Lire l`introduction - (CRDP) d`Aquitaine

Lire l`introduction - (CRDP) d`Aquitaine
Enseigner la technologie
à l'école maternelle
Laure Lutz
Docteur en didactique de la technologie
Bernard Hostein
Professeur d'université
Éliane Lécuyer
Professeur des écoles
Conseillère pédagogique
SERVICES CULTURE ÉDITIONS
RESSOURCES POUR
L’ÉDUCATION NATIONALE
CRD P
AQU I TA I N E
© Centre régional de documentation pédagogique d’Aquitaine, 2004
75, cours Alsace-Lorraine - 33075 Bordeaux cedex
Serveur web : crdp.ac-bordeaux.fr
E-mail : crdp.aquitaine@ac-bordeaux.fr
Collection PROJETS POUR L'ÉCOLE
Directrice de collection : Hélène GONDRAND
ISSN : 1624-2319 - ISBN 2-86617-465-8
Droits réservés
Le code de la propriété intellectuelle, n’autorisant, aux termes des articles L. 1224 et L.122-5, d’une part que « les copies ou reproductions strictement réservées à
l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre
part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration,
« toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le
consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite. » Cette
représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation
de l’éditeur ou du Centre français de l’exploitation du droit de copie, constituerait
donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du code pénal.
Sommaire
Avant-propos .......................................................................................... 7
Introduction ............................................................................................ 11
PARTIE 1 : DONNÉES THÉORIQUES
Le monde de la technologie
.............................................
L’artefact dans le milieu .............................................................
• L’artefact pour l’homme .............................................................
• L’artefact interface ......................................................................
• La nature de l’artefact ................................................................
• Le milieu technique ....................................................................
• L’activité technologique, action pensée et finalisée ...............
• L’activité technologique, action instrumentée ........................
• L’activité technologique, révélatrice de compétences ............
•
L’activité technologique
......................................................
• La logique de conception ..........................................................
• La logique de fabrication ...........................................................
• La logique d’utilisation ..............................................................
• La logique d’investigation .........................................................
• Existe-t-il une démarche technologique ? ..............................
17
17
18
19
21
22
24
26
27
29
30
32
34
36
38
Les applications pédagogiques
........................................
• Les quatre positions en classe ...................................................
• La programmation annuelle ......................................................
• Le choix de l’objet support ........................................................
• La préparation des activités ......................................................
• La gestion des activités ..............................................................
• Les références aux programmes ...............................................
41
41
46
47
50
55
57
PARTIE 2 : APPLICATIONS PRATIQUES
Présentation des fiches « activités »
Propositions de fiches « activités »
Fiches PS
- Utilisation :
- Fabrication :
- Conception :
- Investigation :
• Fiches MS
- Utilisation :
- Fabrication :
- Conception :
- Investigation :
• Fiches GS
- Utilisation :
- Fabrication :
- Conception :
- Investigation :
............................ 61
.............................. 63
•
Emballer des friandises ...........................
Une pochette surprise .............................
Ranger le matériel dans la classe ...............
Les pinces dans la cuisine ......................
65
71
77
87
Le bon outil pour couper ....................... 99
Les tampons ........................................... 109
Les ponts ................................................ 119
Le parapluie .......................................... 129
Attacher ses vêtements ........................
Planter un talus ....................................
Les moulins à bruit ..............................
Le presse-agrume .................................
137
143
153
163
Conclusion .............................................................................................. 171
Bibliographie .........................................................................................173
Compléments en ligne http://crdp.ac-bordeaux.fr/technologie
• Des textes officiels à la mise en œuvre. Présentation - Cycle 1
• Exemples de mise en œuvre de modèles didactiques
Un exemple de conception : un ventilateur personnel
Un exemple de fabrication : la trieuse de billes
Un exemple d'utilisation / conception : le compteur
Avant-propos
Ce livre est issu de pratiques technologiques à l’école primaire.
Pendant plus de 10 ans, une équipe s’est formée, conjonction de
Professeur(e)s d’École, de Formateur(trice)s d’ENI puis d’IUFM,
travaillant dans un laboratoire de didactique. Ensemble, ils ont
élaboré ces projets, mis en œuvre et optimisé les situations de
réalisations technologiques présentées dans ce recueil.
Nous avons pris bien du plaisir dans cette aventure que nous
voulons continuer avec vous. Jamais, en effet, ces situations ne
se sont figées dans le format présenté. Chacun - les élèves en
tête - s’est emparé du cadre proposé, pour l’ajuster aux conditions offertes par son propre milieu : projet global de telle
classe intégrant l’aspect technologique, matériels disponibles,
ressources de l’environnement scolaire et local, orientations
d’apprentissages prévus pour les élèves, etc. Cet ouvrage est un
outil ; la réalisation de ses suggestions sera l’œuvre des lecteurs
et de leurs élèves.
La créativité est au cœur de la technologie. Le mode opératoire
le mieux élaboré reste vain, peut-être dangereux, sans la prise
de responsabilité et les initiatives de l’opérateur. Les astronautes
n’ont jamais reçu les données théoriques qui leur ont permis
de débloquer les panneaux solaires récalcitrants d’un satellite
en danger, faute de recevoir l’énergie planifiée. La voiture en
bon état n’a besoin que d’un conducteur prudent ; dès qu’elle
7
est en panne, le technicien est indispensable, qui peut d’ailleurs
être la conductrice, si elle a poursuivi assez loin son éducation
technologique !
Ce livre veut éveiller le sens technologique des jeunes élèves. À
des consommateurs marqués par la « pub » et les objets de leur
environnement, l’École doit permettre de devenir des utilisateurs
pertinents, des usagers perspicaces et prudents, des évaluateurs
instruits de fonctionnements ou dysfonctionnements, réels ou
probables. Dès l’école primaire, c’est indispensable, … et possible. Demain, ces enfants exerceront leur citoyenneté dans un
monde où la technique peut aujourd’hui, face à l’analphabétisme
technique si courant, servir de masque aux puissances technocratiques. Ni adorateurs des miracles de la technique, ni naïfs
auditeurs des discours sur la fatalité des « progrès », ni rêveurs
pleurnichards d’un paradis naturel perdu. Mais décidés à prendre
toutes leurs responsabilités de citoyens dans les décisions sur les
choix technologiques, trop souvent dictés par les seuls intérêts
particuliers.
Modestement, dès l’école maternelle, les élèves peuvent expérimenter leur pouvoir sur les objets techniques ; ils expérimentent,
en même temps, les limites de ce pouvoir posées par les caractéristiques de ces objets et par leurs propres ignorances. Apprendre
à utiliser des ciseaux, ou un caméscope, ou un ordinateur, avant
d’en comprendre le fonctionnement, exige de savoir que tout
objet technique a des règles de fonctionnement ; et cet apprentissage est vrai, qu’il s’agisse de matériaux comme l’aluminium
ou le carton, d’outils comme l’agrafeuse ou les pinces, de l’objet
que l’on veut ou que l’on a fabriqué. Pour modestes qu’ils soient,
ces apprentissages sont indispensables. Ils supposent que l’action
technique permette l’expérience d’où sortent seules les pensées
solides.
Voici le projet qui a conduit les auteur(e)s de ce travail. Mais
pourquoi proposer un livre qui accompagne les activités de technologie à l’école primaire ? Question à la fois impertinente et
pertinente ! Impertinente, car l’éducation technologique se fait
rare à l’école, et il est présomptueux de croire qu’un ouvrage
contribuera à en rendre les élèves plus souvent bénéficiaires : il ne
suffit pas d’introduire des objets, même ceux qui représentent des
technologies réputées « nouvelles », pour que leur fréquentation
assure automatiquement le développement du sens technologique
8
chez les élèves. Pertinente, parce que tout apprentissage comporte
une dimension technologique, ce que dit, à l’envers, la formule
de Heidegger, trop souvent citée pour être vraiment comprise :
« L’essence même de la technique n’est pas technique ».
En effet, les élèves font de la technique sans qu’eux-mêmes
le sachent, ni hélas ! trop souvent leurs professeurs. Le terme
« technologie » servit d’abord à désigner, dès le 16e siècle, ce que
nous appellerions aujourd’hui la stylistique. Savoir écrire certes,
mais encore savoir lire, savoir calculer exigent des savoir-faire,
des technicités spécifiques, celles dont l’automatisation, acquise
par la répétition le plus souvent, est nécessaire. Leur maîtrise
une fois assurée, l’enfant peut affronter des tâches cognitives
plus complexes.
A l’école, l’avantage de faire de la technologie, au sens actuel
du terme, c’est certainement, entres autres, de faire prendre
conscience d’une dimension universelle des apprentissages,
beaucoup plus camouflée dans les autres disciplines scolaires.
Savoir faire une opération en calcul, savoir construire une phrase
« correcte », exigent certes des connaissances, mais tout autant
des « compétences » qui débordent largement le seul domaine des
savoirs. Ce sont ces apprentissages camouflés qui manquent le
plus aux élèves « en difficulté ». Et beaucoup d’élèves attribuent
la validation de ces savoir-faire à l’appréciation de l’enseignant,
bien plus qu’à la qualité de leur performance.
Si le ventilateur fabriqué en classe cale, si l’alarme sonne dans
la chambre quand un intrus en ouvre la porte sur la maquette
réalisée, c’est le fonctionnement de l’objet qui dit la réussite ou
l’échec : l’entêtement des objets ouvre la voie à l’objectivité !
La joie d’un quatuor de technologues en herbe, quand la bille,
descendant sur son itinéraire tracé, fait briller la rampe lumineuse
prévue à cet effet, pose le constat évident, aux yeux de tous, de
la réussite de l’entreprise ; pas besoin de note !
La technologie, parce qu’elle est activité pleinement humaine,
n’a besoin d’aucune décision bureaucratique pour naviguer en
pleine interdisciplinarité : elle est pluridisciplinaire, ou elle n’est
pas ! La critique collective des solutions retenues ouvre un débat ; la liste des matériaux nécessaires, le mode d’emploi d’un
engin réalisé, la justification d’un mode opératoire… constituent
autant de genres de textes ; l’exactitude d’une mesure ou d’un
calcul se retrouve dans la structure ou le fonctionnement de
l’objet fabriqué…
9
Comme il est dommage que l’École ne fasse pas une plus grande
place à ces moments privilégiés où les élèves apprennent à travers
ce qu’ils font, parce que l’œuvre elle-même est porteuse de toutes
les compétences nécessaires à sa réalisation ! Notre espoir est de
faciliter la tâche des professeurs d’écoles, pour qu’ils éprouvent
tous le plaisir d’entendre leurs élèves dire à leurs parents : « C’est
nous qu’on l’a fabriqué ! ».
Bernard HOSTEIN
10
Introduction
L’École se donne pour objectif d’aider l’élève à parfaire sans
cesse son autonomie, autrement dit à acquérir des moyens afin
de projeter des actions sur et dans son environnement.
Comme discipline, la technologie, en impliquant les objets fabriqués, dans le cadre de projets, dynamise de manière spécifique
l’activité scolaire. Ses logiques de mise en œuvre, que sont l’utilisation, la fabrication, la conception et l’investigation, donnent
une autre dimension au vécu scolaire et à ses résultats ; elles
contribuent à la formation de citoyen responsable en articulant
les connaissances, progressivement dévoilées à l’école, avec les
activités de la vie quotidienne.
L’activité technologique a sa propre spécificité. À l’école primaire,
elle ne saurait être confondue avec une activité à vocation scientifique où il s’agit essentiellement de s’interroger et de comprendre
l’existant, ni à une quelconque activité d’illustration, étrangère
à sa démarche.
Dans l’activité technologique, l’objectif visé correspond d’abord
à une intention de réalisation.
11
(1) Des compléments sont
disponibles en ligne (cf.
sommaire).
Fondé sur ce préalable, sans épuiser pour autant le sujet, l’ouvrage
développe les points suivants : (1)
• Une présentation du monde de la technologie dans
lequel intervient l’artefact.
L’artefact, interface entre l’homme et son environnement, organe
essentiel du milieu technique, est caractérisé, ses fonctions et sa
genèse évoquées.
Cette partie permet au lecteur d’approcher l’ingéniosité humaine
qui présida, et continue à présider, à l’invention de l’outil.
• Une description des logiques de l’activité
technologique.
Cette partie donne une idée plus opérationnelle des rapports
que l’homme entretient en permanence avec l’artefact, rapport
d’utilisateur, de fabricant, de concepteur et d’investigateur.
La description de ces rapports est accompagnée d’interrogations sur leur transposition didactique : « quelle idée, quel
esprit de la technologie le professeur permettra-t-il aux élèves
de construire ? ».
• Des applications pédagogiques
Des éléments de réponses aux multiples questions que l’enseignant pourrait se poser quant à l’éducation technologique à
l’école primaire :
peut-on, sans formation importante, enseigner la technologie ?
Les élèves sont-ils capables de produire ? Tout objet convient-il
à une approche technologique ? Comment organiser les activités
technologiques ? L’implication des élèves est-elle acquise ? L’évaluation traditionnelle peut-elle convenir à ces activités ?...
• Un ensemble de 12 propositions d’activités
4 activités sont proposées pour chaque niveau de l’école maternelle :
• une activité d’utilisation ;
• une activité de fabrication ;
• une activité de conception ;
• une activité d’investigation.
Ces préparations renvoient, pour plus d’informations, aux premier
et deuxième points.
Ces « fiches » sont à considérer comme des aides et non comme
des modèles. Il convient que chacun se les approprie jusqu’à
pouvoir un jour les renier.
12
Nous savons que les professeurs d’école ont une expérience dans
le domaine de « l’action » ; autant que quiconque, ils ont des
pratiques technologiques : ils agissent en tant que personnes
privées et en tant que professionnels de l’enseignement. Comme
personnes privées, ils gèrent un budget, ils se nourrissent et
s’habillent, ils organisent leurs loisirs et cherchent à améliorer
leurs conditions de vie. Comme professionnels, ils conçoivent des
activités pour leurs élèves en fonction de ce qui leur est demandé,
les mettent en œuvre et les évaluent. Tout cela en prenant des
risques en pleine responsabilité.
Alors plutôt que de parler d’un « défaut d’acculturation technologique », pourquoi ne pas reconnaître l’importance de la prise
de risques qu’il y a à pratiquer l’éducation technologique.
Nous saluons ici leur volonté et espérons que cet ouvrage les
aidera dans leur mission.
Laure LUTZ
13
Présentation des fiches « activités »
Toutes les fiches ont le même plan.
• Une présentation introductive - pages blanches
Cette partie permet au professeur de se faire une idée de l’activité sans avoir à parcourir la totalité de la fiche. Elle présente
successivement :
- le projet proposé aux élèves ;
- les objectifs visés par le professeur ;
- les activités préalables quand elles sont nécessaires ;
- des commentaires divers.
• Une description de l’activité découpée en séances
- pages grisées
Le développement d’une séance comporte :
. ses objectifs spécifiques ;
. le matériel nécessaire à la conduite de l’activité ;
. les étapes ;
. des annexes : schémas...
Pour chaque étape sont formulés :
. le ou les objectifs exprimés par le titre et développés par un
enchaînement de questions - en général du professeur - et
de réponses des élèves qui expriment les contenus que l'enseignant souhaite voir énoncer pour poursuivre l’activité ;
61
. un mode de travail - collectif, individuel ou par groupes et une consigne sont mentionnés quand cela est nécessaire ;
le mode de travail et la tâche impliquée par la consigne
induisent la mobilisation de compétences particulières. Si
le mode de travail ou la consigne sont légèrement modifiés,
les compétences qui seront mobilisées pourront être très
différentes ;
. des commentaires, portés en notes, qui ont plusieurs fonctions :
- argumenter en les précisant ou en les expliquant les
procédures proposées ;
- préciser certains points techniques abordés ;
- mentionner des variantes de procédures ainsi que des
prolongements possibles ;
- …
62
Propositions de fiches « activités »
Niveaux
Activités
d’utilisation
Activités de
fabrication
PS
Emballer des
friandises
Une pochette
surprise
page 65
page 71
page 77
page 87
Le bon outil pour
couper
Les tampons
Les ponts
Le parapluie
page 99
page 109
page 119
page 129
Attacher ses
vêtements
Planter sur un
talus
Les moulins à
bruit
Le presse-agrumes
page 137
page 143
page 153
page 163
MS
GS
Activités de
conception
Activités
d’investigation
Comment ranger
Les pinces dans la
le matériel dans
cuisine
la classe
63
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising