Fumigation MSC 87-10-2[1] - E

Fumigation MSC 87-10-2[1] - E
F
COMITÉ DE LA SÉCURITÉ MARITIME
87ème session
Point 10 de l'ordre du jour
MSC 87/10/2
15 janvier 2010
Original: ANGLAIS
MARCHANDISES DANGEREUSES, CARGAISONS SOLIDES ET CONTENEURS
Recommandations sur l'utilisation des pesticides à bord des navires
applicables à la fumigation des engins de transport
Note du Secrétariat
RÉSUMÉ
Résumé analytique:
Il est rendu compte dans le présent document des
résultats des travaux du DSC 14 et du Groupe de
rédaction et des questions techniques à sa quatorzième
session
sur
les
questions
ayant
trait
aux
Recommandations révisées sur l'utilisation des pesticides
à bord des navires applicables à la fumigation des engins
de transport.
Orientations stratégiques:
Aucune disposition connexe
Mesures de haut niveau:
Aucune disposition connexe
Résultats escomptés:
Aucune disposition connexe
Mesures à prendre:
Paragraphe 3
Documents de référence:
DSC 14/22, paragraphes 3.25 et 8.6.4
1
Le Comité souhaitera peut-être noter que le DSC 14 a approuvé en principe le
projet de circulaire MSC relative aux Recommandations révisées sur l'utilisation des
pesticides à bord des navires applicables à la fumigation des engins de transport, en vue de
le soumettre à l'approbation du MSC 87 une fois qu'il aura été finalisé par le Groupe de
rédaction et des questions techniques (paragraphe 8.6.4 du document DSC 14/22).
2
Par la suite, à sa quatorzième session, le Groupe de rédaction et des questions
techniques a établi la version définitive du projet de circulaire MSC, dont le texte figure en
annexe.
Mesures que le Comité est invité à prendre
3
Le Comité est invité à approuver le projet de circulaire MSC relative aux
Recommandations révisées sur l'utilisation des pesticides à bord des navires applicables à la
fumigation des engins de transport, joint en annexe.
***
I:\MSC\87\10-2.doc
MSC 87/10/2
Annexe, page 1
ANNEXE
PROJET DE CIRCULAIRE MSC
RECOMMANDATIONS RÉVISÉES SUR L'UTILISATION DES PESTICIDES À BORD
DES NAVIRES APPLICABLES À LA FUMIGATION DES ENGINS DE TRANSPORT
1
À sa quatre-vingt-quatrième session (7 - 16 mai 2008), le Comité de la sécurité
maritime avait approuvé les Recommandations sur l'utilisation des pesticides à bord des
navires applicables à la fumigation des engins de transport (MSC.1/Circ.1265), qui devraient
remplacer la circulaire MSC/Circ.612, telle que modifiée par les circulaires MSC/Circ.689
et MSC/Circ.746, s'agissant de la fumigation des engins de transport et avaient été
proposées par le Sous-comité des marchandises dangereuses, des cargaisons solides et
des conteneurs à sa douzième session.
2
À sa [quatre-vingt-septième session (12 – 21 mai 2010)], le Comité de la sécurité
maritime, après avoir examiné la proposition présentée par le Sous-comité des
marchandises dangereuses, des cargaisons solides et des conteneurs à sa
quatorzième session au sujet des amendements au Code IMDG qui avaient été adoptés à
cette session, a approuvé les Recommandations révisées sur l'utilisation des pesticides à
bord des navires applicables à la fumigation des engins de transport, qui visent le transport
des marchandises dangereuses en colis en application des prescriptions de la règle VI/4 de
la Convention SOLAS et des parties pertinentes du Code IMDG, telles qu'elles sont
reproduites à l'annexe de la présente circulaire.
3
Le Comité a décidé que ces recommandations ne devraient pas s'appliquer au
transport de produits alimentaires frais sous atmosphère contrôlée.
4
Les Gouvernements Membres sont invités à porter les Recommandations révisées
à l'attention des autorités compétentes, des gens de mer, des personnes chargées de la
fumigation, des fabricants de produits fumigènes et de pesticides et autres parties
intéressées et à appliquer la circulaire le 1er janvier 2011 ou après cette date.
5
La présente circulaire remplace la circulaire MSC.1/Circ.1265.
I:\MSC\87\10-2.doc
MSC 87/10/2
Annexe, page 2
ANNEXE
RECOMMANDATIONS RÉVISÉES SUR L'UTILISATION DES PESTICIDES À BORD
DES NAVIRES APPLICABLES À LA FUMIGATION DES ENGINS DE TRANSPORT
1
Introduction
1.1
Les présentes Recommandations portent sur les dangers, pour le personnel, que
présentent les opérations liées au transport d'engins de transport sous fumigation.
Elles s'adressent à toute personne intervenant dans la chaîne logistique. Bien que le contenu
d'un engin de transport ne soit pas nécessairement soumis aux dispositions du Code
maritime international des marchandises dangereuses (Code IMDG), la fumigation de cet
engin de transport le fait entrer dans le champ d'application du Code IMDG. Les dispositions
obligatoires dudit Code en matière de communication des risques prévoient notamment ce
qui suit :
.1
panneau de mise en garde sur l'engin de transport;
.2
documents (document de transport et liste spéciale, manifeste ou plan
d'arrimage détaillé) associés au transport d'engins de transport qui ont subi
une fumigation et qui n'ont pas été complètement ventilés avant le
transport; et
.3
instructions sur la manière d'éliminer tout résidu d'agent de fumigation.
1.2
Toutefois, il est généralement reconnu que ces prescriptions ne sont pas toujours
respectées. Avant de pénétrer dans un engin de transport, le personnel devrait évaluer le
risque, à savoir s'il est possible d'y entrer en toute sécurité et, au besoin, déterminer la
présence d'agent de fumigation à l'intérieur en ayant recours à du matériel de détection des
gaz.
2
Raisons de procéder à une fumigation
2.1
Il est clair que la présence d'insectes et de rongeurs à bord des navires est
indésirable pour diverses raisons. Non seulement ils nuisent à l'esthétique et constituent une
gêne, mais ils peuvent aussi endommager du matériel, propager maladies et infections,
contaminer les denrées alimentaires dans les cuisines et les magasins à provisions et causer
des dommages aux cargaisons qui se traduiront par des pertes commerciales ou autres.
2.2
Les mêmes produits chimiques hautement toxiques sont utilisés dans les engins de
transport et à bord des vraquiers. Toutefois, lorsqu'un engin de transport contenant des
produits chimiques de fumigation quitte le site où a été effectuée la fumigation, personne ne
peut dans la pratique contrôler le risque, à moins d'être au courant de la présence d'agents
de fumigation. Toute personne qui pénètre par la suite dans l'engin de transport peut par
conséquent être exposée sans le savoir à des concentrations dangereuses de produits
chimiques hautement toxiques.
2.3
Présence d'insectes dans les engins de transport
2.3.1
Des larves d'insectes et autres espèces peuvent infester la cargaison, de même que
son emballage, son fardage, etc., à tout moment, au cours de la récolte, de l'usinage, du
traitement, de l'entreposage, du conditionnement ou du transport. Par leur présence, elles
I:\MSC\87\10-2.doc
MSC 87/10/2
Annexe, page 3
peuvent abîmer les denrées alimentaires, les textiles, les cuirs, les meubles, les objets d'art
et antiquités et le matériel électronique, contaminer les marchandises stériles ou abîmer les
emballages commerciaux ou étiquetages, rendant les marchandises impropres à la vente et
par conséquent sans valeur.
2.3.2
Les insectes et les mites parasites qui attaquent les produits végétaux et animaux
peuvent être amenés dans les engins de transport en même temps que la marchandise
(infestation introduite); ils peuvent passer d'un type de produit à l'autre (infestation transmise
sur place) ou encore demeurer à bord et y infester les cargaisons embarquées
ultérieurement (infestation résiduelle). On peut avoir à lutter contre ces parasites pour
satisfaire aux dispositions phytosanitaires visant à prévenir leur propagation ou, sur le plan
commercial, pour prévenir l'infestation et la contamination ou la détérioration des cargaisons
de denrées alimentaires et de produits alimentaires pour animaux.
2.4
Rongeurs
2.4.1
Il faudrait lutter contre les rongeurs non seulement en raison des dommages qu'ils
peuvent causer à la cargaison ou au matériel du navire, mais aussi pour prévenir la
propagation des maladies, conformément aux dispositions du Règlement sanitaire
international. Les importateurs, notamment ceux qui exploitent des installations de traitement
des aliments, déploient beaucoup d'efforts pour éliminer ou éviter l'infestation de leurs
entrepôts locaux ou de leurs installations de traitement par des parasites provenant des
cargaisons à l'arrivée. Ainsi, ils procèdent régulièrement à la fumigation de leurs bâtiments et
peuvent insister pour que les marchandises livrées dans leurs installations soient certifiées
exemptes d'infestation après fumigation.
3
Dispositions applicables aux engins de transport sous fumigation
3.1
Dispositions générales
3.1.1
Les dispositions du Code IMDG s'appliquent au transport d'un engin de transport
sous fumigation. Le texte correspondant est reproduit ci-après :
"5.5.2
Dispositions spéciales applicables aux engins de transport sous
fumigation (No ONU 3359)
5.5.2.1
Généralités
5.5.2.1.1
Les engins de transport sous fumigation (No ONU 3359) ne contenant
pas d'autres marchandises dangereuses ne sont pas soumis à
d'autres dispositions du présent Code que celles qui figurent dans la
présente section.
5.5.2.1.2
Lorsque l'engin de transport sous fumigation est chargé avec des
marchandises dangereuses en plus de l'agent de fumigation, les
dispositions du présent Code applicables à ces marchandises
(y compris en ce qui concerne le placardage, le marquage et la
documentation) s'appliquent en plus des dispositions de la présente
section.
5.5.2.1.3
Seuls les engins de transport qui peuvent être fermés de façon à
réduire au minimum les fuites de gaz peuvent être utilisés pour le
transport de marchandises sous fumigation.
I:\MSC\87\10-2.doc
MSC 87/10/2
Annexe, page 4
5.5.2.1.4
Les dispositions des paragraphes 3.2 et 5.4.3 s'appliquent à tous les
engins de transport sous fumigation (No ONU 3359).
5.5.2.2
Formation
Les personnes ayant à s'occuper de la manutention des engins de transport sous
fumigation doivent avoir reçu une formation adaptée à leurs responsabilités.
5.5.2.3
Marquage et placardage
5.5.2.3.1
Une marque de mise en garde conforme au 5.5.2.3.2 doit être placée
sur chacun des points d'accès de l'engin sous fumigation, à un
emplacement où elle sera vue facilement par les personnes ouvrant
l'engin de transport ou entrant à l'intérieur. Cette marque doit rester
apposée sur l'engin de transport jusqu'à ce que les dispositions
suivantes aient été satisfaites :
a)
l'engin de transport sous fumigation a été ventilé pour éliminer
les concentrations nocives de gaz de fumigation; et
b)
les marchandises ou matières ayant été soumises à la
fumigation ont été déchargées.
5.5.2.3.2
La marque de mise en garde pour les engins sous fumigation doit être
de forme rectangulaire et mesurer au moins 300 mm de large et
250 mm de haut. Le marquage doit être noir sur fond blanc et les
lettres doivent mesurer au moins 25 mm de hauteur. Cette marque est
illustrée ci-dessous.
5.5.2.3.3
Si l'engin de transport sous fumigation a été complètement ventilé soit
par ouverture des portes de l'engin soit par ventilation mécanique
après la fumigation, la date de ventilation doit être indiquée sur la
marque de mise en garde.
5.5.2.3.4
Lorsque l'engin de transport sous fumigation a été ventilé et déchargé,
la marque de mise en garde pour les engins sous fumigation doit être
enlevée.
I:\MSC\87\10-2.doc
MSC 87/10/2
Annexe, page 5
5.5.2.3.5
Il n'est pas nécessaire d'apposer une plaque-étiquette de la classe 9
(modèle No 9, voir 5.2.2.2.2) sur les engins de transport sous
fumigation, sauf lorsque ce placardage est requis pour d'autres
matières ou objets de la classe 9 contenus dans l'engin de transport.
5.5.2.4
Documentation
5.5.2.4.1
Les documents associés au transport d'engins de transport qui ont
subi un traitement de fumigation et qui n'ont pas été ventilés avant le
transport, doivent comporter les indications suivantes :
.1
UN 3359, engin de transport sous fumigation, 9, ou UN 3359,
engin de transport sous fumigation, classe 9;
.2
la date et l'heure de la fumigation; et
.3
le type et la quantité d'agent de fumigation utilisé.
5.5.2.4.2
Le document de transport peut avoir une forme quelconque à
condition de contenir tous les renseignements exigés au 5.5.2.4.1. Ces
renseignements doivent être faciles à identifier, lisibles et durables.
5.5.2.4.3
Des instructions doivent être données sur la manière d'éliminer les
résidus d'agents de fumigation, y compris les appareils de fumigation
utilisés (le cas échéant).
Un document n'est pas nécessaire si l'engin de transport qui a subi un traitement de
fumigation a été complètement ventilé et si la date à laquelle il a été ventilé figure
sur la marque de mise en garde (voir les paragraphes 5.5.2.3.3 et 5.5.2.3.4).
5.5.2.5
Dispositions supplémentaires
5.5.2.5.1
Les engins de transport doivent être fumigés et manutentionnés
compte tenu des dispositions de la publication de la circulaire
MSC.1/Circ.1265 intitulée "Recommandations sur l'utilisation des
pesticides à bord des navires applicables à la fumigation des engins
de transport".
5.5.2.5.2
Lorsque des engins sous fumigation sont arrimés sous pont, le
matériel approprié pour la détection du ou des gaz utilisés pour la
fumigation doit être transporté à bord du navire, accompagné de son
mode d'emploi.
5.5.2.5.3
Des agents de fumigation ne doivent pas être utilisés sur le contenu
d'un engin de transport après son chargement à bord du navire.
5.5.2.5.4
Un engin sous fumigation ne doit pas être admis à bord avant qu'une
période de temps suffisante ne se soit écoulée pour que la
concentration des gaz atteigne un degré raisonnable d'homogénéité
dans l'ensemble de la cargaison chargée dans l'engin. Étant donné
que les conditions changent suivant le type et la quantité d'agents de
fumigation et de marchandises et suivant la température, l'autorité
compétente doit déterminer le délai qui doit s'écouler entre la
fumigation et le chargement de l'engin sous fumigation à bord du
I:\MSC\87\10-2.doc
MSC 87/10/2
Annexe, page 6
navire. Une période de 24 heures est normalement suffisante à cet
effet. Sauf si les portes de l'engin sous fumigation ont été ouvertes
pour permettre la ventilation complète du ou des gaz utilisés pour la
fumigation et de ses ou de leurs résidus ou si l'engin a été ventilé
mécaniquement, l'envoi doit satisfaire aux dispositions du présent
Code applicables au No ONU 3359. Les conteneurs ventilés doivent
être marqués de la date de ventilation sur la ou les marques de mise
en garde pour engins sous fumigation. Lorsque les marchandises ou
matières ont été déchargées, la marque de mise en garde pour engins
sous fumigation doit être enlevée.
5.5.2.5.5
Il faut signaler au capitaine, avant de les charger, les engins sous
fumigation.".
3.2
Opérations de fumigation à terre – engins de transport sous fumigation
3.2.1
Engins de transport sous fumigation qui ont été ventilés
3.2.1.1 Il est important de veiller à ce que les engins de transport soient correctement
ventilés en ouvrant les portes et en permettant au gaz de s'échapper. Cela peut s'effectuer
naturellement, ou de manière accélérée grâce à des moyens mécaniques tels que des
souffleries ou extracteurs. La ventilation peut prendre plusieurs heures, voire plusieurs jours.
3.2.1.2 L'engin de transport qui a été complètement ventilé avant que la cargaison n'ait été
déchargée doit porter la marque de mise en garde pour les engins sous fumigation pour
indiquer la date de ventilation conformément au paragraphe 5.5.2.3.3 du Code IMDG. Dans
le cadre de ces engins de transport, il n'est pas nécessaire de fournir de document de
transport, ni d'instructions sur la manière d'éliminer les résidus d'agents de fumigation.
3.2.1.3 Il convient d'être prudent, même après qu'un engin de transport a été déclaré
ventilé. Du gaz peut être retenu dans les colis, puis s'échapper sur une longue période
(pouvant aller jusqu'à plusieurs jours), ce qui fait passer la concentration de gaz à l'intérieur
de l'engin au-dessus du niveau de sécurité. Les céréales en sac et les cartons contenant de
nombreux espaces vides sont susceptibles de produire de tels effets. De même, les gaz et
les sachets ou plaquettes de fumigation peuvent être "piégés" à l'extrémité d'un engin
emballé hermétiquement.
3.2.2
Engins de transport chargés à bord des navires sans ventilation après
fumigation (fumigation en cours de route)
3.2.2.1 Un engin de transport contenant une cargaison sous fumigation ne devrait pas être
admis à bord avant qu'un délai suffisant se soit écoulé pour que la concentration des gaz
atteigne un degré raisonnable d'homogénéité dans l'ensemble de la cargaison. Étant donné
que les conditions changent suivant le type et la quantité des agents de fumigation et des
marchandises et suivant la température, l'autorité compétente devrait déterminer le délai qui
doit s'écouler entre la fumigation et le chargement de l'engin sous fumigation à bord du
navire. Une période de 24 heures est normalement suffisante à cet effet.
3.2.2.2 Le transport d'engins de transport sous fumigation qui n'ont pas été ventilés avant le
chargement à bord du navire doit s'effectuer conformément aux dispositions du Code IMDG
applicables au No ONU 3359.
I:\MSC\87\10-2.doc
MSC 87/10/2
Annexe, page 7
3.2.2.3 La colonne 17 de la Liste des marchandises dangereuses – Propriétés et
observations – correspondant à la rubrique No ONU 3359 contient les renseignements
suivants :
"Un "ENGIN SOUS FUMIGATION" est un engin de transport fermé contenant des
marchandises ou matières qui sont ou ont été sous fumigation à l'intérieur de
l'engin. Les gaz utilisés pour la fumigation sont soit toxiques soit asphyxiants. Les
gaz se dégagent en général de préparations solides ou liquides réparties à
l'intérieur de l'engin. Voir également 5.5.2."
3.2.2.4 Marquage des engins de transport
3.2.2.4.1 Une marque de mise en garde conforme au paragraphe 5.5.2.3.2 du Code IMDG
doit être placée sur l'engin de transport sous fumigation. Il n'est pas nécessaire d'apposer
une plaque-étiquette de la classe 9 sur les engins de transport sous fumigation, sauf lorsque
ce placardage est requis pour d'autres matières ou objets de la classe 9 contenus dans
l'engin de transport. Cette marque doit rester apposée sur l'engin de transport jusqu'au
déchargement de la cargaison. Lorsque l'engin de transport sous fumigation est chargé avec
des marchandises dangereuses en plus de l'agent de fumigation, les étiquettes-placards et
marques correspondant à ces marchandises doivent être apposées sur l'engin de transport.
3.2.2.5 Documentation
3.2.2.5.1 Un engin de transport sous fumigation qui n'a pas été complètement ventilé doit
être accompagné d'un document de transport qui peut avoir une forme quelconque et doit
comporter les renseignements relatifs au No ONU 3359. Lorsque l'engin de transport sous
fumigation est chargé avec des marchandises dangereuses en plus de l'agent de fumigation,
il doit être accompagné également du document de transfert correspondant à ces
marchandises.
3.2.2.6 Formation
3.2.2.6.1 Les personnes ayant à s'occuper de la manutention des engins de transport sous
fumigation doivent avoir reçu une formation adaptée à leurs responsabilités.
3.3
Opérations menées à bord du navire
3.3.1
Fumigation après chargement à bord du navire
3.3.1.1 Le capitaine devrait interdire à quiconque de fumiger le contenu d'un engin de
transport après son chargement à bord d'un navire.
3.3.2
Engins de transport chargés à bord des navires sans ventilation après
fumigation (fumigation en cours de route)
3.3.2.1 Lorsqu'un engin de transport sous fumigation est chargé à bord d'un navire sans
ventilation préalable, son transport doit s'effectuer conformément aux dispositions du
Code IMDG consacrées au No ONU 3359 ENGIN DE TRANSPORT SOUS FUMIGATION,
classe 9. Les précautions particulières ci-après s'appliquent aux opérations menées à bord
du navire :
.1
I:\MSC\87\10-2.doc
Un engin de transport sous fumigation ne doit pas être admis à bord d'un
navire avant qu'un délai suffisant se soit écoulé pour que la concentration
des gaz atteigne un degré raisonnable d'homogénéité dans l'ensemble de
MSC 87/10/2
Annexe, page 8
la cargaison chargée dans l'engin. Étant donné que les conditions
changent suivant le type et la quantité des agents de fumigation et des
marchandises et suivant la température, l'autorité compétente doit
déterminer le délai qui doit s'écouler entre la fumigation et le chargement
de l'engin sous fumigation à bord du navire. Une période de 24 heures est
normalement suffisante à cet effet. Avant le chargement, il faudra vérifier
que l'engin de transport ne présente pas de fuites; celles-ci devront être
colmatées le cas échéant.
.2
Il faut signaler au capitaine, avant de les charger, les engins de transport
sous fumigation. Ceux-ci devraient être signalés par des marques de mise
en garde appropriées où figurent le nom de l'agent de fumigation ainsi que
la date et l'heure de la fumigation.
.3
La liste spéciale/le manifeste/plan d'arrimage doivent répertorier les engins
de transport sous fumigation et indiquer leur lieu d'arrimage à bord. Le
document d'expédition des engins de transport en question devrait indiquer
la date de la fumigation ainsi que le type et la quantité d'agents de
fumigation utilisés.
.4
Pour ce qui est de l'arrimage, le No ONU 3359 est classé dans la
catégorie B, mais l'arrimage en pontée est préférable et devrait se faire à
distance des locaux d'habitation, à 6 m au moins des prises d'air.
.5
Dans le cas de l'arrimage sous pont, l'espace à cargaison devrait être doté
d'un dispositif de ventilation mécanique efficace qui permette d'éviter
l'élévation des concentrations d'agent de fumigation au-dessus du niveau
de toxicité (niveau seuil) établi par les autorités compétentes. Le niveau
seuil d'exposition professionnelle aux agents de fumigation peut être
consulté dans la fiche de données de sécurité, si elle est disponible. Le
dispositif de ventilation mécanique devrait avoir un débit permettant au
moins deux renouvellements de l'air par heure dans l'espace à cargaison
vide.
.6
Dans le cas de l'arrimage sous pont, du matériel approprié pour la
détection du ou des gaz utilisés pour la fumigation doit être transporté à
bord du navire, accompagné de son mode d'emploi.
3.3.2.2 Avant le chargement sous pont d'un engin de transport fumigé à bord d'un navire, il
est nécessaire de prendre des précautions particulières, à savoir :
.1
Au moins un officier et un autre membre de l'équipage doivent recevoir une
formation appropriée et seront désignés en tant que représentants qualifiés
du capitaine. Le capitaine, par le biais de son représentant, est chargé de
veiller à la sécurité dans les locaux occupés à bord du navire.
.2
Les représentants qualifiés devraient donner des instructions à l'équipage
avant le chargement de l'engin de transport fumigé.
3.3.2.3 La plupart des gaz utilisés pour la fumigation étant plus lourds que l'air, il est
recommandé de prendre des précautions dans les cales, en particulier lorsqu'on travaille sur
les plafonds de ballast.
I:\MSC\87\10-2.doc
MSC 87/10/2
Annexe, page 9
3.3.2.4 Les représentants qualifiés du capitaine devraient avoir à leur disposition et
connaître :
.1
Les renseignements figurant dans les fiches de données de sécurité
pertinentes, si elles sont disponibles.
.2
Les recommandations du fabricant d'agents de fumigation concernant les
méthodes de détection de l'agent de fumigation dans l'atmosphère, son
comportement et les risques qu'il présente, les symptômes d'intoxication,
les premiers soins à donner et tout traitement médical particulier, ainsi que
les procédures d'urgence à suivre.
3.3.2.5 Le navire devrait avoir à son bord :
.1
du matériel de détection des gaz adapté à l'agent de fumigation utilisé,
accompagné de son mode d'emploi lorsque l'engin de transport sous
fumigation est arrimé sous pont;
.2
des instructions relatives à l'élimination des résidus d'agent de fumigation;
.3
des renseignements relatifs à l'intervention d'urgence concernant
le No ONU 3359 tels qu'un exemplaire de l'édition la plus récente du Guide
de soins médicaux d'urgence (GSMU) à donner en cas d'accidents dus à
des marchandises dangereuses.
En outre, le navire devrait avoir à son bord au moins quatre jeux de matériel de protection
respiratoire adéquat, et, lorsque l'engin de transport sous fumigation est arrimé sous pont, du
matériel approprié pour la détection de l'agent de fumigation utilisé, accompagné de son
mode d'emploi.
3.3.2.6 Avant l'arrivée du navire et, en règle générale, au moins 24 heures à l'avance, le
capitaine devrait signaler aux autorités compétentes du pays de destination et des ports
d'escale qu'une fumigation a eu lieu en cours de route. Il devrait notamment indiquer le type
d'agent de fumigation utilisé, la date de la fumigation ainsi que les espaces à cargaison
transportant des engins de transport fumigés.
4
Agents de fumigation utilisés
Différents produits chimiques sont utilisés comme agents de fumigation, tels que la
phosphine et le bromure de méthyle.
4.1
Phosphine
4.1.1
Cette méthode met un temps considérable à prendre effet. L'application ne
nécessite pas de formation technique poussée car le produit est fourni en sachets, en
plaquettes ou en plaques comprimées contenant du phosphure de magnésium ou
d'aluminium. Ces composants dégagent de la phosphine gazeuse lorsqu'ils sont exposés à
l'humidité ambiante. Ce gaz présente une légère odeur d'ail ou de poisson pourri et se
décompose en une poudre résiduelle grise.
4.1.2
Le taux de dégagement de la phosphine dépend de la température, de l'humidité
ambiante et du degré d'exposition du réactif à l'air.
I:\MSC\87\10-2.doc
MSC 87/10/2
Annexe, page 10
4.1.3
Les symptômes d'intoxication par inhalation de phosphine comprennent notamment
nausées, vomissements, maux de tête, sensation de faiblesse, évanouissements, douleurs
de poitrine, toux, oppression au niveau de la poitrine et difficultés respiratoires. Un œdème
pulmonaire (présence de fluide en excès dans les poumons, généralement dû à une
insuffisance cardiaque) peut se produire ensuite, généralement dans les 24 heures, mais
parfois après plusieurs jours.
4.2
Bromure de méthyle
4.2.1
La fumigation au bromure de méthyle est relativement rapide et peut être en
principe effectuée en moins de 48 heures.
4.2.2
Les symptômes d'intoxication par inhalation de bromure de méthyle comprennent
notamment maux de tête, vertiges, irritation des yeux, toux, nausées, gêne au niveau de
l'abdomen et perte de sensation au niveau des pieds. Une exposition plus intense peut
affecter le système nerveux central et entraîner une perte de connaissance, des convulsions,
la cécité ainsi qu'une perte de l'équilibre et de l'ouïe.
4.2.3
Le bromure de méthyle est fourni sous forme de gaz. De ce fait, son application
nécessite un certain niveau de compétence.
5
Dangers pour le personnel
5.1
Si pour une raison quelconque, les membres de l'équipage ou autres personnels
doivent ouvrir un engin de transport sous fumigation ou un engin de transport sous
fumigation qui a été ventilé, ils doivent le faire avec des précautions adéquates.
5.2
Il n'existe pas de signes apparents (visuel ou olfactif par exemple) indiquant que du
bromure de méthyle a été utilisé comme agent de fumigation. L'engin de transport devrait
rester ouvert aussi longtemps que possible puis inspecté à l'aide du matériel disponible, et
devrait être déclaré exempt de gaz avant d'en autoriser l'entrée. En cas d'urgence,
l'autorisation d'entrer peut être accordée, avec toutes les précautions à prendre dans un
espace confiné, au cas où une éventuelle présence de gaz serait décelée.
5.3
Si l'engin de transport est fumigé à la phosphine, on trouvera normalement des
signes visuels de l'agent de fumigation à l'intérieur sous forme de sachets, plaquettes,
plaques comprimées ou poudre. L'état de l'emballage dépend de la durée d'exposition des
agents de fumigation et du milieu dans lequel ils ont été exposés. Il se peut également que
les agents de fumigation aient été placés entre les éléments de cargaison et qu'ils ne soient
pas visibles immédiatement.
5.4
Comme la réaction se produit en présence d'humidité, lorsqu'un engin de transport
est ouvert en mer, le niveau d'humidité ambiant peut relancer la réaction.
5.5
Après que le phosphure de magnésium ou d'aluminium a réagi avec l'humidité pour
dégager de la phosphine, il reste un résidu d'hydroxyde de magnésium ou d'aluminium.
Celui-ci se présente sous la forme d'une légère poudre grise pareille à de la cendre. Dans le
meilleur des cas, ce résidu sera retenu à l'intérieur d'un emballage particulier, ce qui permet
de s'en débarrasser en toute sécurité. Si toutefois le résidu est présent dans la cargaison,
l'équipage doit éviter de le respirer ou de le mettre en contact avec les yeux ou la bouche.
Dans le cas contraire, le résidu risque toujours de provoquer une intoxication, car il peut
encore dégager une certaine quantité de phosphine.
I:\MSC\87\10-2.doc
MSC 87/10/2
Annexe, page 11
5.6
Il convient de noter que pour certains produits (par exemple les fruits à coque
comestibles), on place une faible quantité d'agent de fumigation dans de l'ouate que l'on
dispose à l'intérieur de chaque sac. Ces marchandises sont alors dangereuses car l'agent de
fumigation est rapproché du visage lors de la manutention.
5.7
Le personnel devrait savoir que tous les engins de transport sous fumigation ne sont
pas déclarés comme tels et ne sont donc pas munis de la marque correspondante. Certains
signes indiquent que les engins de transport ont été fumigés, tels que la présence de rubans
adhésifs sur les aérations et la jointure des portes, une éventuelle odeur d'ail ou de poisson
pourri provenant de la phosphine, ainsi que la présence de paquets ou d'amoncellements de
poudre résiduelle à l'intérieur de l'engin de transport.
6
Détection de la fumigation
6.1
La méthode de protection la plus efficace consiste à effectuer des essais de
détection de gaz avant l'ouverture de l'engin de transport. Il est recommandé au minimum de
vérifier la présence éventuelle de phosphine et de bromure de méthyle, car ce sont les deux
agents de fumigation les plus utilisés. Si la présence de gaz est décelée, l'engin de transport
devrait être mis de côté pour être ventilé.
6.1.1
Tube détecteur de gaz à coloration
6.1.1.1 Le tube en verre détecteur de gaz à coloration est un instrument de conception et
d'utilisation simple, robuste et fiable. Une personne à l'extérieur de l'engin de transport peut
effectuer un essai de détection de phosphine et de bromure de méthyle à l'aide d'une lance
insérée à travers la porte de l'engin. Dans la pratique, de l'air est aspiré grâce à un soufflet à
main, à travers un tube en verre contenant des cristaux imprégnés qui réagissent avec le
gaz recherché. Si l'air est contaminé par le gaz en question, les cristaux changent de
couleur. Le fonctionnement des dispositifs n'est pas faussé par l'humidité, mais il faut
prendre soin de réchauffer les tubes au-dessus de 0°C dans des températures inférieures à
zéro. En outre, un minimum de lumière est nécessaire pour détecter les variations de couleur
des cristaux. Les tubes doivent être utilisés conformément aux instructions du fabricant.
En particulier, ils ne doivent pas être utilisés après leur date d'expiration.
6.1.2
Détection électronique (dispositif de détection de gaz par photo-ionisation)
6.1.2.1 Des essais peuvent être effectués en vue de déceler la présence de gaz et de
mesurer leur concentration. De même, certains dispositifs peuvent permettre de confirmer la
présence d'un niveau acceptable d'oxygène dans l'engin de transport. Les techniques
actuelles ne permettent pas de quantifier et de différencier efficacement les gaz. En raison
des sensibilités croisées, on constate fréquemment de faux positifs et les lectures ne sont
pas suffisamment précises pour déterminer les niveaux acceptables d'exposition.
En conséquence, ces instruments sont utilisés pour un examen préliminaire.
6.2
Détecteurs individuels
6.2.1
Il existe de petits détecteurs électroniques individuels pour la phosphine, mais pas
pour le bromure de méthyle. Les détecteurs de phosphine peuvent être placés à l'intérieur de
l'engin de transport au moment du déchargement, ou portés par chacun sur les vêtements
externes. L'emplacement d'un détecteur indépendant est important, aussi bien pour garantir
que les produits fumigènes éventuels ont été décelés que pour garantir que la lecture n'a pas
été faussée par la ventilation au niveau de la porte ou par des agents contaminants
extérieurs. Les détecteurs émettent un signal sonore si les niveaux de phosphine atteignent
le niveau préétabli et sont utiles en tant que dispositifs d'alerte. Toutefois, il vaut mieux ne
I:\MSC\87\10-2.doc
MSC 87/10/2
Annexe, page 12
pas les utiliser lors de la première détection de fumigation et durant les mesures. En outre,
les détecteurs électroniques ont pour inconvénient de réagir en présence d'un certain
nombre de substances inoffensives et de déclencher des fausses alertes.
6.2.2
Il existe également des détecteurs individuels permettant d'évaluer la teneur en
oxygène à l'intérieur d'un engin de transport. Ils indiquent une désoxygénation de
l'atmosphère mais n'indiquent pas nécessairement que l'atmosphère est exempte d'agent de
fumigation.
I:\MSC\87\10-2.doc
MSC 87/10/2
Annexe, page 13
APPENDICE
Veiller à ce que l'engin de transport se prête aux opérations de
Veiller à ce que l'engin de transport se prête aux opérations de fumigation
fumigation et réduire au minimum le risque de fuite des agents de
et réduire au minimum le risque de fuite des agents de fumigation
fumigation
Fumigation de l'engin de
transport
Engins de transport ventilés
Soumis uniquement au marquage de
mise en garde indiquant la date de
ventilation
Engins chargés sans ventilation préalable après
fumigation (fumigation en cours de route)
Marque et document
CET ENGIN EST SOUS FUMIGATION AU
[nom de l'agent de fumigation* ]
DEPUIS LE
[ date* ]
[ heure* ]
250 mm au minimum
DANGER
DÉFENSE D'ENTRER
* Insérer la mention qui convient
300 mm au minimum
•
•
Les documents de transport doivent préciser le No ONU 3359, la
désignation
officielle
de
transport
(ENGINS
SOUS
FUMIGATION), la classe (9), la date et l'heure de fumigation,
ainsi que le type et la quantité de produit fumigène utilisé
Le conteneur doit être déclaré sous fumigation sur la liste
spéciale/le manifeste/le plan d'arrimage
En l'absence de marque de mise en garde comme celle décrite ci-dessus,
indications pour les engins de transport sous fumigation déclarés ou non
déclarés comme tels
• Ruban adhésif sur les portes/aérations
• Paquets/amoncellements de poudre résiduelle
• Odeur
• Nature, origine et destination de la cargaison
• Autres signes de mise en garde
Ouverture des engins de transport
•
Vérifier si l'on peut entrer dans l'engin sans courir de risques
•
Connaissance/marquage des résidus potentiellement dangereux
•
Importance d'une ventilation appropriée (la ventilation peut prendre plusieurs heures)
•
Les engins doivent être déchargés de l'avant vers l'arrière
•
Il faut éviter de "creuser des tunnels" entre les engins pour récupérer les colis
•
Éliminer toutes les marques après avoir vidé et nettoyé entièrement l'engin
___________
I:\MSC\87\10-2.doc
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising