3-Instruction-Savoir-Connaissance

3-Instruction-Savoir-Connaissance
3
3
Instructi on
S avo ir
c onnaiss ance
Première partie d’une réflexion sur les savoirs souhaitables en fin de classe de troisième,
dans le cadre d’une tentative de répertoire des finalités de l’école.
1 - Instruction, savoir, connaissance
savoirs de base en Arts plastiques
2 - Formation de la personnalité
page 57
page 58
page 64
3 - Mise en garde
lutte contre le conformisme
lutte contre l’obscurantisme et l’ignorance
lutte contre la dépendance et l’assistance
page 66
page 67
page 70
page 71
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
56
Arts
A
rts pplastiques
lastiques
1/ INSTRUCTION - SAVOIR - CONNAISSANCE :
Quelles sont les connaissances que devrait posséder un élève qui quitte le Collège en
fin de 3° ?
Quelles connaissances devraient subsister chez l'adulte quelques années plus tard ?
Quel regard souhaiterions-nous qu'un adulte soit capable de porter sur le monde visible,
sur le monde artistique, sur le domaine de la création, de l'imagination, de l'imaginaire ?
Cette question est-elle fondée et ne risquerait-elle pas de conduire vers une normalisation
des comportements ?
Quelle attitude créative ou non, souhaiterions-nous développer chez tout être humain ?
Comment concilier ces espérances et le fait que tous les élèves ont des histoires et des
parcours qui sont individualisés et hors normes pour beaucoup d'entre eux ?
Comment effectuer un apport de connaissances sans tuer la spontanéité et les facultés
créatrices ?
ex. : 3 ans : spontanéité picturale.
10 ans : spontanéité parfois très entamée.
40 ans : après quel long parcours, un artiste retrouve-t-il une force et une
authenticité créatrice ? Après combien d'années passées à désapprendre tout ce que
l'école a installé en lui comme barrières, comme garde-fous ?
Nécessité de savoir pour comprendre le monde.
L'Etre humain de chaque époque est une somme « moyenne » de savoirs. Chaque enfant
qui naît hérite d'un minimum de connaissances toujours plus grand, grâce à la perception
qu'il a de son environnement immédiat. Ce sont des connaissances intuitives et
implicites. Elles modifient le comportement et la pensée, déjà, à la base.
l'enfant confronté à la grotte, aux animaux... il y a quelques milliers
ex. :
d'années...
l'enfant confronté aujourd'hui à la télévision, à la musique, à la voiture ..
Ces choses sont « naturelles »pour lui, existent même s'il n'en connaît pas le pourquoi et
le fonctionnement.
Mais ce minimum ne suffit pas à la constitution d'une haute conscience du monde. La
consommation des fruits du savoir, du « progrès », est facile. La philosophie de cette
consommation n'est pas naturelle ; elle est liée à l'étendue du savoir et à l'éducation de la
pensée.
L'ignorance n'est-elle pas la cause principale des maux de l'humanité ? (guerres, maladies,
injustices) Depuis des siècles des hommes cherchent à la combattre, mais la tâche est
immense, d'autant que la somme des connaissances augmente sans arrêt, et que la population s’accroît ! L'importance de ces concepts (ignorance, devoir d'instruction) grandit
de plus en plus, mais un enfant reste un enfant et il n'est toujours pas naturel de vouloir
apprendre, surtout quand on a envie d'être, de jouer, et que les adultes exigent autre chose
de vous !
Du fait de l'accroissement de la masse des connaissances, il ne peut être question de tout
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
57
connaître ! Il semble beaucoup plus réaliste de posséder un savoir de base, fait de savoirfaire, de savoir-penser, donnant les moyens d'accès et d'utilisation des connaissances.
Imposer le savoir n'est pas forcément habile ! L’école ne doit pas fermer des portes, et
pourtant elle le fait trop souvent en voulant les ouvrir ! Le SAVOIR « GRATUIT » (le besoin
de savoir) est une notion d'adulte. Le SAVOIR « VIVANT » (vécu) est un besoin naturel de
l'enfant.
Ne faudrait-il pas, alors, chercher à rendre le savoir vivant ?
Arts
A
rts pplastiques
lastiques
SAVOIRS DE BASE EN ARTS PLASTIQUES :
1a
1b
1c
1d
1e
1f
1g
1h
-
VOCABULAIRE
LECTURE DES FORMES
PERCEPTION VISUELLE
LUMIERE -VALEURS
COULEURS
LANGAGE DE L'IMAGE
CULTURE ARTISTIQUE
ARCHITECTURE
page 59
page 59
page 59
page 59
page 60
page 60
page 60
page 62
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
58
AArts
rts pplastiques
lastiques
1a - VOCABULAIRE :
voir liste ...
Quels sont les mots les plus importants dans cette liste ?
1b - LECTURE DES FORMES :
Tout le monde apprend à lire, ou presque, et à compter. Ce sont des outils de
communication. Tout le monde devrait aussi apprendre à lire des formes. C'est
aussi un outil de communication. Aujourd'hui, comme dans le passé, mais plus
encore que dans le passé, toute communication se fait par ECRIT, par le son, les
mots, (ORAL), par l'IMAGE .
On peut aussi apprendre que les formes peuvent être inventées, imaginaires ou
bien observées et réalistes .
Les deux optiques sont possibles, utiles, sans que soit ajoutée une notion de
jugement de valeur.
1c - PERCEPTION VISUELLE :
Pour une bonne lecture des formes, il faut une bonne perception visuelle.
Etude du rôle des illusions, et des pièges du regard :
Illusions > miracles > apparitions > imaginaire: amalgame de lignes, formes, sur
faces, ressemblance, interprétation. L’ imaginaire est toujours branché sur la vue.
Automobile, circulation, sécurité.
Angles de vue inhabituels : les petits enfants, dans la rue, perçoivent l'espace et
la circulation d'une manière sans doute très différente de celle des adultes.
Perturbation visuelle par le brouillard, par la pluie, par la nuit. (Contrastes,
éblouissement, amalgame des valeurs).
Voir ou être vu ? au volant, la vue c'est la vie ?
Rôle de l'imaginaire dans les témoignages.
Rôle de l'attention visuelle.
Conscience de l'espace : maîtriser l'espace entraîne un bien-être personnel et
influe sur le comportement. Raisons de non maîtrise : la vue, l'ouïe, le corps.
Tout cela peut se corriger.
Justesse et acuité du regard. Perception des distances. Rôle de la perspective
dans l'appréhension de l'espace. (Conduite automobile, gymnastique, sports ...)
Psychologie de l'environnement. Rôle de l'environnement sur le bien-être des
humains (campagne, ville, bidon-ville...) Etc...
1d - LUMIERE -VALEURS :
Valeurs relatives :
Plus foncé que, mais plus clair que ...
Plus près que = plus foncé
plus loin que = plus clair
(perception des valeurs liée à l'atmosphère).
Luminosité, éclat ...
Contrastes : positif - négatif ...Etc...
Rayonnement lumineux
Spectres lumineux ..
L'oeil : physiologie, perception des couleurs et valeurs.
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
59
1e - COULEUR :
La sensation colorée :
perception subjective et culturelle des couleurs ;
Sensation liée à l'éclairement.
Relativité de la perception.
Les théories de la couleur : synthèse additive et soustractive.
Structure de perception : l'oeil.
Le cercle chromatique.
Vocabulaire de la couleur :
teinte, clarté, saturation ..couleurs vives, pâles, rabattues ...
contrastes de couleur, couleurs complémentaires.
Rapports colorés :
il n'y a pas de couleur laide, mais il y des rapports colorés plus ou moins
agréables, comme entre les hommes et les femmes, il y a des réussites et des
ratages. (Rapports lumineux, ternes, agressifs, criards, subtils, discrets ...)
Rôle des rapports colorés en publicité, dans le commerce, dans la mode ..
(Assortiments, palettes coordonnées, ensembles ...)
Variations de la perception des couleurs suivant la lumière (jour, nuit,
artificielle ..)
Couleurs apprises et couleurs vues, couleurs stéréotypées.
Rapports couleur-espace .
Symboliques des couleurs variables suivant les cultures et civilisations ?
Codage des couleurs ....
1f - LANGAGE DE L'IMAGE :
Permettre une prise de conscience et un recul sur le phénomène image. Eviter la
dépendance, c'est-à-dire apprendre à jouer et déjouer l'imaginaire produit par la
vision des images.
Dialogue entre objectivité imaginaire et mémoire.
Cadrage : champ / hors champ, cadre / hors cadre.
Une image est une fraction d'espace (espace réel, espace support)
Une image est une fraction de temps ...
Part culturelle de la lecture des images : dans le sens que je suis capable de
donner à une image, qu'est-ce que je sais qu'un enfant d'Afrique, d'Inde, ou
d'Ethiopie, ne pourrait pas comprendre ? (et vice versa)
Sémiologie ...logique et polysémie.
Développer les capacités de déduction.
L'image est un assemblage de signes divers qui induit un sens précis, mais qui
peut être interprété différemment.
Capacité à faire le tri entre les connotations diverses et à choisir le sens le plus
logique et pertinent.
Image fixe et image animée.
Associations possibles entre Oral, Ecrit, Image, Son, Texte, Image, et
interactions entre les quatre.
Repères historiques de l'image.
Rhétorique de l'image.
Les nouvelles images et leurs limites.
1g - CULTURE ARTISTIQUE :
S'il est difficile de définir un savoir de base sans risquer la simplification, la
réduction, la banalisation, le nivellement des connaissances, les stéréotypes,...et
la perversion par les programmes qui peuvent en découler, il faut peut-être
aborder la culture à travers l'individu lui-même.
Que restera-t-il de chacun de nous, quelles traces laisserons nous de notre
passage, qui pourront parler, témoigner, plus tard, auprès d'autres hommes ?
Qu'est-ce qui nous sépare les uns des autres ? Qu'est-ce qui nous rassemble ? Est-ce que
ce sont des codes culturels différents ou communs ?
Qu'est-ce qui nous sépare et qui pourrait peut-être nous rapprocher ?
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
60
Il ne s'agit pas de prouver ce qu'apportent les repères culturels à l'individu, quand il en a
conscience. Mais il faut aussi évaluer ce qu'il est raisonnable d'espérer en fin de 3°
L'histoire personnelle de chacun est en jeu. Comment apporter un peu plus à cette histoire sans l'imposer arbitrairement et provoquer un rejet ? Comment apporter quelque chose
qui puisse être accepté et assimilé par des adolescents ?
Créer des dispositifs de découverte, de motivation, et non d'apprentissage ?
Quand est-ce qu'on apprend le mieux ? Quand on est passionné !
Donc, la question est :
comment créer les conditions d'une passion ?
Peut-on passionner tout le monde ? Chaque être a une sensibilité, une affectivité différente. C'est à elles qu'il faut s'adresser.
La culture est, par expérience, un VECU intellectuel et affectif. Serait-ce une finalité
réaliste que de souhaiter que les portes de la culture ne soient pas fermées à l'issue de la
troisième ?
La publicité montre depuis des années comment créer des besoins qui n'existaient pas
auparavant. Pourquoi ne pas chercher à créer des besoins culturels, des besoins de savoir,
en employant des méthodes semblables ? Manipulation ? Serait-elle plus insupportable que
le fait de dévaloriser constamment des élèves en les traitant de « nuls », de bons à rien
etc....?
CULTURE ARTISTIQUE, donc, ?!?
Pourquoi ne pas créer des dispositifs pédagogiques qui rendraient nécessaires la création
d'images (c'est notre objet !), tout en introduisant des repères historiques tenant
compte des différentes civilisations du paysage culturel ?
Il faut concilier les recherches des élèves sur les « possibles plastiques » et les différentes
réponses de l'histoire à ces mêmes « possibles ».
QU'EST-CE DONC QUE LA CULTURE ?
- Religion ? Coutumes ? Connaissances ? Mode de vie ? Culture affective ? Culture
officielle ? Culture stéréotypée ? Culture importée ? Influences, mélanges ....
- C'est la construction des valeurs personnelles et collectives. Cela pourrait être aussi un
élargissement du champ culturel au lieu d'être un ensemble de barrières qui
délimitent son chez-soi !
- C'est l'histoire des gens ... C'est leur vécu différent du nôtre, avec leurs plaisirs et leurs
tabous, leurs joies et leurs peines, leurs craintes, leurs habitudes.
Comment ne pas tuer la curiosité des enfants du cours préparatoire, quand cette
curiosité est laminée par des pratiques classiques pensées par des adultes logiques q u i
se disent pédagogues ?
Curiosité, anticonformisme, plaisir, appétit, goût de l'effort,... toutes notions abstraites
qui s'effacent devant le besoin d'exister des enfants et qui devrait s'effacer stratégiquement pour revenir au galop par le canal de la passion et de la motivation.
Comment ne pas tenir compte de l'existence de mille sources d'information
aujourd'hui ?
L'école n'a plus le même monopole du savoir.
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
61
Faut-il une sensibilisation à l'ART, plutôt que des connaissances en histoire de l'Art ?
Comment choisir sans réduire ? Le champ est tellement vaste et les enfants ont déjà tant
de choses à se fourrer inutilement dans le crâne !
Avant que la maturité leur fasse découvrir au hasard d'une rencontre des plaisirs intellectuels insoupçonnés, il y a beaucoup plus de chances pour qu'ils aient été détournés de
cette culture qu'il faudrait acquérir !
Pourquoi ne pas poser clairement trois ensembles :
1/ Panoplie de stratégies pédagogiques possibles.
2/ Ecoute des vécus et désirs des enfants.
3/ Finalités / objectifs.
La pédagogie consisterait à établir des passerelles entre ces trois ensembles avec comme
objectif essentiel de faire voyager les enfants ... de sortir du cadre scolaire ...
Le dépaysement crée l'ouverture d'esprit. Les élèves ont besoin de vivre. L'école n'aide pas
encore à vivre, pour l'instant !
REFLEXION À MENER :
qu'en est-il de l'évolution du statut de l'Art dans la société des hommes ? Beaucoup d'entre
nous, d'entre les créateurs, les artistes, se plaignent du fossé entre le public et l'Art ...Les
choses ont-elles évolué depuis quelques siècles, et comment ?
L'Art comme fait du Prince, du Mécène ou du Sponsor ? L'Art comme entité autonome
avec sa théorisation, son intellectualisation ? Quelle distance y a-t-il entre cet Art du
Prince et cet Art autonome sponsorisé, et entre eux et le public ?
Comment concilier la masse des connaissances à acquérir et les laps de temps différents
nécessaires à chacun pour maîtriser les connaissances de base ?
1h - ARCHITECTURE :
- Notion d'espace et de volume ; appropriation et vécu de l'espace. Pas de perception ni
de compréhension de l'Architecture, sans vécu du volume et de l'espace.
L'Architecture est quelque chose de « vivant ». Elle est faite pour des vivants,
sinon c'est une sculpture !
- CADRE BATI : doit-on vivre son architecture, la subir comme quelque chose
d'immuable, ou au contraire prendre conscience de ce qu'on peut agir sur le
cadre bâti ? Subir ou agir ?
- ENVIRONNEMENT : intégration de l'Architecture dans le cadre bâti, dans le cadre
naturel ? Accord, désaccord, contraste, liberté ?..
- MENSONGE ARCHITECTURAL : faux marbre, faux bois, faux appareillage, fausses
poutres, etc...
Quelles réponses apporter à ces ersatz culturels ?
- Rapports entre les nécessités de l'organisation de l'espace et les fonctions du bâtiment.
Fonctionnalisme, ergonomie, échelle, rapports avec le corps...
- Psychologie de l'espace ... Protection, aération, sécurité, angoisse, rapports entre les
volumes bâtis et les sensations, sentiments humains ...
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
62
EN RESUME :
Lecture de formes, perception visuelle, lumières, valeurs, couleurs, langage de l'image,
culture artistique, architecture, etc...
Comment sortir de ce paradoxe : tant de choses tellement importantes en si peu de
temps ?
Les solutions : (?) - imposer un programme ! : on sait ce que ça donne ! Fuyez bonnes gens !
- augmenter l'horaire des Arts plastiques ! Mais oui, au fait, pourquoi pas ?!!!
- faire pratiquer aux élèves des activités concrètes qui les mettent en situation de réfléchir sur l'Architecture, le Cinéma, le théâtre, le Regard, l’image, etc... sans fermer de
portes, en adoptant une attitude qui évite de trancher entre le bon et le mauvais, en laissant aux élèves le temps d'évoluer, en suggérant le bien, mais sans l'imposer
arbitrairement...
Ne pas montrer une voie juste serait une grave erreur, mais l'imposer en serait une tout
aussi grave. Ne pas imposer des connaissances mais créer les conditions d'une expérience
qui appelle les connaissances. Ne pas imposer un jugement de valeur, mais créer les conditions d'un vécu qui ne rende pas injuste un jugement par rapport à un autre, par rapport
au jugement de valeur des adultes. Permettre la révision d'un jugement, dans le respect de
tous et avec un souci d'équité comme de qualité.
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
63
Arts
A
rts pplastiques
lastiques
2/ FORMATION DE LA PERSONNALITE :
EXISTER ! Qu'est-ce que c'est ? Le sentiment d'exister, pour un être humain, c'est la force
de vie indispensable qui permet d'agir et de se situer. La réalité extérieure à l'être humain
est indiscutable, mais la réalité intérieure de ce même être est-elle faite de certitudes,
d'interrogations, de phobies, de souffrances, de satisfactions, de joies, de traumatismes ?
Que faut-il pour être autonome, c'est-à-dire libre de ses choix et capable d'assumer les
situations de la vie, que faut-il pour une autonomie de pensée et d'action ?
- faut-il douter de soi-même ?
- faut-il être sûr de soi ?
- faut-il être encouragé ?
- faut-il être réprimandé ?
Pour arriver à cette autonomie, à cette confiance en soi, faut-il de l'expérience ? Mais
alors comment vient cette expérience ? Vient-elle dans la liberté ou dans la contrainte ?...
et, qu'est-ce que l'expérience ?
Le va et vient entre la réalité des faits et la réalité des idées qui naissent dans le cerveau
permet-il d'acquérir cette expérience ? Les idées sont-elles plus valables lorsqu'elles se
mesurent au Réel ou bien lorsqu'elles restent abstraites et uniquement confrontées à
d'autres idées ?
L'AUTONOMIE S'ACQUIERT-ELLE DANS LA CONTRAINTE OU DANS LA LIBERTE ?
L'enfant qui est trop surveillé, couvé, entouré de trop de soins, peut-il exercer tout son
potentiel d'action ? Peut-il exister par lui-même ?
Jusqu'où la surveillance de l'enfant est-elle une bonne chose ? Jusqu'à quand est-elle utile,
à partir de quand devient-elle une contrainte ? Trop de liberté trop tôt ? y-a-t-il risque
d'insécurité ? Trop de contraintes trop longtemps ? N'y a-t-il pas aussi risque
d'insécurité ?
Pour être autonome, il faut se connaître et savoir ce qu'on est capable de faire. Mais, pour
le savoir, que faire ?
Comment savoir qui on est si on ne parle jamais de soi, mais seulement de ses résultats
scolaires ?
L'enfant ou l'adolescent s'identifient-ils à leurs résultats scolaires ? Est-ce leur identité, au
fond d’eux-mêmes ? Leur identité n'est-elle pas faite de rêves, d'espoir, à cet âge ?
Comment savoir qui on est si les professeurs ne s'adressent qu'à des élèves et non à des
personnes, avec toutes les différences que cela suppose ?
Comment savoir qui on est si on n'a pas la possibilité d'essayer différentes solutions,
d'essayer différents modèles, d'enfiler différentes peaux, avant de découvrir la sienne, de
découvrir celle qui vous convient le mieux ?
La personnalité est complexe ; extérieurement, elle se manifeste par des comportements
visibles plus ou moins bien maîtrisés et représentatifs. A l'intérieur, elle se cherche, elle est
aveugle pendant longtemps. L'écriture de chacun de nous se transforme depuis l'école
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
64
primaire jusqu'à l'âge adulte et même plus tard encore. La personnalité de chacun ne
peut-elle pas aussi se transformer au fil des âges de la vie ?
Qu'est-ce que la personnalité, et comment se forme-t-elle ? La personnalité est-elle
unique ? L'Analyse transactionnelle nous dit que non et qu'elle est constituée de trois
états, les trois états du Moi : l'état Enfant, l'état Adulte, l'état Parent. (À ne pas confondre
avec les instances psychiques mises en évidence par S.FREUD : le Ca, le Moi, le Sur-Moi).
Les élèves ont-ils une personnalité ? N'a-t-on pas trop souvent tendance à l'oublier ? Cette
individualité est-elle consciente ? L'école respecte-t-elle la personnalité des enfants ou des
adolescents ? L'école tient-elle compte des difficultés que l'élève peut avoir dans la
formation de sa personnalité ?
Quand et comment prend-on conscience de sa personnalité ? Est-ce devant les obstacles
et les contraintes qu'elle peut se former, s'affirmer ? Sans doute ! Mais ni l'excès de
contraintes ni l'absence de contraintes ne paraissent souhaitables. Un dosage
« équilibré » est-il possible ?
Peut-on arriver à se connaître pour ne pas être le jouet de sa personnalité du moment, ou
tout au moins des aspects jugés négatifs de cette personnalité ? Peut-on parvenir à la
maîtrise de soi ?
Est-il souhaitable que chaque individu soit capable de mener sa barque tout seul et donc
soit capable de penser par lui-même, de faire des choix et de prendre des décisions
personnelles, non dictées par d'autres que soi ?
Quelle est la part de l'affectif dans l'équilibre physique et psychique de l'individu ?
Quelle est la part de l'intellect dans ce même équilibre ?
A quoi sert de se connaître, de connaître ses réactions, de savoir qu'elles peuvent être
différentes de celles des autres ?
Quelle peut être la part des Arts Plastiques dans la formation de
la personnalité ?
Découverte et reconnaissance de la sensibilité,
d'une certaine forme de sensibilité ?
Découverte de la plus ou moins grande sensibilité à telle ou
telle palette de formes et couleurs, donc de caractères différents.
(Les formes et couleurs pouvant correspondre à des caractères particuliers).
Découverte de ce qui plaît, de ce qui heurte.
Comme l'écriture, les formes, couleurs, matières, signent la personne.
Expression de soi, extériorisation des sentiments, sensations, émotions ..
Faire sortir de soi des images, des indices de soi, pour pouvoir
les découvrir, les observer ...
La création plastique est un moyen de se mettre en jeu, de se mettre
en présence de soi.
Est-ce donc si important ?
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
65
Arts
A
rts pplastiques
lastiques
MISE EN GARDE
1/
2/
3/
LUTTE CONTRE LE CONFORMISME
LUTTE CONTRE L’OBSCURANTISME ET L’IGNORANCE
LUTTE CONTRE LA DEPENDANCE ET L’ASSISTANCE
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
66
CConformisme
onformisme
1/ LUTTE CONTRE LE CONFORMISME DE
LA PENSEE ET DES ACTES
NB : la forme générale adoptée pour cette énumération destinée à aider les professeurs
à réfléchir sur leurs pratiques d’enseignement est la forme interrogative. Il me semble souhaitable de ne pas affirmer les choses sur un tel sujet et de laisser chacun libre de ses
réponses. L’essentiel étant de nourrir et faire murir une réflexion.
Est-ce que j’agis de telle manière parce que c’est dans l’ordre des choses ? (qu’est-ce que
l’ordre des choses ?)
Est-ce parce que tout le monde le fait ?
Est-ce une habitude, une tradition ?
Est-ce bien de faire ainsi, est-ce juste, pourquoi ?
Peut-on remettre tout cela en question ? Oui, pourquoi ? Non, pourquoi ?
Est-ce que je pense ou est-ce que je dis quelque chose par moi-même, ou suis-je influencé par quelqu’un, par un groupe ? Puis-je supporter longtemps que quelqu’un pense à ma
place, décide de ce que je vais ou dois dire, faire ou penser ?
L’enfant pose des questions, l’adolescent se révolte ; trop de questions sont pour eux sans
réponse ou se heurtent au « parce que » des adultes. Notre dialogue avec les enfants ou les
adolescents est-il sincère, stéréotypé, factice ?
La société, la Pensée, les Sciences, les Arts, ont-ils évolué sans remise en question ?
Chaque génération profite-t-elle des « acquis » des générations précédentes en les rejetant,
en les digérant autrement, ou en les reproduisant ?
La transmission des connaissances pure et simple n’entraîne-t-elle pas une sclérose des ces
connaissances en les empêchant d’évoluer (Médecine au Moyen âge, par exemple). Le
doute est-il un instrument de connaissance ? La curiosité est-elle un instrument de
connaissance ?
La connaissance est une chose, le « pourquoi » de cette connaissance en est une autre.
Est-ce bien raisonnable de transmettre la connaissance sans le « pourquoi » ?
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
67
EXEMPLES DE CONFORMISMES :
LES STEREOTYPES
dans le domaine des arts plastiques :
à l’école primaire, et bien plus tard encore :
Dessin = tampons
= frises décoratives
= passe temps
= activité subalterne
Couleurs
= ciel bleu, eau bleue, tronc d’arbre marron, feuilles
vertes, forme des maisons...
= soleil dans un coin de la feuille...etc...
LE DON
y-a-t’il un enseignant, un parent d’élève, qui n’ait un jour
employé ce terme ?
S’il y a Don, à quoi bon des enseignants ?
S’il y a Don pour certains, pourquoi travailler si je ne suis pas doué ?
Quel alibi facile et dangereux !
Et si le Don c’était le plaisir que les hasards de la vie ou les parents vous ont donné pour
telle ou telle activité ?
Et si on parlait de plaisir à l’école ? Pourquoi semble-t-il communément admis que l’école
soit un mauvais moment à passer ? Comment faire comprendre aux enfants l’importance que les adultes attachent au savoir si ces derniers en font un lieu qu’on s’empresse de
fuir ?
LA CAMIF :
(ou tout autre organisme de vente par correspondance) En cherchant à satisfaire les
besoins du plus grand nombre, n’y a-t-il pas une réduction du champ des possibles ? Les
catalogues de vente n’entraînent-ils pas la naissance d’images « de rêve » ? Ces catalogues
ne s’adaptent-ils pas aux « rêves » des consommateurs, pour leur offrir ce qu’ils souhaitent, rêves nés de ces mêmes catalogues ? Où est donc la personnalité, où est donc
l’authenticité du choix ?
LE BEAU, LE LAID :
en fonction de quels critères ? Les miens ? les vôtres ?
Pourquoi est-ce Beau, pourquoi est-ce Laid ? Est-ce Beau parce que tout le monde
le pense ?
Et si moi je pense que « ce » visage est beau d’humanité, de tendresse, de bonté, et que
celui-là est laid de vanité et de maquillage ? ... ai-je raison, ai-je tort ?
Où sont, où naissent les émotions et pourquoi ?
Qu’est-ce qui provoque la remise en question d’un jugement esthétique ?
Pourquoi vouloir à toute force obliger un enfant à trouver beau quelque chose qui ne
provoque en lui aucun écho ?
L’IMAGINATION :
cet enfant n’a aucune imagination ! Qu’est-ce qui autorise un tel jugement ? Tout le
monde a de l’imagination, mais pourquoi certains ne parviennent-ils pas à s’en servir ? Où
sont les blocages ? Et si le professeur manquait d’imagination et n’arrivait pas à comprendre celle de ces élèves, trop persuadé qu’il serait de sa supériorité ?
LES DISCIPLINES INTELLECTUELLES :
la hiérarchie entre ces disciplines dites « intellectuelles » et les autres qui ne le seraient
pas est-elle fondée ? Ou bien est-ce culturellement que l’on a pris l’habitude d’un tel
classement ? Sur les deux hémisphères dont nous disposons, l’un d’eux serait-il supérieur,
voire hypertrophié d’orgueil ?
A quoi sert de posséder un ordinateur très puissant si la volonté et l’intuition ne sont pas
au service d’une pensée personnelle ?
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
68
fonction de l’hémisphère dominant ? Aider ceux qui sont des « abstraits » à rééduquer les
autres fonctions, aider ceux qui sont des « concrets » à rééduquer leurs fonctions
d’abstraction, plutôt que de les traiter d’incapables, me prendrais-je à rêver ?
LES BONS ET LES MAUVAIS ELEVES :
« c’est un mauvais élève ! ». Sait-on l’effet de ce jugement sur un enfant qui ne peut faire
la part des choses et n’est pas responsable de la famille dans laquelle il est né ? Etre un mauvais élève, quel plaisir sans doute pour lui ! Mais comment fait-on pour qu’il puisse devenir un bon élève ? Que peut-on faire et le fait-on ?
Est-ce à l’enfant de faire le chemin tout seul pour qu’ensuite les professeurs puissent dire
qu’il est devenu bon élève ? Où est le mode d’emploi qui permet de devenir bon élève tout
seul ? Devenez un bon élève en dix leçons et oubliez votre histoire personnelle. Bonne et
mauvaise classe même combat.
ROLE DU PROFESSEUR :
n'est-il que de transmettre un savoir et de vérifier s’il a été bien reçu ? Est-ce vraiment
cela le rôle du professeur ou bien est-ce le poids culturel de notre vécu scolaire qui nous le
fait penser ? N’y a-t-il pas autre chose de plus important ?
PENSEE CONVERGENTE :
la pensée convergente est celle qui utilise les outils d’analyse, de comparaison, de
réflexion, de déduction, et qui cherche à résoudre les problèmes par le raisonnement, la
logique et la rigueur.
Y-a-t-il contre-indication à pratiquer cette pensée toute seule, sans le contrepoids de la
pensée divergente ? Et pourquoi ?
Pourquoi une moitié du cerveau serait-elle plus importante que l’autre ?
Serait-ce en raison de traditions culturelles nées de l’imagination de l’ignorance ?
En somme l’imagination se serait joué un vilain tour elle-même !
Qui serions-nous pour oser remettre la nature en question ?
La pensée divergente est celle que l’on utilise pour trouver des solutions originales et créatives : elle est faite d’imagination et d’intuition.
La pensée convergente compare, la pensée divergente associe. Pas moyen de faire sans ces
deux outils fondamentaux de l’esprit. Mais quel chemin d’erreur à rattraper ! Quand
va-t-on enfin sortir du Moyen-âge de l’éducation ?
LE NON-CONFORMISME :
peut-il se transformer en conformisme ?
La réponse au conformisme doit-elle être nécessairement non-conformiste ?
Ne faut-il pas s’entraîner et entraîner les jeunes à la pratique de la remise en question ?
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
69
Obscurantisme
O
bscurantisme
2/ LUTTE CONTRE L’OBSCURANTISME ET
L’IGNORANCE :
toutes proportions gardées, l’obscurantisme ne serait-il pas une conséquence du conformisme, et d’un savoir parcellaire érigé en dogme ?
La crédulité d’une partie de la population de la planète montre bien que l’ignorance est un
outil pour beaucoup d’opportunistes.
La soumission aveugle au savoir peut conduire à l’ignorance si ce savoir n’est jamais remis
en question.
Et si l’école c’était créer les conditions d’une transmission des connaissances associée à
une remise en question permanente ?
Exemple : des prédicateurs américains utilisent des shows télévisés et des « miracles » en
direct pour remplir leurs caisses. N’est-ce pas là un signe de crédulité de la population ?
Exemple de « faux-savoir » : les surdoués. Ils seraient constitués différemment du reste de
leurs semblables. Qui n’admire pas les performances « exceptionnelles » de certains de ces
enfants ?
Pourtant, ces performances ne sont peut-être que celles que chacun de nous devrait être
capable de réaliser si l’école ou les parents ne gâchaient pas trop souvent les possibilités de
chaque individu. Pourquoi n’utilisons nous qu’une faible partie de notre potentiel ?
Pourquoi certains affirment-ils que la masse des connaissances que l’on met cinq ans à
apprendre à l’école primaire pourrait s’apprendre en six mois ? Est-ce le fait de travailler
en groupe classe de façon directive, qui dilue la connaissance dans le temps ?
L’école est perçue de façon stéréotypée par beaucoup :
Professeur
Transmission
ELEVE
Tests de savoir
Vérification
Le professeur vérifie que ce qui sort de la boîte est bien conforme à ce qu’il y a fait entrer.
Faut-il partir de ce que les élèves savent, ignorent, pensent, aiment ? Ou au contraire faut
il partir de ce que l’adulte pense que les enfants devraient savoir, penser, aimer ? (mais
alors qu’en est-il de leur Moi, de leur plaisir, de leur appétit ?)
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
70
Assistance
Dépendance
3/ LUTTE CONTRE LA DEPENDANCE ET
L’ASSISTANCE :
pour que chacun apprenne à ne pas dépendre des autres, de leur savoir.
Objectif : que chacun puisse se prendre en charge, fasse preuve d’initiative, d’autonomie,
dispose de méthodes de pensée, d’outils intellectuels pour exploiter ses facultés.
Faut-il donner des outils de pensée ? ou bien ces outils viennent-ils tout seuls ?
Faut-il armer les élèves contre l’exploitation de leur crédulité, en développant leur esprit
critique ?
Est-ce en leur refusant le droit à l’erreur que l’on peut y parvenir ? Ou bien peut-on y parvenir en organisant une expérimentation progressive, une découverte progressive ?
Faut-il permettre aux professeurs d’explorer les phénomènes psychologiques (dominédominant) ? Faut-il leur apprendre que l’éducation de la petite enfance prépare à la dépendance si le corps et l’esprit d’un enfant ne peuvent s’éloigner des parents par étapes ?
(appropriation de l’espace ou angoisse des parents ?)
Dépenser de l’argent est facile, mais le gérer est beaucoup plus difficile.
Doit-on apprendre l’usage de la télévision, la publicité, aux élèves et de manière abstraite,
pour les pousser dans leurs bras ? Doit-on au contraire leur faire pratiquer les mêmes
méthodes que publicité et télévision pour leur faire comprendre qu’elles ne vendent que
du rêve et poussent les gens à la dépense ou à l’envie ?
Favoriser l’autonomie de l’individu, c’est lutter contre la non prise en charge, lutter
contre l’assistance qui découle de la dépendance et démobilise l’individu.
Peut-on accepter que tant de personnes passées par le système scolaire soient un jour
dépistés comme analphabètes ou RMIstes ?
S.Helmbacher, Collège Foch - UMBL - Strasbourg - 99-2000
71
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising