UMR ADEF Théorie Anthropologique du

UMR ADEF Théorie Anthropologique du
UMR ADEF
JOURNAL DU SEMINAIRE TAD/IDD
Théorie Anthropologique du Didactique
& Ingénierie Didactique du Développement
Toda pregunta implica la pérdida de una intimidad o el extinguirse de una adoración. María Zambrano (1904-1991)
There is a phrase I learned in college called, “having a healthy disregard for the impossible.” That is a really good
phrase. Larry Page (1973-?)
Le séminaire TAD & IDD est animé par Yves Chevallard au sein de l’équipe 1 de l’UMR ADEF,
dont le domaine général de recherche s’intitule « École et anthropologie didactique des
savoirs ».
Ce séminaire a, solidairement, une double visée. D’une part, il vise à mettre en débat des
recherches (achevées, en cours ou en projet) touchant à la TAD ou, dans ce cadre, à des
problèmes d’ingénierie didactique du développement, quel qu’en soit le cadre institutionnel.
D’autre part, il vise à faire émerger les problèmes de tous ordres touchant au développement
didactique des institutions, et notamment de la profession de professeur de mathématiques.
Deux domaines de recherche sont au cœur du séminaire : un domaine en émergence, la
didactique de l’enquête codisciplinaire ; un domaine en devenir, la didactique des savoirs
mathématiques.
La conduite des séances et leur suivi se fixent notamment pour objectif d’aider les participants
à étendre et à approfondir leur connaissance théorique et leur maîtrise pratique de la TAD et
des outils de divers ordres que cette théorie apporte ou permet d’élaborer.
Sauf exception, les séances se déroulent le vendredi après-midi, de 15 h à 17 h puis de 17 h
30 à 19 h 30, cette seconde partie pouvant être suivie en visioconférence.
Séance 3 – Vendredi 14 décembre 2007
LA DIMENSION DIDACTIQUE DU RÉEL
1. Le didactique et son refoulement
a) Dans le cadre d’un enseignement que j’assume en licence de sciences de
l’éducation sous la dénomination (toute personnelle) de didactique
fondamentale, j’ai été amené à organiser le déploiement d’un temps
didactique (que l’infortune de la période est, il est vrai, venue suspendre)
autour d’une définition fondamentale, reproduite dans le Journal de la
séance 1 de ce séminaire.
D’une manière générale, une situation didactique est une situation sociale dans
laquelle quelqu’un ou, plus généralement, quelque instance (personne ou
institution) envisage de faire (ou fait) quelque chose afin de faire que quelqu’un ou
quelque instance apprenne quelque chose.
b) Mise à l’épreuve du travail sur des matériaux divers réunis à l’occasion de
l’enseignement mentionné, cette formule m’est apparue comme une pierre de
touche cruciale dans le repérage du destin du didactique dans les sociétés et
les civilisations. Je rassemble ici, à la va-vite, quelques remarques clés de
cette réflexion, qui va au-delà – un peu… – du simple constat de la péjoration
du didactique comme fait de civilisation.
c) Aller au-delà, ici, signifie d’abord, paradoxalement, s’essayer à interroger
une formule en apparence plus faible, qui énonce que la péjoration du
didactique prend d’abord la forme de l’évitement du didactique. À cet égard,
afin de mieux camper les « protagonistes » du drame didactique, j’ai
récemment envisagé – je l’écris ici pour la première fois – de substituer à
l’échelle des niveaux de détermination telle qu’on la connaît (et telle par
exemple qu’on la trouve reproduite dans le Journal de la séance 1 de ce
séminaire) une échelle « condensée », dont celle que l’on connaît serait un
développement. La voici.
Civilisation
↓↑
Société
↓↑
École
↓↑
Pédagogie
↓↑
Didactique
↔
Disciplines
↓↑
Domaines
↓↑
Secteurs
↓↑
Thèmes
↓↑
Sujets
Je ne retiens donc, pour le moment, la structure simplifiée des conditions et
contraintes pesant sur le didactique, telle que la donne à penser l’échelle
suivante.
Civilisation
↓↑
Société
↓↑
École
↓↑
Pédagogie
↓↑
Didactique
2
d) Ce qui spécifie le didactique dans le réel, c’est, je crois, exactement ce
qu’indique la formulation rappelée plus haut : ce sont les deux « quelque
chose » qui y figurent en gras. Le didactique est « mal vécu » dans nos
sociétés pour ce double motif : ce qui est de l’ordre du savoir – ce « quelque
chose » que je représente par le symbole ♥ – s’y trouve mis en résidence
surveillée ; ce qui est de l’ordre du didactique – ce quelque chose que l’on fait
pour faire que quelqu’un « apprenne » ♥, est plus encore suspect, car cela
désigne, malgré qu’on en ait, le savoir comment manque. Qu’est-ce que cela
veut dire ?
2. Les savoirs, ces indésirables
a) Pour répondre à la question précédente, j’avancerai ici un petit modèle
très simplifié sans doute, mais que je crois, pour l’essentiel, véridique. Nos
sociétés ont créé pour les savoirs des lieux spécifiques, des « maisons de
tolérance » – pardonnez l’irrespect ! – où l’on peut en principe les évoquer
librement et même les pratiquer – ou, même, officiellement, nous sommes
incités, encouragés à les pratiquer. Ainsi y a-t-il des lieux pour les
mathématiques, des lieux pour la géographie, ou pour la grammaire, ou pour
la philosophie, etc. À l’école, c’est désigner là la classe de mathématiques,
celle de géographie, etc. Dans le monde extrascolaire, ce sera l’institut de
mathématiques, la société de géographie, etc. Hors de ces lieux, tout à
l’inverse, l’invocation d’un savoir quelconque dérange les lignes : elle y est
mal venue, et cela d’autant plus que, insistons-y, il y a des lieux pour ça !
Les savoirs sont indésirables hors des lieux où ils sont ainsi assignés à
résidence.
b) Pendant longtemps, je suis resté enfermé dans le petit monde des
mathématiques, en ce sens exactement que les enseignements que j’étais
conduit à donner se nourrissaient presque exclusivement de mathématiques
et n’évoquaient que par exception, ou marginalement, ou allusivement,
d’autres savoirs. Semblable posture permet certes d’apercevoir la situation
spécifique qui est faite à d’un complexe de savoirs déterminé – les
mathématiques, en l’espèce – au sein d’une civilisation, d’une société, d’une
école. Pour reprendre une antique et vénérable distinction, cette posture
conduit à saisir la différence spécifique de ce savoir dans le concert des
savoirs. Mais elle laisse dans l’ignorance du genre prochain. Et elle peut donc
masquer ceci, qui est fondamental : par delà leurs spécificités, les savoirs
pâtissent d’une commune exclusion des affaires courantes de la Cité, parce
que leur évocation/invocation est vécue – hors de ces lieux d’assignation
dont j’ai parlé – comme au moins un manque de tact, et, plus souvent encore
sans doute, comme une manœuvre presque violente contre l’adultisme
régnant, qu’il touche en son point le plus faible, qui est en même temps la
source jamais tarie de l’adultisme : le fait ultra-majoritaire de notre
ignorance quasi totale à propos de la quasi-totalité des questions qui agitent
notre monde sublunaire.
c) Je mentionnerai ici une conséquence scolairement cruciale de cette
ghettoïsation des savoirs. C’est à l’état « libre », en situation extrascolaire, et
3
non en situation « scolairement liée », que les savoirs sont faits pour être
utilisés, utiles qu’ils sont (ou devraient être) par le pouvoir qui est le leur de
nous permettre de comprendre, de penser et d’agir de façon sensée. Or ce
mode d’intervention sociale tend, je l’ai dit, à être banni dans une certaine
culture adultiste de la connaissance, qui est au vrai une lourde inculture de
l’inconnaissance. Par suite, les savoirs ne peuvent guère vivre, hors de leurs
lieux de production stricto sensu, que dans des « réserves » auxquelles on
voudrait les cantonner. Or ces lieux de tolérance, et notamment ces refuges
pour savoirs que l’école offre au pauvre monde sont généralement pauvres en
situations aptes à mobiliser de façon authentique les savoirs qu’on y a
remisés. Ainsi a-t-on le choix entre une authenticité épistémologique quasi
interdite et une liberté d’entretenir à grands frais un commerce tout formel
avec la connaissance.
d) Je pense aujourd’hui qu’aucun savoir ne saurait se sauver seul, parce que
le mal frappe tout savoir en tant qu’il est savoir, et donc symptôme
d’ignorance possible, ou même vraisemblable ; parce qu’un savoir qui ne
serait même présent qu’in absentia est regardé à coup sûr, de façon
dominante, comme dénonciation de l’ignorance in praesentia, elle,
ordinairement silencieuse. Qu’aucun savoir ne saurait se sauver seul, cela
signifie en particulier que les tentatives pour susciter un intérêt particulier
autour des mathématiques, ou de la grammaire, ou de la philosophie, etc.,
ne peuvent que prolonger le mal – et peut-être l’accroître. Elles consistent
toutes, vous le remarquerez, à tenter de faire exister des réserves
spécialisées, nouvelles ou renouvelées, minuscules et bruyantes, refuges de
passionnés à qui la vie sociale raisonnable et utile des savoirs élus importe
moins que le fait de cultiver un rapport personnel plus ou moins partagé,
souvent stérilement hédoniste, à ces savoirs. Que l’on songe ici – pour laisser
de côté un tant soit peu les zélateurs des « mathématiques avant toute
chose » – aux fous d’orthographe qui ont participé aux concours de dictée
des « championnats de France d’orthographe » et autres « Dicos d’or » (19852005) auxquels les médias ont complaisamment donné tant d’audience. De
tels emballements collectifs ne résolvent pas plus le « problème de
l’orthographe » dans la société prise dans sa diversité de besoins que
d’autres initiatives sans doute moins spectaculaires ne résolvent le
« problème des mathématiques » dans notre société, c’est-à-dire, dans l’un et
l’autre cas, le problème de la disponibilité effective de certains savoirs utiles
aux affaires des hommes – pour reprendre ici une formule connue.
3. Un exemple : la mayonnaise
a) Le titre de cette section suffit à poser le problème : si l’on veut bien
entendre parler de mayonnaise dans la vie « courante », c’est, au restaurant,
pour en commander un peu plus au garçon qui vous sert (par exemple), ou,
dans la quiétude d’une famille cette fois, pour envisager de « faire une
mayonnaise » pour le dîner de ce soir. Que le garçon de restaurant puisse
vous apporter la mayonnaise requise, que l’on puisse au sein du groupe
familial assurer la confection d’une mayonnaise, tout cela va de soi : rien, ici,
qui soit problématique ! Y aurait-il place – je veux dire au restaurant, ou
4
dans la famille – pour la reconnaissance d’une ignorance coupable et donc,
en puissance, pour l’utilité de certains savoirs – existants ou peut-être à
créer ? Avec l’hypothèse d’une ignorance possible, et de la recherche
subséquente éventuelle de savoirs idoines, s’ouvre tout à coup le gouffre du
didactique : il faut identifier des savoirs « à apprendre » ; il faut les
transposer, et intégrer ces organisations transposées dans l’équipement
praxéologique de certains acteurs d’une situation sociale vécue à l’origine,
axiomatiquement, comme intégralement non didactique.
b) Voici alors la question, toute simple, sur laquelle je me suis arrêté
concernant la mayonnaise : que faut-il faire pour confectionner une
mayonnaise, et pourquoi ? C’est poser là une question Q double, technique et
technologique. Bien entendu, je me contenterai d’évoquer un petit nombre
d’éléments issus d’une petite enquête – a priori codisciplinaire – visant à
apporter réponse à la question Q. Mais bien entendu aussi, je n’aurai pas,
dans ce qui suit, le bon goût de ne parler de mayonnaise qu’en n’en pas
parlant, contrevenant ainsi à la clause d’évitement des savoirs qui
commande l’ordinaire de notre rapport social à l’ignorance. Vous allez donc
entendre parler de mayonnaise (et d’un certain nombre d’autres choses de
cette sorte).
c) Voici d’abord une recette extraite d’un ouvrage intitulé Le premier livre de
cuisine, dû à Léone Bérard, dont la première édition (chez Robert Laffont)
date de 1971.
SAUCE MAYONNAISE
Travail personnel : 15 minutes
Matériel : 1 récipient assez grand à fond rond (bol, saladier, cuve de mixer, etc.) —
1 bol — et, pour battre, 1 cuiller en bois, 1 fouet à œufs ou tout système de batteur
ou mixer.
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
A noter. La recette ci-dessous concerne la préparation classique de la mayonnaise
avec une cuiller en bois ou un fouet. Si vous utilisez mixer, batteur ou robot,
reportez-vous au mode d’emploi indiqué pour votre appareil. De toute façon, les
proportions et grands principes de base restent les mêmes.
Essentiel : tous les composants doivent être à la même température. Sortir les œufs
du réfrigérateur au moins une heure à l’avance. Ne pas utiliser d’huile figée.
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Denrées pour 4 à 6 personnes du blanc
(1 tasse de mayonnaise)
Huile : 1/4 l
Œuf : 1 jaune
Vinaigre : 1 cuill. à café
Moutarde (suivant le goût) : 1/2 cuill. à café
Sel
Poivre
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Au-dessus du bol, séparer le jaune d’œuf. Mettre le jaune dans le fond du plus
grand récipient.
Ajouter la moutarde, un peu de sel et la moitié du vinaigre.
5
Commencer à verser l’huile goutte à goutte (une cuillerée à café pour commencer)
tout en remuant vivement le contenu du récipient. Lorsque toute l’huile est
absorbée, en ajouter encore un peu, toujours goutte à goutte et sans cesser de
remuer. La sauce doit commencer à épaissir.
Continuer la préparation de la sauce en versant l’huile par filet, toujours par petites
quantités à la fois et en remuant constamment. Plus la sauce est avancée, plus on
peut y ajouter d’un seul coup une quantité d’huile importante. Ne pas dépasser
cependant une cuillerée à soupe à la fois.
Quand la moitié de l’huile est utilisée, verser le vinaigre restant. Puis continuer la
sauce.
Lorsque toute l’huile est utilisée, si la mayonnaise semble un peu trop compacte, on
peut lui ajouter une cuillerée à soupe d’eau bouillante en remuant vivement.
En cas de malheur : si la mayonnaise « tourne », c’est que :
– tous les ingrédients n’étaient pas à la même température ; ou que la quantité
d’huile était trop importante pour un seul jaune d’œuf (1/4 de litre d’huile par
jaune) ;
– ou que l’huile a été versée trop vite au début.
Quoi qu’il en soit, le malheur est réparable. Il suffit de disposer d’un second jaune
d’œuf : le mettre dans le fond d’un saladier ou de n’importe quel récipient à fond
rond ; y verser peu à peu, selon la méthode donnée ci-dessus pour l’huile, la
mayonnaise tournée, sans cesser de remuer vivement.
Pour conserver de la mayonnaise non utilisée, ne pas la mettre au réfrigérateur.
Verser sur le dessus une très mince couche d’huile (cela évitera la formation d’une
croûte). Couvrir le récipient et le conserver au frais, mais surtout pas en
réfrigérateur. Utiliser rapidement.
La mayonnaise accompagne des aliments froids : viandes et volailles rôties, poissons
au court-bouillon, œufs durs, riz, pommes de terre, légumes verts cuits à l’eau.
Le premier point à noter est sans doute qu’il y aurait à respecter certaines
« proportions » et quelques « grands principes de base », qui supportent au
reste un certain nombre de variations techniques inessentielles.
L’un des quelques principes de base est celui-ci : « tous les
doivent être à la même température ». On peut penser qu’il
température ambiante de la cuisine par exemple, puisqu’il
« sortir les œufs du réfrigérateur au moins une heure à l’avance
l’interdit sur « l’huile figée ».
composants
s’agit de la
convient de
». On notera
Autres principes : éviter qu’il n’y ait trop d’huile versée, ou de l’huile
versée trop rapidement, surtout au début.
On notera le jaune d’œuf, la moutarde, le vinaigre, et surtout le versement
de « l’huile goutte à goutte (…) tout en remuant vivement le contenu du
récipient », de façon très progressive, mais qui peut s’accélérer au fur et à
mesure de l’avancement du processus.
On notera encore la structure temporelle
moitié du vinaigre + moitié de l’huile + moitié du vinaigre + moitié de l’huile.
6
On notera enfin l’addition possible d’une cuillerée à soupe d’eau
« bouillante » si la « sauce » obtenue – la mayonnaise – est trop « compacte ».
On soulignera les rapports difficiles avec le froid du réfrigérateur (même si
la mayonnaise accompagne des aliments « froids ») : la mayonnaise ne doit
pas être mise au réfrigérateur ; il convient de la « conserver au frais, mais
surtout pas en réfrigérateur ».
En tout cela, l’univers des objets reste limité : il y a le froid (et le frais) et
le chaud (et même le bouillant) ; il y a l’huile (non figée), le jaune d’œuf, le
vinaigre, qui forment un univers clos (à quelques ingrédients secondaires
près : moutarde, sel, poivre). Rien, en somme, qui ne soit familier sous nos
latitudes, et depuis longtemps.
d) Voici maintenant une recette prélevée sur un site Web, Fruits de la
mer.com. Elle est due à Alain Diverrès, qui propose là ses recettes
personnelles (http://www.fruitsdelamer.com/sauces-ingredients/sauces/mayonnaise.php3).
La mayonnaise
La mayonnaise a toujours été la hantise des ménagères (du moins dans ma famille).
Pourtant c’est une préparation d’une facilité déconcertante, voyez plutôt...
Ingrédients :
–
–
–
–
–
Un œuf,
Une pincée de sel,
Un tour de moulin à poivre,
Une demi-cuillerée à café de moutarde,
De l’huile (arachide, noix, olive, soja ou de ce que vous voulez)
Matériel :
– Un bol, un cul-de-poule ou un saladier (si possible à paroi sans rebord),
– Une cuiller en bois, en métal, en céramique, en plastique, en téflon, en carbone,
enfin une cuiller quoi !
Déposer dans le fond du récipient, une demi-cuillerée à café de moutarde (dite de
Dijon) par jaune d’œuf, le sel, le poivre.
Casser un œuf, ôter le blanc, et déposer le jaune dans le bol. Tourner l’ensemble
ainsi composé pour l’homogénéiser, tourner à votre manière dans le sens que vous
voudrez, vite ou pas vite n’a aucune importance (disons, puisqu’il vous faut des
repères 30 secondes).
Faire couler la valeur de deux ou trois cuillerées à soupe d’huile en une fois et
tourner de nouveau sans excès de vitesse. Une fois l’huile ressuyée ajouter de l’huile
à la demande. Un jaune d’œuf vous permet d’émulsionner environ 1/4 de litre
d’huile. L’opération demande environ 3 minutes. Qu’importe que votre œuf sorte ou
non du frigo, que votre huile soit à 20 degrés ou à 10 (cependant une huile figée veut
dire qu’elle est naturelle, l’huile infigeable ne l’est pas).
Une constante néanmoins : les œufs provenant d’élevage au grain permettent
d’émulsionner plus d’huile que les autres. Si parmi vos convives certains préfèrent
une mayonnaise blanche, rien de plus simple. Chauffer légèrement le contenu d’une
cuillerée à soupe de vinaigre, et l’incorporer à la mayonnaise, l’effet est immédiat.
Voilà c’est tout, un mythe qui tombe, encore un ! Il ne doit rien à mai 68, lui !
7
Manger de la mayonnaise, ce n’est pas mauvais pour la santé mais, comme le reste,
si nous n’en abusons pas. Un dernier détail cependant, tout ce qui nous est vendu
sous le nom de mayonnaise, en tube, en pot de la Comtesse machin, au Chef de
truc, n’a rien à voir avec la mayonnaise, sauf peut-être le nom. Sachons être des
consommateurs vigilants, exigeants, mangeons bon, naturel, refusons les fauxsemblants. Bien manger c’est avant tout manger vrai, cela demande de la réflexion,
un peu de temps, beaucoup de passion. La cuisine n’est pas « féminine » pour rien :)
On notera surtout, ici, la prise de distance parfois caustique avec les
« principes » et les paramètres (vitesse de battage, etc.) de l’univers
« ordinaire » rencontré précédemment, notamment à propos de la
température, du froid et même (de façon ambiguë) de… l’huile figée !
On soulignera aussi l’emploi de termes plus « évolués ». Ainsi le jaune
d’œuf permet-il d’émulsionner l’huile – de fabriquer une émulsion. (Le verbe
« ressuyer » en revanche est simplement traditionnel – pour « sécher ».)
On observera que, cependant, les proportions, elles, restent inchangées :
un jaune d’œuf est toujours supposé permettre « d’émulsionner » environ
1/4 litre d’huile, même si « les œufs provenant d’élevage au grain permettent
d’émulsionner plus d’huile que les autres ». À la place d’un rapport difficile à
la modernité du froid artificiel du réfrigérateur, on a ici un rapport « écolo » à
l’authentique : le négatif s’est changé en positif.
e) La rencontre de ces univers technologiques avec les technologies
scientifiques est un phénomène révélateur. On sait peut-être que c’est à cela
que s’est consacré depuis plusieurs années le chercheur Hervé This, auteur
de nombreux ouvrages sur le sujet. Voici en guise d’introduction un extrait
d’un entretien intitulé « La gastronomie moléculaire, c’est la science de la
cuisine », que l’on trouvera en ligne sur le site L’Internaute Magazine
(http://www.linternaute.com/femmes/cuisine/magazine/itvw/it_this.shtml).
Hervé This Physico-chimiste de l’INRA
« La gastronomie moléculaire c’est la science de la cuisine »
Hervé This travaille pour l’Institut national de recherche agronomique (INRA) sur la
gastronomie moléculaire. Cette science au nom énigmatique a pour objet d'étude une
de nos pratiques quotidiennes : la cuisine. Explication et démonstration avec le
spécialiste. (Octobre 2005)
Quand est apparue cette science ?
Au début des années 80, j’ai commencé à noter les vieilles croyances culinaires (la
mayonnaise ne prend pas quand la femme a ses règles, les œufs en neige montent
mieux si on les bat toujours dans le même sens, les haricots sont plus verts si on les
cuit avec un couvercle…) et j’en ai aujourd’hui plus de 25 000 ! Avec mon ami
Nicholas Kurti, qui était alors président de la Royal Society (l’équivalent de notre
Académie des Sciences en Angleterre), nous nous sommes amusés à vérifier ces
dictons, autrement dit à comprendre comment la cuisine marchait. Puis nous avons
voulu donner un nom à cette activité et c’est devenu la « gastronomie moléculaire ».
En 1992, nous avons organisé le premier colloque international sur la gastronomie
moléculaire en Sicile, où se trouve un grand centre sur la physique des particules.
8
Maintenant, ce colloque a lieu tous les deux ans. Et cette nouvelle science ne cesse
de se développer dans tous les pays.
Pouvez-vous nous donner un exemple concret d’une de vos découvertes ?
Oui, par exemple il n’est pas nécessaire d’avoir des œufs pour faire de la mousse au
chocolat. Pour faire une émulsion, il suffit d’avoir de l’eau, de l’air et du gras. Ainsi,
il suffit de faire fondre du chocolat avec de l’eau dans une casserole (comptez 220 g
de chocolat pour 20 cl d’eau), puis de mettre cette casserole dans des glaçons et de
fouetter. On obtient ce que j’ai appelé du « chocolat chantilly ». Et on peut appliquer
ce procédé à bien d’autres ingrédients.
On aura noté l’insistance d’une notion qu’on a vu émerger plus haut :
celle d’émulsion. « Faites-vous la cuisine ? Alors vous savez sûrement ce
qu’est une émulsion ? Non ? Ah !… » Voici une petite définition empruntée à
l’encyclopédie Wikipedia (http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89mulsion) :
Une émulsion est un mélange hétérogène de deux substances liquides non miscibles
(qui ne se mélangent normalement pas), comme l’eau et l’huile. Une substance est
dispersée dans la seconde substance sous forme de petites gouttelettes. Le mélange
reste stable grâce à un troisième ingrédient appelé émulsifiant.
Quelle substance est dispersée dans quelle substance ? La formulation
précédente ne le dit pas fermement. Cela restera à voir, donc…
On gardera en tête la volonté d’étudier les technologies traditionnelles de
la cuisine, et par exemple les interdits sexués qu’elles charrient, dont la
mayonnaise offre un exemple fameux (plus largement, voir par exemple
http://www.anthropologieenligne.com/pages/McClintockA.html).
f) Quelle rencontre, s’agissant de la mayonnaise, entre les traditions
technologiques retouchées et l’apport technologique des théories
scientifiques ? Le document ci-après laisse entrevoir des rudiments de
réponse. Il est proposé sur le site du « chef Simon », par ailleurs partenaire
du site Fruits de la mer.com, et qui travaille aussi depuis des années en
dialogue avec Hervé This (http://www.chefsimon.com/mayo.htm).
La mayonnaise en 7 démonstrations
La mayonnaise n’est plus ce qu’elle était !
On a tant lu et tant dit sur elle que je voulais sur cette déclinaison un peu spéciale
poser et défaire quelques idées reçues.
Un seul précepte :
Choisir la bonne technique selon la finalité souhaitée et respecter les protocoles
dictés par le bon sens...
Choisir des produits de première qualité dans le respect de la sécurité alimentaire
Tordons le cou aux idées fausses ! :
1) Les personnes du sexe féminin montent les mayonnaises aussi bien que les
hommes. En dehors, pendant ou après les périodes de menstruations.
2) On peut mélanger une mayonnaise dans n’importe quel sens.
3) On réussit une mayonnaise même avec des éléments à T° différente.
9
4) Une mayonnaise ne tourne pas si elle est conservée au frais.
5) Il ne faut pas conserver de la mayonnaise plusieurs jours car les salmonelles et
autres bactéries sont dans un terrain favorable à la multiplication.
En revanche et on ne le précisera jamais assez, les notions élémentaires de propreté
du cuisinier et de son matériels doivent être irréprochables.
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
EXTRAIT DU GUIDE CULINAIRE
D’AUGUSTE ESCOFFIER
La plupart des sauces froides composées dérivent de la Mayonnaise qui, pour cette
raison, est considérée comme une sauce Mère, au même titre que l’Espagnole et le
Velouté.
Sa préparation est des plus simples ; mais, encore, doit-on tenir compte de certaines
considérations que nous exposons plus bas.
Proportions de la sauce Mayonnaise :
• 6 jaunes d’œufs dont le germe doit être retiré ;
• Un litre d’huile ;
• 10 g de sel fin ;
• 1 g de poivre blanc ;
• une cuillerée et demie de vinaigre, ou l’équivalent en jus de citron si on veut
l’obtenir très blanche.
(Notons que 1 jaune suffit à monter dix litres de mayonnaise en suivant un protocole
décrit dans les expériences de gastronomie moléculaire.)
Procédé :
1. Broyer au fouet les jaunes (crus), additionnés de sel, poivre, un filet de vinaigre ou
quelques gouttes de jus de citron.
2. Ajouter l’huile goutte à goutte pour commencer, et la laisser tomber ensuite en
petit filet dans la sauce, quand celle-ci commence à se lier.
3. Rompre le corps de la sauce de temps en temps par addition de vinaigre ou de jus
de citron.
4. Additionner finalement la sauce de 3 cuillerées d’eau bouillante ; ce qui a pour
but d’en assurer la cohésion et de prévenir sa décomposition, si elle doit être tenue
en réserve.
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
NOTES PERSO
1. Le préjugé que l’assaisonnement ajouté aux jaunes d’œufs est une cause de
dissociation des éléments de la Mayonnaise ne peut être admis par des praticiens. Il
est au contraire démontré scientifiquement que le sel liquéfié augmente la force
assimilatrice des jaunes d’œufs. (Lire le grain de sel de Hervé This à ce sujet.)
2. C’est une erreur absolue de croire que l’apprêt d’une mayonnaise doit se faire sur
glace, c’est le contraire de la vérité, puisque le froid est la cause la plus fréquente de
sa désorganisation. Dans la saison froide, l’huile doit même être légèrement tiédie, ou
tout au moins tenue à la température de la cuisine. L’expérimentation prouve que
les éléments peuvent être incorporés même à des températures différentes ;
bien sûr, l’huile ne doit pas être figée !
3. Les causes de dissociation de la Mayonnaise résultent :
1. De l’addition trop vive de l’huile au début ;
2. De l’emploi de l’huile trop froide ;
10
3. D’une trop grande addition d’huile par rapport au nombre de jaunes d’œufs
employés, la puissance d’assimilation d’un jaune étant limitée à un décilitre trois
quarts, si elle doit attendre et à deux décilitres si elle doit être employée de suite.
LE GRAIN DE SEL DE HERVE THIS
J’ai demandé à Hervé This de bien vouloir me donner son point de vue sur ces
explications:
« C’est vrai que la moutarde, le jus de citron, le sel et le poivre ne changent pas
grand chose aux mayonnaises. Quoique l’eau contenue dans la moutarde ou dans le
vinaigre ou dans le jus de citron évite aux mayonnaises de tourner, car s’il y a plus
d’eau, on peut y mettre tranquillement plus d’huile.
Le “sel liquéfié”, en revanche, je ne sais pas ce que cela veut dire. Qui a vu se
liquéfier du sel en cuisine ?
Si l’on veut seulement dire que l’on a dissout du sel, c’est autre chose.
Quant à la “force
incompréhensible. »
assimilatrice”
des
jaunes
d’œufs,
c’est
également
Hervé This (10.07.2001)
L’HUILE PROTEGE-T-ELLE LA MAYONNAISE ?
A propos de : « les molécules de l’huile enrobent les molécules du jaune d’œufs qui
de toute façon est aussi de la graisse ».
C’est tout faux : dans une émulsion, il y a d’abord des gouttes d’huile dispersées
dans l’eau du jaune et du vinaigre (le jaune : 50 % d’eau).
Mais les gouttes d’huile ne sont pas stables dans l’eau, habituellement (sauf dans
certaines huiles, c’est d’ailleurs très intéressant), et la mayonnaise a ceci de
miraculeux qu’elle tient longtemps.
On la longtemps cru que les gouttes étaient enrobées de lécithines et d’autres
phospholipides, qui sont des molécules présentes à hauteur de 35 pour cent dans le
jaune.
Ces molécules appartiennent, si l’on veut, à la famille des graisses, parce qu’elles ont
effectivement une partie lipide. Mais elles ont aussi la partie “phospho”, qui fait
qu’elles se placent à la limite des graisses et de l’eau.
Et puis, surtout, on découvre que les protéines sont sans doute plus importantes
pour stabiliser les mayonnaises.
Ces molécules font quand même 15 pour cent du jaune, en masse, et elles sont
remarquables à des tas de points de vue.
Une expérience pour montrer que les phospholipides ne sont pas tout, dans les
mayonnaise :
S’ils étaient si essentiels, l’ajout de sel suffirait à déstabiliser les émulsions que sont
les mayonnaises. Or j’ai été jusqu’à autant de sel que de sauce, et ça ne tourne pas !
Pour ce qui concerne le risque microbiologique qui serait limité par l’idée que les
molécules du jaunes sont protégés par l’huile qui les entoureraient, enfin, je n’ai
aucune idée, mais l’explication donnée est fausse.
H. THIS le 25 Avril 2002
On notera, chez le « chef Simon », la volonté un rien arrogante de prendre
ses distances vis-à-vis des technologies traditionnelles et de leurs « idées
reçues » : au lieu de « principes de base » multipliés, « un seul précepte » !
11
On aura observé, notamment, que le principe d’user d’ingrédients à la
même température est ici vivement rejeté, de même que la suspicion à
l’encontre de la conservation au réfrigérateur, même si l’on trouve en ce texte
confirmation que trop de froid nuit – croire le contraire étant décrété « erreur
absolue » !
On aura noté les variations sur « les proportions » : si l’on pensait qu’un
jaune d’œuf permet d’émulsionner 1/4 de litre d’huile, pour Escoffier on ne
doit compter que 1/6 de litre, tandis que, pour l’auteur lui-même, cette
« puissance d’assimilation » varierait entre « un décilitre trois quarts » et
« deux décilitres ». Je note ici que, bon gré mal gré, on a affaire à des
mathématiques certes élémentaires, mais déjà au-delà de ce dont le commun
des mortels conserve la maîtrise opératoire. « Un décilitre trois quarts », c’est
1,75 dl, soit 0,175 l ; « deux décilitres », c’est 0,2 l : ces deux valeurs sont
inférieures à 1/4 l = 0,25 l mais supérieures à 1/6 l puisque 1/6 = 0,166…
(Le résultat attribué à la gastronomie moléculaire – « 1 jaune suffit à monter
dix litres de mayonnaise » – suppose un autre procédé de fabrication de la
mayonnaise.)
L’intervention d’Hervé This met en avant un facteur largement occulté
dans les technologies traditionnelles ou rénovées de la mayonnaise : l’eau.
Cet occultation – au profit de réalités plus « riches » : jaune d’œuf, vinaigre –
fait que le chef Simon aurait « tout faux » : le démontage de la croyance que
« les molécules de l’huile enrobent les molécules du jaune d’œuf » est à cet
égard spectaculaire : on ne le commentera pas davantage ici.
g) On a vu ci-dessus émerger un certain nombre d’objets du savoir chimique.
On retrouvera ces objets et d’autres dans la synthèse qu’Hervé This propose
(avec Marie-Odile Monchicourt) dans un livre récemment paru (en février
2007) chez Odile Jacob, Construisons un repas (pp. 60-63). Mais pour
résumer, dans le cas examiné, le problème des savoirs utiles – dont la place
est parfois indéfiniment occupée par des technologies traditionnelles à forte
inertie mais à faible pouvoir explicatif –, voici un extrait de l’article « Sauce
mayonnaise » de l’encyclopédie en ligne Wikipédia, dans sa version en
français (http://fr.wikipedia.org/wiki/Mayonnaise), suivi d’un complément tiré
d’un autre article de la même encyclopédie ().
Sauce mayonnaise
La mayonnaise doit monter, c’est-à-dire s’émulsifier ; le tout se transforme en une
masse onctueuse et homogène. Le principe est le suivant : le jaune d’œuf est un
élément tensioactif qui permet de réaliser une émulsion avec l’huile et l’eau. La
moutarde peut donc être remplacée par tout élément comprenant de l’eau, par
exemple du vinaigre. L’ajout d’huile épaissit la mayonnaise tandis que l’ajout d’eau
provoque l’effet inverse.
La sauce mayonnaise est l’exemple le plus courant des fluides antithixotropes. Ces
fluides ont la propriété de devenir de plus en plus visqueux lorsqu’ils sont soumis à
un effort. Il s’agit d’une propriété réversible, c’est pourquoi la mayonnaise peut
« retomber ».
12
Antithixotropie
L’antithixotropie ou rhéopexie est le phénomène inverse de la thixotropie. Elle
caractérise la propriété qu’ont certains fluides de voir leur viscosité augmenter
lorsqu’ils sont soumis à des actions mécaniques ; la viscosité revenant à son état
normal après un temps variable (réversibilité de la propriété).
Cette propriété très étonnante peut être expérimentée avec un mélange de farine de
maïs et d’eau qui au repos sera très fluide et deviendra de plus en plus visqueux si
on le sollicite avec vigueur. Mais l’exemple le plus commun reste la mayonnaise.
On est là sur une piste qui nous conduirait jusqu’à un sous-continent de
la connaissance, celui de la rhéologie (« partie de la mécanique qui étudie la
plasticité, l’élasticité, la viscosité et la fluidité caractéristiques des corps
déformables »), celui des fluides non newtoniens, dont voici une très courte
définition (http://fr.wikipedia.org/wiki/Fluide_non-Newtonien#Fluide_non_newtonien).
Un fluide est dit non newtonien lorsque le tenseur des contraintes visqueuses n’est
pas une fonction linéaire du tenseur des déformations. Autrement dit, lorsque sa
déformation n’est pas directement proportionnelle à la force qu’on lui applique. Le
meilleur exemple est celui du sable mouillé en bord de mer : quand on frappe le
sable, il a la viscosité élevée d’un solide, alors que lorsqu’on appuie doucement
dessus, il se comporte comme une pâte.
Bien entendu, la question Q n’a pas encore, après cela, de réponse bien
élaborée. On notera par exemple que, une fois écartée l’action prétendue de
tel ou tel facteur traditionnellement invoqué, il resterait à étudier comment
ce facteur a pu être utilisé pour façonner la technique traditionnelle (en l’une
ou l’autre de ses variantes). Pourquoi par exemple l’exigence ancienne,
longtemps maintenue, d’user de produits à la même température s’il est vrai
que ce réquisit peut aujourd’hui être démontré sans fondement ? Pourquoi la
mise en relation usuelle avec la physiologie féminine ? On peut penser que,
en l’un et l’autre cas, des analyses anthropologiques – incluant les savoirs
physico-chimiques, mais ne s’y réduisant pas – seraient nécessaires. Mais je
laisserai là cette question.
4. PageRank, suite
a) Je reprends maintenant l’étude de l’algorithme PageRank, à l’origine du
moteur de recherche Google. Je rappelle d’abord le cadre du problème que
nous avons commencé à examiner.
L’idée est de résoudre un certain système d’équations à n inconnues r(Pi),
où i ∈ W, avec n est le cardinal de l’ensemble W. Ce système d’équations
s’écrit
r(Pi) =
∑
r(Pj)
|Pj|
(1 ≤ i ≤ n)
P j ∈ Bi
où Bi est l’ensemble des pages Pj qui pointent vers Pi (qui ont un lien vers Pi)
et où |Pj| désigne le nombre de liens qui partent de Pj.
13
Pour y voir plus clair, nous avions considéré, avec les auteurs dont nous
suivons l’exposé, un « Web » qui ne contiendrait que… 6 pages, avec un
certain système de liens ; cela conduisait à considérer le système d’équations
que l’on découvrira ci-après.







r(P1) = r(P3)
3
r(P2) = r(P1) + r(P3)
2
3
r(P
1)
r(P3) =
2
r(P4) = r(P5) + r(P6)
2
r(P
3)
r(P5) =
+ r(P4)
3
2
r(P
)
r(P
4
5)
r(P6) =
+
.
2
2
On peut donner à ces écritures une allure plus familière en remplaçant la
notation r(Pi) par xi (1 ≤ i ≤ 6) ; cela donne alors le système que voici.
x
x
x
x
x
x

1
2
3
4
5
6
= 1 x3
3
1
= x1 + 1 x3
2
3
1
= x1
2
= 1 x5 + x6
2
= 1 x3 + 1 x4
3
2
= 1 x4 + 1 x5
2
2
C’est ce système qu’il s’agirait de résoudre pour attribuer à chacune des
pages de notre « Web » un rang déterminé – à condition que le système
possède une solution, et une solution unique (à un facteur multiplicatif près
– on aura noté que le système est homogène).
b) Pour avancer un peu, simplifions encore la situation. Au lieu d’un Web
contenant 6 pages, considérons le cas d’un réseau de 3 pages, ayant la
structure de liens ci-après.
14
Comment s’écrit ici le système des 3 équations aux 3 inconnues x1 = r(P1),
x2 = r(P2), x3 = r(P3) ? L’expression générale rappelée plus haut se décline
ainsi.



x1 = 1 x2 + 1 x3
|P2|
|P3|
1
x2 =
x1 + 1 x3
|P1|
|P3|
1
x3 =
x1
|P1|
Comme on a respectivement |P1| = 2, |P2| = 2, |P3| = 1, le système étudié s’écrit
donc finalement comme suit.



x1 = 1 x2 + x3
2
x2 = 1 x1 + x3
2
x3 = 1 x1
2
Il se trouve que ce système se résout très facilement : la dernière équation
1
fournit x3 en fonction de x1 : on a x3 = x1. En reportant cette expression
2
dans l’équation du milieu, on obtient alors x2 = x1. On voit en outre que la
1
1
1
première équation est alors vérifiée : x2 + x3 = x1 + x1 = x1, CQFD. Le
2
2
2
système a une solution. Les solutions de l’équation sont alors tous les
triplets de la forme (x1, x1, 0,5 x1). Les pages 1 et 2 ont donc le même rang
(qu’on peut arbitrairement fixer égal à 10), tandis que la page 3 a un rang
moitié, égal alors à 5.
c) Bien évidemment, le problème, c’est que, dans la réalité du Web actuel, le
nombre de pages indexées ne permet pas une résolution simple du système
qui modélise le rang : la taille du système est en effet de plusieurs milliards.
De là que S. Brin et L. Page ait songé à employer une technique itérative –
sur laquelle nous reviendrons.
L’ÉCOLE, LA SOCIÉTÉ, LE DIDACTIQUE
1. Une idée de livre
a) Gérard Sensevy et Patrick Rayou dirigent aux PUR une collection intitulée
Paideia. Deux volumes y ont déjà paru. Gérard Sensevy m’a invité à écrire
un ouvrage pour cette collection. L’idée est d’y expliciter de façon plus
systématique que je ne l’ai fait jusqu’ici un certain nombre d’analyses et de
points de vue actuellement peu diffusés sur l’école et la société et que l’on
trouve de façon erratique dans mes « écrits ». Je prendrai ici un simple et
unique exemple.
15
b) On entend fréquemment dire, dans les noosphères disciplinaires, qu’il faut
« faire aimer les mathématiques aux élèves », qu’il faut « faire aimer l’histoire
aux élèves », etc. (Bien entendu, la première ambition est mise à la charge
des professeurs de mathématiques, la deuxième est assignée aux
professeurs d’histoire et de géographie, etc.) Or une conception même
modérément condorcetienne de l’école, une conception intégralement laïque
de l’école ne peut accepter de telles menées, attentatoires à la liberté de
conscience des individus.
Ce qui me paraît, hélas ! peu contestable, c’est que le rejet que je viens de
formuler, le refus de « vouloir faire aimer » la matière que l’on enseigne est
actuellement à peu près incompréhensible au noosphérien lambda. Encore
heureux si l’on ne me fait pas dire qu’il faudrait au contraire faire « détester »
les mathématiques, ou l’histoire, etc. – ce qui tomberait, au reste, sous la
même condamnation pour manquement grave à la laïcité intégrale.
La clé de l’affaire tient en un mot : il ne faut pas chercher à « faire aimer »
ou à « faire détester » (sentiments qui n’appartiennent qu’à la personne de
l’élève ou du citoyen), mais s’efforcer de faire connaître les savoirs à
enseigner saisis du point de vue de la vie sociale de la connaissance, et donc,
notamment, du point de vue de leur utilité sociale – que l’élève a d’ailleurs
parfaitement le droit de nier.
Il m’importe peu que vous aimiez les équations (surtout si vous les aimez,
ainsi que cela peut arriver, d’un amour pathologique et pathogène). Il
m’importera seulement que vous sachiez résoudre, lorsque l’utilité sans fera
sentir (par exemple pour comprendre mieux un certain problème, bien plus
vaste) le système homogène de trois équations à trois inconnues



x1 = 1 x2 + x3
2
x2 = 1 x1 + x3
2
x3 = 1 x1
2
.
Ne me dites pas si vous aimez cela ou non, car cela n’est pas mon affaire. Je
ne demande pas au plombier s’il aime réparer les robinets qui fuient ; je lui
demande seulement de s’y connaître et d’agir adéquatement. Si je le lui
demandais, ou si d’aventure il se mettait lui-même à m’en entretenir, je
cesserais ipso facto d’avoir avec lui une relation d’artisan à client, pour
entrer dans une intimité de sentiments qui peut, certes, exister entre deux
personnes mais qui suppose un accord de chacune, et ne saurait
valablement procéder d’un rapport d’emprise d’une personne sur l’autre. En
tout cas la chose est-elle exclue par principe d’une école qui se proclame
laïque – la laïcité se définissant comme le renoncement à exercer sur autrui
quelque emprise que ce soit par laquelle on chercherait à restreindre sa
liberté de conscience et de sentiments.
16
Cette position, traditionnelle mais largement occultée, est libératoire. Si je
dois étudier le système de telle religion établie, par exemple, je m’engage à
acquérir des connaissances à son sujet, non à « croire » en ceci, ou à
« aimer » cela – non plus d’ailleurs qu’à détester telle ou telle réalité désignée
comme détestable par ladite religion ! Si j’étudie le système de la presse
quotidienne nationale, je m’engage à acquérir des connaissances peut-être
approfondies au sujet (par exemple) des quotidiens Le Monde, Libération, Le
Figaro, sans que cela m’oblige en rien à croire en quoi que ce soit, ou à
éprouver tel ou tel sentiment à l’endroit de l’un ou l’autre de ces journaux.
Je pourrai, dans la même veine, étudier Le Nouveau Détective ou Pif Gadget,
toujours avec la même exigence de connaissance, toujours avec le même
refus des sollicitations éventuelles de mes sentiments ou de mes croyances.
Inversement, l’empressement à solliciter les sentiments nuit en général à
l’usage raisonné, effectif des savoirs enseignés, et à la connaissance de leur
utilité sociale : nous retrouverions ici les analyses que j’ai présentées au
début de cette séance.
2. Didactique & politique de l’école
a) La problématique d’ensemble de l’ouvrage à écrire consiste à faire
reconnaître l’école comme réalité didactique, ou plutôt à proposer une
politique de l’école – d’une école à venir – comme réalité foncièrement
didactique : une vision politique de l’école est pour moi une vision didactique
de l’école, qui y rétablisse le didactique « dans ses droits ». C’est cela qu’il
conviendrait donc de déployer dans l’ouvrage à venir.
b) Ai-je besoin, ici, d’insister sur l’existence d’obstacles vigoureux à
l’assomption collective de la didacticité de l’école ? À tous les niveaux, de tels
obstacles existent. J’ai noté plus haut l’obstacle du refus sociétal (voire
civilisationnel) du didactique. Je noterai ici, à nouveau, l’existence même du
niveau pédagogique, regardé tantôt comme réalité sui generis autonome,
tantôt comme réalité englobante, et qui permet en cela de parler du bout des
lèvres du didactique sans le nommer, comme il en va dans ce passage d’un
article récent (daté du 5 décembre 2007) du journal Le Monde à propos des
écoles de commerce françaises : « L’un de leurs grands atouts est de
proposer une pédagogie alliant savoirs académiques et formation
professionnelle. » On est bien là, pourtant, au cœur du didactique…
Mais je m’arrêterai en ce point, pour laisser place à un échange.
DÉBAT
Le contenu des échanges sera mis par écrit ultérieurement.
17
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising