Média Sénart 224

Média Sénart 224
MédiaSénart
La résidence Clarion
s’installe au Carré
Un promoteur privé
développe un projet de
résidence hôtelière de luxe
au Carré Sénart.
I lire page 2 I
Vert-Saint-Denis surfe
sur le courant
Surfin’ Vert-Saint-Denis : la
commune lance le “courant
porteur en ligne” pour
les oubliés de l’Internet
haut débit.
Un marathon vitaminé !
Un parcours new look, un quadruple champion de
France pour booster les coureurs, des équipes de
filles au relais Ekiden, une médaille Lalique et des
cadeaux comme s’il en pleuvait sur la ligne d’arri-
vée… Le Marathon de Sénart revient le 1er mai plus
en forme que jamais pour sa 7e édition. Rendezvous à Tigery sur la ligne de départ et au stade de
Combs pour applaudir les vainqueurs. I lire page 10 I
I lire page 3 I
Pour mieux accueillir
les handicapés
La France manque
cruellement de structures
d’accueil pour les
handicapés. Sénart donne
l’exemple en comblant
une partie du retard
sur son territoire.
I lire pages 4 et 5 I
SPORTS
CULTURE
La Compagnie des Possédés vous
invite à la table de l’Oncle Vania.
Du théâtre de proximité comme
si vous y étiez… D’ailleurs,
vous êtes chez Tchekhov !
I lire page 13 I
RÉACTIONS
à vos mails : vos réactions et vos
questions sur le site web de Sénart
I lire page 16 I
Sommaire
Après une longue période de disette,
les footballeurs de Sénart-Moissy ont
retrouvé la victoire et le sourire. On
ne parle plus de montée en National
mais on y pense quand même à voix
basse… I lire page 11 I
■ éCONOMIE / ATF, entre-
■ PORTRAIT /
prise citoyenne. I page 3 I Annabelle,
la libéro
■ SANTé / Le projet médi- libérée.
I page 6 I
cal cherche des fonds.
I page 4 I
■ SAVIGNY / Une passion,
■ AéROCLUB / Envolez-vous
un livre, un disque.
I page 8 I
à Villaroche. I page 14 I
■ INNOVATION / Le Prix de
Sénart pour Le Dragon.
I page 9 I
■
RESTAURATION /
Le Pouilly dans les
étoiles. I page 7 I
■ APICULTURE / Le Gabi fait
son miel. I page 14 I
■ COURRIER / I page 16 I
En pages centrales,
retrouvez le cahier
indépendant du
programme complet
des cinémas Prévert,
La Coupole et
La Rotonde
L e j o u r n a l d e l a V i l l e N o u v e l l e - Av r i l 2 0 0 6 - N u m é r o 2 2 4 - P r i x : 1 , 2 2 
ON LE VIT À
Hôtellerie
La résidence Clarion installe
ses suites au Carré
L E C H I F FRE DU MOIS
28’’43
la nageuse savignienne Guylaine
Berger-Talochino a encore fait parler
d’elle lors des championnats de France
des Maîtres en petit bassin, à Dunkerque,
en décrochant le record du monde du
50 mètres nage libre en 28 secondes et
43 centièmes. Sans oublier un record de
France du 200 m NL et un record d’Europe
sur 100 m NL. On ne l’arrête plus !
L
M
Prévention à l’école
P
our la seconde année consécutive, le San
de Sénart en Essonne et les communes de
Morsang-sur-Seine, Saintry-sur-Seine, SaintPierre-du-Perray et Tigery militent pour la sécurité routière. Les cinq partenaires organisent
une semaine d’éducation à la prévention dans
les écoles maternelles et élémentaires et au collège Camille-Claudel de Saint-Pierre. Étude de
la signalisation, du marquage au sol, règles de
conduite des cyclistes et des piétons sont au
programme de cette semaine qui se déroulera du
24 au 29 avril. Un critérium du jeune conducteur
se tiendra pendant une journée sur chacune des
communes et verra s’affronter les meilleurs élèves lors d’une journée de prévention. Une opération d’un peu moins de 20 000 euros, financée
par les collectivités, avec l’aide de la préfecture
et du Conseil général de l’Essonne. ◗❙
archer sur les traces des Hilton,
Mariott, Hyatt et
autres hôtels classés 4
ou 5 étoiles (selon les
normes française ou
américaine) : c’est l’objectif de la Résidence
Clarion. Cette résidence
hôtelière de luxe, franchisée du groupe américain Choice, devrait
ouvrir ses portes à
l’automne 2007, le long
du premier canal du
Carré Sénart.
Le projet, développé
par la SAS Merigest,
prévoit la réalisation
d’un hall d’accueil de
1 000 m 2, de locaux
communs de restauration et de salles de
séminaires sur 1 100 m2
en rez-de-chaussée,
j Le chantier doit démarrer cet été pour une livraison à l’automne 2007.
et l’aménagement sur
trois niveaux de chambres et de suites de 46 à
110 m2, dont le nombre
variera en fonction de
la commercialisation.
“Le développement
de l’hôtellerie en
C’est à Sénart
Souffler, c’est jouer !
O
n aurait aimé pouvoir écrire
qu’il arrive sans tambours ni
trompettes ! C’est raté et c’est
même tout le contraire. Pour ses premiers
concerts publics, le Grand Ensemble
de cuivres de Sénart s’est adjoint le
concours de clarinettes et de percussions.
Cet orchestre cuivré s’est constitué en
2005 avec des professeurs et des élèves
ou d’anciens élèves des conservatoires,
autour d’Alain Hurel et de Guy Damez,
respectivement professeur de trompette
et de tuba et directeur du conservatoire
de Nandy. La formation se produira le
dimanche 14 mai, à 16 heures, en l’église
Saint-Vincent de Combs-la-Ville, et le
vendredi 19 mai, à 20h45, en l’église
Saint-Léger de Nandy. Le programme
s’annonce très varié, composé de pièces
de la Renaissance jusqu’au xxe siècle. Avec
des tambours et des trompettes ! ◗❙
j La formule magique : 3 trompettes, 3 trombones, 1 cor, 1 tuba et 1 percussionniste.
Brèves
Débat autour de
l’autorité parentale
Bureaux, commerces, loisirs, services… le Carré poursuit son aménagement avec la Résidence Clarion, un projet hôtelier de luxe principalement
dédié à une clientèle professionnelle.
S é c u r i té routière
Accompagnement scolaire. Dans
R é s ea u d ’ é c o u t e
le cadre du dispositif d’accompagnement sanitaire et social
des familles roms roumaines de
Lieusaint, le RTAGV (Réseau de
terrains d’accueil des gens du
voyage) du San de Sénart
recherche des bénévoles pour son
atelier d’aide aux devoirs. Cet
accompagnement, encadré par
une éducatrice, s’adresse à des
enfants de 6 à 15 ans. Pour plus
de renseignements, prendre
contact avec le secrétariat du
RTAGV au 01 64 13 53 85.
conférence d’art contemporain
du San aura lieu vendredi
7 avril, à 20h30. Elle portera
sur la commercialisation, la
médiatisation et la reproduction
des œuvres d’art, à partir
notamment des travaux de Jeff
Forum Logement pour les 18-30 ans
La commune de Vert-Saint-Denis et
l’association Relais jeunes organisent
une journée d’information sur l’accès
au logement, le samedi 8 avril, à partir de 9 heures, à la Ferme des Arts.
Ce forum logement s’adresse aux
jeunes Sénartais âgés de 18 à 30 ans,
disposant de ressources financières
régulières. L’objectif est d’apporter
aux participants des informations
pratiques sur les conditions d’accès
à un habitat de type public ou privé.
Le Forum des jobs d’été. Le San
de Sénart en Essonne organise
un Forum des jobs d’été avec
la Mission locale de Sénart et le
Centre d’information jeunesse du
-
A v r i l
maître d’ouvrage et
futur gestionnaire de
cette résidence principalement destinée à
une clientèle professionnelle.
Le permis de construire
a été délivré fin décembre 2005 et le chantier
pourrait démarrer l’été
prochain, pour une
ouverture en septembre 2007. La Résidence
Clarion devrait générer
de 50 à 60 emplois. ◗❙
Ve r t- S a i n t- D e n i s
Koons, Elaine Sturtevant, Philippe
Thomas et Andy Warhol. Rendezvous au siège du San, Hôtel de
la Communauté, 100, rue de
Paris, à Lieusaint. Entrée gratuite,
précisions au 01 64 13 53 76.
Art contemporain. La prochaine
M é d i a S é n a r t
France est freiné par
la frilosité des banques. L’originalité de
notre opération tient
à sa division en lots
de copropriété. Cette
formule nous permet
de la commercialiser
auprès d’investisseurs privés qui bénéficieront d’un certain
nombre d’avantages fiscaux”, indique
Michel Raynaud, responsable de Merigest,
e REAAP (Réseau
d’écoute, d’appui et
d’accompagnement des
parents) regroupe des
parents, des bénévoles,
des responsables associatifs et des professionnels de la ville nouvelle
et de différents services
sociaux de Seine-et-Marne.
Ce réseau informel et
intercommunal organise
cette année trois soiréesdébats à Sénart sur le thème de l’autorité parentale,
en s’interrogeant sur la ou
les différentes façons de
l’exercer. La première de
ces réunions aura lieu le
mardi 4 avril, au hangar de
Lugny, à Moissy-Cramayel.
Le débat, intitulé “Comment fixer des limites
aux enfants selon chaque
culture ?”, sera introduit
par Claire Michalon, anthropologue en “interculturalité” et auteur notamment
de Différences culturell es : m o d e d ’e m p l o i e t
Histoire de différences,
différence d’histoires,
deux ouvrages publiés
respectivement en 1997 et
2002 aux éditions Sépia.
Le mardi 4 avril, à 20 heures, au hangar de Lugny,
entrée libre ; renseignements complémentaires
au 01 64 13 53 80. ◗❙
2 0 0 6
-
Cette manifestation réunira différents
intervenants dans le domaine du
logement : sociétés de HLM, Caisse
d’allocations familiales, Association
départementale pour l’information
sur le logement, Mission locale de
Sénart, une conseillère en économie sociale et familiale du Relais de
Sénart… Renseignements complémentaires auprès du service social
de la mairie de Vert-Saint-Denis au
01 64 10 59 25. ◗❙
91, mercredi 5 avril, de 16 heures
à 19 heures, à la ferme du Plessis
de Tigery. Le San proposera des
ateliers de CV et de lettres de
motivation et de nombreuses
entreprises seront présentes
pour répondre aux questions des
jeunes. Contact : 01 64 85 18 45.
Jobs d’été. D’autres communes
mettent en place des dispositifs
pour les jobs d’été. À Combs, le
N u m é r o
2 2 4
Bureau information jeunesse propose des ateliers pour aider les
jeunes dans leur recherche d’emploi (tél. 01 60 60 96 60). à Lieusaint comme à Moissy-Cramayel,
les mairies proposent des emplois
à temps partiel au sein de leurs
services municipaux, en juillet et
août. Renseignez-vous pour Lieusaint au 01 64 13 55 92, pour
Moissy au 01 64 88 15 00.
Page En direct
ON LE VIT À
du San…
Développ e m e n t
dura b l e
demandes : une circonscripDes sites sous surveillance • tion de police unique pour
Sénart, l’augmentation de
Dans le cadre du suivi des
l’effectif du commissariat de
territoires touchés par
Savigny et une coordination
les violences urbaines de
améliorée entre les polices
novembre 2005, le San de
nationale et municipales.
Sénart a récemment accueilli
le préfet de Seine-et-Marne,
Jacques Barthelémy, et les
Un nouveau contrat
directeurs départementaux
départemental • Le
des services déconcenSan s’apprête à passer
trés de l’état. Une visite à
convention avec le Conseil
Savigny puis une réunion
général de Seine-et-Marne
de travail ont permis de
pour bénéficier d’un
faire le point sur la sécuContrat départemental de
rité et la prévention de la
développement durable.
délinquance. à l’occasion
Ce nouveau contrat “C3D”
d’une autre séance de tra(qui succède aux anciens
vail avec le nouveau direcCaducé) porte sur une
teur de cabinet du préfet,
subvention de 9 millions
Philippe Portal, les élus ont
d’euros sur 5 ans (2006par ailleurs renouvelé leurs
2010), dont 60 % orientés
vers des opérations intercommunales et 40 % vers
des opérations communales.
Sécurité
Prologis a présenté le 21
février au San le projet de
permis de construire de la
deuxième phase de son
installation sur la partie sud
du parc d’activités de Chanteloup (environ 100 000 m² à
Moissy-Cramayel). Ce projet
comprend des locaux d’entrepôt et un centre de vie dans
un bâtiment spécifique,
composé d’un restaurant
interentreprises de 500 places
et d’une crèche de 40 places.
Vert-Saint-Denis, pionnière du CPL
Depuis l’apparition de l’Internet haut débit, Vert-Saint-Denis était à la traîne.
Le combat mené par le maire Gérard Bernheim, presque aussi ancien que
l’engouement des Français pour Internet, a fini par porter ses fruits.
M
Page de”, précise Gérard Bernheim. La
mise en place d’un DSLAM (équipement de liaison entre les lignes
téléphoniques et les fournisseurs
d’accès à Internet), sur la commune de Cesson à la fin de l’année, permettra à ces foyers proches du central cessonnais de se
connecter enfin à haut débit. Chacun pourra alors découvrir le tout
nouveau site Internet de la ville :
www.vert-saint-denis.fr ◗❙
j Mieux que le CPE : le CPL pour petits et grands !
M é d i a S é n a r t
Bonnes nouvelles
des étoiles
Parc d’activités de
Chanteloup • La société
Internet haut débit
que (qui laisse passer une fréquence de 50 Hz) un autre signal
à plus haute fréquence. Il suffit
d’équiper chaque ordinateur d’un
modem CPL.
Malgré les investissements, les
prouesses technologiques et la
volonté politique, une dizaine
de foyers restent à l’écart de ce
haut débit. “Il reste pourtant
un espoir pour ces habitations
situées dans le Bois de Brévian-
éditorial
économie
Développement
algré les pressions municipales, France Telecom n’a
pu, ou su, offrir un service
identique à tous les habitants
de Sénart. Le Conseil général a
donc pris le relais, pour répondre aux demandes des communes oubliées, comme Vert-SaintDenis. “Nous avons investi
plus de 300 000 euros pour
mettre en place une technologie alternative, qui a permis
de créer un nouveau réseau
de connexion”, indique Gérard
Bernheim, 1er vice-président du
Conseil général. “Nous allons
pouvoir répondre de façon
économique et performante
aux demandes des administrés”, poursuit le même, avec
cette fois sa casquette de maire.
Début mars, chaque foyer s’est
vu proposer une formule d’abonnement à Internet par l’intermédiaire de sociétés peu connues
du grand public. “Les prix
seront attractifs et ne feront
pas l’objet de fausses promesses, assure le maire. Il suffira
de brancher un modem spécifique sur la prise de courant
pour profiter du courant porteur en ligne.” Et en avant pour
le surf numérique !
Cette technologie, dite du CPL,
permet de transmettre des
informations numériques sur le
réseau électrique 220 volts. Le
CPL superpose au signal électri-
ATF, entreprise
citoyenne
-
A v r i l
2 0 0 6
U
n marathon vitaminé, un
restaurant étoilé, une comédie
musicale sénartisée, une
footballeuse au poste de libéro (on n’a
pas trouvé le féminin !), des projets
d’hôpital et de résidence hôtelière,
un aéroclub et, cerise sur le gâteau,
une recette de crème brûlée ! On vous
laisse découvrir cet inventaire à la
Prévert au fil de ce numéro… Un
sommaire à l’image de Sénart, où
les projets collectifs ou individuels
continuent de se multiplier. Après
trente années d’aménagement et de
construction, la ville nouvelle aborde
incontestablement une phase de son
développement où il est davantage
question de lien social et de solidarité.
C’est ce dont témoignent aussi
les récentes initiatives en faveur
de l’intégration des handicapés
(lire en pages 4 et 5). Des progrès
considérables sont encore nécessaires,
notamment pour faciliter l’accès des
personnes à mobilité réduite aux
espaces et aux équipements publics.
Sénart comble malgré tout une partie
du retard français, en accueillant
de nouveaux établissements
spécialisés. Un exemple à suivre
pour des territoires bien plus anciens
qu’une toute jeune ville nouvelle…
L
’entreprise ATF est née
en 1995 de la nécessité de recycler les
matériels informatiques
obsolètes. Elle revend
ensuite des composants
en pièces détachées ou
des unités complètes. La
société valorise ainsi ces
matériels, avec une totale
exigence de fiabilité et
de traçabilité entre collecte et recyclage. Elle a
d’ailleurs pris de l’avance
sur la loi d’août 2005, qui
impose aux constructeurs
d’équipements informatiques l’obligation de prévoir le recyclage futur
de leur production. ATF
conjugue le développement durable à plus d’un
titre. Son implantation
d’abord : la petite entreprise s’est engagée dans
la démarche de qualité
environnementale du parc
d’activités du Levant, à
Moissy. Au plan social
ensuite : cette société
d’une trentaine de collaborateurs est un acteur
reconnu de l’insertion par
le travail, à hauteur d’environ 15 % de son effectif.
Et elle offre chaque année
à une cinquantaine de stagiaires atteints de handicap, l’occasion de reprendre une activité professionnelle. ATF affiche une
belle santé avec 90 000
“machines” traitées par
an et un chiffre d’affaires
de 5,1 millions d’euros. Elle
témoigne enfin de convictions citoyennes, qui l’ont
notamment amenée à
éditer, avec le soutien de
l’Ademe, un guide pratique
grand public sur le thème
“Que faire de votre matériel informatique en fin
de vie ?”. ATF : 593, avenue Blaise-Pascal, 77550
Moissy-Cramayel. ◗❙
-
N u m é r o
Roland Puig
rédacteur en chef
A g r i c u l t u re
Quels champs pour la ville ?
Les agriculteurs
de Sénart continuent de chercher
leur place en ville
nouvelle.
Q
uel avenir pour
l’agriculture ? Pas
facile de trouver sa
voie sur un territoire
traversé par les contradictions. D’un côté, les
impératifs de l’aménagement. De l’autre,
la volonté des exploitants, désireux de
maintenir ou de renouveler leur activité, mais
souvent confrontés à
des situations précaires. À Sénart, le débat
est ouvert, témoin
la récente rencontre
organisée au San entre
2 2 4
élus et agriculteurs,
en présence du viceprésident du Conseil
régional chargé de l’environnement, Michel
Vampouille. Ce dernier
a confirmé que le maintien de l’activité agricole était l’un des objectifs
du prochain Schéma
directeur. La balle est
dans le camp des agriculteurs pour développer de nouvelles filières
de proximité… ◗❙
ON EN DISCUTE À
CENT R E H O S P ITA L I E R
Solidari té
Les partenaires peaufinent
leur projet médical
Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a
récemment confirmé son soutien au projet de
centre hospitalier défendu par les agglomérations
de Melun et de Sénart. Reste à trouver le maître
d’ouvrage et l’enveloppe budgétaire pour
construire cet équipement dont le coût
est estimé à 167 millions d’euros.
F
utur hôpital : le
ministre donne son
feu vert”, titrait la
presse départementale à l’issue de la visite
de Xavier Bertrand, le
10 mars. Le ministre de
la Santé était de passage
à la Communauté d’agglomération de Melun
Val de Seine (CAMVS),
accueilli par les élus de
Melun et de Sénart et par
les représentants des instances hospitalières.
Un pôle public
et privé
Le projet d’hôpital de
“référence” du sud seineet-marnais s’inscrit dans
un contexte de restructuration de l’offre de
soins du bassin de Melun.
D’un côté, un pôle privé
rassemblant les cliniques
Saint-Jean et de l’Ermitage (juridiquement associées depuis le printemps
2005) ; de l’autre, un pôle
public et privé, réunissant le centre hospitalier
Marc-Jacquet et la clinique des Fontaines.
L’hôpital
de Melun et Sénart
Le terrain a déjà été
acquis par la CAMVS sur
le site de Beauregard, au
nord de Melun, près du
rond-point de l’Europe
et de l’ex-nationale 6, à la
jonction des deux agglomérations. Quant au projet médical, il devrait être
finalisé dans les semaines
Accueillir les handicapés
Avec la récente ouverture de Sésame Autisme, à Nandy,
et d’autres initiatives à Combs ou Savigny, Sénart entre
dans une nouvelle phase de son développement. Après les
logements, la voirie et les équipements publics, le temps est
venu d’une urbanisation plus solidaire, ouverte à des besoins
moins évidents mais aussi importants.
Guy Geoffroy
qui viennent. Il s’agit de
répartir entre les deux
partenaires les activités
de médecine, chirurgie et
obstétrique, la psychiatrie restant un secteur
exclusivement public. Le
centre hospitalier souhaite d’ailleurs lui donner
la priorité sur le nouveau
site, du fait de la vétusté
des locaux actuels.
Le financement
en suspens
Le feu vert, mais pour
quel maître d’ouvrage
et à quel prix ? Telles
sont les deux principales
questions non résolues
à ce jour. Le gouvernement semble avoir donné
son accord pour la programmation du projet au
plan “Hôpital 2012”. Mais
Xavier Bertrand n’a fait
aucune promesse sur la
capacité de l’État à prendre à sa charge le coût
de cet établissement de
668 lits, estimé à 167 millions d’euros (dont 20,5
pour la psychiatrie).
Financement privé, public ou mariant les deux ?
Le centre hospitalier et
la clinique des Fontaines
ne sont de toute façon
pas en mesure d’assumer
seuls cet effort financier.
L’incertitude devra être
levée rapidement si les
deux partenaires veulent
tenir leur calendrier prévisionnel : fin de travaux
en 2010 pour la clinique
et 2011 pour l’hôpital. ◗❙
Député-maire
de Combs-la-Ville
MédiaSénart : La création de
nouveaux centres d’accueil
pour handicapés est-elle
un signe de la maturité
de Sénart ?
— C’est la preuve que Sénart
dispose d’un vrai réseau de
solidarités. Les structures se
multiplient mais le mouvement
n’est pas nouveau. Le premier
centre de vie pour handicapés
sur Combs-la-Ville a vingt ans,
il s’agit du Foyer des Paralysés
de France. L’important est
d’agir en pleine lumière, de ne
pas avoir peur. C’est là que l’on
fait preuve de maturité.
j La Résidence des Cinq
Sens, à Saint-Pierre, organise les 7 et 8 avril un
festival de cirque et de
musique sous chapiteau.
L
a carence en structures d’accueil,
de travail, de soins ou d’hébergement pour jeunes et adultes
souffrant de handicaps n’est pas
propre à Sénart. Tout le sud du
département manque de structures,
principalement pour les adultes.
à Sénart, les initiatives se multiplient,
émanant des municipalités, des associations ou de particuliers. C’est la
preuve de la maturité d’une ville qui
prend le temps d’être solidaire, même
s’il reste beaucoup à faire pour l’accessibilité des personnes à mobilité
réduite dans les espaces publics.
Au niveau national, on estime que les
besoins en la matière sont couverts à hau- Renforcer les solidarités
teur de 10 % maximum.
Les transports et les équipements,
j L’hôpital Marc-Jacquet et la clinique des Fontaines doivent remettre leur copie
médicale dans les semaines qui viennent.
3questionsà
Préoccupées par leur gestion quotidienne, les collectivités en oublient
d’investir pour une population souffrant de handicaps physiques ou
mentaux. Des projets qui semblent
plus urgents et plus valorisants
prennent souvent le pas. Pourtant
les besoins se font cruellement sentir au sein des familles concernées.
M é d i a S é n a r t
-
A v r i l
2 0 0 6
comme l’implantation des lieux de
travail ou de loisirs, doivent tenir
compte des besoins des uns et des
autres. Dans une collectivité comme
Sénart, la solidarité doit aussi s’exercer entre les territoires, pour que se
développent des projets communs de
mixité sociale impliquant toutes les
composantes de la ville nouvelle. À ce
jour, chaque commune participe à
-
N u m é r o
2 2 4
MS : Le maire que vous êtes
a-t-il du mal à faire passer
ce message d’intégration
du handicap ?
— C’est de moins en moins
difficile. Le monde du handicap et ses dures réalités sont
le plus souvent inconnus du
grand public. En ville nouvelle,
nous avons tout fait pour qu’il
s’agisse, dès le départ, d’une
réalité “ordinaire”. L’évolution
des mentalités s’est faite naturellement. Nous devons assurer
la diversité sociale dans tous
les sens du terme. Sénart est
aujourd’hui exemplaire et doit
le rester en continuant à offrir
de nouveaux lieux de vie et
de travail pour les personnes
handicapées. Nous allons par
exemple accueillir bientôt à
Combs un centre pour les autistes, géré par l’association Aria.
MS : Les parents d’autistes
placent encore souvent
leurs enfants en Belgique.
La loi doit-elle évoluer pour
favoriser le développement
des centres ?
— Ce n’est pas tant la loi que
ses conditions d’application qui
sont en cause. Mais depuis que
les collectivités locales s’impliquent, les choses vont mieux.
Nous allons également bénéficier des fonds de la Journée
de solidarité pour nous aider.
La solution passe par l’engagement des élus locaux. Nous
sommes les mieux placés pour
être à l’écoute des problèmes
de nos administrés, faire avancer des projets et proposer
des solutions, en direct ou
avec le relais d’associations.
Page L’invité
ON EN DISCUTE À
Joël Joubert, champion paraplégique
V
sa façon à ce nouveau
positionnement solidaire.
S’ouvrir sur l’extérieur
À Saint-Pierre-du-Perray,
la Résidence des Cinq
Sens, un foyer de vie
pour handicapés mentaux
ouvert en janvier 2003, a
délibérément décidé de
s’ouvrir sur le monde extérieur. Avec une cinquantaine de places, réparties
entre l’internat, l’accueil
de jour ou d’urgence, la
structure gérée par l’association les Papillons
blancs s’appuie sur l’expression artistique et le
spectacle pour l’équilibre
de vie de ses résidents.
Les 5 Sens en cadence
Les 7 et 8 avril prochains,
ces derniers proposeront
le festival “Les Cinq Sens
en cadence”, monté par
leurs soins avec l’aide de
leurs éducateurs. Sous
chapiteau, sur l’esplanade
de jeu Manuréva, le cirque
et la chanson seront à la
fête pour un moment de
partage et de découverte.
Les personnes à mobilité
réduite pourront utiliser
les transports en commun pour venir se joindre
à la fête. Les arrêts de
bus ont récemment fait
l’objet de travaux pour en
faciliter l’accès.
La loi fait aujourd’hui obligation aux départements de se
doter de structures d’accompagnement et de conseil pour
les personnes handicapées.
Le Conseil général de
Seine-et-Marne a ainsi
décidé d’installer sa
future Maison départementale des personnes
handicapées dans les
anciens locaux du centre
des impôts de Savigny. La
commune va donc devoir
faciliter l’accès en équipant ses trottoirs, franchissements de rues et
autres quais de gare…
À Combs-la-Ville, l’installation d’un centre de l’Association des Paralysés
Page Lepointsur
du mois
j Joël Joubert,
fer de lance du
club d’escrime
de Combs, qui
accueille depuis
plusieurs années
une activité
handisport.
de France, il y a vingt
ans, a ouvert la voie.
Aujourd’hui, le handicap
a sa place au cœur de la
ville avec des structures
comme le Centre d’aide
par le travail, baptisé
élisa et géré par l’association Élan, et le Foyer
pour handicapés vieillissants, animé par l’association des Amis de l’atelier.
Les autistes disposeront
bientôt d’une structure en
périphérie de la commune
avec l’association Aria et
les malvoyants reçoivent
depuis peu le soutien des
élus du conseil municipal
de jeunes qui proposent
de nombreuses démarches novatrices.
Roulez partout
Les autres communes ne
sont pas en reste, avec
l’institut médico-pédagogique pour enfants
le Reverdi à Vert-SaintDenis, les logements
accessibles aux handicapés à Lieusaint ou les
efforts faits à Nandy avec
l’association “Roulez partout”. Celle-ci milite pour
faciliter la circulation
des handicapés. D’autres
initiatives se multiplient
depuis peu, comme à
Savigny, où la bibliothèque propose des livres
en gros caractères et
des collections de textes
sonores. ◗❙
ainqueur de la
Coupe du monde
2005 de sabre,
en individuel et par
équipes, Joël Joubert
affiche un palmarès
impressionnant.
Paraplégique de naissance, ce sportif au
moral d’acier se bat
pour faire oublier le
fauteuil qui l’accompagne au quotidien.
“Nous avons à peine
90 secondes chaque soir
sur France 3, mais c’est
toujours ça de pris.” Joël
Joubert est fier des résultats de ses collègues aux
Jeux paralympiques d’hiver à Turin. Il a l’habitude
de tout prendre du bon
côté ! “Le sport est une
excellente voie d’intégration pour les handicapés.
Un moteur de vie. Mais il
faut le relais et la volonté
des collectivités pour nous
permettre de nous déplacer et de nous entraîner.”
Malgré ses titres, ses
médailles et son statut de
membre de l’équipe de
France, Joël a toujours en
tête le risque qui guette
tous les handicapés.
“Moi je suis autonome,
mais on a vite fait de
s’enfermer et de fuir
le regard des autres.”
“Il faut se battre tous
les jours, au final ça en
vaut la peine. Grâce au
sport, j’ai fait le tour du
monde.” Au-delà de son
aventure personnelle,
Joël œuvre tous les jours
pour l’intégration du handicap. “Je le fais pour les
handicapés comme pour
les valides. Il faut communiquer pour se com-
prendre et ne plus avoir
peur les uns des autres.”
Entraîneur au club d’escrime de Combs-la-Ville, Joël
a dû affronter le regard
des enfants et des parents.
“Au début ils m’ont regardé avec de grands yeux.
Mais comme dans mon
fauteuil j’ai la même taille
que les enfants, ils se sont
habitués et leurs parents
aussi.” Aujourd’hui, personne n’oublie le fauteuil
de Joël, mais dans un
environnement adapté,
ce n’est plus qu’une composante du personnage,
loin derrière le savoir
qu’il distille et l’exemple
qu’il donne sans compter.
“Mais seul je ne suis rien,
je ne peux trouver ma
place qu’avec l’aide de la
collectivité.” Une leçon à
retenir de ce maître d’âme.
Les centres
de Sénart
Résidence Idalion :
foyer pour adultes handicapés vieillissants, géré
par l’association des
Amis de l’Atelier, rue des
Brandons, 77380 Combsla-Ville ; tél. 01 64 13 48 80.
Centre d’aide par le
travail Élisa : géré par l’association Élan, dans la ZAC
de Parisud, 58, rue MauriceFaure, 77380 Combs-laVille, tél. 01 64 88 18 60.
Maison Vercors : gérée
par l’association Sésame
Autisme, pour l’accueil
des jeunes autistes, chemin des Merles, 77176
Nandy, tél. 01 60 63 20 50.
j La maison Vercors, centre
d’accueil et institut médicoéducatif pour autistes, à Nandy.
Foyer de l’Association des Paralysés
de France : 1, rue PabloPicasso, 77380 Combsla-Ville, tél. 01 60 34 51 00.
j À Nandy, l’association Sésame vient d’ouvrir un établissement pour autistes. Un autre est en chantier à Combs-la-Ville,
dans le secteur de la Borne Blanche.
AUTISME
Sésame ouvre ses portes à Nandy
Nandy accueille
depuis le 30 janvier un centre
pour jeunes autistes, géré par l’association Sésame
Autisme.
Les deux structures de Sésame,
un institut médicoéducatif et une
maison d’accueil
spécialisée, hébergent 28 jeunes.
“Notre position,
chemin des Merles,
excentrée par rapport à la commune,
n’est pas une mise
à l’écart, précise
Aude Congnard,
directrice de l’établissement. Nous
M é d i a S é n a r t
-
sommes à deux pas
du centre-ville et de
la Forêt de Rougeau
et ses sentiers de
randonnée.” Un
emplacement idéal
pour le calme et
l’intégration sociale
des pensionnaires.
Cet établissement,
dont le coût de
construction a
dépassé les 5 millions d’euros, sera
bientôt inauguré et
baptisé du nom de
Vercors, l’auteur du
Silence de la mer et
de plusieurs ouvrages sur le monde
de l’enfance. Si elle
garde des règles
de fonctionnement
A v r i l
2 0 0 6
spécifiques, la maison compte bien
s’ouvrir à la vie locale. “Nous souhaitons sortir de notre
enceinte, annonce
Aude Congnard.
Nous avons déjà un
partenariat avec la
bibliothèque, et la
municipalité nous a
soutenus pour que
nous obtenions des
créneaux dans les
équipements sportifs.” à l’inverse,
la direction veut
ouvrir Sésame aux
Nandéens. “Nous
allons contacter nos
voisins et les inviter à découvrir nos
installations. Nous
-
N u m é r o
avons également
invité le conseil municipal des jeunes.”
La maison d’accueil, première de
ce type dans le sud
du département,
emploie 46 personnes. “Nous avons
pu recruter du personnel qualifié qui
habite à proximité.
Il s’agit souvent
de personnes qui,
auparavant, se
rendaient à Paris.
C’est la preuve
que nous manquons de structures dans notre
environnement
proche”, indique
Mme Congnard.
2 2 4
La Résidence des
5 Sens : foyer de vie
pour handicapés mentaux,
avenue de la Tour Maury,
91280, Saint-Pierre-duPerray, tél. 01 69 89 78 10.
Les Maisons de l’Aria :
structure pour les autistes
adultes, gérée par l’association Aria, ouverture en
juin 2006, 5, rue de la BorneBlanche, 77380 Combsla-Ville, tél. 01 45 41 38 88.
j Un autre établissement pour
l’accueil des autistes est en
chantier à Combs-la-Ville, à l’initiative de l’association Aria, sur
le secteur de la Borne Blanche.
Le Reverdi : centre
pour enfants, 2, allée du
Reverdi, 77380 Vert-SaintDenis, tél. 01 60 63 37 27.
FEMMES ET HOMMES DE
Annabelle Abraham, libéro
Le foot, point barre… et but !
Ni gymnastique, ni natation, ni d’autre discipline plus
“féminine”. Pour Annabelle, c’est le foot, point barre !
Depuis ses premiers ballons tapés à VilleneuveSaint-Georges, elle n’a plus lâché les crampons.
J
’en avais
marre de
regarder les
garçons sur les
vrais stades.
Et de ne pouvoir
jouer qu’en bas de
l’immeuble ou dans
la cour de récré. Je
voulais un club, un
maillot et des crampons.” À tout juste
dix ans, Annabelle a
insisté auprès de son
père jusqu’à ce qu’il
lui trouve un club où
les filles étaient les
bienvenues. Celui
de Juvisy-sur-Orge
(91) lui a ouvert ses
portes. Poussine,
benjamine, moins de
13 ans… Au fil des
ans et des catégories, la jeune fille a
gagné ses galons de
footballeuse. “J’ai
commencé au poste
de stoppeuse, mais
maintenant je suis
à ma vraie place,
celle de libéro.”
Une place difficile
qui tente rarement
les jeunes. “Moi,
ça m’a plu tout
de suite. C’est un
poste de contact
Annabelle
en bref
et de combat. Et
j’aime ça, arrêter
les courses des
adversaires. Les
tacles ne me font
pas peur.” Jamais
blessée sérieusement (à part des
crampons plantés
dans le genou, une
broutille), Annabelle
aime le foot surtout
pour l’ambiance
avec les copines.
Comme chez les
garçons. “On papote
sans doute un peu
plus, mais dans le
fond c’est pareil.”
1987
Un an après la Coupe du
monde remportée par
l’Argentine au Mexique,
naissance d’Annabelle à VilleneuveSaint-Georges.
1997
Après plusieurs années
passées à s’entraîner
en bas de son immeuble, Annabelle signe
sa première licence
à Juvisy-sur-Orge.
2005
Elle rejoint l’équipe de
foot féminine de Savigny
au poste de stoppeuse.
2006
Son objectif : finir
l’année en bonne
place avant de viser
la montée dans la
division supérieure.
« J’en avais marre de regarder les garçons sur les stades
et de ne pouvoir jouer qu’en bas de l’immeuble… »
j Annabelle, 19 ans : les tacles
ne lui font pas peur !
Installée à Savigny
depuis 1993, Annabelle a rejoint la
nouvelle équipe
féminine de l’ASP.
“C’est notre première année en
Promotion d’Honneur, on est en
milieu de tableau.
Mais je rêve pour
mes 20 ans de
jouer un ou deux
niveaux audessus.” À raison
de deux entraînements par semaine,
Annabelle et ses
coéquipières sont
dures au mal. “Je
n’ai pas trop de
problèmes de technique, mais je dois
travailler le foncier et les pointes
de vitesse. Et puis
mon entraîneur
trouve que je ne
parle pas assez !”
Pour Annabelle,
contrairement aux
garçons, le foot se
passe d’abord sur le
terrain. “J’aime pas
trop regarder la
télé, sauf pour voir
jouer Marseille.
Ou, mieux, quand
il y a Thierry
Henry. C’est lui
le meilleur.” Un
sacré défi pour le
libéro Annabelle,
d’aller au contact
avec le buteur des
“Gunners”. ◗❙
Pascal Strub, président de la MJC de Combs
On peut toujours apprendre…
Chef d’entreprise, fan de guitare folk et de Bach, ce
solide gaillard au franc-parler a pris la présidence
de la MJC de Combs comme d’autres s’installent à la
table d’une assemblée conviviale. Sans prétention,
pour écouter, participer et donner son avis…
A
Pascal
en bref
mateur de techniques
nouvelles et d’architecture contemporaine, Pascal Strub
est aussi un homme
de tradition. En réalité, il
est curieux de tout : de la
vie, des rencontres qu’elle
occasionne, des nouveaux
savoirs et de ces expériences qui secouent vos
certitudes en élargissant
votre champ de vision.
à quarante ans, chef
d’une petite entreprise de
1958
Naissance à Baccara, en
Meurthe-et-Moselle. La
ville du cristal accouche
d’un solide gaillard,
plus porté sur le métal
que sur le verre ciselé.
1967
Baccalauréat en poche,
le jeune homme part
pour un tour de France
de compagnonnage.
1998
40 ans et l’envie de se
mettre à la musique.
Installé à Combs-la-Ville
depuis une dizaine d’années, il s’inscrit à la MJC.
2005
Après le solfège et la
guitare, il intègre le
conseil d’administration,
le bureau et prend tout
naturellement la présidence de la structure.
j Pascal, 48 ans, génération du baby boom, en défenseur
de la culture populaire.
« à la MJC, j’ai découvert la culture populaire,
qui s’ouvre vers la cité et propose un travail de
qualité, mais sans prétention ni élitisme. »
construction métallique, là
où d’autres s’installent dans
la routine, Pascal Strub a
M é d i a S é n a r t
-
A v r i l
2 0 0 6
-
décidé de se lancer dans la
musique. “à la Maison des
jeunes et de la culture de
Combs-la-Ville, j’ai rencontré des gens qui m’ont
écouté et qui ont compris
mes envies.” Solfège, premiers accords de guitare
en souvenir des “folkeux”
de son adolescence… et le
nouveau musicien prend
ses quartiers dans la maison
qui trône entre l’église et
la mairie. “J’y ai découvert la culture populaire,
qui s’ouvre vers la cité
et propose un travail de
qualité, mais sans prétention ni élitisme.”
Aujourd’hui président du
conseil d’administration
de l’établissement, Pascal
Strub veut redorer l’image
de la MJC. “Nous cherchons à trouver notre
N u m é r o
2 2 4
place dans le programme
de la ville. Je veux aussi
prouver que l’on peut
continuer à apprendre et
à transmettre son expérience quel que soit son
âge.” Persuadé que ce type
d’équipement, né dans les
années soixante, a encore
un bel avenir, le nouveau
président tient à y apporter
de la convivialité, du plaisir et de la rigueur. “Dans
cette maison, chacun a un
rôle précis à jouer et un
titre qui va avec. Pas pour
la gloriole, juste pour se
sentir impliqué et responsable d’une mission
d’éducation populaire.”
Pascal Strub ne compte pas
faire “carrière” à la Maison
des jeunes ou ailleurs mais
simplement rendre ce qu’on
lui a donné. Son prochain
objectif : avoir le niveau
en guitare pour se lancer
dans l’un des bœufs que
propose régulièrement
L’Oreille Cassée, la salle
de spectacle de la MJC. ◗❙
Page Ç’EST ARRIVÉ À
De gauche à droite :
j Anthony Vallette (au premier
plan) aux fourneaux avec
une partie de son équipe.
j Le chef étoilé avec Philippe
Malherbe, co-gérant de
l’établissement, qui dirige
également le service en salle.
j Anthony Vallette : “L’essentiel
est de ne pas tomber dans
la routine. Au bout de quinze
jours, on n’a qu’une hâte,
c’est de changer la carte.”
LE RESTAURANT LE POUILLY, INSTALLÉ
À VERT-SAINT-DENIS DEPUIS 1990,
VIENT DE DÉCROCHER SA PREMIÈRE
ÉTOILE AU GUIDE MICHELIN.
Le Pouilly étoilé
Cette maison est née d’un coup de cœur et la passion qui l’anime se
retrouve aujourd’hui dans sa cuisine. Grâce au talent du jeune chef
Anthony Vallette, Le Pouilly se retrouve au firmament de la restauration
seine-et-marnaise. Une consécration méritée.
A
vez-vous déjà dégusté
un filet de sandre poché
dans un lait alcoolisé au
rhum Charrette, sur un lit
de feuilles de bananes caramélisées et poivrées avec
leurs dés de roquefort ? Voilà
le genre de recette audacieuse proposée par le chef
de cuisine du restaurant Le
Pouilly. Anthony Vallette
avait déjà été baptisé “grand
de demain” par le Gault
et Millau 2005, il vient
de décrocher sa première
étoile au Guide Michelin
2006. Une sorte de consécration pour ce tout jeune
chef de 32 ans et pour cet
établissement installé à VertSaint-Denis depuis 16 ans.
j Simone Desideri et Philippe Malherbe ont acheté l’ancienne ferme briarde sur un coup de cœur,
en 1983, sans savoir qu’elle deviendrait un restaurant étoilé.
Un coup de cœur
Simone Desideri et Philippe
Malherbe, propriétaires des
lieux, sont arrivés au hameau
de Pouilly-le-Fort en 1983.
Elle travaillait dans le milieu
hospitalier, lui possédait un
restaurant à Paris. “Nous
avons éprouvé un véritable
coup de cœur pour cette
ancienne ferme briarde et
nous l’avons achetée, sans
savoir du tout ce que nous
en ferions”, raconte Simone
Desideri. Après rénovation
des bâtiments, ce sera finalement un restaurant, ouvert
en 1990 et positionné dès
l’origine comme une maison
plutôt haut de gamme.
Le Pouilly collectionne les
fourchettes au Michelin jusqu’en 2000 avant de connaître une petite baisse de
j “L’étoile, j’y pensais bien sûr. Mais le résultat arrive quand il doit arriver. C’est une satisfaction
personnelle et pour toute l’équipe.”
j Une petite quinzaine de personnes officient en cuisine et en salle, respectivement sous la direction
d’Anthony Vallette et de Philippe Malherbe, tandis que Simone Desideri gère l’établissement.
Page M é d i a S é n a r t
-
A v r i l
2 0 0 6
-
régime. Deux chefs s’y succèdent en l’espace de trois ans,
jusqu’à ce que le couple trouve la perle rare… Anthony
Vallette débarque à Pouilly en
décembre 2003. Originaire de
Normandie, il a notamment
fait ses classes Chez Ruffet,
le restaurant de Stéphane
Carrade à Jurançon, près de
Pau, et à Chambéry, chez un
disciple d’Alain Ducasse.
Une cuisine d’ici
et d’ailleurs
“Je connaissais un peu la
région et j’ai senti qu’il y
avait un potentiel pour
proposer une cuisine à la
fois simple et originale.”
Anthony Vallette affirme
volontiers son goût pour
les préparations rapides et
sobres, au gré des envies et
des produits du jour. Mais
– au risque de froisser sa
modestie – la cuisine du
Pouilly, qui marie les produits du terroir avec les épices exotiques et les saveurs
venues d’ailleurs, est assez
sophistiquée. C’est ce qui
fait son charme et qui justifie
sans conteste cette première
étoile. Bravo à cette équipe
d’artistes, aux fourneaux, en
salle et dans les bureaux ! ◗❙
Le Pouilly en bref
• Le Pouilly propose tous les midis un
menu “Retour du marché” à 25 €.
Les deux menus à thème (38 et 55 €)
et la carte changent tous les quinze
jours.
• Le restaurant est ouvert tous les
jours du mardi au dimanche midi
(fermeture le dimanche soir et le
lundi) au 1, rue de la Fontaine,
hameau de Pouilly-le-Fort, 77240
Vert-Saint-Denis, tél. 01 64 09 56 64.
• Vous pouvez retrouver les menus et
la carte sur www.lepouilly.com et
contacter l’établissement par
e-mail : lepouilly@wanadoo.fr
j Si les poissons arrivent directement de
Rungis, le chef fréquente volontiers les
carreaux de Fontainebleau, de Ponthierry
ou de Melun. De retour du marché, un
velouté de bébés choux-fleurs vanillés
et ses crevettes roses au basilic.
N u m é r o
2 2 4
PRÈS DE CHEZ VOUS À
Savigny-le-Temple
Cesson
© Philippe Martin.
Une passion, un livre,
un disque…
C
L’aventure trouve sa source au centre social Françoise-Dolto
de Savigny. Elle a pris son envol, portée par les enfants de
la commune et les artistes de l’association “Multi’ Colors”,
venus un beau jour de 2003 proposer un projet artistique.
N
ous avons joué un rôle de
pépinière de projet et de
soutien. Mais l’initiative et
la réussite de cette opération
sont ailleurs.” Pour le directeur
du centre social Françoise-Dolto
de Savigny, l’aventure du “LivreDisque” qui va se concrétiser dans
les semaines qui viennent est avant
tout celle des enfants et d’une
bande de passionnés.
Tout a commencé il y a trois ans,
quand un atelier artistique s’est mis
en place avec l’aide de Multi’ Colors.
L’idée de départ était simple : don-
ner accès à la création culturelle,
valoriser le travail des jeunes par
le biais d’expositions et créer des
rencontres avec les parents. Dès la
deuxième année, Sylvie Faye, graphiste et animatrice de l’association,
lançait l’idée de la réalisation d’un
livre-disque. Un objet multiculturel,
pensé, écrit et réalisé par les enfants
de Savigny, de Sénart et d’ailleurs.
La trame du livre était confiée à des
enfants du voyage installés sur les
terrains de Cesson et de Savigny.
L’atelier d’arts plastiques assurait
les illustrations et la partie musi-
j Un atelier de percussions au relais de quartier Lucie-et-Raymond-Aubrac.
cale était prise en charge par de
nombreux partenaires : les ateliers
percussions, le relais de quartier
Aubrac, l’association Cromatic, le
conservatoire de Savigny et l’ensemble de clarinettes de Sénart.
Une œuvre collective, fédérant les
volontés et les talents, dont le livre
est imprimé et l’enregistrement en
cours de finalisation. “Nous présenterons notre travail le 25 mai
à l’Espace Prévert. Créateurs,
parents, animateurs… tous les
participants seront là pour valoriser la création des jeunes, comme
cela a été voulu dès l’origine.” ◗❙
Combs-la-Ville
Cesson
Depuis 2003, les conteurs de Combs
circulent avec la “Caravane des contes”.
L’établissement public et le promoteur Nexity développent un projet
d’immobilier d’entreprise au Bois des Saints-Pères, à Cesson.
C
ous souhaitons
une totale transparence sur cette
opération.” La municipalité, par la voix du
maire, a tenu à obtenir
l’aval des riverains
avant de lancer ce projet de zone d’activités.
“Nous avons organisé
des réunions publiques avec toutes les
parties prenantes. Ce
projet jouxte les 660
futurs pavillons de
la plaine du Moulin
à Vent, il mérite une
concertation approfondie.” Depuis début
février, une exposition
présente les grandes
lignes du projet en
mairie. L’ensemble
La Caravane du conte Pour rompre avec la logistique
ette roulotte à histoires circule un peu partout
à Sénart, avant de se sédentariser à Combs en
novembre, pour les Semaines du conte. Elle
s’arrêtera au centre social Atout âge de Nandy,
vendredi 7 avril, à 20 heures, avec le conteur africain Koffi Roggo Fiangor (réservation conseillée
au 01 60 63 62 93). Dimanche 21 mai, elle sera
de passage à la ferme du Plessis de Tigery, à
17 heures, avec Françoise Diepp dans des histoires d’ogres et d’ogresses (tél. 01 60 34 27 61).
Indépendamment de cette caravane, d’autres
séances de contes sont programmées en avril et
en mai. Samedi 29 avril, à 17 heures, à la bibliothèque de Nandy, rendez-vous avec des contes
guyanais dans le cadre de la Semaine de l’OutreMer (tél. 01 60 63 36 23). Mercredi 3 mai, à la
bibliothèque de Savigny, les Histoires d’ours de
Nelly Rameau, deux séances à 10 et 11 h pour les
tout-petits (réservation au 01 60 63 23 18). Enfin,
l’Espace Prévert accueille le conteur du Burkina
Faso Toumani Kouyate, dans le cadre de ses soirées café-concert, vendredi 5 mai, à 21 heures.
Réservations au 01 64 10 55 10. ◗❙
Brèves
Carrefour des arts. L’association
N
Méditerranée organise le 2e Carrefour des arts, les 8 et 9 avril, à la
Bulle du Miroir d’Eau de Savignyle-Temple. Renseignements au
01 60 63 90 23.
et garçons à partir de 11 ans,
le 11 avril, de 16h30 à 18h30, au
dojo du gymnase Léo-Lagrange,
les 12, 13, 14 et 15 avril
au café danses. Précisions
au 01 64 41 66 83.
Stages de hip-hop. Le café danses
Chasses aux œufs. La commune
Bobby Sands de Savigny organise
des stages d’initiation aux danses
hip-hop, pour débutants filles
de Savigny et le Conseil général
proposent une chasse aux œufs
de Pâques le 16 avril, de 9 heures
M é d i a S é n a r t
La piscine
refaite à neuf
-
immobilier conçu par
le groupe NexityGeprim a délibérément
mis de côté l’option
logistique. “S’il y a
du stockage, il sera
lié uniquement à
l’activité industrielle”, assure Didier
Fenouillet, responsable de l’urbanisme.
Le projet se décline
en trois bâtiments
de 18 000, 12 000
et 4 000 m 2 pouvant
accueillir à terme près
de 200 emplois. Le
programme architectural prévoit d’intégrer
les bâtiments dans
le paysage avec des
merlons de protection
le long de la coulée
verte. L’implantation
d’activités se fera avec
le double aval de l’Epa
et de la commune.
“Pas question d’accepter des industries
polluantes, qui produiraient de mauvaises odeurs ou utiliseraient des produits
à risque.” à la mairie
on est formel : cette
zone d’activités ne
j Une image de synthèse
du projet Nexity.
à 12 heures, à la Bulle du Miroir
d’Eau. Infos complémentaires au
01 64 19 23 00. Le même jour,
aux mêmes heures, rendez-vous à
la Ferme des Arts, au Terrain du
Cheval et au Clos Pasteur de VertSaint-Denis, tél. 01 64 10 59 02.
musée, ferme du Coulevrain, les 22
et 23 avril, avec un vide-greniers
le dimanche. Renseignements au
01 64 41 86 92.
Jeune public. L’Espace Prévert
Marché campagnard. Le comité des
fêtes de Savigny-le-Temple installe
son marché campagnard à l’éco-
A v r i l
générera pas de nuisances. Accès routiers
aménagés, façades
paysagées, hauteurs
limitées : le cahier
des charges doit préserver la tranquillité
du nouveau quartier.
Le premier permis de
construire est prévu
pour le printemps et
les emplois sont attendus pour 2008. ◗❙
2 0 0 6
-
de Savigny propose “Bahia de
Bretagne”, un spectacle de chansons pour enfants à partir de 4 ans,
mardi 25 avril, à 9h45 et 14h30.
Renseignements au 01 64 10 55 10.
N u m é r o
2 2 4
esson et Vert-SaintDenis continuent de
transférer la gestion
de leurs équipements
sportifs au Syndicat
intercommunal des
sports. Prochaine et
dernière étape de ce
processus : la piscine de
Cesson va faire l’objet
d’une cure de rajeunissement. “Les équipements
doivent être transférés
en parfait état, explique Jean-Marc Bruel,
directeur de la Maison
des Sports. Nous devons
remettre aux normes
cette piscine âgée de
près de 40 ans.” Deux
tranches de travaux sont
prévues dans les deux
années à venir. La première débutera en 2007
sur le bassin extérieur,
la seconde en 2008 sur
les locaux de l’accueil.
Ces deux chantiers, qui
représentent un investissement d’environ
1,6 million d’euros, bénéficieront de différentes
subventions de la Région
et du Département, dans
le cadre notamment du
contrat départemental
de développement durable. Avec 80 000 usagers annuels, scolaires
ou particuliers, la piscine
méritait bien ce lifting
avant d’intégrer le Syndicat. Celui-ci est désormais présidé par Stéphane
Digol-N’Dosangue,
adjoint au maire de VertSaint-Denis, qui succède
à José Sanz. Avec ces
équipements bientôt
tous remis aux normes,
les deux communes vont
pouvoir poursuive les
projets sportifs qu’elles
développent conjointement depuis maintenant
vingt-huit ans.
Expo florale. L’association La Grange
du Bois présente une exposition
florale, les 22 et 23 avril, à la Bulle
du Miroir d’Eau. Contact au
01 64 41 90 23.
Exposition. Pascal Planche présente
ses sculptures et ses monotypes
à l’Espace Prévert jusqu’au 9 juin.
Vernissage vendredi 28 avril, à 18 h.
Informations au 01 64 10 55 10.
Page PRÈS DE CHEZ VOUS À
Combs-la-Ville
De Combs
Les nouvelles racines
de la Shage
Dragon, Mélo et Prix de Sénart
Dans la catégorie intercommunale, le Prix de Sénart 2006 est attribué à… la comédie
musicale Le Dragon du restaurant chinois.
L
Lauréate du Prix de Sénart en 2003, la Shage poursuit son
travail de titan : le dépouillement des documents d’état civil
de Sénart depuis… 1615 !
A
vec pas moins de
700 adhérents à
Combs, Moissy
et Quincy, la Shage
(Société d’histoire,
d’art, de généalogie
et d’échanges) est
aujourd’hui l’une des
plus importantes
associations de Sénart
et du Val d’Yerres.
Depuis sa création en
1989, elle a abandonné
l’archéologie pour se
recentrer sur la généalogie, les conférences
culturelles et les visites de monuments ou
de sites historiques.
Depuis trois ans, elle
s’est engagée dans un
travail titanesque : le
dépouillement de l’ensemble des registres
paroissiaux et d’état
civil des dix communes
de Sénart. Ce passage
au peigne fin des documents microfilmés par
les Mormons, qui lui a
valu le Prix de Sénart
2003, fera bientôt l’objet d’une publication.
“Le dépouillement
des documents n’est
pas une fin en soi,
indique Jean-Claude
Tristan, le président. Il
s’accompagne d’une
analyse des structures démographiques,
familiales et socioprofessionnelles. Guy
Bonnin se charge de
ce travail qui sera
publié l’an prochain.”
L’association prépare
aussi des monographies sur les communes du 77 ainsi que
à Savigny
la liste exhaustive
des maires des 514
communes de Seineet-Marne depuis 1793.
À venir également,
une présentation de
la généalogie pour le
grand public dans le
cadre des Journées
du patrimoine 2006,
sans doute en mairie
de Combs, et une
exposition sur le chemin de Compostelle,
en 2007, au château
de la Fresnaye.
La Shage est ouverte
du lundi au vendredi,
de 14 h à 18 h, au centre Beausoleil, 6, rue
des Frères-Moreau,
77380 Combs-la-Ville,
tél. 01 64 13 08 62 ;
site Internet :
www.shage.org ◗❙
’un, Alexandre Adler, est professeur au conservatoire de Savigny mais il aime également écrire
pour le théâtre. L’autre, Yves Marie, enseigne
aux conservatoires de Moissy et de Savigny et il
compose. De leur rencontre est né Le Dragon du
restaurant chinois, une comédie musicale qui
n’attendait plus que des interprètes pour devenir
réalité. La partition, moitié jazz-pop, moitié classique, a déjà trouvé les siens avec cinq musiciens
issus des conservatoires (piano, guitare, sax et
flûte, basse, batterie).
Et pour les textes, dialogués ou chantés, l’auteur
et le compositeur ont déniché “Le Mélo des mots”,
une association de théâtre amateur animée par
Marie-Christine Barthès du côté de Combs et de
Lieusaint. Au fil des rencontres, Le Dragon a
séduit les ados qui fréquentent les ateliers théâtre
mais aussi les responsables des conservatoires.
Philippe Billot, directeur de celui de Savigny, s’est
investi lui-même pour tenir le rôle du cuisinier et
offrir des cours de chant aux apprentis comédiens.
jLes ados dans un extrait du “Dragon” lors de la remise du Prix de Sénart.
Cette aventure intercommunale et intergénérationnelle a séduit le jury du Prix de Sénart, au
point d’être cette année le seul lauréat de la dotation du San, pour une somme de 5 600 euros.
Trois représentations du Dragon sont déjà
programmées à l’Espace Prévert de Savigny :
deux pour les scolaires le vendredi 2 juin,
une tout public le dimanche 4 juin. ◗❙
Lieusaint
e
La 2 Dictée de Sénart
C’est parti pour la 2e Dictée de Sénart. Rendez-vous avec
l’association Savigny-Sénart-Scrabble, lauréate du Prix
de Sénart 2005, le 13 mai à l’IUT.
J’ai envie de…
Nina rêve du mètre quatre-vingts
Chez les Manga, l’athlétisme est une affaire
de famille. On connaissait Davy, il faut désormais compter avec sa sœur, Nina.
R
écemment couronnée championne de France jeune de saut
en hauteur, Nina Manga partage son temps entre sa licence
sportive à Savigny-le-Temple et sa licence en “génie de
l’environnement” à l’université de Jussieu. Du haut de ses 19 ans et
de son 1,78 mètre, elle juge avec la même impartialité ses résultats
sportifs et étudiants. “Si j’ai ma licence, je pourrai m’éclater
à la hauteur. Les deux vont de pair.” Pour l’instant, la jeune
femme partage ses rêves entre les bancs de la fac et les pistes
d’athlétisme. “Mon record est à 1,72 mètre. Pour être crédible, il
faut que je saute au moins ma taille. Ensuite, la barre fatidique
des 180 centimètres devrait m’ouvrir la porte des championnats
d’Europe.” Une performance que la jeune femme compte bien
réaliser dès les championnats de France cet été. Avec un diplôme
en poche pour se sentir plus légère. ◗❙
j Nina à huit centimètres des championnats d’Europe.
P
our la deuxième année
consécutive, l’association
Savigny-Sénart-Scrabble organise
la Dictée de Sénart, le samedi
13 mai, à l’Institut universitaire
de technologie, à Lieusaint.
Cette manifestation conviviale,
inspirée de la Dictée de Bernard
Pivot, se veut à la fois éducative
et ludique. Elle est ouverte à
tous les jeunes à partir du CM1,
habitant ou scolarisés à Sénart,
ainsi qu’à tous les adultes, avec
une priorité aux Sénartais. Aucune
sélection préalable n’est effectuée
et la participation est totalement
gratuite ; il suffit de s’inscrire.
Au programme : accueil des
participants à partir de 14 heures ;
dictée en plusieurs parties selon
le niveau scolaire, suivie d’une
épreuve subsidiaire destinée à
départager les éventuels ex-æquo
de 15 heures à 16 heures ; phase
de correction avec en parallèle un
mini-tournoi de Scrabble Duplicate
(niveau débutant), des ateliers-jeux
et diverses animations de 16 heures
à 17h30 ; corrigé commenté de la
dictée à 17h30 ; palmarès et remise
des récompenses à 18 heures.
Savigny-Sénart-Scrabble recherche
bien sûr des participants mais
aussi des habitants ou des
associations susceptibles de l’aider
bénévolement pour la correction
de la dictée, l’organisation générale
et l’animation. Les bénévoles
peuvent se faire connaître et les
candidats s’inscrire auprès de
Marie-Claude Derosne, 51, rue
de l’Abbé-Grégoire, 77550 MoissyCramayel, tél. 01 64 88 71 31,
e-mail : mcderosne@yahoo.fr ◗❙
Exposition d’arts malgaches
Concert. Le conservatoire de Nandy
accueille un concert de l’Harmonie
Veigné, du Val d’Indre, samedi
29 avril, à 20h30. Des précisions
au 01 64 41 73 36.
Jeux de rôle. La MLC de Cesson
Vert-Saint-Denis accueille la
20e convention Durandal des jeux
de rôle les samedi 8 et dimanche 9 avril. Jeux de rôle, jeux
Page de plateau, tournoi de cartes…
Renseignements complémentaires
au 01 60 63 32 93.
Théâtre. Les jeunes de l’atelier
théâtre de la MLC présentent deux
courtes pièces : “La Réunion des
chiffres”, mercredi 26 avril, à 16 h,
et “Euro comme un billet”, samedi
29 avril, à 21 heures. Entrée 2 e,
réservations au 01 60 63 32 93.
M é d i a S é n a r t
Exposition. Françoise Campuzan
sculpte des tissus et des saris, pour
créer des silhouettes européennes
ou orientales. Elle crée également
des basins teintés (le coton utilisé
pour la confection des boubous).
Elle expose l’ensemble de ces créations au château de la Fresnaye,
à Combs, du 12 avril au 7 mai.
Précisions au 01 60 34 27 63.
-
A v r i l
2 0 0 6
L’association des Amis de Menabe présente une exposition
d’arts malgaches, dimanche 9 avril, de 9 heures à 22 heures,
à l’école Louise-Michel de Vert-Saint-Denis, allée Irène-Lézine.
Cette association créée en janvier 2005 collecte des fonds à
destination des victimes du cyclone Gafilo, survenu en mars
2004 à Morondawa, dans la région de Menabe, au sud-ouest
de Madagascar. Contact : les Amis de Menabe, 4, impasse des
4 Maisons, 77240 Vert-Saint-Denis, tél. 01 60 63 28 44.
-
N u m é r o
2 2 4
À
, ON FAIT DU SPORT
Les sportifs et les clubs…
MARATH O N
Sénart fait le plein
de nouveautés
La 7e édition du Marathon aura lieu le lundi 1er mai. Avec
beaucoup de nouveautés qui devraient encore faciliter la
vie des coureurs. Et toujours les deux épreuves annexes :
la Sénartaise et le relais Ekiden…
C
haque nouvelle édition du marathon
apporte son lot de
nouveautés. Celle de
2006, 7 e du nom, ne
dérogera pas à la règle.
Il y a d’abord le parcours, une nouvelle fois
modifié. “Nous l’avons
réaménagé pour le
rendre plus roulant et
plus attractif”, confie
Christophe Neves, responsable des sports
au San. “Nous l’avons
évidemment conçu
en pensant au championnat de France”
(lire en encadré).
Les principales modifi-
GYMN AST I Q U E
Sénart-Combs démarre
en trombe
jAlix Gabry
sous le maillot
de l’équipe
nationale lors
du match
France-Suisse.
Les jeunes gymnastes de SénartCombs n’ont pas manqué leur début
de saison. Pour leur premier grand
rendez-vous, les filles de Jean-Yves
Callon se sont en effet aisément qualifiées pour les quarts de finale de la
Coupe de France. Et sans trop d’efforts
puisque le club de Tourcoing a dû
déclarer forfait en cours de rencontre.
En individuelles, les Combs-laVillaises se sont également illustrées, notamment la petite dernière
du club, Alix Gabry, sélectionnée en
équipe de France juniors pour la rencontre international France-Suisse.
Troisième du classement général,
deuxième aux barres asymétriques,
Alix a montré tout son talent. SénartCombs devrait en profiter, dès que le
calendrier international s’allégera.
Enfin, à l’occasion du championnat
régional individuel, le club a réussi à
qualifier deux de ses jeunes pousses,
Léa Callon et Lavinia Grandin, pour
les finales nationales en catégorie
Avenir. Un bel exploit quand on sait
que seules huit places sont réservées
à cette catégorie dans toute la France.
cations concernent le
départ et l’arrivée. Pour
la première fois, l’épreuve empruntera l’Allée
royale et longera le
nouveau canal du Carré
Sénart. “Cela va nous
donner un parcours
plus rectiligne, avec
moins de relances”,
poursuit Christophe
Neves. “L’autre changement concerne la fin
du parcours, à partir
du 36e kilomètre. On
ne passera plus en
forêt de Sénart, mais
le long du massif, sur
une piste cyclable. Ce
dernier changement
est dû aux normes
de la Fédération, qui
imposent moins de
10 % du parcours hors
bitume, ainsi qu’aux
travaux programmés
en forêt par l’ONF.”
L’arrivée a aussi été
modifiée : les coureurs
passeront devant la
nouvelle mairie de
Combs, pour finir par un
jLes marathoniens rafraîchis par les sapeurs-pompiers de Moissy, lors de l’édition caniculaire de 2005.
tour de piste presque
complet du stade AlainMimoun, avec une arrivée devant la tribune.
Côté chronométrage,
après la puce bracelet,
place à la puce attachée
aux lacets. Elle permettra aux coureurs
d’avoir leur temps réel,
depuis le moment précis où ils passeront la
ligne de départ jusqu’à
celui où ils franchiront
la ligne d’arrivée.
La course sera rythmée par des meneurs
d’allure, notamment
Dominique Chauvelier,
l’homme à suivre pour
courir l’épreuve en trois
heures (notre précédent numéro). Mais les
organisateurs ont aussi
pensé aux coureurs
qui ont des prétentions
moins élevées, avec des
meneurs d’allure en
3h30, 4 h ou 4h30.
Pendant la course,
près de 1 400 bénévoles seront encore aux
petits soins pour les
coureurs et la médaille
Lalique sera bien sûr
au rendez-vous, sans
oublier le sac cadeau,
bien garni encore cette
année. En marge du
marathon, la Sénartaise
proposera un parcours
de 11 kilomètres et le
Relais Ekiden accueillera 50 équipes de 6 coureurs réparties en trois
catégories : les partenaires (sponsors, communes…), les étudiants
et les féminines. ◗❙
Pour tout savoir :
www.marathonsenart.com et le service des sports du San
au 01 64 13 53 70.
En attendant 2008
Voilà plusieurs saisons que le Marathon de
Sénart se verrait bien accueillir le championnat
de France de la spécialité. L’année 2007 avait
été largement évoquée, mais la proximité du
championnat de France de semi-marathon avec
celle du marathon du muguet semble poser
problème. Mais pour 2008, tout semble sur
les bons rails. à confirmer…
BASE-BALL
Les Templiers reprennent du service
Qualifiés pour la Coupe d’Europe, les Templiers de
Sénart viennent de reprendre le championnat pour
une saison qui s’annonce excitante.
M é d i a S é n a r t
-
A v r i l
2 0 0 6
-
L
’année 2006 s’annonce
belle pour les Templiers
de Sénart. Demi-finalistes
du championnat l’an passé,
les joueurs de Didier Séminet
viennent tout juste de reprendre le championnat, avec un
effectif largement renforcé,
histoire de faire bonne figure
et de finir l’année en beauté avec la Coupe d’Europe.
Après les départs de Geoff
Freeborn et Lucas Mangle,
le club sénartais a recruté
en conséquence, avec cinq
arrivées, et pas des moindres : Sneideer Santos, Sylvain Hervieux, Ernesto Martinez, Chris Falls (seul contrat
professionnel du base-ball
N u m é r o
2 2 4
français) et Rob Recuenco.
Les Templiers abordent donc
cette saison avec un effectif
de 14 joueurs et un programme chargé : le championnat de France, le challenge
de France, qualificatif pour
la Coupe d’Europe (du 25
au 28 mai à Rouen et BoisGuillaume) et, grande nouveauté, la Coupe d’Europe
CEB (du 13 au 18 juin, près
de Barcelone). Les Templiers
ont été placés dans une poule
difficile, avec le tenant du
titre, Zagreb, ainsi que les
Tchèques d’Ostrava et les
Suédois de Karlskoga. Seuls
les deux premiers seront qualifiés pour les demi-finales. ◗❙
Page 10
À
, ON FAIT DU SPORT
L’homme du mois
… aux couleurs de Sénart
Daniel Zehringer
FOOTBAL L
Mars et ça repart !
L’entraîneur moisséen explique le
retour en forme de
son équipe après un
début d’année délicat.
Après un début d’année très difficile, Sénart-Moissy a retrouvé le
goût de la victoire et la confiance au mois de mars. Au point de
recoller à la tête du classement.
MS — Après neuf
matches sans victoire,
Sénart-Moissy est revenu
dans le coup. Comment
avez-vous géré cette
passe difficile ?
DZ — Notre force est d’avoir un groupe
sain. Là où beaucoup d’équipes auraient
lâché, nous sommes restés soudés. J’étais
persuadé que ça allait revenir, c’était avant
tout un problème de confiance. Les joueurs
n’ont jamais baissé les bras, personne n’a
rejeté la faute sur son coéquipier et cela
a fini par sourire.
C
haque équipe connaît des passages
à vide en cours de saison. Comme
l’an passé, celui de Sénart-Moissy
est arrivé en début d’année, avec
une série de neuf matches sans la
moindre victoire. Mais les Moisséens n’ont
jamais cédé à la panique, réussissant à
arracher quelques nuls précieux, là où
d’autres auraient sans doute lâché prise.
Cette ténacité et cette solidarité ont fini
par porter leurs fruits. Après leur victoire
à Quevilly, les joueurs de Daniel Zehringer
ont enfin réussi à vaincre le signe indien
sur leur pelouse, lors de la visite de BoisGuillaume. Comme beaucoup d’autres
avant elle, l’équipe normande était venue
au stade André-Trémet avec un bloc compact très regroupé, sur lequel les Moisséens
Les résultats
• Samedi 25 février
Sénart-Moissy – Bois Guillaume : 1-0
(but de Garçon).
• Samed 11 mars
Sénart-Moissy – Pontivy : 2-0 (buts
de Almeida et Garçon).
• Samedi 19 mars
Sénart-Moissy – Rouen : 1-1 (but
de S. Camara).
Rencontres à venir
• Samedi 1er avril
Sénart-Moissy – Paris SG (b).
• Samedi 8 avril
Guingamp (b) – Sénart-Moissy.
• Samedi 15 avril
Sénart-Moissy – Noisy-le-Sec.
• Samedi 22 avril
Vitré – Sénart-Moissy
• Samedi 29 avril
Sénart-Moissy – Poissy.
MS — Depuis, vous avez enchaîné
j Pascal Garçon, désormais meilleur buteur de Sénart-Moissy, avec neuf réalisations au compteur.
ont longtemps buté. Mais Sénart-Moissy a
cette année un phénomène. Arrivé de Yerres (DSR) à l’intersaison, Pascal Garçon est
l’homme providentiel des Moisséens. Face
à Bois-Guillaume, l’attaquant moisséen a
surgi en toute fin de match, profitant d’un
centre parfait de David Camara pour donner une victoire méritée à ses couleurs.
Le match à Pacy-sur-Eure ayant été remis
à cause des conditions météorologiques,
les Moisséens recevaient dans la foulée
d’autres Normands, ceux de Pontivy. On
le sait, en football, il n’est jamais facile de
s’imposer deux fois de suite sur sa pelouse.
Pourtant, Sénart-Moissy l’a fait, et bien
fait, avec un match convaincant qui aurait
pourtant pu très mal tourner en moins de
dix minutes. Sur deux erreurs de défense,
Debenest sauvait en effet les meubles,
avant que le duo d’attaque Almeida-Garçon
ne s’offre un doublé inédit cette saison.
Hasard du calendrier, Moissy accueillait
une troisième fois de suite avec le choc
très attendu face à Rouen. Devant près de
700 personnes et dans une belle ambiance, la rencontre a tenu toutes ses promesses. Histoire de fêter l’événement à
sa juste valeur, les Moisséens entamaient
cette rencontre pied au plancher, avec
une occasion énorme manquée par Lafont
dès la 1re minute, avant que Seyni Camara
n’ouvre le score à la 3e minute. Mais les
Rouennais ont de la ressource et égalisaient au quart d’heure de jeu sur une
tête de Minoungou. Le score devait en
rester là malgré plusieurs occasions moisséennes, même si la plus grosse occasion
était finalement pour les Rouennais dans
les arrêts de jeu, avec un contre de Ba
finalement mal négocié.
Avec trois victoires et deux nuls lors de ses
cinq dernières rencontres, Sénart-Moissy
a redonné un véritable intérêt à sa fin de
saison. Car même si le Paris FC a déjà pris
ses distances, tout n’est pas encore joué
pour la montée en National… ◗❙
cinq matches sans défaite…
DZ — C’est un championnat bizarre, où
beaucoup d’équipes fonctionnent par
séries. Le Paris FC a connu un début de
championnat difficile, puisque nous avions
quand même huit points d’avance sur eux
à un moment. Et là, ils sont irrésistibles !
Rouen n’est qu’à un point devant nous.
Villemomble a eu aussi des hauts et des
bas. Pontivy a été deuxième avant de
rentrer dans le rang. Ce sont des cycles
difficiles à expliquer.
MS — Que peut-on attendre de la suite
du championnat ?
DZ — On a décidé de prendre match
après match, sans annoncer quoi que
ce soit. Mais il est clair que nous avons
redonné pas mal d’intérêt à notre fin de
saison. On a retrouvé la confiance, on
tente, il y a plus de prise de risques. Il n’y
a plus ce frein psychologique qui nous a
bloqués en début d’année. On va jouer
comme ça jusqu’au bout, avec quand
même une petite idée derrière la tête.
FULL CO N TAC T
Odjé Manda au sommet
à 27 ans, le boxeur du “staff boxe pieds poings” de Savigny a décroché le titre
de champion de France professionnel de full contact.
L
a boxe pieds poings, c’est
le quotidien d’Odjé Manda
depuis de longues années.
Licencié au “staff” de Savigny
depuis 1998, il est moniteur dans
le même club depuis 2001 pour
le kick-boxing et le full contact.
Ce protégé du président Pierre
Regazzi s’est forgé au fil des ans
un joli palmarès, assorti de nombreux titres, dont celui de champion de France de kick-boxing
Élite en 2003, sans oublier deux
finales perdues en 2004 et 2005.
Mais mi-mars, dans la célèbre sal-
Page 11
le Japy, à Paris, Odjé Manda a fait
encore plus fort, en décrochant
le titre national de full contact
professionnel en moins de 74 kg.
“C’est mon premier grand
titre en full, explique-t-il. J’en
fais depuis qu’on m’a sollicité
pour passer le monitorat, il y
a deux ans seulement. C’est un
titre professionnel, ce qui veut
dire que je vais pouvoir remettre ma ceinture en jeu et viser
l’Europe à moyen terme.”
Toujours en course pour le titre
national de kick-boxing (il dis-
M é d i a S é n a r t
putait sa demi-finale fin mars),
Odjé Manda pourrait bien s’offrir
un formidable début d’année.
Avec un titre en poche et un
autre dans le viseur, le boxeur
savignien devrait également
prochainement rejoindre l’équipe de France de kick pour quelques galas à l’étranger. à 27 ans,
sa carrière semble prendre un
sérieux coup d’accélérateur. ◗❙
j Après deux titres de champion de France
en kick-boxing et full contact, Odjé Manda
vise maintenant la ceinture européenne…
-
A v r i l
2 0 0 6
-
N u m é r o
2 2 4
À
, ON AIME LA CULTURE
Le guide du mois
L’Empreinte
301, avenue de l’Europe - 77547 Savigny-le-Temple cedex - Tél. 01 64 41 70 25
JUSQU’AU 18 JUIN
Le piano dans tous ses états
L’Espace Prévert
Le Miroir d’Eau de Plessis-le-Roi - 77176 Savigny-le-Temple - Tél. 01 64 10 55 10
Piano solo, piano et instruments rares ou
musique de chambre, piano contemporain
ou jazz… Le Réseau des musiques et le collectif des écoles et équipements culturels
de Sénart mettent le clavier à l’honneur
jusqu’en juin.
R
© Vincent Descotils
encontres avec Le 10 mai, place
Argerich… sans
les pianistes,
au piano avec des
oublier quelques
collaboration
instruments rares, grands noms du jazz
des artistes
cor, hautbois,
(01 64 88 17 50).
enseignants,
trombone, alto… à Le 7 juin, la musique
sensibilisation du
19h30, à l’École de romantique voipublic… “Le piano
musique de Nandy
sine avec le piano
dans tous ses états” (01 64 41 73 36).
jazz, à 19h30, à la
s’inscrit dans une
Le 16 mai, à 19h30, Ferme des Arts de
dynamique interl’École de musique
Vert-Saint-Denis
communale pour
de Moissy accueille (01 64 13 53 76).
mettre en valeur
une conférence tout Le 18 juin, tous se
j Aqme.
l’instrument et les public sur “Les
retrouvent autour
élèves dans toute la grands pianistes”,
de l’instrument pour
AQME + Wui Zit
Clawfinger + Superbutt
ville nouvelle. Tous mise en musique
un grand concert
Impossible depuis quatre
les concerts sont
par Gérard Fallour, piano et instruments
ans de passer à côté de
gratuits, il suffit de pianiste et directeur rares, musique de
la déferlante rock métal
réserver au numéro de l’école de Moissy. chambre, chœur et
AQME. Ils reviennent
indiqué…
De Liszt à Barenpiano, à 17 heures,
défendre leur nouvel
Les amateurs s’af- boïm, en passant
au conservatoire de
album, le plus personnel
fichent tout d’abord par Horowitz, Arrau, musique de Savigny
et le plus abouti. Sur des
dans un programme Richter, Yudina,
(01 60 63 41 28). ◗❙
j Clawfinger.
textes intimistes et avec
intitulé “Schumann
des sonorités de plus en
Groupe de métal suédois
et Bartok composent
plus riches, AQME offre un formé en 1988, Clawfinger
pour la jeunesse” :
rock sombre, sans conces- s’est rapidement construit
le 3 avril, à 19h30,
sions et très original. En
une notoriété internationale. à la salle du Poirier
première partie, la potion
Leur métal costaud mêlant
Saint de Cesson (01
diabolique rock’n’core de
tendances hip-hop et indus,
64 13 53 76) et le
Wui Zit, un trio explosif et facilement reconnaissable
30 mai, à 18 heuparfaitement déjanté ! Le
notamment par le phrasé
res, à l’École de
musique de Combs
vendredi 7 avril, à 20 heu- du chanteur et l’usage des
res, entrée 12,50 € (abon- samples, a trouvé preneur(s) (01 64 88 77 00).
nés 9,50 €).
dès leur premier album,
Deaf Dumb Blind, paru en
Dr Israel + Brain Damage
1993. L’énergie irrésistible de
Fortement imprégnée
leurs concerts et des albums
221, avenue de l’Europe – 77176 Savigny-le-Temple – Tél. 01 60 63 41 28
de dub, de reggae et de
d’une qualité constante
drum’n’bass, la musique
ont assuré leur succès de
du Doc va chercher parfaçon durable. Superbutt
dans le monde de l’entout sa nourriture et fait
s’est formé en février 2000,
fance. Clarté, perfection
feu d’à peu près tous les
en Hongrie. Après quelformelle, classicisme…
bois, punk, musiques
ques festivals et pas mal
le conservatoire Gabrielplus ambiantes et tout
de concerts, le groupe a
Fauré rend hommage au
le spectre des possibles
sorti son premier album,
plus raffiné des compocontenus entre ces deux
2 Minutes for Roughing, en
siteurs du xxe siècle. Au
balises. Leur nouvel album, février 2001. Depuis la publiprogramme : une version
j Ravel
Patterns of War, est à la
cation de The Unbeatable
pour 2 pianos de La Valse,
fois mélodieux et percuEleven, en novembre 2004,
“L’Enfant et les Sortilèges”
un extrait de Shéhérazade
tant. Une sorte de mariage Superbutt tourne aux côtés
Da sa maison de Montfort- pour chant et piano, la
improbable entre Massive
de Enhancer, Tagada Jones, l’Amaury, qu’il ne quitte
Sonate pour violon et
Attack et Bob Marley.
Skull et S-core. Le samedi
pratiquement jamais (cf.
piano et Ma Mère l’Oye
Le duo de Brain Damage
29 avril, à 20 h, entrée 16 € le très beau récit romancé pour piano à 4 mains. Avec
œuvre dans un style emopublié récemment par
Roland Arnassalon, violon,
(abonnés 13 €).
dub-ambient qui lui est
Jean Échenoz, Ravel,
Violaine Kieffer, soprano,
désormais propre, affûté au
éditions de Minuit),
Mary Olivon et Philippe
fil de ses différentes prestaMaurice Ravel s’approprie
Lottermoser, piano. Le
tions scéniques.
la musique espagnole,
samedi 29 avril, à 20h45,
Le vendredi 28 avril, à
réinvente la splendeur
entrée 14 € (tarif réduit
20 heures, entrée 12,50 €
de Vienne, voyage dans
10 €, abonnés 9,50 €,
(abonnés 9,50 €).
l’Orient des légendes et
moins de 14 ans 4,50 €).
Conservatoire Gabriel Fauré
j Majorstuen.
Majorstuen
premiers pas à l’Espace
Prévert il y a une vingtaine
d’années, est l’un des pionniers du renouveau du
conte en France. “La terre
est plate, elle n’est ronde
qu’au bout du monde,
raconte-t-il. Je pérégrine
depuis des années avec
mon tambour et ma sanza
dans les pays où l’on
écoute des histoires. Je me
retrouve souvent au bout
du monde. J’y rencontre
des gens et, certaines fois,
j’en ramène des histoires,
des histoires du bout du
monde. Aujourd’hui, elles
font partie de ma vie et se
mélangent volontiers avec
des histoires vraies ou des
histoires de famille.” Un
spectacle fort et émouvant
d’un conteur-musicien au
sommet de son art. Fermez
à 20h45, entrée 15 € (tarif les yeux, Abbi Patrix raconréduit 13 €, abonnés 11 €). te et vous vous en souviendrez longtemps ! Le samedi
Les six violons scandinaves
de Majorstuen sont l’une
des belles découvertes de
cette année. âgés de 25 ans
en moyenne, les musiciens
de ce groupe perpétuent
la tradition norvégienne
et l’enrichissent de toute
leur jeunesse et leur vitalité. Airs anciens chargés
de mélancolie, danses
populaires vigoureuses,
compositions plus actuelles et dynamiques, les
musiques du Nord restent
à découvrir. Sur scène,
leur bonheur est évident.
Complicité, humour, énergie, laissez-vous emporter
à l’occasion de ce concert
unique en Île-de-France,
organisé en collaboration avec la Comédie de
Reims. Le vendredi 7 avril,
Au bout du monde
avec Abbi Patrix
Abbi Patrix, qui fit ses
29 avril, à 20h45, entrée
15 € (tarif réduit 13 €,
abonnés 11 €).
j Abbi Patrix.
j Superbutt.
M é d i a S é n a r t
-
A v r i l
2 0 0 6
-
N u m é r o
2 2 4
Page 12
À
, ON AIME LA CULTURE
Théâtre
“Dors mon petit enfant ”, Étienne
Pommeret sur les pas de Jon Fosse
“Dors mon petit enfant”, du Norvégien Jon Fosse, est un texte poétique qui met aux prises
des personnages hors du monde. Aux interrogations de l’homme sur la question de l’être,
il donne une réponse inattendue, déplacée et surprenante, comme un coup de théâtre…
L
e metteur en scène Étienne
Pommeret convie les spectateurs à une rencontre hors
du commun. Dors mon petit
enfant se situe dans un temps et
dans un espace en suspens. Comme un paradis où Kafka, Beckett et
Ionesco se seraient donné rendezvous mais avec de la douceur et de
la quiétude en plus. Quand les poètes se penchent sur les hommes,
sur la mort, le divin et la pensée, ils
nous invitent humblement à nous
retourner doucement sur nous.
Le Norvégien Jon Fosse a une
manière bien à lui de raconter des
histoires, et particulièrement dans
Dors mon petit enfant. Le dramaturge y fait parler trois personnages
identifiés par un simple numéro (1,
2 et 3). C’est à peine un dialogue
puisque ces trois personnages se
contentent de dire leur seule présence en ce moment particulier de
la représentation, sorte de no man’s
land, hors du temps et de l’espace
habituels. “Tous, nous sommes ici
tout simplement”, dit l’un. “Nous
sommes ici tout simplement”,
Calendriermai
La Scène nationale de Sénart
j Étienne Pommeret.
dit l’autre. “Oui, nous sommes
ici tout simplement”, reprend en
écho le troisième… Ils sont là dans
une sorte de réceptacle de mouvements de vie, c’est tout et cela dit
tout du ressenti de notre vie. Cette
chose si fragile, il fallait un metteur
en scène comme Étienne Pommeret
pour nous la donner à savourer. Sa
délicatesse fait merveille, de même
que sa capacité à saisir et à faire ressentir les petits détails de la vie. Un
moment de rencontre exceptionnel,
avec l’aide du chorégraphe Daniel
Larrieu et autour d’une équipe soudée pour transmettre le message de
vie de Jon Fosse. Scénographie JeanPierre Larroche, lumières Jean-Yves
Courcoux, costumes Cidalia Da
Costa ; avec Lucas Anglares, Axel
Bogousslavsky, Pascal Ternisien et
la danseuse Anne Laurent. ◗❙
Danse /
Solides, de Catherine Diverrès
j Solides.
■ Solides, du Centre chorégraphique
national de Rennes et de Bretagne, va vous
réconcilier avec ce qui vous apparaît peut-être
parfois comme une forme artistique opaque
et incompréhensible. Catherine Diverrès et
ses huit danseurs nous embarquent dans
une aventure humaine et esthétique. Tout en
appréciant l’univers singulier de la chorégraphe,
c’est un cours de rattrapage inattendu et très
instructif qui vous est proposé. Entrée dans la
danse aux débuts des années 80, Catherine
Diverrès, chorégraphe à la poétique rebelle, a
su donner à son travail une qualité particulière,
sensible et vibrante, alliant la grâce de
l’ineffable à la puissance des gestes.
Le mardi 2 mai, à 20h30, à La Coupole
de Combs-la-Ville.
■ pour La Coupole
Scène nationale de Sénart – La Coupole
BP 107 , rue Jean-François-Millet,
77381 Combs-la-Ville Cedex
Tél. : 01 60 34 53 60. Fax : 01 60 34 53 64
■ pour La Rotonde
Les mardi 25 et mercredi 26 avril,
à 20h30, à La Coupole de Combsla-Ville ; rencontre avec l’équipe artistique à l’issue de la représentation du
mardi 25 avril.
Scène nationale de Sénart – La Rotonde
BP 65, place du 14-Juillet,
77550 Moissy-Cramayel Cedex
Tél. : 01 60 34 53 60. Fax : 01 60 34 53 64
THéâ TRE
Les Possédés vous invitent chez l’Oncle Vania
extrême simplicité.
Les comédiens qui
interprètent l’Oncle
Vania, Sonia et le ProDana et Katja Hunsin- fesseur Serebriakov
ger, c’était donc une
vous invitent à vivre, à
évidence d’associer les côté d’eux et avec eux,
spectateurs à ce travail les événements qui
de proximité. Toute
révéleront la personnalité de chacun des perleur mise en scène est
articulée autour d’une sonnages. Ainsi conçu,
le théâtre redevient une
table où les personnages dialoguent, boivent, affaire simple mais effitravaillent…
cace, qui met d’abord en
Et le public se retrouve valeur l’art de l’acteur.
sur le plateau avec les “Tout pour la voix et le
geste, c’est du théâtre à
acteurs, à respirer le
même air et à vivre les mains nues, sans trucs
mêmes tensions, dans ni triche, tenu à bout
une maison commune de bras par un épatant
trio d’acteurs. David
meublée avec une
Vous êtes au théâtre mais ne soyez pas surpris si l’on
vous propose un verre de vodka avant de vous installer
autour de la scène…
P
jLes Possédés : du théâtre à mains
nues, sans trucs ni triche…
Page 13
our la Compagnie
des Possédés (qui
emprunte son nom à
Dostoïevski), le texte
de Tchekhov n’autorise guère de délire
interprétatif : il faut
s’en tenir à la lettre,
dans une proximité
maximale, et creuser
le sillon. “Travailler, il
faut travailler”, c’est
d’ailleurs ce que répète
sans cesse l’un des
protagonistes d’Oncle
Vania. Pour l’équipe
emmenée par Rodolphe
M é d i a S é n a r t
-
A v r i l
2 0 0 6
-
N u m é r o
2 2 4
Clavel, Marie Roig et
Rodolphe Dana donnent le ton et entraînent
le reste de la troupe.
Quelques ponctuations
musicales, des bougies
qu’on allume et un
meuble qu’on déplace
suffisent pour animer la
fête. On n’est plus dans
la salle mais bel et bien
au salon”, écrit René
Solis dans Libération. ◗❙
Les mardi 2, mercredi 3 et
vendredi 5 mai, à 20h30,
le jeudi 4, à 19h30 ; rencontre avec l’équipe artistique à l’issue des représentations des mercredi 3
et jeudi 4 mai.
À
, ON A LE TEMPS DE VIVRE
Aviation loisir
SéLeCTION DES
BIBLIOTHéCAIRES
j C hristian Tarantola et Bruno Sablou,
deux des animateurs de l’association.
L’Aéroclub de Melun Villaroche
veut prendre de l’altitude
Pissenlits et petits oignons
L’Aéroclub de Melun Villaroche recherche de nouveaux
adhérents. Fans de Buck Danny, pilotes en herbe et
autres passionnés d’aéronautique, ne pas s’abstenir !
A
(
pprendre à piloter un avion de
tourisme, ça vous
tente ? C’est possible à Sénart, avec
l’Aéroclub de MelunVillaroche “Constantin Rozannoff”.
L’association s’est
ainsi baptisée en hommage à un célèbre
pilote d’essai, mort
en 1954 à Villaroche,
alors qu’il effectuait
une démonstration
aux commandes
d’un Mystère IV.
Rassurez-vous : l’activité de l’aéroclub pré-
sente beaucoup moins
de risques ! à tel
point qu’elle souhaite
aujourd’hui s’ouvrir
au plus grand nombre. “Le club est né
en 1981, à l’intention des personnels
de Villaroche, mais
nous avons changé
de nom l’an dernier,
pour signifier cette
volonté d’ouverture”, explique Bruno
Sablou, trésorier
de l’association.
Pour l’anecdote,
une adhérente du
club, enseignante au
lycée Saint-Aspais
de Melun, vient par
exemple d’engager
des séances d’initiation avec des élèves
de l’établissement. On
peut en effet passer
un brevet d’initiation
aéronautique (BIA)
dès l’âge de 13 ans
et passer son brevet
de pilote à partir de
15 ans ! Pas question
bien sûr de prendre
les commandes d’un
gros porteur mais
l’on peut piloter des
avions de moins de
5,7 tonnes, équi-
)
Allô papa tango Villaroche…
Pour prendre contact avec l’Aéroclub : Daniel Vilboux, président,
au 01 69 57 69 81 ; Bruno Sablou, trésorier, au 06 86 11 30 22 ;
Christian Tarantola, membre du bureau, au 06 71 84 98 60.
Et sur Internet : www.cena.fr/acmv
ENVI RO N N E M E NT
pés d’un moteur
de 80 à 150 CV.
L’aéroclub en possède trois et en
utilise deux mis à
sa disposition par
des particuliers :
trois Cessna, un
Piper et un Robin.
Suivant le modèle,
une heure de vol avec
un moniteur coûte
de 100 à 150 euros
(la Fédération française aéronautique
peut octroyer des
aides aux jeunes
titulaires du BIA).
Il faut compter une
vingtaine d’heures
pour décrocher le
brevet de base (et
voler seul dans le
périmètre de l’aérodrome), une quarantaine pour obtenir le
brevet PL (private
licence), cette fois
sans limites de vol.
La pratique de l’aviation reste un loisir
très cher mais la
passion, le coût du
carburant et l’entretien des avions
sont à ce prix ! Si
l’aventure vous tente,
les instructeurs de
l’aéroclub sont à
votre disposition… ◗❙
Sprats
Le miel, les abeilles et le GABI…
Les apiculteurs fleurissent
et tentent de s’organiser.
Un nouveau syndicat, le
GABI, vient de voir le
jour dans le périmètre
de la ville nouvelle.
Ce groupement de
passionnés est ouvert
aux amateurs comme
aux professionnels.
Et si la défense de la biodiversité passait d’abord par
les abeilles ? La ruche est
peut-être une porte d’entrée
un peu étroite en la matière,
mais pas si anecdotique.
L’apiculture attire en effet
chaque année davantage de
passionnés. Pour le seul territoire de Sénart, on recense
42 apiculteurs pour environ 350 ruches déclarées
auprès de la Direction des
services vétérinaires.
Une quinzaine d’entre eux,
familiers de la Maison de la
nature et de l’environnement
et de l’écomusée de Savigny,
viennent de se regrouper
au sein d’un nouveau syndicat. Le GABI, Groupement
d’apiculteurs de Bréviande
intercommunal, essaime
d’ailleurs au-delà de Sénart.
Il souhaite fédérer les apiculteurs de Brie, Mormant, Le
Chatelet, du Pays de Bière,
de Fontainebleau… autour
du thème “L’abeille sentinelle
de l’environnement”.
Le programme du GABI est
centré sur la mise en œuvre
de moyens humains, techniques et logistiques au service des amateurs comme
des professionnels. Pour les
guider dans la connaissance
de ce monde mal connu,
voire mystérieux pour le
M é d i a S é n a r t
-
Thomas Paris – éditions Buchet-Chastel
Koulechov est croque-mort. Virtuose de
l’art funéraire, il exerce son métier avec
passion et professionnalisme tel un sacerdoce ! Il aime ses clients et leur réserve
sa plume. Pour chacun, il rédige 4 pages
retraçant leur vie, qu’il classe et archive
minutieusement. Après 4 223 clients, c’est
le moment pour lui de passer la main à son
fidèle apprenti, un clone formé pour poursuivre cette mission pas comme les autres.
Mais son dernier contrat va lui donner du
fil à retordre. Toutes ses certitudes risquent
de s’écrouler. La dernière inhumation est
celle d’émile Lecuyer, dont le corps est
réclamé à la fois par sa maîtresse et son
épouse. Dans quelle demeure Koulechov
pourra-t-il l’enterrer dignement ? C’est ce
que vous découvrirez en lisant ce premier
roman, écrit sur un rythme enlevé, qui va
de surprise en rebondissement. Ce récit
truculent est parfois au bord de la mélancolie mais il ne vous laissera pas indifférent. Dans le
cadre du prix
“Un livre, une
commune”,
vous pourrez
rencontrer
Thomas Paris
lors d’un café
littéraire, le
vendredi 7 avril,
à 20h30, au Pub
La Taverne, rue
Saint-Jacques,
à Combs.
A v r i l
profane, le GABI prévoit de
créer des ruchers d’expérimentation (il en existe déjà
un à la MNE, un second est
envisagé à l’Écomusée), de
mettre en place des cours
pratiques, des conférences,
des expositions, de diffuser
des publications spécialisées
ou encore de favoriser la
collecte des essaims vagabonds au printemps. Pour
contacter le GABI, un site
Internet a été créé : http://
gabi77.monsite.wanadoo.fr/
Vous pouvez également téléphoner sans engagement
au 06 84 39 20 53.
Le GABI participera aussi
à la grande fête départementale du miel, organisée
par la Fédération des apiculteurs de Seine-et-Marne,
les 30 septembre et 1er octobre 2006, à l’Écomusée
de Savigny ; pour en savoir
plus, contacter Lionel
Clerq au 01 60 63 61 02. ◗❙
2 0 0 6
-
N u m é r o
David Bessis - éditions Allia
“Tous les indices se recoupent, je suis un
monstre.” C’est ainsi que David Bessis
présente son narrateur, qui raconte sa
métamorphose. Le récit commence le mardi
14 janvier 2014 : le personnage va bien.
On entame la lecture d’un journal qui va
être drôle et effrayant. Mercredi 15 janvier
2014 : le lecteur comprend vite que les événements qui vont lui être livrés sont graves
et intenses. Jeudi 16 janvier 2014 : le narrateur se présente aux urgences, il vient de
se réveiller et constate que son abdomen a
changé durant son sommeil. Huit tentacules
garnis de ventouses font désormais partie
de son corps ! Tragique et drôle, Sprats
captive comme un rêve qui ne saurait nous
lâcher pour le meilleur et pour le rire. Au
passage, on remarque une vision du monde
hospitalier non dénuée de sens. Le premier
roman très prometteur d’un jeune auteur
à l’humour lucide.
Fabienne Berthier
Médiathèque de Combs-la-Ville,
Tél. 01 64 88 61 53
2 2 4
Page 14
Cuisines
À
du terroir
Région d’origine :
Seine-et-Marne
Ce sucre d’orge est
produit à Moret-surloing, dans le sud de
la Seine-et-Marne. Un
sirop et une infusion
d’orge sont à l’origine
de cette sucrerie qui
se présente sous deux
formes : en bâtonnet
ou en petits berlingots
de couleur ambrée. à
l’origine, en 1638, le
sucre d’orge de Moret
était réputé pour soigner les toux tenaces.
Et la crème brûlée
est très bonne pour
le moral !
, ON ÉCHANGE
La crème brûlée au sucre d’orge des religieuses de Moret
Pour 4 personnes – Préparation : 20 mn. – Cuisson : 10 à 15 mn. – Coût : moyen – Difficulté :
assez délicat – Matériel : quatre petits plats à oreilles comme sur la photo ou quatre petits
ramequins creux allant au four, un saladier, une casserole, un fouet.
Ingrédients : 1 litre de lait
• 1 gousse de vanille • 2 œufs
• 5 jaunes d’œufs, 25 grammes de
farine • 25 grammes de Maïzena,
150 grammes de sucre • Quelques
éclats de sucre d’orge des religieuses de Moret.
▲ Faire bouillir le lait avec la gousse
de vanille coupée en deux dans le sens
de la longueur. Stopper le lait dès qu’il
monte… Laisser infuser le tout à couvert pendant une heure.
▲ Dans un saladier, mettre les 2 œufs
entiers et les 5 jaunes avec 50 grammes
de sucre. Fouetter jusqu’à ce que le
mélange blanchisse. Ajouter la farine,
la Maïzena puis le lait et mélanger.
▲ Attention, voilà le moment le plus
délicat de la recette. Mettre ce mélange dans une casserole et porter à
ébullition en fouettant sans interruption. Dès l’ébullition, arrêter la source
de chaleur et plonger le fond de la
casserole dans de l’eau froide pour
interrompre la cuisson, en continuant
de fouetter. Répartir la crème dans
les plats et ranger une nuit au réfrigérateur.
▲ étaler le reste de sucre sur les crèmes. Parsemer de-ci de-là de quelques
grains de sucre d’orge des religieuses
de Moret. Placer sous le grill du four
deux minutes pour caraméliser.
Entre amis
Servir la crème brûlée sans oublier
de placer sur la table la boîte de
sucre d’orge de Moret. Vous pouvez
accompagner ce dessert d’une bouteille de vendange tardive d’Alsace
ou d’un thé au jasmin.
j Une recette mise au point par les élèves du Lycée des métiers de la restauration et de
l’hôtellerie Antonin-Carême, à Savigny-le-Temple.
S
i vous voulez en savoir plus sur ce produit, vous
pouvez visiter le musée du Sucre d’orge, situé
5, rue du Puits-du-Four, 77250 Moret-sur-Loing.
Vous pouvez également consulter le site Internet
http://www.sucre-orge.com
SOYONS é CO LO G I Q U E S
LES ASSOCIAT IONS ONT LA PAROLE
Les conseils très durables de la MNE
■
L’expression développement durable est née au Sommet de la Terre de Rio, en 1992. La logique du “DD”
doit permettre de répondre aux besoins d’aujourd’hui en préservant l’avenir des générations futures…
Trois bases essentielles
et indissociables. La
performance économique, le progrès social
et la préservation
des équilibres écologiques sont les trois
composantes du DD.
Il impose d’améliorer
l’efficacité économique en favorisant une
gestion optimale des
ressources humaines,
naturelles et financières ; d’intégrer dans
toutes les activités
humaines la préoccupation du maintien de
la biodiversité et de la
vitalité des écosystèmes ; et enfin de mettre en œuvre l’équité
entre les peuples et
la responsabilité visà-vis des générations
futures. à ces bases
s’ajoutent des valeurs
de précaution, de
prévention, d’économie, de responsabilité, de participation
et de solidarité.
À Sénart. Dans les
collectivités locales,
les “Agendas 21” et
autres chartes d’environnement sont la
traduction du DD en
programmes d’actions.
C’est ainsi que le San
de Sénart a initié sa
propre charte dès 1995
et vient d’adopter il y a
quelques semaines un
nouveau plan d’actions
environnementales. Au
quotidien, les actions
de la Maison de la
nature et de l’environnement de Sénart mettent aussi en œuvre le
DD, notamment à travers les actions de sensibilisation du public.
à Moissy, la société
Prologis, sur le parc
d’activités de Chanteloup, applique la charte
de qualité environnementale en associant la
performance économique et la préservation
à RETENIR
Une brochure sur le développement durable est disponible auprès de
la Maison de la nature et de l’environnement de Sénart, sur simple
demande au 01 64 10 53 95.
Page 15
Objet :
L’association Solidarité Enfants Déshérités île-deFrance, dont le siège social se situe à Combs-la-Ville,
œuvre en faveur de l’orphelinat Anawim-Yahwé de
Bafoussam, au Cameroun. Cet établissement, qui ne
perçoit aucune subvention d’État, vit grâce aux dons
d’associations, de particuliers, de paroisses camerounaises et de quelques parrainages d’enfants.
■
■
j L’un des enjeux du DD : maintenir la biodiversité et la vitalité des écosystèmes.
Des actions exemplaires. de l’environnement.
à Savigny, l’association “Boutique du
commerce équitable”
propose une approche
alliant l’économie et
la solidarité. Dans le
Bois de Bréviande, un
chantier de replantation forestière a permis
à une douzaine de jeunes de se qualifier et
d’intégrer le monde du
travail. Au quotidien,
M é d i a S é n a r t
-
A v r i l
Nom :
Solidarité Enfants Déshérités
île-de-France
chacun peut agir en
faveur du développement durable : par ses
gestes de tri, de réduction de consommation
d’eau, de choix d’achat
responsable, en limitant ses trajets en voiture au profit du transport en commun ou en
adoptant des pratiques
d’éco-jardinage… ◗❙
Béatrice Couret
Pierre Galinou
2 0 0 6
-
Le cas d’Emmanuel :
L’association se mobilise actuellement pour venir
en aide à un enfant en bas âge. Emmanuel Touba,
2 ans, a été mutilé par sa mère, malade mentale.
Sa lèvre inférieure a été coupée et l’enfant se
nourrit avec difficulté, ce qui nuit à son développement. Par ailleurs, on imagine les problèmes
psychologiques induits par cette mutilation…
Emmanuel est hébergé au sein de l’orphelinat
de Bafoussam et son état nécessite une intervention chirurgicale maxillo-faciale. Celle-ci doit
avoir lieu prochainement au Bénin mais l’orphelinat n’a pas les moyens de financer les frais de
l’hospitalisation et de l’intervention. Solidarité
Enfants Déshérités fait donc appel à la générosité pour l’aider à financer cette opération.
■
Les dons :
Comme c’est le cas pour de nombreuses associations caritatives et humanitaires, les dons versés à
Solidarité Enfants Déshérités île-de-France donnent
droit à des dégrèvements d’impôts. L’association
combs-la-villaise fournit donc les justificatifs
nécessaires.
■
Contacts :
Pour plus d’informations : Solidarité Enfants Déshérités
île-de-France, Mme Preiss, 2, rue Galilée, 77380 Combsla-Ville, tél. 01 64 88 67 26. Site Internet :
http://www.freazer.com/perso/sedidf/index.htm
N u m é r o
2 2 4
À
, ON SE PARLE
www.senart.com
Les rencontres publiques Sénart bus en ligne
Sénart point com se fait l’écho
des dernières réunions bilan sur
les Sénart bus avec les habitants
des communes pilotes de la
réorganisation. Dans la rubrique
Transport/Sénart bus, retrouvez
les comptes rendus des rencontres (mises en ligne dès le lendemain). Au sommaire : le nombre
de participants, la liste exhaus-
@ vos mails !
tive des questions/réponses
échangées et des photos. Vous
pouvez à votre tour prendre
part au débat sur le réaménagement du réseau. Vous pouvez
aussi consulter les résultats de
l’enquête et de l’évaluation auxquelles 2 000 personnes ont déjà
répondu. http://www.senart.
com/web/29561.htm
Recherche d’emploi sur senart.com
ou thématique. Les
différentes structures
et organismes locaux
sont présentés, avec
des renseignements
indispensables sur
les services municipaux ou les agences
d’intérim les plus
proches de chez
vous. Et si en plus
vous avez envie de
consacrer un peu de
temps à l’organisation de la prochaine
Fête du Carré Sénart,
vous pouvez faire
votre demande de
bénévolat en ligne.
http://www.senart.
com/web/1843.htm
Tribunelibre
Daniel Dourneau
Un usager du RER et des bus
Il est de notoriété publique que
les trains sont constamment en
retard. Alors, pourquoi ne pas
tenir compte de l’avis des usagers,
attendre que les trains arrivent et
que les voyageurs gagnent le quai
des bus, avant de partir (ceci dans
un délai raisonnable, naturellement). Depuis la mise en place du
nouveau réseau, le service offert
par Sénart Bus est horrible. Hormis
les nouvelles dessertes qui ne
rendent pas toujours service aux
usagers, il faut ajouter des horaires
non adaptés et le fait que les chauffeurs n’attendent plus les trains.
L’heure c’est l’heure et, plusieurs
fois par semaine, on est obligé de
terminer le voyage à pied. à ceci, il
faut ajouter qu’il n’y a jamais deux
jours de suite le même chauffeur,
ce qui ne facilite pas la tâche. Il
m’est arrivé de défendre le service
de bus de Sénart, mais à l’heure
actuelle, il est devenu déplorable.
Merci de rappeler à vos chauffeurs
qu’ils sont là pour transporter des
clients. Un bus vide, ça ne sert
absolument à rien !
MS La mise à disposition des
bus du système d’information
de la SNCF devrait régler ce problème dans les mois qui viennent,
en permettant aux chauffeurs de
bus d’attendre les trains en retard,
dans des délais raisonnables.
j Les offres, le guide
des entreprises, Sénart
Développement, la Mission
locale, la Pépinière de
Sénart, les services municipaux, les agences d’intérim… Pour tout savoir sur
l’emploi en quelques clics.
VOI Sénart
L’agenda
du mois
Du 3 au 9 avril
Soirée-débat sur l’autorité parentale, à 20 h, au hangar de Lugny de Moissy, mardi 4 avril.
Café littéraire avec Thomas Paris, au pub La Taverne de Combs, à 20h30, vendredi 7 avril.
Exposition d’arts malgaches à l’école Louise-Michel de Vert-Saint-Denis, dimanche 9 avril.
Du 10 au 16 avril
Stages de danse hip-hop au café danses de Savigny, du 11 au 15 avril, tél. 01 64 41 66 83.
Exposition de Françoise Campuzan, château de la Fresnaye, à Combs, du 12 avril au 7 mai.
Chasse aux œufs de Pâques, à Savigny et Vert-Saint-Denis, de 9 h à 12 h, dimanche 16 avril.
Marché campagnard, à la ferme du bourg de Savigny, samedi 22 et dimanche 23 avril.
Exposition florale à la Bulle de Plessis-le-Roi, samedi 22 et dimanche 23 avril.
Du 24 au 30 avril
“Dors mon petit enfant”, théâtre, à La Coupole de Combs, mardi 25 et mercredi 26 avril.
Abbi Patrix, “Au bout du monde”, à 20h45, à l’Espace Prévert de Savigny, samedi 29 avril.
Clawfinger + Superbutt, soirée métal, à 20 h, à l’Empreinte de Savigny, samedi 29 avril.
“L’Enfant et les Sortilèges”, de Ravel, à 20h45, au conservatoire de Savigny, samedi 29 avril.
Le journal de la Ville Nouvelle • Numéro 224 • Avril 2006 •
Mensuel édité par le San de Sénart et en association avec le San de Sénart en Essonne
Directeur de la publication Jean-Jacques Fournier Rédacteur en chef Roland Puig Ont collaboré
à ce numéro Éric Roche, George Perkins Photographies Rico de la Hoya Concept éditorial et graphique
Dominique Reinhard (DA François Dadou) Réalisation et mise en pages Scoop Communication
tél. : 02 38 63 90 00 Rédaction/Administration/ Abonnement San de Sénart Ville Nouvelle 100, rue de Paris BP 6 - 77567 Lieusaint Cedex tél. : 01 64 13 52 56 - Fax : 01 64 13 53 61 - http://www.senart.com - Prix de vente au
numéro : 1,22 euro. Impression Actis Régie publicitaire San de Sénart Ville Nouvelle Dépôt légal : à parution
Tirage : 38 000 exemplaires. Commission paritaire n° 2013ADP - ISSN : N° 0297 - 7931
-
A v r i l
2 0 0 6
Sujet :
Auteur :
les cadencements trains-bus
Jean-Philippe Motté
Les rencontres entre les élus et le président de la SNCF sont fréquentes. Dans
votre éditorial intitulé RER D : le bout du
tunnel, vous faites état de perspective de
doublement de la fréquence des trains
entre Combs et Melun. Habitant à Combs,
j’ai déjà la chance de bénéficier de ce
cadencement, mais, éloigné de la gare,
je ne peux pas en profiter si j’emprunte
le réseau de bus. Quel intérêt y a-t-il à
bénéficier de 2 trains au quart d’heure si,
au terminus, il n’y a qu’un bus tous les
quarts d’heure. Je pense que le SAN est
directement concerné. Enfin pour conclure (…), n’est-il pas possible de demander aux conducteurs de s’assurer qu’un
train n’est pas à l’approche au moment
de leur départ ? Cela éviterait aux voyageurs d’attendre 15 minutes de plus et
de faire rouler des bus très chargés.
MS L’augmentation de la fréquence
des bus est l’un des objectifs de la réorganisation des Sénart bus. Elle a commencé à Lieusaint, Moissy et Savigny
et va se poursuivre en fin d’année à
Combs et dans les autres communes.
-
Sujet :
Auteur :
le bourg de Savigny secoué
éric Cézard
Nous vous avions déjà contactés l’an
passé pour les problèmes de l’arrêt de
bus de la rue de Paris, dans le bourg de
Savigny. Il provoque des nuisances dans
les habitations situées à proximité. Vous
nous aviez répondu que cela serait étudié. Qu’en est-il à présent ? Les démarrages des bus provoquent des tremblements terribles dans les fondations. En
espérant avoir bientôt de vos nouvelles,
veuillez recevoir nos salutations.
MS La ligne qui passe actuellement
par cette rue pourrait être modifiée
dans le cadre de la réorganisation
du réseau de bus, à venir fin 2006…
Du 17 au 23 avril
M é d i a S é n a r t
les bus à la traîne
Un arrêt mal placé
Théâtre, musique, expositions, conférences…
retrouvez les principaux rendez-vous culturels
du mois en un coup d’œil.
Quifaitquoi?
Quels que soient
votre situation ou
votre objectif, le
site de Sénart peut
vous aider dans vos
démarches. La rubrique Emploi vous propose de nombreuses
pistes et liens vers
des sites d’offres
plus spécialisés, en
Seine-et-Marne ou
dans d’autres départements. Un guide
des entreprises du
territoire met à votre
disposition toutes
leurs coordonnées.
Il permet de cibler
les recherches de
façon géographique
Vous souhaitez vous exprimer ou obtenir une
précision sur un service de la ville nouvelle ?
Cette rubrique est la vôtre. Ecrivez-nous sur
communication@san-senart.fr sur le site
www.senart.com
N u m é r o
la course aux bus
Sujet :
Auteur :
La correspondance trains-bus
Dominique Protin
Nous savons que les chauffeurs de bus
ont des contraintes horaires à respecter.
Mais ne peuvent-ils pas faire preuve d’un
peu de gentillesse ? Quand ils voient le
train arriver en gare, ne peuvent-ils pas
attendre une ou deux minutes ? Avant
17h08, il n’y a qu’un bus toutes les demiheures et attendre debout, sous des
abris délabrés, n’est pas très agréable.
MS Lire notre réponse au courrier
de Daniel Dourneau, ci-contre.
2 2 4
Page 16
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising