La baisse de l`écoute radio par les jeunes indique un vrai

La baisse de l`écoute radio par les jeunes indique un vrai
N° 311
AVRIL 2007
INTERVIEW
ÉTUDES D’AUDIENCE
« Une radio qui reflète la plus
grande diversité d’opinions,
d’ethnies, de générations
et de cultures… »
La baisse de l’écoute radio
par les jeunes indique un vrai
changement de génération
Louise Lantagne est Directrice générale
de la radio de Radio-Canada depuis
la mi-janvier. À ce titre, elle est responsable
de la Première chaîne, d’Espace musique
et de Radio-Canada International.
Elle nous fait part de ses impressions,
de ses intentions et de ses espoirs.
PAGE 3
■ Les Radios Francophones Publiques s’intéressent de près
à l’évolution de l’écoute de la radio chez les jeunes. Le sujet
était au menu de la dernière Assemblée de direction tenue
à Genève, où les communications ont clairement montré
que la diminution de l’écoute était un phénomène général.
POINT DE VUE
Le web 2.0, une évolution
du web et de ses usages
Par Pierre Dubois, chargé de la diversification
et du développement à la RTBF.
.
PAGE 2
La radio numérique sur
les ondes françaises en 2008
Lors d’une démonstration à la Maison de la
Radio, le ministre délégué à l’Industrie a
annoncé que les opérateurs français avaient
choisi la norme T-DMB.
PAGES 4
Zoom
Internet : un tremplin
pour la radio
La popularité d’Internet a donné naissance à
une nouvelle espèce d’auditeurs pour qui le
récepteur radio traditionnel est un article de
musée. Pour eux, la radio passe désormais par
l’ordinateur. Parmi les internautes qui
fréquentent Radio-Canada.ca, 23 % captent la
Première chaîne en direct sur le web. Et encore
plus nombreux sont ceux – 34 % – qui
téléchargent les éléments audio qui
accompagnent les nouvelles ou les émissions.
L’union de la radio et d’Internet est cependant
loin d’être complète car 47 % des internautes
radio-canadiens n’écoutent pas Radio-Canada.
Pourtant, en termes d’éducation et de revenus,
ils présentent des caractéristiques semblables
à celles des auditeurs. À une différence près :
ils sont plus jeunes. Le défi de la radio-web est
de gagner ce jeune public. /L.S.
On l’a observé aussi bien en France
qu’en Belgique, en Suisse romande ou
au Canada francophone : la durée
d’écoute diminue dans pratiquement
toutes les classes d’âge, mais le
phénomène est très marqué chez les
plus jeunes. En France, moins 16,5 %
chez les 15-24 ans de 1996 à 2006 ;
moins 17,5 % de 2002 à 2006 chez les
15-24 ans en Suisse romande ; une
diminution de 4 heures hebdomadaires chez les Canadiens francophones de 12-17 ans (-41 %) et de 1824 ans (-23 %) de 1996 à 2006. En
Belgique, de 2001 à 2005, on a pu
observer un glissement des jeunes
auditeurs de la catégorie "consommateurs moyens" vers les "petits
consommateurs". Quoique moins
marqué, le phénomène s’observe sur
toutes les classes d’âge, sauf chez les
seniors.
Le paradoxe est que cette évolution ne
s’accompagne pas forcément d’une
diminution du nombre d’auditeurs
parmi les plus jeunes. Au Canada, il
est vrai, il n’y aurait plus que 72 % des
francophones de 12 à 17 ans qui
écoutent la radio au cours d’une
Suisse romande
durée d’écoute par
auditeur de 2002 à 2006.
Source : Études et audience RSR.
Source : Direction des études
de Radio France.
Doron Allalouf, RSR
15-24 ans
25-34 ans
35-49 ans
64 ans
> Évolution de la
France > Évolution
de l’audience cumulée
de 1996 à 2006.
semaine, un chiffre en forte baisse
depuis 1996. Mais les résultats sont
stables en France et en Suisse
romande, tandis qu’en Belgique, les
jeunes de 12 à 24 ans qui n’écoutent
jamais la radio étaient moins
nombreux en 2005 qu’en 2001.
Les causes de cette évolution sont
partout les mêmes.
On passe moins de temps à la maison
et cette mobilité accrue rend l’exposition au média radio moins aisée.
Mais surtout, nous assistons à un
véritable changement de génération.
Les jeunes d’aujourd’hui sont littéralement nés un "ipod" entre les mains.
Ils jonglent entre l’Internet, leur
mobile, le lecteur mp3, la console
vidéo et la télévision, médias qui
concurrencent tous la radio. La
multiplication des vecteurs amène
immanquablement au développement
de nouveaux comportements et a des
attentes nouvelles, notamment en
termes de personnalisation, de participation et de disponibilité des contenus
en déplacement. Pour le média radio,
les défis à venir ne manquent pas.
-17,5 %
-16,6 %
-9,7 %
-2,5 %
65 ans et + +3,5%
0%
+2,2 %
+5,5 %
+7,8 %
+8,7 %
15-24 ans
25-34 ans
35-49 ans
50-64 ans
64 ans et +
RSR
Les mini-journaux
à la place des flashs horaires
À la fin du mois, les flashs horaires de la Radio
Suisse Romande, diffusés sur La 1ère, vont
s’allonger, pour atteindre quelque cinq à six
minutes. Ils intégreront désormais des sons
enregistrés et l’équipe en charge de leur production
pourra réaliser papiers et interviews, qui compléteront les sommaires des grands journaux du matin,
du midi et du soir.
L’auditeur ne percevra sans doute qu’un enrichissement de ses rendez-vous habituels, mais le
changement aura un impact important sur l’organisation de la rédaction. Il s’agira en effet de
coordonner avec soin chaque édition et d’intégrer
toute la production de la rédaction dans un flux
continu. L’équipe en charge des mini-journaux
sera en outre responsable de la mise en ligne de
ses contenus audio sur l’Internet. Cette structure,
effective dès la fin avril, servira en outre de
colonne vertébrale à la future chaîne DAB d’info
en continu, prévue à l’antenne en 2008.
Doron Allalouf, RSR
ANNIVERSAIRE
RSR • rsr.ch a dix ans
Le site internet de la Radio Suisse Romande aura
dix ans le 7 avril. Ce n’était pas tout à fait l’inauguration de la présence de la RSR sur la toile,
puisque Couleur 3 avait lancé son propre site dès
septembre 2005. Reste qu’à l’époque, on était
sidéré par le crachotement du flash horaire et des
quelques émissions disponibles en ligne, on se
réjouissait d’imprimer la recette de la semaine et
on s’étonnait qu’il y ait autant d’auditeurs pour
envoyer des messages électroniques…
//Enligne
FRANCE • “Pas de quartier”, nouvelle émission
politique consacrée aux banlieues. Diffusée en direct
dans la Web radio présidentielle de Radio France, elle
reçoit depuis le 22 février les candidats aux élections
présidentielles. Pendant une heure, ils répondent aux
questions des journalistes de Radio France, du magazine Fumigène et de la radio des Hauts de Rouen, sur
des thèmes concrets (logement, éducation, emploi.).
Pilotée par Omar Ouahmane de France Culture,
l’émission est enrichie de témoignages des habitants
des quartiers populaires, au micro d’étudiants en
sciences politiques. En bonus, une vidéo dans laquelle le candidat se confie “à chaud” après l’émission.
Sur www.radiofrance.fr/thematiques/
pres_2007/etaussi/pdq.php
SUISSE • MonPledari, dictionnaire françaisromanche. En Suisse, on parle (et on fait de la
radio) en quatre langues, y compris en romanche.
Un dictionnaire français-romanche aidera les novices
à se retrouver parmi les différents dialectes.
www.pledari.ch/monpledari/
© RTBF
2 AVRIL 2007 - N° 311 - MICRO 4
POINT DE VUE
Par Pierre Dubois,
RTBF
Le web 2.0, une
évolution du web
et de ses usages
« En radio où l'interactivité a toujours été de la partie… le micro
est ouvert et le dialogue existe !
Il se limite toutefois souvent à la
parole d'experts censés représenter nos publics.
Dès la fin du dernier millénaire,
l’Internet est monté en puissance,
les radios publiques s’y sont
investies en dupliquant leurs
programmes sans chercher à
savoir ce que la toile apporte aux
auditeurs. Ce que le web 2.0 nous
apprend aujourd'hui, c’est une
formidable envie de participation.
Le Web 2.0 désigne une
transition importante, nous
passons d'une collection de sites
à une plate-forme informatique à
part entière, fournissant des
applications Web aux utilisateurs
comme les blogs. En deux ans, ils
sont passés de 5,4 à 63,1 millions,
la blogosphère a donc vu sa taille
multipliée par plus de 11.
On fait des blogs à tous les âges,
le monde des affaires, des
politiques et le secteur associatif
s’en sont emparés, en tant que
média de masse. Les blogs
participent donc désormais aux
stratégies de communication.
Dans une expérience récente, la
RTBF a ouvert un blog sur l'avenir
de la Belgique. En sept jours, nous
avons pu reconstituer, à l'aide des
nombreuses réactions laissées
sur ce blog, l'équivalent d'un livre
de 400 pages truffées d'anecdotes et de propositions
constructives…
Aujourd’hui le poids de l’expert
s’efface devant la maturité de
la communauté. Du dialogue naît
une opinion relayée et amplifié
en ligne, nous pouvons tous nous
exprimer mais la parole de
chacun peut être remise en
question.
Les radios de service public
peuvent jouer un rôle important
dans ce processus, en suscitant
le dialogue autour des préoccupations qui animent nos publics
et en relayant cette parole sur
nos médias. Nous reprenons
notre rôle de passeur et nous
recentrons au cœur des préoccupations quotidiennes ou existentielles de nos publics.
L'Internet ne sera plus pour nous
un simple moyen de diffusion,
mais incarnera les valeurs que
nous partageons avec nos
publics. »
Pierre Dubois, chargé
de la diversification
et du développement, RTBF.
Le web 2.0, qu’est-ce que c’est ?
Le web 2.0 est une plate-forme d’innovation qui, en quelque sorte, fait
du web un système d’exploitation. Il désigne une étape de l’évolution
du web dont l’utilisateur et le partage d’information sont la clé de
voute. Ce web est notamment caractérisé par l’apparition de nouveaux
services multisupports (ordinateur, PDA, téléphone) favorisant l’interaction entre les internautes (blogs, wikis, partage de photos et de
vidéos, réactions), et les informations (RSS [Syndication de contenu],
journaux citoyens, tags [mots-clés]).
EN BREF
BELGIQUE • Musique mode d’emploi.
Tout ce que vous auriez voulu savoir sur la musique
sans jamais avoir eu l’occasion de le demander !
Sur www.musiq3.be, les auditeurs sont invités à
poser les questions les plus variées. Les réponses,
brèves mais complètes, sont données dans l’émission
Musique, mode d’emploi, diffusée le dimanche
de 10 à 12 heures.
BELGIQUE
Anniversaire de Pure FM
• Anniversaire de Classic 21
Pure FM fêtera son 3e
anniversaire tout le mois
d’avril avec des soirées et
concerts organisés partout
en Belgique. Un logo spécial
a été créé pour marquer
l’événement.
À l’occasion de son 3e anniversaire, Classic 21 propose une
Classic Rock Night 80’, le 1er avril,
au Millénium à Liège, avec les
DJ’s de Classic 21 : Bernard
Dobbeleer et Simon le Saint.
MICRO 4 - AVRIL 2007 - N° 311 3
INTERVIEW
> Patrick Roger succède à Michel Polacco
à la tête de la France Info. Le nouveau Directeur
connaît bien la radio d’information continue
qui fête ses 20 ans cette année : il y a
travaillé pendant dix ans (1990-2000),
occupant même le poste de Directeur adjoint
en 1999. Depuis 2001, il présentait le journal
de 8 heures de France Inter, tout en assurant
la rédaction en chef de la matinale. Pour
faire évoluer la grille de France Info, Patrick Roger
pourra s’appuyer sur une étude qualitative et quantitative « sans précédent » commandée par la
présidence de Radio France.
> Éric Delvaux, rédacteur en chef du matin
sur France Inter. Il remplace Patrick Roger à la
présentation du journal de 8 heures et à la
rédaction en chef du matin sur France Inter.
Éric Delvaux, qui a commencé sa carrière à
Radio France Outre-Mer, a rejoint France
Inter en 1999. Il a assuré, entre autre, la
revue de presse du week-end. Depuis septembre, il animait les éditions de 18 heures
et 20 heures. Il est remplacé à ce poste par
Laurence Thomas.
> Michel Polacco est nommé Directeur
auprès du Président de Radio France,
chargé de la prospective. Passionné de
nouvelles technologies, Michel Polacco a
mis sur pieds en 1999 la Direction du
développement des produits nouveaux et du
multimédia, qu’il a pilotée jusqu’en 2002,
avant de prendre la direction de France Info.
A LA RTBF
Quatre nouveaux responsables à la direction
de l’Information radio de la RTBF
• Françoise Palange, chef de rédaction (VivaCité)
© JEAN-YVES LIMET
© CH. ABRAMOWITZ
© CH. ABRAMOWITZ
© CH. ABRAMOWITZ
A RADIO FRANCE
Françoise Palange François Ryckmans Philippe Walkowiak Annick Merckx
• François Ryckmans, chef de rédaction
(rédaction de production)
• Philippe Walkowiak, rédacteur en chef
“Intérieur”
• Annick Merckx, rédacteur en chef “Régions”
Ces quatre nouveaux responsables dépendent du
directeur du département, Dominique d’Olne.
Le poste de rédacteur en chef “Régions” a été créé,
et c’est une des nouveautés. Sa mission est de
coordonner le fonctionnement des sept bureaux
locaux d’information ainsi que la politique éditoriale
des journaux en décrochage sur VivaCité (Arlon,
Bruxelles, Charleroi, Liège, Mons, Namur, Verviers).
FINANCES
RSR • Déficit pour SRG SSR
SRG SSR idée suisse a bouclé l’exercice 2006 sur un
déficit de 25 millions de francs (16 millions d’euros).
Ce résultat négatif s’explique par des coûts élevés
dans les secteurs production et droits sportifs,
mais aussi par les charges afférentes à la
numérisation de la distribution des programmes
(DAB, TNT). En hausse de 0.6 %, les produits
d’exploitation atteignent 1.5 milliards de francs
(1 milliard d’euros). SRG SSR réunit l’ensemble de
l’audiovisuel public en Suisse, elle produit et diffuse
16 programmes de radio – dont ceux de la RSR –
et sept programmes TV.
LOUISE LANTAGNE, Directrice générale
de la radio de Radio-Canada
« Une radio qui reflète la plus
grande diversité d’opinions,
d’ethnies, de générations
et de cultures… »
Louise Lantagne est Directrice
générale de la radio de RadioCanada depuis la mi-janvier.
À ce titre, elle est responsable de
la Première chaîne, d’Espace
musique et de Radio-Canada
International. Elle nous fait part
de ses impressions, de ses
intentions et de ses espoirs.
© RADIO-CANADA
NOMINATIONS
Jusqu’à sa nomination, Louise
Lantagne dirigeait les émissions
dramatiques et les longs
métrages de la télévision.
■ Vous arrivez de la télé, comment trouvez-vous la radio ?
Je vais surtout parler des gens parce que la radio, c’est d’abord des gens. Je
trouve qu’ils ont une certaine forme d’humilité et de vérité. En télévision,
j’étais très proche des auteurs. J’avais une affinité avec eux. Les gens de la
radio me font penser aux auteurs, dans leur façon d’appréhender le réel,
dans une sorte de recherche de la vérité. Je sens une très grande affinité
avec ces personnes-là. C’est ma première impression de la radio.
■ Est-il trop tôt pour vous demander de nous tracer les grands
contours de votre action ?
Il faut certainement avoir la préoccupation de la relève. Ça ne veut pas
dire de nous défaire de nos têtes d’affiche qui sont là depuis toujours, de
ce noyau dur qui fait qu’on a une radio porteuse et rassembleuse. Mais je
pense qu’il y a des créneaux, des émissions hebdomadaires, des sujets,
qui devraient nous permettre de donner la parole à une relève qui,
tranquillement, va se préparer. Il faut commencer tout de suite.
■ Les jeunes écoutent de moins en moins la radio traditionnelle.
Est-ce que vous envisagez des moyens de les rejoindre ?
Il faut qu’ils puissent s’identifier à des animateurs. Il y a trente ans,
j’écoutais des animateurs qui sont toujours à l’antenne. Si j’avais vingt ans
aujourd’hui, qui écouterais-je à la radio ? À qui aurais-je envie de m’identifier ? La radio aura toujours une place parce que c’est un média de
liberté, un média où l’on peut s’informer tout en bougeant. La télévision –
et même le web – nous cloue sur un siège. Je pense que les jeunes ne
pourront jamais abandonner la radio. En tout cas si on leur fait une place,
ils vont y revenir.
■ Où seront les points de contact entre la radio et la télé ?
Il y a des modèles de collaboration qu’on peut mettre au point. Par
exemple, on peut faire un jeu questionnaire et diffuser le contenu qui va
faire l’objet du jeu à la radio. Cela préparerait le public pour l’écoute de
l’émission télé. Je pense aussi aux semaines thématiques qu’on vient de
faire, sur la famille et sur le bilinguisme, qu’on a déclinées autant à la
radio qu’à la télé. La radio peut également offrir des séries documentaires, qu’on peut réaliser avec des moyens réduits, comparé à la télé.
Puis il y a la plate-forme web, qu’il ne faut pas oublier. Je pense que c’est
un beau champ d’exploration.
■ À quoi aimeriez-vous que cette radio ressemble dans cinq ans ?
Je voudrais qu’elle ressemble à tous ceux qui font cette radio. Je voudrais
qu’elle ressemble à toutes les générations. Je voudrais qu’elle ressemble à
la société dans laquelle nous vivons et qu’elle reflète – c’est vraiment
mon souhait le plus profond – la plus grande diversité possible d’opinions,
d’ethnies, de générations et de cultures. Et qu’elle rejoigne les gens de
toutes les couches sociales. Ce ne sera pas une radio élitiste. Elle ne l’est
pas présentement mais il faut aller de plus en plus vers quelque chose de
rassembleur qui soit aussi de qualité.
Propos recueillis par Luc Simard, Radio-Canada
4 AVRIL 2007 - N° 311 - MICRO 4
DOCUMENTATION
RÉSEAU
Les aide-mémoires :
de précieux outils pour les
journalistes de Radio France
La radio numérique sur
les ondes françaises en 2008
Comme chaque année, les services de documentation
de Radio France mettent à la disposition des antennes
leurs aide-mémoires : cinq cahiers pour explorer le
passé et anticiper sur les temps forts de l’année :
> Les “Éphémérides 2007” : ce recueil de dates
anniversaires sélectionne des faits marquants
survenus à différentes époques en matière
politique, littéraire, scientifique etc.
> Les “Éphémérides musique” répertorient plus de
1 200 événements dans le domaine de la musique
classique, du jazz ou des variétés, par ordre
chronologique, genre, personnes et pays.
> Les “Événements de l’année” présentent une
chronologie détaillée de l’année passée et
recensent les personnalités disparues.
> La “Rétrospective sonore” offre une sélection
référenciée d’éléments sonores, diffusés dans les
journaux et magazines de France Inter en 2006.
> L’almana’doc présente 365 anniversaires,
brièvement chroniqués, que vous avez pu
découvrir au quotidien sur le site radiofrance.fr.
■ Lors d’une démonstration à la Maison de la Radio, le
ministre délégué à l’Industrie, a annoncé que les opérateurs français avaient choisi la norme T-DMB pour la
radio numérique terrestre.
• Renseignements : anne.gouzon@radiofrance.com
SATELLITE
RADIO-CANADA • Sirius : un an plus tard
Un peu plus d’un an après son lancement, la radio
satellite Sirius Canada se révèle un grand succès. Au
rythme actuel, le nombre d’abonnés franchira le cap
du demi-million avant la fin de l’année. L’entreprise
attire 70 % des nouveaux abonnements à cette forme
de radio payante, contre 30 % pour son concurrent
XM Canada, qui serait en mauvaise posture
financière. Le doute plane sur l’avenir de cette
concurrence depuis que Sirius et XM ont annoncé, en
février, leur désir de fusionner leurs activités aux
États-Unis. Sirius Canada est une entreprise détenue
en copropriété par Radio-Canada (40 %), Standard
Broadcasting (40 %) et Sirius États-Unis (20 %).
//Agenda
Les RFP • 12 ET 13 AVRIL > Commission Programmes à
Québec, avec les directeurs des chaînes “généralistes”, des
chaînes “jeunes” et des chaînes “musicales”.
• LE 14 AVRIL À 15 H 30 > Enregistrement de
Cause toujours ! au salon international du livre de
Québec (Centre des congrès), de 15 h 30 à 17 h 30. 4e série,
présentée par Monique Giroux, avec Hélène Pedneault
(Canada), Bruno Coppens (Belgique), Daniel Rausis (Suisse)
et Hubert Thébault (France).
Radio Suisse Romande • 5-8 AVRIL > Electron Festival,
Festival des musiques électroniques et variantes à Genève.
• 20-26 AVRIL : Visions du Réel, festival du cinéma du réel
à Nyon
RTBF • LE 7 AVRIL > Concert d’Eddy Mitchell. Après
diffusion des meilleurs extraits de son nouvel album
Jambalaya fin mars, concert d’Eddy Mitchell à Forest
National. VivaCité est partenaire.
• LE 2 MAI À 20 H 30 > Concert de Cesaria Evora au Bozar
à Bruxelles dans le cadre des VW Spring Sessions 2007,
diffusé en direct par la Première.
Lors d’une démonstration de
radio numérique, organisée à la
Maison de Radio France, à l’invitation du président Jean-Paul
Cluzel, François Loos, ministre de
l’Industrie, a annoncé le choix des
normes retenues pour la radio
numérique terrestre en France.
Cette annonce est la conclusion
d’un processus de consultations
publiques de l’ensemble des
acteurs, éditeurs de radio,
industriels, diffuseurs,
organisées par les ministères de
la Culture et la Communication,
de l’Industrie et la direction des
Médias.
Compte tenu des enjeux pour la
radio, la majorité des opérateurs
publics et privés s’est regroupée
au sein du “Groupement pour la
radio numérique”.
Ce groupement, qui réunit
Lagardère Active Média, Next
Radio, NRJ Group, RTL Group, le
SIRTI (syndicat des radios
indépendantes réunissant plus
de cent éditeurs de radio) et
Radio France, représente plus de
90 % de l’audience quotidienne
de la radio en France.
Face aux défis du numérique, ces
acteurs majeurs ont fait taire
leurs divergences et apporté des
réponses communes : ils
proposent notamment la mise en
place d’un réseau spécifique de
diffusion numérique terrestre
réservé à la radio dans les
bandes III et L, comme la récente
loi de modernisation de l’audiovisuel le permet, puisqu’elle
prévoit de réserver une part
significative des fréquences
après l’extinction de la télévision
analogique.
Le groupement a également
exprimé sa préférence pour la
norme T-DMB comme norme
unique sur ce réseau terrestre.
L’ensemble de ces propositions a
été retenu par le ministre.
Celui-ci a également annoncé le
choix de la norme DRM pour la
modernisation des réseaux en
modulation d’amplitude (ondes
longues/ondes moyennes et
onde courtes) et les normes
ESDR et DVB-SH pour les
services par satellite.
Les premiers appels à
candidatures devraient être
organisés par le CSA avant la fin
de l’année pour un démarrage
des services dès le premier
semestre 2008.
Le “Groupement pour la radio
numérique” mettra en place une
plateforme de diffusion de plus
de 50 services sur Paris avant
l’été, afin de permettre à
l’ensemble des acteurs, éditeurs,
fabricants, de tester les
équipements et de déterminer
les paramètres définitifs de
déploiement.
Sylvain Anichini,
Radio France, Directeur général
adjoint des techniques et
des nouvelles technologies.
COMPILATION
RTBF • Des concerts pour découvrir le monde…
Depuis 8 ans, des artistes belges et étrangers se succèdent pour enregistrer leurs compositions dans le studio du Monde est un Village, l’émission qui explore les cultures et les musiques du monde du lundi au vendredi, entre 19 h 10 et 21 heures, sur La Première. Ces enregistrements ont
déjà abouti à 8 compilations, fruit d’une magnifique aventure entre des artistes et une radio publique et une réelle opportunité de découvrir différemment un pays ou une culture. La 8e compilation Le Monde est un Village sort ce mois-ci. On y retrouve les groupes Arax, Khalid Izri, Camaxe,
Olivier Cima et Urbango. La sortie de la compilation s’accompagne de
deux soirées-concerts, réunissant les cinq groupes. Les Nuits nomades
2007 auront lieu les 20 et 21 avril au Théâtre 140 à Bruxelles.
> Concerts gratuits sur réservation via le site www.lapremiere.be
MICRO 4 • Rédaction en chef : Françoise Dost (secrétaire générale des Radios Francophones Publiques),
avec Annette Ardisson (Radio France), Doron Allalouf (RSR), Luc Simard (Radio-Canada), Bénédicte Van Moortel (RTBF).
Réalisation : Caroline Paux (Solutions Presse). Assistante : Kooka Latombe
Micro 4/Les Radios Francophones Publiques, Maison de Radio France - bureau 2127, 116 av. du pdt. Kennedy, F-75220 Paris Cedex 16.
Tél. : 33 (0) 1 56 40 27 41, télécopie : 33 (0) 1 56 40 44 53, courriel : radiosfrancophones@radiofrance.com
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising