et la vocation de devenir chef d’entreprise de le devenir » (ibid., pp.102-103).
Les salariés des ateliers sont considérés comme des « compagnons », et donc plus ou moins
en formation. Cela implique, comme pour les compagnons du Moyen Âge, qu’ils effectuent
un ou plusieurs « Tour de France » dans divers ateliers au cours de leur apprentissage. La
réglementation des salaires serait fixée par des organismes corporatifs (ibid., p.102).
Enfin, les salariés qui échoueraient à l’examen permettant de devenir propriétaires
« devraient être poussés dans les besognes de manœuvre ou de gratte-papier indispensables
aux services publics et au commerce » (ibid., p.101).
Simone Weil échappe-t-elle au reproche d’inconséquence que Marx adresse à
Proudhon et Sismondi ?
« Ceux qui, comme Sismondi, veulent revenir à la juste proportionnalité de
la production, tout en conservant les bases actuelles de la société, sont
réactionnaires, puisque, pour être conséquents, ils doivent aussi vouloir ramener
toutes les autres conditions de l’industrie des temps passés.
90
Qu’est-ce qui maintenait la production dans des proportions justes ou à
peu près ? C’était la demande qui commandait à l’offre, qui la précédait. La
production suivait pas à pas la consommation. La grande industrie, forcée par les
instruments mêmes dont elle dispose à produire sur une échelle toujours plus
large, ne peut plus attendre la demande. La production précède la consommation,
l’offre force la demande.
…
Ainsi de deux choses l’une : ou vous voulez les justes proportions des siècles
passés avec les moyens de production de notre époque, alors vous êtes à la fois
réactionnaire et utopiste ; ou vous voulez le progrès sans l’anarchie : alors, pour
conserver les forces productives, abandonnez les échanges individuels. »
(K. Marx, Misère…, op. cit., pp.98-99).
Abandonner les échanges individuels, revient à planifier la production et abolir la
propriété privée des moyens de production : c’est socialiser l’échange et la production. Mais
Simone Weil ne semble pas nier absolument la planification de la production. Quant à faire en
sorte que la demande précède l’offre, ce qui nécessite l’abolition de la grande industrie,
Simone Weil a clairement affirmé qu’il faut aller dans ce sens. Or elle ne revendique pas une
régression technique, mais un progrès.
Il faut noter que le « plan » de réorganisation de la production ébauché dans
L’enracinement trouve aujourd’hui quelques échos dans les faits. Notamment, la
généralisation de la sous-traitance et la production en « juste-à-temps » peuvent être
considérées en relation avec la dispersion des petits ateliers dans les campagnes, et la
correspondance de l’offre et de la demande. Simone Weil imaginait en outre qu’une
« université ouvrière serait voisine de chaque atelier central de montage. Elle aurait des liens
étroits avec la direction de l’entreprise, mais n’en serait pas la propriété » (L’enracinement,
op. cit., p.99). L’intensification des relations entre Universités ou centres de formation et
entreprises est chose hautement revendiquée aujourd’hui. Seulement, l’organisation actuelle
de la production s’accompagne d’une plus grande précarité des travailleurs (alors que Simone
Weil exigeait une plus grande protection sociale), d’un chômage de masse, et d’une
intensification des cadences pour les ouvriers. Elle s’accompagne aussi d’une consommation
de masse, pour ceux du moins qui ne sont pas au chômage, et c’est là même ce que Simone
Weil voulait combattre : le désir jamais satisfait et sans cesse reconduit.
C’est qu’il ne peut pas y avoir planification de la production et concurrence en même
temps. C’est pourquoi la rationalisation du travail ne fut pas un simple accident mais bien une
nécessité, corollaire de celle de l’accumulation du capital. Quant à l’existence des « ouvriers
qualifiés », à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, elle tenait à une phase transitoire
du développement capitaliste de la technique – l’âge de la manufacture. Cependant cette élite
91
ouvrière a porté le mouvement ouvrier à partir de 1830, mais elle devait disparaître en même
temps que la classe ouvrière pour laisser place au prolétariat. C’est ce qu’il nous faut voir
maintenant. Ainsi nous examinerons dans le chapitre suivant les idées et les actes du
mouvement ouvrier français au XIXe siècle, au moment où le travail change de sens dominant
passant de la praxis incarnée dans le métier au « travail abstrait » ou à la « production ».
VIII. Le mouvement ouvrier : gens de métier
Le mouvement ouvrier français au XIXe siècle a revendiqué, en les confondant, les
trois dimensions du travail : la dimension anthropologique à travers la qualification, la
dimension économique à travers le travail marchandise, la dimension sociale à travers le
métier. Il était fidèle, d’abord au vieux système corporatif du Moyen Âge, ensuite à la pensée
des Lumières et donc à celle de l’économie politique, et enfin, aux idéaux républicains de la
Révolution française. Or l’amalgame de ces trois inspirations comporte des contradictions.
Du système corporatif, les ouvriers ont voulu maintenir l’idée de communauté morale
des travailleurs autour du métier, ainsi que l’amour du travail bien fait par l’artisan qualifié,
c’est-à-dire « maître de son art ». De la pensée des Lumières et de celle de l’économie
politique, ils ont hérité l’idée que le travail était « source de toute richesse » ainsi que de la
propriété. Ils ont donc revendiqué la répartition de la propriété des moyens de production,
afin que chacun puisse librement exercer son métier et n’encourt par le risque du chômage.
Des idéaux de la Révolution française, ils ont maintenu celui selon lequel le travail fondait la
citoyenneté.
Or la pensée des Lumières a toujours été hostile aux corporations de métiers. La
Révolution française fondait la citoyenneté davantage sur la propriété que sur le travail. Quant
à l’économie politique, elle montrait que si le travail était une marchandise comme une autre,
son prix devait varier en fonction de l’offre et de la demande, mais aussi en fonction du temps
qu’il fallait pour le produire, soit en fonction du temps nécessaire pour reproduire la force de
travail. La morale de l’homme de l’art s’oppose alors au travail-marchandise.
La coopération ou l’association que les ouvriers revendiquaient existait bien au XIXe
siècle et elle existe toujours. Le capitaliste ayant acheté la force de travail individuelle, il la
fait fonctionner avec d’autres. Le paupérisme naît du fait que le capitaliste n’achète la force
de travail que lorsqu’il en a besoin, c’est-à-dire lorsqu’il a besoin de produire, et qu’il l’achète
individuellement : le travailleur collectif ne peut donc revendiquer des droits. Quant au prix
92
de la force de travail, elle se dévalue à mesure qu’elle se déqualifie, mais aussi à mesure qu’il
faut moins de temps pour produire les marchandises de première nécessité.
Peu à peu, le progrès technique se passe des savoirs et savoir-faire de l’homme de
l’art. Celui-ci devient simple force de travail, qui n’est pas la seule source de toutes les
richesses. C’est bien plus la technique, ou le capital qui développe les techniques, qui est
source des richesses, que la force de travail déqualifiée. Dès lors il est normal que le statut de
citoyen revienne à celui qui participe activement à créer la richesse des nations, et… que
l’ouvrier, homme dépendant de qui veut bien l’employer, en soit privé.
Mais les ouvriers français n’ont pas vu les choses de cette manière. Car ils étaient
qualifiés, car ils voyaient dans leurs associations la réplique en miniature d’un État qui ne
comptait que des égaux, car ils pensaient selon la logique des corps de métiers, ils ont cru
pouvoir s’approprier les moyens de production – meilleur moyen d’éviter le chômage et les
bas salaires – et continuer à échanger les marchandises selon la logique capitaliste.
VIII.1. Le mouvement ouvrier et la Révolution
Le mouvement ouvrier français est bien issu de la Révolution de 1789, mais en France
à la fin de l’Ancien Régime, le travail industriel n’existe encore qu’à peine. Si l’extraction de
la houille à Anzin a commencé en 1756 et regroupe en 1789 trois mille ouvriers sur un même
lieu, c’est une exception. Ce n’est qu’en 1785 que l’on commence à développer la sidérurgie
au Creusot. En 1786, les filatures mécaniques de coton ne sont qu’au nombre de six. Un
certain nombre de manufactures ou de fabriques ont cependant été développées par les
politiques mercantilistes de Colbert et de Louis XIV. En terme de production, il faut donc
distinguer à la fin de l’Ancien Régime deux méthodes : celle des maîtres artisans qui
travaillent avec des compagnons d’une part, celle des négociants fabricants, d’autre part. En
1744, à Lyon, un édit royal interdit aux maîtres artisans de vendre leur production, le
commerce de la soie devient le monopole des marchands fabricants. Maîtres artisans et
compagnons se révoltent, le début d’insurrection sera durement réprimé.
Plutôt que des travailleurs ou des producteurs, les maîtres – et les compagnons qu’ils
emploient – sont des artistes. Au Moyen Âge, on distingue les « arts et métiers » – les métiers
corporatifs – des professions libérales (médecins, juristes…), et des domestiques. Aux XVIIe
et XVIIIe siècles, les maîtres artisans ont souvent juré fidélité au Roi, et sont par là même
juridiquement protégés par l’État. Le but de la protection royale étant le perfectionnement des
arts mécaniques, et du même coup, l’amélioration du bien-être public.
93
Les maîtres appartiennent à une corporation de métier. La corporation surveille d’une
part l’honnêteté de ses membres, et d’autre part la qualité des biens produits. Elle élit
régulièrement des membres qui font fonction de ce qu’on appellerait aujourd’hui des
« inspecteurs du travail ». La corporation assure également la distribution de « charités » :
pensions pour les veuves des artisans, financement des funérailles des membres, etc. Les
maîtres cotisent donc pour la corporation. Ils sont censés former des apprentis, lesquels
apprennent le métier pendant trois à six ans, puis deviennent, pour une durée relativement
brève (deux à trois ans) des compagnons, avant de devenir maîtres à leur tour, c’est-à-dire de
s’installer à leur compte.
Les compagnons sont des ouvriers salariés. En tant que compagnons, ils ne sont pas
membres à part entière des corporations. Sous l’Ancien Régime, pour beaucoup d’entre eux, il
est en fait impossible de devenir maître, faute de parvenir à réunir le capital suffisant pour
acheter une maîtrise. Cette dernière s’hérite le plus souvent. Pendant les XVIe, XVIIe, et
XVIIIe siècles, vont se créer des confréries de compagnons. À la différence des corporations
qui n’existent qu’à l’échelle de la cité, les confréries de compagnons sont des institutions qui
regroupent les compagnons d’un même métier à l’échelle de la nation. Les confréries sont en
fait des sortes de « syndicats » : elles permettent de surveiller les conditions d’embauche que
proposent les maîtres. Comme les corporations, elles sont fraternelles et religieuses ; la
maîtrise du métier, pour les compagnons comme pour les maîtres, revêt une dimension morale
voire sacrée.
Si les confréries survivront à la Révolution française qui abolira les corporations, c’est
parce que leur existence est clandestine. Et si l’esprit des Lumières est hostile aux
corporations, c’est parce que ces dernières se sont arrogées le monopole des savoirs et savoirfaire concernant les métiers, c’est-à-dire aussi bien de l’art que de la production. C’est ainsi
que non seulement les corporations censurent un savoir qui doit pour les Lumières profiter à
tout le monde, mais encore, elles sont des corps qui s’interposent entre les individus et l’État
(ou la nation). Or pour les révolutionnaires bourgeois de 1789 la nation est, comme le voulait
Rousseau, un corps d’associés vivant sous la loi commune et chaque individu est égal face à
l’État. Disons que l’esprit de la Révolution est individualiste et qu’il prône la libre entreprise,
celle-ci étant censée affranchir l’inventivité.
Alors que la bourgeoisie qui s’empare du pouvoir en 1789 entend libéraliser le travail,
le commerce et l’industrie, Babeuf prône « la communauté des biens et des travaux ». Le
développement du capitalisme s’est toujours accompagné de critiques et de résistances. Le
début de la décennie 1790 est marqué par des grèves et émeutes à la manufacture des
94
Gobelins : le gouvernement révolutionnaire entend rendre celle-ci rentable en la
« privatisant », les ouvriers défendent la qualité de l’ouvrage et leurs métiers. Ils
n’obtiendront pas gain de cause. La Révolution se retourne en fait contre les révolutionnaires.
Car les sans-culottes sont surtout des ouvriers, c’est-à-dire des compagnons et des petits
maîtres. Ils pensent que leurs associations sont conformes à l’esprit de la Révolution,
puisqu’elles sont démocratiques, qu’on y discute de la condition salariale en essayant de
l’améliorer, et que l’on cherche également à protéger l’exercice de l’art. Les sans-culottes se
définissent comme des hommes qui travaillent de leurs mains, ce qui inclut des propriétaires
et des salariés, et ils revendiquent certaines assurances, c’est pourquoi on débat surtout dans
les associations de la limitation des prix des produits. Ils identifient le travail et la vertu
politique, puisqu’ils pensent servir la République par leur travail. Ils ne sont en fait pas du
tout individualistes, puisque leurs associations manifestent qu’ils se reconnaissent une
condition commune, et qu’ils valorisent le métier en tant qu’il traduit également une
communauté morale.
Or le travail que valorise l’esprit des Lumières, c’est surtout le travail de la terre, celui
qui donne accès à la propriété. Propriété et citoyenneté sont liées, et l’on considère que la
propriété naît du travail. C’est pourquoi le travail a été « libéralisé » : les règles
communautaires étant abolies, on considère que les compagnons peuvent plus facilement
devenir maîtres et donc propriétaires. Et rien n’empêche les salariés de devenir « citoyens
actifs », c’est-à-dire de disposer du droit de vote et de celui de servir dans la Garde nationale.
Pour cela, il faut payer un impôt annuel qui correspond à peu près à la valeur de trois jours de
travail, déclarer un même lieu de résidence pendant un an, et ne pas être domestique. De la
sorte deux tiers de la population masculine dispose du droit de vote. Il faut cependant, pour
être député, être un gros propriétaire, et en France seuls 50 000 hommes sont en fait éligibles
à la fonction de député.
La République à laquelle donne naissance la Révolution française, n’est pas celle des
travailleurs, mais celle des propriétaires. Et alors que Napoléon entend exporter dans toute
l’Europe l’esprit de la Révolution, il crée en 1803 le livret ouvrier, qui permet surveillance et
répression des travailleurs itinérants à la recherche d’ouvrage. Au moment de la défaite de
Napoléon (1815) les deux tiers des « biens nationaux » arrachés à la Noblesse pendant la
Révolution sont revenus à leurs propriétaires initiaux.
95
VIII.2. Le mouvement ouvrier au XIXe siècle
Au début du XIXe siècle, un quart de la population active travaille de manière isolée,
l’agriculture occupe 65 % de la population active, les services 15 % et l’industrie et le
bâtiment n’occupent que 20 % des actifs. Un siècle plus tard, l’agriculture n’occupe plus que
43 % des actifs et l’industrie 33 %. En 1906, les établissements industriels et commerciaux
comptant de 1 à 10 salariés, représentent encore 57,9 % de l’ensemble ; ceux de 11 à 100
salariés, 19,5 % ; ceux de plus de 100, seulement 22,6 %. Par ailleurs, 16 % de la main
d’œuvre industrielle travaille « en chambre ». Les ouvriers en chambre possèdent où louent
leurs outils de travail, et organisent eux-mêmes leur travail : ils oeuvrent à des commandes.
Deux révolutions industrielles se succèdent au XIXe siècle, la première concerne l’essor des
manufactures et du machinisme, la seconde l’introduction de l’électricité et du pétrole.
La France est donc en 1900, une nation industrielle. Les grandes usines se
généralisent, il en va de même du salaire aux pièces dans les usines. Mais surtout, la
« déqualification », l’absence de savoir-faire, la perte des métiers, est également un
phénomène qui ne date que du début du XXe siècle. Car si les métiers ne sont plus ceux des
artisans du Moyen Âge, au cours du XIXe siècle ont été créés des métiers d’ouvriers.
La réalité du XIXe siècle, c’est aussi la constitution de corps de métiers : cordonniers,
tailleurs, tailleurs de pierres, bronziers, passementiers, fondeurs en fer, teinturiers, drapiers,
chapeliers, et surtout les typographes qui sont souvent à l’origine des journaux ouvriers, qui
comptent parmi eux des leaders du mouvement ouvrier, dont par exemple Proudhon. Les
métiers ouvriers requièrent un apprentissage, plus ou moins long, mais c’est le XXe siècle qui
se caractérise inéluctablement par l’apparition du travail non-qualifié, celui-ci apparaît
d’ailleurs surtout avec l’industrie automobile. Ainsi Sewell écrit :
« La réussite du développement industriel de la France au XIXe siècle
consista pour une large part dans le maintien puis le renforcement de sa
suprématie dans le domaine des artisanats de luxe hautement qualifiés. D’ailleurs,
l’industrie manufacturière elle-même remporta ses plus beaux succès dans les
branches où une main-d’œuvre plus habile et plus experte était nécessaire. »1
En 1876, la France comptera encore deux fois plus d’artisans que d’ouvriers qui
travaillent en usine. Et ces derniers préfèrent encore se définir comme des « serruriers » ou
1
William Hamilton Sewell, Gens de métiers et révolutions : le langage du travail, de l’Ancien Régime à
1848, Aubier-Montaigne, Paris, 1983, p.211.
96
des « chaudronniers », plutôt que comme des « mécaniciens ». Quant aux métallurgistes, ils
étaient « les ouvriers les plus qualifiés et les mieux payés du pays » :
« Ces artisans fiers de leur métier ne présentaient pour ainsi dire aucun
point commun avec leurs collègues mal payés et inorganisés, employés dans les
industries textiles, chimiques ou de transformation alimentaire. À cette époque où
il n’était pas encore question de chaînes de montage et de pièces amovibles, la
construction mécanique exigeait de la part des ouvriers beaucoup d’intelligence,
de discernement, de dextérité et de finesse – ce qu’on aurait appelé de l’ « art » au
XVIIIe siècle » (Sewell, op.cit., p.213).
Si la Restauration apporte le déni de citoyenneté à tous ceux qui ne paient pas
300 francs d’impôts (le suffrage est censitaire), les années 1820 se caractérisent aussi par un
essor du machinisme, auquel correspond à un accroissement de la paupérisation. Aux côtés de
quelques ouvriers-compagnons que l’on appellera plus tard les ouvriers qualifiés, de
nombreux paysans-ouvriers et ouvriers en chambre travaillent très dur pour gagner très peu.
Le peuple a longtemps résisté à entrer dans les fabriques, mais le travail à domicile est loin
d’être une panacée. Les logements sont chers, donc petits et insalubres. La journée de travail
est très longue. Les bureaux de placement font payer leurs services aux ouvriers. C’est à cette
époque que les premières caisses de secours mutuel s’organisent, et des grèves pour obtenir
des améliorations salariales commencent à éclater dès la fin des années vingt.
Sous Louis XVIII et sous Charles X, les ultra-royalistes sont majoritaires à la
Chambre, le pouvoir passe aux libéraux aux élections de 1827. En 1830, Charles X annule par
ordonnance le résultat des élections, la bourgeoisie appelle le peuple à la révolte, celui-ci sera
trois jours sur les barricades, brandissant le drapeau tricolore. Les ouvriers se battent pour la
République, ils se revendiquent « peuple souverain » et membres de la classe qui est la source
de toutes les richesses.
En 1830, le pouvoir politique change donc de main, extorqué à la Noblesse, il revient à
la bourgeoisie libérale. À cette dernière, représentée par Thiers et Guizot, s’oppose la
bourgeoisie républicaine. La condition ouvrière ne s’améliore pas. Les ouvriers vont
commencer à revendiquer confusément une République démocratique et sociale, une
République du travail. Le terme « social » désigne alors tous les problèmes liés à
l’organisation du travail. Sous la monarchie de Juillet, les idées socialistes font leur chemin, et
au lendemain des trois journées de 1830, la presse ouvrière commence à se développer.
Diverses tendances s’expriment : les saint-simoniens, les fourriéristes, les socialistes
97
chrétiens, les babouvistes, etc. Les socialistes trouvent leurs leaders : Ledru-Rollin, Ferdinand
Flocon, Louis Blanc ; les communistes également : Cabet, Blanqui, Barbès, l’ouvrier Albert…
Les grèves sont nombreuses sous Louis-Philippe, et les sociétés de secours mutuel
mieux organisées, d’autant qu’elles sont souvent associées à des sociétés secrètes, telle celle
des blanquistes. Ce que les ouvriers revendiquent, c’est la propriété de leur travail. La seule
loi sociale sous le nouveau régime concerne le travail des enfants. Il est n’autorisé qu’à partir
de huit ans, le travail de nuit est interdit en dessous de douze ans, l’école est obligatoire
jusqu’à douze ans. Cette loi n’est que rarement appliquée.
En 1848, la grève devient révolutionnaire. Une crise économique qui s’accompagne
d’un fort « taux de chômage », d’une hausse des prix et d’une baisse des salaires, pousse de
nouveau le peuple sur les barricades : il ne réclame plus d’augmentation de salaires, mais la
République sociale, c’est-à-dire une République qui ne soit plus celle des bourgeois. La
République sociale, la République du peuple, c’est celle des travailleurs associés et
propriétaires de leur outil de travail. Car après la Révolution de 1830, explique Sewell,
« on développa et on remania … le discours révolutionnaire afin de
surmonter son individualisme. Les plus importantes innovations linguistiques et
conceptuelles avaient vu le jour dès la fin de 1831. Mais ce fut seulement à partir
du moment où ces nouvelles façons de penser et d’exprimer l’association
fournirent un cadre usuel à l’action de la classe ouvrière que le langage
d’association se consolida, s’unifia et se fixa définitivement dans le langage et la
conscience ouvrière » (ibid., p.281)
On revendique donc l’association, mais également le travail. Or de quel travail s’agitil ? Les ouvriers, écrit Sewell,
« avaient une approche concrète du travail dans la mesure où ils
entendaient par là l’activité exercée par les artisans qualifiés. Mais ils employaient
par ailleurs ce terme de façon abstraite, dans la logique de la tradition
révolutionnaire, pour désigner l’ensemble très divers des activités utiles,
accomplies par le peuple souverain : le travail non qualifié, l’agriculture, la
domesticité, le commerce et jusqu’aux professions purement intellectuelles. Des
expressions comme « ouvriers de la pensée » et « travailleurs de la tête » étaient
d’un usage courant en 1848 » (ibid., p.359).
En 1848, le travail est donc revendiqué par des gens de métier, qui assimilent leur
propre travail (presque un art), à tous les types d’activités rémunératrices. Et les ouvriers au
nom du peuple, prétendent à la direction politique du pays. Leurs exigences peuvent sembler
modestes : un ministère du Travail, et l’ouverture d’Ateliers Nationaux pour rendre effectif le
droit au travail. Mais ni Marx, ni Tocqueville ne s’y tromperont : derrière le droit au travail,
98
c’est le devoir de l’État de fournir du travail, c’est l’État entrepreneur, c’est la fin des
privilèges bourgeois.
Créés fin février 1848, sous la pression populaire, explique Jacques Donzelot,
« comme étant l’unique formule qui permît de donner un contenu
immédiat [au] droit au travail, les Ateliers nationaux accueillirent une population
très rapidement croissante : de quelques milliers de personnes au départ, à plus de
cent mille au mois de juin. »1
L’État ne peut rapidement plus financer les Ateliers Nationaux. Aux élections de Juin
qui se déroulent au Suffrage Universel les socialistes trop divisés sont battus par la
bourgeoisie Républicaine. La fermeture des Ateliers nationaux provoque de nouveau
l’émeute, la République tire sur le peuple, la République est morte :
« La population parisienne …, voyait dans la dissolution de la seule
institution qui avait reconnu son droit au travail un déni de sa capacité politique,
un refus d’incorporer en fait dans la société ce qui se trouvait pourtant incorporé
en droit dans la politique, bref une trahison de l’Assemblée envers l’idéal
républicain » (J. Donzelot, L'invention…, op. cit., p.39).
Louis Napoléon Bonaparte est finalement triomphalement élu Président de la
République, en grande partie par la paysannerie qui ne se reconnaît pas dans les aspirations
politiques de la classe ouvrière. Tous les députés ouvriers sont envoyés au bagne en 1850. Le
gouvernement de Napoléon III encourage également l’établissement de colonies en Algérie,
de la sorte, Paris et Lyon sont à peu près purgées des leaders de la contestation ouvrière. En
1849, les associations ouvrières, qui avaient été des lieux de riches débats en 1848-1849, sont
interdites.
Si la condition ouvrière ne semble guère s’améliorer sous Napoléon III (1851-1870),
ce qui est certain, c’est que le mouvement ouvrier, qui porte en germe la Commune,
s’organise véritablement. Cela se traduit par l’essor d’associations ouvrières féminines, la
généralisation des cabarets qui sont des lieux de fêtes, mais aussi de lecture de journaux. Les
ouvriers demandent en outre des lieux spéciaux réservés à leur instruction. En 1864 les grèves
sont dépénalisées : elles seront plus fréquentes et plus nombreuses, on en compte 116 en
1870. 1864 est également l’année de la création de l’Association Internationale des
Travailleurs (AIT ou 1ère Internationale). Des sections locales se multiplient en France, on y
débat du machinisme, du travail des femmes, etc. À partir de 1868, de nombreuses
associations ouvrières commencent à adhérer à l’AIT. En 1868, les réunions ouvrières
1
Jacques Donzelot, L’invention du social . Essai sur le déclin des passions politiques(1983), Fayard,
1994, p.38.
99
publiques sont autorisées. La même année, s’organise à Paris une cantine coopérative
ouvrière, deux ans plus tard elle sera fréquentée par 8000 sociétaires…
Sous Napoléon III le mode de production se transforme. Les infrastructures de
production se développent parallèlement à l’organisation ouvrière. L’État les aide beaucoup.
Les routes, ponts et chemins de fer sont améliorés. La fusion des compagnies de chemin de
fer crée un nouveau gisement d’emplois très important. Si le nombre d’ouvriers n’augmente
pas sensiblement, leur concentration s’accroît : Le Creusot regroupe 10 000 ouvriers en 1848
et 24 000 en 1866. Les salaires augmentent au rythme de l’augmentation de ce qui est
nécessaire pour reproduire la force de travail. Or si la journée reste à peu près de douze heures
(et non plus de quinze heures), il semble qu’elle soit également plus intense, ce qui requiert
une alimentation plus riche, car le taux de mortalité dans les quartiers ouvriers ne diminue
pas. La percée de Paris par Haussmann relègue les ouvriers dans les premières banlieues et
plus loin du travail. La mixité sociale n’est plus de règle dans la capitale. La concentration
ouvrière a ses défauts et ses avantages : la classe ouvrière achève de prendre conscience
d’elle-même. Si Le Capital, paru en 1869 n’est pas encore connu des ouvriers Français, les
idées de Proudhon se sont par contre largement diffusées sous le Second Empire.
À la veille de la guerre de 70, la plupart des militants français de l’AIT sont
condamnés à des peines de prison. L’AIT adresse un message aux classes ouvrières française
et allemande : les bourgeoisies nationales se déclarent la guerre, alors que les ouvriers
s’adressent des messages de paix. La guerre de Napoléon III est perdue le 2 septembre à
Sedan. Un gouvernement de défense nationale renverse Napoléon III, une République
bourgeoise, Thiers à sa tête semble s’annoncer. Pourtant, dès le 28 septembre, le drapeau
rouge flotte sur l’Hôtel de Ville de Lyon : ce sont Bakounine et quelques partisans qui
l’occupent. À Paris, se crée en urgence le 20 avril 1871 un Comité central des vingt
arrondissements composé d’ouvriers et de Blanqui, qui lui aussi va occuper l’Hôtel de Ville.
Alors que Bismarck est prêt à accorder l’armistice au Gouvernement de défense nationale, il
somme Thiers d’organiser une Assemblée Nationale. Les élections donnent 400 sièges sur
675 à des monarchistes. Tout semble aller mal pour la bourgeoisie.
Retirés des abords de la capitale, soldats et canons sont entreposés à Belleville et à
Montmartre. Le 18 mars, alors que le peuple a fraternisé avec les soldats, l’insurrection éclate.
On se battra jusqu’en avril, jusqu’à ce que Bismarck autorise Thiers à faire rentrer des troupes
dans Paris pour rétablir l’ordre. Ce sera le massacre.
100
De septembre 1870 à avril 1871, la Commune s’est construite. Pendant sept ou huit
mois, les ouvriers n’ont rien fait d’autre que de s’approprier les structures de production ! Ils
ont commencé à auto-gérer un certain nombre d’ateliers, ils ont réfléchi à la possibilité
d’organiser une formation professionnelle pour les enfants, dispensée par des ouvriers plus
anciens. Ils ont formé une garde nationale de citoyens armés…
« En quelques jours, l’ouvrier bronzier Theisz reconstitue le service des
postes avec l’aide d’un conseil élu par le petit personnel resté en place. Les
pensions militaires sont payées en un temps record grâce au concours d’une
commission des pensions recrutée dans chaque mairie par l’élection de délégués
des bataillons de la garde nationale. Les chambres syndicales collaborent avec la
commission du travail présidée par Léo Frankel. Elles se multiplient, contribuent à
la remise en marche de l’économie, suggèrent les décrets destinés à améliorer le
sort des travailleurs. L’Union des femmes, animée par Nathalie Lemel et Elisabeth
Dmitrieff, contribue à l’organisation des secours, au relogement, au recrutement
des ambulancières, à la mise en œuvre d’ateliers coopératifs féminins, aux projets
de réorganisation sociale et de mise en place d’une scolarisation féminine. …
Les citoyens et citoyennes donnent leur avis dans les meetings mais aussi
par voie de presse, dans la masse des journaux qui ouvrent leurs colonnes aux
lettres de lecteurs. Le Journal officiel de la Commune reproduit les textes des
organisations réagissant aux décisions du Conseil général »1.
À partir d’avril 71, en quelques semaines, le gouvernement de Thiers interdit les
syndicats, les réunions, les journaux ouvriers ; des tribunaux militaires condamnent les
anciens communards. L’état de siège dans certaines villes dure jusqu’en 1876. La nouvelle
République est anti-ouvrière, anti-socialiste, on songe à rétablir la monarchie. Les
Républicains ne seront majoritaires à la Chambre qu’en 1877.
Mais dès 1871-1872, certaines Chambres syndicales nées à la fin du second Empire,
revivent dans la clandestinité, et jusqu’en 1880, il ne cesse de s’en créer de nouvelles. À partir
de 1878, les grèves vont se multiplier. Simultanément alors que les Radicaux encouragent les
coopératives de production et de consommation – qui seront assez nombreuses à la veille de la
guerre de 14 –, se crée en 1878 un Parti des travailleurs socialistes de France. Socialistes et
radicaux ne marchent pas main dans la main. Si les uns sont favorables aux coopératives qui
se développent à côté de la production capitaliste, les autres savent que ces coopératives ne
peuvent améliorer que marginalement le sort de la classe ouvrière, et souhaitent l’abolition de
celles-ci, l’abolition de la propriété privée des moyens de production et leur exploitation
1 Maurice Moissonnier « Des origines à 1871 », pp. 11-220, in Claude Willard (sous la dir.), La France
ouvrière. Histoire de la classe ouvrière et du mouvement ouvrier français T.1, éditions Sociales, Paris, 1993,
p.213.
101
commune. Le parti des travailleurs socialistes soutient la lutte des travailleurs, c’est-à-dire le
syndicalisme qui est révolutionnaire, et il se ressource au souvenir de l’AIT, dissoute en 1876.
Le syndicalisme qui se constitue et se fortifie entre la Commune et 1880, entend donc
se distinguer des caisses de secours mutuel. Il est bien précisé au Congrès de Marseille en
1879, qu’il est déconseillé aux syndicats d’encourager la formation de caisses de prévoyance
et de retraite dans leur sein, afin de supprimer toute équivoque sur leur véritable nature et sur
leur fonction. On définit également ce qu’est le socialisme qui reposera sur la collectivité du
sol, du sous-sol, des instruments de travail, matières premières, donnés à tous et rendus
inaliénables par la société à qui ils doivent retourner. Ce qui marque surtout dans la
constitution de ce syndicalisme révolutionnaire, c’est qu’il est le fait des petites associations
ouvrières, alors qu’au contraire les grandes industries, telles celles des mines ou du textile, le
développent peu, quand bien même elles sont de plus en plus impliquées dans les grèves (qui
sont des revendications salariales).
Alors que dans le monde politique, à partir de 1880, la République fait consensus, et
triomphe sur certaines questions sociales – les lois Ferry sur l’école, la liberté de la presse et
de réunion, l’amnistie des condamnés de la Commune, etc. – le monde économique se
transforme considérablement. À côté de l’apparition de l’électricité et du pétrole, il y a un
essor important de la mécanisation du travail, de nouveaux moyens de transports : le métro, le
tramway, l’automobile, le développement du vélo pour les ouvriers. De nouveaux secteurs de
travail apparaissent. Dans l’industrie, l’automobile ; mais le secteur des services se
développe aussi, avec le téléphone, une nouvelle organisation de la poste, l’essor de l’école
primaire, le développement des grands magasins. Le profil des travailleurs change
également : l’exode rural est très important à la fin du XIXe, l’immigration se développe, en
provenance de l’Italie, de la Belgique, de l’Espagne, ou encore de la Pologne. À partir de
1890, la France se révèle incapable de renouveler sa population qui a vieilli. Dans l’industrie,
une nouvelle organisation du travail se met en place, mieux structurée, plus hiérarchisée. Les
effectifs des usines augmentent, le travail de manœuvre sur machine, qui ne requiert aucune
qualification, se développe.
Le parti des travailleurs socialistes éclate en de multiples partis à partir de 1879, soit
un an après sa fondation. Jules Guesde, qui avec Paul Lafargue, introduit les idées de Marx en
France, crée le Parti Ouvrier Français. Allemane, qui, avec Brousse, souhaite que les
communes deviennent propriétaires et organisatrices des moyens de production, crée en 1890
102
le Parti Ouvrier Socialiste Révolutionnaire. Les héritiers de Blanqui vont fonder un Comité
Révolutionnaire Central.
À partir de 1886, les différents syndicats se regroupent en une Fédération. Celle-ci est
à l’origine de la CGT, créée en 1895. La CGT se veut distincte de tout parti politique. Elle
intègre les Bourses du Travail, développées par Fernand Pelloutier et Pierre Monatte, qui vont
se multiplier à partir de 1895. Les Bourses du Travail recensent les offres d’emploi
disponibles dans une localité (concurrençant en cela les bureaux de placement payants) et sont
également des lieux de culture. Elles comprennent des bibliothèques, parfois on y dispense
des cours. Leur présence dans les municipalités dépend du bon vouloir des élus : les locaux
appartiennent toujours à la commune. Les municipalités radicales ou socialistes les
encouragent. Si la lutte révolutionnaire de la CGT ne passe pas par les partis politiques, c’est
parce que la grève générale dépendra de la conscience des travailleurs. Les Bourses du Travail
doivent être l’instrument de cette prise de conscience.
Alors que les premiers députés socialistes siègent à la Chambre, certains ouvriers sont
élus dans les municipalités. Si la revendication salariale est encore l’objet premier des grèves,
on compte également des grèves pour la diminution de la journée de travail (fixée à
10 heures). L’objet de la dure grève de Carmaux est le renvoi de Calvignac, élu maire, faisant
pour assumer ses fonctions, fréquemment preuve d’absentéisme au travail. Les Radicaux
encouragent souvent les grèves, qui s’étendent à de nouveaux travailleurs : les ouvriers
agricoles, les électriciens, les cheminots, les fonctionnaires (postiers, enseignants).
À partir de 1894, mais surtout dans les années 1898-1899, l’Affaire Dreyfus divise les
socialistes. L’Affaire les concerne-t-elle ou non ? Les mots patrie, justice, ont-ils un sens dans
le cadre du régime capitaliste qui ne cesse de les profaner, comme le demande Guesde ?
Jaurès soutiendra malgré tout Dreyfus, et les socialistes vont gagner en « crédibilité » après
l’Affaire. Si bien que le gouvernement Waldeck-Rousseau va appeler un socialiste, Millerand,
au Gouvernement, et en faire un ministre du Commerce. Dans le même gouvernement, le
ministre de la Défense est le Général qui a écrasé la Commune (Gallifet). Cette fois, c’est la
question de la participation des Socialistes à un gouvernement bourgeois qui va diviser les
socialistes. Jaurès y est favorable. Mais la IIe Internationale – fondée en 1889 – se prononce
contre. Elle invite également à l’unification nationale des forces socialistes. La SFIO (section
française de l’Internationale ouvrière) est créée en 1905. Dès 1907, un groupe de socialistes
indépendants, qui n’appartiennent pas à la SFIO, se compose : des ministres « socialistes »
103
participeront aux gouvernements à venir. Ainsi Viviani, sera le premier ministre du Travail de
la IIIe République.
La création de ce ministère du Travail élargit encore les compétences de l’État. Le
syndicalisme révolutionnaire (la CGT) se montre hostile au droit du travail. En 1906, la CGT
appelle les travailleurs à instaurer d’eux-mêmes la journée de huit heures à partir du 1er mai.
Les règles du travail peuvent, selon le syndicalisme révolutionnaire, être dictées par les
travailleurs, sans passer la médiation de l’État qui, forcément, cherche à ménager les intérêts
de tout le monde : patrons et ouvriers. Mais en 1910, les compromis commencent. La loi sur
les retraites est approuvée à la Chambre par la SFIO, alors que tous les socialistes pensent que
les cotisations ouvrières n’ont pas lieu d’être, et qu’il s’agit là d’une concession (c’est au
patronat seul de financer les retraites). Cependant cette loi fait échec aux caisses de retraites
contrôlées et organisées par les patrons, qui s’attachaient ainsi durablement leurs ouvriers :
ceux-ci perdaient le montant de leurs cotisations en changeant d’employeur.
L’intervention publique se diffusera dans la sphère privée et dans celle du travail, alors
que la responsabilité individuelle sera toujours plus minimisée. C’est ce que Donzelot appelle
l’autonomisation du social : à l’intersection du civil et du politique, le social médiatise ces
deux registres
« là où l’on avait d’abord cru possible leur articulation immédiate, créant à
partir de ces deux niveaux un genre hybride, dont la ligne de force pourrait bien
être d’œuvrer progressivement à leur commune extinction… » (Donzelot,
L'invention… op. cit., p.72).
En quoi consiste l’autonomisation du social? En ce que l’on considère « les problèmes
sociaux sous l’angle de l’interdépendance des hommes plutôt que de la querelle sur leurs
devoirs et leurs fautes respectifs » (ibid., pp.132-133). Ainsi concernant les accidents du
travail, le chômage, la maladie : où trouver le responsable (la responsabilité individuelle),
autrement dit, celui qui doit payer ? Question difficile à résoudre. Les responsabilités sont
toujours partagées. Désormais, un système d’assurance, ainsi qu’il existe en Allemagne,
préviendra les risques : toutes les réparations pour la victime seront des droits, puisque
victimes comme coupables auront participer à prévoir l’indemnisation. On évite de la sorte
des préjudices trop importants pour chacune des parties, celle qui mérite d’être indemnisée,
comme celle qui est cause du dommage.
104
Mais le système assurantiel, « socialisme d’État déjà réalisé » disait Mauss1, n’est pas
du tout « l’antichambre du socialisme ». Le rôle que la « méthode solidariste » donne à l’État,
« n’est aucunement celui d’un agent de transformation volontaire de la
structure de la société, mais de mise en œuvre des liens les plus solidaires
possibles à l’intérieur de la structure existante. Par le fait, l’État peut devenir enfin
cette « expression visible du lien invisible » qui, selon Gide, unit les membres de
la société : par la méthode assurantielle, il fait passer entre les individus et entre
les classes sociales ce lien fédérateur qui rend tangible l’interdépendance de tous,
là même où les structures de la production tendent à faire croire aux classes
sociales quelles sont irréductiblement opposées. L’assurance n’est donc pas
l’antichambre du socialisme, mais son antidote » (ibid., p.137).
On en revient à Hegel : par l’intermédiaire de l’État se trouvent réunis les intérêts
antagonistes, et leur opposition est pacifiée.
La première guerre mondiale enterre le mouvement ouvrier dominé par le
syndicalisme révolutionnaire et par les ouvriers à proprement parler. Simone Weil écrit :
« Le mouvement ouvrier français issu de la Révolution a été
essentiellement un cri, moins de révolte que de protestation, devant la dureté
impitoyable du sort à l’égard de tous les opprimés… Il a pris fin en 1914 ; depuis,
il n’en est resté que des échos ; les poisons de la société environnante ont
corrompu même le sens du malheur » (S. Weil, L’enracinement, op. cit., p.74).
Le 27 juillet 1914, dans un ultime sursaut, la CGT appelle à une grande manifestation
contre la guerre. L’Internationale se réunit pour essayer d’éviter le pire, mais Jaurès, grand
partisan de la paix, est assassiné le 31 juillet, alors que le mot d’ordre de mobilisation est
prononcé le 1er août. Les socialistes avaient voté les crédits de guerre au Parlement, et il
semble qu’il y ait un relatif consensus sur la nécessité d’une défense nationale. Bientôt, c’est
« l’union sacrée », qui préfigure l’adhésion des pacifistes à la IIIe Internationale.
Conclusion
Le travail, métier et production, a finalement crée une société de travail, d’emplois. Au
Moyen Âge, être paysan ou artisan est un état. Au XIXe siècle, tous les travaux sont des
marchandises, le travail est abstrait, il est évalué à partir de la valeur de ce qu’il produit.
Occuper un emploi, n’importe quel emploi, est une question de survie. Alors qu’au Moyen
Âge, la noblesse du travail était liée d’une part, au fait de maîtriser un art et d’accomplir une
vocation, d’autre part à la pénitence, au XIXe siècle, la noblesse du travail tient au fait que
1
Marcel Mauss, « Essai sur le don » (1923), pp.145-279, in Sociologie et anthropologie, Paris, PUF,
1950, p.260.
105
l’on participe à la création de la société – à la création de la richesse sociale1. Alors la société
est tout et le travailleur n’est plus rien, il est son serviteur. Il est vrai qu’au Moyen Âge, la
dimension sacrée du métier faisait du travailleur le serviteur de Dieu. Et comme l’a montré
Durkheim, à travers Dieu la société s’adore sans doute elle-même. Mais le symbolisme du
Moyen Âge rendait Dieu présent sur Terre, faisait de l’activité de travail une activité
spirituelle. Au XIXe siècle, il va falloir aimer la société qui sacrifie non seulement la
dimension symbolique du travail mais aussi l’activité de l’esprit du travailleur, et réduit le
travail à un simple moyen.
1
Il est évidemment bien hasardeux d’évoquer « le Moyen Age » et encore plus « le travail au moyenâge » sans prendre en considération l’évolution des mentalités au cours de la période. Le Moyen Age hérite en
effet de trois influences : influence romaine qui valorise l’otium et assimile travail et esclavage ; influence
barbare qui valorise la guerre (et ses fruits : les butins) ; influence chrétienne enfin qui valorise la contemplation.
La question du travail se pose pendant le Haut Moyen Age à travers la question des occupations des
moines. Les théologiens ont à faire face à deux assertions contradictoires du Nouveau Testament. D’une part,
tout ce qui ne vient pas de la seule Providence est honni : il faut imiter l’oisiveté des oiseaux ou des lys des
chants qui ni ne tissent ni n’engrangent et sont mieux vêtus grâce aux soins du Seigneur que Salomon dans toute
sa gloire. D’autre part, Paul dit aux Thessaloniens que ceux qui ne travaillent pas ne mangeront pas. Le travail
est en fait une pénitence, moyen pour l’homme d’expier la désobéissance d’Adam. C’est dans cette mesure que
les moines travaillant la terre pourront justifier leurs activités : en s’humiliant dans le travail, ils s’élèvent.
Le Haut Moyen Age ne cherche pas à développer les arts mécaniques ou les techniques. En fait, « le
progrès technique au Moyen Age est perçu comme un miracle, comme une domination de la nature qui ne peut
avoir d’autre origine que la grâce divine » (Jacques Le Goff, Pour un autre Moyen Age, Gallimard, Paris, 1977,
p.164) Rien d’étonnant que dans l’iconographie médiévale, la charrue, le moulin ou le pressoir soient des
symboles. Si les moines bâtissent des moulins, ce genre d’installations passait « aux yeux des contemporains
plus comme preuve du savoir presque surnaturel, quasi thaumaturgique des moines que comme un exemple de
leur habileté technique » (ibid., p.119) Pour les moines, le développement des techniques « n’était qu’un moyen
… de se rendre disponible pour le plus important … la vie contemplative » (ibid., pp.118-119).
Entre le XI e et le XIIIe siècle, l’Église va accomplir une réforme de son idéologie à l’égard du travail.
Désormais, d’une part, tout travail – peine et labeur – méritera salaire. D’autre part, le maniement de l’outil
sacralisé, traduira une vocation. Bien des questions restent posées sur le problème de l’argent : peut-on être
rémunéré au temps, celui-ci étant un don de Dieu ? Il en va de même pour la science. Ainsi, ce n’est ni le temps,
ni la science (en ce qui concerne les enseignants), qui correspond au salaire, mais la peine.
Reste cependant des métiers pénibles considérés comme « illicites ». Au nom du sang tabou, les métiers
du bourreau, du boucher, du chirurgien, de l’apothicaire, sont jugés illicites (c’est-à-dire interdits aux moines, et
dévalorisés dans la société). Au nom du tabou de l’impureté, les métiers « sales » (cuisiniers, ouvriers du
textile…) sont également illicites. Le tabou de l’argent, rend illicites les activités des marchands ou des usuriers.
Sont au contraires valorisés les métiers « créateurs » qui font de l’homme un travailleur « à l’image de Dieu » :
« Toute profession qui ne crée pas est donc mauvaise ou inférieure. Il faut, comme le paysans, créer la moisson,
ou, à tout le moins, transformer comme l’artisan la matière première en objet » (ibid., p.96) Mais à partir de XIII
e siècle, la liste des métiers illicites s’amenuise. « Des couches nouvelles apparaissent, liées aux nouvelles
activités : artisans, marchands, techniciens. S’imposant bientôt sur le plan matériel, elles veulent la consécration
sur le plan social » (ibid., p.104). L’argument de « l’utilité commune », va excuser tous les métiers mécaniques
ainsi que les marchands, voire même les prostituées. « Désormais, dans ce vaste chantier – à l’image du chantier
urbain où les métiers se diversifient et collaborent – qu’est le monde, chaque profession à son rôle matériel, sa
valeur spirituelle. Aucun métier n’est un obstacle au salut, chacun a sa vocation chrétienne, chacun rejoint cette
« familia Christi » qui groupe tous les bons travailleurs » (ibid., p.103). Car pour promouvoir leurs activités, les
travailleurs s’appuient sur la religion : « chaque métier a son saint patron, plusieurs parfois, et les corporations,
qui font représenter leurs saints protecteurs dans l’exercice de leur profession, ou du moins avec les outils, les
symboles de leur métier, magnifient leurs occupations, éloignent un mépris désormais malséant à l’égard d’une
activité illustrée par de si puissants et vénérables représentants » (ibid., p.104).
106
Pour mieux aimer Dieu au Moyen Âge, on a embrassé volontairement la pauvreté (les
ordres mendiants au XIIIe siècle) ; aujourd’hui l’individu est tellement dépendant de la société
qu’il se considère comme inutile au monde et indigne lorsqu’il est privé d’emploi – et donc de
salaire. C’est être occupé qui compte, la dimension qualitative du travail n’importe plus. Le
travail ne perfectionne plus l’individu, bien qu’il complexifie la société ; il ne l’avilit plus non
plus comme aux sombres heures du XIXe siècle, ou comme dans l’organisation taylorisée de
l’usine que décrit Simone Weil. Travailler n’est plus avant tout « changer volontairement la
matière par les mouvements du corps », ce qui faisait dire à la jeune Simone Weil que « le
travail d’ouvrier est le travail »1. Non. Travailler est désormais tout autre chose. Mais qu’estce au juste ? C’est occuper un emploi.
Nous avons vu comment le travail, de métier, d’activité qui trouve en elle sa propre
finalité (praxis), est devenu « activité productive », « travail abstrait » (marchandise) ; il nous
faut voir maintenant comment l’activité productive est devenue « emploi ».
1
Simone Weil, « La division du travail et l’égalité des salaires » (1929), op. cit., p.249.
107
Deuxième partie.
La dimension économique du travail.
Le système de la production.
108
Introduction
Nous avons mis en évidence la dimension anthropologique du travail : le travail est un
phénomène spécifiquement humain puisque seul l’homme modèle la nature selon sa volonté –
ou, ce qui est la même chose, crée son milieu. Nous avons vu d’abord que le travail est une
action, l’action nécessite la pensée ou le jugement. La dimension ontologique du travail tient
à ce qu’il est une action collective qui transforme les conditions sociales de l’existence. Mais
nous avons vu ensuite que le travail n’est qu’un moment de cette action collective : il est
l’exécution d’une décision. La division du travail, enfin, commence dès que travailler la terre
et fabriquer des objets sont des activités spécialisées, dédiées à des personnes différentes : on
peut parler là de division horizontale (diachronique) du travail. Or diviser le travail, c’est
aussi faire en sorte que ceux qui décident et ceux qui exécutent ne soient pas les mêmes, on
parlera ici de division verticale (synchronique) du travail.
Dans le mode de production capitaliste, l’intelligence de la nature est, d’une part,
confisquée aux producteurs pour devenir le monopole des savants (travailleurs intellectuels),
d’autre part, cristallisée dans la technique. Ce mode de production qui se caractérise par la
séparation du travailleur d’avec les moyens de production ainsi que par le salariat – corollaire
de cette séparation –, tend à faire disparaître la dimension qualitative du travail, et donc la
spécialisation. Combattre le mode de production capitaliste et socialiser la production et les
moyens de production, c’est viser à abolir la séparation entre le travail intellectuel (de
décision) et le travail manuel (d’exécution). L’union du travail d’exécution et de décision
rend compte de la « grandeur et de la misère de l’homme » : l’homme peine, mais il choisit sa
peine, il la maîtrise.
Nous avons retracé dans les grandes lignes l’évolution de l’industrialisation française
au cours du XIXe siècle jusqu’en 1914, ainsi que l’organisation ouvrière qui accompagne
cette évolution. Nous avons vu que la technique avait crée de nouveaux métiers ouvriers,
différents des activités artisanales. Le salariat a été compatible avec l’action du travailleur.
Avec l’organisation taylorienne de l’atelier, la production se passera de plus en plus du
travail-action. Le mouvement ouvrier prendra alors nécessairement une nouvelle tournure. Il
ne pourra plus être question de défendre l’honneur ou la fierté du travail, il faudra défendre les
salaires1. Il s’agira alors de lutter pour les compensations de l’esclavage, comme dit Simone
Weil, ou autrement dit, pour les conditions d’emploi.
1
C’est ce que traduit, à sa façon, Péguy dans l’Argent : « On ne saurait trop le redire, c’est la
bourgeoisie qui a commencé à saboter et tout le sabotage a pris naissance dans la bourgeoisie. C’est parce que la
109
Nous verrons de quelle manière, concernant la revendication de droits, le mouvement
ouvrier s’est laissé prendre de vitesse par les réformateurs sociaux, ni ouvriers, ni capitalistes.
Nous verrons de quelle manière les conditions de la société salariale se sont imposées, puis
améliorées, jusqu’à ce qu’elles se dégradent parallèlement au déclin de la dimension
productive du travail d’exécution, qui laisse place à la dimension organisationnelle de la
production et surtout de la consommation. Autrement dit, pendant la seconde moitié du XXe
siècle, alors que la condition salariale s’améliore, les efforts des industriels (aidés par l’État)
vont consister surtout à organiser la société de consommation, à laquelle la production et les
producteurs devront s’adapter. Mais que deviennent production et consommation dans une
société de « travailleurs qui n’a plus assez de labeur pour satisfaire ses membres », comme
l’écrit Hannah Arendt ? Car à mesure que la technique et l’organisation de la production se
développent, une partie des travailleurs devient bel et bien superflue. Or, de même que dans
une société de consommation et de production, les travailleurs n’agissent plus, dans une
société salariale, les travailleurs sans travail et sans salaire ne consomment plus.
I. Le système fordiste : genèse, fonctionnement, critiques
I.1. L’invention du chômage (1890)
Flexibilité ou précarité du travail, le vocabulaire est nouveau, la réalité ne l’est pas.
Christian Topalov a montré de quelle manière, pour la France, les États-Unis et le RoyaumeUni, la notion de chômeur et de chômage telle que nous l’entendons aujourd’hui a été
« inventée » entre 1880 et 1910. Durant la seconde moitié du XIXe siècle les ouvriers
changent souvent d’employeur, ou même de statut. La sous-traitance existe déjà. Un ouvrier
qualifié peut se mettre à son compte une période et œuvrer aux commandes des industriels – il
bourgeoisie s’est mise à traiter comme une valeur de bourse le travail de l’homme que le travailleur s’est mis, lui
aussi, à traiter comme une valeur de bourse son propre travail. C’est parce que la bourgeoisie s’est mise à faire
perpétuellement des coups de bourse sur le travail de l’homme que le travailleur, lui aussi, par imitation, par
collusion et encontre, et on pourrait presque dire par entente, s’est mis à faire continuellement des coups de
bourse sur son propre travail. C’est parce que la bourgeoisie s’est mise à exercer un chantage perpétuel sur le
travail de l’homme que nous vivons sous ce régime de coups de bourse et de chantage perpétuel que sont
notamment les grèves : Ainsi est disparue cette notion du juste prix, dont nos intellectuels bourgeois font
aujourd’hui des gorges chaudes, mais qui n’en a pas moins été le durable fondement de tout un monde » (Charles
Péguy, l’Argent (1912), Gallimard, NRF, 1932, pp.18-19).
110
ne s’agit pas là du dur travail en chambre – puis être employé dans un atelier si les
commandes viennent à manquer. Les non-qualifiés changent également souvent d’emploi.
D’une part dans bien des industries comme dans l’agriculture, le travail est saisonnier. D’autre
part les allers-retours entre la ville est la campagne sont fréquents pour un prolétariat issu des
campagnes. Il est vrai que jusqu’en 1890 le licenciement n’exige aucune réparation de la part
des employeurs. Mais il n’est pas certain que toutes les mobilités professionnelles soient
imputables aux licenciements. Quitter l’emploi quand on le veut, c’est-à-dire quand les
conditions de travail ne sont plus jugées satisfaisantes ou quand on en a les moyens, est aussi
pour la classe ouvrière une manière de résister à la domination des patrons. Ceux-ci le savent
bien, qui ont tenté par le moyen du paternalisme de s’attacher leurs ouvriers.
Ainsi, sans emploi stable, les ouvriers survivent. Grâce à deux facteurs principaux
montre Topalov. D’une part, la solidarité de quartier. En cas de difficultés financières trop
importantes, on peut compter sur les voisins : ils aident un ménage à déménager « à la cloche
de bois », à résister à l’expulsion du logement, etc. D’autre part, grâce aux multiples moyens
de faire entrer des ressources. Dans les quartiers ouvriers, on élève des animaux : poules,
moutons, porcs, etc. Dans les quartiers bourgeois, les femmes prolétaires trouvent de petits
emplois de domestiques ou de vendeuses. Les enfants peuvent également travailler, et pas
forcément à l’usine ou à la manufacture : ils vendent les journaux à la criée, etc.… Tous ces
emplois sont légaux ou illégaux. Mais ils permettent aux ouvriers d’être relativement
indépendants du salariat, et donc du patronat. Grâce aux coalitions, les ouvriers qualifiés
obtiennent des aménagements du temps : ils chôment le lundi (le Saint lundi) ; il arrivait aux
ouvriers de la mécanique de survivre relativement confortablement, en travaillant moins de
250 jours dans l’année en changeant trois à cinq fois de patron1.
En 1907, s’interrogeant sur le problème des demandeurs d’emploi, William Beveridge,
alors travailleur social gérant un bureau de placement, remarque que certains travailleurs
intermittents « devaient bien avoir quelque travail » :
« et effectivement, on a découvert qu’ils avaient un peu de travail de temps
en temps […]. J’en suis venu à la conclusion que le fait le plus important était
qu’ils trouvaient un peu de travail de temps en temps, et non qu’à d’autres
moments ils n’avaient pas de travail. » (cité, in ibid., p.17)
Alors ? Alors il faut entreprendre une réforme. Le même Beveridge poursuit :
« pour celui qui veut travailler une fois la semaine et rester au lit le reste
du temps, la bourse du travail rendra peu à peu impossible ce mode de vie. Elle
1
Christian Topalov, Naissance du chômeur 1880-1910, Albin Michel, Paris, 1994, p.47.
111
prendra cette journée par semaine qu’il voulait avoir et la donnera à quelqu’un
d’autre qui travaille déjà quatre jours par semaine et permettra ainsi à ce dernier
de gagner décemment sa vie » (cité in ibid., p.18).
Au Moyen Âge puis sous l’Ancien Régime on avait déjà rationalisé la distribution des
secours ou de la charité en distinguant entre « les indigents » et les « indigents valides », ces
derniers étant les pauvres qui pouvaient travailler, les paresseux autrement dit ! Désormais on
s’interroge sur le chômage. Les raisons de chômer au XIXe siècle sont multiples, car chômer
c’est ne pas travailler. Ainsi on chôme les jours fériés, on chôme par « manque d’ouvrage »,
on chôme le « saint lundi », etc. Il faut donc distinguer entre le chômage volontaire et le
chômage involontaire. Ce seront les premières mesures de ce que l’on appelle aujourd’hui
« l’activation » qui seront inventées au début du XXe siècle :
« En 1909, dans le rapport de la minorité de la Royal Commission on the
Poor Laws, [les réformateurs sociaux] affirment que leur objectif est que tous les
ouvriers valident soient en permanence au travail : l’entretien qui leur sera fourni
lorsqu’ils ne travaillent pas ne doit donc pas l’être « de la façon ou dans les
conditions qui leur seraient les plus agréables ». C’est dans le même but qu’ils
veulent que l’inscription aux bureaux de placement soit obligatoire pour les
employeurs comme pour les ouvriers. Ceux à qui l’on ne pourrait trouver
d’emploi, les inadaptés, pourraient se voir alors proposer une rééducation dans des
institutions appropriées. Ils seraient libres de refuser, mais ils perdraient alors leur
droit à l’entretien par les pouvoirs publics. Pas de rééducation, pas de secours :
c’est la modernisation du principe de dissuasion de 1834. Au cas où le chômeur
refuserait les emplois proposés ou la rééducation recommandée, il y aurait une
ultime solution : la détention, qui serait décidée par le juge pour non-assistance à
la famille, vagabondage ou insubordination caractérisée dans une institution
publique » (ibid., p.410).
Désormais le droit s’occupera des travailleurs : droit du travail d’une part (qui va
confisquer aux ouvriers qualifiés la maîtrise du temps : en 1906 le repos hebdomadaire est
institué en France) ; droit à l’assistance d’autre part (les retraites ouvrières – loi de 1910 –
l’assurance contre les risques maladie, maternité, invalidité – loi de 1928). Grâce au droit,
grâce au contrat de travail inventé en 1890, « l’ouvrier n’est pas un simple vendeur de travail,
c’est un collaborateur »1. L’ouvrier aura des droits, il aura donc aussi des devoirs. Mais
comment le convaincre à collaborer ? De manière dissuasive, en l’empêchant de chômer
lorsqu’il le veut, nous l’avons vu. Mais aussi de manière positive : en augmentant son salaire !
« Mais comment réussir à payer de meilleurs salaires, alors que les
ouvriers s’acharnent à faire baisser le rendement, résistant à la pression que
1
Desroys du Roure, cité in Jacques Le Goff, Du silence à la parole. Droit du travail, société, État
(1830-1985), Calligrammes/La digitale, Quimper, 1985, p.77.
112
l’encadrement exerce sur eux ? … en transférant la discipline, de l’encadrement
hiérarchique, à la machine elle-même. » (J. Donzelot, L’invention…, op. cit.,
p.152).
Le règlement du travail va servir l’ouvrier comme l’employeur : on va viser
« à ce que l’effort demandé ne soit pas disproportionné par rapport à celui
qui doit le fournir …. On recherchera le temps minimum grâce auquel une tâche
peut être accomplie sur une machine et on réglera celle-ci sur ce rythme » (ibid.,
p.153).
Et cela peut se faire en s’appuyant sur le mouvement de normalisation des conditions
de travail auquel le patronat ne cherchera plus à s’opposer vainement, qu’il ne laissera plus
servir d’arme contre le rendement. La normalisation des conditions de travail est en question
en France à partir de 1892 :
Le texte Ferroul « ne propose en effet rien de moins que d’interdire les
amendes et, chose plus grave encore, d’interdire l’affichage des règlements qui
n’auraient pas été préalablement soumis à l’approbation d’une commission
composée d’ouvriers et de patrons. Il met autrement dit en cause avec une audace
et une brutalité jugée inouïe le symbole régalien de l’autorité patronale
…Finalement le débat sur la question des amendes traînera en longueur avant
d’accoucher … 17 ans plus tard d’une loi « sur le paiement des salaires » » (J. Le
Goff, Du silence… op. cit., pp.92-94).
La circulaire Millerand du 19 janvier 1900 appelle l’Inspection du Travail
« à se rapprocher des organisations syndicales en vue d’une meilleure effectivité
du droit du travail » (ibid., p.100)
La loi de 1919 sur les conventions collectives reconnaît aux syndicats le
« droit d’agir en justice en vue de faire appliquer la convention, par substitution,
le cas échéant, aux individus lésés. Ceci équivaut à la reconnaissance d’un intérêt
collectif dont le garant naturel est l’acteur collectif par excellence : le syndicat. »
(ibid., p.107)
1912. Le taylorisme est installé. Deux grèves éclatent chez Renault contre le
chronométrage. 1914. La France entre en guerre, les syndicats négocient dans les entreprises
et avec l’État… Le mouvement ouvrier a perdu ses leaders : les ouvriers qualifiés
disparaissent sous l’effet de la mise en place de l’Organisation Scientifique de la Production
(OST).
113
I.2. La production dans l’entre-deux-guerres
I.2.1. Les avancées sociales pendant la Grande Guerre
L’union sacrée, c’est l’entrée au gouvernement des socialistes, et c’est la collaboration
de la CGT avec l’État. En 1915, la crise économique est sans pareille. S’amorce alors dans
l’économie des tentatives d’ingérence de l’État. Les salaires augmentent, des délégués
d’ateliers ouvriers sont élus pour faire un lien entre les ouvriers et les directions. On
commence à penser à la possibilité de nationaliser les industries de base après la guerre. Le
Réformisme est donc actif.
En 1918 la situation se renverse : les pacifistes devenus majoritaires à la Chambre,
mettent en cause l’union sacrée. Les grèves sont incessantes et très suivies, et les adhérents à
la CGT plus nombreux, alors que la SFIO, qui a voté les crédits de guerre, perd beaucoup de
sa popularité. Après la guerre, la victoire aux législatives du « bloc national » (la droite) ne
laisse présager aucune continuité des politiques sociales mises en place dans les usines. Il
n’est plus question non plus de nationalisation. Cependant la loi sur la journée de travail
réduite à huit heures est votée. Les adhérents à la CGT sont de plus en plus nombreux, mais
aussi de plus en plus variés : ce sont les fonctionnaires et les employés qui adhèrent
massivement. On les soupçonne d’adhérer « pour le ventre », et non pour le socialisme.
Dans un tel contexte, et avec l’embellie économique, les grèves du 1er mai 1919
connaissent un succès éclatant. Pourtant, elles n’ont rien de révolutionnaire. Déjà on reproche
à la direction de la CGT son réformisme, et les nationalisations promises ne sont pas à l’ordre
du jour, on ne sait plus quoi penser de l’attitude de la SFIO. En fait, le mouvement ouvrier est
divisé.
En février 1920, au Congrès de Strasbourg, se pose la question pour la SFIO d’adhérer
à la IIIe Internationale. Mais les vingt et une conditions de Zinoviev sont contraignantes. Au
Congrès de Tours, l’adhésion l’emporte et provoque une scission : le Réformisme est rejeté
par ceux qui créent la Section Française de l’Internationale Communiste (SFIC), le futur PCF.
Un an plus tard, la scission intervient à la CGT. Les communistes (qui fondent la CGTU) sont
ceux qui ont été actifs dans les mouvements sociaux de 1918, mouvements pacifistes qui
n’ont pas été organisés par la CGT ; ce sont des ouvriers et des enseignants. Les adhérents de
la CGT et les socialistes sont plutôt des fonctionnaires et des employés.
I.2.2. 1920 : achèvement de l’industrialisation, essor du catholicisme social
Dans les années vingt, alors même que les profits ont augmenté de 50 % et les salaires
de 12 % seulement, le Parti Communiste voit le nombre de ses adhérents augmenter moins
114
rapidement que celui de la SFIO. La condition ouvrière se transforme par contre à grande
vitesse : l’artisanat disparaît à peu près complètement, les petits artisans sont exclusivement
des réparateurs. Les investissements techniques sont très importants, et l’organisation
scientifique du travail se diffuse. Un fort appel à la main d’œuvre immigrée génère une
montée de xénophobie (qui s’exprime dans l’Action Française de Charles Maurras). Enfin, le
catholicisme social entreprend de conquérir la classe ouvrière. En 1925 est créée la Jeunesse
Ouvrière Chrétienne (JOC) qui n’est évidemment pas une organisation révolutionnaire, mais
qui s’implante progressivement dans les banlieues ouvrières. La CFTC (confédération
française des travailleurs chrétiens) a été créée en 1919. Le camp catholique est ramifié : en
1920, Henri Massis1 lance La revue universelle et Marc Sangnier La jeune république. Marc
Sangnier, marqué par l’encyclique Rerum Novarum (1891), a crée le Sillon en 1899,
mouvement de jeunes visant à rassembler les chrétiens autour de l’idéal démocratique et des
idées sociales de l’Église. Le Sillon sera condamné en 1910 par Rome, accusé d’être plus
« politique » que « mystique ». Il sera le seul organe chrétien à soutenir le Front Populaire en
1936. La Jeune République reçoit par contre la bénédiction de Benoît XV. Les catholiques
opposent plusieurs fronts : celui de Maritain2 (proche d’Henri Massis), celui de Mounier3 (qui
se rapproche des communistes sous l’influence de Jean Lacroix), celui de Sangnier (qui se
veut plus politique qu’intellectuel)4.
Dans le monde du travail, une nouvelle catégorie de travailleurs émerge, qui elle aussi
va revendiquer le christianisme : les cadres. L’appellation « cadre » n’existait avant l’entredeux-guerres que dans l’armée. Promue hors du contexte militaire, les cadres sont cette
fraction de la bourgeoisie qui présente la particularité d’être salariée. Il s’agit majoritairement
des ingénieurs. Au moment où apparaissent les revendications de ces salariés, en matière de
salaires, de pouvoir de décision dans les entreprises, puis plus tard de protection sociale, vont
se créer les premiers syndicats d’ingénieurs véhiculant une idéologie qui sera celle de
1
Né en 1886, il était étudiant à l’Ecole normale des arts décoratifs et à la Sorbonne ; c’est un catholique,
admirateur de Maurras, Péguy, et Claudel ; il était journaliste avant la guerre, fut membre du groupe « Agathon »
qui attaqua Durkheim, il a publié L’esprit de la nouvelle Sorbonne en 1911 et Les Jeunes Gens d’aujourd’hui en
1913.
2
Maritain est né en 1882 dans une famille protestante, il est le petit-fils de Jules Favre. Il rencontre
Psichari à Henri IV, devient comme lui, jaurésien et dreyfusard. Il suit les cours de Bergson à la Sorbonne avec
Péguy. Proche de Léon Bloy qu’il rencontre en 1906, il se convertit au catholicisme. En 1913, il est agrégé de
philosophie et publie La philosophie bergsonienne
3
Emmanuel Mounier est né en 1905 dans une famille paysanne. Il obtient l’agrégation de philosophie
en 1928. Il a publié dans le Roseau d’Or, la collection de Maritain chez Plon, La Pensée de Charles Péguy, écrit
avec Georges Izard et Marcel Péguy. Esprit, crée en 1933 revendiquera sous l’influence de Jean Lacroix
l’anarchisme de Proudhon.
115
la classe moyenne. On emprunte à la vulgate marxiste le terme de classe, mais pour le
neutraliser aussitôt : la « classe moyenne » entend s’opposer à la lutte des classes et à la
dictature du prolétariat. Si l’on agglomère sous l’appellation « classe moyenne » les
professions libérales, les ingénieurs, les fonctionnaires, certains employés, et les petits patrons
artisans, la classe moyenne représenterait presque la moitié de la population active dans les
années vingt et trente.
Rappelons-le, le mouvement ouvrier avait revendiqué « le métier », celui-ci étant
nécessaire pour s’approprier la structure de production, il est également la finalité de la lutte
révolutionnaire. Il avait revendiqué le travail créateur de valeur, le travail abstrait, car celui-ci
étant la source de la richesse sociale, cette dernière devait être mieux répartie : la question de
la redistribution est l’objet des grèves. Enfin, il avait revendiqué l’emploi (le droit au travail),
celui-ci étant un statut social. La Révolution de 1848 exige que le statut social du salarié soit
une norme ou un droit, garantit par l’État. La finalité de ces trois revendications concerne
l’association directe des producteurs, sans l’intervention de l’État.
Pour rendre possible l’association des producteurs, il fallait d’abord que le salariat
étendu fournisse un statut social, de sorte que chaque individu jouisse des droits citoyens,
jusque là réservés aux seuls propriétaires. Dans un second temps, grâce à l’accès des
travailleurs à la citoyenneté, il fallait s’emparer de la direction politique du pays, puis abolir
les privilèges des propriétaires. L’association des producteurs indépendants (pourvus d’un
métier) devenait alors réalisable. Le mouvement ouvrier du XIXe vise tout autre chose que le
compromis social entre les différentes classes sociales, puisqu’il vise la suppression de la
structure de classes.
Se pose, pendant la grande guerre, la question des nationalisations et du réformisme.
L’État apparaît alors comme un partenaire économique, et la CGT, révolutionnaire à son
origine, est prête à collaborer aux aménagements du capitalisme. La mise en place d’un
« capitalisme d’État », et de la collaboration entre les syndicats, les organisateurs du travail et
l’État, va considérablement opacifier les rapports sociaux. Car en 1936, avec la victoire du
Front Populaire c’est le compromis social qui est victorieux, bien plus que le socialisme.
I.2.3. La crise des années trente et le Front populaire
En avril 1936 éclatent les grèves liées au succès électoral du Front Populaire, Simone
Weil suit de très près, d’abord les réactions ouvrières, ensuite les mesures politiques du Front
116
Populaire, se rendant à Paris et visitant les usines occupées. Elle suggère dans un article (« La
vie et la grève des ouvriers métallos ») :
« Je pense, pour moi, que le moment serait favorable, si on savait l’utiliser,
pour constituer le premier embryon d’un contrôle ouvrier. Les patrons ne peuvent
pas accorder des satisfactions illimitées, c’est entendu ; que du moins ils ne soient
plus seuls juges de ce qu’ils peuvent ou disent pouvoir »1.
C’est bien le sens des accords Matignon sur les conventions collectives. Mais Simone
Weil dresse un sévère bilan :
« Pendant cette grève, dont l’ampleur a surpris tout le monde, ni les
ouvriers, tout entiers à la joie de respirer librement, ni les militants, débordés et
harcelés de préoccupations immédiates, n’ont eu le loisir d’étudier les conditions
d’une amélioration effective et durable de la condition ouvrière. On a simplement
arraché au patronat des concessions correspondant en gros aux désirs confusément
exprimés par les masses ouvrières. C’est beaucoup. Ce n’est pas assez » (ibid.,
p.363).
La philosophe exige la suppression du salaire aux pièces, selon elle, le Front Populaire
ne l’a pas obtenue :
« Pourtant, dira-t-on, la garantie du salaire minimum est inscrite sur le
contrat collectif. Mais non. C’est une erreur. Elle n’y est pas inscrite. Et ce qui est
très grave, c’est que les ouvriers croient avoir obtenu cette revendication qui leur
tient si profondément à cœur, alors qu’en fait ils ne l’ont pas obtenue » (ibid.,
p.366).
Ce que le Front Populaire a obtenu, c’est que le rythme de travail « normal » soit payé
au salaire minimum, mais de quoi dépend la norme ? En 1937, dans un projet d’article
(« Méditation sur un cadavre »), elle écrira :
« Pour prendre un exemple parmi bien d’autres, au mois de juin 1936,
parce que les usines étaient occupées et que les bourgeois tremblaient au seul mot
de soviet, il était facile d’établir la carte d’identité fiscale et toutes les mesures
propres à réprimer les fraudes et l’évasion des capitaux, bref d’imposer jusqu’à un
certain point le civisme en matière financière. Mais ce n’était pas encore
indispensable, et l’occupation des usines accaparait l’attention du gouvernement
comme celle des multitudes ouvrières et bourgeoises. Quand ces mesures sont
apparues comme la dernière ressource, le moment de les imposer était passé. …
Ceux qui ne savent pas ruser ainsi avec le temps, leurs bonnes intentions sont de
la nature de celles qui pavent l’enfer »2.
1
Simone Weil, « La vie et la grève des métallos » (1936), pp.348-361, in Œuvres complètes TII, vol.2,
Gallimard, Paris, 1991, pp.359-360.
2
Simone Weil, « Méditations sur un cadavre » (1937), pp.74-80, in Œuvres complètes, T.II, vol.3,
Gallimard, Paris, 1989, p.77.
117
Dans le même article, quelques lignes plus bas, elle fait le procès de la socialdémocratie :
« presque partout, la social-démocratie s’est montrée identique à ellemême, parée des mêmes vertus, rongée des mêmes faiblesses. Toujours les mêmes
excellentes intentions qui pavent si bien l’enfer, l’enfer des camps de
concentration. … il n’est jamais bon d’avoir derrière soi une doctrine, surtout
quand elle enferme le dogme du progrès, la confiance inébranlable dans l’histoire
et dans les masses. Marx n’est pas un bon auteur pour former le jugement ;
Machiavel vaut infiniment mieux » (ibid.).
En 1937, Simone Weil écrit dans la revue Syndicats. Cette revue a pour fin de
combattre l’inféodation de la CGT (réunifiée en 1936) aux partis politiques. Elle est
largement financée par le patronat. Pendant l’expérience du Font Populaire, les patrons ont
également encouragé la création de syndicats professionnels, syndicats de maîtrise en général.
Alors que le mode de production taylorisé s’est généralisé dans l’industrie après la
seconde guerre mondiale, le mouvement ouvrier révolutionnaire a définitivement perdu la
partie, et le réformisme s’impose. C’est à l’acheteur de la force de travail que s’était opposé le
mouvement ouvrier au XIXe siècle ; mais ce n’est plus l’acheteur, le capitaliste, qui va
organiser le processus de production et d’échange au XXe siècle ; ce ne sont plus les ouvriers
qui vont organiser leur travail sur la base de leur savoir productif dans les ateliers. Aux ÉtatsUnis, dans les années trente, de nouveaux rapports sociaux naissent, qui opposent les
travailleurs aux managers. Les managers s’appellent en France les « cadres ».
En fait, l’organisation, de la production (du travail) et de l’échange (du marché)
devient une pratique autonome, et, écrit Rolande Pinard, d’une « société de marché, nous
passerons à une société organisée »1. Cette « société organisée » va créer le « travailleurconsommateur » : des experts en marketing, publicité, vont contribuer au développement de la
vente à crédit et au changement annuel des modèles de voitures, par exemple. Le plus
important est que le management va devenir au XXe siècle « processus » et « agent » de
l’organisation de l’atelier, de l’entreprise, puis de la société, alors qu’au siècle précédent,
l’organisation n’appartenait que rarement à l’entrepreneur, mais le plus souvent aux ouvriers
de métier, aux tâcherons, ou aux contremaîtres (R. Pinard, op. cit., pp.119-123). Et c’est
pourquoi il était encore réaliste peut-être au XIXe, de croire à la possibilité, pour les
travailleurs, de s’emparer de l’ensemble du processus de production : ils en avaient alors la
maîtrise – ce qu’a montré l’expérience de la Commune.
1
Rolande Pinard, La révolution du travail : de l’artisan au manager, Presses Universitaires de Rennes,
2000, p.113.
118
En 1937, Simone Weil écrivait :
« On parle sans cesse, actuellement, de la production. Pour consommer, il
faut d’abord produire, et pour produire il faut travailler. Voilà ce que, depuis juin
1936, on entend répéter partout, du Temps jusqu’aux organes de la CGT, et ce
qu’on entend, bien entendu, contester nulle part, sinon par ceux que font rêver les
formes modernes du mythe du mouvement perpétuel … À vrai dire, la justice ne
trouve pas son compte dans le spectacle de milliers d’hommes peinant pour
procurer à quelques privilégiés des jouissances délicates ; mais que dire des
travaux qui accablent une multitude de malheureux sans même procurer aux
privilégiés grands et petits de vraie satisfaction ? » (S. Weil, « La condition… »,
op. cit., p.319).
Les politiques économiques keynésiennes ont été mises en place pour pallier au
problème du chômage engendré par la crise des années trente. La question n’est ni celle de la
justice, ni celle des jouissances procurées par la consommation. En Allemagne, la crise
économique a permis l’accès des hitlériens au pouvoir, Simone Weil le sait bien parce qu’elle
s’est rendue à Berlin pour observer la situation en 1932. Hitler a promis du travail aux
Allemands : ils en ont eu… dans l’industrie d’armement entre autres, mais pas seulement. On
peut dire que les politiques keynésiennes consistent en l’instauration d’un capitalisme d’État
dans le sens où ce dernier, intervenant dans l’économie par le biais de subventions, fixation
des prix, etc., peut déprécier ou apprécier la valeur du capital.
Le marché s’autorégulant a permis aux États-Unis, dans les années vingt, une énorme
quantité d’investissements en biens de production (leur production s’élève de 25 % entre 1927
et 1929). En 1932, cet investissement est réduit aux trois quarts, et le revenu national1 ne
cesse de chuter. Cette diminution de l’investissement et de la production s’accompagne d’un
fort chômage : 1,5 millions de chômeurs en 1929, puis 12 millions en 1932. Les États-Unis
vont alors, d’une part rapatrier les capitaux placés à l’étranger (en particulier en Allemagne),
et d’autre part mettre quasiment fin aux importations. Les économies européennes seront donc
touchées à deux endroits : tous les pays rapatrient les capitaux placés à l’étranger ; tous les
pays doivent faire baisser les prix des biens destinés à l’exportation. Les industries de biens
d’exportation entrent en crise.
La France est moins touchée par la crise et elle est touchée plus tardivement. Les
investissements ont été moindres en France, et l’économie de biens à l’exportation est moins
développée qu’en Grande-Bretagne par exemple. Néanmoins 100 000 chômeurs devront être
1
qui est, ou bien l’ensemble des revenus distribués dans le pays, ou bien l’ensemble des dépenses
effectuées dans le pays, ou bien l’ensemble des productions du pays.
119
secourus durant les trois derniers mois de 1931 et 300 000 durant les quatre premiers mois de
1932.
Les solutions préconisées en Europe par les tenants de l’économie orthodoxe
consistent à faire baisser les salaires pour permettre la remontée des profits, et à réduire les
dépenses publiques pour diminuer les déficits budgétaires. Mais en diminuant les impôts, les
États réduisent leurs dépenses autant que leurs recettes, cela ne change donc rien au déficit
budgétaire. Quant à la baisse des salaires, elle est difficile à mettre en place en période de
chômage aussi massif. Elle diminue également les possibilités de consommation, ce qui
n’encourage ni l’investissement ni, par suite, la relance de l’emploi.
En 1933, Roosevelt met en place le New Deal : les grands travaux commandés par
l’État aggravent le déficit budgétaire mais le chômage passe de 25 % en 1932 à 14 % en 1937.
Cependant, les capacités de production sont telles que seuls les programmes massifs de
réarmement vont améliorer la situation (le taux de chômage aux États-Unis est encore de
10 % en 1941).
De l’exemple Américain, il résulte que seule l’intervention de l’État dans l’économie
peut réduire la tendance chronique à la sous-consommation par rapport à ce que l’économie
est en capacité de produire ; seule l’intervention de l’État peut rendre viable l’économie de
marché. C’est ce que Keynes théorise en 1931. L’État doit accroître les dépenses publiques de
sorte à relever la propension à consommer des travailleurs (sécurité sociale, redistribution), et
à créer une demande directe pour les biens de production (commandes de grands travaux). Il
doit enfin veiller au maintien de taux d’intérêts assez bas afin d’inciter les entreprises à
investir. L’influence de Keynes se traduit en France après la seconde guerre mondiale par le
« dirigisme » de l’économie, aisé à mettre en place puisqu’il faut reconstruire d’abord,
équiper les ménages ensuite – dont la demande arrivera à saturation à la fin des années
soixante. En France le secteur public, après guerre, réalise un cinquième de l’investissement
fixe productif1.
I.3. Travail et capital : PC et encadrement capitaliste
I.3.1. Travail : le mouvement ouvrier réformiste
En France, à la libération, les effectifs de la CGT comme ceux de la CFTC connaissent
une nette augmentation à l’instar de ceux du PCF. Le Parti Communiste n’obtient pourtant
immédiatement que deux ministères et deux secrétariats généraux. Le pays est menacé d’être
1
Pascal Petit, Croissance et richesse des nations, La Découverte, « Repères », Paris, 2005, p.58.
120
gouverné officiellement (par la République parlementaire) et officieusement (par le Parti
Communiste). Mais dès 1944, le PCF déclare qu’il y aura « unité nationale ». Cette unité
concerne en premier lieu « la bataille de la production », il faut remettre la France dans une
situation économique normale. Le Parti Communiste détourne cependant le sens de la
« bataille ». Tant que l’armée est en campagne, il s’agit de montrer que la classe ouvrière
reconstruit seule le pays. C’est une démonstration de force. Pour cela, les grèves sont
prohibées par le PC comme par la CGT.
Les deux référendums, pour la création d’une Constituante (1945), pour la limitation
des pouvoirs de l’assemblée (1946), sont approuvés en dépit des consignes communistes qui
réprouvent la limitation des pouvoirs de l’assemblée. Les communistes seront par contre
majoritaires dans la Constituante. Face au refus de la SFIO de gouverner avec les seuls
communistes, un gouvernement composé du Mouvement Républicain Populaire (démocrates
chrétiens), de la SFIO et du PCF est mis en place. Les communistes obtiennent le ministère du
Travail.
L’année 1947 est jalonnée de grèves dans tous les secteurs. Les communistes ne
participent plus au gouvernement, et la SFIO se tourne résolument vers le MRP, voulant se
distinguer des communistes. L’ancienne scission syndicale réapparaît sous une nouvelle
forme : Force Ouvrière incarne l’esprit de l’ancienne CGT réformiste. Mais la
désyndicalisation est massive.
Dans les années cinquante, le parti socialiste s’oriente résolument vers le réformisme
et pratique une politique « de la troisième force », selon le mot de Léon Blum. Le pouvoir des
techniciens l’emporte sur celui du capital, la prolétarisation attendue des masses ne se produit
pas puisque, au contraire, ce sont les groupes intermédiaires qui croissent. Plutôt que
l’augmentation des salaires, c’est la baisse des prix que la SFIO avec la CGT-FO préconisent.
L’échec de cette politique amènera FO à se distancier de la SFIO. Par ailleurs la planification
sur laquelle la SFIO fondait ses espoirs se réduit à n’être qu’un instrument indicatif de
prévision. Aucun gouvernement des travailleurs ne se met en place.
En 1953 deux nouvelles forces politiques de gauche apparaissent. La première, autour
de la revue L’observateur, refuse de se positionner dans l’antagonisme des blocs, et réclame
la participation des travailleurs à la gestion des entreprises. On revendique ici l’héritage du
Front Populaire. La seconde, autour de la revue L’express, revendique plutôt l’héritage du
parti radical. Là, on ne se réfère ni à la classe ouvrière, ni au socialisme, mais à un capitalisme
aménagé. Ce courant est celui de Mendès-France, Malraux ou encore Mitterrand.
121
Selon les vœux de la SFIO, un commissariat au plan (qui échoit à Jean Monnet) est
crée. L’économie sera une économie « dirigée ». Jean Monnet accepte le plan Marshall. Le
Plan prépare la reconstruction d’entreprises capitalistes.
Les premières nationalisations concernent les entreprises collaborationnistes : Renault,
les Houillères du nord. Leur conseil d’administration, comme celui de toutes les entreprises
nationalisées (marine marchande, banques, compagnies aériennes, l’électivité, le gaz, les
charbonnages de France), est composé à parts égales, de représentants de l’État, des usagers,
des travailleurs. À leurs têtes des hauts-fonctionnaires, managers, vont faire évoluer méthodes
et conditions de travail en les « modernisant ». Que veut dire « moderniser » ? Il s’agit
d’établir un système où le syndicalisme devient un partenaire dans l’application des mesures
sociales. Ce système doit s’appliquer également aux entreprises privées. L’initiative sera
consolidée en 1971 lorsqu’il s’agira d’encourager patrons et salariés à développer les
conventions collectives pour organiser le travail, assurer la formation professionnelle, la
préretraite, instaurer la formation continue du salarié à laquelle l’entreprise doit contribuer.
Sont créés en 1945, d’une part la Sécurité sociale dont les caisses sont gérées par les
cotisants, d’autre part les Comités d’Entreprises. Les Comités d’Entreprises regroupent des
représentants élus des ouvriers, employés et cadres. Ils doivent être consultés sur les questions
salariales. Ils seront avant tout des relais de la politique culturelle, mise en place surtout par
les communistes aidés des intellectuels sympathisants. Les CE vont développer les loisirs, le
tourisme ; les intellectuels s’emploient à développer l’accès démocratique à l’art (ciné-clubs,
etc.).
La Sécurité Sociale entérine la représentation, promue sous la IIIe République, d’une
société solidaire. Le but à atteindre est de réduire au maximum les inégalités sociales : le
« cercle vertueux fordien » participe de cette entreprise. Les travailleurs sont mieux payés,
plus sécurisés, ils semblent pouvoir être toujours plus nombreux puisque les entreprises
investissent grâce à l’augmentation de la productivité du travail. Les non-salariés (artisans,
professions libérales) commencent à envier la condition salariale. L’objectif de croissance du
PIB remplace également les objectifs politiques.
Les salaires sont indexés sur les gains de productivité ; les profits sont indexés sur la
croissance. La volonté d’homogénéiser l’accroissement des salaires revient à faire en sorte
que les salaires des secteurs les moins productifs (tertiaire) augmentent en fonction des gains
de productivité des secteurs les plus productifs (l’automobile par exemple) – ce qui crée de
l’inflation. La productivité est tout d’abord liée à l’OST. La division du travail dans les firmes
est organisée par « fonctions de production », elle va se transformer au cours des années
122
soixante et sera organisée par « ligne de produit » – ce qui rendra possible
l’internationalisation des firmes, sapant par là même les bases nationales du régime de
croissance fordiste (P. Petit, op. cit., p.61).
L’OST est plus difficile à mettre en place dans le secteur des services. Pourtant, celuici ne cesse de prendre de l’importance (l’emploi tertiaire passe de 39 % à 53 % en Europe
entre 1950 et 1973) pour deux raisons principales. D’abord parce que les secteurs productifs
utilisent des « services aux entreprises » ou des services tels que banque, transport,
communication (marketing), distribution (commerce), pour réaliser des gains de productivité
(ibid., p.67). Ensuite parce que cette croissance fordiste nécessite un encadrement des
pratiques productrices et consommatrices de la population : enseignement, loisirs, garde des
enfants (les femmes ont accès au marché du travail), information, recherche, etc. C’est
l’époque des psycho-sociologues décrits par Pérec dans Les choses.
Pourtant après-guerre, une nouvelle pauvreté apparaît en France, liée à l’immigration
et à l’exode rural. Ces pauvres ne se caractérisent pas par une condition de chômeurs, mais
par l’absence de logis décents. Les pauvres, pendant les « trente glorieuses », sont pris en
charge par « l’aide sociale ». L’histoire de celle-ci, écrit Robert Castel,
« est celle d’un ciblage de plus en plus précis de ses bénéficiaires, auquel
correspondent des spécialisations institutionnelles, techniques, professionnelles et
réglementaires de plus en plus poussées. … [L’État] légifère, fonde des
établissements spécialisés, garantit l’homogénéité des diplômes et des
professionnels, coordonne l’implantation des institutions ainsi que la collaboration
des secteurs public et privé. Se cristallisent ainsi des catégories de plus en plus
nombreuses de bénéficiaires de l’aide sociale relevant d’un régime spécial :
enfants en difficulté, personnes âgées « économiquement faibles », handicapés,
familles à faibles ressources ou dissociées »1.
Serge Paugam rappelle les critiques auxquelles s’affronte alors le travail social :
il « est assimilé à une technique disciplinaire au même titre que les
interventions judiciaires ou policières. Le travail social qui [est pratiqué dans les
cités de transit] se traduit par des mesures d’éducation en milieu ouvert, par des
mises sous tutelle des allocations familiales et, dans certains cas, par des
placements d’enfants. D’une façon générale, c’est la fonction sous-jacente de
contrôle social qui est remise en cause »2 .
D’où viennent ces « cités de transit » ? Au départ des travailleurs, hommes célibataires
issus de l’immigration ou de la campagne, s’installent dans des bidonvilles. Puis les rejoignent
1
Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Gallimard, folio essais, Paris, 1995, p.678.
Serge Paugam, La société française et ses pauvres : l’expérience du Revenu minimum d’insertion
(1993), PUF, Paris, 1995, p.44. (vérifier)
2
123
des familles entières, des vieillards. L’État à ce moment construit les HLM (habitations à
loyers modérés). Mais d’une part, le loyer y est encore relativement important et les HLM ne
profiteront qu’à la couche la mieux payée de la classe ouvrière ; d’autre part, ces familles
pauvres sont jugées « inadaptées » à la vie moderne. Les cités de transit servent de « sas
d’adaptation », entre le bidonville et le HLM.
L’aide sociale, si elle consiste en allocations pour des publics ciblés (les personnes
âgées n’ayant pas suffisamment cotisé, les femmes élevant seules leurs enfants…), consiste
également en mesures éducatives (éducation spécialisée, tutelles…). Il est acquis que la
Sécurité Sociale et l’aide sociale doivent pouvoir venir à bout de l’assistance et donc de la
pauvreté. Les initiatives privées ou associatives semblent moins vouloir raviver l’assistance
qu’alerter les pouvoirs publics sur des problèmes sociaux qui sont de son ressort (l’appel de
l’abbé Pierre, la création d’ATD-Quart monde), ou collaborer avec l’aide sociale.
I.3.2. Capital : la bourgeoisie salariée
En 1954, les cadres sont 352 975 et représentent 1,7 % de la population active. Dans
la nomenclature des CSP de 1954 le groupe des employés est divisé en deux catégories
principales, les « employés de bureau » et les « employés de commerce ». Au début des
années 1950, un actif sur dix est employé1. Un actif sur deux en revanche est ouvrier (en
comptant les ouvriers agricoles), et un ouvrier sur deux est comptabilisé comme ouvrier
qualifié, mais ce dernier chiffre est surestimé. Les OS sont 1,8 millions en 1954 (9 % de la
population active), et leur croissance progressera d’un tiers entre 1954 et 1962. Le secteur où
l’on compte le plus d’ouvriers qualifiés est la métallurgie (50 % des ouvriers de ce secteur
sont des ouvriers qualifiés). L’OST s’est répandue, dans l’automobile mais aussi dans
l’aéronautique, les constructions électriques, les textiles artificiels, etc. Le travail en équipe
concerne le septième des ouvriers et fonctionne dans une usine sur dix. Les salaires ouvriers
progressent lentement, mais les prestations sociales composent 12 % du revenu total au début
des années cinquante et 15 % à la fin. 40 % des ouvriers dans les années cinquante jugent que
leur niveau de vie s’est détérioré par rapport à avant guerre.
Taylor a réussi à transférer les savoir-faire des métiers à la hiérarchie managériale ; il a
énoncé lui-même que lorsque « le management sera en possession de toute la science d’un
métier, le travailleur sera incapable de faire le meilleur travail sans son aide », et Rolande
Pinard constate que la dépossession du travailleur de la pensée de son action, comme de la
façon de se mouvoir, témoigne de la tentative mais aussi de la difficulté, pour le management,
1
Alain Chenu, Sociologie des employés, La Découverte, « Repères », Paris, 2005, pp.15-16
124
de contrôler à la fois le travailleur et l’activité du travail (R. Pinard, op. cit., p.128). Elle
précise qu’en
« établissant la science du travail, Taylor transférait les activités de
conception du côté du management et instaurait ce faisant une division du travail
dans l’activité managériale de conception-organisation : il a multiplié, en les
simplifiant, les fonctions de gestion et a contribué à gonfler les effectifs
administratifs dans les entreprises » (ibid., p.129).
Autrement dit, le management a créé les employés (des petits employés aux cadres),
catégorie de salariés qui ne s’imposent pas à l’époque de Simone Weil comme représentants
des travailleurs mais de la bureaucratie. Ils sont les rouages essentiels de l’organisation
qu’essaie d’analyser Simone Weil avant Rolande Pinard, à propos de laquelle elle devra
constater :
« le problème le plus grave qui se pose à la classe ouvrière [est de] trouver
une méthode d’organisation du travail qui soit acceptable pour la production, pour
le travail et pour la consommation.
Ce problème, on n’a même pas commencé à le résoudre, puisqu’il n’a pas
été posé ; de sorte que si demain nous nous emparions des usines, nous ne
saurions quoi en faire et nous serions forcés de les organiser comme elles le sont
actuellement, après un temps de flottement plus ou moins long » (S. Weil, « La
rationalisation », op. cit., p.295).
En fait l’apparition du management, la gestion des entreprises aux mains des cadres ou
managers, au lieu des propriétaires ou des ouvriers, a transformé l’ensemble de la société
française, par le biais de la généralisation du salariat. Boltanski montre que, d’une part, les
ingénieurs salariés n’étaient pas si nombreux avant la première guerre mondiale, d’autre part,
le salaire ne représentait pas la majeure partie de leur revenu : il était complété par des
revenus de la propriété. On voit dans les années trente se multiplier les écoles d’ingénieurs, et
par conséquent se multiplier les ingénieurs salariés. C’est lorsque le salaire devient le
principal revenu des ingénieurs que se crée un corps qui revendique des intérêts propres,
différents de ceux de la bourgeoisie. À ce corps, les ingénieurs chercheront à associer les
techniciens, mais également les patrons des petites entreprises qui doivent eux aussi lutter
contre la grande entreprise. Les ingénieurs (leurs syndicats sont souvent chrétiens), comme les
petits patrons, se montrent attachés aux valeurs d’ordre. Mais leur idéologie met également en
évidence la revendication de leurs compétences en opposition à l’inefficience du patronat.
La volonté des cadres de se démarquer tant de la classe ouvrière que du patronat, se
maintient après la guerre, alors que les cadres revendiquent un régime de retraite spécial.
L’institution du régime de retraite des cadres, écrit Boltanski, va « modifier en profondeur
125
l’économie domestique de la bourgeoisie et, par là, l’économie tout court »1. Car c’est une
nouvelle distribution des profits qu’elle va instaurer, ainsi qu’une nouvelle relation à la
consommation. Avec le régime de retraite des cadres, on voit en effet apparaître
l’augmentation des salaires et de leurs niveaux hiérarchiques ; l’accroissement régulier des
salaires au cours de la vie (qui facilite le recours au crédit) ; un système d’assurances sociales
renforcé par des mutuelles ; des régimes particuliers de retraites fondés désormais sur la
répartition et non plus sur la capitalisation ; l’accès aux avantages du droit du travail (obtenus
dans la lutte par les syndicats ouvriers), et par là, à la sécurité de l’emploi et du salaire ; la
stabilité des revenus salariaux par l’institutionnalisation de procédures de révision des salaires
en fonction de l’évolution passée des prix à la consommation, etc. (L. Boltanski, op. cit.).
L’image nouvelle du cadre vient des États-Unis, elle est importée en France avec le
plan Marshall : « l’importation de technologies sociales [des États-Unis vers la France] l’a
emporté de beaucoup sur le transfert de technologies matérielles » (ibid., p.160). Le cadre
incarne le courant des relations humaines américain. Les cadres seront donc des
« gestionnaires », gestionnaires de la production ou des producteurs (les ressources
humaines). Mais il faut les former pour cela : on assiste à une effervescence de « réunions,
conférences et sessions d’études » sur l’organisation scientifique du travail. On invite des
experts américains, on traduit des manuels en français, on envoie les cadres se former en
Amérique, etc. (ibid., p.163). La « gestion » des entreprises aux mains des cadres, écrit
Boltanski,
« annonce la naissance d’un ordre social où l’opposition entre le patronat
et le prolétariat se trouverait dépassée (et non plus, seulement, médiatisée comme
dans la représentation corporatiste des classes moyennes) : dépassée à la fois par
la dissolution de la propriété (les « dirigeants » sont des « salariés »), ce qui rend
obsolète le critère fondamental auquel se réfèrent les marxistes, la « position dans
les rapports de production », et par la disparition attendue, avec le progrès de
l’« automation », de l’opposition entre travail manuel et travail intellectuel »
(ibid., p.177).
Avec les nouveaux cadres, les « écoles de management », et les « cabinets
d’organisation chargés de réformer les agents déjà en place dans les entreprises », la
psychologie et la sociologie, vont pénétrer le monde de la production (ibid., p.193). L’action
des cabinets d’organisation, « n’est plus orientée uniquement ou même prioritairement vers la
rationalisation du travail manuel ou l’agencement matériel des ateliers », mais vers la
sélection, formation, socialisation du personnel (ibid., p.199). Le personnel, commercial,
1
Luc Boltanski, Les cadres. La formation d’un groupe social, Minuit, Paris, 1982, p.151.
126
technique et administratif va se multiplier, puisqu’il n’est plus question de maintenir les
patrons ou les ingénieurs comme seuls dirigeants et organisateurs.
La bourgeoisie est donc en passe de devenir salariée, et la mise en place de « critères
objectifs » de carrière, explique Boltanski, vient pallier à un possible « ressentiment lié à
l’occupation d’une position subalterne » (ibid., pp.221-222). Or, la carriérisation « se traduit
d’abord par un accroissement de la pente des revenus dont bénéficient les agents au cours de
leur vie » (ibid., p.224). C’est cet accroissement graduel des revenus qui se substitue « aux
revenus étalés du rentier ou à la suite, parfois incontrôlable, de hasards heureux et malheureux
de l’homme d’affaires familier des jeux de la bourse », qui va permettre le développement et
la généralisation du crédit (ibid.). Au développement du salariat bourgeois correspond donc le
développement du crédit à la consommation ; quant aux « sommes soustraites à la
consommation immédiate »,
elles sont « de plus en plus souvent réinvesties à court terme dans des
dépenses d’équipement, particulièrement dans l’automobile et les appareils
ménagers, favorisant ainsi l’expansion de secteurs industriels qui joueront un rôle
moteur dans la croissances des années 60 » (ibid., p.227).
I.3.3. L’organisation sociale : l’État et les « partenaires sociaux »
À partir des années soixante, certains diront, comme nous le verrons, qu’il n’y a plus
de travailleurs, mais seulement des « employés », c’est-à-dire qu’il n’y a plus de travail au
sens anthropologique, mais seulement du travail abstrait et des emplois. Dans les entreprises
américaines, dès les années vingt, sont apparus les départements de « gestion des ressources
humaines » qui se présentent comme un nouveau syndicalisme organisé par l’employeur : on
peut parler d’un retour aux méthodes paternalistes du XIXe. Le fait que les entrepreneurs aient
recours au vocabulaire politique pour nommer des phénomènes de gestion et
d’organisation n’a rien d’anodin : « cela reflète la place qu’a d’ores et déjà prise la
corporation managériale dans la société et cela contribue à la consolider » (R. Pinard, op.cit.,
p.146). À la « politique » donc, des départements de gestion des ressources humaines dans les
entreprises, sont liés l’emploi et son corollaire le chômage. Les entreprises vont s’attacher
leurs employés de différentes manières : en promettant des « carrières » – soit en créant
un marché du travail interne – mais aussi en faisant bénéficier les employés d’une assurance
chômage (en France, c’est l’Accord Interprofessionnel de 1958 qui entérine la garantie de
l’indemnisation du chômage – année de la création de l’UNEDIC ; l’Accord
Interprofessionnel de 1974 garantit l’indemnisation de chômage total à 90 % du salaire brut la
première année). Ce qui aboutit purement et simplement à enfermer le travailleur dans
127
l’entreprise. Cette dernière, s’étant appropriée la qualification, désormais liée au poste de
travail et non plus à l’individu producteur, rend le travailleur complètement dépendant d’elle
(ibid., p.148). Les compétences du travailleur (l’ouvrier-masse) n’étant reconnues que dans
l’entreprise qui l’emploie, celui-ci a perdu la liberté d’aller vendre sa force de travail sur le
marché, au meilleur acquéreur. Seule la possibilité de mobilité interne dans l’entreprise pourra
le motiver malgré tout au travail. Le travailleur ne pouvant circuler que sur le marché interne
de l’entreprise et non plus sur le véritable « marché du travail » (public), le management
pourra « rétrécir encore davantage l’espace vital du travailleur » (ibid., p.149). Ce faisant
l’entreprise s’est assurée une relative sécurité.
Quels travailleurs les organisations syndicales vont-elles pouvoir défendre, si le
marché sur lequel se vend la force de travail n’est plus « social » mais privé, interne à
l’entreprise ? Le « syndicalisme d’entreprise » va désormais défendre l’emploi, et non plus le
métier : dès lors que l’organisation du travail dans son sens d’activité productive est reconnue
comme un « droit » de la direction, tout ce que les syndicats auront à défendre se réduira à
« cette relation d’emploi avec l’entreprise, l’amélioration des avantages qui y sont reliés et la
formalisation des rapports travailleurs-management » (ibid., p.173). Le management va donc
pouvoir assurer la sécurité d’emploi aux travailleurs, tout en sauvant le capitalisme. Mais
alors le travail a pris un sens radicalement nouveau, car l’emploi étant une création de
l’organisation, il revêt un caractère privatif ou « exclusif » et non plus social ou public (ibid.,
p.191). Il en est fini du travail comme institution mise au centre de la société au XIXe siècle
par le mouvement ouvrier, travail marchandise et donc propriété du travailleur qui le vend,
puisque l’emploi est la propriété de l’entreprise.
En outre, intégré à l’entreprise, le syndicalisme va défendre les employés contre les
managers avec les méthodes du management, et, « en défendant l’emploi, le syndicalisme va
défendre la centralité de l’entreprise dans la société » (ibid., p.192). Aux États-Unis dans les
années trente, avec le New Deal, apparaissait une nouvelle forme de démocratie, fondée sur la
planification et la gestion économique et sociale : c’était désormais clairement l’organisation
qui était au fondement de la société, et non plus l’individu (propriétaire). Cette démocratie est
fondée sur des « groupes fonctionnels » insérés dans une société organisée pour y représenter
leurs membres : syndicats, associations de consommateurs, de fermiers, etc. (ibid., pp.186187). La démocratie à partir de là, n’est donc plus recherche de l’intérêt général, mais défense
et lutte des intérêts particuliers. C’est ce qu’avait bien vu Simone Weil qui précisait dans
l’Enracinement que dans une nouvelle organisation de la production (liée à la culture), les
128
syndicats devraient jouer un rôle important, qui ne serait pas celui de « la défense de leurs
propres gros sous » (S. Weil, L’enracinement, op.cit., p.97)1.
Gérée par les entreprises (c’est-à-dire par les managers) la société organisée va
développer au XXe siècle une « logique de service » :
« en faisant disparaître la forme marchandise du travail, qui lui conférait
une liberté formelle liée à celle associée au contrat, au droit de propriété et au
marché, l’emploi comme lien stable et durable avec une entreprise fait
réapparaître une relation de service, maître-serviteur. Le passage du contrat
individuel au lien d’emploi, de la propriété au contrôle, a d’ailleurs été
accompagné par un changement de nature juridique visant à reconnaître que les
rapports sociaux du travail (d’organisation) ne mettent plus en présence les
représentants du capital et du travail (rapports fondés sur la propriété et sa liberté
formelle) mais des supérieurs et des subordonnés (rapports fondés sur le contrôle
et son asservissement) » (R. Pinard, op. cit., pp.193-194).
1
En fait, c’est dès 1933 dans l’article « Perspectives. … » que Simone Weil montre une très grande
conscience de l’émergence de nouveaux rapports de production. Elle voit dans la revue allemande die Tat, dans
la revue française Plans, dans les cercles d’intellectuels de Columbia des mouvements « remarquables par leur
affinité aussi bien avec le stalinisme qu’avec le fascisme » (S. Weil, « Perspectives. … », op. cit., p.267). De ces
mouvements, « le plus significatif à cet égard, c’est ce mouvement technocratique qui a, dit-on, en un court
espace de temps, couvert la surface des États-Unis ; on sait qu’il préconise, dans les limites d’une économie
nationale fermée, l’abolition de la concurrence et des marchés et une dictature économique exercée
souverainement par les techniciens » (ibid.). Le mode de production capitaliste ne se caractérise plus seulement
par l’antagonisme entre le vendeur et l’acheteur de la force de travail (la propriété privée des moyens de
production), mais aussi bien l’antagonisme entre « ceux qui disposent de la machine et ceux dont la machine
dispose » (ibid., p.269), or désormais « [les] mêmes hommes se vendent au capital et servent la machine ; au
contraire, ce ne sont pas toujours les mêmes hommes qui disposent des capitaux et qui dirigent l’entreprise »
(ibid.). Simone Weil prend donc acte de l’apparition d’une nouvelle fonction, celle qui consiste à coordonner, du
salariat des « cadres ». De nos jours, poursuit-elle, « en face des petits actionnaires réduits au simple rôle de
parasites et des grands capitalistes principalement occupés au jeu financier, les « techniciens de la direction »
constituent une couche sociale distincte, dont l’importance tend à croître et qui absorbe par diverses voies une
quantité considérable des profits … Ainsi il y a, autour de l’entreprise, trois couches sociales bien distinctes : les
ouvriers, instruments passifs de l’entreprise, les capitalistes dont la domination repose sur un système
économique en voie de décomposition, et les administrateurs qui s’appuient au contraire sur une technique dont
l’évolution ne fait qu’augmenter leur pouvoir » (ibid., pp.270-271). La montée des administrateurs, c’est la
montée de la classe moyenne. Les administrateurs ne se trouvent pas seulement dans l’industrie : « Ce
développement de la bureaucratie dans l’industrie n’est que l’aspect le plus caractéristique d’un phénomène tout
à fait général » (ibid., p.271) Les administrateurs, ou la bureaucratie, se trouve aussi bien dans l’État que dans les
syndicats : « Or, sous l’influence de la crise, ces trois bureaucraties tendent à se fondre en un appareil unique.
C’est ce qu’on voit en Amérique, où Roosevelt, sous l’influence d’une pléiade de techniciens, essaye de fixer les
prix et les salaires en accord avec les unions d’industriels et d’ouvriers. C’est ce qu’on voit en Allemagne, où,
avec une rapidité foudroyante, l’appareil d’État s’est annexé l’appareil syndical, et tend à mettre la main sur
l’économie. Quant à la Russie, il y a longtemps que les trois bureaucraties de l’État, des entreprises et des
organisations ouvrières n’y forment plus qu’un seul et même appareil » (ibid., p.275). Dès lors, « on peut dire
que dès maintenant le régime capitaliste n’existe plus à proprement parler. Il n’y a plus à proprement parler de
marché du travail. La réglementation du salaire et de l’embauche, le service du travail semblent autant d’étapes
dans la transformation du salariat en une forme d’exploitation nouvelle » (ibid., p.276). Et sous l’influence de la
crise (c’est-à-dire du chômage), « [les] ouvriers qui sont demeurés dans les entreprises ont fini par considérer
eux-mêmes le travail qu’ils accomplissent non plus comme une activité indispensable à la production, mais
comme une faveur accordée par l’entreprise » (ibid., p.279).
129
Avant d’examiner de plus près cette « logique de service », corollaire de ce qu’on
appelle la tertiarisation de la société, voyons la nature des divers arguments mobilisés pour
évoquer après la seconde guerre mondiale, au cours de la période qu’on appelle après
Fourastié « les Trente Glorieuses », la disparition du travail.
I.4. Critiques du travail pendant les Trente Glorieuses
Un thème fédère un premier volet de la critique du travail au cours des Trente
Glorieuses : la technique. Il ne s’agit pas d’une dénonciation de la technique, mais d’une
critique de son utilisation par le système productif capitaliste. Friedmann prolonge la
dénonciation weilienne du taylorisme, mais ce dernier semble en voie de disparition avec la
mise en place de l’automation. Naville à la suite de Simondon porte un regard optimiste sur
l’automation qui rendra peut-être aux « travailleurs » l’intelligence de la technique. Le terme
« travailleurs » doit s’entendre entre guillemets car pour ces auteurs, l’activité de l’homme
auprès de la technique n’est plus un travail. Mais vingt ans après Simondon, Ellul dans Le
système technicien constate que l’homme n’entretient pas le rapport harmonieux avec la
technique que l’auteur du Mode d’existence des objets techniques appelait de ses vœux. Pour
Ellul, la technique forme « système », l’homme est prisonnier de ce système, sans être en
interaction authentique avec lui, sans chercher à le comprendre.
Ce qui explique qu’un deuxième volet de la critique du travail touche la
« tertiarisation » de la société. Baudrillard s’intéresse à l’idéologie productiviste en vogue
dans les années soixante et soixante-dix, alors que les activités humaines touchent de moins
en moins à la production (sinon à celle des rapports sociaux) ; Rousselet tente de comprendre
la répulsion des jeunes pour l’emploi. Pour ces deux auteurs, les activités d’emploi n’ont plus
de sens. La technique est asservie à une fin : produire ; les employés à une autre : consommer
ce qui est produit. L’activité rémunérée des employés vise alors à organiser le système de
production-consommation. Il s’agit bien de produire la société.
I.4.1. Friedmann (1950 ; 1956)
Pour Georges Friedmann, le taylorisme et la société qui l’accompagne, sonne le glas
de ce que nous avons appelé la dimension anthropologique du travail. Ce n’est pas le travail
au sens de la production qui a disparu, mais le métier. Friedmann est donc d’accord avec
Simone Weil, et même, comme elle, il pense que la technique contient en elle-même des
germes de libération du travail. Il n’y a aucune raison d’opposer « métier » et « technique »,
l’opposition constatée dans les années cinquante tient seulement au régime économique, à
130
l’organisation sociale de la production, à la division du travail. Dans Le travail en miettes
(1956), il écrit :
« Le capitalisme traditionnel exerce … une permanente et nocive influence
sur les salariés dans le cadre de l’entreprise, en maintenant, entre eux et celle-ci,
une infranchissable distance psychologique, en freinant constamment leur besoin
profond de participation, en les empêchant d’engager pleinement dans le travail
leurs forces morales et professionnelles. C’est un des vices fondamentaux de ce
régime économique, un de ceux qui rendent indispensable de le dépasser, par
l’action des masses ouvrières, afin de répondre aux exigences spirituelles de
l’homme dans une civilisation exploitant pleinement le progrès technique »1.
Le progrès technique n’est donc pas la cause de la disparition du travail, ce qui en est
la cause c’est la passivité spirituelle qu’il engendre « dans le cadre de l’entreprise ». Dans Où
va le travail humain ? (1950) Friedmann avait même noté que certaines innovations
techniques avaient permis de créer des machines réhabilitant les qualités fabricatrices, sinon
créatrices, des travailleurs :
« on voit apparaître, surtout dans les ateliers de fabrication des matrices, de
petites fraiseuses ou meules électriques tenues à la main, qui évoquent, dans un
tout autre cadre, celle du dentiste. Pour ces « sculpteurs sur métal », comme pour
le mécanicien armé d’une perceuse portative, comme aussi pour le forgeron
moderne, transformant en quelques coups, à l’aide d’un lourd pilon, la masse de
métal incandescent, la machine ne semble pas avoir détruit l’ancienne habileté,
mais, en la transposant sous de nouvelles formes, la met à son service. »2
Car avec Marx et Simone Weil, Friedmann pense le travail comme praxis : le travail
crée l’homme, comme la société. Il est aussi un besoin pour l’accomplissement de la
personnalité :
« le travail lui-même est bien souvent, lorsqu’il correspond à un certain
engagement et à une certaine coopération de la personnalité, bien autre chose et
bien plus qu’une activité contrainte, exercée en vue de buts pratiques. Il constitue
alors un important facteur d’équilibre et d’épanouissement pour l’individu, dont il
assure l’insertion dans le réel et particulièrement dans toute une gamme de
collectivités économiques et sociales, allant de l’équipe jusqu’à la société globale
en passant (pour n’en citer que quelques unes) par l’atelier, l’entreprise, la
profession organisée, le syndicat » (G. Friedmann, Le travail en miettes, op. cit.,
p.215).
Le travail, ou les techniques, détermine tout un rapport au temps, à l’espace, à autrui :
l’homme « n’est pas le même, il ne sent, il n’agit, il ne pense pas de même selon le milieu où
p.260.
1
Georges Friedmann, Le travail en miettes : spécialisation et loisirs (1956), Gallimard, Paris, 1967,
2
Georges Friedmann, Où va le travail humain ? (1950), Gallimard, Paris, 1963, p.298.
131
il vit : selon les techniques dont il dispose » (G. Friedmann, Où va le travail… op. cit., p.45).
La disparition du métier engendre donc une société et un homme nouveau, un monde dans
lequel la personnalité ne s’accomplit plus par le travail. La division du travail est, comme
l’avait montré Durkheim, une division anomique. Friedmann constate que les sociologues
Américains ont mis à la mode la notion d’anomie, et il remarque
qu’on « rencontre en effet beaucoup d’hommes, de femmes, ayant déjà
atteint la maturité … qui manquent de valeurs, de cadres, de patterns pour
structurer leur vie, leurs activités, leurs décisions, sinon l’importance de l’argent
considéré comme symbole plutôt que comme fin du succès » (ibid., p.85).
Les employés sont nécessairement rendus plus nombreux par le taylorisme : si 57 %
de la population en 1950 travaille dans le « tertiaire », c’est parce que l’organisation, le
contrôle, la « formation », la gestion des travailleurs, sont hyper-développés aux États-Unis.
Mais le travail des « ouvriers » comme celui des employés n’a aucun sens pour celui qui
l’exécute. La description d’une industrie de confection que donne Friedmann n’est pas sans
rappeler celle de la manufacture d’épingles par laquelle débute La Richesse des nations :
le « travail du modéliste est particulièrement élaboré et minutieux. S’il s’agit d’une
robe, par exemple, il « crée » dans le tissus choisi, ou plutôt expérimenté ; deux piqueuses
exécutent d’après ses indications ; puis le Bureau d’études examine ce premier projet sous
trois angles : 1)°la qualité du tissu en fonction des opérations à effectuer ; 2)°la difficulté de
celle-ci, en particulier de la coupe et de la couture sur machines ; 3)°l’intérêt commercial : où,
sur quels marchés, dans quelle mesure la robe serait-elle vendable ?
On cherche ensuite à simplifier la robe, et c’est là une des tâches du Bureau de
préparation qui, pour ce faire, dispose du « Catalogue » de toutes les pièces et éléments de
robe, fabriqués par l’usine depuis ses débuts. Il arrive ainsi assez souvent aux techniciens de
constater que des pièces analogues ont été, antérieurement déjà, mises au point. Il s’agit donc
de profiter de cette expérience et des sommes qu’on y a investies, de recombiner le modèle,
d’opérer une nouvelle synthèse, composée d’un nombre moindre d’éléments ou d’éléments
plus simples : « Véritable chimie de la mode », me dit un des ingénieurs. Le Bureau d’études,
une fois le modèle définitivement « composé » et sélectionné, dresse la liste des opérations
qui seront effectuées à la chaîne et en établit les fiches détaillées, au 1/100 de minute. … La
répartition du travail, la place des ouvrières, la cadence de la chaîne sont donc fixées par le
Bureau d’études » (G. Friedmann, Le travail en miettes, op. cit., pp.30-31).
132
Mais à la différence de la production manufacturière, la production taylorienne divise
également le travail de conception :
« Déjà le Bureau d’études taylorien comprenait quatre grands services
nettement distincts (répartition, fabrication, salaires, personnel). Depuis Taylor, à
l’intérieur de chacun d’eux, de nouvelles spécialités se sont constituées :
ingénieurs techniques, créateurs de projets et modèles, dessinateurs chargés de
mettre au point les montages de telle ou telle machine, chronométreurs,
analyseurs, agents des méthodes, régulateurs administratifs et mécanographes,
comptables industriels et « secrétaires d’atelier », etc. » (ibid., p.312).
En ce sens plus personne n’a de métier : un métier est un « ensemble », « une
synthèse » d’habiletés particulières et non leur simple « addition ». Or des OS de l’abattoir,
par exemple, « dépourvus d’une connaissance globale du métier de charcutier, peuvent
devenir de bons saigneurs, de bons fendeurs et seront initiés encore à d’autres tâches
particulières » (ibid., p.43), mais ils ne sont pas des charcutiers. De manière générale, dans
toutes les branches de l’industrie, si les ouvriers peuvent connaître des « tâches », la
connaissance de la matière transformée n’est jamais nécessaire.
On observe d’ailleurs, ce qu’avait déjà montré Simone Weil, que l’attitude des
travailleurs quant à la variété des tâches est ambiguë : ils y aspirent autant qu’ils y résistent.
D’une part les psychotechniciens constatent que les ouvriers refusent souvent de varier leurs
travaux ; mais, ces psychotechniciens sélectionnent des travailleurs particuliers pour des
tâches précises :
« il s’agit de retenir les stéréotypées, d’écarter les éveillées. Pour ce faire,
une bonne méthode, d’après mon interlocuteur, est d’observer les femmes qui
saisissent immédiatement les procédés et consignes des tests : celles-là risquent
d’être des éveillées » (ibid., p.53).
Et Friedmann cite un médecin du travail :
« avec les sujets « plus intellectuels », nous connaissons des difficultés,
des problèmes d’adaptation et de transfert parfois ardus, malgré l’étendue de nos
usines et la variété des tâches que nous pouvons offrir » (ibid., p.54).
D’autre part, les enquêtes auprès des ouvriers montrent que ceux-ci aspirent à des
travaux plus complexes, à comprendre l’organisation de l’usine, à être davantage créateurs.
Friedmann évoque d’ailleurs un constat fait dans l’industrie d’armement américaine pendant
la guerre :
« des circonstances extraordinaires nous ont forcé d’apprendre que la
chaîne, sous sa forme orthodoxe, non seulement n’est pas indispensable mais
133
qu’elle est même, bien souvent, un moyen très peu efficient d’appliquer les
principes de la production de masse » (ibid., p.74).
Anomique, la division du travail l’est encore parce que le taylorisme semble créer
autant de problèmes organisationnels qu’il en résout. D’abord, l’unité administrative est trop
importante et devient ingérable ; ensuite, l’absence de sentiment de responsabilité des
travailleurs dont les tâches ne peuvent revêtir aucune signification engendre des
dysfonctionnements. Pour parer à ce problème, les Directions renforcent alors la surveillance,
« ce qui, en contrecoup, suscite des tensions et des résistances, passives ou actives, dans le
personnel et exige toute une cascade de contrôleurs, échelonnés et hiérarchisés » (ibid., p.80).
Finalement,
« chaque unité fonctionnelle se replie sur elle-même, devient jalouse de ses
prérogatives et, de l’une à l’autre, disparaît toute coopération spontanée ; cette
situation crée dans une entreprise ainsi organisée, parmi ses dirigeants, du
surmenage, un état de crainte qui peut aller jusqu’à l’anxiété » (ibid., p.81).
Les problèmes et les remèdes de la rationalisation du travail se posent de la même
manière pour les ouvriers que pour les employés, note encore l’auteur.
Dans un tel contexte de déqualification des travailleurs, la mobilité sociale tellement
vantée des Américains tend à disparaître. Friedmann révise ainsi une certaine idée du « rêve
Américain » :
« Les hommes se hissant de la base aux sommets de l’industrie et du
business, sans passer par l’Université, sont de plus en plus rares et l’Enseignement
supérieur, malgré son rapide développement, est encore loin d’être également
accessible à tous » (G. Friedmann, Où va le travail…, op. cit., p.140).
Mais l’anomie de la division du travail tient aussi au problème du chômage qui n’a en
fait jamais été résolu. En Nouvelle-Angleterre, 25 % de la population vit au-dessous du decent
standard of living, « dans des conditions souvent mauvaises, et même exécrables pour ce qui
est du logement » (ibid., p.143), et cela concerne un tiers de la population de Chicago. De
manière générale, les travailleurs craignent pour leur emploi :
« Ce que les machines « donnent » d’un côté, en emploi, elles le
reprennent en un autre endroit, en créant du « chômage structurel ». En fait, celuici est plus important encore que ne l’indiquent les chiffres précédents auxquels il
faut ajouter l’indice, difficile à préciser (on l’évalue couramment à 25 % de la
population active) du sous-emploi, under-employment, qui présente différentes
formes : les gens, dans les ateliers et les bureaux, qu’on maintient à leur poste bien
que leurs tâches puissent être accomplies aussi bien ou mieux par des machines
… ; les travailleurs à temps partiels ; ceux, un million au moins, qui demeurent
134
aux champs parce qu’il n’y a pas de place pour eux dans l’industrie ; cinq millions
de femmes qui souhaiteraient travailler » (ibid., p.200).
On pouvait estimer en 1963 à 10 % le taux de chômage aux États-Unis. Le chômage
tient au progrès technique. Dans l’agriculture, en 1949 un homme recensé dans la population
rurale aux États-Unis, « nourrissait par son travail quinze citoyens américains », alors qu’en
1961, « ce chiffre s’était élevé à vingt-quatre » (G. Friedmann, Où va le travail… (préface
1963) op. cit., p.27). Dans le secteur du commerce le chômage s’accroît également à cause de
l’automation :
« L’hécatombe la plus sévère s’annonce dans le commerce, parmi les
vendeurs. L’exemple des supermarkets à self-service est suivi et la nécessité,
épaulant l’ingéniosité technique, aura raison des goulots d’étranglement qui
bloquent, à la sortie, les acheteurs pressés devant les caisses. Plus l’automation
progresse, moins l’employé à la vente semble utile » (ibid., p.27).
La division anomique du travail n’est pas remise en question aux États-Unis, mais on
cherche cependant des moyens d’adoucir le malaise des individus. En fait, un remède est
fourni avec le problème : c’est la consommation.
« La mass production … a l’immense mérite de répandre des flots de
biens de consommation, en particulier d’aliments, de vêtements, d’appareils
domestiques sur l’homme de la rue. Mais ce sont des biens de consommation. Il
faut qu’ils soient consommés. Il faut que l’énorme machine économique continue
de tourner à plein parce que la prospérité américaine est fondée sur l’intense cycle
de production et de consommation » écrit-il (G. Friedmann, Où va le travail…,
op. cit., p.83).
Dans les grandes villes américaines,
« il est le plus souvent moins coûteux, et toujours infiniment plus aisé, et
rapide, de racheter un appareil neuf et entier : frigidaire, bouilloire, aspirateur,
lavabo, etc., que de le faire réparer », car la « cherté de la main-d’œuvre très
qualifiée (et le réparateur « all around man », l’homme à tout faire, antithèse du
manœuvre spécialisé, est un homme rare, donc cher) contribue à proscrire la
réparation » (ibid., pp.83-84).
Constatant que, contrairement aux idées reçues, les objets produits en série ne sont pas
de la « camelotte », Friedmann note qu’il est encore plus surprenant de voir le mépris que les
Américains affichent envers les objets qu’ils produisent. « L’Américain né » méprise le
travail individuel artisanal, il est façonné par le milieu technique et aspire à y être intégré dans
le travail : sa seule motivation au travail semble résider dans la consommation.
La société de consommation ne se résume pas à la consommation d’objet, elle
implique aussi la consommation de loisirs. On entend souvent les Américains « parler de
135
« relaxation », de « se détendre », de « cesser de se crisper » » poursuit l’auteur (ibid., p.105),
alors même que les loisirs sont nombreux, mais ils sont également homogènes :
« Partout on retrouve un micro-Broadway, avec ses cinémas à publicité
lumineuse, aux ampoules papillotant à midi comme à minuit, ses halls de
machines automatiques, ses bars et cocktails lounges, ses drugstores, ses appareils
de télévision, ses réclames au néon bariolées et enjôleuses » (ibid., p.99).
Les ruraux s’urbanisent, il n’y a pas véritablement, aux États-Unis, de différence entre
la ville et la campagne. La consommation ostentatoire, selon Friedmann, exprime « un besoin
de s’affirmer coûte que coûte durant les heures de liberté, hors du travail » ( ibid., p.173), et
elle est nécessaire pour compenser l’impossibilité d’accomplissement de soi dans le travail.
Un autre remède à la division anomique du travail réside dans l’action du courant des
relations humaines. Tout est pensé dans l’organisation du travail, pour que les ouvriers soient
observés, écoutés, leur rendement mesuré. On a cherché à déterminer une grandeur optimale
de l’atelier, afin de favoriser la « communication ». Celle-ci est d’autant plus importante que
les travailleurs n’ont pas suivi, car ils n’en ont nul besoin, de formation professionnelle. Mais
on veille à ce que tout le monde « coopère », les syndicats coopèrent ainsi très bien avec les
directions. Ces derniers se différencient des syndicats européens, par leur absence d’idéologie
et leur absence de conscience de classe. Des counselors sont engagés pour écouter les
ouvriers ; à la Western Electric, ils coûtent, selon Friedmann, au moins 300 000 dollars par
an. Il y a, ajoute-t-il,
« quelque chose de cruel et de pathétique dans ces sortes de confessions
d’hommes et de femmes, qu’on laisse habilement parler de leur condition, de leurs
griefs, de leurs misères, de leurs petits et grands problèmes et à qui cela, cela
seulement, suffit à faire du bien ! » (ibid., p.169).
Par ailleurs, les psychotechniciens ont trouvé une manière de rendre « supportable » le
travail à la chaîne : rendre autant que possible inconscient l’accomplissement des tâches. De
la sorte les ouvriers peuvent discuter, voire écouter de la musique ou des émissions culturelles
pendant le travail. Il n’est donc plus question d’évoquer la « joie au travail », encore moins
l’attention dont parlait Simone Weil…
Pourtant le plaisir de faire, de créer, reste une chose importante pour les travailleurs
(ouvriers ou employés) : si les ouvriers à la chaîne ne désirent plus bénéficier d’un travail
varié, une partie de leurs loisirs est consacrée à produire manuellement des objets. Une partie
est également souvent consacrée à l’occupation d’un « second emploi », au noir ou non,
traduisant l’addiction des américains à la consommation.
136
I.4.2. Simondon (1958)
Friedmann cite Simondon dans son œuvre, et le collaborateur de Friedmann, Pierre
Naville, s’appuie sur Simondon pour exposer sa conception de l’automation. La conception
marxienne de Friedmann selon laquelle l’homme n’est pas le même, ne sent, n’agit, ne pense
pas de même selon le milieu où il vit ou selon les techniques dont il dispose, se trouve dans
l’œuvre de Simondon, de même que la notion de « milieu technique ». Quoi qu’il en soit, Où
va le travail humain ? paraît en 1950, et l’annexe de la thèse de Gilbert Simondon
(L’individualisation psychique et collective), Du mode d’existence des objets techniques, en
1958.
Pour Simondon, le travail a disparu parce que l’homme a cessé d’être un individu
technique, il ne livre plus sa propre individualité d’être vivant pour agir sur la nature.
Désormais, de manière directe ou indirecte, l’homme opère sur l’être technique. Or, ni cette
opération sur l’être technique n’est du travail, ni l’être technique ne travaille, celui-ci se
contente de fonctionner. L’être technique n’a affaire qu’à des formes. Le travail de l’homme
était l’activité qui faisait coïncider matière et forme. Mais le schéma hylémorphique
d’Aristote et des scolastiques contenait une « zone obscure » : il évoquait la rencontre entre
une forme et une matière sans expliquer les conditions de cette rencontre. En fait, explique
Simondon, « c’est en tant que forces que matière et forme sont mises en présence. »1
Pour Aristote et les scolastiques, le passage de l’oxygène et de l’hydrogène à l’eau ne
modifie par la matière, celle-ci subit la forme (qui était gazeuse et devient liquide). Simondon
montre que matière et forme agissent toujours l’une sur l’autre, que c’est leur relation qui est
déterminante. Dans la cuisson d’une brique par exemple, argile et moule se rencontrent en
tant que forces. L’argile gonfle, le moule en bois résiste et se déforme. Le schéma
hylémorphique a en fait une origine sociale, il reflète le primat du formel sur le matériel dans
l’organisation sociale, notamment dans l’organisation du travail. L’ouvrier façonne la matière
sous la direction et les directives du maître.
La disparition du travail n’est pas à regretter pour Simondon : le travail contient une
« zone obscure », car il ne mobilise pas, en fait, la pensée technique. Le travailleur ne peut pas
saisir l’interaction des forces en présence lorsqu’il fabrique un objet. La rencontre des forces
demeure pour lui mystérieuse. Ce n’est que lorsque l’homme n’intervient plus comme
« porteur d’outils » (adhérant à la matière) ou comme individu technique, qu’il ne peut plus
laisser dans l’obscurité le sens de l’opération.
1
Gilbert Simondon, L’individu et sa genèse psycho-biologique (1964), J. Million, Grenoble, 1995, p.39.
137
Mais si l’acte du travail a disparu, le « paradigme » du travail n’a, lui, pas disparu pour
autant. C’est justement ce paradigme qui pousse à considérer l’objet technique comme
utilitaire. Or si « l’objet technique peut accomplir l’analogue d’un travail, … il peut aussi
véhiculer une information en dehors de toute utilité pour une production déterminée »1.
L’information pour Simondon doit remplacer la notion de forme : l’information réunit la
forme et l’action. On se demandera non plus « quel est l’effet d’une forme sur une matière ?»,
mais « quel est l’effet d’une information sur un milieu récepteur ? »
L’opération sur l’objet technique n’est jusqu’à maintenant ni du travail, ni
l’actualisation d’une pensée technique. L’opération sur l’objet technique est, comme le
travail, aliénée. Si le travail a toujours été une activité aliénée, ce n’est pas en raison de la
propriété des moyens de production. C’est bien plutôt parce qu’il contient une « zone obscure
centrale », parce qu’il n’est pas essentiellement technique. Or,
la « zone obscure centrale caractéristique du travail s’est reportée sur
l’utilisation de la machine : c’est maintenant le fonctionnement de la machine, la
provenance de la machine, la signification de ce que fait la machine et la manière
dont elle est faite qui est la zone obscure … l’homme connaît ce qui entre dans la
machine et ce qui en sort, mais non ce qui s’y fait » (G. Simondon, Du mode…,
op. cit., p.249).
Simondon en conclut que la « notion de travail comme centre du social » – donc une
zone obscure comme centre du social – détermine une méconnaissance du centre véritable de
l’activité humaine, qui n’est pas le travail (le travail n’étant que « la religion profane » de la
technique), mais ce qu’il nomme le transindividuel ou l’interaction entre le psychique et le
social :
« La conservation de la notion de travail comme centre du social, et la
permanence antagoniste d’un psychologisme des relations humaines au niveau de
la direction et du capital montre que l’activité technique n’est pas pensée pour
elle-même : elle n’est appréhendée qu’à travers des concepts sociologiques ou
économiques, étudiée comme occasion de relation interpsychologiques, mais non
saisie au niveau de son essence réelle : la zone obscure subsiste entre capital et
travail, entre psychologisme et sociologisme ; entre l’individuel et le social se
développe le transindividuel qui, actuellement, n’est pas reconnu et qui est étudié
à travers les deux aspects extrêmes du travail de l’ouvrier ou de la direction de
l’entreprise » (ibid., p.254).
Le transindivuduel n’est pas l’interaction sociale. Celle-ci n’est qu’hypocrisie, chacun
porte un masque. Le transindividuel est occasion de sainteté, d’héroïsme, de sagesse : il est un
rapport à autrui qui suppose une communication des émotions et affects, se passant de la
1
Gilbert Simondon, Du mode d’existence des objets techniques (1958), Aubier, Paris, 2001, p.246.
138
médiation du statut social. L’individu est « extasié face à autrui »1. Mais la relation aux objets
est aussi un mode d’expression du transindividuel : les objets techniques sont des intentions
humaines déposées dans la matière. L’objet technique est « encore humain » (G. Simondon,
Du mode…, op. cit.., p.9). Mais il est aussi plus qu’humain. Simondon milite pour un rapport
harmonieux et respectueux de l’homme à l’égard de la technique.
Si les objets techniques inquiètent les uns, alors qu’ils sont sacralisés par les autres,
c’est parce que les hommes tendent à les considérer comme radicalement étrangers, et en
même temps capables de la même chose que l’homme. Or, l’objet technique n’est pas, et ne
sera jamais, un robot. Le robot n’est qu’un produit de l’imagination (ibid., p.10). D’où vient
cette fiction du robot ? De la généralisation de l’automatisme :
« Or, en fait, l’automatisme est un assez bas degré de perfection technique.
Pour rendre une machine automatique, il faut sacrifier bien des possibilités de
fonctionnement, bien des usages possibles. L’automatisme, et son utilisation sous
forme d’organisation industrielle que l’on nomme automation, possède une
signification économique ou sociale plus qu’une signification technique » (ibid.,
p.11).
La perfection d’un objet technique réside en fait dans son « indétermination » : « C’est
grâce à [sa] marge primitive d’indétermination que la même machine peut extraire des racines
cubiques ou traduire un texte simple » (ibid., p.12). Cette indétermination est l’élément que
l’homme et les machines ou objets techniques ont en commun. Dans les machines sont
contenues les potentialités humaines, et le rôle de l’homme est d’être « l’interprète » de ces
potentialités : à lui d’être « l’organisateur permanent » des relations que les machines peuvent
entretenir les unes avec les autres. Mais pour comprendre ce sens et cette vie des machines, ni
l’ouvrier, ni le directeur d’une entreprise, ne sont les mieux placés ; ce rôle revient à
« l’ingénieur d’organisation qui serait comme le sociologue et le psychologue des machines
dont il est la conscience responsable et inventive » (ibid., p.13). Cet « ingénieur
d’organisation », Simondon le nomme encore le technologue ou le mécanologue.
Simondon met en évidence la différence entre « concrétisation » et « abstraction » de
l’objet technique. La concrétisation correspond au perfectionnement. La perfection ou la
concrétisation de l’objet technique ne s’évalue ni à son « efficacité », ni à sa « singularité ».
Simondon insiste sur le caractère « standard » de la technique. Selon lui, « ce n’est pas le
travail à la chaîne qui produit la standardisation, mais la standardisation intrinsèque qui
permet au travail à la chaîne d’exister » (ibid., p.24). En quel sens entendre cette
1
Pascal Chabot, La philosophie de Simondon, Vrin, Paris, 2003, p.115.
139
« standardisation intrinsèque » ? Au sens où l’objet technique « sur mesure » n’est qu’ajout
d’artificialité à la nécessité de l’objet. La technique n’est-elle pourtant pas essentiellement
« artifice » ? Non, car l’objet technique détient une « cohérence interne ». L’objet technique
se rapproche de sa perfection lorsqu’il « n’est plus en lutte avec lui-même », et que « aucun
effet secondaire ne nuit au fonctionnement de l’ensemble » (ibid., p.34). En ce sens, l’objet
technique a tendance à s’individuer :
« l’objet technique concret, c’est-à-dire évolué, se rapproche du mode
d’existence des objets naturels, il tend vers la cohérence interne, vers la fermeture
du système des causes et des effets qui s’exercent circulairement à l’intérieur de
son enceinte, et plus il incorpore une partie du monde naturel qui intervient
comme condition de fonctionnement, et fait ainsi partie du système des causes et
des effets. Cet objet, en évoluant, perd son caractère d’artificialité » (ibid., p.46).
Autrement dit, l’homme n’a plus besoin de protéger l’objet « contre le monde
naturel », l’objet produit comme son propre système de défense, il devient « de plus en plus
semblable à l’objet naturel » (ibid., p.47). On peut donc dire que l’objet technique, comme
l’élément naturel, détient une autonomie par rapport à l’homme ; ce dernier ne peut
présupposer a priori toutes les possibilités d’utilisation de l’objet, comme il ne peut connaître
l’intégralité de son fonctionnement. Or,
« les conséquences de cette concrétisation ne sont pas seulement humaines
et économiques …, elles sont aussi intellectuelles : le mode d’existence de l’objet
technique concrétisé étant analogue à celui des objets naturels spontanément
produits, on peut légitimement les considérer comme les objets naturels, c’est-àdire les soumettre à une étude inductive » (ibid., p.48).
Pour rendre compte de l’évolution des objets techniques, l’auteur introduit la notion
d’« hypertélie » (du grec hupertelês : « qui va au-delà de son terme ») et distingue deux types
d’hypertélies. L’une correspond à l’adaptation de l’objet à des conditions techniques et
géographiques. L’autre correspond à un fractionnement de l’objet technique qui se divise en
parties dépendantes, « comme dans le cas de la division d’un être primitif unique [un avion
par exemple] en remorqueur et remorqué » (ibid., p.51). C’est l’homme qui détient la
responsabilité de l’adaptation et de l’évolution des objets techniques. Dans le cas de la
première hypertélie, « l’objet technique est déterminé … par le choix humain qui essaye de
réaliser le mieux possible un compromis entre les deux mondes [technique et géographique] »
(ibid., p.52). Mais l’homme se soumet aussi à la nécessité interne de l’objet technique, ou
plutôt, à la nécessité du milieu technique. Or ce qu’il invente pour adapter l’objet technique,
c’est ce milieu technique. Il faut ainsi distinguer entre invention et innovation : inventer c’est
mettre en relation des fonctions ou objets techniques qui n’ont pas encore été reliées, ou qui
140
n’ont pas été pensées ensemble ; ces deux fonctions, ou objets techniques, peuvent ensuite
être concrétisées en un seul objet.
La concrétisation d’un objet technique peut rendre possible une plurifonctionnalité de
l’objet, rendant elle-même par suite possible une adaptation de l’objet à des nouvelles
conditions de mise en œuvre. Mais la relation entre le milieu et l’objet est dialectique, car
c’est aussi l’exigence d’adaptation qui rend possible le développement de la
plurifonctionnalité de l’objet technique. Tel est le cas de la turbine de Guimbal dans l’usine
marémotrice de la vallée de la Rance. Entre le réservoir et la mer, une conduite dans laquelle
se trouve une turbine laisse passer de l’eau ; la turbine entraîne une génératrice extérieure qui
nécessite un système de refroidissement. On considérait que la conduite était trop étroite pour
contenir la génératrice, celle-ci devant donc être extérieure (seconde hypertélie). Pour
résoudre un problème d’étanchéité et d’isolement électrique de la conduite, on accroît le
diamètre de la conduite, ce qui permet non seulement d’y introduire la génératrice, mais aussi
de diminuer le volume du complexe génératrice-système de refroidissement (puisqu’il n’y a
plus besoin d’un système de refroidissement indépendant) :
« Avant l’invention de Guimbal, on ne pouvait songer à mettre la
génératrice dans la conduite forcée contenant la turbine, car, en supposant résolus
tous les problèmes d’étanchéité et d’isolement, la génératrice était trop grosse
pour pouvoir être logée dans une conduite ; c’est le mode employé pour résoudre
les problèmes d’étanchéité à l’eau et d’isolement électrique qui rend possible
l’introduction de la génératrice dans la conduite en permettant un excellent
refroidissement par le double intermédiaire de l’huile et de l’eau. On pourrait aller
jusqu’à dire que l’introduction de la génératrice dans la conduite se rend possible
elle-même en autorisant du même coup un énergique refroidissement par l’eau. …
La concrétisation est ici conditionnée par une invention qui suppose le problème
résolu ; c’est en effet grâce aux conditions nouvelles créés par la concrétisation
que cette concrétisation est possible » (ibid., pp.54-55).
Comprendre le sens de l’objet technique permet donc à l’homme de le concrétiser de
telle sorte que chaque pièce, qui paraît d’abord séparée des autres, est une réalité à la fois
« causée et causante ».
Au stade actuel de l’évolution des objets techniques, écrit Simondon, l’homme n’est
plus un individu technique, c’est-à-dire « un instrument ». Il est soit « servant de la machine »
soit « organisateur de l’ensemble technique » :
« comme ce qui jadis était employé dans le travail technique était
précisément l’individualité de l’homme qui devait se techniciser puisque la
machine ne le pouvait pas, la coutume a été prise de donner à chaque individu
humain, dans le travail, une seule fonction ; ce monisme fonctionnel était
parfaitement utile et nécessaire lorsque l’homme devenait individu technique.
141
Mais il crée actuellement un malaise, parce que l’homme, cherchant toujours à
être individu technique n’a plus de place stable près de la machine : il devient
servant de la machine ou organisateur de l’ensemble technique » (ibid., p.81).
Séparer ces deux fonctions (« servant » et « organisateur ») est une erreur selon
Simondon. S’occuper d’un individu technique, et veiller à son intégration dans l’ensemble
technique, est bien la tâche de l’homme, mais il s’agit d’une seule et même chose :
« c’est une erreur que d’établir une distinction hiérarchique entre le soin à
donner aux éléments et le soin à donner aux ensembles. La technicité [le stade de
concrétisation de l’objet technique] n’est pas une réalité hiérarchisable ; elle existe
tout entière dans les éléments, et se propage transductivement dans l’individu
technique et les ensembles » (ibid.)1.
Autrement dit, on ne peut pas séparer l’objet technique du milieu associé.
Pour comprendre le milieu technique, une culture technique est nécessaire. C’est cette
culture technique qui manque à la société contemporaine. L’origine de ce manque correspond
à une scission entre un rapport à la technique du type de celui qu’entretiennent l’artisan et
l’apprenti, et un rapport à la technique qui est celui de l’ingénieur et qui passe davantage par
le savoir que par l’intuition ; qui est plus discursif que sensible. Ce manque de culture
technique correspond également à une autre scission entre « techniques nobles » et
« techniques non nobles ». Il se trouve que si l’Antiquité valorisait l’agriculture, la chasse, la
guerre, l’art et l’art de la navigation, l’Occident depuis la Renaissance a opéré « un véritable
renversement »,
« qui a refoulé les anciennes techniques nobles (celle de l’agriculture et de
l’élevage) dans le domaine de l’irrationnel, du non-culturel ; la relation au monde
naturel a été perdue, et l’objet technique est devenu objet artificiel qui éloigne
l’homme du monde » (ibid., p.87).
À trois reprises dans l’histoire cependant, des tentatives ont été effectuées pour
constituer une véritable culture technique, ou au moins l’intégration de la technique dans la
culture. La première, à la Renaissance, est passée par le médium de l’écriture. La seconde, au
siècle des Lumières, a usé, comme dans L’Encyclopédie, d’images et de schémas. Enfin,
« une troisième étape de pensée encyclopédique semble s’annoncer à notre époque, mais n’a
pas réussi encore à constituer ses modes d’expression universelle » (ibid., p.98). Par le
médium du son (radio, téléphonie), « la pensée se déroule à nouveau selon des sémantèmes
verbaux, de l’ordre du slogan » (ibid., p.99).
1
La transduction est la propagation d’une information dans un milieu.
142
Pourquoi la culture technique n’a-t-elle, en fait, jamais réussi à s’imposer ? À partir du
XIXe siècle, les hommes n’eurent pas la possibilité d’avoir affaire à l’intelligence de la
technique. Alors que l’ingénieur est chargé de l’organisation du complexe hommes-machines,
l’épreuve des rythmes du travail (Simone Weil dirait la cadence) rend impossible la
compréhension du progrès technique pour l’ouvrier. Le rapport aliéné entre l’homme et la
machine est par ailleurs moins lié au rapport de propriété qu’au fait qu’il manque un
intermédiaire entre le travailleur et l’ingénieur :
« Le travail possède l’intelligence des éléments, le capital possède
l’intelligence des ensembles ; mais ce n’est pas en réunissant l’intelligence des
éléments et l’intelligence des ensembles que l’on peut faire l’intelligence de l’être
intermédiaire et non mixte qu’est l’individu technique » (ibid., p.118).
Travail et capital, ouvriers et ingénieurs, ne considèrent la technique ou les machines,
que comme des moyens, dont la fin (la production) est extérieure à la technique. Plus
précisément, la fin est la conquête de la nature. Au XXe siècle, pour la « philosophie
technocratique », la technique est encore un moyen de violer la nature :
« Les technocrates, en France, sont essentiellement des polytechniciens,
c’est-à-dire des hommes qui, par rapport aux techniques, sont dans la situation
d’utilisateurs intelligents et d’organisateurs plutôt que de véritables techniciens
… ; c’est l’entreprise plus que la machine qui retient leur attention » (ibid.,
pp.127-128).
La véritable tâche de la philosophie de la technique est de penser le couplage hommemachine. Pour cela, il faut distinguer entre « formes » et « information ». La tâche de
l’homme consiste à « convertir en information les formes déposées dans les machines » (ibid.,
p.137). Autrement dit, la tâche de l’homme est de comprendre les machines pour en faire
émerger des significations, à la manière de ce qu’il fait avec l’œuvre d’art (et Simondon
évoque une technoesthétique). Les machines par ailleurs, n’imitent pas les mouvements
humains corporels, elles sont davantage analogues à sa pensée inventive :
« Il y a une véritable et profonde analogie dynamique entre le processus
par lequel l’homme a pensé le basculeur et le processus physique de
fonctionnement de ce basculeur construit. … En fait, la véritable relation
analogique est entre le fonctionnement mental de l’homme et le fonctionnement
physique de la machine » (ibid., p.138).
L’attitude « technologique » consisterait à se préoccuper de la « corrélation des êtres
techniques les uns par rapport aux autres » (ibid., p.145), tâche qui n’est assumée par
personne, du moment que la technique n’est conçue que comme un moyen. Mais les machines
ne sont pas des outils : avec l’outil, le travailleur informe la matière, face à la machine, les
143
hommes doivent déchiffrer les formes et informer en retour les machines. Un partenariat se
développe qui n’est en rien une lutte contre la nature.
La médiation technique entre l’homme et le monde constitue elle-même un monde.
Pour la plupart des hommes, ce monde n’a jusqu’à maintenant qu’une valeur pratique et
correspond à des concepts très confus. Pourtant, « la technicité fait partie du monde, elle n’est
pas seulement un ensemble de moyens, mais un ensemble de conditionnements de l’action et
d’incitations à agir » (ibid., p.221).
I.4.3. Naville (1963)
Pierre Naville, lecteur de Simondon, prend acte en 1963 dans Vers l’automatisme
social ?1 de la disparition du travail, arguant que la relation entre l’opérateur et la machine
cesse d’être « une relation de travail », pour devenir « une relation technique ». C’est en
s’appuyant sur la thèse de Simondon que Naville écrit :
« Tout ce qu’on a magnifié sous le nom de travail n’était jusqu’à présent
qu’un amalgame confus de contraintes exigées par les rapports sociaux et de
relations pratiques à peine consciente. Mais derrière cette signification obscure et
malheureuse, il y a autre chose, dont seule l’industrie automatisée d’aujourd’hui
nous donne le pressentiment : une relation technique qui est une union réciproque
conforme à l’ordre profond de la nature » (P. Naville, op. cit., p.246).
Selon Pierre Naville, l’automation (adjonction de l’informatique aux machines), « se
produit à l’aveugle », dans le sens où « il n’existe en France (et en Europe) aucun organisme
qui en suive la marche, en centralise les données, en publie et vulgarise les résultats et en
prévoie la correction » (ibid., p.30).
En apparence, l’automation n’a que les effets négatifs déjà décrits par Friedmann :
« les ouvriers font neuf heures de travail par jour comme il y a quarante
ans. Nombre d’entre eux travaillent au moment où il faudrait dormir. Leurs
salaires ne couvrent que des besoins minima. Ils restent étrangers à leur
entreprise : c’est leur façon d’être libres à son égard. De vrai métier, ils en ont de
moins en moins » (ibid.).
Pourtant, l’évolution de la technique vers la généralisation de l’automation « annonce
un monde nouveau » (ibid., p.31), qui est justement un monde intégrant la technique ; un
monde dans lequel l’activité technique ne se développerait plus à partir d’une « zone
obscure » à savoir, le travail.
1
Pierre Naville, Vers l’automatisme social ? Problèmes du travail et de l’automatisation, Gallimard,
Paris, 1963.
144
« Automatique », écrit Naville, « est le système qui se meut lui-même, autrement dit
qui dispose en lui, ou dans un système associé, de sa propre source d’énergie » (ibid., p.32).
L’automation ne concerne pas le seul domaine des moteurs, mais aussi celui de la technologie
de la chimie, les systèmes de transport et de communication, le calcul. Elle doit être mise en
rapport avec le machinisme, et il semble que toute machine soit vouée à devenir automatique :
« Le terme de machine doit couvrir tout système technique conçu et utilisé en vue d’un effet
implicitement ou explicitement mesurable, quel qu’il soit » (ibid., p.34).
L’extension de l’automatisme dans toutes les sphères de « la vie technique », engendre
naturellement des effets sociaux, en premier lieu des effets sur l’emploi : « L’extension des
systèmes automatiques signifie, aujourd’hui comme hier, des remplacements, déplacements et
formations de main-d’œuvre. » Elle accroît également les activités de service (tertiaires),
puisqu’elle nécessite « moyens de communication et de gestion de plus en plus développés »
(ibid., pp.35-36).
Mais cette extension de l’automatisme engendre des effets sociaux plus généraux. Car
ce n’est pas un simple « milieu technique » nouveau qui apparaît, c’est une «société technique
autonome …, superposée à la société humaine et commandée par elle en symbiose » (ibid.,
p.39). Si Naville parle d’une « société technique autonome », c’est parce qu’il semble que
l’ensemble technique automatique fonctionne de façon analogue au cerveau humain (ce qui
est encore un constat de Simondon nous l’avons vu) :
« Le système nerveux de l’industrie socialisée, humanisée, ne serait plus
alors sans analogie avec celui de l’homme, et non par hasard, sans doute. Comme
celui-là il aurait ses deux grandes zones de comportement : l’un, initiateur et
contrôleur, dans l’ordre des réponses orientables, celui du néo et du mésoencéphale ; l’autre, équilibrateur et régulateur, dans l’ordre des automatismes
adaptés, celui du paléo-encéphale et du système spinal » (ibid.).
L’apparition de cette société technique autonome modifie évidemment le travail : les
modifications techniques transforment l’organisation du travail, puisque tout le personnel (à
tous les niveaux hiérarchiques) doit mettre en œuvre de nouvelles formes de coopération et de
gestion (ibid., p.44). Si l’automation ne menace pas l’emploi, au sens où ce n’est pas elle qui
est cause du chômage, selon Naville, elle menace en revanche les « garanties » de l’emploi : il
semble que la production soit vouée à être assurée sans main-d’œuvre ; cette dernière est donc
« transférée dans de nouveaux secteurs en expansion, dans la mesure où elle ne subsiste plus
dans les secteurs automatisés », mais pour les victimes de ces transferts, « il s’agit d’une
conséquence néfaste » (ibid., p.50).
145
Si c’est une société de monopoles, d’oligopoles, de marchés protégés, centralisant les
transports, produisant en masse, capable d’investir massivement et d’en retirer les profits
correspondants, qui rend possible la généralisation de l’automation, celle-ci produit également
ce que « l’on pourrait appeler une société expérimentale » (ibid., p.44). Les techniques
nouvelles en effet, si elles annoncent une maîtrise plus subtile, plus plastique et plus profonde
des choses, annoncent également un remaniement incessant de l’organisation du travail (ibid.,
p.45). Les effets de cette société expérimentale sur la main-d’œuvre consistent ainsi en
« suppressions d’emplois, en création d’emplois nouveaux, en
modifications des proportions des différents emplois dans les groupements de
travail divers, en modifications dans la forme de l’emploi (nature des postes de
travail, durée du travail, forme des rémunérations, etc.)» (ibid. , p.56).
Naville évoque « une véritable métamorphose de l’ensemble du processus de travail »
(ibid., p.62), puisque suite à l’automation des entreprises, le « même nombre de personnes
seront employées, mais ce ne seront plus les mêmes emplois » (ibid.) Par exemple, le nombre
des ouvriers de fabrication tend à diminuer alors que celui des ouvriers d’entretien tend à
augmenter. Le travail d’entretien mériterait d’ailleurs désormais d’être considéré comme du
travail productif, car il peut s’exercer « à des niveaux de qualification très différents et, en
général, ces niveaux s’élèvent avec le degré d’automatisation des appareils » (ibid., p.71).
L’automation engendre donc une métamorphose du processus de travail, mais on ne
peut dire que celui-ci exige la mise en œuvre de capacités rigoureusement nouvelles :
« les postes de travail que l’on rencontre sur les outillages automatisés
représentent surtout une variation, un déplacement et une combinaison d’aptitudes
et de qualifications déjà connues et déjà employées » (ibid., p.69).
Malgré tout, ces combinaisons sont inédites. Les équipes de travail sont elles aussi
différemment composées. Les tâches sont plus rigoureusement interdépendantes. Mais au
final,
il « suffit de considérer une équipe traditionnelle, par exemple celle d’une
grosse forge classique, pour voir qu’elle ressemble plus à une équipe moderne que
le groupement des ouvriers spécialisés sur une chaîne de montage ou dans un
atelier de mécanique traditionnelle » (ibid., p.77).
L’automation semble donc impliquer de façon irréversible la fin du travail à la chaîne.
Mais elle ne rend pas forcément le temps du travail plus agréable. Car les travailleurs se
trouvent au service de processus automatiques, qui ne sont pas sensés subir d’arrêts :
« le temps-machine devenant, avec les progrès de la mécanisation,
économiquement plus fondamental que le temps-homme », on observe « une
146
forme assez nouvelle de dissociation des durées d’emploi de la main-d’œuvre, par
rapport au temps d’emploi des machines » (ibid., p.168).
Les ouvriers deviennent par conséquent de plus en plus étrangers au fonctionnement
des machines, mais on peut aussi considérer, selon Naville (s’inspirant ici des réflexions de
Simondon), que cette « étrangéification » (aliénation), « permet aux hommes d’assurer
indirectement un contrôle plus souple, plus complet, plus profond, plus étendu, sur un cycle
de production donné » (ibid., p.186). Par ailleurs, on constate que plus l’individu est distancié
de la machine, plus il resserre ses liens avec l’équipe de travail (ibid., p.187). Naville en
déduit que l’appropriation du travail « peut être amorcée à un niveau plus élevé [que
l’appropriation des tâches particulières] qui suppose des programmes de formation, de
polyvalence d’emploi, de participation à l’organisation » (ibid., p.188).
D’un point de vue toujours optimiste, il souligne que l’autonomie « impliquée par
l’automatisme, s’applique à un ensemble croissant de moyens humains et matériels » (ibid.,
p.230). Il anticipe sur l’importance prise par la « communication » :
« L’univers des communications dominera celui des productions comme
une société dominant la société. L’automatisme est lié à l’autonomie, et
l’autonomie est un principe de duplication. Ce que prépare l’emprise de
l’automation ce n’est ni la paralysie des fonctions économiques et sociales, ni la
libre et imprévue disposition des choses par les hommes ; c’est l’association des
hommes et des choses dans une marche commune, expérimentalement réglée »
(ibid., p.231).
Si l’univers des communications dominera celui des productions, cela signifie que l’on
s’oriente vers une société « tertiarisée » ou vers une société dans laquelle domine la
superstructure. C’est ce que montre Ellul, moins optimiste que Naville, car la communication
n’est pas la culture.
I.4.4. Ellul (1977)
Faisant quinze ans plus tard, son propre bilan du système technicien, Ellul s’inspire
également de Simondon. Il montre que la culture technique pour laquelle plaidait l’auteur du
Mode d’existence des objets techniques n’a pas vu le jour. Un monde s’est pourtant développé
avec la technique, dans lequel le travail au sens du métier, n’est plus, un monde dans lequel
« il y a seulement des emplois ou des activités »1. Alors comme l’écrit Montmollin : « Il est
faux de dire qu’aujourd’hui un travailleur doit changer de métier deux ou trois fois dans son
existence : il ne change pas de métier, il n’en a plus » (cité in J. Ellul, op. cit.).
1
Jacques Ellul, Le système technicien, Clamann-Lévy, Paris, 1977, p.83.
147
Ce qu’induit la perte du métier c’est un processus d’adaptation et de formation infini :
Le travailleur « doit donc s’adapter presque en permanence. La plus
importante mesure qui doit être prise en 1980 dans le domaine du recyclage des
travailleurs de l’industrie est d’abolir l’idée même du recyclage. Nous devrions
être si bien habitués à la formation dans l’industrie que nous ne devrions plus
penser en termes de formation et de recyclage mais seulement de formation et
encore de formation… » » (cité in ibid.).
Le facteur qui rend nécessaire cette adaptation permanente est l’évolution rapide de la
technique. L’adaptation permanente est nécessaire et impossible en même temps :
« des jeunes commencent à être préparés pour travailler sur un type
d’ordinateur mais lorsqu’ils ont achevé leurs études, trois ans plus tard, le progrès
les place devant des types nouveaux – et ils doivent tout de suite se réadapter »
(ibid., p.302).
La nécessaire adaptation permanente s’accompagne de la valorisation de la créativité
et du non-conformisme : « la créativité et le non-conformisme sont des valeurs fondamentales
de la société technicienne » (ibid., p.122). La technique « implique pour progresser non pas
une passivité mais une adhésion enthousiaste pour le changement » (ibid.), la technique
implique ce que Naville appelle « la société expérimentale ».
Ellul constate que l’industrie est vouée au gigantisme. L’erreur humaine auprès des
machines a désormais des conséquences énormes. Dès lors, pour que le tout fonctionne, « il
faut un homme parfaitement adapté, conscient de sa responsabilité, capable d’attention, de
solidarité, et qui ne sera prêt ni au sabotage ni à la grève… Le tort porté à tous serait trop
immense » (ibid., p.15). On peut alors en appeler au principe de responsabilité pour
condamner les luttes sociales. Créativité et non-conformisme s’accompagnent d’une
valorisation de l’altruisme – dont se chargent les « ressources humaines ».
Mais qui, demande Ellul, peut faire preuve d’une distance critique à l’égard du
système technicien ? Les techniciens sont formés par l’Université, mais l’homme technicien
apparaît divisé en deux modes d’être. D’un côté, il est très compétent dans son domaine, « il
sait et voit clairement ce qu’il a à faire avec une efficacité toujours plus grande » (ibid.,
p.322). Mais ceci ne joue que dans un secteur étroitement limité. De l’autre côté, « il se
retrouve au niveau de tous, ne connaissant le monde et les problèmes politiques, économiques
qu’au travers d’informations partielles et partiales, ayant une « demi-compréhension » des
questions, un quart de connaissance des faits » (ibid.). Sa compétence dans son domaine ne lui
sert donc à rien pour mieux comprendre ou connaître les phénomènes généraux. Mais alors, il
148
ne peut avoir de distance critique même avec ce qu’il fait, puisque c’est des phénomènes les
plus généraux « dont, finalement, tout dépend » (ibid.).
Créativité et non conformisme servent également à inventer des formes de vies
nouvelles : « là où la technique avance, il faut inventer les formes de vie possibles par rapport
à elle » (ibid., p.122). Des modes de vie nouveaux sont en fait nécessaires pour compenser
l’oppression qu’exerce le système : indépendance et altruisme compensent l’oppression vécue
et la destruction des relations humaines (ibid.).
Si le technicien a de plus en plus de mal à comprendre les problèmes généraux « dont
tout dépend », c’est que sa conscience, explique Ellul, reflète le fonctionnement de la
technique. Or, nous l’avons vu avec Simondon, la technique fonctionne de manière moins
analogue aux mouvements du corps, qu’au mouvement de la pensée « inventive ». Il y a ici
une dialectique : la démarche compréhensive de la conscience s’est cristallisée dans la
technique, mais la technique va finalement dominer la démarche de la conscience, en
obligeant celle-ci à imiter la technique. Il manque cependant au « technicien » d’Ellul
l’intelligence du mécanologue pour laquelle plaidait Simondon. Cette intelligence aurait dû
venir d’une « culture technique », d’une culture englobant la compréhension de la technique.
La « conscience, sociale ou individuelle, aujourd’hui est formée directement par la
présence de la Technique, par l’immersion de l’homme dans ce milieu, sans la médiation
d’une pensée pour qui la Technique ne serait qu’un objet, sans la médiation d’une culture »
(ibid., p.48), écrit Ellul.
Il poursuit : « La relation à la Technique est immédiate, ce qui veut dire que
maintenant la conscience est devenue le simple reflet du milieu technicien » (ibid., pp.48-49).
On a vu que pour Simondon, la conscience humaine doit traduire les formes observées dans
l’objet technique en informations, ce qui suppose la reconnaissance de ce qu’il y a d’humain
dans la technique, ce qui suppose une culture technique, donc une distance par rapport à la
technique. Sans culture, mais sous domination de la technique, toutes les activités humaines
ou sociales perdent leur « sens » pour être réduites à de simples composés techniques :
« Il y a des techniques de lecture (la lecture dite rapide) comme une
technique de mastication, chaque sport devient de plus en plus technique, il y a
une technique de l’animation culturelle, et de la conduite d’une réunion, on
pourrait dérouler à l’infini cette énumération » (ibid., p.178).
Par ailleurs, les hommes doivent disposer de savoir-faire techniques pour se servir des
objets techniques. Pouvant être transplantés partout, les objets techniques exigent la
149
transformation des modes de vie. La Technique étant universelle, les modes de vie doivent
devenir homogènes.
Bref, l’idée de Technique désormais, domine l’homme : « la Technique est puissance,
faite d’instruments de puissance et produit par conséquent des phénomènes et des structures
de puissance, ce qui veut dire de domination » (ibid., p.16).
C’est en s’appuyant essentiellement sur Simondon que Jacques Ellul démontre que la
Technique tend inévitablement à s’autoaccroître, sans que personne ne maîtrise cet
autoaccroissement, et sans que l’on puisse le freiner. Une invention technique dans un
domaine, permet de nombreuses innovations par l’application de ladite invention dans
d’autres domaines. Mais il y a aussi « autoaccroissement dans la mesure où la technique
provoque des nuisances que seule la technique peut compenser » (ibid., p.230) : par exemple,
à partir « du moment où des pesticides sont utilisés on ne peut revenir en
arrière parce que les insectes adaptés pulluleraient. À partir du moment où l’on
possède des engrais chimiques, on peut sélectionner des espèces de riz ou de blé
« miracle » (ce qui a permis la Révolution verte), mais leur mise en culture exige
l’application des engrais chimique, etc. » (ibid., p.231). Or l’autoaccroissement se
produit de plus en plus rapidement puisque le développement technique
« s’effectue selon la combinaison entre des éléments techniques antérieurs », donc
schématiquement, « si nous avons quatre facteurs à combiner, cela peut produire
64 combinaisons. Si nous ajoutons un cinquième facteur, de même importance
que les précédents et en supposant des possibilités de combinaison équivalentes,
cela nous donne 325 combinaisons possibles » (ibid., p.299).
Dès lors, tout problème social devient un problème technique. Mais le monde
technicien, s’il crée de nouveaux problèmes, ne les résout pas tous. La « dépolitisation » des
citoyens est un problème crée par la Technique qui tient au fait que les grandes questions
politiques sont désormais des questions techniques trop compliquées pour les simples
citoyens. La réponse du système technicien consiste à adjoindre aux hommes politiques des
techniciens. De la sorte, le problème de la dépolitisation n’est en rien résolu. On peut parler de
« système » dans le sens où la « vie technicisée » pose certains problèmes qu’elle est par la
suite obligée de résoudre, et que, plus elle parvient à les résoudre, plus elle pose de nouveaux
problèmes :
Là « où la Technique crée par exemple des situations sociales
désespérantes, du fait de la complexité, de l’exigence (qui rejette dans
l’impuissance et la marginalité d’innombrables jeunes, vieillards, semi-capables,
etc.) du jeu des techniques, aussitôt se constitue un service social, des techniques
de prévention, d’adaptation, de réadaptation, etc. qui sont en fait des techniques
par conséquent représentant le système, et destinées à faciliter la vie dans cet
univers inhumain » (ibid., p.121).
150
Par ailleurs, Ellul note que le slogan qui a fait fureur en 1968, dénonçant la « société
de consommation », n’est pas le mot clé recouvrant et expliquant tout, puisque « il est bien
évident que notre société est au moins autant caractérisée par le travail et la production que la
consommation » (ibid., p.19). Il faut se demander « qu’est-ce qui provoque la
consommation ? » et on répondra alors : « la publicité, c’est-à-dire les techniques
publicitaires. Qu’est-ce qui exige que l’on consomme plus ? la production de masse, laquelle
n’est possible que grâce à la technique » (ibid.).
La consommation est donc le corollaire de la production technicisée. Les
consommateurs consomment d’ailleurs des gadgets techniques. Ces gadgets distrayant ne
doivent pas être méprisés, ils sont absolument nécessaires à l’homme vivant dans le système
technicien :
on « ne peut pas demander à un homme plongé dans les activités
techniciennes et dans un milieu urbain de se nourrir d’un aliment uniforme et
principalement végétal : physiologiquement il ne le pourrait pas. Les gadgets sont
indispensables pour tolérer une société de plus en plus impersonnelle, les remèdes
sont nécessaires aux adaptations, etc. En somme l’orientation des puissances de
production vers ces produits considérés comme de luxe ou superflus provient
beaucoup moins d’un désir capitaliste de profit ou d’un ensemble de besoins
anormaux, déréglés du public, que de nécessités fortement ressenties par l’homme
vivant dans un milieu technicisé, et il ne pourrait simplement pas continuer à y
vivre si ces besoins n’étaient pas satisfaits. Or, il semble que plus la production
augmente, plus la technicisation progresse, et plus ces besoins augmentent en
nombre et en qualité. La puissance de production est alors dans une mesure
toujours croissante dérivée vers la satisfaction de ces besoins. Mais si on n’y
répondait pas, il ne faut se faire aucune illusion, cela ne veut pas dire que cette
puissance de production pourrait être appliquée à autre chose, plus utile, cela
voudrait dire qu’elle serait bloquée par une sorte d’impossibilité humaine de
s’adapter à ce genre de vie » (ibid., p.74).
Pourtant la production de biens matériels ne peut répondre à tous les besoins. Les
« services », le secteur « tertiaire », se développent aussi par nécessité. Et le mécanisme de
production est même « maintenant conditionné par les services » (ibid., p.75) (devenus
l’infrastructure), puisque
« dans une société technicienne, chaque progrès dans le domaine de la
production (industrielle ou agricole industrialisée) ne peut s’effectuer que si au
préalable il y a une énorme organisation, de type administratif actif, qui autorise
ce progrès et l’intègre dans l’ensemble sans perturbation » (ibid.).
Il est clair que, de même que les secteurs productifs ne peuvent « augmenter et se
perfectionner que grâce à, et sur le fondement de ces organisations, de ces services » (ibid.),
de même « l’ouvrier cessera d’être un producteur adapté à son nouvel appareillage technique
151
s’il n’est encadré, soutenu », par des « services psychologiques » (ibid.). Ici Ellul rejoint
Friedmann.
Alors que selon Simondon, la logique productiviste « opprime » l’autonomie de la
technique, selon Ellul la société est désormais intégralement déterminée et organisée par et
pour la technique, et si elle est « toujours industrielle », « ce n’est plus l’essentiel » (ibid.,
p.14). Ni essentiellement industrielle, ni essentiellement « de consommation », ni
essentiellement « capitaliste », selon Ellul la société est technicienne… en Occident comme
en URSS.
I.4.5. Rousselet (1974)
Dans le système technicien, l’activité rémunérée que l’on nomme « travail » n’est pas
éprouvante et fatigante, mauvaise forme de décréation, comme l’était le travail de manœuvre
que décrivait Simone Weil. Elle est insipide. Le corps n’est pas mobilisé, et pourtant l’esprit
n’y trouve pas son compte. C’est ce dont rend compte Jean Rousselet en s’appuyant sur des
enquêtes psychologiques et sociologiques.
L’allergie au travail, écrit en 1974, fait état du discrédit de la « valeur travail ». La
jeunesse se désintéresse de son avenir professionnel. Ce phénomène, selon l’auteur
(psychologue et pédiatre), il ne faut pas se contenter de le déplorer, il ne faut pas non plus
s’en désintéresser ; il faut chercher à le comprendre.
Tout d’abord qui touche-t-il ? Des jeunes issus des groupes sociaux défavorisés. On
peut comprendre leur désintérêt pour le travail, puisqu’ils savent « ne pouvoir espérer, du fait
de leur manque de qualification, que des tâches obscures et ingrates et des avenirs
socioprofessionnels médiocres »1. Mais le phénomène touche aussi « des jeunes mieux
formés, ayant poursuivis des études générales ou techniques » (J. Rousselet, op. cit.). En ce
qui concerne ces derniers, l’explication du désintérêt pour le travail devrait donc être
différente. Pourtant il n’en est rien : c’est de l’ensemble des professions possibles que la
jeunesse se désintéresse, car le monde du travail est un monde inintéressant. C’est même
parfois un monde qui répugne :
« C’est même de dégoût dont il faudrait parler puisque quand [les jeunes]
ont déjà l’expérience d’un premier emploi avec ou sans qualification, accepté de
bon cœur ou non, et qu’en cas de chômage il leur faut en rechercher un nouveau,
ils ne sont plus que 35% à vouloir refaire une expérience dans la profession déjà
exercée, les autres la mettant au contraire au premier rang de celles refusées a
priori » (ibid., p.17).
1
Jean Rousselet, L’allergie au travail, Seuil, Paris, 1974, p.15.
152
Ces jeunes jugent donc en connaissance de cause. Le cas est un peu différent pour les
étudiants, qui prolongent à outrance leurs études, et chez lesquels on constate plus « qu’une
indétermination excessive ou une répugnance à l’égard de telle ou telle profession, c’est en
effet une véritable appréhension de n’importe quelle forme de travail qu’ont en commun
aujourd’hui beaucoup d’étudiants prolongés » (ibid., p.20). Une des conséquences en est que
le nombre de jeunes pouvant être qualifiés de « marginaux professionnels », s’élève à
200 000 ; et ce nombre peut être multiplié par trois ou quatre si on inclut les travailleurs
saisonniers ou occasionnels qui sont regroupés dans d’autres rubriques statistiques (ibid.,
p.22). Presque « la totalité d’une tranche d’âge » est alors concernée par ce refus du travail
(ibid.).
Il faut donc tenter d’expliquer ce refus d’une installation stable dans la vie active.
Rousselet évoque trois facteurs principaux : l’inadéquation emploi-formation qui force les
jeunes à occuper des postes sans rapport avec la formation suivie et choisie ; l’élévation du
pouvoir d’achat, qui rend possible la subsistance en ne travaillant qu’une ou deux journées par
semaine si l’on accepte de restreindre son train de vie au minimum ; l’évolution générale du
marché du travail, qui crée une multitude d’emplois temporaires. À cela il faut ajouter l’idée
dominante selon laquelle « réussir sa vie » ne dépend plus de l’intérêt porté à son travail. Ce
dernier phénomène peut être interprété aussi bien comme « un effort d’adaptation au
possible » que comme « un aveugle désir de changement ». L’auteur souligne que, meilleure
est la connaissance du monde du travail, plus l’indifférence au contenu du travail se
généralise :
« Dans toutes nos analyses la proportion de ces indifférents au contenu du
travail croît en effet à l’intérieur de chaque groupe étudié avec l’âge, la
qualification et le niveau de connaissances générales, c’est-à-dire avec
l’expérience de la vie, traduisant bien un ajustement des attentes aux réalités
perçues » (ibid., p.33).
Cette dévalorisation du travail ne se traduit pourtant pas par un refus total du travail.
Mais travailler n’est qu’un moyen : jeunes ou adultes « se rendant compte qu’il leur est
devenu impossible d’ « être » mieux grâce à leur métier, … n’y cherchent plus qu’un moyen
d’ « avoir » plus » (ibid., p.38). Le fait est que les métiers sont de plus en plus inintéressants,
en proportion de la longueur et de la complexité de la formation qu’ils requièrent :
la plupart des étudiants « ne tireront en général aucun parti de la somme
des connaissances qu’ils sont obligés d’accumuler, et pourtant la diversité
croissante des emplois modernes semble exiger cet allongement continu des
préparations très spécialisées en obligeant le plus grand nombre à tout connaître
153
des techniques de pointe que seuls quelques individus privilégiés auront parfois
l’occasion de maîtriser dans l’exercice de la profession » (ibid.).
L’inintérêt des emplois se traduit par un absentéisme au travail très important, par une
augmentation des changements d’emploi ou même de catégories socioprofessionnelles chez
les individus en emploi, par un refus d’accéder aux postes d’encadrement, enfin par la
réticence des parents à parler avec leurs enfants de leur métier :
« Nous avons demandé à des jeunes de différents milieux en quoi
consistait exactement le métier de leur père et s’il faisait l’objet en famille de
conversations fréquentes. À l’exception des fils d’artisans et de professions
libérales, la plupart étaient bien en peine de répondre à la première question. Plus
de 50 % connaissaient à peine le nom de la profession et après avoir dit que leur
père était « ouvrier, fonctionnaire ou employé » étaient incapables de préciser la
nature exacte des tâches et des responsabilités que ce statut impliquait. Certains
même ne savaient pas où se situait l’entreprise ou le bureau paternel, ni ce qu’elle
fabriquait ou ce qu’il administrait » (ibid., p.50).
Par ailleurs, une enquête menée en 1972 pour le Gouvernement des USA, et publiée
par l’International Herald Tribune montre que ce sont les individus les plus hauts placés dans
la hiérarchie salariale qui ont la vision la plus désenchantée du travail :
« Probablement parce que chez eux le conflit est plus grand entre les
attentes et la réalité du quotidien, peut-être aussi parce que ces groupes
socioprofessionnels, moins bien préparés à l’irresponsabilité et à la monotonie, y
sont aussi moins habitués historiquement » (ibid., p.64).
Pour compenser cet ennui et ce désintérêt que suscite le travail, on constate, au moins
chez les cadres, un surinvestissement du « paraître », de l’attachement au statut :
quand « la profession n’apporte rien de bien intéressant au plan des
responsabilités et des initiatives et qu’elle interdit tout véritable engagement
personnel, il lui est alors demandé en effet, en sus des avantages matériels,
d’enrichir l’image que les autres peuvent se faire de celui qui l’exerce. …
beaucoup de tentatives faites pour se différencier ou affirmer ostentatoirement son
standing, son prestige et sa puissance ressemblent à ces comportements animaux
que les éthologues commencent à bien connaître » (ibid., pp.64-65).
Il est vrai, par ailleurs, que pour les jeunes, la montée dans la hiérarchie du travail est
difficile : « Les chances de devenir cadre moyen quand on était bachelier et celles de devenir
cadre supérieur avec un diplôme supérieur au baccalauréat avaient déjà respectivement
diminué de 15 % et de 25 % de 1962 à 1968 ». (ibid., p.80). C’est l’inflation des titres
scolaires qui explique ce phénomène : « L’augmentation du nombre des diplômes de
l’enseignement supérieur s’est ainsi révélée en 1976 trois fois plus importante que celle des
154
postes de cadres supérieurs offerts à ces jeunes » (ibid.). L’inadéquation de la formation au
poste occupé est la même concernant l’enseignement technique :
« 50 % des jeunes ouvriers ou employés ayant bénéficié d’une véritable
formation professionnelle n’exercent pas la profession à laquelle ils ont été
préparés. 40 % des jeunes dotés d’une réelle qualification professionnelle sont
affectés dès leur embauche et pour au moins dix huit mois à des tâches
élémentaires » (ibid.).
Les pensées dominantes concernant les théories du travail tendent à considérer qu’il
existe plusieurs formes de travail. Si les unes restent dignes de respect et gardent leur
ancienne signification, continuant à justifier les mêmes attentes, en ce qui concerne les autres,
« rien n’interdirait plus de les traiter avec mépris sous réserve que considérées comme des
bavures regrettables et passagères des modes actuels de production, elles devraient à ce titre
être corrigées et enrichies pour retrouver leur nécessaire noblesse originelle » (ibid., p.109).
Malheureusement, il faut du personnel pour pourvoir à ces tâches méprisables : ainsi des
jeunes ayant suivi de véritables formations professionnelles qui les ont qualifiés, peinent à
admettre qu’ils devront passer leur vie à effectuer un simple travail de manœuvre.
« 50 % des anciens apprentis d’une grande entreprise mécanique de la
région parisienne, malgré de très bons salaires, quittent la profession dans les trois
ans qui suivent leur affectation aux ateliers de production. Il n’est en effet dans les
possibilités d’aucun de leurs cadres ou de leurs médecins du travail de leur faire
admettre que tant d’années passées au centre d’apprentissage aboutissent à n’être
différents de ceux qui n’ont appris aucun métier qu’un quart d’heure au maximum
par jour » (ibid., p.123).
Dans les bureaux, ingénieurs et cadres qui souffrent également de la division du
travail, sont « confrontés eux aussi à des tâches éclatées et des méthodes de travail en groupe
qui n’autorisent plus que des réflexions ou des décisions collectives » (ibid., p.124). Quant
aux travaux de recherche, non seulement leur nature ne permet plus aux chercheurs de
disposer d’une connaissance synthétique de toutes les disciplines, ou même de leur propre
discipline, mais encore la division entre recherche fondamentale et recherche appliquée tend à
s’amenuiser :
« Parce qu’ils n’ont plus le temps ou l’habitude d’imaginer, ou parce qu’ils
ne peuvent s’insérer dans les trop rares équipes multidisciplinaires, qui seules
autorisent maintenant le véritable progrès scientifique, beaucoup d’hommes de
science qui, hier, auraient créé, ou tout au moins cherché, se contentent
aujourd’hui d’améliorer.
D’immenses moyens en hommes et en argent sont ainsi utilisés à
augmenter la fiabilité de tel ou tel produit blanchissant. Ces progrès se font
155
généralement à coup d’expériences répétées, elles aussi de plus en plus
mécanisées, qui n’exigent finalement de la part des ingénieurs très qualifiés qui
les dirigent que peu d’initiatives » (ibid., pp.126-127).
En même temps que le monde du travail ne présente plus d’attraits, les possibilités de
changements se révèlent réduites à néant, tant les méthodes de travail se sont homogénéisées
sur toute la surface de la planète :
« Programmé par sa formation à être ajusteur, électricien, ingénieur
spécialisé ou éleveur, le jeune Français avide de gestes originaux et de
responsabilités plus larges est condamné, s’il quitte aujourd’hui sa ville natale, à
retrouver à Paris, à Francfort ou même au Zaïre, les mêmes garages, les mêmes
installations, les mêmes bureaux d’études, et probablement les mêmes races de
taureaux, de génisses ou de poules pondeuses » (ibid., p.135).
Cela explique, selon l’auteur, que les jeunes répugnent à changer de région pour
trouver du travail, convaincus « de ne pas trouver ailleurs beaucoup mieux que dans leur
province d’origine, ils préfèrent conserver leurs habitudes plutôt que s’exposer à ajouter à
l’ennui du travail celui du dépaysement » (ibid., p.136). Quant aux expériences faites dans les
groupes communautaires, il semble que ce soient là « des solutions de remplacement,
acceptées faute de mieux et plus propres à favoriser l’instabilité qu’à satisfaire pleinement les
appétits de changement et d’épanouissement. Rares sont ceux en effet qui, après les avoir
choisies, persévèrent » (ibid., pp.136-137).
En conclusion, Jean Rousselet apporte lui aussi sa pierre à la critique du travail et
rejoint Hannah Arendt, anticipant sur Dominique Méda, alors qu’il plaide pour la nécessité de
« désacraliser » le travail, entendu au sens d’emploi :
« Quel que soit le contexte social ou politique, il est sûr en particulier que
rien ne pourra changer cet état de choses, tant que demeurera intangible la valeur
excessive traditionnellement accordée au concept de travail, tant que « faire » se
confondra avec « agir », et « travailler » avec « œuvrer » » (ibid., p.239).
I.4.6. Baudrillard (1973)
Baudrillard porte un nouveau coup à la « valeur travail ». Il montre que le travail est
une invention de l’économie politique, que celui-ci n’a pas toujours existé. Il détruit les
postulats du matérialisme historique, en posant que « valeur d’usage », « travail » et
« production » sont les corollaires de la « valeur d’échange », du « capital » et de la
« consommation ». Avant la modernité, avant la production en vue de l’échange, il n’y avait
donc ni valeur d’usage, ni travail, ni production.
156
Au lieu d’un fétichisme de la valeur d’échange (de la marchandise), Baudrillard
évoque en ce qui concerne les marxistes un fétichisme de la valeur d’usage (de l’utile). Le
miroir de la production ou l’illusion critique du matérialisme historique (1973) se veut une
dénonciation des concepts de « production » et de « travail » comme concepts
révolutionnaires. S’inspirant implicitement de l’Essai sur le don de Marcel Mauss, et du
développement de « la notion de dépense » par Bataille, Baudrillard oppose l’économie
cérémonielle, fondée sur la dépense, à l’économie politique fondée sur la production – dont le
matérialisme historique n’est qu’un avatar.
« Partout le discours productiviste règne, et que cette productivité ait des
fins objectives ou se déploie pour elle-même, dans un cas ou dans l’autre c’est elle
qui est la forme de la valeur », constate-t-il dans l’introduction1. Ainsi, « il s’agit
de se « produire » soi-même, depuis l’activité consciente jusqu’aux
« productions » sauvages du désir » (J. Baudrillard, Le miroir…, op. cit., p.9). Il
est une chose de se considérer soi-même, comme toute marchandise, comme
simple valeur d’échange ; il en est une autre de se considérer, de considérer la
force de travail, comme valeur d’usage. Baudrillard montre que « la valeur
d’usage n’est que l’horizon de la valeur d’échange » (ibid., p.12).
La valeur d’usage n’existe pas avant la valeur d’échange : elle apparaît en même
temps que la valeur d’échange, en même temps que la « force de travail », en même temps
que les « forces productives ». Autrement dit, la distinction entre l’utile et l’inutile est une
invention de l’économie politique :
« En fait, il n’existe pas plus de valeur d’usage des produits, pas plus qu’il
n’y a d’existence autonome du signifié et du référent – la même fiction règne dans
les trois ordres de la production, de la consommation et de la signification » (ibid.,
p.19).
Le marxisme, selon Baudrillard, ne fait rien d’autre qu’aider la « ruse du capital » en
persuadant les hommes « qu’ils sont aliénés par la vente de leur force de travail, censurant
ainsi l’hypothèse bien plus radicale qu’ils pourraient l’être en tant que force de travail, en tant
que force « inaliénable » de créer de la valeur par leur travail » (ibid., p.21).
Opposer le travail concret (production de l’utile) au travail abstrait (production de
valeur d’échange), c’est déjà accepter que le travail « domine tous les autres régimes, qu’il
s’est substitué à toutes les formes de richesse et d’échange » (ibid., p.18). Or la véritable
coupure « n’est pas entre travail « abstrait » et travail « concret », mais entre l’échange
symbolique et le travail (la production, l’économique) » (ibid., p.34). De l’observation des
1
Jean Baudrillard, Le miroir de la production ou l’illusion critique du matérialisme historique,
Castermann, Paris, 1973, p.8.
157
sociétés dans lesquelles les ethnologues voient se dérouler l’échange symbolique, il faudrait
conclure qu’il « n’y a pas de mode de production ni de production» (ibid., p.38). Dans ces
sociétés primitives, il n’y a pas de transformation de la Nature à des fins utiles à l’homme, car
il n’y a pas non plus d’instrumentalisation ou de domination de la nature, il n’y a pas de
séparation homme/nature.
De même, au Moyen Âge, il n’y a encore ni « forces productives », ni « moyens de
production », et définir « l’ « ouvrage » comme procès de travail concret, par opposition au
travail industriel, ne suffit pas : « il est autre chose que du travail » (ibid., p.82). Ainsi, si le
matérialisme historique
est « incapable de penser le procès de l’idéologie, de la culture, du
langage, du symbolique en général, du même coup il échoue non seulement
devant les sociétés primitives, mais il échoue aussi à rendre compte de la
radicalité de la séparation dans nos sociétés, et donc aussi de la radicalité de la
subversion qui y grandit » (ibid., p.92).
Contrairement à ce que dit la première phrase du Manifeste du Parti Communiste, il
n’y a pas de lutte des classes dans toutes les civilisations – à moins de considérer que les
sociétés du don cérémoniel ne soient pas des civilisations. Dans ces sociétés, l’échange est
symbolique, et non échange de l’utile. L’utile n’est pas échangé, on échange des prestations
somptuaires. De cela, l’interprétation marxiste de l’histoire ne peut rendre compte. Elle ne
rend compte que de la modernité, des sociétés dans lesquelles le symbolique et l’échange,
l’économique et le politique, les forces productives et les rapports de production, sont des
domaines séparés.
Or dans les sociétés contemporaines, la distinction entre forces productives et rapports
de production n’est plus si claire. On a du mal à reconnaître la production de l’utile, tant
l’utile est partout et nulle part en même temps. Il faut très peu de temps de travail pour
produire la nourriture (exemple de production utile), mais tout travail rémunéré doit pourtant
correspondre à une production utile – sinon il n’y aurait pas de rémunération…
Si « l’utile » pose question, si, finalement, tout et rien est utile (la formation
permanente « sert » bien à quelque chose, mais ni à augmenter la productivité, ni à
différencier la production) c’est que le système social a moins besoin de la productivité de
tous que du fait que « tout le monde joue le jeu » (ibid., p.113). C’est dire aussi que les
besoins,
« correspondent de plus en plus à un modèle de simulation. … [Le
système] peut se payer le luxe de la contradiction et de la dialectique, par le jeu
158
des signes. Il peut se donner tous les signes de la révolution. Puisqu’il produit
toutes les réponses, il anéantit du même coup la question » (ibid., p.107).
La dénonciation de l’exploitation ne vaut plus rien pour mettre en cause un système
dans lequel les hommes ne produisent que les rapports sociaux (l’idéologie) et rien d’autre. Le
système « produit les questions et les réponses », parce que la « production » intègre le
symbolique, elle est même essentiellement production symbolique, étant avant tout production
des rapports sociaux :
« À l’industrialisation forcée et à l’exploitation directe succèdent la
scolarisation prolongée, les études subventionnées jusqu’à vingt-cinq ans, la
formation permanente, le recyclage : toutes choses apparemment destinées à
multiplier et différencier la productivité sociale – en fait le système n’a besoin de
cette sophistication, de cette polyvalence, de cette formation permanente réelle
qu’à un très haut niveau, statistiquement restreint. À la limite, il s’accomplit dans
un cadre très mobile de technocrates polyvalents assumant toutes les fonctions de
décision, et dans une masse de disqualifiés, de laissés pour compte, de
socialement irresponsables, à qui sera donnée l’illusion de la participation et de la
formation » (ibid., p.112)
S’il faut maintenir l’illusion ou la simulation de la nécessité du travail (et de la
participation, et de la formation), pour maintenir l’existence du capital, c’est que le travail au
sens de la production n’existe plus. Ce sont les machines qui produisent, ce que les hommes
produisent n’est que le monde adapté à la production technique. Les hommes sont utiles pour
une fin qui les dépasse – le maintien du système technicien. Et le capital ne se soutient plus
que de la consommation, de son organisation et de sa relance. Le rôle de ce que l’on continue
à appeler « le travail » n’est plus que d’organiser la consommation. Il y a alors de moins en
moins d’extorsion de plus-value, la contestation marxiste est prise en défaut :
« c’est ainsi qu’en dehors du marxisme, on voit apparaître non plus la
dénonciation de l’exploitation, mais celle du travail (« Ne travaillez jamais ! ») ;
concernant les femmes et les homosexuels, non plus la revendication,
démocratique et rationaliste, de droits politiques ou sexuels égaux (l’équivalent de
la revendication salariale pour le travailleur), non pas l’accession des femmes au
pouvoir, c’est-à-dire au retournement du code en leur faveur, mais l’abolition de
ce code » (ibid., p.116).
La différence entre travail concret et travail abstrait n’a pas plus de sens que la
différence entre valeur d’échange et valeur d’usage. Il n’y a plus que la sphère de la
production et celle de la consommation, et le système ne cesse de libérer du temps pour la
consommation.
En matière de « partage », d’ « améliorations », de « redistribution », la socialdémocratie (Baudrillard écrit « le pouvoir » ou « le système ») a tout tenté : « consommation,
159
satisfaction des besoins, libération sexuelle, droits des femmes, etc., etc. – il est prêt à tout
pour réduire l’abstraction sociale, pour que les gens jouent le jeu » (ibid., p.126). En créant
l’État-providence, la publicité, les relations humaines, « le système créait l’illusion d’une
participation symbolique (l’illusion que quelque chose de ce qui est pris et gagné est aussi
redistribué, rendu, sacrifié) » (ibid., p.124), mais malgré toute sa bonne volonté « il ne peut
faire de la consommation une consumation, une fête, une dépense : consommer, c’est relancer
la production » (ibid.,).
On peut parler de « surpouvoir », car cette course à la création de besoins, à
l’incitation à consommer, a pour corollaire l’abolition de tout temps échappant à la
valorisation. Le consommateur « ne peut même plus réellement perdre son temps dans le
loisir » (ibid., p.125), l’industrie des loisirs (cinéma, parcs d’attraction, etc.) est utile, crée de
la croissance. On peut parler de « surrépression », puisque les besoins « jadis contingents et
hétérogènes », sont homogénéisés et rationalisés, la sexualité, « jadis refoulée », est libérée
« comme jeu de signes », objectivée « comme fonctionnalité du corps et rentabilité du
principe de plaisir », l’information « est libérée, mais pour être mieux encadrée et modellisée
par les média » (ibid., p.126). Les pulsions naturelles, les résistances politiques, etc., sont
libérées à un premier niveau (l’individu peut tout faire, c’est la libération des mœurs), mais
réintégrées dans un système de contrôle social à un second niveau : les mœurs libérées ont
une valeur d’échange, il y a production de la libération des mœurs – non plus un contrôle par
le surmoi, mais production de stimuli qui déterminent le comportement. Face à la
surrépression donc, la subversion ne peut être que « radicale », c’est-à-dire qu’elle ne peut que
rejeter le « statut de producteur », « dont la théorie marxiste, elle, fait le point de départ de la
révolution sociale » (ibid., p.133).
1.4.7. Habermas (1968)
Un même phénomène est à l’origine, directement ou indirectement, des réflexions des
auteurs que nous venons de passer en revue : celui de la technique (force productive et
idéologie). En 1968, dans un essai intitulé La technique et la science comme « idéologie »1,
Habermas entreprenait une critique de la thèse de Marcuse selon laquelle le mode de
production capitaliste ne permettait à la technique et à la science de se développer, qu’en vue
d’une fin déterminée : la domination politique.
1
Jürgen Habermas, La technique et la science comme « idéologie » (1968), Gallimard, Paris, 1973,
pp.3-74.
160
La technique et la science selon Marcuse, pourraient se développer dans des formes
différentes si l’homme ne leur fixait pas pour but la domination, de la nature ou des hommes.
La science pourrait non seulement s’orienter différemment, mais aussi établir d’autres faits.
Nous avons déjà rencontré cette position chez Simone Weil. Selon elle, la science grecque,
recherchant le rapport entre l’ordre et les conditions de l’ordre a une visée contemplative, elle
se détourne de l’algèbre – lui préférant la géométrie. La science grecque ne cherche pas à
dominer la nature, mais à lire en elle une image du bien. De même, méprisant le sens
commun, à force de faire confiance aux équations algébriques plutôt qu’à l’expérience que
nous faisons du monde, la mécanique quantique comme la relativité, ne cherchent pas à
rendre le monde plus compréhensible pour les profanes – en l’occurrence pour les
travailleurs :
« Quand, après avoir traduit des rapports de notions en algèbre, on
manipule les formules en tenant compte seulement des données numériques de
l’expérience et des lois propres à l’algèbre, on peut obtenir des résultats qui, une
fois traduits à nouveau en langage parlé, heurtent violemment le sens commun. »1
Habermas soutenait lui que le développement technique était autonome par rapport à
ce que les marxistes appellent les « rapports de production » (ou encore la superstructure). Si
le développement technique correspond à un projet socio-historique, selon Habermas, ce
projet n’est pas celui de l’Occident moderne, mais celui de l’espèce. La technique est
l’extériorisation des fonctions organiques et psychique de l’homme, écrit Habermas en
s’appuyant sur Gehlen – Leroi-Gourhan a montré la même chose. La technique est d’abord
l’outil, prolongement du corps, comme dit Simone Weil ; puis l’ordinateur, extériorisation de
la mémoire. Il n’y a, selon Habermas, aucune raison pour que, hors de l’Occident, la
technique se développe différemment.
Pourtant, selon lui la technique (et la science) remplit bien une fonction idéologique,
elle n’est pas seulement une force productive, elle légitime également la domination politique,
la domination des technocrates. C’est au nom de l’efficacité des principes rationnels de la
science que l’on développe des techniques de gouvernement politique. La technique est alors
non seulement la principale force productive, mais elle est aussi le principe de la légitimation
politique. C’est au nom de l’efficacité de la technique que les masses doivent être dépossédées
des questions politiques (de justice par exemple).
1
Simone Weil, « Réflexions à propos de la théorie des quanta » (1942), pp.189-209, in Sur la science,
op. cit., p.194.
161
Dans ce cas les forces productives ne sont plus émancipatrices comme le voulait la
tradition marxiste. Comme la valorisation privée du capital se passe désormais de l’extorsion
de la plus-value du travail humain, il n’est plus possible de lutter contre l’exploitation de
l’homme par l’homme, il n’y a plus d’exploitation. La seule lutte possible est celle du peuple
contre l’idéologie technocratique qui affirme que la dépolitisation des masses est nécessaire,
puisqu’il n’y a plus de problèmes politiques mais seulement des problèmes techniques – que
seuls des techniciens sont aptes à prendre en charge.
Comment s’est opérée cette dépolitisation des masses ? D’abord, par le moyen de
l’État Providence qui rend supportables les inégalités sociales – donc la domination – en
redistribuant (rationnellement) les richesses. Mais aussi par l’imposition de l’idéologie
technocratique. La question de l’émancipation des forces productives des rapports sociaux
oppressifs, peut être un problème pratique ou un problème technique. C’était pour Marx un
problème pratique ; au XXe siècle, en URSS comme en Occident, c’est un problème
technique. L’émancipation des masses dépend alors du progrès technique – qui rationalise les
rapports sociaux comme est rationalisée l’exploitation de la nature – et non plus du progrès de
la conscience, non plus du progrès de la communication.
En fait, la technique intègre la communication (on développe des techniques
communicationnelles) et se légitime donc elle-même – la conscience n’étant plus que le reflet
de la technique. Les domaines du travail (activité rationnelle par rapport à une fin) et de
l’interaction médiatisée par des symboles (la communication, le langage – ce qui renvoie à la
raison pratique) ne sont plus distincts. La culture (ou la liberté) est le produit de la technique,
sans pourtant que culture et technique (nature et esprit) fusionnent dans une représentation
esthétique du monde comme l’auraient voulu Simondon ou Simone Weil1. Les individus ne
1
Selon Simone Weil, pour les Grecs, science art et religion ne formaient qu’une seule et même chose.
On trouverait une position analogue à celle de Simondon chez Walter Benjamin. La zone obscure qui
caractérise le rapport homme/nature lorsque ce rapport n’est pas médiatisé par la technique, se retrouve chez
Benjamin dans le caractère auratique de l’œuvre d’art. La technique fait perdre à l’œuvre d’art son aura (le
cinéma, la photographie sont non auratiques). L’union du travail et de l’art peut donner naissance à une forme
politique nouvelle, apte à résister à une domination politique (fasciste) reposant sur le charisme. Il s’agit, pour
les masses révolutionnaires, de politiser l’art, alors que le fascisme esthétise le politique. La technique
démystifie les rapports sociaux (et la domination). L’art peut servir de médiation afin que la conscience de cette
démystification pénètre les masses (le cinéma exige une réception collective). Les masses peuvent alors
s’approprier la technique, c’est-à-dire le travail, ce qui suppose l’abolition de la domination du travail sur
l’homme, de la technique sur l’homme, et enfin l’abolition de la domination de la propriété privée de la
technique (des moyens de production).
Le point de vue cinématographique est décentré et non immédiat (l’acteur joue devant les appareils, non
devant le public). L’acteur joue pour un public anonyme, et non, comme au théâtre, pour un public présent avec
lequel il interagit. Le spectateur au cinéma contemple la production de la technique anonyme, non celle d’un
créateur.
162
vendent plus leur force de travail mais leurs capacités communicationnelles (leur socialisation
et/est leurs compétences). Autrement dit, la communication est au service du travail, de
l’exploitation de la nature et du contrôle social.
La communication intégrée au travail et à son service rend donc impossible le débat
sur comment nous voulons vivre (elle ne pose que la question : que voulons-nous avoir pour
vivre ?), elle rend impossible le jugement politique.
Face à ce débat, Simondon démontrant la tendance de l’objet technique à se
concrétiser, semble se ranger à la thèse d’Habermas, puisqu’il évoque une tendance de la
technique indépendante d’un projet socio-historique. Mais Simondon montre également que
l’automatisation, par exemple, sacrifie bien des possibilités de l’objet technique. Or
l’automatisation n’a de sens que dans la logique de l’utilisation de la technique à des fins
productives. Il semble alors donner raison à Marcuse. Ce que dénonce Simondon c’est
l’abaissement de la technique au rang de « force productive ». La technique est pour lui bien
autre chose qu’une simple force productive, elle participe de la culture puisqu’en elle sont
imprimées des intentions humaines qu’il s’agit de déchiffrer. La technique rend compte de
manière nouvelle du rapport hommes/nature, elle est susceptible d’apprendre quelque chose à
l’homme à propos de ce rapport. Or le monde technique, pour développer toutes ses
potentialités, nécessite de ne plus être conçu comme « instrument » asservi à la production.
L’instrument est un être radicalement séparé de la conscience qui l’invente ; la médiation
technique, au contraire, est dynamique : elle est une manière spécifique d’être au monde pour
la conscience.
Si l’automation a libéré la « main » (fabricatrice), si l’homme n’est désormais plus
« porteur d’outil » (et homo faber), il peut contempler1 le rapport hommes/nature dont rend
compte la technique. Or l’homme fait tout autre chose, car il n’y a pas ce mécanologue
Simone Weil sembla incarner une position radicalement idéaliste qui s’oppose à la conception
matérialiste de l’art et du politique de Benjamin. Elle considère bien le caractère anonyme de la beauté : la
grande œuvre d’art est toujours anonyme, écrit-elle. Mais c’est que pour elle, le créateur n’est qu’un support de
l’inspiration (l’aura) ; la contemplation de la beauté annule le point de vue fictif qui place le sujet au centre du
monde : le sujet ne veut plus rien, il est décrée. Or le travail ne s’oppose pas à l’art, puisque comme lui, il est
également décréateur.
Pourtant le travail est action ; action et contemplation s’opposent. Mais Simone Weil écrit : « le travail
est seul beau », et le travail doit devenir contemplation. La contemplation dans le travail n’est possible que si des
symboles médiatisent le rapport homme/nature. Ou trouve-t-on ces symboles ? Dans la technique. Chez Simone
Weil, technique, beauté, et abandon du point de vue individuel centralisé sur le monde (qui implique que les
autres existent moins que moi) ne font qu’un.
1
Déchiffrer les informations.
163
médiateur entre l’ingénieur et l’ouvrier. De même il n’y a pas de culture qui médiatise le
rapport hommes/technique.
Mais la culture pour laquelle plaide Simondon, n’est jamais évoquée par Habermas.
Habermas ne se pose pas la question de l’intelligence que les hommes peuvent avoir de la
technique. Le débat public selon lui doit porter sur comment voulons-nous vivre, et donc,
comment voulons-nous utiliser la technique – non pas sur qu’est-ce que la technique, que
nous apprend-t-elle ? C’est que la technique selon Simondon n’est pas seulement
l’extériorisation des fonctions humaines comme le pensent Gehlen ou Leroi-Gourhan1. À la
place de cette culture – médiation nécessaire – de nouveaux rapports sociaux apparaissent. Il
faut adapter l’homme au milieu technique, qu’il ne comprend pas et qui bien souvent viole la
nature, faute d’être compris comme médiation entre l’homme et la nature. C’est aussi ce que
montre Ellul.
Selon ce dernier, la technique présente désormais un danger. Utilisée comme force
productive, le gigantisme industriel est une menace écologique. Les hommes doivent faire
corps face à cette menace, la « modernisation » des rapports de production reflète ce
phénomène. Unis, les travailleurs (ingénieurs, ouvriers et employés), encouragent finalement
par leur activité ou leur passivité, le développement technique non maîtrisé, non compris dans
son essence. Plus la technique est dangereuse et incomprise, plus l’adaptation humaine au
monde technique passe par la consommation (la mise en avant du paraître évoqué par
Rousselet), l’utilisation de psychologues (les consulers évoqués par Friedmann2), de
psychotropes3, ou l’invention de nouveaux modes de vie : solutions techniques à des
problèmes techniques. Des compensations doivent remplacer le débat public émancipateur,
puisque celui-ci est confisqué au profit d’une gestion technique des problèmes pratiques –
Habermas, qui cite Ellul, le rejoint logiquement.
Baudrillard montre que la révolte des forces productives contre les rapports de
production attendue par les marxistes n’est plus d’actualité : le travail humain n’est plus une
force productive, il a simplement pour rôle d’adapter l’homme à la technique en organisant la
consommation et les services sociaux et psychologiques qui permettent à l’homme de
1
« La roue est une invention véritable. Elle n’imite pas un équipement animal, comme la pince que l’on
trouve chez les mollusques, ou le planeur qui est isomorphe au corps de l’oiseau. Cette structure, ingénieuse pour
le transfert des forces, n’est présente chez aucun animal », Pascal Chabot, op. cit., p.15. La roue est une
invention technique, le marteau n’est qu’un outil, prolongement du corps. Mais le marteau n’est pas une
invention technique.
2
Consulers qui d’ailleurs usent de techniques, voire le débat sur les psychothérapies cognitives ou
l’introduction des coachs dans les entreprises – et désormais auprès des demandeurs d’emploi.
3
voir Alain Ehrenberg, La fatigue d’être soi, Odile Jacob, Paris, 2000.
164
supporter son nouveau milieu – tel est le sens de la tertiarisation de la société : vente non plus
de la force de travail, mais de la force de conviction ou communication. Et les « travailleurs »
semblent prêts à comprendre qu’ils ne constituent pas une force productive. Une subversion
« radicale » grandit, les nouvelles luttes sociales réclament « l’abolition du travail », et non
plus l’abolition de l’exploitation du travail. Cette abolition du travail revendiquée est aussi
l’abolition des forces productives : abolition du rabaissement de la technique au rang de force
productive – c’est ce que réclament Marcuse et Simondon. Pourtant la subversion radicale
évoquée par Baudrillard, et avant lui par Habermas, semble plutôt « apathie » sous la plume
de Rousselet qui s’appuie sur des enquêtes empiriques. De ces critiques on retiendra que le
travail humain n’est plus une force productive, mais que la technique produit de nouveaux
rapports sociaux.
Mai 68 a-t-il été une revendication pour un rôle nouveau de l’homme auprès de la
technique, celui qu’appelle de leurs vœux Pierre Naville et Simondon ? C’est ce qu’il nous
faut voir maintenant.
I.5. L’essor du tertiaire
L’explosion du tertiaire tient à une nouvelle « grande transformation » de la société.
Marx l’avait dit : « La bourgeoisie ne peut exister sans révolutionner constamment les
instruments de production, donc les rapports de production, c’est-à-dire tout l’ensemble des
rapports sociaux » (K. Marx, F. Engels, Manifeste…, op. cit., p.23). Le chômage, démenti du
bon fonctionnement du système fordiste, s’installe dès la fin des années soixante, et le
mécontentement social le suit de près : une partie des étudiants ne voit pas ses espoirs de
promotion sociale se réaliser.
Le discours des étudiants de mai, note Boltanski, balançait constamment entre le refus
ostentatoire d’accéder à une position de pouvoir et de commandement, et l’angoisse de ne pas
accéder à ce privilège à cause de la dévalorisation des diplômes universitaires (L. Boltanski,
op. cit., p.360). Nombreux et donc en concurrence les uns avec les autres sur le marché du
travail, les étudiants de l’Université ont peut-être manifesté leur nostalgie d’un état du
système universitaire,
« où les « étudiants », peu nombreux, étaient à la fois à peu près libres de
toute contrainte institutionnelle (c’est-à-dire « scolaire ») et destinés à accéder à
des professions capables de leur apporter les rétributions, au moins symboliques,
qui définissent le statut de bourgeois, dans ses modalités « intellectuelles »
(enseignements, professions libérales, etc.) » (ibid.).
165
Leur dégoût du statut de « petit cadre » tenait aussi à la négation des gratifications
symboliques que ce statut implique :
« la « considération », l’autonomie, la possibilité d’organiser son travail et
son temps et, surtout, le monopole de la « réflexion » et de la « pensée », bref, une
forme de pouvoir sur le « spirituel » » (ibid., p.361).
Les espoirs des étudiants sont en fait en retard sur le processus de rationalisation de la
société. Le tertiaire ne transforme pas fondamentalement la division du travail entre ceux qui
exécutent et ceux qui décident, mais il permet cependant l’essor de ce qu’Alain Bihr appelle
une nouvelle classe, qui, plus qu’une classe moyenne, et celle de l’encadrement. Cette classe
encadre l’ensemble de la société et pas seulement les travailleurs lors du procès de travail.
D’ailleurs, comme nous l’avons vu plus haut, c’est de moins en moins pour leurs
qualifications de travailleurs, pour leur force de travail, que les salariés sont embauchés, mais,
pour leurs compétences, leur socialisation, leur habitus. L’encadrement de la société, voilà ce
qui va transformer « tout l’ensemble des rapports sociaux ».
Trois éléments doivent être compris comme fonctionnant ensemble : encadrement,
tertiaire, rationalisation. L’encadrement rationalisé – différencié suivant des échelons
hiérarchiques qui ne permet aux étudiants que d’espérer devenir des « petits cadres » – vise la
rationalisation des comportements. Si on laisse de côté les activités de services aux personnes
(domestiques, coiffeurs, réparateurs…) qui ne représentent rien de nouveau par rapport au
capitalisme du XIXe, on peut considérer comme obéissant à la logique de rationalisation deux
grands types de tertiaire. D’une part le secteur des « services aux entreprises », qui englobe le
marketing, les assurances, le commerce… ce secteur correspond à une logique
d’externalisation des activités de l’entreprise – externalisation qui vise elle-même une plus
grande rationalisation du processus productif, i.e. une amélioration des gains de productivité.
D’autre part, le secteur public et la presse, qui correspondent à une logique de normalisation
des comportements et des visions du monde. D’un côté l’entreprise productive est donc
encadrée par les « services aux entreprises » en vue d’une plus grande rationalisation de la
valorisation du capital ; d’un autre côté la population dans son ensemble est encadrée en vue
d’une normalisation de ses comportements et visions du monde.
Participe de l’encadrement de la société le fétichisme des classifications et de la
comptabilité (on l’a déjà vu avec la comptabilisation des chômeurs). Ainsi en va-t-il de la
classification des grands secteurs d’activité : primaire, secondaire, tertiaire ; ou de celle des
CSP : ouvriers, employés, cadres. Dans la même logique, la comptabilité de la croissance
n’apparaît que dans les années soixante.
166
I.5.1. Le tertiaire : définition
« [La] place du tertiaire dans la population active française est passée de
10 % environ vers 1800, à 32 % en 1946 et 51 % en 1975.
Ainsi nous avons eu, au recensement de 1975, 11 200 000 « tertiaires »
contre seulement 2 000 000 d’agriculteurs. Et la croissance du tertiaire a continué
de s’accélérer depuis 1975 », écrit Jean Fourastié1.
Alors que l’agriculture occupe un tiers de la population active en 1946, elle n’en
occupe plus qu’un dixième en 1975. L’industrie et le bâtiment occupent 32 % des actifs en
1946 et 39 % en 1975. Pourtant, l’industrie perdra 440 000 emplois entre 1974 et 1979, et
500 000 entre 1979 et 1984. Comme l’écrit Fourastié, le secteur tertiaire occupe 32 % des
actifs en 1946 et 50 % en 1975. Les emplois féminins sont nombreux dans ce secteur, en 1975
deux femmes sur trois y travaillent.
Cette nouvelle structure de l’emploi s’accompagne d’une hausse du taux de
scolarisation. En 1958 seulement 17 % des jeunes de 18 ans sont encore scolarisés ; ils sont
54 % en 1975. À l’âge de 20 ans, 7 % des jeunes sont encore scolarisés en 1958, et 26 % en
1975. 25 % d’une classe d’âge a le baccalauréat en 1975, et parmi les 25-29 ans, 11 % ont un
diplôme au moins de niveau bac+2. Et pourtant, « la tertiarisation ne saurait s’identifier à un
phénomène général d’intellectualisation », écrivent Baudelot, Establet et Malemort2. La
scolarisation va bénéficier tout d’abord aux enseignants et aux cadres. Par la suite, les
prétendants aux postes à responsabilités (cadres du privé ou du public) vont être plus
nombreux que les postes. C’est, selon Boltanski, ce qui explique en partie la révolte de
mai 68.
Mais qu’est-ce que le tertiaire ?
« En fait, cette notion de secteur tertiaire constitue … un véritable fourretout ; on chercherait vainement un quelconque point commun à l’ensemble des
activités regroupées sous l’étiquette de « services » si ce n’est cette double
négation : il ne s’agit avec eux ni de travail agricole ni de travail industriel au sens
strict » (A. Bihr, op. cit., p.21).
Ni secteur agricole, ni travail industriel au sens strict, il reste bien des possibilités, bien
des niveaux de scolarisation requis pour ces diverses possibilités :
1
Jean Fourastié, Les trente glorieuses, Arthème Fayard, Paris, 1979, p.213.
Chrsitian Baudelot, Roger Establet, Jacques Malemort, La petite bourgeoisie en France, Maspéro,
Paris, 1974, p.69, cité in Alain Bihr, Entre bourgeoisie et prolétariat, l’encadrement capitaliste, L’Harmattan,
Paris, 1989, p.25.
2
167
« on y trouve pêle-mêle l’ensemble des commerces ; la réparation et le
commerce de l’automobile ; les hôtels, cafés et restaurants ; l’ensemble des
transports, depuis le taxi jusqu’à l’avion en passant par le chemin de fer ; les
postes et télécommunications ; les services marchands rendus principalement aux
entreprises (récupération, holding, activités d’études, de conseils, d’assistance,
etc.) ; les services marchands rendus principalement aux particuliers (réparations
diverses, santé, aide sociale, etc.) ; les assurances et les organismes financiers,
enfin, fourre-tout dans le fourre-tout, l’ensemble des services non marchands,
depuis l’administration générale jusqu’aux travaux domestiques. Voilà un
inventaire que n’aurait pas renié Prévert ! » (ibid., p.22).
On trouvera donc les diplômés surtout dans les services non marchands aux
particuliers… ce sont les enseignants !
Dira-t-on que les employés du secteur tertiaire sont les improductifs d’Adam Smith ?
Difficilement. Parce que certains services sont marchands d’une part, ils produisent donc des
profits. Mais aussi parce que, d’autre part, beaucoup de ces services sont nécessaires à la
valorisation du capital – la presse et les transports par exemple, ou encore la formation. Enfin,
les services non marchands créent de toute façon de la demande solvable.
I.5.2. Les cadres
En 1970, pour les 30-35 ans titulaires d’un baccalauréat, la probabilité d’accéder à un
poste de cadre était de 55 %, et 70 % des titulaires d’une licence ou plus étaient cadres dans
les années soixante-dix selon Louis Chauvel1. Mais Chauvel n’en dit pas plus : qu’est-ce
qu’être « cadre » ?
L’accroissement de la population des cadres dans les années soixante-dix tient pour
une part à une redéfinition des « nominations ». En 1954, les cadres étaient 352 975 en France
(6,9 % de la population active), en 1975 on en compte 910 040 (17,4 % de la population
active). À cette augmentation du nombre de cadres correspond, une augmentation du nombre
d’étudiants et l’apparition de l’Université de masse, puisque les entreprises « déplorent le
manque de personnel « qualifié », au sens de compétent, et de diplômés, la pénurie de
techniciens, d’ingénieurs, de cadres, de « matière grise » » (L. Boltanski, op. cit., p.309).
Mais le label « cadre » se développe, en haut de l’échelle, en ce qui concerne les
patrons, comme en bas, en ce qui concerne les employés. L’introduction du vocabulaire du
management contribue à accroître l’opacité du champ :
« en fournissant à des agents occupant des positions de force très inégales,
du chef de rayon d’un hypermarché au directeur des ventes d’une grande firme
1
Louis Chauvel, « Les nouvelles générations devant la panne prolongée de l’ascenseur social »,
http://louis.chauvel.free.fr/ofceralentissementgenerationnel5.pdf
168
automobile, des mots communs pour parler de leur activité (« promouvoir »,
« animer », « réseau », « marketing », « contrôle de gestion », etc.) et de leur
position (« animateur », « gestionnaire », « chargé », « attaché », etc.), la langue
de la gestion, jargon officiel des entreprises, tend à euphémiser et à dissimuler des
différences objectives qui s’exprimaient auparavant de façon relativement
explicite » (ibid., p.377).
« Être cadre » ne désigne donc en soi absolument rien de précis, d’autant que « des
positions de même nom (comme « directeur commercial ») ne sont pas de même nature selon,
par exemple, qu’elles sont occupées dans de grandes ou de petites entreprises » (ibid., p.374).
Ce serait alors « l’imaginaire social » qui expliquerait le mieux le succès du label et la
généralisation de sa revendication. Au cadre est associé le salaire élevé, le diplôme
honorifique, un certain style de vie : tout le monde veut en être. Et nombreux sont, de fait,
ceux qui peuvent en être, mais à plus ou moins long terme, de manière plus ou moins éloignée
de « l’idéal ».
Or, si tout le monde veut en être, c’est parce que, dans ce champ, le diplôme ne semble
pas être le critère déterminant. L’institutionnalisation de la formation continue, destinée à
l’origine aux « aspirants cadres ou petits cadres », va connaître un très fort attrait. Les petits
cadres, ce sont dans l’ancienne nomenclature de l’INSEE, les « cadres moyens », les
« professions intermédiaires » dans la nouvelle nomenclature. Ils représentent 5,5 % de la
population active en 1954 (les cadres supérieurs et professeurs 1,7 %) et 12,7 % de la
population active en 1975 (les cadres supérieurs et professeurs 4,7 %). La formation continue
permettra en fait aux entreprises de mettre en place « des nouvelles formes de contrôle des
salariés moyens et de régulation de la carrière ou, pour être plus exact, de régulation et de
contrôle par la carrière et par la manipulation des espoirs de carrière » (ibid., p.446).
Cette « manipulation des espoirs de carrière » correspond au fait que les individus ont
tendance à « surestimer les possibilités de promotion vers les positions élevées dont l’accès
demeurait pourtant réservé aux anciens élèves des grandes écoles » (ibid.). De la sorte, la
concurrence pour un « premier emploi » qui se joue entre les jeunes diplômés et les
autodidactes sur le marché du travail, peut s’étendre tout au long de la carrière.
I.5.3. Encadrement et rationalisation de la société
Si la réussite sociale des cadres tient, soit au diplôme, soit à la réunion de la formation
continue et de l’ancienneté, cela signifie que leur domination sur les employés obéit au
principe de la domination bureaucratique, type même de la domination légitime selon Max
Weber.
169
On peut rapprocher encadrement et domination dans le sens où les cadres ont, en vertu
de leur légitimité reconnue, une chance de voir leurs ordres obéis – ce qui n’implique pas
qu’ils n’obéiraient eux-mêmes à aucun ordre. Cette domination légitime est de type
rationnelle puisqu’elle repose sur le droit – sur un contrat de travail sanctionné par le droit.
Si Boltanski évoque une « manipulation des espoirs de carrière », c’est que le
carriérisme, à l’origine le propre de l’administration étatique, s’est imposé dans l’entreprise
privée, ce que nous avons déjà vu. Comme les fonctionnaires de l’administration
bureaucratique, les cadres sont censés être :
« personnellement libres, n’obéissent qu’aux devoirs objectifs de leur
fonction,
dans une hiérarchie de la fonction solidement établie,
en vertu des compétences de la fonction solidement établies
en vertu d’un contrat, donc (en principe) sur le fondement d’une sélection
ouverte selon
la qualification professionnelle : dans le cas le plus rationnel, ils sont
nommés (non élus) selon une qualification professionnelle révélée par l’examen,
attestée par le diplôme ;
sont payés par des appointements fixes en espèces, la plupart donnant droit
à la retraite, …
traitent leur fonction comme unique ou principale profession ;
voient s’ouvrir à eux une carrière, un « avancement » selon l’ancienneté,
ou selon les prestations de service, ou encore selon les deux, avancement
dépendant du jugement de leurs supérieurs ;
travaillent totalement « séparés des moyens d’administration » et sans
appropriation de leurs emplois ;
sont soumis à une discipline stricte et homogène de leur fonction et à un
contrôle. »1
Max Weber précise bien que « cette organisation est … applicable … aux entreprises
économiques de profit, aux entreprises charitables ou à n’importe quelle autre entreprise
poursuivant des buts privés idéaux ou matériels » (ibid., p.295). À quelques détails près, que
nous examinerons dans le chapitre sur la formation, les cadres des années soixante et
soixante-dix exercent bien une domination rationnelle dans le cadre défini ci-dessus.
1
Max Weber, Economie et Société T.I, Plon, Paris, 1995, pp.294-295.
170
Sur qui s’exerce cette domination ? Sur les non-cadres. Qui et combien sont-ils ? Les
employés et ouvriers sont de plus en plus nombreux entre 1946 et 1975. Ouvriers et employés
représentaient 40 % de la population active en 1946 ; 42 % en 1954 ; et 54 % en 19751.
On ne peut parler d’une homogénéisation des conditions de vie de la population et par
suite d’une « moyennisation » de la société. S’il est vrai que l’État-Providence redistribue des
revenus de compensation, ceux-ci, pour parvenir à égaliser les revenus des différentes
couches sociales, devraient alors être conséquents. Car en 1971, les salaires des agents de
maîtrise et cadres moyen (professions intermédiaires) sont de 1,66 à 2,33 fois supérieurs au
salaire d’un ouvrier professionnel (OP). Quant aux salaires des cadres, ils sont entre 4 et 4,5
fois supérieurs au salaire d’un OP. On peut dire que l’État-Providence compense en partie les
inégalités, bien que celles-ci restent importantes2. Il faut alors se poser la question suivante :
qu’est-ce qui légitime ces inégalités ? Nous avons déjà donné la réponse : le savoir, les
compétences des cadres, sanctionnées par l’ancienneté ou par un diplôme, leur assure un
monopole. Mais à ce premier élément de réponse, il faut en ajouter un deuxième. Puisque les
cadres sont salariés, ils doivent obéir au capital d’une part, mais ils sont aussi dirigeants, ils
doivent d’autre part se faire obéir des autres salariés. Leur contrat de travail est un contrat dit
« de confiance » : cette confiance est achetée par une rémunération bien plus importante que
celle qui serait nécessaire à la reproduction de leur force de travail (qui implique déjà le
montant nécessaire à la reproduction de la formation, concernant leurs enfants).
Pourtant ce n’est pas seulement leur salaire qui assure leur loyauté au capital.
L’idéologie des cadres (cadres supérieurs et professions intermédiaires confondus), formés
pour une grande partie à l’Université, est « méritocratique ». Cela signifie qu’ils ne doivent
pas leur position (et leur salaire) à des privilèges mais à leur seul mérite de réussite dans une
Ecole démocratique. Leur position dominante dans le procès de travail est donc justement
acquise. Ce qui implique que la position dominée de leurs subordonnés est justement méritée.
C’est cela que les cadres occultent. Cette Ecole (républicaine) à laquelle ils doivent tout, les
cadres ne cessent de l’investir et de la valoriser au nom de l’intérêt général. Or pour réussir à
l’Ecole, certaines conditions sont nécessaires, ces conditions se réalisent en premier lieu dans
la famille, en second lieu dans les loisirs. Aux familles défaillantes on adjoint une aide : le
1
Part des ouvriers (non agricoles) dans la population active en 1946 : 30% ; en 1954 : 32% ; en 1975 :
37%. Part des employés dans la population active en 1946 : 10% ; en 1954 : 10% ; en 1975 : 17%.
2
« Les salaires des cadres supérieurs sont dans l’ensemble 3,5 fois supérieurs à ceux des ouvriers, mais
après la redistribution que constituent les prestations sociales et la ponction fiscale, leurs revenus ne sont plus
que 2 fois supérieurs à ceux des ouvriers » Catherine Bidou, Les aventuriers du quotidien, essai sur les nouvelles
classes moyennes, Paris, PUF, 1984, p.173.
171
travail social. L’encadrement social des employés et ouvriers est donc réalisé dans la famille,
à l’Ecole, au travail, dans les loisirs. La « production » des familles, de l’Ecole, des loisirs :
voilà le tertiaire non marchand.
Quelle est la finalité de cet encadrement social ? C’est la réussite et la reproduction
techniquement optimale d’un modèle social dans lequel les cadres – monopolisant le savoir
technique – dominent. Lorsque la rationalisation du travail ne fournira plus à la classe de
l’encadrement de compensations (c’est-à-dire des carrières) qui lui sembleront suffisamment
satisfaisantes, éclatera la révolte de mai 68, comme l’expliquait Boltanski. Suite à mai 68, les
révoltes sociales se succèdent (il y a un accroissement significatif de la fréquence des grèves),
pour une période assez brève : le choc pétrolier de 1973 annonce une autre ère.
Conclusion :
Les Trente Glorieuses n’ont en fait duré que vingt ans. Le niveau de vie moyen de la
population française est médiocre à la fin des années quarante, et dans les années soixantedix, avec l’apparition de l’informatique, le tertiaire marchand (commerce, banque,
marketing…) peut être rationalisé : il va contribuer à la croissance qui pourtant se ralentira
bientôt.
Dans le même temps, les assurances accumulent le capital qui va contribuer à
déstabiliser le système économique keynésien : les capitaux investis dans un but spéculatif ne
permettent pas le développement des biens de production. Pour survivre, les entreprises
doivent devenir réactives, l’instauration de la flexibilité, l’apparition des emplois dits
« précaires », correspondent à cette logique. Pour être flexibles, les travailleurs doivent être
formés : un nouveau conditionnement idéologique est nécessaire – la formation et les média
s’en chargeront.
« Il faut consommer ! » Tel est le mot d’ordre des années soixante. Pour qu’il y ait
consommation, il faut qu’existe une forte demande solvable. Nous l’avons déjà vu,
l’indexation des salaires dans toutes les branches sur les gains de productivité des branches les
plus dynamiques a crée de l’inflation. Les prix des biens produits dans les secteurs les moins
dynamiques augmentent sous l’effet de la hausse des salaires. L’État doit alors, d’une part,
pallier à la perte pour les profits qu’induit l’inflation, d’autre part compenser les inégalités de
salaires – certains salariés (dans les PME par exemple) ne sont pas en position de négocier des
augmentations de salaires.
172
« Pour consommer il faut produire », tel est le mot d’ordre des années soixante-dix. Or
il faut repenser le mode de production. Les risques environnementaux s’avèrent trop
importants pour poursuivre un développement inchangé de certains secteurs (chimie). Le
gigantisme industriel devient moins rentable en poursuivant le modèle proposé par l’OST. De
plus, l’équipement des ménages (solvables) semble arrivé à saturation. Produire c’est alors
différencier la production, de sorte à ce que, lorsque la demande d’un produit est saturée,
l’entreprise puisse reporter ses attentes de gains sur d’autres produits. Les échanges
internationaux inter-branches vont favoriser cette production différenciée… au détriment de
l’emploi national.
« Il faut mettre la population au travail », tel sera le mot d’ordre des années quatrevingt. La lutte contre l’inflation ne permet plus ni de poursuivre le procès d’augmentation des
indemnisations de chômage, ni d’étendre le secteur public ; résoudre le problème du chômage
s’impose. Les gains de productivité ne vont plus aux salaires, mais aux profits ; par ailleurs,
l’ouverture des échanges internationaux oblige les entreprises à plus de compétitivité.
II. Emploi, chômage, flexibilité
Quelle organisation sociale de la production prend le relais du système fordiste ? Jean
Lojkine évoque un capitalisme informationnel. On ne cherche plus à rationaliser la production
afin d’obtenir des économies d’envergure. On ne produit plus un même type de produit en
masse. Il faut innover sans cesse aussi bien au niveau des biens de consommation, qu’au
niveau des biens de production (nouvelles technologies), ou au niveau de l’organisation du
travail.
Il faut donc, pour les entreprises, se tenir sans cesse informées : des découvertes
technologiques, des produits déjà existants (qui se renouvellent perpétuellement), des envies
des consommateurs. Pour être compétitives, les entreprises doivent réaliser des économies
d’échelle. Pour ce faire, elles tentent malgré tout de rationaliser le travail. Or le travail est
surtout du travail d’information (diminution d’emplois dans le secteur secondaire,
augmentation dans le secteur tertiaire). S’informer des découvertes technologiques – tel est le
travail des ingénieurs – informer les clients sur les nouveaux produits – tel est le travail des
employés – s’informer sur les pratiques des employés – tel est le travail des cadres
gestionnaires. Enfin, s’informer des possibilités d’embauche : telle est l’activité des
chômeurs. Chercher l’information, la transmettre, l’appliquer, ces trois actions doivent être
173
effectuées en même temps, parce que les innovations sont permanentes. Dans un contexte
d’innovation permanente, la prévision n’a plus court. Ce qui est demandé aux salariés c’est
l’adaptalité et l’autonomie.
Selon Lojkine, le capitalisme informationnel a mis en place un dispositif totalement
ambivalent, voire contradictoire : l’autonomie contrôlée :
« L’appel à l’initiative est réel, l’espace d’autonomie, même limité, est lui
aussi réel, mais les objectifs (de rentabilité) qu’il faut intérioriser sont définis par
les seuls cercles dirigeants, tandis que le contrôle s’exerce a posteriori sur la
réalisation des objectifs »1.
Les activités informationnelles et relationnelles n’ont de sens que dans des objectifs de
rentabilité. Les tâches restent éclatées, même s’il ne s’agit pas de travail à la chaîne. Les
finalités des ensembles de travail (des organisations ou entreprises) ne concernent pas la vie
quotidienne au sens où la finalité d’une entreprise n’est pas de rendre un service, mais de faire
du profit. Il est donc inenvisageable que les salariés s’engagent dans leur propre exploitation,
en tout cas, au-delà d’une certaine limite. C’est bien ce que montre Rifkin à propos des
initiatives laissées aux ouvriers : s’ils trouvent un moyen pour augmenter la vitesse de la
production, ils devront subir ensuite les effets de leur propre suggestion2.
Cependant le travail taylorisé n’est plus la généralité : il faut effectivement que les
salariés soient impliqués dans leur travail, et ils le sont. Jean Lojkine s’est élevé contre
l’expression « OS du tertiaire ». Il argumente qu’on assimile à tort « le travail dans les centres
d’appels téléphoniques à un travail « à la chaîne », alors même que le mode d’exploitation de
la force de travail a complètement changé » (J. Lojkine, op. cit., p.231). Là où la souffrance
au travail, écrit-il,
« évoque le « taylorisme » ouvrier, il s’agit tout au contraire non plus de la
désimplication subjective au travail (« Travaille et tais-toi ! »), mais au contraire
de la surimplication subjective impulsée par le nouveau management
« participatif » ou par la relation sociale de service » (ibid.).
Mais aussi, cette implication doit être limitée par la division des tâches, il est
impensable d’envisager l’autogestion des organismes productifs. Les individus prêtent un sens
à leur travail pour s’y impliquer : ils rendent service aux clients, aux collègues. Dans les deux
cas, ils échangent des informations. Mais cette implication n’est pas forcément récompensée :
de plus en plus, ils sont embauchés sur le court terme. Ce qu’il leur est demandé, c’est de
1
2
Jean Lojkine, L’adieu à la classe moyenne, L’Harmattan, Paris, 2006, pp.231-232.
Jérémy Rifkin, La fin du travail, La Découverte, Paris, 1996.
174
transférer leurs compétences d’un emploi à un autre : la flexibilité. Ce changement permanent
n’autorise aucune virtuosité, aucune réflexion, aucune distance critique, il produit, constate
Norbert Alter, de la lassitude.
II.1. Du chômage de masse à l’activation : les politiques de l’emploi
Alors qu’après la guerre il avait été fait appel à la main-d’œuvre immigrée et au travail
féminin pour remédier au problème d’une pénurie d’actifs, à partir du milieu des années
soixante le problème de l’emploi est dû à des effectifs d’actifs trop importants par rapport au
nombre d’emplois disponibles. En 1967 est créée l’ANPE qui recense les demandes
d’emplois. L’ANPE est le passage obligé pour toucher l’indemnisation de chômage versée par
l’UNEDIC. Le chômage ne cesse de croître pour aboutir en 1975 à 900 000 demandes
d’emploi recensées par l’ANPE1.
À partir de 1974, une politique de l’emploi est élaborée. On distribue d’abord des
aides publiques aux entreprises en difficulté. Ensuite, on fait contrôler par l’Inspection du
Travail les licenciements économiques (autorisation administrative de licenciement). Enfin,
on augmente les indemnisations de chômage. En 1976 la politique de l’emploi ne vise plus
qu’indirectement le rétablissement du plein-emploi. L’accent est mis sur la stabilisation de la
monnaie. Concernant les chômeurs on tente de faciliter l’insertion professionnelle des jeunes
en modifiant la formation jugée inadaptée. Les pré-retraites sont mises en place, ainsi que
l’incitation au retour des immigrés. Des restructurations importantes ont lieu dans le secteur
industriel (la sidérurgie par exemple) entre 1977 et 1981. Les exonérations de cotisations
patronales doivent inciter à l’embauche.
En 1981 le temps de travail est diminué (passage aux trente neuf heures, cinquième
semaine de congés payés, accentuation des mesures de passage en pré-retraite). En 1983 le
travail à temps partiel est également encouragé. La politique d’indemnisation du chômage est
modifiée. Commence la « manipulation » des « chiffres du chômage » : la définition du
chômeur au sens du Bureau International du Travail est « un individu sans emploi, disponible
et à la recherche d’un emploi, ayant effectué un acte de recherche au cours de la période de
référence » ; cette définition pose problème : qu’est-ce qu’un « acte de recherche » ? Est-ce
que l’inscription à l’ANPE en constitue un ?
Les chiffres officiels du chômage selon le gouvernement concernent en général les
inscrits à l’ANPE recherchant un CDI à temps plein, immédiatement disponibles. C’est
écarter les individus recherchant un CDI à temps partiel, ou recherchant un CDD ou un travail
1
DARES, Les politiques de l’emploi et du marché du travail, La Découverte, « Repères », Paris, 2003.
175
en intérim. C’est écarter également les individus sans emploi non immédiatement disponibles,
ainsi que les individus en emploi (par exemple à temps partiel ou bénéficiant d’un emploi
aidé) à la recherche d’un autre emploi (ce qui représente 5 % de la population active en 2005),
et bien sûr, les demandeurs découragés qui ont cessé de rechercher un emploi.
L’instauration des stages, formations, et emplois aidés, va ainsi permettre de
« dégonfler » la liste des demandeurs d’emploi. À partir de 1983, les jeunes se voient offrir
des « contrats de qualification », « contrats d’adaptation », « stages d’initiation à la vie
professionnelle ». En 1984 seront créés les Travaux d’Utilité Collective (TUC). En 1985, il
faut être chômeur de longue durée (depuis plus d’un an) pour bénéficier des mesures d’aide au
retour à l’emploi. À cette date les incitations au départ en pré-retraite sont limitées, et des
aides sont accordées au chômeurs créateurs d’entreprises.
Les années qui suivent voient les mesures d’exonération des charges patronales se
renforcer en faveur de l’emploi des jeunes. L’autorisation administrative de licenciement est
supprimée en 1986. Le recours à l’embauche en CDD et à temps partiel est favorisé. En 1987,
les TUC peuvent être prolongés et durer deux ans. Les exonérations fiscales ne concernent
plus seulement l’embauche des jeunes mais également celle des chômeurs de longue durée.
Les associations intermédiaires sont créées, elles permettent l’embauche des chômeurs en vue
du développement de services locaux non assurés par le secteur marchand. Elles seront
doublées en 1990 par les entreprises d’insertion. Les Contrats Emploi Solidarité (CES)
remplacent les TUC en 1990 : les salariés bénéficiant de ces contrats subventionnés par l’État,
sont actifs dans les collectivités locales et associations, ils sont payés au SMIC mais
embauchés à temps partiel.
Malgré toutes ces mesures qui visent surtout à élaguer la liste des chômeurs, celle-ci
ne cesse de s’allonger durant la période. Un tournant est pris à partir de 1992. Il s’agit
désormais d’une part d’encourager le travail en décourageant le chômage – qui est supposé
volontaire. Il s’agit, d’autre part, d’imposer aux salariés la « flexibilité ». Les abattements de
charges patronales valent désormais pour les emplois à temps partiel, dont le nombre va
s’accroître de façon très importante, d’autant plus que les « emplois familiaux » sont
encouragés par des réductions d’impôts offertes aux familles employeuses ; ces emplois sont
des emplois à temps partiel. L’allocation versée aux chômeurs par l’UNEDIC est régressive
pour encourager les chômeurs à « s’activer » dans leur recherche d’emploi. Les emplois non
qualifiés disponibles sont plus nombreux grâce à la mise en place des allègements des
cotisations patronales sur tous les emplois à bas salaires (1993).
176
À partir de 1998 la réduction du temps de travail est de nouveau d’actualité, avec le
passage de la semaine de travail à trente cinq heures. Mais la loi de 2002 concernant le
passage aux trente cinq heures pour les entreprises de moins de 20 salariés ne s’accompagne
pas d’obligation d’embauche : pour les employés des PME – en général des salariés peu
qualifiés, donc moins rémunérés – les conditions de travail se dégradent : le travail est
intensifié. Le « service personnalisé pour un nouveau départ vers l’emploi » (1998) ainsi que
la « prime pour l’emploi » (2001) sont des mesures d’activation : les chômeurs sont
soupçonnés de refuser trop souvent des offres d’emploi.
Nous avons tracé dans les grandes lignes l’évolution des mesures pour l’emploi, les
innovations officielles ont été plus nombreuses que celles que nous nous sommes contentés de
citer : chaque gouvernement remplaçant ce qui a été mis en place auparavant, mais, le plus
souvent, sans apporter de mesures réellement nouvelles. Disons, pour résumer, que les
politiques de l’emploi s’articulent autour de trois axes : réduire les charges sociales des
entreprises afin de diminuer le coût du travail ; proposer des contrats de travail dits « aidés » ;
aider à la création d’entreprises ; encourager le travail à temps partiel.
Ces mesures ont un coût : les dépenses pour l’emploi de la France en 2003 (formation,
incitation à la reprise d’activité, etc., mais surtout indemnisations de chômage) s’élevaient à
58 004 millions d’euros, soit 3,6 % du PIB. De leur côté les allégements de cotisations
sociales coûtaient à l’État cette même année 16 093 millions d’euros, soit 1,02 % du PIB.
En amont et en aval de l’emploi, on constate un report des coûts sur l’État. Exemple :
lors « de 940 suppressions d’emplois chez Peugeot en 1991, l’État et l’Unedic ont ainsi payé
210 millions de francs pour la prise en charge par l’assurance chômage ou le FNE [fond
national pour l’emploi] (403 personnes) contre 32 pour l’entreprise »1. On a vu également que
le nombre de contrats subventionnés (ou « aidés ») va s’accroissant. Les collectivités locales
offrent subventions ou baisse d’impôts pour l’implantation d’entreprises dans certaines
régions. Les dispositifs de la politique de l’emploi (pré-retraites, formation professionnelle,
contrats aidés, indemnisation des chômeurs, allégement des cotisations sociales) ont coût
74 097 millions d’euros en 2003. C’est surtout le secteur industriel qui a eu recours aux préretraites, alors que le tertiaire marchand avait recours aux contrats aidés.
Le taux d’emploi des 15-64 ans en France en 2005 est de 63 %. Ce taux est inférieur
au taux moyen d’emploi de l’Europe des douze (qui est de 65,2 %) ; il est légèrement
1
Luc Boltanski, Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, 1999, p.340.
177
inférieur au taux d’emploi moyen de l’Europe des vingt-cinq (qui est de 63,8 %). Le
Royaume-Uni, la Suède, les Pays-Bas, le Danemark, ont des taux d’emploi de, 71,7 %,
72,5 %, 73,2 %, 75,9 %. Mais qu’est-ce que le taux d’emploi ? C’est le rapport entre les actifs
occupés et la population active totale. Un actif occupé est un salarié. Pour calculer le taux
d’emploi, on fait donc fi de ce que rapporte son emploi à l’individu. C’est ainsi que la lutte
contre le chômage occulte le fait qu’un tiers des salariés gagne moins que le SMIC mensuel
net (en 2002). Ou que 10 % des salariés gagnent moins de 182 euros par mois (en 2002)1.
Cependant les travailleurs à bas salaires ne sont pas tous des « travailleurs pauvres ».
Un travailleur pauvre vit sous le seuil de pauvreté. Le seuil de pauvreté correspond à la moitié
du revenu médian. En France en 2002, la moitié des salariés du privé touchait moins que le
revenu médian, soit moins de 1 220 euros par mois (ce sont des travailleurs à « bas salaire »
selon l’INSEE), ce qui correspond à 15 % de la population active totale. Quant aux
travailleurs à bas salaire au sens d’eurostat (rémunération inférieure à 60 % du salaire médian
national), ils seraient 21 % au Royaume-Uni, 17 % en Allemagne, 13 % en France et 7 % au
Danemark.
Remarquons que le revenu médian n’est pas le salaire médian. En réalité, dans les
revenus des ménages salariés, la part du salaire tend à baisser. Dans les revenus disponibles
des ménages français, la part des revenus de la propriété est de 19 % en 2003, elle n’était que
de 11 % en 1978.
En France en 2005, un individu est considéré comme « pauvre » quand ses revenus
sont inférieurs à 645 euros mois, s’il vit seul. Un couple sans enfants est pauvre, si ses
revenus mensuels sont inférieurs à 968 euros. En 2005, selon Pierre Concialdi, la France
compte au minimum 1,2 millions de travailleurs pauvres (3,5 millions au maximum)2. Ce qui
représente au minimum 4,3 % de la population active totale – ce qui correspond à peu près au
taux de sous-emploi. Un tiers des SDF sont des travailleurs pauvres.
Margaret Maruani propose une sociologie de l’emploi, qui n’est pas une sociologie du
travail, et qui consiste à débusquer tous les entre-deux existant entre emploi et chômage afin
de comprendre leurs conditions sociales de possibilité. Ainsi prend-t-elle pour exemple,
comme objet de la sociologie de l’emploi, le développement de « l’emploi à temps partiel ».
1
On peut ajuster le taux d’emploi en prenant en compte des emplois « équivalent temps plein ». Le taux
d’emploi de l’UE 15 en 2003 passe alors de 64% à 58,5%. Le taux d’emploi de la France en 2003 passe de 63%
à 58%, et le taux d’emploi du Royaume-Uni de 72% à 62%. L’écart est toujours le plus important dans les pays
qui ont atteint… le « plein emploi » : taux non ajusté supérieur à 70% (les pays nordiques en particulier). (John
Morley, Terry Ward, Andrew Watt, Travail et emploi en Europe, La Découverte, « Repères », Paris, 2005, p.98.)
2
Pierre Concialdi, « « Entre 1,2 et 3,5 millions de travailleurs pauvres en France », entretien avec Pierre
Concialdi, 29 juin 2005 » : http://www.inegalites.fr/article.php3?id_article=369
178
Tout le discours sur le temps partiel jusqu’à nos jours, remarque-t-elle, traite du « travail à
temps réduit » (par exemple, la négociation du mercredi libéré pour les fonctionnaires), alors
que dans la réalité c’est « l’emploi partiel » qui se développe. L’emploi partiel, ce serait par
exemple, le contrat de 15 heures pour la caissière de Prisunic.
Or la logique sociale qui rend possible l’emploi à temps réduit est radicalement
opposée à celle qui rend possible l’emploi partiel :
« Le travail à temps réduit est une forme individualisée d’aménagement du
temps de travail ; l’emploi partiel est un mode d’emploi, c’est-à-dire un type de
contrat de travail, des modalités d’accès au marché du travail et des conditions
d’emploi »1.
Autrement dit l’emploi à temps réduit est choisi, l’emploi partiel est imposé au salarié
qui l’accepte faute de mieux.
Le travail à temps partiel contraint se généralise dans certains secteurs de l’économie,
en particulier dans le tertiaire, dans le commerce de détail, dans la restauration :
« Dans le commerce de détail, 30 % des salariés travaillent à temps
partiel ; dans la restauration, 34 % ; dans les services marchands, 20 %. Dans le
secteur tertiaire non marchand, 28 % des salarié(e)s, essentiellement employé(e)s
de l’État et des collectivités locales, sont à temps partiel » (M. Maruani, op. cit.,
p.243).
Entre 1982 et 1994, 630 000 emplois à temps partiel ont été créés, 292 000 postes de
stagiaires ainsi que 269 000 emplois d’intérim ou contrats à durée déterminée (ibid., p.240).
Selon l’auteur, ces formes dites « atypiques » d’emplois, induisent des transformations
concernant le travail car elles influencent le niveau des qualifications reconnues. Ainsi, étant
donné que la qualification appartient désormais au poste de travail et non au travailleur, ce
sont les postes à temps plein qui seront qualifiés de préférence aux postes à temps partiel.
Concernant les travailleurs, à niveau de diplôme égal, le salaire horaire sera donc malgré tout
différent :
« Dans tel hypermarché, les ouvriers-boulangers sont des employés non
qualifiés lorsqu’ils travaillent à temps partiel et des ouvriers professionnels
lorsqu’ils sont à temps plein – les uns et les autres effectuant le même travail et
ayant le même niveau de formation. Dans tel autre magasin populaire, les
employés libre-service à temps plein sont des professionnels, ceux à temps partiel
des employés non qualifiés » (ibid., p.244).
1
Margaret Maruani, « Marché du travail et marchandage social », pp.237-248, in Michel Lallement
(sous la dir.), Travail et emploi : le temps des métamorphoses, L’Harmattan, Paris, 1994, p.241.
179
Ces exemples sont intéressants, mais l’auteur ne pousse pas plus avant l’analyse.
N’est-ce pas une question sociologique que de se demander si « le travail » de l’ouvrier
professionnel boulanger correspond réellement au « travail » effectué, à temps plein, de
« l’employé » de l’hypermarché, travail dont peut tout aussi bien se charger n’importe quel
étudiant embauché pour l’été pour remplacer « l’employé non qualifié » en congé, travaillant
ordinairement à temps partiel ? Autrement dit, est-ce « l’employé non qualifié » qui fait office
de boulanger sans être reconnu en tant que tel, ou est-ce l’ouvrier professionnel boulanger, qui
n’effectue qu’une tâche d’employé non qualifié, bien qu’il soit officiellement reconnu comme
un professionnel, et bien qu’il dispose de la formation d’un professionnel ? Nous examinerons
ces questions dans le chapitre sur la formation.
II.2. Les services aux particuliers
Dans une conjoncture dans laquelle ce n’est plus la main-d’œuvre qui est rare mais le
travail rémunéré :
il « ne s’agit plus de socialiser les tâches ménagères afin qu’elles absorbent
moins de temps à l’échelle de la société ; il s’agit, au contraire, que ces tâches
occupent le plus de gens et absorbent le plus de travail possible, mais sous la
forme, cette fois, de services marchands » constate André Gorz1.
Depuis que l’on a constaté, dans les années quatre-vingt, que le chômage de masse
s’installait dans la durée, tous les gouvernements ont proclamé haut et fort, la nécessité de
développer les « services aux particuliers ». On ferait d’une pierre deux coups : les services
aux particuliers sont la solution pour créer des emplois, ils répondent également à un besoin.
Il est étonnant toutefois qu’à l’heure où l’activité manque plus que jamais, les « particuliers »
n’aient justement plus le temps de solutionner seuls ces fameux « besoins ». Mais c’est que
ceux qui ont des « besoins » et ceux qui les « solutionnent » ne sont pas les mêmes ! La
volonté de développer les services aux particuliers correspond donc à une volonté de ne pas
partager le travail qui s’effectue dans la sphère publique, ce dernier est aussi le travail qui
rémunère.
Pour que certains fassent appel à des employés serviles, il faut en effet qu’existe une
demande solvable. Pour que des employés serviles acceptent de fournir les fameux services, il
faut qu’ils se trouvent dans la nécessité de le faire. C’est là une première manière de voir les
1
André Gorz, Métamorphoses du travail. Critique de la raison économique, Gallimard, Folio essais,
Paris, 1988, p.248.
180
choses, elle implique une conséquence de taille concernant la citoyenneté – ce que nous
verrons bientôt. Mais la rationalité économique voit les choses différemment.
Comment obtenir une production additionnelle de richesses ? demande-t-elle. En
faisant en sorte que l’économie englobe de nouveaux champs d’activité, telles les activités de
la sphère domestique, activités de loisirs, etc. Cette volonté de créer de nouveaux champs
d’activités implique alors d’ « inclure dans le champ de l’économie ce qui en était encore
exclu, cela veut dire que la rationalisation économique génératrice de gains de temps va
gagner du terrain » (A. Gorz, op. cit., p.17).
Pourtant, inclure les loisirs dans le champ de l’économie semble paradoxal puisque ce
temps ne servant à rien (n’est pas le moyen d’autre chose), on ne voit pas bien la raison de le
« rationaliser », a fortiori de le professionnaliser : « les catégories de la rationalité
instrumentale (efficacité, rendement, performance) lui sont inapplicables, sauf à le pervertir »
(ibid., p.19). Pour trouver une raison à la rationalisation de la sphère des loisirs, il faut
envisager la société non pas comme une unité économique mais comme une dualité
économique.
Les loisirs organisés – donc payants, devenus « marchandises » – n’ont pas pour but
de faire économiser du temps, cela reviendrait à dire qu’il est souhaitable de perdre moins de
temps à organiser soi-même ses loisirs, ce qui permet de travailler (au sens de produire)
davantage. Or pourquoi le travail a-t-il jamais été rationalisé, sinon dans le but d’économiser
du temps ? L’informatisation et la robotisation ont pour raison d’être, du point de vue de la
rationalité économique, d’économiser du temps de travail, ce temps devenant ainsi disponible
pour une production additionnelle de richesses (ibid., p.16) :
« les fast-foods, robots ménagers, ordinateurs domestiques, salons de
coiffure express, etc., ont pour but non de donner du travail mais d’en
économiser. S’ils exigent bel et bien du travail rémunéré, c’est-à-dire des emplois,
la quantité de travail rémunéré est très inférieure à la quantité de travail ménager
économisé. Si tel n’était pas le cas, ces produits et services seraient
économiquement inaccessibles et dénués d’intérêt pour l’immense majorité des
gens » (ibid., pp.17-18).
Ainsi, d’une part, le développement de la technique et la rationalisation du travail
économisent (ou libèrent) du temps, ce temps libéré crée du chômage. C’est pourquoi d’autre
part, nécessité s’impose de créer des emplois pour les chômeurs. Mais ces emplois ne sont pas
utiles pour la collectivité dans son ensemble : ils sont utiles pour certains privilégiés.
C’est parce qu’une « élite économique achète des loisirs en faisant travailler des tiers à
sa place, à bas prix, pour son avantage privé … [que] les loisirs des élites économiques
181
procurent des emplois le plus souvent précaires et au rabais à une partie des masses expulsées
de la sphère de l’économie » (ibid., p.19-21).
Lorsque les économistes expliquent que le temps de loisir doit s’étendre au détriment
du temps de travail, c’est parce que le temps de loisir, à condition qu’il soit investi par les
loisirs « marchandises », génère des profits. Mais ce n’est pas le temps de loisir de tous qui
doit s’étendre. Et s’il est vrai que ne pas perdre de temps à organiser soi-même ses loisirs, à
faire soi-même son ménage, permet de travailler plus, le travail « en plus » alors, ne concerne
pas ceux qui jouissent d’un temps de loisirs, mais ceux qui organisent les loisirs ou ceux qui
font le ménage.
Ces travailleurs du secteur du loisir doivent être peu rémunérés, car si les loisirs
organisés coûtaient chers en main-d’œuvre, il n’y aurait aucune raison de faire du loisir un
secteur économique : ce secteur ne serait pas rentable, et n’obéirait pas à la rationalité
économique. On peut même dire schématiquement, que si trois heures de travail dans l’espace
public servaient à rémunérer trois heures du travail de la femme de ménage dans l’espace
privé, ou trois heures de loisirs-marchands, ni les femmes de ménage, ni les travailleurs du
secteur des loisirs ne seraient plus employés, puisqu’il vaudrait mieux pour les employeurs
travailler trois heures de moins dans l’espace public et faire son ménage soi-même, ou
organiser ses loisirs soi-même.
La possibilité et le développement de ces emplois de services aux personnes (cette
« néo-domesticité » dit Gorz), trouve son fondement dans les inégalités sociales, et tous ceux
qui argumentent leur désirable développement n’entendent en fait rien d’autre que pérenniser
ces inégalités. Quand bien même un employeur choisirait de rémunérer les heures de sa
femme de ménage à la hauteur de son propre salaire, ce choix ne s’expliquerait pas par autre
chose que la considération qu’il est plus agréable (ou qu’il est préférable) de travailler dans
l’espace public que de faire soi-même son ménage. Ce qui entérine le fait que tout le monde
n’a pas la possibilité de travailler dans la sphère publique, de « démontrer, d’acquérir ou de
développer des capacités supérieures » (ibid., p.226).
Les nouveaux « emplois de services » ne peuvent donc être considérés comme « du
travail » (au sens d’un « mode de salariat normal »), sauf à considérer que la notion de travail
englobe des activités aussi diverses que celles «du bricoleur, du livreur à domicile de
croissants chauds, de l’aide-ménagère, de la mère, du cireur de chaussures, du prêtre, de la
prostituée, etc. » (ibid., p.216). Si ces activités sont du travail, comme « tout travail mérite
salaire », ainsi que le veut l’adage, l’équité et la logique économique voudraient que
182
« tout ce que les gens font soit évalué selon sa valeur d’échange
marchande : la nuit que la mère passe au chevet de son enfant malade au tarif de
l’infirmière de nuit ; le gâteau d’anniversaire de la grand-mère au prix qu’il
coûterait chez le pâtissier ; les rapports sexuels au prix que chacun des deux
partenaires devrait acquitter dans un Eros Center ; la maternité au prix de la mère
porteuse, etc., etc. » (ibid., pp.217-218)
Finalement tout « ce que les gens font » a son utilité sociale. L’idée de transformer ces
« travaux » « en emplois rémunérés et spécialisés » (ibid., p.218) fait d’ailleurs d’ores et déjà
son chemin.
Mais il s’agit là d’une régression dans la conception du salariat. Principalement parce
que le travail ne s’effectue plus obligatoirement dans la sphère publique :
« Le fait qu’une activité fait l’objet d’un échange marchand dans la sphère
publique dénote d’emblée qu’il s’agit d’une activité socialement utile, créatrice
d’une valeur d’usage socialement reconnue comme telle. Cette activité, autrement
dit, correspond à un « métier » : elle a un prix et un statut publics, je peux me la
faire payer par un nombre indéfini de clients ou d’employeurs sans avoir à nouer
avec eux une relation personnelle et privée » (ibid.).
L’idée forte de Gorz est que le travail effectué dans l’espace privé ne fonde pas la
citoyenneté. Les cas de l’infirmière à domicile ou du plombier, sont des cas limites qui ne
peuvent se confondre avec ceux de l’usage d’une femme de ménage ou d’une gardienne
d’enfants. L’infirmière et le plombier rendent des services « nécessaires » et « spécialisés » ;
la femme de ménage et la gardienne d’enfants ne font que permettre à ceux qui les emploient
de travailler davantage (de se qualifier socialement) ou de jouir d’un temps de loisir plus
important. Ces services ne sont ni « nécessaires », ni « spécialisés ».
C’est ainsi que si, pour « la pensée économique dominante, la tendance à transférer le
travail pour soi vers la production industrialisée et les services extérieurs est loin d’avoir
épuisé sa dynamique » (ibid., p.247), un tel transfert sonne également le glas de la sphère
privée, au sens où l’entend la modernité :
« le travail pour soi est indispensable à la création et à la délimitation
d’une sphère privée. Celle-ci ne peut exister sans celui-là. On le sent bien quand, à
la limite, toutes les corvées de la sphère domestique sont assumés par des services
extérieurs : je cesse alors d’être « chez moi ». L’organisation spatiale du
logement, la nature, la forme, la disposition des objets familiers doivent être
adaptées aux prestations routinières et programmées de personnels de service ou
de robots, comme dans les hôtels, les casernes, les internats » (ibid., pp.253-254).
C’est par l’indifférenciation de la sphère privée et de la sphère publique que se
caractérise, selon Hannah Arendt, le totalitarisme. Mais Hannah Arendt évoque également
« le social », comme un domaine hybride où s’étalent en public les affaires privées. Après que
183
des revendications de classe aient fait leur apparition dans le domaine politique, pour finir par
l’occuper tout entier, le public pénètre dans la sphère privée, brouillant les distinctions entre
« travailleur libre » et « membre de la famille ».
Si nous avions entrevu avec Margaret Maruani une première dualisation du salariat
séparant les travailleurs en CDI des autres, avec Gorz nous constatons une seconde
dualisation, qui sépare les travailleurs œuvrant dans la sphère publique des travailleurs
œuvrant dans la sphère privée. Nous allons voir maintenant que la flexibilité, quant à elle,
concerne tous les travailleurs, mais elle s’accompagne d’une plus ou moins grande sécurité
selon la place occupée dans le procès de production.
II.3. L’abandon des politiques keynésiennes et la flexibilité
Ce qu’on appelle la « flexibilité », concerne aussi bien le capital, les entreprises, que
les salariés. Rappelons-le, le système fordiste fonctionnait sur la base de la production
industrielle taylorisée, de la consommation de biens manufacturés standardisés, d’une
indexation des salaires sur les gains de productivité, de l’intervention de l’État dans
l’économie au moyen d’investissements en biens de production. Or durant les années
soixante-dix, la production taylorisée ne peut plus s’accroître : la réunion de travailleurs trop
nombreux dans un même lieu engendre dysfonctionnements et conflits sociaux. La
consommation de biens manufacturés est arrivée à saturation. Le chômage exerce une
pression sur les salaires et la redistribution. Le chômage s’explique alors principalement par
l’augmentation trop importante de la population active par rapport aux emplois disponibles –
l’introduction de l’informatique dans les entreprises diminue les besoins de main-d’œuvre en
chassant en premier lieu les travailleurs les moins qualifiés. Mais surtout, les entreprises
doivent faire face à une concurrence internationale, venue par exemple d’Asie.
La production s’internationalise. La division internationale du travail, l’apparition de
firmes multinationales et des capitaux dits « volatiles », rendent de plus en plus difficile
l’application des politiques keynésiennes, à savoir l’intervention de l’État pour soutenir la
production. Pourtant si la croissance du PIB diminue, son volume reste stable. Comment la
croissance pourrait-elle être retrouvée ?
La productivité du travail est désormais liée aux nouvelles technologies. Cependant,
celles-ci demandent des investissements de plus en plus importants pour être rentables. La
reprise de la croissance, selon les économistes, pourrait provenir de quatre sources : 1) de
l’investissement dans le capital physique ; du fait d’externalités technologiques, chaque fois
qu’une firme investit, cela a pour effet d’augmenter sa production, et la productivité des
184
autres firmes ; 2) de la technologie : celle-ci a un coût de production élevé, mais un coût de
reproduction inférieur au coût de production – elle est en grande partie de l’information (un
plan, une formule chimique…) ; 3) du capital humain : plus un individu a consacré de temps à
sa formation initiale, plus il est susceptible d’apprendre rapidement par la suite ; 4) du capital
public : les infrastructures telles que les transports, les télécommunications, l’éducation…
La croissance est dite endogène, car elle ne résulte d’aucun facteur « extérieur » à
l’économie, i.e. aux investissements d’agents motivés par le gain. Ainsi le progrès technique
que l’on pourrait considérer comme ayant son rythme propre, est en fait lié aux
investissements ; la possibilité d’investissements est liée à la productivité, etc. La croissance
serait donc auto-entretenue ; contrairement à ce que pensaient les classiques, le rendement
marginal du capital ne décroît pas.
Selon les nouvelles théories de la croissance1, l’intervention de l’État ne doit pas être
négligée : les infrastructures collectives sont nécessaires d’une part ; d’autre part, l’État doit
gérer les externalités, c’est-à-dire légiférer sur les droits de propriété intellectuelles, rendre
coûteuse l’utilisation des logiciels, etc.
Dans les années soixante-dix, les entreprises étaient aux mains des cadres bien plus
que des actionnaires. Ils réorganisent les modes de production, introduisent les premiers
cercles de qualité pour faire face à une contestation sociale qui croît. Ils organisent la
production par « lignes de produit », la taille des unités de production peut diminuer. Ils font
appel à la sous-traitance : la petite entreprise est réhabilitée, elle sera fortement encouragée
dans les années quatre-vingt. Ce sont les jeunes diplômés, certains salariés, voire les
chômeurs qui créeront ces petites entreprises sous-traitantes, encouragées par les patrons des
grandes entreprises. Ainsi les petites entreprises sont totalement dépendantes des grandes
entreprises. Celles-ci dépendent elles-mêmes des capitaux de grands groupes financiers :
banques, fonds de pension. Les actionnaires sont anonymes. Ni la production, ni les salariés
ne sont leur souci. C’est la dérégulation de tous les marchés, pendant les années quatre-vingt,
qui est cause de ce phénomène : le système bancaire ne fait pas exception à la dérégulation.
Au lieu de réallouer les capitaux en finançant des « projets innovants », sous la pression des
actionnaires, les marchés financiers pratiquent la spéculation. Les capitaux deviennent ainsi
« volatiles » ou « flexibles ».
1
Dominique Guellec, Pierre Ralle, Les nouvelles théories de la croissance (1995), La découverte,
« Repères », Paris, 2003.
185
À mesure que l’emprise de ces capitaux devient plus importante, les grandes
entreprises s’amaigrissent. À la limite, elles ne produisent plus, la production étant
entièrement sous-traitée. Au siège, on ne trouve plus que des concepteurs (ingénieurs, services
marketing, financier, communication). Ces concepteurs, ou l’entreprise donneur d’ordre,
imposent aux petites entreprises sous-traitantes leurs normes de production, de qualité.
On ne produit plus massivement, mais en « juste à temps ». La production est de plus
en plus différenciée (course à l’innovation). Entreprises et salariés se doivent d’être
« réactifs ». Les pressions qui s’exercent sur les entreprises comme sur les salariés sont celles
de la demande et celle de la concurrence.
La difficulté de taxer les entreprises multinationales, celle de taxer des salariés de plus
en plus précaires, aboutit à une pression sur les États et les collectivités locales pour privatiser
les services publics (transports, télécommunications, formation, gestion de l’eau ou des
déchets, associations avec cahier des charges prennent en main certains services sociaux ou de
santé, etc.). Le système fordiste se désagrège de toutes parts.
L’entreprise dirigée par le management a non seulement supprimé les métiers, mais
elle a aussi réalisé la fusion du politique et de l’économique. Devenus « impotents » face à
l’entreprise, écrit Rolande Pinard, les salariés sont contraints de subir les effets du pouvoir de
l’entreprise qui, à la fin des années quatre-vingt, « opte pour la flexibilité, ce qui se traduit
pour les salariés par un retour à l’insécurité » ( R. Pinard, op. cit., p.203). La flexibilité,
signifie la disparition du « marché interne » : la possibilité de carrière du salarié dans
l’entreprise1. Si, dans les années quatre-vingt-dix, l’entreprise apparaît comme un bien
précieux, « ce n’est pas tant parce qu’elle est menacée que parce qu’elle nous abandonne
après nous avoir rendus totalement dépendants d’elle pour notre sécurité sociale et
matérielle » (ibid.).
D’où l’insistance mise sur la formation : c’est elle qui doit permettre aux salariés de
passer d’un projet à un autre, d’accumuler des compétences qui sont des marchandises – ce
qui est appris au cours d’un projet, est ensuite transposable à un autre projet. C’est ce qu’on
appelle « l’apprentissage par la pratique », dont le rendement serait d’autant plus conséquent
que la formation initiale et l’expérience sont importantes. Le salarié doit optimiser lui-même
ses compétences, et les entreprises se chargent de mettre en valeur dans la production ces
compétences optimales. Les salariés seraient eux-mêmes comme de petites entreprises, ils
doivent gérer, accroître et diversifier leur « portefeuille de capitaux » : expériences et
1
Les marchés internes tendent cependant à se maintenir dans les secteurs de la banque, des assurances,
dans les grandes entreprises de transport, et dans la fonction publique.
186
connaissances tirées d’un engagement associatif, d’une formation interne, d’un stage,
apprentissage de langues étrangères, etc.
L’entreprise des années quatre-vingt-dix va bannir la hiérarchie, en tant que forme de
coordination qui repose sur la domination ; elle exclut la planification, « jugée rigide et
fondée sur des froides données quantitatives qui ne rendent pas compte de la “ vraie
réalité ” »1 ; elle doit s’accommoder de la concurrence et du changement permanent des
technologies. En conséquence, les entreprises deviennent ou doivent devenir,
« des entreprises maigres travaillant en réseau avec une multitude
d’intervenants, une organisation du travail en équipe, ou par projets, orientée vers
la satisfaction du client, et une mobilisation générale des travailleurs grâce aux
visions de leurs leaders » (L. Boltanski, E. Chiapello, op. cit., pp.115-116).
L’entreprise désormais ne compte plus que trois à cinq niveaux hiérarchiques :
Ces « “ nouveaux ” modes de rationalisation du travail, censés reposer sur un principe
révolutionnaire de gestion apparu avec les changements du marché et des technologies, avec
la mondialisation, etc., poursuivent en fait la double logique managériale du capital et du
travail qui oblige le management à se faire hara-kiri puisqu’il est lui-même une forme de
“ travail ”, i.e. un coût de production » (R. Pinard, op. cit., p.217).
L’entreprise sous-traite toutes les fonctions qui ne font pas partie de son « cœur de
métier ». Elle n’investit qu’en collaboration avec d’autres entreprises par le biais d’alliances
(joint-ventures), si bien que, à un premier niveau,
«l’image type de l’entreprise moderne est aujourd’hui un cœur svelte
entouré d’une nébuleuse de fournisseurs, de sous-traitants, de prestataires de
services, de personnels intérimaires permettant de variabiliser les effectifs selon
l’activité, d’entreprises amies. On dira qu’elle travaille en réseau » (L. Boltanski,
E. Chiapello, op. cit., pp.116-117).
À un second niveau, on constate une concentration plus importante que jamais du tissu
productif.
La principale source de productivité et de profit de cette nouvelle entreprise n’est plus
ni l’exploitation des ressources naturelles, ni l’exploitation du travail vivant, mais
l’information, « la capacité à tirer parti de connaissances les plus diverses, à les interpréter et
à les combiner, à créer ou à faire circuler des innovations et plus généralement à « manipuler
des symboles » » (ibid., p.118-119).
1
Luc Boltanski, Eve Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, 1999, p.113.
187
Pour les salariés, il y a désormais trois formes possibles de rapport à l’emploi :
l’intégration complète ; la participation flottante ; l’exclusion. Ces trois positions possibles
des salariés correspondent en fait à celles des entreprises elles-mêmes :
« au centre, l’entreprise principale et ses employés, entourée d’un réseau
d’entreprises qui lui sont subordonnées et qui en dépendent. Plus on s’éloigne du
centre, plus les liens avec l’entreprise centrale sont lâches et incertains » (ibid.,
pp.205-207).
Luc Boltanski et Eve Chiapello montrent qu’en ce qui concerne les salariés, pour
rester au centre, il faut pouvoir bénéficier des services des salariés relégués à la périphérie.
Plus on capitalise de « liens », plus on est le centre de quelque chose. Mais plus on rend de
services à la périphérie, plus on est empêché soi-même de tisser des liens. Or ceux qui sont en
périphérie sont dépendants de ceux qui se trouvent au centre. Lorsque ces derniers n’ont plus
besoin des salariés de la périphérie (ils ont « bougé »), ceux-là glissent dans l’exclusion.
Les liens (connaissances, informations) remplacent alors les qualifications, ou les
savoirs et savoir-faire acquis avec l’ancienneté. Quant au travail, selon Norbert Alter, il
« consiste à assurer la coordination de connaissances émiettées dans différents lieux et
fonctions de l’entreprise »1 :
« Cette activité de coordination est le cœur même de la compétence d’un
opérateur quelque peu qualifié. Elle lui permet de réaliser les tâches dont il a la
responsabilité. Mais elle suppose un investissement en temps considérable, bien
plus important que le traitement direct des tâches en question. Elle repose sur la
mise en œuvre de réseaux de relations, d’apprentissages sur le tas, de discussions
informelles, de justification des activités réalisées dans ce cadre, d’aide (en contre
partie) à ceux qui donnent des informations, de participation à des réunions entre
experts, de négociations avec les pouvoirs institutionnels. Toutes ces activités
parviennent à mobiliser des connaissances largement atomisées, clandestines ou
peu connues » (N. Alter, op. cit.).
Les nouvelles règles qui régissent le salariat rendent caduque la notion d’ancienneté.
Si celle-ci n’a plus cours, c’est qu’elle reposait sur « un droit de propriété » du travailleur sur
un poste de travail venu graduellement supplanter le droit de propriété sur sa force de travail.
La qualification était liée au poste de travail et non plus au travailleur. C’est pourquoi
l’attachement au poste de travail était devenu une politique syndicale : non seulement il
assurait une place au travailleur dans l’organisation, mais il fixait également une limite (par la
1
Norbert Alter, L’innovation ordinaire, PUF, Paris, 2000, p.210.
188
description de la tâche) à ce que le management pouvait exiger du travailleur, ce qui
permettait de « conserver une part de subjectivité dans le travail organisé » (R. Pinard, op.cit.,
p.223). Dans les nouvelles équipes de travail « où les individus sont co-responsables et où les
compétences « comportementales » se substituent aux années de service comme critère
d’évaluation » (ibid., p.224), la stabilité de l’employé dans l’organisation ne dépend plus des
années d’ancienneté « mais de la plus grande proximité de ce qui est essentiel à la survie de
l’entreprise » (ibid.). Autrement dit ce sont les moins qualifiés (donc les moins rémunérés) qui
sont les plus précarisés.
Cette précarisation est due au fait que les incertitudes du marché, facteur de risque
pour les entreprises, ont disparu, alors que l’incertitude est reportée sur les salariés, en premier
lieu sur ceux des entreprises périphériques (sous-traitantes), mais en second lieu également
sur les salariés des entreprises mères, celles-ci embauchent managers, employés, et stagiaires
sur des « projets », donc à court terme.
La division du travail entre travail de direction et travail d’exécution s’applique à
l’organisation intracapitaliste, puisque à l’intérieur de groupes d’entreprises hiérarchisés,
certaines entreprises subordonnées, sont soumises à la logique taylorienne du monopole du
savoir-productif par l’entreprise donneur d’ordres. L’entreprise donneuse d’ordre, ou
l’entreprise « mère », impose ses normes de qualité, et donc les processus censés les assurer,
aux entreprises périphériques. Ces dernières sont contraintes par des liens entre elles de plus
en plus rigides, alors que « l’arbitraire de la concurrence est introduit dans les ateliers » (ibid.,
p.208). Cette contrainte des entreprises causée par les rapports qui les lient est aussi le
corollaire de la disparition du marché :
« Le produit ne transite plus par le marché ; il est orienté vers un usage
particulier dans le cadre des organisations branchées les unes sur les autres à long
terme ; les entreprises subordonnées ne produisent plus pour le marché mais pour
un usager : pour l’entreprise cliente, qui dicte les modalités de fabrication, ainsi
que les qualités du produit » (ibid., p.208).
Flexibles, les entreprises le sont car elles doivent renouveler sans cesse leurs
productions et leurs technologies. Les travailleurs, eux, sont flexibles car ils sont soumis à
l’arbitraire de la demande.
Pour les salariés c’est la maîtrise du temps d’abord qui est impossible, la maîtrise des
tâches ensuite, la maîtrise des rémunérations enfin. Ceci n’est pas sans rappeler certains
constats de Simone Weil sur la condition ouvrière.
189
II.3.1. Le temps du travail
Alors que le recours au travail précaire semble être le propre des PME, on a vu que
celles-ci appartenaient en fait à des « groupes » : les logiques d’externalisation des services
aux entreprises, l’organisation « en réseaux » de celles-ci, ont donc pour but ou pour effet de
généraliser le travail précaire. Le recours à celui-ci est intéressant à plus d’un titre pour les
gains de productivité. Les heures « complémentaires » demandées aux salariés en période de
pointe ne sont pas payées à un tarif majoré comme le sont les heures « supplémentaires ».
C’est ainsi qu’à la stratégie du recours au temps partiel se joint une stratégie de « moindre
embauche » et du recours aux heures supplémentaires : entre 1984 et 1991, « la part de ceux
qui travaillent 5 jours par semaine est en baisse au profit de ceux qui travaillent moins de 5
jours ou plus de 5 jours » (L. Boltanski, E. Chiapello, op. cit., p.303).
« Le temps partiel est un outil essentiel de la flexibilité. Il permet
d’accroître la présence du personnel aux heures de forte activité et est donc
particulièrement fréquent dans les activités de services qui ne sont pas stockables.
Il faut offrir le service quand le client le souhaite et il est impossible de lisser la
charge de travail » (ibid., p.302).
La généralisation des contrats précaires (intérim, CDD, contrats aidés) a pour
conséquence un allongement de la période de « mise à l’épreuve » des salariés (c’est le sens
du « contrat nouvelle embauche »). Ainsi l’emploi précaire sert également de procédure de
sélection à l’embauche. Rappelons que l’emploi temporaire concernait 45 000 personnes en
1968, 125 000 en 1974, 210 000 en 1990, et 491 000 en 2004.
Concernant les intérimaires, pendant toute la durée du travail précaire, ils doivent
« faire montre d’une implication au travail permanente » ; concernant les salariés embauchés
en CDD ou en CDI avec l’espoir d’une promotion, ils « s’investissent corps et âmes dans
l’espoir d’être promus mais la plupart seront remerciés sous différents prétextes, une grande
partie étant poussée à la démission » (ibid., p.306).
À côté de cet accroissement de l’implication subjective des salariés, apparaît un
accroissement des possibilités « d’horaires libres ». Cependant si ceux-ci se généralisent
largement pour les cadres, cette généralisation est décroissante pour les professions
intermédiaires, les employés, puis les ouvriers. Les horaires sont certes flexibles, mais ne sont
pas pour autant librement choisis. Ce qui est facilité par l’instauration de l’annualisation du
temps de travail (avec la loi sur les 35 heures notamment).
190
Par ailleurs le développement des services, tels la culture et le commerce, exige que
ceux qui travaillent et ceux qui consomment hors du temps de travail, vivent dans des
temporalités désynchronisées.
Norbert Alter montre enfin que des « formes » sociales disparaissent avec ce qu’il
nomme l’imposition d’ « inventions dogmatiques ». Dans le service public qui s’ouvre à une
dimension commerciale, une mobilité toute autre des salariés est imposée que celle qui
prévalait dans les décennies soixante, soixante-dix, quatre-vingt. Les « promotions » et
services rendus au personnel ne sont plus garantis, certains sacrifices des salariés ne sont plus
compensés par des avantages en fin de carrière (retourner « au pays » dans un poste
tranquille) (N. Alter, op. cit., pp.89-112). Mais plus généralement, la mobilité des cadres et
techniciens censée « favoriser la « fertilisation croisée » des connaissances, et éviter la
routinisation des pratiques » (ibid., p.264) rend quasiment impossible la possibilité
d’organiser une vie quelque part1.
Par ailleurs, les contraintes de productivité au quotidien rendent nécessaires à la fois
une certaine « débrouille » et une certaine « déviance », dans un contexte où les innovations
organisationnelles sont permanentes. Or la déviance comporte un risque. Mais les salariés ne
s’engagent pas dans la prise de risque en vue d’obtenir plus ; ils s’y engagent parce que c’est
nécessaire :
« Le monde de la banque est devenu un univers plus risqué qu’autrefois
parce que les opérateurs sont amenés à mettre en œuvre des procédures qu’ils
élaborent localement, sans en avoir précisément le droit, sans bien en maîtriser les
effets du point de vue administratif. Et ils ne connaissent jamais clairement à
l’avance la façon dont leurs initiatives vont être jugées par la hiérarchie, la
manière dont elles vont être sanctionnées : positivement ou négativement. Mais
s’ils ne prennent pas ces initiatives ils courent le risque d’être jugés comme trop
« administratifs », pas suffisamment « entreprenants » de la part de ces mêmes
hiérarchies. Les situations d’innovation augmentent ainsi toujours le risque des
situations de travail » (ibid., p.162).
Au moment des temps forts ou challenges, les employés de la banque, pour « faire du
chiffre »,
« ne demandent pas aux clients la totalité des pièces du dossier, ils se
soucient moins de leur solvabilité à moyen terme, ils arrangent parfois les dossiers
1
« J’ai quitté le centre d’Orléans parce qu’il fallait être mobile (…). On a « fait construire » (une
maison) ici, on se disait qu’on pouvait être tranquille. …. Mais maintenant, si je veux passer à l’échelon
supérieur, on me dit que je suis de nouveau obligée de changer de résidence. C’était pas du tout convenu comme
ça (…). C’est très compliqué puisqu’on a fait construire. Mais je vais être obligée de repartir, sinon ils ne
prendront jamais en compte tous les efforts que j’ai faits pour que leurs systèmes fonctionnent » (cité in, ibid.,
p.243).
191
de manière à « satisfaire » la demande du client. Ils prennent donc des risques du
point de vue contentieux » (ibid., p.198).
Les PME, non dotées de services juridiques, manquent fréquemment à la législation du
travail. Les accidents du travail augmentent et touchent plus souvent des intérimaires, placés
aux postes les plus dangereux. Toujours une règle est enfreinte afin qu’une autre soit
respectée, et cela parce que, les directives changeant sans arrêts, elles ne peuvent se trouver
toutes en cohérence les unes avec les autres. Des effets de « dyschronie » sont toujours
présents. Un cadre remarque :
« Les gens ne voient plus leurs objectifs, leur patron, la ligne de
l’entreprise. La qualité pourrait faire repère mais ça n’est pas adapté à notre
service, on ne peut pas tout prévoir ni tout justifier. Par exemple, dans l’utilisation
des réseaux de données, on ne peut pas respecter les procédures, car
l’informatique évolue trop vite, mais c’est pareil dans le domaine de la formation,
les métiers évoluent trop vite pour que les gens soient au point » (cité in N. Alter,
op. cit.., p.229).
Effet de dyschronie : « les opérateurs se trouvent toujours entre deux états du
développement de l’organisation, celui d’hier et celui de demain » (ibid., p.134), et le
changement ne serait que l’aboutissement de l’innovation, « [mais] celle-ci n’est jamais
aboutie » (ibid., p.129).
II.3.2. Les tâches
Le développement du secteur des services est indissociable de ce que certains
appellent la production du « sur mesure de masse » : comprendre ce que veulent les
consommateurs (études marketing) ; accompagner le produit (installation, réparation…).
« Devenus des acteurs du processus de production les usagers et
consommateurs se trouvent alors impliqués dans la phase d’innovation. Dès lors il
devient de plus en plus difficile de disjoindre le produit du service lui-même. Le
couple bien-service devient le creuset d’une nouvelle efficacité productive. »1
Le taylorisme se maintient pourtant, d’une part dans certaines PME du secteur
industriel, d’autre part dans les services : restauration, pressing, coiffure, etc. Dans le secteur
des services, le travail taylorisé est plus pénible que dans l’industrie, car le travailleur est
également au contact du client. Le maintien du taylorisme n’empêche pas l’introduction
généralisée des « formules participatives », telles que les cercles de qualité. Il n’empêche pas
non plus de la part de l’employeur l’exigence de la motivation du salarié : bien des enquêtes
1
Jean-François Lefevre-Farcy, « Révolution tertiaire et emploi », pp. 97-115, in Michel Lallement (sous
la dir.), op. cit., p.112-113.
192
par entretiens montrent la difficulté pour des candidats à un poste chez Mac Donald ou à la
chaîne dans l’industrie, de produire une lettre de motivation !
Quant aux tâches non taylorisées, elles sont quasiment indéfinissables : « l’opacité du
travail est … ressentie par les candidats à l’embauche, qui ont du mal à construire un
compromis stable et cohérent entre l’idée qu’ils se font d’eux-mêmes et les rôles
professionnels flous qui leur sont proposés. »1 L’opacité du travail est liée au fait que le
travail consiste à « se débrouiller » pour satisfaire les attentes du client ou de la hiérarchie
dans un contexte de changements de produits, de procédures, d’objectifs, de techniques,
permanents :
« À chaque fois, l’apprentissage sur le tas, matérialisé par d’innombrables
discussions avec les collègues, les informaticiens ou les agents de la maintenance,
s’avère tout aussi formateur. Mais il n’est jamais parfait : les opérateurs sont
finalement toujours en retard par rapport aux possibilités offertes par la technique
ou aux contraintes qu’elle impose » (N. Alter, op. cit., p.126)
Ainsi d’une part, « les opérateurs ne peuvent espérer, à propos de la réalisation d’une
même action, les mêmes résultats, puisque les clients, les produits et les procédures sont, en
réalité, mal connus » (ibid., p.135). D’autre part, la généralisation de l’informatique permet
une surveillance accrue des travailleurs (par exemple, dans un hypermarché les stocks sont
mieux gérés grâce à l’informatique, mais les gestionnaires de stocks aussi), et génère une
intensification du travail (accès en réseau de l’agenda des cadres…).
Si les salariés doivent alors être de plus en plus compétents, c’est parce que
« la complexité des techniques de gestion, et surtout leurs conflits de
temporalité, ne permettent pas d’ « appliquer la règle ». La règle suppose
préalablement d’être interprétée, et ceci suppose un véritable effort. Ce qui fait
contrainte est ainsi surtout l’absence de contrainte stable » (ibid., p.205)2.
II.3.3. La rémunération du travail
Puisque le contrat liant le salarié à l’employeur ne peut prévoir les tâches qui doivent
être accomplies,
1
Bernard Perret, « Mutations économiques et fonctions sociales du travail », pp.57-72, in Marc-Henry
Soulet (sous la dir.), Le travail, nouvelle question sociale, éditions universitaires Fribourg Suisse, Fribourg,
1999, p.68.
2
« - On ne sait jamais ce qu’ils veulent, ils changent sans arrêt d’avis.
- Il faudrait que les objectifs soient clairs, on ne sait jamais ce qui est prioritaire.
- On ne sait jamais qui doit faire quoi et quand, les responsabilités sont mal définies.
- Je finis par attendre le contrordre, comme à l’armée, je sais qu’il viendra toujours, alors je
l’attends »(cité in ibid., p.127).
193
« [le] problème est alors de disposer d’une main d’œuvre de qualité, apte à
intervenir efficacement dans des situations de travail où les modes opératoires
sont flous, inexistants ou même contradictoires. Le salaire ne récompense donc
plus le travail réalisé mais l’engagement, la « loyauté » des salariés à l’égard du
processus de production. Ce salaire est donc plus élevé que ce que représente la
valeur du travail fourni » (ibid., p.149).
À côté de cela, la dualisation du salariat est entérinée par le fait que les politiques
sociales n’ont cessé depuis vingt ans de renforcer les droits attachés au contrat de travail
« typique », alors que ce sont les contrats atypiques qui se développent. Un « compromis »
salarial nouveau se met en place, ce nouveau compromis ressemble moins au « cercle
vertueux » fordiste qu’à un cercle vicieux. À secteur économique improductif croissant (les
services aux particuliers – parfois aussi aux entreprises : commerciaux, téléopérateurs…),
correspond l’accroissement de l’individualisation des salaires (pourcentages, intéressement,
courtage, pourboires…), et la multiplication des formes particulières d’emploi (temps partiel,
intérim, contrats à durée déterminée, stages, CES, etc.).
Les emplois « stables » subissent eux les effets pervers de la loi de 1982 sur la
négociation. Celle-ci n’a pas seulement pour but l’amélioration des droits et avantages des
salariés par rapport aux minima légaux ; elle permet également aux employeurs de faire valoir
leurs propres revendications. Ainsi sont rendus possibles, aménagements perpétuels des temps
de travail ou révision des modes d’augmentation et de détermination des salaires. Au final,
l’exigence de polyvalence des salariés implique qu’il faut « en faire plus et être plus diplômé
qu’autrefois pour gagner un salaire minimum » (L. Boltanski, E. Chiapello, op. cit., p.336).
Ils doivent en effet,
« consacrer du temps à échanger des informations avec les collègues pour
mieux comprendre les dispositifs techniques, analyser la demande des utilisateurs
de façon à interpréter de manière ad hoc leurs besoins, participer à des activités de
développement des systèmes techniques pour “ rendre service ” aux utilisateurs »
(N. Alter, op. cit., p.135).
Mais toutes ces activités « ne sont aucunement prises en compte dans l’évaluation
parce qu’elles ne font pas partie de la “ description ” de son poste » (ibid.).
Deux premières dynamiques entrent par ailleurs en contradiction : d’une part la
nécessité de travailler en équipe, et d’avoir « l’esprit d’équipe », puisque « l’interdépendance
entre les opérateurs devient une contrainte quotidienne, aucun d’entre eux ne disposant à lui
seul de l’ensemble des données permettant de traiter de manière isolée les affaires » (ibid.,
p.200) ; d’autre part l’évaluation individuelle des opérateurs, puisqu’on identifie « avec des
194
critères de plus en plus précis, la responsabilité et la qualité des individus dans le processus de
production ? » (ibid.).
Deux secondes dynamiques contradictoires s’ajoutent à ces premières :
« Les salariés sont évalués, en fin d’année, sur leur capacité à atteindre des
objectifs définis en début d’année, avec la hiérarchie. Mais celle-ci, pressée par
d’autres contraintes au cours de cette durée, incite les opérateurs à s’impliquer
dans des réalisations qui ne font pas partie de leurs objectifs initiaux. Alors que
les opérateurs doivent par exemple placer un volume de contrats de tel type,
développer une nouvelle application informatique, ou mettre en œuvre des
procédures de qualité totale, ou intégrer un nouveau produit, les hiérarchies les
amènent à se mobiliser sur ce qui ne fait pas partie de leurs objectifs prioritaires »
(ibid.).
II.4. Des projets et des réseaux
La notion de « production par projet » est née au début des années quatre-vingt-dix.
Désormais, ce n’est plus « l’organisation du travail », mais « le travail de l’organisation » qui
permet d’obtenir des gains de productivité. Le travail de l’organisation consiste à réunir et à
faire réfléchir ensemble, experts en marketing, en droit, en finance, ingénieurs, etc. sur un
nouveau produit. Aucun imprévu ne doit être découvert lors de la production, et celle-ci a lieu
presque en même temps que la commercialisation du produit. Le produit peut même être
vendu avant que la production ne soit réalisée. Il s’agit donc de limiter les risques (de retard,
mais aussi d’échec à la vente). Pour réunir ces experts, un homme s’impose : c’est le manager.
Comme l’expliquent Boltanski et Chiapello, le manager est l’homme des réseaux.
Le réseau s’oppose à l’institution, comme le manager s’oppose au cadre ou le projet au
travail. Le manager est l’homme qui connaît des gens, et qui sait les motiver (il dispose d’une
très importante « force de conviction »). Transiter de projet en projet, telle est la nouvelle
forme de « carrière » qui se propose aux élites.
Le discours du management, ayant intégré ce que Boltanski et Chiapello appellent la
« critique artiste », présente la nouvelle organisation sociale du travail comme si elle était
effectivement ce qu’elle aurait dû être pour une partie au moins des contestataires de 68.
Autrement dit, ce discours présente l’entreprise comme si les deux principes d’enrichissement
des tâches (créativité) et d’auto-gestion étaient réalisés. On peut se demander avec JeanPierre Le Goff comment le nouveau management va « transformer l’activité du balayeur, du
manutentionnaire, de l’agent de production sur machine, de la secrétaire qui frappe des textes
195
ou du gestionnaire comptable en acte créatif ? »1 Tant que de telles tâches s’avèrent toujours
nécessaires, tout ce que l’on peut faire pour améliorer les conditions de ceux qui ont à les
exécuter ne peut consister qu’en compensations économiques et sociales, écrit Le Goff ; c’est
bien exactement le contraire qui se met en fait en place.
Le vocabulaire du nouveau management (projet, réseau) correspondant à la nouvelle
production industrielle (indissociable de la commercialisation), s’est diffusé dans toutes les
sphères d’activité. Dans l’art en premier lieu. Mais aussi dans le travail social ou dans
l’Education Nationale. Sommés d’élaborer leur « projet d’établissement », les établissements
scolaires
doivent
diviser
celui-ci
en
« projet
descriptif,
exploratoire,
politique,
programmatique, innovateur, rénovateur, communautaire, temporisateur, prévisionnel » (ibid.,
p.182). De même les demandeurs du RMI ou les demandeurs d’emploi doivent rendre compte
de leur « projet d’insertion ». Chacun intériorise sa responsabilité de réussite sociale dans
l’existence, et doit en rendre compte à une instance supérieure (à laquelle on demande un
emploi – l’instance est alors un DRH, un conseiller ANPE, etc. – ou un financement –
l’instance supérieure est l’État, une collectivité locale, etc.). Nous donnerons l’exemple des
artistes et des cadres de l’intervention sociale – très éloignés de la production industrielle –
qui deviennent des « faiseurs de projets et de réseaux » professionnels.
Pendant l’entre-deux-guerres, écrit Sophie Bouteiller, « L. Renault et A. Citroën, pour
ne citer qu’eux, faisaient le siège des ministères pour convaincre les dirigeants politiques de la
nécessité de… démocratiser l’automobile »2. Après la seconde guerre, ce sera chose faite.
Dans les années soixante-dix, il s’agit de « démocratiser » l’accès à l’art, ou plus
généralement à la culture. Les consommateurs, expliquent les économistes, s’orienteraient
davantage vers une consommation de « l’être » que de « l’avoir ». Depuis le XVIIIe siècle
déjà, la culture est une marchandise. Le paiement des places de concert, par exemple, a
procuré une certaine autonomie aux musiciens, qui, auparavant, étaient des domestiques dans
les cours royales. Ce qui se passe dans les années soixante, corollaire de l’investissement de
l’Ecole par les cadres, c’est que la culture devient un besoin. Marchandise répondant à un
besoin, l’œuvre artistique sera largement subventionnée par les fonds publics.
1
Jean-Pierre Le Goff, Le mythe de l’entreprise : critique de l’idéologie managériale, La Découverte,
Paris, 1992, p.87.
2
Sophie Bouteillier, « Crise des relations sociales et précarisation de l’emploi en Europe ou le mythe
des années de plein emploi », pp.129-143, in Brigitte Lestrade et Sophie Bouteiller (sous la dir.), Les mutations
du travail en Europe, L’Harmattan, Paris, 2000, p.131.
196
Dès lors les artistes répondent à des commandes, et leur réussite est moins dépendante
du jugement du public. Depuis le XVIIIe, ils devaient « créer leur public » ou « susciter la
demande ». À partir des années 70 le marché de l’art et des artistes se développe, si bien que
le nombre des artistes est plus important que la demande : les financeurs doivent pouvoir
choisir parmi une offre diversifiée de talents1.
D’un côté, les valeurs des artistes – passion, sacrifice, liberté, épanouissement, etc. –
ont été intégrées par le management : c’est en leur nom que le système des carrières est jugé
« rigide », par exemple ; en leur nom, on valorise la bohème, le nomadisme, i.e. la précarité
de l’emploi ; en leur nom, les entreprises proposent aux cadres des formations comprenant :
nuits à la belle étoile, saut à l’élastique, ou séminaires-ressourcement dans des abbayes,
monastères bouddhistes, etc. D’un autre côté, les valeurs du mouvement ouvrier ont été
intégrées à l’art. C’est en leur nom que les artistes réclament une assurance chômage. Le
compromis trouvé entre la liberté nécessaire à l’art, et la sécurité revendiquée par les artistes,
sera le régime de l’intermittence. Y seront intégrés les créateurs comme les techniciens : tous
travailleurs. C’est que tous participent de concert aux projets artistiques. Ils forment, avec les
diffuseurs (maisons de disque, d’édition, galeries, chaînes audiovisuelles, producteurs…) le
monde de l’art.
Analogue au système de l’annualisation du temps de travail, la rémunération des
artistes dépend du nombre de cachets qu’ils ont pu cumuler en un temps donné. Pour cumuler
ces cachets, il leur faut être reconnus et demandés. Dans le monde de l’art, l’information sur
les succès circule à grande vitesse, une quasi bourse des artistes s’est créée. Ceux qui ne
parviennent pas à un niveau de notoriété suffisant peuvent circuler transversalement dans le
monde de l’art : on est sur tel projet créateur, sur tel autre, on participe à la diffusion, on
donne quelques heures de « formation » ici (dans un centre social, une école), etc. Bref, les
artistes sont flexibles, à moins qu’ils ne soient salariés (dans un orchestre par exemple).
Pour accumuler les cachets, mieux vaut être recherché. Mais le résultat le plus
probable, est que l’artiste se trouve lui-même perpétuellement en recherche. Dès lors un
réseau est nécessaire pour connaître les offres de financement disponibles. La précarité, voire
la pauvreté, ne peuvent pas être réellement contestées : l’art exige des sacrifices.
Le modèle du travail artistique, qui implique que la réussite de l’artiste dépend de trois
facteurs – la chance, le travail, le talent –, peut s’appliquer dans toutes les sphères d’activité.
Mais peut-on évoquer la passion et le sacrifice pour toutes les sphères d’activité, pour tous les
1
Menger Pierre-Michel, Portrait de l’artiste en travailleur : métamorphoses du capitalisme, Seuil,
Pairs, 2002.
197
genres de production ? Etant donné qu’il faut déjà se montrer motivé pour travailler à la
chaîne, comme nous l’avons vu, il semble que oui… C’est toujours dans un « projet de vie
réussie » que l’on s’engage finalement !
L’intervention sociale, elle aussi, est de plus en plus demandée, et ce en raison d’une
« urgence sociale » due au chômage et à la dégradation des conditions d’emploi. Or au travail
social traditionnel et aux emplois traditionnels qui l’accompagnent (Educateur Spécialisé,
Assistante Sociale, etc.), se substituent des « dispositifs » sensés animer les « Politiques de la
Ville » ou les « Politiques d’Insertion » et de « nouveaux emplois ». Jean-Yves Trépos
distingue parmi ces « nouveaux emplois », des nouveaux emplois de haut niveau (« chargés
de mission », « chefs de projets »…), des nouveaux emplois de bas niveau (auxiliaires de
vie… prenant en charge une partie seulement du travail de l’Educateur par exemple), des
quasi emplois (adultes-relais, emplois jeunes…), et des non emplois (bénévoles actifs dans les
associations)1.
Si les rôles et tâches des nouveaux employés de haut niveau sont définis dans un
cahier des charges, le « chargé de mission », ou « chef de projet », se charge cependant de
redéfinir lui-même en partie sa mission. Il fait agir ensemble les autres acteurs dans une
logique « autonomiste » et « de proximité ». Il s’agit en fait de faire en sorte que les
« usagers » des « interventions » soient de plus en plus acteurs de l’intervention. D’où la
création des quasi-emplois qui s’adressent à des personnes du lieu sur lequel on intervient
(Politique de la Ville) ou de la population sur laquelle on intervient (Politique d’Insertion).
Ces quasi-emplois sont des stages, des CES, etc. qui ont vocation d’être pérennisés en même
temps que le nouveau dispositif mis en place.
Tout le problème des « employés de haut niveau », qui sont employés en CDD
puisqu’ils n’ont pour rôle que de mettre en place le projet, sera d’abord de trouver une
formulation innovante (pour montrer qu’on ne reconduit pas le même, « un machin de plus »
(J.-Y. Trépos op. cit., p.78)) pour obtenir des financements, puis d’inventer des formations
aptes à rendre autonomes les quasi-emplois – qui deviendraient par conséquent, des emplois
stables. Or il ne faut jamais faire que des quasi-emplois se reconvertissent en emplois
traditionnels du travail social (sinon, pourquoi avait-on, au départ, cherché à innover ?). Cette
logique d’action est dite « autonomiste », puisqu’il faut laisser à tous les participants une
1
Jean-Yves Trépos, « L’intervention sociale, emplois, nouveaux emplois, quasi-emplois, non-emplois,
proto-emplois et idéologies professionnelles », pp.73-90, in Brigitte Lestrade, Sophie Bouteiller, sous la dir., Les
mutations du travail en Europe, L’Harmattan, Paris, 2000.
198
autonomie dans leur action, celle-ci ne s’appuyant plus sur une formation spécifique mais sur
le réseau de liens dont disposent les acteurs (c’est la raison pour laquelle on avait invoqué la
« proximité »).
On l’a compris, le chargé de mission, manager du projet, met en place une
organisation d’activités, réunissant dans un « comité de pilotage » tous les acteurs (bénévoles,
employés de bas niveau, quasi emplois, organismes financiers – collectivités locales, CAF…)
afin que des réponses de proximité puissent être apportées à des problèmes sociaux. Tout le
monde est « participant », un peu comme le voulait Proudhon, ou encore, comme dans une
industrie automobile dans le cadre du « toyotisme », que nous considérerons par la suite.
Cependant, tout le monde n’a pas le même salaire, ni la même stabilité d’emploi. En fait,
personne n’a de stabilité d’emploi. Mais les « nouveaux employés » de haut niveau ont bien
plus de chances que les autres de « tisser des liens », de faire les rencontres qui leur
permettront de passer ultérieurement d’un projet à un autre – et peu importe que les projets
« marchent », qu’ils soient pérennisés ou non.
Dans tous les cas, industrie, intervention sociale, art, tous les « intervenants » (ne
parlons plus de travailleurs) sont instables et plus ou moins autonomes dans la définition de
leur mission. Les projets nécessitent l’intervention d’acteurs bénévoles, souvent stagiaires.
Rien ne peut garantir au stagiaire une embauche, puisque personne n’a, en réalité, de garantie
d’embauche. Dans tous les cas, les instables qui ont à charge la plus grande part de
« conception » ont plus de facilité à passer de projet en projet (d’emploi rémunéré en emploi
rémunéré) que les instables qui ont à charge la plus grande part de « l’exécution ». Pourtant,
nul n’étant « enfermé dans l’emploi », chacun est « entrepreneur de sa propre carrière » (et
devra assumer comme ses propres défaillances, son échec). Quant au montant des
rémunérations, elles peuvent bien sûr varier d’un projet à l’autre, il n’y a plus de conventions
collectives.
La libéralisation du marché du travail a été le fait de la Révolution française. Elle a été
en partie abolie après-guerre, par différentes régulations. Elle renaît à partir des années quatrevingt, prenant une forme inédite. Elle est en effet désormais justifiée par ce que Boltanski et
Chiapello nomme « la critique artiste », elle est justifiée au nom de l’épanouissement des
talents créateurs. Curieusement, ces talents créateurs ont une valeur marchande (ils doivent
être cultivés en vue de l’échange) : c’est que tout ce qui concerne la « création de soi »,
profite également aux autres en créant des externalités, c’est ce que montre le principe de la
croissance endogène. Mais alors même que les emplois atypiques prolifèrent et que les
conventions collectives et grilles de salaires sont dépassées,
199
« [les] revenus (salaires et autres formes d’intéressement) [des] P-DG ont,
dans le cours de cette transformation, été multipliés par dix, passant en vingt ans,
de 1981 à 2000, aux États-Unis, de 42 fois à 411 fois le salaire moyen d’un
ouvrier » (P. Petit, op. cit., p.98).
Les différences de rémunération entre artistes ne sont pas moins sensibles.
II.5. La population active
Source: compilation Jean Fourastié, op. cit., INSEE, « France en faits et en chiffres »
2005
,
DARES,
Rapport :
les
métiers
en
2015,
http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=392.
Les chiffres suivis de points d’interrogations correspondent à mes propres évaluations.
1954
Pop
active
totale
1975
2005
20 429 000 21 775 000
2005
2015
24 921 000
2015
28 300 000
ouvriers
32 %
37 %
24 %
5 972 000
21,5 %
6 107 000
employés
10 %
17 %
29 %
7 232 000
27 %
7 712 000
CADRES
6,9 %
17,4 %
37 %
9 405 000
36 %
1 032 600
5,5 %
12,7 %
23 %
5 745 000
21 %
6 012 000
1,7 %
4,7 %
14 %
3 660 000
15 %
4 314 000
9%
7,5 %
2,5 %
651 000
2 % ( ?)
5 666 000
4%
9,8 %
2 717 000
7,5 %
2 125 000
17 %
12 %
dont
professions
intermédiaires
dont
cadres
supérieurs
agriculteurs
chômage
-
autres
42 %
10 % ( ?)
Le total des pourcentages est supérieur à 100, puisque l’INSEE comptabilise les
chômeurs ouvriers dans « ouvriers » par exemple.
200
Il est difficile de donner une image générale de la population active. Les données
quantitatives de l’INSEE sont en effet de moins en moins pertinentes pour saisir la nature des
activités des travailleurs ou leurs rémunérations, étant donné que beaucoup d’activités sont
neuves, si bien que les trajectoires individuelles en disent plus sur le salarié que la position
occupée à un moment donné.
Le fait est que les Catégories Socio-Professionnelles (ou PCS : professions et
catégories socioprofessionnelles) ne donnent plus guère d’informations sur l’activité : les
catégories des employés ou des professions intermédiaires regroupent une foule d’activités
hétérogènes ; or ces deux groupes représentent désormais la moitié de la population active
(53 %). Une partie des employés effectue des tâches et a un niveau de diplôme proche de
celui des « professions intermédiaires » ; une partie des « professions intermédiaires »
effectue des tâches et a un niveau de diplôme proche de celui des cadres. Si les rémunérations
selon les CSP semblent plus homogènes1, elles restent peu pertinentes en matière
d’informations sur le salarié, dans le sens où le niveau de vie d’un individu dépend
aujourd’hui davantage de la fréquence et longueur de ses périodes d’emploi et de chômage, et
de ses conditions d’emploi (temps partiel ou temps plein) que du salaire horaire.
Ce que nous pouvons cependant retenir de l’enquête dirigée par Michel Gollac et
Christian Baudelot, c’est que ni les ouvriers, ni les employés, ne sont des décideurs. Or ces
groupes à eux deux représentent en 2005 en France la moitié de la population active (54 %).
Le discours managérial tend bien à affirmer que le travail d’exécution a disparu, mais le
sentiment de bien-être au travail, lié aux tâches de conception et de décision, est loin de se
retrouver chez tous les salariés !
Lorsque les sociologues demandent, en 2003, « qu’est-ce qui est, pour vous, important
pour être heureux ? », 27 % des sondés mentionnent « le travail ». Parmi ces 27 % des sondés
qui pensent au travail quand on leur parle « d’être heureux », 46 % ne veulent parler que de
« l’emploi » : ils déclarent en fait que ce qui est important pour être heureux, c’est d’« avoir
du travail », c’est-à-dire n’importe quel « travail », donc ce qui compte pour eux c’est surtout
d’ « être employé »2. Ils tiennent le travail, écrivent Christian Baudelot et Michel Gollac
1
salaires horaires moyens selon l’INSEE : ouvriers 8,92 ; employés 8,60 ; professions intermédiaires
12,26 ; cadres 23,47.
2
Christian Baudelot Michel Gollac (sous la dir.) Travailler pour être heureux ? Fayard, Paris, 2003,
p.65.
201
« comme un simple synonyme de l’emploi en privilégiant le statut social qu’il confère en
même temps que la source de revenu qu’il procure indépendamment de son contenu » (C.
Baudelot, M. Gollac (sous la dir.), op. cit., pp.65-66).
Par ailleurs 62 % des actifs interrogés déclarent que leur travail ne leur apporte aucun
plaisir qu’ils ne pourraient trouver ailleurs ; et le plaisir spécifique du travail pour les 38 %
restant, est en général celui des « contacts avec autrui ». Michel Gollac et Christian Baudelot
en déduisent que le travail est apprécié parce qu’il « intègre, il socialise » (ibid., p.190). On
peut ici rappeler ce que notait Sébastien Schehr :
« Nous pourrions même retourner paradoxalement les préjugés
traditionnels à l’égard des sociabilités et du travail … : c’est-à-dire en considérant
les relations de travail – les fameux collègues – comme un palliatif à la vacuité de
la vie sociale du travailleur, ce qui en révèle d’ailleurs toute la « pauvreté » au
regard d’autres sphères de relations. »1
62 % des enquêtés déclarent encore ne pas souhaiter que leurs enfants occupent un
emploi similaire à celui qu’ils occupent eux-mêmes.
Malgré ces résultats éloquents, les auteurs notent que l’attitude légitime « est d’aimer
son travail. S’en plaindre et reconnaître qu’on n’y trouve pas de satisfaction est une attitude
plus difficile à tenir face à l’enquêteur que de s’estimer content et passer à autre chose » (C.
Baudelot, M. Gollac (sous la dir.), op. cit., p.75). C’est ainsi que
« 68 % affirment « s’impliquer beaucoup » dans leur activité professionnelle parce que
« ça les intéresse », 84 % ont « l’impression de faire quelque chose d’utile aux autres », 92 %
affirment éprouver « la fierté du travail bien fait » » (ibid., p.76).
Les données chiffrées les plus intéressantes sont les réponses à la question « seriezvous heureux si un de vos enfants s’engageaient dans la même activité que vous ? » Les
professions dont au moins 40 % des membres répondent positivement sont dans l’ordre
décroissant : les professeurs, les professions libérales, les chefs d’entreprise, les professions
intermédiaires du public (9 % de la population active totale), les cadres du privé, les
agriculteurs, les techniciens, les policiers et militaires, les artisans, les ingénieurs. Parmi les
ouvriers (24 % de la population active), on trouve au mieux 22 % de réponses positives (ce
sont les ouvriers qualifiés de l’artisanat ; seulement 17 % des ouvriers qualifiés de l’industrie
répondent positivement). Parmi les employés (30 % de la population active), ils répondent
positivement au mieux à 27 % (ce sont les employés du secteur public car les employés du
1
Sébastien Scheher, La vie quotidienne des jeunes chômeurs, PUF, Paris, 1999, pp.214-215.
202
secteur privé répondent positivement seulement à 23 %). Parmi les employés des services aux
particuliers – qui représentent « l’avenir de l’emploi » – seules 8 personnes sur 100
souhaiteraient un emploi similaire pour leurs enfants.
II.5.1. Le nouveau modèle productif : mythe et réalité
II.5.1.1 Théorie générale : le toyotisme
L’organisation japonaise de la production ou « toyotisme » combine le mode de
production « artisanal » et le mode de production « en série ». Des travailleurs aux
compétences multiples à tous les niveaux de l’organisation sont réunis : ils travaillent sur des
machines automatiques pour produire de grands volumes de marchandises très diversifiées.
Les ingénieurs d’étude, les programmeurs et les ouvriers interagissent, échangent leurs idées
et mettent en application les décisions communes directement dans l’atelier. La hiérarchie
gestionnaire traditionnelle a été remplacée par des équipes à qualification multiples travaillant
sur le lieu de production. Ces nouvelles équipes de travail mobilisent bien moins de personnel
que ne le faisait l’ancienne organisation taylorienne. Désormais le lieu de production est un
laboratoire de recherche et développement ; la combinaison des savoir-faire de chaque
participant à la production y est utilisée pour réaliser des améliorations permanentes et affiner
tant le processus de production que le produit terminal.
Cette organisation du travail comporte des avantages indéniables en termes de
productivité. Comme le personnel affecté à la conception, à la production, à la distribution, à
la commercialisation et à la vente d’un nouveau produit, collabore dès que possible à sa mise
au point, 75 % du coût d’un produit peut être déterminé au stade de sa conception. On peut
ainsi évaluer quelles seront les pertes de bénéfice du moindre retard, et veiller de la sorte à
intensifier le travail dès qu’il en est besoin. La rentabilité des produits repose donc sur la
rapidité de la conception-production. Car avant le lancement de la production à grande
échelle, toutes les sources de pannes ou de dysfonctionnement potentiels ont déjà pu être
dénoncées.
Alors que dans une usine taylorisée, les équipements étaient inopérants plus de 50 %
du temps, les usines d’automobiles organisées à la japonaise font tomber ce chiffre à 15 % car
le temps que prend, dans l’usine taylorisée, la notification au contremaître et le déplacement
des techniciens de maintenance qui réparent une panne, est supprimé dans l’usine japonaise –
les travailleurs, mieux préparés à anticiper les problèmes, réparent eux-mêmes la panne. Cela
requiert que chaque travailleur comprenne le processus de fabrication dans sa totalité. Pour
aider les travailleurs à voir comment leur travail s’insère dans le processus plus général de la
203
production, les sociétés organisées selon le modèle japonais laissent leurs employés libres de
consulter tous les renseignements informatisés générés au sein de la société. Plus polyvalents
et plus investis dans le processus de travail, les travailleurs obtiennent donc de meilleurs
rendements. D’autant que les conflits sociaux doivent être inexistants.
Une atmosphère plus égalitaire doit régner au sein de l’usine et moins de frictions
doivent alors lieu entre le patronat et les ouvriers. Pour cela, d’une part, ouvriers et directeurs
partagent par exemple la même cafétéria et le même parking ; les cadres portent, comme les
ouvriers, l’uniforme de la société. D’autre part l’habilitation à décider est repoussée aussi bas
que possible dans l’échelle de l’encadrement pour la rapprocher autant que faire se peut du
lieu de production. Les cercles de qualité dans lesquels la majorité des travailleurs se
réunissent pour discuter des améliorations possibles, contribuent à impliquer les travailleurs
personnellement et de manière conviviale.
C’est également la production en flux tendus qui augmente les gains de production. Le
flux tendu, c’est le mode d’organisation d’un hypermarché en place dans la production.
Taiichi Ohno, de la société Toyota, qui a inventé cette méthode de production remarquait
qu’un supermarché est un lieu où le client peut trouver 1) ce qu’il veut, 2) quand il le veut,
3) dans la quantité qu’il veut. Dès lors, dans un atelier de fabrication le nombre de pièces
stockées ne correspond qu’au besoin calculé de la production, la moindre pièce défectueuse
est immédiatement envoyée à la zone de contrôle qualité et remplacée.
II.5.1.2. Monographie : Peugeot-Sochaux
L’enquête de Michel Pialoux et de Stéphane Beaud porte sur les usines Peugeot de
Sochaux-Montbéliard. Les effectifs ouvriers ont été largement réduits depuis les années
soixante-dix : en 1978, l’usine comptait 40 000 salariés dont 30 000 ouvriers, vingt ans plus
tard, il ne reste que 18 000 salariés dont 12 000 ouvriers. On n’y réalise plus que l’assemblage
des pièces, la fabrication se fait désormais à l’extérieur en particulier dans les PME soustraitantes.1
La nouvelle organisation du travail de montage n’est pas exempte de souffrances, et
ce, justement, parce qu’elle implique une plus grande collaboration des travailleurs, une plus
grande responsabilité, et… un enrichissement des tâches assez limité. Ces phénomènes
nouveaux se traduisent dans le « vécu » du travail par une augmentation des cadences, la fin
de la solidarité des OS, sans augmentation sensible des salaires. Le travail est peut-être
1
Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de
Sochaux-Montbéliard, Fayard, Paris, 2001, pp.27-28.
204
moins répétitif, mais cela a pour seule conséquence, l’impossibilité pour les ouvriers de
s’habituer, l’impossibilité d’aménager des pauses, de créer une véritable solidarité. Sans cesse
ils sont en train d’apprendre – chaque semaine, le modèle de voiture à monter est différent, la
quantité et donc le rythme changent –, par conséquent ils sont sans cesse débordés. Sans cesse
également, ils sont chronométrés et surveillés, ce qui développe, davantage que la solidarité,
la concurrence. Les compressions de personnels rendent plus difficile l’absentéisme du
travail : personne ne remplace l’absent, c’est l’équipe qui pâtit. L’instauration des
pauses briefing implique un rattrapage de la cadence. L’embauche d’intérimaires, placés aux
postes les plus difficiles, qui n’ont bien souvent pas le temps de s’habituer au travail,
désorganise les solidarités et les rythmes. Une pression s’exerce, de la part de la maîtrise sur
les grévistes. Les plus jeunes ouvriers (souvent intérimaires) évoquent l’horreur de leur
expérience du travail qui réduit la vie au travail et au sommeil ; les plus anciens, font part de
leur plus grande fatigue qui les empêche de s’adonner à la lecture et à leurs habituels loisirs.
Le principal changement opéré sur le travail ouvrier depuis trente ans, consiste donc
dans la disparition de la formation d’une identité collective. L’identité collective se construit
« contre » quelque chose, dans la lutte pour des intérêts communs. Dans un contexte de peur
généralisée (celle des jeunes vient du fait qu’ils craignent de ne pas être embauchés, et de ne
pas suivre les cadences ; celle des anciens, de la menace de perdre leur emploi), la résistance
n’a plus court.
La fin proclamée du taylorisme implique-t-elle une « humanisation » du travail ? Voici
comment un ouvrier décrit l’enrichissement des tâches :
« Il y a un enrichissement du poste de travail dans la mesure où, quand la
voiture arrive à son poste, l’opérateur doit lire sur un grand papier fixé sur la
caisse de quel type de voiture il s’agit, qu’est-ce qu’il faut lui monter comme type
de machin, puis il va choisir dans les containers (au bord des chaînes) ce qu’il doit
monter. Ensuite il monte la pièce, puis il fait le contrôle et il poinçonne. Donc il y
a bien l’approvisionnement, le choix des pièces, le travail, et également le
contrôle. Il n’y a plus de contrôleur au bout… » (cité in M. Pialoux, S. Beaud, op.
cit., p.38).
Mais dans la mesure où les cadences sont tellement accélérées, le travail n’en devient
que plus insupportable. Voici comment le décrit un jeune intérimaire :
« Moi je voyais uniquement les faisceaux ! J’avais pas le temps de voir
autre chose … . Arrête ! Ca va tellement vite que… Au début, quand je suis venu,
j’avais peur, je voyais les gars travailler… Ah ! ce binz ! Ca cognait de partout,
c’était trop pour moi. Je me suis dit que je pourrais pas tenir toute ma vie comme
ça. Trois mois ! Alors je partais au boulot, je rentrais, je mangeais, je me lavais je
205
dormais. Et je me réveillais juste pour partir au boulot, quoi ! je pouvais plus rien
faire de la semaine… » (ibid., p.50).
Le travail de la maîtrise est-il celui qui connaît le plus important enrichissement des
tâches ? La direction entend désormais recruter pour ces postes des bacheliers, en
argumentant :
« dans le fond, les bacs À ou les bacs G n’ont pas de débouchés… Mais un
bon bac À ou un bon bac G, il sait bien raisonner, il a quand même une certaine
culture, ce garçon-là ou cette fille-là ! S’il acceptait de venir dans une entreprise
comme la nôtre, pourquoi ne serait-il pas un bon agent de maîtrise ? Bien sûr, il
faudrait qu’il accepte de recevoir une formation technique, mais l’essentiel, n’estce pas d’avoir une bonne culture générale, dans le sens que j’ai dit : savoir
raisonner, savoir poser un problème, savoir s’exprimer, savoir faire une synthèse ?
Occupons-nous de prendre des gens qui ont ce profil-là et donnons-leur, avec leur
accord, c’est évident, une formation technique qu’ils devraient d’ailleurs assimiler
assez vite , parce qu’ils raisonnent quand même bien, ces gars-là » (ibid., pp.5253).
La direction propose même un nouveau niveau de certification universitaire, moindre
que les BTS et DUT qui « coûtent trop chers ».
Un ouvrier décrit « l’idée développée » par le nouveau management selon laquelle
« chaque équipe a une certaine autonomie » ; le chef d’équipe « doit se débrouiller » : « Alors
le gars qui va être malade, les autres vont lui faire la gueule parce que eux, ils seront obligés
de se taper le boulot » (ibid., p.58).
Les autres idées développées par le nouveau management sont visibles au moment où
une formation, en vue de la modernisation de l’usine, est proposée aux ouvriers :
« L’accent est mis sur le « groupe », la disponibilité, sur le fait que les
nouvelles contraintes économiques et techniques s’exercent au niveau mondial. …
On leur demande également d’adhérer aux principes d’une « charte » dont les
thèmes principaux sont : « Je serai toujours disponible, volontaire ; je
comprendrai ce qu’il en est des besoins de mon entreprise ; je ne ferai aucune
déclaration qui puisse porter atteinte au crédit de celle-ci », etc. » (ibid., p.80).
Installés dans les nouveaux ateliers, les ouvriers découvrent que le travail en tant que
tel n’a pas fondamentalement changé. Mais l’espace a été réorganisé d’une manière toute
nouvelle : « les interdits sont nombreux (boire ou fumer sur les chaînes notamment) ; de
nouvelles obligations (être habillé de la même manière), de nouvelles règles de sociabilité
sont imposées (tutoyer les chefs) » (ibid., p.80).
Un ouvrier expose son point de vue sur ces « idées nouvelles » :
« Ils disent : “ esprit de groupe ”, “ pas de pannes de pièces ”. Mais il y a
pas d’esprit de groupe… Ils font tout pour le détruire. Dès qu’il y a un groupe qui
206
se fait sans chef, sans rien, on essaie de disperser les gars. Pareil pour les
dépannages et tout ça… Avant on se retrouvait comme on voulait, maintenant on
a des aires de repos avec le bureau du chef où il vient et il écoute ce qu’on dit…
On peut plus parler. […] Et au niveau boulot, ce qu’il y a, c’est que maintenant,
on doit tenir plusieurs postes, n’importe qui doit pouvoir tenir plusieurs postes.
Pour moi, je trouve que c’est intéressant de connaître plusieurs postes. Mais eux
[les chefs] ils s’en servent pour le remplacement des malades, ce n’est pas pour
s’occuper de nous. Quand la chaîne démarre, c’est : « Toi, tu vas là ! Toi, tu vas
ici… » Quand il y a des gens malades ou en congé, ça permet de faire un
roulement en cas d’absence » (ibid., p.85).
Si, en ce qui concerne les OS, l’enrichissement des tâches n’a donc jamais été
vraiment de mise dans l’usine, les OP par contre ont toujours bénéficié d’une autonomie plus
grande et d’un statut social envié par tous les ouvriers, que beaucoup désiraient au moins pour
leurs enfants. Les OS, sans passer forcément OP, pouvaient également, grâce à leur
ancienneté, accéder à des postes moins durs que ceux de la chaîne : « dépanneurs »,
« régleurs », « retoucheurs »… Les conditions du travail sur la chaîne se dégradant, il semble
que tous les ouvriers soient désormais dans une lutte continuelle pour l’obtention de postes
hors de la chaîne :
« L’obsession des ouvriers de l’usine, notamment de ceux qui peuvent
encore espérer une « évolution » dans l’entreprise (et qui ont, disons, entre 20 et
40 ans) – obsession que l’on a vu croître d’année en année au cours de l’enquête –
, c’est de « monter », de ne pas rester « rivé » à la chaîne, aux « boulots d’OS » »
(ibid., p.112).
Autrement dit, le travail d’OS, dont la difficulté n’est plus compensée par une
solidarité ouvrière formée dans les actes de résistance, redouble de désagréments par le fait
que tous les ouvriers entrent désormais en concurrence pour l’obtention de ces postes plus
attrayants.
Pourtant, l’avenir se dessine sombre, tant pour les vieux OS que pour les vieux OP.
D’une part, la stratégie de l’entreprise est de supprimer la catégorie des OP, pour la remplacer
par celle des « techniciens », différemment formés, notamment titulaires de BTS. D’autre
part, la raréfaction des emplois intermédiaires entre les ouvriers de base et les techniciens
contribue à la diminution des chances de promotion. Les tâches de réglage, de dépannage, etc.
sont en fait intégrées au travail de la chaîne (du montage). Or la distance s’avère plus grande
entre un OS et un BTS qu’entre un OS et un OP.
Les « techniciens » (titulaires d’un BTS) n’aspirent pas à faire une carrière dans
l’entreprise :
207
« de nombreux jeunes techniciens ont été embauchés lors de la
modernisation. Leur travail à Sochaux est souvent leur premier emploi, qu’ils
n’ont pas choisi pour le salaire mais pour y acquérir un savoir, une renommée de
« technicien Peugeot » qu’ils monnaient deux ou trois ans plus tard dans les PME.
Ils sont donc très “ disponibles ”, ne comptent pas leurs heures, font leur travail
avec une sorte d’enthousiasme de débutants, passionnés qu’ils sont de
l’automobile. Mais, faute d’un « bon » salaire, le turnover des jeunes techniciens
est élevé. La plupart d’entre eux savent bien en entrant « chez Peugeot » qu’ils ne
sont que “ de passage ” » (ibid., p.128).
Dans ces conditions, il est difficile aux ouvriers d’établir des rapports amicaux avec
ces « jeunes ». D’autant plus que, mieux formés – ce sont des techniciens – , leur travail sur la
chaîne n’est pas celui des ouvriers. Ayant suivi des études supérieures (en IUT ou en BTS)
dans les années 1980, au moment de la « réhabilitation de l’entreprise », les techniciens ont
intériorisé les impératifs du juste-à-temps et de la compétitivité industrielle :
« Dans leur travail, ils s’appliquent avec zèle à améliorer la productivité, à
diminuer le nombre de pannes et de défauts, ce qui passe inévitablement à leurs
yeux par un contrôle étroit et parfois tatillon (« borné », disent les ouvriers) du
travail des opérateurs » (ibid., p.130).
En outre, les élèves de bacs professionnels destinés à remplir cette fonction de
techniciens, et néanmoins souvent issus du milieu ouvrier, sont formés par des professeurs qui
« ont fini par épouser largement le point de vue de la légitimité
industrielle [ils placent] leurs élèves dans cette logique technicienne, en
opposition ouverte à la logique ouvrière, c’est-à-dire aux formes diverses de
résistance mises en place sur le lieu de travail par les simples opérateurs » (ibid.,
p.196).
Ce ne sont pourtant pas les transformations techniques qui ont augmenté la pénibilité
du travail ouvrier, ce sont les transformations de l’emploi. Les nouveaux ouvriers sont voués
à ne pas rester dans l’entreprise (on l’a vu pour les BTS), ou bien sont ouvriers chez Peugeot
« par défaut », et espèrent bien « monter en grade », comptant sur leurs diplômes (espoir
souvent déçu). Certains, après une longue période de chômage, éventuellement après quelques
expériences du travail sous contrats aidés, voient en Peugeot rien de moins qu’une planche de
salut. De la sorte, les premiers n’ont aucun intérêt à s’impliquer dans les luttes sociales, les
seconds sont davantage enclins à jouer le jeu de la direction, quant aux troisièmes, ils sont
« dans une situation de “ faiblesse structurelle ” qu’ils doivent autant au marquage négatif
opéré par le système scolaire qu’à leur incapacité à penser quoi que soit de la structure
sociale » (ibid., p.357).
Dans les récits de ces derniers, écrivent les auteurs,
208
« l’usine apparaît comme un havre de paix ; le contrat d’intérim est une
occasion unique qui leur est offerte de prouver quelque chose et de démentir en
acte les a priori et les étiquettes qui leur sont imposés à leur entrée à l’usine (« les
intérimaires qui n’en ont rien à foutre »). Au travail, ils font preuve de courage,
d’efficacité, d’abnégation. Ils ne comprennent pas le freinage, le sabotage, les
formes de résistance larvée à l’entreprise » (ibid., p.356).
Ainsi, devant un avenir dans lequel la résistance à la direction sera presque nulle, il
semble que les conditions de travail ne puissent que se dégrader.
II.5.2. Les cadres
Les cadres étaient considérés dans les analyses sociologiques effectuées pendant la
période dite des Trente Glorieuses, comme la « bourgeoisie salariée ». Leur affaire, est, ainsi
que leur nom l’indique, le travail d’encadrement. En fait, la majorité des cadres n’encadrent
personne. Nous avons vu que la réduction des échelons hiérarchiques dans les entreprises a
été importante. D’autres moyens d’encadrement existent désormais : l’informatique mesure le
rendement. Les emplois qui se sont particulièrement accrus ces dernières années sont ceux des
« professeurs et assimilés » ainsi que les professions de l’information, des arts et du spectacle.
D’une manière générale,
les « professions de cadres qui s’accroissent le plus rapidement –
informaticiens, chargés d’études, consultants, spécialistes du marketing, de la
publicité et des relations publiques – sont généralement centrées sur la mise en
œuvre d’une expertise technique. Les effectifs des fonctions hiérarchiques
déclinent. »1
Mais, comme Alain Bihr l’a montré, les cadres encadrent, par leur investissement des
structures publiques et leur mode de vie et de consommation, les visions du monde et
mentalités. Pourtant ils seraient aujourd’hui majoritairement « déstabilisés ». Leur contrat de
confiance n’aurait plus cours, ils sont également précarisés2. De plus en plus, les cadres se
sentent proches des autres salariés, et parmi les cadres au chômage, 17 % déclarent qu’ils
accepteraient un emploi d’employé ou d’ouvrier (P. Bouffartigue, C. Gadéa, op. cit., p.89). Ici
il faut distinguer entre générations.
Depuis 1982, l’INSEE a introduit une nouvelle catégorie dans sa grille de
classification des CSP, celle des « professions intermédiaires » (23 % de la population active
1
p.104.
Paul Bouffartigue Charles Gadea, Sociologie des cadres, La Découverte, « Repères », Paris, 2000,
2
« L’expérience personnelle, passée ou présente, de la privation d’emploi n’est plus du tout marginale,
elle toucherait près du tiers des actifs de la catégorie (contre près de la moitié de l’ensemble des actifs). » Paul
Bouffartigue, « La crise d’un salariat de confiance. Les cadres déstabilisés » , pp.53-65, Actuel Marx, n°26,
1999, p.65.
209
en 2005). Or on constate que ce n’est pas le niveau du diplôme qui détermine l’appartenance à
la catégorie des cadres ou à celle des professions intermédiaires. Ces dernières peuvent être
plus diplômées que les cadres. Au final, à part les diplômés des grandes écoles (qui sont
notamment préservés du chômage), peu de choses distinguent les cadres des professions
intermédiaires (notamment les cadres « administratifs et commerciaux » des entreprises, et les
professions intermédiaires de même désignation), et on peut se demander si l’appellation
allemande d’ « employés » (Angestellter) ne serait pas plus pertinente pour désigner ces
salariés non-ouvriers, qui ne sont « ni professions libérales, ni chefs d’entreprise, ni
fonctionnaires de l’État » (ibid., p.10).
II.5.3. Les employés
Le groupe des employés selon l’INSEE, est le groupe le plus important de la
population active, dont il réunit 30 % des membres. Les employés traitent, disait Halbwachs,
« l’humanité matérialisée » (les hommes sont réduits à des dossiers), au contraire des
professions libérales, ou des professions intermédiaires (instituteurs, assistantes sociales, etc.)
auxquelles incombent les tâches plus nobles du traitement des esprits – tâches
« relationnelles » de socialisation. Or les employés sont de plus en plus au contact des esprits :
employés de commerce, de l’hôtellerie-restauration, ou des « services aux particuliers », ne
s’occupent ni de chiffres ni de dossiers. Il faut donc distinguer entre les employés des
services, et les employés administratifs.
Nous savons que les uns et les autres sont menacés par le progrès technique : il y a
moins de guichetiers à la SNCF puisqu’on peut acheter les billets de train via internet ou
grâce aux distributeurs automatiques ; il y a moins de secrétaires dans les bureaux, puisque le
traitement de texte abrège le travail de saisie. Pourquoi ce groupe se maintient-il alors aussi
nombreux ? Parce que les employés travaillent un temps moindre : ils sont plus souvent au
chômage ou à temps partiel. Ils sont également plus souvent des femmes (76 % des employés
sont des femmes : 32 % des femmes employées à temps partiel désirent travailler plus).
33 % des employés administratifs travaillent pour l’État ou pour des collectivités
locales ; ils sont secrétaires, comptables, facteurs, etc. Dans le secteur privé, ils travaillent
majoritairement dans les secteurs de la banque et de l’assurance. Ils sont d’ailleurs en
diminution dans ces secteurs suite à l’automatisation des services.
Alain Chenu note que la précarité des employés du commerce est grande :
« ils connaissent « des taux de chômage très élevés (en 1999 23 % et 18 %
de chômeurs au sens du recensement ; aucune catégorie ouvrière ne chôme autant
210
que les employés de commerce) et le temps partiel atteint chez eux des niveaux
records (45 % et 54 % respectivement en 2002) »1.
57 % des employés de commerce ont moins de 35 ans et les hommes dans ce secteur
tendent à connaître de fréquentes ascensions sociales (bien plus fréquemment que les
femmes) :
« En cinq ans, de 1998 à 2003, près d’un employé de commerce sur deux
quitte cette catégorie socioprofessionnelle (sur 100, 5 deviennent patrons,
23 cadres ou membres des professions intermédiaires, 16 ouvriers). Pour les
femmes, en revanche, les perspectives de promotion sont beaucoup plus faibles
(sur 100, 2 deviennent patronnes, 16 cadres ou professions intermédiaires) »
(A. Chenu, op. cit., p.65).
Les employés des services aux particuliers travaillent soit dans le secteur de la santé,
soit dans celui de la sécurité, ou encore dans ceux des soins personnels (coiffure…) enfin dans
le secteur des soins et garde de la petite enfance. Depuis les années cinquante ces emplois
n’ont cessé de progresser. Alors que l’accroissement le plus massif,
« concerne les agents de service de la fonction publique et les assistantes
maternelles … Le nombre des employés de maison a diminué de moitié de 1954 à
1984, il se serait ensuite stabilisé sous l’effet notamment de mesures allégeant les
charges des employeurs » (ibid., p.66).
Alors si la moitié de la population active est occupée à du travail d’exécution – travail
nécessaire –, si beaucoup de jeunes entrant sur le marché du travail subissent un déclassement
social, on ne comprend pas très bien l’injonction des économistes et des politiques affirmant
la nécessité de mieux former la population active. À moins que, mieux formée, la population
active soit plus apte à passer d’un poste d’employé à un autre, c’est-à-dire plus flexible – ce
qui serait la preuve que désormais, rares sont les emplois qui nécessitent une… formation
spécifique2. Le développement de la formation est d’ailleurs une réaction à la pratique des
recruteurs français : ils formulent des exigences beaucoup plus fortes que leurs homologues
européens en matière de diplôme, d’expérience et d’âge.
II.5.4. Le travail des générations
Une représentation de la population active par le moyen des données quantitatives a
ses limites, nous l’avons dit. Que dire des « employés » en général, alors que l’employé de
1
Alain Chenu 2005, Sociologie des employés, La Découverte, « Repères », Paris, 2005, p.59.
De nombreuses entreprises « réclament » des salariés immédiatement opérationnels, que ce soit pour
des postes peu qualifiées, de très courte durée ou au contraire pour des postes réclamant des compétences
multiples.
2
211
vingt-cinq ans se distingue de l’employé de cinquante ans, au sens où il existe pour le premier
une grande probabilité de n’occuper sa place que transitoirement ?
Une distinction semble alors s’imposer : les jeunes sont instables, les travailleurs âgés
sont stables. Mais entre un ouvrier stable et un cadre stable, quoi de commun ? Entre un jeune
ouvrier instable et un étudiant sorti d’HEC instable, quoi de commun ? Par ailleurs, il est
difficile de parler d’ouvriers, d’employés, de cadres, instables. Un cadre chômeur est un
chômeur de longue durée potentiel, aussi bien qu’un employé potentiel, ou un chef
d’entreprise potentiel.
Les travaux de Louis Chauvel sur les générations ont mis en évidence l’exceptionnel
destin des cohortes nées dans les années quarante. Non seulement elles n’ont pas connu le
chômage, mais en plus, le système fordiste leur a assuré une sécurité et des salaires plus
élevés que ceux de leurs parents ; si par ailleurs, les possibilités d’ascension sociale étaient
faibles, elles existaient cependant1. Jusqu’en 1973, la part des ouvriers dans la population
active diminue, celle des cadres croît. Ce dernier phénomène signifie que la reproduction
sociale des cadres n’est pas assurée : il y a place pour des individus venus des couches
employées voire ouvrières. Les générations qui sont sorties de l’école autour de 1973 et avant
ont connu 6 % de taux de chômage dans les 12 mois de leur entrée dans le monde du travail,
celles qui sortent de l’école en 1985 voient ce taux monter à 33 %, celles qui sortent de l’école
en 2002 connaissent un taux de 29 %. Les enfants de cadres sont désormais plus nombreux
que les postes.
Les cohortes nées après 1973, celles qui entrent sur le marché du travail dans les
années quatre-vingt, quatre-vingt-dix ou deux mille, ne sont pas socialisées selon un habitus
de résistance à la domination, elles n’ont plus de conscience de classe. Elles sont prêtes à
attendre plus longtemps et à faire plus de sacrifices pour parvenir à une position sociale
conforme à leurs attentes initiales. Cette attente est rendue possible par le soutien économique
inter-générationnel, qui ne peut aller que dans un sens. Cependant, pour ceux qui se trouvent
au bas de l’échelle sociale, rattraper la position de leurs parents s’avère de plus en plus
difficile. Alors que pour ceux qui se trouvent au sommet, il est encore possible d’espérer
dépasser la position sociale des parents.
1
En 1977, un fils d’ouvrier a 58,4% de chance de rester ouvrier, 13,8 % de chances de devenir employé,
6,3 % de chances de devenir cadre. Un fils d’employé a 17 % de chances de rester employé, 37,7 % de chances
de devenir ouvrier, 20,7 % de chances de devenir cadre moyen. Un fils de cadre moyen a 60% de chance de
devenir cadre, 30% de chances de devenir cadre supérieur, 17,8% de chances de devenir employé (Catherine
Bidou, op. cit., pp.154-155).
212
En 2000, les 51-60 ans, touchent en moyenne un salaire de 20 % supérieur à la
moyenne nationale, la majorité des cadres est regroupée dans cette tranche d’âge. Les 31-40
ans touchent en moyenne un salaire correspondant à la moyenne nationale. Les 26-30 ans,
touchent en moyenne un salaire de 20 % inférieur à la moyenne nationale, la majorité des
chômeurs est regroupée dans cette tranche d’âge. Or en 1970, le salaire moyen des 26-30 ans
correspondait à celui de la moyenne nationale. Celui des 51-60 ans, lui, était supérieur de
15 % ; et celui des 31-40 ans était pratiquement équivalent à celui des seniors.
Les jeunes sont pourtant beaucoup plus diplômés que les seniors lorsque ces derniers
sont entrés sur le marché du travail. Il est vrai qu’ils ont moins d’expérience, mais on pourrait
croire que leurs compétences sont équivalentes à celles des seniors au bout de dix ans (ils
apprennent plus vite…). Mais les 31-40 ans voient leurs salaires décroître depuis 1975, alors
qu’ils voient leur niveau moyen de compétence augmenter.
Le salaire cependant n’est pas le niveau de vie. Selon la structure des ménages
(exemple : un faible salaire marié avec un fort salaire bénéficie d’un niveau de vie élevé),
selon l’importance du revenu des aînés, selon que ces derniers ont acquis du patrimoine
immobilier ou non, l’aide apportée aux jeunes « mal payés » peut être, on s’en doute, plus ou
moins importante. Ainsi, schématiquement, si des jeunes, formés pour occuper un poste de
cadre, occupent un poste d’employé avant de parvenir au poste convoité, cela signifie que des
jeunes, formés pour occuper un poste d’employé, sont au chômage avant de parvenir à
l’emploi. Or lorsque l’on est au chômage ou occupant un emploi aidé, on ne peut rien
revendiquer. La révolte des chômeurs de 1995 fut un « miracle sociologique », comme le
déclarait Pierre Bourdieu, et il s’en est suivi un contrôle plus serré des chômeurs, des
propositions d’activité plus nombreuses.
II.5.5. Le devenir de la structure de la population active
Chaque année des actifs quittent le marché du travail pour partir à la retraite. Chaque
année des jeunes sortent du système scolaire et entrent sur le marché du travail. La population
active croît, car les entrants sont plus nombreux que les sortants. Ainsi en 2000, il y eut
680 000 entrants, et seulement 410 000 sortants. Les sortants sont, on l’a vu, ceux qui
occupent les « meilleurs » emplois, les emplois les plus rémunérés. Puisque depuis 2000, le
chômage n’a pas crû significativement (il se maintient autour de 9 %), c’est que des emplois
sont créés. À côté de cela, parmi les emplois laissés disponibles par les sortants, certains sont
supprimés.
213
Les cohortes entrées sur le marché du travail dans les années soixante-dix étaient
nombreuses. Elles vont bientôt quitter le marché du travail. Cela signifie-t-il que le chômage
va diminuer, parce que la population active va diminuer ? Nullement. Cela signifie seulement
que, pour un temps bref, des emplois très rémunérés seront disponibles pour les entrants.
Selon les estimations de la DARES1, en 2015, la part des sortants et celle des entrants,
seront à peu près équilibrées. Jusque là ces parts sont déséquilibrées, les entrants sont plus
nombreux. Des emplois sont créés, en 2005, il y a 6 % d’emplois en plus qu’en 2004 (en
revanche en 2002, pratiquement aucun emploi n’avait été crée). Entre 2005 et 2015,
1 321 000 emplois devraient être créés. Mais 313 000 emplois seront supprimés. Le gain
devrait donc être de 1 008 000 emplois.
Dans les années quatre-vingt-dix, les sortants étaient 410 000 à peu près chaque année.
Les entrants 680 000. Le déséquilibre sera moindre jusqu’en 2015, puisqu’à cette date, les
entrants seront 650 000, mais les sortants seront 635 000. Il n’y a donc aucune raison pour que
la population active diminue. Le chômage peut-il diminuer ? En fait seul 1 million de
nouveaux emplois doit absorber l’apport de près de 2 millions d’entrants (entrés entre 2005 et
2015). La moitié des entrants pourra occuper les nouveaux emplois, l’autre moitié devra
remplacer les sortants. Ainsi il n’y a aucune raison pour que le chômage augmente, aucune
non plus pour qu’il diminue. Selon la DARES, le chômage pourrait cependant tomber à 7 %.
Cependant il faut se demander quels types d’emplois seront créés, quels types d’emplois
seront supprimés.
Parmi les emplois créés entre 2005 et 2015, 1 021 000 seront des emplois de cadres ou
professions intermédiaires ; 805 000 seront des emplois d’employés et d’ouvriers. Parmi les
emplois perdus, 513 000 seront des emplois d’ouvriers non qualifiés, auxquels s’ajoutent les
emplois perdus des indépendants. Puisqu’il faudra davantage de cadres et professions
intermédiaires, les jeunes diplômés devraient être occupés sans être déclassés.
Pour l’instant, les jeunes diplômés occupent souvent des emplois déclassés (14 % sont
durablement déclassés), d’autres sont au chômage. Comme il n’y a pas, globalement,
d’emplois de cadres et professions intermédiaires perdus, et qu’ils seront au contraire plus
nombreux, les diplômés pourraient ne plus connaître le déclassement, à moins… qu’ils ne
soient beaucoup plus nombreux encore ! En 2000, les diplômés de l’enseignement supérieur
représentaient 36 % des sortants du système éducatif contre 15 % en 1980.
1
DARES, Rapport : les métiers en 2015, http://www.strategie.gouv.fr/article.php3?id_article=392.
214
Quant aux emplois créés peu qualifiés, quels sont-ils ? Les assistantes maternelles et
aides à domicile vont être très demandées : 211 000 créations d’emploi. 80 000 créations
d’emploi concerneront les employés de maison. Il reste 222 000 emplois peu qualifiés mais
vraisemblablement rémunérateurs (qui ne sont pas à temps partiel) : employés administratifs,
aides-soignantes, ouvriers qualifiés.
En résumé, la situation devrait rester à peu près similaire à celle d’aujourd’hui, avec
plus de travailleurs à bas salaires, ce qui peut expliquer un chômage décroissant. Il y aurait
aussi un déclassement moindre pour les plus diplômés, mais cela ne sera que transitoire : les
emplois rémunérateurs vacants seront immédiatement pourvus, et des diplômés sortants
continueront encore à arriver régulièrement sur le marché du travail.
II.6. La formation et les compétences
source : Cereq enquête génération 98/ génération 01
formation
2e cycle Univ
Situation
après 3ans
CDI
Génération
98
0%
Génération
01
6%
chômage
7
7%
7
9%
3e cycle Univ
CDI
2%
5%
chômage
8
4%
8
10%
DUT Tertiaire
CDI
chômage
7
5%
7
1%
DUT Industrie
CDI
chômage
6% 74%
3%
9% 79%
7%
Deux lieux communs éminemment contestables ont cours de nos jours sur la
formation : d’abord, un jeune sortant de formation doit attendre plusieurs mois avant de
trouver l’emploi correspondant à ses souhaits ; ensuite, la formation des salariés serait de plus
en plus une nécessité en raison de la plus grande exigence de qualification des emplois.
II.6.1. La formation et l’emploi
Les données du tableau montrent que, après trois ans, beaucoup de diplômés n’ont pas
trouvé l’emploi correspondant à leurs souhaits, puisqu’ils sont au chômage (et non pas
215
inactifs). De plus, parmi ceux ayant trouvé un emploi en CDI, une part non négligeable n’a
pas trouvé l’emploi souhaité : on peut parler de déclassement. Les salariés peuvent être
déclassés pour deux raisons : soit que l’emploi n’exige pas leur qualification (c’est le cas, par
exemple, des fonctionnaires de catégorie C – niveau bac – qui sont diplômés du supérieur à la
hauteur d’un DEUG ou d’une licence) ; soit que leur rémunération est inférieure au salaire
médian des autres jeunes au même niveau de qualification. Si l’on parle de déclassement pour
les diplômés, c’est qu’il y a inadéquation entre la force de travail formée et les emplois
disponibles1.
La question de la formation professionnelle est bien sûre ancienne, nous avons vu dans
la première partie que le compagnonnage assurait une formation professionnelle. En France,
sous la IIIe République, la question prend une autre tournure2. L’école professionnelle diffère
de l’apprentissage. Les promoteurs de l’enseignement technique ne souhaitent pas trop y
impliquer l’État : puisque l’on recherche une « adaptation » de la main d’œuvre aux
« besoins » de l’industrie, c’est aux industriels de définir ces besoins. Le Certificat de
Capacité Professionnelle (CCP) est crée en 1911 ; il devient Certificat d’Aptitude
Professionnelle (CAP) en 1919 : enseignants, directeurs d’établissement, employeurs, élus,
œuvrent ensemble pour définir les programmes et compositions des jurys. Très décentralisée,
l’organisation de l’Enseignement Technique vise à répondre aux besoins des territoires ou
localités. Les enseignements techniques forment en fait des hommes de métier.
Qu’est-ce qu’un métier ? Selon Michèle Descolonges, un métier comporte trois
dimensions : celle du travail, celle de l’œuvre, celle de l’action. Le travail désigne l’effort
contraint par la nécessité, l’œuvre désigne le produit, et l’action désigne le discours qui inscrit
1
Si en 2002, 45 % des « emplois non qualifiés » sont occupés par des titulaires d’un CAP ou d’un BEP
et 13,5 % seulement par des bacheliers, en revanche, près d’un tiers des bacheliers et diplômés du supérieur ne
rentabilisent pas l’investissement supplémentaire en formation qu’ils ont consacré par rapport à des jeunes moins
diplômés.
« Le niveau de diplôme joue également sur le risque de déclassement : quelle que soit la mesure
retenue, les diplômés de niveau bac+3 ou 4 sont les plus exposés au risque de déclassement. Viennent ensuite les
diplômes du baccalauréat seul. En revanche, s’il n’existe pas d’écart significatif sur le risque de déclassement
salarial entre les diplômés de niveau bac+2 et ceux de niveau bac+5 ou plus, ces derniers ont une probabilité plus
faible d’être déclassés au sens de la PCS.
Dans les deux approches, également, l’origine sociale du jeune appréhendée à partir de la PCS du père,
tend à influer avec la même ampleur sur le risque de déclassement. Etre fils de cadre contribue ainsi à occuper le
plus souvent un emploi dont la qualification est en adéquation avec le diplôme obtenu, mais aussi dont le salaire
est adapté au niveau de diplôme. On peut sans doute mettre en avant, à ce niveau, le bénéfice d’une meilleure
connaissance des règles de négociation salariale ou celui d’un réseau relationnel plus étendu. À l’opposé, les
enfants d’ouvriers et d’employés apparaissent les plus exposés au risque de déclassement. » Emmanuelle NauzeTomasini, « Les jeunes en situation de « déclassement » sur le marché du travail : diversité des approches,
diversité des éclairages », pp.265-278, in Jean-François Giret, Alberto Lopez, José Rose, sous la dir., Des
formations pour quels emplois ?, La Découverte, Paris, 2005, p.273.
2
Guy Brucy, « De Jules Ferry aux Trente Glorieuses : regard historique sur l’adéquation », pp.26-46, in
Giret, Lopez, Rose, sous la dir., op. cit.
216
l’ouvrier dans une filiation. La réunion du travail et de l’action, sans production d’œuvre
renverrait au simple rapport salarial ; la réunion de l’œuvre et de l’action sans travail
caractérise l’artiste ; enfin, la réunion du travail et de l’œuvre sans la présence de l’action
(d’un discours de référence – c’est-à-dire, d’une identité professionnelle) correspond à la
figure du technicien1.
Les élèves des Écoles professionnelles au début du XXe siècle deviennent des
ajusteurs, traceurs, chaudronniers, dessinateurs, chimistes… Quant aux filles, jusque dans les
années vingt elles sont majoritairement couturières. Après la première guerre mondiale, elles
deviennent plutôt vendeuses, sténo-dactylographes, facturières, aides-comptables, etc. La
correspondance emploi/formation est assez bonne. Dans les années vingt on observe à Nantes
que 40 % des garçons titulaires inscrits dans les Écoles Pratiques de Commerce et d’Industrie
(EPCI), trouvent un emploi correspondant à leur formation dans la grande industrie, 15 %
deviennent artisans, et 22 % poursuivent leurs études jusqu’à l’obtention du diplôme (CAP).
Des 56 EPCI qui existent en France à la veille de la première guerre mondiale, sortent
annuellement 1 500 titulaires d’un CAP industriel (CEPI) et 500 titulaires d’un CAP
commercial (CEPC). Ce qui n’est pas suffisant. Après la guerre le besoin d’une main-d’œuvre
qualifiée se fait sentir, il faut diffuser plus largement l’enseignement professionnel. Les débats
commencent alors concernant son contenu : quelle place doit être accordée à la culture
générale afin que l’enseignement forme aussi des citoyens libres ? Le nombre de CAP se
multiplie, le contenu de la formation est très variable d’une région à l’autre, voire d’une école
à l’autre. La nécessité d’une harmonisation s’impose : l’État prend la main sur la formation
professionnelle.
A partir des années trente, celle-ci est planifiée : on chiffre, en partant d’une
évaluation des besoins, le nombre d’établissements à créer sur dix ans (1932-1943), ainsi que
les spécialités nécessaires selon les localités. La formation professionnelle se compose de trois
niveaux : des écoles pour les ouvriers et employés qualifiés ; des écoles spécialisées (moins
nombreuses) pour les contremaîtres (déjà ouvriers qualifiés) et techniciens ; des écoles pour
les cadres moyens. Sous le régime de Vichy, la loi du 18 août 1941 exclut les industriels de
l’organisation des examens : cette loi sera entérinée à la Libération.
En 1949, il existe quatre cycles de formation professionnelle. Les ouvriers
professionnels et employés qualifiés entrent en Centres d’apprentissages (CA) à 14 ans, le
diplôme s’obtient en trois ans. Les ouvriers et employés hautement qualifiés entrent dans les
1
Michèle Descolonges, Qu’est-ce qu’un métier ?, PUF, Paris, 1996.
217
Collèges techniques (CT) à 11 ans, ils obtiennent en six ans le Brevet d’Enseignement
Industriel (BEI). Les techniciens sont formés dans des Ecoles Nationales Professionnelles
(ENP), ils obtiennent leur diplôme en huit ans. On passe de l’ENP aux Arts et Métiers pour
obtenir un diplôme d’ingénieur, en ajoutant un an de formation après le BEI.
Les Commissions nationales consultatives discutent le contenu des formations,
arrêtent les programmes d’études, fixent les règlements d’examen. Elles sont composées de
hauts fonctionnaires, de représentants patronaux, de représentants syndicaux, de parents
d’élèves. C’est la « lutte des places » –qui se substitue à la lutte des classes – qui commence,
avec, au même moment, la création de la Nomenclature des métiers (1947). Les étudiants des
ENP, CA et CT sont 175 150 en 1945, et 400 000 en 1959. Au milieu des années cinquante,
6 % de la population active dispose d’un diplôme professionnel ; moins de 3 % est bachelière.
La validité des diplômes, au sens de la correspondance entre la formation et les emplois est
pourtant déjà très contestée par les employeurs, de même que l’adéquation des prévisions du
Plan aux besoins de l’industrie.
Dans les années cinquante et soixante les enfants d’ouvriers entrent, soit à 11 ans dans
les écoles professionnelles, soit à 14 ans en apprentissage, soit directement en emploi.
L’enseignement secondaire est gratuit depuis les années trente, mais il ne débouche que sur
l’accès aux Ecoles payantes ou l’Université. Or, les cadres de l’industrie sont des ingénieurs,
ou des diplômés d’Ecoles de Commerce, on trouve aussi quelques licenciés en Droit et
quelques bacheliers. L’Université (mises à part les faculté de Médecine et de Droit) forme
principalement des professeurs. Si le secondaire est boudé par la classe ouvrière, c’est que les
Collèges d’Enseignement Technique mettent désormais l’accent sur la formation générale :
« Sous la IVe République et les débuts de la Ve République, les directeurs
de l’enseignement technique et leurs proches collaborateurs, souvent animés par
l’esprit généreux de la Résistance (Georges Friedmann y a été, brièvement, l’un
des inspecteurs généraux influents), n’aiment guère l’apprentissage, soupçonné de
placer les jeunes à la botte des patrons ; ils ont, d’autre part, le noble souci de faire
reconnaître aux cursus dont ils ont la charge une dignité égale à celle de
l’enseignement secondaire. …
Pour dire les choses crûment, avant 1976, l’orientation vers le collège
d’enseignement technique (CET) est socialement déterminée mais n’est ni
imposée ni vécue comme la sanction d’un échec scolaire, car elle apparaît encore
presque comme une conquête dans des familles où les pères ont quitté l’école à
12 ans. »1
1
Laurence Coutrot, Jacques Lautman, « L’adéquation au regard des employeurs : des contenus de
formation aux niveaux », pp. 47-60, in Giret, Lopez, Rose, sous la dir., op. cit., pp.48-49.
218
C’est dans les années soixante-dix que tout va changer concernant la formation.
Seulement 11 % des gens nés en 1920 eurent le bac, alors que parmi ceux nés en 1965, 37 %
en étaient titulaires, 20 % de cette cohorte aura un diplôme supérieur ou égal au 1er cycle
universitaire.
Dans les années soixante, ce sont pourtant toujours des ingénieurs ou des diplômés
d’écoles de commerce que les entreprises recrutent. Si les diplômés de l’Université
parviennent à accéder à des postes de cadres ils n’étaient pourtant, en général, pas rentrés dans
l’entreprise pour occuper un poste de cadre. Voit alors le jour la « critique de l’enseignement
universitaire, « archaïque », sans utilité « pratique », « coupé de la vie » et, par là « inadapté
aux besoins des entreprises » » (L. Boltanski., op. cit. p.321), alors que l’on note
parallèlement que l’enseignement dispensé dans les Grandes Ecoles n’est pas mieux adapté
aux tâches d’administration et de gestion.
En fait la formation des cadres n’est que rarement en adéquation avec la fonction
occupée. Ainsi,
« même dans les fonctions apparemment les plus techniques comme
l’informatique, la part des cadres qui n’ont pas reçu de formation scientifique et
technique est très importante (46 % des informaticiens ont en fait une licence de
lettres ou de droit, un institut d’études politiques, une école commerciale ou sont
autodidactes) » (ibid., p.321).
Et parmi les commerciaux, « on trouve 24 % d’anciens élèves des écoles d’ingénieurs,
13 % d’anciens étudiants des universités ou des instituts d’études politiques et 44 %
d’autodidactes » (ibid., p.322). Les cabinets de recrutement voient leur chiffre d’affaires
augmenter de 50 % entre 1973 et 1975. Leur rôle est de rappeler aux diplômés que « le
diplôme n’est pas tout » et que le verdict ultime, celui des entreprises, ne coïncide pas
nécessairement avec les jugements scolaires (ibid., p.332). La fonction première des tests que
font passer les cabinets de recrutement aurait pour principale fonction « de contrôler la
conformité de l’habitus dont sont dotés les agents aux valeurs qui ont cours dans les
entreprises » (ibid., p.334).
Les diplômés des Universités, « boudés » par les entreprises qui leurs préfèrent les
étudiants des grandes écoles, s’orientent majoritairement vers la fonction publique, le
professorat en premier lieu ; puis viendra le déclassement : des titulaires d’une licence dans
des postes de catégories B.
219
C’est qu’avec la mise en place du Collège unique en 1975, l’enseignement technique
est dévalorisé. Le nombre de CAP diminue : en 2001 il n’en reste que 200, mais ils sont
doublés de 170 BTS (Brevet de Technicien Supérieur). Quant aux BEP, on en compte 40 à la
même date, leur validité est fortement suspectée par les employeurs qui ne voudraient voir
que deux niveaux : opérateur de base et technicien qualifié.
Face au chômage, on constate pourtant, comme dans les années trente, que les
diplômés trouvent plus facilement du travail, alors… on crée de nouvelles formations
professionnelles diplômantes. Qu’en est-il exactement de la réussite de celles-ci ? Moins de
50 % des jeunes qui ont suivi une formation professionnelle diplômante occupent, trois ans
après la fin de leurs études, un emploi correspondant à leur spécialité de formation1.
Pour évaluer l’effet des nombreuses formations suivies par les jeunes travailleurs, nous
nous appuierons sur deux enquêtes Génération du CEREQ, réalisées auprès des générations
entrées sur le marché du travail, respectivement en 1998 et 2001. 27 000 jeunes d’une
« génération » sont interrogés sur l’évolution de leur insertion professionnelle pendant trois
ans.
1
Mireille Bruyère et Philippe Lemistre, « Trouver un emploi avec sa spécialité de formation : une
situation rentable ? », pp.249-260, in Giret, Lopez, Rose, sous la dir., op. cit., p.251.
220
S
Secondaire 45%
I
T Génération
U 01
A
Sans
Diplômes
18 %
bac
Bac
CAP
pro
BEP
T
I
Supérieur 37%
Bac pro
BTS,
ou gé
DEUG,
Échec en
Ed.
DEUG,
Spé,
BTS
Inf
Gdes
Licence, Écoles,
maîtrise 3e
cycle
18 %
4%
11 %
18% 12 %
17 %
10 %
10 %
39 %
64% 74 %
73% 64 %
81 %
74 %
79 %
30 %
29% 31 %
35% 32 %
32 %
51 %
57 %
35 %
68% 73 %
68% 66 %
66 %
76 %
85 %
35 %
20% 12 %
15% 19 %
7%
9%
10 %
7%
6%
7%
13 %
4%
4%
2%
14 %
9%
7%
8%
5%
3%
2%
1%
16 %
12% 11 %
13% 11 %
5%
9%
5%
1040
1100 1150
1080 1190
1300
1470
1950
O emploi
N durable /
immédiat
A 1er emploi
P CDI
R En CDI
È chômage
S Emploi aidé 10 %
intérim
3
A
Temps
partiel
N
S
Salaire
médian
Dans les formations où l’on trouve le plus d’entrées sélectives, l’insertion dans
l’emploi est la meilleure : les diplômés des Grandes Écoles et de 3e cycle universitaire sont le
plus souvent en CDI après trois ans, et sont les mieux rémunérés. Leur taux de chômage est
cependant de 10 %, ce sont les sortants de 3e cycle en Sciences Humaines qui le gonflent.
Globalement, 50 % des sortants de DESS ne connaissent pas le chômage avant
d’accéder à l’emploi1. 62 % des sortants de DEA Sciences humaines, et 79 % des sortants de
DEA Sciences exactes, accèdent à des postes de cadres (J.-F. Giret, S. Moullet, op. cit..,
1
Jean-François Giret, Stéphanie Moullet, « L’adéquation formation-emploi après les filières
professionnelles de l’enseignement supérieur », pp.111-125, in Giret, Lopez, Rose, sous la dir., op. cit., p.113.
221
p.123). Cependant, les sortants des DESS « tertiaires » ont 50 % de chances en moins de
trouver un emploi correspondant à leur formation que des sortants de BTS tertiaires. Leur
spécialisation n’a donc que peu d’importance, c’est le niveau qui compte.
Le taux de chômage des diplômés de 2e cycle universitaire (9 %) est faible du fait des
diplômés de Sciences Humaines qui s’insèrent mieux que les scientifiques. Mais pour eux
aussi, la chance de trouver un emploi correspondant à leur formation varie entre 27 et 38 %.
Ce sont les diplômés les plus déclassés. Chez les sortants d’IUP toutes spécialités confondues,
six emplois occupés sur dix, correspondent à la formation suivie et à la rémunération
attendue, la correspondance n’est que de 54 % pour les diplômés d’IUT (ibid., p.120).
Ce sont les sortants d’un diplôme de niveau bac+2 (9 %) qui connaissent le taux de
chômage le plus faible (7 %). Parmi eux 32 % trouvent un premier emploi en CDI, c’est le cas
surtout des infirmières, éducateurs, etc. Leur accès global au CDI est pourtant faible après
trois ans, ce qui s’explique par le fait que les sortants des BTS « industriels » travaillent plus
souvent en intérim. Or les employés en intérim ont de grandes chances d’être déclassés ou
bien au niveau de la formation, ou bien à celui de la rémunération1.
Parmi les BTS et DUT « tertiaires », les sortants des spécialités « Vente-Commerce »,
« Banque-Assurance », « Comptabilité-Gestion », ont de bonnes chances de trouver un emploi
correspondant à la rémunération attendue ainsi qu’à la formation. Les sortants des spécialités
« Santé-Social », « Informatique-Bureautique », ou les sortants d’IUT « tertiaires », ont en
revanche de moins bonnes chances. Le même taux d’inadéquation emploi/formation se
retrouve chez les sortants des maîtrises et licences Economie, AES, l’inadéquation étant
encore plus importante pour la maîtrise Droit-Sciences politiques.
Les bacheliers qui ont échoué en DEUG ou BTS connaissent un taux de chômage
élevé (19 %). Le chômage des BEP CAP s’explique par la difficulté rencontrée par ceux qui
ont suivi des formations « tertiaires » de trouver un emploi.
Parmi les jeunes de la génération 2001, 13 % sont cadres après trois ans, ce sont 75 %
des diplômés des Grandes Écoles ou de 3e cycle qui le deviennent. Par contre 1/3 des bac+2
sont employés ou ouvriers. On trouve en fait chez les jeunes, la même répartition en PCS que
dans l’ensemble de la population active. Or ils sont plus diplômés. On en déduit ou bien que
les emplois demandent plus de qualifications, ou bien que les diplômes sont « inutiles ». C’est
la deuxième hypothèse qui apparaît être la meilleure, puisque nombre de diplômés en emploi,
n’occupent pas un emploi dans leur spécialité de formation. En fait, c’est ce qu’il nous faut
1
Emmanuelle Nauze-Fichet, Magda Tomasini, op. cit., p.275.
222
voir
maintenant,
beaucoup
d’emplois
sont
« non
qualifiés »,
mais
exigent
des
« compétences ».
II.6.2. Travail, qualification, compétence
L’enseignement technique délivre un niveau de qualification… mais ce qui compte
désormais, ce n’est pas la qualification c’est la compétence ! Car aucun métier précis n’attend
le jeune qui sort de formation, futur salarié, il doit surtout être en capacité de s’adapter :
« Un emploi est l’ensemble des tâches habituellement confiées à un
individu ; cela s’accorde avec l’idée que les emplois ne sont jamais parfaitement
définis et que leur contenu évolue avec le temps et même selon les caractéristiques
de ceux qui les occupent. »1
Or le niveau de qualification évalue l’adaptabilité des compétences du salariés. C’est
pourquoi le diplôme reste important, surtout pour les recruteurs français. Par ailleurs, le
diplôme renseigne aussi sur le type d’habitus du postulant.
Ainsi par exemple :
« pour les métiers de la gestion administration : les débutants qui
s’orientent vers ces métiers sans avoir au préalable une formation débouchant
directement sur ces métiers ne sont pas les plus faibles niveaux de formation, ce
sont plus souvent des sortants de niveau de formation du supérieur. L’exercice
d’un métier dans la gestion administration suppose en effet une maîtrise minimale
de savoirs de base et on peut supposer que les employeurs sont réticents à
embaucher des niveaux de formation trop faibles dans ces métiers, même dans les
moins qualifiés d’entre eux. »2
Et c’est ainsi que près de 19 % des jeunes salariés affirment être employés en dessous
de leur niveau de qualification, bien que leur diplôme corresponde au diplôme qu’ils jugent
nécessaire pour trouver un emploi3.
Alors que la qualification avait appartenu à l’homme de métier, puis au poste de
4
travail , la compétence appartient à l’individu. On peut attendre de celui-ci le transfert de
deux types de compétences. La première est une compétence professionnelle. Par
exemple une formation en mécanique automobile ouvre la voie à un vaste éventail de métiers
dans lesquels la fonction maintenance a une place essentielle : métiers de la maintenance
1
Jean Vincens, « L’adéquation formation-emploi », pp.149-162, in Giret, Lopez, Rose, sous la dir., op.
cit., p.156.
2
Frédéric Lainé, « De la spécialité de formation au métier », pp.189-202, in Giret, Lopez, Rose, sous la
dir., op. cit., p.193.
3
Jean-François Giret « Quand les jeunes s’estiment déclassés », pp.279-288, in Giret, Lopez, Rose, sous
la dir., op. cit., p.283.
4
Georges Friedmann, Jean-Daniel Reynaud, « Sociologie des techniques de production et du travail »,
in Georges Gurvitch (sous la dir.), Traité de sociologie, vol.1, Paris, PUF, 1958, p.451.
223
mécanique ou éléctromécanique, métiers du transport. La seconde est une compétence que
l’on peut appeler « de sociabilité ». Est compétent en ce sens, celui qui dispose de la
connaissance des « manières habituelles d’agir » (ce que Weber appelle le savoir
nomologique) attendue de toute personne vivant en société. C’est ainsi que les emplois non
qualifiés ne supposent pas de qualification particulière, mais des compétences :
« l’autonomie du travail et la polyvalence sont aussi développées chez les
employés non qualifiés … Les compétences mises en œuvre dans les emplois non
qualifiés, qui existent et qui sont même souvent nécessaires pour effectuer
correctement le travail, ne sont pas reconnues en terme de qualification ou de
salaire. »1
« les tâches à effectuer, simples, ne demandent qu’une formation sur le tas
de quelques heures ou quelques jours et il n’est donc pas nécessaire d’avoir une
formation explicite, ou une expérience antérieure pour y accéder. Mais pour être
exercés convenablement, ces emplois exigent des compétences individuelles,
mélange de savoir-faire et de qualités personnelles (sens de l’organisation, sens
des responsabilités, fiabilité, patience, politesse, dynamisme, disponibilité, force
physique, instinct maternel… la liste est longue) qui, parce qu’elles sont
largement répandues dans la population, ne sont pas reconnues explicitement et
donc pas rémunérées et peu valorisées. Ces qualités peuvent en revanche être
filtrées par le diplôme, ou signalées par une formation ou une expérience
précédente » (C. Béduvet, op. cit., p.354).
Or on trouve de la part des employeurs l’exigence de ce type de compétences à
plusieurs niveaux. On l’a vu plus haut concernant les « métiers » de la gestion administration.
Une formation de niveau bac+3 existe (DUT), mais il n’est pas nécessaire de l’avoir suivie
pour occuper les postes correspondants à ces « métiers ». Il suffit en fait d’une « maîtrise
minimale des savoirs de base », savoirs de base qui ne semblent pas être à la portée de tout le
monde puisque « les employeurs sont réticents à embaucher des niveaux de formation trop
faibles dans ces métiers, même dans les moins qualifiés d’entre eux. » À chaque niveau donc,
son savoir de base, autrement dit son habitus.
Nous l’avons déjà vu en ce qui concerne les quasi-emplois du travail social : pour
occuper un de ces emplois, il suffit d’appartenir à la population sur laquelle on « intervient ».
Henri Péretz indique que les vendeuses des boutiques parisiennes de prêt-à-porter de luxe sont
« mariée[s] à un cadre commercial », « née[s] dans une famille de diplomate » : on a du mal à
1
Catherine Béduwé, « Peut-on parler de relation formation-emploi au sein des emplois non
qualifiés ? », pp.348-365, in Giret, Lopez, Rose, sous la dir., op. cit.,.p.352.
224
croire qu’elles aient besoin d’un BTS Vente Commerce, ou que celui-ci puisse correspondre
au mieux à la fonction1.
Un exemple privilégié de compétence est la maîtrise de l’informatique. Michel Gollac
et Francis Kramarz l’ont bien souligné : on acquiert la maîtrise de l’informatique dans la
sphère privée, de même que l’on acquiert la maîtrise de la cuisine, d’un instrument de
musique ou d’un sport (ce qui permettra de devenir « animateur »)2. Mais l’informatique
diffère de la cuisine, de la musique ou du sport au sens où cette compétence est exigée dans
bien plus d’emplois. Ici le niveau d’étude indique la compétence du candidat. Il n’est
nullement besoin d’une spécialisation professionnelle en informatique pour occuper la plupart
des emplois exigeant cette compétence. Un étudiant de deuxième cycle universitaire dans
n’importe quelle filière en dispose, puisqu’il a été obligé de rédiger un mémoire et de se servir
d’internet. Quant au simple bachelier, ce sera son origine sociale qui renseignera sur ses
compétences en la matière. Un cercle d’amis « compétents » et de l’argent suffisent pour
acquérir une maîtrise supérieure en informatique. Il reste aux incompétents en la matière à se
former seuls, chez soi. C’est ce qui arrive aux quadras et quinquagénaires. Cela représente
pour eux d’une part une surcharge de « travail » – effectué gratuitement – d’autre part un
stress induit par la crainte de ne plus être opérationnel, d’être dépassé. D’autant que les jeunes
compétents peuvent se trouver dans l’entreprise, à un poste moins « qualifié », et prêts à
prendre leur place. Il n’y a nul intérêt, pour l’employeur, à faire collaborer jeunes et anciens :
cela entraînerait une perte de temps. À son poste moins « qualifié » le jeune est plus
dynamique : d’une part il est compétent, d’autre part il espère monter en grade. Le
quinquagénaire apprendra tout seul : il fera le travail « gratuit », puisqu’il a peur de
rétrograder. De cette manière, nul besoin d’un ingénieur du type Taylor pour intensifier le
travail.
Étant donné le climat d’innovation permanente, ce phénomène n’est peut-être pas
l’affaire que d’une seule génération. Or, être tout le temps en train d’apprendre, cela ne
permet pas de s’habituer, et cela implique que le travail déborde sur le temps hors travail.
Une autre compétence valorisée par les recruteurs est la maîtrise des langues
étrangères, celle-ci ne s’acquiert ni à l’école, ni à l’Université quoi qu’on en dise. Une parfaite
maîtrise d’une langue étrangère nécessite des séjours prolongés dans le pays dans lequel elle
1
Henri Péretz, « Le vendeur, la vendeuse et leur cliente. Ethnographie du prêt-à-porter de luxe », Revue
Française de Sociologie, n°1, 1992, pp.49-70.
2
Michel Gollac, Francis Kramarz, « L’informatique comme pratique et comme croyance », Actes de la
Recherche en Sciences sociales, n°134, 2003, pp.4-21.
225
est parlée. Les immigrés, enfants de travailleurs expatriés, ou issus de familles en capacité de
financer des séjours à l’étranger sont des candidats privilégiés pour les postes exigeant cette
compétence.
Que signifie tout cela ? Avec la disparition de la qualification, c’est la technicité qui
disparaît des emplois. Et n’est-ce pas logique ? Toutes les facultés techniques de l’homme
sont désormais extériorisées, elles sont réifiées dans les machines (l’ordinateur reste une
machine). L’exemple que propose Yves Clot du métro parisien sans conducteur est intéressant
à ce titre1. La fonction de conducteur de métro disparaît, mais cela exige que l’ensemble
personnel – y compris le personnel commercial – soit en mesure de prendre en charge la
conduite manuelle du métro en cas de problème. Ainsi, tout le monde devient agent
technique ! La polyvalence est également une compétence. Si l’on extrapole à partir de
l’exemple du métro parisien sans conducteur, cela signifie aussi que tout le monde devient…
agent commercial !
D’où la vanité des formations spécialisées (au sens où elles sont vaines) : s’il faut
d’une part être polyvalent, d’autre part être en permanence adaptable, et en plus, disposer de
compétences qui tiennent à la socialisation et ne s’apprennent pas en quelques années, et sans
certaines dispositions … vers quelle formation se diriger ?
Or le fait est là, avoir suivi une formation, disposer d’un diplôme, réduit les chances de
chômage : « ce qui ne peut qu’inciter le système éducatif à mettre l’accent sur l’obtention du
diplôme, tout en sachant que son effet reste relatif et pourrait s’estomper si de plus en plus de
jeunes entraient dans la vie active leur diplôme en poche »2. Qu’apprend-t-on du coup en
formation ? Berger et Luckmann le transcrivent au mieux : on y acquiert le « vocabulaire
spécifique [des] rôles ce qui implique l’intériorisation de champs sémantiques structurant la
routine des interprétations et des conduites à l’intérieur d’une sphère institutionnelle. »3
Bien entendu, il reste des emplois qui correspondent à des métiers, et qui nécessitent
une formation technique : un tiers des emplois existants selon Olivier Chardon4. Mais
justement, les emplois qui vont être créés d’ici 2015, selon la DARES, ne sont pas de ceux-là.
1
Yves Clot, Le travail sans l’homme ? pour une psychologie des milieux de travail et de vie, La
Découverte, Paris, 1995.
2
José Rose, « D’une génération à l’autre. Les effets de la formation initiale sur l’insertion », Bref,
n°222 septembre 2005, p.4 (nous soulignons).
3
Peter Berger, Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité (1966), Armand Colin, Paris,
2006, p.236.
4
Olivier Chardon, « La spécialité de formation joue un rôle secondaire pour accéder à la plupart des
métier », Economie et statistique n° 388-389, 2005, pp.37-56.
226
II.6.3. Les formations pour les emplois du futur
Olivier Chardon propose de regrouper les métiers selon le rôle qu’ils accordent à la
spécialité de formation des jeunes et la place qu’y occupent les actifs plus expérimentés (ibid.,
p.38) ; il se base sur les données statistiques du taux de présence de jeunes formés pour ces
emplois, par rapport au taux de présence de salariés non spécifiquement formés, mais
occupant les mêmes emplois. Il montre ainsi que l’inadéquation emploi/formation repose
davantage
sur
« la
nature
même
de
l’activité
professionnelle »,
que
sur
les
dysfonctionnements du marché du travail ou de celui de la formation. Concernant ce dernier,
on note tout de même que la nécessité d’acquérir en formation le vocabulaire des rôles –
nécessité qui, selon nous, sert à légitimer les formations professionnelles – n’est pas si
importante. Cette acquisition se fait, en fait, bien plus en emploi qu’en formation. D’où il
ressort que la formation ne sanctionne qu’un niveau.
Olivier Chardon distingue sept classes de métiers. Dans les deux premières, qui
représentent 27 % de l’emploi en 2002, la correspondance emploi formation est forte. La
première classe (10 % de l’emploi total) comprend une forte présence des jeunes, elle
regroupe les médecins, infirmières, comptables, juristes, artisans de la restauration, coiffeurs,
informaticiens1. La seconde classe (17 % de l’emploi total) comprend peu de jeunes, elle
regroupe les agriculteurs, maraîchers, cadres du BTP, aides-soignantes, des ouvriers
qualifiés. Dans ces emplois qui sont des métiers ou des professions, la formation qualifiante
est absolument nécessaire pour occuper ces emplois.
Dans trois autres classes (47 % de l’emploi total) le niveau de compétence exigé est
faible et s’acquiert surtout avec l’expérience. On trouve des emplois où la présence des jeunes
est forte, mais ils n’ont pas de formation en rapport avec les emplois occupés (caissiers,
ouvriers non qualifiés, agents du tourisme, employés de l’hôtellerie-restauration, armée,
pompier, police). On trouve encore des emplois auxquels on accède en cours de carrière, sans
formation spécifique (employés de maison, assistantes maternelles, conducteurs de véhicules
dirigeants d’entreprise…). Une classe regroupe des emplois exigeants des compétences trop
diverses pour relever d’une formation. C’est le cas par exemple des technico-commerciaux
qui peuvent avoir une formation ou bien commerciale ou bien technique. C’est également le
cas des professionnels des arts, de la communication, des cadres du social. On trouve aussi les
1
Et néanmoins, même si, par exemple, un CAP est nécessaire pour exercer le métier de coiffeur, la
division du travail dans les salons franchisés ne permet pas aux employés d’exercer leur « art » (Anne-Chantal
Dubernet, « Des métiers traditionnels aux vrais métiers », in Françoise Piotet (sous la dir.), La révolution des
métiers, PUF, Le lien social, Paris, 2002, pp.25-53).
227
employés administratifs ainsi que les cadres administratifs : leurs compétences requises sont
variables et se retrouvent dans d’autres emplois. Cette classe représente un emploi sur cinq.
Dans les deux dernières classes (26 % de l’emploi total), on trouve d’une part, des
emplois pourvus par des jeunes aussi bien que par des seniors (ces emplois représentent 8 %
de l’emploi total). Mais ils n’ont pas les mêmes formations pour effectuer les mêmes tâches.
Ce sont des emplois dont le contenu diffère selon les entreprises, mais des formations existent
depuis peu. On trouve les secrétaires de direction, cadres des transports, employés de banque
ou d’assurance, etc. D’autre part, des emplois où c’est avant tout le niveau qui compte, la
formation s’effectue sur le tas ou avec l’expérience, le plus souvent on les occupe grâce à la
formation interne (18 % de l’emploi total). On trouve là les fonctionnaires : ce sont eux qui
bénéficient le plus des promotions internes. On trouve aussi les ingénieurs et les techniciens
de l’industrie.
Actuellement, un tiers des emplois ne nécessitent aucune formation spécifique. Les
emplois de demain sont des emplois relevant des cinquième et quatrième classes : selon les
prospectives de la DARES, les emplois qui se créeront entre 2005 et 2015, seront d’une part
des emplois de « cadres administratifs » et de « cadres commerciaux » ; d’autre part des
emplois de « services à domicile » – il faudra s’occuper des personnes âgées – et des emplois
de « chauffeurs » : on va continuer à échanger toujours plus de marchandises. On voit
clairement se dessiner les choses : d’un côté, des emplois dans lesquels le niveau compte plus
que la formation ; d’un autre des emplois dans lesquels seule compte la sociabilité, ou des
emplois pénibles et peu rémunérés pour lesquels aucune formation n’est nécessaire.
II.7. Sept parcours d’emploi : où est l’action ?
Dans la partie qui suit nous analysons sept entretiens au cours desquels les interviewés
ont parlé de l’emploi et du travail et de leur rapport à ceux-ci. Régis est actuellement
opérateur dans une raffinerie de pétrole, Céline est employée dans une agence immobilière,
Marc cherche un emploi de cadre technico-commercial, Catherine est employée par le Centre
d’Etudes Européennes Strasbourgeois et s’occupe des formations aux concours de
fonctionnaires européens, Mathieu est chômeur et cherche des moyens de vivre hors de
l’emploi, Nicolas est également chômeur et hésite lui, entre la recherche d’un emploi
temporaire et la recherche de moyens de vivre hors de l’emploi, enfin Charlotte est
actuellement « conseillère à l’emploi » dans une mission locale et cherche un autre emploi.
Le plus âgé, Régis, a trente-neuf ans, la plus jeune, Céline, a vingt-quatre ans. Ils
décrivent leurs parcours scolaire et professionnel, les environnements dans lesquels ils ont
228
vécu et l’influence que ceux-ci ont eu sur leur perception du travail ou de l’emploi, qui
déterminent les choix qu’ils ont été amenés à faire. Ils décrivent également des « secteurs de
travail » variés : les PME, l’industrie lourde, l’immobilier, le retraitement des déchets, les
institutions européennes, les agences de presse, le commerce, la banque, enfin « le social ». Ils
essaient de dire le plus précisément possible quelles tâches chacun de leur emploi impliquait.
Puis quelle importance ils accordent à l’emploi et au travail dans leur vie. Ils adoptent tous
une position critique par rapport à ce qu’ils ont été amenés à faire : ils disent ce qu’ils ont fait,
et ce qu’ils ont pensé ou pensent, de ce qu’ils ont fait.
Leur principal point commun réside en ce que pour chacun, l’avenir est indéterminé :
la raffinerie de pétrole dans laquelle travaille Régis risque de fermer, Céline n’est pas certaine
que le secteur de l’immobilier soit « fait pour elle », Marc recherche un emploi depuis neuf
mois, Catherine se déplace dans un secteur en fonction des opportunités qui s’offrent à elle, le
parcours de Mathieu est déterminé par les rencontres qu’il fait, celui de Nicolas par ses
besoins financiers, quant à Charlotte, elle désire « quitter le social ».
Sur les sept, trois sont embauchés en CDI : Régis, Catherine, Charlotte. Régis est le
seul à n’avoir pas fréquenté l’Université. Marc et Catherine ont fait un troisième cycle à
l’Université. Tous sont diplômés, mais Nicolas n’a validé qu’une année à l’Université et
Régis ne dispose que d’un BEP. Nicolas et Mathieu, sont allocataires du RMI, ils se
distinguent également par le fait d’avoir suivi des études de philosophie. Ils n’attendent rien
d’autre de l’emploi qu’un moyen de gagner un peu d’argent, mais ce sont les seuls qui
évoquent sans contresens le travail au sens du métier. Céline et Marc qui ont subi les
expériences d’emploi les plus décevantes se sont tous les deux orientés vers le commerce.
Catherine et Charlotte ont en commun de se déplacer assez facilement d’un emploi à un autre,
elles se déplacent également d’un discours à un autre.
Comment ont été choisis ces sept interviewés ?
Il m’avait semblé que Régis travaillait au sens propre du mot : qu’il transformait de
manière intelligente la matière. Au contraire, Catherine avait décrit de manière lapidaire son
emploi : « je passe trois coups de fil, je vais à une réunion et la journée est terminée ». Ayant
suivi une formation professionnalisante, Marc ne trouvait pas d’emploi, Céline n’arrivait pas à
« valoriser » sa formation. Quant à Charlotte, elle vit du non-emploi des autres. Mathieu et
Nicolas, représentent deux cas de chômeurs. Mathieu a choisi de vivre hors de l’emploi,
Nicolas a organisé un mode de vie entre l’emploi et le chômage. Ainsi, aucun n’a de métier,
aucun n’a de profession.
229
On se représente facilement ce qu’est le métier à travers l’image de l’artisan. On se
représente de même facilement ce qu’est la profession, à travers l’image du professeur. Dans
les entretiens, les interviewés ont beau parler de « métier » ou évoquer leur formation
« professionnalisante », ils n’ont pourtant que des emplois. Car une profession comme un
métier fournissent une identité sociale et engage pour la vie : un boulanger reste un boulanger,
même lorsqu’il a pris sa retraite, de même pour un juge ou un avocat. Le métier confère une
possibilité d’indépendance, la profession s’exerce le plus souvent « en libéral », ou elle est
mise au service de la société par l’intermédiaire de l’État (un professeur est employé par
l’État). C’est pourquoi on est nommé professeur, et on le restera toute sa vie. Indépendance et
sécurité (de l’emploi) caractérisent la profession comme le métier.
C’est justement parce que l’accès à une profession ou à un métier est impossible, que
Nicolas et Mathieu ont choisi de vivre hors de l’emploi, de ne pas s’investir dans la recherche
d’un emploi que l’on nommera ensuite pas abus de langage, « métier » ou « profession ».
Mais alors que fait-on réellement « en emploi » ? Ces entretiens, en donnent quelques
exemples.
II.7.1. Les parcours… qui ne sont pas tous ascensionnels
Tous les interviewés montrent qu’ils suivent des parcours continus ou discontinus, au
cours desquels ils accumulent indubitablement des expériences de différents ordres, et aucun
ne se trouve en fin de ce parcours, même si tous semblent avoir terminé leurs études depuis un
certain nombre d’années.
Régis a un BEP. Après diverses expériences d’emplois, stage et intérim, il a été
embauché dans une raffinerie de pétrole comme opérateur. Il a suivi plusieurs formations
internes. Il a changé plusieurs fois de poste de travail. Il a trente neuf ans au moment de
l’entretien, et vient de terminer un congé maladie d’un an et demi.
Il a suivi une formation professionnalisante et il est diplômé : il dispose d’un CAP et
d’un BEP, ainsi démarre son parcours. La seconde étape sera un stage dans une entreprise de
soudure. Il effectue celui-ci parce qu’il recherche un emploi, et parce qu’on lui a laissé
entendre qu’il serait embauché. Or il y a eu malentendu, l’entreprise ne souhaite pas
embaucher. Il s’inscrit donc dans une agence d’intérim, parce qu’il a besoin d’argent.
Plusieurs fois, il croit qu’une mission débouchera sur un emploi, et à ces occasions, travaille
plus intensément. Mais il n’est pas embauché de cette manière. Il est embauché par une
raffinerie pour un emploi non qualifié, il apprend son premier poste (aide fer) sur le tas.
230
Ensuite, c’est la raffinerie qui se charge d’organiser son parcours par le moyen de la
formation interne. Titulaire du Brevet d’opérateur en pétrochimie et ayant plusieurs années
d’expériences, il sait qu’il dispose désormais d’une « force de travail qualifiée » qu’il pourra
vendre dans diverses entreprises du secteur de l’industrie lourde.
Céline a un BTS « professions immobilières », elle a également un « niveau bac+3 »
grâce à une formation d’un an dans un institut privé de management. Suite a un stage, elle a
été embauchée dans un « centre commercial de d’immobilier » (la Cité de l’Habitat) ; elle a
été licenciée au bout de six mois. Elle a ensuite été embauchée en CNE dans une agence
immobilière. Elle a demandé à être licenciée, et attend actuellement d’être embauchée dans
une autre agence, mais en « contrat de qualification », de sorte à pouvoir suivre la formation
commerciale interne dont elle sent avoir besoin.
Elle démarre son parcours en se trompant : elle s’inscrit à l’Université, d’abord en
Droit, puis en Psychologie, mais ne réussit pas et se rend compte qu’elle n’y est pas à l’aise
(elle ne réussit à valider aucune année). Par défaut, et pour se qualifier, ce qu’elle considère
comme une nécessité (finalement peut-être à tort), elle s’inscrit dans un BTS « professions
immobilières ». Elle ajoute ensuite une année supplémentaire à sa formation, pour trois
raisons : parce qu’elle ne souhaite pas travailler immédiatement après son BTS, parce qu’elle
pense que le « niveau bac+3 » pourra un jour lui être utile, et parce qu’elle pense qu’une
formation en « marketing et management » sera également utile. Cette formation lui est
effectivement utile, elle trouve un emploi grâce à elle. Mais comme elle est rapidement
licenciée, cette formation ne lui a en fait servi qu’à avoir le niveau bac+3, et une première
expérience de l’emploi salarié. En outre, du marketing et du management, elle n’a rien
retenu :
« Ben, le problème c’est qu’aujourd’hui dans les termes management et
marketing on englobe tout et n’importe quoi. Après, dans le management que j’ai
vu, ben, il y a un management qui va plus s’orienter sur l’humain et sur la
personne que t’as en face de toi, donc qui me correspondrait plus ; et il y a des
managements plus sur la production. (…) Il y avait le modèle Japonais, mais je
pourrais plus te dire… Et je crois que le management c’est aussi suivant
l’économie dans laquelle on vit. »
Elle retrouve presque immédiatement après son licenciement un emploi d’agent
immobilier. L’emploi ne lui convient pas, et elle est encore licenciée. Finalement, elle doit
entamer un contrat de qualification qui va lui permettre de se qualifier vraiment dans le
231
secteur dans lequel elle veut travailler, puisqu’elle se rend compte qu’elle n’a rien appris de
véritablement utile pendant les trois ans au cours desquels elle a été formée à travailler dans
l’immobilier. Or toutes les étapes antérieures se sont conditionnées les unes les autres et ont
été nécessaires pour qu’elle arrive finalement, elle le souhaite du moins, sur la « bonne » ligne
de départ. Elle se rend compte qu’il fallait en fait, comme Régis, partir de rien, et apprendre
par la formation interne ce qui est utile pour réussir dans l’emploi.
Marc a fait un DEUG de Biologie, il a un diplôme d’école de Commerce, et un DESS
« relations publiques liées aux problématiques environnement ». Un an et demi après le DESS
il a été embauché comme commercial dans une entreprise de retraitement de déchets. Licencié
abusivement au bout du an, il est de nouveau à la recherche d’emploi. Au bout de neuf mois,
celle-ci n’aboutit pas.
Le parcours de Marc commence dès sa naissance, puisque c’est l’emploi de ses parents
qui le détermine : comme eux, il veut travailler sur les questions environnementales. Il
s’inscrit à l’Université, mais se rend compte, d’une part que les études théoriques ne lui
conviennent pas, d’autre part que certains moyens autres que la sélection universitaire lui
permettront de faire de la « biologie appliquée » (en quoi il se trompe peut-être). Il entre dans
une Ecole de commerce où il acquiert un nouveau diplôme dans une discipline proche de la
biologie, apprend comment sont organisées les entreprises, la vente, et fait des stages. Il se
rend également compte qu’il doit compléter sa formation par un autre diplôme, et qu’il doit
s’inscrire en DESS. Entre l’école de commerce et le DESS, parce qu’il a besoin d’argent, il
trouve un emploi sans rapport avec sa formation qui lui plaît et qui le rémunère selon ses
souhaits. Le DESS lui fournit ce qu’il attendait, un diplôme et l’occasion de faire des stages.
Au sortir du DESS il cherche un emploi, mettant en avant la double qualification de sa force
de travail : commercial, et expert des problèmes de l’environnement. Pendant un an et demi il
est « en recherche d’emploi », ce qui semble faire partie du parcours du jeune diplômé. Il
n’obtient finalement qu’un seul entretien, mais celui-ci est suivi d’une embauche. Salarié, il
acquiert une nouvelle expérience. Il est finalement licencié, et est de nouveau « en recherche
d’emploi » avec sa double qualification, et dispose de plus, de deux expériences du salariat. Il
est rapidement convoqué à plusieurs entretiens, qui ne débouchent pas sur l’embauche, puis
les entretiens se raréfient, et les offres d’emploi également. À la différence de Céline,
personne ne lui a encore proposé un emploi où il pourrait partir de rien et apprendre par la
232
formation interne. Ce parcours cohérent et qualifiant ne débouche donc sur rien, faute d’offres
d’embauche sur le marché de l’emploi.
Catherine a fait Sciences Po (à Lyon), un DESS « politiques publiques européennes »,
elle est mariée. Suite à son DESS, elle a fait du bénévolat dans une association d’information
sur la politique européenne, elle a ensuite été salariée dans cette association. Licenciée
abusivement, elle a trouvé un emploi de « chef de projet » pour l’Université Robert
Schumann. Ayant rencontré lors de cette mission le Directeur du Centre d’Etudes
Européennes Strasbourgeois (pôle de l’ENA), celui-ci l’a embauchée. Elle s’occupe
désormais des formations aux concours de la fonction publique européenne.
Catherine entre en khâgne avec l’option Sciences Po. Elle entre ensuite à Sciences Po,
puis s’inscrit dans un DESS (« Politiques Publiques européennes ») à l’IEP de Strasbourg.
Elle a fait des stages qui lui ont permis de savoir, sinon ce qu’elle voulait faire, du moins ce
qu’elle ne voulait pas faire (de la communication). Mais pour trouver un emploi, un
investissement bénévole dans une association lui est finalement plus utile que les stages. Ce
qu’elle a appris lors des stages – monter un dossier administratif de demande de subvention
pour un projet X – va tout de même lui être directement bénéfique, puisqu’au sein de
l’association dans laquelle elle est bénévole, elle crée son propre emploi (un emploi-jeune),
montant le dossier de demande de subventions à cette fin. Elle sera finalement licenciée, mais
elle est rapidement réembauchée en CDD par une Université pour une mission concernant les
formations aux questions européennes. À la fin de son CDD elle est embauchée en CDI par un
organisme de montage de formations (rattaché à l’ENA), grâce aux rencontres qu’elle a fait
lors de sa mission pour l’Université. Elle est maintenant à une place de choix pour avoir accès
aux offres d’emploi avant tout le monde. C’est pourquoi son parcours n’est pas sur le point de
s’arrêter.
Mathieu et Nicolas, ne cherchant pas d’emploi permanents ont bien dissocié le
domaine de la formation de celui de l’emploi. L’emploi pour eux ne sera utilitaire qu’au
moment où ils ne pourront pas faire autrement que de l’occuper. Ils ont décidé de se contenter
de peu d’argent pour réaliser seulement les choses qu’ils valorisent (« l’essentiel ») : le débat
et l’autonomie pour Mathieu ; les réflexions existentielles et la disponibilité pour Nicolas. Or
cela ne demande ni argent, ni inscription dans l’emploi (ni cadre institutionnel).
Mathieu a une maîtrise de philosophie. Pendant quatre ans, il a vécu avec un groupe
d’amis dans un squat. Depuis qu’il a vingt-cinq ans, il touche le RMI. Il est prêt à faire des
233
petits travaux rémunérés s’il a besoin d’argent, mais ne cherche pas d’emploi. Ce qui
l’intéresse, c’est le travail manuel et intellectuel, et un emploi le priverait du temps dont il
dispose actuellement pour s’y adonner.
Il rencontre en philosophie des gens qui partagent le même idéal que lui et ils décident
de réaliser un mode d’existence autonome (un squat). L’expérience est un demi-échec, mais
désormais, Mathieu cherche d’autres contextes dans lesquels la réitérer. Pour cela il a besoin
d’être disponible, il restreint donc ses besoins et ne cherche que des emplois temporaires.
Nicolas est au chômage et touche le RMI. Sa vie se déroule en alternances de CDD et
de périodes de chômage. Il a travaillé dans différents secteurs et a plus ou moins apprécié ses
emplois, mais il trouve le temps trop long au travail, comme il le dit, « il se lasse vite ». Ce
qui l’intéresse, c’est le cinéma. Il n’est pourtant pas certain de vouloir se former et travailler
sur des tournages, car ce à quoi il tient le plus dans son existence, c’est à sa disponibilité, à
son temps libre.
Il commence à travailler à dix-huit ans grâce à son père, puisqu’il est embauché dans
l’entreprise dans laquelle celui-ci travaille (une régie de bus). N’ayant pas obtenu son
baccalauréat, il cherche malgré tout à compléter sa formation et passe le diplôme d’accès aux
études universitaires. Pendant ce temps il découvre le travail de vendeur dans une entreprise
de meubles, emploi dans lequel il ne veut pas persévérer. Il s’inscrit en philosophie, mais sa
réussite n’étant pas spectaculaire, il décide de partir en Italie (où il a de la famille, ses parents
sont Italiens). Il enseigne (il est lecteur) et désire devenir professeur d’Italien, c’est la raison
qui le fait s’inscrire en LEA à l’Université. N’ayant pas obtenu en totalité la première année,
il renonce à poursuivre. Sans doute par défaut, il accepte alors son mode de vie hors de
l’emploi qui, se rend-t-il compte, le met parfois dans des situations financières difficiles, mais
lui libère également énormément de temps, ce qu’il considère comme « l’essentiel ». Parce
qu’il a commencé à travailler tôt, et a expérimenté divers emplois (deux fois grâce à sa
famille), il trouve facilement de quoi rééquilibrer sa situation financière dès lors qu’il en est
besoin.
Charlotte a une maîtrise de droit social. Elle a travaillé plusieurs fois au Crédit
Lyonnais pendant ses études, obtenant ses emplois grâce à sa mère qui travaille dans cette
banque. Après sa maîtrise, ne trouvant pas d’emploi d’assistante juridique, Charlotte s’est
234
finalement orientée vers « le social ». Elle a été pendant un an « formatrice en insertion
professionnelle », puis cinq mois animatrice d’un chantier d’insertion pour des jeunes, enfin
elle a désormais depuis un an un CDI dans une mission locale où elle est conseillère à
l’emploi. Elle désire actuellement trouver un autre emploi, idéalement « assistante juridique »
dans une entreprise.
Charlotte dispose comme Marc d’un parcours déterminé par la profession de ses
parents, puisqu’elle fait ses premières expériences d’emploi grâce à sa mère. Ces emplois au
Crédit Lyonnais lui donnent accès à un stage dans un cabinet d’avocat, elle comprend alors
qu’elle ne souhaite pas passer les concours de la magistrature. Le seul emploi qu’elle a trouvé
dans le domaine juridique ne lui convient pas, elle élargit alors ses recherches, et est
embauchée comme formatrice en insertion sociale et professionnelle. Grâce à ses précédentes
expériences d’emploi et à sa réussite dans ses études : elle est un modèle de personne insérée.
Ayant désormais de l’expérience dans un secteur « qui ne va pas dépérir » comme elle le dit,
elle peut changer facilement d’emploi, d’autant que ces emplois ne requièrent aucune
qualification particulière. Charlotte veut maintenant quitter le secteur social, elle cherche
l’emploi intermédiaire entre le social, où elle peut facilement être embauchée, et le secteur
juridique des entreprises, vers lequel elle veut arriver.
Les parcours les plus « réussis » en terme d’accès à l’emploi sont ceux de Charlotte, de
Catherine, et de Régis. Régis a une qualification recherchée, il la doit au fait d’avoir tout
d’abord accepté un emploi n’ayant aucun rapport avec sa formation : il ne s’est pas demandé
si cet emploi lui conviendrait, mais l’a accepté par nécessité. C’est également le cas de
Charlotte, à ceci près qu’elle n’a pas de qualification recherchée, mais est par contre
employée dans un secteur qui embauche beaucoup. Catherine voit son parcours couronné de
succès parce qu’elle a su demander les subventions qui lui ont permis de faire sa première
expérience du salariat. Se situant à la frontière du camp des salariés et de celui des recruteurs
(assimilée fonctionnaire de catégorie A), dans un secteur qui vit de subventions publiques,
c’est ensuite grâce à ses relations qu’elle poursuit son parcours.
Si les cas de Régis et de Nicolas sont assez semblables, bien que l’un ait choisi le CDI
et l’autre le CDD, les cas de Catherine et de Charlotte comportent également bien des
similitudes : toutes deux travaillent dans des secteurs dépendants du secteur public où l’on
n’entre pas par concours, où l’embauche dépend de subventions, et où les subventions
dépendent de « montages de projets » donc du savoir-faire rhétorique et technique de ceux qui
235
élaborent ces montages. Céline et Marc, essayant de rendre cohérents leurs parcours en
fonction des offres de formation existantes et de leurs sacrifices pour accumuler des
expériences, font des parcours « décalés » qui se révèlent improductifs ou inopérants.
II.7.2. Les formations… tous azimuts
Dans cinq de ces sept entretiens, ce qui frappe de prime abord, c’est l’importance, en
quantité ou en valeur, accordée à la formation. Formations internes, pour Régis et Céline,
ceux qui ont fait les études les moins longues parmi ceux qui sont « en emploi ». Formation
comme principale activité pour Catherine et Charlotte. Formations qui ne servent à rien pour
Marc et Céline (sinon à obtenir un « niveau »).
Dans le cas de Régis, la formation accompagne l’emploi. Il la présente comme
absolument nécessaire au vu des risques du secteur d’activité. Elle lui a appris d’une part à
connaître les risques, d’autre part à les parer. La formation diversifie ses activités : à la
raffinerie il n’est pas seulement opérateur, mais aussi pompier, et même chef d’équipe des
pompiers.
Pourtant Régis évoque également deux autres rapports à la formation : le rapport à sa
formation d’électromécanicien (sa formation initiale), et le rapport intéressé que les nouveaux
opérateurs bacheliers entretiennent à la formation au « brevet d’opérateur en pétrochimie » :
« Les jeunes qui arrivent, ils disent « moi je veux faire mon brevet
d’opérateur et après je me casse ». Les mecs ils en ont rien à branler. Ils cherchent
pas les fuites [du réseau]. Ils voient, « oh tiens, ça fuit ». Ceux-là ils arriveront
jamais à rien. »
Sa formation initiale en électromécanique ne lui a finalement servi à rien, et pourtant il
lui doit tout. Lors de cette formation, il a fait un stage qui lui a appris à souder : « maintenant,
je sais souder », dit-il, ce faisant il me montre sa gourmette qu’il a réparé lui-même. Il est
utile de savoir souder, mais en terme d’emploi, cela ne lui a rien apporté. Par contre, ayant
une expérience du travail en entreprise, il a trouvé facilement des missions intérimaires. Au
bout d’un an de travaux en intérim, la raffinerie de pétrole propose de l’embaucher pour un
poste qui ne requiert aucune qualification : pourquoi accepte-t-il ? Pour une raison de sécurité
financière. Il veut être embauché par une entreprise sur le long terme, il est las des missions
intérimaires qui sont, du reste, parfois ingrates. Pourquoi la raffinerie lui propose-t-elle de
l’embaucher ? Parce qu’il a désormais prouvé son endurance au travail, c’est-à-dire ici, au
salariat : son employabilité.
Dix ans plus tard, la raffinerie n’embauche plus que des bacheliers. Alors que Régis
avait accepté l’embauche à la raffinerie parce qu’il cherchait un emploi stable, les nouveaux
236
arrivants semblent accepter l’embauche parce qu’ils désirent bénéficier de la formation et du
diplôme d’opérateur en pétrochimie. Il s’agit en effet d’un diplôme, qui, selon Régis,
multiplie les possibilités d’embauches. À la raffinerie, chaque poste s’apprend « sur le tas »,
mais il faut des bases : savoir de quelle machine on parle (les fours), savoir se prémunir des
risques. C’est cela qu’on apprend lors de la formation. Les machines et les risques sont les
mêmes dans toutes les entreprise pétrochimiques. La formation rend donc apte à la
surveillance d’un ensemble technique et c’est justement surveiller un ensemble technique qui
est la tâche des opérateurs en pétrochimie.
Céline valorise elle aussi davantage la formation interne que sa formation initiale. Elle
a obtenu un Brevet de Technicien Supérieur des professions immobilières, mais selon elle,
elle n’est absolument pas apte à travailler dans une agence immobilière. Si elle a appris
pendant deux ans comment fonctionne une agence immobilière, elle ne sait pas vendre pour
autant. La vente est une question de rhétorique, elle n’a pas appris la rhétorique. Elle sait ce
qu’est un mandat, comment doit être remplit un contrat de vente, choses qui dans
l’immobilier, s’apprennent apparemment tout aussi bien sur le tas, puisque beaucoup n’ont
aucune formation initiale spécialisée. Comme Régis pourtant, à sa formation initiale qui ne lui
sert à rien, elle doit, en fin de compte, tout : « je ne sais pas comment j’aurais pu argumenter
pour qu’on m’embauche ». Comme Régis aussi, ses stages et son embauche à la Cité de
l’habitat lui ont peut-être permis de décrocher une première embauche concluante parce qu’ils
ont montré qu’elle était apte au salariat.
Céline parle d’une autre formation : la formation au marketing et au management. De
cette formation, elle semble n’avoir rien retenu, et pourtant elle affirme qu’elle lui a donné
l’occasion de réfléchir et qu’elle a été enrichissante :
« Ben les cours tu vois, je crois que ça m’a ouvert l’esprit et ça m’a
apporté des choses. Maintenant je ne sais pas si je serai capable un jour de les
mettre en pratique ou pas. Mais ça nous a vraiment obligé à réfléchir sur des
choses. Non pas apprendre bêtement… mais tu vois, je n’ai pas retenu grandchose. »
Pourquoi a-t-elle choisi de s’inscrire dans cette formation ? Pour trois raisons que nous
avons déjà énoncées : parce qu’elle ne voulait pas travailler de suite, pour faire un stage
supplémentaire – ce qui lui permet en outre d’ajouter une ligne sur son CV et d’acquérir plus
d’expérience –, et enfin parce que le « niveau bac+3 », lui permet de se présenter à certains
concours de la fonction publique. La fonction publique semble être un refuge, si jamais le
237
monde de l’entreprise ne lui convient pas et la lasse (ou si elle-même ne convenait pas au
monde de l’entreprise). Ce qu’on retient de cette formation, c’est surtout le prix (« C’était
vingt mille francs l’année »), par rapport au fait que les enseignements théoriques ne valent
pas grand-chose, et qu’elle n’a servi qu’à lui donner la possibilité d’occuper un poste non ou
très peu rémunéré (le stage). En outre, Céline constate elle-même que cette formation en
management lui a cependant permis de découvrir que le management de la ressource humaine
était quelque chose qui n’est pas propre à la formation : « on l’a en soi ou on ne l’a pas ».
Pourtant encore une fois, c’est grâce à cette formation supplémentaire qu’elle a décroché son
stage, donc sa première embauche, qui détermine peut-être toutes celles qui suivront (grâce à
cette petite ligne ajoutée sur son CV).
De la même manière, Marc sentait qu’une petite ligne ajoutée sur son CV serait
déterminante pour sa carrière : il a fait un DESS pour cette raison :
« Pour avoir un diplôme. On t’embauche en fonction de ça aussi. Et pour
en apprendre encore un peu plus dans le secteur qui m’intéressait. C’est vrai que
je ne me souviens pas particulièrement des cours. Quand on m’en parle et quand
je passe des entretiens, je brode plus qu’autre chose. J’invente même, en fonction
de ce que j’ai appris après. »
Marc a enchaîné trois formations : la faculté de biologie, l’Ecole de commerce, le
DESS. À l’Université, il est convaincu de n’avoir rien appris. L’enseignement de DEUG ne
fait que rappeler ce qu’il a fait au lycée. L’enseignement de DESS ne fait que rappeler ce qu’il
a vu en DEUG, donc ce qu’il a vu au lycée. Bien qu’il prétende ne rien avoir appris au cours
du DESS, il reconnaît que les intervenants sont très compétents. L’Ecole de commerce étaitelle plus utile en terme de connaissances ? Il y a appris comment est organisée une entreprise,
et à vendre. Pour cela, il faut payer très cher :
« il y avait un concours, mais au final il s’avérait qu’il suffisait de faire un
chèque pour être pris. (…) vingt-six mille francs pour deux ans. Parce que les
profs ne sont pas de l’Éducation Nationale, mais des gens qui prennent sur leur
temps de travail pour venir. »
Pour Céline et pour Marc, l’importance de la formation réside en ce qu’elle donne
accès à des stages, pour Régis, l’importance de l’emploi tient au fait qu’il donne accès à la
formation. En considérant la sécurité financière des uns et des autres, on peut dire que la voie
suivie par Régis est plus intéressante. Les voies de Céline et de Marc sont elles, de façon
évidente, surtout intéressantes pour leurs divers employeurs : en stage et en emploi à la Cité
de l’habitat, Céline réalisait les mêmes tâches. En stage à la Lyonnaise des eaux et à SITA
238
(lorsqu’il est à l’Ecole de commerce, puis en DESS), Marc était réellement sensé faire faire
des bénéfices à ses employeurs en faisant la chasse au temps rémunéré inutilement – tâche qui
n’a aucun rapport avec la biologie, mais un rapport direct avec le management, management
qui ici, consiste à observer ceux qui travaillent et à rapporter les observations à des instances
supérieures.
La formation, pour Catherine, c’est ce dont elle vit. Elle déclare avec pertinence qu’il
s’agit d’un marché basé sur l’angoisse des gens face à la précarité de l’emploi. Ce que les
expériences de Marc et de Céline confirment effectivement. Puisqu’elle est malgré tout censée
« vendre de la formation », elle tente de faire en sorte, par acquis de conscience, que ladite
formation soit de qualité et serve tout de même à quelque chose. Pourtant, elle fait également
remarquer que le succès commercial des formations sur la question européenne n’est dû qu’à
la publicité. Autrement dit, c’est l’aura d’une institution qui détermine sa fréquentation.
Cela ne l’empêche pas d’accorder à la formation, qui est un « bien en soi » ou un
« investissement sur le capital humain », une valeur morale. La formation est ce qui, selon
elle, permet aussi de « faire de la très haute technologie et [de] changer nos façons de
travailler pour aller vers d’autres métiers… ».
Elle évoque huit formations : les siennes tout d’abord (khâgne, l’IEP, le DESS), une
« formation à l’euro » qu’elle dispense dans diverses institutions ou collectivités locales
lorsqu’elle travaille pour l’association, les diverses formations strasbourgeoises aux questions
européennes qu’elle doit regrouper alors qu’elle est embauchée par l’Université de Droit en
tant que « chef de projet », les formations des fonctionnaires administratifs d’État et
territoriaux, enfin la préparation aux concours de la fonction publique européenne (qu’elle
dispense).
Elle s’est inscrite en khâgne avec l’option Sciences Po parce qu’elle pensait que
l’Université préparait au professorat, et que celui-ci ne lui conviendrait pas. L’Université est
réduite dans son discours à la fonction d’organisme de formation. Le choix d’entrer à l’IEP
est déterminé par l’aspect généraliste de l’enseignement dispensé. Les Études Politiques
intègrent, comme on le voit à travers la narration de ses expériences, aussi bien le commerce
que le journalisme, mais la lecture d’Aristote ne semble pas avoir retenu son attention. Enfin,
le DESS forme les techniciens de la politique européenne, mais les élèves de la promotion
s’orientent aussi bien vers le commerce ou la finance que vers la politique.
Le DESS a appris à Catherine les contenus de la politique communautaire. Quels sont
les effets de cette politique : Catherine évoque les subventions et la régulation économique et
écologique (l’imposition des normes de qualité dans le secteur de la tannerie, par exemple).
239
Demander et utiliser les subventions de la Commission Européenne nécessite la connaissance
de techniques, techniques que l’on acquiert au cours du DESS (surtout pendant le stage). Elle
évoque ensuite les effets directs de la politique communautaire sur la vie quotidienne des
citoyens : comment gérer le passage du franc à l’euro. Ces transformations de la vie
quotidienne peuvent être facilitées, là encore, par une formation, formation courte qui se
réduit à un petit topo. Dispenser ce petit topos a enchanté Catherine pour deux raisons : elle
sentait l’utilité de ce qu’elle faisait en même temps qu’elle découvrait des milieux sociaux
variés.
Ensuite Catherine cesse d’être formatrice pour devenir « chef de projet ». Le projet en
question émane de divers organismes de formation et est subventionné (ou plutôt c’est
l’emploi de Catherine qui est subventionné) par la Commission Européenne et par le Conseil
Régional. Le projet consiste à rationaliser l’offre de formations aux questions européennes de
la ville de Strasbourg. Parce qu’on retrouve les mêmes formations dans diverses institutions,
dans ce foisonnement d’offres de formations, certains organismes ignorent les formations
dispensées par les autres. Il faut donc tenter de rapprocher les organismes et créer de la
lisibilité, le but étant d’accroître la notoriété des formations strasbourgeoises afin de
concurrencer la formation offerte par l’IEP de Paris. En fait on ne comprend pas bien qui a
intérêt à quoi, Catherine donne alors un exemple : « sait-on quel organisme peut former des
médecins aux directives européennes de Santé Publique ? » Ici ce n’est plus la vie quotidienne
des citoyens qui est déterminée par la politique communautaire, mais les tâches quotidiennes
de certains professionnels (ici les médecins), pour lesquels des topos peuvent également être
dispensés afin de faciliter la transformation des pratiques. Normalement, les directives de
Santé Publique relèvent du ministère de la Santé, mais celui-ci semble incompétent à
décrypter les directives européennes le concernant pour en informer les professionnels
concernés, c’est une raison pour développer la formation aux questions européennes.
Cet emploi permet à Catherine d’être recrutée dans un organisme de formations ( le
CEES [Centre des Études Européennes de Strasbourg], rattaché à l’ENA) qui propose
programmes de formation et mobilisation des intervenants adéquats, pour les personnels des
ministères, des ambassades, ou de diverses collectivités publiques. Si une formation est
nécessaire à chaque fois qu’est décrétée une directive, et si les formations doivent en outre
être pensées en vue de rassembler des formés (par exemple les fonctionnaires administratifs
d’État et les fonctionnaires de la fonction publique territoriale qui sont des gens qui
normalement ne se rencontrent pas, ce qui génère des dysfonctionnements, m’explique
240
Catherine), ces formations elles-mêmes doivent être précédées de formations préparant aux
concours : de la fonction publique d’État, territoriale ou Européenne.
Une formation aux concours précède donc un concours qui donne ensuite accès à une
formation professionnelle « interne », qui doit encore être suivie de formations tout au long de
la carrière du fonctionnaire, en vue de faciliter les transformations des pratiques
professionnelles décidées par voie politique. Toutes ces formations doivent être organisées
par des professionnels (donc des organismes spécialisés) de la formation.
Il en va tout autrement de la formation pour Mathieu et Nicolas. C’est par un intérêt
désintéressé personnel qu’ils s’inscrivent tous les deux en philosophie, parce que « c’est
plaisant » dit Mathieu, mais aussi parce que Mathieu désire apprendre à écrire et à réfléchir
autrement. « C’est pour ma culture personnelle », dit Nicolas. La formation de Mathieu ne
s’est pas arrêtée alors qu’il cessait d’aller à l’Université : il continue de se former en
autodidacte, c’est-à-dire de s’étonner, de lire et de réfléchir de façon méthodique. Cela ne
l’empêche pas de se sentir ignorant : il s’est crée un mode de vie qui lui permet de pallier petit
à petit à cette ignorance, en apprenant à jardiner, à bricoler, à déboucher un évier. Ces savoirs
lui servent à éviter de passer par des professionnels, c’est-à-dire par le marché, à chaque fois
qu’intervient dans son existence quotidienne un petit dysfonctionnement qui est du ressort de
n’importe quel individu raisonnable normalement constitué. Bien qu’il ne l’évoque que très
peu dans l’entretien (« je suis à l’aise avec les appareils, j’aime ce qui est manuel »), Nicolas
est parvenu au même degré d’autonomie que Mathieu. Ce savoir manuel de bricoleur est
d’ailleurs en partie ce qui leur permet à tous les deux de parvenir à vivre avec très peu
d’argent, et d’avoir beaucoup d’amis qui profitent de leurs richesses (des savoir-faire que
Mathieu oppose à l’ignorance et à la pauvreté).
Nicolas n’a bénéficié qu’une seule fois de la formation interne : lorsqu’il est devenu
vendeur de meubles. La formation consiste à découvrir le fonctionnement d’une entreprise,
d’une manière bien différente de celle dont l’entend Marc. Il s’agit de travailler à trois
niveaux de la structure : le magasinage, la livraison, la vente. Formation enrichissante dit
Nicolas, puisqu’il se rend compte que l’habitude est capitale pour soulever des charges
lourdes, puis il découvre le management de la ressource humaine lorsqu’il travaille avec les
chauffeurs (il suffit de faire pression sur les gens pour qu’ils travaillent plus intensément, ce
qui néanmoins se paie d’arrêts maladie fréquents), enfin, concernant la vente, il faut appliquer
deux principes : donner envie d’acheter et proposer des facilités de paiement aux clients, ne
pas prendre en considération la difficulté de leur situation financière à venir. Les autres
formations professionnelles sont plus informelles, dispensées sur le tas, mais elles ont de réels
241
impacts : les tâches demandées à Nicolas évoluent, aussi bien à la régie des bus, que lorsqu’il
est employé dans une entreprise qui fabrique des armes.
Pour Nicolas et Mathieu les savoirs qui méritent d’être transmis sont ceux qui auront
requis le plus de temps pour être maîtrisés : l’Italien pour l’un, la philosophie pour l’autre.
Cherchant de temps à autre des emplois ne nécessitant aucune formation particulière, eux les
trouvent facilement.
Si bien qu’on se demande si la méthode de Charlotte est bien avisée, lorsqu’elle
affirme que deux choses sont nécessaires aux personnes « en insertion » : acquérir une
qualification, savoir ce qu’ils désirent faire. Ni Nicolas, ni Mathieu n’ont besoin de ces deux
éléments pour paraître insérés. Mais il est vrai que, percevant tous les deux le RMI, la société
les place à un niveau intermédiaire entre l’exclusion et l’intégration. Etre « en insertion »
n’est pas équivalent à « être inséré ». Si par contre Céline et Marc sont « qualifiés » et savent
ce qu’ils désirent faire, cela n’est pas pour autant une grande aide sur le marché de l’emploi.
Charlotte, comme Catherine, vit de la formation, mais pas dans le même cadre. Charlotte vit
de la formation des « personnes en insertion ».
Grâce à sa formation initiale, Charlotte se juge apte à être assistante juridique, mais
elle n’a trouvé aucun emploi correspondant à ce qu’elle désirait faire. Elle s’est donc résolue à
modifier son désir en fonction des possibilités qui s’offraient à elle. Elle n’est pas embauchée
à l’UFCV [Union Française des Centres de Vacances] parce qu’elle est titulaire d’une maîtrise
de droit et d’un savoir juridique, mais parce que son CV montre, d’une part qu’elle est apte au
salariat (elle a travaillé au Crédit Lyonnais plusieurs fois), d’autre part qu’elle sait rédiger des
dissertations et faire des commentaires de textes. Ces deux aptitudes lui permettent de former
des gens qui ont en commun de n’avoir ni emploi ni qualifications. Les former à quoi ?
D’abord, à la préparation de concours – qu’elle n’a jamais passés elle-même (comme
Catherine du reste) – sur des questions qui ne l’ont jamais intéressée jusqu’ici (l’aide sociale,
la pollution…). Ensuite elle forme des très jeunes gens à réfléchir à un emploi susceptible de
leur plaire, mais elle les « forme » aussi à avoir du temps libre (« ça fait aussi partie de la
formation »). Enfin elle « forme » des femmes à « être sûres que le métier qu’elles veulent
faire est celui d’auxiliaire de vie ». Elle est censée leur faire découvrir le métier d’auxiliaire
de vie (qu’elle-même ne connaît pas), ce qui se résumerait à vérifier, au cours de plusieurs
mois, si les femmes savent faire de la couture, repasser une chemise, ou encore si elles savent
à quelles maladies sont fréquemment sujettes les personnes âgées.
La première formation – celle que suivent les jeunes qui veulent devenir éducateurs
spécialisés, assistants de service social, etc. – consiste à s’entraîner à faire des dissertations ou
242
des commentaires de textes, à discuter en groupe de sujets d’actualité (de société), et aussi,
c’est la note personnelle ajoutée par Charlotte, à « bouger en salle », « faire du dessin », « du
théâtre d’impro ». On ne comprend pas très bien la finalité de ces nouveautés, « choses qui ne
se font pas normalement en formation pro », dit Charlotte (ce qui est faux puisqu’il s’agit du
nouveau dada de la formation managériale). Charlotte donne néanmoins une piste pour nous
aider à comprendre le sens de l’expression corporelle : elle considère que son propre atout
fondamental sur le marché de l’emploi réside en ce qu’elle est à l’aise dans tous les milieux ;
elle pense donc que montrer l’apparence de l’aisance dans toutes les situations est également
utile pour des gens que leur profession risque de placer souvent dans des situations
embarrassantes. (C’est du reste un thème évoqué par Mathieu qui explique qu’un recruteur est
plus à l’aise qu’un propriétaire lorsqu’il demande des renseignements sur la vie intime de
personnes avec lesquelles il n’entretient qu’un rapport commercial.)
La seconde formation consiste à faire faire aux jeunes un bilan sur leur situation
socialement désespérante, « parce qu’il faut qu’ils avancent ». On peut également dire qu’elle
consiste à « travailler le projet professionnel », ce pourquoi le formateur doit être
spécialement formé (ainsi, selon Charlotte, certains éducateurs ne savent pas le faire). Cette
formation est difficile pour Charlotte : « quand on n’a jamais été formé à l’orientation
pure ! » Elle réussira cependant à la mener à bien : les jeunes réfléchissent à la fois ensemble
et individuellement, puis en petits sous-groupes, c’est le moment où Charlotte met en place la
« pédagogie différenciée », qui consiste à dire aux uns : continuez à réfléchir sur le secteur
d’activité dans lequel vous aimeriez être employés, et aux autres : mettez vous à réfléchir à un
métier précis dans le secteur que vous avez sélectionné en fonction de votre désir de l’investir.
C’est une formation « occupationnelle », précise Charlotte.
La dernière formation consiste à découvrir le métier d’auxiliaires de vie : on apprend à
lire un plan, on découvre la bibliothèque, les endroits culturels bon marchés… Charlotte a
compris, d’une part que le métier d’auxiliaire de vie est vite découvert, d’autre part que les
femmes qu’elle forme ne deviendront pas auxiliaires de vie. Elle évoque une autre formation :
celle destinée spécialement à une femme illettrée. Cette formation est en alternance : en
entreprise, à savoir dans un centre socioculturel (Charlotte ne décrit pas ce que cette femme y
fait) et en centre de formation où elle apprend à lire.
Lorsque Charlotte est employée par l’association l’Atelier (un « chantier
d’insertion »), elle semble plus animatrice que formatrice, mais ce qu’elle fait est
semblablement la même chose : de la « gestion de groupe ». Elle évoque les formations que
pourront suivre les jeunes après l’expérience du chantier : soit à l’AFPA où il s’agit de
243
formations aux métiers du bâtiment, soit « acquisition des savoirs de base », « français langue
étrangère », « alphabétisation ». Enfin embauchée dans une mission locale elle oriente les
jeunes sur deux formations principales : « bilan de compétences » – il faut réfléchir une
semaine par mois pendant six mois sur ce qu’on est capable de faire et qui serait susceptible
d’intéresser un employeur –, ou l’apprentissage d’un métier artisanal à l’AFPA. Pour les
jeunes qui fréquentent la mission locale il est impensable de faire un CAP, puisque l’artisanat
n’embauche pas d’apprentis.
« CAP, le gros souci c’est de trouver l’employeur. Je vais te donner un
exemple. Un jeune homme, il veut devenir boucher. Les métiers de bouche, ça
embauche, tu vois plein de pub. Il a fait toutes les boucheries de la CUS
[Communauté Urbaine de Strasbourg], il a même été jusqu’à Brumath, Molsheim,
pas un seul mec qui recherchait un apprenti. Et quand tu n’as pas d’employeur, tu
ne peux pas rentrer en CAP. (…) Je me suis vue quémander. J’ai fait ma
commerciale, à dire « oui, si on l’embauche en tel contrat de travail, vous aurez
des subventions supérieures par rapport à ce contrat… »
Selon Charlotte il serait souhaitable que les Conseillers Mission Locale soient
réellement formés. Ils sont en effet recrutés en fonction de compétences non spécialisées : par
exemple,
ils
sont
simplement
psychologues.
Cela
engendre,
selon
elle,
des
dysfonctionnements : certains veulent absolument « mettre en emploi » des jeunes, alors qu’il
serait parfois plus judicieux de leur proposer des formations. Apprendre à distinguer s’il faut
proposer à un jeune une formation ou bien un emploi serait donc la finalité de la formation à
l’emploi de Conseiller Mission Locale.
Enfin Charlotte évoque trois dernières formations : celle des Conseillers à l’emploi,
celle des jeunes en difficultés à l’école, celle des animateurs d’activités périscolaires. Tout
d’abord le Conseil Général veut développer une formation (dont Charlotte espère être
« coordinatrice ») pour les Conseillers à l’emploi RMI, ou les agents détachés de l’ANPE. Ici,
selon Charlotte, la formation pourrait se réduire à un échange d’expériences. À l’heure des
forums sur internet, les professionnels semblent malgré tout très isolés.
Ensuite, la CUS veut mettre en place un programme intitulé « réussite éducative ». La
formation scolaire n’étant pas adaptée à certains enfants (« les redoublants, les handicapés,
les enfants issus de familles monoparentales », entre autre), il faut la compléter par
l’intervention d’associations auprès des familles (les familles devront alors fréquenter « un
lieu d’accueil parents-enfants »).
Charlotte nous apprend encore que les animateurs périscolaires, qui font de
l’animation auprès des enfants, avant et après l’école, mais aussi, pendant les horaires
244
scolaires, doivent désormais être diplômés (bac +3) et suivre une formation qui comprend
notamment du droit. On ne saurait s’occuper d’enfants sans connaître la charte des droits de
l’enfant, on ne saurait être salarié dans ce domaine, sans connaître les droits des salariés.
Lorsqu’ils interviennent pendant les horaires scolaires, les animateurs dispensent également
de la formation : formation scientifique, formation à la découverte de la nature, etc. Si on voit
ici que pour occuper des enfants avant et après l’école, un simple BAFA ne suffit plus, on voit
également qu’on considère que l’institution scolaire et les instituteurs ne sont désormais plus
suffisants pour assurer la formation primaire des enfants.
On notera que le même niveau de diplôme est requis pour être soit animateur
périscolaire, soit instituteur. On est bien face à une « avancée sociale » : la qualification (ou
professionnalisation) d’un « petit boulot ». Mais on se demande alors pourquoi les animateurs
périscolaires ne sont pas plutôt devenus instituteurs : la sécurité comme les avantages de
l’emploi sont plus importants pour les instituteurs que pour les animateurs. En réalité, et
paradoxalement, ce qui se présente comme une avancée sociale pour les uns, ne masque-t-il
une régression sociale d’ensemble en matière de « qualité » d’emploi ?
Les formations suivies ou évoquées par les interviewés sont donc variées. On
distingue les formations de l’esprit, généralistes ou universitaires : l’école évoquée par
Charlotte, la faculté de biologie, Sciences Po, khâgne, les facultés de philosophie et de
langues, la faculté de droit.
Les formations professionnalisantes : le CAP et le BEP d’électromécanicien, le BTS
professions immobilières, le diplôme dispensé par l’institut de management, l’Ecole de
commerce, le DESS relations publiques liées à l’environnement, le DESS politiques publiques
européennes, le DESS ressources humaines (évoqué par Charlotte), les formations dispensées
par l’AFPA, la formation des animateurs périscolaires. Toutes ces formations donnent accès à
un diplôme et à des stages, mais les stages ou les diplômes ne donnent pas toujours accès à
l’emploi et les employeurs ne leur reconnaissent pas forcément de valeur. Seule Catherine
semble véritablement satisfaite de la formation de ce type et reconnaît une utilité à la partie
théorique d’une telle formation.
Les formations internes : celle qui délivre le diplôme d’opérateur en pétrochimie, la
formation de pompier, la formation de vendeur, les formations de vente « Century 21 », les
formations aux directives européennes évoquées par Catherine, les formation des Conseillers
à l’emploi que veut mettre en place le Conseil Général, dont parle Charlotte. Ces formations
245
semblent avoir, sinon une utilité pratique concevable, au moins un intérêt en termes de
connaissance du monde social (le cas de Nicolas).
Les formations préparant à des concours : aux concours d’éducateurs spécialisés,
assistants de services sociaux, etc., fonctionnaires européens. On remarque qu’elles sont
dispensées par des professionnels de la formation et non par des professionnels ayant obtenu
un de ces concours (Charlotte et Catherine), si bien que leur utilité est difficile à évaluer.
Les formations en insertion : Charlotte qui est la professionnelle de ce secteur évoque
à ce propos « la gestion de groupe » qui semble être le principal « savoir-faire » requis du
formateur, ces formations « occupent » les gens, permettent à des organismes de formation
d’embaucher des salariés, et principalement de dégonfler la liste des demandeurs d’emploi.
On voit que nos interviewés se sont formés seuls sur le tas (parfois à l’occasion d’un
stage), ou bien ont été formés par la formation interne. On constate enfin de compte que
formations externes professionnalisantes et les formations en insertion deviennent ainsi
suffisamment nombreuses pour faire vivre tout un secteur économique qui ne sert finalement
qu’à freiner l’accroissement des chiffres du chômage : soit parce que les gens en formation ne
sont plus demandeurs d’emploi, soit parce que ce secteur est créateur d’emplois.
II.7.3. Le travail en équipe : coopération pour une plus grande productivité ? Entraide
pour un partage des informations et des connaissance ? Solidarité pour opposer une résistance
du collectif aux directives managériales ?
Régis (à la raffinerie): « C’est que du travail d’équipe. Tu travailles seul, mais c’est
toujours en équipe, les collègues tu les entends sur la fréquence. »
Marc (en stage dans une entreprises sous-traitante pour la Lyonnaise des eaux):
« Donc il y a des équipes qui s’occupent de la réparation de ces réseaux [d’eau potable]»
Marc (en recherche d’emploi) : « Quand je recherche un boulot, c’est l’équipe avec
laquelle je vais être amené à bosser »
Charlotte (à la Mission Locale) : « Mais si tu es fort en équipe, tu es fort en individuel,
surtout pour ces jeunes-là »
Tous évoquent la notion de travail en équipe. Régis est « chef d’équipe » des
pompiers. Céline, à la Cité de l’habitat, a dû travailler avec une amie qui était son assistante, il
y a également travail d’équipe ; à l’agence immobilière il y a aussi une équipe. Marc a
travaillé seul, mais il a aussi observé des équipes travailler lors de ses stages. Catherine quant
à elle élabore des formations avec d’autres personnes. Nicolas a presque toujours travaillé
246
avec une équipe, que ce soit à la régie des bus, dans le magasin de meubles, ou lorsqu’il était
employé pour relever les compteurs de chauffage. Charlotte par contre déplore un manque de
travail en équipe à la mission locale. Seul Mathieu évoque une coopération (dans le squat) qui
n’a rien à voir avec du « travail en équipe ».
L’intérêt du groupe, pour Mathieu, est d’être le fondement de l’échange, au sens du
débat et du partage. Dans la lutte pour la revendication de la maison, le groupe était très
soudé, ensuite il y a eu des divergences sur la considération de ce qui fondait la valeur : pour
certains, le travail, pour d’autres, la politique, la parole publique. Selon Mathieu, le travail
devrait être le support de la parole publique, de l’échange. Conceptuellement, le groupe n’est
pas parvenu à cette conclusion, si bien que la division entre les tenants de la parole et les
tenants du travail a généré l’éclatement du groupe :
« il y a eu des divergences par rapport à la question de : que faire de son
temps. Y en avait pour qui la seule activité valable c’était la critique sociale, le
blabla, et d’autres pour qui, maintenant qu’on avait enfin un jardin, on allait
planter des carottes. »
Marc évoque cette division à sa manière. Il a voulu connaître l’organisation d’une
entreprise, les différentes fonctions : commerciales, marketing, gestion de la ressource
humaine, etc. Lors de son stage à la Lyonnaise des eaux, il a vu de très près ce
fonctionnement : il a observé, à la demande de l’équipe de direction, les équipes qui
intervenaient sur le terrain. Il a observé des équipes soudées, qui n’entendaient pas qu’on leur
fasse changer leurs habitudes de travail mises en place depuis dix ou vingt ans. Pourtant pour
ces équipes selon Marc, le manque de productivité aboutissait à un travail finalement moins
diversifié et leur était donc immédiatement préjudiciable :
« Chaque jour il y avait des pannes sur le réseau d’eau potable, et des
pannes sur le réseau d’assainissement des eaux. Donc il y a des équipes qui
s’occupent de la réparation de ces réseaux. Et il y a un service d’ordonnancement
qui planifie le travail pour l’entreprise pour gagner un maximum de temps, donc
un maximum d’argent ; et ils [la Lyonnaise des eaux] n’avaient pas d’idée de la
rentabilité du service d’ordonnancement, alors ils voulaient mettre en place des
indicateurs qualité. Donc c’est ce que j’ai dû faire, en concertation avec les gens
qui travaillent directement sur le terrain, les gens qui travaillent à la cellule
planning, et les différentes directions qualités. Pour gagner de l’argent, il faut faire
des opérations qui prennent le moins de temps possible. Donc sensibiliser les
personnes sur le terrain au fait que sur des opérations qui doivent prendre dix
minutes, c’est pas normal qu’elles durent une heure ou deux. (…) cette boîte, elle
avait bien une vingtaine d’années d’existence, et ce problème existait depuis vingt
ans. Ils ont attendu qu’il y ait un petit jeune en stage qui se présente pour lui
247
proposer une mission comme celle-là. Au final personne n’avait encore été
capable de résoudre le problème. (…) Moi je voyais très bien les objectifs de la
direction qui étaient de gagner du temps, donc de gagner de l’argent. Mais ce
n’était pas ce qu’on me demandait de mettre le plus en avant, effectivement.
C’était plutôt de leur faire comprendre que si ils passaient moins de temps ici, ils
allaient pouvoir aller sur d’autres pannes, c’était plus diversifiant pour eux aussi. »
Nicolas apporte sa version du même phénomène. Les chauffeurs-livreurs, très
productifs, n’ont pourtant pas un travail très diversifié, mais ils livrent à beaucoup d’endroits
différents dans une journée. L’équipe est soudée, ils s’entraident. C’est un management par la
peur qui fonctionne dans cette entreprise :
« Aux chauffeurs-livreurs, on leur disait toujours « la boîte ne marche pas,
il faut livrer plus, plus vite », et côté vendeurs… ce n’était pas du tout vrai, la
boîte marchait, même très bien. N’empêche qu’on poussait les chauffeurs-livreurs
à livrer toujours plus vite. (…) Et alors ces types-là, par peur de perdre leur
emploi, ils fermaient leur gueule par rapport aux conditions de travail… Il y avait
des moments où ils se mettaient en congé maladie parce qu’ils n’en pouvaient
plus. Régulièrement il y en avait un qui était en congé maladie, ils ne pouvaient
pas faire autrement. Même nerveusement… (…) Entre eux ils se serraient plus ou
moins les coudes, mais d’avoir toujours ce discours du patron et leurs supérieurs
(…) en gros, « si vous ne faites pas le boulot, on prend quelqu’un d’autre », les
types ils faisaient ça depuis des années, des anciens de la boîte… Même à l’égard
des anciens il y avait ce discours fallacieux. »
À la régie des bus, il y a également une équipe. Les anciens apprennent un certain
nombre de choses à Nicolas, qui apprécie cet apprentissage, et qui, par la suite, voit ses tâches
évoluer. Il est satisfait de la diversification de son travail :
« Après il y a eu une période où j’avais plus (davantage) un statut
d’assistant électricien, c’est-à-dire que je faisais du câblage. Ca demandait un peu
plus de dextérité. J’avais un appareil à poser et à câbler dans le moteur… J’ai
aussi été amené à programmer des mémoires, des circuits imprimés… en fait on
les programmait par rapport aux nouvelles destinations. Je travaillais avec un
ordinateur, j’ai fait un petit peu d’électronique quoi. J’ai fait pas mal de soudure…
C’était plus intéressant, parce que… mon supérieur hiérarchique direct, c’était
quelqu’un de très sympa et qui ne rechignait pas à m’apprendre des choses. Dans
le travail que je faisais, il y avait un certain apprentissage, donc c’était assez
agréable. En même temps que je bossais, que je ramassais un peu de thunes,
j’apprenais quelque chose. »
248
Catherine évoque ses collègues avec lesquels elle peut aller boire des verres et
« discuter boulot ». Elle a élaboré un programme de formation aux concours avec eux. Mais
elle travaille également avec des « assistantes de formation » :
« au début on leur dit : « vous faites ça, vous faites ça, vous faites ça… »,
puis après au bout de quelques temps, on leur donne le bébé, et elles se
débrouillent, mais elles se débrouillent totalement. »1
Céline travaille à la Cité de l’habitat avec une équipe composée de son patron et de
son amie qui est son assistante. Dans cette équipe, elle doit prendre des initiatives, mais au
final, c’est son patron qui décide, et la collaboration avec son amie ne fonctionne pas. À
Century 21, il y a également une équipe. Dans l’agence qui va la recruter en contrat de
qualification, l’équipe est animée par un « bon manager », et dans l’agence où elle avait
d’abord été recrutée, l’équipe est animée par une mauvaise manager. Le bon manager est celui
qui veille à ce qu’il n’y ait pas de concurrence entre les commerciaux, et qui fait avancer
chacun en aidant à valoriser ses capacités (en envoyant Céline en formation par exemple).
Charlotte évoque plusieurs fois le travail en équipe. Au CLAM [Crédit Lyonnais Asset
Management], lorsqu’elle doit réaliser des présentations de produits boursiers, une personne
de l’équipe la rassure sur sa capacité, dont elle doute, à effectuer cette tâche. Ensuite elle
observe que les dirigeants qui se font licencier, partent avec « leur équipe ». Dans le cabinet
d’avocat, l’équipe a le défaut de mettre les avocats en concurrence les uns avec les autres. À
l’association L’Atelier, elle essaie de former équipe avec l’animateur qui fait travailler les
jeunes sur le chantier. Enfin à la mission locale, les conseillers ne souhaitent pas déléguer
leurs « dossiers » lorsqu’ils partent en vacances, ce qui a des effets négatifs sur
l’accompagnement dont bénéficient les jeunes.
Régis travaille en équipe, d’abord parce que sur chaque poste il y a deux personnes.
Ensuite parce que d’un poste à l’autre, les opérateurs s’entraident en cas de problème. De
plus, la raffinerie fonctionne en continue, la nuit et le jour, donc les opérateurs de jour
prennent la relève de ceux qui ont travaillé la nuit. Enfin, les pompiers sont obligés
d’intervenir en équipe. « Flexibilité », « adaptabilité », « disponibilité », ces trois termes
1
Nous ( E.W.) avons rencontré par hasard, Christine, assistante de formation au CESS. Christine a 28
ans, elle a fait un DEA d'Etudes Théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III) et une Maîtrise de Civilisation
russe à la Sorbonne (Paris IV). Elle parle couramment deux langues, l’anglais, et le russe. Elle a été assistante de
formation et chargée de communication pour le Centre International de Recherches Théâtrales à Strasbourg. « Le
fait que j'ai travaillé en intérim a également joué car ils recherchent des personnes qui s'adaptent facilement et
sont rapidement efficaces. » Elle gagne 1170€ net . Elle était embauché pour un CDD de 10 mois, elle a
désormais un CDD de 27 mois. En tant que contractuelle vacataire elle est tenue de faire 35 h par semaine, les
heures supplémentaires, sont fréquentes mais sont récupérées. En tant que vacataire son emploi est bien sûr
précaire, le turn-over est constant, mais des gens embauchés à ce niveau sont rapidement autonomes.
249
résument le sens du travail en équipe à la raffinerie, explique Régis. « Disponibilité » signifie
qu’il faut se rendre sur le lieu de travail en cas de problème, même si on est en vacances.
« Flexibilité » et « adaptabilité » signifient qu’il faut savoir tenir plusieurs postes pour
effectuer des remplacements.
On s’aperçoit en fait qu’il y a trois sens différents du travail en équipe. L’entraide tout
d’abord, ensuite la division des tâches, et enfin la communication. L’entraide : l’équipe sert à
se « serrer les coudes » dans des conditions de travail difficiles. C’est le cas de Nicolas
lorsqu’il est releveur de compteur :
« j’ai tenu assez longtemps parce que j’avais un collègue qui m’épaulait,
dès qu’il voyait que je me décourageais… Comme lui ça faisait douze ans qu’il
faisait ça, bon je me disais, lui il a tenu pendant douze ans, je peux tenir pendant
six mois… »
C’est encore son cas lorsqu’il travaille avec les chauffeurs livreurs. C’est également le
cas de Régis lorsqu’il évoque les problèmes qui peuvent survenir sur un poste :
« Le fait de travailler dans des conditions extrêmes, ça crée aussi des liens.
Quand il y a un gros orage, être ensemble c’est bien. C’est déjà arrivé, qu’on soit à
dix sur un problème, tout le monde est venu, même ceux qui n’avaient pas à jouer
un rôle, ils sont venus donner un coup de main. Si c’est la merde chez un type, et
que chez toi c’est cool, tu vas donner un coup de main. »
Le travail en équipe peut être fondé sur la division hiérarchique des tâches, c’est ce
qui se passe pour Céline, qui obéit à son patron et qui doit être aidée par son assistante, c’est
le cas de Catherine qui délègue certaines tâches aux assistantes de formation, c’est encore le
cas de Marc qui est l’intermédiaire entre la direction et les travailleurs de terrain, ou enfin des
équipes du CLAM, évoquées par Charlotte, qui réunissent des dirigeants, leurs secrétaires ou
assistants.
Le dernier sens du travail d’équipe, la communication, est celui qui réunit des salariés
qui ont la même fonction et qui échangent des informations : Charlotte et l’animateur du
chantier, ou bien Charlotte et les conseillers mission locale ; Catherine et ses collègues avec
lesquels elle élabore les formations ; l’équipe de pompiers ; Nicolas et les travailleurs de la
régie des bus. Ainsi tous les membres de l’équipe font la même chose, la division des tâches
n’est pas la même que précédemment, il n’y a pas de travailleurs spécialisés, et ils sont ainsi
interchangeables. Pourtant, il ne s’agit pas d’entraide telle que précédemment, elle n’est pas
250
spontanée. Ici l’entraide est formelle, parce que tous les travailleurs ont intériorisé, se sont
appropriés, et adhèrent personnellement, à la finalité du travail : pour le dire autrement, ils
s’organisent eux-mêmes, et échangent des savoirs ou des informations, parce qu’ils le jugent
bon. Charlotte, elle, fait état d’un déficit de partage, qui ne nuit ni aux salariés
individuellement – ce qui pourrait être le résultat d’un déficit d’entraide – ni à la réalisation
du travail – ce qui pourrait être le résultat d’un déficit de division des tâches :
« Dans les missions locales tu es très seul. Il n’y a pas d’échanges sur les
pratiques. Mais si tu es fort en équipe, tu es fort en individuel, surtout pour ces
jeunes-là. Là, il y en a plein qui sont partis en vacances, et ben on dit aux jeunes
« vous attendez que votre conseiller il revienne. »
Mais il y a déficit de partage des informations entre les conseillers à l’emploi, et cela
nuit, selon elle, à la qualité du service, dans un autre contexte on dirait « à la satisfaction du
client ». Pour qu’il y ait travail en équipe, dans ce cas, une communauté de valeurs et de
désirs de la part des divers membres est requise. Ce qui implique alors un engagement
personnel dans l’activité.
II.7.4. Qu’est-ce qu’être « en recherche d’emploi » ?
Marc (au chômage) : « On te taquine toujours un peu, on te pose toujours les mêmes
questions, et au final le lien avec la famille et les amis se déconstruit un peu je trouve, quand
tu es en période de recherche d’emploi. »
Nicolas (même situation) : « Au début c’était très dur, parce que… j’étais en recherche
d’emploi et je ne trouvais absolument rien. »
Marc et Nicolas utilisent l’expression « être en recherche d’emploi ». À la différence
d’être « au chômage », « en recherche d’emploi » ne semble pas quelque chose de négatif,
mais un moment normal (on est en recherche d’emploi, comme en stage, en maladie, ou en
vacances), l’expression banalise une situation.
Régis n’a jamais été « en recherche d’emploi », mais a toujours été « employé » :
après son stage il est régulièrement employé par une agence d’intérim, qu’il quitte parce qu’il
est employé par la raffinerie. Céline ne mentionne pas le fait qu’elle est « en recherche
d’emploi » entre son licenciement à la Cité de l’habitat et son embauche à Century 21, parce
qu’elle n’a été que quinze jours au chômage. Catherine a été licenciée pendant son congé
maternité, elle a été presque immédiatement embauchée comme chef de projet à la suite de
celui-ci. Mathieu demande s’il peut faire des remplacements au rectorat, autrement dit, il fait
251
des choses précises, et n’est pas en attente d’une chose aussi vague qu’un emploi. Charlotte a
été trois fois « en recherche d’emploi », mais elle n’utilise pas l’expression. La première fois,
alors qu’elle cherche d’ailleurs plutôt un stage qu’un emploi. La seconde fois, elle cherche un
emploi dans différents secteurs, le travail social entre autres. La troisième fois, elle change
d’association.
Pourquoi seuls Nicolas et Marc utilisent-ils cette expression ? Marc a été deux fois en
recherche d’emploi. La première fois, au sortir du DESS, la recherche dure un an et demi. La
seconde fois, au moment de l’entretien, la recherche dure déjà depuis neuf mois. Nicolas
utilise l’expression pour désigner la période où il est en Italie, avant d’avoir trouvé ses postes
de lecteur. Cette période avait duré environ deux mois. Mais Nicolas utilise également une
autre expression qui a la même signification pour lui : « quand je décide de bosser ». Etre en
recherche d’emploi, ce n’est pas être chômeur, c’est avoir « décidé de bosser », sans y
parvenir immédiatement (en effet Nicolas n’a jamais recherché un emploi aussi longtemps
que lorsqu’il était en Italie). Tous les deux veulent signifier cette différence : être en recherche
d’emploi implique d’être au chômage (rémunéré ou non), mais être au chômage n’implique
pas d’être en recherche d’emploi. Par ailleurs être en recherche n’emploi n’est pas non plus
exactement « rechercher un nouvel emploi ». Charlotte n’est pas actuellement « en recherche
d’emploi », bien qu’elle cherche un nouvel emploi.
En fait, être en recherche d’emploi, c’est être actif au sens de ce que veut l’ANPE qui
vérifie combien de réponses négatives ont reçu les chômeurs inscrits à l’ANPE (politique
d’activation). Être en recherche d’emploi c’est avoir intériorisé la contrainte, c’est-à-dire les
consignes qui exigent du demandeur d’emploi qu’il occupe ses journées à rechercher
activement un emploi. Marc fait encore ce qu’on exige de lui, il est « en recherche d’emploi »,
il ne « profite » pas (intentionnellement) des cotisations salariales et patronales. Dans ce sens,
Nicolas était en recherche d’emploi, vu qu’il ne profitait pas de son temps libre (pour avoir
des loisirs). Être en recherche d’emploi, ce n’est pas rechercher un emploi en plus d’exister
sereinement, c’est réduire toutes les activités de l’existence à la recherche d’un emploi.
II.7.5. Les différents sens du « relationnel » dans le travail
Céline (décrit son rôle à la Cité de l’Habitat) : « faire le lien entre les entreprises de la
Cité et leurs attentes »
252
Marc (décrit la fonction qu’il a choisie) : « du terrain, de la relation humaine, à peu
près 50/50 entre le temps passé au bureau et le temps passé sur le terrain… je trouvais que la
fonction commerciale elle remplissait relativement bien ça »
L’intitulé du DESS de Marc : « relations publiques liées aux problématiques
environnement »
Catherine (décrit sa fonction lors d’un stage dans une agence de relations publiques
lorsqu’elle est à Sciences Po) : « On paie des femmes qui font du relationnel avec des
journalistes »
Catherine (à propos du DESS) : « C’est un diplôme pour former des intermédiaires »
Mathieu : « Mais ce monde-là n’existe que dans des relations entre des gens. »
Charlotte (décrit le poste qu’elle aurait voulu occuper : déléguée du personnel dans
une entreprise) : « Je me voyais dans tout ce qui était relations avec les délégués du personnel
et les délégués syndicaux »
Tous les entretiens évoquent, de façon positive, le relationnel : Régis, quand il était
chargé de renseigner les chauffeurs routiers (le poste est sympathique : « je montais avec eux,
t’imagines pas le nombre de bières que j’ai bues dans les camions ! ») ; Marc, qui insiste sur
le fait que « la relation humaine » est l’essence même du rapport commercial. Catherine a
« adoré » faire les conférences sur l’euro, elle a également aimé rencontrer les lobbies
lorsqu’elle était stagiaire au Parlement Européen. Nicolas précise qu’avoir l’occasion de
nouer un petit dialogue avec les gens (lorsqu’il relève les compteurs) est une chose « toujours
agréable ». Charlotte a trouvé son second emploi au CLAM intéressant, parce qu’elle était en
relation avec diverses personnes : traders, commerciaux, etc. Seule Céline montre une certaine
réticence sur le sujet : à la Cité de l’habitat, le relationnel consistait surtout à réclamer aux
entreprises les cotisations dont elles ne pouvaient s’acquitter, et elle se demande comment elle
aurait pu argumenter. Quant à Mathieu, il se garde bien d’employer le terme. La
communication, l’échange, le partage sont choses plus profondes que « le relationnel ».
Le relationnel est un rapport bien spécifique. C’est un rapport à autrui désintéressé et
qui n’engage pas : en ce sens, c’est un synonyme de la « sociabilité ». C’est pourquoi le
relationnel n’est pas synonyme de la communication au sens où l’entend Mathieu, puisque
celle-ci engage. C’est pourquoi le rapport de Céline au relationnel est complexe, toute son
activité s’y réduit d’une certaine manière. Mais il en va de même pour Marc. Dans ces deux
cas, le relationnel est « spécialisé », ils ne sont pas libres d’entretenir les rapports qu’ils
veulent ( soit courts, soit prolongés), et sur le ton qu’ils désirent, avec les personnes qu’ils
253
rencontrent. Céline voit bien que le relationnel qu’elle doit entretenir est intéressé. Elle
échoue parce qu’elle ne dispose pas des « outils » adaptés pour mener à bien ce relationnel :
« ce qu’ils me demandaient, ça ne faisait pas partie de mes compétences ». En revanche, on
lui a appris à faire du relationnel avec les particuliers qui veulent vendre une maison (« à un
moment, tu dis que tu es une agence, mais pas tout de suite »), mais on ne lui a pas tout
appris, c’est pourquoi elle a besoin de la formation interne.
Le relationnel est en effet, d’une part, une sorte de pause intégrée dans le travail
même : on sort de son rôle d’employé pour s’intéresser aux autres, mais sans engager une
véritable « relation ». C’est cela qu’évoquent Régis (avec les chauffeurs), Charlotte (au
CLAM), ou Nicolas (lorsqu’il relève les compteurs). Par ailleurs, puisque la relation ne sera
pas prolongée, on peut éventuellement inventer n’importe quel rôle (cas de Catherine
lorsqu’elle fait les conférences sur l’euro : « tu vois tu es là en train de faire ton théâtre, tu
vois leurs yeux qui s’illuminent, tu fais ton one man show en permanence, c’est extrêmement
gratifiant »). Dans certains cas le relationnel est spécialisé, et c’est bien ce que décrit
Catherine en évoquant le fonctionnement d’une agence de relations publiques :
« On paie des femmes qui font du relationnel avec des journalistes : elles
leur envoient des dossiers de presse, elles les invitent à déjeuner, elles vont dans
les mêmes clubs le dimanche midi où leurs enfants peuvent jouer ensemble… »
Or ce « relationnel spécialisé », c’était ce que Céline n’arrivait pas à « produire » à la
Cité de l’habitat, mais c’est encore ce qu’elle doit faire à Century 21. C’est également ce que
doit produire Charlotte dans le travail social, ou Catherine lorsqu’elle était chef de mission.
Entre ce relationnel spécialisé et le relationnel-pause, il existe deux intermédiaires : le
premier concerne les rapports entretenus entre collègues. On voit bien, dans le cas de Nicolas,
que le petit dialogue avec les gens n’est pas du même ordre que le soutien que lui apporte son
collègue. Le rapport avec les collègues peut être un rapport durable, donc un rapport engagé.
Les rapports entretenus entre collègues se rapportent à la notion d’équipe que nous avons déjà
examinée. Le second relationnel intermédiaire entre le relationnel spécialisé et le relationnelpause concerne la relation d’enseignement (évoquée par Mathieu et Nicolas) ou la relation
commerciale (évoquée par Céline et Marc). Bien qu’il s’agisse de relationnels spécialisés,
ceux-ci s’en différencient : on les appelle « l’enseignement », « le commerce » !
Il faut examiner de plus près ce qu’est le relationnel spécialisé. Il est nécessairement
intéressé car il a finalité. Cette fin, c’est l’influence. Céline pense que, puisque cette pratique
s’apprend, il ne s’agit pas de relationnel, mais, dans son cas, de vente. Or Marc ne l’entend
254
pas de cette manière. Pour lui, la vente est du relationnel : le commerce, c’est la préservation
des intérêts de chacun, pour lui il n’y a plus d’intérêt à « arnaquer le client ». Dès lors, à
l’occasion d’un contrat de vente, on discute de façon presque désintéressée :
« Les enjeux ne sont pas les mêmes entre vendre une voiture ou vendre un
service lié à la gestion des déchets ou de l’eau. Mais la technique d’approche est
la même : avec des grandes capacités d’écoute, des capacités de négociation, de
fidélisation… (…) Au final, la vente se résume plutôt à une préservation des
intérêts du client et des nôtres. C’est une espèce de consensus, et on se place au
milieu, avec un effort sur le prix… c’est vraiment ça qui m’a plu. »
Charlotte, elle, n’enseigne pas mais influence les gens : elle veille à ce qu’il y ait
émulation dans un groupe, à ce que les jeunes prennent conscience de « leur niveau » (au
chantier école) ou de leur absence de qualification (à la mission locale) :
« Je lui dis : « Tu veux aller travailler ? On va faire ton CV et tu
postules », souvent il revient au bout de trois mois : « T’as rien trouvé ? Ca
t’étonne ? T’as rien ! » Il faut leur parler comme ça, parce que pour lui, il était
payé 1 500 net. Le but c’est de travailler le projet professionnel, tu les mets en
relation soit avec des organismes de formations bilans de compétences, où ils vont
une fois par semaine pendant six semaines, où ils ont quelqu’un en individuel, si il
n’y a pas d’autre formation à leur proposer, il faut bien qu’on les occupe et que ça
avance. »
Quant à Catherine, lorsqu’elle était chef de projet, elle devait faire en sorte que des
relations s’établissent entre divers organismes de formation. Elle était l’intermédiaire qui les
mettait en relation, ce qui devait aboutir à la mise en place d’un Master commun entre deux
organismes, par exemple :
« Là c’était surtout écouter et faire des propositions qui puissent aboutir à
ça. Mais les propositions je ne les ai pas faites moi toute seule. Moi j’ai surtout
écouté… discuté avec mon chef, mis en ordre les idées avec lui et ensuite
écrire. (…) Au bout du compte, je crois que le pôle ne va jamais vraiment naître.
Mais ce qui est un certain c’est que depuis cette étude, y a une multitude de liens
qui se sont créés entre les institutions. (…) Le pôle ça va surtout être des
directeurs, des chefs de service, qui vont se rencontrer, échanger des idées, et
monter des projets en commun. »
Son DESS dit-elle, formait « des intermédiaires ».
Dans le cas du « pôle européen », il s’agit de faire en sorte qu’un esprit d’équipe
anime les responsables des divers organismes, comme un esprit d’équipe devrait animer les
différents conseillers à l’emploi qui au départ ne se connaissent pas, ou les fonctionnaires
255
administratifs d’État et territoriaux. Mais que fait l’intermédiaire ? Du relationnel, c’est-à-dire
du relationnel spécialisé. Catherine, chef de projet, était exactement dans la même situation
que Marc ou que les salariées de l’agence de relations publiques, au sens où elle entretenait
une relation désintéressée dans un but intéressé, autrement dit, elle influençait (une incitation
en douceur).
Pour vendre, il faut, disent Céline et Marc, d’abord faire « une bonne découverte du
client ». Ce qui requiert de « grandes capacités d’écoute », dit Marc, ce que dit également
Catherine de son emploi de chef de projet. Ensuite, ajoute Céline, « tu proposes trois biens :
un qui correspond mais qui est trop cher, un qui correspond exactement, puis une merde »,
« en général ils achètent ce que tu veux qu’ils achètent ». On n’arnaque pas le client, comme
dit Marc, et Céline montre que « ce que tu veux qu’ils achètent », c’est ce qui
« [leur]correspond exactement ». Mais elle sait aussi qu’elle devrait ajouter : « c’est ce qui
leur correspond, parmi ce que tu as en réserve, parce qu’ils trouveraient peut-être mieux (ou
moins cher) ailleurs ». Or, de la sorte, les clients ne songent plus à aller voir ailleurs… Telle
est l’influence de l’intermédiaire, ce dernier n’étant pas forcément un vendeur. Voyons les cas
de Catherine ou de Charlotte : Catherine propose des rapprochements et montre qu’ils
s’imposent avec évidence. C’est ainsi qu’elle constate qu’il faut réduire le nombre de
formations qui sont souvent des doublons, ce qui signifie qu’il faut homogénéiser l’offre de
formations. Charlotte est l’intermédiaire entre les jeunes et les « organismes compétents »
pour prendre en charge les problèmes des jeunes ( « tu sais très bien que ce gamin tu ne lui
parles pas d’emploi d’abord. Enfin si, parce que c’est un prétexte. (…) tu orientes. Tu
orientes vers des gens compétents »). Elle ajuste l’offre (des associations, des organismes de
formation), à la demande (demande des jeunes qui concerne ou bien de l’argent ou bien un
emploi).
Il faut remarquer que les grandes capacités d’écoute requises dans le relationnel
spécialisé, ne sont pas de l’ordre du relationnel-pause, mais de l’ordre de la cordialité ou
plutôt de l’ordre de la relation clinique.
II.7.6. Faire commerce de toute chose
Nous venons de souligner la différence de perception de la relation commerciale entre
Marc et Céline. Pour Céline, la vente est conditionnée par l’application de techniques de vente
qui s’apprennent. Pour Marc, la vente est un échange de services. Nicolas a également eu
256
affaire à la vente et a une vision très négative de celle-ci : selon lui, le vendeur ne se
préoccupe que de vendre, il ne tient jamais compte des intérêts du client :
« L’horreur c’est que les vendeurs s’attaquent à des gens qui ont très peu
de moyens, et ils leur font miroiter… ils vendaient des trucs super chers à des
gens qui n’avaient pas une thune quoi. Donc des crédits sur je sais pas combien de
mois. Les gens à partir du moment où tu leur proposes un crédit… ils achètent,
quoi. »
Catherine de son côté vend des formations :
« on demande 400 euros pour trois jours de formation. Mais en réalité on
est à la moitié, ou même au tiers du prix réel… le prix des autres. (…) Ce que ça
nous coûte réellement, en terme de temps de travail, à mon avis on n’est pas
loin. »
Charlotte déplore quant à elle d’avoir dû faire « [sa] commerciale », et désapprouve
que le travail en mission locale soit le fait de gens « très commerciaux » (« J’ai fait ma
commerciale, à dire « oui, si on l’embauche en tel contrat de travail, vous aurez des
subventions supérieures par rapport à ce contrat… » »). De ce fait Nicolas et Charlotte
partagent la même vision du commerce : « tous les moyens sont bons ».
Marc sait que la finalité d’une entreprise est toujours de faire du profit. Mais il sait
aussi que les entreprises sont soumises à des contraintes : d’abord, elles doivent s’aligner sur
les tarifs de la concurrence, ensuite c’est la communication qui est au centre de la vente bien
plus que le produit, enfin c’est la satisfaction du client qui permet à l’entreprise de perdurer.
Les marges bénéficiaires des entreprises devraient être réduites, c’est son constat lorsqu’il est
salarié. La communication est primordiale, c’est pourquoi en stage il est chargé de travailler
sur un rapport de communication. C’est la satisfaction du client qui compte : c’est la raison
pour laquelle il considère que le commerce « n’arnaque pas », et c’est pourquoi il faut « avoir
des grandes capacités d’écoute ».
Quand Marc prend le point de vue du client, il considère que la concurrence qui réduit
les marges bénéficiaires est une bonne chose, et quand il prend le point de vue des salariés, il
dit que l’intensification du rythme diversifie l’activité. Le revers de cette vision idéalisante du
système, est que lui-même n’y a trouvé sa place que comme stagiaire, et que personne ne tient
à l’embaucher.
Catherine vend des formations qu’elle trouve chères. Elle-même préfèrerait baisser les
tarifs, cependant la législation l’interdit. Baisser les tarifs, explique-t-elle, ce serait vendre en
257
dessous du coût de production, car la formation revient à peu près à 400 euros, c’est-à-dire le
prix pour laquelle elle est vendue. On ne peut être certain de l’objectivité de ce calcul. Vendre
des formations, c’est « surfer sur l’angoisse des gens », dit-elle. Pourtant, c’est parce qu’elle
vend des formations que son emploi a du sens :
« Faire que de la prospective et de la planification, et oublier qu’il faut
agir, c’est tout à fait une maladie possible… C’est comme ça là où je travaille
actuellement, mais ici, il y a un truc qui nous rattrape c’est qu’on est obligé de
s’autofinancer en partie, et qu’il faut produire un peu pour pouvoir se
représenter. »
Le chiffre d’affaires (la production de valeur d’échange) est un critère d’évaluation
d’un emploi que rien ne pourrait évaluer autrement. La production dont parle Charlotte est
une production de listes de gens « occupés ». Ces listes représentent une valeur, puisqu’à
chaque personne occupée, correspond une prime pour l’association :
« Le but c’est de travailler le projet professionnel, tu les mets en relation
soit avec des organismes de formations bilans de compétences, où ils vont une
fois par semaine pendant six semaines, où ils ont quelqu’un en individuel, si il n’y
a pas d’autre formation à leur proposer, il faut bien qu’on les occupe et que ça
avance. Parce que ça c’est une question de subventions pour la mission locale, tu
es payé à la prestation. Si tu déclenches des stages en entreprise de quinze jours, si
tu déclenches des stages en bilan de compétences, la mission locale touche des
sous. Tu es bon conseiller, quand tu les mets en stage ou en bilan de compétences.
Même si ça n’a ni queue ni tête. »
Parmi les quatre interviewés ayant une fonction commerciale, à savoir Charlotte,
Catherine, Marc et Céline, ce sont paradoxalement ceux (celles) qui ont la vision la plus
négative du commerce (Charlotte et Catherine) qui en vivent le mieux. Catherine et Charlotte
sont également celles qui font commerce de la ressource humaine, c’est-à-dire commerce de
formations.
II.7.7. Des compétences en tout genre
Régis : « Au début ils m’avaient dit qu’il fallait de l’adaptabilité »
Mathieu : « je me suis rendu compte, effectivement que j’avais été formé à une
compétence spécialisée, en philo, que je suis vraiment imprégné de cette méthode… donc j’ai
vraiment appris un métier… c’est clair. »
Charlotte : « Je me suis rendue compte que je savais très bien lire un plan, j’avais
acquis ce qu’on appelle “ la mobilité sur le lieu de travail ”. »
258
Directement ou indirectement, tous évoquent les compétences, qui leur sont
reconnues, qu’ils se reconnaissent, ou que l’emploi exige. Régis est désormais compétent pour
travailler dans n’importe quelle industrie pétrochimique : cette compétence est sanctionnée
par un diplôme, le brevet d’opérateur en pétrochimie, ce diplôme accompagne une formation
assez longue en alternance. Céline évoque plutôt négativement ses compétences : elle n’est
pas compétente en vente, parce qu’elle n’a pas de formation ; elle n’est pas compétente en
management, parce que ce n’est pas quelque chose qu’elle « a en elle », (il existe cependant
une formation) ; elle n’était pas compétente en « relationnel » : faire en sorte que les
entreprises en difficulté paient la cotisation à la Cité de l’habitat ne faisait « pas partie de ses
compétences » par défaut d’expérience, et parce qu’elle n’avait pas de dispositions
personnelles. Par contre, elle sait ce qu’est un mandat ou un contrat de vente. Il s’agit ici
plutôt de savoirs, appris lors de sa formation du reste. Marc évoquant les « grandes capacités
d’écoute » parle également de compétences, quand ces capacités d’écoute conduisent à la
signature d’un contrat, il s’agira de compétences. Il parle encore d’intervenants en DESS
« très compétents », ce qui renvoie encore une fois à des connaissances. Lui-même ne s’est
pas montré compétent lorsqu’il s’agissait de transformer les habitudes de travail des employés
de la Lyonnaise des eaux, mais cette absence de compétence ne tenait pas à lui mais à son
statut : les employés savaient que « le petit jeune en stage » ne resterait pas. Catherine
explique que son travail comme chef de projet consistait à « écouter et faire des
propositions », de toute évidence il s’agit là de compétences. De même monter des dossiers
pour obtenir des emplois-jeunes à l’association relève de la compétence. Ou encore être
capable de se former soi-même pour former les autres : acquérir des connaissances sur la
PAC, le savoir nécessaire en comptabilité, la connaissance des contenus des questions aux
concours de fonctionnaires européens. Mathieu dit avoir « été formé à une compétence
spécialisée en philosophie ». Cette compétence tient à sa formation qui l’a « imprégné de la
méthode » du raisonnement philosophique. Nicolas parle de son aisance avec les appareils,
surtout informatiques. Enfin, Charlotte est l’experte en compétences, puisque au cours de la
formation « orientation », son travail consistait justement à faire ressortir les compétences des
jeunes. Elle dispose également de « compétences juridiques », celles-ci sont sanctionnées par
un diplôme, mais ne s’accompagnent d’aucune technicité, d’aucune expérience ou mise en
pratique. Elle évoque une compétence qu’elle s’est découverte et qu’elle essaie ensuite de
transmettre : « la mobilité sur le lieu de travail ». Enfin, elle se reconnaît des compétences en
259
pédagogie : ses capacités d’improvisation ou d’invention, sa capacité de mettre en pratique la
« pédagogie différenciée ».
Il faut donc distinguer les compétences spécialisées acquises au cours d’une formation,
éventuellement sanctionnées par un diplôme – ainsi que l’exprime Mathieu –, des autres types
de compétences. Charlotte cherche en effet des compétences chez des jeunes qui n’ont suivi
aucune formation spécialisée et qui n’ont aucun diplôme. Ces compétences-là sont du type
« mobilité sur le lieu de travail », on les développe avec une certaine expérience, mais cette
expérience n’est donc pas forcément une expérience d’emploi. Un contexte de loisir ou
d’activité bénévole, mais aussi un contexte familial peuvent permettre de les développer.
Ainsi c’est au cours de ses loisirs que Nicolas développe son aisance en informatique. C’est le
contexte familial qui a rendu aptes les personnes de la formation « auxiliaires de vie » à
repasser des chemises ou à faire des petits travaux de couture :
« Parce que tu ne vas pas leur bourriner le crâne à leur expliquer comment
on repasse une chemise, elles savent repasser une chemise. On l’a fait une fois. On
m’a dit « tu leur fais faire de la couture », on l’a fait une fois, on ne va pas le
refaire quinze millions. (…) Donc il y eu l’orientation en ville, découverte de
lieux culturels où c’était pas cher, visite à la bibliothèque. Tout ça ne convenait
pas à ma hiérarchie. »
Le cas de Catherine, pourvue de multiples compétences, est instructif. Lorsqu’elle est
en stage, elle apprend – en pratiquant – à monter un dossier administratif. Lorsqu’elle est
bénévole elle fait le même exercice, à son profit d’ailleurs. Elle s’improvise « médiatrice
euro », avec l’aval et l’encouragement de l’association, c’est-à-dire formatrice. Ensuite elle
aborde un sujet plus complexe, la PAC, qu’elle doit découvrir. Elle est désormais compétente
en montage de dossiers et en formation : ces compétences sont prouvées parce qu’elles ont été
éprouvées. C’est donc à son stage et à son expérience bénévole qu’elle doit ses compétences,
ensuite tous ses postes demanderont des compétences, c’est-à-dire des compétences non
spécialisées, puisqu’il ne s’agit pas de la compétence telle que l’entend Mathieu, dépendant
d’une formation.
Mais pourquoi n’en va-t-il pas de même pour Céline et Marc ? Eux aussi ont fait des
stages. En stage, Céline semblait avoir éprouvé ses compétences, puisqu’on l’avait
embauchée par la suite. Quant à Marc, ayant toujours eu de bons rapports avec ses
employeurs, il pensait aussi avoir éprouvé ses compétences. En réalité, tous les deux ont été
jugés compétents, car l’employeur de Céline s’est montré rassurant sur les qualités de cette
dernière lorsqu’elle a été licenciée. Mais les deux cas sont et ne sont pas similaires. Ce que
260
Marc et Céline ont en commun, c’est d’avoir occupé un emploi sans finalité, ils ont aussi été
victimes d’un licenciement arbitraire. Leur différence, c’est que Céline est prête à partir de
zéro, parce qu’elle ne se reconnaît pas de réelles compétences, alors que Marc tient à faire
reconnaître les siennes, qu’il juge être suffisamment éprouvées. Pourtant, à la différence de
Catherine, d’une part, Marc n’a pas ajouté une année de stage ou de bénévolat à sa formation
– il n’a donc pas su engager le temps et l’argent nécessaire – d’autre part, il n’a pas un
diplôme aussi « brillant » que Catherine (Sciences Po).
Charlotte elle, se situe à égale distance de Céline que de Catherine en terme de
stratégie. Comme Céline, elle renonce à « valoriser » sa formation. Mais comme Catherine,
elle engage du temps afin d’arriver à la position qu’elle souhaite occuper :
« Parce que si je suis amenée à faire des fiches de paie, des contrats de
travail, je peux ensuite retourner en entreprise pour autre chose que de l’insertion.
Parce que par rapport au droit, il me manque de la technicité, je le sais. Si ça peut
être le moyen, je le fais. (…) Moi j’ai toujours vu mon travail… pas comme
vecteur d’identité loin de là, mais comme quelque chose qui pouvait me permettre
de m’épanouir différemment. Là ça ne m’épanouit plus du tout. (…) L’emploi,
c’est aussi un secteur que je connais, donc pour ne pas avoir une position de
débutante ailleurs, il faut quand même toujours trouver quelque chose qui te relie
à tes expériences passées. Pour ne pas démarrer en poste de débutante, il faut
toujours se raccrocher à ce qu’on a fait avant, même si ça ne me plaît plus. Il faut
valoriser, mais avoir un champ où tu peux montrer tes capacités et tes
compétences ailleurs, pour pouvoir capitaliser tout ça et pour que ce soit un
tremplin pour pouvoir vraiment t’en sortir. On n’en sort pas comme ça, moi les
gens qui me disent : « j’ai fait du social et après j’ai été en entreprise », soit ils ont
été pistonnés, soit ils mentent. »
Le chemin ne peut pas être direct entre sa maîtrise de droit et l’emploi d’assistante
juridique dans un CE. Il faut une longue période pour éprouver ses compétences.
Ces observations aboutissent à deux conclusions. La première est qu’un contrat de
travail stipule l’existence d’une période d’essai : un certain temps sera consacré à permettre
au salarié d’éprouver ses compétences. Mais en fait, cette période d’essai dure désormais
plusieurs années, et n’est pas forcément rémunérée (cas de Catherine). La seconde conclusion,
c’est que pour consacrer le temps nécessaire pour « éprouver ses compétences », il faut
pouvoir bénéficier d’une situation sociale et financière « sécurisée » : Catherine pouvait vivre
du salaire suffisant de son conjoint pendant l’année où elle effectue son stage et son activité
bénévole.
On voit aussi que le temps de période d’essai (d’acquisition et d’épreuve de
compétences) se déroule dans des cadres très divers, de sorte que toute activité peut servir
261
l’emploi, mais pas nécessairement la formation professionnalisante (c’est le cas de Marc).
C’est bien cela que montre Charlotte lorsqu’elle parle des bilans de compétences faits par les
jeunes : on cherche, dans leur existence, toutes les occasions au cours desquelles ils ont pu
développer des compétences, sachant qu’ils n’ont suivi aucune formation, qu’ils n’ont aucune
expérience professionnelle. L’individu « se vend » (« il faut savoir se vendre »), l’expression
trouve sa véracité ici, car ce n’est plus sa force de travail qu’il vend.
II.7.8. S’épanouir dans ou hors du travail
Régis (à la raffinerie) : « C’est grisant de travailler avec des grosses températures, des
trucs très hauts, des toxiques, trucs très chauds, très froids, c’est vachement bien… tu
travailles sur une fuite de gaz hyper mortel, t’es totalement en sécurité, les mecs derrière ils
ont des bouteilles d’air, ils s’occupent de tout… mais c’est marrant… c’est l’industrie lourde
quoi.»
Marc (à propos d’une entreprise de retraitement des déchets propres) : « Il y a un
turnover énorme des personnes qui s’occupent du tri ou de l’enfouissement des déchets. Les
gens restent six mois, un an. (…) C’est des boulots très sales, et ça n’a pas d’intérêt pour la
personne qui le fait »
Catherine (médiatrice euro) : « C’était super. Je gagnais très peu d’argent, puisque
j’avais un bac+5, je gagnais un tout petit peu plus que le SMIC… tu vois tu es là en train de
faire ton théâtre, tu vois leurs yeux qui s’illuminent, tu fais ton one man show en permanence,
c’est extrêmement gratifiant. »
Nicolas (à la régie de bus, en guise de contre-exemple): « Pendant mes premières
expériences de boulot, j’ai toujours très vite eu un regard sur la montre. Bon, parce que c’est
répétitif, c’est chiant quoi. Tu n’es absolument pas épanoui en faisant ce genre de choses. »
Mathieu : « À partir du moment où tu as considéré que c’est formidable le travail, tu
apprends plein de trucs, tu te libères, tu t’épanouis – enfin, peut-être c’est le travail qui
s’épanouit mais c’est pas toi »
Charlotte (à la mission locale) : « Moi j’ai toujours vu mon travail… pas comme
vecteur d’identité loin de là, mais comme quelque chose qui pouvait me permettre de
m’épanouir différemment. Là ça ne m’épanouit plus du tout. »
Classiquement, le travail est défini ou bien comme une activité contraignante ou bien
comme occasion d’épanouissement de l’individu qui se transforme lui-même en transformant
262
la matière antagoniste. Dans nos entretiens, seul Régis a l’occasion indirecte de transformer
une matière antagoniste, et pourtant dans le cadre des entretiens tous évoquent le travail
comme occasion d’épanouissement.
Régis parle du travail de soudure comme d’un travail non épanouissant pour les
femmes qui y sont soumises depuis de nombreuses années. Cependant lui en a retiré quelque
chose de positif : il a appris à faire diverses soudures. Le travail à la raffinerie est beaucoup
plus intéressant. Selon lui, c’est « pour le bien de la personne », que les opérateurs doivent
changer régulièrement de postes. Mais c’est surtout la responsabilité que lui confère son poste
de chef d’équipe de la sécurité qui l’épanouit : ici il agit.
Céline utilise plusieurs expressions pour traduire son sentiment d’une possibilité
d’épanouissement au travail : devenir une « working girl » ; le travail du syndic n’est pas
« bandant » (la transaction l’est) ; être vendeuse en immobilier donne la possibilité de se
révéler « une tueuse ». Cependant elle ajoute que sa vie privée passera toujours avant sa vie
professionnelle, et qu’elle se lassera sans doute de l’immobilier au bout d’un certain temps
(six ou dix ans).
Marc, qui, au chômage, prétend n’avoir plus de liens sociaux (« un lien social réduit à
zéro ») pense que la vie active est épanouissante dans la mesure où elle rend possible une
existence sociale riche. Chercher un emploi, ajoute-t-il, ce n’est pas seulement chercher un
moyen de gagner de l’argent, mais également une manière plus ou moins agréable d’occuper
ses journées : « l’équipe », « la diversification de l’activité », comptent beaucoup. Le
contraire de l’emploi épanouissant selon lui est celui des gens qui trient les déchets sur les
chaînes.
Catherine explique pourquoi elle s’épanouit dans son emploi. D’emblée elle affirme
qu’elle s’ennuierait sans son emploi, parce qu’elle n’a pas de passion particulière à laquelle
elle pourrait s’adonner de manière solitaire :
« Moi j’ai un plaisir fou à travailler. Je suis quelqu’un qui ne peut pas se
passer de travailler, qui dépérit quand elle ne travaille pas. En congé maternité, je
déteste, c’est épouvantable. (…) Je ne suis pas quelqu’un qui s’est construit
personnellement avec, euh… une capacité à s’emparer de quelque chose qui
m’intéresserait et… avec quoi je pourrais meubler mes journées en dehors du
travail. Je n’ai jamais fait ça, tu vois. Je n’ai pas d’objet qui puisse… culturel, ou
politique ou de toute autre sorte, qui puisse faire que je pourrais m’occuper,
m’investir, sans travailler et être bien… La seule chose par laquelle je puisse me
définir et être heureuse c’est le travail. »
Par l’emploi, elle rencontre des gens avec lesquels elle peut s’adonner au plaisir de la
conversation : l’emploi lui fournit sujets de conversation et interlocuteurs :
263
« Et puis c’est le fait de la confrontation sur un objet, et de la relation
sociale sur un objet. C’est-à-dire que je ne suis jamais aussi contente que quand je
peux aller boire des coups avec quelqu’un avec qui je vais pouvoir parler de
travail. Parce que je vais avoir une interaction agréable sur un objet dans lequel je
me retrouve et qui m’intéresse réellement… »
Elle réalise aussi des choses qui lui tiennent à cœur : promouvoir la culture
administrative latine, par exemple :
« Je pense que c’est bien de le faire, parce que ça consiste à pousser des
gens qui ont une culture administrative française ou latine, et c’est important parce
que ça va plus loin qu’une culture administrative, ça relève de la façon d’élaborer
des politiques publiques… et si on laisse faire la culture administrative nordique
ou britannique exclusivement, je crois que l’obsession de la transparence
nordique, au bout du compte on ne fera plus rien du tout : on ne fera que contrôler
ce qu’on fait. Si on fait des politiques publiques à la Thatcher… la dérégulation,
ce genre de choses qui sont très marquées au Royaume-Uni, ça m’embêterait que
ce soit le modèle dominant à la Commission européenne, au Conseil, au
Parlement. (…) C’est une conviction personnelle. »
L’emploi de « médiatrice euro » l’épanouissait également, parce qu’il l’amusait et
qu’elle se sentait directement utile : « tu vois leurs yeux s’illuminer ».
Mathieu pense également que le travail est épanouissant, mais il différencie l’emploi et
le travail. Il ne se satisfera jamais d’occuper un emploi, le travail épanouissant est celui qui
n’est pas séparé de l’échange ou du partage (« tu ne laisses pas quelqu’un d’autre partager à
ta place »).
Nicolas souligne qu’il n’a pas de difficultés particulières pour trouver du travail
rémunéré, mais il pense que trouver un emploi digne de l’épanouir n’est pas du tout une chose
facile. Il n’a occupé aucun emploi dans lequel il s’est épanoui, même s’il admet l’intérêt ou
l’agrément qu’ont procuré certains emplois (animateur en colonie de vacances, la dimension
d’apprentissage que revêtait le travail à la régie des bus). Il regrette cependant de n’avoir pas
suivi d’apprentissage dans un domaine artisanal ou artistique, ce qui aurait éventuellement pu
être pour lui une autre occasion de s’épanouir :
« Si je devais avoir un regret, c’est de ne pas avoir fait un apprentissage…
dans le travail du bois où je ne sais pas. Quelque part je suis assez envieux de la
capacité qu’ont certains artisans… Ne serait-ce que par rapport au geste…
acquérir une perfection du geste. Jusqu’à aujourd’hui je n’ai jamais eu un rapport
étroit à un matériau qu’il s’agit de façonner… je pense que ça me plairait
beaucoup. Je suis quand même attiré par une certaine perfection du geste. Je l’ai
un peu expérimenté dans le sport… Oui, une certaine perfection du geste, et je ne
sais pas, dans le tennis par exemple, tu as une manière propre de frapper dans la
balle, personne d’autre ne la frappera comme toi. J’aime bien… le geste qui t’est
264
propre. C’est pour ça qu’à un moment j’allais beaucoup voir des spectacles de
danse contemporaine. »
Charlotte pense que le travail est « une occasion de s’épanouir différemment ». Son
emploi actuel ne l’épanouit plus du tout, c’est pourquoi elle veut le quitter. Elle a expérimenté
le travail « annihilant » : alors qu’elle travaillait pour une association qui percevait les taxes
d’apprentissage. Elle pense que son niveau d’étude lui permet d’occuper un emploi
susceptible de l’épanouir : elle a davantage qu’un BTS qui ne mène qu’à un emploi de
« boy », et elle envisage le travail d’assistante juridique en entreprise sous l’angle de cet
épanouissement.
C’est donc l’action qui est pensée comme épanouissante, et l’épanouissement doit être
compris au sens de « transformation de soi ». L’action est aussi ce qui transforme de façon
méthodique quelque chose, ici il peut s’agir de la matière ou d’une situation. Régis doit faire
en sorte qu’une situation dangereuse soit sécurisée :
« Quand il y a une fuite, je balise. J’appelle, j’interdis l’accès. Je préviens
le chef du secteur qui va prévenir la maintenance, dire aux collègues de tout
fermer. La réparation c’est plus mon boulot .»
Céline doit transformer des gens réticents en acheteurs. Catherine agit de manière
indirecte sur la politique publique européenne, et lorsqu’elle était médiatrice euro, elle
transformait son public. Mathieu évoque la transformation comme une lutte contre (ou une
exploitation de) la nature, il parle de la transformation, par le paysan, d’un paysage sauvage
en un paysage campagnard :
« On libérait de l’espace et du temps pour faire ce qu’on voulait ensemble.
Donc on était un groupe assez solide et on a pu faire plein de choses. On a pu faire
vraiment… si tu veux c’est comme un paysan sur sa terre : il fait ce qu’il veut
chez lui… on s’est mis dans une situation où on avait un rapport direct
d’exploitation des ressources. On n’avait pas du pétrole dans le sous-sol, mais on
pouvait jardiner. On jardinait un peu, mais c’était pour rigoler, pour apprendre.
Mais on s’était mis dans une situation pour s’occuper, s’organiser nous-mêmes. »
Nicolas décrit le travail artisanal comme étant le façonnement d’un matériau. Charlotte
voudrait participer à la transformation des rapports entre le personnel et la direction d’une
entreprise :
« je voulais plutôt être dans du théorique, dans du contact au sein d’un
entreprise… dans du conseil si tu veux, mais pas dans de l’administratif pur. (…)
Je me voyais dans tout ce qui était relations avec les délégués du personnel et les
265
délégués syndicaux. À terme le but du jeu ça aurait été d’être déléguée du
personnel au sein d’un CE. Pas déléguée syndicale, parce que tu as quand même
une connotation politique. »
Cependant on remarque qu’en fait seuls Catherine et Mathieu évoquent des actions et
un épanouissement dont ils ont réellement fait l’expérience. Car l’action pour Régis n’est que
potentielle (normalement, il n’a jamais à intervenir), Céline et Charlotte ne parlent que de
leurs aspirations et n’ont pas encore atteint la position où elles pourront réellement agir, enfin
Nicolas évoque un regret, et donc, comme Céline et Charlotte, une chose simplement
imaginaire.
Reste Marc pour qui le travail est nécessaire à un épanouissement en dehors du travail.
Marc attend du travail ce que Nicolas considère comme inessentiel. En effet Marc dit :
« Là, des fois, il y a des moments où je n’ai rien à faire, et ça, ça me fait
chier. J’ai quand même besoin d’avoir un boulot pour rencontrer des gens, pour
m’occuper, mais je le prends plutôt comme un jeu en fait. Essentiellement le
boulot, c’est qu’il y a un salaire à la fin du mois, mais c’est pas uniquement ça qui
compte. Quand je recherche un boulot, c’est l’équipe avec laquelle je vais être
amené à bosser, est-ce que ce sera chaque jour toujours la même chose, c’est
plutôt ça… (…) Le boulot te donne un lien social, te permet de vivre ta vie
comme tu as envie de la vivre, c’est-à-dire la famille, les enfants, les vacances, ce
genre de choses (…) Là le temps libre j’en ai, mais je ne peux rien faire (…) je
reste chez moi à voir personne, parce que tout le monde bosse. »
Et à l’inverse Nicolas :
« par rapport à des gens carriéristes, moi, je sais que ce n’est pas le fait de
faire telle formation ou tel métier, d’occuper tel poste, d’avoir tel emploi, ce n’est
pas ça qui va changer ma vie. Ca va changer peut-être le regard qu’ont les autres
sur moi, ou mon confort, ou… mon rythme de vie. (…) Y a des gens pour qui le
plus important dans la vie c’est le boulot. Quand ils perdent leur boulot, ils le
vivent très mal… le fait de ne plus participer à tout ça. Moi j’ai l’impression de
vivre davantage quand je ne participe pas à tout ça, ne serait-ce que par rapport au
temps que je peux consacrer à autre chose (…) Dans la mesure où je ne m’ennuie
pas, qu’est-ce qui va me pousser à faire des choses ? (…) L’image que me
renvoient les gens qui bossent, par exemple dans ma famille, mes beaux-frères, je
détecte une jalousie de leur part. Ils ont fait un choix de vie, et en même temps
quand tu t’engages, il faut assumer. Tu as une famille, tu t’engages dans un boulot
qui fait vivre ta famille… quand tu es dans ce genre de situation, tu peux faire
quoi ?»
L’importance accordée au regard des autres est primordiale pour Marc : ce regard le
transforme, permettant ou non des interactions. Au contraire, Nicolas déclare que le regard
266
des autres ne le transforme pas, ou ne transforme pas ce qui est pour lui essentiel. Par ailleurs,
dans la même situation de chômage, Marc dit être « celui dont on plaisante », celui pour
lequel on s’angoisse, alors que Nicolas pense être celui dont on est jaloux. Ce à quoi aspire
Marc (une famille, partir en vacances, etc.), est ce qui, selon Nicolas, « emprisonne » :
« quand tu es dans ce genre de situation, tu peux faire quoi ? » La dernière différence
flagrante concerne l’emploi du temps libre : quoi faire de ce temps demandent-ils tous les
deux ? Marc s’ennuie, Nicolas non.
L’épanouissement recherché par Marc est un épanouissement de conformisme, alors
que Nicolas trouve du charme aux « marginaux » :
« En ce qui me concerne, quand je regarde un film, je suis assez sous le
charme de personnages qui sont un peu… des marginaux quelque part (…). Ce
que j’aimerais faire passer dans un film, c’est plutôt… qu’on peut avoir un autre
regard. Sur la vie et sur la société. »
Marc souffre d’être en décalage avec son environnement social : ses amis – et surtout
son amie – travaillent la journée, au chômage il ne peut voir personne ; ses amis parlent de
leur travail quand ils se rencontrent, Marc ne peut pas en parler et est renvoyé à son inactivité.
La condition de possibilité de relations passe par le fait d’occuper un emploi. Et ce sont ces
interactions qui sont épanouissantes.
Marc n’évoque pas l’action mais l’échange verbal ou amical dont l’emploi, le statut
social ou l’activité, sont en quelque sorte le support. On peut supposer que s’il avait un
emploi, comme Céline ou Charlotte, il aspirerait à agir. Mais la conformité aux normes du
groupe auquel on appartient n’est-elle pas la condition qui rend possible de pouvoir penser à
soi ? C’est ainsi que Nicolas, à la différence de Marc, bénéficie d’une situation sociale
parfaitement conforme aux normes de son groupe d’amis (tous veillant à « libérer du temps »
– ou subissant cette libération –, c’est aussi la raison pour laquelle Nicolas ne s’ennuie pas).
Donc le travail semble en fait « un mal nécessaire », qu’il faut souhaiter le moins
pénible possible, il pourrait alors même, peut-être, enrichir les individus d’une façon ou d’une
autre, voilà ce que disent les interviewés, à l’exception de Catherine et de Mathieu. Catherine
dépérit hors de l’emploi, Mathieu pense que le statut même de l’emploi rend impossible la
liaison essentielle du travail et de la communication, c’est pourquoi selon lui, il ne peut pas
enrichir les individus.
Observons que le cas de Catherine permet de préciser un deuxième sens que les
interviewés confèrent à la notion d’épanouissement dans le travail :
267
« La seule chose par laquelle je puisse me définir et être heureuse c’est le
travail. (…) C’est vraiment… une question d’ego. C’est vraiment l’image que ça
me renvoie de moi-même, je pense.»
Catherine se flatte d’une image, il semble que ce soit également le cas de Régis et de
Céline, Marc est en déficit de cette image, Nicolas vit dans un imaginaire des possibles que le
travail rend impossible, l’image qui séduit Mathieu est celle du paysan, Charlotte avait aussi
son image : « Je me voyais dans tout ce qui était relations avec les délégués du personnel et
les délégués syndicaux ».
Sortis de l’image et de l’imaginaire, les interviewés décrivent autrement le travail :
« de toute façon travailler c’est toujours chiant », m’a dit Régis avant que l’on commence
l’enregistrement de l’entretien. Le travail, ici, c’est le temps passé en emploi. Cette
affirmation spontanée semble convenir également à Mathieu et à Nicolas. Malgré tout Régis
quant à lui est globalement satisfait de son emploi, mais exactement comme Mathieu et
Nicolas qui disent préférer récolter du tabac pour l’un, ou relever les compteurs pour l’autre,
plutôt que de travailler en usine. Céline pourrait être satisfaite d’être agent immobilier, mais
sa vie personnelle est plus importante ; au contraire de Catherine, pour qui l’essentiel se
trouve dans son emploi. Marc valorise les interactions, « le lien social », et il précise que
« 80% » des interactions qui comptent pour lui sont les interactions hors emploi. Quant à
Charlotte elle pense que l’emploi est un moyen de « s’épanouir différemment », laissant
entendre par là qu’elle pourrait aussi s’épanouir hors de l’emploi. Les expériences d’emploi
des uns et des autres ne correspondent jamais à l’image de l’épanouissement, sauf dans le cas
de Catherine, qui constitue un cas très particulier et relativement peu représentatif de la
population active : elle organise elle-même ses journées et son travail – celui-ci concernant un
objet qu’en outre elle valorise (la formation, « le capital humain ») –, elle a aussi eu
l’occasion et les moyens (c’est-à-dire le temps, c’est-à-dire l’argent) de choisir son emploi.
Pourtant, tous les interviewés ont évoqué l’épanouissement dans le travail, comme un
élément qui pourrait être à leur portée. Soit ils sont hantés par une image « idéale » du travail,
soit ils sont imprégnés par un discours ambiant qui refuse de prendre en compte la dimension
pénible (la négativité) que revêt aussi et peut-être avant tout, le travail. Dans les sept
entretiens cinq personnes se réfèrent à une possibilité – s’épanouir dans l’emploi – qui ne se
révèle que dans le cas de Catherine, et encore dans un contexte très particulier.
268
II.7.9. Tous « gens de métier »…
Céline (à propos de l’agence immobilière): « Nous, on leur dit que c’est notre métier,
qu’on a des acquéreurs. »
Marc (à propos du recyclage des déchets) : « Avec un cœur de métiers qui n’est
simplement pas le même. »
Marc (à propos de la fonction commerciale) : « Je me suis reconnu dans le métier
qu’ils me proposaient, à savoir travailler dans un milieu qui me plaît sous un aspect qui me
plaît. »
Catherine (à propos des consultants, protocolaires, etc.) : « Les métiers que chacun a
occupés ensuite sont quand même très adaptés aux dispositions personnelles de chacun. »
Catherine (à propos du CESS) : « Dans tous ces pôles, le métier c’est, t’as une
commande, par exemple, l’Ecole nationale de la Santé publique dit : « je veux que vous
formiez à telle directive ». »
Mathieu (à propos de l’enseignement de philosophie) : « j’ai vraiment appris un
métier… c’est clair. »
Charlotte : « Pour un métier où il ne faut pas être en difficulté : auxiliaire de vie. »
Ceux qui ont le plus exercé d’activités manuelles, Régis et Nicolas, ne considèrent pas
qu’ils disposent d’un métier. Pour des raisons différentes, Marc, Céline, Catherine et Mathieu
considèrent qu’ils ont un métier. Régis, Nicolas, et Charlotte parlent plus souvent du
« boulot ». La différence entre le boulot et le métier, tient semble-t-il, à ce que le « boulot »
connote le caractère pénible de l’emploi ; le métier connote le caractère attractif de l’emploi,
attractivité tenant soit à la spécialisation de l’activité (cas de Mathieu, ou des « métiers »
proposés aux jeunes évoqués par Charlotte), soit à la réalisation complète d’un processus.
Lorsque l’on s’occupe de monter une formation de À à Z, on a un métier, ou encore,
lorsqu’on gère intégralement le retraitement des déchets.
Or le fait de gérer intégralement un processus, dans les cas évoqués, n’est pas du
ressort d’une seule personne, mais bien d’une entreprise, ou d’un organisme. Donc, ce sont les
entreprises qui ont des métiers. Dès lors un emploi dans une entreprise qui aurait un métier
(l’agence immobilière, le recyclage des déchets), fait de l’employé un « homme de métier ».
Par ailleurs le métier n’engage plus pour toute la vie – à part le métier évoqué par
Mathieu (qui s’identifie à un professeur de philosophie, même s’il n’en a pas le statut) –
puisqu’il dépend de l’entreprise dans laquelle on est employé : ainsi Marc avait un métier
269
(expert du recyclage des déchets) mais n’en n’a plus dès lors qu’il est licencié (il tente de
devenir vendeur de produits de défiscalisation).
Conclusion : De la dimension anthropologique du travail (l’action), à la
dimension sociale du travail (l’emploi)
A partir de ces sept cas, pouvons-nous tirer l’idéal-type de ce qu’est l’emploi
contemporain ? La diversité apparente cache-t-elle, ou non, une ou des similitudes ? Il y a un
imaginaire de l’emploi comme métier, il y a ensuite la réalité : « le boulot ».
Qu’est-ce que le métier ? Avoir un métier, c’est être acteur d’un processus de A à Z ;
on contemple le résultat produit, et en produisant, on s’épanouit. On est embauché en fonction
de compétences qui ont été éprouvées (le métier requiert de l’expérience). On ne fait pas de
commerce, mais on intervient à la manière d’un clinicien : on écoute et on ajuste un service en
fonction d’une demande précise, ce que lesdites compétences déjà évoquées rendent apte à
faire. On ne travaille pas seul, mais avec une équipe (d’égaux) dont on partage les valeurs. La
finalité du métier concerne autrui, ses interlocuteurs, dont on pense pouvoir améliorer
l’existence. (En réalité, ces critères définissent plutôt la profession, surtout à cause de la
finalité altruiste et de la démarche clinicienne : mais c’est le mot métier qui est à la mode. Par
un étrange renversement, le métier paraît donc plus noble que la profession. Cela provient
peut-être du désir de différencier certaines activités, des « petits boulots » qui sont maintenant
dits « professionnalisés »1.)
A côté de l’imaginaire du métier, se trouve le boulot. Le boulot, c’est le temps passé
en emploi, en entreprise ou dans une quelconque institution. On ne s’y épanouit pas, parce
que les tâches sont éclatées, et que l’on n’est pas acteur d’un processus de A à Z : c’est
l’entreprise ou l’organisme qui dispose du « métier ». Pour obtenir un « boulot », il faut « se
vendre », c’est-à-dire chercher dans ses expériences personnelles tout ce qui peut convenir à
un recruteur. Pour acquérir des compétences, la meilleure des solutions est de plus en plus de
1
« L’enjeu de la professionalisation opérée au moyen du développement des métiers, écrit Françoise
Piotet, s’appuie sur une modification des structures hiérarchiques de l’entreprise et sur une diminution des
effectifs consacrés à l’encadrement direct, sur un accroissement de l’autonomie dans la réalisation du travail (ce
qui n’exclut pas l’accroissement des contrôles), sur une politique de qualité et de « bel ouvrage » … Des gens de
métiers n’ont pas besoin de supervision pour accomplir leurs tâches, faire face aux aléas et coordonner leurs
activités » (Françoise Piotet (sous la dir.), La révolution des métiers, op. cit., p.352). Mais elle ajoute : « Le mot
« métier » fait un retour fracassant dans le monde du travail et il est cependant évident qu’à bien des égards, le
mot ne recouvre pas les mêmes réalités que celles dont il prétendait rendre compte il y a deux ou trois siècles »
(ibid.).
270
« travailler » d’abord gratuitement, en stage ou en tant que bénévole. La caractéristique du
boulot consiste à faire de tout un commerce car tout revêt une valeur marchande.
Hors du boulot, il n’y a pas d’existence possible, et on est sensé n’être qu’en recherche
d’emploi. Il faut chercher pour soi-même un acquéreur lorsqu’on n’est pas en train de vendre.
Le boulot se pratique en équipe, ce qui signifie que le fait de recevoir des ordres peut
néanmoins être compensé par une solidarité d’entraide entre les subordonnés. On acquiert les
boulots les plus stables lorsqu’on a accepté de « commencer tout en bas », ou bien lorsque
l’on intègre le secteur d’activité le plus investi par ses contemporains, dans notre sélection :
celui de la vente de soi, de la ressource humaine, de la formation. Le paradoxe étant que pour
entrer dans le secteur de la formation aucune formation précise n’est requise. Quelle est la
finalité du boulot ? On est embauché pour vendre ce que l’entreprise ou l’organisme produit.
On subit le boulot plus ou moins agréablement selon que l’on espère parvenir à en changer.
Le boulot est essentiellement nécessaire aux individus pour leur permettre de se conformer
aux normes de leur groupe social : en matière d’occupations et de consommation.
Pour avoir un « boulot », aucune formation n’est vraiment utile. Il faut par contre
savoir utiliser ses relations privées à fins professionnelles, utiliser la vie privée en vue de la
vie professionnelle. Ainsi Marc doit parler de ses parents lors des entretiens d’embauche :
« Dans 99% des cas, ils me demandent ce que font mes parents. Ce qui oriente
d’ailleurs souvent ce que j’ai fait par la suite (…) il se trouve que par rapport au profil que
j’ai, ça correspond plus ou moins au profil de mes parents : dans le côté plus science que
littéraire, et dans le côté environnement (…) ils sont peut-être intéressés pour savoir dans quel
milieu tu as grandi, si tu avais déjà une prédestination à faire ce que tu as choisi. »
Charlotte considère que ses amis ajoutent de la valeur à son « capital professionnel »,
c’est pourquoi elle considère avoir du « capital amical »…. Car c’est la vie privée qui
constitue la réelle « formation professionnelle », celle qui est requise pour être embauché.
Certes, cette formation n’apprend pas à « tenir le poste », car, ou bien « tenir le poste »
s’apprend sur le tas, ou bien l’employeur se charge de l’apprendre à l’employé. Sur le lieu de
travail, créer des relations, ainsi que mettre en relation est par contre primordial : on est
toujours en train de déléguer une tâche à d’autres. Ainsi Régis surveille le bon fonctionnement
des machines mais en cas de dysfonctionnement, ce sont des ouvriers qui viennent réparer.
Céline, à la Cité de l’habitat, demande aux entreprises quels sont leurs souhaits, mais c’est
l’agence de publicité qui sera chargée de répondre aux attentes. Marc, dont le métier de
l’entreprise qui l’embauche consiste à récupérer, trier, puis valoriser les déchets, n’a jamais
271
affaire aux déchets, il s’agit d’ailleurs là d’une tâche inintéressante selon lui. L’organisme qui
emploie Catherine programme des formations, mais ne les assure pas (le cas de Catherine
dans cet organisme est particulier parce qu’elle a assuré elle-même des formations). Charlotte
accompagne des jeunes dans leur recherche d’emploi, mais ne fait pas elle-même les bilans de
compétences, ne cherche pas avec eux des offres d’emploi : elle oriente vers les formations
proposées.
Il y a donc d’un côté le travail, et de l’autre l’emploi. Travailler, c’est transformer de
manière intelligente la matière. La profession est « du travail » si l’on veut bien considérer
que le professionnel (au sens français : celui qui a une profession) transforme toujours
quelque chose d’antagoniste : l’esprit de ses élèves en ce qui concerne par exemple le
professeur, un contentieux juridique en ce qui concerne l’avocat, etc. Le professionnel
travaille méthodiquement, et une formation est nécessaire pour acquérir la méthode. Le travail
c’est l’action, la technicité, le métier : ici c’est la dimension anthropologique du travail qui est
mise en évidence.
L’employé (celui qui a un emploi) a pour principale fonction de permettre à
l’entreprise (l’employeur) de perdurer, et, pour cela, il doit participer à l’accroissement de ses
bénéfices. Car sans l’employeur, l’employé n’est rien, et ce qu’il sait faire n’est utile à
personne d’autre : il n’a ni métier ni profession. Le cas de Marc est instructif : il est effaré du
fait que son employeur se saborde lui-même ; et sans son employeur, Marc n’a plus rien,
surtout pas de métier. Bien sûr, comme le remarque Mathieu, « ce monde n’existe que dans
des relations entre les gens », et l’avocat ou le professeur de philosophie n’auraient pas été
plus utiles que l’agent immobilier ou la conseillère à l’emploi chez les Trobriandais.
Néanmoins le droit ou la philosophie revêtent une dimension contemplative que ne revêt pas
l’échange marchand. Le droit et la philosophie sont des fins, l’avocat ou le professeur de
philosophie sont les moyens de ces fins. L’échange marchand n’est une fin que dans le mode
de production capitaliste qui produit en vue de la valeur : en vue du moyen.
La différence entre les emplois des interviewés et le travail d’un OS, qui tous,
produisent en vue de la valeur, tient à leur justification. Puisqu’on « professionnalise » les
emplois, puisqu’on va jusqu’à les nommer « des métiers », les individus attendent de
l’occupation d’un emploi un certain épanouissement. C’est la raison pour laquelle ils sont
prêts à bien des sacrifices pour avoir accès à l’emploi.
De producteurs qu’ils étaient pendant la première moitié du XXe siècle, les salariés
sont devenus des vendeurs, tel est le sens de l’essor du tertiaire. Marx a dénoncé, à propos de
272
l’aliénation de la force de travail, la fausse équité qui existait entre les contractants sur le
marché du travail, désormais l’aliénation à laquelle le salarié consent, concerne moins celle de
la force de travail que celle de sa subjectivité. Les salariés ne transforment plus la matière
antagoniste, mais ils transforment directement les rapports sociaux, de même que eux sont
transformés par ces rapports sociaux : ils se vivent comme des marchandises tout au long de
leur existence, et non uniquement lorsqu’ils vont vendre leur force de travail sur le marché
(c’est pourquoi Charlotte ne parle pas des amis qu’elle fréquente hors de l’emploi, mais de
son « capital amical »). Prescrites, écrit Yves Clot,
« la mobilisation du sujet et même l’activité du sujet sur lui-même, son
histoire entière, sont attirées dans l’atelier, le bureau ou le service. Au point que la
vie hors travail se représente comme un facteur essentiel de l’efficacité » (Clot,
op. cit., p.236).
Les salariés se forment pour acquérir de la valeur (de l’employabilité) ; la marchandise
rare (parce que formée) est désormais produite en abondance, ce qui abaisse sa valeur ; la
« force de travail » est employée collectivement mais rétribuée individuellement ; elle n’est
rien si elle n’est pas vendue, pire, elle perd de sa valeur si elle n’est pas vendue (les
compétences) ; elle n’a de sens que dans le processus d’échange (le commerce) ; ici le
processus d’échange concerne les hommes et non les choses (le relationnel) ;
l’épanouissement n’est qu’illusoire et concerne un monde et du travail fétiches ; les individus
sont à l’entreprise ce que les outils sont à l’artisan.
L’économie politique considérait que la force de travail était une marchandise comme
les autres. Mais désormais, il faut parler de « force de conviction », non plus de force de
travail. Notre société n’est pas organisée autour du travail mais autour de la vente. La
conviction est une force productive, s’ajoutant au travail qui lui, est méprisé. Autrement dit, la
conviction est à la vente, ce que le travail est à l’œuvre. La confrontation à la matière est,
comme l’explique Mathieu, une chose tabou. Elle concerne, comme le dit Charlotte, le monde
des « boys », elle est réservée ainsi que le montre Marc aux personnes « en grandes
difficultés ».
273
Troisième partie.
La dimension sociale du travail.
Emploi et lien social.
274
Introduction
L’action est sociale : elle est pour et par les autres, que nous en soyons conscients ou
non. Pourquoi parle-t-on, depuis récemment, de « lien social » ? L’expression est redondante :
il y a entre les individus d’une même société qui oeuvrent ensemble sur le monde, un lien, ce
lien c’est « le social »1. Ce qui nous rapproche les uns des autres, c’est la communication,
celle-ci passe par le langage, la connaissance de signes qui font sens pour tout le monde. Pour
Durkheim « le social » serait analogue à une « conscience collective » : ensemble de
sentiments, croyances et valeurs partagées qui se traduit dans une « solidarité » des uns envers
les autres. J’interprète le tableau de l’homme qui lève sa hache comme étant l’action du
bûcheron, écrit Max Weber ; pour ce dernier, le social réside dans ce qu’il nomme le savoir
nomologique : la connaissance des manières habituelles d’agir. L’activité sociale est le
comportement orienté vers autrui. Weber distingue quatre types d’actions sociales : l’action
rationnelle orientée vers une fin (l’acte du bûcheron), l’action rationnelle en valeur (qui vaut
indépendamment de son résultat), l’action affective, l’action traditionnelle ou coutumière.
Enfin, Simmel envisage une « forme a priori de la socialisation ». Nous prenons
conscience de la société lorsque nous la voyons se réaliser dans une interaction, mais celle-ci
existe également de manière a priori dans notre pensée, cet a priori est la condition de
possibilité des interactions. Un « processus de la conscience fait la synthèse [des éléments
individuels donnés] pour constituer l’unité de la société »2, au sein de cette unité, chaque
individu occupe une place pourvue de sens. Chaque individu apparaît aux autres sous la forme
d’une « typification » qui serait analogue à la perception que nous construisons des objets
naturels – la perception étant autre chose que la simple sensation. Nous sommes donc liés les
uns aux autres parce que nous partageons une représentation globale de la société, dans cette
représentation, chacun occupe une place, se trouvant, ce faisant, en même temps dans la
société (en tant qu’acteur) et hors de la société (en tant que spectateur).
La connaissance est « socialement distribuée »3, ainsi seul le bûcheron habitué à son
action connaît la posture adéquate pour couper l’arbre au mieux. De même le médecin,
dispose de connaissances sur le fonctionnement de mon corps que j’ignore. On apprend ou on
enrichit son « stock de connaissances » en agissant, mais aussi en se mettant à l’écoute des
autres. La connaissance est sociale parce qu’elle est transmise. Dans la seconde partie nous
avons montré que beaucoup d’emplois ne requièrent aucun apprentissage qui soit de l’ordre
1
Pierre Bouvier, Le lien social, Gallimard, Folio essais, Paris, 2005, p.26.
Georg Simmel, Sociologie. Etude sur les formes de la socialisation (1908), PUF, Paris, 1999, p.64.
3
Berger et Luckmann, op. cit.
2
275
de la transmission. La plupart des salariés apprennent sur le tas ce qu’il est nécessaire de
savoir pour « tenir leur poste ».
Si l’emploi est la dimension sociale du travail, le travail est l’action pensée puis
exécutée, sur la nature/la matière. Le travail d’ouvrier est le travail, disait la jeune Simone
Weil, tous les autres travaux imitent le travail d’ouvrier. Le travail d’ouvrier est aujourd’hui
de moins en moins nécessaire, ce qui fait dire à Simondon qu’il n’y a plus de travail :
l’homme n’est plus porteur d’outil, ne confronte plus son corps à la matière. C’est toujours
l’homme qui agit sur la nature, au sens où l’homme décide de l’action à mener. Mais nous
nous sommes libérés de la partie exécutrice de l’action. Ce n’est donc pas là le contenu de
l’emploi.
Il y a néanmoins toujours un va-et-vient entre la décision et l’exécution. Les machines
ne peuvent que ce qu’elles peuvent, non pas toujours exactement ce que nous désirons : elles
ne sont pas des « robots ». L’homme est amené à observer ce que peuvent les machines, il est
possible qu’elles puissent plus ou moins que ce que nous voulions. La décision humaine
change alors. Pourtant nous n’exploitons pas toutes les possibilités de la technique, car celleci est asservie à la production. De même nous n’exploitons pas tous les talents individuels car
les activités humaines sont aussi asservies à la production.
Le « tour de main » de l’artisan a toujours quelque chose d’obscur, remarquait
Simondon. De cette obscurité la technique nous libère : en contemplant la technique, nous
contemplons l’action sur la nature. De nos jours peu d’individus agissent sur la nature, mais
peu aussi contemplent la technique. L’activité qui a pour but la production et qui occupe une
grande partie du temps, consiste à échanger des informations, tel est le contenu des emplois. Il
faut s’informer du fonctionnement des activités productives, mais ce fonctionnement n’est
jamais stable, il se modifie sans cesse : « les opérateurs ne peuvent espérer, à propos de la
réalisation d’une même action, les mêmes résultats, puisque les clients, les produits et les
procédures sont, en réalité, mal connus » (N. Alter, op. cit., p.135). Le monde productif
aujourd’hui ressemble à Protée. Ce qui signifie que nul ne peut se rendre maître de sa propre
action. Mais l’action dont on n’est pas maître, n’est pas à proprement parler « action ».
Le temps passé en emploi n’a de sens qu’au vu de la production. Le salaire rémunère
l’activité utile. Or qu’est-ce que l’utile ? Est utile ce qui sert à mener à bien une fin
déterminée. Si je veux tuer quelqu’un, une arme peut m’être utile, elle est dans ce cas un outil.
Les salariés sont ainsi des outils. Le but ou la fin de l’employeur est de maintenir son activité
économique qui lui permet de vivre. L’activité du salarié est donc le moyen d’augmenter la
valeur créée par l’entreprise. D’où vient la valeur ? De l’échange. Si personne ne s’intéressait
276
aux diamants, ils n’auraient aucune valeur. La production ainsi ne peut être que sociale,
puisqu’elle suppose l’échange, elle suppose la demande d’autrui. Mais alors les rapports entre
les hommes sont remplacés par des rapports entre les choses : c’est ma voiture qui exige du
pétrole et l’activité du pompiste, et la recherche d’énergies renouvelables, et la guerre pour
l’appropriation des derniers gisements de pétrole ; ce n’est pas moi.
C’est la concurrence qui exige un renouvellement permanent des clients, des produits,
des procédures, comme elle a exigé auparavant le mode de production taylorisé. La
production est un rapport social entre les choses ; dans le processus productif, le travailleur
n’est qu’une chose, un outil. Pourtant on exige désormais qu’il prenne des initiatives ; et si les
salariés reconnaissent une valeur à l’emploi, c’est qu’il socialise. Se mettre au service des
choses, est une occasion pour être avec d’autres. Et même, sans cette occasion, on ne
rencontre plus personne (c’est ce que dit Marc). Pourquoi ? Marc l’explique très bien : parce
que les autres… travaillent (i.e. ils sont en emploi).
Mais au travail, en emploi, l’individu est aussi autre chose que ce qu’il est censé être –
une chose, un outil. Il « se réalise » : il agit. Il agit, si l’activité qui lui est confiée consiste en
des tâches décisionnelles qui nécessitent la réflexion. Et comme il se trouve qu’on demande
aux salariés de plus en plus de capacités à prendre des initiatives et d’autonomie… il semble
que ce soit l’arrivée de l’action dans la production. Ce phénomène masque deux choses :
d’une part, prise d’initiative et autonomie sont nécessaires parce que aucune habitude ne peut
être contractée (exit le perfectionnement du sujet) ; d’autre part, prise d’initiative et
autonomie ont pour fin la production – un rapport social entre les choses dont les salariés sont
en fait les premières victimes (ils doivent polluer la planète, participer au financement des
industries de guerre, etc.).
Alors ? Alors en emploi, le travailleur a aussi l’occasion de rencontrer les autres et
d’entrer en résistance contre la production. C’est ainsi que naquit le mouvement ouvrier.
Comment a-t-il été neutralisé ? Par l’augmentation des salaires qui répond aux revendications,
par l’intensification des cadences qui empêche les rencontres, par l’encadrement de la
socialisation qui fait intérioriser l’idée que chacun occupe la place qu’il mérite, et aujourd’hui
par le renvoi du prolétariat vers des activités domestiques qui atomisent.
La flexibilité tend à réduire le salarié à son objectivité : au travail, il n’est qu’un outil.
C’est ce que montre Richard Sennett. Dominique Méda quant à elle a insisté sur le fait que si
le salarié est autre chose qu’un outil, si le travail socialise aussi, ou s’il a pu socialiser, cela
n’est arrivé que par accident. Avec d’autres (Jérémy Rifkin par exemple), elle en appelle au
277
ménagement d’un espace social (de rencontre, d’échange et de débat) résolument séparé du
travail.
Simone Weil en appelait, elle, à la création d’une « civilisation du travail », d’une
civilisation dans laquelle le travail « serait au centre ». Pour elle, le travail est la source de
toute spiritualité. Cette idée n’est pas complètement étrangère à Marx pour qui, tout ce qui est
social, donc humain, donc de l’esprit, est le fait du travail. Mais pour ce dernier, si le travail
unit, la production par contre divise. De cette division des hommes émerge au XIXe siècle le
« prolétariat » que Marx investit, d’une manière très hégélienne, d’une mission historique. Le
prolétariat libérera le genre humain de son aliénation ; il réunira l’esprit et ses créations (son
objectivité) qui jusqu’à présent s’opposent.
Qu’est devenu « le social » depuis le XIXe siècle ? Alors que Baudrillard évoquait « la
fin du social » au tout début des années quatre-vingt1, certains sociologues parlent aujourd’hui
de la « disparition de la société »2. Cette disparition de la société accompagne la
« disparition » (« la fin ») du travail. De même que l’action est devenue l’apanage des choses,
mais que ce sont des individus qui sont à l’origine et font fonctionner les choses (les machines
et organismes productifs), le social existe dans des institutions et ce sont des individus qui
réalisent et maintiennent celles-ci. Ces institutions sont de deux ordres : d’une part, l’école, la
production, la famille, le marché, sont bien des instances qui permettent aux individus
d’entrer en rapport les uns avec les autres ; d’autre part, l’assistance, l’action sociale, le travail
social, « l’insertion », visent l’intégration dans la société de ceux qui se retrouvent rejetés des
premières institutions citées (l’école, la production, la famille, le marché). Parler de
« disparition de la société », c’est suggérer que de « social » au sens de Durkheim (croyances,
sentiments, valeurs partagés), il n’y a plus. De même qu’il n’y a plus de lutte des classes
consciente. Dès lors comment intégrer les « exclus » des institutions ?
Depuis la loi sur le RMI de 1988, les exclus sont tenus de signer un contrat d’insertion.
Le contrat d’insertion est la réplique en miniature du contrat social de Rousseau. Idéalement,
une fois le contrat ratifié, en obéissant à tous l’individu n’obéit qu’à lui-même. Or l’existence
individuelle, si elle dépend bien de la société, dépend avant tout de l’activité des travailleurs :
je vis du travail des autres, ce qui s’objective dans mon salaire (qui dépend du travail des
autres et me donne accès au produit de celui-ci). Le contrat social c’est pour moi le contrat de
1982.
1
Jean Baudrillard, A l’ombre des majorités silencieuses ou la fin du social, Denoël-Gonthier, Paris,
2
« Dossier : où est passée la société ? », in Sciences humaines, n°165, novembre 2005, pp.29-49.
278
travail, et ce contrat est un contrat qui entérine ma subordination. Ainsi, en obéissant aux
choses, l’individu n’obéit qu’à lui-même : il accepte de se faire chose.
Le contrat d’insertion est alors la réplique du contrat de travail : il s’agit de s’insérer
dans le monde des choses. La personne « en insertion » se doit de devenir un outil, un util, de
rendre des services, de « capitaliser des liens »… ce qui n’est autre chose que ce que font les
individus en emploi. Dès lors on a du mal à comprendre la différence de statut (et de
rémunération) entre le salarié et la personne en insertion.
De même que, comme l’écrivait Margaret Maruani, pour la même activité, l’employé
boulanger peut être ouvrier qualifié en CDI ou ouvrier non qualifié intérimaire, pour la même
activité, l’artiste peut être au RMI ou intermittent du spectacle, et celui qui « s’occupe des
autres », travailleur social ou personne « en insertion »… On le sait, c’était le poste de travail
qui qualifiait ; aujourd’hui, la qualification appartient à l’individu (elle dépend de son habitus
et de ses expériences, davantage que de sa formation professionnelle), c’est pourquoi Serge
Paugam parle de la « disqualification sociale » de certains. C’est là la forme nouvelle que
prend une « lutte des classes en soi », qui n’est pas une « lutte des classes pour soi », et qui est
le corollaire du travail-emploi – échange d’informations à des fins productives – qui n’est pas
le travail-action – action sur la nature, créatrice du milieu humain, qui perfectionne le sujet,
lui fait prendre conscience de sa finitude, et l’ouvre à la charité : « fraternité des mortels ».
I. Qu’est-ce que le « lien social » ?
Qu’est-ce que le « lien social », est-il certain que ce soit l’emploi ? L’interrogation sur
le lien social, qui est une interrogation sociologique par excellence, est le propre de la
modernité réflexive. En fait, on constate que nos sociétés d’emplois, organisées autour de
l’activité productive, produisent ce qu’on appelle de l’exclusion. L’exclu se trouve hors de la
société, il est sans liens. Si l’exclu est une figure nouvelle, alors l’exclu n’est pas le pauvre,
figure biblique s’il en est.
Chaque type de société revêt une forme propre de « lien social », qui n’est d’ailleurs
nommé ainsi que dans nos sociétés contemporaines. Pour qu’il y ait exclusion, il faut qu’il y
ait intégration de l’ensemble de la population dans un tout. Or tel est le propre des sociétés
organisées par l’État-providence. Dès lors, ces sociétés seraient moins différenciées qu’on n’a
pu le dire. Passé le stade des États-providence, les populations se différencieraient à nouveau.
279
Ce que constatent les sociologues, c’est pourtant moins une différenciation des couches
sociales, qu’une atomisation des individus.
Ces individus atomisés doivent être artificiellement reliés, d’où l’injonction à « faire
du social », ou à « créer du lien ». La manière la plus simple de réaliser ces injonctions était
d’attendre une « reprise de l’emploi » (celle-ci ayant pour condition une reprise de la
croissance). Aujourd’hui, plus volontaristes, les gouvernements tentent d’imaginer d’autres
solutions. Pour cela, ils en appellent à l’imagination et à la créativité de la société civile, des
associations. Or pour créer du lien il faut savoir ce qu’est le lien social : qu’est-ce qui rend
interdépendants les individus ?
I.1. Première hypothèse : le lien social repose sur la confiance en soi et en les autres,
sur la conscience de classe, ou sur une morale partagée. Atomisant les salariés, le système
productif menace le lien social.
La flexibilité implique la réactivité immédiate des entreprises aux demandes et
contraintes du marché. La demande est « sondée » et non prévisible, la charge de travail est
alors variable dans le temps, et imprévisible. La demande est « soumise » à la « mode », les
méthodes de gestion aussi : les « pratiques ne font que traverser les établissements, sans que
l’on sache vraiment pourquoi elles y sont parvenues et en sont reparties » (N. Alter, op. cit.,
p.123). C’est la confiance en particulier qui est ébranlée par la flexibilité : confiance en soi
des salariés, et confiance en l’entreprise.
Richard Sennett évoque Rose, patronne d’un petit café. Cette New-Yorkaise tente à
l’âge de cinquante ans de travailler dans une agence de publicité. On fait appel à elle pour sa
connaissance des consommateurs d’alcool, mais sa confiance en elle, due à son expérience est
ébranlée : être à la mode est une valeur plus sûre que l’expérience.
« De surcroît, elle a appris à l’agence une leçon amère sur l’expérience
qu’elle apportait avec elle en pariant sur une autre vie : les gens d’âge mur comme
elle sont traités comme du bois mort et l’on ne fait pas grand cas de leur
expérience. Au bureau, tout le monde se focalisait sur l’instant présent, sur ce qui
allait se passer et les moyens de prendre une longueur d’avance. »1
Si Rose avait su, elle n’aurait pas pris le risque de tenter sa chance dans la publicité.
Mais les gens « ne s’aperçoivent qu’après coup qu’ils ont pris de mauvaises décisions » (R.
Sennett, op. cit., p.118), explique Sennett, car « les organisations sont si souvent dans un état
de flux interne qu’il est vain d’essayer de prendre des décisions rationnelles sur son avenir en
1
Richard Sennett, Le travail sans qualités. Les conséquences humaines de la flexibilité (1998), Albin
Michel, Paris, 2000.
280
se fondant sur la structure actuelle de la société » (ibid.). Dès lors l’obéissance devient une
valeur plus sûre que l’expérience, cette obéissance consiste à s’abstenir de considérer les
choses d’un point de vue rationnel :
« Ce [que le salarié] a appris au fil des ans sur sa boîte ou son métier est de
nature à contrarier les nouvelles orientations voulues par ses supérieurs. Du point
de vue de l’institution, la flexibilité des jeunes les rend plus malléables en termes
de prises de risque et de soumission immédiate » (ibid., p.131).
Richard Sennett rapproche l’obéissance et l’absence de conscience collective des
salariés du nouveau monde productif, d’un entretien réalisé par Sherry Turkle,
« avec une fillette fort intelligente sur la meilleure façon de jouer à Sim
City, jeu informatique d’urbanisme pour enfants. « Augmenter les impôts
provoque toujours des émeutes », est l’une des règles les plus efficaces. La
gamine ne s’est pas demandé pourquoi ; elle sait seulement que cette règle rend le
jeu plus facile » (ibid., p.100).
Le risque, pour le salarié, consiste en ce qu’il peut être licencié à tout moment, alors
même que dans la publicité, par exemple, n’y a « aucun indicateur objectif pour mesurer un
bon travail, hormis la rumeur et le talent nécessaire « pour qu’on ne vous colle rien sur le
dos » » (ibid., p.108).
Mais quand bien même il y aurait des indicateurs objectifs, comme c’est le cas en ce
qui concerne les programmeurs d’IBM, la confiance est une erreur. Des programmeurs,
« personnel hautement qualifié » se retrouvaient « désormais traités sans plus d’égards que de
petits employés de bureau ou des gardiens » (ibid., p.177). Leurs discussions tournent
« autour des « trahisons » d’IBM, comme si la société les avaient floués » (ibid.). Ils se
reprochent donc « d’avoir été trop suiveurs, d’avoir cru aux promesses de la culture
d’entreprise, d’avoir joué les scénario de la carrière plutôt que celui de la création » (ibid.,
p.183). Mais pour le personnel « hautement qualifié », ne pas jouer le scénario de la carrière,
implique « la dérive de lieu en lieu, de job en job » (ibid., p.31). Comment dès lors, demande
Sennett,
« poursuivre des fins à long terme dans une société qui ne connaît que le
court terme ? Comment entretenir des relations sociales durables ? Comment un
être humain peut-il se forger une identité et se construire un itinéraire dans une
société faite d’épisodes et de fragments ? » (ibid.)
Face à ces difficultés ou impossibilités de construire une identité, il n’est pas étonnant
d’assister à « l’idéalisation d’une communauté symbolique », qui s’exprime dans le
« conservatisme culturel » (ibid., p.23).
281
En regard du conservatisme culturel du personnel hautement qualifié qui compense
une impossible confiance en soi, Richard Sennett évoque la disparition d’une conscience de
classe concernant le « prolétariat ». Aux États-Unis, pays d’immigrés, la conscience de classe
et la revendication de l’origine ethnique ne sont pas séparées. Dans une boulangerie Italienne,
dans les années soixante-dix, les ouvriers boulangers sont Grecs :
« à les voir batailler, il me semblait que leur solidarité ethnique – tous
étaient Grecs – les rendait solidaires dans ce dur labeur : un bon ouvrier signifiait
un bon Grec. Cette équation du travail bien fait et du bon Grec n’avait de sens que
sur un plan concret, non pas dans l’abstrait » (ibid., p.89).
Boulangers de père en fils, sachant faire le pain artisanalement, et défendant leurs
conditions de travail et de rémunération dans un syndicat solidement organisé, les Grecs
pouvaient veiller sur la moralité des uns et des autres, en « évoquant le désordre familial et la
perte de prestige de leurs familles au sein de la communauté où tous les Grecs vivaient »
(ibid.).
Industrialisée, la boulangerie n’exige plus désormais des boulangers qu’ils sachent
faire le pain, mais qu’ils sachent se servir d’un programme Windows pour déclencher la
préparation de telle pâte ou la chaleur du four : « le pain n’est plus qu’une image sur un
écran » (ibid., p.92).
« Actuellement, pour être embauchés, les candidats doivent faire preuve de
leurs compétences en informatique alors même qu’ils n’auront pas grand usage de
ces connaissances au boulot, où il leur suffit de presser sur des boutons dans un
programme Windows conçu par d’autres. « Boulangerie, cordonnerie, imprimerie,
tout ce que vous voulez. J’ai la compétence », déclara l’une des femme de l’atelier
en partant d’un grand éclat de rire » (ibid., p.95).
La plupart des employés restent deux ans ou plus, ils ne se rencontrent pas vraiment
car les horaires sont variables et désynchronisés : il ne s’agit plus de mettre toute la nuit les
mains dans le pétrin. Parce qu’il n’y a pas d’action, les employés n’ont évidemment pas une
identité professionnelle de boulangers. Il n’y a plus non plus de solidarité ethnique et, le
métier ayant disparu, il n’est plus non plus nécessaire de le transmettre de père en fils.
Ce qui a donc disparu de l’emploi, qu’il s’agisse de celui du « personnel hautement
qualifié », ou de celui de simples employés, c’est non seulement l’action, mais aussi le
sentiment de la présence du collectif auquel s’adresse l’action – et les règles morales que le
collectif engendre. L’action peut-elle se trouver hors de l’emploi, ainsi que le sentiment de la
présence du collectif ?
282
I.2. Deuxième hypothèse : le lien social est le plaisir de vivre ensemble. L’emploi n’a
pas pour but le lien social, il divise ; l’État-providence suppose l’emploi.
Dominique Méda distingue avec Hannah Arendt, l’œuvre et la production. L’emploi
est la forme juridique de l’activité productive. En celui-ci le « lien social » ou la sociabilité, ne
se trouvent que par accident1. Si « lien social » ou « sociabilité », se trouvent cependant
nécessairement dans l’emploi, c’est que celui-ci est « non seulement le moyen d’acquérir un
revenu, mais constitue également l’occupation de la majeure partie du temps socialisé, il est
évident que les gens qui sont tenus à l’écart en souffrent » (D. Méda, op. cit.). Mais si le
bonheur, trouvé dans le vivre ensemble, comme le voulait Aristote, est une fin, l’activité
productive, elle, n’est qu’un moyen. Elle est le moyen de produire de la richesse, or la qualité
du vivre ensemble ne peut être comptabilisée dans le PIB. Le lien social est en fait sacrifié à la
production de la richesse.
Certes, on ne peut nier que le travail est « un moyen d’apprendre la vie en société, de
se rencontrer, de se sociabiliser, voire d’être socialement utile, mais il l’est de manière
dérivée » (ibid., p.169). Le lien social réalisé dans l’emploi est d’ailleurs d’une nature très
particulière,
puisqu’il « consiste essentiellement en une coexistence pacifique imposée,
coexistence entre des individus dont le lien est l’échange marchand et matériel,
c’est-à-dire visible, mesurable, exhibé. … Ce lien n’est ni voulu ni aimé ; il est
sans parole et sans débat ; les actes sociaux s’y font automatiquement » (ibid.,
p.170).
L’emploi est en fait censé incarner et permettre le lien social de deux manières. D’une
part, par la sociabilité entre « collègues ». Selon Dominique Méda,
« Les collaborations et les rencontres occasionnelles qui s’instaurent dans
les usines ou dans les bureaux constituent une manière d’être avec les autres, mais
il s’agit somme toute d’une forme de sociabilité assez faible » (ibid., p.169).
D’autre part, par l’activité productive, chacun sent son « utilité sociale ». Pourtant, la
production et l’échange de valeurs n’ont pas pour fin le bien-être social, mais l’accumulation
individuelle de richesse. Ce sont l’égoïsme et la nécessité qui poussent à la production et à
l’échange, comme l’avait remarqué Hegel. Si l’on considère l’utilité sociale de chacun et le
bien-être social comme des fins, alors l’association comme médium pour les réaliser devrait
s’imposer avec évidence au lieu de l’entreprise et de l’emploi. Hegel, lui, avait proposé que
1
« Tentons de comprendre si c’est le travail en soi qui est générateur de lien social ou s’il n’exerce
aujourd’hui ces fonctions particulières que « par accident ». » Dominique Méda, Le travail, une valeur en voie
de disparition, Aubier, Paris, 1995, p.168.
283
l’État et la fonction citoyenne soient médiateurs entre l’intér&ecir