Le Nouvel Observateur 45

Le Nouvel Observateur 45
L'Amérique latine est la principale victime des contrebandiers.
Le Mexique et le Guatemala ont
adopté des lois interdisent l'exportation de leurs antiquités nationales : tout se passe comme si le
sport n'en était que Plus divertiesant.,,La seule solution serait de
tarir le marché. Le président Nix. on
a signé: il y a un mois un décret
interdisant l'importation aux EtatsUnis d'objets précolombiens sans
l'autorisation de leur pays d'origine. De nombreux directeurs de
musée américains envisagent de -1,"
supprimer leurs achats d'antiquités ô
précolombiennes pendant les cinq
prochaines années. Lès contrebandiers n'auront aucun mal à se
convertir. Ils sont déjà solidement
implantés en Extrême-Orient et en
Afrique. Sans compter le pourtour
de la Méditerranée qu'ils ont déjà
presque entièrement écumé...
La goualante
de Marie
• C'est un cri qu'elle lance, le cri
d'une femme qui a - trinqué ,>
toute sa vie. Qui a connu le trot- d
toir, la faim, la prison, la misère,
les boulots ignobles et mal payés.
Qui a recherché dans la politique
une manière de fraternité et n'a pu
la trouver, ni au parti communiste,
ni> dans les groupuscules révolutionnaires, même si elle a cru un
moment à la fête de Mai. Par sa
faute, elle n'a jamais su admettre
les « nécessités de l'action », discipliner ses sentiments, obéir... Une
raisonneuse individualiste, insupportable avec cette façon de réclamer sans cesse des explications',
de vouloir trop comprendre. Une
caractérielle, comme l'ont qualifiée
les chefs, les flics et les militants.
Minuscule autant que combattante, elle a choisi un pseudo, provoquant par sa futilité, Marie Minois, et raconté son histoire dans
un livre étonnant, « les Mal-Barrés » (1), où elle faisait vivre les
indisciplinés de son genre. Elle la
raconte à nouveau. En chansons
cette fois. Dans un disque (2) où
la goualante se fait gueulante. Fille
de Piaf par le style, elle descend
aussi des grands chansonniers rebelles, Pottier et Clément. Porteparole plutôt que porte-drapeau,
elle décrit et cela suffit. Avec violence et humour : Faut pas
compter sur moi pour la reproducfrontière, de se retrouver au poste
tion... Parce que, de l'instinct .maou face à des militants furieux.
ternel, moi j'en ai trop... Surtout à
Ces légers inconvénients n'ont pas
l'heure de pointe dans le métro.
empêché le Newyorkais Gary
Même que ça me donne envie de
Yanker de réunir en cinq ans --gueuler : En avant, nouvelle généavec l'aide de nombreux corresration de petits prolétaires. Et pour
pondants dans plus de quarante
paS qu'ils commencent comprimés,
pays — quelque! trois mille pièces
je cède ma place assise à toutes
dont il présente aujourd'hui les
les femmes enceintes... »
plus significatives dans un grand
album avec mode d'emploi
« Prop Art » (aux éditions PlanèteDenoêl). Pour parfaire sa collec« Prop
tion, Yanker s'est transformé en
art »
théoricien : il a créé en 1968 un
Institut mondial pour l'Etude des
Collectionner des affiches po•
Partis politiques, dans le but
litiques n'est pas un hobby de
avoué d'impressionner les éventout repos. On risque de recetuels producteurs d'affiches. « Les
voir un pavé sur la tête, de se voir
partis, fait-il remarquer, adoptent
confisquer son butin en passant la
souvent une attitude plus favorable à l'égard d'une institution
(1) Ed. Champ Libre.
régulièrement établie qu'a l'égard
(2) Fontana.
AFFICHE AMÉRICAINE (1969)
LA GUERRE EST UNE BONNE
AFFAIRE. INVESTISSEZ
VOTRE FILS. »
Triste
Groneho
d'une personne isolée ». "Accessible aux • mouvements pauvres,
l'usage de l'affiChe politique, pour
être efficace, relève de régies précises assez proches de celles de
la publicité : .1:imaginatiori. est au
pouvoir. Par exemple, chez ces
pacifistes qui ont pensé à costumer Agnew en hippy du Ni)‹on
en vieux chercheur d'or, saris
compter le classique « homme. en;
ceint » du' mouvement britannique
pour le planning familial. Mai 68, la
« révolution culturelle » en Chine,
les élections présidentielles aux•
Etats-Unis, le conflit israélo-arabe,
le M.L.F., le front de libération des
Indiens, tous les thèmes de la
culture underground de ces dernières années sont représentés.
Leçon d'insolence et d'humour politique, prop art est aussi une minileçon d'histoire.
II est fragile et diaphane, il se
déplace avec peine. Sa superbe! et
robuste secrétaire le couve maternellement. A chaque •bon mot,
il guette son approbation du regard.
Il fait des plaisanteries banales,
poliment gaillardes, comme
pourrait en faire n'importe quel
Américain de l'Establishment de
son âge, en présence de jolies
femmes. Ses compagnOns de table
s'esclaffent avant même qu'il_ ait
fini sa phrase. C'est la triste image
de Groucho Marx que présente
l'O.R.T.F, le lundi 1" janvier, à
21 h 15, sur la deuxième chaîne.
Usé, installé dans la fortune et la
célébrité, le plus féroce des Marx
Brothers n'est plus que l'ombre de
lui-même. Réputation oblige, il
lance encore quelques flèches
quand on lui tend une cible
« Monsieur Groucho, qu'est - ce
qui vous fait rire ? — Qu'on me
pose des questions aussi bêtes. »
Mais la santé n'y est plus. Malgré
les nombreux extraits de films dont
ils ont truffé leur « reportage », ce
portrait de Groucho, réalisé par
Jean-Pierre Lovichi au dernier festival de Cannes et produit par Philippe Lifchitz, frise l'insulte au sujet et au téléspectateur. Louis
Malle — mais que vient-il donc
faire là ! — vante, en off, les
vertus de Grouch o, sa sensibilité, sa finesse, son esprit. Ce
Groucho-là, on ne nous le montre
pas : nous voyons une vedette
semi-gâteuse descendre d'avion,
tenir une conférence de presse,
festoyer, arborer la médaille de
commandeur des Arts et Lettres.
« Fans » s'abstenir.
CATHERINE DREYFUS
Le Nouvel Observateur
45
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising