Mémento destiné aux opérateurs (CRES 2003)

Mémento destiné aux opérateurs (CRES 2003)
Vers une culture commune
en éducation
et promotion de la santé
Mémento destiné aux opérateurs
par le groupe régional et les groupes départementaux
des réseaux de prévention de Bretagne, coordonnés par
le Collège Régional d’Éducation pour la Santé
Décembre 2003
Sommaire
Introduction ............................................................. 3
Les origines de ce mémento ................................... 4
Les nalités et le mode d’emploi du document ............ 5
Première partie
L’éducation pour la santé - de quoi parlons-nous ? ................. 6
Une dénition .................................................... 7
Les principes généraux ......................................... 8
Deuxième partie
Le mémento en application ............................................ 9
Les principes questionnés et illustrés ....................... 10
La traduction des principes généraux en méthodologie
de travail ........................................................ 29
Annexes
La Charte d’Ottawa
Les participants aux groupes de travail
Introduction
Les origines de ce mémento
Dans le cadre de la contribution à
la mise en oeuvre des politiques
régionales de santé, en n d’année
2000, le CRES de Bretagne a initié
un groupe de travail rassemblant les
différents réseaux de prévention de
Bretagne. Dans un premier temps,
ce groupe s’est xé comme objectif de préparer différentes manifestations, notamment la Conférence
Régionale de Santé de février 2001.
Dans un deuxième temps, le groupe
a poursuivi ses travaux an de travailler ensemble à la réalisation
d’un document sur des valeurs communes en matière d’éducation et
promotion de la santé qui s’est inscrit parmi les travaux retenus par le
Schéma Régional d’Education pour
la Santé élaboré par la DRASS de
Bretagne1. Selon le souhait des participants et de façon à faciliter le
lien avec les acteurs de terrain,
des sous-groupes départementaux
se sont mis en place pour mener
cette réexion. Le groupe régional
a effectué la synthèse du travail
mené en départements (Voir en
annexe les participants aux groupes départementaux et régional).
De septembre 2001 à septembre
2002, des allers et retours réguliers
entre les groupes départementaux
et le groupe régional ont permis
une réelle dynamique interdépartementale.
I
N
T
R
O
D
U
C
T
I
O
N
Plan national d’éducation pour la santé. Conseil des ministres, 28 février 2001;
Circulaire DGS/SD6 n° 2001-504 du 22 octobre 2001 relative à l’élaboration des schémas
régionaux d’éducation pour la santé. B.O.M.E.S. n° 2001-46 du 12 au 18 novembre 2001
1
4
Les nalités de ce mémento
Ce mémento est destiné à l’ensemble
des acteurs de l’éducation et
promotion de la santé de Bretagne. Il
vise à proposer des principes d’action
à mettre en oeuvre dans leur travail
conformes aux références reconnues
par les politiques de santé publique
(PNEPS et Charte d’Ottawa). Le
groupe de travail est bien conscient
que des contingences particulières
peuvent freiner le respect des
principes énoncés dans ce document.
C’est pourquoi ce mémento peut
être pour l’acteur d’éducation et
promotion de la santé un outil de
questionnement de sa pratique pour
s’efforcer d’être progressivement
en accord avec ces principes.
Le mode d’emploi du
document
I
N
T
R
O
D
U
C
T
I
O
N
On trouvera en première partie
les valeurs et principes généraux
d’une démarche en éducation et
promotion de la santé.
La deuxième partie de ce document
constitue
un
mémento
en
application : elle propose les
questions à se poser avant d’agir
pour tendre vers le principe général
énoncé ; en vis-à-vis de ces
questions, des exemples sont fournis
qui constituent des illustrations et
non des modèles. De la même
façon, les questions proposées ne
sont pas exhaustives ; elles méritent
d’être complétées par chacun selon
l’état d’avancement de sa propre
réexion.
5
Première partie
L’éducation pour la santé
- de quoi parlons-nous ?
Une dénition
L’éducation pour la santé s’inscrit
dans une démarche de promotion
de la santé telle que dénie dans
la charte d’Ottawa (OMS, novembre 1986), au travers des cinq axes
d’action suivants :
1. L’interpellation du politique sur
ce qui relève par exemple de la
réglementation ;
2. L’intervention sur le milieu, sur
l’environnement quotidien ;
3. L’action collective faisant intervenir différents groupes de la communauté ;
4. Le développement des aptitudes
personnelles c’est-à-dire ce qui
relève de l’éducation permanente ;
5. La réorientation des services de
santé au-delà de la seule prestation
des soins.
Plus précisément, selon le Plan
National d’Education Pour la Santé
(février 2001), l’éducation pour la
santé :
« a pour but que chaque citoyen
acquière tout au long de sa vie
les compétences et les moyens qui
lui permettront de promouvoir sa
santé et sa qualité de vie ainsi
que celle de la collectivité… Elle
s’adresse à la population dans toute
sa diversité avec le souci d’être
accessible à chacun. Elle informe
et interpelle aussi tous ceux qui,
par leur profession ou leur mandat,
exercent une inuence sur la santé
de la population, au travers des
décisions qu’ils prennent ou des
conduites qu’ils adoptent.
Un programme d’éducation pour
la santé comporte des actions de
trois natures différentes, articulées entre elles de façon cohérente
et complémentaire :
- des campagnes de communication,
d’intérêt général, dont l’objectif
est de sensibiliser la population à de
grandes causes de santé et de contribuer à modier progressivement
les représentations et les normes
sociales ;
- la mise à disposition d’informations scientiquement validées sur
la promotion de la santé, sur les
moyens de prévention, sur les maladies, sur les services de santé, en
utilisant des supports et des formulations variés, adaptés à chaque
groupe de population ;
- des actions éducatives de proximité
qui, grâce à un accompagnement individuel ou communautaire, permettent aux personnes et aux groupes
de s’approprier des informations et
d’acquérir des aptitudes pour agir
dans un sens favorable à leur santé et
à celle de la collectivité. »
Compte tenu de cette dénition, le
groupe de travail interdépartemental souhaite afrmer en préambule
de ce mémento que l’éducation
pour la santé n’est pas simplement
une question de bonne volonté,
mais un travail de personne qualiée (en terme de compétence,
de formation et de mandat) : elle
implique la mise en place de formations initiales et continues.
L’
E
D
U
C
A
T
I
O
N
P
O
U
R
L
A
S
A
N
T
E
7
Les principes généraux
ŸInscrire l’Education Pour la Santé
dans une démarche de promotion
de la santé : « L’intervention en
promotion de la santé, c’est créer
des milieux favorables », c’est-à-dire
interpeller le politique et agir sur
le milieu et l’environnement (Voir la
charte d’Ottawa en annexe).
Ÿ Contribuer à la réduction des
inégalités sociales de santé :
Rencontrer les personnes les plus
en difculté, les accompagner dans
l’analyse de leur situation et la
recherche de solutions adaptées.
ŸFavoriser une vision globale de la
santé : Prendre en compte la personne
humaine dans l’ambivalence de ses
désirs et dans toutes ses composantes
(génétiques, psychologiques, sociales,
culturelles, économiques, politiques,
écologiques ou philosophiques).
« des aptitudes indispensables à la
vie qui permettent aux personnes
d’exercer un plus grand contrôle sur
leur propre santé » (Voir la charte
d’Ottawa en annexe).
ŸAccompagner la personne dans
ses choix de santé : Faciliter
l’évaluation par la personne de
ses propres risques, inhérents à la
vie, et renforcer ses facteurs de
protection.
Ÿ Créer les conditions d’une
participation des personnes : Les
savoirs et compétences sur la santé
des personnes doivent être mobilisés
dès la dénition des objectifs du
projet.
ŸEngager
une
dynamique
citoyenne : Associer les droits et les
devoirs des personnes.
L’
E
D
U
C
A
T
I
O
N
P
O
U
R
Ÿ Centrer la démarche d’Education
Pour la Santé sur les personnes :
L’identité d’une personne ne se réduit
pas à un comportement (exemple :
consommation de tabac, d’alcool).
L
A
ŸRespecter la personne dans
l’équilibre individuel et social
qu’elle s’est créé : Valoriser la
personne en la responsabilisant et en
évitant l’injonction, la moralisation
et la culpabilisation, l’aider à tenir
le lien aux autres qu’elle s’est créé.
S
A
N
T
E
Ÿ Promouvoir
une
démarche
éducative à tous les stades de la
vie : Favoriser le développement
8
Deuxième partie
Le mémento en application
Les principes questionnés
et illustrés
Inscrire l’Education Pour la Santé
dans une démarche de promotion de la santé
« L’intervention en promotion de la santé, c’est créer des milieux favorables », c’est-à-dire interpeller le politique et agir sur le milieu et
l’environnement (Voir la Charte d’Ottawa en annexe)
Questions préalables
à l’action
Exemples
Le projet d’Education Pour la Santé
est-il compatible avec les trois axes
d’intervention possibles ?
Dans le cadre d’un projet en milieu
pénitentiaire, un travail sur le respect des personnes a impliqué :
Ÿ les modications institutionnelles
nécessaires.
Ÿ un axe institutionnel : modication des conditions de vie (par
exemple, isolement du coin toilette
des cellules).
Ÿ l’évolution des pratiques professionnelles.
Ÿ le développement des potentialités des personnes concernées.
Ÿ un axe professionnel : formation
et groupes de travail avec le personnel.
Ÿ un axe éducatif : des actions collectives en direction des détenus.
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
11
Notes de l’utilisateur
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
12
Contribuer à la réduction des inégalités sociales de santé
Rencontrer les personnes les plus en difculté, les accompagner dans
l’analyse de leur situation et la recherche de solutions adaptées.
Questions préalables
à l’action
Sur quels critères dénit-on la population avec qui l’on souhaite travailler ?
Est-ce que l’action s’intègre dans
des dispositifs de développement
social ?
Exemples
Dans beaucoup d’actions d’éducation pour la santé, c’est l’état des
lieux à un échelon très localisé qui
permet de dénir les populations
prioritaires.
Est-ce que l’action prévoit des
activités permettant de promouvoir l’intégration sociale des personnes ?
Dans le cadre d’un projet en milieu
pénitentiaire, intégration d’un axe
santé dans le cadre d’une plateforme de préparation à la sortie
(par exemple, repérage des structures ressources extérieures).
A-t-on identié et rencontré les
partenaires qui travaillent avec ces
personnes pour leur proposer d’intégrer une dimension santé dans
leurs actions ?
Difculté à envisager une réinsertion professionnelle pour les « travailleurs du sexe » qui gagnent
davantage par le biais de la prostitution.
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
13
Notes de l’utilisateur
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
14
Favoriser une vision globale de la santé
Prendre en compte la personne humaine dans l’ambivalence de ses désirs
et dans toutes ses composantes (génétiques, psychologiques, sociales,
culturelles, économiques, politiques, écologiques ou philosophiques).
Questions préalables
à l’action
Est-ce que l’action tient compte de
la multiplicité des déterminants de
la santé ?
Est-ce que les partenaires mobilisés
par l’action sont issus de champs
disciplinaires différents pour favoriser la complémentarité des compétences et l’approche globale de
la santé ?
Exemples
Beaucoup d’actions sur la prévention de l’obésité échouent parce
que l’on ne prend en compte que le
corps biologique, le corps que l’on
voudrait avoir, qui est différent du
corps que l’on « est ».
Dans un projet sur les troubles alimentaires, le nutritionniste s’entoure des compétences nécessaires
pour aborder toutes les dimensions
(sociales, psychologiques, économiques ,…).
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
15
Notes de l’utilisateur
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
16
Centrer la démarche d’Education Pour la Santé sur les
personnes
L’identité d’une personne ne se réduit pas à un comportement (exemple :
consommation de tabac, d’alcool).
Questions préalables
à l’action
Les approches thématiques, quand
elles existent, s’intègrent-elles dans
une vision plus large de la santé ?
Se préoccupe-t-on des « bonnes »
raisons qui fondent le comportement des personnes ?
Exemples
Les actions autour de la journée
mondiale contre le tabac sont de
plus en plus intégrées dans la prévention des conduites addictives.
Dans un projet sur la prévention
de la consommation des substances
psycho-actives, le contexte de vie
de la personne concernée (ses difcultés psychologiques et sociales)
est pris en compte.
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
17
Notes de l’utilisateur
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
18
Respecter la personne dans l’équilibre individuel
et social qu’elle s’est créé
Valoriser la personne en la responsabilisant et en évitant l’injonction, la
moralisation et la culpabilisation.
L’aider à tenir le lien aux autres qu’elle s’est créé.
Questions préalables
à l’action
Le porteur de projet s’est-il interrogé sur ses propres représentations
par rapport aux personnes concernées par l’action et par la question
de santé en cause ?
Le porteur de projet s’est-il interrogé sur ses capacités d’écoute et
ses capacités à identier ses propres limites ?
Est-ce que l’action présente clairement ses objectifs aux personnes
concernées ?
Le discours est-il adapté aux
personnes
concernées
(âge,
culture,…) ?
Est-ce que la démarche préserve
la liberté des personnes à différer,
renoncer, maîtriser, choisir ?
A-t-on envisagé les conséquences
des changements proposés ou
induits par l’action ?
A-t-on garanti une indépendance
idéologique (religieuse, politique,
morale) ?
Exemples
Dans le cadre d’une action en
prison, le professionnel d’éducation pour la santé s’est interrogé
en formation sur ses propres représentations par rapport à l’acte délictueux.
Idem concernant la question du suicide ou de l’alcoolisation.
Dans un projet de quartier, un support écrit présentant le projet a été
remis aux participants.
Comment concilier l’inscription dans
le dispositif RMI et la nécessaire
participation des bénéciaires à une
action d’éducation pour la santé ?
Quand une action de prévention sur
l’alcool est menée avec des enfants,
comment mesurer les répercutions
sur le public et son entourage,
qu’elles soient positives ou négatives ?
Peut-on s’autoriser à convaincre de
la nécessité d’une interruption de
grossesse une jeune lycéenne désirant poursuivre sa grossesse ?
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
19
Notes de l’utilisateur
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
20
Promouvoir une démarche éducative
à tous les stades de la vie
Favoriser le développement « des aptitudes indispensables à la vie qui permettent aux personnes d’exercer un plus grand contrôle sur leur propre
santé » (Voir la charte d’Ottawa en annexe).
Questions préalables
à l’action
Le porteur de projet s’est-il interrogé sur ses intentions éducatives ?
S’agit-il de transmettre un modèle
de comportement ou d’un accompagnement éducatif ? Quelles sont
les valeurs qui légitiment sa démarche éducative ?
Est-ce que les activités proposées
s’appuient sur les ressources des
personnes pour développer leurs
savoirs, savoir-être et savoir-faire ?
Exemples
« Léa et l’Air », un outil pédagogique à destination des enfants qui
s’inscrit dans une démarche de promotion de la santé, présente ses
nalités éducatives de la façon suivante :
Ÿ développer le respect de soi-même
et l’autonomie
Ÿ promouvoir le respect d’autrui et
la solidarité
Ÿ sensibiliser au respect et à la protection de l’environnement
Un projet d’éducation pour la santé
du patient ne vise pas seulement
une meilleure observance des traitements par le malade mais également un projet de vie de la
personne avec sa maladie et les
contraintes du traitement.
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
21
Notes de l’utilisateur
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
22
Accompagner la personne dans ses choix de santé
Faciliter l’évaluation par la personne de ses propres risques, inhérents
à la vie, et renforcer ses facteurs de protection.
Questions préalables
à l’action
Exemples
A-t-on envisagé un système de soutien aux personnes qui s’engagent
dans un processus de changement
du fait de l’action ?
Dans une action avec des femmes en
difculté avec l’alcool, le projet envisage les conséquences du sevrage
sur l’équilibre familial.
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
23
Notes de l’utilisateur
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
24
Créer les conditions d’une participation des personnes
Les savoirs et compétences sur la santé des personnes doivent être
mobilisés dès la dénition des objectifs du projet.
Questions préalables
à l’action
Des moyens sont-ils prévus pour
faciliter le développement et le
soutien d’initiatives ?
L’action prévoit-elle des méthodes
et/ou des outils pédagogiques interactifs ? Comment et par qui sont-ils
validés ?
Les bénéciaires de l’action participent-ils à toutes les phases de l’action ?
Exemples
Dans un atelier vie quotidienne, un
travail d’écriture avec des femmes
en difculté a été proposé comme
support de réexion sur la santé ;
cette action a permis la réalisation
d’une exposition et la publication
des textes produits (individuels ou
collectifs) par les participants.
Dans une démarche de prévention
du tabagisme, les jeunes sont
accompagnés dans la construction
de leur projet et de son évaluation.
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
25
Notes de l’utilisateur
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
26
Engager une dynamique citoyenne
Intégrer la double dimension des droits et des devoirs des personnes.
Questions préalables
à l’action
Est-ce que l’action donne une
légitimité aux préoccupations
exprimées par les personnes ?
Est-ce que l’action permet aux
personnes de prendre en compte
les besoins de la collectivité toute
entière ?
Exemples
Dans un programme de réduction
des risques, du matériel stérile est
mis à disposition des toxicomanes
et parallèlement une réexion
est engagée avec eux sur la
responsabilité des dealers dans le
développement de la toxicomanie.
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
27
Notes de l’utilisateur
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
....................................................................................
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
28
La traduction
des principes généraux
en méthodologie de travail
Paramètres pour
l’élaboration du projet
Questions à poser
Elaborer une démarche de projet :
recueil de données, objectifs, modalités de mise en œuvre, évaluation.
Existe-t-il une faisabilité d’action
d’éducation pour la santé ?
Est-on au clair sur ce que peut apporter l’éducation pour la santé à la
situation qui pose problème ?
Pour qui évaluer, pourquoi, comment ?
S’appuyer sur les représentations et
préoccupations des personnes, leurs
attentes, leurs capacités, leurs limites.
Des moyens sont-ils prévus pour
faciliter l’expression des personnes
concernées, pour recueillir des données sur les caractéristiques du
milieu d’intervention ?
Est-on au clair sur la légitimité de
ce qu’on peut accepter ou non dans
l’expression de certaines opinions
(par exemple, ce qui est interdit
par la loi) ?
Inscrire l’action dans la durée : le
temps nécessaire pour installer une
action, un calendrier, un début, une
n.
Quel temps consacrer à l’action ?
Comment travailler la pérennisation de la dynamique d’éducation
pour la santé ?
Quel est le sens d’une demande
d’intervention ponctuelle ?
Comment dénir des perspectives ?
Agir dans la proximité (géographique et/ou sociale) pour un contact
direct avec les personnes concernées : l’éducation pour la santé
exige une relation humaine.
Quel est l’échelon géographique le
plus pertinent ?
Quelle est la structure la plus appropriée pour porter l’action ?
Sur quels liens sociaux et quels lieux
de proximité s’appuie-t-on ?
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
30
Accompagner les personnes dans le
partage et l’appropriation des informations validées, disponibles.
Mobiliser le partenariat dès le début
du projet dans le respect des spécicités de chaque intervenant.
Quelles méthodes et quels moyens
d’intervention sont les plus pertinents pour favoriser le partage des
informations ?
Quelles sont les informations « scientiquement validées » dont on dispose ?
Qui associer, pourquoi l’associer et
comment l’associer ?
Est-on au clair sur le degré d’implication souhaité par chacun ?
Les partenaires ont-ils travaillé sur
leurs propres représentations en
matière d’éducation pour la santé,
en référence aux valeurs de leur
contexte professionnel ?
Les partenaires partagent-ils une
même culture en matière d’éducation pour la santé ?
Quels sont les partenaires indispensables à la poursuite de l’action ?
L
E
M
E
M
E
N
T
O
E
N
A
P
P
L
I
C
A
T
I
O
N
31
Annexes
La Charte d’Ottawa
Introduction
1. La promotion de la santé
Charte d’Ottawa pour la promotion
de la santé
Organisation mondiale de la Santé
Première Conférence internationale pour la promotion de la santé
La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations
les moyens d’assurer un plus grand
contrôle sur leur propre santé, et
d’améliorer celle-ci. Cette démarche relève d’un concept dénissant
la « santé » comme la mesure dans
laquelle un groupe ou un individu
peut d’une part, réaliser ses ambitions et satisfaire ses besoins et,
d’autre part, évoluer avec le milieu
ou s’adapter à celui-ci. La santé
est donc perçue comme une ressource de la vie quotidienne, et
non comme le but de la vie ; il
s’agit d’un concept positif mettant
en valeur les ressources sociales et
individuelles, ainsi que les capacités physiques. Ainsi donc, la promotion de la santé ne relève pas
seulement du secteur sanitaire :
elle dépasse les modes de vie sains
pour viser le bien-être.
Ottawa, Canada, 21 novembre
1986
La première Conférence internationale pour la promotion de la santé,
réunie à Ottawa en ce 21 novembre 1986, émet la présente CHARTE
pour l’action, visant la Santé pour
tous d’ici l’an 2000 et au-delà.
Cette conférence était avant tout
une réaction à l’attente, de plus
en plus manifeste, d’un nouveau
mouvement de santé publique dans
le monde. Les discussions se sont
concentrées sur les besoins des
pays industrialisés, tout en tenant
compte des problèmes de toutes
les autres régions. La Conférence
a pris comme base de départ les
progrès accomplis grâce à la Déclaration d’Alma-Ata sur les soins primaires, au document « Les buts de
la Santé pour tous », et au récent
débat sur l’action intersectorielle
pour la santé, dans le cadre de l’Assemblée mondiale de la santé.
Conditions préalables à la santé
Les conditions et ressources préalables sont, en matière de santé :
la paix, un abri, de la nourriture
et un revenu. Toute amélioration
du niveau de santé est nécessairement solidement ancrée dans ces
éléments de base.
Promouvoir l’idée
Une bonne santé est une ressource
majeure pour le progrès social,
34
économique et individuel, tout en
constituant un aspect important de
la qualité de la vie. Les facteurs
A
N
N
E
X
E
S
politiques, économiques, sociaux,
culturels, environnementaux, comportementaux et biologiques peuvent tous intervenir en faveur ou au
détriment de la santé. La démarche de promotion de la santé tente
de rendre ces conditions favorables
par le biais de la promotion des
idées.
Conférer les moyens
La promotion de la santé vise l’égalité en matière de santé. Ses interventions ont pour but de réduire les
écarts actuels caractérisant l’état
de santé, et d’offrir à tous les individus les mêmes ressources et possibilités pour réaliser pleinement
leur potentiel santé. Cela comprend
une solide fondation dans un milieu
apportant son soutien, l’information, les aptitudes et les possibilités permettant de faire des choix
sains. Les gens ne peuvent réaliser
leur potentiel de santé optimal s’ils
ne prennent pas en charge les éléments qui déterminent leur état de
santé. En outre, cela doit s’appliquer également aux hommes et aux
femmes.
miques connexes, les organismes
bénévoles, les autorités régionales et locales, l’industrie et les
médias. Les gens de tous milieux
interviennent en tant qu’individus, familles et communautés.
Les groupements professionnels et
sociaux, tout comme les personnels de santé, sont particulièrement responsables de la médiation
entre les intérêts divergents, en
faveur de la santé.
Les programmes et stratégies de
promotion de la santé doivent être
adaptés aux besoins et possibilités locaux des pays et régions, et
prendre en compte les divers systèmes sociaux, culturels et économiques.
Servir de médiateur
Seul, le secteur sanitaire ne saurait offrir ces conditions préalables et ces perspectives favorables
à la santé. Fait encore plus important, la promotion de la santé
exige l’action concertée de tous
les intervenants : les gouvernements, le secteur de la santé et
les domaines sociaux et écono-
35
A
N
N
E
X
E
S
2. L’intervention en promotion de la santé signie que
l’on doit :
Elaborer une politique publique
saine
La promotion de la santé va bien audelà des soins. Elle inscrit la santé
à l’ordre du jour des responsables
politiques des divers secteurs en les
éclairant sur les conséquences que
leurs décisions peuvent avoir sur la
santé, et en leur faisant admettre
leur responsabilité à cet égard.
Une politique de promotion de la
santé combine des méthodes différentes mais complémentaires, et
notamment : la législation, les
mesures scales, la taxation et
les changements organisationnels.
Il s’agit d’une action coordonnée
qui conduit à la santé, et de politiques scales et sociales favorisant une plus forte égalité. L’action
commune permet d’offrir des biens
et services plus sains et moins dangereux, des services publics favorisant davantage la santé, et des
milieux plus hygiéniques et plus
plaisants.
La politique de promotion de la
santé suppose l’identication des
obstacles gênant l’adoption des
politiques publiques saines dans les
secteur non sanitaires, ainsi que la
détermination des solutions. Le but
doit être de rendre les choix sains
les plus faciles pour les auteurs des
politiques également.
Créer des milieux favorables
Nos sociétés sont complexes et
interreliées, et l’on ne peut séparer la santé des autres objectifs. Le
lien qui unit de façon inextricable
les individus et leur milieu constitue
la base d’une approche socio-écologique de la santé. Le grand principe directeur menant le monde,
les régions, les nations et les communautés est le besoin d’encourager les soins mutuels, de veiller
les uns sur les autres, de nos communautés et de notre milieu naturel. Il faut attirer l’attention sur la
conservation des ressources naturelles en tant que responsabilité
mondiale.
L’évolution des schèmes de la vie,
du travail et des loisirs doit être
une source de santé pour la population, et la façon dont la société
organise le travail doit permettre
de la rendre plus saine. La promotion de la santé engendre des conditions de vie et de travail sûres,
stimulantes, plaisantes et agréables.
L’évaluation systématique des effets
du milieu sur la santé - et plus particulièrement dans les domaines de
la technologie, de l’énergie et de
l’urbanisation, qui évoluent rapidement - est indispensable ; de plus,
elle doit être suivie d’une intervention garantissant le caractère positif de ces effets. La protection des
milieux naturels et articiels et la
conservation des ressources naturelles doivent recevoir une atten36
tion majeure dans toute stratégie
de promotion de la santé.
A
N
N
E
X
E
S
Renforcer l’action communautaire
Réorienter les services de santé
La promotion de la santé procède
de la participation effective et concrète de la communauté à la xation des priorités, à la prise des
décisions et à l’élaboration de stratégies de planication, pour atteindre un meilleur niveau de santé.
La promotion de la santé puise dans
les ressources humaines et physiques de la communauté pour stimuler l’indépendance de l’individu
et le soutien social, et pour instaurer des systèmes souples susceptibles de renforcer la participation et
le contrôle du public dans les questions sanitaires. Cela exige l’accès
illimité et permanent aux informations sur la santé, aux possibilités
de santé et à l’aide nancière.
Dans le cadre des services de santé,
la tâche de promotion est partagée
entre les particuliers, les groupes
communautaires, les professionnels
de la santé, les institutions offrant
les services et les gouvernements.
Tous doivent œuvrer ensemble à la
création d’un système de soins servant les intérêts de la santé.
Le rôle du secteur sanitaire doit
abonder de plus en plus dans le sens
de la promotion de la santé, audelà du mandat exigeant la prestation des soins médicaux. Ce secteur
doit se doter d’un nouveau mandat
comprenant le plaidoyer pour une
politique sanitaire multisectorielle,
ainsi que le soutien des individus
et des groupes dans l’expression
de leurs besoins de santé et dans
l’adoption de modes de vie sains.
Acquérir des aptitudes individuelles
La promotion de la santé soutient le
développement individuel et social
en offrant des informations, en
assurant l’éducation pour la santé
et en perfectionnant les aptitudes
indispensables à la vie. Ce faisant,
elle permet aux gens d’exercer un
plus grand contrôle sur leur propre
santé, et de faire des choix favorables à celle-ci.
Il est crucial de permettre aux gens
d’apprendre pendant toute leur vie
et de se préparer à affronter les
diverses étapes de cette dernière.
Cette démarche doit être accomplie à l’école, dans les foyers, au
travail et dans le cadre communautaire, par les organismes professionnels, commerciaux et bénévoles, et
dans les institutions elles-mêmes.
La réorientation des services de
santé exige également une attention accrue à l’égard de la recherche
sanitaire, ainsi que des changements au niveau de l’éducation
et de la formation professionnelle.
Ceci doit mener à un changement
d’attitude et d’organisation au sein
des services de santé, recentrés sur
l’ensemble des besoins de l’individu
perçu globalement.
37
A
N
N
E
X
E
S
3. Entrer dans l’avenir
La santé est engendrée et vécue
dans les divers cadres de la vie quotidienne : là où l’on apprend, où
l’on travaille, où l’on joue et où
l’on aime. Elle résulte des soins que
l’on s’accorde et que l’on dispense
aux autres, de l’aptitude à prendre
des décisions et à contrôler ses conditions de vie, et de l’assurance que
la société dans laquelle on vit offre
à tous ses membres la possibilité de
jouir d’un bon état de santé.
L’intérêt pour autrui, l’approche
holistique et l’écologie sont des éléments indispensables à la conceptualisation et à l’élaboration des
stratégies de promotion de la santé.
Ainsi donc, les auteurs de ces stratégies doivent adopter comme principe directeur le fait que, à tous
les niveaux de la planication, de
la mise en œuvre et de l’évaluation de la promotion de la santé,
hommes et femmes sont des associés égaux.
L’engagement face à la promotion
de la santé
Les participants de cette conférence s’engagent :
Ÿ à intervenir dans le domaine des
politiques publiques saines et à plaider en faveur d’un engagement politique clair en ce qui concerne la
santé et l’égalité dans tous les secteurs ;
Ÿ à contrer les pressions exercées
en faveur des produits dangereux,
des milieux et conditions de vie
malsains ou d’une nutrition inadéquate ; ils s’engagent également à
attirer l’attention sur les questions
de santé publique telles que la pollution, les risques professionnels, le
logement et les peuplements ;
Ÿ à combler les écarts de niveau de
santé dans les sociétés et à lutter
contre les inégalités produites dans
ce domaine par les règles et pratiques des sociétés ;
Ÿ à reconnaître que les individus
constituent la principale ressource
sanitaire, à les soutenir et à leur
donner les moyens de demeurer en
bonne santé, eux, leurs familles et
leurs amis ; ils s’engagent également à accepter la communauté
comme le principal porte-parole en
matière de santé, de conditions de
vie et de bien-être ;
Ÿ à réorienter les services de santé
et leurs ressources au prot de la
promotion de la santé, et à partager leur pouvoir avec d’autres secteurs, d’autres disciplines et, ce qui
est encore plus important, avec la
population elle-même ;
Ÿ à reconnaître que la santé et son
maintien constituent un investissement social majeur, et à traiter
la question écologique globale que
représentent nos modes de vie.
Les participants de la Conférence
prient instamment toutes les personnes intéressées de se joindre à
eux dans leur engagement en faveur
38
d’une puissante alliance pour la
santé publique.
A
N
N
E
X
E
S
Appel pour une action internationale
La Conférence demande à l’Organisation mondiale de la santé et
aux autres organismes internationaux de plaider en faveur de la promotion de la santé, dans le cadre
de tous les forums appropriés, et
d’aider les pays à établir des programmes et stratégies de promotion de la santé.
Les participants de la Conférence
sont fermement convaincus que si
les gens de tous milieux, les organismes non gouvernementaux, les
associations bénévoles, les gouvernements, l’Organisation mondiale
de la santé et toutes les autres instances concernées s’unissent pour
lancer des stratégies de promotion
de la santé conformes aux valeurs
morales et sociales inhérentes à
cette CHARTE, la Santé pour tous
d’ici l’an 2000 deviendra une réalité.
A
N
N
E
X
E
S
39
Les participants aux groupes
de travail
Groupe régional
Coordinateurs du groupe : Anne-Marie PALICOT, CRES Bretagne, responsable
Sonia VERGNIORY, CRES Bretagne, documentaliste
A
N
N
E
X
E
S
Evelyne BERTRAND, A.N.P.A.A. Bretagne, responsable régionale
Pascale CANIS, CODES d’Ille-et-Vilaine, responsable
Fabienne COLAS, Mutualité Française Bretagne, responsable de l’activité Prévention de la santé
Yves COSTIOU, CODES du Finistère, chargé de projet
Claire MAITROT, Rectorat d’Académie Rennes, médecin conseiller technique
Nathalie PONCET, CODES des Côtes d’Armor, responsable
Hervé STRILKA, CODES du Morbihan, responsable
Groupe départemental des Côtes d’Armor
Coordinateurs du groupe : Nathalie PONCET, CODES des Côtes d’Armor, responsable
Lydie GAVARD-VETEL, CODES des Côtes d’Armor, chargée de projet
Lydie CARDUNER, La Ligue Contre le Cancer, animatrice prévention
Florence GUILLARD, CIRDD 22, coordinatrice
Janick JAFFRES, service Promotion de la santé en faveur des élèves, médecin
Franck KERMEUR, CPAM, chargé de mission
Béatrice LANOË, DDPJJ, inrmière
Stéphanie LE GAL, CODES 22, chargée de projet
Marie Thérèse LE GUYON, service Promotion de la santé en faveur des élèves, inrmière
Parveen LE MARCHAND, Conseil Général des Côtes d’Armor, médecin
Christiane LE NOZER, Information Jeunesse 22, coordinatrice
Anne-Claude MAURICE, CPAM, animatrice
Marie-Renée MEDA, ANPAA 22, animatrice
Eric PASQUET, ANPAA 22, directeur
Sabrina ROHOU, Mutualité Française Côtes d’Armor, animatrice prévention
Groupe départemental de Finistère
Coordinateur du groupe : Yves COSTIOU, CODES du Finistère, chargé de projet
Michel ABALEA, A.N.P.A.A.29, directeur départemental
Jacqueline BOURBIGOT, A.C.M.L.T., permanente
Jean–Dominique DEWITTE, CHU Brest, Consultation hospitalier de tabacologie, professeur des universités
Luc DUROUCHOUX, CIRDD 29-56, responsable
Nicole FESTY, association «Sauvegarde de l’Enfance», coordinatrice de prévention des toxicomanies
François GADRE, La Ligue Contre le Cancer, animateur santé
Daniel GUILLOU, association « A Pleins Poumons », président
Jean-Jacques LARZUL, CH de Cornouaille, Comité Finistérien contre les Maladies Respiratoires, président
Didier LE GOFF, CPAM du Sud Finistère, chargé de projet en éducation pour la santé
Fabrice LE GROS, La Ligue Contre le Cancer, animateur santé
Evelyne LE MOIGNE, CPAM du Nord Finistère, responsable du service Prévention et éducation pour la santé
Christophe LEROYER, CHU Brest, Département médecine interne pneumologie, professeur des universités–
praticien hospitalier
Jacques MANSOURATI, CHU Brest, Département de cardiologie, professeur des universités–praticien hospitalier
Alain MEVEL, DDASS du Finistère, médecin inspecteur de santé publique
Yvon PINABEL, Ligue Vie et Santé, animateur plan de 5 jours
Chantal RIEU, association «Sauvegarde de l’Enfance», coordinatrice de prévention des toxicomanies
Patricia SARAUX, Ville de Brest, médecin au service Santé Publique
Francine SEZNEC, Inspection Académique du Finistère, médecin conseiller technique responsable
départemental
Sylvie SOVRANO, DDASS du Finistère, conseiller technique en travail social
Jean-Loup THERY, Conseil Général du Finistère, directeur de la Santé Publique
41
Groupe départemental d’Ille-et-Vilaine
Coordinateur du groupe : Pascale CANIS, CODES d’Ille-et-Vilaine, responsable
Chantal AMAR, Pôle de Coordination pour la Prévention du Sida, coordinatrice
Frédéric BOURGEOT, AIDES Ille-et-Vilaine, délégué d’actions de réduction des risques sexuels
Marie-Pierre BRIAND, CIRDD, coordinatrice
Albert CALIPEL, AATPF, coordinateur/animateur de prévention
Frédérique DESBORDES, A.N.P.A.A. 35, animatrice de prévention
M.GIFFARD, Mutualité Sociale Agricole, administrateur
Moun HELEINE, Inspection Académique, médecin conseiller technique
Jean-Marie LE GALL, AIDES Délégation Régionale, conseiller en méthodologie et en éducation
Véronique LE PALLEC, Mutualité Française Ille-et-Vilaine, responsable de l’activité prévention et
promotion de la santé
Anne LE FEVRE, Service Communal Hygiène et Santé de la Ville de Rennes, médecin territorial
Françoise MARMION, Conseil Général d’Ille-et-Vilaine, chargée de mission promotion de la santé
Anne-Marie PALICOT, CRES Bretagne, responsable
Danièle PALLEC, CPAM, responsable du service promotion de la santé
Yannick POULAIN, Liberté Couleurs, animateur de prévention
Michelle RUSTICHELLI, Mouvement Français pour le Planning Familial, directrice
Dominique SAVINEL, Inspection Académique, inrmière conseiller technique
Groupe départemental de Morbihan
Coordinateur du groupe : Hervé STRILKA, CODES du Morbihan, responsable
Emmanuelle AUDREN, Mutualité Française Finistère Morbihan, responsable du service Promotion de la santé
Hadijah CHANVRIL, AIDES Morbihan, chargée de mission
Jean-Yvon COQUIN, A.N.P.A.A.56, directeur
Gabrielle COUTELETTE, IFSI Vannes St Avé, formatrice
Nathalie GERVAISE, Relais Prévention Santé de Vannes, coordinatrice
Anne GOURIOU, Addictologie de liaison du secteur 4, médecin
Joël GUEGAN, association Soins Prévention Information Drogues, président
Alain GUESNE, DDPJJ Morbihan, inrmier départemental
Catherine LE COINTE, Information Jeunesse 56, coordinatrice Viva jeunes
Christiane LEGRAND, Service de promotion de le santé en faveur des élèves du Morbihan, inrmière scolaire
Hélène MAZENQ, SMEBA, chargée de mission
Michel TREBOSSEN, association «Par Cœur», coordinateur
42
A
N
N
E
X
E
S
Finistère - Morbihan
CODES
Comité Départemental
d'Education
pour la Santé
ILLE-ET-VILAINE
CODES
56
Comité Départemental d'Education
pour la Santé du Morbihan
43
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising