DOSSIER VOITURES

DOSSIER VOITURES
JANVIER„
Magazine de Beci
Brussels Enterprises Commerce & Industry
> !/ +*/0.10!1./ .81//%.+*0 %!*0;0 7
".%-1!.(2.%!2+%01.!58.+8)%//%+*?
$%!..42**.8/% !*0 !(
>*.8 1%/*0(@8)+0%+*$1)%*!(!/2+%01.!/
/1,!.10+)0%/8!/,!.)!00.+*01*0.A
!1+1,,(1/B1% !?
$%!..4%((!).' !+1.%*#
ALFA ROME
O GIULIET TA
ONT
NEW FIAT FREEM
FIAT DOBLO
CA
RGO
NEW LANCIA YPSILON
ABARTH 500
NEW JEEP CO
MPASS
0IKVSYTI*MEXWIHMWXMRKYITEVWEPEVKIKEQQIHIQSHrPIWJPIIXkZSXVIHMWTSWMXMSR
'LSMWMWWI^GIPYMUYMGSRZMIRXPIQMIY\kZSWFIWSMRWTVSJIWWMSRRIPWTVMZqWIXkZSXVITIVWSRREPMXq
'SRXEGXI^RSYWZME[[[JMEXFI [[[PERGMEFI [[[EPJEVSQISFI [[[JMEXTVSJIWWMSREPFI [[[EFEVXLFIPY\FI [[[NIITFI
R(4?>AC4AB
edito
51><1E451?ECD
.0:1'"#,2"#
,:)655,:56<=,33,:+,9<?,33,:
0
H;<B;IFHE@;JI9EDIJHK9J?<ID;C7DGK;DJF7I;D9;:V8KJ:j7DDV;#BC;
H;IJ;SLEKIIEK>7?J;H:;JEKJ9eKHGK;LEKI7FFEHJ;IK99WI;JJVD79?JV
:7DIJEKJ9;GK;LEKI;DJH;FH;D;P
4" EKIDj7FFH;D:H;PH?;DI?DEKILEKIHVLVBEDIGK;Bj7DDV;V9EKBV;7VJV
FBKJ\J:?<k9?B;FEKHBj79J?L?JVV9EDEC?GK;:;DEJH;F7OI;B7Ij7F
FB?GK;V=7B;C;DJSB7,V=?ED:;HKN;BB;I
7F?J7B;GK?7;DH;=?IJHV
<7?BB?J;I:j;DJH;FH?I;I:;FBKIGKj;D
(;8EK:EDI:ED9F7IDEJH;FB7?I?H:;LEKIIEKC;JJH;7KII?:;I9>?<<H;IFE
I?J?<I;D9;:V8KJ:j7DDV;HKN;BB;I;IJB7I;KB;HV=?ED:;;B=?GK;E]B;
DEC8H;:;9HV7J?EDI:j;DJH;FH?I;I;D7VJVIKFVH?;KHS9;BK?:;
&j7DDV;F7IIV;;DJH;FH?I;IEDJLKB;@EKH;D,V=?ED8HKN;BBE?I;IE?J
:;FBKIGKj;D
HKN;BB;II;:?<<VH;D9?;:;I:;KN7KJH;I,V=?EDI:7DIB7C;IKH;E]SBjV9>;BB;
D7J?ED7B;B;DEC8H;:;9HV7J?EDI:j;DJH;FH?I;I7:?C?DKV:;;DL?HED:;
;DS;D
HKN;BB;IJEK@EKHIB;DEC8H;9HE?II7DJ:j;DJH;FH?I;I:V8KJ7DJ;IDj7H?;D
:jKDF>VDECWD;7BV7JE?H;;JFED9JK;B;D:;KN7DIB;DEC8H;:;9HV7J?EDI
:j;DJH;FH?I;I;IJF7IIV:;KD?JVI;DSKD?JVI;D
;JJ;J;D:7D9;>7KII?WH;GK?9EDJH7IJ;7L;9B7J;D:7D9;D7J?ED7B;:VCEDJH;
BjEFJ?C?IC;;JB7FK=D79?JV:;I;DJH;FH;D;KHI8HKN;BBE?I.7DJ:j;IFH?J:j;D
JH;FH?I;:7DIKD9B?C7JV9EDEC?GK;?D9;HJ7?DLE?BSGK?<7?J<H7D9>;C;DJ
FB7?I?H
#;DJ;D:FBKIGK;@7C7?IFHVF7H;HB;I;DJH;FH;D;KHI:V8KJ7DJISH;B;L;H
B;I:VkIGK?B;I7JJ;D:;DJ;DB7C?I;;DeKLH;:jKD;9HE?II7D9;:K
H78B;B7=K;HH;:;IJ7B;DJIB;8EDVGK?B?8H;;DJH;B7L?;FH?LV;;JB;JH7L7?B
Bj;DJH;FH?I;IE9?7B;C;DJH;IFEDI78B;;J9j;IJ:7DI9;97:H;GK;#B7D9;
9;JJ;7DDV;f;DJH;7KJH;I?D?J?7J?L;IfB;-J7HJ;HI*79AKD9E9AJ7?BIJ?CKB7DJ
:;FHE:K?JI;J:;I;HL?9;I=HT9;7KGK;BBj;DJH;FH;D;KH7KH7;DC7?DJEKIB;I
7JEKJIFEKHFH;D:H;B;C;?BB;KH:;I:VF7HJI
;I8EDD;IDEKL;BB;IDjE99KBJ;DJF7IFEKH7KJ7DJ7KNO;KN:;#B;DEC8H;
9HE?II7DJ:;<7?BB?J;I:7DIB7,V=?ED:;HKN;BB;I
7F?J7B;/D;<E?I:;FBKI
#FH;D:B;I:;L7DJIFEKH7FFEHJ;HKD;7?:;H7F?:;;J;<k979;7KN;DJH;
FH;D;KHI;D:?<k9KBJVL?7B;;DJH;FEKHDJH;FH?I;I;D:?<k9KBJV:EK
8';:?7J?EDKDCV:?7J;KHFHE<;II?EDD;BGK?HVIEKJB;IB?J?=;I:KCED:;:;I
7<<7?H;I7L;9JEKJ;B7H7F?:?JVB7l;N?8?B?JV;JB79EDk:;DJ?7B?JVGK?Ij?CFEI;DJ
sommaire J ANVIER 12
'*((!(#)'%'((
$""'#*()'.
1
:?JE
4
D@;KN
DJ?9?F;HBj7L;D?H9j;IJ7KII?B;=7H7DJ?H
10
L;DJ#<J;H1EHA
12
'7J9>C7A?D=L;DJ;DJH;FH?I;I9>?DE?I;I
>DB5@B5>4B55CD<5=5>CE5<45539
81=2B545?==5B35*>9?>
45C>DB5@B9C5C45BEH5<<5C
49D5EBB5C@?>C12<5
.,8,(4#,..1&:OW BECIBE
!VENUE,OUISE„"RUXELLES
.„(
EFJ;DJHVIEBKC;DJFEKHHKN;BB;I
14
D@;KN
GGG253925
'O413D9?>
'5C@?>C12<51(."(;6RV BECIBE
?<<12?B1D5EBC#HRISTOPHE6ANDEN"ROECK„
HV;HIED;DJH;FH?I;GK7D:ED7FBKI:;7DI
9AMINA%L!TLASSI„/LIVIER$UQUESNE
D@;KNV<;HB7DJ;:;:;C7D:;KHI:j;CFBE?7K
5C97>(*%.70%64,7/8,4%%6
HKII;BI$E87O
B1@89C=5Z=@B5CC9?>4,06
%B?4E3D9?>2?>>5=5>DC
20
22
IF79;C;C8H;I
)B14E3D9?>#176(4(84,(5(,66(4,5%6%
4%05.%6,10506(40%6,10%.
%8?D?453?EF5BDEB5(2146(45
49
BE9
DEJ;I
175'41,654>5(48>5B(241'7&6,105,06(4',6(55%05%7614,5%6,10
>&4,6('(.C>',6(74
50
;C7D:;I:j7:C?II?ED
2?>>5=5>DC
0RIX €217407/>415#+1C59+1(&,
0)15RV BECIBE„.
![#)'%'(*&*$)#
31
#DJ;HD7J?ED7B
&7:EK7D;:K8ED9\JV
32
?D7D9;&;H;9EKLH;C;DJ:;9HV7D9;I
ECC;DJC;<7?H;F7O;H
33
35
%*!)L
064(24(0'4(
;0%/,(-(56.7&+%37(/1,5
2%42.75'('>&,'(745
,4%*(/1;(02%407/>41(:
,;IIEKH9;I"KC7?D;I#.
>6?C5DBOC5BF1D9?>C
&jKJ?B?I7J?ED:; 79;8EEA7KJH7L7?B
„4
?PP8EN
„4
&„GENEVIEVEN SKYNETBE
&„VL BECIBE
$(('+$)*'(
36
&;ILE?JKH;I:K<KJKH:7DIB;IL?BB;I:K<KJKH
40
7HI>7H?D=)FJ?C?I;HB;I:VFB79;C;DJI
41
(EKL;BB;kI97B?JV7KJE
42
EDJ;IJ7J?ED:KFB7DHV=?ED7B:;IJ7J?EDD;C;DJ
44
&78EDD;=ECC;FEKHBj>?L;H
45
DJEKJ;7IIKH7D9;
46
&;IIJ7HI:KI7BED
#$(%'$#($(('(
30,)',
„)MMOBILIER
$,-
*,'#*++,*-,-*%+#
„,EFUTURDmVELOPPEMENTURBAIN
10-32-2225
%'#)
$#
)%%'
Chef, j'ai encore quelques documents cruciaux !
© merak sa
la meilleure alternative
www.merak.eu
enjeux
TABLE RONDE
Anticiper l’avenir, c’est aussi le garantir
Voici quelques jours se déroulait, à la Cour d’appel de Bruxelles, deux conférences et une table ronde
ayant pour sujet ‘Anticiper l’avenir’. Une après-midi d’étude réunissant celles et ceux qui sont confrontés,
au quotidien, aux nombreuses faillites qui frappent la Région, mais aussi aux plus nombreuses encore
créations de sociétés. Une après-midi faite de constats, mais aussi de pistes pour que l’avenir en Région
de Bruxelles-Capitale réserve encore et toujours de belles surprises aux entrepreneurs.
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
4
Anticiper le futur : oser regarder vers l’avant !
«I
l y a 10 ans, les particuliers
n’avaient plus de mobilier
de valeur à domicile.
Aujourd’hui, ce sont les entreprises
qui présentent ce type de profil… »
Cette petite phrase émane de Bernard Labranche, président de la
chambre des huissiers de Bruxelles,
et démontre la morosité ambiante
qui règne sur l’économie bruxelloise.
Relativiser
Morosité ? Olivier Willocx, administrateur délégué de BECI, et Benoît
Cerexhe, ministre bruxellois de l’Économie et de l’Emploi, s’insurgent et
entendent relativiser le propos. « Le
taux de création d’entreprises a doublé à Bruxelles ces dernières années
» affirme le premier, tandis que le
second enfonce le clou en rappelant
qu’avec « 10.000 entreprises créées
chaque année, la Région de BruxellesCapitale fait aujourd’hui bien mieux
que les 6.000 sociétés créées annuellement il y a 5 ans ».
Certes, les faillites existent et ne peuvent être niées, mais doivent être
relativisées par rapport à la dynamique qui existe aujourd’hui dans la
Région. « Une entreprise sur deux est
créée par un Belge d’origine étran-
© David Plas
enjeux
Dans le cadre de la Cour d’appel de Bruxelles se déroulaient deux conférences et une table ronde ayant pour sujet ‘Anticiper l’avenir’.
« On ne crée pas d’emploi sur un désert économique » rappelle Benoît
Cerexhe. Raison pour laquelle son
administration multiplie aujourd’hui
les subventions. « C’est le rôle des
pouvoirs publics que d’apporter cette
aide bien nécessaire pour (re)lancer
une activité économique. Nous nous
y employons. Notamment en mettant notre propre administration
sous pression. Désormais, un dossier
de subside doit être traité en trois
mois maximum sous peine de sanctions. Encore une mesure qui a pour
objectif de faciliter la vie professionnelle des entrepreneurs bruxellois. »
Des chiffres alarmants
Derrière cet optimisme affiché se dévoilent néanmoins des chiffres qui
en inquiéteraient plus d’un. Francine
De Tandt, présidente du Tribunal de
commerce de Bruxelles, fait tomber le couperet : « 2500 faillites sont
déclarées à Bruxelles chaque année.
Raison de ce désastre ? Des traites
non payées, des retards au niveau des
cotisations sociales, de la TVA ».
Le constat d’Alain Squilbeck, viceprésident du Tribunal du Travail de
Bruxelles, va dans le même sens : «
Nous ouvrons 300 dossiers par mois,
rien que dans le cadre de cotisations
sociales non payées ». L’arriéré judiciaire est, dans ce cadre, dramatique.
du centre.
Indispensable crédit
« Les banques doivent participer
à l’effort fait pour redynamiser le
tissu entrepreneurial de Bruxelles
et accorder des crédits aux entrepreneurs », explique Olivier Willocx, qui
s’inquiète de ce manque de moyens
accordés aux entreprises, toutes
« Les banques doivent participer à l’effort fait pour
redynamiser le tissu entrepreneurial de Bruxelles et
accorder des crédits aux entrepreneurs. »
Olivier Willocx, Administrateur Délégué de BECI
« Mettre huit ans, en comptant les
degrés d’appel, pour rendre une décision dans un dossier liant la viabilité
d’une entreprise est un scandale »
s’insurge Jean-Pierre Buyle, bâtonnier de l’Ordre français des avocats
du barreau de Bruxelles.
Un arriéré que ni le CEd qui reçoit la
visite de plus de 2.000 entreprises en
difficultés par an, ni le Centre d’Appui
aux services de médiations de dettes
de la Région de Bruxelles-Capitale ne
peuvent aider à absorber. « Les demandes de médiation ont augmenté
de 38% cette année. 18.000 requêtes
de médiation ont été introduites en
2010. En cumulant les dernières années, ce ne sont pas moins de 90.000
personnes qui sont en procédure de
règlement collectif de dettes. Cela
montre l’ampleur du problème »
s’inquiète Anne Defossez, directrice
tailles confondues. Le discours du ministre n’est pas différent. « Le crédit
est le premier problème rencontré
par les sociétés qui nous consultent
ou qui consultent le CEd. Du coup,
leurs dirigeants se retournent vers
les structures publiques pour obtenir
de l’aide. Le Fonds de garantie que
nous avons mis en place est assailli
de demandes. Elles ont doublé en un
peu plus d’un an. Grâce à lui, nous
sommes en mesure de garantir 80%
de la créance. Nous entendons accroître la capacité de celui-ci à absorber les demandes afin que plus d’entreprises puissent traverser 2012 plus
sereinement » indique-t-il.
Mais si le crédit est un souci, c’est
l’objet même des entreprises qui
doit être repensé. « Par expérience,
il est évident que ce sont les entreprises qui innovent qui réussissent
et parviennent à traverser les crises
5
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
gère. L’emploi est, à Bruxelles, un
merveilleux facteur d’intégration »
explique le ministre. L’occasion pour
Olivier Willocx de préciser les attentes du tissu économique bruxellois.
« Les choses vont de plus en plus vite
et mener une entreprise à bien est un
défi de plus en plus compliqué. La formation doit être plus pertinente, les
aides à la consultance renforcées… »
Un appel déjà entendu par les autorités régionales qui veulent désormais
permettre aux entrepreneurs, en difficulté ou non, de s’appuyer sur des
structures fortes.
enjeux
problèmes, les anticiper et ainsi pouvoir les régler.
Jean-Pierre Buyle insiste sur ce besoin de collaboration. « Un avocat ne
peut plus travailler seul tant les dossiers se complexifient. Nous avons
besoin d’hommes de chiffres pour
étayer nos dossiers ».
Même son de cloche chez Jean-Marie
Conter qui indique que « les réviseurs,
notaires et comptables travaillent
déjà en réseau pour améliorer l’efficacité de leurs conseils et services ».
« Cette collaboration nous permet de
prendre des mesures conservatoires
et ainsi d’éviter que le dossier ne devienne irrécupérable parce que trop
longtemps oublié » insiste Bernard
Labranche.
Le notaire, un partenaire également en matière de prévention !
Défis et espoirs
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
6
sans trop souffrir » indique Benoît
Cerexhe. Et Olivier Willocx d’ajouter :
« Les projets doivent être solidement
construits. Les (futurs) entrepreneurs
doivent savoir ce qu’ils veulent faire,
mais surtout ne pas vouloir tout
faire. Nous sommes dans une société
de niches et la réussite revient à s’accaparer l’une de celles-ci. »
Professionnalisme et
collaboration
Il ressort également de cette aprèsmidi que les problèmes rencontrés
par les entreprises sont aussi structurels. Jean-Marie Conter, président
de l’Institut Professionnel des comptables et fiscalistes agréés, ne peut
masquer son inquiétude lorsqu’il
découvre des sociétés, créées le plus
souvent sans fonds propres, dont le
plan financier tient en une demipage.
« La méconnaissance tant des
rouages d’une entreprise que des
mesures à prendre pour protéger
son patrimoine privé, sa famille, entraîne des catastrophes humaines
plus encore que de simples faillites»
souligne Pierre Van den Eynde, Président du Comité bruxellois du Notariat. Bernard Labranche, lui, insiste
sur le besoin de collaborer entre les
différentes professions présentes, du
notaire au comptable en passant par
l’avocat et l’huissier pour détecter les
Quelques chiffres cités!
Près de 2000 cas ont été traités par le Centre pour entreprises en difficulté (CED) au cours de la dernière année civile.
Bruxelles compte 7000 avocats, ce qui équivaut presque à la moitié
du territoire belge qui rassemble 15000 professionnels.
A Bruxelles, nous avons 400 avocats pour 100 000 habitants. C’est
deux fois plus qu’en Espagne et en Italie mais deux fois moins qu’en
France.
La moitié de la clientèle des cabinets bruxellois d’avocats est composée de particuliers et de très petites entreprises, c’est-à-dire des
entreprises de moins de 5 travailleurs.
Le tarif moyen horaire d’un avocat bruxellois est de l’ordre de 110 €/h
hors frais.
La Belgique compte, au 31 décembre 2010, 1177 études notariales et
1434 notaires. En moyenne, une étude occupe approximativement 6
personnes sous contrats d’emploi.
3 700 000 personnes ont consultés en une seule année le site
www.notaires.be
La Belgique compte 520 huissiers regroupés dans environ 350 études.
En ce qui concerne l’arrondissement de BHV, il y a 95 huissiers de justice regroupés dans une soixantaine d’études.
Le Tribunal du travail constate qu’en matière de cotisations, les nouveaux dossiers avoisinent le nombre de 300 par mois. Il s’agit des indépendants qui ne paient pas leurs cotisations.
Près de 20% des entreprises qui font appel au Centre pour Entreprises
en difficulté ont plus de 15 ans d’existence.
Les aides au conseil permettent de couvrir jusqu’à 50% des frais de
consultance d’une entreprise.
Quoi de
plus parlant
qu'une feuille
blanche ?
L'ère sans papier. On en parle souvent. A-t-elle
commencé ? Pas vraiment. Au contraire, le
papier n'a jamais été aussi important. Essayez
de faire entrer le mauvais type de papier dans
l’imprimante. Ou de faire des impressions sans
qu’elles ne déteignent. Vous pouvez également
être à court de papier. Pour éviter tout ennui,
il est préférable de sélectionner ses feuilles
avec soin. Du papier pour réaliser des copies
extrêmement fines, des impressions (laser)
pour imprimer des photos ou des dépliants, …
Le papier doit arborer les bons poids, format et
apparence. Blanc comme neige ou recyclé, il en
dit long sur votre image.
Qu’allez-vous choisir ? Faites appel au
spécialiste Calipage de votre région. Vous y
trouverez tout ce dont vous avez besoin pour
un travail efficace au bureau. Rendez-vous
dans le magasin ou sur le site marchand
de Calipage. Il se fera un plaisir de vous
connaître, sera rapidement en mesure de
savoir ce dont votre entreprise a besoin
et vous offrira toujours les bons conseils.
Non seulement concernant 72 sortes de
papier, mais également sur l’intégralité de
l’assortiment, de A à Z.
Recevez 2.500 feuilles de papier Calipage gratuites
PA R T N E R
Surfez sans plus tarder sur www.calipage.be/actionpapier,
inscrivez-vous et copiez/imprimez à volonté sur
2.500 feuilles de papier Calipage Print A4,
80 grammes, appropriées aux photocopieuses et les
imprimantes laser et à encre. Gratuitement !
Trouvez votre spécialiste Calipage sans plus tarder sur www.calipage.be
enjeux
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
8
2500 faillites sont déclarées à Bruxelles chaque année, mais avec 10.000 entreprises créées, le taux de création d’entreprises
bruxelloises a doublé ces dernières années.
L’après-midi ne fut pas pour autant
marquée par un quelconque défaitisme. En effet, lors de deux conférences passionnantes, démonstration
a été faite qu’à côté du dynamisme
affiché des métiers présents et de la
volonté de collaborer pour rencontrer plus efficacement les attentes
des entrepreneurs, il existe des pistes
de réflexion permettant d’entrevoir
l’avenir différemment, de l’anticiper
et de construire un entrepreneuriat nouveau, synonyme de réussite.
Bruno Schroder, technology officer
chez Microsoft, a ainsi pu démontrer
l’émergence des nouvelles technologies, leur capacité à soutenir ce besoin de collaboration tel qu’exprimé
plus avant par les professionnels de
l’aide aux entreprises. Mieux, il a ouvert une brèche d’espoir et a anticipé
l’avenir en rappelant que si notre région se dotait des moyens suffisants
pour le faire, le secteur des nouvelles
technologies, de l’information et de
la communication représentait dans
les années à venir un potentiel incroyable de créations d’entreprises, osant même le chiffre de 7.500 sociétés
cette capacité de réflexion, de remise
en question de modes de fonctionnement parfois vieux de 200 ans et
ne correspondant plus à un monde
« Une entreprise sur deux est créée par un Belge
d’origine étrangère.L’emploi est, à Bruxelles, un merveilleux facteur d’intégration. »
Benoît Cerexhe,
ministre bruxellois de l’Économie et de l’Emploi
et plus de 50.000 emplois.
De son côté, Luc de Brabandère a apporté une vision plus philosophique
de l’entreprise de demain, quand
bien même ses exemples furent pragmatiques. À l’entendre, « le lien de
causalité est désormais obsolète. Il ne
faut plus tant se poser la question de
changer la façon de jouer, mais bien
de modifier drastiquement les règles
du jeu elle-même ».
Anticiper l’avenir est sans doute
ayant adopté une vitesse de croisière vertigineuse. En guise de conclusion, nous reprendrons celle de Bruno
Schroder qui termina son exposé par
cette phrase : « Le futur est notre seul
avenir ».
Christophe Vanden Broeck
"7&$-&#3644&-4.&3$63*64"8"3%
6/.0/%&%&1&341&$5*7&440673&×7064
-F#SVTTFMT.FSDVSJVT"XBSES²DPNQFOTFEFTFOUSFQSJTFT
CSVYFMMPJTFTRVJS²VTTJTTFOUºM²USBOHFS*OTDSJWF[MBW§USF
BWBOUMFG²WSJFSTVSXXXCSVYFMMFTJOWFTUFYQPSUCF
*MZBEFCFMMFTPQQPSUVOJU²TFOQFSTQFDUJWF
Event
BECI After Work au Kwint
BECI After Work, c’est une occasion par excellence de nouer de nouveaux contacts dans le monde
des affaires ou de retrouver des collègues, le tout dans une ambiance agréable et conviviale. Notre
concept ‘Happy Hour’ vous offre une coupe de champagne et de la bière Léon en guise de bienvenue.
L
’événement du 22 décembre a eu lieu au Kwint : le restaurant au Mont
des Arts offre un panorama bouleversant sur le centre-ville de Bruxelles.
La décoration du bâtiment et de ses espaces publics a été en partie confiée
à Arne Quinze, l’artiste décorateur futurologue.
Il y avait une piste de ski au Mont des Arts à l’occasion de Plaisirs d’Hiver 2011.
Cette piste de CitySki, en véritable neige, avec une longueur de 150 m, une largeur de 7 m et une dénivelée de 6,40 %, appartenait à la catégorie des pistes
vertes.
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
10
© Thierry du Bois/Reporters
Le BECI After Work spécial fêtes de fin d’année s’est déroulé au Kwint, avec vue sur le Mont des Arts.
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
Event
11
international
BECI MATCHMAKING EVENT
14 entreprises chinoises optent
résolument pour Bruxelles
Quatorze entreprises chinoises ont résolument choisi Bruxelles comme plate-forme de développement
de leurs activités économiques en Europe. Ce faisant, elles soulignent le rôle essentiel que Bruxelles
joue en tant que capitale de l’Union européenne et comme terre d’accueil pour d’autres institutions
© Reporters
internationales.
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
12
C
es 14 entreprises chinoises
étaient en Belgique les 9 et 10
décembre pour investiguer les
possibilités d’investissement et d’implantation en Région de BruxellesCapitale.
Pour couronner cette visite chinoise de
deux jours, BECI a organisé un ‘matchmaking event’ le vendredi 9 décembre
dans le Tasso, à Tour & Taxis.
Les chefs d’entreprise chinois y ont établi des contacts intensifs avec plus de
50 CEO de grandes entreprises bruxelloises intéressés par une collaboration
avec ces entrepreneurs de l’Empire du
Milieu.
Souligner l’importance de
Bruxelles
Les chefs d’entreprise chinois étaient
enthousiastes quant à la qualité des
contacts noués avec les entreprises
bruxelloises. La même satisfaction prévalait du côté de Jean-Claude Daoust,
président de BECI, et de Benoît Cerexhe,
ministre bruxellois de l’Economie et de
l’Emploi, compétent pour le Commerce
extérieur : « Nous sommes parvenus à
donner une image positive, entreprenante et dynamique de la Belgique à
l’étranger.
Le fait de souligner l’importance de
Bruxelles en tant que capitale de l’Europe ne fait qu’accentuer l’attrait de la
Belgique auprès d’investisseurs chinois
potentiels. »
enjeux
TABLE RONDE
Créer son entreprise
quand on a plus de 45 ans
BECI s’est penchée sur les initiatives dont la vocation est d’aider les personnes de plus de 45 ans à
créer leur propre entreprise. Une table ronde réunissant différents acteurs du monde de l’emploi
et de la création d’activités s’est tenue, ce jeudi 15 décembre, afin de dresser un état des lieux des
aides et accompagnements qui existent et d’éventuellement créer des synergies entre ces outils.
L
a séance, qui était animée par
Olivier Kahn, coordinateur du
Centre pour Entreprise en difficulté (CEd- BECI) a débuté par un bilan reprenant les chiffres concernant
les plus de 45 ans : raisons et durées
d’inactivités, réinsertion et motivation.
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
14
Comment créer votre propre emploi après 45 ans ?
Les chiffres sont accablants puisque
le « nombre de demandeurs d’emploi
de plus de 50 ans a doublé en dix ans.»
nous informe Stéphane Thys. De plus,
le taux de réinsertion pour cette catégorie d’âge est très bas.
Selon Christian Deglain, le « jeunisme»
de notre société et « l’idée que la jeunesse est associée au dynamisme, à la
flexibilité et à l’entrepreneuriat » est
un des principaux freins à la réinsertion des seniors. »
Alors que « si l’on recrute un personne
de plus de 50 ans, elle restera plus
longtemps au sein de l’entreprise »
ajoute-t-il.
Denis Lievens s’étonne, dès lors, d’observer que « le nombre de startups
créées par des indépendants de cette
catégorie d’âge n’a pas augmenté: il
semblerait qu’il n’y ait pas de corrélation entre la progression du nombre
d’inactifs et la création d’entreprises».
Piste pour s’en sortir :
créer son entreprise
Certaines personnes décident pourtant de créer leur propre emploi en
devenant chef d’entreprise. Fabienne
Malaise observe qu’il s’agit là de la majorité des créateurs d’activité qui « le
font par dépit plutôt que par choix ».
La réussite du projet entrepreneurial
dépend, selon Didier de Laminne de
Bex, de la « personnalité du candidat
: créatif, innovant et capable de se
prendre en main.
Si la personne a occupé un poste de
cadre ou de direction, avec une orientation business, les chances de réussite
sont accrues. »
Fabienne Malaise reconnaît que les
cadres « ont un bon profil de créateurs d’entreprise, un réseau étendu
et certains moyens financiers, mais
cela « coince » parfois au niveau
organisationnel, ils n’ont pas de
connaissance de terrain et ont parfois
des difficultés au niveau commercial.
Ils ont tendance à travailler (et à ne
compter) que sur un nombre très restreint de clients, sans penser à renouveler leur portefeuille » ce qui est un
facteur d’échec à terme. Il est difficile
de mettre en garde ces personnes car
« elles décident souvent de créer leur
entreprise sans accompagnement. »
Créer son entreprise après
45 ans : de nombreux atouts
Selon Christian Deglain, il faut commencer par changer l’image caricaturale et erronée de l’indépendant afin
de « réussir à donner le goût d’entreprendre aux citoyens ».
enjeux
Autour de la table
Nathalie de Taeye : Professional Banking chez ING, s’occupe principalement des activités Crédits et des PME. Elle accompagne les porteurs
de projets et apporte une vision bancaire à la discussion.
Stéphane Thys : Responsable Observatoire bruxellois de l’Emploi, Coordinateur dans le cadre d’Actiris, il y observe l’évolution générale du
marché de l’emploi à Bruxelles et les tendances de la périphérie bruxelloise, avec en priorité le suivi, les caractéristiques et les problèmes de
recrutement des demandeurs d’emploi.
Guy Kahn : Président de l’Institut des Fiduciaires de Belgique. Sa riche
expérience, dans divers rôles tout au long de sa carrière, lui a permis de
bien connaître les petites entreprises. Il partage sa vision du monde et
donne des pistes pour l’avenir.
Stéphane Hulin : a eu successivement des expériences de salarié et
de créateur d’entreprise. Il a parfois expérimenté certains revers dus à
certaines crises économiques ou à l’attitude d’acteurs censés soutenir
le projet d’un indépendant. A 46 ans, il ne perd pas sa volonté d’entreprendre et vient donner son témoignage, puisqu’il fait partie du public
cible.
Christian Deglain : Outplacement Manager chez Daoust : il accompagne individuellement des créateurs d’entreprise.
Didier de Laminne de Bex : Consultant chez Gallilei Randstadt : après
34 ans au sein du groupe Randstadt, il opère, il y a 5 ans, une transition
de carrière passant d’une fonction de Public Relations vers un nouveau
métier : l’accompagnement dans un nouvel emploi avec statut d’indépendant de personnes licenciées.
Arnaud Le Grelle : Directeur de l’agence Wallonie Bruxelles qui
regroupe les prestataires en ressources humaines et une grande partie
des entreprises en outplacement.
Christophe Van Hecke : Développeur de projets au Fonds de l’expérience professionnelle au sein du SPF Emploi. Il encourage les sociétés
privées à investir dans le bien-être via le conseil et la formation des
personnes de plus de 45 ans.
Denis Lievens : Conseiller auprès du Ministre Cerexhe de l’économie et
de l’emploi et Responsable de la cellule communication. Il s’inspire des
besoins exprimés afin de pouvoir améliorer le cadre environnemental
dans lequel les entreprises peuvent être créées.
« Il y a un problème récurrent lors des 2 premières
années de la création d’entreprise :
la méconnaissance en gestion. »
Nathalie de Taeye, Professional Banking chez ING
Avec une bonne idée et un accompagnement adapté, créer son entreprise
après 45 ans, c’est bénéficier de certains
atouts non négligeables.
Parmi ceux-ci, Christian Deglain identifie « l’expérience, la maturité, une
connaissance du marché et un réseau
important, avec parfois la possibilité
de se lancer vers l’étranger ».
Il est important d’ajouter que, en ce qui
concerne d’éventuels besoins de financement, « l’âge n’entre pas en ligne de
compte dans les critères. Tout au plus,
si la personne est plus âgée, nous poserons la question de sa succession »
nous éclaire Nathalie de Taeye.
Politiques d’accompagnement
Stéphane Thys observe que les plus de
45 ans sont les grands oubliés de « la
politique d’emploi. Notons que le public 45+ est discret, ne revendique pas
grande chose, est moins en demande
que les plus jeunes. ».
Parmi les idées afin de favoriser entrepreneuriat, Arnaud Le Grelle avance le
principe du portage salarial, et regrette
le « peu d’ouverture de nos politiques
vers ce type de mesures qui représentent un univers de possibilité et qui
sont des gisements d’emplois considérables ».
Les politiques actuelles sont souvent citées comme étant un frein à
l’initiative, en mettant des plafonds en
fonction des statuts, les accompagnateurs de projet de lancement d’activités
indépendantes s’entendent souvent
répondre que la personne ne peut
15
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
Fabienne Malaise : Représentante de BECI, travaille au département
Starter et témoigne de son expérience dans l’accompagnement de
starters.
enjeux
reprendre) une entreprise en se donnant les moyens de réussir, les acteurs
du secteur ont identifié des points à
améliorer. Pour Christophe Van Hecke,
cela doit commencer par une meilleure
« synergie entre ce qui existe déjà. Pour
l’instant chacun travaille de son côté
« Il faut commencer par changer l’image caricaturale
et erronée de l’indépendant afin de réussir à donner
le goût d’entreprendre aux citoyens. »
Christian Deglain, Outplacement Manager chez Daoust
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
16
« pas travailler plus de 8h/semaine
au risque d’entrer dans une autre catégorie, moins avantageuse. » illustre
Christian Deglain.
Arnaud Le Grelle insiste à ce sujet : « il
faut se pencher sur les aspects fiscaux
et sociaux (au niveau fédéral) qui sont
les principaux freins à la vie de l’entreprise. »Nathalie de Taeye confirme
« On entend souvent le candidat à
l’entreprise se sentir pénaliser par
les volets fiscaux et administratifs. »
Mais elle insiste lourdement sur un
problème récurrent, et qui provoque
des « problèmes lors des 2 premières
années de la création d’entreprise : la
méconnaissance en gestion ».
Les améliorations pour l’avenir
Afin de permettre aux personnes
de plus de 45 ans de créer (ou de
sans connaître les autres organismes
d’accompagnement ».
Il est soutenu en cela par Fabienne
Malaise: « un effort de sensibilisation
spécifique sur cette cible est également
nécessaire pour éviter les catastrophes
et encourager à se faire accompagner
dans les démarches. »
« Les plus de 45 ans sont les grands oubliés de la politique d’emploi. Notons que le public 45+ est discret,
ne revendique pas grande chose, est moins en demande que les plus jeunes. »
Stéphane Thys,
responsable Observatoire bruxellois de l’Emploi
Trouver les aides au lancement de son
entreprise
Le candidat à une activité d’indépendant passe beaucoup de temps à la chasse
aux subsides, alors que le meilleur investissement serait la recherche d’acteurs
pouvant l’aider sur une longue période de l’idée de la création à sa mise en
oeuvre et durant les premiers temps de l’existence de son activité.
Il est vrai qu’il est difficile de trouver la prime à l’énergie, le subside, le prêt
ou encore la réduction de cotisations sociales qui s’appliquerait à son projet
personnel.
Pour ne plus perdre ce temps précieux, le site http://ecosubsibru.be/ réunit
toutes les informations concernant les aides financières en Région de
Bruxelles Capitale.
Afin d’éviter les drames humains et financiers, Stéphane Thys estime qu’il
serait nécessaire de mettre en place
« des dispositifs publics permettant le
filtrage et l’orientation des candidats.
La situation actuelle voit la moitié
d’entre eux faire faillite, car tous ont
la même idée de projet au même endroit».
Guy Kahn met en avant l’importance
« d’avoir un esprit de veille, d’observer
ce qui se fait, les nouvelles tendances.
MOVE
4
JOBS
MOVE4JO
énements liés
BS 2012 > 4 év
BC
à l’emploi en R
n on all events
More informatio
bs.be
www.move4jo
de
Avec le soutien
29.02.2012
FIRST EVENT -
RECRUTEMENT 2.0
Une solution pour tous les employeurs ?
Le recrutement via les réseaux sociaux a explosé ces dernières années.
Quel bilan pouvons-nous tirer de ces premières expériences ?
EVENT 1
Quels ont été les bénéfices pour l’entreprise en termes de qualité
alité
et de quantité de profils rencontrés ?
Ce type de recrutements est-il réservé aux grandes entreprises
ises
qui recrutent des profils hautement qualifiés ?
GRANDE
Quels outils existent pour les plus petites structures ?
CONFÉRENCE
Pour recruter des profils plus diversifiés ?
BRUXELLOISE SUR LE
Comment globalement valoriser son Employer Branding sur EVENT 4
RECRUTEMENT VIA LES
le web ?
4
MÉDIAS SOCIAUX
Conseils d’experts, outils, bonnes pratiques,
ues,
s,
dernières tendances et évolutions à venir...
EVENT 3
Modalités pratiques
29 février 2012
Studio 1 du Flagey
Ixelles
18h30 accueil
21h00 cocktail
Participation gratuite
Inscription obligatoire sur
www.move4jobs.be
ion
Une organisat
Nos experts
Damien COLMANT, Owner chez Extend Coaching – Président de ICF Belgium – Co-organisateur du Baromêtre du
Recrutement 2.0
Emilie OGEZ, Social Media Speaker, Consultante
Jean-Olivier COLLINET, Managing Director, Job Attitude
Johan CLAES, HR Communication & Employer Branding
Manager, Talent & Performance, HR, STIB
Christelle LETIST, HR consultante
EV
enjeux
La force du réseau : l’union fait la force
Guy Kahn a observé tout au long de sa carrière à quel
point « les chefs d’entreprises souffrent de solitude et ne
trouvent pas une personne à qui parler. Il devrait y avoir
des réseaux, des endroits où se rencontrer, partager son
expérience avec ses pairs faisant face aux mêmes types
d’épreuves afin d’échanger des idées et se soutenir mutuellement. »
C’est ce besoin de partage qui est à l’origine de la création
de Genia Experts. Il y a quinze ans, deux ou trois indépendants ont pris la décision de se réunir une fois par semaine
pour se soutenir mutuellement et s’entraider.
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
18
Il faut des veilleurs et des vigiles de
l’avenir qui nous attend ».
Bien entendu, la voie de l’entrepreneuriat n’est pas facile et l’échec reste une
possibilité non négligeable, cependant
Aujourd’hui, ils sont une quinzaine à faire partie de cette
fédération dans laquelle chacun reste indépendant dans
son activité, mais peut venir discuter, trouver des partenaires pour proposer une offre commune si nécessaire, et
même tester l’offre sur les autres membres de la fédération.
Le groupe offre à chacun de ses membres un support moral et technique.
Un exemple à suivre...
Plus d’informations : www.geniaexperts.be
avec un accompagnement adapté et
en prenant le temps nécessaire à la
réflexion et à la mise en œuvre, il est
possible de réussir et de s’épanouir
dans son activité.
Et, comme le dit Guy Kahn, en guise
de conclusion : face aux difficultés et
éventuels échecs, il faut impérativement « rebondir et recréer».
Yamina El Atlassi
Un gage de réussite quel que soit l’âge : la formation continue
Théoriquement, cela semble évident pour tout le monde : afin de rester efficace et de pouvoir gérer les mutations de
notre société, il est impératif de suivre des formations tout au long de sa carrière.
Pourtant, Christophe Van Hecke nous explique que l’une
des raisons à l’origine de la difficulté de réinsertion des
seniors est le fait que « les entreprises n’investissent plus
dans ces travailleurs, qui ne sont plus conviés à suivre des
formations et sont dès lors vite dépassés par les nouvelles
réalités économiques et perdent de leur flexibilité en cas
de restructuration ».
Nathalie de Taeye constate d’ailleurs que « les formations
continues sont les premiers postes budgétaires que l’on
coupe en cas de crise. »
Afin d’éviter que l’on coupe le budget formation, les
sociétés devraient être encouragées fiscalement.
Trop souvent, les entreprises, en particulier les PME, ont
le sentiment que former son personnel, c’est perdre de
l’argent.
Christophe Van Hecke leur explique pourtant que des
montants plus importants risquent d’être « perdus plus
tard en erreurs, absentéismes, licenciements, ... »
Arnaud Le Grelle constate que « la formation fonctionne
mal sur tous les segments. La demande de subsides ne
fonctionne pas bien et il vaut donc mieux, fonctionner «
à l’envers », par le biais de la défiscalisation. »
Denis Lievens l’admet : « il existe des aides à la formation,
mais elles ne sont pas souvent utilisées », probablement
parce que la communication n’est pas claire et que les
conditions d’accès sont parfois peu aisées à comprendre.
L’offre de formations devrait également être améliorée, et
être plus proche de la réalité du marché afin de répondre
aux demandes.
Il y a donc un effort considérable qui devrait être réalisé
tant par nos politiques, afin de motiver financièrement
les entreprises à former leur personnel, que par les
centres de formation en offrant des produits adaptés
et enfin par les employeurs afin de leur faire percevoir
la formation du personnel, quel que soit l’âge, comme
un investissement pour l’avenir et non comme un coût
inutile.
enjeux
Déferlante de demandeurs d’emploi au
Brussels Job Day
La cinquième édition des Brussels Job Days s’est déroulée le vendredi 16 décembre à Tour & Taxis.
Ce salon de recrutement était placé sous le signe des Techniciens, Ingénieurs et Informaticiens.
Une vingtaine d’entreprises y rencontraient des candidats pour un entretien d’embauche sur
place. Les Brussels Job Days sont en effet destinés à favoriser le contact direct entre un maximum
de chercheurs d’emploi et d’employeurs.
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
20
Les Brussels Job Days sont destinés à favoriser le contact direct entre un maximum de chercheurs d’emploi et d’employeurs.
Pre-Job Day
Le Pre-Job Day était également organisé, le 12 décembre. Des dizaines de
candidats ont ainsi assisté à une session d’information durant laquelle les
jobs des différents domaines étaient
présentés, et plus particulièrement
les offres d’emploi des entreprises
présentes au Job Day. A l’agenda du
Pre-Job Day : présentation des métiers
concernés, ‘trucs & astuces’ pour bien
préparer l’entrevue d’embauche, précisions sur les multiples métiers de
techniciens, ingénieurs et informaticiens, concernant les modalités d’accompagnement d’Actiris…. Les candidats pouvaient également tester leurs
connaissances en langues (via Actiris)
et passer un test de personnalité (via
Daoust Interim). Les candidats ayant
participé à la séance d’information
et passé un des deux tests recevaient
l’opportunité de rencontrer les recruteurs minutes avant l’ouverture du Job
Day au grand public. Les partenaires
de l’événement ont pour objectif de
donner ainsi aux candidats tous les
atouts pour réussir leur entretien
d’embauche et de présenter aux recruteurs le jour du «Brussels Job Day Techniciens, Ingénieurs & Informaticiens»
des candidats adéquatement préparés.
80.000 chercheurs d’emploi
en 6 ans
Rappelons que les Brussels Job Days
sont organisés depuis 2005 par BECI,
avec le soutien du gouvernement de
la Région de Bruxelles-Capitale et
qu’ils sont le moment de rencontre
le plus important entre employeurs
et demandeurs d’emploi. En six ans,
plus de 80 000 chercheurs d’emploi
se sont déplacés pour rencontrer près
de 1 000 entreprises. Neuf employeurs
sur dix sont satisfaits des candidats
(95 % contactent entre 1 et 10 personnes rencontrées lors des Job Days)
et considèrent que les Brussels Job
Days maximalisent leur efficacité de
recrutement. Un candidat sur quatre
entre dans un processus de sélection.
Près de 6 000 personnes ont jusqu’ici
trouvé un emploi grâce aux Job Days,
soit plus de 7 % des visiteurs.
Plus d’infos : www.jobdays.beci.be
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
enjeux
21
vous bougez !
:7(*,4,4)9,:
,>DB3LB8A4I508A42>==0OCA4E>CA402C8E8CL==>=24AD=270=64<4=CBCA0CL68@D4D=
3L<L=064<4=C34E>B1DA40DG34BALBD;C0CBZ=0=284AB4=?A>6AMBV&A>ZC4I34;0E8B818;8CL@D8
E>DB4BC>554AC430=B;4B?064B3Y=CA4?A4=3A4;D?0A3L2834DAB4=4=E>H0=CD=2><<D
=8@DL3YD=4@D8=I08=434;86=4B022><?06=L3YD=4?7>C>J CC4=C8>=;4BC4GC4B?D1;828C08A4B=4B>=C?0B?D1;8LB"0AL302C8>=B4ALB4AE4;43A>8C3YL2>DAC4A;4BC4GC4BCA>?;>=6B
!*%2%*#/0+*!%*1#1.!(!*+12!1/%9#! @B3149C7.13!((!/
4" &; 8KH;7K :; 9EDI;?BI ;J :j?D=VD?;H?; H97:?I 7 E<k9?;BB;
C;DJ ?D7K=KHV IED DEKL;7K I?W=; 7K 9eKH :; HKN;BB;I
HK;,EO7B;;DFHVI;D9;:j;DL?HEDF;HIEDD7B?JVI;J
F7HJ;D7?H;I L;9 9; DEKL;7Kil7=I>?F E<k9;j H97:?I :V
CEDJH;IED7C8?J?ED:;9HE?II7D9;IEKJ;DK;;D;B=?GK;
&j?DL?JV:j>EDD;KH:;B7IE?HV;<KJBj7D9?;DC7?H;:;&ED:H;I
%;D &?L?D=IJED; GK? 7 7JJ?HV B;I $;KN EBOCF?GK;I :; :7DI I7 L?BB; ;J GK? 7 ?DJHE:K?J B; IOIJWC; :; FV7=; :7DI
B;9;DJH;BED:ED?;DH97:?I;IJBjKD:;IFH;C?;HI8KH;7KN
:; 9EDI;?BI ;J :j?D=VD?;H?; 7K CED:; H97:?I :VL;BEFF;
9EDUE?J;NV9KJ;;DJH;J?;DJ;J;NFBE?J;:;IFHE@;JIFEKHB;I
;DJH;FH?I;I ;J 7KJEH?JVI L;9 9EBB78EH7J;KHI ;J C?BB?7H:I:j;KHEI:;9>?<<H;:j7<<7?H;IBj;DJH;FH?I;:?IFEI;
:jKD L7IJ; HVI;7K ?DJ;HD7J?ED7B GK? H;FEI; IKH KD; FEI?
J?ED<EHJ;IKHB;IC7H9>VIBE97KND;B=?GK;H97:?I7VJV
E4224=>DE40DX[06B78?>5Z24YA2038B3L<>=CA4B>=0<18C8>=34
9>E?I?:7DIB;97:H;:;B79EDIJHK9J?ED:KDEKL;7K:VF\J 2A>8BB0=24B>DC4=D44=4;68@D4
:;B7-.#S"7H;DH97:?I;IJ<;HC;C;DJ:V9?:VSFEKH
B3149C
IK?LH;IKH9;JJ;LE?;;JSI;F;D9>;HIKHB;IF;J?JI;J=H7D:I
,K;,EO7B;
FHE8BWC;I:jKH87D?I7J?ED7KNGK;BIB7L?BB;:;HKN;BB;I;IJ
HKN;BB;I
9ED<HEDJV;9>7GK;@EKH
)
/D; FHVI;D9; F>OI?GK; S HKN;BB;I VJ7?J :ED9 ?D:?IF;D
?D<E7H97:?I8;B=?KC8;
I78B;H97:?IIj;IJC?ISB7H;9>;H9>;:;8KH;7KN7K9eKH
MMM7H97:?I8;B=?KC8;
:;B797F?J7B;;J7JHEKLV9>7KIIKH;SIEDF?;:HK;,EO7B;
;D<79;:KF7H9,EO7B&;I?D=VD?;KHI;J;NF;HJI:jH97
:?IVB78EH;HEDJ;NV9KJ;HEDJ;J;D97:H;HEDJ:EHVD7L7DJB;I
FHE@;JI8HKN;BBE?I:;FK?I9;JJ;DEKL;BB;7:H;II;
espace membres
!/,$05,.,5*@H5305,$05, ;69,
:; 9EDJEKHD;H B; FH;C?;H E8IJ79B; GK? B7?II; F;DI;H GK;
Bj;
9ECC;H9;L;KJ:?H;iI;HL?9;?CF;HIEDD;Bj;Ji7DEDOC7Jj
9j;IJFEKHGKE?DEKIC7?DJ;DEDI:;I9EDI;?BB;HIS:?IFEI?
J?ED FEKH 7?:;H B;I ?DJ;HD7KJ;I 7K JVBVF>ED; S 9>E?I?H B;
C;?BB;KHL?DB7C;?BB;KH;FH;C?WH;97L;B;C;?BB;KH97:;7K
:; C7H?7=; EK :j7<<7?H; B;I C;?BB;KHI 799EH:I C;JI
L?D
;J9bL;9Bj?DJ;HL;DJ?ED:jKD:VL;BEFF;KHKD;=H7D:;7J
J;DJ?ED7VJVFEHJVSB7H;<EDJ;:KI?J;7kD:j;DJH;H:;<7
UEDEFJ?C7B;:7DIB70:K;8KI?D;II&;I?J;7VJVH;LK:;
<ED:;D9EC8B;;JE<<H;:VIEHC7?IKD799WIH7F?:;9EDL?
L?7B?DJK?J?<;JBK:?GK;SJEKIB;I7HJ?9B;Ia*EKHDEJH;:V
L;BEFF;C;DJ DEKI DEKI 7FFKOEDI ;II;DJ?;BB;C;DJ IKH B7
9ECCKD?97J?ED;DB?=D;7L;9KD=HEIJH7L7?B;D-)I;7H9>
;D=?D;IEFJ?C?P7J?ED-I;7H9>;D=?D;I7:L;HJ?I?D=;J
-')IE9?7BC;:?7IEFJ?C?P7J?EDb
0+,3:@:3(5*,<5,56<=,33,
97:;7K 9ECC; CEO;D :; F7?;C;DJ f ;J 9; I7DI 7K9KD;
7:7FJ7J?EDJ;9>D?GK;DV9;II7?H;:;B;KH9\JV
?:WB;SI7C?II?ED:;LEKBE?H<79?B?J;HB7L?;:;I9ECC;H
U7DJI ;J :;I 9EDIECC7J;KHI ?:;BIOI GK? 7 :V@S H;D:K
FEII?8B;=HT9;SIEDF7HJ;D7H?7J7L;9'7IJ;H7H:;D
BjKJ?B?I7J?ED :; B7 97HJ; 87D97?H; 9ECC; IKFFEHJ S JEKJ;I
B;I97HJ;I:;k:VB?JV?DDEL;?9?;D9EH;7L;9B7!?<J7H: ?
:;BIOI;BB;
9?I;:VC7HGK;:;I7KJH;I97HJ;I97:;7KF7HB;
B?8H;9>E?N:KCEDJ7DJS9>7H=;HGKj;BB;B7?II;7KN9EDIEC
C7J;KHIBSE]B;I7KJH;I<EKHD?II;KHI?CFEI;DJ:;IGKEJ7I
FHV:VkD?I.>?;HHO0;HC7D:;H):; ?:;BIOIa&79H?I;
Dj;CFX9>;F7IB;8EDI;DI:;HVKII?H&;IK99WI:;B7!?<J
7H: ?:;BIOI :VCEDJH; :jKD; 8;BB; C7D?WH; GK; ?:;BIOI
;IJ8?;D7K9E;KH:;B7H;B7J?ED9ECC;H9?7B;;D7FFEHJ7DJ
:;IIEBKJ?EDI?DDEL7DJ;IGK?HVFED:;DJF7H<7?J;C;DJ7KN
7JJ;DJ;I:;I9EDIECC7J;KHI:;I9ECC;HU7DJIC7?IV=7
B;C;DJ :;I L?BB;I ;J 7IIE9?7J?EDI 9;I :;HD?WH;I HV7=?II7DJ
FEI?J?L;C;DJ 7K B7D9;C;DJ :; DEJH; IEBKJ?ED !?<J 7H:
?:;BIOIb
*(9;,*(+,(<3(0-;(9+0+,3:@:
"085C0A3834;BHB
0E?9?GK;BGK;II;C7?D;I ?:;BIOI7B7D9VKD;DEKL;BB;=V
DVH7J?ED:;FHE:K?J&7!?<J7H: ?:;BIOIl;N?8B;;J799;I
I?8B;SJEKJKD9>79KD&;IK99WI;IJ?CCV:?7JFBKI?;KHI
9;DJ7?D;I :; 9ECC;HU7DJI 7:>WH;DJ :V@S 7K 9ED9;FJ ;J
E<<H;DJ7?DI?SB;KH9B?;DJWB;B7FEII?8?B?JV:jKJ?B?I;HB797HJ;
)85,9>575>3I
,K;:;B7>?<<7D;
&EKFE?=D;
)
9EDJ79JJ>;M?D;7=;D9O8;
MMM.>;1?D;=;D9O8;
945<CIC
EKB;L7H::K$K8?BV;„HKN;BB;I
)
?D<Ek:;BIOI9EC„MMMk:;BIOI9EC
4" Bj7DDV; :; JEKI
B;I 9>7BB;D=;I &7
9H?I; ;IJ BS ;J <H7FF; S
JEKI B;I D?L;7KN +KE?
:; C?;KN 7BEHI GK;
*784AAHDA0=3%F=4A#0=068=6
:; 9>E?I?H 9; CEC;DJ
8A42C>A*74-8=464=2H
FEKH ?DL;IJ?H ;J 7?DI?
FH;D:H; KD 7L7DJ7=; 9ECFVJ?J?< :7DI KD :EC7?D; JHWI
9ED9KHH;DJ?;B.>?;HHOKH7D:)MD;H'7D7=?D=?H;9
JEH.>;1?D;=;D9OaDDEKI7LEDI:V9?:V:;H;FE
I?J?EDD;HDEJH;79J?L?JVL;HIB;;
9ECC;H9;:;L?D7L;9
BjE8@;9J?<9B7?H:;:;L;D?HKDB;7:;H:KI;9J;KH;D;B=?GK;
&; :VL;BEFF;C;DJ :K 9ECC;H9; ;D B?=D; I; <7?J :; <7UED
;NFED;DJ?;BB;9>;PDEILE?I?DIC7?IB;C7H9>V8;B=;H;IJ;
;D9EH; J?C?:; IKHJEKJ :7DI KD :EC7?D; ;D9EH; JHWI JH7
:?J?EDD;B(EKI:V9?:EDI:ED9:;I7?I?HBjEFFEHJKD?JV;J:;
L?LH;9;JJ;7L;DJKH;F7II?EDD7DJ;FHWI7DDV;I9EDI7
9HV;I S BjVLVD;C;DJ?;B iE;DEBE=?9E
=7IJHEDEC?GK;j DEKI
7LEDI7FFH?I8;7K9EKF:;I8;IE?DI:;DEI9B?;DJI:K9EKF
DEKIH;IJEDI7JJ79>VISDEIL7B;KHI:;87I;;JH;IJEDI7K
FBKIFHE9>;:;DEI9B?;DJI=H7D:ICEO;DIDEKIJ;DJEDI
vous bougez !
Nominations au sein du
Management de Belgacom
Pour aider à rendre le Groupe Belgacom plus fort afin de
faire face aux défis à venir, le Groupe Belgacom a décidé les
nominations suivantes prenant effet dès le 1er Janvier 2012.
Quatre membres BECI
récompensés par un Prix Caïus
Organisés depuis 1989, les Prix Caïus de Prométhéa mettent
à l’honneur des entreprises qui s’illustrent par leurs actions
de mécénat exemplaire en faveur de la Culture et du Patrimoine. En 22 ans, 86 entreprises mécènes ont été récompensées. Au fil des ans et des cérémonies, ce sont plus de
400 projets culturels et de patrimoine qui ont été présentés.
Les Prix Caïus de Prométhéa représentent ainsi la vitrine du
mécénat culturel en Belgique.
Sur 19 candidats, 4 se sont vus décerner un Prix Caïus par
le Jury :
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
24
Michel Georgis devient le nouveau Executive Vice President Human
Ressources chez Belgacom.
Michel Georgis, actuellement EVP Consumer Business
Unit devient le nouveau Executive Vice President Human
Ressources toujours en tant que membre du comité de
direction. Michel Georgis sera également responsable du
département de communication interne.
Scott Alcott, actuellement EVP du département Service
Delivery Engine dirigera le département qui s’adresse
au marché résidentiel du groupe Belgacom et deviendra
le nouveau Executive Vice President de la Consumer Business Unit toujours en tant que membre du comité de
direction.
Bruno Chauvat, actuellement Executive Vice President
Strategy & Content prendra la direction ad interim du département Service Delivery Engine & Wholesale.
Philip Neyt, actuellement Vice President Public Affairs &
Mergers & Acquisitions, reprendra quant à lui les départements Regulation, Corporate Communications, Corporate Identity et Branding, en plus de ses responsabilités
actuelles.
Igor Makedonsky, après en avoir assuré l’intérim, est
confirmé en tant que Vice President GroupLegal & Compliance.
Belgacom
Boulevard du Roi Albert II 27
1030 Bruxelles
T 32 2 202 91 40
www.belgacom.be
Le Prix du Public 2011 a été attribué à Belgacom pour sa collection
d’art contemporain, Belgacom Art.
Lauréat du Prix Caïus Culture Grande Entreprise : Banque
Nationale de Belgique - Membre BECI : Partenaire structurel du Muséum des Sciences naturelles
Lauréat du Prix Caïus Culture PME : Kesar - Membre BECI :
Soutien au Service éducatif du Wiels
Lauréat du Prix Caïus Patrimoine en Région de BruxellesCapitale : Tein Telecom - Membre BECI : Soutien à la restauration du Vase des Bacchanales à Schaerbeek/
Lauréat du Prix Caïus Patrimoine en Wallonie : Colen SA :
Partenaire de la restauration du Château des Italiens à
Clabecq
Le Prix du Public 2011 décerné sur base de votes en ligne ouverts à tous, a été attribué à Belgacom (Membre BECI) pour
sa collection d’art contemporain, Belgacom Art.
vous bougez !
Une table ‘vélo’ pour allier sport
et plaisir à l’EXKi de la Bourse
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
Avec la table « WeBike », une table formée de 3 sièges vélos et 3
prises, les clients pourront pédaler et produire leur propre électricité
pour recharger leur GSM, ordinateur portable, tablette ou autre…
EXKi, le spécialiste de la restauration rapide de qualité, continue de créer les tendances avec son nouveau restaurant à la
Bourse entièrement dédié à l’ « éco-conception ».
Ce 18ème restaurant à Bruxelles servira de projet pilote pour
l’EXKi du futur. La majorité du mobilier a été réalisée à partir
de matériaux de récupération. Avec un peu d’imagination,
tout peut être réutilisable ! Ainsi, le tissu recouvrant les banquettes et les tabourets a été fait à partir de bouteilles en plastiques recyclées. Des tables de récupération ont été utilisées
pour créer les tables. De plus, une des lampes suspendues a
d’ailleurs été fabriquée à partir de touillettes de cafés et de
grillage d’un chantier. EXKi travaille en collaboration avec
« L’atelier Michel Dupont » qui est un duo d’éco-designers
franco-belge travaillant à partir de matériaux de récupération.
Pour réduire encore plus son impact écologique, l’éclairage
est en LED ou à basse consommation. Avec la table « WeBike
», une table formée de 3 sièges vélos et 3 prises, les clients
pourront pédaler et produire leur propre électricité pour recharger leur GSM, ordinateur portable, tablette ou autre…
tout en dégustant un café, un plat ou un dessert. « WeBike
» a été conçu par la start-up WeWatt cofondée par Patricia
Ceysens. Une innovation qui s’intègre parfaitement dans la
démarche d’EXKi. Une bonne manière de rester en forme
tout en se faisant plaisir !
Exki
Chaussée d’Ixelles 12
1050 Bruxelles
T +32 2 551 52 26
info@exki.be „ www.exki.be
Dreams Event : Rêvez ce qu’il y a de mieux pour
votre entreprise
Remercier, fidéliser, fédérer, communiquer, Rassembler. Quel
que soit votre événement, Dreams Event vous accompagne
de l’élaboration à la réalisation, mettant à votre service
18 ans d’expérience dans l’évènementiel de prestige à Paris
et dans le monde. « Notre objectif vous satisfaire. L’originalité et la variété des produits, Notre propre catalogue
artistique, Evénements uniques et sur mesure :
PARIS VIP : Des endroits prestigieux et des monuments
privatisés pour vous
EXTREME : 44 Correspondants dans le monde pour faire
de votre évènement un événement unique.
Congrès- Séminaires – Salons - Incentive, Lancements de
produits - Soirées de Gala -Anniversaires entreprises – Scéniques -Show case - Défilés de mode -Sports mécaniques
- Team Building – Voting - Feux d’artifices.
ANIMATION : Notre propre catalogue d’artistes rigoureusement sélectionnés pour leur talent et leur notoriété sur
simple demande, répondra à toutes vos exigences. »
Dreams Event
Rue Damry 81
4100 Boncelles
T +32 4 336 76 66
dreams.event@hotmail.be
www.dreams-event.be
espace membres
Explania, la bibliothèque
des films d’animation informatifs
Christel Verschaeren
remporte le AXA
7O?-EN WORK!WARD
Le 1er décembre 2011 s’est tenue, pour la deuxième année
consécutive, la remise du AXA Wo_Men@work Award. Ce
trophée récompense la personnalité qui a le plus contribué
à l’amélioration de la diversité homme/femme dans son
entreprise ou organisation implantée en Belgique. Cette
année c’est Christel Verschaeren, Directrice des systèmes
d’information chez IBM qui a été désignée comme lauréate
de ce prix.
Les entreprises et organisation ont en commun de nombreux besoins. Dans ce contexte, pourquoi réinventer la
roue à chaque fois ? Ne vaut-il pas mieux partager, réutiliser ou même réaliser conjointement des contenus destinés
à la formation ? Ne vaut-il pas mieux inventer un YouTube,
un Wikipedia ou un Slideshare du contenu destiné à la formation ? Evidemment ! C’est l’ambition d’Explania.
En expansion permanente, la bibliothèque en ligne Explania.com propose de petites animations multimédia éducatives et des modules d’e-learning séduisants, consacrés à
d’innombrables sujets. Un simple système d’incorporation
permet d’intégrer gratuitement la plupart de ces contenus
à d’autres sites internet. Tous peuvent être achetés à des
tarifs intéressants, pour installation sur un intranet ou un
système de gestion de l’apprentissage (LMS).
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
27
Christel Verschaeren (IBM Europe) et les deux autres nominés, Ron
Embrechts ( Care) et Philippe Henry de Frahan (Mars Belgique).
Christel Verschaeren a été l’une des pionnières en matière
d’’égalité professionnelle en Belgique. Elle est active depuis
8 ans dans un domaine d’expertise majoritairement masculin. Son programme de diversité a été étendu aux différentes
implantations d’IBM dans le monde. En 5 ans, 81 femmes
supplémentaires ont accédé à des postes de direction.
En tant que lauréate de ce deuxième AXA Wo_Men@work
Award, cette nouvelle « Woman at work » deviendra l’ambassadrice de la diversité homme-femme auprès du monde
économique belge.
AXA Belgium
Boulevard du Souverain 25
1170 Bruxelles
T +32 2 678 61 11
info@axa.be „ www.axa.be
Les entreprises peuvent bénéficier d’Explania de plusieurs
façons :
Par incorporation libre sur un intranet d’entreprise
d’une ou plusieurs des centaines d’animations gratuites
dont se compose la plate-forme Explania, consacrées à des
domaines comme la GRH, les TIC, les finances,… Ces animations peuvent aussi être téléchargées moyennant une
modeste rémunération.
Explania propose également des formations plus longues en e-learning, fondées sur l’animation et l’interactivité.
La société Instruxion, conceptrice et gestionnaire d’Explania, contribue à la communication des entreprises et
organisations dans le domaine du positionnement des
produits et services, de l’explication des procédures, de
l’apprentissage des applications informatiques, etc.
Explania.com | Instruxion NV
Buro & Design Center
Heysel Esplanade 1 Box 20
1020 Bruxelles
T +32 2 300 56 56
info@explania.com
www.explania.com „ www.instruxion.com
vous bougez !
Le commerce offre plus de 2 millions de repas
AUXBANQUESALIMENTAIRES
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
28
Durant la période des fêtes, les commerçants belges distribueront à nouveau des denrées alimentaires aux plus
démunis de la société en passant par les banques alimentaires. Chaque année, le commerce fait don de plus de 2
millions de repas.
Les denrées alimentaires dont les magasins font don
sont des produits approchant de leur date d’expiration.
« Lorsqu’un commerçant dispose d’un surplus d’un produit
donné, trois possibilités s’offrent à lui », explique Dominique Michel, Administrateur délégué de Comeos. « Premièrement, il peut tenter d’écouler les produits concernés
en vente rapide – c’est-à-dire dans son propre magasin, et
en réduction. La seconde option consiste à offrir ces produits aux banques alimentaires. La troisième, la moins séduisante, consiste à détruire ces denrées alimentaires. Sauf
dans le cas où c’est imposé par le législateur, la troisième
option est évitée autant que possible – non seulement parce que c’est pénible d’un point de vue éthique, mais aussi
parce qu’entreposer et faire traiter des déchets coûte cher
au commerçant. »
Les banques alimentaires répartissent les denrées qu’elles
reçoivent entre 635 œuvres de charité. Faire parvenir des
denrées aux banques alimentaires n’est cependant pas
aussi facile qu’il y paraît. « Différents accords existent selon le magasin ou selon la centrale », précise Dominique Michel. « Nous sommes obligés de nous tenir à la traçabilité :
nous devons savoir ce qu’il advient de nos denrées, jusqu’à
ce qu’elles parviennent au consommateur.En outre, nous
ne pouvons prendre le moindre risque quant à la sécurité
alimentaire. Qu’il soit aisé ou démuni, chacun dispose du
même droit fondamental à une alimentation saine. »
Comeos
Avenue Edmond Van Nieuwenhuyse 8
1160 Bruxelles
T +32 2 788 05 00
info@comeos.be„ www.comeos.be
Motel One est développé par Besix RED
Union Investment a conclu une option sur les parts de Royal
120 New Building SA et Royale 120 SA, les deux sociétés détenant le premier hôtel sous enseigne Motel One à Bruxelles.
Confié à Motel One en emphytéose, cet hôtel de 490
chambres est développé par Besix Real Estate Development
(BESIXRED) et construit par Besix, le plus grand groupe de
construction belge. Si l’option est exercée, le transfert des
parts vers le fond ouvert UniInstitutional Real Estate est
programmé après livraison de l’immeuble en 2014.
Le premier Motel One de Bruxelles est en construction rue
Royale, près de la gare centrale. La Grand Place et le quartier Européen sont tout proches. En plus des 14.075 m² (490
chambres) de l’hôtel, le nouveau complexe comprend un
commerce de 210 m² et un parking public de 199 emplacements confié en emphytéose à Besix PARK, opérateur
indépendant. « Nous sommes très heureux d’accueillir le
premier Motel One de la capitale européenne, dit Gabriel
Uzgen, administrateur délégué de Besix RED. Grâce à une
collaboration efficace entre l’approche innovante de Motel
One pour une hôtellerie abordable et l’expertise de Besix
RED en développement hôtelier, nous avons pu monter ce
projet dans cette localisation exceptionnelle. »
Besix
Avenue des Communautés 100„ 1200 Bruxelles
T +32 2 402 62 11
besix@besix.com„www.besix.com
espace membres
+,.,22(#%..(<
C3<+=,9;0:,9,9:65(30;@6-
;/,&,(9
(.,96<73(5*,
(.,
%,5,3.08<,
*>?B?FF;17BB;P:?H;9J;KH'7HA;J?D=#(!;B=?GK;7H;UK9;JJ;
7DDV;B;J?JH;:j:L;HJ?I;H*;HIED7B?JOE<J>;3;7H&j:L;HJ?I;H
E<J>;3;7HM7H:EH=7D?IVSBj?D?J?7J?L;:;Bj//D?ED;B=;
:;IDDED9;KHI;J:;*/'7=7P?D;;IJKDFH?N:V9;HDV
9>7GK;7DDV;:;FK?ISKD7DDED9;KHGK?9EDJH?8K;:;
C7D?WH;FEI?J?L;7KI;9J;KH:;B7FK8B?9?JV;JJ;7DDV;B;I
kD7B?IJ;IVJ7?;DJ0?D9;DJH788V;B=79EC#BI(;KJI-J7:
DJM;HF;D;J*>?B?FF;17BB;P#(!;B=?GK;-;BEDB;@KHO
*>?B?FF;17BB;PJVCE?=D;:jKDFHE<;II?EDD7B?IC;7?=K;J
<7?Jk=KH;:j7C87II7:;KHF7II?EDDV:KI;9J;KHFK8B?9?J7?H;
*>?B?FF;17BB;P:V@SVBK;D'7HA;J;;H:;BjDDV; ED:7
J?ED'7HA;J?D=;J';:?7:L;HJ?I;HE<J>;3;7H''I;HV
@EK?J:;9;DEKL;7KF7BC7HWIa&;FH?N:L;HJ?I;H*;HIED7B?JO
E<J>;3;7H;IJKD;<EHC?:78B;H;9EDD7?II7D9;:KJH7L7?B
HV7B?IV;J:;C7F7II?EDFEKH9;CVJ?;H;9?;IJVL?:;C;DJ
7KII?Bj?BBKIJH7J?ED:KIK99WI:;B7IJH7JV=?;:j#(!;B=?GK;
GK?;IJFEHJV;F7HKD;7FFHE9>;C7HA;J?D=7K:79?;KI;;JKD;
9ECCKD?97J?ED;<k979;'7?IIKHJEKJ9j;IJB;HVIKBJ7J:jKD
JH7L7?B;DVGK?F;E]9>79KD7FFEHJ;IEDI7LE?H
<7?H;;FK?I
FBKI?;KHI7DDV;IDEKI9EDIJHK?IEDIKD;?C7=;<EHJ;GK?I;
:?IJ?D=K;:;B79ED9KHH;D9;1;7H;)H7D=;b
;FK?IB7DEC?D7J?ED:;*>?B?FF;17BB;PSB7JXJ;:K'7H
A;J?D=:j#(!;B=?GK;;D#(!;B=?GK;7<EHJ;C;DJ
H;D<EH9VI7FHVI;D9;:7DIB;ICV:?7IJH7:?J?EDD;BI;JIE9?7KN
-EKII7:?H;9J?ED#(!;B=?GK;7IKI;FEI?J?EDD;H9ECC;
KD79J;KHC7@;KH:7DIB7FK8B?9?JV
#5<79AE5
EKHI-7?DJ
'?9>;B
HKN;BB;I
)
MMM?D=8;
7A8BC>?74"4C4;;84A%34)064(&.
-7=;KD:;IB;7:;HICED:?7KN:;IEBKJ?EDI:;=;IJ?EDFEKH
;DJH;FH?I;IFHEFEI;:VIEHC7?I;D;B=?GK;-7=;,*2
I7IEBKJ?ED,*?DJ;HD7J?ED7B;FEKHB;I;DJH;FH?I;I:KC?:
C7HA;J;CFBEO7DJ;DJH;;JF;HIEDD;I;D
JH;FH?I;IH;FHVI;DJ7DJFBKI:;KJ?B?I7J;KHIHVF7HJ?I
:7DIF7OIKJ?B?I;DJ:V@S7L;9IK99WI9;JJ;IEBKJ?EDGK?
I;I?D=KB7H?I;F7HI7I?CFB?9?JV:jKJ?B?I7J?EDI7H7F?:?JV:;
:VFBE?;C;DJ;JIED<7?8B;9E^JJEJ7B:;FEII;II?ED-7=;
B7D9;;D;B=?GK;KD;IEBKJ?EDBE97B?IV;F7HBjV:?J;KH
;IIE9?VJVI7?DI?GK;B;IkB?7B;IBE97B;I:;=H7D:I=HEKF;I
?DJ;HD7J?ED7KN?CFB7DJV;I;D;B=?GK;F;KL;DJ7?DI?S
FHVI;DJ9ECFJ;HIKH-7=;,*27kD:;:?IFEI;H:;<ED9
J?EDD7B?JVIVJ;D:K;IFEKHBj?DJ;HD7J?ED7B;JHVFED:H;S
B;KHI8;IE?DI9ECFB;N;I;DC7J?WH;:j7D7BOI;:;H;FEHJ?D=
;J:;9ECFJ78?B?JVkD7D9?WH;JEKJ;DF7II7DJF7HB;9EDJH\B;
:;=;IJ?ED;JB7=;IJ?EDEFVH7J?EDD;BB;FHE:K9J?ED79>7J
L;DJ;=;IJ?ED:;IIJE9AIaL;9:K*#;NFEHJVB;I
;DJH;FH?I;I?DIJ7BBV;I;D;B=?GK;EDJKD8;IE?D?DJ;HD7J?E
D7B;NJHXC;C;DJ<EHJbFHV9?I;>H?IJEF>;&;J;BB?;H):;
-7=;,*2aL;9I797F79?JVKD?GK;SFH;D:H;;D9ECFJ;
B7:?C;DI?ED?DJ;HD7J?ED7B;:;I;DJH;FH?I;IDEJ7CC;DJ
L?7B7CKBJ?
BV=?IB7J?EDIEKIKDI;KB:EII?;H-7=;,*2
7FFEHJ;KD;L7B;KH:?IJ?D9J?L;7KN;DJH;FH?I;I8;B=;ID
EKJH;9;JJ;IEBKJ?ED7VJVD7J?L;C;DJ:VL;BEFFV;FEKHB;
C?:
C7HA;JFH;D7DJ;D9ECFJ;B;I8;IE?DIIFV9?kGK;I
:;9;I;DJH;FH?I;ISI7LE?HI?CFB?9?JV;J?DJK?J?L?JV7?DI?
GKjKD<7?8B;9E^JJEJ7B:jKJ?B?I7J?EDb
(175
,K;(7J7B?I„&?W=;
)
?D<EI7=;8;„MMMI7=;8;
4" &78;8??4-0;;4I38A42C4DA#0A:4C8=6$4;68@D4
vous bougez !
Anixton finalises the sale of the
Tervuren Plaza
IVG Real Estate Belgium has transferred the leasehold rights
and the bare ownership of the «Tervuren Plaza» building
(10,000 sqm – Brussels) to aik (APO Immobilien-Kapitalanlagegesellschaft mbH), a property investment company for
occupational pension funds and insurance companies. The
property is located on the prestigious avenue de Tervuren
facing the “Palais Stoclet” and is fully let to tenants of good
credit-rating. The total transaction cost amounts to approx.
EUR 21 million. IVG Real Estate Belgium was represented by
Anixton, an independent consulting company offering corporate real estate solutions and by Clifford Chance LLP for
the legal aspects of the transaction.
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
30
Anixton
Bastion Tower
Place du Champ de Mars 5
1050 Bruxelles
T +32 2 721 99 19
Success Stories pour Conceptum Conferences & Events
Conceptum Conferences & Events, anciennement Meeting Time, leader dans l’organisation de conférences et
d’événements, a organisé avec brio la cérémonie de clôture de l’Année Internationale de la Chimie. Plus de 800
participants du monde entier ont dialogué ouvertement
sur les défis et les solutions que la Chimie apportera pour
contribuer à un monde meilleur d’ici 2050. Un véritable
vent de fraîcheur et d’optimisme s’est dégagé suite aux
différentes présentations. Conceptum Conferences &
Events a développé, sous le patronage de l’UNESCO et
en collaboration avec 7 grands sociétés leaders dans
le monde de l’industrie chimique, une nouvelle plateforme: le Young Leaders Forum. Treize jeunes talents
venant du monde entier et issus de l’industrie chimique
se sont rencontrés à plusieurs reprises cette année pour
proposer des solutions aux nouveaux défis horizon 2050
dans le domaine de la santé, des énergies renouvelables
et de la gestion de l’eau. Ils ont présenté leurs conclusions
devant un parterre de renom composé de prix Nobel tel
qu’Ada Yonath, de plusieurs CEO’s de groupes mondiaux
de chimie, mais également de SAR Prince Philippe et de
la Commissaire Européenne pour la Recherche Máire
Geoghegan-Quinn. Les réactions à cette journée ont été
extrêmement positives et la volonté de poursuivre leurs
réflexions est née. Cette plateforme, active sur Facebook,
offre dorénavant l’opportunité aux jeunes du monde entier de suivre leurs réflexions et d’y contribuer.
Conceptum Conferences & Events
Brusselsesteenweg 539
3090 Overijse
T +32 2 808 41 75
www.conceptum-conferences.eu
international
BECI DOUANES ET ACCISES
La douane du bon côté
La valeur en douane d’une marchandise achetée à l’international joue indirectement sur la compétitivité de l’acheteur. Les droits à l’importation sont très variés, ils sont propres à chaque type
de produit. Et se tromper coûte cher. Toute l’info utile…
Pour circuler dans l’Union Européenne,
une marchandise arrivant à la frontière
doit être mise ‘en libre pratique’, acte qui
demande d’acquitter des ‘droits à l’importation’ et pour être ‘mise à la consommation’, seconde opération douanière
requise, ce sont des accises et la TVA qui
sont dus. Là où cette dernière s’applique
à tous les produits, les accises ne frappent que certains articles, dits de luxe,
exemples : les alcools, le tabac manufacturé mais aussi les boissons non alcoolisées, … La base imposable sur laquelle
sont calculés les droits à l’importation
est déterminée en général par rapport
au montant facturé. Il ne s’agit pas toujours d’un taux fixe, il peut varier de 0 à
14% selon la nature de la marchandise.
La maîtrise de la valeur en douane requiert pour un douanier une formation
de 18 heures ! Autant dire qu’en détenir tous les tenants et aboutissants est
mission difficile pour un non spécialiste.
Comment agir sur la valeur en
douane ?
Le montant de la facture fait l’objet
d’une négociation sur le prix entre
acheteur et vendeur mais d’autres
éléments déterminent le deal commercial et influencent donc la valeur
en douane. Ce sont les “International
Commercial Terms” (Incoterms) ou
les bons usages du commerce international qui fixent entre les parties
31
Lourdes amendes
Le pool de comptables des douanes
a toute latitude pour inspecter votre
comptabilité commerciale. L’entreprise qui sous évalue sa valeur en
douane s’expose à de gros contentieux.
« On peut retourner 3 ans en arrière
et l’amende sera sévère vu que nos
contrôles ne sont pas aussi fréquents
qu’on ne le voudrait en raison de l’essor des échanges internationaux »,
prévient la responsable. A contrario,
si vous sur-évaluez votre valeur en
douane, vous paierez trop de droits.
Les accises ne frappent que les articles de
luxe : les alcools, le tabac manufacturé
mais aussi les boissons non alcoolisées, …
Ceux-ci vous seront remboursés sur
demande (en cash ou sous forme de
crédit), mais il vous reviendra d’en
fournir la preuve et donc de refaire le
dossier…
Alors autant avoir la douane de son
côté !
Sylvie Cousin
Cycle de séminaires Douanes et
Accises chez BECI
La valeur en douane, le 9 février 2012
Infos : www.beci.be ou
Stéphanie Van Stichel au T +32 2 563 68 56
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
Tout savoir sur la valeur en douane
comment se répartissent les frais,
les obligations et les risques : qui endosse la responsabilité du transport,
à quel prix, jusqu’où etc. Inès Sforzin,
Inspecteur Principal Administration
des Douanes et Accises, SPF Finances :
« Les Incoterms sont souvent mal compris surtout qu’ils ont été remaniés en
2011. » L’enjeu des entreprises est de
rester compétitif, mais quelles marges
de négociation leur reste-t-il donc ?
Tentant bien sûr d’avoir la facture la
plus basse possible surtout à l’achat…
« J’ai contrôlé dans une précédente
fonction de nombreuses entreprises
et comprend bien leurs soucis, j’essaie
de les conseiller au mieux. Et puis la
douane se déplace aussi. Cela peut éviter de mauvaises surprises », annonce
Inès Sforzin.
© Reporters
U
ne société belge importe des stylos Mont Blanc et oublie lors de
la détermination de sa valeur en
douane d’en déclarer les droits d’auteur.
Oubli volontaire ou systématique de
joindre pour la douane la facture de licence de la marque, réglée à part ?
Toujours est-il que les royalties font partie des droits à l’importation. En cas de
contrôle, l’entreprise s’exposera à une
lourde amende…
Finance
LE RECOUVREMENT DE CRÉANCES
Comment me faire payer ?
Du fait de la crise, nombre d’entreprises ont des difficultés à se faire payer. Il devient donc impératif
de mettre en place des procédures précises de recouvrement de créances pour espérer récupérer
© PhotoAlto/Reporters
les sommes dues par les clients « mauvais payeurs ».
L
a notion de recouvrement de
créances peut se diviser en plusieurs
étapes : préparation ; facturation ;
récupération. La récupération proprement dite n’est donc finalement que la
dernière étape du processus.
La procédure
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
32
Si le client ne paie pas sa facture à
l’échéance, l’entreprise devra procéder à
un premier rappel dans un délai de quinze
jours ou d’un mois après l’échéance. Elles
sont possible que le client soit de bonne
foi et ait simplement oublié de payer
votre facture. Dans ce cas, il est bien évidement inutile de procéder au premier
envoi par lettre recommandée afin de
préserver votre relation commerciale.
Un envoi, si possible, par fax, permettra
de se ménager la preuve de la réception
du rappel par le client. Si ce premier
rappel reste lettre morte, une nouvelle
mise en demeure devra être envoyée…
Sans pour autant se montrer menaçante.
La pratique nous apprend que les juges
n’apprécient que moyennement les techniques d’intimidation. Il est néanmoins
important de rappeler à ce stade l’application de vos conditions générales de vente.
Si ce second rappel n’engendre aucune
réaction de la part du client, une mise en
demeure officielle devra être introduite.
A cet égard, trois grandes possibilités
s’offrent à vous : envoyer vous-même par
lettre recommandée une « mise en demeure de paiement », faire intervenir un
organisme de recouvrement de créance
ou adresser votre mise en demeure par
le biais d’un avocat.
Beaucoup d’entreprises ont des difficultés à se faire payer.
du côté administratif du recouvrement
(mise en demeure, rappel téléphonique,
etc.). Ces structures n’ont aucun pouvoir
judiciaire ; elles ne peuvent en aucun cas
introduire d’actions en justice, ni représenter le créancier devant un juge afin de
demander la condamnation du débiteur
au paiement de sa dette.
Les avocats ont quant à eux un véritable
pouvoir de représentation. Concrètement,
l’avocat mettra le débiteur en demeure
de payer le montant dû en principal, les
intérêts ainsi que la clause pénale (-c’est
à dire les frais que le créancier doit débourser afin de récupérer sa créance).
En cas d’inaction du client « mauvais
payeur », l’avocat introduira alors une
procédure par voie de citation, que vous
devrez payer vous-même, dans un premier temps. Vous serez remboursé ultérieurement par votre client si le juge vous
donne raison.
Le rôle de l’organisme
de recouvrement
En cas de jugement
Les sociétés de recouvrement de créances
ont pour mission de faire pression sur
les débiteurs (les clients). Il est l’intermédiaire entre les créanciers et les
débiteurs et s’occuperont essentiellement
Si un jugement est prononcé et que votre
client ne paye toujours pas sa dette, vous
pourrez vous adresser directement à un
huissier de justice afin de faire procéder
à l’exécution forcée de la décision. Deux
hypothèses peuvent être envisagées : soit
le jugement n’est pas frappé de « l’exécution provisoire ». Dans ce cas l’huissier
de justice devra attendre un délai d’un
mois avant de pouvoir procéder à une
saisie (le délai d’un mois étant le délai
durant lequel le client pourra introduire
un recours contre le jugement). Soit le jugement est frappé de « l’exécution provisoire » et dans ce cas l’huissier de justice
pourra directement procéder à une saisie.
La prudence reste toutefois de rigueur, car
si l’huissier procède à une saisie avant
la fin du délai d’un mois, et que le client
qui aurait introduit un recours en appel
gagne, vous serez redevable à son égard
de dommages et intérêts ! Si votre client
est insolvable, même en possession d’un
jugement en votre faveur, vous ne récupérerez pas votre argent. Votre démarche
ne restera cependant pas inutile car elle
vous permettra de récupérer la TVA et de
faire passer votre facture en « créance irrécupérable ». Il existe donc un véritable
intérêt fiscal dans cette démarche de recouvrement de créances.
Cindy Torino,
conseillère juridique au CEd
Plus d’informations : http://www.beci.be/services/je_rebondis/recouvrement_de_creance/ » ou recovery@beci.be
Ressources Humaines/ICT
ENQUÊTE DE FIELD FISHER WATERHOUSE
L’utilisation de Facebook au travail
Alors que le nombre de titulaires d’un compte Facebook explose, les employeurs belges ne
semblent pas encore avoir pris la mesure du phénomène sur le lieu de travail. Tout en redoutant
des abus et la multiplication des litiges, l’écrasante majorité d’entre eux se montre fort timide en
ne réglementant pas l’usage de ce nouveau medium. Beaucoup se méprennent en outre sur le
caractère public ou privé des informations postées par leurs travailleurs sur Facebook.
C
A l’avenir ?
80 % des répondants pensent qu’ils devront réglementer l’usage de Facebook
dans leur entreprise à l’avenir. 58 % pensent même qu’il faudrait purement et
simplement bannir l’usage de Facebook
au travail et 86 % sont convaincus que
Facebook va entraîner une multiplication des litiges entre employeurs et travailleurs.Pour Olivier Rijckaert, avocatassocié au sein du cabinet Field Fisher
Waterhouse, qui a diligenté l’enquête,
33
Peu d’employeurs disent vérifier les informations sur un candidat ou un
travailleur, postées sur Facebook..
« les réponses apportées par les DRH que
nous avons interrogés témoignent d’un
véritable malaise par rapport au phénomène Facebook. La majorité semble se
méfier de ce moyen de communication,
mais peu d’entre eux ont pris la décision
d’en réglementer l’usage dans l’entreprise. A tort, car en cas de litige, un tribunal sera nécessairement plus sévère en
cas d’abus si le travailleur avait été averti
des conséquences de ses agissements. Il
est également surprenant que les employeurs belges affirment ne pas chercher
sur Facebook des informations relatives
à des candidats ou à leurs travailleurs.
Dans d’autres pays, un tel screening
est fréquent, mais pas nécessairement
légitime. Enfin, les employeurs qui
condamnent les propos tenus sur Facebook par les travailleurs à propos de leur
entreprise doivent se méfier : les juridictions belges reconnaissent au travailleur
un droit étendu à la liberté d’expression,
y compris sur Facebook, pour peu que le
travailleur ne dénigre pas son employeur
avec intention méchante.
De manière générale, l’enquête révèle
qu’une grande incertitude règne auprès
des DRH belges quant à ce phénomène.
Il semble certain qu’aborder la question
de front, en communiquant ouvertement
avec le personnel, permettra d’éviter de
nombreux abus et les litiges qui en découleront ».
Pour tout renseignement ou pour obtenir les résultats détaillés de l’enquête :
Me Olivier Rijckaert
Avocat associé
Field Fisher Waterhouse LLP
olivier.rijckaert@ffw.com
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
ZSeules 16 % des entreprises réglementent actuellement l’usage de Facebook
au travail. Les autres préfèrent se taire
et en tolèrent tacitement l’usage.
ZToutefois, 86 % d’entre elles pensent que
Facebook est une source potentielle de
litiges entre employeurs et travailleurs.
ZPeu d’employeurs disent vérifier les
informations sur un candidat ou un
travailleur, postées sur Facebook. Ils
considèrent toutefois (à tort) que ces
informations sont « publiques »
Z70 % des DRH n’acceptent pas qu’un travailleur s’exprime à propos de leur employeur sur Facebook. Pour eux, dénigrer
l’entreprise sur les réseaux sociaux est
même un motif grave de licenciement.
© Imago/Reporters
’est ce que révèle une étude du cabinet d’avocats Field Fisher Waterhouse, réalisée en 2011 auprès
de directeurs des ressources humaines
d’une centaine de moyennes et grandes
entreprises en Belgique.
9RVFHUWLÀFDWVG·RULJLQHRQOLQH
Via Digichambers
Sans quitter votre bureau,
toutes les démarches pour vos exportations
en quelques clics.
Efficace, rapide et facile.
Place à un nouveau service rapide, efficace et fiable :
vos certificats d’origine sont maintenant disponibles
online grâce à Beci et Digichambers.
Il suffit d’une signature électronique pour obtenir
(en format digital) tous vos documents d’exportation
légalisés sur votre ordinateur.
Un gain de temps et d’argent !
Contactez-nous au 02 648 78 03
ou surfez sur www.digichambers.be
Un présentoir Bizzbox dans votre entreprise ?
Communiquer via le réseau Bizzbox ?
l’actualité économique bruxelloise
bizzbox news
www.bizzbox.be
INFORMER. COMMUNIQUER.
Les entreprises ont enfin leur réseau.
Grâce à 200 points de diffusion disséminés dans 390 entreprises à Bruxelles, les présentoirs Bizzbox
diffusent l’information économique et institutionnelle des acteurs bruxellois. Créé en association
avec Beci, le réseau veut renforcer les relations entre institutions de la capitale et promouvoir l’activité économique bruxelloise. La rubrique Bizzbox News entend renforcer cet objectif.
BIZZ
BOX
6INCENT'ILLEMANPOUR"IZZBOX
Trouver un investisseur pour la phase pré-commerciale d’un
projet (certification, prototypage, etc.) en Recherche & Développement est le parcours du combattant. Aujourd’hui, la
Région Bruxelloise, par l’entremise du Ministre de l’Economie
B. Cerexhe, et la SRIB comblent cette lacune. Une subvention
d’1.600.000 € a été attribuée à Brustart, bras armé de la SRIB
dédié au soutien des starters innovantes en Région bruxelloise. Ils fourniront ainsi dès 2012 du capital (seed capital) aux
entreprises qui les solliciteront. Cette initiative vise à soutenir
l’innovation technologique et à valoriser économiquement
les résultats de la recherche scientifique.
N’attendez plus ! www.srib.be/fr/brustart
Créateurs, boutiques insolites…
le Tout-Bruxelles du commerce sur
ShopInBrussels.be
Capitale de la mode, ville de toutes les conférences, cité
cosmopolite, destination à succès des courts-séjours touristiques, Bruxelles est aussi une ville marchande par essence.
Qui n’aime pas trouver le cadeau inédit d’une boutique de
créateur, être conseillé pour le vin du repas des invités du soir,
se chausser de bottes uniques, où trouver conseil auprès d’un
vrai droguiste ? Le site shopinbrussels.be a cette ambition de
vous aider à trouver ces perles rares. Alimentation, décoration,
multimédia, loisirs, santé & bien-être… 10.000 commerces y
sont aujourd’hui répertoriés, 6.000 de plus à venir, couvrant
l’ensemble de la Région bruxelloise. Atrium a encore frappé !
www.shopinbrussels.be
2011 : créations d’entreprises en hausse à
Bruxelles
Graydon a publié les bilans 2011 et sans surprise, la crise
frappe. Néanmoins, si le nombre de faillites est en hausse
(2237, soit +17% en 2 ans), la Région bruxelloise se démarque
avec les créations d’entreprises en croissance depuis 2 ans :
9881, soit +4% (à noter : -2% de créations à l’échelle nationale !).
Ce qui réjouit, ce sont aussi les mesures d’accompagnement
mises en place par le Gouvernement bruxellois et son Ministre
de l’Economie.
Ainsi, le 1819, porte d’entrée vers la totalité des services offerts
aux entrepreneurs bruxellois, avec une moyenne de 200 appels par mois et de 15 minutes par appel. Mais aussi le Centre
pour Entreprises en difficultés (CEd), le pro deo comptable, le
pro deo social ou le pro deo juridique, créés en partenariat
avec BECI, le Tribunal du Commerce et l’Ordre des avocats du
Barreau de Bruxelles
Enfin, Bruxelles reste la Région où l’on crée le plus d’entreprises par habitants (9 créations pour 1000 habitants).
www.graydon.be - Tél : 1819 - www.ced-com.be
BON À SAVOIR
Une information pertinente à portée de
main de votre personnel
Quelles formations proposer à mon personnel ? Qui contacter
au sein des administrations bruxelloises ? L’exportation : oui,
mais comment ? Les nouveautés du réseau STIB ? Quels subsides pour nos investissements ?...
Mis en place à l’initiative de BECI, le réseau des présentoirs
BIZZBOX est le seul réseau spécialisé dans la diffusion d’informations économiques, sociales et culturelles, au sein même de
l’entreprise. Aujourd’hui, Bizzbox, ce sont plus de 200 présentoirs dans 390 lieux… soit plus de 10.000 contacts quotidiens !
Vous souhaitez disposer gratuitement d’un présentoir ?
Vous aimeriez communiquer vos informations ?
(Conditions spéciales pour les membres BECI)
02 345 74 55 - www.bizzbox.be
BIZZBOX Y EST PRESENT!
Un présentoir bizzbox dans votre entreprise?
Communiquer via le réseau bizzbox?
www.bizzbox.be
INFORMER.
COMMUNIQUER.
Les entreprises ont
enfin leur réseau.
35
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
Cherchez et innovez :
1.600.000 euros pour vous y aider !
Voitures
Que sera la voiture du futur ?
36
Carsharing : optimiser les déplacements
40
Nouvelle fiscalité auto
41
Contestation du le plan régional
de stationnement
42
La bonne gomme pour l’hiver
44
En toute assurance
45
Les stars du salon
46
DOSSIER
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
36
Que sera la voiture du futur ?
Quelle pourrait être l’évolution de l’automobile ?
Nous avons posé la question à Thierry Willemarck, CEO de Touring et à Thierry van Kan, Président
de la FEBIAC (Fédération belge de l’industrie automobile).
Face au défi de mobilité, un mode
de déplacement individuel comme
la voiture a-t-il encore un avenir assuré ? Et quels sont les moyens pour
y parvenir ?
Thierry Willemarck : « Les besoins de
mobilité dans les années à venir ne
seront plus de l’ordre du trajet domicile-lieu de travail ou domicile-école,
mais d’autres types de déplacements.
Ces demandes suivent l’évolution
démographique de notre société. Les
transports en commun devront tenir
compte de ce développement pour
prendre leur part de marché, mais ce
sera toujours limité. La voiture a donc
encore et toujours un rôle très important dans le futur. Seulement il faut
se rendre compte que son utilisation
va devenir de plus en plus chère. En
viendra-t-on à des formules de voitures partagées ? Probablement que
c’est une tendance qui se développera,
grâce entre autres aux nouvelles technologies de géolocalisation et de téléphonie mobile. Les voitures seront
plus petites et moins gourmandes,
mais l’automobile sera toujours très
présente. »
Thierry van Kan : « Le déplacement individuel (voiture, moto, vélo, marche)
est le seul qui permette d’atteindre la
destination finale. Il gardera donc une
place prépondérante. Le problème se
situe au niveau de l’usage qu’on en
fera en fonction de l’environnement,
en fonction de la congestion et en
fonction de la rareté ou de la cherté
de l’énergie. Cette triple problématique doit se gérer avec vision et planification chez tous les acteurs : états,
constructeurs, agents de mobilité et
conducteurs. C’est ce qu’on appelle
l’approche intégrée. Chaque intervenant à sa position doit prendre les mesures qu’il faut à son niveau. Les états
ou les villes en prenant les bonnes
décisions en matière de ‘traffic management’, d’infrastructure, de transport
en commun et en matière de fiscalité
intelligente. Les conducteurs devront
changer certains comportements en
commençant par adapter leur mode de
déplacement à la distance parcourue. »
Quel sera, selon vous, le rôle de
l’automobile pour les décennies à
venir? Comment va évoluer le transport de personnes ?
TW : « Le rôle qu’elle a toujours tenu,
à savoir d’offrir une capacité de mobilité extrêmement souple que nul autre
moyen de transport n’est en mesure
d’offrir. Par contre, la demande pour
le trajet domicile – lieu de travail évoluera.
On verra apparaître des nouvelles
formes de voitures partagées - ce qui
n’est sommes toutes que de la location
de voiture - mais elles pourront se trouver partout au lieu d’être concentrées
en quelques dépôts.
La capacité des transports en commun
va croître, mais sera toujours confinée et limitée. Le mode multimodal
de transport pourra se développer si
les autorités comprennent qu’autour
des gares il faut davantage de places
de parking. »
4" dossier"+)./,'-
dossier
Voitures
TvK : « Les constructeurs s’efforcent de
répondre le mieux possible au besoin
de mobilité et d’économie de leur client
qui lui doit évoluer dans son contexte
socio-économique. Ils s’évertuent à
rendre les voitures de plus en plus
propres. J’ose affirmer qu’ils réussiront
bien tôt à fabriquer la vraie voiture
zéro émission.
L’équation la plus compliquée est certainement la mobilité des villes et là je
crois que les grands constructeurs doivent encore inventer la voiture urbaine
de demain. Toute petite, légère, peu rapide, full automatique, communicante
et confortable. Nous commençons a en
voire certains exemplaires en petite
série. Restera à régler le problème de
la congestion. »
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
38
Dans les villes, le stationnement
pose de nombreux problèmes.
Quelles pistes peut-on explorer
pour le futur ?
TW : « Le transport en commun peut
encore prendre plus de passagers pour
autant que l’on invite l’automobiliste
à laisser sa voiture sur un parking.
« J’ose affirmer que les constructeurs réussiront bien
tôt à fabriquer la vraie voiture zéro émission. »
Thierry van Kan, Président de la FEBIAC
Profitons pour également pousser les
constructeurs et les conducteurs vers
des voitures spécifiques de ville qui ne
demandent pas de vitesse, de sécurité
passive aussi poussée (hormis la sécurité piétons) et qui, surtout, favorisent
le parking et leur mobilité par la petite
taille. »
TvK : « Certainement pas la piste
Bruxelloise à savoir de supprimer des
parkings afin de diminuer l’utilisation
de la voiture, avant même d’avoir solutionné les modes alternatifs : RER,
métro, infrastructure piétonne ou pour
vélo-moto. Je crois que lorsqu’on prend
des mesures pour le long terme il faut
mettre toutes les composantes du futur
dans la même équation. En fonction
de quoi, dans certains endroits, la suppression de parking peut se justifier
alors qu’à d’autres endroits un besoin
criant de parking se fait ressentir que
ce soit privé, d’entreprise ou public. »
La voiture sans conducteur, est-ce
une solution à laquelle vous croyez ?
À propos des voitures électriques,
comment voyez-vous leur intégration dans les villes ?
TW : « La voiture électrique est l’idéal
pour le navetteur. Il n’est même pas
TW : « Comme pour les rames de métro
dont la fréquence peut être doublée si
elles sont conduites automatiquement,
il en sera de même pour les voitures.
En milieu urbain, elles seront interconnectées. Le trafic s’écoulera de manière
beaucoup plus fluide car l’on aura
éliminé l’émotion humaine. Il suffit
d’observer le nombre de carrefours
qui sont embouteillés parce que des
automobilistes les encombrent sans
être capable de les dégager. »
« En milieu urbain, les voitures sans conducteur seront
interconnectées. Le trafic s’écoulera de manière beaucoup plus
fluide car l’on aura éliminé l’émotion humaine. »
Thierry Willemarck, CEO de Touring
Malgré les engagements pris dans
les différents plans de mobilités des
régions, le développement de parking
de motivation (au contraire de dissuasion) est le parent pauvre des gouvernements actuels. Croire, comme M. De
Lille, que l’on peut tous vivre comme
lui sans voiture et juste se contenter
d’un vélo, traduit son fanatisme de
l’apocalypse, comme le décrit si bien
Bruckner dans son dernier livre. Enfin,
chacun doit raisonner sur son mode
d’utilisation de la voiture.
Je dis toujours que cinq familles qui
ont fait leurs courses par Internet et se
qui se font livrer par une camionnette,
vaut mieux que cinq voitures qui vont
au supermarché. »
nécessaire d’avoir des bornes de rechargement en ville, l’autonomie est
suffisante pour autant que l’on n’oublie pas de la recharger durant la nuit.
Maintenant la voiture électrique n’est
pas une panacée, elle pollue moins,
mais son électricité requiert quand
même 69 g CO2/km (basé sur le parc
de production électrique européen
actuel). La sortie du nucléaire va faire
augmenter ces émissions. »
TvK : « Il est clair que la voiture électrique d’aujourd’hui est surtout adaptée à la ville vu son problème d’autonomie et sa qualité écologique. Il faudrait
donc la promouvoir, incentiver son
utilisation.
TvK : « C’est une solution de rêve si elle
n’est pas imposée. Imaginez-vous la
demi-heure de navette journalière
dans une file qui se résumerait à lire
vos mails, téléphoner ou discuter avec
vos enfants que vous menez à l’école.
Par contre, le voyage à la découverte
d’un pays, d’une région où il faudrait
passivement assister à son propre
voyage me paraît le comble de l’ennui.
Conduire, piloter, naviguer restent des
actes extraordinaires et passionnants.
Gardons-les. Par contre, lorsqu’on
rentre dans la monotonie, le pilote
automatique sera vraiment un formidable plus. Et oui, je crois qu’il
arrivera. »
^^^LX\H[PVUIL
ÃMFDUSJRVF
EÃEVDUJCMF
5PVUFT
MFTFOUSFQSJTFT
EFWSBJFOUÄUSF
BVDPVSBOU
;FO$BS-BWPJUVSF
ÃMFDUS JRVFMBQMVTMPVÃF
tSLJ[YPX\LNKL*6L[MPZJHSLTLU[KtK\J[PISL
n WV\Y ]V[YL LU[YLWYPZL! ALU *HY
JLULZVU[X\LSLZIVUZJ[tZKLSH]VP[\YL
tSLJ[YPX\L3HUV\]LSSLTVIPSP[tJVTTLUJL
KuZ H\QV\YK»O\P H]LJ \UL ALU *HY n [LTWZ WHY[HNt KHUZ ]V[YL LU[YLWYPZL
+LTHUKLaUV[YLMVYT\SL*VYWVYH[LWV\YGÒPDUUHUYRWUHEXGJHWDQQXHOGDQV
OHYHUW*VU[HJ[LaUV\ZKuZnWYtZLU[H\ V\LTIHYX\LaZ\Y]HQFDUHX
:(365+,3»(<;67(3(0:*3,(5,946)030;@(9,(
2 ) ) , & , $ / = ( 1 & $ 5 3$ 5 . , 1 *
dossier
Voitures
CARSHARING
Optimiser les déplacements
Le principe du carsharing est maintenant connu. Plusieurs conducteurs se partage un parc de
véhicules via un système de location à court terme ou la mise à disposition d’une flotte réservée.
Cette solution devient optimale en combinaison avec d’autres moyens de transport. Ce service
accessible aux particuliers et aux entreprises se met aussi à la voiture électrique.
C
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
40
ambio est le précurseur du carsharing à grande échelle en Belgique.
Lancé en 2002 en Wallonie, en
2003 à Bruxelles et en 2004 en Flandre,
ce service propose des voitures de petit
gabarit en location à court terme aux
abonnés. Des stations avec places de
parking réservées sont dispersées un
peu partout dans les villes où le service
est disponible. En outre, des coopérations
avec les sociétés de transport en commun
ont contribué à populariser Cambio. Il est
actif également dans le monde des entreprises avec des formules spécifiques.
Selon Cambio, une voiture de carsharing
en remplace jusqu’à huit à dix autres.
Sans stress
Surfant sur la vague, Zen Car propose, à
Bruxelles, une flotte de voitures exclusivement électriques : des Tazzari Zero.
Cette microvoiture biplace est adaptée
aux déplacements urbains pour deux
personnes et quelques bagages (coffre
de 160 litres). Elle se déplace sans bruit
sur une autonomie moyenne de 120 km.
Zen Car propose, à Bruxelles, une flotte de voitures exclusivement électriques.
le marché, Cambio affiche un bon bilan
avec plus de 12.000 utilisateurs répartis
dans 21 villes belges, dont 7800 dans la
région bruxelloise. La société dispose de
400 autos (235 en circulation à Bruxelles
Selon Cambio, une voiture de carsharing en
remplace jusqu’à huit à dix autres.
Sa vitesse maximale est de 90 km/h. La
société Zen Car dispose de places réservées pour les recharges à ses stations en
voirie à Bruxelles mais aussi dans six
Interparking avec une première heure
gratuite. Des formules avec abonnement
forfaitaire à cinq conducteurs inclus ou
avec un coût à l’usage sont proposées aux
entreprises. Zen Car a été lancé en mars
2011 avec l’appui de BECI. Plus abouti que
l’Autolib parisien, il entend favoriser la
qualité de vie et habituer le conducteur
à la voiture électrique pour ses trajets
urbains et périurbains. Plus ancien sur
dont une vingtaine sont des utilitaires
légers) et de 100 stations. Ce sont toujours
des modèles connus et populaires. 30 %
des utilisateurs sont des professionnels
avec tarifs business comportant peu de
frais fixes. De plus, Cambio s’adapte aux
desiderata des entreprises avec facturation dans le détail.
Meilleure mobilité
Une entreprise importante peut également envisager son propre système de
carsharing. Ainsi, une petite flotte de voitures (électriques), de représentation ou
de prestige peut être mise à disposition
du personnel dans le cadre de déplacements professionnels. Au quotidien, les
collaborateurs utilisent les transports en
commun, leur voiture de société à faible
ATN ou leur automobile privée.
Néanmoins, faire appel à des sociétés spécialisées est généralement plus simple et
meilleur marché.
Le carsharing est une solution envisageable pour des déplacements ponctuels.
L’utilisateur en tire un avantage si son
kilométrage cumulé est inférieur à 15.000
km par an. Il est nécessaire de l’associer
à une politique de mobilité proactive en
conjonction avec les transports en commun pour une partie des trajets.
En outre, les véhicules sont stationnés à
proximité de l’environnement de l’utilisateur, à des emplacements réservés.
Enfin, grâce aux nouvelles technologies,
la réservation et la prise de l’auto sont
simplifiées.
Olivier Duquesne
dossier Voitures
NOUVELLE FISCALITÉ AUTO
Un avantage qui se dénature
Le gouvernement Di Rupo 1er a entériné ses réformes sur la fiscalité des voitures de société.
Elles concernent surtout l’avantage en nature et toucheront essentiellement l’employé. En outre,
la nouvelle équipe gouvernementale n’a pas modifié les règles concernant la qualification de
41
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
D
ès maintenant, le mode de calcul
de l’avantage toute nature (ATN)
tient compte de l’émission de
CO2 et de la valeur catalogue du véhicule. Ce dernier point est très important
pour les constructeurs. Ils craignent que
les voitures de sociétés soient moins
équipées. En particulier des dernières
technologies. La présence du niveau de
CO2 dans l’équation jouera aussi sur les
motorisations et sur le gabarit des véhicules. Mais, surtout, l’employé risque de
ne plus apprécier autant la « voiture de
fonction » car l’ATN sera à 85,7 % à charge
des utilisateurs contre 14,3 % à charge des
entreprises..
© Reporters/Oredia
« voiture électrique ».
Prix officiel en référence
Quelle est cette formule ? On prend tout
d’abord 5,5 % de la valeur catalogue,
toutes options et toutes taxes comprises.
Cela sous-entend qu’on ne tient pas
compte de la facture réellement payée,
après réductions, mais bien du prix officiel. Impossible dès lors de négocier la
navigation intégrée ou le toit ouvrant, ils
feront bien partie du calcul selon leur prix
catalogue. En prime, on taxe la TVA ! Au
pourcentage du prix, on ajoute un indice
en fonction des émissions de CO2. La valeur étalon est de 115 g pour un véhicule
essence ou LPG et 95 g pour un Diesel. On
l’ajuste selon un coefficient de 0,1 % par
gramme supplémentaire ou inférieur. Il
y a toutefois un plancher de 4 % et un
plafond de 18 %. Enfin, l’utilisateur ne
pourra pas payer moins de 68,30 euros
par mois, soit 820 euros par an hors indexation (indexé à 1200 euros).
Arval a appliqué les nouvelles équations
aux voitures les plus répandues en fleet,
tous des Diesel. Selon ses calculs, les personnes habitant près de leur lieu de travail (25 km) voient leur ATN augmenter
de 2,29 % pour une VW Golf TDI à 99 g
CO2/km à 121 % pour une BMW X3 à 148 g
Dès maintenant, le mode de calcul de l’avantage toute nature (ATN) tient
compte de l’émission de CO2 et de la valeur catalogue du véhicule.
CO2/km. Ceux qui roulent davantage sont
globalement favorisés par rapport à 2011
avec une baisse de l’ATN de l’ordre de 7 %,
sauf pour les voitures les plus coûteuses
comme les BMW où l’ATN augmente de
35 % à 47 % !
Pas sympa pour l’électricité
Et les hybrides dans tout cela ? Cela dépend du moteur thermique sous le capot. Celles avec un bloc essence, comme
la Prius, sont favorisées par les 115 g
CO2/km. Par contre, les nouveaux modèles avec Diesel associé à un moteur
électrique font face à une valeur étalon plus stricte de 95 g CO2/km. Quant
aux voitures électriques, elles profitent
du plancher de 4 %. Toutefois, leur prix
élevé les pénalise. Renault pourra peutêtre mieux s’en sortir avec sa formule à
tarif d’achat réduit impliquant un loyer
mensuel pour les batteries. Toutefois, les
voitures électriques gardent la déduction
fiscale de 120 %. Reste le problème des
solutions à autonomie étendue comme
la Chevrolet Volt et l’Opel Ampera. Leur
moteur essence ne sert qu’à fabriquer de
l’électricité lorsque les batteries sont à
plat ou fortement sollicitées. Aux yeux du
fisc, ces véhicules n’utilisant que l’électricité pour mouvoir les roues sont pourtant
considérés comme des hybrides. Donc
pas de déduction de 120 %. Et ici aussi,
le prix va les pénaliser. On se retrouve
donc face à une fiscalité qui n’incite pas
à découvrir les nouvelles solutions proposées par l’industrie automobile. Aux
dernières nouvelles, une dépense non
admise supplémentaire de 17 % de l’ATN
s’ajoute au plafond de déduction des frais
automobiles.
Olivier Duquesne
dossier
Voitures
INTERVIEW BOURGMESTRE VINCENT DE WOLF
Contestation du le plan régional de stationnement
Le plan de stationnement de la Région bruxelloise ne satisfait guère les bourgmestres. Réunis
en conférence, ils ont émis plusieurs réserves. Celles-ci n’ont guère été entendues. Pourtant, les
bourgmestres sont soutenus par plusieurs organisations, dont BECI, pour inciter la Région à
revoir sa position. Nous avons rencontré à ce sujet M. Vincent De Wolf, Bourgmestre d’Etterbeek
et Président de la Conférence des bourgmestres de Bruxelles.
Votre commune a mis en place un
plan de stationnement dès 2002. Un
projet soutenu tant par la majorité
que par l’opposition. Quelle est donc
la situation dans votre commune ?
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
42
Etterbeek est une ville très dense avec
beaucoup de voiries et de stations de
métro et prémétro. Très vite on a eu
des plaintes de riverains car il leur était
impossible de stationner à cause des
voitures ventouses.
Le système des cartes de riverains devenaient inefficace. Nous avions alors
mis en place un système pour protéger
les habitants. Ainsi, nous avons établi
deux types de zone : les vertes et les
rouges. Dans tous les cas, le premier
quart d’heure est gratuit. Les zones
rouges sont instaurées dans le cœur
commercial. Ici, le stationnement est
payant pour tous. En zones vertes, les
habitants ont droit à une ou plusieurs
cartes de riverain (maximum 4) pour
obtenir la gratuité de stationnement.
Certaines catégories socioprofessionnelles peuvent bénéficier d’une carte
de gratuité ou d’un tarif spécial. Dans
notre commune, l’entrepreneur avec
siège d’exploitation est assimilé à un
riverain.
Vincent De Wolf, Président de la Conférence des bourgmestres de Bruxelles.
réduite qui ont besoin d’une aide ou
de services à domicile.
On imagine que la Région veut
instaurer un plan de stationnement
régional pour harmoniser les règles.
Cependant, vous avez un certain
nombre de reproches. Quels en sont
les principaux ?
Notre volonté de rendre d’abord service aux habitants est menacée par le
« Les tarifs préconisés par la Région sont de 40 euros par an pour
la première carte et 140 à 200 euros par an pour la deuxième
carte. Nous estimons qu’il serait mieux d’appliquer des tarifs
entre 20 et 50 euros pour la 1re carte et entre 50 et 150 euros
pour la 2e carte. »
De plus, les habitants, même ceux ne
possédant pas de voiture, peuvent demander une carte de deux heures de
stationnement gratuit par jour pour
un visiteur. Cela concerne par exemple
les personnes âgées ou à mobilité
plan de Mme Grouwels. D’ailleurs, la
Conférence des bourgmestres s’est mobilisée pour créer un groupe de travail.
Et elle a été unanime pour demander
une modification de l’ordonnance. Le
premier problème vient de la volonté
manifeste de la Région de réduire le
nombre de places de stationnement
mais aussi de dérogations.
Ainsi, selon le Plan, il faut additionner toutes les autorisations délivrées
en 2010 par commune. Ce chiffre est
un plafond qui ne peut plus être dépassé. De plus, il faut réduire de 20 %
le nombre d’autorisation l’année suivante, et ainsi de suite.
Nous, les communes, nous estimons
que c’est tout à fait irréalisable et
que ce calcul ne tient pas compte des
changements et de l’évolution démographique. Et puis, le découpage en
quartiers sur base statistique pour
la création des zones est un mauvais
choix.
Il serait plus judicieux de tenir compte
de la logique locale pour son découpage. Toutefois, en cas de mésentente
entre deux communes sur le sort de
voiries se juxtaposant, l’Agence régionale de stationnement pourra trancher
le différend. En outre, nous sommes
opposés à la création de zones orange.
Cela compliquerait la lisibilité.
dossier Voitures
Le plan préconise la réglementation
de 9 h à 18 h sauf les dimanches et les
jours fériés. On n’est pas contre un
horaire de base identique, mais on
souhaite laisser à chaque commune
une possibilité d’adaptation. Sans être
obligé de soumettre toute réduction ou
extension locale à l’Agence régionale
de stationnement « pour validation ».
Le plan prévoit aussi un régime de
redevance et des tranches de tarifs
obligatoires. Quelle est votre position
sur ce point ?
Les tarifs, restrictifs, proposés par la
Région empêchent toute adaptation
aux réalités locales. Ce qui pourrait pénaliser financièrement de nombreux
foyers. Tout d’abord, nous souhaitons
laisser le choix aux communes dans
une fourchette établie (voir tableau).
Nous sommes d’accord sur un maximum de deux cartes de riverain par
ménage.
Par contre, les communes sont opposées à interdire l’octroi d’une carte
aux habitants disposant d’une place
de stationnement hors voirie. Les tarifs préconisés par la Région sont de
40 euros par an pour la première carte
et 140 à 200 euros par an pour la deuxième carte. Nous estimons qu’il serait
mieux d’appliquer des tarifs entre 20
et 50 euros pour la 1re carte et entre
50 et 150 euros pour la 2e carte. On a
toutefois un consensus sur le quart
d’heure gratuit et sur une tarification
identique en zones limitrophes.
Enfin, la Région souhaite généraliser
le recours à la redevance plutôt qu’à la
taxe de stationnement. Ce choix permet de faire sous-traiter le contrôle par
une société privée.
Alors que le contrôle de la taxe est
du seul ressort de la commune. Ici, la
Conférence des bourgmestres doit encore trancher cette question.
Quoi qu’il en soit, vous semblez être
confronté à un problème de communication avec Mme Grouwels.
Tout-à-fait. La Conférence demande
une adaptation de l’ordonnance et
comme réponse on en a une nouvelle ne tenant pas compte de nos
remarques. Une enquête publique est
« Notre volonté de rendre d’abord service aux habitants est
menacée par le plan de Mme Grouwels. Le premier problème
vient de la volonté manifeste de la Région de réduire le nombre
de places de stationnement mais aussi de dérogations. »
Vincent De Wolf,
Président de la Conférence des bourgmestres de Bruxelles
programmée pour mars 2012 avec mise
au vote au lendemain des élections
communales. Un agenda surprenant
pour une question essentielle aux yeux
des communes.
Nous sommes surpris de cette démarche « autistique » du Ministre.
D’autant que nous encourageons
une coordination de l’ensemble des
politiques de transports en commun,
de parking, de stationnement, de tarification et de mobilité.
Avec tous les outils pour lutter contre
les abus.
Mais apparemment, on préfère nier le
problème que le résoudre.
Olivier Duquesne
43
Les tarifs - Proposition de la Région
Durée
Prix zone rouge
Prix zone verte
0 h 30
0,60 €
0,50 €
0 h 45
1,30 €
0,75 €
1 h 00
2,10 €
1,00 €
1 h 15
3,00 €
1,50 €
1 h 30
4,00 €
2,00 €
1 h 45
5,10 €
2,50 €
2 h 00
6,30 €
3,00 €
Par ¼ h supplémentaire
Non applicable
+ 0,60 €
Forfait demi-journée
-
30 €
Proposition de la Conférence des bourgmestres
Durée
Prix zone rouge
Prix zone verte
0 h 30
0,50 à 1,00 €
0,50 à 0,75 €
1h
1,00 à 4,00 €
1,00 à 2,00 €
2h
4,00 à 8,00 €
2,00 à 5,00 €
Par heure supplémentaire
Non applicable
1,50 à 3,00 €
Forfait demi-journée
-
25 €
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
Quid des horaires ?
dossier
Voitures
PNEUS HIVER
La bonne gomme pour l’hiver
La conduite hivernale provoque immanquablement de petites frayeurs. C’est alors au conducteur
à faire preuve de dextérité et de lucidité pour éviter l’accident. Et s’il est équipé de pneus hiver,
il aura sans doute plus facile à se tirer de ce mauvais pas.
L
es pneus hiver récents sont devenus polyvalents en
restant efficaces sur le sec. Ils sont conçus pour rester
souple sous les 7 degrés, pour accrocher sur sol glissant
et pour mieux évacuer l’eau. Et si un pneu hiver aide à avancer, il assure aussi un bien meilleur freinage en conditions
hivernales. En équipant sa flotte d’une monte adaptée, on
diminue les risques d’immobilisation ou de petits accrochages liés aux routes glissantes.
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
44
Certains pays imposent le port de pneus hiver (voir tableau). Rien de tout cela en Belgique. À l’IBSR, on n’est pas
favorable à une obligation mais plutôt à la recommandation. Benoît Godart, son porte-parole, indique même qu’en
« cas de neige, les gens sont plus prudents ». Ainsi, « les
statistiques d’accident ont été très bonnes en décembre
2010 ». De plus, il insiste sur la nécessité de rester prudent,
même avec des pneus hiver. Et de renvoyer aux ateliers
« vitesse et distance de sécurité » proposés aux entreprises
(http://www.roadsafetyatwork.be ).
À défaut d’obligation, le manufacturier Michelin, comme
d’autres, joue sur la communication pour inciter à l’usage
de pneus hiver. Il organise, par exemple, des journées découvertes (Winter Experience) avec des démonstrations très
convaincantes. En tant que fabricant de pneus, Michelin ne
peut que sensibiliser le conducteur et les autorités : « nous
« Nous avons remarqué que les gens sont plus
sensibles dans les flottes. Notamment à cause des
deux derniers hivers rudes. »
Les pneus hiver diminuent diminuent les risques
d’immobilisation ou de petits accrochages liés aux
routes glissantes.
hors leasing, il ne faut pas oublier que le stockage des pneus
non utilisés doit se faire dans de bonnes conditions pour
éviter une détérioration. D’où l’existence d’un service adapté
contre un petit loyer mensuel. Pour gagner du temps, et
de l’argent à long terme, il est préférable de choisir un kit
complet : pneus déjà montés sur roue. Le remplacement
sera plus rapide et il ne faudra pas procéder à un coûteux
équilibrage à chaque changement de saison.
Jessica Van de Gucht, Communication Manager Michelin
n’avons pas le droit d’obliger le pneu hiver au consommateur s’il n’y a pas de loi » indique Jessica Van de Gucht son
Communication Manager. « Nous avons remarqué que les
gens sont plus sensibles dans les flottes. Notamment à cause
des deux derniers hivers rudes. » Du coup, en Europe, la
demande a fortement augmenté. « Nous organisons des
précommandes dès mai-juin pour assurer la livraison en
automne ».
Les sociétés de leasing proposent généralement une option
« pneus hiver ». Cela garantit la disponibilité en temps utile
des précieux pneumatiques et le stockage. Pour un véhicule
Le manufacturier Michelin organise des journées
découvertes avec des démonstrations très
convaincantes.
dossier Voitures
Réglementations en Europe
À défaut de règles routières communes en Europe, chaque pays a ses propres exigences en matière de pneus hiver. Le tableau
ci-dessous vous aidera à vous y retrouver. Mais quoi qu’il en soit, leur usage est toujours fortement conseillé dans les régions
où les températures hivernales descendent régulièrement sous les 7 degrés
Allemagne
Obligation lorsque
les conditions
l’exigent
X
Autriche
X
Obligation stricte
Obligation par
signalisation
Recommandation
RI¿FLHOOH
Belgique
Croatie
Aucune
obligation
VSpFL¿TXH
X
Sur annonce
RI¿FLHOOH
Danemark
X
Espagne
X
France
X
Hongrie
X
Irlande
X
Italie
X
Luxembourg
X avant octobre
2012
X dès octobre 2012
Norvège
Pays-Bas
X
Pologne
X
République
Tchèque
Roumanie
X
1/11 -> 31/3
Royaume-Uni
Slovénie
X
15/11 -> 15/3
Slovaquie
Suède
45
X
X
1/12 -> 31/3
Suisse
X
En toute assurance
Fin 2012, l’Europe interdira aux assurances d’adopter des tarifs différents entre les hommes et les
femmes. Pour la Belgique, cela ne changera pas les grilles de calcul actuelles des assurances auto.
Car, contrairement à d’autres pays européens, la Belgique avait déjà interdit en 2007 toute différenciation de primes basée sur le sexe.
Jusqu’en 2007, les assureurs belges
pouvaient pratiquer une différenciation sur base du sexe pour le calcul
de la prime en assurance auto. Cette
année-là, ce type de distinction a été
interdit par le législateur belge. Ce
changement concernait surtout les
jeunes conducteurs. Il a provoqué une
hausse de primes pour les jeunes filles
qui était nettement avantagées par la
différenciation. En effet, elles causent
statistiquement beaucoup moins
d’accidents dans la catégorie 18-23 ans.
La décision européenne d’interdire la
différenciation homme-femme dès le
21 décembre 2012 n’aura des implications que dans les assurances vie, seule
exception en Belgique.
Actuellement, les risques en assurance auto sont donc estimés selon
d’autres critères. C’est ici qu’il est possible de négocier sa prime. Accepter
d’augmenter la franchise peut réduire
les primes. Ce choix peut s’avérer financièrement avantageux sur une
flotte. Surtout si les utilisateurs sont
sensibilisés à la conduite responsable
et anticipative. L’usage qui est fait des
véhicules et les politiques mises en œuvre au sein de l’entreprise peuvent également pousser l’assureur à adapter ses
tarifs à la baisse. Il reste aussi le jeu de
la concurrence pour trouver le meilleur
rapport-qualité prix. Quoi qu’il en soit,
l’idéal est de se faire épauler par un
spécialiste en Risk Management qui
étudiera aussi les autres risques et assurances au sein de l’entreprise.
Olivier Duquesne
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
Pays
dossier
Voitures
Les stars du salon 2012
Le salon automobile de Bruxelles de ce mois de janvier 2012 a permis de découvrir plusieurs
premières mondiales et européennes, mais aussi toutes les dernières nouveautés du marché.
Petit tour d’horizon des modèles les plus attrayants découverts au Heysel.
Alfa Romeo MiTo TwinAir
Cette 3-portes reçoit le moteur bicylindre essence de 875 cm³ de la Fiat 500.
Et avec 98 g CO2/km, l’ATN est minimal.
Sur le stand de la marque italienne, on a
aussi pu voir le concept du coupé biplace
4C.modèle de la lignée DS.
Audi A1 Sportback
L’Audi A1 garantit la pérennité de
l’usine de Forest. Elle se décline
maintenant en cinq portes. Dans la
gamme aux anneaux, on a aussi pu
remarquer le restylage des A4 et A5
et la nouvelle A6 Avant.
Renault Z.E.
Renault croit à la voiture électrique.
Et son offensive est multiple avec la
berline Fluence Z.E., l’utilitaire Kangoo Z.E. avant le quadricycle urbain
Twizy et la petite berline Zoé. À noter
que le face-lift des monospace Scénic était présenté en première européenne.
Peugeot 508 RXH
Peugeot, comme Citroën, commercialise des hybrides Diesel. La 508 RXH
utilise cette technologie pour passer
aux quatre roues motrices (moteur
électrique pour l’essieu arrière). Tout
comme la 3008 Hybrid4.
Skoda Mission L
Skoda va ajouter un modèle à sa
gamme : une berline moyenne. À
Bruxelles, on a pu découvrir son
concept Mission L.
Toyota Grand Prius
Toyota croit toujours à l’hybride. La
preuve avec la déclinaison monospace du Prius, baptisé Grand Prius.
Pour sa part, la berline Prius va arriver en version « plug-in » que l’on
peut recharger sur une prise électrique.
Chevrolet Volt et Opel Ampera
Malheureusement
pas
considérées
comme voitures électriques par le fisc,
la Chevrolet Volt et l’Opel Ampera,
construites sur la même base technique,
n’utilisent pourtant leur moteur essence
que comme générateur d’électricité.
Porsche 911 Cabriolet
La 911 vient de changer de génération. Ce modèle mythique à moteur
Boxer est toujours apprécié tant pour
les loisirs que pour les déplacements
professionnels. En plus du coupé
commercialisé depuis décembre, on
a pu voir le tout nouveau Cabriolet
en première européenne.
Aston Martin Cygnet
En plus de ces magnifiques sportives, dont la Virage en première
belge, la marque britannique a
exposé la citadine Cygnet. En réalité, il s’agit d’une Toyota iQ revue
et corrigée par les ouvriers-artisans
du constructeur.
BMW Série 3
Immanquable ! BMW nous a fait le cadeau
de présenter la nouvelle Série 3 quasiment
en même temps que sa première mondiale à Detroit. La berline emblématique
du constructeur munichois affiche un style
sportif et s’est allongée de 9,3 cm. Fin 2012,
une motorisation hybride s’ajoutera au catalogue.grand frère du tout nouveau NV200.
dossier Voitures
Citroën DS5
Avec la famille DS, Citroën semble réussir
son entrée dans le monde des voitures Premium. La dernière-née, la DS5, ne manque
pas de style. Parmi les motorisations, on retrouve une solution hybride Diesel.
Honda Civic
Ferrari
Ferrari a sorti plusieurs nouveaux modèles coup sur coup dont les deux dernières : la quatre-places à quatre roues
motrices FF et le cabriolet sportif biplace 458 Italia Spider.
La nouvelle Honda Civic a été dévoilée au public belge lors du salon. Cette
berline garde un design atypique.
Honda a aussi présenté l’ensemble de
sa gamme restylée dont les hybrides
CR-Z, Insight et Jazz.
Opel Zafira Tourer
En plus de l’Ampera déjà évoqué par
ailleurs, Opel a présenté la nouvelle
Zafira Tourer. Ce grand monospace a
les atouts pour se placer en ordre utile
dans son segment. Le stand exposait
aussi la curieuse RAKe : une voiture
électrique à deux places.
Ford B-Max concept
Citroën C1, Peugeot 107, Toyota
Aygo
Les cousines Citroën C1, Peugeot 107
et Toyota Aygo ont présenté leur nouveau visage, après face-lift, en première mondiale à Bruxelles. Les trois
citadines ont été retouchées à l’extérieur et à l’intérieur. De nouveaux
équipements, comme la téléphonie
Bluetooth, font leur apparition.
La Ford Fusion va tirer sa révérence
cette année. Elle sera remplacée par
la B-Max. Au salon, on avait droit à un
concept très proche du modèle final.
Ford a aussi présenté l’Evos Concept
préfigurant les voies stylistiques
pour la nouvelle Mondeo.
Fisker Karma
Cette berline sportive hybride limite ses
émissions de CO2 à quelque 51 g/km.
Après les récentes réformes fiscales, elle
ne pouvait pas mieux tomber.
Hyundai i30 et i40
Avec les nouvelles i30 et i40, Hyundai
a là des voitures qui auraient tout à
fait leur place dans une flotte d’entreprise. Le constructeur coréen est
en effet à même de rivaliser avec les
leaders du segment.
Nissan Leaf
La berline 100 % électrique Nissan Leaf est
commercialisée depuis l’automne 2011 et
80 % des acquéreurs sont des entreprises.
Sur le stand, on a aussi vu le monospace
Evalia et la nouvelle évolution du coupé
ultrasportif GT-R.
Fiat Panda
Carrée, donc pratique, et avec de petits moteurs, donc à faible CO2 ; la nouvelle Fiat Panda pourrait tirer son épingle du jeu. Surtout
qu’elle se déclinera aussi en 4x4.
dossier
Voitures
Jaguar XK
La sportive Jaguar XK est encore plus
puissante depuis l’été dernier. Mais
sur le stand, on a aussi parlé d’un modèle qui arrivera prochainement : la XF
break.
Renault Kangoo Express Z.E.
Renault se place en chef de fil des
constructeurs croyant à l’électricité.
La Kangoo Express Z.E. est un petit
utilitaire pour la ville. D’autres modèles électriques seront exposés sur
le stand de la marque au losange : la
Fluence Z.E. et le Twizy.
Kia Rio et Optima
Kia a, en quelques années, fait
évoluer ses produits pour atteindre un niveau comparable
à la concurrence européenne et
japonaise. À l’image de la berline cinq-portes Rio et à la grande
quatre-portes Optima.
Lamborghini Aventador
Land Rover et Range Rover Evoque
Ici, on est plus dans le monde de
l’aviation de chasse que de l’automobile : V12 de 691 ch et 350 km/h.
Le Range Rover Evoque semble réussir son
entrée. Ce SUV sportif a attiré les regards.
Autre curiosité : le concept Land Rover
DC100 préfigurant le tout futur Defender
prêt à répondre aux exigences environnementales.
Subaru BRZ et Toyota GT86
Volvo V60 Hybride
Volvo se lance dans l’hybride Diesel.
Le break V60 a un moteur Diesel qui
entraîne les roues avant et un autre
électrique pour les roues arrière. Ils
peuvent travailler ensemble et séparément. Pour la conduite en mode
électrique, il est possible de recharger
les batteries via une prise électrique.
Subaru et Toyota (actionnaire du premier)
se sont associées pour développer un coupé
ultrasportif avec moteur Boxer. Les deux
marques ont proposé le concept final sur
leur stand respectif.
Lancia « américaines »
Lancia a récupéré d’anciens modèles
Chrysler. Ils ont été retouchés et parfois rebaptisés. On pointera la Thema
(ex-300C) et le Voyager.
Volkswagen Beetle et Up
Volkswagen est venu à Bruxelles avec
deux nouveautés importantes : la
Beetle « du XXIe siècle » et la citadine
Up. La Up, trendy et sympa, est un challenge pour VW qui, après l’échec de la
Fox, cherche à se distinguer dans le
segment des petites voitures. Quant à
la nouvelle Beetle, elle tourne la page
de la New Beetle. Son style est nettement plus moderne et dynamique.
Mercedes
Mercedes-Benz est en pleine offensive
produit avec les nouvelles Classe B, Classe
C Coupé, ML, SLK et la très sportive SLS
AMG Roadster. Cette année, on aura encore droit aux nouvelles Classe A et SL. On
a aussi appris que la marque de prestige
Maybach allait disparaître en 2013.
Mini Roadster
Première européenne pour la Mini
Roadster. Une biplace destinée uniquement aux balades cheveux au
vent. C’est la version cabriolet de la
toute récente Mini Coupé, tout aussi
tournée vers le loisir. Pour les entreprises, la famille Mini va de la petite
berline au SUV compact.
Mazda 3 et CX-5
Les produits Mazda sont parfois oubliés
par les fleet managers. Pourtant, les entreprises peuvent trouver chaussures
à leur pied comme avec les nouvelles
Mazda 3 et le SUV compact CX-5.
BLOC - NOTES
Personal Management & RH
„Gagnez 12 ans d’expérience professionnelle en 1 an: Alter Ego –
Assistante de direction
10 réunions jusqu’au juin 2012 de
9h à 13h
„Résponsabilité Sociétale des Entreprises
3e Réseau apprenant Quadrant en
RSE : Les 17 janvier – 8 mars – 24 avril
– 12 juin et 28 août 2012.
Sessions de 3 heures avec petit déjeuner, de 8h à 11h
„BECI HR Lunch
Vendredi 27 janvier 2012, de 11h à 13h
Vendredi 23 mars 2012, de 11h à 13h
„Plus de 90 trucs pratiques pour
mieux gérer votre temps !
Mardi 31 janvier 2012, de 9h à 17h
Mardi 6 mars 2012, de 9h à 17h
„9 étapes clés pour réussir sans à coup
les projets qui vous sont confiés
Mardi 14 février 2012, de 9h à 17h
POUR DIRIGEANTS PME
Formation: modules de 4 x 4h –
³14/01/2012, 04/02/2012,
03/03/2012 & 24/03/2012
³21/04/2012, 12/05/2012,
02/06/2012 & 16/06/2012
Les samedis matins de 9h à 13h
„Mieux écouter pour mieux vendre
Les jeudis 15 et 22 mars, de 9h à
12h30
„Techniques de vente
Les vendredis 20 et 27 avril 2012, de
9h à 17h
bMediation
„Time for revolution in conflict resolution
Mercredi 25 janvier 2012, de 16h30 à
20h30
„Communication Non Violente et
Médiation
Dimanche 25 mars 2012
Infos: Brigitte van der Mensbrugghe
02 643 78 30 – bvdm@beci.be
Séminaires
„Faire faire ou comment réussir la
délégation responsable
Mardi 27 mars 2012, de 9h à 17h
Législation sociale
„Techniques de réunion
Mardi 17 avril 2012, de 9h à 12h30
„CYCLE ELECTIONS SOCIALES 2012
³17/01/2012 & 27/03/2012
Vente-Marketing
„Véhicules de société : Qu’est-ce qui va
changer en 2012 ?
Jeudi 2 février 2012
„MARKETING : CYCLE MARKETING
„Rémunération et fiscalité (attractive)
des innovations et créations intellectuelles des salaires
Mardi 6 mars 2012
„Chômage temporaire :
mode d’emploi
Lundi 27 février 2012
Infos: Frédéric Simon
T +32 2 643 78 17 – fs@beci.be
Activités international
„Cycle DOUANES ET ACCICES
Jeudi 12 janvier 2012 : Le Certificat
d’Origine
Jeudi 9 février 2012 : La valeur en
douane
Jeudi 15 mars 2012 : Règles générales
interprétatives
Jeudi 19 avril 2012 : Opérateur Economique Agréé (AEO)
„Formation sur l’utilisation des Incoterms
Jeudi 16 février 2012, de 9h30 à
12h30
„International Food Business Meetings – TAVOLA
Lundi 12 mars 2012, de 10h30 à
17h30, à Courtrai
Infos: Beci’s International Department on 02/643.78.02. or internatioNAL BECIBE
Events
19/01/2012
MIC: MICROSOFT
INNOVATION CENTER
BRUSSELS
24/01/2012
BECI SPEED BUSINESS
LUNCH
SOIRÉE INFO
ENTREPRENEURS
NIGHT
BECI GARDEN PARTY
29/02/2012
21/03/212
26/06/2012
Infos: www.beci.be
events@beci.be
49
N° 01 - JANVIER 2012 - ENTREPREN DRE
Formations
*,*,-(..#)(/)(-#&j'#(#-.,.#)(
4" B3149C5<79E=(2UE2OYALE ?B=1>$B91>>5%%2UED´%COSSE !I>H!12)5<<5B"1BD9>%%+%755>('(
3AINT*OB"RUXELLES#ODE.ACE
"RUXELLES#ODE.ACE!CTIVITmSD´IN 47:(..(5'(.4,%00(14/%0
L´)NSTALLATIONDESYSTnMESD´ALI
*>0,(4,((6'(&105(,.56(&+0,37(55%7)
%&6,8,6>5'(5*>1/?64(5'(.7',#176(45 B51D9F5?>CE<)51=(%'!/PSTALWEG /(06%6,10'(5(&1745*4172(5>.(&641
"RUXELLES#ODE.ACE#ONSEIL *?0(5#ONSEILINFORMATIQUE
??CD(#HAUSSmEDE7ATERLOO 2174.(5%))%,4(5(6%764(5&105(,.5'(*(5 4RAITEMENTDEDONNmESHmBERGEMENTET
%&6,8,6>5&100(:(5'(.%46,0 (..(4
"RUXELLES#ODE.ACE!UTRES 6,10'(..,0(4%0-)146
%&6,8,6>5,0)14/%6,37(5bTUDESDE
/%4&+>(6510'%*(5'C12,0,10'(.,..(5 1>5J<71>1CC?3914?C.%<% '9F175 (@9B9D D? >>?F1D5 (%'! 8(07(
1..(6
#ONCORDIA"URJASSOT6ALENCIA $E &Rm "RUXELLES #ODE .ACE
LESACTIVITmSD´mTALAGISTE
%SPAGNEDEL4ERESA)BAuEZ!LCAuIZ
>%.,5%6,10'(52(&6%&.(52%4'(5%46,56(5
%5>DB5@?EB<1?B=1D9?>5D<[>
D5BF5>D9?>%CI38?C?39?<?79AE5C(!8( >D5B,9>59>5(%'!8(07(/,.('( ,0'>2(0'%0653ERVICESSPmCIALISmS
NUE,OUIS'RIBAUMONT"RUXELLES "ECOBTE"RUXELLES#ODE.ACE '7510'(.C,/%*((6'(.C>&.%,4%*('(.
#ODE.ACE2ESTAURATIONgSERVICE #OMMERCEDEDmTAILDEVINSETDE &RANlIS(EUSBOURG
COMPLETDEL0IERRE$UBRUILLE
52,4,67(7:(0/%*%5,052>&,%.,5>
105(,.2174.(5%))%,4(5(6%764(5&105(,.5 (?<ED9?> "1895E (9=?> %% 7(
81=2B545?==5B355<7?5<<O>9AE5 DEGESTION3ERVICESADMINISTRATIFS 'RAND´2UE#EROUX-OUSTY#ODE
(! 2UE DES 0ETITS #ARMES COMBINmSDEBUREAUDEL&ABRIZIO"UCELLA .ACE,AFABRICATIOND´APPAREILS
RmCEPTEURSDERADIODIFFUSION)N
"RUXELLES#ODE.ACE!CTIVITmSDES
14*%0,5%6,1052%6410%.(5(6>&101/,37(5 !1EB5>DI(2UE#HARLES$EMMER 6(4/>',%,4(5'7&1//(4&((0)1740,674(5
'(."%55,.,5-4,6,',5
"RUXELLES#ODE.ACE.ETTOYAGE POURPLOMBERIEMATmRIELSD´INSTALLATION
COURANTDESBhTIMENTSDEL-ARC-ETZGEN mLECTRIQUEgUSAGEDOMESTIQUEETINSTAL
LATIONSDECHAUFFAGE3ERVICESSPm
9DI (<945C (%'! 47( 756%8( ,.510
"RUXELLES#ODE.ACE !5=?>BEC8(%'!2UE&RmDmRIC0ELLETIERA CIALISmSDUSDEL3IMON-AHIEU
4(24(55(024(/(',%',(056(0&6,8,6>5 "RUXELLES#ODE.ACE!CTIVI
'(24>24(55('(.",8,%0((64;
TmSDESAGENCESDEPUBLICITmDEL!LEXAN / (%'! 2UE $OCTEUR (UET "RUXELLES#ODE.ACE)NTERMm
'4%(70(0
',%,4(5'7&1//(4&((0241'7,65',8(45
?B1?1B<?C%%7(4%0=1,5%;
"RUXELLES#ODE.ACEAUTRES !?79CD93$B71>9C1D9?>B?E@(%'!7('7 '(.(.2+,0(%5510
ACTIVITmSGRAPHIQUES$ISTRIBUTION #HARROI"RUXELLES#ODE.ACE
'(D./5&,0>/%61*4%2+,37(5'(8,'>1(6 3ERVICESDEDmMmNAGEMENT
DEPROGRAMMESDETmLmVISION0OR 105(,.2174.(5%))%,4(5(6%764(5&105(,.5
6%,.506(40(6'(.%4.1514%1
DEGESTIONDEL0ATRICK$UBOIS
4HE 3-% &EEDBACK IS A SPONTANEOUS
4(2146,0*1)',)D&7.6,(54(57.6,0*)41/
(:,56,0*!.(*,5.%6,101421.,&,(5(:2(
RIENCEDBYINDIVIDUALCOMPANIESINTHE
3INGLE-ARKET
4HE3-%&EEDBACKTOOLMECHANISMISA
VALUABLETOOLFORTHE%UROPEAN#OMMIS
5,10615722146,6521.,&;/%-,0*%&6,8,6;
BYPOINTINGOUTEXISTINGPROBLEMSTHAT
&1/2%0,(5)%&(9,6+,06+(06(40%.%4
-(6
4HEPURPOSEISTOIDENTIFYEXCESSIVEBUR
'(0518(4.%25*%25,0&105,56(0&,(5%0'
OROBSOLETEMEASURESWHICHMAYHAVE
%22(%4('18(46,/(06+(&106(:61)4(
.%70&+,0*6+(06(40%.%4-(66+(&%5(5
ENCODEDINTHEDATABASECANHELPIDEN
6,);,0*(:,56,0*9(%-0(55(56+%60(('61
BETACKLED
4(;17%0(064(24(0(749,6+',)D&7.6,(5
,06+(!%4-(6
,';179%56(6,/(%0'/10(;'7(61
70&.(%447.(514241&('74(5
+(7412(%01//,55,10572214656+(
INITIATIVE¦3-%&EEDBACK§WHOSEGOAL
ISTORAISETHEPROBLEMSTHATCOMPANIES
ENCOUNTERINTHE%UROPEAN3INGLE-ARKET
%0',0 +,4'17064,(5
3OMETIMES THE %UROPEAN POLICIES ARE
'(&,'(' 9,6+176 )7..; &105,'(4,0* 6+(
PRACTICALPROBLEMSFACEDBYCOMPANIES
ANDTHEENTREPRENEURS)NTHISCASE3-%S
&EEDBACKISTHEBESTWAYTOBEHEARDBY
6+(7412(%01//,55,10%0'61(.,/,
%UROPEISLISTENINGTOYOURVOICE¨#/.4!#453
+(&106%&62(4510)146+,5,0,6,%6,8(,5+4,56,0(1'65
4EL&AX%MAILCG BECIBE
0%6( 51/( 1) 6+( ,0()D&,(0&,(5 1) 6+(
3INGLE -ARKET4HE %UROPEAN #OMMIS
5,10,54(%..;,06(4(56(',0%..,557(557&+
AS 0UBLIC 0ROCUREMENT &UNDING4RADE
-ARKS,ABELLING%LECTRONIC#OMMERCE
08,410/(067561/5 %:(510241'7&65
%;/(065(5(%4&+%0'(8(.12/(06
4%,5(',06+(7412(%0!0,1014,06+(
+,4'17064,(5);17+%8((:2(4,(0&('
12(4%6,10%.',)D&7.6,(54(51.8('14016
FOR YOUR BUSINESS IN THE %5 MARKET OR
,0 +,4'17064,(52.(%5(&1/2.(6(174
QUESTIONNAIRE9OURDATAWILLBEUSEDJUST
TOASKYOUFORCLARI½CATIONSBUTTHEYWILL
NOTBEFORWARDEDTOTHE%UROPEAN#OM
/,55,10#(%5-;17)1410.;D8(/,076(5
1);1746,/(616(..75;174(:2(4,(0&(
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising