Chimie et agriculture

Chimie et agriculture
Chimie et agriculture
L'exemple du vignoble français
Jean Grêlon
D
e tout temps les agriculteurs se sont efforcés
d'imaginer des systèmes de production adaptés
aux contraintes du milieu et aux possibilités des
hommes, et les techniques, d'abord empiriques,
ont été progressivement perfectionnées. A l'avènement de
l'ère industrielle, la chimie a fait une entrée en force dans le
monde agricole, d'abord dans le domaine des engrais puis
dans celui des produits phytosanitaires (voir tableau I ) . La
période euphorique des débuts s'est bientôt effacée devant les
coûts de plus en plus élevés de la production agricole au
moment où la saturation des marchés tirait les prix à la baisse.
Par nécessité, les exploitants ont dû réapprendre à gérer de
façon économe les facteurs de production, en constatant que
les résultats obtenus sur le plan financier n'étaient pas à la
hauteur des dépenses engagées. La modification du comportement des exploitants, qui s'est traduite par une réduction
des achats d'engrais et de produits phytosanitaires, a eu une
incidence sur l'industrie chimique en freinant partiellement
l'innovation. Actuellement, en ce qui concerne les engrais, la
consommation européenne, qui est une des premières du
monde, (18,6 millions de tonnes sur les 132 consommés dans
le monde en 1986-1987) est en train de plafonner (tableaux II,
III et IV) ; il en est de même pour celle des produits
phytosanitaires chez les principaux pays concernés. Elle
serait même en régression aux États-Unis et au Japon. Enfin,
il faut tenir compte des graves problèmes d'environnement liés à la pollution par les nitrates et, dans une moindre
mesure, par les phosphates.
Pour faire face à cette situation et à la mise en place
du marché unique de 1993, l'industrie chimique réorganise
ses outils de production, concentre ses entreprises, implante des nouvelles unités au cœur même du marché
européen et surtout développe une recherche scientifique
performante tant dans le domaine des nouvelles molécules
que dans celui des biotechnologies, des semences ou de
l'agro-alimentaire.
Le secteur particulier de la viticulture n'échappe pas
aux problèmes généraux du monde agricole, car une vive
situation de concurrence s'est développée, aussi bien sur
le marché intérieur que sur les marchés d'exportation, si
bien qu'un contrôle sévère des coûts de production
s'impose désormais à tous les viticulteurs.
Il faut pour cela agir sur les postes coûteux, parmi
lesquels celui de la protection des cultures occupe une
large place. A côté des traitements contre les ravageurs, la
lutte contre les mauvaises herbes par l'application de
produits mis au point par l'industrie chimique mondiale a
été un apport considérable en viticulture au cours des dix
dernières années.
Par rapport à la culture traditionnelle, le désherbage
chimique a influé sur le bilan de l'exploitation, en agissant
non seulement sur le prix de revient mais encore sur la
disponibilité de la main d'oeuvre et la consommation
d'énergie. Du côté du produit récolté, il a permis de
meilleurs rendements ainsi qu'une amélioration de la
qualité du vin, le vigneron ayant désormais davantage de
temps pour traiter sa récolte. Ajoutons enfin que l'aspect
esthétique d'une vigne propre est pour le producteur
comme pour le visiteur-consommateur un argument en
faveur du récoltant.
Si, pendant plusieurs années, le désherbage chimique a paru une solution facile, on s'est vite aperçu que son
utilisation non raisonnée faisait apparaître un certain
nombre de difficultés. Outre le problème général de la
pollution des sols, on constate une évolution de la flore
avec l'extension des plantes vivaces et ligneuses et le
développement de phénomènes de résistance à certaines
familles chimiques, en particulier les triazines. C'est pourquoi, sans remettre en question la liaison chimie-viticulture, de nouvelles techniques de lutte contre les mauvaises
herbes sont apparues, mettant en œuvre un nouveau
mode d'utilisation des herbicides ou encore une nouvelle
façon culturale. Il appartient désormais au viticulteur de
raisonner son désherbage en choisissant la technique la
mieux adaptée à la situation de son exploitation, et de la
mettre en pratique dans les meilleures conditions.
LES MAUVAISES HERBES
OU ADVENTICES
Selon la définition de l'Afnor (Association française
de normalisation), une mauvaise herbe est « une plante
herbacée ou, par extension, une plante ligneuse qui, à
l'endroit où elle se trouve, est indésirable». Ainsi, une
plante usuelle quelle qu'elle soit peut devenir « mauvaise »
si, tout simplement, on ne veut pas d'elle dans une culture.
Pourquoi sont-elles là ? D'abord parce qu'elles se
trouvent dans les sols. On estime en effet que les terres
cultivées en contiennent des millions à l'hectare. Il y a donc
là une réserve considérable, et cela d'autant plus que la
longévité de certaines d'entre elles peut atteindre plusieurs
dizaines d'années. De plus, ces plantes sauvages ont la
plupart du temps un pouvoir de fructification et de
dissémination intense. Pensons par exemple aux semences de pissenlit transportées par le vent ou aux graines de
saule et de peuplier qui envahissent les routes au printemps.
Enfin, leur qualité de plantes sauvages leur confère une
réelle agressivité vis-à-vis des plantes cultivées, agressivité
qui se traduit par la concurrence pour la nourriture et par
la possibilité de résistance aux traitements. C'est donc une
lutte incessante entre le cultivateur et la nature.
Les mauvaises herbes appartiennent à de nombreuses familles botaniques. Leur distinction en plusieurs
groupes est basée sur leurs caractères biologiques.
Les annuelles
Elles bouclent leur cycle en une année. Certaines
germent en automne, passent l'hiver à l'état de rosette,
fleurissent au printemps et disparaissent avant l'été. D'autres
ne germent au printemps qu'après avoir subi le froid de
l'hiver ; elles fleurissent en été pour mourir au début de
l'automne. En revanche, certaines espèces plus méridionales ont besoin de chaleur ; elles germent en été avant de
disparaître, elles aussi, au début de l'automne. Enfin, il y
a le groupe des indifférentes, aux exigences très souples,
qui peuvent germer tout au long de l'année et même
présenter plusieurs cycles de génération par an. Telles sont
le pâturin annuel, la capselle bourse-à-pasteur, le séneçon,
le mouron blanc.
Les bisannuelles etpluriannuelles
Certaines espèces, après avoir germé, construisent
une rosette, entrent en repos, puis fleurissent et fructifient
la seconde année. Ce sont les bisannuelles, comme la
carotte. D'autres fleurissent et persistent d'une année sur
l'autre, développant ainsi plusieurs cycles successifs :
pissenlit, mauve des forêts.
Les vivaces
Alors que la reproduction des annuelles, bisannuelles et pluriannuelles est toujours forte, celle des vivaces est
presque négligeable. C'est l'appareil végétatif qui, sous
diverses formes (bulbe, rhizome, stolon, etc.), assure la
multiplication et la pérennité de l'espèce. Le liseron, bien
connu, est une espèce à rhizome particulièrement envahissante.
Les semi-ligneuses et ligneuses
La disparition du désherbage mécanique a fait que
les ronces, les lianes du genre clématite ou garance ont
envahi les vignes. Il n'est pas rare de voir dans certains
vignobles de jeunes arbres : chênes, ailanthes, etc.
Ainsi se succèdent dans l'année des espèces de
différents groupes qui vont donner au vignoble une
physionomie saisonnière. En général, au printemps dominent les annuelles, puis celles-ci disparaissent devant les
DE CONTACT
(Migration faible)
SYSTEMIQUE
(Migration importante)
vivaces qui en été occupent le sol ; enfin, au début de
l'automne apparaissent les annuelles d'hiver tandis que,
çà et là, tout particulièrement autour des pieds de vigne,
les lianes et semi-ligneuses prennent, si Ton n'y prend pas
garde, de plus en plus d'extension.
LA LUTTE CHIMIQUE (fîg. 1,23)
ABSORPTION RADICULAIRE
ABSORPTION FOLIAIRE
HERBICIDE DE PRE-LEVEE
HERBICIDES DE POST-LEVEE
Face à cette situation, le vigneron qui désire utiliser
la lutte chimique n'a que l'embarras du choix, car les
spécialités commerciales proposées par les différentes
firmes de produits phytosanitaires sont nombreuses. La
classification des matières actives est basée sur leur mode
d'absorption par les plantes et leur utilisation par les
agriculteurs.
Les herbicides
INTERVENTIONS
DE PRE-LEVEE
STADE
ADVENTICE
INTERVENTIONS
DE POST-LEVEE
- „
o Jeune plante Plante
Crame Cotylédons
^|
|
nrt%
( 2 (eu
es)
feuil
ée
PERIODES D'INTERVENTION EN FONCTION DU MODE D'ABSORPTION
de
pré-levée
Il s'agit de produits à action préventive. Déposés sur
un sol nu, ils agissent sur les levées de graines en pénétrant
au niveau des racines. Pour que leur action soit efficace,
il est nécessaire que leur application soit suivie d'une pluie
(en général 30 à 50 mm) ; ils migrent alors dans les couches
superficielles du sol et sont absorbés par les racines des
jeunes plantes au fur et à mesure de leur germination.
La solubilité de l'herbicide, et donc sa persistance ou
rémanence, sa plus ou moins grande vitesse de migration
en fonction de la nature du sol (argileux ou sableux), la
teneur de celui-ci en matière organique sont autant de
facteurs qui interviennent sur l'efficacité du produit.
En général, les herbicides de pré-levée ont peu
d'action sur les herbes en place, en particulier les vivaces.
En revanche, dans des sols filtrants ils peuvent provoquer
sur la vigne des symptômes de toxicité. Leur emploi doit
donc être raisonné et tenir compte de la nature du sol et
des conditions climatiques.
Les herbicides
de
post-levée
transpiration
Ils sont absorbés par les feuilles. En raison de ce
mode d'absorption, ils doivent être appliqués directement
sur des adventices déjà développées. Leur gros inconvénient est que la plupart d'entre eux ne sont pas sélectifs de
la vigne. Il est donc nécessaire de prendre des précautions
pour éviter les projections du produit, soit directement sur
le feuillage, soit indirectement par les embruns.
On en distingue deux catégories, ceux qui ont une
action uniquement de contact, et qu'on appelle encore
défanants, et ceux qui ont en plus une action systémique.
Les premiers détruisent de façon rapide tout ce qui est
herbacé, mais leur action est temporaire, et les réserves de
Fig. 1 : Types
d'herbicides.
Fig. 2 : Périodes d'intervention,
(d'après Agulhon et coll.).
Fig. 3 : Voies de pénétration et de transport des herbicides chez les plantes
supérieures (d'après Tissut et Severin,
1984).
1 - Pénétration par les racines et transport par les vaisseaux du bois.
2 - Pénétration par les feuilles (contact) et transport par les vaisseaux du liber.
3 - Action de contact
uniquement.
la plante permettent souvent une reprise de la végétation.
C'est pourquoi leur meilleure utilisation est en début
d'apparition des mauvaises herbes. La seconde catégorie
concerne des herbicides qui, après avoir pénétré dans la
plante au niveau des feuilles, sont véhiculés dans la racine
et dans la tige au moyen du système vasculaire. Tous les
organes sont donc susceptibles d'être atteints. Les herbicides dits systémiques ont donc une action plus complète ;
en particulier, ils sont efficaces sur les plantes vivaces.
Les associations
d'herbicides
Quel que soit le type d'herbicide employé, il est rare
que la destruction des mauvaises herbes soit complète.
Ceci est dû soit au mode d'action de l'herbicide non adapté
aux adventices en place, soit au spectre d'efficacité du
produit qui ne couvre pas la totalité des espèces présentes.
Pour résoudre cette difficulté, les firmes phytosanitaires
proposent des spécialités où sont associés des produits de
modes d'action différents, par exemple un herbicide de
pré-levée et un herbicide de contact, un herbicide antigraminées et un herbicide antidicotylédones. Dans tous les
cas il sera nécessaire de tenir compte des remarques cidessus concernant la présence plus ou moins abondante
des mauvaises herbes, la nature du sol et les conditions
climatiques. Les mélanges peuvent être faits par le vigneron, mais il faut en ce cas faire attention à l'incompatibilité
de certaines formulations, à la possible baisse d'efficacité
du mélange réalisé en raison d'une réaction chimique, ou
encore aux erreurs de dosage.
LA CONDUITE DU DÉSHERBAGE
En pratique, devant une vigne à désherber le vigneron a plusieurs choix possibles :
Faire
un désherbage
temporaire
Le vignoble est traité selon les techniques habituelles
de labour et de sarclage, mais une flore de mauvaises
herbes peut s'installer localement et abondamment. Un
passage supplémentaire de labour serait onéreux en
temps. On peut préférer un désherbage chimique sur les
taches au moyen d'un herbicide de contact ou d'un
herbicide systémique. L'efficacité n'en reste pas moins
aléatoire, et le coût en sera élevé.
Faire un désherbage localisé à une bande de
située de part et d'autre de la ligne de ceps
terrain
Le milieu de l'inter-rang continue à recevoir les
façons culturales habituelles. La conduite de ce mode de
désherbage n'est pas facile à contrôler, car les mauvaises
herbes encore présentes sur l'inter-ligne sont autant d'éléments défavorables à la propreté du rang, soit en raison de
la possible dissémination des graines et des fruits des
annuelles, soit en raison de la croissance des rhizomes et
stolons des vivaces.
Faire une non-culture
totale
Cela consiste à appliquer des produits herbicides sur
toute la surface du sol et à supprimer les façons culturales.
Cette technique nécessite au départ une opération assurant la mise à plat du sol suivie de l'épandage d'un
herbicide persistant à action racinaire, dont la dose par
hectare tient compte de la nature du sol. On recommence
les années suivantes en fonction du régime des pluies, et
on intervient au cours de la saison avec des produits de
post-levée si c'est nécessaire.
LES LIMITES DU DÉSHERBAGE
L'usage mal raisonné des produits phytosanitaires
engendre plusieurs difficultés, en particulier celle de
prévoir la phytotoxicité des matières actives sur la vigne.
En effet, en raison de leur diversité, les espèces à combattre
présentent des réactions différentes selon leur sensibilité
au produit. De plus, on sait que la répétition de l'emploi
de produits contre les maladies des plantes et les ravageurs
provoque des déséquilibres écologiques qui se traduisent
par la pullulation de certaines espèces ou l'apparition de
races résistantes. Il en est de même pour les adventices.
En effet, sur un sol où la concurrence entre espèces
n'existe plus, les mauvaises herbes trouvent des conditions
nouvelles de développement ; certaines, limitées antérieurement à des milieux particuliers, se multiplient
considérablement. On constate alors que les espèces
annuelles, qui constituaient le fonds commun des adventices
des cultures sarclées, disparaissent et sont remplacées par
des espèces bisannuelles puis vivaces ou même parfois
ligneuses. Il se produit ainsi une évolution de flore un peu
comparable à celle que l'on constate lors du passage de la
pelouse à la forêt lorsque l'homme n'intervient pas.
Certaines espèces échappent aussi à l'action d'un
herbicide parce que, la plupart du temps, le spectre
d'action du produit n'est pas assez étendu. On constate par
exemple que les urées substituées favorisent le gaillet, que
les phytohormones de synthèse en font de même pour le
vulpin. Quelquefois, c'est une erreur de manipulation qui
a entraîné un mauvais positionnement de l'herbicide par
rapport à l'adventice que l'on veut éliminer. On la retrouve
intacte après le passage. Une pluie trop faible ou un soleil
trop ardent peuvent rendre certains produits inefficaces.
Enfin, depuis plusieurs années sont apparus des
phénomènes de résistance aux herbicides. Ils ont pour
cause les caractères génétiques des espèces. Il peut s'agir
soit d'une sélection naturelle au sein d'une popLilation soit
d'une mutation qui rend la plante insensible au traitement.
Le premier cas connu de résistance a été signalé aux ÉtatsUnis en 1970 : il s'agissait d'une population de séneçon.
Depuis, ce nombre n'a fait qu'augmenter, si bien qu'actuellement on connaît une cinquantaine d'espèces résistantes
dans le monde, dont une vingtaine en France.
Un vignoble envahi par les adventices.
Cl.J. Grêlon
(ci-contre).
UNE SOLUTION : LE PROGRAMME
DE DÉSHERBAGE
Face à cette stratégie adaptative des plantes, le vigneron doit raisonner son désherbage, c'est-à-dire étudier
un programme d'action qui tiendra compte de la nature du
sol, du climat de la région, de l'âge du vignoble (les jeunes
plants sont plus sensibles aux produits) ainsi que des
adventices présentes, ce qui suppose de sa part une bonne
connaissance de la flore locale et des produits employés,
surtout lorsque ceux-ci sont des mélanges d'herbicides de
pré et de post-levée. Il lui est recommandé également de
faire une rotation de produits.
Dans les régions où la non-culture est pratiquée, la
tendance actuelle est au fractionnement des doses avec
deux ou trois applications (généralement en février puis en
mai-juin). On surveille alors l'apparition des dicotylédones
résistantes, et, pour certaines espèces, telles le liseron, on
ne traitera qu'après leur complet développement.
Le programme, quel qu'il soit, doit être adapté
chaque année et tenir compte de la situation particulière
des régions.
Ainsi, en Champagne, le désherbage par la non-culture est pratiqué à peu près partout ; de même en Anjou
et en Touraine, où 90 % des vignes reçoivent des herbicides. En général, cette application se fait du printemps à
l'automne. Les autres vignerons utilisent encore les techniques traditionnelles, mais certains (2 %) tentent une
nouvelle méthode, celle de l'enherbement permanent.
Dans ce procédé, seul le rang est désherbé, le reste du
vignoble est ensemencé en graminées (fétuque ou raygrass) ou en légumineuses (trèfle) ce qui permet de lutter
contre l'érosion et la dégradation des sols par le passage
des engins. Le vignoble d'Alsace utilise un peu toutes ces
méthodes ; de même celui de Bourgogne. Les vignerons
bordelais du Médoc et des Graves emploient uniquement
les techniques d'autrefois ; ceux de l'Entre-deux-mers
désherbent le rang, laissant la végétation naturelle spontanée s'installer dans l'entre-rang où elle est fauchée régulièrement. Enfin, les sols des vignes du midi sont griffés
superficiellement ; la non-culture intégrale ne pouvant
être pratiquée en raison de la sécheresse.
On constate donc une grande variété de situations et
de réponses aux problèmes posés. Le désherbage chimique du vignoble français reste finalement une opération
très complexe et, aujourd'hui encore, assez mal maîtrisée.
L'APPLICATION DES HERBICIDES
Traiter une vigne contre les mauvaises herbes est
une opération toute différente de celle qui consiste à la
protéger contre les maladies ou les insectes. En effet, il
s'agit ici de recouvrir le sol d'un produit toxique contre
certaines plantes tout en protégeant la végétation en place ;
il faut donc éviter les pulvérisations génératrices d'embruns. Pour cela, le matériel devra à la fois couvrir la totalité
de la surface à désherber, produire des gouttes suffisamment
grosses et les projeter sur le sol à une faible pression.
tes, et que seuls le mode d'emploi et les doses d'application permettent à la fois la destruction des mauvaises
herbes et la protection de la culture. C'est donc tout le
problème de la sélectivité des produits qui se trouve ainsi
posé, l'idéal à atteindre étant que toutes les plantes
indésirables soient détruites, mais surtout pas celles que
l'on veut protéger.
La sélectivité d'un herbicide par rapport à une plante
peut s'exercer d'abord en fonction de la position de celleci dans le sol. Un herbicide peu soluble dans l'eau, tels la
simazine ou le diuron, ou fortement retenu en surface par
les colloïdes du sol, telle la trifluarine, n'aura d'action que
sur les plantes à enracinement superficiel. Les graines de
petite taille dont la radicule demeure en contact suffisamment longtemps avec le produit seront également détruites. Inversement, les produits plus solubles migrent en
profondeur et peuvent atteindre les plantes à enracinement
profond. On parle ici de sélectivité de position.
La sélectivité de l'herbicide peut s'exercer aussi en
fonction des caractéristiques morphologiques de la plante.
La position de la feuille dans l'espace, la surface foliaire,
la présence d'une cuticule plus ou moins épaisse, la
pilosité sont autant de facteurs qui agissent sur la rétention
et la pénétration du produit. En général, les feuilles de
graminées sont peu mouillables, les plantes jeunes ont une
cuticule peu épaisse, une feuille glabre retient très peu le
produit, une feuille à forte pilosité le retient beaucoup
mieux mais la pénétration est faible. Enfin, il faut tenir
compte de l'humidité atmosphérique : un temps chaud et
En dehors des spécialités qui se présentent sous la
forme de granulés, ce qui est généralement le cas pour les
produits de pré-levée qui sont ainsi directement répandus
sur le sol, les herbicides sont proposés sous forme de
poudre ou de bouillie qu'il faut diluer au moment de
l'emploi. Les différents modèles de pulvérisateurs comportent toujours :
- une cuve d'assez grandes dimensions permettant
de ne faire qu'un seul passage par hectare (environ 300 à
500 litres) ;
- un ensemble régulateur et contrôleur avec
amortisseur de pression et manomètre ;
- un distributeur de produit associé à une ou deux
rampes munies de buses à fente ou à miroir. Les premières
projettent directement le produit sur le sol, les secondes le
font après avoir projeté d'abord le produit sur une surface
polie.
ACTION HERBICIDE ET
RÉACTION DES PLANTES
(fig. 4, 5 , 6 , 7 )
L'application des produits phytosanitaires ne donne
pas toujours les résultats escomptés, soit parce que les
plantes que l'on désire détruire demeurent en partie en
place après le traitement, soit parce que la culture est ellemême atteinte de phytotoxicité en raison du manque de
sélectivité du produit. Il faut en effet se rappeler que la
plupart des herbicides sont toxiques pour toutes les plan-
X
.0"
OIURON
C
O
TRIFLURALINE
METRIBUZINE
iMONOLINURON
BENSULIDE
SIMAZtNE
B
Fig. 4 : Sélectivité d'un herbicide en liaison avec sa position dans le sol
• herbicide ;
Xplante atteinte par l'herbicide ;
Vsemence de grande taille dont la radicule se développe rapidement ;
v semence de petite taille dont la radicule reste dans la zone d'herbicide.
(D'après Tissut et Severin).
Fig. 5, 6, 7: Herbicide et morphologie foliaire (d'après Severin, 1987).
Herbicide e t morphologie
Goutte d'eau sur une feuille
fortement mouillable
(dicotylédone)
Temps "poussant" :
pénétration cuticuiaire lotte
foliaire
Goutte d'eau sur une feuille
faiblement mouillable
(graminée)
Temps sec :
pénétration cuticuiaire faible
Gouttelette
contenant l'herbicide
Cuticule J —
Paroi 4—
Epiderme
Cuticule de plante âgée i
faible pénétration
Feuille glabre :
tendance au lessivage
Ex. Ail des vignes,
certaines crucifères.
Forte pilosité :
faible pénétration
Ex. Grémil, Myosotis.
Cuticule de plante jeune :
pénétration forte
Faible pilosité :
pénétration favorisée
Ex. Mouron des champs»
Pensée
sauvage.
humide favorise la pénétration, parce que la couche
cireuse de cutine, normalement imperméable, se gonfle et
peut ainsi favoriser les échanges d'eau à travers la paroi
cellulaire.
La sélectivité de l'herbicide peut enfin s'exercer en
fonction des caractéristiques physiologiques de la plante.
Nous avons vu ci-dessus que l'utilisation des herbicides
favorisait le maintien d'espèces bisannuelles et vivaces au
détriment des espèces annuelles plus sensibles. Ceci est dû
à la présence de réserves souvent localisées dans un
système racinaire très développé qui favorise la reprise de
la plante. Il existe donc une large sélectivité entre les
annuelles et les autres.
Détruire les bisannuelles et vivaces suppose que
l'herbicide puisse être transporté par les vaisseaux jusque
dans les parties souterraines. Or on sait que certains
herbicides sont très peu transportés, ce sont les herbicides
de contact qui tuent les cellules au seul point d'application.
Utilisables contre les annuelles, ils sont peu efficaces sur
les espèces à réserves importantes. La recherche s'est
appliquée à la réalisation de produits systémiques qui
circulent dans les vaisseaux du liber et peuvent ainsi
atteindre les organes les plus éloignés. Toutefois la règle
n'est pas générale, et un bon nombre de produits
systémiques efficaces sur certaines espèces ne le sont pas
sur d'autres. Ceci introduit à la notion de détoxification et
de résistance de la plante aux herbicides.
Les herbicides sont des produits toxiques. Or, pour
la survie de l'écosystème agraire, il est indispensable que
leur toxicité disparaisse. En général les sols contiennent
toute une flore et une faune de microrganismes qui
assurent cette dégradation jusqu'au C 0 , H 0 , N , N 0 . Il
en est de même chez les plantes qui par divers procédés
peuvent rendre les herbicides partiellement ou totalement
inefficaces. Ce peut être par la localisation et l'accumulation
en des sites inactifs comme les cellules sécrétrices, par la
fixation sur une autre molécule, généralement un sucre ou
un acide aminé, avec formation d'un complexe non
toxique, enfin par la dégradation partielle ou totale par
voie enzymatique ou non. On connaît actuellement de
telles détoxifications pour la simazine, le 2,4 D et
l'aminotriazole.
On entend souvent parler de plantes résistantes aux
traitements. En réalité, la notion de résistance s'applique à
une espèce ou à une population d'individus ayant acquis
par sélection une capacité d'insensibilité à l'action d'une
molécule toxique. Le phénomène est donc différent de
celui qui a été évoqué précédemment dans le cas de la
détoxification. Ici en effet la molécule toxique n'est pas
dégradée et se retrouve donc intacte dans les organes à
une dose suffisante pour en provoquer la destruction. Les
hypothèses quant à l'explication de cette insensibilité font
intervenir soit la fixation de la molécule toxique sur
certains sites inactifs, soit une modification de la protéine
cible qui empêche la fixation de la matière active. En bref,
la clé ne s'adapte plus à la serrure.
Le cas de certaines espèces de chénopodes résistants
aux triazines, et en particulier à l'atrazine, est un exemple
actuellement bien connu. L'atrazine bloque la photosynthèse
en stoppant le transport des électrons par les quinones des
2
2
2
3
chloroplastes, et ceci en se fixant sur un site protéique bien
précis. C'est une légère modification de la structure de
cette protéine qui empêche la fixation de la matière active.
On parle de résistance chloroplastique. Cette résistance
peut être décelée par de nombreuses méthodes, en
particulier par l'étude de la fluorescence des parties
chlorophylliennes, la fluorescence devenant très forte en
cas de blocage. La résistance chloroplastique concerne
plusieurs espèces (amarante, séneçon, chénopode, morelle,
pâturin) ; le gène dominant serait porté par l'ADN
chloroplastique. Il s'agirait donc d'une transmission à
hérédité cytoplasmique et non nucléaire.
QUELLES PERSPECTIVES ?
Protéger de manière efficace une culture contre les
mauvaises herbes fait appel, nous l'avons vu, à la notion
de sélectivité, l'idéal étant que, pour une culture donnée,
un herbicide détruise toutes les mauvaises herbes présentes
ou potentielles, et, en même temps, soit sélectif de l'espèce
cultivée.
Une des voies de recherche consiste à trouver de
nouveaux herbicides sélectifs en les testant au laboratoire
sur les adventices et sur les espèces à protéger. On réalise
ainsi un criblage différentiel pouvant faire apparaître des
résistances naturelles au produit testé. C'est ce procédé qui
a permis de découvrir la plupart des molécules, et qui est
toujours utilisé. Il faut cependant remarquer que c'est une
méthode empirique aux rendements faibles et aux résultats aléatoires. La recherche s'oriente actuellement vers
l'obtention de nouvelles molécules pouvant être utilisées
à faible dose sur des cibles biochimiques bien précises, par
exemple une enzyme responsable de la synthèse du
carotène.
Une autre voie de recherche semble très prometteuse, celle qui fait appel aux biotechnologies et en
particulier au génie génétique. On a dit ci-dessus que la
résistance naturelle de certaines espèces à l'atrazine était
liée à la présence d'un gène localisé sur l'ADN des
chloroplastes. Par ailleurs, un certain nombre d'herbicides,
par exemple le glyphosate, ont une très grande efficacité
sur la plupart des mauvaises herbes tout en étant rapidement dégradés dans le sol. S'il était possible de transférer
la résistance naturelle à l'atrazine à une plante cultivée ou
de lui faire acquérir une résistance au glyphosate, on aurait
du même coup résolu un bon nombre de problèmes de
désherbage. Les techniques de biotechnologie permettent
de tels transferts.
Actuellement, il existe plusieurs méthodes pour
introduire une résistance dans une plante.
La sélection conventionnelle consiste à croiser une
espèce résistante à l'herbicide avec une espèce cultivée. Ce
procédé classique est limité par la nécessité de disposer
d'une plante résistante susceptible de réaliser ce croisement. Il faut ensuite sélectionner les hybrides. C'est une
technique longue.
La fusion de protoplastes (cellules végétales dépourvues de paroi) évite les contraintes de la reproduction
sexuée. Généralement, on opère la fusion en utilisant des
chocs électriques. Les cellules hybrides ou cybrides sont
ensuite régénérées par culture in vitro puis sélectionnées.
Ici encore, il faut disposer d'une plante résistante dont les
protoplastes peuvent être fusionnés facilement avec ceux
de la plante cultivée.
Les cultures in vitro de tissus de plantes permettent
d'abord d'obtenir de nombreux individus que l'on peut
ensuite soumettre à différents stress : traitements mutagènes,
mise en contact progressive avec l'herbicide, etc. On peut
ainsi provoquer l'apparition d'individus résistants que l'on
sélectionnera et rajeunira. Ce procédé a permis d'obtenir
quelques résultats pour le maïs et le tabac, mais les essais
pour rendre les plantes insensibles au glyphosate se sont
pour le moment soldés par des échecs.
La technique du génie génétique consiste à introduire dans la culture un gène correspondant à une
protéine qui apportera la résistance à l'herbicide. Les
cultures utilisées sont des protoplastes ; l'introduction du
gène se fait soit directement avec de l'ADN nu, soit par
l'intermédiaire d'une bactérie phytopathogène.
Récemment, les techniques de fusion de protoplastes
ont permis de réaliser l'introduction d'une résistance
chloroplastique aux herbicides du groupe des triazines
dans quelques lignées du colza d'hiver. Sur le plan
commercial, un seul produit est disponible. Il a été obtenu
par les méthodes de sélection conventionnelles.
La lutte chimique contre les mauvaises herbes ne s'est
pas encore généralisée dans le vignoble français. Les
raisons en sont diverses : qualité des sols, climat peu
favorable, échecs répétés ou insuffisance des résultats,
peut-être aussi une certaine appréhension en face de
produits chimiques toxiques, non seulement pour les
plantes et les sols, mais également pour l'homme. Ce qui
est certain, c'est que l'emploi de ces méthodes nécessite de
la part de l'utilisateur une réelle technicité, et que la lutte
chimique bien conduite n'a aucun effet néfaste sur la
qualité et la quantité du produit récolté.
On peut souhaiter une amélioration de la spécificité
des matières actives et une plus grande efficacité de leur
spectre d'action, ce qui permettra de diminuer les doses et
de traiter moins en traitant mieux.
Des méthodes plus biologiques et plus écologiques
que chimiques commencent à être utilisées, en particulier
l'enherbement permanent. Il peut être en effet tentant de
remplacer la technique de la non-culture par une couverture permanente ou temporaire de graminées ou de
légumineuses sur tout ou partie de la surface cultivée.
Les effets se situent au niveau des sols et de la vigne.
Au niveau des sols, on constate une diminution de
l'érosion et une meilleure stabilité au passage des engins,
une amélioration de leur qualité par augmentation de la
teneur en matière organique. En revanche, les gelées
printanières sont plus nombreuses. En ce qui concerne la
vigne, on a constaté une baisse de vigueur et une
diminution des rendements, ceci en raison de la concurrence pour l'alimentation en eau.
Actuellement, un protocole expérimental a été mis
en place par le groupe « vigne » ANPP-Columa pour
étudier les effets de l'enherbement sur la vigne. C'est une
preuve de l'intérêt que ce procédé suscite. A défaut de « la
solution de demain pour tous », cette technique permettra
aux nombreux viticulteurs qui le souhaitent de pouvoir
lutter autrement contre les mauvaises herbes.
CONCLUSION
Au terme de cette étude consacrée à une mise au
point sur les méthodes et les perspectives de la lutte
chimique contre les mauvaises herbes dans le vignoble
français, un certain pessimisme pourrait se dégager face à
un éventuel recul de l'emploi de la chimie non seulement
dans le domaine spécifique de la lutte phytosanitaire, mais
sans doute aussi dans le domaine des engrais.
En effet, le regard que l'on peut jeter sur l'évolution
des ventes de produits phytosanitaires en France dans les
années récentes n'incite pas à l'optimisme. Il en est de
même pour la fabrication des engrais. Selon J.-Cl. Achille,
président de la Fédération nationale de l'industrie des
engrais, en France, la consommation, tous produits confondus, plafonne depuis plusieurs années autour de
quinze millions de tonnes. Si la consommation de l'azote
progresse, celle des phosphates continue de baisser,
tandis que la demande en potasse reste stable.
De plus, bien que toutes les sociétés travaillent dans
le domaine de la synthèse chimique pour mettre au point
de nouvelles molécules, on constate que parallèlement la
Chemin
de roulement
dans un vignoble pour le passage
des engins.
Cl.J.
Grêlon.
plupart des acteurs se sont engagés dans des programmes
de recherche en biotechnologies, et plus particulièrement
dans celui des transferts de gènes. Si on ajoute les
contraintes écologiques ainsi que l'effet perturbant du
futur marché unique européen qui entraîne une adaptation aux rigueurs croissantes des normes écotoxicologiques
et des procédures d'homologation, en même temps qu'une
harmonisation des prix et de la fiscalité, on peut craindre
que la demande de tous ces produits n'en soit affectée.
Face à cette situation, les grands groupes se diversifient en élargissant leur champ d'action. Depuis une
dizaine d'années, les firmes de produits chimiques ou
agro-alimentaires se sont restructurées et ont fait une
intrusion forte dans le monde des semences et des
biotechnologies végétales, créant elles-mêmes leurs propres unités de recherche. La demande en nouvelles
variétés est importante, tandis que parallèlement leur
durée de vie tend à diminuer. Il y a donc une stimulation
de la recherche fondamentale avec un glissement très net
vers une privatisation au détriment des pratiques traditionnelles de l'agronomie.
Il en est de même dans le secteur de la production des
aliments pour le bétail, avec la fabrication de produits de
substitution des céréales. Le chiffre d'affaires est évalué en
France à 40 milliards de francs. L'élargissement à l'Europe
et la mondialisation ne pourront que favoriser cette
activité.
L'industrie chimique a été largement présente jusqu'ici dans le monde agricole, avec la fourniture d'engrais
et de produits phytosanitaires (fongicides, insecticides,
herbicides). Elle prend pied maintenant dans le domaine
des semences et de l'alimentation animale. Il lui reste
certainement de beaux jours en perspective.
Bibliographie
R. A g u l h o n et coll. Désherbage
de la vigne, G u i d e pratique, Institut
t e c h n i q u e d e la v i g n e et du vin, 1 9 8 4 , 1 5 6 p.
A N P P - C o l u m a « G r o u p e v i g n e », Protocole
l'enherbement
d'études
des effets
de
sur la vigne, A s s o c i a t i o n n a t i o n a l e p o u r la p r o t e c t i o n d e s
plantes, C o m i t é français d e lutte c o n t r e les m a u v a i s e s h e r b e s , 1 9 9 0 , 9 p.
R. Calvet et coll., les Herbicides
et le sol. ACTA, 1 9 7 7 , 1 4 4 p.
Economie
1989, 239.
et finances
agricoles,
B . F a b r e et M. Gugliemi, * L'évolution d e s pratiques a g r i c o l e s et
leurs r é p e r c u s s i o n s sur le milieu. Point d e v u e d'un é c o n o m i s t e et d'un
a g r o n o m e », Défense
des végétaux,
1988, 25, pp. 3-11.
A. F o u g e r o u x , « D e n o u v e a u x h o r i z o n s », Phytoma,
1989, 414, pp.
24-25.
G. Freyssinet, « R é s i s t a n c e a u x h e r b i c i d e s et transfert d e g è n e s »,
Phytoma,\990,
4 1 5 , pp. 9-13.
G. Freyssinet et coll., Nouvelles
cultures
aux herbicides
: la résistance
Approches
au bromoxynil.
de la résistance
des
C.R. A c . Agric. Fr.,
1 9 8 9 , 7 5 , 6, p p . 4 9 - 5 5 .
P. Gaillardon, « Les n o u v e a u x h e r b i c i d e s », Phytoma,
1990, 4 1 5 , 8 .
J . G r ê l o n , « R e m a r q u e s s u r la flore a d v e n t i c e d e s v i g n o b l e s d e la
Loire m o y e n n e : r é g i o n d e B o u r g u e i l , Chinon, S a u m u r » Bull. Soc.Et.
de l'Anjou,
1989, 13, pp. 171-178.
Sci.
J . G r ê l o n et J.-Cl. Lepine, « Résultats d e cinq a n n é e s d e d é s h e r b a g e
e n v i g n o b l e ; c o m p a r a i s o n d e q u a t r e p r o g r a m m e s », J o u r n é e s d'études
e
sur le d é s h e r b a g e , 1 1 c o n f é r e n c e du C o l u m a , Versailles, 1 9 8 1 , p p . 6 5 2 664.
J . G r ê l o n et Ph. Guignebault, « U n essai sur le d é s h e r b a g e e n v e r g e r
d e p o m m i e r s », Bull.
Soc. Et. Sci. de l'Anjou,
N . S . , 1 9 8 2 , t. X I , p p . 6 5 - 7 1 .
Ph. J a u z e i n , « La r é s i s t a n c e d e s m a u v a i s e s h e r b e s a u x herbicides »,
Phytoma,
1 9 8 9 , 4 0 5 , 1 7 - 2 5 et 4 0 6 , p p . 2 1 - 2 7 .
La France
agricole,
1989, 2317.
J . My, « O n z e n o u v e l l e s m o l é c u l e s à B r i g h t o n », Phytoma,
1990,
414, pp. 24-25.
P. Ricci, « L'induction d e s r é a c t i o n s d e d é f e n s e c h e z les plantes »,
C.R. A c . Agric. F r . , 1 9 8 9 , 7 5 , 6, p p . 6 5 - 7 2 .
F. Severin, « Cuticule v é g é t a l e et p é n é t r a t i o n cuticuiaire d e s
herbicides d e p o s t - l e v é e », Défense
des végétaux,
1987, 246, pp. 21-24.
J . T e m p e et M. Sorin, « l'Apport d u g é n i e g é n é t i q u e d a n s le
d o m a i n e phytosanitaire », Phytoma,
1989, 413, pp. 45-51.
J . T h o m z i k e t R . Hain, Introduction
dans
le colza
double
zéro,
delà résistance
à la
métribuzine
C.R. A c . Agric. F r . , 1 9 8 9 , 7 5 , 6, p p . 57-61.
M. Tissut et coll., les Pesticides,
oui ou non ? P r e s s e s universitaires
d e G r e n o b l e , 1 9 7 9 , 2 3 4 p.
M. Tissut et F. Severin, Plantes,
herbicides
et désherbage.
ciation d e c o o r d i n a t i o n t e c h n i q u e a g r i c o l e ( A C T A ) , 1 9 8 4 , 2 5 2 p.
Asso-
Tableau I
Repères
e
Début du XIX
Angleterre
dres
: première
utilisation
de phosphates
de végétaux
d'origine
pour
améliorer
Vers 1830
: Lawes
Rothamsed,
en Angleterre,
met
en
en France,
organique
la qualité
évidence
l'action
sur
Belgique
(os)
des
et
et de
cen-
sols.
sa
fertilisante
historiques
propriété
des
de
phosphates
1852
: Boussingault
recherche
crée
à Nantes
la première
station
de
agronomique.
1872
: utilisation
de l'arsenic
1875
: Deherain
crée
agronomique
de
pour
le champ
lutter
contre
d'expériences
le
doryphore.
de
la
station
Paris-Grignon.
minéraux.
1840
: Liebig,
chimiste
allemand,
imagine
la fabrication
superphosphates.
1840
: les premières
nitrates
1843
du
Chili
: première
cargaisons
arrivent
en
utilisation
de
guano
du
Pérou
et
de
France.
du
soufre
pour
la protection
1885
: la « bouillie
1940
: le Suisse
1946
: création
bordelaise
».
des
Millier
de
découvre
l'Institut
les propriétés
national
du
de
DDT.
la
recherche
agronomique.
du
vignoble.
Tableau II
Consommation
d'engrais
Azote
Anhydride phosphorique
Oxyde de potassium
Total
en 1985-1986
(en millions
Monde
70
33
26
129
de tonnes
d'éléments
fertilisants)
CEE
France
2,4
1,5
1,8
5,7
9,4
4,5
4,6
18,5
(source
Tableau III
Évolution de la consommation
Années
1987
1986
1985
1980
1970
i960
Herbicides
8 600
7600
7 075
4 891
940
170
Tableau IV
de pesticides
Insecticides
6 100
5 450
5 000
3 916
1 000
310
Évolution de lu structure
Fongicides
Insecticides
Herbicides
Divers
Total
Tableau IV bis
mondiale
(en millions
dollars)
Fongicides
4 100
3 250
2 800
2 199
600
340
des ventes phytosanitaires
en France
TOTAL
20 000
17 400
15 900
11 565
2 700
850
1984
1985
1986
1987
31,2
16,1
46,3
6,4
100
33,7
16,6
43,3
6,4
32,2
16,3
44,6
6,9
100
33,1
17,4
42,3
7,2
100
33,0
17,0
42,2
7,8
100
100
1983
2 203,3
1 136,0
3 266,6
446,8
7 052,7
1984
2 687,3
1 323,7
3 458,9
507,2
7 977,1
1985
2 755,0
1 390,8
3 809,5
588,0
8 543,3
(source
: XJ1PP)
(source
: UIPP)
(%)
1983
Évolution de la structure des ventes phytosanitaires
en
par type de produits (en millions de francs)
Fongicides
Insecticides
Herbicides
Divers
Total
de
: FAO)
France,
1986
1987
2 956,5
1 556,2
3 780,4
641,3
8 934,4
3 102,3
1 588,7
3 965,7
742,0
9 398,7
(source:
UIPP)\
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising