Fiche n°11 : Commune de Koekelberg

Fiche n°11 : Commune de Koekelberg

PRÉAMBULE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2

1 INTRODUCTION ET SYNTHÈSE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

2 CONTEXTE DÉMOGRAPHIQUE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

2 .1 Population totale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8

2 .2 Structure de la population par âge et par sexe . . . . . . 9

2 .3 Ménages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

2 .4 Multiculturalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

3 CARACTÉRISTIQUES SOCIO-ÉCONOMIQUES . . . . . . . . . . . 16

3 .1 Statut socio-économique de la population . . . . . . . . 16

3 .2 Marché du travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

3 .3 Revenus et sources de revenus . . . . . . . . . . . . . . . . 20

4 SANTÉ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

4 .1 État de santé général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29

4 .2 Santé des jeunes enfants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

5 ÉDUCATION . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37

5 .1 Population scolaire dans l’enseignement maternel . . 37

5 .2 Population scolaire dans l’enseignement obligatoire 38

5 .3 Rythmes scolaires dans l’enseignement obligatoire 39

6 LOGEMENT ET CADRE DE VIE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40

COLOPHON . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

Fiches communales d’analyse des statistiques locales en Région bruxelloise

Fiche n°11

Commune de Koekelberg

Edition 2/2010

COMMISSION

COMMUNAUTAIRE fRANçAISE

– COHÉSION SOCIALE

OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ

ET DU SOCIAL DE BRUXELLES-

CAPITALE – COMMISSION

COMMUNAUTAIRE COMMUNE

UNIVERSITÉ LIBRE DE

BRUXELLES – IGEAT

Commune de Koekelberg

2

PRéAmBULE

Ce document constitue la fiche n°11-Koekelberg des «Fiches

communales d’analyse des statistiques locales en Région bruxelloise».

L’objectif de ces fiches est d’offrir aux décideurs et aux acteurs locaux un outil simple pour appréhender certaines caractéristiques de la population avec laquelle ils travaillent et de les aider à orienter leurs stratégies.

Dans le cadre de son décret «Cohésion sociale», la Commission communautaire française (

COCOF

) a commandité un outil permettant d’appréhender statistiquement les problèmes et besoins des communes bruxelloises en matière de cohésion sociale, qui ont été confrontés avec les réalités vécues par les acteurs sur le terrain. Des comparaisons intra-communales

(par secteurs statistiques) et communales-régionales (entre les communes et le niveau régional) y sont opérées.

Les différents documents qui composent cet outil ont été réalisés par l’Institut de Gestion de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire de l’Université Libre de Bruxelles (

ULB-IGEAT

) en collaboration avec l’

Observatoire de la Santé et du Social

. Cet

état des lieux a été présenté aux différentes concertations locales et confronté à la réalité vécue par les acteurs sur le terrain afin de signaler d’éventuels besoins et problématiques non répertoriés dans l’état des lieux statistique. Cette analyse soutient le travail des coordinations locales au niveau communal, en vue de la préparation du nouveau plan quinquennal 2011-2015.

Étant donné que les fiches intéressent également un public plus large, l’Observatoire de la Santé et du Social a traduit les fiches communales.

Il s’agit concrètement d’une actualisation et d’un développement des fiches communales de l’Observatoire reprenant les statistiques sanitaires et sociales par commune. Des indicateurs liés au logement et à l’enseignement (avec des chiffres provenant aussi bien de la Communauté française que de la Communauté flamande) sont également inclus. À côté des 19 fiches communales et d’une fiche pour la Région, un mode d’emploi aide les acteurs locaux dans l’interprétation des données de leur commune. Un troisième et dernier document intitulé «sources et références» guide les utilisateurs dans leurs éventuelles recherches personnelles dans les données chiffrées de base.

Cet ensemble de fiches est complémentaire des rapports de l’Observatoire de la Santé et du Social («Atlas de la santé et du social de Bruxelles-Capitale», «Baromètre social annuel», «Tableau de bord de la Santé en Région de

Bruxelles-Capitale», … tous consultables et téléchargeables gratuitement sur le site de l’Observatoire de la Santé et du Social

(

www.observatbru.be

) et des instruments développés par l’

IBSA

(

Monitoring des Quartiers

, Indicateurs statistiques, Baromètre conjoncturel). Les commentaires des données présentées seront donc réduits et nous vous invitons à vous reporter à la lecture de ces autres documents pour plus de précision.

Les chiffres pour la commune de Koekelberg sont comparés soit à la valeur moyenne pour la Région bruxelloise, soit à l’étendue des valeurs existantes pour les différentes communes.

Par «Région» ou «Région bruxelloise», on entend la Région de

Bruxelles-Capitale (19 communes).

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

3

1. InTROdUCTIOn ET SynThèSE

Carte 1 : Carte de repérage de Koekelberg.

Jette Ganshoren

Av. de

la Basilique

Basilique

Place de

Bastogne

Molenbeek

Parc Elisabeth

Place

Simonis

Bd. Léopold

II

Place

Vanhuffel

Centre sportif

Victoria

Routes

Chemin de fer

Cours d’eau

Station de métro

Espaces verts

Secteurs statistiques

Quartiers monitoring

Molenbeek

0 500m

Source : URBIS

Cartographie : IGEAT / ULB

Cette carte de repérage permet de visualiser les découpages dans lesquels sont présentés les statistiques infra-communales.

Les secteurs statistiques sont délimités en rouge sur la carte.

Leurs identifiants sont composés d’un préfixe (21011 pour

Koekelberg) et d’un suffixe indiqué également en rouge sur la carte (A00-, A01-, …). Les codes, dénominations, populations et densités de population de chaque secteur sont repris dans une liste disponible à la fin du mode d’emploi et sur une carte visualisable sur le site de l’Observatoire de la Santé et du Social.

Les quartiers du

Monitoring des Quartiers

sont délimités en orange, leurs numéros sont également en orange sur la carte.

Il s’agit d’agrégats de secteurs statistiques, mais les limites de ces quartiers ne concordent par contre pas toujours avec les limites communales car ils peuvent être à cheval sur plusieurs communes, comme ici dans le cas du quartier «915» de la

Basilique de Koekelberg. Les quartiers ainsi que les secteurs statistiques qui les composent sont également repris à la fin du mode d’emploi.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Carte 2 : Répartition de la population de Koekelberg au 01/01/2006.

Commune de Koekelberg

4

Densité de population

Nombre d’habitants par hectare

201 - 260

161 - 200

130 - 160

< 200 habitants ou < 2,5 hab/ha

Population totale

3000

1500

750

0 500m

Routes

Source : DGSIE, registre national 2006

Cartographie : IGEAT / ULB

Koekelberg est une commune située au nord-ouest de la Région bruxelloise (1,8 % de la population régionale). Elle est bordée par

Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren et Jette au nord, Molenbeek-

Saint-Jean au sud. La limite entre Koekelberg et Jette traverse la Basilique et le Parc Elisabeth, seul espace non urbanisé de la commune. La partie à l’est du chemin de fer et celle entre la place Simonis et Jette se sont urbanisées bien avant la Seconde

Guerre mondiale, sous forme de maisons ouvrières, de petits immeubles de rapport et de maisons bourgeoises. L’ouest de la commune et le pourtour sud de la Basilique se sont lentement urbanisés durant toute la seconde moitié du 20

ème

siècle, sous la forme de larges immeubles à appartements de moyen gabarit, destinés aux classes moyennes.

La croissance de la population communale reflète bien cette urbanisation en deux temps. Débutant vers 1850 et s’accélérant en 1880, l’urbanisation de l’est de la commune se fit en liaison avec l’industrialisation de Molenbeek. Après un premier pic à la

Seconde Guerre mondiale, la population communale connaîtra une croissance plus lente mais régulière pour atteindre un

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

5

maximum de plus de 17 500 habitants en 1970. Perdant ensuite des habitants, la commune connaît un regain démographique à partir des années 2000 et a aujourd’hui dépassé son maximum historique : Koekelberg compte 19 020 habitants au premier janvier 2008. Sa population est jeune et continue à se rajeunir fortement, l’essentiel de la croissance de la population étant le fait de jeunes adultes et d’enfants. La proportion de plus de 65 ans diminue plus rapidement à Koekelberg que dans l’ensemble de la Région, les plus de 80 ans représentant une part croissante des seniors. La proportion de petits ménages y est plus faible que dans l’ensemble de la Région et une part importante d’entre eux se retrouve dans les quartiers d’appartement situés autour du Parc Elisabeth. Les familles avec enfant(s), en ce compris les familles nombreuses et les familles monoparentales, sont concentrées dans l’est de la commune.

Située en première couronne et seconde couronne occidentale

(1)

, la commune de Koekelberg est caractérisée par une population au profil socio-économique diversifié, mêlant essentiellement des ménages des classes populaires et de la classe moyenne selon un gradient est-ouest au sein de la commune. Cela se traduit à l’échelle communale par des revenus imposables légèrement inférieurs à la moyenne bruxelloise. Ils sont nettement plus bas à l’est de la commune où on retrouve beaucoup d’habitants des classes populaires issues de l’immigration. Les revenus sont plus élevés dans les quartiers de l’ouest, dans les immeubles récents du plateau de la Basilique. Les déclarations avec un faible revenu, ou un revenu de remplacement (en ce compris les pensions), sont cependant surreprésentées dans la commune. À l’échelle communale, les

taux d’activité sont supérieurs à la moyenne régionale à tous les âges, tant pour les hommes que les femmes. Cela s’explique par la présence des classes moyennes, où les femmes sont beaucoup plus souvent sur le marché du travail, assurant ainsi deux revenus au ménage.

Ce schéma tend aussi à se rencontrer de plus en plus dans les communautés immigrées, bien que le taux d’activité féminin soit toujours un peu plus faible dans l’est de la commune. Les employés du secteur privé ou public constituent l’essentiel des travailleurs à Koekelberg. Les ouvriers et les indépendants sont légèrement surreprésentés par rapport à la proportion moyenne bruxelloise. Le

taux de chômage

(2)

communal est légèrement supérieur à la moyenne de la Région. Ici encore les écarts entre l’est et l’ouest de la commune sont importants : le taux est plus

élevé dans l’est de la commune. À Koekelberg, le chômage a un profil plutôt féminin et concerne tous les âges. La proportion de la population qui vit d’un revenu du CPAS ou d’une allocation de remplacement est plus importante que dans l’ensemble de la

Région. Toutes les classes d’âge figurent parmi les bénéficiaires.

Une très grande part de la population est de nationalité belge

(77 %), donc les non-Belges représentent près d’un quart de la population. La part des étrangers issus du Maghreb est nettement supérieure à la moyenne régionale, tout comme celle des personnes originaires du reste de l’Afrique. On observe une forte présence de familles issues de l’immigration (bien qu’en partie de nationalité belge suite aux naturalisations et aux naissances sur le sol belge), essentiellement d’origine maghrébine. Les Italiens et les Espagnols ainsi que les personnes issues des pays entrés récemment dans l’Union européenne (Pologne, Roumanie) sont très présents dans la commune. Les ressortissants de l’Europe des 15 sont eux nettement sous-représentés parmi les étrangers.

Ce profil de non-Belges montre bien le renouvellement constant des arrivées d’ouvriers ou de travailleurs peu qualifiés dans cette commune d’immigration ancienne.

La part des habitants se déclarant en mauvaise

santé est supérieure à la moyenne régionale, à nouveau surtout auprès de la population féminine. Les

taux de mortalité

(3)

sont légèrement supérieurs à ceux observés pour l’ensemble de la Région. Les décès suite à des maladies respiratoires sont proportionnellement plus fréquents chez les femmes. Le

taux de natalité

(4)

, à la hausse ces dernières années, est parmi les plus élevés de la

Région, ce qui s’explique par la part significative des jeunes adultes dans la population de Koekelberg mais aussi par le taux de fécondité

(5)

des populations issues de l’immigration, qui reste plus élevé. Les enfants naissent et grandissent dans deux tiers des cas dans des foyers avec au mieux un revenu du travail.

Dans le cadre de l’ enseignement secondaire, les filières techniques et surtout professionnelles sont proportionnellement plus suivies que la moyenne régionale par les jeunes résidant

à Koekelberg, mais la part de filière générale n’est que légèrement inférieure à cette moyenne. Le retard scolaire touche significativement la population scolaire résidant dans la commune, la proportion d’étudiants «à l’heure» – c’est-à-dire n’ayant jamais redoublé – étant généralement inférieure à la

(1,2,3,4,5) Voir le glossaire du Mode d’emploi .

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

6

moyenne bruxelloise alors que la situation de la Région est loin d’être brillante. À l’issue de l’enseignement obligatoire, les jeunes sont beaucoup moins nombreux à suivre des études supérieures, surtout dans les quartiers de l’est de la commune où les parents sont aussi moins souvent universitaires ou même titulaires d’un diplôme secondaire général. Dans ces quartiers, le niveau de qualification peut poser des problèmes d’insertion sur le marché du travail. Ces difficultés sont amplifiées par le fait que, à diplôme

égal, on observe aussi proportionnellement plus de chômeurs qu’attendu en fonction de la moyenne régionale. Cela suppose des problèmes d’orientation professionnelle ou certaines formes de discrimination touchant spécifiquement cette population. La situation dans l’ouest de la commune est moins négative bien que les niveaux de formation suivis et acquis sont généralement assez moyens. Mais ces classes moyennes sont moins touchées par les problèmes d’insertion sur le marché du travail.

Bien que peu étendue, Koekelberg, commune partagée entre la première et la seconde couronne, a un parc immobilier assez hétérogène. La moyenne communale de 60 % de logements datant d’avant 1961 est largement dépassée dans l’est de la commune, où ils sont nettement moins confortables, certains

équipements étant parfois manquants (salle d’eau, chauffage central) et les superficies plancher plus réduites. Le confort et l’état sont bien meilleurs dans les quartiers plus récents de l’ouest. Selon les habitants, l’état intérieur pose parfois problème suite à la vétusté de certaines installations, surtout dans l’est de la commune. Dès que l’on sort de ces vieux quartiers, l’aspect extérieur, l’esthétique et la propreté sont mieux appréciés. La tranquillité est jugée assez sévèrement sur quasiment tout le territoire communal, mais de manière encore plus critique à l’est de la commune. À l’ouest, le parc Elisabeth améliore la perception des espaces verts, mais ils sont jugés déficitaires par les habitants de l’est de la commune. Notons que la part des ménages ayant accès à un jardin privé est très faible dans la commune car les appartements sont très répandus.

Quelques

enjeux se dégagent de cet aperçu statistique de la commune de Koekelberg : qualification se pose de diverses manières. Tout d’abord, le profil moins qualifié et de plus en plus inadapté au marché de l’emploi bruxellois tend à se reproduire de génération en génération. Il est certain que les jeunes font aujourd’hui de plus longues études, mais du fait de l’élévation généralisée des niveaux scolaires, l’écart avec les mieux formés reste important. Les problèmes de maîtrise de la seconde langue nationale, de choix des filières mais aussi potentiellement de discrimination à l’embauche font que l’insertion sur le marché de l’emploi de ces jeunes, souvent issus de l’immigration, reste problématique.

• La précarité financière d’une grande partie de la population se traduit également dans ses conditions de logement, particulièrement dans les quartiers où le bâti est ancien, et ce tant dans le parc résidentiel privé que social. Les mauvaises conditions socio-économiques ont aussi un effet direct sur l’état de santé de la population.

• Les jeunes enfants sont très nombreux dans la commune et la natalité est en nette croissance. Ils grandissent majoritairement dans des conditions assez précaires.

Parallèlement, Koekelberg doit encore faire face à une présence significative des seniors dans sa population, surtout dans les quartiers de l’ouest de la commune. Cela multiplie donc les types de besoins et les infrastructures nécessaires, pas toujours aisément conciliables.

• La situation peut apparaître comme plus favorable dans l’ouest de la commune, dont la population active est largement constituée de classes moyennes laborieuses, en ce compris les personnes d’origine immigrée mieux insérées sur le marché du travail et quittant dès lors les vieux quartiers.

Cependant, la position sur le marché de l’emploi des classes moyennes tend à se fragiliser, notamment du fait de niveaux de formation intermédiaires plutôt que supérieurs. Il ne faut pas perdre de vue que les salaires ne sont pas très élevés, comme en témoigne le niveau de revenu imposable. Dans ce contexte, l’augmentation du chômage peut mettre à mal les ménages où deux emplois sont nécessaires pour assurer l’équilibre financier.

• La précarité financière d’une bonne partie de la population, surtout dans les vieux quartiers de l’est de la commune, traduit un taux de chômage important mais aussi des emplois moins qualifiés et donc moins rémunérés. La question de la

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

7

Informations sur l’offre sociale-santé : www.bruxellessocial.be

Bruxelles Social en ligne (www.bruxellessocial.be) développé par l’asbl Centre de Documentation et de Coordination sociales permet un accès gratuit, simple et rapide aux organisations sociales-santé francophones, néerlandophones et bilingues actives sur la commune ou sur l’ensemble des 19 communes bruxelloises.

Depuis juin 2008, les informations sont introduites sur le site secteur par secteur (+ de 4 300 adresses en juin 2011).

En quelques clics, vous êtes en possession d’une information concrète, actualisée, visualisable sur carte.

L’outil – actualisé quotidiennement – permet d’appréhender la réalité du maillage social de sa commune en temps réel et de la visualiser sur la carte de la Région bruxelloise.

www.bruxellessocial.be offre 4 modes de recherche du plus simple au plus complexe :

– par nom d’organisation/service

– par terme (type Google)

– par secteur

– par critère spécifique ou multicritères

Les

informations sur l’offre mises en rapport avec les

données démographiques, les caractéristiques socio-

économiques, les données sur l’état de santé général, sur l’éducation et le logement que l’on retrouve dans les chapitres qui suivent peuvent contribuer à objectiver les manques d’infrastructures, à stimuler la création de services adaptés,

à soutenir le travail en réseau, à multiplier les prises de conscience et opportunités de coordination, à susciter une participation citoyenne dans les quartiers.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

8

2. COnTExTE démOGRAPhIqUE

Des cartes et des tableaux de certains indicateurs démographiques, détaillés par quartier, sont disponibles sur le site du Monitoring des Quartiers.

Consulter les sujets «Type de ménages», «Nationalités», «Mobilité résidentielle» et «Structure par âge» dans la thématique «Démographie».

http://www.monitoringdesquartiers.irisnet.be/

2.1 Population totale

Figure 1 : Évolution de la population totale de Koekelberg (1980-2008).

21 000

20 000

Registre national

Registre national + Registre d'attente

19 000

18 000

17 000

16 000

15 000

14 000

1980 1985 1990 1995

Année

2000 2005 2008

Sources : SPF Economie - DGSIE, Registre national et Registre d'attente.

Le Registre national des personnes physiques reprend les personnes inscrites dans les registres de population des communes. Ces personnes peuvent être de nationalité belge ou non (suivant certaines conditions de titre de séjour). Les personnes étrangères employées par les institutions européennes et les membres de leurs ménages y sont également reprises (sauf ceux ayant un statut de diplomate).

Le Registre d’attente, créé suite à la loi du 24 mai 1994, comptabilise les étrangers qui se déclarent réfugiés ou qui demandent la reconnaissance de la qualité de réfugié.

Le nombre d’habitants à Koekelberg est resté constant jusqu’en 2000, alors que la population de la Région déclinait jusqu’au milieu des années 1990. Depuis on observe une nette augmentation de la population qui atteint 19 020 habitants en

2008.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

9

2.2 Structure de la population par âge et par sexe

Figure 2 : Histogramme de la population totale à Koekelberg au 01/01/1998 et 01/01/2008.

Hommes Femmes

Hommes

1998

Femmes

1998

Hommes

2008

Femmes

2008

1500 1000 500 0 500 1000 1500

95 ans +

90-94 ans

85-89 ans

80-84 ans

75-79 ans

70-74 ans

65-69 ans

60-64 ans

55-59 ans

50-54 ans

45-49 ans

40-44 ans

35-39 ans

30-34 ans

25-29 ans

20-24 ans

15-19 ans

10-14 ans

5-9 ans

< 5 ans

3

26

57

130

217

315

324

368

360

464

434

559

570

687

701

489

440

429

424

591

23

94

177

265

421

440

415

413

378

470

493

494

542

597

710

552

423

398

488

494

Sources : SPF Economie - DGSIE, Registre national (1998 – 2008).

871

924

794

529

432

392

537

553

713

221

260

276

373

9

20

90

186

527

644

932

778

814

937

630

484

473

490

522

592

323

342

354

445

27

82

223

297

487

585

852

Au 1 er

janvier 2008, la commune de Koekelberg compte officiellement

19 020 habitants (9 283 hommes et 9 737 femmes) ; on dénombrait

également 263 personnes dans le Registre d’attente (en 2007). 1,8 % de la population de la Région bruxelloise vit à Koekelberg. Depuis 10 ans, on observe, une augmentation de la population dans toutes les catégories d’âges, à l’exception des personnes âgées de 60 à 79 ans.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

10

2.2 Structure de la population par âge et par sexe

Tableau 1 : Évolution des caractéristiques de la population à Koekelberg et en Région bruxelloise de 1998 à 2008.

% < 3 ans

% < 18 ans

% < 20 ans

% 18-64 ans

% 20-64 ans

% 65 ans et plus

% 80 ans et +

Indice de vieillissement (> 65 ans / 0-19 ans)

Indice de dépendance (0-19 + > 65 ans) / (20-64 ans)

Indice d’intensité du vieillissement (> 80 ans / > 65 ans)

1998

4,2 %

21,0 %

23,2 %

60,7 %

58,5 %

18,3 %

4,9 %

78,8

71,0

26,7

Koekelberg

2003

5,1 %

22,0 %

24,1 %

61,6 %

59,6 %

16,4 %

4,8 %

68,0

67,9

29,4

2008

6,0 %

24,0 %

26,0 %

61,7 %

59,8 %

14,2 %

4,9 %

54,8

67,3

34,5

1998

3,9 %

Région bruxelloise

2003

4,2 %

20,9 %

23,2 %

21,4 %

23,6 %

61,9 %

59,6 %

17,2 %

4,5 %

62,8 %

60,6 %

15,9 %

4,6 %

74,0

67,8

67,2

65,1

60,0

63,0

26,3 28,8 32,4

Sources : SPF Economie - DGSIE, Registre national.

2008

4,5 %

21,9 %

24,2 %

63,6 %

61,3 %

14,5 %

4,7 %

L’indice de vieillissement est calculé comme le rapport entre les personnes en âge d’être pensionnés (les 65 ans et +) et les jeunes de moins de 20 ans.

L’indice de dépendance est calculé comme le rapport entre les personnes en âge soit d’étude

(moins de 20 ans), soit de pension (65 ans et +) et les personnes entre 20 et 64 ans.

Figure 3 : Évolution de l’âge moyen à Koekelberg et en Région bruxelloise de 2000 à 2007.

Koekelberg

Région de Bruxelles-Capitale

44

L’intensité du vieillissement est la part des plus

âgés (plus de 80 ans) au sein des plus de 65 ans.

La population de Koekelberg est aujourd’hui globalement plus jeune que celle de l’ensemble de la Région bruxelloise, ce qui n’était pas le cas en 1998. L’indice de vieillissement y est plus faible que celui de la Région. On note que l’évolution observée au niveau régional, c’est-à-dire une augmentation de la proportion des jeunes et une diminution de la proportion de personnes de plus de 65 ans, est encore plus prononcée à Koekelberg. L’intensité du vieillissement est plus importante à Koekelberg par rapport à la Région.

Au cours des dernières années, la population de la Région bruxelloise rajeunit. Ce phénomène est encore plus marqué dans la commune de

Koekelberg (- 2,04 ans entre 2000 et 2007).

42

40

38

36

34

32

2000 2001 2002 2003

Année

2004 2005 2006 2007

Source : SPF Economie – DGSIE.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

11

2.3 ménages

2.3.1 ComposiTion des mÉnages

Tableau 2 : Composition des ménages à Koekelberg et en Région bruxelloise au 01/01/2007 (tableau alternatif

(6)

).

Koekelberg nombre de ménages % de ménages

Région bruxelloise nombre de ménages % de ménages

Homme isolé 1 967 22,7 118 947 23,7 femme isolée

Couple sans enfants

Couple avec enfants famille monoparentale (mère) famille monoparentale (père)

Autre type de ménage

nombre total de ménages privés

1 951

1 495

1 989

926

114

216

8 658

22,5

17,3

23,0

10,7

1,3

2,5

100,0

128 742

82 178

106 178

47 068

25,6

16,4

21,1

9,4

7 660

11 492

502 265

1,5

2,3

100,0

Source : Studiedienst van de Vlaamse Regering, 2007.

45,2 % des ménages sont des ménages d’une personne, ce qui est moins que la moyenne régionale. Attention, il s’agit bien de la proportion des ménages, à ne pas confondre avec la proportion de personnes vivant seules. Un ménage peut être constitué d’une ou plusieurs personnes, une personne isolée sera donc considérée comme un ménage d’une personne.

Par exemple, les 1 967 hommes isolés de Koekelberg représentent 22,7 % des ménages mais seulement 10,6 % de la population totale.

62,5 % des ménages au moins n’ont pas d’enfants (au moins 65,7 % en

Région bruxelloise). 34,3 % des ménages avec enfants sont des familles monoparentales. Ce sont surtout des mères avec leurs enfants, mais il y a aussi 114 pères avec enfants à Koekelberg.

La composition des ménages diffère selon le secteur statistique. Les cartes ci-dessous donnent plus d’informations à ce propos.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social

(6) Contrairement aux tableaux de la Direction générale Statistique et Information économique, dans ce tableau-ci sont considérés comme couples non seulement les couples mariés mais aussi les cohabitants non mariés .

Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

12

2.3 ménages

2.3.2 mÉnages isolÉs

Carte 3 : proportion de ménages d’une personne par secteur statistique à Koekelberg au 01/01/2007.

Part des ménages isolés

Nombre de ménages d'une personne /

Nombre total de ménages (%)

45 - 52

43 - 44

41 - 42

< 200 habitants ou < 2,5 hab/ha

Routes

0 500m

Source : Studiedienst van de Vlaamse Regering

Cartographie : IGEAT / ULB

La proportion de ménages d’une personne est plus faible à Koekelberg

(45,2 %) que dans l’ensemble de la Région (49,3 %). On ne retrouve plus de 50 % de ménages d’une personne que dans le secteur statistique «A30-

Archers - Fourez» (52,1 %). La proportion la plus basse de ménages d’une personne est observée dans le secteur «A11- Lepreux» (41,1 %).

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

13

2.3 ménages

2.3.3 mÉnages monopaRenTaux

Carte 4 : proportion de ménages monoparentaux par secteur statistique à Koekelberg au 01/01/2007.

Part des ménages monoparentaux

Nombre de ménages monoparentaux /

Nombre total de ménages (%)

13 - 15

11 - 12

10

< 200 habitants ou < 2,5 hab/ha

Routes

0 500m

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social

Source : Studiedienst van de Vlaamse Regering

Cartographie : IGEAT / ULB

La proportion de familles monoparentales est plus élevée à Koekelberg

(12,0 %) que dans l’ensemble de la Région (10,9 %). Cette proportion s’élève à 34,3 % de l’ensemble des familles avec enfants, ce qui représente la proportion la plus élevée parmi les communes bruxelloises. La proportion de familles monoparentales est la plus élevée dans le secteur «A02- Rue

Jacquet» (15,2 %), secteur avec des logements sociaux où les parts de familles monoparentales sont souvent plus élevées car c’est un critère de priorité. La proportion la plus faible s’observe dans le secteur «A30-

Archers - Fourez» (9,9 %).

Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

14

2.4 multiculturalité

Tableau 3 : principales nationalités à Koekelberg et en Région bruxelloise au 01/01/2008.

Koekelberg Région bruxelloise nationalité

Total (+ réfugiés)

Belgique

Maroc france

Italie

Roumanie

Espagne

Pologne

Portugal

Congo (Rép . Dém .)

Grèce

nombre

19 020

14 640

931

494

393

309

289

273

182

156

148

%

100,0

77,0

1,6

1,5

1,4

4,9

2,6

2,1

1,0

0,8

0,8

nationalité

Total (+ réfugiés)

Belgique france

Maroc

Italie

Espagne

Portugal

Pologne

Turquie

Allemagne

Roumanie

nombre

1 048 491

753 448

46 006

39 095

26 695

19 210

16 127

15 645

%

100,0

71,9

4,4

3,7

2,5

1,8

1,5

1,5

10 516

8 886

1,0

0,8

8 718 0,8

Sources : SPF Economie – DGSIE, Registre National, 2008.

En 2008, 23,0 % de la population de la commune de Koekelberg est de nationalité non belge bruxelloise (28,1 %).

(7) , ce qui est inférieur à la moyenne de la Région

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social

(7) Il s’agit de la nationalité et non de l’origine . Suite aux naturalisations, une grande part de la communauté immigrée est de nationalité belge . Les statistiques par nationalités permettent néanmoins de mettre en évidence les migrations les plus récentes .

Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

15

2.4 multiculturalité

Figure 4 : distribution de la population non belge à Koekelberg et en Région bruxelloise au 01/01/2008.

Koekelberg Région bruxelloise

Asie 4,4%

Afrique

(excl. Maroc)

10,0%

Amérique 1,6%

Océanie 0,0%

Maroc

21,3%

UE-15

(excl. Belgique)

39,0%

Afrique

(excl. Maroc)

7,6%

Amérique 3,5%

Asie 6,1%

Océanie 0,1%

Maroc

13,3%

Autre Europe

4,3% Turquie

3,1%

UE-12 nouveaux

14,2%

Autre Europe

2,9%

Turquie

3,6%

UE-12 nouveaux

10,8%

UE-15

(excl. Belgique)

50,8%

Source : SPF Economie – DGSIE.

À Koekelberg, 39,0 % de la population non belge provient des 15 pays de l’Union européenne (membres avant 2004

(8)

), ce qui est beaucoup moins que pour la totalité de la Région (50,8 %).

Parmi les 12 nouveaux membres de l’Union les nationalités les plus représentées sont les Roumains (7,1 % des non-Belges) et les Polonais

(1,4 % des non-Belges).

La communauté la plus importante des non-Belges est représentée par les Marocains (21,3 % des non-Belges, 4,9 % de la population totale). Les

Africains y sont aussi plus présents par rapport à la Région.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social

(8) UE-15 : Allemagne, Belgique, france, Italie, Luxembourg, Pays-Bas, Danemark, Royaume-Uni,

Irlande, Grèce, Espagne, Portugal, Autriche, finlande, Suède .

UE-12 nouveaux : Chypre, Hongrie, Malte, Pologne, Lettonie, Estonie, Lituanie, République

Tchèque, Slovaquie, Slovénie, Roumanie, Bulgarie .

Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

16

3. CARACTéRISTIqUES SOCIO-éCOnOmIqUES

Des cartes et des tableaux de certains indicateurs socio-économiques, détaillés par quartier, sont disponibles sur le site du Monitoring des

Quartiers. Consulter les sujets «Insertion sur le marché du travail» et

«Revenus» dans la thématique «Economie».

http://www.monitoringdesquartiers.irisnet.be/

3.1 Statut socio-économique de la population

3.1.1 sTaTuT soCio-ÉConomique gÉnÉRal

Tableau 4 : statut socio-économique général de la population de Koekelberg au 31/12/2007 par sexe et tranche d’âge.

Hommes effectifs 0-17 ans 18-24 ans 25-49 ans 50-64 ans 65-79 ans plus de 80 ans

Population active

Emploi (salarié ou indépendant)

Demandeur d’emploi

3 710

897

0,3

0,0

36,4

9,7

68,2

14,2

52,9

20,2

6,8

0,5

3,3

0,0

Population non-active

Pensionnés

Autres

Population totale BCSS

Femmes

Population active

Population non-active

Emploi (salarié ou indépendant)

Demandeur d’emploi

Pensionnés

Autres

Population totale BCSS

Total (hommes + femmes)

Population active

Population non-active

Emploi (salarié ou indépendant)

Demandeur d’emploi

Pensionnés

Autres

Population totale BCSS

1 086

3 728

9 421

2 768

928

1 631

4 533

-

99,7

100,0

effectifs 0-17 ans 18-24 ans 25-49 ans 50-64 ans 65-79 ans plus de 80 ans

0,6

0,0

-

99,4

-

53,6

100,0

28,8

11,3

-

60,0

0,1

17,6

100,0

52,4

16,7

0,3

30,5

9,4

17,5

100,0

38,1

15,0

16,1

30,9

87,2

5,5

100,0

2,7

0,0

80,6

16,6

96,0

0,7

100,0

0,3

0,0

90,6

9,1

9 860 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0 100,0

effectifs 0-17 ans 18-24 ans 25-49 ans 50-64 ans 65-79 ans plus de 80 ans

6 478 0,5 32,2 60,6 45,2 4,5 1,3

1 825

2 717

0,0

0,0

10,6

0,1

15,4

0,2

17,5

12,9

0,2

83,5

0,0

92,4

8 261

19 281

99,5

100,0

57,1

100,0

23,9

100,0

24,4

100,0

11,9

100,0

6,3

100,0

Source : BCSS

(9)

, chiffres au 31/12/2007.

À Koekelberg, les personnes ayant un emploi (salarié ou indépendant) sont plus nombreuses que la moyenne régionale pour toutes les catégories d’âges : 60,6 % des 25-49 ans (contre 57,0 % pour le Région), 32,2 % des 18-24 ans (contre 27,3 %) et dans une moindre mesure 45,2 % des

50-64 ans (contre 44,6 %) et 0,5 % des moins de 18 ans (contre 0,4 %).

(9) Plus d’informations sur les données de la Banque Carrefour de la

Sécurité Sociale (BCSS) et la catégorie «autres» sont reprises dans le document «sources et références» . Cette dernière comprend notamment les étudiants, les femmes/hommes au foyer…

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

17

3.1 Statut socio-économique de la population

3.1.2 mineuRs vivanT dans un mÉnage sans emploi RÉmunÉRÉ

Figure 5 : part des mineurs vivant dans un ménage sans emploi rémunéré à Koekelberg et en Région bruxelloise au 31/12/2005.

50

45

40

34 34

% du total des 0-17 ans

30

20

23

10

0

Watermael-

Boitsfort

Koekelberg Région bruxelloise

Saint-Josse-

Ten-Noode

Source : BCSS au 31/12/2005.

36 % des jeunes de moins de 18 ans vivent dans un ménage sans revenu.

C’est un pourcentage voisin de celui de la Région (37 %). Ce chiffre moyen cache néanmoins les grandes différences qui existent sur le territoire communal

(10)

.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social

(10) Pour plus d’informations, voir à la page 80 de l’«Atlas de la santé et du social» de L’Observatoire de la Santé et du Social .

Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

18

3.2 marché du travail

3.2.1 populaTion aCTive

Tableau 5 : Taux d’activité

(11)

de la population de Koekelberg et de la Région bruxelloise au 31/12/2007 par sexe et par tranche d’âge.

Hommes

Koekelberg

Femmes Total Hommes

Région bruxelloise

Femmes

Taux d’activité

Taux d’activité des 15-24 ans

Taux d’activité des 25-49 ans

Taux d’activité des 50-64 ans

Taux d’activité des plus de 65 ans

72,8

34,1

82,4

73,1

6,2

58,6

31,3

69,2

53,1

1,8

65,7

32,6

76,0

62,7

3,5

64,4

28,3

74,1

67,4

7,2

53,6

Total

59,0

26,7 25,2

63,5

51,9

68,9

59,3

2,1 4,1

Source : BCSS (chiffres au 31/12/07).

À Koekelberg, le taux d’activité (65,7 %) est supérieur à celui de la Région

(59,0 %). Cela s’observe dans toutes les tranches d’âges, à l’exception des plus de 65 ans. Ceci est le résultat de la proportion plus élevée de personnes ayant un emploi (voir précédemment) ou à la recherche d’un

(voir plus loin). Un taux d’activité élevé chez les 15-24 ans peut traduire une plus faible propension de ceux-ci à poursuivre des études supérieures.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social

(11) Le taux d’activité est la proportion de personnes effectivement présentes sur le marché de l’emploi (actifs occupés et demandeurs d’emploi) dans la population âgée de 15 à 64 ans .

Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

19

3.2 marché du travail

3.2.2 demandeuRs d’emploi

Tableau 6 : Taux de chômage et les caractéristiques des chômeurs de Koekelberg et de la Région bruxelloise au 01/01/2008 par sexe.

Hommes

Koekelberg

Femmes Total Hommes

Région bruxelloise

Femmes Total

Taux de chômage 19,0 25,0 21,7 17,8 20,5 19,0

29,2 37,7 33,6 29,8 33,7 31,7 Taux de chômage des moins de 25 ans

durée du chômage

Moins d’un an

Un à deux ans

Deux à cinq ans

Plus de cinq ans

Total

part des chômeurs selon l’âge

Moins de 25 ans

De 25 à 49 ans

50 ans et plus

Total

part des chômeurs selon la nationalité

Belges

UE sauf belges

Hors UE

Total

37,6

15,4

27,6

19,5

100,0

12,4

70,7

16,9

100,0

35,5

16,6

27,3

20,6

100,0

16,3

72,0

11,7

100,0

36,5

16,0

27,5

20,1

100,0

14,4

71,4

14,2

100,0

38,1

16,4

26,2

19,2

100,0

14,8

69,0

16,2

100,0

36,6

15,9

26,3

21,2

100,0

16,5

68,7

14,9

100,0

37,4

16,2

26,3

20,2

100,0

15,6

68,8

15,6

100,0

66,2

9,7

24,1

100,0

72,6

9,9

17,5

100,0

69,5

9,8

20,7

100,0

67,3

10,5

22,2

100,0

72,6

11,5

16,0

100,0

69,9

11,0

19,1

100,0

Sources : BNB, SPF Economie - SPF Economie – DGSIE, ACTIRIS, Steunpunt-WSE, calculs Observatoire de l’emploi, Actiris.

Le taux de chômage est plus élevé à Koekelberg (21,7 %) que dans la

Région (19,0 %) y compris pour les moins de 25 ans (33,6 % contre

31,7 %), surtout pour les femmes avec un taux de chômage féminin de

25,0 % (contre 20,5 % pour la Région) et un taux de chômage des jeunes femmes de 37,7 % (contre 33,7 en Région bruxelloise). La différence entre les taux de chômage masculins et féminins est plus importante à

Koekelberg que pour l’ensemble de la Région. Les chômeurs de Koekelberg sont plus jeunes que dans l’ensemble de la Région, surtout les femmes. Et les nationalités non européennes sont plus représentées.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

20

3.3 Revenus et sources de revenus

3.3.1 Revenu moyen eT mÉdian

Tableau 7 : Revenu moyen et médian en euros par an, par habitant et déclaration d’impôts à Koekelberg, en Région bruxelloise et en Belgique, revenus 2006.

Revenu moyen par habitant

(2006)

Revenu moyen par déclaration

(2006)

Revenu médian par déclaration

(2006)

Koekelberg 11 558 € 20 963 € 15 756 €

Région bruxelloise

Belgique

11 988 €

14 173 €

22 516 €

24 949 €

15 932 €

18 833 €

Sources : Revenus moyens : SPF Economie – DGSIE, statistiques fiscales 2007 (relatives aux revenus 2006).

Le revenu moyen par habitant est le revenu total divisé par la population totale et le revenu moyen par déclaration est le revenu total divisé par le nombre de déclarations fiscales.

Le revenu médian est le revenu qui partage exactement en deux la population : la moitié de la population dispose d’un revenu plus élevé que le revenu médian, l’autre moitié d’un revenu moins élevé.

Les revenus moyens et médians à Koekelberg sont inférieurs à ceux de l’ensemble de la Région bruxelloise

(12)

, mais inférieurs à ceux que l’on observe dans le pays.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social

(12) Pour plus d’informations, voir le «Baromètre Social» de l’Observatoire de la Santé et du Social .

Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

21

3.3 Revenus et sources de revenus

Carte 5 : Revenu moyen par unité de consommation par secteur statistique à Koekelberg, revenus 2006.

Revenu moyen par unité de consommation

revenu total / Unités de consommation (€ / an)

19 001 - 23 000

12 001 - 19 000

10 500 - 12 000

< 200 habitants ou < 2,5 hab/ha

Routes

0 500m

Source : DGSIE, statistiques fiscales 2007

Cartographie : IGEAT / ULB

Le revenu moyen par unité de consommation a été calculé en rapportant le revenu total déclaré par rapport au nombre total d’unités de consommation du quartier. Les unités de consommation réévaluent la population en tenant compte de la structure des ménages, celle-ci ayant une influence sur la structure des dépenses. Les unités de consommation sont définies de la façon suivante : le premier adulte d’un ménage vaut 1 unité de consommation, les autres adultes 0,5 et les enfants de moins de 13 ans 0,3.

Sur la carte, on observe un gradient est-ouest allant des revenus les plus faibles dans le bas de Koekelberg, avec un minimum de

10 891 €/an pour le secteur «A02- Rue Jacquet», aux revenus les plus élevés dans le haut de la commune, avec un maximum de 22 844 €/an, observée dans le secteur «A12- Basilique».

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

22

3.3 Revenus et sources de revenus

3.3.2 Classes de Revenus

Figure 6 : Composition du revenu imposable globalement par classe de montant par déclaration, parts en 2005 à Koekelberg et en Région bruxelloise.

Montant en € par déclaration

<5 000

5 001-10 000

10 001-20 000

20 001-30 000

30 001-40 000

40 001-50 000

50 001-75 000

75 001-100 000

>100 000

0%

11,4% 13,2%

11,4% 13,9%

38,3% 18,4% 8,5%

4,4%

3,9%

1,1%

0,8%

Koekelberg

35,6%

50%

18,2% 8,7%

4,5%

4,7%

1,5%

1,4%

Région de

Bruxelles-Capitale

100%

Source : SPF Economie – DGSIE, statistiques fiscales 2006 (relatives aux revenus 2005).

La part des faibles revenus (< 10 000 € par déclaration) et celle des plus hauts revenus (> 75 000 € par déclaration) sont plus faibles à Koekelberg que dans la Région bruxelloise (respectivement 24,6 % et 1,9 % contre

25,3 % et 2,9 %). Par conséquent, la part des revenus intermédiaires (de

10 000 € à 75 000 €) y est plus élevée.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

23

3.3 Revenus et sources de revenus

3.3.3 souRCes du Revenu

Figure 7 : Composantes du revenu imposable globalement, parts en 2005 à Koekelberg et en Région bruxelloise.

Sources du revenu

Indépendants

Salaires

Chômage

Maladie et invalidité

Pensions

Autres

6,2%

10,6%

0%

58,4% 8,6% 3,2% 20,4% 3,2%

Koekelberg

55,6%

50%

6,4%

2,5%

20,8% 4,0%

Région de

Bruxelles-Capitale

100%

Source : SPF Economie – DGSIE, statistiques fiscales 2006 (relatives aux revenus 2005).

Koekelberg a une population jeune et un fort taux d’activité. Les revenus issus de salaires (58,4 %) et les allocations de chômage (8,6 %) sont donc proportionnellement plus nombreux que dans l’ensemble de la Région

(respectivement 55,6 % et 6,4 %). Dans la population active, il y a peu d’indépendants.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

24

3.3 Revenus et sources de revenus

3.3.4 peRsonnes vivanT aveC un Revenu minimum ou de RemplaCemenT

Tableau 8 : nombres et pourcentages de personnes avec un revenu minimum ou de remplacement en 2008 à Koekelberg et en

Région bruxelloise par catégorie d’âges.

nombre

Koekelberg

%

Région bruxelloise nombre %

Jeunes (18-25 ans)

CPAS : revenu d’intégration sociale (RIS) ou équivalent

Allocation de chômage

1 528

101

175

100,0

6,6

11,5

93 462

7 177

8 264

100,0

7,7

8,8

Allocation pour handicapés

Total de jeunes avec allocations

population active (18-64 ans)

CPAS : revenu d’intégration sociale ou équivalent

Allocation de chômage

Allocation pour handicapés

Total de 18-64 ans avec allocations

personnes âgées (≥ 65 ans)

CPAS : revenu d’intégration sociale ou équivalent

Garantie de revenus aux personnes âgées (GRAPA)

Allocation pour handicapés

Total de personnes âgées avec allocations

12

288

11 736

426

1 957

211

2 594

2 710

0,8

18,8

100,0

3,6

16,7

1,8

22,1

100,0

516

15 957

667 026

20 385

91 409

11 198

122 992

152 045

0,6

17,1

100,0

3,1

13,7

1,7

18,4

100,0

26

227

1,0

8,4

1 349

17 256

0,9

11,3

199

452

7,3

16,7

8 155

26 760

5,4

17,6

Sources : SPP Intégration Sociale – janvier 2008, ONEM, SPF Sécurité Sociale, Office National des Pensions 2008.

22,1 % de la population active et 18,8 % des jeunes vivent d’une allocation de remplacement à Koekelberg. Ces chiffres sont plus élevés que ceux de la Région, principalement à cause du taux de chômage qui est plus élevé.

16,7 % des personnes âgées bénéficient de la GRAPA, d’une allocation d’invalidité ou d’un revenu d’intégration sociale ou équivalent.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

25

3.3 Revenus et sources de revenus

3.3.5 populaTion BÉnÉFiCiaiRe d’un Revenu Cpas

Tableau 9 : nombre de bénéficiaires du revenu d’intégration sociale (Ris) et équivalent au 31/12/2007 à Koekelberg et en Région bruxelloise par catégorie d’âges.

Âge Ris

Koekelberg

Ris

équivalent

Ris +

équivalent population Ris

Région bruxelloise

Ris

équivalent

Ris +

équivalent population

<18

18-24

0

81

3

17

3

98

4 574

1 528

42

5 791

31

1 355

73

7 146

229 420

93 462

25-49

50-64

≥65

173

80

20

54

14

4

227

94

24

7 498

2 710

2 710

11 211

4 553

1 103

3 908

666

232

15 119

5 219

1 335

411 019

162 545

152 045

Total 354 92 446 19 020 22 700 6 192 28 892 1 048 491

Sources : SPP Intégration sociale - décembre 2007, DGSIE : Registre national (population au 01/01/2008).

Tableau 10 : pourcentage de bénéficiaires du revenu d’intégration sociale (Ris) et équivalent au 31/12/2007 à Koekelberg et en Région bruxelloise par catégorie d’âges.

Âge Ris

Koekelberg

Ris

équivalent

Ris +

équivalent population Ris

Région bruxelloise

Ris

équivalent

Ris +

équivalent population

<18

18-24

0,0

5,3

0,1

1,1

0,1

6,4

100 %

100 %

0,0

6,2

0,0

1,5

0,0

7,7

100 %

100 %

25-49

50-64

≥65

Total

2,3

3,0

0,7

1,9

0,7

0,5

0,2

0,5

3,0

3,5

0,9

2,3

100 %

100 %

100 %

2,7

2,8

0,7

1,0

0,4

0,2

3,7

3,2

0,9

100 %

100 %

100 %

100 % 2,2 0,6 2,8 100 %

Sources : SPP Intégration sociale - décembre 2007, DGSIE : Registre national (population au 01/01/2008).

Fin 2007, 2,3 % de la population de Koekelberg bénéficiait d’un revenu de remplacement du CPAS, ce qui est un peu moins que dans l’ensemble de la Région bruxelloise (2,8 %). La catégorie d’âges dans laquelle les bénéficiaires sont les plus représentés est celle des 18-24, aussi bien

à Koekelberg que dans la Région bruxelloise. Parmi les plus de 65 ans, il reste des personnes dépendantes du CPAS car elles n’ont pas droit à d’autres allocations.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

26

3.3 Revenus et sources de revenus

Figure 8 : Évolution de la proportion de bénéficiaires d’un Ris ou équivalent à Koekelberg et en Région bruxelloise entre 2000 et 2007.

3,0

2,5

2,0

1,5

1,0

0,5

0,0

2000 2001

Koekelberg RIS+équivalent

Région RIS+équivalent

Koekelberg RIS

Région RIS

Koekelberg RIS équivalent

Région RIS équivalent

2002 2003

Année

2004 2005 2006 2007

Sources : SPP Intégration sociale données au 31/12/2007, SPF Economie – DGSIE, Registre national.

Entre 2000 et 2004, la part des personnes bénéficiaires d’un RIS ou

équivalent a fort augmenté à Koekelberg, davantage qu’en Région bruxelloise. À partir de 2004, la part des bénéficiaires se stabilise à

Koekelberg, mais continue à augmenter dans la Région.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

27

3.3 Revenus et sources de revenus

3.3.6 mises au TRavail

Figure 9 : nombre de personnes mises au travail via l’article 60§7 au Cpas de Koekelberg entre 1999 et 2008.

Droit à l'intégration sociale – art. 60§7

Droit à l'aide sociale – art. 60§7

60

50

40

30

20

10

0

1999 2000 2001 2002 2003

Année

2004 2005 2006 2007 2008

Source : SPP Intégration sociale.

Le nombre de personnes mises au travail via l’article 60§7 est en croissance

à Koekelberg entre 1999 et 2008, comme pour l’ensemble de la Région.

Aussi bien les personnes bénéficiaires du DIS (droit à l’intégration sociale) que les personnes bénéficiaires du DAS (droit à l’aide sociale) peuvent être mises au travail par le CPAS dans le cadre de l’article 60§7.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

28

3.3 Revenus et sources de revenus

3.3.7 peRsonnes à FaiBles Revenus (Bim ou omnio)

Tableau 11 : nombre de bénéficiaires de l’intervention majorée pour l’assurance soins de santé (Bim ou omnio) et personnes à charge à Koekelberg au 01/01/2008 par tranche d’âges.

nombre de titulaires nombre de personnes à charges

Koekelberg

<20 20-64 ≥65 total <20 20-64 ≥65 total

VIPO 10 272 463 745 175 108 57 340

CPAS

GRAPA

Allocation pour handicapé

Allocation familiale majorée

Titulaire de 50 ans au moins et chômeur ≥ 1 an

OMNIO

Total des bénéficiaires

Population totale BCSS

243

289

5 012

16

0

0

20

469

4

190

0

206

221

1 362

11 550

19

152

156

796

2 719

4

2

504

156

346

20

210

466

2 447

19 281

353

5

69

0

98

700

5 012

107

13

64

0

91

383

11 550

5

20

24

465

38

157

4

0

193

110

2 719

1 193

19 281

Source : BCSS 2008.

Tableau 12 : pourcentage de bénéficiaires de l’intervention majorée pour l’assurance soins de santé (Bim ou omnio) et personnes

à charge à Koekelberg au 01/01/2008 par tranche d’âges.

Koekelberg

% de titulaires dans la population % de personnes à charges dans la population

<20 20-64 ≥65 total <20 20-64 ≥65 total

VIPO

CPAS

0,2

0,3

2,4

4,1

17,0

0,7

3,9

2,6

3,5

7,0

0,9

0,9

2,1

0,2

1,8

2,4

GRAPA

Allocation pour handicapé

Allocation familiale majorée

Titulaire de 50 ans au moins et chômeur ≥ 1 an

OMNIO

Total des bénéficiaires

Population totale BCSS

0,0

0,0

0,4

4,8

5,8

100 %

0,0

1,6

0,0

1,8

1,9

11,8

100 %

5,6

5,7

0,1

0,1

29,3

100 %

0,8

1,8

0,1

1,1

2,4

12,7

100 %

0,1

1,4

0,0

2,0

14,0

100 %

0,1

0,6

0,0

0,8

3,3

100 %

0,7

0,9

0,1

4,0

100 %

0,2

0,8

0,0

1,0

6,2

100 %

Le nombre de bénéficiaires de l’intervention majorée pour l’assurance des soins de santé et les personnes à charge est un indicateur du nombre de personnes vivant dans des ménages à faibles revenus.

Source : BCSS 2008.

que dans la Région bruxelloise

(13)

(17,2 %). Koekelberg compte d’avantage de bénéficiaires du CPAS (5,0 %), VIPO (5,7 %), handicapés (2,6 %) et de chômeurs âges (2,1 %) que la moyenne de la Région (respectivement 4,9 %, 5,1 %, 2,2 % et 2,0 % pour la

Région).

18,9 % de la population de Koekelberg bénéficie (directement ou indirectement) de l’intervention majorée pour l’assurance soins de santé, comme titulaire ou comme personne à charge. C’est plus

(13) Pour la Région, voir le tableau 7 du Baromètre social de 2008 à la page 16 .

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

29

4. SAnTé

Des cartes et des tableaux de certains indicateurs de santé, détaillés par quartier, sont disponibles sur le site du Monitoring des Quartiers. Consulter les sujets «Mortalité» dans la thématique «Santé» mais aussi «Structure par

âge» dans la thématique «Démographie».

http://www.monitoringdesquartiers.irisnet.be/

4.1 état de santé général

4.1.1 espÉRanCe de vie

Figure 10 : Évolution de l’espérance de vie à Koekelberg et en Région bruxelloise par sexe.

86

84

82

Femmes Koekelberg

Femmes Région

Hommes Koekelberg

Hommes Région

Années

80

78

76

74

72

70

1998-2002 2003-2007

Source : Bulletins statistiques de décès, Observatoire de la santé et du social.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social

L’espérance de vie des femmes est supérieure à celle des hommes.

L’espérance de vie des hommes à Koekelberg est en croissance (+1,8 an) et ce aussi rapidement que pour l’ensemble de la Région (+1,7 an). Celle des femmes est par contre légèrement en décroissance (-0,4 an) alors qu’elle augmente pour la Région (+0,6 an).

Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

30

4.1 état de santé général

4.1.2 sanTÉ suBJeCTive

Figure 11 : santé perçue par âge et par sexe à Koekelberg et en Région bruxelloise.

Femmes Koekelberg

Hommes Koekelberg

Femmes Région

Hommes Région

30

20

10

0

60

50

40

90

80

70

Âge

Source : Enquête socioéconomique générale 2001, calculs Patrick Deboosere (VUB Interface Demography).

Les personnes qui s’estiment en moins bonne santé sont plus nombreuses qu’en moyenne dans la Région. La différence est plus marquée pour les femmes, surtout aux âges actifs.

La santé perçue est utilisée comme indicateur de l’état de santé général de la population. Cette donnée semble être une bonne mesure tant pour des études exploratoires que pour la planification au niveau politique. C’est pourquoi les données de l’enquête socio-économique générale 2001 sur la santé perçue ont été analysées en détail dans l’«Atlas de la santé et du social de Bruxelles-Capitale» (chapitre 9).

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

31

4.1 état de santé général

4.1.3 moRTaliTÉ

Tableau 13 : principales causes de mortalité à tout âge à Koekelberg, pour la période 2003-2007 et comparaisons avec la Région bruxelloise après standardisation

(14)

pour l’âge.

nombre de décès

Hommes

Taux de mortalité

(/100 000) différence de mortalité par rapport à la région nombre de décès

Femmes

Taux de mortalité

(/100 000) différence de mortalité par rapport à la région

Maladies cardiovasculaires

Cancers

Maladies respiratoires

132

106

58

310,4

249,3

136,4

+10 %

-1 %

+13 %

164

105

77

360,4

230,7

169,2

-2 %

+2 %

+40 %

Maladies de l’appareil digestif

Maladies infectieuses et parasitaires

Causes externes

Total

21

-

30

420

49,4

70,6

-

987,8

+13 %

-

+6 %

+10 %

Seules les causes comptant plus de 20 décès dans la commune durant la période 2003-2007 sont reprises dans ce tableau .

les différences statistiquement significatives par rapport à la Région de Bruxelles-Capitale sont indiquées en gras.

Si le pourcentage de la différence de mortalité par rapport à la Région n’est pas en gras, la différence peut-être due au hasard .

Il faut donc éviter de chercher des hypothèses explicatives, et ce même si le pourcentage est élevé .

75

20

-

493

164,8

43,9

-

1 083,3

+17 %

+15 %

-

+6 %

Source : Bulletins statistiques de décès, Observatoire de la Santé et du Social.

À Koekelberg, le taux de mortalité est de 988 pour 100 000 pour les hommes et de 1 083 pour 100 000 pour les femmes. Après standardisation pour l’âge, ce taux est significativement plus élevé pour les hommes

(+10 % par rapport à la Région).

Après standardisation pour l’âge, on observe un excès de mortalité significatif lié aux maladies respiratoires chez les femmes.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social

(14) Voir mode d’emploi .

Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

32

4.2 Santé des jeunes enfants

4.2.1 naTaliTÉ

Figure 12 : Évolution du taux de natalité à Koekelberg et en Région bruxelloise, 1998-2007.

Région bruxelloise

Koekelberg

Molenbeek-Saint-Jean

Watermael-Boitsfort

25

20

15

10

5

0

1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007

Année

Source : Bulletins statistiques de naissances, Observatoire de la santé et du social.

Entre 1998 et 2007, le nombre absolu de naissances vivantes et le taux de natalité sont en augmentation à Koekelberg, on observe même un pic exceptionnel en 2001. Le taux de natalité de la commune était proche de celui de la Région en début de période et s’approche de celui de

Molenbeek-Saint-Jean (le plus élevé de la Région) en 2007. Le chiffre officiel sur le nombre de naissances est celui du Registre national, constitué sur base des registres de population des communes.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

33

4.2 Santé des jeunes enfants

Figure 13 : Caractéristiques sociales du ménage des nouveaux-nés à Koekelberg, 1998-2007 selon deux sources différentes.

450

360

270

180

90

0

1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007

Bulletins statistiques 239

Registre national 229

269

261

278

256

359

347

308

300

324

313

358

339

386

372

400

384

385

378

Sources : Bulletins statistiques de naissances, Observatoire de la santé et du social et DGSIE : Registre national.

Une autre source d’information concernant les naissances est constituée par les bulletins statistiques de naissances qui sont complétés par les professionnels de la santé et les services d’état civil de la commune de naissance. Cette source prend en compte toutes les naissances, quel que soit le statut de résidence de la mère. Dans la plupart des communes, le nombre de naissances enregistrées via cette source est plus élevé que celui enregistré par le Registre national. Les naissances non enregistrées concernent d’une part des enfants dont la mère est inscrite au

Registre d’attente et d’autre part des situations particulières

(personnel diplomatique lié aux institutions internationales, personnes sans domicile fixe, personnes en situation irrégulières).

À Koekelberg, la différence entre les deux sources d’information est faible (7 personnes en 2007). Cela veut dire qu’il n’y a que quelques naissances non enregistrées dans le Registre national.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

34

4.2 Santé des jeunes enfants

4.2.2 CaRaCTÉRisTiques des naissanCes eT des mèRes

Figure 14 : Caractéristiques sociales du ménage des nouveaux-nés à Koekelberg et en Région bruxelloise au 01/01/2007.

(15)

60

50

40

30

20

10

0

100

90

80

70

31,9%

36,5%

17,2%

6,5%

7,9%

Koekelberg

35,6%

30,7%

2 revenus (non isolées)

1 revenu (non isolées)

0 revenus (non isolées)

1 revenu (isolées)

0 revenus (isolées)

16,5%

6,1%

11,0%

Région bruxelloise

Source : Bulletins statistiques de naissances, Observatoire de la santé et du social.

À Koekelberg, une grande partie des naissances (43,0 %) a lieu dans un ménage comptant un seul revenu, ce qui est plus que dans l’ensemble de la Région (36,8 %). Toutefois, moins d’enfants naissent dans un ménage sans revenus à Koekelberg (25,1 %) qu’en Région bruxelloise (27,5 %). La proportion d’enfants naissant dans un ménage sans revenu du travail (isolé ou non) est utilisée comme indicateur de pauvreté.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social

(15) Un ménage isolé est un ménage où la mère est seule au moment de la naissance .

Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

35

4.2 Santé des jeunes enfants

Figure 15 : Évolution de la nationalité actuelle de la mère des nouveaux-nés à Koekelberg, 1998-2007.

250

200

150

Belgique

EU27

Turquie

Maroc

Afrique sub sah

Autres

100

50

0

1998 1999 2000 2001 2002

Année

2003 2004 2005 2006 2007

Source : Bulletins statistiques de naissances, Observatoire de la santé et du social.

À Koekelberg, le nombre de naissances issues de mères de nationalité belge est en augmentation depuis 1998, et compte pour 58 % des naissances en 2007.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

36

4.2 Santé des jeunes enfants

4.2.3 Santé materno-infantile tableau 14 : évolution des caractéristiques des naissances et des mères résidentes à

Koekelberg et en région bruxelloise 2003-2007.

nombre Koekelberg % Koekelberg* % région*

Naissances multiples

Césariennes

2003-2007

78

307

2003-2007

4,2

16,5

2003-2007

3,5

17,4

Accouchements induits

Prématurés (< 37 semaines)

Grands prématurés (< 32 semaines)

Petits poids (< 2500g)

423

112

12

111

23,7

6,4

0,7

6,1

26,3

6,7

1,0

6,5

Mères < 20 ans

Mères ≥ 40 ans

47

50

2,5

2,7

2,8

4,0

* Pour 100 naissances vivantes (prématurés, petits poids de naissance) ou totales

les différences statistiquement significatives par rapport à la région de Bruxelles-Capitale sont indiquées en gras.

Si le pourcentage de la différence de natalité par rapport à la Région n’est pas en gras, la différence peut-être due au hasard. Il faut donc

éviter de chercher des hypothèses explicatives, et ce même si le pourcentage est élevé.

Sources : Bulletins statistiques de naissances et de décès, Observatoire de la santé et du social.

À Koekelberg, les naissances issues de mères âgées (2,7 %) sont proportionnellement moins nombreuses qu’en Région bruxelloise (4,0 %), comme les accouchements induits (23,7 % contre 26,3 %).

4.2.4 mortalité fœto-infantile tableau 15 : évolution de la mortalité périnatale, infantile et fœto-infantile parmi les naissances de mères résidentes à Koekelberg et en région bruxelloise,

2003-2007.

nombre Koekelberg

Koekelberg pour

1000 naissances région pour

1000 naissances

Mortalité périnatale (1)

Mortalité infantile (2)

2003-2007

6

7

2003-2007

3,2

3,8

2003-2007

7,2

4,3

Mortalité fœto-infantile (3) 9

4,9

9,2

(1) Décès avant la naissance, à partir de la 22

ème

semaine de gestation ou de 500g, ou au cours de la première semaine de vie (0-6 jours révolus) pour 1000 naissances totales.

(2) Décès entre la naissance et l’âge de un an (0-364 jours révolus) pour 1000 naissances vivantes.

(3) Décès entre la 22

ème

semaine de grossesse et la naissance (critère en vigueur depuis 1999, auparavant 28 semaines de gestation ou

1000g) ou au cours de la première année de vie pour 1000 naissances totales.

Sources : Bulletins statistiques de naissances et de décès, Observatoire de la santé et du social.

À Koekelberg, les mortalités périnatales (3,2 pour mille) et fœto-infantiles (4,9 pour mille) sont significativement plus basses que dans la Région

(respectivement 7,2 et 9,2 pour mille).

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

37

5. édUCATIOn

Des cartes et des tableaux de certains indicateurs relatifs à l’enseignement, détaillés par quartier, sont disponibles sur le site du Monitoring des Quartiers.

Consulter les sujets «Petite enfance» dans la thématique «Socio-culturel» mais aussi «Insertion sur le marché du travail» dans la thématique «Economie».

http://www.monitoringdesquartiers.irisnet.be/

5.1 Population scolaire dans l’enseignement maternel

Tableau 16 : nombre d’élèves dans l’enseignement maternel à Koekelberg et en Région bruxelloise, début 2008.

Koekelberg Région bruxelloise

Au lieu de résidence 1 061 46 958

Au lieu de scolarisation 1 077 51 041

Sources : Communauté française, Vlaamse Gemeenschap, Calculs : IGEAT-ULB.

Remarques : les statistiques au lieu de résidence concernent les enfants résidant

à Koekelberg, quelque soit la commune dans laquelle ils suivent un enseignement.

Elles rendent généralement assez bien compte de la réalité communale.

Les élèves scolarisés dans des écoles non subsidiées par les Communautés française et flamande (notamment les écoles internationales) ne sont pas repris dans ces chiffres.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

38

5.2 Population scolaire dans l’enseignement obligatoire

Tableau 17 : nombre d’élèves dans l’enseignement obligatoire à Koekelberg et en Région bruxelloise, début 2008.

niveau Filière nombre au lieu de résidence

Koekelberg

% dans niveau

Région bruxelloise

% dans niveau

Primaire

1 435 95,0 94,8

Primaire Primaire spécialisé 75 5,0 5,2

Secondaire 1

Secondaire 2

Secondaire 3

Secondaire spécialisé

Secondaire 4

nombre total d’élèves

Primaire total

Secondaire

Général

Technique

Professionnel

Total

Général

Technique

Professionnel

Total

Secondaire spécialisé

Professionnel

106

79

330

40

15

2 746

1 510

444

203

104

100

407

145

100,0

100,0

49,9

25,6

24,6

100,0

43,9

100,0

100,0

51,2

24,5

24,3

100,0

45,9

32,1

23,9

100,0

100,0

100,0

30,9

23,2

100,0

100,0

100,0

-

Sources : Communauté française, Vlaamse Gemeenschap, Calculs : IGEAT-ULB.

Le niveau secondaire 1 reprend les élèves aux deux premières années du secondaire, le secondaire 2, ceux en troisième et quatrième et le secondaire

3, ceux de cinquième et sixième années. Le niveau 4 représente la septième année du secondaire dans l’enseignement professionnel.

Par rapport à la moyenne régionale, les élèves du secondaire vivant à

Koekelberg ont légèrement tendance à plus s’orienter vers l’enseignement technique, et moins vers l’enseignement général.

La commune compte 2 746 élèves scolarisés c’est-à-dire résidant dans la commune et suivant l’enseignement obligatoire. Attention, un élève résidant dans une autre commune peut très bien être scolarisé à Koekelberg et inversement.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

39

5.3 Rythmes scolaires dans l’enseignement obligatoire

Figure 16 : Rythmes scolaires des élèves dans l’enseignement secondaire (en première, troisième et cinquième année) vivant à Koekelberg et en Région bruxelloise par sexe et filière au cours de l’année scolaire 2007-2008.

1 ère toutes filières

3

ème

générale

3 ème technique

3

ème

professionnelle

5 ème générale

5

ème

technique

5 ème professionnelle

45,3

53,8

10,3

15,2

36,4

17,2

4,3

à l'heure

1 an de retard retard de 2 ans et +

13,8

1 ère toutes filières

3

ème

générale

3 ème technique

3 ème professionnelle

5 ème générale

5 ème technique

5 ème professionnelle

0

50,2

56,5

12,4

12,1

50,9

7,9

7,3

20

28,6

26,5

39,1

41,4

36,4

Rythmes scolaires individuels des garçons

37,5

11,5

48,5

17,2

11,5

48,3

48,5

15,2

69,0

56,5

Koekelberg

40

38,3

37,2

60

32,4

31,3

80

30,3

17,3

13,2

49,3

50,7

17,8

63,5

66,2

100

Région bruxelloise

%

1 ère toutes filières

3 ème générale

3 ème technique

3 ème professionnelle

5 ème générale

5 ème technique

5 ème professionnelle

55,0

57,9

22,2

4,8

74,5

19,2

11,8

1

ère

toutes filières

3 ème générale

3

ème

technique

3 ème professionnelle

5

ème

générale

5 ème technique

5

ème

professionnelle

0

56,1

62,4

20,9

12,8

61,6

17,5

10,0

20

28,6

27,1

40

35,3

34,6

Rythmes scolaires individuels des filles

28,1

37,6

48,1

12,8

7,3

14,0

29,6

66,7

12,8

46,2

52,9

Koekelberg

38,3

33,4

38,6

60

27,4

26,9

80

25,4

16,5

10,7

40,5

48,9

13,0

49,1

62,9

100

Région bruxelloise

%

Sources : Communauté française, Vlaamse Gemeenschap.

«À l’heure» signifie que l’élève est soit en avance, soit dans l’année théorique dans laquelle il est sensé être en fonction de son âge.

Parmi les élèves de 1

ère

année du secondaire toutes filières confondues en 2007-2008, entre

45 et 55 % des enfants vivant à

Koekelberg sont «à l’heure» (ce qui est un peu moins que dans la Région bruxelloise), 37 % ont un an de retard (plus que dans la Région) et entre 7 et

15 % ont deux ans de retard ou plus (contre plus de 15 dans la

Région). En règle générale, les

élèves vivant à Koekelberg sont moins souvent «à l’heure» que dans l’ensemble de la Région.

De plus, en 2001

(16)

, les jeunes ne poursuivant plus d’études et n’ayant pas de diplôme du secondaire supérieur sont proportionnellement moins nombreux dans la commune

(45,4 % des 18-24 ans non-

étudiants) que dans les 19 communes réunies (47,7 %).

(16) Enquête socio-économique de 2001 .

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

40

6. LOGEmEnT ET CAdRE dE vIE

Des cartes et des tableaux de certains indicateurs relatifs au logement, détaillés par quartier, sont disponibles sur le site du Monitoring des Quartiers. Consulter les sujets «Superficie des logements», «Type de logement», «Évolution du parc du logement», «Structure de la propriété» et «Parc du logement social» dans la thématique «Logement» mais aussi «Ancienneté de l’urbanisation» et «Structure du bâti» dans la thématique «Morphologie».

http://www.monitoringdesquartiers.irisnet.be/

Tableau 18 : Caractéristiques des logements à Koekelberg et en Région bruxelloise.

Koekelberg Région bruxelloise

Part des ménages résidant en appartement (%) - 2001

Superficie moyenne par logement (m²) - 2001

79,8

72,6

71,2

74,4

Nombre de pièces par habitant (nb) - 2001 1,8 1,9

Part des logements occupés par le propriétaire (%) - 2001

Part des logements en location (%) - 2008

Part des logements sociaux (logt/100 ménages) - 2007

Part des logements avec confort de base (%) - 2001

Part des logements construits avant 1961 (%) - 2001

Loyer mensuel moyen des logements (€) - 2008

Loyer mensuel moyen des logements 1 chambre (€) - 2008

Loyer mensuel moyen des logements 2 chambres (€) - 2008

43,3

55

6,1

90,2

59,7

421

462

588

41,5

58,6

7,8

90,8

63,0

553

471

591

Part des surfaces artificialisées (%) - 2006 69,8 46,5

Source : SPF Economie – DGSIE (Enquête Socio-économique 2001) ; Observatoire des Loyers 2008 ; IGEAT 2006

À Koekelberg, la part des ménages qui résident en appartement est supérieure à la moyenne régionale (79,8 % contre 71,2 %).

Par contre la part de logements sociaux y est inférieure (6,1 % contre 7,8 %). Tous logements confondus, le loyer moyen d’un logement en location est de 421 € dans la commune.

Les logements sont équipés normalement (90,2 % disposent du confort de base, c’est-à-dire d’une salle de bain, de l’eau courante et de toilettes à l’intérieur) et l’environnement est plutôt urbain (69,8 % du territoire communal est artificialisé contre

46,5 pour la Région, le reste étant occupé par des espaces verts, des jardins ou des surfaces non imperméabilisées (17) ).

(17) Voir carte de repérage .

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

41

COLOPhOn

auTeuRs :

Université Libre de Bruxelles - IGEAT :

Benjamin WAYENS, Pierre KUMMERT, Gauvain DUMONT

Observatoire de la Santé et du Social :

Truus ROESEMS

mise en page :

Centre de Diffusion de la Culture Sanitaire asbl :

Nathalie da Costa Maya

numÉRo de dÉpôT lÉgal :

B/2010/2239/01

ÉdiTeuR ResponsaBle :

Patrick Debouverie, Commission communautaire française,

42 rue des Palais, 1030 Bruxelles

pouR plus d’inFoRmaTions :

COCOF – Service des Affaires sociales – Cohésion sociale

www.cocof.irisnet.be

Martine BAUWENS – 02/800 84 23 – [email protected]

(contrats régionaux)

Marie-Pierre DURT – 02/800 81 25 – [email protected]

(contrats communaux)

CBAI – Centre régional d’appui à la politique de cohésion sociale (CRAcs)

www.cbai.be

Alexandre ANSAY – 02/289 71 61 – [email protected]

Jonathan UNGER – 02/289 71 63 – [email protected]

ULB – Institut de Gestion de l’Environnement et

d’Aménagement du Territoire (IGEAT) www.ulb.ac.be/igeat

Benjamin WAYENS – 02/650 50 79 – [email protected]

Observatoire de la Santé et du Social de Bruxelles-Capitale

www.observatbru.be

Myriam DE SPIEGELAERE – 02/552 01 45 – [email protected]

Cabinet du ministre, membre du Collège en charge de la cohésion sociale

Philippe STERCKX – 02/506 32 60 – [email protected]

veuillez CiTeR CeTTe puBliCaTion de la Façon suivanTe :

ULB-IGEAT, Observatoire de la Santé et du Social, Fiches communales d’analyse des statistiques locales en Région bruxelloise, Fiche 11 : Commune de Koekelberg, Commission communautaire française, 2010.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Commune de Koekelberg

42

FiCHes Communales d’analyse des sTaTisTiques loCales en RÉgion BRuxelloise :

Différents documents composent cet outil d’analyse des statistiques locales

Les fiches communales

01 Fiche d’Anderlecht

02 Fiche d’Auderghem

03 Fiche de Berchem-Sainte-Agathe

04 Fiche de Bruxelles-Ville

05 Fiche d’Etterbeek

06 Fiche d’Evere

07 Fiche de Forest

08 Fiche de Ganshoren

09 Fiche d’Ixelles

10 Fiche de Jette

11 Fiche de Koekelberg

12 Fiche de Molenbeek-Saint-Jean

13 Fiche de Saint-Gilles

14 Fiche de Saint-Josse-Ten-Noode

15 Fiche de Schaerbeek

16 Fiche d’Uccle

17 Fiche de Watermael-Boitsfort

18 Fiche de Woluwe-Saint-Lambert

19 Fiche de Woluwe-Saint-Pierre

Les documents concomitants

Mode d’emploi

Sources et références

Fiche Régionale

Ces fiches communales peuvent être obtenues dans les deux langues sur le site web de l’Observatoire de la Santé et du Social (

www.observatbru.be

).

Les documents concomitants sont uniquement disponibles sur le site de la

COCOF (

www.cocof.irisnet.be/site/fr/affsoc/cohesion/index-htm/

).

Leur contenu peut être librement copié, moyennant mention de la source.

ULB-IGEAT et Observatoire de la Santé et du Social Analyse des statistiques locales • Edition 2/2010

Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement

Table of contents