Généralités sur les produits antiseptiques ou

Généralités sur les produits antiseptiques ou
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
LES ANTISEPTIQUES
Plan du cours
Historique
Définitions
Facteurs influencants l’activité des antiseptiques
Classements des antiseptiques
Conservation des antiseptiques
Les différentes familles d’antiseptique
Ce qu’il faut retenir…
Effets secondaires des antiseptiques cutanés sur le personnel
Annexes 1 – Famille des antiseptiques
Annexe 2 – Caractéristiques des antiseptiques
1. Historique
Depuis très longtemps l'homme, en fonction de ses connaissances, a utilisé de nombreux
produits et méthodes pour se protéger et lutter contre les infections.
Dans l'antiquité le principal moyen de lutter contre les maladies est la propreté. Les
égyptiens utilisaient des épices, essences et huiles végétales pour limiter la putréfaction des
plaies et des cadavres. A cette même époque les perses conservaient l'eau dans des
récipients en cuivre ou en argent, car ces métaux en empêchaient le pourrissement.
Au Moyen Age avec les grandes maladies contagieuses (pestes, …), la notion d'organismes
invisibles se développe pour propager ces maladies. Les seules mesures de protection
efficaces sont l'isolement.
A la renaissance, l'allemand PARACELSE améliore le traitement des plaies par des
pansements d' « émollients » non douloureux à base de mercure et de cuivre.
En 1537, le chirurgien français Ambroise PARÉ abandonne l'huile bouillante et panse les
plaies avec un mélange de jaune d'œuf, d'huile de rosat et de térébenthine.
Il obtient le taux d'infection le plus bas pour l'époque et pour ce type de blessure.
En 1750, le chirurgien écossais John PRINGLE emploie pour la première fois le mot
« antiseptic » pour les produits appliqués sur la peau et les plaies. En pleine révolution
française, le chimiste français Claude BERTHOLET découvre l'eau de Javel. Ce n'est qu'en
1793 que, le chirurgien-major Pierre François PERCY utilisera des dérivés du chlore
contre la pourriture à l'hôpital.
Pendant le siècle des découvertes, le pharmacien français Bernard COURTOIS découvre
l'iode en 1811, tandis qu'à la même période le chimiste français Louis Jacques THENARD
découvre l'eau oxygénée. En 1867, Joseph LISTER utilise l'acide phénique pour prévenir
1
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
l'infection à la suite d'une fracture ouverte de jambe. La mortalité baisse de 60% à 15%.
C'est en 1874 que le chirurgien français Just LUCAS-CHAMPIONNIÈRE met en pratique
cette méthode qui donne d'excellent résultats. Vers la fin du siècle apparaît de nouvel
forme de produits (synthétisation des phénols par BASF) ou de nouvel utilisation (le
formaldéhyde pour désinfecter des locaux, l'ozone ou la Javel pour désinfecter l'eau).
Au début du 20ième siècle, pendant la première guerre mondiale, le médecin chimiste Henry
DAKIN met au point un antiseptique (à base de chlore) pour les plaies ouvertes ou
infectées. En 1950, ROSE et SWAIN synthétisent pour les laboratoires I.C.I. la
chlorhexidine suivit de près par H. SHELANSKI et CANTOR qui réussissent à complexer
l'iode dans un polymère : la polyvinyl pyrrolidone iodé.
2. Définitions
 Antisepsie : opération au résultat momentané, permettant sur les tissus vivants
d'éliminer ou de tuer les micro-organismes et/ou d'inactiver les virus, en fonction
des objectifs fixés.
 Antiseptique : produit ou procédé utilisé pour l'antisepsie.
 Désinfection : opération au résultat momentané permettant sur les surfaces
inertes contaminées d'éliminer ou de tuer les micro-organismes et/ou d'inactiver
les virus indésirables, en fonction des objectifs fixés. Le résultat de cette
opération est limité aux micro-organismes présents au moment de l'opération.
 Désinfectant : produit ou procédé utilisé pour la désinfection.
 Décontamination : opération au résultat momentané permettant d'éliminer, de
tuer ou d'inhiber les micro-organismes indésirables en fonction des objectifs
fixés. Le résultat de cette opération est limité aux micro-organismes présents au
moment de l'opération. La décontamination s'adresse exclusivement à du
matériel souillé.
 Décontaminant : produit ou procédé utilisé pour la décontamination.
3. Facteurs influencant l'activité des produits antiseptiques, désinfectants :
Ces produits vont réagir avec certaines parties de ces micro-organismes (la paroi cellulaire,
le noyau, ...) par une réaction chimique afin d'obtenir la mort de la bactérie, du virus,
champignons, ... Cette réaction chimique sera modifié en fonction de différents éléments.
a) La concentration
Le produit utilisé doit être à la bonne concentration pour avoir une activité microbiologique
(selon ce que l'on choisit).
Si ce produit est (trop) dilué, il y aura une diminution (parfois importante) de son activité.
On pourra obtenir une action bactériostatique, virostatique ou fongistatique, voire nulle. A
l'inverse s'il est trop concentré, il sera agressif, irritant pour les tissus vivants ; ou corrosif
pour le matériel, les surfaces ... et pourra l'abîmer.
Par exemple certains produits (comme les phénols) s'ils sont trop concentrés, entraînent
une coagulation des protéines et le désinfectant aura de grandes difficultés pour atteindre sa
cible au coeur du micro-organisme.
Parfois un produit chimique possède une certaine concentration pour être efficace contre
les surfaces, le mobilier, ... il serait trop agressif sur les tissus vivants : peau, muqueuses.
C'est pour cela que l'on peut retrouver une même molécule avec une forte concentration
2
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
comme désinfectant et nettement plus diluée comme antiseptique. Par exemple c'est le cas
de l'eau de Javel (12° Ch) comme désinfectant et le Dakin (environ 1,5° Ch) comme
antiseptique.
b) La température
Les micro-organismes se multiplient plus ou moins vite suivant la température. Une
chaleur importante peut même entraîner leur mort, a l'inverse on conserve les aliments à
basse température dans un réfrigérateur pour limiter le développement microbien.
Par exemple, certains produits comme les aldéhydes peuvent dégager des vapeurs toxiques
au delà de certaines températures. Il faudra toujours respecter les températures préconisées
par le laboratoire.
c) Le temps de contact
Comme pour toutes réactions chimiques, il faut un temps de contact minimum entre le
produit chimique et le micro-organisme pour le tuer.
Si le temps de contact est trop bref (durée écourtée par un rinçage anticipée) le produit
chimique n'a pas le temps d'agir, il n'aura alors qu'une action bactériostatique, virostatique
ou fongistatique, voire nulle.
A l'inverse si le temps de contact est plus long que celui préconisé par le laboratoire, le
produit chimique pourra être agressif, irritant pour les tissus vivants ; ou corrosif pour le
matériel, les surfaces ... et pourra abîmer le matériel, les surfaces ...
Par exemple, le temps de contact est généralement court (5 minutes) pour les bactéries,
mais il augmentent sensiblement pour les virus (15 à 30 minutes), les champignons et
encore plus pour les spores bactériennes (1 heure).
d) L'acidité, le PH
Ce facteur intervient principalement sur la croissance et la survie des micro-organismes.
Suivant son acidité, un antiseptique, désinfectant sera plus ou moins actif.
Par exemple les dérivés chlorés sont plus actifs en milieu acide. Par contre les ammoniums
quaternaires ne sont pas actifs en milieu alcalin.
e) Les substances interférentes
 Les ions (Calcium, Magnésium, Iode, Mercure, ...)
Ils agissent au niveau de la dureté de l'eau, selon la concentration des ions calciques et
magnésiques, un produit chimique sera plus ou moins actif. C'est pour cela qu'il existe des
normes qui mesurent l'activité des antiseptiques, désinfectants, ... en présence de
substances interférentes référencées.
Par exemple, le calcium contenu dans l'eau « dure » peut inhiber les désinfectants à base de
chlorhexidine ou d'ammoniums quaternaires.
Certains ions lorsqu'ils sont en présence, peuvent précipiter et former un composé très
agressif pour les tissus (Iode + Mercure = Iodure de Mercure).
 Les matières organiques biologiques
Les matières organiques sont généralement le sang, mais également urine, selle,
vomissements, ... Les protéines contenues dans ces matières organiques biologiques
entraînent une réaction chimique qui diminue la concentration du produit chimique, donc
son activité en sera affaiblie.
3
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
La présence de matières organiques diminue l'activité de tous les produits désinfectants, à
divers degrés. Elle est la moindre avec les dérivés phénoliques. Elle est nettement plus
importante avec les dérivés chlorés ou iodés, les aldéhydes ou les ammoniums
quaternaires. Il est important en présence de nombreuses matières organiques biologiques
de procéder à un rinçage pour permettre une dilution de ces matières organiques
biologiques ; puis à un nettoyage mécanique.
4. Classement des antiseptiques, désinfectants, ...
On peut classer les antiseptiques, désinfectants selon plusieurs critères.
a) Leur type
Les différents produits peuvent être classés selon qu'ils sont des antiseptiques, des
désinfectants, des décontaminants ...
b) La famille chimique
Les oxydants (dérivés iodés, chlorés, ...), les dérivés métalliques, les biguanides, les
ammoniums quaternaires, les aldéhydes, etc ...
c) Leur utilisation
Au niveau des antiseptiques suivant l'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) ou le
Visa Pharmaceutique ils peuvent être classés selon leur différente utilisation :





antisepsie de la peau saine ;
antisepsie de la peau lésée, ou des plaies ;
antisepsie des muqueuses ;
antisepsie pour actes chirurgicaux ;
...
Au niveau des désinfectants ils seront utilisés sur les surfaces inertes (surfaces, du
mobilier, et des sols) , tandis que les décontaminants s'utilisent sur du matériel souillé
(matériel médico-chirurgical, médico-secouriste, ...).
5. Conservation de l'efficacité des antiseptiques, désinfectants, ...
Il faut respecter certaines conditions pour garder intact l'activité chimiques des produits
antiseptiques, désinfectants, ...
a)
L'emballage
Au niveau des antiseptiques, ils sont en général emballés soit dans des flacons
en verre translucide ou opaque, soit avec des plastiques en polypropylène de
haute densité. Ce type de plastique évite que le produit soit adsorbé ou
neutralisé.
Au niveau des désinfectants ou des décontaminants , ils sont généralement
emballés en sachets individuels en polypropylène de haute densité.
Au niveau du bouchage, il faut éviter de fermer ces récipients avec des
bouchons en aluminium, caoutchouc, liège, ... Il faudra toujours respecter le
bouchon d'origine.
b)
Le conditionnement
Le conditionnement dépend généralement du laboratoire pharmaceutique,
mais ces dernières années ils ont fait des efforts pour élargir leur
conditionnement avec des petits flacons ou unidoses.
4
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
Il faudra préférer de petits conditionnements, pour éviter que ces derniers
soient manipulés souvent. L'extérieur du conditionnement est plus souvent
contaminé par les mains que le produit lui même. Cela est d'autant plus vrai
que le produit est diluée, faiblement actif (ammoniums quaternaires) et que le
bouchon n'est pas anti-reflux. Il ne faut jamais déconditionner ou transvaser un
antiseptique, désinfectant, ...
c)
Le stockage
Au niveau des antiseptiques une bonne partie d'entre eux doivent être
conservé à l'abri de la lumière, dans des flacons opaques. Le lieu de stockage
devrait être à température relativement constante. Il faudrait faire attention
(comme tous autres médicaments) à l'efficacité de ceux ci après de grande
variation de température dans un véhicule sanitaire (froid l'hiver, chaud l'été).
d)
La péremption
Il faut impérativement respecter la date de péremption indiquée par le
fabriquant.
e)
La conservation
Certains produits peuvent être actifs pendant longtemps lorsqu'ils sont
concentrés (cf. date de péremption), mais avoir une durée de conservation
courte
une
fois
diluée.
Par exemple l'Hibitane Champ® a une péremption de dix jours une fois diluée.
De même les nettoyants-décontaminants une fois diluée ne sont stables que
pendant
24
heures.
Il sera préférable d'indiquer sur le flacon ou dans la préparation la date, voire
l'heure (pour les décontaminants qui sont stables 24 heures) de l'ouverture et
même la date limite d'utilisation
6. Les différentes familles d'antiseptiques
Familles
Les colorants
L'alcool éthylique
Utilisations
Utilisés surtout pour
leur effet asséchant
dans l'érythème
fessier du nourrisson
Inconvénients
Exemples
- Préférer les solutions - Eosine aqueuse
aqueuses aux
- Eosine alcoolique
solutions alcooliques. - Solution de Milian
- Fluorescéine
- Produits
extrêmement
salissants (colorent la
peau et le linge)
Contrairement à une - Il dessèche la peau,
idée répandue, l'alcool pique et est
à 70° est la meilleure inflammable.
dilution, l'alcool à 90° - Ne pas appliquer sur
étant moins efficace. les muqueuses ou les
Utilisé pur son effet plaies.
5
- Alcool à 70°
- Alcool à 90°
- Alcool modifié
- Alcool camphré
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
désinfectant
Remarque :
- Attention, le camphre présent dans l’alcool modifié peut être
dangereux car il peut entraîner, à fortes doses, des convulsions chez
le nourrisson et l'enfant. Respectez toujours les conseils de
posologie et d'administration :
- Ne pas appliquer sur une surface étendue du corps
- Ne pas utiliser chez le nourrisson de moins de 30 mois et chez
l'enfant ayant eu des antécédents de convulsions.
L’iode et ses dérivés
conviennent aux
plaies et brûlures
superficielles peu
étendues.
Les dérivés iodés
Les biguanides
(Chlorhexidine)
Les dérivés chlorés
(Hypochlorite de
sodium)
- Ne pas associer aux - Betadine ®
- Alcool iodé
antiseptiques
contenant du mercure
(formation de
composés caustiques)
- A éviter en cas
d'intolérance à l'iode
(allergie), chez la
femme enceinte et
chez le jeune enfant
- Elle est utilisée dans
de nombreuses
préparations.
- Elle est bien tolérée.
- Antisepsie de la
peau et des
muqueuses.
- Ne pas utiliser pour
les lavages d'oreille et
ne pas appliquer sur
l'œil.
- Inactivée par le
savon
- Il est parfois
nécessaire de rincer
l'antiseptique pour
certaines marques
(voir notice)
- Conserver à l'abri de
la lumière.
Antisepsie de la peau Ils peuvent être
et des muqueuses
irritants
6
- Biseptine®
- Septeal®
- Hibitane®
- Mercryl®
- Cytéal®
- Dakin Cooper®
- Amukine®
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Les diaminidines
(Hexamidine)
Les ammoniums
quaternaires
Les carbanilides
(Triclocarban)
Mr. Bouteldja N./2011
Antisepsie de la peau A éviter sur les
- Hexomédine®
et des muqueuses
muqueuses en raison - Hexaseptine®
de la présence
Elle est bien tolérée d'alcool.
Antisepsie des plaies - Ne pas appliquer sur - Cetavlon®
superficielles.
- Sterlane®
les muqueuses
génitales, dans l'œil
Ont également un
ou dans l'oreille.
effet détergent
- Inactivé par le savon
Antisepsie de la peau Ne pas utiliser avec de - Solubacter®
et des muqueuses.
l'eau très chaude
- Septivon®
(formation de
- Cutisan®
Bien rincer après
composés toxiques emploi
dérivés chlorés).
Traitement d'appoint
des affections
cutanées infectées ou
susceptibles de le
devenir.
- Effet hémostatique
Ne pas associer aux - Dermachrome®
antiseptiques
- Merfène®
Les
- Mercryl Laurylé®
contenant de l'iode
organomercuriels
(formation de
composés caustiques)
- Ils sont desséchants.
- L’eau oxygénée est
- Nettoyage des plaies caustique à partir de
Les oxydants
20 volumes.
(Eau oxygénée à 10
- Le permanganate de
Volumes = 3% ;
potassium colore la
peau et le linge en
Permanganate de
violet. Ne pas
potassium dilué)
l’associer au nitrate
d’argent ou à l’eau
oxygénée.
Le nitrate d'argent
Utilisé dans les
- Ne pas associer au
(solution aqueuse à 1 dermatoses suintantes, permanganate de
% ou 2%)
érythème fessier
potassium (irritant)
7
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
Très important à retenir
Les antiseptiques s'utilisent uniquement au niveau des tissus vivants.
Ce sont des médicaments.
Un bon antiseptique doit être soluble dans l'eau ou l'alcool, être stable
dans le temps, avoir un large spectre d'activité, incapacité à induire des
résistances, absence d'effets secondaires.
Les antiseptiques sont bactériostatiques/cides et/ou virucides et/ou
fongicides.
Règles d'utilisation
Ne s'applique que sur une peau propre
Conservé 20 jours max après son ouverture
Ne jamais mélanger 2 gammes d'antiseptiques différentes
Les antiseptiques moussants doivent être rincés après usage
respecter les flacons d'origine, préférer les uni doses
Vérifier date de péremption
Doit être laisser sur place minimum 1 minutes
Poser le bouchon à l'envers lors des utilisations
8
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
Effets secondaires des antiseptiques cutanés
chez le personnel
INTRODUCTION
Le risque biologique, singulièrement d’infection nosocomiale, conduit le soignant à
multiplier les lavages de mains, à exposer quotidiennement sa peau à des produits
irritants voire allergisants. Les effets secondaires des antiseptiques, et plus
généralement, des démarches de prévention des infections nosocomiales, sont un
motif fréquent de consultation du médecin du travail.
CLINIQUE
Les symptômes ne sont pas spécifiques : dermite irritative, eczéma de contact ou
urticaire allergique, localisés surtout au mains ; d’abord rythmés par le travail, puis
autonomes ; des tests cutanés confirment une composante allergique : épidermo-tests
à 72 heures, patch tests à 20 minutes.
Le pronostic, surtout en terme de retentissement professionnel, est lié aux
manifestations extra cutanées : asthme, rhinite, conjonctivite. En effet, des mesures
de prévention collectives sont recommandées pour lutter contre les allergènes
aéroportés, parfois difficiles à mettre en œuvre.
ETIOLOGIE
Un terrain atopique est souvent retrouvé.
Parmi les antiseptiques, le glutaraldéhyde a remplacé le formaldéhyde
dans nombre d’utilisations et se retrouve logiquement à l’origine
d’eczémas de contact ou d’asthme.
La peau est souvent insuffisamment couverte (gants trop courts ou d’un
matériau inefficace, avant-bras dénudés) dans les phases de nettoyage
manuel du matériel d’endoscopie.
Les bacs de désinfection à froid sans dispositif de captage à la source
exposent aux vapeurs de cet aldéhyde.
Parmi les oxydants, la polyvidone iodée est la plus utilisée (scrub ou
gynécologique) ; elle n’induirait pas de pathologie thyroïdienne chez les
soignants, mais peut engendrer dermite irritative voire eczéma de contact.
Chlorhexidine, souvent employée de façon majoritaire en maternité et en
néonatologie ; très fréquentes dermites irritatives.
Alcool éthylique 70% : peu de dermatoses.
9
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
Rechercher une pathologie ou un facteur favorisant, même extra professionnel :
Forte croissance des allergies au latex (dont le tiers sont associées à des allergies aux
antiseptiques), poudre des gants, médicaments (pro-pacétamol, antibiotiques),
germes, mauvais lavages des mains. Allergie alimentaire, activités de bricolage, de
loisirs…
TRAITEMENT
Eviction relative des allergènes responsables. Traitement symptomatique à base de
dermocorticoïdes et d’émollients.
PREVENTION
« autant il est dangereux de ne jamais se laver les mains, autant il est néfaste de
multiplier de mauvais lavages »
Choix de produits les moins nocifs,
Application des protocoles d’Hygiène, notamment bonne dilution
détergents et désinfectants,
Bonne méthode de lavage des mains (insister sur rinçage et séchage),
Limitation collective des allergènes et irritants aéroportés en
concertation avec le médecin du travail (glutaraldéhyde, gants non
poudrés),
Crème hydratante après le poste.
10
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
Les antiseptiques / Annexe1
Les antiseptiques
Famille d'antiseptiques
CHLORÉS
(Dakin)
HALOGÉNÉS IODÉS
(PVPI,
alcool
iodé…)
BIGUANIDES
Chlorhexidine
ALCOOLS
(éthanol à 70°,
alcool isopropylique 60°)
TENSIO-ACTIFS
AMMONIUMS
QUATERNAIRES
(chlorure de
benzalkonium…)
DIAMIDINE
(hexamidine)
OXYDANTS
(eau oxygénée 3%)
COLORANTS
CARBANILIDES

Légende :



Spectre d'activité des principales familles d'antiseptiques
Gram Gram MycoVirus
Virus
Levures Moissures
Spores
+
bactéries
nus enveloppés
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+/-
+
+/-
+/-
+
-
+
+
+
+/-
+/-
+/-
+
-
+
+/-
-
+
+
+/-
+
-
+/-
-
-
-
-
-
-
-
+
+
-
+
+
+/-
+
-
-
-
-
-
-
-
-
-
+ Produits actifs
+/- Produits inconstamment actifs
- Produits inactifs
11
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
Les antiseptiques / Annexe2
Les antiseptiques
Classification, caractéristiques
1- Hallogènes


Produits chlorés :
o Jusqu' à un titre de cinq degrés chlorométriques (15850 ppm) les produits chlorés sont des
antseptique, au delà, ils sont des désinfectants
o Un de ces poroduit est la solution de Dakin stabilisé :
 5 gramme de chlore actif (hypochlorite de sodium) par litre, soit 0,5% chlore actif, ou
5000 ppm, 1,5 degré chlorométrique
 Spectre d'activité
 Les dérivés chlorés ont un spectre d'activité étendu: bactéries (formes
végétatives et sporulées), champignons, virus, spores.
 Mode d'action
 Le délai d'action est rapide, dès la première minute de contact.
 Le pouvoir oxydant provoque la destruction de protéines au niveau
membranaire et chromosomique.
 Indications
 Antiseptie de la peau, des muqueuses et des plaies.
 Impropre à la désinfection du matériel médico-chirurgical.
 Les agents à visée antiseptique ne sont pas stérilisants, ils réduisent
temporairement le nombre de micro-organismes.
 Les matières organiques (protéines, sérum, sang) diminuent l'activité antiseptique.
 Mode d'Emploi :
 Les applications locales de Dakin stabilisé se font, sans dilution :
 soit en lavages, en bains locaux ou en irrigation.
 soit en compresses imbibées ou en pansements humides.
 Renouveler selon les besoins.
 Incompatibilité Physico-Chimique :
 Compte tenu des interférences possibles (antagonisme, inactivation) l'emploi
simultané ou successif d'antiseptiques ou de savon est à éviter sans un rinçage
soigneux intermédiaire.
 Possibilité de sensations subjectives de brûlure ou d'irritation uniquement sur peau
lésée (plaies importantes, chirurgie gynécologique), ne justifiant habituellement pas
l'arrêt du traitement.
Produits iodés :
o L'iode et ses dérivés
 Les solutions alcooliques d'iode :
 Alcool iodé à 1%
 Teinture d'iode à 5%
 Les solutions aqueuses d'iode :
 Solution de Lugol à 1%
 Solution de Tarnier à 0,15%
o Les iodophores
 Polyvidone iodée ou polyvinylpyrolidone iodée (PVPI)
 La polyvidone iodée est un iodophore, complexe organique à 10% environ
d'iode disponible actif.
 Mode d’action L'iode sous forme moléculaire est capable de traverser
rapidement la membrane cellulaire. Son action est due à son pouvoir oxydant
comme les autres halogénés sur les protéines enzymatiques et membranaires.
12
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
 L'association avec les antiseptiques mercuriels est déconseillée.
 Son spectre d'activité est celui de l'iode, libéré lentement et progressivement.
 L'iode est un antiseptique bactéricide à large spectre (en moins de 5
min in vitro, sur l'ensemble des bactéries), sporicides, fongicide sur les
levures et champignons filamenteux et virucide.
 Les matières organiques (protéines, sérum, sang...) diminuent l'activité
de l'iode libre, forme active de cette spécialité.
 Les iodophores sont instables à pH alcalin.
 La peau enduite de Polyvidone iodée prend une coloration brune qui s'élimine
facilement à l'eau.
 Délai d'action
 In vitro : 5 minutes (normes AFNOR)
 En pratique:
 Le temps de contact requis est d’une minute, exemple : l'action
se manifeste dès 30 secondes, mais il est recommandé
d'attendre un temps de contact d'une minute minimum afin
d’obtenir une activité bactéricide.
 Propriétés pharmacocinétiques :
 L'iode disponible de la povidone iodée peut traverser la barrière
cutanée. Son élimination se fera principalement par voie urinaire.
 La polyvidone seule ne peut en aucun cas donner lieu à un passage
systémique.
 Incompatibilités physico-chimiques :
 L'association iode/mercuriels est à proscrire : risque de formation de
composés caustiques.
 L'iode est un oxydant (incompatibilités chimiques avec les réducteurs).
 L'iode est inactivé par le thiosulfate de sodium (antidote possible).
 Le produit est instable à la chaleur, à la lumière et à pH alcalin.
 Les préparations phamacologqies les plus utilisées sont :
 Scrub (Solution moussante) : 0,4% en iode libre ou 4% en PVPI avec
un excipient tensio-actif.
 Indications :
 Détersion et antisepsie de la peau et des
muqueuses saines ou lésées,
 lavages antiseptique et chirurgical des mains
(lles agents à visée antiseptique ne sont pas
stérilisants : ils réduisent temporairement le
nombre des micro-organismes).
 douche pré-opératoire,
 détersion du champ opératoire.
 Posologie :
 Pour le lavage des mains, le produit s'utilise pur
à raison de trois millilitres versés sur les mains
préalablement mouillées. Frotter pendant une
minute et rincer soigneusement à l'eau.
 Pour le lavage chirurgical des mains, renouveler
ce protocole pendant trois à cinq minutes, sur les
mains et les avant-bras.
 Pour le lavage des plaies souillées, utiliser le
produit dilué au tiers. Rincer soigneusement à
l'eau.
 Solution dermique 1 % en iode libre ou 10% PVPI
 Indications
13
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
 Plaies ou brûlures superficielles et peu étendues.
 Traitement d'appoint des affections de la peau (et des
muqueuses) primitivement bactériennes ou susceptibles
de se surinfecter.
 Antisepsie de la peau du champ opératoire.
 Effets systèmique :
 En raison de la résorption transcutanée de l'iode,
l'utilisation de cette spécialité peut exposer à des effets
systémiques. Ces effets systémiques, favorisés par la
répétition des applications, sont d'autant plus à redouter
que l'antiseptique est utilisé sur une grande surface,
sous pansement occlusif, sur une peau lésée
(notamment brûlée), une muqueuse, une peau de
prématuré ou de nourrisson (en raison du rapport
surface/poids et de l'effet d'occlusion des couches au
niveau du siège).
 Posologie Usuelle :
 à utiliser pure ou diluée:
 pure en badigeonnage sur la peau dans le cadre
de l'antisepsie de la peau du champ opératoire'
 doit être utilisée diluée au 1/10 (dixième) avec
de l'eau ou serum physiologique stérile pour les
lavages des plaies et a 2% (deux pour cent) dans
le sérum physiologique stérile pour les
irrigations des plaies.
 Solution dermique alcoolique 5%
 PVPI 5 g à 96%, éthylique alcool 72 ml
 Indications : antisepsie de la peau saine avant acte de petite
chirurgie.Posologie usuelle :
 Appliquer environ 5 ml de produit sur la surface de la peau
avec une compresse stérile pendant au moins 10 secondes, avec
un temps de séchage d'environ 30 secondes avant l'acte de
petite chirurgie.
2- Biguanides




Les biguanides sont utilisés généralement sous forme de digluconate ou de diacetate de
Chlorhexidine.
Préparations pharamaceutiques :
o Solutions moussantes contenant un tensio-actif :
o Solutions aqueuses :
o Solutions alcooliques :
Spectre d'activité
o Bactéricide sur Gram positif et gram négatif
o La chlorhexidine exerce en moins de cinq minutes, in vitro, une activité bactéricide sur les
Gram+ et, à un moindre degré, Gram-.
o Activité antifongique sur Candida albicans
o Peu actif sur les mycobactéries, seules les solutions alcooliques ont une action sur les
mycobactéries.
o Non sporicide
o Non virucide
o Une résistance acquise a été décrite.
Mécanismes d'action
14
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
o La chlorhexidine est un agent cationique qui réagit avec les groupements chargés
négativement de la paroi bactérienne et est immédiatement adsorbée à la surface des
bactéries.
o L'effet sur la cellule bactérienne dépend de la quantité de produit adsorbé et du type de
microorganisme atteint.:
o Pour des concentrations faiblement bactéricides, la paroi cellulaire est altérée avec fuite des
éléments cytoplasmiques et inhibition de certains enzymes cellulaires.
o Pour des concentrations fortement bactéricides, la cellule parait intacte, en fait le cytoplasme
apparait coagulé, probablement par précipitation des protéines et de l'acide nucléique.
 Facteurs influençant l'activité
o La chlorhexidine se comporte comme un cationique en milieu acide :
 elle est incompatible avec tous les dérivés anioniques.
 Incompatibilité avec les halogènes, les aldéhydes, les mercuriels, les tensio-actifs
anioniques et non ioniques, les savons, les récipients en polyéthylène à basse densité,
le tannin contenu dans les bouchons de liège et certains colorants.
o Elle est inactivée en milieu alcalin et précipite à ph supérieur à huit en présence de nombreux
ions.
o Son activité est partiellement inhibée par les matières organiques (sérum...) et les
phospholipides.
 Indications
o Nettoyage et antisepsie des plaies et balnéothérapie des brûlés,
o Antisepsie des plaies chirurgicales et traumatiques peu profondes,
o Lavage des mains : hygiènique, antiseptique, chirurgical,
o Préparation du champ opératoire,
o Hygiène bucco-dentaire.
3- Alcools

Alcool éthylique de 60 à 70° :
o L'alcool est dénaturé par l'adjonction de colorants, de camphre ou d’autres alcools. En
France.
o Seul l'alcool éthylique est utilisé à usage antiseptique. Le propanol-2 ou isopropanol entre
dans la composition d'autres antiseptiques (exemple
o d’utilisation : solution hydro-alcoolique pour antisepsie des mains).
o Il est utilisé comme solvant avec d'autres antiseptiques qu'il potentialise (exemples : alcool
iodé, hexamidine, chlorhexidine)
o Spectre d’activité
 L'alcool éthylique à 70 degrés possède une activité antibactérienne sur les bactéries
Gram + et Gram - (formes végétatives), liée à la dénaturation des protéines
bactériennes.
 Il est dépourvu d'action sur les spores.
 Actif sur Mycobacterium tuberculosis
 Fongicide faiblement
 Virucide de façon variable.
o Son efficacité est réduite (voire inactivé selon certains hauteur) en présence de matières
organiques (protéines, sang, pus). Il coagule les protéines.
o Ne convient pas à la désinfection du matériel médico-chirurgical.
o Délai d’action : 2 minutes à condition que la peau soit maintenue humide.
o Durée d’action : activité antimicrobienne brève car l'alcool est très volatil.
o Indications
 Antiseptique local à usage externe (pour la peau)
 Alcool de 60 à 70°:
 antisepsie de la peau saine, des sites d'injections et des prélèvements sanguins
15
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
(sauf : hémoculture, cathétérisme, ponction artérielle et les actes nécessitant
une asepsie chirurgicale).

Les produits hydro-alcooliques (solutions et gels) :
o Ils sont composés de :
 un ou plusieurs principes actifs antiseptique dont :
 un ou pluseiurs alcools aliphatiques à chaîne courte : propanol-1, propanol-2
ou éthanol
 ce sont des alcools à large spectre biocide et ils se vapeurisent
rapidement (séchage rapide)
 un ou plusieurs principes actifs antiseptiques non alcooliques : digluconate de
chlorhexidine, triclosan, chlore de benzalkonium, peroxyde d'hydrogène,
alkylamidoalkylglycine, éthylsulfate de mécétronium.
 le rôle de ces antiseptique est :
 d'élargir le spectre biocide des produits hydro-alcooliques.
 prolonger l'action antiseptique
 d'un ou plusieurs agents protecteurs de la peau : glycérine, glycérol, allantoïne,
monoglycérides, huile de ricin
o Utilisation :
 dans la désinfection hygiènique des mains (la friction hygiénique des mains).
 certians produits sont utlisés dans la désinféction chirurgicale des mains (antisepsie
chirurgicale des mains).
o Condtions d'utilisation :
 les produits hydro-alcoolique ne doivent pas être dilués avant leur utilisation
 les mains doivent être :
 séches
 non souillées
4- Ammoniums quaternaires

Benzalkonium Chlorure et Benzalkonium bromure
o Utilisé en association avec d'autres antiseptique comme (Benzalkonium Chlorure +
Chlorhexidine + alcool benzylique)
o Spectre d'activité :
 Bactéricide ou Bactériostatique (sur les Gram + ) selon les concentrations,
 Faiblement fongistatique
 Aucune action sporicide,
 Inactif sur les mycobactéries,
 Activité faible sur les virus enveloppés, activité nulle sur les virus nus.
o L'activité antibactérienne a été attribuée à plusieurs mécanismes :
 Dénaturation plus ou moins sélective de protéines ou d'enzymes, par solubilisation et
dépolymérisation, responsable de l'inactivation d'enzymes intervenant dans la
respiration et la glycolyse et de l'inactivation de deshydrogénases
 L'inactivation enzymatique peut être réversible en début d'action, mais devient
définitive après un contact prolongé entre bactéries et antiseptique.
 Fixation au niveau des ribosomes avec arrêt de la synthèse protéique.
 Lyse de la membrane cellulaire avec perturbation des échanges osmotiques
 Agent tensioactif cationique bactériostatique plus actif contre les bactéries Gram plus
que contre les Gram moins.
 L'activité antimicrobienne est variable en fonction des conditions, les facteurs
favorisants sont :
 un PH alcalin,
 une température de 37°.
 Inactivé par les composés anioniques (savons), les eaux trop dures, les matières
16
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
Mr. Bouteldja N./2011
organiques (pus, sang), et certains composés non ioniques.
 L'abaissement de la tension superficielle n'intervient pas dans le mécanisme d'activité
antibactérienne, mais contribue à réaliser un contact plus étroit entre les bactéries et
l'antiseptique.
o N'est commercialiosé en France que sous forme d'association:
 Usage externe ; ne pas associer aux antiseptiques externes anioniques.
 Les fibres cellulosiques et le coton inhibent l'activité antibactérienne des antiseptiques
externes cationiques (amonium quaternaires) en solution aqueuse:
 N Engl J Med1960;263:800.
5- Oxydants

Eau oxygénée ( peroxyde d’hydrogène)
o La concentration usuelle pour l'usage antiseptique est de 3 %. La concentration s'exprime
également en volume d'oxygène dégagé par le volume de solution. La solution à 3% est dite à
10 volumes.
o Spectre d’activité
 Solution faiblement antiseptique.
 Le peroxyde d'hydrogène est plus actif sur les bactéries à Gram négatif que sur
les bactéries à Gram positif,
 Il est également actif sur Mycobacterium tuberculosis à des concentrations de
6% à 10% (30 volumes), Son activité sur les mycobactéries atypiques reste
mal connue,
 A température ambiante, il est lentement sporicide.
 Il posséde une activité lente sur les levures et les virus.
 Exerce, par l'effervescence, une action mécanique de nettoyage
 ne convient pas à la désinfection du matériel médico-chirurgical
 inactivé par les matières oraganiques (protéines, sang, pus) .
o Mode d'action
 Son mécanisme d'action est mal connu,
o Indications Thérapeutiques - Ce médicament est un antiseptique local à usage externe (pour
la peau) .
o il est préconisé :
 pour le nettoyage à visée antiseptique de la peau érodée et des petites plaies.
o Posologie Usuelle :
 Appliquer ou pulvériser l'Eau oxygénée pure à dix volumes pour le nettoyage de la
peau lésée et des petites plaies.
6- Carbanilides

Triclocarban :
o Spectre d’activité
 Bactériostatique sur les bactéries à Gram+ et très faiblement sur les Gram Peu actif sur Candida albicans
 Indication
 Détersion de la peau et de la muqueuse vaginale.
 Ne doit pas être utilisé avant l’accouchement pour la toilette vaginale,
ni chez le nouveau-né en raison de passage cutané.
o Incompatibilité avec les dérivés cationiques :
 Ammoniums quaternaires, Chlorhexidine, Hexamidine.
o Ne pas diluer avec une eau de température égale ou supérieure à 50° C pour éviter la
formation de chloroaniline toxique.
o Rincer abondamment, car une trop forte concentration favorise les dermites irritatives et le
17
Supports de cours : Hygiène Hospitalière / Antiseptiques
desséchement cutané.
Mr. Bouteldja N./2011
7- Diamidines

Hexamidine
o Agent antibactérien cationique présentant des propriétés tensio-actives.
o Spectre d’activité
 L'hexamidine est bactériostatique vis à vis des germes à Gram+
 Seule l’hexomédine® transcutanée est bactéricide sur les cocci à Gram+ et sur un
certain nombre de germes à Gramo Mécanismes d’action
 Hexomédine se comporte comme un agent antibactérien cationique et présente des
propriétés tensio-actives.
o L'activité d'Hexomédine® solution n'est pas inhibée par le pus, le sérum, les débris
organiques.
o Délai d’action : in vitro, 5 minutes.
o Indications
 Traitement d’appoint des affections dermatologiques.
 Hexomédine transcutanée est utilisée pour les folliculites staphylococciques et les
perionyxis pyococciques.
 Seule, la poudre en solution locale aqueuse peut être utilisée sur les muqueuses.
8- Colorants

Certains groupes de colorants sont connus pour leur faible propriétés antiseptiques :
o triphénylméthanes
o acridines (L’éosine) : TETRABROMO-2',4',5',7'FLUORESCEINE.
18
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising